canton-communes no 27.indd

canton-communes no 27.indd
N° 27 - septembre 2012
SOMMAIRE
Stationnement sauvage de
gens du voyage: que faire? 2-3
Quelques piqûres de rappel
en droit des marchés publics 4-5
Amiante dans les bâtiments:
prudence
6-8
Nouveaux outils pour le recensement architectural
8
Financement de la gestion
communale des déchets
9-10
Traitement des micropolluants
dans les stations d’épuration 11-12
Etude sur la santé buccodentaire des enfants
12
Nouveau règlement cantonal
sur les cimetières
12
A la recherche des arbres
remarquables
13-14
Ont participé à la
rédaction de ce numéro:
François Anex,
Faune, flore et nature
(fax)
Rita Bütler,
Faune, flore et nature
(rbr)
Guerric Riedi, Département
des infrastructures
(gri)
Pierrette Roulet-Grin,
Déléguée du Conseil d’Etat (prg)
Etienne Ruegg,
Eaux, sols et assainissement (erg)
Sylvie Traimond, Immeubles,
patrimoine et logistique
(std)
Philippe Vioget,
Eaux, sols et assainissement (pvt)
Florian Zellweger,
Eaux, sols et assainissement (fzr)
Comité de rédaction
Eric Golaz, SeCRI
Silvana Palagi, SeCRI
La coopération, clé de
la prospérité vaudoise
Répondre aux besoins de la
population en accompagnant
la croissance de notre canton, tel est le défi majeur de
la législature cantonale qui
s’ouvre. Les transformations
des modes de vie impliquent
notamment davantage de mobilité ou se caractérisent par
d’autres formes d’organisation
familiale. On habite dans une
commune, on travaille dans
une autre, et pour se déplacer, on emprunte voiture, bus,
train, vélo... Hommes et femmes souhaitent mener une activité professionnelle qui leur
procure une indépendance
économique, et ont donc besoin, pendant qu’ils travaillent,
se forment ou cherchent un
emploi, de solutions de garde
pour leurs enfants.
Ces nouveaux besoins, ces
nouveaux
fonctionnements
appellent une réorientation ou
un développement des politiques publiques. Mais aucune
ne se décide unilatéralement,
aucune ne se décrète sans discussion. Au contraire, Etat et
communes doivent travailler
ensemble à la mise à disposition des infrastructures essentielles dont ont besoin quotidiennement les Vaudoises et
les Vaudois. Qu’il s’agisse de
structures d’accueil des enfants suffisantes, d’un réseau
routier adapté à tous ses utilisateurs ou de transports publics fréquents et efficaces, la
coopération est la condition
d’avancées durables et solides.
Les premières semaines passées dans mes nouvelles fonctions de Conseillère d’Etat en
charge du Département des infrastructures et des ressources
humaines (DIRH) ont renforcé
ma conviction: toute action
publique efficace repose sur la
concertation entre collectivités
publiques, et particulièrement,
en terres vaudoises, sur le
dialogue entre autorités communales et cantonales. Clé
essentielle de la prospérité du
canton, la recherche patiente,
constante, de positions permettant d’avancer ensemble
est et doit rester notre principale méthode. C’est avec
confiance que je me réjouis
de la mettre en œuvre avec
vous.
Nuria Gorrite,
Conseillère d’Etat, Cheffe du
Département des infrastructures
et des ressources humaines
Contact: Service des communes et des relations institutionnelles
Rue Cité-Derrière 17, 1014 Lausanne
mailto: info.secri@vd.ch
2
N° 27 - septembre 2012
Stationnement «sauvage» de gens du
voyage: que faire? Vade-mecum détaillé
Depuis le printemps dernier, les nombreux stationnements de grands groupes
de gens du voyage français
d’ethnie rom, s’ installant
spontanément avec des dizaines de caravanes sur des
parcelles privées ou communales, ont mis en émoi
nombre de propriétaires ou
d’autorités peu habitués à
cette manière cavalière d’utiliser la propriété d’autrui.
Pierrette Roulet-Grin, médiatrice et déléguée aux gens du
voyage, est chargée par le
Département de la sécurité
et de l’environnement de venir en aide aux communes,
à la police et à la population,
afin d’appréhender dans le
calme ce genre de situation.
Voici le vade-mecum détaillé
des interventions et recours
successifs rédigé à l’intention des autorités ou polices
se trouvant face à un stationnement manifestement
«sauvage».
Autorisation ou pas?
qui décide?
• En constatant un stationnement de caravaniers,
déterminer en premier lieu
et avec sûreté quel est
l’ayant-droit du terrain en
question, soit le propriétaire-exploitant ou - si le terrain est loué - le titulaire du
bail, fermier ou locataire.
• Avertir l’ayant-droit et le
faire venir sur place (si c’est
une propriété communale,
un délégué de la municipalité ayant le pouvoir de négocier); dans le camp, faire
appeler la personne que
Des terrains souvent à remettre en état!
ses pairs désignent comme
leur interlocuteur (chef de
clan ou de famille, «pasteur», répondant, etc.);
après avoir entendu la demande des gens du voyage
(et pris note du dédommagement qu’ils offrent d’emblée très souvent), informer
l’ayant-droit de ses devoirs
de maintien de l’ordre sur
la parcelle et alentour, puis
demander sa détermination
(à prononcer sur place devant la personne qui s’annonce comme responsable
des caravaniers).
• Si l’ayant-droit autorise le
stationnement (c’est lui qui
décide!), il ne peut le faire
de son propre chef que pour
une durée maximale de 4
jours (3 nuits), l’autorisation de la Municipalité étant
requise dès la 4e nuit (base
légale: art. 27 de la LCCRVD, Loi sur les campings
et caravanings résidentiels,
chapitre «camping occasionnel»).
Si l’ayant droit autorise
le stationnement…
1. Si
l’ayant-droit autorise le
stationnement, l’informer
qu’il est responsable de la
mise en place de moyens
garantissant l’ordre et la
propreté sur et autour du
terrain (par ex.: contenants
à déchets, WC mobiles).
2. Déterminer
avec lui qui
(commune ou privé) fait
venir une ou des benne(s)
pour les déchets produits
par les campeurs jusqu’à
la libération de la parcelle,
et lui rappeler qu’il lui appartient d’assumer l’amenée et le retrait des bennes, la location, la pose des
WC mobiles et leur retrait,
ainsi que l’élimination des
déchets, l’éventuel ramassage des déchets sur les
parcelles, chemins et forêts
alentour suite au départ
des caravaniers.
3. Lui
rappeler aussi qu’il ap-
3
N° 27 - septembre 2012
partient de se faire payer
par les gens du voyage tous
les frais effectifs causés par
leur séjour (N.B. l’encaissement auprès des voyageurs
doit être égal ou supérieur
à 10.- CHF par caravane/
jour, c’est-à-dire une finance journalière de stationnement qui ne soit pas
inférieure à celle encaissée
sur les places officielles de
Payerne et Rennaz, afin
d’inciter les caravaniers à
utiliser en priorité les places officielles).
4. Rappeler
à l’ayant-droit
qu’il ne peut autoriser la
prolongation du séjour audelà de quatre jours sans
autorisation municipale. Si
le temps de séjour accordé
dépasse les quatre jours,
la Municipalité doit prendre une décision - positive
ou négative - sur la requête de l’ayant-droit et la
lui faire connaître par écrit
(par porteur), charge à lui
de faire connaître de suite
cette décision aux gens du
voyage en leur fixant le jour
et l’heure auxquels sera fait
l’état des lieux de départ.
5. L’autorisation
échue, en cas
de refus des caravaniers de
partir au moment convenu,
retenir l’ayant-droit et faire
venir police et médiatrice
sur place.
tons romands (Martigny,
Vue-des-Alpes) ou villes
françaises les plus proches,
etc.
5. Demander
aux gens du
voyage de s’en aller sans
délai.
Des «souvenirs» dont se passeraient bien
propriétaires fonciers et communes…
6. S’ils
Si l’ayant-droit n’autorise
pas le stationnement…
7. En
1. Si
l’ayant-droit exprime
clairement son refus d’accueillir le stationnement,
faire venir la police desservant l’endroit – si elle n’est
pas déjà sur place.
2. Réunir
le responsable du
camp des gens du voyage
et l’ayant-droit, ce dernier
signifiant de vive voix aux
gens du voyage son refus
de les voir camper sur sa
parcelle.
3. Informer
les gens du voyage de leur situation illégale (violation du droit de la
propriété).
4. Préparer
activement le départ en demandant à la police de se renseigner s’il y a
de la place sur les aires officielles de Boulex-Payerne
ou Rennaz, et informer les
gens du voyage des disponibilités, le cas échéant de
celles existant sur les can-
refusent, demander à
la police de faire venir la
médiatrice sur place.
cas d’échec de la médiation (nouveau refus de
départ après explication
du droit en vigueur et des
conséquences possibles en
justice) voir avec l’ayantdroit s’il dépose plainte
auprès de la police, et s’il
demande l’évacuation de
sa parcelle.
8. L’ayant-droit,
la médiatrice et l’autorité municipale
se retirent en confiant la
suite des opérations à la
police, qui agira selon les
décisions prises par son
commandement, en utilisant ressources et procédures en sa possession.
En général, tout au long des
opérations énumérées ci-dessus, la municipalité se fait assister par la police desservant
son territoire (police cantonale, intercommunale ou municipale), la médiatrice ne se
rendant sur place qu’à la demande de la police ou de la
municipalité.
(prg)
A ce propos...
Informations
Dans sa séance du 18 septembre, le Grand Conseil a agréé
et renvoyé directement au Conseil d’Etat deux motions
concernant la Loi sur les campings et caravanings résidentiels: l’une demande l’adaptation de l’art. 27 en exigeant
que la Municipalité soit consultée dès l’arrivée des campeurs
lorsqu’un groupe de plus de 5 caravanes ou d’unités mobiles
de logement veulent s’installer, l’autre requiert l’introduction d’un nouveau chapitre «Camping non autorisé» préconisant la possibilité d’expulser les campeurs à la demande de
l’ayant-droit du terrain ou des autorités.
Pierrette Roulet-Grin
Médiatrice-déléguée
aux gens du voyage VD
Quatre-Marronniers 28
1400 Yverdon-les-Bains
Téléphone:
024 426 07 88 / 079 213 26 68
Courriel:
p.roulet-grin@bluewin.ch
4
N° 27 - septembre 2012
Quelques piqûres de rappel en droit
des marchés publics
Le rôle de la législation
sur les marchés publics
Le droit des marchés publics
a pour objectif principal de
favoriser la concurrence entre les différents acteurs économiques du secteur privé
tout en assurant une utilisation parcimonieuse des deniers publics.
Toute administration publique
communale, y compris une
association de communes,
est assujettie à la législation
sur les marchés publics dès
le premier franc versé lorsqu’elle conclut avec un soumissionnaire privé, un contrat
portant sur l’acquisition de
travaux, de fournitures ou de
services, moyennant une rétribution financière.
Les marchés nationaux
et internationaux
Les annexes de l’Accord intercantonal sur les marchés publics renseignent les pouvoirs
adjudicateurs sur le type de
procédure à appliquer à un
marché donné.
Ce choix s’opère en fonction
de la nature du marché (four-
nitures, services, construction) et de sa valeur qui ne
doit pas être sous-estimée
dans le but d’appliquer une
procédure moins exigeante.
Selon les valeurs en présence, l’on distingue les marchés
nationaux soumis à concurrence nationale, des marchés internationaux soumis à
concurrence internationale.
L’organe
officiel
de
surveillance cantonale des
marchés publics, il est rappelé que le prix de l’offre qui
remporte un marché doit impérativement être indiqué
dans la publication de l’avis
d’adjudication.
publication
A compter du 1er juillet 2012,
la plateforme internet simap
commune à la Confédération
et aux cantons (www.simap.
ch) est devenue l’organe
de publication officiel pour
les marchés publics dans le
canton en lieu et place de la
Feuille des avis officiels du
canton de Vaud (FAO). La FAO
ne disparaît pas pour autant
de la scène des marchés publics puisqu’elle aura désormais pour rôle de publier à
titre informatif et sous forme
de résumés, les avis qui paraissent simultanément sur
simap.
A la suite de manquements
constatés par l’Autorité de
Photo Jean Jeker
L’évaluation des offres
A l’instar des autres pouvoirs
adjudicateurs, les communes
bénéficient d’une certaine liberté dans la sélection des
critères d’évaluation des offres et de leur pondération.
Afin de simplifier le travail de
ses propres entités, l’administration cantonale a élaboré
des barèmes de pondération
et de notation des critères
d’évaluation applicables aux
différents types de marchés.
Ces barèmes, disponibles sur
Marchés nationaux
Procédure
applicable
De gré à gré
Sur invitation
Ouverte / sélective
Fournitures
(valeurs seuil en CHF)
jusqu’à 100’000.jusqu’à 250’000.dès 250’000.-
Services
(valeurs seuil en CHF)
jusqu’à 150’000.jusqu’à 250’000.dès 250’000.-
Construction
Construction
(valeurs seuil en CHF)
(valeurs seuil en CHF)
Second oeuvre
jusqu’à 150’000.jusqu’à 250’000.dès 250’000.-
Gros oeuvre
jusqu’à 300’000.jusqu’à 500’000.dès 500’000.-
Marchés internationaux
Procédure applicable
Ouverte / sélective
Fournitures
(valeurs seuil en CHF)
dès 350’000.-
Services
(valeurs seuil en CHF)
dès 350’000.-
Construction
(valeur totale en CHF)
dès 8’700’000.-
5
N° 27 - septembre 2012
le site internet du Département des infrastructures et
des ressources humaines
(DIRH), page «marchés publics», rubrique «directives
et conditions», peuvent être
utilisés par les communes et
leur apporter une aide précieuse pour élaborer le cahier
des charges et pour évaluer
les offres. Ils constituent, de
plus, un outil utile pour mettre en arcane les priorités
des communes dans leurs
critères de choix: par ex. finances, environnement, formation professionnelle.
Photo Jean Jeker
La prévention du travail
au noir
Les communes disposent de
plusieurs outils pour se prémunir contre la présence de
travailleurs au noir sur leurs
chantiers.
Les documents d’appel d’offres peuvent tout d’abord
prévoir l’obligation pour les
soumissionnaires
d’annoncer tous leurs sous-traitants,
mêmes potentiels, lors du dépôt
des offres au moyen d’un tableau. Il peut ainsi être vérifié,
avant l’adjudication, si les soumissionnaires et les sous-traitants annoncés ne figurent pas
sur l’une des deux listes tenues
par le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).
Ces listes sont accessibles sur le
site internet du «DIRH», page
«marchés publics», rubrique
«cadre légal»; il s’agit de:
• la liste des employeurs exclus
des marchés publics pour violation des obligations légales
en matière d’assurances sociales et de séjour;
• la liste des employeurs interdits d’offrir leurs services en
Suisse à la suite de violations
perpétrées à la loi fédérale sur
les travailleurs détachés.
Ces
contrôles
peuvent
être étendus au(x) soustraitant(s) désigné(s) pendant l’exécution du marché
ainsi que lors de tout changement de sous-traitant.
Conformément à la pratique
instaurée par l’Etat, il est
aussi recommandé, pour les
marchés de construction, de
transmettre aux partenaires
sociaux (Fédération vaudoise
des entrepreneurs, syndicat Unia), voire directement
à la commission paritaire
en place, le procès-verbal
d’ouverture des offres et le
tableau des sous-traitants
pour contrôle et épuration.
Lorsque les contrôles révèlent qu’un sous-traitant n’est
pas conforme, l’adjudicateur
en est informé et avise le
Photo Jean Jeker
soumissionnaire que le soustraitant est refusé. Si un soumissionnaire sous le coup
d’une exclusion des marchés
publics dépose une offre, celui-ci pourra être exclu de la
procédure par le pouvoir adjudicateur.
(gri)
En savoir plus
Aide-mémoire pour les
municipalités vaudoises,
pages 60-61
www.vd.ch/communes
Guide romand sur les marchés publics:
www.vd.ch?id=37535
Site internet de l’Etat de
Vaud:
www.vd.ch/marches-publics
Bases légales sur les marchés publics
- Accord intercantonal du 25 novembre 1994 / 15 mars
2001 sur les marchés publics (A-IMP; RSV 726.91)
- Loi du 24 juin 1996 sur les marchés publics (LMP-VD;
RSV 726.01)
- Règlement du 7 juillet 2004 d’application de la loi du
24 juin 1996 sur les marchés publics (RLMP-VD; RSV
726.01.1)
6
N° 27 - septembre 2012
Amiante dans les bâtiments: prudence
lors de transformations ou de démolitions
Le terme d’amiante regroupe
plusieurs sortes de roches fibreuses naturelles, qui ont
été abondamment utilisées
dans les bâtiments, principalement pour leurs propriétés isolantes et ignifuges.
Ce matériau est très dangereux pour la santé.
A noter: contrairement à ce
que l’on pense souvent, le
nom «amiante» est masculin!
L’amiante est très dangereux pour la santé
Malgré ses nombreuses propriétés, l’amiante est très
dangereux pour la santé,
notamment pour les travailleurs-euses qui le manipulent.
L’utilisation de l’amiante a été
interdite à partir de 1990 en
Suisse. Les fibres d’amiante
peuvent se diviser en fibrilles
jusqu’à 1’000 fois plus fines
qu’un cheveu humain. Ces
fibrilles, une fois inhalées,
peuvent parvenir dans les
alvéoles pulmonaires. Elles
sont alors susceptibles de
causer diverses maladies,
souvent mortelles. On déplore annuellement en Suisse de nombreux décès dus à
l’amiante.
Fibres d’amiante
source: www.amiante-info.ch
Les différentes formes
de l’amiante dans les bâtiments
L’amiante a été utilisé d’une
multitude de manières différentes dans les bâtiments.
On distingue les formes:
• Fortement agglomérée :
bacs à fleurs, amiante-ciment (tôles ondulées pour
toitures et façades de type
Eternit, canalisations), colles de carrelages, joints en
amiante-caoutchouc, etc.;
• Faiblement agglomérée :
revêtements en amiante
floqué pour faux plafonds,
matériaux pour l’isolation
thermique et la protection
incendie, etc.;
• Amiante pur : cordes, textiles, matériaux de remplissage.
Les deux dernières formes
sont les plus dangereuses car
les fibres d’amiante peuvent
être plus facilement libérées
dans l’air et inhalées (potentiel de libération de fibres élevé). Les éléments en amiante
fortement aggloméré sont a
priori moins dangereux, mais
peuvent avoir un potentiel
de libération de fibres élevé
notamment s’ils sont endommagés ou retravaillés (percés, poncés, sciés, etc.).
Bases légales pour le
désamiantage
Depuis le 1er mars 2011,
l’article 103a, alinéa 1, de
la loi vaudoise sur l’aménagement du territoire et les
constructions (LATC) stipule:
«En cas de travaux de démolition ou de transformation soumis à autorisation et
portant sur des immeubles
construits avant 1991, le re-
quérant joint à sa demande
un diagnostic de présence
d’amiante pour l’ensemble
du bâtiment […]»
Le second alinéa du même
article stipule que le contrôle
du diagnostic et de l’assainissement incombe à la municipalité.
Le but du diagnostic est
de confirmer la présence
d’amiante dans les éléments
de construction. Dans le cas
où la présence d’amiante est
avérée, un assainissement
doit être entrepris par une
entreprise de désamiantage
reconnue selon l’art. 60b de
l’Ordonnance sur les travaux
de construction (OTConst)
avant le début des travaux.
Le désamiantage des matériaux identifiés par le diagnostic est exigé préalablement à la démolition ou à la
transformation qui fait l’objet
de la demande de permis de
construire. Dans la pratique,
un désamiantage total de
tout un bâtiment ne sera pas
forcément exigé si seule une
petite partie du bâtiment est
touchée. Une évaluation est
à faire en fonction du potentiel de libération de fibres des
matériaux.
La brochure SUVA 84024
permet d’identifier et de manipuler correctement les produits contenant de l’amiante.
Une seconde brochure, éditée
par le FACH (Forum Amiante
Suisse) permet de déterminer l’urgence des mesures à
prendre.
Les communes sont tenues
aux mêmes obligations en
tant que propriétaires de
bâtiments. Dans le cas des
7
N° 27 - septembre 2012
bâtiments publics, il est particulièrement important d’éliminer sans délai les matériaux dangereux.
doivent être vérifiés dans
l’Ordonnance fédérale sur le
traitement des déchets (OTD,
annexe 1).
Mentionnons encore qu’indépendamment de la directive
vaudoise sur le diagnostic
amiante, les entrepreneurs
sont tenus, en cas de suspicion de présence dans un
bâtiment de substances particulièrement nocives comme l’amiante par exemple,
d’identifier les dangers et
d’évaluer les risques y relatifs (art. 3.1bis OTConst).
Dans les déchèteries communales, les déchets amiantés à
faible potentiel de libération
de fibres (plaques ondulées
en fibrociment, bacs à fleurs,
etc.) réceptionnés doivent
être emballés et étiquetés.
Ensuite, ils peuvent être stockés temporairement avec les
déchets inertes avant leur
envoi en DCMI. Les déchets
amiantés à fort potentiel de
libération de fibres doivent
être refusés par les déchèteries et mis directement en
DCB.
Protection des travailleurs
Lorsqu’un bâtiment doit être
désamianté, il est généralement nécessaire de faire appel à une entreprise de désamiantage reconnue, en tout
cas en présence d’éléments à
potentiel de libération élevé.
De nombreuses précautions
seront alors prises pour minimiser l’exposition des travailleurs (équipements de
protection individuelle (EPI)
spécifiques,
confinement,
aération avec filtre, etc.).
La SUVA est l’organisme
compétent pour contrôler ces
travaux dans l’optique de la
protection des travailleurs.
Elle a édité plusieurs documents pratiques à ce sujet.
Certains éléments fortement
agglomérés peuvent être démontés par un non spécialiste en désamiantage, mais ils
ne doivent en aucun cas être
endommagés.
Dans tous les cas, les déchets
résultant du désamiantage
doivent être emballés et étiquetés comme contenant de
l’amiante, selon les exigences de l’Ordonnance fédérale
sur la réduction des risques
liés aux produits chimiques
(ORRChim, annexe 1.6).
Ce type de plaques ondulées contient
souvent de l’amiante!
Photo: Florian P. Zellweger / SESA
Elimination des déchets
contenant de l’amiante
Une fois le désamiantage terminé, il convient de procéder
à une élimination correcte
des déchets, en prenant toutes les précautions nécessaires. En pratique, il y aura
deux filières d’élimination, à
distinguer selon le potentiel
de libération de fibres du matériau.
Les éléments contenant de
l’amiante faiblement aggloméré ou à potentiel de libération de fibres élevé (plaques
ondulées endommagées par
exemple) sont considérés
comme des déchets spéciaux
et doivent être acheminés
directement en décharge
contrôlée bioactive (DCB de
Teuftal/BE ou Châtillon/FR).
Cette élimination est en principe pratiquée par l’entreprise de désamiantage ellemême. Comme pour tout
déchet spécial, un document
de suivi doit être établi.
Ceux dont le potentiel de libération de fibres est faible
doivent être mis en décharge contrôlée pour matériaux
inertes (DCMI), éventuellement par l’intermédiaire d’un
centre de tri de déchets de
chantier ou d’une déchèterie, mais toujours emballés
et étiquetés. Dans le cas où
ces déchets sont mélangés à
d’autres substances, les critères d’acceptation en DCMI
La destruction complète des
fibres par vitrification est
possible, mais cette filière est
très onéreuse et gourmande
en énergie. Quelques installations pratiquant ce type
de traitement existent dans
certains pays voisins (France
notamment), mais pas en
Suisse à l’heure actuelle.
(fzr)
Pour en savoir plus
Bases légales fédérales
- Ordonnance sur les mouvements de déchets (OMoD).
- Ordonnance sur la sécurité et
la protection de la santé des
travailleurs dans les travaux
de construction (OTConst).
- Ordonnance sur la prévention
des accidents et des maladies
professionnelles (OPA).
- Directive CFST 6503 «Amiante».
Bases légales cantonales
- Loi vaudoise sur l’aménagement du territoire et les
constructions (LATC).
- Directives d’application de
la loi sur l’aménagement du
territoire et les constructions–
%
Diagnostic amiante.
8
N° 27 - septembre 2012
Sites internet
- Informations générales:
www.amiante-info.ch
- OFSP (Office fédéral de la
santé publique):
www.bag.admin.ch/themen/
chemikalien/00228/00504/index.html?lang=fr
- SUVA (Caisse nationale
suisse en cas d’accidents):
www.suva.ch/amiante
- FACH (Forum amiante suisse):
www.forum-amiante.ch
- SIPAL (Service immeubles,
patrimoine et logistique de
l’Etat de Vaud):
www.vd.ch/themes/territoire/
construction/amiante
Le SIPAL diffuse bon nombre d’informations et gère le
désamiantage des bâtiments
publics cantonaux.
Renseignements
Florian P. Zellweger
Service des eaux, sols et assainissement
Division sols, carrières, déchets
Tél. : 021 316 75 76
florian.zellweger@vd.ch
Des cours sont régulièrement organisés par le Service des eaux, sols et assainissement, à l’intention
des municipaux, employés
et ingénieurs communaux
concernés.
Au sujet de l’utilisation des
graves et granulats recyclés,
écobéton, déchets d’enrobé,
le cours «Utilisation des matériaux recyclés sur les chantiers
communaux: une alternative
pour épargner les ressources
naturelles» aura lieu pour la
première fois le 14.11.2012.
Inscriptions sur le site du CEP:
www.cep.vd.ch > Catalogue > L’Etat pour les communes
Deux nouveaux outils Internet au service
du patrimoine vaudois: le guichet du recense-
ment architectural et wiki-recensement
Depuis 2007, les données
principales du recensement
architectural vaudois (type de
bâtiment, note et mesure de
protection) étaient consultables sur Internet, par le biais
du portail geoplanet. Afin
d’augmenter et de particulariser les informations liées au
patrimoine vaudois, un nouveau guichet de consultation
des données relatives au recensement architectural est
désormais en ligne à l’adresse:
www.recensementarchitectural.vd.ch
Ce nouvel outil au service d’un
large public, et notamment
des communes, donne accès
à la note de recensement de
chaque bâtiment et décrit les
mesures de protection légale
qui lui sont attribuées. Il est
également possible d’imprimer la fiche de recensement,
de consulter des photographies
et, pour autant que ces informations aient été numérisées,
d’avoir un aperçu des renseignements d’archives.
Dès le mois de septembre
2012, ce guichet permet d’accéder à une plateforme participative,
wiki-recensement:
toute personne qui en fait la
demande peut contribuer à enrichir le recensement en proposant de nouveaux objets ou
en complétant la documentation de ceux déjà recensés. Les
données du contributeur sont
vérifiées puis intégrées dans la
base de données du recensement.
Un mode d’emploi du site
du recensement architectural accompagne le guichet de
consultation et la plateforme
participative.
A noter qu’une première expérience participative concernant
le patrimoine est déjà en ligne
depuis le mois de mai 2011,
elle répertorie les parcs et jardins historiques du canton:
www.jardinshistoriques.vd.ch
Vous trouvez toutes les informations utiles sur le site
www.patrimoine.vd.ch
(std)
9
N° 27 - septembre 2012
Financement de la gestion communale
des déchets: nouvelles dispositions
Dans sa séance du 3 juillet
2012, le Grand Conseil a adopté
la modification de la loi cantonale sur la gestion des déchets
(LGD) résultant de l’initiative
législative Philippe Cornamusaz et consorts. Elle consiste à
compléter la loi avec des dispositions concernant le financement de la gestion communale
des déchets.
Le délai référendaire n’ayant
pas été utilisé, le Conseil d’Etat
a fixé la date d’entrée en vigueur de la modification au 1er
janvier 2013.
Un nouvel article de la loi
sur les déchets concerne
les communes
Les éléments concernant les
communes font l’objet du
nouvel article 30a de la loi,
intitulé «Taxes d’élimination
des déchets urbains».
En voici le contenu :
1. Les
communes financent
les coûts d’élimination des
déchets urbains par le biais
de taxes.
2. Le
40 % de ces coûts, au
minimum, doit être financé
par une taxe proportionnelle à la quantité de déchets
urbains.
3. Les
communes prévoient
des mesures d’accompagnement, notamment en
faveur des familles.
4. Le
département en charge
peut accorder des dérogations aux communes qui ne
peuvent atteindre les objectifs de l’alinéa 2 à cause
d’une forte variation saisonnière de la population.
Ces dispositions complètent
celles des articles 32 et 32a
de la loi fédérale sur la protection de l’environnement,
dont la portée a été précisée
par le Tribunal fédéral dans
son jugement du 4 juillet
2011. (cf. canton-communes no 23)
Introduction d’une taxe
proportionnelle
Le premier alinéa confirme la
nécessité pour les communes de financer l’élimination
des déchets urbains par des
taxes, sans recourir au revenu des impôts. Ces derniers
peuvent être utilisés pour
des déchets d’autre nature,
tels que déchets de voirie ou
déchets spéciaux des ménages.
Dans ce but, les communes
ont à introduire une taxe directement proportionnelle à la
quantité de déchets, telle que
«taxe au sac» ou taxe perçue
selon le poids des déchets.
Le revenu de cet émolument
doit permettre de couvrir au
moins le 40 % des frais. Le
solde est à financer par une
taxe forfaitaire de base.
Des mesures d’accompagnement sont prévues
Les mesures d’accompagnement prévues au 3ème alinéa,
comprennent
notamment
des allégements du dispositif
de taxation en faveur des familles (exemption de la taxe
forfaitaire pour les enfants,
attribution de sacs gratuits
Sac poubelle taxé
qui sera introduit dans plusieurs régions du canton dès le 1er janvier 2013
10
N° 27 - septembre 2012
à l’occasion de naissances ou
pour les enfants en bas âge,
etc.) mais aussi des actions de
communication et de contrôle,
ainsi que le développement de
l’infrastructure de collecte et
de tri.
Enfin, le 4ème alinéa s’adresse
en particulier aux communes
à caractère touristique, dont
les frais d’infrastructure sont
particulièrement
importants
et qui peuvent rencontrer des
difficultés à atteindre le taux
de couverture requis pour la
taxe perçue selon la quantité
de déchets.
Il appartient désormais aux
communes d’appliquer ces
dispositions en les intégrant
dans un règlement sur la gestion des déchets.
Situation des communes
La situation dans le canton
est la suivante (état le 30 juin
2012):
- 101 communes ont à mettre
en œuvre un système de financement complet.
- 139 communes ont introduit une taxe forfaitaire et
devront compléter leur dispositif par une taxe proportionnelle à la quantité de déchets.
- 14 communes ont introduit
une taxe au sac ou au poids
seule et auront à la compléter par une taxe forfaitaire
afin de couvrir tous les frais
liés aux déchets urbains.
- 72 communes ont déjà mis
en place un système associant taxe de base et taxe
perçue selon la quantité de
déchets. Elles n’ont en principe pas à modifier leur règlement. Il leur incombe de
vérifier que les montants
perçus financent la totalité
des frais et que la taxe à la
quantité couvre au moins
le 40 % de ces coûts. Le
cas échéant, elles adapteront ces montants en
conséquence.
ter ainsi de multiplier les
démarches individuelles. Les
communes qui le préfèrent
peuvent bien entendu aussi
contacter elles-mêmes cette
instance.
Coordination de la gestion et harmonisation
des prix
Des règlements communaux à revoir
Les sociétés Gedrel, Sadec, et Valorsa, chargées de
coordonner la gestion des
déchets de leur périmètre
régional, proposent à leurs
communes membres un
dispositif homogène de taxe
sur les sacs à ordures. Strid
SA à Yverdon-les-Bains le
fait déjà depuis 2008 pour
le Nord vaudois.
La procédure d’adoption des
règlements communaux sur
la gestion des déchets est à
conduire
indépendamment
de cette démarche. En effet,
le règlement définit le niveau
maximum des taxes, alors
que ce sont les sommes effectivement perçues qui sont
à soumettre à l’autorité fédérale.
Ces modèles sont a priori
parfaitement
compatibles
avec les nouvelles dispositions de la loi sur la gestion
des déchets.
Le SESA reste à l’entière
disposition des municipalités pour tout renseignement
complémentaire à ce sujet.
Des informations et des documents de référence peuvent être obtenus sur le site
www.vaud-taxeausac.ch
Surveillance des prix
Suite à une intervention
de la Surveillance fédérale des prix, il apparaît que
les communes sont tenues
de lui soumettre toute introduction ou modification
de taxes, en application de
l’article 14 de la loi fédérale
concernant la surveillance
des prix (LSPr).
Une fois que les municipalités auront fixé les montants
précis des taxes qui seront
perçues, le SESA les invite
à lui transmettre ces informations au plus vite, cas
échéant par l’intermédiaire
de leur organisme de périmètre. Ceci permettra de
soumettre les chiffres communaux en blocs à la Surveillance des prix et d’évi-
Un règlement communal type
est à disposition sur internet:
www.vd.ch/dechets > Directives et publications. (erg)
Renseignements
Service des eaux, sols et assainissement (SESA)
Division Sols, carrières et
déchets
Etienne Ruegg, Ingénieur
Tél.: 021 316 75 46
etienne.ruegg@bluewin.ch
Le rapport du Conseil d’Etat au
Grand Conseil (février 2012)
relatif à l’évolution des procédés et des coûts de la gestion
des déchets est téléchargeable
de la page internet www.vd.ch/
dechets (colonne de doite).
Il présente la stratégie cantonale visant à développer les
filières de valorisation des déchets et comprend de nombreuses statistiques.
11
N° 27 - septembre 2012
Traitement des micropolluants dans
les stations d’épuration
Les micropolluants organiques sont des substances
synthétiques qui se trouvent
dans la composition de pratiquement tous les produits
utilisés dans notre vie quotidienne (médicaments, cosmétiques, phytosanitaires,
produits d’entretien ménager, etc.).
Micropolluants dans les
eaux usées
Les micropolluants sont des
substances
susceptibles,
parfois à des concentrations
extrêmement faibles, d’avoir
des effets néfastes sur l’être
humain et l’environnement.
Les mesures déjà prises, notamment à la source, pour
lutter contre leur présence
croissante dans les milieux
naturels ne suffisent pas.
Le vecteur de pénétration
principal de ces substances
dans les eaux étant les eaux
usées, la Confédération planifie en conséquence d’adapter leur traitement dans les
stations d’épuration (STEP).
Cette adaptation nécessite
la mise en place de traitements complémentaires, par
exemple à base d’ozone ou
de charbon actif suivis d’une
filtration.
Planification des mesures
Compte tenu de la complexité et du coût des techniques
de traitement et de la vulnérabilité des milieux, toutes les stations d’épuration
ne seront pas équipées pour
traiter les micropolluants. La
priorité sera donnée aux installations les plus importantes, et à celles rejetant leurs
eaux dans des milieux sensi-
bles (cours d’eau avec mauvaises conditions de dilution,
lacs utilisés comme ressources en eau potable).
Les cantons sont chargés de
la planification de ces mesures, sur la base de critères
définis par la Confédération.
Le Service des eaux, sols
et assainissement (SESA) a
élaboré sur ces bases une
planification cantonale, intitulée «Plan cantonal micropolluants – phase 1». La
réflexion ne s’est pas limitée
à la mise en place des traitements
complémentaires,
mais a porté sur l’ensemble de la problématique de
l’épuration, en particulier le
renouvellement d’un parc de
STEP vieillissant, l’amélioration générale de la qualité de
traitement, la rationalisation
et la professionnalisation de
l’exploitation par des mesures de régionalisation. Dans
la solution jugée optimale du
point de vue coût/efficacité,
le nombre de stations d’épuration du canton pourrait
passer de 170 actuellement
à une cinquantaine d’ici 20 à
25 ans, dont une quinzaine
(desservant 90% de la population) équipées pour le traitement des micropolluants.
De nombreuses variantes
restent toutefois ouvertes et
doivent faire l’objet d’études
plus détaillées. Ces éléments
ont été présentés aux communes et associations détentrices de STEP en mai 2012.
Une synthèse est également
présentée dans les bilans
2011 de l’épuration vaudoise
(www.vd.ch > Thèmes > Environnement > Eau > Eaux
usées > Contrôle des STEP).
Dans bon nombre de bassins
versants, des études complémentaires seront nécessaires
afin de préciser les solutions
d’épuration futures et leurs
coûts.
Le SESA souhaitant les impliquer dans ces études «2ème
phase», les communes et
associations ont été invitées à cet effet à constituer
des groupes de travail régionaux. La prochaine étape va
consister à définir la ou les
variante(s) à approfondir,
puis à constituer un cahier
des charges d’étude.
Le SESA est à disposition
des communes pour les appuyer dans cette démarche.
Une participation financière
cantonale à ces études «2ème
phase» est possible à certaines conditions. Les demandes sont à adresser au SESA
d’ici fin 2012.
Coûts et financement
Les investissements nécessaires à l’adaptation et la
mise à niveau de l’épuration
vaudoise dans les 20 à 25
prochaines années sont évalués entre 0.6 et 1 milliard
CHF (selon les options de régionalisation), dont environ
150 millions CHF pour le traitement avancé des micropolluants dans les STEP concernées.
Le financement de ce traitement avancé devrait être assuré à hauteur de 75% par
12
N° 27 - septembre 2012
un fonds fédéral alimenté par
une taxe annuelle de 6 à 9
CHF par habitant raccordé.
Cette taxe est à prélever par
tous les détenteurs de STEP
auprès de la population raccordée à leur installation (solidarité à l’échelle nationale).
Un projet de révision de la
loi fédérale sur la protection
des eaux (LEaux) a récemment été mis en consultation
à cet effet. Le Gouvernement
vaudois salue l’introduction
de ce financement, mais regrette que les moyens prévus ne permettent de couvrir
qu’une part trop restreinte
des coûts induits. Il demande
également à la Confédération
de considérer, par équité de
traitement, le financement du
traitement de l’azote, dans
la mesure où ce dernier est
nécessaire pour l’élimination
des micropolluants et qu’il
n’a jamais été exigé, et donc
subventionné, pour les STEP
rejetant dans les lacs.
Les modalités d’application
devront encore être précisées sur la base d’aides à
l’exécution.
Une participation financière
cantonale est également à
l’étude, en complément du
financement fédéral. Le solde des investissements devra
être assuré par les détenteurs de STEP par le biais de
la taxe d’épuration, censée
assurer le renouvellement
des installations.
(pvt)
Renseignements et appui
Service des eaux, sols et
assainissement (SESA)
Philippe Vioget
Tél.: 021 316 71 80
philippe.vioget@vd.ch
Claude-Alain Jaquerod
Tél.: 021 316 71 85
claude-alain.jaquerod@vd.ch
Santé bucco-dentaire des enfants
et accès aux soins dentaires
Toutes les communes du canton de Vaud ont été récemment invitées via un courrier de l’Institut universitaire de
médecine sociale et préventive à participer à une étude
mandatée par le Département de la santé et de l’action
sociale.
Cette étude vise à décrire le rôle joué actuellement par
les communes dans l’accès des enfants et des jeunes (0 à
18 ans) à la prophylaxie, au diagnostic et aux traitements
dentaires. Une grande partie des communes a déjà répondu
favorablement à cette invitation en acceptant de compléter
un questionnaire téléphonique. Nous remercions vivement
ces communes pour leurs efforts. Un taux élevé de participation à l’échelle du canton est en effet une condition
nécessaire pour garantir la qualité des résultats.
Pour toute information complémentaire, les personnes intéressées peuvent contacter le Dr Thomas Simonson par
courriel à l’adresse suivante: thomas.simonson@chuv.ch,
ou par téléphone au numéro: 021 314 72 91.
Nouveau règlement sur les décès,
les sépultures et les pompes funèbres
Le Conseil d’Etat a adopté un nouveau règlement sur les
décès, sépultures et pompes funèbres qui émane de la refonte complète du règlement du 5 décembre 1986 sur les
inhumations, les incinérations et les interventions médicales pratiquées sur des cadavres, et du règlement du 12
mars 1986 sur les règles et usages professionnels pour les
entreprises de pompes funèbres. Ce nouveau règlement
fait suite aux différentes révisions législatives tant fédérales que cantonales et tient compte de l’évolution de l’éthique et de la pratique en la matière.
Des aides d’application à l’attention des communes seront
disponibles, d’ici la fin de l’année, sur le site du Service de
la santé publique.
Renseignements complémentaires
Joëlle de Claparède, responsable des autorisations
Service de la santé publique (DSAS)
Tél.: 021 316 42 53
Règlement communal type
Un règlement communal type sera bientôt téléchargeable sur:
www.vd.ch/communes > Affaires communales > Règlements
communaux
13
N° 27 - septembre 2012
A la recherche des arbres remarquables,
maillon clé de la biodiversité en forêt
«A la recherche des arbres
remarquables» est une action éducative, initiée par
l’Association Suisse pour
la Protection des Oiseaux
(ASPO/BirdLife Suisse), soutenue par le canton.
Une action éducative
L’action «à la recherche des
arbres remarquables» s’inscrit dans la campagne «la
biodiversité en forêt» lancée en 2011 par l’Association
Suisse pour la Protection des
Oiseaux pour faire connaître la richesse de la diversité biologique en forêt. Elle
prend place sur l’ensemble
du pays et bénéficie du soutien de l’Association suisse
du personnel forestier.
Le Canton de Vaud salue
également cette démarche
qui complète les actions de
sensibilisation menées par
le corps forestier pour promouvoir la biodiversité. La
Conseillère d’Etat Jacqueline
de Quattro, en charge des
forêts, de la faune et de la
nature, assurera d’ailleurs
le lancement médiatique de
cette action le 1er octobre
prochain dans les forêts lausannoises.
Si l’action «à la recherche
des arbres remarquables»
s’adresse en premier lieu aux
classes d’école de la 4ème à la
11ème HarmoS, elle concerne
aussi l’ensemble des acteurs
impliqués dans la gestion
forestière, du propriétaire
à l’inspecteur forestier, en
passant par le garde forestier et la commune. En effet, outre l’amélioration des
connaissances des élèves sur
la biodiversité en forêt, l’action comprend une recherche
active en forêt d’arbres remarquables, idéalement avec
l’appui du garde forestier.
Les arbres remarquables font
partie du patrimoine culturel
de par leur âge respectable,
leur morphologie étonnante ou leur taille imposante.
Outre leur valeur esthétique
et paysagère, ils ont souvent
une valeur biologique significative en raison de la diversité des structures qu’ils
présentent et de la multitude
d’organismes qu’ils abritent.
Ces caractéristiques leur valent aussi le nom d’arbreshabitat.
L’arbre-habitat, un rôle
clé dans la conservation
de la biodiversité
On l’oublie souvent, la forêt
constitue le milieu de vie de
près de deux tiers des espèces
vivant en Suisse, soit environ
32’000 animaux, plantes et
champignons. La conservation et la promotion de la biodiversité en forêt constituent
dès lors un objectif à atteindre et un défi à relever que le
Canton a reconnu dans le cadre de sa politique forestière.
Or nombre d’espèces dépendent étroitement des structures de sénescence de vieux
arbres et d’arbres morts, ce
qui implique de laisser à sa
libre évolution, un arbre, un
îlot d’arbres, voir un massif
forestier entier.
Comme leur nom l’indique,
les arbres-habitat servent
de lieu de vie pour de nombreuses espèces animales et
végétales telles que le pic tridactyle, les chauves-souris,
la chouette de Tengmalm, la
martre, le grand capricorne, le
lucane cerf-volant, certaines
mousses, lichens et champignons. Parmi ces espèces
inféodées aux structures offertes par ces arbres particuliers, certaines sont rares et/
ou menacées en Suisse, pour
partie en raison d’une sylviculture tendant à récolter les
bois avant que ces derniers
n’atteignent un âge suffisamment avancé pour y voir apparaître des structures d’habitat (également appelées
14
N° 27 - septembre 2012
structures de sénescence).
Si les bonnes pratiques de la
sylviculture proche de la nature impliquent le maintien
d’arbres-habitat dans les forêts, quelle que soit l’intensité de l’exploitation, la réalité
montre que ces arbres sont
souvent trop peu présents,
notamment dans les forêts
publiques du Jura et du Plateau, pour fournir suffisamment d’habitats pour les espèces susmentionnées.
Au niveau pratique de la gestion des forêts, les arbreshabitat peuvent être sélectionnés individuellement ou
en groupe. L’option du groupe est néanmoins à favoriser
d’une part pour des raisons
écologiques, et d’autre part
pour une question de sécurité afin de ne pas multiplier
les dangers inhérents à ces
arbres. C’est d’ailleurs dans
cette optique que les arbreshabitat devraient soigneusement être choisis en tenant
compte du danger réel qu’ils
pourraient
faire
encourir
tant aux équipes forestières
qu’aux promeneurs. Cette
diversité des fonctions de la
forêt doit aussi être connue,
reconnue et communiquée,
raison pour laquelle, le Canton invite les communes propriétaires de forêts à soutenir
les gardes forestiers désirant
accueillir une classe dans les
forêts qui leur sont confiées.
L’arbre-habitat, complément indispensable des
réserves forestières
Le Canton s’est fixé comme
objectif prioritaire la création
de réserves forestières devant couvrir 10% de la surface boisée à l’horizon 2025.
Une part de ces réserves sera
constituée par des surfaces
entièrement rendues à leur
libre évolution, sans aucune
bres sénescents, le Service
des forêts du Canton de Vaud
a mis en place un système
d’encouragement du maintien à long terme d’arbreshabitat par le biais d’aides
financières. Les propriétaires
qui s’engagent à préserver
des arbres-habitat peuvent
ainsi obtenir entre 100.- et
300.- CHF par arbre.
intervention (réserve forestière naturelle). Dans cellesci, la forêt pourra suivre et
vivre toutes ses phases, de
la graine à la sénescence. De
vieux arbres et une grande
quantité de bois mort s’accumuleront, ce qui profitera
à environ 20 à 25% des espèces forestières qui en sont
dépendantes.
Toutefois, ces réserves forestières ne suffisent pas à
pérenniser des conditions favorables au maintien des espèces assujetties aux forêts
naturelles. Souvent éloignées
les unes des autres, elles ne
permettent pas à elles seules de garantir un échange
des populations floristiques
et faunistiques garant d’un
transfert génétique nécessaire au maintien des espèces.
Dès lors, pour mettre en réseau ces aires protégées, des
îlots dits de sénescence doivent également être créés,
complétés par des arbreshabitat, idéalement répartis
dans le territoire.
Une démarche subventionnée par le Canton
Afin de parer au déficit d’ar-
Pour en savoir davantage sur
la mise en œuvre des soutiens financiers pour les arbres-habitat, les propriétaires
intéressés peuvent contacter
le garde forestier ou l’inspecteur des forêts de leur commune, ainsi que la responsable de la biodiversité en forêt
au SFFN.
(rbr et fax)
Informations
et contact
A la recherche des arbres
remarquables
ASPO/Birdlife
Agnès Bourqui
Tél.: 026 677 03 80
agnes.bourqui@birdlife.ch
Sites internet
- Subventions des projets
de biodiversité en forêt:
www.vd.ch >Themes >Environnement >Forets >Informations techniques >Subventions >Biodiversite
- Interlocuteurs forestiers
de votre commune:
www.vd.ch >Autorités >Départements >DSE >Forêts,
faune et nature >Contacterl’inspection cantonale des
forêts
- Vieux arbres et bois mort:
www.boismort.ch
- Oiseaux cavicoles:
www.parcjuravaudois.ch
>Documentation >Ouvrages
en vente >Oiseaux cavicoles
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising