Cette Introduction - Serveur de portails TXM

Cette Introduction - Serveur de portails TXM
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Introduction
version janvier 2013
par Christiane Marchello-Nizia
avec la collaboration d’Alexei Lavrentiev
Ce document est publié librement sur le web dans le cadre de la licence ‘Creative Commons’
« Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l'Identique 3.0 France ». En accord
avec cette licence, si vous utilisez ce document dans vos travaux, vous êtes prié de
mentionner sa référence (titre, auteurs, adresse web) Vous n’avez pas le droit d’utiliser ce
document à des fins commerciales. Si vous modifiez, transformez ou adaptez ce document,
vous devez le distribuer sous une licence identique ou similaire à celle-ci.
Sommaire
Sommaire ................................................................................................................................... 1
Avant-propos.............................................................................................................................. 2
Remerciements ........................................................................................................................... 3
1. Une édition numérique ‘multi-facettes’ et interactive............................................................ 4
1.1. Présentation de cette édition............................................................................................ 4
1.2. La ‘philologie numérique’............................................................................................... 6
1.3. Composants de l’édition numérique................................................................................ 7
1.4. Une édition du texte multi-niveaux, en trois versions..................................................... 8
1.5. Affichage multi-facettes en deux volets.......................................................................... 9
1.6. Requêtes possibles, mode d’emploi ................................................................................ 9
1.6. Balisage XML-TEI........................................................................................................ 10
1.8. Téléchargement ............................................................................................................. 10
2. Le roman .............................................................................................................................. 11
2.1. Brève présentation de la Queste del saint Graal........................................................... 11
2.2. Résumé de la Queste del saint Graal............................................................................. 12
2.3. Les deux ‘cycles’ romanesques..................................................................................... 12
2.4. Origines du Graal .......................................................................................................... 13
3. Les sources ........................................................................................................................... 14
3.1. Les manuscrits de la Queste del saint Graal.................................................................. 14
3.2. Les éditions antérieures................................................................................................. 17
3.3. Le choix du manuscrit K pour l’édition présentée ici de la Queste del saint Graal, et le
choix du manuscrit de complément Z .................................................................................. 18
4. Principes de transcription : version ‘courante’ de l’édition ................................................. 20
4.1. Fidélité au manuscrit ..................................................................................................... 20
4.2. Principes de transcription des voyelles et des consonnes ............................................. 22
4.3. Signes diacritiques ajoutés : point sur le -i-, accent aigu sur le -e-, tréma, cédille ....... 22
4.4. Résolution des abréviations........................................................................................... 25
4.5. Délimitation et segmentation des mots (cf. Tableau récapitulatif ci-dessous).............. 31
4.6. Corrections éditoriales................................................................................................... 36
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
1
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
4.7. Corrections scribales ..................................................................................................... 38
4.8. Usage des majuscules.................................................................................................... 38
4.9. Ponctuation : des règles de ‘transcription fidèle’ .......................................................... 39
4.10. Structuration du texte par des lettres ornées et rubriquées petites et grandes ............. 40
4.11. Le Discours direct et les trois niveaux d’enchâssement de discours........................... 41
5. Versions ‘diplomatique’ et ‘fac-similaire’ ........................................................................... 42
5.1. Transcription ‘diplomatique’......................................................................................... 42
5.2. Transcription ‘fac-similaire’ ......................................................................................... 43
5.3. Tableau synthétique des trois versions de transcription................................................ 45
6. Traduction, index des noms propres, glossaire .................................................................... 46
6.1. Traduction ..................................................................................................................... 46
6.2. Index des noms propres et glossaire.............................................................................. 46
7. La langue du ou des copiste(s) ............................................................................................. 47
7.1. Traits dialectaux ............................................................................................................ 47
7.2. Déclinaison.................................................................................................................... 47
7.3. Nominalisation d’infinitifs ............................................................................................ 48
7.4. Quelques traits de la morphologie du verbe en cours de changement .......................... 49
7.5. La forme si / s’i ............................................................................................................. 49
7.6. Morpho-syntaxe des pronoms personnels, relatifs, interrogatifs .................................. 49
7.7. La négation.................................................................................................................... 50
8. Etiquettes morpho-syntaxiques ............................................................................................ 50
9. Bibliographie........................................................................................................................ 52
Avant-propos
La Queste del saint Graal est l’un des plus anciens romans français en prose du
Moyen Age, et l’un des plus célèbres : nous en offrons une nouvelle édition en accès libre, qui
bénéficie des apports de la technologie numérique.
Notre édition électronique offre aux lecteurs et aux chercheurs un texte fiable et facile
d’accès, pour des usages très diversifiés. Grâce à la technologie informatique, il bénéficie
d’un affichage multi-facettes, et offre de grandes possibilités de requête. En outre, cette
édition de la Queste del saint Graal est librement téléchargeable, ainsi que certains de ses
documents annexes.
De ce texte, il nous est parvenu 53 manuscrits. Nous éditons ici un manuscrit du 13e
siècle, qui se trouve à la Bibliothèque municipale de Lyon. Ce manuscrit a déjà été édité en
1923, par Albert Pauphilet. Mais entre son édition et celle que nous proposons ici, il y a plus
de 20000 différences. La raison de cet écart est que nous avons choisi de suivre le manuscrit
le plus fidèlement possible, en le modifiant bien moins que ne l’avait fait l’éditeur ancien.
Nous souhaitons en effet, non pas reconstituer un texte proche d’un supposé ‘original’, mais
restituer une version de la Queste del saint Graal, telle qu’elle a circulé au 13e siècle, et telle
qu’on l’a lue et écoutée, peut-être recopiée, à cette époque : une ‘version usagée’ en quelque
sorte.
Le texte du manuscrit a bénéficié d’une triple transcription, correspondant à trois
niveaux de représentation plus ou moins proches du manuscrit dans sa matérialité.
L’affichage peut se faire en une ou deux colonnes, ce qui permet d’avoir en vis-à-vis par
exemple la photographie numérisée du texte du manuscrit et sa transcription diplomatique, ou
l’édition courante et sa traduction, etc. Cette édition électronique offre aussi un moteur de
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
2
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
recherche permettant de retrouver facilement dans le texte des mots, des constructions et
des catégories grammaticales, de les trier, de les combiner, d’en faire des concordances. Ces
possibilités sont rendues possibles grâce à un balisage XML de type TEI exploité par la
plateforme TXM, et grâce à un étiquetage morphologique complet.
Grâce aux avancées techniques et théoriques de la ‘philologie numérique’, le lecteur
moderne peut accéder de façon nouvelle aux diverses facettes de ce roman fascinant, que dès
le Moyen Age on nommait Queste del saint Graal, et qui, au sein du vaste ensemble de
récits consacrés au roi Arthur, à l’enchanteur Merlin, aux chevaliers de la Table Ronde et à
leurs exploits, à l’amour de Lancelot avec la reine Guenièvre, est celui qui reste sans doute le
plus énigmatique, et peut-être aussi le plus beau.
Cette réalisation est dynamique et interactive, donc perfectible : si vous constatez une
erreur ou une omission, tant dans l’édition que dans ses annexes, ou souhaitez suggérer une
amélioration, envoyez un message à l’adresse suivante : bfm@ens-lyon.fr. Nous signalons les
collaborations et remercions leurs auteurs.
Remerciements
L’édition électronique présentée ici est le résultat d’une collaboration : Christiane
Marchello-Nizia (introduction et éditions courante et diplomatique), Alexei Lavrentiev
(conception numérique, participation à l’introduction, révisions de l’édition courante, édition
diplomatique, édition fac-similaire), Serge Heiden (numérisation et outillage informatique),
Céline Guillot (coordinatrice du Projet financé par la Région Rhône-Alpes), Sophie Prévost
(étiquetage morphologique), Isabelle Vedrenne-Fajolles (traduction), Vanessa Obry
(relecture de la traduction), Adrien Yepdieu, Vincent Chabanis et Matthieu Decorde
(interface web).
Nous remercions les instances qui, depuis 1999, ont aidé et soutenu ce projet :
l’Institut Universitaire de France, l’ENS de Lyon (et auparavant l’ENS de Fontenay-SaintCloud, puis l’ENS-LSH de Lyon), le laboratoire ICAR, et actuellement la Région RhôneAlpes.
Nous adressons notre spéciale gratitude à M. Patrick Bazin, alors Directeur de la
Bibliothèque municipale de Lyon, ainsi qu’à M. Pierre Guinard, alors Conservateur du
Fonds ancien de cette bibliothèque, qui, en une période décisive (2005-2009), ont témoigné
une attention constante à notre projet et n’ont jamais ménagé leur aide, et grâce auxquels
nous avons pu mettre en ligne la photographie de notre manuscrit de base.
Nous remercions très vivement également le regretté Thierry Delcourt, qui était
Directeur du Département des Manuscrits de la BnF, et Mme Marie-Hélène Tesnière,
Conservateur Général au Département des Manuscrits de la BnF, pour leur soutien constant
à notre projet, et l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’obtention des photographies du
manuscrit complémentaire de notre édition.
Nos remerciements vont également à Fanni Bogdanow, qui a accepté de revoir la liste
des manuscrits que nous avions établie et nous a permis de la mettre à jour (mars 2009), et à
Beatrice Santorini (Penn University, Philadelphia, USA) qui à propos de certains choix nous
a conduits à préciser notre argumentation.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
3
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
1. Une édition numérique ‘multi-facettes’ et interactive
1.1. Présentation de cette édition
La Queste del saint Graal est un roman écrit il y a près de huit cents ans, vers 12251230 (cf. 2.1), sans doute dans le nord-est de la France, par un auteur inconnu, dans une
langue que l’on nomme l’ancien français. C’est l’un des plus anciens romans en prose du
Moyen Age, et l’un des plus célèbres, c’est pourquoi nous avons décidé d’en offrir une
nouvelle édition, en accès libre, et bénéficiant des apports de la technologie numérique.
Notre édition électronique offre aux lecteurs et aux chercheurs un texte
philologiquement fiable et stable, mais aussi un outil maniable pour des parcours et des
usages très diversifiés. Grâce à la technologie informatique, la finalité et la pratique de
l’édition de texte ont changé (cf. 1.2 : La philologie numérique). Le texte est devenu un objet
numérique dynamique et interactif, caractérisé par la multiplicité de ses composants (cf.
1.3) et de ses modes d’accès (cf. 1.4), permettant un affichage multi-facettes grâce à un
formatage adéquat (cf. 1.5), et offrant de grandes possibilités de requête (cf. 1.6) grâce à un
balisage riche et profond de type XML-TEI (cf. 1.7). Cette édition de la Queste del saint
Graal est librement téléchargeable, ainsi que ses documents annexes (noter que la
reproduction de la photographie des mss K et Z n’est possible que pour un usage personnel ;
cf. 1.3 et 1.8).
Le texte que nous éditons ici provient de l’un des 53 manuscrits qui nous sont
parvenus de ce roman : le manuscrit K (MS K), qui se trouve à la Bibliothèque municipale de
Lyon. C’est ce même manuscrit qu’avait choisi de suivre préférentiellement A. Pauphilet en
1923. Mais entre l’édition qu’il en a donnée, et celle que nous proposons près d’un siècle plus
tard, il y a plus de 20000 différences, pour un texte qui comporte environ 110000 mots. La
raison de cet écart est le choix que nous avons fait de donner à lire, de façon bien plus fidèle,
le texte de ce que nous nommons une ‘version usagée’ 1 (cf. 1.2). Nous éditons en effet le
texte du manuscrit choisi, non pas en tant que copie potentiellement imparfaite d’un original
(non conservé), mais en tant que texte lu, écouté par des lettrés ou non-lettrés, utilisé, peutêtre recopié, bref ayant réellement vécu et circulé à la fin du 13e siècle. Nous souhaitons, non
pas reconstituer au mieux un texte ‘original’, mais restituer une version de la Queste del saint
Graal telle qu’elle a circulé au 13e siècle. De là découle notre fidélité au texte du manuscrit
choisi, modulo un petit nombre de corrections précises (cf. 4.6).
L’édition textuelle elle-même, grâce à une transcription à trois niveaux de
représentation plus ou moins proches du manuscrit (cf. 1.4), peut être affichée et visionnée
sous trois formes différentes, avec toujours la possibilité d’afficher en vis-à-vis, soit l’une des
deux autres transcriptions, soit la traduction en français moderne, soit les photos du manuscrit.
Dynamique et interactive, cette édition électronique offre en effet bien des ressources :
-
un affichage en deux colonnes permet de visionner côte à côte la photo d’un passage
du manuscrit et sa transcription ‘courante’ ou ‘normalisée’, ou bien la même photo et
sa transcription ‘fac-similaire’, ou bien deux transcriptions différentes du même
passage, ou encore un passage de l’édition et sa traduction, etc. ;
-
un moteur de recherche permet de retrouver facilement dans le texte des mots, des
constructions et des catégories grammaticales, de les trier, de les combiner, d’en faire
des concordances, etc. ;
1
Certains éditeurs utilisent dans ce cas l’expression ‘version authentique’ ; nous préférons mettre l’accent sur la
réception, la circulation et l’utilisation du texte.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
4
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
-
le balisage XML appliqué ici, conformément aux recommandations de la TEI (Text
Encoding Initiative), permet à l’utilisateur, dans les conditions juridiques de la Licence
‘Creative Commons’ (BY-NC-SA 3.0), de télécharger tout ou partie des éléments ici
présentés, afin de les intégrer à son propre environnement ou à ses propres usages (cf.
1.3).
Quant au logiciel de traitement et de requête, TXM, il est lui-même également
téléchargeable
et
utilisable
pour
d’autres
usages
(voir
le
site
<http://sourceforge.net/projects/txm> pour plus de détails).
De l’édition donnée ici, il n’existe donc pas une version unique, mais chaque
utilisateur peut utiliser, afficher, interroger, imprimer ou télécharger la version qui correspond
à son besoin ponctuel.
Le roman nommé dès le Moyen Age la Queste del saint Graal (cf. section 2)
appartient à un vaste ensemble de récits consacrés au roi Arthur, à l’enchanteur Merlin, aux
chevaliers de la Table Ronde et à leurs exploits, à l’amour adultère de Lancelot avec la reine
Guenièvre, femme du roi Arthur, et à cette aventure chevaleresque et mystique qu’est la
« quête » du Graal, qui précède et annonce la fin du monde arthurien, que conte le dernier
roman de la série, La Mort le roi Artu (cf. 2.1). De tous ces récits, la Queste del saint Graal
est sans doute le plus énigmatique, le plus beau aussi, celui dont on n’épuisera jamais le sens
(cf. 2.2). On en rappellera la situation dans le ‘cycle’ romanesque arthurien (cf. 2.3), ainsi que
les origines (cf. 2.4).
Concernant ses sources (cf. section 3), ce roman célèbre a été transmis par une
cinquantaine de manuscrits (cf. 3.1), et a donné lieu à plusieurs éditions (cf. 3.2). Nous
éditons ici l’une des versions les plus anciennes, conservée dans un manuscrit qui se trouve à
Lyon (manuscrit K, Bibliothèque Municipale, Palais des Arts 77) (cf. 3.3).
Nous précisons ensuite les principes qui ont guidé notre édition ‘courante’, ou
‘normalisée’ (cf. section 4). Nous exposons la façon dont nous avons transcrit le manuscrit
(cf. 4.1, 4.2, 4.3, 4.4, 4.5), et dont nous en avons corrigé certaines erreurs (cf. 4.6 et 4.7).
Nous spécifions aussi la structuration apportée au texte par le copiste, aux divers niveaux,
par les majuscules, la ponctuation ou par les lettres rubriquées (cf. 4.8, 4.9, 4.10), et nous
balisons les épisodes de discours direct (cf. 4.11). Nous préciserons alors la spécificité des
versions ‘diplomatique’ et ‘fac-similaire’ par rapport à la ‘version courante (cf. section 5). Ces
sections, assez techniques, permettent, suivant la tradition philologique la meilleure facilitée
par les techniques numériques, de fonder solidement la valeur de notre édition.
Nous avons fourni une traduction du texte, un index des noms propres, un glossaire
(cf. section 6). Une étude pour l’instant succincte de la langue de ce texte permet de mieux le
situer dans le temps et l’espace (cf. section 7). Peu à peu, d’autres analyses, linguistiques,
littéraires, historiques, etc., viendront enrichir le dossier consacré à la Queste.
Un premier ‘enrichissement’ apporté au texte consiste en une étiquette
morphologique attachée à chacun des mots du texte : il est ainsi possible de retrouver la
catégorie de chaque mot. Cette catégorie s’affiche automatiquement à l’écran dès que la
souris passe sur le mot. Nous donnons la liste des catégories que nous avons utilisées (cf.
section 8). Un second enrichissement concerne le balisage des passages en discours direct,
qui d’ores et déjà sont mis en évidence par un surlignage coloré vert-bleuté (de trois nuances
distinguant les trois niveaux de discours direct présents dans ce texte, cf. 4.11).
Pour finir, une bibliographie rassemblant les études les plus importantes et les plus
récentes permettra d’approfondir la recherche (cf. section 9).
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
5
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
1.2. La ‘philologie numérique’
Le but de notre édition est de procurer l’accès le plus fidèle possible à une version du
roman telle qu’elle a circulé environ un demi-siècle après la date supposée de sa composition,
telle que les contemporains du manuscrit y ont eu accès, telle qu’ils l’ont lue et comprise : en
un mot, à ce que nous nommons une ‘version usagée’ du texte. C’est la priorité de la
‘philologie numérique’, qui, mettant à profit les possibilités technologiques nouvelles, a
opéré un changement de perspective par rapport aux traditions éditoriales antérieures, tout en
se situant méthodologiquement et scientifiquement dans leur postérité.
La philologie classique avait pour but de retrouver ou recomposer une hypothétique
version originelle du texte de l’auteur – le ‘manuscrit O’, ou du texte prototypique, le
‘manuscrit Ω’ ancêtre des versions conservées, celui placé par Pauphilet au sommet de son
stemma des manuscrits de la Queste (1980/1921 : p. xxii). Un peu plus tard, dans une
perspective déjà différente, les éditeurs ont poursuivi cette même quête des origines, mais par
une voie modulée autrement, en suivant un manuscrit de base donnant une version supposée
proche ou pas trop éloignée de la version originelle, et en l’améliorant quelque peu au besoin,
soit à l’aide d’autres manuscrits plus complets et plus satisfaisants, soit grâce à la
connaissance qu’ils avaient de la grammaire de l’époque (à la manière de Bédier et de ses
successeurs). A la fin du XXe siècle, la ‘Nouvelle philologie’ (ou New Philology) a mis
l’accent sur la spécificité de l’écriture médiévale et sur la variation intrinsèque liée à la
tradition manuscrite des textes et à une notion assez différente de la nôtre de la ‘propriété
littéraire’ : tout manuscrit est spécifique, différent des autres, et un texte est, au total, la
résultante de cette ‘mouvance’ textuelle (selon l’expression de P. Zumthor) propre au Moyen
Age.
Les développements techniques récents font que désormais cette spécificité de chacun
des manuscrits est accessible dans la profondeur de ses détails, et elle devient immédiatement
visible grâce, comme dans notre édition, à l’affichage possible, côte à côte, par exemple, de la
photographie du manuscrit, parfois un peu difficile à déchiffrer, et de son édition – qui en est
une transcription élaborée, raisonnée et explicite. Cette spécificité est en outre calculable,
grâce à un outil de requête performant, TXM <http://sourceforge.net/projects/txm>, et à des
concordances affichables en même temps que le manuscrit et l’une des versions de l’édition.
C’est tout cela, et bien d’autres possibilités encore, que permet ce que nous avons nommé
‘l’affichage multi-facettes’.
D’une certaine façon, nous avons poussé à son terme la démarche ‘bédiériste’, tout en
nous donnant un accès à la ‘variance’ interne du texte médiéval, et en nous préparant à
accéder à sa ‘mouvance’ externe, puisque à terme on peut imaginer d’éditer ainsi, et de
pouvoir comparer, les différentes versions (53 manuscrits, pour la Queste) d’un même texte.
En restant à chaque fois au plus près du texte fourni par un manuscrit de base, cette
démarche permet de saisir et de restituer, plus fidèlement que jamais auparavant, la
complexité et la spécificité de chaque manuscrit d’une œuvre. A terme, dans un lointain
accessible, nous pourrions envisager de poser à nouveau la question d’une ou de plusieurs
version(s) originelle(s), en prenant en compte non pas seulement certaines, mais la totalité
des ‘erreurs communes’ et des ‘formulations divergentes’, ainsi que les différences
morphologiques et lexicales et les variantes syntaxiques, et la variation des segmentations
opérées dans le récit.
C’est en effet la prochaine étape que nous nous fixons. Etant donné que plusieurs
éditions récentes de la Queste del saint Graal ont procuré le texte de plusieurs manuscrits de
la fin du 13e siècle (cf. 3.2) – et peut-être un jour ces éditions seront-elles elles aussi
accessibles sous forme numérisée –, nous nous proposons d’éditer une version de la même
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
6
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
famille α, mais du 15e siècle : ce sera sans doute celle du manuscrit Paris, BnF, fr 98 (ms. M),
qui apparaît à divers égards fort proche de la version donnée par le manuscrit K. Cela
permettra une comparaison tout à la fois de la langue et du récit de deux manuscrits séparés
par deux siècles.
Par ailleurs, à chacune des étapes résultant d’une nouvelle édition, nous pourrons
reprendre, avec de nouveaux outils techniques et mathématiques, la question de la parenté des
manuscrits, et celle de leur éventuel stemma. Une collaboration, que nous souhaitons
vivement, avec les auteurs des éditions récentes de la Queste ferait certainement progresser
plus vite cette réflexion.
Grâce aux possibilités offertes par l’outil électronique, la ‘philologie numérique’ peut
donc se donner pour but de fournir l’accès à UNE version d’un texte telle qu’elle a été lue par
les lettrés de l’époque et écoutée par leurs auditeurs, dans sa spécificité, avec sa cohérence et
ses incohérences, ses singularités, ses variations, sa langue et son écriture, sa ponctuation et sa
structuration en paragraphes hiérarchisés.
Le temps de l’immobilisme du texte-papier est sans doute achevé, le texte numérisé
est facetté, miroitant. Le XXe siècle avait pris conscience de la ‘mouvance’ (P. Zumthor), de
la ‘variance’ du texte médiéval (B. Cerquiglini, la New Philology). On est passé désormais au
temps du miroitement de l’affichage multi-facettes. Du texte mouvant au texte miroitant,
l’immobilité et la simplicité de l’imprimé statique se sont perdues, elles auront duré cinq
siècles – un demi-millénaire.
1.3. Composants de l’édition numérique
L’édition électronique de la Queste del saint Graal présentée ici est un objet purement
numérique : il n’en existe pas UNE réalisation fixe comparable à une édition-‘papier’ ; le
lecteur ou l’utilisateur choisit, parmi toutes les configurations possibles, celle qui répond à
son souhait ou son besoin du moment.
Cela étant admis, il est nécessaire qu’il existe une stabilité tant du texte de l’édition
lui-même que de son entourage, afin de permettre les références. Tous les composants sont
donc bien repérables par un numéro de ‘page’ électronique défini par des balises.
Pour le texte de la Queste en ancien français et pour sa traduction, le repère principal
est la colonne du manuscrit de base (par exemple, 190c pour la première colonne du verso du
folio 190). Et pour la présente Introduction, il est possible de se référer au numéro de la
section ou à la page du document PDF téléchargeable.
Les composants de cette édition sont les suivants :
1. les quelque 50 ‘pages’ de cette introduction, qui comprend 9 chapitres divisés en
sections (téléchargeable dans les conditions juridiques de la Licence ‘Creative
Commons’ BY-NC-SA 3.0) ;
2. les photos numérisées des 65 folios (recto et verso) du manuscrit de Lyon (Lyon,
Bibliothèque municipale, Palais des Arts 77 : ms K), soit 130 pages de 2 colonnes
chacune, soit 260 colonnes de texte ; auxquelles il faut ajouter les photos numérisées
des quelques folios du manuscrit (Paris, BnF, nouv. acq. fr. 1119 : ms Z) qui nous
ont permis de compléter le manuscrit K quand il était lacunaire ; les deux manuscrits
K et Z datent du 13e siècle (fin) ; (téléchargeables pour une utilisation personnelle et
privée, mais seulement avec l’accord de la bibliothèque d’origine pour une utilisation
publique) ;
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
7
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
3. l’édition du texte médiéval en trois niveaux de transcription (ou versions)
(téléchargeable dans les conditions juridiques de la Licence ‘Creative Commons’ BYNC-SA 3.0) ;
a. la version ‘courante’, ou ‘normalisée’, facilement lisible ;
b. la version ‘diplomatique’ indiquant en particulier la résolution des
abréviations ;
c. la version ‘fac-similaire’, qui représente le plus fidèlement possible la forme
du manuscrit, pour une partie plus restreinte du texte ;
4. la traduction du texte en français moderne (téléchargeable dans les conditions
juridiques de la Licence ‘Creative Commons’ BY-NC-SA 3.0) ;
5. les notes et commentaires ajoutés au texte et à la traduction ;
6. un index des noms propres et un glossaire (téléchargeable dans les conditions
juridiques de la Licence ‘Creative Commons’ BY-NC-SA 3.0) ;
7. à tout cela s’ajoutent déjà et s’ajouteront progressivement des études menées sur cette
édition et sur ce texte.
D’ores et déjà le texte de la Queste est annoté morphologiquement : chacun des mots
est pourvu d’une étiquette qui précise sa catégorie (nom commun, adjectif qualificatif, adjectif
numéral, verbe conjugué, etc., cf. section 8 pour la liste des étiquettes). Bientôt sera achevé le
« parsage » syntaxique du texte, qui permettra de faire des requêtes sur des constructions
syntaxiques : la place du sujet par rapport au verbe par exemple, ou la place des compléments
adjoints, etc.
Et par la suite s’ajouteront, nous l’espérons, les éditions, totales ou partielles, et
réalisées suivant les mêmes normes, des 52 autres manuscrits. Dès lors que cette nouvelle
phase sera enclenchée, on pourra sans doute reprendre la réflexion sur les stemmas qui a été
menée jusqu’ici (Pauphilet 1980/1921 : v-xxxv, et spécialement xvi-xxii ; Bogdanow 2006 :
44-59 et 61-62 pour les références ; Poirion-Walter 2001 : lxvi-lxxiv) pour rendre compte des
liens entre les différentes versions conservées du texte. A la lumière des avancées théoriques
sur les questions de transmission des textes et avec l’apport de comparaisons fines et
exhaustives entre les manuscrits à tous niveaux linguistiques et littéraires, de nouvelles
perspectives s’ouvriront certainement.
1.4. Une édition du texte multi-niveaux, en trois versions
Jamais une édition ne pourra être un pur reflet d’un manuscrit. Une édition est toujours
une ‘interprétation’, et c’est ce qui constitue sa valeur ajoutée par rapport à un simple facsimilé.
La qualité d’une édition est conditionnée par la rigueur d’application des règles de
transcription et de correction de sa ou ses source(s) primaire(s). Mais il existe une vaste
palette de choix concernant les principes que peut adopter l’éditeur : cela va d’une extrême
fidélité au texte du manuscrit, y compris dans ses hésitations et ses pratiques graphiques (et
cela donne une édition fac-similaire), à une pratique interventionniste guidée parfois par la
volonté de retrouver le ‘texte original’ à partir de divers manuscrits ; la plupart des éditeurs
modernes adoptent une attitude équilibrée, tout à la fois fidèle et légèrement critique.
Notre ‘édition courante’ se situe dans cette perspective équilibrée mais tendant à une
fidélité maximale, les interventions éditoriales se limitant à la correction d’erreurs du copiste
et à un formatage de la transcription destiné à faciliter la lecture du texte. Mais nous avons
tenu à respecter intégralement la ponctuation du copiste, ce qui n’est pas une pratique
habituelle.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
8
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Bénéficiant des possibilités de l’électronique, nous avons pu moduler notre choix de
très grande fidélité au manuscrit : alors que les éditions imprimées ne peuvent offrir, sauf
exceptions, qu’une version unique, l’édition présentée ici peut être visionnée sous trois formes
différentes, suivant le niveau de lecture souhaitée :
o version ‘courante’, pour une lecture normale, proche des éditions de type ‘bédiériste’,
elle se caractérise par une fidélité au texte du manuscrit mais aussi par une adaptation de
la transcription aux normes modernes, comme nous l’exposerons dans la section 4 ; c’est
cette version qui apparaît par défaut quand on ouvre l’édition ;
o version ‘diplomatique’, en cours d’élaboration, dans laquelle la fidélité à la forme du
manuscrit est plus poussée. Actuellement, seule la résolution des abréviations est signalée
systématiquement. A terme, la ponctuation dans cette version restera adaptée à la
typographie moderne mais sans aucun ajout ou suppression de marque. En outre, il n’y
aura pas de distinction moderne du -i- et du -j- ou du -u- et du -v-. Enfin, aucun signe
diacritique moderne tel que tréma, cédille, etc. ne sera utilisé ;
o version ‘fac-similaire’, imitative, qui tente de restituer les principales particularités
graphiques du manuscrit, telles que les marques d’abréviation, les variantes
calligraphiques des lettres et les signes de ponctuation médiévaux, et qui respecte
absolument le regroupement de mots effectué par le copiste.
1.5. Affichage multi-facettes en deux volets
En 2001, dans l’Introduction qu’ils ont donnée au premier fascicule des Conseils pour
l’édition des textes médiévaux, O. Guyotjeannin et Fr. Vielliard (2005 : 12-14) explicitaient
ainsi leur ‘credo’ – dont tous les mots doivent être pesés, et auquel nous adhérons :
« Pour nous, l’édition est d’abord et toujours un travail pleinement historique, qui doit
prendre parti…en indiquant clairement les choix de l’éditeur ; un travail aussi qui se doit de
fournir des textes directement utilisables par leurs lecteurs et donc pleinement intelligibles.
[…]…
Nous sommes […] convaincus que les potentialités ouvertes par la mise à disposition
de bases textuelles informatisées et de corpus numérisés permettront très vite de dépasser ce
dilemme, en juxtaposant commodément plusieurs moyens de prendre connaissance des textes
médiévaux : aspect physique des manuscrits et des actes originaux, éditions de travail, éditions
accessibles à la lecture courante… »
Quelques années après ces lignes programmatiques, nous sommes à même de
présenter une édition multi-dimensionnelle, « multi-facettes », qui à tout instant offre des
choix à partir de ses composantes. Ainsi, chacune des trois versions de cette édition multiniveaux peut s’afficher, dans le mode bi-colonnes, avec en vis-à-vis soit l’une des deux autres
versions, soit la photo du folio du manuscrit correspondant, soit la traduction. On pourra aussi
juxtaposer la version ‘courante’ et la version ‘fac-similaire’, cette dernière comportant par
exemple les mots dans leur forme abrégée (ch’r pour chevalier), ou encore les mots souvent
regroupés : cela permettra ainsi de comparer deux types de transcription d’un même passage.
1.6. Requêtes possibles, mode d’emploi
Les ‘enrichissements’ apportés à l’édition ‘courante’ permettent de faire des requêtes
de diverses sortes. Le moteur de recherche et d’analyse textométrique fourni par la plateforme
TXM, qui a servi de support à la présente édition, permet de demander grâce au langage de
requêtes CQL la liste d’occurrences (ou la concordance) de telle ou telle forme lexicale ou
grammaticale, avec un contexte plus ou moins large selon les besoins. L’étiquetage
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
9
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
morphologique (cf. section 8) permet de faire de même avec les catégories grammaticales, et
également de construire des requêtes complexes prenant en compte tout à la fois des formes
de mots et des catégories grammaticales : ainsi la formule [word="si"%c]
[pos="VER.*"] permet d’obtenir tous les cas où le mot si est suivi immédiatement d’une
forme verbale.
Pour en savoir plus sur le langage CQL, vous pouvez consulter la page « Aide » de la
présente édition en ligne et la documentation de référence publiée sur le site de la Base de
Français Médiéval <http://bfm.ens-lyon.fr/rubrique.php3?id_rubrique=112>.
A ce jour, l’outil de requête associé à notre édition n’est pas entièrement stabilisé. Des
messages d’erreur peuvent apparaitre lors des requêtes. Une nouvelle version, mieux outillée,
est en cours de préparation. Si vous souhaitez profiter dès à présent de l’ensemble des
fonctionnalités de requête et d’analyse proposées par la plateforme TXM, nous vous
conseillons d’interroger la Queste del saint Graal sur le Portail de la BFM
(<http://txm.risc.cnrs.fr/bfm>, corpus GRAAL accessible sans inscription).
1.7. Balisage XML-TEI
Le balisage de la Queste del saint Graal et des analyses qui l’accompagnent est
effectué en XML, en suivant les recommandations de la Text Encoding Initiative (TEI P5,
Burnard & Bauman 2007). Cela est d’une part un gage de pérennité (relative…), et d’autre
part une assurance d'interopérabilité des données textuelles et des enrichissements éditoriaux
et linguistiques qui seront apportés à l’avenir à ce texte.
Les normes appliquées à ce texte sont celles qui ont été définies par Serge Heiden,
Céline Guillot et Alexei Lavrentiev pour le formatage des textes de la Base de Français
Médiéval (voir Heiden et al., Manuel d’encodage…, 2010, <http://bfm.enslyon.fr/IMG/pdf/Manuel_Encodage_TEI.pdf>).
1.8. Téléchargement
Une page spéciale de l’édition, accessible par le Menu principal, permet aux
télélecteurs de télécharger plusieurs composants de cette édition numérique, qu’ils sont libres
d’utiliser en respectant les conditions de la Licence ‘Creative Commons’ BY-NC-SA 3.0.
Sont disponibles pour le téléchargement :
o La présente Introduction (pdf).
o La version ‘courante’ intégrale du texte en ancien français, sous format pdf de
façon à assurer la conservation de sa mise en forme, et de sa ‘pagination’ de
référence, ce qui permet de situer les passages cités ou utilisés. Mais cela peut se
faire aussi sous format HTML ouvrable sous Word ou OpenOffice Writer et
adaptable à d’autres utilisations, ou, ce qui est une meilleure solution, sous format
xml TEI permettant d’autres traitements textuels (cf. plus bas).
o La version ‘diplomatique’ intégrale du texte en ancien français (pdf).
o La version ‘fac-similaire’ de quelques folios du début du texte (pdf).
o La traduction du texte intégral (pdf).
o L’Index des noms propres et le Glossaire (pdf).
o Les fichiers sources de l’édition au format XML-TEI (toutes les versions en ancien
français, la traduction et la présente introduction).
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
10
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
o La spécification du schéma de balisage TEI ODD.
o Les feuilles de style XSL utilisées pour mettre en forme cette édition.
En revanche, les photographies des manuscrits ne doivent pas être téléchargées pour
réutilisation : leur usage exige l’autorisation des Bibliothèques concernées (BM de Lyon,
BnF).
2. Le roman
2.1. Brève présentation de la Queste del saint Graal
La Queste del saint Graal est un roman en prose écrit dans la première moitié du 13e
siècle, entre 1215 et 1230 (Bogdanow 2006 : 5), et plus précisément sans doute vers 12251230 (Poirion-Walter 2001 : xxi, et Poirion-Walter-Gros 2009 : 1554). Nous n’en connaissons
pas l’auteur : la fin du texte l’attribue à Maitre Gautier Map, voici en quels termes (texte du
ms Z, Paris, BnF, nouv. acq. fr. 1119, fol. 191d) :
Quant Boorz vit qu'il ert remés tot seuls en si loingteinnes terres comme es parties de
Babiloine, si se parti de Sarraz tot armez et vint a la mer et entra en une nef si li avint si bien
que assez en poi d’ore vint el roialme de Logres et quant il fu venuz el païs si chevalcha tant
qu'il vint a Camaalot ou li rois Artus estoit si ne fu onques si grant joie fete com il firent de
lui, quar bien le cuidoient avoir perdu a touz jors mes por ce que si longuement avoit esté fors
del païs. Quant il orent mengié a cort li rois fist avant venir les clers qui metoient en escrit les
aventures au chevaliers de laienz et quant Boorz ot contees les aventures del seint graal telles
com il les avoit veues si furent mises [en escrit] et gardees en l'almiere de Salebieres dont
mestre Gautier Map les trest a fere son livre del seint Graal por l'amor del roi Henri son
seignor qui fist l'estoire translater de latin em françois. Si se test atant li contes que plus n'en
dit des aventures del seint Graal.
[‘Quant Bohort vit qu’il restait tout seul dans cette région si lointaine qu’est le royaume de
Babylone, il quitta tout armé la ville de Sarras, se dirigea vers la mer et monta sur un navire.
Tout se passa si bien qu’en peu de temps il parvint au royaume de Logres, et quand il y fut
parvenu il chevaucha jusqu’à Camaalot où se trouvait le roi Arthur. Jamais personne ne reçut
un accueil aussi chaleureux que celui qu’on lui fit, car on le croyait perdu à tout jamais à cause
de sa si longue absence hors du royaume. Quand tous eurent mangé à la cour, le roi fit venir
les clercs qui mettaient par écrit les aventures des chevaliers du lieu. Et quand Bohort eut
conté les aventures du saint Graal telles qu’il les avaient vues, elles furent mises par écrit et
conservées dans l’armoire aux livres de Salisbury. C’est là que Maître Gautier Map les prit
pour écrire son livre du saint Graal pour l’amour du roi Henri son seigneur, qui fit traduire
l’histoire de latin en français. Sur ce le conte se tait, et n’ajoute plus rien sur les aventures du
saint Graal.’]
Même dans cette fiction d’attribution, la situation n’est pas simple : le roman se
présente comme la traduction en français, ordonnée par le roi Henri II d’Angleterre qui vécut
au 12e siècle, d’une version en latin ; ce texte latin serait donc celui écrit par Gautier Map à
partir des notes prises par les clercs d’Arthur lors du récit fait par Bohort à son retour de la
Queste.
Gautier Map (1130/1135-1210) a réellement existé. C’était un ecclésiastique et
écrivain anglais qui a vécu à la cour du roi Henri II Plantagenêt (1133-1189), qui régna de
1154 à 1189. Beaucoup d’œuvres lui ont été attribuées, il a en tout cas écrit en latin un récit
intitulé De nugis curialium (‘Des sottises de la Cour’). L’attribution de la Queste à Gautier
Map est sans doute fantaisiste : l’entrée du ‘graal’ dans la littérature est généralement
attribuée à Chrétien de Troyes (Le Conte du graal). Gautier Map servirait en quelque sorte de
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
11
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
caution britannique à ce récit composé certainement en France, mais qui est censé se passer en
Angleterre, en Cornouailles précisément, où l’on situait le royaume imaginaire du roi Arthur.
Son ou ses auteurs restent anonymes, comme c’est souvent le cas au Moyen Âge.
La Queste del saint Graal est un roman ‘arthurien’, qui met en scène le roi Arthur et
les chevaliers de sa cour, les ‘chevaliers de la Table Ronde’ : la Queste (§ 101 et 102)
explique l’origine et la signification de cette fameuse Table Ronde.
Roman de l’initiation et de la quête du sens, la Queste del saint Graal, également
nommée Les Aventures du saint Graal, est la forme la plus abstraite, la plus spirituelle, du
mythe du Graal tel que l’avaient déjà raconté Chrétien de Troyes dans Le Conte du Graal
(composé entre 1181 et 1190), puis Robert de Boron dans L’Estoire del saint Graal en vers
(composé entre 1191 et 1212 sans doute : Bogdanow 2006 : 10) et sa version en prose, où le
« graal » est mis en relation avec la Cène et la religion chrétienne. Tel qu’il apparaît au 13e
siècle dans cette nouvelle version, ce récit tend à répondre aux questions et aux aspirations
essentielles d’une caste noble à la recherche de son salut, mais il est aussi une tentative pour
séduire aux idées religieuses nouvelles et à la rigueur cistercienne les chevaliers plongés dans
la recherche d’une gloire toute matérielle.
2.2. Résumé de la Queste del saint Graal
C’est le jour de la Pentecôte, et les chevaliers sont réunis à la cour du roi Arthur,
autour de la Table Ronde. Arrive un très jeune et très beau chevalier, Galaad – mais on ne
saura son nom que plus tard –, celui à qui est destinée une place spéciale à la Table Ronde, le
Siège périlleux. Alors que tous les chevaliers sont assis pour le repas, le Graal apparaît, voilé,
rassasiant mystérieusement chacun selon son désir. Lorsqu’il disparaît, Gauvain, le plus
brillant des neveux du roi et le plus mondain des chevaliers de la cour, se déclare prêt à partir
à sa recherche, et invite les autres à faire de même. La quête du Graal est lancée : cent
cinquante chevaliers partiront, dont bien peu reviendront.
Cette longue quête aura pour résultat d’établir une hiérarchie entre les chevaliers de la
Table Ronde : seul le « meilleur » verra le Graal, seuls les plus purs l’approcheront. Le roman
se centre sur la quête des meilleurs parmi les chevaliers (Galaad, Perceval, Bohort, Lancelot,
Gauvain et Yvain), et de leurs aventures croisées à travers la « Forêt Gaste », la forêt déserte
et magique propice aux aventures. Dieu leur envoie des aventures, des signes, des songes
prémonitoires ou explicatifs, tout cela contribue peu à peu à établir une nouvelle hiérarchie
entre eux : à la « chevalerie terrienne » va succéder la « chevalerie céleste ». Gauvain, trop
sensible à la gloire et aux amours d’ici-bas, ne peut accéder au mystère du Graal. Lancelot ne
peut qu’entrevoir le Graal, et est aussitôt plongé dans une sorte de paralysie : son amour
coupable pour Guenièvre l’empêche d’accéder au monde du divin. Bohort et Perceval
resteront jusqu’au bout les compagnons de Galaad. Mais seul Galaad, le pur, le parfait,
accèdera à la vision du Graal, à Sarras où ils ont enfin abordé dans le navire construit jadis par
le roi Salomon : c’est là que se perpétue la liturgie du Graal. Mais on ne survit pas à une telle
vision : Galaad demande à Dieu de quitter cette terre. Perceval à son tour mourra. Seul Bohort
reviendra à la cour du roi Arthur, c’est lui qui racontera à un clerc chargé de les mettre par
écrit les aventures de la quête du saint Graal.
2.3. Les deux ‘cycles’ romanesques
La Queste del saint Graal fait partie d’un vaste ensemble de cinq romans consacrés au
roi Arthur et à ses ancêtres, à l’enchanteur Merlin, aux chevaliers de la Table Ronde et aux
meilleurs d’entre eux – Lancelot, ‘le meilleur chevalier du monde’, amant de la reine
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
12
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Guenièvre, femme du roi Arthur, ou Gauvain, le brillant neveu d’Arthur, ou enfin Galaad, le
pur, qui dans cette aventure chevaleresque et mystique qu’est la ‘quête’ du Graal, sera le seul
à apercevoir ce que tous cherchent et ne pourront trouver –, et à la fin du monde arthurien. On
trouve en effet successivement dans ces romans le récit de la naissance d’Arthur et de ses
premières aventures (Merlin), des aventures de Lancelot (Lancelot), de la quête du Graal
(Queste del saint Graal), et finalement de la disparition du monde arthurien avec la mort du
roi Arthur blessé dans un combat contre son fils incestueux qu’il tue (Mort du roi Arthur). En
tête de cet ensemble a été placé, sans doute un peu plus tard, un récit des origines du graal, qui
serait le récipient dans lequel un contemporain de Jésus, Joseph d’Arimathie, aurait recueilli
le sang du Christ sur la croix (L’Estoire del saint Graal ou Joseph d’Arimathie).
Ces romans, composés entre 1215 et 1240, sont regroupés de deux façons : soit en un
sous-ensemble formé par les trois romans Lancelot, la Queste del saint Graal et la Mort le roi
Artu, que l’on nomme le ‘cycle du Lancelot-Graal’ ; soit en un ensemble global qui regroupe
les cinq romans, et que l’on nomme ‘le Cycle de la Vulgate’.
Chacun des cinq romans nous a été transmis par un grand nombre de manuscrits, qui
ont été copiés entre le 13e et le 15e siècle. Au total, entre les manuscrits qui ne contiennent
qu’une des œuvres, ceux qui en contiennent plusieurs, et ceux qui les contiennent toutes, il
nous est parvenu une centaine de manuscrits de ces textes, ce qui est considérable et témoigne
qu’on tient là l’un des grands succès littéraires du Moyen Âge.
Le grand ‘Cycle de la Vulgate’ comportant l’ensemble des cinq romans ne se trouve
que dans huit manuscrits. Le petit cycle formé des trois romans Lancelot, Queste, Mort Artu,
est contenu dans un bien plus grand nombre de manuscrits, au nombre desquels le manuscrit
que nous avons choisi d’éditer, le manuscrit de la Bibliothèque municipale de Lyon, Palais
des Arts 77 (manuscrit K), qui a été copié au 13e siècle, et le manuscrit BnF, n. acq. fr. 1119
(manuscrit Z), proche du précédent, et que nous avons utilisé pour compléter le texte dans les
rares cas où le manuscrit K présente une lacune.
Dès que l’existence de cet ensemble de romans a été mise en évidence, une question
s’est aussitôt posée : ces récits ont-ils un seul et même auteur, ou non ? Et dans ce dernier cas
faut-il supposer, comme l’a fait le médiéviste J. Frappier, un ‘architecte’ qui en aurait pensé le
plan d’ensemble ? La question reste ouverte ; mais sans doute ne faut-il plus la poser dans ces
termes, depuis que grâce à des études comme celles de F. Bogdanow, on a compris que ce
‘cycle’ s’est constitué par étapes successives, et que sans doute les deux romans initiaux,
Merlin et L’Estoire del saint Graal, ont été composés après les trois autres. D’autant que dès
le 13e siècle, une version amplifiée a commencé à circuler, où d’une part le récit est poussé
plus loin, jusqu’à la mort de la reine Guenièvre, et où d’autre part un certain nombre
d’éléments venant de la version en prose des aventures de Tristan et Yseut (Tristan en prose)
sont intégrés au récit. On nomme cette refonte tardive amplifiée ‘Cycle de la Post-Vulgate’, et
c’est cette version qui est à l’origine en particulier des récits du graal composés par la suite
dans la péninsule ibérique.
2.4. Origines du Graal
Cette question a fait l’objet de bien des recherches : d’une écuelle à un calice, le
chemin suivi par le « graal » est assez étonnant. Le mot « graal » (gradalis en latin) est attesté
au 12e siècle avec le sens d’ ‘écuelle, plat’. En français, le mot apparaît dans certaines
versions d’un roman écrit vers 1160, Le Roman d’Alexandre, et il y désigne un plat dans
lequel on mange : Ersoir mangai o toi a ton graal (v. 618 de l’édition M. S. La Du, 1937 :
« Hier soir j’ai mangé avec toi dans ton plat » : Bogdanow 2006 : 6). Chrétien de Troyes, dans
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
13
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
le Conte du graal, avait commencé cette transformation en nommant ‘graal’ un récipient
mystérieux contenant une hostie capable de rassasier un homme pendant des années.
C’est Robert de Boron qui, quelques années plus tard, « christianisera » le « graal » en
en faisant un récipient qui figurait lors de la Cène, dernier repas de Jésus en compagnie de ses
disciples, et dans lequel par la suite Joseph d’Arimathie aurait recueilli le sang du Christ
mourant sur la croix.
Mais c’est la Queste qui en fait un objet parfaitement mystérieux, quasi abstrait, qui
jamais n’est décrit : dès le début du roman, il est annoncé et vient à la cour d’Arthur pour
nourrir ses chevaliers – tous ses chevaliers, les bons comme les mauvais (ms. K, fol. 163b163c) :
« …lors entra laienz li sainz Graaux coverz d’un blanc samit, mes il n’i ot onques nul
qui poïst veoir qui le portoit. Si entra par le grant huis dou palais, et maintenant qu’il i fu
entrez fu li palais raempliz de si bones oudors et toutes les espices terriennes i fussent
espandues, et il ala parmi le palais tot entor les dois d’une part et d'autre, et tout einsi com il
trespassoit par devant les tables estoient eles maintenant raemplies endroit chascun siege de
tel viande come chascuns desirroit. Et quant tuit furent servi li un et li autre li sainz Graaux
s’en parti tantost qu’il ne sorent qu’il pot estre devenuz. Ne ne virent quel part il torna, …»
[§ 20 : ‘Alors fit son entrée le saint Graal, recouvert d’un tissu de soie blanche, mais
personne ne put voir qui le portait. Il entra par la porte principale de la salle d’apparat, et dès
qu’il i fut entré la salle fut remplie d’odeurs délicieuses, comme si toutes les épices de la terre
y avaient été répandues, et il avança à travers la salle en faisant le tour de toutes les tables, et
au fur et à mesure qu’il passait auprès des tables elles se trouvaient aussitôt garnies devant
chaque siège du mets que chacun désirait. Et quand tous furent servis, les uns comme les
autres, le saint Graal disparut immédiatement de sorte qu’ils ne purent savoir ce qu’il était
devenu. Et ils ne virent pas de quel côté il se dirigea, …’]
Ce mystérieux objet est en effet celui par lequel s’accomplissent miracles et mystères
et par lequel on attend la restauration des désastres. Mais c’est surtout un objet de quête en
soi, qui permet à chaque chevalier de s’évaluer à la mesure d’exigences spirituelles, et non
plus sociales et chevaleresques.
3. Les sources
3.1. Les manuscrits de la Queste del saint Graal
Une cinquantaine de manuscrits contenant la Queste del saint Graal sont actuellement
recensés (Bogdanow 2006 : 44) : 53 au total en comptant les manuscrits fragmentaires. Nous
en donnons la liste ci-dessous – en remerciant très vivement Fanni Bogdanow qui a accepté
de la revoir et y a apporté quelques précieuses rectifications.
C’est le premier éditeur de l’ensemble du cycle de la Vulgate, Henry Oskar Sommer,
qui au début du siècle dernier, en 1906, a tenté de dresser un premier dénombrement des
manuscrits de la Queste del saint Graal (The Vulgate Version of the Arthurian Romances…, t.
I, pp. xxxi sq.).
Une quinzaine d’années plus tard, en 1921, dans son étude sur La Tradition
manuscrite et l’établissement du texte de la Queste del saint Graal (in Etudes sur la Queste
del saint Graal, 1980/1921 : pp. v-xxiv), Albert Pauphilet en a donné une liste plus complète
(à cette date, on ne connaissait que 39 manuscrits). Il avait désigné presque chacun des
manuscrits recensés par une lettre majuscule – seuls ceux identifiés comme le résultat de
compilations n’avaient pas été siglés ainsi. Puis, en comparant les versions données par ces
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
14
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
manuscrits d’un épisode crucial, celui de l’Arbre de vie, il avait pu, en les regroupant par
ressemblances et différences, discerner deux grandes familles : α et β, elles-mêmes scindées
en sous-groupes. Pour effectuer ces regroupements, il s’est fondé soit sur des ‘leçons
communes’ de certains épisodes qui ne se retrouvent que dans certains manuscrits, soit sur
l’omission de certains passages, soit sur ce que l’on nomme les ‘fautes communes’, commises
sans doute à l’origine par un scribe, et que la tradition a conservées de copie en copie, de
génération de manuscrits en génération de manuscrits. Cette démarche lui a permis d’élaborer
un stemma (1980/1921 : xxii) que ses successeurs, s’ils l’ont précisé, n’ont pas remis en
cause.
Depuis le recensement de Pauphilet, une douzaine de manuscrits supplémentaires
comportant la Queste ont été identifiés, en particulier grâce aux recherches de F. Bogdanow
(2006 : 44-46), qui a en outre affiné le classement en sous-groupes. Cependant, depuis
Pauphilet, aucune liste complète (provisoirement, jusqu’à la prochaine découverte…) des
manuscrits de la Queste n’avait été publiée : c’est pourquoi nous en donnons ci-dessous une
liste mise à jour.
Malgré la découverte de nouveaux manuscrits, le regroupement en deux grandes
familles n’a pas été remis en cause, il a simplement été affiné. Des travaux plus amples
effectués sur la comparaison des manuscrits ont mis en évidence des parentés nouvelles, et
certains manuscrits ont été nommés différemment, de façon à rendre compte de ces relations ;
dans ce cas, nous avons donné entre parenthèses d’une part la lettre choisie par Pauphilet,
d’autre part la lettre plus récente (ex. : manuscrit C/V1).
La plupart des manuscrits appartiennent à la famille α. C’est pourquoi, dans la liste
mise à jour que nous donnons ci-dessous, nous signalerons seulement l’appartenance des
manuscrits de la famille β (13 au total), les autres étant par défaut de la famille α.
Nous avons regroupé ces manuscrits selon la ville où ils sont conservés actuellement,
puis suivant le numéro de leur cote, grâce en particulier aux indications données par le
Complément bibliographique du DEAF 2 .
Quand nous le pouvions, nous avons indiqué la date où le manuscrit a été copié. Quant
à la région d’origine, il est le plus souvent difficile de la déterminer avec précision.
Paris, BnF, Département des manuscrits : 22
Paris, BnF, fr. 98 (ms M) (fol. 636-685) : 15e s.
Paris, BnF, fr. 110 (ms P) (fol. 405-440) : 13e s. (cycle complet)
Paris, BnF, fr. 111 (ms Q) (fol. 236-268) : 15e s.
Paris, BnF, fr. 112 (compilation) (ms S) (fol. 1-182) : daté de 1470
Paris, BnF, fr. 116 (ms N/S1) (fol. 611-677) : fin 15e s.
Paris, BnF, fr. 120 (ms O/V) (fol. 522-564) : famille β, 14e s.
Paris, BnF, fr. 122 (ms L) (fol. 219-272) : daté de 1344
Paris, BnF, fr. 123 (fol. 197-228) : 14e s.
Paris, BnF, fr. 339 (ms A/V5) (fol. 231-263) : famille β, 13e s. [2e m. 13e s. selon le DEAF]
Paris, BnF, fr. 342 (ms D/V6) (fol. 58-150) : famille β, 13e s. (daté de sept. 1274), picard
[selon le DEAF]
Paris, BnF, fr. 343 (ms B/N) (fol. 1-105) : famille β (pour les deux premiers tiers : le dernier
tiers est la version Post-Vulgate), 14e s. (manuscrit jumeau de Oxford Bodleian 874)
Paris, BnF, fr. 344 (ms R) (fol. 476-517) : 13e s. [Est, mil. 13e s. selon le DEAF]
2
F. Möhren 2007, Complément bibliographique du Dictionnaire étymologique de l’ancien français,
http://www.deaf-page.de.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
15
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Paris, BnF, fr. 751 (ms V) (fol. 351-415) : 13e s.
Paris, BnF, fr. 768 (ms B) (fol. 178-199) : 14e s.
Paris, BnF, fr. 771 (ms X) (fol. 145-206) : 13e s.
Paris, BnF, fr. 1422-1423-1424 (ms Y/P4) : 13e s. (cycle complet)
Paris, BnF, fr. 12573 (ms T) (fol. 182-256) : fin du 13e s.
Paris, BnF, fr. 12580 (ms U) : 13e s.
Paris, BnF, fr. 12581 (ms C/V1) (fol. 1-83) : famille β (pour les deux premiers tiers), 13e s.
Paris, BnF, fr. 25520 (ms U’) (fol. 1-176) : 13e s.
Paris, BnF, nouv. acq. fr. 1119 (ms Z) (fol.138-191) : 13e s.
Paris, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal : 5
Paris, Bibl. Arsenal 3347 (ms Aa) : 13e s.
Paris, Bibl. Arsenal 3350 : 15e s. (donne une rédaction abrégée de l’ensemble du cycle de la
Vulgate, et donc de la Queste 3 )
Paris, Bibl. Arsenal 3479-3480 (ms Ac/Va) : famille β, 15e s.
Paris, Bibl. Arsenal 3482 (ms Ad) : 14e s.
Paris, Bibl. Arsenal 5218 (ms Ab) : daté de 1351.
Lyon : 1
Lyon, Bibliothèque municipale, Palais des Arts 77 (ms K) (fol. 160a-224d) : 13e s. (cycle
court)
Bordeaux : 1
Archives départementales de la Gironde, Ms 1, pièce 6 : fin du 13e s. (cf. Bogdanow 1970,
Romania 91, pp. 554-556)
Amsterdam : 1
Bibliotheca Philosophica Hermetica, Ms1 (ancien Phillips 3630) : daté de 1301.
Bonn : 1
Bonn, Universitäts und Landesbibliothek, S 526 (ms B) (fol. 406a-443c) : daté de 1286 (cycle
complet) 4 .
Giessen : 1
Universitätsbibliothek, ms 94.
Bruxelles : 1
Bruxelles, Bibl. Royale 9627-9628 : 13e s.
Londres : 5
Londres, Brit. Library, Royal 14 E.III (ms S/L1) (fol. 89-139) : 13e s. [14e s. selon le DEAF]
Londres, Brit. Library, Royal 19 C XIII (ms L2) : 13e s.
Londres, Brit. Library, Royal 20 C VI : 14e s.
Londres, Brit. Library, Add. 10294 (ms S’/L) : 13e s. ou 14e s.
Londres, Brit. Library, Add.17443 : 13e s.
3
4
Voir F. Bogdanow 1955.
Voir Le Livre du Graal, t. III, édition Poirion-Walter-Gros, 2009, p. 1582.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
16
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Manchester : 1
Manchester ms John Ryland (fol. 182-204) : 14e s.
Oxford : 6
Oxford, Bodleian Library, ms Rawlinson D 89 : 14e s.
Oxford, Bodleian Library, ms Rawlinson D 874 (ms O) : famille β (pour les deux premiers
tiers : le dernier tiers est la version Post-Vulgate), 14e s.
Oxford, Bodleian Library, Digby 223 : 14e s.
Oxford, Bodleian Library, Add. A 268 (ms O1) : fragment, famille β, 14e s. (15e s. pour le
reste du manuscrit) (Bogdanow 1977 : 146-167)
Oxford, Bodleian Library, Douce 199 : fragment, famille β
Oxford, Bodleian Library, Douce 379 : fragment, famille β
Florence : 1
Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana (ex-Ashburnham 48), ms 121 (ms V11) : famille β,
14e s.
Ravenne : 1
Ravenne, bibl. Classense, ms 454 (ms V3) : famille β, 14e s.
Udine : 1
Udine, bibl. Arcivescovile, ms 117 (ms V4) : famille β, 14e s. [fin 13e s., franco-italien selon le
DEAF]
Cologny : 2
Bibliothèque Bodmer, ms 105 (ms B) : 15e s. [3e quart 15e s. selon le DEAF]
Bibliothèque Bodmer, ms 147 (ms B1 ; ancien Phillips 1046) (fol. 291a-344b) : fin 13e s. (cf.
Bogdanow 1991, p. 172 et Vielliard 1975)
Berkeley (USA) : 1
Bancroft Library de Californie (ancien Phillips 4377, acheté en 1965), UCB 073 (ms Ba)
(souvent dénommé Bancroft ms 73) (ms Ba) : famille β, 13e s. [faibles traits picards, fin 13e s.
selon le DEAF]
New York: 1
Pierpont Morgan Library 38 (comme le ms Arsenal 3350, donne une rédaction abrégée de
l’ensemble du cycle de la Vulgate, et donc de la Queste 5 ).
Yale : 1
Yale, ms 229 (ancien Phillips 130) (fol. 187a-272d) : fin 13e s. (selon Willingham 2012 : xiii)
ou 14e s. (selon Pauphilet)
3.2. Les éditions antérieures
Les éditions antérieures de la Queste del saint Graal sont des éditions imprimées,
n’offrant donc pas les fonctionnalités de la présente édition. On peut en recenser huit. Les
5
Voir Woledge 1954-1978, p. 53 ; merci à F. Bogdanow pour m’avoir signalé cette information.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
17
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
premières éditions sont celle donnée par Furnivall au 19e siècle (1864), puis surtout celle de
Sommer qui donne l’ensemble du cycle (1906-1916, réimpr. 1969, 1979) ; ces deux éditions
sont fondées sur des manuscrits de l’actuelle British Library (famille α).
L’édition d’Albert Pauphilet (1923, maintes fois réimprimée) se fonde sur le groupe de
manuscrits parents K, R et Z (famille α), le manuscrit de Lyon K servant de ms. de base à
cause de la régularité de ses graphies. L’éditeur expose le choix du manuscrit K et de ses
manuscrits de complément et de contrôle (mss A, D, S, S’, Ad) aux pp. vii-viii de
l’Introduction à son édition (1972/1923), résumant les pp. xxiv-xxx de ses Études
(1980/1921). Soulignons que Pauphilet ne note à propos du manuscrit K que « la perte d’un
feuillet à la fin de K » (1921 : xxviii). Or ce manuscrit se trouve actuellement amputé d’une
partie de son premier folio (fol. 160a, une peinture découpée sans doute), et à la fin ce sont
plusieurs folios qui ont été perdus. Ces disparitions auraient-elles eu lieu après le moment où
il a copié ce manuscrit ?
Le texte fourni par R. Vattori et al. (1990) est une transcription et traduction de la
reproduction photographique du manuscrit d’Udine (famille β).
L’édition (avec traduction d’A. Berrie) procurée récemment par F. Bogdanow (2006)
se fonde sur le manuscrit de la Bancroft Library (famille β), qui est devenu consultable
seulement en 1965 6 , et elle le corrige ou le complète par les manuscrits de la même famille β.
Plus récente encore, l’édition (avec traduction) procurée par G. Gros (2009) suit le
manuscrit de Bonn (B) (famille α), avec comme manuscrit de contrôle celui de Paris, BnF, fr.
110 (P), le manuscrit Paris, BnF, fr. 1422 (P4) servant ponctuellement de complément (2009 :
1582).
L’édition du manuscrit de Yale (famille α), préparée sous la direction d’E. M.
Willingham (2012), vient de paraitre chez Brepols.
Enfin, tout récemment (octobre 2012), a été présentée comme Thèse de doctorat par
Mme C. Scubla une édition du manuscrit Paris, BnF, fr. 339 (nous n’avons pas encore pu voir
cette édition).
3.3. Le choix du manuscrit K pour l’édition présentée ici de la Queste del saint
Graal, et le choix du manuscrit de complément Z
L’édition d’A. Pauphilet a servi pendant longtemps de texte de référence, et a été sans
cesse rééditée (en fait réimprimée : voir May Plouzeau 2004 : 1-1) dans la Collection des
Classiques français du Moyen-Âge (éditions Champion). Mais si, eu égard au grand nombre
des manuscrits conservés, les principes éditoriaux qu’il avait déterminés dans les années 1920
semblaient logiques et efficaces pour compléter ou corriger le texte sans excès, leur
application manquait de rigueur ; malgré les neuf pages de ‘variantes et notes’ finales, comme
M. Plouzeau (2004) l’a montré à partir de l’examen minutieux de quelques passages, et
comme nous l’avons constaté en ce qui concerne les graphies et la ponctuation, on ne peut
déterminer toujours quel manuscrit a vraiment suivi Pauphilet, ni sur quels critères il l’a
modifié.
Nous avons, comme Pauphilet, choisi comme manuscrit de base le manuscrit K de
Lyon, mais nous l’avons suivi avec une bien plus grande fidélité, puisque nous respectons
ses graphies, sa ponctuation, et son texte – même dans des cas difficiles. Nous ne sommes
6
Voir La Quête du Saint-Graal, roman en prose du XIIIe siècle, Texte établi et présenté par F. Bogdanow, pp.
44-46 et note 5 de la p. 45. Quelque temps avant son édition de 2006, F. Bogdanow avait édité la version PostVulgate de la Queste et de la Mort Artu (cinq volumes, 1991-2001).
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
18
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
intervenus que pour des corrections ponctuelles que nous signalons très clairement (une
centaine au total), ou pour compléter le texte manquant : le manuscrit K ayant été mutilé de
son début et de sa fin, nous avons comblé les lacunes grâce au manuscrit Z (Paris, BNF, nouv.
acq. fr. 1119) qui en est très proche et a lui aussi été copié au 13e siècle. Au total, entre
l’édition Pauphilet et celle que nous proposons ici à partir du même manuscrit de base, il y a
plus de 20 000 différences, sur un texte qui comporte environ 110 000 mots – soit une
différence tous les cinq mots. Cela s’explique par notre fidélité au manuscrit : ces différences
concernent la graphie des mots et leur segmentation, la suppression ou l’ajout des mots ou
expressions, et le changement d’ordre des mots (11 000 différences pour ces aspects
concernant les mots du texte), l’usage des majuscules (près de 3000 différences), et la
ponctuation (près de 10 000 différences). Tout en restant dans l’ensemble relativement proche
du manuscrit K, Pauphilet n’hésitait pas à ôter ou ajouter un mot, à modifier l’ordre des mots,
à ajouter ou ôter des majuscules, à intégrer des passages venant d’un autre manuscrit, ou de
l’autre tradition β, chaque fois que leur version lui semblait préférable, et bien entendu à
ponctuer ‘à la moderne’.
Notre but n’était pas d’atteindre à une version de la Queste del saint Graal qui soit
proche de l’original composé par l’auteur – ce que la tradition éditoriale nommait ‘manuscrit
O’ – ou de l’archétype des manuscrits conservés Ω (suivant la désignation de Pauphilet,
1980/1921 : p. xxii). Cela n’avait sans doute pas grand sens pour le Moyen Âge, car la notion
de fidélité à l’auteur était toute relative. Nous n’avons pas non plus tenté de refléter la
diversité des versions qui nous ont été transmises – car vu la complexité des relations entre les
textes qui nous sont parvenus, une telle tâche était une gageure ; ni de choisir la version la
plus riche ou la plus séduisante dans sa narration des aventures des chevaliers. Nous voulons
dans cette édition donner, tant du point de vue de la langue que du point de vue du récit, une
version ayant réellement circulé au 13e siècle, telle qu’elle a dû être lue, à haute voix sans
doute, et comprise : une version ‘usagée’ en quelque sorte, et non pas une version idéalisée
et reconstruite.
L’édition présentée ici résulte donc d’un choix : elle est une transcription fidèle du
manuscrit que l’on nomme habituellement depuis Pauphilet ‘manuscrit K’, et dont la cote est :
Lyon, BM, Palais des Arts 77. La Queste del saint Graal se trouve aux folios 160 recto à 224
verso. Ce manuscrit est daté du 13e siècle. Après avoir appartenu au fonds de la Bibliothèque
du Palais des Arts (ou de l’Académie) de Lyon, il se trouve actuellement à la Bibliothèque
municipale de Lyon (la Part-Dieu) au département du Fonds ancien. Un ex-libris nous livre le
nom de l’un de ses anciens possesseurs : Petrus Adamoli, de Lyon (Baumgartner 2007 : 12).
Outre la Queste del saint Graal, ce manuscrit de 263 folios contient deux autres
textes du groupe des cinq romans arthuriens en prose que l’on nomme ‘Cycle du LancelotGraal’ : l’Agravain (partie finale du Lancelot) tout d’abord (fol. 1 à 159v), puis la Queste, et
enfin la Mort le roi Artu (fol. 225r à 263). Cet ensemble correspond à la seconde moitié du
Cycle total, puisqu’il va de la fin du Lancelot, où se préparent et se mettent en place les
éléments du Graal, jusqu’à la disparition du monde arthurien décrite par la Mort le roi Artu.
Un curieux hasard a fait que dans ce manuscrit, ces trois romans sont tous trois incomplets de
leur début, et parfois de leur fin.
Le texte de la Queste del Graal dans le manuscrit K ayant été amputé de son début
sans doute par le découpage d’une grande miniature, et de sa fin sans doute par la perte d’un
cahier, nous avons eu recours, comme nous l’avons signalé, au manuscrit Z pour compléter
notre texte ; de même, lorsque le copiste du manuscrit K commet une erreur ponctuelle
manifeste, c’est à partir de ce manuscrit que nous le corrigeons ; toutes nos interventions sont
signalées clairement.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
19
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Le manuscrit K a sans doute été copié à la fin du 13e siècle, il est très bien graphié et
très soigné. Le texte est copié sur deux colonnes par page, de quarante lignes chacune. Nous
ne saurions dire avec certitude s’il a été copié par un seul scribe ou plusieurs, mais certaines
habitudes dans les graphies et la ponctuation, et une régularité caractéristique dans la manière
de couper les mots en fin de ligne, semblent indiquer que la Queste au moins aurait eu un
unique copiste.
Le récit de la Queste est scandé dans le manuscrit K par des lettres majuscules
coloriées alternativement en rouge et en bleu, des ‘lettrines’, de deux tailles différentes : les
plus grandes, qui s’étalent sur la hauteur de six lignes, indiquent de grandes articulations du
récit ; les autres, bien plus nombreuses, et dont la hauteur correspond généralement à deux
lignes, marquent l’équivalent de nos paragraphes (349 au total). Nous avons suivi la
structuration indiquée par les lettrines, grandes ou petites, de ce manuscrit, et nous avons
introduit des numéros pour ces paragraphes. Il faut cependant souligner que, même si un bon
nombre de ces majuscules rubriquées se retrouvent dans de nombreuses copies, il n’existe pas
deux manuscrits présentant exactement la même structuration.
L’édition du manuscrit K que nous présentons ici est la première étape d’une
entreprise qui vise à offrir aux lecteurs et aux chercheurs des outils aussi fiables que possible,
aussi confortables d’utilisation que possible, et qui puissent donner la vision de ce qu’est
l’existence et la vie d’une œuvre au Moyen Age, à travers le support des manuscrits. Si de la
Queste il nous est resté plus d’une cinquantaine de manuscrits des 13e, 14e et 15e siècles, c’est
que cette œuvre a connu un très grand succès durant cette période. Peut-être un jour
parviendrons-nous à donner le texte de chacun de ces manuscrits.
4. Principes de transcription : version ‘courante’ de l’édition
Suivant les normes éditoriales des textes littéraires médiévaux, nous spécifierons tout
d’abord notre principe général d’une fidélité au manuscrit de base choisi, dans toutes ses
modalités (4.1). Puis nous présenterons successivement les principes de transcription des
voyelles et consonnes (4.2), l’usage des diacritiques ajoutés (4.3), les principes de résolution
des abréviations (de lettre, de syllabe, de mot) (4.4), le mode de délimitation et de
segmentation des mots (4.5), les principes de corrections éditoriales (4.6), les corrections
apportées par le copiste (4.7), l’usage des majuscules (4.8), le principe de respect maximal de
la ponctuation du copiste (4.9), la structuration du texte par les majuscules colorées (4.10), et
enfin le rendu des épisodes en discours direct (avec jusqu’à trois niveaux d’enchâssement)
(4.11).
4.1. Fidélité au manuscrit
Pour établir la version ‘courante’ de l’édition que nous donnons ici, nous nous sommes
inspirés de l’ouvrage de référence procuré par l’Ecole nationale des Chartes et intitulé
Conseils pour l’édition des textes médiévaux, sous la direction notamment de F. Vielliard, O.
Guyotjeannin (pour le fascicule I : Conseils généraux, 2001), et P. Bourgain et F. Vielliard
(pour le fascicule III : Textes littéraires, 2002). Etant donné cependant l’option de fidélité
maximale que nous avons adoptée, et parce que les auteurs eux-mêmes prônent une
adaptabilité intelligente des conseils qu’ils fournissent aux circonstances historiques de
l’édition et à la nature du texte traité, nous avons adopté tant pour les graphies que pour la
ponctuation un usage tempéré que nous explicitons ci-dessous.
Cette ‘version courante’ est fidèle au manuscrit, mais en adaptant dans un nombre
restreint de cas sa transcription aux normes modernes :
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
20
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
-
elle respecte les graphies du manuscrit K modulo des règles de transcription (cf. 4.2),
d’emploi du tréma et de l’accent (cf. 4.3), de résolution des abréviations (cf. 4.4) et de
séparation de mots (cf. 4.5) qui sont spécifiées ci-dessous ;
-
elle respecte les majuscules et les minuscules du manuscrit ; nous remplaçons les
minuscules par les majuscules uniquement au début du discours direct et au début des
noms propres quand il n’y en avait pas dans le manuscrit (y compris Dieu) (cf. 4.8) ;
-
elle respecte la ponctuation du manuscrit : contrairement à l’usage admis chez la
plupart des éditeurs, qui ignorent la ponctuation du copiste et introduisent
systématiquement une ponctuation moderne, nous conservons toujours la
ponctuation du manuscrit mais en l’adaptant dans certains cas aux signes
typographiques modernes. Nous ajoutons des signes de ponctuation modernes dans
trois cas seulement : pour marquer le début du discours direct (deux-points, guillemets
ouvrants et fermants, et tirets en cas de dialogue), pour encadrer l’incise (virgule
autour de la formule fait/fet il dans le discours direct) et point d’interrogation dans les
cas où le manuscrit n’en donne pas (cf. 4.9) ;
-
elle respecte la disposition du manuscrit : elle indique les changements de folio et de
colonne, et elle suit les passages à la ligne du manuscrit et elle respecte également les
articulations du récit données par ce manuscrit : la segmentation en paragraphes
respecte les lettrines et les lettres rubriquées marquant les débuts d’épisodes (349
paragraphes au total) ; nous les numérotons pour faciliter la lecture et les renvois (cf.
4.10).
Les changements que nous apportons dans la transcription concernent la distinction
de certaines lettres, la résolution des abréviations, et la séparation régulière de certains mots :
-
tous les manuscrits médiévaux comportent des abréviations ; pour le confort de la
lecture, nous les avons résolues (cf. 4.4) ;
-
les copistes attachent souvent ensemble, agglutinent, plusieurs mots formant une unité
syntaxique, comme delamie pour de l’amie, leuoit pour le voit. L’édition ‘courante’
respecte l’usage moderne : nous scindons parfois en mots distincts (le voit) des mots
que le lecteur verra attachés ensemble sur la photo du manuscrit, en ajoutant une
apostrophe (l’amie) en cas d’élision phonétique.
Les ajouts dans le texte enfin sont les suivants :
-
la numérotation des folios et des colonnes (entre < >), qui structure l’édition ; celle
des paragraphes marqués par des majuscules rubriquées ; et entre parenthèses, la
pagination de l’édition d’A. Pauphilet, qui était jusqu’ici l’édition de référence de ce
texte ;
-
des indications concernant le discours direct : des guillemets ouvrants précédés de
deux points, et un point suivi des guillemets fermants ; dans le cas des dialogues, un
tiret ; une majuscule (si le manuscrit n’en présente pas déjà) au début du discours
direct et à la reprise du récit, et en cas de changement de locuteur ; des guillemets
anglais simples pour signaler les inscriptions : textes inscrits sur un siège, une épée,
etc. ; des guillemets anglais doubles pour encadrer un discours direct enchâssé dans un
premier discours direct, et des guillemets anglais triples pour signaler un discours
direct enchâssé au troisième niveau (cf. 4.11).
-
un point d’interrogation là où le manuscrit n’en donne pas (et lorsque le manuscrit a
un point d’interrogation, nous le transcrivons par un double point d’interrogation,
comme en 162d, l. 30 par exemple) ;
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
21
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
-
une majuscule au début d’un nom propre si le manuscrit présente une minuscule ;
-
les cas de correction d’une erreur de copie, d’un oubli ou d’une lacune sont indiqués
(cf. 4.6) :
Par deux fois, au bas d’un folio, se trouve copiée une partie de la ligne qui commence
le folio suivant (bas des folios 199d et 223d). Cela annonçait le début d’un nouveau cahier.
Nous n’avons pas intégré ces indications dans notre édition courante.
4.2. Principes de transcription des voyelles et des consonnes
Si dans la très grande majorité des cas, les scribes du Moyen Âge tracent les lettres de
l’alphabet à peu près comme nous, il est des cas où ils ne font pas certaines distinctions
auxquelles nous sommes habitués, et inversement il est des cas où ils en font que nous ne
connaissons plus.
Distinctions introduites
Pour faciliter la lecture du texte, nous avons systématisé l’usage des ‘lettres ramistes’,
c’est à dire la distinction entre la voyelle -i- et la consonne -j-, et de même entre la voyelle -uet la consonne -v-. Les copistes connaissaient ces signes, mais c’était la position de la lettre
dans le mot, plus que sa valeur phonématique, qui dictait leur choix. A partir du 16e siècle,
sous l’impulsion de Pierre de la Ramée (Petrus Ramus), cette distinction s’est systématisée.
Il est un cas difficile à trancher : celui du double -u- que l’on trouve dans le nom
propre Ewalach : fallait-il le graphier Evvalach, ou Ewalach comme nous l’avons fait ?
Distinctions supprimées
Les copistes du Moyen Âge opèrent certaines distinctions que nous ne faisons plus :
ainsi, ils possèdent plusieurs façons de graphier le -s- suivant qu’il est en début ou en fin de
mot, et lorsqu’il est suivi de certaines consonnes (ligature -st- par exemple). Les imprimeurs
ayant simplifié ces graphies, nous les suivons, et ne conservons dans la version ‘courante’
qu’une seule graphie pour -s- ; de même pour -r-, qui était en général droit après -a-, -e-, etc.,
et arrondi après -o-, -d-, etc.
Distinctions conservées : les chiffres romains
Pour le numéral un ou l’article indéfini, le copiste emploie soit le mot en toutes lettres,
soit le chiffre romain .i. ; de même pour les autres chiffres romains. Nous conservons dans
notre transcription les chiffres écrits en caractères romains entre deux points comme ils le sont
dans le manuscrit : .c. pour ‘cent’, .xx. pour ‘vingt’, etc. Lorsqu’il y a au-dessus un autre
chiffre romain suscrit pour indiquer un multiple, nous le graphions à la suite du premier : ainsi
quand le manuscrit donne .iiii. surmonté d’un c, comme au folio 179b, nous graphions .iiii.c. à
la suite (‘quatre cents’).
4.3. Signes diacritiques ajoutés : point sur le -i-, accent aigu sur le -e-, tréma, cédille
Les copistes du Moyen Âge n’employaient pas systématiquement le point sur le -i(en cas de besoin ils employaient un accent aigu dans ce cas), et moins encore un accent sur
le -e-, ou le tréma. Ils ne connaissaient pas non plus la cédille. Ces signes diacritiques sont
devenus nécessaires pour une lecture aisée de nos jours : nous les avons introduits.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
22
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Emploi du point sur le -iLe copiste du manuscrit K place assez souvent un accent long sur le -i-, en cas de
jambages multiples, pour le distinguer de -n- ou de -m-, etc. : ainsi par exemple dans -in- on
aura un accent long sur le premier jambage, pour éviter la confusion avec ni ou vi. Nous
emploierons systématiquement le point sur le -i-, y compris dans la version diplomatique.
Mais la version fac-similaire respecte l’usage du copiste, le –i- ne portant pas de point, mais
parfois un accent long lorsque le copiste l’emploie.
Emploi de l’accent aigu sur le -e- tonique
Au 13e siècle, la distinction entre -é- (e fermé) et -è- (e ouvert) toniques n’est pas
systématique. Mais il nous fallait cependant distinguer ces -e- de -e- atone.
Il faut distinguer deux cas. Quand le -e- accentué est en finale absolue (abé, gré, les
participes passés en -é, etc.), nous plaçons toujours un accent aigu sur la voyelle pour éviter
toute ambiguïté avec un -e atone. Quand le -e- accentué final est suivi d’une consonne autre
que -s, il ne porte jamais d’accent (nef, mer, amer, met, tel, etc.). Mais quand le -e- accentué
en syllabe finale est suivi de -s, on distingue trois cas :
-
dans les mots pluri-syllabiques, où -s final peut suivre un -e- accentué (par ex. le nom
palés ‘palais’) ou un -e- atone (par ex. l’adjectif pales ‘pales’ ; et également dans les
féminins pluriels en -es, ou les formes verbales de seconde personne tu chantes,...),
nous accentuons toujours le -e- accentué pour éviter l’ambiguïté : c’est le cas dans la
Queste pour les mots suivants : adés ‘aussitôt’, aprés, emprés, arriés ‘arrière’, huimés
‘aujourd’hui’, lués ‘dès’, palés, les participes passés remés ‘resté’ et confés ‘confessé’,
les noms propres Pellés et Josephés , les adjectifs mauvés, espés ‘épais’, le nom bontés
pluriel de bonté, a oés ‘au besoin’, rendés impératif de rendre.
-
dans les monosyllabes, à l’exception des déterminants les, ces, mes/tes/ses et de la
forme des (de + les), les autres mots comportent un -e- accentué ; il n’y a donc pas
d’ambiguïté possible, et nous graphions sans accent pres (‘près, proche’), pres (‘les
prés’), et même la préposition des (‘dès’), ou quelques mots au pluriel que la tradition
incline à accentuer, mais que nous graphions sans accent : c’est le cas de cles pour le
pluriel de clef, ou de nes pour le singulier et le pluriel de nef (184d vint a la nes, 219b
fors de la nes ; mais la forme nef est la plus fréquente ; 182c s'il veïst nule nef), car il
est peu probable qu’on confonde ce mot avec la forme négative atone nes (‘ne les’) ou
avec l’adverbe nes (ou neïs ‘pas même’).
-
enfin, si le mot se termine avec la diphtongue -ié-, suivie ou non de -s, on accentue
toujours le -e- pour éviter toute ambiguïté avec une forme comportant un -e- atone
(griés ‘grave’, chiés ‘chez’, niés ‘neveu’, li briés ‘le message’). Pour les autres
diphtongues comportant un -e- (-ue-, -oe-) on n’emploie pas d’accent.
Emploi du tréma : les hiatus au 13e s.
Nous utiliserons enfin un autre signe diacritique, qui nous sert à guider la
prononciation de ce texte composé vers le premier tiers du 13e siècle et copié à la fin du même
siècle. Beaucoup de groupes de voyelles étaient des hiatus, chacune des voyelles formant une
syllabe : comme en français moderne dans néon, Noël, crier, abbaye, etc. En ancien français,
eü se prononçait en deux syllabes, enfoï (‘enfoui’) en trois syllabes, etc.
Le 13e siècle, et spécialement la fin du 13e siècle, est une période où les hiatus
commencent à disparaître. Comme ils étaient en ancien français bien plus nombreux qu’en
français moderne, et qu’il existe souvent des diphtongues proches, il est des cas où nous
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
23
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
utiliserons le tréma pour indiquer que le groupe de deux voyelles dont l’une est ainsi marquée
se prononce encore en hiatus, c’est à dire en deux syllabes.
Nous mettons un tréma sur -i- ou -u- quand il est deuxième élément d’hiatus dans les
cas suivants où il y avait un risque de confusion avec la diphtongue :
ƒ -aï- (aït SP3 du verbe aidier, Caïn / Caÿn, païs, traïe du verbe traïr ‘trahir’
distingué de traie SP3 du verbe traire ‘tirer’),
ƒ -aü- (meschaü),
ƒ -eï- (feïst, aseïssent, preïs, creï, deïté, et donc aussi : reïne),
ƒ -oï- (poïst, afoï, oï ‘entendu’ distingué de oi en une syllabe ‘j’entends’, oïl),
ƒ -uï- (un seul cas : amuï).
Nous ne l’utilisons pas en revanche dans des cas où il n’y a aucune ambiguïté car il
n’existe pas alors de diphtongue correspondante :
ƒ -ae- (praerie),
ƒ -ea- (seant),
ƒ -eo- (reonde),
ƒ -eoi- (seoir),
ƒ -ia- (terriane),
ƒ -io- (resurrection, passion),
ƒ -ua- (puant).
Nous ne l’utilisons pas non plus dans les cas suivants où il pourrait y avoir confusion
entre deux mots dont l’un comporte un hiatus et l’autre non, mais où le contexte lève toujours
l’ambiguïté :
ƒ -eu- (teu, seu, peu, d’où un cas d’ambiguïté levée par le contexte : peu ‘peu’ / peu
‘rassasié’ / peu ‘pu’) ; en outre cet hiatus -eu- est en train de se réduire, comme
l’atteste par exemple la graphie inverse offerte par le manuscrit K : moreussent au
passé simple au lieu de la forme attendue morussent ;
ƒ -ie- (conchier, terrienne, pacience, etc.), d’où deux cas d’ambiguïté possible, mais
là aussi levée par le contexte : crient en deux syllabes ‘ils crient’ / crient en une
syllabe ‘il craint’ ; deviez en trois syllabes (participe passé du verbe devier
‘mourir’ : § 279 et 332), et deviez en deux syllabes (‘vous deviez’, personne 5 de
l’indicatif imparfait du verbe devoir) ;
ƒ -oe- (loer) avec hiatus, bien que dans d’autres mots le groupe -oe- soit une
diphtongue (oevre) ;
ƒ -ue- , d’où un cas d’ambiguïté, mais également levée par le contexte (puez en deux
syllabes du verbe puïr ‘vous puez’ / puez en une syllabe ‘tu peux’).
Il y a quelques risques d’ambiguïté dans nos choix, mais toujours le contexte lève ces
hésitations.
Ajout de la cédille
Nous avons introduit l’usage de la cédille pour indiquer la prononciation [s] de -cdevant -a- et -o-.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
24
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
4.4. Résolution des abréviations
Il est en ancien français des mots si fréquents qu’il n’apparaît pas nécessaire au copiste
de les écrire complètement. Les abréviations utilisées dans le manuscrit K étaient courantes au
Moyen Âge, mais cela fait bien longtemps qu’elles ne sont plus utilisées. Nous les avons donc
‘résolues’, afin d’offrir un texte lisible : nous donnons la liste de ces abréviations et de leur
résolution ci-dessous. Nous distinguons entre les abréviations d’une lettre ou d’une syllabe
indiquées par un signe spécial, les abréviations de mots particuliers très fréquents, et les
abréviations par troncation, de noms propres en particulier.
Dans la version ‘courante’ de notre édition, les abréviations sont systématiquement
résolues sans qu’on le signale, ce qui n’est bien sûr pas le cas dans les deux autres versions,
‘diplomatique’ et ‘fac-similaire’ (cf. section 5 pour plus de détails).
Abréviations vocaliques, consonantiques ou syllabiques courantes
Ces abréviations se résument à quelques signes très économiques : la note tironienne
(une sorte de 9 sur la ligne ou en hauteur), une apostrophe de suspension en fin de mot, le -x
final, les diverses sortes de barres au-dessus d’une voyelle ou d’une consonne, la barre en
travers d’une consonne, et les voyelles écrites au-dessus d’une consonne.
Notes tironiennes :
9 sur la ligne pour con- ou com- : commande / commant, comme, comment,
compaignie, conchiez, conduira, confession, confondrai, congié, connoist,
conquierre, conseilliez / conseillie / conseillera, conseust, conter, contremont,
contreval, conversent, desconfiz, encontre ;
9
en fin de mot et au-dessus de la ligne pour -os ou -us final : nous résolvons ce
signe -os pour v9 (vos) et n9 (nos), -us pour pl9 (plus) et Art9 (Artus : 163c, 177b).
Apostrophe suspensive :
’
en fin de mot pour -er ou –ier: al’ (aler 173a), men’ (mener), mest’ (mestier
176c), parl’ (parler 187b).
Tilde sur une consonne pour –or :
˜ en fin de mot ou à l’intérieur du mot pour -or : greigñ (greignor 185d), seigñ
(seignor 172d), nep̃ec (neporec 194c).
Le -x final : dans ce manuscrit, le -x final apparaît encore, dans un tiers des cas environ,
comme une abréviation de -us, mais très souvent il est devenu l’équivalent d’un -s final ;
c’est pourquoi nous ne l’avons pas ‘résolu’. Ainsi, sur une cinquantaine de mots
présentant cette marque finale, une vingtaine d’entre eux offrent plusieurs variantes : soit
la forme en -x, soit la forme en -ux, soit la forme en -lx, soit la forme en -us :
i. -ax : biaus, biaux et biax alternent (parfois dans la même page : ex. : Biax niés en
fin de colonne 161a, Biaux niés en début de colonne 161b) ; Graax alterne avec
Graaux et Graalx ; de même on a chevax / chevaus / chevaux, fuissiax / fuissiaux,
loiax / loiaux, max / maux, oisiax / oiesiax / oisiaux / oisiaus, solax / solaux /
solauz / soleux, toriax / toriaux, vessiax / vessiaux ;
ii. -ex : si tiex et itiex, Diex et Dex ne présentent aux formes fléchies que ces formes,
en revanche on a celestiex / celestielx / celestieux, chevex / cheveux, ciex / cielx,
esperitex / esperitiex / esperitelx / esperitielx / esperituex (on trouve ces quatre
formes alternant entre les fol. 168 et 199), hontiex / honteus, merveillex /
merveilleux / merveilleus, mortiex / mortelx / mortielx, naturiex / naturelx, perillex
/ perilleux / perilleus ;
iii. -ix : gentix / gentilx / gentis, vix / vilx / vilz ;
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
25
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
iv.
-ox : cox / coux.
Par ailleurs, les alternances -x/-s/-z révèlent leur quasi équivalence dans ce manuscrit
de la fin du 13e siècle : ainsi on a feux et feus dans le même passage (fol 181b), ou faux et
fauz, ou elx et els, ou leux et leus, etc.
Le p barré en bas : par (par, par mi), pt (part), pdoit (pardoint 196c) ; ou per : pdue (perdue
181c), pc (Perceval 186d), coup’ (couper 188d).
Barre de nasalité équivalant à -n- sur une voyelle: dans le manuscrit K c’est l’abréviation la
plus fréquente, spécialement à partir du folio 167 ; sur le modèle de saz (sanz), cela
concerne les mots suivants fréquents dans lesquels on restitue un -n- : avons, monter, les
adverbes en -met > -ment, la 6e personne des verbes en -et > -ent ; et également les mots
suivants : abandonnees, acomplie, aingniax, ainz, ainznez, amendera, amont, ancienne,
annonce, aparanz, aparteingne, arçons, autant, avant, aventures (187c), avint, avironné /
avironnez, avision, avons, baron(s), bien, blanc, bon / bons, braiant, bretaingne, ceanz,
ceainz, ceinne, ceint, cendal, champions, chantoit, chevauchant, ciconstance /
circonstance, cimentiere (168c), comande / comandoit / commande, comandement,
combatez, coment, comencement, commence / commença, compaingnie, compainz /
compaignon / compaingnon, confondre, conquis, contes, covient, cuidons, decevement,
deffendre / deffent, demain, demanda / demande, denonciee, descent, devant, devons,
dolenz, don, donc, donroi / doing / doingniez, dont, dormant, einsint, empeint, en,
enfrainte, enjoint, envoia, erranz / erranment, escient, estrange, firmament, fluns,
foisonnerent, fondement, fontainne, forvoiant, frain / freins, front, gent / genz, gentis,
gloutonnies, graindre, granment, grant, guerredons, habondance, honte, itant, Janaans,
laienz, l’en, lendemain, lingnage, Lion, lions, loing, loingntains, lonc, maçonné, main /
mains, mainent, maint / mainte / maintes / mainz, maintenant, maintendrai / maintient,
mande / manda, mehaingniez / mehangnié, meint, Melianz, m’en, menra, meson, mien /
miens, mon, monde, montaingne, monter / monta / monte, Mordrain / Mordrains, Nascien,
nomme / nommer / nommee, non, nonante, nonne, oiant, onnor, orendroit, orient,
oroisons, paiennie, pains, pardoint, parent / parenz, passion, perron, pesanz, plaindre /
plainz / plaingne, poing, poingnant, point, porvoiant, prendrai, preudon / preudons,
prochain / prochainnement, quant, querant, religion, remaindre / remaindra / remaindras
/ remaindrez, remananz, remembrance, renommee, reponnoit, respondi / respont,
restanche, revint, riens, ront, saingnast, saint / sainte / sainz, semblance, semonst,
senefiance, sentent, serjant / serjanz, sermonna, serpent, son, sospirant, soudainnement,
souverain, subjection, talent, tant / tanz, t’en, tendront / tint, tens, tent, terriannes,
terriennes, tornoiement, umain, vaincuz / vainquist, vendrai / vendra / vient / vint / vien /
je vieng / viengne / viengnes / vindrent, vent, verdoianz, vilains / vilainnement, voiant.
Parfois la barre de nasalité est à transcrire par -m : ainsi dans co (com), car ce mot prend cette
forme quand il est graphié en clair ; de même devant une consonne labiale : chambre,
champions, combatre, comme, flamme, membres, sommet, sembloit, temple.
Enfin parfois la barre de nasalité équivaut à une abréviation et est à transcrire par -en- ; c’est
en particulier le cas assez souvent dans les adverbes en -ment : duremt (durement),
onguemt (longuement), soudainemt (soudainnement), longuemt (longuement), ueraiemt
(veraiement) ; mais également dans d’autres mots : amdera (amendera), amtut (amentut),
comandemt (comandement), comce (comence), comt (coment), dampnemt (dampnement),
departemt (departement), estoĩt (estoient), mgier (mengier), mgiez (mengiez), ploĩt
(parloient), seremt (serement).
Les voyelles a, i et o suscrites à un q doivent être résolues en -ua-, -ui-, -uo- :
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
26
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
qant (quant) qui est très souvent abrégé, qanque (quanque / quanqu’), et neporqant
(neporquant) ;
ii. qi (qui), reqist (requist), cinqieme (cinquieme), qil (qu’il), vai~qist (vainquist) ;
iii. qoi (quoi 166b).
Dans tous les autres cas, lorsque les voyelles a, e, i, o sont suscrites, c’est un -r- qui doit être
rétabli et le groupe doit être résolu en -ra-, -re-, -ri- ou -ro- :
i. pour a suscrit : gant (grant), enta (entra), receva (recevra), uiua (vivra), paerie
(praerie), meta (metra) ;
ii. pour e suscrit : voste (vostre), mete (metre), aute (autre), autes (autres), conoiste
(conoistre), demonste (demostré), este (estre), faute (fautre), tere (terre), ente (entre)
/ entee (entree), moste (mostre), oeue (oevre), pent (prent), peste (prestre 186c),
cestiens (crestiens) ;
iii. pour i suscrit : cist (crist), pie (prie 185d), pier (prier 185d), pistre~t (pristrent) ;
iv. pour o suscrit : metoie (metroie 170a), entoit (entroit 171b), coiz (croiz 173d), auoie
(avroie) / auoiz (avroiz 188d), otoi (otroi), top (trop).
Barre au-dessus de q : elle doit être transcrite par -ue : q (que), qn (qu’en), onqs (onques), qste
(queste), ql (quel), qil (que il), iusq (jusque) ; en revanche, comme on l’a vu plus haut, q
avec i suscrit et suivi de l est transcrit qu’il ou qui l’ puisque seul un i doit être rétabli : on
a ainsi transcrit q+ tilde +il par que il, et q+ i suscrit +l par qu’il (185a, 195a, 196b, 205c,
l. 38 à comparer avec 205c, l. 1 et 4) ou qui l’ (196d, l. 20).
Barre d’abréviation à transcrire par -er- ou -ier- ou -re- : aps (aprés 163a), couch (couchier),
descovt (descovert 163b), errent (errerent), est (ester 171c), fratnité (fraternité), hbgiez
(herbergiez), hmitage (hermitage), legs (legiers), Logs (Logres), mane (maniere 163a),
men (mener), mci (merci) / mcie (mercie), me (mere), mueilles (merveilles) / mueilliez
(merveilliez), most (mostier), nom (nommer 164c), pmiers (premiers), pnt (prent), pstee
(prestee), pstre (prestre), pudom (preudom), travs (travers), trien (terrien) / trienes
(terriennes), trou (troverent), ttre (tertre), vesps (vespres), volents (volentiers) ;
Barre d’abréviation ou de suspension à transcrire par -on- : st (sont 164a) ; ou par -hés
(Josephés 167d) ; ou par -et- : prophe (prophete) ; ou par -omi- : dni (domini) ; ou
abréviation de la fin à suppleér : meesm (meesmes 183d) ; e (est 185d) ;
; après -n- ou -v- équivaut à -ost : n;re (nostre), v;re (vostre) ;
; après q et barrant le jambage est à transcrire -que : c’est le cas pour quanq; (quanque 168c,
175b).
i.
Abréviation de mots
Certains mots sont systématiquement abrégés, d’autres le sont presque toujours : il
s’agit de la conjonction de coordination et, des noms communs chevalier et chevalerie, et de
certains noms propres.
Z pour et : la conjonction de coordination n’est écrite en clair que dans quelques cas rares :
quand elle est en début de phrase avec un E- majuscule : Et, et deux fois à l’intérieur
d’une phrase (179b) ;
;/ (un point central avec une virgule au-dessus et une au-dessous) pour est (un seul cas :
222b) ;
mlt est développé en mout, et mltes en moutes, car ce sont les deux seules formes qui
apparaissent dans ce manuscrit quand ces mots sont écrits en clair ;
chevalier, chevaliers et chevalerie ne sont jamais écrits en clair dans ce manuscrit de la
Queste. Nous avons choisi de développer leurs abréviations, chlr, chlrs et chlrie,
respectivement en chevalier, chevaliers et chevalerie, qui sont les graphies correspondant
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
27
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
à la langue et au caractère dialectal de ce manuscrit, qui écrit par ailleurs pour le verbe
correspondant : chevauche.
Graphies et abréviations des noms propres
Dans le manuscrit K de la Queste, sur près de 130 noms propres au total dont une
cinquantaine n’apparaissent qu’une fois, seulement une quinzaine, des noms propres de
personnages en général, sont abrégés, par suspension le plus souvent. Les autres sont écrits en
clair, mais varient parfois dans leur graphie.
Ce sont les noms les plus fréquents qui sont abrégés, en général par suspension : ceux
de Lancelot, Gauvain, Galaad, Arthur, Perceval, principaux protagonistes, mais aussi ceux de
Bohort, Lionel, Yvain, Josephé, et de quelques autres encore. Le nom de Lancelot est toujours
abrégé, ce qui témoigne de sa célébrité au 13e siècle. Mais il faut aussi souligner que certains
noms ne sont jamais abrégés, bien que très fréquents : celui du Graal, que le copiste écrit
presque toujours avec une majuscule, ou celui de Dieu (toujours graphié avec une minuscule
dans le manuscrit).
Pour les noms propres on distinguera trois cas : ceux qui ne sont jamais abrégés, ceux
qui sont toujours abrégés, et ceux qui alternent les deux types de graphies.
Noms propres toujours écrits en clair
Certains noms propres n’apparaissent qu’une fois, et donc la seule information qu’ils
portent concerne l’usage de la déclinaison, on les évoquera dans l’étude de la langue du
manuscrit (cf. section 7).
Quelques noms propres, de personnages ou de lieux, ne sont jamais abrégés, et sont
invariables : Crudel, David, Elyezer, Escorant, Eve, Guenievre, Corbenyc, Joseph
(d’Arimatie), Judas, Logres, Marie, Pellés, etc.
D’autres, jamais abrégés ni déclinés, présentent cependant des graphies différentes :
Abarimacie / Arimacie / Arimatie / Arymacie, Adam / Adan, Elyan / Elyen, Ewalach /
Ewalech / Evalac, Illande / Irlande, Israel / Israhel, Sarras / Sarraz, Symeon / Symeu.
Quelques noms propres qui ne sont jamais abrégés se déclinent, avec en outre des
graphies différentes : Abiax / Abel, Caïns ou Caÿns / Caïm ou Caÿm, Calogrenanz /
Calogrenant, Diex / Dieu ou Dex / Deu ou Damediex (‘Seigneur Dieu’) / Damedieu, Graalx /
Graal, Hestors / Hestor, Melianz / Melyans / Melyanz / Meliant / Melyant / Melian / Melyan
(sept formes différentes), Mordrains / Mordrain (avec une barre de nasalité parfois), Priadans
/ Priadan, Salemons / Salemon (avec parfois une barre de nasalité), Tholomers / Tholomer,
Urlans / Ullan, Vagans / Vagan, et quelques autres moins fréquents (cf. 7.2).
Noms propres toujours abrégés
C’est le cas de quelques noms propres seulement, sept au total : Lancelot, Bademagus,
Gaheriet, Keu, Yvain, Jérusalem, Jhesucrist. Pour ces noms, nous ne disposons pas de forme
claire dans le texte : comment résoudre l’abréviation ? On a suivi dans ce cas l’usage le plus
fréquent dans les textes en prose arthuriens du 13e siècle.
Lancelot (225 occurrences) apparaît toujours dans le manuscrit K sous la forme Lanc.,
suivie d’un point au milieu de la ligne et avec un tilde sur le -c- : nous le transcrivons
Lancelot, sans flexion, ce qui semble être sa réalisation la plus fréquente au 13e siècle –
contrairement au 12e siècle où il se déclinait.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
28
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Quatre autres noms de personnages sont systématiquement abrégés dans notre
manuscrit : le nom de Bademagus (13 occurrences) est abrégé soit en bad’. ou band.’, soit en
badem., avec une barre d’abréviation sur le m ; on le résout Bademagus / Bandemagus quand
il a fonction de sujet, et Bademagu / Bandemagu pour le régime. Gaheriet (4 occurrences),
abrégé en Gah.’, est résolu avec -z quand il est sujet. Le nom du sénéchal Keu (4 occurrences)
est toujours abrégé en K., que nous résolvons en Keus car il a soit la fonction de sujet (3 fois),
soit celle d’apostrophe (une fois). Le nom d’Yvain enfin (13 occurrences) est toujours abrégé
en .y. ; on le développe en le déclinant, car les termes qui l’accompagnent se déclinent (mes
sires Y., Y. l’Avoltre).
Enfin l’abréviation jerl~m est transcrite Jerusalem (6 fois), et jhucrist (89) / jhucriz
(6), avec une barre d’abréviation sur le u, sont transcrits en Jhesucrist/-criz.
Noms propres tantôt écrits en clair, tantôt abrégés
Il en est de trois sortes : ceux qui apparaissent invariables quand ils sont en clair quelle
que soit leur fonction, ceux qui varient par la déclinaison, et ceux dont la graphie varie.
Dans le cas où la graphie en clair est toujours la même, on résout la forme abrégée
comme la forme en clair. C’est le cas de Artus, Galaad et Perceval. Le nom du roi Arthur (29
cas dans K), Artus, s’abrège rarement (Art9) et ne se décline pas dans le manuscrit K ; en
revanche dans le manuscrit Z complémentaire il se décline (Artus en fonction de sujet, Artu
ou Artur comme régime). Le nom de Galaad (242 occurrences) est souvent écrit en toutes
lettres et n’est jamais fléchi ; son abréviation par suspension (Gal’.) est donc transcrite
Galaad. De même Perceval (167 occurrences), invariable quand il est écrit en clair quelle que
soit sa fonction, est souvent abrégé par suspension en Perc’. Enfin, l’un des rares noms de
lieu à pouvoir être abrégé, Kamaalot, alterne avec Camaalot, parfois abrégé de sa fin.
Formes déclinées des noms propres abrégés
Les noms propres respectant bien la déclinaison n’offrent pas de difficulté en cas
d’abréviation. Ainsi Gauvain (98 occurrences), bien qu’il soit presque toujours abrégé en G.,
apparait en clair une fois dans ce manuscrit de la Queste, et sous la forme du cas-sujet en
fonction d’apostrophe : Gauvains (fol 198a). En outre il est souvent précédé de l’expression
mes sire(s) ou mon seignor, qui se décline. Nous avons donc fait l’hypothèse que le nom
Gauvain se déclinait régulièrement, comme c’est d’ailleurs le cas dans d’autres textes au
Moyen Âge, et nous résolvons l’abréviation suivant sa fonction : Gauvain (23 cas) en
fonction de cas-régime et en particulier quand le G. est précédé de mon seignor, et Gauvains
(75 cas) en fonctions de sujet et d’apostrophe, souvent précédé de mes sire (en apostrophe) ou
mes sires (en sujet) puisque la seule fois où il apparaît sous cette forme c’est dans cette
fonction. Ainsi : Ha ; G. (fol. 163d) est transcrit : « Ha, ! Gauvains… » ; et G. G. (ibidem) est
transcrit : « Gauvains, Gauvains… ». Les groupes doublement abrégés mes s. G. ou mon s. G.,
ainsi que les groupes triplement abrégés m. s. G., sont transcrits mes sire(s) Gauvains ou mon
seigneur Gauvain suivant leur fonction.
De la même façon, Josephés / Josephé se décline quand il est en clair, et quand il est
abrégé par suspension (josep. avec une barre de suspension sur le p), le -s de flexion est
indiqué. Il est un seul cas, en fin de ligne (au § 46, fol 167d) où il est abrégé en josp- et non
pas en josp-s (Josephés) comme on l’attendrait. Inversement, par trois fois (fol 192a, 224a,
224a) on a la forme Josephés avec -s en fonction de régime. De même le nom de Merlin,
Mellins / Mellin, est lui aussi bien décliné ; il ne s’abrège qu’une fois en fin de ligne en mell;
en fonction de sujet : on a donc dans ce cas transcrit Mellins (178a). De même encore
Nasciens ou Naciens / Nascien, qui est parfois abrégé (Nasc. avec une barre sur le c) ; sur 11
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
29
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
occurrences avec –s final, 7 sont en fonction de sujet , 3 après l’expression avoir nom, et 1
comme complément (192b) ; et sur les 8 occurrences de Nascien, 5 sont en fonction de régime
et 3 de sujet ; quand il est abrégé en fonction de sujet nous l’avons graphié Nasciens, au cassujet, puisque c’est sa forme la plus fréquente en cette fonction (209c, 209d).
D’autres noms en revanche posent un problème de transcription quand ils sont
abrégés, car ils se déclinent irrégulièrement lorsqu’ils sont écrits en clair : c’est le cas de
Bohort de Gaunes, personnage fréquent (153 occurrences), cousin de Lancelot et frère de
Lionel, qui est presque toujours écrit en clair mais mal et peu décliné ; comme c’est souvent la
forme Boort (129) qui est sujet, dans les rares cas où il est abrégé en bo., nous l’avons
transcrit Boort, sauf une fois, quand il est sujet antéposé au verbe. Et une fois nous avons la
graphie Bohes (fol 163a : sujet).
Le cas de Lionel enfin (31 occurrences), frère de Bohort et cousin de Lancelot, est
particulier. Son nom varie fortement. Parfois il apparaît sous la forme longue (4 fois)
Lyoniaux, Lyonel (au premier fol. 160b et aux fol. 202b et 204c), mais plus souvent (27 fois)
sous une forme courte sans signe d’abrègement, c’est pourquoi nous le transcrivons tel quel :
Lions / Lion (aux fol. 160c-d, 162a, 165b) et Lyons / Lyon (aux fol. 205-206). Les deux séries
de formes ne se trouvent pas dans les mêmes passages, mais il ne semble pas s’agir de deux
mains différentes.
En conclusion, dans ce texte du début du 13e siècle qui nous est conservé dans un
manuscrit copié sans doute à la fin du même siècle, on constate une sorte de fléchissement de
la déclinaison : la résolution des abréviations a tenu compte de ce facteur.
Graphies et abréviations de sire, sires, seignor
L’abréviation des diverses formes du mot sire/seignor, qui est relativement fréquente,
se présente comme un s majuscule ou minuscule entre deux points : .S. ou .s. – sans que pour
l’instant on puisse expliquer le choix de la majuscule ou de la minuscule qui est plus
fréquente. Sa résolution pose deux problèmes : celui du s initial, et celui de la forme du mot et
de sa déclinaison. Dans l’édition courante, pour le s initial, nous n’avons pas suivi les
variations du copiste, mais nous avons adopté un usage régulier : avec majuscule en tête de
discours direct, et avec minuscule ailleurs.
Le second problème concerne la résolution de l’abréviation en apostrophe ou devant
un nom propre de personnage au singulier. L’abréviation .S. ou .s. apparaît en effet dans trois
emplois différents qui correspondent à trois graphies en clair différentes dans le manuscrit.
Lorsqu’il est écrit en clair, ce mot se décline, mais selon une triple forme : sire, sires et
seignor. Seignor est toujours régime ou sujet pluriel, mais pour le cas-sujet singulier le copiste
introduit une distinction supplémentaire : la forme sire apparaît toujours en fonction
d’apostrophe (sauf à la fin du texte dans deux cas), en début de discours direct, alors que
sires, avec -s final, est toujours sujet du verbe (cf. section 7). Pour résoudre l’abréviation, on
suivra donc cet usage, et on transcrira S. ou s. en début de discours direct par Sire, alors que
dans la phrase, lorsque le mot est sujet, on transcrira la même abréviation par sires.
Cette abréviation concerne essentiellement Gauvain : l’abréviation .M.S.G.
correspond soit à mes sire Gauvains en apostrophe (sans -s de cas-sujet pour sire, mais avec s pour Gauvains), soit à mes sires Gauvains en fonction de sujet dans le récit et en particulier
en incise (avec -s de cas-sujet pour sires et pour Gauvains), soit à mon seigneur Gauvain si le
groupe est au cas régime. Ainsi par exemple : Mes .s. G. fet Lanc. (fol 161b) est transcrit :
« Mes sire Gauvains, fet Lancelot… », Sire fet .M.S.G. (fol 163c) est transcrit : « Sire, fet mes
sires Gauvains… », Si dist a mon .S.G. (fol 163d) est transcrit : si dist a mon seignor
Gauvain.., Si respont a .M.S.G. (fol 197a) est transcrit : si respont a mon seignor Gauvain.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
30
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Notons que l’expression désignant Dieu, nostre sires / seignor, n’est jamais abrégée et
comporte un –s final au cas-sujet. Le copiste l’emploie généralement sans majuscule ; mais
nous avons choisi de la transcrire avec majuscules (Nostre Sires / Nostre Seignor), comme
nous avons transcrit avec majuscule diex, etc.
4.5. Délimitation et segmentation des mots (cf. Tableau récapitulatif ci-dessous)
Séparer ce qui est graphié attaché
Comme on le voit sur la photo du manuscrit, assez souvent le scribe attache des mots
que nous avons pris l’habitude de séparer spécialement depuis les débuts de l’imprimerie. En
effet, dans les manuscrits médiévaux, bien des mots sont transcrits accolés les uns aux autres
lorsqu’ils forment une unité syntaxique. Il peut s’agir d’un enclitique précédant un mot
accentué (article + nom : ladamoisele, pronoms + verbe : illiot (= il li ot), d’un groupe
prépositionnel (entraux : entr’aux), d’une proposition brève : silidist (= si li dist), de groupes
liés (laouil = la où il).
Malgré notre parti-pris de fidélité, et afin de permettre une lecture aisée, dans notre
édition ‘courante’ nous dégroupons systématiquement ces mots en suivant les normes de la
graphie moderne, et en employant, en cas d’élision, l’apostrophe – signe diacritique qui
n’existait pas au Moyen Âge –, pour marquer la cohérence du groupe. C’est ainsi que nous
avons systématiquement séparé l’article du nom, le pronom sujet ou régime du verbe (senaloit
= s’en aloit), la préposition du nom ou du pronom qui la suit (degent = de gent). En revanche,
dans la version ‘fac-similaire’ de notre édition, les groupements opérés par le copiste sont
respectés.
Nous avons également séparé dans la version ‘courante’ les adverbes si ou tres de
l’adjectif ou de l’adverbe sur lesquels ils portent, alors qu’ils sont souvent graphiés liés. Tres
mérite quelque explication : à l’origine préposition et surtout préfixe intensif de verbe
(trespasser), d’adjectif (tresgrant) ou d’adverbe (tresbien), il reste encore préfixe au 13e s. en
particulier pour les verbes (trespasser et tressaillir sont graphiés en un seul mot dans le
manuscrit K). Pour les adjectifs et les adverbes le changement est en cours (voir MarchelloNizia 2011) : le manuscrit K donne tresbien et tres bien, tresgrant et tres grant, tresbon et
tres fole ; dans l’édition nous graphions tres séparément dans tous les cas où tres porte sur un
adjectif qualificatif ou un adverbe, en revanche devant un verbe et devant l’indéfini tout/tuit
nous le considérons comme un préfixe et nous le graphions attaché.
Il y a dans le manuscrit K quelques expressions qui sont systématiquement ou presque
écrites en une seule unité, alors qu’en français moderne nous les ‘dégrouperions’ : ersoir
(‘hier soir’ : 5 occurrences), aeise (‘à l’aise’, ‘content’).
Il y a quelques mots que le(s) copiste(s) de K graphie(nt) toujours en un seul mot,
comme nous le ferions en français moderne, mais qui, au 13e siècle, sont encore parfois écrits
en deux éléments : le nom mileu, l’adverbe jadis, etc. D’autres mots typiquement médiévaux,
à l’origine formés de deux éléments, sont également graphiés systématiquement en une seule
unité : atout (= a tout : ‘avec tout’), dejoste, ensus, huimés, pieça (= piece a ‘il y a un grand
moment’).
Quelques autres mots, en revanche, sont en deux parties, alors que l’usage sera
différent dans d’autres manuscrits : en coste (‘à côté de’).
Restent un certain nombre de mots dont la graphie, en un ou deux mots, varie encore :
nous les étudions ci-dessous et les donnons dans le Tableau suivant. S’agissant de
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
31
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
changements par grammaticalisation ou lexicalisation en cours au 13e siècle, il nous a paru
important de respecter l’usage du copiste.
Les cas de variation : mots en cours de figement
Ces variations reflètent un état de langue précis, celui du 13e siècle, et une évolution
en cours : pour tous ces groupes en cours d’unification, nous avons respecté l’usage du
copiste, et donc notre édition reflète cette variation. Dans les quelques cas où un mot de ce
type est écrit sur deux lignes, nous l’indiquons, car alors la variation n’est pas significative.
Il s’agit d’une quinzaine de formes, qui dans le manuscrit K de la Queste se présentent
tantôt sous la forme ancienne en deux mots, tantôt sous la forme plus tardive ou moderne en
un mot : on a, parfois à quelques lignes de distance ou même sur la même ligne, a eise / aeise,
a tant / atant, en mi / enmi, jus que / jusque, li quiex / laquele, mie nuit / mienuit, par mi /
parmi, puis que / puisque, quant que / quanque, quel que / quelque, toutes voies / toutevoies,
tres bien / tresbien. A cette liste il faut ajouter une vingtaine de verbes précédés des préfixes
en- et entre- ; ceux préfixés en en sont le plus souvent en deux mots (emporter, emmener),
alors que ceux préfixés en entre- sont en général graphiés en un seul mot, et, pour ceux qui
perdurent actuellement, ils continuent à former un seul mot : s’entraimer, s’entreconoistre,
entremeslé, entrepris, s’entreveoir, etc.
Il est un cas frappant, celui de jamais / jamés : sur ses 83 occurrences, il apparaît une
seule fois en deux mots séparés syntaxiquement : ‘que JA ne faudriez MAIS a damoisele’ (§
144, fol. 185c) ; et par ailleurs, ja est parfois employé seul (fol. 175d) ; l’existence de cette
variation montre que la grammaticalisation de cet adverbe n’est pas complète, mais elle est
bien près de l’être. Aeise, atant, enmi, toutevoies sont également déjà plus fréquemment écrits
en un seul mot.
Mais inversement, jusque, parmi, puisque, quan que (‘tout ce que’), quel que (… que)
sont le plus souvent encore écrits en deux éléments.
Quelques mots, enfin, présentent une graphie différente suivant leur emploi : en mi est
toujours graphié en deux éléments quand mi a sa valeur de substantif sans complément (en mi
‘au milieu’) ; mienuit est graphié en une seule forme quand il est adverbe (‘à minuit’), en deux
formes quand nuit est encore substantif et est précédé d’article (a la mie nuit ‘au milieu de la
nuit’).
Si ce qui apparaît dans notre édition sur l’écran est bien la graphie du manuscrit,
cependant, à un niveau plus abstrait, pour faciliter le traitement automatique du texte, nous
avons fait en sorte que les deux types de réalisations, scindée ou non, soient accessibles lors
de requêtes : ainsi, si l’on demande parmi, apparaîtront aussi bien les formes en deux mots
par mi que celles en un mot parmi. La liste des formes concernées et la réalisation (scindée ou
non) choisie pour les requêtes figurent dans le tableau récapitulatif ci-dessous.
Dans l’édition courante, lorsque les deux éléments de ces mots sont graphiés attachés,
le premier est en rouge.
Tableau récapitulatif des formes en cours de figement au 13e siècle et dans le
manuscrit K
Mots tels que nous les
transcrivons
Nombre d’occurrences et
graphies dans le MS
Forme retenue pour les
requêtes 7
7
Dans le langage de requête CQL, pour chercher une séquence de plusieurs formes, il faut mettre des guillemets
autour de chaque forme, vous pouvez donc copier/coller directement les exemples donnés dans cette colonne
dans le formulaire de requête.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
32
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
aeise,
a eise
16 occurrences : 14 en 1 mot,
2 en 2 mots avec un petit blanc
(173b, 179a)
atant,
44 occurrences :
a tant,
23 en 1 mot + 2 dans le ms Z
8 en 2 mots,
7 en 2 mots avec une
majuscule initiale,
4 sur deux lignes.
dejoste
3 occurrences : 3 en 1 mot
desus
44 occurrences : 44 en un
mot
devers
20 occurrences : 19 en K, 1 en
Z:
17 en 1 mot,
2 sur deux lignes (192c, 193d),
1 sur deux lignes en Z (191d)
en coste
1 occurrence : 1 en 2 mots
(petit blanc) (213c)
enmi,
15 occurrences :
en mi
10 en 1 mot, 5 en 2 mots
Verbes préfixés en en-/em- : voir détails 51 occurrences :
25 en un mot (surtout
au bas du tableau
emporter),
25 en deux mots (surtout
emmener),
1 sur deux lignes
ensus
3 occurrences : 3 en 1 mot
Verbes préfixés en entre- :
40 occurrences :
33 en 1 mot, 3 en 2 mots,
voir détails au bas du tableau
4 sur deux lignes
ersoir
5 occurrences : 5 en 1 mot
huimés
13 occurrences : 13 en 1 mot
jadis
17 occurrences : 17 en 1 mot
jamais, jamés,
83 occurrences : 78 en 1 mot
ja…mais
4 sur deux lignes (174c, 201d,
220a, 220a)
1 séparé (185c : ja ne
"aeise"
"atant" ou "a" "tant" selon
la graphie du manuscrit
"dejoste"
"desus"
"devers"
"encoste"
"enmi"
"ensus"
En un mot
"ersoir"
"huimés"
"jadis"
"jamais", "jamés" (sauf le
cas où séparés
syntaxiquement)
faudriez mais d'aide)
jusque, jusqu’, jusques
jus que, jus qu’
li quiex (que), lequel
laquele
mileu
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
"jusque"
88 occurrences :
85 dans K: 72 en 2 mots (avec
petit blanc parfois)
10 en 1 mot, 3 sur deux
lignes,
3 dans ms Z (2 en deux mots, 1
en un mot)
3 occurrences :
"lequel"
2 en 1 mot, 1 en 2 mots
8 occurrences : 8 en 1 mot
"mileu"
33
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
mïenuit,
mie nuit 8
parmi,
par mi
puisque/qu’,
puis que/qu’
quanque,
quan que,
quant que
quelque/qu’ …(que),
quel que/qu’…(que),
(+ (li) quiex que)
toutevoies / totevoies,
toute(s) voies / totes voies
L’adverbe-préfixe TRES : transcrit
séparé devant les adjectifs et les
adverbes, mais collé aux verbes :
trespasser
tressaillir
trespassement
trestuit
tresbien / tres bien
tresgrant / tres grant
tresbon, tres fole
tres devant / endroit
"mienuit"
5 occurrences :
3 en 1 mot (quand pas d’article
défini),
2 en 2 mots (avec article
défini : 174a, 181c)
63 occurrences :
"parmi" si préposition et
20 en 1 mot, 43 en 2 mots
"par" "mi" si locution
adverbiale
84 occurrences (sens temporel "puis" "que"
ou causal):
8 en 1 mot, 74 en 2 mots,
2 sur deux lignes
27 occurrences :
"quan" "que"
6 en 1 mot (dont 5 avec
abréviation de q),
21 en 2 mots
12 occurrences: 2 en 1 mot, "quelque"
7 en 2 mots,
3 sur deux lignes
(+ 1 en 3 mot : cf. li quiex)
"toute" "voies"
22 occurrences :
14 en 1 mot, 6 en 2 mots,
2 sur 2 lignes
41 occurrences :
27 préfixe : 1 nom, 24 verbes
en 1 mot
(dont 23 trespasser, 1
trespassement, 1 tressaillir), 2
trestuit en un mot,
"trespasser",
"trespassement",
"tressaillir",
"trestuit",
"tres" séparé dans les 14
cas d’adverbe
14 adverbe :
5 tresbien (3 en 1 mot)
5 tresgrant (3 en 1 mot)
1 tresbon (1 mot)
1 tres fole (2 mots : si tres fole
amor : 215b)
2 avec préposition en 2 mots
(tres devant, tres endroit)
Les verbes préfixés en EN-/EM- :
emporter 17,
enporter 13,
em porter 1,
en porter 3
51 occurrences
34 occurrences :
30 en 1 mot
(17 EMP attaché,
13 ENP attaché),
4 séparés
enmena, enmeine/nt
en mena, en meine/nt
20 occurrences :
4 en 1 mot,
16 en 2 mots
"emporter", "en" "porter"
"enmener"
8
Lorsque le mot est écrit tout attaché, nous plaçons un tréma sur le -ï- pour indiquer que le groupe -ie- forme
deux syllabes, et non pas une diphtongue.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
34
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Les verbes préfixés en entre- :
s’entramoient
s’entrebesent
s'entrecomandent
s'entrecomencierent
s’entreconurent,
s’entre conurent
s’entredemandent
s’entredonent
s’entrefierent
entrefirent
s’entrehurtent
entre meslez,
entre mellez
s’en entremetoit
entremetre
entremeïst
entremis
entremetez
entr’encontre
entreportent
entrepris
entreresgarderent
entresloignent
s’entretasterent
entretrové
entretrover
s’entrevirent,
s’entreveïssent
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
38 occurrences
2 occurrences :
2 en 1 mot (209c, 218b)
1 occurrence :
1 en 1 mot (218b)
2 occurrences :
2 en 1 mot (165d, 219b)
1 occurrence :
1 en 1 mot (211b)
2 occurrences :
1 en 1 mot (207d),
1 en 2 mots (195a avec petit
blanc)
1 occurrence :
1 en 1 mot (224d)
1 occurrence :
1 en 1 mot (201c)
2 occurrences :
1 en 1 mot (201c)
1 sur deux lignes (196b)
3 occurrences :
3 en 1 mot (195a, 206c, 209c)
1 occurrence :
1 en 1 mot (201c)
2 occurrences :
2 en 2 mots (avec petit blanc :
182b, 220d)
5 occurrences :
4 en 1 mot (167a, 170a, 179d,
194a)
1 sur deux lignes (205d)
1 occurrence :
1 en 1 mot (195b)
1 occurrence :
1 en 1 mot (201c)
3 occurrences :
3 en 1 mot (169a, 188a, 206c)
2 occurrences :
2 en 1 mot (163b, 206b)
1 occurrence :
1 en 1 mot (201c)
1 occurrence :
1 en 1 mot (211b)
2 occurrences :
2 en 1 mot (207d, 218b)
5 occurrences :
4 en 1 mot (195a, 201b, 211b,
211b),
1 sur deux lignes (219c)
"entramer"
"entrebeser"
"entrecomander"
"entrecomencier"
"entreconoistre"
"entredemander"
"entredoner"
"entreferir"
"entrefaire"
"entrehurter"
"entremesler"
"entremetre"
"entrencontrer"
"entreporter"
"entreprendre"
"entreresgarder"
"entresloignier"
"entretaster"
"entretrover"
"entreveoir"
35
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
4.6. Corrections éditoriales
On a choisi de corriger le moins possible le manuscrit de base, de façon à accorder le
maximum d’attention à la façon dont un lecteur de l’époque pouvait restituer un texte. Il reste
cependant que le scribe a pu parfois mal comprendre ou mal copier : nous corrigeons dans ce
cas, en signalant notre correction : le mot ou les mots qui ont été corrigés apparaissent en
bleu, la forme fautive (et éventuellement la nature de la faute) est indiquée entre parenthèses,
à la suite de la forme ‘correcte’ restituée. Sont en bleu et entre crochets les ajouts d’éditeur,
destinés à restituer un ou plusieurs caractères, un mot ou un groupe de mots sans doute oublié
par le scribe, et sans lequel le mot ou le passage n’aurait pas de sens.
Il reste certainement des cas où des lecteurs ou des spécialistes auraient préféré
introduire une correction : nous indiquons dans une note ces passages difficiles.
Nos interventions (202 au total) sont de trois sortes : correction d’un oubli du copiste,
correction d’une répétition erronée, correction d’une erreur de mot. Nous les analysons
successivement ci-dessous.
Restitution d’un élément manquant
La moitié de nos interventions (102) concerne la restitution d’une lettre, de quelques
lettres manquantes ou d’une syllabe manquante, ou, dans 25 cas, d’un mot ou de quelques
mots oubliés.
En particulier, on a rajouté les consonnes finales manquantes dans des mots où
habituellement le copiste les emploie, mais où exceptionnellement elles manquent, et où leur
absence peut brouiller la compréhension ; il s’agit en général de consonnes finales qui ne se
prononçaient plus à cette époque devant une consonne commençant le mot suivant, comme -s
ou -t : for en fors (2 fois), san en sanz (une fois), lor en lors (une fois), on en ont (une fois), fé
en fet, gesi en gesir, plaisen en plaisent, quan en quant, gran en grant (deux fois), richemen
en richement (une fois), etc. : c’est le cas d’omission le plus fréquent, les autres concernant
des formes comme levr pour lever, pristent pour pristrent (2 fois), fiet pour fiert, fae pour
face, etc., pures erreurs de copie.
On a également corrigé, en ajoutant un -n- intérieur, les cas où la barre de nasalité
avait été oubliée : atendet en atendent, ausit en ausint (une fois), avos en avons, eheudeure en
enheudeure, maitenue en maintenue, saite en sainte, tiennet en tiennent, etc.
Dans trois cas où l’on a corrigé, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une enclise
qui dans ce cas aurait dû être conservée : quin (corrigé en qui ne), sin (fol. 210c corrigé en si
ne), et iles (196b corrigé en il les). Mais comme dans le reste des cas semblables, fort
nombreux, il n’y a pas d’enclise, nous avons corrigé dans ces trois cas.
Dans 6 cas, c’est une syllabe entière qui manque : longuent au lieu de longuement,
mausement au lieu de mauvesement, despar au lieu de despartoit, escue au lieu de escuele.
Dans une trentaine de cas enfin, c’est un mot ou un groupe de mots qui ont été omis
sans aucun doute : leur absence rend le sens du passage obscur. Dans ces cas, nous avons
corrigé en restituant la forme manquante, souvent évidente. En voici la liste complète :
Numéro du folio,
colonne et ligne
164d, 1
165c, 26
166c, 6
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
Mot ajouté
de
fame
le
36
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
168b, 1
170a, 4
172c, 35
176b, 29
176b, 31
179c, 5
182d, 27
186a, 1
188b, 7
189b, 5
192c, 13
195b, 7
197c, 40
198c, 11
202a, 18
204a, 24
206b, 25
223a, 36
191b, 7
191c, 33
191d, 38
avec
veut
ceste costume
estre
vint a l'arbre
Dirai
lion
maniere
voit
avugles
qui
jorz
chaiere
fet
ne
Li oisiax senefie
dite
.v. anz
qui
il
en
Enfin, dans quatre cas, la partie manquante est plus conséquente. Dans deux cas, aux
folios 160a et 160d, une partie du feuillet du début a été découpée (sans doute pour prélever
une peinture initiale) ; le texte correspondant manque donc au tout début, et au verso dans la
partie de la colonne correspondante. Dans le troisième cas, une partie de phrase a été oubliée
(167b). Enfin, toute la fin du roman est manquante (feuillets perdus ? cahier perdu ?), après le
folio 224d. Dans ces quatre cas, pour restituer les parties manquantes, nous avons eu recours à
un manuscrit très proche de K, à savoir le manuscrit Z (BnF, nouv. acq. fr. 1119, folios 138
pour le début, et 191 pour la fin). Toutes ces restitutions sont annoncées, placées entre
crochets et affichées en bleu. Ajoutons que le texte ainsi inséré du manuscrit Z est lui-même
parfois corrompu, et nous avons dû le corriger ponctuellement.
Répétition erronée d’une lettre, d’une syllabe, d’un mot, d’un groupe de mots, d’une
proposition
Ce type d’erreur est moins fréquent que les oublis : on a corrigé 64 cas de répétition
superflue.
Parfois une lettre, un groupe de lettres ou une syllabe sont répétés: on corrige
(duremement, partirerent, saintefiefiee ; poignnent, compaignnie, ceinnne, desirrree, etc.).
Mais le plus souvent il s’agit de mots répétés : dans ce cas la forme surnuméraire est donnée
entre parenthèses et surlignée en rouge. Il est un cas où, après hésitation, nous avons
finalement décidé de ne pas conserver un double que (§ 63, 171b : « Nos volons, fet la
damoisele, que que vos mandez les chevaliers... ») : ne pourrait-il cependant s’agir d’un que
conjonction suivi d’un que marque de subjonctif en train d’apparaître, y compris en
subordonnée ?
Erreurs de lecture et/ou de compréhension
Ce type de faute de copie est le moins fréquent : seulement 30 cas.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
37
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Le plus souvent il s’agit d’une confusion entre des lettres qui par leur tracé sont très
proches : entre f et s « long » (ſ) (fivre au lieu de ſivre, et inversement ſanz au lieu de fauz) et
entre l et s (sen au lieu de len) ; de telles erreurs sont la preuve que le scribe copiait sur un
autre manuscrit. De même -c ou -t finaux peuvent se confondre, mais sont souvent
distinguables : donc / dont ; -cion / -tion. On a tenté à chaque fois de les distinguer.
L’erreur vient deux fois d’une lettre rubriquée mal identifiée : Oant au lieu de Quant,
Qinsi au lieu de Einsi.
Dans quelques cas enfin, il y a confusion entre des personnages (Artus et Bademagus,
Joseph et Josephé, Galaad et Perceval).
Hapax conservés
Il y a quelques cas où, malgré le fait qu’elle ne se trouve qu’une fois, on a conservé la
forme du manuscrit. Ainsi pour les formes hapax je suis (§ 38, fol. 166b), precieux (§ 95, fol.
177a), require (§ 74, fol. 172d : SP3), siegie (pour ‘siege’ § 101, fol. 177d), ullanan (§ 124,
fol. 181d : nom propre ou participe présent ?), vallez (§ 42, fol. 167a), et volentier (§ 131, fol.
183a). Au § 134 (fol.183c) on a conservé la leçon fet li rois : on attendrait fet li preudons,
mais la leçon du manuscrit n’est pas impossible, s’agissant du statut du locuteur.
Mots non attestés par ailleurs
Nous avons conservé quelques lexèmes rares ou même non attestés ailleurs, et pour
certains d’entre eux il y a quelque hésitation sur la forme : essive (165a), esmener (183c),
jorne (171d), frenzons (197d), Pente (pour Pentecoste).
4.7. Corrections scribales
Comme on vient de le voir, les scribes commettent parfois des erreurs de copie. Mais
assez souvent ils s’aperçoivent aussitôt de leur erreur, la signalent et la corrigent eux-mêmes.
Trois sortes de pratiques permettent ce ‘remords’.
D’une part, en plaçant un point sous une lettre ou un mot copiés en trop, le copiste
signale qu’il ne faut pas prendre en compte cette lettre ou cette forme : ce sont les lettres ou
mots ‘exponctués’. L’éditeur ne les donne donc pas – mais nous les signalons dans l’édition
fac-similaire.
D’autre part, quand le copiste a interverti deux mots et s’en aperçoit aussitôt, il place
devant le mot mal placé un signe d’insertion qui est une sorte de guillemet anglais, un double
trait haut, et il ajoute le même signe à l’endroit où la forme en question doit être restituée.
Enfin, lorsque le copiste a oublié un mot, ou une lettre, il peut les rajouter soit audessus de la ligne, soit en marge avec un signe d’insertion à leur place.
Dans tous ces cas d’auto-correction, l’édition courante ne retient que la forme
corrigée.
4.8. Usage des majuscules
Pour nous comme au Moyen Âge, la majuscule a deux valeurs : soit elle marque que
le mot ainsi introduit est un nom propre (de personne, de titre, de lieu, de fête), soit elle
marque le début d’une phrase après un point ou en tout début de texte, ou en début d’un titre,
ou un début de discours direct.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
38
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Pour les noms propres de lieux (Kamaalot), de fêtes religieuses (Pentecoste,
Pasque(s)), de personnages (Jhesucrist, Nostre Seigneur ou Nostre Sire(s), Galaad, Perceval,
etc.) le copiste emploie souvent la majuscule, mais pas systématiquement. Dans les quelques
cas où il l’omet pour ces noms, on l’ajoute, de même que pour Graal qui prend lui aussi
presque toujours une majuscule dans le manuscrit (sauf deux fois).
Il est quelques noms que le copiste écrit toujours ou souvent sans majuscule : c’est le
cas de lanc. (toujours abrégé par ailleurs), rois mehaigniez, ou encore de dieu : nous avons
systématiquement employé la majuscule dans ces cas. En revanche on n’utilise pas de
majuscule pour table reonde, ni pour siege perilleux, ni pour saint esperit, le manuscrit
n’employant jamais de majuscule dans ces cas.
Si parfois nous ajoutons une majuscule, en revanche nous n’en supprimons jamais :
l’emploi des majuscules dans ce manuscrit a été respecté, même dans quelques rares cas où le
manuscrit place une majuscule en début d’un nom commun (les granz Galoz, ma Nascion,
Paraboles).
Pour la majuscule signe de ponctuation, nous suivons l’usage du copiste : le
manuscrit K, comme on le verra, emploie comme signe de ponctuation essentiellement le
point placé en milieu de ligne. Lorsque le copiste emploie une majuscule après ce point, nous
le suivons, et nous considérons ce point comme l’équivalent de notre point, signe de
ponctuation forte. En revanche, le point non suivi de majuscule marque une ponctuation
moins forte, nous le transcrivons par une virgule (cf. ci-dessous).
Nous avons fait seulement deux exceptions à cette règle de fidélité. La première
concerne les débuts de discours direct et les changements de locuteur, où nous avons
systématiquement introduit des majuscules et des marques de ponctuation modernes (deuxpoints, guillemets, tirets). La seconde concerne les quelques cas où une incise du type fet N se
trouve juste en fin de discours direct ; dans ce cas, nous employons systématiquement un
point suivi de majuscule pour retourner au récit, même si le manuscrit ne le fait pas (huit cas :
162c, l.11 (et lors), 166c, l. 27 (et il monte), 168b, l.17 (et il en ont), 169d, l. 23 (et il en est
trop), 174c :30 (et lors), 178a, l. 25 (et lors), 215a, l. 17 (et il), 223c, l. 9 (et prent)).
4.9. Ponctuation : des règles de ‘transcription fidèle’
La ponctuation est une manière de structurer un texte, en le segmentant en unités
sémantiques et/ou syntaxiques. Les signes de ponctuation utilisés par le copiste du manuscrit
K sont au nombre de trois : le point (ou punctus), le point-virgule inversé (le comma ou
punctus elevatus), et le point d’interrogation (ou punctus interrogativus).
Le point, placé en milieu de ligne, est la ponctuation habituelle du manuscrit K ; il se
combine ou non avec une majuscule au début du mot suivant pour indiquer un degré plus ou
moins fort de rupture. En conséquence, comme on vient de le dire, nous le transcrivons de
deux façons différentes : s’il n’est pas suivi d’une majuscule, nous le transcrivons par une
virgule ; s’il est suivi d’un mot commençant par une majuscule, nous le transcrivons par un
point suivi de majuscule.
Il est un cas cependant où, bien que nous ayons suivi notre règle, on peut se demander
s’il s’agit d’une ponctuation forte : la conjonction ne introduisant une phrase négative est
souvent précédée d’un point et graphiée avec une majuscule : « . Ne » ; nous séparons donc
cette phrase de la précédente par une ponctuation forte.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
39
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Signalons le seul cas où nous avons systématiquement ajouté des virgules alors que le
copiste n’en emploie pas souvent : c’est autour des locutions ‘inquit’ (incises) du type : fet il,
dist mes sires Gauvains, etc., insérées dans un discours direct.
Le manuscrit connaît le point d’interrogation, mais comme il l’utilise bien moins que
nous ne le ferions, nous avons transcrit le point d’interrogation du manuscrit par un double
point d’interrogation ( ?? : 72 cas), et par ailleurs quand il n’y en avait pas dans le
manuscrit, nous en avons ajouté un à la fin des interrogatives directes, pour faciliter la
lecture : donc un point d’interrogation simple est toujours un ‘ajout’ de notre part, un point
d’interrogation double indique que le copiste en avait employé un.
Le manuscrit K, comme bien des manuscrits du 13e siècle, connaît en outre le comma
(punctus elevatus), un point-virgule inversé : il en offre plus de 200 occurrences. Ce signe est
employé soit après l’exclamation « Ha » ou « Hé » en début de discours direct (68 cas, donc
dans deux occurrences sur trois de ces mots), soit dans le récit, pour marquer l’existence
d’une corrélation entre deux parties d’un énoncé (une quarantaine de cas au total), et, nous en
avons fait l’hypothèse, pour indiquer une élévation de la voix entre ces deux segments. Dans
les deux cas, après Ha ou Hé et en corrélation, on a transcrit ce signe par une sorte de pointvirgule inversé : Ha .‘ sire… ; Et endementres qu'il parloient einsi .‘ si entrerent laienz .iii.
nonains … (Sur l’interprétation de ce signe voir Marchello-Nizia 2007).
4.10. Structuration du texte par des lettres ornées et rubriquées petites et grandes
Au-delà des phrases, les écrits sont également structurés à un niveau macro-textuel.
Dans notre texte, la structure du récit est marquée de façon hiérarchisée, à trois niveaux :
o en premier lieu, au tout début, par une peinture de près d’une demi-page qui a été
découpée par un malfaiteur (correspondant à notre page de titre) et qui correspondait sans
doute aux débuts des autres romans dans le manuscrit K ;
o en second lieu, le texte est scandé par 16 grandes lettres initiales très ornées, des lettrines
alternativement bleues ou rouges, sur une hauteur de 6 lignes, qui correspondraient à des
chapitres (nous les indiquons) ;
o enfin, des lettres colorées plus petites au nombre de 330, bleues ou rouges, sur 2 lignes,
délimitent des parties correspondant à des paragraphes. Si l’on ajoute à ces subdivisions
les 3 paragraphes que nous prenons du manuscrit Z qui nous a servi à compléter le texte
amputé du manuscrit K, nous aboutissons aux 349 paragraphes qui scandent la Queste, et
que nous avons numérotés pour faciliter la lecture et la référenciation.
Les 16 grandes lettrines rubriquées
Les 16 lettres rubriquées présentent une régularité frappante : dans 15 cas, il s’agit
d’un O majuscule : 14 fois, or introduit une formule figée : Or dit li contes que…(le verbe est
toujours au présent), 1 fois on a : Or me dites. Et une seule fois, il s’agir d’un U majuscule
équivalant de -v- : Voirs fu après la passion Jhesucrist (fol. 192).
Voici la liste de ces 16 grandes majuscules :
1)
2)
3)
4)
5)
Fol 166 (§ 37) : Or dit li contes que…
Fol 169 (§ 53) : Or me dites…
Fol 169v (§ 56) : Or dit li contes que…
Fol 171v (§ 67) : Or dit li contes que…
Fol 172v (§ 75) : Or dit li contes que…
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
40
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
6) Fol 176v (§ 94) : Or dit li contes que…
7) Fol 187v (§ 152) : Or dit li contes que…
8) Fol 192 (§ 174) : Voirs fu aprés la passion…
9) Fol 195 (§ 186) : Or dit li contes que…
10) Fol 198v (§ 196) : Or dit li contes que…
11) Fol 206v (§ 223) : Or dit li contes que…
12) Fol 210v (§ 246) : Or dit li contes que…
13) Fol 213v (§ 270) : Or dit li contes que…
14) Fol 218 (§ 298) : Or dit li contes que…
15) Fol 218v (§ 302) : Or dit li contes que…
16) Fol 222v (§ 329) : Or dit li con tes que…
Concernant la structuration du texte par les lettres rubriquées que nous avons traduites
en paragraphes, il n’y a pas à notre connaissance deux manuscrits de la Queste qui présentent
excatement le même nombre de paragraphes : le manuscrit K complété par le manuscrit Z
offre 349 paragraphes, le manuscrit de Berkeley édité par F. Bogdanow en donne 333, et le
manuscrit de Bonn édité par G. Gros 370.
4.11. Le Discours direct et les trois niveaux d’enchâssement de discours
Il est un signe en revanche que ne connaissaient pas les manuscrits, et que les éditeurs
modernes introduisent systématiquement : il s’agit des « guillemets », adoptés aux 16e-17e
siècles par les imprimeurs, et qui facilitent le marquage du discours direct. Nous les faisons
précéder comme c’est l’usage de deux-points au début, et d’un point à la fin, en utilisant le
tiret en cas de changement de locuteur.
Dans quelques cas, un discours direct est enchâssé dans un discours direct (ainsi par
exemple en 167c, 168d, 169a et 171c). : nous en indiquons les limites par des guillemets
anglais :
« …Et la voiz
qui desoz la tombe issoit senefie la doulereuse parole
qu'il distrent a Pilate le prevost : "Li sans de lui
soit sor nos et sor noz enfanz." Et par cele parole furent
il destruit aux et lor enfanz et quan qu'il avoient.
Einsi poez vos veoir en ceste aventure la senefiance
de la passion Jhesucrist,… » (fol 169a, l. 27-28)
Parfois même, on a un enchâssement de discours direct au troisième niveau, comme
dans le passage suivant, où un religieux tient un long discours à Lancelot, au cours duquel il
cite le récit que fait l’Evangile des noces, et dans ce récit se situe le discours des personnages
de cet épisode ; pour différencier ces divers niveaux d’enchâssement, nous utilisons les
guillemets français (« .. ») pour le discours direct de premier niveau, les guillemets anglais
("..") pour le second niveau (qui est une citation de l’écriture en fait), et le guillemet triple
pour le troisième niveau d’enchâssement où il s’agit réellement d’une prise de parole :
« Ausi est de cels qui en ceste queste sont entré ort
et conchié des vices terriens qu' il ne savront tenir
ne voies ne sentiers, ainz vont foloiant par les
estranges terres. Si est avenue la semblance
de l'evangile la ou ele dit : “ Il fu jadis .i. preudons
riches qui ot apareillié a fere noces et semonst
ses amis et ses parenz et ses voisins. Quant les tables
furent mises si envoia ses mesages a cels
qu'il avoit semons, et lor manda qu'il venissent
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
41
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
car tout ert prest. Cil targierent et demorerent
tant qu' il ennoia au preudome. Et quant il vit
qu' i ne vendroient pas si dist a ses serjanz : “‘ Alez
de ci et cornez parmi les rues et parmi les chemins
et dites as povres et as riches et as estranges
et as privez qu' il viegnent mengier, car les
tables sont mises, et tout est prest . ”’ Cil firent le
comandement lor seignor, et en amenerent tant
avec aux que la meson fu pleine. ” ... » (fol 190b, l. 19-190c, l. 16)
De même en 167b, l. 27-168a, l. 33, le récit du Chevalier aux armes blanches à Galaad
comporte également trois niveaux de discours : la réponse du Chevalier à Galaad, qui
comporte un dialogue entre Ewalach et Joséphé, et dans sa prise de parole Joséphé cite des
paroles qui devront être prononcées par Ewalach (167c, l. 17-20).
Enfin, pour les inscriptions gravées, qui sont des sortes de discours rapporté, et qui en
général ne sont pas introduites par une ponctuation dans le manuscrit, on adopte deux-points
suivi de guillemets anglais simples (‘…’) ; de même pour les citations de l’Evangile.
5. Versions ‘diplomatique’ et ‘fac-similaire’
Nous n’évoquerons dans cette section que les traits qui distinguent chacune de ces
deux versions de la transcription du manuscrit de la version ‘courante’ présentée en détail
dans la section précédente.
5.1. Transcription ‘diplomatique’
Cette version de la transcription représente le manuscrit d’une manière plus fidèle
encore que la version courante. Les caractères restitués à la place des abréviations y sont
signalés par les italiques ; dans un second temps, nous bannirons les signes diacritiques
modernes (tels que l’accent aigu ou le tréma), ce qui permettra de conserver une certaine
ambiguïté propre au système graphique du manuscrit. En même temps, pour faciliter la
lecture, on interprète les séries de jambages et on ne tient pas compte des variations
graphiques qui ne jouent pas le rôle de graphèmes distincts dans le système graphique.
Voici la liste de ses traits caractéristiques (nous suivons le même ordre de présentation
que dans la section 4) :
• transcription des voyelles et des consonnes :
o les séries de ‘jambages’ où aucune distinction graphique n’est perceptible entre les
caractères -i-, -n-, -m- et -u- sont interprétées (ııııe est transcrit une ou mie, puisque le
contexte permet de lever toute ambiguïté) ;
o les distinctions de variantes de caractères (-s- ‘long’ vs. -s- ‘rond’) sont supprimées,
comme dans la version courante ;
o pas de distinction ‘ramiste’ des lettres -u-/-v- et -i-/-j- : les lettres -i- et -u- sont
utilisées comme dans le manuscrit, quelle que soit leur ‘valeur’ phonétique (consonne
ou voyelle) ;
• signes diacritiques :
o le seul signe introduit est le point sur le -i-, en revanche l’accent long qui apparait
parfois sur ce caractère dans le manuscrit disparait ;
o on n’utilise ni l’accent aigu sur le e tonique, ni le tréma dans les hiatus, ni la cédille
sous le c ;
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
42
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
•
•
•
•
•
•
•
•
abréviations :
o les abréviations sont résolues, mais les caractères « restitués » sont signalés par les
italiques ;
délimitation des mots :
o on applique les mêmes règles que dans la version courante ;
corrections éditoriales :
o les corrections éditoriales sont appliquées et les formes du manuscrit considérées
comme erronées sont données entre parenthèse avec la mention sic, comme dans la
version courante ;
o les formes ajoutées à la place des lacunes du manuscrit sont placées entre crochets et
colorées en bleu, comme dans la version courante ;
corrections scribales :
o ces corrections sont intégrées dans le texte, comme dans la version courante ;
majuscules :
o toutes les majuscules sont celles du manuscrit, aucune majuscule n’est utilisée dans les
noms propres ou au début du discours direct si elle n’est pas présente dans le
manuscrit ;
ponctuation :
o application des mêmes règles de transcription que dans la version ‘courante’ pour la
ponctuation « syntaxique » (point et majuscule si dans le manuscrit il y a un point
suivi d’une majuscule, virgule et minuscule si dans le manuscrit il y a un point suivi
d’une minuscule, maintien du comma) ;
o aucune ponctuation absente dans le manuscrit n’est introduite (pas de guillemets, ni de
tirets dans le discours direct, pas de virgules avant et après les incises, pas de
ponctuation forte au début ou à la fin du discours direct si elle ne provient pas du
manuscrit) ;
o le point d’interrogation est utilisé seulement s’il y en a un dans le manuscrit ;
structuration du texte :
o comme dans la version ‘courante’, la division en paragraphes est basée sur les initiales
du manuscrit, les différentes versions sont par ailleurs alignées au niveau du
paragraphe ;
discours direct :
o le discours direct est marqué par un surlignage bleuté, comme dans la version
courante, mais aucune ponctuation absente du manuscrit n’est utilisée.
5.2. Transcription ‘fac-similaire’
Cette version de la transcription se rapproche davantage encore du système graphique
du manuscrit en conservant la distinction des variantes de caractères, les marques
d’abréviations, la segmentation des mots originale et les signes de ponctuation médiévaux.
Cette transcription peut être utile pour des recherches paléographiques et parfois linguistiques
(étude des systèmes graphiques et de la ponctuation du Moyen Âge). Compte-tenu de son
coût élevé et de son usage relativement limité, la transcription ‘fac-similaire’ a été réalisée
uniquement pour les 2 premiers folios du manuscrit K (160rv et 161rv) et complétée par les
passages correspondants du manuscrit Z (138rv) là où le manuscrit K présente des lacunes.
Voici la liste de ses traits caractéristiques :
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
43
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
•
•
•
•
•
•
•
9
transcription des voyelles et des consonnes :
o les séries de ‘jambages’ où aucune distinction graphique n’est perceptible entre les
caractères -i-, -n-, -m- et -u- sont néanmoins interprétées (ııııe est transcrit une ou mie,
puisque le contexte permet de lever toute ambiguïté) ;
o les variantes de caractères identifiables (allographes) sont maintenues (-s- ‘long’ vs. s- ‘rond’), la liste complète des ‘caractères spéciaux’ utilisés figure dans le Manuel
d’encodage BFM-Manuscrits 9 , l’installation d’une police de caractères compatible
MUFI v. 3 (par exemple, Andron Scriptor Web) est nécessaire pour visualiser ces
variantes de caractères ;
signes diacritiques :
o aucun signe diacritique absent du manuscrit n’est introduit dans la transcription ‘facsimilaire’ ;
o notamment, on n’utilise pas le point sur le -i-, l’accent long qui apparait parfois sur ce
caractère dans le manuscrit est représenté par un accent aigu (-í-) ;
abréviations :
o les marques d’abréviation sont reproduites de la manière la plus fidèle au manuscrit
possible, la liste complète des marques d’abréviation médiévales utilisées dans la
présente édition figure dans l’Annexe X, l’installation d’une police de caractères
compatible MUFI v. 3 (par exemple, Andron Scriptor Web) est nécessaire pour
visualiser ces caractères ;
délimitation des mots :
o la segmentation graphique du manuscrit est respectée : aucun espace blanc n’est ajouté
ou retiré dans la transcription ;
o dans certains cas, des mots sont séparés par un espace blanc visiblement plus petit que
celui qui sépare des mots autour, ce ‘petit blanc’ n’est pas distingué d’un blanc
‘normal’ à l’heure actuelle ;
corrections éditoriales :
o la forme du manuscrit considérée comme erronée est surlignée en rose, aucune
suggestion de correction n’apparait dans la version ‘fac-similaire’ ;
o les formes ajoutées à la place des lacunes du manuscrit sont placées entre crochets et
colorées en bleu, comme dans les versions courante et diplomatique, il s’agit d’une
transcription ‘fac-similaire’ des formes correspondantes du manuscrit complémentaire
(Z) ;
corrections scribales :
o ces corrections sont représentées à l’aide de marques proposées par F. Masai (1950) :
ƒ \ / : addition interlinéaire ;
ƒ / \ : addition sur la ligne ;
ƒ [ ] : (en rouge) suppression par n’importe quel procédé ;
ƒ [e / a] : (en rouge) substitution d’un -e- par un -a- ;
majuscules :
o toutes les majuscules sont celles du manuscrit, aucune majuscule n’est utilisée dans les
noms propres ou au début du discours direct si elle n’est pas présente dans le
manuscrit ;
<http://ccfm.ens-lyon.fr/IMG/pdf/BFM-Mss_Encodage-XML.pdf>, p. 35-37
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
44
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
•
ponctuation :
o reproduction la plus fidèle possible des marques de ponctuation médiévales (le point,
le comma, le point d’interrogation médiéval), l’installation d’une police de caractères
compatible MUFI v. 3 (par exemple, Andron Scriptor Web) est nécessaire pour
visualiser ces caractères ;
structuration du texte :
o les initiales du manuscrit sont représentées par des caractères majuscules de grande
taille, de même couleur que dans le manuscrit ;
o le discours direct est marqué par un surlignage bleuté, comme dans les versions
courante et diplomatique, mais aucune ponctuation supplémentaire n’est introduite.
•
5.3. Tableau synthétique des trois versions de transcription
Type de données
Abréviations
médiévales
Version courante
résolution tacite
x final pouvant
correspondre à us
u/v ; i/j
(voyelle/consonne)
Séries de jambages
Distinction ci/ti, ct/tt
Diacritiques
modernes :
e/é/ë, c/ç
Diacritiques
médiévaux
Version
diplomatique
résolution avec la
mise en italique des
caractères ajoutés
maintien de x
v, j = consonnes
u, i = voyelles
usage de diacritiques
dans des cas précis
interprétation
interprétation
absence de totale
diacritiques
suppression
Version facsimilaire
reproduction de la
marque d’abréviation
identique au
manuscrit (pas de
point suscrit)
absence de
diacritiques
modernes
maintien
í, ẏ
Variantes
calligraphiques :
s ‘long’ ; r ‘rond’ ; n
et m finaux, etc.
Ligatures
Grandes initiales
(lettrines)
Ponctuation
« syntaxique »
neutralisation
séparation
un nouveau paragraphe à chaque lettrine, la
taille et la couleur ne sont pas prises en
compte
- un point pour un point du manuscrit suivi
d’une majuscule
- une virgule pour un point suivi d’une
minuscule
- .´ pour un comma-
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
maintien
maintien partiel
représentation de la
taille et de la couleur
de l’initiale
maintien des
marques médiévales
45
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Ponctuation du
discours direct
Segmentations
particulières
(agglutinations et
déglutinations)
Corrections scribales
- usage de guille- mêmes règles que
mets, de tirets et de
pour la ponctuation
ponctuation forte au
« syntaxique »,
début et à la fin du
aucune ponctuation
discours direct et de
supplémentaire n’est
virgules autour des
introduite
incises
- ? pour un point
- ?? pour un point
d’interrogation
d’interrogation
médiéval
médiéval
- ajout d’un point
d’interrogation si
nécessaire
normalisation en général ;
maintien dans les locutions en cours de
figement
maintien des
marques médiévales,
aucune ponctuation
supplémentaire
texte corrigé
maintien des
marques de
correction
texte corrigé
maintien total
6. Traduction, index des noms propres, glossaire
6.1. Traduction
La traduction que nous joignons au texte est pour l’instant hybride : les cent premiers
paragraphes sont traduits de façon très littérale, en restant très près de chaque mot du texte.
Pour la suite, la traduction est plus littéraire tout en restant très exacte.
6.2. Index des noms propres et glossaire
La présence de la traduction, et l’outil de requête joint à l’édition affichant facilement
toutes les occurrences d’un mot donné dans le texte peuvent contribuer à bien identifier le
sens des mots du texte.
Nous avons cependant pensé utile de joindre à l’édition, comme c’est de tradition, un
Index complet des noms propres, ainsi qu’un Glossaire des mots qui nous ont paru peu
transparents ou porteurs d’ambiguïté. Nous avons identifié chaque terme du glossaire par une
étiquette morphologique, en précisant les diverses formes fléchies ou conjuguées parfois
difficiles à identifier. En revanche, ni pour l’Index ni pour le Glossaire, nous n’avons donné
la référence des occurrences des mots, car l’outil de requête offre cette fonctionnalité, en
donnant en outre le nombre total d’occurrences de la forme et en affichant le contexte de
chaque occurrence.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
46
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
7. La langue du ou des copiste(s)
7.1. Traits dialectaux
Cette copie comporte relativement peu de traits dialectaux. On notera cependant
quelques traits de la région du nord (cf. Pope p. 489, § xvii) : la forme aux pour le pronom
personnel régime de troisième personne au pluriel, les formes çaus / çax pour le démonstratif
pluriel de la série CIL, ainsi que la forme solaux / solauz (une fois soleux).
7.2. Déclinaison
Les désinences : formes et usages
Dans ce manuscrit de la fin du 13e siècle, copie d’un texte composé au début du même
siècle, la déclinaison des noms communs est généralement assez bien opérée. Mais pour les
noms propres l’usage est moins régulier : certains noms fréquents et qui pourraient se décliner
ne le font pas ; et d’autres se déclinent de façon un peu irrégulière, utilisant parfois les formes
de CS comme régime (c’est rare), ou bien plus souvent la forme de CR comme sujet ; il n’est
qu’un petit nombre de noms propres qui se déclinent suivant le modèle grammatical strict :
pas plus d’une dizaine. C’est ainsi que Artus, Galaad et Perceval sont invariables dans le
manuscrit K quand ils sont écrits en clair.
Et comme on l’a vu plus haut (§ 4.4), les marques désinentielles de déclinaison qui
correspondaient à des origines et à des prononciations différentes tendent à se confondre : -x/z/-s de désinence alternent assez souvent pour les mêmes mots.
Le cas de sire apostrophe / sires sujet
Un usage singulier des marques de déclinaison est à souligner : à propos d’un mot
particulier, sire au singulier, le copiste (l’auteur ?) opère une distinction entre la fonction
d’apostrophe, et dans ce cas il écrit sire, et les fonctions de sujet et d’attribut du sujet, pour
lesquelles il ajoute le -s désinentiel typique de la première déclinaison : sires. Nous avons
évoqué ce cas à propos de la résolution des abréviations (cf. 4.4). Le manuscrit présente ainsi
quatre formes en clair : sire, sires, seignor, seignors. On trouve donc dans ce texte
systématiquement graphié en clair sire en fonction d’apostrophe, seul ou dans un syntagme
(dont les éléments prennent parfois un –s désinentiel) : « Sire, Sire chevaliers, Biax / Biaux /
Biau sire, Biax sire Diex, Mes sire Lancelot,…», etc ; et comme on l’a vu plus haut, on a donc
transcrit l’abréviation de .S./.s. en fonction d’apostrophe Sire. On pourrait considérer cette
forme de CS sans -s comme un marqueur démarcatif, puisqu’elle se trouve plus de 200 fois en
initiale de discours direct. Seules exceptions à cette règle : on trouve 5 fois en apostrophe
Biau seignor, à divers endroits du manuscrit ; et à la fin de cette copie du texte, on trouve
deux fois la forme sires en fonction d’apostrophe (220a : « Biax doux sires je ne sai.. », 221c :
« Ha ! mes sires lanc. » ). Partout ailleurs dans le roman, le(s) copiste(s) de K réserve(nt) la
forme avec –s final aux fonctions de sujet ou d’attribut du sujet.
Le nom ante > tante
Dans ce manuscrit alternent dans le même passage : s’ante / s’antain (178d) avec la
forme moderne sa tante (179a).
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
47
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Les noms propres à déclinaison ‘régulière’
Parmi les noms d’agent, il en est qui observent bien l’alternance entre CS et CR :
Caïns / Cayns comme sujet, Caïn / Caÿm comme régime ; de même Diex / Dex / Damediex et
Dieu / Deu / Damedieu, Agarans / Agaran, Amanz / Amant, li rois Bans / le roi Ban, Priadans
/ Priadan, Salemons / Salemon, Tholomers / Tholomer.
Le nom du Graal (109 occurrences) fonctionne comme un nom propre, car dans le
manuscrit K il commence presque toujours par une majuscule (sauf deux fois). Il est très
soigneusement décliné : Graalx (4), Graaux (4), Graax (9), graax (1) comme sujet ou attribut
du sujet, Graal (91) ou graal (1) comme régime ; il apparaît souvent dans le syntagme li sainz
Graaux / le saint Graal.
Les noms propres irrégulièrement déclinés
D’autres noms propres, qui se déclinent également, révèlent en revanche un usage
irrégulier des deux formes, la forme régime étant souvent employée en fonction de sujet, et
celle du cas-sujet se trouvant, bien plus rarement, en fonction de régime : c’est le cas des
noms propres Abel, Boort, Calogreant, Hestor, Josephé, Lyon / Lyonel, Meliant, Mordrain et
Nascien. En effet, on a bien les deux formes Abiax / Abel, mais si Abiax (2 fois) est toujours
sujet, Abel (18 fois au total) est également souvent sujet (10 fois) ; il s’agit du même copiste,
du même passage ; il semble que cela soit lié à la nature sémantique du verbe : Abiax est
sujet-agent de verbes d’action, Abel est sujet-patient de verbes au passif, ou de recevoir.
D’autres noms sont peu ou ‘mal’ déclinés, ainsi de Boorz / Boort : la forme Boorz (24) est
généralement sujet, sauf une fois (198c : et retorne a mon seignor Boorz de Gaunes) ; la
forme Boort est, elle, soit régime soit sujet ; et une fois nous avons la graphie Bohes (fol
163a : sujet). Nasciens / Nascien connait une petite hésitation car si dans la majorité des cas la
déclinaison correspond aux fonctions, on a parfois la forme avec -s pour le régime (1 fois) et
la forme sans –s comme sujet (3 fois). Calogrenanz (1 fois) est sujet, mais Calogrenant (8
fois) l’est souvent aussi. De même Lyoniaux et Lyons sont sujet, mais parfois Lion et Lyon le
sont aussi. Le nom d’Hector (34 occurrences) se décline parfois, mais la forme au CS Hestors
(4 fois) peut être régime (196a et dist a Hestors), et la forme de CR Hestor (30 fois) est
souvent sujet. De même pour Mordrains / Mordrain, la forme avec -s pouvant se trouver en
fonction de régime. De même enfin pour Meliant. Et Josephés est employé une fois en
fonction de génitif (192a) et deux fois en fonction d’objet direct (224a et 224a).
Certains noms, employés une seule fois, révèlent eux aussi que l’usage de la
déclinaison est fluctuant : on peut avoir comme sujet soit un CS (Argustes, Celidoines, Elays,
Helains li Blans, Helyes, Hernolx, Janaans, Moyses), soit un CR (Absalon, Claudin, Enoc,
Sanson Fortin, Parlan, Vaspasien) ; mais comme régime on a toujours une forme de CR
(Girflet, Josué, Lambar, Libran, Linor, Pellehen, Pilate, Urien, etc.).
Même pour certains pronoms on trouve des cas de disparate : deux pronoms indéfinis
sujets coordonnés sont l’un au CR et l’autre au CS : les uns...et li autre (§ 180,193b).
7.3. Nominalisation d’infinitifs
Ce manuscrit de la Queste présente une douzaine de cas d’infinitifs, prépositionnels ou
non, substantivés ; en voici quelques cas :
1) 165c : com del monter
2) 166d : au chaoir qu’il fist
3) 175b : et li promet la vie pardurable por regehir, et enfer por le celer.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
48
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
4) 191a : travailliez del geuner et dou veillier
5) 201b : fors dou prendre
6) 207c : Lors sont assis au mengier
7) 210d : li porters dou rainsel
8) 214d : Del rendre est il noient
9) 220c : et a l’ovrir que ele fist
10) 224a : au lever qu’il fist
Dans certains cas, la focalisation sur la circonstance du procès précédent est soulignée
par la reprise de l’infinitif par le verbe vicaire faire :
Et a l’ovrir que ele fist… (220d),
et au lever qu’il fist… (224a),
au chaoir qu’il fist… (166d)
Dans quelques cas, l’infinitif substantivé conserve son complément d’objet nominal :
fors dou prendre voz armes (201b)
li porters dou rainsel (210d),
7.4. Quelques traits de la morphologie du verbe en cours de changement
Quelques formes de ce manuscrit sont à noter, car, bien que rares, elles préfigurent les
changements à venir : les formes analogiques je suis (une seule fois : 166b), nous venismes
(une fois : 166b).
En revanche le réfléchi aux formes composées se construit encore sans le pronom :
Lors sont assis au mengier (207c : ‘ils se sont assis..’).
7.5. La forme si / s’i
La forme si est dans notre texte toujours adverbe, et n’est jamais introductrice d’une
hypothétique ou d’une interrogative indirecte. Dans le manuscrit K, seule la forme se est
employée dans ces derniers cas, et devant voyelle elle peut s’élider en s’. Les seuls cas qui
auraient pu sembler des contre-exemples sont : Et il monte maintenant, et li frere de laienz li
baillierent .i. escuier por fere li compaingnie qui raportera arriere l'escu s’i le covient a fere
(fol 166c) ; et : car s’i i baast il n'i dormist james por la terre qui trop ert dure (193a). Ce si
est en fait le résultat de se il suivi de le ou du pronom adverbial i : ‘s’il convient de le faire,
pour le cas où il conviendrait de rapporter l’écu’.
7.6. Morpho-syntaxe des pronoms personnels, relatifs, interrogatifs
Pour les pronoms personnels sujets, on soulignera leur possibilité d’être autonomes : il
li conte coment il troi compaignon de la queste estoient laienz embatuz (215a) ; « Et je je
revendrai » (202d) ; nous n’avons pas considéré cet emploi d’un pronom répété comme une
‘faute’ car le manuscrit en offre un autre cas : mes me secorrez moi (186a).
Par ailleurs, la 6e personne du féminin peut être il au lieu de eles (161b).
Pour les pronoms personnels régimes, quelques constructions sont à noter. Tout
d’abord, comme il est courant dès l’ancien français, le pronom personnel lui peut être
employé pour le réfléchi soi après préposition : devant lui (181b). Ce manuscrit offre
plusieurs cas de pronom régime enclitique après infinitif : de prïer la (185d), por tenir le
parmi les flans (167a), et il tent la main por prendre la (186a), por prendre en la venjance
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
49
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
(166d), Et lors vet avant por trere la (209a), se il ja porroit giter la de cel sens (212c), metre i
main (161c), il li dona congié d’aller s’en (170d). On a quelques cas, tout à fait réguliers, de
pronoms régimes clitiques auprès du verbe avant le sujet : Voulez le vos rescorre ? (205d),
sont en il compaignon ? (164a).
Pour les pronoms relatifs, on trouve plusieurs fois, en fonction de régime, la forme qui
quand le référent est un animé humain : cil qui Nostre Sires i avoit esleu (177d), qui aventure
amena (180c), et cil s’estent qui angoisse de mort destraint (205c). Inversement, que peut être
sujet non-humain : ce que t’estoit avenu (184a). On a parfois des séquences en relatives
complexes : cest home qui je cuidoie que fu morz (189a), .i. preudom qu’il cuidoit bien qu’il
fust prestres (203d), « Et se ce est cil que je croi que soit » (164c).
L’interrogation directe sur l’objet direct est parfois introduite par la formule récente
que est ce que… : que est ce que vos dites ? (163d, 171b), Que est ce que tu as fet ? (212a).
7.7. La négation
Nous signalerons ici simplement un cas (hapax ? oubli de ne ? un début d’évolution en
cours ?) où le manuscrit offre un cas de pas négatif pleinement pour la négation : Mes Galaad
qui tint l'espee as estranges renges fiert destre et senestre, et ocist quan qu'il ateinst. Si qu'il
n'est hons qui le veïst qui cuidast pas qu'il fust hons terriens, mes aucuns monstres. (216c).
8. Etiquettes morpho-syntaxiques
Nous avons utilisé pour étiqueter tous les mots du texte les catégories définies dans le
jeu d’étiquettes morpho-syntaxiques qui a été élaboré au cours des cinq dernières années par
S. Prévost, C. Guillot, S. Heiden et A. Lavrentiev :
<http://bfm.ens-lyon.fr/article.php3?id_article=176>
Jeu d’étiquettes CATTEX 2009
Étiquette
ABR
ADJcar
ADJind
ADJord
ADJpos
ADJqua
ADVgen
ADVgen.PROper
ADVint
ADVneg
ADVneg.PROper
ADVsub
CONcoo
CONsub
DETcar
DETcom
DETdef
DETdem
DETind
DETint
Catégorie
ABRÉVIATION
ADJECTIF cardinal
ADJECTIF indéfini
ADJECTIF ordinal
ADJECTIF possessif
ADJECTIF qualificatif
ADVERBE (général)
contraction ADVERBE + PRONOM personnel
ADVERBE interrogatif
ADVERBE de négation
contraction ADVERBE de négation + PRONOM personnel
ADVERBE subordonnant
CONJONCTION de coordination
CONJONCTION de subordination
DÉTERMINANT cardinal
DÉTERMINANT défini composé
DÉTERMINANT féfini
DÉTERMINANT démonstratif
DÉTERMINANT indéfini
DÉTERMINANT interrogatif
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
50
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
DETndf
DETpos
DETrel
ETR
INJ
NOMcom
NOMpro
PONfbl
PONfrt
PONpdr
PONpga
PONpxx
PRE
PRE.DETdef
PRE.DETrel
PRE.PROper
PROadv
PROcar
PROdem
PROimp
PROind
PROint
PROord
PROper
PROper.PROper
PROpos
PROrel
RED
RES
VERcjg
VERinf
VERppa
VERppe
DÉTERMINANT non défini
DÉTERMINANT possessif
DÉTERMINANT relatif
MOT ÉTRANGER
INTERJECTION
NOM commun
NOM propre
PONCTUATION faible
PONCTUATION forte
PONCTUATION parenthèse droite
PONCTUATION parenthèse gauche
PONCTUATION parenthèse (gauche ou droite)
PRÉPOSITION
contraction PRÉPOSITION + DÉTERMINANT défini
contraction PRÉPOSITION + DÉTERMINANT relatif
contraction PRÉPOSITION + PRONOM personnel
PRONOM adverbial
PRONOM cardinal
PRONOM démonstratif
PRONOM impersonnel
PRONOM indéfini
PRONOM interrogatif
PRONOM ordinal
PRONOM personnel
contraction PRONOM personnel + PRONOM personnel
PRONOM possessif
PRONOM relatif
REDONDANT
RÉSIDU
VERBE conjugué
VERBE infinitif
VERBE participe présent
VERBE participe passé
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
51
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
9. Bibliographie
NB – Une bibliographie complète concernant la Queste del saint Graal serait
considérable. Dans un premier temps, nous ne donnons que les références des ouvrages ou
études auxquels nous nous référons explicitement. Pour une bibliographie plus complète,
nous renvoyons aux 20 pages de la Bibliographie donnée par F. Bogdanow dans son édition
de la Queste del saint Graal (2006) désignée ci-dessous. L’édition qui vient d’être publiée par
Gérard Gros sous la co-direction de Ph. Walter pour la Collection La Pléiade (Paris,
Gallimard, 2009) est également une source de références précieuses.
Editions antérieures et reproductions de manuscrits de la Queste del saint Graal
(dans l’ordre chronologique)
La Queste del Saint Graal, ed. F. J. Furnivall, 1864. London.
The Vulgate Version of the Arthurian Romances, edited from manuscripts in the British
Museum, ed. H. O. Sommer, 1907-1916. Washington (6 vol.)
La Queste del Saint Graal, roman du XIIIe siècle, édité par Albert Pauphilet, 1923. Paris,
Champion (CFMA 33 : réimprimé plusieurs fois).
Roques M., 1923. Compte rendu de cette édition. Romania, 49, 195.
La grant Queste del Saint Graal. La grande Ricerca del Santo Graal. Versione inedita della
fine del XIII secolo del ms. Udine, Biblioteca Arcivescovile, 177. R. Vattori & al., sous
la direction de G. D’Aronco. 1990. Tricesimo, Udine. (Reproduction photographique,
édition et traduction en italien).
La Version Post-Vulgate de sa Queste del saint Graal et de la Mort Artu, éd. F. Bogdanow,
1991-2001. Paris, SATF (4 vol.).
Lancelot du Lac et la quête du Graal, par M.-Th. Gousset et M. Pastoureau, 2003. Paris, BnF.
(Reproduction d’un ms. lombard richement enluminé).
La Quête du Saint-Graal, roman en prose du XIIIe siècle. Texte établi et présenté par Fanni
Bogdanow, traduction par Anne Berrie, 2006. Paris, Librairie générale française
(Livre de poche. Lettres gothiques).
Le Livre du Graal, t. III. Edition préparée par Daniel Poirion, publiée sous la direction de
Philippe Walter, 2009. Paris, Gallimard, Collection de la Pléiade, vol. III. [L’édition et
la traduction de La Quête du saint Graal par Gérard Gros, d’après le ms de Bonn, se
trouvent aux pp. 807-1177 et la Notice, également de G. Gros, aux pp. 1554-1640].
La queste del Saint Graal (The Quest of the Holy Grail) from the Old French Lancelot of Yale
229 with essays, glossaries and notes to the text, éd. E. M. Willingham en
collaboration avec W. Blue, S. L. Hahn, V. Greene, J. E. McRae, L. Tarte Ramey & N.
Dulin-Mallory, 2012. Turnhout, Brepols.
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
52
Queste del saint Graal : Édition numérique interactive
Etudes sur les procédures d’édition, d’annotation, sur la tradition manuscrite, sur la
langue
Bogdanow F., 1977. « Deux manuscrits arthuriens et leur importance pour l'histoire textuelle
de la Queste del Saint Graal ». Romania, 98, 145-167 et 289-305.
Bogdanow F., 1993. « La tradition manuscrite de la Queste del saint Graal, versions Vulgate
et post-Vulgate en Italie ». In D. Buschinger & W.Spiewok éds. Die Kulturallen
Beziehungen zwischen Italien und den anderen Ländern Europas im Mittelalter.
Greifswald, Reineke-Verlag, 25-45.
Bogdanow F., 1996. « A little known Codex, Bancroft ms. 73 and its place in the manuscript
tradition of the Vulgate Queste del saint Graal”. Arthuriana 6/1, 1-21.
Burnard L. & Bauman S., 2007. P5 : Guidelines for electronic text encoding and interchange,
< http://www.tei-c.org/Guidelines/P5/>.
Ecole nationale des chartes, sous la direction de Vielliard F., Guyotjeannin O., 2005. Conseils
pour l’édition des textes médiévaux : Fascicule I : Conseils généraux.
Ecole nationale des chartes, sous la direction de : Bourgain P., Vielliard F., 2002. Conseils
pour l’édition des textes médiévaux : Fascicule III : Textes littéraires.
Heiden S., Guillot C., Bertrand L. & Lavrentiev A., 2010. Manuel d’encodage XML-TEI des
textes de la Base de Français Médiéval, v. 4.0., 2010, <http://bfm.enslyon.fr/IMG/pdf/Manuel_Encodage_TEI.pdf>.
Marchello-Nizia Ch., 2007. « Le comma dans un manuscrit du 13e s. : grammaticalisation
d’un marqueur de corrélation, ou marquage d’une intonation montante ? », In O.
Bertrand, S. Prévost, M. Charolles, J. François, C. Schnedecker éds. Discours,
diachronie, stylistique du français, Etudes en hommage à Bernard Combettes. Berne :
Peter Lang, pp. 293-305.
Marchello-Nizia Ch., 2011. « De moult fort à tres fort : le processus de changement des
marqueurs d’intensité en français comme type d’évolution », In Dessi Schmid, S.,
Detges, U., Gévaudan, P., Mihatsch, W. & Waltereit, R., éds. Rahmen des Sprechens.
Beiträge zu Valenztheorie, Varietätenlinguistik, Kreolistik, Kognitiver und
Historischer Semantik. Peter Koch zum 60. Geburtstag. Narr Verlag, pp. 191-212.
Pauphilet A., 1921. Etudes sur la Queste del saint Graal attribuée à Gautier Map. Paris,
Champion (rééd. Genève, Slatkine, 1980 et 1996, « Reprints »).
Plouzeau M., 2004. Notice sur l’édition par Albert Pauphilet de la Queste del Saint Graal
(Paris, Champion) et sur le texte numérisé correspondant de la base Textes de Français
Ancien (TFA). (Texte aimablement communiqué par l’auteure).
Woledge Br., 1954. Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à
1500, Genève-Lille, Droz.
Woledge Br., 1975. Supplément 1954-1973, Genève, Droz (Publications romanes et
françaises, 130).
http://txm.bfm-corpus.cnrs.fr/txm
53
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising