analyse épistemologique de la grammaire - CLASS

analyse épistemologique de la grammaire - CLASS
Chapitre 2
ANALYSE ÉPISTEMOLOGIQUE DE LA GRAMMAIRE
Où nous allons définir dans un premier temps la grammaire qui présente des représentations et
définitions variées selon les époques et les points de vue des grammairiens et des linguistes. Où
nous cherchons à comprendre les enjeux cognitifs de l’apprentissage grammatical en lien avec des
données psycholinguistiques. Où nous retraçons les moments clefs de la grammaire scolaire et les
évolutions de la prescription afin de fixer le décor de notre recherche au niveau des conceptions,
des mouvements, des évolutions. Où nous exprimons le choix de nous appuyer sur deux grandes
figures historiques de la grammaire – Denys le Thrace et Chomsky – qui, chacun, à sa manière, a
développé une façon d’analyser la langue qui nous apparaît complémentaire et éclaire nos propres
analyses des grammaires en acte que nous avons observées.
2-1 : Une représentation contrastée et une définition polysémique de la grammaire
La grammaire au sens « générique » rappelle volontiers le souvenir des heures d'exercices
fastidieux, la sanction sans appel de la faute orthographique, l'audition, pour certains, de quelques
leçons ennuyeuses. Les associations verbales faites avec le mot « grammaire » nous paraissent aussi
assez éloquentes : fautes, leçons, règles, exceptions, difficultés, purisme, querelles, distinctions
subtiles, incorrections, particularités... Autant de considérations peu avantageuses. La grammaire ne
jouit pas du prestige des mathématiques. Elle est même décriée dans certains milieux éducatifs ou
quelque peu gommée au bénéfice de la maîtrise du langage : « un parler, lire, écrire » qui passe
avant la connaissance des principes structuraux de la langue1. L’idée de grammaire rime avec un
apprentissage contraignant éminemment normatif qui démarque le bon usage ou ce qu'il faut dire de
ce qu'il ne faut pas énoncer. La grammaire apparaît pour certains pédagogues comme le refuge de
tous les conservatismes. Pourtant, les règles de grammaire permettent la communication dans une
langue : sans codification précise de la pratique langagière qui pose la syntaxe et la morphosyntaxe, l’intercommunication orale ou écrite serait impossible. Sans un ensemble de règles sousjacentes à la pratique de la langue, nul ne comprendrait autrui avec certitude ; nuls enchâssements
harmonieux des mots et des groupes de mots ne formeraient le style. C'est la même chose avec la
pratique musicale et le solfège sans l’apprentissage duquel il ne peut exister de maîtrise de l'art de
jouer un instrument de musique. On peut émettre des sonorités, mais pas une orchestration qui
transporte l’auditeur.
Force est cependant de reconnaître que la réflexion sur ses productions langagières, sur la langue
que l'on parle, sa langue maternelle progressivement acquise en famille et à l'école maternelle n’est
pas une occupation spontanée et coutumière, bien qu’il s’agisse d’observer et d’apprendre sur une
pratique familière ; en d’autres termes de développer un modèle cognitif sur un modèle opératif.
La langue que l'on parle et que l'on entend paraît une évidence. Elle n'entraîne pas de curiosité
spontanée sur son fonctionnement. Il n'y a rien d’automatique dans le retour sur les productions
langagières d'autrui ou les siennes, il n'y a rien de spontané à s'intéresser aux mécanismes ou
chaînes grammaticales qui rendent possible les usages linguistiques. « La démarche réflexive à son
propos est tout aussi peu naturelle que le contrôle de la respiration ou que le patinage en marche
arrière. Il ne faut donc pas trop s’étonner que (...) des étudiants en lettres manifestent si peu
1
Voir en annexe les extraits des programmes d’après http://eduscol.education.fr
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
d'enthousiasme quand on les invite à examiner la structure d'une phrase, la construction d'un mot,
la pertinence d’un son. » (Nelly Flaux, 1997)2. Faire de la grammaire représente une mutation, une
rupture pour l’élève qui peut s’interroger sur ce qu’on lui demande. Pourquoi étudier ce qu’il
manipule déjà très bien : construire une phrase minimale, grammaticalement correcte, avec un sujet,
un verbe, un complément n’est pas une préoccupation significative pour un enfant. Aussi, les cours
de grammaire sont-ils qualifiés de superflus. Nous communiquons avec nos voisins sans nul besoin
de passer par l’apprentissage systématique des règles du « bon usage ». Les maîtriser n’est pas sans
effet cependant sur une communication interindividuelle optimisée et subtile. La grammaire
constitue une activité réflexive sur le fonctionnement de la langue au double sens du terme : une
réflexion méthodique sur l'architecture et la mécanique langagière d'une part, d'autre part, elle
présente une réflexivité caractéristique du discours grammatical. En effet, le langage se trouve
l'instrument même de sa propre description. C'est avec des mots que l'on parle des mots
contrairement aux mathématiques où l'expression verbale sur les chiffres ne provoque pas un effet
« miroir » identique. La connaissance intuitive de sa langue comme sa pratique spontanée ne
permettent pas une « description raisonnée ». Ainsi, l'expression « connaître une langue » dissimule
de réelles données problématiques, une véritable complexité du fait langagier, une aptitude au
questionnement du système linguistique pas toujours aisée. La familiarité avec le langage ne nous
amène pas à, invariablement, poser les bonnes questions sur celui-ci. Se distancer de son langage ne
va pas de soi.
Nous avons une grammaire intériorisée (ou pragmatique), celle que possède tout sujet parlant et
dont il n'a pas nécessairement conscience, mais qui lui permet de produire et d'interpréter des
énoncés, qui lui permet de comprendre et se faire comprendre. C'est une forme de grammaire
intuitive de laquelle procède un jugement sur un énoncé correctement ou non formulé. Nous avons
une grammaire théorisée (ou épistémique) qui résulte d'un ensemble d'observations et d'analyses
minutieuses dont seul l'apprentissage peut nous faire bénéficier. C’est une grammaire immanente à
la langue, inhérente à sa nature faite de régularités et de principes d'organisation que les locuteurs
apprennent et appliquent. La théorie grammaticale ne s'invente pas, elle s’enseigne.
La linguistique apparaît comme une concurrente de la grammaire, au rang bien plus enviable. Elle
jouit d’un statut scientifique. Les sciences humaines l'ont consacré dans ce domaine « science pilote
» : certains concepts s’importent dans d'autres champs disciplinaires. Elle porte sérieusement
ombrage à la grammaire, laquelle pâtit par ailleurs d'une évolution langagière anglicisée et
modernisée, au regard des nouvelles formes langagières concises et phonétiques (cf. le langage
texto ou sms ) ainsi que de critiques par rapport à la norme qu'elle véhicule et aux valeurs
d'exemplarité des écrits classiques qu’elle présente comme modèle. Pour les linguistes, la langue3
consiste avant tout en un outil de communication qui constitue un objet d'études en soi.
L’observation fine de ses usages et de ses productions institue un corpus de descriptions précises
dont la visée est une conceptualisation en des systèmes symboliques et communicatifs dont les
éléments sont caractérisés par la nature et par les règles qui en régissent les combinaisons dans les
divers énoncés. La perspective épistémologique de la linguistique diffère de celle de la grammaire.
Si l’une relève du travail de laboratoire, l'autre s'est déterminée au fil des siècles selon une
catégorisation propre aux principes de la Logique et des codes d'un Bon usage. Les linguistes
francophones distinguent le terme de « langue » comme système de communication inter-subjectif
et social du vocable « discours » qui recouvre la réalisation personnelle de l'utilisation de ce
système, la partition individuelle du locuteur. Enfin, la grammaire souffre de l’évolution sociale. Le
2
3
Nelly Flaux, La grammaire , Coll. Que sais-je, PUF, 1997, p.4.
« Le langage, faculté humaine, caractéristique universelle et immuable de l'homme, est autre chose que les langues
toujours particulières et variables, en lesquelles il se réalise. C'est des langues que s'occupe le linguiste, et la
linguistique est d'abord la théorie des langues. Mais (…) les problèmes infiniment divers des langues ont ceci de
commun qu'à un certain degré de généralité ils mettent toujours en question le langage » (Benveniste, 1966).
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
« bon usage » est devenu une denrée rare des lieux de diffusion : « Ce que le grand public entend
comme parole autorisée n’est généralement pas conforme à la norme même actualisée :
impropriétés, incorrections de toutes sortes, incohérences émaillent de manière quasi systématique
les paroles des gens qui occupent l’espace de la parole publique, journalistes, animateurs, et même
hommes politiques soucieux de se mettre au goût du jour. » (Nelly Flaux, 1997)4 Au regard de la
norme grammaticale, les productions langagières de l’espace public perdent toute valeur
d‘exemplarité. L’erreur orthographique n’accable plus, la faute de français ne fait plus rougir, le
contresens provoque moins de jugement défavorable. Si la linguistique n’est pas embarrassée par
cette actualisation de la pratique langagière (qui appartient à certains principes de son paradigme),
l’art grammatical se trouve démuni.
La définition du terme « grammaire » s'appréhende différemment selon la posture du locuteur vis-àvis du langage. Elle ne désigne pas la même chose pour ceux qui considèrent la langue comme un
simple outil de communication ou pour ceux qui voient dans la langue un objet à décrire. Lesquels
n'approuvent pas tous une définition équivalente selon leur approche épistémologique. De l'avis de
la grammaire de Port-Royal (1660), l’art grammatical est « l’art de parler ». Les auteurs Arnauld et
Lancelot précisent : « Parler, c’est expliquer ses pensées par des signes que les hommes ont
inventés à ce dessein. (...) On a trouvé que les plus commodes de ces signes étaient les sons et la
voix. Mais parce que ces sons passent, on a inventé d'autres signes pour les rendre plus durables et
plus visibles, qui sont les caractères de l’écriture.... » Le dictionnaire de l'Académie (1re édition,
1694) donne la définition : « Art de parler et d’écrire correctement.» Le dictionnaire universel de
Furetière (1690) énonce : « Art qui enseigne à bien décliner et conjuguer, à construire et à bien
orthographier les noms et les verbes et les autres parties de l'oraison. » C'est cette même acception
qui est reprise par le Littré en 1863 : « Art d'exprimer ses pensées par la parole ou par l'écriture
d'une manière conforme aux règles établies par le « bon usage.» Un siècle plus tard, le Grand
Robert édicte la définition suivante : « Ensemble de règles à suivre pour parler et écrire
correctement une langue ». Dans le Trésor de la Langue française, la notion de grammaire évoque
« l'exercice d'une langue (qui) est associé à celle de normes caractérisant diverses manières de
parler et d'écrire ». Pour le Larousse de l'an 2000, la grammaire forme un « ensemble des règles
phonétiques, morphologiques et syntaxiques écrites et orales d'une langue ». Elle consiste aussi
dans le même article « en l'étude et description de ces règles ».
Nelly Flaux note quelques ambiguïtés dans ces définitions qui ne forment guère un ensemble
homogène. Nous pouvons les interpréter de deux façons : cet « art » de (bien) parler relève-t-il
d’une connaissance des règles de la langue ou d’une connaissance des règles du bon usage ?
Signifie-t-il simplement le respect des règles de conjugaison ? Ou bien pense-t-on production de
phrases intelligibles ? Nous situons-nous dans un registre de bonne inter-compréhension entre
locuteurs ou dans un registre d’exactitude de la maîtrise langagière ? Il se pose ainsi pour nous la
question de la grammaticalité et agrammaticalité du message. En outre, ces définitions frappent par
leur ancienneté : il faut en effet comprendre chez Arnauld et Lancelot l'utilisation du mot « art » au
sens de « technique » ou de « discipline » sans idée d'éloquence. Leur définition évoque une
philosophie qui voit dans le langage l’exacte reproduction du monde. Toutefois, le grand public tend
à associer le mot « art » aux notions d'usage correct et habile de la langue. Les définitions suivantes
de facture classique (Académie, Furetière, Littré) soulignent une appréciation « conformiste » du
fait grammatical, inféodée à l’usage parfaitement « réglé » de l’expression langagière, discriminant
ainsi les classes sociales bourgeoises et populaires (cf. Vaugelas). La grammaire fut ainsi un
élément de marquage social. L’ultime définition de 2000 retient le caractère descriptif et
linguistique de la grammaire.
L’acception du mot « grammaire » est particulièrement polysémique en français. Selon les
4
Nelly Flaux, La grammaire , Coll. Que sais-je, PUF, 1997, p.5.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
contextes, il y a confusion ou opposition :



Soit le mot désigne clairement un principe d'organisation interne propre à la langue, il joue
le rôle de synonyme de « langue », (avec par exemple5, la phrase : « L’enfant qui commence
à parler utilise une grammaire en partie différente de celle d'un adulte »),
soit le terme renvoie à un savoir plus ou moins méthodique sur la langue, à une étude
réflexive et une connaissance des régularités, des règles ou des normes qui sont
caractéristiques d'une langue (avec par exemple l’expression : « La grammaire est
indispensable pour acquérir une bonne orthographe et pour s’exprimer correctement »),
soit le mot évoque un point de vue particulier sur le savoir grammatical propre à une langue
en relation avec une école de pensée, une théorie spécifique sur le fonctionnement interne
des langues (« La grammaire générative et transformationnelle peut être considérée comme
un prolongement de la grammaire structurale ».)
Besse et Porquier6 délimitent ainsi l’art grammatical en trois strates:
o la grammaire présente un certain fonctionnement interne caractéristique d'une langue
donnée,
o la grammaire explicite de façon plus ou moins méthodique ce fonctionnement,
o l'explicitation grammaticale s'appuie sur une base théorique donnée.
Les deux dernières acceptions relèvent d'activités métalinguistiques tandis que la première renvoie
essentiellement à des activités linguistiques, à une forme de catalogue descriptif.
Le manuel de grammaire opère la synthèse de ces trois types de connaissance grammaticale : il
traite d'un fait de langue ou d'une pratique langagière pour proposer une description systématique
explicite en s'appuyant en général sur une théorie grammaticale dont la terminologie choisie
témoigne de l'école de pensée à laquelle il se rattache.
Nous pourrions classer aussi les grammaires de telle manière :
•
•
•
une grammaire de la pratique langagière quotidienne (du type « à chacun sa grammaire »),
une grammaire utilitariste ou pragmatique (du type une grammaire « pour éviter de faire des
fautes »),
une grammaire scientifique ou linguistique (du type une grammaire « pour réfléchir et
penser »).
Définir la grammaire consiste donc en une question de point de vue que l'usager, le grammairien ou
le professeur prendra. Deux grands choix se posent7 :
 Soit privilégier une grammaire d'usage :
La grammaire est liée à la notion de validation / invalidation des propositions, à la grammaticalité
des phrases formulées. La grammaire d’usage vise un ensemble d'instructions à connaître et à
5
6
7
Les exemples sont issus de Besse, H ; Porquier R. ; Grammaire et didactique des langues, Hatier-CREDIF,
Collection LAL, 1991, p.10-11.
Besse, H ; Porquier R. ; Grammaire et didactique des langues, Hatier-CREDIF, Collection LAL, 1991, p.10-11.
Nous reprenons à notre compte certains propos de Nelly Flaux, d’après « la Grammaire », Coll. Que sais-je, PUF, 1997.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
mettre en pratique. Vaugelas est associé à ce courant avec son ouvrage intitulé « Remarques sur la
langue française utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire » où il s'agit moins de se faire
comprendre que marquer son appartenance à une catégorie sociale, celle de « ceux qui savent bien
parler ». Un courant qui se développa au XVIIIe et XIXe siècle, de nos jours encore représenté,
mais à l'influence considérablement diminuée.8 Cette grammaire normative ne néglige pas pour
autant une description des règles de fonctionnement de la langue, mais sa visée « puriste » de la
langue l'amène à se focaliser davantage sur les points linguistiques qui présentent quelques
difficultés, d'où la publication de nombreux « dictionnaires des difficultés » de toutes sortes et l’idée
toujours en vogue qu’une grammaire n’est faite que d’exceptions. Une acception qui rend fort
instable l’art grammatical.
 Soit privilégier une grammaire raisonnée :
C’est l’attitude de celui qui pose une distance relativement à la langue, cherchant à mettre à jour les
principes organisateurs des phrases selon des perspectives qui évolueront avec l'histoire de cette
épistémologie, des philosophes et logiciens de la grammaire de Port-Royal (associant l'organisation
des unités linguistiques au déroulement de la pensée) jusqu'à la vague linguistique des années 1970,
affirmant la langue comme objet d'étude quelle que soit son expression grammaticalement correcte
ou non, prise dans le rapport saussurien système langue/parole individuelle.
Une autre catégorisation grammaticale peut s’opérer entre grammaire descriptive et grammaire
prescriptive. L’une répond à la question « comment ça fonctionne ? », elle tente d’approcher le
mode opératoire de la langue, l'autre se propose d'enseigner une norme langagière, un bon usage
résumé par des règles strictes qui privilégient un usage particulier de la langue au détriment d'un
autre, quitte à nier les faits langagiers les plus répandus et laisser entendre que la grammaire est
faite d’exceptions, d'usages proscrits. Ces derniers ne constituent pas tous des fautes empêchant une
inter-compréhension, mais certainement des fautes de « goût », ou plutôt devrions nous dire, des
incorrections d'emploi de registre langagier qui servent souvent de ressort comique à certains
professionnels de l'humour.9 La grammaire prescriptive véhicule un usage de bon aloi qui ne profite
guère à la créativité stylistique en matière de production d’écrit à l'école, nous semble-t-il. Elle
entrave la liberté de l’imaginaire, elle fige dans des formalismes entendus. La grammaire
descriptive relève de l'esprit scientifique qui essaie de construire une image globale opératoire en
forgeant des modèles descriptifs à la fois cohérents et exhaustifs. La langue est un objet
d'observation précis en fonction d'une théorie donnée. Les descriptions sont plurielles en vue
d'établir un faisceau d'éclairage sur un fonctionnement linguistique.
Ces ambiguïtés relevées, ces définitions contrastées, ces courants grammaticaux variés influent
naturellement sur les représentations d'un savoir grammatical dont les délimitations
épistémologiques ne sont pas toujours précises. La conception personnelle de la grammaire peut
varier tout comme les diverses « formes scolaires » que prend cette connaissance : un manuel
pratique pour vérifier des conjugaisons et des accords, la réalisation de kilomètres d'exercices, des
explications absconses de professeur pour les uns ; une étude structurale de la langue, un moyen
d'exprimer clairement sa pensée dans un écrit, l’identification d’un ensemble de propositions
relatives ou circonstancielles, le squelette de la langue à retrouver pour les autres.
8
Vaugelas définit le bon usage de façon élitiste et en corrélation directe avec l'organisation sociale : « c'est la façon de parler de la
plus saine partie de la cour conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des auteurs du temps » (p.10 de la préface de son
ouvrage « Remarques sur la langue française utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire », Paris, Champ libre, 1981)
9
Par exemple, un discours politique ou académique truffé d’expressions argotiques ou de propos ou vocables familiers. Ce genre de
décalage provoque des effets comiques qui prouve bien que le bon usage grammatical est affaire de norme, de valeurs, de politique et
d’historicité.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
En 2004, selon Riegel, Pellat, Rioul, la grammaire se présente comme un « un ensemble mixte
d'observations, de procédures de découvertes et de généralisations », une discipline générale «
vouée à la description des langues » proche de la linguistique. La grammaire est une méthode et un
corpus de descriptions et savoirs langagiers. Une acceptation reconnue de nos jours par les cercles
autorisés. Les mêmes auteurs distinguent quatre types de grammaire10 :
•
la grammaire synchronique (ou descriptive) qui est une description d’un état donné de la
langue, qu’il soit contemporain ou ancien,
•
la grammaire diachronique (ou historique) qui étudie l'évolution de la langue et les rapports
entre ces états historiques successifs,
•
la grammaire comparée qui confronte deux ou plusieurs langues dans différents domaines
afin d'établir entre elles des ressemblances et des différences typologiques, voire des
parentés génétiques (par exemple entre les langues romanes),
•
la grammaire générale qui, à partir des données fournies par les trois autres types de
grammaires, dégage les règles générales présidant au fonctionnement du langage humain.
Cette typologie établit des liens forts entre grammaire et linguistique. Elle révèle un modèle
théorique qui se propose de décrire le fait langagier de façon explicite et d'introduire la notion de «
grammaire - système ». Diverses écoles de pensée qualifièrent cette « grammaire système » selon
une approche théorique particulière dont s'inspirent les descriptions grammaticales : grammaire
distributionnelle, grammaire fonctionnelle, grammaire structurale, grammaire transformationnelle,
grammaire générative. Elles s’adossaient aux théories du Cercle de Prague, au distributionnalisme
ou fonctionnalisme, à la linguistique de l'énonciation, à la pragmatique, à la linguistique cognitive,
etc.11 Une autre distinction peut s'établir selon les ambitions grammaticales visées : les grammaires
scolaires restreignent ainsi leur champ au couplage d’une morphologie (les mots et les variations de
leur forme) et d’une syntaxe (étude des structures et de leurs combinaisons dans la phrase).
En revanche, une grammaire globale, proche des travaux des linguistes, décrit l'ensemble des
principes d'organisation et de fonctionnement de la langue. L'ambition relève de la constitution
d'une grammaire universelle. Une ambition voisine de la grammaire de Port-Royal, celle-ci étant
inspirée par des philosophes logiciens. Une grammaire globale tente de définir les aptitudes
inconsciemment activées par un locuteur lorsqu'il produit ou bien interprète quelques énoncés. Les
connaissances convoquées relèvent de la phonologie, de la sémantique, de la pragmatique en plus
de connaissances morpho-syntaxiques. L'ensemble de ces connaissances constitue la compétence
langagière du sujet.
Trois « genres » de grammaire scolaire intéressent notre recherche12 :
o La grammaire pédagogique, destinée aux apprenants, résulte d'une transposition didactique
où les critères sont moins contraignants sur le plan théorique. Elle est par nature éclectique
afin de rendre compte du fonctionnement de toutes les facettes ou nuances langagières.
o La grammaire d'apprentissage est celle de l’apprenant : une forme de grammaire intériorisée,
la connaissance effective de l'élève à un stade de son apprentissage. Cette grammaire est
10
11
12
Riegel, Pellat, Rioul, Grammaire méthodique du français, Coll. Quadrige, manuels, PUF, (3ème édition) 2004.
C. Fucks, P. Le Goffic, Les linguistiques contemporaines, Repères théoriques, Hachette, 1992.
D’après les documents pédagogiques, Français Langue étrangère et seconde, DAEFLE, Méthodologie de
l’enseignement de la grammaire, Alliance Française, CNED.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
évolutive et se manifeste dans les productions orales ou écrites des écoliers en terme
d'erreurs, d’imprécisions ou au contraire de complète adéquation. Elle dépend aussi des
pratiques de classe.
o La grammaire d'enseignement correspond à la pratique enseignante proposée aux élèves qui
varie selon les représentations, les stratégies, les types d'enseignement implicite ou explicite,
les activités et les exercices, la culture grammaticale et générale du professeur.
Quelles que soient les grammaires, les critères d’acceptabilité et de grammaticalité interrogent
l’analyse grammaticale, et les très jeunes locuteurs comme nous le verrons plus bas. L'analyse
grammaticale porte sur des données : soit un ensemble formé d'énoncés ou de textes jugés
représentatifs de la langue, soit un assortiment issu de la pratique dynamique et expérimentale des
locuteurs servant de données selon les besoins de l'étude. Le linguiste réalise la différence entre «
l’acceptabilité » des énoncés et leur « grammaticalité ». La structure d’une phrase certes
grammaticalement correcte ne constitue pas, par essence, un énoncé acceptable au regard par
exemple d’une trop grande complexité de sa structuration. Si une phrase présente une conformité
aux règles de bonne formation grammaticale, une adéquation défaillante à la psychologie du sujet
parlant, à la situation de communication ou encore aux normes discursives en vigueur - rend caduc
son critère d'acceptabilité. Pour définir l'opposition entre acceptabilité et grammaticalité, on peut
affirmer qu’« une phrase acceptable serait, en quelque sorte par anticipation, une phrase pour
laquelle il n'y aurait aucune difficulté à imaginer un ou des contextes où son interprétation ne
poserait pas de problèmes. » Dès lors, « la grammaticalité ne recouvrirait alors que la partie de
l’acceptabilité qui est déterminée par les règles de bonne formation intrinsèque des énoncés :
règles morphologiques et syntaxiques dans une grammaire traditionnelle (grammaticalité au sens
étroit) ; règles morphologiques, syntaxiques, sémantiques éventuellement pragmatiques, si l'on
conçoit la grammaire comme un dispositif global associant à des formes des contenus et des
pratiques communicatives (grammaticalité au sens large)13» (Riegel, Pellat, Rioul, 2004). Des
règles sémantiques ne peuvent échapper au jugement de grammaticalité, une phrase correcte selon
la distribution de ses constituants immédiats peut posséder un sens relatif ou inexistant.
2-2 : Approche psycholinguistique de la grammaire
Toute réflexion grammaticale est conscientisation d’une connaissance implicite, d’une pratique qui
n’est pas formellement exprimée. Mais qui peut devenir une prise de conscience par l’exercice
grammatical qui construit le passage d’un implicite à un explicite. La grammaire porte en effet sur
un usage quotidien. Il s’agit de l’étude d'une pratique quotidienne du langage. Laquelle est une
compétence acquise au fil de la maturation depuis les premiers mots compréhensibles du bébé. On
parle tous, on écrit tous avec une compétence linguistique minimale, passé un certain âge. Nous
formons tous une phrase avec sujet, verbe, complément. Nous en avons la compétence qui pourrait
sembler innée, mais qui est plutôt le fruit d'un long travail progressif d'imitation des aînés. En cela,
la grammaire consiste en un apprentissage unique en son genre, relativement aux autres disciplines
scolaires qui abordent des concepts neufs : les chiffres, l'addition, la proportionnalité ont l'intérêt de
la nouveauté et provoquent une forme de curiosité naturelle. Avec la grammaire, il s’agit d’analyser
un savoir linguistique en acte, une connaissance langagière opératoire qui peut manquer de « faire
sens » et produire une « rupture ». En effet, les apprenants sont déjà des « sachants » en matière de
langue maternelle. La distanciation exigée sur un savoir quotidiennement manipulé peut paraître
absconse. Il n’est pas grave – du moins pour le non-spécialiste – de méconnaître le fonctionnement
syntaxique de la phrase : cela n’empêche pas de lire, ni d’écrire. N’oublions pas toutefois que les
activités de lecture et d’écriture sont des fonctions intellectuelles de base qui ne supportent guère
13
Riegel, Pellat, Rioul, Grammaire méthodique du français, Coll. Quadrige manuels, PUF, 2004, p. 20.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
l’ « à-peu-près ». Il existe une certaine exigence d’excellence pour comprendre toutes les nuances
d’un texte et rédiger un texte accessible à tous. Il suffit pour s’en convaincre d’interroger les auteurs
ou de se plonger dans les oeuvres de Proust, par exemple, ou bien des textes difficiles d’essais. Il y
a une excellence à la manipulation langagière que n’exigent pas d’autres spécialités comme les arts
visuels, mais qui équivaut à la précision et la rigueur nécessaires aux mathématiques ou aux
sciences appliquées. Une seule faute, un seul oubli, une seule malfaçon et la phrase peut devenir
incompréhensible ou erronée, de toute manière, contraire à l’intentionnalité de son auteur. Cette
exigence échappe au jeune élève qui « subit » le cours de grammaire. L’enseignant est désarmé par
le manque de motivation de la classe et les maigres résultats scolaires. Avec la grammaire scolaire,
il y a un changement de régime linguistique. La langue maternelle devient un objet d’étude et le
véhicule de connaissances. Cela « impacte » un certain nombre de disciplines scolaires.
L’identification et la manipulation des règles grammaticales qui font fonctionner la langue
maternelle influent sur un certain nombre d’apprentissages.
Contrairement à ce qui se passe dans les autres disciplines, la grammaire ne transmet pas un savoir
extérieur, un savoir objectif. La langue appartient au sujet, elle forme une composante forte de sa
personnalité et de son développement. Elle fait partie intégrante du sujet. L'élève doit faire l'effort
de se décentrer. Il convient en effet qu'il opère une forme de démarcation plus ou moins heureuse
d'avec son langage quotidien, une mise à distance profitable à toute réflexivité sur les constituants
de sa langue parlée et écrite. L'enjeu est l'acquisition d'un méta-langage, d'une connaissance sur son
langage quotidien. Les connaissances grammaticales (ou métalinguistiques) sont convoquées de
façon explicite ou implicite. Il est mis en jeu des activités cognitives elles-mêmes conscientes ou
inconscientes. La première difficulté que rencontre l’enfant se trouve dans la distinction entre nature
et fonction d’un mot puis la seconde, dans le découpage des phrases en segments. Ces activités
manquent de sens pour lui. Il s’opère chez l’enfant une forme de rupture de devoir découper son
langage en tranches, en plus de devoir réfléchir sur quelque chose qu’il manie depuis son plus jeune
âge. Il n’y a pas d’appel automatique de la curiosité pour un langage qui fait déjà partie du
quotidien. L’enfant n’en ressent ni le besoin ni la nécessité. De plus, la grammaire ne décrit la
langue qu’au moyen de règles, il s’agit d’une grammaire normative, une grammaire de l’écrit qui
ignore généralement celle de l’oral et des variations de langue liées aux situations d’échange, plus
proches de l’univers enfantin. L'élève moyen ressent une forme de hiatus devant l’injonction
d'observation de ce langage, de ses productions langagières. Pourtant, la grammaire est aussi
apprentissage d’une logique de l’analyse, développement de la métacognition, outil d’expression et
de communication pour créer, dire ses émotions, jouer avec les mots. La grammaire comme la
langue est vivante. Peut-on l’enseigner d’une manière plus intéressante pour tout le monde et plus
opératoire pour les élèves ? Car pour les didacticiens ou les formateurs d’enseignants, le manque de
réinvestissement des règles grammaticales par les élèves en production d’écrit soulève des
interrogations méthodologiques. Que vaut un enseignement systématique de la grammaire scolaire
avec moult explications et exercices s’il n’est pas utilisé pour mieux s’exprimer à l’écrit, mais aussi
à l’oral ? Le « retour sur investissement pédagogique » est mince. Il fait suffisamment défaut pour
que les enseignants se préoccupent de réorienter la pratique de la grammaire scolaire. La maîtrise de
la langue est par ailleurs une compétence multiforme qui exige une progression lente. Les progrès
sont souvent appréciables sur le long terme, il n’y a pas pour l’élève de rapides résultats tangibles.
Ce qui peut décourager l’élève ou lui faire perdre le sens de ce qu’il effectue. Il entrevoit parfois des
difficultés à envisager la grammaire comme autre chose qu’une activité d’étiquetage abstraite,
mécanique et ennuyeuse. La signification des activités grammaticales semble un enjeu important.
Au regard de la numération, cette maîtrise fait tout autant partie des compétences de base. Il n’y a
pourtant pas de rupture identique. La numération ne s’acquiert pas par imprégnation, elle n’est pas
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
un langage maternel, ni naturel. C’est une donnée qui s’apprend avec ses contraintes et avantages
pour tous les enfants au même moment. Il n’y a pas de legs générationnel spontané pour la
numération comme pour la langue maternelle. Il n’y a pas de rapport identitaire tel qu’il existe dans
le langage (rapport à son milieu d’origine, rapport à la langue de ses parents et aux usages
familiaux,…). Il n’y a pas d’aspects affectifs. L’apprentissage des nombres et du calcul n'apparaît
guère plus agréable ou désagréable qu’apprendre la règle d'accord du sujet, a priori. Poser des
opérations, des multiplications ou des divisions n’est pas des actions plus ludiques qu’opérer la
transformation passive d'une phrase déclarative. Pourtant, les élèves semblent naturellement
davantage se passionner par le maniement du nombre que celui du mot. La bande numérique, le
comptage et les problèmes motivent davantage que les constituants de la phrase, la transformation
d'un texte ou la réalisation d'une rédaction. Force est de reconnaître que le rapport au nombre ne
vaut pas le rapport au mot. Le nombre est une nouvelle aventure, on ne compte pas jusqu'à 100 par
imitation-assimilation, l'enfant vit ses premières années sans les nombres dont il découvrira toutes
les combinaisons durant sa scolarité en commençant par manipuler par exemple des allumettes pour
les compter et les regrouper. En revanche, l'enfant apprend rapidement à parler, il écoute, il imite
ses parents. Les mots s’apprennent sur le « tas ». La langue s’apprend par l’usage. La langue
maternelle s’apprend dès le plus jeune âge par une imprégnation, au contact du bain langagier
familial puis scolaire à l’école maternelle. Les phrases sont déjà des connaissances en acte lorsqu'on
demande à l'élève de les étudier. Elles sont déjà pour lui un stock. Ce travail sur du déjà su, sur cette
langue quotidiennement maniée peut provoquer une rupture dans les représentations de l'enfant.
Que veut-on de moi au sujet de ces mots et de ces phrases que je manipule régulièrement ? Que
signifient ces exercices et cet étiquetage grammatical ? Quel est le sens des règles grammaticales ?
Pourquoi de telles lois du bon usage ? Pourquoi « la langue de mes parents » est-elle corrigée ? Que
signifie cette formulation revue et corrigée ? Quel est le critère pour énoncer ce qu’il convient de
dire ? Etc. La loi grammaticale constitue une injonction comme toute loi, une obligation que l’élève
doit intégrer à des âges parfois rebelles à tout ce qui fait autorité. Le « bon usage » s’affronte à
l’usage familial, à l'utilisation courante de l’élève, jugée grammaticalement « fautive ». Ce qui va
produire une cassure, des interférences, voire quelques blocages. L’élève reçoit un enseignement sur
sa langue maternelle d’une manière distincte de son acquisition « naturelle ». Une situation
didactique d’acquisition se heurte d’une manière ou d’une autre à une situation d’acquisition
« spontanée » par le milieu. Il se produit une injonction à un métalangage qui peut produire des
conflits.
L’appropriation du fonctionnement de la langue met en oeuvre chez les élèves un ensemble de
procédures cognitives : des mécanismes de perception, de traitement, de stockage, de
compréhension et production. Cette compréhension n'est que très indirectement accessible à
l'observation externe. Le maître d'école peut percevoir ce qui est compris ou ce qui n'est pas
compris, au moins approximativement. Devant une réussite, il peut inférer une bonne
compréhension pour l'élève, sans une totale certitude cependant. Les indices d’apprentissage réussi
sont très minces. Seule, la procédure employée, le chemin conceptuel emprunté lui enseigne si
l'élève a saisi correctement le concept envisagé. Il est cependant parfois difficile de savoir de quoi
procède la compréhension. L'enfant est peu disert, car il ne sait pas mettre des mots sur ses
opérations. La verbalisation d'une investigation réflexive en analyse de phrases est limitée à un
niveau infraconscient. Dire ou se dire ses procédures d’exercice grammatical n’affleure pas à la
conscience. Souvent, l'enseignant n’y pense pas : il ne prend pas le temps d'interroger les élèves sur
leur manière de procéder à l'identification d'un sujet ou à l'accord d'un adjectif. Il conviendrait de
procéder à des verbalisations conscientes des opérations grammaticales que mènent les enfants. A
cet égard, une étude (Hosenfeld, 1975) souligne comment procèdent les étudiants en « exercice »
grammatical en faisant verbaliser leur activité mentale consciente et leur stratégie « scolaire ». Il
apparaît au terme des analyses suscitées par cette recherche que les stratégies et l'activité même du
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
locuteur sont partiellement induites par le type d'exercice, par la routine due à l'habitude
d’accomplir des exercices plus ou moins similaires, et par leur statut ou finalité. Selon que
l'exercice est perçu et traité comme une activité de découverte ou d'entraînement ou comme une
activité d'évaluation (au statut éminemment institutionnel), le traitement apparaît différent.
L’attention n'est pas focalisée sur les mêmes matériaux linguistiques, ni sur les mêmes opérations.
La même étude catégorise par ailleurs les tâches des apprenants au sein d’une diversité d'activités
formelles ou informelles dans l'enseignement/apprentissage des langues en termes de production,
compréhension et activité métalinguistique. Cet inventaire montre qu'il n’existe pas de tâches pures.
Toutes ou presque recouvrent plusieurs catégories envisagées du fait, selon les auteurs, que la nature
des tâches est complexe et mobilise des activités compliquées. Les exercices systématiques
montrent des automatismes qui tendent à mobiliser l'activité métalinguistique des apprenants. La
systématisation présente cependant un risque de conditionnement inhérent à une pratique non
réfléchie des exercices grammaticaux, qui produit davantage un « savoir-faire des exercices » plutôt
que « maîtriser les opérations cognitives utiles au saut métalinguistique ».
Bien que les enfants utilisent correctement la syntaxe de leur langue de manière spontanée, ils
échouent dans des tâches qui requièrent l’analyse explicite comme la maîtrise consciente de la
structure langagière, selon les travaux de recherche de Markman (1981). La compétence
métasyntaxique manque. Celle-ci renvoie selon Gombert (1990) « à la possibilité pour le sujet de
raisonner consciemment sur les aspects syntaxiques du langage et de contrôler délibérément
l’usage des règles de grammaire. »14 La conscience de la syntaxe est manifeste dans les discours
métalinguistiques qui portent sur la grammaticalité des phrases. Nous reprenons, à ce titre, un
exemple de Dubois (1968
- cité par Gombert, 1990) qui montre différents jugements de
grammaticalités : « la phrase - le garçon dort la soupe - est agrammaticale, le verbe dormir étant
intransitif et, en conséquence, ne pouvant se construire avec un objet direct (sauf dans des emplois
très particuliers : Dormez votre sommeil). En revanche, la phrase – le garçon lit la soupe – ne viole
aucune règle de grammaire, elle est anomale. Toutefois, Chomsky (1965) considère que dans un tel
cas il y a une violation des règles de sélection lexicale qui altère la grammaticalité de la phrase. La
phrase – le garçon mange la soupe avec un marteau - est, elle, tout à fait grammaticale au même
titre que la phrase – le garçon aime la soupe. 15» Gombert explicite qu’une connaissance
métasyntaxique de haut niveau est essentielle. Elle doit conduire à rejeter la première phrase pour
des raisons grammaticales (non pas d’incompatibilité entre la « soupe » et le « sommeil »), à
repousser la deuxième pour cause de sélection lexicale erronée (et non pas pour des raisons de
plausibilité), à reconnaître la pertinence grammaticale de la troisième et de la quatrième phrase,
même si des critères pragmatiques conduisent à en juger une, inacceptable et, l’autre en
contradiction avec l’expérience quotidienne. Cet exemple souligne le risque de confusion entre les
jugements de grammaticalité et les jugements d’acceptabilité sémantique. Gleitman & Gleitman
(1970) montrent que la plupart des adultes instruits sont aptes à juger de la grammaticalité des
phrases et de leur acceptabilité sémantique, même s’ils sont incapables d’expliciter les déterminants
de leurs réponses.
Un certain nombre d’études s’intéressent aussi à l’émergence de l a capacité métasyntaxique chez
l’enfant : les résultats de Villiers et Villiers (1972) infèrent que les facteurs déterminants, dans les
jugements d’acceptabilité syntaxique émis par les jeunes enfants, sont d’ordre sémantique. Si le
jeune enfant peut donner un sens à l’énoncé, il l’accepte, sinon il le rejette. Pratt et coll. (1984)
suggèrent qu’un enfant peut rejeter une phrase, car « elle ne sonne pas bien à l’oreille » sans la
moindre idée de la cause de cette dissonance. Un autre élève peut observer en revanche le problème
de l’ordre des mots, mais sans aptitude à verbaliser une justification. Vu l’absence de justification
14
15
Gombert, J. E. Le développement métalinguistique, PUF, 1990.
Ibidem, p. 59.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
de ces deux élèves au mode opératoire radicalement différent, nous serions tentés de penser, avec
les auteurs, que la capacité de jugement de grammaticalité précède celle de l’explicitation de ces
jugements. Un exemple piagétien d’un « réussir » qui précède le « comprendre ». Certaines études
font ressortir que lorsque les jeunes enfants doivent repérer l'acceptation grammaticale de phrases
ou d’énoncés, ils sont plus contraints par des facteurs extra linguistiques que par des règles lexicales
ou syntaxiques. D’après Carr (1979), l’acceptation d’une phrase se fonde dans un premier temps sur
l’expérience du sujet, la reconnaissance de quelque chose d’expérimenté par le sujet, une
connaissance que le sujet possède du monde.
Tunmer et Grieve (1984) résument l'évolution des jugements d'acceptabilité de telle manière, selon
trois étapes successives :
 1/ vers 2-3 ans, les jugements des enfants seraient fondés sur la compréhension ou non des
phrases,
 2/ vers 4-5 ans, les critères de contenus seraient prédominants,
 3/ vers 6-7 ans, l'enfant serait apte à séparer la forme de la phrase de son contenu et capable
de fonder ses jugements sur le seul plan linguistique.
Néanmoins, Gombert nous rappelle que les données disponibles sont particulièrement difficiles à
comparer, avec des tâches proposées pour ces recherches de difficultés variables.
Selon Ryan et Ledger (1979) et Hakes (1980), il s'avère que les phrases agrammaticales sont plus
difficiles à détecter que les phrases grammaticales. Il existe un décalage en faveur d’une
reconnaissance plus importante et plus précoce des phrases grammaticales par rapport à celles qui
ne le sont pas. Cela n’invite pas pour autant à penser qu’une réflexion syntaxique soit déterminante.
Simplement, seules les phrases à la fois grammaticales et sémantiquement acceptables font
significativement l’objet de jugements de plus en plus adéquats avec l’âge ; selon Bialystok (1986).
En effet, le taux d’acceptation de ces phrases passe d’environ deux tiers à 5 ans à 90% à 9 ans.
L’impact de la sémantique dans les jugements de grammaticalité semblerait prépondérant. Bialystok
et Ryan (1985) écrivent que « la notion de grammaticalité, quelle que soit la façon dont on la
formule, n’a vraisemblablement aucun sens pour le jeune enfant. C’est l’acceptabilité globale des
phrases qui détermine ses réponses. La grammaticalité n’est qu’un composant parmi d’autres de
cette acceptabilité, composant qui ne constitue en aucun cas un objet privilégié (ou même
particulier) de réflexion pour le jeune enfant »16. La démarche d’appréhension du langage n’est pas
analytique comme chez bien des adultes pour lesquels, dans leur pratique, ne s’établit pas
clairement de distinction entre des facteurs purement grammaticaux et des facteurs sémantiques et
stylistiques dans leurs jugements d’acceptabilité des phrases. Gombert note que : « Lors de la
confrontation à un énoncé, il est rarement utile d’évaluer la syntaxe pour elle-même. Le plus
souvent, les problèmes syntaxiques ne peuvent être détectés, que lorsque le sujet est alerté par une
interprétation sémantique difficile ». S’il y a sentiment d’agrammaticalité, il peut être le fruit d’un
hasard sans qu'il ne soit porté la moindre attention syntaxique. C’est vers 4/5 ans que nous pouvons
observer un « sentiment grammatical » chez l’enfant. A cet âge, l’enfant peut commenter, voire
corriger des erreurs syntaxiques d’interlocuteurs plus jeunes (Weir, 1966). Cependant, la nature
véritablement métasyntaxique de ces comportements n’est pas clairement établie. Ses corrections
précoces sont vraisemblablement déterminées par un processus épilinguistique, non intentionnel.
« Jusqu’à 5 ans, les corrections grammaticales seraient incidentes à la verbalisation de la
signification des phrases agrammaticales présentées, ultérieurement apparaîtraient des corrections
syntaxiques délibérées. » (Gombert 1990) S’il juge la grammaticalité des phrases, l’épi- procédure
16
Ibidem, p.72
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
fera référence à des valeurs de contenus ou signification. A cet âge, il s’établit néanmoins une
connaissance « tacite et non pas la maîtrise consciente des règles syntaxiques » (Villiers et Villiers,
1974), il s’établit une connaissance en acte, une grammaire intériorisée. Avec la mise au point d’une
procédure expérimentale (Berthoud-Papandropoulou et Sinclair, 1983) destinée à empêcher le
recours au sens, à rendre l’extraction de sens difficile, voire impossible, pour juger les phrases, il
apparaît que nombre d’élèves relèvent consciemment une anomalie syntaxique : du coup, la
possibilité d’émettre des jugements métasyntaxiques se trouve avérée à 7 ans, lorsque paraît un
enseignement plus formel. Par ailleurs, Pratt et coll. (1984) soulignent que la tendance avérée
jusqu'à six ou sept ans à évaluer les phrases sur la base du contenu sémantique peut en réalité
dissimuler une capacité métasyntaxique réelle. Il est compliqué de savoir si les jeunes enfants sont
vraiment incapables de réfléchir sur la structure grammaticale des phrases ou, s’ils en sont capables,
préfèrent évaluer le seul contenu significatif. Il existe également, selon ces auteurs, le risque de
confondre compréhension d’une règle et énonciation de celle-ci : énoncer ne veut pas dire
assimilation conceptuelle. De plus, ils insistent sur le rejet d’une phrase uniquement parce qu’elle
sonne mal, sans que l’enfant n’en connaisse la raison. De la même manière, les autocorrections
syntaxiques peuvent être incidentes ; elles ne supposent pas de connaissances des règles
grammaticales. Elles peuvent correspondre chez l’enfant à la constatation par l’enfant que le sens
du message produit ne coïncide pas avec son intention dialogique.
Nous voyons bien la difficulté de saisir toute l’amplitude avec certitude du développement
métalinguistique et métasyntaxique de l’enfant. Retenons, pour conclure, que d’après Berthoud et
Sinclair (1978), se fondant sur les expériences éprouvant les jugements métalinguistiques et des
tests de compréhension, il apparaît que la réflexion sur les phrases n'est possible que bien après la
généralisation des réussites en compréhension. De même, Villiers et de Villiers (1978) insistent sur
le décalage de plusieurs mois et années existant « entre l'utilisation de règles en production et la
maîtrise métalinguistique de ces règles ». La conceptualisation grammaticale semble exiger du
temps, voire beaucoup de temps. Aux alentours de 4 ans, les données relatives sur les jugements de
grammaticalité indiquent des manipulations précoces, mais fortuites de la syntaxe, en lien avec des
considérations de signification, de normalité ou de sonorité. Ses premières intuitions d'acceptabilité
sont des comportements épisyntaxiques tout comme pour les premières habiletés correctives. Ces
manipulations précoces ne sont donc ni réglées, ni contrôlées consciemment. Elles sont, cela dit,
souvent efficaces et constituent une étape importante pour la prise de conscience, l'accès ultérieur à
une véritable capacité métasyntaxique. Il faut attendre 6 - 7 ans pour que cette dernière s’exerce,
que se manifestent des jugements qui traduisent une identification consciente de la non - application
d'une règle syntaxique qui fait une phrase agrammaticale (Berthoud-Papandropoulou et Sinclair,
1983). On peut parier que le travail scolaire sur les aspects formels de la langue révèle une
conscience métasyntaxique, qu’une posture métasyntaxique émerge dans l’apprentissage explicite
des règles grammaticales et les exercices d’application correspondants. Les efforts de lecture pour
comprendre et d’écriture pour se faire comprendre rendent nécessaire l’émergence d’un
comportement métasyntaxique jusqu’alors accessoire ou inutile.
Le caractère conscient de l'action est le critère pour différencier les comportements « méta » et les
comportements « épi ». L'indice de conscience est faible, car la non-verbalisation d'une justification
grammaticale est insuffisante pour établir la non-conscience ; par ailleurs, la reconstruction a
posteriori d'une démarche rend possible une verbalisation d'un traitement inconscient. Diverses
études montrent cependant la pertinence de ce critère. Il s’établit ainsi la différence entre les
connaissances « épi » (non conscientes et implicites) et les connaissances « méta » (explicites et
conscientes). Les premières étant clairement un pré requis des secondes.
Gombert (1990) affirme l'existence d'un décalage vertical entre un contrôle épilinguistique précoce
et un contrôle métalinguistique plus tardif qui lui semble une distinction utile pour le praticien de
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
l'apprentissage. Le principe de conscience est appelé par l’apprentissage (bien que tout
apprentissage ne soit pas forcément conscient), parce que l'acquisition et la restructuration des
connaissances exigent une participation consciente. L’explicitation grammaticale n’est profitable
pour les apprentissages que si l'enfant a atteint un niveau de maîtrise épicognitive stabilisé pour
accéder à un statut métacognitif, que s’il est capable d’une participation consciente à un
apprentissage, d’une gestion consciente de ses tentatives de résolution, qui se situent nécessairement
dans sa zone de proche développement. C'est ainsi, que dans la foulée de Gombert, nous pensons
que l'action pédagogique du maître de grammaire en cours élémentaire doit viser la constitution
d'une grammaire implicite stabilisée, la stabilisation des connaissances épilinguistiques
correspondantes (une manipulation d'objets linguistiques) dont les règles de fonctionnement sont les
règles grammaticales d'une grammaire explicitée, d’une connaissance maîtrisée et consciente
d'ordre métalinguistique, qui se constituera à partir des grandes classes de cours moyen. « C’est par
ces manipulations que l'enfant sera conduit à la maîtrise fonctionnelle indispensable à l'efficacité
des efforts qui ultérieurement viseront à la compréhension» (Gombert, 1990). Le maître de
grammaire doit donc être conscient de ce processus de développement métalinguistique chez l'élève
de l'école élémentaire pour ajuster à bon escient sa didactique.
2-3 : Courants épistémologiques de référence :
Notre étude s’adosse naturellement sur les aspects historiques de l’art grammatical17. Nos
recherches dans la littérature grammaticale nous ont conduit à ne simplement retenir, de l’histoire
des réflexions sur les structures de la langue et les signes matériels qui lui donnent corps, que deux
principales figures de la grammaire. Ce sont deux éminents grammairiens qui sont à l’origine de
courants épistémologiques qui interrogent nos protocoles et dont nous avons observé des traces
théoriques dans les pratiques de classe de grammaire observées.
Denys le Thrace et Noam Chomsky représentent deux approches et théories grammaticales à la fois
opposées et complémentaires. Nous ne pouvons nous référer à l’une sans oublier l’autre, elles
possèdent un rapport dialogique qui irrigue la grammaire en acte.
Nous ne pouvons pas penser la phrase sans l’élément fondamental qu’est le « mot » décrit par
Denys le Thrace, ni sans l’élément « structure » qui fonde la syntaxe que théorisa Chomsky. Mots et
groupes de mots se répondent :
La phrase
Les mots constitutifs de
structures
17
les structures constitutives de
phrases
Voir en pages annexes (sur le cédérom joint au mémoire) la brève histoire de la grammaire que nous avons retracée.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
Nos deux auteurs de référence représentent deux cadres opposés d’analyse de la langue pour la
grammaire scolaire : l’analyse très ancienne par l’identification des éléments, l’autre analyse plus
récente par l’identification des structures, qui bouscule la première, mais la complète. Nous devons,
tout particulièrement pour l’un, l’apparition d’une approche descriptiviste de la grammaire dont les
catégories grammaticales demeurent vingt siècles plus tard et pour l’autre, une approche
fonctionnelle et structurale de la langue dont les opérations de transformations et d’identifications
de propriétés grammaticales servent toujours. L’observation des pratiques de classe grammaticale
nous révèle une grammaire un peu plus particulièrement centrée sur le mot que sur la structure de la
phrase dans les petites classes (études des noms, des adjectifs, des verbes…), en revanche au cours
moyen les leçons portent plus sur les relations syntaxiques entre les structures et la caractérisation
de leurs propriétés. Notre exploration n’est pas suffisamment importante pour toutefois affirmer un
net clivage, puisque nous avons pu observer quelques exceptions significatives.
La tradition attribue à Denys le Thrace, qui fut un disciple du grammairien Aristarque, la rédaction
de la première Technè Grammatikè, du premier inventaire grammatical occidental. La contribution
de Denys le Thrace à la pensée grammaticale succède aux apports d’Aristote et des stoïciens. Ces
derniers
auraient été les premiers à produire des observations, non pas purement logiques ou
philosophiques sur le langage, mais aussi morphologiques, s’intéressant au cas du nom et aux
flexions du verbe, aux accords et aux fonctions. Pour les stoïciens, le langage n'est pas le reflet
d'une réalité préétablie : il procède non d'une reproduction, mais d'une production d'une image
structurée18. Une condition pour que la langue devienne objet d'études scientifiques dont la voie
semble désormais tracée.
Le texte de la Technè date de la fin du IIème siècle avant notre ère. Il forme un bref manuel
synthétique qui condense en quelques pages toute la taxinomie et la terminologie élaborées lors des
premiers siècles d’une histoire de la grammaire née dans l’espace hellénistique d’Alexandrie. Denys
le Thrace y fonde l’analyse du discours en parties. Relevant quelques incohérences, certains
chercheurs ne lui attribuent pas la paternité de tous les chapitres. La Technè traite de la grammaire
du grec, elle est un manuel d’apprentissage sur la langue grecque. Des spécialistes soulignent le
caractère « hellénocentrique » de cette réflexion grammaticale19. Ce manuel décrit de manière
empirique et méthodique les faits de langue en dehors de toute considération philosophique. Avec
Denys, le grammairien se doit de découvrir les règles grammaticales de sa langue en opérant des
recherches d’analogies, en regroupant les itérations observables dans les discours. Il développe une
étude de l’élément « mot ». Il en résulte une classification que nous utilisons encore vingt et un
siècles après. Il expose huit catégories : le nom, le verbe, le participe, l’article, le pronom, la
préposition, l’adverbe et la conjonction. C’est une méthodologie de classification dont nous
observons encore les échos dans l’observation réfléchie de la langue qui préconise un travail de
constat et de comparaison des récurrences dont on essaie de tirer un enseignement, une théorie sur
la langue.
Les vingt chapitres du manuel de Denys, qui dessinent un système grammatical, se regroupent en
deux sections. La première est assez composite : au chapitre 1 sur la définition de la grammaire20
18
19
20
« Le langage n’est pas, pour les stoïciens, le reflet d’une réalité pré-établie. L’aptitude à établir des relations entre
les objets du monde est inscrite dans toute parole, acte proprement humain. Le langage ne reproduit pas une image
structurée, il la produit. La langue peut devenir alors objet d’une description scientifique. » Denis, D, SancierChâteau A. , Grammaire du français, Librairie générale française, 1994, p. XIII et XIV.
Jean LALLOT, La grammaire de Denys le Thrace, CNRS Edition, 1998, page 4.
Définition de Denys le Thrace sur l’art grammatical : « La grammaire est la connaissance empirique de ce qui se
dit couramment chez les poètes et les prosateurs. Elle a six parties : premièrement, la lecture experte respectueuse
des diacritiques ; deuxièmement, l’explication des tropes poétiques présents ; troisièmement, la prompte élucidation
des mots rares et des récits ; quatrièmement, la découverte de l’étymologie ; cinquièmement, l’établissement de
l’analogie ; sixièmement, la critique des poèmes – qui est, de toutes les parties de l’art, la plus belle ». D’après la
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
succède un chapitre 2 sur la lecture puis les chapitres 3 et 4 respectivement consacrés à
l’accentuation et à la ponctuation. Le chapitre 5 évoque la rhapsodie, une subdivision du poème
épique, les chapitres 6 à 10 abordent la phonétique. C’est dans la seconde section que sont définies
les huit parties du discours. Lallot note que cette grammaire, si elle recense les phénomènes
linguistiques (par exemple, les « accidents flexionnels et dérivationnels »), elle n’enseigne pas les
règles qui font fonctionner ces phénomènes, en l’occurrence les règles de la flexion et de la
dérivation. Nous observons que la Technè n’est pas un « manuel de langue » pour apprendre à parler
le grec, mais un ouvrage pour étayer la description grammaticale des mots d’un texte, pour des
lecteurs sachant le grec qui ont ainsi à disposition un lexique technique indispensable pour une
analyse de leur langue. Lallot explique : « L’art grammatical dont la T se veut le compendium est,
d’une part, un art de lire, d’autre part et principalement, un art de parler du mot écrit, c’est-à-dire
de nommer les signes qui le composent – lettres et signes diacritiques - , d’en distinguer les
syllabes et de donner la quantité de chacune, de classer le mot lui-même dans l’une des huit parties
de la phrase en précisant éventuellement la sous-classe dont il relève et en énumérant les accidents
dont il est affecté. »21 Toutefois, le même auteur mentionne l’absence de la moindre esquisse de
syntaxe. La construction d’une phrase avec des mots n’est nulle part explicitée. La définition de la
phrase au chapitre 11 vise une explicitation en termes de catégories grammaticales : la phrase
possède huit parties qui sont énumérées. Aucune relation syntaxique entre les parties n’est
envisagée22. Le mode d’emploi complet des outils de la langue ne semble pas livré : une
connaissance morphologique ou syntaxique peut s’avérer nécessaire pour une identification certaine
du mot comme un nom ou comme un adverbe, d’un verbe comme indicatif ou comme impératif
dans des cas d’incertitudes. Nous avons donc affaire à un ouvrage « minimum » qui devint, cela dit,
le socle d’une connaissance académique en analyse grammaticale (en termes d’explication,
d’élucidation et d’établissement d’analogie selon sa définition de la grammaire).
À la fin du 18e siècle, la découverte du Sanskrit accroît l’idée de comparatisme et la recherche
d’une origine commune à toutes les langues humaines ; il démarre alors la quête d’une « langue
mère ». Progressivement, la grammaire, jusque-là conçue comme un raisonnement logique et
philosophique avec dans les derniers siècles des tentatives de formalisation du langage, se verra
renouvelée dans la perspective d'une langue – objet. La linguistique moderne se construit au travers
de quelques courants de pensée et d'étude sur la langue (le comparatisme, l'historicisme, le
positivisme en phonétique et en phonologie, le courant descriptif et normatif). Une mutation
épistémologique voit le passage progressif de la grammaire à la linguistique. Les travaux de
Saussure témoignent de ce renouvellement qui veut comprendre le pur fonctionnement du langage,
ici et maintenant, considéré comme système. La visée est de comprendre « comment cela
fonctionne » dans le repérage d’unités fonctionnelles. Mais les règles du bon usage normatif
continuent d’inspirer les manuels pédagogiques et utilitaires.
La partie syntaxique de la connaissance grammaticale s’est développée très lentement du monde
antique aux temps classiques, ce qui amène à penser le savoir syntaxique peu stabilisé. Les syntaxes
traditionnelles opèrent des classements plus ou moins disparates par rapport à la structure de la
langue : tantôt fondés sur des critères formels ou tantôt fondés sur des critères sémantiques ou une
énumération aussi exhaustive que possible en cas particuliers ou d’exceptions. Les syntaxes
modernes ambitionnent de corriger ces dilemmes. Le changement épistémologique qui veut rendre
scientifique la réflexion sur la langue commence avec le « structuralisme » qui entre dans la
21
22
traduction de Jean Lallot, ibidem.
Jean LALLOT, La grammaire de Denys le Thrace, CNRS Edition, 1998, page 6.
« Le mot (lexis) est la plus petite partie de la phrase (logos) construite. La phrase est une composition en prose qui
manifeste une pensée complète. La phrase a huit parties : le nom, le verbe, le participe, l’article, le pronom, la
préposition, l’adverbe, la conjonction. L’appellatif se range en effet sous le nom, comme une de ses espèces. » In
Jean LALLOT, La grammaire de Denys le Thrace, CNRS Edition, 1998.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
grammaire scolaire par la structure prototypique des phrases et des automatismes que des exercices
appropriés peuvent régler. Son principe consiste en la mise à jour des structures de la langue dans
l’idée qu’elle est constituée d’invariants, de lois d’organisation. Le structuralisme postule
l’existence de schèmes stables et d’une décomposition de la langue en des structures identifiables.
Le langage est considéré comme un système composé d’éléments (morphèmes ou phonèmes) reliés
entre eux par des principes d’opposition et de complémentarité. Bloomfield fonde en 1933 la
méthode de la grammaire distributionnaliste, influencée par les conceptions du behaviorisme dans
une logique stimulus/réponse. Dans le but d’un traitement automatique du langage par la machine, il
en réduit la dimension sémantique. La signification n'est pas prise en compte, elle est du ressort du
discours, non de la langue. Le sens est assimilé à une information transmise par la langue. Son
analyse segmente les éléments en fonction de leur répartition, de leur capacité d'association et de
substitution à l'intérieur d'un ensemble-système afin de dégager des constituants hiérarchisés entre
eux. Chaque élément est défini par sa distribution, la place occupée au sein du système et ses
possibilités de variations et de commutation. Nous retenons aussi de cette époque Chomsky comme
référent d’une grammaticalité moderne. La grammaire générative de Chomsky défend une exigence
poussée de formalisme dans la construction d'un modèle formel, calculable et opératoire. Il s'agit
d'étudier la langue en dehors de la signification. Chomsky souhaite démontrer le mécanisme
génératif de la langue, c'est-à-dire montrer comment à partir d'un ensemble fini d'axiomes de départ,
de procédures et de règles, un locuteur parvient à générer un nombre infini de phrases
syntaxiquement conformes, grammaticalement recevables. Il met en place une vision dynamique de
la structure syntaxique dans une conception exclusivement formelle de la langue, une vision
technique et scientifique du langage. Le projet, in fine, est de fonder une grammaire universelle des
langues avec le postulat de propriétés invariantes d’une langue à l’autre. On peut dénoncer les
limites de cette grammaire formelle qui ignore l'acte d’énonciation, justement objet du second grand
courant contemporain, avec la pragmatique linguistique. Cependant, la grammaire générative a fait
naître de nombreuses autres recherches, d'autres grammaires formelles à dominante tantôt
syntaxique, tantôt sémantique. Elle a aussi ouvert un vaste débat sur l'objet de la linguistique entre
conceptions technicisées et procédurales de la langue ou conception sémantique, d'usage, d'activité
de parole.
Notons toutefois que, de siècle en siècle, seules quelques modifications furent donc apportées aux
parties originelles du discours de l’école d’Alexandrie. Le participe fut rangé avec le verbe, le nom
divisé en deux parties (substantif et qualificatif) et l’interjection a été ajoutée par les grammairiens
latins. De nombreux grammairiens ou linguistes se sont appliqués depuis, nous l’avons vu, à
accroître les nouvelles distinctions, avec plus ou moins de succès. Mais l’édifice grammatical
antique semble stable. « Quant aux linguistes modernes, même s’ils ont réussi, à l‘occasion, à faire
accepter de nouveaux termes comme déterminant, quantificateur (plusieurs, beaucoup, tous),
groupe nominal, groupe verbal, cela ne s’est jamais fait au détriment de l’ancienne nomenclature :
l‘essentiel de l’édifice grec, vieux de deux millénaires, n’a pas été ébranlé. » (Germain, Seguin,
1998) La linguistique nous semble influencer bien plus les pratiques enseignantes, la méthode ou
les procédures d’enseignement qu’un contenu, un savoir académique qui a fait les preuves de sa
solidité, de sa pertinence.
En conclusion, notre approche d’une grammaire en acte, nous conduit, suite à cet éclairage
historique, à la distinction de deux pratiques didactiques en « grammaire élémentaire » :
o une didactique « pré-linguistique » où la dimension sémantique de la langue est très
prégnante, où la sémantique dit le monde ; cette didactique mène à une forme de grammaire
implicite.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
o une didactique « linguistique » où la dimension sémantique sert de validation aux études des
relations entre les structures de la phrase, où la sémantique est un outil ; la phrase est
objectivée ; la grammaire est ici explicitée.
2-4 : Les âges de la grammaire scolaire
L’enseignement d’une grammaire scolaire organisée n’est apparu qu’à la veille de la Révolution
française d’une part pour donner à la France une unité linguistique et lutter contre tous les patois, et
d’autre part afin que la langue cesse d’être à l’origine d’une ségrégation sociale. Une grammaire
académique préexistait donc à la grammaire scolaire, même si la préoccupation grammaticale était
depuis le monde antique tournée vers la transmission d’une connaissance sur la langue pour mieux
exprimer le monde. « Les Eléments de la grammaire française » de Lhomond constitue le premier
manuel scolaire. Il ne présente aucune prétention théorique et spéculative. Son unique objectif est
l’enseignement des règles d’écriture française : l’orthographe et la ponctuation. Il s’agit d’énoncer
des règles pour résoudre principalement la plupart des difficultés de l’accord orthographique. La
grammaire de Lhomond reprend les « parties du discours » (les classes de mots, leur nature) et des
règles d’accord reposant sur la notion de fonction. Cette grammaire rompt avec la grammaire
académique qui propose des théories explicatives. La grammaire scolaire est alors « plus
pédagogique que scientifique » (Compana, 1999). La grammaire de Lhomond, dans sa visée
pragmatique, se récitait comme une poésie. Elle ne faisait l’objet d’aucun exercice. Ce sont Noël et
Chapsal qui les introduisent en 1823 dans « La nouvelle grammaire française » pour une
application des règles apprises et sans nul autre souci de compréhension linguistique. Une autre
grammaire améliore les procédures vers 1850, sans démentir les ambitions proprement
orthographiques des précédentes.
En 1922, Brunot dresse méthodiquement la liste des incohérences qui prouve l’échec d’une
grammaire scolaire comme mode de connaissance de la langue. Grammairien, il tente de se détacher
de la grammaire traditionnelle, il essaye de peser sur la réforme de l'enseignement de la langue
française. Il s'oppose ainsi à la grammaire normative qui empêche « de reconnaître et comprendre
les idées sous les signes ». Ses travaux montrent la prédominance du signifié, « l'idée à signifier »
dans le signe linguistique comme l'importance du « social » dans le langage. Ce qui le rapproche
des thèses de Saussure. Pour ce grammairien atypique, le langage est à la fois un outil de
développement de la pensée, un moyen de communication et un fait sociologique. Il reconnaît, cela
dit, le mérite d'une grammaire historique facilitant la compréhension d'une règle grammaticale
évolutive, non pas immuable, mais vivante à l'image de la langue. Avec le structuralisme, l’intérêt
se déplace vers les propriétés des éléments de la langue, les combinaisons possibles, leur
fonctionnement en système et des exercices ad hoc. Les méthodes génératives ne réussissent pas
leur transposition didactique : la description de la langue sous forme de structures symbolisées avec
des arbres (ou arborescence) est trop abstraite pour les écoliers. La méthode souffre d’une
application trop rapide des théories de la recherche en milieu scolaire.
Les grammaires actuelles, plus ancrées sur la maîtrise de la langue, un nouvel enjeu sociétal fort, se
projettent essentiellement dans la production d’écrit et la langue orale. La grammaire se fait plus
thématique avec la « grammaire de texte » qui tente de supplanter la traditionnelle « grammaire de
phrase » dans certaines écoles de pensée, dans certains manuels. Les nouvelles prescriptions sur
l’enseignement grammatical de 2002 cherchent à promouvoir une méthode d’observation dont la
visée demeure cependant identiquement la maîtrise de la langue française. Celles de 2007
réaffirment la phrase comme support à tout apprentissage de la grammaire.
Somme toute, ce bref détour historique montre que peu de choses ont vraiment changé dans la
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
grammaire scolaire, même si elle fut secouée par la vague linguistique qui marqua nombre de
parutions dans les années 1970-1980. Actuellement, elle se trouve aux prises entre traditions et
innovations. Notons qu’elle demeure encore en maints endroits largement parente avec la
grammaire de Lhomond dont les buts furent « ortho-centrés » : faire apprendre l’orthographe aux
élèves et évaluer leurs compétences à l’aune des dictées qui demeurent avec le calcul et la poésie
l’une des plus fortes représentations que nous avons de l’école primaire. Le souci de l’accord
orthographique demeure prépondérant pour la majeure partie des enseignants de l’élémentaire.
Nous remarquons qu’historiquement la logique d’enseignement grammatical fut abondamment plus
pragmatique que scientifique : d’où les « recettes » ou les « astuces » pour déterminer la fonction
d’un mot que certains peuvent ériger en « notions » ou en « conceptualisations ». Mais qui ne sont
pas, à nos yeux, des « hérésies » grammaticales, mais des passages obligés, des « concepts
provisoires » sur le long chemin de la conceptualisation grammaticale. Une position que nous
tenterons d’élaborer et prouver dans les chapitres suivants relatifs à nos études empiriques.
2-5 : Evolution de la prescription didactique
De 1930 à 1949, nous pouvons considérer que l’institution scolaire s’inscrit dans la continuité de
celle de son père fondateur Jules Ferry. Les instructions officielles de 1923, toujours en vigueur en
1949, spécifient : « Pour bien enseigner aux enfants ce qu’il n’est pas permis d'ignorer, il faut
savoir choisir et doser, selon leur âge, les connaissances qu’ils auront à assimiler... Mieux vaut
laisser l’enfant dans l’ignorance que de lui imposer un enseignement prématuré. »23 Une idée
toujours aussi prégnante chez un certain nombre d’enseignants au début du XXIe siècle au sujet de
la grammaire. Faisant référence à celles de 1887, ces instructions de 1923 préconisent aussi la
méthode expérimentale qui associe l’élève au maître dans la recherche de la connaissance. La
lecture et la langue française y sont deux disciplines distinctes qui composent deux chapitres
séparés. Les finalités de l'enseignement de la langue française (I.O. de 1923 et 1938) conduisent
l'enfant à exprimer sa pensée « en un langage correct » et contribuent à la consolidation de l'unité
nationale. Le cours de français comprend la récitation, le vocabulaire, la grammaire et
l'orthographe, l'élocution et la rédaction. Les instructions de 1938 reconnaissent que la langue
française n’est pas la langue maternelle de tous : il s'agit « d'enseigner la pratique exacte et sûre de
la langue. Cette connaissance une fois acquise, l'étude de la langue française devient un
enseignement de culture. »24 Cette prescription a pour visée le passage d'une pratique linguistique
coutumière du milieu de l'enfant vers une pratique institutionnelle ou sociale, celle du bon usage de
la langue. Il est rappelé que l'apprentissage des mécanismes linguistiques exige beaucoup de temps
à l'école primaire, les explications sur les faits de langue ne pouvant intervenir trop tôt dans la
réflexion des élèves. Une conception qui perdure de nos jours. Au cours préparatoire, il est prescrit
une initiation à l'orthographe consistant en la copie, afin de les fixer en mémoire, des mots difficiles
dont la correspondance phonique et graphique n'est pas certaine. Au cours élémentaire, la
grammaire doit s'apprendre de manière concrète. Le texte doit être le support qui facilite la
compréhension de la « fonction habituelle » du nom, de l'article et du pronom, de l'adjectif et du
verbe. L'élève doit être amené « par la pratique du langage parlé ou écrit, à classer avec précision
les formes verbales. »25 L'enseignement de la grammaire s'avère plus complet au cours moyen : il
est préconisé une étude de la syntaxe. On passe des éléments constitutifs de la phrase et de leur
fonction, à l’étude au cours moyen de leurs articulations entre eux, entre autres avec la ponctuation.
De façon générale, l'apprentissage grammatical doit, selon ces instructions officielles, rester
23
Bibliothèque pédagogique EDESCO, Programmes et instructions de l'enseignement primaire, 1947, page 6.
Leterrier L., Programmes et instructions (1948-1952), page 88, cité par Marie-Claire Durand in « La maîtrise du langage et de la
langue française à l'école », SCEREN, 2004
25
Bibliothèque pédagogique EDESCO, Programmes et instructions de l'enseignement primaire, 1947, page 12.
24
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
modeste et progressif en allant du plus simple au plus compliqué. La méthode suggérée est
déductive. Il s'agit de retrouver en mémoire la règle apprise par cœur pour l'appliquer lors de la
phase d’exercice. Dans les instructions de 1923, l’écrit prédomine sur l'expression orale. L'école
semble le lieu où l'on écrit. L'objectif premier est en effet de conduire les élèves à écrire dans une
langue française correcte à l'orthographe difficile. Il semblerait qu'au début du XXe siècle, étudier
la langue ou faire de la grammaire est essentiellement apprendre l'orthographe. « L'enseignement
de l'orthographe, c'est-à-dire de la lecture et de l’écriture françaises, a profondément influencé,
orienté le développement de l'école, et a certainement contribué à lui donner cette forme
hiérarchique et centralisée si caractéristique de notre éducation nationale. » (Chervel, 1977)
L'école de 1923 confirme une grammaire scolaire traditionnelle, née à la fin du XIXe siècle, à
vocation essentiellement orthographique qu’elle déclare comme « La grammaire ». Celle-ci est un
corpus développé pour ses propres besoins d'enseignement. Elle écarte tous les « usages
linguistiques vivants ». Une thèse confirmée par André Chervel : « Il semblait s'avérer, en effet, que
l'enseignement français avait délibérément fabriqué, à des fins pédagogiques sa propre grammaire,
et avait su l’imposer en la faisant passer pour la grammaire du français. »26 Le grammairien F.
Brunot conteste aussi le primat donné à l’orthographe : « Tant qu'on n'aura pas abjuré, tant que
l'orthographe restera ce qu'elle est, aussi longtemps que le préjugé public attribuera une valeur de
premier ordre à la connaissance de pures conventions d'écriture, l'enseignement véritable de la
langue en souffrira ; il restera gêné, étouffé, faussé, au moins dans les classes élémentaires. Les
arbres empêchent de voir la forêt. » (Brunot, 1936)
La rénovation pédagogique, et plus particulièrement celle de l'apprentissage de l'orthographe
préconisée par Brunot, ne verra pas le jour. Néanmoins, il sera ajouté, dans un certain nombre de
manuels scolaires, aux exercices grammaticaux traditionnels, des exercices d'expression des idées et
des différentes manières de les exprimer. La circulaire du 5 octobre 1950 signale « les étapes à
franchir aux différents cours » de l'école élémentaire, une progression dans l'analyse de la
proposition et de la phrase. : « ce que nous recherchons, c'est, dans la proposition, la
reconnaissance, autour des mots clés (verbe, sujet, complément), des groupes de mots qui
grammaticalement et sémantiquement sont inséparables, et, dans la phrase, la découverte du
rapport des propositions entre elles ou avec les mots dont elles dépendent .»27
Dans la circulaire du 19 octobre 1960, nous lisons que les élèves quittant la classe de CM2 doivent
pouvoir lire couramment un texte simple et connaître les règles élémentaires de la grammaire et de
la conjugaison. Une bonne maîtrise de la langue orale et de la langue écrite est attendue dans une
visée de production cohérente des idées, dans un petit paragraphe écrit. La circulaire du 31 août
1961 présente, dans le cadre des connaissances acquises à la fin du CM2, l'analyse d'une phrase
type avec un modèle qui est donné, extrait de l'oeuvre de Chateaubriand. La prescription
méthodologique incite les maîtres d'école à une pédagogie de l'exemple et de l'apprentissage par
cœur. L'exemple doit rappeler la définition ou la règle chez l'élève. La circulaire précise bien : « Il
est rappelé que ces exemples, avec les définitions et les règles qui sont formulées, doivent être
retenus par cœur. » Une méthodologie qui tente toujours les praticiens.
La rénovation du système éducatif avec la loi du 11 juillet 1975 marque bien l’« après mai 68 »
avec son principe général d’égalité des chances afin de former des citoyens agissant dans une
société « libre ». Les objectifs scolaires se définissent désormais dans le cadre d’une pédagogie par
objectifs. Dans la foulée des travaux de la commission Rouchette, les nouvelles instructions pour
l’enseignement du français sont publiées dès 1973. Elles répartissent le champ disciplinaire en deux
26
27
Chervel, A. , … et il fallut apprendre à lire à tous les petits Français, Histoire de la grammaire scolaire, Payot, 1977,
page 9,10.
Chervel, L'enseignement du français à l'école primaire, textes officiels, tome 3, 1940-1995, INRP, Eds Economica,
1995, p. 119.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
grandes familles d’activité : les activités de communication (occupant la plus grande place de la
prescription) et les activités spécifiques, outils des précédentes. Le vocabulaire, l’orthographe, la
conjugaison et la grammaire en font partie. Il est affirmé que cet enseignement ne peut ignorer les
apports de la linguistique moderne. Ces instructions s’opposent à une mémorisation et application
de règles systématisées. L’essentiel n’est plus là, mais dans l’élaboration par l’élève, dans une
démarche de découverte, des règles grammaticales, peu nombreuses et construites à partir d’une
pratique déjà identifiée. La notion de transdisciplinarité apparaît avec le souci de lier les exercices
grammaticaux avec les activités de classe. Il est recommandé une progression dans l’étude de
groupe de mots définis à partir de leurs fonctions (groupe sujet, groupe complément…), non pas
l’étude de mots isolés. Nous sommes ici dans une analyse fonctionnelle de la phrase. Au C.P.,
l’élève fera des découvertes sur le fonctionnement de la langue à partir de l’observation visuelle de
la langue écrite et de l’observation auditive de la langue orale (étude essentiellement portée sur des
indices morphologiques et phonologiques avec par exemple les variations des marques usuelles du
genre et du nombre). Au cours élémentaire, de nouvelles formes d’exercices, visant à familiariser
l’enfant avec des « structures » non spontanées, sont conseillées. On parle d’exercices structuraux
qui fondent un apprentissage de type implicite de la langue. L’apprentissage s’exerce d’abord par
l’usage, avant de mémoriser la terminologie grammaticale au cours moyen. Les exercices de
transformation, de substitution, de déplacement sont destinés à construire des automatismes. Un
usage et une manipulation qui doivent laisser place ensuite à la réflexion. L'exercice de
reconstitution de texte est aussi suggéré. Nous observons ici une prescription qui influence partie
des enseignants que nous avons filmés et que nous avons catégorisés en trois familles
d’apprentissage/enseignement grammatical, sur lesquelles nous reviendrons.
Avec les programmes de 1985, de 1995 puis 2002, ainsi qu’avec la loi d’orientation générale de
1989 qui place résolument l'élève au centre du système éducatif, nous entrons dans la perspective de
l’école du 21ème siècle. La mission scolaire est de préparer efficacement tous les élèves du primaire
aux enseignements du secondaire au moyen d'une pédagogie adaptée et différenciée aux besoins des
élèves. En matière d'enseignement du français, les instructions officielles de 1985 et 1986 semblent
peu novatrices, mais elles confirment les orientations de 1972. L'apprentissage s'inscrit dans une
perspective résolument communicationnelle, la langue orale est toujours mentionnée comme
essentielle à l'apprentissage de la langue.
Avec les instructions officielles de 1995, la nouveauté réside dans la nouvelle dénomination en «
Maîtrise de la langue » de l'apprentissage du français. Cette maîtrise de la langue est placée au rang
de compétences transversales fondamentales ; elle est la clé d'accès à tous les autres savoirs. Les
programmes de 1995 précisent pour le cycle 2 (CP/CE1) : « Il convient d’apprendre à l’élève à
repérer les principes de fonctionnement de sa propre langue; le maître utilise pour cela un
vocabulaire précis. La grammaire, le vocabulaire, l'orthographe sont des moyens de mieux parler,
de mieux lire, de mieux écrire et d'accéder ainsi progressivement à la maîtrise de la langue. (...) Le
maniement de la langue conduit l'élève à percevoir la signification des fonctions essentielles au
sein du texte, de la phrase et à reconnaître les groupes syntaxiques… » Pour le cycle 3 (CE2, CM1
et CM2), il est inscrit : « À la fin de sa scolarité à l’école élémentaire, le futur collégien doit avoir
acquis des connaissances de base en vocabulaire, grammaire et orthographe. Ces connaissances
permettent d’accéder à une compréhension progressive du fonctionnement de la langue (…) Il
s’agira, pour l’élève, moins d’enregistrer mécaniquement la morphologie des conjugaisons que de
s’initier à l’usage des temps et des modes, et d’en appréhender progressivement la signification »28.
Les programmes de 2002 rebaptisent la « grammaire » en « observation réfléchie de la langue ». Ils
s’inscrivent sur un autre niveau, celui d’une observation conduisant au « réfléchir » tel un chercheur
28
Programmes scolaires de 1995, édités par le CNDP. Ministère de l’éducation nationale.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
dans son « laboratoire de langue ». « L’observation réfléchie de la langue française conduit les
élèves à examiner des productions écrites comme des objets qu’on peut décrire, et dont on peut
définir les caractéristiques. Ils comparent des éléments linguistiques divers (textes, phrases, mots,
sons, graphies...) pour en dégager de façon précise les ressemblances et les différences. À cet
égard, l’observation réfléchie de la langue française doit être un moment de découverte visant à
développer la curiosité des élèves et leur maîtrise du langage, et non une série d’exercices répétitifs
mettant en place des savoirs approximatifs et l’usage prématuré d ‘une terminologie inutilement
complexe.29 » Au CP et au CE1, la grammaire est quasi absente, seul un travail d’orthographe
grammaticale sur les chaînes d’accord est reconnu. Pour l’acquisition de l’orthographe
grammaticale, les programmes demandent de privilégier la sollicitation de l’attention et de
l’observation plus que la mémorisation de règles. C’est la maîtrise du langage par les exercices de
lecture et de production de textes qui devient la priorité. Le programme de grammaire au cycle 3 est
conçu comme un exercice de réflexion sur le fonctionnement du français, et en particulier en liaison
avec la production de textes dont il convient de renforcer la maîtrise devant les difficultés
rédactionnelles des collégiens. Le postulat est d’appréhender l’élève comme un être doué de
réflexion, non pas seulement comme un « réceptacle » de règles grammaticales. L’enfant doit se
construire progressivement ses savoirs. Il est maître de son apprentissage : « Une règle
grammaticale ne résout pas toutes les questions que se pose un enfant, on lui laisse construire ses
définitions, quitte à les compléter par la suite »30. La grammaire se comprend alors comme
l’apprentissage du fonctionnement de sa langue et sa maîtrise. Elle n’est pas une fin en soi. Elle
ouvre vers une meilleure compréhension des formes écrites et une maîtrise de la production d’écrit.
« L’enfant doit avoir une attitude réflexive vis-à-vis de sa langue. Le maître doit placer l’élève en
situation d’observateur afin qu’il construise ses propres règles ou ses propres règles d’analyse ».
Quelques mouvements pédagogiques ou journaux d’instituteurs défendaient depuis quelques années
cette rénovation précise de l’apprentissage grammatical. Nous pouvions lire que plaisir peut rimer
avec grammaire selon certains didacticiens. Ce qui demande au maître de la considérer comme « un
jeu naturel » que l’enfant s’approprie pour (re)construire et (re)mesurer son savoir, son modèle
opératif qu’il possède déjà sur la langue. Placé sur un registre communicationnel, une grammaire
qui fait la part belle au texte est appelée : « Longtemps réduite à un travail sur la phrase, la
grammaire amène désormais à réfléchir à la structure globale du texte. L’apprentissage de
l’expression du temps gagne à être traité dans cette perspective plus large, avec notamment la
distinction temps verbal/temps vécu, qui donne du sens. Car un texte n’est pas une addition de
segments conjoints (sujet, verbe, complément), mais un système complexe que la grammaire
textuelle permet de décoder ». 31 L’observation réfléchie de la langue est davantage une posture
didactique prescrite qu’une formulation de contenus grammaticaux à faire apprendre aux différentes
classes d’âge d’élève. Nous notons une posture de recherche linguistique pour l’apprenant et la
volonté d’évitement d’une approximation des savoirs grammaticaux, causée par un apprentissage de
la métalangue ou d’une terminologie qualifiée, curieusement, de « prématuré ». Tel n’est pas la cas
en cycle 3 dans d’autres disciplines scientifiques, nous semble-t-il.
S’opposant à une grammaire textuelle, la dernière circulaire sur la grammaire de Janvier 2007 puis
les nouveaux programmes de l’école élémentaire d’avril 2007 réhabilitent la notion d’étude de la
langue, le principe d’une étude systématisée de la phrase. La circulaire32 indique la démarche de
29
Bulletin officiel de l’éducation nationale, hors série n°1 du 14 Février 2002, Les nouveaux programmes à l’école élémentaire. Voir
en annexe la reproduction du document complet.
30
Journal des Instituteurs, n°2, octobre 1997
31
Ibidem.
32
Circulaire n°2007-011 du 9-1-2007 parue au Bulletin officiel de l’éducation nationale n° 3 du 18 janvier 2007.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
révision des programmes : « La révision des programmes de maîtrise de la langue française
portera aussi sur la grammaire. Le cycle des approfondissements viendra structurer ces premières
connaissances, par une pratique explicite et progressive d’une grammaire centrée sur la phrase.
Les apprentissages visés en fin d’école, qui sont étroitement liés au socle commun que devra
maîtriser chaque élève, seront précisés dans ce sens.
Afin de garantir les meilleures conditions de réussite des élèves et mieux correspondre aux
exigences posées par le socle commun, les programmes en vigueur seront donc revus, pour être
rendus lisibles pour tous, sur les bases suivantes :
-
l’enseignement de la grammaire donnera lieu à des leçons spécifiques,
systématiques et progressives ;
cet enseignement rigoureux sera celui d’un savoir vivant déclinable en
connaissances, capacités et attitudes et proposera donc explicitement des modalités
de travail basées sur l’observation, la manipulation et la formalisation des règles ;
l’enseignement de la grammaire sera conduit dans toutes les classes à partir d’une
terminologie uniformisée et accessible à tous. »
Ainsi, les programmes scolaires, parus en Avril 2007, précisent que l’enseignement de la grammaire
ambitionne de donner aux élèves une maîtrise plus assurée de la langue française contribuant à
faciliter l’écriture et la compréhension des textes. Il est aussi mentionné que cet enseignement a
également pour objet de développer « la curiosité des élèves sur la langue. » Il s’agit de conduire
les élèves à examiner des écrits comme des objets qu’on peut décrire, à prendre conscience que la
langue constitue un système qui peut s’analyser. Il est conseillé de développer une attitude réflexive
sur la langue, qui incombe pour l’essentiel au cycle 3 de l’école primaire. Toutefois, au cycle 2, les
activités d’apprentissages de la lecture et de l’écriture offrent l’opportunité d’expérimenter certaines
fonctionnalités des réalités de la langue, la classe de CE1 devant prévoir un temps spécifique
d’étude de la langue (grammaire).
2-6 : Les trois points de vue grammaticaux :
L’analyse grammaticale revient au démontage d’un objet complexe qui s’étage sur deux niveaux
principaux : au niveau supérieur, nous avons les fonctions primaires qui forment la structuration
générale de la phrase (sujet, verbe, complément du verbe, complément de phrase). Au niveau
inférieur, nous comptons les fonctions secondaires : elles sont localisées à l’intérieur des groupes
(ou syntagmes) du premier découpage supérieur (par exemple, l’adjectif du nom dans le GN). Le
syntagme est une appellation moderne de la notion de groupe de mots. Le syntagme se définit
comme « une séquence de mots formant une unité syntaxique ». Il en découle trois propriétés qui
permettent l’évaluation d’une suite de mots en termes ou non de syntagme : le test de substitution,
le test d’effacement et d’addition, le test de déplacement.
L’analyse en constituants immédiats est un modèle résolument formel qui considère la phrase de
manière hiérarchisée selon des règles de combinaison que l’on peut décrire. Le principe de l’analyse
en constituants immédiats consiste à décomposer une unité syntaxique non pas d’emblée en ses plus
petites unités grammaticales, mais d’abord en ses plus grands constituants, puis à répéter l’opération
de décomposition successivement sur ces constituants.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
C’est une procédure qui souligne la hiérarchie des éléments (mots ou groupes de mots) constitutifs
d’une phrase. Sa structure d’ensemble se représente sous la forme d’un schéma en arbre33 :
P
GN
GV
Dét
Vexp
GN
Nexp
GP
N
Gadv
Dét
N
GN
adv
adv
Prép
Les
acteurs
de
Dét
N
cette
pièce
interprètent
très
bien leurs
rôles.
Ce schéma est un arbre renversé comme les arbres généalogiques. Il est constitué de points (les
nœuds) qui sont reliés par des lignes droites (les branches). Il forme une visualisation de la structure
syntaxique. Les nœuds représentent les différents types d’unités syntaxiques (ou constituants), les
nœuds terminaux correspondent à des mots, les nœuds non terminaux ou points de rencontre entre
les branches correspondent à des syntagmes (ou suite de mots). Les branches reliant directement un
nœud inférieur à un nœud supérieur symbolisent la relation « est constituant immédiat de ».
Qu’il s’agisse de mots ou de groupes de mots, un symbole catégoriel est attaché à chaque nœud du
schéma. Les arbres visuels constituent des moyens parmi d’autres pour figurer la structure
phrastique de manière à la fois catégorielle et hiérarchique. Tout équivalent est une représentation
en ligne avec un système de parenthèses emboîtées les unes dans les autres. C’est le système que la
33
Exemple issu de Riegel, Pellat et Rioul, Grammaire méthodique du français, coll. Quadrige, PUF, 2004, p.113.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
grammaire scolaire a retenu.
Les schémas en arbre illustrent le caractère doublement relationnel de tout rapport syntaxique. Tout
constituant de la phrase y voit son statut syntaxique qui est défini de manière simultanée par deux
types de relations solidaires :
o par une relation intégrative : comme constituant immédiat, il participe directement à la
constitution d'un syntagme d'ordre supérieur ;
o par une relation distributionnelle : toujours comme constituant immédiat, il est directement
lié aux constituants de même niveau avec lequel il forme un syntagme de niveau supérieur.
Ainsi dans la phrase « Le chat de la voisine aime la bonne cuisine », le groupe nominal « la bonne
cuisine » est le deuxième constituant immédiat du groupe verbal : « aime la bonne cuisine »
(relation intégrative). Du coup, ce groupe nominal est également en rapport syntaxique direct et
linéaire avec le verbe « aime », premier constituant immédiat de ce même groupe verbal (relation
distributionnelle). Ainsi, les relations intégratives et distributionnelles permettent-elles une lecture
positionnelle des fonctions syntaxiques. L'idée est de permettre l'identification des diverses
fonctions de la phrase simple sans recourir à la signification.
La tradition grammaticale répartit les mots en neuf parties du discours : le nom, l'article, l'adjectif,
le pronom, le verbe, l’adverbe, la préposition, la conjonction et l'interjection. Les grammaires
traditionnelles ont généralement défini ces parties de manière sémantique et notionnelle, tant et si
bien que ce type de classification est dépourvu d’un réel pouvoir discriminant. Les définitions
s'avèrent imprécises ou extensibles. Parfois, elles se superposent d'une classe à l'autre. Nous lisons
par exemple que le nom désigne les êtres vivants, les choses, les qualités ; lorsque l'adjectif
qualificatif exprime la manière d'être d'une personne ou d'une chose, bref également la qualité. Le
verbe exprime un état ou une action faite ou subie par le sujet, lit-on dans le Dictionnaire de
l’Académie française de 1932, alors que le nom – de même – peut aussi désigner des procès
(course, destruction) ou des états (tristesse, obséquiosité). Du coup, nous observons que les
propriétés sémantiques ne permettent pas de distinction univoque des différentes parties du
discours, comme le soulignent Riegel, Pellat et Rioul (2004). Ces catégories, ainsi
traditionnellement définies, reposent davantage sur une connaissance intuitive de la langue que sur
des critères formels et explicites. La catégorisation syntaxique s'exprime donc sous des formes
d'équations du type : P. = G.N.S. + G.V. (groupe nominal sujet + groupe verbal) qui produisent des
sous catégorisation du type : GV= V + GN (verbe + groupe nominal) & GN = N + D (nom +
déterminant).
La grammaire constitue une construction intellectuelle destinée à la description de la structure et des
règles d’une langue. Cette construction varie selon les écoles grammaticales ou linguistiques
auxquelles elle se rattache et qui fournissent des modèles descriptifs rigoureux, mais différents.
Dans tous les cas, l’approche grammaticale produit un nouveau rapport à la langue pour les
apprenants : l’objet du réel devient un objet épistémique. La pratique langagière est objectivée en
une modélisation qui modifie le contact personnel à la langue en production comme en
compréhension : de nouvelles marques syntaxiques permettent un nouveau contrôle et une
planification personnelle de la pratique du langage. L’apprenant passe ainsi d’une posture
épilinguistique de manipulations inconscientes de données langagières à une posture
métalinguistique où, avec conscience, le locuteur décode les finesses de la langue ou par exemple
imprime à ses productions une gamme de nuances que seule une connaissance fine du système
langue autorise. Vargas explique que la modification du rapport au langage qu’occasionne
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
l’apprentissage en classe de grammaire vaut celle « que l’usage du dictionnaire introduit dans le
rapport aux mots ». Il ajoute : « qui définirait le chien comme « un mammifère carnivore
digitigrade » ou comme un « mammifère domestique de l’ordre des carnassiers ; famille des
canidés » ; ou un chèque comme un « écrit par lequel une personne donne l’ordre de remettre, soit
à son profit, soit au profit d’un tiers, une certaine somme à prélever sur le crédit de son compte
chez une autre personne ? »34 Nous voyons avec la grammaire tout le passage de la pratique à la
théorie, un mouvement vers la conceptualisation d’un modèle opératoire, une conceptualisation que
nous inférons comme nécessairement progressive. L’objectif de l’apprentissage grammatical est de
faciliter l’accès de l’enfant aux « potentialités » qu’offre le langage.
Analyser la langue suppose de surfer sur plusieurs domaines de la description linguistique : la
composante phonologique, la composante morphologique, la composante syntaxique, la
composante sémantique, la composante pragmatique. La grammaire scolaire retient généralement
seulement trois domaines d'investigation : le plan syntaxique (ou morpho-syntaxique), le plan
sémantique, et le plan énonciatif (qui se démarque de la sémantique par son empan textuel qui le
caractérise).
La composante phonologique relève de la phonétique, des sons, des syllabes, de l'accentuation, de
l'intonation. La composante morphologique relève de la forme. Visuelle, elle est traditionnellement
définie comme l'étude de la forme des mots. On distingue la morphologie lexicale qui étudie les
mécanismes qui président à la formation des mots et la morphologie fonctionnelle due à la variation
de la forme des mots selon les catégories du nombre, du genre, de la personne. La morphologie
fonctionnelle est largement tributaire de la syntaxe. La plupart de ses phénomènes composent une
unité mixte : la morpho-syntaxe qui traite des variations formelles des mots dans des cadres
syntaxiques. Le meilleur exemple paraît la question de l'accord orthographique.
La composante syntaxique trouve sa définition dans l’étymologie du terme. En grec, « syntaxis »
signifie mise en ordre, disposition, assemblage. La syntaxe décrit donc fidèlement la manière dont
les mots se combinent pour former des phrases, des constituants ou groupes de mots. La syntaxe
française montre un caractère non arbitraire de l'ordre des mots. La « combinatoire syntaxique »
détermine le regroupement des mots en « syntagmes », lesquels forment un niveau intermédiaire
entre l'unité « mot » et l'assemblage « phrase ». La phrase est le cadre « naturel » des
regroupements, le niveau hiérarchique supérieur de l'organisation des énoncés. L'analyse syntaxique
constitue en définitive une oeuvre de « démontage », de qualification et de mise en évidence des
relations entre chacune des parties de la phrase (avec des phrases à groupe unique convoquant
l’analyse grammaticale et des phrases avec des groupes logiquement enchâssés, invitant à l’analyse
logique).
La composante sémantique prend pour objet l'étude du sens qui est véhiculé par les formes
linguistiques. Elle décrit la compétence d’interprétations d'énoncés et d’évaluation de leur « bonne
» formation au regard du sens. Elle décrit aussi la capacité à reconnaître intuitivement la
synonymie, la paraphrase, l'implication, l'incompatibilité qui sont autant de relations au sens. La
sémantique lexicale fonde une théorie du sens des morphèmes lexicaux tandis que la sémantique
grammaticale s'intéresse au sens des morphèmes grammaticaux (description des valeurs des
catégories flexionnelles de la personne, du nombre, du temps, du mode et de la voix, et d'autre part,
description de la signification des relations syntaxiques entre les constituants de la phrase.
La composante pragmatique (du grec « pragma » signifiant « action ») ou composante pragmalinguistique envisage les énoncés comme des outils d'interaction communicative. L'activité
langagière est considérée comme une pratique intersubjective, finalisée et réglée par des principes
34
Vargas Claude, Grammaire pour enseigner, une nouvelle approche théorique et didactique, Armand Colin, Paris,
1992, p.7.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
d'efficacité et de « bonne conduite communicative ». Une phrase syntaxiquement parfaite peut
ainsi, en référence au contexte, à la situation écologique, se révéler communicativement incongrue
et inefficace. Il s'agit des études sur les actes de langage, le sens des connecteurs argumentatifs, les
embrayeurs et anaphores. Nous sommes plongés ici dans la langue en action et en contexte ; dans sa
dimension thématique (énonciative).
Selon Vargas, « toutes les grammaires ne sont pas équivalentes ». Il associe l’étude du sens à
l’étude de la forme et de l’énonciation. L’étude du sens relève de la sémantique, du rapport au
monde et au réel. L’étude de la forme comprend la morphologie (les catégories grammaticales et
leurs caractéristiques formelles), la syntaxe (la construction des phrases, l’ordre des mots, les
fonctions des syntagmes et des propositions) et la morphosyntaxe (les accords du verbe, des
adjectifs…). L’étude de l’énonciation relève de la « pragmatique » qui analyse l’organisation du
flux informationnel entre locuteurs, les interactions et les actes de langage… À partir de ces
distinctions, Vargas analyse (dans une perspective scolaire) une phrase selon trois points de vue :
sémantique (la référence au monde), morpho-syntaxique (la référence à la forme grammaticale),
énonciatif (la référence au discours).
Nous voyons d’ailleurs que le sujet peut être un sujet du discours (« il y a »), un sujet sémantique
(« le sujet de l’action ») ou un sujet grammatical (« dans une relation sujet/verbe ») avec les
éléments de corpus ci-dessous, extraits du protocole de Marielle, CE1 :
M- Samantha ?
E- Dans la voiture, il y a une dame et un monsieur.
M- Oui, oui, euh, je préférerais que la phrase, elle commence par une dame et un monsieur. Célia.
E- Ils se promènent.
M- Qui?
E- La dame et le monsieur.
M-La dame et le monsieur se promènent, ça vous va ?
E- En voiture (l’élève parle en même temps que la maîtresse qui ne l'entend pas)
E- Oui.
M- Qu'est ce que vous vouliez préciser ?
E- Une dame et un monsieur se promènent en voiture.
M- Une dame et un monsieur se promènent en voiture, par exemple.
Ce « il y a » introduit une autre forme de sujet (le sujet impersonnel, le sujet du discours). Ce « il »
ne renvoie à aucun agent dans la réalité, « il » est un sujet apparent comme dans la phrase : « De
nos jours, il se vend une quantité de fruits frais » où le sujet logique (ou réel) est « fruits frais ». De
même, avec « il y a une dame et un monsieur dans la voiture», une dame et un monsieur sont des
sujets logiques, des sujets réels. On peut dire que ce « il » ne représente rien de précis comme pour
« il pleut ». C’est seulement un indicateur de la 3e personne puisque tout verbe conjugué (sauf à
l’impératif) doit normalement être introduit par un pronom personnel à défaut d’autres sujets
(Grévisse, 2001 p. 305). L’enseignante est donc obligée d'invalider cette formulation conformément
à l'objet de sa séquence, à son objectif d'apprentissage : « trouver le sujet du verbe », c'est-à-dire un
sujet syntaxique. Dans cette phase interactionnelle, apparaissent donc plusieurs sujets : le sujet du
discours « il » (ce dont on parle), le sujet de l'action « Madame et Monsieur » (celui qui fait
l’action, l’actant) et le sujet syntaxique (celui qui appartient à la relation sujet/prédicat et constituant
essentiel auprès du verbe lui donnant sa marque de conjugaison).
Ainsi, nous revenons à Vargas dont nous reprenons à notre compte ses principes dans le tableau
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
suivant, qui est valide dans la plupart des situations phrastiques35, dont celle que nous venons
d’exposer :
Une dame et un monsieur
Point de vue sémantique
actant
Point de vue morpho- sujet
se promènent en voiture.
procès
prédicat
syntaxique
Point de vue énonciatif
rhème
thème
Vargas précise que les grammaires scolaires mélangeaient les points de vue sémantiques et morphosyntaxiques en définissant par exemple la notion de « sujet grammatical » (point de vue morphosyntaxique) comme étant celui qui fait (ou qui subit) l’action exprimée par le verbe (l’actant du
point de vue sémantique). D’autres grammaires mélangent les points de vue morphosyntaxiques et
énonciatifs, en définissant, pour garder le même exemple, le sujet grammatical (point de vue
morpho-syntaxique) comme étant ce dont on parle (le thème du point de vue énonciatif) »36.
Les didacticiens actuels semblent privilégier l’articulation de ces trois points de vue linguistiques.
Ils remarquent que la plupart du temps l’accès à la langue chez l’élève est sémantique ou
pragmatique et qu’il convient non pas d’évacuer ces deux points de vue au profit du seul point de
vue formel grammatical (ou morpho-syntaxique) mais de s’en servir comme base de théorisation
pour amener les élèves à passer des concepts quotidiens aux concepts scientifiques, ce que nous
pouvons observer en pratique enseignante dans nos corpus.
Conformément à notre hypothèse de paliers de conceptualisations grammaticales, ces trois points de
vue linguistiques en constituent une trame dont voici quelques illustrations. Les tableaux suivants
définissent des paliers de conceptualisations en relation avec l’emploi d’un épi / méta langage et de
définitions qui vont de « vérités provisoires » à des « vérités instituées ». Nous concevons des
« paliers de conceptualisation et définition » pour une même notion grammaticale, que nous
hiérarchisons en paliers de conceptualisation et définitionnels sémantique, thématique, morphosyntaxique et syntaxique.
« Paliers de conceptualisation et définitionnels du sujet »
Palier
sémantique,
épilangage sémantique
Palier thématique, texte
épilangage thématique
35
36
Le sujet du verbe est le nom désignant la personne, l'animal, ou la chose qui fait ou
qui subit l'action. On le trouve en plaçant devant le verbe: qui est-ce qui?
Le groupe sujet indique le thème de la phrase, c’est de quoi ou de qui on parle. Le
groupe sujet dit, à celui à qui on s'adresse, ce dont on parle. Le groupe verbal
indique ce qu'on en dit, le groupe verbal est le propos ou prédicat de la phrase. Il
avance une information nouvelle concernant le sujet.
Autre définition pour le palier thématique : La fonction sujet est occupée par le
premier "actant" de la phrase, c'est-à-dire la réalité qui a, la première, un rapport
avec le verbe et participe à l'acte qu'il exprime. Animé ou non, concret ou non, le
sujet fait ou subit l'action exprimée par un verbe d'action, il vit l'état exprimé par un
verbe d'état. (version plus complexifiée d'une définition sémantique émanant d'une
grammaire de texte/discours)
Ibidem, page 9.
Ibidem, page 9 et 10.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
Palier
syntaxique/
métalangage
syntaxique
morphovisuel,
morpho-
Le sujet donne sa marque de conjugaison au verbe. On peut le remplacer par un
pronom personnel. Le sujet est le mot qui se trouve devant le verbe.
Palier
syntaxique,
métalangage syntaxique
Le sujet est un constituant obligatoire de la phrase. Il forme avec le verbe la phrase
simple dans une relation grammaticale sujet/prédicat qui impose au verbe des
marques de conjugaison.
P: GS+GV.
« Paliers de conceptualisation et définitionnels du complément »
Palier
sémantique,
épilangage sémantique
Palier
texte
thématique,
/
épilangage thématique
Palier
syntaxique/
métalangage
syntaxique
morphovisuel,
morpho-
Palier
syntaxique,
métalangage syntaxique
Le complément complète le sens apporté par le verbe. Puisque comme le sujet, il
joue un rôle sémantique par rapport au verbe. La formule « c’est… que » permet
d’identifier le complément d’objet, les questions « où, quand, comment, qui ? »
permettent d’identifier les compléments circonstanciels. Le complément d’objet est
« la personne ou l’objet sur laquelle passe (« transite ») l’action exprimée par le
verbe et effectuée par le sujet.
Le complément apporte un complément d’information appelé par le sens du verbe.
Le complément donne une information nouvelle qui influe sur la signification de la
phrase ou du texte. Selon les cas, cette information est facultative ou bien
indispensable à la bonne formation de la phrase. L’information nouvelle touche le
niveau de la phrase pour le complément de phrase (ou circonstant), ou bien le niveau
du verbe (ou COD/COI) pour le complément de verbe.
Le complément de phrase peut être placé en début ou fin de phrase…
Le complément comporte deux grandes classes : le complément de phrases et le
complément de verbe. Leur positionnement dans la structure phrastique diffère ainsi
que leur comportement syntaxique : le complément de phrase (ou circonstant) est
supprimable, remplaçable et déplaçable alors que le complément de verbe est
indispensable au groupe verbal. Le complément de verbe (COD ou COI) est un
syntagme de type nominal ou prépositionnel qui appartient au groupe verbal, le
complément de phrase, comme constituant immédiat de la phrase, ne dépend pas
d’un autre syntagme et en particulier n’est pas régi par le verbe.
« Paliers de conceptualisation et définitionnels du pluriel »
Palier
sémantique,
épilangage sémantique
Palier thématique, texte
épilangage thématique
Palier
syntaxique/
métalangage
morphovisuel,
morpho-
La réalité qui est désignée par un nom se caractérise avant tout en masculin/féminin
et en singulier/pluriel (en genre et en nombre). Le pluriel est précisé par l'article.
L’aspect sémantique revient à poser une question « combien de ? » avec comme
réponse « un peu, beaucoup ? »
Le pluriel désigne plusieurs êtres ou plusieurs ensembles d’ êtres contrairement au
singulier qui n’en désigne qu’un. Le pluriel donne une information signifiant
« plusieurs » en termes d’acte/actant. Le nombre (singulier ou pluriel) n’est attribué
au nom que dans l’instance du discours. Il résulte d’un choix du locuteur guidé par
des besoins d’ajustement référentiel (unicité ou pluralité du référent désigné par le
GN).
Le pluriel du nom se forme en ajoutant un « s » au nom singulier. Les verbes ont un
pluriel en « ent ».
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
syntaxique
Palier
syntaxique,
métalangage syntaxique
Le pluriel est la marque du nombre pour le nom et le verbe. Si le genre est inhérent
au nom, le nombre est précisé par le déterminant (article). La notion de genre
distingue le féminin du masculin, celle de nombre le singulier du
pluriel.
« Paliers de conceptualisation et définitionnels d’adjectif »
Palier
sémantique,
épilangage sémantique
Palier thématique, texte
L’adjectif qualifie le nom, il donne au nom une qualité. Il sert à préciser une qualité,
une caractéristique d’un être animé ou d’une chose inanimée.
L’adjectif donne plus d’exemples, plus de détails, plus d’informations. Le mot
« adjectif » signifie étymologiquement « qui s’ajoute » pour qualifier le nom avec
des références supplémentaires.
épilangage thématique
Palier
syntaxique/
métalangage
syntaxique
morphovisuel,
morpho-
Palier
syntaxique,
métalangage syntaxique
L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne. En
d’autres termes, l’adjectif est un mot dont la forme peut varier en genre et en
nombre, mais contrairement au nom, il ne possède pas lui-même un genre. Ce
dernier est déterminé par le terme auquel il se rapporte.
L’adjectif est une expansion du nom. Ajouté à un nom, il ne modifie pas les rapports
fonctionnels préexistants dans la phrase. Epithète, il fait partie du Groupe Nominal ;
en revanche, attribut du sujet, l’adjectif appartient au groupe verbal. Il peut aussi être
placé en apposition. L’épithète complète le nom sans l’intermédiaire du verbe,
contrairement à l’attribut qui caractérise le sujet par l’intermédiaire du verbe.
L’adjectif forme une classe grammaticale (une catégorie grammaticale) comme les
noms ou les verbes.
Nous verrons donc, dans notre partie empirique, que les points de vue sémantiques, thématiques
(énonciatifs), et morpho-syntaxiques apparaissent dans les pratiques de classe grammaticale en
école élémentaire comme une voie d'accès à un point de vue syntaxique. La grammaire scolaire
s’avère riche en niveaux d’analyse de la pratique langagière. En fonction des niveaux de classe, des
stratégies des professeurs des écoles et des objets notionnels étudiés, l’une ou l’autre méthode
d’analyse est utilisée.
La médiation grammaticale en école élémentaire, Philippe Clauzard,
CNAM, Paris, Février 2008
57
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising