Novembre 2002 - Les Radios Francophones Publiques

Novembre 2002 - Les Radios Francophones Publiques
MICRO
LA LETTRE D’INFORMATION
DES RADIOS FRANCOPHONES PUBLIQUES
N° 262
4
NOVEMBRE 2002
PRIX
INTERVIEWS
« Le Plan Magellan… cinq
radios repositionnées… »
Jean-Paul Philippot présente le plan
de redéploiement de la RTBF.
Les Radios francophones
publiques décernent leurs
Grands prix
PAGE 3
« Je propose, les stations
disposent »
Des initiatives et des projets pour Olivier
Kaeppelin, conseillé pour le développement
de la politique culturelle de Radio France.
Françoise Berlaimont et Sophie
Papillon (RTBF), lauréates du Grand
prix du journalisme radio 2002
PAGE 4
Evaluation de la couverture, radio-expo ou
radio-chagrin… Florilège de points de vue
© RTBF
La RSR fait le point à l’issue
de l’exposition nationale suisse
PAGE 2
Zoom
Le vice-président de la Radio
française et des nouveaux
médias de CBC/Radio-Canada,
Sylvain Lafrance, assure, pour
deux ans, la présidence des
Radios francophones publiques
depuis la dernière assemblée
des directeurs, tenue en
octobre à Neuchâtel, en Suisse.
La communauté internationale des Radios
francophones publiques regroupe dix-huit
réseaux en France, en Suisse, en Belgique et
au Canada pour un auditoire potentiel de près
de 75 millions d’auditeurs. Elle est le plus
important producteur d’émissions radio de
langue française au monde. Fondée en 1955,
la communauté des Radios francophones
publiques - autrefois CRPLF – constitue un
forum privilégié d’échanges et de collaboration à travers ses commissions Information,
Culture, Musique et Programmes. Elle
favorise le rayonnement de la langue
française et de la culture francophone. « Dans
le contexte actuel, avec les enjeux technologiques et socio-politiques auxquels est
confronté l’ensemble des pays, la question de
la diversité culturelle devient, selon Sylvain
Lafrance, un enjeu fondamental. La
communauté des Radios francophones
publiques doit se positionner comme un outil
essentiel pour exprimer la diversité
J.-C. L.
francophone dans le monde. »
Le documentaire d’Aurélie Luneau
(France Culture), Grand prix Paul Gilson
Le Grand prix Paul Gilson 2002 des Radios francophones publiques, catégorie documentaire a été décerné à France Culture pour Cascade des
mémoires, les fusillés de 1914-1918, d’Aurélie Luneau. Un documentaire
réalisé par Christine Robert. et diffusé dans La Fabrique de l’histoire, émission d’Emmanuel Laurentin.
Le Prix Paul Gilson couronne une émission documentaire élaborée, de
caractère culturel, échappant à la contingence de l’actualité immédiate.
Jing Wang, 17 ans (Canada),
élu Jeune soliste 2002
© RADIO-CANADA
© RADIO-CANADA
Sylvain Lafrance nouveau
président des Radios
francophones publiques
Les quatre reportages en lice pour l’édition 2002 du
Grand prix du journalisme radio, organisé par les Radios
francophones publiques, ont été diffusés simultanément
le 28 septembre sur les quatre radios. Le jury de cent
auditeurs (issu des quatre pays) a couronné le reportage
Françoise Berlaimont présenté par la RTBF, Voix de femmes, une production du
Journal parlé signée Françoise Berlaimont et Sophie
Papillon. La RTBF se voit ainsi couronnée pour la deuxième année consécutive. Réalisé par deux femmes journalistes, Voix de femmes approche le conflit
du Moyen-Orient sous un angle inattendu, peut-être plus humain… Femmes
palestiniennes et israéliennes vivent à une dizaine de kilomètres les unes
des autres mais habitent des planètes différentes. Comment vivent-elles la
guerre au quotidien ? Comment en parlent-elles à leurs enfants ?
Qu’éprouvent-elles pour l’ennemi d’en face ? Ces témoignages ont été
recueillis en février dernier, avant la réoccupation totale des territoires
palestiniens par l’armée israélienne.
Les autres reportages présentés étaient : Gaza, ma prison, Anis Gandil raconte…, d’Akli Aït Abdallah (Radio-Canada), J’ai la taule qui me colle à la peau, de
Benoît Collombat (Radio France), Alger : amours clandestines, de Malika Nedir
(Radio suisse romande). (A écouter sur le site radiosfrancophones.org) G.W.
Le titre de Jeune soliste des Radios francophones
publiques est décerné au jeune violoniste canadien de
17 ans, Jing Wang. Ce prix permettra au jeune Jing Wang
d’enregistrer un premier disque. De plus, les quatre
partenaires des RFP – Radio France, RTBF, Radio Suisse
romande et Radio-Canada – s’engagent à diffuser un
concert de ce jeune artiste et à le promouvoir dans leurs pays respectifs.
Jing Wang possède déjà une grande expérience du concert. Il figure au
nombre des quelques artistes canadiens les plus prometteurs.
J.-L. C
2 NOVEMBRE 2002 - N° 262 - MICRO 4
BILAN DE L’EXPO 02
HOMMAGE
© LAURENCE LABAT
Radios francophones
• Une soirée en
l’honneur de Gilles
Vigneault
Chacun porte en soi… un poète. Sous
ce titre évocateur, les Radios francophones publiques enregistrent une
émission spéciale dédiée à Gilles Vigneault, le
4 novembre à 20 heures au Théâtre Corona à Montréal.
Des artistes de la francophonie interprètent des
textes du répertoire du grand poète, tel que La
Manikoutai, Les gens de mon Pays, Jack Monoloy,
Gros Pierre, etc. Sont de cette fête la Française Nicole
Croisille, le Belge Jean-Louis Daulne, le Suisse Thierry
Romanens et plusieurs Canadiens dont Marie-Jo Thério,
Renée Claude, Ariane Moffatt, Philippe Noireaut, Yann
Perreau, Sao, Thomas Hellman et… Gilles Vigneault. Les
arrangements et la direction musicale de cette
grande soirée sont de Philippe Noireaut alors que
Johane Despins assure l’animation et Martine Jessop la
réalisation. Chacun porte en soi… un poète sera
diffusée le 10 novembre de 17 h à 19 h, sur la Première
chaîne de Radio-Canada, de 20 h à 22 h sur France Bleu;
le 11 novembre entre 19 h et 21 h sur RSR-La Première
et le 1er janvier, de 20 h à 22 h, sur la Première de la
RTBF, Fréquence Wallonie et Bruxelles capitale.
La RSR: radio-expo
ou radio-chagrin?
■ Au bout de 159 jours d’existence éphémère, l’exposition nationale suisse a fermé ses portes.
NOMINATIONS
FRANCE BLEU • Un Québécois
à la City Radio de Paris
Le Québécois Guy Banville a été
nommé directeur artistique de France
Bleu, la “City radio de Paris”. Guy
Banville a débuté sa carrière à
Montréal comme programmateur il y a
28 ans. Après avoir été directeur des programmes de
plusieurs radios privées, il a créé sa propre entreprise
de consultant. C’est à ce titre qu’il a préparé, aux côtés
de Michel Meyer, la nouvelle antenne de France Bleu.
© CHRISTOPHE ABRAMOWITZ
POÉSIE
RADIO-CANADA • Poèmes, poésies et autres
choses encore… aux 16e Rencontres des
écrivains francophones, à Trois-Rivières
« On ne peut ni ne doit révéler les mystères des
sentiers de la vie; il s'y trouve des pierres d'achoppement sur lesquelles bronchent tous les voyageurs.
Mais le poète est là pour en signaler la présence. »
Cette remarque de Goethe résume parfaitement la
Rencontre des écrivains, organisée à Trois-Rivière, au
Québec. Devant un public intéressé, les neuf poètes
invités par les radios ont réfléchi au sens de “être un
poète” et “écrire de la poésie”. Michel Garneau,
poète et animateur à la Chaîne Culturelle, a su
donner à ces discussions rigueur, intelligence et
chaleur. Le Manoir de Tonnancour, lieu enchanteur,
devint peu à peu “enchanté” par les mots, la finesse
d'esprit et la sensibilité des poètes
invités. /Mario Gauthier, Chaîne
Culturelle de Radio-Canada.
Dès le départ, le cadre était
posé : SSR idée suisse étant partenaire officiel, la Radio Suisse
Romande se devait de refléter
largement l’événement. À partir
de là, les avis recueillis se rejoignent : la RSR n’a pas fait “radio
expo”. Pourtant, avec Expo 02…
le journal, l’information lui a
consacré chaque matin quelques
minutes . « C’est correct, pour une
manifestation qui déplace la moitié
de la population, d’offrir une telle
séquence, avant tout explicative et
de type service », répond son directeur Patrick Nussbaum. Mais
ailleurs, dans le traitement de
l’actualité ? « En tout cas, nous
n’avons pas été complaisants ! »,
souligne le chef de projet, Laurent Voisin.
Même constat sur le terrain, celui
d’Alain Arnaud, correspondant à
Bienne, une des villesarteplages : « On a posé les
bonnes questions, sans tomber
dans les pièges tendus par l’Expo,
ni faire de la polémique populiste. »
© RSR
■ L’heure du bilan a sonné et pour les rédactions,
l’évaluation de la couverture de la RSR. Était-elle trop
complaisante ? Trop critique ? A-t-elle “surcouvert”
l’événement ? En réponse à ces questions, florilège de
points de vue, et retour de l’Expo…
Attitudes vis-à-vis
de l’Expo
Si la qualité des traitements est
perçue de façon consensuelle,
l’attitude à l’égard de l’Expo divise les journalistes. Pour Pierre
Berset, chef de la rubrique régionale, « la rédaction s’est rapidement scindée en deux camps : les
enthousiastes et les méfiants. Mais
globalement, il n’y a jamais eu de
fougue, d’enthousiasme débridé. »
Laurent Voisin se montre étonné
du manque de curiosité et d’inventivité des gens d’antenne de
la RSR. « On aurait pu mieux utiliL’ambiguïté d’être
ser l’Expo comme un bras de levier,
un média parrain
En résumé, aucune pression, au- en profiter pour remettre en question le pays, sonder notre identité”.
cune ambiguïté due à notre rôle
Alain Arnaud aurait lui aussi soude sponsor ? « Une seule fois »,
haité creuser ces sujets : « Comrappelle Patrick Nussbaum.
me tous les médias, nous avons eu
« L’Expo nous a donné une inforde la peine à dépasser le stade des
mation originale, mais ne voulait
pas que nous l’utilisions comme un petites polémiques sur le nombre
scoop. Il y a eu là un flou dû au mé- réel d’entrées, ou le prix des saucisses. Mais l’Expo en elle-même
lange entre marketing et rédactionnel. Sinon, notre rôle de média ne suscite pas une réflexion appropartenaire, plutôt inconfortable sur fondie”. Patrick Nussbaum renle plan éditorial, nous a paradoxale- chérit : « Le côté grand parc d’atment poussés à être très attentifs, traction, l’accent mis sur le plaisir
des yeux ont provoqué peu d’excià ne pas verser dans la complaitation intellectuelle. »
sance. »
© DR
© DR
« Ni radio-expo, ni radio-chagrin… »
Michel Garneau, poète
et animateur
Les neuf poètes invités par France Culture,
Espace 2, Musique 3 et la Chaîne culturelle
de Radio-Canada ont réfléchi au sens de
“être un poète” et “écrire de la poésie”.
Tony Burgener, porte-parole d’Expo 02, partage ce point de vue, et
souligne à la fois le traitement professionnel, critique des journalistes
et la possibilité pour l’Expo de s’exprimer. Mais parfois la RSR en a trop
fait, par exemple sur la question problématique des finances,
« bombardée pendant deux ou trois matinées ». Il note lui aussi une
méfiance, au départ : « Il a fallu un temps d’adaptation, sentir comment
le public réagissait… puis les barrières sont tombées de plus en plus. »
MICRO 4 - NOVEMBRE 2002 - N° 262 3
Les “patrons” des Radios francophones publiques : de g. à d. : Gérard
Tschopp, Sylvain Lafrance, Claude Delacroix et Jean-Marie Cavada.
ANNIVERSAIRE
RSR : quatre-vingts ans
et un sacré punch !
La Radio Suisse Romande vient d’avoir 80 ans : elle
est née le 4 octobre 1922. À cet âge, on ne rate pas
l’occasion de faire la fête… Près de 400 collaborateurs de la RSR et quelques invités, professionnels de la Radio et de la Télévision, se sont
retrouvés dans un ancien château transformé en
restaurant, à Vullierens près de Lausanne. Un coup
de pouce à l’agenda des réunions du Comité de
Direction des RFP a permis de faire coïncider les
événements : les délégations des Radios Francophones Publiques avaient passé la journée à
travailler à Neuchâtel, au cœur de l’Exposition
nationale suisse ; le soir, elles entraient dans la
danse à Vullierens. Belle santé…
ÉCHANGES
RTBF-RADIO-CANADA • Échange
Saskatchewan-Liège… très chaleureux
Pendant deux saisons, la station de Radio-Canada à
Régina, en Saskatchewan, et la RTBF Liège ont
échangé des “capsules”, diffusées, d’une part, dans
l’émission CBKF-Bonjour et, d’autre part, dans le décrochage liégeois de l’avant-soirée. Chaque semaine, Jean-Sébastien Bernatchez de Radio-Canada
était la voix des Fransaskois sur les ondes liégeoises, tandis que Patrick Heuschen était entendu
dans les vastes prairies de l’Ouest. Au-delà des
échanges d’informations, d’humeurs et de musiques, un sentiment d’amitié est né chez les animateurs, les réalisateurs, les techniciens et... chez les
auditeurs ! Certains Liégeois évoquent maintenant
la Saskatchewan comme s’ils en revenaient et des
Fransaskois, émus, parlent de leurs grands-parents
ardennais ! Une suite à ce jumelage trouvera place
sur les ondes de CBKF et dans la nouvelle émission
de la Première RTBF, En français dans le texte.
AUDIENCE
Benoît Quenneville, Patrick Heuschen
RTBF • Une étude d’audience unique…
Onze ans ! C’est le temps qu’il aura fallu pour voir
émerger une étude d’audience radio unique,
acceptée tant par la régie publicitaire des radios
privées que par celle des radios publiques !
Jusqu’ici, les méthodes étaient différentes et les
résultats souvent contradictoires… Les résultats de
cette première étude “consensuelle”, signée par le
Centre d’information sur les médias, basée sur la
méthode du carnet d’écoute, ont de quoi satisfaire
les radios de la RTBF: avec 32 % de parts du marché,
les radios publiques atteignent des scores supérieurs à ceux fournis par les deux méthodes utilisées
précédemment (Radioscan et Radiométrie), qui
leur attribuaient, au plus, 25 % de PDM. La
Première, la chaîne de référence, réalise 7,7 % de
parts (contre les 6,1 attribués par Radioscan et les
3,1 de Radiométrie). Les radios de proximité
(Fréquence Wallonie et Bruxelles Capitale) sont
secondes (16 %) dans le paysage radiophonique
francophone, derrière Bel RTL (20,2 %) mais devant
Radio Contact (14,7 %). Musique 3 progresse et
atteint près de 3 % de PDM. Radio 21 serait moins
écoutée qu’auparavant. Les réflexions internes
engagées et les réformes à venir paraissent donc
pleinement justifiées. /G.W., RTBF.
Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF
« Le plan Magellan… cinq
radios repositionnées »
Le 9 octobre, le conseil d’administration de la RTBF a approuvé le
plan Magellan proposé par JeanPaul Philippot, administrateur
général. Ce plan de redéploiement
se résume à une idée toute simple :
les modes de production de
l’entreprise et son organisation
doivent être au service de ses
chaînes et de ses programmes…
■ Le plan Magellan propose d’orienter la production et l’organisation de la RTBF vers les chaînes et les programmes.
Une révolution dans la façon de travailler à la RTBF ?
Jean-Paul Philippot. - Sans doute. Pourtant, Magellan se nourrit, avant
tout, de valeurs fortes du service public. C’est à partir de ces valeurs
que la RTBF construira son avenir, qu’elle rendra ses chaînes et ses
programmes plus performants, avec un objectif essentiel : faire en
sorte que notre “différence” touche le public le plus large possible.
■ Comment ce souci se traduira-t-il concrètement pour la radio ?
Nous allons repositionner les radios en les faisant évoluer vers des
formats plus clairs, plus cohérents, plus complémentaires, bref, aptes
à mieux satisfaire les différentes attentes du public.
■ Pas d’acte de décès donc, mais plutôt des faire-part de naissance
Exactement. Prenez le cas de la Première. Elle évoluera vers un format
“Info-Talk” qui en fera la chaîne de l’information et du savoir au sens
large. Plus que jamais, elle sera la référence en matière d’information
et de connaissances. Musique 3, par ailleurs, se voit renforcée dans
son format de chaîne de musique classique…
■ Que deviennent Fréquence Wallonie et Bruxelles Capitale ?
Une nouvelle chaîne, dite de proximité, va leur succéder et valoriser
leur potentiel. Sa mission sera d’informer et de divertir un large public
avec chaleur, sans pour autant céder à la facilité. Mêlant parole et
musique, cette chaîne proposera, sous divers formats, des
informations générales, des info-services, des conseils pratiques, des
jeux. Surtout, l’information y adoptera un ton et une forme en
harmonie avec la chaîne, mettant aussi en évidence l’actualité locale
dans ses multiples composantes.
■ Et Radio 21, dont on fête les 21 ans ?
Elle va évoluer. Son offre sera clarifiée : elle proposera un programme
musical basé sur les grands courants du rock.
■ Ça ne fait toujours que quatre chaînes…
Oui, puisque nous en créons une cinquième. Elle visera un public de
jeunes adultes. Elle mêlera information concise et programmation
musicale contemporaine.
■ Cette nouvelle identité des chaînes s’accompagnera-t-elle d’une
autre organisation ?
Naturellement. La nature des opérations et la forte intégration entre les
métiers nécessitent de localiser une chaîne complète sur un même site.
Nous avons retenu deux sites de productions, Bruxelles et Mons.
Par ailleurs, l’information – qui est au cœur de nos missions de service
public et qui constitue l’élément le plus fort de notre savoir-faire – sera
également réorganisée. Elle sera structurée à partir d’un “desk info”
central rassemblant l’ensemble de l’info destinée aux journaux parlés.
Ce desk s’appuiera sur deux rédactions, l’une pour la chaîne de l’info et
du savoir, l’autre pour la chaîne de proximité. L’info sur cette dernière
chaîne s’enrichira également de l’apport de bureaux locaux d’information.
■ Avez-vous fixé une échéance pour la mise en œuvre de ce plan
en radio ?
Disons… l’an prochain.
Propos de Jean-Paul Philippot recueillis par Bruno Deblander.
© RTBF
© DR
INTERVIEW
4 NOVEMBRE 2002 - N° 262 - MICRO 4
France Inter
et le “devoir de suite”
Le journaliste est souvent considéré comme un courant
d’air ; il va, il voit, il relate puis s’évapore, aimanté par un
autre sujet qui fera instantanément oublier le précédent.
Après les mortelles inondations de septembre en
Languedoc et en Provence, la rédaction de France Inter a
souhaité changer la donne. Chaque fin de semaine,
Stéphane Paoli contacte un sinistré du Gard afin que les
auditeurs sachent au fil du temps ce qu’il advient de
ceux qui sont restés dans le malheur après la décrue.
L’agriculteur Norbert Giboulet a laissé 270 brebis, 110
chapons et la moitié de ses vignes dans les eaux du
Vidourle, un ruisseau d’ordinaire paisible. Il a vu les
experts en catastrophe, mais pas leur argent. Les cinq
employés de Serge Deratclian sont au chômage
technique depuis le 9 septembre, jour où les flots du
Rhône et du Gardon ont envahi ses cuisines. Il espère
rouvrir son restaurant vers le 10 novembre. Leur
désarroi, leur espoir, leur découragement, leur attente
s’expriment tous les vendredis matins sur Inter, entre
8 h 40 et 8 h 45. C’est ainsi que s’entretient sur l’antenne
du service public ce qu’il est convenu d’appeler : un
“devoir de suite”.
A. Le Gouguec, secrétaire général de la rédaction.
PRIX ET CONCOURS
RTBF • Jean Rosoux Prix Ex-Libris 2002
L’Association des éditeurs belges (qui regroupe éditeurs,
diffuseurs et distributeurs belges de langue française)
a remis le 16 octobre le Prix Ex-libris 2002, catégories
Radio, à Jean Rosoux afin d’honorer “sa contribution
remarquable à l’information sur le livre”. Jean Rosoux
est récompensé pour l’émission Arguments qu’il
présente le dimanche à 9 h 15 sur RTBF-La Première.
Radio-Canada • Septième édition du concours
Ça m’chante
Organisé par Radio-Canada, en collaboration avec le
Festival d’été de Québec, le concours “Ça m’chante”
s’adresse aux jeunes canadiens de 10 à 17 ans. Entre
le 4 novembre et le 2 février 2003, l’équipe de
l’émission 275 -allô/ADOS-radio, diffusée à 19 heures
sur la Première Chaîne, choisit cent textes. Un jury en
sélectionne dix qui seront confiés à des compositeurs
et interprètes pour leur mise en musique. Lors d’un
spectacle du Festival d’été, en juillet, les dix jeunes
gagnants voient le résultat de leur travail.
Renseignements : radio-canada.ca/jeunesse.
//Agenda
Radio France • Troisième week-end de concerts
gratuits LES 1ER, 2 ET 3 NOVEMBRE, avec Figures de voyage :
huit concerts et une conférence, Liszt, les années de voyage, ainsi qu’autour de Ligeti, Falla, Schubert et Mahler.
RSR •Journée Dumas sur Espace 2. LE 30 NOVEMBRE DE
8 H À 24 H, Espace 2 organise une journée spéciale Alexandre
Dumas, à l’occasion du transfert de ses cendres au Panthéon.
Dans l’esprit du feuilleton à suspense, la journée sera rythmée toutes les demi-heures par La Reine Margot, (enregistrement 1967) mis en ondes par Pierre Walker. Dans les
intervalles, spécialistes, dont Claude Schopp, et passionnés, évoqueront la trajectoire tumultueuse, l’écriture, les
voyages et la cuisine d’Alexandre Dumas. De Paris, Marion
Urban suivra les festivités et cérémonies et prendra régulièrement l’antenne en direct.
INTERVIEW
Olivier Kaeppelin, conseiller pour le développement
de la politique culturelle à Radio France
« Je propose, les stations
disposent… »
Il y a un peu plus d’un an, le président
de Radio France nommait Olivier
Kaeppelin, conseiller pour le développement de la politique culturelle
à Radio France. Une fonction qui
ne se limite pas au travail relationnel
et au conseil, mais débouche sur des
initiatives à l’antenne et hors antenne.
■ A.A. : Comment fonctionnez-vous avec les diverses stations
de Radio France, soucieuses de leur autonomie ?
Comme une force de proposition, d’impulsion. Je propose… les stations
disposent, ou à l’inverse, une station me demande de l’aider sur un
projet. Je n’ai qu’à me féliciter de leur accueil et de leur attention.
■ Concrètement, qu’est-ce que ça donne à l’antenne ?
Ce sont des complicités qui se nouent. Par exemple, je suis allé voir
Jean-Luc Hees pour lui dire que nous pourrions devenir partenaires
des “Journées du Patrimoine” à la place d’RTL. Nous avons réfléchi. Il
a décidé avec ses équipes de traiter certains aspects de l’événement
par telle ou telle émission, et c’est ainsi que, pour la première fois, les
“Journées de Patrimoine”, la plus importante manifestation culturelle
du pays en terme de fréquentation, ont trouvé leur place sur France
Inter, relayée par toute une série d’opérations sur France Bleu.
■ Il y a aussi les Grands débats de Radio France, présentés par
France Inter avec le soutien de France Bleu, mais qui ne sont pas
diffusés tels quels à l’antenne. Quelle en est la genèse ?
Les grands débats sont venus d’une réflexion avec Jean-Marie Cavada,
sur le rapport des auditeurs à l’antenne. France Inter a de nombreuses
émissions interactives et les auditeurs sont heureux de pouvoir
s’exprimer, mais beaucoup trouvent qu’ils n’ont pas assez de temps ou
regrettent de devoir attendre des jours et des jours avant d’accéder à
l’antenne. Il y a une forte demande. Les gens ont envie de chercher des
clés et d’exprimer leur vision du monde. Nous leur répondons : nous
allons aller à votre porte, c’est à dire en région (Bordeaux, Aix, Lille, le
prochain à Strasbourg puis à Lyon), et, cette fois, nous aurons tout le
temps de discuter, sachant que France Inter a amorcé le débat, quelques
jours avant, dans une émission ou par le travail de la rédaction. Editorialement, le réseau France Bleu nous accompagne aussi.
■ Et ça marche ?
Oui ! Nous avons commencé par traiter de la société émotionnelle,
en déclinant trois thématiques : la peur, la violence et le plaisir, avec
à chaque fois un plateau de six personnes : scientifiques de diverses
disciplines, historiens, théologiens, philosophes ou même cuisinier à
propos du plaisir. J’ajoute que nous travaillons toujours en liaison
avec les grandes librairies ou les bibliothèques locales. Résultat : il y
avait environ 300 personnes à Bordeaux, il y en avait 45O à Lille et
nous étions plus de 500 à Aix !
■ Des projets, quasi finalisés ?
Entre autre, les rendez-vous de l’architecture et de l’urbanisme sur
France Info, un prix décerné par les auditeurs, mettant en valeur, dans
les régions, les bâtiments qui construisent la ville de demain.
Naturellement, nous poursuivons les grands débats, mais nous
préparons aussi, avec l’INSERM (Institut national de la santé et de la
recherche médicale), un colloque, à la Maison de Radio France sur La vie
mode d’emploi. Enfin, avec René Koering, nous rêvons et travaillons,
pour l’horizon 2004, à la création d’un festival “cinéma-musique”.
Propos recueillis par Annette Ardisson, Radio France
MICRO 4 • Rédaction en chef : Françoise Dost (secrétaire générale des Radios francophones publiques), avec Annette Ardisson
(Radio France), Sylvie Lambelet (RSR), Jean-Claude Labrecque (Radio-Canada), Gérard Weissenstein (RTBF).
Réalisation : Caroline Paux (Solutions Presse). Assistante : Laurence Lecomte.
Micro 4/Les Radios francophones publiques, Maison de Radio France - bureau 2127, 116 av. du pdt. Kennedy, F-75220 Paris Cédex 16.
Tél. : 33 (0)1 56 40 27 41 ; télécopie : 33 (0)1 56 40 44 53 ; courriel : radiosfrancophones@radiofrance.com
© CHRISTOPHE ABRAMOWITZ
INONDATIONS
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising