LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
CÔTÉ CONSEILS
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE
LA COMPLÉMENTAIRE
SANTÉ
Corinne GENESTE,
Secrétaire Générale du CLCG
Franck LÉONARD,
AG2R LA MONDIALE, Responsable du
Partenariat CLCG
SOMMAIRE
02 CÔTÉ ACTUALITÉ
14 CÔTÉ INTERVIEW
16 CÔTÉ SANTÉ
24 LEXIQUE
LA SANTÉ, UNE AFFAIRE
DE PARTENAIRES
Vous trouverez ci-joint la lettre d’information «Côté Conseils» qui traite,
dans le cadre de la loi sur la sécurisation de l’emploi, promulguée le 14 juin 2013,
de la généralisation de la complémentaire santé pour tous les salariés.
Sur les 17 millions de salariés français, 30% ne sont pas couverts en santé par
leur entreprise ou par un accord de branche ou d’entreprise. Cette
généralisation va changer la couverture de plusieurs millions de salariés qui
avaient une couverture individuelle ou pas de couverture en frais de santé
complémentaire.
Nous espérons que ce support vous apportera les éléments adéquats pour vous
faire gagner du temps et simplifier la mise en place des futures obligations de
vos adhérents.
Dès à présent, la profession comptable et les organismes d’assurance doivent
mettre en place des moyens pour aider les entreprises à s’organiser.
Les équipes d’AG2R LA MONDIALE mettent à votre disposition leur expertise et
leur savoir-faire pour vous permettre de prendre les bonnes décisions et de
vous faire gagner du temps dans la mise en place de ce nouveau dispositif
chez vos adhérents.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
2
CÔTÉ ACTUALITÉ
QUE PRÉVOIT L’ARTICLE 1 DE LA LOI DE SÉCURISATION
DE L’EMPLOI ?
La loi sur la sécurisation de l’emploi, promulguée le 14 juin 2013, a transposé
les dispositions de l’Accord National Interprofessionnel (A.N.I) du 11 janvier 2013
concernant la généralisation de la complémentaire santé avec la mise en place
d’une couverture complémentaire en frais de santé minimale pour tous les
salariés au plus tard le 1er janvier 2016.
EN QUOI CONSISTE LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE
COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR TOUS LES SALARIÉS ?
À NOTER
Cette généralisation va permettre aux près de 5 millions de salariés qui ne sont
pas couverts par une couverture complémentaire de frais de santé collective
obligatoire d’y accéder en bénéficiant d’un socle minimal de garanties.
f Ces contrats bénéficient
actuellement d’avantages fiscaux et
sociaux (limites sociales et fiscales des
régimes de protection sociale
collective art. 83 du CGI).
Pour permettre la généralisation de la couverture complémentaire santé, la loi
prévoit que les garanties santé seront mises en place à titre «obligatoire» et à
titre «collectif» pour l’ensemble des salariés de l’entreprise. S’il n’y a pas de
régime de santé mis en place par accord de branche ou accord d’entreprise
avant le 01.01.2016, l’employeur devra mettre en place un régime de frais de
santé collectif à adhésion obligatoire par DUE à compter de cette même date.
Cette couverture complémentaire en frais de santé doit :
• respecter le panier minimal de soins (décret du 08/09/2014) ;
• respecter le nouveau cahier des charges des contrats responsables
(décret du 18/11/2014).
Cette couverture doit, en outre, être solidaire.
QUI PEUT BÉNÉFICIER DE CETTE LOI ?
À NOTER
f La loi s’applique à tous les secteurs
professionnels alors que le champ de
l’ANI du 11 janvier 2013 était plus
restreint.
La loi étend l’accord du 11 janvier 2013 à tous les salariés du privé, ce qui signifie
que la généralisation de la complémentaire santé ne touchera pas seulement les
secteurs d’activités relevant des organisations patronales signataires de l’ANI :
elle concerne donc également l’agriculture, l’économie sociale, les professions
libérales et les entreprises de presse.
La généralisation de la couverture santé concernera toutes les entreprises,
y compris celles de moins de 50 salariés.
Seuls les salariés sont concernés. Ainsi, par exemple les mandataires sociaux
qui ne cumulent pas leur mandat social avec un contrat de travail ne sont pas
concernés. En revanche, les VRP, les intérimaires, les salariés en CDD, les
saisonniers et les apprentis qui ont le statut de salarié doivent bénéficier du
panier de soins minimal ANI. La généralisation ne touche ni les retraités,
ni les chômeurs de plus d’un an, ni les précaires.
QUELQUES CHIFFRES
3,5 millions d’ayants-droits sont
Près de 470 000 entreprises non
concernés et 90% d’entres-eux sont
actuellement couverts par une
complémentaire santé individuelle,
équipées en complémentaire frais de
santé collective,
97
%
4 à 5 millions de salariés et
des TPE concernées ont moins de
20 salariés.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
QUELLES SONT LES GARANTIES MINIMUM OBLIGATOIRES ?
À NOTER
f L’obligation de couverture minimale
en santé est dorénavant de nature
légale.
f Les dispositions de l’article L911-7
du Code de la Sécurité sociale ont un
caractère d’ordre public
(cf.CSS, L914-1).
f Il s’agira donc d’une obligation
patronale incontournable au plan
juridique à compter du 1er janvier 2016.
Le décret du 8 septembre 2014 relatif au panier de soins minimum des contrats
collectifs (publié le 10 septembre 2014 au journal officiel) précise les garanties
minimales des contrats complémentaires de santé collectifs.
Soins de ville
L’assurance complémentaire santé des salariés devra couvrir l’intégralité du
ticket modérateur (100% Base de Remboursement de la Sécurité sociale - BR)
sur les consultations, actes et prestations remboursables par l’Assurance
maladie (à l’exception des médicaments à SMR modéré, à SMR faible, les
spécialités homéopathiques, les soins thermaux et à l’exclusion de la majoration
du TM pour non respect du parcours de soins, des participations forfaitaires et
franchises médicales) ainsi que le forfait hospitalier (hors établissements
médicaux-sociaux comme les maisons d’accueil spécialisées (MAS) ou les
établissements d’hébergement pour personnes dépendantes (EHPAD)) sans
limitation de durée.
Soins dentaire
À NOTER
f Les forfaits s’entendent par période
de deux ans pour un équipement de
deux verres et d’une monture sauf
pour les mineurs ou en cas de
renouvellement de l’équipement
justifié par une évolution de la vue,
cas pour lesquels la périodicité
est de un an.
Le décret du panier de soins se démarque avec un plancher de prise en charge
d’un minimum de 125% des tarifs servant de base au calcul des prestations
d’assurance maladie des frais de soins dentaires prothétiques et de soins
d’orthopédie dentofaciale.
Soins optique
Concernant l’optique, le panier de soins intègre trois forfaits minimum de prise
en charge suivant le degré de correction des verres :
- 100 euros minimum pour les corrections simples,
- 150 euros minimum pour une correction mixte simple et complexe,
- 200 euros minimum pour les corrections complexes.
Ticket modérateur
Actes et prestations remboursés par la Sécurité
sociale : 100% de la base de remboursement de la
Sécurité sociale.
Forfait journalier
hospitalier
Sans limitation de durée.
Optique et dentaire
Optique :
100 € à 200 € selon la correction
(verres + montures).
Orthodontie :
125% de la base de remboursement de la Sécurité
sociale.
Prothèses dentaires :
125% de la base de remboursement de la Sécurité
sociale.
COMMENT EST ENCADRÉ FINANCIÈREMENT CE CONTRAT ?
L’article L.911-7 du code de la Sécurité sociale précise que l’employeur doit
assurer au minimum la moitié du financement de cette couverture. Le «cette
couverture» fait référence au panier de soins minimal.
Toutefois, la DSS considère que l’employeur doit prendre 50 % de la cotisation
globale du contrat. Aussi, pour respecter la position de la DSS et par mesure de
simplification technique nous préconisons que la participation patronale du
contrat frais de santé souscrit en application de l’article L.911-7 du code de la
Sécurité sociale représente au minimum 50 % de la cotisation totale (y compris
garanties supérieures au panier de soins minimal défini à l’article L.911-7 du code
de la Sécurité sociale).
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
4
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
COMMENT DOIT ÊTRE TRAITÉE LA NOUVELLE DÉFINITION
DU CONTRAT RESPONSABLE DANS LE CADRE DE LA
GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR TOUS ?
À NOTER
f Actuellement, 95% des contrats de
complémentaire santé sont des
contrats solidaires et responsables.
Aujourd’hui, Il n’y a aucune obligation pour un employeur de mettre en place un
régime de santé responsable pour l’ensemble de son personnel sauf s’il souhaite
bénéficier des avantages sociaux et fiscaux qui y sont attachés.
Mais, dans le cadre de l’ANI santé du 11/01/2013 repris dans l’art. 1 de la Loi sur la
sécurisation de l’emploi du 14/06/2013, les contrats complémentaires santé, devant
répondre au panier minimal de soins, doivent également répondre au nouveau
cahier des charges des contrats responsables : les 2 obligations deviennent donc
associées à compter du 01 avril 2015, date d’entrée en vigueur du nouveau
cahier des charges des contrats responsables pour les nouvelles adhésions.
QU’EST-CE QU’UN CONTRAT RESPONSABLE ?
Le contrat responsable a été instauré par le gouvernement afin de responsabiliser
les patients, leur complémentaire santé et les différents praticiens. Il consiste à
inciter les patients à respecter le parcours de soins coordonnés afin d’être mieux
remboursés.
• La Loi du 13 août 2004 relative à l’Assurance maladie a procédé à une réforme
en profondeur de l’Assurance maladie. Ainsi, elle a organisé le parcours de
soins coordonnés autour du médecin traitant et responsabilisé le patient en
instaurant des franchises et une contribution forfaitaire de 1 €. Elle a
également créé la notion de « contrat responsable ».
• La loi de financement de la Sécurité sociale de 2014 a reconfiguré le « contrat
responsable » en posant trois grands principes :
− l’élargissement du champ des prestations couvertes par le contrat responsable ;
− l’introduction de niveaux minimum et maximum de prise en charge
notamment en cas de dépassements d’honoraires ;
− l’introduction de conditions permettant de renforcer la mutualisation
des risques couverts.
Le décret du 18 novembre 2014 est venu compléter ce dispositif en définissant
le nouveau cahier des charges des contrats responsables.
QU’EST-CE QU’UN CONTRAT SOLIDAIRE ?
Depuis 2002, il existe des contrats dits « solidaires ». Un contrat est solidaire
lorsqu’il n’y a pas de sélection médicale lors de la souscription et lorsque le tarif
n’évolue pas en fonction de l’état de santé de la personne.
QUEL EST LE NOUVEAU CAHIER DES CHARGES DES CONTRATS
RESPONSABLES ?
À NOTER
f Il n’y a pas de plafonnement
des remboursements pour les frais
dentaires.
Jusqu’à présent, la notion de contrat responsable se limitait au respect de
remboursements minimum sur certaines prestations et à l’interdiction de prise
en charge de certaines franchises ou majorations.
Désormais, le contrat responsable se caractérise par une prise en charge
minimale d’un ensemble de prestations, élargie par rapport à la version
précédente, mais aussi par l’instauration de plafonds de remboursement en vue
de limiter les dépassements d’honoraires et les tarifs en optique.
Pour continuer à bénéficier de l’exonération des cotisations sociales sur la part
employeur et de la déductibilité fiscale de la part salariale, les entreprises
devront donc mettre en conformité leur régime de santé collectif à adhésion
obligatoire avec le nouveau cahier des charges des contrats responsables.
La nouvelle réglementation joue plus que jamais sur le plafonnement des
remboursements. Les dépassements d’honoraires des médecins qui n’ont pas
signé les Contrats d’Accès aux Soins (CAS) ne seront ainsi remboursés qu’à
hauteur de 200% maximum de la BRSS. En revanche, la prise en charge sera
supérieure si le médecin a conclu un CAS. L’encadrement des garanties vise
également l’optique. Le plafond de remboursement est fixé à 470 euros pour
une paire de lunettes à verres simples, 750 euros pour des verres complexes et
jusqu’à 850 euros pour un équipement avec des verres complexes à forte
correction. La prise en charge des montures reste limitée à 150 euros.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
EXISTE-T-IL D’AUTRES DISPOSITIONS DU DÉCRET
DU 18 NOVEMBRE 2014 QUI MÉRITENT D’ÊTRE SOULIGNÉES ?
S’agissant des autres dispositionsdu décret du 18 novembre dernier qui
méritent d’être soulignées :
À NOTER
f Le projet de loi relatif à la santé
qui sera débattu début 2015 refonde
le dispositif du dossier médical
personnel.
1/ à l’article R.871-1 du code de la Sécurité sociale relatif aux interdictions de
prise en charge du contrat responsable, a été ajoutée la majoration de TM
en cas de non respect du dispositif de dossier médical personnel
(la référence à l’article 161-36-2 du code de la Sécurité sociale qui a été
abrogé en 2009 a été remplacée par l’article L.1111-15 du code de santé
publique qui fait référence audit dossier médical) ;
2/ est créé auprès du ministre chargé de la santé et de la Sécurité sociale un
Observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale chargé
d’analyser les prix de vente des équipements d’optique et leur niveau de
couverture par les contrats complémentaires en santé. Cet observatoire
remet, au plus tard le 30 juin de chaque année, au ministre chargé de la
santé et de la Sécurité sociale, un rapport sur l’évolution de ces pratiques et
comprend entre autres des représentants des organismes d’assurance
maladie complémentaire.
Un arrêté doit fixer sa composition et ses règles de fonctionnement.
Le premier rapport de l’observatoire sera remis au plus tard le 30 juin 2016 ;
3/ la prise en charge des deux prestations de prévention mentionnées à l’arrêté
du 8 juin 2006 n’a pas été reprise dans le nouveau cahier des charges du
contrat responsable.
QUEL EST LE CALENDRIER DE MISE EN CONFORMITÉ
DES CONTRATS RESPONSABLES ?
09 Août 2014
La loi de financement rectificative de la Sécurité sociale du 08 août 2014,
publiée au JO le 09 août 2014, a décalé la date d’entrée en vigueur du nouveau
cahier des charges des contrats de santé responsables initialement prévue au
01 janvier 2015 par l’art. 56 de la LFSS 2014 au 01 avril 2015 (art. 14 LFRSS 2014).
19 Novembre 2014
Le décret du 18 novembre 2014 paru au JO le 19 novembre 2014 définissant le
nouveau cahier des charges des contrats responsables a confirmé le décalage
de la prise d’effet au 01 avril 2015.
1er avril 2015
Date d’entrée en vigueur du décret du 19 novembre 2014 pour tous les contrats,
les bulletins d’adhésions ou les règlements conclus, souscrits ou renouvelés à
compter de cette date. Ainsi un contrat souscrit avant le 01 avril 2015 devra se
mettre en conformité au moment du 1er renouvellement intervenant
postérieurement au 01 avril 2015, soit dans la majorité des cas, au 01 janvier 2016.
Période transitoire
Par ailleurs, cette LFRSS du 9 août 2014 a prévu une période transitoire
jusqu’au 31 décembre 2017 pour les régimes collectifs à adhésion obligatoire
(art. L911-1 CSS) conclus avant sa parution soit avant le 09 août 2014.
Pour ces régimes, la circulaire de la DSS du 30 janvier 2015 admet que si des
modifications ont été apportées avant la publication du décret d’application,
soit avant le 19 novembre 2014, le bénéfice de la période transitoire n’est pas
remis en cause.
Points de vigilance concernant cette période transitoire :
• les contrats pouvant bénéficier de la période transitoire devront se mettre en
conformité avec le décret en cas de modification de l’accord collectif,
du référendum ou de la DUE ayant mis en place le régime ;
• sachant que les régimes de santé devront être mis en conformité avec
le contenu du décret du 08 septembre 2014 sur le panier minimal de soins au
plus tard au 1er janvier 2016, la date du 31 décembre 2017 est théorique.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
6
DÉFINITION DU PANIER
MINIMUM DE SOIN ANI
DÉFINITION DU CONTRAT RESPONSABLE
(Décret 18 novembre 2014)
(Décret 08 septembre 2014)
Soins de ville
PANIER MINIMUM DE SOIN ANI
PLANCHER MINIMUM DE PRISE
EN CHARGE
100% TM(1) (à l’exception des
médicaments à SMR modéré,
à SMR faible, les spécialités
homéopathiques, les soins
thermaux et à l’exclusion de
la majoration du TM pour non
respect du parcours de soins,
des participations forfaitaires et
franchises médicales)
100% TM(1) (à l’exception des
médicaments à SMR(5) modéré,
à SMR faible, les spécialités
homéopathiques, les soins
thermaux et à l’exclusion de
la majoration du TM pour non
respect du parcours de soins,
des participations forfaitaires et
franchises médicales)
Frais d’hospitalisation 100% TM
Frais d’hospitalisation 100% TM
Forfait journalier hospitalier : 100%
sans limitation de durée
Forfait journalier hospitalier : 100%
sans limitation de durée
PLANCHER MAXIMUM DE PRISE
EN CHARGE
Médecins hors CAS(2) : 225% (2015
et 2016) 200% (à partir de 2017) minoration de 20% minimum BR(3)
par rapport au remboursement
appliqué médecin CAS
Médecin CAS : pas de plafonnement
(majoration de 20% minimum de la
BR par rapport à la prise en charge
du médecin hors CAS)
Médecins hors CAS : 225%
(2015 et 2016) 200% (à partir
de 2017) - minoration de 20%
minimum de la BR par rapport
au remboursement appliqué
médecin CAS
Hospitalisation
Médecin CAS : pas de
plafonnement (majoration de
20% BR par rapport à la prise en
charge du médecin hors CAS)
Pharmacie
100% TM médicaments pris en
charge par la Sécurité sociale à
hauteur de 65%
100% TM médicaments pris en
charge par la Sécurité sociale à
hauteur de 65%
Dentaire (prothèses et
orthodontie remboursées)
125% TM
100% TM
Optique
Limité à un équipement (2 verres +
1 monture) tous les deux ans (sauf
mineurs ou évolution de la vue)
Limité à un équipement (2 verres + 1 monture) tous les deux ans
(sauf mineurs ou évolution de la vue)
Monture
-
-
150€ intégrés au forfait
(cf. ci-dessous)
Équipement 2 verres unifocaux
simples
RRO(4) + 100€
RRO(4) + 100€
RRO + 470€
Équipement verre unifocal simple
+ verre unifocal forte correction ou
verre multifocal/ progressif simple
RRO + 150€
RRO + 150€
RRO + 610€
Équipement 2 verres parmi
unifocaux fortes corrections ou
multifocaux/progressifs simples
RRO + 200€
RRO + 200€
RRO + 750€
Equipement verre unifocal simple
+ verre multifocal/progressif
forte correction
-
RRO + 150€
RRO + 660€
Équipement verre parmi unifocal
forte correction ou multifocal/
progressif simple + verre
multifocal/progressif forte
correction
-
RRO + 200€
RRO + 800€
Équipement 2 verres multifocaux/
progressifs fortes corrections
-
RRO + 200€
RRO + 850€
Pas de plafond
(1) TM : Ticket modérateur / (2) CAS : Contrat d’accès aux soins / (3) BR : Base de remboursement / (4) RRO : Remboursement régime obligatoire / (5) SMR : Service Médical Rendu
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
TABLEAU DE SYNTHÈSE DU PANIER MINIMUM DE SOINS
DU CONTRAT COMPLÉMENTAIRE DE FRAIS DE SANTÉ
COLLECTIF À ADHÉSION OBLIGATOIRE ET RESPONSABLE
Les contrats complémentaires santé, devant répondre au panier minimal de soins, doivent
également répondre au nouveau cahier des charges des contrats responsables :
les 2 obligations deviennent donc associées dès le 01 avril 2015, date d’entrée en vigueur
du nouveau cahier des charges des contrats responsables pour les nouvelles adhésions.
DÉFINITION DU PANIER MINIMUM DE SOINS EN FRAIS DE SANTÉ
(Décrets du 08 septembre 2014 et 18 novembre 2014)
PLANCHER MINIMUM DE PRISE EN CHARGE
Soins de ville
100% TM(1) (à l’exception des médicaments à
SMR(5) modéré, à SMR faible, les spécialités
homéopathiques, les soins thermaux et
à l’exclusion de la majoration du TM pour
non respect du parcours de soins, des
participations forfaitaires et franchises
médicales)
PLANCHER MAXIMUM DE PRISE EN CHARGE
Médecins hors CAS(2) : 225% (2015 et 2016)
200% (à partir de 2017) - minoration de 20%
minimum BR(3) par rapport au remboursement
appliqué médecin CAS
Médecin CAS : pas de plafonnement (majoration
de 20% minimum de la BR par rapport à la prise
en charge du médecin hors CAS)
Frais d’hospitalisation 100% TM
Forfait journalier hospitalier : 100% sans
limitation de durée
Médecins hors CAS : 225% (2015 et 2016)
200% (à partir de 2017) - minoration de
20% minimum de la BR par rapport au
remboursement appliqué médecin CAS
Hospitalisation
Médecin CAS : pas de plafonnement
(majoration de 20% BR par rapport à la prise
en charge du médecin hors CAS)
Pharmacie
100% TM médicaments pris en charge par la
Sécurité sociale à hauteur de 65%
Dentaire (prothèses et orthodontie
remboursées)
125% TM
Optique
Limité à un équipement (2 verres + 1 monture) tous les deux ans
(sauf mineurs ou évolution de la vue)
Monture
-
150€ intégrés au forfait
(cf. ci-dessous)
Équipement 2 verres unifocaux simples
RRO(4) + 100€
RRO + 470€
Équipement verre unifocal simple + verre
unifocal forte correction ou verre multifocal/
progressif simple
RRO + 150€
RRO + 610€
Équipement 2 verres parmi unifocaux fortes
corrections ou multifocaux/progressifs
simples
RRO + 200€
RRO + 750€
Equipement verre unifocal simple + verre
multifocal/progressif forte correction
RRO + 150€
RRO + 660€
Équipement verre parmi unifocal forte
correction ou multifocal/progressif simple +
verre multifocal/progressif forte correction
RRO + 200€
RRO + 800€
Équipement 2 verres multifocaux/progressifs
fortes corrections
RRO + 200€
RRO + 850€
Pas de plafond
(1) TM : Ticket modérateur / (2) CAS : Contrat d’accès aux soins / (3) BR : Base de remboursement / (4) RRO : Remboursement régime obligatoire / (5) SMR : Service Médical Rendu
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
8
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
QU’EST CE QUE LE CONTRAT D’ACCÈS AUX SOINS (CAS) ?
À NOTER
f Pour vérifier si votre médecin est
adhérent au CAS ou hors CAS :
www.ameli-direct.fr
Le contrat d’accès aux soins a été mis en place par l’avenant n° 8 à la
convention médicale publié au Journal officiel du 6 décembre 2012.
En signant le contrat d’accès aux soins, le médecin contribue à améliorer
la prise en charge de ses patients.
Pendant la durée de son adhésion au contrat, il s’engage :
• à maintenir sa pratique tarifaire (par rapport à 2012) ;
• à stabiliser son taux moyen de dépassement d’honoraires observé en 2012,
recalculé sur la base des tarifs opposables et des majorations applicables
aux médecins exerçant en secteur 1 ;
• à réaliser une part de ses actes à tarif opposable (c’est-à-dire sans
dépassement) au moins égale à celle constatée en 2012.
Il bénéficie, pour cela, des tarifs de remboursement et des rémunérations
forfaitaires applicables au secteur 1 et de la prise en charge d’une partie de
ses cotisations sociales.
POURQUOI SOUSCRIRE UN CONTRAT RESPONSABLE ?
Seuls les contrats de santé responsables bénéficient :
• des exonérations de cotisations sociales sur la part patronale des cotisations
finançant un régime de santé et de la déductibilité fiscale de la part salariale
(limites sociales et fiscales régimes de prévoyance complémentaire souscrits
dans le cadre de l’art. 83 du CGI) ;
• de la déductibilité fiscale des cotisations dans le cadre de la fiscalité
« Madelin » (art. 154 bis du CGI) ;
• du taux réduit à 7 % de la taxe sur les conventions d’assurance (TSCA) au lieu
du taux normal passé de 9 à 14 % depuis le 01/01/2014.
QU’EN EST-IL DES CAS DE DISPENSES D’AFFILIATION
EN PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE ?
À NOTER
f Les dispenses d’adhésions doivent
relever du libre choix du salarié, ce qui
implique que chaque dispense résulte
d’une demande explicite du salarié,
que l’employeur devra être en mesure
de produire en cas de contrôle,
f Le décret du 08/07/2014 a précisé
que l’employeur doit informer le
salarié des conséquences de
son choix.
Le décret du 08/07/2014 sur catégories objectives pour régimes de PSC est
venu confirmer les cas de dispenses d’affiliation reprenant en grande partie
les cas de dispenses déjà énoncés dans le décret du 09/01/2012 et la circulaire
sociale du 25/09/2013.
Le décret du 08/09/2014 sur le panier minimal de soin a repris les cas de
dispenses du décret du 08/07/2014 pour régimes de PSC, par conséquent, dans
le cadre de la généralisation de la complémentaire santé prévue au plus tard
pour le 01/01/2016, les salariés pourront, s’ils le souhaitent, utiliser les cas de
dispenses énoncés ci-dessus si ceux-ci sont indiqués dans l’acte juridique
mettant en place le régime.
Les cas de dispenses sont résumés dans le tableau de synthèse ci-dessous :
QUEL QUE SOIT LE MODE
DE MISE EN PLACE
1
Salariés présents lors de la mise en place
2
CDD ou contrat de mission et apprentis supérieur ou égal à 12 mois*
3
CDD ou contrat de mission et apprentis inférieur à 12 mois
4
Salariés à temps partiel et apprentis dont l’affiliation au régime les conduirait à
s’acquitter d’une cotisation au moins égale à 10% de leur rémunération brute
5
Salariés bénéficiaires de la CMUC, ou de l'ACS *
6
Salariés bénéficiaires d’un contrat d’assurance santé individuel lors de la mise en
place des garanties ou de l'embauche
7
Salariés bénéficiant y compris en tant qu’ayants droit d’une couverture collective
relevant d'un des dispositifs de prévoyance complémentaire conforme à l’un de ceux
fixés par l’arrêté du 26 mars 2012 *
DUE
• Contrat de mission = salariés intérimaires
• Le 1er cas de dispense ne vaut que pour les salariés présents à la mise en place
du régime si ce régime est mis en place par DUE avec une part salariale (art. 11 de
la loi Évin). Pour ce 1er cas de dispense, il pourra être admis, pour l’application des
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
À NOTER
f Le cas de dispense 1 est le seul à
fonctionner quand bien même il n’est
pas indiqué dans la DUE
•
•
•
•
POUR LES COUPLES TRAVAILLANT
DANS LA MÊME ENTREPRISE
f Si la couverture de l’ayant droit est
obligatoire, l’un des deux membres du
couple doit être affilié en propre,
l’autre pouvant l’être en tant qu’ayant
droit.
f Si la couverture de l’ayant droit est
facultative, les salariés ont le choix de
s’affilier ensemble ou séparément.
Dans les deux cas, le caractère
obligatoire n’est pas remis en cause et
les contributions versées par
l’employeur, soit pour le couple, soit
pour chacun des membres du couple,
bénéficient de l’exclusion d’assiette.
règles d’exemption d’assiette, qu’il concerne également les DUE qui modifient un
dispositif préexistant, lorsque cette modification consiste en une remise en cause
du financement intégral du dispositif par l’employeur.
Pour les cas de dispenses de 2 à 7, les dispenses d’affiliation s’appliquent
quelle que soit la date d’embauche des salariés concernés.
Pour les cas de dispense signalés par *, le salarié concerné doit justifier
chaque année par écrit d’une couverture souscrite par ailleurs.
Pour le 5e cas, la dispense, qui doit être justifiée par tout document utile,
peut jouer jusqu’à la date à laquelle les salariés cessent de bénéficier de cette
couverture (CMU.C) ou de cette aide à l’acquisition d’une complémentaire
santé (ACS).
Pour le 6e cas, la dispense d’affiliation est effective jusqu’à échéance du contrat
individuel et les salariés concernés doivent fournir l’attestation d’assurance avec
mention de l’échéance.
Rappel des dispositifs de prévoyance concernés par le cas de dispense
n° 7 selon l’arrêté du 26/03/2012 :
• Régime de prévoyance complémentaire collectif obligatoire ;
• Régime local d’assurance maladie du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle ;
• Régime complémentaire d’assurance maladie des industries électriques et
gazières ;
• Régime de prévoyance de la Fonction publique d’État issu du décret
n°2007-1373 du 19 septembre 2007 ;
• Régime de prévoyance de la Fonction publique territoriale issu du décret
n° 2011-1474 du 8 novembre 2011 ;
• Contrat d’assurance de groupe « Madelin » issu de la loi n° 94-126
du 11 février 1994 ;
• Régime spécial de Sécurité sociale des gens de mer (ENIM) ;
• Caisse de prévoyance et de retraite des personnels de la SNCF.
Remarque :
Les deux derniers cas ont été ajoutés par la circulaire sociale du 25/09/2013.
CAS PARTICULIERS DES CCN
QUELLES SONT LES MODALITÉS PRATIQUES DE DEMANDE
DE DISPENSE ?
f Dans un certain nombre de CCN, les
Quel que que soit le mode de mise en place de la couverture santé (accords
collectifs de branche ou d’entreprise, référendum ou DUE), il appartient au
salarié de solliciter le bénéfice d’une dispense d’affiliation. Elles ne peuvent
donc pas être imposées à un salarié qui souhaiterait être couvert et qui entre
dans le champ d’application de l’accord.
En outre, les salariés qui souhaitent bénéficier de la dispense doivent en faire
la demande explicitement et l’employeur doit être en mesure de produire ces
demandes, sous peine de remettre en cause le caractère obligatoire du régime
et de mettre en péril le bénéfice des exonérations sociales.
Les demandes de dispense des salariés devront donc être formalisées par écrit
et faire référence expressément à la nature des garanties en cause auxquelles
ils renoncent.
En revanche, l’employeur a une obligation d’informer le salarié des risques
encourus à ne pas adhérer (décret du 08/07/2014).
partenaires sociaux peuvent décider
de mettre en place des cas de
dispense d’affiliation spécifiques qui
s’appliqueront alors aux salariés des
entreprises de la branche.
ATTENTION
QU’EN EST-IL DE LA CLAUSE D’ANCIENNETÉ DE 6 MOIS POUR
ACCÉDER AU RÉGIME FRAIS DE SANTÉ ?
f La modification du régime frais de
La condition d’ancienneté de 6 mois pour accéder au régime frais de santé est
admise par l’article R.242-1-2 du code de la Sécurité sociale qui définit les catégories
objectives permettant aux contributions patronales finançant les régimes de
prévoyance collectifs et obligatoires de bénéficier des exonérations sociales ; cette
tolérance n’a pas été inscrite dans l’article L911-7 du code de la Sécurité sociale qui
impose la généralisation d’une couverture collective et obligatoire minimale de frais
de santé à tous les salariés des entreprises, en ne prévoyant que la possibilité de cas
de dispense à l’initiative de ces salariés.
En conséquence, l’ancienneté de 6 mois resterait admise pour le bénéfice des
exonérations sociales mais elle ne le serait plus au regard de l’article L911-7 cité
ci-dessus qui impose la généralisation d’une couverture obligatoire minimale en frais
de santé. Le risque serait donc surtout au niveau prud’homal.
santé du fait de la suppression de
ladite clause d’ancienneté mettra fin
au bénéfice de la période transitoire
prévue pour se mettre en conformité
avec le nouveau cahier des charges du
contrat responsable.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
10
II existe donc un paradoxe entre les textes qui n’a pas été réglé, ni par le décret
n°2014-786 du 8 juillet 2014 modifiant le décret n°2012-25 du 9 janvier 2012, ni par le
décret n°2014-1025 du 8 septembre 2014 relatif au panier minimal de soins.
Par ailleurs, la prise en charge obligatoire du TM pour les soins de ville et
d’hospitalisation pour les contrats responsables impose que le bénéfice de ces
garanties soit ouvert pendant toute la durée du contrat, ce qui renforce l’analyse
selon laquelle aucun délai de carence ni d’ancienneté puisse être prévu.
Ainsi, afin d’éviter tout litige, il nous semble préférable de conseiller aux entreprises
de ne pas prévoir de condition d’ancienneté lors de la mise en place de leur régime
de frais de santé ou de la supprimer (au plus tard au 1er janvier 2016) si le régime est
déjà en cours.
QU’EN EST-IL DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES DES
CONTRIBUTIONS PATRONALES ET SALARIALES DES CONTRATS
DE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIFS ET OBLIGATOIRES ?
Les exonérations sociales ont été maintenues par la LFSS 2014, par contre
l’article 4 de la loi de Finances pour 2014 a supprimé l’exonération d’impôt
applicable à la participation de l’employeur aux contrats de complémentaire
santé collectifs et obligatoires. Les cotisations du salarié restent donc déductibles
de son revenu imposable, de même que les contributions de l’employeur et du
salarié versées dans le cadre des régimes complémentaires couvrant l’incapacité
de travail, l’invalidité et le décès. Les cotisations patronales finançant un régime
frais de santé seront donc ajoutées à la rémunération du salarié.
L’administration fiscale a précisé le 4 février 2014 que la perte d’exonération
fiscale sur les régimes collectifs de santé vaut également pour la part
éventuellement financée par le Comité d’entreprise.
Tableau comparatif avant et après la loi de finances pour 2014*
AVANT LA LOI DE FINANCES 2014
APRÈS LA LOI DE FINANCES 2014
Seuil Fiscal mensuel
Seuil Fiscal mensuel
7%* PMSS + 3%* brut dans la limite de 3%
de 8 PMSS
5%* PMSS + 2%* brut dans la limite de
2% de 8 PMSS
Cotisations prises en compte
Cotisations prises en compte
Total des cotisation patronales et salariales
Total des cotisation patronales et salariales
* Sources Éditions Francis Lefebvre comparatif établi sur la base des données disponibles en janvier 2014)
Point de vigilance :
• dans leur publication du 04/02/2014, les services fiscaux ont précisé que
la rémunération brute servant à déterminer l’assiette de calcul des limites
fiscales des régimes de prévoyance complémentaire et de retraite
supplémentaire doit s’entendre de la rémunération brute avant déduction de
la part salariale des cotisations nouvelles mais à laquelle il convient d’ajouter
les cotisations patronales finançant un régime de santé ;
• l’URSAFF a par contre confirmé, dans une publication du 04/06/2014 que
la rémunération brute servant d’assiette de calcul aux limites sociales aux
régimes de protection sociale complémentaire reste inchangée.
Par conséquent, le revenu brut pris en compte par l’administration fiscale pour
le calcul des limites fiscales est différent du revenu brut pris en compte pour
le calcul des limites sociales par l’administration sociale depuis le 01/01/2013.
QU’EN EST-IL DU DÉCRET SUR L’ACS,
AIDE À LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ?
Le décret sur la nouvelle procédure de sélection des contrats ouvrant droit à
l’aide à la complémentaire santé est paru, le jeudi 9 octobre 2014, au Journal
officiel, près de dix mois après le vote de la réforme dans le cadre de la loi de
financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2014. Mais c’est un autre texte
qui devrait préciser prochainement le nombre d’organismes d’assurance et
d’offres qui seront retenus. Le décret précise aussi les paniers de soins minima,
notamment en optique.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
Le décret établit les conditions de sélection des contrats éligibles à cette aide.
En sachant que ceux-ci bénéficieront d’un crédit d’impôt, un avis d’appel à la
concurrence est prévu, dans lequel seront précisées les conditions d’éligibilité et
de recevabilité des candidatures, et le cahier des charges qui fixe les critères de
notation des offres et les prestations prévues. On y trouvera trois niveaux de
garanties minima : A, B et C, que les organismes devront proposer à un prix
abordable.
Le contrat A ne présente pas de garanties minimales en optique, mais un forfait
annuel de 100 € pour les frais de lentilles (non pas prévu dans le panier soins de
l’ANI). Les prothèses dentaires seront remboursées à 125% du tarif de la
Sécurité sociale, sauf pour les contrats B et C où les remboursements s’élèvent
à 225% et 300% du tarif de la Sécurité sociale. Une particularité, le contrat C
rembourse 450 € par prothèse auditive, ce qui n’est pas prévu dans le A, le B et
le panier minima de l’ANI.
L’ACS, L’ANI ET LE CONTRAT RESPONSABLE SONT-ILS
COMPATIBLES ?
Les paniers de soins minima sont différents pour les trois types de contrats ce
qui risque de générer des difficultés de gestion pour les organismes
complémentaires qui se positionnent à la fois sur les contrats collectifs en
entreprise, les contrats ACS et les contrats responsables. Une des premières
dispositions du décret est d’éviter les ruptures de couverture pour les assurés
qui seraient amenés à changer de contrat, notamment pendant la mise en place
de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés.
De plus, les bénéficiaires de cette aide à la souscription d’une complémentaire
santé pourront garder le bénéfice du droit s’ils ne l’utilisent pas entièrement,
pour souscrire un nouveau contrat.
Certains points restent en suspens, comme le nombre d’opérateurs et d’offres
sélectionnées, mais cela se résoudra peut-être une fois l’appel à la concurrence
lancé pour les institutions de prévoyance, sociétés d’assurances et mutuelles
(les courtiers sont exclus). Les contrats éligibles seront choisis par une
commission, et un arrêté listera les ayants droits au crédit d’impôt pour cinq ans.
Les dispositions s’appliqueront aux contrats conclus à partir du 1er juillet 2015.
QU’EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE MISE EN CONCURRENCE ?
Le décret du 8 janvier 2015 précise les contours de la procédure de mise en
concurrence. Elle est obligatoire pour tout accord recommandant un ou
plusieurs organismes dans le cadre de la mise en place ou du réexamen
d’un régime complémentaire de prévoyance ou de santé.
• Mise en place d’une commission : les partenaires sociaux de la branche
peuvent mettre en place une commission paritaire spéciale composée d’au
moins 4 personnes.
• L’avis d’appel à la concurrence : les conditions de recevabilité des
candidatures, les conditions d’éligibilité des opérateurs candidats, les critères
d’évaluation des offres, le nombre maximum d’organismes qu’il est prévu de
recommander, la publication d’un avis d’appel à la concurrence.
• Un cahier des charges de l’appel d’offre précis : les garanties souhaitées,
les services attendus, la durée maximale de la clause de recommandation,
l’assiette et la structure des cotisations, les objectifs de sécurité et de qualité
recherchés, le mode de tarification souhaité ainsi que le mode de révision de
la tarification, les modalités d’organisation et de financement des éléments de
solidarité, les modalités de suivi du régime en cours de contrat, les obligations
d’information aux entreprises et aux salariés incombant aux organismes
recommandés et les conditions de réexamen périodique de la clause de
recommandation.
• Les modalités de choix des candidats et conditions d’irrecevabilité.
• Les garanties d’impartialité des procédures.
• La prévention des conflits d’intérêt.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
12
QU’ENTEND-ON PAR DEGRÉ DE SOLIDARITÉ ?
Le décret du 11 décembre 2014 précise les garanties et prestations présentant
un degré élevé de solidarité. Le degré élevé de solidarité s’exprime par la
mise en place de prestations et de garanties spécifiques. La mise en place de
ces prestations ou garanties reste facultative pour tous les accords de
branche sauf si l’accord prévoit une clause de recommandation. Dans ce cas
là, elle devient obligatoire.
• Les catégories de salariés pouvant bénéficier d’une prise en charge totale ou
partielle des cotisations sous certaines conditions.
• La mise en place d’actions en prévention santé ou en matière de risques
professionnels : formations, réunions d’information, outils pédagogiques
intégrant des thématiques de prévention santé.
• La prise en charge de prestations d’action sociale : relatives à la perte d’autonomie
ou en faveur d’enfants handicapés ayants droit, ou d’aidants familiaux…
• Les modalités de financement : la part de financement du degré élevé de
solidarité est au minimum de 2% de la cotisation ou de la prime.
• Les modalités de gestion : la commission paritaire organise librement
l’orientation des actions et des garanties, en fixe les règles de fonctionnement
et assure le contrôle de la mise en œuvre auprès des organismes
recommandés.
QUEL EST LE CALENDRIER DE MISE EN PLACE ?
La généralisation de la couverture complémentaire santé à l’ensemble des
salariés a été organisée en trois étapes combinant la négociation de branche,
la négociation d’entreprise et la décision unilatérale de l’employeur.
• De la date d’effet de l’accord au 1er juillet 2014, les branches devaient engager
des négociations et tenter de conclure un accord de branche pour les salariés
ne bénéficiant pas au niveau de leur branche ou de leur entreprise d’une
couverture collective obligatoire minimale avec une participation minimale de
l’employeur de 50%. Le recours ou non à un organisme assureur doit être
recommandé et non plus désigné.
• Du 1er juillet 2014 au 1er janvier 2016, en cas de signature d’un accord de
branche au 30 juin 2014, les entreprises ont 18 mois au plus, soit jusqu’au
1er janvier 2016, pour se mettre en conformité avec les nouvelles obligations
conventionnelles mises en place au niveau de la branche.
• Parallèlement, les entreprises, dotées d’un délégué syndical, qui appartiennent
à des branches qui n’ont pas conclu au 1er juillet 2014, peuvent, dans le cadre
de la négociation annuelle obligatoire, conclure des accords d’entreprise
destinés à mettre en place des couvertures santé prévoyant une couverture
complémentaire santé collective et obligatoire.
• À compter du 1er janvier 2016, dans le cas où les négociations de branche, puis
d’entreprise, n’auraient pas abouti à la conclusion d’un accord, la loi prévoit
qu’une couverture collective frais de santé minimale, collective et obligatoire,
devra avoir été mise en place par décision unilatérale de l’employeur (DUE).
Les salariés concernés seront informés de cette décision.
AVANT
1ER JUIN 2013
DU 1ER JUIN
2013
AU 1ER JUILLET
2014
DU 1ER JUILLET
2014
AU 1ER JANVIER
2016
Signature de l’accord et
transposition dans la loi
Négociations au niveau
de la branche
À défaut d’accord de
branche avant le
1er juillet 2014, ouverture
des négociations au
niveau de l’entreprise
Négociations à ouvrir au
niveau des branches
APRÈS LE 1ER
JANVIER 2016
À défaut d’accord
d’entreprise, obligation
de mise en place
de la couverture santé
collective standard au
1er janvier 2016 par DUE
avec une part minimale
employeur de 50
%
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
QUELS SONT LES POINTS DE VIGILANCE EN CAS DE
NÉGOCIATION D’UN ACCORD PAR LES ORGANISATIONS
SYNDICALES LIÉES PAR UNE CONVENTION DE BRANCHE
OU PAR DES ACCORDS D’ENTREPRISE ?
Les entreprises déjà couvertes par un régime frais de santé, soit par accord de
branche, soit par accord d’entreprise ou par référendum, doivent également
ouvrir des négociations dès lors que la part patronale est inférieure à 50% de la
cotisation totale ou que chacune des garanties est moins favorable que le panier
minimal de soins prévu par la loi.
QUELS SONT LES POINTS DE VIGILANCE POUR LA MISE EN
PLACE PAR UNE DÉCISION UNILATÉRALE DE L’EMPLOYEUR
D’UNE COUVERTURE SANTÉ ?
Les entreprises qui ont déjà mis en place un contrat à adhésion obligatoire
doivent vérifier que leur niveau de garanties est au moins équivalent au socle
minimal prévu par la loi et avec une part employeur au moins égale à 50%,
et le cas échéant, aux dispositions des CCN dont elles relèvent.
COMMENT CHOISIR UN ORGANISME ASSUREUR ?
L’art. 14 de la Loi de financement de la Sécurité sociale 2014 prévoit la possibilité
pour les partenaires sociaux, de pouvoir recommander un ou plusieurs organismes
de prévoyance dans des conditions qui seront fixées par décret si les garanties
collectives proposées présentent un degré élevé de solidarité, ce qui signifie
l’application d’un tarif unique et de garanties identiques pour toutes les entreprises
et pour tous les salariés concernés.
Cette solidarité pourra englober, au-delà des prestations versées en contrepartie
d’une cotisation, des prestations pouvant notamment prendre la forme d’une prise
en charge gratuite de la cotisation pour certains salariés, d’une politique de
prévention ou de prestations d’action sociale.
Pour la forme de recommandation, le contenu de l’amendement mentionne qu’elle
doit être précédée d’une procédure de mise en concurrence des organismes
concernés, dans des conditions de transparence, d’impartialité et d’égalité de
traitement entre les candidats et selon des modalités prévues par décret.
La possibilité de prévoir des clauses de recommandation telles que prévues
ci-dessus s’appliquera aux accords professionnels ou interprofessionnels
conclus à compter du 01/01/2014 (sous réserve de la parution du décret devant
fixer les conditions d’application).
Remarque :
Cette mesure qui avait fait l’objet d’un recours devant le Conseil constitutionnel
a été validée par celui-ci le 19/12/2013.
QUELS SONT LES CRITÈRES POUR BIEN CHOISIR
UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ?
Les principaux critères sont l’adéquation entre le niveau de garanties et les
besoins des salariés, le rapport entre le niveau de garanties et le tarif, la qualité
de la gestion et de la relation client et les services associés (par exemple une
carte de tiers payant sur Smartphone, la géolocalisation des professionnels de
santé, l’assistance, la prévention…)
SI UN SALARIÉ NE S’ESTIME PAS SUFFISAMMENT COUVERT
PAR LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ DE SON ENTREPRISE,
QUE PEUT-IL FAIRE ?
Le salarié aura la possibilité de souscrire une sur-complémentaire individuelle
plus adaptée à ses besoins en complément de son contrat collectif.
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
14
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
CÔTÉ INTERVIEW
f Par Éric FRIESS,
Responsable des relations avec les
Conseils AG2R LA MONDIALE
Comment envisagez-vous de travailler avec les experts-comptables,
principaux Conseils des chefs d’entreprise ?
Les experts-comptables sont des partenaires du groupe depuis de nombreuses
années avec lesquels nous collaborons sur le volet protection sociale des
dirigeants. Nous souhaitons renforcer ces partenariats sur le volet collectif de la
protection sociale et ainsi les faire bénéficier de notre expertise dans le
domaine de la santé et la prévoyance (pour mieux répondre au devoir de
conseil vis-à-vis de leurs clients).
Que proposez-vous comme outils et méthode pour les accompagner ?
Nous avons mis en place une méthode d’accompagnement en santé,
structurante et complète. Elle doit permettre à nos partenaires conseils, de bien
mesurer leur niveau de responsabilité ainsi que les risques à ne pas conseiller la
mise en place d’un contrat santé chez leur client.
Cet accompagnement va aussi leur permettre d’appréhender la complexité du
sujet en matière de réglementation, de mise en place de régime, de choix et de
comparaisons de garanties, de cas de dispenses d’affiliation, de modifications
sur les feuilles de paie et de modifications fiscales et sociales sur les régimes
collectifs…
Pour garantir la réussite de ce projet, ils doivent donc mesurer l’intérêt d’être
accompagné par un spécialiste de la protection sociale, face à une législation en
perpétuelle évolution, afin de leur permettre de prendre les bonnes décisions et
de leur faire gagner du temps dans la mise en place de ce nouveau dispositif
chez leurs clients.
Enfin, ils doivent être en mesure de pouvoir informer leurs clients finaux, que
sont les chefs d’entreprise, de leur responsabilité « d’engagement » en tant que
dirigeants. Ils doivent leur faire comprendre l’intérêt d’étudier une offre qui irait
au-delà du minimum réglementaire ce qui « prouvera » leur volonté de prendre
en considération cet enjeu, qu’est la couverture santé complémentaire, en tant
qu’outil de fidélisation et de satisfaction de leurs collaborateurs au bénéfice final
de leur bien-être et de la productivité de l’entreprise.
Quel conseil donneriez-vous à vos partenaires experts-comptables à
quelques mois de la date butoir ?
Concernant le sujet de la généralisation de la complémentaire santé, les
experts-comptables doivent anticiper la réflexion pour transformer, ce qui peut
être considéré comme une contrainte, en opportunité. Ils doivent aussi anticiper
cette réflexion car le sujet est complexe. Il faut structurer l’offre (panier
minimum, contrat responsable…), comparer les garanties, gérer les cas de
dispense et les feuilles de paie…
Enfin, la réglementation évoluant continuellement… il y a régulièrement des
modifications fiscales et sociales sur les régimes collectifs.
Ils doivent donc, dès à présent, mettre en place avec les organismes
d’assurance les moyens pour aider les entreprises à s’organiser face à cette
obligation légale.
Enfin, je dirais que les cabinets doivent en profiter pour développer une mission
sur laquelle ils vont être de plus en plus sollicités par leurs clients.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
f Par Rémy LONGUEVILLE,
Responsable partenariats
AG2R LA MONDIALE
Nous venons d’évoquer un outil qui permet aux experts-comptables
d’analyser la conformité de leurs clients par rapport à cette Loi qui
généralise la complémentaire santé.
Pourriez-vous nous en dire plus ?
Pour nos partenaires qui souhaitent accompagner, dès à présent, leurs clients
dans la mise en conformité ou la mise en place d’un contrat en frais de santé,
nous avons conçu un outil de simulation (*), en co-création avec des expertscomptables, pour leur permettre d’avoir une vision de leur portefeuille clients
vis-à-vis de l’ANI et d’identifier simplement ceux qui sont en conformité avec
la loi et ceux qui ne le sont pas.
Le principe de l’outil est simple : en fonction de la Convention collective,
des contrats en frais de santé déjà en place, du niveau de garanties et des
collèges bénéficiaires du contrat, ce simulateur permet rapidement de classer
les entreprises clientes selon 3 critères :
http://www.ani-compatible.ag2rlamondiale.fr/
1/ L’entreprise est conforme avec les dispositions de la loi.
2/ L’entreprise possède un contrat en frais de santé qui semble répondre à
l’obligation légale mais une vérification s’impose.
3/ L’entreprise n’a pas mis en place de couverture en frais de santé, ou elle ne
reprend pas les minimums légaux, elle n’est donc pas en conformité avec
la loi.
Le fonctionnement de l’outil est simple également :
Ce simulateur est tout d’abord un site internet.
Aucune installation n’est donc nécessaire.
L’analyse se fait grâce à un simple échange de fichier Excel.
Le site vous propose un modèle de tableau qu’il suffit de le remplir avec au
maximum 6 informations par clients. Un copier/coller de votre base de paie
suffira pour une bonne partie des dossiers. (code APE).
Le résultat de l’analyse est disponible sous forme de graphique ou de liste.
Vous avez sous les yeux la listes de vos clients en conformité ou ceux qui ne
le sont pas classé par raison.
Deux versions du site sont disponibles : une version simplifiée dans l’analyse et
le résultat et une version plus approfondie qui dispose de fonctionnalités plus
étendues qui nécessite un code fourni par votre conseiller AG2R LA MONDIALE.
Pour en savoir plus et tester le simulateur :
Film de présentation : http://youtu.be/SmaAX0OK_9w
Film mode d’emploi du simulateur :
https://www.youtube.com/watch?v=vpSxllQnreA&feature=youtu.be
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
16
CÔTÉ SANTÉ
COMMENT FONCTIONNE LE SYSTÈME DE SANTÉ EN FRANCE
POUR LES SALARIÉS ?
La couverture santé, en France, se décompose en plusieurs niveaux :
• 1er niveau de remboursement :
il s’agit du remboursement de la Sécurité sociale.
Remarque : même si vous êtes pris en charge à 100% par la Sécurité sociale
pour une ALD, il est possible qu’elle ne vous rembourse pas entièrement sur vos
autres postes de dépenses en santé (optique, dentaire...). Il est donc préférable
pour vous de souscrire une mutuelle en complément.
• 2ème et 3ème niveau de remboursement :
il s’agit du remboursement du régime de frais de santé collectif mis en place dans
l’entreprise.
Ce régime collectif de frais de santé complète les remboursements que vous
percevez de la Sécurité sociale. Vous êtes ainsi mieux remboursés pour vos
soins de santé.
• 4ème niveau de remboursement :
il s’agit du remboursement des sur-complémentaires santé.
Une sur-complémentaire santé vous couvre au delà des remboursements de
votre régime collectif de santé, si vous avez encore un reste à charge à payer.
Elle vous permet donc d’être couvert au maximum en cas de coups durs. Vous
pouvez souscrire librement à la sur-complémentaire de votre choix, à condition
d’avoir déjà une mutuelle (ou complémentaire) soit individuelle, soit par votre
entreprise.
Niveau de besoin
en couverture santé
Maximum
Sur-complémentaire
individuelle
Complémentaire santé collective
à adhésion facultative
Intermédiaire
Complémentaire santé collective
à adhésion obligatoire
Minimum
Sécurité sociale :
remboursement minimum
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
COMMENT FONCTIONNE LE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE
SANTÉ EN FRANCE ?
DÉPENSES RÉELLES
Ce schéma permet de comprendre la différence entre vos dépenses réelles,
ce que couvre l‘assurance maladie obligatoire, ce que votre complémentaire santé
peut vous rembourser, et ce qui peut rester à votre charge. Les dépassements
figurant dans ce schéma n’existent pas systématiquement. La dépense réelle est
alors égale à la base de remboursement.
Dépassements
Base de
remboursement
Dépassements
Vous (montant restant
éventuellement à votre charge)
Ticket modérateur
Votre complémentaire santé (en
fonction de vos garanties)
Franchise ou participation
forfaitaire
Vous
Montant du remboursement de
l’assurance maladie obligatoire
(« Sécurité sociale »)
Assurance maladie obligatoire
COMMENT SONT EXPRIMÉS LES REMBOURSEMENTS
EN SANTÉ ?
Les garanties sont exprimées soient en euros soit en pourcentage d’une base
de remboursement.
En pourcentagede la base de la Sécurité social (100%, 200% BR), ou alors sur
les frais réels payés par l’assuré (100% FR : remboursement intégral, quel que
soit le montant payé par l’assuré (sauf si plafond indiqué)).
En euros, il s’agit, en général, d’un forfait (souvent utilisé pour l’optique,
les prothèses auditives…).
QU’EST-CE QU’UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ?
f Votre complémentaire santé peut
également prendre en charge des
prestations qui ne sont pas du tout
remboursées par l’assurance maladie
obligatoire. Elle est alors la seule à
intervenir dans le remboursement.
Une complémentaire santé collective est un contrat de complémentaire santé
souscrit par l’entreprise auprès d’un organisme assureur au profit des salariés
de l’entreprise. Les garanties complémentaires santé interviennent en
complément de remboursement (voire en totalité pour certains actes non
remboursés par la Sécurité sociale) pour tous les frais liés à la santé faisant
l’objet d’une intervention de la Sécurité sociale : consultations de médecins,
médicaments prescrits, analyses médicales, hospitalisation, maternité, frais
optiques, frais dentaires, appareillage, prévention.
COMMENT MET-ON EN PLACE UN RÉGIME DE SANTÉ
EN ENTREPRISE ?
Le régime des frais de santé doit être formalisé par l’entreprise.
S’il n’y a pas de régime conventionnel, il doit respecter des conditions de forme
et notamment être mis en place par un acte juridique qui peut être un accord
collectif, un référendum ou une Décision Unilatérale de l’Employeur (DUE)
Le régime devra notamment définir la nature de la prestation, les bénéficiaires
de la prestation, la répartition de la cotisation employeur/salarié, les cas de
dispenses d’affiliation, la durée de l’engagement et modalités de remise en
cause ainsi que l’information des salariés.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
18
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN RÉGIME
ET UN CONTRAT ?
Contrats de santé
individuels
CONTEXTE DE L’ENTREPRISE
DISPOSITIF ANI
de l’entreprise
1 RÉGIME SANTÉ
+
UN(DES) CONTRAT(S)
SANTÉ COLLECTIF(S)
RÉGIME
santé de
l’entreprise
CONTRATS
de santé ANI
compatible
RÉGIME
CONTRAT
Formalisme (DUE, Accord CO,
Referendum)
Contrat : conditions générales &
particulières
Collège / Cas dérogatoire / Objet
(santé, prévoyance…)
Responsable et solidaire / Garanties /
Tarif
/Structure de cotisation / Clause
d’ancienneté
/ Services / Notices d’information
QUELS SONT LES RISQUES DE L’ABSENCE D’ACTE JURIDIQUE
OU NON CONFORME ?
Le formalisme de la mise en place d’un contrat santé est important.
Ce manquement peut amener à un redressement de l’URSSAF avec la
requalification en avantage en nature sur 3 dernières années plus l’année
en cours.
À NOTER
f Les conditions liées au formalisme
ont été revues par le décret du
09/01/2012 et la circulaire sociale du
25/09/2013
COMMENT RESPECTER LE FORMALISME VIS-À-VIS
DU SALARIÉ ?
Pour respecter le formalisme, l’employeur doit, par exemple, remettre l’acte
juridique à chaque salarié concerné par le régime en cas de mise en place par
D.U.E et conserver une preuve qu’il a bien remis celui-ci à chacun des salariés
concernés.
Le salarié qui souhaite faire valoir son droit à dispense doit le formuler par écrit
et fournir le justificatif chaque année selon le cas utilisé.
Si le(s) mandataire(s) est concerné par le régime il faut un PV d’assemblée
générale (ou délibération du CA pour les SA) qui prévoit son rattachement au
dit régime.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
À NOTER
f Le contrat doit respecter les
conditions définies par le décret du
09/01/2012, la circulaire sociale du
25/09/2013 et le décret du
08/07/2014 relatifs au caractère
collectif et obligatoire des garanties
de protection sociale complémentaire.
f Le contrat doit aussi respecter le
nouveau cahier des charges des
contrats responsables défini par le
décret du 18/09/2014 et la circulaire
DSS du 30/01/2015.
DANS QUELLES MESURES UN CONTRAT DE SANTÉ COLLECTIF
PEUT-IL BÉNÉFICIER D’UN RÉGIME FISCAL ET SOCIAL
AVANTAGEUX ?
Un régime de santé complémentaire bénéficie d’un régime fiscal et social
avantageux s’il respecte les 4 critères suivants :
• Collectif : le contrat est mis en place par l’employeur, en respectant
l’art. L 911-1 du Code de la Sécurité sociale, pour l’ensemble de ses salariés ou
pour chaque catégorie de salariés répondant à un même critère objectif
composant la catégorie bénéficiaire. En tout état de cause, tous les salariés
doivent être couverts ou se voir proposer une couverture.
• Obligatoire : tous les salariés de la catégorie choisie doivent adhérer
obligatoirement au contrat mis en place dans votre entreprise. Dans quelques
cas (cas de dispense), certains salariés peuvent choisir de ne pas adhérer
au contrat.
• Responsable : le contrat incite au parcours de soins coordonné. Dans un cadre
défini par décret, il prévoit notamment des prises en charge minimales et
maximales de garanties.
• Solidaire : le contrat n’impose aucune formalité médicale à l’adhésion.
COMMENT FONCTIONNE LE REMBOURSEMENT
D’UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ?
La complémentaire santé a pour vocation de compléter les remboursements de
la Sécurité sociale (ou du régime obligatoire équivalent), qui interviennent à
l’occasion de dépenses de santé. Elle permet de réduire ou de rembourser en
totalité le reste à la charge de l’assuré social après l’intervention de la Sécurité
sociale. La complémentaire santé prend en charge tout ou partie de ce qu’on
appelle le ticket modérateur. Ce terme désigne la différence entre le tarif de
base (ou tarif conventionné) de la Sécurité sociale, et le remboursement qu’elle
effectue. Ce taux de remboursement varie en fonction des actes et
médicaments, de la santé de l’assuré, du respect ou non du passage par
le médecin traitant.
Dépassement
d’honoraire
Ticket modérateur
Tarif de convention
Remboursement
Sécurité sociale
EXEMPLE
Le tarif d’une visite à un médecin généraliste conventionné en secteur 1 est de
23 €. Le taux de remboursement prévu par la Sécurité sociale est de 70% de
cette somme, soit 16,10 €. On soustrait de ce total 1 € au titre de la participation
forfaitaire (Cf réforme de l’assurance maladie). La différence entre le tarif et le
remboursement de la Sécurité sociale est de 23 € - (16,10 € - 1 €). C’est ce qu’on
appelle le ticket modérateur. Il est égal, dans ce cas, à 7,90 € dont 1 € de
participation forfaitaire.
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
20
QUEL EST L’ÉTAT DU MARCHÉ DE LA SANTÉ ?
Le marché de la santé est un marché de renouvellement qui est en croissance.
f Sources : analyses AG2R-LM, Argus
2012, IRDES 2010, FFSA et GEMA
2010, DREES 2008, les echos 2013,
Fond CMU 2011.
(1) Forte proportion de jeunes, de
chômeurs, de femmes au foyer,
d’artisans commerçants, de personnes
à faibles revenus (ouvriers non
qualifiés) ou au contraire à forts
revenus.
(2) Y compris Mutuelles 45.
(3) Biais possibles car la catégorie
Mutuelles inclut le CA des mutuelles
rattachées à une IP ou un assureur.
Couverture de la
population française
en santé
6%
4%
49%
16,5 Md€
14,1 Md€
17%
Contrat
Individuel
56%
IP
2%
94
%
Mutuelles(3)
37%
71%
41%
30,6 Md€
Non couverts(1)
CMUC
Contrat
Collectif(2)
27%
35%
Assureurs et
bancassureurs
27%
28%
Individuelle
Collective
Total
QUEL EST LE POTENTIEL D’ÉQUIPEMENT DES TPE/PME
DE MOINS DE 50
SALARIÉS ?
• 69% des salariés couverts via un accord collectif dont 29% via les 64 accords
de branche Santé :
− 94% des employeurs prennent en charge une partie du financement,
en moyenne à hauteur de 56% du prix,
− 80% des contrats sont obligatoires et 81% couvrent l’ensemble du personnel.
• 31% des salariés non couverts soit 5,1 millions de salariés à travers 47% des
entreprises soit 610000 entreprises essentiellement des entreprises de moins
de 50 salariés.
• Des écarts significatifs entre les secteurs d’activité.
Taille de l’entreprise
< 10
10 - 19
20 - 49
50 - 249
> 250
49%
71%
79%
88%
96%
Répartition en
nombre de salariés
38%
11%
13%
26%
12%
Répartition en nombre
d’entreprises
86%
7%
4%
2%
1%
% d’entreprises équipées en santé
À NOTER
f Ne sont pas touchés par l’ANI :
les TNS, les seniors, les mutuelles
étudiantes, les collectivités d’outre mer,
les entreprises françaises ou filiales qui
ne sont pas sur le territoire national.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PREND-ELLE EN CHARGE
LES DÉPASSEMENTS D’HONORAIRES ?
Les dépassements d’honoraires des professionnels de santé ne sont jamais pris en
charge par l’assurance maladie obligatoire mais peuvent effectivement l’être par la
complémentaire santé.
Les remboursements prévus par la complémentaire santé sont donc, d’une manière
générale, exprimés en pourcentage du tarif de base de la Sécurité sociale.
Si l’on reprend l’exemple de la visite chez le médecin, la complémentaire santé
annoncera un remboursement de 100%. Cela sous entend 100% du tarif de base
de la Sécurité sociale soit 23 € - 1 € de participation forfaitaire et donc, dans ce
cas, une prise en charge totale du ticket modérateur.
Pour certains soins et notamment pour l’optique et le dentaire, la complémentaire
santé souvent fait référence à des forfaits. Les différents niveaux de
remboursement de la complémentaire santé sont précisés dans le contrat.
QU’EST-CE QU’UNE FRANCHISE MÉDICALE ?
La franchise est de 50 centimes d’euro par boîte de médicaments,
de 50 centimes d’euro pour tous les actes paramédicaux et de 2 euros sur tous
les transports sanitaires.
Ceci s’ajoute aux autres déremboursements déjà en vigueur.
Elle est annuellement plafonnée à 50 euros par assuré.
Les familles modestes (RMI et AME), les enfants de moins de 16 ans et
les femmes enceintes (à partir du 6e mois de grossesse) en sont dispensés.
Cette franchise n’est pas prise en charge par les assurances
complémentaires santé.
Les fonds récoltés serviront à financer la lutte contre le cancer et contre
la maladie d’Alzheimer ainsi que les soins palliatifs.
QU’EST CE QU’UNE SUR-COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ?
L’assurance santé sur-complémentaire permet d’améliorer les remboursements
de la complémentaire santé, si ceux-ci sont insuffisants par rapport aux besoins
réels de remboursement.
En souscrivant une sur-complémentaire, vous choisissez des montants pour
chaque garantie qui viennent s’ajouter aux remboursements de votre mutuelle.
Si la mutuelle a été souscrite via l’entreprise
Le choix des garanties de la mutuelle d’entreprise appartient au dirigeant de
l’entreprise et non au salarié. Ces garanties peuvent donc être parfois
insuffisantes. Pour améliorer les remboursements, il est possible de souscrire
une sur-complémentaire sur les postes de garantie mal remboursés par la
mutuelle d’entreprise (par exemple : l’optique).
Si la mutuelle a été souscrite à titre individuel
Si la mutuelle ne rembourse pas suffisamment mais qu’il serait trop coûteux
d’en changer complètement, il y a la possibilité de compléter les
remboursements sur des garanties en particulier via une sur-complémentaire
qui peut être souscrite chez le même assureur que la mutuelle existante ou chez
un concurrent.
QUELS SONT LES ORGANISMES ASSUREURS ?
Comme pour l’ensemble de la protection sociale complémentaire (prévoyance,
santé et retraite), les garanties complémentaires santé peuvent être proposées par :
• une institution de prévoyance,
• une mutuelle,
• une société d’assurances.
Ces trois acteurs sont désormais associés à la gestion de l’assurance maladie
par le biais de l’Union nationale des organismes d’assurance maladie
complémentaire (UNOCAM).
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
22
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
QU’EST CE QU’UNE INSTITUTION DE PRÉVOYANCE ?
Une Institution de prévoyance est, en France, une société qui assure et gère des
contrats collectifs d’assurance de personnes couvrant les risques de maladie,
incapacité de travail et invalidité, dépendance, décès. Sociétés de personnes,
de droit privé, et à but non lucratif, les institutions de prévoyances sont régies
par le code de la Sécurité sociale et relèvent des directives européennes sur
l’assurance. Les contrats d’assurance qu’elle gère sont collectifs, c’est-à-dire
établis dans le cadre exclusif de l’entreprise ou la branche professionnelle.
Les acteurs de l’assurance de personnes sont de trois types : les compagnies
d’assurances, les institutions de prévoyance, les mutuelles. Chaque type
d’assureur répond à des règles de fonctionnement spécifique liées à son statut,
et est soumis à des obligations réglementaires strictes en matière de
provisionnement et de sécurité financière. Il existe près de soixante institutions
de prévoyance en France, elles couvrent plus de 12 millions de salariés.
Une institution de prévoyance est créée et gérée par les partenaires sociaux
(syndicats professionnels) d’une entreprise, d’une branche ou entre plusieurs
branches d’activité. Elle dispose d’un Conseil d’administration paritaire. Il est
constitué à parts égales de représentants des salariés et de représentants des
entreprises. Il a la charge de définir et mettre en œuvre les garanties dans
l’intérêt exclusif des salariés dans l’entreprise. Comme il n’y a aucun actionnariat
à rémunérer les résultats servent donc à améliorer le niveau des garanties,
la qualité des services et la sécurité des engagements.
QU’EST CE QU’UNE MUTUELLE ?
Le terme de société d’assurance mutuelle définit une structure juridique
particulière aussi appelée «mutuelle d’assurance». Il s’agit d’organismes à but
non lucratif, sur le modèle des mutuelles régies par l’ordonnance du 19 octobre
1945 donc, mais qui s’en distinguent par le fait qu’ils dépendent du code des
assurances et non du code de la mutualité, ce dernier régissant les
mutuelles 45.
Les distinctions entre les différentes structures juridiques possibles pour les
organismes de complémentaire santé sont relativement fines. Il n’est pas
évident de ne pas confondre les sociétés d’assurance mutuelle et les mutuelles.
Dans l’Union européenne, les mutuelles sont l’une des quatre composantes de
l’économie sociale, les trois autres composantes de l’économie sociale, appelée
aussi troisième secteur, étant les coopératives, les fondations et les associations.
Ces groupes volontaires de personnes (physiques et morales) fonctionnent
selon le principe de la solidarité entre membres, et tentent avant
tout de répondre aux besoins de ceux-ci plutôt que d’obtenir un retour
sur investissement.
QU’EST CE QU’UNE COMPAGNIE D’ASSURANCE ?
Une compagnie d’assurances est une entreprise qui fournit des services d’assurance.
Les prestations d’assurance sont effectuées soit par des sociétés soit par des mutuelles.
Une captive d’assurance n’est pas une compagnie d’assurances.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
24
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
CÔTÉ LEXIQUE
Adhérent
Personne ayant souscrit un contrat à titre individuel ou affilié en tant que salarié au titre
d’un contrat collectif souscrit par son employeur.
Affection de longue durée (ALD)
Il y a 2 types de prises en charge en matière de remboursement des régimes obligatoires :
• L’affection de longue durée exonérante est une maladie dont la gravité et/ou le caractère
chronique nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement
coûteuse ouvrant droit à la prise en charge à 100 % de la base du tarif de la Sécurité
sociale. pour les soins liés à cette pathologie.
• L’affection de longue durée non exonérante est une affection qui nécessite une
interruption de travail ou des soins d’une durée supérieure à six mois, mais qui n’ouvre
pas droit à la suppression du ticket modérateur. Les soins dispensés dans le cadre de
cette pathologie sont remboursés aux taux habituels.
L’ALD peut faire l’objet de la prise en charge totale par une mutuelle santé suivant le niveau
de garanties choisi.
Affiliation / Affilié
Rattachement d’une personne (l’affilié) au régime de la Sécurité sociale. Dès lors, l’affilié a le
droit de bénéficier des prestations de la Sécurité sociale et l’obligation de cotiser.
Ayant droit
Personne bénéficiant des garanties prévues au contrat non à titre personnel mais du fait de
ses liens de parenté avec l’assuré. Les ayants droit peuvent être, dans le cadre d’une
couverture complémentaire Santé, le conjoint, le concubin ou bien les enfants à charge.
Base de Remboursement (BR)
Tarif servant de base à la Sécurité sociale pour effectuer ses remboursements. Il est parfois
inférieur aux dépenses réellement engagées. Il désigne :
soit le tarif de convention, lorsque les soins sont pratiqués par un praticien conventionné,
soit le tarif d’autorité, lorsque les soins sont pratiqués par un praticien non conventionné,
ou soit la base de remboursement des frais d’appareillage, d’optique, etc.
Bénéficiaire
Personne qui peut percevoir des prestations au titre du contrat soit à titre personnel
(l’assuré principal), soit du fait de ses liens de parenté avec l’assuré principal direct (les
ayants droit).
Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés
La CNAMTS est la caisse qui gère au plan national la branche Assurance Maladie du régime
général de Sécurité sociale. Communément, les salariés des professions non agricoles
travaillant en France sont affiliés au régime général et sont couverts sous certaines
conditions pour les risques suivants : maladie (soins de santé et arrêts de travail), invalidité,
décès, accidents du travail et maladies professionnelles (soins de santé et arrêts de travail).
Caisse Primaire d’Assurance Maladie
Une CPAM assure dans sa circonscription (il existe au moins une CPAM par département)
entre autres l’immatriculation, le calcul et le paiement des prestations de soins de santé des
assurés sociaux relevant du régime général.
Complémentaire Santé (communément appelée « mutuelle »)
Couverture proposée par les mutuelles, les institutions de prévoyance et les sociétés
d’assurance, qui vient en complément des garanties de la Sécurité sociale. Il s’agit donc
d’une prise en charge partielle ou totale des frais de santé non remboursés à l’assuré par
la Sécurité sociale.
Contrat d’accès aux soins (CAS)
Le contrat d’accès aux soins a été mis en place par l’avenant n° 8 à la convention médicale
publié au Journal officiel du 6 décembre 2012.
En signant le contrat d’accès aux soins, le médecin contribue à améliorer la prise en charge
de ses patients.
Pendant la durée de son adhésion au contrat, il s’engage :
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
• à maintenir sa pratique tarifaire (par rapport à 2012) ;
• à stabiliser son taux moyen de dépassement d’honoraires observé en 2012, recalculé sur
la base des tarifs opposables et des majorations applicables aux médecins exerçant en
secteur 1 ;
• à réaliser une part de ses actes à tarif opposable (c’est-à-dire sans dépassement)
au moins égale à celle constatée en 2012.
Il bénéficie, pour cela, des tarifs de remboursement et des rémunérations forfaitaires
applicables au secteur 1 et de la prise en charge d’une partie de ses cotisations sociales.
Conventions médicales
La relation entre la Sécurité sociale et les professionnels libéraux (médecins, sages-femmes,
chirurgiens dentistes, auxiliaires médicaux) est définie par des conventions négociées avec
les représentants syndicaux des différentes professions. Elles déterminent notamment les
montants auxquels sont facturées les prestations des praticiens conventionnés. Les tarifs
dits de convention sont révisés selon une période variable.
Couverture Maladie Universelle (CMU)
Depuis le 1er janvier 2000, la loi sur la Couverture maladie universelle (CMU) permet à toute
personne résidant en France de façon stable et régulière, et qui n’est pas déjà couverte à
quelque titre que ce soit par un régime obligatoire d’assurance maladie, de bénéficier de la
Sécurité sociale pour la prise en charge de ses dépenses santé : la CMU de base.
La CMU complémentaire est accordée sous condition de ressources. Elle permet de
bénéficier d’une prise en charge à 100% des dépenses de santé, sans avoir à faire l’avance
des frais.
Délai d’attente, de carence ou de stage
Période qui suit l’adhésion ou la souscription et pendant laquelle l’assuré cotise à une
complémentaire Santé sans pouvoir bénéficier des prestations pour tout ou partie des
risques. Ce délai est notamment appliqué lorsque l’assuré ne peut justifier d’une couverture
complémentaire précédente et similaire (certificat de radiation de la précédente
complémentaire).
Dépassement d’honoraires
La part des honoraires d’un praticien dépassant la Base de Remboursement (tarif servant
de base aux remboursements de la Sécurité sociale en secteur conventionné). Cette part
de la dépense n’est jamais remboursée par le régime de la Sécurité sociale.
Elle peut faire l’objet de la prise en charge totale ou partielle par une mutuelle santé suivant
le niveau de garanties choisi.
Si vous possédez déjà une mutuelle via votre entreprise et que les dépassements
d’honoraires ne sont pas suffisamment pris en charge,une sur-complémentaire santé vous
permet de compléter vos garanties
Exclusions de garanties
Situations, risques ou maladies pour lesquels les dépenses de soins ou les pertes de revenu
ne sont pas couvertes par le contrat. Elles doivent être obligatoirement précisées dans les
documents contractuels.
Les garanties sont l’ensemble des prestations dont bénéficient les assurés.
Exonération du ticket modérateur
Les assurés sociaux peuvent être exonérés du ticket modérateur dans certains cas :
• Les personnes atteintes d’une maladie reconnue de longue durée (uniquement les soins
en rapport avec la maladie).
• Les personnes subissant une intervention chirurgicale d’une certaine gravité (de plus de
30 jours par exemple).
• Les nouveaux-nés hospitalisés dans les 30 premiers jours.
• Les femmes enceintes pendant une période qui débute 4 mois avant la date présumée
de l’accouchement et se termine à la date de l’accouchement.
• Les titulaires d’une rente accident du travail, d’une pension militaire et/ou invalidité.
L’exonération est accordée pour une durée limitée ou illimitée selon la situation. La
participation de la Sécurité sociale est égale à 100% du tarif de responsabilité et laisse à la
charge de l’assuré les dépassements d’honoraires et de tarifs.
Forfait 18 euros
La participation forfaitaire de 18 euros est à votre charge lorsque vous bénéficiez d’actes
dont le tarif est égal ou supérieur à 91 euros, ou ayant un coefficient égal ou supérieur à 50
qu’ils soient pratiqués en cabinet de ville (depuis le 1er décembre 2007), dans un centre de
santé ou en établissement de santé (hôpital, clinique) dans le cadre de consultations
externes ou qu’ils concernent les frais d’une hospitalisation en établissement de santé.
LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ
26
CÔTÉ CONSEILS / AVRIL 2015
Forfait Hospitalier* (Forfait Journalier Hospitalier)
Participation financière de l’assuré aux frais d’hébergement ou d’entretien en cas
d’hospitalisation supérieure à 24 heures. Celle-ci est non remboursée par la Sécurité sociale
et son montant est fixé par arrêté interministériel à 16€ par jour depuis le 01/01/2007 sauf
en cas d’hospitalisation dans un service de psychiatrie où il est fixé à 12€.
Une prise en charge de cette participation est généralement prévue au titre de la
complémentaire.
*Le forfait journalier hospitalier ne s’applique pas aux établissements médicaux-sociaux
comme les maisons d’accueil spécialisées (MAS) ou les établissements d’hébergement
pour personnes dépendantes (EHPAD), ni aux régimes Alsace-Moselle et monégasque).
Frais de séjour
Frais (de repas, de logement, d’occupation des salles d’opération...) occasionnés en cas
d’hospitalisation. Une partie est prise en charge par le régime obligatoire, l’autre pouvant
être prise en charge, totalement ou partiellement par des complémentaires santé ou
sur-complémentaires.
Frais médicaux
Ensemble des frais de santé exposés par un patient et susceptibles d’être pris en charge
par une assurance maladie (consultations et visites médicales, pharmacie, hospitalisation...).
Frais réels
Dépenses réellement engagées par les assurés. Elles doivent figurer sur les feuilles de soins,
les décomptes de la Sécurité sociale et les factures d’hospitalisation.
Franchise médicale
La franchise est une somme qui est déduite des remboursements effectués par votre
caisse d’Assurance Maladie sur les médicaments, les actes paramédicaux et les transports
sanitaires.
Le montant de la franchise est de :
• 50 centimes d’euro par boîte de médicaments (ou toute autre unité de
conditionnement : flacon par exemple) ;
• 50 centimes d’euro par acte paramédical ;
• 2 euros par transport sanitaire.
Le montant de la franchise est plafonné à 50 euros par an pour l’ensemble des actes ou
prestations concernés et est plafonné par jour à 2 € sur les actes paramédicaux et à 4 €
pour les transports sanitaires.
Hors-nomenclature
Acte médico-chirurgical qui ne figure pas dans la nomenclature générale des actes
professionnels remboursés par la Sécurité sociale.
Médecin Traitant ou Médecin Référent
C’est le médecin généraliste qui coordonne l’ensemble de vos soins et vous dirige
éventuellement vers des spécialistes. Le remboursement par la Sécurité sociale d’une
consultation de spécialiste hors parcours de soins (non prescrite par le médecin traitant)
est minoré.
Médecins conventionnés appartenant au secteur 1
Les médecins exerçant en secteur 1 sont engagés à appliquer les tarifs conventionnés. Ils ne
peuvent facturer de dépassement d’honoraires qu’à titre exceptionnel, en cas d’une
exigence particulière du patient. Le dépassement d’honoraires n’est pas remboursé par
l’Assurance Maladie. Il reste à votre charge.
Médecins conventionnés appartenant au secteur 2
Un médecin traitant exerçant en secteur 2, dit secteur « à honoraires libres », fixe lui-même
ses tarifs. Ils sont supérieurs aux tarifs de convention.
L’écart entre le prix payé et le tarif de convention n’est pas remboursé par l’Assurance
Maladie. Il reste à votre charge.
Le médecin est tenu d’afficher ses tarifs dans sa salle d’attente ; vous pouvez aussi les lui
demander par téléphone, au moment où vous prenez rendez-vous.
Participation forfaitaire de 1€
Elle s’applique, aux adultes de plus de 18 ans, pour toutes les consultations ou actes réalisés
par un médecin, (que vous respectiez ou non le parcours de soins coordonnés), mais
également sur vos examens radiologiques ou analyses.
LA LETTRE D’INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS
Régime obligatoire (RO)
Régimes obligatoires de protection sociale couvrant tout ou une partie des risques liés à
la maladie, à la maternité et aux accidents de la vie privée et professionnelle, les maladies
professionnelles et les invalidités.
Reste à charge
Ce sont les dépenses non remboursées par l’assurance maladie obligatoire. Sur cette partie
peuvent intervenir, totalement ou partiellement, des complémentaires santé ou surcomplémentaires.
Services médical rendu des médicaments :
Le Service Médical Rendu (SMR) est une mesure de l’efficacité et de l’utilité des
médicaments vendus en France. Il est évalué par la Commission de transparence de
la Haute Autorité de santé. L’évaluation prend en compte plusieurs éléments :
• la gravité de la maladie pour laquelle le médicament est indiqué,
• son efficacité pour prévenir ou soigner cette maladie,
• son intérêt pour la santé publique,
• ses effets indésirables.
Soins externes
Soins reçus en établissement hospitalier (public ou privé) sans qu’il y ait hospitalisation.
Sur-complémentaire santé
Couverture proposée par certaines mutuelles, institutions de prévoyance ou sociétés
d’assurance, qui vient en complément des garanties :
• de la Sécurité sociale ;
• de votre mutuelle (souscrite individuellement ou souscrite par votre employeur pour
votre compte).
La sur-complémentaire santé permet d’augmenter vos remboursements sur des garanties
trop faiblement remboursées par votre mutuelle.
Tarif d’autorité
Tarif appliqué par la Sécurité sociale pour ce qui concerne les actes effectués par des
praticiens exerçant hors convention. Une partie de celui-ci est remboursé par la Sécurité
sociale.
Tarif de Convention (TC)
Le tarif de convention est le barème qui est utilisé par la Sécurité sociale pour vous
rembourser vos soins médicaux dispensés par un praticien conventionné (secteur 1 ou 2).
Il est retenu comme base de remboursement quel que soit le montant de vos dépenses.
Connaître ce terme permet de mieux comprendre les garanties indiquées dans votre
contrat.
Tarif Forfaitaire de Responsabilité (TFR) (utilisé uniquement en pharmacie)
C’est le tarif de référence pour le remboursement de certains médicaments de marque.
Il est calculé à partir du prix des médicaments génériques correspondants. Le TFR permet
à la Sécurité sociale de rembourser les médicaments de marque à hauteur du prix du
générique correspondant.
Ticket modérateur
Pour vos frais médicaux, c’est la part qui reste à votre charge après remboursement de la
Sécurité sociale, même pour les médecins conventionnés. Dans certains cas l’assuré peut
bénéficier de l’exonération du ticket modérateur.
Tiers-Payant
Paiement direct, au professionnel de santé, total ou partiel des frais médicaux ou
pharmaceutiques en lieu et place de l’assuré. Cette dispense d’avance de frais se fait soit
sur présentation de la carte de tiers-payant (pharmacie, laboratoires, radiologie), soit par
l’établissement d’une prise en charge (hospitalisation, frais optique et dentaire).
Partout en France un
acteur de référence
de l’assurance de
protection sociale
et patrimoniale.
SANTÉ
Complémentaire santé
PRÉVOYANCE
Incapacité et invalidité
Décès
ÉPARGNE
Constitution d’un capital
Transmission d’un patrimoine
RETRAITE
Complément de revenus
ENGAGEMENT SOCIAL
Gestion de fin de carrière
Services à la personne
AG2R LA MONDIALE
104-110 bd Haussmann
75379 Paris Cedex 08
www.ag2rlamondiale.fr
GIE AG2R, membre du groupe AG2R LA MONDIALE - GIE agissant pour le compte d’institutions de retraite
complémentaire Agirc-Arrco, d’institutions de prévoyance, de mutuelles et de société d’assurances - 35, boulevard
Brune 75014 Paris - 433 719 812 RCS Paris.
GIE LA MONDIALE GROUPE, membre du groupe AG2R LA MONDIALE - GIE - 32, avenue Émile Zola 59370
Mons-en-Baroeul - 445 331 192 RCS Lille.
042015-39227 - DESIGN : CHEVALVERT – CONCEPTION : WWW.LETB-SYNERGIE.COM – AGENCE LE SQUARE / FRANCK BENAUSSE & WILLIAM CROZES – DOCUMENT NON CONTRACTUEL - NE PEUT ENGAGER LA RESPONSABILITÉ DU GROUPE
L’OFFRE AG2R LA
MONDIALE POUR
LES PROFESSIONNELS
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising