PDF Site.qxp

PDF Site.qxp
Les DEBATS
Votre quotidien national
Bordj Bou Arréridj
Sept personnes décèdent
par asphyxie dans un puits
Page 24
ationale ont enregistré 179 morts et 1 255 blessés sur les routes du territoire national,
oit durant la période allant du 18 juin au 1er juillet.
Intervenant à l'ouverture de la Conférence nationale de l'éducation
Sellal veut prémunir l'école de la politique
Crise économique, la crainte
d'un malaise social
La révision de
la Constitution
perd sa priorité
Il semblerait que le gouvernement veut en finir avec tous les désaccords dans la famille de
l'Education, qui n'auront que trop duré. Après une année scolaire plus que mouvementée, le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, appelle les enseignants à consacrer la stabilité sociale en
Page 2
laissant l'école loin des «surenchères politiques».
Il y a quelques semaines
dans son message adressé à
l'occasion de la Fête de l'indépendance, le président
Bouteflika a rassuré sur le
maintien de la révision
constitutionnelle en indiquant que le projet en question est presque fini.
Cependant,
le
dernier
conseil des ministres n'a, en
aucun moment, évoqué le
sujet.
Page 3
Un million de naissances enregistrées par an
Page 24
Page 2
Malgré la rencontre Makri-Ouyahia
Une famil e de douze La natalité
personnes secourue en mer se porte bien
Le parti de Djaballah
ne quit era pas la Cnltd
Aïn Témouchent
Face au terrorisme
Quelle stratégie pour la Tunisie ?
Par Amine Bensafi
L
a Tunisie réagit au jour le jour à
des violences djihadistes qui se
multiplient et dont l'ampleur s'aggrave, mais son appareil de sécurité intérieure est globalement dysfonctionnel. C'est ce que révèle l'inquiétant rapport
d'ICG. «Les attentats de Tunis et de
Sousse, en mars et juin 2015, et les
attaques fréquentes contre la police, la
garde nationale et l'armée depuis plus de
deux ans, particulièrement dans les zones
N°
1360
-
Dimanche
frontalières, démontrent la percée significative des groupes islamistes radicaux».
C'est du moins ce que constate
International Crisis Group (ICG), dans un
rapport publié jeudi. Selon ce think thank,
«les autorités éprouvent des difficultés à
faire face à cette menace et à développer
une politique publique de sécurité. Si la
situation est en grande partie liée aux
problèmes internes des forces de sécurité intérieure, le contexte régional n'aide
guère». Et de dire que pour faire face à
cette violence, mais aussi mieux gérer
les contestations politiques et sociales,
une réforme d'envergure des est nécessaire. Examinant le dispositif sécuritaire
de ce pays frontalier, ICG indique que le
secteur de la sécurité intérieure (agents
de la sécurité nationale, police, garde
26
juillet
2015
-
nationale, Protection civile et services
pénitentiaires), se fragmente et affirme
son autonomie vis-à-vis du pouvoir exécutif et législatif au lieu de se professionnaliser et de renforcer son efficacité et
son intégrité. «Ses membres, souvent
démotivés, exercent leur métier dans une
institution déstructurée et politisée dans
le sillage du soulèvement de décembrejanvier 2010-2011 et dont les statuts
remontent à la dictature», peut-on lire.
Pendant la période de transition qui l'a
suivie, les partis politiques ont profité du
pouvoir discrétionnaire des ministres de
l'Intérieur successifs en termes de révocation, de nomination et de promotion du
personnel ; les syndicats de police censés
défendre l'institution n'ont, pour la plupart,
fait qu'aggraver ses divisions.
Page 5
Prix
:
10
DA -
Le Front pour la justice et le
développement (PJD), du chef
islamiste, Abdellah Djaballah, ne
quittera pas finalement la
Coordination nationale pour les
libertés et la transition démocratique (Cnltd) comme il l'a laissé
entendre le parti suite à la rencontre tenue à la Présidence de
la République entre le chef du
cabinet de cette institution et
une délégation du Mouvement
pour la société de la paix (MSP).
Page 3
http://www.lesdebats.com
2 Les DEBATS
EVENEMENT
Intervenant à l'ouverture de la conférence nationale de l'Education
Sellal veut prémunir l'école
de la politique
Il semblerait que le gouvernement veut en finir avec tous les désaccords
dans la famille de l'Education, qui n'auront que trop duré. Après une année
scolaire plus que mouvementée, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
appelle les enseignants à consacrer la stabilité sociale en laissant l'école
loin des «surenchères politiques».
Par Louiza Ait Ramdane
A
l'occasion de l'ouverture
de
la
Conférence nationale sur l'évaluation de la mise en oeuvre de
la réforme de l'école, Sellal a
exhorté les 450 000 enseignants à «consacrer la stabilité sociale qui reste le fondement de la stabilité nationale», précisant que «l'enseignant a le droit d'avoir des
activités politiques, mais loin
de l'établissement scolaire».
Les surenchères, qui pourraient porter atteinte à l'école, précise-t-il, ne seront plus
tolérées. Le Premier ministre
a réitéré à cette occasion, la
disponibilité du gouvernement à tenir ses engage-
s
d
r
a
Reg
i
faou
Par
I
A
al
dH
hme
ments envers les enseignants, les invitant toutefois à
«considérer la conjoncture
actuelle du pays».
En
revanche, Sellal promet à la
famille de l'Education, que le
gouvernement va déployer
tous ses efforts pour
répondre aux revendications
des syndicats à qui il est
demandé de considérer la
conjoncture actuelle tout en
sachant que les recettes
nationales ont reculé de
47,1%. Afin de mettre un
terme aux désaccords interminables entre le partenaire
social et sa tutelle, le
Premier ministre
leur a
demandé une meilleure
maîtrise des relations avec
le ministère de l'Education.
Leur rappelant qu'ils sont les
formateurs de l'élite de
demain et leur rôle est primordial, dans ce sens, Sellal
a estimé qu'il est difficile
d'admettre les «grèves illimitées qui n'émanent pas de
nos valeurs et qui prennent
en otage l'avenir des élèves
comme elles engendrent
des répercussions négatives sur eux et sur l'école».
«La meilleure solution reste
le dialogue pour lequel il faut
donner toutes les chances»,
a-t-il souligné, précisant qu'
«il voit d'un mauvais oeil un
enseignant
comparaître
devant la justice». Revenant
sur le budget consacré au
secteur de l'Education nationale, le Premier ministre a
tenu a rassurer qu'en dépit
du recul des recettes manne
financières induites par la
chute des prix du pétrole,
l'Etat poursuivra ses efforts,
en vue de doter l'Ecole algérienne de tous les moyens.
Le meilleur investissement,
selon lui, consiste en les
ressources humaines.
«Le premier poste de
dépense dans le budget de
l'Etat, avec plus de 12%» ,
a-t-il fait savoir, soulignant
que plus de 45 milliards de
dollars ont été consacrés
par l'Etat à ce secteur pour
la période 2010-2014.
Evoquant
l'enseignement dans établissements
relevant du secteur privé,
Abdelmalek Sellal a indiqué
que ces derniers doivent
respecter trois principes, à
savoir le partenariat, la responsabilité et la confiance.
«Nous ne sommes pas
contre l'école privée, laquelle doit être un partenaire de
l'école publique», a affirmé
M. Sellal, s'opposant cependant à toute forme de «dérapage et de décadence».
Le Premier ministre a, en
outre, proposé de réviser la
période et la durée des examens, citant l'exemple de
l'examen du baccalauréat
qui s'étale sur une «longue
période de cinq jours».
Par ailleurs et au sujet de
l'amélioration du service
public et de l'allègement des
dossiers d'état civil, M. Sellal
a annoncé, qu'à partir de l'année 2016, les titulaires d'un
passeport biométrique, bénéficieront automatiquement
d'une carte nationale biométrique sans fournir le moindre
dossier administratif.
L. A. R.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Ghardaïa
L'ex-maire de Berriane
interpellé par la police
La police nationale a interpellé, hier, Nacer-Eddine
Hadjadj, ex-maire de la commune de Berriane, dans
la wilaya de Ghardaïa, selon Maître Salah Dabouz,
nouveau président élu de la Ligue algérienne pour la
défense des droits de l'homme (Laddh), cité par le
journal électronique TSA. Les raisons de son interpellation par les services de sécurité ne sont pas
encore connues, selon la même source.
Nacer-Eddine Hadjadj était dans sa voiture lorsqu'il a
été interpellé dans la ville de Berriane. Sa voiture est
actuellement stationnée devant le commissariat de la
ville, et son téléphone reste injoignable.
«Il était de passage devant le barrage de la police
quand il a été arrêté. Il n'avait reçu aucune convocation auparavant», affirme, à TSA, Mohamed Debouz,
membre du bureau régional du RCD à Ghardaïa.
«Nacer-Eddine Hadjadj et d'autres personnes arrêtées à Berriane font actuellement l'objet d'un examen
de situation pour vérifier un certain nombre d'informations avec eux, dont le lieu où ils se trouvaient par
exemple au moment des derniers affrontements», a
affirmé une source de la Dgsn. Leur détention ou leur
libération dépendra du résultat de cet examen, selon
cette source. «D'autres personnes font l'objet d'un
examen de situation à Guerrara», précise-t-elle.
Dans un message posté sur sa page Facebook, le
chargé de communication du RCD rappelle que
Nacer-Eddine Hadjadj «a déjà fait l'objet de plusieurs
intimidations, arrestations et acharnement de la justice pour son militantisme et son engagement politique».
Olympiade internationale de
mathématiques
Le Premier ministre honore
les lauréats algériens
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a honoré,
hier à Alger, les meilleurs élèves algériens ayant participé à l'Olympiade internationale de mathématiques
qui s'est déroulée en Thaïlande du 8 au 16 juillet
2015.
Les élèves algériens ont occupé des places honorables à ce concours international auquel ont pris
part 104 pays. L'Algérie a été classée pour la première fois à la 62 place à l'échelle mondiale grâce à la
performance des élèves Hamdi Yacine (médaille
d'argent) et Saâdi Fayçal (médaille de bronze).
Ilyès Hamdi et Souheïb Abdeldjalil Alout ont obtenu
des mentions honorables à cette manifestation qui a
propulsé l'Algérie à la tête du classement au niveau
maghrébin, à la deuxième place sur le continent africain et à la troisième place au niveau arabe.
Le ministère de l'Education a qualifié la participation
algérienne à ce concours «d'honorable» eu égard
aux résultats obtenus grâce à l'intérêt accordé aux
mathématiques en Algérie.
Les lauréats ont obtenu des médailles, des attestations d'honneur ainsi que des cadeaux symboliques.
R. N.
e
Pétrole : fantasmes et réalité
l y a ceux qui s'inquiètent, ceux qui jubilent et
ceux qui alimentent l'inquiétude des uns et la
jubilation des autres. Ceux-ci dressent des
perspectives morbides, un cataclysme économique
qui fera s'effondrer, sous peu l'Algérie réduite à un
baril de pétrole autour duquel s'agglutinent Etat et
peuple et qui est en train de fondre. Un baril qui
représenterait tout ce que le pays produit, ou
presque. Un chiffre : 98% des recettes extérieures. Ceux qui s'inquiètent ont de bonnes raisons, ils croient, on leur fait croire que l'économie
c'est seulement ces 98%, c'est ce que leur disent
les «analystes». Pas exactement, mais c'est ce
qu'ils leur laissent comprendre, ce qui signifierait
que, bientôt, il faudra se résoudre à se serrer la
ceinture, ne plus espérer de trouver du travail,
d'obtenir un logement, fut-il social, et surtout se
préparer à de terribles restrictions sur le plan alimentaire. Les «parkingueurs» seront parmi les
premiers touchés par la raréfaction des clients
obligés de moins rouler et/ou de garer définitivement leurs véhicules, ainsi que les fast-foods qui
baisseront rideau faute de bouches à servir, sous
l'effet de la fermeture des entreprises, du chômage qui s'ensuivra et de la baisse des budgets
sandwiches. Ceux qui jubilent ont, aussi, de
bonnes raisons, les mêmes que ceux qui s'inquiètent, sauf qu'ils espèrent qu'ils pourront assister
à un déferlement de violence populaire que le
«pouvoir» ne pourra pas empêcher, puisqu'il ne
pourra plus «acheter la paix sociale». Ils jubilent
d'autant plus qu'ils pensent que les Algériens ont
été trop gâtés et qu'ils vont devoir accepter, par la
matraque s'il le faut, à revoir leurs prétentions en
se pliant à la dure loi de l'économie de marché,
celle qui connaîtra la plénitude avec le «changement» qui se profilerait, après que la révolte
populaire l'aura rendu obligatoire. Mais n'est-ce
pas s'inquiéter ou jubiler trop vite ? Il y a un autre
chiffre : 28% du produit intérieur brut (PIB). A ce
sujet la Banque mondiale écrit : «L'économie
algérienne continue de dépendre pour une large
part du secteur des hydrocarbures qui représente
environ un tiers du PIB du pays et 98% de ses
exportations». Du coup on s'aperçoit que l'économie existe aussi et, peut-être surtout, en dehors,
et que sur les 5 451 dollars de PIB par habitant, le
pétrole contribue pour 1 526 dollars, avant la baisse des prix. Baisse ne voulant pas dire tarissement des revenus, sans prendre en compte la probabilité non exclue d'une reprise des cours, il
apparaît que le bruit qui est fait cache des intentions peu avouables. La Banque mondiale nous
en dit un bout. D'après elle, «les défis économiques que doit relever le pays à long terme …
(sont) la réduction des subventions, l'amélioration de l'environnement des affaires…et la création d'emplois dans le secteur privé», parce que
«le développement du secteur privé est entravé
par les difficultés d'accès au crédit». Ce qui est
plus clair, quant au «changement» proposé. La
banque dit, enfin, que «le programme de développement actuellement mené par le gouvernement
n'a pas été à la hauteur des attentes». Elle n'a pas
besoin de définir de quelles attentes il s'agit, mais
il est évident que l'Etat est poussé à poursuivre la
désastreuse politique de libéralisation, qui finira
par détruire les dernières possibilités de développement.
A. H.
EVENEMENT
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Crise économique et crainte d'un malaise social
«Le peuple doit
savoir la vérité»
Par Sofiane Aït Mohamed
Il y a quelques semaines dans son message adressé à l'occasion de la Fête de l'indépendance, le président Bouteflika a rassuré sur le maintien de la révision constitutionnelle en
indiquant que le projet en question est presque fini. Cependant, le dernier conseil des
ministres n'a, en aucun moment, évoqué le sujet.
L
e projet de la révision
de texte fondamental
ne semble plus constitué une priorité pour le
pouvoir, car en ce contexte de
crise économique, la priorité est
donné à la gestion de cette
situation
maintenant
que
l'Algérie a perdu près de la moitié de ses recettes pétrolières à
cause de la chute des prix de l'or
noir.
Lors du dernier conseil des
ministres, la priorité a été donnée à l'aspect sécuritaire,
notamment avec ce qui s'est
passé à Aïn Defla , le jour de
l’Aïd El Fitr avec la perte de neuf
militaires de l'Armée nationale
populaire. L'autre sujet qui préoccupe, c'est la gestion des
dépenses publiques pour les
deux années à venir sachant
que les prix de pétrole ne risque
pas de connaître une amélioration à court terme. A cet effet,
une loi de finances complémen-
taire pour 2015 a été adoptée en
attendant l'application des décisions relatives à la collecte
d'impôts et l'encouragement
d'investissement.
Parmi les actions menées
par le président Bouteflika, c'est
un vaste mouvement dans le
corps des walis. Le premier du
genre opéré par le chef de l'Etat
et qui a touché 35 walis, dont
deux wilayas ont vu le retour de
deux ministres. Ces walis sont
chargés d'assurer une rentrée
sociale apaisée. Il a également
procédé à un lifting ministériel
qui a touché trois ministres, dont
celui du Commerce.
De son côté, le Premier
ministre, Abdelmalek Sellal qui
est intervenu jeudi soir dans une
émission de l'Entv a consacré
toute son intervention à essayer
de rassurer sur la gestion de la
crise économique actuelle et
affirmer qu'il s'agit de rationalisation et non d'austérité. Sellal
ne parle pas de la Constitution.
Mais peut-on vraiment espérer
arriver à une économie diversifiée en deux ans ? L'Algérie
peut-elle tenir, notamment avec
le maintien des dépenses destinées à la solidarité nationale et
la politique de subvention ? Ces
interrogations suscitent de
grandes craintes face à laquelle
la question de la révision de la
Constitution pourrait encore être
retardée.
Dans une précédente déclaration à la presse, Amar
Saâdani , SG du FLN dira que
«le
président
veut
une
Constitution
consensuelle».
Saâdani, a affirmé que «le président insiste sur l'élargissement des discussions. Peu
importe le temps que cela
prendr. Le bus attendra les
retardataires».
Après presque 10 mois
depuis la clôture d'une série de
consultations sur la révision de
la Constitution, rien n'est encore
clair sur cette initiative en l’absence de consensus.
Le président avait chargé
Ahmed Ouyahia , ministre
d'Etat,
conseiller
à
la
Présidence de mener des
consultations avec plus de 100
partenaires dont des partis politiques, des personnalités nationales et des représentants de la
société civile. Ces consultations
ont débutées le 1 juin et achevées le 8 juillet dernier.
Cependant, le silence «officiel» sur la suite du processus
de la révision de la Constitution
a laissé place à l'installation d'incertitude sur l'aboutissement de
cette initiative du président
Bouteflika. Cette dernière a été
boycottée par une partie de l'opposition regroupée aujourd'hui
dans le cadre de
la
Coordination pour les libertés et
la transition démocratique
regroupant, le RCD, le MSP, Jil
Jadid, Ennahda , El Adala et
l'ancien chef de gouvernement,
Ahmed Benbitour. Cette coordination propose une transition
démocratique.
N.B.
er
Malgré la rencontre Makri-O
Ouyahia
Le parti de Djaballah ne quittera pas la Cnltd
Par Rachid Chihab
L
e Front pour la justice et le développement (PJD), du chef islamiste,
Abdellah Djabellah, ne quittera pas
finalement la Coordination nationale pour
les libertés et la transition démocratique
(Cnltd) comme il l'a laissé entendre le parti
suite la rencontre tenue à la Présidence de
la République entre le chef du cabinet de
cette institution et une délégation du
Mouvement pour la société de la paix
(MSP). Dans un communiqué rendu public
vendredi, le PJD a annoncé son maintien à
la Cnltd tout en qualifiant «d'inopportune»
la démarche jugée contraire aux principes
et à la charte de la Cnltd qui engage le
MSP. Dans son document, la formation
islamiste rappelle que tous les membres
de la Cnltd sont tenus à ne pas négocier
individuellement avec le pouvoir et revenir
à chaque fois qu'il faut aux instances de la
Cnltd. «Toute rencontre avec le pouvoir
doit se faire dans le cadre la Cnltd et portera sur le changement démocratique dans
le pays», peut-on lire dans le communiqué
qui appelle les membres de cette
Coordination à respecter leurs engagements concernant le dialogue avec les
pouvoirs publics. Un dialogue qui doit
inclure les mécanismes de la transition
démocratique en Algérie.
Commentant les arguments avancés
par le président du MSP, Abderzak Makri,
pour justifier sa démarche, le bureau exécutif du PJD considère que la rencontre
Ouyahia-Makri arrange le pouvoir en place
et renforce sa politique et affaibli l'opposi-
3
Douibi à l'université d'été
d'Ennahda
La révision de la Constitution
perd sa priorité
Par Nacera Bechar
Les DEBATS
tion et les chances d'aller vers une transition démocratie en Algérie. Il a aussi précisé que le respect de la charte de la Cnltd
ne va pas à l'encontre de l'autonomie des
partis politiques et leur Independence.
Enfin, le parti estime que la création de
la Cnltd et le travail qu'elle a mené pendant
des mois a suscité des espoirs au sein de
nombreuses couches de la société et de la
classe politique nationale.
Il est à rappelé que le président du
MSP a répondu à ces accusations en
disant que sa formation politique n'a nullement l'intention de retourner au gouvernement ou de se retirer de la Cnltd. Il a également affirmé que sa démarche n'a rien de
surprenant puisqu'elle a été tenue dans le
cadre du respect des normes de transparenR. C.
ce.
En présence de 800 participants,
le secrétaire général du mouvement Ennahda a inauguré, hier à
Jijel, l'université d'été du parti. Il a
saisi cette occasion pour revenir,
dans son allocution, sur «la situation politique, sociale et économique» du pays qui est, selon lui,
«dans un tunnel» tout en réitérant
l'engagement de l'opposition à
parvenir à une transition démocratique.
Dans son allocution devant les
participants et les invités dont
des personnalités politiques et
des représentants de partis de
Tunisie et du Maroc, le secrétaire
général d'Ennahda, Mohamed
Douibi a d'emblé estimé que «la
crise que vit le pays remonte à la
veille de l'indépendance» et la
«mise sous tutelle du peuple
algérien». Ce qui a engendré
selon lui, «une vraie crise» qui a
fait, explique-t-il encore, que le
pays redevienne «sous-développé économiquement, socialement, culturellement et politiquement en dépit des compétences
dont il dispose». Mohamed
Douibi soutient que «l'Algérie a
besoin de tous» pour relever les
défis. Le premier responsable
d'Ennahda n'a pas omis d'alerter
sur les dangers qui guettent le
pays, notamment dans le sillage
de la chute drastique des revenus
des hydrocarbures qu'il impute à
«la mauvaise gestion» et la recrudescence des manifestations
sociales. Douibi qui assure que «
le peuple doit savoir la vérité» sur
les dépenses du budget. Sur le
rôle de l'opposition, le secrétaire
général d'Ennahda a affirmé que
«l'alliance de l'opposition (Cltd,
Ndlr) est une soupape de sécurité» pour le pays. Une expérience
phare, selon lui à même «d'assurer la continuité de l'Etat algérien». Un acquis «que le pouvoir
devait prendre en considération»,
a-t-il estimé. Sur les risques d'implosion du bloc de l'opposition
dont il fait partie, notamment
après les dernières sorties du
MSP,
le
leader
d'Ennahda
explique que dès le début, les
membres de la Cltd se sont
entendu sur «la liberté de chacun» sur son propre programme
politique. Ce qui nous unit est
transcrit sur la plate-forme de
Zeralda», a-t-il expliqué. Sur le
dernier mouvement des walis, et
le remaniement ministériel, le premier responsable d'Ennahda estime que c'est là une preuve que
«le pouvoir n'a pas changé avec
ces pratiques d'un autre siècle».
«Une fuite en avant», assène
Douibi. L'université d'été du parti
qui se poursuivra jusqu'au 27
juillet est inscrite sous le thème
«Le changement démocratique :
perspectives et défis». Plusieurs
conférences thématiques sont
prévues,
notamment
celles
qu'animeront Ahmed Benbitour,
l'ex-chef de gouvernement sur
«les défis économiques et le
changement démocratique» et
Sid Ahmed Ghozali, ex-chef de
gouvernement sur «le paysage
politique et le changement démocratique». d'autres interventions
sont aussi au programme. Citons
Mohamed Arezki Ferad, chercheur universitaire, Nouredine
Larbaoui, président du bureau
politique du parti tunisien
Ennahda, El Hachemi Djaâbou,
ex-ministre du Commerce ou
encore Abdelaziz Rahabi, ancien
ministre de la Communication et
diplomate.
S.A.M.
4 Les DEBATS
ACTUEL
Un million de naissances enregistrées par an
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Remplacement du colonel
Lakhdar Lahbiri
La natalité se porte bien
Un million de naissances ont été enregistrées en 2014 en Algérie. Un taux très
appréciable qui renseigne sur le rajeunissement de la société algérienne à travers la
multiplication des mariages, l'amélioration des conditions de vie et l'augmentation
du taux de fécondité des Algériens.
La Protection civile
apporte un démenti
La direction générale de la Protection
civile, dément les informations erronées,
rapportées par certains médias, relatives
au remplacement du directeur général de
la Protection civile, le Colonel Lakhdar
Lahbiri. Ce dernier, précise le communiqué de la cellule de la communication de
la Protection civile, «continuera sa mission de développement du secteur de la
Protection Civile». «Par ailleurs, le directeur général de la Protection civile n’a
ménagé aucun effort pour permettre au
secteur une autorité internationale attestée par la lettre de félicitations émanant
de M. le secrétaire général de
L'Organisation internationale de la
Protection civile», ajoute le même communiqué. Dans la journée d'hier, des
sites électroniques ont rapporté que le
colonel Lakhdar Lahbiri a été remplacé
par Ahmed Adli, actuel secrétaire général
du ministère de l'Intérieur.
Massi. S.
Aïn Témouchent
Une famille
de douze personnes
secourue en mer
Par M. Ait Chabane
S
elon le directeur de la
population au ministère de la Santé, de la
Population et de la
Réforme hospitalière, Amer
Ouali, ce taux de natalité qui est
passé de 600 000 naissances par
an durant les années 1990-2000
à 1 000 000 de naissances par an
l'an dernier, est une preuve
concrète de l'amélioration des
conditions de vie, notamment en
ce qui concerne le logement et
l'emploi. Il s'agit d'une situation
sociale «très normale», a-t-il
ajouté, motivée par le mariage
relativement plus jeune, notamment chez les femmes en âge de
procréation et le rajeunissement
de la société algérienne. Le
même responsable du ministère
de la Santé a rappelé, dans ce
sens, la nécessité de lancer «une
étude prospective sur le développement démographique en
Algérie et les moyens que dispose la société algérienne» afin
d'adapter cette situation aux
moyens du pays, question d'établir des équilibres entre les naissances et les conditions de vie
générales ; la scolarité, les soins,
le logement…etc. A cela s'ajoute,
bien entendu, le rétablissement
de la sécurité dans le pays après
la «stagnation» des naissances
durant les années 1990, où la
situation était très délicate, ce qui
s'est répercuté négativement sur
le vécu direct des citoyens. En
plus de la situation sécuritaire,
l'économie algérienne était également dans le rouge lors de ces
années de braise. Les opérations
de restructuration, les privatisations et autres initiatives libéra-
listes imposées à notre pays par
le Fonds monétaire international
(FMI) ont grandement influé sur
le social, en générant chômage,
malvie et précarité, ce qui expliquerait en partie la réduction des
mariages et la baisse des naissances. A ce titre, Amer Ouali a
estimé que la politique démographique de planification familiale et de régulation des naissances adoptée par l'Algérie
durant les années 1970 a porté
ses fruits, en ce sens qu'elle a
permis de suivre une politique
nationale de la population adaptée aux moyens du pays d'alors.
Il s'agit, bel et bien, d'une politique de planification familiale,
car les pouvoirs publics
n'avaient aucunement émis de
restrictions quelconques, laissant aux familles algériennes la
latitude de faire des enfants et
de s'autoréguler eux-mêmes.
Ceci étant, le directeur de la
population au ministère de la
Santé n'a pas manqué de préciser que la dynamique de natalité dépendait aussi de plusieurs
paramètres dont le niveau d'instruction des parents et le niveau
de vie, ajoutant que la régulation des naissances aide à une
meilleure prise en charge des
enfants, aussi bien pour leur
bien-être, que pour leur éducation et leur suivi scolaire.
Autrement dit, les Algériens
vivent beaucoup mieux actuellement grâce à l'amélioration
substantielle du vécu de la
famille algérienne, ses conditions socioéconomiques et la
qualité des services dispensés
dans plusieurs secteurs de la
vie nationale. N'empêche, beaucoup reste à faire.
M. A. C.
En remplacement de Amara Benyounes
Bakhti Belaïb prend ses fonctions au
ministère du Commerce
L
e nouveau ministre du Commerce,
Bakhti Belaïb, a pris, hier, ses nouvelles fonctions en succédant à
Amara Benyounes, suite au remaniement
ministériel partiel opéré, jeudi dernier, par le
président de la République, Abdelaziz
Bouteflika.
Dans son intervention faite lors de la
cérémonie de passation des pouvoirs, M.
Belaïb s'est engagé à poursuivre la politique
des réformes engagée par son prédécesseur
pour renforcer l'organisation de ce secteur
stratégique.
Il a précisé, cependant, que «nous pourrons changer de vision en fonction de l'évolution des données de la conjoncture».
Dans une déclaration à la presse, le
ministre a indiqué que selon son évaluation
personnelle des dispositifs mis en place,
jusque-là, par le ministère du Commerce
notamment pour le volet du commerce exté-
rieur, «les mesures déjà prises sont importantes et doivent être appuyées par
d'autres».
Toute en confirmant que la liberté du
commerce est un principe «irréversible», le
nouveau ministre a, cependant, souligné la
nécessité d'interdire l'entrée des produits
non conformes à la loi sur le marché national.
«C'est un travail important. Nous devons
parer à toutes les opérations commerciales
illégales qui permettent l'entrée de ces produits sur le marché national», a-t-il insisté.
Questionné par l'APS sur les dossiers
qu'il juge prioritaires en tant que ministre du
Commerce, M. Belaïb a considéré que l'acte
commercial en Algérie doit devenir «un acte
au service de la promotion de la production
nationale» notamment dans une conjoncture
de baisse des recettes en devises suite à la
chute des cours de pétrole. «Pour cela, le
commerce est utile, mais nos commerçants
développent encore des politiques qui assurent beaucoup plus la promotion des produits
étrangers que des produits locaux», constate-t-il. A ce propos, M. Belaïb souligne la
nécessité d'améliorer les standards de la
production nationale tout en facilitant l'investissement et en aidant l'acte de production à
l'instar des autres pays.
«Je crois que le potentiel de l'Algérie
dans ce domaine est important», a-t-il ajouté.
Né en 1953, M. Belaïb est diplômé en
sciences commerciales de l'Institut national
du commerce (INC). Ayant déjà occupé le
poste de ministre du Commerce entre 1996
et 1999, M. Belaïb avait conduit, en 1998, la
délégation algérienne pour la première
réunion du groupe de travail de l'accession
de l'Algérie à l'Organisation mondiale du
commence (OMC).
R. N.
Une famille oranaise de 12 personnes
qui était bloquée depuis trois jours dans
une zone rocheuse appelée «Guitar»,
située entre les plages de Bouzedjar 2 et
Sbiaât a été secourue hier par la
Protection civile de Aïn Témouchent, a-ton appris auprès de cette dernière.
Répondant à un appel de détresse, les
éléments de la Protection civile ont
mobilisé tous leurs moyens matériels, à
l’instar des embarcations, pour sauver,
dans un premier temps, neuf personnes,
dont six enfants, a indiqué le lieutenant
Mohamed Moulkhlaoua, responsable de
la communication. Dans une seconde
phase, les éléments de la Protection civile ont porté secours aux trois membres
restants de cette famille qui sont tous en
bonne santé, ajoute-t-on. Située à deux
kilomètres de la côte, cette zone se fait
remarquer par la marée haute, ce qui a
rendu difficile l’intervention, notamment
des plongeurs de la Potection civile, a-ton souligné.
R. N.
À l'initiative de cadres
des secteurs public et privé
Naissance d'une
Coordination nationale
de croissance
industrielle
Une Coordination nationale de développement et de croissance industriels a
été créée, hier à Constantine, à l'initiative
d'une douzaine de cadres issus des secteurs public et privé exerçant dans ce
domaine d'activité à travers différentes
wilayas du pays. Le président du comité
préparatoire de l'assemblée générale
constitutive de cette coordination, Amar
Redjati, a souligné, à l'ouverture des travaux, «l'importance de cette association
qui se veut une force de propositions à
même de contribuer à la promotion et à
la croissance industrielles dans le pays».
Abdelali Larguet, commissaire aux
comptes, élu président de cette coordination nationale, a précisé que cet organisation à «caractère consultatif» a pour
mission de «renforcer les échanges
entre les institutions et les entreprises
industrielles à contribuer et à fructifier
des applications technologiques pour la
mise à niveau des compétences et des
ressources locales, et d'encourager les
contacts entre industriels et acteurs de
la recherche scientifique».
R. N.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
ACTUEL
Les DEBATS
5
Face au terrorisme
Quelle stratégie pour la Tunisie ?
La Tunisie réagit au jour le jour à des violences djihadistes qui se multiplient et dont l'ampleur s'aggrave, mais son
appareil de sécurité intérieure est globalement dysfonctionnel. C'est ce que révèle l'inquiétant rapport d'ICG.
Par Amine Bensafi
«L
es attentats de Tunis et
de Sousse, en mars et
juin 2015, et les attaques
fréquentes contre la police, la garde nationale et l'armée depuis
plus de deux ans, particulièrement dans
les zones frontalières, démontrent la percée significative des groupes islamistes
radicaux». C'est du moins ce que constate International Crisis Group (ICG), dans
un rapport publié jeudi. Selon ce think
thank, «les autorités éprouvent des difficultés à faire face à cette menace et à
développer une politique publique de
sécurité. Si la situation est en grande partie liée aux problèmes internes des forces
de sécurité intérieure, le contexte régional
n'aide guère». Et de dire que pour faire
face à cette violence, mais aussi mieux
gérer les contestations politiques et
sociales, une réforme d'envergure des est
nécessaire. Examinant le dispositif sécuritaire de ce pays frontalier, ICG indique que
le secteur de la sécurité intérieure (agents
de la sécurité nationale, police, garde
nationale, Protection civile et services
pénitentiaires), se fragmente et affirme
son autonomie vis-à-vis du pouvoir exécutif et législatif au lieu de se professionnaliser et de renforcer son efficacité et son
intégrité. «Ses membres, souvent démotivés, exercent leur métier dans une institution déstructurée et politisée dans le sillage du soulèvement de décembre-janvier
2010-2011 et dont les statuts remontent à
la dictature», peut-on lire. Pendant la
période de transition qui l'a suivie, les partis politiques ont profité du pouvoir discrétionnaire des ministres de l'Intérieur successifs en termes de révocation, de nomination et de promotion du personnel ; les
syndicats de police censés défendre l'institution n'ont, pour la plupart, fait qu'aggraver ses divisions. Nombre de cadres et
d'agents considèrent désormais les
réformes comme un élément déstabilisateur à l'image de la révolution et de ceux
qui s'en réclament. Un récent projet de loi,
est-il rappelé, consacrant l'impunité des
forces armées et défendu en particulier
par ces mêmes forces, montre que cellesci «se recroquevillent sur elles-mêmes».
Au discours politique qui les renvoie dans
le camp de la contrerévolution, de la dictature et des atteintes aux droits humains,
répond celui qui, au nom de la guerre
contre le terrorisme, oppose sécurité à
démocratie. Beaucoup de professionnels
des forces de sécurité sont inquiets de
l'état de leur institution, même s'ils estiment que celle-ci est en mesure de se
réformer sans que des acteurs extérieurs
n'interviennent. Pour ICG, «les priorités
seraient d'améliorer ses capacités de gestion, de réduire ses mauvaises pratiques
(brutalités policières, croissance de la petite corruption) et de lutter contre le développement du système clientéliste qui
risque de la gangréner». Or, la présidence
de la République, le gouvernement et
l'Assemblée des représentants du peuple
(ARP) ont leur mot à dire pour améliorer le
fonctionnement du corps sécuritaire
(contrôle parlementaire par exemple).
«Plutôt que de tenter d'imposer leur vision
aux forces de sécurité, ils devraient canaliser la volonté d'indépendance de celles-ci
: les encourager à renforcer leurs propres
instruments de contrôle interne, recadrer
leur fonctionnement dans le nouveau
contexte démocratique, et offrir le soutien
indispensable à leur professionnalisation»,
est-il recommandé. En effet, l'expérience
de ces quatre années de transition montre
que la lutte frontale entre forces de sécurité et pouvoir politique aboutit à une impasse. «La révolution et la contre-révolution
n'ont pas été à la hauteur de leurs ambitions». Le constat est là. Leur combat, en
partie exagéré par le citoyen ordinaire, a
produit la fausse antithèse entre ordre et
liberté qu'il convient aujourd'hui de dépasser. Le gouvernement et le parlement
devraient se mettre d'accord avec les
forces de sécurité, recommande le rapport, sur des nouvelles règles déontologiques, élaborées en commun à l'issue
d'une large consultation à l'intérieur et à
l'extérieur du corps sécuritaire. Celles-ci
prendraient notamment en compte la nouvelle mission des forces de l'ordre dans la
Tunisie de l'après Ben Ali. Ceci suppose
une réflexion collective, en particulier au
sein du ministère de l'Intérieur, ainsi qu'un
débat politique national sur la notion de
sécurité, le rôle et les missions de la police (distinctes de l'armée), les causes de la
fracture Nord/Sud et de la violence djihadiste ainsi que la crise de confiance de la
population envers l'appareil sécuritaire.
Selon ICG, «la présidence de la
République, le gouvernement et les partenaires internationaux de la Tunisie gagneraient à comprendre que corriger de
manière urgente les dysfonctionnements
des forces de sécurité pour faire face aux
défis sécuritaires, ne peut se limiter à
l'amélioration de l'équipement des unités
d'intervention ou au renforcement des
capacités opérationnelles anti-terroristes, même si ceci est nécessaire».
Aussi, renforcer l'appareil de sécurité
intérieure passe en priorité par la modification des statuts juridiques qui régissent le secteur, la mise en œuvre d'un
ambitieux plan de gestion des res-
sources humaines ainsi que l'amélioration de la formation initiale et continue.
Sans une réforme des forces de sécurité
qui permettrait d'appliquer une stratégie
de sécurité globale, avertit-on encore, le
pays maintiendra une gestion des crises
au coup par coup, à mesure que son
environnement régional se dégrade et
que ses tensions politiques et sociales
augmentent, «au risque de sombrer
dans le chaos ou de renouer avec la dictature». Prévenir ce scénario demande
un effort conjoint de la classe politique et
du secteur de la sécurité intérieure. Ceci
semble fondamental pour éloigner la tentation de restaurer la «peur du policier»
ou de conférer toujours plus de tâches
de sécurité intérieure à l'armée nationale
dans le but de compenser la faiblesse et
la mauvaise gestion des forces de sécurité. Cet ensemble de mesures représente une étape préliminaire essentielle
pour repenser la réponse à la montée
des violences sociales et politiques,
d'après la même source. Celles-ci (les
mesures) constituent un enjeu national
qui va au-delà de la mission des forces
de l'ordre : nécessité à terme de concrétiser des projets de développement dans
les régions frontalières, de rénover l'habitat dégradé dans les zones périurbaines, d'améliorer les conditions carcérales, et de promouvoir des alternatives à l'idéologie djihadiste, entre autres.
«Les forces de sécurité ne doivent pas
se retrouver seules à combler le manque
de vision stratégique de la classe politique», conclut le rapport qui révèle entre
autres, que dans les espaces limitrophes
avec l'Algérie, certains frontaliers ne font
aucune différence entre la garde nationale et les djihadistes-trafiquants des
zones montagneuses et forestières.
"Pour eux, ce sont des groupes positionnés sur le chemin des entrepreneurs
locaux (contrebandiers) afin de taxer leur
profit". Comme l'affirme un habitant de la
région de Kasserine, cité par ce rapport,
«pour aller clandestinement en Algérie
pour passer de la marchandise, il faut
traverser des petites bandes de territoire
escarpées qui sont contrôlées par des
groupuscules djihadistes. Souvent, il faut
leur donner de l'argent ou de la nourriture». Plus globalement, duite à l'attaque
contre les militaires en juillet 2014, les
barrages de la police et de la garde nationale se sont multiplié quelques kilomètres
avant d'entrer dans ces zones. La différence, depuis, c'est que ces derniers demandent plus d'argent que les djihadistes.
A. B.
ANEP 337.676 - Les Débats N°1360 - Dimanche 26 juillet 2015
ÉCONOMIE
6 Les DEBATS
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Il a atteint les 5%
Légère hausse du rythme d'inflation annuel en juin
Le rythme d'inflation annuel a continué à augmenter pour atteindre 5% en juin 2015 contre 4,8% et 4,5% en mai et
avril derniers, respectivement, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
légumes frais (-4,7%). La loi de
finances complémentaire 2015,
adoptée mercredi dernier par le
Conseil des ministres, prévoit
un taux d'inflation de 4% (contre
3% dans la loi de finances 2015
initiale), rappelle-t-on. En 2014,
le taux d'inflation en Algérie
s'était établi à 2,9% contre 3,3%
l'année d'avant.
R. E.
Affecté par une
surabondance de
l'offre
Le pétrole
termine la
semaine en baisse
E
n juin 2014, le rythme
d'inflation annuel avait
été de 1,5%, rappelle-ton.
Quant à l'indice des prix à la
consommation, qui sert à calculer
l'évolution du rythme annuel de l'inflation, il a connu une croissance de
4,52% en juin 2015 par rapport à
juin 2014, précise l'Office.
Par catégorie de produits, les
prix des biens alimentaires ont augmenté de 4,41% (près de 4% pour
les produits agricoles frais et 4,85%
pour les produits alimentaires
industriels) en glissement annuel
(juin 2015-juin 2014).
Pour les prix des biens manufacturés, ils ont connu une croissance de 4,68%, tandis que ceux
des services ont enregistré une
hausse de près de 4,5%, précisent
les chiffres de l'ONS.
A l'exception de la baisse des
prix des oeufs (-12,64%), tous les
autres produits alimentaires frais
ont connu une augmentation en
juin dernier comparativement au
même mois de 2014.
Les hausses ont été enregistrées, essentiellement, pour la
pomme de terre (6,9%), légumes
frais (6,6%), poissons frais (6,2%),
les fruits frais (4,9%), viande de
poulet (4,4%), viande de boeuf
(4,3%) et viande de mouton (2,8%).
D'autres produits alimentaires
ont également connu des hausses
dont les boissons non alcoolisées
(13%), poissons en conserve
(9,9%), fruits secs (7,04%), pain et
céréales (5,23%), lait, fromage et
dérivés (3,6%), café, thé et infusion
(2,8%), sucre (1,3%), huiles et
graisses (0,17%).
Tendance des prix au 1
semestre 2015
er
Durant le premier semestre
2015, l'indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de
5,3% par rapport à la même période de 2014.
Ainsi, les biens alimentaires ont
augmenté de 6,6%, les produits
agricoles frais de 9,2% et les produits alimentaires industriels de
4,03%. Les prix des biens manufacturés ont grimpé de près de
4,3% et les services de 3,95%.
Cette augmentation a touché
l'ensemble des produits du groupe
«alimentation et boissons frais» à
l'exception des oeufs qui ont reculé
de près de 6,6%.
Durant la première moitié de
l'année 2015, les hausses les plus
prononcés ont concerné la pomme
de terre (58,73%), légumes frais
(15,36%), poissons frais (14,05%),
viande de poulet (7,76%), viande
de boeuf (3,3%) et viande de mouton (2,4%).
D'autres produits alimentaire
ont aussi connu une variation haussière tels les poissons en conserve
(7,7%), les boissons (6,7%), pain et
céréales (3,6%), lait et fromage
(3,3%) et sucre (1,5%).
Juin 2015: hausse des
prix à la consommation
En juin dernier, l'indice des
prix à la consommation a connu
une croissance mensuelle de
0,5% par rapport à mai 2015.
Pour les biens alimentaires,
cet indice des prix a enregistré
une hausse de 0,7% sur la
même période de comparaison,
qui a été induite principalement
par une variation haussière des
prix des produits agricoles frais
(+1,1%) et des produits alimentaires industriels (+0,3%). Les
prix des produits manufacturés
ont affiché une hausse de près
de 0,4% alors que les services
ont connu une relative stagnation. En dehors de la volaille
(+6%) et des fruits frais (+26%),
le reste des produits a connu
des baisses dont les plus importantes ont touché les poissons
frais (-7,9%), la pomme de terre
(-7,5%), les oeufs (-8%) et les
Des explications ont été données aux agriculteurs
Journée de sensibilisation sur l'irrigation
U
ne journée de démonstration et de sensibilisation sur l'irrigation au profit des agriculteurs de la wilaya a été organisée ce
week-end par la direction des services agricoles
de Tizi Ouzou.
Cette journée de démonstration, organisée en
partenariat avec la Chambre locale de l'agriculture, s'est déroulée au niveau de la ferme pilote de
Draâ Ben Khedda, à 10 km à l'ouest de Tizi
Ouzou, en présence d'un représentant d'une
entreprise qui fournit du matériel d'irrigation,
dont des asperseurs, des enrouleurs et des
pivots.
Ce représentant a procédé sur place à la
mise en fonction d'un enrouleur moyen qui permet d'assurer l'arrosage d'un champ d'une
superficie de 4 ha et dont la portée du canon
peut atteindre jusqu'à 55 m. Il a également
répondu aux questions des agriculteurs relatives à l'utilisation de cet appareil sur des terrains accidentés et sur son coût, en expliquant
que l'enrouleur peut être placé dans des
champs présentant jusqu'à 7% de pente.
Quant à son coût, il est de 1,22 million de
dinars dont 430 000 DA sont subventionnés par
l'Etat à travers le Fond national de développement agricole (Fnda). L'agriculteur désireux
d'acheter ce matériel doit disposer d'un tracteur
s'il souhaite acquérir un enrouleur destiné à des
champs de 4 ha ou plus, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour les appareils destinés à
irriguer des parcelles d'un ha.
Les avis des agriculteurs de différentes localités de la wilaya qui ont bénéficié d'explications
sur le mode d'emploi de ce système d'irrigation
étaient plutôt mitigés. Certains le trouvant efficace et utile, tandis que d'autres le déclarant plutôt «inintéressant» en raison de son prix jugée
«trop élevé».
Le chef de service Organisation de la production et de l'appui technique (Opat) à la direction locale de services agricoles (DSA),
Chebbah Sid Ahmed, a expliqué que le but
attendu de cette journée consacrée à l'irrigation
est d'appeler les agriculteurs à irriguer leurs
champs, afin de faire face à d'éventuels épisodes de canicule comme ceux enregistrés
cette saison.
«Cette année, nous avons eu une saison
plutôt sèche donc et au vue des changements
climatiques nous demandons aux agriculteurs,
notamment les céréaliculteurs qui n'ont pas l'habitude d'irriguer leur champ de le faire et de
s'équiper, d'ores et déjà, en matériel nécessaire», a-t-il insisté, observant que la pratique de
l'irrigation permet d'augmenter le rendement de
50%.
Les agriculteurs intéressés par l'achat de ce
matériel sont appelés à se rapprocher de la DSA
et de présenter certaines pièces dont une facture pro forma afin de bénéficier de la subvention
accordée par le Fnda, a indiqué M. Chebbah.
R. E.
Les prix du pétrole ont
évolué en baisse vendredi en fin d'échanges
européens, affectés par
une surabondance de
l'offre, alors que la
demande inquiète à nouveau. Le baril de Brent
de la mer du Nord pour
livraison en septembre a
reculé de 85 cents à 54,42
dollars
sur
l'Intercontinental
Exchange
(ICE)
de
Londres. Le Brent est
tombé à 54,40 dollars le
baril au cours des
échanges, un nouveau
plus bas depuis début
avril. Sur le New York
Mercantile
Exchange
(Nymex), le baril de «light
sweet crude» (WTI) pour
la même échéance a
baissé de 45 cents à
48,01 dollars. La référence américaine du brut est
tombée à 47,91 dollars, à
son minimum depuis
près de quatre mois. «Un
mélange d'offre abondante et d'inquiétudes sur la
demande met les prix
sous pression», ont commenté des analystes.
«L'Opep (Organisation
des pays exportateurs de
pétrole) ne fait toujours
pas d'efforts pour restreindre sa production»
tandis que «les inquiétudes sur la demande,
qui ont récemment émergé, ont été renforcées par
les données chinoises
publiées
vendredi»,
expliquent-on.
La production manufacturière chinoise s'est
contractée en juillet,
atteignant son niveau le
plus bas depuis 15 mois,
selon une étude indépendante qui confirme les
difficultés de la deuxième
économie mondiale à
relancer son activité.
Par ailleurs, le dollar
qui avait atteint lundi son
niveau le plus élevé en
deux mois face à l'euro
avant de perdre un peu
de terrain, repartait ainsi
à la hausse vendredi.
R. E.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
SANTÉ
Les DEBATS
Cancer du sein
Selon l'OMS
Deux médicaments bon marché
efficaces pour réduire les récidives
Les hépatites B et C
tuent 1,4 million
de personnes
chaque année
Deux médicaments produits sous forme générique et bon marché se sont révélés
relativement efficaces pour limiter les risques de récidive du cancer du sein chez
des femmes ménopausées, selon deux études britanniques publiées vendredi
dans The Lancet.
C
es études «suggèrent que deux
classes différentes de médicaments, les inhibiteurs de l'aromatase (IA) et les biphosphonates,
peuvent chacun améliorer les perspectives
de survie pour les femmes ménopausées
atteintes d'un cancer du sein en phase précoce», indique la revue médicale britannique.
Les inhibiteurs de l'aromatase (IA) correspondent à un nouveau type d'hormonothérapie, traitement qui a pour principe d'empêcher l'action stimulante des hormones
féminines sur les cellules cancéreuses.
Ces traitements s'adressent aux tumeurs
«hormonosensibles», à savoir sensibles aux
hormones, soit 80% du total des cancers du
sein. Dans le cadre d'un groupe de
recherche britannique sur le cancer du sein
(EBCTCG), des chercheurs ont passé en
revue les données de neuf études sur les IA
concernant un total de 30.000 femmes pour
découvrir que ces médicaments donnaient
de meilleurs résultats que le traitement standard par tamoxifène.
«En comparaison du tamoxifène, le fait
de prendre des IA pendant cinq ans réduit la
probabilité de récidive du cancer d'environ
un tiers (30%) et limite le risque de mourir
d'un cancer du sein d'environ 15% sur les dix
ans qui suivent le début du traitement»,
selon The Lancet.
Pour le principal auteur du travail, le P
Mitch Dowsett (Royal Marsden Hospital de
Londres), les IA offrent «une protection
significativement plus importante que celle
du tamoxifène». Mais ces traitements ne
sont pas sans effet secondaire (bouffées de
chaleur, douleurs articulaires, fatigue, pertes
osseuses) et il faut accompagner la prise au
long court d'un bon suivi médical, souligne-til. Le second travail (analyse de 26 essais
r
avec près de 20.000 femmes impliquées)
montre que les biphosphonates, des médicaments contre l'ostéoporose, réduisent les
risques de survenue de métastases
osseuses chez les femmes ménopausées
ayant souffert d'un cancer du sein. Chez
celles-ci, la prise de biphosphonates permet
de réduire de 28% le risque de métastase
osseuse et réduit de 18% le risque de décès
dans les 10 ans après le diagnostic de cancer du sein, d'après cette étude. Pour le P
Richard Gray (université d'Oxford) qui a participé aux deux études, «ces deux médicaments génériques bon marché peuvent
contribuer à réduire la mortalité par cancer du
sein chez les femmes ménopausées». Les
deux traitements sont en plus «complémentaires», puisque le principal effet secondaire
des IA est la perte osseuse que les bisphosphonates permettent de corriger, indique-t-il.
R. S.
Chimiothérapie en phase terminale
Préjudiciable à la qualité de vie
L
a chimiothérapie en fin de
vie est inutile et préjudiciable à la qualité de vie
des cancéreux encore capables
d'agir au quotidien, selon une
étude clinique publiée en ligne
jeudi dans la revue américaine
JAMA Oncology.
Ces résultats confortent les
conclusions d'un groupe d'experts consultatifs de l'American
society of clinical oncology
(ASCO) selon lesquelles la chimiothérapie pour des malades en
fin de vie n'a pas de bienfaits cliniques. Pour examiner la relation
entre le recours à la chimiothérapie et la qualité de vie à l'approche de la mort, ces chercheurs ont suivi 312 malades
atteints d'un cancer généralisé
pendant quatre mois avant leur
décès. La majorité des patients
étaient des hommes âgés en
moyenne de 58,6 ans.
L'étude a montré que la chimiothérapie ne contribuait pas à
une amélioration de la qualité de
vie à l'approche de la mort pour
les malades ayant une capacité
limitée ou inexistante de fonctionner.
Mais elle a aussi indiqué que
la chimiothérapie affectait la qualité de vie des malades encore
capables d'effectuer des tâches
quotidiennes.
Selon les auteurs de l'étude,
les directives d'utilisation de la
chimiothérapie
émises
par
l'ASCO concernant les malades
atteints d'un cancer généralisé
vivant leurs derniers mois,
devraient être revues.
Dans un éditorial publié dans
JAMA Ecology, les docteurs
Charles Blanke et Erik Fromme
de l'université d'Oregon (nordouest) ont estimé qu'à ce stade
«il ne serait pas souhaitable de
modifier les directives de l'ASCO
pour empêcher tous les malades
en phase terminale d'un cancer
d'avoir de la chimiothérapie et ce
sans données irréfutables indiquant qui pourrait en bénéficier».
Mais, ont-ils ajouté, «si un
cancérologue suspecte qu'un
malade est condamné dans les
six mois, on devrait alors éviter
un tel traitement» pour favoriser
des soins palliatifs.
R. S.
7
r
Les hépatites de type B et C, responsables d'environ 80% de tous
les décès par cancer du foie, tuent
près de 1,4 million de personnes
chaque année, selon l'Organisation
mondiale de la santé (OMS).
«Environ 11 millions de personnes
qui utilisent des drogues injectables sont atteintes d'hépatite B ou
C», a indiqué l'agence onusienne
dans un communiqué à l'occasion
de la Journée mondiale contre l'hépatite.
A cette occasion, l'OMS souligne
«le besoin urgent» de renforcer les
mesures nationales de prévention
contre le virus et de veiller à ce que
les personnes infectées soient diagnostiquées et correctement traitées.
Elle attire l'attention de la communauté internationale sur le risque
d'atteinte pour les enfants nés de
mères souffrant d'hépatite ainsi que
pour les partenaires intimes de personnes à risque.
«D'où la nécessité pour tous les
services de santé d'utiliser uniquement du matériel stérile pour les
injections et de soumettre tous les
composants sanguins qui leurs
sont fournis à un test d'hépatite B et
C», recommande l'organisation.
En outre, l'OMS a insisté sur la
généralisation du vaccin contre
l'hépatite B aussi bien chez les
adultes que chez les enfants, dont
environ 780.000 meurent chaque
année des suites du virus.
Dans cette perspective, les
experts de l'ONU ont plaidé pour un
recours à grande échelle aux tests
de la maladie, sachant que sur les
500 millions de personnes estimées
porteuses du virus de l'hépatite,
une bonne partie ignore sa situation.
Il existe aujourd'hui de nouveaux
traitements contre l'hépatite, avec
un taux de guérison de 95%, une
«révolution thérapeutique», estime
le D Stefan Wiktor, chargé du programme de lutte contre la maladie à
l'OMS. Selon lui, «une telle avancée
est de nature à changer complètement la dynamique d'approche du
problème».
Aux yeux des experts de l'organisation, les malades du sida sont
particulièrement vulnérables à l'hépatite, sachant qu'il y a environ 10
millions de personnes dans le
monde qui souffrent à la fois du
sida et d'une hépatite.
R. S.
r
8 Les DEBATS
RÉGIONS
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Batna
Oran
Dix nouvelles structures
de police prévues
Dix nouvelles structures viendront prochainement renforcer la sûreté de wilaya
d'Oran, a-t-on appris, jeudi, du contrôleur de police Salah Nouasri, en marge d'une
visite d'inspection du wali d'Oran aux chantiers de plusieurs projets en cours de
réalisation ou nouvellement réceptionnés.
Nouvelle organisation
à l'université
L'université de Batna vient d'être officiellement divisée en deux universités, à savoir
Batna 1 et Batna 2, a appris l'APS, jeudi,
auprès du recteur de l'université HadjLakhdar, le P Tahar Benabid.
Le nouveau pôle universitaire de Fesdis (10
km au nord de Batna) devient l'université de
Batna 2 qui comprendra les facultés de
médecine, de technologie, des sciences de
la nature et de la vie, de mathématiques et
informatique et des lettres et langues étrangères, ainsi que trois instituts, en l'occurrence sciences et techniques des activités physiques et sportives, hygiène et de sécurité et
sciences de la terre et de l'univers.
A la suite de cette restructuration, l'université Batna 1 comptera désormais 30.000 étudiants, celle de Batna 2 devant accueillir
27.000 étudiants, selon la même source qui
a également indiqué que 15.500 nouveaux
bacheliers devront rejoindre ces deux universités de Batna. Toutes les conditions ont
été mises en place pour accueillir les étudiants, notamment après le renforcement du
pôle de Fesdis par 7.000 nouvelles places
pédagogiques, a indiqué le Pr. Benabid.
L'université Hadj-Lakhdar de Batna a formé,
au terme de l'année 2014-2015, un total de
12.946 diplômés, dont 5.168 en sciences
technologiques et le reste en sciences
humaines ainsi que la toute première promotion de docteurs issus du système LMD
(licence-mastère-doctorat), selon les services pédagogiques de cette institution. R.
R.
r
Khenchela
850 foyers raccordés au
réseau électrique
A
vec ces dix nouvelles structures, la couverture sécuritaire
dans la wilaya d'Oran atteindra
un taux de 90%, a souligné M.
Nouasri, ajoutant qu'avec la réception de
deux autres sûretés urbaines à haï
Bouâmama en fin 2015, la wilaya d'Oran
bénéficiera d'un taux de couverture de
100%.
Tous les projets de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dans la
wilaya d'Oran, qui ont fait l'objet d'une visite d'inspection du wali, Abdelghani
Zaâlane, en compagnie du contrôleur de
police, ont été achevés.
Dans ce cadre, un nouveau siège de
sûreté de daïra, réalisé à Bir El-Djir à l'est
d'Oran-est pour un coût de 160 millions de
dinars, vient d'être livré après 16 mois de
travaux.
A haï En-Nour, au niveau de cette
même daïra, un nouveau siège de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) de
la sûreté de wilaya vient d'être réceptionné.
Non loin de ce siège, deux nouvelles
structures ont vu le jour. Il s'agit du Service
de wilaya des activités sociales et sportives
(SWASS) et du Centre culturel, de loisirs et
des sports (CCLS), tous deux relevant de
la Sûreté de wilaya, en plus d'un célibatorium de police à haï El-Yasmine mitoyen.
Les travaux du nouveau siège de la brigade mobile de police judiciaire (BMPJ) à
Aïn El-Beïda dans la commune d'Es-Sénia
viennent d'être achevés. Répondant à des
citoyens qui se plaingnaient d'un manque
de sécurité dans cette agglomération, le
wali d'Oran et le contrôleur de police ont
affirmé que «tout sera mis en œuvre pour
renforcer la sécurité dans cette localité».
A Oued Tlélat, un nouveau siège de
sûreté de daïra et un autre de sûreté
urbaine viennent également d'être réceptionnés, de même que deux sièges identiques dans la daïra de Gdyel.
M. Nouasri a, en outre, indiqué qu'une
sûreté urbaine provisoire sera réalisée à
haï Bouâmama, en attendant l'achèvement des travaux des deux sièges de
sûreté en cours de réalisation dans le
même quartier, pour assurer la sécurité
des biens et des personnes dans ce quartier populaire.
R. R.
M'sila
La sécheresse menace l'oasis de Boussaâda
L
es milliers de palmiers-dattiers peuplant l'oasis de Boussaâda (M'sila)
sont menacés par la sécheresse en
raison du pompage en amont des eaux de
l'oued Boussaâda qui l'irriguent, ont déploré, jeudi, de nombreux paysans de cet
oasis.
La ressource de ce cours d'eau suffisait
jusqu'à une époque récente à l'irrigation de
cette oasis sans qu'il ne soit nécessaire de
recourir à des pompes, alors qu'aujourd'hui
le précieux liquide manque même avec
l'utilisation de pompes, selon ces mêmes
fellahs qui imputent ce déficit aux pompages intensifs par des agriculteurs exploitant des vergers situés en amont.
Cette situation a contraint les agriculteurs de l'oasis à cesser toute activité de
maraîchage, réservant le peu d'eau qui y
parvient à l'irrigation des palmiers-dattiers
lesquels doivent être arrosés au moins
deux fois par semaine surtout en cette
période estivale particulièrement caniculai-
re, est-il indiqué. Atout touristique de la cité
du bonheur et considérée comme son poumon, l'oasis comptait, durant les années
1970 environ 12.000 palmiers dont il ne
subsiste aujourd'hui que quelque 2.000
arbres, assurant la subsistance de nombreuses familles vivant également de
maraîchage. Dans une tentative de sauver
cette oasis, le président de l'Assemblée
populaire (APC) de Boussaâda a signé, le
20 juillet dernier, un arrêté communal interdisant l'irrigation en amont depuis l'Oued
Boussaâda pour permettre l'écoulement
d'un volume d'eau plus important vers l'oasis. L'arrêté, qui prévoit aussi la saisie des
pompes des contrevenants, charge les
services communaux et la brigade de la
Gendarmerie nationale d'en assurer la
mise en œuvre.
Contacté par l'APS, le conservateur
des forêts, Mimoun Ammam, a affirmé que
ses services ont procédé, au titre du programme quinquennal 2010-2014, à plu-
sieurs opérations de réhabilitation de l'oasis de Boussaâda. Il a fait état, à ce propos, de l'aménagement de 3 km de
seguias, l'ouverture de 3 km de pistes et
de la régénération de 20 hectares par de
nouvelles plantations.
La Conservation s'attelle également,
selon ce responsable, à la revalorisation
du jardin Djenan Belguizaoui, à
Boussaâda.
De son côté, le directeur des services
agricoles (DSA), Azzedine Boulefrakh, a
indiqué qu'une commission dépêchée sur
site, composée de représentants des services de l'agriculture, de l'hydraulique, des
forêts et de la commune, a conclu que le
problème de sécheresse est dû, en fait, à la
baisse du niveau des eaux de l'oued
Boussaâda. Il a également démenti, sur la
foi des constatations de cette commission,
l'existence de pompes en amont du cours
d'eau.
R. D.
Au moins 850 foyers situés dans plusieurs
communes de la wilaya de Khenchela ont été
raccordés au réseau de fourniture d'électricité
au cours des premiers six mois de l'année en
cours, a-t-on appris jeudi auprès de la direction de wilaya de la société de distribution est
(SDE). Ces foyers se répartissent sur les cités
Bellevue, dans la commune d'El-Hamma, 25
logements Cosider et 38 logements route
Zouï (Khenchela), El-Binayat (N'sigha), Ben
Abid, mosquée Hamza et frères Oudjri
(Taouzianet), a précisé Ramzi Bouzid, chargé
de communication à la SDE. L'opération a
nécessité la construction de 44 km de lignes
de basse et de moyenne tensions pour 24 millions de dinars, selon la même source qui a
indiqué que 710 foyers situés dans d'autres
cités, dans les communes de Aïn Touila,
Babar, El-Mahmel et de Baghaï seront prochainement raccordés à leur tour à la faveur
de la pose de 11 km de lignes électriques
nouvelles.
R. R.
Depuis le début du mois à Sétif
Neuf à dix accidents
de la route chaque jour
Neuf à dix accidents de la circulation sont
enregistrés chaque jour depuis le 1 juillet
sur les routes de la wilaya de Sétif faisant 10
morts, a-t-on appris, jeudi, auprès des services de la direction locale de la protection
civile.
Ces accidents ont provoqué la mort de 10
personnes et occasionné des blessures
«plus ou moins graves» à 286 autres, a précisé le chargé de la communication à la
direction de wilaya de la Protection civile le
capitaine Ahmed Laâmamra, qui a rappelé
qu'un accident survenu il y a deux jours au
nord de la ville d'El-Eulma s'était soldé par le
décès de 4 personnes appartenant à la
même famille.
Il s'agit de chiffres d'autant plus inquiétants
qu'il a été enregistré davantage d'accidents
de la route au cours des trois premières
semaines de juillet que durant la même
période de 2014, marquée par 172 sinistres
contre 201 cette année, a-t-on relevé.
Toutefois, sur tout le premier semestre de
2015, il a été enregistré une baisse des accidents, comparativement aux six premiers
mois de 2014.
R. R.
er
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
CONFLITS
Turquie
Nouvelles frappes contre Daech
en Syrie et le PKK en Irak
La Turquie a intensifié hier son offensive contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie
et ouvert un second front contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan
(PKK), promettant de lutter «avec détermination» contre ces «groupes terroristes».
P
our la troisième fois en
24 h, les chasseursbombardiers de l'armée de l'air turque ont
décollé hier matin de leur base
de Diyarbakir (sud-est) pour
bombarder des positions jihadistes dans le nord du territoire
syrien.
Ces raids aériens marquent
un tournant dans la politique
syrienne du régime islamoconservateur turc, longtemps
accusé par ses alliés de fermer
les yeux, voire de soutenir les
organisations radicales en guerre contre le régime de Damas.
Dans le même temps, des F16 turcs ont repris la direction du
nord de l'Irak pour y frapper les
bases arrières du PKK.
«Des opérations aériennes
et terrestres sont actuellement
en cours», a annoncé à la mijournée le Premier ministre,
Ahmet Davutoglu, devant la
presse, «elles ne sont pas limitées et continueront tant qu'une
menace existe contre la
Turquie».
Simultanément à l'offensive
ouverte contre les jihadistes,
Ankara a engagé le combat
contre les rebelles du PKK.
Dans la nuit de vendredi à hier,
ses avions ont bombardé sept
objectifs rebelles, abris, hangars
ou lieux de stockages de munitions dans les monts Kandil,
dans l'extrême nord de l'Irak.
M. Davutoglu a indiqué
samedi s'en être entretenu avec
le président de la région autonome kurde d'Irak, Massoud
Barzani, qui lui a exprimé sa
«solidarité».
Cette offensive contre les
militants kurdes menace de
faire voler en éclats le fragile
processus de paix engagé à
l'automne 2012 pour tenter de
mettre un terme à une rébellion
qui a fait quelque 40 000 morts
depuis 1984 sur le sol turc.
Sur son site Internet, la
branche armée du PKK a estimé que ces bombardements
signifiaient la «fin» du cessezle-feu entre les rebelles et les
forces de sécurité turques qui
tenait tant bien que mal depuis
2013.
«La trêve n'a plus aucun
sens après les intenses frappes
aériennes conduites par l'armée turque d'occupation», a
proclamé samedi la branche
armée du PKK sur son site
Internet.
«Nous allons continuer le
processus de paix (...) nous utiliserons à la fois la force et la
compassion», a répondu M.
Davutoglu. Mais «ceux qui abusent de ce processus de paix
ne seront jamais tolérés», s'estil empressé d'ajouter.
Les opérations militaires
contre l'EI et le PKK ont été
ordonnées dans la foulée d'une
vague de violences qui a débuté lundi en Turquie par l'attentat
suicide perpétré par un jeune
Turc dans la ville de Suruç
(sud), près de la frontière
syrienne.
Les autorités turques ont
rapidement
attribué
cette
attaque au groupe Etat islamique, qui ne l'avait toutefois
toujours pas revendiquée hier.
En représailles à cette
attaque qui a fait 32 morts et
une centaine de blessés parmi
des militants de la cause kurde,
des militants proches du PKK
ont multiplié les opérations
visant les forces de sécurité
turques, symbole d'un gouvernement que de nombreux
Kurdes accusent de complicité
avec les jihadistes. Mercredi, le
PKK a ainsi revendiqué l'assassinat de deux policiers à
Ceylanpinar (sud-est).
M. Davutoglu a affirmé
samedi que 121 attaques
armées et 281 «actes terro-
ristes», dont 15 enlèvements,
avaient été recensés en
Turquie depuis les législatives
du 7 juin.
Pour la deuxième journée
consécutive, la police antiterroriste turque a procédé samedi
matin à des dizaines d'arrestations de militants supposés du
groupe EI et du PKK dans plusieurs villes du pays, dont
Istanbul et Ankara, a rapporté
la presse turque.
Ce coup de filet, inédit en
Turquie dans les rangs jihadiste, a impliqué plusieurs milliers
de policiers dans tout le pays.
Selon le bilan fourni hier
matin par le Premier ministre,
pas moins de 590 personnes
ont été placées en garde à vue.
Parmi elles figurent plusieurs
dizaines de ressortissants
étrangers soupçonnés de travailler pour les filières qui permettent
d'acheminer
les
recrues jihadistes en Syrie, via
le sol turc.
Depuis lundi dernier, la tension est vive dans de nombreuses villes de Turquie, où
les manifestations dénonçant la
politique syrienne du président
Recep Tayyip Erdogan sont
presque
systématiquement
réprimées par la police.
Par souci d'apaisement, le
principal parti kurde Turquie a
annulé la marche antijihadiste
prévue dimanche à Istanbul, le
gouverneur local l'ayant interdite.
Autre signe de son virage
stratégique, la Turquie a confirmé avoir autorisé les EtatsUnis, et d'autres pays de la coalition antijihadiste qu'ils dirigent,
à mener des raids aériens en
Syrie ou en Irak depuis plusieurs de leurs bases, dont celle
d'Incirlik (sud).
La Turquie était jusque-là
restée l'arme au pied face à l'EI.
Elle avait refusé d'intervenir militairement en soutien aux milices
kurdes de Syrie, par crainte de
voir se constituer une région
autonome qui lui serait hostile
dans le nord de ce pays.
AFP
Iran
Le chef de la diplomatie regrette les
remarques de John Kerry
L
e ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a
regretté vendredi les déclarations
attribuées au secrétaire d'Etat américain,
John Kerry, sur un «usage de la force militaire» contre l'Iran en cas de non-respect de
l'accord nucléaire du 14 juillet.
«Malheureusement, le secrétaire d'Etat a
une fois encore utilisé cette vieille corde
usée sur «la capacité des Etats-Unis d'utiliser la force militaire», écrit M. Zarif dans un
communiqué transmis vendredi soir aux
medias à Téhéran.
Il a souligné «l'inutilité de telles menaces
vides contre la nation d'Iran» et rappelé que
M. Kerry lui-même «et d'autres responsables
américains ont admis à plusieurs reprises
que ces menaces n'ont pas d'effet sur la
volonté du peuple d'Iran et qu'elles pourraient se retourner contre ceux qui les profèrent».
«Il serait, par conséquent, préférable que
les Américains abandonnent leurs vieilles
habitudes et mettent de côté, une fois pour
toutes, leur langage menaçant et les sanctions contre ce grand peuple» d'Iran, a-t-il
ajouté.
Plusieurs responsables américains ont
dit qu'en cas de non-respect de l'accord
nucléaire par l'Iran, l'usage de la force n'était
pas à exclure.
Intervenant jeudi devant la commission
des Affaires étrangères du Sénat américain,
M. Kerry a répondu «oui» à la question d'un
sénateur démocrate, Tim Kaine, qui lui
demandait si l'existence de l'accord permettrait aux Etats-Unis d'obtenir plus facilement
un soutien international pour une action militaire contre l'Iran si celui-ci ne respectait pas
ses engagements.
L'accord, validé lundi par le Conseil de
sécurité de l'ONU, a été conclu le 14 juillet
au terme d'intenses négociations entre l'Iran
et les cinq membres permanents du Conseil
de sécurité - France, Royaume-Uni, Chine,
Russie, Etats-Unis - plus l'Allemagne.
Il prévoit une levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales imposées depuis 2006 à l'Iran, en échange de
garanties que Téhéran ne se dotera pas de
l'arme atomique.
AFP
Les DEBATS
9
Le ministre français de la
Défense en visite en Egypte
Les questions sécuritaires
au menu
Le ministre français de la Défense,
Jean-Yves Le Drian, a entamé hier
une visite de deux jours au Caire,
pour des discussions avec les dirigeants égyptiens axées sur des
questions sécuritaires.
Le ministre français, actuellement
en tournée en Afrique, doit notamment rencontrer le président Abdel
Fattah al-Sissi et son homologue
Sedki Sobhi. «Le ministre va discuter
des suites des livraisons de matériel», a précisé l'entourage de M. Le
Drian. En début d'année, Le Caire a
acheté à la France 24 avions Rafale et
une frégate multi-missions, en
demandant à ce qu'ils soient livrés le
plus vite possible. Trois des Rafale et
la frégate ont rallié mardi l'Egypte.
Les 24 Rafale (16 biplaces et 8 monoplaces) font partie d'une commande
de 5,2 milliards d'euros incluant également la frégate et des missiles, destinée à l'armée égyptienne. Celle-ci
mène depuis deux ans des opérations à grande échelle dans le nord
de la péninsule du Sinaï pour tenter
d'enrayer les attaques terroristes
visant les forces de l'ordre, qui se
sont multipliées depuis la destitution
en juillet 2013, de l'ex-président
Mohamed Morsi, issu de la confrérie
des Frères musulmans, par l'ex-chef
de l'armée et actuel président al
Sissi. Les discussions porteront
aussi sur la Libye voisine, alors que
Le Caire craint l'ouverture d'un nouveau front sur son flanc ouest.
Profitant du chaos qui règne en Libye
depuis la chute de l'ancien régime de
Maâmmar El Gueddafi en 2011, le
groupe terrotiste autoproclamé Etat
islamique (EI/Daech) s'est implanté
dans l'est du pays, près de la frontière avec l'Egypte.
R. N.
Yémen
Appel au retour à l'école
des enfants déscolarisés
Le Fonds des Nations unies pour
l'enfance (Unicef) a appelé vendredi
au retour à l'école des enfants
déscolarisés au Yémen et demandé
aux parties en conflit de respecter
la sécurité des écoles.
«Donner aux enfants yéménites
une éducation est crucial pour leur
avenir ainsi que pour celui de leurs
familles et des communautés», a
déclaré le représentant de l'Unicef
au Yémen, Julien Harneis, dans un
communiqué de presse publié
dans la capitale Sanaa.
«Nous faisons tout notre possible pour accélérer le retour des
enfants à l'école afin qu'ils ne
soient pas complètement déscolarisés», a déclaré M. Harneis.
«Nous exhortons les parties au
conflit à respecter la sécurité des
écoles afin de donner aux enfants
une chance d'apprendre», a-t-il
ajouté.
Selon l'Unicef, des mois de
bombardements intensifs et de
combats de rue ont forcé plus de 3
600 écoles à fermer et obligé les
élèves et leurs familles à se déplacer vers des zones plus paisibles.
Au moins 248 écoles ont été directement endommagés, alors que
270 autres accueillent des déplacés et 68 sont occupées par des
groupes armés.
Pour faire en sorte que les
enfants ne soient pas complètement déscolarisés, l'Unicef finance
des cours de rattrapage pour plus
de
200 000 étudiants, soit une
faible part des 1,8 million d'enfants
dont la scolarité a été interrompue
depuis deux mois ou plus.
R. I.
10 Les DEBATS
FRICAINES
Face à l'avancée du désert et à la déforestation
Le Niger promeut son gaz
Menacé par le désert qui a déjà envahi plus des deux tiers du territoire, le Niger,
pays sahélien pauvre, fait la promotion de son gaz pour freiner la coupe sauvage du
bois, principal combustible pour une écrasante majorité des habitants.
P
anneaux géants aux
carrefours de la capitale Niamey, publicités à la gloire du gaz
chantées par des stars locales à
la télévision et sur les ondes,
opérations de porte-à-porte : les
autorités ne lésinent pas pour
atteindre leur objectif.
Il faut «accroître la consommation du gaz» pour «inverser
la tendance à la déforestation»,
a récemment lancé Foumakoye
Gado, le ministre de l'Energie.
La campagne de sensibilisation a démarré en 2012. Pour
stimuler les consommateurs, les
réchauds, via des subventions
d'Etat, ont vu leur prix diminuer
de 35% (passant de 23.000 à
15.000 francs CFA, soit de 35 à
23 euros) et les bonbonnes de 6
kilos de près de 50% (1.800
FCFA au lieu de 3.500, soit 2,74
euros au lieu de 5,34). De nouvelles baisses devraient être
annoncées prochainement.
Les entreprises du secteur
ont également négocié avec les
banques locales des «conditions souples» d'emprunt pour
que les particuliers s'équipent
en cuisinières à gaz, explique
Mahamoud Ali, directeur de la
société privée Ganigaz. Il est
même possible de s'en offrir
une en épargnant du crédit de
son téléphone portable, convertible ensuite en monnaie sonnante et trébuchante, ajoute M.
Ali.
Tous les moyens sont bons
pour séduire les Nigériens, dont
le pays produit annuellement
depuis 2011 44.000 tonnes de
gaz domestique. Mais la
consommation reste marginale
en raison du faible pouvoir
d'achat des ménages.
Dépassant les préoccupations économiques, le principal
enjeu est écologique. «Si les
Nigériens arrivaient à consommer la totalité du gaz produit
localement, cela compenserait
largement les pertes environnementales engendrées par les
coupes de bois», estime un
expert onusien requérant l'anonymat. Car «plus de 90%» des
ménages n'utilisent que le
charbon de bois – fabriqué à
partir de bois, alors même que
le sous-sol contient du charbon
fossile – pour se chauffer
durant le court hiver nigérien,
s'éclairer et cuisiner à longueur
d'année, selon les services
nigériens de l'environnement.
Quelque 200.000 tonnes de
bois sont ainsi consommées
tous les ans, soit «l'équivalent
de 100.000 hectares de forêt
détruits»,
s'alarme
Ibro
Adamou, un agent des eaux et
forêts.
1% de zones
forestières
L'impact est intenable pour
l'aride Niger, dont le nord est
recouvert par le Sahara. «Nous
sommes aux portes du désert
et nous continuons à détruire le
peu de bois qui nous reste»,
peste Moustapha Kadi, dirigeant de l'ONG CODDAE promouvant l'accès à l'énergie.
Depuis 1990, les zones
forestières du Sud ont perdu
«un tiers» de leur surface, pour
ne plus représenter que «1%
du
pays»,
d'après
le
Programme des Nations unies
pour l'environnement (PNUE).
«Avant on coupait du bois à
cinq kilomètres de Niamey.
Aujourd'hui il faut aller à 200
kilomètres, à l'intérieur du
Burkina Faso voisin», explique
Hama Maïgari, un vendeur de
bois. Faute d'arbres, le désert
s'étend inéluctablement et
«engloutit doucement les terres
fertiles», au moment où «la
population de plus en plus
nombreuse en a besoin pour
l'agriculture», déplore l'expert
onusien. Etat le plus fécond au
monde, avec 7,6 enfants par
femme, le Niger devrait voir sa
population tripler d'ici 2050,
pour passer de 17 à 56 millions
d'habitants.
Les surfaces arables sont
en ce sens autant de trésors
pour un pays abonné aux
crises alimentaires, notamment
dues à la sécheresse et aux
changements climatiques, où
80% de la population vivent
d'une agriculture de subsistance. Face «au rythme alarmant
des pertes des terres productives, la lutte contre la désertification est une urgence», assène
le
ministre
de
l'Environnement,
Adamou
Cheffou.
Les efforts des autorités
sont plutôt fructueux : la
consommation de gaz a plus
que quintuplé en trois ans, passant de 3.000 tonnes en 2012 à
plus de 17.000 tonnes en 2015,
selon les statistiques gouvernementales. «Ce bond important
permet de sauver 40.000 hectares de bois par an», se réjouit
le forestier Ibro Adamou.
Mais au-delà des efforts
gouvernementaux, «une vraie
reconversion des mentalités»
est
nécessaire,
affirme
Moustapha Kadi, qui se désole
que «certains ministres cuisinent encore au bois». Agence
Erythrée
Appel à enquêter sur le trafic «abject» d'êtres humains
L'
Erythrée a demandé samedi à
l'ONU d'enquêter sur le trafic
«abject» d'êtres humains vers
l'Europe, première destination de migrants
érythréens notamment en traversant la
Méditerranée.
Les Erythréens sont, après les Syriens,
le deuxième groupe le plus important de
réfugiés à risquer leur vie en traversant la
Méditerranée pour rejoindre l'Europe. Selon
l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 150.000 migrants sont arrivés
en Europe par la mer depuis le début de
l'année. Ces traversées périlleuses ont
coûté la vie à plus de 1.900 personnes.
«Le gouvernement de l'Erythrée demande au Conseil de sécurité de l'ONU – bien
que certains de ces membres soient euxmêmes complices de ces crimes – d'enquê-
ter sur ce problème et de s'assurer que justice soit rendue», indique un communiqué
du ministère érythréen des Affaires étrangères.
«Les décès, privations et perspectives
d'avenir gâchées pour les victimes de ce
trafic d'êtres humains sont trop abjects pour
qu'on en donne des détails», ajoute le communiqué. «Ce crime organisé a pris des
dimensions qui dépassent les simples
contours d'une entreprise mafieuse», poursuit-il.
Le gouvernement, qui par le passé a
accusé la CIA et des organisations de
défense des droits de l'homme d'être à l'origine de cet exode, assure avoir des
«preuves indiscutables» de ce trafic et se
tient prêt à les donner «une fois qu'un processus crédible sera amorcé» à l'ONU.
Dans un rapport de 500 pages, l'ONU a ellemême accusé début juin le gouvernement
érythréen de «violations systématiques et à
grande échelle des droits de l'homme, cas
de torture, exécutions, disparitions».
Chaque année, des dizaines de milliers de
jeunes érythréens bravent «les barbelés,
champs de mine et gardes armés» pour
quitter le pays, dirigé depuis plus de vingt
ans par le président Issaias Aferworki. Ils
tentent d'échapper à la «répression», mais
aussi à un service militaire qui peut durer
plusieurs années.
A la suite de la publication du rapport de
l'ONU, le pays a défendu son service militaire controversé, expliquant ne «pas avoir
d'autre choix» en raison des menaces extérieures pour sa sécurité.
R. A.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Somalie
Sept éléments de
shebab tués dans le sud
L'armée kényane a confirmé vendredi que l'Union Africaine (UA) et les
forces somaliennes ont tué sept éléments de shebab et retrouvé cinq
armes à feu lors d'une opération, dans
le sud de la Somalie.
Le porte-parole des Forces de défense kényanes (KDF), le colonel David
Obonyo, a déclaré que la prise successive de Bardhere et de Dinsor était
coordonnée avec les troupes éthiopiennes dans une opération de la mission de l'UA en Somalie (AMISOM) il y a
une semaine.
«La ville de Dinsoor est désormais
sous le contrôle de l'Armée nationale
somalienne et de l'AMISOM, après la
fuite des Shebab sans grande résistance», a expliqué M. Obonyo.
Il a indiqué que les forces de l'UA,
qui ont intensifié les attaques contre
les insurgés dans le sud du pays de la
Corne de l'Afrique ces deux dernières
semaines, n'ont pas enregistré de
pertes.
Le porte-parole a expliqué que
Bardhere, saisie mercredi, et Dinsoor,
saisie vendredi, étaient d'importantes
bases logistiques, opérationnelles et de
planning pour les militants et que leurs
pertes affecteront et affaibliront sérieusement les militants.
«La prise des villes de Bardere et de
Dinsoor est une étape importante dans
la lutte contre les militants qui permettra à l'Amisom d'accomplir son mandat
qui est de rétablir la sécurité et la stabilité en Somalie», a-t-il poursuivi.
R. A.
Madagascar
L'austérité pour sortir
de la crise économique
A Madagascar, la conjoncture économique s'annonce plus mauvaise que
prévu. Au lieu des 5% espérés, les prévisions s'établissent désormais à 3,4 %
de croissance du PIB. De plus, les rentrées d'argent sont plus faibles qu'espéré. En cause, les dégâts causés lors
de la saison des pluies, l'instabilité
politique des derniers mois et la baisse
des cours des matières premières.
Dans son projet de loi de finances rectificative pour 2015, adopté récemment
en Conseil des ministres, le gouvernement veut donc augmenter la pression
fiscale et réduire les dépenses de ses
ministères.
D'abord, il y a eu les cyclones et une
saison des pluies particulièrement violente cette année. Les dégâts ont coûté
cher
à
l'économie
malgache.
L'instabilité politique a aussi contribué
à la frilosité des investisseurs et des
bailleurs de fonds. Et puis, les cours
des matières premières, notamment le
nickel, ont fortement chuté alors que
l'industrie extractive est la première du
pays. On peut citer aussi la grève à la
compagnie Air Madagascar et son
impact sur le tourisme.
Autant de raisons qui expliquent une
économie au ralenti avec des rentrées
fiscales, des impôts et des douanes,
moins bonnes que prévu. Un manque à
gagner de plus de 175 millions d'euros
que l'Etat veut récupérer. La loi de
finances rectificative prévoit donc une
augmentation des impôts. Ce sont les
couches les plus pauvres de la population et les jeunes entreprises qui bénéficiaient d'allègement qui devraient
payer le prix fort. Le gouvernement veut
également augmenter les taxes sur certains produits comme le tabac local,
l'alcool, les eaux minérales, l'importation de véhicules ou les visas touristiques.
Quant aux institutions, elles devront
également se serrer la ceinture.
L'Assemblée nationale et pratiquement
tous les ministères devraient voir leurs
budgets diminués y compris les ministères de la Santé, de l'Education, de la
Justice, ou de la Sécurité publique.
RFI
12 Les DEBATS
EN DEBAT
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Initiative de Poutine :
Une réconciliation syrosaoudienne est-elle possible?
Oui, l'optimisme est
parfois un devoir moral à
l'égard des siens, surtout
lorsqu'il est nourri de
leurs sacrifices et de leur
foi en la victoire sur euxmêmes et sur leurs
ennemis. (Ndt).
Par Nahed Hattar
D
ébut juin 2015, l’Armée syrienne et
ses alliés ont commencé à se préparer à la contre-attaque des envahisseurs terroristes. Opérations en cours
et qui démontrent leur ferme décision
de «nettoyer» progressivement les
abords de Damas à Zabadani et la frontière
sud avec la Jordanie, sans que cela ne se
répercute sur les combats menés dans le nord
du pays.
Le 19 juin, le président russe Vladimir
Poutine recevait le ministre saoudien de la
Défense et vice-prince héritier, Mohammed
ben Salmane. Peu de détails ont filtré, sinon
que la réunion a porté sur plusieurs dossiers
: le Yémen, la Syrie, le terrorisme, les armes,
les réacteurs nucléaires et le marché du
pétrole. Il en aurait résulté un accord cadre
sur ces grandes lignes .
Le 29 juin, c’était au tour du ministre syrien
des Affaires étrangères et des Expatriés, M.
Walid al-Mouallem, d’être reçu par M. Poutine
qui a souligné l’engagement de la Russie
envers la Syrie, peuple et dirigeants, et a
appelé Damas à une alliance régionale contre
le terrorisme. Une initiative russe impliquant
nécessairement une réconciliation syro-saoudienne, entre autres, et qui relèverait du
«miracle» selon M. Mouallem :
«J’ai écouté avec la plus grande attention
ce qu’a dit M. Poutine sur la situation en Syrie
et sur la nécessité d’une alliance régionale et
internationale pour combattre le terrorisme. Je
sais que le président Poutine est un homme
capable de miracles, comme ce qu’il a accompli en République Fédérale de Russie. Mais
une alliance avec la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les États-Unis, pour combattre
le terrorisme, nécessite un très grand miracle.
Comment ces pays qui ont conspiré contre la
Syrie, ont encouragé le terrorisme, l’ont financé, l’ont armé, et ont fait couler le sang du
peuple syrien, pourraient-ils se transformer en
alliés pour combattre le terrorisme ? Nous
espérons cela… En tout cas, nous avons nos
expériences passées, notamment celle des
armes chimiques qui s’est concrétisée grâce à
l’initiative de M. Poutine. Je reviens sur notre
rencontre avec Son Excellence qui m’a franchement promis de soutenir la Syrie politiquement, économiquement et militairement… ».
(Conférence de presse conjointe de MM.
Lavrov et Mouallem), traduction à partir de la
13ème minute ;(Ndt).
M. Mouallem est donc rentré à Damas
avec une proposition saoudienne garantie par
la Russie. Son contenu n’a pas été divulgué,
mais aurait incité le président Bachar AlAssad à entreprendre rapidement des négociations, non pas avec les opposants instrumentalisés dans la guerre contre son pays,
mais avec leurs maîtres. Et voilà que le 5
juillet est arrivé l’inimaginable depuis 2011 :
la rencontre entre une personnalité syrienne
du plus haut niveau et Mohammed ben
Salmane !
Par conséquent, nous sommes face à de
grands changements et étant donné que l’initiative russe, en faveur d’une alliance régionale de lutte contre le terrorisme, concerne la
Syrie, l’Arabie saoudite, la Turquie et la
Jordanie, sans englober l’Irak, nous pouvons
parler d’une solution à deux voies :
Entente entre les États-Unis et l’Iran en
Irak, avec le consentement de l’Arabie saoudite.
Entente entre la Russie et l’Arabie
Saoudite en Syrie, avec le consentement de
l’Iran.
Ceci alors qu’il est évident que nous, nous
souhaitons une entente entre la Syrie et l’Irak
dans le cadre d’une formule unitaire qui rassemblerait les Pays du Machrek au sein d’une
grande puissance régionale. Comme il est
évident que seul l’équilibre des forces en présence fera que ce qui est du domaine du possible finira par se traduire en termes de procédures diplomatiques. Comment et quand ?
Questions qui trouveront probablement leurs
réponses d’ici la fin de 2015.
Damas a suscité la perplexité des plus
éminents analystes politiques. Le gouvernement syrien est allé dans le défi jusqu’à l’extrême limite… moins une ! Il a accepté de
dialoguer avec ses ennemis sans jamais
quitter son camp ou abandonner son rôle.
Peu de gens réalisent la complexité de la
stratégie menée par le président Bachar alAssad pour en finir avec la guerre menée
contre son peuple, et l’impact d’une Syrie
unie et indépendante sur ses amis et ses
ennemis.
Ces dernières quatre années et demi,
Damas a fait tomber les masques de toute la
panoplie des agresseurs allant des prétendus libéraux jusqu’aux plus fanatiques des
sectaires. Et désormais, il est clair que
depuis le début de ladite «crise syrienne», il
ne s’agit pas d’une révolution, mais d’une «
guerre mondiale » dans le but de renverser
l’État syrien, dernière citadelle du mouvement de libération de nos pays, au bénéfice
des régimes arabes réactionnaires, dans l’intérêt des États-Unis contre l’Iran et la Russie
travaillant à l’émergence d’un monde multipolaire, et dans l’intérêt d’Israël contre la
Résistance à son occupation de la Palestine,
du Golan syrien, et des Fermes de Chebaa
au Liban.
Et parmi les Syriens, mis à part le nombre
limité de jeunes enthousiastes à l’idée d’un
«Printemps arabe» qui s’est révélé d’une
profonde noirceur, ne se sont enfoncés dans
la fange que ceux qui y étaient déjà noyés
jusqu’au cou, tels les trafiquants, les criminels et les corrompus avec, à leur tête, les «
intellectuels félons » ayant vendu leur âme
au diable.
Si bien qu’aujourd’hui, il est plus qu’évident qu’il n’y a que deux camps qui s’affrontent sur la scène syrienne : celui du Peuple,
de son Armée et de ses alliés, contre celui
des organisations terroristes internationalement condamnées.
À ce stade, nous pouvons donc dégager
cinq points essentiels concernant la Syrie
:
Le premier est que le monde entier est
amené à choisir : soit l’État syrien et ses
règles précises d’engagement, soit le terrorisme incontrôlable sans foi, ni loi.
Le deuxième est qu’il n’a échappé à per-
sonne qu’après de longs mois de très durs
combats, l’Armée syrienne est non seulement toujours forte, mais demeure capable
de lancer simultanément ses offensives
contre les terroristes sur tous les fronts,
comme nous l’avons tous observé au cours
du mois de Ramadhan dernier.
Le troisième est que la résistance de
Damas a contraint les États-Unis à régler le
dossier du nucléaire iranien par un accord
historique qui permet à la République islamique d’Iran de disposer de ses énormes
ressources et de renforcer son rôle régional.
L’Iran aura donc, publiquement et sous couverture politique internationale, les moyens
de soutenir encore plus la Syrie à un rythme
déterminé par les nécessités du conflit.
Le quatrième est qu’il n’est plus question
que les néo-ottomans puissent songer à
envahir la Syrie, Téhéran n’étant plus obligé
au silence devant les crimes et menaces
d’Erdogan, bien qu’il ait prévenu que « la
Syrie sera le cimetière des soldats turcs en
cas d’invasion ». Et ce, d’autant plus, que la
situation interne en Turquie n’autorise plus
Erdogan à envisager ce genre d’aventure. La
roue a tourné. En 2011, qui aurait imaginé
que le président Bachar al-Assad puisse personnifier la solution à la crise syrienne et
régionale, alors qu’Erdogan tomberait si bas,
devenant le symbole de la crise turque telle
qu’elle s’annonce ?
Le cinquième est que la Russie, qui a
cher payé son soutien à la Syrie, par la guerre en Ukraine et par les sanctions occidentales, a quand même dépassé ces deux problèmes à la fois. L’Occident a fini par réaliser
qu’il lui était impossible de l’assiéger et de la
marginaliser. Elle est revenue au devant de
la scène internationale, s’est affirmée comme
une puissance militaire, a élargi et a consolidé ses alliances internationales, aussi bien
avec les pays du BRICS (Brésil, Inde, Chine,
Afrique du Sud) et de l’OCS (Organisation de
coopération de Shanghai) qu’avec d’autres
pays qui n’en font pas partie. Sans oublier
que la Russie et la Chine ont réalisé que leur
solide alliance servait leurs intérêts stratégiques réciproques et que désormais, nul
autre pays n’est plus proche que la Syrie de
cette alliance bipartite. Elle l’a prouvé par le
sang de ses martyrs. Elle bénéficiera du nouvel équilibre entre les puissances mondiales
du point de vue de son statut, de son rôle, de
son armement et de sa reconstruction.
Concernant l’Arabie Saoudite, la Russie
s’est vite rendue compte de la crise profonde
qui la menaçait vu ses relations tendues
avec les États-Unis, la fragilité de sa situation
politique intérieure aggravée par sa claire
participation au terrorisme international
devenu incontrôlable, l’échec de sa guerre
au Yémen, et le défi commercial du pétrole
de schiste pesant sur l’économie des deux
parties.
Or la Russie craint la désintégration de
l’Arabie Saoudite, considérant qu’elle abouti-
rait à l’établissement d’un prétendu califat
d’organisations terroristes sur une grande
partie des territoires du Najd et du Hijaz, ce
qui mènerait à de longues années de guerre
et de destruction qui menaceraient son
propre territoire.
C’est dans ce contexte et dans le but de
créer un équilibre régional avec l’Iran, que
Riyad a commencé, dès que le roi Salmane
et son équipe sont arrivés au pouvoir, à
développer ses relations avec la Russie.
Alors que le ministre saoudien des Affaires
étrangères, Saoud al-Fayçal (décédé le 9
juillet 2015, NdT), persistait dans ses
attaques contre la Russie au Sommet de la
Ligue arabe paralysée, les responsables des
deux pays discutaient des transactions
d’armes, du marché pétrolier, et d’autres
dossiers plus secondaires.
Et si Moscou a exprimé des réserves au
sujet de la décision du Conseil de sécurité
des Nations Unies en faveur de l’intervention
de l’Arabie Saoudite au Yémen , elle n’a
pas utilisé son droit de veto. C’était là un
message très clair suggérant que Moscou se
préparait à jouer ultérieurement le rôle de
médiateur.
Riyad attend du Kremlin qu’il le tire du
piège dans lequel il s’est enfoncé, surtout
que Daech la menace directement depuis
que cette organisation terroriste est devenue
quasi-indépendante de ses créateurs et de
ses financiers.
De son côté, la Russie a besoin de
l’Arabie Saoudite dans trois domaines-clés
: stopper l’infiltration des terroristes-wahhabites dans les républiques musulmanes de la
Fédération de Russie, réguler le marché du
pétrole, et résoudre la crise syrienne ; ce
dernier point nous ramenant vers la Syrie.
En effet, dans ce cas, la Syrie sortirait de
cette guerre douloureuse pour se retrouver :
mandatée par la communauté internationale et régionale à combattre le terrorisme,
un rôle de première importance en ce
moment clé de l’évolution de la région et du
monde;
alliée des pays vainqueurs émergents,
de la Chine à la Russie et à l’Iran;
un pôle d’investissements des pays du
Brics pour sa reconstruction et son développement;
protégée par une armée forte, aguerrie
et équipée des dernières technologies ;
pilier du renouvellement des régimes
arabes, l’Arabie saoudite ayant reconnu la
victoire de Bachar al-Assad, l’Egypte ayant
admis qu’elle en a besoin pour retrouver son
statut dans la région.
Quant aux pays et formations politiques
du camp de l’Arabie saoudite :
Israël se retrouve entre deux choix : faire
face à la Résistance dans le Golan ou se retirer sans accord, ni traité, ni ambassade,
comme ce fut le cas dans le sud du Liban.
Les partis palestiniens partagés entre
coordination sécuritaire avec Israël en
Palestine, et coordination sécuritaire et militaire avec l’Arabie Saoudite au Yémen (le
Hamas appelé à la rescousse au Yémen par
l’Arabie saoudite ; NdT), sont dépassés, tout
autant que le parti des Frères musulmans.
Désormais, Damas avec le Hezbollah sont les
plus aptes à reconstruire la Résistance palestinienne selon une ligne politique et patriote
éloignée des alliances suspectes et des partis
sectaires.
Le cas de la Jordanie, considérée par
Bachar al-Assad comme un état frère instrumentalisé mais dont il faut soutenir la stabilité,
sera réglé dès qu’une entente avec
Washington et Riyad aura abouti. Et, partant
de là, il n’est pas difficile d’imaginer son évaluation du groupe du 14 Mars au Liban.
Reste à espérer toute la patience nécessaire à l’ambassadeur syrien au Liban, Ali
Abdel Karim Ali, pour accueillir le cortège des
repentis.
N. H.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Les DEBATS
13
Iran - Nucléaire:
Quel est l'intérêt des États-Unis de
parvenir à un accord avec l'Iran
arabes qui sont succédé sur les écrans de
télévision à l’occasion du mal nommé « printemps arabe » de Bourhane Ghalioune, premier président de l’opposition syrienne off
shore, et sa porte parole Basma Kodmani, qui
faisaient office de supplétifs syriens de l’administration française dont ils étaient les salariés… pour diriger la révolution en Syrie…
depuis la France.
Laurent Fabius se rendra
le 29 juillet 2015 à
Téhéran pour une prise
de contact avec les
dirigeants iraniens,
quinze jours après
l'accord international sur
le nucléaire iranien.
LV : Pourquoi la France a-t-elle
une attitude si belliqueuse envers
la Syrie et l’Iran ?
Par René Naba
E
n prévision de ce déplacement, l’Iran a
adressé deux messages codés au
ministre français des affaires étrangères, qui s’était targué de faire preuve de «fermeté constructive» lors des
négociations.
Le premier message codé:
Téhéran a réservé son premier accueil à
l’Allemagne, rival économique de la France et
chef de file de l’Union européenne, en la personne du vice chancelier allemand chargé de
l’économie, Segmar Gabriel;
Le second message codé:
Téhéran a réservé son second accueil à
Staffan Di Mistura, émissaire spécial de l’ONU
pour la Syrie, déjà en possession du document adopté par le Congrès fondateur de l’opposition démocratique syrienne, au Caire (8-9
juin), en vue d’une transition politique en
Syrie.
Bon nombre d’observateurs trépignent
d’impatience à l’idée de sa voir si Laurent
Fabius osera répéter sa bravade faite devant
un parterre de ses supplétifs du temps de la
splendeur de la diplomatie française se
croyant conquérante en Syrie, à savoir
«Jabhat An Nosra fait du bon travail en
Syrie».
INTERVIEW DE RENÉ NABA AU JOURNAL ESPAGNOL LA VANGUARDIA.
PROPOS RECUEILLIS PAR RAFAEL
POCH DE FÉLIU, CORRESPONDANT DE
LA VANGUARDIA À PARIS.
La France passe pour être la grande perdante de la redistribution régionale, malgré les
propos soporifiques de son ministre des
affaires étrangères, Laurent Fabius. Dans ses
deux versions néo gaullistes et socialistes,
elle a assumé une fonction de mercenaires
auprès des pétromonarchies soutenant inconditionnellement leurs positions même les plus
dangereuses pour la sécurité de la France à
long terme (Libye, Syrie).
L’accord sur le nucléaire iranien constitue
un coup de semonce indirect aux deux trublions de la zone, Israël et l’Arabie Saoudite,
et vise à réduire à néant leur capacité de
chantage.
Le fait que l’Iran ait accédé au rang « de
puissance du seuil nucléaire » brise, au
niveau du Monde musulman, le monopole de
l’arme atomique jusque-là détenu par les sunnites (Pakistan).
LV : Quel était l’intérêt des
États-Unis de parvenir à un
accord avec l’Iran ?
RN – 1 intérêt avancé comme prétexte
officiel : Prévenir une prolifération nucléaire et
une course à l’armement atomique dans la
zone. L’argument ne tient pas la route car les
Occidentaux ont été les principaux pollueurs
atomiques de la planète tant par l’usage directe de la bombe atomique en zone de conflits
au Japon en 1945 (Hiroshima et Nagasaki)
que du fait de leur expérience atomique à ciel
ouvert du désert de Mexique à Reggane en
Algérie), que par leur aide à l’équipement
nucléaire d’Israël, de l’Afrique du sud du
temps de l’Apartheid, de l’Inde et du Pakistan.
2 intérêt qui constitue un « véritable non
dit de la stratégie internationale » : Empêcher
quiconque de se doter de l’arme atomique
hors la caution occidentale et sans la technologie occidentale, dont il devra rester éternellement dépendant et donc sous contrôle.
Cette position est constante depuis l’effondrement
du
bloc
soviétique.
L’Iran, hors de la sphère d’influence occidentale, et surtout rival de l’Arabie Saoudite, le
principal partenaire arabe des États-Unis, en
accédant à la bombe atomique sans l’accord
des Occidentaux et leur concours, aurait
réduit à néant la valeur dissuasive de la stratégie occidentale.
3 intérêt : L’accord sur le nucléaire iraer
ème
ème
nien revêt un double avantage :
- Le fait que l’Iran ait accédé au rang « de
puissance du seuil nucléaire » brise, au
niveau du Monde musulman, le monopole de
l’arme atomique jusque là détenu par les sunnites (Pakistan). L’accord est valable 10 ans.
Au delà, l’Iran pourrait servir de contrepoids
tant à Israël qu’au Pakistan happé par la tentation talibane. L’accord ouvre le jeu au
niveau régional qui se ne réduit plus à un
binôme, mais ouvre la possibilité à d’autres
combinaisons d’alliance, ponctuelles, sur des
dossiers précis.
LV : Comment cet accord va
affecter la consolidation régionale
et mondiale de l’Iran ?
RN – Dans l’ordre subliminal, tout en les
noyant sous un flot d’assurances, l’accord
constitue un coup de semonce indirect aux
deux trublions de la zone, Israël et l’Arabie
saoudite, et vise à réduire à néant leur capacité de chantage.
Au delà des objectifs annoncés, l’accord
répond à deux objectifs :
Premièrement, faire baisser en intensité la
capacité de nuisance d’Israël et de l’Arabie
Saoudite, en réduisant leur marge de
manœuvre. Le fait que les États-Unis soient
alliés des deux parmi les grands États voyous
(Rogue state) de la zone, l’Arabie saoudite et
Israël, porte en lui les germes du dépérissement du crédit moral de l’Amérique et partant
de son leadership. Cette extraordinaire tolérance de l’Amérique à l’égard de ces deux
pays la tirent vers le bas. Un arrangement
entre les États-Unis et l’Iran, sur le modèle de
la réconciliation entre les États-Unis et le
Vietnam, constituerait un moyen de pression
indirect sur les deux grandes théocraties que
sont l’Arabie Saoudite et Israël pour les amener à se conformer avantage aux normes
internationales.
Deuxièmement, une phase de pré-détente entre l’Iran et le Bloc atlantiste pourrait
favoriser une convergence de fait dans le traitement des points brûlants de l’actualité
régionale notamment le combat contre le djihadisme takfiriste (Daech), une éventuelle
stabilisation de la situation en Syrie prélude à
un règlement négocié etc.
LV : Quel regard portez vous les
négociateurs iraniens ? Comment
jugez-vous la qualité de leur
prestation ? D´ou cela provient-il
?
RN – L’équipe de négociateurs iraniens a
été formée dans les universités américaines,
notamment Jawad Zarif, ministre des Affaires
étrangères, et surtout Ali Salehi, diplômé en
physique nucléaire de la prestigieuse université américaine Massachusetts Institute of
Technology (MIT), la plus importante université scientifique au Monde.
Leur expertise est doublée d’une ardente
obligation de servir leur pays et d’une
farouche volonté d’indépendance. L’équipe
iranienne constitue dans les faits, la négation
du comportement des zombies médiatiques
RN – La France, dans ses deux versions
néo gaullistes et socialistes, assume une
fonction de mercenaires auprès des pétromonarchies soutenant inconditionnellement
leurs positions même les plus farfelues,
même les plus dangereuses pour la sécurité
de la France à long terme (Libye, Syrie).
De surcroît, cobelligérante de l’Irak dans
sa guerre contre l’Iran, dans la décennie
(1979-1989), un des principaux pollueurs atomiques de la planète, équipementier nucléaire du régime d’apartheid d’Afrique du Sud et
d’Israël, de même que l’Iran impériale via le
consortium Eurodif, la France passe pour être
la grande perdante de la redistribution régionale, malgré les propos soporifiques de son
ministre des affaires étrangères, Laurent
Fabius.
L’Iran vient de lui adresser un message
limpide à l’effet de calmer ses ardeurs, en
recevant dimanche 19 juillet, le vice-chancelier allemand chargé des finances pour la première visite d’une délégation occidentale en
Iran, depuis l’accord sur le nucléaire, soit cinq
jours après sa conclusion. Le ministre allemand est accompagné d’une importation
délégation du patronat et de scientifiques.
Tout un programme qui se passe de commentaires.
LV : Que connaît-on de l’aide
français à Jabhat an Nosra, la
franchise d’Al-Qaïda en Syrie,
dénoncé par certains députés de
la droite a Paris ?
RN – Laurent Fabius, le plus capé des
hiérarques de gauche, a été le seul chef de
diplomatie d’une grande puissance occidentale, à avoir donné un quitus favorable à
Jabhat an Nosra en Syrie.
« La phrase, célèbre, est passée à la postérité : Jabhat An Nosra fait du bon travail en
Syrie ». Cela a pu être interprété comme un
feu vert au djihad de la part de ses compatriotes français et la France paie le prix de
cette légèreté.
La phrase pèse lourd et demeurera longtemps présente dans la mémoire des
peuples, notamment en France parmi les
sympathisants de Charlie hebdo dont il a
commandité le massacre de son équipe
rédactionnelle. En France, comme chacun
sait, nous sommes « responsables pas coupables ». LV : Le 14 Juillet, François Hollande
a dit que l'accord avec l'Iran est important "
parce que si Téhéran aurait l'accès à la
bombe atomique Israël (et la Arabie Saoudite)
voudrait aussi l'accès." Le Président peut
ignorer la réalité qu'Israël dispose d'un arsenal nucléaire depuis la décennie 1960 avec la
collaboration de la France ? RN - Visiblement
François Hollande n'a pas fini de cuver le vin
qu'il a bu en compagnie de Benyamin
Netanyahu dans la cuisine du dirigeant le plus
xénophobe de l'histoire d'Israël.
En fait François Hollande a associé Israël
à l'Arabie Saoudite dans un artifice de langage pour ne pas donner l'impression de se faire
exclusivement l'interprète des craintes de
l'Arabie saoudite, l'incubateur absolu du djihadisme planétaire et à ce titre indéfendable
auprès de larges segments de l'opinion
publique française. L'enrober d'Israël,
«l'unique démocratie du Moyen-Orient» et
«sentinelle du Monde libre face à la barbarie
arabo-musulman» permet, dans son esprit, de
faire mieux avaler la couleuvre aux téléspectateurs.
14
Les DEBATS
KIOSQUE
Côte d'Azur (France)
Le roi saoudien et sa cour
attendus avec impatience
Le roi Salman d'Arabie
Saoudite est attendu ce
week-end à Vallauris GolfeJuan sur la Côte d'Azur
pour y passer ses
vacances. Le roi et sa cour
resteront trois semaines.
Une aubaine évidemment
pour l'économie locale.
L
e roi Salman hésitait entre le Maroc
et la France. Tanger ou Cannes ? Ce
sera finalement la Côte d’Azur. Sur
place, hôteliers et commerçants se
frottent les mains. Car un roi, tradition
oblige, ne se déplace jamais sans sa
cour. Celle du roi saoudien représente
environ un millier de personnes. Aussi
gigantesque soit-elle, la villa royale à
Golfe-Juan ne pouvait pas pouvoir
accueillir tout le monde. Entre 600 et 1
000 chambres ont donc été réservées
dans les palaces et hôtels 4 et 5 étoiles de
Cannes et d’Antibes.
Pour Michel Chevillon, président du
syndicat des hôteliers de Cannes et du
bassin, c’est du pain béni : «Pour l’ensemble de la filière économique de
Cannes et de son périmètre, on peut parler de plusieurs dizaines de millions d’euros. Ca va permettre de pérenniser des
emplois, de créer de la richesse et de la
partager avec l’ensemble de la popula-
tion. Ca va faire travailler tous les corps
de métiers : les menuisiers, les ébénistes, les fleuristes… »
Si elle fait des heureux, la venue du roi
Salman sur la Côte d’Azur fait aussi des
mécontents, en particulier parmi les usagers de la plage dite de la Mirandole,
située en contrebas de la villa royale,
dont une partie est interdite d’accès
pour toute la durée des vacances du roi,
jusqu’aux environs du 20 août. En réaction, le maire de Vallauris Golfe-Juan a
écrit une lettre de « protestation » au président Hollande, soulignant l’importance
du principe « d’égalité de tous devant la loi
».
RFI
Australie
Un plongeur tué par un requin en Tasmanie
U
n plongeur a été tué samedi en Australie
alors qu’il pêchait en compagnie de sa
fille des coquilles Saint-Jacques au large de
l’île Maria, dans l’Etat de Tasmanie (sud),
selon les médias. L’attaque mortelle est survenue alors qu’un grand requin blanc de près
de 5 mètres avait été aperçu dans les environs vendredi.
Selon le journal local Hobart Mercury, la
jeune femme, qui était en plongée avec son
père, a assisté à l’attaque et est remontée à
la surface pour lancer un signal de détresse
et attirer l’attention des autres bateaux.
Le président de l’Association des
pêcheurs de coquilles Saint-Jacques de
Tasmanie, John Hammond, a déclaré que
l’endroit était connu pour ses coquillages,
mais pas pour ses requins. «Tragédie absolue pour la famille. Vraiment terrible», a-t-il
ajouté, interviewé par la chaîne de télévision australienne Australian Broadcasting
Corporation, précisant qu’il y avait plusieurs
autres plongeurs dans l’eau au moment de
l’attaque.
Les requins sont courants dans les eaux
australiennes et de nombreux nageurs et surfers ont été confrontés à eux cette année. En
juillet, un pratiquant de bodyboard a été grièvement blessé après avoir été attaqué par un
squale près de l’endroit où un surfer japonais
avait été tué en février dernier. Selon les
experts, les attaques de requins sont en augmentation en même temps que les sports
nautiques deviennent plus populaires, mais
les cas mortels restent rares.
20 minutes
Etats-U
Unis
Des courriels d'Hillary Clinton contenaient
des informations secrètes
A
u moins quatre courriels envoyés du
compte mail personnel qu’Hillary Clinton
utilisait quand elle était secrétaire d’Etat
contenaient des informations secrètes,
indique une lettre d’un inspecteur du gouvernement. Cette révélation vient relancer la
controverse qui empoisonne la campagne
électorale de l’ancienne Première dame
pour qui brigue l’investiture démocrate pour
l’élection présidentielle de 2016.
Dans une lettre adressée jeudi aux
membres du Congrès, l’inspecteur général
de la communauté du renseignement écrit
qu’un échantillon de 40 emails sur les
30 000 courriels d’Hillary Clinton montre que
quatre d’entre eux auraient dû être classés
secrets et «transmis via un réseau sécurisé». La lettre de l’inspecteur général,
Charles McCullough, a été rendue publique
vendredi sur le site Internet de la Chambre
des représentants.
L’utilisation par Hillary Clinton d’une
adresse électronique privée dans le cadre
de son travail en tant que chef de la diplo-
matie américaine a été révélée en mars et a
suscité les critiques de ses opposants qui
l’ont accusée de vouloir échapper aux règles
de la transparence. Hillary Clinton avait indiqué ne pas avoir envoyé de courriels contenant des informations classées. Les commentaires de l’inspecteur général peuvent
donner à penser que l’ancienne secrétaire
d’Etat a envoyé ou reçu des mails avec du
matériel classé secret sans en avoir eu
conscience.
Le Monde
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
Thaïlande
Un général
inculpé pour trafic
d’êtres humains
La Thaïlande a inculpé vendredi
dernier 72 personnes, parmi lesquelles une dizaine de fonctionnaires
et un haut responsable de l’armée,
pour trafic d’êtres humains.
Le lieutenant-général Manas fait
figure d’exception. Il reste pour le
moment le seul militaire accusé de
trafic d’être humains. Il a occupé ces
dernières années plusieurs postes de
direction dans le sud de la Thaïlande,
notamment dans la région de
Songkhla, frontalière de la Malaisie et
centre du trafic de migrants.
Ces inculpations ne sont pas un
hasard. Elles interviennent deux jours
avant la publication d’un rapport
annuel du département d’Etat américain sur le trafic humain. Une sorte de
classement des pays qui ne combattent pas suffisamment ce problème.
Dans ce contexte, la Thaïlande a
voulu montrer qu’elle ne transigerait
pas avec les trafiquants d’être
humain. En mai dernier déjà, sous la
pression internationale, Bangkok
avait démantelé plusieurs filières.
L’opération a désorganisé les passeurs qui ont abandonné en mer des
milliers de migrants, en majorité des
exilés du Bangladesh et de Birmanie,
dont les Rohingyas, une minorité
ethnique musulmane persécutée par
la majorité bouddhiste.
Ces dernières années, la
Thaïlande a régressé dans le classement américain sur les trafics de personnes. Elle est accusée de ne pas
faire assez d’efforts pour lutter contre
le trafic. Le scandale suite à la découverte de dizaines de camps et de
fosses communesrenfermant les
dépouilles de migrants dans la jungle
à la frontière avec la Malaisie risque
de porter un coup sévère aux autorités thaïlandaises.
Les 72 inculpations vendredi arrivent donc à point nommé. Bangkok
veut à tout prix améliorer son image
et montrer sa volonté politique de
s’attaquer au problème que constitue
le trafic d’êtres humains.
RFI
Mexique
La foudre tue sept
personnes d’une
même famille
Sept personnes d’une même
famille ont été tuées par la foudre
vendredi dans l’Etat de Guanajuato
(centre) au Mexique, ont indiqué les
autorités locales. Les victimes sont
«quatre mineurs et trois femmes qui
travaillaient dans les champs», dans
la localité de Mesa Cuata, située
dans une zone montagneuse près de
la ville de Querétaro, a indiqué à
l’AFP, la Protection civile.
Les enfants étaient âgés de trois,
cinq, neuf et 14 ans, et les femmes de
19, 32 et 44 ans. Deux autres personnes ont été blessées, un enfant
de 8 ans et une femme de 26 ans.
La zone montagneuse où s’est déroulé le drame a été touchée par un violent orage en milieu d’après-midi, ont
précisé les autorités. En Inde, neuf
personnes ont été tuées et 13 autres
blessées par la foudre qui s’est abattue vendredi dans l’Etat de Bihar
(nord-est de l’Inde), ont rapporté les
médias indiens. Certaines des victimes ont été foudroyées alors
qu’elles étaient occupées à planter de
jeunes pousses de riz dans les
champs, dans les districts de Kaimur,
Nawada et Aurangabad, a indiqué
l’agence Press Trust of India.
R. I.
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
CULTURE
Les DEBATS
15
Dans un cadre de réconciliation, d'entraide et de pardon
Célébration du Maoussem El-Ghadba dans le Tidikelt
La région de Tidikelt a célébré vendredi Maoussem El-Ghadba (saison d'exil), une
manifestation solennisée annuellement dans cette localité située à l'est de la wilaya
d'Adrar pour exalter les traditions locales fidèlement observées par la population.
L
a manifestation «Maoussem ElGhadba» oeuvre pour renouer avec
les us et coutumes de cette région
du Grand Sud du pays en raffermissant les liens familiaux et sociaux, dénouant
les conflits et en consacrant les valeurs de
l'entraide, la réconciliation, le dialogue et le
pardon.
Les citoyens des régions de Tit et Ksar
Mansour échangent des visites et organisent
des visites, au mois de septembre, à Ksar Tit,
et en juin à Ksar Mansour, pour des
périodes de cinq jours chacune.
Selon des sources historiques, «la saison d'exil ou de discorde» qui remonte à plusieurs siècles, tient son qualificatif à une
action insurrectionnelle d'ouvriers locaux
contre les rudes conditions de travail dans
les palmeraies de l'ancienne zone de Tit,
dans le Tidikelt, imposées alors par les
riches propriétaires de la région.
D'après Mohamed Meftahi, membre de
l'association Fraternité pour l'échange culturel de la wilaya d'Adrar, «ces ouvriers ont,
après de vaines doléances formulées à
leurs patrons, décidé d'un exil collectif des
palmeraies et jardins de Tit, pour rejoindre,
dans une marche âpre et longue en quête
d'un saint à qui se vouer, les ksour de la
région voisine d'Akebli et soulever leurs soucis aux notables et chef de tribus de Ksar
Mansour, qui leur ont réservé un accueil
chaleureux, cinq jours durant».
Les notables de Ksar Mansour, prêts à
prendre en charge les complaintes de leurs
protégés, ont pris les dispositions et moyens
nécessaires pour trouver un compromis à
cette situation, en se déplaçant, en compagnie des «insurgés» vers la région de Tit et
y rencontrer ses notables. Ces derniers
s'étaient positionnés à l'entrée de la ville
pour accueillir leurs visiteurs et ce, en signe
d'expression de leurs remords et de leur
souhait du retour de leurs ouvriers, mais
aussi le retour à la vie normale.
Les négociations ont été entamées et la
concertation s'est établie sur une solution
qui satisfasse les deux parties.
Cette rencontre historique a amené les
deux parties, pour sceller cette réconciliation, à lire la Fatiha du Saint Coran et a incité les propriétaires terriens et les ouvriers à
donner et à obtenir mutuellement le pardon
pour poursuivre leur vie dans la sérénité, a
expliqué M. Meftahi.
Imbus de hautes valeurs humaines, de
reconnaissance et d'hospitalité, les notables
de Tit ont décidé, pour cette circonstance de
fraternité et de solidarité, d'échanger les
visites et d'accueillir, à leur tour, et pour une
période similaire de cinq jours, leurs voisins
du Ksar Mansour, dans la perspective, par
ce geste, de faire prévaloir la dimension
humaine et les valeurs de sagesse, d'entraide et de fraternité à répandre et à ériger en
repères à même de guider les générations.
Les citoyens des régions de Tit et Ksar
Mansour ont, depuis, oeuvré à la célébration
de Maoussem El-Ghadba, par l'organisation, durant le mois de septembre, d'une
visite au Ksar de Tit, et une autre en juin à
Ksar Mansour, pour des périodes de cinq
jours chacune.
Ces traditions, encore préservées dans
le Tidikelt, contribuent largement à imprégner les valeurs de l'amour, la paix, la réconciliation et l'entraide et traduisent l'attachement de l'homme à la liberté, à la vie décente et à la consécration de la voie du dialogue
dans le dénouement des conflits sociaux, a
indiqué le membre de l'association précitée
d'Adrar. Pour sa part, Cheikh Sabari Hadj
Nadjem, notable de la région de Tidikelt, a
estimé que cette coutume ancestrale «sert
toujours de sources d'enseignement des
vertus de fraternité et de pardon pour la
population locale». Se sont, a-t-il dit, «des
valeurs ancrées dans la vie sociale collective, pas uniquement dans le Tidikelt, mais
dans toute la région». M. Meftahi Hadj
Lahcen, une des éminentes personnalités
de la commune d'Akebli, mettant à profit cet
événement, a exhorté les jeunes de la
région à s'attacher à leurs traditions et à préserver ces hautes valeurs pour les transmettre aux générations futures. Il a, à ce
titre, appelé à accorder davantage d'importance et de soutien à cette manifestation
ancestrale, en vue de mener d'autres activités en parallèle, et lui donner aussi une
dimension cultuelle et touristique, vu la grande affluence de visiteurs parmi la population
du Tidikelt.
Les services du parc culturel du TouatGourara-Tidikelt ont, par souci de valoriser
cette tradition, procédé à la collecte de
témoignages vivants sur les rites et la célébration de l'événement, l'élaboration de supports d'information audiovisuels et des écrits
y afférents pour les mettre à la disposition
des chercheurs et des anthropologues
concernés par la mise en valeur et l'enrichissement du patrimoine matériel et immatériel
du pays, a estimé le directeur de l'Office du
parc, Mohamed Hamoudi. L'Office s'emploie
à collecter et à préserver le legs ancestral
matériel et immatériel sur le territoire de ce
parc, par le biais des actions de soutien académiques, reposant notamment sur des
recherches de terrain à même de révéler et
de mettre en exergue les valeurs civilisationnelles ancestrales des populations à travers
cet immense parc de 38 000 km , a-t-il ajouté.
R. C.
2
Festival national du malouf
La troupe Redouane Bensari et Hamza
Benkadri en ouverture
L
a 9 édition du Festival national du
malouf s'est ouverte, jeudi soir à la
Maison de la culture Malek-Haddad
de Constantine avec l'entrée en compétition
de la troupe Cheikh Redouane Bensari, de
Sidi Bel Abbès, et de l'artiste constantinois
Hamza Benkadri.
Sous la houlette du chef d'orchestre
Kouider Bensari, petit-fils du chantre de l'école tlemcenienne de musique andalouse,
Redouane Bensari, les 16 membres de la
troupe éponyme ont exécuté des extraits de
la nouba mezmoum, suivis du meçader Ana
Ichki fi soultane, d'un derdj Lilahi ma ass'aba
alrahil, d'un Insiraf Zada al houbou wajdi
avant de clôturer avec un khlass Rai't al
kamar kad ghab, devant un public nombreux, attentif et connaisseur.
En coulisses, Kouider Bensari a indiqué à
l'APS, que la troupe, créée en 2008, comptant 26 membre âgés entre 11 et 45 ans,
«oeuvre à perpétuer une musique ancestrale en mettant en place une école d'apprentissage de la musique andalouse pour transmettre aux nouvelles générations tous les
ème
secrets et l'amour de ce genre musical».
De son côté, Hamza Benkadri a gratifié
l'assistance d'extraits choisis de la nouba
rasd dil, avant d'enchaîner avec un meçadar
Bi rabi aladi feraja, d'un derdj Jara al hawa
oua ahraka puis d'un b'tayhi Nabki ala soukar nabat et un khlass Al bia'ad amroun
saâb.
Passionné de musique savante, Hamza
Benkadri a affirmé à l'APS, que son passage
au Festival national du malouf constitue
«une étape importante» de sa carrière artistique en lui donnant l'occasion d'échanger
des expériences avec d'autres artistes.
L'artiste a tenu à souligner «l'importance
d'exprimer le patrimoine tout en préservant
l'authenticité d'un legs ancestral».
Avant le lancement du concours de cette
9 édition, l'orchestre féminin du malouf,
créé en 2013, composé de musiciennes
issues d'associations musicales de l'antique
Cirta, a ravi le public en interprétant nouba
zidan Lach ya mouadiba kalbi, sous les
applaudissements d'un public conquis par
les belles voix et l'élégance des artistes.
ème
Le commissaire du festival, Amar Aziez,
avait auparavant souligné, lors de la cérémonie d'ouverture du festival, «la nécessité de
perpétuer et de préserver un art universel qui
reste témoin d'une grande civilisation qui
rayonna de la péninsule ibérique jusqu'au
Maghreb». Inscrit dans le cadre des activités
de la manifestation «Constantine, capitale
de la culture arabe» et placé sous le slogan
«L'écho du malouf au coeur de l'événement», le festival réunit 10 formations musicales venues de Tlemcen, Mila, Souk Ahras,
Skikda et Sétif. Toutes sont en lice pour le
concours au terme duquel seront sélectionnées les troupes devant représenter l'Algérie
au prochain Festival international du malouf,
programmé en octobre prochain.
En parallèle au Festival national du
malouf, le commissariat de cet événement a
concocté un programme de proximité avec la
tenue de soirées devant être animées au
Palais de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa
au Centre culturel M'hamed Yazid, dans la
commune d'El Khroub.
R. N.
FELIV
Le parcours
et l'œuvre de
l'écrivain André
Brink revisités
à Alger
Le parcours et l'oeuvre du
célèbre écrivain sud-africain,
André Brink, ont été revisités vendredi soir à Alger, lors d'un débat
hommage organisé dans le cadre
du 8 Festival international de la
littérature et du livre de jeunesse
(Feliv).
Des intervenants algériens et
étrangers ont abordé, à cette
occasion, le parcours et les
oeuvres de cet écrivain qui s'est
engagé contre le régime ségrégationniste de l'apartheid en Afrique
du Sud, défendant ainsi les
valeurs de justice et de liberté à
travers ses oeuvres littéraires.
Pour l'écrivain franco-congolais Alain Mabackov, André Brink
était un écrivain au «parcours
exemplaire et intéressant».
Disséquant son oeuvre, M.
Mabackov a relevé que Brink était
proche de l'écrivain Albert Camus
et s'en était inspiré, notamment
de son oeuvre La Peste.
Notant un «rapprochement
étroit» entre Camus et Brink, l'intervenant a souligné que les deux
luttaient, à travers leurs ouvrages
respectifs (La Peste et Le mur de
la peste) contre l'injustice et la
domination. De son côté, l'écrivaine
zimbabwéenne,
Lucy
Veronica Mashita, a évoqué le
riche parcours de Brink qui était,
a-t-elle dit, «un homme de lettres
courageux» qui s'était engagé,
outre son combat contre le régime de l'Apartheid, contre toute
forme d'injustice.
D'autre part, les professeures
de littérature Amina Azza Bekkat
(Algérie)
Odile
Cazeneuve
(France) ont évoqué le contenu
de ses oeuvres, soulignant
qu'elles sont accesibles et que
l'histoire y apparaissait en filigrane.
Né en 1935, André Brink écrivait, aussi bien en anglais, qu'en
afrikaans, la langue matérennelle
de la minorité blanche sud-africaine. Ami de Nelson, il était
membre de Die Sestiger, un mouvement littéraire qui s'était élevé
contre la politique ségrégationniste de l'Apartheid des années
1960.
Un instant dans le vent,
Rumeurs de pluie, Un turbulent
silence, et plus récemment Etats
d'urgence sont parrmi ses titres
les plus connus.
En 2009, il a publié un livre de
mémoires intitulé Mes bifurcations, dans lequel il tirait le bilan
des premières années post-apartheid.
André Brink est décédé le 6
février 2015 à l'âge de 79 ans, le
jour même où s'éteignait la
romancière algérienne, Assia
Djebbar.
Le 8 Feliv se poursuivra jusqu'au 29 juillet à l'esplanade de
Riad El Feth (Alger), avec au programme des conférences-débats,
des rencontres littéraires, des
expositions et des spectacles
musicaux.
Une vingtaine de pays, dont la
Tunisie, Maroc, Liban, France et
Angleterre participe à ce rendezvous littéraire.
R. C.
e
e
FEMMES
N° 1360 - Dimanche 26 Juillet 2015
PAROLES DE FEMMES
«Une heure de conversation
vaut mieux que cinquante
lettres.»
Madame de Sévigné
Actu-femmes Page animée par Tinhinan
Les DEBATS
ILS ONT DIT :
17
«La conversation est un art difficile.
Il faut savoir être économe.»
Gilles Archambault
QUATRE ANS DE MARIAGE PARTENT EN FUMÉE
Les rumeurs se faisaient de plus en plus insistantes, elles semblent désormais avérées: Kate Moss et Jamie Hince n'ont plus qu'à
signer les papiers du divorce pour officialiser leur séparation,
selon les informations du tabloïd anglais The Sun.
c'est
fini
Jamie
Hince
et
Kate
Moss
D
epuis le début de sa carrière de mannequin, Kate Moss est connue pour sa
vie sentimentale tumultueuse. Johnny
Depp, Leonardo Di Caprio …. le top
model est sorti avec les plus grandes stars internationales sans jamais trouver chaussure à son
pied. Toutes ses relations se sont terminées dans
la douleur alors que «la Brindille» était minée par
les scandales de ses infidélités et des ses états
d'ébriété récurrents. Pourtant, en 2011, lorsqu'elle s'est mariée avec le guitariste Jamie Hince,
Kate Moss semblait apaisée. Elle trouvait enfin
un amour stable et rassurant. Son nouveau mari
ne tarissait d'ailleurs pas d'éloges sur sa nouvelle femme. L'an dernier encore, le musicien révélait au Daily Mirror à quel point il était proche de
son épouse: «Ma femme est mon acolyte. J'ai
tendance à être angoissé quand je pars loin d'elle.»
Pourtant, la réalité est loin d'être aussi simple:
selon les informations du Sun, le couple est au
bord du gouffre depuis deux ans. Kate Moss et
Jamie Hince eux-mêmes ont annoncé à leurs
amis qu'il était désormais impossible de sauver
leur mariage. Le naufrage de leur union serait
avant tout dû à la jalousie excessive du mannequin de 41 ans: embarrassée par les fréquenta-
tions féminines de son mari, elle ne pouvait plus
supporter l'une des amies très proches du guitariste, une mannequin nommée Lady Mary. Il y a
deux ans, Kate Moss avait même poussé la jeune
femme en question dans une piscine, portable et
portefeuille à la main, sous prétexte qu'elle discutait avec son mari.
Aigri par la jalousie excessive de son épouse,
Jamie a finalement décidé de baisser les bras.
Mais là n'est pas la seule cause du divorce :
Jamie Hince aurait aussi vécu un véritable enfer
à cause de la mauvaise réputation de Kate Moss.
Le guitariste a été particulièrement agacé par les
scandales à répétition de son épouse et le dernier
en date l'aurait mis hors de lui. En juin dernier, le
top model, complètement ivre, a été débarqué
d'un vol en provenance de Turquie, à cause de
son comportement perturbateur. «Ils ne sont
désormais plus un couple marié. Ils ont atteint le
point de non-retour. Jamie attend juste que Kate
enclenche la procédure de divorce. Tous deux ne
sont pas pressés, mais ils savent bien qu'aucune
réconciliation n'est possible», a confié un ami
commun du couple au journal The Sun. Après
Ben Affleck et Jennifer Garner, l'été 2015 est
décidément celui de tous les divorces chez les
people…
régime
Le céleri, un aliment à calories négatives ?
L'
expression «calories négatives»
semble plus que surprenante !
Comment est-il possible qu'un aliment
ait un bilan énergétique négatif ? Tout simplement parce que le digérer ferait consommer au
corps plus de calories que l'aliment ne lui en a
apporté. Parmi ces aliments miracles, le céleri
est la star du moment. Tout d'abord, soyons
clairs : tous les aliments contiennent des calories, stockées sous forme de glucides, de protéines ou de lipides. Si l'on parle d'aliments à
calories négatives, c'est pour désigner cette
famille d'aliments qui contiennent si peu de
calories que l'énergie que le corps doit utiliser
pour absorber leurs nutriments est supérieure
à celle que ces aliments fournissent.
Autrement dit, le corps est censé devoir brûler
encore plus de calories pour traiter ces aliments qu'il n'en reçoit en les consommant.
Une théorie encore à confirmer
Autant dire qu'en théorie au moins, ces aliments, et parmi eux le céleri, seraient de
vraies solutions miracles pour maigrir plus
rapidement et plus efficacement !
Mais la théorie n'est pas encore solidement démontrée, et des études sont
nécessaires pour prouver ou contredire
réellement l'existence des aliments à
calories négatives.
Des fruits et légumes, oui,
mais lesquels ?
Consommer des aliments à calories
négatives permettrait en tout cas non
seulement de manger léger, mais d'absorber également de nombreuses vitamines. En effet, les aliments à calories
négatives sont tous des fruits et légumes.
Parmi eux, on retrouve, outre le céleri : le
chou, les épinards, les endives, le radis ; ou
encore, chez les fruits, le citron, le melon, la
pastèque et la papaye.
Et le céleri, dans tout ça ?
Le céleri, lui, est un aliment brûle-graisse à
calories négatives qui est particulièrement
riche en fibres (5% de sa masse sont composés de cellulose et d'hémicellulose). Il est par-
faitement indiqué en cas de problèmes de
rétention d'eau, et il facilite le transit intestinal.
Il est également plein de minéraux (potassium, sodium et phosphore) et de vitamines C
et B. Sa très forte teneur en eau (90%) en fait
un aliment très peu calorique, puisqu'il apporte 18 calories seulement aux 100 grammes !
Et si sa nature d'aliment à calories négatives
est avérée, il est le compagnon idéal d'un régime minceur efficace !
bien-Être
Les personnes lentes risquent de mourir plus jeunes
U
n temps de réaction lent
ou variable pourrait être
un moyen de déterminer
son espérance de vie, d'après les
recherches d'une équipe britannique. Les personnes le plus
lentes augmenteraient de 25%
les risques de mourir jeune par
rapport aux personnes plus
rapides. Chez les animaux, un
manque de réactivité augmente
les risques de mort précoce.
Selon une étude menée par des
chercheurs
britannique
de
l'University college London et de
l'université d'Edinbourg, la lenteur chez les hommes serait également synonyme d'une vie courte. Dans la revue scientifique
PlosOne, les scientifiques expliquent avoir soumis 5 134 personnes, âgées de 20 à 59 ans, à
un test de réactivité très simple.
Les participants à l'étude
devaient presser un bouton lorsqu'une image apparaissait sur
leur ordinateur, à cinquante
reprises, sans avoir été entrainés. En évitant tout choix, ce test
ne pénalise ni les indécis, ni les
incultes, selon les chercheurs.
Un système nerveux
central détérioré
Au bout de quinze années de
suivi, 378 personnes faisant partie du groupe, soit 7,4%, sont
décédés. Les auteurs de l'étude
ont constaté que les personnes
ayant répondu plus lentement au
test de réactivité étaient susceptibles de mourir plus jeunes (25%
de risques en plus), tout comme
celles qui ont eu un temps de
réaction variable d'un test à
l'autre (36%). "Le statut socioéconomique, l'hygiène de vie et
les facteurs de risques cardiovasculaires avérés expliquent
partiellement, mais pas complètement, ces associations", indiquent les chercheurs.
Selon le docteur Gareth
Hagger-Johnson, auteur principal
de l'étude, le temps de réaction
lent ou variable serait la manifestation d'un système nerveux central qui se dégrade aussi vite que
le reste du corps. Un simple test
de réactivité pourrait ainsi révéler
son espérance de vie.
Etude
Les filles sont meilleures
que les garçons à l'école,
...Et depuis longtemps
Une étude vient de montrer que les
filles étaient plus fortes en classe que les
garçons et ce, depuis au moins 100 ans.
Des résultats qui vont à l'encontre des
débats sur l'affaissement des résultats
scolaires des garçons.
C'est un travail de fourmi que les chercheurs, Daniel et Susan Voyer, ont effectué. Les filles sont-elles meilleures que les
garçons à l'école? Depuis quand?
Assiste-t-on à une crise de l'efficacité des
garçons? Ce sont les questions que le
duo de chercheurs se posait alors que les
médias américains s'emballaient sur le
fait que les garçons étaient devenus
moins bons que les filles à l'école.
Ils ont donc commencé à recenser plus
de 6 000 articles de 1914 à 2011 pour en
tirer 308 études sur le sujet. Les résultats
sont donc représentatifs de plus d'un million d'écoliers allant du primaire à l'université et venant de plus de 30 pays (bien que
les Américains soient le plus souvent
cités). Le verdict serait, selon ces chercheurs, sans appel. Les filles sont
meilleures que les garçons à l'école, elle
l'ont toujours été, depuis 100 ans, et ce,
dans toutes les matières. Les conclusions
avancent que les différences se font
davantage ressentir entre 11 et 14 ans. On
aurait pu penser, à tort, que les garçons
excelleraient davantage dans des
domaines comme les maths et la science.
L'étude confirme que non, les filles tiennent bon et creusent même l'écart quand
il s'agit de lecture ou de lettres. D'où vient
cette
disparité
?
Le
magazine
Smithsonian, relayé par Slate relate que
«Les auteurs émettent l'hypothèse que les
parents poussent peut-être plus les filles
que les garçons, ou que les garçons et les
filles ont des styles d'apprentissage différents. Quoi qu'il en soit, il est clair que les
filles peuvent faire des maths et de la
science et y exceller.» Un bon coup de
pied aux préjugés, à l'heure où les écoles
d'ingénieurs, par exemple, sont essentiellement peuplées d'étudiants masculins.
• Gérante Naïma MAHMOUDI • Directeur de la publication Aïssa KHELLADI •
•Direction-Administration 2, boulevard Mohamed V, Alger. Tél. : 021.78.14.16 -
Le fondateur
Quotidien national
d’information
Edité par la SARL
MAHMOUDI INFO
Abderrahmane Mahmoudi
Fax : 021.78.14.17 - Service Publicité : 021.78.14.17•Email : Lesdebats@hotmail.com •
Web : http://www.lesdebats.com • Impression SIA • Publicité ANEP 1, avenue Pasteur, Alger, Tél. : 021.73.30.43
18 Les DEBATS
N° 1360 - Dimanche 26 juillet 2015
SPORTS
Ligue des champions/USMA 2-M
MCEE 1
Les Rouge et Noir intraitables
L'
USM Alger a battu le
MC El-Eulma sur le
score de (2-1), en
match comptant pour la
3 journée (Gr B) de la phase des
poules de la Ligue des champions
d'Afrique de football, disputé vendredi soir au stade Omar Hamadi
de Bologhine (Alger). Les buts de
la rencontre ont été inscrits pour
l’USM Alger par Beldjilali (14 ) et
Seguer (23 ), alors que la seule
réalisation du MC El-Eulma a été
l’œuvre de Korichi (40 ). Grâce à
cette victoire, la 3 consécutive, le
club usmiste s'installe seul en tête
du Groupe B avec 9 points devant
El-Merrikh (3 pts-2 matchs), et
l'ES Sétif (3 pts-2 matchs). Le MC
El-Eulma est dernier avec 0 point
en 3 matchs. Les Usmistes et
avec ce troisième succès d’affilée
se rapprochent plus que jamais de
la qualification aux demi-finales
de la plus prestigieuse des compétitions africaines. Il faut dire que
la formation de Soustara avait fait
de cette dernière sa priorité et
s’est préparée en conséquence
pour tenter d’aller le plus loin possible et pourquoi pas succéder au
palmarès à l’autre formation algérienne, l’ES Sétif qui est dans le
même groupe que l’USMA. Les
Rouge et Noir ne comptent pas
s’arrêter là, même s’ils ont pratiquement fait le nécessaire. Il leur
manque une victoire pour s’assu-
e
e
e
e
e
FC Valence
Feghouli pourrait
ne pas prolonger
Le club espagnol du FC Valence hésite
à prolonger le milieu international algérien
Sofiane Feghouli, dont le contrat expire au
mois de juin 2016, a rapporté, jeudi soir, le
quotidien Marca dans sa version électronique. L’international algérien a exigé une
revalorisation salariale au même titre que le
capitaine d’équipe Dani Parejo, pour prolonger son bail, précise la même source.
Une proposition inacceptable pour la direction du club valencien qui estime que le
joueur algérien est important pour l’équipe,
mais il n'est «pas indispensable», comme
peut l’être Parejo, explique le journal espagnol. Si le FC Valence décide de ne pas
prolonger Feghouli, elle doit alors écouter
les offres des clubs désirant enrôler
Feghouli qui reçoit 2.1 millions d’euros bruts
par an. Feghouli (25 ans) avait rejoint le FC
Valence en 2010 pour un contrat de quatre
saisons en provenance de Grenoble
(CFA/France) avant de le prolonger pour
deux saisons supplémentaires. En janvier
2011 il a avait été prêté à l'UD Almeria pour
six mois.
MC Alger
Programme chargé
pour les Mouloudéens
en Pologne
Le MC Alger (Ligue 1 algérienne de football) disputera trois matchs amicaux au
cours de son stage précompétitif entamé
jeudi en Pologne en vue de la saison footballistique 2015-2016, a-t-on appris
auprès du club de la capitale. Le Doyen
jouera son premier test face à Gornik
Zabrze (division 1 polonaise) ce lundi,
avant de défier Piast Gliwice (division 1
polonaise) et Rozwoj Katowice (division 2
polonaise) respectivement les jeudi 30
juillet et lundi 3 août. Les joueurs de l'entraîneur portugais Artur Jorge retourneront
ensuite à Alger pour aborder la dernière
ligne droite avant le début de la compétition fixée au week-end du 14 et 15 août. Il
s'agit du second stage pour le Doyen
après un premier regroupement qui s'est
déroulé à Tlemcen en plein mois sacré de
Ramadhan, axé essentiellement sur l'aspect physique. Côté recrutement, le MCA
a engagé jusque-là sept éléments : le gardien de but Jonathan Matijas (ex-USM
Bel-Abbès), Rachid Bouhenna (ex-CS
Constantine), Abdelmalek Mokdad (exRC Arbaâ), Kheireddine Marzougui (exRC Relizane), Abdelghani Demmou (exES Sétif), et l'Ethiopien Salaheddine Said
(ex-Ahly d'Egypte). Kacem Mehdi a réintégré le MCA après un prêt d'une saison au
RC Arbâa, alors que le Brésilien Roberson
vient d'être qualifié, lui qui avait signé un
contrat de 18 mois lors du dernier mercato d'hiver. Les Vert et Rouge débuteront la
saison 2015-2016 avec le derby algérois
face au CR Belouizdad.
Club Africain
rer la qualification. Sur un autre
registre, on apprend que le président Haddad a profité de la venue
du coach franco-italien, Garzito
avec l’équipe d’El-Merrikh pour lui
faire une offre officielle pour
prendre
en
main
l’équipe.
Apparemment, la déclaration de
ce dernier sur l’USMA, qu’il considère comme la seule équipe pro
en Algérie, n’est pas tombée dans
l’oreille d’un sourd, surtout que
l’USMA est sans entraîneur depuis
le départ de l’Allemand Pfiser. Le
jeune technicien, Hamdi n’est que
le coach intérimaire et il devra être
l’adjoint du prochain entraîneur en
chef.
Imad M.
Ibrahim Chenihi signe
de terrain Chenihi (25 ans) qui fait désormais partie de la sélection nationale a
rejoint le championnat de Tunisie comme de
nombreux
joueurs
du
championnat
d’Algérie.
Il a signé un contrat de 3 ans en faveur
des champions sortants qui se préparent
Ce n’est pas une surprise, c’était même
attendu depuis plusieurs jours, l’international
Ibrahim Chenihi à quitté El-Eulma pour le
Club Africain.
En effet, alors que ses anciens coéquipiers préparaient leur rencontre de Ligue
des champions face à l’USM Alger, le milieu
actuellement à Hammam Bourguiba, où ils
ont affronté en amical le CRB Aïn Fakroun.
Rappelons que dans le même temps, la
vedette du club tunisois, Abdelmoumen
Djabou a annoncé, hier, avoir quitté le club
alors que l’autre algérien, le défenseur
Hichem Belkaroui n’est pas sur de rester.
Championnat du monde U21 de handball garçons
Troisième défaite de l'Algérie
La sélection algérienne des moins de 21 ans garçons de handball
s'est inclinée jeudi soir face à son homologue danoise sur le score de 42 à
18 (mi-temps : 17-9), en match comptant pour la 3 journée du groupe C au
Mondial-2015 qui se déroule du 20 juillet au 1 août au Brésil. Les Algériens
avaient perdu leurs deux premiers matchs face à la France (26-25) et
l'Argentine (23-19). Ils ont affronté, hier, le Chili. L'Algérie avait terminé à
la 24 et dernière place au championnat du monde (U-21) organisé en
Bosnie-Herzégovine (2013), après avoir enregistré sept défaites en autant
de matchs. L'Algérie prend part à la compétition mondiale de cette catégorie pour la dixième fois de son histoire. Elle avait déjà participé à neuf éditions du Championnat du monde (U21), obtenant les résultats suivants :
1987 (11 ), 1989 (14 ), 1993 (13 ), 1997 (11 ), 2001 (12 ), 2003 (18 ), 2009 (20 ),
2011 (14 ), 2013 (24 ).
e
er
e
e
e
e
e
e
e
e
e
e
Mondiaux-22015 d'athlétisme
La délégation partira une semaine avant
le début de la compétition
La sélection algérienne d'athlétisme
qui prendra part aux mondiaux de Pékin (2230 août 2015) ralliera la capitale chinoise
«au moins une semaine avant le début de la
compétition», a annoncé, vendredi, le directeur technique national (DTN), Ahmed
Boubrit. «Il faut prendre en compte le programme de nos athlètes qualifiés et de leurs
entrées en compétition, pour cela nous
devons arriver au moins une semaine avant
leurs entrées en lice», a expliqué Boubrit,
précisant qu'il «faut aussi tenir en compte le
décalage horaire ainsi les conditions climatiques du pays d'accueil». Le départ de la
délégation pourrait être programmé entre le
12 et le 15 août 2015 et sera conduite par
Samir Moussaoui, membre du bureau fédéral. Le président de la Fédération, Ammar
Bouras, sera du voyage à Pékin pour assister aux élections de l'IAAF pour lequel il est
candidat pour le conseil. Le DTN a rappelé
qu'en plus des neuf qualifiées d'autres athlètes sont en mesure de réaliser les minima
avant la date limite, soit le 10 août 2015.
«D'ici à cette date les athlètes à la
recherche de minima peuvent les réaliser
lors des meetings à l'étranger, mais aussi à
l'occasion du championnat national open
prévu les 1 et 2 août 2015 où lors de la
journée Elite du 9 août», a-t-il dit. Pour lui,
Lyes Mokdel (110 m haies), Miloud
Rahmani (400 m haies) et Imad Touil (1500
m) ont des capacités et sont en mesure de
se qualifier aux mondiaux-2015. Yacine
Hathat (800 m), Hicham Bouchicha et Billel
Tabti ( 3.000 m steeple), Abdelkrim
Lahoulou (400 m haies), Larbi Bouraâda
(décathlon), Toufik Makhloufi (800 et 1500
m), Amina Bettiche (3000 m steeple), Souad
Aït Salem et Barkahoum Drici (marathon)
sont les neuf athlètes algériens qualifiés
pour les Mondiaux de Pékin.
er
Championnat d'Afrique-22015 de volley-bball (2 journée-G
Gr. A)
e
L’EN bat le Kenya et passe
La sélection algérienne de volley-ball
(messieurs) s'est qualifiée pour les demifinales du championnat d'Afrique-2015, à l'issue de sa victoire, vendredi, sur son homologue du Kenya par 3 sets à 0 (25-17, 28-26,
25-23), pour le compte de la 2 journée du
groupe A de la compétition qu'abrite le Caire
(Egypte) du 22 au 30 juillet. La formation drivée par Tizi Oualou a remporté, jeudi, son 1
e
er
match aux dépens du Botswana (3-0: 25-16,
25-22 et 25-13). Après cette victoire, les
Verts occupent provisoirement la tête du
groupe A, en attendant le déroulement du
match Egypte-Botswana prévu ce vendredi
(19h). La 3 et dernière journée du 1 tour a
mis aux prises, hier samedi, le Botswana au
Kenya (13h), et l'Egypte à l'Algérie (19h).
Dans le groupe B, la Tunisie a battu difficilee
er
ment le Cameroun (3-2: 25-23, 12-25, 21-25,
25-22 et 15-12). Dix pays devaient initialement prendre part à cette compétition, mais
le Soudan a finalement fait faux bond. Les
finalistes de la 20 édition de ce
Championnat d'Afrique messieurs seront
directement qualifiés pour le Mondial-2015
qui se déroulera au Japon du 8 au 26 septembre prochain.
e
Météo
Les DEBATS
Alger
Ensoleillé
Min 22 °C
Max 33 °C
Oran
Ensoleillé
Min 23 °C
Max 32 °C
Annaba
Ensoleillé
Min 26 °C
Max 37 °C
http://www.lesdebats.com
En visite au Kenya
«L'Afrique est en marche»,
affirme Obama
«L'Afrique est en marche», a affirmé,
hier au Kenya, le président américain,
Barack Obama, au premier jour d'une
visite sous haute sécurité dans le
pays de son père, consacrée au partenariat économique, mais aussi et surtout à la lutte antiterroriste. Arrivé vendredi soir, le président américain et
son hôte Uhuru Kenyatta ont adopté
un ton résolument optimiste hier
matin en ouvrant ensemble un sommet mondial sur l'entrepreneuriat. «Je
voulais être ici parce que l'Afrique est
en marche, l'Afrique est l'une des
régions du monde à la plus forte
croissance», a lancé Barack Obama.
«Les gens sortent de la pauvreté, les
revenus sont en hausse, la classe
moyenne croît et les jeunes gens
comme vous exploitent les technologies pour changer la façon dont
l'Afrique fait des affaires». «Ce discours sur le désespoir africain est
faux et, en fait, n'a jamais été vrai», a
estimé Uhuru Kenyatta. M. Obama,
pour la première fois au Kenya depuis
son accession à la Maison-Blanche en
2009, a cependant présidé dans
l'après-midi, avec M. Kenyatta, un dialogue bilatéral essentiellement consacré à la lutte contre l'islamisme radical. Le Kenya a été visé ces dernières
années par de spectaculaires attaques
des islamistes somaliens shebab, et
une partie de la capitale Nairobi a été
bouclée pour la visite de Barack
Obama. En ouverture du dialogue au
palais présidentiel, en présence du
vice-président kényan William Ruto,
poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, Uhuru Kenyatta a évoqué les «nombreux défis auxquels nous sommes
confrontés, en tête desquels la sécurité, que, je pense, nous pouvons surmonter si nous travaillons ensemble».
«Nous devons répondre aux défis
posés par le terrorisme, mais les
Africains ont surtout soif de croissance, de prospérité, d'échanges entre les
peuples, d'échanges dans le domaine
du tourisme, de la science ou de l'éducation», a répondu Barack Obama. Le
Kenya, cible d'attaques répétées des
shebab depuis qu'il a engagé son
armée fin 2011 dans le Sud somalien
voisin pour les combattre, est un partenaire-clé des Etats-Unis dans la région
en matière de sécurité. Les Etats-Unis
mènent eux-mêmes de régulières
attaques de drones contre les shebab
en Somalie, privée de réel Etat central
depuis près de 25 ans, et ont tué en
septembre celui qui était alors le chef
des insurgés, Ahmed Abdi Godane.
Affiliés à Al Qaîda, les shebab, qui
recrutent aussi au Kenya, ont notamment perpétré la tuerie du centre commercial Westgate à Nairobi en 2013 (au
moins 67 morts) et, plus récemment, en
avril, le massacre à l'université de
Garissa (nord-est) qui a coûté la vie à
148 personnes, dont 142 étudiants.
Avant son entretien avec Uhuru
Kenyatta, Barack Obama s'est rendu au
mémorial érigé pour les victimes de
l'attentat perpétré en 1998 par Al Qaîda
contre l'ambassade américaine de
Nairobi, qui avait fait 213 morts.
Entouré d'une dizaine de survivants et
de sa conseillère à la sécurité nationale, Susan Rice, il a déposé une gerbe
devant la liste des victimes avant de
s'incliner dans un moment de recueillement. C'est la première fois qu'un président américain en exercice se rend
au Kenya, qui a déployé plus de 10 000
policiers dans la capitale pour assurer
sa sécurité. «C'est formidable d'être de
retour au Kenya», a déclaré M. Obama
hier. videmment, cela a une valeur personnelle pour moi. Mon père venait du
coin». Au fil des semaines, à mesure
que la visite approchait, la ferveur n'a
cessé de monter au Kenya. Hier encore, les principaux quotidiens consacraient leurs unes à M.Obama, né à
Hawaï d'une mère américaine et d'un
père kényan. «Kenya je suis là», «Le
moment Obama», «Obama arrive»...
AFP
GHIR HAK
radje07@yahoo.fr
ACTU...
Bordj Bou Arréridj
Sept personnes
décèdent par asphyxie
dans un puits
Tunisie
Tirs contre une patrouille de police à Sousse
U
n agent de la police tunisienne a été
blessé, hier, suite
à des coups de feu
tirés par deux jeunes à bord
d'une
moto
contre
sa
patrouille, à Sousse, a déclaré
un haut responsable sécuritaire.
«Les deux jeunes à bord
d'une Vespa et dont les
visages étaient découverts,
ont tiré contre la patrouille,
vers 06h30 du matin et ont
ensuite, pris la fuite, a ajouté
le responsable, cité par l'agence TAP.
«Nous ne pouvons pas
savoir s'il s'agit d'un acte terroriste ou non avant l'arrestation des agresseurs», a-t-il
précisé, soulignant que «les
forces de l'ordre sont actuelle-
ment, à leur recherche».
Mercredi, une patrouille
sécuritaire au Bardo a été la
cible de coups de feu, sans
subir de dommages.
Déterminées
à
lutter
contre le terrorisme, les autorités tunisiennes ont récemment arrêté 127 personnes
soupçonnées d'appartenir à
des groupes armés depuis
l'attentat de Sousse. Huit
jours après cet attentat, l'état
d'urgence a été décrété sur
tout le territoire tunisien pour
30 jours. Aussi, le Parlement
tunisien a adopté, tard vendredi soir, une nouvelle loi
antiterroriste pour répondre à
l'essor des attaques jihadistes, un texte très critiqué
par la société civile qui y
décèle des menaces pour les
libertés.
Après trois jours de débats
et des heures de pourparlers
vendredi à huis clos pour trouver un consensus sur le texte,
les députés ont approuvé
cette loi sur «la lutte contre le
terrorisme et le blanchiment
d'argent» par 174 députés
pour 10 abstentions et aucun
vote contre.
«Avec fierté, nous avons
vécu ce moment historique
(...) cette loi va rassurer le
citoyen», a déclaré le président
de
l'Assemblée,
Mohamed Ennaceur, devant
les élus qui venaient de chanter l'hymne national dans l'hémicycle.
Ce vote est intervenu dans
un contexte de menace grandissante après les attaques
en juin à Sousse (38 touristes
tués) et en mars au Musée du
Bardo à Tunis (22 morts, dont
21 touristes), revendiquées
par le groupe État islamique.
Ce texte remplace une loi
antiterroriste de 2003, adoptée sous la dictature de Zine
El Abidine Ben Ali et largement utilisée, selon les défenseurs des droits de l'homme,
pour réprimer l'opposition, en
particulier le parti islamiste
Ennahda alors interdit et
aujourd'hui l'une des principales forces politiques tunisiennes.
Par ailleurs, le président
tunisien Béji Caïd Essebsi a
signé des décrets de grâce en
faveur de 1581 prisonniers, à
l'occasion de la fête de la
République, a indiqué un
communiqué
de
la
Présidence, vendredi.
Agence
Yémen
La coalition arabe déclare une trêve
unilatérale de cinq jours
L
a coalition arabe menée par l'Arabie
Saoudite a décrété, à partir de demain
une trêve unilatérale de cinq jours dans
ses raids contre les rebelles au Yémen pour
permettre l'acheminement d'aides humanitaires.
La trêve doit courir à partir de lundi 00h00
heure du Yémen (aujourd’hui 21h00 GMT),
mais la coalition se réserve pendant les cinq
jours le droit de riposter à toute «activité ou
mouvements militaires» des rebelles chiites
houthis, selon le texte du communiqué, cité par
l'agence de presse SPA.
Le texte a précisé que la décision de la coalition a été prise à la demande du président
yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié à
Riyadh avec une bonne partie de son gouver-
nement. Le chef de l'Etat, dont les fidèles ont
réussi à reprendre en grande majorité aux
rebelles chiites houthis, Aden la grande ville du
Sud après quatre mois de guerre, a souhaité
cette trêve pour «acheminer et distribuer dans
le pays le maximum d'aides humanitaires et
médicales» à la population en détresse.
Deux trêves précédentes négociées par les
Nations unies n'ont pas tenu sur le terrain, les
belligérants ne cessant pas les violences.
Le Yémen est plongé dans un chaos sécuritaire et politique depuis mars dernier après la
prise de contrôle de larges pans du territoire du
pays par les rebelles houthis, poussant à l'exil
le gouvernement légitime du président
Mansour Hadi.
Riad D.
Sept personnes appartenant à une
même famille sont mortes par
asphyxie, hier soir, au fond d'un puits
d'une profondeur de 20 m situé près
du domicile familial à Khelil (27 km de
Bordj Bou Arréridj), a-t-on appris, hier,
auprès de la Protection civile.
Les premières victimes, trois frères,
descendues en premier pour nettoyer
la cavité, ont succombé aux gaz
toxiques émanant d'une pompe
fonctionnant au gasoil, selon cette
source qui a ajouté que les victimes
suivantes, des proches, sont décédées
les unes après les autres en tentant de
secourir ceux qui ne remontaient pas.
Une enquête a été ouverte par les
services de sécurité compétents pour
établir les circonstances précises de
ce drame qui a coûté la vie à sept
personnes dont l'enterrement devait
avoir lieu dans l'après-midi d’hier.
R. R.
Immigration clandestine
Plus de 1 200 migrants
débarquent en Sicile
Plus de 1 200 migrants ont débarqué
hier en Sicile après avoir été récupérés
en Méditerranée par deux navires, ont
annoncé les gardes-côtes italiens.
Venus essentiellement d'Afrique subsaharienne et de Syrie, les 785 migrants,
dont 133 femmes et 27 enfants, ont
débarqué à Palerme, après avoir été
récupérés à la suite de plusieurs opérations de sauvetage au large des côtes
libyennes par un navire norvégien opérant dans le cadre de l'opération européenne «Triton».
Les 468 migrants restant, dont sept
femmes
enceintes,
sont
arrivés
hier matin à Pozzallo, dans le sud-est de
l'île, à bord du Le Niamh, un navire de la
marine irlandaise.
Selon les estimations de l'Organisation
internationale pour les migrations (OIM)
en date du 10 juillet, plus de 150 000
migrants sont arrivés en Europe par la
mer depuis le début de l'année, pour
moitié en Italie, où les arrivées sont
encore supérieures aux records enregistrés en 2014, et pour moitié en Grèce, où
elles connaissent une croissance exponentielle.
La traversée clandestine au large des
côtes libyennes a coûté la vie à plus de
1 900 personnes cette année.
R. N.
En raison d'une négligence
médicale
Mort d'une femme
sahraouie et son bébé
à l'hôpital de Marrakech
Une mère sahraouie, Fatimetou Sakali, a
trouvé la mort après avoir perdu son
bébé, en raison d'une négligence médicale à l'hôpital universitaire de
Marrakech, a rapporté le collectif des
défenseurs sahraouis des droits
humains (Codea).
La mère Fatimetou devait accoucher à
l'hôpital Hassan II à Tantan, mais en l'absence de spécialiste, elle a été transférée après plus de 15 heures d'attente
dans un état très critique à Guelmim puis
à Marrakech où elle a perdu la vie, a indiqué le collectif des défenseurs sahraouis, citant des déclarations de son
époux.
La famille de la victime a appelé à ouvrir
une enquête juste et impartiale sur la
question et traduire les responsables
devant la justice, a ajouté la source.
R. I.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising