SLAX 6.0, installation sur clef USB, personnalisation

SLAX 6.0, installation sur clef USB, personnalisation
SLAX 6.0, installation sur clef USB,
personnalisation
Jean-Marc LICHTLE
jean-marc.lichtle@gadz.org
March 21, 2008
Contents
1 Version de ce document
2
2 Introduction
2.1 Format de la clef . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 Matériels de test . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
3
3
3 Installation sur clef USB
3.1 Récupération du système comprimé
3.2 Pour les utilisateurs de win . . . . .
3.3 Identification de la clef USB . . . .
3.4 Transferts des fichiers . . . . . . . .
3.5 Et sur disque dur externe USB ? .
3.6 Flag ”bootable” . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
4
4
4
4
5
6
6
4 Utilisation en configuration de base
4.1 Séquence de boot . . . . . . . . . .
4.2 Clavier français dans KDE . . . . .
4.3 Mise en service du réseau ethernet .
4.4 Mise en service du wifi . . . . . . .
4.5 Wifi par adapteur USB NETGEAR
. . . . . . .
. . . . . . .
. . . . . . .
. . . . . . .
WG111 v2 .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
6
6
7
7
7
9
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5 Personnalisation
9
5.1 Trouver les modules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
5.2 Utiliser les modules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
5.3 Lister les modules chargés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Jean-Marc LICHTLE
1/19
March 21, 2008
5.4
5.5
Supprimer un module chargé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Modules, trucs et astuces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
6 Sauvegarde des données
12
6.1 Données utilisateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
6.2 Données système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
7 Aplications
7.1 Cas de Wengophone . . . . . . .
7.1.1 Paquet binaire . . . . . . .
7.1.2 Paquet DEBIAN . . . . .
7.2 Cas particulier de Kdissert . . . .
7.2.1 Contourner la difficulté . .
7.2.2 Sauvegarde des paramètres
7.3 Serveur LAMP . . . . . . . . . .
7.3.1 Configuration de MySQL .
7.3.2 Configuration d’Apache .
7.3.3 Mise en oeuvre de PHP .
8 Personnalisation live CD
8.1 Les méthodes possibles
8.2 Ma méthode . . . . . .
8.3 Ce qui change . . . . .
8.4 Ce qui ne change pas .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
9 Remerciements, auteur
1
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12
12
13
13
14
14
14
15
16
16
17
.
.
.
.
17
18
18
19
19
19
Version de ce document
Le document que vous avez entre les mains est la seconde mouture. La
première, sortie début février 2008, expliquait comment installer sur clef
USB une version standard de SLAX, prévue pour utilisation depuis CD.
Entre temps est apparue une version dédiée qu’on pourra télécharger depuis
le site slax.org.
2
Introduction
Le présent document a pour vocation d’aider un utilisateur peu expérimenté
à installer une distribution LINUX légère et néanmoins très performante sur
une clef USB.
Jean-Marc LICHTLE
2/19
March 21, 2008
Mon choix s’est porté sur SLAX, une mini-distribution basée sur SLACKWARE, une des distributions majeures qui ont fait le succès de LINUX.
La raison de ce choix apparaitra assez aisément à la lecture de ce qui
suit. La simplicité d’installation dans un premier temps, la possibilité aussi
de complèter le choix de logiciels fournis dans la version de base au fur et à
mesure de l’évolution des besoins, le tout restant contenu dans une simple
clef USB qui pourra aussi servir à stocker les données !
2.1
Format de la clef
J’ai cherché longtemps une distribution qui s’installerait sur une clef formatée
avec un système de fichier LINUX typique, ext2, ext3, reiserfs etc...
Force est de constater qu’Internet ne regorge pas d’informations à ce
sujet et que la majorité des distributions installables sur clef USB utilisent
un système de fichier FAT32 (ou FAT16). Faisant contre mauvaise fortune
bon coeur j’ai quand même trouvé deux avantages à ce système de fichiers :
• La clef USB ainsi modifiée n’est pas spécifique LINUX et peut continuer, suivant la place disponible, à servir à transférer des fichiers depuis
/ vers des PC utilisant un système d’exploitation banal né du côté de
REDMOND (USA)
• Il est même envisageable d’installer SLAX sur une clef déjà mise en
service sans effacer les fichiers qu’elle contient. Evidemment cette
opération est de la responsabilité de celui qui la met en oeuvre, une
fausse manoeuvre risque de faire perdre tous les fichiers.
2.2
Matériels de test
J’ai testé l’installation sur clef USB en utilisant un portable FUJITSUSIEMENS Amilio comportant une carte NVidia. Les premiers essais réalisés
avec une version fançisée de SLAX, ALIXE 0.11 RC2 ont permis de débroussailler
le sujet mais ont mis en évidence une différence très sensible dans la détection
des possibilités de l’affichage vidéo. Alors qu’ALIXE affiche un 1024*768 très
’minimum syndical’ SLAX 6.0 utilise correctement les possibilités de la carte
nv et produit, sans qu’il soit nécessaire d’intervenir, un affichage de 1280*800.
ATTENTION ! Mon PC est équipé d’un disque dur SATA. Sous LINUX,
y compris SLAX, le disque apparaı̂t sous /dev/sda1 (première partition),
/dev/sda2 etc... La clef USB correspond donc à /dev/sdb1. Si votre PC est
équipé d’un disque dur IDE alors ce disque correspondra à /dev/hda1, hda2
etc..., la clef USB sera dans ce cas en /dev/sda1. Pensez donc à adapter
Jean-Marc LICHTLE
3/19
March 21, 2008
les exemples de syntaxe contenues dans ce document en fonction de votre
configuration.
3
Installation sur clef USB
3.1
Récupération du système comprimé
Je suppose que votre PC tourne sous LINUX. Dans le cas ou vous seriez
encore utilisateur d’un système d’exploitation banal édité par une société de
Redmond (USA) lisez le paragraphe suivant qui précise les différences.
Le fichier comprimé contenant tout le système peut être téléchargé sur le
site slax.org. Prenez le fichier .tar et non le .iso. Ce dernier format est destiné
à être gravé sur un CD. Notez à cet égard que sa taille le rend compatible
avec les mini CD de 8cm.
3.2
Pour les utilisateurs de win
Ce paragraphe reste à créer, il fait que je prenne un peu de temps...
3.3
Identification de la clef USB
C’est à ce moment que je vous conseille de mettre en place votre clef USB.
La difficulté va maintenant être de ne pas faire d’impaire et de ne pas
installer SLAX sur un support qui ne serait pas celui que vous souhaitez
utiliser. A priori SLAX a ’monté’ votre disque dur, soit en /mnt/hda.., soit
en /mnt/sda... suivant qu’il s’agit d’un disque IDE ou SATA. Le fait de
connecter une clef USB va provoquer l’ouverture (après quelques instants de
patience) d’une fenêtre vous demandant si vous souhaitez ouvrir un explorateur de fichiers pour visiter le nouveau périphérique. Accepter n’engage à
rien et offre l’avantage de monter le nouveau périphérique. Les puristes et les
aficionados de la ligne de commande pourront refuser cette facilité et utiliser
:
• La commande mount pour lister les disques montés avant et après
l’installation du nouveau périphérique ce qui permettra d’identifier le
nouveau venu.
• La commande dmesg pour lire le numéro de device du nouveau disque
en vue de faire un éventuel montage manuel.
• Eventuellement même fdisk -l pour lister les partitions, montées on non,
vues par le système, leur taille, leur type etc...
Jean-Marc LICHTLE
4/19
March 21, 2008
3.4
Transferts des fichiers
L’opération se fait en deux temps :
• Copie du fichier .tar sur la clef USB
• Décompression qui va créer les sous répertoires /boot et /slax.
Pour celà :
• cp slax-6.0.0.tar /mnt/sdb1/ va copier l’archive comprimée sur la clef
USB
• tar -xvf slax-6.0.0.tar va décomprimer en quelques instants
Il faut bien entendu disposer d’un espace suffisant sur la clef, j’ai utilisé
une clef 1Go totalement effacée pour faire mes essais.
Si la place ne fait pas défaut je suggère de conserver le fichier d’origine en
.tar. Une modification malheureuse et vous voilà dans l’incapacité de vous
servir de votre système. Il suffirait alors de ’détarer’ à nouveau le fichier
inital pour revenir à une situation contrôlée.
A ce stade la clef contient tous les éléments souhaitables, il manque juste
un détail, elle n’est pas bootable. Pour lui conférer cette merveilleuse propriété procéder comme suit.
Les commandes :
• cd /mnt/sdb1/boot/
• ./bootinst.sh
vont conduire à la mise en place du secteur de boot sur le média amovible.
Notez que le script fait une dernière pose avant de lancer l’écriture, une
dernière chance de vérifier que c’est bien le bon périphérique qui va être
modifié. Validez si vous êtes certain de votre coup, annulez via CRTL-Z
dans le cas contraire.
C’est terminé, vous avez maintenant une clef USB bootable contenant un
système LINUX très complet. N’oubliez pas de configurer le BIOS de votre
PC pour qu’au prochain boot votre machine puisse se lancer sur son nouveau
système d’exploitation.
ATTENTION ! Comme signalé et introduction il conviendra d’adapter
les commandes à votre cas personnel ! Les commandes ci-dessus sont valides
si votre PC est équipé d’un disque dur SATA (ou SCSI). Dans ce cas la
clef USB sera vue comme l’unité (device) /dev/sdb, la première partition
(souvent la seule) sera /dev/sdb1 et sera montée en /mnt/sdb1/. Si votre
PC est équipé en disque dur IDE alors la clef correspondra sans doute au
device /dev/sda et sa première partition sera montée en /mnt/sda1/.
Jean-Marc LICHTLE
5/19
March 21, 2008
3.5
Et sur disque dur externe USB ?
Bien sûr, si vous disposez d’un disque dur USB externe ce que je viens de
décrire ci-dessus s’applique parfaitement.
3.6
Flag ”bootable”
Vous le savez certainement, pour être bootable une partition doit être identifiée comme telle dans le secteur de boot du disque. J’ai cru d’abord qu’il
était nécessaire de rendre bootable la partition d’installation de SLAX au
moyen de cfdisk par exemple. En fait le script bootinst.sh se charge, entre
autre, de cette opération.
4
Utilisation en configuration de base
4.1
Séquence de boot
Le menu de boot fait apparaı̂tre plusieurs options. La première, option par
défaut, va lancer KDE après avoir effectué une autoconfiguration de X11
permettant d’exploiter au mieux la carte graphique installée.
L’option de démarrage en mode texte, la dernière du menu vous permet
d’obtenir le même résultat. Pour celà :
• Loguez vous sous compte root, mot de passe toor
• Tapez xconf pour déclencher l’autoconfiguration
• Tapez startx pour lancer le display manager KDE. Attention, clavier
US, il faut en fait taper stqrtx.
Une curiosité de SLAX est que l’utilisateur par défaut est root. On pourra
se lancer dans une discussion bysanthine à ce sujet, partons du principe que
celui qui utilise une SLAX sait ce qu’il fait et qu’il ne se livre pas à des
opérations hasardeuses. Personnellement je fais souvent un :
• umount /mnt/sda*
ce qui me débarasse des partitions du disque dur et m’évite de faire une
bétise. Là encore, cette ligne est valable pour un PC équipé d’un disque
SATA. Pour un pc équipé en ide il faudrait raper :
• umount /mnt/hda*
pour obtenir le même résultat.
Jean-Marc LICHTLE
6/19
March 21, 2008
4.2
Clavier français dans KDE
Une fois que vous avez lancé KDE vous découvrez une icône, figurant le
drapeau US, située dans la barre de menu inférieure à droite de l’écran. Il
suffit de cliquer trois fois sur cette icône pour faire apparaı̂tre le drapeau
français. Votre clavier vient de passer en azerty !
4.3
Mise en service du réseau ethernet
Alors que la version CD comporte une belle icône sur le bureau permettant
de configurer le réseau, la version USB est livrée nue.
La configuration va donc se faire ’à la main’ en utilisant un terminal
(2ème icône en bas à gauche).
Tapez :
• ifconfig eth0 10.0.0.10
• route add default gw 10.0.0.1
• echo nameserver 80.10.246.1 > /etc/resolv.conf
pour configurer votre réseau. Bien entendu ces syntaxes sont des exemples
qui s’appliquent chez moi, vous devrez adapter à votre cas.
Ifconfig va donner une adresse ip à votre carte réseau. Si votre réseau dispose d’un serveur DHCP cette ligne n’est généralement pas utile, un ifconfig
-a vous permettra de vérifier que la carte a bien reçu une adresse. Attention,
selon les hardwares la première carte ethernet s’appelera eth0 ou eth1. En
cas de doute ifconfig -a !
Route fixe la route par defaut des paquets IP. Dans l’exemple donné plus
haut 10.0.0.1 est l’adresse de mon routeur (FreeBSD 5.2). Là aussi, il se
peut qu’un serveur DHCP ait configuré ce paramètre. Tapez simplement
route pour vous en assurer.
La commande echo va modifier le fichier /etc/resolv.conf qui mémorise
l’adresse du serveur DNS à utiliser pour la conversion des adresses internet
texte en adresses IP. Le DNS de l’exemple est celui de wanadoo. Pas certain
qu’il soit accessible si vous utilisez un autre fournisseur d’accès internet. Dans
ce cas trouvez l’adresse du DNS de votre fournisseur et ajustez la syntaxe.
4.4
Mise en service du wifi
A cet endroit les choses se corsent ... La diversité des puces wifi ne simplifie
pas l’affaire. Ce paragraphe est donc spécifique à mon cas, un portable
FUJITSU-SIEMENS Amilio équipé d’une puce wifi ipw3945.
Jean-Marc LICHTLE
7/19
March 21, 2008
La démarche pourrait être résumée comme suit :
• Lancer kwifimanager. Cette étape n’est pas obligatoire mais à mon
avis il est très intéressant, surtout en phase de découverte, de suivre
ce qu’on fait. Le petite écran devrait montrer une carte pcmcia barrée
de rouge. Celà signifie que le module n’est pas en mesure de dialoguer
avec la puce.
• Taper lsmod — grep 3945 pour filtrer la liste des modules chargés
et vérifier s’il y a actuellement un module en mémoire. Surprise, ce
module existe mais ne semble pas fonctionnel.
• Chargez un module iwfw-080214.lzm via le lien http://www.fileden.com/files/2006/9/26/239
080214.lzm et sauvegardez le en lieu sûr
• Tapez rmmod ipw3945 pour supprimer le module non opérationnel
• Tapez activate iwfw-080214.lzm, après vous être placé dans le sous
répertoire dans lequel est rangé ce module. Vous devriez voir immédiatement
changer le pictogramme de kwifimanager, la carte wifi barrée se transforme en PC portable tout simple sans connexion. Celà traduit le
fait qu’une communication est bien établie, cette fois, entre le module
ipw3945 et la puce wifi.
• Un petit ifconfig -a montre d’ailleurs qu’une nouvelle interface réseau
vient d’apparaı̂tre à côté de l’éventuelle interface ethernet, dans le cas
de mon PC cette nouvelle interface se nomme wlan0. C’est le moment
de configurer l’adresse réseau et le routage. Voir à ce sujet le chapitre
précédent, la méthode et la syntaxe sont les mêmes. Vous devriez
voir apparaitre les nouvelles informations, notamment l’adresse IP de
l’interface wifi dans la partie droite de l’écran de kwifimanager.
• Il reste à configurer les paramètres de communication wifi. tapez à
cet effet iwconfig essid nom réseau channel num channel key ma clef.
Devant vos yeux ébahis vous voyez, après une courte attente, apparaı̂tre
un pictogramme qui fait cette fois apparaı̂tre une antenne wifi. Dans la
partie texte de l’écran le texte devrait refléter les paramètres que vous
avez communiqué et surtout donner l’adresse MAC du point d’accès
preuve que le communication est établie.
J’attire votre attention sur le fait que l’ordre des deux dernières étapes
est important. Croiser ces deux étapes conduit à une surconsommation
d’aspirine et de café pour meubler les heures passées à chercher pourquoi
cette fichue puce ne fait pas ce que vous lui demandez !
Jean-Marc LICHTLE
8/19
March 21, 2008
4.5
Wifi par adapteur USB NETGEAR WG111 v2
Je possède un adapteur NETGEAR WG111 v2 que je ne suis jamais arrivé
à utiliser auparavent avec LINUX. Peut-être n’ai-je jamais insisté suffisamment...
Toujours est-il que j’ai eu la surprise, en le branchant un peu par curiosité,
de constater que la commande dmesg signalait avec une précision intéressante
la présence d’une puce rtl8187. Curieux j’ai alors lancé un lsmod — grep
8187 pour constater la présence d’un module rtl8187 qui, je l’ai vérifié après
reboot, n’était pas présent sans branchement de cette clef !
Ayant refait l’expérience de lancer kwifimanager après un nouveau reboot
j’ai alors vérifié qu’il suffisait de brancher la clef pour que le pictogramme
montrant une carte PCMCIA barrée en rouge passe au PC isolé symbole
d’un module de gestion de l’adapteur wifi communicant correctement !
Il suffit alors de reproduire les trois dernières étapes de la configuration
d’une carte wifi, ifconfig, route et iwconfig (voir paragraphe précédent) pour
établir une connexion à Internet.
En clair, et sur mon portable, il est au final plus simple de configurer
un adapteur wifi usb NETGEAR WG111 v2 que de configurer la puce interne. En effet le module de la puce interne doit être désinstallé puis rechargé
avant de paramètrer le wifi alors que le module chargé automatiquement au
branchement de la clef est, lui, directement opérationnel.
5
Personnalisation
Dans son état ’brut’ SLAX 6.0 RC7 comporte un beau choix des logiciels de
base, Koffice pour la bureautique, Konqueror pour le net, d’une façon très
générale les logiciels de la famille KDE pour les applications courantes. Il
est par possible d’aller se balader sur YouTube immédiatement après avoir
lancé SLAX sans avoir à installer de complément logiciel.
5.1
Trouver les modules
SLAX utilise des ’modules’ pour apporter les fonctionnalités de base (modules 001 à 006 dans /slax/base/) ainsi que pour adjoindre des programmes
complémentaires.
Jusqu’à la version 5 SLAX utilisait des modules au format .mo. La version
6 utilise un nouveau format, les fichiers modules prennent une extension .lzm.
J’ai cherché longtemps sur le net ou trouver ces *@$!#! de fichiers, sans
succès. La solution que j’ai trouvée est de télécharger les modules .mo et de
les transformer en .lzm au moyen d’un utilitaire nommé mo2lzm. Là encore
Jean-Marc LICHTLE
9/19
March 21, 2008
la prise de tête est au rendez-vous, ce fichu utilitaire est bien caché. A défaut
de solution plus judicieuse et plus simple j’ai simplement copié ce fichier
depuis le live CD de Alixe sur la clef à l’emplacement /slax/modules.
Il suffit alors de faire son marché dans la liste des modules de la version
5, par exemple sur :
• http://ftp.sh.cvut.cz/MIRRORS/slax/SLAX-5-modules/ ou encore
• http://slax.hosting4p.com/modules.php
• ftp://ftp.slax.org/SLAX-5-modules/
• ftp://galinux.myftp.org/slax 5 modules
pour complèter votre distribution.
J’ai remarqué que depuis quelques jours la seconde adresse n’est plus
opérationnelle. Il se pourrait qu’il y ait eu une refonte du site de SLAX. A
suivre...
5.2
Utiliser les modules
Prenons un exemple. Imaginons que vous souhaitiez installer Varicad, un
superbe soft de CAO 3D capable de s’interfacer avec les plus grands du
secteur via les fichiers au format STEP. Le module Varicad se trouve dans
le groupe office. Il suffit de télécharger le fichier, de préférence directement
dans le sous-répertoire /mnt/live/mnt/sdb1/slax/modules/, là ou nous avons
installé précédemment mo2lzm.
Un petit coup de :
• ./mo2lzm VariCAD 3 00.mo VariCAD 3 00.lzm
et vous voilà en possession d’un module Varicad au format .lzm !
Notez que la commande de conversion de format se lance en faisant
précéder le nom de la commande par ./ ce qui force SLAX à ne pas chercher
au diable (lisez dans le path) l’exécutable qu’il a sous les yeux. SLAX n’aurait
pas l’idée de l’utiliser puisque, précisément, le sous répertoire slax/modules/
n’est pas dans le chemin d’accès (path).
La commande activate Varicad 3 00.lzm va charger le module et rendre
le logiciel opérationnel.
Une option, si vous souhaitez rendre le chargement d’un module permanent, consiste à copier (ou à le laisser s’il a été crée là) le .lzm correspondant
dans slax/modules/. Il sera chargé au prochain boot. Réciproque de la
Jean-Marc LICHTLE
10/19
March 21, 2008
proposition précédente, un module déplacé ailleurs que dans slax/modules/
ne sera pas prix en compte au boot mais pourra l’être par la suite.
Dans le cas particulier de Varicad, le premier lancement se traduit par
l’installation de quelques fichiers de configuration pour la version d’essai,
totalement fonctionnelle mais limitée à deux semaines.
N’allez pas me faire dire qu’un ’nettoyage’ de la clef tous les 15 jours
suivi d’une nouvelle installation pourrait vous permettre d’utiliser Varicad
en permanence ! Cette méthode de sagouin est imaginable mais il y a bien
plus simple. Par contre je ne vous donnerais, évidemment, pas la combine !
5.3
Lister les modules chargés
Je n’ai pas trouvé de commande dédiée permettant de faire la liste des modules chargés lors du boot. Si vous avez raté le passage du texte vous êtes
dans l’obligation d’essayer si telle ou telle commande est valide ou non.
La seule solution que j’ai trouvé pour lister les modules chargés est de
lire le contenu de slax/images. Vous devriez y trouver les six modules
de base numérotés de 001 à 006 et les modules additionnels rangés dans
slax/modules/, à condition que leur chargement se soit bien déroulé, ainsi
que les modules ajoutés à la volée par activate.
5.4
Supprimer un module chargé
Il peut arriver que l’on souhaite desactiver un module qui ne serait plus utile,
par exemple pour libérer de la place en RAM ou alors pour en charger un
autre par suite d’un changement de version par exemple.
La commande deactivate suivie du nom exact du module, y compris
l’extension lzm, vous permettra de réaliser cette opération en quelques secondes.
5.5
Modules, trucs et astuces
J’ai expérimenté quelques circonstances dans lesquelles la gestion des modules
m’a posé quelques soucis. Parmi ces circonstances :
• Tentative de charger un module déjà présent en mémoire. Bon me direz
vous faut être un peu... D’accord, mais l’erreur n’est-elle pas le propre
de l’homme ? Une bordée de messages d’injures va vous signifier votre
erreur. Après celà vous n’aurez généralement plus qu’à desactiver le
module accidenté et à le recharger proprement.
Jean-Marc LICHTLE
11/19
March 21, 2008
• Vous avez lancé SLAX en mode standard, c’est à dire avec sauvegarde
automatique des fichiers et réglages associée avec la restauration automatique de ceux-ci. SLAX risque donc de conserver des traces de
modules chargés lors de la session précédente mais sans que ces modules soient effectivement chargés. Là aussi une tentative de chargement
risque de se solder par un message d’erreur. Même remède que tout
à l’heure, desactivez le module pour faire enrigistrer à SLAX que le
module n’existe plus puis rechargez le.
6
Sauvegarde des données
SLAX présente cet avantage très intéressant qu’il n’est pas nécessaire de se
casser la tête outre mesure pour sauvegarder ses données. Vous pourrez vous
rendre compte assez simplement par exemple que les fichiers rangées dans
/root/ sont conservées même après un reboot.
6.1
Données utilisateurs
Les fichiers créés ou téléchargés par l’administrateur au cours d’une session
sont rangés dans /mnt/sdb1/slax/changes/root. Sdb1 étant la première partition de la clef ces fichiers sont enregistrés sur un support physique et pourront être retrouvés au prochain lancement.
Entre temps vous pourrez récupérer ses fichiers, les modifier, en ajouter
d’autres, depuis n’importe quel PC capable de lire une clef USB formatée en
FAT. Je me suis laissé dire qu’il s’agissait d’un format assez courant.
6.2
Données système
Un petit coup d’oeil dans /mnt/sdb1/slax/changes/ permet de voir une structure de répertoires typiques de LINUX, /etc/, /bin/ etc.. En fait les données
qui sont stockées dans ces sous répertoires sont des écarts par rapport à celles
qui sont contenues dans les sous-répertoires créés lors de la création de votre
version de SLAX..
7
7.1
Aplications
Cas de Wengophone
Wengophone est un logiciel de ’t’chat’ qui est assez dans le syle de msn.
Il permet à la fois d’établir un échange écrit que verbal ou visuel via la
Jean-Marc LICHTLE
12/19
March 21, 2008
camérette.
Le site de WENGO, http://www.wengophone.com, met à disposition
plusieurs versions du logiciel, une version pour un système d’exploitation
banal né du côté de REDMOND (USA) et plusieurs versions destinées à
LINUX, en format binaire, DEBIAN et rpm (RED HAT).
7.1.1
Paquet binaire
L’utilisation du paquet binaire est assez simple.
• Télécharger le paquet (quand même un beau bébé de 20 Mo) sur le site
de WENGO et enregistrez le par exemple dans votre répertoire personnel. Profitez en pour en faire une copie sur un support physique, gardez
toujours à l’esprit que /root n’est pas situé sur un support physique.
• Décompactez le paquet .tar.bz2 via une commande du style tar -xjvf
Wengo...
• Cette opération crée un nouveau sous répertoire WengoPhone-2.1.2minziserel/ qui contient le script qui lance d’application.
• Faites donc un cd Weng... suivi d’un ./wengophone.sh qui lance l’application.
• Il vous reste à configurer le logiciel mais là je vous laisse lire la notice.
7.1.2
Paquet DEBIAN
L’utilisation du paquet DEBIAN est un peu plus ’standard’ au sens qu’elle
met en oeuvre la technique des modules.
Commencer par convertir le paquet d’origine .deb en paquet lzm via la
commande deb2lzm. Il vous faudra peut-être charger un module permettant la prise en charge du format debian, reportez vous à l’éventuel message
d’erreur.
Il suffit alors d’activer le module nouvellement crée puis à le lancer...
avec un vilain message d’erreur vous disant qu’il manque une bibliothèque
libssl.so.0.9.7 ! Exactement le genre de truc qui fait fuire le commun des
mortels. Heureusement que vous et moi ne sommes pas taillés dans ce bois
là.
Commencez par ’démonter’ les éventuels disques durs du PC sur lequel
vous vous êtes installés, dans le cas de ma machine umount /mnt/sda*
Allez maintenant dans la répertoire de base de votre système par un cd /
puis tapez find . — grep libssl et là, vos yeux ébahis découvrent qu’il existe
bien une libssl mais en version 0.9.8, c’est à dire un peu plus récente que celle
Jean-Marc LICHTLE
13/19
March 21, 2008
demandé par wengophone. Qu’à cela ne tienne, il suffit maintenant de faire
un lien symbolique comme suit :
ln -s libssl.so.0.9.8 libssl.so.0.9.7
ce qui va ’duper’ votre système qui trouvera bien désormais sa 0.9.7 mais
qui utilisera en fait la 0.9.8 !
7.2
Cas particulier de Kdissert
Kdissert est un logiciel de mind mapping (carte mentale ou carte heuristique)
que je trouve très pratique à utiliser lors des réunions dans le cadre de mon
travail. J’ai donc immédiatement cherché à installer Kdissert sur SLAX USB.
Evidemment le hasard malfaisant a fait que le fonctionnement de Kdissert est
loin d’être correct dans la configuration de base. En effet, si le lancement, la
création d’une carte mentale et sa sauvegarde se passe bien, le rechargement
de cette même carte plante. Un petit ’top’ dans une console montre que l’UC
est très occupée à faire tourner posixovl, nspluginviewer et kdissert, le tout
sans résultat !
7.2.1
Contourner la difficulté
Totalement par hasard j’ai découvert qu’en lançant SLAX sans l’option de
sauvegarde automatique Kdissert rechargeait correctement les fichiers enregistrés sur disque ! Le truc vaut la peine d’être signalé, il se pourrait que
d’autres logiciels soient affectés de ce problème, autant que vous fassiez cette
manipulation simple avant que votre tension artérielle ne fasse un bon dangereux.
Une des options du menu le lancement SLAX permet justement de booter
ce dernier sans recharger les sauvegardes automatiques et sans en créer une
nouvelle, il s’agit de la troisième, ’Slax Always fresh’.
ATTENTION : Le confort de l’enregistrement auto n’étant pas conservé
il convient d’assurer la sauvegarde de votre travail sur un support physique
et non sur un sous répertoire qui serait logé en mémoire vive comme /root/ !
7.2.2
Sauvegarde des paramètres
La question qui se pose est de savoir comment, dans le cas ou SLAX se lance
sans relire le fichier de sauvegarde (3ème option du menu), rendre certaines
modifications permanentes, par exemple le DNS ou les paramètres du bureau
de KDE.
J’ai trouvé, sur un thread du forum SLAX qui portait d’ailleurs sur tout
autre chose, une méthode qui me semble très élégante. Elle consiste à charger
Jean-Marc LICHTLE
14/19
March 21, 2008
SLAX en mode fresh, c’est à dire sans récupérer une éventuelle sauvegarde
qui aurait enregistré un paramètrage particulier, puis à paramétrer SLAX
comme on aimerait le trouver au lancement suivant.
Toutes les modifications apportées au système de base figurent maintenant dans
/mnt/live/memory/changes/.
Il suffit donc à partir de là d’enregistrer ces modifications sous forme d’un
module à charger au prochain boot !
Pour ce faire utiliser la commande :
#dir2lzm /mnt/live/memory/changes/ ...
/mnt/sdb1/slax/modules/mon module.lzm
Au prochain chargement le module sera pris en compte au même titre
que les modules correspondant aux groupes de logiciels et vous retrouverez
votre environnement de travail !
Note particulère à KDE : J’avais indiqué plus haut qu’il était possible de
changer la configuration du clavier en cliquant sur l’icône correspondante (en
bas à droite). Cette modification n’est pas prise en compte par la méthode
du module d’initialisation. Pour rendre permanente une modification vous
devez modifier la configuration du clavier via le menu K, Control center,
Regional & accessibility, Keyboard layout. Il suffit alors de supprimer toutes
les configurations de clavier sauf le clavier fr puis de cliquer sur Apply pour
que le nouvelle configuration. Cette fois le clavier étant unique l’option de
choix disparaı̂t d’aiileurs dans la barre de menu.
Le module d’initialisation créé après l’ajustement du clavier conserve le
souvenir de la nouvelle configuration du clavier.
7.3
Serveur LAMP
LAMP est l’abréviation de Linux Apache MySQL PHP.
Un serveur LAMP est donc la combinaison de ces 4 élements, une combinaison qui est présente à de très nombreux exemplaires sur le Net.
Quel intérêt y a-t-il à créer un serveur Web sur une clef USB ? J’en vois
au moins deux :
• Pouvoir effectuer des tests et s’entraı̂ner à configurer un serveur web. Si
vous lancez SLAX sans enregistrement des modifications (option 3 du
menu de lancement) vous pouvez recommencer et recommencer jusqu’à
ce que votre méthode soit rodée.
• Construire une base utilisable par d’autres logiciels qui viendraient en
surcouche sur Apache PHP MySQL par exemple un wiki comme MediaWiki.
Jean-Marc LICHTLE
15/19
March 21, 2008
La première chose à faire va être là aussi de récupérer les modules qui
sont nécessaires. J’ai trouvé sur le site :
http://bencoh89.free.fr/slax6modules/
une liste impressionnante de modules convertis (ou créés) directement au
format lzm. Parmi ceux-ci un module apache2-php5-mysql5.lzm qui réalise,
en une seule activation, l’installation des trois logiciels ! Un grand merci à
l’auteur de ce module.
Téléchargez ce module et sauvegardez le en lieu sûr. Activez le après quoi
il s’agira de configurer tour à tour les trois logiciels.
7.3.1
Configuration de MySQL
Le minimum à faire va consister à installer les tables de la base de données
puis à lancer le serveur MySQL. On en profitera pour donner un mot de passe
au compte administrateur ce qui est préférable du pojnt de vue sécurité mais
qui peut générer des soucis pour la réalisation de tests simples. PhpMyAdmin
par exemple démarre sans grand problème sir le mot de passe administrateur
est vide mais nécessite un paramétrage s’il est attribué.
Pour cela tapez :
• mysql install db
• mysqld safe –user=root
• mysqladmin -u root password xxxx
ou xxxx figure le mot de passe que vous souhaitez attribuer au compte
root.
7.3.2
Configuration d’Apache
La configuration d’Apache est réalisée en deux temps :
• Prise en compte par le serveur httpd du langage PHP
• Lancement du serveur
Editez le fichier /usr/apache2/conf/httpd.conf et ajoutez les lignes suivantes :
• LoadModule php5 module modules/libphp5.so
• AddType application/x-httpd-php .php .php5 .inc
Jean-Marc LICHTLE
16/19
March 21, 2008
après les autres lignes AddType présentes dans le fichier.
Il suffit maintenant de lancer le serveur en tapant :
• /usr/apache2/bin/httpd
Si vous aviez lancé le serveur avant de faire la modification il vous faut
maintenant le relancer pour que les modifications soient prises en compte :
• /usr/apache2/bin/httpd -k stop
• /usr/apache2/bin/httpd -k start
Sauvegardez le fichier de configuration en lieu sûr si vous souhaitez le
conserver pour une utilisation future.
Il suffit de placer l’adresse http://localhost/ dans la barre d’URL de votre
navigateur préféré pour vérifier que le serveur fonctionne. Il vous renvoie en
effet un message ’It works !’ qui confirme que le serevur web fonctionne
correctement.
7.3.3
Mise en oeuvre de PHP
La configuration de PHP ayant été réalisée au chapitre précédent il reste
simplement à vérifier que tout fonctionne.
Pour cela créez un script très court comportant les lignes suivantes :
<?php
phpinfo();
?>
Nommez le par exemple phpinfo.php puis sauvegardez le en lieu sûr et
faites en une copie dans le sous répertoire de base du serveur web :
/usr/apache2/htdocs/
Il suffit alors de taper l’URL :
http://localhost/phpinfo.php dans la barre de votre navigateur pour voir
apparaı̂tre un écran impressionnant déclinant tout le pédigree de votre nouveau serveur web. L’analyse détaillée de ce document dépasserait nettement
le cadre de la présente, l’essentiel est simplement que l’affichage correct de
cette page confirme que le serveur prend bien en compte le langage PHP.
8
Personnalisation live CD
Il peut se produire que votre PC, du fait d’un BIOS récalcitrant ou trop
ancien, ne veuille pas prendre en charge le boot sur clef USB. Tout ce qui
précède est-il inutile dans ce cas ? Certes non, nous allons voir que (presque)
tout ce qui a été expliqué plus haut reste utile.
Jean-Marc LICHTLE
17/19
March 21, 2008
8.1
Les méthodes possibles
Vous avez très en gros le choix entre trois méthodes :
• Utiliser l’iso de SLAX et l’utiliser en l’état ce qui va vous contraindre
à refaire la francisation à chaque reboot.
• Monter une iso de SLAX en loopback, copier l’intégralité des fichiers
dans un répertoire de travail puis personnaliser cette distribution avant
de créer puis de graver une nouvelle iso.
• Utliser ma méthode à moi ! Voir le chapitre suivant.
La première méthode est triviale, il s’agit simplement d’utiliser un live
CD brut avec les inconvénients classiques, clavier qui ne correspond pas au
standard français etc.
La seconde méthode est décrite à de nombreux endroits sur Internet, vous
trouvrerez sans mal des explications à ce sujet. Notez que le principe est
identique qu’il s’agisse d’une SLAX récente ou d’une version 5. Un exemple
de page web intéressante :
http://www.ebooksgratuits.org/linux/dotclear/index.php?2006/10/17/9mode-d-emploi-de-la-slax-518
8.2
Ma méthode
Vous devez disposer, au moins provisoirement, d’un PC bootant sur clef USB
(la voisine, le PC du bureau etc..). Ce PC va vous permettre de préparer
une clef USB, de la personnaliser, de faire des tests, de retoucher les réglages
jusqu’à obtenir la SLAX que vous aimez. Vous devez par ailleurs disposer
d’un PC tournant sour LINUX (le même, un autre) ce qui vous permettra
de transformer la clef USB mise au point en image iso puis de graver cette
dernière. Un PC tournant sous le système d’exploitation de REDMOND est
également utilisable mais je n’ai pas testé.
Pensez à créer le module de paramétrage et à transférer les modules que
vous souhaiterez utiliser dans /slax/modules/.
Une fois votre clef USB au point utilisez le script make iso.sh que vous
trouverez dans /slax/ pour créer une image iso. A cette fin vous devez
disposer de mkisofs, un logiciel de création d’iso. Vous le trouverez sans mal
dans les paquets destinés à votre distribution. Il est présent, par exemple,
dans les paquets UBUNTU 7.10.
L’image iso étant créée vous pouvez maintenant la graver sur CD, avec
UBUNTU c’est très facile via Nautilus. Une paire de clics et la gravure
démarre.
Jean-Marc LICHTLE
18/19
March 21, 2008
8.3
Ce qui change
Le CD live présente l’avantage de pouvoir être lancé sur un bien plus grand
nombre de PC qu’une clef USB live. Il présente l’inconvénient, évident, de
ne pas pouvoir servir de média de sauvegarde.
N’ayant plus de sauvegarde auto le problème d’incompatibilité avec Kdissert signalé plus haut n’existe plus ce qui constitue un avantage de simplification.
8.4
Ce qui ne change pas
Vous conservez la possibilité de charger des modules optionnels et donc
d’étendre les possibilités de votre système. A cette fin il suffit de placer
les modules .lzm sur une clef USB. Une fois le boot terminé mettez la clef en
place et attendez que l’automount (la reconnaissance automatique de la clef)
se termine avec l’affichage d’un navigateur vous montrant le contenu de la
clef. Dès lors vous pouvez utiliser la commande activate comme décrit plus
haut. En fait vous n’aurez même pas besoin de la ligne de commande, un
double clic sur le module est suffisant pour qu’il soit pris en compte automatiquement.
9
Remerciements, auteur
Jean-Marc LICHTLE, ingénieur Arts et Métiers, promotion CH73. Je passe
mes heures de loisir à découvrir, à chercher, à écrire des articles sur mes
recherches. Mon but est de faire partager ma passion pour les logiciels libres.
Vous trouverez mes contributions sur divers sites, en particulier celui du
Mirabellug ou mon site personnel tous deux évoqués plus haut, mais aussi
sur Wikipedia (la page française de FRENZY), sur le site de CAELinux, une
distribution spécialisée dans l’analyse par éléments finis etc...
J’utilise différentes moutures de Linux, actuellement UBUNTU 7.10 et
Elive 1.02. J’ai par ailleurs toujours sur un coin de disque une version récente
de FreeBSD, un UNIX libre de grande qualité.
Je remercie bien entendu les personnes qui ont contribué et continuent
à faire vivre le projet SLACKWARE. Une pensée particulière va à Tomas
Matejicek, le mainteneur de SLAX et à Alisou qui est l’auteur d’Alixe.
Ce document a été rédigé en utilisant Kdissert, un logiciel de mindmapping (carte mentale) très agréable à utiliser et qui permet, entre autre,
de créer des documents au format LaTeX.
Jean-Marc LICHTLE
19/19
March 21, 2008
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising