Chaumont (suite)

Chaumont (suite)
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 1
Contact :
Yvette Ducastel
91, av. Joliot Curie
Apt 408
92000 NANTERRE
tél. 01 47 25 02 72
Mémoire Vive
la lettre de l’association des 45000 et des 31000 d’Auschwitz-Birkenau
n° 54
Janvier 2014
ÉD I TOR I A L
E
n ce mois de décembre, période de fêtes de fin d’année, nous pouvons
dire que l’année 2013 a été une année riche en événements pour
Mémoire Vive. Notre association a continué à œuvrer pour la mémoire de
la Résistance, de la déportation de répression, pour la compréhension des
processus historiques qui ont mené aux pires crimes contre l’Humanité et
au plus grand génocide de l’histoire, pour la connaissance des parcours
croisés de la déportation de répression et de persécution qui furent indissociablement liés dans le projet nazi d’asservissement, de négation de toute
valeur humaine et d’anéantissement. Cette année a été marquée par le
70ème anniversaire du départ de convoi des "31000", premier convoi de
femmes résistantes. Cet anniversaire est indissociable du 70ème anniversaire du convoi des "45000" en 2012. Après le succès de la cérémonie de
Compiègne en 2012, ce furent l’organisation de la conférence débat à
l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris et les cérémonies au Fort de
Romainville, aux Lilas et à Romainville. L’année 1943 fut également
marquée par la création du Conseil National de la Résistance, son
programme pour la refondation d’une République démocratique, laïque et
sociale. 1943 fut l’année de l’espoir et le tournant de la guerre, suite à la
victoire de Stalingrad. Enfin, 2013 fut également le 100ème anniversaire de
la naissance de Charlotte Delbo, 31661. Mémoire Vive participe aujourd’hui
régulièrement aux actions des associations représentatives de la Mémoire
de la Déportation et de la Résistance. Avec des moyens certes modestes,
notre association a réussi à renforcer sa présence locale en Ile-de-France
comme en Régions, notamment auprès des établissements scolaires par le
témoignage de ses membres. Mémoire Vive a su accroître ses moyens pour
rencontrer le public le plus large possible grâce notamment à ses bulletins,
à ses films, à la rénovation de son site internet, à la duplication de son
exposition, ainsi que l’organisation régulière de voyages à AuschwitzBirkenau, comme en juillet 2013. Grâce surtout à la mobilisation de ses
bénévoles.
Après 2012-2013, les années 2014 et 2015, qui s’ouvrent, seront marquées
par les anniversaires de la libération du territoire national puis des camps,
la capitulation du nazisme et la restauration de la République auxquels ont
tant contribuer les hommes et les femmes des deux convois, comme tous
les résistants tombés tout au long de l’Occupation. En 1944 et jusqu’à la fin
de la guerre, à Auschwitz puis dans les différents camps où ils ont été
déportés, les "45000" et les "31000" ont résisté et mené le combat pour les
valeurs humaines et progressistes. Aussi, Mémoire Vive continuera à
prendre sa place au sein des associations représentatives de la Mémoire de
la Résistance et de la Déportation. En attendant de nous retrouver, le
Ruine d’un batiment d’Aincourt
24 janvier prochain à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris pour voir le
film "Birkenau 31000" et débattre avec l’historien
Thomas Fontaine, spécialiste de la Résistance et de
SOMMAIRE
la Déportation, nous vous souhaitons de joyeuses
Assemblée générale ............................................................................. 2 à 5
fêtes et présentons nos meilleurs vœux. Nos pensées
Commémoration au camp d’Aincourt ............................................. 6 à 7
fraternelles vont tout spécialement à Fernand
Chaumont ...................................................................................................................... 6 à 7
Devaux et à Roger Hommet.
Hommage à René Besse .................................................................. 12 à 13
Yves Jegouzo
Hommage à Georges Marin .................................................................... 14
Injustice à Etréchy ................................................................................... 15
Vie de l’association ....................................................................................... 16
- 1 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 2
Assemblée Générale
Motion consacrée aux dangers de la montée de l’extrême droite
D
epuis
sa création,
Mémoire Vive s'inscrit
dans un projet de mémoire de la
Résistance au nazisme, de la déportation
de répression et des processus qui ont
amené à un crime sans précédent. Créée
autour des survivants des convois des
"45000" et des "31000" d’AuschwitzBirkenau, l’objectif fut dès le départ, la
transmission de leur combat contre le
fascisme, mais également, d’en tirer les
enseignements, de montrer les mécanismes
qui ont conduit à la montée du fascisme en
Europe, du nazisme en Allemagne, puis
aux crimes contre l’Humanité. C’est en
effet dans l’analyse des événements de
toute la première moitié du XXème siècle,
tel que la première guerre mondiale, cette
première confrontation totale embrasant
toute l’Europe, l’arrivée de Mussolini
dans les années 20, la grande crise financière
et économique qui plongea des millions
d’hommes et de femmes dans la misère,
l’arrivée de Hitler par la voie des
élections, la guerre d’Espagne, que l’on
peut comprendre ce qui a conduit à la
seconde guerre mondiale. La caractéristique
fondamentale de la seconde guerre
mondiale a été l’affrontement pour la
défense des valeurs de liberté, d’égalité et
de fraternité réduites à néant par les nazis
qui voulaient construire un monde fondé
sur la
supériorité
de pseudo races par
rapport à d’autres sensées être des sous
hommes
À leur retour, les déportés ont proclamé
« Plus jamais ça ». Mais si nous savons que
le système nazi qui en industrialisant l’extermination a
porté à son paroxysme le
Crime contre l’Humanité,
nous ne pouvons ignorer que
depuis, dans des contextes
différents, la montée de la
violence extrême, a conduit à
des massacres de masse et à
des génocides.
montée de l’extrême droite. Chacun
d'entre nous se souvient des élections
présidentielles de 2002, lorsque Le Pen
a obtenu près de 17 % des voix qui
représentent un peu plus de quatre
millions huit cent mille personnes.
Des analystes et des hommes
politiques ont prétendu que ce
n’était qu’un vote protestataire,
illusion… En 2012, le Front
National atteint un nouveau score
historique avec plus de six
millions quatre cent mille votants.
Aujourd’hui, une proportion de la
population non négligeable cautionne
les thèses du FN comme solution à
leurs problèmes. Le vote FN n’est pas
un phénomène passager, il touche tous
les milieux et toutes les régions. Il faut en
être conscient et en analyser les causes
politiques, économiques et sociales.
Il a fallu attendre qu'un jeune de 18 ans
perde la vie pour que les pouvoirs publics
se posent la question de ce que représentent les groupes identitaires. Des
appels ont été lancés pour s'opposer à
ces mouvements, sans qu’ils soient
Aujourd’hui, en Europe, se
développent les mouvements
d’extrême droite, notamment
en Italie, en Grèce, aux
Pays-Bas, en Norvège, en
Autriche, en Grande Bretagne.
Des partis d’extrême droite
ont accédé au pouvoir, faisant partie de coalitions de
gouvernement, notamment
en Hongrie.
La France n’échappe pas à la
- 2 -
Claudine Ducastel
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 3
le 16 novembre 2013
entendus ni au niveau local ni au niveau
de l'État. Pourquoi avoir tant attendu ?
Pourquoi le silence de la majeure partie
des médias ? Il ne faut pas oublier qu’en
1928, les nazis représentaient moins de 3
% aux élections générales. Il ne faut pas
oublier les tragiques événements de
Norvège, ni l’arrivée, au parlement
grec depuis plusieurs années du parti
Aube Dorée, parti ouvertement néo-nazi
dont les dirigeants viennent d’être
arrêtés. Ce parti est allé jusqu’aux
meurtres d’immigrés puis de citoyens
grecs, comme le rappeur antifasciste Killa.
À l'heure des nouvelles technologies,
alors que les informations circulent à
une échelle jamais vue jusqu’à ce jour,
par le biais d'internet et des vidéos
faussement documentées telles que
celles d'Alain Soral, qui remettent en
cause l'existence des chambres à gaz.
L‘antisémitisme est toujours là !
Dans ce contexte où toutes les occasions sont bonnes pour montrer du doigt
« l’autre », il est impératif de lutter
contre la prolifération des propos haineux,
notamment à l'égard des immigrés.
Si les crises économiques ne sont pas les
seules causes de la montée de l’extrême
droite, elles restent déterminantes. Depuis
trente ans se succèdent des crises financières révélations de la crise du capitalisme.
Il ne faut pas oublier que la dernière crise
financière de 2008, venue des États-Unis
est due à des spéculations financières sur
des prêts immobiliers contractés par les
américains les plus pauvres. Il ne faut pas
oublier que les banques furent sauvées grâce
à l’endettement des états. Ces politiques
ont des coûts économiques, sociaux,
sociétaux et humains considérables. Ce
n'est pas un hasard si en pleine guerre,
toutes les composantes de la Résistance,
au-delà de leurs différences politiques et
philosophiques, se sont retrouvées pour
élaborer le programme du Conseil
National de la Résistance qui visait à la
mise en œuvre d’un modèle de société
comportant de grandes réformes
économiques et sociales. Tous
étaient convaincus qu’un tel modèle
de société était le meilleur rempart
contre le fascisme.
Aujourd’hui, la vision identitaire du Front
National et ses thèses se sont imposées au
centre du débat politique. Ils reprennent
les amalgames identitaires et essentialistes
: les immigrés, les sans-papiers, les
Rom… Ils reprennent le discours sur
l’identité de « l’autre », qui, par nature, ne
voudrait pas ou ne pourrait pas s’intégrer
à la Nation. Ils prônent une pseudo Nation
fermée et identitaire, à l’opposé d’une
République démocratique, laïque et sociale constituée de citoyens libres et égaux.
L’extrême droite n’est pas un coup de
tonnerre dans un ciel serein. La
présence de ses partis et mouvances,
ainsi que les causes profondes de leur
montée, s’inscrivent dans la durée.
Lecture de la motion par
Solveig, Lucile et Catherine
Mémoire Vive en appelle à la mobilisation
et à la prise de conscience de chaque
citoyen et notamment des jeunes, à
celle des hommes politiques, des
médias, des intellectuels pour prendre
position et agir pour que les Résistants qui
ont souvent payé leur engagement au prix
de leur vie, « ne soient pas morts pour rien ».
Si nous nous réveillons trop tard,
personne ne pourra dire :
« je ne savais pas »
Débat sur la motion
- 3 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 4
Assemblée Générale
Rapport d’activités
Une activité intense en 2013
Conseil Général du Val-de-Marne : 16 février 2013
Mémoire Vive aux côtés de l’ADIRP 94, de l’Association Les
Amis de Charlotte Delbo, du Musée de la Résistance nationale de
Champigny, des archives départementales du Val-de-Marne a été
co-invitante à un après-midi débat consacré à Marie-Claude
Vaillant-Couturier.
Nos bulletins ont largement rendu compte des actions menées
par Mémoire Vive en 2013. En voici rapidement résumé
les faits marquants :
70ème anniversaire du départ des 31000
de Romainville
vers Auschwitz-Birkenau
- 22 Janvier : Hôtel de Ville de Paris, projection du film
réalisé par Claude Alice Peyrottes sur les 31000 à
Auschwitz, suivie d’un débat avec Thomas Fontaine,
Docteur en Histoire.
- 26 janvier Romainville et les Lilas : cérémonie commémorative du 70° anniversaire du départ des 31000
du Fort de Romainville et inauguration d’une rue, en
hommage à Madeleine Odru (31660), à Romainville.
Caen
- 27 janvier 2013 co organisation des cérémonies de
la journée internationale pour la prévention et la
répression des crimes de génocide consacrée aux
immigrés dans la Résistance.
- 2 mai 2013 co-organisation avec la Mairie de Caen de la
cérémonie d’hommage aux déportés et fusillés du Calvados et
d’un hommage aux frères Colin, tous deux 45000
Coutances : février 2013
Participation à une semaine de la mémoire organisée par
l’association « Les Sentiers de la Mémoire »; totalement prise
en charge par les lycéens qui la composent.
Montreuil : 27 avril 2013
Avec le soutien de la section montreuilloise de la
FNDIRP, le Foyer des anciens combattants et victimes de guerre
de Montreuil, la Fondation pour la Mémoire de la Déportation,
hommage aux 45000 et aux 31000.
Voyage à Auschwitz-Birkenau
Du 5 au 8 juillet, Mémoire Vive a organisé un voyage à
Auschwitz-Birkenau. qui a réuni 35 personnes
d’horizons et de sensibilités diverses.
Chaumont : octobre et décembre 2013
Avec l’Association des Orphelins de Déportés Fusillés - Massacrés - Victimes de la Barbarie
Nazie, l’Office Nationale des Anciens Combattants
et Victimes de Guerre de la Haute-Marne, le Club
Mémoire 52, présentation de l’exposition et
organisation de débats notamment avec des
scolaires, avec la participation de Fernand
Devaux.
Établissements scolaires
Poursuite de notre travail de témoignages dans
les établissements scolaires, notamment à
Nanterre, Taverny et dans le Gers.
Poursuite de notre travail de recherches
sur les 45000
- 4 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 5
le 16 novembre 2013
Réalisation et mise en ligne sur notre site d’un diaporama sur les
45000 de la Côte d’Or.
Contribution d’Evelyne Bouly à un livre par l’écriture d’un
article sur Roger Josselin 45000 de la Côte d’Or.
Un important travail de communication :
4 bulletins adressé à plus de 600 personnes.
Réalisation de deux films par Gilbert Lazaroo et Danick
Florentin
- « Bouton de Rose » : réalisé pour l’inauguration de la rue
Lucien Ducastel à Nanterre.
- « Résistance 31000 » : sur l’engagement des 31000 dans la
Résistance.
Réalisation d’une plaquette de présentation de notre exposition.
Modernisation de notre site internet mené par Pascal Joube.
Toutes ces activités ont pu être mises en œuvre grâce à 8 réunions
du bureau et 2 réunions de conseil d’administration de Mémoire
Vive
Pour un bilan plus complet, consultez le diaporama qui se trouve sur le site internet de l’association
Résolutions adoptées
Première résolution
La montée de l’extrême droite en France et en Europe et l’adhésion,
sur fond de crise, d’une partie grandissante de la population, aux
thèses xénophobes et racistes, les atermoiements de la majorité
des formations politiques devant cette situation et les tentations
diverses d’alliance, représentent des dangers extrêmement graves
pour la démocratie. Mémoire Vive, porteuse de la Mémoire des
convois des 45000 et des 31000, qui dans leur grande majorité étaient
des hommes et des femmes engagés dans la défense des valeurs de la
démocratie, doit poursuivre son devoir d’alerte sur les mécanismes
qui sont en marche. L’association a exprimé dans sa motion son
analyse de la situation, elle s’engage à diffuser ses positions auprès
des médias, des partis politiques et des représentants de l’État par
tout moyen. Elle s’adressera également aux organisations
d’étudiants et de jeunes, pour les sensibiliser aux enjeux d’un
engagement pour défendre la démocratie.
Deuxième résolution
Dans ce contexte, la connaissance de l’histoire des convois des
45000 et des 31000 est plus que jamais, une contribution au débat
et à la prise de conscience.
Afin d’assurer la diffusion de ses idées, Mémoire Vive
complètera et optimisera ses supports de communication et
ses modes d’expression : nouveau site internet, support pour
intervention dans le milieu scolaire…
Troisième résolution
Mémoire Vive poursuivra en 2014, son effort de mobilisation pour
accroître son nombre d’adhérents, notamment en direction des jeunes.
La participation de jeunes très investis au bureau de Mémoire Vive,
pleinement parties prenantes de notre réflexion collective et acteurs de
nos actions est un atout important que nous souhaitons développer.
Quatrième résolution
Mémoire Vive souhaite renforcer l’articulation entre son bureau et
son conseil d’administration avec les amis qui en région réalisent
un travail de Mémoire important (Calvados, Haute-Marne, Côte
d’Or). Le bureau étudiera les possibilités offertes par les nouvelles
technologies et par son site internet et étudiera la faisabilité de
réunions décentralisées.
Cinquième résolution
L’assemblée générale après avoir entendu la lecture du rapport
d’activité et du rapport financier de l’exercice clos le 31 décembre
2011, et en avoir débattu, approuve le rapport d’activité, le rapport
financier et les comptes de cet exercice se soldant, au 31 décembre
2012, par un résultat de 7397,50 euros qui seront affectés au compte
de report à nouveau. Ce solde financera l’actualisation de notre site
internet et le tirage d’un deuxième exemplaire de notre exposition.
Elle approuve également les opérations traduites par ces comptes ou
résumées dans les rapports présentés.
L’assemblée générale donne en conséquence quitus aux
administrateurs de l’exécution de leur mandat pour l’exercice clos.
Sixième résolution
L’assemblée générale fixe le montant de la cotisation 2014 au même
niveau que la cotisation 2013 soit 25 euros minimum.
- 5 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 6
Commémoration au camp
La mémoire
contre l’oubli
A
incourt, 5 octobre 1940. Dès cette
date, le sanatorium du village
spécialisé dans le traitement de la
tuberculose était réquisitionné par le
régime de Vichy pour être un lieu de
détention des communistes de la région
parisienne, militants de ce parti interdit et
syndicalistes de l'ex-CGTU.
Aincourt, 5 octobre 2013. Ce samedi
d’octobre s’est tenue, comme chaque
année à l’entrée de l’hôpital intercommunal, une cérémonie commémorant
l’ouverture du camp d’internement
d’Aincourt.
Cette cérémonie du souvenir organisée
par l’association « Mémoire d’Aincourt »,
le groupement hospitalier du Vexin et
l’amicale de Châteaubriant a réuni une
foule nombreuse autour de la stèle.
Un grand nombre de gerbes a été
déposé par les associations d’anciens
combattants, partis politiques (PS et
PCF), par la CGT, et par différentes
associations, dont Mémoire Vive.
Stèle commémorative à l’entrée du site d’Aincourt
Les allocutions, dont
celles de Robert Créange
pour la FNDIRP ou de
Nicole Primard pour
l'association « la Mémoire
d'Aincourt », ont rappelé
les pages d’histoire des
internés et des déportés,
ici et ailleurs, les leçons
nécessaires à la compréhension de cette période.
Une évocation historique
et artistique de la
Résistance, « Ces étrangers
de l’ombre » présentée par
le Théâtre des Oiseaux de
Buchelay et conçue par
Bernard Martin Fargier
clôturait l'après-midi.
Comme le rappelle Roger
Catherine Kamaroudis, Pierre Labate et une petite fille
Colombier (1) « La mémoire
contre l'oubli, voilà ce qui doit entourer le en commandaient l'urgence et l'opportucamp d'Aincourt et les 1 056 hommes, nisme". En effet, l'un des premiers
femmes et enfants qui y furent détenus par soucis du régime de Vichy est la
"répression du communisme". De ce
l'État français de Pétain ».
Le sanatorium est donc réquisitionné fait, les autorités d'occupation sont
par le préfet de Seine-et-Oise, parce sollicitées pour l'ouverture du camp,
que, écrit ce dernier, "les circonstances même si les Allemands n'en sont pas
demandeurs. Dès lors, le camp
d'Aincourt est bien le prélude à
cette collaboration franche entre
le maréchal Pétain et l'Allemagne
nazie.
Et voici un sanatorium transformé en
camp d'internement après la rafle de
182 communistes ou supposés l'être
en région parisienne. Ils déboisent les
alentours du pavillon BonnefoySibour, l'encerclent de trois rangs de
barbelés; ils construisent aussi les
guérites et les miradors de leurs
gardiens, des gendarmes français.
Fin décembre, ils s'entassent à 670
dans un bâtiment initialement
prévu pour 150 malades. Ils sont
incarcérés sans jugement ni
procédure judiciaire à leur
encontre.
Marcel Peyrouton, ministre de
l'Intérieur de Vichy, se félicite de
l'emplacement du camp, isolé, sans
- 6 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 7
d’Aincourt : le 5 octobre 2013
Bâtiment des chambres du camp d’Aincourt
transport en commun pour le desservir, ce
qui est bien, car "les familles des internés
n'auront pas l'idée de venir manifester en
ses abords".
Aincourt est administré avec un zèle
excessif par son directeur, le commissaire
Andrey, sous les ordres du préfet de Seineet-Oise. Celui-ci se permet d'écrire à son
ministre ou à la prison allemande de
Compiègne, pour que soit appliqué le
régime draconien sévissant dans son
camp. Il va même adresser à la
Feldkommandantur de Saint-Cloud la liste
des "plus dangereux d'entre tous", tous
membres du Parti communiste interdit. De
sorte, les Allemands vont y puiser nombre
d'otages pour la déportation ou le peloton
d'exécution parmi les internés d'Aincourt
ou parmi ceux qui sont transférés ailleurs
afin de briser la résistance qui s'organise à
l'intérieur des barbelés.
Au début de 1942, Vichy décide de fermer
le camp, afin que la Résistance ne soit pas
tenter de libérer "ce brûlot communiste
aux portes de Paris". Les hommes sont
transférés dans d'autres lieux d'internement ;
demeure à Aincourt une centaine d'entre
eux chargés d'aménager un pavillon pour
interner des femmes. Elles arrivent en mai
1942 : résistantes communistes, mais
aussi juives et "indésirables" selon le
vocable de Vichy (étrangères ou Tsiganes
françaises). Huit enfants vont être internés
avec leurs mères.
Le 15 septembre 1942, le camp ferme
définitivement. Il devient centre de
formation des Groupes mobiles de
réserve aux ordres de la collaboration.
Les hommes du camp ont été
transférés à Voves, autre lieu d'internement qui va être remis aux autorités
allemandes ; les femmes sont parties
pour Gaillon ; certaines d'entre elles
vont être déportées en Allemagne et ne
pas revenir des camps nazis de la
mort. Les Juives ont été séparées de leurs
enfants ; après Drancy, elles périront
toutes en déportation.
Concernant les hommes, Aincourt reste
l'antichambre directe de la mort ou de la
déportation : 7 sont directement fusillés au
Mont-Valérien ; plus d'une centaine sont
déportés en Allemagne et peu en reviendront. Ils ont tous été désignés comme
otages par le directeur du camp avec l'aval
du préfet de Seine-et-Oise.
Visite du camp d’Aincourt avec
Fernand Devaux, interné à Aincourt comme
environ 200 de ses camarades “45000”.
(1) Roger Colombier, “Aincourt le camp oublié”,
Éditions Le Temps des Cerises
Le 5 octobre 1940, durant l'occupation nazie, les collaborationnistes de Pétain, par le
préfet de Seine-et-Oise Marc Chevalier, réquisitionnent le sanatorium d'Aincourt
situé dans l'arrondissement de Mantes-la-Jolie, aujourd'hui commune du Val-D'oise.
Il va être un lieu de détention, de déportation et de mort, d'abord pour les communistes et les militants de l'ex-CGTU, puis pour des femmes et des juives avec leurs
enfants. Il ferme en 1942 pour y faire un centre de formation des GMR, forces
de police contre les résistants et les juifs.
Le camp d'Aincourt aura emprisonné 1056 hommes, femmes et enfants.
Texte issu du blog de Roger Colombier
- 7 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 8
C h a u m o n t d u 7 a u 11 o c t o b r e
Une première très réussie
Fernand Devaux
Chaumont du 7 au 11 Octobre
et du 9 au 21 décembre
L'association des Orphelins de Déportés-FusillésMassacrés-Victimes de la Barbarie Nazie, Mémoire
Vive des convois des 45000 et des 31000 d'AuchwitzBirkenau, l'Office National des Anciens combattants et
Victimes de Guerre de la Haute-Marne et le club
Mémoire 52 ont présenté l'exposition de Mémoire Vive
à Chaumont du 7 au 11 octobre, organisé un débat avec
Fernand Devaux lors du vernissage de l'exposition ainsi
que plusieurs rencontres avec des scolaires. Jean-Marie
Dusselier avec l'appui de Mémoire Vive et des
associations locales a été la cheville ouvrière de
ces manifestations importantes de par le nombre
de personnes rencontrées mais aussi par la richesse du
contenu des débats et des différents échanges qui ont
conjugué apports historiques, analyse des mécanismes qui
ont conduit au nazisme et des réflexions sur l'engagement.
Tous les échanges ont été empreints d’une grande émotion
dans une région si fortement marquée par les guerres.
Des résultats probants
- 165 visiteurs pour l’exposition à l’espace Bouchardon
de Chaumont
- 85 participants au débat avec Fernand Devaux
- 330 élèves avec leurs professeurs aux rencontres avec
Fernand Devaux
- d'excellents échos dans la presse locale.
Des enseignements à tirer
– la richesse d'un travail commun entre les associations
locales et Mémoire Vive
– l'importance de la qualité d'une documentation
– l'impact important de la presse locale pour valoriser les
initiatives
– la richesse du travail avec les enseignants et les élèves
Les lycéens du lycée Charles-de-Gaulle de Chaumont
- 8 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 9
et du 9 au 21 décembre
Une première expérience
Jean-Marie Dusselier, membre actif de Mémoire Vive dont
le père Louis Dusselier était un 45000 de la Haute-Marne
nous présente le bilan des manifestations
Ce n'est pas sans inquiétude et sans appréhension que je me suis
lancé dans l'organisation de ma première exposition de Mémoire
Vive, avec l’aide de l’association des Orphelins de Déportés
de Haute-Marne, dont Jacky Fréchin est le président et de
descendants de 45000.
Le mercredi, est paru dans la presse régionale un article de Lionel
Fontaine dont le titre et le contenu ont eu un impact sur la
fréquentation de l'exposition car les visiteurs sont venus plus
nombreux et avec un intérêt pour l'exposition qui n'a pas faibli.
Le vendredi fut un jour particulier et riche, quelques couples de
parents d’élèves sont venus visiter l'exposition et nous ont fait
part de l’émotion et de l'intérêt ressenti par leurs enfants durant
l’exposé de Fernand Devaux au lycée Charles de Gaulle. D'autre
part, une visiteuse, Madame Edith Buré à qui je donnais quelques
explications sur l’exposition me fit part de sa filiation avec un
Cette exposition a été réalisée à l’espace
Bouchardon les visites du lundi aprèsmidi furent un peu décevantes, ceci
malgré une annonce dans la presse
régionale, mais nous avons vite repris
confiance car le mardi se révéla un
succès. Plus de 100 personnes sont
venues visiter notre exposition et 85
ont participé au débat avec Fernand
Devaux qui devant une assistance
particulièrement émue et attentive a
évoqué l'histoire de ce premier convoi
de Résistants partis de France le 6
juillet 1942 avec pour terminus
Auschwitz. 20 Hauts-Marnais se
trouvaient dans ce convoi, aucun n'est
revenu.
Yvette Ducastel, Jacky Fréchin, Jean-Marie Dusselier, Fernand Devaux
Les visiteurs ont souligné la qualité de la documentation de
l’exposition et nombreux sont ceux qui nous ont adressé des
compliments sur les sujets développés et qui ont posé de
nombreuses questions. Le plus intéressé se révéla être un enfant
de 13 ans, qui d’ailleurs fut le premier à poser une question à
Fernand Devaux à la fin de son exposé. C'est au total 185
personnes qui visiteront, avec le même intérêt, l'exposition.
A.Sorin, E.Masson, F.Devaux,Y.Ducastel, E.Agostini
déporté décédé à Auschwitz mais dont elle ignorait la date de la
déportation. Lorsqu’elle m’indiqua le nom de son grand père, et
après vérification dans le livre « Triangles rouges », je lui appris
que son parent été un 45000, il s’agit de Charles Burton 45316.
La fermeture de l’exposition était prévue à 17 heures. Mais
devant l’arrivée de plusieurs visiteurs elle n’a pu avoir lieu qu’à
18h30. Ce fut une grande satisfaction pour Jacky Fréchin et moimême car nous ne nous attendions pas à ce succès. Je tiens à
souligner l'importance de l'article du journaliste Lionel Fontaine
qui a présenté les rencontres avec les jeunes comme élément
fondamental dans la construction mental d'un jeune de ce siècle
et à la présence de Fernand Devaux.
J'ai également été frappé par l'article de Dominique Piot qui dans
le Journal de la Haute-Marne a écrit un article intitulé « La Peste » :
« Que retiendra la Haute-Marne de cette 41ème semaine de
l'année?(...). Il me restera peut-être en tête l'image et la juxtaposition d'une frêle silhouette et une citation de Camus entendue
lors d'une conférence. La silhouette est celle de Fernand Devaux,
91 ans, déporté, témoignant devant les lycéens Hauts-Marnais.
Ce qu'il leur a raconté, sous le cintre au matricule, vaut définitivement tous les cours magistraux. Quelques heures plus tard, à
quelques kilomètres de là, un conférencier brillant illustrait son
propos par une terrible dernière phrase. Camus y évoque le
bacille de la peste qui « attend patiemment dans les chambres,
- 9 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 10
Chaumont (suite)
les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, peutêtre, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des
hommes, la peste réveillerait ses rats » (...)
Au collège Oudinot et au lycée Charles de Gaulle
Le mercredi matin ce fut la visite du
collège Oudinot où Fernand Devaux,
Yvette Ducastel, Jean Matheron et moi
avons rencontré 71 élèves et leurs
professeurs. Lors de l’exposé de
Fernand Devaux les élèves étaient très
attentifs et avec quelquefois des réactions
d’horreurs lors de passages de l’exposé
décrivant les atrocités que les déportés
avaient supporté. Les questions furent
nombreuses. Ce fut mon premier contact
avec des élèves.
tous les débats et le film a été remis aux enseignants.
Devant l’intérêt suscité par l’intervention de Fernand Devaux
l’équipe d’enseignants du lycée Charles de Gaulle nous a
demandé s’il était possible de disposer à nouveau de l’exposition
pour une durée de deux semaines et si
Fernand pouvait de nouveau revenir
pour faire un exposé. L'exposition a
donc été de nouveau présentée du 9 au
21 décembre au lycée Charles de
Gaulle, et Fernand est intervenu le 12
décembre avec le même succès.
Jeudi matin nous nous sommes rendus
au lycée Charles de Gaulle, à la
rencontre de 117 élèves de première
et de leurs professeurs. L’exposé de
Daniel Dusselier à l’exposition de Mémoire Vive
Fernand Devaux eut le même impact et
a suscité les mêmes réactions d’émotion et d’horreur. La présence
de Dominique Piot à l’origine des articles et des photos parus
dans la presse régionale ont également contribué au succès de
cette manifestation. Jean Matheron, de Mémoire Vive a filmé
Je voudrais remercier toutes les
personnes qui m’ont apporté de l’aide
physique ou morale, saluer la qualité
de l’accueil et de l'organisation des
rencontres débats dans les deux
établissements scolaires et l'engagement total des professeurs qui ont
conscience d'être porteurs de la
transmission de la mémoire de cette
période de notre histoire.
Jean-Marie Dusselier,
fils de louis Dusselier 45517
Remerciements
De nombreuses personnalités ont honoré par leur présence les différentes initiatives et ont aidé à l'organisation des
rencontres. Il s'agit notamment de :
Monsieur Francis Finez, fils de déporté, conseiller municipal de Chaumont, représentant Madame la Maire de
Chaumont, Christine Guillemy qui a confié durant toute la semaine la tenue de déporté de son père comme
témoignage de la réalité
Pour l'association des Orphelins de déportés, Monsieur Jacky FRÉCHIN, Président et Madame Jeanine DIRLER,
Vice Présidente qui retenue pour des raisons de santé a transmis un message d'excuse et Monsieur
Claude VITTNET, Vice Président pour le département de L'Aube
Monsieur Raphaël Mercier Directeur de l'ONAC du département de la Haute-Marne
Monsieur Lionel Fontaine Président de Mémoire 52
Monsieur Jean- Michel Rouillon de Verdun
Des professeurs :
Mme Bernadette Retounard professeur d'histoire au collège Oudinot
Monsieur Agostini proviseur adjoint du Lycée Charles de Gaulle
Mesdames Evelyne Masson et Alexandra Sorin, Monsieur Alexandre Bally professeurs d'histoire au lycée Charles
de Gaulle
Sans oublier Roland Rousel (fils de 45000), Daniel et Robert Dusselier
Pour en savoir plus sur les biographies de 20 « 45000 Hauts-Marnais »
consultez le site internet de Mémoire Vive : http://www.memoirevive.org
- 10 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 11
Chaumont (suite)
- 11 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 12
Hommage à
René Besse est décédé
René Besse (45240) est décédé le 26 novembre. Dans notre
bulletin n° 24 de juin 2005, Pierre Labate écrivait un article
intitulé « René restera au lycée ». René était en effet un infatigable passeur de Mémoire, notamment dans le Limousin où il
s’était retiré à sa retraite. L’authenticité du récit de René auprès
des jeunes a eu un tel impact sur les élèves et les enseignants du
lycée Maryse Bastié à Limoges que le conseil d’administration
de l’établissement a décidé de donner son nom à la salle qui avait
accueilli son témoignage. C’est dans cette salle qu’un hommage
lui a été rendu le 29 novembre. René était un homme chaleureux,
généreux, dynamique et sa force de conviction était grande.
René Besse et Lucien Ducastel
René Besse est né à Créteil en 1923, il s’est engagé aux
jeunesses communistes dès l’age de 15 ans, arrêté une
première fois en octobre 1940, il est interné à la prison de
Fresnes jusqu’en janvier 1941. Libéré il reprend ses activités
clandestines avant d’être de nouveau arrêté le 28 avril 1942.
Détenu au camp de Compiègne, il est déporté à Auschwitz
dans le convoi du 6 juillet 1942. Après deux ans et demi à
Auschwitz, il participera aux « Marches de la mort » jusqu’au
camp de Grossrosen et de Nordhausen. Libéré par l’armée
américaine, il est rapatrié le 23 avril 1945.
Toutes ces qualités, il les a mises au service de la transmission de
la Mémoire. Laurent Lavefve, enseignant, militant de l’AFMD
qui s’était lié d’une profonde amitié avec René, lui a consacré un
livre. Son titre, « Mille et neuf jours » correspond au calcul
réalisé par les élèves du nombre de jours passés à Auschwitz
par René.
Dans son hommage très personnel et très touchant, Camille
Senon, l’une des rares rescapées du massacre d’Oradour-surGlane, représentant l’AFMD, a déclaré que si elle ne devait
retenir qu’un mot pour caractériser René ce serait solidarité.
C’est la solidarité qui lui a fait casser sa tirelire à 13 ans pour
soutenir les ouvriers en grève de l’usine située près de chez lui,
c’est la solidarité et la soif de connaissance qui lui fera
dire qu’il a été le témoin à Compiègne des plus beaux
gestes de solidarité lorsqu’il a constaté que « des
intellectuels communistes avaient appris à lire et à
écrire à des camarades illettrés ». C’est encore sur
l’importance de la solidarité qu’il insistait à chaque
fois qu’il témoignait et qui à Auschwitz prenait la
forme « d’une cuillère de soupe, d’une bouchée de
pain qui donnée à un plus faible, pouvait lui sauver la
vie »…
C’est encore la solidarité qui l’a fait militer à la
FNDIRP pour aider les déportés à recouvrer la santé, à
se reconstruire, à trouver un nouveau métier, c’est
aussi la solidarité qui l’a fait s’engager pour venir en
aide à un village du Sahel ou aux victimes des mines
antipersonnelles.
Didier Rateau, maire de Peyrilhac a évoqué son
engagement comme passeur de Mémoire : « En 2008,
après les élections, tu es venu me voir pour savoir s’il
était possible de présenter une conférence sur ton passé
de déporté. J’ai tout de suite accepté ta proposition et
tu m’as dit « tu es jeune et toi tu acceptes de me laisser
m’exprimer ».« Si je l’ai fait, c’est que nous partagions
les mêmes idées, les mêmes valeurs »
« Tu savais comment fustiger les négationnistes, dire tout haut
combien le racisme et la haine des autres étaient dangereuses
pour notre société. Tu le savais trop bien, tu avais affronté en
face, à Auschwitz ce que le 20ème siècle avait enfanté de
pire : le nazisme ».
La puissance des témoignages de René Besse laisseront des
traces importantes dans le Limousin, dans la salle qui porte son
nom, il a été décidé de créer une exposition photos qui reprendra
les moments de rencontres de René et des jeunes. Pour citer à
nouveau Pierre Labate, René restera bien au lycée et c’est le plus
bel hommage qui pouvait lui être rendu.
Consulter la biographie détaillée de René Besse sur:
le site internet de Mémoire Vive : http://www.memoirevive.org
- 12 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 13
René Besse
Message de l’association
Mémoire Vive du convoi des
45000 et des 31000
C’est avec une grande tristesse que les membres de notre
association ont appris la disparition de leur ami et camarade
René Besse.
René a fait partie du convoi des « 45000 », ce convoi
singulier dans l’histoire de
la déportation par sa composition et par son lieu de
déportation. La déportation
de ce convoi d’otages dont
la composition a été
décidée au plus haut niveau
de la hiérarchie nazie était
destinée à porter un coup à
la Résistance contre la
barbarie nazie.
Devenu à Auschwitz, le matricule 45240, il y subit les
pires traitements mais sa détermination et son courage lui
permettront de Résister y compris aux marches de la mort
et aux différents transferts qui finiront par le ramener en
France en 1945.
Nous venons de perdre également un acteur important de
la transmission de la Mémoire. René a su mettre la richesse
de sa personnalité, son enthousiasme, sa force de
René qui était l’un des plus
jeunes du convoi, incarnait et
a incarné toute sa vie, les
valeurs les plus hautes de notre
République et des qualités
humaines qu’il a mises au
service de son engagement.
Lucien Ducastel et René Besse à Auschwitz
Mû par de fortes convictions
qui le font adhérer aux jeunesses communistes dès l’âge de
15 ans et demi, René était un homme généreux. Sa
générosité lui fera, à 13 ans et demi, casser sa tirelire pour
venir en aide à des ouvriers grévistes. René est également
un homme courageux, qui n’hésitera pas à participer avec
Guy Môquet à un vacarme au quartier des mineurs de la
prison de Fresnes pour obtenir le droit de se doucher c’està-dire le droit au respect de la dignité humaine.
C’est encore la générosité et le courage qui le pousseront,
après la fusillade de Châteaubriant, à organiser une collecte
en distribuant la photo de Guy Môquet afin de rassembler
des fonds pour la Résistance.
conviction au service de la transmission de la Mémoire
notamment en direction des jeunes et l’actualité nous
montre combien cet engagement a du sens et combien le
combat de René pour faire prendre conscience des
mécanismes qui ont conduit à ce crime sans précédent
qu’a été le nazisme, est plus que jamais nécessaire.
Mon cher René, tu vas nous manquer, mais sois assuré que
ton association Mémoire Vive poursuivra le travail que tu
as mené avec tant de force et de conviction.
René à Nordhausen lieu d’évacuation
Témoignage de Pierre Montjault (45909)
À Nordhausen, nous n’avions strictement rien à manger. Nous volions des betteraves et des rutabagas, nous fouinions partout pour
trouver de la nourriture. Nous avions trouvé des épluchures de pommes de terre dans les poubelles. Nous avions fait des boulettes
pour les manger. Je me souviens qu’un vieil allemand de la Wehrmacht nous donnait des allumettes pour que nous puissions faire
cuire nos épluchures (…). Un jour je vois René Besse revenir avec une boule de pain. Nous l’avions partagée avec un petit
polonais qui se trouvait avec nous. Je demande à René : « Où as-tu eu ce pain ? » Il me répond : « J’ai vendu mes chaussures. » Je
lui dis : « Comment vas-tu marcher maintenant ? ». Nous nous sommes donc mis à la recherche de chaussures. Nous en avons
trouvé deux du même pied qu’il enfila quand même.
- 13 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:24 Page 14
Hommage à Georges Marin
Georges Marin (45834)
est décédé le 21 octobre 2013
celles-ci, et conduits au camp allemand de Royallieu à
Compiègne. Le 6 juillet 1942 il fait parti du convoi qui part pour
Auschwitz-Birkenau.
Alors qu’il se trouve au Revier victime du typhus, il est
sélectionné comme inapte au travail et voué au Block 7,
antichambre de la chambre à gaz. Il se propose alors pour raser
le Blockältester qui demande un volontaire. Le test étant réussi,
il devient coiffeur du Block. En rentrant en France, il dira à ceux
qui l’interrogent que sa vie « a tenu au fil du rasoir ». Cette
situation explique qu’en mars 1943, il ne fasse pas partie des
dix-sept “45000” rescapés de Birkenau conduits à
Auschwitz-I (en tout, 24 survivants sur 600 !).
À la fin de l’hiver 1942-1943, il voit passer dans le camp un
groupe de dignitaires SS. Il y a parmi eux « un petit bonhomme
à lunettes » : il se dit dans le camp qu’il s’agit de Himmler. À la
mi-août, Georges Marin est ramené à Auschwitz-I, avec André
Faudry et Robert Daune
Ils rejoignent les “politiques” français rassemblés et mis en
“quarantaine” au premier étage du Block 11, la prison du camp.
Exemptés de travail et d’appel extérieur, les “45000” sont
témoins des exécutions massives de résistants, d’otages polonais
et tchèques et de détenus du camp au fond de la cour fermée
séparant les Blocks 10 et 11.
Dans cette période, Georges Marin se lie d’affection avec une
jeune infirmière belge du Block 10 (celui des expériences
médicales des SS) : ils se parlent à travers les planches occultant
les fenêtres et il lui fait parvenir nourriture et vêtements qu’il se
procure en les “organisant”. Le 12 décembre, le nouveau
Dépot d’une gerbe à Auschwitz par Georges Marin
commandant du camp, Arthur Liebehenschel découvre la
présence des 45000 au bloc 11- et en renvoie la plupart dans leurs
infirmier de nuit à l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Pendant son
Blocks et Kommandos d’origine. Georges Marin est affecté
enfance, il habite Saint-Maur-des-Fossés dans le Val-de-Marne.
comme coiffeur au Block 3.
Il est apprenti coiffeur et joue au football à la FSGT.
Le 3 août 1944, il est parmi les trois-quarts des “45000” présents
En septembre 1939, il est arrêté alors qu’il distribue des tracts
à
Auschwitz qui sont de nouveau placés en “quarantaine”, au
communistes avec un ami d’enfance, inscrit avec lui à la FSGT,
Block
10, en préalable à un transfert. Le 29 août 1944, il est
il est condamné à une peine de prison avec sursis. Il est de
parmi les trente “45000” intégrés dans un convoi disciplinaire de
nouveau arrêté en septembre 1940. Jugé, il est condamné à un an
807 détenus transférés à
de prison et envoyé à la Maison centrale de
Georges
Marin
à
Auschwitz
avec
des
45000
et
des
31000
Sachsenhausen.
Il se
Poissy où il effectue ses deux condamnations. Il
propose comme coiffeur
est ensuite placé au dépôt de la préfecture de
auprès
de deux Blocks
police de Paris, dans la grande salle souterraine
de
déportés
norvégiens
de la Conciergerie, il participe à une grève de la
qui
peuvent
recevoir
des
faim de plusieurs jours avec les autres détenus
colis. Quand il revient
pour obtenir de meilleures conditions de
dans
son Block, il partage
détention. À l’expiration de sa peine, le 7
avec
ses camarades le
décembre, Georges Marin n’est pas libéré : le 9
salaire en nature qu’il a
décembre, le préfet de police de Paris signe un
obtenu en échange de ses
arrêté ordonnant son internement administratif.
services.
Le 3 janvier 1942, Georges Marin fait partie
L’évacuation du camp a
d’un groupe de 38 internés dont 16 futurs
lieu
le
21
avril
1945,
en
direction
de
Schwerin,
puis de Lübeck
“45000 extraits du dépôt et transférés au “centre de séjour
ou
Hambourg.
Au
cours
de
cette
marche,
Georges
Marin est
surveillé” de Rouillé dans la Vienne. Le 22 mai, Georges Marin
libéré
par
les
soviétiques.
Rentré
tuberculeux,
Georges
Marin a
fait partie d’un groupe de 156 internés - dont 125 seront déportés
été longtemps soigné et a gardé des séquelles pendant longtemps.
avec lui - remis aux autorités d’occupation, à la demande de
Georges Marin était un homme discret, profondément attaché à
la Mémoire de la déportation et à ses camarades 45000. Il a
participé à de nombreuses manifestations organisées par ces
derniers et notamment à plusieurs voyages à Auschwitz
organisés par Mémoire Vive. Retiré en Bretagne, il continuait à
prendre des nouvelles de ses camarades et à rester en relation
avec Mémoire Vive. Il avait demandé à sa famille de prévenir
l’association de sa disparition. Gilbert Lazaroo et Claudine
Ducastel l’avaient interviewé. Il leur avait raconté son parcours
avec beaucoup de modestie et d’émotion.
Georges Marin est né le 13 février 1921 à Paris, son père est
- 14 -
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:25 Page 15
Réparer une injustice à ETRECHY
Chaque année les familles des fusillés se souviennent du
temps des exécutions massives. D’octobre à décembre
1941 cette répression porte des noms : Chateaubriant,
Nantes, Romainville, Souge, Fontevraud, Caen, le Mont
Valérien, 193 patriotes y étaient exécutés.
Le commandant des forces Allemandes en France
annonçait pour décembre d’une part l’exécution de 100
otages qui seront fusillés pour avoir eu un rapport certain
avec les auteurs d’attentats, et d’autre part la déportation
vers l’est de 1000 Juifs et de 500 communistes.
Ainsi, la lutte contre la résistance était liée à la première
étape de « la solution finale »
Parmi les otages condamnés à mort figuraient
3 Essonniens : Louis Babin d’Arpajon, fusillé le
15-12 à Chateaubriant, Robert Pesant d’Etréchy
fusillé le 16-12 et Jacques Jeunon de Vigneux
fusillé le 17-12, tous deux au Mont Valérien.
En 2011 à Etréchy
Après deux années de démarches menées par deux
associations et la famille, soutenus
par des élus municipaux, une
plaque commémorative rendant
hommage à Robert Pesant était
apposée au 25 rue du Gord où il
habitait, sans toutefois que soit
satisfaite leur légitime demande
que son nom soit inscrit au monument aux morts (ce qui relève de la
municipalité).
Roger Hommet
La connaissance du contexte nous éclaire pour le présent et
l’avenir.
Il faut rappeler que la répression de la Résistance fut menée par
les autorités d’occupation et celles de Vichy. En arrivant au
pouvoir Pétain s’entourera de gens de l’extrême droite qu’il
qualifiera d’ « éléments les plus sains de la nation Française ».
Parmi ces gens le Préfet de Seine et Oise de l’époque qui
établira les listes de syndicalistes
et de communistes à interner au
camp d’Aincourt dès octobre
1940. Ce vertueux Préfet assistera
à la célébration, au côté des nazis,
de la 1ère prise d’armes de la
légion des volontaires Français
contre le bolchévisme, en uniforme
de Waffen SS.
2014 s’annonce comme une grande
année commémorative avec le centenaire du début de la première
guerre mondiale, les 70 ans du
débarquement et la libération de la
France.
Quant à la déportation annoncée
par Von Stupnagel, 200 internés
d’Aincourt dont 88 de Seine et
Oise seront livrés par le Préfet aux
nazis et 42 seront dirigés sur
Auschwitz.
C’est avant tout à l’un des survivants
d’ Auschwitz, Fernand Devaux,
codétenu à Aincourt de Robert
Pesant que nous devons de
connaître ce camp et ce fusillé oublié.
2014 sera-t-elle l’année où sera
mis fin à ce qui semble être une
discrimination ?
Les artisans du travail d’Histoire et de mémoire posent la
question publiquement. En œuvrant à pérenniser la
mémoire de ces hommes nous ne cultivons pas le souvenir
pour le souvenir mais pour rester fidèles à leurs idéaux car
ils disparaîtront si disparaissent la trace et le sens de leurs
actions et des idées qu’ils ont semées.
- 15 -
« Si l’écho de leurs voix faibli, nous périrons »
Paul Eluard
Amicale des anciens internés du camp d’Aincourt.
Mémoire Vive de convois de 45000 et des 31000
d’Auschwitz-Birkenau, Coprésident Roger Hommet.
Bulletin MV N°54 v3_Mise en page 1 14/01/2014 12:25 Page 16
Vi e d e l ’M
a svs o c i a t i o n
Le mot de Josette Marti,
notre trésorière
Au moment où nous terminons ce bulletin, nous avons appris le
décès de Renée Hommet, épouse de Roger Hommet co-président
de Mémoire Vive. Le bureau de notre association assure Roger de
toute son affection, dans ce moment particulièrement douloureux,
et présente à lui-même et à sa famille ses plus sincères
condoléances.
Je vous souhaite une bonne année 2014.
Comme vous le savez en conservant son
rôle de garant de la mémoire de nos
convois, notre association diversifie ses
activités afin d’être mieux connue, voire
découverte par le plus grand nombre, et cela notamment en direction de la jeunesse.
Toutes ces actions requièrent des moyens, et sans vous rien n’est
possible.
À ce jour déjà 106 d’entre vous ont déjà adhéré ou ré-adhéré,
merci pour votre soutien.
La cotisation minimum reste
à 25 €, sachez que toute
somme supérieure à 25 € fera
l'objet d'une attestation de
don à fournir avec votre
déclaration d'impôt et donnant droit à une réduction de
66 % du montant de votre versement.
Mémoire vive poursuit ses recherches sur l’histoire des convois
des 45000 et des 31000 et sur celle de chacun des déportés de ces
convois. Si vous disposez de photocopies de documents ou de
photos, de témoignages, de souvenirs que vous ne nous auriez pas
encore adressés, il est important que vous puissiez le faire de façon
à compléter nos sources. Vous pouvez nous contacter par
notre site internet : http://mémoirevive.org
ou en écrivant à Pierre Labate qui assure ce travail de recherche au
sein de l’association à l’adresse suivante :
Pierre Labate : 57 rue Charles Frérot – 94250 Gentilly
Si vous disposez d’un peu de temps et que vous êtes prêts à aller
consulter les archives départementales dans les départements où
ont été arrêtés des 45000 et des 31000, rapprochez-vous de Pierre
Labate qui vous indiquera, si vous le souhaitez, un « mode d’emploi ».
Votre aide est précieuse pour notre travail et pour la Mémoire de
ces deux convois.
N ou velle carte ad h éren t 2014
Mémoire Vive des Convois des “45000” et “31000” d’Auschwitz-Birkenau
Bulletin d’adhésion - cotisation 2014
À adresser à
Josette MARTI - 10, square Etienne Martin - 77680 ROISSY EN BRIE
NOM : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Date de naissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lien avec un 45000 ou une 31000 (indiquer le nom et le lien de parenté) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.........................................................
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Téléphone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fax : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Portable : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
e-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AGENDA
Ci-joint un chèque de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . euros libellé à l’ordre de
Association Mémoire Vive des 45000 et 31000
L’adhésion minimum est fixée à 25 euros et donne droit à l’abonnement au bulletin.
Les dons sont acceptés.
PARIS LE 24 JANVIER à 17h30
Auditorium de l’Hôtel de Ville
Projection du film
« Birkenau 31000 »
suivi d’une conférence débat
avec Thomas Fontaine
Romainville / Les Lilas
le 25 janvier 2014 à 10h15 commémoration
du départ des 31000 du Fort de Romainville
Caen le 27 janvier 2014
participation à la journée internationale pour la
prévention et la répression des crimes de génocide
- 16 -
Tergnier du 1 au 31 mars
Présentation de l’exposition de
Mémoire Vive au Musée de la
Résistance et de la Déportation
Vernissage 1 mars
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising