Guide améliorer l`accessibilité du parc existant - format : PDF

Guide améliorer l`accessibilité du parc existant - format : PDF
Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Chapitre 1
Les nouveaux principes édictés par la loi et leurs impacts sur le parc existant . . . . . . 5
1- Un champ d’application élargi par rapport à la réglementation précédente . . . . . . . 5
2- Un accent mis sur l’usage et la chaîne de déplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3- Les dispositions réglementaires relatives à l’accessibilité sur le parc existant . . . . 10
4- Principes opérationnels ou comment les organismes se saisissent
de la question. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Chapitre 2
Les questions opérationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Mode d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1- Les abords et les locaux annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1-1- Le cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1-2- Le stationnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1-3- Les locaux et équipements collectifs extérieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2- Les parties communes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2-1- L’accès au hall d’entrée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2-2- Les halls et circulations intérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2-3- L’ascenseur et ses commandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2-4- Les locaux et équipements collectifs intérieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3- Les logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3-1 Comment identifier les étages, les appartements et être reconnu par l’occupant ? . . . 41
3-2 Comment améliorer l’accessibilité et le confort d’usage
pour une personne en fauteuil roulant ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3-3 Comment améliorer l’accessibilité de la salle d’eau ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3-4 Comment améliorer un escalier existant dans le logement ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3-5 Comment améliorer un logement pour une personne
présentant une difficulté d’audition ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3-6 Comment améliorer un logement pour une personne
présentant une difficulté de vision ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3-7 Quelles précautions prendre dans un logement pour une personne
présentant une difficulté intellectuelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3-8 Comment améliorer un logement pour une personne vieillissante
que l’on souhaite maintenir à domicile sans la confiner ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Annexes
Les textes réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
1- Le décret relatif à l’accessibilité, du 17 mai 2006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
2- L’arrêté relatif au neuf, du 1er août 2006. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3- L’arrêté relatif à l’existant, du 26 février 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
Liste des dernières parutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
1
2
Introduction
En application de la loi du 11 février 2005, relative à l’égalité des droits et des chances, la
participation et la citoyenneté des personnes handicapées, les textes réglementaires
publiés en 2006 et 2007 ont déterminé de nouvelles règles techniques relatives à
l’accessibilité des locaux d’habitation. Ces règles techniques s’appliquent principalement
aux constructions nouvelles, en collectif et en maison individuelle. Elles concernent
également le parc de bâtiments d’habitations collectives existants lors de la réalisation de
travaux. Concernant les constructions neuves, la réglementation est précise et laisse peu
de marges à interprétations. Sa mise en œuvre opérationnelle va donner lieu à la
publication de guides et de recommandations de la part des pouvoirs publics. Dans
l’existant, les obligations sont plus limitées : elles s’imposent lors de rénovations
importantes ou à l’occasion de travaux portant sur les circulations collectives, hors
travaux d’entretien. Des dérogations peuvent être demandées.
Au-delà de la réglementation, il existe un enjeu important pour les organismes
d’améliorer l’accessibilité de leur parc. Le vieillissement des locataires en place et
l’apparition de demandes émanant de personnes âgées, les attentes croissantes
exprimées par les associations de personnes handicapées appellent des réponses à
l’occasion de travaux à la relocation des logements ou lors de campagnes de mise aux
normes ou de réhabilitation portant sur l’ensemble du bâtiment. Ce doit également être
une préoccupation dans les opérations de résidentialisation ou lors des opérations de
rénovation urbaine.
Un cahier d’Actualités Habitat consacré à “La prise en compte du vieillissement et du
handicap dans les interventions sur le patrimoine”, a été publié en octobre 2005. Il
apportait des éléments de méthode permettant aux organismes d’inscrire leurs actions
dans un cadre stratégique d’ensemble, qu’il s’agisse d’améliorer l’accessibilité,
d’accompagner ou d’anticiper le vieillissement de leurs locataires ou encore de
répondre à des demandes ponctuelles d’adaptation.
La présente publication, opérationnelle, est centrée sur l’aménagement des espaces
dans un double souci de mise en oeuvre de la réglementation et de réponse à apporter
aux besoins d’usage des locataires. Elle porte principalement sur l’amélioration du parc
existant. Elle a pour objet d’aider les organismes à diagnostiquer, prescrire, formuler la
commande et suivre les travaux à partir d’un jeu de questions/réponses qui font état
des objectifs de résultat à atteindre. Les principaux éléments du cadre bâti, abords,
parties communes, logements, sont traités. Ce document oriente également le lecteur
sur les atouts et les limites de certains aménagements et propose, selon les cas de
figure, des pistes de réflexion pour orienter le choix sur certains types d’équipements.
3
4
Les nouveaux principes édictés par la loi et leurs impacts
sur le parc existant
1- Un champ d’application élargi
par rapport à la réglementation précédente
La loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des
personnes handicapées définit le handicap comme une “limitation d’activité ou une
restriction de la vie en société subie dans son environnement par toute personne en
raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions
physiques sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un
trouble de santé invalidant”. Cette définition constitue un cadre nouveau en France qui
va avoir un impact sur l’accessibilité du cadre bâti.
En effet, si la précédente loi de 75 prenait bien en compte toutes les personnes
handicapées, ses textes d’application, concernant l’accessibilité du cadre bâti
notamment, ne traitaient que des besoins des personnes circulant en fauteuil roulant et
dans une moindre mesure, des personnes à mobilité réduite. Depuis le 11 février 2005,
les 4 grandes familles de personnes handicapées sont explicitement identifiées. Elles
représentent les personnes vivant au quotidien avec des difficultés motrices, des
difficultés visuelles, des difficultés auditives, des difficultés mentales, psychiques et
cognitives, regroupées sous le terme de difficultés intellectuelles.
Par ailleurs, la loi officialise en France une définition du handicap, qui met en regard la
situation des personnes et de leur environnement. Ce n’est pas la dimension médicale,
à elle seule, qui définit le niveau de handicap, mais bien les conditions environnementales qui agissent sur la vie des personnes concernées. Le handicap peut être
réduit ou compensé par des actions sur le cadre de vie.
Ces interventions bénéficient alors à d’autres catégories de populations parmi lesquelles :
¤ les personnes vieillissantes qui tendent à cumuler différentes difficultés ;
¤ les personnes désavantagées par la taille (“trop” grandes, petites, grosses…) :
fréquemment mises en situation de handicap bien que ne souffrant pas de déficience à
proprement parler ;
¤ les enfants : dont les besoins et comportements sont aussi spécifiques et peuvent les
placer en situation de handicap ;
¤ sans oublier, plus communément, les personnes encombrées de valises ou de
paquets, les personnes étrangères ne maîtrisant pas la langue du pays, etc.
L’affirmation par la loi du principe d’égalité de traitement est également nouvelle et
importante. Elle va avoir un impact sur les conditions de l’amélioration de l’accessibilité :
les aménagements et équipements devront être adaptés au plus grand nombre et
préférés aux réponses spécifiques correspondant à un type de handicap. Dans certains
cas, les réponses spécifiques ne pourront cependant pas être évitées notamment en
cas d’adaptations personnalisées à des demandes particulières.
5
2- Un accent mis sur l’usage et la chaîne de déplacement
La loi définit des objectifs de résultat à atteindre en matière d’accessibilité du cadre
bâti. C’est ainsi qu’apparaissent de nouvelles notions qui concernent la qualité d’usage
par les personnes des espaces, telles :
¤ le repérage, guidage,
¤ le cheminement continu,
¤ l’absence de danger physique (être et se sentir en sécurité),
¤ l’accès,
¤ l’atteinte et l’usage en position assis/debout (personnes en fauteuil/personnes malvoyantes) : utiliser et jouir des équipements, des logements dans des conditions de
commodité et de confort maximum,
¤ la communication.
On ne peut que regretter que les arrêtés aient défini à partir de ces objectifs, des
prescriptions techniques extrêmement détaillées, dans une logique de moyens à mettre
en œuvre, qui limitent les marges d’adaptation locale.
La chaîne de déplacement n’était pas traitée en tant que telle dans la précédente loi
de 75 ni dans ses textes d’application. Elle est aujourd’hui un objectif majeur de l’accessibilité dans un sens élargi : pour les promoteurs de la loi, elle ne porte pas sur le seul
déplacement physique mais doit permettre une interactivité (notion de “participation”
affichée par les textes) entre les personnes, visiteurs et occupants, et leur environnement.
La chaîne de déplacement selon la loi comprend “le cadre bâti, la voirie, les
aménagements des espaces publics, les systèmes de transport et leur intermodalité” et
elle “est organisée pour permettre son accessibilité dans sa totalité aux personnes
handicapées ou à mobilité réduite”(1).
L’ensemble de cette chaîne, les logements, les parties communes et leur environnement de proximité devront donc répondre à des exigences de qualité d’usage “pour
tous” telles que définies ci-dessus.
Ces objectifs sont développés par grande composante du cadre bâti dans le tableau
ci-contre.
> Selon le décret n° 2006-555 du 17 mai 2006 modifiant le Code de la construction et
de l’habitation Art. R.111-18-1 et R.111-18-6 “est considéré comme accessible aux
personnes handicapées tout bâtiment d’habitation collectif ou tout aménagement lié à
un bâtiment permettant à un habitant ou à un visiteur handicapé, avec la plus grande
autonomie possible, de circuler, d’accéder aux locaux et équipements, d’utiliser les
équipements, de se repérer et de communiquer. Les conditions d’accès des personnes
handicapées doivent être les mêmes que celles des autres publics ou, à défaut,
présenter une qualité d’usage équivalente.”
1) Article 45 de la loi du 11 février 2005
6
A l’extérieur
Les parties communes
Le logement
Objectif général : permettre à tout occupant ou visiteur de se déplacer d’un point à un autre en toute sécurité
Repérage/ guidage
- Se repérer, s'orienter, comprendre l'espace,
signaliser, guider, créer des liaisons, assurer
une continuité, …
- Se repérer, s'orienter, comprendre l'espace,
signaliser, guider, créer des liaisons, assurer
une continuité, identifier…
- Identifier
Cheminer
- Se reposer lors des déplacements, si besoin
- Supprimer ou avertir les obstacles
- Se reposer lors des déplacements, si besoin
- Supprimer ou avertir les obstacles
- Circuler d’une pièce à une autre
Absence de danger
- Supprimer ou compenser les pièges visuels,
- Supprimer ou compenser les pièges visuels,
- Voir ce que l’on n’entend pas, entendre ce que l’on
ne voit pas d’une pièce à une autre, de l’intérieur
vers l’extérieur
- Supprimer ou compenser le danger dû
à la non détection de dangers provenant
en dehors du champ visuel des uns, en dehors
de la perception sonore des autres…
Supprimer ou compenser le danger
dû à la non détection de sons provenant
derrière soi
Accéder
- Accéder aux bâtiments (caractéristiques des
revêtements de sols, ruptures de seuil,
manipulation des portes, …)
- Accéder aux locaux (caractéristiques des
revêtements de sols, ruptures de seuil,
manipulation des portes, …)
- Accéder au logement
Atteinte / usage
- Utiliser les équipements, dispositifs
et appareils
- Utiliser les équipements, dispositifs
et appareils
Satisfaire des besoins physiologiques élémentaires
(sanitaires, salle d’eau, cuisine, …)
- Utiliser les équipements, dispositifs et appareils
Communiquer
- Entrer en relation, se signaler pour passer
les accès commandés et accéder…
- Entrer en relation, se signaler pour passer
les accès commandés et accéder, …
- Entrer en relation d’un espace à l’autre, …
- Limiter les risques domestiques
7
Illustrations de la chaîne de déplacement et d’usage
La prise en compte de l’accessibilité et de la qualité d’usage dans les opérations
d’amélioration du patrimoine existant doit “se faire en liaison avec les extérieurs”,
c’est-à-dire, prendre effet depuis les transports en commun de proximité et ce, sur un
mode aller/retour.
Schéma n°1 : la chaîne de déplacement à l’échelle d’un immeuble
d’habitation en zone urbaine
8
Schéma n°2 : la chaîne de déplacement d’un ensemble
d’immeubles avec parkings, jardin collectif et équipements
collectifs
Schéma n°3 : la chaîne de déplacement à l’échelle
d’une parcelle de logements individuels avec jardin privatif
et parking
Rappel : seules les règles du neuf s’appliquent aux maisons individuelles
9
Les dispositions réglementaires relatives à l’accessibilité
sur le parc existant
Impacts de la loi du 11 février 2005 sur le parc existant
Comme le stipule le décret du 17 mai 2006, les bâtiments d'habitation collectifs existants
sont concernés dès lors que le propriétaire décide de faire des travaux. Ce n’est pas le
cas des maisons individuelles existantes sur lesquelles la loi du 11 février 2005 ne fait
peser aucune obligation en cas de travaux. Les établissements recevant du public (ERP)
ont une obligation de mise en conformité à échéance du 1er janvier 2015, que des travaux
soient effectués ou non.
Toutefois, la vigilance s’impose s’agissant de l’habitat intermédiaire et des maisons de
ville. En effet, certaines d’entre elles seront requalifiées en bâtiment collectif et donc
concernées par les obligations réglementaires s’y référant, notamment celle relative à
la rénovation lourde (voir chapitre 2). En effet, la limite entre les définitions des
bâtiments collectifs et des maisons individuelles que la loi handicaps et ses textes
d’application proposent, est différente de celle donnée par l’arrêté du 31/01/86 relatif
à la protection contre l’incendie et celle du R. 231-1- du CCH.
Un principe général de maintien de l’accessibilité existante
Les travaux réalisés à l’intérieur de surfaces ou de volumes existants jouant un rôle en
matière d’accessibilité des personnes handicapées doivent au minimum maintenir les
conditions d’accessibilité existante.
Une amélioration de l’accessibilité lors de modifications portant
sur les circulations collectives et les locaux communs
Dès lors que des modifications, hors travaux d’entretien, sont apportées aux
circulations communes et aux locaux collectifs (y compris celliers et caves) et leurs
équipements, aux places de stationnement, ces espaces doivent respecter les
dispositions s’appliquant au neuf.
10
L’arrêté du 02/02/07 prévoit des adaptations à ces prescriptions. Elles portent
notamment sur la largeur minimale du cheminement et des portes d’accès, le
positionnement des poignées de porte et des serrures.
Le décret du 17 mai 2006 relatif à l’accessibilité aborde également la question des
modifications apportées à la signalisation palière ou en cabine d’un ascenseur. Elles
doivent permettre de recevoir par des moyens adaptés les informations liées au
mouvement de la cabine, aux étages desservis et au système d’alarme. Cette
information doit être compréhensible quelque soit le handicap de la personne
(sensoriel ou intellectuel). Entre autres éléments à prendre en compte : la mise en
œuvre d’un système indiquant le début de l’ouverture des portes et un indicateur visuel
permettant de connaître le positionnement de la cabine.
Une mise en conformité lors de travaux de restructuration lourde
Lors d’opérations de restructuration où les travaux envisagés représentent 80% de la
valeur du bâtiment, (soit 1 287 € x 0,80 = 1 029,60 € / m2 SHON) les règles du neuf
s’imposent à la totalité de l’opération (logements, parties communes, celliers et caves
privatifs, places de stationnement privatives). La valeur des bâtiments sera calculée en
multipliant la surface de SHON par le coût de la construction défini par l’arrêté du 26
février 2007 qui précise l’article R.111-18-9 du CCH.
Sera pris en compte pour le calcul du coût des travaux, le montant des travaux décidés
ou financés les deux dernières années.
Compte tenu du seuil adopté hors honoraires et charge foncière, les restructurations
lourdes ne devraient pas concerner beaucoup d’opérations. Toutefois, les acquisitionsaméliorations qui représentent une part significative de la production dans certaines
régions seront très directement touchées.
Quelques précisions sur les modes d’intervention et champs
concernés
Les opérations de résidentialisation, certaines opérations de rénovation urbaine seront
tout particulièrement concernées par l’obligation d’amélioration de l’accessibilité
touchant les abords, les cheminements extérieurs, les parties communes et notamment
les halls d’entrée voire les logements. Elles vont nécessiter de porter une attention
accrue à la chaîne de déplacement depuis les espaces extérieurs vers les espaces
intérieurs, et ce, en liaison avec le domaine public. Les logements ne sont pas visés par
cette obligation sauf en cas de rénovation lourde, d’extension ou de changement de
destination. Néanmoins, à l’occasion de travaux de remise en état suite à un départ,
lors d’une campagne de travaux électriques, à l’occasion d’une réhabilitation, les
organismes peuvent se fixer quelques objectifs d’amélioration du confort d’usage des
logements par quelques aménagements non coûteux (ex. emplacements des prises
électriques). Les parties de bâtiment correspondant à la création de surfaces ou de
volumes nouveaux, qu’ils soient dans les parties communes ou les logements, doivent
respecter les prescriptions du neuf : par exemple, ajouts de balcons ou de vérandas qui
devront pouvoir être rendus accessibles au moyen de travaux légers.
Des dérogations possibles…
Le représentant de l’Etat peut sur demande du maître d’ouvrage, accorder des
dérogations aux obligations de mise en conformité. En ce qui concerne les bâtiments
existants, les motifs peuvent être les suivants :
¤ lorsque les obligations ne peuvent être respectées du fait des caractéristiques du
bâtiment (impossibilité technique résultant de l’environnement du bâtiment, des
caractéristiques du terrain, de la présence de constructions existantes ou de contraintes
liées au classement de la zone, en cas de zone inondable notamment). Dans l’existant,
l’impossibilité technique peut également résulter des contraintes d’urbanisme (à
l’exemple des limites de prospects ou d’occupation des sols) lorsque celles-ci
empêchent une extension qui pourrait être rendue nécessaire pour l’application des
règles d’accessibilité (installation d’un ascenseur par exemple).
Il conviendra de bien mettre en évidence les contraintes structurelles plus que les
impacts financiers qui pourraient être interprétés comme des aménagements de la
réglementation.
Les motifs d’incompatibilité entre préservation et accessibilité devront être argumentés :
¤ lorsqu’il y a disproportion manifeste entre les améliorations apportées et leurs
conséquences (incompatibilité entre règles techniques, impact économique des
travaux). Les arguments seront illustrés au vu d’un rapport d’analyse des bénéfices et
inconvénients des travaux de mise en conformité établi sous la responsabilité du maître
d’ouvrage et joint à la demande de dérogation. Ce rapport pourra par exemple
comprendre des arguments de nature sociale, liés à l’impact sur la quittance (loyers et
charges) et à la difficulté des locataires en place à y faire face ;
¤ en cas de contraintes liées à la préservation du patrimoine architectural dans les
secteurs sauvegardés notamment ou pour des travaux touchant l’extérieur du bâti
(façades tout particulièrement).
Après avoir été saisi par le pétitionnaire à l’occasion du dépôt de permis de construire,
l’Etat prend sa décision après consultation de la commission départementale
consultative de sécurité et d’accessibilité ou auprès d’une commission locale
(d’arrondissement, intercommunale ou communale) qui, si elle existe intervient par
délégation de la CCDSA. A défaut de réponse de la commission dans un délai d’un mois
à compter de la transmission de la demande par le préfet, cet avis est réputé favorable.
La composition de la commission a été modifiée par un décret du 30 août 20063. A partir
du 1er janvier 2007, en ce qui concerne l’accessibilité aux personnes handicapées et en
fonction des affaires traitées, elle pourra comprendre, avec voix délibérative des
représentants des propriétaires et gestionnaires de logements. Les bailleurs sociaux
pourront donc faire entendre leur voix dans cette instance.
3) Décret 95-260 du 8 mars 1995, modifié le 30 août 2006, relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité.
11
… assorties d’obligations de relogement dans certains cas
Les échéances
Lorsque la dérogation concerne une disposition dont la mise en œuvre aurait eu pour
conséquence d’améliorer significativement la situation d’un bâtiment où habite une
personne handicapée au regard de son handicap, le propriétaire du logement occupé
par cette personne est tenu à sa demande de lui proposer un relogement. Cette offre
devra correspondre aux besoins et possibilités de la personne à reloger et respecter les
règles d’accessibilité s’appliquant au neuf.
Cette obligation s’impose aux bailleurs disposant de 500 logements au moins dans le
département, c'est-à-dire principalement aux bailleurs sociaux. Sa mise en œuvre
demandera de concilier différents critères de localisation, d’accessibilité sociale et
d’accessibilité au sens de la loi du 11 février 2005 ce qui ne sera pas chose facile. Les
personnes handicapées susceptibles de bénéficier d’une mesure de relogement sont
celles qui sont titulaires d’une carte d’invalidité ou bénéficient d’une ou plusieurs aides
décidées par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées.
Dans l’existant, la plupart des obligations générées par la nouvelle loi du 11 février 2005
et ses décrets et arrêtés d’application sont applicables aux demandes d’autorisation de
construire ou aux travaux engagés à la date du 1er janvier 2007. Certaines dispositions
coûteuses et complexes à mettre en œuvre, qui concernent les rénovations lourdes,
extension ou changement de destination, sont différées :
¤ accessibilité des balcons et terrasses et de tous les bâtiments sans ascenseur et
de plus de 15 logements en étages au-dessus ou au-dessous du rez-de-chaussée, pour
lesquels le "principe de l'installation ultérieure" d'un ascenseur doit être prévu dès la
construction, pour les demandes de PC déposées à compter du 1/01/2008,
¤ accessibilité des douches pour les demandes de PC déposés à compter du 1/01/2010.
Des attestations de conformité
Une attestation de conformité établie par un tiers doit être fournie par le maître d’ouvrage
à l’issue des travaux dès lors qu’il y a permis de construire. Elle ne peut être produite que
par des contrôleurs techniques du bâtiment agréés ou des architectes indépendants de
celui ou ceux qui ont signé le permis de construire et/ou suivi les travaux s’ils sont distincts
du premier. En cas de non production de l’attestation de conformité, les subventions
publiques devront être remboursées par le maître d’ouvrage.
Le CRC, contrôle réglementaire de la construction, ainsi que les possibilités de poursuites
judiciaires assorties de sanctions pénales et de demande d’indemnisation sont toujours
d’actualité. Il est à noter que la Loi du 11 février 2005 stipule que les demandes de
subvention aux collectivités sont assorties d’un dossier relatif à l’accessibilité.
12
Les règles techniques qui s’imposent dans l’existant
Les règles techniques s’imposant au neuf s’appliquent, avec quelques adaptations
mineures, au parc existant dans les différents cas déjà examinés : rénovation lourde,
changement de destination, extension et dans les parties collectives lors de
modifications d’équipements ou d’aménagements. Les dérogations permettront de les
adapter au contexte spécifique de chaque bâtiment Quelque soit la situation, les règles
techniques s’appliquant au neuf risquent de devenir la référence implicite lors des
interventions dans l’ancien. Quelles sont ces règles ?
Principes généraux
¤ La prise en compte de tout occupant ou visiteur présentant une difficulté physique,
sensorielle, cognitive ou mentale, à travers l’amélioration de la chaîne de cheminement
depuis l’extérieur jusqu’aux parties communes : attention portée à l’accès, au repérage,
à la communication entre l’habitant et le visiteur avec un soin tout particulier à l’usage des
équipements (portes d’entrée et de locaux communs, portiers, commandes ascenseur …).
¤ Une amélioration de l’accessibilité qui se décline sur différents registres selon le type
de déficience concernée.
Les différents registres de l’accessibilité selon la déficience
La déficience motrice (en positions assise et debout, prise en compte des
différents espacesdu fauteuil roulant : circulation, repos, manœuvre,
usage équipements…).
La déficience visuelle (guidage, repérage contrastes, sécurité) se traduisant
par des revêtements de mur et sol contrastés, un éclairage et une taille des
informations adaptée (avec recours au pictogramme), le cas échéant le
doublage des signaux visuels avec des signaux tactiles ou sensoriels, ….
}
La déficience auditive (signaux visuels, qualité acoustique des murs
et sols, réverbération réduite, signalisation adaptée, recours le cas
échéant à visiophonie…).
La déficience intellectuelle (accent porté au repérage des locaux et donc
aux éléments d’architecture y participant et à la signalétique) : visibilité,
lisibilité, compréhension…
Et, dans une moindre mesure, les personnes de “toute taille” sont aussi
prises en compte dans les arrêtés d’application.
Spécifications opérationnelles
En existant, sont tout particulièrement visés le traitement des espaces collectifs et
l’accès aux locaux communs.
A cet effet, le chapitre 2 illustre les points-clés suivants :
¤ L’amélioration du traitement des abords et la mise en œuvre de cheminements
identifiables et sécurisés depuis la voirie ou les parkings vers la porte d’entrée, …
¤ Le traitement des parties communes avec une attention particulière aux halls
d’entrée et à leur accès. En cas de renouvellement des interphones, leur remplacement
par des dispositifs munis d’un système permettant à un occupant de visualiser les
visiteurs sera à prévoir. De même, les changements sur les commandes d’ascenseur
devront intégrer les nouvelles dispositions d’usage. L’amélioration des escaliers des
parties communes avec matérialisation de la première et de la dernière marche ainsi
que de l’espace situé juste devant l’escalier sera à examiner ainsi que leur bon niveau
d’éclairage, …
¤ Le traitement de l’accès aux locaux communs notamment quand ils sont situés en
rez-de-chaussée ou desservis par ascenseur : éclairage, signalétique, largeur de porte…
> Sauf en cas de rénovation lourde et en cas de politique volontariste du logeur en
matière d’amélioration du confort d’usage, d’adaptation personnalisée, le logement
n’est pas touché par la nouvelle réglementation.
Toutefois, pour aider les organismes à améliorer l’accessibilité et l’usage des
logements pour des personnes âgées ou handicapées , ce guide propose en chapitre 2
quelques préconisations non exhaustives, relatives à l’accessibilité au fauteuil roulant,
à l’amélioration des salles d’eau, des escaliers intérieurs, ainsi que des suggestions
d’aménagement pour les personnes présentant des difficultés intellectuelle,
d’audition, et/ou de vision.
13
4- Principes opérationnels ou comment les organismes
se saisissent de la question
Apprécier la situation de l’ensemble immobilier concerné au
regard de l’accessibilité et des besoins d’usage et déterminer des
objectifs d’amélioration
La question de l’amélioration de l’accessibilité du parc existant va se poser aux
organismes à différentes occasions :
¤ au cas par cas, dans le cadre de remise en état des logements à la relocation,
¤ lors de réhabilitations ou de campagnes de travaux portant sur les halls et les
logements (travaux électriques, amélioration du confort d’usage etc.),
¤ lors d’interventions où va se poser la question de la chaîne de déplacement
intérieur/extérieur, notamment les opérations de résidentialisation.
Enfin, ce document évoque la question des opérations de rénovation urbaine (ANRU).
Sont exclues ici les adaptations réalisées au cas par cas pour répondre à des besoins
spécifiques liés à des handicaps particuliers, qu’ils soient liés ou non à l’âge. Ces
adaptations appellent des aménagements non reproductibles à partir d’une démarche
de travail centrée autour des besoins de la personne.
La réalisation d’un diagnostic peut permettre à l’organisme d’apprécier les atouts et
limites de son parc et ses potentialités d’évolution au regard d’une part, des nouvelles
obligations réglementaires et d’autre part, des qualités d’usage que peuvent en
attendre ses occupants et notamment les personnes vieillissantes.
Par ailleurs, la situation de l’ensemble immobilier peut être appréciée en fonction de
son positionnement dans le plan stratégique de patrimoine. Ce diagnostic permettra de
prioriser et de décrire les travaux nécessaires en fonction des objectifs d’amélioration à
atteindre pour les usagers (occupants et visiteurs) et des obligations réglementaires
s’appliquant*. Pour ce qui concerne les opérations de résidentialisation, les
aménagements des abords et ceux des parties communes (ex. escaliers, lumière, porte
d’entrée, prise en compte du repos, amélioration du cheminement piéton, etc), il est
souhaitable de privilégier une approche commune à l’ensemble des situations de
handicaps générés par l’environnement, qu’ils soient ou non liés à l’âge.
Six principes sont à prendre en compte pour la réalisation d’une opération
d’amélioration de l’accessibilité :
¤ Apprécier la situation de l’ensemble immobilier concerné et déterminer des objectifs
d’amélioration.
¤ Mettre en place une concertation avec les habitants, en fonction du projet.
¤ Faire des choix fondés sur des compromis.
¤ S’appuyer sur des produits industriels intégrant les besoins de occupants et visiteurs
en situation de handicap.
¤ Mobiliser des aides financières et fiscales.
¤ Conserver l’information sur le niveau d’accessibilité atteint.
Ponctuellement, la prise en compte du vieillissement s’inscrit bien dans les nouvelles
dispositions. Une vigilance toute particulière sera néanmoins à apporter aux quelques
aménagements qui peuvent présenter un risque de chute, de gêne, voire d’incapacité
pour les personnes âgées.
Par exemple, les dévers et plans inclinés qui mettent à mal leur équilibre et
nécessitent de proposer en complément des points d’appui et des
emmarchements ; les ressauts de quelques centimètres supposent une
matérialisation efficace ; les commandes d’équipements dont la
sophistication peut générer une difficulté d’usage doivent être évités.
* Voir grilles en annexes.
14
Dans le logement, l’approche doit distinguer vieillissement et handicap : autant les
personnes handicapées sont en attente de réponses leur permettant d’accomplir les
gestes de la vie quotidienne, autant les personnes vieillissantes ne souhaitent pas que leur
logement soit stigmatisé par des aménagements leur renvoyant une image d’elles -mêmes
dont elles n’ont pas envie de prendre conscience. Pour ces personnes, c’est la notion de
logement “évolutif ” qui doit prévaloir sur celle de logement “adapté”. Dans sa seconde
partie, lorsque cela se justifie, le guide identifie les besoins d’usage “particuliers” liés
au vieillissement et propose de mettre en évidence les réponses correspondantes.
Mettre en place la concertation avec les habitants,
en fonction du projet
La concertation avec les habitants est nécessaire à différentes phases du projet. Elle porte
sur les travaux à réaliser et sur l’impact sur la quittance de ces travaux. Informer des
nouvelles obligations et établir une concertation sur la mise en œuvre de certains types
d’aménagements peuvent participer à modifier les usages. En amont, le point de vue des
locataires ou de leurs représentants sur les fonctionnalités du cadre bâti doit être apprécié
soit directement soit à dire d’expert par des personnes à leur contact. Ce point de vue
guidera le maître d’ouvrage dans la définition des objectifs de résultat à atteindre.
Par ailleurs, lorsque les travaux d’amélioration ont un impact sur le loyer et les charges, le
bailleur est tenu de mener au préalable une concertation avec les représentants des
locataires de l’immeuble ou du groupe d’immeubles dans le cadre du conseil de
concertation ou, à défaut de représentants des locataires directement avec ceux-ci (art. 44
quater loi n°86-1290 du 23 décembre 1986). Par contre, les travaux qui sont entièrement
subventionnés ou qui n’ont pas d’effet sur le loyer et les charges des locataires en place ne
relèvent pas d’une concertation préalable. L’avis des autres locataires n’est pas davantage
requis si les travaux ne portent que sur un seul logement et n’ont pas d’incidence sur la
quittance des autres locataires. Enfin, les textes actuellement applicables dans les rapports
entre locataires et propriétaire n’envisagent pas stricto sensu la possibilité de négocier des
accords partiels entre certains locataires et le bailleur. Il n’est par conséquent pas possible
d’imposer à une majorité de locataires les conséquences d’accords passés avec une
minorité d’entre eux. Cette consultation sur le programme de travaux peut être organisée
autour d’un logement témoin. S’agissant d’accessibilité, il importe que ce logement
témoin insiste sur tous les aménagements qui apportent une valeur ajoutée pour tous les
locataires et ne “signale” pas trop les adaptations très particulières liées au handicap
moteur afin de ne pas susciter de rejets de la part des locataires.
Des compromis nécessaires en fonction des marges de manœuvre
économiques
La définition du programme de travaux dans le parc existant (hors cas de rénovation
lourde) va donc être la résultante de compromis entre les besoins d’usage des locataires
tels qu’ils ont été appréciés, les potentialités d’évolution du bâti et les contraintes
économiques. Ces marges de manœuvre seront fixées par comparaison entre d’une part,
les financements disponibles (fonds propres, emprunts en fonction des capacités
d’amortissement, subventions de l’Etat et des collectivités territoriales et déduction de
TFPB pour travaux d’accessibilité) et d’autre part, les augmentations de loyer possibles
dans la limite du plafond et selon les résultats de la consultation des locataires.
Le conventionnement global devrait permettre au cas par cas de retrouver quelques
marges de manœuvre financières en matière d’amélioration en ajustant les loyers au
service rendu. La question des charges locatives va également être déterminante. Seuls
le fonctionnement et l’entretien des équipements figurant dans le décret du 9 novembre
1982 sont récupérables. S’ils sont collectifs, la récupération est automatique.
Différentes prestations intéressant les publics vieillissants ou handicapés, parce qu’elles
apportent plus de sécurité, plus de confort ne sont pas aujourd’hui dans la liste des
charges récupérables. Quelques exemples :
¤ sécurisation des immeubles et logements, portiers,
¤ confort d’usage : automatisation de l’éclairage, visualisation de la sonnerie, motorisation
des fenêtres et volets,
¤ confort d’été : climatisation,
¤ information/communication : alarmes, feu, gaz, réseaux courants faibles et terminaux
de communication.
15
Des évolutions sont attendues pour permettre dans le cadre d’accords collectifs de
location de recourir à des solutions pertinentes pour les locataires âgés ou handicapés
dès lors qu’elles seraient demandées par une majorité de locataires. Le souci de
maîtriser les charges des locataires doit demeurer une priorité. Il faut en particulier
veiller à ce que les nouveaux produits n’induisent pas de coûts supplémentaires de
fonctionnement et d’entretien. Par exemple, en cas d’augmentation de l’éclairement
d’un hall, il est nécessaire d’en réduire l’impact par une technologie performante
(ampoules basse consommation) et par une gestion fine de son utilisation (détection
présence, segmentation des zones d’éclairement etc.)
S’appuyer sur des produits industriels normalisés
En matière d’équipements de second oeuvre, les organismes seront dépendants des
produits industriels existants sur le marché. Dans un premier temps, rares seront les
produits qui répondent à ces nouvelles exigences de qualité pour tous et leurs prix seront
un critère déterminant de choix. Le problème se posera d’ailleurs tant pour le parc existant
que pour les bâtiments d’habitation neufs. Dans tous les cas, les produits de construction
du bâtiment, et notamment les produits du second œuvre, seront amenés à évoluer.
Mobiliser des aides à la pierre
Le dégrèvement de taxe foncière pour les propriétés bâties (TFPB) est le principal outil de
financement des travaux visant à améliorer l’accessibilité du parc existant. En application de
la loi du 21 décembre 2001 donnant priorité à l’accès au logement social aux personnes
handicapées, une instruction fiscale en date du 15 octobre 2002 définit les modalités de
dégrèvement de la TFPB des travaux d’accessibilité réalisés par des organismes d’Hlm.
Pour bénéficier de cette mesure, les organismes doivent déposer une réclamation
contentieuse auprès du centre des impôts fonciers du lieu de situation des immeubles où
les travaux ont été réalisés. La demande de dégrèvement porte sur les travaux réalisés et
payés l’année précédant l’année d’imposition. La décision de dégrèvement est prise par
l’administration fiscale après instruction du dossier. Cette disposition ne s’applique qu’aux
logements et immeubles assujettis à la TFPB (immeubles de 15 ans) dans la limite dûe par
16
l’organisme au centre d’impôt de l’adresse de l’immeuble faisant l’objet des travaux. Cette
mesure présente l’intérêt de rendre possible la mise en accessibilité du parc, sans qu’il soit
fait explicitement référence à un occupant. Les travaux financés peuvent porter sur les
logements (occupés ou vacants), les parties communes et les abords des bâtiments. Les
organismes doivent inscrire ces travaux dans une politique active en matière d’accueil de
personnes en incapacité, personnes handicapées, personnes âgées ayant des problèmes de
mobilité, etc. Néanmoins, ce mode de financement des travaux d’amélioration de
l’accessibilité ne couvre pas toutes les situations : première limite, les immeubles et
logements de moins de 15 ans exonérés de la TFPB ne sont pas concernés.
Seconde limite, la déduction est limitée à la TFPB dûe par l’organisme à la circonscription
locale des impôts. Dans les secteurs en diffus où le montant dû est faible, le dispositif de
déduction fiscale ne pourra pas être mobilisé à hauteur des besoins.
Parmi les autres financements pouvant être mobilisés, la Palulos dont les enveloppes sont
aujourd’hui limitées. Les aides des collectivités territoriales, commune, agglomération,
Conseils général et régional, prennent parfois le relais quand elles n’imposent pas des règles
plus exigeantes que celles de la loi. Les dispositifs d’aide à la personne des caisses de
retraite ou des mutuelles peuvent être mobilisés ponctuellement, à défaut d’autre solution.
Ces aides sont demandées par les bénéficiaires concernés (les locataires), sur justification
de leur situation d’ayant droit par rapport à l’institution qui apporte l’aide. Ils ne peuvent,
sauf exception, être mobilisés que pour des aménagements des espaces privatifs voire
semi-privatifs. Le montage de ces dossiers s’avère souvent complexe et lourd.
Garder l’information sur le niveau d’accessibilité atteint
L’amélioration de l’accessibilité des bâtiments et des logements doit être renseignée dans
la base patrimoine afin d’être en capacité de la mobiliser de manière privilégiée en faveur
de publics handicapés et âgés. Cette information permet également d’alimenter le plan
stratégique de patrimoine. Elle permettra également de renseigner les dispositifs
partenariaux de recensement de l’offre de logements accessibles dont la loi du 11/02/2005
prévoit la mise en place à l’initiative des commissions intercommunales d’accessibilité.
Les questions opérationnelles
Mode d’emploi
Le guide est structuré autour des principales questions opérationnelles que les
organismes se posent. La réponse à chaque question se décompose comme suit :
Une personne handicapée explique à un enfant l’intérêt, pour
elle, de la solution mise en place. Son texte met en avant la
conséquence de son handicap plutôt que le handicap lui-même.
o De quoi s’agit-il ? détermine les objectifs à atteindre.
o Pour qui ? précise le profil des occupants ou visiteurs concernés.
o Comment ? propose des préconisations opérationnelles à deux niveaux :
¤ le premier correspond essentiellement à des travaux d’amélioration du patrimoine
qui ajoutent une plus value aux logements pour tous les occupants ;
¤ le second fait état de travaux plus lourds et de cas particuliers.
Les illustrations permettent de mettre en image les principales informations à retenir
afin de traiter la question de la qualité d’usage, de l’accessibilité et d’éviter de générer
des situations de handicap.
Un médaillon rappelle
les éventuelles limites
de la solution présentée
Le recours à un enfant permet d’utiliser un langage simple.
L’enfant appréhende son environnement naturellement et avec
simplicité, ce qui lui permettra dans certains cas de présenter des
solutions d’usage de bon sens.
De plus, il est lui-même un usager dont les besoins peuvent se
rapprocher de ceux des personnes désavantagées par la taille ou
des personnes en situation assise.
17
LES ABORDS
1- Les abords et locaux annexes
1-1- Le cheminement
Comment améliorer un cheminement existant ?
Comment prendre en compte le besoin de repos notamment en cas de grandes distances ?
1-2- Le stationnement
Quelles précautions prendre pour assurer une liaison sécurisée et aisée entre les places de stationnement et les habitations ?
Quelles solutions en cas de terrain défavorable ?
1-3- Les locaux et équipements collectifs extérieurs
Comment faciliter l’accés à la collecte sélective avec bacs à ordures ménagères ?
18
oComment ?
1-1 Le cheminement
Comment améliorer un cheminement existant ?
oDe quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre d’identifier, et donc de différencier un immeuble d’habitation d’un autre,
une cage d’escalier d’une autre voire un logement et son accès individuel d’un autre au
sein d’une même résidence.
¤ aider une personne présentant une difficulté visuelle ou intellectuelle à s’orienter et
à prendre une décision au droit des intersections de cheminements.
> Cheminer, circuler
¤ Améliorer les cheminements existants et la desserte des entrées des immeubles
d’habitations ou des maisons individuelles en liaison avec le trottoir, les stationnements
de proximité et lorsque c’est possible, avec le transport en commun le plus proche.
¤ Assurer l’accès aux logements ou immeubles de logements collectifs de plain pied,
sans rupture de niveau, ou compenser la rupture de niveau.
¤ Améliorer la qualité d’usage des circulations, la nature des sols, limiter les risques de
chute et de collision, renforcer le sentiment de sécurité.
oPour qui ?
De nombreux moyens peuvent être mis en œuvre pour guider et simplifier la lecture de
l’espace :
¤ un traitement paysager de la parcelle et des abords du bâtiment d’habitation,
¤ un traitement architectural particulier des entrées,
¤ un aménagement du parcours assurant une continuité de traitement de sol,
¤ un mobilier adapté et situé hors cheminement,
¤ une signalétique associant le mot en gros caractère contrasté et l’image.
Ces objectifs d’amélioration du traitement des cheminements et de l’aide à l’orientation
devront être atteints de jour comme de nuit.
– Regarde… c’est simple,
l’immeuble que tu recherches,
c’est celui à côté duquel
il y a le plus grand arbre
de la résidence !
+
19
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ VRD et traitement des abords : réaliser des cheminements identifiables, sécurisés,
balisés, stabilisés et dont les limites intérieures et extérieures sont visibles et clairement
définies par une bordure contrastée ou un changement de texture naturel ou artificiel
(gravier, gazon, …) ;
- sécuriser les cheminements en supprimant, contournant, avertissant ou mettant en
retrait les obstacles habituellement installés sur les allées ou trottoirs (à l’exemple
des luminaires ainsi que tout mobilier urbain) ;
- mettre en œuvre des revêtements de sols différenciés, voire, le cas échéant, des
bornes sonores commandées pour faciliter les prises de décision aux changements de
direction pour les occupants ou visiteurs aveugles ;
- avertir les traversées de voirie interne à la parcelle et à traiter la traversée elle-même
avec des revêtements de sol tactiles (à l’exemple de rangs de pavés bordant la
traversée) pour guider et sécuriser les personnes aveugles et mal-voyantes ;
- limiter au maximum les dévers notamment au droit des traversées piétonnes (préférer
rehausser la chaussée au droit du trottoir plutôt que de ramener le trottoir au niveau de
la voirie).
¤ Electricité : améliorer le niveau d’éclairage le long des cheminements.
¤ Signalétique : mettre en place une signalétique directionnelle et informative adaptée
visuelle et tactile, combinant les codes couleurs, les pictogrammes, le texte en gros
caractères, le relief et le braille.
20
– Tu vois, ils ont ajouté une bande contrastée
au sol pour aider les personnes comme moi qui
voient mal à suivre le chemin, mais la bordure
de la pelouse verte m’aurait suffit. En plus,
cela pourrait te faire trébucher et créer une
gêne à la roue du déambulateur de Mamie.
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents :
¤ Gros œuvre : compenser ou supprimer toute rupture de seuil au droit des accès aux
logements. Si vous êtes confronté à un parvis ou un espace un peu complexe, il peut
être nécessaire de réaliser un cheminement identifiable au pied, à l’œil et à la canne.
Par exemple, en intégrant dans la trame du dessin du sol du parvis, des indications de
couleurs ou de matériaux, bandes décoratives contrastées* alignées dans le sens de la
circulation depuis le trottoir jusqu’à la porte d’entrée du bâtiment d’habitation pour
optimiser l’aide à l’orientation des personnes ayant une perception réduite.
¤ Electricité : lors d’interventions sur le réseau électrique, passer des fourreaux
destinés à l’installation de bornes sonores “commandées”, diffusant des messages à
l’attention des personnes aveugles ou présentant des difficultés de mémorisation qui
auront actionner le système au moyen d’une télécommande (informations
directionnelles et aide à la décision).
*Les contrastes, différence de couleur ou de réflexion de lumière, différence de matériaux, sont essentiels
pour aider à l'orientation et au repérage des lieux.
21
Comment prendre en compte le besoin de repos notamment
en cas de grandes distances ?
oDe
> Cheminer, circuler : se reposer
¤ Permettre aux personnes fatigables de se reposer en veillant à limiter les conflits
d’usages intergénérationnels.
¤ Dans le cas d’un terrain très pentu, il est important de s’interroger sur l’opportunité
de réaliser une rampe interminable qui posera des problèmes de fatigabilité aux
personnes à motricité réduite.
– Depuis qu’ils ont requalifié la propriété,
il est très agréable de pouvoir y circuler
à son rythme. Il ne manque plus qu’un
ou deux appuis* pour pouvoir soulager
mon dos en y déposant ta petite sœur
et ce serait parfait.
– C’est vrai ! il y a plein d’endroits
différents pour se reposer et en plus,
comme ils ne sont pas au milieu
de l’allée, je peux faire du vélo
sans me cogner dedans !
* Appuis ischiatiques: assises à 0,65 m de haut permettant de se reposer sans s’asseoir (comme sur certains
22
qui ?
+
quoi s’agit-il ?
quais de tram, bus ou métro)
oPour
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Mobilier : mettre en place diverses assises adaptées aux besoins des uns et des
autres. La notion de fatigabilité impliquerait, dans l’absolu, d’en installer tous les 50 m.
Ils peuvent prendre la forme de bancs, d’appuis ischiatiques*, des assises hautes avec
accoudoirs. Leur localisation et leur design devront être étudiés avec soin.
– La prochaine fois que nous
irons rendre visite à ton petit
copain, rappelle moi de
passer directement par
la porte qui donne de l’autre
côté de la rue, c’est moins
fatigant !
La mise en place d’assises adaptées, en nombre suffisant, le long des cheminements
est une simple recommandation.
oComment
1-2 Le stationnement
Quelles précautions prendre pour assurer une liaison sécurisée
et aisée entre les places de stationnement et les habitations?
o
De quoi s’agit-il ?
> Cheminer, circuler
Permettre à un locataire ou un visiteur circulant en fauteuil roulant ou présentant des
difficultés de marche, d’équilibre ou de grande “fatigabilité”, d’accéder jusqu’aux
immeubles d’habitations ou aux maisons individuelles sans encombre. Et ce, dans le
prolongement des places de parking depuis les abords du terrain, jusqu’aux trottoirs ou
aux allées piétonnes.
> Sécurité
Permettre à une personne sourde d’être en sécurité sur un espace dédié aux voitures
dont il n’entend pas le moteur et qu’il n’est pas en capacité d’éviter si elles arrivent en
dehors de son champ visuel.
oPour
qui ?
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ VRD, voirie : matérialiser un cheminement accessible et sécurisant pour tous, c’est-àdire, à l’abri des voitures, sans risque de chutes et de collision avec le mobilier ou des
panneaux de signalisation, au moyen d’un traitement de sol différent de celui de la
voirie ou/et d’une bordure continue ;
- porter une attention toute particulière aux obstacles positionnés en débord du
cheminement. Par exemple, tout obstacle suspendu devra être situé très en retrait du
cheminement piéton, à moins qu’il ne soit suspendu au-delà de 2,20 m ;
- préférer les sols stables, compacts et limiter les dévers et les pentes.
¤ Electricité : mettre en place des luminaires en nombre suffisant afin que les
cheminements soient éclairés de jour comme de nuit. Ces luminaires ne devront pas
encombrer le cheminement piéton.
– Comme je n’entends pas les
voitures qui arrivent derrière moi,
ce cheminement protégé pour
piétons sécurise mon trajet.
+
La loi du 11 février 2005 permet désormais à toute personne reconnue par la
commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, de bénéficier, sur
simple demande, de la carte GIG/GIC (grand invalide de guerre et grand invalide civil).
Grâce à cette carte, les personnes handicapées visuelles, auditives ou mentales ont le
droit de stationner sur des places adaptées, habituellement réservées au seul usage
des personnes en fauteuil roulant.
– Moi aussi, ça m’aide, même avec
le soleil dans les yeux, je sais où
circuler avec mon p’tit vélo !
23
Quelles solutions en cas de terrain défavorable?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Cheminer, circuler
¤ Localiser les places adaptées à proximité de l’entrée du bâtiment ou de l’ascenseur.
¤ Relier ces places aux entrées par un cheminement accessible.
oPour
qui ?
+
oComment
?
Lors de travaux plus conséquents concernant la VRD, la voirie
¤ Réaliser un stationnement, ou un dépose minute à proximité de la porte d’accès de
l’immeuble d’habitations collectif (ou de la maison individuelle “à vocation de vente ou
de location”) ou lorsque le terrain naturel présente une forte pente, une pente associée
à un fort dévers ou que les distances à parcourir sont trop longues.
Ces emplacements sont réservés sur des surfaces horizontales et signalés par panneau.
¤ Au sol, une signalisation complémentaire, blanche sur fond bleu est prévue. Un accès
au trottoir ou au cheminement sécurisé est à prévoir à proximité.
24
– Heureusement qu’ils ont pensé à réaliser
un stationnement au droit de la porte avec
une telle pente !
1-3 Les locaux et équipements collectifs extérieurs
Comment faciliter l’accès à la collecte sélective
avec bacs à ordures ménagères?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre aux occupants présentant des difficultés de vue ou de mémorisation de
repérer et d’identifier les équipements collectifs.
> Accéder, utiliser
¤ Permettre l’accès et l’utilisation de tout équipement collectif en position assise (en
fauteuil roulant) et en position debout et dans des conditions d’usage identiques pour
tous les occupants.
> Sécurité
¤ Libérer les trottoirs et les circulations de tout obstacle ou permettre de les contourner
sans les heurter.
oPour
qui ?
– Les poubelles collectives ont enfin leur
espace dédié, elles ne traînent plus sur les
trottoirs. Elles sont classées par couleur mais
dommage que l’on ne puisse pas encore en
identifier le contenu au moyen d’illustrations
et d’informations en braille et en relief comme
on a pu le voir chez ta tante.
25
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Bacs à ordures ménagères :
- les différencier les uns des autres au moyen de leurs formes, de leurs couleurs, de
leurs matériaux, d’informations en gros caractères contrastés et en relief afin que les
occupants puissent les identifier et ne pas se tromper lors de leur participation à la
collecte sélective,
- permettre l’utilisation d’un bac par type au moins, par une personne circulant en
fauteuil roulant.
¤ Boîtes aux lettres :
- mettre en place des modèles d’équipements détectables au sol notamment pour les
personnes aveugles,
- les positionner en dehors des circulations,
- en permettre l’identification par une personne mal-voyante ou présentant une
difficulté de lecture ou de compréhension au moyen d’informations en gros caractères
contrastés et en relief (noms sur les boîtes aux lettres), de leurs formes, de leurs
couleurs, de leurs matériaux,
- permettre l’utilisation d’un rang de boîtes aux lettres au moins, par une personne
circulant en fauteuil roulant.
– Tu as vu Papi, c’est bien, comme la roue
de mon vélo passe bien sous les boîtes
aux lettres, je peux prendre ton courrier
facilement.
Et plus
Lors de travaux plus conséquents situés en deçà de la règle des 80%
¤ Réaliser des cheminements accessibles, identifiables et sécurisés participant à l’aide
à l’orientation et au repérage des équipements collectifs extérieurs.
¤ Réaliser des espaces dédiés en dehors des circulations.
26
– Oui mais moi, je risque toujours
de les percuter parce qu’elles représentent
un obstacle sur le trottoir et que ma canne
ne les détecte que trop tard.
2- Les parties communes
2-1- L’accès au hall d’entrée
Comment ameliorer l’accès aux immeubles d’habitation collectifs ?
Qu’est-ce qu’un dispositif d’accès repérable et utilisable par une personne à motricité ou à perception réduite ?
2-2- Les halls et circulations intérieures
Comment améliorer l’aménagement des halls d’entrées ?
Comment améliorer la lisibilité et le traitement des marches isolées ?
2-3- L’ascenseur et ses commandes
2-4- Les locaux et équipements collectifs intérieurs
Comment améliorer l’accès aux locaux communs : celliers, caves… ?
27
28
2-1 L’accès au hall d’entrée
Comment améliorer l’accès aux immeubles d’habitation collectifs ?
oDe
quoi s’agit-il ?
La difficulté de manœuvre de la porte d’accès aux espaces résidentialisés et aux halls
apparaît comme étant la principale situation de handicap rencontrée et dénoncée par
les occupants et visiteurs des immeubles d’habitation collectifs. Quant à la personne
circulant en fauteuil roulant, elle cumulera le problème d’accès physique aux portes ou
aux commandes des portes et le problème récurrent de manœuvre des portes.
> Accéder
¤ Accéder au hall ou sortir de l’immeuble au moyen d’un escalier doublé d’une rampe.
Dans le cas d’immeubles d’habitation collectifs existants et de maisons individuelles
desservis par quelques marches , il faut privilégier la mise en œuvre d’équipements qui
permettent de franchir en sécurité et au moindre effort, l’escalier pour les occupants ou
visiteurs marchant avec difficulté.
> Utiliser
¤ Permettre de manœuvrer aisément les portes pour accéder ou sortir de l’immeuble.
Ce qui présente une difficulté majeure pour les organismes qui cherchent à concilier
“accessibilité” et “sécurité anti-intrusion” des halls.
oPour
qui ?
+
– On l’a calée avec une pierre parce
que pour l’ouvrir il faut appuyer
sur le bouton et pousser la porte
en même temps.
– Pour Maman, c’est pire, avec ma
petite soeur dans les bras et les
courses à porter, tu imagines !
– Vite Mamie, cette porte est lourde,
je ne tiendrai pas longtemps !!!
– Heureusement que tu es là mon
petit, vu la distance qu’il y a parcourir
entre ce bouton poussoir et la porte,
je ne serais sûrement pas arrivée
à temps pour l’ouvrir avant qu’elle ne
se condamne à nouveau.
+
29
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine…
Lorsque les immeubles d’habitation (ou les maisons individuelles) sont desservis par
quelques marches, penser à en améliorer la qualité d’usage.
Dans tous les cas de figure, il s’agit de doubler les escaliers praticables pour des
personnes mal-marchantes ou des personnes âgées par des rampes et de ne jamais
substituer l’un à l’autre.
… intervenir sur les lots
¤ Electricité : renforcer l’éclairage.
¤ Serrurerie : mettre en place une main courante ergonomique de part et d’autre de
l’escalier et si possible à une double hauteur (0,60 m et 0,90 m).
¤ Revêtement : rendre les marches anti-dérapantes, contraster les nez-de-marches et
les contre-marches. Signaler la présence d’un escalier dans le sens de la descente au
moyen d’un traitement de sol visuellement et tactilement contrasté.
¤ Portes et quincaillerie : faire installer des portes plus légères, ou tout au moins
compenser leur poids au moyen de systèmes mécaniques et de poignées de tirage
(horizontale et verticale) ou de poignées de portes ergonomiques,
- étudier la possibilité d’utiliser ces poignées comme support d’informations braille et
en relief à l’attention des personnes aveugles ou très mal voyantes.
¤ Electricité : permettre à une personne sourde ou malentendante de visualiser que la
porte a bien été décondamnée au moyen de la mise en œuvre d’un voyant lumineux,
- ne pas installer le système de décondamnation électrique de la porte trop loin de cette
dernière, sans pour autant le positionner dans un angle inaccessible en fauteuil roulant
(pas en dessous des 0,40 m réglementaires). Ou encore, préconiser la mise en œuvre
d’un fil d’Ariane entre la commande de la porte et la porte elle même,
- temporiser son système de décondamnation en adéquation avec la distance à parcourir
entre le bouton et la porte.
30
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents, situés en deçà de la règle des 80%
Lorsque les immeubles d’habitation ou les maisons individuelles sont desservis par
quelques marches et lorsque c’est possible, penser à en améliorer la qualité d’usage :
- en agrandissant les paliers de repos pour permettre une manœuvre aisée de la porte
(hors dégagement) ;
- en ramenant la hauteur des marches à 16 cm maximum ;
- en doublant systématiquement la présence d’un escalier par une rampe.
– Attends moi Mamie ! Je vais passer par la
nouvelle rampe !
Qu’est-ce qu’un dispositif d’accès repérable et utilisable
par une personne à motricité ou à perception réduite ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Accéder
¤ Permettre aux occupants ou aux visiteurs d’accéder au système de commande
d’accès et de l’utiliser.
> Utiliser, se signaler, entrer en relation
¤ Permettre aux occupants d’identifier leurs interlocuteurs qu’ils soient en situation assise
ou debout.
¤ Permettre aux occupants ou aux visiteurs de ne pas être mis en situation de handicap
par un problème de mémorisation, de compréhension ou de lecture relatif à l’usage du
dispositif de commande.
oPour
¤ situer le système de commande et d’interphonie de façon qu’il puisse être utilisé par le
visiteur en position assise comme en position debout,
¤ offrir aux occupants qui ont des difficultés de déplacement, une possibilité de commander l’ouverture de la porte d’accès au hall avec un boîtier de commande mobile,
¤ mettre à l’étude la possibilité de relayer le retour d’image du vidéo portier sur un support
qui permettrait d’en agrandir l’image et d’en obtenir par là même une meilleure définition.
qui ?
+
Critères de choix en cas de remplacement des systèmes d’accès commandes
Les produits industriels correspondant aux exigences de la nouvelle réglementation
devront répondre aux critères suivants :
¤ présenter une caméra désolidarisée du bouton d’appel afin de lui permettre de
balayer sur un champ le plus large possible (personnes assise et debout),
¤ intégrer des voyants lumineux indiquant aux personnes sourdes ou malentendantes
qu’elles ont bien été entendues et que la porte a bien été décondamnée,
¤ intégrer dans le système d’interphonie une boucle magnétique à l’attention des
personnes malentendantes appareillées,
– Cet interphone ne fonctionne plus.
Il va être remplacé par un système de contrôle
d’accès plus complet, plus facile à comprendre
et à utiliser.
– Et puis surtout, avec son nouveau système
de caméra, Tatie pourra me reconnaître
maintenant !
31
2-2 Les halls et les circulations intérieures
Comment améliorer l’aménagement des halls d’entrée ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Accéder, utiliser
¤ Accéder aux équipements que l’on soit en situation assise ou debout.
¤ Faciliter l’accès aux informations.
> (Se) repérer
¤ Faciliter les prises de décision aux changements de direction pour accéder aux
étages, aux services ou aux locaux communs pour les personnes aveugles ou malvoyantes.
¤ Contraster les boîtes aux lettres ou tout équipement collectif de leur environnement
afin de les rendre repérables.
> Sécurité
¤ Renforcer le sentiment de sécurité, notamment des personnes sourdes ou
malentendantes.
¤ Circuler en toute sécurité.
> Cheminer, circuler
¤ Améliorer la lumière du hall et des circulations surtout au droit des escaliers ou
marches isolées.
¤ Avertir de la présence d’obstacles suspendus, fixés aux murs ou posés au sol.
oPour
qui ?
+
32
– Un miroir dans le hall me rassure car il
m’informe de ce qui se passe derrière moi,
mais tu verrais le nombre de personnes
pour lesquelles il constitue un piège visuel,
c’est impressionnant !
– Attends !! Je vais t’aider à passer ce
paillasson, c’est vrai qu’il est impraticable
pour toi tant il est épais… par contre, après,
c’est une vraie patinoire !
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Electricité : lors d’interventions sur le réseau électrique, améliorer le niveau
d’éclairement des halls d’accès et des circulations horizontales et verticales en évitant
les zones d’ombre et d’éblouissement,
- réduire les variations importantes d’éclairage entre la lumière naturelle et la lumière
artificielle au moyen, par exemple, d’un éclairage adapté, d’un auvent, d’un paresoleil…,
- mettre en place des lumières d’appoint au droit des équipements et commandes
d’ouverture des portes.
¤ Traitement de sols : lors de la réhabilitation des halls d’accès et des circulations
horizontales et verticales, penser à les sécuriser en supprimant ou en avertissant de la
présence d’obstacles au moyen de systèmes de mise à distance ou/et d’éclairage
ponctuel intensif,
- ne pas mettre en œuvre de sol glissant ni réfléchissant.
¤ Signalétique : mettre en place un signifiant visuel (une caractéristique architec-turale, un
élément de finition intérieure…) qui confirme au visiteur qu’il ne s’est pas trompé d’immeuble,
- permettre à une personne mal-voyante d’identifier l’emplacement des ascenseurs, des
escaliers, des boîtes aux lettres et des locaux communs,
- lorsque les ascenseurs et les escaliers ne sont pas identifiables au premier regard,
pour une personne sourde, par exemple, il s’agit d’en signaler la présence au moyen de
jeux de miroir, de transparence ou de signalétique adaptée.
¤ Second œuvre : mettre en place des miroirs pour améliorer le sentiment de sécurité
des personnes âgées et des personnes sourdes en évitant de générer un piège visuel,
- penser à prendre toutes les précautions d’usages nécessaires à la mise en place des
boîtes aux lettres (cf. p.26).
33
Comment améliorer la lisibilité et le traitement
des marches isolées ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre aux personnes aveugles ou mal-voyantes d’identifier la présence de
quelques marches isolées dans le hall de l’immeuble d’habitation collectifs.
> Accéder, utiliser
¤ Permettre aux personnes présentant des difficultés de marche, de vue, d’équilibre ou
de grande fatigabilité de continuer à emprunter sans risque les escaliers et notamment
les marches isolées.
oPour
qui ?
+
– Tu vois mon petit, maintenant qu’ils ont
repris correctement ces 3 marches, je n’ai
plus aussi peur de les emprunter.
Avant, je les cherchais toujours à tâtons
tant elles se confondaient avec le sol !
– Oui, et tu as vu, ils ont même mis
un joli dessin dans le sol pour les signaler.
34
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Revêtement de sol : lors de la réhabilitation des halls d’accès et des circulations
horizontales et verticales, sécuriser les marches isolées en avertissant leur présence au
moyen d’un traitement de sol différent et sensible au pied à 0,50 m de la première
marche, dans le sens de la descente.
Il est déconseillé d’utiliser la bande d’éveil de vigilance* qui est destinée à avertir un
grand danger au droit des traversées piétonnes et des quais : ce revêtement présente
une gêne (risque de chute) pour les personnes avec pied bot, les personnes de petite
taille et les personnes hémiplégiques circulant avec une canne.
- contraster les nez de marches (et le cas échéant, réaliser des contre-marches lorsqu’elles n’existent pas, notamment sur la première et la dernière marche).
¤ Electricité : installer des lumières d’appoint au droit des escaliers.
¤ Quincaillerie : installer des mains courantes continues dont le dépassement
horizontal de la première et de la dernière marche ne génèrera pas de risque de collision
et permettra à la personne à motricité réduite de prendre un meilleur appui.
>Et
plus
¤ Lors de travaux plus conséquents situés en deçà de la règle des 80%, il s’agit
d’étudier, dans un premier temps et selon la configuration des lieux, la mise en place
d’une rampe d’accès.
¤ Si le recours à un élévateur est choisi, malgré son caractère dérogatoire, il devra
pouvoir être utilisé par une personne circulant en fauteuil mais aussi par un parent
avec son enfant dans sa poussette, ou une personne âgée. Néanmoins, sa maintenance
aura un impact sur les charges locatives.
* Bande d’éveil de vigilance : les éléments permettant l'éveil de la vigilance en haut des escaliers ne sont pas, a
priori, la bande d'éveil de vigilance que l’on trouve en bordures de quais ferroviaires ainsi qu'aux abaissements
de trottoirs face à des traversées de rues.
35
2-3 L’ascenseur et ses commandes
oDe
quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre aux occupants ou visiteurs présentant une difficulté sensorielle de les
identifier.
> Accéder
¤ Dans le cadre de travaux de réhabilitation lourds, mettre en place un ascenseur depuis
le niveau d’accès à l’immeuble le plus bas à partir de R+4 et notamment dans le cadre de
l’obligation réglementaire qui impose la possibilité de mise en œuvre ultérieure d’un
ascenseur à partir d’un groupement de 15 logements dès lors que les travaux envisagés
atteignent la valeur de 80 % du coût de la construction mentionné par arrêté (1 287 € HT
par m2 de SHON, valeur suivant l'arrêté du 26 février 2007).
¤ Permettre aux occupants ou visiteurs présentant une difficulté motrice de pénétrer
dans la cabine d’ascenseur.
> Utiliser
¤ Permettre aux occupants ou visiteurs présentant une difficulté sensorielle et motrice
d’utiliser l’ascenseur.
oPour
Critéres d’amélioration à retenir en cas de remplacement de tout ou partie de
l’équipement
Cette question devra être traitée avec l’ascensoriste en conformité avec la norme NF en
81-70 et en regard aux exigences réglementaires concernant la mise en conformité du
parc existant.
qui ?
+
– Accéder depuis le niveau d’accès le plus bas
36
Arrêté du 26 février 2007 - Prescriptions relatives aux ascenseurs
[…]
¤ En cas de modification de la signalisation palière du mouvement de la cabine, la
nouvelle signalisation respecte les exigences suivantes :
- dans les halls ne comportant pas de logements, un signal sonore doit prévenir du
début d’ouverture des portes ;
- dans le cas où plusieurs ascenseurs sont disposés en batterie, deux flèches
lumineuses d’une hauteur d’au moins 40 mm doivent être installées pour indiquer le
sens du déplacement de chacune des cabines.
¤ En cas de modification d’un panneau de commande en cabine, le nouveau dispositif respecte les exigences suivantes :
- un indicateur visuel permet de connaître la position de la cabine. La hauteur des
numéros d’étage est comprise entre 30 et 60 mm ;
- à l’arrêt de la cabine, un message vocal indique sa position.
En outre, un nouveau dispositif de demande de secours équipé de signalisations
visuelle et sonore ou un dispositif de demande de secours existant faisant l’objet
d’une modification comporte :
- un pictogramme illuminé jaune, en complément du signal sonore de transmission
de la demande, pour indiquer que le demande de secours a été émise ;
- un pictogramme illuminé vert , en complément du signal sonore normalement
requis (liaison phonique), pour indiquer que la demande de secours a été
enregistrée ;
- une aide à la communication pour les personnes malentendantes, telle qu’une
boucle magnétique ;
- des boutons de commande comportant l’indication du numéro d’étage en relief.
¤ Dans tous les cas, les signaux sonores et messages vocaux doivent avoir un niveau
réglable entre 35 et 65 dB(A).
37
2-4 Les locaux et équipements collectifs intérieurs
Comment améliorer l’accès aux locaux communs :
celliers, caves… ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre de repérer et d’identifier les locaux, services et équipements collectifs avec
une difficulté sensorielle ou intellectuelle.
> Accéder, utiliser
¤ Permettre d’y accéder en toute sécurité sans se heurter à un obstacle et sans faire
d’effort excessif pour ouvrir les portes.
¤ Permettre d’y accéder en empruntant un escalier sécurisé surtout s’il n’existe pas
d’ascenseur.
oPour
– Tu as vu, depuis qu’ils ont créé une
transparence partielle sur une des 2 portes,
je ne me trompe plus entre la porte du local à
vélos et du local poubelle.
qui ?
+
– Par contre, ils ont oublié de modifier
les poignées de portes et leur système
d’ouverture. Elles restent dures à manœuvrer
surtout pour Mamie ou pour les personnes
en fauteuil roulant.
38
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Signalétique : mettre en place une signalétique adaptée, des pictos normalisés pour
faciliter l’identification des locaux
¤ Menuiserie et quincaillerie : réaliser des transparences partielles sur certaines portes
et faciliter la manœuvre des portes en privilégiant des systèmes de gonds biseautés ou
à ressort et en prescrivant des poignées de porte plus ergonomiques (poignée bec de
canne en d ou en l).
¤ Electricité : améliorer le niveau d‘éclairement des circulations et assurer un
éclairement homogène entre les circulations et les locaux collectifs pour ne pas générer
de gêne pour les personnes mal-voyantes.
¤ Escaliers : lorsque l’escalier existe, en avertir la présence dans le sens de la descente,
en renforcer la lumière, installer des mains courantes continues, contraster les nez de
marches et les contres marches.
¤ Ascenseur : si les caves sont desservies par un ascenseur, penser à en améliorer la
qualité d’usage (cf. p. 36).
> Et
plus
– Depuis que les couloirs des caves sont
mieux éclairés, c’est nettement plus
pratique, par contre, ces portes sont
toujours difficilement identifiables car
elles sont toutes restées désespérément
identiques.
Lors de travaux plus conséquents, en cas de restructuration des circulations des
parties communes : lorsqu’un ascenseur existe, augmenter la largeur des couloirs et les
dimensions des portes desservant les caves, les celliers et divers locaux collectifs afin
de permettre aux personnes circulant en fauteuil roulant d’y accéder, de manœuvrer et
d’y pénétrer.
39
3- Les logements
3-1 Comment identifier les étages, les appartements et être reconnu par l’occupant ?
3-2 Comment améliorer l’accessibilité et le confort d’usage pour une personne en fauteuil roulant ?
3-3 Comment améliorer l’accessibilité de la salle d’eau ?
3-4 Comment améliorer un escalier existant dans le logement ?
3-5 Comment améliorer un logement pour une personne présentant une difficulté d’audition ?
3-6 Comment améliorer un logement pour une personne présentant une difficulté de vision ?
3-7 Quelles précautions prendre dans un logement pour une personne présentant
une difficulté intellectuelle ?
3-8 Comment améliorer un logement pour une personne vieillissante que l’on souhaite maintenir
à domicile sans la confiner?
Il n’y a pas d’obligation de mise en conformité de l’intérieur de logements existants dès lors qu’il ne sont pas soumis à une rénovation lourde ou qu’ils ne sont pas créés par changement de destination.
40
3-1 Comment identifier les étages, les appartements
et être reconnu par l’occupant ?
oDe
- mettre en place des plans visuels et/ou tactiles, facilement localisables (par exemple,
à l’intersection des circulations horizontales et verticales) ;
- assurer la lisibilité des plans d’évacuation des immeubles quelle que soit la difficulté
de lecture ou de compréhension de l’occupant ou du visiteur.
quoi s’agit-il ?
> Repérer
¤ Permettre aux visiteurs de différencier les étages et les logements.
¤ Permettre aux occupants sourds ou mal-voyants de mieux identifier leur visiteur.
> Sécurité
¤ Renforcer le sentiment de sécurité.
oPour
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents situés en deçà de la règle des 80% :
- installer un éclairage dirigé qui souligne certains éléments architecturaux et peut
participer à mettre en évidence les portes, la signalisation, etc. ;
- positionner une lumière d’appoint au droit de la porte doit permettre d’en confirmer la
présence et d’ éclairer le visage du visiteur sans le mettre à contre jour.
qui ?
+
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Signalétique : installer un ou des systèmes d’aide à l’orientation, d’identification des
étages d’une part et des appartements d’autre part, pour tout occupant ou visiteur,
qu’il ait une difficulté de mémorisation, de compréhension ou de vision. Cela peut se
faire au moyen de couleurs différentes et de repères tactiles en gros caractères
contrastés ;
– Depuis qu’ils ont renforcé le
niveau d’éclairage et qu’ils ont
numéroté les logements au moyen
de gros numéros de couleur en
relief et en braille, non seulement
je ne me trompe plus d’étage,
ni d’appartement, mais en plus,
on s’y sent nettement plus en
sécurité.
41
3-2 Comment améliorer l’accessibilité et le confort
d’usage pour une personne circulant en fauteuil roulant ?
o
De quoi s’agit-il ?
> Circuler
¤ Améliorer l’accès aux espaces de vie intérieurs et extérieurs des logements aux
personnes circulant en fauteuil roulant et aux personnes à motricité réduite avec difficulté
de marche.
> Utiliser
¤ Améliorer l’usage des équipements.
- pose d’aide au franchissement des seuils des portes d’entrées ou des portes fenêtres
au moyen de petits plans inclinés fixes ou amovibles.
¤ Quincaillerie : installer des modèles de poignées de porte et de fenêtres de type
béquille en bec de canne.
¤ Electricité : lors d’interventions sur le réseau électrique, mettre à niveau d’une prise
électrique au moins à une hauteur de 1,10 m du sol maximum (jumelée avec
l’interrupteur).
¤ Plomberie : installer des robinets mitigeurs avec bras de levier long dans la cuisine et
dans les salles d’eau.
> Et
oPour
qui ?
+
oComment
?
Les préconisations ci-après sont à compléter nécessairement des textes relatifs au neuf.
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Menuiserie : lors du changement des fenêtres mettre en œuvre des modèles dont les
poignées se situent entre 1 m et 1,30 m sans oublier de compenser par là même, le
risque consécutif de défenestration des enfants ;
42
plus
Lors de travaux plus conséquents
¤ traiter l’accessibilité des balcons et des terrasses,
¤ compenser ou supprimer les ruptures de niveau au droit des accès au balcon ou à la
terrasse tout en préservant une étanchéité acoustique et thermique de qualité.
¤ Serrurerie : attention, dans le cas d’immeubles d’habitation collectifs, lorsque les
niveaux de sol extérieur des balcons ou terrasses sont rehaussés, cela pourra avoir un
impact sur les façades dont il faudra aussi rehausser les gardes corps.
¤ Menuiserie : élargir les portes si elles sont inférieures à 0,80m et réaliser une
cloison coulissante entre la cuisine et le séjour afin de permettre aux locataires ou
futurs acquéreurs qui le souhaiteraient, de fermer ces espaces ou d’en optimiser les
espaces de manœuvre en les ouvrant. Et penser à réaliser une salle d’eau accessible
(cf. p. 45).
¤ Maçonnerie : en cas de suppression de cloison entre salle d’eau et sanitaire, veiller à
la continuité des sols.
Au cas par cas
¤ Menuiserie : inverser le sens d’ouverture des portes, notamment afin que le WC
ouvre sur l’extérieur.
¤ Plomberie : mettre en place une paillasse suspendue libérant l’espace sous le lavabo
ou l’évier et à renforcer les murs supports de barres d’appui à venir.
¤ Electricité : mettre en place un système d’interphone ou/et de vidéo portier mobile
pour compenser les difficultés de déplacement,
- un système d’automatisation d’ouverture et fermeture des portes, fenêtres et volets,
- un système de télécommande de l’éclairage du logement,
- des éclairages diurnes au droit des cheminements entre le WC et la chambre.
3
1
2
43
1
– Avec la nouvelle installation à 1,10 m de hauteur maximum,
malgré ta petite taille, tu peux allumer et éteindre les lumières tout seul,
depuis ces interrupteurs ou tu peux utiliser cette télécommande !
2
– Maintenant que tu peux passer ton petit vélo sous la paillasse et qu’ils ont abaissé les poignées
des fenêtres, tu peux le faire aussi bien que moi mon garçon !
3
44
– Depuis qu’ils ont refait l’appartement,
je peux passer partout avec mon petit vélo.
3-3 Comment améliorer l’accessibilité de la salle d’eau ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Utiliser
¤ Permettre aux personnes à grande fatigabilité de se laver en ramenant une chaise
d’appoint dans l’espace de douche.
¤ Permettre aux personnes circulant en fauteuil roulant d’être autonome dans leurs
actes de transferts quotidiens.
> Sécurité
¤ Diminuer le risque de chutes des personnes marchant avec difficulté et leur permettre
de rester autonome le plus longtemps possible.
oPour
- penser à des modèles de baignoires surbaissées à une hauteur maximum de 50 cm du
sol avec une plage de transfert en bout de baignoire, une robinetterie centrale et des
murs renforcés pour la mise en place ultérieure de barre d’appui et de tirage.
¤ Robinetterie : installer une robinetterie avec mitigeur à bras de levier long et la situer
à une hauteur maximum de 1,10m du sol.
¤ Quincaillerie : installer des barres de franchissement verticales et horizon-tales qui
pourront aussi accessoirement servir de porte serviette.
qui ?
+
oComment
?
Il existe plusieurs solutions à mettre à l’étude selon la configuration des lieux.
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Maçonnerie, plomberie : installer des douches extra-plates plus grandes qu’un
simple bac à douche de 80 cm/80 cm parce que les personnes fatigables doivent
pouvoir y installer une chaise avec accoudoir ou une assise adaptée mobile ou fixe,
– Depuis qu'ils ont mis une grande douche
toute plate, Mamie ne risque plus de
tomber et en plus, elle peut même y poser
une chaise pour s’asseoir.
45
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents, intervenir sur les lots
Il existe plusieurs solutions à mettre à l’étude. Elles seront fonction des contraintes
structurelles des immeubles d’habitation collectifs concernés.
¤ Maçonnerie, plomberie : donner à l’occupant la possibilité de faire remplacer la
baignoire par une douche et de profiter de l’espace libéré par la baignoire pour mettre en
œuvre un bac à douche le plus plat et le plus grand possible. Sans oublier d’installer une
aide au franchissement au droit de la douche ou de la baignoire pour préserver l’occupant
de tout risque de chute. S’assurer notamment que les sols ne soient pas glissants.
> Au
cas par cas, en fonction des besoins
¤ Solution 1 : possibilité de réaliser une chape surélevée de 4 cm maximum sur la
surface de la salle d’eau, avec un accès chanfreiné au droit de la porte d’entrée afin
d’y installer une douche extra plate antidérapante (sur un côté seulement).
¤ Solution 2 : possibilité d’installer un bac à douche extra plat équipé d’une pompe de
relevage.
¤ Solution 3 : possibilité de réaliser un siphon de sol déporté dans une gaine visitable
depuis les parties communes.
> Rappel : le propre d’une douche adaptée ne réside pas uniquement dans sa hauteur,
mais aussi dans sa largeur. Une personne fatigable ou à l’équilibre précaire doit pouvoir
y disposer une chaise. Il est fortement recommandé de penser à réaliser des bacs à
douche de 1 m sur 1,20 m minimum. Il existe aussi des modèles de bacs à douche avec
possibilité d’accès au moyen d’un petit plan incliné intégré.
46
¤ Solution 4 : le bac à douche extra plat avec siphon de sol encastré dans la dalle du
logement, facile à mettre en place en logement individuel, est quasiment impossible à
mettre en œuvre en collectif existant sans générer de dommages collatéraux.
3-4 Comment améliorer un escalier existant dans le logement ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Circuler
¤ Permettre à une personne debout mais fatigable ou avec des difficultés de
déplacement de rester autonome et d’avoir accès à tous les espaces de son logement.
oPour
qui ?
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Maçonnerie et/ou menuiserie : si escalier à claire voie, habiller l’escalier avec des
contre-marches, notamment au droit de la première et de la dernière marche. Dans tous
les cas, penser à réaliser des nez de marches contrastés et anti-dérapants, des mains
courantes continues, préhensibles et dépassant la première et la dernière marche de
30 cm à l’horizontale (de préférence des 2 côtés).
¤ Electricité : améliorer l’éclairage de l’escalier (supprimer les zones d’ombres).
> Et
– J’arrive ! J’arrive ! Avec ces main courantes,
je suis en bas en un clin d’œil !!
plus
Lors de travaux plus conséquents, intervenir sur les lots
¤ Maçonnerie et/ou menuiserie : réaliser un escalier droit, d’une largeur minimum de
0,80m afin de le rendre confortable d’accès pour permettre d’y installer, le cas échéant,
un fauteuil monte-escalier électrique.
47
3-5 Comment améliorer un logement pour une personne
présentant une difficulté d’audition ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Entrer en relation, sécurité
¤ Communiquer visuellement entre les membres de la famille et prévenir les risques
domestiques surtout s’il y a des enfants à surveiller.
¤ Communiquer avec les visiteurs extérieurs et prévenir les risques d’intrusion.
¤ Ne pas être perturbé par les nuisances sonores extérieures au logement.
¤ Ne pas occasionner de nuisances sonores pour les autres.
oPour
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents, intervenir sur les lots
¤ Acoustique : isoler les logements des nuisances extérieures et les isoler entre eux
parce qu’une personne malentendante est perpétuellement parasitée par tous les
bruits avoisinants, sans oublier qu’elle pourra générer des nuisances sonores pour ses
voisins puisqu’elle a besoin d’amplifier les sons qu’elle cherche à entendre.
¤ Maçonnerie : mettre en place des cloisons légères libres de tout câblage afin de
permettre leur suppression partielle ou totale, leur percement ou leur remplacement
par des parois transparentes ou translucides.
qui ?
+
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Maçonnerie, plaquiste : réaliser des percements, des transparences partielles d’une
pièce à l’autre, entre la cuisine et la salle de vie principale par exemple.
¤ Electricité : une prise électrique au moins doit être mise en place à l’entrée de chaque
pièce du côté de l’ouvrant de la porte, de préférence, à 1,10 m afin de pouvoir y installer
un système de voyants lumineux indiquant que des sons ont été émis depuis une pièce
voisine ou depuis l’extérieur (des récepteurs lumineux avec diodes) ; certains
émetteurs/récepteurs peuvent aussi fonctionner par ondes radio ;
- installer un système de vidéo portier, avec récepteur(s) mobile(s), sans fil et équipé de
flash.
48
– À table !!!
– D’accord maman !!!
3-6 Comment améliorer un logement pour une personne
présentant une difficulté de vision ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Utiliser
¤ Gérer l’intensité de la lumière naturelle ou artificielle du logement.
¤ Systématiser les emplacements de commandes électriques et d’interrupteurs
repérables.
¤ Améliorer l’accès à l’information visuelle.
> Sécurité
¤ Etre à l’écoute des bruits domestiques sans être perturbé par des bruits qui viennent
de l’extérieur.
oPour
¤ Electricité : installer systématiquement une prise et un interrupteur à l’entrée de
chaque pièce du côté de l’ouvrant de la porte, de préférence à une hauteur de 1,10 m
pour aider à leur repérage,
- lorsque le vidéo portier existe, mettre en place un modèle dont l’image de bonne
qualité peut être agrandie ou reportée sur un écran de télévision par exemple,
- multiplier les points lumineux pour augmenter l’intensité lumineuse.
Lors de travaux plus conséquents, privilégier l’amélioration de l’acoustique des
logements entre eux et avec l’extérieur car l’ouïe participe à compenser la perte de la vue.
qui ?
+
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Menuiserie : mettre en œuvre un système qui permette de contrôler l’intensité de la
lumière naturelle au moyen de systèmes d’occultation manuels ou électriques pour
toutes les fenêtres.
¤ Quincaillerie : mettre en place des modèles de poignées de portes et de fenêtres de
couleur contrastée.
– Vous n’avez pas fini de jouer avec les volets !!!
– On ne joue pas, je montre au petit comme c’est
agréable de pouvoir gérer la lumière à volonté.
49
3-7 Quelles précautions prendre dans un logement pour
une personne présentant une difficulté intellectuelle ?
oDe
quoi s’agit-il ?
> Sécurité, utiliser
¤ Prévenir les risques domestiques : départs de feux, brûlures, inondations.
oPour
qui ?
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Plomberie, chauffage : mettre en place un système qui permette de plafonner la
température de l’eau chaude,
- des modèles de lavabos, éviers et baignoires avec « trop plein » qui permettent de
diminuer les risques d’inondations,
- des plaques à induction “froides” qui permettent de diminuer le risque de brûlures (ce
produit reste assez cher).
– Ce qu'il y a de bien dans ton appartement,
c'est que quand je me lave les mains, l'eau
est chaude mais je ne me brûle jamais !
– C’est vrai, grâce aux équipements
adaptés, je ne risque pas non plus de me
brûler avec la table de cuisson.
50
3-8 Comment améliorer un logement pour une personne
vieillissante que l’on souhaite maintenir à domicile
sans la confiner ?
oDe
> Sécurité
¤ Diminuer le risque de chutes des personnes marchant avec difficulté et leur permettre
de rester autonomes le plus longtemps possible.
¤ Prévenir les risques domestiques : départs de feux, brûlures, inondations.
¤ Communiquer avec les visiteurs extérieurs et prévenir les risques d’intrusion.
quoi s’agit-il ?
La majorité des éléments d’aménagements mis en œuvre pour les personnes à motricité
ou à perception réduite sont porteurs d’améliorations significatives du logement pour les
personnes vieillissantes, pourvu qu’ils soient traités de façon non stigmatisante. Et dans
ce cas encore plus que dans les autres cas illustrés ci-avant, les dispositions à retenir sont
à appréhender sous l’angle de l’usage et non du normatif. Favoriser le maintien à domicile
de personnes âgées ne peut se réduire à des interventions sur le bâti. Il est nécessaire de
mener en parallèle une réflexion sur le besoin de service actuel et à venir pour
accompagner le grand âge. Les interventions techniques sur le bâti pourront être
modulées en fonction des possibilités de service existants.
> Accéder
¤ Permettre d’entrer et de sortir librement de son logement.
> Utiliser
¤ Assurer si possible, une flexibilité au logement et notamment aux pièces d’eau et à la
chambre afin que ces espaces puissent s’adapter en privilégiant l’autonomie et
préservant le mode de vie et les habitudes de la personne âgée.
¤ Permettre aux personnes à grande fatigabilité d’être autonomes dans leurs actes
quotidiens, notamment la toilette.
¤ Améliorer l’accès à l’information visuelle.
¤ Ne pas occasionner de nuisances sonores pour les autres.
> Communiquer
¤ Faciliter les contacts sociaux et la communication en traquant tout ce qui conduit au
confinement et à l’isolement en compensant les difficultés sensorielles et physiques et
en provoquant des possibilités de rencontre.
oPour
qui ?
oComment
?
Lors de travaux d’amélioration du patrimoine, intervenir sur les lots
¤ Serrurerie : installer des serrures disposées au dessus des poignées de portes,
- des poignées de portes ergonomiques, avec bec de canne de préférence
- un oeilleton,
¤ Plomberie, chauffage : mettre en place un système qui permette de plafonner la
température de l’eau chaude à 45° maximum,
- des modèles de lavabos, éviers et baignoires avec “trop plein” qui permettent de
diminuer les risques d’inondations, et avec robinetterie sur le côté (plus facile d’accès).
Etre vigilant sur la maniabilité des manettes d’ouverture et de fermeture des trop-plein.
- l’électricité comme source d’énergie en lieu et place du gaz avec une préférence pour
des plaques à induction “froides” qui permettent de diminuer le risque de brûlures (ce
produit reste assez cher).
¤ Revêtement de sol : choisir des sols non glissants et contraster les ruptures de seuil.
¤ Maçonnerie, plomberie : installer des douches les plus plates possibles et plus
grandes qu’un simple bac à douche de 80/80 cm parce que les personnes fatigables
51
doivent pouvoir y installer une chaise avec accoudoir ou une assise adaptée mobile ou
fixe. Bien en signaler le franchissement, veiller à ce que le sol ne soit pas glissant, ni
dans la douche ni au sortir, accompagner le franchissement par des points d’appui qui
peuvent aussi servir de porte savon et/ou porte serviette.
¤ Maçonnerie, menuiserie, quincaillerie : multiplier les possibilités d’appuis en les
intégrant aux éléments architecturaux du logement de façon à ce qu’ils n’apparaissent
pas comme des aménagements hospitalisés, stigmatisants et générant du rejet ;
- faire en sorte que les débattements des portes ne se contrarient pas.
¤ Electricité : lorsque le vidéo portier existe, mettre en place un modèle dont l’image de
bonne qualité peut être agrandie, ou reportée sur un écran de télévision par exemple ;
¤ donner la préférence à un système de vidéo portier, avec récepteur(s) mobile(s), sans
fil et équipé de flash ;
¤ mettre en place des éclairages diurnes au droit des cheminements entre le WC et la
chambre ;
¤ multiplier les points lumineux afin de permettre l’augmentation de l’intensité
lumineuse ;
¤ multiplier et installer les prises électriques et les commandes à 1,10 m du sol et à 0,40 m
de tout angle rentrant dans chaque pièce ainsi que dans les dégagements.
> Et
plus
Lors de travaux plus conséquents situés en deçà de la règle des 80%
¤ Acoustique : isoler les logements des nuisances extérieures et les isoler entre eux
parce qu’une personne vieillissante malentendante peut générer des nuisances
sonores pour ses voisins puisqu’elle a besoin d’amplifier les sons qu’elle veut écouter.
¤ Electricité : permettre une commande manuelle et électrique des volets d’occultation.
– Va donc avec Grand’Ma mon chéri, de toute
façon avec tes petites roues, tu n’as pas
le choix ! Pour ma part, pour aller au premier
étage je préfère prendre l’escalier : ça me
permet de rester en forme !
– D’accord Mamie !
52
Annexes
Décrets, arrêtés, circulaires
Textes généraux
Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement
Décret n° 2006-555 du 17 mai 2006 relatif à l'accessibilité des établissements recevant du
public, des installations ouvertes au public et des bâtiments d'habitation et modifiant le Code
de la construction et de l'habitation
NOR: SOCU0611041D
Le Premier Ministre,
Sur le rapport du Ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement,
Vu la directive 98/34/CE du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d'information dans le domaine
des normes et réglementation techniques, modifiée par la directive 98/48/CE du 20 juillet 1998 ;
Vu le Code de l'action sociale et des familles ;
Vu le Code de la construction et de l'habitation ;
Vu le Code du patrimoine ;
Vu le Code pénal ;
Vu le Code de l'urbanisme ;
Vu la loi n° 2000-231 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les
administrations, notamment son article 22 ;
Vu la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation
et la citoyenneté des personnes handicapées ;
Vu l'avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées en date du 20 décembre 2005 ;
Le Conseil d'Etat (section des travaux publics) entendu,
Décrète :
¤ Article 1
La sous-section 1 de la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du Code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire) est remplacée par les dispositions suivantes :
Sous-section 1
Dispositions applicables lors de la construction de bâtiments d'habitation collectifs
¤ Art. R.111-18. Les bâtiments d'habitation collectifs et leurs abords doivent être construits et
aménagés de façon à être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap.
Au sens de la présente sous-section, est considéré comme un bâtiment d'habitation collectif tout
bâtiment dans lequel sont superposés, même partiellement, plus de deux logements distincts
desservis par des parties communes bâties. L'obligation d'accessibilité porte notamment sur les
circulations communes intérieures et extérieures, une partie des places de stationnement
automobile, les logements, les ascenseurs, les locaux collectifs et leurs équipements.
¤ Art. R.111-18-1. Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment
d'habitation collectif ou tout aménagement lié à un bâtiment permettant à un habitant ou à un
visiteur handicapé, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d'accéder aux locaux et
équipements, d'utiliser les équipements, de se repérer et de communiquer. Les conditions d'accès
des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des autres publics ou, à défaut,
présenter une qualité d'usage équivalente.
Le ministre chargé de la construction et le ministre chargé des personnes handicapées fixent, par
arrêté, les obligations auxquelles doivent satisfaire les constructions et les aménagements propres
à assurer l'accessibilité de ces bâtiments et de leurs abords en ce qui concerne les cheminements
extérieurs, le stationnement des véhicules, les conditions d'accès aux bâtiments, les circulations
intérieures horizontales et verticales des parties communes, les portes et les sas des parties
communes, les revêtements des parois des parties communes, les locaux collectifs, celliers et
caves, ainsi que les équipements susceptibles d'être installés dans les parties communes,
notamment les dispositifs d'éclairage et d'information des usagers.
¤ Art. R.111-18-2. Les dispositions architecturales et les aménagements propres à assurer
l'accessibilité des logements situés dans les bâtiments d'habitation collectifs doivent satisfaire
aux obligations ci-après :
1. Pour tous les logements : les circulations et les portes des logements doivent, dès la
construction du bâtiment, présenter des caractéristiques minimales, définies par arrêté du
Ministre chargé de la construction, permettant la circulation de personnes handicapées.
Les dispositifs de commande doivent y être aisément repérables et utilisables par ces personnes.
Dans le cas de logements réalisés sur plusieurs niveaux, les caractéristiques minimales définies
53
au premier alinéa concernent tous les niveaux qui doivent, en outre, être reliés par un escalier
adapté.
2. Pour les logements situés au rez-de-chaussée, en étages desservis par un ascenseur ou pour
lesquels une desserte ultérieure par un ascenseur est prévue dès la construction, conformément
aux 3e et 4e alinéas de l'article R.111-5 :
Ces logements doivent, en outre, offrir dès leur construction des caractéristiques minimales,
définies par arrêté du ministre chargé de la construction, permettant à une personne handicapée
d'utiliser la cuisine ou une partie du studio aménagée en cuisine, le séjour, une chambre ou une
partie du studio aménagée en chambre, un cabinet d'aisances et une salle d'eau. Une partie des
espaces nécessaires à l'utilisation par une personne en fauteuil roulant peuvent être aménagés
à d'autres fins sous réserve que des travaux simples permettent d'en rétablir la possibilité
d'utilisation par une personne en fauteuil roulant. Dans le cas de logements réalisés sur plusieurs
niveaux, le niveau d'accès au logement doit comporter au moins la cuisine, le séjour, une
chambre ou partie du séjour aménageable en chambre, un cabinet d'aisances et une salle d'eau,
ces pièces répondant aux exigences fixées à l'alinéa précédent.
Dans les bâtiments d'habitation dont la construction a fait l'objet d'une demande de permis de
construire déposée à compter du 1er janvier 2008, au moins un accès depuis une pièce de vie à
tout balcon, terrasse ou loggia situé dans ces logements doit être conçu de manière telle que le
seuil et les portes permettent, par des aménagements simples, le passage d'une personne en
fauteuil roulant. Dans les bâtiments d'habitation dont la construction a fait l'objet d'une
demande de permis de construire déposée à compter du 1er janvier 2010, au moins une salle
d'eau doit être conçue et équipée de manière à permettre, par des aménagements simples,
l'installation ultérieure d'une douche accessible à une personne handicapée.
Le Ministre chargé de la construction et le Ministre chargé des personnes handicapées
déterminent les caractéristiques techniques applicables aux aménagements et équipements
mentionnés au présent article.
¤ Art. R. 111-18-3. Le représentant de l'Etat dans le département peut accorder des dérogations à
celles des dispositions de la présente sous-section qui ne peuvent être respectées du fait d'une
impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment et, notamment, des
caractéristiques du terrain, de la présence de constructions existantes ou de contraintes liées au
classement de la zone de construction, en particulier au regard de la réglementation de prévention contre les inondations. Il peut également accorder des dérogations aux dispositions du 2 de
l'article R.111-18-2 pour des programmes de logements destinés à l'occupation temporaire ou
saisonnière dont la gestion et l'entretien sont assurés de façon permanente, sous réserve de la
réalisation, dans le même programme, d'un pourcentage de logements offrant des caracté-
54
ristiques minimales d'accessibilité dès la construction.
Un arrêté du Ministre chargé de la construction et du Ministre chargé des personnes handicapées
précise les modalités d'application du présent alinéa. Dans tous les cas prévus au présent article,
la demande de dérogation est soumise à la procédure prévue au II de l'article R. 111-19-16.
¤ Article 2
La sous-section 2 de la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire) est remplacée par les dispositions suivantes :
Sous-section 2
Dispositions applicables lors de la construction de maisons individuelles
¤ Art. R. 111-18-4. La présente sous-section est applicable aux maisons individuelles construites
pour être louées ou mises à dispositions ou pour être vendues, à l'exclusion de celles dont le
propriétaire a, directement ou par l'intermédiaire d'un professionnel de la construction, entrepris
la construction ou la réhabilitation pour son propre usage.
¤ Art. R. 111-18-5. Les maisons individuelles doivent être construites et aménagées de façon à être
accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap. L'obligation d'accessibilité
concerne les circulations extérieures, le logement et, le cas échéant, une place de stationnement
automobile. Dans le cas d'ensembles résidentiels comprenant plusieurs maisons individuelles
groupées, l'obligation d'accessibilité porte également sur les locaux et équipements collectifs
affectés à ces ensembles.
¤ Art. R. 111-18-6. Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou
aménagement permettant à un habitant ou à un visiteur handicapé, avec la plus grande autonomie
possible, de circuler, d'accéder aux locaux et équipements, d'utiliser les équipements, de se repérer
et de communiquer. Les conditions d'accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que
celles des autres publics ou, à défaut, présenter une qualité d'usage équivalente.
Le Ministre chargé de la construction et le Ministre chargé des personnes handicapées fixent, par
arrêté, les obligations auxquelles doivent satisfaire les constructions et les aménagements propres
à assurer l'accessibilité de ces bâtiments et de leurs abords en ce qui concerne les cheminements
extérieurs, le stationnement des véhicules, les circulations intérieures des logements, les
caractéristiques minimales intérieures des logements selon le nombre de niveaux qu'ils
comportent, permettant à une personne handicapée de les occuper, ainsi que les équipements et
les locaux collectifs.
Dans les maisons individuelles ayant fait l'objet d'une demande de permis de construire déposée
à compter du 1er janvier 2008, lorsque les balcons et terrasses sont situés au niveau de l'accès au
logement, au moins un accès depuis une pièce de vie à ces balcons et terrasses doit être tel que
le seuil et les portes permettent, par des aménagements simples, le passage d'une personne en
fauteuil roulant. Dans les maisons individuelles ayant fait l'objet d'une demande de permis de
construire déposée à compter du 1er janvier 2010, au moins une salle d'eau doit être équipée de
manière à permettre, par des aménagements simples, l'installation ultérieure d'une douche
accessible à une personne handicapée.
¤ Art. R. 111-18-7. Le représentant de l'Etat dans le département peut accorder des dérogations
à celles des dispositions de la présente sous-section qui ne peuvent être respectées du fait d'une
impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment, et notamment des caractéristiques du terrain, de la présence de constructions existantes ou de contraintes liées au
classement de la zone de construction, notamment au regard de la réglementation de prévention
contre les inondations.
La demande de dérogation est soumise à la procédure prévue au II de l'article R. 111-19-16.
¤ Article 3
La sous-section 3 du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction et de
l'habitation (partie réglementaire) est remplacée par les dispositions suivantes :
Sous-section 3
Dispositions applicables aux bâtiments d'habitation collectifs lorsqu'ils font l'objet de travaux
et aux bâtiments existants où sont créés des logements par changement de destination
¤ Art. R. 111-18-8. Les travaux de modification ou d'extension portant sur un bâtiment ou une
partie de bâtiment d'habitation collectif existant, au sens de l'article R. 111-18, et les travaux de
création de logements dans un bâtiment existant par changement de destination sont soumis aux
dispositions suivantes :
a) Les travaux réalisés à l'intérieur des volumes ou surfaces existants jouant un rôle en matière
d'accessibilité des personnes handicapées doivent, au minimum, maintenir les conditions
d'accessibilité existantes ;
b) Les parties de bâtiments correspondant à la création de surfaces ou de volumes nouveaux
dans les parties communes doivent respecter les dispositions prévues à l'article R.111-18-1 et les
parties de bâtiments correspondant à la création de surfaces ou de volumes nouveaux de logement doivent respecter les dispositions prévues à l'article R.111-18-2 ;
c) Les modifications, hors travaux d'entretien, apportées aux circulations communes et locaux
collectifs et leurs équipements jouant un rôle en matière d'accessibilité, dont la liste est définie
par arrêté du ministre chargé de la construction, doivent respecter les dispositions prévues à
l'article R. 111-18-1 relatives à ces circulations, locaux et équipements. Cet arrêté définit les
adaptations mineures qui peuvent être apportées aux caractéristiques de ces éléments et
équipements lorsque les contraintes liées à la structure du bâtiment l'imposent ;
d) Les modifications, hors travaux d'entretien, apportées à la signalisation palière ou en cabine
d'un ascenseur doivent permettre de recevoir par des moyens adaptés les informations liées aux
mouvements de la cabine, aux étages desservis et au système d'alarme. Les nouveaux
ascenseurs installés doivent disposer de ces moyens.
¤ Art. R. 111-18-9. Lorsque, à l'occasion de travaux de modification ou d'extension portant sur un
bâtiment ou une partie de bâtiment d'habitation collectif ou à l'occasion de travaux de création
d'un bâtiment ou d'une partie de bâtiment par changement de destination, le rapport du coût des
travaux à la valeur du bâtiment est supérieur ou égal à 80 %, les dispositions architecturales et
les aménagements du bâtiment doivent satisfaire aux obligations suivantes :
a) Toutes les parties communes du bâtiment, extérieures et intérieures, doivent respecter les
dispositions prévues à l'article R. 111-18-1 même si elles ne font pas l'objet de travaux ;
b) Les places de stationnement privatives et les celliers et caves privatifs où sont réalisés des
travaux doivent respecter les dispositions prévues à l'article R.111-18-1
c) Les logements où sont réalisés des travaux doivent respecter les dispositions prévues à l'article
R.111-18-2.
Pour l'application du premier alinéa du présent article, sont pris en compte pour calculer le coût
des travaux le montant des travaux décidés ou financés au cours des deux dernières années et,
pour déterminer la valeur du bâtiment, le produit de la surface hors œuvre nette par un coût de
construction défini par arrêté du ministre chargé de la construction.
¤ Art. R. 111-18-10. Le représentant de l'Etat dans le département peut, sur demande du maître
d'ouvrage des travaux, accorder des dérogations à celles des dispositions de la présente soussection qui ne peuvent être respectées du fait des caractéristiques du bâtiment, pour les motifs
prévus à l'article R.111-18-3 ou au vu d'un rapport d'analyse des bénéfices et inconvénients
résultant de l'application des dispositions des articles R.111-18-8 et R.111-18-9, établi sous la
responsabilité du maître d'ouvrage et joint à la demande de dérogation.
Le représentant de l'Etat dans le département peut également accorder des dérogations aux
dispositions de la présente sous-section en cas de contraintes liées à la préservation du patrimoine architectural dès lors que les travaux projetés affectent :
55
a) Soit les parties extérieures ou, le cas échéant, intérieures d'un bâtiment d'habitation ou une
partie de bâtiment d'habitation classé au titre des monuments historiques en application des
articles L. 621-1 et suivants du code du patrimoine, inscrit au titre des monuments historiques en
application des articles L. 621-25 et suivants du Code du patrimoine, ou dont la démolition,
l'enlèvement, la modification ou l'altération sont interdits et dont la modification est soumise à
des conditions spéciales en secteur sauvegardé, en application de l'article L. 313-1 du Code de
l'urbanisme, ou sur un bâtiment identifié en application du 7° de l'article L. 123-1 du Code de
l'urbanisme ;
b) Soit un bâtiment d'habitation ou une partie de bâtiment d'habitation situé aux abords et dans
le champ de visibilité d'un monument historique classé ou inscrit, en zone de protection du
patrimoine architectural, urbain et paysager ou en secteur sauvegardé et que les travaux sont de
nature à porter atteinte à la qualité de ces espaces protégés.
Dans tous les cas, le représentant de l'Etat dans le département prend sa décision après avoir
consulté la commission mentionnée au premier alinéa du I de l'article R. 111-19-16 ou, par
délégation de la commission départementale, la commission d'accessibilité d'arrondissement
mentionnée au deuxième alinéa du même I.
A défaut de réponse de la commission dans un délai d'un mois à compter de la transmission de
la demande par le préfet, cet avis est réputé favorable.
A défaut de réponse du préfet dans le délai de deux mois à compter de la date à laquelle il a reçu
la demande, la dérogation demandée est réputée accordée.
¤ Art. R.111-18-11. Lorsque la dérogation prévue au premier alinéa de l'article R. 111-18-10
concerne une disposition dont la mise en oeuvre aurait eu pour conséquence d'améliorer
significativement les conditions d'accessibilité du bâtiment où habite une personne handicapée
au regard de la nature de son handicap, le propriétaire du logement occupé par cette personne
est tenu, à sa demande, de lui proposer une offre de relogement.
Cette disposition ne s'applique que lorsque le propriétaire possède plus de 500 logements
locatifs dans le département.
L'offre de relogement doit correspondre aux besoins et aux possibilités de la personne à reloger
et respecter les exigences fixées aux articles R.111-18 à R.111-18-2 ou, à défaut, apporter à la
personne handicapée une amélioration significative, au regard de la nature de son handicap,
des conditions d'accessibilité dont elle aurait bénéficié si les travaux mentionnés aux articles
R.111-18-8 et R.111-18-9 avaient été réalisés.
Une personne handicapée au sens du présent article est une personne qui bénéficie d'une ou
plusieurs des aides mentionnées à l'article L. 241-6 du Code de l'action sociale et des familles ou
est titulaire de la carte d'invalidité mentionnée à l'article L. 241-3 du même Code.
56
¤ Article 4
La sous-section 4 de la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire) est remplacée par les dispositions suivantes :
Sous-section 4
Dispositions applicables lors de la construction ou de la création d'établissements recevant du
public ou d'installations ouvertes au public
¤ Art. R. 111-19. La présente sous-section est applicable lors de la construction ou de la création
par changement de destination, avec ou sans travaux, d'établissements recevant du public et
d'installations ouvertes au public, à l'exception des établissements de cinquième catégorie créés
par changement de destination pour accueillir des professions libérales définis par un arrêté du
ministre chargé de la construction et le ministre chargé des professions libérales.
¤ Art. R. 111-19-1. Les établissements recevant du public définis à l'article R. 123-2 et les
installations ouvertes au public doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que
soit leur handicap. L'obligation d'accessibilité porte sur les parties extérieures et intérieures des
établissements et installations et concerne les circulations, une partie des places de
stationnement automobile, les ascenseurs, les locaux et leurs équipements.
¤ Art. R. 111-19-2. Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou
aménagement permettant, dans des conditions normales de fonctionnement, à des personnes
handicapées, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d'accéder aux locaux et
équipements, d'utiliser les équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier des
prestations en vue desquelles cet établissement ou cette installation a été conçu. Les conditions
d'accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des personnes valides ou,
à défaut, présenter une qualité d'usage équivalente.
Le Ministre chargé de la construction et le ministre chargé des personnes handicapées fixent, par
arrêté, les obligations auxquelles doivent satisfaire les constructions et les aménagements
propres à assurer l'accessibilité de ces établissements et de leurs abords en ce qui concerne les
cheminements extérieurs, le stationnement des véhicules, les conditions d'accès et d'accueil
dans les bâtiments, les circulations intérieures horizontales et verticales à l'intérieur des
bâtiments, les locaux intérieurs et les sanitaires ouverts au publics, les portes et les sas intérieurs
et les sorties, les revêtements des sols et des parois, ainsi que les équipements et mobiliers
intérieurs et extérieurs susceptibles d'y être installés, notamment les dispositifs d'éclairage et
d'information des usagers.
¤ Art. R.111-19-3. Le Ministre chargé de la construction, le Ministre chargé des personnes
handicapées et, le cas échéant, le ou les Ministres intéressés fixent, par arrêté, les obligations
particulières auxquelles doivent satisfaire, dans le but d'assurer leur accessibilité, les établissements et installations recevant du public assis, les établissements disposant de locaux
d'hébergement ouverts au public, les établissements et installations comportant des douches,
des cabines d'essayage, d'habillage ou de déshabillage et les établissements et installations
comportant des caisses de paiement disposées en batterie.
¤ Art. R. 111-19-4. Des arrêtés du Ministre chargé de la construction et, selon le cas, du Ministre
chargé des sports ou du ministre chargé de la culture définissent, si nécessaire, les caractéristiques supplémentaires applicables aux établissements recevant du public ou installations
ouvertes au public suivants :
a) les enceintes sportives et les établissements de plein air ;
b) les établissements conçus en vue d'offrir au public une prestation visuelle ou sonore.
¤ Art. R. 111-19-5. Les Ministres intéressés et le Ministre chargé de la construction fixent par arrêté
conjoint les règles d'accessibilité applicables aux établissements recevant du public ou installations ouvertes au public suivants :
a) les établissements pénitentiaires ;
b) les établissements militaires désignés par arrêté du Ministre de l'intérieur et du Ministre de la
défense ;
c) les centres de rétention administrative et les locaux de garde à vue ;
d) les chapiteaux, tentes et structures, gonflables ou non ;
e) les hôtels-restaurants d'altitude et les refuges de montagne ;
f ) les établissements flottants.
¤ Art. R. 111-19-6. En cas d'impossibilité technique résultant de l'environnement du bâtiment, et
notamment des caractéristiques du terrain, de la présence de constructions existantes ou de
contraintes liées au classement de la zone de construction, notamment au regard de la
réglementation de prévention contre les inondations ou, s'agissant de la création d'un établissement recevant du public ou d'une installation ouverte au public dans une construction
existante, en raison de difficultés liées à ses caractéristiques ou à la nature des travaux qui y sont
réalisés, le préfet peut accorder des dérogations à celles des dispositions de la présente soussection qui ne peuvent être respectées.
Le représentant de l'Etat dans le département peut également accorder des dérogations aux
dispositions de la présente sous-section pour des motifs liés à la conservation du patrimoine
architectural en cas de création d'un établissement recevant du public par changement de
destination dans un bâtiment ou une partie de bâtiment classé ou inscrit au titre des monuments
historiques.
La demande de dérogation est soumise à la procédure prévue au II de l'article R.111-19-16.
¤ Article 5
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre 1er du livre 1er du Code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 5 ainsi rédigée :
Sous-section 5
Dispositions applicables aux établissements existants recevant du public ou aux installations
ouvertes au public existantes
¤ Art. R. 111-19-7. La présente sous-section est applicable aux établissements recevant du public
et aux installations ouvertes au public existants ainsi qu'aux établissements recevant du public
de 5e catégorie créés par changement de destination pour accueillir des professions libérales
définis par l'arrêté interministériel prévu à l'article R.111-19.
¤ Art. R. 111-19-8. I. Les travaux de modification ou d'extension, réalisés dans les établissements
recevant du public et les installations ouvertes au public existants doivent être tels, lorsqu'ils ne
s'accompagnent pas d'un changement de destination, que :
a) S'ils sont réalisés à l'intérieur des volumes ou surfaces existants, ils permettent au minimum
de maintenir les conditions d'accessibilité existantes ;
b) S'ils entraînent la construction de surfaces ou de volumes nouveaux, les parties de bâtiments
ainsi créées respectent les dispositions prévues aux articles R. 11-19-1 à R. 11-19-4.
II. Les établissements recevant du public existants autres que ceux de 5e catégorie au sens de
l'article R. 123-19 doivent satisfaire aux obligations suivantes :
a) Avant le 1er janvier 2015, ils doivent respecter les dispositions des articles R. 11-19-2 et R. 111-19-3.
L'arrêté prévu au I de l'article R. 111-19-11 peut prévoir des conditions particulières d'application des
règles qu'il édicte, lorsque les contraintes liées à la structure du bâtiment l'imposent ;
b) Avant le 1er janvier 2015, les parties de bâtiment où sont réalisés des travaux de modification
sans changement de destination doivent respecter les dispositions prévues aux articles R. 111-192 et R. 111-19-3 ;
c) A compter du 1er janvier 2015, les parties de bâtiment où sont réalisés des travaux de
modification sans changement de destination doivent respecter les dispositions des articles
R. 111-19-1 à R. 111-19-4.
57
III. Les établissements recevant du public existants classés en 5e catégorie, ceux créés par
changement de destination pour accueillir des professions libérales définis par l'arrêté
ministériel prévu à l'article R. 111-19, ainsi que les installations ouvertes au public existantes
doivent satisfaire aux obligations suivantes :
a) Avant le 1er janvier 2015, une partie du bâtiment ou de l'installation doit fournir, dans le respect
des dispositions mentionnées au a du II, l'ensemble des prestations en vue desquelles l'établissement ou l'installation est conçu. Les nouveaux établissements créés par changement de
destination pour accueillir des profes-sions libérales définis par l'arrêté ministériel prévu à
l'article R. 111-19 doivent satisfaire aux obligations fixées à l'alinéa précédent avant le 1er janvier
2011. La partie considérée du bâtiment doit être la plus proche possible de l'entrée principale ou
d'une des entrées principales et doit être desservie par le cheminement usuel. Une partie des
prestations peut être fournie par des mesures de substitution.
b) A compter du 1er janvier 2015, les parties de bâtiment ou d'installation où sont réalisés des
travaux de modification sans changement de destination doivent respecter les dispositions
mentionnées au a du II.
IV. Les établissements recevant du public existants, faisant partie de réseaux souterrains de
transports ferroviaires et de transports guidés ne sont pas soumis aux dispositions du II et du III
ci-dessus, dès lors qu'ils respectent les conditions fixées au sixième alinéa de l'article 45 de la loi
n° 2005-102 du 11 février 2005.
¤ Art. R. 111-19-9. Au plus tard le 1er janvier 2011, les établissements recevant du public existants,
classés dans les quatre premières catégories au sens de l'article R. 123-19, doivent avoir fait l'objet,
à l'initiative de l'administration intéressée ou de l'exploitant, d'un diagnostic de leurs conditions
d'accessibilité. Ce diagnostic analyse la situation de l'établissement ou de l'installation au regard
des obligations définies par la présente sous-section, décrit les travaux nécessaires pour respecter
celles qui doivent être satisfaites avant le 1er janvier 2015 et établit une évaluation du coût de ces
travaux. Le diagnostic est tenu à la disposition de tout usager de l'établissement ou de l'installation.
Le schéma directeur d'accessibilité des services de transports prévu à l'article 45 de la loi n° 2005102 du 11 février 2005 vaut diagnostic au sens du présent article.
¤ Art. R. 111-19-10. Outre les dérogations qui peuvent être accordées pour les motifs mentionnés à
l'article R. 111-19-6, le représentant de l'Etat dans le département peut accorder des dérogations aux
dispositions de la présente sous-section, lorsque les travaux d'accessibilité prévus aux articles R.11119-8 et R.111-19-9 sont susceptibles d'avoir des conséquences excessives sur l'activité de
l'établissement. Le représentant de l'Etat dans le département peut également accorder des
dérogations aux dispositions de la présente sous-section en cas de contraintes liées à la conservation
58
du patrimoine architectural dès lors que les travaux doivent être exécutés :
a) A l'extérieur et, le cas échéant, à l'intérieur d'un établissement recevant du public classé au
titre des monuments historiques en application des articles L. 621-1 et suivants du code du
patrimoine, inscrit au titre des monuments historiques en application des articles L. 621-25 et
suivants du Code du patrimoine ou dont la démolition, l'enlèvement, la modification ou
l'altération sont interdits et dont la modification est soumise à des conditions spéciales en
secteur sauvegardé, en application de l'article L. 313-1 du code de l'urbanisme, ou sur un
bâtiment identifié en application du 7° de l'article L. 123-1 du code de l'urbanisme ;
b) Sur un établissement recevant du public situé aux abords et dans le champ de visibilité d'un
monument historique classé ou inscrit, en zone de protection du patrimoine architectural, urbain
et paysager ou en secteur sauvegardé et que ces travaux sont de nature à porter atteinte à la
qualité de ces espacesprotégés. Dans le cas où l'établissement remplit une mission de service
public, le représentant de l'Etat dans le département ne peut accorder une dérogation que si une
mesure de substitution est prévue. Dans tous les cas, le représentant de l'Etat dans le
département se prononce selon les modalités prévues au III de l'article R. 111-19-16.
¤ Art. R. 111-19-11. I. Un arrêté du Ministre chargé de la construction, du Ministre chargé des
personnes handicapées et, le cas échéant, du ou des Ministres intéressés détermine les conditions techniques d'application des articles R. 111-19-7 à R. 111-19-10.
II. - Des arrêtés du Ministre chargé de la construction et, selon le cas, du Ministre chargé des
sports ou du Ministre chargé de la culture définissent, si nécessaire, les caractéristiques supplémentaires applicables aux établissements recevant du public ou installations ouvertes au
public suivants :
a) les enceintes sportives et les établissements de plein air ;
b) les établissements conçus en vue d'offrir au public une prestation visuelle ou sonore.
¤ Art. R. 111-19-12. - Les Ministres intéressés et le Ministre chargé de la construction fixent par
arrêté conjoint les règles d'accessibilité applicables aux établissements recevant du public ou
installations ouvertes au public suivants :
a) les établissements pénitentiaires ;
b) les établissements militaires désignés par arrêté du Ministre de l'intérieur et du Ministre de la
défense ;
c) les centres de rétention administrative et les locaux de garde à vue ;
d) les chapiteaux, tentes et structures, gonflables ou non ;
e) les hôtels-restaurants d'altitude et les refuges de montagne ;
f ) les établissements flottants.
¤ Article 6
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 6 ainsi rédigée :
Sous-section 6
Délivrance de l'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1
¤ Art. R. 111-19-13. L'autorisation prévue à l'article L. 111-8-1 ne peut être délivrée que si les
travaux projetés sont conformes soit aux dispositions de la sous-section 4 s'il s'agit de la
construction ou de la création d'un établissement recevant du public ou d'une installation
ouverte au public, soit aux dispositions de la sous-section 5 s'il s'agit de l'aménagement ou la
modification d'une installation ouverte au public ou d'un établissement recevant du public
existant.
¤ Art. R. 111-19-14. Le dossier de la demande d'autorisation est établi en trois exemplaires et doit
comporter les plans et documents nécessaires pour que l'autorité compétente puisse s'assurer
que le projet de travaux respecte les règles d'accessibilité mentionnées à la sous-section 4 ou à
la sous-section 5. Le cas échéant, le dossier comporte la demande de dérogation à ces règles,
accompagnée des justificatifs nécessaires et, dans le cas mentionné à l'avant-dernier alinéa de
l'article R. 111-19-10, d'une proposition de mesure de substitution.
¤ Art. R. 111-19-15. Lorsque les travaux projetés sont également soumis au permis de construire
prévu à l'article L. 421-1 du code de l'urbanisme, la demande de permis de construire comporte
les plans et documents mentionnés à l'article R. 111-19-14. Elle tient lieu, dans ce cas, de la
demande d'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1.
Lorsque les travaux projetés ne sont pas soumis au permis de construire, la demande comporte
pour les établissements recevant du public, outre les plans et documents prévus à l'article R. 11119-14, les documents et renseignements mentionnés aux articles R. 123-24 et R. 123-25.
¤ Art. R. 111-19-16. I. L'autorité compétente transmet un exemplaire de la demande à la
commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité ou à la commission
départementale de sécurité pour Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-deMarne, afin de recueillir son avis. Si cet avis n'est pas donné dans un délai d'un mois, il est réputé
favorable.
Lorsqu'il existe des commissions de sécurité d'arrondissement, intercommunales ou
communales créées en application de l'article R. 123-38, le préfet peut créer, après avis de la
commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité, ou de la commission
départementale de sécurité pour Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-deMarne, des commissions d'accessibilité d'arrondissement, intercommunales ou communales
ayant les mêmes compétences territoriales et chargées de donner un avis, par délégation des
commissions départementales, sur les demandes d'autorisation relatives aux mêmes catégories
d'établissements recevant du public. Pour l'étude de ces demandes, ces commissions peuvent se
réunir en formation conjointe avec les commissions de sécurité correspondantes.
II. Dans les cas prévus à l'article R. 111-19-6, l'autorité compétente transmet un exemplaire de la
demande au préfet qui lui fait connaître sa décision motivée après avoir consulté, selon le cas, la
commission mentionnée au premier alinéa du I ou, par délégation de la commission
départementale, la commission d'accessibilité d'arrondissement mentionnée au deuxième alinéa
du I. A défaut de réponse de la commission dans un délai d'un mois à compter de la transmission
de la demande par le préfet, cet avis est réputé favorable.
A défaut de réponse du préfet dans le délai de deux mois à compter de la date à laquelle il a reçu
la demande, la dérogation demandée est réputée accordée.
III. Dans les cas prévus à l'article R. 111-19-10, l'autorité compétente transmet un exemplaire de la
demande au préfet, qui lui fait connaître sa décision motivée sur avis conforme de la commission
mentionnée au premier alinéa du I ou, par délégation de la commission départementale, de la
commission d'accessibilité d'arrondissement visée au deuxième alinéa du I.
A défaut de réponse de la commission dans un délai d'un mois à compter de la transmission de
la demande par le préfet, cet avis est réputé favorable.
A défaut de réponse du préfet dans le délai de deux mois à compter de la date à laquelle il a reçu
la demande, la dérogation demandée est réputée accordée.
¤ Art. R. 111-19-17. L'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1 est délivrée au nom de
l'Etat. Toutefois, lorsque les travaux projetés sont soumis au permis de construire prévu à l'article
L. 421-1 du Code de l'urbanisme, l'autorité compétente pour délivrer au nom de l'Etat l'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1 est l'autorité compétente pour délivrer le permis de
construire.
¤ Art. R. 111-19-18. Lorsque les travaux projetés ne sont pas soumis au permis de construire prévu
à l'article L. 421-1 du Code de l'urbanisme, l'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1 est
délivrée par le maire au nom de l'Etat dans un délai de trois mois à compter du dépôt d'un dossier
complet.
Dans ce cas, une autorisation unique est délivrée par cette autorité au titre des articles L. 111-8-1
et R. 123-23.
59
A défaut de notification au demandeur d'une décision expresse du maire dans le délai de trois
mois à compter du dépôt d'un dossier complet, l'autorisation de travaux est considérée comme
accordée et les travaux prévus peuvent être entrepris conformément au projet déposé.
Si le dossier est incomplet, le maire invite le demandeur, par lettre recommandée avec accusé de
réception et dans le mois suivant la réception de la demande, à fournir les pièces
complémentaires.
Le délai d'instruction de trois mois commence à courir, dans ce cas, à compter de la réception des
pièces complétant le dossier.
¤ Article 7
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 7 ainsi rédigée :
Sous-section 7
Délivrance de l'autorisation d'ouverture prévue à l'article L. 111-8-3
¤ Art. R. 111-19-19. Avant toute ouverture d'un établissement recevant du public, à l'exception des
établissements pour lesquels l'attestation prévue à l'article R. 111-19-21 doit être fournie et des
établissements de 5e catégorie au sens de l'article R. 123-19 ne disposant pas de locaux
d'hébergement pour le public, il est procédé à une visite de réception par la commission
compétente mentionnée à l'article R. 111-19-16, destinée à attester de la conformité des travaux à
l'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1.
Lorsqu'une commission d'accessibilité d'arrondissement, communale ou intercommunale, en a
reçu compétence en application de l'article R. 111-19-16, elle peut procéder à cette visite.
¤ Art. R. 111-19-20. L'autorisation d'ouverture d'un établissement recevant du public prévue à
l'article L. 111-8-3 est délivrée au nom de l'Etat dans les mêmes conditions de compétence que
celles définies aux articles R. 111-19-17 et R. 111-19-18.
Elle est délivrée :
- pour les établissements soumis à la fourniture de l'attestation visée à l'article R. 111-19-21, au
vu de cette attestation ;
- pour les autres établissements, après avis de la commission compétente mentionnée à l'article
R. 111-19-16.
L'autorisation d'ouverture est notifiée directement à l'exploitant par lettre recommandée avec
demande d'avis de réception postal. Une ampliation de cette décision est transmise au préfet,
lorsqu'il n'est pas l'autorité compétente pour statuer.
60
¤ Article 8
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 8 ainsi rédigée :
Sous-section 8
Attestation prévue à l'article L. 111-7-4
¤ Art. R. 111-19-21. A l'issue des travaux mentionnés aux sous-sections 1 à 5 et soumis au permis
de construire prévu à l'article L. 421-1 du code de l'urbanisme, à l'exception de ceux entrepris par
les personnes construisant ou améliorant un logement pour leur propre usage visées à l'article
R.111-18-5, le maître d'ouvrage fait établir, par une personne de son choix répondant aux
conditions fixées à l'article R.111-19-22, une attestation constatant que les travaux réalisés
respectent les règles d'accessibilité applicables, compte tenu, le cas échéant, des dérogations
accordées.
Le maître d'ouvrage adresse l'attestation à l'autorité qui a délivré le permis de construire et au
maire dans un délai de trente jours à compter de la date de l'achèvement des travaux.
¤ Art. R. 111-19-22. La personne qui établit l'attestation prévue à l'article R. 111-19-21 doit être :
a) Soit un contrôleur technique au sens de l'article L. 111-23, titulaire d'un agrément l'habilitant
à intervenir sur les bâtiments ;
b) Soit un architecte soumis à l'article 2 de la loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l'architecture, qui
ne peut être celui qui a signé la demande de permis de construire.
¤ Art. R. 111-19-23. Est puni d'une amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait
pour une personne d'établir une attestation visée à l'article R. 111-19-21 en méconnaissance des
conditions fixées à l'article R. 111-19-22.
La personne qui a commis cette infraction encourt également la peine complémentaire
d'affichage ou de diffusion, par la presse écrite ou par tout moyen de communication
audiovisuelle, de la décision prononcée, dans les conditions prévues aux articles 131-35 et
131-48 du Code pénal. La récidive des contraventions est punie conformément aux dispositions
de l'article 132-11 du code pénal.
¤ Art. R. 111-19-24. Un arrêté du ministre en charge de la construction détermine les modalités
d'application de la présente sous-section.
¤ Article 7
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 7 ainsi rédigée :
Sous-section 7
Délivrance de l'autorisation d'ouverture prévue à l'article L. 111-8-3
Art. R. 111-19-19. Avant toute ouverture d'un établissement recevant du public, à l'exception des
établissements pour lesquels l'attestation prévue à l'article R. 111-19-21 doit être fournie et des
établissements de 5e catégorie au sens de l'article R. 123-19 ne disposant pas de locaux
d'hébergement pour le public, il est procédé à une visite de réception par la commission
compétente mentionnée à l'article R. 111-19-16, destinée à attester de la conformité des travaux à
l'autorisation de travaux prévue à l'article L. 111-8-1. Lorsqu'une commission d'accessibilité
d'arrondissement, communale ou intercommunale, en a reçu compétence en application de
l'article R. 111-19-16, elle peut procéder à cette visite.
Art. R. 111-19-20. L'autorisation d'ouverture d'un établissement recevant du public prévue à
l'article L. 111-8-3 est délivrée au nom de l'Etat dans les mêmes conditions de compétence que
celles définies aux articles R. 111-19-17 et R. 111-19-18.
Elle est délivrée :
- pour les établissements soumis à la fourniture de l'attestation visée à l'article R. 111-19-21, au
vu de cette attestation ;
- pour les autres établissements, après avis de la commission compétente mentionnée à l'article
R. 111-19-16.
L'autorisation d'ouverture est notifiée directement à l'exploitant par lettre recommandée avec
demande d'avis de réception postal. Une ampliation de cette décision est transmise au préfet,
lorsqu'il n'est pas l'autorité compétente pour statuer.
¤ Article 8
Il est inséré, dans la section III du chapitre 1er du titre Ier du livre Ier du Code de la construction
et de l'habitation (partie réglementaire), une sous-section 8 ainsi rédigée :
Sous-section 8
Attestation prévue à l'article L. 111-7-4
¤ Art. R. 111-19-21. A l'issue des travaux mentionnés aux sous-sections 1 à 5 et soumis au permis
de construire prévu à l'article L. 421-1 du code de l'urbanisme, à l'exception de ceux entrepris par
les personnes construisant ou améliorant un logement pour leur propre usage visées à l'article R.
111-18-5, le maître d'ouvrage fait établir, par une personne de son choix répondant aux conditions
fixées à l'article R. 111-19-22, une attestation constatant que les travaux réalisés respectent les
règles d'accessibilité applicables, compte tenu, le cas échéant, des dérogations accordées. Le
maître d'ouvrage adresse l'attestation à l'autorité qui a délivré le permis de construire et au maire
dans un délai de trente jours à compter de la date de l'achèvement des travaux.
¤ Art. R. 111-19-22. La personne qui établit l'attestation prévue à l'article R. 111-19-21 doit être :
a) soit un contrôleur technique au sens de l'article L. 111-23, titulaire d'un agrément l'habilitant à
intervenir sur les bâtiments ;
b) soit un architecte soumis à l'article 2 de la loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l'architecture, qui
ne peut être celui qui a signé la demande de permis de construire.
¤ Art. R. 111-19-23. Est puni d'une amende prévue pour les contraventions de la 5e classe le fait
pour une personne d'établir une attestation visée à l'article R. 111-19-21 en méconnaissance des
conditions fixées à l'article R. 111-19-22. La personne qui a commis cette infraction encourt
également la peine complémentaire d'affichage ou de diffusion, par la presse écrite ou par tout
moyen de communication audio-visuelle, de la décision prononcée, dans les conditions prévues
aux articles 131-35 et 131-48 du Code pénal. La récidive des contraventions est punie conformément aux dispositions de l'article 132-11 du Code pénal.
¤ Art. R. 111-19-24. Un arrêté du ministre en charge de la construction détermine les modalités
d'application de la présente sous-section.
¤ Article 9
Le deuxième alinéa de l'article R. 111-5 du Code de la construction et de l'habitation est remplacé
par les dispositions suivantes :
L'installation d'un ascenseur est obligatoire dans les parties de bâtiments d'habitation collectifs
comportant plus de trois étages accueillant des logements au-dessus ou au-dessous du rez-dechaussée. Si le bâtiment comporte plusieurs rez-de-chaussée, les étages sont comptés à partir
du plus bas niveau d'accès pour les piétons. Lorsque l'installation d'un ascenseur est obligatoire,
61
chaque niveau doit être desservi, qu'il soit situé en étage ou en sous-sol et qu'il comporte des
locaux collectifs ou des parties privatives. Lorsque l'ascenseur n'est pas obligatoire, les parties
de bâtiments comprenant plus de quinze logements situés en étages, au-dessus ou au-dessous
du rez-de-chaussée, doivent être conçues de manière telles qu'elles permettent l'installation
ultérieure d'un ascenseur sans modification des structures et des circulations existantes. Sont
soumis aux obligations du présent alinéa les bâtiments ayant fait l'objet d'une demande de
permis de construire déposée à compter du 1er janvier 2008.
¤ Article 10
Après le septième alinéa de l'article R. 112-2 du code de l'urbanisme, il est ajouté un alinéa ainsi
rédigé :
f ) D'une surface forfaitaire de cinq mètres carrés par logement respectant les règles relatives à
l'accessibilité intérieure des logements aux personnes handicapées prévues selon le cas aux
articles R. 111-18-2, R. 111-18-6, ou aux articles R. 111-18-8 et R. 111-18-9 du code de la construction
et de l'habitation.
¤ Article 11
L'article R. 123-13 du Code de l'urbanisme est complété par un alinéa ainsi rédigé :
Dans le délai de trois mois suivant la publication du schéma départemental d'organisation
sociale et médico-sociale mentionné à l'article L. 312-4 du code de l'action sociale et des familles,
le préfet le notifie au maire ou au président de l'établissement public de coopération intercommunale compétent. Il est tenu compte des mesures prévues par ce plan lors de la plus
prochaine révision du plan local d'urbanisme.
¤ Article 12
Au second alinéa de l'article R. 421-38-20 du code de l'urbanisme, les mots :
“à l'article R. 111-19-3” sont remplacés par les mots : “aux articles R. 111-19-6 et R. 111-19-10.”
¤ Article 13
Sauf disposition contraire, les dispositions des articles 1er à 5 et 9 du présent décret sont
applicables aux demandes de permis de construire déposées à compter du 1er janvier 2007.
Les dispositions de l'article 3 concernant des travaux ne nécessitant pas une demande de permis
de construire entrent en vigueur le 1er janvier 2007.
62
Sauf disposition contraire prévue à ces articles, les dispositions des articles 4 à 8 qui concernent
les travaux ou les modifications portant sur un établissement recevant du public ou qui concernent la création d'un tel établissement sont applicables aux demandes d'autorisation prévues à
l'article L. 111-8-1 du code de la construction et de l'habitation déposées à compter du 1er janvier
2007. Les dispositions des articles 10 et 11 entrent en vigueur le 1er janvier 2007.
¤ Article 14
Nonobstant les dispositions de l'article 5 et les dispositions de l'article précédent :
1°) Les parties de bâtiment des préfectures où sont délivrées les prestations offertes au public
doivent respecter les dispositions du a et du b du II ou du a du III de l'article R. 111-19-8, au plus
tard le 31 décembre 2010. Au plus tard le 31 décembre 2007, l'ensemble des prestations doivent
pouvoir être délivrées aux personnes handicapées dans au moins une partie du bâtiment
respectant les dispositions du a et du b du II ou du a du III, de l'article R. 111-19-8.
2°) Les parties classées en établissement recevant du public des bâtiments accueillant des
établissements d'enseignement supérieur et appartenant à l'Etat doivent respecter les dispositions
du a et du b du II ou du a du III de l'article R. 111-19-8 au plus tard le 31 décembre 2010.
¤ Article 15
Le Ministre d'Etat, Ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, la Ministre de la
défense, le Ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement, le Garde des sceaux,
Ministre de la justice, le Ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, le
Ministre de la santé et des solidarités, le Ministre de la culture et de la communication, le Ministre
des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l'artisanat et des professions libérales, le
Ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative et le Ministre délégué à la sécurité
sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille sont chargés, chacun en
ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la
République française.
Fait à Paris, le 17 mai 2006.
Arrêté du 1er août 2006 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-18 à R.
111-18-7 du code de la construction et de l’habitation, relatives à l’accessibilité aux personnes
handicapées des bâtiments d'habitation collectifs et des maisons individuelles lors de leur
construction.
NOR: SOCU0611477A
Le Ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement,
Le Ministre de la santé et des solidarités,
Le Ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées
et à la famille,
Vu la directive 98/34/CE du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d’information dans le domaine
des normes et réglementation techniques, modifiée par la directive 98/48/CE du 20 juillet 1998,
Vu le code de la construction et de l’habitation,
Vu l'avis du conseil national consultatif des personnes handicapées en date du 20 juin 2006,;
Arrêtent :
Chapitre 1
Caractéristiques relatives aux bâtiments d’habitation collectifs neufs
¤ Article 1 – Les dispositions du présent chapitre sont prises pour l'application des dispositions
des articles R. 111-18 à R. 111-18-3 du Code de la construction et de l'habitation pour l’accessibilité
aux personnes handicapées, notamment physiques, sensorielles, cognitives, mentales ou
psychiques. Les dispositions architecturales et les aménagements propres à assurer l'accessibilité des bâtiments d’habitation collectifs neufs et de leurs abords doivent satisfaire aux
obligations définies aux articles 2 à 16.
¤ Article 2 – Dispositions relatives aux cheminements extérieurs
I. Un cheminement accessible doit permettre d'atteindre l'entrée du ou des bâtiments depuis
l'accès au terrain. Le choix et l'aménagement de ce cheminement sont tels qu'ils facilitent la
continuité de la chaîne du déplacement avec l'extérieur du terrain.
Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience visuelle,
auditive ou mentale de se localiser, s'orienter et atteindre le bâtiment aisément et sans danger et
permet à une personne ayant une déficience motrice d'accéder aisément à tout équipement ou
aménagement utilisable par les occupants ou les visiteurs de l’immeuble. Les caractéristiques
d'un cheminement accessible sont définies au II ci-après.
Lorsqu'il existe plusieurs cheminements, les cheminements accessibles sont signalés de manière
adaptée.
Lorsque les caractéristiques du terrain ne permettent pas la réalisation d'un cheminement
accessible depuis l'extérieur du terrain, un espace de stationnement adapté tel que défini à
l’article 3 est prévu à proximité de l'entrée du bâtiment et relié à celle-ci par un cheminement
accessible.
II. Les cheminements extérieurs accessibles aux personnes handicapées doivent répondre aux
dispositions suivantes :
1° Repérage et guidage
Une signalisation adaptée doit être mise en place à l’entrée du terrain de l’opération, à proximité
des places de stationnement pour les visiteurs, ainsi qu’en chaque point du cheminement
accessible où un choix d’itinéraire est donné à l’usager. Les éléments de signalisation doivent
répondre aux exigences définies à l’annexe 3.
Le revêtement du cheminement accessible doit présenter un contraste visuel et tactile par
rapport à son environnement. A défaut, le cheminement doit comporter sur toute sa longueur un
repère continu, tactile pour le guidage à l'aide d'une canne d’aveugle, et visuellement contrasté
par rapport à son environnement pour faciliter le guidage des personnes mal-voyantes.
2° Caractéristiques dimensionnelles
a) Profil en long :
Le cheminement accessible doit être horizontal et sans ressaut.
Lorsqu’une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5%
doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs de pentes suivantes sont tolérées
exceptionnellement :
- jusqu’à 8% sur une longueur inférieure ou égale à 2 m ;
- jusqu’à 10% sur une longueur inférieure ou égale à 0,50 m.
Un palier de repos est nécessaire en haut et en bas de chaque plan incliné quelle qu'en soit la
longueur. En cas de plan incliné de pente supérieure ou égale à 4%, un palier de repos est
nécessaire tous les 10 m. Les caractéristiques dimensionnelles du palier sont définies à l’annexe 2.
Lorsqu'il ne peut être évité, un faible écart de niveau peut être traité par un ressaut à bord arrondi
ou muni d’un chanfrein et dont la hauteur doit être inférieure ou égale à 2 cm. Cette hauteur
maximale peut toutefois être portée à 4 cm si le ressaut comporte sur toute sa hauteur une pente
ne dépassant pas 33%. Il est interdit de traiter un cheminement accessible par des ressauts
successifs constituant des marches de faible hauteur avec un giron important, dits “pas d’âne”.
63
b) Profil en travers :
La largeur minimale du cheminement accessible doit être de 1,20 m libre de tout obstacle afin de
faciliter les croisements. Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur
minimale du cheminement peut, sur une faible longueur, être comprise entre 0,90 m et 1,20 m de
manière à laisser le passage pour une personne en fauteuil roulant.
Le cheminement doit être conçu et mis en œuvre de manière à éviter la stagnation d'eau.
Lorsqu’un dévers est nécessaire, il doit être inférieur ou égal à 2%.
c) Espaces de manœuvre et d'usage pour les personnes circulant en fauteuil roulant :
Un espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour est nécessaire en chaque point du
cheminement où un choix d’itinéraire est donné à l’usager.
Un espace de manœuvre de porte est nécessaire de part et d’autre de chaque porte ou portillon
situé le long du cheminement.
Un espace d'usage est nécessaire devant chaque équipement ou aménagement situé le long du
cheminement afin d’en permettre l’atteinte et l’usage.
Les caractéristiques dimensionnelles de ces différents espaces sont définies à l’annexe 2.
3° Sécurité d’usage
Le sol ou le revêtement de sol du cheminement accessible doit être non meuble, non glissant, non
réfléchissant et sans obstacle à la roue.
Les trous et fentes situés dans le sol du cheminement doivent avoir une largeur ou un diamètre
inférieur ou égal à 2 cm.
Le cheminement accessible doit être libre de tout obstacle. Afin d’être repérables, les éléments
éventuels qui ne peuvent pas être mis en-dehors du cheminement doivent répondre aux
exigences suivantes :
- s’ils sont suspendus au-dessus du cheminement, laisser un passage libre d’au moins 2,20 m de
hauteur au-dessus du sol ;
- s’ils sont implantés sur le cheminement, quelle que soit leur hauteur, ou en saillie latérale de
plus de 15 cm sur le cheminement, comporter un élément de contraste visuel par rapport à leur
environnement immédiat et un rappel tactile ou un prolongement au sol.
Lorsque le cheminement est bordé à une distance inférieure à 0,90 m par une rupture de niveau
d’une hauteur de plus de 0,40 m, un dispositif de protection doit être implanté afin d'éviter les
chutes. Lorsqu'un escalier est situé dans un espace de circulation, la partie située en dessous de
2,20 m, si elle n'est pas fermée, doit être visuellement contrastée, comporter un rappel tactile au
sol et être réalisée de manière à prévenir les dangers de chocs pour des personnes aveugles ou
malvoyantes. Les parois vitrées situées sur les cheminements ou en bordure immédiate de ceuxci doivent être repérables par des personnes de toutes tailles à l’aide d’éléments visuels
contrastés par rapport à l'environnement immédiat.
64
Toute volée d'escalier comportant trois marches ou plus doit répondre aux exigences suivantes :
- une main courante répondant aux exigences définies au 3° du II de l’article 6-1 est obligatoire ;
- en haut de l’escalier, un revêtement de sol doit permettre l'éveil de la vigilance à une distance
de 0,50 m de la première marche grâce à un contraste visuel et tactile ;
- la première et la dernière marches doivent être pourvues d'une contremarche d'une hauteur
minimale de 0,10 m.
Lorsqu’un cheminement accessible croise un itinéraire emprunté par des véhicules, il doit
comporter un élément permettant l'éveil de la vigilance des piétons au droit de ce croisement. Un
marquage au sol et une signalisation doivent également indiquer aux conducteurs des véhicules
qu’ils croisent un cheminement pour piétons.
Le cheminement doit comporter un dispositif d'éclairage répondant aux exigences définies à
l’article 10.
¤ Article 3 – Dispositions relatives au stationnement automobile
I. Tout parc de stationnement automobile intérieur ou extérieur dépendant d'un bâtiment
d'habitation, qu'il soit à l'usage des occupants ou des visiteurs, doit comporter une ou plusieurs
places adaptées répondant aux conditions du II ci-après. Ces places adaptées sont localisées à
proximité de l’entrée du bâtiment ou de l'ascenseur et reliées à ceux-ci par un cheminement
accessible tel que défini selon les cas à l’article 2 ou à l'article 5.
II. - Les places des parcs de stationnement automobile adaptées pour les personnes handicapées
doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Nombre
Les places adaptées destinées à l’usage des occupants doivent représenter au minimum 5% du
nombre total de places prévues pour les occupants. De plus, les places adaptées destinées à
l’usage des visiteurs doivent représenter au minimum 5% du nombre total de places prévues
pour les visiteurs. Dans les deux cas, le nombre minimal de places adaptées est arrondi à l’unité
supérieure.
2° Repérage
Un marquage au sol doit signaler chaque place adaptée destinée aux visiteurs.
3° Caractéristiques dimensionnelles
Une place de stationnement adaptée doit correspondre à un espace horizontal au dévers près,
inférieur ou égal à 2%.
La largeur minimale des places adaptées doit être de 3,30 m.
4° Atteinte et usage
Qu’elle soit à l’extérieur ou à l’intérieur du bâtiment, une place de stationnement adaptée doit se
raccorder sans ressaut de plus de 2 cm au cheminement d’accès à l’entrée du bâtiment ou à
l’ascenseur. Sur une longueur d’au moins 1,40 m à partir de la place de stationnement adaptée,
ce cheminement doit être horizontal au dévers près. Les places adaptées, quelle que soit leur
configuration et notamment lorsqu’elles sont réalisées dans un volume fermé, sont telles qu’un
usager en fauteuil roulant peut quitter l’emplacement une fois le véhicule garé.
¤ Article 4 – Dispositions relatives aux accès aux bâtiments
I. Le niveau d’accès principal au bâtiment pour les occupants et les visiteurs doit être accessible
en continuité avec le cheminement extérieur accessible.
Lorsque l’affichage du nom des occupants et l’installation de boîtes aux lettres sont prévus, ces
informations et équipements doivent être situés au niveau d’accès principal au bâtiment.
Tout dispositif visant à permettre ou restreindre l'accès au bâtiment ou à se signaler à un
occupant doit pouvoir être repéré, atteint et utilisé par une personne handicapée.
Lorsqu'un dispositif permet une communication entre visiteur et occupant, il doit permettre à une
personne handicapée occupante d'entrer en communication avec le visiteur.
II. Pour l'application du I, l’accès au bâtiment doit répondre aux dispositions suivantes :
1° Repérage
Les entrées principales du bâtiment doivent être facilement repérables par des éléments
architecturaux ou par un traitement utilisant des matériaux différents ou visuellement contrastés.
Tout dispositif visant à permettre ou restreindre l’accès au bâtiment ou à se signaler à un
occupant, et notamment le portier d’immeuble, doit être facilement repérable par un contraste
visuel ou une signalétique répondant aux exigences définies à l’annexe 3, et ne doit pas être situé
dans une zone sombre.
2° Atteinte et usage
Les systèmes de contrôle d’accès ou de communication entre visiteurs et occupants ainsi que les
dispositifs de commande manuelle doivent répondre aux exigences suivantes :
- être situés à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l’approche
d’un fauteuil roulant ;
- être situés à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m.
Le système d’ouverture des portes doit être utilisable en position “debout” comme en position
“assis”. Lorsqu’il existe un dispositif de déverrouillage électrique, il doit permettre à une
personne à mobilité réduite d’atteindre la porte et d'entamer la manœuvre d’ouverture avant que
la porte ne soit à nouveau verrouillée. Tout signal lié au fonctionnement des dispositifs d'accès
doit être sonore et visuel.
Les appareils d’interphonie sont munis d’un système permettant à un occupant de visualiser ses
visiteurs. Les combinés sont équipés d'une boucle magnétique permettant l’amplification par
une prothèse auditive.
Les appareils à menu déroulant doivent permettre l'appel direct par un code. Afin d’être lisible par
une personne mal voyante, toute information doit répondre aux exigences définies à l'annexe 3.
¤ Article 5 – Dispositions relatives aux circulations intérieures horizontales des parties communes
Les circulations intérieures horizontales doivent être accessibles et sans danger pour les
personnes handicapées. Les principaux éléments structurants du cheminement doivent être
repérables par les personnes ayant une déficience visuelle et facilement identifiables par les
personnes ayant une déficience mentale.
Dans les bâtiments ne comportant pas d’ascenseur, lorsque le niveau d’accès principal comporte
un niveau décalé de moins de 1,20 m avec des logements, des locaux collectifs, caves et celliers,
ou des places de stationnement adaptées, ce niveau doit être desservi par un cheminement
accessible.
Une dénivellation qui ne peut être franchie par un cheminement accessible doit faire l’objet d’une
demande de dérogation dans les conditions fixées par l’article R. 111-18-3 du code de la
construction et de l’habitation. Dans ce cas, la dénivellation doit a minima être compensée par
l'installation d'un appareil élévateur, à condition qu'il soit localisé en intérieur, d'usage
permanent et respectant les réglementations en vigueur.
Les occupants handicapés doivent pouvoir accéder à l'ensemble des locaux collectifs ainsi qu'aux
caves et celliers.
Les circulations intérieures horizontales doivent répondre aux exigences applicables au
cheminement extérieur accessible visées à l’article 2, à l’exception des dispositions concernant :
- l’aménagement d’espaces de man?uvre avec possibilité de demi-tour pour une personne
circulant en fauteuil roulant ;
- le repérage et le guidage ;
- le passage libre sous les obstacles en hauteur, qui est réduit à 2 m dans les parcs de
stationnement et les accès aux caves.
¤ Article 6 – Dispositions relatives aux circulations intérieures verticales des parties communes
Les circulations intérieures verticales des parties communes doivent répondre aux dispositions
suivantes :
Toute dénivellation des circulations horizontales supérieure ou égale à 1,20 m détermine un
niveau décalé considéré comme un étage. Lorsque le bâtiment comporte un ascenseur, tout
niveau décalé de ce type doit être desservi.
Lorsque des marches sont situées entre le niveau principal d’accès au bâtiment et l’escalier
desservant les étages, un revêtement de sol doit permettre, en haut des marches, l'éveil de la
vigilance à une distance de 0,50 m de la première marche grâce à un contraste visuel et tactile.
65
Ces marches doivent répondre aux exigences définies aux 1° et 2° du II de l’article 6-1. Lorsque
l’ascenseur ou l’escalier n’est pas visible depuis l’entrée ou le hall du niveau d’accès au bâtiment,
il doit y être repéré par une signalisation adaptée répondant aux exigences définies à l’annexe 3.
Lorsqu’il existe plusieurs ascenseurs ou escaliers desservant de façon sélective les différents
niveaux, cette signalisation doit aider l’usager à choisir l'ascenseur ou l'escalier qui lui convient.
Pour les ascenseurs, cette information doit figurer également à proximité des commandes d’appel.
L'installation ultérieure d'un ascenseur répondant aux exigences définies à l’article 6-2 dans une
partie de bâtiment comprenant plus de quinze logements situés en étages au-dessus ou audessous du rez-de-chaussée peut être réalisée à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment.
Dans les deux cas, le principe d’installation doit être prévu dès la construction du bâtiment ou de
la partie de bâtiment.
6-1 – Escaliers
I. - Les escaliers situés dans les parties communes doivent pouvoir être utilisés en sécurité par
les personnes handicapées y compris lorsqu’une aide appropriée est nécessaire. La sécurité des
personnes doit être assurée par des aménagements ou équipements facilitant notamment le
repérage des obstacles et l'équilibre tout au long de l'escalier.
II. - A cette fin, ces escaliers doivent répondre aux dispositions suivantes, que le bâtiment
comporte ou non un ascenseur :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale entre mains courantes doit être de 1,00 m.
Les marches doivent répondre aux exigences suivantes :
- hauteur inférieure ou égale à 17 cm ;
- largeur du giron supérieure ou égale à 28 cm.
2° Sécurité d'usage
En haut de l’escalier, un revêtement de sol doit permettre l'éveil de la vigilance à une distance de
0,50 m de la première marche grâce à un contraste visuel et tactile. La première et la dernière
marches doivent être pourvues d'une contremarche d'une hauteur minimale de 0,10 m, visuellement contrastée par rapport à la marche.
Les nez de marches doivent répondre aux exigences suivantes :
- être contrastés visuellement par rapport au reste de l’escalier ;
- être antidérapants ;
- ne pas présenter de débord excessif par rapport à la contremarche.
L’escalier doit comporter un dispositif d'éclairage répondant aux exigences définies à l’article 10.
3° Atteinte et usage
L'escalier, quelle que soit sa conception, doit comporter une main courante de chaque côté. Toute
main courante doit répondre aux exigences suivantes :
66
- être située à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,00 m. Toutefois, lorsqu’un garde-corps tient
lieu de main courante, celle-ci devra être située pour des motifs de sécurité à la hauteur minimale
requise pour le garde-corps ;
- se prolonger horizontalement de la longueur d'une marche au-delà de la première et de la
dernière marche de chaque volée sans pour autant créer d’obstacle au niveau des circulations
horizontales ;
- être continue, rigide et facilement préhensible ;
- être différenciée de la paroi support grâce à un éclairage particulier ou à un contraste visuel.
6-2 – Ascenseurs
Tous les ascenseurs doivent pouvoir être utilisés par les personnes handicapées. Les
caractéristiques et la disposition des commandes extérieures et intérieures à la cabine doivent,
notamment, permettre leur repérage et leur utilisation par ces personnes. Dans les ascenseurs,
des dispositifs doivent permettre d’une part de s'appuyer et d’autre part de recevoir par des
moyens adaptés les informations liées aux mouvements de la cabine, aux étages desservis et au
système d’alarme.
A cette fin, les ascenseurs doivent être conformes à la norme NF EN 81-70 relative à “l'accessibilité
aux ascenseurs pour toutes les personnes y compris les personnes avec handicap”, ou à tout
système équivalent permettant de satisfaire à ces mêmes exigences.
¤ Article 7 – revêtements des sols, murs et plafonds des parties communes
Les revêtements de sol et les équipements situés sur le sol des cheminements des parties
communes doivent être sûrs et permettre une circulation aisée des personnes handicapées. Les
revêtements de sols, murs et plafonds ne doivent pas créer de gêne visuelle ou sonore pour les
personnes ayant une déficience sensorielle.
A cette fin, les dispositions suivantes doivent être respectées :
- qu’ils soient posés ou encastrés, les tapis situés devant les portes d’accès au bâtiment et dans
les halls doivent présenter la dureté nécessaire pour ne pas gêner la progression d’un fauteuil
roulant. Ils ne doivent pas créer de ressaut de plus de 2 cm ;
- l’aire d’absorption équivalente des revêtements et éléments absorbants disposés dans les halls
et les circulations intérieures desservant des logements doit représenter au moins 25% de la
surface au sol de ces circulations. L'aire d'absorption équivalente A d'un revêtement absorbant
est donnée par la formule : A = S ´ · w où S désigne la surface du revêtement absorbant et · w son
indice d'évaluation de l'absorption, défini dans la norme NF EN ISO 11 654.
¤ Article 8 – Dispositions relatives aux portes et aux sas des parties communes
I. Toutes les portes situées dans ou donnant sur les parties communes doivent permettre le
passage des personnes handicapées et pouvoir être man?uvrées par des personnes ayant des
capacités physiques réduites, y compris en cas de système d'ouverture complexe. Les portes
comportant une partie vitrée importante doivent pouvoir être repérées par les personnes malvoyantes de toutes tailles et ne pas créer de gêne visuelle. Les sas doivent permettre le passage
et la manœuvre des portes par les personnes handicapées.
II. - Pour satisfaire aux exigences du I, ces portes doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
Les portes doivent avoir une largeur minimale de 0,90 m. La largeur de passage minimale lorsque
le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,83 m. Dans le cas de portes à plusieurs vantaux, le vantail
couramment utilisé doit respecter cette exigence.
Les portes des caves et des celliers doivent avoir une largeur minimale de 0,80 m. La largeur de
passage minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,77 m. S’il ne peut être évité,
le ressaut dû au seuil doit comporter au moins un bord arrondi ou muni d’un chanfrein, et sa
hauteur maximale doit être de 2 cm. Un espace de manœuvre de porte dont les caractéristiques
dimensionnelles sont définies à l’annexe 2 est nécessaire devant chaque porte, à l'exception de
celles ouvrant sur un escalier.
Les sas situés dans les parties communes doivent être tels que :
- à l'intérieur du sas, un espace de manœuvre de porte existe devant chaque porte, hors
débattement éventuel de la porte non manœuvrée ;
- à l'extérieur du sas, un espace de manœuvre de porte existe devant chaque porte.
Les caractéristiques dimensionnelles de ces espaces sont définies à l’annexe 2.
2° Atteinte et usage
Les poignées de porte doivent répondre aux exigences suivantes :
- être facilement préhensibles et manœuvrables en position « debout » comme « assis » y compris
par une personne ayant des difficultés à saisir et à faire un geste de rotation du poignet ;
- leur extrémité doit être située à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre
obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Les serrures doivent être situées à plus de 0,30 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre
obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Lorsqu’une porte est à ouverture automatique, la durée d’ouverture doit permettre le passage de
personnes à mobilité réduite. Lorsqu’une porte comporte un système d’ouverture électrique, le
déverrouillage doit être signalé par un signal sonore et lumineux.
L’effort nécessaire pour ouvrir la porte doit être inférieur ou égal à 50 N, que la porte soit ou non
équipée d’un dispositif de fermeture automatique.
3° Repérage
Les portes comportant une partie vitrée importante doivent être repérables ouvertes comme
fermées à l’aide d’éléments visuels contrastés par rapport à l'environnement immédiat.
¤ Article 9 – Dispositions relatives aux équipements et aux dispositifs de commande et de service
des parties communes
I. - Les équipements, les dispositifs de commande et de service situés sur les cheminements
extérieurs ainsi que dans les parties communes doivent pouvoir être repérés, atteints et utilisés
par les personnes handicapées. La disposition des équipements ne doit pas créer d'obstacle ou
de danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.
II. - Pour satisfaire aux exigences du I, les équipements et dispositifs destinés à l'usage des
occupants ou des visiteurs, et notamment les boîtes aux lettres et les commandes d’éclairage,
doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Repérage
Ces équipements et dispositifs doivent être repérables grâce à un éclairage particulier ou à un
contraste visuel. Les commandes d’éclairages doivent être visibles de jour comme de nuit.
2° Atteinte et usage
Ces équipements et dispositifs doivent être situés :
- à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un
fauteuil roulant ;
- à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m ;
- au droit d’un espace d'usage dont les caractéristiques dimensionnelles sont définies à l’annexe 2.
Toutefois, s’agissant des boîtes aux lettres normalisées, cette obligation ne concerne que 30 %
d’entre elles.
¤ Article 10 – Dispositions relatives à l’éclairage des parties communes
La qualité de l'éclairage, artificiel ou naturel, des circulations communes intérieures et
extérieures doit être telle que l'ensemble du cheminement est traité sans créer de gêne visuelle.
Les parties du cheminement qui peuvent être source de perte d’équilibre, les dispositifs d'accès
et les informations fournies par la signalétique font l'objet d'une qualité d'éclairage renforcée.
Les locaux collectifs font l'objet d'un éclairage suffisant.
A cette fin, le dispositif d’éclairage artificiel doit répondre aux dispositions suivantes :
Il doit permettre, lorsque l’éclairement naturel n’est pas suffisant, d’assurer des valeurs d’éclairement mesurées au sol d’au moins :
- 20 lux en tout point du cheminement extérieur accessible ;
- 100 lux en tout point des circulations intérieures horizontales ;
67
- 150 lux en tout point de chaque escalier ;
- 100 lux à l’intérieur des locaux collectifs.
Lorsque la durée de fonctionnement du système d’éclairage est temporisée, l'extinction doit être
progressive. Dans le cas d’un fonctionnement par détection de présence, la détection doit couvrir
l’ensemble de l’espace concerné et deux zones de détection successives doivent obligatoirement
se chevaucher.
¤ Article 11 – Dispositions relatives aux caractéristiques de base des logements
Tous les logements doivent présenter les caractéristiques de base suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale des circulations intérieures doit être de 0,90 m.
La porte d’entrée doit avoir une largeur minimale de 0,90 m.
La largeur de passage minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,83 m.
La largeur minimale des portes intérieures doit être de 0,80 m. La largeur de passage minimale
lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,77 m. Dans le cas de portes à plusieurs vantaux,
le vantail couramment utilisé doit respecter cette exigence.
S’il ne peut être évité, le ressaut dû au seuil doit comporter au moins un bord arrondi ou muni
d’un chanfrein, et sa hauteur maximale doit être de 2 cm.
2° Atteinte et usage
A l’intérieur du logement, il doit exister devant la porte d'entrée et hors débattement du vantail
un espace de manœuvre de porte dont les caractéristiques dimensionnelles sont définies à
l’annexe 2.
La poignée de la porte d’entrée doit être facilement préhensible. Son extrémité doit être située à
0,40 m au moins d'un angle de paroi ou de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
La serrure de la porte d’entrée doit être située à plus de 0,30 m d’un angle rentrant de parois ou
de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Tous les dispositifs de commande, y compris les dispositifs d'arrêt d'urgence, les dispositifs de
manœuvre des fenêtres et portes-fenêtres ainsi que des systèmes d’occultation extérieurs
commandés de l’intérieur doivent être :
- situés à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m du sol ;
- manœuvrables en position « debout » comme en position « assis ».
Un interrupteur de commande d'éclairage doit être situé en entrée de chaque pièce.
Les prises d'alimentation électrique, les prises d'antenne et de téléphone ainsi que les branchements divers imposés par les normes et règlements applicables doivent être situés à une hauteur
inférieure ou égale à 1,30 m du sol.
68
¤ Article 12 – Dispositions relatives aux escaliers des logements
Dans les logements réalisés sur plusieurs niveaux, les escaliers intérieurs doivent répondre aux
dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale de l’escalier doit être de 0,80 m. Lorsqu'une main courante empiète sur
l’emmarchement de plus de 0,10 m, la largeur de l’escalier se mesure à l'aplomb de la main
courante.
Les marches doivent être conformes aux exigences suivantes :
- hauteur inférieure ou égale à 18 cm ;
- largeur du giron supérieure ou égale à 24 cm.
2° Sécurité d'usage
L’escalier doit comporter un dispositif d'éclairage artificiel supprimant toute zone sombre,
commandé aux différents niveaux desservis.
3° Atteinte et usage
Lorsqu’il est inséré entre parois pleines, l’escalier doit comporter au moins une main courante
répondant aux exigences définies au 3° du II de l’article 6-1. En l'absence de paroi sur l’un ou
l’autre des côtés de l'escalier, le garde-corps installé tient lieu de main courante.
Les nez de marches ne doivent pas présenter de débord excessif par rapport à la contremarche.
¤ Article 13 – Dispositions relatives aux caractéristiques des logements en rez-de-chaussée,
desservis par ascenseur ou susceptibles de l'être
En plus des caractéristiques de base décrites à l’article 11, les logements situés au rez-dechaussée ou en étages desservis ou pouvant être desservis par ascenseur doivent présenter les
caractéristiques d’accessibilité et d’adaptabilité suivantes :
1° Généralités
L’unité de vie des logements concernés par le présent article et réalisés sur un seul niveau est
constituée des pièces suivantes : la cuisine ou la partie du studio aménagée en cuisine, le séjour,
une chambre ou la partie du studio aménagée en chambre, un cabinet d’aisances et une salle
d’eau.
2° Caractéristiques dimensionnelles
Dès la construction, les caractéristiques suivantes doivent être respectées :
Une personne dont le fauteuil roulant présente des caractéristiques dimensionnelles définies à
l’annexe 1, doit pouvoir passer dans toutes les circulations intérieures des logements conduisant
à une pièce de l'unité de vie ;
- pénétrer dans toutes les pièces de l’unité de vie.
La cuisine, ou la partie du studio aménagée en cuisine, doit offrir un passage d’une largeur
minimale de 1,50 m entre les appareils ménagers installés ou prévisibles compte tenu des
possibilités de branchement et d'évacuation, les meubles fixes et les parois, et ce hors du
débattement de la porte.
Une chambre au moins doit offrir, en-dehors du débattement de la porte et de l’emprise d’un lit
de 1,40 m à 1,90 m :
- un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre ;
- un passage d’au moins 0,90 m sur les deux grands côtés du lit ;
- un passage d’au moins 1,20 m sur le petit côté libre du lit.
Dans le cas d’un logement ne comportant qu’une pièce principale, le passage de 0,90 m n'est
exigé que sur un grand côté, le lit pouvant être considéré accolé à une paroi.
Une salle d’eau au moins doit offrir un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre en-dehors du
débattement de la porte et des équipements fixes.
Un cabinet d’aisances au moins doit offrir un espace libre d’au moins 0,80 m à 1,30 m latéralement à la cuvette et en dehors du débattement de la porte. A la livraison, cet espace peut être
utilisé à d’autres fins, sous réserve que les travaux de réintégration de l’espace dans le WC soient
des travaux simples.
3° Atteinte et usage
Pour chaque pièce de l'unité de vie, une prise de courant est disposée à proximité immédiate de
l’interrupteur de commande d'éclairage situé en entrée de la pièce.
¤ Article 14 – Dispositions relatives aux accès aux balcons, terrasses et loggias
Dans les logements ayant fait l’objet d’une demande de permis de construire déposée à compter
du 1er janvier 2008, tout balcon, loggia ou terrasse situé au niveau d’accès au logement doit
posséder au moins un accès depuis une pièce de vie respectant les dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale de l’accès doit être de 0,80 m.
2° Atteinte et usage
Le ressaut dû au seuil de la porte-fenêtre et rendu obligatoire par les règles de l'art doit être
franchissable à l’aide d’un plan incliné éventuellement additionnel.
Lorsque la douche n'est pas installée dès l'origine, son aménagement ultérieur doit être possible
sans intervention sur le gros œuvre. Lorsque le logement comprend plusieurs salles d'eau, la
salle d'eau ainsi équipée est située au niveau accessible.
¤ Article 16 – Dispositions relatives aux logements destinés à l’occupation temporaire ou
saisonnière
Les logements destinés à l’occupation temporaire ou saisonnière dont la gestion et l’entretien
sont organisés et assurés de façon permanente doivent présenter les caractéristiques
d’accessibilité décrites aux articles 11 à 15.
Toutefois, ils peuvent bénéficier d’une dérogation dans les conditions fixées au deuxième alinéa
de l’article R. 111-18-3 du Code de la construction et de l’habitation, dès lors que 5% des
logements présentent, outre les caractéristiques d’accessibilité décrites aux articles 11 à 15, les
caractéristiques supplémentaires suivantes :
- un cabinet d’aisances au moins doit offrir dès la livraison un espace libre d’au moins 0,80 m à
1,30 m latéralement à la cuvette et en dehors du débattement de la porte.
Ce cabinet est équipé d'une barre d'appui permettant le transfert d'une personne en fauteuil
roulant ;
- une salle d’eau au moins comporte dès la livraison une douche accessible équipée de barres
d'appui ;
- un passage libre est ménagé sous un lavabo ainsi que sous l'évier afin de permettre leur
utilisation par une personne en fauteuil roulant ;
- les appareils de cuisson et leurs commandes sont utilisables par une personne en fauteuil
roulant ;
- chacune des pièces de l'unité de vie dispose de volumes de rangement accessibles à une
personne en fauteuil roulant.
¤ Article 15 – Dispositions relatives à l'adaptabilité de la salle d'eau
Dans les logements ayant fait l’objet d’une demande de permis de construire déposée à compter
du 1er janvier 2010, au moins une salle d'eau doit être équipée de manière à ménager la possibilité
d'installer une douche accessible.
69
Chapitre 2
Caractéristiques relatives aux maisons individuelles neuves
¤ Article 17 – Les dispositions du présent arrêté sont prises pour l'application des dispositions
des articles R. 111-18-4 à R. 111-18-7 du Code de la construction et de l'habitation.
Les dispositions architecturales et les aménagements propres à assurer l'accessibilité des maisons
individuelles et de leurs abords doivent satisfaire aux obligations définies aux articles 18 à 27.
¤ Article 18 – Dispositions relatives aux cheminements extérieurs
I. Un cheminement accessible doit permettre d'atteindre l'entrée du logement depuis l'accès au
terrain. Le choix et l'aménagement de ce cheminement sont tels qu'ils facilitent la continuité de
la chaîne du déplacement avec l'extérieur du terrain.
Lorsque des locaux ou équipements collectifs sont affectés à des ensembles résidentiels, un
cheminement accessible relie ces locaux ou équipements à chaque logement.
Le cheminement accessible permet notamment à une personne ayant une déficience visuelle,
auditive ou mentale de se localiser, s'orienter et atteindre le logement aisément et en sécurité et
permet à une personne ayant une déficience motrice d'accéder aisément à tout équipement ou
aménagement utilisable par les occupants du logement ou les visiteurs. Les caractéristiques d'un
cheminement accessible sont définies au II ci-après. Lorsque les caractéristiques du terrain ne
permettent pas la réalisation d'un cheminement accessible depuis l'extérieur du terrain, un
espace de stationnement adapté tel que défini à l’article 19 est prévu à proximité de l'entrée du
logement et relié à celle-ci par un cheminement accessible. Lorsque les caractéristiques du
terrain où sont implantés les locaux ou équipements collectifs ne permettent pas la réalisation
d'un cheminement accessible, un espace de stationnement adapté tel que défini à l’article 19 est
aménagé et relié par un cheminement accessible à chaque local collectif ou équipement collectif.
II. Les cheminements extérieurs accessibles aux personnes handicapées doivent répondre aux
dispositions suivantes :
1° Repérage et guidage
Le revêtement du cheminement accessible doit présenter un contraste visuel et tactile par
rapport à son environnement ou, à défaut, comporter sur toute sa longueur un repère continu,
tactile pour permettre le guidage à l'aide d'une canne d’aveugle, et visuellement contrasté pour
faciliter le guidage des personnes mal-voyantes.
2° Caractéristiques dimensionnelles
a) Profil en long :
Le cheminement accessible doit être horizontal et sans ressaut. Lorsqu’une dénivellation ne peut
être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5% doit être aménagé afin de la franchir.
70
Les valeurs de pentes suivantes sont tolérées exceptionnellement :
- jusqu’à 8% sur une longueur inférieure ou égale à 2 m ;
- jusqu’à 10% sur une longueur inférieure ou égale à 0,50 m.
Un palier de repos est nécessaire en haut et en bas de chaque plan incliné quelle qu'en soit la
longueur. En cas de plan incliné de pente supérieure ou égale à 4%, un palier de repos est
nécessaire tous les 10 m.
Les caractéristiques dimensionnelles de ce palier sont définies à l’annexe 2.
Lorsqu'il ne peut être évité, un faible écart de niveau peut être traité par un ressaut à bord arrondi
ou muni d’un chanfrein et dont la hauteur doit être inférieure ou égale à 2 cm. Cette hauteur
maximale peut toutefois être portée à 4 cm si le ressaut comporte sur toute sa hauteur une pente
ne dépassant pas 33%.
Il est interdit de traiter un cheminement accessible par des ressauts successifs constituant des
marches de faible hauteur avec un giron important, dits “pas d’âne”.
b) Profil en travers :
La largeur minimale du cheminement accessible doit être de 1,20 m libre de tout obstacle afin de
faciliter les croisements.
Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur minimale du cheminement peut
être comprise entre 0,90 m et 1,20 m sur une faible longueur de manière à laisser le passage pour
une personne en fauteuil roulant.
Le cheminement doit être conçu et mis en ?uvre de manière à éviter la stagnation d'eau.
Lorsqu’un dévers est nécessaire, il doit être inférieur ou égal à 2%.
c) Espaces de man?uvre et d'usage pour les personnes circulant en fauteuil roulant :
Un espace de man?uvre avec possibilité de demi-tour est nécessaire en chaque point du
cheminement où un choix d’itinéraire est donné à l’usager.
Un espace de man?uvre de porte est nécessaire de part et d’autre de chaque porte ou portail
situé le long du cheminement.
Un espace d'usage est nécessaire devant chaque équipement ou aménagement situé le long du
cheminement afin d’en permettre l’atteinte et l’usage.
Les caractéristiques dimensionnelles de ces différents espaces sont définies à l’annexe 2.
3° Sécurité d’usage
Le sol ou le revêtement de sol du cheminement accessible doit être non meuble, non glissant, non
réfléchissant et sans obstacle à la roue.
Les trous et fentes situés dans le sol du cheminement doivent avoir une largeur ou un diamètre
inférieur ou égal à 2 cm. Le cheminement accessible doit être libre de tout obstacle.
Afin d’être repérables, les éléments éventuels qui ne peuvent pas être mis en-dehors du
cheminement doivent répondre aux exigences suivantes :
- s’ils sont suspendus au-dessus du cheminement, laisser un passage libre d’au moins 2,20 m de
hauteur au-dessus du sol ;
- s’ils sont implantés sur le cheminement, quelle que soit leur hauteur, ou en saillie latérale de
plus de 15 cm sur le cheminement, comporter un élément de contraste visuel par rapport à leur
environnement immédiat et un rappel tactile ou un prolongement au sol.
Lorsque le cheminement est bordé à une distance inférieure à 0,90 m par une rupture de niveau d’une
hauteur de plus de 0,40 m, un dispositif de protection doit être implanté afin d'éviter les chutes.
Toute volée d'escalier comportant trois marches ou plus doit comporter une main courante
répondant aux exigences suivantes :
- être située à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,00 m. Toutefois, lorsqu’un garde-corps tient
lieu de main courante, celle-ci devra être située pour des motifs de sécurité à la hauteur minimale
requise pour le garde-corps ;
- se prolonger au-delà de la première et de la dernière marche de chaque volée sans pour autant
créer d’obstacle au niveau des circulations horizontales ;
- être continue, rigide et facilement préhensible ;
- être différenciée de la paroi support grâce à un éclairage particulier ou à un contraste visuel.
Un dispositif d'éclairage doit permettre, lorsque l'éclairement naturel n'est pas suffisant, d’assurer
une valeur d’éclairement mesurée au sol d’au moins 20 lux en tout point du cheminement.
¤ Article 19 – Dispositions relatives au stationnement automobile
I. - Lorsqu'une ou plusieurs places de stationnement sont affectées à une maison individuelle,
l'une au moins d’entre elles doit être adaptée et reliée à la maison par un cheminement accessible tel que défini à l’article 18. Lorsque cette place n'est pas située sur la parcelle où se trouve
la maison, une place adaptée dès la construction peut-être commune à plusieurs maisons.
II. - Les places de stationnement automobile adaptées pour les personnes handicapées doivent
répondre aux dispositions suivantes :
1° Localisation
La place adaptée située à l’extérieur d’une parcelle doit être aménagée à une distance inférieure
ou égale à 30 m de l’accès à celle-ci.
2° Caractéristiques dimensionnelles
Une place de stationnement adaptée doit correspondre à un espace horizontal au dévers près,
inférieur ou égal à 2%.
La largeur minimale des places adaptées doit être de 3,30 m.
3° Atteinte et usage
Une place de stationnement adaptée située en extérieur doit se raccorder sans ressaut de plus de
2 cm au cheminement d’accès aux maisons qu’elle dessert.
Sur une longueur d’au moins 1,40 m à partir de la place de stationnement adaptée, ce cheminement
doit être horizontal au dévers près. Les places adaptées, quelle que soit leur configuration et
notamment lorsqu’elles sont réalisées dans un garage, sont telles qu’un usager en fauteuil
roulant peut quitter l’emplacement une fois le véhicule garé.
¤ Article 20 – Dispositions relatives aux locaux collectifs
I. - Les circulations et les portes des locaux collectifs affectés aux ensembles résidentiels doivent,
dès la construction, offrir des caractéristiques minimales permettant aux personnes handicapées
d'y accéder. Les équipements et les dispositifs de commande et de service situés dans les locaux
collectifs doivent y être aisément repérables et utilisables par ces personnes. L'ensemble de ces
éléments doivent répondre aux caractéristiques minimales définies au II ci-après.
II. - Les locaux collectifs doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
A l’intérieur d’un local collectif, la largeur minimale des circulations doit être de 0,90 m.
Les portes d'accès et les portes intérieures doivent répondre aux exigences définies à l'article 22.
2° Atteinte et usage
Les équipements et les dispositifs de commande et de service doivent répondre aux exigences
définies à l'article 21.
3° Sécurité d’usage
Un dispositif d'éclairage doit permettre, lorsque l’éclairement naturel n’est pas suffisant,
d’assurer à l’intérieur des locaux collectifs une valeur d’éclairement mesurée au sol d’au moins
100 lux. Lorsque la durée de fonctionnement du système d’éclairage est temporisée, l'extinction
doit être progressive.
¤ Article 21 – Dispositions relatives aux équipements et aux dispositifs de commande et de service
I. - Les équipements et les dispositifs de commande et de service situés sur les cheminements
extérieurs accessibles doivent pouvoir être repérés, atteints et utilisés par les personnes
handicapées, conformément aux dispositions du II ci-après. La disposition des équipements ne
doit pas créer d'obstacle ou de danger pour les personnes ayant une déficience visuelle.
II. - Pour satisfaire aux exigences du I, ces équipements et dispositifs, et notamment les boîtes
aux lettres, les commandes d’éclairage et les systèmes de contrôle d’accès ou de communication
entre visiteurs et occupants, doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Repérage
Les équipements et dispositifs doivent être repérables grâce notamment à un éclairage
particulier ou à un contraste visuel. Les commandes d’éclairage doivent être visibles de jour
comme de nuit.
71
2° Atteinte et usage
Ces équipements et dispositifs doivent être situés :
- à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre obstacle à l’approche d’un
fauteuil roulant ;
- à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m ;
- au droit d’un espace d'usage dont les caractéristiques dimensionnelles sont définies à l’annexe 2.
¤ Article 22 – Dispositions relatives aux portes et portails
Les portes et portails situés sur les cheminements extérieurs ainsi que les portes des locaux
collectifs doivent répondre aux dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
Les portes et portails doivent avoir une largeur minimale de 0,90 m. La largeur de passage
minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,83 m. Dans le cas de portes à plusieurs
vantaux, le vantail couramment utilisé doit respecter cette exigence.
Les portes intérieures des locaux collectifs doivent avoir une largeur minimale de 0,80 m. La
largeur de passage minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,77 m.
S’il ne peut être évité, le ressaut dû au seuil doit comporter au moins un bord arrondi ou muni
d’un chanfrein, et sa hauteur maximale doit être de 2 cm.
2° Atteinte et usage
Un espace de man?uvre de porte dont les caractéristiques dimensionnelles sont définies à
l’annexe 2 est nécessaire devant chaque porte ou portail.
Les poignées de porte doivent répondre aux exigences suivantes :
- être facilement préhensibles et man?uvrables en position “debout” comme “assis” y compris
par une personne ayant des difficultés à saisir et à faire un geste de rotation du poignet ;
- leur extrémité doit être située à plus de 0,40 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre
obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Les serrures doivent être situées à plus de 0,30 m d’un angle rentrant de parois ou de tout autre
obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Lorsqu’une porte ou un portail est à ouverture automatique, la durée d’ouverture doit permettre
le passage de personnes à mobilité réduite.
Lorsqu’une porte ou un portail comporte un système d’ouverture électrique, le déverrouillage
doit être signalé par un signal sonore et lumineux.
L’effort nécessaire pour ouvrir la porte ou le portail doit être inférieur ou égal à 50 N, qu’il soit ou
non équipé d’un dispositif de fermeture automatique.
72
¤ Article 23 – Dispositions relatives aux caractéristiques de base des logements
I. A chaque niveau des logements, les circulations, les portes d'entrée et les portes intérieures
doivent, dès la construction, offrir des caractéristiques minimales d’accessibilité pour les
personnes handicapées. Les dispositifs de commande doivent y être aisément repérables et
utilisables par ces personnes.
II. Ces caractéristiques sont les suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale des circulations intérieures doit être de 0,90 m.
La porte d’entrée doit avoir une largeur minimale de 0,90 m.
La largeur de passage minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,83 m. Dans le
cas de portes à plusieurs vantaux, le vantail couramment utilisé doit respecter cette exigence.
La largeur minimale des portes intérieures doit être de 0,80 m.
La largeur de passage minimale lorsque le vantail est ouvert à 90° doit être de 0,77 m.
Dans le cas de portes à plusieurs vantaux, le vantail couramment utilisé doit respecter cette
exigence.
S’il ne peut être évité, le ressaut dû au seuil doit comporter au moins un bord arrondi ou muni
d’un chanfrein, et sa hauteur maximale doit être de 2 cm.
2° Atteinte et usage
A l’intérieur du logement, il doit exister devant la porte d'entrée et hors débattement du vantail un
espace de man?uvre de porte dont les caractéristiques dimensionnelles sont définies à l’annexe 2.
La poignée de la porte d’entrée doit être facilement préhensible.
Son extrémité doit être située à 0,40 m au moins d'un angle de paroi ou de tout autre obstacle à
l’approche d’un fauteuil roulant.
La serrure de la porte d’entrée doit être située à plus de 0,30 m d’un angle rentrant de parois ou
de tout autre obstacle à l’approche d’un fauteuil roulant.
Tous les dispositifs de commande, y compris les dispositifs d'arrêt d'urgence, les dispositifs de
manœuvre des fenêtres et portes-fenêtres ainsi que des systèmes d’occultation extérieurs
commandés de l’intérieur doivent être :
- situés à une hauteur comprise entre 0,90 m et 1,30 m du sol ;
- manœuvrables en position “debout” comme en position “assis”.
Un interrupteur de commande d'éclairage doit être situé en entrée de chaque pièce.
Les prises d'alimentation électrique, les prises d'antenne et de téléphone ainsi que les branchements divers imposés par les normes et règlements applicables doivent être situés à une hauteur
inférieure ou égale à 1,30 m du sol.
¤ Article 24 – Dispositions relatives aux pièces de l'unité de vie
Les logements doivent présenter les caractéristiques d’accessibilité et d’adaptabilité suivantes :
1° Généralités
Dans le cas d’un logement réalisé sur un seul niveau, ce logement doit, outre les caractéristiques de
base visées à l’article 23, présenter dès la construction des caractéristiques minimales, définies au
présent article, permettant à une personne handicapée d'utiliser une unité de vie constituée des
pièces suivantes : la cuisine, le séjour, une chambre, un cabinet d'aisances et une salle d'eau.
Dans le cas d’un logement réalisé sur plusieurs niveaux, le niveau d'accès au logement doit, outre
les caractéristiques de base visées à l’article 23, présenter dès la construction des caractéristiques minimales, définies au présent article, permettant à une personne handicapée d'utiliser
une unité de vie constituée des pièces suivantes : la cuisine, le séjour et un cabinet d'aisances
comportant un lavabo.
Dans les deux cas, une partie des espaces nécessaires à l'utilisation par une personne en fauteuil
roulant peuvent être utilisés à d'autres fins sous réserve que des travaux simples permettent d'en
recouvrer l'usage.
2° Caractéristiques dimensionnelles
Une personne dont le fauteuil roulant présente des caractéristiques dimensionnelles définies à
l’annexe 1, doit pouvoir :
- passer dans toutes les circulations intérieures du logement qui conduisent à une pièce de l'unité
de vie ;
- pénétrer dans toutes les pièces de l’unité de vie.
Les pièces constituant l’unité de vie doivent présenter les caractéristiques suivantes :
La cuisine doit offrir un passage d’une largeur minimale de 1,50 m entre les appareils ménagers
installés ou prévisibles compte tenu des possibilités de branchement et d'évacuation, les meubles
fixes et les parois, et ce hors du débattement de la porte.
La chambre doit offrir, en-dehors du débattement de la porte et de l’emprise d’un lit de 1,40 m à
1,90 m :
- un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre ;
- un passage d’au moins 0,90 m sur les deux grands côtés du lit ;
- un passage d’au moins 1,20 m sur le petit côté libre du lit.
La salle d’eau doit offrir un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre en-dehors du débattement de la porte et des équipements fixes.
Le cabinet d’aisances doit offrir un espace libre d’au moins 0,80 m à 1,30 m latéralement à la
cuvette et en dehors du débattement de la porte. A la livraison, cet espace peut être utilisé à
d’autres fins, sous réserve que les travaux de réintégration de cet espace dans le WC soient des
travaux simples.
3° Atteinte et usage
Pour chaque pièce de l'unité de vie, une prise de courant est disposée à proximité immédiate de
l’interrupteur de commande d'éclairage situé en entrée de la pièce.
¤ Article 25 – Dispositions relatives aux escaliers des logements
Dans le cas de logements réalisés sur plusieurs niveaux, tous les niveaux doivent être reliés par
un escalier adapté. L’escalier adapté doit répondre aux dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale de l’escalier doit être de 0,80 m. Lorsqu'une main courante empiète sur
l’emmarchement de plus de 0,10 m, la largeur de l’escalier se mesure à l'aplomb de la main courante.
Les marches doivent être conformes aux exigences suivantes :
-hauteur inférieure ou égale à 18 cm ;
-largeur du giron supérieure ou égale à 24 cm.
2° Atteinte et usage
Lorsqu’il est inséré entre parois pleines, l’escalier doit comporter au moins une main courante
répondant aux exigences définies au 3° du II de l’article 18. En l'absence de paroi sur l’un ou
l’autre des côtés de l'escalier, le garde-corps installé tient lieu de main courante.
Les nez de marches ne doivent pas présenter de débord excessif par rapport à la contremarche.
3° Sécurité d'usage
L’escalier doit comporter un dispositif d'éclairage artificiel supprimant toute zone sombre et
commandé aux différents niveaux desservis.
¤ Article 26 – Dispositions relatives aux accès aux balcons, terrasses et loggias
Dans les maisons individuelles ayant fait l’objet d’une demande de permis de construire déposée
à compter du 1er janvier 2008, tout balcon, loggia ou terrasse situé au niveau d’accès au logement
doit posséder au moins un accès depuis une pièce de vie respectant les dispositions suivantes :
1° Caractéristiques dimensionnelles
La largeur minimale de l’accès doit être de 0,80 m.
2° Atteinte et usage
Le ressaut dû au seuil de la porte-fenêtre et rendu obligatoire par les règles de l'art doit être
franchissable à l’aide d’un plan incliné éventuellement additionnel.
¤ Article 27 – Dispositions relatives à l'adaptabilité de la salle d'eau
Dans les maisons individuelles ayant fait l’objet d’une demande de permis de construire déposée
à compter du 1er janvier 2010, au moins une salle d'eau doit être équipée de manière à ménager
la possibilité d'installer une douche accessible.
73
Lorsque la douche n'est pas installée dès l'origine, son aménagement ultérieur doit être possible
sans intervention sur le gros œuvre. Lorsque le logement comprend plusieurs salles d'eau, la
salle d'eau ainsi équipée est située au niveau accessible.
¤ Article 28 – L'arrêté du 17 mai 2006 relatif aux caractéristiques techniques relatives à
l'accessibilité aux personnes handicapées lors de la construction et de l'aménagement des
bâtiments d'habitation est abrogé.
¤ Article 29 – Le Directeur général de l'urbanisme, de l'habitat et de la construction et le Directeur
général de l'action sociale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent
arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Chapitre 3
Cadre bâti, transports et nouvelles technologies
¤ Article 41 – I. L'article L. 111-7 du Code de la construction et de l'habitation est remplacé par
cinq articles L. 111-7 à L. 111-7-4 ainsi rédigés :
¤ Art. L. 111-7. Les dispositions architecturales, les aménagements et équipements intérieurs et
extérieurs des locaux d'habitation, qu'ils soient la propriété de personnes privées ou publiques,
des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public et des lieux de travail
doivent être tels que ces locaux et installations soient accessibles à tous, et notamment aux
personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, notamment physique, sensoriel,
cognitif, mental ou psychique, dans les cas et selon les conditions déterminés aux articles L. 1117-1 à L. 111-7-3. Ces dispositions ne sont pas obligatoires pour les propriétaires construisant ou
améliorant un logement pour leur propre usage.
¤ Art. L. 111-7-1. Des décrets en Conseil d'Etat fixent les modalités relatives à l'accessibilité aux
personnes handicapées prévue à l'article L. 111-7 que doivent respecter les bâtiments ou parties
de bâtiments nouveaux. Ils précisent les modalités particulières applicables à la construction de
maisons individuelles.
Les mesures de mise en accessibilité des logements sont évaluées dans un délai de trois ans à
compter de la publication de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des
chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées et une estimation de leur
impact financier sur le montant des loyers est réalisée afin d'envisager, si nécessaire, les
réponses à apporter à ce phénomène.
74
¤ Art. L. 111-7-2. Des décrets en Conseil d'Etat fixent les modalités relatives à l'accessibilité aux
personnes handicapées prévue à l'article L. 111-7 que doivent respecter les bâtiments ou parties
de bâtiments d'habitation existants lorsqu'ils font l'objet de travaux, notamment en fonction de
la nature des bâtiments et parties de bâtiments concernés, du type de travaux entrepris ainsi que
du rapport entre le coût de ces travaux et la valeur des bâtiments au-delà duquel ces modalités
s'appliquent. Ils prévoient dans quelles conditions des dérogations motivées peuvent être
autorisées en cas d'impossibilité technique ou de contraintes liées à la préservation du patrimoine architectural, ou lorsqu'il y a disproportion manifeste entre les améliorations apportées et
leurs conséquences. Ces décrets sont pris après avis du Conseil national consultatif des
personnes handicapées. En cas de dérogation portant sur un bâtiment appartenant à un
propriétaire possédant un parc de logements dont le nombre est supérieur à un seuil fixé par
décret en Conseil d'Etat, les personnes handicapées affectées par cette dérogation bénéficient
d'un droit à être relogées dans un bâtiment accessible au sens de l'article L.111-7, dans des
conditions fixées par le décret en Conseil d'Etat susmentionné.
¤ Art. L. 111-7-3. Les établissements existants recevant du public doivent être tels que toute
personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont
diffusées, dans les parties ouvertes au public. L'information destinée au public doit être diffusée
par des moyens adaptés aux différents handicaps.
Des décrets en Conseil d'Etat fixent pour ces établissements, par type et par catégorie, les
exigences relatives à l'accessibilité prévues à l'article L. 111-7 et aux prestations que ceux-ci
doivent fournir aux personnes handicapées. Pour faciliter l'accessibilité, il peut être fait recours
aux nouvelles technologies de la communication et à une signalétique adaptée.
Les établissements recevant du public existants devront répondre à ces exigences dans un délai,
fixé par décret en Conseil d'Etat, qui pourra varier par type et catégorie d'établissement, sans
excéder dix ans à compter de la publication de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité
des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Ces décrets, pris après avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées, précisent
les dérogations exceptionnelles qui peuvent être accordées aux établissements recevant du
public après démonstration de l'impossibilité technique de procéder à la mise en accessibilité ou
en raison de contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural ou lorsqu'il y a
disproportion manifeste entre les améliorations apportées et leurs conséquences.
Ces dérogations sont accordées après avis conforme de la commission départementale
consultative de la protection civile, de la sécurité et de l'accessibilité, et elles s'accompagnent
obligatoirement de mesures de substitution pour les établissements recevant du public et
remplissant une mission de service public.
¤ Art. L. 111-7-4. Un décret en Conseil d'Etat définit les conditions dans lesquelles, à l'issue de
l'achèvement des travaux prévus aux articles L. 111-7-1, L. 111-7-2 et L. 111-7-3 et soumis à permis
de construire, le maître d'ouvrage doit fournir à l'autorité qui a délivré ce permis un document
attestant de la prise en compte des règles concernant l'accessibilité. Cette attestation est établie
par un contrôleur technique visé à l'article L. 111-23 ou par une personne physique ou morale
satisfaisant à des critères de compétence et d'indépendance déterminés par ce même décret. Ces
dispositions ne s'appliquent pas pour les propriétaires construisant ou améliorant leur logement
pour leur propre usage.
II. Après l'article L. 111-8-3 du même Code, il est inséré un article L. 111-8-3-1 ainsi rédigé :
¤ Art. L. 111-8-3-1. L'autorité administrative peut décider la fermeture d'un établissement
recevant du public qui ne répond pas aux prescriptions de l'article L. 111-7-3.
III. L'article L. 111-26 du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé :
Dans les cas prévus au premier alinéa, le contrôle technique porte également sur le respect des
règles relatives à l'accessibilité aux personnes handicapées.
IV. Une collectivité publique ne peut accorder une subvention pour la construction, l'extension ou
la transformation du gros œuvre d'un bâtiment soumis aux dispositions des articles L. 111-7-1, L.
111-7-2 et L. 111-7-3 du Code de la construction et de l'habitation que si le maître d'ouvrage a produit un dossier relatif à l'accessibilité. L'autorité ayant accordé une subvention en exige le remboursement si le maître d'ouvrage n'est pas en mesure de lui fournir l'attestation prévue à l'article L. 111-7-4 dudit Code.
V. La formation à l'accessibilité du cadre bâti aux personnes handicapées est obligatoire dans la
formation initiale des architectes et des professionnels du cadre bâti. Un décret en Conseil d'Etat
précise les diplômes concernés par cette obligation.
¤ Article 42 – L'article L. 123-2 du code de la construction et de l'habitation est complété par une
phrase ainsi rédigée :
Ces mesures complémentaires doivent tenir compte des besoins particuliers des personnes handicapées ou à mobilité réduite. »
¤ Article 43 – I. La première phrase du deuxième alinéa de l'article L. 151-1 du Code de la construction
et de l'habitation et la première phrase du premier alinéa de l'article L. 460-1 du Code de l'urbanisme
sont complétées par les mots : “et en particulier ceux concernant l'accessibilité aux personnes
handicapées, quel que soit le type de handicap”.
II. Le Code de la construction et de l'habitation est ainsi modifié :
1°) A l'article L. 152-1, les “références : L. 111-4, L. 111-7” sont remplacées par les références :
“L. 111-4, L. 111-7 à L. 111-7-4” ;
2°) A l'article L. 152-3, les mots : “à l'article L. 152-4 (2e alinéa) » sont remplacés par les mots :
“au premier alinéa de l'article L. 152-4”.
III. - L'article L. 152-4 du même code est ainsi rédigé :
¤ Art. L. 152-4. Est puni d'une amende de 45 000 EUR le fait, pour les utilisateurs du sol,
les bénéficiaires des travaux, les architectes, les entrepreneurs ou toute autre personne
responsable de l'exécution de travaux, de méconnaître les obligations imposées par les articles
L. 111-4, L. 111-7, L. 111-8, L. 111-9, L. 112-17, L. 125-3 et L. 131-4, par les règlements pris pour leur
application ou par les autorisations délivrées en conformité avec leurs dispositions.
En cas de récidive, la peine est portée à six mois d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.
Les peines prévues à l'alinéa précédent sont également applicables :
1°) En cas d'inexécution, dans les délais prescrits, de tous travaux accessoires d'aménagement
ou de démolition imposés par les autorisations mentionnées au premier alinéa ;
2°) En cas d'inobservation, par les bénéficiaires d'autorisations accordées pour une durée limitée ou à titre précaire, des délais impartis pour le rétablissement des lieux dans leur état antérieur ou la réaffectation du sol à son ancien usage.
Ainsi qu'il est dit à l'article L. 480-12 du Code de l'urbanisme : sans préjudice de l'application, le
cas échéant, des peines plus fortes prévues aux articles 433-7 et 433-8 du Code pénal, quiconque aura mis obstacle à l'exercice du droit de visite prévu à l'article L. 460-1 sera puni d'une
amende de 3 750 euros. En outre, un emprisonnement d'un mois pourra être prononcé.
Les personnes physiques coupables de l'un des délits prévus au présent article encourent également la peine complémentaire d'affichage ou de diffusion, par la presse écrite ou par tout moyen
de communication audiovisuelle, de la décision prononcée, dans les conditions prévues à l'article 131-35 du Code pénal.
Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions
prévues à l'article 121-2 du code pénal, des infractions aux dispositions de l'article L. 111-7, ainsi
que des règlements pris pour son application ou des autorisations délivrées en conformité avec
leurs dispositions. Elles encourent les peines suivantes :
a) l'amende, suivant les modalités prévues par l'article 131-38 du Code pénal ;
b) la peine complémentaire d'affichage ou de diffusion, par la presse écrite ou par tout moyen de
communication audiovisuelle, de la décision prononcée, dans les conditions prévues à l'article
131-35 du même Code ;
c) la peine complémentaire d'interdiction, à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus,
d'exercer directement ou indirectement une ou plusieurs activités professionnelles ou sociales,
selon les modalités prévues à l'article 131-48 du même Code.
75
¤ Article 44
A l'article 1391 C du Code général des impôts, après les mots : “organismes d'habitations à loyer
modéré”, sont insérés les mots : “ou par les sociétés d'économie mixte ayant pour objet statutaire la réalisation ou la gestion de logements”.
¤ Article 45
I. La chaîne du déplacement, qui comprend le cadre bâti, la voirie, les aménagements des espaces publics, les systèmes de transport et leur intermodalité, est organisée pour permettre son
accessibilité dans sa totalité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite.
Dans un délai de dix ans à compter de la date de publication de la présente loi, les services de
transport collectif devront être accessibles aux personnes handicapées et à mobilité réduite. Les
autorités compétentes pour l'organisation du transport public au sens de la loi n° 82-1153 du 30
décembre 1982 d'orientation des transports intérieurs ou le Syndicat des transports d'Ile-deFrance prévu à l'article 1er de l'ordonnance n° 59-151 du 7 janvier 1959 relative à l'organisation des
transports de voyageurs en Ile-de-France et, en l'absence d'autorité organisatrice, l'Etat, ainsi
que les exploitants des aérodromes mentionnés à l'article 1609 quatervicies A du Code général
des impôts et les gestionnaires de gares maritimes dont la liste est fixée par arrêté en fonction de
l'importance de leur trafic élaborent un schéma directeur d'accessibilité des services dont ils sont
responsables, dans les trois ans à compter de la publication de la présente loi.
Ce schéma fixe la programmation de la mise en accessibilité des services de transport, dans le
respect du délai défini au deuxième alinéa, et définit les modalités de l'accessibilité des différents
types de transport. En cas d'impossibilité technique avérée de mise en accessibilité de réseaux
existants, des moyens de transport adaptés aux besoins des personnes handicapées ou à mobilité réduite doivent être mis à leur disposition. Ils sont organisés et financés par l'autorité organisatrice de transport normalement compétente dans un délai de trois ans.
Le coût du transport de substitution pour les usagers handicapés ne doit pas être supérieur au
coût du transport public existant. Les réseaux souterrains de transports ferroviaires et de transports guidés existants ne sont pas soumis au délai prévu au deuxième alinéa, à condition d'élaborer un schéma directeur dans les conditions prévues au troisième alinéa et de mettre en place,
dans un délai de trois ans, des transports de substitution répondant aux conditions prévues à
l'alinéa précédent. Dans un délai de trois ans à compter de la publication de la présente loi, les
autorités organisatrices de transports publics mettent en place une procédure de dépôt de
plainte en matière d'obstacles à la libre circulation des personnes à mobilité réduite.
Un plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics est établi
dans chaque commune à l'initiative du maire ou, le cas échéant, du président de l'établissement
public de coopération intercommunale. Ce plan fixe notamment les dispositions susceptibles de
76
rendre accessible aux personnes handicapées et à mobilité réduite l'ensemble des circulations
piétonnes et des aires de stationnement d'automobiles situées sur le territoire de la commune ou
de l'établissement public de coopération intercommunale. Ce plan de mise en accessibilité fait
partie intégrante du plan de déplacements urbains quand il existe. L'octroi des aides publiques
favorisant le développement des systèmes de transport collectif est subordonné à la prise en
compte de l'accessibilité.
II. Tout matériel roulant acquis lors d'un renouvellement de matériel ou à l'occasion de l'extension des réseaux doit être accessible aux personnes handicapées ou à mobilité réduite.
Des décrets préciseront, pour chaque catégorie de matériel, les modalités d'application de cette
disposition.
III. Le premier alinéa de l'article 28 de la loi n° 82-1153 du 30 décembre 1982 d'orientation des
transports intérieurs est ainsi modifié :
1°) Après les mots : “afin de renforcer la cohésion sociale et urbaine”, sont insérés les mots : “et
d'améliorer l'accessibilité des réseaux de transports publics aux personnes handicapées ou à
mobilité réduite” ;
2°) Il est complété par deux phrases ainsi rédigées :
“Il comporte également une annexe particulière traitant de l'accessibilité. Cette annexe indique
les mesures d'aménagement et d'exploitation à mettre en oeuvre afin d'améliorer l'accessibilité
des réseaux de transports publics aux personnes handicapées et à mobilité réduite, ainsi que le
calendrier de réalisation correspondant.”
IV. La loi n° 82-1153 du 30 décembre 1982 précitée est ainsi modifiée :
1°) Dans le dernier alinéa de l'article 1er, après le mot : “usager”, sont insérés les mots : “y compris les personnes à mobilité réduite ou souffrant d'un handicap” ;
2°) Le deuxième alinéa de l'article 2 est complété par les mots : “ainsi qu'en faveur de leurs
accompagnateurs” ;
3°) Dans le deuxième alinéa de l'article 21-3, après les mots : “associations d'usagers des transports
collectifs”, sont insérés les mots : “et notamment d'associations de personnes handicapées“ ;
4°) Dans le deuxième alinéa de l'article 22, après les mots : “d'usagers”, sont insérés les mots :
“”et notamment des représentants d'associations de personnes handicapées” ;
5°) Dans le deuxième alinéa de l'article 27-2, après les mots : “associations d'usagers des transports
collectifs”, sont insérés les mots : “et notamment d'associations de personnes handicapées” ;
6°) Dans le deuxième alinéa de l'article 30-2, après les mots : “associations d'usagers des transports
collectifs”, sont insérés les mots : “et notamment d'associations de personnes handicapées”;
7°) Au premier alinéa de l'article 28-2, après les mots : “Les représentants des professions et des
usagers des transports”, sont insérés les mots : “ainsi que des associations représentant des personnes handicapées ou à mobilité réduite”.
V. Au troisième alinéa de l'article L. 302-1 du code de la construction et de l'habitation, les mots :
“et à favoriser la mixité sociale” sont remplacés par les mots : “à favoriser la mixité sociale et à améliorer l'accessibilité du cadre bâti aux personnes handicapées”.
VI. - Les modalités d'application du présent article sont définies par décret.
¤ Article 46
Après l'article L. 2143-2 du code général des collectivités territoriales, il est inséré un article L.
2143-3 ainsi rédigé :
¤ Art. L. 2143-3. Dans les communes de 5 000 habitants et plus, il est créé une commission
communale pour l'accessibilité aux personnes handicapées composée notamment des
représentants de la commune, d'associations d'usagers et d'associations représentant les
personnes handicapées. Cette commission dresse le constat de l'état d'accessibilité du cadre bâti
existant, de la voirie, des espaces publics et des transports. Elle établit un rapport annuel
présenté en conseil municipal et fait toutes propositions utiles de nature à améliorer la mise en
accessibilité de l'existant. Le rapport présenté au conseil municipal est transmis au représentant
de l'Etat dans le département, au président du Conseil général, au conseil départemental
consultatif des personnes handicapées, ainsi qu'à tous les responsables des bâtiments,
installations et lieux de travail concernés par le rapport. Le maire préside la commission et arrête
la liste de ses membres. Cette commission organise également un système de recensement de
l'offre de logements accessibles aux personnes handicapées.
Des communes peuvent créer une commission intercommunale. Celle-ci exerce pour l'ensemble
des communes concernées les missions d'une commission communale. Cette commission
intercommunale est présidée par l'un des maires des communes, qui arrêtent conjointement la
liste de ses membres. Lorsque la compétence en matière de transports ou d'aménagement du
territoire est exercée au sein d'un établissement public de coopération intercommunale, la
commission pour l'accessibilité aux personnes handicapées doit être créée auprès de ce
groupement. Elle est alors présidée par le président de l'établissement. La création d'une
commission intercommunale est obligatoire pour les établissements publics de coopération
intercommunale compétents en matière de transports ou d'aménagement du territoire, dès lors
qu'ils regroupent 5 000 habitants ou plus.
¤ Article 47
Les services de communication publique en ligne des services de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent doivent être accessibles aux personnes
handicapées. L'accessibilité des services de communication publique en ligne concerne l'accès à
tout type d'information sous forme numérique quels que soient le moyen d'accès, les contenus
et le mode de consultation. Les recommandations internationales pour l'accessibilité de l'internet doivent être appliquées pour les services de communication publique en ligne. Un décret en
Conseil d'Etat fixe les règles relatives à l'accessibilité et précise, par référence aux recommandations établies par l'Agence pour le développement de l'administration électronique, la nature des
adaptations à mettre en oeuvre ainsi que les délais de mise en conformité des sites existants, qui
ne peuvent excéder trois ans, et les sanctions imposées en cas de non-respect de cette mise en
accessibilité. Le décret énonce en outre les modalités de formation des personnels intervenant
sur les services de communication publique en ligne.
¤ Article 48
I. Toute personne physique ou morale qui organise, en les réalisant ou en les faisant réaliser, des
activités de vacances avec hébergement d'une durée supérieure à cinq jours destinées spécifiquement à des groupes constitués de personnes handicapées majeures doit bénéficier d'un
agrément “Vacances adaptées organisées”.
Cet agrément, dont les conditions et les modalités d'attribution et de retrait sont fixées par décret
en Conseil d'Etat, est accordé par le préfet de région. Si ces activités relèvent du champ
d'application des articles 1er et 2 de la loi n° 92-645 du 13 juillet 1992 fixant les conditions
d'exercice des activités relatives à l'organisation et à la vente de voyages et de séjours, cette
personne doit en outre être titulaire de l'autorisation administrative prévue par cette
réglementation. Sont dispensés d'agrément les établissements et services soumis à
l'autorisation prévue à l'article L. 313-1 du code de l'action sociale et des familles qui organisent
des séjours de vacances pour leurs usagers dans le cadre de leur activité.
II. - Le préfet du département dans le ressort duquel sont réalisées les activités définies au I peut,
dans des conditions fixées par décret en Conseil d'Etat, en ordonner la cessation immédiate ou
dans le délai nécessaire pour organiser le retour des personnes accueillies, lorsque ces activités
sont effectuées sans agrément ou lorsque les conditions exigées par l'agrément ne sont pas
respectées. Le contrôle est confié aux inspecteurs des affaires sanitaires et sociales et aux médecins de santé publique de ce département.
III. Le fait de se livrer à l'activité mentionnée au I sans agrément ou de poursuivre l'organisation
d'un séjour auquel il a été mis fin en application du II est puni de 3 750 euros d'amende.
Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions
prévues à l'article 121-2 du Code pénal, de l'infraction définie au présent article.
Les peines encourues par les personnes morales sont l'amende, suivant les modalités définies
par l'article 131-38 du code pénal, ainsi que les peines prévues aux 2°, 4° et 9° de l'article 131-39
du même Code, suivant les modalités prévues par ce même Code.
77
¤ Article 49
Le 4° de l'article L. 302-5 du code de la construction et de l'habitation est complété par une
phrase ainsi rédigée :
Dans les foyers d'hébergement et les foyers de vie destinés aux personnes handicapées mentales, les chambres occupées par ces personnes sont comptabilisées comme autant de logements
locatifs sociaux dès lors qu'elles disposent d'un élément de vie indépendante défini par décret.
¤ Article 50
Les propriétaires bailleurs peuvent passer des conventions avec les établissements ou services
spécialisés afin de :
1°) déterminer les modifications nécessaires à apporter aux logements pour les adapter aux différentes formes de handicap de leurs locataires ;
2°) prévoir une collaboration afin d'intégrer notamment les personnes handicapées physiques
dans leur logement sur la base d'un projet personnalisé.
¤ Article 51
Après l'article L. 221-1 du code de l'urbanisme, il est inséré un article L. 221-1-1 ainsi rédigé :
¤ Art. L. 221-1-1. Les communes et groupements de communes sont tenus d'inscrire dans leurs
documents d'urbanisme les réserves foncières correspondant aux équipements prévus par le
schéma départemental d'organisation sociale et médico-sociale mentionné à l'article L. 312-4 du
Code de l'action sociale et des familles. Des décrets en Conseil d'Etat fixent les modalités d'application du présent article.
¤ Article 52
I. Le code de l'action sociale et des familles est ainsi modifié :
1°) Le chapitre VI du titre IV du livre Ier est intitulé : “Institutions relatives aux personnes handicapées” ;
2°) Il est créé dans ce chapitre une section 1 intitulée : “Consultation des personnes handicapées”
et comprenant les articles L. 146-1 et L. 146-2.
II. Les dispositions du III de l'article 1er de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits
des malades et à la qualité du système de santé sont insérées après le troisième alinéa de l'article L. 146-1 du code de l'action sociale et des familles.
III. L'article 1er de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 précitée est abrogé.
IV. Les dispositions du 3° du I du présent article sont applicables à Mayotte et dans les Terres australes et antarctiques françaises.
78
V. Au deuxième alinéa de l'article L. 146-2 du code de l'action sociale et des familles, les mots :
“de la commission départementale de l'éducation spéciale et de la commission technique
d'orientation et de reclassement professionnel” sont remplacés par les mots : “de la maison
départementale des personnes handicapées prévue à l'article L. 146-3”.
VI. A l'avant-dernier alinéa du même article, les mots : “des commissions techniques d'orientation et de reclassement professionnel, des commissions départementales de l'éducation spéciale” sont remplacés par les mots : “de la commission mentionnée à l'article L. 146-9”.
¤ Article 53 – Le chapitre Ier du titre Ier du livre II du Code rural est complété par une section 4 ainsi
rédigée :
Section 4 - Les animaux éduqués accompagnant des personnes handicapées.
¤ Art. L. 211-30. Les chiens accompagnant les personnes handicapées, quel que soit le type de
handicap, moteur, sensoriel ou mental, et dont les propriétaires justifient de l'éducation de
l'animal sont dispensés du port de la muselière dans les transports, les lieux publics, les locaux
ouverts au public ainsi que ceux permettant une activité professionnelle, formatrice ou éducative.
¤ Article 54 – L'article 88 de la loi n° 87-588 du 30 juillet 1987 portant diverses mesures d'ordre
social est ainsi rédigé :
¤ Article 88 – L'accès aux transports, aux lieux ouverts au public, ainsi qu'à ceux permettant une
activité professionnelle, formatrice ou éducative est autorisé aux chiens guides d'aveugle ou
d'assistance accompagnant les personnes titulaires de la carte d'invalidité prévue à l'article L.
241-3 du code de l'action sociale et des familles. La présence du chien guide d'aveugle ou
d'assistance aux côtés de la personne handicapée ne doit pas entraîner de facturation
supplémentaire dans l'accès vaux services et prestations auxquels celle-ci peut prétendre.
Fait à Paris, le 1er août 2006.
Documents annexes à l'arrêté du 1er août 2006 fixant les dispositions prises pour
l’application des articles R.111-18 à R.111-18-7 du Code de la construction et de
l’habitation, relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments
d’habitation collectifs et des maisons individuelles lors de leur construction.
Annexe 1 : gabarit d'encombrement du fauteuil roulant
Les exigences réglementaires sont établies sur la base d'un fauteuil roulant occupé
dont les dimensions d'encombrement sont de 0,75 m à 1,25 m.
Type d'espace
Annexe 2 : besoins d'espaces libres de tout obstacle
Les personnes concernées par le handicap moteur (personnes en fauteuil roulant ou
personnes avec des cannes), ont besoin d'espaces libres de tout obstacle pour trois
raisons principales :
- se reposer,
- effectuer une manœuvre,
- utiliser un équipement ou un dispositif quelconque.
Ces espaces doivent être horizontaux au dévers près (2%).
Caractéristiques dimensionnelles
1- Palier de repos
Le palier de repos permet à une personne debout mais à mobilité réduite ou à une personne en fauteuil
roulant de se reprendre, de souffler.
Le palier de repos s'insère en intégralité dans le cheminement.
Il correspond à un espace rectangulaire de dimensions minimales 1,20 m à 1,40 m.
2- Espace de manœuvre avec possibilité de demi-tour
Cet espace permet la manœuvre du fauteuil roulant mais aussi d'une personne avec une ou deux cannes.
Il permet de s'orienter différemment ou de faire demi-tour.
L'espace de manouvre reste lié au cheminement mais avec une exigence de largeur
correspondant à un diamètre de 1,50 m.
3- Espace de manœuvre de porte
Qu'une porte soit située latéralement ou perpendiculairement à l'axe d'une circulation commune,
l'espace de manœuvre nécessaire correspond à un rectangle de même largeur que la circulation commune
mais dont la longueur varie selon qu'il faut pousser ou tirer la porte.
Deux cas de figure :
- ouverture en poussant : longueur minimum de l'espace de manœuvre : 1,70 m.
- ouverture en tirant : longueur minimum de l'espace de manœuvre : 2,20 m.
Cas particulier des sas d'isolement : ils ont pour fonction d'éviter la propagation des effets d'un incendie
provenant de locaux dangereux (parc de stationnement, celliers et caves regroupés…) au reste du bâtiment.
Les deux portes s'ouvrent à l'intérieur du sas. Lorsque qu'un usager handicapé franchit une porte,
un autre usager doit pouvoir ouvrir l'autre porte.
Sas d'isolement :
- à l'intérieur du sas, devant chaque porte, l'espace de manœuvre correspond à un
espace rectangulaire d'au moins 1,20 m à 2,20 m ;
- à l'extérieur du sas, devant chaque porte, l'espace de manœuvre correspond à un
espace rectangulaire d'au moins 1,20 m à 1,70 m.
4- Espace d'usage
L'espace d'usage permet le positionnement du fauteuil roulant ou d'une personne avec une ou deux cannes
pour utiliser un équipement ou un dispositif de commande ou de service.
L'espace d'usage est situé à l'aplomb de l'équipement, du dispositif de commande ou de service.
Il correspond à un espace rectangulaire de 0,80 m à 1,30 m.
79
Annexe 3 : information et signalisation
Lorsque des informations permanentes sont fournies aux visiteurs par le moyen d'une
signalisation visuelle ou sonore, celles-ci doivent pouvoir être reçues et interprétées
par un visiteur handicapé.
80
Les éléments d’information et de signalisation doivent être visibles et lisibles par tous
les usagers. En outre, les éléments de signalisation doivent être compréhensibles
notamment par les personnes atteintes de déficience mentale.
Visibilité
Les informations doivent être regroupées.
Les supports d’information doivent répondre aux exigences suivantes :
- être contrastés par rapport à leur environnement immédiat ;
permettre une vision et une lecture en position “debout” comme en position “assis” ;
être choisis, positionnés et orientés de façon à éviter tout effet d’éblouissement, de reflet ou de contre jour dû à l’éclairage naturel
ou artificiel ;
- s’ils sont situés à une hauteur inférieure à 2,20 m, permettre à une personne mal voyante de s'approcher à moins d’1 m.
Lisibilité
Les informations données sur ces supports doivent répondre aux exigences suivantes :
- être fortement contrastées par rapport au fond du support ;
- la hauteur des caractères d'écriture doit être proportionnée aux circonstances : elle dépend notamment de l’importance de
l’information délivrée, des dimensions du local et de la distance de lecture de référence fixée par le maître d’ouvrage en fonction
de ces éléments ;
Lorsque les informations ne peuvent être fournies aux usagers sur un autre support, la hauteur des caractères d’écriture ne peut
en aucun cas être inférieure à 15 mm pour les éléments de signalisation et d’information relatifs à l’orientation ; 4,5 mm sinon.
Compréhension
La signalisation doit recourir autant que possible à des icônes ou à des pictogrammes.
Lorsqu'ils existent, le recours aux pictogrammes normalisés s'impose.
NOR: SOCU0612414A
Arrêté du 26 février 2007 fixant les dispositions prises pour l’application des articles
R. 111-18-8 et R. 111-18-9 du code de la construction et de l’habitation, relatives à
l’accessibilité pour les personnes handicapées des bâtiments d’habitation collectifs
lorsqu’ils font l’objet de travaux et des bâtiments existants où sont créés des logements
par changement de destination
Le Ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement,
NOR: SOCU0612413A
Vu le Code de la construction et de l’habitation,
Le Ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, le Ministre de la santé et des
solidarités et le Ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes
handicapées et à la famille,
Arrêté du 26 février 2007 relatif au coût de construction pris en compte pour déterminer
la valeur du bâtiment mentionné à l’article R. 111-18-9 du Code de la construction
et de l’habitation
Arrête :
¤ Article 1
Le coût de construction mentionné au dernier alinéa de l’article R. 111-18-9 du code de la
construction et de l’habitation est de 1 287 euros hors taxe par mètre carré de surface hors oeuvre
nette, hors honoraires et charge foncière.
Ce coût est révisé chaque année le 1er janvier en fonction de la variation annuelle de l’indice du
coût de la construction appréciée entre la valeur du deuxième trimestre de l’année n–2 et la
valeur du deuxième trimestre de l’année n– 1.
Vu la directive 98/34/CE du 22 juin 1998 prévoyant une procédure d’information dans le domaine
des normes et réglementation techniques, modifiée par la directive 98/48/CE du 20 juillet 1998 ;
Vu le Code de la construction et de l’habitation, et notamment ses articles R. 111-18-8 à R. 111-18-11 ;
Vu l’arrêté du 1er août 2006 relatif à l’accessibilité pour les personnes handicapées des bâtiments
d’habitation collectifs et des maisons individuelles lors de leur construction ;
Vu l’avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées en date du 6 décembre 2006,
Arrêtent :
¤ Article 2
Le directeur général de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction est chargé de l’exécution du
présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
¤ Article 1
Les dispositions du présent arrêté sont prises pour l’application des dispositions des articles
R. 111-18-8 à R. 111-18-11 du Code de la construction et de l’habitation.
Fait à Paris, le 26 février 2007.
¤ Article 2
I. Les surfaces et volumes nouveaux considérés pour l’application du b de l’article R. 111-18-8 sont :
- soit des parties communes, notamment des circulations horizontales et verticales, des locaux
collectifs, des places de stationnement situées à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment et non
affectées à un usage privatif ;
- soit des espaces affectés à un usage privatif, notamment des places de stationnement situées
à l’intérieur ou à l’extérieur, des caves et des celliers ;
- soit des logements.
II. Les surfaces et volumes nouveaux définis au I doivent respecter les dispositions du b de
l’article R 111-18-8 du Code de la construction et de l’habitation lorsqu’ils sont créés dans les
parties communes d’un bâtiment d’habitation collectif existant ou dans un bâtiment ou une
81
partie de bâtiment où sont créés des logements par changement de destination. Ces surfaces et
volumes nouveaux doivent respecter les dispositions fixées par les articles 2 à 16 de l’arrêté du
1er août 2006 susvisé.
Cette obligation ne concerne pas la création de surfaces ou de volumes nouveaux à l’intérieur
d’un logement existant ou à l’intérieur des espaces affectés à un usage privatif.
¤ Article 3
Les travaux d’entretien considérés pour l’application des c et d de l’article R. 111-18-8 sont les
travaux d’entretien, de réparation et de maintenance qui ont pour but de préserver ou de
recouvrer l’état initial d’un composant du bâtiment ou d’un équipement et d’assurer sa pérennité.
¤ Article 4
Les circulations communes considérées pour l’application du c de l’article R. 111-18-8 sont les
circulations horizontales et verticales, intérieures et extérieures, situées dans les parties
communes.
Les équipements jouant un rôle en matière d’accessibilité considérés pour l’application du c de
l’article R.111-18-8 sont tous les équipements disposés dans les circulations communes et dans
les locaux collectifs qui sont susceptibles d’être utilisés par les habitants ou les visiteurs, et
notamment les dispositifs d’accès, les portes, les boîtes aux lettres, les mains courantes
d’escalier, les panneaux d’information, les dispositifs d’éclairage et les éléments de signalétique.
Les modifications apportées aux circulations communes, locaux collectifs et équipements doivent
respecter les dispositions fixées par les articles 2 à 10 de l’arrêté du 1er août 2006 susvisé.
Le respect de ces dispostions n’entraîne pas l’obligation de réaliser des travaux sur des parties
du bâtiment ou sur des éléments des équipements fonctionnellement indépendants des parties
ou des éléments modifiés.
Pour l’application du c de l’article R. 111-18-8 du code de la construction et de l’habitation, des
adaptations mineures peuvent être apportées aux exigences fixées en application des articles
R. 111-18-1 et R.111-18-2 si elles sont liées à la présence d’éléments participant à la solidité du
bâtiment tels que murs, plafonds, planchers, poutres ou poteaux.
Dans chacun des cas considérés, ces adaptations peuvent porter notamment sur :
- la largeur minimale du cheminement, qui doit être supérieure ou égale à 0,90 mètre pour une
circulation horizontale et à 0,80 mètre, mesurés entre mains courantes, pour un escalier ;
- la porte d’accès à un local collectif, qui doit avoir une largeur supérieure ou égale à 0,80 mètre ;
- l’éloignement des poignées de porte et des serrures éventuelles par rapport à un angle rentrant
de parois, qui peut ne pas être exigé.
82
¤ Article 5
Pour l’application du d de l’article R. 111-18-8 du code de la construction et de l’habitation, en cas
de modification de la signalisation palière du mouvement de la cabine, la nouvelle signalisation
respecte les exigences suivantes :
- dans les halls ne comportant pas de logements, un signal sonore doit prévenir du début
d’ouverture des portes ;
- dans le cas où plusieurs ascenseurs sont disposés en batterie, deux flèches lumineuses d’une
hauteur d’au moins 40 millimètres doivent être installées pour indiquer le sens du déplacement
de chacune des cabines. Pour l’application du d de l’article R. 111-18-8 du code de la construction
et de l’habitation, en cas de modification d’un panneau de commande en cabine, le nouveau
dispositif respecte les exigences suivantes :
- un indicateur visuel permet de connaître la position de la cabine. La hauteur des numéros
d’étage est comprise entre 30 et 60 millimètres ;
- à l’arrêt de la cabine, un message vocal indique sa position.
En outre, un nouveau dispositif de demande de secours, équipé de signalisations visuelle et
sonore ou un dispositif de demande des secours existant faisant l’objet d’une modification
comporte :
- un pictogramme illuminé jaune, en complément du signal sonore de transmission de la
demande, pour indiquer que la demande de secours a été émise ;
- un pictogramme illuminé vert, en complément du signal sonore normalement requis (liaison
phonique), pour indiquer que la demande de secours a été enregistrée ;
- une aide à la communication pour les personnes malentendantes, telle qu’une boucle magnétique ;
- des boutons de commande comportant l’indication du numéro d’étage en relief. Dans tous les cas,
les signaux sonores et messages vocaux doivent avoir un niveau réglable entre 35 dB (A) et 65 dB (A).
¤ Article 6
Pour l’application de l’article R. 111-18-9 du code de la construction et de l’habitation, le coût des
travaux à prendre en compte est le montant, hors taxes et hors honoraires, de l’ensemble des
travaux d’investissement sur le bâtiment ou ses extensions décidés ou financés au cours des
deux années précédant la décision d’engager ou de financer les travaux.
¤ Article 7
Le Directeur général de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction et le Directeur général de
l’action sociale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui
sera publié au Journal officiel de la République française.
Fait à Paris, le 26 février 2007.
Liste des dernières parutions
Les Cahiers
Plus de 100 titres déjà parus. Certains peuvent être commandés (différents
tarifs*) auprès de la Direction des activités promotionnelles – Éditions de
l’Union sociale pour l’habitat - 14, rue Lord Byron - 75384 Paris Cedex 08 Tél. 01 40 75 52 63 - Mél : genevieve.decaluwe@union-habitat.org
46 Accompagnement lié au logement et fonction sociale des organismes Hlm - août 1997
47 L’actualité juridique commentée d’un congrès à l’autre 1996-1997 - août 1997
48 Référentiel des emplois de la maîtrise d’ouvrage : évolution de la fonction octobre 1997
49 Permanences et changements aux Hlm. L’évolution historique des missions octobre 1997
51 Référentiel de communication avec les habitants, à l’usage des organismes Hlm août 1998
52 Pratiques Hlm de gardiennage et de surveillance - septembre 1998
53 Missions et fonctions de prévention-sécurité - septembre 1998
57 Contrat-type : nettoyage - septembre 1999
58 Contrat-type des portiers d’entrée d’immeuble - octobre 1999
60 Les troubles de voisinage - États des lieux et pratiques Hlm - mars 2000
62 Contrat-type : entretien des chauffe-eau, chauffe-bains et chaudières murales à
gaz - septembre 2000
64 Les organismes Hlm et la communication Internet / Intranet - mars 2001
65 Hlm et Gestion urbaine de proximité - Améliorer la vie quotidienne des habitants juin 2001
66 Cadre de CCAP applicables aux marchés passés par les Sociétés privées d’Hlm juin 2001
67 Mise en place d’un plan d’entretien, éléments de réflexion et d’orientation - juillet
2001
69 Le Qualimo - Management de processus de réalisation opérationnel en locatif octobre 2001
70 Hlm et agglomération - octobre 2001
71 Cadre de contrat pour les missions de contrôle technique - décembre 2001
72 MULO en acquisition-amélioration - juin 2002
73 La gestion du risque lié aux légionelles dans l’habitat - juillet 2002
74 Faisabilité commerciale et foncière en acquisition-amélioration - septembre 2002
75 Installation d’équipements d’émission et de réception de réseaux de
télécommunications - novembre 2002
76 Les déchets de chantier - décembre 2002
77 Parc privé existant ou ancien : pourquoi et comment intervenir - mars 2003
78 Le recours aux sociétés privées de prévention et de sécurité : cahier des charges
type - septembre 2003
79 Les constats amiante - Cadre général et contrats-type de mission de repérage septembre 2003
80 Villes et quartiers - Les chartes de voisinage - décembre 2003
81 La communication, vecteur de la qualité - février 2004
82 Logements-foyers pour personnes âgées :
la relation propriétaire gestionnaire - mars 2004
83 Guide de l’enquête de satisfaction : perception de la qualité du service rendu dans
l’habitat social - mars 2004
84 Les cessions en bloc de patrimoine locatif social : un outil d’aide à la décision mai 2004
85 Guide pratique et déontologique de recours à la vidéosurveillance par les
bailleurs sociaux - juillet 2004
86 Les “mondes sociaux” des organismes du logement social - octobre 2004
87 Gestion de proximité : évolutions et tendances - octobre 2004
88 Dématérialisation des procédures d’appel d’offres - novembre 2004
89 Les pratiques d’achat en logement social : mise en œuvre du Code 2004 des
marchés publics - janvier 2005
83
90 Contrat-type de coordination de la sécurité et de la protection de la santé janvier 2005
91 Les organismes Hlm et le mandat de gestion d’immeubles : proposition de
convention - février 2005
92 Les logements-foyers pour personnes âgées dans la stratégie patrimoniale février 2005
93 La technologie du télérelevage appliquée à la gestion de l’eau en habitat
collectif - avril 2005
94 Gestion d’un immeuble voué à la démolition : préparer et accompagner le projet - juin
2005
95 L’entretien de la ventilation mécanique contrôlée sanitaire - juillet 2005
96 Aide à la mise en place d’un contrat d’entretien et de réparations des ascenseurs
- septembre 2005
97 Prendre en compte la gestion et les usages dans les projets de renouvellement
urbain - septembre 2005
98 Prendre en compte le vieillissement et le handicap dans les interventions sur le
patrimoine - septembre 2005
99 Relogement et rénovation urbaine - novembre 2005
99b Les aspects juridiques du relogement - mai 2007
100 Le PLH : enjeux pour l’habitat social et rôle des organismes Hlm - novembre 2005
101 La délégation des aides à la pierre, outil de la mise en œuvre des politiques
locales de l’habitat - décembre 2005
102 Aide à l’entretien des aires de jeu - février 2006
103 L’accès et le maintien dans le logement des personnes ayant des difficultés de santé
mentale - mars 2006
104 L’ouverture des marchés de l’énergie pour les organismes de logements sociaux avril 2006
105 L’accès au foncier : comprendre, proposer, agir - juillet 2006
106 Bilan de quelques opérations de résidentialisation dans le cadre de projets
urbains - septembre 2006
84
107 Décentralisation et politiques locales de l’habitat - octobre 2006
108 Guide de mise en place du contrôle technique périodique en ascenseur novembre 2006
109 Guide de sensibilisation à la communication des projets de rénovation urbaine décembre 2006
110 Le nouveau régime d’impôt sur les sociétés des organismes de logement social avril 2007
111 Le dossier de diagnostic technique - mai 2007
112 Communication : approches, pratiques et tendances -juin 2007
113 La gestion des quartiers en chantier - juillet 2007
Les Guides
• Les logements-foyers pour personnes âgées. Quelles adaptations, pour quel
avenir ? - mars 2002
• La fiscalité Hlm - Tome 4 - Les impositions liées à la détention et la location d’un
immeuble - mars 2002
• Le rôle des organismes de logement social dans les PLH - mars 2003
• Les observatoires de l’habitat : la participation des organismes d’Hlm- mars 2003
• Guide évaluation des contrats de ville - juin 2003
* Tarifs des Guides, prix unitaire TTC franco
Guides 2001 : 24,39 € - 2002 : 25 € - 2003 : 26 €
* Tarifs des Cahiers, prix unitaire TTC franco
Du n° 5 au n° 50 : 15,09 €
Du n° 51 au n° 62 : 16,01 €
Du n° 63 au n° 71 : 16,77 €
Du n° 72 au n° 76 : 17 €
Du n° 77 au n° 80 : 17,50 €
A partir du n° 81 : 20 €
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising