Télécharger La résistance française à l`écologie

Télécharger La résistance française à l`écologie
La résistance française à l’écologie
L’écologie peut-elle transformer positivement le modèle français ?
SYNTHESE DE LA NOTE
La dimension écologique est vitale pour l’économie et la société françaises. Sa place dans notre pays comporte
pourtant de nombreux paradoxes.
La société française est de plus en plus sensible aux enjeux environnementaux. Les projets à dimension écologique se
multiplient dans les territoires sous forme d’initiatives citoyennes, de programmes des collectivités locales, d’innovation des
entreprises, la mobilisation se développe autour de la COP21, conférence internationale de lutte contre le réchauffement
climatique aux enjeux majeurs.
Mais simultanément, les résistances françaises à l’écologie sont importantes. La conception de la nature reste marquée
par le rôle donné au progrès technique. L’organisation du contrat social autour de l’Etat limite le rôle des territoires et de
l’expérimentation. La formation des élites françaises et les critères des décisions publiques ne prennent en compte les
préoccupations écologiques que de manière sectorielle ou secondaire. L’écologie est toujours perçue comme une
contrainte et non une opportunité.
Ces caractéristiques du modèle français rendent d’autant plus sensibles les contradictions entre la transformation du
modèle économique et social que porte l’écologie (notamment sur la croissance, l’énergie, la fiscalité, l’agriculture..) et les
politiques publiques menées par les différents gouvernements1. La faiblesse des corps intermédiaires, l’absence de culture
du compromis politique, l’ambivalence française vis-à-vis des institutions européennes et plus largement de la
mondialisation, les difficultés à constituer des majorités élargies dont témoignent les tensions entre les écologistes et les
socialistes rendent plus difficile l’établissement d’une feuille de route ambitieuse et concrète des transitions nécessaires.
Enfin les liens entre écologie, économie et entreprises, s’ils sont davantage débattus et développés aujourd’hui, restent
une question où les postures l’emportent, accusations de greenwashing d’un côté, d’irréalisme de l’autre.
Pour surmonter ces résistances, deux orientations principales sont proposées :
1. Organiser une démocratie écologique concrète : portage politique sur la durée du mandat, majorités politiques
élargies, simplification et multiplication des modes de consultation et de décision citoyens dans les territoires,
réflexions sur la représentativité des ONG et des entreprises en tirant les leçons du Grenelle et du débat national
de la transition énergétique,
2. Multiplier les outils permettant de donner aux initiatives écologiques l’ampleur qu’elles méritent pour
construire un nouveau modèle : élaboration d’outils de planification et de prospective écologique,
encouragement aux expérimentations et aux innovations territoriales, formation professionnelle aux enjeux
écologiques dans l’ensemble des filières et notamment celle des hauts fonctionnaires etc., et faire le lien entre
vision politique et réalisations économiques et sociales.
Cette note, en explorant les raisons de la résistance française à l’écologie, démontre la possibilité d‘un écologisme à la
française reposant sur les capacités d’innovation sociale et économique de notre pays et une définition concrète du rôle
d’un Etat stratège souvent invoqué, et rarement incarné.
1
Cf les résultats de l’étude menée par Pascal Marchand du LERASS (université de Toulouse 3) sur les discours politiques sous la Ve République
1
Cette note est issue des travaux d’un groupe de réflexion réuni dans le cadre de La Fabrique Ecologique entre
décembre 2013 et décembre 2014.
Signataires
•
Lucile Schmid, vice-présidente de La Fabrique Ecologique et présidente du groupe de
travail
•
•
•
•
•
•
Esther Bailleul, diplômée de l’Institut d’études politiques de Lille, co-rapporteure
Laurent Barbezieux, consultant, Arthur D. Little
Hélène Bédon Rouannet, responsable de la communication New Wind R&D
Anne Chanon, consultante, Le sens commun
Julie Cunat, attachée de groupe au CESE
Clémence Guimont, doctorante à Sciences Po Lille, co-rapporteure
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, seuls les signataires de la note sont engagés par son contenu.
Leurs déclarations d’intérêts sont disponibles sur demande écrite adressée à l’association.
Autres membres du groupe de travail
•
•
Vincent Lidsky, haut fonctionnaire au ministère de l’Economie et des Finances
Albert Peirano, haut fonctionnaire au ministère de l’Economie et des Finances
Personnes rencontrées dans le cadre de ces travaux
•
•
Sylvain Angerand, responsable de campagne de l’ONG Les Amis de la Terre
•
•
•
Delphine Batho, députée PS et ancienne Ministre de l'Ecologie
•
•
•
•
•
•
Patricia Blanc, directrice générale de la prévention des risques (DGPR) au MEDDE
•
•
•
•
Cyrille Cormier, chargé de campagne énergie et climat à Greenpeace France
•
•
François de Rugy, co-président du groupe EELV à l’Assemblée nationale
•
•
•
Pierre Ducret, président directeur général de CDC Climat
•
•
Arnaud Gossement, avocat associé et fondateur du cabinet Gossement avocats
Jacques Archimbaud, vice-président de la Commission nationale du débat public, ancien
directeur adjoint de cabinet de Cécile Duflot, Ministre du Logement et de l’Aménagement
du territoire
Jean-Louis Beffa, président d’honneur et administrateur de Saint-Gobain
Nicolas Blanc, responsable innovation et développement durable du groupe Caisse des
Dépôts
Allain Bougrain-Dubourd, président de la Ligue de Protection des Oiseaux
François Bouvard, directeur associé senior du bureau français de McKinsey
Daniel Boy, directeur de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences Po
Pascal Canfin, ancien Ministre délégué au développement
Michel Colombier, directeur scientifique de l’Institut du Développement Durable et des
Relations Internationales (IDDRI)
Thomas Coutrot, porte-parole d’ATTAC
Mariette Darrigrand, sémiologue
Damien Demailly, coordinateur du programme Nouvelle Prospérité à l’Institut du
Développement Durable et des Relations Internationales (IDDRI)
Jean-Luc Di Paola-Galloni, directeur du Développement Durable et des Affaires Publiques
chez Valeo
Cécile Duflot, députée EELV et ancienne Ministre de l’Egalité des territoires et du Logement
Stéphane Frioux, historien des politiques environnementales, maître de conférences
d’histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2
Géraud Guibert, magistrat à la Cour des comptes, président de la Fabrique Ecologique
2
•
•
•
Julien Hardelin, chef de secteur « politiques agricoles » OCDE
•
Vanessa Jerôme, chercheuse en sciences politiques (laboratoire TEPSIS), membre du
conseil scientifique de la Fondation de l’Ecologie Politique
•
•
Chantal Jouanno, sénatrice UDI, ancienne Ministre de l'Ecologie
•
•
•
•
•
•
•
Bernard Laponche, physicien nucléaire, ancien membre du cabinet de Dominique Voynet
•
Hélène Pelosse, inspectrice générale des finances, ancienne directrice de cabinet adjointe
de Jean-Louis Borloo Ministre de l’Ecologie et du Développement durable
•
•
•
•
•
•
Bernard Perret, ingénieur et socio-économiste
•
•
Louis Schweitzer, commissaire général à l'investissement
•
•
Sophie Verney-Caillat, journaliste en charge des questions écologistes chez Rue 89
Victor Harlé, élève en scolarité à l’Ecole nationale d’administration promotion Churchill
Dominique Hoestlandt, ancien président de l’Union nationale des industries de carrières et
matériaux de construction (UNICEM)
Alice Jubeau, conseillère du président en charge des relations institutionnelles et de l’action
publique chez CertiNergy
Catherine Larrère, philosophe, présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique
Stéphane Le Moing, directeur adjoint de cabinet du ministre de l’Agriculture
Jean Daniel Lévy, directeur du département politique & opinions chez Harris Interactive
Yves Marignac, directeur de WISE-Paris
Gérard Mestrallet, PDG de GDF-Suez
Michèle Pappalardo, magistrate à la Cour des Comptes, ancienne directrice générale de
l’ADEME, ancienne Commissaire générale au Développement durable
Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat
Pascal Riché, directeur adjoint de la rédaction de l’OBS
François Roche, consultant Les Rois mages, journaliste
Maximilien Rouer, directeur général délégué chez Greenflex
Guillaume Sainteny, spécialiste des politiques environnementales, professeur à l'Ecole
Polytechnique
Hélène Valade, directrice de la communication et du développement durable à Suez
environnement
Isabelle Veyrat-Masson, directrice de recherches au CNRS, directrice du laboratoire
Communication et politique
Relecture
Cette note a été discutée par le comité de lecture de La Fabrique Ecologique, composé de Camille Duday,
Guillaume Duval, Géraud Guibert, Marc-Olivier Padis et Guillaume Sainteny. Lucile Schmid, membre du
comité de lecture, n’a pas participé à cette réunion mais a été auditionnée ensuite, compte tenu de sa
responsabilité de présidente du groupe de travail.
Elle a été relue et fait l’objet de suggestions et de conseils de la part des personnalités suivantes :
•
Edwin Zaccaï, professeur à l’Université libre de Bruxelles
•
Kalypso Nicolaïdis, professeur de relations internationales à l’Université d’Oxford
Elle a enfin été validée par le conseil d’administration de La Fabrique Ecologique du 19 février 2015.
Le groupe de travail, par la voix de sa présidente, Lucile Schmid, tient à remercier Géraud Guibert, Jenny
Joussemet et Amélie Colle.
*
Conformément aux règles de La Fabrique Ecologique, cette publication sera mise en ligne jusqu’à la fin du
mois d’avril 2015 sur le site de l’association (www.lafabriqueecologique.fr) afin de recueillir l’avis et les
propositions des internautes. Sa version définitive sera publiée en juin 2015.
3
SOMMAIRE
Introduction ......................................................................................................................... 5
I.
Un modèle français en crise, peu perméable aux enjeux écologiques .......................... 6
A. Mythe et réalités du modèle ............................................................................................................... 6
B. L’écologie un problème ou une solution? ...................................................................................10
C.
II.
L’influence de l’écologie limitée par l’absence d’une culture de coalition politique 13
L’écologie contre-modèle ou autre modèle Français ? ............................................... 15
A. Une culture française marquée par l’ambivalence vis-à-vis de la nature......................15
B. Une écologie des luttes territoriales qui résonne avec les dynamiques européenne et
internationale..................................................................................................................................................18
C.
La représentation politique de l’écologie ne se réduit pas à celle d’un parti...............20
D. Entre prise et rejet, l’écologie s’enracine néanmoins dans l’organisation
gouvernementale et administrative française...................................................................................22
E.
III.
Des politiques environnementales au milieu du gué .............................................................25
Nouveau modèle Français et écologie : nouveaux processus et nouvelles manières de
faire………………………………………………………………………………………………...…………………………….26
A. Partir des pratiques sociales pour organiser les liens entre l’écologie et le modèle
français ..............................................................................................................................................................27
B. Des initiatives qui demandent à être étendues et généralisées ........................................31
C.
Les entreprises acteurs de la transition ? ...................................................................................35
D. Deux orientations pour une démarche de transformation du système .........................37
Conclusion .......................................................................................................................... 41
Annexe ............................................................................................................................... 42
Bibliographie indicative...................................................................................................... 53
4
INTRODUCTION
L’écologie est une exigence d’aujourd’hui et des prochaines décennies. Les enjeux sont majeurs en
matière de climat, de prélèvement de ressources et de lutte contre les nuisances, avec
d’importantes conséquences sanitaires, mais également de lutte contre les inégalités et de mise en
œuvre des solidarités.
L’écologie peut-elle et doit-elle rénover le modèle français ? Cette question semble presque
iconoclaste, elle est pourtant décisive pour notre économie et notre société.
En matière de diffusion de l’écologie dans la société et de réalisations liées à la transition
énergétique, c’est plutôt le modèle allemand qui est souvent évoqué, avec en particulier,
l’attachement romantique à la nature, le rôle des Länder, la force de l’innovation industrielle, la
culture du compromis politique.
A l’inverse, le modèle français peut donner l’impression d’y être réfractaire. Le groupe de travail de
La Fabrique Ecologique a ainsi choisi d’analyser les résistances spécifiques à la France vis-à-vis
du projet écologique et les perspectives que pourrait offrir l’écologie à la nécessaire transformation
de ce modèle.
Celui-ci a de nombreux atouts. Il vaut par ses acquis sociaux, sa tradition d’excellence dans de
nombreux secteurs économiques, industriels et de recherche, sa vitalité démographique. Il a été
mis en œuvre grâce à un Etat acteur essentiel du jeu social, des solidarités et de la redistribution,
mais aussi aménageur et entrepreneur, avec une présence européenne et internationale reconnue.
La centralisation a été un outil institutionnel et économique, elle a fondé une sociologie du pouvoir
propre. Pourtant, les objectifs de ce modèle, sa viabilité financière et son efficacité dans une
économie ouverte sont aujourd’hui en débat, notamment lorsqu’il s’agit d’imaginer un avenir partagé
pour les nouvelles générations. Le rôle de l’Etat est particulièrement mis en question.
Dans ce contexte d’interrogations, l’écologie est d’abord perçue comme un facteur de complexité
supplémentaire, et non comme une perspective ou une solution. C’est que la démarche écologique
implique des changements profonds. Elle suppose de définir des relations entre le monde où nous
vivons (la planète) et l’humanité de manière à organiser durablement leur avenir commun. Pour
reprendre l’approche d’Amartya Sen, la réponse aux besoins humains fondamentaux et la
préservation des libertés essentielles vont de pair avec la protection des biens communs et la
réduction de notre empreinte écologique.
Cette approche conduit à revoir la hiérarchie entre les facteurs humains, économiques et financiers,
en mettant l’accent sur les valeurs de coopération, d’harmonie et de durabilité. Le projet écologique
emporte ainsi des conséquences sur l’ensemble de l’organisation économique et sociale, la
conception des politiques publiques et leur mise en œuvre. Il structure la politique autour d’objectifs,
d’espaces, et de processus différents des modalités actuelles d’exercice du pouvoir. Son calendrier
n’est pas celui du mandat électif et il se déploie à des échelles infra et supra nationales. Faut-il
rappeler que le nuage de Tchernobyl ne s’est pas arrêté à la frontière française ? Au sein de ce
5
projet, les questions et les politiques relatives à l’environnement sont un élément important, mais ne
sont pas les seules, même si le traitement qui leur est réservé est un curseur utile.
En France, le débat public sur la place de l’écologie s’organise autour de deux thèses. La première
considère l’écologie comme un sujet subsidiaire et compliqué, surtout en temps de crise
économique et de contraintes sur les finances. La priorité est d’adapter le modèle français dans
l’Europe, de donner la priorité à la réduction du déficit, de retrouver les voies de la croissance pour
relancer l’emploi, en misant sur l’innovation et une meilleure spécialisation internationale et en
renvoyant la transition écologique à des temps meilleurs. La deuxième est de considérer la transition
écologique comme un élément central pour repenser les politiques économiques et sociales. La
solution serait alors de contourner un modèle français trop centralisé, en portant des réalisations
partout où elles sont possibles, dans les territoires, l’innovation sociale, les engagements citoyens,
certains secteurs économiques. Il s’agirait de miser sur la vitalité des initiatives, en laissant de côté
des modes de fonctionnement au niveau national, peu compatibles avec les processus de transition
écologique et trop difficiles à réformer.
Le groupe de travail a privilégié une troisième option. Son hypothèse est que l’écologie peut
représenter une véritable opportunité pour revitaliser le modèle français, repenser les liens entre
l’Etat et l’ensemble des acteurs sociaux, collectivités locales, entreprises, associations, citoyens.
Penser l’extension et la généralisation des initiatives territoriales et sociétales peut susciter des
effets de levier importants. Cette évolution devrait être accompagnée d’une transformation des
politiques publiques afin que le projet écologique prenne une dimension centrale dans les décisions,
ce qu’il n’a pas aujourd’hui. L’écologie peut et doit être partie intégrante du projet français.
I.
A.
UN MODELE FRANÇAIS EN CRISE, PEU PERMEABLE AUX ENJEUX
ECOLOGIQUES
MYTHE ET REALITES DU MODELE
Qu’est-ce que le modèle français ? L’expression peut sembler abstraite, il n’est pas sûr que sa
définition soit claire pour tous, notamment les jeunes générations. Elle renvoie à une histoire et à
plusieurs débats dans les champs institutionnel, social et économique, sans qu’il soit d’ailleurs
toujours aisé d’établir un lien entre eux.
De la Révolution française qui installe la République et place l’égalité au cœur du contrat social au
Conseil national de la Résistance avec la création de la Sécurité sociale mais aussi la nationalisation
des banques, de l’énergie et des assurances, et au Plan Langevin-Wallon sur la réforme de
l’enseignement et du système éducatif, le chemin d’élaboration du modèle français a été long. Il a
conduit à ses caractéristiques actuelles : une intervention publique centralisée dans le domaine
social et économique, l’insistance sur les valeurs d’égalité et de solidarité, un enseignement
national, gratuit, laïque et obligatoire, et la volonté de jouer un rôle sur la scène européenne et
6
internationale.
Définition du modèle
La définition du modèle français englobe ainsi un ensemble d’éléments allant des institutions
politiques et administratives au fonctionnement des solidarités et de l’économie, en donnant une
place importante à l’éducation. Il faut y inclure la sociologie particulière des grands corps techniques
et administratifs de l’Etat. A cette sociologie sont liés des débats sur la gestion publique et privée,
les choix d’innovation technologique et industrielle et les relations entre le monde politique, les
grandes entreprises et les dirigeants du secteur public.
Dans ce modèle, l’expérimentation, la prise en compte des spécificités territoriales et culturelles, les
acteurs privés (entreprises, associations…) ont un rôle limité, sans doute insuffisamment défini. Estce le social-colbertisme qu’évoquait Michel Albert, c’est-à-dire un Etat providence assurant à
l’ensemble des citoyens un niveau élevé de droits sociaux (retraite, assurances maladie et
chômage, mais aussi éducation nationale) grâce aux produits de la fiscalité, tout en jouant un
important rôle d’impulsion économique et de spécialisation industrielle ? Sans doute. Mais c’est
aussi l’image d’un Etat jacobin qui, par le développement des prélèvements obligatoires, redistribue
pour réduire les inégalités sociales conformément au fameux pacte républicain, et aménage le
territoire pour là aussi promouvoir plus d’égalité.
Pour servir cet Etat, les grands corps administratifs et techniques ont joué un rôle essentiel.
L’exemple du nucléaire civil en France après la Deuxième Guerre mondiale est parlant. Comme le
rappelle Gabrielle Hecht1, le choix du nucléaire a aussi permis de positionner la France comme
puissance technologique. Peu à peu la technique, la culture et la politique se sont imbriquées. Ce
qui est aujourd’hui présenté comme un élément incontournable du modèle énergétique français est
le résultat d’un choix politique porté au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Les institutions de la Vème République dont le présidentialisme s’est encore accentué depuis
l’instauration du quinquennat en 2001, ont conforté cette tradition de centralisation technocratique.
La vie politique française tourne autour de l’élection présidentielle et le Parlement français peine à
imprimer sa marque sur les orientations politiques, malgré un débat institutionnel récurrent.
Débats sur la réforme
Le modèle français est aussi un mythe fondateur et rassembleur. L’invoquer permet de rester dans
un registre symbolique et de renvoyer à plus tard ce qui fâche. Faire mieux coïncider les débats sur
le modèle français, les réalités économiques et sociales et l’analyse des politiques menées est
aujourd’hui indispensable pour éviter de rester bloqué sur des réformes impossibles.
C’est d’autant plus important que la nécessité d’adapter le modèle est évoquée depuis longtemps
et alimente à la fois le sentiment sur les résistances au changement dans la société française, et
Gabrielle Hecht, Le rayonnement de la France. Energie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale. Paris : La
Découverte, 2004.
1
7
les inquiétudes sur la dégradation des droits sociaux. En 1981 déjà, Pierre Rosanvallon publiait un
essai sur la crise de l’Etat providence et sa triple dimension financière, de légitimité et d’efficacité
des institutions publiques. Le rapport de Jean Pisani-Ferry « Quelle France dans 10 ans ? », publié
en 2014, reprend certains de ces points, en notant que si le modèle social français a empêché le
creusement des inégalités, il est aujourd’hui trop coûteux, peu lisible et insuffisamment efficace.
L’existence d’un modèle français reste cependant un élément important du contrat social dans notre
pays. La majorité des enquêtes d’opinion montrent que les Français croient à l’existence de ce
modèle et souhaitent son maintien. Cette perception est largement motivée par le souci de réduction
des inégalités. Les Français sont cependant critiques sur son fonctionnement et conscients de ses
limites en termes de résultats, notamment dans le domaine éducatif et sur la solidarité entre
générations. Ils manifestent aussi de manière générale leur accord pour des réformes. Faut-il y voir
l’envie d’un nouveau modèle français ?
Alors que l’effort social de la nation représente un tiers du PIB français et plus de 665 milliards
d’euros et que les restrictions budgétaires se confirment, les questionnements ne cessent en effet
de s’amplifier2 : la place dans la mondialisation et l’Europe, l’équité entre générations, la viabilité
financière, l’adaptation par rapport à la transformation des attentes sociales (travail, famille),
l’efficacité lorsque le chômage toutes catégories confondues touche environ 5 millions et demi de
personnes3. La bonne résistance de l’économie française à la crise de 2008-2009 est cependant
due en partie à ce modèle social4. Alors que la zone européenne est entrée en stagnation, il existe
ainsi des risques de réformer le modèle à contretemps, sans vision d’ensemble, et sans préserver
les droits sociaux essentiels.
Les interrogations sur le modèle social français sont en partie liées à celles sur les choix
économiques de notre pays, même si l’ouverture de l’économie française et son intégration
européenne complexifient les enjeux. Les dépenses sociales relèvent de choix portés par l’Etat, les
acteurs publics et les citoyens. Le fonctionnement de l’économie, s’il reste influencé par les
politiques publiques, les négociations entre Etats et les comportements sociaux, se détermine aussi
autour des marchés financiers, des décisions des entreprises et de l’internationalisation des
échanges et des modes de régulation. La globalisation, l’accélération des flux et l’instauration à un
niveau mondial des règles d’un libre marché non régulé influencent l’économie française.
La construction européenne confronte la France à des nécessités budgétaires et comptables. Le
projet politique, économique et social passe après les objectifs de réduction des déficits publics. La
modération de la dette monopolise l’agenda politique et médiatique au détriment de la consolidation
d’un projet sociétal. Le mouvement de mondialisation et la construction libérale de la France
alimentent l’impression d’une perte d’influence. Ce sentiment est partagé par un nombre croissant
2
Le rapport sur la France à 10 ans du commissariat général à la stratégie et à la prospective a ainsi consacré un volet à l’avenir du
modèle social en proposant plusieurs pistes d’évolution.
3
INSEE le taux de chômage augmente au troisième trimestre 2014.
4
Cf le dossier du magazine « The Economist » de mars 2009.
8
de citoyens, pour qui la France n’est plus en mesure d’agir sur l’économie de manière conforme aux
valeurs fondatrices de son contrat social.
Peut-on alors encore parler de modèle économique français ? Le contrôle des acteurs publics sur
l’activité économique n’est plus celui de la période de reconstruction des années 1950, ou du
développement économique des Trente Glorieuses. Les nouvelles caractéristiques françaises ne
peuvent être que partenariales entre l’Etat, les collectivités locales et les acteurs privés ; elles
doivent se situer dans l’Europe et le monde.
Entre production nationale, construction européenne et ouverture à la mondialisation, l’introuvable
modèle économique français
Les orientations politiques récentes montrent la difficulté en économie ouverte de la définition d’un
projet économique propre qui mise sur les atouts français. Le bilan du quinquennat 2007-2012
montre la coexistence d’une forte dérégulation (bouclier fiscal, défiscalisation des heures
supplémentaires), et des mesures de volontarisme industriel où l’intervention financière (plan de
relance, Pacte automobile, rôle de l’Etat dans la fusion de GDF-Suez, soutien aux banques) n’a pas
manqué. Depuis 2012, les politiques menées ont été marquées par la relance du « made in France »
dans les territoires et à l’exportation, et la dénonciation des délocalisations, du dumping social, et
des stratégies de Lakshmi Mittal à Florange, et dans le même temps par la diminution des charges
sociales et la dérèglementation.
Les interrogations sur l’efficacité comparée de l’insertion des économies française et allemande,
devenues rituelles, expriment le mieux les termes du débat sur le modèle économique français et
son inscription dans un contexte européen. Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient chacun
leur modèle allemand pendant la campagne présidentielle. La représentation du match tourne
régulièrement à l’avantage de nos voisins. Cogestion, insertion dans les échanges mondiaux,
rigueur dans la gestion des finances publiques, vitalité des territoires, transition énergétique tout y
passe, et tout semble positif. Le modèle allemand serait-il désormais le seul qui vaille en Europe ?
Le journal Le Monde titrait ainsi à la veille du match de football de juillet 2014 entre la France et
l’Allemagne pour le mondial « L’Allemagne écrase la France… sur le terrain économique ».
Le projet économique s’attache à remettre la France dans une forme de normalité économique par
rapport aux contraintes de l’appartenance à l’Europe, sans jamais, là encore, perdre de vue
l’Allemagne. Il s’organise autour de mesures dont l’orientation est claire : permettre aux entreprises
de bénéficier d’économies sur le coût du travail, de simplifications administratives en contreparties
de créations d’emplois en faisant appel à la responsabilité mais sans obligations légales. La
restauration de la compétitivité des entreprises passe par la baisse des coûts et des exonérations
fiscales. Le rôle de l’Etat est essentiellement envisagé comme gestionnaire (réduction du déficit) ou
« subventionneur » des entreprises.
Cette approche n’est pas sans limites. Sur un plan général, l’absence de critères concernant les
exonérations crée des effets d’aubaine. Les grands groupes sont favorisés au détriment des PME
9
pourtant déterminantes pour relancer les embauches. Les questions liées à l’insertion économique
de la France dans le monde restent ouvertes.
Les options de politique économique successivement suivies par les gouvernements de droite et de
gauche n’ont pas levé les contradictions entre la tradition d’intervention publique à la française, et
les nouvelles contraintes imposées par la mondialisation. Oublier l’Etat pour mieux l’invoquer, puis
créditer les grands groupes d’une vision nationale qu’il appartient au moins autant aux dirigeants
politiques de dessiner, ne sont pas des solutions. Entre les nécessités de l’ouverture et la nostalgie
du modèle, une troisième voie reste à trouver.
B.
L’ECOLOGIE UN PROBLEME OU UNE SOLUTION?
Les débats sur l’avenir du modèle français n’intègrent en général les préoccupations écologiques
qu’à la marge. Pourtant le fait que la transition écologique comporte des mesures ayant des
conséquences sociales et économiques structurelles est de plus en plus reconnu et trouve des
réalisations concrètes, par exemple la rénovation thermique des logements, les modifications des
modes de transport, ou le développement des énergies renouvelables. Sur le plan social, l’ADEME
a évalué les créations d’emplois liées à la transition à 20 000 par an et 800 000 à l’horizon 2050. La
réorientation des investissements d’avenir annoncée en 2013 a décidé que 50% des montants
concernés seraient dédiés à la transition écologique avec une éco-conditionnalité. Le ministre du
Redressement Productif de l’époque s’engageait sur les liens entre filières d’excellence et
innovation écologique tout en prenant des positions en conflit avec celles de ses collègues de
l’écologie, sur les gaz de schistes ou la promotion d’Areva.
Deux processus se déroulent en parallèle plus qu’en concordance : les réformes générales d’un
côté, les réflexions sur la transition écologique de l’autre 5. Sept ans après le Grenelle de
l’environnement, les liens entre les enjeux écologiques et le cadre général de la politique
économique des gouvernements sont toujours peu et mal posés. Les questions écologiques restent
cantonnées à une présentation sectorielle et à un enjeu de second rang. Autant les performances
économiques de l’Allemagne sont citées, autant ses engagements en matière de transition
énergétique sont critiqués en opposant la réouverture de centrales thermiques à charbon6 et
l’énergie nucléaire présentée comme « propre ». Plusieurs chaînons manquent pour donner toute
leur portée aux interactions entre la transition écologique et la politique économique et sociale.
Croissance, croissance verte, décroissance : les débats sont-ils les bons ?
Le projet écologique remet fortement en cause la place de la croissance. Les recherches sur les
nouveaux indicateurs de richesse, qui critiquent la notion de produit intérieur brut, n’ont cessé de
5
De manière significative, le Ministre de l’Ecologie Philippe Martin ne faisait pas partie du comité de la réforme fiscale mis en place par
Jean-Marc Ayrault en 2013.
6
4 des 5 centrales thermiques à charbon les plus polluantes de l’Union européenne seraient situées en Allemagne.
10
prendre de l’ampleur. Elles ont notamment donné lieu au rapport Fitoussi/Stiglitz en 20097.
La croissance reste une notion essentielle pour penser la puissance d’une nation, la santé de son
économie et le bien-être social, alors que le projet écologique repose sur une transformation des
manières de produire et de consommer sur fond de croissance faible, voire de décroissance. Il en
va de la préservation de la planète et de la gestion de ressources naturelles dont nous devons
admettre qu’elles sont limitées. Ce raisonnement ne peut cependant faire l’impasse sur une réalité :
la transition écologique nécessite à court et moyen terme d’importants investissements de
conversion économique et sociale, qui supposent une mobilisation de fonds publics et privés sans
équivalent.
Peut-on l’imaginer dans la période de quasi-stagnation économique actuelle en Europe, alors que
la réduction des déficits budgétaires est prioritaire ? Le retour de la croissance ne permettrait-il pas
de dégager des marges de manœuvre financières pour mener à bien la transition ? La réponse n’a
rien d’évident. Dans le cadre du débat sur la transition énergétique, le financement de la seule
transition écologique a été chiffré par la ministre de l’Ecologie à 10 milliards d’euros sur trois ans;
un montant faible comparé aux chiffres avancés par l'ADEME ou la Cour des comptes de 15
milliards d'euros par an. Compte tenu de l’importance des investissements, il faut sans doute
raisonner à l’échelle européenne. L’approche du Green New Deal repose sur la mise en place de
financements importants, via la BEI, pour porter la transition écologique. Le lien est ainsi fait
explicitement entre une stratégie d’investissements européenne et la transformation du modèle de
développement économique et social.
Significativement, la loi de transition énergétique en cours de d’adoption, est qualifiée de « loi pour
la croissance verte ». Quel sens donner à cette expression ? Selon la définition officielle du ministère
de l’écologie, « la croissance verte est un mode de développement économique respectueux de
l’environnement, qui concerne les éco-activités (déchets, dépollution des sites, énergies
renouvelables), mais aussi les secteurs traditionnels (transport, agriculture et bâtiment...). » Cette
définition appelle de nouvelles questions : y aurait-il donc désormais une forme de sectorisation de
la croissance, d’un côté la croissance verte, de l’autre la croissance « comme d’habitude » ? Et que
se passe-t-il pour les acteurs économiques qui, dans les secteurs énoncés, ne respecteraient pas
un mode de développement économique respectueux de l’environnement ? La croissance verte estelle un objectif, une réalité, un sujet qui implique une mobilisation et des fonds particuliers ? Ou estelle considérée comme une forme de résultante de la transition énergétique ? La croissance
deviendrait-elle verte à cause de la transition ?
Et surtout que se passe-t-il pour la croissance « générale » ? Tant que son contenu ne sera pas
questionné, le projet écologique risque de ne trouver une place que sectorielle. Le débat sur les
indicateurs de développement retrouve ainsi toute sa raison d’être en mettant à raison l’accent sur
le contenu de la croissance, la réintégration des externalités positives et négatives, la prise en
Voir également Jean Gadrey et Florence Jany-Catrice, Les nouveaux indicateurs de richesse, collection Repères éditions La Découverte,
Dominique Méda, La mystique de la croissance, Flammarion, 2014
7
11
compte des activités bénévoles.
Il existe donc aujourd’hui plusieurs débats autour de l’articulation entre croissance et projet
écologique : les indicateurs, le contenu de la « croissance verte », les liens entre la « croissance
verte » et la croissance, le modèle économique lié à la décroissance, l’articulation entre croissance
et investissements de transition écologique 8. Mais ces débats se déroulent à partir d’hypothèses
souvent incompatibles. Si c’est la décroissance qui est considérée comme le modèle économique
permettant de porter le projet écologique, comment réfléchir au contenu d’une croissance qui
respecterait la sobriété ? Et comment prendre même en considération l’expression de croissance
verte ?
Chômage, emplois verts, inégalités sociales et environnementales
A court terme, le niveau du chômage, les difficultés propres à certaines filières industrielles, le débat
sur le coût du travail sont autant de limites pour imaginer un lien entre l’écologie et la création
d’emploi. Les emplois verts étaient pourtant une thématique présente au moment du Grenelle de
l’environnement, et un des thèmes importants de la campagne d’Europe écologie en 2009.
Avec la persistance d’un chômage élevé, l’enthousiasme a disparu. La transition écologique, la mise
en place de nouvelles filières, les processus de conversion sociale nécessitent du temps, des
moyens et de la détermination politique. Comment passer d’un mode de raisonnement macroéconomique à une approche territoriale et d’entreprise ? Sur la rénovation thermique des logements,
la revue Que Choisir estime par exemple que c’est l’ensemble des acteurs impliqués (artisans et
PME, services des collectivités locales, ADEME...) qui devrait devenir plus efficace et collaboratif,
affronter une montée en puissance des demandes et simplifier les circuits pour les ménages. Les
liens théoriques entre les comportements écologiques et les améliorations du pouvoir d’achat ne se
traduisent pas directement dans le quotidien des citoyens. L’autocar coûte moins cher que le train,
l’alimentation bio est réservée aux catégories les plus aisées. L’écologie reste trop souvent un luxe,
notamment parce que les externalités négatives des activités supportées par l’ensemble de la
société ne sont pas économiquement prises en compte dans les prix des biens et services.
Les liens positifs entre lutte contre les inégalités sociales, l’avenir du système social français et les
propositions écologiques ne sont pas suffisamment éclaircis. Les contraintes liées à des modes de
vie plus écologiques (pour les ménages moins aisés et les ruraux) sont connues : transports en
commun/voiture individuelle, augmentation des impôts et du prix de l’énergie. En revanche, l’apport
des analyses écologiques au traitement des questions sociales est mal analysé. La mesure des
inégalités environnementales a montré des recoupements significatifs avec les inégalités sociales
mais ceci reste un débat de spécialistes. Le fait que la rénovation thermique des logements soit à
la fois un facteur d’amélioration de l’efficacité énergétique et un élément de lutte contre la précarité
sociale est peu connu, les liens entre santé publique et environnement sont insuffisamment pris en
8
La proposition de loi sur les nouveaux indicateurs de richesse présentée en 2015 par le groupe écologiste va dans le sens de la prise
en compte de nouveaux indicateurs de richesse dans la définition des politiques publiques.
12
compte dans l’orientation des politiques de santé.
Peut-on construire une vision partagée d’un intérêt général écologique ?
Enfin, les difficultés liées aux intérêts divergents des acteurs et à leur nombre ont été sous-estimées.
Faire bouger un système où des secteurs économiques bénéficient de situations acquises implique
du temps, des moyens et des négociations. Penser une stratégie qui aille de l’Europe aux villes et
qui inclut les entreprises, le secteur public et les ménages est sans équivalent.
L’exemple de l’écotaxe votée à l’unanimité en 2007 par l’Assemblée nationale, reportée du temps
du gouvernement Fillon, retardée par le gouvernement Ayrault après le mouvement des bonnets
rouges, puis abandonnée par le gouvernement Valls9, témoigne des complexités du processus.
Dans un registre différent, il faut se souvenir des déclarations d’Henri Proglio, alors PDG d’EDF,
déclarant qu’un million d’emplois étaient menacés lorsque les Verts et les socialistes signaient un
accord prévoyant la diminution de la part du nucléaire dans l’électricité française. Tant que la mise
en œuvre du projet écologique ne s’accompagnera pas d’une vision partagée de l'intérêt général à
long terme, en intégrant les gains et les pertes de chacun, l’écologie ne pourra pas occuper la place
qui lui revient dans l’action gouvernementale 10.
C.
L’INFLUENCE
DE L’ECOLOGIE LIMITEE PAR L’ABSENCE D’UNE CULTURE DE
COALITION POLITIQUE
Les préoccupations écologistes sont aujourd’hui représentées au sein des partis politiques
républicains. Elles restent cependant minoritaires et ne donnent pas lieu à de véritables débats
internes. A la droite de l’échiquier politique, cette situation rend difficile d’imaginer une coalition
intégrant en tant que telles les principales préoccupations écologistes. La prise en compte de ces
préoccupations a ainsi tendance à être variable, en fonction des échéances internationales, des
évolutions de l’opinion publique ou de la situation économique.
Il pourrait en aller différemment à gauche du fait de l’existence d’un parti politique organisé, Europe
Ecologie-Les Verts (EELV). Un accord programmatique et électoral entre les socialistes et EELV a
d’ailleurs été signé en novembre 2011, suivi après l’élection présidentielle de 2012 de l’entrée
d’écologistes au gouvernement et d’une présence dans des proportions inédites dans les institutions
nationales avec deux groupes parlementaires. Trois ans après, l’alliance semble pourtant largement
vidée de son contenu.
Après deux ans et demi de présence au gouvernement, les ministres EELV l’ont en effet quitté au
printemps 2014 au moment de la nomination de Manuel Valls, alors même que les principales
échéances de la majorité dans le domaine de l’écologie étaient programmées pour 2014/2015 (loi
9
Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, l’assimile à une mesure d’écologie punitive.
Voir en annexe les analyses de Pascal Marchand sur la place des mots de l’écologie dans les discours de politique générale des Premiers
ministres.
10
13
de transition écologique, sommet sur le climat de Paris).
En deux ans et demi, les Verts n’ont pas obtenu grand-chose : ni l’abandon du projet d’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes, ni la réduction de la part du nucléaire, ni surtout une vraie association aux
affaires de l’Etat. De manière emblématique, le débat national sur la transition énergétique a
débouché sur un désaccord entre les ONG et le patronat. Le départ des écologistes ne règle rien
cependant. Leur présence au Parlement n’est pas suffisamment forte pour peser sur les orientations
gouvernementales de l’extérieur. Dedans ou dehors, aucune solution ne semble satisfaisante.
L’accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts aurait pu fournir la matière d’un
contrat pour l’ensemble de la mandature et inaugurer une autre manière de faire fonctionner les
institutions. Il comportait ainsi des engagements significatifs sur le plan institutionnel
(proportionnelle), énergétique (arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim), ou européen.
Mais ce texte n’était accompagné d’aucune feuille de route budgétaire, ni d’un agenda politique, ou
d’un mode d’emploi sur le fonctionnement d’une future majorité, rien qui ressemble à un contrat de
coalition à l’allemande avec un suivi de mise en œuvre. L’application de l’accord dépendait de la
bonne volonté des deux parties, de leur capacité à dégager des solutions consensuelles une fois
arrivées au pouvoir, et surtout de tenir cette volonté le temps du mandat. Dès la campagne
électorale, François Hollande et Eva Joly en avaient d’ailleurs relativisé la portée. L’entrée au
gouvernement des ministres écologistes s’est faite sans consultation de leur parti, ni sur les
personnes, ni sur leur portefeuille, ni sur le rôle qu’ils joueraient dans la majorité. Leur sortie s’est
déroulée de la même manière. Et la majorité des parlementaires écologistes qui souhaitait qu’EELV
reste au gouvernement n’a pas eu son mot à dire.
L’absence de culture de coalition politique, et plus largement parlementaire explique largement ces
péripéties. C’est l’une des principales limites lorsqu’il s’agit de mener des politiques cohérentes dans
le temps sur les sujets environnementaux. Si on regarde l’évolution des relations entre les
socialistes et les Verts par rapport à l’épisode de la gauche plurielle de 1997-2002 où Dominique
Voynet était ministre de l’écologie et de l’aménagement du territoire, il n’y a pas eu de progression
vers cette culture de coalition. L’acuité des débats autour des enjeux écologiques s’est même
accrue. Le fait d’avoir confié l’écologie à des ministres socialistes n’a pas eu les effets positifs qui
pouvaient être anticipés dans un scénario où la crise économique et sociale était moins présente.
En acceptant d’être responsables d’un secteur et non de porter la place de l’écologie dans le projet
du gouvernement, les ministres Verts ont sans doute limité leur influence. Si le positionnement de
Dominique Voynet, puis d’Yves Cochet dans le gouvernement de Lionel Jospin, n’avait pas toujours
été simple, le bilan était moins conflictuel. Leur présence avait permis la fermeture de Super Phénix
et associé les Verts à des mesures clairement identifiées à gauche (35 heures, emplois jeunes). Il
est vrai qu’à l’époque, la cohabitation avait obligé à une gestion plus parlementaire de la majorité et
que la présidentialisation de la Vème République n’avait pas encore été accentuée par l’adoption du
quinquennat.
Les difficultés de ce deuxième épisode d’association des Verts à une majorité gouvernementale de
14
gauche paraissent in fine tenir à deux éléments : une sous-estimation des contradictions
particulièrement fortes en période de crise à résoudre entre certaines orientations de la politique
gouvernementale et les préoccupations environnementales, et l’absence de concertation, et a
fortiori de codécision entre partenaires politiques, alors que la présidentialisation de la V ème
République apparait de plus en plus inadaptée au monde contemporain.
L’institutionnalisation de l’écologie politique à l’échelon national ne va ainsi pas de soi. Les limites
des expériences menées impliquent de mener une réflexion en amont de toute nouvelle participation
des écologistes au pouvoir sur la manière de peser réellement sur les politiques nationales, sans
exclure une réflexion sur les réformes institutionnelles indispensables.
Par quelles alliances et comment obtenir de vrais engagements programmatiques ? L’alliance entre
les socialistes et les Verts est-elle la bonne solution ? Faut-il envisager des majorités plus larges à
l’allemande ? Est-ce en entrant au gouvernement ou en ayant seulement un nombre significatif de
parlementaires à des postes clé que l’on peut mieux peser ? Est-ce en détenant le ministère de
l’écologie, en organisant un suivi régulier du contenu d’un accord programmatique, en étant
associés aux arbitrages budgétaires importants de la mandature ? Est-ce en participant aux
gouvernements ou en pratiquant une évaluation de ses décisions par le parlement ? Et dans ce cas
comment organiser la présence significative des écologistes si ce n’est par une dose correcte de
proportionnelle ?
La bonne combinaison reste à inventer.
*
Cette relative imperméabilité du modèle français aux enjeux écologiques a des raisons profondes
qui sont à rechercher dans les processus de construction du modèle français et du projet écologique
en France. Si l’écologie s’est progressivement installée dans le paysage institutionnel français, elle
l’a fait par ses voies propres. On peut même avancer l’hypothèse d’une forme de modèle alternatif
français autour des enjeux écologiques.
II. L’ECOLOGIE CONTRE-MODELE OU AUTRE MODELE FRANÇAIS ?
A.
UNE
CULTURE FRANÇAISE MARQUEE PAR L’AMBIVALENCE VIS-A-VIS DE LA
NATURE
Sans être réductible à cette question, l’écologie pose la question du rapport à la nature. Y aurait-il
une difficulté particulière à penser le projet écologique en France du fait du rôle et de la place de la
nature dans notre histoire culturelle et politique ?
Dans la culture française, la relation à la nature est marquée par une certaine ambivalence ; la
nature est un patrimoine, une ressource culturelle et une fierté nationale qui doit être protégée, mais
15
elle a aussi vocation à être transformée. Le rapport à la nature est marqué par un héritage
intellectuel qui, à partir de la révolution copernicienne et de l’amélioration de la connaissance
rationnelle et scientifique du monde, dans la ligne de Descartes, a cessé de représenter la nature
comme un ordre plus ou moins sacré. L’histoire française est par ailleurs marquée par l’importance
de la ruralité qui, malgré la construction républicaine de l’Etat, restera très présente jusqu’après la
Seconde Guerre mondiale.
On ne saurait confondre la nature et l’agriculture. Mais il faut rappeler que l’agriculture et plus
largement la terre ont joué un rôle central dans le mouvement des idées et l’histoire économique et
sociale française. Ainsi au milieu du XVIIIème siècle, l’école des physiocrates conduite par François
Quesnay, en insistant sur la capacité nourricière de la terre, donne à l’agriculture une place centrale
dans l’équilibre économique et social, tout en développant un raisonnement général sur le travail,
la redistribution et le rôle de l’administration.
Les Lumières portent ensuite la notion de progrès, issue d’une réflexion sur l’histoire et l’évolution
des sociétés, ainsi que des prémisses de l’industrialisation. La technique est au centre de ce progrès
mais aussi des rapports humains, du rapport entre l’individu et la société. Cette époque est marquée
par la pensée de Rousseau qui, en opposant l’état de nature à l’état social, s’interroge sur les valeurs
et les conditions de l’accomplissement et préfigure certains éléments du projet écologique. Lorsque
l’auteur développe dans « Emile ou de l’éducation » sa théorie sur l’apprentissage des savoir-faire
concrets et la préservation des qualités naturelles de l’enfant il prend déjà position en faveur du
respect de la diversité des points de vue et de l’expérimentation. Son analyse du contrat social relie
déjà la pensée de la nature avec la complexité du projet démocratique. Ainsi, si les Lumières ont
ancré le concept de progrès dans la culture française, les questionnements sur la nature et la place
du bonheur dans un nouveau modèle démocratique étaient déjà présents.
Avec la Révolution française, la République et le contrat social qui s’y attache autour des valeurs
d’égalité, de fraternité et de liberté, on assiste à la mise en place des structures d’un Etat qui
intervient à la fois dans le domaine économique social et de plus en plus dans l’éducation. Cette
approche se déploie progressivement au XIXème siècle. Le siècle suivant est celui des Guerres
mondiales, des Trente Glorieuses et des prouesses technologiques. La société française sera
marquée par les échecs militaires dus notamment au retard pris en matière technique et à l’inverse,
la protection offerte par l’arme nucléaire pendant la Guerre froide. C’est après la Seconde Guerre
mondiale, que l’Etat providence fait consensus et s’ancre durablement dans les mentalités des
acteurs politiques et des citoyens. Le Conseil national de la Résistance propose notamment la
création de la Sécurité sociale et la nationalisation de certaines entreprises. L’Etat providence,
chargé d’assurer l’égalité et la solidarité entre les citoyens, s’institutionnalise. C’est aussi à cette
époque que l’agriculture française va mener sa révolution avec l’intensification et la spécialisation
de la production dans le cadre de la politique agricole commune (PAC).
Quelle est la place de la ruralité dans cette évolution ? L’attachement à la France est aussi celui à
ses paysages et ses espaces ruraux. Ces traditions rurales n’ont été véritablement bouleversées
16
qu’après la Seconde Guerre mondiale avec la construction européenne. Les chiffres de la
population française donnent un aperçu de l’ampleur des mutations démographiques liées à l’exode
rural en deux siècles et demi : 17 millions de paysans et 22 millions d’habitants de la ruralité pour
28 millions de Français en 1789, un million d’agriculteurs et 15 millions de ruraux en 2010. Ce
mouvement est aujourd’hui stoppé. Depuis quelques années, l’habitat se développe dans l’espace
rural, particulièrement dans les communes périurbaines, malgré la baisse du nombre
d’agriculteurs11.
Mais cette ruralité ne garantit pas la protection de la nature. Celle-ci va se construire dans son
espace propre et à travers des structures associatives constituées dès le XIXe siècle 12, comme la
société zoologique d’acclimatation créée en 1854 par Geoffroy Saint-Hilaire et reconnue d’utilité
publique dès 1855, puis la Ligue de protection des oiseaux en 1912. Le premier congrès
international de protection de la nature aura lieu à Paris en 1923. La Société impériale zoologique
d’acclimatation changera plusieurs fois de dénomination devenant société nationale d’acclimatation
et de protection de la nature en 1946, participant à la création de la Fédération française des
sociétés de protection de la nature et de l’environnement pour devenir France nature environnement
en 1990.
Ce bref rappel historique montre la coexistence de projets et de préoccupations différents et non
une orientation unique dans le rapport entre la culture politique et sociale française et la nature.
Celle-ci a été protégée tôt en France, la ruralité y a perduré plus tard que dans les autres pays
européens, mais la construction du contrat social n’a pas pour autant explicité cette place dans
l’espace et l’histoire politique de notre pays. Il n’est ainsi pas surprenant que, sur certains enjeux
liés à l’aménagement du territoire, on assiste aujourd’hui à la confrontation d’intérêts et de logiques
d’actions parfois violemment divergents entre les élus locaux et les aménageurs d’un côté, les
associatifs et les écologistes de l’autre. Les affrontements autour du barrage de Sivens en sont un
exemple extrême. Mais les confrontations varient selon les enjeux de chaque territoire. Ainsi à
Notre-Dame-des-Landes les agriculteurs sont contre le projet d’aéroport.
Par comparaison, on estime généralement qu’en Allemagne le lien entre la protection de la nature
et la construction des politiques publiques a été beaucoup plus continu au cours du XXème siècle, et
a notamment marqué la politique d’aménagement du territoire 13. Les ingénieurs forestiers allemands
ont joué un rôle important dans la protection de la nature dès le XIXe siècle. L’exaltation romantique
de la nature, instrumentalisée par le national-socialisme (lois de protection de la nature et des
animaux de 1933 et 1935) s’est transformée dès la fin de la Seconde Guerre mondiale en réflexion
sur la définition et la mise en œuvre de politiques environnementales. On peut citer l’influence
11
« Quelle France rurale en 2020 ? » rapport de la Datar.
En Allemagne, en Angleterre, la protection de la nature prend également son essor au XIXe siècle. C’est sans doute en Angleterre
qu’elle prendra le plus d’essor. A la fin de ce siècle, on y comptait des centaines d’associations de protection de la nature et de clubs de
plein air.
13
« La protection de la nature en Allemagne, une nature allemande » Revue géographique de l’Est, numéro 47, 2007 Tobias Chilla.
12
17
d’associations comme Schutzgemeinschaft Deutscher Wald qui soutient la gestion des forêts, la
création de la journée de l’arbre, etc14.
Les questions liées à la crise écologique ne sont pas absentes de la culture politique française ;
leur portée sur la définition du contrat social républicain demande néanmoins à être précisée en
termes de conséquences concrètes.
B.
UNE
ECOLOGIE
DES
LUTTES
TERRITORIALES
QUI
RESONNE
AVEC
LES
DYNAMIQUES EUROPEENNE ET INTERNATIONALE
La montée en puissance de la question environnementale dans les années 1970 est venue des
institutions internationales, qu’il s’agisse de l’Union européenne ou des institutions onusiennes, et
en France même, des nouvelles générations et de mobilisations territoriales.
Les thèmes de la croissance et des externalités environnementales sont discutés par le rapport
Meadows « Halte à la croissance » paru en 1972, commandé par le Club de Rome deux ans plus
tôt, à une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT). La première conférence mondiale
sur l'environnement a lieu à Stockholm en 1972, et permet la création du Programme des Nations
unies pour l’environnement (PNUE). Biodiversité, lutte contre le réchauffement climatique, situation
des pays du Sud, le développement des compétences onusiennes a été continu, permettant la
création du GIEC en 1988. Ces orientations seront réaffirmées au Sommet de Rio de 1992, avec
l’adoption de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la
reconnaissance des principes de précaution, de responsabilités communes mais différenciées et du
droit au développement, au Sommet de la terre à Johannesburg en 2002, à la Conférence mondiale
sur la biodiversité de Nagoya (2010).
La question climatique a permis la création d’une communauté internationale des Etats autour de
concepts et de positions structurées entre pays émergents (la Chine compte tenu de son importance
économique prenant peu à peu un rôle propre), l’Europe, les Etats-Unis et les pays les moins
avancés (PMA). Elle constitue un des champs où les institutions onusiennes ont été les plus actives.
Les conférences sur le climat, dont la prochaine (COP21) aura lieu à Paris-Le Bourget en décembre
2015 sont directement issues de cette dynamique.
Les institutions européennes ont également manifesté tôt leur souci de construire une politique de
défense de l’environnement à travers le droit et la définition de programmes sur la protection des
ressources et des espaces naturels. Ne disposant pas à l’origine de compétences institutionnelles,
la Communauté européenne adopte son premier programme d’action en matière d’environnement
dès 1973, conjointement à l’ONU. La montée en puissance de l’Union européenne sur les questions
environnementales tient notamment aux préoccupations exprimées par les Etats membres du nord
de l’Europe (Suède, Danemark) qui, pour adhérer au marché intérieur, demanderont des garanties
14
« Le développement de la conscience environnementale et l’émergence de l’écologie politique dans l’espace public en France et en
Allemagne 1960-1990 » thèse de Céline Caro 2009 (Sorbonne nouvelle Paris III).
18
en termes de protection des consommateurs et de l’environnement. C’est une matière qui
correspond parfaitement au processus du « spill over » (effet d’entraînement) sur lequel reposent
les dynamiques d’intégration.
La prise en compte de l’environnement est instituée dans l’Acte unique européen de 1986, puis
dans le traité de Maastricht en 1992, faisant écho à la médiatisation de la détérioration de la couche
d’ozone, des dérèglements climatiques, des marées noires ou, aux droits des consommateurs plus
complets. Le développement durable est ensuite posé comme un objectif de l’Union dans le Traité
d’Amsterdam de 1997.
On estime à plus de 70 % la part prise par les règlementations européennes dans le droit français
de l’environnement. On peut citer la législation régulière sur les OGM depuis 1990, ou la directive
cadre sur l’eau de 2000, la mise en place du réseau Natura 2000, l’introduction du système de
contrôle REACH ou les actions de lutte contre le changement climatique.
L’Union européenne a élaboré des stratégies thématiques afin d’intervenir dans « des domaines où
seul un ensemble de mesures coordonnées peut produire des résultats ». Elle a légiféré et agi aussi
bien sur l’air, les déchets, la gestion des ressources naturelles, l’usage des pesticides, la
préservation des sols, le milieu marin ou la notion de ville durable, et formule depuis 1998 le principe
d’« intégration des préoccupations environnementales » dans les autres politiques.
Cette construction internationale et européenne emprunte des voies juridiques et de négociation
assez distinctes des interventions publiques traditionnelles en France. Mais les orientations
défendues au niveau européen et international correspondent aux préoccupations de la société
française elle-même qui manifeste sa sensibilité à l’environnement. Les mobilisations dans les
territoires viennent en témoigner. A une construction juridique hors du cadre national se superpose
une dynamique sociale et territoriale.
La dynamique des mouvements et des associations écologistes en France entrera en résonance
avec ceux qui se déroulent dans le reste du monde, par exemple durant toute la décennie 1970
contre la construction des centrales nucléaires au Bugey ou à Fessenheim, ou l'occupation du
Larzac. Elle s'alimente de luttes similaires dans le reste du monde, aux Etats Unis, en Afrique, au
Japon, en Inde. Une véritable effervescence militante se manifeste alors et porte une réflexion
politique sur l’avenir de la Terre et de l’humanité. Un vote écologiste, lié à l’après Mai 68 et alimenté
par l’abaissement de la majorité électorale pour les générations de l’après-guerre apparait. Cette
époque sera marquée par la candidature de René Dumont à l'élection présidentielle de 1974, puis
la création des Verts en 1984, 10 ans après.
Près de 80 ans séparent la naissance de la SFIO en 1905 de celle des Verts, 60 ans de celle du
parti communiste ; à droite, la famille centriste était représentée dès la IVème République comme le
gaullisme. La création des Verts est intervenue alors que de grandes associations écologistes
étaient déjà identifiées, puissantes et actives autour des objectifs de la protection de la nature et de
la biodiversité, de la lutte contre le nucléaire, du rééquilibrage des relations Nord/Sud et de la
transformation du modèle économique (WWF créée en 1961 par des chercheurs britanniques,
19
France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et
de l'environnement en 1968, Greenpeace née en 1971 autour de l'opposition au nucléaire, la section
française des Amis de la terre fondée en 1971).
C.
LA REPRESENTATION POLITIQUE DE L’ECOLOGIE NE SE REDUIT PAS A CELLE D’UN
PARTI
D'emblée, l’émergence de l'écologie politique en France s’est faite avec son histoire propre, avec
une grande diversité d’acteurs, de positionnement, de lieux. Elle a emprunté des chemins différents
de ceux de la politique traditionnelle. Le parti des Verts n'est pas un parti de masse (il totalise
aujourd'hui environ 10 000 adhérents et 35 000 personnes avaient voté lors de la primaire opposant
Eva Joly à Nicolas Hulot en 2011), ses moyens logistiques et financiers sont limités et il doit compter
avec des ONG dont l'existence a précédé la sienne et dont les modes d'action sont marqués par
une culture anglo-saxonne, agissant en France comme au niveau international. Ces ONG sont
soucieuses de leur indépendance à l’égard d’Europe écologie-Les Verts, et ont elles-mêmes des
stratégies propres vis-à-vis des pouvoirs publics.
Parce que l’écologie est au confluent de la politique, de la recherche, des questions de société, il
existe différentes manières de la promouvoir et de la défendre : dans les institutions, la vie
quotidienne, dans des expériences concrètes qui vont du local au global, dans la recherche, le débat
public. Les engagements politiques s’y dissocient difficilement d’une réflexion sur l’exemplarité
individuelle. On n’observe pas de corrélation systématique entre le niveau de conscience
environnementale d'un pays et le niveau de développement de ses mouvements environnementaux,
ou bien le succès électoral de son parti écologiste. Dans des pays où la conscience
environnementale a été assez haute, et où l'environnement est souvent une question politique
importante comme les Pays-Bas ou le Danemark, les partis écologistes sont peu puissants ; mais
les préoccupations écologistes sont prises en compte par l’ensemble des partis politiques. Dans le
même temps, dans d'autres pays où la conscience environnementale est moins développée comme
en Belgique ou en France, les partis écologistes ont relativement bien percé. La conscience
environnementale d’une population ne s’évalue donc pas mécaniquement au succès des
organisations environnementales ou des partis écologistes dans l’opinion.
Est-ce pour ces raisons que les voix politiques de l’écologie restent plurielles ? Quel autre projet
pourrait être incarné à la fois par Daniel Cohn-Bendit qui s’est retiré de la politique en 2014 après
avoir incarné l’écologie et l’engagement européen, initiateur d’Europe Ecologie qui avouait dans un
moment de regret qu’il aurait dû se présenter aux primaires socialistes en 2011, Nicolas Hulot tenté
un temps d’être candidat à la présidentielle de 2007, puis candidat aux primaires écologistes de
2011, Cécile Duflot ancienne ministre de la majorité de François Hollande, Chantal Jouanno
ancienne ministre de l’Environnement de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet viceprésidente de l’UMP, ancienne ministre, initiatrice de la charte constitutionnelle de l’environnement,
20
Corinne Lepage femme politique et avocate, ou Jean-Luc Benhamias ancien secrétaire national des
Verts, passé par le Modem, ayant récemment créé son propre parti ?
La situation de l’écologie politique est ainsi différente de celle des autres familles politiques. Au sein
de celles-ci la diversité des points de vue existe mais dans le cadre d’un parti. En revanche,
l’écologie politique apparait en quelque sorte irréductible au cadre partisan.
La question des alliances électorales ajoute à cette complexité. Le mode de scrutin majoritaire en
vigueur sous la Vème République a conduit jusqu’à présent dans la grande majorité des cas les Verts
à conclure des alliances de premier ou de second tour avec les socialistes (la victoire des
écologistes aux élections municipales de Grenoble en alliance avec des associations citoyennes et
le Front de gauche reste atypique et les élections européennes sont les seules à se faire à la
proportionnelle intégrale). Cette alliance ne va de soi ni pour les Verts, ni pour les socialistes. La
question de la présence dans les institutions locales, municipalités ou régions, apparaît aujourd’hui
levée et les Verts ont même un ratio d’élus par rapport au nombre de militants particulièrement
élevé15. L’enracinement territorial est présent, la relative proximité avec les citoyens garde à cet
accès aux responsabilités son caractère mixte, à mi-chemin entre l’engagement politique et les
convictions citoyennes, expertises et compétences sont mobilisées. La présence des écologistes
dans les collectivités locales leur a permis de démontrer leurs capacités de travail et de réalisations
opérationnelles sur des sujets aussi importants que le logement, les transports, les questions de
santé et environnement, la mise en œuvre de plans climat. On a même vu Marie Blandin devenir en
1992 présidente de la région Nord-Pas de Calais. Ont-ils vraiment réussi à infléchir les politiques
menées ? Il reste à mener une évaluation en profondeur sur ce point.
Au niveau national, il en va différemment. L’Etat, les administrations, les gouvernements sont encore
perçus comme des lieux où l’écologie doit batailler, lutter contre des choix économiques
contestables, et une culture de la décision où les enjeux environnementaux sont minimisés. De plus,
les désaccords avec le partenaire socialiste existent sur des points centraux. La remise en cause
de la croissance et du productivisme, la transition énergétique, la fiscalité écologique, la conversion
des emplois, la réorientation des finances publiques vers des investissements de transition sont
autant de questions qui ne sont pas considérées comme prioritaires ou restent conflictuelles dans
le programme socialiste, et dont la mise en œuvre dans l’exercice des responsabilités
institutionnelles nationales reste à construire.
Ces questionnements concernent d’ailleurs l’ensemble des partis politiques hors Europe EcologieLes Verts. Ils ont certes intégré l’écologie dans leurs programmes16 mais sans changer leur doctrine.
Et ce sont encore souvent des facteurs exogènes qui obligent les candidats aux élections à se
positionner sur les sujets écologiques. Ainsi, l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011 a
15
Cependant de nombreuses communes et une grande majorité de départements n’ont pas d’élus écologistes et les élections territoriales
de 2015 s’annoncent difficiles.
16
Jusqu’au Front national qui défend une écologie patriote dans le cadre du collectif « Nouvelle écologie ». Jean-Luc Mélenchon portait
lui le concept de planification écologique dans la campagne présidentielle de 2012.
21
bousculé la campagne des primaires socialistes. Les différents candidats ont dû trancher la question
du nucléaire et se positionner sur la transition énergétique.
Le décalage entre les programmes électoraux et leur application n’est pas propre à l’écologie. Mais
dans ce cas-là, il tient à une sous-estimation plus ou moins consciente de l’ampleur des réformes
du système qu’implique l’écologie, au-delà de valeurs relativement consensuelles.
D.
ENTRE PRISE ET REJET, L’ECOLOGIE S’ENRACINE NEANMOINS
L’ORGANISATION GOUVERNEMENTALE ET ADMINISTRATIVE FRANÇAISE
DANS
La France a été l’un des premiers pays d’Europe à se doter d’un ministère de la Protection de la
nature et de l’environnement confié à Robert Poujade 17 ministre délégué auprès du Premier ministre
Jacques Chaban-Delmas, en janvier 1971, faisant suite à la création dès les années 1960 des
agences de l’eau et des premiers parcs naturels régionaux. Cette création s’inscrit dans l’après Mai
1968, alors que dès 1969, Jacques Chaban-Delmas et Jacques Delors théorisent le projet de
Nouvelle société, où le dialogue social et le progressisme contractuel vont de pair avec une politique
d’innovation industrielle volontariste. Elle manifeste une certaine prise de conscience politique de la
sensibilité de la société française aux différents enjeux environnementaux. Ainsi que l’écrit Edwin
Zaccaï : « Le domaine institutionnel prend à l’époque forme, via un recyclage des politiques
publiques provenant d’autres ministères », qui sera suivi d’une phase de sédimentation jusqu’au
début des années 1990.
Tout en inscrivant l’écologie dans le champ ministériel, les gouvernements successifs ont fait,
depuis cette époque, le choix continu d’une stratégie de croissance et d’une politique énergétique
où le recours aux énergies fossiles et au nucléaire est central. L’existence dans un cadre
institutionnel et administratif ne s’est pas accompagnée d’une remise en question de la vision
politique et économique générale. Les deux chocs pétroliers, loin d’inciter à prendre en
considération l’approche de la transition énergétique prônée par les écologistes, ont conforté la
stratégie nucléaire qui garantissait une forme d’indépendance nationale. Ce sont les mêmes
gouvernements qui construisent progressivement une administration de l’environnement en France
et qui organisent une filière nucléaire. Celle-ci finira par produire 80% de l’électricité française dans
les années 1990, et représentera, à travers ces champions nationaux EDF, Areva, GDF Suez, une
certaine image des choix économiques, industriels et d’innovation de notre pays.
Qu’il s’agisse du paysage administratif, ou du projet gouvernemental, l’écologie est un strapontin
qui parfois s’ouvre et s’élargit, parfois se referme. Cette absence de stabilité et de centralité de
l’écologie est le reflet des difficultés de réformer les périmètres administratifs, et de changer la
hiérarchie des responsabilités. Elle témoigne aussi des intermittences de la volonté politique et du
décalage entre le discours et les actes.
17
Celui-ci racontera son expérience dans un livre au titre symbolique « le ministère de l’impossible » publié en 1975.
22
La place de l’écologie dans la hiérarchie ministérielle est variable. Ce n’est pas un hasard si les
personnalités qui occupent cette responsabilité ont des parcours plus atypiques ou sont souvent
des femmes, même si cela n’interdit pas qu’ils (ou plutôt elles) puissent avoir un avenir politique
national : Ségolène Royal a occupé le poste de ministre de l’Ecologie de 1993 à 1995 et l’occupe
de nouveau aujourd’hui après avoir été candidate à la présidentielle. Jusqu’en 2007 ce ministère ne
sera cependant jamais considéré comme une compétence de premier rang, comme le sont par
exemple l’économie ou les affaires étrangères. C’était un ministère d’ouverture, d’élargissement du
périmètre des questions politiques et/ou des personnalités.
De 1995 à 1997, Corinne Lepage, avocate venue de la société civile, a rempli cette responsabilité
dans le gouvernement dirigé par Alain Juppé. Sous le second mandat de Jacques Chirac, Roselyne
Bachelot, réputée pour son franc-parler, est reconduite plusieurs fois comme ministre de l’Ecologie.
Lorsque Lionel Jospin est Premier ministre, il est apparu logique que Dominique Voynet, ancienne
secrétaire nationale des Verts, occupe ce poste dans le cadre de la mise en œuvre de la Gauche
plurielle. Celle-ci arrivait cependant derrière Jean-Pierre Chevènement ou Jean-Claude Gayssot
dans la hiérarchie ministérielle.
L’inscription en 2005, par la volonté de Jacques Chirac, alors président de la République, de la
Charte de l’environnement dans la Constitution a permis de marquer une rupture symbolique.
L’environnement figure désormais dans la constitution à égalité avec les droits de l’homme et les
droits économiques et sociaux, le principe de précaution est reconnu. Le fait que la grande majorité
des députés socialistes ait choisi de ne pas participer au vote, et que les communistes se soient
abstenus lors du Congrès illustre a contrario le chemin restant à parcourir.
La nomination d’Alain Juppé ancien premier ministre comme numéro deux du gouvernement de
François Fillon l’espace de quelques semaines, puis son remplacement par Jean-Louis Borloo et le
lancement du Grenelle de l’environnement donnent une suite logique à cette inscription
constitutionnelle. Elle marque une forme de décollage de l’écologie dans la hiérarchie ministérielle.
Mais cette promotion de l’écologie sera en partie remise en cause avec le changement de majorité
en 2012. La situation est inédite car les ministres Europe Ecologie-Les Verts ne sont pas en charge
du portefeuille de l’écologie.
L’écologie est devenue un sujet qui compte dans le périmètre gouvernemental, mais sa place
hiérarchique reste fluctuante selon la personnalité qui l’occupe, le jeu des alliances et la composition
des gouvernements. Le départ des Verts du gouvernement et l’arrivée de Ségolène Royal ont ainsi
permis de réaliser une sorte de coup politique : remonter l’écologie dans la hiérarchie
gouvernementale et démontrer que celle-ci n’est décidément pas le domaine réservé des Verts.
Avec un paradoxe : alors que les Verts se situent à gauche et dans la majorité, la place protocolaire
de l’écologie comme domaine de compétences est apparue plus instable depuis 2012 que du temps
de l’ancienne majorité de droite.
Les évolutions administratives montrent quant à elles une montée en puissance relativement
continue de l’écologie. Après la première étape de structuration du ministère de l’ecologie des
23
années 1970-1980, la création dans les années 1990 des directions régionales de l’environnement,
et des agences périphériques dont la plus connue est l’ADEME, marqueront la véritable construction
administrative des questions environnementales. Cette évolution peut s’appuyer sur l’impulsion
européenne, avec une
structuration de la politique environnementale communautaire autour
notamment des principes de précaution et pollueur/payeur, et du respect des ressources naturelles
et de la biodiversité.
Dans la seconde moitié des années 2000, le ministère de l’Ecologie prend une nouvelle ampleur. A
la suite du Grenelle de l’environnement et pour remplir les engagements du Pacte écologique de
Nicolas Hulot, le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement
fusionne les secteurs de l’écologie et de l’équipement. Après une mission de préfiguration de
plusieurs mois, la mise en place de ce ministère en 2009 crée une entité administrative de près de
60 000 agents, avec une réorganisation des services déconcentrés, un budget de près de 20
milliards d’euros et une centaine d’établissements publics sous tutelle. Un commissariat général au
développement durable, service transversal chargé d’assurer la stratégie de développement
durable de la France, est créé. Malgré un périmètre sensiblement réduit, il associe toujours
aujourd’hui la double culture de l’écologie et des questions d’aménagement et d’énergie. Il
rassemble près de 50 000 agents sur l’ensemble du territoire, avec un budget autour de 15 milliards
d’euros, et la tutelle de plus d’une cinquantaine d’établissements publics.
Cette réorganisation administrative n’a pas supprimé les résistances culturelles d’un coup de
baguette magique. Entre les férus de protection de la nature et les ingénieurs de certains grands
corps techniques, il y a toujours débat. Mais certains autres, comme celui de l’Ecole nationale du
génie rural et des eaux et forêts (ENGREF) ont porté de longue date les préoccupations
écologiques. L’appartenance à un ministère de l’Ecologie dont la place s’est incontestablement
accrue crée en outre un corpus de préoccupations commun et modifie progressivement le profil des
carrières. Les grandes directions centrales de ce ministère traitent de missions aussi diverses que
les transports, l’énergie et le climat, la prévention des risques, l’aménagement du logement, la
protection de la nature ou l’aquaculture et la pêche.
Devant une telle diversité d’attributions, deux scénarios d’évolution sont possibles : soit la
pérennisation d’un ministère où les cultures professionnelles resteront segmentées par cette
diversité de compétences, et ce d’autant plus que les corps d’ingénieurs disposent
traditionnellement de domaines réservés (aménagement du territoire, transports, énergie), soit la
création d’une véritable culture commune de l’écologie où la protection de la nature et la prévention
des risques interagissent réellement avec l’aménagement du territoire, les transports et la politique
énergétique.
Il existe aujourd’hui certains éléments encourageants en faveur de ce deuxième scénario, comme
le fait que le ministère de l’Ecologie ait joué un rôle réel dans la prise en compte de la problématique
santé et environnement par les pouvoirs publics via sa direction de la prévention des risques.
D’autres le sont moins, comme l’abandon de l’écotaxe et le flottement sur la question des
24
autoroutes. C’est sans doute sur les questions d’aménagement du territoire et les grands projets
d’infrastructures que l’on pourra dans les années à venir juger si les arbitrages intègrent davantage
les préoccupations environnementales. Sur ce point les restrictions en matière de finances
publiques pourraient jouer favorablement.
Cette construction administrative a-t-elle permis de remplir les objectifs des politiques
environnementales en termes de préservation des ressources naturelles, de qualité de vie et
d’aménagement du territoire ?
E.
DES POLITIQUES ENVIRONNEMENTALES AU MILIEU DU GUE
L’état de l’environnement en France et la mise en œuvre des politiques publiques qui s’y rattachent
sont incontestablement un bon indicateur de la portée donnée aux préoccupations écologiques. Sur
ce sujet, le dernier rapport sur l’environnement en France publié en décembre 2014 par le
Commissariat général du développement durable (CGDD) est en demi-teinte. La pollution des eaux
est préoccupante (pesticides dans 93 % des cours d’eau), la biodiversité sous tension, la qualité de
l’air laisse à désirer et les signes du réchauffement climatique sont perceptibles. La tendance à
l’artificialisation des sols au détriment des terres agricoles ne se dément pas. Le modèle agricole
évolue lentement, les exploitations en bio sont passées de 2 % à 3,8 % entre 2007 et 2012. La loi
sur le nouveau modèle énergétique fixe des objectifs ambitieux, mais reste floue sur leur horizon.
L’abandon de la taxe poids lourds laisse notre pays à la traîne de l’Europe en matière de fiscalité
écologique.
La performance environnementale de la France au niveau européen est également contrastée. Sur
le front du climat, notre pays reste en Europe l’un des moins émetteurs de gaz à effet de serre par
habitant (en équivalent Mt-CO2, en 2012, 11,3 pour l’Allemagne, 9 pour le Royaume-Uni et 7,5 pour
la France). Ce bon résultat tient notamment à la place de l’énergie nucléaire, faiblement émettrice.
Cette situation explique aussi que la France peine aujourd’hui à développer les énergies
renouvelables et n’ait notamment pas atteint son objectif intermédiaire de développement en 2012
(10,7 %). Mais, selon l’Agence internationale de l’énergie, elle a réalisé de bons progrès sur
l’efficacité énergétique.
Sur la qualité de l’air et l’évolution des transports, les évolutions ne sont pas satisfaisantes dans les
grandes villes (Marseille, Paris, Nice, Lyon, Toulouse...) du fait de l’importance de la pollution aux
particules fines, due notamment au diesel, alors que dans le nord de l’Europe plusieurs grandes
agglomérations, comme Manchester ou Liverpool, ont connu des améliorations notables en
réduisant depuis des années la place des véhicules individuels. La réduction des émissions de CO2
a marqué le pas dans notre pays depuis deux ans alors qu’il était en bonne place en 2007. Le recul
sur l’écotaxe est une décision lourde alors que les poids lourds représentent toujours 24 % des
émissions de GES en 2014. En matière de biodiversité, la situation française est relativement
insatisfaisante, à l’image de celle de l’ensemble de l’Europe.
25
C’est sans doute dans le domaine agricole que les difficultés de la France à concilier le respect de
l’environnement et les aides aux agriculteurs sont les plus sensibles. Les orientations de la nouvelle
PAC pour 2014-2020 sont davantage favorables au respect de l’environnement (30 % des aides
directes liées au respect de pratiques agro-environnementales et financements substantiels pour le
développement rural). Mais certaines propositions de la Commission européenne sur un
conditionnement des aides à la restauration de la biodiversité ont été récusées par la France,
entraînant la déception des associations de défense de l’environnement.
Si on complète ces éléments par la référence à certains classements internationaux comme celui
de l’Environnemental Performance Index (EPI), élaboré à l’université de Yale depuis 2006 et qui
mesure l’efficacité des politiques environnementales, la France, après avoir été classée au 7e rang
sur 163 pays en 2010, se retrouve 27e sur 133 en 2014. Cette baisse s’explique essentiellement
par les politiques agricoles, la situation de la pêche, mais aussi la qualité de l’air ou la politique
énergétique. En revanche, la France bénéficie toujours d’une excellente notation sur les relations
santé et environnement ou sur la qualité du service public de l’eau.
Avec des résultats contrastés selon les secteurs, la France est un pays où la mise en œuvre de
politiques publiques de protection de l’environnement peine à s’organiser autour d’un projet global,
et des dynamiques d’amélioration structurelles. La crise économique a pu jouer un rôle de
ralentisseur ; mais au-delà, c’est bien la question de l’articulation entre le projet écologique et les
choix politiques qui est en question.
III. NOUVEAU MODELE FRANÇAIS ET ECOLOGIE : NOUVEAUX
PROCESSUS ET NOUVELLES MANIERES DE FAIRE
Lorsqu’on évoque un nouveau modèle français, c’est trop souvent dans les mêmes termes que ceux
de l’ancien : le rayonnement de la France à l’étranger, les contrats économiques signés lors des
visites présidentielles, la place du commerce extérieur. Ne faudrait-il pas plutôt réfléchir, à partir des
valeurs qui fondent notre modèle, sur les moyens de garantir l’égalité et l’intérêt général tout en
recensant les initiatives et les acteurs qui portent des perspectives de renouveau et de créativité ?
Plutôt que la construction d’un nouveau modèle avec un arsenal législatif et institutionnel, mieux
vaudrait donc analyser les processus qui créent des dynamiques collectives adaptées au monde où
se situe la France.
Dans cette perspective, le recensement des initiatives autour du projet écologique est
encourageant. Celles-ci demandent à être mises en réseau et organisées, mieux connues et
évaluées. Mais elles traduisent déjà un souffle remarquable. Elles permettent aussi de relativiser
les débats sans fin entre une écologie souhaitable, une écologie repoussante et punitive (le retour
à la bougie, les khmers verts), ou à l’inverse la dénonciation du « greenwashing ». La montée en
26
puissance des pratiques écologiques est parfois handicapée par ces débats « d’étiquettes ».
Aujourd’hui l’urgence n’est-elle pas plutôt d’entrer de plain-pied dans la transition ?
A.
PARTIR DES PRATIQUES SOCIALES
L’ECOLOGIE ET LE MODELE FRANÇAIS
POUR ORGANISER LES LIENS ENTRE
L’adhésion de la société française aux valeurs environnementales est devenue large mais ne
correspond pas encore à un projet collectif. La prise de conscience a été plus tardive qu’ailleurs.
L'environnement n'est devenu affaire publique qu'avec l'apparition de l'écologie politique, dans les
années 70. Mais ce retard français semble largement comblé. Comparant la France au reste de
l’Union européenne, Jean-Paul Bozonet18 note ainsi qu’elle n’a rien à envier à ses voisins sur
l’importance accordée à l’environnement et, plus largement, l’adhésion à une vision du monde de
type écologiste19. Des décennies de mobilisation politique, de diffusion d’information grand public et
d’éducation dans les écoles ont fini par produire leurs effets.
Cette préoccupation trouve une traduction concrète dans les pratiques quotidiennes. En vingt ans,
les modes de vie sont devenus plus sobres. Que ce soit en termes d’éco-gestes, de transport, de
chauffage, d’alimentation ou de consommation durable, de nouvelles évidences tendent à
s’installer. Quant à la sphère micro-citoyenne (corps associatif plus ou moins informel), sa vitalité a
explosé sur les vingt dernières années et ne faiblit pas. L’écologie de la vie quotidienne a diffusé
bien au-delà de la sphère militante.
Lorsque l’écologie rime avec l’économie de coûts ou les emplois locaux, les citoyens sont prêts à
changer leurs habitudes quotidiennes. L’enquête du CREDOC 20 indique que les Français sont
maintenant plus de 80 % à utiliser des sacs réutilisables pour faire leurs courses ; 66 % choisissent
de développer en premier lieu la consommation de produits de proximité, AMAP… L’écologie est
ainsi en progression, tant dans les mentalités que dans les modes de vie.
Cependant, l’attention aux enjeux environnementaux reste encore cyclique 21. La crise économique
n’aide pas à passer des valeurs à un changement global des comportements. Elle peut même
provoquer certaines exaspérations lorsqu’on a le sentiment que l’écologie ajoute des charges, des
taxes et des contraintes. Sur la période récente, les sondages notent une décrue de l’adhésion à
de grands principes (de type « l’état de la planète ça me concerne ») ainsi qu’un recul de la
préoccupation environnementale, derrière celle du chômage et de la pauvreté. L’environnement
pâtit de son absence de liens compréhensibles avec des propositions concernant l’emploi et, plus
encore, la précarité.
18
Analysant les données françaises de l’étude européenne sur les valeurs des européens (http://www.europeanvaluesstudy.eu/). Cf
article «Environnement, nature, techniques », in La France à travers ses valeurs, (dir. P. Bréchon, J.-F. Tchernia), Paris, Armand Colin,
2009, pp. 122-142.
19
Mesurée par des items de type « quand les hommes interfèrent avec la nature, cela produit souvent des conséquences désastreuses »,
« l’équilibre de la nature est suffisamment robuste pour compenser les impacts négatifs de l’industrialisation », « les hommes ont été
créés pour maîtriser la nature », « si rien n’est fait pour changer, nous allons vivre des catastrophes écologiques majeures ».
20
« Sur le chemin de la sobriété énergétique, engager les Français au-delà des écogestes », MARESCA B., CREDOC, n°265, janvier
2014.
21
Voir audition Guillaume Sainteny du 20 mai 2014.
27
Par ailleurs, la plupart des analystes soulignent un fossé entre le quasi-consensus en termes de
valeurs et l’engagement écologique concret des citoyens. Jean-Paul Bozonet parle d’ailleurs à ce
sujet de "consensus mou". En pratique, la prédisposition des Français à changer s’arrête souvent
lorsqu’il y a un coût supplémentaire ou que la rentabilité de l’investissement n’est pas démontrée.
Les petits gestes, d’accord (surtout s’ils permettent de faire des économies rapidement ou s’il y a
un bénéfice santé à la clef), mais la transformation radicale de modèle et cadre de vie pas encore.
De facto, les résultats produits collectivement sont insuffisants. La transformation des pratiques de
vie reste encore limitée, et les avancées obtenues souvent fragiles. Elles reposent plus sur des
modifications de comportements ou d’achats peu coûteux que sur des investissements de fond
(rénovation thermique des habitations, par ex.).
L’écologie constitue potentiellement un vrai moteur d’action et de changement de comportements.
Mais cela reste conditionné au fait qu’elle apporte des bénéfices personnels et ne soit pas perçue
comme sacrificielle, surtout en période de crise.
La société française est ainsi prête à une accélération de la transition écologique dans la mesure
où le projet porté par cette transition lui apparaîtrait clairement et serait relayé à un niveau plus
global. L’écologie des gestes quotidiens manifeste une sensibilité mais n’a pas en soi vocation à
impulser une transformation d’envergure. Deux étapes essentielles sont devant nous : la
consolidation de la conscience des enjeux écologiques et la transformation concrète des modes de
vie.
Une meilleure compréhension des liens entre l’environnement et les problématiques sociales
(inégalités environnementales notamment) serait utile pour sortir l’écologie de son carré « postmatérialiste », où elle apparaît comme un luxe que l’on peut se permettre en période d’abondance.
En ce qui concerne la transformation concrète des pratiques de vie, de nombreux analystes insistent
sur l’importance de l’effet « offre » pour faciliter la conversion écologiste des Français : meilleur
accès, meilleur coût, plus grande fluidité, solution écologique par défaut, coups de pouces, etc. Il
paraît tout aussi essentiel de souligner l’importance d’une écologie plus hédoniste, plus inclusive,
plus « compréhensive », plus pédagogique également.
Vocabulaires de l’écologie et traitement dans les médias
Pour y parvenir, la structuration d’un discours écologique est une étape nécessaire. Cela concerne
le vocabulaire, les raisonnements et les liens à établir entre les valeurs écologiques et les actes
qu’elles impliquent. Les enjeux sont tout à la fois la compréhension de ce qu’est l’écologie, les
objectifs de transformation économique et sociale qu’elle porte et les moyens d’y parvenir. C’est
dans cette perspective que le groupe de travail a sollicité Pascal Marchand, codirecteur du
Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) de l’Université
de Toulouse III, pour mener une analyse sur le corpus sémantique utilisé par le personnel politique
sur les sujets écologiques et analyser la place qui lui est donnée comparativement à celle des
questions économiques et sociales (voir ci-dessous).
28
L’écologie dans le discours politique : une place encore incertaine
Le groupe a sollicité Pascal Marchand du laboratoire LERASS (Université Toulouse III Paul
Sabatier) pour une analyse de la place des mots se rattachant au projet écologique dans le
discours des responsables politiques. Celui a mené un travail statistique et informatique à partir
du logiciel libre Iramuteq développé par Pierre Ratinaud. Le corpus analysé porte sur les débats
à l’Assemblée nationale de 1998 à 2014 et les discours de politique générale des Premiers
ministres de la Ve République (1959-2014). L’auteur a également étudié les interventions des
candidats à l’élection présidentielle de 2007 lors des auditions du Pacte écologique de Nicolas
Hulot. L’ensemble des conclusions figurent en annexe de la note.
L’analyse sémantique fait apparaître quatre manières de considérer l’écologie :
-
La première est l’évitement. Apparues dans le cadre d’une interpellation contestataire,
l’écologie est d’abord ignorée, et minimisée dans le discours politique ;
-
Cependant dès le mandat d’Edith Cresson comme Premier ministre, les liens entre
écologie et économie, à travers notamment l’innovation industrielle, sont reconnus.
L’écologie se trouve prise dans un processus de globalisation où elle fait partie de
processus économiques avec des contraintes qui s’imposent à elle en termes de
compétitivité et de moyens financiers. Le vocabulaire utilisé (transition énergétique par
exemple) est abstrait et n’est pas décliné de manière opérationnelle. L’écologie apparait
comme un projet lointain, voire une question qui relève d’abord des valeurs ;
-
A mesure que les préoccupations écologistes prennent plus de place dans le débat
public, on observe un phénomène de réinterprétation. Avec la définition du
« développement durable » et le succès de cette expression, on assiste ainsi à une
multiplication d’utilisation de l’adjectif durable dans le vocabulaire politique. Tout devient
durable : croissance durable, emplois durables, ville durable, mobilités, etc. Le durable
envahit l’ensemble des catégories et des objets d’analyse sans pour autant avoir été
défini préalablement ;
-
Enfin
quatrième
catégorie,
le
vocabulaire
écologique
subit
une
véritable
compartementalisation. Il semble, de manière contradictoire avec les processus de
globalisation et de réinterprétation constatés, réservé à des domaines spécifiques
comme l’environnement, l’énergie, mais ne parvient pas à s’imposer comme une grille de
lecture transversale pour des questions comme l’emploi, la fiscalité ou les transports.
En 2014, ces postures restent toutes les quatre présentes dans les interventions analysées. C’est
l’un des apports forts de cette analyse : la coexistence de processus d’évitement, de globalisation,
de réinterprétation, de compartimentalisation, y compris au sein des mêmes discours lorsqu’il
s’agit de questions écologiques. La place de l’écologie oscille, reste incertaine.
29
En conclusion les analyses de Pascal Marchand mettent en évidence que le projet écologique a
investi l’espace sémantique des valeurs mais reste encore cantonné à ces valeurs auxquelles on
se réfère volontiers comme liberté, égalité, fraternité, droits de l’homme, sans qu’il apparaisse
nécessaire de les accompagner d’un programme d’action. Elles témoignent également de
dynamiques contradictoires entre sectorisation et globalisation de l’écologie. La sectorisation
permet d’être plus précis lorsqu’il s’agit de décliner concrètement les mesures attachées au projet
écologique. Mais elle entraîne aussi une sous-estimation des enjeux et des moyens qui devraient
y être consacrés.
Aujourd’hui le vocabulaire de l’écologie n’est pas unifié. Il reste segmenté en fonction des sujets,
des situations et des publics, marqué par sa complexité et son abstraction. Développement durable,
empreinte écologique, croissance verte, écosystèmes, inégalités environnementales… Les mots
s’accumulent sans répondre à une logique d’ensemble. En entreprise, dans les institutions
notamment internationales, la notion de développement durable s’est imposée depuis le rapport
Bruntdland de 1987. Mais de manière significative, les discussions sur la traduction de l’expression
anglaise « sustainable development », soit en développement durable, soit en développement
soutenable, perdurent. La responsabilité sociale et environnementale des entreprises reste un mot
mystérieux sauf pour les initiés. Entre les mots d’une écologie citoyenne et quotidienne (labels bios,
associations pour le maintien d’une agriculture paysanne AMAP) et les termes savants
d’anthropocène ou d’empreinte écologique, il existe un vrai décalage. L’expression d’inégalités
écologiques est-elle synonyme de celle d’inégalités environnementales de plus en plus employée ?
Et quels sont ses liens avec les inégalités sociales ? Parce qu’elle interagit avec les champs des
sciences, de l’économie et des questions sociales, et porte un projet global, l’écologie nécessite
pour être comprise un vocabulaire riche et précis ; mais elle implique aussi d’être mieux reliée avec
les grilles d’explication classiques de la société et de ses dynamiques. Enfin, elle requiert un langage
de l’action qui doit encore être largement inventé. Parler d’économie ou d’énergie verte ne suffit
pas.
Selon les moments, et/ou la volonté d’apparaître plus ou moins déterminés, les responsables
politiques font aujourd’hui varier leur langage et le curseur des expressions qu’ils emploient, ajoutant
à la confusion ; la transition énergétique et la transition écologique sont ainsi souvent utilisées
indifféremment, l’écologie punitive apparaît lorsqu’il s’agit d’expliquer un renoncement ou une volteface fiscale. Ce n’est pas un hasard si dans les médias, le traitement des questions écologiques est
encore loin d’occuper la même place que celui de l’économie ou des questions sociales. Les sujets
environnementaux, les questions énergétiques sont encore exposés de manière technique sans
que les enjeux politiques ou de transformation économique soient toujours accessibles. En
revanche les questions écologiques occupent de plus en plus de place dans les points de vue ou
les controverses (on pense aux gaz de schiste) mais sous un angle qui reste souvent polémique.
30
Comment donner à ces questions une place plus importante dans les médias généralistes écrits
comme audiovisuels, et présenter l’ensemble des angles que comportent les grands sujets de la
transition écologique (économique, social, international, scientifique) ? Comment rendre
accessibles à tous des débats dont la portée est majeure mais la complexité réelle ?
On observe d’ailleurs que les médias alternatifs, comme Reporterre, Terra Eco, Bastamag, l’Age de
faire, We demain, Silence, le 1, qui mettent l’accent sur les initiatives citoyennes, écologiques,
innovantes et qui décryptent les logiques de communication à l’œuvre dans le système économique
et social actuel, fidélisent de nombreux lecteurs.
B.
DES INITIATIVES QUI DEMANDENT A ETRE ETENDUES ET GENERALISEES
A l’échelle des régions, des grandes villes, et de nombreuses collectivités territoriales, en
résonnance avec ces initiatives, les politiques écologiques ont pris une ampleur qui leur donne une
vraie consistance en termes d’aménagement urbain et font le lien entre politiques sociales et
préoccupations environnementales. Cette écologie en actes indique la voie à suivre au niveau
national.
Dans la société civile les initiatives concernent aussi bien l’utilisation de l’épargne, que l’agriculture
urbaine, la consommation responsable ou l’habitat participatif, l’économie comme le social.
Sans dresser un inventaire exhaustif, on peut citer Terre de liens qui fait appel à l’épargne citoyenne
pour acheter des fermes qui permettent à de nouveaux paysans de s’installer en agriculture bio, ou
le mouvement des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) qui regroupe
aujourd’hui 50 000 adhérents. Dans la ville ouvrière de Saint-Étienne, par exemple, des associations
de quartier et des paysans travaillent ensemble pour livrer des légumes de saison et des produits
sains au plus près des quartiers, tout en créant des emplois. Ce projet « de la ferme au
quartier » rencontre un succès grandissant.
Ces initiatives mêlent changement des modes de consommation et solidarité, réalisant un lien avec
les préoccupations sociales qui fait encore défaut au niveau national. Ainsi sont apparus des cafés
et baguettes « en attente », ou « suspendus ». Cela repose sur un principe simple : en plus de sa
propre consommation, le client règle par avance un ou plusieurs cafés qui sont laissés « en attente »
et bénéficieront à une personne en situation de précarité. Ces nouveaux gestes renouent avec les
traditions de solidarité les plus élémentaires et présentent l’intérêt d’être immédiatement visibles et
efficaces.
Le lien avec les pratiques démocratiques est également au cœur des démarches. Les adhérents
des AMAP consacrent chaque année quelques week-ends au travail à la ferme et sont associés à
certains choix de gestion. Dans les pratiques d’habitat participatif, le montage de l’opération
immobilière se fait collectivement. Le projet immobilier comporte des espaces privés (les logements)
et partagés (buanderie, salle de réunion ou des fêtes, chambre d’amis, etc.). Tous participent à la
conception de l’immeuble et au choix des matériaux. La plupart mettent la main à la pâte lors de la
31
phase de construction et assurent la gestion de la copropriété. En cas de revente d’un appartement,
les nouveaux propriétaires doivent s’engager à partager le projet initial.
Nouvelle Economie écologique
L’économie n’est pas en reste, comme le montre le foisonnement de nouvelles dénominations pour
désigner des manières de concevoir, de fabriquer et d’échanger des biens et des services.
L’économie coopérative, rattachée au secteur de l’économie sociale et solidaire, est bien installée
dans le paysage français. Elle a généré 400 000 emplois nouveaux en 10 ans. On pense à la Nef
qui avec ses 33 000 sociétaires, représente 28 millions d’euros de capital et 400 millions d’encours
d’épargne. Mais aussi au Crédit coopératif ou à Biocoop, Enercoop qui proposent plus que des
biens et des services : des garanties sur la qualité de produits, les modes de production, le respect
de l’être humain et de l’environnement.
On parle également aujourd’hui d’économie collaborative : ne plus vendre le produit mais son usage
et un ensemble de services associés. A la différence des démarches de location traditionnelles, ce
modèle prend en compte les enjeux du développement durable et la mise sur l’écoconception des
produits. Signe des temps, de grandes enseignes, comme Intermarché et Boulanger, se sont
lancées récemment sur ce créneau en proposant de louer des appareils électroménagers et
électroniques.
La démarche de l’économie circulaire qui propose de générer des profits en transformant les
déchets en matière première progresse. L’alimentation, le textile, l’emballage sont concernés. Les
premières assises ont eu lieu en juin 2014. Dans le Nord-Pas de Calais, l'entreprise Roll-Gom,
souvent citée en exemple, est leader européen pour la fabrication de roues de manutention à partir
de granulats de pneus recyclés. Mais on peut également penser au réseau d'entreprises Le Relais,
qui s'inscrit dans une démarche d'économie solidaire. Il est devenu en quelques années un acteur
de premier plan en France dans la collecte et la valorisation textile en lançant une gamme d'isolation
thermique et acoustique pour le bâtiment à partir de coton recyclé. Citons également « l’économie
open source » qui facilite l’échange de savoirs, en ouvrant les connaissances, partageant les modes
de fabrication et en agrégeant des communautés de contributeurs. Ainsi le projet Brest Créative qui
publie les innovations sociales du territoire du pays de Brest et regroupe déjà plus d’une soixantaine
d’initiatives.
En matière d’innovation industrielle, l’approche biomimétique22 relie déjà l’économie à l’innovation
et aux sciences de la nature dans de nombreux secteurs. Les rencontres et les études sur ce sujet
se multiplient23. L'organisme international de standardisation ISO a d’ailleurs commencé à travailler
à la définition de normes et standards adaptés à cette discipline. La ville de Senlis, dans l'Oise,
22
Le biomimétisme est le transfert et l’application de matériaux, de formes, de processus et de propriétés remarquables observées à
différentes échelles du vivant vers des activités humaines (ex bionique, bioassistance, architecture biomimétique). On peut citer les leds
inspirées des lucioles, les matériaux inspirés du vers à soie, les filtres solaires inspiré du corail, la production d'énergie inspirée de la
photosynthèse, les immeubles inspirés des éponges…
23
Le Commissariat général du développement durable (CGDD) a publié une « Etude sur la contribution du biomimétisme à la transition
vers une économie verte en France », dans laquelle il présente les applications industrielles et plusieurs exemples d'approche
biomimétiques en agriculture et organisé un colloque « Recherches bio-inspirées », qui a rassemblé 200 chercheurs, industriels et élus.
32
devrait accueillir le premier centre de compétences européen sur le biomimétisme, centre qui devrait
rassembler les industriels et les universitaires dès 2015 ; le fonds de dotation Biomimethic s'est
donné pour mission de mobiliser les acteurs économiques et de stimuler l'innovation dans le
domaine. Le Centre francilien de l'innovation, qui organise régulièrement des Ateliers sur ces
thématiques, a déjà accompagné plusieurs entreprises : Eurobios (simulation de processus
complexes), Kinomé (bureau d'études et de conseil autour de l'arbre) ou Eel Energy (production
d'électricité à partir des courants marins).
Cette énumération montre une grande diversité d’initiatives, de secteurs, de positionnements. Les
liens avec les préoccupations de solidarité et d’éthique sont présents mais variables. Certaines
interrogations communes se dégagent autour de la durabilité, de la modification des processus de
fabrication, d’échanges et de diffusion pour davantage d’économies, de convivialité et de partage.
Aujourd’hui le débat se concentre sur le sujet des valeurs portées. La question des profits et de
l’équilibre économique n’est pas toujours abordée explicitement ce qui suscite certaines
interrogations. Où placer justement la question des profits ? Ces initiatives sont-elles seulement les
manifestations d’une modification des modes de création d’entreprises au niveau des territoires,
leur capacité d’innovation est-elle réellement supérieure à celles des entreprises appartenant au
modèle classique ? Annoncent-elles un mouvement d’ensemble ?
Innovations dans les territoires
Les interactions entre les initiatives portées par la société, et les politiques menées par les
collectivités locales sont sensibles. Le Nord-Pas de Calais ou la ville de Bordeaux ont mené de
grands chantiers écologiques urbains qui ont réussi. La Région Ile-de-France a affiché dès 2004
l’ambition d’être une éco-région. Partout dans les collectivités territoriales, les préoccupations
écologiques ont progressé ; elles sont présentes dans les enjeux d’urbanisme, la politique
énergétique, les transports, l’action associative, la préservation de la nature et de la biodiversité, la
lutte contre les inégalités,...
Les différentes politiques menées par la municipalité de Bordeaux sont ainsi organisées autour d’un
projet cohérent. Entre 1995 et 2008, la ville a été métamorphosée par le tramway, la réurbanisation
de la rive droite et l’aménagement des quais. En 2008, Bordeaux a lancé son agenda 21 et son Plan
Climat énergie territorial. Puis deux chantiers d’écoquartiers ont été menés. Ils sont reliés au
tramway, alliant les ambitions de mixité sociale à l’efficacité énergétique.
La région Nord-Pas de Calais a mené de nombreux projets novateurs et ambitieux pour la transition
écologique. Le plan 100 000 logements est un projet phare pour la rénovation thermique des
logements. Il établit que le financement des travaux s’effectue par les économies d’énergie réalisées
sans que les ménages aient à faire d’apport personnel au départ. Le montage juridique et financier
est complexe parce qu'inédit (monopole bancaire, assurances, dotation en capital de l'opérateur
régional, statut...) mais il est d’autant plus intéressant qu’il oblige à une coopération de l’ensemble
des acteurs institutionnels et privés.
33
Ce projet a permis d’inventer une méthode de travail qui repose sur la transversalité et la diversité
des acteurs. La définition d’objectifs partagés et d’un mode d’emploi commun entre les responsables
politiques et la Chambre de commerce internationale a été déterminante. La troisième révolution
industrielle implique les entreprises avec de nouvelles créations et la relocalisation d'industries avec
un schéma d’économie circulaire.
En Ile-de-France, la région a joué, via le syndicat des transports d’Ile de France (Stif), un rôle
important dans le développement du tramway et le prolongement de plusieurs lignes de métro. Elle
porte également des projets de rénovation thermique des logements (particulièrement en
copropriété ou dans le logement social) et la construction de lycées en norme haute qualité
environnementale (HQE), encourage le développement des démarches d’agendas 21 et développe
une stratégie d’économies d’énergie sur tout son territoire. Dès le début des années 2000, son
institut d’urbanisme a travaillé sur le développement d’indicateurs de développement humain et la
définition de l’empreinte carbone régionale. Plusieurs agences régionales (Arene, Natureparif,
Bruitparif…) appuient son action. 1,4 milliard d’euros, soit plus d’un tiers du budget, est ainsi
consacré à des actions en faveur de l’environnement, grâce à la mobilisation de l’ensemble des
politiques régionales.
Quant à la ville de Paris, elle a accentué sa mobilisation déjà ancienne sur les questions écologiques
avec en ligne de mire la tenue de la conférence internationale sur le climat de décembre 2015. Elle
a ainsi lancé un appel d’offres sur « l’amélioration du métabolisme urbain » en juillet 2014. Il s’agit
d’expérimenter les solutions de l’économie circulaire pour optimiser la gestion des ressources
naturelles et des matériaux utilisés par la ville et réduire son empreinte écologique. En matière de
transports, le développement de Vélib et d’Autolib, la construction de tramways a associé Paris, la
région et les communes de la petite couronne. En 2014, 60 % des parisiens n’ont plus de voiture
contre 40 % en 2001. Là encore, Paris veut passer à une nouvelle étape pour réduire la pression
automobile avec une interdiction totale du diesel en 2020, et la généralisation des zones 30, alors
que la qualité de l’air dans la capitale laisse toujours à désirer.
Citons enfin l’action des parcs naturels régionaux. Ce réseau créé en 1967 compte aujourd’hui 50
parcs, soit un peu plus de 4 300 communes ; il est présent sur 15 % du territoire français. Dès
l’origine les parcs régionaux ont choisi de donner une place importante à l’expérimentation, comme
l’illustre leur devise « une autre vie s‘invente ici ». Ainsi en 2011 le parc régional des Chartreuses a
contribué avec la commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse à l’implantation de l’entreprise Raidlight
créée par Benoit Laval qui fabrique des équipements de trail. Depuis un réseau de stations a été
constitué pour mettre en commun les savoir-faire et les outils. La « Station de Trail » est devenue
un label qui sous forme de concession, regroupe un réseau de stations indépendantes. Ces stations
sont mises en place avec des territoires qui souhaitent enrichir leur offre touristique avec cette
activité sportive.
Ces initiatives illustrent qu’il est plus facile de dépasser les clivages et les débats de principe à
l’échelle des territoires qu’au sein des institutions nationales pour monter des projets concrets.
34
Beaucoup apparaissent liées à des personnalités et à leur capacité à créer des consensus. Si ces
dynamiques prennent indéniablement de l’ampleur, elles nécessitent pour se développer et
converger un cadre incitatif au niveau national. La relance du mouvement de décentralisation prévoit
d’ailleurs que le regroupement en 13 régions métropolitaines doit s’accompagner d’un dialogue
stratégique plus intense avec l’Etat sur l’aménagement du territoire et l’économie. La transition
écologique pourrait être une priorité de ce dialogue.
Ce qui frappe cependant, c’est bien le décalage entre des processus locaux, des expérimentations,
un patchwork d’initiatives qui ne font pas système et le maintien d’un espace politique et
institutionnel national au fonctionnement généraliste et symbolique où les possibilités de réforme et
de transformation des processus apparaissent difficiles. La France change, mais comment changer
le modèle français ? Comment passer à une autre échelle économique et sociale ?
C.
LES ENTREPRISES ACTEURS DE LA TRANSITION ?
La plupart des entreprises françaises d’une certaine taille et nombre de PME mettent en oeuvre une
politique du développement durable sous différentes formes : des modes de production plus
économes en émissions de gaz à effet de serre, un développement de nouvelles activités liées à la
transition, une politique de compensation des émissions de GES donnant lieu à l’achat de crédits
carbone » issus de projets situés à l’étranger voire en France. De nombreux brevets ont été déposés
pour préparer une évolution vers une production plus « durable ». Ces orientations peuvent
poursuivre plusieurs objectifs : recherche d’activités porteuses, anticipation de normes plus strictes,
motivation des salariés, dialogue social…
La situation française est assez paradoxale. La France dispose de grands groupes industriels très
implantés à l’international, disposant de capacités de recherche et d’expertise reconnues sur des
secteurs clés de la transition écologique. Véolia et Suez environnement sont les deux premiers
groupes mondiaux dans le secteur des services à l’environnement (eaux, déchets..), GDF Suez est
le quatrième énergéticien mondial, présent dans l’ensemble de l’Europe, en Russie, au Brésil, aux
Etats-Unis, et EDF est l’un des premiers producteurs d’électricité dans le monde 24. Schneider
Electric est devenue leader mondial des outils de pilotage et de gestion de l’électricité et a développé
les techniques de l’efficacité énergétique active. Dans le secteur des transports, les capacités
d’innovation des constructeurs automobiles français sont reconnues au niveau européen et
mondial
25.
Dans le BTP enfin, si la France avait du retard par rapport à la Suisse, l’Allemagne ou
aux pays nordiques en ce qui concerne les techniques de construction et de rénovation économes
en énergie, les grandes entreprises en ont fait une priorité qu’il s’agisse de la construction de
bâtiments à énergie positive ou de la rénovation thermique des logements collectifs, des bâtiments
publics, de l’habitat individuel. Saint-Gobain est une entreprise mondialement connue pour sa
spécialisation dans les matériaux de construction
24
25
durables (vitrages, isolation acoustique,
dont près de 90% de nucléaire
mais ils sont aussi les champions du diesel
35
toitures…). Dans ces exemples, les entreprises qui font valoir leur engagement dans la transition
écologique sont aussi au cœur du système économique et des modes de décision que ce projet
veut transformer. Le plus emblématique est celui d’EDF qui dispose d’une expertise énergétique
reconnue dans le monde entier, développe les énergies renouvelables mais axe sa stratégie de
développement sur le nucléaire en France et dans le monde.
Ces entreprises sont donc à la fois acteurs du changement et partie prenante des résistances qu’il
suscite. On ne peut passer sous silence le fait que nombre d’entre elles aient été nominées aux prix
Pinocchio26 fondé par l’ONG des Amis de la terre. La dénonciation entre les pratiques et le discours
sur laquelle se fonde ce prix a le mérite de donner au sujet de l’exemplarité et de l’éthique
entrepreneuriale une nouvelle importance. Elle participe de la dénonciation plus générale du
« greenwashing ».
Cette dénonciation n’emporte cependant pas l’ensemble des termes du débat. De nombreuses PME
interviennent dans le domaine écologique et leur développement mérite d’être fortement encouragé.
Quant aux grandes entreprises, leur rôle est central ans la transition écologique compte tenu de la
masse critique qu’elles représentent en termes de recherche/développement, de présence sur les
marchés extérieurs, de mobilisation des financements, d’entraînement sur leurs sous-traitants et les
entreprises d’une filière. L’ampleur et le rythme de cette transformation dépend en grande partie de
leur implication.
Du Grenelle de l’environnement avec le lancement du comité stratégique des éco-industries
(COSEI) aux 34 plans filières autour des transitions énergétique et numérique, on note des objectifs
similaires : coopérer entre les entreprises d’un secteur et les administrations pour identifier les
tendances des marchés européens et mondiaux et des projets d’innovation prioritaires, anticiper
des évolutions normatives, mobiliser des financements, faire travailler grands groupes et PME,
orienter l’innovation et lui donner des débouchés industriels.
On peut affirmer sans risque que l’évolution du chiffre d’affaires due aux activités de transition
écologique des groupes du CAC 40 est un bon indicateur de l’entrée dans le réel de la
transformation du jeu économique. Il reste que la stratégie des entreprises répond à des motivations
qui ne sont pas spontanément les valeurs portées par le projet écologique. La recherche du profit,
l’affrontement à la concurrence, la satisfaction des actionnaires sont autant de réalités. Cette réalité
peut alimenter au moins deux débats. L’un sur la manière dont la transition pourrait transformer le
modèle de développement des entreprises, leur « business model ». L’autre sur les apports de la
capacité d’innovation technologique et financière du capitalisme à la transition.
Mais on ne saurait s’en remettre à la seule addition des stratégies entrepreneuriales pour structurer
la transition écologique française. Il y faut un pilotage au nom de l’intérêt général qui nécessite un
26
Les prix Pinocchio organisés par les Amis de la Terre France en partenariat avec le CRID et Peuples Solidaires sont décernés à des
entreprises lorsque le décalage entre le discours en matière de responsabilité sociale et environnementale et leurs pratiques sont
considérés comme très importants. Ce sont les votes des internautes qui déterminent l’attribution des prix.
36
dialogue organisé avec les acteurs publics au niveau central, dans les territoires et en intégrant la
perspective européenne et internationale.
Or sept ans après le Grenelle de l’environnement, si la transition écologique fait indéniablement
partie du cahier des charges de l’économie française, il lui manque toujours un instrument efficace
de pilotage, de programmation et de dialogue entre les différents acteurs publics et privés. En
2007/2008 déjà, certains avaient jugé que l’implication des entreprises n’avait pas débouché sur un
véritable plan d’action et un processus de concertation suffisamment structuré avec les pouvoirs
publics. Cette remarque reste valable aujourd’hui.
Si le terme de planification écologique a été en grande partie préempté 27, la problématique qu’il
recouvre reste d’actualité : comment organiser une forme de programmation des investissements
de la transition écologique, comment encourager l’innovation tout en hiérarchisant les projets,
comment dégager les financements adaptés en temps et en heure ? L’Etat pourrait là retrouver un
rôle dans une fonction qui s’apparenterait à celle que lui avait assignée Jean Monnet en 1946 ; et
le commissariat général à la stratégie et à la prospective en être le lieu.
D.
DEUX ORIENTATIONS POUR UNE DEMARCHE DE TRANSFORMATION DU SYSTEME
Faire évoluer le modèle français en accord avec le projet écologique doit prendre en compte des
processus complexes. Les acteurs concernés sont très divers, des citoyens aux entreprises en
passant par l’Etat, les collectivités locales, les ONG, les experts et les universitaires, les institutions
européennes et internationales, en gardant à l’esprit l’importance de la nature et des non humains.
Les paramètres de mise en œuvre dans le temps et l’espace ne sont pas ceux d’un gouvernement
classique. Il y a urgence à agir (le réchauffement climatique, la perte de biodiversité, en témoignent)
alors que prédomine l’inertie du système actuel et des comportements qu’il génère. Le projet
écologique confronte enfin la France à l’Europe et au monde et implique que notre société trouve
dans sa culture, ses ressources sociales et économiques les ressorts d’un nouveau modèle où
l’innovation, l’humanité et la pensée de l’avenir font bon ménage.
Pour ces raisons, le groupe de travail a choisi de proposer les grands axes d’une démarche qui
permettrait de garantir à l’écologie une place importante dans notre contrat économique et social,
tout en utilisant les ressorts de la transition écologique pour réformer le modèle de décision français.
Les deux exercices de concertation sur la transition écologique les plus significatifs menés ces
dernières années, le Grenelle de l’environnement et le débat national sur la transition énergétique,
ont de ce point de vue des enseignements importants.
27
Par Jean Luc Mélenchon lors de la campagne présidentielle de 2012
37
1) La première orientation est de mettre en place les éléments fondateurs, concrets et réalistes
d’une démocratie écologique
Plusieurs idées ont déjà été émises pour intégrer le moyen et le long terme dans les politiques
publiques, émises notamment par Pierre Rosanvallon et Dominique Bourg. L’objectif de celles qui
suivent est plus modeste, et se situe à cadre institutionnel constant : il s’agit de changer les pratiques
pour promouvoir une écologie collaborative et plus durable.
Le portage politique national doit d’abord être assumé dans la durée par le président de la
République et/ou du Premier ministre, du début à la fin du mandat. Il devrait se faire à l’échelle d’un
quinquennat, en ouvrant une perspective sur un temps plus long, par exemple de deux mandats.
C’est de fait ce qui est affiché aujourd’hui sur l’énergie (horizon 2025) mais sans traduction
véritablement opérationnelle. L’engagement devrait être affirmé clairement pour que l’écologie
cesse d’osciller entre l’affirmation sporadique de son caractère central et la réalité de son caractère
secondaire. Cela suppose aussi que la communication des autorités de l’Etat sur l’écologie ne soit
pas purement sectorielle, mais intervienne dans tous les grands domaines de politique publique, y
compris la stratégie économique et les enjeux européens et internationaux. La perspective de la
COP21 en décembre 2015 rend le contexte favorable à une évolution de ces exercices.
La contrepartie logique est d’imaginer sur les sujets environnementaux et écologiques un travail
autour de la notion de « majorités politiques élargies » et de développement d’une culture du
compromis démocratique, comme cela peut se pratiquer à l’échelle européenne ou dans les pays
qui ont un régime clairement parlementaire. Cela représenterait un important élément de
stabilisation des politiques menées.
Les règles du jeu prenant en compte la diversité des acteurs devraient être plus nettement
précisées.
La gouvernance à 5 du Grenelle (ONG, salariés, employeurs, collectivités locales, Etat) était inédite
Le débat national sur la transition énergétique prévoyait une représentation à sept collèges (ajoutant
aux 5 précédents des représentants des consommateurs et des parlementaires), les conférences
environnementales, reposent quant à elles depuis 2012, sur la gouvernance à 6 (5 plus un, avec
l'ajout des parlementaires). Une clarification de la notion de représentativité est indispensable.
L’articulation entre cette gouvernance à 6, incarnée par le conseil national de la transition
écologique, et le Parlement est très souhaitable.
L’émergence d’une écologie collaborative portée par les territoires et les citoyens mérite enfin une
vraie priorité. Des procédures de concertation existent dans le cadre de la commission nationale du
débat public, ou au niveau local. Mais aujourd’hui ces débats n’ont pas encore le retentissement et
la portée qui devraient être les leurs. La priorité est encore donnée à une vision technique et experte
des enjeux écologiques. Or l’ouverture du débat sur les enjeux écologiques avec la société est une
condition indispensable de leur diffusion et de leur ancrage. La relance des procédures de
démocratie participative sur les enjeux environnementaux annoncée par le président de la
38
République lors de la conférence environnementale de novembre 2014 est une nécessité et doit
être menée à bien dans de bonnes conditions. Il ne s’agit pas seulement d’écouter les acteurs de
terrain mais d’envisager des procédures plus « bottom up » qui permettraient aux initiatives portées
au niveau local d’être développées et reprises dans un cadre national.
2) La seconde orientation est de multiplier les outils permettant la généralisation des initiatives
écologiques en leur donnant l’ampleur qu’elles méritent
Celle-ci serait facilitée par un travail de réflexion sur le rôle de l’Etat dans la définition des stratégies
de transition. Le référentiel des politiques publiques où les préoccupations écologiques sont
considérées comme ayant des effets négatifs devrait être révisé. Compte tenu des enjeux de
transformation économique et sociale de long terme que porte la transition écologique, il serait
souhaitable de rapprocher sur ce sujet les travaux de prospective menés par le Commissariat
général au développement durable (CGDD) et ceux de France Stratégie. L’intérêt de certains
services de l’Etat, lorsqu’il s’agit de prendre en compte ces nouveaux angles d’approche, est déjà
sensible (rapports de la Cour des Comptes sur le coût du nucléaire ou le paquet énergie/climat).
Cette démarche pourrait être élargie pour identifier les points de contradiction entre préoccupations
économiques, sociales et écologiques, agendas politiques de court et de moyen terme et recherche
de solutions pour résoudre ces contradictions. Elle serait placée sous la responsabilité du Premier
ministre et impliquerait a minima les ministres de l’Ecologie, de l’Economie et des Affaires sociales.
On pourrait même aller plus loin et imaginer l’élaboration d’un document budgétaire de référence
portant sur « l’effort financier au titre de la protection de la nature, de l’environnement et de la
transition écologique ». Celui-ci permettrait de donner une vision précise des fonds engagés en ce
domaine, tant en fonctionnement qu’en investissement par l’ensemble des acteurs publics et de
retracer les subventions versées aux entreprises et aux associations. Il permettrait également de
procéder à un travail de recensement qui n’est pas mené aujourd’hui. Il aurait vocation à préparer
des choix, à valoriser des actions méritant d’être renforcées et à l’inverse à identifier celles dont les
résultats sont insuffisants.
Il est souhaitable d’encourager les initiatives permettant de donner une meilleure visibilité aux
acteurs (collectivités locales, entreprises, établissements publics...) engagés dans la transition
écologique. L’organisation d’une Conférence annuelle des innovations dans les territoires en
matière d’écologie pourrait ainsi être utile avec plusieurs objectifs : développer l’échange
d‘expériences entre les acteurs privés, publics et associatifs ; donner une nouvelle ampleur à ces
initiatives par la mise en réseau et le développement de nouveaux moyens financiers, logistiques et
humains ; tester la possibilité d’en faire un modèle au niveau français et européen. Cela supposerait
également un Fonds des expérimentations alimenté par une contribution de l’Etat et des collectivités
locales.
La connaissance et la sensibilisation aux enjeux écologiques dans la formation initiale et continue
des cadres du secteur public et dans l’ensemble de la formation professionnelle devraient être
39
fortement développés. L’enseignement des thématiques environnementales a progressé. Mais il
reste encore largement déconnecté d’un « enseignement des processus et des techniques de
transition écologique» qui fasse le lien entre les savoirs, les métiers et les modes de décision. La
réforme récente de la formation professionnelle qui prévoit de mieux prendre en compte la gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) pourrait se prêter à cette démarche.
*
Ces deux orientations ne résument évidemment pas l’ensemble des actions à accomplir, qui doivent
intégrer aussi, pour ne prendre que quelques exemples significatifs, la définition d’une véritable
stratégie juridique et normative de la transition écologique y compris pour sa simplification, ou
l’articulation entre les politiques agricoles et la biodiversité. Mais ils montrent la logique à mettre en
œuvre : faire en sorte que toutes les politiques publiques et d’entreprises non pas seulement
intègrent un volet environnemental, mais disposent de vrais outils d’adaptation à la priorité
écologique.
40
CONCLUSION
La place de l’écologie en France reste aujourd’hui incertaine. Certes, en quelques décennies la
sensibilisation de la société française aux enjeux écologiques s’est affirmée. Les préoccupations en
matière d’environnement ont également pris une place grandissante dans les processus de décision
des entreprises et des acteurs publics.
Mais des résistances face à l’ampleur des changements qu’appellent ces enjeux restent nettement
perceptibles. Ces résistances sont sensibles au sein de l’Etat et des acteurs publics : l’écologie est
traitée comme une question sectorielle, les moyens financiers à consacrer à la transition sont
difficiles à dégager, la communication politique ne débouche pas sur l’action. Les collectivités
locales ont montré sur ce sujet un dynamisme qui manque encore aux administrations nationales
sans pourtant que le foisonnement des initiatives fasse modèle, ni que le modèle de développement
et de décision soit encore réellement transformé. Les résistances existent aussi dans les
entreprises. Les grands groupes investissent de plus en plus dans la transition écologique mais
celle-ci est encore loin de représenter une part majoritaire de leur activité et de leurs investissements
de long terme, surtout lorsqu’elle conduit à remettre en cause des choix structurants anciens
(nucléaire, diesel, modèle agro-alimentaire). Là encore la communication ne recoupe pas toujours
l’action. Pour les PME il reste à définir un cadre juridique et financier stable permettant d’engager
des stratégies d’innovation et de conversion alors que ce sont aujourd’hui des préoccupations de
court terme qui guident les décisions stratégiques. Les questions d’emploi et de formation
professionnelle aux métiers de l’environnement n’ont pas encore reçu l’attention qu’elles méritent.
Plus largement, les enjeux de la transition écologique mettent la France face à ses responsabilités
en Europe et dans le monde. Ils impliquent de penser la place de notre pays en lien avec le Sud
comme avec les pays développés, ainsi que le montre la lutte contre le réchauffement climatique.
Ils nécessitent de repenser nos stratégies industrielles et économiques d’innovation, d’implantation
et d’exportation dans le monde. Ils portent des propositions de revitalisation démocratique dans les
territoires, au niveau national et européen pour que la société débatte de son avenir en toute
conscience de la complexité et de la portée de ses choix.
L’écologie est une vision politique et un nouveau contrat social. Dans cette perspective, elle implique
également de s’interroger sur la place et le rôle de l’Etat. Redéfinir son rôle pour accélérer la mise
en mouvement des territoires, articuler les enjeux sociaux et économiques à l’écologie, définir une
programmation des priorités et des moyens financiers en lien avec l’ensemble des acteurs,
promouvoir l’exemplarité française sont autant de missions qui demandent à être assumées dès
aujourd’hui.
41
ANNEXE
Les thématiques écologiques dans les discours politiques institutionnels :
analyse lexicométrique diachronique
Pascal Marchand28
Dans une perspective ancrée en Sciences de l’information et de la communication, nous examinons
ici deux corpus de textes officiels choisis pour leur valeur historique et politique. Le recours à
l’instrumentation nous permet de mettre en évidence, sur des corpus textuels de très grandes tailles,
la façon dont la thématique de l’écologie a pu connaître des évolutions et prendre des formes
différentes selon les contextes historiques et sociaux. Les considérations suivantes reposent donc sur
des analyses statistiques et informatiques des données textuelles, au moyen du logiciel libre
Iramuteq, développé par Pierre Ratinaud au sein du Lerass (EA 827, Université de Toulouse) et avec
le soutien du LabEx « structuration des mondes sociaux » (ANR-11-LABX-0066).
PARTIE I : LES CORPUS
Nous avons centré nos analyses sur deux corpus choisis pour leur valeur sociohistorique et pour leur
qualité méthodologique (représentativité, homogénéité) : les débats à l’Assemblée nationale (19982014) et les Déclarations de politique générale des Premiers ministres de la Vème République (19592014).
I.
LES DECLARATIONS DE POLITIQUE GENERALE DES PREMIERS
MINISTRES
La Constitution de la Cinquième République prévoit qu’un Premier ministre nouvellement nommé
engage devant l’Assemblée nationale la responsabilité de son Gouvernement sur un programme ou
sur une déclaration de politique générale. Mais il pourra également, au long de son mandat et à son
initiative, engager la responsabilité du Gouvernement sur le vote d’un texte par l’Assemblée. Il
pourra également être amené à le faire si l’opposition parlementaire décide de déposer une motion
de censure. Dans tous ces cas, il est prévu que, si l’Assemblée nationale adopte une motion de
censure ou désapprouve une déclaration de politique générale, le Premier ministre doit remettre la
démission de son gouvernement au Président de la République.
Les déclarations de politique générale des Premiers ministres de la Vème République (1959-2014)
constituent un corpus suffisamment étendu et régulier pour être un bon révélateur des tendances
dominantes et des évolutions majeures dans les thématiques et leurs modes d’expression. Dans l’état
28
Université de Toulouse ; Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS) ; 115B route de
Narbonne BP 67701 ; F-31077 Toulouse Cedex 9 ; France.
http://www.lerass.com ; http://pascal-marchand.fr ; http://www.iramuteq.org
42
actuel, ce corpus dépasse les 250 000 mots et son analyse assistée par ordinateur (ou lexicométrique)
est un travail que nous menons depuis une douzaine d’années29.
II.
LES DEBATS PARLEMENTAIRES
Le site web de l'assemblée nationale30 permet d’accéder aux comptes-rendus des débats dans leur
intégralité à partir de 1998, soit la seconde année de la XIe législature (4009 sessions réparties sur
1779 jours)31. Contrairement aux Déclarations de politique générale, ce corpus parlementaire a été
constitué très récemment. Nos premiers essais ont été réalisés à partir d'une extraction du site,
effectuée par Pierre Molette dans le cadre du développement du logiciel Owledge32 et complétée par
Pierre Ratinaud.
Vu la taille exceptionnelle du corpus (près de 138 millions de mots), on applique ici une méthode
itérative originale que nous avons proposée très récemment (Ratinaud & Marchand à paraître).
Celle-ci permet d’expurger le corpus des considérations non-thématiques et de rendre compte des
thématiques évoquées depuis 1998 (économiques, sociales, judiciaires, familiales, éducatives,
énergétiques, territoriales, européennes…). La lecture des résultats permet d’identifier un groupe de
classes comportant du vocabulaire à connotation environnementale. C’est à partir de ce vocabulaire
que l’on peut procéder à une analyse de la portée des thématiques écologiques dans les discours
tenus par les députés. Le corpus analysé reste très vaste (23 566 836 mots au total pour un lexique
de 66 849 mots différents). Cette troisième analyse est encore trop vaste et méritera d’être affinée
dans des travaux ultérieurs par la constitution et l’analyse d’un sous-corpus plus resserré encore sur
les thématiques pertinentes. Elle présente néanmoins l’intérêt de révéler des oppositions et
rapprochements lexicaux qui recoupent ceux observés dans l’analyse des discours de politique
générale des Premiers ministres.
PARTIE II : LES ANALYSES
L’approche lexicométrique repose sur la constitution d’un tableau lexical qui croise le lexique
(segmenté, étiqueté, lemmatisé) avec une partition en segments de textes (40 mots en moyenne selon
la ponctuation). Un tel tableau permet des opérations de classification (définir des classes lexicales
hiérarchisées selon un arbre ou dendrogramme)33, de cartographie (représenter graphiquement les
distances et proximités) et de spécification (caractériser des variables contextuelles par le lexique,
ici essentiellement la chronologie). Les graphiques sont donnés en annexe et nous renseignent sur
l’évolution des représentations de l’écologie. Ils permettent de montrer que le lexique de l’écologie
subit, selon les périodes et contextes, quatre types de processus que nous appellerons : Evitement,
compartimentalisation, globalisation et réinterprétation.
I.
L’ECOLOGIE CONTESTATAIRE : UN PROCESSUS D’EVITEMENT
Il n’existe pas, dans le discours des premiers ministres, de lexique spécifiquement écologique. Si
l’on s’en tient aux Déclarations de politique générale, on ne montre pas de thématique structurée par
les questions écologiques (Figure 1). On comprend mieux cette absence de considération écologique
quand on considère que, pour n’en rester qu’à cette forme générique, les occurrences sont très
29
Voir : Marchand, P. (2007). Le grand oral. Les discours de politique générale de la Ve République. De Boeck / INA.
http://www.assemblee-nationale.fr/
31
Pour des raisons d’encodage, il manque actuellement les séances de la session 2001.
32
http://www.owledge.org/
33
La première analyse est une classification lexicale du texte découpé en segments, selon la méthode Reinert :
Reinert, M. (1983). Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte. Les Cahiers
de l’analyse des données, vol. VIII, n° 2, 187-198.
Marchand, P. & Ratinaud, P. (2012). Être français aujourd’hui. Les mots du « grand débat » sur l’identité nationale. Paris : Les Liens
qui Libèrent.
30
43
faibles34 : écologie (4), écologique-s (12), écologiquement (1), écologistes (4). De plus, lorsque le
terme « écologiste-s » apparaît, dans les années 1970, il se rapporte essentiellement à des
mouvements protestataires et ce, pour une vingtaine d’années. En 2014, les écologistes sont sortis
du simple mouvement associatif et contestataire pour devenir une force politique d’appoint : « je
veux définir un mode de travail performant, avec les socialistes et les radicaux, mais aussi avec les
écologistes » (M. Valls, 2014). Mais la considération pour le groupe politique n’implique pas une
prise en compte des thématiques écologiques, ce qui confirme l’existence d’un processus
d’évitement.
II.
L’ENVIRONNEMENT EN RELATION AVEC L’ECONOMIE… OU PAS :
UN PROCESSUS DE COMPARTIMENTALISATION
Si P. Bérégovoy (1992), F. Fillon (2010) et J.-M. Ayrault (2012) sont ceux qui utilisent le plus le
terme écologie, la thématique n’apparaît vraiment dans le discours primo-ministériel qu’avec
E. Cresson (1991). Parmi les trois phrases extraites automatiquement comme les plus significatives
de sa déclaration, figurent les deux suivantes :
« Je souhaite développer les industries de l’environnement. Que la France soit ainsi le champion
du monde de l’industrie, de la propreté, par exemple dans le traitement de l’eau, est un objectif
tout à fait envisageable que je serais fière de contribuer à mener à bien. »
« Je veux réconcilier l’économie et l’écologie, l’industrie et le respect de l’environnement. La
notion d’environnement ne doit plus rester extérieure au processus de production mais s’y
intégrer. »
C’est donc avec le terme d’environnement que l’écologie entre dans le discours des Premiers
ministres, et en lien avec le développement industriel. Mais si l’environnement est immédiatement
repris par le successeur d’E. Cresson, P. Bérégovoy (1992), comme une « préoccupation
fondamentale », c’est aussi comme un « chantier », parmi d’autres « chantiers » comme l’éducation,
la sécurité sociale, la modernisation du service public, l'intégration des immigrés, la paix et le
désarmement. Il n’y a plus de lien établi, alors, entre l’écologie et d’autres domaines politiques,
notamment économiques, et c’est pourquoi nous évoquerons un processus de
compartimentalisation, que nous retrouverons également, plus loin, avec la « transition
énergétique ».
III. LE DEVELOPPEMENT DURABLE : UN PROCESSUS DE
GLOBALISATION ET DE REINTERPRETATION
Le terme de « développement durable » apparaît, dans les discours des Premiers ministres, avec
J.P. Raffarin (2002) :
« Pour transmettre cette exigence aux générations à venir, dans la perspective tracée par le
président de la république, une charte de l’environnement sera élaborée d’ici juin 2003. Elle
portera au niveau constitutionnel les principes fondamentaux du développement durable. Les
préoccupations environnementales doivent être intégrées comme une dimension essentielle de
toutes les politiques publiques. Dans le domaine de l’énergie, un grand débat public sera ouvert
et suivi d’un projet de loi d’orientation qui consacrera un rôle accru pour les énergies
renouvelables, mais aussi une place reconnue pour l’énergie nucléaire. »
« Notre politique des transports privilégiera elle aussi un développement soucieux de
l’environnement et de limitation des nuisances. Je pense aux grands projets d’infrastructures
34
Rapportés au nombre total de mots (7619), ces effectifs sont extrêmement faibles et on notera, par comparaison, les fréquences
d’économie-s (291) et économique-s (415).
44
dont les effets sur l’environnement et les hommes - à l’instar des nuisances sonores à proximité
des aéroports - devront faire l’objet d’une attention accrue. »
« Nous avons, pour la mondialisation, le souhait de faire entendre la voix de la France sur le
plan économique mais aussi sur le plan du développement durable. »
« Nous voulons faire en sorte que l’environnement et le développement durable soient une
priorité de notre pays. »
S’il apparait d’abord lié au « développement », l’adjectif « durable » va connaître une extension
rapide et pouvoir être collé à d’autres référents (« croissance durable », « emploi durable »...). Ainsi,
un terme qui pouvait qualifier une politique écologique se trouve étendu à d’autres domaines
politiques et économiques. Pour le démontrer, on génère un sous-corpus de tous les segments de
textes qui comportent au moins l’un des termes suivants (méthode des types généralisés appliquée
au poly-cooccurrences de écologie)35 : biocarburants, biodégradable, biodiversité, biotechnologies,
climat, climatique, développement, durable, écologie, écologique, écologiquement, écologiste,
énergétique, environnement, environnemental, environnementales, nature, naturel, planète, propre,
renouvelables, ressource, transition. La Figure 2 représente les relations principales de ces termes
dans le sous-corpus36. On remarque que ces termes ont tous une utilisation possible en dehors du
champ écologique et qu’ils se trouvent donc à la fois dispersés ou dilués dans des références très
diverses37. Ainsi, « durable » est plus associé à « croissance » qu’à « développement », qui est trois
fois plus associé à « économique »38.
On confirme en projetant ce lexique sur les classes lexicales (Figure 3). On observe qu’il ne se
retrouve pas sur une seule classe, mais se distribue sur trois classes : essentiellement dans la classe
de l’industrie, de l’entreprise et du marché (classe 9), mais aussi dans une classe plus sociale (à cause
de l’ambigüité du mot « ressources ») et dans la classe de l’Europe. Le vocabulaire écologique
connaît donc des utilisations opportunistes pour pouvoir s’appliquer à d’autres domaines, au risque
de perdre sa signification.
Cette réinterprétation s’accompagne d’un processus de globalisation. C’est également dans le
troisième et dernier discours de J.P. Raffarin (2004) que l’on voit un retour à l’environnement :
« Préparer l’avenir, c’est investir dans la recherche et dans l’éducation. C’est transmettre à nos
enfants un monde qui respecte l’environnement. »
« Préparer l'avenir, c'est également transmettre à nos enfants un monde respectueux de
l'environnement et des exigences du développement durable. La présentation devant le
parlement de la charte de l'environnement constituera une étape historique. Elle placera les
principes de la sauvegarde de l'environnement au même rang que les droits de l'homme et du
citoyen de 1789 et les droits économiques et sociaux du préambule de la constitution de 1946. La
France sera ainsi en avance sur son temps. Protéger l'environnement est l'une des clés du monde
qui se dessine sous nos yeux, la condition d'une croissance forte et durable, autant que, pour
chacun, une exigence morale. »
On le voit, l’environnement acquiert une valeur symbolique, devient un principe normatif au même
titre que les bases de notre société, mais perd sa dimension matérielle inscrite dans une politique
concrète.
L’analyse des débats parlementaires le confirme en montrant que la classe 2 (Figure 5), autour de la
santé, inclut la notion de développement durable. Il s’agit donc d’un processus de globalisation qui
conduit à mêler le vocabulaire écologique à d’autres domaines, et de réinterprétation même de la
Lamalle, C. & Salem, A. (2002). Types généralisés et topographie textuelle dans l’analyse quantitative des corpus textuels. Actes des
6e Journées d’analyse des données textuelles, St Malo, 403-412.
Marty, E., Marchand, P., Ratinaud, P. (2013). Les médias et l’opinion: éléments théoriques et méthodologiques pour une analyse du débat
sur l’identité nationale. Bulletin de méthodologie sociologique, vol. 117, n°1, p. 46-60.
36
Rapporté aux Premiers ministres (
35
Figure 4), il apparaît que ce lexique « écologique » ne subit pas d’influence chronologique, mais reste la spécificité de quelques-uns.
37
On a dû enlever le terme « développement » qui accentuait encore le phénomène de dispersion-dilution.
38
Dans le même ordre d’idée, on parlera plus tard de contrat de transition professionnelle.
45
notion de durabilité qui devient une qualité applicable aux autres domaines et en perd sa spécificité
écologique.
IV. LE PACTE ECOLOGIQUE : CONSIDERATION ET RECUPERATION
A la veille de l’élection présidentielle de 2007, cet événement révèle un tournant dans la prise en
compte des considérations écologiques pour la politique française et au-delà. On se souvient que les
candidats à l’élection présidentielle de 2007, qui avaient signé le Pacte écologique de Nicolas Hulot,
étaient invités à intervenir pendant quinze minutes, le matin du 31 janvier 2007, au musée des Arts
premiers, devant un public d’associations et de médias. S’étaient donc succédés à la tribune :
Ségolène Royal (Parti socialiste), Antoine Waechter (Mouvement Ecologiste Indépendant), France
Gamerre (Génération écologie), Jean-Marc Governatori (La France en action), François Bayrou
(Union pour la Démocratie Française), Corinne Lepage (Cap 21), Marie-George Buffet (Parti
communiste), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Dominique Voynet (Les Verts) et
Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire).
Notre analyse39 montre que l’apparente unanimité pour la cause écologiste ne doit pas masquer de
réelles divergences rhétoriques et plus particulièrement une différence d’attitudes à l’égard de
l’exercice lui-même, qui se traduit dans l’adoption d’une forme discursive particulière. Certains
candidats, et plutôt des femmes de gauche, avaient ainsi choisi d’objectiver leur discours,
développant une thématique dans un style plus écrit et réflexif. D’autres, et plutôt des hommes de
droite, avaient davantage voulu subjectiver, cherchant à établir une relation, dans un style plus oral
et séducteur. L’écologie, au-delà d’un consensus supposé, peut donc être considérée comme un objet
à investir, discursivement et politiquement, ou comme un prétexte pour mobiliser un électorat que
l’on sait de moins en moins insensible aux urgences environnementales.
V.
LA TRANSITION ECOLOGIQUE : UN NOUVEAU PROCESSUS DE
COMPARTIMENTALISATION
Le Pacte écologique a eu des conséquences. L’analyse des débats parlementaires (Figure 5) met en
évidence la classe 7, qui implique le plus l’écologie, avec le réchauffement climatique, la production
de gaz à effet de serre, la pollution, les biocarburants, les énergies fossiles vs renouvelables, le
carbone… Relativement absente des débats de la fin des années 1990, comme le montre la
distribution chronologique (Figure 7) elle augmente significativement en 2004 pour s’imposer
vraiment en 2006, dans cette période de Pacte écologique. Mais l’effet est de courte durée et cette
thématique tend à disparaître, particulièrement en 2013. Le développement durable s’impose dans
les discours politiques plus ou moins incantatoires. Pour F. Fillon (2007) :
« L’instauration d’un grand ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement
durables est à l’image de la politique structurante et globale que nous allons conduire ».
Mais, selon le processus de globalisation déjà vu à propos du développement durable, il s’agit de
l’inclure dans une rhétorique de développement économique :
« Le développement durable constitue, lui aussi, un instrument de notre croissance. Les
engagements du grenelle de l’environnement seront intégralement respectés. L’écologie
créatrice et non pas l’écologie punitive, cette écologie créatrice est une source d’emplois ! C’est
le vecteur des technologies de demain ! C’est la marque d’une société qui sait valoriser ses
ressources et qui ne gâche pas son patrimoine, et ce faisant, c’est un gage supplémentaire de
l’attractivité de notre territoire ».
39
Marchand, P. (2007). Un Vert, ça va. Dix Verts, bonjour les débats ! Bulletin de Méthodologie Sociologique, 94, 76-83.
46
J.M. Ayrault a sans doute été celui qui puisait le plus dans le lexique « écologique ». Gardant la
référence au développement durable, il introduit la transition énergétique, la biodiversité,
l’économie verte, la maîtrise des ressources naturelles, la diminution de l’empreinte écologique, le
développement des énergies renouvelables, ainsi qu’un double objectif social et écologique. S’il
introduit immédiatement la relation avec l’économie (« La transition écologique et énergétique que
mon gouvernement veut initier sera créatrice d’emplois nouveaux »), il cède encore à la
globalisation qui noie les considérations écologiques dans d’autres domaines jusqu’à en atténuer la
priorité :
« La consolidation ou la rénovation de tous les outils qui nous permettront de renouer avec la
croissance, la compétitivité et l’emploi. Je pense à la réforme fiscale. Je pense au redressement
productif. Je pense à la priorité donnée à la jeunesse. Je pense à la nouvelle étape de la
décentralisation. Je pense à la transition écologique et énergétique ».
M. Valls confirme cette revendication d’une valeur écologique, en lien avec le développement
économique, qui demeure prioritaire. Et, par un processus de réinterprétation, la transition devient
uniquement énergétique :
La transition énergétique sera l’une de mes priorités. C’est une formidable opportunité
économique. Concrètement, la transition énergétique réduit notre déficit commercial et renforce
notre souveraineté. Elle redonne du pouvoir d’achat grâce aux économies liées à la rénovation
énergétique des logements et aux véhicules qui consomment peu. Elle encourage des secteurs
extrêmement porteurs en termes d’emplois. Je pense en particulier au bâtiment.
Effectivement, c’est à propos d’énergie que le discours mobilise davantage de lexique écologique :
Mais il y aussi la nécessité écologique. Le climat est probablement le domaine où le besoin de
régulation se fait le plus pressant. La France accueillera à paris, fin 2015, la grande conférence
sur le climat. Il s'agit là d'un enjeu planétaire majeur, auquel nous répondrons en nous dotant
d'une véritable « stratégie bas carbone » qui sera présentée par le gouvernement au parlement.
L'objectif est de réduire de 30 % notre consommation d'énergie fossile d'ici 2030 et de 40 % nos
émissions de gaz à effet de serre à la même échéance. L'engagement du président de la république
de passer à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, sera tenu. Il
sera inscrit dans la loi sur la transition énergétique soumise au conseil des ministres avant l'été.
Cette loi sera le texte fondateur de notre nouvelle politique énergétique.
Ce qui reste premier, c’est la croissance et la compétitivité et l’écologie doit entrer dans cette
exigence.
L’Etat agit en aidant à l’émergence de leaders français, compétitifs au niveau mondial, dans des
secteurs stratégiques. Dans les domaines du tgv du futur, des textiles intelligents, de la chimie
verte, du big data, la France a des cartes en main. C’est vrai pour la transition énergétique qui
est une avancée majeure - et impérieuse - pour la préservation de notre environnement, mais
aussi un formidable relai de croissance pour des emplois durables et non délocalisables.
L’analyse des débats parlementaires (Figure 5 et Figure 6) confirme ce processus de
compartimentalisation. Elle voit clairement s’opposer, sur le premier facteur (horizontal), les
thématiques énergétiques (classe 7) et de transports (classe 5). La classe 7, autour de l’énergie, est
celle qui mobilise le plus du vocabulaire écologique, tout en établissant un lien avec les thématiques
de l’agriculture et des relations concurrentielles internationales. La classe 5, sur les transports,
implique en revanche nettement moins de vocabulaire écologique et n’apparaît réellement qu’en
2003. Et ces deux thématiques s’opposent, sur le deuxième facteur (vertical), aux questions d’emploi
(classe 6 : entreprise, insertion professionnelle…) et de politique territoriale (classe 3), cette dernière
ne partageant pas d’élément lexical avec le vocabulaire écologique.
47
PARTIE III : DISCUSSION
Quelle que ce soit la valeur de sincérité, de pertinence et d’opérationnalité des discours politiques
que nous analysons, on cherche ici à mettre en évidence la formation et les transformations de
représentations sociales à propos de l’écologie. Et nous proposons quatre processus qui rendent
compte de nos analyses lexicométriques et traduisent des moments dans l’histoire de la Vème
République.
Le premier processus est l’évitement : l’exigence environnementale, d’abord ignorée comme
thématique, n’était traitée qu’en référence à un mouvement associatif contestataire. Le fait qu’il soit
devenu une force politique n’implique pas la prise en compte systématique de considérations
écologiques, y compris de la part de ses alliés.
Mais si l’écologie est progressivement devenue une thématique importante dans le discours
politique, inaugurée par E. Cresson dans une relation forte avec l’économie et l’industrie, elle s’est
très vite déconnectée des contextes économiques et industriels pour se rattacher d’abord à l’univers
des valeurs. C’est ce que nous appelons la globalisation.
Depuis 2012, l’écologie peut sembler renouer avec l’économie, mais sous l’angle de la « transition
énergétique », qui se présente comme une forme idéalisée, renvoyée à des instances globales, qui ne
s’accompagne pas de mesures locales et, surtout, en limite la portée par la nécessaire compatibilité
avec les impératifs de croissance et de compétitivité.
On parle quelquefois de greenwashing pour qualifier une communication pseudo-écologique de la
part d’une organisation commerciale. Cela peut donner l’impression que l’on parle beaucoup
d’écologie, alors que l’on fait juste semblant d’en parler. Sans nier cette tendance marketing, ce que
l’on trouve ici, dans le discours politique, irait presque dans la direction opposée au greenwashing :
il est possible d’imaginer que les thématiques écologiques sont davantage phagocytées par des
thématiques dominantes et que les termes spécifiques sont noyés sous des termes génériques et
polysémiques. Lorsqu’apparaît le développement durable, un processus de réinterprétation permet
de voir surgir une croissance durable, des emplois durables…
Dans le même temps, la compartimentalisation rend compte du fait que le vocabulaire écologique
semble réservé à des domaines spécifiques (l’environnement et l’énergie, mais pas les transports, ni
l’emploi, ni la politique territoriale) et ne parvient pas à s’imposer comme une thématique
transversale, et une grille de lecture d’un rapport à la politique générale.
Pour conclure dans la métaphore naturaliste, on peut parler des fleurs en adoptant le point de vue
descriptif du botaniste (qu’est-ce qu’une fleur et comment elle fonctionne), mais également le point
de vue évaluatif du fleuriste (quelle est la valeur des fleurs, leur symbole et leur langage). Ici, les
qualités descriptives de « soutenabilité », initialement liées à la « durabilité », sont réinterprétées
pour pouvoir s’appliquer à d’autres domaines et, en devenant des valeurs, perdent à la fois leur
précision sémantique et leur force énonciative. Si, comme le montrent nos analyses sur d’autres
corpus40, le discours politique a bien quitté les oppositions doctrinaires, puis les argumentations
techniques, pour ne s’attacher qu’aux valeurs les plus consensuelles, on peut imaginer que les
thématiques écologiques ont réussi à s’imposer parmi ces valeurs. En revanche, elles semblent
cantonnées à ces valeurs, auxquelles on se réfère volontiers, comme liberté, égalité, fraternité,
laïcité, droits de l’homme… (ce que l’on peut appeler des « représentations sociales normatives »)41,
sans qu’il soit toujours nécessaire de les accompagner d’un programme d’action.
Marchand, P. (2010). De l’affrontement partisan à la violence symbolique : la déclaration de politique générale dans la Ve République.
Parlement[s], 14, 49-66.
41
Doise, W. (2001). Droits de l’homme et force des idées. PUF (2009). Discriminations sociales et droits universels. PUG.
40
48
PARTIE IV : GRAPHIQUES D’ANALYSES
FIGURE 1 : DENDROGRAMME DE LA CLASSIFICATION DES DECLARATIONS DE
POLITIQUE GENERALE DE LA VEME REPUBLIQUE (METHODE REINERT, 1983)
49
FIGURE 2 : GRAPHE DE SIMILITUDES DU SOUS-CORPUS « ECOLOGIE » DANS LES
DECLARATIONS DE POLITIQUE GENERALE DE LA VEME REPUBLIQUE
FIGURE 3 : DISTRIBUTION DU VOCABULAIRE ECOLOGIQUE DANS LES CLASSES DES
DECLARATIONS DE POLITIQUE GENERALE DE LA VEME REPUBLIQUE
FIGURE 4 : DISTRIBUTION DU VOCABULAIRE ECOLOGIQUE DANS LES DECLARATIONS
DE POLITIQUE GENERALE DE LA VEME REPUBLIQUE
50
FIGURE 5 : DENDROGRAMME DE LA CLASSIFICATION DES DEBATS A L’ASSEMBLEE
NATIONALE DE 1998 A 2014 (METHODE REINERT, 1983)
51
FIGURE 6 : ANALYSE FACTORIELLE DU LEXIQUE DES DEBATS A L’ASSEMBLEE
NATIONALE DE 1998 A 2014 (APRES CDH)
FIGURE 7 : DISTRIBUTION CHRONOLOGIQUE DES CLASSES LEXICALES DE LA
CLASSIFICATION DES DEBATS A L’ASSEMBLEE NATIONALE DE 1998 A 2014
52
BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE
On lira ou relira utilement Rousseau (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi
les hommes, Le Contrat social, Emile ou de l’éducation), Voltaire (Lettres philosophiques, Questions
sur l’encyclopédie) ou Diderot (Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des
métiers).
Essais
Joan Martinez-Alier, L’écologisme des pauvres, Paris : Les petits matins, 2014
Delphine Batho, Insoumise, Paris : Grasset 2014
Jean-Louis Beffa, La France doit choisir, Paris : Seuil, 2012 ; La France doit agir, Paris : Seuil, 2013
Philippe Bezès, Réinventer l'Etat : les réformes de l'administration française (1962-2008), Paris :
PUF, 2009
Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’évènement Anthropocène, Paris : Le Seuil, 2013
Dominique Bourg, Kerry Whiteside, Vers une démocratie écologique citoyen, le savant et le
politique, Paris : Coédition Seuil- La République des idées, 2010
Daniel Boy, Mathieu Brugidou, Charlotte Halpern, Pierre Lascoumes (dir.), Le Grenelle de
l'environnement : acteurs, discours, effets, Paris : A. Colin, 2012
François Bost, Sylvie Daviet, (Dir.) Entreprises et environnement : quels enjeux pour le
développement durable ?, Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2011
Pascal Canfin, Imaginons, Paris : Les petits matins, 2014
Jean-Marie Chevalier (dir.), La croissance verte : une solution d'avenir ?, Paris : PUF : Descartes et
Cie, 2013
Thomas Coutrot, David Flacher, Dominique Méda, Pour en finir avec ce vieux monde, les chemins
de la transition, éditions Utopia, 2011
Andrew Dobson, « Green political thought,” Routledge, 4th edition, 2007
Cécile Duflot, De l’intérieur voyage au pays de la désillusion, Paris : Fayard, 2014
Eric Dupin, Les défricheurs, Paris : La Découverte 2014
Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative. Enquête sur l’économie sociale et solidaire, Paris : Les
petits matins, 2e édition 2013
Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail, Paris : Les petits matins,
2012
Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris : La
Découverte, collection Les empêcheurs de penser en rond, 2011
53
Rob Hopkins Ils changent le monde ! : 1001 initiatives de transition écologique, Coll. Anthropocène,
Ed. Le Seuil, 2014
Institut Veblen, ouvrage collectif Produire plus, polluer moins, l’impossible découplage Collection
politique de la transition, Paris : Les petits matins
François Jarrige, Technocritiques : du refus des machines à la contestation des technosciences,
Paris : La Découverte, 2014
Florence Jany-Catrice, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ? Villeneuve d’Ascq,
Presses Universitaires du Septentrion, 2012
Vanessa Jérome Militants de l’autrement. Sociologie politique de l’engagement et des carrières
militantes chez les Verts et à Europe écologie-Les Verts. Thèse pour le doctorat en science politique
soutenue le 11 juillet 2014
Catherine Larrère, Les philosophies de l’environnement, , PUF 1997 ; Du bon usage de la nature,
pour une philosophie de l’environnement, Aubier 1997
Pierre Lascoumes, Laure Bonnaud, Emmanuel Martinais, Le Bourhis Jean-Pierre, Le
développement durable : une nouvelle affaire d’Etat ?, Paris : PUF, 2014
Eloi Laurent et Jacques Le Cacheux, Économie de l’Environnement et Économie Écologique, Paris :
Armand Colin, 2012
Dominique Méda, La mystique de la croissance, comment s’en libérer ? Paris : Flammarion, 2013
Dominique Méda, Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Paris : Champs actuel,
2008
Bertrand Méheust, La Politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous gouvernent nous masquent
la réalité du monde, Paris : La Découverte, 2009
Christian de Perthuis, Le capital vert : une nouvelle perspective de croissance, Paris : O. Jacob,
2013
Céline Pessis, Sezin Topçu, Bonneuil Christophe, Une autre histoire des « Trente Glorieuses »,
Modernisation, contestations et pollutions dans la France d'après-guerre, Paris : La Découverte,
2013
Jeremy Rifkin, La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer
l’énergie, l’économie et le monde, Paris : Les Liens qui Libèrent, 2012
Pierre Rosanvallon, L’Etat en France de 1789 à nos jours, Paris : Seuil, 1990
Pierre Rosanvallon, La crise de l’Etat providence, Paris : Seuil, 1981
Pierre Rosanvallon, Le nouvel âge des inégalités (avec JP Fitoussi) Paris : Seuil, 1996
Guillaume Sainteny, Les Verts, Que sais-je, 1997 ; L’introuvable écologisme français, PUF, 2000 ;
Plaidoyer pour l'écofiscalité, Paris : Buchet Chastel, 2012
54
Bruno Villalba Appropriations du développement durable, Émergences, diffusions, traductions,
Villeneuve d’Ascq : Septentrion, 2011
Edwin Zaccaï 25 ans de développement durable, et après ?, Paris : PUF, 2011
Bertrand Zuindeau (ed.), Développement durable et Territoire, Villeneuve d’Ascq : Presses
universitaires du Septentrion, 2010
Rapports
Assemblée Nationale rapport sur la proposition de loi sur les nouveaux indicateurs de richesse
présentée par Mme Eva Sas députée, Vice-présidente de la commission des finances, janvier 2015
Caisse des dépôts et consignations Rapport de responsabilité sociétale (annuel)
Commissariat général au développement durable, Livre blanc sur le financement de la transition
écologique, Mobiliser les financements privés vers la transition écologique, novembre 2013
Commissariat général au développement durable, Mission prospective, BAUDELLE (G), MORO (B),
Territoire durable 2030. Phase 1 : Enjeux et tendances , Paris, Ministère de l’écologie, 2013
Commissariat général au développement durable, Etudes et documents, Monétarisation des biens,
services et impacts environnementaux en appui à la décision : les nouveautés méthodologiques,
octobre 2014
Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social. - Richesse des
nations et bien-être des individus / Commission pour la mesure des performances économiques et
du progrès social ; Joseph Stiglitz, Amartya Sen, Jean-Paul Fitoussi ; préface de Nicolas Sarkozy,
Paris : O. Jacob, 2009
Inspection générale des finances, Rapport public au Gouvernement, Lidya Brovelli, Xavier Drago,
Eric Modinié, Rapport public au gouvernement, Responsabilité et performance des organisations,
juin 2013
Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, « L’état de l’environnement en
France
en
2014
»,
5
décembre
2014,
disponible
sur
:
http://www.developpement-
durable.gouv.fr/IMG/pdf/DP_Rapport_Environnement.pdf
Cour des comptes Les coûts de la filière électro nucléaire, 2012
Cour des comptes La mise en œuvre par la France du paquet énergie-climat, 2014
Cour des comptes, Les finances publiques locales, octobre 2014
Cour des comptes, Le budget de l’Etat 2013, résultats et gestion, 2013
OCDE, Stratégies nationales de développement durable, bonnes pratiques dans les pays de
l’OCDE, 2011
55
Eurostat, 2013 monitoring report of the EU sustainable development strategy , 2013 edition, 2013,
en ligne : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_OFFPUB/KS-02-13-237/EN/KS-02-13-237EN.PDF, consulté le 8/1/2014
Fondation Hulot, Financer l'avenir sans creuser la dette, Proposition mise à jour suite au séminaire
de réflexion, Veille et propositions n°5, Mai 2011
Fondation Hulot, Réponse au livre blanc sur le financement de la transition écologique , Veille et
propositions n°18, février 2014
Commissariat général au développement durable, Le marché de l’emploi de l’économie, Numéro
110 - Août 2014
Commissariat général au développement durable, Les déterminants du coût des catastrophes
naturelles : le rôle du changement climatique en France, Numéro 103 - Mai 2014
TEDDIF (territoires, environnement et développement durable en Ile-de-France), « Vers une
économie territoriale et durable, notions clés et champs d’actions pour appréhender les projets
territoriaux de développement durable dans leur versant économique », décembre 2012, :
http://www.ddline.fr/wp-content/uploads/2013/06/Vers_une_economie_territoriale_et_durable.pdf
Fondation Nicolas Hulot, « Démocratie participative, guide des outils pour agir », 2013, disponible
sur : http://www.ddline.fr/wpcontent/uploads/2013/06/publication_etat_deslieaux_democratie_participative.pdf
Réseau Action Climat, « Quelle gouvernance territoriale pour la transition énergétique », 2013,
disponible sur : http://www.ddline.fr/wpcontent/uploads/2013/06/Quelle_gouvernance_territoriale_pour_la_transition_e_nerge_tique_.pdf
Articles
La consultation régulière des sites et revues qui décryptent l’actualité en privilégiant une approche
alternative comme Reporterre, le 1, Bastamag, We demain, l’Age de faire, Silence, est essentielle
Commissariat général au développement durable, La dépense de protection de l’environnement en
2012, Chiffres et statistiques - Numéro 575 - Novembre 2014
Brunetière Jean-René, « Indicateurs, évaluation et typologie des objectifs : contrôle de gestion et
performance sociale », Revue française d'administration publique, n° 148, 2013, p.967-976
Pierre Lascoumes, « Les ambiguïtés des politiques de développement durable », in Yves Michaux,
Qu’est-ce que les technologies ?, Paris : Odile Jacob, 2001
Gustave Massiah « Le paradigme écologique et le politique » Attac printemps 2014
Semal Luc, « Bertrand Méheust, 2009, La Politique de l’oxymore. Comment ceux qui nous
gouvernent nous masquent la réalité du monde, La Découverte, 161 p. », Développement durable
et territoires [En ligne], Lectures, Publication de 2009, mis en ligne le 22 octobre 2009, consulté le
09 novembre 2014. URL : http://developpementdurable.revues.org/8250
56
Lacouette-Fougère, Clément ; Lascoumes, Pierre, « L'évaluation : un marronnier de l'action
gouvernementale ? », Revue française d'administration publique, n° 148, 2013, p.859-875
Valérie Lacroix Edwin Zaccaï « Quarante ans de politique environnementale en France : évolutions,
avancées, constante », Revue française d'administration publique, 2010/2 n° 134, p. 205-232
Alliès Stéphane et Salvi Ellen, « Aussi affaiblies que le pouvoir, les oppositions se livrent »,
Médiapart, 10/09/2014, en ligne (abonnés) : http://www.mediapart.fr/journal/france/100914/aussiaffaiblies-que-le-pouvoir-les-oppositions-se-livrent
Olivier Faye, Nicolas Chapuis et Bastien Bonnefous, « L’exécutif accusé après la mort de Rémi
Fraisse », Le Monde, 29/10/2014
Fechner Benoist, « Comment le gaz de schiste est devenu le nouveau marqueur de la droite »,
L'Express, 03/10/2014,
en ligne : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/comment-le-gaz-de-
schiste-est-devenu-le-nouveau-marqueur-de-la-droite_1607664.html
Dumazert Floriane, « Accord EELV/PS: les cinq couleuvres des Verts », L'Express, 25/02/2014, en
ligne
:
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/eelv/accord-eelv-ps-les-cinq-couleuvres-des-
verts_1494788.html
« Les Verts, l’UDI et l’UMP dénoncent le « fiasco » de l’écotaxe », Le Monde, 10/10/2014, en ligne :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/10/le-triple-echec-de-l-ecotaxe_4504207_3232.html
Chapuis Nicolas, « Hollande part en guerre sur le climat », Le Monde, 20/11/2014, en ligne :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/11/20/hollande-part-en-guerre-sur-leclimat_4526613_823448.html
Garric Audrey, « La « ferme des mille vaches » : retour sur trois ans de conflits », Le Monde,
16/09/2014, en ligne : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/16/la-ferme-des-mille-vachesretour-sur-trois-ans-de-conflits_4487536_3244.html, consulté le 8 /11/2014
Lemarié Alexandre, « Aéroport de Nantes, Europe… Un an de tensions entre EELV et le PS », Le
Monde, 25/09/2012, en ligne : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/09/ou-en-est-on-de-labataille-de-notre-dame-des-landes_3156156_3244.html, consulté le 8/11/2014
Nazaret Arthur, Pechberty Matthieu, « Ecologie : comment le gouvernement s’enlise », Le Journal
du
Dimanche,
23/02/2014,
en
ligne
:
http://www.lejdd.fr/Politique/Ecologie-comment-le-
gouvernement-s-enlise-654270, consulté le 8/11/2014
Hollande
François,
«
l’Europe
que
je
veux
»,
Le
Monde,
8/05/2014,
en
ligne
:
http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/05/08/francois-hollande-l-europe-que-jeveux_4413580_3214.html, consulté le 8/11/2014
Acquier Aurélien, « Du "développement durable" au "développement rentable" : chronique de la
marginalisation d'une démarche de développement durable dans une grande entreprise », Annales
des mines. Gérer et comprendre, n° 98, 2009, décembre, p. 38-50
57
Rousseau Sandrine, « Entreprises publiques et développement durable : réflexion sur un
engouement », Revue française de gestion, n° 185, 2008, juin, p. 47-64
Commissariat général au développement durable, « Opinions et pratiques environnementales des
Français en 2013 »,
Chiffres et statistiques, n°505, mars 2014, disponible sur :
http://www.statistiques.developpementdurable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Chiffres_et_statistiques/2014
/chiffres-stats505-opinions-et-pratiques-environnementales-des-francais-en-2013-mars2014.pdf
Commissariat général au développement durable, « Les perceptions sociales et pratiques
environnementales des Français de 1995 à 2011 », La revue du CGDD, octobre 2011 :
http://www.statistiques.developpementdurable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/La_revue_du_CGDD/2011/R
evue%20CGDD_octobre%202011.pdf
Philippe Azkenazy, Thomas Coutrot, André Orléan, Henri Sterduniak, « Manifeste d’économistes
atterrés », Novembre 2010, disponible sur : http://www.atterres.org/sites/default/files/manifeste.pdf
58
59
Nous contacter
La Fabrique Ecologique
150 – 154 rue du Faubourg Saint Martin
75010 Paris
www.lafabriqueecologique.fr
contact@lafabriqueecologique.fr
lafabriqueecologique
@LaFabriqueEcolo
À propos de La Fabrique Ecologique
La Fabrique Ecologique, fondation pluraliste et transpartisane de l’écologie, réfléchit, lance
des débats et élabore des propositions concrètes en matière d’écologie et de
développement durable. Elle réunit pour cela des experts de toutes sensibilités politiques
et d’horizons divers. Des notes de référence sont publiées à partir de l’activité de groupes
de travail et une place toute particulière est donnée au débat collaboratif au travers des
ateliers co-écologiques.
60
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising