MANDASCOP - Réalités du Dialogue Social

MANDASCOP - Réalités du Dialogue Social
MANDASCOP
Mandats des organisations syndicales
de salariés et d’employeurs :
Savoirs, Compétences, Profils
Mandascop
Mandats des organisations syndicales
de salariés et d’employeurs :
Savoirs, Compétences, Profils
Mandascop
Mandats des organisations syndicales
de salariés et d’employeurs :
Savoirs, Compétences, Profils
Remerciements
Ce guide des mandats n’aurait pas pu exister sans la convergence
de la volonté des acteurs qui ont accepté de se lancer dans un projet
d’une durée de près de 24 mois nécessitant une mise en œuvre
importante pour une association aux ressources limitées :
Les organisations salariales et patronales qui ont perçu dès l’origine
l’intérêt de cette démarche dans la gestion de leurs mandatés, ont eu la
volonté de participer à ce travail collaboratif et ont facilité la rencontre
avec leurs mandataires : Marcel Grignard pour la CFDT, Bernard Valette
pour la CFE-CGC, Michel Doneddu pour la CGT, René Valladon pour la
CGT-FO, Dominique Tellier pour le MEDEF, Jean Grosset pour l’UNSA,
Pierre Burban pour l’UPA.
Le comité de projet qui a assuré la structuration du projet, le choix
du prestataire pour la réalisation des analyses, la liaison entre le projet
et leur organisation, la facilitation des relations avec les mandataires
interrogés : Denis Baudequin, Michel Charbonnier, Béatrice de
Courson, Joëlle Delair, Pierre Gendre, Laurence Matthys, Houria
Sandal-Aouimeur, Jean-Marie Truffat.
Lydia Brovelli et Jean-François Herlem qui co-animent le Groupe
de travail Efficience des mandats mis en place au sein de RDS.
Jean-Paul Guillot
Président de RDS
Le MANDASCOP est à votre disposition pour vous aider à désigner,
informer, former et accompagner les mandatés*.
Depuis plusieurs années les organisations syndicales de salariés et
d’employeurs sont préoccupées par le nombre croissant d’instances
dans lesquelles elles doivent désigner des représentants. Progressivement, une sorte d’empilement en millefeuille s’est produit et il leur devient
difficile aujourd’hui d’identifier tous les mandats, de les renouveler, de
former les mandataires et de suivre leur activité.
Avec l’appui de RDS les organisations syndicales nationales de salariés
(CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, UNSA) et d’employeurs (CGPME,
MEDEF, UPA) ont constitué un comité de projet qui a dressé en 2010
un inventaire de ces instances. Ce premier dictionnaire des instances
d’exercice des mandats (DIEM) est consultable sur le site de RDS
(www.rds.asso.fr). Il dénombre plusieurs centaines d’instances « génériques », en fournit les caractéristiques essentielles et précise les mandats exercés.
Les mêmes organisations – toujours avec l’appui de RDS – ont souhaité
aller plus loin dans la connaissance des mandats afin de disposer d’un
outil destiné à mieux gérer leurs mandataires : les rechercher, les former
(mandataire en place ou nouveau), suivre leurs activités en termes d’évolution, d’accompagnement et d’appui, anticiper leur renouvellement et
parfois même leur reconversion...
Au terme d’un appel d’offre, le comité de projet a confié au CEreq**
et au CEDAET une mission visant à identifier et décrire des mandats
types en procédant par regroupement de mandats définis par des
missions communes, un socle commun d’activités et de savoir-faire,
ainsi que des réseaux de relation voisins. Outre des entretiens avec des
mandants, l’équipe du CEreq et du CEDAET a conduit, sur la base
d’un échantillonnage raisonné validé par le comité de projet, près de
130 entretiens avec des mandataires. Elle a ensuite préparé des projets de fiches pour chaque mandat type, lesquelles ont été analysées
et retravaillées par le comité de projet. Le MANDASCOP présente les
fiches finalisées par ce comité.
L’aspect financier (prise en charge des rémunérations des mandataires,
etc.) n’est pas traité ici. Il le sera dans des travaux complémentaires
du comité de projet.
* Dans le document qui suit, les représentants des organisations sont
désignés par le terme de « mandataires ».
** Voir la liste des sigles développés à la fin de l’ouvrage.
Mandascop • 2012.01 • 9
LE MANDASCOP MODE D’EMPLOI
Présentation
Le MANDASCOP est constitué d’un ensemble de fiches de « mandats types ». Chacune de ces fiches présente une description des caractéristiques relatives à des mandats exercés par des membres d’organisations
représentatives de salariés et d’organisations représentatives d’employeurs dans une diversité d’instances.
Méthodologie
L’élaboration du MANDASCOP procède d’une analyse des entretiens réalisés par le CEreq et le CEDAET
entre octobre 2010 et septembre 2011 avec près de 130 représentants des salariés et représentants des
employeurs, exerçant un mandat dans une des 80 instances retenues dans un échantillon élaboré à partir
du DIEM (dictionnaire des instances d’exercice des mandats réalisé par RDS). Cet échantillon avait été
validé par le comité de projet réunissant CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, MEDEF, UNSA et UPA.
L’analyse visait à rapprocher des missions, des activités, des savoirs et des réseaux de relations qui
pouvaient être identifiés dans l’exercice de mandats particuliers, la proximité de ces éléments justifiant la
définition d’un mandat type au sein d’une famille de mandats.
Cette méthodologie permet de faire du MANDASCOP un outil évolutif dont la structure et le contenu pourront être développés et enrichis selon les besoins.
Organisation • Table
Les mandats types sont rattachés à des grandes familles de mandats, au nombre de sept dans la présente
version du MANDASCOP : Protection sociale et santé – Formation et recherche – Emploi et formation professionnelle – Vie des salariés – Économie, société, territoires – Dialogue social (incluant les institutions
représentatives du personnel) - Fonctions juridictionnelles et contentieux. Ils peuvent être divisés à un niveau
plus détaillé en sous-familles de mandats, montrant ainsi qu’une diversité de missions peut être exercée
dans des champs d’action communs.
Une table récapitulative des mandats types par familles de mandats et d’instances précède le répertoire.
Sur chaque fiche de mandat type et dans la table, le mandat type est identifié par un sigle de trois lettres
qui correspond à sa famille (PSS pour Protection sociale et santé, FOR pour Formation et recherche, etc.).
Ce sigle est suivi d’un numéro qui rend visible l’arborescence ouverte des mandats et des sous-familles
(chacune d’entre elles étant numérotée par un chiffre de dizaines croissant).
Un index des instances de l’échantillon et des instances proches permet également d’identifier le mandat
type qui s’y rattache.
Contenu des fiches de mandat type • Rubriques
Chaque fiche est conçue sur un modèle commun. Un encadré comporte le nom du mandat type, sa famille,
la fonction des mandats et des instances dans lesquels il a été défini. Des instances n’appartenant pas à
l’échantillon peuvent être mentionnées entre crochets pour indiquer une proximité possible entre les mandats
qui s’y exercent et le mandat type. Cet encadré introductif est précédé de la référence du mandat type et
de la date de la version présentée.
Le mandat type est constitué de différentes rubriques :
Mission du mandataire : finalité des mandats, leurs objectifs concrets.
Profil : caractéristiques actuelles observées chez les mandataires en termes d’expériences ou de connaissances et de positions dans l’organisation.
Mandascop • 2012.01 • 11
Conditions d’accès aux mandats : informations générales sur le mode de désignation des mandataires,
la durée des mandats, éventuellement les principales incompatibilités.
Diversité des fonctions dans les instances : précisions des fonctions statutaires (administrateur, conseiller,
membre des organes de gouvernance, de commissions).
Temps investi : mesure indicative du temps passé par les mandataires dans l’exercice de leur mandat.
Institutions dans l’environnement du mandat type : repérage des autres instances ou des institutions
avec lesquelles les mandats peuvent être en interactions. Le renvoi à d’autres mandats types est explicite
ou indiqué entre parenthèses.
Principales activités du mandataire : description à partir des registres d’action qui caractérisent tout
mandat (préparer, participer aux réunions et contribuer à l’amélioration de la mission de l’instance, former/
informer, contribuer à l’élaboration des positions de l’organisation).
Compétences : savoir-faire et connaissances, savoirs associés requis.
Réseau relationnel : définition des interlocuteurs du mandataire et circonstances qui les mettent en relation.
Sauf à de rares exceptions rendues explicites dans l’intitulé de la famille ou le nom du mandat type, les
mandats types sont communs aux organisations de salariés et aux organisations patronales. Dans certains
cas, une spécificité dans une rubrique est signalée à l’aide des mentions (OS) pour « organisation de salariés » ou (OP) pour « organisation patronale », qui suivent un contenu particulier.
Activités et compétences communes dans les mandats
Un ensemble d’activités communes a été identifié dans l’exercice des mandats sur lesquels portait l’étude
et il est apparu que des compétences qui permettent d’organiser son travail, d’agir efficacement dans un
collectif, de réaliser certaines opérations techniques, etc., étaient également partagées dans un grand
nombre de situations.
Ces activités et compétences communes sont présentées ci-après et elles ne sont pas répliquées dans les
mandats types. Les activités et compétences qui figurent dans les mandats types sont donc différentes ou
complémentaires, c'est-à-dire qu’elles expriment soit des caractéristiques originales, soit des variations et
des adaptations qu’il est nécessaire d’apporter à ces bases communes dans un contexte précis.
Certaines activités et compétences typiques d’un mandat de président ou de vice-président ainsi que celles
de président de commission font également l’objet d’une présentation particulière (il s’agit de descriptions
partielles, l’enquête n’ayant pas permis d’approfondir toutes ces fonctions).
12 • Mandascop • 2012.01
Activités et compétences
communes
ACTIVITÉS COMMUNES DES MANDATAIRES
Préparer les réunions
Réceptionner et étudier l’ordre du jour de la prochaine réunion.
Lire attentivement le compte-rendu, le procès-verbal ou le relevé de décisions* de la réunion précédente, échanger au sein de sa délégation / avec son suppléant, sur les points de désaccord, prévoir
une intervention si nécessaire pour demander des rectificatifs.
Parcourir les documents joints afin de s’approprier leur contenu et hiérarchiser les aspects à étudier
plus précisément.
Rechercher des informations disponibles dans ces documents et dans les précédents comptes-rendus et dossiers se rapportant à la thématique programmée afin de comparer les données (notamment
statistiques) et d’étudier les évolutions.
Recouper les informations avec d’autres sources.
Se construire une documentation personnelle.
Analyser et annoter les documents joints en y intégrant des éléments propres à la position de l’organisation.
Dialoguer avec d’autres membres de l’instance disposant des connaissances/compétences requises
en fonction du thème.
Échanger avec d’autres membres de l’instance, les autres organisations du collège, pour d’éventuelles
actions en commun (proposition, déclaration, avis, etc.).
Participer aux réunions
Faire prendre en compte les modifications à apporter au compte-rendu, procès-verbal ou relevé de
décisions pour restituer au mieux les propos tenus et les engagements.
Écouter, prendre des notes, rédiger, si nécessaire, les questions à poser.
Apporter un avis/formuler des propositions sur différents points abordés.
Intervenir suite à la présentation d’un dossier et interroger les interlocuteurs concernés en respectant
les règles de prise de parole.
Faire une déclaration/prendre des positions sur les priorités en réagissant aux réponses apportées aux
questions.
Contribuer aux missions de l’instance et, éventuellement, à leur amélioration.
Informer et former
Faire un compte-rendu résumant les points importants des débats et les principales décisions, du
point de vue de son organisation, pour informer les suppléants, les responsables aux différents niveaux
de son organisation, et le réseau des mandataires des autres instances de la même famille, diffuser la
documentation fournie (en respectant les règles de confidentialité).
Participer à des rencontres locales, régionales ou nationales entre mandataires d’instances communes
ou concernées par des enjeux communs.
* Par commodité de lecture, ces différents documents sont désignés dans le MANDASCOP par le terme
générique de procès-verbal (PV).
Mandascop • 2012.01 • 13
Participer à l’information de son organisation et, avec suffisamment d’expérience, à la formation des
mandatés de son organisation au sein d’instances proches ou similaires de celle à laquelle on participe.
Contribuer à l’élaboration des positions de l’organisation
Contribuer à la réflexion collective au sein de son organisation à partir des informations et analyses
disponibles provenant de son instance pour définir et/ou enrichir une orientation.
COMPÉTENCES COMMUNES DES MANDATAIRES
Les mandats types requièrent des compétences que développe notamment l’exercice des responsabilités syndicales, telles que :
Compétences techniques
Maîtriser les dossiers traités par l’instance dans toutes leurs dimensions : thématique, territoriale, nationale, transversale à plusieurs instances.
Savoir se documenter en sélectionnant les sources pertinentes d’information.
Savoir classer sa documentation par thématique, par chronologie, par origine…
Analyser le contenu des documents, savoir trier les informations.
Avoir l’esprit de synthèse pour reformuler et faire progresser la discussion.
Savoir prendre la parole en public et mettre en valeur une argumentation, s’appuyer sur les interventions
précédentes pour développer son propre argumentaire.
Savoir rédiger des documents (compte-rendu clair, déclaration ou avis concis, article…).
Maîtriser l’essentiel des applications bureautiques.
Compétences relationnelles
Savoir structurer et utiliser son réseau.
Connaître le fonctionnement de l’instance, l’environnement institutionnel, le rôle des acteurs, les processus décisionnaires.
Repérer et identifier les jeux des acteurs (déplacements des positions, manifestation d’ouverture).
Savoir écouter les autres, observer les attitudes.
Dialoguer avec ses interlocuteurs, être réactif tout en restant courtois.
Compétences organisationnelles
Organiser son temps pour être disponible.
Se poser les bonnes questions pour construire ses interventions.
Poser des questions pour mieux comprendre les informations données.
Avoir un regard rétrospectif sur les thématiques mises en débat pour pouvoir réaliser des comparaisons,
suivre les dossiers.
Mobiliser les connaissances acquises en milieu professionnel (entreprises, branches).
Pouvoir présenter des propositions en réunion au bon moment.
14 • Mandascop • 2012.01
Compétences syndicales
Identifier les problématiques d’intérêt général relevant du cadre de la mission de l’instance.
Relier le contenu des débats avec l’actualité politique, économique et syndicale dans le champ concerné /
savoir replacer un débat dans son contexte.
Émettre au fil des débats une position en cohérence avec celle de son organisation / exprimer un avis
sur le thème traité.
Consulter des membres de son organisation pour des connaissances/réponses manquantes.
Consulter les responsables de l’organisation sur les sujets sensibles ou stratégiques.
Préparer collectivement une déclaration liminaire.
Veiller à l’image de son organisation.
ACTIVITÉS COMMUNES DES PRÉSIDENTS, VICE-PRÉSIDENTS,
PRÉSIDENTS DE COMMISSION
Construire un ordre du jour équilibré en fonction des sujets à traiter, des interventions prévues et du
temps imparti. Ouvrir la séance, veiller à ce que les membres présents émargent la liste de présence
et s’assurer que le quorum est atteint.
Organiser et diriger les débats. Clore les débats et lever la séance.
Signer les procès-verbaux après approbation à la séance suivante.
Rencontrer chacune des organisations en entretien bilatéral pour rechercher une majorité large sur les
points stratégiques de l’ordre du jour.
Travailler avec les services techniques ou les directions des organismes, en amont des réunions, pour
prendre connaissance des dossiers qui seront présentés par les services, pour s’assurer d’en avoir
une bonne compréhension.
Animer la réunion, s’assurer du bon déroulement de la discussion, donner la parole, adopter une attitude bienveillante envers chacun, canaliser la discussion.
Faire procéder au vote dans les cas nécessaires.
Rapporter sur l’avancée d’un groupe de travail ou d’une mission.
Rencontrer les médias, nationaux, régionaux ou locaux (conférences de presse ou interviews) pour
expliquer les positions de son organisme (et non pas de son organisation) sur les dossiers importants.
COMPÉTENCES COMMUNES DES PRÉSIDENTS, VICE-PRÉSIDENTS,
PRÉSIDENTS DE COMMISSION
Gérer le temps de prise de parole de chacun et gérer le temps d’une réunion en ayant le souci de
l’équilibre entre les parties prenantes.
Faire preuve de qualité d’écoute, recentrer la discussion sur l’objet de l’ordre du jour, fédérer les points
de vue en valorisant les points de consensus.
S’appuyer sur les éléments de convergence entre les différentes parties afin de rapprocher les positions en vue d’un vote commun.
Savoir organiser une table ronde ou un groupe de travail.
Mandascop • 2012.01 • 15
Table des mandats types par familles
et sous-familles de mandats
Famille
Sous-famille
Caisses et institutions
de protection sociale
Protection
sociale
et santé
Offre de soins
et d’équipements
Santé au travail
Formation
et recherche
Assurance
chômage
Sécurisation
des parcours cadres
et jeunes diplômés
Logement
Économie,
société,
territoires
Dialogue social
Institutions
représentatives
du personnel
Dialogue social
territorial
Fonctions
juridictionnelles
ET CONTENTIEUX
Fiche
Page
Gestion des caisses nationales du régime général
PSS 10
19
Gestion de caisses locales du régime général
PSS 11
23
Gestion des institutions des régimes de retraite
complémentaires et institutions de prévoyance
PSS 12
27
Gestion d’établissements de soins et médico-sociaux
PSS 20
31
Définition de la politique régionale en matière de santé et de
prévention des risques
PSS 21
35
Prévention et gestion des accidents du travail et des maladies
professionnelles
PSS 30
39
Appui à la prévention des risques professionnels et à
l’amélioration des conditions de travail
PSS 31
43
Consultation et information auprès des pouvoirs publics et des
collectivités locales
FOR 10
47
FOR 11
51
Gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
Conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
Appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
Consultation et concertation pour les politiques régionales
EFP 12
67
Gestion des fonds mutualisés sectoriels ou régionaux,
développement de l’offre de services aux entreprises et aux
salariés
EFP 13
71
Définition, gestion et évaluation des politiques nationales de
formation professionnelle
EFP 14
75
Application et suivi des conventions d’assurance chômage au
niveau régional et local
EFP 20
79
Gestion de l’assurance chômage
EFP 21
83
Gestion de l’association pour l’emploi des cadres
EFP 30
87
Gestion du 1% logement et de l’habitat social
VSA 10
91
Consultation dans le cadre des politiques publiques de l’État
EST 10
95
Consultation et concertation pour la démocratie participative
et régionale
EST 11
99
Représentation consulaire des professions artisanales
EST 12
103
Administration d’un établissement public
DSO 10
107
Participation à une démarche globale de prévention des risques
professionnels et d’amélioration des conditions de travail
DSO 11
111
Action sociale pour le personnel de la fonction publique d’État
DSO 12
115
Consultation et information des représentants du personnel
DSO 13
119
Représentation du personnel auprès de l’employeur
DSO 14
123
Développement du dialogue social dans l’artisanat
DSO 20
127
Traitement du contentieux de la sécurité sociale
FJC 10
131
Conseiller prud’homal
FJC 11
135
Régulation des activités de transports
FJC 20
139
Gestion des établissements de formation nationaux ou locaux
Emploi
et formation
professionnelle
Vie des salariés
Mandats types
Tribunaux
Sanctions
administratives
Mandascop • 2012.01 • 17
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
PSS 10
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Caisses et institutions
de protection sociale
Gestion des caisses
nationales du régime
général
Définir et suivre
les orientations
stratégiques nationales
en matière de
protection sociale
CNAMTS
ACOSS
[CNA
CNAF
UCANSS UNCAM]
Missions du mandataire
Dans le cadre voté par le Parlement, contribuer à la réflexion
sur les politiques à mettre en œuvre pour maintenir la capacité
des caisses à honorer leurs engagements vis-à-vis des assurés
et des prestataires de services (de soins, de prise en charge
médico-sociale, de prévention etc.), la qualité du service rendu
et une maîtrise de l’évolution des dépenses.
Contribuer à l’élaboration des conventions d’objectifs et de
gestion (COG), en discutant les projets soumis par les directions et suivre leur application.
Contribuer à l’élaboration des conventions des professionnels
de santé (UNCAM).
Discuter des priorités en matière de contrôle et des moyens
à y consacrer.
Donner son avis sur les projets de textes législatifs et réglementaires (PLFSS, projets de décret…) ayant un impact sur
la gestion des caisses relevant du domaine de compétence
de son organisme.
Profil du mandataire
Les délégations mixent généralement les profils, les uns ayant
des responsabilités nationales d’animation du champ protection sociale, au sein de leur organisation, au niveau confédéral, les autres ayant une expérience en matière de gestion de
caisse au niveau local/départemental/régional, les autres des
responsabilités au sein d’une fédération très concernée par le
mandat (par exemple, santé/sociaux ou organismes sociaux,
etc.). Une grande acuité politique sur les enjeux est nécessaire.
Le temps d’appropriation du fonctionnement institutionnel et
de la réglementation associée au domaine, de la compréhension des enjeux et des rapports de force est éventuellement
réduit par l’expérience d’autres mandats ou de l’expérience
professionnelle.
Diversité des fonctions
dans les instances
Un administrateur titulaire peut également être chef de file
de son organisation, président de commission, président ou
vice-président.
Temps investi dans les mandats
Durée des mandats : dans la plupart des caisses, mandats de
cinq ans (renouvellement possible ; la fonction de président
est limitée à deux mandats maximum).
Neuf à onze réunions statutaires par an, plus des réunions en
commission spécialisée du CA (entre quatre et onze selon la
commission), auxquelles s’ajoute le travail de préparation, de
documentation, de consultation (des techniciens experts au
sein des organisations, des responsables élus, confédéraux
et fédéraux selon les sujets…), et de diffusion d’information
et de formation au sein de son organisation (selon la fonction
occupée, entre deux et cinq jours/mois). Le travail de documentation, de veille et de production d’analyse sur les thématiques traitées par les instances est difficilement quantifiable
car généralement complètement intégré au travail quotidien
des mandataires ayant d’importantes responsabilités dans
leurs organisations.
Le suppléant est régulièrement impliqué dans les instances,
notamment au niveau du travail en commissions.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les organisations représentant les prestataires de service
(professionnels de santé, établissements de soins et médicosociaux, publics et privés, associations assurant des délégations de service public …), les associations d’usagers et/ou
de patients, le Parlement, la Cour des comptes, le CESE…
Conditions d’accès aux mandats
Le mandataire est désigné par l’échelon national de son organisation sur des critères de sélection pragmatiques (cf. « profil »).
Le mandataire chef de file est en général en responsabilité sur
le champ protection sociale de son organisation.
Éligibilité jusqu’à 66 ans moins un jour.
Mandascop • 2012.01 • 19
PSS 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Échanger au sein de sa délégation sur
les points de désaccord concernant le
PV de la séance précédente, prévoir une
intervention si nécessaire pour demander des rectificatifs.
Prendre connaissance des projets de
textes réglementaires, les analyser avec
l’appui des juristes spécialisés de son
organisation et élaborer des propositions de modifications afin d’établir la
sécurité juridique des textes en fonction
des normes en vigueur et du référentiel
d’action de son organisation.
Dialoguer avec la direction de son organisation afin de structurer un point
de vue sur des dossiers stratégiques
(COG, textes législatifs, conventions et
avenants, etc.) et élaborer une position
argumentée.
Rencontrer les responsables politiques
et leurs cabinets, avec les directions
des caisses, pour échanger autour des
projets du gouvernement, négocier les
COG (Pdt.).
Participer aux réunions
Défendre (en commission spécialisée)
ses propositions de modification des
textes législatifs ou réglementaires, en
ayant comme objectif de réduire les
marges d’interprétation génératrices de
contentieux.
Défendre la position de son organisation, essayer de la faire partager, pour
infléchir les propositions de la direction
sur la COG et autres textes stratégiques
pour l’organisme.
Contribuer à améliorer la communication de l’instance pour donner de la
visibilité à l’instance et la conforter dans
ses missions (parfois en commission
spécialisée).
Veiller à maintenir et développer la capacité d’intervention des membres de
l’instance, l’évaluation de son fonctionnement, les pratiques lui permettant
d’évoluer (par exemple, en demandant
la modification de son fonctionnement
ou de son règlement intérieur, en exigeant un débat en retour sur les textes
après leur adoption par le parlement,
pour mesurer les conséquences des
modifications introduites par les parlementaires…).
Informer et former
Participer à la formation des mandataires
du domaine de la protection sociale, à
l’occasion de rencontres/séminaires, au
niveau national ou interrégional, leur présenter les enjeux des réformes, prendre
des informations sur les déclinaisons
(interprétations) locales des politiques
nationales.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Alimenter la réflexion collective de son
organisation sur la base des informations et analyses de son instance, afin
de construire des positions à défendre
sur les grands dossiers d’actualité de la
protection sociale.
Traduire en termes compréhensibles par
les non spécialistes les enjeux socioéconomiques sous-jacents aux textes
en discussion (PLFSS, COG, lois et
décrets …).
COMPÉTENCES
savoir-faire
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats de l’instance.
Énoncer clairement un argumentaire pour défendre ou combattre un projet (de budget, de réorganisation etc.)
Comprendre et analyser des documents, y compris juridiques ou financiers (projets
de loi, COG, conventions professionnelles, budgets …).
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation et
au sein de l’administration de l’organisme.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Les techniques financières et budgétaires.
La réglementation en matière de protection sociale, dans son domaine de spécialité
(assurance maladie, accident du travail, prévoyance, retraite, famille) sur les volets
cotisations et prestations.
L’organisation et le fonctionnement de la branche concernée (maladie, recouvrement, famille, etc.) et des caisses locales (caisses primaires, URSSAF, CAF etc.).
La loi de financement de la Sécurité sociale, la loi de finances (et les lois de finances
rectificatives) et les contrats d’objectifs et de gestion.
L’environnement administratif, le contrôle de gestion.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
20 • Mandascop • 2012.01
PSS 10
Réseau relationnel
10
9
Les directions
des caisses
locales
Les militants
ayant un mandat
dans le champ
w
11
12
2
Les responsables
du domaine
protection
sociale dans
l’organisation
Les médias
nationaux
mandataire
S
1
La direction
de l’organisation
mandante
Les mandataires
des instances
proches
13
UR
3
TE
Les politiques en
charge des dossiers
de la protection sociale,
leurs cabinets et
les directions des
administrations
concernées
IN
TE
U
OC
RL
Les directions
locales et leurs
équipes
8
Les responsables des principales fédérations
professionnelles
concernées
4
Les autres
mandataires
de sa
délégation
14
Les présidents
des autres caisses
de sécurité
sociale
rc
ci
onstance
s
1
Mettre en discussion son analyse sur les points
stratégiques.
2
Élaborer collectivement une position de l’organisation sur les dossiers importants.
3
Enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation.
7
5
Les mandataires
des autres organisations au sein
du collège
Préparer les réunions et organiser les prises de
parole et les prises de position.
5
Confronter les positions et rechercher une éventuelle position commune sur certains dossiers
jugés stratégiques pour son collège.
6
Rechercher des ressources techniques pour
appréhender les dossiers : méthodes, outils,
données.
7
Préparer les réunions au niveau des chefs de file,
ou dans des bilatérales avec le président.
8
Prendre leur avis sur certains dossiers, faire
remonter des informations sur l’impact des décisions sur la vie des salariés de l’organisme, sur la
qualité du service rendu aux assurés.
Les services
techniques
de l’instance
9
Participer à leur formation et recueillir à cette
occasion leur point de vue à partir de leur expérience de terrain.
10
Comprendre les raisons d’une situation locale
conflictuelle sur laquelle l’attention des conseillers
a été attirée (entre la direction et ses salariés, la
direction et son CA, la direction et les professionnels de santé).
11
Présenter la COG et les orientations annuelles
(Pdt. et VP).
12
Échanger autour des projets du gouvernement,
préparer les COG (Pdt.).
13
Répondre à des interviews sur l’actualité de la
protection sociale (Pdt.).
14
Se concerter sur les projets de loi du gouvernement en matière de protection sociale (Pdt.).
Rendre compte de l’exercice du mandat.
4
6
Les autres
membres du conseil
(hors conseil et
commissions)
Mandascop • 2012.01 • 21
PSS 11
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Caisses et institutions
de protection sociale
Gestion des caisses
locales du régime
général
Gérer des fonds
collectés, définir et
appliquer des garanties
carsat
Caf cpam [cgss]
urssaf
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Délibérer sur la politique de la caisse dans le cadre des orientations nationales et se prononcer sur les propositions de la
Direction en matière d’objectifs de gestion et de qualité de
service aux usagers.
En tant que simples membres des conseils, les mandataires
(titulaires ou suppléants) peuvent participer aux différentes
commissions (réglementaires et non réglementaires), dans la
limite des sièges disponibles pour chaque collège.
Assurer le suivi des activités des caisses en participant au
travail des commissions spécialisées (recours amiable, financière, communication, etc.).
Le président d’une commission peut être un titulaire ou un
suppléant du conseil ou du conseil d’administration, une
répartition entre les différentes organisations étant généralement recherchée.
Évaluer les résultats au regard des objectifs (exécution des
contrats pluriannuels de gestion).
Contrôler l’application des dispositions législatives et réglementaires ainsi que de ses propres délibérations.
Veiller à l’amélioration de la qualité du service rendu aux assurés, aux allocataires ou aux cotisants.
Définir la politique d’action sociale de la caisse, participe à
sa mise en œuvre (commission spécialisée) et se prononce
sur les dépenses.
Profil du mandataire
Un intérêt pour les problématiques de protection sociale, de
santé et de prévention, et une motivation à découvrir la réglementation et à défendre concrètement les intérêts des assurés
/ allocataires / cotisants au niveau territorial (département ou
région à l’issue du processus de régionalisation) sont essentiels.
L’appartenance à une organisation professionnelle du champ
de la santé ou du secteur médico-social est souvent un plus,
pour la connaissance concrète des enjeux de la protection
sociale qu’elle suppose.
Conditions d’accès aux mandats
Dans les organismes du régime général, l’antenne régionale
de la Mission nationale de contrôle et d’audit des organismes
de sécurité sociale (MNC) vérifie les conditions de désignation
(moins de 66 ans à la date de nomination…) et d’incompatibilité
(voir Code de la Sécurité sociale) à l’issue de la désignation par
l’organisation. Un arrêté du préfet concerné établit la composition nominative des conseils.
Les mandats s’exercent au siège départemental ou régional
de l’organisme, mais peuvent générer des déplacements occasionnels auprès des partenaires (évaluation des organismes
subventionnés).
Un président et un (ou plusieurs) VP élus dans deux collèges
différents (employeurs et salariés) dans le respect du paritarisme animent la vie du conseil.
S’agissant des accidents du travail et maladies professionnelles,
les conseillers de CARSAT délèguent leurs compétences à la
CRATMP et ils sont assistés par les membres des comités
techniques régionaux (CTR, voir mandat type PSS 30).
Temps investi dans les mandats
Durée des mandats : 5 ans
Les conseils des organismes se réunissent au moins une fois
par trimestre ; la plupart des commissions entre 3 et 5 fois par
an, voire une fois par mois (commission de recours amiable CRA, CPAM, URSSAF, CAF, CARSAT…).
Selon l’engagement dans les mandats (président , VP, chef de
file), le temps de réunion peut ne représenter qu’un tiers du
temps total investi.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Outre les organismes de protection sociale relevant du même
mandat type et ceux de niveau national (voir mandat type PSS
10), l’environnement des mandataires est constitué des organisations représentant les prestataires de service (professionnels
de santé, établissements de soins et médico-sociaux, publics
et privés, associations assurant des délégations de service
public…), des associations d’usagers et/ou de patients, du
CESER, de la Cour régionale des comptes…
Mandascop • 2012.01 • 23
PSS 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Mettre en discussion dans les instances
dirigeantes de son organisation, les
questions importantes qui figurent à
l’ODJ afin de structurer un point de vue
et élaborer une position argumentée.
S’informer du point de vue des personnels de la caisse sur les questions
d’organisation interne et de moyens.
Pour les membres de la Commission de
recours amiable (CRA), s’informer auprès
des assurés/allocataires/cotisants qui
sollicitent leur intervention, du motif et
du contexte de leur réclamation pour
construire un argumentaire.
Rencontrer les responsables politiques
locaux et les représentants de l’État, avec
les Directions des caisses, pour échanger
autour des projets touchant au maillage
territorial, aux besoins en effectifs, aux
politiques de prévention, etc. (Pdt.).
Veiller au respect de l’équité dans la mise
en œuvre des politiques de lutte contre la
fraude et à la mise en place des moyens
correspondant aux ambitions affichées.
Informer et former
Participer à la formation des syndiqués
sur les problématiques de la protection sociale, à l’occasion de rencontres/
séminaires, organisés au plan local, leur
présenter les enjeux des réformes en
cours, mettre en débat les propositions
de l’organisation.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Contribuer à améliorer la communication
de l’instance, pour la conforter dans
ses missions et améliorer l’information
des usagers (au sein d’une commission
spécialisée lorsqu’elle existe).
Participer aux réunions
Défendre les intérêts collectifs des
assurés/allocataires ou des cotisants
(URSSAF) dans les débats sur l’organisation interne de la caisse (maillage,
heures d’ouverture, politique d’information, etc.).
Défendre leurs intérêts individuels, dans
leurs conflits avec l’administration de la
caisse, en CRA, en prenant en compte
non seulement la réglementation, mais
aussi leur bonne foi et les difficultés
sociales avérées qu’ils connaissent.
Faire des propositions pour améliorer le
ciblage des aides (prestations ou services) consenties aux assurés, dans la
limite des budgets affectés à la politique
sociale de la caisse.
Veiller à une répartition équitable des
subventions consenties aux associations
intervenant dans le cadre de la politique
sociale.
Veiller à l’adaptation des attributions
de l’instance ou de son fonctionnement pour accroître sa pertinence (par
exemple, création d’une commission ad
hoc pour traiter un problème).
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Alimenter la réflexion collective de son
organisation sur la base des informations et analyses de son instance, afin
de contribuer à construire des positions
à défendre sur les grands dossiers d’actualité de la protection sociale.
Traduire en termes compréhensibles par
les non spécialistes les enjeux socioéconomiques sous jacents aux textes
en discussion (PLFSS, COG, lois et décrets …) et leur impact attendu au plan
territorial.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats de l’instance.
Énoncer clairement un argumentaire pour défendre ou combattre un projet (de budget, de réorganisation etc.)
Analyser des documents complexes, tel que le Contrat pluriannuel de gestion, déclinaison locale de la COG.
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation et
au sein de l’administration de l’organisme.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Les techniques financières et budgétaires.
La réglementation en matière de protection sociale, dans son domaine de spécialité
(assurance maladie, accident du travail, prévoyance, retraite, famille) sur les volets
cotisations et prestations.
L’organisation et le fonctionnement de la branche concernée (maladie, recouvrement,
famille, etc.) et des caisses locales (caisses primaires, URSSAF, CAF etc.).
Les contrats d’objectifs et de moyens.
L’environnement administratif, le contrôle de gestion.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
24 • Mandascop • 2012.01
PSS 11
Réseau relationnel
9
8
7
Les responsables
des principales
fédérations
professionnelles
concernées
Les mandataires
des autres
organisations
au sein
du collège
IN
TE
Les militants
ayant un mandat
dans le champ
S
Les responsables
du domaine
protection
sociale dans
l’organisation
UR
2
Les élus en
charge des dossiers
de la protection sociale,
et les directions des
administrations
déconcentrées
concernées
TE
La direction
de l’organisation
mandante
U
OC
RL
1
10
6
Les autres
membres
du Conseil
(hors conseil
et commissions)
mandataire
3
Les mandataires
des instances
proches
11
Les médias
régionaux
5
4
rc
ci
1
onstance
s
Mettre en discussion son analyse sur les points
stratégiques d’un ordre du jour, pour faire valider
la position à tenir.
Les autres
mandataires
de sa
délégation
Les services
techniques
de l’instance
via sa
Direction
7
Confronter les positions et rechercher une éventuelle position commune sur certains dossiers
jugés stratégiques pour son collège.
Rendre compte de l’exercice du mandat.
2
Élaborer collectivement une position de l’organisation sur les dossiers importants.
8
Prendre leur avis sur certains dossiers, faire
remonter des informations sur l’impact des décisions sur la vie des salariés de l’organisme, sur la
qualité du service rendu aux assurés.
3
Enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation.
9
Participer à leur formation et recueillir à cette
occasion leur point de vue à partir de leur expérience de terrain.
4
Préparer les réunions et organiser les prises de
parole et les prises de notes.
10
5
Rechercher des ressources techniques pour
appréhender les dossiers : méthodes, outils,
données.
Échanger sur les projets de loi et les conventions
de gestion et alerter sur leur impact possible sur
la vie des assurés dans le territoire (Pdt.).
11
6
Préparer les réunions au niveau des chefs de file,
ou dans des bilatérales avec le président.
Répondre à des interviews sur l’actualité de la
protection sociale et les initiatives de la caisse
(Pdt.).
Mandascop • 2012.01 • 25
PSS 12
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Caisses et institutions
de protection sociale
Gestion des
institutions des
régimes de retraites
complémentaires
et institutions de
prévoyance
superviser la gestion
des collectes et des
prestations
Institution de
prévoyance (IP)
Institution de retraite
complémentaire (IRC)
Groupe de protection
sociale (GPS)
Missions du mandataire
Mettre en œuvre les orientations conventionnelles définies par
les négociateurs.
Administrer l’institution dans le souci de son équilibre financier
et de sa pérennité et dans le respect des intérêts des participants et des adhérents en termes d’engagements et de qualité
et coûts de service pour les IP dans les champs qui leurs sont
propres : décès, incapacité de travail, invalidité, complémentaire
santé, retraite supplémentaire, dépendance.
Diversité des fonctions
dans les instances
Administrateur titulaire (ou suppléant) et président, vice-président, président de commission, chef de file/responsable de
son organisation.
Veiller à ce que les prescriptions légales et réglementaires ou
les accords des partenaires sociaux concernant la gouvernance
des institutions soient appliqués.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Les mandataires doivent montrer un intérêt pour la gestion
sociale et exprimer la volonté d’établir des consensus. Il est
alors logique que les membres du collège des adhérents exercent / aient exercé souvent des responsabilités professionnelles
en administration et gestion du personnel ou en comptabilitépaye, et que dans le collège des participants, les mandats de
secrétaire de CE ou de CCE fassent tout aussi souvent partie
de l’expérience actuelle ou antérieure des administrateurs.
Durée des mandats : selon les statuts de l’institution, six ans
maximum.
Le temps minimal investi englobe les quatre réunions statutaires
par an du CA auxquelles s’ajoute le travail de préparation, de
documentation, de consultation et d’échange avec les autres
administrateurs de son organisation. Soit huit à dix jours par an.
Les instances d’un GPS peuvent constituer des étapes préalables à l’exercice de mandats auprès de l’association sommitale ou des fédérations Agirc-Arrco car, pour les nouveaux
mandataires, elles sont le lieu de l’apprentissage de la technicité dans le domaine de la protection sociale complémentaire.
L’appartenance au bureau de l’institution dont les réunions
précèdent le CA, à la commission d’action sociale (suivi des
dotations, étude de dossiers individuels), à la commission
financière ou au comité de rapprochement implique de participer à des travaux qui réclament un temps supplémentaire
d’investissement au moins équivalent. Un investissement étendu
(institution, commissions, sommitale) peut donc représenter un
tiers temps environ.
Conditions d’accès aux mandats
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Le mandataire, administrateur de l’institution, représente les
entreprises adhérentes (collège des adhérents) ou les salariés
participants (collège des participants). Les désignations sont
réalisées selon les institutions en vertu des modalités définies
par leurs statuts. Les incompatibilités : appartenance au Comité
paritaire d’approbation des comptes (CPAC) de la convention
collective créatrice de l’institution, appartenance simultanée à
plus de quatre conseils d’IRC, exercice d’une activité salariée
pour le compte de l’institution, du groupe auquel elle appartient, de tout organisme lié par une convention de gestion, etc.
Un premier cercle est constitué des institutions régulatrices :
Agirc et Arrco, Centre technique des institutions de prévoyance
(CTIP) et Autorité de contrôle prudentiel (ACP).
Le second cercle est celui des entreprises adhérentes, des
organisations représentant les prestataires de service (professionnels de santé, établissements de soins et médico-sociaux,
publics et privés, associations assurant des délégations de
service public …), des associations d’usagers et/ou de patients.
Mandascop • 2012.01 • 27
PSS 12
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Faire une lecture critique des documents
concernant la prochaine session de l’instance appuyée sur une documentation
personnelle, repérer d’éventuelles anomalies, relever les points saillants et les
évolutions, préparer les questions de
clarification.
Participer à des rencontres nationales
des mandataires du même domaine de
protection sociale, évaluer les facteurs
d’évolution dans les domaines de la protection sociale complémentaire.
Participer à la réunion préparatoire de
son organisation ou de son collège.
Participer aux réunions
Poser les questions permettant d’éclairer
l’information apportée par la direction
ou le bureau de l’Institution, exercer
son devoir de contrôle interne sur les
réponses non satisfaisantes.
Prendre position sur les décisions du ressort du CA et des commissions : politique
financière, action sociale, à l’égard d’une
entreprise adhérente, sur des projets de
rapprochement / fusions d’Institutions
(sommitale).
Être force de proposition et d’innovation
concernant les services de l’Institution à
partir d’une connaissance de leur fonctionnement, des outils de gestion, des
conditions de travail.
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier la réglementation concernant l’Agirc, l’Arrco, le CTIP et l’ACP.
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats de l’instance.
Rechercher les consensus permettant de faire vivre la gestion paritaire de l’institution.
Énoncer clairement un argumentaire pour défendre ou combattre un projet de texte,
de budget, etc.
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de l’administration de
l’organisme ou de ses conseils.
SAVOIRS ASSOCIÉS
La réglementation en matière de protection sociale complémentaire.
Les caractéristiques sociodémographiques des territoires, du pays.
L’organisation du système de santé français.
Les techniques de base de l’assurance et de l’analyse du risque.
Les techniques comptables, budgétaires, actuarielles et financières actuelles.
Le fonctionnement général de l’entreprise : informatique, commercial, qualité, comptabilité.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
28 • Mandascop • 2012.01
Alimenter la réflexion collective de son
organisation sur la base des informations
et analyses de son institution afin de
construire des positions sur les grands
dossiers d’actualité.
Traduire en termes compréhensibles
pour les non-spécialistes les enjeux
socio-économiques sous-jacents aux
textes en discussion ou les décisions
(Solvabilty II, entrée en fiscalité…).
Échanger au sein de sa délégation sur
les points de désaccord concernant le
PV de la séance précédente, prévoir une
intervention si nécessaire pour demander
des rectificatifs.
Selon les cas, prendre connaissance
des textes réglementaires et conventionnels ou des recommandations de
l’ACP (Autorité de contrôle prudentiel)
ou du CTIP, les analyser avec l’appui de
juristes spécialisés de son organisation
ou autres.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
PSS 12
Réseau relationnel
7
Les services
techniques de
l’institution
IN
TE
U
OC
RL
1
S
onstance
UR
rc
ci
6
Les autres
membres
mandataires de son
collège dans
l’Institution
mandataire
3
Responsables
syndicaux, directions
des services RH
ou comptabilité des
entreprises
adhérentes
TE
2
Les responsables
du domaine
protection
sociale dans
l’organisation
La direction
de l’organisation
mandatrice
5
4
Les négociateurs
des CCN
Les mandataires
des instances proches,
notamment en
sommitale
s
1
Élaborer une position sur les dossiers jugés stratégiques (rapprochements, fusions, ouverture de
nouveaux champs de protection sociale) ; rendre
compte de l’exercice du mandat.
2
Recueillir leur avis, leur faire des retours, diffuser
l’information.
3
Informer des évolutions de l’institution ou du
GPS, recueillir les avis et les attentes.
4
Faire prendre en compte le GPS ou l’institution
dans la définition de la protection sociale complémentaire.
5
Enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation.
6
Préparer les réunions.
7
Remonter les dysfonctionnements constatés
sur le terrain par le canal de l’organisation ou de
l’entreprise.
Mandascop • 2012.01 • 29
PSS 20
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Offre de soins et
d’équipements
Gestion
d’établissements
de soins et
médico-sociaux
Définir la stratégie
de développement
d’établissements
de soins et médicosociaux
UGECAM
Missions du mandataire
Assurer l’orientation de l’offre de soins et la gestion des établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect des
orientations générales déterminées par la CNAMTS et conformément au plan régional de santé fixé par l’ARS.
Diversité des fonctions
dans les instances
Membres du conseil : président de commissions (par exemple,
finances/gestion et admission en non-valeur), président, viceprésident, chef de file pour le collège employeur.
Gérer le patrimoine affecté aux établissements en donnant
l’avis de sa délégation sur les projets immobiliers ayant des
implications en termes d’emploi et d’investissement (fermetures/
ventes d’établissements, rénovations, restructurations, etc.).
Adopter la convention pluriannuelle de gestion (CPG) et le
contrat d’objectif et de moyens (COM et CPCOM) et suivre
leur mise en œuvre.
Suivre la mise en œuvre du schéma régional d’organisation
du soin (SROS).
Profil du mandataire
Le mandataire est souvent issu du milieu professionnel de la
santé et a une expérience dans le domaine de la sécurité sociale
puisqu’il est obligatoirement membres titulaire ou suppléant
d’une caisse locale d’assurance maladie.
L’expérience d’autres mandats, relevant de la même famille
favorise la maîtrise de la réglementation associée au domaine,
une bonne compréhension des enjeux liés à la gestion des
établissements; et développe ainsi les capacités à intervenir
de manière pertinente et à se positionner clairement sur les
dossiers.
Conditions d’accès aux mandats
Le mandataire est désigné par l’échelon régional de son organisation parmi les membres titulaires ou suppléants des conseils
des CPAM et des CARSAT adhérentes à l’Union, en fonction du
nombre de postes à pourvoir (huit représentants des assurés,
huit représentants des employeurs).
Temps investi dans les mandats
Durée des mandats : cinq ans (renouvellement possible).
Quatre réunions statutaires par an, plus des réunions de commissions, auxquelles peuvent s’ajouter des réunions dans les
établissements eux-mêmes (commissions d’établissement).
Avec le travail de préparation, de documentation, de consultation, le temps consacré au mandat peut varier entre un et
deux jours/mois.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les organisations représentant les professionnels de santé,
les autres types d’établissements de soins et médico-sociaux,
publics et privés, les caisses d’assurance maladie (CPAM et
CARSAT).
Mandascop • 2012.01 • 31
PSS 20
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Échanger au sein de sa délégation sur
les points de désaccord concernant le
PV de la séance précédente, prévoir une
intervention si nécessaire pour demander
des rectificatifs.
Participer à la formation des mandataires
du domaine de la protection sociale, à
l’occasion de rencontres/séminaires,
au niveau régional, voire national, leur
présenter les enjeux économiques et
sociaux du développement du réseau.
Consulter la direction de son organisation afin de structurer un point de vue
sur des dossiers stratégiques (CPG,
COG, schémas régionaux d’organisation des soins, projets d’établissements,
restructurations, fermetures d’établissements etc.) et élaborer une position
argumentée.
Rencontrer les médias locaux (conférences de presse ou interviews) pour
expliquer les projets de l’organisme en
matière de développement, de qualité,
d’accès aux soins pour les usagers, ou
les menaces qui pèsent sur le réseau
(Pdt.).
Prendre contact avec les représentants
du personnel sur les projets ayant un
impact sur l’emploi et les conditions de
travail (mandataires du collège salariés).
Rencontrer chacune des organisations
en entretien bilatéral pour rechercher
une majorité large sur la CPG ou d’autres
points stratégiques de l’ordre du jour :
réorganisation du réseau, mise en place
d’un partenariat public/privé, projets
immobiliers, etc. (Pdt.).
Participer aux réunions
Donner le point de vue de son organisation sur les options de gestion du réseau
prises par la direction de l’instance.
Participer aux débats sur les projets de
CPG, de COM, d’établissement, en se
préoccupant de défendre le patrimoine
des assurés.
Participer à des commissions d’établissement en se préoccupant de l’avenir
de l’ensemble du réseau.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Alimenter la réflexion collective de son
organisation sur la base des informations
et analyses de son instance, afin de
construire des positions à défendre sur
le devenir des établissements appartenant au réseau.
savoir-faire
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats sur les questions d’équilibre budgétaire des établissements, sur les choix à
faire entre spécialisation et proximité dans la maintenance du réseau.
Énoncer clairement un argumentaire pour défendre ou combattre un projet de CPG,
de COM, d’établissement, etc.
Lire et analyser des documents, y compris techniques ou financiers (projets immobiliers, COG, CPG, COM, SROS, projets d’établissements, bilans financiers etc.).
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation et
au sein de l’administration de l’organisme.
Intervenir de manière pertinente à partir d’une bonne compréhension des enjeux
liés à la gestion des établissements et se positionner clairement sur les dossiers.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Les techniques financières et budgétaires.
La réglementation en matière de financement des établissements de soins (tarification à l‘activité), la nomenclature des actes.
L’organisation du système de santé, le rôle de l’ARS.
Les contrats d’objectifs et de moyens.
L’environnement administratif, les partenariats publics/privé, le contrôle de gestion.
La gestion d’un patrimoine immobilier.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
32 • Mandascop • 2012.01
Améliorer la communication du réseau
auprès des assurés et des professionnels
de santé pour développer la fréquentation des établissements.
COMPÉTENCES
S’informer du point de vue des usagers.
Rencontrer les représentants de la
CNAMTS pour négocier la CPG et de
l’ARS pour le COM (Pdt.).
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
PSS 20
Réseau relationnel
7
Les militants ayant
un mandat dans le
champ protection
sociale
8
La direction
de la CNAMTS
IN
TE
1
S
10
Les présidents
des caisses
de sécurité sociale
6
mandataire
3
Les mandataires
des autres
organisations
au sein
du collège
rc
ci
1
onstance
UR
2
Les responsables
du domaine
protection
sociale dans
l’organisation
TE
La direction
de l’organisation
mandante
U
OC
RL
9
Les médias
locaux
4
Les mandataires des
autres organisations
au sein du collège
Les responsables
locaux des
fédérations
professionnelles
concernées
5
Les services
administratifs
de l’organisme
s
Mettre en discussion, pour validation, la position
de l’organisation sur les dossiers jugés stratégiques ; rendre compte de l’exercice du mandat.
7
Participer avec eux à des journées de travail
collectif, ou les solliciter individuellement, pour
enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation. Participer à
leur formation en présentant les enjeux autour
de la gestion des établissements au cours de
séminaires/rencontres etc.
2
Élaborer collectivement la position de l’organisation sur les dossiers importants.
3
Préparer les réunions et organiser les prises de
parole et les prises de notes.
8
Négocier le CPG (Pdt. et directeur).
4
Confronter les positions et rechercher une éventuelle position commune sur certains dossiers
jugés stratégiques.
9
Répondre à des interviews sur l’actualité du
réseau (Pdt.).
5
Rechercher des ressources techniques pour
appréhender les dossiers : méthodes, outils,
données.
10
6
Se concerter sur les projets de CPG (Pdt.).
Prendre leur avis sur les dossiers portant sur
la politique de développement, les restructurations etc., pour mieux appréhender l’impact des
décisions du conseil sur la vie des salariés de
l’organisme, sur la qualité du service rendu aux
assurés.
Mandascop • 2012.01 • 33
PSS 21
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Offre de soins et
d’équipements
Définition de
la politique régionale
en matière de santé
et de prévention
des risques
Débattre de la politique
de santé et des
schémas régionaux
d’équipements
et d’organisation
des soins
ARS : conseil
de surveillance
CRSA [commissions
de coordination
des politiques]
[conférences
de territoires]
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Contribuer au recueil et à la réflexion sur les besoins de santé
de la population sur un territoire et sur l’offre de service à
mettre en regard.
Membres du conseil : président de commissions (par exemple,
finances/gestion et admission en non-valeur), président, viceprésident, chef de file pour le collège employeur.
Donner son avis sur le projet régional de santé qui comprend les
différents schémas d’organisations et des programmes d’action.
Donner son avis sur les agréments d’établissements sanitaires
et médico-sociaux.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Le mandataire a une bonne connaissance du milieu professionnel de la santé ou du médico-social. Il peut avoir une responsabilité politique dans son organisation sur les questions
de santé et/ou de protection sociale.
Durée des mandats : pour le conseil de surveillance de l’ARS,
le mandat est lié au mandat du conseil local d’assurance maladie ; renouvelable. Pour la CRSA : quatre ans, renouvelable.
Conditions d’accès aux mandats
Le mandataire est nommé par arrêté du ministère de tutelle des
ARS (pour le conseil de surveillance de l’ARS) ou le directeur
général de l’ARS (pour la CRSA), sur proposition des organisations d’employeurs et de salariés de niveau régional. Pour le
conseil de surveillance de l’ARS, Il est obligatoirement choisi
parmi les mandataires siégeant dans des conseils d’organismes
locaux d’assurance maladie relevant du régime général (CPAM
et CGSS). Éligibilité jusqu’à 66 ans moins un jour.
Entre deux et quatre réunions plénières par an, plus un nombre
variable de réunions en commissions (entre dix et vingt selon
la fonction occupée). Avec le travail de préparation, de documentation, de consultation, le temps consacré au mandat peut
varier entre deux et cinq jours/mois, en régime de croisière.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les réseaux d’établissements de soins (par exemple, Assistance
publique, UGECAM, réseaux mutualistes etc.), ou d’organisations médico-sociales (par exemple, URIOPPS), les organismes
traitant de prévention des risques (par exemple, CARSAT), les
organisations représentant les professionnels de santé (syndicats, associations, ordres …), les usagers, etc.
Incompatibilité avec le mandat d’administrateur UGECAM
(autres incompatibilités : voir le Code de la sécurité sociale).
Pour la CRSA, aucune condition, aucune incompatibilité.
Mandascop • 2012.01 • 35
PSS 21
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Se documenter sur les problématiques
d’actualité dans le champ de la santé.
Participer à la formation des mandataires
du domaine santé/protection sociale,
à l’occasion de rencontres/séminaires
au niveau régional, leur présenter les
enjeux économiques et sociaux du plan
stratégique de santé et des schémas
régionaux.
Échanger au sein de sa délégation sur
les points de désaccord concernant le
PV de la séance précédente, prévoir une
intervention si nécessaire pour demander des rectificatifs.
Étudier les dossiers de demandes
d’agréments (commission spécialisée
d’organisation des soins), en mobilisant
si nécessaire l’expertise interne aux différentes organisations professionnelles
concernées, dans les limites des règles
de confidentialités prévues par le règlement intérieur de la commission.
Consulter les juristes de l’organisation
pour veiller à l’application rigoureuse
des textes pour éviter des contentieux
en matière de création d’établissements.
Consulter la direction de son organisation afin de structurer un point de vue
sur des dossiers stratégiques (schémas
régionaux d’équipements, programmes
d’action, etc.) et élaborer une position
argumentée, rédiger une déclaration.
Utiliser toute occasion (autres instances,
colloques…) d’échanger de manière informelle avec des représentants d’autres
collèges (par exemple usagers, professionnels de santé) sur les débats en
cours.
Participer aux réunions
Prendre la parole pour obtenir des éclaircissements, rebondir dans le débat ou
exprimer le point de vue de son organisation.
Informer les adhérents et les salariés
sur les décisions et dispositions mises
en œuvre.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
œuvre du plan stratégique en proposant
de compléter les auto-évaluations par
des évaluations externes.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Alimenter la réflexion collective de son
organisation sur la base des informations
et analyses de son instance, afin de
construire des positions à défendre sur
la stratégie en matière d’offre de santé,
notamment dans le débat spécialité/
proximité.
Faire progresser l’instance dans le
domaine de l’évaluation de la mise en
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier les enjeux liés à l’élaboration d’une politique régionale de santé et à
l’adoption des schémas régionaux d’équipements.
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats sur les priorités à accorder aux différents volets de la politique de santé
(curatif versus préventif), sur les choix à faire entre spécialisation et proximité dans
l’offre de soins, sur les équilibres économiques à rechercher en réponse aux besoins.
Être à l’aise dans son expression orale, pour se faire entendre des autres catégories
de membres (par exemple, les usagers), et mettre en valeur son point de vue, tout
en s’adaptant au contexte et à son environnement.
Énoncer clairement un argumentaire pour défendre ou combattre un projet de schéma
régional d’équipement, un programme d’action en matière de prévention des risques
(etc.), être concis, éviter les répétitions inutiles.
Comprendre les raisons d’agir des autres catégories de membres de l’instance,
analyser et être réactif aux propos en restant courtois et pédagogue, décoder la
parole et le geste.
Lire et analyser des documents, y compris techniques ou financiers (demandes
d’agréments, schémas régionaux d’équipements, bilans financiers, etc.).
Proposer la création de groupes de
travail ad hoc pour creuser certaines
questions (par exemple, prévention des
risques environnementaux).
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation et
au sein de l’administration de l’organisme.
Faire prendre en compte les questions
d’emploi et de formation générées par
l’adoption du plan stratégique régional.
L’organisation du système de santé, le rôle de l’ARS, les contrats d’objectifs et de
moyens.
SAVOIRS ASSOCIÉS
La réglementation en matière d’agrément des établissements de soins et des structures à vocation médico-sociales.
Le rôle des collectivités locales (conseil général, conseil régional) en matière d’emploi et de formation, en matière de prise en charge des populations dépendantes,
handicapées, en matière de prévention des risques pour les jeunes scolarisés, etc.
L’économie de la santé, les politiques de concentration et de fonctionnement en
réseau dans le territoire.
Les questions de qualité en matière de prestations de soins ou de services médicosociaux, etc.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
36 • Mandascop • 2012.01
PSS 21
Réseau relationnel
7
8
La direction
de la CNAMTS
Les mandataires
ayant un mandat
dans le champ
protection
sociale
1
S
10
Les présidents
des caisses
de sécurité
sociale
UR
2
Les responsables
du domaine
protection
sociale dans
l’organisation
TE
La direction
de l’organisation
mandante
U
OC
RL
9
Les médias
régionaux
IN
TE
6
Les responsables
locaux
des fédérations
professionnelles
concernées
mandataire
3
Les mandataires
de sa délégation
5
4
rc
ci
1
onstance
s
Les mandataires
des autres
organisations
au sein du
collège
Mettre en discussion, pour validation, la position
de l’organisation sur les dossiers jugés stratégiques.
Rendre compte de l’exercice du mandat.
Les techniciens
des organisations
professionnelles
7
Participer avec eux à des journées de travail
collectif, ou les solliciter individuellement, pour
enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation.
Participer à leur formation en présentant les
enjeux autour de la gestion des établissements
au cours de séminaires/rencontres etc.
2
Rendre collectivement la position de l’organisation sur les dossiers importants.
3
Préparer les réunions et organiser les prises de
parole et les prises de notes.
8
Négocier le CPG (Pdt. et directeur).
4
Confronter les positions et rechercher une éventuelle position commune sur certains dossiers
jugés stratégiques.
9
Répondre à des interviews sur les projets du (ou
les menaces sur) le réseau (Pdt.).
5
6
Rechercher des ressources techniques pour
appréhender les dossiers : méthodes, outils,
données, expertise juridique.
10
Se concerter sur les projets de CPG (Pdt.).
Les consulter sur les dossiers portant sur la
politique de développement, de restructuration
de l’offre, pour prendre en compte leur impact sur
la vie des salariés de la santé, sur la qualité du
service rendu aux assurés, dans les avis rendus
par l’instance.
Mandascop • 2012.01 • 37
PSS 30
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Santé au travail
Prévention et gestion
des accidents du
travail et des maladies
professionnelles
Définir et mettre en
œuvre des mesures
de prévention,
réparation
et tarification
CATMP
CTN
CRATMP
CTR
Diversité des fonctions
dans les instances
Missions du mandataire
Rendre des avis sur les conventions d’objectifs et de gestion
relatives à la prévention des risques professionnels, sur les
règles de tarification et de réparation des accidents du travail
et des maladies professionnelles, sur les procédures d’instruction et de reconnaissance des maladies professionnelles, sur
la nouvelle tarification des cotisations AT/MP.
Administrateur titulaire (ou suppléant), conseiller ; président,
vice-président, président de commission.
Analyser les orientations de la branche AT/MP de la CNAMTS
en liaison avec les CARSAT.
Décliner au niveau régional en programmes, dispositifs ou
expérimentations, les orientations nationales en tenant compte
de la spécificité des diagnostics territoriaux.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Expérience professionnelle dans le domaine, pragmatisme,
intérêt pour la valeur sociale des attributions exercées. Des formations et éventuellement l’exercice de mandats liés réduisent
le temps d’appropriation de la réglementation associée au
domaine, de la compréhension des enjeux liés à chaque type
d’instance. Dans les mandats territoriaux, les représentants
des salariés exercent souvent des mandats dans leur entreprise (DP, CHSCT).
Mandats de trois, quatre ans (CTN et CTR) ou cinq ans (CATMP,
CARSAT) renouvelables.
Deux à trois réunions statutaires par an, sauf pour la CATMP
qui a une fréquence mensuelle sur une demi-journée.
Le suppléant est régulièrement impliqué dans les instances
(commissions, réunions préparatoires).
Selon l’implication dans les mandats et les responsabilités
exercées, le temps global représente deux à trois fois le temps
exigé par le fonctionnement de l’instance.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conditions d’accès aux mandats
Titulaire et suppléant : désignation par l’échelon territorial
(CTR) ou national (CATMP, CARSAT, CTN) de son organisation
sur des critères de sélection pragmatiques (cf. « profil ») ou
territorial (CTR).
Incompatibilités : voir le code de la sécurité sociale.
ANACT
ARACT
COCT
CNAMTS
EUROGIP
INRS
OPPBTP
ORST
DGT
DIRECCTE
SST
Mandascop • 2012.01 • 39
PSS 30
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Développer sa connaissance des actions
de prévention des risques professionnels
et de leurs évolutions.
Développer sa connaissance de l’évolution des métiers, des organisations du
travail et des conditions de travail pour
comprendre les contextes et les problématiques de risques professionnels et de
santé au travail.
Faire appel aux ressources du référent
technique de l’organisation, des ingénieurs conseils de l’instance, du directeur
des risques professionnels, des membres
de CTN et des mandataires d’instances
proches, des fédérations, des syndicats
d’entreprise et des CHSCT.
Décortiquer les projets de textes réglementaires avec l’appui des juristes spécialisés de son organisation et élaborer
des propositions de modifications afin
d’établir la sécurité juridique des textes
en fonction des normes en vigueur et du
référentiel d’action de son organisation.
Dialoguer avec les responsables de son
organisation afin de structurer un point
de vue sur des dossiers stratégiques et
élaborer une position argumentée.
Participer aux réunions
Obtenir auprès des pouvoirs publics et
des services techniques de l’instance
des diagnostics rigoureux, afin de mieux
prendre en compte la réalité de terrain
des branches professionnelles et des
entreprises et mieux asseoir les décisions de l’instance.
Questionner les référents techniques sur
les informations produites pour contrôler leur qualité et leur pertinence (par
exemple, en vérifiant que la production
de données répond à la mission et non
à une exigence bureaucratique c’est-àdire que « la règle s’applique de la bonne
manière »), selon des objectifs propres
au collège.
Défendre (en commission spécialisée)
ses propositions de modification des
textes en ayant comme objectif de réduire les marges d’interprétations génératrices de contentieux et de permettre
une meilleure prise en compte des spécificités des entreprises et des risques
professionnels.
Enrichir les plans d’action de projets
partenariaux et concrets afin d’obtenir
des résultats mesurables en termes de
prévention.
Être attentif à la prise en compte des
demandes de modifications à apporter
au PV pour valider l’engagement de
l’instance.
Identifier des tendances d’évolution par
branches d’activités et types de risque
afin d’orienter les modes d’intervention
(diagnostic, plan d’action, prospective)
et d’élaborer une stratégie visant l’anticipation et la prévention des risques
méconnus.
Contribuer à améliorer la communication de l’instance pour lui donner de la
visibilité et la conforter dans ses missions (par exemple, en contribuant à la
refonte de son site Internet à destination des employeurs et des salariés, à
la production de brochures et dépliants
sur les mesures simplifiées d’aides aux
entreprises).
Veiller au niveau national à l’adaptation
des règlements intérieurs, afin d’harmoniser le fonctionnement des instances.
Informer et former
Présenter auprès de son organisation les
enjeux des réformes.
Expliquer la tarification AT/MP avec pédagogie pour inciter les employeurs à
la prévention.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Participer à la construction et à l’animation d’un réseau pour partager les
connaissances sur la prévention des
risques et pour optimiser et coordonner
des moyens d’action entre mandataires
des instances concernées ; afin de :
• faire avancer la prise de conscience
des enjeux de la santé au travail ;
• faire remonter des informations sur la
réalité du terrain ;
• faire prendre en compte l’évolution
des activités professionnelles et les
nouveaux risques générés dans les
secteurs en développement (tertiaire,
services aux personnes...).
COMPÉTENCES
savoir-faire
Analyser les postes et organisations de travail en utilisant sa connaissance du terrain,
celle de son réseau et différents travaux.
S’approprier certaines fiches techniques produites par les ingénieurs conseils de
CARSAT, de l’INRS et des autres organismes spécialisés dans la prévention des
risques professionnels et la santé au travail.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Environnement institutionnel et rôle des acteurs.
Risques professionnels dans les entreprises (données statistiques, rapports qualitatifs, orientations de COG, informations de terrain).
Hiérarchie des normes, des règles de droit (légales, conventionnelles), du contentieux
(y compris pénal), jurisprudence en AT/MP et recommandations INRS, CRN, CTR.
Conventions, accords antérieurs et à venir (par exemple, accords pénibilité, accords
stress au travail, etc.).
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
40 • Mandascop • 2012.01
PSS 30
Réseau relationnel
7
Les experts
et intervenants
spécialisés
IN
TE
U
OC
RL
La direction
de l’organisation
UR
S
Les responsables
du domaine
AT/MP dans
l’organisation,
les mandataires
TE
1
2
6
Les référents
techniques
de l’instance
mandataire
3
Les mandataires
des instances
proches
rc
ci
onstance
4
Les mandataires
de son collège
5
Les services
techniques
de l’instance
s
1
Définir la position de l’organisation.
Rendre compte de l’exercice du mandat.
2
Recueillir leurs avis, leur faire des retours et
diffuser l’information.
3
Enrichir sa compréhension des dossiers et
participer à la définition de la position de
l’organisation.
4
Débattre et rechercher une position commune.
5
Apports en ressources : méthodes, outils, données.
6
Dans le cadre de la préparation des réunions,
s’approprier des dossiers très techniques.
7
Veiller à la complémentarité des missions par le
travail en partenariat.
Apporter son expertise aux commissions.
Mandascop • 2012.01 • 41
PSS 31
PROTECTION SOCIALE ET SANTÉ
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Santé au travail
Appui à la prévention
des risques
professionnels
et à l’amélioration
des conditions
de travail
Apporter veille et
expertise technique
pour l’information,
la formation et
l’accompagnement
des entreprises
ARACT
[ANACT]
INRS
OPPBTP
CATMP
Diversité des fonctions
dans les instances
Missions du mandataire
Définir la stratégie et le plan d’activité (national/régional selon
l’instance) sur quatre ans en s’inspirant du résultat d’études et
de recherches, et contrôler sa réalisation.
Membre titulaire du CA ou suppléant ; conseiller, président,
vice-président, trésorier, trésorier adjoint.
Susciter des partenariats avec les branches professionnelles
et les entreprises pour expérimenter la faisabilité des mesures
de prévention proposées.
Assurer le contrôle de la gestion de l’institution.
Au niveau régional, décliner et mettre en œuvre les orientations nationales sur la prévention des risques professionnels et
l’amélioration des conditions de travail à partir de diagnostics
territoriaux partagés dans le cadre du plan régional de santé
au travail.
Profil du mandataire
L’expérience acquise dans d’autres instances aux missions
complémentaires intervient éventuellement dans le choix du
mandataire qui bénéficie ainsi d’une vision globale des différentes missions. Le maintien d’une pratique syndicale ou
professionnelle de terrain est souvent souhaité.
Temps investi dans les mandats
Mandat de trois, quatre ou cinq ans, renouvelable.
Dans les ARACT, cinq à sept réunions statutaires par an plus
deux réunions du comité d’orientation, autant pour les membres
du bureau ; des groupes de travail sont mis en place au cas par
cas lorsque des questions sensibles ou complexes le nécessitent. Le temps global passé dans l’exercice du mandat peut
atteindre une semaine par mois, voire davantage selon la fonction occupée et la participation à des commissions. Le temps
prévu est surtout investi dans la participation aux réunions et
n’inclut pas le suivi sur le terrain.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conditions d’accès aux mandats
Candidatures issues du niveau régional de l’organisation pour
l’ARACT et fédéral pour l’OPPBTP.
CATMP
Désignation par l’organisation nationale pour l’INRS et l’ANACT
sur des critères plus opérationnels adossés à la connaissance
du domaine.
EUROGIP
CARSAT
ANACT
DGT
DIRECCTE
CRPRP
SST
Mandascop • 2012.01 • 43
PSS 31
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
S’approprier les informations reçues tels
que bilans, études, budgets, projets de
plan d’activité.
Échanger avec le directeur ou les équipes
techniques.
Participer aux réunions
Examiner les comptes de l’instance et
décider de l’affectation de son budget de
fonctionnement ; participer au vote sur le
rapport de son directeur après demande
d’explications et prise en compte des
modifications si nécessaire.
Examiner la production de connaissance
sur les risques professionnels et les
conditions de travail qui font l’objet d’éditions d’études, de brochures, d’organisation de colloques (ARACT, INRS).
Participer à la définition des orientations
de recherche (INRS).
S’entourer des experts compétents et
des techniciens de l’instance pour donner un avis motivé sur les projets de
textes réglementaires (INRS).
Informer et former
Concourir à l’élaboration d’une action
de prévention adaptée aux cibles de
l’instance (par exemple, une offre de formation adaptée en direction des jeunes
des collèges et lycées techniques / professionnels) (OPPBTP, ARACT).
S’assurer que les équipes techniques
des instances disposent d’une formation continue de très haut niveau pour
leur permettre d’acquérir les compétences en prospective des risques professionnels ou en capacité d’intervention (INRS).
Apporter des arguments sur l’élaboration
et le pilotage des politiques de prévention des risques professionnels et de
gestion prévisionnelle des emplois, des
compétences et qualifications, le transfert de technologie, de bonnes pratiques
qui contribuent à la modernisation des
entreprises (ARACT).
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Anticiper l’évolution des nouveaux
risques professionnels (tels que risques
psycho-sociaux [RPS], produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques
[CMR] ou risques liés aux nouvelles
technologies (nanotechnologies, enrobés
bitumes, etc.) en liaison notamment avec
l’organisation du travail.
Rechercher l’efficacité dans l’arbitrage
de l’affectation des moyens à la réalisation des actions.
Valoriser l’instance et améliorer son budget en diversifiant son offre d’intervention
et en l’adaptant à ses cibles.
Privilégier une posture de veille, d’alerte
grâce à un réseau transversal qui
connaisse l’ensemble de la chaîne de
prévention.
Comparer les systèmes de prévention
entre pays (INRS).
Être réactif aux études et recherches y
compris internationales (INRS).
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Dialoguer avec les responsables de son
organisation afin de structurer un point
de vue sur des dossiers stratégiques et
élaborer une position argumentée.
Réunir les instances régionales et nationales pour confronter les expériences et
enrichir les orientations.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Organiser son auto-documentation à partir d’une connaissance des sources pertinentes et de leur utilisation : les équipes techniques de l’instance de l’organisation,
ses revues, les sites institutionnels sur Internet.
Superviser les budgets par la maîtrise du contrôle de gestion et de ses outils : tableaux
de bord, contrôle de l’affectation des moyens, évaluation des actions.
Définir des objectifs, fixer des perspectives de travail.
Gérer les conflits par une posture consensuelle, une qualité d’écoute de compréhension et de prise en compte de son interlocuteur.
Privilégier une expression positive pour arriver à un accord ambitieux.
S’appuyer sur son expérience du mandat pour prendre du recul et éviter de réagir
à chaud sur des questions sensibles.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Environnement institutionnel, rôle des acteurs pour identifier ceux qui ont le pouvoir
d’agir, les commanditaires.
Processus décisionnaires, notamment en matière budgétaire.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
44 • Mandascop • 2012.01
PSS 31
Réseau relationnel
IN
TE
onstance
s
4
Le réseau
des instances
régionales, l’instance
nationale de
référence
1
Élaborer une méthode d’évaluation et des outils
de suivi, contribuer à l’apport en ressources, à
l’enrichissement des données.
2
Contribuer à l’apport en ressources, à l’enrichissement des données.
3
Débattre de l’orientation de l’organisation, solliciter un appui technique.
4
Veiller à la coordination, à l’homogénéité et au
retour d’expérience.
5
Veiller à la répartition et à l’harmonisation des
recherches.
6
Recourir à leur appui institutionnel et à leur
conseil.
S
rc
ci
mandataire
UR
3
Les
responsables
du domaine dans
l’organisation et les
mandataires des
autres instances
santé au travail
TE
2
Chercheurs
experts sur les risques
professionnels,
cabinets conseil
U
OC
RL
1
Le directeur
technique des risques
professionnels,
le directeur général,
le directeur
6
Inspection
du travail, SST
5
Les instances
internationales
de prévention
Mandascop • 2012.01 • 45
FORMATION ET RECHERCHE
Sous-Famille
FOR 10
Mandat Type
Fonction
Instances
Consultation
et information auprès
des pouvoirs publics
et des collectivités
locales
Exprimer des avis
sur les orientations
données à l’offre de
formation (initiale,
continue, supérieure)
par l’État et la région
CAEN
[CREA]
[Comité ad hoc
émanant du conseil
régional : COTEFE,
CTEF, etc.]*
Missions du mandataire
Apporter un avis au nom de l’organisation syndicale qu’il
représente et se positionner quant aux thématiques/questions
traitées relevant de la compétence de l’État (structures pédagogiques, modalités d’attribution de moyens en emploi ou en
crédit, etc.) ou de la compétence de la région (mise en œuvre
du CPRDFP, schéma prévisionnel des formations collèges et
lycées, plan régional de développement de l’enseignement
supérieur, etc.).
Diversité des fonctions
dans les instances
Membre titulaire ou suppléant.
Pas de responsabilité de secrétariat ou de rapporteur à exercer
au sein de l’instance.
Réagir aux informations transmises et aux présentations de
bilans faites par les représentants de l’État, du rectorat ou de
la région, poser des questions et émettre son avis sur des
sujets tels que le suivi des engagements contractuels État-région (CPRDFP) au niveau d’un territoire donné, ou relevant du
domaine pédagogique présenté par le recteur (bilans de rentrée
scolaire et fin d’année scolaire : effectifs, formations ouvertes ou
fermées, objectifs de l’académie pour l’année, universités, etc.)
ou de la partie « entretiens des locaux » présentée par la région.
Profil du mandataire
Connaissant le monde de l’enseignement, de la formation,
de la recherche et de l’entreprise, les mandataires peuvent
aussi être choisis sur la base de leurs compétences et de leur
connaissance des questions d’emploi et de formation sur un
territoire (académie, bassins d’emploi).
Conditions d’accès aux mandats
Désignation des mandataires au CAEN par le préfet de région
(comité régional) sur proposition, auprès du recteur, des représentants des organisations au plan académique (avec une
représentativité dans chaque département).
La composition des comités ad hoc est réalisée au niveau
départemental ou infra-départemental.
Temps investi dans les mandats
Mandat de trois ans, renouvelable (CAEN).
Les réunions sont au nombre de deux à quatre par an avec
une durée de temps de travail allant de trois à quatre jours/an.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Le déploiement des politiques de formation professionnelle dans
les régions et les académies repose sur une grande diversité
d’institutions (consultatives : CCREFP, COPIRE, délibératives :
CESER, ou opérationnelles appartenant à l’appareil de formation, ou les CARIF-OREF). La coordination et l’information par
le réseau de l’organisation au niveau territorial n’en est que
plus pertinente. Les mandats types EFP11 (appui aux politiques territorialisées) et EFP12 (consultation et concertation
pour les politiques régionales) de la famille « Emploi et formation professionnelle » précisent le fonctionnement du maillage
institutionnel.
* L’appellation de ces instances varie selon les régions.
Mandascop • 2012.01 • 47
FOR 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
S’approprier les informations réceptionnées (bilans de rentrée/fin d’année
scolaire : effectifs, formations ouvertes
ou fermées, objectifs de l’académie
pour l’année, universités, entretien des
locaux…).
Informer les militants, les adhérents, etc.,
pour diffuser les informations transmises
suite à l’assemblée plénière.
Rédiger une déclaration.
Échanger, si nécessaire, avec des représentants salariés ou patronaux disposant des connaissances/compétences
requises.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Intervenir auprès des représentants de
l’État, de la région, de l’académie, des
élus, afin d’apporter un avis éclairant sur
une thématique traitée.
Favoriser le travail collectif.
Participer aux réunions
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Faire remonter des ressources documentaires, des informations à son organisation sur les événements récents au
niveau de l’éducation et de la formation.
Proposer des alternatives (orientation
des travaux de réflexion, des analyses,
amélioration de la présentation de documents, …).
COMPÉTENCES
Faire une déclaration liminaire au nom
de son organisation.
savoir-faire
Apporter un avis/formuler des vœux sur
différents points abordés.
Identifier les dysfonctionnements, les incohérences et faire des propositions satisfaisant l’intérêt général en matière de formation.
Intervenir suite à la présentation d’un
dossier en plénière et interroger les interlocuteurs concernés (représentants
de l’État, du rectorat, de la région, élus
locaux).
Relier le contenu des débats avec l’actualité politique et syndicale sur le champ
social et éducatif (par exemple, rentrée scolaire, baisse des effectifs).
Solliciter les connaissances acquises en milieu professionnel (entreprises, branches).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Problématiques et enjeux actuels du système éducatif et de la formation professionnelle, si possible, des débouchés des formations, des secteurs d’activité du territoire.
Mode de fonctionnement de l’Éducation nationale, de l’enseignement agricole, des
établissements (cartes de formation sur l’académie et inter-académie), du CPRDFP…
Les positions des différents acteurs : représentants des ministères et des organisations, des branches, élus politiques, associations de parents.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
48 • Mandascop • 2012.01
FOR 10
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
TE
UR
S
1
Les membres
du comité régional
de son organisation
en charge des
questions de
formation
2
Suppléant
5
mandataire
3
Les mandataires
des autres
organisations
du collège,
éventuellement des
autres collèges
rc
ci
onstance
s
1
2
Les représentants
des parents d’élèves,
des étudiants.
Les membres de son
organisation dans les
branches et les
territoires
4
Le représentant
de l’État ; les services
académiques,
les élus locaux
Rendre compte du mandat ; prendre connaissance du fonctionnement du système éducatif sur
le territoire, des enjeux de la formation professionnelle ; se concerter avec les membres du syndicat/
patronat pour déterminer la marche à suivre (dès
lors que les sujets à aborder le nécessitent).
Relayer et transmettre des informations utiles
(déclarations, compte-rendu de séances) ; être
remplacé par son suppléant en cas d’indisponibilité pour sa participation en plénière.
Échanger, débattre sur des avis si besoin.
3
Faire des déclarations communes, si nécessaires, quant aux débats relatifs à la situation de
l’Éducation nationale sur le plan académique,
départemental ou national (exemple : prise de
parole au sujet de la rentrée scolaire).
4
Échanger des informations sur l’état du système
éducatif, de l’offre de formation, recueillir leur avis.
5
Échanger des informations sur l’état du système
éducatif, de l’offre de formation, recueillir leur avis.
Mandascop • 2012.01 • 49
FORMATION ET RECHERCHE
Sous-Famille
FOR 11
Mandat Type
Fonction
Instances
Gestion des
établissements
de formation
nationaux ou locaux
Orienter et
dimensionner une
offre de formation,
d’enseignement
et de recherche
AFPA
CNAM
[EPSCP]
[CFA]
Missions du mandataire
Orienter les stratégies de l’établissement dans ses domaines
d’intervention (enseignement et formation initiale, formation
continue, apprentissage, recherche, culture scientifique et
technique) et en suivre la mise en œuvre.
Diversité des fonctions
dans les instances
Administrateur de plein exercice, président, vice-président,
trésorier, rapporteur ou membres de commission et groupes
de travail.
Administrer l’établissement en ayant une visibilité optimum sur
sa gestion et son fonctionnement, voire une vigilance absolue
en cas de réforme ou de situation à risque.
Profil du mandataire
Hormis un intérêt pour les domaines d’intervention de l’établissement, qui peut être lié à une expérience de mandat dans
la formation, le profil des mandataires est marqué par une
capacité à analyser et résoudre les enjeux de l’organisation
en termes de gestion.
Temps investi dans les mandats
Durée des mandats : deux, trois ou quatre ans.
Les séances de travail (CA, commission, groupes de travail)
d’une demi-journée ont généralement une fréquence bimestrielle.
Pour le bureau des grands établissements, le temps minimal en
réunion est estimé de six à dix jours par an auxquels s’ajoutent
des temps équivalents de coordination, de préparation et de
suivi, soit vingt à trente jours par an au total. Un temps de
déplacement sur le terrain dans les établissements en réseau
peut augmenter ce volume en conséquence.
Les fonctions de président impliquent des rendez-vous plus
fréquents avec la direction de l’établissement ainsi que des
activités de représentation épisodiques.
Conditions d’accès aux mandats
La désignation des mandataires au CA dans les « grands établissements » et les EPSCP suit une procédure interprofessionnelle, au niveau national ou régional, aboutissant auprès
de l’administration centrale ou déconcentrée (selon le type
d’établissement) qui arrête la composition des CA.
Les fédérations sont impliquées dans les désignations si la
spécialité des établissements, voire leur rattachement à une
branche professionnelle, le justifie.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les instances du mandat type « gestion de l’offre de certification » (FOR 12) et son environnement définissent le cadre institutionnel dans lequel fonctionnent ces mandats : CTI, CNCP,
Conseil supérieur de l’éducation, etc.
L’offre de formation fait l’objet de politiques partenariales et
régionales impliquant une variété d’acteurs issus du conseil
régional et de l’État ; le SPE auquel participe l’AFPA, les pôles
de compétitivité ou les pôles d’excellence. L’offre des établissements de formation dont la gestion peut être paritaire
(par exemple, CFA) est aussi orientée par les instances où
sont orientées et élaborées les politiques de branches pour la
formation professionnelle et l’apprentissage (CPNE, CPREFP,
CPRB ; voir le mandat type EFP 10 « conception des politiques
sectorielles »).
La Cour des comptes et les corps d’inspection réalisent des
missions d’audit et de contrôle auprès des établissements.
Mandascop • 2012.01 • 51
FOR 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
S’approprier des informations de différentes natures : réglementaire, financière
(comptes), pédagogique, gestionnaire
(effectifs, contrats et partenariats…), etc.
Examiner la fiabilité des données présentées, la qualité et la sincérité des
comptes.
Rédiger une déclaration si l’actualité de
l’instance s’y prête.
Échanger, selon les cas, avec les représentants du personnel et la direction pour
obtenir des éclairages supplémentaires
et se forger une opinion.
Participer aux réunions
Présenter l’avis de l’organisation et formuler des vœux sur différents points
abordés, notamment sur la mise en
œuvre des orientations stratégiques.
Intervenir suite à la présentation d’un
dossier en plénière et interroger les interlocuteurs concernés (services de l’établissement, représentants de l’État, du
rectorat, de la région, élus locaux).
Selon les cas (AFPA), suivre la délégation
de gestion donnée à la direction.
Informer et former
Informer les responsables, coordonateurs, chefs de file de son organisation etc., en diffusant des informations
qui concernent les interventions à faire,
ou qui ont été faites, et les positions à
prendre, ou qui ont été prises.
Informer le CA des positions de son
organisation qui soutiennent les argumentaires de ses interventions en tant
qu’administrateur.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Obtenir des informations bien documentées de la part de la direction de
l’établissement, de type tableau de bord,
pour être en capacité de lire et réguler
la stratégie.
Activer des séminaires, groupes de
travail, commissions pour s’approprier
la fonction stratégique du mandat et
favoriser le travail collaboratif entre les
administrateurs.
Faire appliquer des méthodes de gestion
sûres, proposer une évolution pertinente
des outils de pilotage.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Alimenter sa réflexion, ses positions dans
un collectif d’appui.
Faire remonter les ressources documentaires pour engager des débats/
réflexions dans un collectif d’appui.
Proposer des alternatives (orientation
des travaux de réflexion, des analyses,
amélioration de la présentation de documents…) ; être force de proposition.
Former et informer les mandataires, suppléants.
Contribuer aux audits externes ou internes, aux inspections.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Positionner vis-à-vis de ses interlocuteurs la place que l’on entend tenir comme
administrateur.
Savoir dénoncer les dysfonctionnements, les incohérences et faire des propositions
satisfaisant l’intérêt général au regard des domaines d’intervention du CA (offre de
formation, recherche, organisation et fonctionnement de l’établissement).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Avoir une compréhension systémique des problématiques et enjeux actuels du système éducatif, de la formation professionnelle, initiale et continue, et de l’apprentissage.
Connaître le vocabulaire, le mode de fonctionnement des établissements, la réforme
portant sur l’autonomie des universités et le passage au RCE, la contractualisation
entre opérateurs et état, les PPP.
Bases des méthodes de gestion, d’évaluation, de comptabilité, de gestion du personnel.
Connaître le marché du travail concerné par les débouchés des formations sur les
métiers, dans les secteurs d’activités.
Connaître les positions des autres représentants des organisations, des branches
sur les enjeux de formation, etc.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
52 • Mandascop • 2012.01
FOR 11
Réseau relationnel
U
OC
RL
TE
UR
S
1
Les chefs
de file, coordonateurs, etc., de son
organisation, le collectif
d’appui en charge
des questions de
formation, etc.
IN
TE
2
Suppléant
5
Le syndicat interne
de son organisation
dans l’établissement
(OS)
mandataire
3
Les mandataires
des autres organisations du collège,
éventuellement des
autres collèges
rc
ci
onstance
s
4
Le représentant
de l’État ; les services
académiques,
les élus locaux les représentants des parents
d’élèves,
des étudiants
1
Rendre compte du mandat ; prendre connaisRendre compte du mandat ; prendre de connaissance du fonctionnement du système éducatif
sance du fonctionnement du système éducatif sur
sur le territoire, des enjeux de la formation prole territoire, des enjeux de la formation professionfessionnelle ; se concerter sur les décisions à
nelle ; se concerter sur les décisions à prendre.
prendre.
2
Relayer et transmettre des informations utiles
(déclarations, compte-rendu de séances) ; être
remplacé par son suppléant en cas d’indisponibilité pour sa participation en plénière.
Échanger, débattre sur des avis si besoin.
3
Fairedes
desdéclarations
déclarations
communes,
si nécesFaire
communes,
si nécessaires,
saires, quant
aux débats
relatifs
à lasituation
situation de
quant
aux débats
relatifs
à la
l’Éducation nationale
nationale sur
sur le plan
l’Éducation
plan académique,
académique,
départemental ou
ou national
national (ex. (par: exemple prise
départemental
prise de :parole
de sujet
paroledeaulasujet
de scolaire).
la rentrée scolaire).
au
rentrée
4
Échanger des
desinformations
informations
l’état
du sysÉchanger
sursur
l’état
du système
tème éducatif,
de l’offre
de formation,
recueillir
éducatif,
de l’offre
de formation,
recueillir
leur
avis.
leur avis.
5
Décider de l’expression d’une position commune
ou d’une position différenciée dans les débats et
votes (OS).
Mandascop • 2012.01 • 53
FORMATION ET RECHERCHE
Sous-Famille
FOR 12
Mandat Type
Fonction
Instances
Gestion de l’offre
de certification
Apporter des avis
sur l’orientation des
programmes, évaluer
des établissements
et des certifications
professionnelles
CNCP
CNESER
CTI [CPC CIC
CPN-UIT
CCN-IUT
CSE]
Missions du mandataire
Participer aux débats, rendre des avis :
• sur toutes les questions d’intérêt national concernant l’enseignement et l’éducation, sur les objectifs et le fonctionnement
du service de l’éducation (CSE),
Diversité des fonctions
dans les instances
Les CPC sont présidées (présidence, vice-présidence) par des
membres des collèges salariés et employeurs.
• relatifs à l’organisation, à la création, à la rénovation des
certifications ; à de grands dossiers tels que l’autonomie des
universités (CNESER) ou à l’élaboration de l’offre de certification (CNCP), etc.,
• sur les programmes et demandes de crédits des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (CNESER).
Traiter de questions disciplinaires (CNESER).
Contribuer à l’évaluation ou à l’homologation des établissements ou des formations (CTI, CCN-IUT, CPN-IUT).
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Des professionnels du secteur de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la formation ayant une expérience de
terrain dans un secteur d’activité (connaissance des emplois
concernés par les certifications) sont souvent sollicités.
Le temps de travail est variable en fonction des instances : cela
avoisine les deux jours/mois (CNESER, CNCP) ; des groupes de
travail et l’évaluation des établissements impliquent un engagement plus important (deux à cinq jour/an supplémentaires).
Conditions d’accès aux mandats
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les représentants des syndicats de salariés et d‘employeurs
peuvent siéger dans un collège dont le nom peut varier : « représentants des grands intérêts nationaux » au CNESER ou
« partenaires sociaux » (CPC, CNCP…). Ils sont désignés par
arrêté des ministères concernés sur proposition des organisations nationales.
Durée des mandats : quatre ans (CNESER, CTI : renouvelable
une fois).
Des ministères (ministère de l’Éducation nationale, ministère du
Travail), des établissements publics et privés (selon les cas :
grandes écoles, IUT, ONISEP, etc.), des organismes consultatifs
(Haut Conseil de l’éducation, Conseil supérieur de l’éducation)
et d’études et de recherche (Céreq).
CPNEFP, CCI ou CMA, OPMQ (observatoires prospectifs des
métiers et des qualifications) OREF (observatoires régionaux
de l’emploi et de la formation).
Mandascop • 2012.01 • 55
FOR 12
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Prendre connaissance des précédents
PV et des documents de travail, relatifs
aux points figurant à l’ordre du jour.
Échanger avec son suppléant ou titulaire
afin de permettre un travail commun et
d’organiser le suivi des dossiers et les
prises de relais.
Échanger, si nécessaire, avec des collègues représentants des organisations
disposant des connaissances/compétences requises sur un sujet (informations, avis, choix, etc.).
Analyser et annoter les documents joints,
en y intégrant des éléments propres à la
position de l’organisation.
Interroger des responsables pédagogiques, des enseignants, des élèves,
des salariés et des employeurs dans le
cadre des évaluations de formation et
des projets de création de diplôme ou
de titres professionnels.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Définir des passerelles et rechercher
des simplifications dans l’offre de certification.
Pour certains, échanger avec les
membres des instances proches pour
constituer une base de connaissances
techniques (par exemple, entre membres
de CPC et CPN IUT pour les diplômes
de niveau III, en matière de certification,
VAE, etc.).
Faciliter les démarches et améliorer des
outils d’évaluation et de communication
des résultats.
Rédiger et faire circuler des comptesrendus de réunion, contribuer à la diffusion des positions.
Faire remonter les enjeux actuels dans
les domaines de l’instance (par exemple,
la formation des jeunes ingénieurs au niveau national), présenter des ressources
documentaires pour engager des débats/
réflexions.
Contribuer à faire connaître l’organisation
au monde des écoles d’ingénieurs (CTI).
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Associer les branches et professions
pour identifier les besoins de qualifications.
Participer à l’élaboration des documents
référents pour l’institution.
Participer aux réunions
Participer au vote des propositions.
Intervenir sur un sujet / bilan d’étapes
/ données statistiques / compte-rendu
d’étude / demandes d’enregistrement et
avis d’opportunité présentés.
Contribuer aux évaluations ou homologations des établissements, aux études
métiers.
Présenter un bilan à partir d’une thématique.
Rapporter sur l’avancée d’un groupe de
travail ou d’une mission.
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier l’ingénierie de certification, notamment par ses référentiels de certifications, d’emploi et de compétences (CNCP).
Utiliser des méthodes d’évaluation externe et d’homologation.
Exploiter des études concernant des métiers, des évaluations de formation, des
documents d’orientation, des budgets, des études ou des articles relatifs aux relations entre formation, insertion, recrutement et emploi.
Solliciter les connaissances acquises en milieu professionnel.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Les pratiques du monde économique en matière de recrutement, les contenus de
formation attendus par l’entreprise lorsqu’elle recrute.
Les évolutions légales et réglementaires du système éducatif, de l’enseignement
supérieur et de la formation, au niveau national et européen (cadre européen des
certifications, LMD).
Le mode de fonctionnement de l’Éducation nationale, des universités, des écoles
d’ingénieurs, des grandes écoles, des organismes consulaires…
Les positions des organisations de branche, des représentants des enseignants et
chercheurs, des étudiants (quand il y a lieu)…
Les problématiques actuelles de rationalisation de l’offre, de mise en cohérence des
certifications, d’autonomie des établissements (RCE).
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
56 • Mandascop • 2012.01
FOR 12
Réseau relationnel
IN
TE
Le responsable
formation d’une branche
professionnelle
adhérente, les membres
de son organisation
siégeant en CPC
onstance
6
Les chefs
d’établissements,
les enseignants et les
élèves ; des représentants académiques,
professionnels,
des étudiants
5
Les fédérations
professionnelles,
4
rc
ci
S
mandataire
3
UR
Les différents
ministères
certificateurs
TE
2
Les services
du MEN
U
OC
RL
1
Le chef
de file de son
organisation,
Le responsable
sectoriel
Le président
de la commission
les partenaires
réguliers,
les autres
membres de son
collège
s
1
Prendre connaissance des grandes lignes du
syndicat et des instances ; se concerter pour
déterminer la marche à suivre, dès lors que les
sujets à traiter le nécessitent ; relayer et transmettre des informations utiles ; rendre compte
du mandat.
2
Recueillir des informations utiles sur les systèmes
de formation.
3
Être en veille par rapport aux besoins des métiers, des professions, connaître la situation des
diplômes dans un domaine, mieux appréhender
une demande d’enregistrement au RNCP.
4
Prendre son avis pour préparer la séance.
5
Échanger, débattre sur des avis si besoin afin
d’adopter des positions communes à exposer
en séance.
6
Échanger lors de visites d’établissements dans
le cadre de demande d’habilitation des écoles
ou de l’évaluation des IUT ; organiser des visites,
des études métiers.
Mandascop • 2012.01 • 57
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Sous-Famille
EFP 10
Mandat Type
Fonction
Instances
Conception
des politiques
sectorielles
Orienter et élaborer des
politiques de branche
pour la formation
professionnelle et
l’emploi
CPNE
CPREFP
[CPRB CPT(R)E
CPL]*
Missions du mandataire
Identifier les enjeux et besoins de la branche ou du secteur
d’activité, définir de manière concertée la politique et les actions
adaptées, suivre leur mise en œuvre en commissions paritaires,
au niveau national au sein des CPNE, au niveau régional avec
les CPREFP, au niveau départemental et dans les instances du
dialogue social territorial.
Émettre des avis servant au pilotage de la politique emploi/
formation d’une branche relatifs à :
Diversité des fonctions
dans les instances
Membre titulaire ou suppléant.
Le fonctionnement de ces instances repose sur un binôme
paritaire présidence et vice-présidence qui établit conjointement l’ordre du jour des réunions, représente l’instance auprès
d’acteurs institutionnels.
• la réalisation d’études et d’expertises sur l’emploi et la formation professionnelle,
Temps investi dans les mandats
• l’élaboration et au développement des actions de communication et d’information sur l’emploi, sur la formation professionnelle et l’apprentissage,
Réunions plénières trois à quatre fois par an (demi-journée),
rarement davantage (sept à huit dans les premières années
d’une CPL), auxquelles s’ajoutent des réunions préparatoires
et de suivi (demi-journée) pour les membres du secrétariat et
la présidence.
• la définition des priorités de formation dans la branche (CPNE),
• la conception et validation des CQP et des CQP interbranches (CQPI).
Profil du mandataire
Dans le cadre de mandats qui contribuent à la mise en œuvre
d’accords de branche, le mandataire peut mettre à profit une
première expérience du dialogue social dans le domaine, par
exemple dans le cadre de la commission formation des CE
pour les représentants des salariés, ou bien des composantes
nationales ou territoriales, interprofessionnelles et/ou professionnelles des organisations (salariés et employeurs).
Des groupes de travail ou comités ad hoc tiennent des séances
(demi-journée) entre les réunions plénières.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Commissions paritaires nationales, commissions mixtes paritaires.
Conseil national d’évaluations de la formation professionnelle
(CNEFP), CPNFP.
Instances de consultation et concertation au niveau régional :
CCREFP, COPIRE, CRE ; au niveau local : conseils locaux de
développement.
OPCA (organisme paritaire collecteur agréé)
Conditions d’accès aux mandats
Désignation : fédération professionnelle ou organisation régionale des fédérations.
Durée des mandats : deux ou trois ans.
OPMQ (observatoire prospectif des métiers et des qualifications), OREF (observatoire régional de l’emploi et de la
formation)
Réseaux économiques : pôles de compétitivité, systèmes productifs locaux / clusters.
Service public de l’emploi.
*Les activités des instances placées entre crochets sont partiellement couvertes par ce mandat type, qui ne traite que d’activités
concernant l’emploi et la formation professionnelle.
Mandascop • 2012.01 • 59
EFP 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Rechercher des informations complémentaires sur les sujets de la séance
(presse, études, bilans, rapports, notes,
données).
Organiser des rencontres avec des représentants syndicaux ou des entreprises
du secteur concerné.
Étudier des dossiers individuels de validation des CQP et CQPI et/ou des
demandes d’ouvertures de formation
en CFA.
Solliciter l’avis d’experts sur des CQP/
CQPI en cours d’élaboration.
Participer aux réunions
Participer au débat sur les problématiques d’emploi et de formation, sur les
besoins de qualification du secteur, sur
les dispositifs d’accès à la qualification,
sur l’offre de certification (conception
de CQP/CQPI, modalités de mises en
œuvre, etc.).
Participer au débat sur les choix techniques de solutions de communication
envisagées et à la définition du cahier
des charges pour les prestataires de
supports de communication.
le suivi des dossiers et les prises de
relais.
Proposer la définition d’un nouvel axe
de développement de la formation, d’un
dispositif ou d’un projet de communication sur l’emploi.
Organiser des rencontres thématiques
et des sessions de formation.
Défendre son projet auprès des différents
collèges pour faire prendre en compte
ses propositions.
Apporter des sujets de concertation ou
de négociation dans un souci de cohérence entre les travaux des différentes
instances de dialogue social sur l’emploi
et la formation professionnelle.
Informer et former
Échanger avec son suppléant afin de
permettre un travail commun, d’organiser
Dans certains cas, répondre aux questions qui lui sont directement posées par
les syndiqués.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Présenter les activités de l’instance et
les perspectives qu’elle trace pour la
définition et à la mise en œuvre de la
politique de branche, lors de réunions
au sein de son organisation.
Alimenter la réflexion des négociateurs
de branche en s’appuyant sur le travail
de l’instance (débats, documentation
produite, etc.).
COMPÉTENCES
Demander des données complémentaires, des informations manquantes
pour approfondir la réflexion collective,
favoriser la prise de décision, émettre
des avis argumentés.
savoir-faire
Prendre des positions sur les actions à
définir et les priorités de mise en œuvre.
Travailler avec des prestataires : élaborer un cahier des charges, évaluer le service
rendu.
Élaborer et valider le cahier des charges
d’un CQP/CQPI, d’une étude ou du programme d’un observatoire (OPMQ).
Situer ses activités dans le cadre d’un fonctionnement paritaire en cohérence avec
les positions de l’organisation.
Participer au choix d’un prestataire
d’étude ou d’ingénierie de certification.
Se prononcer sur l’opportunité des demandes d’ouverture de formations en
apprentissage présentées par des CFA.
Se prononcer sur des dossiers individuels de délivrance de CQP/CQPI.
S’approprier/analyser des informations juridiques, des données statistiques, des
témoignages de terrain.
Développer une posture de concertation, visant le consensus, entre les représentants
des employeurs et les représentants des salariés.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Droit de la formation, dispositions conventionnelles et dispositifs techniques sur
l’emploi et la formation professionnelle, notamment les dispositions relatives à son
financement, dont les applications et l’évolution font l’objet d’un suivi au sein de
l’instance.
Enjeux économiques au niveau de la branche, problématiques dans le domaine
emploi et formation. Emplois dans les métiers de la branche, et évolutions en cours,
au niveau national et/ou sur le territoire où s’exerce la compétence de l’instance.
Voir aussi les activités et les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
60 • Mandascop • 2012.01
EFP 10
Réseau relationnel
IN
TE
TE
UR
S
2
Militants,
adhérents
U
OC
RL
1
Responsables
du domaine dans l’organisation (fédération, union
départementale
ou régionale
et confédération)
mandataire
3
Secrétariat
de l’instance
5
4
rc
ci
onstance
Service juridique
de l’organisation
Experts
s
1
2
Les solliciter en amont des séances pour apprécier la pertinence / cohérence d’une position à
défendre ou promouvoir dans l’instance au regard
des orientations et autres positions de l’organisation, et informés en aval des positions tenues
et des décisions de l’instance pour répercuter
l’information dans l’organisation ; pour connaître
l’état des négociations à des niveaux différents
(entreprises, national).
Recueillir des informations et des propositions de
terrain, diffuser l’information et la documentation
de la branche et de la fédération, aider à élaborer
des démarches sur l’emploi et la formation dans
l’organisation. Encourager l’accès aux ressources
mises en place.
3
Le solliciter pour collecter et apporter les informations nécessaires aux débats et travaux auprès
des instances ou organismes tiers.
4
Les solliciter pour approfondir les connaissances
ou les méthodes permettant la définition d’une
action, des choix techniques.
5
Le solliciter sur la conformité d’une règle ou
d’une proposition par rapport aux normes juridiques.
Mandascop • 2012.01 • 61
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Sous-Famille
EFP 11
Mandat Type
Fonction
Instances
Appui aux
politiques
territorialisées
Apporter veille
et expertise
pour l’information,
la formation et
l’accompagnement
des entreprises
et des salaries
OREF CBE
Comités de projet
emploi/formation
Comité de pilotage
régional de maintien
dans l’emploi (CPRME)
[MDE CIBC ML CARIF]
Missions du mandataire
Concourir à l’administration des institutions du service public
d’observation de l’emploi et de la formation et du service public
de l’emploi, de la formation et de l’orientation.
Définir, mettre en œuvre et évaluer des actions, des dispositifs
ou des mesures relatives à l’emploi et à la formation professionnelle qui peuvent être réalisés sur un mode « projet ».
Superviser la coordination des mesures de prévention de la
désinsertion professionnelle, en lien avec les services de santé
au travail et de l’assurance maladie (CPRME).
L’objet de projets et/ou de missions temporaires est défini par
des dispositions conventionnelles et/ou des textes réglementaires et leur mise en œuvre repose sur des expérimentations,
des applications ou des instrumentations engageant les partenaires sociaux et les collectivités.
Profil du mandataire
Le mandataire est généralement choisi en fonction de ses pôles
d’intérêt relatifs à la formation et à l’emploi et de sa capacité
à porter la mission ou le projet au sein de son organisation, à
évaluer la mise en œuvre de dispositifs sur lesquels l’organisation est consultée par ailleurs (notamment dans le cadre du
CPRDFP au sein de la COPIRE ou du CCREFP). Il est donc
possible de trouver des mandataires relevant de niveaux de
responsabilité sensiblement différents au sein de leur organisation selon l’importance qu’elle accorde à cette mission ou
à ce projet.
Au CPRME, expérience et empathie dans le domaine des
conditions de travail, des licenciements pour inaptitude, de
l’emploi des personnes handicapés ; se faire connaître au sein
des différents réseaux (organisations professionnelles, syndicales, consulaires).
Diversité des fonctions
dans les instances
Membres titulaires ou suppléants des comités de projet.
Administrateurs de plein exercice selon les institutions (CIBC,
ML), les mandataires peuvent être élus président ou vice-président. Ces mandats impliquent alors davantage de disponibilité,
des fonctions particulières d’animation, de représentation et
de participation à un système de prise de décisions partagées.
Temps investi dans les mandats
Ayant la fonction de porteur de projet, le mandataire est mobilisé
a minima deux à trois jours par mois pour participer aux réunions
de l’instance et pour réaliser des travaux préparatoires et des
travaux de suivi qui le/la conduisent notamment à des visites
sur le terrain. Selon le champ territorial du projet, ces visites
peuvent impliquer des déplacements fréquents.
Aux deux CA et à une ou deux assemblées générales par an
pour les administrateurs d’un CARIF-OREF, d’un CIBC ou d’une
autre institution partenaire du SPE/SPO, s’ajoutent pour la présidence quatre à six bureaux par an, une douzaine de rendezvous avec le directeur et une dizaine de réunions à l’extérieur.
Pour le CPRME, quatre réunions plénières d’une demi-journée
par an auxquelles s’ajoutent des groupes de travail sur l’évaluation du dispositif et la définition d’une stratégie avec les
partenaires sociaux ; soit au total de cinq à sept jours par an en
incluant un temps de coordination avec les collectifs d’appui,
coordinateurs/chefs de file dans ces domaines.
Le mandat de président du Comité départemental du maintien
dans l’emploi occupe six jours par an environ.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
OPCA (organisme paritaire collecteur agréé).
Conditions d’accès aux mandats
Une expertise préalable dans le domaine de l’emploi et de la
formation professionnelle et une stratégie de l’organisation
pour orienter le projet de l’instance sont requises.
Désignation par son organisation (fédération, organisation de
niveau régional) pour une durée qui dépend de l’activité sur
laquelle s’engage l’instance, qui peut varier de quelques mois
(mode projet) à deux ou trois années (CARIF-OREF, CIBC…).
OPMQ (observatoire prospectif des métiers et des qualifications)
Réseaux économiques : pôles de compétitivité, systèmes productifs locaux / clusters.
Service public de l’emploi.
Pour le CPRME, voir aussi le mandat type « Appui à la prévention
des risques professionnels et à l’amélioration des conditions de
travail » (PSS 31). Les institutions concernées sont ici : ARACT,
Pôle emploi, Direccte et unités territoriales, conseil régional et
CCREFP, conseil général, SST, CPAM, CARSAT et les CTR,
MSA, Maison départementale des personnes handicapées,
Commission des droits à l’autonomie, Cap Emploi, Comité
local FIPHFP.
Mandascop • 2012.01 • 63
EFP 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Selon les cas (CPRME)
Informer et former
Rechercher des informations complémentaires sur le sujet des prochaines
séances (presse, études, bilans, rapports, notes, données).
• Élaborer un cahier des charges partagé
entre les financeurs et les partenaires
sociaux pour construire un budget
d’accompagnement de la démarche,
notamment le financement d’un guichet unique par département, via
le service d’appui au maintien dans
l’emploi.
Débattre des réunions de l’instance avec
son suppléant.
Organiser des rencontres avec des représentants syndicaux ou des entreprises
du secteur concerné.
Élaborer des interventions sur les sujets
importants à l’ordre du jour en intégrant
la position de l’organisation.
Développer des relations d’influence
avec les financeurs au national et des
instances régionales complémentaires.
Selon les cas (CPRME), préparer l’ordre
du jour des réunions, en concertation
avec le coordinateur, sur les résultats du
dispositif, les problématiques avancées
par les opérateurs, les relations avec le
partenariat, les dysfonctionnements.
Participer aux réunions
• Mobiliser toutes les compétences nécessaires à la détection du risque de
désinsertion et dégager la solution
adaptée au maintien dans l’entreprise,
dans le cadre du schéma cible régional.
Choisir et Impliquer des acteurs pivots
de la démarche.
• Choisir un référent unique (médecin du
travail, services sociaux de la CARSAT,
le service d’appui au maintien dans
l’emploi) en direction des employeurs
et des salariés en fonction de la nature
du handicap du salarié.
Interroger sur les critères de choix de
conception et de mise en œuvre des
dispositifs.
Informer et former les militants / adhérents pour les aider à mieux valoriser les
outils et instrumentations développés
par le projet.
Rédiger des notes d’information internes,
accorder des interviews à des journalistes.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Mettre en évidence les difficultés rencontrées sur le terrain et faire réfléchir
sur les avancées possibles.
Clarifier les enjeux pour favoriser les
arbitrages au regard de l’intérêt général.
Susciter et recueillir les idées nouvelles.
Rédiger une note argumentée présentant
la problématique et les propositions.
Faire adopter une position.
COMPÉTENCES
Demander les données traduisant les
résultats des dispositifs.
savoir-faire
Poser les problèmes.
Identifier et s’approprier les documents de référence de son organisation sur le sujet.
Engager un débat sur le fonctionnement
des dispositifs.
S’approprier/analyser des informations juridiques, des données statistiques et géographiques concernant l’emploi et la formation.
Interpeller les acteurs en cas de décalages entre les engagements pris et les
réalisations.
Identifier et analyser les problématiques des salariés, des demandeurs d’emploi et
des entreprises dans le cadre de la mission ou du projet de l’instance.
Prendre des positions sur les priorités
de mise en œuvre.
Agir dans la perspective de créer des situations ou connaissances nouvelles ou
d’améliorer des situations existantes en faisant respecter certaines règles.
Selon les cas (CPRME)
Adopter une posture de concertation avec les différents acteurs impliqués dans les
dispositifs (employeurs, représentants des salariés, pouvoirs publics).
• Rendre un avis circonstancié sur les
projets de lois et décrets en s’appuyant
sur les services de la CARSAT.
S’approprier les cadres d’analyse permettant de penser les difficultés rencontrées
par les salariés et des demandeurs d’emploi d’une part, et par les entreprises et
acteurs chargés de la mise en œuvre des dispositifs d’autre part.
• Élaborer une stratégie régionale en
déclinant les orientations de la convention nationale, à partir des statistiques
issues des sources adéquates (de la
DIRECCTE pour le nombre de licenciements pour inaptitude, de Pôle emploi,
de l’AGEFIPH).
Selon les cas (CPRME),
• Intervenir auprès des acteurs locaux
pour favoriser la résolution de conflits
en valorisant l’usage des dispositifs.
• Construire un argumentaire pour convaincre les financeurs de la nécessité d’un
outil commun qui prenne en compte l’ensemble des priorités des institutions.
• Fabriquer un outil de synthèse portant sur les modalités concrètes de déclinaison
de la convention à partir du recueil des besoins des partenaires validé par tous.
• Promouvoir cette politique auprès des acteurs de terrain (médecins traitants) en
les sensibilisant sur les conséquences de l’arrêt de travail sur le maintien du salarié dans l’emploi.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Histoire et contenu des mesures et dispositifs promus ou suivis par l’instance.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
64 • Mandascop • 2012.01
EFP 11
Réseau relationnel
IN
TE
TE
UR
S
2
Responsables
de l’organisation
U
OC
RL
1
Commission
emploi-formation
ad hoc de
l’organisation
mandataire
3
Militants,
adhérents concernés
par le projet
5
4
rc
ci
onstance
Consultants,
conseils juridiques
Organismes
mettant en œuvre
le projet
s
1
Participer pour l’élaboration de propositions,
d’avis.
2
Les solliciter pour valider des propositions de
travail
3
Les rencontrer pour prendre en compte leur vécu
de terrain, échanger et fédérer les problématiques,
débloquer des situations difficiles.
4
Les solliciter en tant qu’experts pour contribuer
à l’élaboration d’une proposition, pour expertiser
sa faisabilité technique.
5
Les rencontrer pour évaluer les difficultés de
mise en œuvre, pour débloquer des situations
difficiles.
Mandascop • 2012.01 • 65
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Sous-Famille
EFP 12
Mandat Type
Fonction
Instances
Consultation et
concertation pour
les politiques
régionales
Contribuer
à la définition
et à la délibération
des politiques
régionales
CoPirE
CCREFP
Conseil régional
de l’emploi (CRE)
Diversité des fonctions
dans les instances
Missions du mandataire
Émettre des avis dans la consultation et la concertation entre
les parties prenantes des politiques d’emploi et de formation
professionnelle régionales définies par ANI ou dispositions
légales, par exemple pour l’élaboration, le suivi et l’évaluation
des CPRDFP.
Émettre des avis sur l’organisation territoriale du service
public de l’emploi en région, sur la convention annuelle ÉtatPôle emploi, notamment sur la programmation des formations
prescrites par Pôle emploi ou des actions relatives au suivi et
à l’accompagnement des demandeurs d’emploi.
Membre titulaire ou suppléant.
Président, secrétaire, expert, président ou vice-président de
commission ou de groupe de travail. Les présidences du CRE,
de la COPIRE et des commissions du CCREFP sont alternativement confiées pour un an à un membre du collège patronal
ou du collège syndical.
Profil du mandataire
Malgré des niveaux décroissants d’implication des organisations
de salariés et d’employeurs dans les décisions des pouvoirs
publics, dans le cadre de leurs attributions consultatives, ces
instances créent des opportunités d’intervention dans les délibérations qui accompagnent l’action publique. Le mandataire
est donc généralement choisi en fonction de sa connaissance
de la formation et de l’emploi.
Conditions d’accès aux mandats
Ce mandat type se caractérise par l’exercice fréquent de
mandats croisés dans les instances emploi-formation, dans
l’objectif de coordonner les différentes interventions en cohérence avec les positions de l’organisation. Les membres de ces
instances sont généralement désignés par leur organisation,
seuls les membres de CRE faisant l’objet d’une nomination
par le préfet de région.
Temps investi dans les mandats
Mandats de deux (CCREFP) ou trois ans (CRE, COPIRE).
CCREFP, COPIRE : quatre à six plénières par an environ (demijournées) ; les commissions thématiques se réunissent entre
quatre et six demi-journées par an.
CRE : plénière tous les deux mois environ, groupe de travail
tripartite irrégulier (demi-journées).
Au total, la durée de temps de travail dans les instances est de
quatre à six jours/an pour chaque mandat, voire davantage en
fonction des commissions thématiques.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
CNFTPLV
Conseil régional
Pôle emploi
OPCA
Direccte
Mandascop • 2012.01 • 67
EFP 12
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Suivre le calendrier des dossiers de
consultation et de concertation.
Diffuser, auprès des militants / adhérents
de son organisation, l’actualité des avis
de l’instance.
Échanger des informations avec les
mandataires d’autres instances emploiformation et débattre des positions communes de l’organisation à y tenir.
Examiner des dossiers en séance.
Auditer les représentants des structures
ou organismes qui sollicitent un avis.
Prendre des positions à défendre auprès
des élus régionaux en charge de l’emploi
et de la formation.
Encourager le développement de politiques et de mesures emploi-formation
adaptées en faveur des salariés, des
demandeurs d’emploi, des jeunes et
des entreprises auprès de l’État et de
la région.
Prononcer un avis sur les appels à projets territoriaux publiés par le FPSPP
(COPIRE).
Débattre avec les fédérations et le niveau
départemental et local de l’organisation
concerné par les avis de l’instance pour
élaborer les positions à défendre.
Construire les positions de l’organisation
au niveau interprofessionnel, en veillant
à impliquer ses représentants au-delà
du secteur emploi-formation.
Participer aux réunions
Émettre des avis qui s’inscrivent dans
le respect des positions prises au sein
des instances nationales interprofessionnelles chargées de la mise en œuvre des
accords interprofessionnels.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
COMPÉTENCES
savoir-faire
Identifier, s’approprier et analyser les documents de référence en provenance de
l’administration, de Pôle emploi, de son organisation et /ou des autres organisations
ou institutions.
S’approprier/analyser des informations juridiques, des données statistiques et géographiques sur l’emploi et la formation.
Identifier et analyser les problématiques des entreprises, des salariés, des demandeurs d’emploi dans les territoires de la région (métiers en tension, bassins d’emploi,
comportements sociaux…).
Adopter une posture de concertation avec les représentants des autres collèges et
les pouvoirs publics.
Suivre l’état du dialogue social dans les branches au niveau régional et les accords
pris sur les territoires (accords tripartites, accords quadripartites).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Rôle des mandataires de l’organisation dans les autres instances emploi-formation.
Économie des territoires et de l’emploi (productions et publications des OREF).
Politiques et dispositifs de formation.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
68 • Mandascop • 2012.01
EFP 12
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
TE
1
Commission
emploi-formation
ad hoc
de l’organisation
UR
S
2
Responsables
de l’organisation
mandataire
3
Militants,
adhérents concernés
par le projet
rc
ci
onstance
4
Organismes
mettant en œuvre
le projet
s
1
Participer pour l’élaboration de propositions,
d’avis.
2
Les solliciter pour valider des propositions de
travail
3
Les rencontrer pour prendre en compte leur vécu
de terrain, échanger et fédérer les problématiques,
débloquer des situations difficiles.
4
Les rencontrer pour évaluer les difficultés de
mise en œuvre, pour débloquer des situations
difficiles.
Mandascop • 2012.01 • 69
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Sous-Famille
EFP 13
Mandat Type
Fonction
Instances
Gestion des fonds
mutualisés sectoriels
ou régionaux,
développement de
l’offre de services
aux entreprises
et aux salariés
Apporter une expertise
et une veille dans
l’application des
politiques de formation
OPCA
[OCTA]
OPACIF
AGECIF
AGEFIPH*
[FIPHFP]
Missions du mandataire
Mettre en œuvre les orientations politiques et les priorités
d’action décidées.
Définir et mettre en œuvre une stratégie de gestion des fonds
issus de la contribution des entreprises pour la formation professionnelle ou de la taxe d’apprentissage.
Suivre la mise en œuvre de mesures/dispositifs pour la sécurisation des parcours professionnels, de services aux entreprises,
aux salariés, aux jeunes et aux demandeurs d’emploi en relation
avec les accords, conventions, avenants et orientations négociés dans les branches et/ou avec les dispositions prises par les
CPNE, CPNAA, CP(R)TE… et avec la politique de l’organisme
collecteur, ou en relation avec les conventions État/AGEFIPH.
Définir une stratégie visant à développer l’insertion professionnelle des personnes handicapées et leur maintien dans l’emploi.
Diversité des fonctions
dans les instances
Administrateur ou membre de délégation territoriale ou d’une
section paritaire professionnelle.
Présidence ou vice-présidence (alternativement entre organisations patronales et organisations syndicales de salariés),
trésoriers, etc.
Membre, animateur ou rapporteur de commission.
Temps investi dans les mandats
Pour les organismes collecteurs et financeurs, de quatre à dix
réunions par an (2 h 30 à 3 h par réunion), soit quatre à cinq
jours par an minimum en dehors des commissions (temps
équivalent) ou réunions préparatoires.
Durée des mandats : deux ans.
Profil du mandataire
L’expérience d’une pratique professionnelle dans l’entreprise
ou de mandats de terrain favorise la compréhension des enjeux
de la formation des salariés, de la sécurisation des parcours
par la formation, de l’insertion professionnelle et du maintien
dans l’emploi.
Il convient de tenir compte des responsabilités exercées au sein
des instances sur différents domaines (politiques de formation,
de l’emploi, du handicap), qui impliquent un attrait pour les
questions emploi et formation et des bases de connaissances
techniques et juridiques.
Goût de la gestion active, concrète, avec la volonté d’aboutir
à des décisions communes dans la culture paritaire de la formation professionnelle, autonomie de prise de position pour
se rendre garant devant les entreprises et leurs salariés de la
bonne gestion des fonds de la formation.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les organismes collecteurs et financeurs liés aux institutions
de la gouvernance interprofessionnelle paritaire globale que
sont le FPSPP (péréquation et appels à projets) et le CPNFP
(voir mandat type EFP 14) ainsi qu’aux commissions paritaires,
CPNE, CPTE définissant les politiques de formation (voir mandat type EFP 10).
Les instances qui contribuent à la définition et à la délibération
des politiques régionales de formation : COPIRE, CCREFP (voir
mandat type EFP 12), conseil régional.
Les acteurs académiques de l’enseignement professionnel
et de l’apprentissage qui figurent parmi les interlocuteurs des
administrateurs des OCTA.
L’AGEFIPH, Pôle emploi, la CNSA, ou le CNCPH au niveau
national.
Direccte pour la mise en œuvre des COM et ADEC.
Conditions d’accès aux mandats
Désignation variable : par les organisations nationales pour
les instances nationales, le plus souvent par une organisation
interprofessionnelle au niveau régional, sur proposition d’une
fédération pour les instances liées à une branche ou dans les
sections professionnelles.
Administrateurs OPCA ou d’organisme délégataire : le cumul
avec une fonction d’administrateur ou de salarié dans un établissement de formation est interdit.
* Instance partiellement couverte par ce mandat type.
Mandascop • 2012.01 • 71
EFP 13
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
S’informer des positions et argumentaires de son organisation.
Organiser ou participer à des rencontres
avec des entreprises ou des partenaires
du secteur concerné.
Élaborer des interventions sur les sujets
importants à l’ordre du jour en intégrant
la position de l’organisation.
Participer aux réunions
Émettre un avis et voter sur des conventions de partenariats, des accords et
contrats (COM, ADEC), sur des comptes,
des rapports financiers ou des rapports
d’activité, des projets.
Interroger sur les critères de choix de
conception et de mise en œuvre des
dispositifs, interroger la qualité des prestations et des formations.
Traduire les orientations construites dans
et par son organisation dans le choix des
conventionnements, des priorités de
financement (par exemple, les critères
de prise en charge, clés de répartition).
Demander les données budgétaires,
financières ou statistiques traduisant les
résultats ou les prévisions des dispositifs
pour identifier les politiques concrètement mises en œuvre.
Engager un débat sur le fonctionnement
des dispositifs en posant les priorités de
mise en œuvre.
Interpeller les acteurs en cas de décalages entre les engagements pris et les
réalisations.
Définir les publics prioritaires au titre du
CIF et les critères correspondants et le
calendrier d’examen des dossiers de
prise en charge (OPACIF).
Visiter les entreprises, les syndicats ou
les organismes qui mettent en œuvre
les dispositifs de formation, les conventions, les actions et recueillir leurs avis
et attentes.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Vérifier la bonne gestion des fonds collectés, leur bonne utilisation au niveau
national comme au niveau régional si il
y a lieu.
Améliorer la lisibilité des aides, de l’accès
aux actions et aux dispositifs, l’information et le conseil aux salariés et aux
entreprises.
Exercer une vigilance sur les organismes
de formation qui recueillent les financements, du point de vue de la qualité de
leur offre ou, pour certains administrateurs, de leur statut.
Créer et entretenir une fonction de veille
technique et, pour certains administrateurs, locale, sur l’actualité de la formation professionnelle/apprentissage, le
maintien dans l’emploi et sur le réseau
de mise en œuvre (délégations, prestataires, etc.).
Fixer des objectifs quantitatifs de maintien dans l’emploi, d’accès à la formation
via ses différents dispositifs (professionnalisation, formation longue et qualifiante, VAE, etc.).
Veiller à ce que la convention d’objectifs
et de moyens (COM) soit équilibrée et
conforme à la politique de l’institution
comme à ses capacités d’action, à ce
que les demandes d’aides et de subventions soient conformes aux cahiers
des charges.
Dans les délégations régionales, appliquer au mieux les décisions du CA
national.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Mettre en évidence les besoins, les difficultés et les bonnes pratiques rencontrées sur le terrain et faire réfléchir sur
les avancées possibles.
Clarifier les enjeux pour favoriser les
arbitrages au regard de l’intérêt général.
Susciter et recueillir les idées nouvelles.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Mettre en perspective les questions techniques ou financières par rapport à la
dimension politique.
Maintenir des connaissances à jour par une veille documentaire.
Repérer les enjeux des relations entre institutions sur le plan de la sécurisation des
parcours professionnels par la formation, l’insertion professionnelle, le maintien
dans l’emploi.
Capitaliser les données statistiques pour rendre l’action visible et pertinente.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Informer et former
Participer à l’animation des réseaux
régionaux et nationaux des mandataires
ou de référents dans les instances de la
formation professionnelle, contribuer à
leurs activités visant à initier ou approfondir des orientations.
Système de formation professionnelle continue, de l’apprentissage et de l’insertion professionnelle des personnes handicapées, notamment pour appréhender
l’articulation des dispositifs et de toutes les étapes de la sécurisation du parcours
professionnel du salarié.
S’approprier des comptes financiers, des budgets, lire rapidement des tableaux
de bord.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
72 • Mandascop • 2012.01
EFP 13
Réseau relationnel
9
8
7
Mandataires
Organismes mettant
en œuvre les projets,
les prestations,
etc.
Mandataires
de son collège,
leur responsable/
chef de file
S
2
Service juridique
de l’organisation
UR
1
Direction
ou secrétaire
confédéral
du domaine
TE
Intervenants des services de l’organisme,
sa direction
U
OC
RL
Mandataires
de son organisation :
IN
TE
6
Mandataires
de son organisation :
mandataire
3
Commission
ad hoc de
l’organisation,
au niveau régional
ou fédéral
rc
ci
1
onstance
5
4
Mandataires
de son organisation :
Mandataires
de son organisation :
dans des organismes
de formation
s
Faire retour de son action, faire part de propositions en vue d’arbitrage sur des questions
stratégiques, solliciter un mandat exprès pour
des décisions sensibles.
2
Le solliciter pour vérifier la conformité juridique
des propositions en cours d’élaboration.
3
Contribuer pour débattre de l’actualité des instances et des mandats, élaborer des positions.
4
5
dans les instances
proches (COPIRE,
CPREFP…)
Les mobiliser sur les enjeux de la sécurisation
des parcours.
IRP, CE, DP
6
Échanger et fédérer les problématiques.
7
Se concerter pour trouver un accord visant à
infléchir les positions de la direction de l’institution, ou à définir des alternatives ou une éventuelle
position commune.
8
Les rencontrer pour évaluer les difficultés de
mise en œuvre, pour débloquer des situations
difficiles.
9
Dialoguer sur les résultats et projets, les argumentaires des choix de financements, d’actions.
Les rencontrer pour prendre en compte leur
vécu de terrain.
Mandascop • 2012.01 • 73
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
Sous-Famille
EFP 14
Mandat Type
Fonction
Instances
Définition, gestion
et évaluation
des politiques
nationales
de formation
professionnelle
Définir, gérer et
évaluer les politiques
de formation
interprofessionnelles
CPNFP
FPSPP
[CNEFP]
Missions du mandataire
Conformément aux accords nationaux interprofessionnels,
concevoir et appliquer les modalités techniques et financières
de développement des politiques de formation dans les entreprises afin qu’elles soient déclinées par les institutions paritaires
professionnelles et interprofessionnelles.
Diversité des fonctions
dans les instances
Membre titulaire ou suppléant, président, vice-président.
Dans les commissions ou les comités, les fonctions d’animateur
et de rapporteur (qui rapporte au conseil plénier) sont réparties
entre administrateurs patronaux et salariés.
Élaborer des positions paritaires dans le cadre de la concertation avec les représentants de l’État (par exemple, sur la convention-cadre entre l’État et le FPSPP), des décisions relatives à
son intervention ou à son rôle dans la formation professionnelle,
et le cas échéant, émettre des avis sur ces sujets.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Ces mandats nationaux et interprofessionnels demandent
une connaissance des politiques de formation professionnelle continue, de leur fonctionnement paritaire, des règles de
fonctionnement des OPCA et du rôle des différents acteurs
intervenant dans le champ de la formation (notamment État
et conseil régional).
Le temps minimal en réunion (en moyenne, une réunion toutes
les six semaines) des conseils, commissions/comités et groupes
de travail est estimé de six à dix jours par an auquel s’ajoutent
des temps équivalents de coordination, de préparation et de
suivi, soit 25 à 30 jours par an au total. Un temps de déplacement sur le terrain dans les établissements en réseau peut
augmenter ce volume en conséquence.
Ils requièrent une capacité à travailler dans un cadre de concertation paritaire.
Des responsables de fédérations, des conseillers confédéraux
ou des responsables sectoriels des organisations sont présents
dans les profils rencontrés.
Conditions d’accès aux mandats
Désignation au niveau national.
Durée des mandats : deux ans.
Les administrateurs d’OPCA doivent déclarer leur mandat
auprès du FPSPP.
Ces mandats s’exercent avec efficacité à condition qu’un travail
préparatoire soit possible et qu’une coordination étroite soit
assurée entre eux au sein des organisations et entre organisations. Ce temps de coordination, souvent informel en ce qui
concerne l’inter confédéral, étant un facteur de qualité dans le
fonctionnement du paritarisme, les organisations reconnaissent
qu’il convient d’en assurer la préservation.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Le CNFPTLV, dont la composition est multipartite, exerce des
missions sur le plan consultatif sur les mêmes domaines que
les instances du mandat type ; l’activité de son collège paritaire,
commun aux représentants des organisations de salariés et
d’employeurs, a une proximité évidente.
La DGEFP constitue l’interlocuteur principal représentant l’État.
Les OPCA, OPACIF et l’AGEFIPH (voir mandat type EFP 13)
sont les institutions liées de manière fonctionnelle au mandat
type car elles exécutent pour partie les politiques définies et
mises en œuvre par les instances.
La COPIRE et le CCREFP au niveau régional.
Mandascop • 2012.01 • 75
EFP 14
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Participer aux réunions préparatoires de
façon constructive, en s’étant approprié
des documents complexes, mais, dans
certains cas, dans des délais très courts.
Tenir à jour sa connaissance des enjeux
de la formation au regard des évolutions
sociétales et économiques, y compris
au niveau sectoriel ; dans certains cas,
contribuer à une analyse de ces enjeux
pour l’organisation.
Solliciter la direction du FPSPP pour
des précisions ou des éclaircissements.
Participer aux réunions
Rendre un avis circonstancié sur
les projets de décrets et d’arrêtés
(CNFPTLV).
Assurer le suivi des accords interprofessionnels sur la formation.
Prendre des décisions sur les paramètres
d’affectation des fonds collectés et
mutualisés (par exemple, demande de
fonds réservés), sur l’accompagnement
des projets et la gestion des OPCA, en
tenant compte de la ligne politique de
l’organisation.
Rendre compte des chantiers de la
formation professionnelle auprès des
responsables nationaux de son organisation.
Intervenir dans les formations ou journées d’étude auprès des administrateurs
d’OPCA/OCTA, OPACIF pour structurer
les réseaux de l’organisation autour de
connaissances partagées et de débats.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Définir des positions communes pour
préserver l’influence des orientations
paritaires, interprofessionnelles et globales dans les politiques de formation,
y compris en dépassant les dissensions
entre organisations.
Être attentif au respect des champs de
compétences de chaque acteur de la
formation.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Nourrir la réflexion stratégique de l’organisation, par exemple en préparant les
notes introductives aux consultations
internes ou aux débats thématiques, en
donnant son avis sur des projets.
COMPÉTENCES
Respecter le périmètre d’intervention
de chacun.
savoir-faire
S’approprier des documents de nature très différente (études, travaux de recherche,
budgets, rapports…).
Appréhender les sujets techniques dans leur dimension politique, ce qui implique une
maîtrise technique des sujets traités, notamment pour être en capacité de dialoguer
avec la direction du FPSPP ou les représentants de l’État.
Faire preuve de discrétion au sujet de négociations en cours dans d’autres instances.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Champ et droit de la FPC, règles de fonctionnement des OPCA.
Gestion de la formation : mutualisation et taux de contribution, taux de péréquation,
affectation des fonds et modes de financement (appels à projet, fonds réservés…).
Approche systémique des enjeux du paritarisme dans la formation.
Méthodologies d’évaluation des politiques publiques.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
76 • Mandascop • 2012.01
EFP 14
Réseau relationnel
7
Conseil juridique
IN
TE
TE
UR
S
2
Secrétaires
ou conseillers
confédéraux
U
OC
RL
1
Les responsables
du domaine formation
dans l’organisation
6
La direction
ou les services
du FPSPP
mandataire
3
Responsables du
domaine formation
dans les fédérations
5
4
rc
ci
onstance
s
Mandataires
des instances
proches (OPCA…)
1
Clarifier les enjeux des missions des instances
sur leurs dossiers, suivre les plus importants
de manière rapprochée, élaborer des positions
homogènes, rendre compte du mandat.
2
Solliciter informations et synthèses d’études,
de recherches, les faire participer à une veille
sur le domaine.
3
Échanger sur les enjeux sectoriels et interprofessionnels, expliquer le fonctionnement du système
de gouvernance, ses évolutions.
4
Informer et débattre sur le rôle politique des
instances de gestion dans la mise en œuvre des
dispositifs, mesures, projets. Mettre en réseau
les différents niveaux d’intervention.
5
Se réunir en préparatoire.
Les autres
mandataires
de son collège
6
Demander des informations, des éclaircissements.
7
Le solliciter en tant qu’expert pour contribuer à
l’élaboration d’une proposition, pour expertiser
sa faisabilité technique.
Mandascop • 2012.01 • 77
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
EFP 20
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Assurance
chômage
Application et suivi
des conventions
d’assurance
chômage au niveau
régional et local
Suivre l’application des
conventions régionales
et traiter des cas
individuels
Instance paritaire
régionale (IPR)
[Instance paritaire
territoriale (IPT)]
Diversité des fonctions
dans les instances
Missions du mandataire
Veiller à la bonne application de la convention d’assurance
chômage et de ses accords d’application, étant le garant
du respect des décisions des partenaires sociaux relatives à
l’assurance chômage.
Émettre des avis sur la programmation des interventions régionales de Pôle emploi, ainsi que sur le projet de convention
annuelle régionale conclue par Pôle emploi avec l’État.
Statuer sur les cas individuels dans les conditions et selon les
modalités prévues par la convention d’assurance chômage
et ses accords d’application au sein d’une Instance paritaire
régionale (IPR), et le cas échéant au sein d’une Instance paritaire territoriale (IPT) décidée par le conseil d’administration de
Pôle emploi au niveau départemental ou interdépartemental*.
Membre titulaire ou suppléant.
Président et vice-président : mandat d’une année, alternativement occupé par un représentant des organisations nationales
d’employeurs et de salariés. Le président et le vice-président
ne peuvent pas appartenir au même collège.
Le cas échéant, un membre d’IPR par collège peut être désigné
pour siéger (titulaire ou suppléant) au sein d’une commission
tripartite départementale (R.5426-9, Code du travail) mise en
place par arrêté préfectoral et chargée de donner un avis sur
la suppression du revenu de remplacement dans le cadre du
suivi mensuel personnalisé (SMP) ou d’une fausse déclaration.
Assurer le suivi de la mise en œuvre des dispositifs d’accompagnement dans le cadre du pilotage régional ou infra-régional,
par exemple, les contrats de sécurisation professionnelle (CSP)
au sein du Service public de l’emploi régional.
Profil du mandataire
Le mandataire doit être capable d’apprécier la situation locale
de l’emploi et le marché du travail, l’impact des aides et mesures
de Pôle emploi ainsi que des partenariats, notamment à partir
d’une large information et de divers documents présentés par
Pôle emploi.
Temps investi dans les mandats
Durée du mandat : 3 ans.
Huit réunions par an au minimum, chacune pouvant aller de
2 h à une journée selon l’ordre du jour, en dehors de possibles
réunions de la commission tripartite départementale et des
réunions préparatoires ou sectorielles dans son organisation.
Pour effectuer ses missions, le mandataire doit avoir une
bonne connaissance des réalités vécues par les salariés et
demandeurs d’emploi, ainsi que de l’économie régionale et
des bassins d’emploi.
Conditions d’accès aux mandats
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Désigné par son organisation.
Conseil régional de l’emploi (CRE)
Incompatibilités : agent ou salarié de Pôle emploi ou d’un participant du SPE.
COPIRE
OPCA
AGEFIPH
Cap emploi
* Règlement intérieur des Instances paritaires régionales,
délibération n°2010/50 du 24/09/2010 (BOPE n°2010-67)
Mandascop • 2012.01 • 79
EFP 20
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Participer aux réunions
Étudier le rapport trimestriel sur la mise
en œuvre opérationnelle des dispositions
contenues dans l’accord d’assurance
chômage et le confronter avec la réalité
observée localement.
Débattre des avis de l’instance dans le
cadre de la préparation de la programmation régionale.
Établir des contacts, rechercher les renseignements nécessaires auprès des
institutions régionales et nationales ou
les alerter en cas de difficulté dans la
mise en application de la convention
d’assurance chômage.
Contacter les membres de son organisation mandataires dans d’autres instances
paritaires partenaires impliquées dans les
problématiques d’emploi et de formation
professionnelle.
Rechercher de la documentation complémentaire sur la thématique de l’emploi
(presse, études, bilans, rapports, notes
données) et les litiges d’indemnisation.
Élaborer des propositions à débattre
dans le cadre de la préparation de la
programmation régionale.
Étudier les dossiers individuels et recevoir, si nécessaire, les bénéficiaires qui
font des recours.
Rechercher une large information et
des documents auprès de Pôle emploi,
lui permettant d’apprécier la situation
locale de l’emploi et du marché du travail,
l’impact des aides et mesures de Pôle
emploi et des partenariats.
Analyser l’ensemble des informations
fournies par la direction de Pôle emploi
(indicateurs de suivi des conventions,
évolutions du marché du travail local,…).
Analyser les travaux du médiateur régional.
Contribuer à la décision sur des dossiers
individuels en donnant et en défendant
son avis, dans les conditions et selon
les modalités prévues par la convention
d’assurance chômage et ses accords
d’application.
Informer et former
Échanger avec son suppléant pour expliquer sa position, revenir sur les enjeux
selon les problèmes ou les cas étudiés.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Veiller à ce que les prestations de formation soient définies dans le cadre
d’un retour à l’emploi durable et le cas
échéant faire évoluer les critères de choix
dans ce sens.
Contribuer à l’application de la politique
de formation de Pôle emploi dans le
cadre des déclinaisons locales des mesures d’aide à la formation des demandeurs d’emploi.
Contribuer au développement des
contacts et des partenariats liés à la territorialisation de la politique de l’emploi
et au renforcement du paritarisme local
notamment.
Participer à l’élaboration éventuelle de
conventions régionales, dans le cadre
de besoins ponctuels spécifiques étudiés
par des groupes de travail associant les
branches professionnelles et l’IPR.
Comparer les résultats d’activité et le
volume du contentieux par site pour
mettre en lumière des traitements différenciés et viser l’harmonisation.
Chercher, à partir des cas particuliers, à
définir des critères de traitement équitables (exemple : gestion des indus).
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Mettre en évidence les besoins, les difficultés et les bonnes pratiques rencontrées sur le terrain et faire réfléchir sur
les avancées possibles.
COMPÉTENCES
Dans le cadre des commissions départementales de recours mises en place sur
arrêté préfectoral, recevoir, si nécessaire,
les bénéficiaires qui font des recours,
étudier leur dossier.
savoir-faire
Prendre contact avec l’administration
de Pôle emploi pour comprendre le problème et chercher une solution.
Lire rapidement les dossiers et les expertiser.
S’approprier les enjeux de mise en œuvre de la convention d’assurance chômage
au niveau local,
Réaliser des entretiens individuels avec les bénéficiaires pour comprendre leur situation, dans le cadre d’un recours devant la commission tripartite départementale.
Interpréter les statistiques de l’emploi et du chômage.
Exprimer des avis sur les actions de formation.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Économie des territoires et de l’emploi (métiers en tension, bassins d’emploi…).
Réglementation de l’assurance chômage : indemnisation, cotisations, etc.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
80 • Mandascop • 2012.01
EFP 20
Réseau relationnel
7
Directeur régional
Pôle emploi
IN
TE
8
Préfet de région
U
OC
RL
TE
1
UR
Organisation
9
S
2
UNEDIC
Son suppléant
6
Le service
des études de la
direction régionale
Pôle emploi
mandataire
3
Les mandataires
des instances proches
(emploi et formation)
5
4
rc
ci
1
onstance
Les mandataires
de son collège
Le membre
de la commission
s’il appartient à son
organisation
s
Échanger régulièrement, informer par courriel des
débats importants, faire remonter les problèmes
de terrain pour alimenter la réflexion, et le cas
échéant la négociation.
2
Échanger pour expliquer les positions prises,
expliciter les enjeux, rappeler l’histoire.
3
Échanger des informations, enrichir sa compréhension des thématiques traitées et coordonner
la position de l’organisation.
4
Débattre, et rechercher une position commune.
5
Coordonner les positions à propos des décisions
de suppression du revenu de remplacement.
6
Demander des précisions d’analyses concernant les besoins de recrutement, les métiers en
tensions et l’impact des aides à l’emploi ou à la
formation.
7
8
9
Demander des informations pour analyser la mise
en œuvre opérationnelle des accords d’assurance
chômage (et autres dispositifs négociés entre
partenaires sociaux ou avec l’État).
Demander des informations et des données précises pour être en mesure d’instruire un dossier :
demander une intervention auprès d’une direction
d’agence locale.
Faire le point sur les problèmes : de la convention
régionale d’assurance chômage et ses difficultés de mise en œuvre, d’emploi et de chômage
dans la région, de mise en œuvre de la politique
publique de l’emploi, et particulièrement des
dispositifs négociés entre l’État et les partenaires
sociaux.
S’adresser aux services de l’UNEDIC par délibération de l’IPR, pour exercer le cas échéant
un rôle d’alerte en cas de difficulté persistante
d’interprétation d’une disposition de la convention
d’assurance concernant l’application des accords
de l’assurance chômage après deux saisines
écrites du directeur régional.
Visiter des agences pour rencontrer des salariés
et demandeurs d’emploi bénéficiaires ainsi que
des personnels chargés de leur suivi.
Mandascop • 2012.01 • 81
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
EFP 21
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Assurance
chômage
Gestion de
l’assurance
chômage
Gérer et évaluer
la mise en œuvre
des conventions
et règlements
UNEDIC
Diversité des fonctions
dans les instances
Missions du mandataire
Veiller à ce que la réglementation de l’assurance chômage
soit mise en œuvre conformément aux accords, tant par les
services qui transmettent les instructions, que par Pôle emploi,
qui effectue la mise en œuvre opérationnelle des dispositifs.
Administrer l’institution dans le souci de son équilibre financier, de sa pérennité et dans l’intérêt des cotisants en termes
d’engagements et de qualité et coûts de service, dans les
champs qui lui sont propres :
Administrateur titulaire ou suppléant.
Membre du bureau.
Conseiller technique désigné par chaque organisation, support
de ses mandataires.
Président, vice-président. Ces fonctions s’incarnent notamment
dans un rôle essentiel de représentation auprès des pouvoirs
publics, des partenaires sociaux et des media.
• Réglementation,
• Évaluation et études,
• Contrôle et audit des délégations en matière de recouvrement
des contributions et de versement des allocations,
Temps investi dans les mandats
• Ressources et appui aux IPR pour veiller à l’application
régionale de la convention,
Le bureau se réunit tous les mois. Des réunions préparatoires,
par collèges et entre collèges le cas échéant, sont souhaitables.
Dans la pratique, cela se traduit par une préparation du bureau
entre président, vice-président et directeur général.
• Gestion financière de la collecte.
Profil du mandataire
Dans un cadre paritaire, interprofessionnel et national, le mandataire doit être capable de superviser des missions d’analyse
et d’expertise au service des gestionnaires de l’assurance-chômage, en coopération avec les autres acteurs et organismes
du Service public de l’emploi.
Par ailleurs, les conseillers techniques des organisations sont
réunis par le directeur général pour préparer la réunion mensuelle du bureau.
Le temps consacré aux seules réunions est estimé à une journée et demie par mois. S’ajoute un temps diffus de préparation
interne aux organisations, sous la forme de conférences téléphoniques, réunions, écriture, lecture et échanges de courriels
(une à deux journées environ).
Le CA se réunit 2 à 3 fois par an (une demi-journée). Il peut y
avoir des réunions exceptionnelles.
Les administrateurs sont désignés par l’organisation qu’ils
représentent.
L’investissement du conseiller technique est lié à l’activité du
bureau et du CA (le conseiller technique reçoit l’information
émanant de l’UNEDIC, l’analyse, demande toute précision et
explication concernant les données réglementaires, statistiques
ou financières fournies).
Les organisations salariales et patronales signataires de la
convention UNEDIC désignent pour 2 ans des représentants
qui siègent, à égalité, au sein du conseil d’administration et
du bureau de l’Unedic.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conditions d’accès aux mandats
Le conseil d’administration, lors de son renouvellement, désigne parmi ses membres un bureau de composition paritaire
comprenant au plus dix membres (5 représentants du collège
salariés et 5 représentants du collège employeurs).
Pôle emploi
La présidence du conseil d’administration est assurée alternativement par un représentant des organisations d’employeurs
et des organisations syndicales de salariés.
FPSPP
ACOSS
Conseil national de l’emploi (CNE)
IPR
Durée du mandat : 2 ans.
Mandascop • 2012.01 • 83
EFP 21
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
S’approprier des documents juridiques
(conventions, réglementation) et techniques (études, bilans, rapports, notes,
données).
Examiner les évolutions des indicateurs
de situation générale ou financière, du
suivi mensuel de recouvrement, des
notes trimestrielles d’équilibre financier
du régime (dit « équilibre technique » : cotisations collectées/allocations versées).
Solliciter le conseiller technique de son
organisation pour approfondir l’analyse
de ces informations, pour établir des
liaisons avec les autres mandataires des
instances proches (Pôle emploi, CNE…),
pour demander aux services de l’Unedic
des précisions ou des éclaircissements.
Participer à des réunions ou échanges
préparatoires au sein de son organisation
et de son collège.
Participer aux réunions
Contribuer de manière consensuelle aux
décisions et avis sur les points traités.
Formuler des propositions d’études et
d’évaluation pour mieux appréhender
la mise en œuvre des accords conventionnels et des dispositifs d’assurance
chômage (par exemple, étude descriptive
des ruptures conventionnelles du contrat
de travail), apporter des éléments à leur
cahier des charges.
Après analyse, exprimer des avis sur la
qualité et l’utilité des données statistiques et sur les données financières au
regard des règles de gestion.
Contribuer à définir le mandat donné
au directeur de l’UNEDIC pour négocier
avec Pôle emploi mais aussi avec l’État,
l’ACOSS et d’autres partenaires.
Informer et former
Assurer une cohérence de positionnement entre les représentants de son
organisation (administrateurs, conseiller
technique, mandatés IPR).
Rendre compte des décisions et des faits
nouveaux auprès des responsables de
son organisation.
Tenir à jour sa connaissance des enjeux
de l’assurance chômage au regard des
évolutions sociétales et économiques.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Éclairer plus particulièrement son organisation sur certains aspects des enjeux
mis en évidence par l’analyse de ces
travaux.
Contribuer aux missions
de l’instance
Définir des positions communes pour
conforter l’influence des orientations
paritaires dans la gestion de l’assurance
chômage, y compris en dépassant les
éventuelles dissensions entre organisations.
Être attentif au rôle de l’État en garantissant l’autonomie de gestion de l’UNEDIC.
Contribuer à la définition de cahiers des
charges pour les institutions partenaires
et suivre leur application.
Assurer une relation suivie et permanente avec l’État sur les prérogatives
partagées.
Contribuer à la fonction de négociation
des partenaires sociaux dans leur ensemble en matière d’assurance chômage
en leur apportant les résultats des études
et évaluations réalisées par l’institution.
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier des documents de nature très différente (études statistiques, bilans,
budgets, rapports, articles juridiques…).
Appréhender les sujets techniques dans leur dimension politique, ce qui implique
une maîtrise technique des sujets traités, notamment pour être en capacité de dialoguer avec les représentants de l’État et de participer à la fonction de pilotage de
la direction de l’UNEDIC.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Réglementation de l’assurance chômage : indemnisation, cotisations, recouvrement.
Organisation du Service public de l’emploi.
Connaissance des méthodologies d’évaluation.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
84 • Mandascop • 2012.01
EFP 21
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
1
TE
S
2
Administrateur (titulaire et suppléants),
conseillers techniques
et mandatés IPR de
son organisation
UR
Responsable
de son
organisation
6
Le service
des études
de l’Unedic
mandataire
3
Le conseiller
technique désigné
par son organisation
rc
ci
onstance
s
4
Les mandataires
de son organisation
dans des instances
proches (emploi
et formation
professionnelle)
5
Le mandataires
de son collège
1
Échanger régulièrement, informer par courriel
des débats importants, faire remonter les études
et évaluations pour alimenter la fonction de
négociation
2
Échanger pour expliquer les positions prises,
explicite les enjeux, rappeler les évolutions
récentes.
3
Préparer les réunions du bureau.
4
Échanger des informations, enrichir sa compréhension des thématiques traitées et coordonner
la position de l’organisation.
5
Débattre et rechercher une éventuelle position
commune.
6
Demander des précisions et explications de
lecture concernant les données réglementaires,
statistiques ou financières fournies.
Mandascop • 2012.01 • 85
EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE
EFP 30
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Sécurisation
des parcours
professionnels des
cadres et jeunes
diplômés
Gestion de
l’association pour
l’emploi des cadres
Gérer la mise en œuvre
de mesures favorisant
l’emploi des Ingénieurs
et cadres administratifs
et commerciaux,
techniciens et assimilés
de l’industrie, du
commerce et des
services
APEC
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Administrer l’instance dans le respect des accords nationaux
interprofessionnels, des conventions de partenariats, dans le
cadre de son mandat de service public et d’une offre de services facturés, afin de favoriser :
Membre du conseil d’administration ; membre du Bureau ;
président ; vice-président ; secrétaire ; secrétaire adjoint ; trésorier ; trésorier adjoint ; membre de commission spécialisée ;
membre de comité paritaire régional.
• la mise en relation des entreprises et des cadres en recherche
d’emploi ;
• la mise en œuvre de mesures d’accompagnement dans
l’orientation professionnelle et la sécurisation de leurs parcours professionnels, notamment pour les seniors ;
• la mise en œuvre de dispositifs d’aide au recrutement pour
les entreprises ;
• l’accès à l’emploi des jeunes ayant suivi un premier cycle de
l’enseignement supérieur.
Veiller à l’adaptation des actions aux besoins des entreprises
et des cadres en fonction des réalités du marché de l’emploi
au niveau national et territorial, notamment par la réalisation
d’études sur la situation de l’emploi des cadres.
Profil du mandataire
Le mandataire a une bonne connaissance d’un milieu professionnel, du marché de l’emploi et des problématiques de
recrutement, de placement et de mobilité des salariés cadres.
Le mandataire met à profit ces connaissances dans un cadre
paritaire, interprofessionnel, national et territorial, pour contribuer à la qualité des analyses et des études et favoriser le
développement de l’expertise et la notoriété de l’association.
Temps investi dans les mandats
Durée du mandat : deux ans. Le mandat est renouvelable.
Le CA se réunit au moins deux fois par an. Le bureau se réunit
au moins une fois par mois. Les commissions spécialisées se
réunissent entre deux et six fois par an selon la spécialisation.
Les comités paritaires régionaux se réunissent au moins trois
fois par an.
Conditions d’accès aux mandats
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Le mandataire est désigné par les organisations signataires de
l’ANI du 12 juillet 2011 adhérentes de l’association, en pratique
les unions des cadres pour les organisations salariales.
UNEDIC (voir mandat type EFP 21), COPIRE (mandat type
EFP 12).
Pôle emploi, universités, grandes écoles, APECITA, APEC
Suisse.
Partenaires associatifs et professionnels, organismes territoriaux chargés de l’emploi, de la formation, de l’insertion
professionnelle.
Mandascop • 2012.01 • 87
EFP 30
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
S’approprier les documents techniques.
Contribuer aux missions
de l’instance
Participer à des réunions ou échanges
préparatoires au sein de son organisation
et de son collège.
Définir des positions communes pour
préserver l’influence des orientations
paritaires en matière de sécurisation
des parcours professionnels des cadres.
Participer aux réunions
Être attentif au positionnement de l’État
pour préserver la pertinence du mandat
de service public exercé par l’instance.
Contribuer de façon consensuelle aux
décisions et avis sur les points traités.
Participer aux décisions sur l’orientation
des actions de l’association.
Formuler des propositions d’études et
d’évaluation pour mieux appréhender
les besoins et les évolutions du marché
de l’emploi des cadres.
Contribuer à la notoriété de l’association
en veillant à une présentation régulière
des services proposés et des études
ciblées auprès des entreprises et salariés
concernés, en contrepartie notamment
de leurs cotisations.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Contribuer à alimenter la réflexion des
négociateurs sur l’emploi et l’assurance
chômage.
Valoriser le service spécifique rendu par
cette association à la gouvernance paritaire, aux jeunes diplômés, aux cadres et
aux entreprises, dans un environnement
concurrentiel et aux côtés du service
public de l’emploi.
Éclairer sur des enjeux concernant particulièrement les jeunes diplômés, les
cadres et les entreprises qui les recrutent.
Analyser et exprimer un avis sur les
projets de conventions de partenariat.
Participer à la définition du mandat confié
au directeur général pour lui permettre
de négocier avec les partenaires.
Informer et former
Faire un retour à tous les autres mandataires de son organisation concernés
sur les positions tenues et sur les enjeux
évoqués.
Rendre compte à l’organe décisionnaire
de son organisation pour permettre de
maintenir une ligne de conduite coordonnée et cohérente.
Tenir à jour sa connaissance des problématiques d’organisation des entreprises
et de fonctionnement du marché de
l’emploi, au regard des évolutions économiques, sociales et environnementales.
Animer les réunions des mandataires de
l’organisation en charge de mandats liés
à l’emploi et à la formation professionnelle, y compris sur les territoires, avec
les comités paritaires régionaux.
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier/analyser des informations juridiques, techniques et financières, des
données statistiques.
Identifier les problématiques de recrutement, de mobilité et de reconversion de populations qualifiées et faire des propositions répondant aux besoins de ces populations.
Articuler les mesures envisagées et prises par l’association pour améliorer le marché
de l’emploi des cadres avec l’environnement général du fonctionnement du marché
du travail et des politiques d’emploi et de formation de l’État (ou de la région).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Mode de fonctionnement de la gouvernance paritaire.
Thématiques touchant au processus d’emploi (insertion, qualification, promotion,
adaptation, reconversion), à la sociologie des entreprises et à la gestion des parcours
professionnels (évaluation, bilan, VAE...).
Règles économiques, fiscales et sociales des entreprises.
Réalités régionales du marché de l’emploi (territoriales).
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
88 • Mandascop • 2012.01
EFP 30
Réseau relationnel
IN
TE
TE
UR
2
S
Les mandataires
de son organisation
dans les commissions
spécialisées et les
comités paritaires
régionaux de
l’Association
U
OC
RL
1
L’organe
décisionnaire
de l’organisation
mandante
6
3
Les
mandataires
des autres
organisations
du collège et
éventuellement de
l’autre collège
rc
ci
onstance
s
1
Adhérents
de son organisation
mandataire
4
Les négociateurs
des ANI et les mandataires de son organisation
dans des instances
proches (emploi, formation professionnelle,
territoire)
5
Les représentants
de l’État
En amont pour arrêter la position à défendre,
en cohérence avec les positions adoptées dans
d’autres instances, en aval pour l’informer des
positions tenues et des décisions de l’instance.
Rendre compte du mandat.
2
Échanger sur les décisions et positions envisagées et pour la déclinaison des décisions
prises.
3
Échanger, débattre afin d’adopter des positions
communes à exposer en séance.
4
Partager les problématiques de sécurisation des
parcours professionnels dans toutes les dimensions et élaborer des positions de l’organisation
coordonnées et cohérentes.
5
Connaître leur position, expliquer les spécificités
d’une gouvernance paritaire et les informer des
positions de l’organisation et de l’association.
Procéder à l’évaluation du mandat de service
public.
6
Informer sur les services, études et actions
de l’association, les solliciter sur leur veille
professionnelle, sur leur souhait et vécu de
mobilité.
Mandascop • 2012.01 • 89
VIE DES SALARIÉS
VSA 10
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Logement
Gestion de l’emploi
des fonds de la
participation des
employeurs à l’effort
de la contraction
(PEEC) et de
l’habitat social
Gérer la collecte
de la PEEC, financer
la production
de logements,
la rénovation urbaine et
les aides aux ménages
CIL [CCI]
OPH*
[ESH]
Missions du mandataire
Décider des programmes d’actions en faveur du logement des
salariés au regard du cadre législatif, de l’ANI ou des conventions (GRL), dans des contextes sociodémographiques particuliers (au niveau d’un territoire) afin d’y résoudre des tensions
entre offre et demande de logements en termes d’accès et de
maintien au logement.
Gérer la collecte de la PEEC et gérer les activités des organismes ou entreprises d’habitat social sur le plan budgétaire,
comptable et financier.
Élaborer la politique immobilière du collecteur et la politique
locative de l’office et des filiales HLM.
Délibérer sur les programmes de construction de logements
(CIL), de rénovation urbaine, de gestion locative et d’accession
à la propriété, notamment sur le conventionnement et les loyers
(ESH, OPH), d’aide aux ménages (prêt accession, Pass GRL…).
Contribuer à informer et accompagner les salariés dans leur
parcours résidentiel.
Diversité des fonctions
dans les instances
Les mandats peuvent être liés entre eux du fait de l’organisation
de groupes CIL / OPH et ESH ancrés dans leur territoire (un
mandataire CIL siège au CA d’une ESH à côté d’un représentant
de sa confédération). Un mandat auprès du Comité régional
de l’habitat permet de travailler sur les complémentarités entre
paritarisme (logement des salariés) et politiques publiques
(habitat). Les mandats de président et de vice-président d’un
CIL impliquent une contribution à la vie de l’UESL / Action
Logement (assemblée générale).
Le bureau d’un OPH et d’une ESH exerce des responsabilités
stratégiques (il décide des programmes, autorise les emprunts,
les transactions, etc.) par délégation du CA.
Voir art. R.421-16 du CCH pour la répartition des compétences
pour la gestion financière entre le CA et le bureau.
Temps investi dans les mandats
Profil du mandataire
Durée des mandats : trois ans dans les OPH départementaux,
six ans dans les autres ; CIL : cinq ans.
Sensibilité aux questions sociales pour contribuer à la gouvernance d’entreprises pour le logement et pour l’habitat des
salariés, motivation à intervenir au niveau de la collecte et
de l’emploi des ressources financières pour développer des
programmes de construction, des garanties locatives, des
programmes locatifs ou d’accession à la propriété.
Les conseils des comités et offices se réunissent au moins
une fois par trimestre, des commissions spécialisées pouvant
se réunir au préalable (commission consultative des marchés,
commission d’attribution, commission d’accession sociale,
comité des emplois). Selon l’engagement dans les mandats
(président, VP, chef de file), le temps investi total peut représenter le triple du temps de réunion.
Conditions d’accès aux mandats
Les organisations de salariés les plus représentatives aux
élections prud’homales désignent des représentants au CA
des OPH/ESH, généralement proposés par l’échelon départemental. Concernant les CIL, les organisations de salariés et les
organisations d’employeurs représentatives au niveau national
interprofessionnel désignent leurs représentants.
Les entreprises associées à un CIL peuvent être représentées au
conseil d’administration au sein d’un collège distinct en ESH ou
CIL par le chef d’entreprise, un cadre financier ou un cadre RH.
Respect des règles de cumul des mandats sociaux (neutralité,
indépendance). Incompatibilités : voir le JO du 30.10.2002 et
le Code du commerce.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
La gouvernance de la politique paritaire du logement est du
ressort de l’UESL - Action logement, de l’APAGL et de la Foncière Logement. Le rôle de l’État se manifeste dans le contrôle
de cette politique au travers de l’ANPEEC, instance tripartite
où siègent également des représentants des organisations de
salariés et des organisations d’employeurs. Au niveau régional,
le Comité régional de l’habitat (CRH) est une instance d’information et de consultation, lieu d’échange d’informations techniques et de points de vue et le CESER peut tenir des débats
et délibérer sur le logement.
* En ce qui concerne le CA des OPH, ce mandat type ne porte
que sur la seule représentation des organisations de salariés, les
organisations d’employeurs n’y étant pas représentées.
Mandascop • 2012.01 • 91
VSA 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Selon les cas, étudier les dossiers présentés sous un angle financier ou sous
un angle social.
Apporter des informations relatives à la
politique du logement et à sa mise en
œuvre par l’organisme auprès de son
organisation, au niveau départemental
ou local et dans les entreprises.
Élaborer une position sur les différents
points prévus à l’ordre du jour, que cet
ordre du jour entre dans le cycle des
grandes décisions ou bien qu’il corresponde à une convocation extraordinaire
(sujets périodiques : présentation de
rapports ; installation des administrateurs
dans leurs fonctions après un renouvellement total du CA).
Participer aux réunions
Délibérer et voter sur les budgets, les
autorisations de programmes, les augmentations de loyers et sur toutes autres
questions relatives à la gestion de l’organisme et de son patrimoine pour lesquelles le CA est compétent.
Participer à la formation des nouveaux
administrateurs de son organisation dans
les organismes du logement.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Participer aux travaux de réflexion et de
coordination de son organisation sur le
logement, dans les réseaux régionaux
des administrateurs CIL/CCI, OPH, et
ESH, avec les conseillers CESER, CAF…
Contribuer aux missions
de l’instance
Décider des programmes et des engagements pour satisfaire les besoins de
logement les plus en tension sur le plan
social et géographique.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Veiller à l’application de la législation
dans le fonctionnement des instances.
Établir, voire démontrer, des besoins de production de logement à partir d’informations diverses (données statistiques, rapports et études des services sociaux, avis
à recueillir auprès des CE et des entreprises contributrices), dans le but d’orienter
les engagements des CIL/CCI.
Informer et former
Lire un budget, un bilan.
Apporter des informations relatives à la
politique du logement et à sa mise en
œuvre par l’organisme auprès de son
organisation, au niveau départemental
ou local et dans les entreprises.
Communication orale et écrite dans une diversité de contextes en dehors de l’organisme lui-même : collectivités locales, entreprises, quartiers.
Participer à la formation des nouveaux
administrateurs de son organisation dans
les organismes du logement.
SAVOIRS ASSOCIÉS
S’approprier les études, documentations et analyses sur le logement issues de l’ANIL,
de la DHUP, d’Action Logement (par exemple Livre blanc – Le logement des salariés
au service de l’emploi : qui va répondre demain aux besoins ? Action Logement, mars
2010) sélectionnées en fonction des besoins d’information.
Connaissance du fonctionnement des OPH et ESH (cf. Livret de l’administrateur
d’un Office public de l’habitat, édité par la Fédération nationale des Offices publics
de l’habitat, 2010).
Législation et l’environnement sociodémographiques.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
92 • Mandascop • 2012.01
VSA 10
Réseau relationnel
7
Les élus
des collectivités
(municipalité,
conseillers
territoriaux)
8
Le syndicat
de l’ESH
ou de l’OPH
(OS)
IN
TE
U
OC
RL
TE
UR
S
1
Les responsables
du domaine
Logement dans
l’organisation
2
Les secrétaires
de CE des entreprises
contributrices, les
secrétaires des structures
interprofessionnelles
territoriales syndicales
Les DRH ou DAF des
entreprises contributrices
(OP)
6
Les services
techniques
de l’instance,
via sa direction
mandataire
3
Les mandataires
des instances
proches
5
4
rc
ci
1
onstance
s
Les autres
mandataires de
sa délégation
Élaborer la position de l’organisation sur les
dossiers jugés stratégiques.
Les mandataires des
autres organisations
au sein du collège
7
Promouvoir la production de logements et la
réalisation des programmes.
8
Examiner les relations entre politique salariale et
production.
Rendre compte de l’exercice du mandat.
2
Recueillir leur avis, leur faire des retours et
diffuser l’information sur la politique du collecteur
(OP).
3
Enrichir sa compréhension des dossiers et coordonner la position de l’organisation.
4
Préparer les réunions et organiser les prises de
parole et les prises de notes.
5
Discuter des positions à tenir, rechercher une
éventuelle position commune sur certains dossiers jugés stratégiques pour son collège.
6
Rechercher des ressources techniques pour
appréhender les dossiers : méthodes, outils,
données.
Mandascop • 2012.01 • 93
ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, TERRITOIRES
Sous-Famille
EST 10
Mandat Type
Fonction
Instances
Consultation
et concertation dans
le cadre de politiques
publiques de l’État
Émettre des avis sur la
définition des politiques
et participer à la
concertation avec
les parties prenantes
ACSE
CNA
CNEPJ
CNIS
CNTR
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Émettre des avis lors de la consultation et de la concertation
entre parties prenantes en matière de politiques publiques de
lutte contre l’exclusion, d’éducation populaire, du droit de la
consommation, de la restauration des salariés, de production
statistique, etc.
Président, vice-président, titulaire, membre du bureau, chef de
file/responsable ou coordinateur de délégation ; membre de
comités (du label, du contentieux et comité du secret, commission thématique pour le CNIS) ; membre de commission ;
suppléant.
Délibérer sur le projet de contrats annuels d’objectifs et de
moyens conclu avec l’État (ACSé, CNIS), sur la programmation des interventions de l’instance et sur son rapport annuel
d’activité.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Ces mandats sont considérés comme politiques et participant
à leur niveau au maintien du pacte social : ils impliquent une
capacité à identifier le périmètre de son action et ses marges
de manœuvre, à avoir une vision globale, transversale des
questions socio-économiques et de l’évaluation des politiques
publiques.
Durée des mandats : deux ou quatre ans. Le nombre de mandats successifs n’est pas limité.
Un parcours professionnel ou militant proche des missions
de l’instance est généralement recherché. Dans certains cas
(CNIS), la volonté est cependant de ne pas choisir des experts
afin de sortir de « l’entre soi » technique.
Les réunions plénières des conseils et agences sont au moins
trimestrielles.
Le membre d’un bureau investit deux jours et demi par mois.
La participation à des groupes de travail, à des comités suppose un investissement supplémentaire d’au moins six jours
par an (par exemple, comité du label au CNIS : 18 jours par an).
Conditions d’accès aux mandats
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les partenaires sociaux peuvent siéger au titre d’un mandat
interprofessionnel ou d’un mandat de branche professionnelle
à côté de représentants de la société civile (acteurs socioéducatifs, associations de consommateurs, etc.) et de l’État.
Les services ou opérateurs de l’État (par exemple, mission
emploi de la DGEFP, CEREQ, OFFI, CIO, ANRU…) ; l’INSEE
et les services statistiques ministériels (DARES, DREES, etc.)
Selon les cas, le mandataire est désigné par sa fédération
professionnelle selon les critères de représentativité des différents secteurs.
Les instances consultatives ou régulatrices : la HALDE, la CNIL,
la Commission consultative des droits de l’homme, l’Autorité
de la statistique publique, les chambres consulaires.
Un arrêté ministériel fixe la liste des collèges représentés. Pour
ACSé, le critère de la parité est intégré.
Les instances siégeant à Paris, les frais de déplacement en
Île-de-France ne sont pas pris en charge. Cette contrainte
peut orienter les choix des organisations sur des désignations
dans d’autres régions.
Mandascop • 2012.01 • 95
EST 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Rencontrer le ministère de tutelle fréquemment (rythme hebdomadaire) ainsi que
d’autres administrations centrales (Pdt.).
Composer l’ordre du jour des réunions
avec le Secrétaire général du ministère
de tutelle (Pdt.).
Selon les cas (CNA) :
• réunir l’ensemble des mandataires au
sein d’une coordination présidée par
un chef d’entreprise sur des thématiques données (à partir d’une posture
de neutralité, il s’agit de parvenir à une
position consensuelle entre des intérêts
professionnels qui peuvent se trouver en
opposition à un moment donné),
• réunir des équipes pluridisciplinaires
d’experts (juristes, agronomes, qualiticiens, nutritionnistes, responsables de
fédérations), pour travailler en bonne
intelligence avec les services de l’État.
Recueillir les demandes d’usagers du
service public statistique (CNIS).
Participer aux réunions
Adopter le programme pluriannuel des
interventions.
Programmer et valider des études susceptibles de contribuer à enrichir les projets,
telles que des études comparatives avec
les autre pays européens.
Émettre des réserves en cas de désaccord
où donner un avis défavorable afin que le
service producteur modifie le contenu de
l’enquête dans le sens souhaité (CNIS).
Donner un avis sur les agréments des
associations de jeunesse et d’éducation
populaire pour la délivrance des brevets
professionnels du personnel (CNEPJ).
Présenter une stratégie, après un travail
d’écoute, d’analyse et de synthèse, pour
aboutir à une position unanime du bureau
indispensable lors des négociations avec
les administrations centrales (Pdt.).
Informer et former
Former les nouveaux mandataires sur
l’exercice de leur mission et la prise de
responsabilité.
Communiquer auprès du public sur
les thèmes de travail de l’instance (par
exemple, l’égalité de traitement et image
positive de la diversité).
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Participer à des groupes de proposition
animé par le ministère qui appréhende
une politique publique dans sa globalité
(par exemple préparation du Livre vert de
la jeunesse).
Mettre en lumière les nouveaux besoins
dans une démarche prospective.
Faire des propositions au législateur pour
actualiser la règle (par exemple, en matière
de diététique, du travail des femmes).
Émettre des avis sur les textes législatifs
et réglementaires et faire des propositions
d’adaptations de textes obsolètes.
Représenter l’État en tant que président
de l’instance et non l’organisation professionnelle (Pdt.).
Voter le budget et la répartition des crédits
entre les régions (ACSé, CNEPJ).
Défendre le budget de l’instance face aux
politiques en convoquant une assemblée
générale extraordinaire (Pdt.).
Émettre un avis sur les modules de formation visant à sensibiliser les acteurs
du service public de l’emploi sur les différentes formes de discrimination (ACSé).
Se concerter entre les producteurs et utilisateurs de statistiques publiques (CNIS)
Donner son avis en opportunité sur la
conduite d’enquêtes demandées par les
ministères ou les partenaires sociaux relatives à l’établissement de statistiques de
toute nature (CNIS).
Proposer la mise en place d’un groupe de
travail chargé d’uniformiser les sources
statistiques d’origines différentes, et de
faciliter leur accès aux usagers ; obtenir
la simplification des demandes administratives des entreprises à partir d’une note
argumentée sur les enjeux et les bénéfices
attendus (CNIS).
Voir aussi les activités communes,
y compris pour les fonctions de président.
96 • Mandascop • 2012.01
S’appuyer résolument sur le potentiel des
branches pour améliorer les statistiques
à partir des données qu’elles détiennent,
afin de compenser les effets budgétaires
de la RGPP ; se positionner comme un
aiguillon de l’administration (CNIS).
Obtenir du politique une plus grande sollicitation de l’instance pour enrichir ses
domaines d’intervention sur les problématiques de société (CNIS).
Concilier des approches théoriques différentes en tenant compte du contexte
économique (CNIS).
Réconcilier l’urbain et l’humain en s’appuyant sur la réactivité des entreprises de
proximité en matière d’emploi, la richesse
et la diversité de leurs implantations territoriales (ACSé).
Orienter les actions pour faire revenir dans
le droit commun les publics traités, mieux
les identifier sur un territoire donné (ACSé).
Animer les campagnes de sensibilisation
sur l’insertion, la rénovation urbaine dans
les centres-villes en partenariat avec des
associations impliquées dans la politique
de la ville (ACSé).
Travailler avec les services de l’État compétents, via la mise en place d’un groupe
de travail, pour lever les contraintes administratives, harmoniser la réglementation
nationale et européenne pour rendre plus
efficace l’aide alimentaire (CNA).
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Considérer la prise en charge de la lutte
contre les discriminations et la prévention à tous les échelons de l’organisation
comme constitutif des valeurs syndicales
de solidarité (ACSé).
Démontrer le rôle essentiel des entreprises, en particulier de proximité, dans
l’insertion des jeunes en difficulté (ACSé).
Communiquer et valoriser les progrès déjà
réalisés par l’industrie agroalimentaire en
matière diététique grâce aux recherches
et innovations du secteur ; présenter les
contraintes avec pédagogie (CNA).
EST 10
COMPÉTENCES
savoir-faire
Être régulier, investi sur des sujets sensibles, faire des propositions sur les programmes
de l’instance pour légitimer son organisation.
Se mettre à la place des autres pour comprendre leurs arguments.
Savoir faire des concessions dans un premier temps, mais démontrer qu’il faudra revenir
sur le compromis sur la base d’un argumentaire renouvelé ; renoncer au « coup de force ».
Placer au cœur de la construction d’une politique les critères de qualité et d’innovation
pour dépasser les débats infructueux sur les mesures quantitatives.
Anticiper et identifier le point de consensus grâce à une bonne synthèse de l’ensemble
des propositions faites.
Être exigeant sur la composition des équipes et leur professionnalisme ; donner sa
confiance a priori.
Progresser dans l’acquisition de « compétence de comportement » qui facilite le positionnement face à des représentants issus de milieux différents.
Établir une méthodologie consolidée entre les partenaires sociaux, un cahier des charges
précis pour la conduite d’enquête publique productrice de statistique fiable et partagée
en vue d’alimenter le débat public et les négociations professionnelles (CNIS).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Maîtriser les données sociales, socio-économiques et techniques du secteur ou domaine
d’intervention et identifier les besoins des acteurs ; s’approprier la production réglementaire et documentaire utile de l’instance et ses concepts juridiques.
Connaître les éléments de base de communication : prise de parole en public, media-training
(interview par des journalistes), relations avec les médias nationaux (presse et télévision).
Voir aussi les compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
Mandascop • 2012.01 • 97
EST 10
Réseau relationnel
7
8
Chambres
des métiers
et chambres
de commerce
Associations
d’éducation
populaire
IN
TE
TE
UR
2
S
Organes
de direction
fédérale, de la
branche
U
OC
RL
1
Secrétaire
national de son
organisation
6
Syndicats
Éducation
nationale
mandataire
3
Services
statistiques
des ministères
5
4
rc
ci
onstance
s
Secteur
interprofessionnel
de son organisation
et fédération
finances
Économistes,
sociologues,
politologues,
etc.
1
Fixer des lignes directrices à décliner de manière
opérationnelle (CNA, CNIS).
7
Parrainer des jeunes dans la découverte des
métiers (ACSé).
2
Valider les priorités, établir la feuille de route des
mandataires et des orientations générales.
8
Entendre leurs besoins et leurs propositions
(CNEPJ).
3
Communiquer des ressources documentaires,
des dossiers ; apporter un appui sur les méthodes
(CNIS).
4
Enrichir les orientations.
5
Invités à approfondir les concepts et les problématiques (ACSé, CNA, CNEPJ).
6
Entendre leur avis sur les agréments d’associations d’éducation populaire (CNEPJ).
98 • Mandascop • 2012.01
ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, TERRITOIRES
Sous-Famille
EST 11
Mandat Type
Fonction
Instances
Consultation
et concertation
pour la démocratie
participative
et régionale
Émettre des avis sur les
stratégies territoriales
et proposer des
orientations
CESER
Commission locale
d’information sur les
installations nucléaires
(CLI)
Schéma régional
climat air énergie
Missions du mandataire
Éclairer les décideurs (conseil régional, conseil général, État)
sur le développement d’une stratégie territoriale efficace par
une vision transversale et prospective sur les questions économiques, sociales, environnementales et du développement
durable.
Élaborer et proposer des sujets d’études prospectives.
Proposer des orientations, engager des concertations avec les
collectivités et des consultations publiques sur la prévention
du réchauffement climatique en intégrant les problématiques
air, énergie, transport, climat.
Solliciter des informations auprès de l’exploitant de site
nucléaire et de l’ASN et émettre des avis d’intérêt général :
conditions de travail, environnement, protection des populations… (CLI).
Le mandat type s’exerce dans un ensemble d’instances ayant
pour champ de compétences les politiques régionales ou, en
ce qui concerne la CLI, des sites nucléaires, et qui ont pour
finalité d’œuvrer pour la consultation et la concertation entre
les parties prenantes des politiques économiques, sociales,
environnementales et du développement durable.
Les membres des CLI sont désignés par les organisations syndicales de salariés représentatives dans les entreprises exploitant les installations nucléaires de base ou, dans les entreprises
extérieures, par les unions départementales. Siègent également
des représentants du monde économique, désignés au sein des
CCI ou CMA. Durée du mandat CLI : jusqu’à six ans.
Diversité des fonctions
dans les instances
Membre titulaire, président, premier vice-président et viceprésident de l’instance, président et vice-président de commission, rapporteur de commission, chef de file / coordonateur
de sa délégation.
Temps investi dans les mandats
Les mandats sont de six ans renouvelables (CESER). Le bureau
et le président sont renouvelables à mi-mandat.
CESER : six jours par mois pour un conseiller ; vice-président :
¾ ETP.
Schéma régional : deux jours par mois (deux demi-journées de
réunion et deux demi-journées de préparation).
Profil du mandataire
Intérêt pour les questions sociales et économiques, implication dans le domaine récent de l’environnement, maîtrise de
certaines de ces dimensions techniques comme les transports.
Expérience d’un domaine particulier acquise dans son parcours professionnel pour exercer une ou plusieurs missions
de l’instance qui s’y rapporte.
Mobilité, disponibilité.
CLI : un jour par trimestre (réunion d’une demi-journée et demijournée de préparation).
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conseil régional (ses pôles de compétitivité), conseil général,
Direccte, associations environnementales, institutions politiques et collectivités locales, CARSAT, OP et OS de branches,
INSEE.
Conditions d’accès aux mandats
Pour le CESER, le nombre de sièges est fixé par le préfet
qui, pour le collège salariés, tient compte de la représentativité acquise, notamment aux élections prud’homales. Les
membres sont proposés par les organisations et nommés par
arrêté préfectoral.
Les fonctions (président, premier vice-président, vice-présidents) sont électives.
La participation des organisations aux travaux du Grenelle de
l’environnement en 2008 conditionne leur présence au sein du
schéma régional climat, air, énergie.
Mandascop • 2012.01 • 99
EST 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Suivre le calendrier des dossiers de
consultation et de concertation.
Échanger des informations avec les mandataires d’autres instances consultatives
régionales et débattre des positions
communes de l’organisation à y tenir.
Organiser des débats publics en présence d’un responsable national des
questions de l’environnement.
Débattre des études présentées par
l’instance avec les mandataires d’autres
instances consultatives régionales (transport, bâtiment, énergie, environnement,
formation, etc.).
Réunir son collège pour s’accorder sur
les décisions à prendre.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Encourager le développement de politiques et de mesures régionales favorables aux salariés, aux demandeurs
d’emploi et aux entreprises auprès de
l’État et de la région.
Sur saisine prioritaire du président du
conseil régional, mesurer l’impact de
la RGPP sur les services publics dans
la région.
Explorer des alternatives réalisables en
tenant compte des avantages/inconvénients de chacune d’entre elles.
Participer aux travaux de commissions
animés par leurs présidents pour produire des avis auprès de l’assemblée
plénière du CESER.
Entendre les représentants des structures ou organismes qui sollicitent un
avis.
Prendre des positions à défendre auprès
des élus régionaux responsables.
Informer et former
Communiquer à son organisation l’actualité des avis de l’instance.
Construire les positions de l’organisation
au niveau interprofessionnel.
Participer aux travaux de réflexion et de
coordination de son organisation.
Pour les actions expérimentales à l’initiative de l’État, rencontrer le préfet pour
faire des propositions notamment sur les
moyens de fonctionnement de l’instance.
COMPÉTENCES
Examiner des dossiers en séance.
Interroger les aspects liés au respect du
droit social, notamment dans le fonctionnement de la sous-traitance (CLI).
Débattre, via les structures territoriales
de l’organisation concernées par les avis
de l’instance, pour élaborer les positions
à défendre.
Une commission peut proposer au bureau une réflexion sur tous sujets.
Participer aux réunions
Prendre connaissance des études
d’impact climatique effectuées par des
cabinets conseils spécialisés (schéma
régional), des enquêtes de l’ASN (CLI).
Lors de la première présentation, poser
des questions de compréhension sur le
contenu et sur la méthode d’investigation choisie.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
savoir-faire
Identifier et s’approprier les documents de référence de son organisation sur le sujet.
S’approprier/analyser des informations juridiques, des données statistiques et géographiques.
Adopter une démarche de concertation avec les représentants des autres collèges
et les pouvoirs publics.
S’approprier l’état du dialogue social dans les branches au niveau régional et les
accords pris sur les territoires.
Différencier les questions à portée nationale qui engagent l’organisation, d’autres
points qui peuvent relever d’un arbitrage individuel.
Alterner, en réunion, les questions visant à faire apparaître l’état de la réflexion avec
les entretiens informels pour convaincre les différentes parties prenantes. Identifier
les points d’accord et de désaccord à un moment donné et continuer à négocier
plutôt que contraindre à un accord de surface qui risquerait de provoquer par la
suite une situation de blocage.
Utiliser une ou plusieurs méthodes pour contribuer à des bilans et des évaluations
des politiques régionales.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Méthodes d’analyses des accidents de travail et incidents ; connaissances de base
en production nucléaire et radioprotection (CLI).
Fondamentaux en économie et sociologie des territoires, de l’emploi et de la formation.
Veille sociale, politique, économique et scientifique : s’approprier des travaux relatifs aux évolutions du monde du travail, de l’environnement, des transports et de
l’économie, etc.
Rôle des mandataires de l’organisation dans les autres instances régionales.
Élaborer une note méthodologique avec le concours de techniciens comportant les
éléments de diagnostic (ressources économiques, acteurs socio-économiques, pôles
de compétitivité, etc.) relatifs au développement possible des politiques régionales.
Avoir une vision globale de l’instance pour contrôler et évaluer le travail des commissions (vice-président).
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
100 • Mandascop • 2012.01
EST 11
Réseau relationnel
9
8
7
Organismes
mettant en œuvre
un projet
(CESER,
schéma)
Les mandataires
des autres
organisations
au sein
du collège
IN
TE
Les chargés
de mission
(CESER)
UR
S
Militants,
Adhérents concernés
par le projet ou
l’activité
de l’organisme
Chefs d’entreprises
pilotes dans leur
branche
(CESER)
TE
10
U
OC
RL
1
Le responsable
de l’organisation
2
6
Réseaux
d’experts
et cabinets
conseils
mandataire
3
Secrétaire
ou représentants
du personnel au
CHSCT des sites
nucléaires (CLI)
5
4
rc
ci
onstance
Les autres
mandataires
de sa délégation
Les mandataires
des instances
des autres régions
s
1
Les solliciter pour valider des propositions de
travail.
7
Obtenir une éventuelle position commune à tous
les collèges.
2
Les rencontrer pour prendre en compte leur vécu
de terrain, échanger et fédérer les problématiques,
débloquer des situations difficiles.
8
Les rencontrer pour évaluer les difficultés de
mise en œuvre, pour débloquer des situations
difficiles.
9
Prendre connaissance des dossiers techniques
des commissions, demander des précisions, des
clarifications, etc.
10
Les entendre pour contribuer à enrichir un diagnostic économique territorial.
3
Faire remonter en CLI les problèmes de conditions de travail dès lors qu’ils peuvent concerner
la population et l’environnement
4
Échanger pour structurer un point de vue cohérent et représentatif.
5
Fédérer les points de vue à partir d’échanges
des pratiques territoriales.
6
Les solliciter dans l’organisation sur les nouveaux
dossiers techniques.
Mandascop • 2012.01 • 101
ÉCONOMIE, SOCIÉTÉ, TERRITOIRES
Sous-Famille
EST 12
Mandat Type
Fonction
Instances
Représentation
consulaire des
professions
artisanales
Promouvoir le
développement
économique des
entreprises artisanales
et assurer des missions
de service public
Chambre des métiers
et de l’artisanat
Assemblée
permanente des
Chambres des métiers
(APCM)
Missions du mandataire
Participer à la tenue du Répertoire national des métiers, à
l’enregistrement des contrats d’apprentissage, à la radiation
des entreprises.
Reconnaître la qualité d’artisan et d’artisan d’art et attribuer
les titres de maître artisan
Veiller à la bonne gestion de la Chambre.
Représenter les métiers et l’artisanat au niveau départemental,
régional, national.
Contribuer au développement économique des métiers et de
l’artisanat par la recherche de financement correspondant aux
orientations définies.
Participer à l’organisation de l’apprentissage dans le réseau.
Accompagner ses pairs dans toutes les étapes de la vie de
l’entreprise (création, reprise, transmission).
Représenter l’ensemble des Chambres des métiers auprès des
pouvoirs publics et effectuer, au plan national la synthèse des
positions adoptées par elles ; proposer aux responsables techniques des ministères concernés et aux politiques, des projets
de réglementation qui protègent les entreprises artisanales ;
coordonner les Chambres régionales des métiers (APCM).
Profil du mandataire
Le parcours du mandataire se fait étape par étape de l’échelon
départemental au national par élections successives de son
collège ; cette progression permet d’acquérir une expérience
dans toutes les fonctions et une légitimité auprès de ses pairs.
Conditions d’accès aux mandats
Sont éligibles les électeurs immatriculés ou mentionnés au
Répertoire des métiers de la Chambre des métiers depuis au
moins deux ans à la date de clôture du scrutin. Ont la qualité
d’électeur : les personnes physiques immatriculées au RM ; les
dirigeants sociaux des personnes morales immatriculées au
RM ; les conjoints collaborateurs mentionnés au RM, depuis
au moins 6 mois à la date de clôture du scrutin.
Diversité des fonctions
dans les instances
Les Chambres des métiers sont réunies en une assemblée
permanente composée de leurs présidents en exercice.
Les Chambres régionales des métiers sont composées des
présidents des Chambres des métiers du ressort de la région
concernée et des membres élus de cette chambre.
Le bureau régional comprend les présidents des Chambres des
métiers, membres de droit, et des membres élus. Il est créé dans
chaque chambre régionale, les commissions suivantes : une
commission des finances, du développement économique, de
la formation professionnelle et une commission d’appel d’offres.
Temps investi dans les mandats
Les commissions et le bureau des assemblées régionales se
réunissent une demi-journée par mois.
APCM : une assemblée délibérative sur les travaux des différentes commissions se tient 2 fois par an sur 2 jours.
Le mandat de président régional des métiers et de l’artisanat
correspond à un mi-temps. Il participe à la réunion de bureau
mensuelle et répond aux nombreuses sollicitations de représentation auprès du préfet et des services de l’État, des élus,
des organisateurs de foires et expositions artisanales pour
leur inauguration.
Durée du mandat : 5 ans, renouvelable.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
CESER, conseil régional, conseil général, DIRECCTE.
UPA ; CAPEB, CNAMS, CGAD ; Institut supérieur des métiers
(ISM).
Mandascop • 2012.01 • 103
EST 12
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Recueillir le point de vue des artisans de
sa circonscription par le biais des organisations départementales, analyser les
besoins des entreprises.
Analyser les besoins des entreprises
artisanales en collaboration avec les
organisations professionnelles au regard
des orientations définies pour le développement des métiers de l’artisanat
(aujourd’hui, en matière de développement durable).
Élaborer un programme régional en partenariat avec les services de l’État qui
prennent son financement en charge (par
exemple, sur le développement durable :
ADEME, conseil régional, Direccte).
Participer aux réunions
Rencontrer les représentants de l’État
dans le ressort de la chambre dont il
relève (préfet, ministre en charge de
l’artisanat…) pour se tenir au courant
des projets réglementaires et dossiers
économiques en cours, régulièrement
et suffisamment en amont pour être en
mesure de proposer des amendements
dans l’intérêt des artisans.
Répondre aux sollicitations des pouvoirs publics pour donner un avis (par
exemple, sur des mesures de simplification).
Informer et former
Se former auprès de l’ISM à l’exercice
du mandat.
Participer à l’animation du réseau Artisanat et Universités qui exerce une fonction
de veille sur ce secteur d’activité.
Mettre en œuvre une politique de communication en direction de tous les échelons de l’organisation et du public qui
valorise l’entreprise artisanale.
Veiller à la diffusion aux adhérents d’une
lettre rédigée par l’ensemble des élus de
l’assemblée permanente.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Construire des projets de recherche et
développement en lien avec les orientations définies. Suivre et évaluer la mise
en œuvre des projets, la consommation des crédits et rendre compte aux
financeurs.
Enrichir l’équipe technique de savoirs
et compétences liés aux orientations
de développement (par exemple, dans
l’ingénierie du développement durable :
hygiène, sécurité alimentaire, matériaux d’isolation innovants, traitement
de l’eau).
Participer à des foires, des salons financés par le fonds national prélevé sur la
taxe professionnelle.
Gérer les centres de formation des apprentis en fonction des métiers émergents et en tension. Mettre en place
une bourse d’entreprises à reprendre et
rapprocher les cédants et les repreneurs ;
accompagner ces derniers dans cette
reprise dans tous ces aspects : financiers, administratifs, diagnostic.
Assurer la représentation de la structure
auprès des partenaires pour mieux faire
connaître et reconnaître l’artisanat, présenter les positions et points de vue du
secteur, faire des propositions d’actions
ou d’interventions.
Visiter les départements et rencontrer
des artisans pour connaître leurs problèmes, répondre à leur attente et suivre
les évolutions économiques (APCM).
Intervenir dans les établissements scolaires pour promouvoir l’artisanat et susciter des vocations.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Représenter la structure auprès des partenaires pour mieux faire connaître et reconnaître l’artisanat, présenter les positions et points de vue du secteur, faire des propositions d’actions ou d’interventions.
Maîtriser le fonctionnement des institutions et l’exercice des principales fonctions
du mandat : animation, information-communication, prise de décision, négociation
et suivi de projet.
Faire preuve de persévérance, d’esprit de persuasion et de force de conviction dans
les échanges avec les élus politiques (par exemple, pour les convaincre d’améliorer
la réalité très concrète de la situation des artisans et de leur conjointe - reconnaissance du statut de conjoint, des entreprises artisanales).
Savoir s’entourer de collaborateurs compétents et fiables qui motivent leur propositions ; s’assurer que celles-ci soient bien en phase avec la politique générale de
l’instance ; viser et contrôler les dépenses.
Savoir prendre du recul pour relativiser l’urgence imposée par l’actualité.
Être réactif et pouvoir s’adapter à une situation non prévue.
Créer un climat de confiance tout en assurant et assumant sa posture de dirigeant
(Pdt.).
SAVOIRS ASSOCIÉS
Économie et sociologie des entreprises artisanales.
Économie résidentielle et artisanat.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
104 • Mandascop • 2012.01
EST 12
Réseau relationnel
8
9
Établissements
locaux d’enseignements secondaires,
techniques,
professionnels,
CIO
7
ISM
IN
TE
Artisanat
et Universités
TE
UR
S
2
Groupes
parlementaires
politiques
U
OC
RL
1
Cabinets
des ministres
compétents
6
Organisations
professionnelles
(UPA,
CAPEB,
CGAD,
CNAMS…)
mandataire
3
CESER
5
4
rc
ci
onstance
Conseil régional,
conseil général,
DIRECCTE
ADEME,
agence Artisanat
et Universités,
bassins versants
s
1
Recueillir des informations, confronter les points
de vue sur les projets de texte envisagés et propositions de modifications.
2
Présenter des propositions de loi et convaincre
les parlementaires de les voter (Pdt. APCM).
3
Échanger avec le groupe artisanat.
4
Négocier le périmètre des projets et le montant
de leur financement.
5
S’appuyer en ressources méthodes pour la
construction et le pilotage des projets.
6
Recenser des besoins des entreprises en matière
de développement durable.
7
Être formé aux mandats, former les mandataires,
des chefs d’entreprise.
8
Les visiter pour faire connaître et promouvoir les
métiers de l’artisanat auprès des élèves.
9
Contribuer à leur ingénierie de formation et à
leur veille.
Mandascop • 2012.01 • 105
DIALOGUE SOCIAL
DSO 10
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Institutions
représentatives
du personnel
Administration
d’un établissement
public
Représenter le
personnel au conseil
d’administration
d’un établissement
public
CA des établissements publics
dont les salariés sont soumis
au droit privé (epic, epsms, …)
CA des établissements publics
(epa, epsms, epscp …)
Conseil de surveillance
des établissements publics
de santé
Missions du mandataire
Donner son avis sur le projet de convention ou contrat d’objectifs soumis à la signature avec la ou les tutelles, les grandes
orientations en matière d’activité, les grandes modifications
d’organisation de l’établissement, la politique immobilière,
le budget prévisionnel, le mandat de gestion effectuée par la
direction.
Contribuer à la réflexion sur la finalité de l’organisme et discuter
de la pertinence et de la cohérence des projets, des activités
et des modes de financement et de fonctionnement au regard
de cette finalité.
Proposer des ajustements ou des alternatives tant sur les
objectifs que sur les moyens en fonction de l’intérêt collectif
des salariés et de l’organisme au regard de sa finalité de service public.
Profil du mandataire
Les mandataires ont une bonne compréhension et un intérêt
pour la mission de service public assumée par l’établissement,
une capacité à comprendre le rôle de l’établissement au sein du
système dans lequel il s’inscrit, une motivation et une capacité
à représenter l’intérêt des salariés face aux décisions susceptibles de les toucher.
La mandataire peut appartenir à l’une ou l’autre des diverses
catégorises professionnelles existant au sein de l’établissement.
Diversité des fonctions
dans les instances
Le mandat au CA ne comporte pas de suppléant. Les fonctions
exécutives et opérationnelles sont exclusivement réservées à
la direction et à certains membres de l’administration. Il est
exceptionnel que le conseil d’administration délègue une fonction associant les administrateurs salariés.
Lorsque la délégation salariée comporte suffisamment de
membres, en particulier relevant d’un même syndicat, ceux-ci
peuvent convenir d’une répartition des rôles.
La loi accorde un crédit de 15 heures par mois au minimum
pour exercer les fonctions d’administrateur.
Temps investi dans les mandats
Durée des mandats : de trois à cinq ans, renouvelable (quand
un élu démissionne, le suivant sur la liste prend la place).
Le CA se réunit généralement trois à quatre fois par an. Les
ordres du jour sont souvent chargés et accompagnés d’une
grande quantité de documents (de 50 à 300 pages) remis une
dizaine de jours auparavant. Une réunion préparatoire peut être
organisée par la direction selon les usages pour débroussailler
les problèmes et obtenir des explications nécessaires. Il faut une
à trois journées pour préparer chaque réunion du CA (enquête
de terrain, documentation, élaboration de positions…) ; quatre
à cinq heures pour la réunion du CA ; trois ou quatre heures
pour faire un compte-rendu écrit ; une à deux journées pour
rendre compte de son mandat selon la taille et la dispersion de
l’établissement ; soit entre trois et cinq jours par CA.
Conditions d’accès aux mandats
Au CA, le mandataire est élu par le personnel sur des listes
soutenues par les organisations syndicales.
Pour le conseil de surveillance, il est désigné par le comité
technique d’établissement parmi ses élus.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les instances représentatives du personnel :
CE, CTE, CHSCT, DP.
Les autorités de tutelles.
Les organisations représentant les professionnels et la société
civile concernés par le champ d’intervention de l’établissement.
D’autres établissements publics partenaires.
Mandascop • 2012.01 • 107
DSO 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Se préoccuper d’obtenir les informations
en temps et en heure, en sollicitant au
besoin la direction.
Faire rapidement un CR résumant les
points importants des débats, les positions défendues et les principales décisions, du point de vue de son organisation,
pour informer l’ensemble des salariés,
dans le respect de l’obligation de réserve à
laquelle les membres du CA sont astreints.
Lire attentivement le PV de la séance précédente, échanger au sein de sa délégation sur les points de désaccord, prévoir
une intervention si nécessaire pour obtenir
des rectificatifs.
Recouper les informations et les argumentations avec d’autres sources, en
s’informant et en se construisant une
documentation personnelle, pour se forger un point de vue critique sur les sujets
méconnus ou estimés importants.
Solliciter l’avis des autres membres de sa
délégation et de son organisation sur les
sujets stratégiques, notamment les sujets
impactant les missions, les activités, les
modes d’organisation et de financement
de l’établissement (exemple d’un projet de
transformation du mode de financement
induisant une relation de dépendance
avec des entreprises que l’établissement
a pour mission d’évaluer).
Mener une enquête de terrain auprès d’un
service de l’établissement pour apprécier
les conséquences des projets présentés
sur l’activité de l’établissement et la réalisation de sa mission de service public
et les tensions possibles entre l’intérêt
général de l’établissement et les intérêts des salariés (exemple d’un projet de
regroupement de l’activité au détriment
de certains sites).
Se concerter et se coordonner avec les
autres délégations pour confronter et
rapprocher les points de vue sur les sujets
importants.
Rapporter l’essentiel des débats à la section syndicale.
Échanger entre administrateurs élus et
avec les autres élus et représentants du
personnel au sein des autres instances
représentatives (CE, CHSCT, DP), et plus
largement avec les salariés pour capter
les informations utiles et aider chacun à
bien comprendre dans quel environnement
évolue l’établissement.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Contribuer par ses propositions à l’amélioration du fonctionnement du conseil
d’administration (qualité de l’information
fournie et délai de transmission, préparation des réunions, organisation des ordres
du jour, communication institutionnelle
interne et externe…).
Convaincre suffisamment d’autres administrateurs pour pouvoir convoquer au
besoin un CA extraordinaire sur un sujet
estimé essentiel et/ou urgent.
Participer le cas échéant à une réunion
préparatoire avec la direction pour mieux
cerner les points à débattre et obtenir des
informations complémentaires.
Participer à des journées de formation
s’adressant aux administrateurs proposées par l’établissement ou l’autorité de
tutelle pour s’informer des évolutions du
cadre institutionnel et des réformes en
cours ou à venir.
Traduire les attentes envers les missions
de service public de l’établissement du
point de vue de l’intérêt général non seulement des salariés de l’établissement
mais aussi plus largement des citoyens.
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Participer à des rencontres nationales des
administrateurs d’établissements publics
à l’initiative du syndicat afin d’échanger
sur les pratiques des uns et des autres
dans le contexte de chacun, les tendances
d’évolution de l’environnement des différents types d’établissements publics
dans leurs champs respectifs, les actions
possibles.
Alimenter la réflexion collective au sein de
son organisation sur la base des informations et analyses tirées de l’exercice de
son mandat, afin de construire des positions à défendre sur les grands dossiers
d’actualité.
Traduire en termes compréhensibles par
les non-spécialistes les enjeux socioéconomiques sous-jacents aux réformes
touchant l’établissement public concerné
et les autres établissements publics tels
que celui-ci.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Préparer des déclarations communes avec
d’autres administrateurs élus.
Savoir s’appuyer sur les administrateurs plus expérimentés et les personnes ressources
de son organisation, en particulier lors de son premier mandat.
Participer aux réunions
Traduire les orientations de son organisation en positions à défendre dans le fil des
débats de l’instance.
Étayer son propos par des arguments
factuels, s’appuyant notamment sur la
réalité du travail des salariés de l’établissement, afin que les missions confiées
à l’établissement soient conformes à sa
finalité et que les objectifs et les moyens
soient en cohérence.
Insister au besoin pour que figure au PV
le point de vue que l’on vient d’exprimer.
Saisir la distinction entre l’intérêt des salariés et l’intérêt de l’établissement du point
de vue de ses missions de service public.
Lire et analyser des documents, y compris techniques, juridiques ou financiers, de
manière à se forger un point de vue autonome.
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation, parmi
les représentants du personnel et les salariés de l’établissement et plus largement au
sein de l’environnement professionnel et institutionnel de l’établissement.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Missions et fonctionnement de l’établissement, et plus largement son environnement
institutionnel : fonctionnement des institutions, rôles et jeux des tutelles et des autres
acteurs, LOLF, les programmes de la LOLF dans lesquels est impliqué l’établissement,
la manière dont les contrats d’objectifs sont élaborés.
Voir aussi les activités et compétences communes.
108 • Mandascop • 2012.01
DSO 10
Réseau relationnel
7
Représentants
de la direction
IN
TE
TE
UR
2
S
Autres
administrateurs
personnes qualifiées
et/ou représentant
la direction
U
OC
RL
1
Autres
administrateurs
salariés
6
mandataire
Conseils extérieurs
du CE (juristes,
économistes…)
3
Personnes
ressources internes
ou externes
5
4
Section syndicale
Syndicat
rc
ci
1
2
3
4
onstance
Salariés
de l’établissement
s
Se répartir le travail de préparation des réunions, la prise de notes, les comptes-rendus…
Rendre compte du mandat via les supports à
disposition (panneau d’affichage, site Intranet…)
sur les sujets traités et les positions exprimées.
Discuter des positions à tenir, rechercher une
position commune sur certains dossiers jugés
stratégiques pour les salariés.
Rechercher une position commune vis-à-vis de
la tutelle sur certains dossiers jugés stratégiques
pour l’établissement.
5
Échanger avec les salariés pour recueillir toutes
informations utiles en lien avec les orientations
et le fonctionnement de l’établissement, se faire
expliquer certains problèmes, rendre compte
de son mandat.
Transmettre des informations aux salariés pour
leur permettre de comprendre dans quel environnement évolue l’établissement et les enjeux
qui le concernent.
Se rapprocher des personnes qui peuvent
apporter un éclairage sur des questions techniques, en lien avec le champ d’intervention de
l’établissement.
Échanger avec les membres de la section syndicale et les autres représentants et responsables
syndicaux au sein de l’organisme et au-delà sur
les sujets débattus ou pouvant être débattus
au sein du CA.
6
Consultation d’experts en cas de doute sur une
question de droit ou autres.
Échanger avec des administrateurs salariés
d’autres organismes via le syndicat pour partager l’expérience sur les règles de gestion des
EP et autres problématiques communes.
7
En cas de circonstances particulières, alerter
la direction sur un problème important en tant
qu’administrateur salarié tout en évitant de
court-circuiter les autres instances éventuellement concernées (CE, CHSCT, DP).
Mandascop • 2012.01 • 109
DIALOGUE SOCIAL
DSO 11
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Institutions
représentatives
du personnel
Participation à une
démarche globale
de prévention
des risques
professionnels et
d’amélioration des
conditions de travail
Préventeur hygiène,
santé, sécurité
et conditions
de travail dans
l’entreprise ou
sur un site
CHSCT
Missions du mandataire
Veiller à l’observation des prescriptions légales.
Participer à l’élaboration de l’avis collégial donné après les
informations obligatoires faites par l’employeur et contribuer à
l’évaluation des risques professionnels effectuée par celui-ci.
Faire des propositions sur les mesures de prévention à mettre
en œuvre en vue de réduire ou supprimer le risque et d’améliorer les conditions de travail.
Diversité des fonctions
dans les instances
Secrétaire de CHSCT : établit l’ordre du jour avec l’employeur
qui préside le CHSCT, rédige le PV des réunions, utilise les
moyens matériels nécessaires à l’exercice de sa mission mis
à sa disposition par l’employeur.
Aucun texte ne prévoit de suppléants, dont la désignation
dépend des usages ou d’un accord.
Susciter toute initiative visant à promouvoir la prévention des
risques.
Conduire des visites régulières, ou des enquêtes en cas
d’accident grave du travail ou de danger grave ou imminent.
Profil du mandataire
Le mandataire est choisi en fonction de l’intérêt qu’il porte aux
questions de santé au travail et à l’évaluation des risques auxquels sont exposés les salariés, et d’une bonne connaissance
du fonctionnement de l’établissement et de l’organisation du
travail des différents secteurs. Il aura à analyser et étudier des
problèmes de conditions de travail, de sécurité et de santé au
travail, en relation avec toutes les catégories professionnelles
de l’entreprise ainsi qu’avec des intervenants extérieurs.
Conditions d’accès aux mandats
Les membres de la délégation du personnel au CHSCT sont
désignés par un collège constitué par les membres élus titulaires du comité d’entreprise et les délégués du personnel.
Temps investi dans les mandats
Durée du mandat en CHSCT : deux ans, renouvelables.
Le CHSCT se réunit au moins une fois par trimestre ainsi qu’à
la suite de tout accident ayant entraîné ou ayant pu entraîner
des conséquences graves, ou à la demande de deux membres
du comité.
Les représentants du personnel disposent d’un crédit d’heures
minimum et global de délégation de 2 heures à 20 heures par
mois (selon l’effectif de l’établissement), qu’ils peuvent répartir
entre eux. Le temps passé aux réunions du comité ou dans
des circonstances exceptionnelles aux enquêtes menées en
situation d’urgence n’est pas décompté du crédit d’heures.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les instances représentatives du personnel : CE (DSO 13), CTE
(fonction publique), délégué du personnel (DSO 14).
Les instances de la santé au travail (PSS 30, PSS 31).
Les représentants du personnel au CHSCT bénéficient de la formation nécessaire à l’exercice de leurs missions. La formation a
pour objet de présenter les missions de l’instance, les modalités
de son fonctionnement, et les moyens donnés au mandataire
pour exercer son mandat tel que définis par la réglementation.
Différents éléments de méthodologie, des outils d’évaluation
des risques professionnels, des grilles d’analyse d’accidents
du travail sont présentés lors de séance de travaux pratiques
qui facilitent leur appropriation en lien avec la spécificité des
activités de leur entreprise/établissement. Cette formation est
renouvelée après quatre années de mandat.
Mandascop • 2012.01 • 111
DSO 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Être à l’écoute des salariés (information,
conseil, recueil des problèmes et des difficultés, assistance…), notamment lors de
la visite des lieux de travail.
Visiter les installations et les locaux, interroger les salariés sur les sites - y compris la
nuit et le week-end - sur les difficultés éventuelles rencontrées sur leur poste de travail.
Vérifier la conformité des installations avec
la réglementation.
Identifier et évaluer les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés
de l’entreprise et les travailleurs temporaires,
et les risques qui résultent de la co-activité
avec des entreprises sous-traitantes.
Tenir une réunion préparatoire avec les
délégués du personnel (DP) pour échanger
les informations utiles.
Recouper les informations et les argumentations avec d’autres sources, en
s’informant et en se construisant une
documentation personnelle, pour se forger
un point de vue critique sur les risques méconnus ou en progression (RPS, TMS…).
Construire une stratégie sur la mise en
œuvre du programme de prévention en
hiérarchisant le traitement des risques
professionnels à partir de critères relatifs
à la dangerosité des situations de travail.
Suivre avec l’aide des élus CE/CCE les
informations concernant l’activité de l’entreprise.
Adresser à l’employeur, avec un autre
membre du comité, une demande motivée
pour la tenue d’une réunion extraordinaire
si nécessaire.
Mener une enquête après un accident ou
des incidents répétés.
Prendre la parole et exprimer un avis en
recherchant la formation d’une majorité,
faire en sorte qu’il figure au procès-verbal.
Étayer son propos sur la base d’arguments
factuels, objectifs, réglementaires et d’observations des situations de travail pour
promouvoir l’amélioration des conditions
de travail des salariés intervenant dans
l’établissement.
Voter les résolutions et les décisions.
Veiller à ce que la plus grande liberté règne
dans les débats (secrétaire).
Informer et former
Restituer auprès de l’instance les résultats
des évaluations des risques, de l’analyse
des conditions de travail, des accidents et
maladies professionnelles pour déclencher
des actions de prévention.
Afficher le PV de réunion du CHSCT accompagné de commentaires si besoin.
Se former, grâce aux formations obligatoires et syndicales, de façon à maintenir
une capacité d’anticipation et de réaction
sur les nouveaux risques professionnels, à
garder un regard objectif sur les faits qui
constituent le quotidien du travail.
Informer les personnels de leurs droits et
obligations et des mesures collectives et
individuelles qui les protègent, telles que
le port des équipements de protection
individuelle, le droit de retrait.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Engager le comité dans l’analyse des
conditions de travail et l’évaluation de nouveaux risques notamment pour l’élaboration du programme annuel de prévention.
Faire appel le cas échéant à des intervenants extérieurs, s’enrichir à leur contact
en les accompagnant dans l’exercice de
leurs missions.
Contribuer aux réflexions et à l’élaboration
de projets, à la mise en œuvre et au suivi
de plans d’action auprès des salariés ;
proposer la mise en place de groupes de
travail relatifs à des risques professionnels
plurifactoriels qui questionnent l’organisation de travail.
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Contribuer à l’appropriation par l’organisation des enjeux de santé des salariés
au travail et hors travail.
Participer aux échanges entre mandataires
des instances de la santé au travail, au
niveau régional et fédéral.
Réunir les CHSCT de sa branche au niveau
régional pour confronter les pratiques des
mandataires et élaborer des priorités.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Se positionner en tant que représentant de l’ensemble des salariés, en déchiffrant des
antagonismes possibles entre intérêts individuels et intérêts collectifs, en établissant
une relation de confiance et en restant en contact avec le terrain.
Lire attentivement le PV de la séance précédente, échanger au sein de sa délégation sur les points de désaccord, prévoir
une intervention si nécessaire.
Appliquer les méthodes d’analyse et d’évaluation, gérer les dossiers du comité en
mode projet.
Établir l’ordre du jour avec l’employeur ou
son représentant au comité (secrétaire).
Analyser les causes organisationnelles des conditions de travail dégradées et des facteurs
de risques susceptibles de provoquer un dommage physique ou psychologique des salariés.
S’appuyer sur les mandataires plus expérimentés et les personnes ressources de son
organisation, en particulier lors de son premier mandat.
Participer aux réunions
Identifier les dangers graves et imminents afin d’exercer un droit d’alerte.
Faire prendre en compte les modifications à apporter au PV pour faire acter
les positions de son organisation et les
engagements de l’instance.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Connaître précisément les droits et prérogatives réglementaire du CHSCT, du DP, du
délégué de site.
Élaborer des propositions d’actions de
prévention.
Connaître et distinguer précisément les niveaux de responsabilité des acteurs de
l’entreprise et des acteurs externes, notamment des entreprises sous-traitantes, en
matière de prévention.
Écouter, prendre des notes, noter les
points sur lesquels revenir dans le débat.
S’approprier les concepts sociologiques et modèles en matière d’organisation du
travail pour comprendre les situations de travail et leur contexte.
Voir aussi les activités et compétences communes.
112 • Mandascop • 2012.01
DSO 11
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
1
TE
Salariés
de
l’établissement
UR
S
2
Délégué
syndical,
DP,
section
syndicale
mandataire
rc
ci
onstance
3
Préventeurs
internes et
externes ; organismes
techniques ; experts ;
organisations locales,
départementales,
régionales
4
Inspecteur
du travail
s
Rendre compte du mandat via les supports à
disposition (panneau d’affichage, site intranet…)
sur les sujets traités et les positions exprimées.
1
Échanger avec les salariés pour recueillir toutes
informations utiles en lien avec les orientations
et le fonctionnement de l’établissement, se faire
expliquer certains problèmes, rendre compte de
son mandat.
Transmettre des informations aux salariés pour
leur permettre de comprendre dans quel environnement évoluent l’établissement et les enjeux qui
le concernent.
2
Échanger sur les sujets débattus ou pouvant
être débattus au sein du CHSCT.
3
Les consulter dans le cadre d’activités régulières.
4
L’informer de la situation dans l’entreprise, souhaiter sa participation aux réunions si cela s’avère
utile.
Mandascop • 2012.01 • 113
DIALOGUE SOCIAL
DSO 12
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Institutions
représentatives
du personnel
Action sociale pour
le personnel de la
fonction publique
d’État
répartir le budget
interministériel
de l’action sociale et
en suivre l’utilisation
CIAS
SRIAS
Missions du mandataire
Tant au niveau national qu’à l’échelon déconcentré :
Proposer les orientations de l’action sociale interministérielle,
les actions à entreprendre et leur financement.
Diversité des fonctions
dans les instances
Président, co-animateur de commission, titulaire, suppléant, expert ; un titulaire du CIAS est désigné par son organisation pour
animer l’activité de l’ensemble des mandataires CIAS-SRIAS.
Proposer la répartition des crédits.
Au niveau national :
Exercer le suivi de la gestion de l’action sociale interministérielle en :
• participant au pilotage de la mise en œuvre des mesures de
déconcentration de l’action sociale interministérielle et en
évaluant les résultats,
• rendant un avis sur la mise en œuvre et la gestion des prestations interministérielles d’action sociale gérées au niveau
national,
• étant destinataire des rapports annuels de ses sections
régionales (les SRIAS) et en adoptant lui-même un rapport
annuel présentant, notamment, une synthèse de ces rapports.
Exercer une fonction d’observation des réalisations et des
projets ministériels dans le domaine de l’action sociale et de
leurs incidences financières.
Profil du mandataire
Il est choisi en fonction de son intérêt, de son implication et sa
pratique sur les questions sociales relatives au logement, à la
famille, les loisirs, la restauration collective, la petite enfance,
la culture, le sport…
Conditions d’accès aux mandats
Le mandataire est désigné par son organisation, nationale ou
régionale.
Temps investi dans les mandats
Le mandat est de trois ans renouvelable.
Quatre réunions plénières par an d’une demi-journée précédée
d’une demi-journée de préparation et de compte-rendu pour
le collège syndical.
Chaque plénière est précédée de la réunion de cinq commissions permanentes préparatoires (logement ; restauration ;
famille - enfance, culture, loisirs, sports, vacances et retraités)
suivi des sections régionales interministérielles d’action sociale
budget. La participation minimale d’un conseiller est donc de
20 jours par an, avec la préparation.
Chaque commission délègue des activités à des groupes de
travail.
Le temps passé est variable selon la fonction exercée (président ou titulaire ou titulaire en charge d’une co-animation de
commission).
Il peut aussi varier d’un mi-temps pour le titulaire qui participe
à l’animation à un plein temps pour un président de section
régionale ou du CIAS.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Instances du dialogue social dans la fonction publique : Conseil
supérieur de la fonction publique, au niveau central.
Direction générale de l’administration publique (DGAFP).
Le président de l’instance est élu sur proposition des organisations syndicales siégeant dans l’instance.
Mandascop • 2012.01 • 115
DSO 12
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Réunir les mandataires titulaires, suppléants et experts de son organisation
pour préparer les commissions ; sessions
(CIAS, commissions, groupes de travail).
Transmettre régulièrement un bilan d’étape
à tous les membres de la SRIAS.
Faire le bilan de son activité et rendre des
comptes financiers tous les trimestres à
la CIAS.
Rencontrer la DGAFP pour recueillir les
données nécessaires à leur information
ainsi que les demandes et besoins des
SRIAS.
Adresser une lettre régulière aux mandataires des SRIAS de son organisation ; un
bulletin annuel reprenant toute la politique
du syndicat en matière d’action sociale.
Anticiper l’impact des réductions de place
en crèche sur la forte augmentation des
CESU et ces incidences budgétaires ; travailler avec la DGAFP sur l’adaptation des
tranches de rémunérations pour répondre
à cette forte demande ; suivre la consommation des crédits.
Promouvoir des expériences innovantes
initiées dans certaines SRIAS en invitant
leur président à les présenter en réunions
plénières.
Faire le point avec l’Agence nationale des
chèques vacances (ANCV) pour suivre
l’utilisation des chèques-vacances.
Contribuer à l’amélioration
de la mission de l’instance
Élaborer l’ordre du jour entre les co-animateurs pour les commissions et les groupes
de travail ou par le président pour le CIAS
et la DGAFP.
Former les mandataires d’autres instances
sur l’action sociale, l’hygiène et la sécurité.
Innover dans les propositions de la commission des loisirs en matière sportive et
culturelle tout en restant dans le cadre de
la circulaire interministérielle sur l’action
sociale.
Participer aux réunions
À partir d’un ordre du jour, les mandataires
mènent leur activité sur chaque thématique en prenant en compte les besoins
des personnels et les positions de leur
organisation syndicale, mais aussi en
fonction des enjeux sociétaux.
Rechercher le consensus entre les organisations syndicales pour émettre un avis
sur les sujets débattus.
Participer aux cinq commissions pour
coordonner le contenu des interventions
des mandataires.
Chercher la cohérence et l’unité en matière
de propositions communes pour élaborer
un budget prévisionnel et le gérer.
Privilégier l’interministériel, qui permet
par la mutualisation des ressources de
construire une offre plus diversifiée, à la
mise en avant de son organisation ; mesurer l’impact des orientations nationales sur
le terrain des SRIAS ; et prendre en compte
les initiatives régionales.
Veiller à ce que le budget soit débloqué
en temps utile et l’employer à une utilisation optimale pour répondre aux besoins
sociaux (par exemple dans le cas où la
construction de restaurants inter-administratifs est différée, en reportant le budget
non consommé sur d’autres postes).
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Alimenter la réflexion collective au sein
de son organisation, par exemple sur les
enjeux de l’action sociale et les niveaux de
sa mise en œuvre, les besoins des agents.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Être sensible aux besoins des agents dans le domaine de l’action sociale.
Se documenter en utilisant des études sociologiques sur l’action sociale ; consentir
un investissement/ temps important pour ce faire.
S’appuyer sur l’expérience des mandataires ayant de l’ancienneté pour bénéficier
de leur expérience.
Identifier les partenaires pertinents dans la conduite des actions et des projets ; les
structurer à partir de cas concrets (par exemple, favoriser la construction d‘un logiciel
de réservation des logements et de places en crèche avec la CAF).
Informer et former
Rechercher l’échange et le partage dans le cadre d’un travail collectif.
Valider le compte-rendu préparé par le
secrétariat administratif (président CIAS
et SRIAS ou les co-animateurs de commissions) avant envoi aux participants.
Rechercher des synergies syndicales entre l’organisation à l’échelon national et l’échelon régional pour harmoniser les positions.
Employer les outils permettant l’échange
entre le CIAS et les SRIAS (intranet central, sites hébergés par les préfectures
de région…).
Animer le réseau régional et départemental de l’action sociale pour recenser les
besoins et les dysfonctionnements.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Histoire, organisation, fonctionnement et financement de l’action sociale.
Code des marchés publics.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
116 • Mandascop • 2012.01
DSO 12
Réseau relationnel
7
Bailleurs
sociaux
IN
TE
U
OC
RL
TE
1
2
UR
Service technique
de la DGAFP
S
Plate-forme RH
de la préfecture et
pilotage par délégation du ministre
6
mandataire
CAF
3
Les autres
mandataires
de sa délégation
5
Fonction publique
hospitalière
4
rc
ci
onstance
s
Consulter des dossiers documentés, des comparatifs entre fonctions publiques.
1
Fonction publique
territoriale
Les mandataires
des autres organisations au sein du
collège
Échanger sur la faisabilité de mise en œuvre
de nouveaux projets.
Construire des outils qui permettent d’affiner
des bilans dans le cas de modification importante dans le choix des prestations.
2
S’appuyer sur les compétences juridiques et
administratives pour la rédaction des conventions avec les prestataires.
3
Préparer les réunions et se répartir les interventions en fonction des thématiques abordées
en lien avec l’expérience acquise au sein de la
commission spécialisée.
4
Confronter les positions de chaque organisation
et se mettre d’accord sur un socle commun en
vue d’obtenir l’accord de l’administration.
5
Recherche de documentation sur le CESU
et les pratiques de cette administration en la
matière.
6
Valoriser, harmoniser, mutualiser les bonnes
pratiques.
7
Co-construire une méthode et des outils qui
permettent d’identifier, les bailleurs, les prestataires.
Mandascop • 2012.01 • 117
DIALOGUE SOCIAL
DSO 13
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Institutions
représentatives
du personnel
Consultation
et information
des représentants
du personnel
Assurer
l’expression
collective
des salariés
Comité d’entreprise (CE)
Comité central
d’entreprise (CCE)
Délégation unique
du personnel (DUP)
Missions du mandataire
Le suppléant siège en tant que remplaçant d’un titulaire absent,
avec les mêmes prérogatives, soit en qualité de suppléant
seulement.
Assurer l’expression collective des salariés sur la gestion de
l’entreprise dans ses multiples aspects sociaux et économiques,
en émettant des avis sur les informations et les consultations.
Le délégué unique du personnel (DUP) exerce à la fois les
missions du DP et du CE (et du CHSCT) en l’absence de ces
institutions.
Répondre aux consultations prévues par les textes dans le
cadre de licenciements économiques, sur la durée du travail,
la formation professionnelles, etc.
Dans les entreprises de moins de 200 salariés l’employeur
peut décider, après consultation des IRP, que les délégués du
personnel (DP) constituent la délégation unique du personnel
(DUP) au comité d’entreprise. Les deux instances conservent
l’ensemble de leurs attributions.
Assurer ou contrôler la gestion des activités proposées aux
salariés de l’entreprise et à leur famille dans le domaine social
et culturel.
Temps investi dans les mandats
Profil du mandataire
Le représentant du personnel a une bonne connaissance du
fonctionnement économique de l’entreprise et des activités
réalisées par les salariés. Il doit dialoguer régulièrement avec
l’employeur sur un ensemble de thèmes économiques et
sociaux et faire des propositions sur la gestion de l’entreprise,
sur son développement économique, son organisation, l’emploi
et la formation du personnel. Pour ce faire, il s’investit dans un
rôle de représentant de toutes les catégories professionnelles
salariées de l’entreprise ou bien y intervenant (intérimaires, soustraitants), et entretient des relations suivies avec des experts
extérieurs (commissaire aux comptes, inspecteur du travail…).
Conditions d’accès aux mandats
Les membres du CE ou du CCE sont élus. Les membres
titulaires élus pour la première fois bénéficient d’un stage de
formation et d’un recyclage après quatre ans.
Durée des mandats en CE ou CCE: quatre ans, renouvelables et
cumulables avec d’autres mandats de représentant du personnel.
Les représentants du personnel disposent d’un crédit d’heures
maximal et individuel de 20 heures par mois (ce nombre peut
être augmenté par usage, accord d’entreprise ou convention
ainsi que dans des circonstances exceptionnelles). Les activités imputables ou non au crédit d’heures sont définies par
la réglementation.
Dans les entreprises de plus de 300 salariés, le représentant
syndical au CE bénéficie également de 20 heures de délégation.
Les élus peuvent, durant leurs heures de délégation, se déplacer librement dans et hors de l’entreprise et y prendre tous les
contacts nécessaires à l’accomplissement de leur mission.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les instances représentatives du personnel : CHSCT (DSO 11),
le délégué du personnel (DSO 14).
Les instances de la santé au travail (PSS 30, PSS 31).
Diversité des fonctions
dans les instances
Les organes dirigeants de l’entreprise : conseil d’administration (DSO 10).
Secrétaire de CE ou CCE : élu parmi les membres titulaires, il
représente la délégation des salariés du comité. Il établit l’ordre
du jour avec l’employeur, rédige (ou fait rédiger) le PV des réunions, utilise les moyens matériels nécessaires à l’exercice de
sa mission mis à sa disposition par l’employeur (local équipé
notamment).
Trésorier du CE ou CCE : élu parmi les membres titulaires ou
suppléants.
Membre ou président de commissions qui sont obligatoires
à partir d’un certain seuil d’effectifs de l’entreprise (formation
professionnelle, information et aide au logement, économique,
égalité professionnelle). D’autres commissions sont facultatives :
par exemple, sociale, culturelle, professionnelle, éducative.
Mandascop • 2012.01 • 119
DSO 13
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Participer aux réunions
Être à l’écoute des salariés en étant disponible pour les rencontrer sur leur lieu
de travail ou en dehors, les inviter (par
affichage) à rencontrer les élus pour faire
part de questions, de problèmes liés aux
conditions de travail.
Questionner l’employeur sur les enjeux
des évolutions de l’activité de l’entreprise
et des changements pour les salariés.
Visiter les installations et les locaux.
Étayer son propos par des arguments
factuels et objectifs concernant l’organisation du travail, l’emploi, les conditions
de travail des salariés et la situation économique de l’entreprise.
Recouper les informations et les argumentations avec d’autres sources (par
exemple, les documents communiqués
par l’employeur), en s’informant et en se
construisant une documentation personnelle, pour se forger un point de vue critique sur les faits économiques et sociaux
survenant dans l’entreprise.
Être en lien avec des experts (expertcomptable, experts techniques, économiques) sur un ensemble de sujets (gestion
de l’entreprise, emploi, formation, etc.).
Tenir une réunion préparatoire avec les élus
DP et membres CHSCT pour échanger les
informations utiles sur différents aspects
économiques et sociaux.
Adresser à l’employeur, avec un autre
membre du comité, une demande motivée
pour la tenue d’une réunion extraordinaire.
Lire attentivement le PV de la séance précédente, échanger au sein de sa délégation sur les points de désaccord, prévoir
une intervention si nécessaire.
Établir l’ordre du jour avec le président,
éventuellement sous forme de questions
pour lever toute ambiguïté sur le besoin
de réponses (secrétaire).
Tenir l’agenda du comité et en archiver la
documentation (PV, rapports…) (secrétaire).
Voir aussi les activités communes.
120 • Mandascop • 2012.01
Prendre la parole et exprimer un avis en
recherchant la formation d’une majorité,
faire en sorte qu’il figure au procès-verbal.
Voter les avis et les décisions, notamment
en cas de recours au droit d’alerte lorsque
la situation de l’emploi le justifie.
Veiller à ce que la plus grande liberté règne
dans les débats (secrétaire).
Informer et former
Maintenir, par la formation permanente,
une capacité d’anticipation et de réaction
sur les évolutions de l’entreprise et les
changements qui suscitent des préoccupations de la part des salariés.
Afficher le compte-rendu de réunion sur le
panneau prévu à cet effet enrichi, si besoin
est, d’un commentaire sur un thème visant
à le mettre en perspective dans le temps
et un contexte donné.
Contribuer à l’amélioration
du fonctionnement
de l’instance
Engager le comité dans l’analyse des
évolutions économiques de l’entreprise
et de leurs conséquences prévisibles sur
l’emploi, les salaires, la formation professionnelle pour le rendre responsable et acteur dans le traitement de ces questions.
Participer à la construction d’une stratégie
qui dégage les priorités d’intervention en
matière de salaire, de maintien de l’emploi,
de durée du travail, de formation professionnelle des salariés.
Anticiper les évolutions socio-économiques de la branche professionnelle et
leurs conséquences en matière d’emploi
et de transformation des filières métier,
du groupe, de l’entreprise pour adapter
le contenu du plan de formation professionnelle à ces mutations et préserver
l’emploi qualifié.
Mobiliser des experts pour avoir des
points de vue objectifs et bien documentés sur les questions à traiter.
Contrôler la mise en œuvre et le suivi des
décisions.
Représenter, avec un mandat exprès, le
CE/CCE pour ester en justice.
Coordonner les activités du bureau et des
commissions (secrétaire).
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Élaborer des propositions visant l’amélioration de l’organisation du travail, de la
qualité de l’emploi et son maintien, de la
formation professionnelle, et des propositions d’actions.
Participer aux échanges entre élus des
comités se situant à différents niveaux de
l’entreprise, du groupe.
Témoigner des pratiques de représentant du personnel et des enjeux qu’elles
portent auprès des instances de coordination/direction à l’échelon local, régional, fédéral, etc. et transmettre un savoir
d’action qui tienne compte des problèmes
concrets des salariés.
DSO 13
COMPÉTENCES
savoir-faire
Écouter les salariés parler de leur travail et laisser s’exprimer la diversité des situations vécues.
S’appuyer sur les mandataires plus expérimentés et les personnes ressources de
son organisation, de son union locale, de sa fédération, en particulier lors de son
premier mandat.
Préparer, participer et rendre compte des réunions avec l’employeur de façon pédagogique pour être compris de tous.
Anticiper et gérer les conflits en imaginant plusieurs scénarii de résolutions en choisissant le plus consensuel entre les différentes positions des parties prenantes.
Se positionner en tant que représentant de l’ensemble des salariés, en déchiffrant des
antagonismes possibles entre intérêts individuels et intérêts collectifs, en établissant une
relation de confiance, en restant en contact avec le terrain, en surmontant les conflits.
Rédiger des communications claires et précises à destination des salariés en utilisant les applications bureautiques pour restituer les négociations, les consultations
et débats qui ont lieu avec l’employeur.
Rechercher la documentation économique, juridique et financière dans les journaux et
revues spécialisées, les sites Internet, sur les évolutions de la branche professionnelle,
la stratégie financière du groupe, de l’entreprise, les décisions de l’AG des actionnaires.
Analyser très précisément les enjeux de l’entreprise sur l’emploi, les conditions de
travail, l’environnement à travers son activité économique, ses projets d’investissements, de réorganisations.
Rédiger un cahier des charges pour définir l’intervention de l’expert.
Identifier les situations préoccupantes conduisant à exercer un droit d’alerte économique avec le concours d’un expert économique du CE/CCE.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Connaître précisément les droits, prérogatives réglementaires, fonctionnement et
attributions du CE/CCE, du délégué de site.
Connaître la réglementation du travail légale et conventionnelle (convention collective,
accords de branche et d’entreprise) ; savoir s’orienter sur les sites juridiques internet
pour faire le point sur l’état de la jurisprudence d’un domaine particulier.
Connaître les principes généraux de gestion de l’entreprise, d’organisation du travail
pour comprendre les situations de travail et leur contexte dans l’entreprise.
Connaître et distinguer précisément les niveaux de responsabilités des acteurs de
l’entreprise et des acteurs externes en matière de gestion et d’organisation.
Connaître la liste des experts agréés.
Connaître la démarche de son organisation, de sa fédération.
Voir aussi les compétences communes.
Mandascop • 2012.01 • 121
DSO 13
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
TE
1
UR
Salariés
2
3
S
Section syndicale
6
mandataire
Fédération
Experts
externes, organismes
techniques
Inspecteur du travail
5
4
Inspecteur
du travail
rc
ci
onstance
s
Rendre compte du mandat via les supports à
disposition (panneau d’affichage, site intranet…)
sur les sujets traités et les positions exprimées.
1
Échanger avec les salariés pour recueillir toutes
informations utiles en lien avec les orientations et
le fonctionnement de l’établissement, se faire expliquer certains problèmes, formuler des questions à
poser à l’employeur, rendre compte de son mandat.
Transmettre des informations aux salariés pour
leur permettre de comprendre dans quel environnement évolue l’établissement et les enjeux qui le
concernent.
2
Échanger avec les membres de la section syndicale
et les autres représentants et responsables
syndicaux sur les sujets débattus avec l’employeur
ou pouvant être débattus.
Rendre compte du mandat, informer de ses actions
et les justifier.
3
Les consulter dans le cadre d’activités régulières.
4
L’informer de la situation dans l’entreprise, le
saisir des irrégularités constatées et lui demander
de se rendre sur place pour faire les observations
de non-conformité et relever les infractions, s’il y
a lieu.
122 • Mandascop • 2012.01
Organisation locale,
départementale,
régionale
5
Consulter les spécialistes dans différents domaines : contrat de travail, conditions de travail,
élections, justice, etc.
6
Échanger les informations et élaborer des positions cohérentes entre les différents niveaux de
revendication et de négociation.
DIALOGUE SOCIAL
DSO 14
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Institutions
représentatives
du personnel
Représentation
du personnel auprès
de l’employeur
Contribuer à un
dialogue social
de proximité
Délégué du personnel
(DP)
Délégation unique
du personnel (DUP)
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Représenter le personnel auprès de l’employeur et lui faire
part de toute réclamation individuelle ou collective en matière
d’application de la réglementation du travail (code du travail,
convention collective, salaires).
Le DP occupe des fonctions supplétives en cas d’absence de
CE - voir (DSO 13), de CHSCT - voir (DSO 11) et de délégué
syndical.
Donner son avis sur la fixation des congés payés.
Faire des suggestions sur l’organisation générale de l’entreprise.
Aviser immédiatement l’employeur dans le cas d’une atteinte
aux droits des personnes ou aux libertés individuelles et, dans
ces circonstances, assister le salarié.
En l’absence de CE, remplir les attributions du CE.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Le délégué du personnel est avant tout motivé pour représenter l’intérêt des salariés auprès de l’employeur. Il a le goût du
contact avec le personnel et le sens de l’écoute. Il sait dialoguer
régulièrement avec l’employeur sur tous les aspects du contrat
de travail et de leur exécution.
Durée des mandats DP : quatre ans, renouvelables et cumulables avec d’autres mandats de représentant du personnel.
Conditions d’accès aux mandats
Le délégué du personnel (DP ou DUP) est élu.
Les DP élus pour la première fois bénéficient d’un stage de
formation et d’un recyclage après quatre ans (si ils sont réélus) lorsqu’ils exercent les missions du CE ou du CHSCT en
l’absence de ces instances.
Les représentants du personnel disposent d’un crédit d’heures
maximal et individuel de 20 heures par mois (ce nombre peut
être augmenté par usage, accord d’entreprise ou convention
ainsi que dans des circonstances exceptionnelles). Les activités imputables ou non au crédit d’heures sont définies par
la réglementation.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les instances représentatives du personnel : CHSCT (DSO 11),
CE/CCE (DSO 13).
Les instances de la santé au travail (PSS 30, PSS 31).
Mandascop • 2012.01 • 123
DSO 14
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Participer aux réunions
Informer et former
Être à l’écoute des salariés en étant disponible pour les rencontrer sur leur lieu
de travail ou en dehors, les inviter (par
affichage) à rencontrer les élus pour faire
part de questions, de problèmes liés aux
conditions de travail.
Écouter, prendre des notes, noter les
points sur lesquels revenir dans le débat.
Informer les personnels de leurs droits
et des mesures individuelles qui les
concernent (formation, emploi, etc.).
Préparer des questions écrites avec les
salariés pour la réunion mensuelle avec
l’employeur.
S’il y a lieu, étayer la réclamation par le rappel du code du travail ou de la convention
collective et en demander l’application.
Prendre la parole et exprimer un avis.
Étayer son propos par des arguments factuels et objectifs concernant des situations
individuelles au regard des contrats de
travail et de leurs conditions d’exécution.
Donner son avis une fois par an, sur le
recours à des CDD, à des contrats de
mission conclus avec une ETT sur l’année
écoulée et sur les prévisions pour l’année
à venir.
Consulter les réponses de l’employeur sur
le registre prévu à cet effet.
Suivre les différents aspects de la situation
de l’entreprise avec l’aide des membres
du CE et de ceux du CHSCT.
Tenir une réunion préparatoire avec les
représentants du personnel en CE-CCE
et CHSCT pour échanger les informations utiles.
Lire attentivement le PV de la réunion
précédente pour faire des observations
si nécessaire.
Tenir l’agenda des réunions mensuelles
et en archiver la documentation (PV, rapports…).
Recouper les informations et les argumentations avec d’autres sources (par
exemple, les documents communiqués
par l’employeur), en s’informant et en se
construisant une documentation personnelle, pour se forger un point de vue critique sur les faits économiques et sociaux
survenant dans l’entreprise.
Témoigner des pratiques de représentant du personnel et des enjeux qu’elles
portent auprès des instances de coordination/direction à l’échelon local, régional, fédéral, etc. et transmettre un savoir
d’action qui tienne compte des problèmes
concrets des salariés.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Écouter les salariés parler de leur travail et laisser s’exprimer la diversité des situations vécues.
S’appuyer sur les mandataires plus expérimentés et les personnes ressources de
son organisation, de son union locale, de sa fédération, en particulier lors de son
premier mandat.
Préparer, participer et rendre compte des réunions avec l’employeur de façon pédagogique pour être compris de tous.
Établir une relation de confiance, rester en contact avec le terrain, surmonter les conflits
pour se positionner en tant que représentant de l’ensemble des salariés.
Rédiger des communications claires et précises à destination des salariés en utilisant
les applications bureautiques pour restituer les consultations et débats qui ont lieu
avec l’employeur.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Connaître les missions et moyens donnés au DP, la réglementation du travail légale
et conventionnelle (accords de branches et d’entreprise).
Connaître les compétences et le fonctionnement de la juridiction prud’homale.
Connaître la démarche de son organisation, de sa fédération.
Voir aussi les activités et compétences communes.
124 • Mandascop • 2012.01
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
DSO 14
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
TE
UR
1
Salariés
S
2
Délégué syndical,
section syndicale
6
Conseil
des
prud’hommes
mandataire
3
Inspecteur
du travail
4
rc
ci
1
2
onstance
Organisation
locale,
départementale,
régionale
5
Fédération
s
Rendre compte du mandat via les supports (panneau
d’affichage, site intranet…) sur les sujets traités et
les positions exprimées.
Transmettre des informations aux salariés pour leur
permettre de comprendre dans quel environnement
évolue l’établissement et les enjeux qui le concernent.
5
Échanger les informations et élaborer des positions
cohérentes entre les différents niveaux de revendication et de négociation.
6
Assister un salarié en cas d’atteinte au droit des
personnes ou aux libertés individuelles, avec l’accord
de ce dernier
Échanger avec les membres de la section syndicale
et les autres représentants sur les sujets débattus
avec l’employeur ou pouvant être débattus
Rendre compte du mandat, informer de ses actions
et les justifier.
3
L’informer de la situation dans l’entreprise, le saisir
des irrégularités constatées et lui demander de se
rendre sur place pour faire la visite en sa présence,
pour faire les observations de non-conformité et
relever les infractions, s’il y a lieu.
4
Consulter les spécialistes dans différents domaines :
contrat de travail, conditions de travail, élections,
justice, etc.
Mandascop • 2012.01 • 125
DIALOGUE SOCIAL
DSO 20
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Dialogue social
territorial
Développement
du dialogue social
dans l’artisanat
Renforcer et
développer le
dialogue social
dans les branches
professionnelles
de l’artisanat
CPRIA
Missions du mandataire
Les missions du mandataire s’exercent dans le cadre de l’accord du 12 décembre 2001 et le respect des accords et des
prérogatives des branches professionnelles.
Identifier les enjeux et besoins des métiers et emplois de l’artisanat, pour définir régionalement, de manière concertée une
politique et des actions adaptées permettant de
Valoriser les emplois et métiers de l’artisanat et promouvoir
l’apprentissage.
Favoriser l’accès à l’emploi et l’amélioration des conditions
de travail.
Développer la formation professionnelle et l’apprentissage.
Pour ce faire susciter et émettre des avis sur la réalisation
d’études et d’expertises ainsi que sur l’élaboration et le développement des actions d’information ou de communication.
Promouvoir et faire connaître les accords de branches auprès
des salariés et des employeurs concernés.
Adapter des accords conventionnels nationaux des branches
professionnelles qui délèguent cette possibilité aux partenaires
sociaux territoriaux, par exemple en examinant dans quelles
conditions les salariés des entreprises artisanales peuvent bénéficier de garanties multi entreprises dans les champs de la prévoyance (complément maladie et retraite), du logement (PEEC).
Profil du mandataire
Le mandataire a une bonne connaissance des différents secteurs d’activité présents sur le territoire concerné et des métiers
correspondants ainsi que des besoins et contraintes spécifiques
des petites entreprises, notamment artisanales.
Les membres de la CPRIA désignés par l’UPA relèvent du
champ de l’accord du 12 décembre 2001. En ce qui concerne
les membres du collège salariés, il est souhaitable que les
organisations syndicales de salariés désignent au moins un
représentant salarié d’une entreprise relevant du champ de
l’accord précité.
Diversité des fonctions
dans les instances
Membre titulaire ou suppléant.
Le fonctionnement de l’instance peut reposer sur un binôme
paritaire présidence et vice-présidence qui établit conjointement
l’ordre du jour des réunions.
Dans le cas où le protocole d’accord a prévu la désignation
d’un président et d’un vice-président, la CPRIA est présidée
alternativement pour une durée de deux ans par un représentant
désigné par le collège employeur et un représentant désigné
par le collège salarié. Le vice-président est désigné dans les
mêmes conditions, sachant qu’il ne doit pas appartenir au
même collège.
Temps investi dans les mandats
Au moins deux réunions plénières par an (demi-journée ou
journée) auxquelles peuvent s’ajouter des réunions préparatoires et de suivi (demi-journée ou journée) pour les membres
du secrétariat et la présidence.
Des groupes de travail peuvent tenir des séances (demi-journée) entre les réunions plénières.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Instances de consultation et concertation au niveau régional :
CCREFP, COPIRE, CRE.
OPCA (organisme paritaire collecteur agréé) ; ARACT, CARSAT, CSPRP.
OPMQ (observatoire prospectif des métiers et des qualifications), OREF (observatoire régional emploi formation).
Réseaux économiques : pôles de compétitivité, pôles d’innovation, systèmes productifs locaux / clusters.
Service public de l’emploi.
Conseil régional.
Conditions d’accès aux mandats
Les désignations sont faites par les structures territoriales des
organisations signataires de l’accord du 12 décembre 2001.
La durée des mandats est fixée par le protocole d’accord
constitutif de la CPRIA.
Mandascop • 2012.01 • 127
DSO 20
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les réunions
Informer et former
Rechercher des informations complémentaires sur les sujets de la séance (presse,
études, bilans, rapports, notes, données).
Échanger avec son suppléant afin de permettre un travail commun, d’organiser le
suivi des dossiers et les prises de relais.
Organiser des rencontres avec des représentants syndicaux des professions ou
des entreprises du secteur concerné.
Dans certains cas, répondre aux questions
qui lui sont directement posées par les
syndiqués et adhérents.
Participer aux réunions
Organiser des rencontres thématiques et
des sessions de formation.
Faciliter le dialogue et l’échange au sein
des réunions.
Participer au débat notamment sur les
problématiques relevant des orientations
définies au niveau national par les organisations signataires de l’accord du 12
décembre 2001 et dans le respect de la
politique des branches professionnelles.
Demander des données complémentaires,
des informations manquantes pour approfondir la réflexion collective, favoriser
la prise de décision, émettre des avis
argumentés.
Prendre des positions sur les actions à
définir et les priorités de mise en œuvre.
Défendre son projet auprès des membres
de la commission pour faire prendre en
compte ses propositions.
Apporter des sujets de concertation dans
un souci de cohérence.
Contribuer à l’élaboration
des positions de l’organisation
Présenter les activités de l’instance et les
perspectives qu’elle trace pour la définition de propositions (bonnes pratiques,
expérimentations, etc…).
Alimenter la réflexion des négociateurs
dans les fédérations et/ou confédérations
en s’appuyant sur le travail de l’instance
(débats, documentation produite, etc.).
COMPÉTENCES
savoir-faire
S’approprier/analyser des informations conventionnelles, juridiques, des données
statistiques et des témoignages de terrain.
Travailler avec des prestataires : élaborer un cahier des charges, évaluer le service rendu.
Situer ses activités dans le cadre d’un fonctionnement paritaire en cohérence avec
les positions de l’organisation.
Développer une posture de concertation, visant le consensus, entre les représentants
des employeurs et les représentants des salariés.
SAVOIRS ASSOCIÉS
Enjeux économiques, problématiques dans les domaines emploi, formation professionnelle, GPEC et prévention des risques professionnels.
Droit de la formation, dispositions conventionnelles et dispositifs techniques sur l’emploi
et la formation professionnelle, notamment les dispositions relatives à son financement, dont les applications et l’évolution font l’objet d’un suivi au sein de l’instance.
Emplois dans les métiers et évolutions en cours, au niveau national et/ou sur le territoire où s’exerce la compétence de l’instance.
Champs de la prévoyance, du logement, des autres avantages sociaux (chèquesvacances, tickets-restaurant, etc.).
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
128 • Mandascop • 2012.01
DSO 20
Réseau relationnel
IN
TE
TE
UR
S
2
U
OC
RL
1
Responsables du
domaine dans l’organisation (fédération,
union départementale
ou régionale et
confédération)
Militants,
adhérents
5
Service juridique
de l’organisation
mandataire
3
Secrétariat
de l’instance
4
Experts
rc
ci
onstance
s
1
Les solliciter en amont des séances pour apprécier la
pertinence / cohérence d’une position à défendre ou
promouvoir dans l’instance au regard des orientations
et autres positions de l’organisation, et informés en
aval des positions tenues et des décisions de l’instance pour répercuter l’information dans l’organisation. Connaître l’état des négociations à des niveaux
différents (entreprises, national).
2
Recueillir des informations et des propositions de
terrain, diffuser l’information et la documentation
de la branche et de la fédération, aider à élaborer
des démarches sur l’emploi et la formation dans
l’organisation. Encourager l’accès aux ressources
mises en place.
3
Les solliciter pour collecter et apporter les informations nécessaires aux débats et travaux auprès des
instances ou organismes tiers.
4
Consulter les spécialistes dans différents domaines :
contrat de travail, conditions de travail, élections,
justice, etc.
5
Les solliciter sur la conformité d’une règle ou d’une
proposition par rapport aux normes juridiques.
Mandascop • 2012.01 • 129
FONCTIONS JURIDICTIONNELLES ET CONTENTIEUX
FJC 10
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Tribunaux
Traitement
du contentieux
de la sécurité sociale
Statuer sur les conflits
entre les organismes
de sécurité sociale
et les assurés sociaux
et cotisants
TASS
TCI
[CNITAAT]*
Missions du mandataire
Statuer en première instance, ou en appel, sur les différends
auxquels donne lieu l’application des dispositions législatives et
réglementaires de sécurité sociale par les caisses : par exemple
en matière d’affiliation ou de versement de prestations ou de
cotisations (TASS), ou des avis des experts médicaux en matière
d’attribution de degré d’invalidité (TCI, CNITAAT).
Veiller au respect de la procédure contradictoire à l’égard
des parties.
Diversité des fonctions
dans les instances
Chaque année, le conseil élit un président et un vice-président
et chaque section élit également un président et un vice-président, responsables de leur bon fonctionnement (missions de
gestion et d’administration des conseillers, établissement du
rôle d’audience de la section). Ces fonctions sont occupées
alternativement par un conseiller salarié puis un conseiller
employeur.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Des parcours professionnels (RH, SST…) et/ou militants dans
la protection sociale apparaissent utiles.
Durée des mandats : pour trois ans, renouvelables plusieurs
fois, sans limite d’âge.
Selon le volume des affaires à traiter, les audiences du tribunal
peuvent se tenir sur un rythme très différent selon les départements, allant de tous les jours à une fois par mois. Quand les
audiences ont lieu plusieurs fois par semaine, un roulement sur
une base mensuelle est organisé pour chacun des binômes
constitués, chacun siégeant au plus deux fois par mois.
Les assesseurs employeurs et salariés siègent en binôme paritaire à chacune des audiences du tribunal d’une demi-journée.
Conditions d’accès aux mandats
Les assesseurs représentant le collège employeurs et le collège
salariés sont désignés par ordonnance du président de la Cour
d’appel, sur proposition du président du tribunal concerné, qui
choisit sur une liste dressée (dans le ressort de chaque tribunal)
par les autorités compétentes de l’État en matière de sécurité
sociale, sur proposition des organisations professionnelles et
syndicales les plus représentatives.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Les organismes de sécurité sociale, les tribunaux en général.
Incompatibilité : les assesseurs ne peuvent être membres des
Conseils des organismes de sécurité sociale ni conseillers
prud’homaux. Un assesseur au TCI ne peut siéger en CNITAAT.
* Cour nationale de l’incapacité et de la tarification
de l’assurance des accidents du travail.
Mandascop • 2012.01 • 131
FJC 10
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les audiences
Délibérer
Prendre connaissance de la liste des
dossiers de l’audience du jour.
Énoncer son point de vue sur l’affaire.
Faire un premier tri entre les affaires
simples et courantes (application systématique et répétitive d’une règle incontestable), et les affaires plus complexes
demandant un examen approfondi.
Procéder à une lecture attentive des
dossiers complexes, en vérifiant que
les textes juridiques invoqués dans le
dossier sont bien ceux en vigueur.
Apporter au président des arguments
techniques ou sociaux, issus de son
expérience du monde du travail, permettant au magistrat de mieux prendre
en compte le contexte et de nuancer
une interprétation parfois désincarnée
des textes.
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
Faire des propositions à son organisation pour faire évoluer certains textes
faisant l’objet de nombreux litiges, ou
prenant insuffisamment en compte certains aspects nouveaux de la vie des
entreprises (par exemple, règles sur les
cotisations sociales relatives aux tickets
restaurants).
COMPÉTENCES
S’il y a un texte méconnu, le rechercher
pour en prendre connaissance.
savoir-faire
Participer aux audiences
Écouter la présentation synthétique
du dossier puis les arguments contradictoires avancés par les deux parties,
prendre des notes, noter les points sur
lesquels des précisions seront utiles.
Poser les questions permettant au demandeur de montrer sa bonne foi, de
préciser ses conditions de vie ou d’exercice de son activité, pour développer
ensuite une argumentation (en sa faveur
ou à son encontre).
Se forger une conviction sur l’aspect
réglementaire et sur l’aspect social.
Être à l’aise dans son expression orale, pour se faire entendre et mettre en valeur
son point de vue dans une enceinte judiciaire.
S’appuyer sur les interventions précédentes pour développer son propre argumentaire.
Énoncer clairement un argumentaire.
Lire et analyser des documents juridiques ou financiers.
Se construire un réseau d’interlocuteurs techniques au sein de son organisation et/
ou au sein d’une association d’assesseurs, afin d’avoir une expertise sur les affaires
complexes.
SAVOIRS ASSOCIÉS
La réglementation en matière de protection sociale (code de la Sécurité sociale et
code du travail).
L’organisation de la justice et les sources mobilisables (accès aux textes, à la jurisprudence).
Les techniques de base de l’analyse juridique.
Le jargon professionnel des avocats (tous tribunaux), le vocabulaire médical pour
le TCI.
Le fonctionnement du système d’expertise, en particulier médical pour le TCI.
Voir aussi les activités et compétences communes.
132 • Mandascop • 2012.01
FJC 10
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
1
TE
UR
La direction
de l’organisation
mandatrice
S
2
Les autres
assesseurs quel
que soit leur collège
mandataire
4
3
rc
ci
onstance
Les experts
médicaux
Les autres
assesseurs de la
même organisation
s
1
Faire acte de candidature au moment du renouvellement des tribunaux.
2
Participer à des formations organisées par
l’association nationale des membres des TASS
et TCI.
3
Participer à des formations organisées par son
organisation.
4
Recevoir et interroger leurs avis en audience.
Mandascop • 2012.01 • 133
FONCTIONS JURIDICTIONNELLES ET CONTENTIEUX
FJC 11
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Tribunaux
Conseiller
prud’homal
Statuer sur les conflits
individuels entre
salariés et employeurs
Conseil des
prud’hommes
Missions du mandataire
Rédiger par voie de conciliation ou de jugement les litiges
individuels nés à l’occasion de la conclusion, de l’exécution
ou de la rupture du contrat de travail entre un salarié de droit
privé et un employeur.
Veiller au respect de la procédure contradictoire à l’égard
des parties.
Diversité des fonctions
dans les instances
Chaque année, le conseil élit un président et un vice-président
et chaque section élit également un président et un vice-président, responsables de leur bon fonctionnement (missions de
gestion et d’administration des conseillers, établissement du
rôle d’audience de la section). Ces fonctions sont occupées
alternativement par un conseiller salarié puis un conseiller
employeur.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
L’expérience de la vie de l‘entreprise et une capacité à s’approprier des connaissances juridiques en droit du travail constituent
les pré-requis fondamentaux du mandat. Le sens de l’observation et de l’écoute sont indispensables pour participer à une
procédure contradictoire et orale, dans le cadre d’une formation
paritaire. La maîtrise de la rédaction des jugements ou procèsverbaux (en cas de conciliation) s’acquiert progressivement à
partir des compétences communes en communication écrite.
Deux à trois demi-journées (voire plus en fonction des responsabilités dans le conseil) par mois de participation aux audiences
(bureau de conciliation, bureau de jugement) selon les conseils,
soit de onze à seize jours par an. S’ajoute un temps passé en
formation de référé en cas de désignation pour cette formation
(cinq à six demi-journées par an), et les études de dossiers
dans le cadre du délibéré ainsi que la rédaction des décisions.
Assemblées générales de conseil et de sections, réunion préparatoire par collège dans les conseils les plus importants :
une journée par an.
Formation permanente des conseillers par leur organisation
(entre cinq et dix jours par an).
Conditions d’accès aux mandats
Les conseillers prud’homaux sont élus pour cinq ans à l’occasion d’élections nationales par les salariés et les employeurs
du secteur privé, par collège et par section. Les conseillers
peuvent être réélus sans limitation de mandat. Ils sont issus d’un
secteur d’activité concerné par l’une des cinq sections (agriculture, industrie, commerce, activités diverses, encadrement).
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conseil supérieur de la Prud’homie.
Incompatibilités avec d’autres mandats telles que les missions d’assistance et de représentation devant la section ou
la chambre dont le conseiller est membre, les fonctions de
conseiller du salarié, d’assesseur des juridictions de Sécurité
sociale et de juge élu d’un tribunal de commerce. Les candidats
ne doivent pas avoir cessé d’exercer l’activité pour laquelle ils
sont inscrits sur une liste prud’homale depuis plus de 10 ans.
Mandascop • 2012.01 • 135
FJC 11
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les audiences
Rédiger un jugement
Prendre connaissance de la liste des
dossiers de l’audience du jour.
Rédiger le jugement conformément au
délibéré rendu en argumentant avec
suffisamment de précisions.
Participer aux audiences
En bureau de conciliation, tenter de rapprocher les points de vue des parties, en
se limitant aux faits sans entrer dans le
fond de l’affaire.
En cas d’échec de la conciliation, écouter
la présentation des arguments contradictoires avancés par les deux parties,
prendre des notes, noter les points sur
lesquels des précisions seront utiles.
Poser les questions, par l’intermédiaire
du président d’audience, permettant au
demandeur ou au défendeur de préciser des informations contenues dans le
dossier de jugement.
Se forger une conviction en fonction du
droit du travail et du droit conventionnel
éventuellement applicable au secteur
d’activité concerné.
Délibérer
Après la clôture des débats, délibérer de
l’affaire avec les autres conseillers et tenter de parvenir à une décision majoritaire.
Reprendre le dossier de son collège et
en examiner les points capitaux et les
documents servant de preuves pour
qualifier des faits.
Défendre ses positions devant le juge
départiteur.
Faire des propositions de compléments
ou d’évolution concernant la formation
des conseillers.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Être à l’aise dans son expression orale, pour se faire entendre et mettre en valeur
son point de vue lors de la conciliation et, en jugement, lors du délibéré, ainsi que
lors du départage.
Être capable de juger en toute impartialité, tout en défendant les intérêts de son
collège.
S’appuyer sur les interventions précédentes, sa conviction relative à la nature des
faits et sa connaissance du milieu du travail pour développer son propre argumentaire.
Analyser les arguments ou informations présentés par le collège différent du sien
dans une optique d’apprentissage réciproque.
Lire et analyser des pièces juridiques.
Se construire un réseau d’interlocuteurs au sein de son organisation afin de se
construire progressivement une expertise sur les affaires complexes.
SAVOIRS ASSOCIÉS
La réglementation et la jurisprudence en matière de droit du travail.
Le vocabulaire juridique.
Voir aussi les activités et compétences communes,
y compris pour les fonctions de président.
136 • Mandascop • 2012.01
Contribuer à l’élaboration
des positions
de l’organisation
FJC 11
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
1
TE
UR
La direction
de l’organisation
mandatrice
S
2
Les autres
conseillers
de la même
organisation
mandataire
4
Conseil supérieur
de la Prud’homie
3
Les avocats
rc
ci
onstance
s
1
Faire acte de candidature au moment du renouvellement des conseils.
2
Participer à des formations organisées par son
organisation.
3
Recevoir et interroger leurs arguments en audience.
4
S’informer de l’actualité de la juridiction sous ses
différents aspects : fonctionnement, procédure,
projets de loi, décrets, formation des conseillers,
etc.
Mandascop • 2012.01 • 137
FONCTIONS JURIDICTIONNELLES ET CONTENTIEUX
FJC 20
Sous-Famille
Mandat Type
Fonction
Instances
Sanctions
administratives
Régulation
des activités
de transports
Proposer des sanctions
administratives à
l’encontre d’entreprises
infractionnistes
Commission régionale
des sanctions
administratives
(crsa)
Missions du mandataire
Diversité des fonctions
dans les instances
Émettre un avis relatif à une proposition de sanction administrative à l’encontre d’un transporteur ayant commis des
infractions à la réglementation des transports et du travail ou
montrant des défauts de capacité.
Membre titulaire ou suppléant. Un membre du collège salarié
ou employeur peut être désigné comme rapporteur des affaires
qui font l’objet d’un rapport écrit.
Réguler de manière collégiale, l’activité de transports en limitant
les risques professionnels et la concurrence déloyale.
Profil du mandataire
Temps investi dans les mandats
Une expérience professionnelle dans les entreprises des transports, un mandat dans ce secteur, et une capacité à s’approprier des connaissances juridiques en droit du travail et droit
des transports constituent les pré-requis du mandat. Le sens
de l’écoute est nécessaire pour participer à une procédure au
cours de laquelle les auteurs d’infraction peuvent être entendus
par la commission et où les avis concernant les propositions
de sanctions s’élaborent par consensus entre représentants
de différents collèges.
Entre deux à trois jours par an, occupés par quatre à six réunions
des formations Marchandises et Voyageurs (au moins une fois
par trimestre) pour des séances d’une demi-journée et par une
réunion en séance plénière à laquelle le suppléant participe.
Conditions d’accès aux mandats
Le préfet de région arrête et modifie la composition de la commission, constituée notamment de quatre représentants des
entreprises concourant à l’activité de transport dans la région,
désignés après consultation des organisations professionnelles
participant de façon habituelle à la vie professionnelle régionale ;
et de quatre représentants des salariés des entreprises, désignés sur proposition des syndicats représentatifs dans la région.
Temps de préparation d’une réunion : une à deux heures selon
la complexité et le nombre des dossiers.
En temps cumulé, le mandat occupe donc environ de quatre
à sept jours par an.
Institutions dans l’environnement
du mandat type
Conseil régional des transports ; DREAL.
CTN et CTR dans le périmètre des Transports.
Conseil des prud’hommes (section commerce).
Au sein de la commission, les représentants salariés et employeurs se répartissent entre deux formations : transports de
personnes (voyageurs) et transports de marchandises.
Seuls les frais de déplacement dus à l’activité de la commission sont remboursés.
Durée du mandat : quatre ans.
Mandascop • 2012.01 • 139
FJC 20
PRINCIPALES ACTIVITÉS DU MANDATAIRE
Préparer les audiences
Repérer les faits marquants de l’actualité
de la situation économique des entreprises de transport de la région, des
conflits du travail, individuels et collectifs, et des accords sociaux du secteur.
Prendre connaissance des dossiers fournis par la DREAL, en étudier les différents
aspects : les informations relatives à l’entreprise, à son personnel et à sa capacité
financière, le comportement infractionniste, le type de défaillance (capacité
financière, honorabilité, capacité professionnelle), le nombre de précédents
passages, les sanctions applicables, etc.
Identifier, dans les PV de contrôle,
les infractions au droit du travail, à la
réglementation des transports et des
conditions de travail dans les transports
routiers.
Prendre connaissance du bilan annuel
de la commission (réunion plénière) et
préparer le commentaire de son organisation.
Participer aux AUDIENCES
Écouter la présentation du représentant
de l’entreprise et de son conseil en étant
attentif à des éléments clés, tels que la
formation des conducteurs.
Se forger une conviction à l’aide des
informations reçues et des preuves, ou
non, de la bonne foi du représentant de
l’entreprise.
Prendre la parole et donner son avis pour
participer à l’élaboration d’un consensus
sur la proposition de sanction (suspension ou retrait de titres, immobilisations,
radiations), selon l’application d’une
proportionnalité au délit et au nombre
de passages, c’est-à-dire selon la jurisprudence.
Contribuer à l’amélioration
des missions de l’instance
Délibérer sur les critères de convocation
devant la commission, de façon à ne
viser que les entreprises considérées
comme les plus infractionnistes.
Informer et former /
Contribuer à l’élaboration
de la position
de l’organisation
Rappeler le besoin d’assainir la profession auprès des syndicats du secteur, et
les moyens mobilisables.
Promouvoir les actions de sensibilisation et d’information des chauffeurs et
y participer.
Promouvoir la formation des chefs d’entreprise.
Renforcer les exigences pour accéder à
la profession.
Soutenir le rôle régulateur de la commission en lui permettant d’exercer pleinement ses compétences à l’aide de
moyens adéquats.
COMPÉTENCES
savoir-faire
Être à l’aise dans son expression orale, pour se faire entendre et mettre en valeur
son point de vue lors de la préparation de la décision.
S’appuyer sur les interventions précédentes pour développer son propre argumentaire.
Analyser des dossiers comportant des bilans financiers, des registres du personnel,
des procès-verbaux de contrôle de police et de contrôle d’entreprise.
Tisser des liens avec les mandataires présents dans d’autres instances régionales :
comité de suivi des accords de branche, observatoire prospectif des transports et
logistique, conseil des prud’hommes, etc., pour suivre l’actualité du secteur et en
connaître les faits marquants.
Se mettre à la place des autres pour comprendre leurs arguments.
Adopter une posture de concertation avec les représentants des autres collèges (y
compris celui des usagers) et les pouvoirs publics.
SAVOIRS ASSOCIÉS
La réglementation des transports, la réglementation du travail dans le secteur des
transports, l’harmonisation européenne, les accords sociaux et le dialogue social
dans les transports.
Suivre l’application des États généraux des transports (mars 2011).
Voir aussi les activités et compétences communes.
140 • Mandascop • 2012.01
FJC 20
Réseau relationnel
IN
TE
U
OC
RL
1
TE
UR
La direction
de l’organisation
mandatrice
S
2
Suppléants
mandataire
4
3
rc
ci
onstance
Chefs
d’entreprises
Délégués
syndicaux, délégués
du personnel,
syndiqués
s
1
Faire acte de candidature au moment du renouvellement de la commission.
2
Étudier les dossiers avant les auditions ; réfléchir
ensemble et se concerter après l’audition.
3
Solliciter des informations sur la situation des
entreprises examinées par la commission, leurs
problèmes financiers, judiciaires concernant
l’activité de transport et le comportement de
l’employeur ; en dehors des entreprises examinées : recueillir des informations permettant une
veille sur le secteur.
4
Les informer de leurs devoirs en matière de
réglementation, les conseiller lors de rencontres
professionnelles ; recueillir des informations permettant une veille sur le secteur.
Mandascop • 2012.01 • 141
INDEX DU MANDASCOP
par ordre alphabétique des sigles d’instances
Nom de l'instance
Sigle
AGENCE CENTRALE DES ORGANISMES
DE SéCURITE SOCIALE
ACOSS
Mandat type
Fiche
Page
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
AGENCE NATIONALE POUR
LA COHÉSION SOCIALE ET L'éGALITé
DES CHANCES
ACSE
consultation et concertation dans le cadre des
politiques publiques de l’État
EST 10
95
ASSOCIATION DE GESTION DU CONGé
INDIVIDUEL DE FORMATION
AGECIF
gestion des fonds mutualisés, développement
de l’offre de services aux entreprises et aux
salariés
EFP 13
71
ASSOCIATION NATIONALE DE GESTION
DU FONDS POUR L'INSERTION
PROFESSIONNELLE DES PERSONNES
HANDICAPéES
AGEFIPH
gestion des fonds mutualisés sectoriels ou
régionaux, développement de l’offre de services
aux entreprises et aux salariés
EFP 13
71
AGENCE NATIONALE
POUR L’AMÉLIORATION
DES CONDITIONS DE TRAVAIL
ANACT
appui à la prévention des risques
professionnels et à l'amélioration des
conditions de travail
PSS 31
43
ASSOCIATION NATIONALE
POUR LA FORMATION
PROFESSIONNELLE DES ADULTES
ANFPA
gestion des établissements de formation
nationaux ou locaux
FOR 11
51
ASSEMBLéE PERMANENTE
DES CHAMBRE DES MéTIERS
ET DE L'ARTISANAT
APCMA
représentation consulaire des professions
artisanales
EST 12
103
APEC
gestion de l'association pour l'emploi des
cadres
EFP 30
87
appui à la prévention des risques
professionnels et à l'amélioration des
conditions de travail
PSS 31
43
ARS
définition de la politique régionale en matière de
santé et de prévention des risques
PSS 21
35
CAEN
consultation et information auprès des pouvoirs
publics et des collectivités locales
FOR 10
47
gestion des caisses locales du régime général
PSS 11
23
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
AGENCE POUR L'EMPLOI DES CADRES
AGENCE RéGIONALE POUR
L'AMéLIORATION DES CONDITIONS
DE TRAVAIL
AGENCE RéGIONALE DE SANTé
CONSEIL ACADéMIQUE DE
L'éDUCATION NATIONALE
ARACT
CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES
CAF
CENTRE D'ANIMATION,
DE RESSOURCES ET D'INFORMATION
SUR LA FORMATION
CARIF
CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE
ET SANTé AU TRAVAIL
CARSAT
gestion des caisses locales du régime général
PSS 11
23
COMMISSION DES ACCIDENTS
DU TRAVAIL ET DES MALADIES
PROFESSIONNELLES
CATMP
prévention et gestion des accidents du travail
et des maladies professionnelles
PSS 30
39
Mandascop • 2012.01 • 143
Nom de l'instance
Sigle
Mandat type
Fiche
Page
appui à la prévention des risques
professionnels et à l'amélioration des
conditions de travail
PSS 31
43
COMMISSION DES ACCIDENTS
DU TRAVAIL ET DES MALADIES
PROFESSIONNELLES
CATMP
COMITé DE BASSIN D'EMPLOI
CBE
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
COMITé CENTRAL D'ENTREPRISE
CCE
consultation et information des représentants
du personnel
DSO 13
119
COMMISSION CONSULTATIVE
NATIONALE DES IUT
CCN-IUT
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMITé DE COORDINATION RéGIONAL
DE L'EMPLOI ET DE LA FORMATION
PROFESSIONNELLE
CCREFP
consultation et concertation pour les politiques
régionales
EFP 12
67
COMITé D'ENTREPRISE
CE
consultation et information des représentants
du personnel
DSO 13
119
COMITé D'éTABLISSEMENT
CE
consultation et information des représentants
du personnel
DSO 13
119
consultation et concertation pour
la démocratie participative et régionale
EST 11
99
gestion des établissements de formation
nationaux ou locaux
FOR 11
51
gestion des caisses locales du régime général
PSS 11
23
participation à une démarche de globale de
prévention des risques professionnels et
d'amélioration des conditions de travail
DSO 11
111
CONSEIL éCONOMIQUE, SOCIAL
ET ENVIRONNEMENTAL RéGIONAL
CENTRE DE FORMATION D'APPRENTIS
CAISSE GéNÉRALE DE SéCURITÉ
SOCIALE
COMITé D'HYGIèNE, DE SéCURITé
ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL
CESER
CFA
CGSS
CHSCT
COMITé INTERMINISTÉRIEL D'ACTION
SOCIALE
CIAS
action sociale pour le personnel de la fonction
publique d’État
DSO 12
115
CENTRE INTERPROFESSIONNEL
DE BILAN DE COMPéTENCES
CIBC
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
COMITé INTERMINISTERIEL
CONSULTATIF
CIC
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMITÉ INTERPROFESSIONNEL
DU LOGEMENT
CIL
gestion de l’emploi des fonds de la PEEC et de
l’habitat social
VSA 10
91
COMMISSION LOCALE
D'INFORMATION SUR LES CENTRALES
NUCLéAIRES
CLI
consultation et concertation pour
la démocratie participative et régionale
EST 11
99
CHAMBRE DES MéTIERS
ET DE L'ARTISANAT
CMA
représentation consulaire des professions
artisanales
EST 12
103
CONSEIL NATIONAL
DE L’ALIMENTATION
CNA
consultation et concertation dans le cadre des
politiques publiques de l'État
EST 10
95
CAISSE NATIONALE
DES ALLOCATIONS FAMILIALES
CNAF
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
144 • Mandascop • 2012.01
Nom de l'instance
Sigle
CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS
ET MéTIERS
CNAM
CAISSE NATIONALE D'ASSURANCE
MALADIE DES TRAVAILLEURS
SALARIéS
Mandat type
Fiche
Page
gestion des établissements de formation
nationaux ou locaux
FOR 11
51
CNAMTS
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
CAISSE NATIONALE D'ASSURANCE
VIEILLESSE
CNAV
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
COMMISSION NATIONALE DE
CERTIFICATION PROFESSIONNELLE
CNCP
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
CONSEIL NATIONAL D' éVALUATION
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
CNEFP
définition, gestion et évaluation des politiques
nationales de formation professionnelle
EFP 14
75
CONSEIL NATIONAL DE L'éDUCATION
POPULAIRE ET DE LA JEUNESSE
CNEPJ
consultation et concertation dans le cadre des
politiques publiques de l'état
EST 10
95
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
CONSEIL NATIONAL
DE L'ENSEIGNEMENT SUPéRIEUR
ET DE LA RECHERCHE
CNESER
CONSEIL NATIONAL
DE L’INFORMATION STATISTIQUE
CNIS
consultation et concertation dans le cadre
des politiques publiques de l’État
EST 10
95
COMMISSION NATIONALE DES TITRES
RESTAURANT
CNTR
consultation et concertation dans le cadre des
politiques publiques de l’État
EST 10
95
COMMISSION PARITAIRE
INTERPROFESSIONNELLE
RÉGIONALE DE L' EMPLOI
COPIRE
consultation et concertation pour les politiques
régionales
EFP 12
67
COMITÉS TERRITORIAUX
ÉDUCATION FORMATION EMPLOI
COTEFE
consultation et information auprès des pouvoirs
publics et des collectivités locales
FOR 10
47
CAISSE PRIMAIRE D'ASSURANCE
MALADIE
CPAM
gestion des caisses locales du régime général
PSS 11
23
COMMISSION PARITAIRE RÉGIONALE
DE BRANCHE
CPBR
conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
COMMISSION PARITAIRE
CONSULTATIVE
CPC
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMMISSION PARITAIRE LOCALE
CPL
conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
COMMISSION PARITAIRE NATIONALE
DE L'EMPLOI
CPNE
conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
COMITÉ PARITAIRE NATIONAL POUR
LA FORMATION PROFESSIONNELLE
CPNFP
définition, gestion et évaluation des politiques
nationales de formation professionnelle
EFP 14
75
COMMISSION PARITAIRE NATIONALE
DES IUT
CPN-IUT
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMMISSION PARITAIRE RÉGIONALE
DE L'EMPLOI ET DE LA FORMATION
PROFESSIONNELLE
CPREFP
conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
Mandascop • 2012.01 • 145
Nom de l'instance
Sigle
Mandat type
Fiche
Page
COMMISSION PARITAIRE RÉGIONALE
INTERPROFESSIONNELLE
DE L'ARTISANAT
CPRIA
développement du dialogue social dans
l'artisanat
DSO 20
127
COMITÉ DE PILOTAGE RÉGIONAL
DE MAINTIEN DANS L’EMPLOI
CPRME
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
conception des politiques sectorielles
EFP 10
59
prévention et gestion des accidents du travail
et des maladies professionnelles
PSS 30
39
COMMISSION PARITAIRE
TERRITORIALE POUR L'EMPLOI
COMMISSION RÉGIONALE
DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET
DES MALADIES PROFESSIONNELLES
CPTE
CRATMP
CONSEIL RÉGIONAL DE L'EMPLOI
CRE
consultation et concertation pour les politiques
régionales
EFP 12
67
COMITÉ RÉGIONAL
DE L'ENSEIGNEMENT AGRICOLE
CREA
consultation et information auprès des pouvoirs
publics et des collectivités locales
FOR 10
47
COMMISSION RÉGIONALE
DES SANCTIONS ADMINISTRATIVES
DES TRANSPORTS
CRSA
régulation des activités de transports
FJC 20
139
CONFÉRENCE RÉGIONALE
DE LA SANTÉ ET DE L'AUTONOMIE
CRSA
définition de la politique régionale en matière de
santé et de prévention des risques
PSS 21
35
CONSEIL SUPÉRIEUR DE L'ÉDUCATION
CSE
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMITÉS TERRITORIAUX EMPLOI
FORMATION
CTEF
consultation et information auprès des pouvoirs
publics et des collectivités locales
FOR 10
47
COMMISSION DES TITRES
D'INGÉNIEUR
CTI
gestion de l’offre de certification
FOR 12
55
COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL
CTN
prévention et gestion des accidents du travail
et des maladies professionnelles
PSS 30
39
COMITÉ TECHNIQUE RÉGIONAL
CTR
prévention et gestion des accidents du travail
et des maladies professionnelles
PSS 30
39
DP
représentation du personnel auprès de
l'employeur
DSO 14
123
DÉLÉGATION UNIQUE DU PERSONNEL
DUP
représentation du personnel auprès de
l'employeur
DSO 14
123
ÉTABLISSEMENT PUBLIC INDUSTRIEL
ET COMMERCIAL
EPIC
administration d’un établissement public
DSO 10
107
ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE SANTÉ
EPS
administration d’un établissement public
DSO 10
107
ÉTABLISSEMENT PUBLIC
SCIENTIFIQUE CULTUREL
ET PROFESSIONNEL
EPSCP
administration d’un établissement public
DSO 10
107
ÉTABLISSEMENT PUBLIC
A CARACTèRE SCIENTIFIQUE,
CULTUREL ET PROFESSIONNEL
EPSCP
gestion des établissements de formation
nationaux ou locaux
FOR 11
51
DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL
146 • Mandascop • 2012.01
Nom de l'instance
Fiche
Page
administration d’un établissement public
DSO 10
107
ESH
gestion de l’emploi des fonds de la PEEC et de
l’habitat social
VSA 10
91
FONDS POUR L'INSERTION
DES PERSONNES HANDICAPÉES
DANS LA FONCTION PUBLIQUE
FIPHFP
gestion des fonds mutualisés sectoriels ou
régionaux, développement de l’offre de services
aux entreprises et aux salariés
EFP 13
71
FONDS PARITAIRE DE SÉCURISATION
DES PARCOURS PROFESSIONNELS
FPSPP
définition, gestion et évaluation des politiques
nationales de formation professionnelle
EFP 14
75
GROUPE DE PROTECTION SOCIALE
GPS
gestion des institutions des régimes
complémentaires et institutions de prévoyance
PSS 12
27
INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE
ET DE SÉCURITÉ
INRS
appui à la prévention des risques
professionnels et à l'amélioration des
conditions de travail
PSS 31
43
IP
gestion des institutions des régimes
complémentaires et institutions de prévoyance
PSS 12
27
IPR / IPD
application et suivi des conventions
d’assurance chômage, niveau régional et local
EFP 20
79
IRC
gestion des institutions des régimes
complémentaires et institutions de prévoyance
PSS 12
27
ÉTABLISSEMENT PUBLIC SOCIAL
ET MÉDICO-SOCIAL
ENTREPRISE SOCIALE
POUR L'HABITAT
INSTITUTION DE PRÉVOYANCE
INSTANCE PARITAIRE RÉGIONALE /
DÉPARTEMENTALE
INSTITUTION DE RETRAITE
COMPLÉMENTAIRE
Sigle
EPSMS
Mandat type
INSTITUT DE RADIOPROTECTION
ET SÉCURITÉ NUCLÉAIRE
IRSN
administration d’un établissement public
DSO 10
107
MAISON DE L'EMPLOI
MDE
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
ML
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
OCTA
gestion des fonds mutualisés, développement
de l’offre de services aux entreprises et aux
salariés
EFP 13
71
ORGANISME PARITAIRE COLLECTEUR
AGRÉE DU CONGÉ INDIVIDUEL
DE FORMATION
OPACIF
gestion des fonds mutualisés, développement
de l’offre de services aux entreprises et aux
salariés
EFP 13
71
ORGANISME PARITAIRE COLLECTEUR
AGRÉÉ
OPCA
gestion des fonds mutualisés, développement
de l’offre de services aux entreprises et aux
salariés
EFP 13
71
OPH
gestion de l’emploi des fonds de la PEEC et de
l’habitat social
VSA 10
91
appui à la prévention des risques
professionnels et à l'amélioration des
conditions de travail
PSS 31
43
appui aux politiques territorialisées
EFP 11
63
MISSION LOCALE
ORGANISME COLLECTEUR
DE LA TAXE D'APPRENTISSAGE
OFFICE PUBLIC DE L'HABITAT
ORGANISME PROFESSIONNEL
DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT
ET DES TRAVAUX PUBLICS
OBSERVATOIRE RÉGIONAL
DE L' EMPLOI ET DE LA FORMATION
OPPBTP
OREF
Mandascop • 2012.01 • 147
Nom de l'instance
Sigle
Mandat type
Fiche
Page
SECTION RÉGIONALE
INTERMINISTÉRIELLE D'ACTION
SOCIALE
SRIAS
action sociale pour le personnel de la fonction
publique d’État
DSO 12
115
TRIBUNAL DES AFFAIRES
DE LA SÉCURITÉ SOCIALE
TASS
traitement du contentieux de la sécurité sociale
FJC 10
131
TCI
traitement du contentieux de la sécurité sociale
FJC 10
131
TRIBUNAL DU CONTENTIEUX
DE L’INCAPACITÉ
UNION DES CAISSES NATIONALES
DE SÉCURITÉ SOCIALE
UCANSS
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
UNION POUR LA GESTION
DES ÉTABLISSEMENTS DES CAISSES
D'ASSURANCE MALADIE
UGECAM
gestion d’établissements de soins et médicosociaux
PSS 20
31
UNION NATIONALE DES CAISSES
D'ASSURANCE MALADIE
UNCAM
gestion des caisses nationales du régime
général
PSS 10
19
UNION NATIONALE POUR L'EMPLOI
DANS L'INDUSTRIE ET LE COMMERCE
UNEDIC
gestion de l’assurance chômage
EFP 21
83
UNION DE RECOUVREMENT DES
COTISATIONS DE SÉCURITÉ SOCIALE
ET DES ALLOCATIONS FAMILIALES
URSSAF
gestion des caisses locales du régime général
PSS 11
23
SCHÉMA RÉGIONAL CLIMAT ÉNERGIE
consultation et concertation dans pour la
démocratie participative et régionale
EST 11
99
CONSEIL DES PRUD’HOMMES
conseiller prud’homal
FJC 11
135
148 • Mandascop • 2012.01
Liste des sigles et abréviations
ACP Autorité de contrôle prudentiel
ADEC
Accord de développement de l’emploi et des compétences
APAGL
Association paritaire de gestion de la garantie logement
APECITA
Association pour l’emploi des cadres en Italie
ANCV
Association nationale des chèques-vacances
ANI
Accord national interprofessionnel
ANIL
Association nationale pour l’information sur le logement
ANPEEC
Agence nationale pour la participation des employeurs à l'effort de construction
ANRU
Agence nationale de la rénovation urbaine
CA Conseil d‘administration
CARIF
Centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation
CCI
Chambre de commerce et d’industrie
CCN Convention collective nationale
CAPEB
Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment
CESE
Conseil économique, social et environnemental
CEREQ
Centre d’études et de recherches sur les qualifications
CGAD
Confédération générale de l’alimentation en détail
CIF
Congé individuel de formation
CIO
Centre d’information et d’orientation
CMR Cancérigène mutagène reprotoxique
CNAMS
Confédération nationale de l’artisanat, des métiers et des services
CNCPH
Conseil national consultatif des personnes handicapées
CNE
Conseil national de l’emploi
CNFPTLV
Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie
CNIL
Commission nationale de l’informatique et des libertés
Mandascop • 2012.01 • 149
CNSA
Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie
COCT
Conseil d’orientation sur les conditions de travail
COG Convention d’objectifs et de gestion
COM Contrat d’objectifs et de moyens
CPG
Contrat pluriannuel de gestion
CPRDFP Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles
CPOM Contrat pluriannuel d'objectifs et de moyen
CPG
Contrat pluriannuel de gestion
CQP
Certificat de qualification professionnelle
CQPI
Certificat de qualification professionnelle inter-industrie
CRA
Commission de recours amiable
CTIP Centre technique des institutions de prévoyance
DARES
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques
DGT
Direction générale du travail
DGAFP
Direction générale de l’administration de la fonction publique
DGEFP
Direction générale de l’emploi et de la formation professionnelle
DHUP
Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages
DIRECCTEDirection régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail
et de l’emploi
DREAL
Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement
DREES
Direction recherche études évaluation statistiques
GPS Groupe de protection sociale
HALDE
Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité
INSEE
Institut national des statistiques et des études économiques
ISM
Institut supérieur des métiers
IUT Institut universitaire de technologie
LOLF
Loi organique relative aux lois de finances
MNC Mission nationale de contrôle et d’audit des organismes de sécurité sociale
MSA Mutualité social agricole
150 • Mandascop • 2012.01
pdt., v-pdt.
Président, vice-président
ODJ
Ordre du jour
OFFI
Office français de l’immigration et de l’intégration
ONISEP
Office national d’Information sur les enseignements et les professions
OP
Organisation patronale
OPMQ
Observatoire prospectif des métiers et des qualifications
ORST
Observatoire régionale de la santé au travail
OS
Organisation de salariés
PLFSS Projet de loi de financement de la Sécurité sociale
PV, CR
Procès-verbal, compte-rendu
RCE
Responsabilités et compétences élargies
RH
Ressources humaines
RPS
Risques psycho-sociaux
SPE
Service public de l’emploi
SROS
Schéma régional d’organisation des soins
SST
Service de santé au travail
TMS
Trouble musculo-squelettique
UESL
Union des entreprises et des salariés pour le logement
URIOPSS Union régionale interfédérale des organismes privés sanitaires et sociaux
VAE
Validation des acquis de l’expérience
Mandascop • 2012.01 • 151
Conception graphique réalisée par le Céreq.
Achevé d’imprimé par Corlet, imprimeur, SA
14110 Condé-sur-Noireau (France)
N° fab : 6455 - N° imprimeur 00 000
Dépôt légal : février 2012
Imprimé en France
CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, CGPME, MEDEF, UNSA, UPA ont ensemble,
avec l’appui de Réalités du Dialogue Social (RDS), dressé un inventaire de ces
instances. Ce premier dictionnaire des instances d’exercice des mandats (DIEM),
consultable sur le site de RDS (www.rds.asso.fr), dénombre plusieurs centaines
d’instances « génériques » et en fournit les caractéristiques essentielles.
Les organisations – toujours avec l’appui de RDS – ont ensuite souhaité
disposer d’un outil destiné à mieux gérer leurs mandataires : les rechercher,
les former, suivre leurs activités en termes d’évolution, d’accompagnement et
d’appui, anticiper leur renouvellement et parfois même leur reconversion.
Le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ) et le Conseil,
étude & développement appliqués aux entreprises et aux territoires (CEDAET) ont
reçu mission d’identifier, sur la base d’un échantillonnage raisonné et d’entretiens
avec des mandataires, des mandats types en procédant par regroupement de
mandats définis par des missions communes, un socle commun d’activités et de
savoir-faire, ainsi que des réseaux de relations voisins.
Ces résultats, complétés par des entretiens avec des mandants, analysés
et retravaillés par un comité de projet constitué des organisations, ont conduit
à décrire dans ce MANDASCOP trente et un mandats types répartis sur sept
familles correspondant aux grands domaines d’intervention des instances.
www.cfdt.fr.
www.cfecgc.org
www.cftc.fr
www.cgt.fr
www.force-ouvriere.fr
www.medef.com
www.unsa.org
www.upa.fr
Réalités du Dialogue Social
Depuis plusieurs années, ces organisations sont préoccupées par le nombre
croissant d’instances dans lesquelles elles doivent désigner des représentants.
MANDASCOP
Le MANDASCOP est un outil à la disposition des organisations syndicales
de salariés ou d’employeurs pour informer, désigner, former et accompagner leurs mandataires.
MANDASCOP
Mandats des organisations syndicales
de salariés et d’employeurs :
Savoirs, Compétences, Profils
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising