Modèle des cas d`utilisation

Modèle des cas d`utilisation
les Cahiers
du
Programmeur
Modéliser une application web
Pascal Roques
3e édition
Chez le même éditeur
P. ROQUES, F. VALLÉE. – UML 2 en action. De l’analyse des besoins à la conception.
N°12104, 4e édition 2007, 382 p.
P. ROQUES. – UML 2 par la pratique. N°12014, 5e édition 2006, 385 p.
G. PONÇON. – Best practices PHP 5. Les meilleures pratiques de développement en PHP.
N°11676, 2005, 480 p.
H. BERSINI, I. WELLESZ. – L’orienté objet. N°11538, 2e édition 2004, 600 p.
T. LIMONCELLI, adapté par S. BLONDEEL. – Admin’sys. Gérer son temps. N°11957, 2006, 274 p.
P. LEGAND. – Sécuriser enfin son PC. Windows XP et Windows Vista. N°12005, 2007, 500 p.
L. Bloch, C. Wolfhugel. – Sécurité informatique. Principes fondamentaux pour l’administrateur système.
N°12021, 2007, 350 p.
B. Marcelly, L. Godard. – Programmation OpenOffice. org 2 – Macros OOoBASIC et API. N°11763, 2006, 700 p.
J. DUBOIS, J.-P. RETAILLE, T. TEMPLIER. – Spring par la pratique. Java/J2EE, Spring, Hibernate, Struts, Ajax. –
N°11710, 2006, 518 p.
T. ZIADE. – Programmation Python. – N°11677, 2006, 530 p.
J BATTELLE, trad. D. RUEFF, S. BLONDEEL – La révolution Google. – N°11903, 2006, 280 p.
Collection « Cahiers du programmeur ! »
Swing. E. PUYBARET. – N°12019, 2007, 500 p.
Java 1.4 et 5.0. E. PUYBARET. – N°11916,
3e édition 2006, 400 p.
J2EE. J. MOLIERE. – N°11574, 2e édition 2005.
Java/XML. R. FLEURY. – N°11316, 2004.
XUL. J. PROTZENKO, B. PICAUD. – N°11675, 2005, 320 p.
PHP/MySQL et JavaScript. P. CHALEAT, D. CHARNAY,
J.-R. ROUET. – N°11678, 2005, 212 p.
Collection « Connectez-moi ! »
Partage et publication… Quel mode d’emploi pour ces nouveaux usages de l’Internet ?
Wikipédia. Comprendre et participer. S. BLONDEEL. –
N°11941, 2006, 168 p.
Peer-to-peer. Comprendre et utiliser. F. LE FESSANT. –
N°11731, 2006, 168 p.
Les podcasts. Écouter, s’abonner et créer. F. DUMESNIL.
– N°11724, 2006, 168 p.
Créer son blog en 5 minutes. C. BECHET. –
N°11730, 2006, 132 p.
Collection « Accès Libre »
Pour que l’informatique soit un outil, pas un ennemi !
D. MERCER, adapté par S. BURRIEL. –
Créer son site e-commerce avec osCommerce.
N°11932, 2007, 460 pages.
PGP/GPG - Confidentialité des mails et fichiers.
M. LUCAS, ad. par D. GARANCE , contrib. J.-M. THOMAS.
N°12001-X, 2006, 248 p.
Réussir son site web avec XHTML et CSS.
M. NEBRA. N°11948, 2007, 306 p.
La 3D libre avec Blender. O. SARAJA. N°11959,
2006, 370 p. avec CD et cahier couleur.
Débuter sous Linux avec Mandriva. S. BLONDEEL,
D. CARTRON, J. RISI. – N°11689, 2006, 530 p. avec CD-Rom.
Premiers pas en CSS et HTML – Guide pour les
débutants. F. DRAILLARD – N°12011, 2006, 232 p.
Mozilla Thunderbird. Le mail sûr et sans spam.
D. GARANCE, A.-L. et D. QUATRAVAUX. – N°11609, 2005,
320 p., avec CD-Rom.
Firefox. Un navigateur web sûr et rapide. T. TRUBACZ,
préface de T. NITOT. – N°11604, 2005, 250 p.
Ubuntu efficace. – L. DRICOT et al. – N°12003,
2e édition 2007, 360 p. avec CD-Rom.
Gimp 2 efficace. C. GEMY. – N°11666, 2005,
360 p. avec CD-Rom.
OpenOffice.org 2 efficace. S. GAUTIER, C. HARDY,
F. LABBE, M. PINQUIER. – N°11638, 2006,
420 p. avec CD-Rom.
Réussir un projet de site Web, 4e édition.
N. CHU. N°11974, 2006, 230 p.
Home cinéma et musique sur un PC Linux.
V. FABRE. – N°11402, 2004, 200 p.
SPIP 1.9. Créer son site avec des outils libres. Perline,
A.-L. Quatravaux et al…
– N°12002, 2e édition 2007, 376 p.
OpenOffice.org 2 Calc. S. GAUTIER, avec la contribution
de J.-M. THOMAS. – N°11667, 2006, 220 p.
OpenOffice.org 2 Writer. S. GAUTIER, avec
la contribution de G. VEYSSIERE. – N°11668, 2005, 248 p.
Pascal Roques
les Cahiers
du
Programmeur
UML 2
Modéliser une application web
3e édition
ÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans
autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans les établissements d’enseignement,
provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres
nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage,
sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie, 20,
rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2002, 2006, 2007, ISBN : 978-2-212-12136-0
À Margaux, Loriane, Maxime et Noémie,
qui m’aident tous les jours à donner un sens à ma vie …
À Sylvie, pour me donner l’énergie d’avancer dans la bonne direction…
Préface
Le développement de sites web est souvent le royaume où règne la loi du
« vite fait, mal fait ». Il est vrai que tous les ingrédients sont là (langages
simples, outils intuitifs) pour aider à la production de pages tant statiques que dynamiques. Cela autorise la création de sites pour des particuliers et de petites entreprises qui ne peuvent pas se permettre de trop
gros investissements informatiques.
Néanmoins, si cette approche convient tout à fait aux sites simples, elle
pose de gros problèmes de cohérence, de maintenance, de gestion de
projet et de performances pour les applications de plus grande ampleur.
Dès lors, la « bidouille » ou le tâtonnement n’ont plus leur place : il faut
se résoudre à adopter une démarche plus carrée, méthodique, reproductible, bref, un tant soit peu scientifique.
En même temps, si vous êtes comme moi assez réticent à adopter des
processus de développement de projet qui semblent contraignants ou des
outils de modélisation basés sur UML, le pas est délicat à franchir…
Vous êtes un développeur passionné, un « code warrior », et vous souhaitez découvrir en quoi la modélisation UML peut vous aider à structurer votre travail et à communiquer avec le reste de votre équipe de
développement ? Vous êtes un chef de projet, un analyste/concepteur, et
vous souhaitez comprendre comment UML permet de modéliser non
plus des classes Java ou C++ mais des sites web complets ? Ce livre est
fait pour vous !
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Pascal Roques réalise ici un véritable tour de maître : il est parvenu à lier
modélisation UML et architecture technique d’applications web, le tout
orchestré par une démarche simple, claire et légère. Ce livre propose de
mettre en œuvre la syntaxe UML adaptée à la modélisation d’applications en ligne, et décline l’analyse réalisée en UML sur trois architectures techniques : .NET, J2EE, et les langages de scripts (type PHP).
Contrairement aux ouvrages dédiés à une technologie particulière qui
entrent dans les entrailles du code et des problématiques techniques, le
lecteur découvrira les concepts nécessaires à la compréhension de chaque
étape du processus « juste à temps », c’est-à-dire progressivement, au fil
d’une étude de cas concrète et issue d’expériences et de projets réels.
Tout en adoptant cette démarche très novatrice, Pascal a su doser les
ingrédients de ce livre avec finesse.
En tant que formateur Java et .NET pour la société Valtech Training, je
côtoie de nombreux élèves qui se forment aux technologies JSP/Servlets
ou ASP.NET : tous maîtrisent rapidement les langages et outils. La
véritable valeur ajoutée des consultants, des formateurs et des auteurs
comme Pascal avec ce livre est de proposer une démarche et un cadre de
travail qui facilitent le développement d’applications web ambitieuses.
Thomas Gil
Consultant-formateur indépendant et
gérant de la société DotNetGuru SARL
VIII
© Groupe Eyrolles, 2005
Table des matières
INTRODUCTION ............................................................XIII
1. QUELLE DÉMARCHE POUR PASSER DES BESOINS
UTILISATEUR AU CODE DE L’APPLICATION ? .........................1
Pourquoi modéliser ? • 2
Les bases d’UML • 4
Un processus simplifié pour les applications web • 9
Les principes fondamentaux du Processus Unifié
(UP) • 9
Les phases et les disciplines de UP • 10
Le schéma synthétique du RUP™ (Rational Unified
Process) • 11
Les principes du Manifeste Agile • 12
Les pratiques d’eXtreme Programming (XP) • 12
Les bases de Scrum • 13
La modélisation agile (AM) • 13
Le processus proposé dans cet ouvrage • 14
Organisation du livre • 21
2. FONCTIONNALITÉS D’UNE LIBRAIRIE EN LIGNE :
L’APPLICATION CÔTÉ UTILISATEUR ....................................23
Choix du sujet • 24
Expression initiale des besoins • 26
Vision du projet • 26
Positionnement • 26
Exigences fonctionnelles • 27
Recherche • 27
Découverte • 28
Sélection • 29
Commande • 29
Exigences non fonctionnelles • 31
Exigences de qualité • 31
Exigences de performance • 32
Contraintes de conception • 32
Mise à jour des données de référence • 32
Mise à jour depuis les formulaires du site • 32
Panier • 33
Paiement sécurisé • 33
Gestion des exigences • 33
© Groupe Eyrolles, 2005
3. SPÉCIFICATION DES EXIGENCES
D’APRÈS LES CAS D’UTILISATION ...................................... 39
Démarche • 40
Identification des acteurs • 41
Identification des cas d’utilisation • 42
Structuration en packages • 45
Affinement du modèle de cas d’utilisation • 45
Classement des cas d’utilisation • 50
Planification du projet en itérations • 51
Traçabilité avec les exigences textuelles • 52
4. SPÉCIFICATION DÉTAILLÉE DES EXIGENCES ........................ 57
Démarche • 58
Plan-type de description textuelle des cas d’utilisation • 58
Scénarios • 58
Préconditions et postconditions • 60
Exigences supplémentaires • 61
Spécification détaillée des cas d’utilisation du site web • 61
Rappel des résultats des spécifications
préliminaires • 61
Maintenir le catalogue • 62
Chercher des ouvrages • 63
Gérer son panier • 66
Effectuer une commande • 69
Diagrammes de séquence système • 71
Chercher des ouvrages • 71
Gérer son panier • 74
Effectuer une commande • 74
Maintenir le catalogue • 77
Opérations système • 78
5. RÉALISATION DES CAS D’UTILISATION :
CLASSES D’ANALYSE ...................................................... 81
Démarche • 82
Identification des concepts du domaine • 82
Ajout des associations et des attributs • 83
Chercher des ouvrages • 83
Gérer son panier • 85
IX
Cahier du programmeur UML 2
Effectuer une commande • 87
Maintenir le catalogue • 88
Recherche d’améliorations • 90
Typologie des classes d’analyse • 91
Diagramme de classes participantes • 93
Classes d’analyse participantes des cas d’utilisation
du site web • 95
Maintenir le catalogue • 95
Chercher des ouvrages • 97
Gérer son panier • 98
Effectuer une commande • 99
Diagramme d’états • 100
Définitions et notation graphique • 100
Diagramme d’états de la classe Commande • 101
6. MODÉLISATION DE LA NAVIGATION ................................105
Démarche • 106
Diagramme d’états de navigation • 108
Notations de base • 108
Conventions spécifiques • 108
Structuration de la navigation • 108
Navigation de l’internaute • 110
Chercher des ouvrages • 110
Gérer son panier • 111
Effectuer une commande • 112
Résumé de la navigation de l’internaute • 114
Alternative : diagramme d’activité de navigation • 115
Notations de base • 115
Conventions spécifiques (méthode MACAO) • 116
Application à l’étude de cas • 118
7. CONCEPTION OBJET PRÉLIMINAIRE .................................123
Démarche • 124
Notation détaillée des diagrammes de séquence • 125
Diagrammes d’interactions des cas d’utilisation de
l’internaute • 128
Chercher des ouvrages • 128
Gérer son panier • 130
Classes de conception préliminaire • 132
Chercher des ouvrages • 133
Gérer son panier • 135
Structuration en packages de classes • 139
Démarche • 139
Diagrammes de classes des packages de la couche
métier • 142
X
8. CONCEPTION OBJET DÉTAILLÉE ...................................... 147
Démarche • 148
Architecture des applications web • 148
Patterns architecturaux • 148
Le client web léger • 152
Solutions techniques proposées • 153
Solution à base de scripts : PHP • 154
Solution Java J2EE • 156
Solution Microsoft .NET • 159
Conception détaillée du cas d’utilisation « Gérer son
panier » • 161
Solution technique à base de langage de
scripts (PHP) • 161
Implémentation des trois types d’analyse • 161
Pages PHP • 162
Gestion du panier • 162
Classes PHP • 163
Exemple de code • 166
Solution technique J2EE • 167
Architecture logique avec Struts • 167
Diagrammes de séquence • 169
Diagrammes de classes de conception détaillée • 170
Exemples de code • 171
Solution technique .NET • 174
Implémentation des trois types d’analyse • 174
ASP • 174
Diagrammes de séquence • 175
Diagrammes de classes de conception détaillée • 176
Exemples de code • 177
A. RÉSUMÉ DU SOUS-ENSEMBLE DE LA NOTATION UML 2
UTILISÉ DANS CE LIVRE ................................................. 181
Diagramme de cas d’utilisation • 182
Diagramme de séquence • 183
Diagramme de classes • 185
Diagramme de packages • 189
Diagramme d’états • 190
© Groupe Eyrolles, 2005
C. MODÈLE UML 1.4 DE LA PREMIÈRE ÉDITION
(RÉALISÉ AVEC RATIONAL/ROSE 2002) .......................... 219
Modèle des cas d’utilisation • 220
Structuration en packages • 220
Package Acteurs • 220
Package des cas d’utilisation de l’internaute • 221
Package des cas d’utilisation des employés • 224
Modèle du domaine • 226
Structuration en packages • 226
Package Catalogue • 226
Package Gestion • 227
Modèle de navigation • 228
Navigation de l’internaute • 228
Modèle de conception préliminaire • 229
Diagrammes d’interaction • 229
Diagrammes de classes de conception
préliminaire • 234
Modèle de conception détaillée • 235
Architecture logique • 235
Solution à base de scripts (PHP) • 236
Solution technique J2EE (Struts) • 237
Solution technique .NET • 241
INDEX ........................................................................ 245
© Groupe Eyrolles, 2005
XI
Table des matières
B. RÉCAPITULATIF DU MODÈLE UML 2 ILLUSTRANT LA DÉMARCHE
DE MODÉLISATION D’UN SITE E-COMMERCE .....................191
Modèle des cas d’utilisation • 192
Structuration en packages • 192
Package des cas d’utilisation des internautes • 192
Package des cas d’utilisation des employés • 196
Package des cas d’utilisation de second rang • 197
Modèle d’analyse • 198
Modèle de navigation • 201
Navigation de la recherche • 201
Modèle de conception préliminaire • 204
Diagrammes de séquence • 204
Diagrammes de classes de conception
préliminaire • 207
Structuration en packages • 209
Modèle de conception détaillée • 212
Solution à base de scripts (PHP) • 212
Solution technique J2EE (Struts) • 214
Solution technique .NET • 217
Introduction
Objectifs
La conception d’applications web est un sujet à la mode ! En feuilletant
les catalogues des éditeurs informatiques, on est un peu submergé par le
nombre d’ouvrages qui y sont consacrés et la liste n’a pas l’air de vouloir
s’arrêter…
Cependant, quand on prend la peine de parcourir la table des matières
de la grande majorité de ces livres, on est frappé de retrouver toujours les
mêmes mots-clés : ergonomie, HTML, page, lien, graphisme, cadre,
navigation, typographie, couleur, etc.
Bref, tout pour améliorer la forme, mais où est passé le fond ? Que vient
faire l’internaute sur le site ? Quelles informations s’attend-il à trouver ?
Comment ces informations sont-elles structurées, reliées entre elles,
mises à jour ? Bref, comment garantir que les choix de réalisation de
l’application web sont bien adaptés aux objectifs de l’utilisateur ?
La réponse tient en un seul mot : modéliser !
Depuis quelques années, la modélisation objet avec le langage UML est
devenue incontournable sur la plupart des projets informatiques. Alors
pourquoi ne pas appliquer aux projets web ce qui marche pour les projets
« classiques »1 ? Contrairement à une idée répandue, les applications web
sont justement, de par leur complexité croissante, des candidates idéales
à la modélisation graphique et à l’application d’un processus de développement formalisé.
1. Voir par exemple : UML2 en action : de l’analyse des besoins à la conception, P. Roques, F. Vallée,
Eyrolles, 2007.
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Le pionnier sur le sujet a été l’américain Jim Conallen qui a écrit en
1999 un livre intitulé : Designing Web Applications with UML2. Mais
depuis sa parution, les technologies Web ont bien sûr continué à évoluer,
avec en particulier l’arrivée de la plateforme .NET de Microsoft (avec
son langage phare C#), l’émergence des WebServices et des clients
« riches ». Les processus de développement également, avec le mouvement prometteur des méthodologies dites « agiles », popularisées en particulier par Alistair Cockburn dans son ouvrage : "Agile Software
Development"3. Enfin, le langage de modélisation UML a franchi un
palier important en passant de la version 1.5 (utilisée dans la première
édition de ce livre) à la version 2.0, puis 2.1.
Dans cet esprit, mon objectif est donc de vous fournir un guide de
modélisation UML 2 précis, à jour, mais néanmoins léger pour mieux
spécifier et réaliser vos applications Web. Il ne s’agit pas d’un long
exposé théorique mais bien plutôt de conseils concrets et pragmatiques,
illustrés pas à pas grâce à une étude de cas réaliste d’un site marchand de
vente en ligne.
2. La traduction française de cet ouvrage est paru chez Eyrolles en 2000 : Concevoir des applications
Web avec UML, J. Conallen.
3. Agile Software Development: Software through people, A. Cockburn, Addison-Wesley 2002.
XIV
© Groupe Eyrolles, 2005
Introduction
Remerciements
Comme pour mes autres livres, je remercie tout d’abord la société
Valtech Training (www.valtech-training.fr) pour son soutien et son appui
(avec un clin d’œil affectueux à Corinne Martinez et Suzi Lavail). J’ai
profité de nombreuses discussions avec mes collègues consultants et formateurs (Sami Jaber, Denis Peyrusaubes, Gwenaëlle Tisserand, et bien
d’autres) pour affiner le processus et les techniques de modélisation que
je vous propose dans cet ouvrage.
Une mention spéciale à Thomas Gil, co-fondateur du site
www.dotnetguru.org, pour ses remarques constructives et sa participation
notable à l’écriture initiale du chapitre 8. Pour cette troisième édition,
je remercie aussi mes collègues Jean-Louis Vidal et Xavier Paradon
qui m’ont fourni des mises à jour sur .NET et JSF, et Christophe
Porteneuve4 qui a eu la gentillesse de contribuer notablement à améliorer
la précision de ce dernier chapitre.
Merci également à Jean-Bernard Crampes de L’IUT de Blagnac ainsi
qu’à son équipe pour l’échange d’idées constructif sur la modélisation de
la navigation dont vous trouverez l’écho dans le chapitre 6.
Enfin, je ne veux pas oublier les éditions Eyrolles qui m’ont fait confiance une fois de plus. Un merci tout particulier à Muriel et toute
l’équipe, Sophie et Éliza pour leur enthousiasme, leur professionnalisme
et leur bonne humeur !
Quant à Sylvie, elle sait que mon énergie ne serait pas la même sans elle…
Pascal Roques, février 2007
pascal.roques@valtech-training.fr
4. Bien développer pour le Web 2.0 – Bonnes pratiques Ajax, C. Porteneuve, Eyrolles 2006.
© Groupe Eyrolles, 2005
XV
chapitre
1
Besoins
utilisateurs
Quelle démarche
pour passer
des besoins au code ?
UNIFIED
MODELING
LANGUAGE
?
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Code
© Groupe Eyrolles, 2005
Quelle démarche pour passer
des besoins utilisateur
au code de l’application ?
SOMMAIRE
B Pourquoi modéliser ?
Dans ce chapitre introductif, nous dévoilons le processus
simplifié que nous préconisons pour la modélisation des
applications web. Après un premier tour rapide des différents
types de diagrammes proposés par le langage de modélisation
UML, nous introduirons ceux qui nous seront utiles.
Nous présenterons également les principes fondamentaux
du Processus Unifié (UP), du développement agile (avec
eXtreme Programming et Scrum) et d’Agile Modeling (AM),
afin d’éclairer les idées fortes auxquelles se rattache la
démarche pratique adoptée dans la suite du livre.
B Les bases d’UML
B Un processus simplifié pour les
applications web
C Les principes du Processus
Unifié (UP)
C Les pratiques du développement agile (XP, Scrum, etc.)
et d’Agile Modeling (AM)
C La démarche pratique
proposée
B Organisation du livre
MOTS-CLÉS
B Modélisation
B UML
B Diagrammes
B Processus
B UP
B XP
B Scrum
B Agilité
B Web
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Pourquoi modéliser ?
Le recours à la modélisation est depuis longtemps une pratique indispensable au développement logiciel, car un modèle est prévu pour arriver
à anticiper les résultats du codage. Un modèle est en effet une représentation abstraite d’un système destiné à en faciliter l’étude et à le documenter. C’est un outil majeur de communication entre les différents
intervenants au sein d’un projet. Chaque membre de l’équipe, depuis
l’utilisateur jusqu’au développeur, utilise et enrichit le modèle différemment. En outre, les systèmes devenant de plus en plus complexes, leur
compréhension et leur maîtrise globale dépassent les capacités d’un seul
individu. La construction d’un modèle abstrait aide à y remédier. Le
modèle présente notamment l’atout de faciliter la traçabilité du système,
à savoir la possibilité de partir d’un de ses éléments et de suivre ses interactions et liens avec d’autres parties du modèle.
Associé au processus de développement, un modèle représente
l’ensemble des vues sur une expression de besoins ou sur une solution
technique. Pris à un niveau de détail pertinent, il décrit ou conçoit la
cible de l’étape en cours. Le modèle sert donc des objectifs différents
suivant l’activité de développement et sera construit avec des points de
vue de plus en plus détaillés :
• Dans les activités de spécification des exigences, il convient premièrement de considérer le système comme une boîte noire à part entière
afin d’étudier sa place dans le système métier plus global qu’est
l’entreprise. On développe pour cela un modèle de niveau contexte,
afin de tracer précisément les frontières fonctionnelles du système.
À RETENIR Analogie
Pour illustrer au mieux ce qu’est un modèle, Grady Booch a établi un parallèle entre le développement logiciel et la construction BTP. Cette analogie est judicieuse, car les plans tracés
pour construire un immeuble reflètent parfaitement bien l’idée d’anticipation, de conception
et de documentation du modèle. Chaque plan développe par ailleurs un point de vue différent suivant les corps de métier. Par exemple, le plan des circuits d’eau et le plan des passages électriques concernent le même immeuble mais sont nécessairement séparés. Enfin,
chaque plan se situe à un niveau d’abstraction et de détail distinct suivant l’usage que l’on
désire en faire. Ainsi, le plan de masse aide à anticiper les conséquences de l’implantation
de l’immeuble sur son environnement, exactement comme le modèle de contexte. Viennent
ensuite des plans de construction d’un étage, analogues aux modèles de conception.
Notons cependant que l’anticipation ne permet pas de prendre en compte les besoins changeants des utilisateurs, l’hypothèse de départ étant justement que ces besoins sont définis
une bonne fois pour toutes. Or, dans bien des cas, ces besoins évoluent au fil du projet ;
c’est pourquoi il est important de gérer le changement et d’admettre la nécessité de continuer à faire vivre nos modèles. Le processus de modélisation du logiciel doit être adaptatif
et non pas prédictif, contrairement à ce qui se fait dans le BTP !
2
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
• Dans les activités d’analyse, le modèle commence à représenter le
système vu de l’intérieur. Il se compose d’objets représentant une abstraction des concepts manipulés par les utilisateurs. Le modèle comprend par ailleurs deux points de vue, la structure statique et le
comportement dynamique. Il s’agit de deux perspectives différentes
qui aident à compléter la compréhension du système à développer.
• Dans les activités de conception, le modèle correspond aux concepts
informatiques qui sont utilisés par les outils, les langages ou les
plates-formes de développement. Le modèle sert ici à étudier, documenter, communiquer et anticiper une solution. Il est en effet toujours plus rentable de découvrir une erreur de conception sur un
modèle, que de la découvrir au bout de milliers de lignes codées sans
méthode. Pour la conception du déploiement enfin, le modèle représente également les matériels et les logiciels à interconnecter.
Le modèle en tant qu’abstraction d’un système s’accorde parfaitement bien
avec les concepts orientés objet. Un objet peut en effet représenter l’abstraction d’une entité métier utilisée en analyse, puis d’un composant de
solution logicielle en conception. La correspondance est encore plus flagrante lorsque les langages de développement sont eux-mêmes orientés
objet. Cela explique le succès de la modélisation objet ces dernières années
pour les projets de plus en plus nombreux utilisant C++, Java ou C#.
À RETENIR Qu’est-ce qu’un « bon » modèle ?
A est un bon modèle de B si A permet de répondre de façon satisfaisante à des questions prédéfinies sur B (d’après D.T. Ross).
Un bon modèle doit donc être construit :
• au bon niveau de détail,
• selon le bon point de vue.
Pensez à l’analogie de la carte routière. Pour circuler dans Toulouse, la carte de France serait
de peu d’utilité. En revanche, pour aller de Toulouse à Paris, la carte de la Haute-Garonne ne
suffit pas… À chaque voyage correspond la « bonne » carte !
Aujourd’hui, le standard industriel de modélisation objet est UML. Il
est sous l’entière responsabilité de l’OMG.
B.A.-BA OMG
L’OMG (Object Management Group) est un groupement d’industriels dont l’objectif est de
standardiser autour des technologies objet, afin de garantir l’interopérabilité des développements. L’OMG comprend actuellement plus de 800 membres, dont les principaux acteurs de
l’industrie informatique (Sun, IBM, etc.), mais aussi les plus grandes entreprises utilisatrices
dans tous les secteurs d’activité.
B www.omg.org
© Groupe Eyrolles, 2005
B.A.-BA Unified Modeling Language
Tous les documents sur UML élaborés dans le
cadre de l’OMG sont publics et disponibles sur
le site :
B www.uml.org.
3
Cahier du programmeur UML 2
Les bases d’UML
UML se définit comme un langage de modélisation graphique et textuel
destiné à comprendre et décrire des besoins, spécifier et documenter des
systèmes, esquisser des architectures logicielles, concevoir des solutions
et communiquer des points de vue.
UML unifie à la fois les notations et les concepts orientés objet (voir
l’historique d’UML sur la figure 1-1). Il ne s’agit pas d’une simple notation graphique, car les concepts transmis par un diagramme ont une
sémantique précise et sont porteurs de sens au même titre que les mots
d’un langage.
Figure 1–1
Historique d’UML
UML unifie également les notations nécessaires aux différentes activités
d’un processus de développement et offre, par ce biais, le moyen d’établir
le suivi des décisions prises, depuis l’expression de besoin jusqu’au
codage. Dans ce cadre, un concept appartenant aux exigences des utilisateurs projette sa réalité dans le modèle de conception et dans le codage.
Le fil tendu entre les différentes étapes de construction permet alors de
remonter du code aux besoins et d’en comprendre les tenants et les
aboutissants. En d’autres termes, on peut retrouver la nécessité d’un bloc
de code en se référant à son origine dans le modèle des besoins.
4
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
UML 2 s’articule autour de treize types de diagrammes, chacun d’eux
étant dédié à la représentation des concepts particuliers d’un système
logiciel. Ces types de diagrammes sont répartis en deux grands groupes :
• Six diagrammes structurels :
– Diagramme de classes – Il montre les briques de base statiques :
classes, associations, interfaces, attributs, opérations, généralisations, etc.
– Diagramme d’objets - Il montre les instances des éléments structurels et leurs liens à l’exécution.
– Diagramme de packages - Il montre l’organisation logique du
modèle et les relations entre packages.
– Diagramme de structure composite – Il montre l’organisation
interne d’un élément statique complexe.
– Diagramme de composants – Il montre des structures complexes,
avec leurs interfaces fournies et requises.
– Diagramme de déploiement – Il montre le déploiement physique
des « artefacts » sur les ressources matérielles.
• Sept diagrammes comportementaux :
– Diagramme de cas d’utilisation - Il montre les interactions fonctionnelles entre les acteurs et le système à l’étude.
– Diagramme de vue d’ensemble des interactions - Il fusionne les
diagrammes d’activité et de séquence pour combiner des fragments
d’interaction avec des décisions et des flots.
– Diagramme de séquence - Il montre la séquence verticale des messages passés entre objets au sein d’une interaction.
– Diagramme de communication - Il montre la communication
entre objets dans le plan au sein d’une interaction.
– Diagramme de temps – Il fusionne les diagrammes d’états et de
séquence pour montrer l’évolution de l’état d’un objet au cours du
temps.
– Diagramme d’activité - Il montre l’enchaînement des actions et
décisions au sein d’une activité.
– Diagramme d’états – Il montre les différents états et transitions
possibles des objets d’une classe.
Le diagramme de cas d’utilisation (figure 1-2) est utilisé dans l’activité
de spécification des besoins. Il montre les interactions fonctionnelles
entre les acteurs et le système à l’étude. Vous trouverez une description
détaillée de son usage au chapitre 3 de cet ouvrage.
Le diagramme de classes (figure 1-3) est le point central dans un développement orienté objet. En analyse, il a pour objet de décrire la struc© Groupe Eyrolles, 2005
Figure 1–2
Diagramme de cas d’utilisation
5
Cahier du programmeur UML 2
ture des entités manipulées par les utilisateurs. Vous trouverez les
explications relatives à cette utilisation au chapitre 5. En conception, le
diagramme de classes représente la structure d’un code orienté objet.
Vous retrouverez l’utilisation du diagramme de classes en conception aux
chapitres 7 et 8.
Figure 1–3
Diagramme de classes
Le diagramme de packages (figure 1-4) montre l’organisation logique du
modèle et les relations entre packages. Il permet de structurer les classes
d’analyse et de conception, mais aussi les cas d’utilisation. Vous verrez ces
deux utilisations du diagramme de packages aux chapitres 3 et 8.
Figure 1–4
Diagramme de packages
Les diagrammes de séquence (figure 1-5) et les diagrammes de communication (figure 1-6) sont tous deux des diagrammes d’interactions UML.
Ils représentent des échanges de messages entre éléments, dans le cadre
d’un fonctionnement particulier du système. Les diagrammes de
séquence servent d’abord à développer en analyse les scénarios d’utilisation du système. Vous en trouverez des exemples au chapitre 4. Plus tard,
les diagrammes de séquence et de communication permettent de concevoir les méthodes des classes comme indiqué aux chapitres 7 et 8. Nous
privilégierons cependant nettement les diagrammes de séquence pour
restreindre le nombre de diagrammes utilisés.
Figure 1–5
Diagramme de séquence
6
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
Figure 1–6
Diagramme de communication
Le diagramme d’états (figure 1-7) représente le cycle de vie commun aux
objets d’une même classe. Ce diagramme complète la connaissance des
classes en analyse et en conception en montrant les différents états et
transitions possibles des objets d’une classe à l’exécution. Le chapitre 5
vous indiquera comment utiliser ce diagramme à des fins d’analyse.
Vous en verrez une utilisation particulière au chapitre 6 pour modéliser
la navigation dans le site web.
Figure 1–7
Diagramme d’états
Le diagramme d’activité (figure 1-8) représente les règles d’enchaînement des actions et décisions au sein d’une activité. Il peut également
être utilisé comme alternative au diagramme d’états pour décrire la navigation dans un site web, comme illustré au chapitre 6.
Figure 1–8
Diagramme d’activité
Le diagramme d’objets (figure 1-9) est un instantané, une photo d’un
sous-ensemble des objets d’un système à un certain moment du temps.
C’est probablement le diagramme le moins utilisé d’UML et nous n’en
verrons pas d’illustration.
© Groupe Eyrolles, 2005
7
Cahier du programmeur UML 2
Figure 1–9
Diagramme d’objets
Le diagramme de composants (figure 1-10) montre les unités logicielles
à partir desquelles on a construit le système informatique, ainsi que leurs
dépendances.
Figure 1–10
Diagramme de composants
Le diagramme de déploiement (figure 1-11) montre le déploiement
physique des artefacts (éléments concrets tels que fichiers, exécutables,
etc.) sur les ressources matérielles.
Figure 1–11
Diagramme de déploiement
Le diagramme de vue d’ensemble des interactions fusionne les diagrammes d’activité et de séquence pour combiner des fragments d’interaction avec des décisions et des flots.
Le diagramme de temps fusionne les diagrammes d’états et de séquence
pour montrer l’évolution de l’état d’un objet au cours du temps et les
messages qui modifient cet état.
Le diagramme de structure composite montre l’organisation interne
d’un élément statique complexe sous forme d’un assemblage de parties,
de connecteurs et de ports.
Dans un souci de simplicité, nous n’utiliserons pas ces trois nouveaux
types de diagrammes proposés par UML 2.
8
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
L’ensemble des treize types de diagrammes UML peut ainsi être résumé
sur la figure 1-12, en mettant en évidence les cinq diagrammes que nous
utiliserons prioritairement.
Figure 1–12 Les diagrammes UML utilisés dans notre démarche agile
Un processus simplifié pour les
applications web
Le processus que nous vous proposons de suivre pour le développement
d’applications web se situe à mi-chemin entre UP (Unified Process), un
cadre général très complet de processus de développement, et les
méthodes agiles en vogue actuellement, telles que XP (eXtreme Programming), et Scrum. Il s’inspire également des bonnes pratiques prônées par les tenants de la modélisation agile (Agile Modeling).
Les principes fondamentaux du Processus Unifié (UP)
Le Processus Unifié (UP, pour Unified Process) est un processus de
développement logiciel « itératif et incrémental, centré sur l’architecture,
conduit par les cas d’utilisation et piloté par les risques » :
• Itératif et incrémental : le projet est découpé en itérations de courte
durée (environ 1 mois) qui aident à mieux suivre l’avancement global.
À la fin de chaque itération, une partie exécutable du système final
est produite, de façon incrémentale.
© Groupe Eyrolles, 2005
B.A.-BA Processus de développement
Un processus définit une séquence d’étapes, partiellement ordonnées, qui concourent à l’obtention
d’un système logiciel ou à l’évolution d’un système
existant. L’objet d’un processus de développement
est de produire des logiciels de qualité qui répondent aux besoins de leurs utilisateurs dans des
temps et des coûts prévisibles.
Plus simplement, un processus doit permettre de
répondre à la question fondamentale : « Qui fait
quoi et quand ? ».
9
Cahier du programmeur UML 2
• Centré sur l’architecture : tout système complexe doit être décomposé en parties modulaires afin de garantir une maintenance et une
évolution facilitées. Cette architecture (fonctionnelle, logique, matérielle, etc.) doit être modélisée en UML et pas seulement documentée en texte.
• Piloté par les risques : les risques majeurs du projet doivent être identifiés au plus tôt, mais surtout levés le plus rapidement possible. Les
mesures à prendre dans ce cadre déterminent l’ordre des itérations.
• Conduit par les cas d’utilisation : le projet est mené en tenant compte
des besoins et des exigences des utilisateurs. Les cas d’utilisation du
futur système sont identifiés, décrits avec précision et priorisés.
Les phases et les disciplines de UP
La gestion d’un tel processus est organisée suivant les quatre
phases suivantes : initialisation, élaboration, construction et transition.
La phase d’initialisation conduit à définir la « vision » du projet, sa
portée, sa faisabilité, son business case, afin de pouvoir décider au mieux
de sa poursuite ou de son arrêt.
La phase d’élaboration poursuit trois objectifs principaux en parallèle :
• identifier et décrire la majeure partie des besoins des utilisateurs,
• construire (et pas seulement décrire dans un document !) l’architecture de base du système,
• lever les risques majeurs du projet.
La phase de construction consiste surtout à concevoir et implémenter
l’ensemble des éléments opérationnels (autres que ceux de l’architecture
de base). C’est la phase la plus consommatrice en ressources et en effort.
Enfin, la phase de transition permet de faire passer le système informatique des mains des développeurs à celles des utilisateurs finaux. Les
mots-clés sont : conversion des données, formation des utilisateurs,
déploiement, béta-tests.
Chaque phase est elle-même décomposée séquentiellement en itérations
limitées dans le temps (entre 2 et 4 semaines). Le résultat de chacune
d’elles est un système testé, intégré et exécutable. L’approche itérative est
fondée sur la croissance et l’affinement successifs d’un système par le
biais d’itérations multiples, feedback et adaptation cycliques étant les
moteurs principaux permettant de converger vers un système satisfaisant. Le système croît avec le temps de façon incrémentale, itération par
itération, et c’est pourquoi cette méthode porte également le nom de
développement itératif et incrémental. Il s’agit là du principe le plus
important du Processus Unifié.
10
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
Les activités de développement sont définies par cinq disciplines fondamentales qui décrivent la capture des exigences, l’analyse et la conception, l’implémentation, le test et le déploiement. La modélisation métier
est une discipline amont optionnelle et transverse aux projets. Enfin,
trois disciplines appelées de support complètent le tableau : gestion de
projet, gestion du changement et de la configuration, ainsi que la mise à
disposition d’un environnement complet de développement incluant
aussi bien des outils informatiques que des documents et des guides
méthodologiques.
UP doit donc être compris comme une trame commune des meilleures
pratiques de développement, et non comme l’ultime tentative d’élaborer
un processus universel.
Le lecteur intéressé par ce sujet complexe pourra aller plus loin avec
l’ouvrage de P. Kruchten et P. Kroll : Guide pratique du RUP, Campus
Press, 2003.
Le schéma synthétique du RUP™ (Rational Unified Process)
Contrairement au processus en cascade (souvent appelé cycle en V en
France), le Processus Unifié ne considère pas que les disciplines sont
purement séquentielles. En fait, une itération comporte une certaine
quantité de travail dans la plupart des disciplines. Cependant, la répartition de l’effort relatif entre celles-ci change avec le temps. Les premières
itérations ont tendance à mettre plus l’accent sur les exigences et la conception, les autres moins, à mesure que les besoins et l’architecture se
stabilisent grâce au processus de feedback et d’adaptation.
Figure 1–13
Les deux dimensions du Processus Unifié
d’après RUP™
© Groupe Eyrolles, 2005
11
Cahier du programmeur UML 2
Les principes du Manifeste Agile
B www.agilemanifesto.org
La notion de méthode agile est née à travers un manifeste signé en 2001
par 17 personnalités du développement logiciel (parmi lesquelles Ward
Cunningham, Alistair Cockburn, Kent Beck, Martin Fowler, Ron Jeffries,
Steve Mellor, Robert C. Martin, Ken Schwaber, Jeff Sutherland, etc.).
Ce manifeste prône quatre valeurs fondamentales :
• « Personnes et interactions plutôt que processus et outils » : dans
l’optique agile, l’équipe est bien plus importante que les moyens
matériels ou les procédures. Il est préférable d’avoir une équipe
soudée et qui communique, composée de développeurs moyens,
plutôt qu’une équipe composée d’individualistes, même brillants. La
communication est une notion fondamentale.
• « Logiciel fonctionnel plutôt que documentation complète » : il est
vital que l’application fonctionne. Le reste, et notamment la documentation technique, est secondaire, même si une documentation succincte
et précise est utile comme moyen de communication. La documentation représente une charge de travail importante et peut être néfaste si
elle n’est pas à jour. Il est préférable de commenter abondamment le
code lui-même, et surtout de transférer les compétences au sein de
l’équipe (on en revient à l’importance de la communication).
• « Collaboration avec le client plutôt que négociation de contrat » : le
client doit être impliqué dans le développement. On ne peut se contenter de négocier un contrat au début du projet, puis de négliger les
demandes du client. Le client doit collaborer avec l’équipe et fournir
un feedback continu sur l’adaptation du logiciel à ses attentes.
• « Réagir au changement plutôt que suivre un plan » : la planification initiale et la structure du logiciel doivent être flexibles afin de permettre
l’évolution de la demande du client tout au long du projet. Les premières
releases du logiciel vont souvent provoquer des demandes d’évolution.
Les pratiques d’eXtreme Programming (XP)
L’eXtreme Programming (XP) est un ensemble de pratiques qui couvre
une grande partie des activités de la réalisation d’un logiciel, de la programmation proprement dite à la planification du projet, en passant par
l’organisation de l’équipe de développement et les échanges avec le
client. Ces pratiques ne sont pas révolutionnaires : il s’agit simplement
de pratiques de bon sens mises en œuvre par des développeurs ou des
chefs de projet expérimentés, telles que :
• Un utilisateur à plein-temps dans la salle projet. Ceci permet une
communication intensive et permanente entre les clients et les développeurs, aussi bien pour l’expression des besoins que pour la validation des livraisons.
12
© Groupe Eyrolles, 2005
Pour résumer, on peut dire que XP est une méthodologie légère qui met
l’accent sur l’activité de programmation et qui s’appuie sur les valeurs
suivantes : communication, simplicité et feedback. Elle est bien adaptée
pour des projets de taille moyenne où le contexte (besoins des utilisateurs, technologies informatiques) évolue en permanence.
R Gestion de projet Extreme Programming,
J.L. Bénard et al., Eyrolles 2002.
les projets avec l’Extreme
Programming – Pilotage par les testsclient, T. Cros, Cépaduès 2004
B http://xp.thierrycros.net/
R Maîtriser
Les bases de Scrum
Scrum est issu des travaux de deux des signataires du Manifeste Agile, Ken
Schwaber et Jeff Sutherland, au début des années 1990. Le terme Scrum est
emprunté au rugby et signifie mêlée. Ce processus agile s’articule en effet
autour d’une équipe soudée, qui cherche à atteindre un but, comme c’est le
cas en rugby pour avancer avec le ballon pendant une mêlée.
Le principe de base de Scrum est de focaliser l’équipe de façon itérative
sur un ensemble de fonctionnalités à réaliser, dans des itérations de
30 jours, appelées Sprints. Chaque Sprint possède un but à atteindre,
défini par le directeur de produit (Product owner), à partir duquel sont
choisies les fonctionnalités à implémenter dans ce Sprint. Un Sprint
aboutit toujours sur la livraison d’un produit partiel fonctionnel. Pendant
ce temps, le scrummaster a la charge de réduire au maximum les perturbations extérieures et de résoudre les problèmes non techniques de l’équipe.
Un principe fort en Scrum est la participation active du client pour
définir les priorités dans les fonctionnalités du logiciel, et choisir lesquelles seront réalisées dans chaque Sprint. Il peut à tout moment ajouter
ou modifier la liste des fonctionnalités à réaliser, mais jamais ce qui est en
cours de réalisation pendant un Sprint.
B http://scrum.aubryconseil.com/
La modélisation agile (AM)
La « modélisation agile » prônée par Scott Ambler s’appuie sur des principes simples et de bon sens, parmi lesquels :
• Vous devriez avoir une grande palette de techniques à votre disposition et connaître les forces et les faiblesses de chacune de manière à
pouvoir appliquer la meilleure au problème courant.
© Groupe Eyrolles, 2005
13
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
• Écrire le test unitaire avant le code qu’il doit tester, afin d’être certain
que le test sera systématiquement écrit et non pas négligé.
• Programmer en binôme, afin d’homogénéiser la connaissance du système au sein des développeurs, et de permettre aux débutants
d’apprendre auprès des experts. Le code devient ainsi une propriété
collective et non individuelle, que tous les développeurs ont le droit
de modifier.
• Intégrer de façon continue, pour ne pas repousser à la fin du projet le
risque majeur de l’intégration des modules logiciels écrits par des
équipes ou des personnes différentes. Etc.
Cahier du programmeur UML 2
B http://www.agile-modeling.com/
• N’hésitez pas à changer de diagramme quand vous sentez que vous
n’avancez plus avec le modèle en cours. Le changement de perspective va vous permettre de voir le problème sous un autre angle et de
mieux comprendre ce qui bloquait précédemment.
• Vous trouverez souvent que vous êtes plus productif si vous créez plusieurs modèles simultanément plutôt qu’en vous focalisant sur un seul
type de diagramme.
Le processus proposé dans cet ouvrage
Le processus que nous allons présenter et appliquer tout au long de ce
livre est :
• conduit par les cas d’utilisation, comme UP, mais beaucoup plus
simple ;
• relativement léger et restreint, comme les méthodes agiles, mais sans
négliger les activités de modélisation en analyse et conception ;
• fondé sur l’utilisation d’un sous-ensemble nécessaire et suffisant du
langage UML, conformément à AM.
À RETENIR Règle des 80/20
La célèbre règle des 80/20 peut aussi s’appliquer
dans notre cas : vous pouvez modéliser 80 % de
vos problèmes en utilisant 20 % d’UML ! Encore
faut-il savoir quels sont ces 20 % indispensables… Nous espérons que vous aurez une réponse
claire et précise à cette question cruciale à l’issue
de la lecture de cet ouvrage.
Nous allons donc essayer de trouver le meilleur rapport « qualité/prix »
possible afin de ne pas surcharger le lecteur de concepts et d’activités de
modélisation qui ne sont pas indispensables au développement d’applications web efficaces. En revanche, nous nous efforcerons bien de montrer qu’il est important et utile de modéliser précisément certains aspects
critiques de son système.
Le problème fondamental auquel ce livre va s’efforcer de répondre est
finalement assez simple : comment passer des besoins des utilisateurs au
code de l’application ? Autrement dit : « J’ai une bonne idée de ce que
mon application doit faire, des fonctionnalités attendues par les futurs
utilisateurs. Comment obtenir le plus efficacement possible un code
informatique opérationnel, complet, testé, et qui réponde parfaitement
au besoin ? ».
Besoins
utilisateurs
?
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Figure 1–14
Comment passer des besoins au code ?
14
Code
© Groupe Eyrolles, 2005
Nous allons donc vous proposer une démarche de modélisation nécessaire et suffisante afin de construire efficacement une application web.
Pour cela, nous utiliserons un sous-ensemble du langage de modélisation
UML qui sera également nécessaire et suffisant pour la plupart des projets de même nature. Cette approche est le résultat de plusieurs années
d’expérience dans des domaines variés. Elle a donc montré son efficacité
dans la pratique.
Dans un premier temps, les besoins vont être modélisés au moyen des
cas d’utilisation UML. Ils seront représentés de façon plus concrète par
une maquette d’IHM (Interface Homme-Machine) destinée à faire
réagir les futurs utilisateurs. La figure 1-15 montre bien de quoi nous
partons et là où nous voulons arriver.
B La technique des cas d’utilisation sera
expliquée au chapitre 3.
Cas d’utilisation
Besoins
utilisateurs
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
About us
?
package LogiqueMetier.Gestion;
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
Repartons maintenant du but, c’est-à-dire du code que nous voulons
obtenir, et remontons en arrière, pour mieux expliquer le chemin
minimal qui va nous permettre de joindre les deux « bouts ». Dans le
cadre de systèmes orientés objet, la structure du code est définie par les
classes logicielles et leurs regroupements en ensembles appelés packages
(paquetages en français). Nous avons donc besoin de diagrammes représentant les classes logicielles et montrant les données qu’elles contiennent (appelées attributs), les services qu’elles rendent (appelés
opérations) ainsi que leurs relations. UML propose les diagrammes de
classes pour véhiculer toutes ces informations.
© Groupe Eyrolles, 2005
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Code
Figure 1–15
Les besoins donnent lieu à des cas
d’utilisation et à une maquette
Nous appellerons ces diagrammes « diagrammes
de classes de conception » pour indiquer qu’ils
sont à un niveau de détail suffisant pour en dériver
automatiquement ou manuellement le code de
l’application. Ils seront présentés aux chapitres 7
et 8.
15
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
Il ne s’agit pas de se jeter sur l’écriture de code en omettant de formaliser
les besoins des utilisateurs et d’élaborer une architecture robuste et évolutive. D’un autre côté, le but n’est pas de faire de la modélisation pour le
plaisir, mais bien de produire le plus rapidement possible une application
qui satisfasse au mieux ses utilisateurs !
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Maquette
Une maquette est un produit jetable donnant aux utilisateurs une vue concrète mais non
définitive de la future interface de l’application. Cela peut consister en un ensemble de
dessins réalisés avec des outils spécialisés tels que Dreamweaver, Adobe Illustrator ou
plus simplement avec Powerpoint ou même Word. Par la suite, la maquette intégrera des
fonctionnalités de navigation pour que l’utilisateur puisse tester l’enchaînement des
écrans, même si les fonctionnalités restent fictives.
La maquette est développée rapidement afin de provoquer des retours de la part des utilisateurs. Elle permet ainsi d’améliorer la relation développeur-client. La plupart du temps,
la maquette est considérée comme jetable, c’est-à-dire que la technologie informatique
employée pour la réaliser n’est pas forcément assez robuste et évolutive pour être intégrée telle quelle. Pensez à l’analogie de la maquette d’avion qui est très utile en soufflerie,
mais qui ne peut pas voler !
La figure 1-16 montre ainsi cette étape préliminaire au codage, mais il
reste encore beaucoup de chemin à parcourir…
Cas d’utilisation
Besoins
utilisateurs
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
About us
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
?
Objet2
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
+ getDetails() : String
Objet1
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Maquette
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Objet4
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Figure 1–16 Les diagrammes de classes de conception donnent la structure du code.
Les diagrammes de classes de conception représentent bien la structure
statique du code, par le biais des attributs et des relations entre classes,
mais ils contiennent également les opérations (aussi appelées méthodes)
qui décrivent les responsabilités dynamiques des classes logicielles.
L’attribution des bonnes responsabilités aux bonnes classes est l’un des
problèmes les plus délicats de la conception orientée objet. Pour chaque
service ou fonction, il faut décider quelle est la classe qui va le/la con16
© Groupe Eyrolles, 2005
MÉTHODE Allocation des responsabilités
Les diagrammes d’interactions UML (séquence ou communication)
sont particulièrement utiles au concepteur pour représenter graphiquement ses décisions d’allocation de responsabilités. Chaque diagramme
d’interaction va ainsi représenter un ensemble d’objets de classes différentes collaborant dans le cadre d’un scénario d’exécution du système.
Dans ce genre de diagramme, les objets communiquent en s’envoyant
des messages qui invoquent des opérations sur les objets récepteurs.
Avec un outil de modélisation UML, à chaque fois
que vous déclarez un message entre deux objets,
vous pouvez créer effectivement une opération
publique sur la classe de l’objet récepteur. Ce type
d’outil permet vraiment de mettre en œuvre l’allocation des responsabilités à partir des diagrammes
d’interaction.
On peut donc suivre visuellement les interactions dynamiques entre
objets, et les traitements réalisés par chacun. Les diagrammes d’interaction aident également à écrire le code à l’intérieur des opérations, en particulier les appels d’opérations imbriqués.
La figure 1-17 ajoute une étape du côté du code, mais ne nous dit pas
encore comment relier tout cela aux cas d’utilisation.
Cas d’utilisation
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message name
message name
message name
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
About us
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
message name
?
message name
Diagrammes
d’interaction
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Objet2
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Maquette
package LogiqueMetier.Gestion;
+ getDetails() : String
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
Objet1
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet4
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Code
Figure 1–17 Les diagrammes d’interaction nous aident à attribuer les responsabilités aux classes.
Comment passer des cas d’utilisation aux diagrammes d’interaction ? Ce
n’est ni simple ni direct, car les cas d’utilisation sont au niveau d’abstraction des besoins des utilisateurs alors que les diagrammes d’interaction se
placent au niveau de la conception objet. Il faut donc au moins une étape
intermédiaire.
© Groupe Eyrolles, 2005
B Les diagrammes d’interaction seront
utilisés intensivement aux chapitres
7 et 8.
17
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
tenir. Nous devons ainsi répartir tout le comportement du système entre
les classes de conception, et décrire les interactions induites.
Cahier du programmeur UML 2
Chaque cas d’utilisation est décrit textuellement de façon détaillée, mais
donne également lieu à un diagramme de séquence simple représentant
graphiquement la chronologie des interactions entre les acteurs et le système vu comme une boîte noire, dans le cadre du scénario nominal.
Nous appellerons ce diagramme : « diagramme de séquence système ».
B La description textuelle détaillée des cas
d’utilisation ainsi que le diagramme de
séquence système seront présentés au
chapitre 4.
Par la suite, en remplaçant le système vu comme une boîte noire par un
ensemble choisi d’objets de conception, nous décrirons l’attribution des
responsabilités dynamiques, tout en conservant une traçabilité forte avec
les cas d’utilisation. La figure 1-18 montre ainsi les diagrammes de
séquence système en tant que liens importants entre les cas d’utilisation
et les diagrammes d’interaction.
System
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Besoins
utilisateurs
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
About us
What's New
Article Title
Search:
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
?
message name
message name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes
d’interaction
Maquette
Objet2
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
+ getDetails() : String
Objet1
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
Objet4
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Figure 1–18 Les diagrammes de séquence système fournissent le squelette des diagrammes d’interaction.
Maintenant, comment trouver ces fameuses classes de conception qui
interviennent dans les diagrammes d’interaction ?
Le chaînon manquant de notre démarche s’appelle les diagrammes de
classes participantes. Il s’agit là de diagrammes de classes UML qui
décrivent, cas d’utilisation par cas d’utilisation, les trois principales
18
© Groupe Eyrolles, 2005
Un avantage important de cette technique pour le chef de projet consiste
en la possibilité de découper le travail de son équipe d’analystes suivant
les différents cas d’utilisation, plutôt que de vouloir tout traiter d’un
bloc. Comme l’illustre la figure 1-19, les diagrammes de classes participantes sont particulièrement importants car ils font la jonction entre les
cas d’utilisation, la maquette et les diagrammes de conception logicielle
(diagrammes d’interaction et diagrammes de classes).
B Les diagrammes de classes participantes
seront détaillés au chapitre 5.
System
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Diagrammes
d’interaction
About us
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
What's New
Objet1
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet4
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
+ getDetails() : String
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Objet3
Advertising
Maquette
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Figure 1–19 Les diagrammes de classes participantes font la jonction entre les
cas d’utilisation, la maquette et les diagrammes de conception logicielle.
Pour que le tableau soit complet, il nous reste à détailler une exploitation
supplémentaire de la maquette. Elle va nous permettre de réaliser des
diagrammes dynamiques représentant de manière formelle l’ensemble
des chemins possibles entre les principaux écrans proposés à l’utilisateur.
Ces diagrammes, qui mettent en jeu les classes participantes de type
« dialogues » et « contrôles », s’appellent des diagrammes de navigation.
© Groupe Eyrolles, 2005
B Les diagrammes de navigation seront
présentés au chapitre 6.
19
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
classes d’analyse et leurs relations : les dialogues, les contrôles et les
entités. Ces classes d’analyse, leurs attributs et leurs relations vont être
décrits en UML par un diagramme de classes simplifié utilisant des conventions particulières.
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Dialogues, contrôles, entités
Les classes qui permettent les interactions entre le site web et ses utilisateurs sont qualifiées de « dialogues ». C’est typiquement les écrans proposés à l’utilisateur : les formulaires de saisie, les résultats de recherche, etc. Elles proviennent directement de l’analyse
de la maquette.
Celles qui contiennent la cinématique de l’application seront appelées « contrôles ». Elles
font la transition entre les dialogues et les classes métier, en permettant aux écrans de
manipuler des informations détenues par un ou plusieurs objet(s) métier.
Celles qui représentent les règles métier sont qualifiées d’« entités ». Elles proviennent
directement du modèle du domaine, mais sont confirmées et complétées cas d’utilisation
par cas d’utilisation.
La trame globale de la démarche est ainsi finalisée, comme indiqué sur la
figure 1-20.
System
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Diagrammes
d’interaction
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
autre client
About us
demande de modification d'adresse
<<dialogue>>
Client et Comptes
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Objet2
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
Advertising
Advertising
Maquette
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
+ getDetails() : String
créer opération
Objet1
saisie annulée
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
enregistrer les opérations
Button
Article Title
<<cas d'utilisati on>>
Modifier l'adresse
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Saisie
opération
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
Compte rendu
opération
Objet3
+ getDetails() : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Diagrammes
de navigation
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
+ getDetails() : String
imprimer
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Figure 1–20 Schéma complet du processus de modélisation d’une application web
MÉTHODE Quelques types de diagrammes seulement
Nous n’utilisons pas les treize types de diagrammes proposés par UML 2, mais seulement
un tiers, en insistant particulièrement sur les diagrammes de classes et les diagrammes de
séquence. Cette limitation volontaire permet une réduction significative du temps
d’apprentissage de la modélisation avec UML, tout en restant largement suffisante pour
la plupart des projets.
C’est cela aussi la « modélisation agile » !
20
© Groupe Eyrolles, 2005
1 – Quelle démarche pour passer des besoins utilisateur au code de l’application ?
Nous avons obtenu un schéma complet montrant comment, en partant
des besoins des utilisateurs formalisés par des cas d’utilisation et une
maquette, et avec l’apport des diagrammes de classes participantes, on
peut aboutir à des diagrammes de conception à partir desquels on dérivera du code assez directement.
Organisation du livre
Après ce premier chapitre introductif, qui nous a permis de poser les
bases de la démarche, nous allons détailler une par une, dans la suite de
ce livre, les étapes permettant d’aboutir à l’ensemble des livrables de la
figure précédente.
La figure 1-21 replace ainsi chacun des chapitres suivants dans le cadre
de la démarche de modélisation.
Ce schéma général nous servira d’introduction pour chaque chapitre du
livre, afin de bien replacer l’étape courante dans la démarche globale de
modélisation d’une application web.
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Article Title
<<dialogue>>
d l
Client et Comptes
Advertising
Advertising
Maquette
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
pa
package
LogiqueMetier.Gestion;
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
autre client
demande de modification d'adresse
About us
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
return tota
total;
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
enregistrer
enreg
istrer les opérations
opéra
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Figure 1–21 Les chapitres du livre replacés dans la démarche globale de modélisation
© Groupe Eyrolles, 2005
21
chapitre
2
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
autre client
demande de modification d'adresse
About us
<<dialogue>>
d l
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
total;
return tota
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie an
annulée
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
enreg
enregistrer
istrer les opérations
opéra
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Fonctionnalités d’une librairie en
ligne : l’application côté utilisateur
SOMMAIRE
B Choix de l’étude de cas
Présentons d’abord l’étude de cas traitée dans la suite du livre :
une librairie en ligne. Pour cela, nous détaillerons dans un
premier temps les exigences fonctionnelles du site marchand, à
savoir les fonctionnalités requises par l’utilisateur : recherche,
découverte détaillée, sélection et commande d’ouvrages sur un
site web. Nous ajouterons ensuite des exigences non
fonctionnelles (performances, ergonomie) et des contraintes de
conception (sécurisation SSL) pour nous placer dans l’optique
du démarrage d’un projet réel. Nous évoquerons enfin un
processus de gestion des exigences et les outils associés.
© Groupe Eyrolles, 2005
B Expression initiale des besoins
B Vision du projet
C Positionnement
C Exigences fonctionnelles
C Exigences non fonctionnelles
C Contraintes de conception
C Gestion des exigences
MOTS-CLÉS
B Expression des besoins
B Exigences
B Projet
B Vision
B Web
Cahier du programmeur UML 2
Choix du sujet
Le sujet de ce livre est la modélisation d’applications web. La librairie en
ligne constitue un exemple concret, facile à comprendre et suffisamment
représentatif de tels projets. Nous nous sommes inspirés des fonctionnalités de sites existants, comme www.amazon.fr, www.fnac.com, et bien sûr
notre librairie préférée : www.eyrolles.com ! C’est donc le parti pris du
livre, fournissant l’avantage de pouvoir nous raccrocher à des écrans et
des règles de gestion concrètes, directement issues d’applications web
opérationnelles (comme illustré sur les figures 2-1 et 2-2.)
Figure 2–1
Exemple de page de librairie
en ligne (eyrolles.com)
Autre point positif non négligeable : nous pourrons facilement montrer
le lien entre la modélisation objet avec UML (sujet de ce livre) et
l’implémentation, en nous appuyant sur des exemples réels. En outre, les
solutions techniques réellement implantées utilisent aussi bien des lan24
© Groupe Eyrolles, 2005
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Figure 2–2
Autre exemple de page de
librairie en ligne (amazon.fr)
gages objet purs et durs comme Java ou C# que des langages de scripts
plus simples comme PHP. Elles permettent ainsi d’illustrer le fait que la
modélisation UML n’implique pas forcément en aval la maîtrise d’un
langage de programmation objet complexe.
LANGAGE PHP
Le site de la librairie Eyrolles a ainsi été développé en PHP. C’est un langage de script
OpenSource disponible pour diverses plates-formes (Unix, Linux, Windows) comparable à
ASP de Microsoft. Il prend en charge l’ensemble des protocoles du Web (HTTP, SMTP,
LDAP, etc.) et offre un accès natif aux principales bases de données du marché. PHP offre
toutes les fonctionnalités utiles pour construire des sites web dynamiques sophistiqués.
La venue de PHP 5 amène de grandes nouveautés pour un outil qui se veut à double
emploi : facile et utilisable pour des applications simples à destination d’un large public,
performant et puissant pour des applications métier à destination d’un public professionnel. On ne parle plus alors uniquement de langage de programmation, mais de plateforme à part entière.
© Groupe Eyrolles, 2005
25
Cahier du programmeur UML 2
Expression initiale des besoins
La société (fictive !) jeBouquine a décidé récemment de rejoindre les
rangs des grands libraires francophones en ligne. Les rayons déjà ouverts
sur le site web sont très divers : Informatique, Sciences et techniques, Psychologie, Décoration et Jardinage. La librairie jeBouquine assure également la distribution en langue anglaise d’une large sélection d’ouvrages
des plus grands éditeurs anglais et américains. Par exemple, on trouve
dans le rayon informatique des titres venant de chez Addison-Wesley,
McGraw-Hill, O’Reilly, Wiley, Wrox Press, etc.
L’objectif fondamental du futur site www.jeBouquine.com est de permettre
aux internautes de rechercher des ouvrages par thème, auteur, mot-clé,
etc., de se constituer un panier virtuel, puis de pouvoir les commander et
les payer directement sur le Web.
Vision du projet
MÉTHODE Correspondance avec UP
Par rapport à la brève présentation du Processus
Unifié que nous avons faite au chapitre précédent,
la suite de ce chapitre correspond à une partie du
travail effectué lors de la phase d’initialisation
(inception) de UP.
L’objectif du premier document est de collecter, analyser et définir les
besoins de haut niveau et les caractéristiques du futur site web marchand
www.jeBouquine.com. Il se focalise sur les fonctionnalités requises par les
utilisateurs, et sur la raison d’être de ces exigences. Le détail de la description des besoins se trouve dans les spécifications des cas d’utilisation
(voir les chapitres 3 et 4).
Positionnement
se veut être le site web de la société jeBouquine, nouvelle venue dans le cercle des librairies en ligne d’origine française.
www.jeBouquine.com
Le but du projet consiste à :
• Prendre place sur le marché de la librairie en ligne en face des concurrents généralistes tels que www.amazon.fr, www.fnac.com ou
www.eyrolles.com ainsi que d’autres plus spécialisés comme
www.infotheque.fr ou www.lmet.fr en informatique.
• Inventer rapidement des éléments différentiateurs pour devenir à
moyen terme (moins de deux ans) le numéro un français de la vente
de livres en ligne. Le site web devra donc être facilement évolutif
pour pouvoir implémenter très rapidement de nouvelles fonctionnalités importantes.
26
© Groupe Eyrolles, 2005
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Exigences fonctionnelles
Le site web de la société jeBouquine devra regrouper toutes les fonctionnalités nécessaires de recherche, de découverte détaillée, de sélection et
de commande d’ouvrages.
Recherche
La première étape pour l’internaute consiste à trouver le plus rapidement
possible un ouvrage recherché dans l’ensemble du catalogue. Les références de cet ouvrage pouvant être plus ou moins précises, il faut lui
fournir plusieurs méthodes de recherche différentes. L’internaute pourra
ainsi saisir un critère (titre, auteur, ISBN, etc.) ou même plusieurs critères à la fois (comme illustré sur la figure 2-3). Les résultats de la
recherche seront disponibles sur une page particulière, et devront pouvoir être facilement parcourus et reclassés.
Figure 2–3
Exemple de formulaire et de
résultat de recherche rapide
Toutefois, s’il n’a pas d’idée bien arrêtée, il faut également lui fournir le
moyen de flâner comme il le ferait dans les rayons d’une vraie
bibliothèque : pour cela, il pourra accéder directement à une classification thématique, aux nouveautés, aux meilleures ventes, etc.
© Groupe Eyrolles, 2005
27
Cahier du programmeur UML 2
Figure 2–4
Exemple d’écran général de recherche
Découverte
Chaque livre vendu sur le site www.jeBouquine.com sera présenté en détail
sur sa propre page (comme illustré sur la figure 2-5).
On y trouvera en particulier :
• une image (pour la majorité des ouvrages) que l’internaute pourra
agrandir,
• son prix et sa disponibilité,
• des commentaires de lecteurs déjà clients,
• la table des matières détaillée, des extraits de chapitres, etc.
Figure 2–5
Exemple de fiche détaillée d’ouvrage
28
© Groupe Eyrolles, 2005
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Sélection
Dans un véritable magasin, le client choisit ses articles les uns à la suite
des autres, les dépose dans son panier, puis se rend à la caisse pour régler
le tout. Les sites web marchands tentent de reproduire ces habitudes
d’achat le plus fidèlement possible. Ainsi, lorsque l’internaute est intéressé par un ouvrage, il peut l’enregistrer dans un panier virtuel, comme
indiqué sur l’exemple de la figure 2-3 (bouton Ajouter au panier).
Il doit pouvoir ensuite à tout moment en ajouter, en supprimer ou
encore en modifier les quantités avant de passer commande (voir
figure 2-6).
Figure 2–6
Exemple de panier virtuel
Commande
À tout moment, le client doit pouvoir accéder au formulaire du bon de
commande, dans lequel il saisit ses coordonnées et les informations
nécessaires au paiement et à la livraison (voir figure 2-7). Pour garantir la
sécurisation et la confidentialité des échanges, il est impératif que l’envoi
des données se fasse de manière cryptée. Dans le cas où le client le souhaiterait, le système doit être capable de lui imprimer un devis pour
commander par fax ou par courrier.
Le client devra pouvoir ensuite suivre ses commandes récentes, et même
les modifier avant expédition, de façon sécurisée, comme illustré sur la
figure 2-8.
D’une manière générale, le client devra pouvoir gérer son compte, c’està-dire modifier ses coordonnées, ses préférences, ajouter des adresses,
etc. (voir figure 2-9).
© Groupe Eyrolles, 2005
29
Cahier du programmeur UML 2
Figure 2–7 Exemple
de bon de commande
Figure 2–8
Exemple de formulaire
de suivi de commandes
Figure 2–9
Exemple de formulaire
de gestion de compte
30
© Groupe Eyrolles, 2005
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Exigences non fonctionnelles
Exigences de qualité
Pour attirer un client sur un site marchand et ensuite le fidéliser, il est
important de répondre aux exigences de qualité suivantes :
• Ergonomie sobre et efficace
Acheter un livre sur le Web ne doit pas prendre beaucoup de temps
ou demander une maîtrise de mathématiques ! La mise en page du
site facilitera au maximum la démarche à l’aide d’une présentation
claire et intuitive. Les sites trop riches et trop complexes n’incitent
pas à l’achat, car ils demandent un effort intellectuel important et
non souhaité.
• Formulaire de commande simple
Très souvent, l’internaute cale au moment d’acheter, car l’effort le
plus important à fournir est le renseignement du bon de commande !
La conception et la présentation de celui-ci seront donc particulièrement soignées pour ne pas rebuter le client.
• Aide en ligne puissante
À tout moment, l’internaute peut consulter des pages d’aide contextuelle, ainsi que lancer une recherche dans l’ensemble des pages
d’aide (voir la figure 2-10). Une visite guidée sera également proposée aux nouveaux visiteurs.
Figure 2–10
Exemple de page
d’aide sophistiquée
© Groupe Eyrolles, 2005
31
Cahier du programmeur UML 2
Exigences de performance
N’oublions pas non plus les exigences quantitatives suivantes, très
importantes également pour les utilisateurs :
• La librairie jeBouquine doit pouvoir gérer les comptes de plus de
10 000 clients.
• Le site web doit supporter plus de 1 000 connexions simultanées.
• Le catalogue d’ouvrages doit pouvoir comprendre plus de
1 000 000 titres.
• Aucune recherche ne doit prendre plus de 2 secondes.
Contraintes de conception
Mise à jour des données de référence
Les informations relatives aux ouvrages présentés sur le site proviendront essentiellement de deux sources complémentaires. La première
servira à alimenter la base avec tous les nouveaux ouvrages, la seconde à
mettre à jour les données qui concernent le prix et l’état du stock des
livres du catalogue.
Ces deux sources externes seront automatiquement chargées dans la base
de données de façon périodique. Toutes les autres informations seront
saisies manuellement à l’aide d’une petite application intranet dédiée à
l’enrichissement des données relatives aux ouvrages.
SGBDR Oracle
Le grand volume d’informations sur les livres, les commandes, etc., doit être sauvegardé de
façon fiable et durable. Un SGBDR est incontournable et Oracle en est le leader incontestable
sur le marché. Oracle supporte un très gros volume de transactions tout en étant extrêmement robuste. Des statistiques récentes montrent que près d’un cinquième des sites
d’e-commerce passe à Oracle au bout de 2 à 3 ans, en particulier pour des problèmes de
montée en charge mal évaluée initialement.
Mise à jour depuis les formulaires du site
Les données saisies depuis le site web et enregistrées dans la base décriront les coordonnées des clients, ainsi que les caractéristiques de leurs
commandes.
Les coordonnées des clients seront mémorisées. Dans un premier temps,
elles permettront l’envoi du colis correspondant à la commande. Dans
un second temps, cela épargnera de les saisir de nouveau lors des prochaines commandes.
32
© Groupe Eyrolles, 2005
Les commandes seront enregistrées, puis traitées ultérieurement par le
service clientèle. Le client pourra consulter l’historique de toutes ses
commandes.
Panier
Le panier de l’internaute ne sera pas sauvegardé dans la base de données.
Sa durée de vie n’excèdera pas celle de la visite de l’utilisateur.
B.A.-BA SSL
Paiement sécurisé
La saisie du numéro de carte de crédit par le client devra s’effectuer de
manière sécurisée, en cryptant le transfert HTTP, via le protocole SSL.
La commande et le numéro de carte seront stockés dans la base, jusqu’au
traitement de la commande. La banque concernée validera la transaction. À cette étape, le numéro de la carte de crédit sera supprimé de la
base de données.
Le système de chiffrement SSL (Secure Socket
Layer) permet de sécuriser le protocole HTTP
(HTTPS), avec un chiffrement sur 128 bits. Il s’agit
de la norme de sécurité la plus répandue et la plus
fiable actuellement sur Internet. Le serveur HTTP le
plus utilisé dans le monde est Apache. Il permet
d’utiliser SSL et offre l’avantage d’être OpenSource.
Gestion des exigences
La gestion des exigences est l’ensemble des activités permettant de
définir et de suivre les exigences d’un système au cours d’un projet. Elle
permet de :
• s’assurer de la cohérence entre ce que fait réellement le projet et ce
qu’il doit faire ;
• faciliter l’analyse d’impact en cas de changement.
Sur les gros projets informatiques, des outils dédiés sont de plus en plus
considérés comme indispensables et utilisés par les chefs de projet
modernes. Ces outils fournissent les capacités de :
• capturer les exigences, souvent via des fonctions d’import de documents textuels ;
• les administrer, les gérer et les classer en définissant des attributs
adaptés au projet et des valeurs possibles pertinentes pour ces
attributs ;
• construire des liens entre les exigences et les différents livrables du
projet : c’est le concept majeur de traçabilité ;
• générer automatiquement des documents (par exemple, des matrices
de traçabilité).
© Groupe Eyrolles, 2005
33
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Toutes les données personnelles seront bien sûr protégées et leur confidentialité sera garantie.
Cahier du programmeur UML 2
Notre processus léger de modélisation ne nous empêche pas de montrer
ce qu’un tel outil pourrait apporter concrètement au projet de création
d’un site marchand.
Les principaux outils de gestion des exigences
sont : DOORS (Telelogic), RequisitePro (IBM–
Rational), et CaliberRM (Borland).
Pour cela, nous allons utiliser un des outils majeurs du marché :
RequisitePro d’IBM – Rational.
Commençons par créer un projet en utilisant le template fourni Composite, qui va nous permettre de mêler cas d’utilisation et exigences textuelles.
Figure 2–11
Création de projet
sous RequisitePro
Nous allons ensuite créer les exigences une par une, en commençant par
Recherche1 avec le texte suivant : « L’internaute pourra trouver le plus
rapidement possible un ouvrage recherché dans l’ensemble du
catalogue ». Positionnons la valeur de l’attribut Priority à High et celle
de Status à Approved. Il est en effet très important de classer les exigences suivant plusieurs critères tels que la priorité fonctionnelle, la difficulté technique, la stabilité prévisible, etc.
34
© Groupe Eyrolles, 2005
2 – Fonctionnalités d’une librairie en ligne : l’application côté utilisateur
Figure 2–12
Création d’exigences sous RequisitePro
Continuons ainsi à saisir plusieurs exigences :
• Recherche2 : l’internaute pourra saisir un critère (titre, auteur, ISBN,
etc.) ou même plusieurs critères à la fois.
• Panier1 : lorsque l’internaute est intéressé par un ouvrage, il peut
l’enregistrer dans un panier virtuel.
• Panier2 : il doit pouvoir ensuite à tout moment en ajouter, en supprimer ou encore en modifier les quantités.
• Commande1 : à tout moment, le client doit pouvoir accéder au formulaire du bon de commande.
• Commande2 : pour garantir la sécurisation et la confidentialité des
échanges, il est impératif que l’envoi des données se fasse de manière
cryptée.
Ajoutons également plusieurs Stakeholder Requests1 : ergonomie sobre
et efficace, aide en ligne puissante, transactions sécurisées.
Figure 2–13
Exemple d’exigences pour le projet jeBouquine
1. Les demandes des parties prenantes : besoins de haut niveau à partir desquels on peut décliner
de nombreuses exigences détaillées.
© Groupe Eyrolles, 2005
35
Cahier du programmeur UML 2
Nous allons maintenant sélectionner l’exigence non fonctionnelle
Performances4 et la relier à l’exigence fonctionnelle Recherche1. Faisons
de même pour relier d’autres exigences à la Stakeholder Request STRQ1.
L’outil nous permet alors de consulter et d’éditer une matrice de traçabilité dans Coverage Analysis. Sur la figure suivante, nous voyons par
exemple clairement qu’il manque des relations entre les exigences et la
STRQ2.
Figure 2–14
Matrice de traçabilité
entre Features et Stakeholder Requests
Nous poursuivrons cette étude de la gestion des exigences outillée à la fin
du chapitre 3.
36
© Groupe Eyrolles, 2005
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
autre client
demande de modification d'adresse
About us
<<dialogue>>
d l
Client et Comptes
Advertising
Maquette
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
return total;
tota
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
enreg
enregistrer
istrer les opéra
opérations
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
chapitre
3
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Diagrammes de
séquence système
Cas d’utilisation
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
autre client
demande de modification d'adresse
About us
<<dialogue>>
d l
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
getTotal()
public double g
{
total;
return tota
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
enreg
enregistrer
istrer les opéra
opérations
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
: String
- sousTitre [0..1]
[
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Spécification des exigences
d’après les cas d’utilisation
SOMMAIRE
B Identification des acteurs
Acteurs et cas d’utilisation sont les concepts UML
fondamentaux pour la spécification des exigences. Nous
apprendrons à les identifier à partir de l’expression initiale
des besoins de notre étude de cas. Nous verrons ensuite
comment structurer, relier et classer ces cas d’utilisation
ainsi que les représentations graphiques UML associées. Nous
aborderons enfin l’impact de cette étude sur la planification
du projet et les bénéfices qu’en tire le chef de projet, ainsi que
la problématique de la traçabilité avec les exigences textuelles.
B Identification des cas
d’utilisation
B Structuration en packages
B Relations entre cas d’utilisation
B Classement des cas
d’utilisation
B Planification du projet en
itérations
B Traçabilité avec les exigences
MOTS-CLÉS
B Acteur
B Cas d’utilisation
B Package
B Planification
B Itération
B Traçabilité
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
Rappelons comment cette activité de spécification des exigences se situe
par rapport à l’ensemble du processus décrit au chapitre 1. L’expression
préliminaire des besoins donne lieu à une modélisation par les cas d’utilisation et à une maquette d’interface homme-machine (IHM), comme
indiqué sur la figure 3-1.
Figure 3–1
Les besoins donnent lieu à des
cas d’utilisation et à une maquette.
Besoins
utilisateurs
Cas d’utilisation
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
About us
What's New
Article Title
Search:
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
RÉFÉRENCES Design graphique de site web
R Initiation à la conception Web : Cours et
exercices, J. Sklar, Eyrolles, 2001
R Réussir un projet de site web, N. Chu,
Eyrolles, 2006
R Sites web – Les bonnes pratiques,
E. Sloïm, Eyrolles 2007
R CSS 2 – Pratique du design web,
R. Goetter, Eyrolles 2007
R Réussir son site web avec XHTML et CSS,
M. Nebra, Eyrolles 2006
R Je crée mon site Internet avec
Dreamweaver 8 et Flash 8, C. Bergé,
Eyrolles 2006
R Design web : utiliser les standards
– CSS et XHTML, J. Zeldman, Eyrolles 2006
R Création et optimisation de sites web
– CSS2, RSS, XHTML et XML,
Collectif Campus Press, 2006
R CSS 2 – Pratique du design web,
R. Goetter, First Eyrolles, 2005
R Ergonomie du logiciel et design web,
J.F. Nogier, Dunod, 2005
40
Dans ce chapitre, nous allons détailler la branche supérieure concernant
la modélisation des cas d’utilisation. La réalisation d’une maquette graphique est une activité courante mettant en jeu des outils de dessin. Elle
montre rapidement l’aspect visuel (le « look ») du site web. De nombreux
ouvrages traitent déjà de ce sujet particulier qui est en dehors de la
portée de ce livre.
Nous allons au contraire nous concentrer sur ce qu’il y a « derrière » la
maquette, c’est-à-dire : quelles sont les informations à montrer, à qui et
pour quoi faire ? Quelles sont les informations à montrer ? C’est ce que
nous décrirons dans le chapitre 5 traitant des classes d’analyse. À qui et
pour quoi faire ? C’est précisément ici que les concepts UML d’acteurs
et de cas d’utilisation interviennent.
Détaillons un peu plus les différentes étapes de la démarche que nous
allons adopter afin d’aboutir au modèle des cas d’utilisation (voir la
figure 3-2) :
• identifier les acteurs,
• identifier les cas d’utilisation,
• structurer les cas d’utilisation en packages,
• ajouter les relations entre cas d’utilisation,
• finaliser un ou plusieurs diagramme(s) de cas d’utilisation par package.
© Groupe Eyrolles, 2005
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Identifier les acteurs
Identifier les cas d’utilisation
Finaliser les diagrammes
de cas d’utilisation
Figure 3–2
Structurer les cas
d’utilisation en packages
Ajouter les relations entre
cas d’utilisation
Synoptique de la démarche de construction
du modèle des cas d’utilisation
Le modèle ainsi obtenu permet d’établir les priorités entre les cas d’utilisation afin d’aider le chef de projet à planifier ses itérations en connaissance de cause.
B.A.-BA Acteur
Identification des acteurs
Les acteurs humains pour le site web www.jeBouquine.com sont les suivants :
• L’Internaute : la personne qui visite le site pour rechercher des
ouvrages et éventuellement passer une commande. Il s’agit bien sûr
de l’acteur le plus important, celui pour lequel le site existe !
• Le Webmaster : rôle des employés qui sont en charge du bon fonctionnement et de la maintenance du site web.
• Le Service clients : rôle des employés qui s’occupent du suivi des
commandes des clients.
• Le Libraire : rôle des employés qui sont responsables du contenu
rédactionnel du site.
Nous allons également prendre en compte les systèmes informatiques
connectés au site web, à savoir le système Nouveautés qui alimente la
base avec tous les nouveaux ouvrages, et le système Gestion des stocks
© Groupe Eyrolles, 2005
Un acteur représente un rôle joué par une entité
externe (utilisateur humain, dispositif matériel ou
autre système) qui interagit directement avec le
système étudié.
Un acteur peut consulter et/ou modifier directement l’état du système, en émettant et/ou en recevant des messages susceptibles d’être porteurs de
données.
ATTENTION
Acteurs logiques vs acteurs physiques
Éliminez autant que faire se peut les acteurs
« physiques » au profit des acteurs « logiques » :
l’acteur est celui qui bénéficie de l’utilisation du
système. Cette règle permet en particulier de
s’affranchir des technologies d’interface qui risquent d’évoluer au fil du projet.
41
Cahier du programmeur UML 2
qui met à jour les données concernant le prix et l’état du stock des livres
du catalogue. Ces deux sources externes seront automatiquement chargées dans la base de données de façon périodique.
ATTENTION Rôle vs entité concrète
Ne confondez pas rôle et entité concrète. Une
même entité concrète peut jouer successivement différents rôles par rapport au système
étudié, et être modélisée par plusieurs acteurs.
Réciproquement, le même rôle peut être tenu
simultanément par plusieurs entités concrètes,
qui seront alors modélisées par le même
acteur. Par conséquent, même si une seule
personne physique peut jouer successivement
les rôles de Libraire et Webmaster vis à
vis du site web, il s’agit bien de deux acteurs
distincts, de deux profils différents.
L’ensemble des acteurs est représenté graphiquement sur la figure 3-3
autour d’un rectangle figurant le système à l’étude. La représentation
graphique standard de l’acteur en UML est l’icône appelée stick man,
avec le nom de l’acteur sous le dessin. On peut également figurer un
acteur sous la forme rectangulaire d’une classe, avec le mot-clé
<<actor>>. Une bonne recommandation consiste à faire prévaloir l’utilisation de la forme graphique du stick man pour les acteurs humains et
une représentation rectangulaire pour les systèmes connectés.
Figure 3–3
Acteurs du site jeBouquine.com
Identification des cas d’utilisation
B.A.-BA Cas d’utilisation
Un cas d’utilisation (use case) représente un
ensemble de séquences d’actions qui sont réalisées par le système et qui produisent un résultat
observable intéressant pour un acteur particulier.
Un cas d’utilisation modélise un service rendu par
le système. Il exprime les interactions acteurs/système et apporte une valeur ajoutée « notable » à
l’acteur concerné.
42
Pour chaque acteur identifié précédemment, il convient de rechercher les
différentes intentions « métier » selon lesquelles il utilise le système.
Commençons par l’acteur le plus important pour un site d’e-commerce :
l’Internaute.
ATTENTION Cas d’utilisation = ensemble de séquences d’actions
Une erreur fréquente concernant les cas d’utilisation consiste à vouloir descendre trop bas
en termes de granularité. Un cas d’utilisation représente un ensemble de séquences
d’actions réalisées par le système, et le lien entre ces séquences d’actions est précisément
l’objectif métier de l’acteur. Le cas d’utilisation ne doit donc pas se réduire systématiquement à une seule séquence, et encore moins à une simple action.
© Groupe Eyrolles, 2005
On obtient un diagramme préliminaire (voir figure 3-4) en représentant
sur un schéma les cas d’utilisation (ovales) reliés par des associations
(lignes) à leurs acteurs. Un cas d’utilisation doit être relié à au moins un
acteur.
MÉTHODE Nom des cas d’utilisation
Nommez les cas d’utilisation par un verbe à l’infinitif suivi d’un complément, du point de vue de
l’acteur (et non pas du point de vue du système).
B.A.-BA Association
Une association est une relation entre éléments
UML (classes, cas d’utilisation, etc.) qui décrit un
ensemble de liens. Elle est utilisée dans le cadre du
diagramme de cas d’utilisation pour relier les
acteurs et les cas d’utilisation par une relation qui
signifie simplement : « participe à ».
Figure 3–4
Cas d’utilisation principaux
de l’internaute
L’internaute peut également consulter l’historique de ses commandes en
cours.
Il faut bien comprendre que chaque cas d’utilisation doit avoir un
objectif en soi et pouvoir être réalisé indépendamment des autres. Un
internaute visite quelquefois le site dans le seul but de chercher des
ouvrages, sans intention d’acheter. Dans d’autres cas, il gère un panier
virtuel pour faire une simulation, ou obtenir un devis.
Il peut également se connecter pour surveiller l’état de sa dernière commande. Tous ces objectifs sont bien indépendants et auto-suffisants : il
s’agit de vrais cas d’utilisation ! L’ensemble des cas d’utilisation de
l’internaute est représenté sur la figure 3-5.
CONCEPT AVANCÉ Flèche sur l’association
L’utilisation de la flèche sur l’association entre le cas d’utilisation Effectuer une
commande et l’acteur Service clients signale un sens unique de transmission
d’information. Cet acteur ne fait que recevoir des messages du système, sans lui en
envoyer, dans le cadre de ce cas d’utilisation. En revanche, dans le cadre du cas d’utilisation Consulter ses commandes, l’acteur Service clients va interagir dans les
deux sens avec le système. Remarquez également qu’un cas d’utilisation peut faire participer plusieurs acteurs et qu’un acteur peut participer à plusieurs cas d’utilisation.
© Groupe Eyrolles, 2005
ATTENTION Taille des cas d’utilisation
Obtenir un devis est trop « petit » pour être un
cas d’utilisation ! Rappelez-vous qu’un cas
d’utilisation est un ensemble de séquences
d’actions : sûrement pas une seule action.
B.A.-BA Acteur principal
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, tous les
acteurs n’utilisent pas forcément le système ! Nous
appelons acteur principal celui pour qui le cas d’utilisation produit un résultat observable. Par opposition, nous qualifions d’acteurs secondaires les
autres participants du cas d’utilisation. Les acteurs
secondaires sont souvent sollicités pour des informations complémentaires ; ils peuvent uniquement
consulter ou informer le système lors de l’exécution
du cas d’utilisation. Une bonne pratique consiste à
faire figurer les acteurs principaux à gauche des
cas d’utilisation et les acteurs secondaires à droite.
43
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Ces cas d’utilisation principaux ont été bien mis en évidence par
l’expression de besoins préliminaire du chapitre précédent, à savoir :
• rechercher des ouvrages,
• gérer son panier,
• effectuer une commande.
Cahier du programmeur UML 2
Figure 3–5
Cas d’utilisation de l’internaute
CONCEPT AVANCÉ Flèche sur l’association
Notez cette fois-ci les flèches de navigabilité
vers le cas d’utilisation Maintenir le
catalogue : les acteurs non humains ne font
qu’envoyer des messages au système, sans
jamais en recevoir. Ce sont de parfaits exemples
d’acteurs secondaires.
Quels sont les cas d’utilisation des employés de jeBouquine ? D’après le
chapitre 2, on identifie :
• maintenir le catalogue, qui fait intervenir les deux systèmes
Nouveautés et Gestion des stocks,
• maintenir les informations éditoriales,
• maintenir le site.
Représentons ces cas sur un diagramme avec leurs acteurs associés (voir
figure 3-6).
Figure 3–6
Cas d’utilisation des employés
44
© Groupe Eyrolles, 2005
Pour améliorer notre modèle, nous allons organiser les cas d’utilisation et
les regrouper en ensembles fonctionnels cohérents. Pour ce faire, nous
utilisons le concept général d’UML, le package.
Les acteurs ont également été regroupés dans un package séparé sur
lequel s’appuient les deux packages de cas d’utilisation. L’organisation
générale du modèle dans un outil de modélisation est représentée sur la
figure 3-7.
Le sigle UC pour use case est souvent utilisé pour raccourcir les noms de
packages.
B.A.-BA Package
Le package est un mécanisme général de regroupement d’éléments en UML, qui peut être utilisé
par exemple pour regrouper des cas d’utilisation,
mais aussi des acteurs, des classes, etc.
OUTIL Enterprise Architect
L’outil UML 2 que nous avons utilisé dans cet
ouvrage s’appelle Enterprise Architect, de la
société Sparx Systems. Un petit clin d’œil à cette
firme australienne qui nous a aimablement
fourni une licence gratuite complète.
B www.sparxsystems.com
Notez également que nos premiers diagrammes
ont souvent été faits « à la main », afin de montrer qu’il n’est pas indispensable d’acheter un
progiciel coûteux pour utiliser UML !
Figure 3–7
Organisation des cas d’utilisation
et des acteurs en packages
(avec l’outil Enterprise Architect)
Affinement du modèle de cas d’utilisation
Après une nouvelle réunion d’expression des besoins avec le responsable
du projet, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était nécessaire de
distinguer deux profils d’internautes :
• le Visiteur, inconnu du site web, mais qui peut néanmoins rechercher des ouvrages et gérer un panier ;
• le Client, déjà connu par le site web, qui peut seul effectuer une commande et en suivre l’état.
© Groupe Eyrolles, 2005
45
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Structuration en packages
Cahier du programmeur UML 2
À tout moment, le visiteur peut choisir de créer un compte, afin de
devenir client. Le client a également la possibilité de modifier les informations le concernant (adresse de facturation, adresses de livraison,
adresse électronique, etc.) stockées par le site web.
Nous avions également oublié de mentionner l’important système
externe de Paiement sécurisé, nécessaire au moment du paiement en
ligne.
Le diagramme de cas d’utilisation des internautes devient donc tel que
représenté sur la figure 3-8.
Figure 3–8
Cas d’utilisation
du Visiteur et du Client
B.A.-BA Acteur généralisé
Il arrive que deux acteurs, ou plus, présentent des
similitudes dans leurs relations aux cas d’utilisation. On peut l’exprimer en créant un acteur généralisé, éventuellement abstrait, qui modélise les
aspects communs aux différents acteurs concrets.
Dans notre exemple, l’acteur Internaute est la
généralisation abstraite des rôles Visiteur et
Client. Notez que le nom d’un acteur abstrait
s’écrit en italique.
46
Nous remarquons maintenant que les deux acteurs Client et Visiteur
partagent deux cas d’utilisation : ils sont également acteurs principaux de
Chercher des ouvrages et Gérer son panier. Or, une bonne pratique
consiste à identifier un seul acteur principal par cas d’utilisation. UML
nous fournit la solution en permettant de créer un acteur généralisé
Internaute, dont Client et Visiteur seront des spécialisations.
Le diagramme devient alors celui de la figure 3-9, avec un seul acteur
principal par cas d’utilisation.
© Groupe Eyrolles, 2005
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Figure 3–9
Cas d’utilisation des internautes
On pourrait relier les cas d’utilisation des internautes par des relations
d’extension :
• La recherche d’ouvrages peut donner lieu à leur mise dans le panier
(et réciproquement !).
• La gestion du panier peut donner lieu au passage d’une commande.
• Le passage d’une commande peut donner lieu à la gestion du compte
client (ajout d’une adresse, etc).
De même, les différentes possibilités de recherche d’ouvrages seront
modélisées plus finement par une relation de généralisation/spécialisation.
Enfin, l’authentification du client est nécessaire au début du passage
d’une commande, du suivi des commandes, ou de la modification des
informations du compte.
Toutes ces relations entre cas d’utilisation, légales en UML, mais souvent mal utilisées et sources de confusion pour les experts métier, sont
illustrées sur la figure 3-10.
Pensez-vous vraiment que le diagramme ainsi obtenu soit satisfaisant ?
Non, même s’il est légal en UML, ce schéma est devenu maintenant
trop complexe par rapport à l’intérêt de l’information ajoutée. Nous vous
mettons formellement en garde contre l’usage abusif des relations entre
cas d’utilisation !
© Groupe Eyrolles, 2005
47
Cahier du programmeur UML 2
Figure 3–10
Relations entre
cas d’utilisation des internautes
CONCEPT AVANCÉ Relations entre cas d’utilisation
ATTENTION N’abusez pas
des relations entre cas d’utilisation !
N’abusez pas des relations entre cas d’utilisation (inclusion, extension, généralisation) : elles
peuvent rendre les diagrammes de cas d’utilisation trop difficiles à décrypter pour les experts
métier qui sont censés les valider.
Pour affiner le diagramme de cas d’utilisation, UML définit trois types de relations standardisées entre cas d’utilisation :
• Une relation d’inclusion, formalisée par le mot-clé <<include>> : le cas d’utilisation de base en incorpore explicitement un autre, de façon obligatoire.
• Une relation d’extension, formalisée par le mot-clé <<extend>> : le cas d’utilisation
de base en incorpore implicitement un autre, de façon optionnelle.
• Une relation de généralisation/spécialisation : les cas d’utilisation descendants héritent de la description de leur parent commun. Chacun d’entre eux peut néanmoins
comprendre des interactions spécifiques supplémentaires.
CONCEPT AVANCÉ Types de relations
Notez les trois différents types de relations présentes sur le diagramme 3-10 :
• l’association (trait plein avec ou sans flèche, comme sur la figure 3-8) entre acteurs et
cas d’utilisation ;
• la dépendance (flèche pointillée) entre cas d’utilisation, avec les mots-clés «extend»
ou «include» ;
• la relation de généralisation (flèche fermée vide) entre cas d’utilisation.
48
© Groupe Eyrolles, 2005
Néanmoins, le cas d’utilisation S’authentifier est à conserver, puisqu’il
devra être réalisé afin de permettre au Client d’exécuter ses propres cas
d’utilisation majeurs. Nous qualifierons donc ce petit cas d’utilisation de
« fragment » : il ne représente pas un objectif à part entière du client,
mais plutôt un objectif de niveau intermédiaire.
Avons-nous maintenant identifié tous les cas d’utilisation ? En fait, non.
Nous avons omis un cas d’utilisation un peu particulier de l’internaute :
Consulter l’aide en ligne. Certes, il ne s’agit pas non plus d’un cas
d’utilisation majeur, mais il donnera lieu à des développements importants au niveau du projet informatique ! Il ne faut donc pas l’oublier,
même si nous le qualifions de « secondaire » par rapport aux autres cas
identifiés précédemment.
B.A.-BA Stéréotype
Les mots-clés UML comme «include» et
«extend» sont notés entre guillemets typographiques. Toutefois, nous pouvons également créer
nos propres mots-clés, tels que «fragment»
(pour indiquer qu’un cas d’utilisation n’est qu’un
fragment factorisé d’autres cas d’utilisation) ou
«secondaire» (pour indiquer qu’un cas d’utilisation est moins important que les autres). Ces
mots-clés inventés par les utilisateurs s’appellent
alors des stéréotypes.
Pour bien structurer notre expression de besoin, nous préférons isoler les
cas d’utilisation de second rang (S’authentifier et Consulter l’aide en
ligne) dans un package à part, intitulé UC de second rang. L’organisation du modèle devient alors celle indiquée sur la figure 3-11.
Figure 3–11
UC des internautes
UC des employés
+ Client
Organisation complétée des cas d’utilisation et
des acteurs
+ Gestion des stocks
+ Libraire
+ Internaute
+ Paiement sécurisé
+ Nouveautés
+ Service clients
+ Visiteur
+ Webmaster
+ Maintenir le catalogue
+ Chercher des ouvrages
+ Consulter ses commandes
+ Maintenir le site
+ Maintenir les informations éditoriales
+ Créer un compte client
+ Effectuer une commande
+ Gérer son compte client
+ Gérer son panier
«secondaire»
Consulter l'aide en
ligne
Internaute
UC de second rang
+ Consulter l'aide en ligne
+ S'authentifier
«fragment»
S'authentifier
Client
Le diagramme de cas d’utilisation du nouveau package
rang est donné sur la figure 3-12.
© Groupe Eyrolles, 2005
UC de second
Figure 3–12
Cas d’utilisation de second rang
49
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Trop de projets en ont souffert, avec une incompréhension légitime de la
part des experts métier à qui l’on demande de valider ces diagrammes.
La figure 3-9 nous paraît donc largement suffisante pour exprimer les
besoins fonctionnels majeurs de l’application web.
Cahier du programmeur UML 2
Classement des cas d’utilisation
Après tout ce travail d’identification des cas d’utilisation, nous pouvons
maintenant les classifier en tenant compte des deux facteurs suivants :
1 la priorité fonctionnelle, déterminée par le service Marketing de
jeBouquine ;
2 le risque technique, estimé par le chef de projet.
Le tableau suivant illustre cette démarche sur notre étude de cas.
Tableau 3–1 Classement des cas d’utilisation
Cas d’utilisation
Priorité
Risque
Chercher des ouvrages
Haute
Moyen
Gérer son panier
Haute
Bas
Effectuer une commande
Moyenne
Haut
Créer un compte client
Haute
Bas
Consulter ses commandes
Basse
Moyen
Consulter l’aide en ligne
Basse
Bas
Gérer son compte client
Moyenne
Bas
Maintenir le catalogue
Haute
Haut
Maintenir les informations éditoriales
Moyenne
Bas
Maintenir le site
Moyenne
Bas
Nous avions demandé expressément au service Marketing de ne pas
classer tous les cas d’utilisation en priorité haute, mais de vraiment faire
un effort pour distinguer trois niveaux d’importance. Effectuer une commande est ainsi en priorité moyenne, car l’internaute peut toujours
imprimer son devis et commander ensuite par courrier ou fax en envoyant
son paiement par la Poste. En revanche, l’accent est mis sur la gestion du
catalogue et les capacités de recherche afin de fidéliser l’internaute.
Au niveau des risques techniques, le chef de projet a classé au plus haut
la maintenance du catalogue, à cause des problèmes liés à l’intégrité des
informations régulièrement mises à jour semi-automatiquement dans la
base de données centrale, et à la nécessité absolue d’avoir un catalogue
valide et à jour. De même, le passage de commande est noté avec un
risque haut à cause des problèmes de confidentialité et de cryptage à
résoudre de façon sûre.
50
© Groupe Eyrolles, 2005
À partir du classement précédent, le chef de projet a proposé au comité
de pilotage le découpage en itérations suivant :
Tableau 3–2 Planification des itérations grâce aux cas d’utilisation
Cas d’utilisation
Priorité
Risque
Itération #
Chercher des ouvrages
Haute
Moyen
2
Gérer son panier
Haute
Bas
4
Effectuer une commande
Moyenne
Haut
3
Créer un compte client
Haute
Bas
5
Consulter ses commandes en cours
Basse
Moyen
7
Consulter l’aide en ligne
Basse
Bas
10
Gérer son compte client
Moyenne
Bas
9
Maintenir le catalogue
Haute
Haut
1
Maintenir les informations éditoriales
Moyenne
Bas
8
Maintenir le site
Moyenne
Bas
6
Un des bons principes du Processus Unifié consiste à identifier et lever
les risques majeurs au plus tôt. Le chef de projet doit donc prendre en
compte de façon combinée la priorité fonctionnelle et l’estimation du
risque :
• Si la priorité est haute et le risque également, il faut planifier le cas
d’utilisation dans une des toutes premières itérations (exemple :
Maintenir le catalogue).
• Si la priorité est basse et le risque également, on peut reporter le cas
d’utilisation à une des toutes dernières itérations (exemple :
Consulter l’aide en ligne).
• Les choses se compliquent lorsque les deux critères sont
antagonistes ! Le chef de projet doit alors décider en pesant le pour et
le contre. Il peut être amené à négocier avec le client pour le convaincre qu’il vaut mieux pour le projet traiter en premier un cas d’utilisation risqué mais peu prioritaire, au lieu d’un cas d’utilisation plus
prioritaire mais ne comportant pas de risque.
© Groupe Eyrolles, 2005
ATTENTION Processus adaptatif
Ce découpage préliminaire en itérations devra
être remis en cause et réévalué à chaque fin
d’itération. On qualifie le processus itératif et
incrémental d’adaptatif, par opposition à prédictif.
De plus, les itérations ont habituellement une
durée fixe, de l’ordre de quatre semaines. Or, il
n’est pas certain du tout que chaque cas d’utilisation pourra être conçu, développé et testé
dans ce laps de temps. Certains nécessiteront
plusieurs itérations, d’autres au contraire pourront être regroupés dans la même.
MÉTHODE Check-list de questions
pour le chef de projet
• Quel est le problème métier que vous essayez
de résoudre ?
• Quelles fonctionnalités sont essentielles à la
solution ?
• Comment la solution proposée peut-elle être
décrite de façon à être comprise par des lecteurs techniques et d’autres qui ne le sont
pas du tout ?
• Quelles sont les ressources disponibles
(temps, personnes, argent) ?
• Comment les exigences doivent-elles être
priorisées ?
• Comment peut-on vérifier que le système
fonctionnera comme décrit, avec une efficacité et des performances acceptables ?
• Comment peut-on garder la trace des relations de dépendance entre les exigences ?
• Comment peut-on limiter et négocier les
demandes de modification de telle sorte que
le produit puisse être réalisé dans les temps
sans pour autant mécontenter les parties
prenantes ?
• Quelle est la procédure de revue et de décision pour les demandes de modification des
exigences ?
51
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Planification du projet en itérations
Cahier du programmeur UML 2
Traçabilité avec les exigences textuelles
À la fin du chapitre précédent, nous avons saisi un certain nombre d’exigences textuelles dans l’outil RequisitePro (IBM – Rational). Nous avions
également commencé à établir des liens de traçabilité entre exigences, par
exemples entre exigences de performances et exigences fonctionnelles.
Nous allons maintenant établir la correspondance entre les cas d’utilisation que nous venons d’identifier et les exigences textuelles. Cette étude
permet à la fois de valider la complétude des cas d’utilisation, mais aussi
d’améliorer celle des exigences textuelles (qui sont parfois contractuelles
pour les projets industriels).
Pour réaliser concrètement cette traçabilité, nous allons mettre en œuvre
le pont entre les outils RSM (Rational Software Modeler) et RequisitePro. Pour cela, nous allons d’abord ouvrir le référentiel d’exigences à
l’intérieur de l’outil de modélisation UML. RSM permet ainsi d’ouvrir
une perspective « exigences » en même temps que la perspective
« modélisation », ainsi que le montre la figure suivante.
Figure 3–13 Les exigences visibles dans RSM
52
© Groupe Eyrolles, 2005
3 – Spécification des exigences d’après les cas d’utilisation
Nous allons pouvoir ajouter les cas d’utilisation dans RequisitePro par de
simples glisser-déplacer de l’explorateur de modèle UML vers l’explorateur d’exigences à l’intérieur de RSM. Le résultat est illustré par la
figure 3-14.
Figure 3–14
Les cas d’utilisation ajoutés
dans l’explorateur d’exigences
Il ne reste plus maintenant qu’à relier les cas d’utilisation aux exigences
par des liens de traçabilité dans RequisitePro. Le cas d’utilisation
Chercher des livres sera ainsi relié aux exigences appelées RechercheN,
ainsi qu’à certaines exigences de performances, etc. RequisitePro permet
ensuite de visualiser une matrice de traçabilité telle que celle de la
figure 3-15.
Nous pouvons, par exemple, déduire de cette matrice que toutes les exigences textuelles ont bien été tracées par rapport à au moins un cas d’utilisation. Par contre, le cas d’utilisation s’authentifier doit induire de
nouvelles exigences, puisqu’il n’est pas relié du tout. Il est tout à fait courant que l’identification des cas d’utilisation amène ainsi à une révision
des exigences textuelles.
© Groupe Eyrolles, 2005
53
Cahier du programmeur UML 2
Figure 3–15 Matrice de traçabilité entre cas d’utilisation et exigences
54
© Groupe Eyrolles, 2005
System
Chapitre 4
Chapitre 3
Diagrammes de
séquence système
Cas d’utilisation
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
d l
<<dialogue>>
Client et Comptes
Advertising
Advertising
Maquette
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Button
Article Title
autre client
demande de modification d'adresse
About us
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
g
public double getTotal()
{
tota
return total;
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
enregistrer
opérations
enreg
istrer les opéra
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
chapitre
4
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Article Title
Advertising
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
d l
<<dialogue>>
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
autre client
demande de modification d'adresse
About us
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
return total;
tota
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie an
annulée
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
enreg
enregistrer
istrer les opéra
opérations
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Spécification détaillée
des exigences
SOMMAIRE
B Plan-type de description
Nous allons maintenant décrire de façon détaillée les cas
d’utilisation que nous avons identifiés au chapitre 3. Nous
apprendrons ainsi à remplir une fiche-type pour chaque cas
d’utilisation. Nous complèterons cette description textuelle par
une représentation graphique UML très utile : le diagramme
de séquence « système ».
textuelle des cas d’utilisation
B Spécification détaillée des cas
d’utilisation majeurs du site
web
C Maintenir le catalogue
C Chercher des ouvrages
C Gérer son panier
C Effectuer une commande
B Diagrammes de séquence
système
B Identification des opérations
système
MOTS-CLÉS
B Acteur
B Cas d’utilisation
B Scénario
B Diagramme de séquence
B Opération système
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
MÉTHODE Requirements
Le Processus Unifié (UP) place le modèle de cas
d’utilisation et la maquette dans la discipline
Requirements (Spécifications). Les chapitres 3
et 4 de ce livre vont tout à fait dans ce sens.
Rappelons la situation de cette activité de spécification des exigences par
rapport à l’ensemble du processus décrit au chapitre 1. L’expression préliminaire des besoins donne lieu à une modélisation par les cas d’utilisation et à une maquette d’interface homme-machine (IHM). Nous avons
identifié les acteurs et les cas d’utilisation au chapitre 3. Nous allons
maintenant apprendre à les décrire de façon détaillée afin d’obtenir une
expression précise des besoins avant d’attaquer l’analyse et la conception
objet.
MÉTHODE Processus itératif
L’identification des cas d’utilisation, comme réalisée dans le chapitre 3, se fait lors de la phase
d’Inception du RUP. Il s’agit d’un travail préliminaire visant à définir le périmètre fonctionnel du
projet.
La description détaillée des cas d’utilisation, que
nous allons réaliser dans ce chapitre 4, se fait
principalement lors de la phase d’Élaboration,
mais de façon itérative et incrémentale.
System
Besoins
utilisateurs
Cas d'utilisation
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Diagrammes de
séquence système
About us
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
Figure 4–1 Les cas d’utilisation et leurs prolongements dans la démarche
Plan-type de description textuelle des cas
d’utilisation
RÉFÉRENCE Rédiger des cas d’utilisation
Nous nous sommes particulièrement inspirés de
l’excellent ouvrage d’Alistair Cockburn :
R Rédiger des cas d’utilisation efficaces,
A. Cockburn, Eyrolles 2001.
La fiche de description textuelle d’un cas d’utilisation n’est pas normalisée par UML. Nous allons donc en proposer une qui soit adaptée à
notre problème.
Scénarios
Pour donner une autre définition du cas d’utilisation, on peut dire que
c’est une collection de scénarios de succès ou d’échec qui décrit la façon
dont un acteur particulier utilise un système pour atteindre un objectif.
Pour détailler la dynamique du cas d’utilisation, la procédure la plus évidente consiste à recenser de façon textuelle toutes les interactions entre
les acteurs et le système. Le cas d’utilisation doit avoir un début et une
fin clairement identifiés. Il faut aussi préciser les variantes possibles tout
en essayant d’ordonner séquentiellement les descriptions afin d’améliorer leur lisibilité.
58
© Groupe Eyrolles, 2005
B.A.-BA Scénario
Un scénario est une suite spécifique d’interactions
entre les acteurs et le système à l’étude. On peut
dire que c’est une « instance » du cas d’utilisation,
un chemin particulier dans sa combinatoire.
La figure 4-2 propose une vue graphique stylisée d’un cas d’utilisation
avec ses scénarios.
scénarios
début
exception
fin
normale
Figure 4–2
Représentation graphique
des scénarios d’un cas d’utilisation
Chaque scénario est composé d’étapes qui peuvent être de trois sortes :
• un message d’un acteur vers le système,
• une validation ou un changement d’état du système,
• un message du système vers un acteur.
Les étapes sont numérotées séquentiellement afin de pouvoir facilement
indiquer par la suite les alternatives possibles.
EXEMPLE DAB : scénario nominal
Cas d’utilisation : Retirer de l’argent au distributeur (DAB) avec une
carte bancaire.
1. Le porteur de carte introduit sa carte dans le DAB.
2. Le DAB vérifie que la carte introduite est bien une carte bancaire.
3. Le DAB demande au porteur de carte de fournir son code d’identification.
4. Le porteur de carte entre son code d’identification.
5. Le DAB valide le code d’identification (par rapport à celui qui est codé
sur la puce de la carte).
6. Le DAB demande une autorisation au système d’autorisation externe.
7. Le système d’autorisation externe donne son accord et indique le
solde hebdomadaire.
8. Le DAB demande au porteur de carte de saisir le montant désiré du
retrait.
9. ...
© Groupe Eyrolles, 2005
59
4 – Spécification détaillée des exigences
Nous allons ainsi distinguer :
• le scénario « nominal », celui qui satisfait les objectifs des acteurs par
le chemin le plus direct de succès,
• des alternatives, qui comprennent tous les autres scénarios, de succès
(fin normale) ou d’échec (erreur).
Cahier du programmeur UML 2
Les alternatives sont très importantes. Elles indiquent tous les autres
scénarios ou branchements possibles, aussi bien de succès que d’échec.
Comme elles doivent se brancher sur le scénario nominal, la convention
de numérotation des étapes prend toute son importance. Ainsi, à une
étape « X », une première alternative se notera « Xa ». Elle identifiera
d’abord la condition qui provoque l’alternative, puis la réponse du système. Le principe consiste à décrire la condition comme quelque chose
qui peut être détecté par le système. Ensuite la réponse du système peut
être résumée en une seule étape ou comprendre également une séquence
d’étapes comme dans l’exemple du DAB. Une seconde alternative à la
même étape se notera « Xb » et ainsi de suite. S’il est nécessaire de
signaler qu’une condition d’alternative peut survenir entre les étapes X
et Y, elle sera notée « X-Ya ». Enfin, si elle peut arriver à tout moment
du scénario nominal, elle sera notée « *a ».
EXEMPLE DAB : alternatives
2a. La carte introduite n’est pas reconnue par le DAB.
1. Le DAB éjecte la carte et le cas d’utilisation se termine en échec.
5a. Le DAB détecte que le code saisi est erroné, pour la première ou
deuxième fois.
1. Le DAB indique au porteur de carte que le code est erroné.
2. Le DAB enregistre l’échec sur la carte et le cas d’utilisation reprend
à l’étape 5 du scénario nominal.
5b. Le DAB détecte que le code saisi est erroné, pour la troisième fois.
1. Le DAB indique au porteur de carte que le code est erroné pour la
troisième fois.
2. Le DAB confisque la carte.
3. Le DAB informe le système d’autorisation externe et le cas d’utilisation se termine en échec.
Préconditions et postconditions
EXEMPLE Quelques conditions
Préconditions :
• La caisse du DAB n’est pas vide.
• La connexion avec le système d’autorisation
est opérationnelle.
Postconditions :
• La caisse du DAB contient moins de billets
qu’au début du cas d’utilisation (le nombre
de billets manquants est fonction du montant du retrait).
• Une opération de retrait a été archivée (en
cas de succès comme en cas d’échec).
60
Les préconditions définissent ce qui doit être vrai en amont du cas d’utilisation pour que celui-ci puisse démarrer. Elles ne sont pas testées à
l’intérieur du cas d’utilisation, mais sont tenues pour acquises. Souvent,
une précondition implique que le scénario nominal d’un autre cas d’utilisation s’est déroulé normalement. Certaines préconditions triviales n’ont
pas besoin d’être mentionnées (« Le système doit être alimenté en courant électrique… ») : seules celles que le rédacteur juge importantes et
dignes d’intérêt doivent être répertoriées.
Les postconditions définissent ce qui doit être vrai lorsque le cas d’utilisation se termine avec succès, qu’il s’agisse du scénario nominal ou d’un
scénario alternatif.
© Groupe Eyrolles, 2005
Très souvent, les exigences non fonctionnelles et les contraintes de conception se rapportent spécifiquement à un cas d’utilisation plutôt qu’au
système dans sa totalité. Dans ce cas, on les documente dans un paragraphe complémentaire. Typiquement, pour notre site e-commerce, il
s’agira de performance, de sécurité ou d’ergonomie. On complètera par
exemple la description des scénarios par des copies d’écran de la maquette.
EXEMPLE Exigences supplémentaires
• Un scénario nominal de retrait doit durer
moins de 2 minutes dans 90 % des cas.
• La comparaison du code d’identification saisi
avec celui de la carte doit être fiable à 10-6.
Spécification détaillée des cas d’utilisation
du site web
Rappel des résultats des spécifications préliminaires
Nous avons structuré les cas d’utilisation en trois packages : ceux de
l’internaute, ceux des employés de jeBouquine et les cas de second rang.
Comme nous l’avons vu au chapitre 3, le chef de projet a proposé au
comité de pilotage le découpage en itérations du tableau 4-1.
Tableau 4–1 Planification des itérations grâce aux cas d’utilisation
Cas d’utilisation
Priorité
Risque
Itération #
Chercher des ouvrages
Haute
Moyen
2
Gérer son panier
Haute
Bas
4
Effectuer une commande
Moyenne
Haut
3
Créer un compte client
Haute
Bas
5
Consulter ses commandes en cours
Basse
Moyen
7
Consulter l’aide en ligne
Basse
Bas
10
Gérer son compte client
Moyenne
Bas
9
Maintenir le catalogue
Haute
Haut
1
Maintenir les informations éditoriales
Moyenne
Bas
8
Maintenir le site
Moyenne
Bas
6
ATTENTION Travail itératif
Nous ne préconisons pas une démarche séquentielle comme la numérotation des chapitres
pourrait le faire croire. Dans le cadre d’un processus itératif et incrémental, tous les cas d’utilisation ne sont pas décrits en détail d’un bloc,
puis conçus également d’un bloc, etc. Le travail
est réalisé itération après itération.
Le découpage en itérations effectué au
chapitre 3 va nous guider pour planifier notre
travail de rédaction détaillée des cas d’utilisations. Celui-ci sera effectué au moment voulu,
lors de l’itération où il a été décidé de concevoir
et développer le cas d’utilisation en question.
Pour illustrer notre démarche, nous allons détailler les cas d’utilisation
des quatre premières itérations, à savoir, dans l’ordre :
• Maintenir le catalogue,
• Chercher des ouvrages,
• Gérer son panier,
• Effectuer une commande.
© Groupe Eyrolles, 2005
61
4 – Spécification détaillée des exigences
Exigences supplémentaires
Cahier du programmeur UML 2
Maintenir le catalogue
Acteur principal
Le Libraire.
Acteurs secondaires
Les deux systèmes Nouveautés et Gestion
L’initiale du nom des acteurs est volontairement en
capitale afin de faciliter leur identification dans le
texte.
des stocks.
Objectifs
Le Libraire veut pouvoir contrôler la mise à jour automatique du
catalogue des ouvrages présentés sur le site web.
Préconditions
• Le Libraire s’est authentifié sur l’intranet (voir le cas d’utilisation
S’authentifier).
• La version courante du catalogue est accessible.
Postconditions
Une nouvelle version du catalogue est disponible.
Scénario nominal
1 Le système Nouveautés alimente le site avec les nouveaux ouvrages.
2 Le système Gestion des stocks met à jour les données qui concernent le prix et l’état du stock.
3 Le Libraire valide la mise à jour du catalogue.
MÉTHODE Liens entre descriptions
de cas d’utilisation
Comme indiqué en 3b.1, l’idéal consiste à établir un lien hypertexte avec le fichier de description textuelle du cas d’utilisation concerné (ici :
Maintenir les informations
éditoriales).
Le cas qui participe à l’alternative sera implémenté dans une itération ultérieure. Ce n’est
pas vraiment un problème : on testera tous les
scénarios sauf le 3b dans l’itération 1, et le travail de l’itération 8 se raccrochera de manière
incrémentale à celui de l’itération 1.
Alternatives
1-2a Le Système détecte un dysfonctionnement des systèmes externes de
mise à jour.
1. Le Système signale le dysfonctionnement au Libraire.
2. Le Libraire invalide la mise à jour partielle ou erronée et revient à
la version précédente du catalogue. Il prévient également le
Webmaster pour qu’il engage des actions de maintenance. Le cas
d’utilisation se termine en échec.
3a Le Libraire détecte des erreurs ou des incohérences parmi les nouvelles informations.
1. Le Libraire modifie toutes les informations erronées.
2. Le Libraire valide la mise à jour du catalogue.
3b Le Libraire veut ajouter d’autres informations.
les
1. Le Libraire exécute le cas d’utilisation Maintenir
informations éditoriales.
2. Le Libraire valide la mise à jour du catalogue.
Exigences supplémentaires
Le catalogue est mis à jour quotidiennement.
62
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
Chercher des ouvrages
Acteur principal
L’Internaute (qu’il soit déjà client, ou simple visiteur)
Objectifs
L’Internaute veut trouver le plus rapidement possible un ouvrage
précis dans l’ensemble du catalogue. Il veut également pouvoir flâner
comme il le ferait dans une vraie bibliothèque et chercher des livres
avec des critères variés.
Préconditions
Le catalogue est disponible (voir le cas d’utilisation
catalogue).
Maintenir le
Postconditions
L’Internaute a trouvé l’ouvrage précis qu’il cherchait, ou un ouvrage
qui l’intéresse, voire plusieurs.
Scénario nominal
1 L’Internaute lance une recherche rapide à partir de mots-clés : un
thème, un titre, le nom d’un auteur, etc.
2 Le Système affiche une page de résultat. Les ouvrages sont classés par
défaut par date de parution, le plus récent en premier.
Figure 4–3
Exemple de recherche rapide
et de page de résultats
© Groupe Eyrolles, 2005
63
Cahier du programmeur UML 2
3 L’Internaute sélectionne un ouvrage.
4 Le Système lui présente une fiche détaillée pour l’ouvrage sélectionné.
On y trouvera en particulier :
– une image (pour la majorité des ouvrages),
– ses titre, sous-titre, auteur(s), éditeur, date de parution, nombre de
pages, langue,
– son prix et sa disponibilité,
– des éventuels commentaires de lecteurs déjà clients,
– la table des matières détaillée, des extraits de chapitres, etc.
Figure 4–4
Exemple de fiche d’ouvrage
Alternatives
1a L’Internaute n’a pas d’idée préconçue et préfère flâner dans les
rayons de la librairie virtuelle. Pour cela, le Système lui propose un
ensemble de pages telles que : nouveautés, meilleures ventes, sélection
du libraire (par thème).
Figure 4–5
Exemple d’écran général de recherche
64
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
1. L’Internaute navigue dans ces pages et peut enchaîner sur
l’étape 3 du scénario nominal.
1b L’Internaute choisit d’effectuer une recherche avancée.
1. L’Internaute accède à un formulaire spécialisé lui permettant de
combiner plusieurs types de recherche : par sujet, titre, auteur, éditeur, langue, etc. Il peut également saisir directement un
numéro ISBN, un code éditeur, etc.
Figure 4–6
Exemple de recherche avancée
Il peut saisir seulement le début significatif d’un mot en terminant
par « * ». Le moteur de recherche cherchera tous les mots commençant ainsi.
Les suffixes de pluriel sont supprimés automatiquement pendant
la recherche. Ainsi, une recherche sur « programme » permettra de
trouver également « programmer » et « programmes ».
L’Internaute peut utiliser des opérateurs logiques entre les mots de
sa recherche. L’opérateur « ET » (« AND ») est utilisé par défaut.
Par exemple, la recherche sur le titre « UML NON C++ », combinée à la recherche sur l’éditeur « CampusPress OU Eyrolles »
retournera les ouvrages dont le titre contient le mot « UML » mais
pas le mot « C++ » et qui sont édités par CampusPress ou Eyrolles.
2a Le Système n’a pas trouvé d’ouvrage correspondant à la recherche.
1. Le Système signale l’échec à l’Internaute et lui propose d’effectuer
une nouvelle recherche. Le cas d’utilisation redémarre à l’étape 1
du scénario nominal.
© Groupe Eyrolles, 2005
65
Cahier du programmeur UML 2
2b Le Système a trouvé de très nombreux ouvrages.
MÉTHODE Choix exclusif
Soit l’internaute lance une nouvelle recherche,
soit il abandonne. Les deux branches exclusives
de l’alternative sont simplement indiquées ici en
utilisant le même numéro « 1 ». Il ne s’agit donc
pas d’une séquence comme dans l’extension 2b.
ATTENTION Modélisation des
enchaînements de cas d’utilisation
Le fait qu’un cas d’utilisation puisse optionnellement en lancer un autre sera décrit de façon
plus formelle dans le chapitre 6 consacré à la
modélisation de la navigation. Le diagramme de
cas d’utilisation, même avec les relations de
type « include » et « extend », n’est pas le bon
endroit pour modéliser ces enchaînements, contrairement à ce que certains croient !
1. Le Système signale le nombre d’ouvrages à l’Internaute et lui
affiche une première page de résultats. Les autres pages sont accessibles directement ou par des symboles Suivante et Précédente.
2. L’Internaute navigue dans ces pages et enchaîne éventuellement
sur l’étape 3 du scénario nominal. Il peut également reclasser les
ouvrages obtenus par différents critères : titre, auteur, langue, disponibilité, etc.
3a L’Internaute n’est pas intéressé par les résultats.
1. L’Internaute revient à l’étape 1 du scénario nominal pour lancer
une nouvelle recherche.
1. L’Internaute abandonne la recherche. Le cas d’utilisation se termine en échec.
3b L’Internaute est intéressé par le résultat et met un ouvrage dans le
panier.
1. Le système affiche le panier de l’internaute (voir le cas d’utilisation
Gérer son panier).
Exigences supplémentaires
• La recherche doit être la plus rapide possible : 95 % des requêtes doivent aboutir en moins de 3 s.
• Les résultats de la recherche doivent être pertinents, c’est-à-dire correspondre à la requête dans au moins 99 % des cas.
• Le formulaire de recherche rapide doit être toujours visible et donc se
situer dans la partie supérieure de toutes les pages, quelle que soit la
résolution d’écran de l’Internaute.
Gérer son panier
À RETENIR Préconditions et
postconditions pertinentes
Il n’y pas toujours de préconditions ou de postconditions pertinentes !
Rien n’interdit à l’Internaute de demander
à accéder à son panier alors qu’il n’a rien
sélectionné : le panier sera vide. De même, à la
fin de la gestion du panier, on ne peut rien prédire sur son état.
Acteur principal
L’Internaute (qu’il soit déjà client, ou simple visiteur).
Objectifs
Lorsque l’Internaute est intéressé par un ouvrage, il faut qu’il puisse
l’enregistrer dans un panier virtuel. Ensuite, il doit pouvoir ajouter
d’autres livres, en supprimer ou encore en modifier les quantités
avant de passer commande.
Préconditions
Néant.
Postconditions
Néant.
66
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
Scénario nominal
1 L’Internaute enregistre les ouvrages qui l’intéressent dans un panier
virtuel (voir le cas d’utilisation Chercher des ouvrages).
2 Le Système lui affiche l’état de son panier. Chaque ouvrage qui a été
préalablement sélectionné est présenté sur une ligne, avec son titre,
son auteur et son éditeur. Son prix unitaire est affiché, la quantité est
positionnée à « 1 » par défaut, et le prix total de la ligne est calculé.
Le total général est calculé par le Système et affiché en bas du panier,
avec le nombre d’articles.
Figure 4–7
Exemple de panier virtuel
3 L’Internaute continue ses achats (voir le cas d’utilisation Chercher
des ouvrages).
Alternatives
2a Le panier est vide.
1. Le Système affiche un message d’erreur à l’Internaute (« Votre
panier est vide ») et lui propose de revenir à une recherche
d’ouvrage (voir le cas d’utilisation Chercher des ouvrages).
4a L’Internaute modifie les quantités des lignes du panier, ou en supprime.
1. L’Internaute revalide en demandant la mise à jour du panier.
2. Le cas d’utilisation reprend à l’étape 2 du scénario nominal.
4b L’Internaute demande un devis pour commander par courrier.
1. Le Système fournit un devis imprimable à joindre au règlement
récapitulant la commande et le total à payer.
© Groupe Eyrolles, 2005
67
Cahier du programmeur UML 2
Figure 4–8 Exemple de devis
4c L’Internaute souhaite commander en ligne.
1. Le Système l’amène sur la page d’identification.
Figure 4–9
Exemple de page d’identification
68
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
2a L’Internaute s’identifie en tant que Client (voir le cas d’utilisation
S’authentifier).
2b L’Internaute Visiteur demande à créer un compte client (voir le cas
d’utilisation Créer
un compte client).
Exigences supplémentaires
• Le calcul du total doit toujours être exact.
• Le panier de l’Internaute est sauvegardé pendant toute la durée de sa
visite sur le site web.
Effectuer une commande
Acteur principal
Le Client.
Objectifs
À tout moment, le client doit pouvoir accéder au formulaire du bon
de commande, dans lequel il peut saisir ses coordonnées et les informations nécessaires au paiement et à la livraison.
Préconditions
Le panier du client n’est pas vide et il s’est identifié.
Postconditions
• Une commande a été enregistrée et transmise au service Commandes.
• Une transaction cryptée a été réalisée avec le système externe de
Paiement sécurisé et sauvegardée.
Scénario nominal
1 Le Client saisit l’ensemble des informations nécessaires à la livraison,
à savoir :
– les coordonnées de l’adresse de facturation (nom, prénom, adresse
postale complète, téléphone),
– les coordonnées de l’adresse de livraison si elle est différente de
l’adresse de facturation (nom, prénom, adresse postale complète,
téléphone).
2 Le Système affiche un récapitulatif des adresses indiquées et du
panier à commander.
3 Le Client sélectionne le paiement par carte bancaire et valide sa
commande. Il doit pour cela fournir un numéro de carte de crédit
avec son type, sa date de validité et son numéro de contrôle.
4 Le Système envoie les informations cryptées au système externe de
Paiement sécurisé.
© Groupe Eyrolles, 2005
69
Cahier du programmeur UML 2
Figure 4–10
Exemple de récapitulatif de commande
5 Le Paiement sécurisé autorise la transaction.
6 Le Système confirme la prise de commande à l’Internaute.
7 Le Système envoie la commande validée au Service clients de
jeBouquine.
8 Le Système enregistre la commande.
Alternatives
1-3a Le Client annule sa commande.
1. Le Système revient sur l’affichage du panier et le cas d’utilisation se
termine en échec.
1 Le Client choisit un paiement différé (chèque, etc.).
1. Le Système confirme la prise de commande à l’Internaute et lui
indique la démarche à suivre pour la terminer.
2. Le Système enregistre la commande dans un état « non finalisée ».
70
© Groupe Eyrolles, 2005
ou erronées (date de validité dépassée, etc.).
1. Le Système demande au client de modifier ou compléter les informations sur la carte.
2. Le cas d’utilisation reprend à l’étape 3 du scénario nominal.
5a Le Paiement sécurisé n’autorise pas la transaction ou ne répond pas.
1. Le Système indique au Client que le paiement par carte bancaire a
échoué et propose de choisir un autre type de paiement.
2. Le cas d’utilisation reprend à l’étape 3 du scénario nominal.
Exigences supplémentaires :
• Pour garantir la sécurisation et la confidentialité des échanges, il est
impératif que l’envoi des données se fasse de manière cryptée
(protocole SSL).
• Les seules cartes bancaires acceptées sont les Visa, Eurocard-Mastercard et American Express.
MÉTHODE Unité de connexion
Le client devra pouvoir ensuite consulter ses
commandes récentes, et même les modifier
avant expédition, de façon sécurisée. Comme il
s’agit d’actions que l’internaute peut entreprendre lors d’une autre visite au site web, il ne
peut s’agir du même cas d’utilisation. En effet,
une règle importante consiste à considérer
qu’un cas d’utilisation a une unité de connexion,
de session. C’est vrai pour tous les autres cas
d’utilisation identifiés jusqu’à présent.
Consulter ses commandes est donc
bien un cas d’utilisation à part entière.
Diagrammes de séquence système
Les cas d’utilisation décrivent les interactions des acteurs avec le site web
que nous voulons spécifier et concevoir. Lors de ces interactions, les
acteurs produisent des messages qui affectent le système informatique et
appellent généralement une réponse de celui-ci. Nous allons isoler ces
messages et les représenter graphiquement sur des diagrammes de
séquence UML.
Pour les messages propres à un cas d’utilisation, les DSS (diagrammes de
séquence système) montrent non seulement les acteurs externes qui interagissent directement avec le système, mais également ce système (en
tant que boîte noire) et les événements système déclenchés par les
acteurs. L’ordre chronologique se déroule vers le bas et l’ordre des messages doit suivre la séquence décrite dans le cas d’utilisation.
B.A.-BA Diagramme de
séquence « système » (DSS)
Nous utilisons le terme de diagramme de séquence
« système » pour souligner le fait que nous considérons le système informatique comme une boîte
noire. Le comportement du système est décrit vu
de l’extérieur, sans préjuger de comment il le réalisera. Nous ouvrirons la boîte noire seulement en
conception.
Nous allons représenter le DSS d’un scénario représentatif de chacun
des cas d’utilisation décrits précédemment, en commençant par ceux des
internautes.
Chercher des ouvrages
Il faut repartir de la description textuelle détaillée du cas d’utilisation et
transformer chaque étape en une flèche représentant un message.
L’acteur principal (Internaute) est représenté à gauche du diagramme et
le système (JeBouquine) à droite. Notez le mot-clé «system» que nous
© Groupe Eyrolles, 2005
71
4 – Spécification détaillée des exigences
4a Le Système détecte que les informations sur la carte sont incomplètes
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Message de retour
Sur la figure 4-11, la flèche pointillée partant du
système à l’étude représente un retour au
sens UML. Cela signifie que le message en question
(par exemple : ouvrages trouvés) est le résultat
direct du message précédent par une relation forte
de cause à effet. En général, on ne fait figurer que
les retours intéressants et non triviaux.
avons utilisé dans la boîte représentant le système boîte noire pour le différencier encore plus nettement des acteurs (surtout lorsqu’il y aura des
acteurs non humains dans les scénarios).
ATTENTION Lignes de vie
Sur la figure 4-11, la notation des bandes blanches le long des lignes verticales (appelées
lignes de vie) représente l’activation de l’élément en question. Le système informatique
n’est actif que lorsqu’il est sollicité par un acteur, alors que les acteurs sont a priori toujours actifs. Cette notation est optionnelle, mais aide à mieux comprendre la flèche pointillée du message de retour.
«system»
JeBouquine
Internaute
rechercheRapide(motsClés)
ouvrages trouvés
Figure 4–11
Premier diagramme de séquence
système de Chercher des ouvrages
selectionOuvrage()
fiche détaillée
UML 2 fournit quelques notations complémentaires très utiles. Des rectangles, appelés fragments d’interaction, sont ainsi utilisables pour indiquer qu’un groupe de messages est optionnel (mot-clé opt), répété (motclé loop) ou alternatif (mot-clé alt). Nous avons utilisé ces nouvelles
notations sur la figure 4-12 pour indiquer que :
• On peut effectuer soit une recherche rapide soit une recherche
avancée.
• On peut optionnellement mettre l’ouvrage trouvé dans le panier.
• La recherche d’ouvrages est répétable à volonté…
La précondition du cas d’utilisation peut également être matérialisée
graphiquement grâce au symbole d’état sur la ligne de vie.
Il est même possible de représenter également le cas d’erreur où le système ne trouve pas d’ouvrage correspondant à la requête. Il suffit
d’ajouter un cadre alt, contenant un cadre break (pour indiquer que les
messages suivants, comme la sélection et la mise dans le panier, ne sont
pas possibles). Le diagramme devient alors comme sur la figure 4-13.
72
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
«system»
Figure 4–12
JeBouquine
Deuxième DSS de Chercher des ouvrages
Internaute
{Catalogue
disponible}
loop
alt
rechercheRapide(motsClés)
[rapide]
[avancée]
rechercheAvancée(paramètres)
ouvrages trouvés
selectionOuvrage(o)
fiche détaillée
opt
miseDansPanier(o)
«system»
JeBouquine
Internaute
{Catalogue
disponible}
loop
alt
rechercheRapide(motsClés)
[rapide]
[avancée]
rechercheAvancée(paramètres)
alt
[échec]
break
[succès]
aucun ouvrage trouvé !
ouvrages trouvés
selectionOuvrage(o)
fiche détaillée
opt
miseDansPanier(o)
Figure 4–13
DSS plus complet de Chercher des ouvrages
© Groupe Eyrolles, 2005
73
Cahier du programmeur UML 2
Gérer son panier
Figure 4–14
«system»
Premier DSS de Gérer son panier
JeBouquine
Internaute
ref
Chercher des ouvrages (nominal)
panier en cours
loop
opt
opt
modificationQuantité(q)
suppressionLigne(l)
miseAJourPanier()
panier mis à jour
UML 2 Renvoi vers
d’autres cas d’utilisation
On notera le renvoi au cas d’utilisation
Chercher des ouvrages en début de
diagramme, pour montrer un exemple de remplissage du panier suite à une recherche réussie.
Cette nouveauté UML 2, matérialisée par un
cadre avec le mot-clé ref, est extrêmement utile.
Une interaction peut ainsi en référencer une
autre (et les outils gèrent des hyperliens très
pratiques entre diagrammes !).
Le DSS représente ici plus que le scénario nominal. En effet, nous avons
décrit un exemple plus complet de gestion du panier afin d’illustrer les
actions répétables de modification de quantité et de suppression de
lignes. Si nous voulons également représenter le fait qu’à la fin du cas
d’utilisation, l’internaute peut optionnellement demander un devis ou
passer une commande, il suffit de l’ajouter à la fin du diagramme comme
indiqué sur la figure 4-15.
Nous n’avons pas continué dans le cas du passage de commande, car c’est
l’objet du cas d’utilisation suivant, à savoir : Effectuer une commande.
Effectuer une commande
Rappelons que pour passer une commande, l’internaute doit maintenant
s’authentifier s’il est déjà client, ou bien créer un compte client s’il ne
l’était pas. Nous pouvons également représenter la précondition concernant le panier qui ne doit pas être vide. Le début du DSS est donné sur
la figure 4-16.
Nous allons ensuite décrire le passage de commande proprement dit, tel
que nous l’avions explicité dans la description textuelle. Notez le symbole de l’état sur la ligne de vie de l’Internaute indiquant qu’il est
devenu Client dans tous les cas pour pouvoir exécuter la suite du cas
d’utilisation (voir figure 4-17).
74
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
«system»
JeBouquine
Internaute
ref
Chercher des ouvrages (nominal)
panier en cours
loop
opt
opt
modificationQuantité(q)
suppressionLigne(l)
miseAJourPanier()
panier mis à jour
opt
alt
demandeDevis()
[devis]
devis imprimable
[commande]
passageCommande()
Figure 4–15
DSS complété de Gérer son panier
«system»
JeBouquine
Internaute
{Panier non vide}
alt
[client]
ref
S'authentifier (nominal)
[visiteur]
ref
Créer un compte client (nominal)
Figure 4–16
Début du DSS de Effectuer une commande
© Groupe Eyrolles, 2005
75
Cahier du programmeur UML 2
«system»
JeBouquine
Paiement sécurisé
Internaute
Service clients
{Panier non vide}
alt
[client]
ref
S'authentifier (nominal)
[visiteur]
ref
Créer un compte client (nominal)
{Client}
adresseFacturation()
opt
[livraison différente de facturation]
adresseLivraison()
récapitulatif
paiementCarte(infosCarte)
validationCommande()
infosCryptées
autorisation
nouvelle commande
Figure 4–17
DSS nominal complété
de Effectuer une commande
MÉTHODE Intérêt du DSS
lorsqu’il y a des acteurs secondaires
L’intérêt de la vue graphique du DSS se révèle
pleinement quand il existe des acteurs secondaires. Ici, l’interaction entre le site web, le système externe de paiement sécurisé et le
Service clients apparaît clairement avec
son positionnement précis dans la séquence des
messages.
76
enregistrementCommande()
confirmation commande
Le diagramme atteint ses limites en terme de complexité et il ne serait
pas réaliste de vouloir ajouter ici des alternatives au cas nominal en
superposant des fragments d’interaction avec le mot-clé alt.
Notez également que nous avons modifié l’ordre des messages par rapport à la description textuelle du cas d’utilisation. En effet, le retour de
confirmation de commande vers le client termine la transaction de validation de commande. Il est donc logique de le positionner après l’enregistrement de la commande et son envoi à destination du Service
clients. La fin de la description du cas d’utilisation devient donc :
5 Le Paiement sécurisé autorise la transaction.
6 Le Système envoie la commande validée au Service clients de
jeBouquine.
7 Le Système enregistre la commande.
8 Le Système confirme la prise de commande à l’Internaute.
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
B.A.-BA Message synchrone ou asynchrone
La notation avec la flèche pleine représente des messages synchrones, c’est-à-dire des
appels où l’émetteur se bloque en attente de la réponse. Dans le cas contraire, on parle
de message asynchrone, et on le représente par une flèche évidée. C’est le cas sur la
figure 4-17 pour le message à destination du Service clients (typiquement un courrier électronique).
B.A.-BA Flèche bouclant sur le système
La flèche qui reboucle sur le système (enregistrementCommande) permet de représenter graphiquement un comportement interne majeur sur lequel on veut mettre
l’accent. Il ne faut cependant pas en abuser car ce n’est pas l’objectif premier de ce type
de diagramme dit d’interaction.
Maintenir le catalogue
«system»
JeBouquine
Nouveautés
Libraire
Gestion des stocks
{Catalogue
disponible}
nouveaux ouvrages
informations stock
majPeriodiqueCatalogue
{Libraire
validationMajCatalogue()
publicationCatalogue
nouveau catalogue
Figure 4–18
{Nouveau catalogue
disponible}
Premier DSS de Maintenir le catalogue
Les systèmes externes alimentent de façon périodique et asynchrone le
système jeBouquine, qui se met à jour en cache. Ensuite, le Libraire
valide la mise à jour et le nouveau catalogue est disponible.
On pourrait facilement ajouter la modification optionnelle des informations éditoriales en fin de scénario pour compléter le diagramme, comme
sur la figure 4-19. Notez également la contrainte temporelle précisant
quand est réalisée l’alimentation externe périodique et la mise à jour
automatique.
© Groupe Eyrolles, 2005
77
Cahier du programmeur UML 2
«system»
JeBouquine
Nouveautés
Libraire
Gestion des stocks
{Catalogue
disponible}
nouveaux ouvrages
informations stock
{tous les soirs
à 23 heures}
majPeriodiqueCatalogue
{Libraire
authentifié}
opt
ref
Maintenir les informations éditoriales
validationMajCatalogue()
publicationCatalogue
nouveau catalogue
Figure 4–19
DSS complété de Maintenir le catalogue
{Nouveau catalogue
disponible}
Opérations système
Les événements système envoyés par les acteurs au site web
jeBouquine.com déclenchent des traitements internes que nous appellerons
opérations système.
L’ensemble des opérations système de tous les cas d’utilisation définit
l’interface publique du système, qui visualise le système comme une
entité unique, boîte noire offrant des services. En UML, le système pris
dans son ensemble peut être représenté par une classe, avec le mot-clé
«system», comme nous l’avons déjà fait dans les diagrammes de
séquence précédents.
À la suite de la création des différents DSS et en enrichissant cette description préliminaire avec les extensions des cas d’utilisation, nous obtenons la liste d’opérations système de la figure 4-20.
78
© Groupe Eyrolles, 2005
4 – Spécification détaillée des exigences
cd Opérations système
«system»
JeBouquine
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
rechercheRapide() : void
selectionOuvrage() : void
rechercheAvancée() : void
miseDansPanier() : void
modificationQuantité() : void
suppressionLigne() : void
miseAJourPanier() : void
demandeDevis() : void
passageCommande() : void
adresseFacturation() : void
adresseLivraison() : void
paiementCarte() : void
validationCommande() : void
enregistrementCommande() : void
validationMajCatalogue() : void
classementRésultatsRecherche() : void
identificationClient() : void
Figure 4–20
Opérations système du site web
d’après les cas d’utilisation décrits
Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive, car nous n’avons pas encore
décrit dans le détail tous les cas d’utilisation. Elle sera donc progressivement complétée au fur et à mesure des itérations successives. On commence cependant à voir apparaître les fonctionnalités majeures du site
web, à un niveau de détail proche de ce qui sera disponible dans l’IHM
(Interface Homme-Machine).
UML 2 Cadre de diagramme : tag et nom
Notez que depuis UML 2, un diagramme peut être inclus dans un cadre accueillant tout le
contenu graphique. Le cadre a pour intitulé le nom du diagramme et établit sa portée.
C’est un rectangle avec un petit pentagone (appelé tag de nom), placé dans l’angle supérieur gauche, qui contient le type du diagramme et son nom. Le cadre n’est cependant pas
obligatoire lorsque le contexte est clair.
Enterprise Architect, l’outil de la société Sparks Systems que nous avons utilisé pour les
diagrammes UML 2 du livre, a pris le parti de définir tous les tags avec deux lettres : ud,
cd, sd, td, ad, sm, id, dd. Dans la figure 4-20, cd signifie class diagram. Nous utilisons
en effet un diagramme de classes pour montrer le système à l’étude comme une classe
unique avec ses opérations.
© Groupe Eyrolles, 2005
79
chapitre
5
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
g name
message
message name
message name
message name
message name
Diagrammes
d’interaction
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
d l
<<dialogue>>
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
pa
package LogiqueMetier.Gestion;
- titre : Stringg
[
- sousTitre [0..1]
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Button
Article Title
autre client
demande de modification d'adresse
About us
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
return total;
tota
}
+ getDetails() : String
pé
créer opération
Objet1
an
saisie annulée
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
enreg istrer les opéra
érat
rations
enregistrer
opérations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
[
- sousTitre [0..1]
: String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Réalisation des cas
d’utilisation : classes d’analyse
SOMMAIRE
B Démarche d’analyse par cas
Les classes, les associations et les attributs sont les concepts
UML fondamentaux pour l’analyse orientée objet. Nous
apprendrons à identifier les concepts du domaine à partir de
l’expression initiale des besoins de notre étude de cas. Nous
verrons comment ajouter des attributs et des associations à ces
concepts ainsi que les représentations graphiques UML
associées. Nous distinguerons ensuite trois types de classes
d’analyse : les « dialogues » qui représentent les moyens
d’interaction avec le système, les « contrôles » qui contiennent
la logique applicative et les « entités » qui sont les objets métier
manipulés. Nous représenterons le résultat de cette
investigation dans un diagramme de classes UML que nous
appellerons diagramme de classes participantes.
Nous aborderons enfin le diagramme d’états, qui pemet de
représenter le cycle de vie d’un objet générique d’une classe
particulière au fil de ses interactions, dans tous les cas
possibles.
© Groupe Eyrolles, 2005
d’utilisation
C Identification des concepts
du domaine
C Ajout des associations et des
attributs
C Typologie des classes
d’analyse
C Diagramme de classes participantes
B Classes d’analyse participantes
des cas d’utilisation majeurs du
site web
C Maintenir le catalogue
C Chercher des ouvrages
C Gérer son panier
C Effectuer une commande
B Diagramme d’états
MOTS-CLÉS
B Classe
B Objet
B Association
B Attribut
B Diagramme de classes
B Diagramme d’états
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
Rappelons le positionnement de cette activité de modélisation du
domaine par rapport à l’ensemble du processus décrit au chapitre 1.
L’expression préliminaire des besoins donne lieu assez directement à une
modélisation par les cas d’utilisation (comme nous l’avons expliqué au
chapitre 3) et à une maquette d’IHM. Il s’agit là de descriptions fonctionnelles qui vont nous servir en particulier pour les tests de recette à la
fin du projet, mais aussi de point d’entrée pour la description dynamique
des scénarios d’exécution du futur système.
En revanche, la conception objet demande principalement une description structurelle, statique, du système à réaliser sous forme d’un
ensemble de classes logicielles, éventuellement regroupées en packages.
Les meilleures classes candidates sont celles issues d’une analyse du
domaine (souvent appelée aussi analyse métier), c’est-à-dire des concepts manipulés par les experts du domaine. Pour passer en douceur à la
conception, il nous faut encore identifier les principales classes d’IHM
ainsi que celles qui décrivent la cinématique de l’application.
Identification des concepts du domaine
L’étape typiquement orientée objet de l’analyse est la décomposition
d’un domaine d’intérêt en classes conceptuelles représentant les entités
B.A.-BA Classe
B.A.-BA Association
Une classe représente la description abstraite d’un ensemble
d’objets possédant les mêmes caractéristiques. On peut parler également de type. Exemples : la classe Voiture, la classe
Personne.
Une association représente une relation sémantique durable entre
deux classes.
Exemple : Une personne peut posséder des voitures. La relation
possède est une association entre les classes Personne et
Voiture.
Attention : même si le verbe qui nomme une association semble
privilégier un sens de lecture, une association entre concepts dans
un modèle du domaine est par défaut bidirectionnelle. Donc implicitement, l’exemple précédent inclut également le fait qu’une voiture est possédée par une personne.
B.A.-BA Objet
Un objet est une entité aux frontières bien définies, possédant une
identité et encapsulant un état et un comportement. Un objet est
une instance (ou occurrence) d’une classe.
Exemple : Pascal Roques est un objet instance de la classe
Personne. La voiture de Pascal Roques est une instance de la classe Voiture.
B.A.-BA Attribut
Un attribut représente un type d’information contenu dans une
classe. Exemples : vitesse courante, cylindrée, numéro
d’immatriculation, etc. sont des attributs de la classe
Voiture.
82
B.A.-BA Opération
Une opération représente un élément de comportement (un service) contenu dans une classe. Nous ajouterons plutôt les opérations en conception objet, car cela fait partie des choix
d’attribution des responsabilités aux objets.
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
significatives de ce domaine. Il s’agit simplement de créer une représentation visuelle des objets du monde réel dans un domaine donné.
Si l’on emploie la notation UML, il s’agit d’un ensemble de diagrammes
de classes dans lesquels on fait figurer les éléments suivants :
• les classes conceptuelles ou les objets du domaine ;
• les associations entre classes conceptuelles ;
• les attributs des classes conceptuelles.
Comment identifier les concepts du domaine ? Plutôt que de partir à
l’aveugle et nous heurter à la taille du problème à résoudre, nous allons
prendre les cas d’utilisation un par un et nous poser pour chacun la question suivante : quels sont les concepts métier qui participent à ce cas
d’utilisation ?
Par exemple, pour le cas d’utilisation Chercher
tifions les concepts fondamentaux suivants :
• ouvrage,
• auteur,
• éditeur.
De même, pour le cas d’utilisation Gérer
• panier,
• livre.
Enfin, pour le cas d’utilisation
identifions :
• commande,
• panier,
• client,
• carte de crédit.
des ouvrages,
son panier,
Effectuer
une
nous iden-
nous identifions :
commande,
nous
Ajout des associations et des attributs
Une fois que l’on a identifié les concepts fondamentaux, il est utile
d’ajouter :
• les associations nécessaires pour prendre en compte les relations qu’il
est fondamental de mémoriser ;
• les attributs nécessaires pour répondre aux besoins d’information.
Reprenons donc les quatre cas d’utilisation majeurs un par un.
Chercher des ouvrages
Nous avons vu dans l’expression préliminaire des besoins (voir
chapitre 2) que l’internaute saisira un critère (titre, auteur, ISBN, etc.)
© Groupe Eyrolles, 2005
ATTENTION Vocabulaire métier
Un modèle du domaine est une sorte de carte
des concepts d’un domaine. Il faut donc absolument utiliser le vocabulaire de ce dernier pour
nommer les classes conceptuelles et leurs attributs. Un cartographe ne change pas le nom des
villes !
Méfions-nous également des synonymes ! La
modélisation ne peut pas tolérer l’utilisation de
plusieurs noms pour le même concept. Il faut
donc en choisir un et s’y tenir. Par exemple ici,
ouvrage, livre et bouquin sont synonymes. Nous garderons livre dans le modèle.
ATTENTION Attribut ou concept ?
L’erreur la plus courante lors de la création d’un
modèle d’analyse consiste à représenter
quelque chose comme un attribut alors que ce
devrait être un concept à part entière.
Un bon critère à appliquer peut s’énoncer de la
façon suivante : si l’on ne peut demander à une
entité que sa valeur, il s’agit d’un simple
attribut, mais si l’on peut lui poser plusieurs
questions, il s’agit plutôt d’un concept qui possède à son tour plusieurs attributs, ainsi que des
liens avec d’autres objets.
Exemple : pour un livre, date de parution et
langue sont des attributs, alors qu’auteur est un
concept à part entière, car on peut lui demander
son nom, son prénom, mais aussi quels sont les
livres qu’il a écrits.
83
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Multiplicité
Aux deux extrémités d’une association, on doit
faire figurer une indication de multiplicité. Elle
spécifie sous la forme d’un intervalle le nombre
d’objets qui peuvent participer à une relation avec
un objet de l’autre classe dans le cadre d’une association.
Exemple : une personne peut posséder plusieurs
voitures (entre zéro et un nombre quelconque) ;
une voiture est possédée par une seule personne.
ou même plusieurs critères à la fois. Les copies d’écran des figures 2-3
et 2-5 nous font trouver également les attributs prix, date de parution,
éditeur, langue, sous-titre, nombre de pages.
Un premier diagramme représentant toutes ces informations se trouve
sur la figure 5-2.
Figure 5–2
Figure 5–1
Exemples de multiplicités d’association
Concepts et attributs liés
à la recherche d’ouvrages
(premier jet)
Nous pouvons déjà faire plusieurs remarques sur la figure 5-2.
• L’attribut editeur devrait plutôt être modélisé comme un concept :
un éditeur a un nom, mais aussi une nationalité, et il est relié à de
nombreux livres. Il s’agit bien d’un concept à part entière dans le
domaine, au même titre qu’un auteur.
• L’attribut sous-titre est optionnel : tous les livres n’ont pas de soustitre, alors qu’ils ont un titre, une langue, etc. UML indique ce caractère optionnel en ajoutant une multiplicité [0..1] derrière l’attribut,
comme indiqué sur la figure 5-3.
Figure 5–3
Concepts et attributs liés à
la recherche d’ouvrages
84
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Gérer son panier
Le Panier est bien un concept du domaine, car dans les librairies réelles,
le client remplit également un panier avant de passer à la caisse. Le
panier est simplement un conteneur des livres sélectionnés par le client.
Une première représentation de ces concepts est donnée en figure 5-4.
CONCEPT AVANCÉ Agrégation
Notez l’utilisation du losange vide du côté de la classe Panier sur la figure 5-4, indiquant une relation d’agrégation. Une agrégation est un cas particulier d’association non
symétrique exprimant une relation de contenance. Les agrégations n’ont pas besoin d’être
nommées : implicitement elles signifient « contient », « est composé de ».
Au passage, notez que si un panier contient un nombre quelconque de livres (0..*), un
livre peut également faire partie d’un nombre quelconque de paniers simultanément.
Figure 5–4
Concepts liés à la gestion du panier (premier jet)
Nous devons prendre en compte le fait que le client peut choisir plusieurs exemplaires du même livre et que nous voulons le total du panier.
Pour cela, nous allons utiliser deux éléments UML supplémentaires du
diagramme de classes : l’attribut dérivé et la classe d’association.
CONCEPT AVANCÉ Attribut dérivé
Un attribut dérivé est un attribut dont la valeur peut être déduite d’autres informations
disponibles dans le modèle, par exemple d’autres attributs de la même classe, ou de
classes en association. Cet attribut, qui pourrait donc être considéré comme redondant,
est néanmoins gardé par l’analyste s’il correspond à un concept important aux yeux de
l’expert métier.
Exemple : un attribut dérivé très classique est l’âge d’une personne, dérivé de l’attribut
date de naissance appartenant à la même classe. Il est noté en UML avec un « / »
avant son nom, comme illustré sur la figure 5-5.
Figure 5–5 Exemple d’attribut dérivé
© Groupe Eyrolles, 2005
85
Cahier du programmeur UML 2
Dans notre cas, le prix du panier est calculable simplement à partir du
prix des livres sélectionnés, ce qui donne un attribut dérivé /total représenté sur la figure 5-6.
Figure 5–6
Concepts liés à la gestion
du panier (deuxième jet)
CONCEPT AVANCÉ Composition
Notez l’utilisation du losange plein du côté de la
classe Panier sur la figure 5-7, indiquant une
relation de composition. Une composition est
une agrégation plus forte impliquant que :
• Une ligne panier ne peut appartenir qu’à un
seul panier (agrégation non partagée).
• La destruction du panier entraîne la destruction de toutes ses lignes (le composite est
responsable du cycle de vie des parties).
Comment exprimer le fait que le panier peut contenir plusieurs exemplaires du même livre, comme illustré sur la figure 2-6 par la colonne
quantité ?
Deux solutions sont possibles. La première consiste à ajouter un concept
intermédiaire qui correspond à une ligne du panier et qui concerne donc
un seul livre, mais avec un attribut quantité, comme sur la figure 5-7.
Figure 5–7
Concepts liés à la gestion
du panier (troisième jet)
CONCEPT AVANCÉ Classe d’association
Il s’agit d’une association promue au rang de
classe. Elle possède tout à la fois les caractéristiques d’une association et celles d’une classe et
peut donc porter des attributs qui se valorisent
pour chaque lien.
Exemple : chaque lien entre un panier et un livre
peut porter une valeur d’attribut quantité
représentant une donnée de la ligne.
La deuxième solution, plus élégante mais plus sophistiquée, consiste à
introduire une classe d’association portant l’attribut quantité, comme
représenté sur la figure 5-8.
Figure 5–8
Solution alternative pour
modéliser la ligne de panier
86
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Nous retiendrons dans la suite de l’étude la première solution afin de ne
pas compliquer le modèle.
Une dernière remarque cependant : l’attribut quantité est positionné par
défaut à « 1 ». Cette valeur initiale significative (car non nulle) peut être
représentée en UML comme indiqué sur la figure 5-9.
Profitons-en pour ajouter dans le panier le nombre d’articles, somme des
quantités des différentes lignes.
Figure 5–9
Concepts liés à la gestion
du panier (solution retenue)
Effectuer une commande
Une fois que l’internaute a un panier non vide, il peut passer sa commande. Il lui faut pour cela s’identifier en tant que client (ou créer un
compte la première fois) puis confirmer ou modifier les informations
nécessaires au paiement et à la livraison (voir figure 2-7).
Le concept de Client est donc incontournable, ainsi que celui de
Commande. Une première version du diagramme de classes correspondant
est donnée à la figure 5-10.
B.A.-BA Contrainte
Notez l’attribut dérivé /montant total dans
la classe Commande, sur la figure 5-10. La relation permettant de calculer la valeur de cet attribut
à partir d’autres éléments du modèle est décrite en
UML au moyen d’une contrainte. Une contrainte
est simplement une condition entre éléments du
modèle qui doit être vérifiée par les éléments concernés. Elle est notée entre accolades { } et peut
être insérée au besoin dans une note graphique (le
post-it).
Figure 5–10
Concepts liés à la prise
de commande (premier jet)
© Groupe Eyrolles, 2005
87
Cahier du programmeur UML 2
Les associations de ce diagramme précisent qu’une commande est forcément liée à un client et à un panier, mais qu’un panier ne donne pas forcément lieu à une commande et qu’un même client peut avoir passé
plusieurs commandes.
B.A.-BA Contrainte {ordered}
La contrainte prédéfinie {ordered} ajoute une
précision sur une multiplicité supérieure à 1. Les
commandes passées par un client sont typiquement ordonnées par date dans le système. Cette
précision ajoute une notion de séquence à la collection de commandes reliées à un client, typiquement implémentée en conception par le concept
de liste.
Nous allons considérer par la suite que le mode de règlement privilégié
est la carte bancaire. Les informations concernant la carte sont-elles des
attributs de la commande ou du client ? Ni l’un ni l’autre : il s’agit bien
d’un concept à part entière, qui possède plusieurs attributs et qui est relié
au client, mais aussi à la commande, comme représenté sur la
figure 5-11. Notez la multiplicité 0..1 du côté de la carte bancaire : nous
aurions plutôt mis 0..* si nous avions souhaité stocker les informations
de plusieurs cartes bancaires pour un même client, mais cela ne fait pas
partie des exigences fonctionnelles.
Figure 5–11
Concepts liés à la prise de
commande (deuxième version)
B.A.-BA Sens de lecture des associations ( !)
Notez les deux bouts de flèches noires sur les associations possède et règle de la
classe Carte Bancaire. Ces symboles ne servent qu’à faciliter la compréhension du
diagramme en indiquant explicitement le sens de lecture du verbe sur l’association. C’est
bien le client qui possède la carte et pas l’inverse.
Maintenir le catalogue
La librairie jeBouquine a déjà ouvert un certain nombre de rayons bien
séparés. Les livres sont donc classés en rayons au sein du catalogue,
comme illustré sur la figure 5-12.
88
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Figure 5–12
Concepts liés à la maintenance du
catalogue (premier jet)
Notez que nous pouvons tout à fait omettre les attributs de la classe Livre
sur un diagramme et les montrer dans un autre. N’oubliez pas qu’un diagramme UML n’est qu’une vue filtrée du modèle global et que le modélisateur a toute latitude pour ne montrer que ce qui lui paraît important.
Nous souhaitons également modéliser la notion de thème. Les livres
peuvent appartenir à plusieurs thèmes car ceux-ci ne sont pas forcément
disjoints. Par exemple, un livre comme UML pour les bases de données
appartiendrait au moins aux thèmes Technologies objet et Bases de données. En revanche, tout livre doit appartenir à au moins un thème.
Notez qu’un thème peut lui-même se décomposer en sous-thèmes :
pourrait ainsi se décomposer en UML, Java, .Net, etc.
Le concept de thème est introduit à la figure 5-13.
Technologies objet
Figure 5–13
Introduction du concept de thème
ATTENTION Agrégation ou composition ?
Une des relations de la figure 5-13 est une agrégation, mais pas une composition. En
effet, celle entre Livre et Thème est partagée (multiplicité 1..* du côté Thème) et ne
respecte donc pas le premier critère de la composition. De plus, cette relation n’implique
pas de responsabilité au niveau du cycle de vie des objets contenus. La destruction d’un
thème n’entraîne pas forcément la destruction des livres concernés, mais plutôt un reclassement dans d’autres thèmes.
Notez également la relation de composition qui « reboucle » sur la classe Thème. Elle
relie ainsi des objets de la même classe, en nommant simplement un des rôles
(sous-thème). Créer un nouveau concept appelé SousTheme serait une erreur de
débutant : il s’agit bien du même concept ! Les thèmes de premier niveau ne sont pas
inclus dans un thème de niveau supérieur, mais directement dans un rayon, d’où la
multiplicité 0..1 à l’extrémité opposée de sous-thème.
© Groupe Eyrolles, 2005
89
Cahier du programmeur UML 2
Finalement, si nous ajoutons les informations liées aux auteurs et aux
éditeurs, qui font également partie du catalogue, nous aboutissons à la
figure complète 5-14.
Figure 5–14
Concepts liés à la maintenance du catalogue
(deuxième version)
Recherche d’améliorations
Pour améliorer notre modèle, nous allons chercher les possibilités de factorisation en identifiant puis en extrayant les similitudes entre classes
(attributs et associations similaires).
Dans notre modèle d’analyse, il n’y a pas de généralisation qui saute aux
yeux. Éh oui, un diagramme de classes ne comporte pas forcément de
relation d’héritage, même s’il utilise les concepts objets !
B.A.-BA Super-classe, sous-classe, héritage
Une super-classe est une classe générale reliée à
d’autres classes plus spécialisées (sous-classes) par
une relation de généralisation. Les sous-classes
« héritent » des propriétés de leur super-classe et
peuvent comporter des propriétés spécifiques supplémentaires.
Exemple (voir figure 5-15) : les voitures, les bateaux
et les avions sont des moyens de transport. Ils possèdent tous une marque, un modèle, une vitesse,
etc. En revanche, seuls les bateaux ont un tirant
d’eau et seuls les avions ont une altitude…
Figure 5–15 Exemple de
super-classe et sous-classes
90
© Groupe Eyrolles, 2005
CONCEPT AVANCÉ Classe abstraite
Une classe abstraite est simplement une classe
qui ne s’instancie pas directement mais qui
représente une pure abstraction afin de factoriser des propriétés. Elle se note en italique, ou
suivie de la contrainte {abstract}. Le client
ne va pas acheter des articles, mais bien des
livres, des disques ou des vidéos !
Figure 5–16
Diversification possible du site marchand…
Toutefois, cette diversification ne fait pas vraiment partie des objectifs
du site www.jeBouquine.com.
Une factorisation moins évidente à trouver concerne les informations de
facturation et de livraison d’une commande. Sur la figure 5-11, nous
avions indiqué qu’une commande possède un attribut adresse
livraison et que le client relié a une adresse. En fait, dans le cas d’un
cadeau par exemple, l’adresse de livraison doit également comporter le
nom et le prénom du destinataire. Cela signifie que les informations de
facturation et de livraison sont vraiment similaires, comme on peut le
constater d’ailleurs sur la capture d’écran 2-7. Enfin, dans le cas fréquent
où l’adresse de facturation est identique à l’adresse de livraison, la
seconde est optionnelle (d’où la multiplicité 0..1).
Toutes ces considérations mous amènent à modifier le diagramme 5-11
comme suit (figure 5-17).
ATTENTION Factorisation par association
Remarquez bien que nous n’avons pas eu
besoin d’introduire de super-classe. La classe
Client n’hérite pas de la classe Adresse :
un client n’est pas une sorte d’adresse, il est
bien plus ! En revanche, il est légitime de dire
qu’un client possède une adresse de facturation
et qu’une commande possède éventuellement
une adresse de livraison. Le nommage de
l’extrémité de chaque association (rôle) permet
de bien représenter ces deux notions. C’est un
bon exemple de factorisation par association
plutôt que par relation d’héritage.
Typologie des classes d’analyse
Pour élargir cette première identification des concepts du domaine, nous
allons utiliser une catégorisation des classes d’analyse qui a été proposée
par I. Jacobson et popularisée ensuite par le RUP. Les classes d’analyse
qu’ils préconisent se répartissent en trois catégories :
• Celles qui permettent les interactions entre le site web et ses utilisateurs
sont qualifiées de dialogues. Il s’agit typiquement des écrans proposés à
l’utilisateur : les formulaires de saisie, les résultats de recherche, etc.
© Groupe Eyrolles, 2005
91
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
On pourrait bien sûr anticiper dès à présent une diversification du
champ d’action de jeBouquine en proposant à la vente des disques et des
vidéos ! Dans ce cas, une relation de généralisation permettrait d’identifier une super-classe Article et fournirait une solution souple et évolutive, comme illustré sur la figure 5-16.
Cahier du programmeur UML 2
Figure 5–17
Factorisation du concept d’adresse
Ces classes proviennent directement de l’analyse de la maquette. Il y a
au moins un dialogue pour chaque paire acteur-cas d’utilisation. Ce dialogue peut avoir des objets subalternes auxquels il délègue une partie de
ses responsabilités. En général, les dialogues vivent seulement le temps
durant lequel le cas d’utilisation est concerné.
• Les classes qui contiennent la cinématique de l’application sont appelées contrôles. Elles font la transition entre les dialogues et les concepts
du domaine, en permettant aux écrans de manipuler des informations
détenues par des objets métier. Elles contiennent les règles applicatives
et les isolent à la fois des objets d’interface et des données persistantes.
Les contrôles ne donnent pas forcément lieu à de vrais objets de conception, mais assurent que nous n’oublions pas de fonctionnalités ou de
comportements requis par les cas d’utilisation.
• Celles qui représentent les concepts métier sont qualifiées d’entités.
C’est elles que nous avons appris à identifier au début de ce chapitre,
cas d’utilisation par cas d’utilisation. Elles sont très souvent persistantes, c’est-à-dire qu’elles vont survivre à l’exécution d’un cas d’utilisation particulier et qu’elles permettront à des données et des
relations d’être stockées dans des fichiers ou des bases de données.
92
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Diagramme de classes participantes
Le point névralgique de notre démarche s’appelle le diagramme de
classes participantes. Il s’agit de diagrammes de classes UML qui décrivent, cas d’utilisation par cas d’utilisation, les trois principales classes
d’analyse et leurs relations.
Cas d’utilisation
Besoins
utilisateurs
Diagrammes de
classes participantes
LO G O
H om e
A cr h iv e s
M y A c c o u n tS to re
A r tic Title
le
S e acrh :
G o!
B u tto n
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
....
B u tto n
A r tic Title
le
B u tto n
B u tto n
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
....
A boutus
W h a t's wN e
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t
A devr tis in g
B u tto n
A r tic Title
le
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
....
A devr tis in g
Maquette
Figure 5–18 Les diagrammes de classes participantes dans la démarche
Un avantage important de cette technique pour le chef de projet consiste
en la possibilité de découper le travail de son équipe d’analystes suivant
les différents cas d’utilisation, plutôt que de vouloir tout traiter d’un
bloc. Les diagrammes de classes participantes sont donc particulièrement importants car ils font la jonction entre les cas d’utilisation, la
maquette et les diagrammes de conception logicielle (diagrammes
d’interaction et diagrammes de classes).
Pour compléter ce travail d’identification, nous allons ajouter des attributs et des opérations dans les classes d’analyse, ainsi que des associations entre elles.
• Les entités vont seulement posséder des attributs. Ces attributs représentent en général des informations persistantes de l’application.
• Les contrôles vont seulement posséder des opérations. Ces opérations montrent la logique de l’application, les règles transverses à plusieurs entités, bref les comportements du système informatique. Il y a
souvent un seul contrôle par cas d’utilisation, mais il peut également
y en avoir plusieurs, en fonction du nombre et de la cohérence des
comportements associés.
© Groupe Eyrolles, 2005
MÉTHODE Pourquoi un
modèle objet d’analyse
Les tenants du Processus Unifié (UP) considèrent le modèle objet d’analyse comme
optionnel. Nous avons choisi de l’intégrer dans
notre démarche car il fait à peu de frais le lien
entre l’expression des besoins et le modèle de
conception.
Cela permet également de contrôler la validité
du texte de nos cas d’utilisation par rapport au
modèle d’analyse. Avons-nous toutes les classes
d’analyse qu’il nous faut pour chacun des cas
d’utilisation ? Nous allons certainement trouver
des concepts du domaine (entités) que nous
avions oubliés ainsi que des classes dialogues et
contrôles qui faciliteront la transition avec la
conception.
93
Cahier du programmeur UML 2
Figure 5–19 Entité
Figure 5–20 Contrôle
Figure 5–21 Dialogue
• Les dialogues vont posséder des attributs et des opérations. Les attributs représenteront des champs de saisie ou des résultats. Les résultats seront distingués en utilisant la notation de l’attribut dérivé. Les
opérations représenteront des actions de l’utilisateur sur l’IHM.
MÉTHODE Attribution des responsabilités
Le travail détaillé d’attribution des responsabilités aux objets sous forme de méthodes positionnées dans des classes d’implémentation se
fera en conception, en tenant compte de l’architecture.
Nous allons également ajouter des associations entre les classes d’analyse, mais en respectant des règles assez strictes :
• Les dialogues ne peuvent être reliés qu’aux contrôles ou à d’autres
dialogues, mais pas directement aux entités.
• Les entités ne peuvent être reliées qu’aux contrôles ou à d’autres
entités.
• Les contrôles ont accès à tous les types de classes, y compris d’autres
contrôles.
Enfin, nous ajouterons les acteurs sur les diagrammes en respectant la
règle suivante : un acteur ne peut être lié qu’à un dialogue. Un exemple
simple de DCP (diagramme de classes participantes) est donné à la
figure 5-22.
Figure 5–22
Exemple de diagramme
de classes participantes
94
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Classes d’analyse participantes des cas
d’utilisation du site web
Pour illustrer notre démarche, nous allons identifier les classes d’analyse
participantes des principaux cas d’utilisation du site web. Les entités
ayant déjà été répertoriées dans la section traitant des concepts du
domaine, nous allons donc ajouter les dialogues et les contrôles et réaliser les DCP correspondants.
Maintenir le catalogue
Le libraire veut contrôler la mise à jour automatique du catalogue des
ouvrages présentés sur le site web. Pour cela, il va pouvoir valider le catalogue, ou modifier des informations erronées sur certains ouvrages. Il
doit également être en mesure de modifier l’organisation générale du
catalogue en créant de nouveaux thèmes, etc.
Nous supposons que la maquette nous a montré trois écrans principaux :
• l’écran d’organisation du catalogue (dialogue OrganisationCatalogue)
à partir duquel on crée de nouveaux thèmes, de nouveaux rayons, etc. ;
• l’écran de gestion des mises à jour (dialogue GestionMiseAJour) qui
parcourt les informations modifiées automatiquement et valide le
catalogue ;
• l’écran de gestion des infos détaillées d’un livre (dialogue
GestionDétailLivre) permettant de modifier le prix, la disponibilité,
etc. d’un ouvrage particulier.
Les comportements correspondant à toutes ces fonctionnalités ont été
découpés en deux classes contrôles afin de distinguer ce qui relève du
niveau global du catalogue (contrôle CtrCatalogue) et ce qui concerne
un ouvrage particulier (contrôle CtrLivre). Notez que nous ne sommes
rentrés dans le détail ni des paramètres ni du type de retour (d’où le void
ajouté par l’outil Enterprise Architect) au niveau des opérations.
Ensuite, nous avons fait figurer toutes les entités manipulées (sans les
associations pour ne pas surcharger inutilement). Le diagramme global
ainsi obtenu est montré sur la figure 5-23.
Dans ce DCP, les opérations des classes dialogues et contrôles sont très
similaires. On peut noter cependant quelques actions purement d’IHM
comme la navigation entre pages, ou l’affichage du détail d’un livre.
En général, les dialogues sont reliés aux contrôles qui manipulent les
entités correspondantes.
© Groupe Eyrolles, 2005
95
Cahier du programmeur UML 2
cd Maintenir le catalogue (DCP)
«entité»
Catalogue
«dialogue»
OrganisationCatalogue
creerRayon() : void
creerTheme() : void
creerEditeur() : void
creerAuteur() : void
...() : void
«entité»
Rayon
nom: String
«contrôle»
CtrCatalogue
creerRayon() : void
creerTheme() : void
creerEditeur() : void
creerAuteur() : void
consulterNouveautes() : void
validerCatalogue() : void
...() : void
«dialogue»
GestionMiseAJour
Libraire
consulterNouveautes() : void
pageSuivante() : void
pagePrecedente() : void
afficherDetailLivre() : void
validerCatalogue() : void
...() : void
«entité»
Thème
nom: String
«entité»
Editeur
nom: String
pays: String
«entité»
Auteur
nom: String
prénom: String
«dialogue»
GestionDétailLivre
majPrix() : void
majQteStock() : void
majDateParution() : void
majDisponibilite() : void
...() : void
«contrôle»
CtrLivre
«entité»
Livre
getInfosLivre() : void
majPrix() : void
majQtéStock() : void
majDateParution() : void
...() : void
titre: String
«optionnel» sous-titre: String
ISBN: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
Figure 5–23
DCP de Maintenir le Catalogue
Remarquez
ici
que CtrCatalogue est relié au dialogue
GestionDétailLivre, car c’est le contrôle global qui initialise l’écran de
mise à jour. Celui-ci dialogue ensuite avec son contrôle particulier
(CtrLivre).
Notez le stéréotype «optionnel» devant l’attribut sous-titre de l’entité
Livre. C’est une solution alternative à l’indication de multiplicité [0..1]
du diagramme 5-3.
96
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Chercher des ouvrages
L’internaute veut trouver le plus rapidement possible un ouvrage
recherché dans l’ensemble du catalogue. Il veut également pouvoir consulter la fiche détaillée d’un ouvrage particulier avant de le mettre dans
son panier.
Nous supposons là encore que la maquette nous a montré trois écrans
principaux :
• les écrans de recherche rapide et de recherche avancée ;
• le résultat de recherche, sur une ou plusieurs page(s), qui permet
d’accéder à la fiche détaillée d’un ouvrage particulier.
Les comportements correspondant à ces fonctionnalités ont été séparés
en deux classes contrôles afin de distinguer ce qui relève de la recherche
au niveau global du catalogue et ce qui concerne l’obtention d’informations détaillées sur un ouvrage particulier. Le diagramme ainsi obtenu
est montré sur la figure 5-24.
cd Chercher des ouvrages (DCP)
«dialogue»
RechercheRapide
«entité»
Catalogue
motsClé: String
chercher() : void
«entité»
Thème
«dialogue»
RechercheAvancée
Internaute
nom: String
«contrôle»
CtrRecherche
sujet: String
titre: String
auteur: String
editeur: String
langue: String
thème: String
chercherLivres() : void
«entité»
Auteur
nom: String
prénom: String
chercher() : void
«entité»
Editeur
«dialogue»
RésultatRecherche
nom: String
pays: String
«résultat» nbLivres: int
«résultat» nbPages: int
classerParTitre() : void
classerParAuteur() : void
classerParDate() : void
pageSuivante() : void
pagePrécédente() : void
afficherDétailLivre() : void
mettreDansPanier() : void
...() : void
«contrôle»
CtrLivre
getInfosLivre() : void
majPrix() : void
majQtéStock() : void
majDateParution() : void
...() : void
«entité»
Livre
titre: String
«optionnel» sous-titre: String
ISBN: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
Figure 5–24
DCP de Chercher des ouvrages
© Groupe Eyrolles, 2005
97
Cahier du programmeur UML 2
Dans ce DCP, les opérations des classes dialogues sont beaucoup plus
riches que celles des classes contrôles. On trouve en effet de nombreuses
actions purement d’IHM comme le classement du résultat de recherche
selon différents critères.
Le dialogue RésultatRecherche est relié à la classe contrôle CtrLivre,
que nous avons identifiée dans le DCP précédent, car l’opération
d’IHM afficherDétailLivre va invoquer l’opération getInfosLivre du
contrôle.
Les attributs nbLivres et nbPages sont stéréotypés «résultat» pour indiquer que ces informations sont calculées par le système et non pas fournies par l’internaute.
L’action mettreDansPanier de la classe ResultatRecherche permet
d’accéder au cas d’utilisation Gérer son panier, décrit ci-après.
Gérer son panier
Lorsque l’internaute est intéressé par un ouvrage, il a la possibilité de
l’enregistrer dans un panier virtuel. Ensuite, il doit pouvoir ajouter
d’autres livres, en supprimer ou encore en modifier les quantités avant de
passer commande.
Ici, il n’y a qu’un seul écran, avec un seul contrôle, comme indiqué sur la
figure 5-25. Toutefois, l’établissement d’un devis affiche un dialogue
supplémentaire que l’on ne peut qu’imprimer.
cd Gérer son panier (DCP)
«dialogue»
GestionPanier
«entité»
Panier
«liste» quantité: int = 1
supprimerLigne() : void
viderPanier() : void
recalculer() : void
demanderDevis() : void
commander() : void
Internaute
«dialogue»
Devis
«résultat» détailDevis: String
Figure 5–25 DCP de
Gérer son panier
nombre d'articles: int
total: réel
«contrôle»
CtrPanier
modifierLigne() : void
supprimerLigne() : void
recalculerPanier() : void
etablirDevis() : void
1
0..*
«entité»
LignePanier
montant: réel
quantité: int = 1
imprimer() : void
Les opérations des dialogues correspondent assez directement aux noms
des boutons sur les écrans. Celles des contrôles peuvent être nommées
différemment pour une meilleure correspondance avec les entités manipulées. L’attribut quantité dans la classe GestionPanier est précédé d’un
98
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
stéréotype «liste» pour indiquer que le dialogue permet de gérer une
liste de quantités (une par ligne) initialisées à 1.
Nous avons choisi de montrer dans le diagramme la relation de composition entre Panier et LignePanier, à cause de son importance vis-à-vis du
cas d’utilisation. En effet, l’internaute peut modifier des lignes précises
ou le panier dans son ensemble. L’action commander de la classe
GestionPanier donne accès au cas d’utilisation Effectuer une commande,
décrit ci-après.
Effectuer une commande
À tout moment, le client doit pouvoir accéder au formulaire du bon de
commande, dans lequel il peut saisir ses coordonnées et les informations
nécessaires au paiement et à la livraison. L’authentification du client et la
création d’un compte par un internaute visiteur seront traités dans les cas
d’utilisation correspondants (non détaillés dans ce chapitre).
Il y a deux écrans principaux :
• l’écran de saisie des adresses ;
• l’écran de paiement.
Les comportements correspondant à ces fonctionnalités sont gérés par
un contrôle unique. Le diagramme ainsi obtenu est montré sur la
figure 5-26.
cd Effectuer une commande (DCP)
«entité»
Commande
«dialogue»
AdressesCommande
date: Date
mode paiement: (CB, chèque) = CB
délais livraison: int
frais de port: réel
montant total: réel
choisirAdresseLivraison() : void
ajouterAdresse() : void
0..*
0..* {ordered}
0..1
«contrôle»
CtrCommande
nom: String
prénom: String
numéro, rue: String
«optionnel» compléments: String
code postal: Code
pays: String = 'France'
ville: String
«optionnel» téléphone: NumTel
setInfosFacturation() : void
setInfosLivraison() : void
setInfosPaiement() : void
validerCommande() : void
Client
1
«dialogue»
Paiement
choisirTypePaiement() : void
saisirInfosCarteBancaire() : void
validerCommande() : void
adresseLivraison
«entité»
Adresse
«entité»
Client
nom: String
prénom: String
email: String
1
adresseFacturation
1
Figure 5–26
DCP de Effectuer une commande
© Groupe Eyrolles, 2005
99
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme d’états
Définitions et notation graphique
B.A.-BA État
Un état représente une situation durant la vie d’un
objet pendant laquelle :
• il satisfait une certaine condition,
• il exécute une certaine activité,
• ou bien il attend un certain événement.
Un objet passe par une succession d’états durant
son existence. Un état a une durée finie, variable
selon la vie de l’objet, en particulier en fonction
des événements qui lui arrivent.
UML a repris le concept bien connu de machine à états finis, qui consiste à s’intéresser au cycle de vie d’un objet générique d’une classe particulière au fil de ses interactions, dans tous les cas possibles. Cette vue
locale d’un objet, qui décrit comment il réagit à des événements en fonction de son état courant et comment il passe dans un nouvel état, est
représentée graphiquement sous la forme d’un diagramme d’états.
Figure 5–27
Premier exemple simple
de diagramme d’états
B.A.-BA Transition
Une transition décrit la réaction d’un objet
lorsqu’un événement se produit (généralement
l’objet change d’état, mais pas forcément). En
règle générale, une transition possède un événement déclencheur, une condition de garde, un effet
et un état cible.
B.A.-BA État initial et état final
En plus de la succession d’états « normaux » correspondant au cycle de vie d’un objet, le diagramme d’états comprend également deux
pseudo-états :
• L’état initial du diagramme d’états correspond à
la création de l’instance.
• L’état final du diagramme d’états correspond à
la destruction de l’instance.
Heureusement, toutes les classes du modèle ne requièrent pas nécessairement une machine à états. Il s’agit donc de trouver celles qui ont un
comportement dynamique complexe nécessitant une description plus
poussée. Cela correspond à l’un des deux cas suivants :
• Les objets de la classe réagissent différemment à l’occurrence du
même événement : chaque type de réaction caractérise un état particulier.
• La classe doit organiser certaines opérations dans un ordre précis :
dans ce cas, des états séquentiels permettent de préciser la chronologie forcée des événements d’activation.
Dans notre modèle, une des seules classes entités répondant à l’un des
deux cas précédents (en l’occurrence le deuxième) est la classe Commande.
En effet, les objets de cette classe sont manipulés au travers de plusieurs
cas d’utilisation : Effectuer une commande, bien sûr, mais aussi
Consulter ses commandes (qui permet de les modifier, sous certaines
conditions que nous allons préciser).
B.A.-BA Effet, action, activité
Une transition peut spécifier un comportement optionnel réalisé par l’objet lorsqu’elle est
déclenchée. Ce comportement est appelé « effet » en UML 2 : cela peut être une simple
action ou une séquence d’actions. Une action peut représenter la mise à jour d’un attribut,
un appel d’opération, la création ou la destruction d’un autre objet, ainsi que l’envoi d’un
signal à un autre objet. Les activités durables (do-activity) ont une certaine durée, sont
interruptibles et sont associées aux états.
100
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
La notation de base du diagramme d’états est donnée par la figure 5-28.
Figure 5–28
Notation de base
du diagramme d’états
Diagramme d’états de la classe Commande
La démarche de construction d’un diagramme d’états peut s’énoncer
comme suit :
• Représentez tout d’abord la séquence d’états qui décrit le comportement nominal d’un objet, avec les transitions qui lui sont associées.
• Ajoutez progressivement les transitions qui correspondent aux comportements alternatifs ou d’erreur.
• Complétez les effets sur les transitions et les activités dans les états.
Nous allons appliquer cette démarche à la construction du diagramme
d’états de la classe Commande.
Commençons par représenter les états et transitions de la vie normale
d’une commande (figure 5-29).
Ajoutons ensuite les alternatives et erreurs suivantes :
• La validation et le paiement de la commande peuvent se heurter à des
problèmes.
• Des incidents peuvent intervenir au cours de la mission de transport
ou au moment de la livraison.
• On peut annuler la commande jusqu’à ce qu’elle soit prise en compte
par le service clients.
B.A.-BA Condition
Une condition (ou condition de garde) est une
expression booléenne qui doit être vraie lorsque
l’événement arrive pour que la transition soit
déclenchée. Elle se note entre crochets.
Elle peut concerner les attributs de l’objet concerné ainsi que les paramètres de l’événement
déclencheur. Plusieurs transitions avec le même
événement doivent avoir des conditions de garde
différentes.
CONCEPT AVANCÉ Événement temporel
Le passage du temps (time event) se modélise
en utilisant le mot-clé after suivi d’une
expression représentant une durée, décomptée
à partir de l’entrée dans l’état courant.
Le diagramme se complexifie comme représenté sur la figure 5-30.
© Groupe Eyrolles, 2005
101
Cahier du programmeur UML 2
sm Commande (nominal)
passer commande
En cours de création
Validée
validation
paiement
En préparation
Payée
prise en compte
départ mission
Figure 5–29
En cours de livraison
Livrée
livraison
Première version du diagramme
d’états de la commande
sm Commande (av ec alternativ es)
passer commande
En cours de création
valider
[complète]
payer [refus]
Validée
valider
[incomplète]
annuler
annuler
Annulée
payer
[accord]
annuler
Payée
Incident de mission
incident irréparable
prise en compte
incident
mission
Figure 5–30
En préparation
départ mission
after (15j)
livraison
[non OK]
En cours de livraison
Archivée
incident
terminé
livraison [OK]
Livrée
Deuxième version du diagramme
d’états de la commande
102
© Groupe Eyrolles, 2005
5 – Réalisation des cas d’utilisation : classes d’analyse
Complétons maintenant avec les effets sur les transitions et les activités
dans les états.
Il faut en effet avertir le client de l’état d’avancement de sa commande,
des éventuels problèmes, etc.
sm Commande (complété)
passer commande
En cours de création
valider
[complète]
valider
[incomplète]
/afficher erreurs
payer [refus]
/avertir client
annuler
Validée
annuler
Annulée
payer [accord]
/transférer au
service clients
annuler
/émettre avoir
Payée
Incident de mission
entry / notifier client (retard)
incident irréparable
prise en compte
/notifier client
(prise en compte)
incident
mission
En préparation
after (15j)
livraison
[non OK]
En cours de livraison
incident
terminé
Archivée
/archiver
livraison [OK]
départ mission
/notifier client (partie)
Livrée
Figure 5–31
Version complétée du
diagramme d’états
de la commande
CONCEPT AVANCÉ Effet d’entrée (ou de sortie) – entry (exit)
Un effet d’entrée (introduit par le mot-clé «entry» à l’intérieur du symbole d’un état)
représente une action ou une activité qui est exécutée chaque fois que l’on entre dans cet
état. Ainsi, on factorise un même effet qui sera déclenché par toutes les transitions entrant
dans l’état.
L’effet de sortie (introduit par le mot-clé «exit») est l’effet symétrique en sortie de l’état.
© Groupe Eyrolles, 2005
103
chapitre
6
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Article Title
demande de modification d'adresse
<<dialogue>>
Client et Comptes
What's New
Objet2
Advertising
Maquette
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
g
{
return total;
tota
}
Objet1
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
saisie annulée
enregistrer les opérations
Advertising
package LogiqueMetier.Gestion;
pa
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
+ getDetails() : String
créer opération
Objet4
+ getDetails() : String
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
<<dialogue>>
Saisie
opération
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Compte rendu
opération
© Groupe Eyrolles, 2005
<<cas d'utilisati on>>
Modifier l'adresse
(from NavigationModifierAdres...
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
autre client
About us
imprimer
Diagrammes
de navigation
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Modélisation de la navigation
SOMMAIRE
B Démarche
Apprenons maintenant à utiliser le diagramme d’états UML
pour modéliser précisément la navigation dans le site web.
Nous verrons également une alternative intéressante d’utilisation
du diagramme d’activité proposée par la méthode MACAO.
B Diagramme d’états de navigation
C Notations de base
C Conventions spécifiques
C Structuration de la navigation
C Navigation de l’internaute
B Alternative : diagramme d’activité
de navigation
C Notations de base
C Conventions spécifiques
(méthode MACAO)
C Application à l’étude de cas
MOTS-CLÉS
B Navigation
B Écran
B IHM
B Diagramme d’états
B Diagramme d’activité
B Dialogue
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
Rappelons le positionnement de cette activité d’analyse par rapport à
l’ensemble du processus décrit au chapitre 1. Nous avons identifié les cas
d’utilisation au chapitre 3 et poursuivi leur description détaillée au
chapitre 4. Pour passer en douceur à la conception, nous avons identifié
au chapitre 5 les principales classes d’IHM (dialogues) ainsi que celles qui
décrivent la cinématique de l’application (contrôles). Pour que le tableau
soit complet, il nous reste à détailler une exploitation supplémentaire de
la maquette ou une extension éventuelle de celle-ci. Il s’agit de réaliser des
diagrammes dynamiques représentant de manière formelle l’ensemble des
chemins possibles entre les principaux écrans proposés à l’utilisateur. Ces
diagrammes s’appellent des diagrammes de navigation.
Cas d’utilisation
Besoins
utilisateurs
Diagrammes de
classes participantes
LO G O
H om e
A cr h iv e s
M y A c c o u n tS to re
A r tic Title
le
S e acrh :
G o!
B u tto n
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
....
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
B u tto n
A r tic Title
le
B u tto n
B u tto n
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
....
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
A boutus
W h a t's wN e
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
(fro m Na v i g a ti o n Id e n ti fi e rL e Cl i e
client identifié
autre client
dem ande de m odification d'adresse
<<dialogue>>
Client et Com ptes
A devr tis in g
B u tto n
<<cas d'utilisati on>>
Modifier l'adresse
(fro m Na v i g a ti o n M o d i fi e rAd re s
A r tic Title
le
Tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t,
tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t, tex t m o re
....
A devr tis in g
créer opération
saisie annulée
enreg istrer les opérations
Figure 6–1
Les diagrammes de navigation
dans la démarche
<<dialogue>>
Saisie
opération
Maquette
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
Com pte rendu
opération
im prim er
Diagrammes
de navigation
Les IHM modernes, en particulier celles destinées aux internautes via
les sites web marchands, cherchent à faciliter la communication avec
l’utilisateur. Elles sont en général basées sur des combinaisons de fenêtres, frames, boîtes de dialogue et autres boutons qui permettent :
• de présenter des éléments graphiques ou textuels reflétant l’état courant du système ;
106
© Groupe Eyrolles, 2005
Cette combinaison possible d’options d’affichage, d’interaction et de
navigation ouvre la voie à des interfaces de plus en plus riches et puissantes. Toutefois, cela oblige également le concepteur du site à réfléchir
de façon très précise au comportement attendu de tous ses éléments graphiques et pas seulement d’un point de vue visuel.
Actuellement, les concepteurs utilisent pour la plupart des outils de
modélisation limités, consistant principalement en des sortes d’organigrammes accompagnés de captures d’écrans. Néanmoins, ces techniques
sont généralement faibles pour illustrer précisément la dynamique
d’enchaînement des écrans, ainsi que l’effet de cette navigation dans le
système, ou la prise en compte de règles métier dans le séquencement
possible.
UML nous offre la possibilité de représenter formellement cette navigation, au moyen d’un diagramme d’états (ou éventuellement d’un diagramme d’activité). L’utilisation de la modélisation UML pour la
navigation nous permet en outre de la relier efficacement aux classes dialogues que nous avons identifiées au chapitre 5.
CONSEIL Soignez la navigation
La navigation est particulièrement importante
pour les sites web. Elle peut prendre la forme de
menus, liens, hyperliens, boutons directionnels,
etc. Une navigation fastidieuse n’incitera pas
l’internaute à revenir sur le site web incriminé…
MÉTHODE Quelques questions à se poser
Comment, par exemple, décrire formellement
les quelques règles suivantes :
• Pour commander, il faut que mon panier ne
soit pas vide.
• Si je sors de l’écran de création de commande pour continuer ma recherche, j’ai
perdu ma commande non confirmée, mais
pas mon panier courant.
• Je ne peux pas modifier ma fiche client si je
ne suis pas déjà enregistré comme tel.
Le diagramme de navigation représente ainsi un ajout important dans
l’arsenal des outils de modélisation du concepteur de site web. Comme
nous allons le montrer dans la suite de ce chapitre, il fournit la possibilité
de décrire précisément et exhaustivement les aspects dynamiques de
l’interface utilisateur.
MÉTHODE Diagramme d’états ou diagramme d’activité ?
La discussion sur les mérites comparés du diagramme d’états et du diagramme d’activité,
tous deux proposés par UML, est en dehors de la portée de ce livre. Le choix entre les deux
est quasiment une question de goût ainsi que des possibilités comparées de votre outil de
modélisation préféré.
En toute rigueur, il faudrait préférer le diagramme d’états, puisque nous allons modéliser
un comportement événementiel. Cependant, en UML 1.x, le diagramme d’activité était
une spécialisation du diagramme d’états, ce qui a conduit certains auteurs à le préférer
pour des raisons pratiques. Citons en particulier la méthode MACAO, élaborée par
J.-B. Crampes à l’IUT de Blagnac, dont nous allons expliquer les grands principes plus
avant dans ce chapitre.
© Groupe Eyrolles, 2005
107
6 – Modélisation de la navigation
• de modifier cet état courant en envoyant des messages au système,
• de naviguer à l’intérieur du site web afin d’en explorer toutes les possibilités en respectant certaines séquences logiques.
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme d’états de navigation
Notations de base
Nous avons vu la notation de base du diagramme d’états dans le
chapitre 5.
Pour modéliser la navigation dans un site web, nous allons utiliser un
nombre restreint d’éléments standards, à savoir :
• des états pour représenter les classes dialogues,
• des transitions entre états déclenchées par des événements et pouvant
porter des conditions, pour représenter les actions IHM.
Figure 6–2
Notation graphique de base
du diagramme d’états
Conventions spécifiques
Nous allons pousser un peu plus loin et nous servir du concept d’état
pour modéliser plusieurs concepts différents, grâce aux conventions graphiques suivantes :
• une page complète du site («page»),
• un frame particulier à l’intérieur d’une page («frame»),
• une erreur ou un comportement inattendu du système («exception»
avec un niveau de gris intermédiaire),
• une liaison vers un autre diagramme d’activité, pour des raisons de structuration et de lisibilité («connector» avec un niveau de gris soutenu).
On pourrait facilement multiplier les concepts et les conventions correspondantes, mais nous pensons que ces quatre types d’états constituent
un ensemble simple quoique suffisamment complet pour notre utilisation courante (voir figure 6-3).
Les concepts de page et de frame sont directement en rapport avec les
classes dialogues du chapitre 5.
Figure 6–3
Conventions graphiques spécifiques
108
Structuration de la navigation
Pour commencer le travail de modélisation, nous devons d’abord le
séparer en ensembles maîtrisables et les plus indépendants possibles. Il
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
est clair par exemple que la navigation du site par l’internaute sera complètement différente de celle du libraire qui n’accède pas du tout aux
mêmes fonctionnalités, comme nous l’a confirmé l’analyse des acteurs et
des cas d’utilisation effectuée aux chapitres 3 et 4.
La modélisation de la navigation peut donc se structurer tout d’abord
par acteur. Le début du diagramme de navigation de chaque acteur est
ainsi représenté sur la figure 6-4.
sm Navigation (début)
Internaute
Libraire
Intranet
www.jeBouquine.com
«page»
Page d'accueil
internaute
«frame»
Login
login et password
[Not OK]
login et password [OK]
...
«page»
Page d'accueil
libraire
...
Figure 6–4
Début des diagrammes de navigation des
acteurs Internaute et Libraire
L’internaute
démarre par la page d’accueil du site web
www.jeBouquine.com. Le libraire, lui, se connecte sur l’intranet de la
société. Il doit saisir son identifiant et son mot de passe dans un frame
particulier. Suivant le résultat du contrôle effectué par le système, il se
retrouve soit sur la page d’accueil propre à son profil, soit de nouveau sur
le frame d’identification avec un message d’erreur. Nous n’avons pas
modélisé la limite de trois erreurs consécutives pour ne pas compliquer le
diagramme, mais il faudrait bien sûr le faire dans la réalité.
© Groupe Eyrolles, 2005
109
Cahier du programmeur UML 2
Demandons-nous ensuite si la navigation se structure également par cas
d’utilisation. Si les cas d’utilisation sont complètement indépendants, il
n’y a aucune raison de ne pas réaliser un diagramme de navigation par
cas, ce qui donne des diagrammes simples et lisibles. Toutefois, nous
avons identifié aux chapitres 3 et 4 que les cas d’utilisation de l’internaute, en particulier, ont des relations les uns avec les autres : impossible
de commander si le panier est vide, etc. Ces dépendances importantes
vont induire très directement des contraintes de navigation entre les
pages correspondantes. Le diagramme de navigation va nous permettre
des les représenter de façon formelle.
Navigation de l’internaute
Nous nous intéressons dans un premier temps aux trois cas d’utilisation
majeurs :
• Chercher des ouvrages ;
• Gérer son panier ;
• Effectuer une commande.
Chercher des ouvrages
L’internaute commence en général par sélectionner des ouvrages pour
pouvoir ensuite les commander, après avoir éventuellement géré son
panier. Partons donc de la description détaillée du cas d’utilisation
Chercher des ouvrages (voir chapitre 5).
MÉTHODE Événement curseur
Nous avons pris la convention d’utiliser un événement appelé curseur pour indiquer que
l’internaute va saisir des informations dans un
frame à l’intérieur d’une page, en déplaçant son
curseur textuel dans la zone concernée, comme
c’est le cas pour la recherche rapide.
CONCEPT AVANCÉ Pseudo-état Historique (H)
Un état historique permet à un état composite
de se souvenir de son dernier sous-état actif
avant sa dernière sortie. On le représente par un
petit cercle contenant la lettre H.
110
À partir de la page d’accueil, l’internaute doit ainsi avoir la possibilité de
lancer une recherche rapide, une recherche avancée, ou de flâner dans un
ensemble de pages telles que : nouveautés, meilleures ventes, etc.
La recherche rapide est un frame toujours présent dans les pages de
recherche (voir figures 4-5 et 4-6), contrairement à la recherche avancée
qui est une page à part entière.
La recherche elle-même est une action dont le résultat aboutit à un
frame contenant la liste des livres ou bien à un frame d’erreur indiquant
qu’aucun ouvrage n’a été trouvé. Nous avons utilisé un état composite
(nommé Recherche) afin de factoriser les transitions activées par l’événement recherche, ainsi qu’un pseudo-état historique pour le retour après
le message d’erreur.
Sur le résultat de recherche, l’internaute pourra soit sélectionner un
ouvrage pour obtenir sa fiche détaillée, soit le mettre directement de côté
dans son panier, soit reclasser les résultats. Si le nombre d’ouvrages
trouvés est grand, l’internaute pourra naviguer entre les différentes pages
de résultats.
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
sm Recherche (début)
www.jeBouquine.com
«page»
Nouveautés
nouveautés
«page»
Page d'accueil
internaute
curseur
meilleures
ventes
«page»
Meilleures ventes
recherche avancée
Recherche
«frame»
Recherche rapide
recherche
(paramètres)
[aucun livre
trouvé]
retour
«exception»
Aucun ouvrage
trouvé !
«page»
Recherche avancée
recherche
(paramètres)
[livres trouvés]
«frame»
Résultat de la
recherche
La fiche d’ouvrage permet à son tour de mettre le livre de côté dans le
panier, ou d’accéder à la fiche de l’auteur indiquant une biographie et
l’ensemble des ouvrages qu’il a écrits. Elle donne également l’accès à des
informations complémentaires telles que : image agrandissable, commentaires éventuels, table des matières détaillée, extraits de chapitre, etc.
Le diagramme de navigation de la recherche devient ainsi comme
indiqué sur la figure 6-6. Nous avons choisi de détailler la gestion du
panier (elle-même complexe) dans un autre diagramme, en utilisant le
concept de «connector».
La recherche d’ouvrage a pour objectif de mettre les livres sélectionnés
dans le panier virtuel pour finalement passer une commande. C’est en
tout cas le but avoué du site marchand ! Nous allons donc étudier maintenant la navigation concernant la gestion du panier.
Figure 6–5
Navigation de la recherche (début)
MÉTHODE Transitions triviales
Il est à noter que nous n’indiquons pas les retours
systématiques à la page précédente qui ajouteraient de nombreuses transitions triviales alourdissant notablement le diagramme. De même,
l’internaute a accès en permanence à l’aide…
Nous considérerons donc toutes ces transitions
comme implicites, pour nous concentrer sur celles
qui ont une véritable signification « métier ».
Gérer son panier
Dans la figure 6-6, on voit des actions mettre dans le panier et un
«connector» Panier. C’est donc ce «connector» que nous allons détailler
ici. Néanmoins, nous allons également envisager le cas du panier vide, ce
qui nous oblige à repartir de la page d’accueil. En effet, l’accès au panier
© Groupe Eyrolles, 2005
111
Cahier du programmeur UML 2
sm Recherche (complet)
www.jeBouquine.com
«page»
Nouveautés
nouveautés
«page»
Page d'accueil
internaute
meilleures
ventes
«page»
Meilleures ventes
curseur
recherche
avancée
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
Recherche
«frame»
«page»
Recherche rapide
Recherche avancée
recherche
(paramètres)
[aucun livre
trouvé]
retour
recherche
(paramètres)
[livres trouvés]
«connector»
Panier
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
«exception»
Aucun ouvrage
trouvé !
Figure 6–6
parcours
pages
[plusieurs
pages]
/afficher
suivante ou
précédente
«frame»
Résultat de la
recherche
«page»
détails
Fiche d'ouvrage
auteur
classement (critère)
/afficher suivant
critère
Navigation de la recherche
(deuxième jet)
téléchargement
«page»
«page»
Fiche d'auteur
Extrait
téléchargeable
est disponible de partout, y compris de la page d’accueil. Il faut donc
traiter une «exception» Panier vide, qui empêche de passer à la page de
commande. Le «connector» Panier de la figure 6-6 correspond donc
cette fois-ci à la «page» Panier de la figure 6-7 et pas au point d’entrée
du diagramme comme précédemment.
MÉTHODE Annuler la commande
Nous avons représenté la règle simple suivante :
« je ne peux plus annuler ma commande une
fois qu’elle a été validée. En fait, je pourrai le
faire ultérieurement en passant par le cas d’utilisation Consulter ses commandes, mais c’est une
autre histoire de navigation… »
112
Nous avons représenté la règle métier importante qui consiste à interdire
l’accès à la commande dans le cas où le panier est vide, puisque l’action
commander n’est possible que dans l’état Panier. Or, on aboutit dans cet
état uniquement en mettant un livre dans le panier, et on le quitte forcément dès que le panier est vide.
Effectuer une commande
Le connector Commande de la figure 6-7 sert de point d’entrée au
diagramme 6-8 qui décrit la navigation pour effectuer une commande.
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
sm Panier
Figure 6–7
Diagramme de navigation
de la gestion du panier
www.jeBouquine.com
«page»
mon panier
Page d'accueil
internaute
...
mettre dans
le panier
«exception»
Panier vide !
vider le panier
mettre dans
le panier
«page»
Panier
recalculer [il ne
reste plus de livre]
établir un devis
commander
recalculer
[il reste au
moins un
livre]
«page»
Devis
«connector»
Commande
sm Commande
commander
Commande en cours
«page»
identification
client [Not OK]
Identification
saisie infos
nouveau client
identification
client [OK]
annuler
commande
«page»
Panier
«page»
modifier
adresses
Adresses
valider adresses
«page»
paiement par chèque
Paiement
«page»
Commande validée
paiement par CB [OK]
Figure 6–8
Diagramme de navigation
pour effectuer une commande
© Groupe Eyrolles, 2005
paiement par CB [not OK]
113
Cahier du programmeur UML 2
Résumé de la navigation de l’internaute
Nous pouvons maintenant réaliser un diagramme global de navigation
de l’internaute. Il va comprendre l’ensemble des pages, frames et actions
principales des trois cas d’utilisation de l’internaute. Pour simplifier,
nous n’avons pas repris les exceptions.
Le schéma ainsi obtenu (figure 6-9) est très intéressant, car il fournit sur
une seule page les règles fondamentales de déplacement dans le site web.
sm Navigation globale
www.jeBouquine.com
«page»
Nouveautés
nouveautés
«page»
Page d'accueil
internaute
meilleures
ventes
«page»
«page»
Meilleures ventes
recherche
avancée
curseur
Devis
mettre dans
le panier
mettre dans le panier
mettre dans
le panier
établir un
devis
Commande en cours
Recherche
identification
client [Not OK]
«page»
«frame»
Recherche rapide
«page»
Identification
commander
Recherche avancée
«page»
Panier
annuler
commande
recherche
(paramètres)
[livres trouvés]
parcours pages
[plusieurs
pages] /afficher
suivante ou
précédente
«page»
mettre dans
le panier
Adresses
mettre dans
le panier
«frame»
Résultat de la
recherche
identification
client [OK]
saisie infos
nouveau
client
modifier
adresses
valider adresses
«page»
détails
Fiche d'ouvrage
«page»
Paiement
auteur
classement (critère)
/afficher suivant
critère
«page»
Fiche d'auteur
téléchargement
«page»
Extrait
téléchargeable
paiement par
CB [not OK]
paiement par
CB [OK]
paiement
par chèque
«page»
Commande validée
Fin avec achat
Figure 6–9 Diagramme global simplifié de la navigation de l’internaute
114
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
MÉTHODE Ergonomie du site
Il reste encore à l’ergonome la charge de rendre la navigation simple et
pratique. Une navigation efficace comprend non seulement des liens
vers d’autres pages du site web, mais aussi des éléments permettant au
visiteur de se situer. Il doit pouvoir répondre aux questions suivantes :
• Où suis-je ?
• Où puis-je aller ?
• Comment puis-je y aller ?
• Comment puis-je revenir à mon point de départ ?
Quelques conseils complémentaires :
• Limitez la surcharge d’information (plutôt des pages courtes avec des
liens internes que des pages sans fin…).
• Utilisez une navigation textuelle plutôt que purement graphique.
• Facilitez le retour vers vos options de navigation.
Alternative : diagramme d’activité de
navigation
Notations de base
Le diagramme d’activité est l’un des diagrammes dynamiques d’UML. Il
ressemble fondamentalement à un ordinogramme, montrant le flot de
contrôle d’action en action. Les éléments de base du diagramme d’activité sont les suivants :
• des actions,
• des flots de contrôle entre actions,
• des décisions (aussi appelés branchements conditionnels),
• un début et une ou plusieurs terminaison(s) possible(s).
B.A.-BA Action
L’action est l’unité fondamentale de spécification
comportementale en UML 2. Elle représente un
traitement ou une transformation. Les actions sont
contenues dans les activités, qui fournissent leur
contexte.
B.A.-BA Flot
Un flot est un contrôle de séquençage pendant l’exécution de nœuds d’activité. Les flots de contrôle sont
de simples flèches reliant deux nœuds (actions, décisions, etc.). Le diagramme d’activité permet également d’utiliser des flots d’objets (reliant une action
et un objet consommé ou produit).
La notation graphique de base est présentée sur la figure 6-10.
B.A.-BA Décision-Fusion
Figure 6–10
Notation de base du
diagramme d’activité
© Groupe Eyrolles, 2005
Une décision est un nœud de contrôle structuré
représentant un choix dynamique entre plusieurs
conditions. Il est représenté par un losange qui
possède un arc entrant et plusieurs arcs sortants. À
l’inverse, une fusion représente un emplacement
où plusieurs chemins de contrôle alternatifs
s’assemblent.
115
Cahier du programmeur UML 2
Conventions spécifiques (méthode MACAO)
Voir par exemple l’article de Ben LieberMan dans
le numéro d’octobre 2001 du magazine en ligne
www.therationaledge.com intitulé :
R UML activity diagrams : detailing user
interface navigation
Le lecteur curieux d’en savoir plus se reportera à
l’ouvrage de J.-B. Crampes, paru aux éditions
Ellipses en 2003, intitulé :
R Méthode orientée objet intégrale
MACAO
Pour modéliser la navigation dans un site web, certains auteurs préconisent d’utiliser les éléments standard mais en ajoutant des conventions
particulières.
Nous allons présenter dans cette section les conventions et ajouts proposés par la méthode MACAO. Cette démarche propose plusieurs
modèles spécifiques pour gérer la conception des IHM, et cela à deux
niveaux.
Au niveau conceptuel, le SNI (Schéma navigationnel d’IHM) représente
l’enchaînement fonctionnel du point de vue de l’utilisateur. Il est indépendant de toute plate-forme d’implémentation. Au niveau logique, qui
est une représentation plus détaillée, on ajoute des informations proches
d’un type d’IHM particulier. À ce jour, MACAO gère deux types de
modèles logiques : le schéma d’enchaînement des fenêtres (SEF) pour
les applications de type fenêtré sur client lourd, et le schéma d’enchaînement des pages (SEP) pour les applications de type web sur client léger.
Nous allons surtout détailler le SNI, qui se dérive du diagramme d’activité UML par stéréotypage. Pour cela, MACAO identifie un certain
nombre d’actions élémentaires typiques des IHM. Elle les généralise en
introduisant la notion d’Unité de dialogue élémentaire (UDE), avec les
cinq types suivants :
• T1 : Saisie de données ;
• T2 : Affichage d’un objet ;
• T3 : Affichage d’une liste d’objets ;
• T4 : Affichage d’un message ;
• T5 : Décision à choix multiple (menu).
MACAO introduit des symboles spécifiques pour ces différentes UDE,
comme illustré sur la figure 6-11.
On peut ensuite combiner ces UDE par juxtaposition afin de représenter
des UDC (Unités de dialogue composées). Quelques exemples en sont
donnés sur la figure 6-12.
Le SNI est un modèle conceptuel qui fait volontairement abstraction du
type d’IHM utilisé (texte, GUI, Web, Palm-OS, etc.). MACAO propose également de modéliser les IHM orientées fenêtre (GUI) et celles
orientées page (PUI). Nous allons utiliser le deuxième type d’IHM
(PUI) pour notre étude cas. Le schéma d’enchaînement des pages (SEP)
permet de représenter la dynamique d’ouverture des diverses pages d’une
application intranet ou Internet.
116
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
Figure 6–11
Symboles graphiques
des UDE du SNI MACAO
Figure 6–12
Exemples de représentations
d’UDC du SNI MACAO
Le SEP n’utilise qu’un seul type de symbole pour représenter les pages :
un rectangle divisé en deux verticalement. La partie gauche contient les
caractéristiques générales de la page. La partie droite contient une liste
d’objets visuels initiateurs d’une nouvelle page.
© Groupe Eyrolles, 2005
117
Cahier du programmeur UML 2
Application à l’étude de cas
J.-B. Crampes nous a fait l’amitié de réaliser le SNI du site
www.jeBouquine.com, que nous présentons sur les diagrammes qui suivent.
Figure 6–13 Début du SNI MACAO du site jeBouquine
Les différents renvois sont explicités par les planches 6-14 à 6-17.
Le début du SEP est également fourni à titre d’exemple de la précision
apportée par la démarche MACAO.
118
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
Figure 6–14
Figure 6–15
Suite du SNI MACAO : RésultatRecherche
Suite du SNI MACAO : GestionPanier
Figure 6–16
Figure 6–17
Suite du SNI MACAO : Commander
Suite du SNI MACAO : Identification client
© Groupe Eyrolles, 2005
119
Cahier du programmeur UML 2
Le SEP utilise un certain nombre de préfixes pour codifier les principaux types d’objets visuels des PUI. Les principaux utilisés dans les
figures 6-18 à 6-20 sont les suivants :
• BP : bouton poussoir ;
• CA : cadre ;
• ES : entrée simple ;
• HTC : lien hypertexte constant ;
• HTV : lien hypertexte variable ;
• PCA : page de cadres ;
• PFO : page de formulaire ;
• TAB : tableau ;
• V : variables.
Figure 6–18 Début du SEP MACAO du site jeBouquine
120
© Groupe Eyrolles, 2005
6 – Modélisation de la navigation
Figure 6–19
Suite du SEP MACAO :
PlusieursLivres
Figure 6–20
Suite du SEP MACAO :
Panier
© Groupe Eyrolles, 2005
121
chapitre
7
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 7
Chapitre 5
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
Chapitre 8
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
autre client
demande de modification d'adresse
About us
<<dialogue>>
d l
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
pa
package
LogiqueMetier.Gestion;
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
getTotal()
public double g
{
total;
return tota
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
enregistrer
opérations
enreg
istrer les opéra
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : Stringg
- sousTitre [0..1]
[
: String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();;
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : Stringg
- sousTitre [[0..1] : String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Conception objet préliminaire
SOMMAIRE
B Démarche
À présent, nous allons attribuer des responsabilités précises de
comportement aux classes d’analyse identifiées au chapitre 5.
Nous représenterons le résultat de cette étude dans des
diagrammes de séquence UML. Nous construirons également
une vue statique complétée sous forme de diagrammes de
classes de conception préliminaire, indépendamment des choix
technologiques qui seront effectués au chapitre suivant.
B Notation détaillée des diagrammes de séquence
B Diagrammes de séquence de
deux cas d’utilisation de l’internaute
C Chercher des ouvrages
C Gérer son panier
B Diagrammes de classes de
conception préliminaire
B Structuration en packages
C Démarche
C Diagrammes de classes
MOTS-CLÉS
B Diagramme de séquence
B Conception préliminaire
B Diagramme de classes
B Package
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
MÉTHODE Étude détaillée
de la dynamique des objets
Au chapitre 4, nous avions déjà identifié un certain nombre d’opérations potentielles dans les
classes dialogues et entités. Cependant, ce
n’était qu’un premier jet, une base de travail.
Dans ce chapitre et le suivant, nous allons vraiment nous atteler au problème crucial de concevoir un ensemble de classes faiblement couplées
entre elles et fortement cohérentes. Cela ne
peut passer que par une étude détaillée de la
dynamique des objets, matérialisée en UML par
des diagrammes d’interactions.
Rappelons le positionnement de cette activité de conception par rapport
à l’ensemble du processus décrit au chapitre 1. Nous avons identifié les
cas d’utilisation au chapitre 3 et poursuivi leur description détaillée au
chapitre 4, grâce en particulier aux diagrammes de séquence système.
Nous avons également réalisé un modèle d’analyse au chapitre 5, concrétisé par des diagrammes de classes participantes. Pour passer maintenant
vraiment à la conception, nous allons répartir tout le comportement du
système entre ces classes d’analyse et nous décrirons les interactions correspondantes.
L’attribution des bonnes responsabilités aux bonnes classes est l’un des
problèmes les plus délicats de la conception orientée objet. Pour chaque
service ou fonction, il faut décider quelle est la classe qui va la contenir.
Les diagrammes d’interactions (séquence ou communication) sont particulièrement utiles au concepteur pour représenter graphiquement ses
décisions d’allocation de responsabilités. Chaque diagramme va ainsi
représenter un ensemble d’objets de classes différentes collaborant dans
le cadre d’un scénario d’exécution du système. Dans ce genre de diagramme, les objets communiquent en s’envoyant des messages qui invoquent des opérations (ou méthodes) sur les objets récepteurs. Il est ainsi
possible de suivre visuellement les interactions dynamiques entre objets,
et les traitements réalisés par chacun.
Message et opération
Avec les principaux outils de modélisation UML du marché, lorsque vous décrivez un message entre deux objets, vous pouvez également créer du même coup une opération
publique sur la classe de l’objet récepteur.
Figure 7–1
124
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Par rapport aux diagrammes de séquence système du chapitre 4, nous
allons remplacer le système vu comme une boîte noire par un ensemble
d’objets en interaction. Pour cela, nous utiliserons encore dans ce chapitre les trois types de classes d’analyse, à savoir les dialogues, les contrôles et les entités. Nous respecterons également les règles que nous
avions fixées sur les relations entre classes d’analyse, mais en nous intéressant cette fois-ci aux interactions dynamiques entre objets :
• Les acteurs ne peuvent interagir (envoyer des messages) qu’avec les
dialogues.
• Les dialogues peuvent interagir avec les contrôles.
• Les contrôles peuvent interagir avec les dialogues, les entités, ou
d’autres contrôles.
• Les entités ne peuvent interagir qu’entre elles.
Le changement de niveau d’abstraction par rapport au diagramme de
séquence système peut ainsi se représenter comme sur la figure 7-2.
Le système
Le système
: Acteur1
:Acteur1
: DialogueDD
: ControleCC
: EntiteEE
action1( )
action 1
operation1( )
getDonnee1( )
retour
retour
Figure 7–2 Passage de l’analyse à la conception préliminaire
Notation détaillée des diagrammes de
séquence
L’expression diagramme d’interactions englobe principalement deux
types de diagrammes UML spécialisés, qui peuvent servir tous les deux à
exprimer des interactions de messages similaires :
• les diagrammes de communication ;
• les diagrammes de séquence.
© Groupe Eyrolles, 2005
UML 2 Autres diagrammes
d’interactions
En fait, UML 2 a ajouté deux diagrammes
d’interactions : l’interaction overview diagram
et le timing diagram. Cependant, nous n’utiliserons pas ces nouveaux types de diagrammes
pour rester conformes à notre volonté de ne pas
complexifier inutilement.
125
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Notations
Notez la représentation des spécifications d’activation (aussi appelées focus of control) – bandes
blanches qui représentent les périodes d’activité
sur les lignes de vie des objets. Remarquez également les flèches en pointillé de retour d’invocation
d’une opération.
Les diagrammes de séquence représentent les interactions dans un
format où chaque nouvel objet est ajouté en haut à droite. On représente
la ligne de vie de chaque objet par un trait pointillé vertical. Cette ligne
de vie sert de point de départ ou d’arrivée à des messages représentés
eux-mêmes par des flèches horizontales (voir figure 7-3). Par convention, le temps coule de haut en bas. Il indique ainsi visuellement la
séquence relative des envois et réceptions de messages, d’où la
dénomination : diagramme de séquence.
Figure 7–3
Notations du diagramme de séquence
B.A.-BA Numérotation décimale
Les diagrammes de communication illustrent les interactions entre objets
sous forme de graphes ou de réseaux. Les objets peuvent être placés en
tout point du diagramme. Ils sont connectés par des liens qui indiquent
qu’une forme de navigation et de visibilité entre ces objets est possible.
Tout message entre objets est représenté par une expression et une petite
flèche indiquant son sens de circulation. Chaque lien permet le trafic de
plusieurs messages et chaque message est assorti d’un numéro d’ordre.
Notez la numérotation décimale qui montre
l’imbrication des messages, d’une façon comparable à la représentation des spécifications d’activation sur le diagramme de séquence précédent.
Figure 7–4
Notations du diagramme de communication
Nous avons fait le choix de n’utiliser que le diagramme de séquence dans
la suite de ce livre, afin de réduire au maximum l’effort d’apprentissage
du langage UML.
126
© Groupe Eyrolles, 2005
Les diagrammes d’interactions font participer des objets et non pas des
classes. Il ne s’agit d’ailleurs pas forcément d’occurrences spécifiques,
mais plus généralement de rôles possédant un type. Du coup, UML
n’utilise pas directement la notation des instances dans les diagrammes
d’objets (nomObjet:NomClasse), mais une notation légèrement différente,
sans soulignement (nomRôle:NomType). En l’absence d’un nom de rôle, on
fait simplement précéder le nom du type du symbole « : » (:NomType).
MÉTHODE Seulement le
diagramme de séquence
Nous avons fait le choix de n’utiliser que le diagramme de séquence dans la suite de ce livre,
afin de réduire au maximum l’effort d’apprentissage du langage UML.
Tout message est bon pour créer une instance, mais la convention UML
que nous appliquerons ici veut que l’on utilise à cet effet un message
standardisé appelé create. Le message create peut comprendre des
paramètres d’initialisation. Il peut s’agir, par exemple, d’un appel de
constructeur avec paramètres en Java ou en C#.
De même, lorsque nous souhaiterons montrer explicitement la destruction des objets, nous utiliserons le message standardisé destroy.
Le message de création a une représentation particulière (flèche pointillée ouverte) sur le diagramme de séquence. L’événement de destruction est pour sa part représenté par une croix noire qui termine la ligne
de vie détruite. Dans l’exemple de la figure 7-5, l’objet 2 est créé et
détruit durant le scénario, contrairement aux objets 1 et 3 qui préexistent
et survivent au scénario concerné. Le message m11 est imbriqué dans le
message m1.
LANGAGES Destruction des objets
Les langages objets récents comme Java et C# ont
un garbage collector qui détruit automatiquement
les objets qui ne sont plus utilisés. Ce n’est pas le
cas en C++ où les objets doivent être détruits
explicitement.
Notez la flèche pointillée ouverte pour le message de création et la croix noire indiquant la
terminaison de la ligne de vie, suivant la spécification UML 2.
Figure 7–5
Création et destruction d’instance
dans le diagramme de séquence
© Groupe Eyrolles, 2005
127
7 – Conception objet préliminaire
De plus, les nouveautés introduites par UML 2 au niveau du diagramme
de séquence, et que nous présenterons au fur et à mesure de leur utilisation, n’ont pas d’équivalent dans le diagramme de communication. Nous
pensons que le diagramme de communication sera du coup de moins en
moins utilisé par les modélisateurs…
Cahier du programmeur UML 2
Diagrammes d’interactions des cas
d’utilisation de l’internaute
Pour illustrer notre démarche, nous allons étudier les deux premiers cas
d’utilisation majeurs de l’internaute, à savoir :
• Chercher des ouvrages ;
• Gérer son panier.
Pour chaque cas d’utilisation, nous réaliserons un diagramme de
séquence ou plusieurs représentant notre choix d’allocation de responsabilités dynamiques.
Chercher des ouvrages
L’internaute veut trouver le plus rapidement possible un ouvrage
recherché dans l’ensemble du catalogue. Il veut également pouvoir consulter la fiche détaillée d’un ouvrage particulier avant de la mettre dans
son panier.
Etudions un scénario nominal de recherche avancée par nom d’auteur.
B.A.-BA Message à soi-même
Un objet peut s’envoyer via un lien un message à
lui-même.
C’est le cas du dialogue RechercheAvancée
qui s’envoie le message verifierSyntaxe. Il
s’agit d’un traitement interne à l’objet, mais
important car son résultat influe sur la suite du
scénario. Nous avons donc envie de le représenter
même s’il ne s’agit pas d’une interaction entre
objets.
Notez que ce traitement interne se traduit généralement par une méthode privée (private) en
Java, C++ ou C#, alors que la réception d’un message venant d’un autre objet correspond forcément à l’invocation d’une méthode publique
(public).
Sur la page d’accueil du site www.jeBouquine.com, l’internaute choisit le
lien vers la page de recherche avancée. Il saisit une phrase de recherche
(par exemple ici un nom d’auteur). Notez que la vérification syntaxique
de la phrase de recherche est de la responsabilité de la classe dialogue
elle-même (et pas du contrôle associé qui n’est invoqué que dans le cas
favorable où il n’y a pas d’erreur de syntaxe). Le contrôle délègue ensuite
à une entité la recherche proprement dite. Quelle est la classe la mieux
placée pour effectuer une recherche parmi l’ensemble des ouvrages du
catalogue ? C’est le catalogue lui-même puisqu’il contient tous les livres.
Le Catalogue construit alors une collection dynamique de livres
(resultats) correspondant à la recherche, qu’il renvoie au contrôle.
Celui-ci initialise le dialogue chargé du résultat, en lui passant la collection en paramètre. L’internaute peut ensuite naviguer dans les différentes
pages du résultat.
B.A.-BA Multi-objet/collection
Pour indiquer que le catalogue contient une collection de livres, nous utilisons une notation particulière : nomRôle:TypeCollection<Type>.
Le nomRôle sera au pluriel pour bien exprimer l’idée de multi-objet. Le
TypeCollection sera par convention un des mots-clés suivants : Set (ensemble, non
ordonné, non trié), List (ensemble ordonné) ou Map (ensemble trié). Il s’agit là d’une
convention très répandue, naturelle pour les concepteurs objet. La notation entre crochets
est inspirée des generics de la dernière version Java 5. Nous utiliserons également des
noms de messages génériques comme find() ou add() sur les multi-objets.
128
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Figure 7–6
Diagramme de séquence du
scénario nominal de recherche avancée
Nous avons représenté le scénario nominal sur le diagramme de la
figure 7-6. Cela signifie que tout « se passe bien » : la syntaxe de la
phrase de recherche est correcte et la recherche aboutit à un ensemble
d’ouvrages. Les cas d’erreur ont été abordés au chapitre 6 sur la navigation. Nous pourrions donc tout à fait représenter l’échec de la recherche
avec un autre diagramme comme illustré sur la figure 7-7.
ÉTUDE DE CAS Deux cas d’erreur
La distinction est bien claire sur le diagramme
entre les deux cas d’erreur :
• erreur de syntaxe dans la recherche (chaîne 1
erronée) détectée directement par le dialogue sans intervention du contrôle ;
• aucun ouvrage trouvé suite à la recherche
(chaîne 2 syntaxiquement correcte) dans le
catalogue.
Figure 7–7
Diagramme de séquence des scénarios d’erreur de recherche avancée
© Groupe Eyrolles, 2005
129
Cahier du programmeur UML 2
Revenons au scénario nominal. Nous l’avons provisoirement terminé
lorsque l’internaute navigue dans les pages de résultats. Il peut ensuite
demander l’affichage du détail d’un livre sélectionné parmi ceux de la
page de résultats. Que se passe-t-il alors ? Le dialogue passe la main à un
contrôle spécialisé (CtrLivre) qui sait récupérer les informations
détaillées d’un livre à partir de son identifiant. Pour cela, il fait encore
appel à « l’expert » des livres, à savoir l’entité catalogue. Ensuite, le contrôle crée un nouveau dialogue de fiche détaillée avec ces informations.
C’est par exemple à ce moment-là que l’internaute choisit de mettre le
livre sélectionné dans son panier virtuel.
Voilà ce que montre le diagramme 7-8 qui nous permet de faire la jonction avec le cas d’utilisation Gérer son panier.
Figure 7–8
Diagramme de séquence de la suite
du scénario nominal de recherche avancée
Gérer son panier
ÉTUDE DE CAS Ordre de création des objets
Notez bien l’ordre précis de création de tous les
objets liés au panier (entités et dialogue).
L’initialisation du panier provoque la création en
cascade de la collection vide de lignes du panier.
Cette collection n’est d’ailleurs pas persistante :
elle ne survit pas à une session de l’internaute.
Lors de la création des lignes suivantes du
panier, il suffira que le contrôle omette le message create vers le panier. Cela court-circuitera également le message imbriqué de création
de la collection.
130
Lorsque l’internaute est intéressé par un ouvrage, il doit avoir la possibilité de l’enregistrer dans un panier virtuel. Ensuite, il doit pouvoir
ajouter d’autres livres, en supprimer ou encore en modifier les quantités
avant de passer commande.
Dans le diagramme 7-8, nous avons laissé l’internaute au moment où il
met de côté un premier livre dans son panier virtuel. Que se passe-t-il
derrière le dialogue concerné ? Celui-ci passe la main à un contrôle spécialisé dans la gestion du panier. Ce contrôle a la responsabilité de créer
le panier lors de la première sélection, mais aussi toutes les lignes du
panier au fur et à mesure. Il est également responsable d’afficher un dialogue particulier récapitulant le panier en cours et permettant à l’internaute de le modifier et de le recalculer.
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Tout cela est représenté sur la figure 7-9.
Figure 7–9
Diagramme de séquence du scénario
nominal de création de la première
ligne du panier
Continuons maintenant en considérant un scénario dans lequel l’internaute modifie la quantité d’un ouvrage sélectionné, puis demande un
recalcul de son panier.
Le contrôle reçoit une collection de quantités et la passe à l’entité
panier. Celle-ci est responsable de la gestion de ses lignes. Elle va donc
demander à chaque ligne de se recalculer individuellement en lui passant
en paramètre la quantité qui la concerne. Si cette quantité a été positionnée à zéro par l’internaute, la ligne est supprimée.
Figure 7–10
Diagramme de séquence du
scénario de recalcul du panier
Pour terminer la gestion du panier, considérons enfin un scénario dans
lequel l’internaute supprime explicitement une ligne du panier puis le
vide totalement.
© Groupe Eyrolles, 2005
131
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Itération sur une collection (loop)
Un algorithme très courant consiste à opérer une itération (ou boucle) sur tous les éléments d’une collection en envoyant un message à chacun d’eux. Nous avons déjà vu
qu’une collection est modélisée sur le diagramme de séquence par la notation
nomRôle:TypeCollection<Type>. Pour indiquer que nous considérons maintenant un élément quelconque d’une collection, nous allons utiliser la notation particulière :
nomRôle[i]:Type. L’opérateur de boucle (loop) à l’intérieur d’un fragment d’interaction représenté par un rectangle autour d’un message indique que celui-ci est adressé
à chaque élément de la collection. C’est le cas dans le diagramme 7-10 pour le message
recalculer(q) qui est envoyé par le panier à chacune de ses lignes.
Figure 7–11
Diagramme de séquence d’un
scénario de vidage du panier
ÉTUDE DE CAS Destruction explicite
ATTENTION Type des attributs
Ces types ne sont pas encore ceux d’un langage
de programmation, puisque nous voulons être
encore indépendants des choix technologiques
à ce niveau. Le typage définitif sera effectué au
chapitre 8. Nous utiliserons bien des noms
comme String ou Date dans les diagrammes qui suivent ; il ne s’agit pas des types
Java, mais bien de types « universels » !
Notez les premières utilisations de la notation de destruction explicite d’un objet sur le
diagramme de séquence, lors de la suppression d’une ligne du panier, ou de toutes les
lignes. (figure 7-11).
Dans le cas où l’internaute demande à vider son panier, celui-ci n’est pas supprimé :
seules le sont les lignes qu’il contient (grâce à la boucle destroy). En effet, le panier
n’est supprimé qu’avec la fin de la session de l’internaute.
Classes de conception préliminaire
Nous avons traité en détail les deux premiers cas d’utilisation majeurs de
l’internaute, à savoir Chercher des ouvrages et Gérer son panier.
132
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
En partant du modèle d’analyse (voir le chapitre 5), nous allons affiner
et compléter les diagrammes de classes participantes obtenus précédemment. Pour cela nous utiliserons les diagrammes de séquence que nous
venons de réaliser pour :
• Ajouter ou préciser les opérations dans les classes (un message ne
peut être reçu par un objet que si sa classe a déclaré l’opération
publique correspondante).
• Ajouter des types aux attributs et aux paramètres et retours des opérations.
• Affiner les relations entre classes : associations (avec indication de
navigabilité), généralisations ou dépendances.
MÉTHODE Liens durables ou temporaires
Un lien durable entre éléments va donner lieu à
une association navigable entre les classes
correspondantes ; un lien temporaire va donner
lieu à une relation de dépendance.
Sur l’exemple du schéma 7-12, le lien entre les
éléments :A et :B devient une association
navigable entre les classes correspondantes. Le
fait que l’élément :A reçoive en paramètre
d’un message une référence sur un objet de la
classe C induit une dépendance entre les
classes concernées.
Figure 7–12
Liens temporaires et dépendances
Nous utiliserons également le travail réalisé au chapitre 6 sur la navigation pour ajouter les éventuels dialogues qui manquaient.
Chercher des ouvrages
Repartons du diagramme de classes participantes de
ouvrages, tel qu’il était au chapitre 5 (figure 5-24).
Chercher
des
Qu’avons nous appris de nouveau sur ces classes aux chapitres 6 et 7 ?
Tout d’abord, le chapitre 6 nous a montré qu’il existe deux dialogues
supplémentaires : l’un correspondant à l’erreur aucun ouvrage trouvé,
l’autre permettant d’afficher la page détaillée d’un ouvrage.
Ensuite, les figures 7-6 à 7-8 nous amènent à ajouter un certain nombre
d’opérations aux classes existantes, par exemple verifierSyntaxe(chaine)
à la classe dialogue RechercheAvancee, ainsi que des opérations importantes dans les classes entités.
© Groupe Eyrolles, 2005
133
Cahier du programmeur UML 2
cd Chercher des ouvrages (DCP)
«dialogue»
RechercheRapide
«entité»
Catalogue
motsClé: String
chercher() : void
«entité»
Thème
«dialogue»
RechercheAvancée
Internaute
sujet: String
titre: String
auteur: String
editeur: String
langue: String
thème: String
nom: String
«contrôle»
CtrRecherche
«entité»
Auteur
chercherLivres() : void
nom: String
prénom: String
chercher() : void
«entité»
Editeur
«dialogue»
RésultatRecherche
nom: String
pays: String
«résultat» nbLivres: int
«résultat» nbPages: int
Figure 7–13
DCP de Chercher des ouvrages
classerParTitre() : void
classerParAuteur() : void
classerParDate() : void
pageSuivante() : void
pagePrécédente() : void
afficherDétailLivre() : void
mettreDansPanier() : void
...() : void
«entité»
Livre
«contrôle»
CtrLivre
titre: String
«optionnel» sous-titre: String
ISBN: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
getInfosLivre() : void
majPrix() : void
majQtéStock() : void
majDateParution() : void
...() : void
ÉTUDE DE CAS Quelques remarques
sur le diagramme de classes de conception préliminaire
• Les multi-objets ne sont pas représentés en tant que classes collections de façon à
garder le plus longtemps possible notre indépendance vis-à-vis du langage de programmation cible. Du coup les opérations génériques sur les collections (comme
find ou add) n’apparaissent pas.
• Nous ne faisons pas figurer les opérations systématiques de création ou destruction
d’instances, ainsi que les accesseurs des attributs (get et set). Cela permet de
garder des diagrammes lisibles et qui contiennent seulement les comportements les
plus importants.
• Les navigabilités des associations sont limitées à une seule direction dans la mesure
du possible. C’est le cas entre les contrôles et les entités, entre les contrôles et certains
dialogues, mais aussi entre les entités elles-mêmes. Une seule association entre
entités a été laissée bidirectionnelle : celle entre les classes Livre et Auteur. En
effet, l’opération getDetails() sur un livre va chercher le nom et le prénom de
l’auteur. La classe Livre doit donc pouvoir naviguer vers la classe Auteur. À
l’inverse, pour l’opération chercherLivresParAuteur() du catalogue, nous
avons gardé la possibilité de passer par l’objet auteur qui doit alors connaître ses
livres. L’association est donc pour l’instant bidirectionnelle, mais un choix plus restrictif pourra être effectué en conception détaillée.
Le diagramme de séquence 7-8 précise que le contrôle CtrLivre doit
passer par l’entité Catalogue pour accéder à un livre. L’association existante doit donc être modifiée. De plus, les sens de circulation des mes134
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
sages nous permettent de limiter la navigabilité de certaines associations
entre entités.
Le résultat de toutes ces cogitations est donné sur le diagramme de
classes de conception de la figure 7-14, à comparer avec le diagramme de
classes d’analyse participantes.
Figure 7–14 Diagramme de classes de conception de Chercher des ouvrages
Gérer son panier
Repartons là aussi du diagramme de classes participantes de
tel qu’il était au chapitre 5 (figure 5-25).
Gérer son
panier,
Qu’avons nous appris de nouveau sur ces classes aux chapitres 6 et 7 ?
© Groupe Eyrolles, 2005
135
Cahier du programmeur UML 2
cd Gérer son panier (DCP)
«dialogue»
GestionPanier
«entité»
Panier
«liste» quantité: int = 1
supprimerLigne() : void
viderPanier() : void
recalculer() : void
demanderDevis() : void
commander() : void
Internaute
«dialogue»
Devis
«résultat» détailDevis: String
Figure 7–15
nombre d'articles: int
total: réel
«contrôle»
CtrPanier
modifierLigne() : void
supprimerLigne() : void
recalculerPanier() : void
etablirDevis() : void
1
0..*
«entité»
LignePanier
montant: réel
quantité: int = 1
imprimer() : void
DCP de Gérer son panier
Tout d’abord, le chapitre 6 nous a montré qu’il existe deux dialogues
supplémentaires : l’un correspondant à l’erreur Panier vide, l’autre permettant d’afficher le devis pour impression par l’internaute.
Ensuite les figures 7-9 à 7-11 nous amènent à ajouter un certain nombre
d’opérations aux classes existantes, par exemple ajouterLigne(id) à
CtrPanier et à l’entité Panier. Nous voyons sur la figure 7-9 que le dialogue ResultatRecherche peut appeler CtrPanier comme d’ailleurs tous
les dialogues qui possèdent le bouton Mettre dans le panier associé à
au moins une référence d’ouvrage. Le contrôle passe toujours par le
panier et n’accède pas directement aux lignes.
Le diagramme de classes de conception résultant est fourni par la
figure 7-16, à comparer avec le diagramme de classes d’analyse participantes.
Revenons maintenant sur la création d’une ligne du panier. Sur la
figure 7-9, nous l’avons simplement représentée par un message create
venant du Panier. Or, nous avons vu au chapitre 5 que chaque ligne doit
être reliée à un livre pour pouvoir afficher correctement ses informations.
Le plus simple consiste à passer en paramètre du message create une
référence sur le livre concerné. Pour obtenir cette référence à partir d’un
identifiant (comme l’ISBN) fourni par le dialogue au contrôle, celui-ci
doit d’abord interroger le Catalogue puisque celui-ci est l’expert des
livres.
Le diagramme de séquence détaillé de la création d’une ligne de panier
(en supposant que le panier existe déjà) est présenté sur le
diagramme 7-17.
Ce diagramme de séquence va nous donner l’occasion d’illustrer le concept de dépendance entre classes que nous avons expliqué sur le
136
© Groupe Eyrolles, 2005
entre GestionPanier et CtrPanier
Remarquez l’association bidirectionnelle entre le
dialogue GestionPanier et CtrPanier.
Les messages pouvant circuler dans les deux sens
d’après les diagrammes d’interactions, nous
n’avons pas pu éviter de laisser cette double
navigabilité.
La contrainte {ordered} sur la composition
entre Panier et LignePanier indique que
les instances de LignePanier sont ordonnées sans obliger à indiquer tout de suite une
solution technologique (numéro, etc.).
Figure 7–16
Diagramme de classes de
conception de Gérer son panier
Figure 7–17
Diagramme de séquence détaillé de
la création d’une ligne de panier
diagramme 7-12. L’objet :CtrPanier récupère une référence temporaire
sur un objet livre par l’intermédiaire du catalogue. Il passe ensuite ce
livre en paramètre au panier p pour que ce dernier puisse créer sa ligne.
© Groupe Eyrolles, 2005
137
7 – Conception objet préliminaire
ÉTUDE DE CAS Association bidirectionnelle
Cahier du programmeur UML 2
La méthode ajouterLigne() de la classe Panier prend donc en paramètre une instance de Livre et non pas un simple identifiant.
Il existe ainsi une dépendance (de type local) entre les classes CtrPanier
et Livre, ainsi qu’une (de type paramètre) entre Panier et Livre. Les
modifications mènent au diagramme de classes de la figure 7-18.
Figure 7–18
Diagramme de classes de conception complété de Gérer son panier
138
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Structuration en packages de classes
Démarche
Pour structurer notre modèle, nous allons organiser les classes et les
regrouper en ensembles cohérents. Pour ce faire, nous utilisons une fois
de plus le concept général d’UML, le package.
Les systèmes informatiques modernes sont organisés en couches horizontales, elles-mêmes découpées en partitions verticales. Cette découpe
est d’abord logique, puis éventuellement physique en termes de
machines.
B.A.-BA Package
Package : mécanisme général de regroupement
d’éléments en UML, qui est principalement utilisé
en analyse et conception objet pour regrouper des
classes et des associations.
Nous allons donc structurer les classes identifiées jusqu’à présent en trois
couches principales :
• une couche Présentation, rassemblant toutes les classes dialogues ;
• une couche Logique Applicative, rassemblant toutes les classes
contrôles ;
• une couche Logique Métier, rassemblant toutes les classes entités ;
L’architecture logique de notre étude de cas est ainsi représentée par un
premier diagramme de packages, comme illustré par la figure 7-19.
<<layer>>
Présentation
<<layer>>
Logique Applicative
<<layer>>
Logique Métier
Figure 7–19
Diagramme de packages
de l’architecture logique
© Groupe Eyrolles, 2005
139
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA Architecture en couches
Le principal objectif de la séparation en couches est d’isoler la logique métier des classes
de présentation (IHM), ainsi que d’interdire un accès direct aux données stockées par ces
classes de présentation. Le souci premier est de répondre au critère d’évolutivité : pouvoir
modifier l’interface de l’application sans devoir modifier les règles métier, et pouvoir
changer de mécanisme de stockage sans avoir à retoucher l’interface, ni les règles métier.
Une architecture en couches se décrit en UML par un diagramme structurel qui ne montre
que des packages et leurs dépendances. UML 2 a reconnu l’importance de ce type de diagramme de haut niveau en officialisant le diagramme de packages comme un type de diagramme à part entière. Vous pouvez utiliser le mot-clé layer pour distinguer les
packages qui représentent les couches.
B http://www.sparxsystems.com
Si nous répartissons maintenant les classes identifiées précédemment,
nous obtenons une structuration comme celle illustrée sur la copie
d’écran 7-20, issue de l’outil Enterprise Architect.
Figure 7–20 Détail de l’architecture logique
140
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
La structuration des couches Présentation et Logique Applicative peut
s’effectuer en tenant compte des cas d’utilisation. La structuration de la
couche Logique Métier est à la fois plus délicate et plus intéressante, car
elle fait appel à deux principes fondamentaux : cohérence et indépendance.
Le premier principe consiste à regrouper les classes qui sont proches
d’un point de vue sémantique. Un critère intéressant consiste à évaluer
les durées de vie des instances et à rechercher l’homogénéité. Par
exemple, les entités Thème, Editeur, Auteur et Rayon ont une durée de vie
de plusieurs mois, voire de plusieurs années. En contrepartie, les concepts de Panier et LignePanier sont beaucoup plus volatiles. Il est donc
naturel de les séparer dans des packages différents.
Le deuxième principe s’efforce de minimiser les relations entre packages,
c’est-à-dire plus concrètement les relations entre classes de packages différents.
Les considérations précédentes amènent à une solution naturelle consistant à découper le modèle en trois packages comme indiqué sur la
figure 7-21. Les packages ainsi constitués vérifient bien les principes de
forte cohérence interne et de faible couplage externe.
Figure 7–21 Proposition de découpage en packages
© Groupe Eyrolles, 2005
141
Cahier du programmeur UML 2
CONCEPT AVANCÉ Espace de noms
Les packages sont des espaces de noms : deux
éléments ne peuvent pas porter le même nom
au sein du même package. En revanche, deux
éléments appartenant à des packages différents
peuvent porter le même nom. Du coup, UML
propose une notation complète pour un
élément : nomPackage::nomElément.
Remarquons que les associations qui traversent les packages sont déjà
unidirectionnelles, sauf celle entre les entités Commande et Panier, car
nous n’y avions pas encore réfléchi. Or, une association bidirectionnelle
entre des classes appartenant à des packages différents induirait une
dépendance mutuelle entre ces derniers. Il est donc indispensable de
réduire la navigabilité de l’association concernée à une seule direction.
Dans notre exemple, c’est clairement la Commande qui a besoin du Panier
et pas le contraire : nous pouvons donc affiner le diagramme précédent
comme indiqué sur la figure 7-22. Nous en profiterons pour réaliser la
structuration en packages, qui va se traduire par la nouvelle notation des
noms de classes.
Figure 7–22 Découpage en packages montrant leur dépendances
Diagrammes de classes des packages de la couche
métier
Terminons ce chapitre en peaufinant les diagrammes de classes de
chacun des packages.
142
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Dans le package Catalogue, nous pouvons ajouter le concept de
Collection. Un éditeur peut proposer des collections qui regroupent des
livres, mais tous les livres n’appartiennent pas forcément à une collection. Nous ne fixons pas la navigabilité des nouvelles associations pour
l’instant.
cd Catalogue
«entité»
Catalogue
+
+
+
+
chercherLivresParAuteur(String) : String
chercherLivresPar...() : String
getInfosLivre(double) : String
chercherLivreParISBN(String) : Livre
1
isbn
1
1
1
1..*
1..*
«entité»
Thème
«entité»
Rayon
-
-
nom: String
1
0..1
0..*
«entité»
Editeur
-
nom: String
pays: String
édité par
1
nom: String
1..*
0..*
«entité»
Livre
1..* +
titre: String
sous-titre: String
isbn: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
«entité»
Auteur
0..*
1..*
écrit par 1..* -
nom: String
prénom: String
getDetails() : String
1..*
1
«entité»
Collection
0..*
-
nom: String
0..1
Figure 7–23
Diagramme de classes du package Catalogue
Pour le package intitulé Gestion, nous pouvons remarquer que nous
avions omis le concept de carte bancaire associée à un client. Si nous
voulons pouvoir mémoriser les informations d’une ou plusieurs carte(s)
bancaire(s) pour chaque client, il faut faire apparaître la classe entité correspondante.
© Groupe Eyrolles, 2005
143
Cahier du programmeur UML 2
Il est également important de montrer les classes utilisées (comme
Panier pour le package Gestion) et surtout l’association qui pointe
dessus dans le diagramme de classes du package utilisateur. Le diagramme de classes résultat est représenté sur la figure 7-24.
cd Gestion
«entité»
Commande
0..*
0..1
-/
date: Date
mode paiement: (CB, chèque) = CB
délais livraison: int
frais de port: réel
montant total: réel
adresseLivraison
1
«entité»
Panier::Panier
0..* {ordered}
«entité»
Adresse
-
nom: String
prénom: String
numéro, rue: String
«optionnel» compléments: String
code postal: Code
ville: String
pays: String = 'France'
«optionnel» téléphone: NumTel
1
-/
-/
total: réel
nombre d'articles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(Livre) : void
recalculer(int[]) : void
supprimerLigne(int) : void
vider() : void
1
«entité»
Client
adresseFacturation
Figure 7–24
Diagramme de classes
du package Gestion
1
-
1
«entité»
CarteBancaire
0..*
nom: String
prénom: String
email: String
-
numero: String
type: int
date de validité: Date
Pour compléter, le diagramme de classes du package
ment montré sur la figure suivante.
Panier
est égale-
cd Panier
«entité»
Panier
-/
-/
total: réel
nombre d'articles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(Livre) : void
recalculer(int[]) : void
supprimerLigne(int) : void
vider() : void
1
«entité»
Catalogue::Livre
0..* {ordered}
«entité»
LignePanier
Figure 7–25
Diagramme de classes
du package Panier
144
-/
quantité: int = 1
montant: réel
+
recalculer(int) : void
concerne
1 +
titre: String
sous-titre: String
isbn: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
getDetails() : String
© Groupe Eyrolles, 2005
7 – Conception objet préliminaire
Les dépendances entre packages de la couche métier sont représentées
sur le diagramme synthétique de la figure 7-26.
pd Logique Métier (packages)
Gestion
+ Adresse
+ Client
+ Commande
Panier
+ LignePanier
+ Panier
Catalogue
+ Auteur
+ Catalogue
+ Editeur
+ Livre
+ Rayon
+ Thème
© Groupe Eyrolles, 2005
Figure 7–26
Diagramme de packages
de la couche Logique Métier
145
chapitre
8
System
Chapitre 3
Chapitre 4
Cas d’utilisation
Diagrammes de
séquence système
Chapitre 5
Chapitre 7
an Object
an Object
an Object
an Object
Actor
message name
Besoins
utilisateurs
message
g name
message name
message name
message name
message name
Diagrammes de
classes participantes
Chapitre 2
Diagrammes
d’interaction
Chapitre 6
Chapitre 8
<<cas d'utilisation>>
Identifier le Client
(from NavigationIdentifierLeClie...
client identifié
LOGO
Home
Archives
My Account
Store
Article Title
Search:
Go!
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Button
Article Title
Button
Button
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Button
Article Title
Text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text, text, text,
text, text, text, text, text, text, text, text, text more....
Advertising
Maquette
© Groupe Eyrolles, 2005
autre client
demande de modification d'adresse
About us
d l
<<dialogue>>
Client et Comptes
<<cas d'utilisati
d
l
on>>
Modifier l'adresse
Objet2
package LogiqueMetier.Gestion;
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
(from NavigationModifierAdres...
What's New
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text,
text, text, text
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;public class Panier {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
+ getDetails() : String
créer opération
pé
Objet1
saisie annulée
an
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
enregistrer
enreg istrer les opéra
opérations
érat
rations
<<dialogue>>
Saisie
opération
Objet4
+ getDetails() : String
<<dialogue>>
Relevé
opérations
saisie validée
<<dialogue>>
d l
Compte rendu
opération
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
Objet3
+ getDetails() : String
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
imprimer
Diagrammes
de navigation
+ getDetails() : String
Diagrammes
de classes
de conception
Code
Conception objet détaillée
SOMMAIRE
B Démarche
Dressons d’abord un panorama synthétique de l’éventail des
technologies disponibles actuellement pour construire des
applications web. Ensuite, nous enrichirons les différents
diagrammes réalisés au chapitre 7 en fonction des choix
technologiques effectués. Nous finirons en donnant des
exemples de code pour montrer que nous avons atteint
l’objectif initial du livre : aller des besoins utilisateurs au code
de l’application !
B Architecture des applications web
C Patterns architecturaux
C Le client web léger
C Solutions techniques
B Conception détaillée du cas
d’utilisation Gérer son panier
C Solution PHP
C Solution J2EE
C Solution .NET
MOTS-CLÉS
B Architecture
B Couche
B Package
B Framework
B PHP
B Java
B J2EE
B JSP
B Servlet
B Struts
B JSF
B C#
B .NET
B ASP
B XUL
B AJAX
© Groupe Eyrolles, 2005
Cahier du programmeur UML 2
Démarche
Rappelons le positionnement de cette dernière activité de conception par
rapport à l’ensemble du processus décrit au chapitre 1. Il s’agit d’un affinement de ce que nous avons réalisé de façon générique au chapitre 7.
Cela revient à dire que nous allons maintenant incorporer dans nos diagrammes le choix d’architecture et les choix technologiques qui vont
modifier les classes de conception préliminaire, les préciser, ajouter de
nouvelles classes plus techniques, etc.
Nous allons détailler en particulier comment se traduisent les trois types
de classes d’analyse avec les différentes solutions technologiques. Un
contrôle, par exemple, peut devenir plus concrètement une page PHP,
une servlet Java, une classe CodeBehind associée à un ASP.NET, etc.
N’oublions pas l’objectif principal du modèle de conception détaillée qui
est de pouvoir être traduit directement en code !
Architecture des applications web
B.A.-BA Pattern architectural
Un pattern architectural est l’expression d’un
schéma fondamental d’organisation pour des systèmes logiciels. Il inclut un ensemble de soussystèmes prédéfinis, précise leurs responsabilités
et prescrit des règles et des conseils pour organiser
leurs relations.
Patterns architecturaux
Le nombre impressionnant de produits et de technologies liés à Internet
disponibles actuellement a suscité des architectures d’application web
multiples et variées. Cependant, une application d’e-commerce digne de
ce nom implique l’existence d’au moins quatre composants d’architecture significatifs :
• le navigateur client,
• le serveur web,
• le serveur d’applications,
• le serveur de données.
À un haut niveau, on peut identifier dans les applications web
d’aujourd’hui plusieurs patterns architecturaux.
Les plus courants actuellement sont les suivants :
• Le client web très léger et universel est employé pour les applications
destinées à Internet, pour lesquelles la configuration du client n’est
pas maîtrisable. Le client ne nécessite qu’un navigateur web standard
et la logique métier ainsi que la logique de présentation sont intégralement exécutées sur le serveur :
– Seul le langage HTML est utilisé côté client, ce qui maximise
l’accessibilité au site (tous les navigateurs web sont aptes à y naviguer) et la sécurité du poste client.
148
© Groupe Eyrolles, 2005
Cependant, Javscript doit être utilisé pour le confort : l’accessibilité
implique que s’il est désactivé, l’application doit rester utilisable avec une
ergonomie raisonnable ou au pire tolérable.
• Le client web alourdi embarque dans les pages web des composants
plus complexes : ActiveX, applets Java, plug-ins, ce qui permet à une
partie significative de la logique métier d’être exécutée sur le poste
client. Du coup :
– L’interface graphique peut être beaucoup plus évoluée (graphiques
dynamiques...).
– Le composant peut se rafraîchir spontanément (et télécharger des
données brutes du serveur).
– Le déploiement, bien qu’automatique, est beaucoup plus lourd.
Les prérequis sur les postes sont plus importants.
– Le risque est beaucoup plus important (typiquement avec les
ActiveX et les plug-ins qui s’exécutent sans restriction sur le système d’exploitation).
B.A.-BA HTML
HTML (HyperText Markup Language) est un langage de description de contenu fondé sur des
balises. Elles permettent de spécifier l’apparence
d’un document lors de son affichage ou de son
impression. Les balises HTML autorisées sont normalisées par le W3C.
B http://www.w3c.org
Les pages HTML sont des documents écrits en langage HTML. Elles sont composées de balises, de
texte et de références à d’autres ressources :
autres pages HTML (liens), données multimédia
(images, sons, etc.), contenus actifs (applet,
ActiveX, plug-in).
B.A.-BA JavaScript
JavaScript est un langage léger, mais relativement
complexe et puissant, qui apporte des fonctions
dynamiques à HTML dans les navigateurs. Malgré
son nom, il est très différent du langage Java et
pas vraiment orienté-objet (pas d’héritage …).
B.A.-BA ActiveX
Ce sont des composants logiciels inclus dans une
page HTML et téléchargés par le navigateur en
même temps que celle-ci. ActiveX est une technologie propriétaire qui repose sur le COM (Component Object Model), l’infrastructure de
Microsoft, dans laquelle les développeurs peuvent
construire des composants, dans les langages de
leur choix, et les partager pour élaborer des systèmes plus complexes et plus puissants.
La tendance actuelle consiste, de plus en plus, à
ignorer purement et simplement les ActiveX, qui
sont souvent refusés en raison de leur très grande
vulnérabilité.
B.A.-BA Applet
Une applet est un programme Java dont le code est téléchargé sur le poste client depuis
le serveur web et s’exécute ensuite dans le navigateur en utilisant un interpréteur Java (la
machine virtuelle, ou JVM, qui est intégrée dans la plupart des navigateurs). Le modèle de
sécurité des applets est très strict mais évolutif depuis Java 2 (utilisation des certificats).
Autant le HTML pur et les techniques de script peuvent être utilisés par des non-informaticiens (des graphistes par exemple), autant l’utilisation de Java (pour être efficace) nécessite des connaissances préalables en conception et programmation objet.
© Groupe Eyrolles, 2005
B.A.-BA Plug-in
Programme téléchargé et installé dans un navigateur. Lorsque le navigateur détecte un format de
fichier (texte, multimédia, etc.) qu’il reconnaît, il
fait appel au “plug-in” concerné pour le traiter.
149
8 – Conception objet détaillée
– Ce pattern implique toutefois d’innombrables allers-retours entre
navigateur et serveur web : cela touche donc l’interactivité.
• Le client web léger (pattern le plus classique aujourd’hui, voir également l’encadré sur le client « riche ») correspond également aux
applications Internet/intranet pour lesquelles la configuration du
client n’est pas maîtrisable, à ceci près que l’on requiert côté client un
navigateur web assez récent, comprenant le langage JavaScript. Le
client navigue sur des pages dotées d’intelligence (programmée en
JavaScript), donc :
– L’interactivité est améliorée (la validation des formulaires est réalisée côté client, avant l’envoi de requêtes sur le serveur web).
– La plupart des navigateurs modernes proposent des options fines
sur ce qu’ils autorisent JavaScript à faire ou non (par exemple, lui
interdire de désactiver le menu contextuel ou de changer le texte de
la barre d’état, d’ouvrir des fenêtres trop fréquemment, etc.).
– La portabilité des pages est assez facile à garantir (par exemple par
l’emploi de bibliothèques telles que Prototype).
Cahier du programmeur UML 2
À RETENIR Le client web « riche »
Depuis quelques années maintenant, de nouvelles
technologies permettant de développer la couche
présentation d’une application web fleurissent à
grande vitesse. XUL, AJAX, Flash, JSF, Flex, Laszlo,
Eclipse RCP, XAML, etc., les buzzwords se multiplient et
le choix sur un projet devient de plus en plus
difficile !
En ce qui concerne l’architecture, les solutions sont
néanmoins assez similaires, avec l’apparition en particulier d’une notion de conteneur sur le poste client.
Ce conteneur peut être de natures diverses : navigateur web (AJAX), interpréteur Flash (Flex, Laszlo),
machine virtuelle Java, Eclipse.
Un précurseur est XUL : XML User interface Language. XUL est un langage fondé sur XML, qui est
utilisé pour décrire la structure de l’application, mais
pas les actions et les comportements (il faut pour cela
lui adjoindre un langage de script comme JavaScript.
Voir les Cahiers du programmeur XUL par J. Protzenko,
aux Éditions Eyrolles.
Figure 8–1
Une alternative est proposée par Microsoft avec
XAML, basée également sur XML et qui décrit des
interfaces graphiques, mais repose sur le framework
.NET 3.0 (anciennement nommé WinFX), partie du
système d’exploitation Vista.
Citons également AJAX, qui a le vent en poupe ces
temps-ci … AJAX signifie Asynchronous JavaScript
And XML. Comment cela fonctionne-t-il ? A une
requête du client, le serveur répond sous forme de
contenu XML, de fragments (X)HTML, du JavaScript,
du JSON (JavaScript Object Notation), etc. Cette
réponse est analysée par le client qui modifie dynamiquement l’interface sans recharger intégralement la
page Web, à l’aide de JavaScript, CSS et HTML.
150
C’est donc une technique qui s’exécute dans le navigateur et qui fait appel à du DHTML (Dynamic HTML).
Pour conclure (provisoirement) sur le sujet en pleine
effervescence du client riche, on peut dire qu’il existe
de nombreuses solutions différentes avec des techniques et des niveaux de maturité inégaux. Les enjeux
dépendent finalement beaucoup du contexte : applications de gestion développées sur un intranet ou
sites marchands sur Internet, etc.
© Groupe Eyrolles, 2005
Il est bien sûr possible d’appliquer plusieurs patterns à une même application d’e-commerce. Notre site marchand www.jeBouquine.com pourrait
ainsi mettre en œuvre d’une part le pattern du client web léger pour les
cas d’utilisation de l’internaute, et d’autre part le client lourd pour les cas
d’utilisation des employés. En effet, le système ne contrôle pas la configuration des postes clients des internautes (et nous ne voulons pas restreindre la clientèle possible !), mais maîtrise en revanche totalement les
postes clients du Libraire ou du Webmaster.
B.A.-BA Services web
Un service web (WebService) est un service basé
sur le Web, utilisant XML (eXtended Markup Language) et plus précisément le format SOAP pour
coder à la fois l’emballage du message et le contenu du corps du message. Il en résulte une intégration totalement indépendante du système
d’exploitation, du langage ou de tout autre produit
middleware utilisé par chacun des composants
prenant part au service.
Un service web n’utilise pas forcément du XML.
Les technologies initiales, encore les plus répandues, restent XML-RPC et SOAP, mais REST a le
vent en poupe, et le format des données est libre.
Serveur
Web
Http
IIOP/RMI
Legacy
Serveur
métier
{ou}
Applet
IIOP/RMI
option: SSL
option: HTTP tunneling
Application
CORBA
RMI
EJB
Métier
Connector JDBC
Http
Client Web
Servlet /JSP
Une vue d’ensemble des architectures web (privilégiant les technologies
Java) incluant l’intégration de l’existant est présentée sur la figure 8-2.
SQL
DB
TP protocole
JNI,
IIOP,
DCOM
TP
legacy
code
Présentation
Figure 8–2
Vue d’ensemble des
architectures web (avec Java)
Nous détaillons ci-après le pattern du client web léger que nous appliquerons aux cas d’utilisation de l’internaute.
© Groupe Eyrolles, 2005
151
8 – Conception objet détaillée
• Le client lourd est une application à part entière, qui s’exécute sur le
poste client. Ce pattern correspond typiquement aux applications
Intranet pour lesquelles on maîtrise la configuration du client :
– La contrainte du déploiement de ces logiciels est moins forte
aujourd’hui que par le passé, grâce à l’apparition de techniques de
livraison « via le Web » (web delivery).
– La communication client/serveur est moins problématique ; en
effet, les protocoles réseau sont pour la plupart persona non grata
sur le Web à cause des contraintes imposées par les pare-feu depuis
l’avènement des services web.
Cahier du programmeur UML 2
Le client web léger
B.A.-BA Cookie
Petit ensemble d’informations qu’un serveur peut
demander à un client de garder, pour lui demander
de les restituer par la suite. Une application web
peut par exemple utiliser un cookie transitoire
pour que le serveur suive la trace d’un navigateur
client particulier, tout au long de son parcours
parmi les pages du site web. Quant aux cookies
permanents, ils servent souvent de tickets d’entrée
virtuels évitant au client de ressaisir ses informations d’accès personnelles.
B.A.-BA Quelques définitions
S ASP = Active Server Pages (Microsoft)
S JSP = Java Server Pages (origine : Sun)
Les JSP utilisent Java. Les ASP sont fondées
principalement sur VBScript. Ces pages sont
interprétées sur le serveur. Elles peuvent ainsi
avoir accès aux ressources de l’entreprise. C’est
le résultat de cette exécution qui est ainsi renvoyée au client.
S EJB = Enterprise Java Beans
Les Serviced Components sont des composants
métier réutilisables hébergés par le serveur
d’application de Microsoft : MTS. En ce sens, ils
sont une évolution du modèle COM+, adaptée
au framework .NET, le pendant des EJB de la
plateforme Java.
S MTS = Microsoft Transaction Server
S RDO = Remote Data Object
S ADO = ActiveX Data Object
S ODBC = Open Database Connectivity
S JDBC = Java Database Connectivity
152
Les composants majeurs du pattern architectural client web léger se
trouvent sur le serveur. Dans bien des sens, cette architecture est effectivement celle d’une application web minimale.
• Le navigateur client est un navigateur HTML standard compatible
avec les formulaires et DHTML. Il agit comme un dispositif universel d’interface utilisateur. Son unique fonction supplémentaire
peut être d’accepter et de renvoyer des cookies. L’utilisateur de l’application requiert des pages HTML auprès du serveur à travers le navigateur. La page renvoyée contient une interface entièrement formatée
qui est présentée par le navigateur dans la fenêtre client.
• Le serveur web est le point d’accès principal pour tous les navigateurs
clients. En fonction de la requête (page HTML statique ou page serveur), des traitements côté serveur peuvent être déclanchés. Dans
tous les cas, le résultat est une page HTML affichable par un navigateur HTML standard.
• La page serveur est une page qui subit une forme de traitement du
côté du serveur. D’une façon typique, ces pages sont implémentées
sur le serveur sous la forme de pages de script (ASP, JSP, etc.) qui
sont traitées par un filtre sur le serveur d’applications ou par un
module exécutable. Ces pages ont potentiellement accès à toutes les
ressources du côté serveur ; cela inclut les composants de la logique
métier, des bases de données, des systèmes traditionnels (legacy) ou
des systèmes de paiement.
• Le serveur d’applications est le principal exécuteur de la logique métier
du côté du serveur. L’exécution du code dans les pages serveur est de
son ressort. Il peut se trouver sur la même machine que le serveur web
et peut également s’exécuter dans le même espace de processus. Le serveur d’applications est un élément architectural logiquement distinct
puisqu’il n’est concerné que par l’exécution de la logique métier et qu’il
met donc potentiellement en œuvre des technologies autres que celles
du serveur web (EJB, Serviced Components).
• Le serveur de données permet de gérer la persistance des objets
métier, par exemple dans une base de données relationnelle. Pour la
connecter au système, le moyen le plus simple est d’autoriser les
scripts des pages serveur à accéder directement au composant de persistance. Cet accès direct passera néanmoins par l’utilisation de
bibliothèques standards d’accès aux données, telles que RDO, ADO,
ODBC, JDBC, etc. Pour des systèmes plus complexes et plus
robustes, on préfère mettre en œuvre une couche objet métier complète. C’est l’optique que nous avons choisie pour notre étude de cas.
Comme le système de persistance choisi est une base de données
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
relationnelle, nous ajoutons une couche (souvent appelée DAO)
chargée d’effectuer le mapping objet/relationnel.
La figure 8-3 présente la vue logique des principaux composants d’architecture du pattern client web léger. Nous représentons ces composants
logiques sous forme de packages UML, en incluant provisoirement le
modèle d’analyse dans la couche logique métier.
Navigateur
Serveur Web
Serveur
d'applications
http
Logique métier
Pages serveur
Gestion
+ Client
+ Commande
+ LignePanier
+ Panier
Pages HTML
Catalogue
Couche DAO
+ Auteur
+ Catalogue
+ Collection
+ Editeur
+ Livre
...
Figure 8–3
Vue logique complète du
pattern client web léger
Solutions techniques proposées
Nous n’avons pas pour objectif de présenter dans le détail l’ensemble des
technologies web existantes. Cela déborderait de beaucoup le cadre de
cet ouvrage. Cependant, nous pensons qu’il est utile d’en brosser un
tableau synthétique afin de bien comprendre les transformations que
nous allons appliquer aux diagrammes d’interactions et aux diagrammes
de classes du chapitre précédent.
Différentes technologies existent pour développer des applications web,
par ordre d’apparition :
• les CGI, ou Common Gateway Interface, qui ont permis de développer les premiers sites web dynamiques ;
© Groupe Eyrolles, 2005
153
Cahier du programmeur UML 2
•
•
•
•
•
Cette technologie permet d’appeler un programme externe au serveur
web lors d’une requête. Ce programme peut accéder à toutes les ressources nécessaires, comme une base de données, et construire la
page en fonction de la requête. Néanmoins, les CGI ont certains
inconvénients : mixage de code HTML et de code de programmation qui rend la maintenance difficile, surcharge mémoire et latence
du service avec le lancement d’un nouveau processus pour chaque
requête, etc. Les CGI ne sont donc pas adaptés à la création d’applications web importantes.
les extensions propriétaires de serveurs web (ISAPI chez Microsoft,
NSAPI chez Netscape, modules PHP, Perl chez Apache, etc.) ;
les ASP (Microsoft) : pages HTML et VBScript interprété ;
les ASP.NET (Microsoft) : pages HTML et code .NET (VB ou C#)
compilé ;
les servlets Java, qui sont un peu le pendant des applets, mais sur le
serveur web. Elles n’ont pas d’IHM, sont rapides et performantes.
Elles sont également portables sous réserve que les serveurs web concernés possèdent une machine virtuelle Java embarquée.
les JSP ( Java).
Nous allons décrire dans la suite de ce chapitre deux grands types de
solutions techniques :
1 des solutions « simples » à base de langages de script comme PHP
(ou Python) ;
2 des solutions plus puissantes, mais plus complexes, fondées soit sur la
plateforme Java ( J2EE), avec en particulier le framework Struts, soit
sur la plateforme .NET de Microsoft.
B www.php.net
B www.phpindex.com
B www.phpfrance.com
B www.afup.org
À RETENIR PHP couramment proposé
Pour information, les solutions d’hébergement
de sites personnels offrent très souvent la possibilité d’utiliser le langage PHP (et parfois la base
de données MySQL). De nombreux fournisseurs
offrent également de l’hébergement JSP/Servlets tant mutualisé que dédié. En revanche,
l’hébergement mutualisé ASP.NET est clairement très rare...
154
Solution à base de scripts : PHP
De nombreux langages de script sont utilisables pour développer des
sites web dynamiques. Parmi les plus usités, citons Perl, Python et PHP.
Ce dernier gagne progressivement des parts de marché : il a séduit de
nombreux particuliers et sa simplicité de mise en œuvre convainc également de plus en plus d’entreprises.
Un site développé en PHP est très simple : il se compose de pages (dont
l’extension est .php) contenant à la fois du code HTML et des encarts
de code de programmation écrits en langage PHP. Ce dernier lit et
manipule les informations provenant des clients du site via leurs navigateurs web, et réalise tout type de traitement. Des bibliothèques complémentaires permettent à PHP d’accéder aux bases de données
relationnelles telles que Oracle, MySQL, etc.
Si l’apprentissage du langage est trivial, l’architecture basique que nous
venons d’évoquer n’assure ni la possible maintenance du site, ni la sépa© Groupe Eyrolles, 2005
Les férus de PHP ont donc souvent eu recours aux techniques élémentaires de génie logiciel en externalisant un maximum de code applicatif
dans des fichiers PHP séparés dont on invoque les fonctions depuis les
pages de présentation frontales. PHP appliquant également les concepts
orientés objet (classe, héritage, polymorphisme), les programmeurs initiés à l’objet y trouvent souvent leur bonheur.
La principale critique que l’on peut formuler à l’égard de ce langage et de sa
plateforme concerne les performances : PHP est un langage interprété et
s’exécute donc moins vite que les pages dynamiques du type servlets/JSP ou
ASP.NET, qui sont pré-compilées. Toutefois, l’interpréteur PHP ne cesse
de s’améliorer ; les performances globales de PHP sont donc aujourd’hui
tout à fait acceptables pour la majorité des sites personnels et professionnels.
Solution à base de scripts et d’un serveur d’applications : Zope / Plone
En sus des langages de scripts que nous avons cités (PHP, Python, Perl),
il existe des initiatives que l’on peut qualifier de frameworks globaux ou
de serveurs d’application, implémentés pour ces mêmes langages et qui
apportent non seulement des services techniques supplémentaires, mais
aussi des guides de bonne conduite concernant l’architecture technique. Il
en existe de plus en plus ; prenons simplement l’exemple de Zope, un serveur d’applications permettant de développer des applications d’entreprise en mode client léger, et qui se repose sur Python côté serveur.
LANGAGE PHP 4 ou PHP 5 ?
PHP est un jeune langage et la version 4 souffre
encore de nombreuses lacunes. Par exemple, s’il
permet en apparence de créer des objets, il n’en
connaît en réalité pas vraiment la notion, et se
contente de voir ces objets comme des tableaux
associatifs banals. PHP 5 tente de combler les
lacunes de PHP 4 en intégrant un nouvel
interpréteur : la version 2 du fameux Zend Engine.
Ce nouvel interpréteur est plus rapide et surtout, il
rénove complètement la gestion des objets. Désormais, PHP va réellement disposer d’un type objet
jusqu’au cœur du moteur.
R Les Cahiers du programmeur PHP 5,
S. Mariel, Éditions Eyrolles
D’ailleurs, la librairie Eyrolles elle-même a fait le
choix de PHP pour son site web…
B www.zope.org
B www.zopera.org
B www.python.org
Zope est un logiciel Open Source, écrit lui-même en grande partie en
Python. Il offre des services techniques indispensables à une application
d’entreprise, tels que la persistance des données métier (et la gestion de
l’historique des données), l’authentification des usagers, l’administration
à distance et à travers le web des applications installées… Bref, s’appuyer
sur Zope pour développer un site de librairie en ligne raccourcit les
délais, limite les risques liés à l’architecture technique, et améliore les
performances de l’application (grâce à des techniques de cache et de pooling avancées et automatiques).
En deux mots, Zope inclut un serveur web, ce qui lui permet d’héberger
et de servir des pages HTML statiques. Pour dynamiser le contenu des
pages, Zope propose le langage DTML, qui consiste en un ensemble de
balises installant de la logique simple dans les pages (itérations, affichage
d’une variable, calcul très simple). Néanmoins, le gros de la logique
métier réside ailleurs : elle est portée par des classes Python qui seront
manipulées par les pages DTML, et dont les instances seront (si vous le
désirez) automatiquement stockées en base de données orientée objet
(elle aussi incluse dans Python).
© Groupe Eyrolles, 2005
155
8 – Conception objet détaillée
ration des rôles de programmeur et de graphiste car les langages HTML
et PHP sont complètement entremêlés.
Cahier du programmeur UML 2
R Les Cahiers du programmeur
Zope/Plone, K. Ayeva, O. Deckmin,
P-J. Grizel et M. Röder, Eyrolles, 2004
R Programmation Python, T. Zadié,
Eyrolles, 2006.
L’avantage d’un langage comme Python est le compromis qu’il offre
entre la simplicité d’apprentissage et de mise en œuvre et sa puissance
d’expression (Python est concis, orienté objet, dynamique, supporte
l’introspection, etc.). Bref, c’est un langage aussi puissant que Java ou
C#, mais plus aisément accessible.
Zope complète Python en offrant toute l’infrastructure technique au
développeur de sites web dynamiques.
Solution Java J2EE
Figure 8–4
S J2EE = Java 2 Enterprise Edition
R Les Cahiers du programmeur J2EE,
J. Molière, Eyrolles, 2005
R Les Cahiers du programmeur Java/XML,
R. Fleury, Eyrolles, 2005
156
Avec le langage Java est apparue une nouvelle technologie : les servlets.
Ces petits « serveurs » ou « services » sont écrits en langage Java et utilisent une API spécifique. Ils corrigent certaines faiblesses des CGI. Les
performances sont améliorées par les fonctionnalités multi-threads des
serveurs J2EE, évitant la création de processus externes.
Cependant, le développeur doit toujours mixer le code Java et HTML.
De plus, la moindre modification oblige à recompiler la servlet et à la
recharger. Les JSP, ou Java Server Pages, viennent résoudre ces problèmes de re-compilation. Ici, c’est le code Java que l’on incorpore dans
la page HTML avec des techniques de scripting. Le serveur compile
automatiquement la page en une servlet et l’exécute ensuite. Les approches à base de scripting nécessitent l’incorporation importante de code
applicatif dans le HTML. Ces techniques limitent aussi la réutilisation
de code. Pour ce qui est du monde Java, il a donc été proposé de faire
collaborer les servlets et les JSP dans les applications. Les servlets sont
utilisées par les développeurs pour gérer les aspects programmation
d’une application web et les JSP sont utilisées par les infographistes pour
effectuer l’affichage. On retrouve ainsi une servlet et une JSP par requête
possible sur le site web. La servlet ne contient plus de HTML, et la JSP
contient juste le code nécessaire à l’affichage. Ce style de programmation
respecte le paradigme MVC.
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
CONCEPT AVANCÉ Le paradigme MVC (Modèle–Vue–Contrôleur)
Le paradigme MVC est un schéma de programmation qui propose de séparer une application en trois
parties :
• le modèle, qui contient la logique et l’état de
l’application ;
• la vue, qui représente l’interface utilisateur ;
• le contrôleur, qui gère la synchronisation entre la
vue et le modèle.
Le point essentiel consiste à séparer les objets graphiques des objets métier, afin de pouvoir les faire
évoluer indépendamment et les réutiliser.
On peut également gérer facilement plusieurs vues
du même modèle.
observateur
services de mise à jour
Vue
Notification
d'événement de
mise à jour
+ données
modifiées
Modèle
observable
services du modèle
Le paradigme MVC de base est représenté par le
schéma 8-5.
observateur
services de mise à jour
Vue
services de
requête
Notification
d’événement
de mise à jour
Contrôleu
Contrôleur
r
Figure 8–6
teurs. Pour les systèmes distribués, la notification
peut être effectuée par le biais du contrôleur. Ce
paradigme est implémenté par Java/Swing.
Une troisième version du paradigme MVC pour les
applications web est donnée par le schéma 8-7.
mutateurs et services
de navigation
Contrôleu
Contrôleur
r
Vue
Vue
(JSP)
Modèle
services du modèle
observable
Figure 8–5
La vue utilise le contrôleur pour modifier le modèle.
Les événements ne font que notifier d’un changement, pas du contenu de ce changement. Cependant, la vue a une certaine connaissance du modèle
puisqu’elle utilise ses accesseurs.
Un MVC optimisé a été proposé pour réduire la
communication entre les couches (figure 8-6).
Les événements notifient du changement et de leur
contenu. Le contrôleur ne fournit que des muta-
© Groupe Eyrolles, 2005
Crée des pages
Contrôleur
Contrôleu
(Servlet)
r
Modèle
services du modèle
Figure 8–7
157
Cahier du programmeur UML 2
B.A.-BA JavaBean
Un JavaBean est une classe Java se conformant à
quelques règles qui en permettent l’utilisation
dynamique. C’est une classe concrète publique,
possédant un constructeur public sans argument.
Elle peut définir des propriétés similaires à des
attributs possédant des accesseurs publics suivant
une convention de nommage particulière :
<Property Type> get<PropertyName>()
void set<PropertyName>
(<PropertyType>)
Au final, une telle séparation favorise le développement et la maintenance des applications :
• Le modèle étant séparé des autres composants, il est développé indépendamment. Le développeur du modèle se concentre sur le fonctionnel et le transactionnel de son application.
• Le modèle n’est pas lié à une interface, il peut donc être réutilisé (passage d’une application avec interface en Java à une application avec
interface web). Dans les applications J2EE, le modèle est assuré par
des EJB et/ou des JavaBeans, le contrôleur est assuré par des servlets
et la vue par des JSP.
Figure 8–8
Architecture d’une application J2EE
B.A.-BA Framework
Un framework est un ensemble cohérent de
classes et d’interfaces collaborant pour fournir des
services à la partie centrale d’un sous-système
logique.
Il contient principalement des classes abstraites
que l’utilisateur devra spécialiser pour ses besoins
fonctionnels propres, ainsi que des interfaces auxquelles il lui faudra se conformer.
B jakarta.apache.org/struts
158
Elle n’est cependant pas encore idéale : elle oblige à écrire une multitude
de servlets, qui sont autant de points d’entrée dans l’application. Pour
pallier cet inconvénient des frameworks ont été développés. Ces frameworks qui sont composés d’une seule servlet (i.e. un seul contrôleur)
sont regroupés sous l’étiquette MVC2. Les frameworks les plus utilisés
actuellement s’appellent Struts, Spring et JSF.
Struts est un projet Open Source développé par la communauté Jakarta
d’Apache.
Il fournit un framework MVC2 comprenant les composants suivants :
• un contrôleur facilement configurable permettant d’associer des
actions (objets Java) à des requêtes http ;
• des bibliothèques de tags spécifiques pour créer facilement une vue ;
• un Digester, permettant de parser un fichier XML et d’en récupérer
seulement les informations voulues ;
© Groupe Eyrolles, 2005
Spring, une implémentation à la mode du pattern IoC (Inversion of
Control) propose aussi son implémentation MVC2.
Java Server Faces ( JSF) est un framework web récent de type MVC2
tentant de réconcilier le monde du développement Internet avec celui du
développement RAD (Delphi, etc.). Son but est de permettre le développement d’applications web en se basant sur des composants graphiques de haut niveau et un modèle événementiel abstrayant le
développeur des tracas liés à l’utilisation du protocole http. En clair, il est
question d’être plus productif dans la création des pages web.
La guerre des frameworks ?
Struts a une courbe d’apprentissage élevée, une
documentation déficiente, et semble « embourbé »
dans sa version 1.3, remplie de limitations, depuis
un long moment. La version 2.0 devrait remédier à
beaucoup de choses, mais alors qu’elle se fait toujours attendre, Spring dévore les parts de marché. Il
existe une pléthore d’autres frameworks comme
Tapestry ou, plus récemment, le très prometteur
Wicket. Enfin, JSF pourrait bien mettre tout le
monde d’accord …
D’un point de vue stratégique et concurrentiel, JSF est la réponse de Sun
à la technologie ASP.Net de Microsoft et à la notion de WebForms. De
plus, Sun souhaite promouvoir JSF comme étant le framework standard
de développement web, ce qui explique son inclusion dans JEE 5, là où
les autres frameworks du monde Java (Struts en particulier) restent des
initiatives Open Source indépendantes.
Techniquement, JSF est comparable à Struts sur de nombreux points
comme la présence d’un contrôleur unique (FacesServlet), de bibliothèques de Tags (pour faciliter le développement des vues) et d’un fichier de
configuration pour définir la cinématique de l’application.
JSF se démarque par le fait que les pages sont en autosoumission (PostBack), ce qui occasionne une gestion de l’état de la vue entre une réponse
du serveur et la requête suivante de l’utilisateur. Le cycle de traitement
d’une demande est donc beaucoup plus précis qu’avec Struts, la programmation de plus haut niveau, la présence d’événements côté serveur
rend plus facile l’assimilation de cette technologie par des équipes peu
familières avec le développement web et la présence de nombreuses
bibliothèques de composants JSF (Tomahawk du projet Open Source
MyFaces étant la plus connue) améliore considérablement le temps de
développement.
Solution Microsoft .NET
Microsoft propose depuis quelques années un outil très simple pour le
développement de sites web (architecture client léger) : les ASP. Très
proches des techniques de scripting que nous avons déjà mentionnées,
les ASP mêlent langage HTML et langage de programmation (VBScript, JScript…). Toutefois, cette technique présente un certain nombre
de limitations (performances, maintenance) qui ont poussé Microsoft à
améliorer ce framework et à le faire évoluer en ASP.NET.
© Groupe Eyrolles, 2005
B www.dotnetguru.org
Un excellent site sur les architectures .NET mais
aussi J2EE !
159
8 – Conception objet détaillée
• des bibliothèques pour remplir automatiquement les champs de formulaires et créer des applications proposant plusieurs langues (internationalisation).
VB
C++
C#
JScript
Others
Common Language Specification (CLS)
Base Class Library (BCL)
ADO.NET:
Data and XML
ASP.NET: Web
Services & Web Forms
Windows
Forms
Common Language Runtime (CLR)
Figure 8–9
Les ASP.NET dans l’ensemble
de la plate-forme .NET
Visual Studio.NET
Cahier du programmeur UML 2
On peut maintenant retirer le « ? » de Linux grâce
à l’implémentation du projet Open Source Mono.
Operating Systems
(9x, ME, 2000, XP, PocketPC, Linux?)
À SAVOIR Le framework .NET 3.0
Le framework .NET 3.0 est un ajout au framework
.NET 2.0. Il est livré d’office avec Windows Vista et
peut être installé sur Windows XP SP2 ou
Windows 2003 Server.
Les apports concernent :
• WCF (Windows Communication Foundation,
anciennement Indigo) : un modèle de programmation pour des applications orientées service (SOA),
en particulier des Services Web.
• WPF (Windows Presentation Foundation, anciennement Avalon) : XAML.
• WF (Windows Workflow Foundation, car WWF était
déjà pris !) : un modèle de programmation pour des
applications sous forme de processus métier.
• WCS (Windows CardSpace) : facilite l’échange
d’informations d’identification personnelle.
160
Voici l’application Hello Web en WPF (version XAML)
le fichier Application.XAML :
<Application x:Class="MonNS.App"
xmlns="http://schemas.microsoft.com/winfx/
X 2006/xaml/presentation"
xmlns:x="http://schemas.microsoft.com/winfx/
X 2006/xaml"
StartupUri="MaPage.xaml"
>
</Application>
le fichier MaPage.XAML:
<Page x:Class="MonNS.MaPage"
xmlns="http://schemas.microsoft.com/winfx/
X 2006/xaml/presentation"
xmlns:x="http://schemas.microsoft.com/winfx/
X 2006/xaml"
Title="MaPage"
>
<Grid>
<StackPanel >
<TextBlock Margin="10,10,0,0" MaxWidth="200" >
Hello, World!
</TextBlock>
</StackPanel>
</Grid>
</Page>
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Les ASP.NET offrent une manière originale de découpler le code applicatif du code de présentation : il est toujours possible d’écrire des pages
HTML et de dynamiser leur contenu par l’inclusion de quelques lignes de
code (cette fois-ci en langages C# ou VB.NET), mais l’essentiel du code
applicatif est déporté dans une classe associée à la page ASP.NET : une
classe dite CodeBehind (Framework 1.1) ou CodeBeside (Framework 2.0).
Cette classe peut contenir par exemple toutes les méthodes de réaction aux
événements de l’utilisateur (clic sur un hyperlien, modification ou saisie
d’une zone de texte, soumission d’un formulaire…)
Ce n’est pas tout : ASP.NET propose d’aller encore plus loin avec le framework WebForms, qui aide à développer graphiquement des pages
dynamiques (et réactives aux événements utilisateur), tout comme on
développerait une application « client lourd » en VisualBasic, Delphi,
PowerBuilder ou Java/Swing. La facilité de prise en main de ces outils est
déconcertante et invite à s’appuyer sur une architecture propre favorisant
maintenance et performance, ce qui accélère les temps de développement.
Enfin, dans ce nouveau framework ASP.NET, les performances sont
nettement améliorées du fait que toutes les pages (ASP.NET) et les
classes (CodeBehind) sont pré-compilées et non plus exécutées comme
c’était le cas en ASP.
Conception détaillée du cas d’utilisation
« Gérer son panier »
Pour finaliser notre démarche, nous allons maintenant définir les classes de
conception détaillée de l’un des trois cas d’utilisation majeurs de l’internaute,
à savoir : Gérer son panier. Pour cela, nous allons affiner les diagrammes
d’interactions génériques réalisés au chapitre précédent, ainsi que les diagrammes de classes correspondants. Pour ce faire, nous allons envisager plusieurs solutions techniques, de la plus simple à la plus sophistiquée.
Solution technique à base de langage de scripts (PHP)
Implémentation des trois types d’analyse
Pour résumer, en PHP :
• Le dialogue est réalisé par les pages PHP (scripts embarqués dans du
code HTML).
• Le contrôle est également implémenté par les pages PHP qui traitent
les résultats d’un formulaire ou d’un clic sur un lien hypertexte. On
© Groupe Eyrolles, 2005
PHP 5 Concept d’interface
PHP 5 prend maintenant en charge le concept
d’interface (à la manière de Java ou C#). On peut
ainsi découper une application PHP selon le
modèle MVC en définissant les interfaces nécessaires pour baliser ce découpage.
161
Cahier du programmeur UML 2
peut cependant externaliser une partie de ce rôle dans des classes
écrites en PHP (stockées dans des fichiers séparés).
• Les entités sont des classes ou des bibliothèques de fonctions PHP,
qui accèdent généralement aux bases de données.
Détaillons maintenant tout cela sur notre exemple.
Pages PHP
ÉTUDE DE CAS Représentation des relations
d’agrégation et de généralisation
Nous avons représenté des relations d’agrégation et de généralisation UML sur le
diagramme 8-10 pour rester fidèles à la modélisation objet. Cependant, en PHP, elles vont
toutes se traduire par des inclusions, d’où la
notation include sur chaque relation.
Chaque page du site est implémentée par une page PHP qui contiendra
par exemple :
• un bandeau horizontal, qui permet l’accès à l’ensemble des principaux menus ;
• un bandeau gauche, pour un accès rapide à la recherche avancée, ainsi
qu’un accès thématique ;
• le corps spécifique de la page.
Nous pouvons représenter tout cela précisément par un diagramme de
classes UML (figure 8-10)
bandeauHorizontal.inc
bandeauGauche.inc
+ rechercheAvancee()
+ accederTheme1()
+ accederTheme2()
+ accederTheme...()
1
<<include>>
<<include>>
php_modele.inc
<<include>>
+ rechercheRapide()
+ accederNouveautes()
1 + accederMeilleuresVentes()
+ acceder...()
+ accederPanier()
+ accederAide()
+ accederSuiviCommande()
<<include>>
<<include>>
Figure 8–10
Diagramme de classes
des pages PHP
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
<<page PHP>>
...
<<page PHP>>
Panier.php
Gestion du panier
ÉTUDE DE CAS Nouveau stéréotype
Nous utilisons un nouveau stéréotype
«Classe Phplib» pour bien distinguer la
classe Session des pages PHP ou de futures
classes créées par le développeur.
Pour mettre en œuvre la mémorisation des ouvrages choisis par l’internaute dans son panier virtuel, PHP 4 propose une bibliothèque appelée
la « Phplib ». Les fonctionnalités offertes par la Phplib ne se réduisent
pas uniquement à une classe Session, qui conserve les mêmes variables
sur plusieurs pages PHP. Cette bibliothèque permet également de gérer
des sessions avec authentification des utilisateurs et protection des pages,
selon un système de droits.
Afin de savoir quelles sont les données propres à un utilisateur, un identifiant de session unique lui est attribué, dès sa connexion à la page
162
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
d’accueil. Cet identifiant sert de clé à l’objet session. Il est conservé et
transmis à toutes les autres pages de l’application (figure 8-11).
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
mettreDansPanier()
<<link>>
0..1
1
<<page PHP>>
Panier.php
<<Classe Phplib>>
Session
id
nom : string
prenom : string
email : string
...
quantite [1..*] : integer = 1
1
modifierQuantiteLigne()
recalculer()
supprimerLigne()
viderPanier()
demanderDevis()
commander()
1
<<build>>
0..1
<<page PHP>>
erreurPanierVide.php
/ messageErreur : string
Figure 8–11
Intégration de la classe
prédéfinie Session
Actuellement, on utilise plutôt la solution du tableau superglobal
_SESSION décrite ci-après. L’instruction session_start active le suivi des
visiteurs. Cependant, hormis l’identifiant, le profil d’un visiteur ne comporte par défaut aucune donnée. Pour résoudre ce manque, PHP permet
d’associer certaines données à la session.
Celles-ci seront alors préservées pendant toute la durée de vie de la session. Pour ce faire, PHP met à notre disposition le tableau superglobal
_SESSION. Accessible en permanence, ce dernier est automatiquement
initialisé avec les données de session. De même, chaque élément ajouté à
ce tableau sera automatiquement ajouté aux données de la session.
Classes PHP
PHP est un langage orienté objet, surtout avec la nouvelle version 5
(comme nous l’avons évoqué précédemment). Nous allons donc continuer à représenter sous forme de classe notre panier virtuel. De plus, la
gestion de contexte de la Phplib va nous permettre d’en mémoriser le
contenu page après page, sous forme d’un tableau que nous manipule-
© Groupe Eyrolles, 2005
PHP Notation des variables
Les variables PHP sont toutes dotées du préfixe $.
Pour la syntaxe précise et complète du langage
PHP, nous vous renvoyons aux ouvrages récents
qui ne manquent pas sur le sujet…
R Les Cahiers du programmeur PHP 5,
S. Mariel, Eyrolles 2004
R PHP 5 Avancé, É. Daspet et C. Pierre de
Geyer, Eyrolles 2005
R Best practices PHP 5, G. Ponçon,
Eyrolles 2005
163
Cahier du programmeur UML 2
rons grâce à des fonctions standards PHP. Voici les principales fonctionnalités offertes par cette classe Panier :
• L’objectif est de gérer une liste d’objets de même nature : des livres.
Seul, l’identifiant du livre est enregistré dans la liste, avec sa quantité.
Par exemple, le livre de code $code est stocké dans le panier, avec une
quantité $nombre.
• Pour chaque internaute, l’objet panier instancié est enregistré en session grâce à la gestion de contexte.
: Pilote ODBC
: accueil.php
: Internaute
SGBD
www.jeBouquine.com
create(idSession)
: Session
Création initiale du panier
avec l'identifiant de session
pour la gestion du contexte
mettreDansPanier( )
afficher($idSession, $code)
: Panier.php
create($idSession)
Création d'une première ligne
dans le panier (avec une
quantité à 1).
: Panier
ajouterLigne($code, 1)
Affichage du détail de l'ouvrage
concerné, après accès à la base
dessiner($code)
: Ouvrage
de données des livres.
getInfos(isbn)
requete SQL
modifierQuantiteLigne($code, 10)
verifierNombre( )
recalculer( )
modifierQuantiteLigne($code, 10)
Figure 8–12 Exemple de diagramme de séquence de conception détaillée pour la gestion du panier
Imaginons un scénario nominal simple où l’internaute met directement
de côté un livre présenté sur la page d’accueil du site. Cette page
accueil.php va tout d’abord créer un objet session, comme nous l’avons
expliqué précédemment. Elle passe ensuite la main à la page panier.php
dès que l’internaute clique sur le bouton Mettre dans le panier. C’est
panier.php qui va initialiser le panier de l’internaute en lui passant
164
© Groupe Eyrolles, 2005
En extrapolant, le diagramme de classes de conception détaillée mettant
en valeur la page panier.php est celui de la figure 8-13.
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
ÉTUDE DE CAS Disparition
d’une classe contrôle
Remarquez que la classe contrôle du chapitre 7
a disparu. En effet, la page panier.php joue
à la fois le rôle de dialogue et de contrôle ; elle
accède directement à l’entité Panier.
php_modele.inc
mettreDansPanier()
<<link>>
<<include>>
0..1
1
<<page PHP>>
Panier.php
<<Classe Phplib>>
Session
1
quantite [0..*] : integer = 1
id
nom : string
prenom : string
email : string
...
1
1
0..*
0..1
$total : real
$contenu
ajouterLigne($code, $nombre = 1)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
viderPanier()
afficher($idSession, $code)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
recalculer()
viderPanier()
demanderDevis()
commander()
verifierNombre()
<<build>>
<<Classe PHP>>
Panier
<<Classe PHP>>
Ouvrage
dessiner($code)
<<page PHP>>
erreurPanierVide.php
/ messageErreur : string
Pilote ODBC
+ getInfos(isbn)
Figure 8–13 Diagramme de classes de conception détaillée PHP de la gestion du panier
ÉTUDE DE CAS Encore des stéréotypes
Nous utilisons encore d’autres stéréotypes pour ajouter le plus de précision possible :
• «link» indique qu’une page peut amener à une autre par navigation ;
• «build» indique qu’une page en construit une autre de toutes pièces ;
• «Classe PHP» est utilisé pour les classes créées par le développeur, par opposition
à celles qui sont fournies par la Phplib.
Notez également que nous utilisons les types du langage PHP (string, integer,
real, etc.) et non plus des types génériques comme au chapitre 7.
© Groupe Eyrolles, 2005
165
8 – Conception objet détaillée
l’identifiant de la session, puis demander au panier d’ajouter une ligne et
récupérer les informations nécessaires à l’affichage des caractéristiques
du livre. Cette récupération est déléguée au pilote ODBC, moyen offert
par PHP pour accéder aux bases de données. Le diagramme de séquence
correspondant est montré sur la figure 8-12.
Cahier du programmeur UML 2
Exemple de code
Un extrait du code PHP de la classe
illustration :
Panier
est donné ci-après pour
Class Panier {
// Le contenu est un tableau d’identifiants de livres avec leur quantité
var $contenu = array() ;
function ajouterLigne($code, $nombre = 1) {
$nb = $this->nombreDe($code) ;
if ($nb > 0) {
$this->contenu[$code] += $nombre ;}
else {
$this->contenu[$code] = $nombre ;}
}
function modifierQuantiteLigne($code, $nombre) {
if ($nombre < 0)
return false ;
$nb = $this->nombreDe($code) ;
if ($nb > 0) {
if ($nombre > 0) {
$this->contenu[$code] = $nombre ;}
elseif ($nombre == 0) {
// si la nouvelle quantité est nulle, on désactive la variable
unset($this->contenu[$code]) ;}
return true ;}
else {
return false ;}
}
function supprimerLigne($code) {
$nb = $this->nombreDe($code) ;
if ($nb > 0) {
unset($this->contenu[$code]) ;
}
}
function viderPanier() {
$this->contenu[$code] = array();
}
function nombreDe($code) {
// renvoie le nombre de livres avec l’identifiant $code
$resultat = $this->contenu[$code];
if ($resultat == NULL){
$resultat = 0;
}
return $resultat;
}
166
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Solution technique J2EE
Architecture logique avec Struts
Le framework Struts réside dans la couche présentation et contrôle d’une
application web. On peut même dire que la puissance de Struts réside
principalement dans la couche contrôle : pour la présentation, c’est
au développeur de choisir une bibliothèque ( JSF, Struts-Layout, JSP
classiques, Tiles...). La figure 8-14 illustre les principales couches et les
packages les plus intéressants grâce à un diagramme de packages UML.
STRUTS Classe Action
Les frameworks de présentation web incluent
habituellement les responsabilités de contrôle de
l’application, ce qui est aussi vrai dans le cas de
Struts. Cela demande aux développeurs de créer
des sous-classes de la classe Action de Struts, qui
seront responsables des décisions de contrôle.
<<layer>>
Présentation et contrôle de l'application
Présentation de www.jeBouquine.com
org.apache.struts
action
...
util
javax.servlet
<<layer>>
Logique métier
<<layer>>
Services techniques
Si nous détaillons les classes fondamentales du package action et celles
que nous devons écrire, nous obtenons le schéma 8-15. La classe
ActionServlet joue le rôle de contrôle, alors que les JSP et JSPServlets
sont des vues. Les objets métier sont de purs modèles. Les classes Action
et ActionForm, ainsi que leurs sous-classes mettent en relation les vues, le
contrôle et les modèles. En effet, la classe MonAction2, par exemple, agit
sur MonObjetMetier1, mais prend en paramètre une référence sur une
ActionForm qui est elle-même en liaison avec l’interface utilisateur.
© Groupe Eyrolles, 2005
Figure 8–14
Packages et couches notables reliés à Struts
STRUTS Fichier struts-config.xml
Le fichier struts-config.xml décrit quelles
sont les actions possibles et à quelles classes
Action il faut les associer.
167
Cahier du programmeur UML 2
action
(from org.apache.struts)
ActionServlet
Action
doGet()
doPost()
...()
ActionForm
execute(ActionForm, ...) : ActionForward
Présentation de www.jeBouquine.com
JSPServlet1
doGet()
doPost()
...()
JSPServlet2
MonAction1
doGet()
doPost()
...()
MonAction2
MonActionForm1
execute(...) : ActionForward
...()
Logique métier
1
...
MonObjetMetier1
Figure 8–15
Paradigme MVC dans Struts
Pour résumer, dans Struts :
• Le dialogue est un ensemble de composants :
– JSP (qui génère les pages et les formulaires) ;
– + FormBean qui se charge de « vérifier la syntaxe de la requête
(voir chapitre 7) » ;
– + page HTML puisque le résultat téléchargé côté client est bien
écrit en HTML.
• Le contrôle est implémenté par le contrôleur servlet et par les actions
(commandes) qui exécutent des traitements directement ou se connectent à un annuaire/base de données, ou encore invoquent des
méthodes à distance, etc.
• Les entités : nous pourrions utiliser des EJB (sessions et entités, car
elles ne sont pas toutes persistantes). Toutefois, pour une application
web de complexité moyenne, ces entités peuvent être des JavaBeans,
nettement plus simples à mettre en œuvre.
168
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Diagrammes de séquence
Nous avons représenté dans le schéma 8-16 le scénario de création d’une
nouvelle ligne du panier suite à l’action de l’internaute Mettre dans le
panier. Nous avons supposé que le panier avait été créé au préalable,
comme dans la figure 7-17 du chapitre précédent.
Figure 8–16
Diagramme de séquence
de la création d’une ligne
du panier avec Struts
En comparaison avec le diagramme 7-17 du chapitre précédent, la correspondance est finalement assez simple :
• Les dialogues sont devenus des .jsp (munies éventuellement d’un
formulaire).
• Le contrôle est réparti entre la servlet ActionServlet et les actions
associées (mais nous n’avons pas fait figurer l’ActionServlet sur le
diagramme de séquence car il ne s’agit pas vraiment d’interaction par
message).
• Les entités restent quasiment telles quelles, sous forme de JavaBeans.
Figure 8–17
Diagramme de séquence
de la gestion du panier
avec Struts
© Groupe Eyrolles, 2005
169
Cahier du programmeur UML 2
Le recalcul du panier suite à des modifications de quantité sur une ou
plusieurs ligne(s) va faire intervenir le formulaire pour validation. Regardons comment sur le diagramme 8-17.
ÉTUDE DE CAS Interactions avec LignePanier
Nous n’avons pas détaillé de nouveau comment
le Panier interagit ensuite avec ses
LignePanier. Les diagrammes élaborés au
chapitre 7 sont tout à fait suffisants dans le cas
de classes Java.
Diagrammes de classes de conception détaillée
En extrapolant le travail précédent sur les diagrammes de séquence, le
diagramme de classes de conception détaillée autour de la gestion du
panier est le suivant (figure 8-18).
org.apache.struts
Action
+
ActionForm
execute(af :ActionForm) : ActionForward
Logique applicative
«action»
AjouterLigne
+
«javabean»
FormulairePanier
«action»
ViderPanier
execute() : void
+
execute() : void
«action»
SupprimerLigne
«action»
RecalculerPanier
-
«liste» quantites [0..*]: int = 1
+
+
+
getQuantites() : void
setQuantites(q :int) : void
validate() : void
1
+
+
execute() : void
execute() : void
Logique métier
1
Présentation
1
1
«javabean»
Panier::Panier
1
-
total: double
nbArticles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(l :Livre) : void
recalculer(quantités :int[]) : void
supprimerLigne(num :int) : void
vider() : void
1
«jsp»
Présentation::GestionPanier.jsp
+
+
+
+
+
+
+
supprimerLigne() : void
viderPanier() : void
recalculer() : void
demanderDevis() : void
commander() : void
modifierQuantitéLigne() : void
afficher() : void
0..* {ordered}
«javabean»
Panier::LignePanier
+
quantite: int = 1
montant: double
recalculer(q :int) : void
«javabean»
Catalogue::Livre
concerne
1
Figure 8–18 Diagramme de classes de conception détaillée Struts de la gestion du panier
170
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Exemples de code
La classe Panier, codée en tant que JavaBean, est présentée sur le listing
suivant.
package LogiqueMetier.Gestion;
import LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
import java.util.*;
public class Panier implements java.io.Serializable {
private double total;
private List lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier() {}
public double getTotal()
{
return total;
}
public void recalculer(List quantites)
{
total = 0;
Iterator lignesIt = lesLignesPanier.iterator();
Iterator quantiteIt = lesLignesPanier.iterator();
while(lignesIt.hasNext()){
LignePanier l = (LignePanier)lignesIt.next();
int qte = ((Integer) quantiteIt.next().intValue();
l.recalculer(qte);
total += l.getTotal();
}
}
public void ajouterLigne(Livre l)
{
// Ne pas ajouter de ligne s'il en existe déjà une pour ce livre
Iterator i = lesLignesPanier.iterator();
while (i.hasNext()){
LignePanier ligne = (LignePanier)i.next();
if (ligne.getLivreConcerne().equals(l)){
return;
}
}
lesLignesPanier.add(new LignePanier(l));
}
public void supprimerLigne(Livre l)
{
Iterator i = lesLignesPanier.iterator();
while (i.hasNext()){
LignePanier ligne = (LignePanier) i.next();
if (ligne.getLivreConcerne().equals(l)){
i.remove();
break;
}
}
}
© Groupe Eyrolles, 2005
171
Cahier du programmeur UML 2
public void viderPanier()
{
lesLignesPanier.clear();
}
}
ÉTUDE DE CAS Quelques remarques sur le code Java précédent
• La relation de dépendance avec la classe Livre du package Catalogue se traduit
par une directive import.
• La contrainte {ordered} sur la composition avec LignePanier se traduit de
façon naturelle par l’utilisation d’une ArrayList.
• La classe étant un JavaBean, son attribut possède des accesseurs avec les conventions
de nommage citées précédemment. Notez que l’attribut total est en lecture seule ;
il n’y a donc pas de méthode setTotal().
ÉTUDE DE CAS Recalcul des sommes
Dans notre exemple, la demande de recalcul est
superflue car chaque modification génère un allerretour client-serveur et par conséquent un réaffichage cohérent du panier.
Voici également un exemple de JSP qui gère le panier (il faudrait bien
sûr peaufiner le graphisme) :
• affichage de la liste des lignes ;
• pour chaque ligne, possibilité de modifier la quantité ou de supprimer la ligne ;
• possibilité à la fin de vider le panier, de demander un devis ou passer
une commande.
Figure 8–19
Exemple de page JSP simple
de gestion du panier
Le code correspondant est donné par le listing ci-après.
172
© Groupe Eyrolles, 2005
ÉTUDE DE CAS Pas de TagLibs
La JSP présentée n’utilise pas les TagLibs de
<HTML>
Struts pour une meilleure lisibilité du code.
<HEAD><TITLE>Gestion du panier</TITLE></HEAD>
<BODY>
<H1>Gestion du panier virtuel</H1>
<H3>Votre panier contient les produits suivants:</H3>
<TABLE>
<TR>
<TD>Réf. Produit</TD>
<TD>Titre</TD>
<TD>Éditeur</TD>
<TD>Quantité</TD>
<TD>Prix unitaire</TD>
<TD>Prix total</TD>
<TD>Modification</TD>
<TD>Suppression</TD>
</TR>
<%
// En pratique, il faudrait gérer la pagination
Iterator i = panier.iterator();
while(i.hasNext()){
LignePanier lp = (LignePanier) i.next();
Livre l = lp.getLivre();
%>
<TR>
<%-- Le client doit pouvoir modifier la
-- quantité aisément, dans le panier --%>
<FORM action="/controleur?cmd=modifierQuantité&produit=<%=
X l.getCode()%>" method="POST">
<TD><%= l.getISBN() %></TD>
<TD><%= l.getTitre() %></TD>
<TD><%= l.getEditeur() %></TD>
<TD>
<INPUT type="text" value="<%= lp.getQuantité() %>">
</TD>
<TD><%= lp.getPrixUnitaire() %></TD>
<TD><%= lp.getPrixTotal() %></TD>
<TD><INPUT type="submit" name="Modifier Quantité"></TD>
<%-- Le client doit pouvoir supprimer la ligne courante --%>
<TD><A href="/controleur?cmd=supprimerLigne&produit=<%=
X l.getCode()%>">Supprimer ligne</A></TD>
</FORM>
</TR>
<%
}
%>
</TABLE>
<HR>
<%-- Le client doit pouvoir passer à la phase d'achat ou au devis--%>
<H3>
Souhaitez-vous
© Groupe Eyrolles, 2005
173
8 – Conception objet détaillée
<%@page contentType="text/html" import="java.util.*"%>
<jsp:useBean id="panier" scope="session"/>
Cahier du programmeur UML 2
<A href="/controleur?cmd=commander">passer commande</A> ?
<BR>
ou tout simplement
<A href="/controleur?cmd=demandeDevis">demander un devis gratuit</A> ?
</H3>
<HR>
<%-- Le client doit pouvoir vider son panier d'un coup --%>
<H3>
Souhaitez-vous
<A href="/controleur?cmd=viderPanier">vider complètement votre panier</A> ?
</H3>
</BODY>
</HTML>
Solution technique .NET
Implémentation des trois types d’analyse
ASP.NET De meilleures performances
Différence majeure par rapport à la version précédente des ASP : les ASP.NET sont précompilées,
donc les performances sont bien meilleures.
Pour résumer, en .NET :
• le dialogue est réalisé par les pages ASP.NET (comme en PHP ou
avec les JSP) : l’idée est également d’insérer des instructions de script
dans des pages HTML (le langage peut être C# ou VB.NET). Les
pages ASP.NET peuvent contenir des WebForms, espèces de
TagLibs qui génèrent des vues en HTML et qui permettent également de placer des contraintes (composant validators) sur les champs
de saisie utilisateur. Ces contraintes sont vérifiées côté serveur par
défaut, mais un module JavaScript permet de pré-valider le tout côté
client à condition d’utiliser InternetExplorer.
• Le contrôle est implémenté soit par des classes associées aux
ASP.NET (classes CodeBehind), soit par des classes supplémentaires
déployées dans l’application web (dans le « moteur d’ASP » : IIS).
• Les entités sont représentées par des classes de l’application web, ou
par des Serviced Components (que l’on installe dans le serveur
d’applications MTS).
ASP
Comme indiqué précédemment, le dialogue GestionPanier va être
implémenté par une page ASP.NET. Celle-ci va contenir du code
HTML, des WebForms (pour les lignes du panier), ainsi qu’une référence à une classe C# que l’on qualifie de « CodeBehind ». Cette classe
renferme un ensemble de méthodes que la page ASP.NET va invoquer
pour simplifier sa tâche (un traitement un peu complexe gagne à être
implémenté dans le CodeBehind et appelé par une instruction de script
dans la page ASP.NET).
174
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Cette structure de la page ASP.NET est représentée sur la figure 8-20.
0..*
<<ASP.NET>>
GestionPanier
<<WebForm>>
FormulairePanier
{ordered}
- quantite : int = 1
+ ajouterLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher()
<<CodeBehind C#>>
1
CodeBehindGestionPanier
+ ajouterLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
Figure 8–20
+ demanderDevis()
+ commander()
Diagramme de classes de
la page ASP GestionPanier
Diagrammes de séquence
Si nous reprenons les mêmes hypothèses de scénario qu’à la figure 8-16,
nous obtenons le diagramme 8-21.
Figure 8–21 Diagramme de séquence de la création d’une ligne du panier avec .NET
LANGAGES Comparaison avec la solution Struts
Notez la similitude avec la conception Java réalisée en utilisant Struts (figure 8-16).
Cependant l’architecture est à la fois plus simple (pas d’équivalent de la servlet contrôleur), et moins puissante puisque les pages sont couplées entre elles, contrairement à ce
qui se passait avec Struts.
De même, si nous reprenons les hypothèses du scénario de la
figure 8-17, nous obtenons le diagramme 8-22.
© Groupe Eyrolles, 2005
175
Cahier du programmeur UML 2
Figure 8–22
Diagramme de séquence
de la gestion du panier avec .NET
Diagrammes de classes de conception détaillée
En extrapolant le travail précédent sur les diagrammes d’interactions, le
diagramme de classes de conception détaillée autour de la gestion du
panier est celui de la figure 8-23.
<<WebForm>>
FormulairePanier
(from Pages serveur)
<<ASP.NET>>
gestionPanier.asp
(from Pages serveur)
{ordered} - quantite : int = 1
0..*
0..*
+ ajouterLigne()
+ modifierQuantiteLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher()
+ validate()
<<CodeBehind C#>>
CodeBehindGestionPanier
(from Pages serveur)
1
<<Classe C#>>
Panier
(from Gestion)
1
- total : double
+ ajouterLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ recalculer(quantites)
+ ajouterLigne(l : Livre)
+ supprimerLigne(l : Livre)
+ viderPanier()
1
{ordered}
Figure 8–23
Diagramme de classes
de conception détaillée .NET
de la gestion du panier
176
<<Classe C#>>
Livre
(from Catalogue)
concerne
1
0..*
<<Classe C#>>
LignePanier
(from Gestion)
0..*
- quantite : int = 1
- prixUnitaire : double
- prixTotal : double
+ recalculer(q : int)
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
Exemples de code
Le code C# de la classe Panier est donné sur le listing suivant :
namespace LogiqueMetier.Gestion;
using LogiqueMetier.Catalogue.Livre;
using System.Collections;
public class Panier
{
private double tot ;
public double total {
get {
return tot;
}
}
private IList lesLignesPanier = new ArrayList();
public Panier()
{
}
public void recalculer(IList quantites)
{
total = 0;
int i = 0;
foreach (LignePanier ligne in lesLignesPanier){
ligne.recalculer(quantites[i]);
total += ligne.prixTotal;
}
}
public void ajouterLigne(Livre l)
{
// Ne pas ajouter de ligne s'il en existe déjà une pour ce livre
foreach (LignePanier ligne in lesLignesPanier){
if (ligne.livreConcerne.Equals(l)){ return; }
}
lesLignesPanier.Add(new LignePanier(l));
}
public void supprimerLigne(Livre l)
{
foreach (LignePanier ligne in lesLignesPanier)
{
if (ligne.livreConcerne.Equals(l)){
lesLignesPanier.Remove(ligne);
break;
}
}
}
© Groupe Eyrolles, 2005
177
Cahier du programmeur UML 2
public void viderPanier()
{
lesLignesPanier.Clear();
}
}
ÉTUDE DE CAS Quelques remarques sur le code C# présenté
Globalement, les remarques sur le code Java correspondant s’appliquent ici aussi !
Notez cependant l’utilisation du concept C# de property pour l’attribut total. Les
propriétés sont un moyen d’accéder aux propriétés membres d’une classe en respectant
les règles d’encapsulation. Dans le monde Java, les accesseurs (get et set) sont utilisés
à cet effet. L’avantage des propriétés en C# est de donner à l’utilisateur un accès aux attributs d’un objet de la même manière que s’il effectuait directement l’opération
object.attribut, alors qu’en réalité il appelle une méthode de manière totalement
transparente (par exemple : total+=ligne.prixTotal).
Le code de la page ASP.NET qui gère le panier à l’identique de la page
JSP précédente est donné par le listing ci-après :
<%@ Page language="c#" Codebehind="GestionPanier.aspx.cs"
AutoEventWireup="false" Inherits="Addition.GestionPanier" %>
<!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.0 Transitional//EN" >
<HTML>
<HEAD>
<title>GestionPanier</title>
</HEAD>
<body>
<form id="GestionPanier" method="post" runat="server">
<H1>Gestion du panier virtuel</H1>
<H3>Votre panier contient les produits suivants:</H3>
<P>
<asp:Repeater id="Repeater1" runat="server"
DataSource='<%# Session["panier"] %>'>
<HeaderTemplate>
<table border="1">
<TR>
<TD>Réf. Produit</TD>
<TD>Titre</TD>
<TD>Éditeur</TD>
<TD>Quantité</TD>
<TD>Prix unitaire</TD>
<TD>Prix total</TD>
<TD>Modification</TD>
<TD>Suppression</TD>
</TR>
</HeaderTemplate>
178
© Groupe Eyrolles, 2005
8 – Conception objet détaillée
<FooterTemplate>
</table>
</FooterTemplate>
<ItemTemplate>
<TR>
<%-- Le client doit pouvoir modifier la
quantité aisément, dans le panier --%>
<FORM action="/controleur?cmd=modifierQuantité&produit=<%#
X DataBinder.Eval(Container, "DataItem.Livre.Code")%>"
method="POST">
<TD><%# DataBinder.Eval(Container,
"DataItem.Livre.ISBN")%></TD>
<TD><%# DataBinder.Eval(Container,
"DataItem.Livre.Titre")%></TD>
<TD><%# DataBinder.Eval(Container,
"DataItem.Livre.Editeur")%></TD>
<TD>
<INPUT type="text" value="<%#
DataBinder.Eval(Container, "DataItem.Quantite")%>">
</TD>
<TD><%# DataBinder.Eval(Container,
"DataItem.PrixUnitaire")%></TD>
<TD><%# DataBinder.Eval(Container,
"DataItem.PrixTotal")%></TD>
<TD><INPUT type="submit" name="Modifier Quantité"></TD>
<%-- Le client doit pouvoir supprimer la ligne courante --%>
<TD><A href="/controleur?cmd=supprimerLigne&produit=<%#
DataBinder.Eval(Container, "DataItem.Livre.Code")%>">
Supprimer ligne</A></TD>
</FORM>
</TR>
</ItemTemplate>
</asp:Repeater></P>
</form>
<HR>
<%-- Le client doit pouvoir passer à la phase d'achat ou au devis--%>
<H3>
Souhaitez-vous <A href="/controleur?cmd=commander">passer commande</A> ?
<BR>
ou tout simplement
<A href="/controleur?cmd=demandeDevis">demander un devis gratuit</A>?
</H3>
<HR>
<%-- Le client doit pouvoir vider son panier d'un coup --%>
<H3>
Souhaitez-vous
<A href="/controleur?cmd=viderPanier">vider complètement votre panier</A> ?
</H3>
</body>
</HTML>
© Groupe Eyrolles, 2005
179
Cahier du programmeur UML 2
Figure 8–24
Exemple de page ASP.NET simple
de gestion du panier
180
© Groupe Eyrolles, 2005
Résumé du sous-ensemble
de la notation UML 2
utilisé dans ce livre
Diagramme de cas d’utilisation
Diagramme de séquence
Diagramme de classes
Diagramme de packages
Diagramme d’états
© Groupe Eyrolles, 2005
annexe
A
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme de cas d’utilisation
Montre les interactions fonctionnelles entre les acteurs
et le système à l’étude
Figure A–1 Diagramme de cas d’utilisation (bases)
Acteur : rôle joué par un utilisateur humain ou un autre système qui
interagit directement avec le système étudié. Un acteur participe à au
moins un cas d’utilisation.
Cas d’utilisation (use case) : ensemble de séquences d’actions réalisées
par le système produisant un résultat observable intéressant pour un
acteur particulier. Collection de scénarios reliés par un objectif utilisateur commun.
Association : utilisée dans ce type de diagramme pour relier les acteurs et
les cas d’utilisation par une relation qui signifie simplement « participe à ».
Inclusion : le cas d’utilisation de base en incorpore explicitement un
autre, de façon obligatoire, à un endroit spécifié dans ses enchaînements.
Extension : le cas d’utilisation de base en incorpore implicitement un
autre, de façon optionnelle, à un endroit spécifié indirectement dans
celui qui procède à l’extension (déconseillé !)
Généralisation : les cas d’utilisation descendants héritent de la description de leur parent commun. Chacun d’entre eux peut néanmoins comprendre des relations spécifiques supplémentaires avec d’autres acteurs
ou cas d’utilisation (déconseillé !). La généralisation d’acteurs est en
revanche parfois utile.
182
© Groupe Eyrolles, 2005
A – Résumé du sous-ensemble de la notation UML 2 utilisé dans ce livre
ud UC diagramme complexe
Sujet
Use Case2
«include»
ActeurHumain
Fragment
Use Case21
Use Case22
«include»
Use Case1
Extension points:
PtEx2
PtEx1
(PtEx1)
Use Case3
«extend»
ActeurSpécialisé
Figure A–2 Diagramme de cas d’utilisation (avancé)
Diagramme de séquence
Montre la séquence verticale des messages passés entre
objets au sein d’une interaction
Figure A–3
Diagramme de séquence (bases)
© Groupe Eyrolles, 2005
183
Cahier du programmeur UML 2
Ligne de vie : représentation de l’existence d’un élément participant
dans un diagramme de séquence. Cela peut être un acteur ou le système
en modélisation d’exigences, des objets logiciels en conception préliminaire ou conception détaillée.
Message : élément de communication unidirectionnel entre objets qui
déclenche une activité dans l’objet destinataire. La réception d’un message provoque un événement dans l’objet récepteur. La flèche pointillée
représente un retour au sens UML. Cela signifie que le message en question est le résultat direct du message précédent.
Figure A–4
Diagramme de séquence (avancé)
Spécification d’activation : bande blanche qui représente une période
d’activité sur une ligne de vie.
Message synchrone : envoi de message pour lequel l’émetteur se bloque
en attente du retour et qui est représenté par une flèche pleine. Un message asynchrone, au contraire, est représenté par une flèche ouverte.
Occurrence d’interaction : une interaction peut faire référence explicitement à une autre interaction grâce à un cadre avec le mot-clé ref et indiquant le nom de l’autre interaction.
UML 2 a ajouté une nouvelle notation très utile : les cadres d’interaction. Chaque cadre possède un opérateur et peut être divisé en fragments. Les principaux opérateurs sont :
• loop : boucle. Le fragment peut s’exécuter plusieurs fois, et la condition de garde explicite l’itération.
184
© Groupe Eyrolles, 2005
A – Résumé du sous-ensemble de la notation UML 2 utilisé dans ce livre
sd Séquence
:ClasseA
:ActeurHumain
loop
appel synchrone
[condition]
create
nouveau
:ClasseB
self-message
retour
autre appel
alt
m1 asynchrone
[C1]
[else]
m2
destroy
Figure A–5
Diagramme de séquence (avancé-suite)
•
: optionnel. Le fragment ne s’exécute que si la condition fournie
est vraie.
• alt : fragments alternatifs. Seul le fragment possédant la condition
vraie s’exécutera.
opt
Diagramme de classes
Montre les briques de base statiques : classes, associations, interfaces, attributs, opérations, généralisations,
etc.
Figure A–6
Diagramme de classes (bases)
© Groupe Eyrolles, 2005
185
Cahier du programmeur UML 2
Classe : description abstraite d’un ensemble d’objets qui partagent les
mêmes propriétés (attributs et associations) et comportements (opérations et états).
Attribut : donnée déclarée au niveau d’une classe, éventuellement typée,
à laquelle chacun des objets de cette classe donne une valeur. Un attribut
peut posséder une multiplicité et une valeur initiale. Un attribut
dérivé (« / ») est un attribut dont la valeur peut être déduite d’autres
informations disponibles dans le modèle.
Opération : élément de comportement des objets, défini de manière
globale dans leur classe. Une opération peut déclarer des paramètres
(eux-mêmes typés) ainsi qu’un type de retour.
Figure A–7
Diagramme de classes (bases-suite1)
Association : relation sémantique durable entre deux classes, qui décrit
un ensemble de liens entre instances. Une association est bidirectionnelle par défaut, sauf si l’on restreint sa navigabilité en ajoutant une
flèche.
Rôle : nom donné à une extrémité d’une association ; par extension,
manière dont les instances d’une classe voient les instances d’une autre
classe au travers d’une association.
Multiplicité : le nombre d’objets (min..max) qui peuvent participer à une
relation avec un autre objet dans le cadre d’une association. Multiplicités
fréquentes :
• 0..1 = optionnel (mais pas multiple)
• 1 = exactement 1
• 0..* = * = quelconque
• 1..* = au moins 1
Figure A–8
Diagramme de classes (bases-suite2)
186
© Groupe Eyrolles, 2005
A – Résumé du sous-ensemble de la notation UML 2 utilisé dans ce livre
Agrégation : cas particulier d’association non symétrique exprimant une
relation de contenance.
Composition : forme forte d’agrégation, dans laquelle les parties ne peuvent appartenir à plusieurs agrégats et où le cycle de vie des parties est
subordonné à celui de l’agrégat.
Figure A–9
Diagramme de classes (bases-suite3)
Super-classe : classe générale reliée à d’autres classes plus spécialisées
(sous-classes) par une relation de généralisation.
Généralisation : relation entre « classifieurs » où les descendants héritent des propriétés de leur parent commun. Ils peuvent néanmoins comprendre chacun des propriétés spécifiques supplémentaires, mais aussi
modifier les comportements hérités.
Figure A–10
Diagramme de classes (bases-suite4)
Note : commentaire visible dans le diagramme. Peut être attaché à un
élément du modèle (ou plusieurs) par un trait pointillé. Utilisable dans
tout type de diagramme UML !
Figure A–11
Diagramme de classes (avancé)
Classe d’association : association promue au rang de classe. Elle possède
tout à la fois les caractéristiques d’une association et celles d’une classe et
peut donc porter des attributs qui prennent des valeurs pour chaque lien
entre objets.
Qualifieur (ou qualificatif ) : attribut qui permet de « partitionner »
l’ensemble des objets en relation avec un objet donné dans le cadre d’une
association multiple.
© Groupe Eyrolles, 2005
187
Cahier du programmeur UML 2
Figure A–12
Diagramme de classes (avancé-suite1)
Contrainte : condition portant sur un ou plusieurs élément(s) du modèle
qui doit être vérifiée par les éléments concernés. Elle est notée entre
accolades { }, et souvent insérée dans une note graphique (le post-it).
Figure A–13
Diagramme de classes (avancé-suite2)
Dépendance : relation sémantique entre deux éléments, dans laquelle la
modification d’un des éléments (l’élément indépendant) peut affecter la
sémantique de l’autre élément (l’élément dépendant).
Figure A–14
Diagramme de classes (avancé-suite3)
Catégorisation des classes d’analyse en trois catégories qui a été proposée par I. Jacobson et popularisée ensuite par le RUP (Rational Unified Process) :
• Celles qui permettent les interactions entre le site web et ses utilisateurs sont qualifiées de « dialogues ». Il s’agit typiquement des écrans
proposés à l’utilisateur.
• Les classes qui contiennent la cinématique de l’application sont
appelées « contrôles ». Elles font la transition entre les dialogues et
les concepts du domaine, et contiennent les règles applicatives.
• Celles qui représentent les concepts métier sont qualifiées
d’« entités ». Elles sont très souvent persistantes.
188
© Groupe Eyrolles, 2005
A – Résumé du sous-ensemble de la notation UML 2 utilisé dans ce livre
Diagramme de packages
Montre l’organisation logique du modèle et les relations
entre packages
Figure A–15
Diagramme de packages
Package (ou paquetage) : mécanisme général de regroupement d’éléments tels que classes, interfaces, mais aussi acteurs, cas d’utilisation, etc.
Les packages peuvent être imbriqués dans d’autres packages.
Importation : relation de dépendance entre packages qui rend visibles
les éléments publics de l’un des packages au sein d’un autre.
Figure A–16
Diagramme de packages (suite)
Les packages sont des espaces de noms (namespace) : deux éléments ne
peuvent pas porter le même nom au sein du même package. En
revanche, deux éléments appartenant à des packages différents peuvent
porter le même nom. Du coup, UML propose une notation complète
pour un élément : nomPackage::nomÉlément.
© Groupe Eyrolles, 2005
189
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme d’états
Montre les différents états et transitions possibles des
objets d’une classe à l’exécution
Figure A–17
Diagramme d’états (bases)
État : condition ou situation qui se produit dans la vie d’un objet pendant laquelle il satisfait une certaine condition, exécute une activité particulière ou attend certains événements.
Événement : spécification d’une occurrence remarquable qui a une localisation dans le temps et l’espace. Un événement peut porter des paramètres qui matérialisent le flot d’information ou de données entre objets.
Figure A–18
Diagramme d’états (bases-suite)
Transition : connexion entre deux états d’un automate, qui est déclenchée par l’occurrence d’un événement, et conditionnée par une condition
de garde, induisant certains effets.
Effet : action ou activité qui s’exécute lorsqu’une transition se déclenche.
L’exécution de l’effet est unitaire et ne permet de traiter aucun événement supplémentaire pendant son déroulement.
Un état peut contenir une activité durable (do-activity), qui est interruptible par un événement, mais peut également se terminer d’elle-même.
190
© Groupe Eyrolles, 2005
Récapitulatif du modèle UML 2
illustrant la démarche de
modélisation d’un site e-commerce
Modèle des cas d’utilisation
Modèle d’analyse
Modèle de navigation
Modèle de conception préliminaire
Modèle de conception détaillée
© Groupe Eyrolles, 2005
annexe
B
Cahier du programmeur UML 2
Modèle des cas d’utilisation
Structuration en packages
UC des internautes
UC des employés
+ Client
+ Gestion des stocks
+ Libraire
+ Internaute
+ Paiement sécurisé
+ Nouveautés
+ Service clients
+ Visiteur
+ Webmaster
+ Maintenir le catalogue
+ Chercher des ouvrages
+ Consulter ses commandes
+ Maintenir le site
+ Maintenir les informations éditoriales
+ Créer un compte client
+ Effectuer une commande
+ Gérer son compte client
+ Gérer son panier
UC de second rang
+ Consulter l'aide en ligne
Figure B–1
+ S'authentifier
Packages de la vue des cas d’utilisation
Package des cas d’utilisation des internautes
Diagramme de cas d’utilisation
Créer un compte
client
Visiteur
Chercher des
ouvrages
Gérer son panier
Internaute
«Actor»
Paiement
sécurisé
Effectuer une
commande
Client
Service clients
Consulter ses
commandes
Figure B–2
Cas d’utilisation des internautes
192
Gérer son compte
client
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Chercher des ouvrages
Diagramme de Séquence Système (DSS)
«system»
JeBouquine
Internaute
{Catalogue
disponible}
loop
alt
rechercheRapide(motsClés)
[rapide]
[avancée]
rechercheAvancée(paramètres)
alt
[échec]
break
[succès]
aucun ouvrage trouvé !
ouvrages trouvés
selectionOuvrage(o)
fiche détaillée
opt
miseDansPanier(o)
Figure B–3
Diagramme de séquence système de Chercher des ouvrages
© Groupe Eyrolles, 2005
193
Cahier du programmeur UML 2
Gérer son panier
Diagramme de Séquence Système (DSS)
«system»
JeBouquine
Internaute
ref
Chercher des ouvrages (nominal)
panier en cours
loop
opt
modificationQuantité(q)
opt
suppressionLigne(l)
miseAJourPanier()
panier mis à jour
opt
alt
demandeDevis()
[devis]
devis imprimable
[commande]
passageCommande()
Figure B–4
Diagramme de séquence système de Gérer son panier
194
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Effectuer une commande
Diagramme de Séquence Système (DSS)
«system»
JeBouquine
Paiement sécurisé
Internaute
Service clients
{Panier non vide}
alt
[client]
ref
S'authentifier (nominal)
[visiteur]
ref
Créer un compte client (nominal)
{Client}
adresseFacturation()
opt
[livraison différente de facturation]
adresseLivraison()
récapitulatif
paiementCarte(infosCarte)
validationCommande()
infosCryptées
autorisation
nouvelle commande
enregistrementCommande()
confirmation commande
Figure B–5
Diagramme de séquence système de Effectuer une commande
© Groupe Eyrolles, 2005
195
Cahier du programmeur UML 2
Package des cas d’utilisation des employés
Diagramme de cas d’utilisation
Figure B–6
Cas d’utilisation des employés
Maintenir le Catalogue
Diagramme de Séquence Système (DSS)
«system»
JeBouquine
Nouveautés
Libraire
Gestion des stocks
{Catalogue
disponible}
nouveaux ouvrages
informations stock
{tous les soirs
à 23 heures}
majPeriodiqueCatalogue
Figure B–7 Diagramme de
séquence système de Maintenir
le catalogue (1ère partie)
196
{Libraire
authentifié}
© Groupe Eyrolles, 2005
opt
ref
Maintenir les informations éditoriales
validationMajCatalogue()
publicationCatalogue
nouveau catalogue
Figure B–7 Diagramme de
séquence système de Maintenir
le catalogue (2e partie)
{Nouveau catalogue
disponible}
Package des cas d’utilisation de second rang
Diagramme de cas d’utilisation
Internaute
«secondaire»
Consulter l'aide en
ligne
«fragment»
S'authentifier
Figure B–8
Cas d’utilisation de second rang
Client
© Groupe Eyrolles, 2005
197
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
{Libraire
authentifié}
Cahier du programmeur UML 2
Modèle d’analyse
cd Chercher des ouvrages (DCP)
«dialogue»
RechercheRapide
«entité»
Catalogue
motsClé: String
chercher() : void
«entité»
Thème
«dialogue»
RechercheAvancée
Internaute
nom: String
«contrôle»
CtrRecherche
sujet: String
titre: String
auteur: String
editeur: String
langue: String
thème: String
«entité»
Auteur
chercherLivres() : void
nom: String
prénom: String
chercher() : void
«entité»
Editeur
«dialogue»
RésultatRecherche
nom: String
pays: String
«résultat» nbLivres: int
«résultat» nbPages: int
«entité»
Livre
«contrôle»
CtrLivre
classerParTitre() : void
classerParAuteur() : void
classerParDate() : void
pageSuivante() : void
pagePrécédente() : void
afficherDétailLivre() : void
mettreDansPanier() : void
...() : void
getInfosLivre() : void
majPrix() : void
majQtéStock() : void
majDateParution() : void
...() : void
titre: String
«optionnel» sous-titre: String
ISBN: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
Figure B–9
DCP de Chercher des ouvrages
cd Gérer son panier (DCP)
«dialogue»
GestionPanier
«entité»
Panier
«liste» quantité: int = 1
nombre d'articles: int
total: réel
supprimerLigne() : void
viderPanier() : void
recalculer() : void
demanderDevis() : void
commander() : void
«contrôle»
CtrPanier
modifierLigne() : void
supprimerLigne() : void
recalculerPanier() : void
etablirDevis() : void
Internaute
«dialogue»
Devis
1
0..*
«entité»
LignePanier
montant: réel
quantité: int = 1
«résultat» détailDevis: String
imprimer() : void
Figure B–10
DCP de Gérer son panier
198
© Groupe Eyrolles, 2005
«entité»
Commande
«dialogue»
AdressesCommande
date: Date
mode paiement: (CB, chèque) = CB
délais livraison: int
frais de port: réel
montant total: réel
choisirAdresseLivraison() : void
ajouterAdresse() : void
0..*
0..* {ordered}
0..1
«entité»
Adresse
«contrôle»
CtrCommande
nom: String
prénom: String
numéro, rue: String
«optionnel» compléments: String
code postal: Code
pays: String = 'France'
ville: String
«optionnel» téléphone: NumTel
setInfosFacturation() : void
setInfosLivraison() : void
setInfosPaiement() : void
validerCommande() : void
Client
adresseLivraison
1
«entité»
Client
«dialogue»
Paiement
nom: String
prénom: String
email: String
choisirTypePaiement() : void
saisirInfosCarteBancaire() : void
validerCommande() : void
1
adresseFacturation
1
Figure B–11 DCP de
Effectuer une commande
sm Commande (complété)
passer commande
En cours de création
payer [refus]
/avertir client
valider
[complète]
Validée
valider
[incomplète]
/afficher erreurs
annuler
annuler
Annulée
payer [accord]
/transférer au
service clients
annuler
/émettre avoir
Payée
Incident de mission
entry / notifier client (retard)
after (15j)
/archiver
incident irréparable
prise en compte
/notifier client
(prise en compte)
incident
mission
En préparation
En cours de livraison
départ mission
/notifier client (partie)
© Groupe Eyrolles, 2005
livraison
[non OK]
incident
terminé
livraison [OK]
Archivée
Livrée
Figure B–12
Diagramme d’états
de la commande
199
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
cd Effectuer une commande (DCP)
Cahier du programmeur UML 2
cd Maintenir le catalogue (DCP)
«entité»
Catalogue
«dialogue»
OrganisationCatalogue
creerRayon() : void
creerTheme() : void
creerEditeur() : void
creerAuteur() : void
...() : void
«entité»
Rayon
nom: String
«contrôle»
CtrCatalogue
«dialogue»
GestionMiseAJour
Libraire
consulterNouveautes() : void
pageSuivante() : void
pagePrecedente() : void
afficherDetailLivre() : void
validerCatalogue() : void
...() : void
creerRayon() : void
creerTheme() : void
creerEditeur() : void
creerAuteur() : void
consulterNouveautes() : void
validerCatalogue() : void
...() : void
«entité»
Thème
nom: String
«entité»
Éditeur
nom: String
pays: String
«entité»
Auteur
nom: String
prénom: String
«dialogue»
GestionDétailLivre
«contrôle»
CtrLivre
«entité»
Livre
majPrix() : void
majQteStock() : void
majDateParution() : void
majDisponibilite() : void
...() : void
getInfosLivre() : void
majPrix() : void
majQtéStock() : void
majDateParution() : void
...() : void
titre: String
«optionnel» sous-titre: String
ISBN: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
Figure B–13
DCP de Maintenir le Catalogue
200
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Modèle de navigation
Navigation de la recherche
sm Recherche (complet)
www.jeBouquine.com
«page»
Nouveautés
nouveautés
«page»
Page d'accueil
internaute
meilleures
ventes
«page»
Meilleures ventes
curseur
recherche
avancée
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
Recherche
«frame»
«page»
Recherche rapide
Recherche avancée
recherche
(paramètres)
[aucun livre
trouvé]
recherche
(paramètres)
[livres trouvés]
retour
«connector»
Panier
mettre dans
le panier
mettre dans
le panier
«exception»
Aucun ouvrage
trouvé !
parcours
pages
[plusieurs
pages]
/afficher
suivante ou
précédente
«frame»
Résultat de la
recherche
«page»
détails
Fiche d'ouvrage
auteur
classement (critère)
/afficher suivant
critère
téléchargement
«page»
«page»
Fiche d'auteur
Extrait
téléchargeable
Figure B–14 Diagramme de navigation de la recherche d’ouvrages
© Groupe Eyrolles, 2005
201
Cahier du programmeur UML 2
sm Panier
www.jeBouquine.com
«page»
Page d'accueil
internaute
...
mon panier
mettre dans
le panier
«exception»
Panier vide !
vider le panier
mettre dans
le panier
«page»
Panier
recalculer [il ne
reste plus de livre]
établir un devis
commander
recalculer
[il reste au
moins un
livre]
«page»
Figure B–15
Devis
«connector»
Commande
Diagramme de navigation
de la gestion du panier
sm Commande
commander
Commande en cours
«page»
Identification
saisie infos
nouveau client
identification
client [Not OK]
identification
client [OK]
annuler
commande
«page»
Panier
modifier
adresses
«page»
Adresses
valider adresses
«page»
paiement par chèque
Paiement
«page»
Commande validée
paiement par CB [OK]
Figure B–16
Diagramme de navigation
pour la prise de commande
202
paiement par CB [not OK]
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
sm Navigation globale
www.jeBouquine.com
«page»
Nouveautés
nouveautés
«page»
Page d'accueil
internaute
meilleures
ventes
recherche
avancée
curseur
«page»
Meilleures ventes
«page»
Devis
mettre dans
le panier
mettre dans le panier
mettre dans
le panier
établir un
devis
Commande en cours
Recherche
«page»
Recherche avancée
«frame»
Recherche rapide
identification
client [Not OK]
«page»
Identification
commander
«page»
Panier
annuler
commande
recherche
(paramètres)
[livres trouvés]
parcours pages
[plusieurs
pages] /afficher
suivante ou
précédente
mettre dans
le panier
«frame»
Résultat de la
recherche
«page»
Adresses
mettre dans
le panier
modifier
adresses
valider adresses
«page»
détails
identification
client [OK]
saisie infos
nouveau
client
Fiche d'ouvrage
«page»
Paiement
auteur
classement (critère)
/afficher suivant
critère
paiement par
CB [not OK]
téléchargement
«page»
«page»
Fiche d'auteur
Extrait
téléchargeable
paiement par
CB [OK]
paiement
par chèque
«page»
Commande validée
Fin avec achat
Figure B–17
Diagramme global de navigation pour l’internaute
© Groupe Eyrolles, 2005
203
Cahier du programmeur UML 2
Modèle de conception préliminaire
Diagrammes de séquence
Chercher des ouvrages
Figure B–18
Diagramme de séquence
du scénario nominal de
recherche avancée
Figure B–19
Diagramme de séquence
des scénarios d’erreur de
recherche avancée
204
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Figure B–20 Diagramme de séquence
de la suite du scénario nominal de recherche avancée
Gérer son panier
Figure B–21 Diagramme de séquence
du scénario nominal de création de la première ligne du panier
© Groupe Eyrolles, 2005
205
Cahier du programmeur UML 2
Figure B–22
Diagramme de séquence du scénario de recalcul du panier
Figure B–23
Diagramme de séquence d’un scénario de vidage du panier
206
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Diagrammes de classes de conception préliminaire
Chercher des ouvrages
Figure B–24
Diagramme de classes de conception préliminaire de Chercher des ouvrages
© Groupe Eyrolles, 2005
207
Cahier du programmeur UML 2
Gérer son panier
Figure B–25
Diagramme de classes de conception préliminaire de Gérer son panier
208
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Structuration en packages
Figure B–26
Détail de l’architecture logique
Figure B–27 Détail de la couche Logique Métier
© Groupe Eyrolles, 2005
209
Cahier du programmeur UML 2
cd Catalogue
«entité»
Catalogue
+
+
+
+
chercherLivresParAuteur(String) : String
chercherLivresPar...() : String
getInfosLivre(double) : String
chercherLivreParISBN(String) : Livre
1
isbn
1
1
1
1..*
1..*
«entité»
Thème
«entité»
Rayon
-
-
nom: String
1
0..1
0..*
«entité»
Editeur
-
nom: String
pays: String
édité par
1
nom: String
1..*
0..*
«entité»
Livre
1..* +
titre: String
sous-titre: String
isbn: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
«entité»
Auteur
0..*
1..*
écrit par 1..* -
nom: String
prénom: String
getDetails() : String
1..*
1
«entité»
Collection
0..*
-
nom: String
0..1
Figure B–28
Diagramme de classes du package Catalogue
210
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
cd Panier
«entité»
Panier
-/
-/
total: réel
nombre d'articles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(Livre) : void
recalculer(int[]) : void
supprimerLigne(int) : void
vider() : void
1
«entité»
Catalogue::Livre
-
0..* {ordered}
«entité»
LignePanier
-/
quantité: int = 1
montant: réel
+
recalculer(int) : void
concerne
1 +
titre: String
sous-titre: String
isbn: String
langue: String
date de parution: Date
prix: réelPositif
getDetails() : String
Figure B–29
Diagramme de classes
complété du package Panier
cd Gestion
«entité»
Commande
0..*
0..1
-/
date: Date
mode paiement: (CB, chèque) = CB
délais livraison: int
frais de port: réel
montant total: réel
adresseLivraison
1
«entité»
Panier::Panier
0..* {ordered}
«entité»
Adresse
-
nom: String
prénom: String
numéro, rue: String
«optionnel» compléments: String
code postal: Code
ville: String
pays: String = 'France'
«optionnel» téléphone: NumTel
1
-/
-/
total: réel
nombre d'articles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(Livre) : void
recalculer(int[]) : void
supprimerLigne(int) : void
vider() : void
1
«entité»
Client
adresseFacturation
1
-
1
nom: String
prénom: String
email: String
«entité»
CarteBancaire
0..*
-
numero: String
type: int
date de validité: Date
Figure B–30
Diagramme de classes complété du package Gestion
© Groupe Eyrolles, 2005
211
Cahier du programmeur UML 2
Modèle de conception détaillée
Solution à base de scripts (PHP)
Diagrammes d’interaction
: Pilote ODBC
: accueil.php
: Internaute
SGBD
www.jeBouquine.com
create(idSession)
: Session
Création initiale du panier
avec l'identifiant de session
pour la gestion du contexte
mettreDansPanier( )
afficher($idSession, $code)
: Panier.php
create($idSession)
Création d'une première ligne
dans le panier (avec une
quantité à 1).
Affichage du détail de l'ouvrage
concerné, après accès à la base
de données des livres.
: Panier
ajouterLigne($code, 1)
dessiner($code)
: Ouvrage
getInfos(isbn)
requete SQL
modifierQuantiteLigne($code,10)
verifierNombre( )
recalculer( )
modifierQuantiteLigne($code, 10)
Figure B–31 Exemple de diagramme de séquence de conception détaillée PHP pour la gestion du panier
212
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Diagrammes de classes
bandeauHorizontal.inc
bandeauGauche.inc
1
+ rechercheAvancee()
+ accederTheme1()
+ accederTheme2()
+ accederTheme...()
<<include>>
php_modele.inc
<<include>>
<<include>>
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
<<page PHP>>
...
<<include>>
1
+ rechercheRapide()
+ accederNouveautes()
+ accederMeilleuresVentes()
+ acceder...()
+ accederPanier()
+ accederAide()
+ accederSuiviCommande()
<<include>>
<<page PHP>>
Panier.php
Figure B–32
Diagramme de classes des pages PHP
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
php_modele.inc
mettreDansPanier()
<<include>>
<<link>>
0..1
1
<<page PHP>>
Panier.php
<<Classe Phplib>>
Session
1
quantite [0..*] : integer = 1
id
nom : string
prenom : string
email : string
...
1
1
ajouterLigne($code, $nombre = 1)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
viderPanier()
afficher($idSession, $code)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
recalculer()
viderPanier()
demanderDevis()
commander()
verifierNombre()
0..*
<<build>>
<<Classe PHP>>
Panier
$total : real
$contenu
<<Classe PHP>>
Ouvrage
dessiner($code)
0..1
<<page PHP>>
erreurPanierVide.php
/ messageErreur : string
Pilote ODBC
+ getInfos(isbn)
Figure B–33
Diagramme de classes de conception détaillée PHP de la gestion du panier
© Groupe Eyrolles, 2005
213
Cahier du programmeur UML 2
Solution technique J2EE (Struts)
Architecture logique
<<layer>>
Présentation et contrôle de l'application
Présentation de www.jeBouquine.com
org.apache.struts
...
action
util
javax.servlet
<<layer>>
Logique métier
<<layer>>
Services techniques
Figure B–34
Packages et couches notables reliés à Struts
214
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Diagrammes de séquence
Figure B–35
Diagramme de séquence de la création d’une ligne du panier avec Struts
Figure B–36
Diagramme de séquence de la gestion du panier avec Struts
© Groupe Eyrolles, 2005
215
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme de classes
org.apache.struts
Action
+
ActionForm
execute(af :ActionForm) : ActionForward
Logique applicative
«action»
AjouterLigne
+
«javabean»
FormulairePanier
«action»
ViderPanier
execute() : void
+
execute() : void
«action»
SupprimerLigne
«action»
RecalculerPanier
-
«liste» quantites [0..*]: int = 1
+
+
+
getQuantites() : void
setQuantites(q :int) : void
validate() : void
1
+
+
execute() : void
execute() : void
Logique métier
1
Présentation
1
1
1
«javabean»
Panier::Panier
1
-
total: double
nbArticles: int
+
+
+
+
ajouterLigne(l :Livre) : void
recalculer(quantités :int[]) : void
supprimerLigne(num :int) : void
vider() : void
«jsp»
Présentation::GestionPanier.jsp
+
+
+
+
+
+
+
supprimerLigne() : void
viderPanier() : void
recalculer() : void
demanderDevis() : void
commander() : void
modifierQuantitéLigne() : void
afficher() : void
0..* {ordered}
«javabean»
Panier::LignePanier
-
quantite: int = 1
montant: double
+
recalculer(q :int) : void
«javabean»
Catalogue::Livre
concerne
1
Figure B–37
Diagramme de classes de conception détaillée Struts de la Gestion du panier
216
© Groupe Eyrolles, 2005
B – Récapitulatif du modèle UML 2 illustrant la démarche de modélisation d’un site e-commerce
Solution technique .NET
Diagrammes de séquence
Figure B–38 Diagramme de séquence
de la création d’une ligne du panier avec .NET
Figure B–39
Diagramme de séquence de la gestion du panier avec .NET
© Groupe Eyrolles, 2005
217
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme de classes
<<WebForm>>
FormulairePanier
<<ASP.NET>>
gestionPanier.asp
(from Pages serveur)
{ordered}
- quantite : int = 1
(from Pages serveur)
0..*
+ ajouterLigne()
+ modifierQuantiteLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher()
+ validate()
<<CodeBehind C#>>
CodeBehindGestionPanier
<<Classe C#>>
Panier
(from Pages serveur)
1
(from Gestion)
1
- total : double
+ ajouterLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ recalculer(quantites)
+ ajouterLigne(l : Livre)
+ supprimerLigne(l : Livre)
+ viderPanier()
1
{ordered}
0..*
<<Classe C#>>
LignePanier
<<Classe C#>>
Livre
(from Catalogue)
concerne
1
(from Gestion)
0..*
- quantite : int = 1
- prixUnitaire : double
- prixTotal : double
+ recalculer(q : int)
Figure B–40
Diagramme de classes de conception détaillée .NET de la gestion du panier
218
© Groupe Eyrolles, 2005
Modèle UML 1.4 de la
première édition (réalisé avec
Rational/Rose 2002)
Modèle des cas d’utilisation
Modèle du domaine
Modèle de navigation
Modèle de conception préliminaire
Modèle de conception détaillée
© Groupe Eyrolles, 2005
annexe
C
Cahier du programmeur UML 2
Modèle des cas d’utilisation
Structuration en packages
UC de
l'internaute
UC des
employés
UC secondaires
Internaute
Figure C–1
Consulter l'aide en ligne
Acteurs
Packages de la vue des cas d’utilisation
Package Acteurs
Internaute
Webmaster
Figure C–2
Acteurs du site jeBouquine.com
220
Nouveautés
Libraire
Service Clients
Gestion des stocks
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Package des cas d’utilisation de l’internaute
Diagramme de cas d’utilisation
<<extend>>
Effectuer une commande
Service Clients
<<extend>>
Consulter ses commandes en
cours
Gérer son panier
<<extend>>
Internaute
Rechercher des ouvrages
<<extend>>
Figure C–3
Cas d’utilisation de l’internaute
Effectuer une recherche avancée
Rechercher des ouvrages
Diagramme de Séquence Système (DSS)
RechercheRapide
motsCle
rechercher()
Internaute
RechercheAvancee
sujet
titre
auteur
editeur
langue
theme
ControlRecherche
Catalogue
chercherLivres()
rechercher()
ResultatRecherche
/ nbLivres
/ nbPages
classerParTitre()
classerParAuteur()
classerParDateParution()
pageSuivante()
pagePrecedente()
afficherDetailLivre()
mettreDansPanier()
...()
© Groupe Eyrolles, 2005
ControlFicheDetaillee
getInfosLivre()
Figure C–4
Livre
Diagramme de séquence système de Rechercher des
ouvrages
221
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme de Classes Participantes (DCP)
: jeBouquine.com
: Internaute
mettreDansLePanier( )
mettreDansLePanier( )
Voir le cas d'utilisation
"Rechercher des
ouvrages"
accederAuPanier( )
panier en cours
modifierQuantite( )
supprimerLigne( )
recalculerPanier( )
panier mis à jour
commanderPanier( )
Figure C–5
DCP de Effectuer une recherche
Gérer son panier
Diagramme de Séquence Système (DSS)
Internaute
Panier
GestionPanier
quantite [0..*]
supprimerLigne()
viderPanier()
recalculer()
demanderDevis()
commander()
Figure C–6
ControlPanier
modifierLigne()
supprimerLigne()
recalculerPanier()
etablirDevis()
1
0..*
LignePanier
Diagramme de séquence système
de Gérer son panier
222
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Diagramme de Classes Participantes (DCP)
: jeBouquine.com
: Internaute
: Service Clients
commanderPanier( )
formulaire de commande
Voir le cas
d'utilisation "Gérer
son panier"
saisirInfosCommande( )
récapitulatif commande
validerCommande( )
commande validée
confirmation commande
Figure C–7
DCP de Gérer son panier
Effectuer une commande
Diagramme de Séquence Système (DSS)
EcranCommande
identifierClient()
saisirInfosCommande()
validerCommande()
ControlCommandes
Commande
identifierClient()
modifierInfosClient()
setInfosFacturation()
setInfosLivraison()
setInfosPaiement()
validerCommande()
Internaute
ControlClients
Client
FicheClient
email
motDePasse
modifierInfosClient()
© Groupe Eyrolles, 2005
identifierClient()
majEmail()
majMotDePasse()
majAdresse()
majInfosPaiement()
Figure C–8
Diagramme de séquence système
de Effectuer une commande
223
Cahier du programmeur UML 2
Diagramme de Classes Participantes (DCP)
Gestion des stocks
Nouveautés
Maintenir le catalogue
<<extend>>
Libraire
Maintenir les informations
éditoriales
Figure C–9
Maintenir le site
DCP de Effectuer une commande
Webmaster
Package des cas d’utilisation des employés
Diagramme de cas d’utilisation
: jeBouquine.com
: Internaute
rechercheRapide(mots-clés)
ou
rechercheAvancee( )
Extension
ouvrages trouvés
selectionnerOuvrage( )
fiche détaillée
mettreDansLePanier( )
Figure C–10
Cas d’utilisation des employés
224
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Maintenir le Catalogue
Diagramme de Séquence Système (DSS)
: jeBouquine.com
: Libraire
: Nouveautés
: Gestion des stocks
nouveaux ouvrages
prix et état du stock
majAutoCatalogue( )
version catalogue à valider
majInfosEditoriales( )
Voir le cas d'utilisation
d'extension : "Maintenir les
informations éditoriales"
validerCatalogue( )
Figure C–11
nouvelle version du catalogue
Diagramme de séquence système
de Maintenir le catalogue
Diagramme de Classes Participantes (DCP)
OrganisationCatalogue
Catalogue
creerTheme()
creerRayon()
creerEditeur()
creerAuteur()
...()
Theme
ControlCatalogue
Rayon
creerTheme()
creerRayon()
creerEditeur()
creerAuteur()
consulterNouveautes()
validerCatalogue()
...()
Libraire
GestionMiseAJour
Editeur
Auteur
consulterNouveautes()
pageSuivante()
pagePrecedente()
afficherDetailLivre()
validerCatalogue()
...()
ControlLivre
GestionDetailLivre
majPrix()
majQteStock()
majDateParution()
majDisponibilite()
...()
© Groupe Eyrolles, 2005
getInfosLivre()
majPrix()
majQteStock()
majDateParution()
majDisponibilite()
...()
Livre
Figure C–12
DCP de Maintenir le Catalogue
225
Cahier du programmeur UML 2
Modèle du domaine
Structuration en packages
Figure C–13
Représentation synthétique des
packages d’objets métier
Package Catalogue
Diagramme de classes
Catalogue
1
1..*
0..1
Rayon
nom
edite
Editeur
0..*
1
nom
pays
Theme
1
sousTheme
nom
1..*
1
1..*
/
Livre
0..*
0..1
1..*
Collection
nom
1
titre
sousTitre [0..1]
ISBN
nbPages
langue
dateParution
tableDesMatieres[0..1]
prix
disponibilite
1..*
1..*
est écrit par
1..*
1..*
Auteur
nom
prenom
1
1
0..*
0..1
0..*
Figure C–14
Diagramme de classes du
package Catalogue
226
ElementTelechargeable
nom
type
taille
Commentaire
Image
type
nom
taille
auteur
texte
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Package Gestion
Diagramme de classes
Figure C–15
Diagramme de classes
complété du package Gestion
© Groupe Eyrolles, 2005
227
Cahier du programmeur UML 2
Modèle de navigation
Navigation de l’internaute
www.jeBouquine.com
<<page>>
Nouveautés
<<page>>
Aide
<<page>>
Page d'accueil
<<page>>
Meilleures ventes
<<page>>
...
<<page>>
Recherche avancée
<<action>>
Recalculer
[ il reste au
moins 1 livre ]
<<page>>
Panier
<<frame>>
Recherche rapide
<<action>>
Recherche
<<action>>
Mettre dans le panier
<<action>>
Classement
<<frame>>
Résultat de recherche
<<page>>
Fiche d'auteur
[ plusieurs pages ]
<<page>>
Fiche détaillée d'ouvrage
<<action>>
Parcours des pages
<<action>>
Etablir un devis
<<action>>
Commander
[ client identifié ]
<<page>>
Fiche client remplie
<<frame>>
Devis
<<action>>
Modification compte
<<page>>
Fiche client vide
<<action>>
Saisir infos commande
<<page>>
Fiche de commande
Fin normale avec achat
<<action>>
Acheter
Figure C–16 Diagramme global de navigation de l’internaute
228
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Modèle de conception préliminaire
Diagrammes d’interaction
Rechercher des ouvrages
: Internaute
: RechercheAvancee
: ControlRecherche
: Catalogue
tous les : Livre
rechercher(phrase)
verifierSyntaxeRecherche(phrase)
chercherLivres(phrase)
chercherLivresParAuteur(a)
find()
create
resultats
resultats : Livre
create (resultats)
: ResultatRecherche
pageSuivante( )
Figure C–17
pagePrecedente( )
Diagramme de séquence du
scénario nominal de recherche avancée
2. pageSuivante( )
3. pagePrecedente( )
: ResultatRecherche
1.2.2. create (resultats)
1.2.1. chercherLivresParAuteur(a)
: Internaute
: ControlRecherche
1.2.1.1.1.2. resultats
: Catalogue
1.1. verifierSyntaxeRecherche(phrase)
1.2.1.1.1.1. create
1.2.1.1.1.
1.2.1.1. find()
1.2. chercherLivres(phrase)
1. rechercher(phrase)
: RechercheAvancee
resultats : Livre
tous les : Livre
transient
persistent
Figure C–18 Diagramme de collaboration du scénario nominal de recherche avancée
© Groupe Eyrolles, 2005
229
Cahier du programmeur UML 2
: Internaute
: RechercheAvancee
: ControlRecherche
: Catalogue
tous les : Livre
rechercher(phrase1)
verifierSyntaxeRecherche(phrase1)
erreur
rechercher(phrase2)
verifierSyntaxeRecherche(phrase2)
chercherLivres(phrase2)
chercherLivresParAuteur(a)
find()
neant
neant
create
: ErreurRecherche
Figure C–19
Diagramme de séquence des scénarios
d’erreur de recherche avancée
1.1. verifierSyntaxeRecherche(phrase1)
2.1. verifierSyntaxeRecherche(phrase2)
1.1.1. erreur
2.2. chercherLivres(phrase2)
: RechercheAvancee
2.2.1. chercherLivresParAuteur(a)
: ControlRecherche
1. rechercher(phrase1)
2. rechercher(phrase2)
2.2.1.1.1.1. neant
2.2.2. create
: Internaute
: Catalogue
2.2.1.1. find()
2.2.1.1.1. neant
: ErreurRecherche
Figure C–20
Diagramme de collaboration des scénarios
d’erreur de recherche avancée
230
tous les : Livre
persistent
© Groupe Eyrolles, 2005
: ResultatRecherche
: ControlFicheDetaillee
: Catalogue
tous les : Livre
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
: Internaute
l : Livre
afficherDetailLivre( )
getInfosLivre(id)
getInfosLivre(id)
find(id)
l
getDetails( )
details
details
create(details)
: FicheDetaillee
mettreDansPanier( )
Figure C–21
Diagramme de séquence
de la suite du scénario nominal
de recherche avancée
: FicheDetaillee
1.1.2. create(details)
2. mettreDansPanier( )
1.1.1. getInfosLivre(id)
: ControlFicheDetaillee
: Internaute
1.1.1.2.1.1. details
: Catalogue
1.1. getInfosLivre(id)
1.1.1.1.1. l
1.1.1.2. getDetails( )
1. afficherDetailLivre( )
1.1.1.1. find(id)
1.1.1.2.1. details
: ResultatRecherche
tous les : Livre
l : Livre
persistent
Figure C–22 Diagramme de collaboration de la suite du scénario nominal de recherche avancée
© Groupe Eyrolles, 2005
231
Cahier du programmeur UML 2
Gérer son panier
: Internaute
: ResultatRecherche
: ControlPanier
mettreDansPanier( )
ajouterLigne(id)
create
: Panier
create
les : LignePanier
ajouterLigne(id)
create
nouvelle : LignePanier
add(nouvelle)
create(p)
Figure C–23
: GestionPanier
Diagramme de séquence
du scénario nominal de création
de la première ligne du panier
1.1. ajouterLigne(id)
1. mettreDansPanier( )
: ResultatRecherche
1.1.1. create
1.1.2. ajouterLigne(id)
: ControlPanier
Figure C–24
Diagramme de collaboration
du scénario nominal de création
de la première ligne du panier
1.1.1.1. create
1.1.2.2. add(nouvelle)
les : LignePanier
: Panier
transient
1.1.3. create(p)
: Internaute
1.1.2.1. create
: GestionPanier
nouvelle : LignePanier
1. mettreDansPanier( )
: ResultatRecherche
1.1. ajouterLigne(id)
les : LignePanier
1.1.2.2. add(nouvelle)
: Internaute
1.1.2. ajouterLigne(livre)
1.1.3. create(p)
: GestionPanier
p : Panier
: ControlPanier
1.1.1.1. livre
1.1.1. chercherLivreParISBN (id)
1.1.2.1. create(livre)
Figure C–25 Diagramme de collaboration
détaillé de la création d’une ligne de panier
232
: Catalogue
nouvelle : LignePanier
© Groupe Eyrolles, 2005
: GestionPanier
: ControlPanier
p : Panier
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
: Internaute
toutes les : LignePanier
modifierQuantiteLigne( )
Chaque ligne reçoit en paramètre la
quantité "q" qui la concerne.
Si q=0, le Panier envoie le message
"destroy" au lieu de recalculer.
recalculer( )
recalculerPanier(quantites)
recalculer(quantites)
* recalculer(q)
afficher(p)
Figure C–26 Diagramme de séquence
du scénario de recalcul du panier
Chaque ligne reçoit en paramètre la
quantité "q" qui la concerne.
Si q=0, le Panier envoie le message
"destroy" au lieu de recalculer.
1. modifierQuantiteLigne( )
2. recalculer( )
2.1. recalculerPanier(quantites)
toutes les : LignePanier
2.1.1.1. * recalculer(q)
: GestionPanier
2.1.2. afficher(p)
2.1.1. recalculer(quantites)
Figure C–27 Diagramme de collaboration
du scénario de recalcul du panier
: Internaute
: Internaute
p : Panier
: ControlPanier
: ControlPanier
: GestionPanier
p : Panier
lp : LignePanier toutes les : LignePanier
supprimerLigne( )
supprimerLigne(num)
supprimerLigne(num)
destroy
afficher(p)
S'il reste au moins
une ligne ...
viderPanier( )
viderPanier( )
viderPanier( )
* destroy
afficher( )
: ErreurPanierVide
Figure C–28 Diagramme de séquence
d’un scénario de vidage du panier
© Groupe Eyrolles, 2005
233
Cahier du programmeur UML 2
1.1. supprimerLigne(num)
2.1. viderPanier( )
1.1.2. afficher(p)
: GestionPanier
1.1.1. supprimerLigne(num)
2.1.1. viderPanier( )
p : Panier
: ControlPanier
2.1.1.1. * destroy
1. supprimerLigne( )
2. viderPanier( )
1.1.1.1. destroy
2.1.2. afficher( )
Figure C–29
Diagramme de collaboration
d’un scénario de vidage du panier
: Internaute
toutes les : LignePanier
lp : LignePanier
: ErreurPanierVide
Diagrammes de classes de conception préliminaire
Rechercher des ouvrages
RechercheRapide
1
- motsCle : String
1
+ rechercher(phrase : String)
ControlRecherche
Catalogue
(from Catalogue)
+ chercherLivres(phrase : String)
RechercheAvancee
1
- sujet : String
- titre : String
- auteur : String
- editeur : String
- langue : String
- theme : String
1
+ chercherLivresParAuteur(a : String) : Livre
+ getInfosLivre(id : String) : String
1
isbn : String
1
+ afficher()
+ rechercher(phrase : String)
- verifierSyntaxeRecherche(phrase : String)
0..1
0..1
ErreurRecherche
/- messageErreur
est écrit
par
Livre
1..*
(from Catalogue)
ResultatRecherche
0..1
/- nbLivres : entier
/- nbPages : entier = 1
+ afficher()
+ classerParTitre(t : String)
+ classerParAuteur(a : String)
+ classerParDateParution(d : Date)
+ pageSuivante()
+ pagePrecedente()
+ afficherDetailLivre()
+ mettreDansPanier()
0..1
ControlFicheDetaillee
+ getInfosLivre(id : String) : String
- titre : String
- sousTitre [0..1] : String
- isbn : String
- nbPages : entier
- langue : String
- dateParution : Date
- tableDesMatieres[0..1] : String
- prix : reel
- disponibilite : String
1..*
1..*
Auteur
(from Catalogue)
- nom : String
- prenom : String
+ getDetails() : String
1..*
1..*
edite
1
Figure C–30 Diagramme
de classes de conception
de Rechercher des ouvrages
234
FicheDetaillee
/- detailsLivre : String
0..1
Theme
(from Catalogue)
+ mettreDansPanier()
- nom : String
1..*
Editeur
(from Catalogue)
- nom : String
- pays : String
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Gérer son panier
ErreurPanierVide
/- messageErreur
0..1
ResultatRecherche
+ mettreDansPanier()
Panier
0..1
Devis
ControlPanier
1
- total : reel
+ recalculer(quantites)
+ ajouterLigne(l : Livre)
+ supprimerLigne(num : entier)
+ viderPanier()
+ accederPanier()
+ recalculerPanier(quantites)
+ ajouterLigne(id : String)
+ supprimerLigne(num : entier)
+ viderPanier()
+ etablirDevis()
0..1
/- contenu : String
+ imprimer()
1
1
{ordered}
0..1
0..*
GestionPanier
- quantite [0..*] : entier = 1
LignePanier
+ modifierQuantiteLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher(p : Panier)
concerne
1
- quantite : entier = 1
0..* - prixUnitaire : reel
- prixTotal : reel
+ recalculer(q : entier)
Figure C–31 Diagramme de classes
Livre
+ getDetails() : String
de conception complété de Gérer son panier
Modèle de conception détaillée
Architecture logique
Navigateur
Serveur Web
Serveur
d'applications
http
Logique métier
Pages serveur
Gestion
+ Client
+ Commande
+ LignePanier
+ Panier
Pages HTML
Catalogue
Couche DAO
© Groupe Eyrolles, 2005
+ Auteur
+ Catalogue
+ Collection
+ Editeur
+ Livre
...
Figure C–32
Vue logique complète
du pattern client web léger
235
Cahier du programmeur UML 2
Solution à base de scripts (PHP)
Diagramme d’interaction
: Pilote ODBC
: accueil.php
: Internaute
SGBD
www.jeBouquine.com
create(idSession)
: Session
Création initiale du panier
avec l'identifiant de session
pour la gestion du contexte
mettreDansPanier( )
afficher($idSession, $code)
: Panier.php
create($idSession)
: Panier
ajouterLigne($code, 1)
Création d'une première ligne
dans le panier (avec une
quantité à 1).
Affichage du détail de l'ouvrage
concerné, après accès à la base
de données des livres.
dessiner($code)
: Ouvrage
getInfos(isbn)
requete SQL
modifierQuantiteLigne ($code, 10)
verifierNombre( )
recalculer( )
modifierQuantiteLigne($code, 10)
Figure C–33
Exemple de diagramme de séquence de conception détaillée PHP pour la gestion du panier
Diagramme de classes
bandeauHorizontal.inc
bandeauGauche.inc
+ rechercheAvancee()
+ accederTheme1()
+ accederTheme2()
+ accederTheme...()
1
<<include>>
<<include>>
Figure C–34
Diagramme de classes des pages PHP
236
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
php_modele.inc
<<include>>
<<page PHP>>
...
<<include>>
+ rechercheRapide()
+ accederNouveautes()
1 + accederMeilleuresVentes()
+ acceder...()
+ accederPanier()
+ accederAide()
+ accederSuiviCommande()
<<include>>
<<page PHP>>
Panier.php
© Groupe Eyrolles, 2005
mettreDansPanier()
<<include>>
<<link>>
0..1
1
<<page PHP>>
Panier.php
<<Classe Phplib>>
Session
1
quantite [0..*] : integer = 1
id
nom : string
prenom : string
email : string
...
1
1
<<Classe PHP>>
Panier
$total : real
$contenu
ajouterLigne($code, $nombre = 1)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
viderPanier()
afficher($idSession, $code)
modifierQuantiteLigne($code, $nombre)
supprimerLigne($code)
recalculer()
viderPanier()
demanderDevis()
commander()
verifierNombre()
0..*
<<build>>
<<Classe PHP>>
Ouvrage
dessiner($code)
0..1
<<page PHP>>
erreurPanierVide.php
Figure C–35
/ messageErreur : string
Pilote ODBC
+ getInfos(isbn)
Diagramme de classes de conception détaillée
PHP de la gestion du panier
Solution technique J2EE (Struts)
Architecture logique
<<layer>>
Présentation et contrôle de l'application
Présentation de www.jeBouquine.com
org.apache.struts
action
...
util
javax.servlet
<<layer>>
Logique métier
<<layer>>
Services techniques
Figure C–36
Packages et couches notables reliés à Struts
© Groupe Eyrolles, 2005
237
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
php_modele.inc
<<page PHP>>
ResultatRecherche.php
Cahier du programmeur UML 2
action
(from org.apache.struts)
ActionServlet
Action
doGet()
doPost()
process()
...()
ActionForm
perform(ActionForm, ...) : ActionForward
Présentation de www.jeBouquine.com
JSPServlet1
doGet()
doPost()
...()
JSPServlet2
MonAction1
doGet()
doPost()
...()
MonAction2
MonActionForm1
perform(...) : ActionForward
...()
Logique métier
1
MonObjetMetier1
...
Figure C–37
Paradigme MVC dans Struts
Diagrammes d’interactions
: Internaute
: resultatRecherche.jsp
: ActionServlet
: AjouterLigne
: Catalogue
p : Panier
: gestionPanier.jsp
: FormulairePanier
mettreDansPanier( )
processMettreDansPanier( )
perform( ...)
l := chercherLivreParISBN(isbn)
ajouterLigne(l)
afficher()
afficher( )
Figure C–38
Diagramme de séquence de la création d’une ligne du panier avec Struts
238
© Groupe Eyrolles, 2005
: Catalogue
1.1. processMettreDansPanier( )
1. mettreDansPanier( )
1.1.1.1. l := chercherLivreParISBN(isbn)
1.1.1. perform( ...)
: ActionServlet
: Internaute
: AjouterLigne
1.1.2. afficher()
1.1.1.2. ajouterLigne(l)
: gestionPanier.jsp
p : Panier
1.1.2.1. afficher( )
Figure C–39
Diagramme de collaboration de la
création d’une ligne du panier avec Struts
: FormulairePanier
: Internaute
: gestionPanier.jsp
: ActionServlet
fp : FormulairePanier
: RecalculerPanier
: ViderPanier
: Panier
modifierQuantiteLigne( )
modifierQuantiteLigne( )
recalculer( )
process( )
setQuantites( )
validate( )
perform(fp, ...)
recalculer (quantites)
afficher()
viderPanier( )
process( )
perform( ...)
viderPanier( )
Figure C–40
Diagramme de séquence de la
gestion du panier avec Struts
© Groupe Eyrolles, 2005
239
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
: resultatRecherche.jsp
Cahier du programmeur UML 2
: gestionPanier.jsp
3.1. process( )
4.1. process( )
1. modifierQuantiteLigne( )
2. modifierQuantiteLigne( )
3. recalculer( )
4. viderPanier( )
: ViderPanier
4.1.1. perform( ...)
4.1.1.1. viderPanier( )
3.1.4. afficher()
: ActionServlet
: Panier
3.1.3. perform(fp, ...)
3.1.1. setQuantites( )
3.1.2. validate( )
: Internaute
3.1.3.1. recalculer(quantites)
: RecalculerPanier
fp : FormulairePanier
Figure C–41 Diagramme de collaboration de la gestion du panier avec Struts
Diagramme de classes
Action
ActionServlet
ActionForm
(from action)
(from action)
(from action)
0..*
+ doGet()
+ doPost()
+ process()
+ ...()
+ perform(ActionForm, ...) : ActionForward
org.apache.struts
<<Action>>
...
<<Action>>
AjouterLigne
<<Action>>
RecalculerPanier
<<Action>>
SupprimerLigne
+ perform(...)
+ perform(...)
+ perform(...)
<<Action>>
ViderPanier
<<Javabean>>
FormulairePanier
+ perform(...)
- quantites [0..*] : int = 1
+ perform(...)
+ getQuantites()
+ setQuantites(q)
+ validate()
1
Logique métier
1
1
{ArrayList}
(from Gestion)
- total : double
<<Javabean>>
LignePanier
+ recalculer(quantites)
+ ajouterLigne(l : Livre)
+ supprimerLigne(l : Livre)
+ viderPanier()
(from Gestion)
- quantite : int = 1
- prixUnitaire : double
- prixTotal : double
+ recalculer(q : int)
<<Javabean>>
Panier
1
0..*
1
0..*
concerne
Présentation de
1
www.jeBouquine.com
<<JSP>>
gestionPanier.jsp
+ modifierQuantiteLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher()
1
<<Javabean>>
Livre
(from Catalogue)
Figure C–42 Diagramme de classes de conception détaillée Struts de la gestion du panier
240
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Solution technique .NET
Diagrammes d’interactions
: Internaute
: resultatRecherche.asp
: gestionPanier.asp
: CodeBehindGestionPanier
: Catalogue
: Panier
mettreDansPanier( )
ajouterLigne(id)
ajouterLigne(id)
l := chercherLivreParISBN(id)
ajouterLigne(l)
afficher( )
Figure C–43
Diagramme de séquence de la création d’une ligne du panier avec .NET
1.1.2. afficher( )
: Catalogue
: gestionPanier.asp
1.1.1.1. l := chercherLivreParISBN(id)
1.1.1. ajouterLigne(id)
: Internaute
1.1. ajouterLigne(id)
1. mettreDansPanier( )
: CodeBehindGestionPanier
: resultatRecherche.asp
1.1.1.2. ajouterLigne(l)
: Panier
Figure C–44
Diagramme de collaboration de la création d’une ligne du panier avec .NET
© Groupe Eyrolles, 2005
241
Cahier du programmeur UML 2
: gestionPanier.asp
: Internaute
lesforms :
FormulairePanier
: CodeBehindGestionPanier
: Panier
modifierQuantiteLigne( )
modifierQuantiteLigne( )
recalculer( )
* setQuantite(q)
* validate( )
recalculer(lesforms)
recalculer(quantites)
afficher( )
viderPanier( )
viderPanier( )
viderPanier( )
afficher(panierVide )
Figure C–45
Diagramme de séquence de la gestion du panier avec .NET
3.4. afficher( )
4.2. afficher(panierVide)
3.1. * setQuantite(q)
3.2. * validate( )
lesforms :
FormulairePanier
: gestionPanier.asp
1. modifierQuantiteLigne( )
2. modifierQuantiteLigne( )
3. recalculer( )
4. viderPanier( )
3.3. recalculer(lesforms)
4.1. viderPanier( )
3.3.1. recalculer(quantites)
4.1.1. viderPanier( )
: CodeBehindGestionPanier
: Panier
: Internaute
Figure C–46
Diagramme de collaboration de la gestion du panier avec .NET
242
© Groupe Eyrolles, 2005
C – Modèle UML 1.4 de la première édition (réalisé avec Rational/Rose 2002)
Diagramme de classes
<<WebForm>>
FormulairePanier
<<ASP.NET>>
gestionPanier.asp
(from Pages serveur)
{ordered} - quantite : int = 1
(from Pages serveur)
0..*
+ ajouterLigne()
+ modifierQuantiteLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ afficher()
+ validate()
<<CodeBehind C#>>
CodeBehindGestionPanier
<<Classe C#>>
Panier
(from Pages serveur)
(from Gestion)
1
1
- total : double
+ ajouterLigne()
+ recalculer()
+ supprimerLigne()
+ viderPanier()
+ demanderDevis()
+ commander()
+ recalculer(quantites)
+ ajouterLigne(l : Livre)
+ supprimerLigne(l : Livre)
+ viderPanier()
1
{ordered}
0..*
<<Classe C#>>
LignePanier
<<Classe C#>>
Livre
(from Catalogue)
concerne
1
(from Gestion)
0..*
- quantite : int = 1
- prixUnitaire : double
- prixTotal : double
+ recalculer(q : int)
Figure C–47
Diagramme de classes de conception détaillée .NET de la gestion du panier
© Groupe Eyrolles, 2005
243
Index
A
acteur 41
navigation 109
principal/secondaire 43
action 115
ActiveX 149
activité
durable 100
agrégation 85, 89
AJAX 150
applet 149
ASP 152
ASP.NET 161
association 43, 82
boucle 89
flèche de navigabilité 43
multiplicité 84
navigable 133
sens de lecture 88
attribut 82
dérivé 85
optionnel 84, 96
ou concept ? 83
type 133
valeur initiale 87
C
C# 177
cadre de diagramme 79
cas d’utilisation 42, 110
diagramme d’interactions 128
extension 48
fiche de description textuelle 58
généralisation 48, 182
inclusion 48
scénario 59
CGI 153
classe 82
abstraite 91
d’analyse 91
relations 125
d’association 86
client web
« riche » 150
léger 149
CodeBehind 161, 174
© Groupe Eyrolles, 2005
composition 86, 89
concept du domaine 82
conception préliminaire 125
condition 101
contrainte 87
de conception 32
ordered 137
contrôle 92, 188
cookie 152
couche
logicielle 139
create 127
D
DCP 95, 98, 99
décision 115
dépendance entre classes 133
destroy 127, 132
développement itératif et incrémental 10
DHTML 150
diagramme
cadre 79
d’activité 7, 115
d’états 7, 100, 108
d’interactions
collection 128
conception détaillée 169
d’objets 7
de cas d’utilisation 5
de classes 5
conception détaillée 165
participantes 93, 133
de communication 6, 126
de composants 8
de déploiement 8
de navigation 106
de packages 6, 145
de séquence 6, 71, 125
boucle 132
conception détaillée 165
système 71
de structure composite 8
de temps 8
de vue d’ensemble des interactions 8
dialogue 91, 108, 188
domaine
concept 83
DSS 71
DTML 155
E
effet 100
d’entrée 103
de sortie 103
EJB 152
Enterprise Architect 140
entité 92, 188
ergonomie 115
espace
de nommage 142
de noms 189
étape de scénario 59
état 100
composite 110
historique 110
événement
système 71
temporel 101
exigences
fonctionnelles 27
non fonctionnelles 31, 61
extension 48
eXtreme Programming 12
F
factorisation par association 91
flot 115
focus of control 126
framework 158
Struts 167
fusion 115
G
généralisation 48, 90, 182, 187
H
héritage 90
HTML 149
I
IHM 106
inclusion 48
instance
245
Cahier du programmeur UML 2
création et destruction 127
internaute 42
itération
découpage 51
J
N
RUP 11
note graphique 87, 188
numérotation décimale 126
S
O
J2EE 156
JavaBean 158, 171
JavaScript 149
JSF 159
JSP 152, 156
objet 82
ligne de vie 126
visibilité 126
OMG 3
opération 82, 124
système 78
L
P
layer 140
librairie en ligne 24
lien 126
durable ou temporaire 133
ligne de vie 126
création et destruction 127
loop 132
M
MACAO 116
machine à états finis 100
maquette 16, 40
message 124
à soi-même 128
numérotation décimale 126
retour 72, 184
modèle 2
du domaine 83
modélisation agile 13
multi-objet 128
multiplicité 84
MVC 156
Struts 168
246
package 45, 139
découpage 141
espace de noms 142
layer 140
page
PHP 162
serveur 152
page ASP.NET 174
pattern
pattern architectural 148
PHP 154
Plug-in 149
postcondition 60
précondition 60
priorité fonctionnelle 50
processus de développement 9
Processus Unifié 9
Python 155
R
responsabilité 124
retour 72, 184
risque technique 50
scénario 59
Scrum 13
SEP 116, 118
Serviced Component 152
servlet 154, 156
SNI 116, 118
sous-classe 90
spécialisation 48
spécification d’activation 126
Spring 159
stéréotype 165
Struts 158
super-classe 90
T
transition 100
U
UML
les bases 4
UP 9
use case 42
W
WebForm 174
WebForms 161
WebService 151
X
XP 12
XUL 150
Z
Zope 155
© Groupe Eyrolles, 2005
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising