ECA 340 - Enseignement catholique

ECA 340 - Enseignement catholique
340 COUVs I-IV DEF:- 21/12/10 17:46 Page1
Enseignementcatholique
www.enseignement-catholique.fr N°340,décembre 2010-janvier 2011, 5,50 €
actualités
Le collège
en quête de sens
Portrait
Odon Vallet…
L’art du don
Actualités
La visite de Luc Chatel à Saint-Nicolas
Initiatives
La petite
musique
de l’âme
Réflexion
Des
tout-petits
philosophes
Culture
Poésie /
Histoire /
Livres/
Multimédia
340 COUVs I-IV DEF:- 21/12/10 17:46 Page2
Des textes essentiels pour faire vivre le projet éducatif
de l’enseignement catholique
Nom / Établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Souhaite recevoir :
« Regards sur l’enseignement catholique » : 10 € l’exemplaire. 7 € l’ex. à partir de 10 ex. / 5 € l’ex. à partir de 100 ex. (frais de port non compris).
« Être professeur dans l’enseignement catholique » : 2 € l’exemplaire (frais de port compris).
« Les instances de participation et de concertation... » : 2 € l’exemplaire (frais de port compris).
« L’accompagnement à l’orientation » : 4 € l’exemplaire. 3,50 € l’ex. à partir de 10 ex. (frais de port compris) / 2 € l’ex. à partir de 100 ex. (hors frais de port).
« Annonce explicite de l’Évangile... » : 3,50 € l’exemplaire. 2 € l’ex. à partir de 10 ex. (frais de port compris) / 1,50 € l’ex. à partir de 100 ex. (hors frais de port).
« L’éducation affective, relationnelle et sexuelle dans les établissements catholiques d’enseignement » : 4 € l’exemplaire.
Ci-joint la somme de : .............. €, par chèque bancaire à l’ordre de SGEC-Publications.
277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71 - Fax : 01 46 34 72 79.
340 p3-5 sommairédit OK:- 22/12/10 14:20 Page3
So m m aIr e
ÉDITORIAL
ENQUÊTE
par Éric de Labarre
Des horizons
pour la petite enfance
p. 5
ACTUALITÉS
Enseignement catholique p. 6
Éducation
p. 15
Religion
p. 22
RÉFLEXION
11
Prendre un « mutant »
par la main…
Des tout-petits
philosophes
La Bible avec cinq livres
en plus
EN CAEC
Franche-Comté :
la voie de la collégialité
p. 26
DOSSIER
p. 29
Un vigoureux appel
pour la justice sociale
EXPLORATION ÉDUCATIVE :
À Louvres, Paul-Ricœur
tisse sa toile / La petite
musique des psaumes pp. 42-45
Odon Vallet…
L’art du don
p. 54
p. 55
p. 56
PLANÈTE JEUNES
Ces ados qui aiment
avoir peur !
p. 59
CULTURE
50
La ménagerimaginaire
Livres / Jeunesse
Multimédia
p. 46
PAROLES D’ÉLÈVES
Un cursus
avec supplément d’âme
p. 53
MÉDITATION
42
INITIATIVES
PORTRAIT
p. 48
PRATIQUE
p. 60
p. 62
p. 64
p. 66
Photos couverture : D. Lacroix, S. Horguelin, N. Contant, D. R.
Photos sommaire : S. Horguelin, A. Sobocinski, Sgec /
Département éducation, D. Lacroix.
p. 48
59
Au centre de ce numéro : un cahier détachable
LE COLLÈGE EN QUÊTE DE SENS
Avec ses enseignants qui « n’y arrivent plus » et ses élèves qui « s’ennuient »,
doit-on considérer le collège-petit lycée comme une aberration éducative ? Faut-il
le relier au premier degré pour en faire essentiellement le lieu de la consolidation
des connaissances fondamentales ? Est-il préférable de partir de l’expérience et des
interrogations des jeunes pour susciter l’intérêt et favoriser la progression de chacun et
de tous, tout à la fois ? Les adolescents d’aujourd’hui grandissent avec leurs langages,
leurs représentations, leurs inquiétudes, leurs attentes. Face à ce constat, la seule
attitude éducative et pédagogique ne se trouverait-elle pas d’abord dans l’attention,
dans la confiance et dans la prise de responsabilité à laquelle les invitent les adultes ?
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
3
340 p3-5 sommairédit OK:- 22/12/10 14:20 Page4
LA CARTE
de
l’exploration
éducative
« Cap sur l’exploration éducative »
3 € l’exemplaire (port compris)
Nom / Établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Souhaite recevoir : . . . . . . . . . . . . . . ex. de « Cap sur l’exploration éducative » - Prix unitaire : 3 €.
Ci-joint la somme de : . . . . . . . . . . . . . . €, par chèque bancaire à l’ordre de SGEC-Publications.
277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71 - Fax : 01 46 34 72 79.
340 p3-5 sommairédit OK:- 22/12/10 14:21 Page5
édItorIal
www.enseignement-catholique.fr
actualités
École,
chantier d’avenir
© P. Besnard
Enseignement catholique
Publication officielle
du Secrétariat général
de l'enseignement catholique
(SGEC)
Directeur de la publication >
Éric Mirieu de Labarre
Rédacteur en chef >
Gilles du Retail
Rédacteur en chef adjoint >
Sylvie Horguelin
Ont participé à la rédaction
de ce numéro >
Sœur Nadia Aidjian,
Jesùs Asurmendi,
Christelle Aussandon,
Claude Berruer,
Philippe Cabrol,
Christiane Durand,
Pierre Dussère,
José Guillemain,
Danielle Lacroix,
Marie Laumont,
Virginie Leray,
Nicole Priou,
Aurélie Sobocinski,
Dorothée Tardif
Isabelle Tinader.
Édition > Dominique Wasmer
(rédacteur-graphiste),
René Troin
(secrétaire de rédaction)
Diffusion et publicité >
Dominique Wasmer, avec
Géraldine Brouillet-Wane,
Jean-Noël Ravolet,
Marianne Sarkissian,
Rédaction, administration
et abonnements >
277 rue Saint-Jacques,
75240 Paris Cedex 05.
Tél. : 01 53 73 73 71.
Fax : 01 46 34 72 79.
E-mail > eca@scolanet.org
Abonnement > 45 €/an
Numéro CPPAP > 0411 G 79858
Numéro ISSN > 1241-4301
Imprimeur > Vincent Imprimeries,
26 avenue Charles-Bedaux,
BP 4229
37042 Tours Cedex 1.
ÉRIC DE LABARRE
L
’écolepeine.Quipourraitprétendrel’inversealors
queladernièreenquêtePISAvientconfirmerles
résultatsdéjàpréoccupantsdesétudesantérieures?
Prétendrecasserlethermomètreauprétextequ’ilne
« Nous vous en prions, frères :
avertissez ceux qui vivent dans
seraitpasfiablen’estpasàlahauteurdel’enjeu.Ilfaut
l’oisiveté, donnez du courage
serendreàl’évidence:letauxd’illettrismetendà
à ceux qui n’en ont pas
beaucoup, soutenez les faibles, croître ;120000jeunesaumoinssortentchaqueannée
soyez patients envers tous. »
dusystèmescolairesansqualification;lapoursuite
(Paul, 1 Th 5,14)
d’étudesnegarantitplusl’accèsàl’emploietl’emploiestsouventsous-qualifié;
lesincivilitéssontchroniques;l’écolerestetrèsinégalitaire;letriscolairepar
filièress’apparentesouventàuntrisocial;deplusenplusd’élèvessonten
rupturedebanavecl’école…
Unetentationbienfrançaiseseraitderépondreàcedéfipardenouvelles
réformesdesprogrammes,desfilièresoudesdiplômes,voireparunefuiteen
avantconsistantàallouertoujoursplusdemoyens.
Cedontontbesoindeséquipesdésorientéespardesorientationsdontellesne
comprennentpaslesens,desparentsinquietsmaisquicroientencoreàl’école
commeinstrumentdepromotionsociale,desjeunesquinevoientpaslelien
entrecequ’ilsdoiventapprendreetleurviefuture,c’estd’ungranddesseinéducatif.Laquestiondel’avenirducollège,quifaitl’objetdudossierdecenuméro,
peutêtrel’occasiondecetaggiornamento del’écolefrançaise.
Ilnes’agitplusd’administrerl’école,ils’agitdelamettreenprojet.Etpource
faire,chacunconnaîtlasolution:faireleparidelaconfiance.Confiancedans
l’établissementscolairequiestleseulniveaupertinentdeladécentralisationdu
systèmeéducatif,confiancedanslecorpsenseignantquidoitdisposerd’une
libertépédagogiquebeaucouppluslargedanslecadred’orientationstravaillées
enéquipe.
Ilnes’agitplusd’affirmerl’égalitédesdroits,ils’agitdefairedel’égalitédes
chancesuneprioritéabsolue.L’avenirdel’écolenerésideplusdanssacapacitéà
hiérarchiser,maisdanssonaptitudeàdiversifier.
Lechantierdel’avenirdel’écoleestdevantnous.Auseuild’unenouvelleannée,
jeformelevœuquel’enseignementcatholique,c’est-à-direchacund’entrenous,
yapportesapierre.
Bonneetfructueuseannée2011.
Éric de Labarre
Secrétaire général de l’enseignement catholique
QUE CETTE ANNÉE 2011 NOUS DONNE L’OCCASION DE FAIRE DE NOS ACTES
PÉDAGOGIQUES, ÉDUCATIFS OU D’INFORMATION, DES MOMENTS D’HUMANITÉ
ET DE PAIX. La rédaction d’Enseignement catholique actualités
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
5
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page6
A ct us/ enseignement catholique
PROGRESSION DES EFFECTIFS.
L’enquête définitive pour la rentrée 2010 montre que
les effectifs de l’enseignement catholique (hors enseignement agricole) progressent de 7 045 élèves, dont
- 1 321 enfants dans le premier degré, + 5 471 collégiens et + 2 895 lycéens et étudiants post-bac en lycée.
L’ensemble des données sera diffusé et analysé dans le dossier d’ECA daté de février-mars 2011.
RECRUTEMENT ET FORMATION DES ENSEIGNANTS
Des pistes pour un défi majeur
Comment faire le plein dans les masters enseignement et
éducation – 1er et 2d degrés – que propose l’enseignement
catholique dans le cadre de la
réforme de la formation initiale
des maîtres ?
es représentants des universités
catholiques, des Isfec, des Caac,
des Saar1 et de Formiris, ainsi
que les secrétaires généraux de Caec2,
ont été conviés par le Secrétariat général de l’enseignement catholique
et l’Udesca3 le 24 novembre dernier,
à Issy-les-Moulineaux. L’objectif :
élaborer des stratégies de communication pour rejoindre, dès leur année
de terminale et jusqu’au master et audelà, les jeunes – et moins jeunes –
susceptibles de devenir enseignants.
« Après le temps de la négociation
avec l’État, qui a permis d’assurer
la stabilisation du cadre et le financement des masters, s’ouvre celui de la mise
en œuvre du nouveau système de recrutement de nos maîtres.
La question est désormais celle de notre capacité à nous installer
dans cette réforme. L’enseignement catholique a besoin de
cadres formés à son projet ! » a enjoint Éric de Labarre en
ouvrant cette journée de réflexion.
« Les leçons des premiers temps d’installation des nouveaux
masters ont été tirées, un enjeu de clarification, de lisibilité,
de mobilisation et de mutualisation de l’offre des parcours de
formation vers les métiers de l’enseignement est nécessaire.
Nous devons apparaître comme un espace professionnel
attractif », a ajouté le secrétaire général de l’enseignement
catholique, insistant sur le partenariat étroit avec l’Udesca
dans ce travail de co-élaboration. « La préoccupation centrale
aujourd’hui, souligne Bernard David, ex-directeur de l’Ifucome4
d’Angers, n’est en effet pas tant celle de l’attractivité de notre
concours – sur les quatre dernières années, la baisse des inscriptions au Capes a été plus forte (- 32,42 %) que pour le
Cafep (- 24,4 %), mais celle de l’attractivité de nos masters
en particulier pour le 2d degré. »
Une nouvelle campagne – annonces dans la presse nationale
et tractage dans les universités – sera lancée en mars prochain,
ainsi qu’une nouvelle version du site www.devenir-enseignant.org ;
sans oublier la mise en place d’un véritable outil de FOAD5.
Au-delà, les idées ne manquent pas : de la proposition de
stages de 3e au sein d’un établissement scolaire à celle de
stages de préprofessionnalisation en L2-L3 ; de la mobilisation
des chefs d’établissement et des enseignants eux-mêmes pour
parler de leur métier à la sensibilisation des parents, de l’utilisation
L
6 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
des réseaux sociaux virtuels (Facebook, Twitter, plate-forme
de blogs, forums de discussion) à la prise de contact plus systématique avec chacun des CIO6 et services d’orientation des universités… La mise en place d’équivalences avec la VAP et la VAE7, le souci d’accueillir
en stage les étudiants inscrits dans les masters enseignement des universités publiques, de même que
les mouvements et services d’Église, jamais sollicités
jusqu’ici sur cette question, ont également été évoqués
comme des pistes prometteuses.
« La balle est dans notre camp, a conclu Éric
de Labarre. Faisons résonner cet élan vers la formation
des maîtres au niveau national et organisons-nous
au niveau local ! » Accroître les relations entre tous
les acteurs dans un souci de partage et de cohérence
constituera la clef de voûte de la mise en œuvre de
cette formation. AS
1. Respectivement : Instituts supérieurs de formation de l’enseignement
catholique, Commissions d’accueil et d’accord collégial, Services d’accueil et d’aide au
recrutement.
2. Comité académique de l’enseignement catholique.
3. Union des établissements d’enseignement supérieur catholique.
4. Institut de formation de l’Université catholique d’Angers aux métiers de l’enseignement.
5. Formation ouverte et à distance.
6. Centres d’information et d’orientation.
7. Respectivement : Validation des acquis professionnels/de l’expérience.
Les Caec travaillent
sur la rentrée 2011
L
es hypothèses de préparation de la rentrée 2011 ont été
validées à l’occasion de la dernière réunion des secrétaires
généraux de Caec, début novembre. Quatre critères indicatifs
ont été retenus afin d’étudier le retrait des emplois appliqué à
l’enseignement privé sous contrat. D’abord, le redéploiement
afin de poursuivre l’effort visant à rapprocher les taux d’encadrement des différentes académies. Deuxièmement, le retrait
d’une partie des moyens affectés à la scolarisation des enfants
de moins de trois ans. Ensuite, un retrait de la dotation globale
horaire (DGH) totale des lycées professionnels et de celle des
lycées généraux afin de prendre en compte les économies réalisables en application des réformes de ces formations. Enfin,
un retrait d’emplois lié à la réduction du nombre de divisions
à petits effectifs à partir d’une étude précise établie établissement
par établissement.
À partir de ces quatre critères ainsi que des politiques locales
et interdiocésaines de chaque académie, chaque Caec devra
trouver son point l’équilibre. Ce sera l’objet de la prochaine
réunion des secrétaires généraux de Caec, qui devra prendre
notamment en compte le vote, dans le cadre de la loi de finances,
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page7
d’un amendement transférant 4 millions d’euros à l’enseignement
privé sous contrat. Ce transfert intervient pour diminuer les
retraits d’emplois, qui passent de - 1 633 à - 1 383, compte
tenu de la spécificité de ces derniers. Dans l’enseignement
privé, ils sont tous assignés à l’enseignement sans autres
affectation ni dispersion.
Par ailleurs, le groupe interne à l’enseignement catholique
de concertation sur les moyens, qui réunit les chefs d’établissement, directeurs diocésains et syndicats de salariés,
a examiné le 22 décembre les propositions alternatives
formulées par le Sgec en la matière. Elles feront l’objet en
ce début d’année 2011 d’un travail spécifique avec la direction
des affaires financières du ministère. GDR
Embarquement
pour les États généraux
de l’animation
C
à l’animation de l’ensemble de l’Institution. Ils viseront donc
à déterminer des stratégies d’animation qui aideront chaque «
lieu de vie » (établissement, diocèse, congrégation, académie,
région, territoire…) à prendre de nouveaux rendez-vous pour
poursuivre l’exploration éducative.
« Autour du Secrétariat général, des directions diocésaines,
des responsables de congrégation, des chefs d’établissement,
solidairement chargés de l’animation institutionnelle, les acteurs
de l’enseignement catholique doivent se mobiliser pour conduire
le changement. Ces États généraux de l’animation commenceront
par un état des lieux qui conduira à des travaux de groupe pour
se former ensemble à mieux hiérarchiser les chantiers à ouvrir,
à mieux problématiser les questions essentielles et à se donner
des repères pour des chemins d’animation renouvelés. Des
éclairages sur la sociologie des organisations, sur le management
et le pilotage au regard de l’anthropologie chrétienne soutiendront
la réflexion. Des témoignages aideront à percevoir de nécessaires
changements de posture. Des initiatives diverses seront partagées
pour dynamiser la mutualisation de bonnes pratiques », précise
Claude Berruer. Six cents personnes sont attendues pour vivre
cette démarche. Elles seront issues essentiellement de délégations
diocésaines actuellement en cours de constitution. GDR
lasses passerelles, cahiers de réussites, rencontres intergénérationnelles, travail interdisciplinaire… Les nombreuses rencontres qui se sont déroulées en novembre
et décembre dans les établissements à l’occasion du renevant les très nombreux problèmes qu’ils rencontrent,
dez-vous des communautés
les chefs d’établissement de l’enseignement agricole
éducatives ont donné lieu à
privé et les responsables du Cneap, en présence de
des présentations et à des lectures des explorations à pour- Fernand Girard, délégué général de l’enseignement catholique,
suivre, à démultiplier et à ont tiré la sonnette d’alarme le 6 décembre 2010 auprès de
entreprendre. Elles ont no- Marion Zalay, directrice générale de la DGER, de Jeantamment trouvé toute leur Pascal Fayolle, directeur général adjoint, responsable du
place lors de rassemblements service de l’enseignement technique et de Véronique Gueguen,
diocésains ou académiques responsable du Bureau des relations contractuelles. « Pour
qui se sont tenus dernière- éviter d’atteindre prochainement un point de rupture, il nous
ment. Ainsi, dans les Vosges, faut des réponses précises aux problèmes posés », a affirmé
L’archipel du Vivre-ensemble inspire
dans l’Orne, en Bretagne, en Louis de Lansalut, président de l’Uneap, avant de faire l’inde nombreux explorateurs éducatifs.
Languedoc-Roussillon, en ventaire des inquiétudes des chefs d’établissement.
Aquitaine... les explorations qui ont été déclinées – principalement Si la tension est vive, notamment en raison des supprescelle du vivre-ensemble – donnent de véritables clefs d’opti- sions de postes, du non-financement des remplacements
misme. Pour Éric de Labarre, Claude Berruer, Christiane d’absences pour maladie de moins de 90 jours malgré la
Durand, Françoise Maine et Yves Mariani, qui ont participé à demande du ministre de l’Agriculture que tous les cours
ces manifestations, la richesse des actions menées actuellement soient assurés, de la non-prise en compte des documentamontre à quel point, malgré des inquiétudes, des fatigues et listes dans les besoins en postes des établissements, des
des attentes insatisfaites, les communautés éducatives ne sont déficiences de financement des missions de la loi Rocard
ni en manque d’aspirations ni en manque d’idées. De nouvelles autres que la formation scolaire initiale, elle l’est également
formes de dynamiques éducatives, de solidarités, de mutualisations du fait de difficultés quotidiennes qui pourraient, elles,
et d’engagements apparaissent. Il devient donc nécessaire de trouver rapidement des solutions si elles étaient entendues
les reconnaître, de les consolider et d’en faire une espérance par le ministère de l’Agriculture. Huit questions sont à traiter
d’urgence, a souligné Louis de Lansalut,
éducative collective.
parmi lesquelles les heures supplémenLes États généraux de l’animation de L’Ugsel se lance dans la formation PSC1
l’enseignement catholique se dérouleront
ar arrêté du 29 novembre 2010 (JO n° 0283 taires annuelles (HSA) ; le manque
les 14, 15 et 16 février 2011 dans l’endu 7 décembre 2010), l’Ugsel nationale vient d’autonomie des établissements (recrusemble scolaire Saint-Nicolas d’Issy- d’obtenir l’agrément pour les formations aux tement des élèves, désignation de proles-Moulineaux. Ils seront l’un des premiers secours PSC1*. L’obtention de l’attestation fesseurs principaux…) ; la réforme des
rendez-vous de l’exploration éducative, de prévention et secours civiques de niveau 1 est formations supérieures ; la mise en
engagée pour les trois années à venir et une nouvelle capacité à acquérir par tous les col- œuvre des réformes de la voie profesreprésenteront un levier déterminant. Ils légiens, inscrite dans le socle commun de connais- sionnelle et du lycée ainsi que celle de la
formation initiale des maîtres. Marion
auront pour objet de permettre à chacun sances et de compétences.
Zalay a indiqué son intention de lancer
de mieux maîtriser, dans sa responsabilité 1. Prévention et secours civiques de niveau 1.
un groupe de travail. GDR
propre, la contribution qu’il peut apporter
Le Cneapveut être entendu
D
P
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
7
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page8
A ct us/ enseignement catholique
Le Spelc contre les suppressions d’emplois
Un nouveau regard social
I
D. R.
l n’est pas facile d’abandonner
« une relation [qui repose] sur
l’affect pour une relation professionnelle », a rappelé Yves Ruellan,
le président du Synadic1 en ouverture de la journée du social organisée le 17 novembre dernier par
l’intersyndicale des chefs d’établissement à Issy-les-Moulineaux. Ce
chemin, les chefs d’établissements
l’ont parcouru. En témoigne, entre
autres, la signature le 7 juillet dernier de l’accord relatif au nouveau
régime de rémunération et de classification des salariés des établissements privés relevant de la convention collective PSAEE2.
Cet accord, a souligné Claude Dalverny,
le président du Synadec3, traduit le
Hervé Sérieyx.
« regard nouveau » que les chefs d’établissement portent sur leurs communautés de travail, sur les
fonctions de leurs collaborateurs, dont ils ont le souci de reconnaître et de valoriser les compétences. Cet accord, a poursuivi
Claude Dalverny, est aussi l’occasion pour les chefs d’établissement d’« affirmer leur rôle essentiel comme pilotes ».
Des pilotes qui doivent avoir le souci d’établir et de conserver
la confiance de leurs collaborateurs et qui, pour ce faire,
mettront en œuvre les 10 clefs de la confiance développées
8 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
1. Syndicat professionnel de l’enseignement libre catholique, 192 bis, rue de Vaugirard,
75015 Paris. Internet : www.spelc-fed.fr
2. Cf. ECA 338, pp. 24-25.
UN NOUVEAU PRÉSIDENT POUR LA FNOGEC
ichel Quesnot (notre photo) a été élu président de la Fnogec le 11 décembre 2010.
Représentant le Val-d’Oise à l’Urogec d’Ile-deFrance, il sait depuis de nombreuses années donner de son temps aux institutions de l’Église, dont
l’enseignement catholique. Sa grande rigueur lui
a notamment permis de régler la question de la
restructuration de la prévoyance pour l’enseignement catholique. Il succède à Jacques Giroux
dont les talents d’écoute et de prise en compte du projet éducatif de l’enseignement catholique ont particulièrement marqué le mandat.
M
© Fnogec
INTERSYNDICALE DES CHEFS D’ÉTABLISSEMENT
employeur de le mettre en œuvre »,
explique Luc Viehé. Cet accord
permet la « remise à plat des relations entre employeurs et salariés » grâce à l’entretien annuel
d’activité et de développement
(EAAD). Or, en de nombreux
endroits, les entretiens n’ont pas
commencé, souligne-t-on au
Spelc. Mais c’est l’ajustement des
salaires qui pose le plus de problèmes. Autre temps fort de ce rassemblement, l’intervention très
appréciée de Roger Gaborit, venu
exposer comment les restrictions budgétaires mettent à
mal la formation continue des enseignants. L’occasion
pour les adhérents d’échanger avec le secrétaire général de
Formiris sur les obstacles rencontrés pour partir se former,
tout particulièrement dans le premier degré. SH
© S. Horguelin
L
es 17 et 18 novembre dernier, le Spelc 1 a tenu son
assemblée générale à Paris.
À l’issue de ces deux journées,
ce syndicat a diffusé une Lettre
ouverte à tous les responsables
de l’enseignement catholique.
Les délégués à l’assemblée
générale des Spelc y « protestent
avec la plus grande vigueur
contre le projet gouvernemental
de suppressions massives d’emplois ». Ils regrettent, par ailleurs, que le Secrétariat général
de l’enseignement catholique (Sgec) affirme être prêt à
« apporter sa contribution […] à la réduction de l’emploi
public » et demandent que les solutions alternatives imaginées par le Sgec soient examinées avec les organisations de
personnels. « On n’est pas opposé à la discussion mais on
exige d’être consulté, expose Luc Viehé, le secrétaire général, car il s’agit de nos emplois ! »
Autre sujet brûlant abordé lors de cette AG : la refonte des
classifications des personnels Ogec2. « Nous sommes scandalisés par la réaction de certains qui disent ne pas pouvoir appliquer l’accord du 7 juillet dernier, alors que nous,
Spelc, l’avons signé avec l’engagement du collège
par Hervé Sérieyx : cohérence, coopération, communication,
convivialité, courage…
C’est au président du Snceel4, Louis-Marie Fillon, qu’il est
revenu de conclure la journée. Mettant en garde ses collègues
contre les deux « tentations réformatrices » à l’œuvre aujourd’hui
dans l’enseignement catholique – celle de la privatisation qui
consiste à « considérer que la structure de gestion peut à son
gré gérer l’établissement sans référer son action à un projet
éducatif » et celle d’une « gestion territoriale centralisée qui
produirait de l’administration » –, Louis-Marie Fillon a invité
les 8 000 chefs d’établissement à être de véritables « patrons »
soucieux de promouvoir la confiance dans les relations de travail.
« Soyons au cœur du dialogue social, nous qui sommes les seuls
à gérer dans un même quotidien le versant privé et le versant
public », a insisté le président du Snceel. GDR
1. Syndicat national des directeurs d’établissements catholiques d’enseignement du second
degré sous contrat. Internet : www.synadic.fr
2. Personnels des services administratifs et économiques, personnels d’éducation et des
documentalistes des établissements d’enseignement privés.
3. Syndicat national des directeurs et directrices d’écoles catholiques. Internet : www.synadec.org
4. Syndicat national des chefs d’établissement d’enseignement libre. Internet : www.snceel.org
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page9
Orientation active,
mode d’emploi
G
© V. Leray
ros succès pour la journée d’information sur l’animation diocésaine et académique de l’accompagnement à l’orientation post-bac, avec 150 représentants
des diocèses, de l’Apel, des psychologues scolaires ou de
l’enseignement catholique supérieur. De quoi élaborer « un
tissu de référents locaux et une ingénierie pédagogique et
sociale qui, signe de l’attention à la personne, participe à la
valeur ajoutée de l’enseignement catholique », s’est félicité
Fernand Girard, délégué général du Sgec et président de
Renasup. Les moyens de faire vivre le caractère propre à
travers les nouveaux dispositifs numériques de l’Onisep ou
le système d’admission post-bac ont été présentés. Ces ressources sont renforcées par « l’information dynamique proposée sur www.renasup.org et visant à donner visibilité au
réseau catholique supérieur ainsi qu’aux aides qu’il propose pour favoriser l’égalité des chances », a assuré JeanMarc Petit, délégué général de Renasup. VL
paliers 2 et 3, les quatre autres
compétences du socle.
Autre nouveauté : la circulaire du
28 décembre 2009, parue au BO
du 7 janvier 2010, précise les modalités de l’expérimentation du livret de compétences instauré par
la loi relative à l’orientation et à
la formation professionnelle tout
au long de la vie. Ce livret, entré
en vigueur dès septembre 2010,
est expérimenté pour les deux années scolaires et concerne le second
degré. Dix établissements ont été
retenus dans l’enseignement catholique2. Ce livret doit permettre
aux élèves de « valoriser leurs acquis » à travers les compétences
développées dans les cadres scolaire et extrascolaire et les
expériences de découverte du monde professionnel et des
voies de formation. Il doit permettre aussi de rendre les élèves
acteurs de leurs apprentissages et de leur formation en
contribuant à développer leur autonomie et en incluant une
démarche d’auto-évaluation. Il doit « conduire une réflexion
plus éclairée sur les choix possibles d’orientation » des jeunes.
Ce livret de compétences expérimental doit bien sûr s’articuler
avec les outils existants dans les établissements. On pourrait,
par exemple, y insérer le LPC. Philippe Cabrol
1. Pour en savoir plus sur le « livret personnel de compétences » et le « livret de compétences expérimental », rendez-vous sur le site : www.deslyceesdeprojets.fr
2. On en trouvera la liste sur internet (cf. adresse ci-dessus).
Gabriel est né
Pour Fernand Girard, « l’orientation est une piste féconde pour la réforme du système ».
Un livret peut
en cacher un autre !
D
eux livrets de compétences sont apparus à la rentrée :
le premier, du CE1 à la 3e, valide les compétences du
socle commun, le deuxième pour les lycéens (voire
les collégiens) s’ouvre aux compétences acquises en dehors
du cadre scolaire1.
S’agissant du premier, le livret personnel de compétences
(LPC), appellation délaissée pendant deux ans, il est aujourd’hui
rétabli. L’arrêté du 14 juin 2010, publié au Bulletin officiel
du 8 juillet 2010, en fixe la mise en œuvre à compter de la
rentrée 2010, sur la base d’un modèle national de livret.
Le LPC atteste l’acquisition des connaissances et des compétences du socle commun, de l’école primaire à la fin de
la scolarité obligatoire. À l’école primaire, le LPC est renseigné
en CE1 et en CM2, au moyen des fiches d’attestation de
palier 1 et de palier 2 du socle commun, et au collège en fin
de 3e (fiches d’attestation de palier 3). La validation concerne
les compétences du socle commun : au palier 1, la compétence 1
(« Maîtrise de la langue française »), la compétence 3
(« Principaux éléments de mathématiques ») et la compétence 6
(« Compétences sociales et civiques »). S’y ajoutent, aux
A
vant d’être un projet technique qui concerne les
systèmes d’information, il s’agit d’une nouvelle façon
de travailler ensemble sur un projet de décloisonnement
de nos informations. » Tel est l’enjeu de Gabriel1, qui vise
la création d’« un portail unique d’applications et d’informations pour tous » au sein de l’enseignement catholique
(établissements, structures diocésaines, académiques, nationales
et autres comme l’Opca2, les élèves, les parents, les enseignants…). « Nous sommes dans la phase à la fois difficile
et exaltante des fondations et du gros œuvre. Cela va permettre
l’élaboration d’un système le plus évolutif et proactif possible
dans le temps, plus compatible aussi avec d’autres systèmes
d’information, à commencer par celui de l’Éducation nationale,
et privilégiant enfin un critère devenu essentiel qu’est celui
de la sécurité et de la protection des données », explique
Pierre Marsollier, directeur du service des études et de la
prospective au Sgec. Pour prendre corps, Gabriel doit relever
aujourd’hui un véritable défi du point de vue du réseau
humain de la collecte et de l’exploitation des données, en
optimisant notamment les efforts demandés aux chefs d’établissement lors de la saisie des banques de données.
« Ce qui est déterminant à cette phase, c’est l’appropriation
par tous », insiste Pierre Marsollier. Dans cette optique, un
texte d’orientation a été voté lors du Cnec du 19 novembre
dernier, actant la naissance de Gabriel et la création, pour le
porter, d’une structure associative nouvelle. AS
1. Gestion associée des bases et réseaux d’information de l’enseignement libre.
2. Organisme paritaire collecteur agréé.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
9
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page10
A ct us/ enseignement catholique
Renasup renforce le bien-fondé des BTS
S
D. R.
ept ans après la mise en place du
IUT et pour les élèves issus de la filière proLMD1 dans les universités, le diplôme
fessionnelle, en effectifs croissants. Ces derbac + 2 de technicien supérieur, que
niers peuvent aussi être préparés au BTS
l’on craignait menacé, se porte bien. Pléen amont, grâce aux nouveaux parcours inbiscité par un tiers des bacheliers, chamdividualisés du lycée. La plate-forme d’enpion de l’insertion professionnelle, facteur
seignement à distance Loread4 a été évoquée
comme modèle pour mutualiser les moyens
de mixité sociale et d’égalité des chances,
tout en gardant une offre de proximité. Le
le BTS devient aussi un tremplin vers la
déploiement territorial de Renasup et ses
poursuite d’études grâce notamment à la
nombreux outils en ligne, tels qu’un annuaire
mobilisation des éducateurs pour en faire
interactif, viendront renforcer la cohérence
un parcours de qualification et d’insertion
de la politique de réseau et de mutualisation
à bac + 2/bac + 3 et au dynamisme des
« Cordées de la réussite ». L’enseignement
entre établissements indispensable à cette
catholique, qui a largement milité pour que
rénovation. Et notamment aux partenariats
ce diplôme donne lieu à des crédits d’équipermettant la poursuite d’études, noués au
valence européens, accompagne bien sûr
sein du réseau, avec des universités publiques
cette évolution. Ainsi, le 24 novembre
via des conventions pédagogiques consisdernier, une journée d’étude sur le BTS,
tantes, ou encore avec des universités
Fernand Girard et Éric de Labarre.
organisée par Renasup2, a réuni quelque
européennes. Ces associations transfronta400 chefs d’établissement et enseignants pour réfléchir à l’ap- lières – avec l’anglo-saxonne Coventry, par exemple – peuvent
pel à expérimentation lancé par la ministre de l’Enseignement mener à l’obtention d’un titre reconnu par l’État français et
supérieur, Valérie Pécresse. En effet, dès la rentrée 2011, cinq donc ouvert à l’apprentissage, à des mobilités étudiantes mais
référentiels de BTS seront modularisés pour ouvrir des pas- aussi à la préparation en France de diplômes européens. Elles
serelles entre les différentes voies du supérieur. De plus, un présentent par ailleurs un fort potentiel d’attractivité. De quoi
million d’euros financera les innovations visant à « augmenter contribuer à bâtir « l’open college ou université sans murs »,
le taux de réussite en STS3, en individualisant les parcours, rêvée par Fernand Girard, le président de Renasup. VL
accompagner la poursuite d’études depuis les formations
technologiques et professionnelles du lycée aux plus hauts ni- 1. La réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) s’inscrit dans le schéma préconisé par le
veaux de qualification, et enfin, améliorer l’insertion profes- processus de Bologne. Elle recouvre les mesures prises pour adapter l’enseignement
supérieur français aux standards européens.
sionnelle en articulant mieux formation initiale et continue ». 2. Réseau national d’enseignement supérieur privé. Internet : www.renasup.org
Les débats et échanges d’expériences ont donc porté sur des 3. Sections de techniciens supérieurs.
dispositifs de rattrapage pour les décrocheurs de la fac ou des 4. Mise en place par l’enseignement catholique de Lorraine (cf. ECA 329, pp. 36-37).
Bac pro : La réforme continue
L
a réforme du baccalauréat professionnel en trois ans touche
enfin le secteur sanitaire et social. « Cette évolution était
attendue et demandée depuis longtemps, commente Fernand
Girard, délégué général du Sgec. Nous espérons que tout sera
prêt pour la rentrée 2011 et savons déjà que ce nouveau bac
professionnel intégrera deux options – l’une portant sur le
domaine de la santé, l’autre sur le domaine social. » La réforme
du bac pro s’appliquant dans toutes ses conséquences au secteur,
le BEP Carrières sanitaires et sociales devient une certification
intermédiaire, ajoute Jean-Marc Petit, en charge du pôle lycée
au Sgec, après une rencontre récente avec le sous-directeur
chargé de l’enseignement professionnel et du lycée au sein de
la Dgesco1. Par ailleurs, le bac pro Services de proximité et Vie
locale (SPVL), maintenu, se préparera désormais uniquement
en trois ans. « Ces évolutions des formations du ministère de
l’Éducation viennent compléter la mise en place du bac pro
Services en milieu rural (SMR) du ministère de l’Agriculture,
précise Philippe Poussin, secrétaire général du Cneap2. Elles
méritent qu’une réflexion soit menée à tous les niveaux sur les
questions de complémentarité/cohérence avec les formations
proposées par les autres ministères (Santé, Affaires sociales)
ainsi qu’au niveau des équilibres territoriaux. » Dans cette
optique, la commission « Avenir de l’enseignement professionnel»,
10 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
qui rassemble au Sgec les parties prenantes au débat, propose
un travail spécifique de concertation dans les Caec3, qui viserait
à établir un état des lieux de l’existant afin d’aboutir à un plan
concerté dans le cadre des schémas prévisionnels régionaux.
Satisfaite de cette évolution qui va permettre aux filières sanitaires et sociales de gagner en lisibilité, Brigitte ChibaniMandeville, coresponsable du dossier à l’Unetp4 et chef d’établissement du lycée polyvalent Notre-Dame à Paris, n’en
demeure pas moins inquiète sur le discrédit dont souffre parallèlement le bac technologique ST2S5. Elle alerte aussi sur le
défi à relever par l’enseignement catholique face au positionnement nouveau de l’enseignement public dans le domaine de
l’aide médico-psychologique via la création de pôles thématiques proposant un panel complet de formations post-bac
(aide-soignant, AMP…). Un autre secteur est également
concerné par la réforme du bac pro trois ans : l’hôtellerie, sans
que soit remis en cause le baccalauréat technologique Hôtellerie, qui sera prochainement rénové. AS
1. Direction générale de l’enseignement scolaire.
2. Conseil national de l’enseignement agricole privé.
3. Comités académiques de l’enseignement catholique.
4. Union nationale de l’enseignement technique privé.
5. Sciences et techniques de la santé et du social, ex-« SMS ».
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page11
Saint-Nicolas
reçoit Luc Chatel
attentif. Luc Chatel, après avoir visité les ateliers menuiserie et
technicien d’usinage à la rencontre des élèves, a reconnu que
cet échange lui était très utile. Et le ministre de conclure sur la
nécessité de « sortir de la logique du toujours plus de
matières », en rendant hommage à l’enseignement privé qui a
« une expérience ancienne dans l’accompagnement des
élèves et l’aide à l’orientation ». SH
© S. Horguelin
AVS : Un travail
de clarification nécessaire
D
P
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
11
© E. du Closel
J
e suis venu pour rappeler une vérité simple : que l’enseignement privé sous contrat est partie intégrante de notre
système public d’Éducation nationale », a souligné Luc
Chatel, lors de sa visite le 18 novembre 2010 au lycée parisien Saint-Nicolas1, en présence d’Éric de Labarre, secré- 1. Adresse : 92 rue de Vaugirard, 75006 Paris. Internet : www.lyceesaintnicolas.com
taire général de l’enseignement catholique, de Frédéric
Gautier, directeur
diocésain, et de
Patrick Gérard,
recteur de l’acaepuis la rentrée, les problèmes liés à la scolarisation des
démie de Paris.
enfants en situation de handicap remontent au Secrétariat
L’occasion pour
général, notamment en
le ministre de
raison des difficultés de mise à
l’Éducation
disposition des auxiliaires de vie
nationale, de la
scolaire (AVS). Il existe deux
Jeunesse et de la
types d’AVS : les AVSi (i pour
Vie associative,
individuel) et les EVS (emplois
d’échanger sur la
vie scolaire). Les premiers, samise en place de
lariés des établissements publics
la réforme en Luc Chatel et Éric de Labarre à la rencontre des élèves.
seconde avec l’équipe éducative de ce lycée général, tech- locaux d’enseignement (EPLE),
nologique et professionnel des domaines industriel et ter- sont mis à la disposition des enfants au vu des notifications de
tiaire, qui scolarise 1 350 élèves et 75 apprentis.
Les changements ont été nombreux depuis la rentrée pour droit des Maisons départemenles quatre secondes, avec la mise en place de cinq enseigne- tales des personnes handicapées
ments d’exploration (principes fondamentaux de l’écono- (MDPH). Or, une lecture « erromie et de la gestion, sciences économiques et sociales, née » d’une succession d’articles
création et activités artistiques, sciences de l’ingénieur, du Code de l’éducation provoque de la part des rectorats et
création et innovation technologiques) ; mais aussi l’intro- des inspections académiques des retraits d’AVS lorsque ces
duction de l’accompagnement personnalisé, axé sur la enfants sont scolarisés dans le privé, au motif que la mise à
méthodologie, le soutien, la remédiation et l’aide à l’orien- disposition d’un salarié d’EPLE dans un établissement privé
tation. « J’assure un soutien en français avec des élèves en dif- sous contrat ne serait pas possible. L’enseignement privé sous
contrat dispose aujourd’hui d’un
ficulté que je n’ai pas en classe.
J’étais sceptique mais je com- Réinsertion scolaire : deux établissements pionniers quota de 900 emplois de ce type.
mence à changer d’avis… », a
ionniers dans l’enseignement catholique, deux établissements, S’agissant des EVS faisant foncexpliqué Françoise Timmerman.
l’ensemble scolaire polyvalent Fénelon à Vaujours (Seine-Saint-Denis) tion d’AVS embauchés dans le
« J’ai élaboré un livret de suivi et le lycée professionnel Saint-Jean à Sannois (Val-d’Oise), ont ouvert cadre d’un CUI1 par les Ogec,
pour l’élève », a poursuivi un établissement de réinsertion scolaire (ERS). Le principe de ces éta- 1 850 supports d’emplois sont
Damien Charles, professeur de blissements « correspond pleinement au projet de l’enseignement aujourd’hui subventionnés, dont
technologie. Il permet d’éva- catholique de s’associer au traitement de la grande difficulté scolaire et 450 au titre du plan de relance.
Ces derniers sont appelés à disluer les compétences et de rende la déscolarisation », explique Fernand Girard, délégué général du
paraître. Ayant déjà permis de
dre compte du projet de vie. »
Sgec. À Vaujours comme à Sannois, une progressivité dans l’ouverture
faire le point sur le nombre
Des enseignants fortement
impliqués dans la réforme, donc, a été décidée pour éviter les difficultés largement médiatisées auxquelles d’emplois disponibles, le travail
malgré des zones d’ombre que ont dû faire face Craon (Mayenne) et Portbail (Manche). Par ailleurs, de clarification en cours sur la
n’a pas voulu occulter Michel dans le cadre de l’opération « Internats d’excellence », l’enseignement situation de ces personnels se
Farouil, le chef d’établissement : catholique a déposé, au total, 2 747 demandes de labellisation de places. poursuit avec le ministère de
« Nous n’avons pas de référent « À ce jour, nous sommes dans l’attente d’un engagement plus important l’Éducation nationale. Prochaine
culturel, ni de prof capable de des pouvoirs publics à l’égard de nos propositions », insiste Fernand étape : le recensement des emdonner un cours technique dans Girard : seules une soixantaine de places ont été attribuées par les plois effectivement attribués à
l’enseignement privé. Ce travail,
une langue étrangère, et nous inspections académiques. AS
qui va être demandé aux direcmanquons de personnes pour le
tutorat… »Autre sujet d’inquiétude, « la réforme en cours de tions diocésaines, « permettra de contrôler que l’ensemble
la filière STI devenue trop théorique au niveau des enseigne- des postes prévus au budget sont bien présents sur le terrain »,
ments technologiques ». « J’ai peur qu’on perde cette frange précise Yann Diraison, délégué général du Sgec. AS
d’élèves qui réussit dans l’enseignement supérieur en passant par un BTS ou un IUT », a confié le directeur au ministre 1. Contrat unique d’insertion.
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page12
A ct us/ enseignement catholique
L
e 11 décembre dernier, la délégation nationale de l’Apel1,
réunie en journée statutaire, a décidé de « déplacer son
effort de solidarité immobilière en faveur de l’équipement
numérique des établissements afin d’inciter nos écoles à
prendre ce virage inéluctable et en misant sur l’attractivité des Tice comme
levier d’augmentation des
effectifs », selon les termes
de la présidente, Béatrice
Barraud. Lors d’une table
ronde consacrée aux enjeux
des usages numériques,
Françoise Maine, du département éducation, a assuré
que le Sgec veillait à ce que
« l’outil ne prenne pas la place centrale qui revient à l’élève »,
et à ce que « la relation école-famille ne se réduise pas aux
ENT ». Dans cet esprit, l’opération « Dix jours sans écran »,
initiée par Jérôme Gaillard, directeur de l’école Saint-Martin
du Mans et cofondateur de la plate-forme de travail en ligne
Takabosser, a permis de nombreux échanges au sein de la
communauté éducative. Le lycée professionnel de Wittenheim,
lui, a créé l@ bOscOmobile (notre photo), conçue par et avec
les élèves de Segpa, faisant de cette antenne numérique nomade
un puissant vecteur de liens. VL
1. Association des parents d’élèves de l’enseignement libre. Internet : www.apel.fr
L’Addec :
Justice
et
miséricorde
ette année les membres de l’Addec dont la convivialité
C
1
la miséricorde… Il est [ainsi] plus important que jamais de
faire comprendre qu’en Dieu, miséricorde et justice, non seulement ne s’opposent pas mais se rencontrent car l’une et
l’autre ont pour unique source l’amour infini de Dieu pour
les hommes. La miséricorde divine est un amour comblant
l’homme de ses prévenances et la justice divine est l’amour
réclamant son dû. Et le dû de l’amour, c’est l’amour. »
Citant alors le pape Benoît XVI rappelant que Dieu veut que
nous devenions des saints, le T.R.P. Dom Antoine
Forgeot, abbé de Notre-Dame-de-Fontgombault, a
confié aux membres de l’Addec que « la vocation
de l’enseignement catholique est de faire grandir les
élèves comme des hommes et des femmes dignes de
Dieu ». Mais, a-t-il indiqué, « pour être une école de
vie du Seigneur, vos élèves doivent se savoir aimés
de leur maître », à l’instar de saint Benoît qui, dans
sa règle, précise que la sollicitude de l’abbé est de ne
perdre aucune des brebis qui lui sont confiées et que
la rigueur du maître va de pair avec la tendresse d’un
père. Et, d’ajouter : « Les responsables éducatifs
doivent par leur témoignage rendre compte et inciter à la
justice et à la miséricorde. »
L’attention à cette idée de justice et de miséricorde qui s’embrassent et fondent l’autorité se retrouve notamment dans les
évaluations des élèves et dans l’exercice de la responsabilité
des chefs d’établissement. Ainsi, André Antibi a souligné la
nécessité « de lutter contre des attitudes éducatives qui consistent
à apprécier l’élève non pas par la mesure de l’échec mais par
celle de la réussite en fonction de critères clairement exprimés ».
Et Hélène Michon de noter « qu’il faut mettre ensemble la
justice et la force, et pour cela, faire que ce qui est juste soit
fort ou que ce qui est fort soit juste ». Il reste à chacun dans
son action pédagogique à s’interroger sur le sens d’une justice
qui rencontre la miséricorde en donnant à chaque élève des
raisons d’espérer et d’aller à la rencontre de Celui qui exprime
la vérité universelle de l’amour et du sens de l’humanité. GDR
© don-bosco.net
L’Apel concernée par
les enjeux du numérique
Alliance des directeurs et directrices de l’enseignement chrétien. Internet :
est un facteur de rassemblement de l’enseignement 1.
http://addec.free.fr
catholique, ont entrepris une réflexion surprenante pour
leur session annuelle de novembre dernier à Tours.
Dès son introduction, Mgr Henri Brincard a donné le « la » de
’Afocal1 a préparé, depuis sa création, 130 000 personnes
cette session : « Dans un monde qui tente de s’expliquer par
aux diplômes de l’animation (BAFA, BAFD). Fondé
lui-même et pour lequel Dieu est devenu superflu et encombrant ,
en 1979, à l’initiative d’associations pour la plupart
il est important pour redonner le sens de Dieu de parler en
premier lieu de la miséricorde divine, une miséricorde dont d’inspiration chrétienne (dont l’Apel nationale et l’Ugsel),
les chrétiens doivent être les apôtres courageux. Mais que cet organisme a pour mission de former des cadres dans
le domaine de la Jeunesse, de l’action sociale
faut-il entendre par misériet des loisirs. Le 26 novembre dernier, l’Afocal
corde divine ? Un amour graa fêté ses 30 ans au Collège des Bernardins, à
tuit, un amour prévenant, un
Paris, en organisant une rencontre sur le thème
amour surabondant, un amour
« Pourquoi aujourd’hui s’engager dans l’éduqui pardonne, un amour toutcation populaire ? ». L’association en a profité
puissant, un amour qui sollipour renforcer sa visibilité auprès des 17-25 ans,
cite, sans jamais se lasser, le
en redynamisant son site présenté comme un
cœur de l’homme, si fermé
blog et en mobilisant les réseaux sociaux. Sur
soit-il. Pour saint Yves, comme
le blog, on trouvera la liste des prochaines
pour tout chrétien, la misérisessions BAFA (pour devenir animateur) et
corde divine est une personne :
BAFD (pour devenir directeur). SH
Jésus-Christ… [Or,] il est souvent reproché à l’Église d’oublier les exigences de la justice André Antibi, chercheur en didactique, Mgr Henri Brincard, 1. Association pour la formation des cadres de l’animation et des loisirs. Siège
en exaltant les grandeurs de président de l’Addec, et Thierry Aillet, directeur diocésain. national : 29-31 rue Michel-Ange, 75016 Paris. Site : www.afocal.asso.fr
L’Afocal fête ses 30 ans
© G. du Retail
L
12 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page13
www
Ce n’est que progressivement qu’acteurs et partenaires de l’enseignement catholique se sont lancés dans la création
de sites internet, aujourd’hui très nombreux. Au fil des numéros, cette nouvelle rubrique en présentera cinq, choisis pour
leur originalité et/ou leur identité visuelle, mais surtout leur pertinence, leur facilité de navigation et leur actualisation.
D’ABORD ACCUEILLIR
1
Sur le site de l’enseignement catholique
de l’académie de Grenoble, l’internaute
se voit, avant toute chose, souhaiter la « bienvenue ». Il est invité à mieux connaître l’enseignement catholique par le biais des six
résolutions des Assises de 2001. Pas d’actus,
mais un point fort : une recherche aisée des
établissements par département ou par cycle
et spécificité de formation. En revanche,
pour ce qui concerne les formations ou les
concours, l’info reste succincte, car les
prises de contact directes avec les directions
diocésaines, Formiris, les organismes de
formation, etc. sont privilégiées. Coordonnées et plans d’accès sont dans ce but clairement indiqués.
l’interaction entre l’enfant et ses
parents. Quant à l’enseignant, il dispose
La webthèque risent
d’un « espace prof » dont le contenu est
adéquation avec les programmes ofde l’enseignement enficiels.
Il y trouve de nombreux exercices,
des poésies, etc. et peut y ajouter ses
catholique
propres productions. Un annuaire recense
des sorties pédagogiques possibles, des
hébergements pour des classes de découverte. Derrière ce site : une équipe
dynamique d’enseignants et de pédagogues, tous issus de l’enseignement
catholique !
1
www.takabosser.net
SUR L’ÉCOLE NUMÉRIQUE
Le département éducation du secrétariat
4animegénéral
de l’enseignement catholique
cet espace dédié au développement
www.scolalp.org/index.html
INFORMATION POUR TOUS
2
2
« Vivre et grandir ensemble » est le
slogan retenu par le nouveau site de
Fénelon/Notre-Dame de La Rochelle.
Chacune de ses sections vise un public
précis tandis qu’une rubrique générale recouvre l’ensemble du groupe scolaire. Des
onglets colorés donnent accès à l’organisation
de chaque niveau (école, collège, lycée
et post-bac), à leurs actualités et thèmes
propres. Au sommaire : plusieurs documents en téléchargement (livret de présentation du groupe scolaire ; projet
d’établissement ; Le Grand Journal, support
d’expression des enseignants, des parents
et des élèves), le blog de l’Apel du primaire,
deux accès réservés l’un aux enseignants,
l’autre aux familles.
3
www.ecolenumeriquepourtous.fr
AU RYTHME
D’UN ENSEMBLE SCOLAIRE
site est en perpétuelle évolution,
rythme même des activités »,explique
5avecau« Cejustesse
son directeur. Et c’est son
www.fenelon-notredame.fr
APPRENTISSAGE
LUDIQUE
ET SUR MESURE
Takabosser est un site interactif. Son
objectif : apprendre aux enfants des
trois cycles de l’école élémentaire à utiliser,
dans un cadre pédagogique et à bon escient,
l’outil internet. En soutien scolaire, il peut
servir à reprendre autrement des notions
plus ou moins acquises. L’internaute en
herbe, grâce à une interface ludique, navigue
dans un manuel numérique qui se présente
comme un tableau de mini-écrans. À lui
de cliquer pour accéder à des documents
issus de plusieurs centaines de sites. Lectures, jeux éducatifs divers, textes historiques, éveil aux sciences... : il lui suffit
de « remplir son panier » comme dans un
supermarché ! En outre, Takabosser implique la famille. Plusieurs sections favo-
de la culture numérique à l’école, au collège
et au lycée. Les rubriques reprennent les
actualités, les manifestations, les initiatives
et innovations, etc. Sans oublier la recension
d’ouvrages et de publications. On peut
suivre comme un feuilleton, l’expérience
« Dix jours sans écran » qui s’est déroulée
à l’école Saint-Martin du Mans. On lira
aussi la présentation et l’analyse du nouveau
plan numérique annoncé par Luc Chatel.
Ce site est régulièrement alimenté. Il faut
donc y venir et y revenir...
4
3
5
grand mérite, malgré une présentation un
peu rigide, de rendre parfaitement compte
de la vie des établissements de l’ensemble
scolaire Edmond-Michelet de Brive. La
rubrique « En direct de l’école » annonce
la couleur en proposant « toutes les infos
d’une école qui bouge, au jour le jour »,
niveau par niveau. Les textes courts sont
très documentés et illustrés de nombreuses
photos. À visiter, la mobilisation de la
communauté éducative en solidarité avec
Haïti ou la réception d’auteurs dans les
classes à l’occasion de la Foire du livre
de Brive. Les informations à destination
des parents et des futurs élèves sont pratiques et complètes. Enfin, des prises de
parole multiples donnent du sens aux événements rapportés.
www.edmichelet-brive.fr
Danielle Lacroix
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
13
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page14
A ct us/ enseignement catholique
À la une des revues de l’enseignement catholique
À L’AUBE D’UNE NOUVELLE CIVILITÉ
Après avoir explicité les concepts de
civisme, de citoyenneté et de civilité,
Présence mariste propose un dossier sur
cette dernière notion. Faisant le constat que
la civilité change avec les lieux et les
époques, la revue se demande si de nouvelles règles ne sont pas en gestation. En
effet, la mondialisation et les techniques
modernes de communication bouleversent les repères d’antan.
Notre société en mutation les aurait perdus. Toutefois, à travers
des témoignages d’élèves, de parents et d’enseignants, les Pères
maristes veulent croire qu’une nouvelle civilité émergera.
Présence mariste, n° 265, octobre 2010, pp. 9-20.
LOI DEBRÉ : AU SERVICE DE LA PERSONNE
« […] l’école catholique ne doit pas être
seulement un lieu d’enseignement, d’apprentissage du savoir et du savoir-faire,
mais un lieu de vie, de rencontre entre les
personnes, de développement et de promotion de chacune des personnes », rappelle
Mgr Ginoux, évêque de Montauban, dans un
texte publié en janvier 2010 à l’occasion du
50e anniversaire de la loi Debré. La Documentation catholique accompagne ce texte d’un article de Bruno
Poncet qui revient sur l’histoire de la loi et de son évolution.
La Documentation catholique, n° 2452, 5-19 septembre 2010,
pp. 784-795.
MUTUALISATION ET RÉSEAUX POUR DEMAIN
L’observatoire INDICES, outil de veille de
la Fnogec, alerte régulièrement sur les difficultés financières dans lesquelles se trouvent de nombreux établissements. Si ces
constats économiques sont inquiétants, la
fédération estime néanmoins que des
marges de manœuvre existent. Elle identifie
plusieurs enjeux pour l’enseignement
catholique. « L’académisation » de l’Éducation nationale et les évolutions démographiques appellent à une
mutualisation et à un fonctionnement en réseau des établissements scolaires.
L’Arc boutant, n° 506, octobre 2010, pp. 3-5.
LES FORMATEURS SE FORMENT AUSSI
« Formateurs… en formation », tel est le
sujet du numéro de novembre de Chantiers
Formations et Pratiques, la revue de l’Association nationale des formateurs en instituts et centres de formation pédagogique
(AFICFP). Engagés dans un souci constant
d’amélioration de leurs compétences, des
formateurs de l’enseignement catholique,
au-delà d’un retour réflexif régulier sur
leurs pratiques de formation, s’engagent dans des processus de
14 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
formation qualifiante. La première partie de la revue est consacrée à leur témoignage. Une deuxième partie résume les
recherches en cours.
Chantiers Formations et Pratiques, n° 49, novembre 2010, 60 p.
COLLÈGE, LYCÉES, LES RÉFORMES
Y aura-t-il une réforme du collège ? Dans son rapport sur le collège, le Haut Conseil de l’éducation (HCE)
préconise de passer du « collège unique » à
« l’école du socle commun ».
Parmi les conditions essentielles
pour y parvenir : former les enseignants aux pratiques les plus efficaces, redéfinir le service des
enseignants, etc. Fep magazine,
après avoir résumé les propositions du HCE et donné son
point de vue sur le socle commun, interroge des enseignants
sur sa mise en place.
Fep magazine, n° 155, décembre 2010, pp. 8-11.
La réforme des lycées généraux, technologiques et professionnels, la réduction du nombre de filières et la diminution des
moyens vont probablement conduire à des pertes partielles ou
totales d’emplois. Ce sont les enseignants des disciplines technologiques des séries STI et du bac pro qui seront les plus touchés.
Ils devront s’engager dans des processus de formation plus ou
moins lourds pour s’adapter à de nouveaux programmes, entamer
une reconversion afin de changer de discipline ou de métier. Cette
analyse conduit Fep magazine à présenter les démarches à effectuer pour s’engager dans ce processus.
Fep magazine, n° 154, novembre 2010, p. 4 et n° 155, décembre
2010, p. 7.
SOUS LA MÉTHODE, LES PROBLÈMES
« Cet élève manque de méthode. » Le Bulletin
du Synadic s’interroge sur cette appréciation
souvent portée sur les bulletins de notes. Derrière cette remarque très générale, il est possible
de nommer de manière explicite ce qui manque
à l’élève : « problème de lecture des consignes,
de leur compréhension », « problème d’organisation des idées », etc. L’auteur de l’article encourage les enseignants à se saisir de l’individualisation et de l’accompagnement
des élèves pour aborder ces questions de méthodologie et propose
une grille d’aides.
Bulletin du Synadic, n° 73, octobre 2010, pp. 21-22.
PRÉPARER SA RETRAITE
L’Éducateur chrétien propose un dossier sur
la réforme des retraites. Conditions de départ
et modes de calcul du montant des pensions
sont explicités.
L’Éducateur chrétien, n° 213, décembre 2010,
pp. 7-11.
Isabelle Tinader
340 p6-15 actus DEF:- 22/12/10 14:30 Page15
A ct us/ éducation
Conjuguer :
Glossaire franco-allemand
un impératif dédramatisé ’Office franco-allemand pour la
S
avoir « ses » conjugaisons,
comme « ses » tables de multiplication, reste souvent le
cauchemar des écoliers... et de
bien des adultes qui continuent à
hésiter ou à se tromper. C’est donc
juste à propos que vient de paraître
chez Céléades une toute nouvelle
méthode. Le projet est ambitieux
puisqu’il s’agit de savoir conjuguer
les verbes à tous les temps et tous
les modes, et qu’un guide pédagogique propose une exploitation
allant du primaire au lycée.
L’auteur, Geneviève Morel, qui a longtemps enseigné le
français en collège, a délibérément choisi l’entrée par le
jeu, afin que le plaisir motive l’apprentissage. Elle a misé
sur les procédés mnémotechniques, mais aussi sur l’astuce
et les ficelles que bien des jeunes savent déployer. Bien entendu, l’erreur, ici, n’est plus considérée comme une « faute »,
mais comme une étape vers la solution. Cela dédramatise
les situations.
Cette démarche originale conjugue plusieurs outils : un livre
avec explication de la méthode, des exercices et leurs corrigés ;
le jeu proprement dit, composé de cartons colorés dont l’assemblage permet à l’élève l’autocorrection ; un jeu informatique
(à paraître) ; un livre du maître (à paraître) ; un tableau magnétique pour faciliter les cours « magistraux ». DL
Geneviève Morel, Clés de la Conjugaison, Céléades, coll. « Mes premières
clés », 2010. Le livre : 19 €. Le kit classe (avec 25 jeux) : 79 €. Internet :
www.celeades.com
z
Jouons sérieux!
L
es serious games (ou « jeux sérieux ») entrent discrètement à
l’école1. Preuve en est l’expérimentation que l’académie de Créteil
vient de lancer avec sept enseignants
de collège sur l’utilisation de ces
jeux vidéo à vocation éducative2.
Deux chercheurs de l’université de
Toulouse, spécialistes de la question,
nous aident à comprendre leurs origine
et usages dans un ouvrage3 écrit pour
les enseignants et les formateurs. Leur propos n’est pas de
faire l’apologie des serious games mais de montrer les nouvelles modalités de médiation des savoirs qu’ils permettent.
Après avoir présenté leur potentiel, ils donnent la parole
aux acteurs : industriels, concepteurs, enseignants. On lira
tout particulièrement le témoignage d’Yves Hochet, documentaliste en collège et cofondateur du réseau Ludus, et
celui de Julien Llanas, professeur d’histoire-géographie en
collège lui aussi. SH
L
jeunesse (OFAJ) vient de publier
une nouvelle édition, revue et
augmentée, de son glossaire : « École
maternelle et élémentaire/Kindergarten und Grundschule ». Linguistes
et éducateurs ont travaillé sur les
2 000 entrées, mots ou expressions,
issus du contexte dans lequel travaillent
les enseignants des deux pays. Leur
glossaire, qui apporte du vocabulaire
utile pour la vie quotidienne à l’école,
est aussi un petit guide interculturel.
À cet effet, une rubrique « Regards croisés » a été ajoutée, avec
des textes et des schémas expliquant les différences et similitudes
entre le primaire en France et en Allemagne. SH
Vous pouvez télécharger gratuitement le glossaire sur : www.ofaj.org –
rubrique « OFAJ » ou le commander par mail : info@ofaj.org.
z
Un site pour les langues
S
ur la page d’accueil du site larousse.fr, un dictionnaire
français et 20 dictionnaires bilingues1 sont en accès libre
et gratuit. Grand plus par rapport à une version papier :
pour chacun des 1 300 000 mots ou phrases, on peut entendre
la bonne prononciation. Larousse propose aussi 11 applications
bilingues (payantes) sur iPhone. SH
1. Français/Anglais/Espagnol/Italien/Allemand ; Anglais/Espagnol/Allemand/Italien ; Espagnol/Allemand ; Allemand/Italien (et réciproquement pour tous ces dictionnaires) ; Français/Chinois ; Français/Arabe.
Prépa concours en ligne
E
preuves-Concours est une plate-forme e-learning pour la
préparation aux concours de la fonction publique et du
secteur médico-social. Le candidat choisit son rythme de
travail et son mode d’échange avec son tuteur. Il déclenche luimême ses concours blancs. Il passe aussi des oraux blancs par
téléphone, webcam ou Skype avec son tuteur. Parmi les concours
préparés : agent territorial spécialisé des écoles maternelles
(Atsem) ou encore auxiliaire de puériculture. Les annales sont
gratuites mais il faut compter par exemple 260 € pour la préparation des épreuves de biologie et de mathématiques du
concours d’auxiliaire de puériculture. SH
z L’adresse : www.epreuves-concours.fr
1. Voir ECA n° 336, p. 59.
2. http://jeuxserieux.ac-creteil.fr
3. Julian Alvarez et Damien Djaouti, Introduction au serious game, éd. L>P, 227 p., 12,50 €.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
15
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page16
Ac tu s/ éducation
La vie vue en violet
L
orsque la plume d’origine sénégalaise, et
donc violet foncé, d’Ibrahima Dieng, travailleur socio-juridique, militant associatif
infatigable et correspondant local de la Halde
à Paris, croise celle, violet clair, de Jean-Pierre
Rosenczveig, président du tribunal pour
enfants de Bobigny, le mélange des encres
produit un appel à vivre la diversité de manière
pacifiée et républicaine. Je suis violet ? Et alors !
propose « une balade dans la France des couleurs »,
au pays des hommes libres et égaux, mais aussi
de la discrimination ordinaire. L’ouvrage, volontiers
léger et humoristique, fourmille d’anecdotes édifiantes
ou aberrantes et
de références à
des personnalités, à des livres
ou à des associations en lutte
contre les stigmatisations. Évitant l’écueil de la victimisation,
la mise en perspective de
scènes du racisme au quotidien
donne lieu à des considérations
optimistes et constructives.
Son style enlevé, simple et
efficace fait de cet opus un
outil éducatif percutant pour Ibrahima Dieng et Jean-Pierre Rosenczveig.
revitaliser le débat citoyen sur les discriminations. Ses dernières
pages énoncent d’ailleurs « 57 questions pour prolonger le
débat, en classe ou au-delà ». VL
Ibrahima Dieng, avec la participation du juge Jean-Pierre Rosenczveig,
Je suis violet. Et alors ! - évocations croisées sur la stigmatisation
ordinaire, Valorémis, 2010, 63 p., 9 €. Bon de commande sur www.valoremis.fr
z
Et si on jouait au
développement durable ?
P
eindre avec des éléments naturels, mimer des gestes
écologiques, s’initier aux salutations provenant de diverses cultures, utiliser des cartes pour exprimer son
ressenti, revisiter des jeux collaboratifs comme « la marche
à trois pattes », expérimenter l’exclusion à travers un jeu
de rôle symbolique ou organiser un goûter représentant
l’inégale répartition des richesses mondiales… Autant de
Jeux pour habiter autrement la planète
proposés par Élise Bancon, enseignante en primaire engagée dans le
domaine de l’éducation à la paix, et
Jean-Frédéric Cambianica, formateur
dans le champ du développement durable ayant collaboré avec le CCFDTerre Solidaire. Ce carnet détaille
23 scénarios d’animations originales
à destination de groupes de jeunes et
couvrant trois axes éducatifs : la nature
et sa protection, le vivre-ensemble
16 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
et la solidarité, la compréhension du monde pour grandir
en citoyen. Cette pédagogie ludique, revendiquant sa
parenté avec l’esprit scout, invite les jeunes entre 8 et
11 ans à réfléchir aux enjeux contemporains pour devenir
acteurs du monde. Tout en s’amusant. VL
Élise Bancon et Jean-Frédéric Cambianica (texte), Michèle Bisgambiglia
(ill.), Jeux pour habiter autrement la planète, Les Presses d’Ile-deFrance, 2010, 119 p., 14 €.
z
Pour éduquer
à l’environnement
V
ous voulez présenter vos initiatives d’éducation à
l’environnement et au développement durable (EEDD)
ou vous recherchez des outils ? Rendez-vous sur la
plate-forme in-deed1. Sa vocation : fédérer les acteurs
concernés par l’EEDD. La maison Deyrolle, connue pour
ses planches pédagogiques, a ouvert ce site en juin dernier
pour le grand public, les entreprises et les écoles. Ces dernières y trouveront des liens pour découvrir : un tableau
canadien des gestes écolo pour la classe ; Babar le p’tit
écolo, une BD offerte par le ministère de l’Écologie ; ou
encore les mallettes de la série « Le développement durable
et moi », pour les CM1-CM2 et 6e-5e.
Un autre portail, lancé en mai dernier par Terra Project2,
un éditeur multimédia spécialisé dans l’EEDD, poursuit
le même objectif. Conçu avec le soutien du ministère de
l’Éducation nationale (MEN), il apporte gratuitement
aux enseignants et aux élèves des lycées et collèges les
moyens d’en comprendre les enjeux à travers des contenus pédagogiques très riches. Terra Project a mis en ligne
des milliers de ressources constituées d’exercices interactifs, cartes, vidéos, fiches pédagogiques. Plus de
16 thématiques et près de 200 sous-thèmes sont abordés
et accompagnés d’illustrations, de vidéos et de diaporamas. Par ailleurs, 102 études de cas, élaborées avec le
MEN, sont proposées. Les professeurs ont la possibilité
d’accéder à un espace dédié qui leur permet de préparer
leurs cours et de réaliser des séquences pédagogiques.
Les élèves ont eux aussi un accès personnalisé pour
consulter les contenus et activités préparés pour eux.
Cette démarche s’appuie sur les travaux menés par Terra
Project depuis plus de dix ans en matière d’EEDD. SH
1. À l’adresse : www.in-deed.org
2. À l’adresse : www.education-developpement-durable.fr
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page17
Unn retour
suiviau classicisme.
dans la» C’est
continuité
ainsi que Bernard
U
Toulemonde, inspecteur général honoraire de l’éducation nationale, qualifie le programme de travail
des inspections générales (IGEN et IGAENR 1 ) pour
2010-2011, paru au BO du 30 septembre
dernier. Comme il est d’usage, les inspecteurs généraux devront s’assurer du
suivi de l’application des réformes :
réformes du primaire, du lycée, de la voie
professionnelle, de la formation des
enseignants, mise en œuvre du programme Clair2 et de la loi d’autonomie
des universités. Elles sont chargées en
outre de missions spécifiques, parmi lesquelles une étude sur les pratiques d’évaluation des élèves, l’école maternelle, le
remplacement, la mise en place des internats d’excellence, l’évaluation des
« Cordées de la réussite », etc. « Notre
système d’enseignement […] est engagé
dans un profond mouvement de rénovation [apportant] », précise la lettre de
mission, une « plus grande marge d’initiative et de responsabilité aux échelons déconcentrés de
l’État et davantage d’autonomie aux établissements [...].
C’est pourquoi les inspections générales devront être
particulièrement mobilisées [...] ». Après la sous-utilisation de l’IGEN sous Xavier Darcos, nombre de ses rapports ont été publiés depuis l’arrivée de Luc Chatel rue de
Grenelle, mais leur prise en compte dans les politiques
futures reste encore attendue. AS
1. Respectivement : Inspection générale de l’Éducation nationale et Inspection générale
de l’Administration de l’Éducation nationale et de la Recherche.
2. Collèges et lycées pour l’ambition, l’innovation et la réussite.
Primaire
Pour un pilotage
par les résultats
L
a Note de synthèse sur la mise en œuvre de la réforme
de l’enseignement primaire1 réalisée par l’IGEN et
l’IGAENR et publiée fin septembre par le ministère révèle
l’intention de la rue de Grenelle de faire des évaluations nationales l’un des éléments clés du pilotage de l’école. Les
inspections générales estiment aujourd’hui que « les contestations frontales sur les programmes se sont éteintes » mais
qu’un certain nombre de craintes ou d’interrogations subsistent.
Le problème aujourd’hui consiste à « aider les enseignants
à réorganiser leurs pratiques pédagogiques pour […] couvrir
l’ensemble [du programme] tout en restant dans la perspective
de leurs options d’enseignement » et à se mettre ainsi davantage
en « conformité ». Le tableau dressé par les inspections
concernant l’application de la réforme de 2008 n’en reste
pas moins sévère : trois emplois du temps sur quatre ne
respectent pas le programme. En maternelle, « on ne perçoit
pas le caractère prioritaire [des] apprentissages du langage
oral », « la logique d’activités [est] encore dominante », les
problèmes tiennent ainsi « à une insuffisante compréhension
[par les maîtres] des enjeux et des modalités des apprentissages »... En élémentaire, les fondamentaux « écrasent » les
autres disciplines, les élèves ne font pas assez d’EPS, de
sciences, d’histoire-géographie.
Pour rééquilibrer la donne, les inspecteurs préconisent l’intégration dans les évaluations nationales des
domaines autres que le français et les mathématiques ainsi que la construction, pour
ces autres domaines, de programmations
de cycle. Concernant la mise en place du
pilotage par l’évaluation, les auteurs soulignent que « la forte opposition [aux évaluations de CE1 et CM2, relevée dans la
note de 2009 des inspections générales] s’est
progressivement éteinte », tout en reconnaissant que la Depp2 a dû procéder à un
redressement des résultats. Toutefois, « des
inquiétudes demeurent sur l’évaluation
implicite de l’action de l’enseignant au
travers de celle des élèves » et « les résultats
des élèves restent très peu pris en compte
dans les rapports d’inspection », regrettent
les inspecteurs. Or cela « atténue la responsabilité directe sur les résultats des
élèves. Le pilotage pédagogique de proximité devrait contribuer à lever ces réticences », soulignent les auteurs qui insistent sur le rôle tout aussi déterminant des évaluations
dans le pilotage académique. AS
© Peter17
Inspections générales
1. Note n° 2010-092 (juillet 2010). Disponible au format PDF sur : www.education.gouv.fr
(« Outils de documentation, d’information » / « Les rapports »).
2. Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de
l’Éducation nationale.
Philo : plus tôt
D
onner une nouvelle place à la philosophie en développant son enseignement avant la classe de terminale.
C’est la première annonce marquante de Luc Chatel
depuis sa confirmation au poste de ministre de l’Éducation
nationale. Il l’a faite à l’occasion de la Journée mondiale
de la philosophie, à l’Unesco, le 18 novembre dernier. Elle
doit se concrétiser dès la rentrée 2011 en 2de, au sein des
heures d’ECJS1 (qui concerneront tous les lycéens à partir
de la rentrée prochaine), d’accompagnement personnalisé
et d’enseignement d’exploration. Un vrai enseignement
de philosophie devrait être également expérimenté en 1re L
(littéraire), à raison de deux heures supplémentaires qui
s’ajouteraient, sur la base du volontariat des enseignants
et des élèves, aux quatre heures de lettres communes à
toutes les filières de 1re. Le ministre propose aussi la création
« d’une option de philosophie en lycée professionnel ».
Une expérimentation nationale avec appel à candidatures
sera lancée dès ce mois de janvier à destination des lycées,
afin qu’ils proposent « un aménagement innovant et
adéquat » de ce nouvel enseignement anticipé… à moyens
constants. AS
1. Éducation civique, juridique et sociale.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
17
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page18
Ac tu s/ éducation
L’aide aux élèves, forces et limites
E
n avril 2001 sortait le numéro
393 des Cahiers pédagogiques : « Accompagner, une
idée neuve en éducation ». Dix
ans plus tard, l’idée neuve at-elle bien ou mal vieilli ? Certes
le vocabulaire a envahi les textes
officiels et les directives : pas un
texte qui ne parle d’aide individualisée, d’accompagnement éducatif, de soutien, de tutorat… Mais
la fréquence des termes va-t-elle
de pair avec une définition clarifiée
et stabilisée de ce dont on parle ?
Rien n’est moins sûr. Si en 2002, lors de la conférence inaugurale
d’un colloque sur l’accompagnement, Michel Lecointe en
parlait comme d’un « cache-crise qui agite les ailes au-dessus
d’un nid de problèmes1 », il n’est pas certain que nous y
voyions plus clair aujourd’hui.
Dans la remarquable synthèse qu’elle a faite en clôture du
colloque organisé sur ce thème les 26 et 27 octobre dernier,
Françoise Clerc a évoqué cette nébuleuse de l’accompagnement.
« Je ne suis pas sûre que nous parlions tous de la même
chose. » Auparavant, c’est à un détour par l’examen des différentes « formes scolaires » qui se sont succédé dans le
temps que nous a conviés Jean Houssaye. Une façon de mieux
mettre en relief la manière dont a été prise en compte la
question de l’hétérogénéité des élèves au travers des modes
individualisé, simultané ou mutuel. Dans le modèle simultané,
qui s’est progressivement imposé depuis Guizot, « on gère
les différences en organisant les similitudes ». Le nœud du
problème pour Jean Houssaye est bien du côté de cette forme
scolaire qui n’a pas été questionnée par la massification audelà des aménagements de surface. Or, pour le conférencier,
« on ne change pas les choses en
les aménageant ». C’est d’une rupture avec l’existant dont a besoin
notre système pour traiter vraiment
les différences entre élèves et ne
plus s’en remettre pour leur prise
en charge à des dispositifs périphériques qui ne font que conforter
des pratiques inefficaces. La
radicalité du propos pouvait
perturber l’auditoire. Pourtant – les
ateliers l’ont montré – bien des
acteurs ne se laissent pas abattre et
utilisent collectivement les marges
de manœuvre, même étroites, dont
ils disposent. Seront-ils les pionniers du « changement de paradigme » nécessaire, selon Françoise Clerc ? Si on met bout
à bout compétences, parcours et accompagnement, on peut
arriver à une véritable réforme qui s’attaque en profondeur
aux problèmes des laissés-pour-compte du système actuel.
Les Cahiers pédagogiques avaient mis en ligne avant les
rencontres un hors-série numérique sur l’accompagnement,
préparatoire à ces journées. Une version enrichie sera disponible
très prochainement. Les lecteurs y retrouveront le texte des
interventions de Jean Houssaye, Jean-Paul Delahaye et
Françoise Clerc, des échos des ateliers et des tables rondes,
ainsi que des contributions complémentaires2. Nicole Priou
Dessin : Pol Le Gall / © CRAP-Cahiers pédagogiques
« Aider et accompagner les élèves, dans et hors l’école »,
tel était le thème du colloque organisé par
le CRAP-Cahiers pédagogiques les 26 et 27 octobre
dernier à Paris. L’occasion de s’interroger sur
des dispositifs pas toujours efficaces.
1. Actes des Rencontres de printemps 2002 sur l’accompagnement, Cahier de l’ISP n° 36.
2. À commander par téléphone au 01 43 48 22 30 ou directement en ligne à l’adresse
suivante : www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article7036
Le lycée professionnel, terreau d’innovations
L
e lycée professionnel est « un réservoir de nouvelles
façons d’exercer le métier, lieu d’une véritable effervescence professionnelle », expose
Sabine Coste, chargée d’étude et de
recherche à l’INRP1 et coordonnatrice du
dossier des Cahiers pédagogiques consacré à ce sujet 2 . Ce numéro résolument
positif, même s’il n’occulte pas les difficultés rencontrées, présente réflexions et
témoignages d’enseignants, formateurs et
cadres éducatifs. Ces derniers exposent
des pratiques et des dispositifs conçus
pour redonner aux élèves le goût des
apprentissages et éviter que les professeurs ne se découragent.
Un exemple : LitterAction qui réunit un
samedi par mois au CNFETP3 de Lyon
une douzaine d’enseignants de lettreshistoire pour échanger sur leurs projets,
donner des pistes aux collègues en diffi-
18 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
culté, mener une recherche-action ensemble 4 ... La
deuxième partie du dossier valorise l’attention toute particulière apportée au parcours des élèves
(lien collège/lycée, prévention du décrochage…). Enfin, la troisième partie est
centrée sur l’adaptation des enseignants
aux nouvelles prescriptions (bac pro en
trois ans, nouveaux programmes…). « Des
réserves, mais pas de refus, résume Sabine
Coste, des traductions dans les pratiques,
mais qui passent toujours par des réappropriations spécifiques selon l’existant. » SH
1. Institut national de recherche pédagogique.
2. Dossier « Au lycée professionnel », Cahiers pédagogiques
n° 484, novembre 2010. Prix : 7,70 € + 1,60 € de frais de port
(existe en version PDF à diffuser dans l’établissement).
Tél. : 01 43 48 22 30. Internet : www.cahiers-pedagogiques.com
3. Centre national de formation de l’enseignement technique
privé.
4. Lire l’article de Nicole Bouin, formatrice au CNFETP : « Un collectif
pour mettre en commun difficultés et projets », pp. 11-12.
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page19
Résistance pédagogique
au Salon Freinet
L’éducation en Europe :
un éclairage
A
L
’Europe : territoires d’éducation ? » Tel est l’intitulé
du congrès de l’Andev1, qui s’est déroulé à Tours du
13 au 15 octobre 2010, et de l’enquête menée, pour
le préparer, par l’association auprès de directeurs et responsables de l’éducation des villes, afin de « mettre en regard
le réel des communes françaises avec celui des autres collectivités locales européennes », d’« identifier et mettre en
lumière certains pôles et facteurs de réussite » et d’« envisager
de nouveaux axes d’évolution ». Sur les thèmes à enjeu pour
les années 2010 à 2012, en lien avec l’Europe, les directeurs
et responsables de l’éducation déclarent accorder une place
particulièrement importante aux temps éducatifs, péri- et extrascolaires, aux rythmes scolaires, à la prise en charge
éducative des 0-6 ans, à la formation des personnels, au développement du numérique… À l’épreuve des faits pourtant,
« l’intégration en milieu ordinaire des enfants souffrant de
handicap est considérée comme une utopie par deux tiers
(66 %) des directeurs et responsables de l’éducation », nous apprend l’enméthodes et outils élaborés par Célestin Freinet dans
quête, car « elle se heurte au
les années 1920 et qui n’ont rien perdu de leur
principe de réalité ». En outre,
caractère novateur. C’est ce qu’ont démontré les
« lorsque la mixité entre endébats, les ateliers et la projection du documentaire
fants handicapés et enfants
La voix de l’écolier3, tourné l’an dernier à l’école
“valides” est possible, elle est
Célestin-Freinet d’Hérouville - Saint-Clair (Calvados)
plus réaliste à l’échelle de
et agrémenté d’images d’archives. Sorties d’obl’école qu’au niveau de la
servation, ateliers philosophiques, projets artistiques,
classe », et l’importance « des
travaux de recherches menés à partir du questionbesoins de formation des pernement des élèves, décloisonnement des classes,
sonnels, comme les Atsem2, mais
Noir et blanc des
archives et coule
ur
s
d’aujourd’hui
se répondent da
aussi des enseignants » leur apmultiples exposés et débats… La pédagogie Freinet
ns le film La voix
de l’écolier.
paraît décisive.
repose sur des temps de travail individualisé, une démarche
de tâtonnement expérimental et l’expression libre des élèves Un autre « regret » mis en lumière par l’enquête concerne
et de leur créativité, le tout dans un cadre coopératif où règles la prise en charge éducative des 2-3 ans, dont les directeurs
et méthodologies s’élaborent en commun. Si cette philosophie et responsables de l’éducation semblent en réalité peu se
éducative a largement diffusé des notions telles que la pédagogie saisir. Or « le risque est réel que le “marché” s’en empare
de projet, l’enfant acteur, le plan de travail ou la progression et qu’une offre privée émerge de manière significative pour
par cycle, l’Icem s’estime menacé par les orientations éducatives répondre aux besoins des parents ». Concernant le dévelopactuelles. « L’aide personnalisée, dévoyée, stigmatise et pement des Tice, les directeurs de l’éducation ne rejettent
exclut ; les évaluations nationales discriminent et découragent ; pas l’idée de créer un vrai projet pédagogique associant le
la formation des enseignants est sacrifiée », déplore François ministère de l’Éducation nationale, les collectivités territoriales
Le Ménahèze, enseignant opposé aux évaluations nationales et les fabricants et fournisseurs informatiques. Pour « faire
et démis à la rentrée de ses fonctions de formateur pour, selon évoluer le système éducatif », les directeurs et responsables
ses propres termes, « délit de pédagogie ». « Indigné et in- de l’éducation appellent majoritairement (70 %) à « une
quiet » quant à la mastérisation « qui signe l’abandon de la réforme de [s]a gouvernance ». Ils se déclarent « favorables
formation de terrain », ou face à la proposition de Jean- à un mode de fonctionnement moins hiérarchique du pilotage
François Copé de rétablir l’examen d’entrée en sixième4, du système et des écoles ». Sans oublier un autre levier majeur :
François Le Ménahèze, à l’image d’un mouvement Freinet le développement de la formation des enseignants, qui ne
minoritaire mais mobilisé, en appelle donc à la « résistance doit pas « concerner spécialement l’amélioration des compédagogique ». Une militance éducative à retrouver les 8 et pétences des enseignants dans le domaine pédagogique mais
9 avril prochain, au 21e Salon Freinet de Nantes. VL
la formation aux Tice, la capacité des enseignants à détecter
des situations sociales ou de santé méritant d’être traitées,
leurs aptitudes à travailler en équipe (coopération disciplinaire,
1. À l’initative de l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), vingt personnalités du monde de l’éducation – dont le père Jean-Marie Petitclerc – ont signé un
interdisciplinaire, interniveaux et interclasses…) ». AS
Photos : Antoine Martin Productions
la veille de la publication d’un appel à supprimer les
notes à l’école1, lancé le 18 novembre dernier, un vent
de résistance soufflait déjà au deuxième Salon parisien
de la pédagogie Freinet. Ce mouvement, porté par l’Institut
coopératif de l’école moderne2 (Icem), rallie une trentaine
d’écoles publiques et quelque 400 enseignants adeptes des
appel à supprimer les notes dans le primaire, publié sur le site du Nouvel Observateur.
2. Sur internet : www.icem-pedagogie-freinet.org
3. Lydie Turco, La voix de l’écolier, 2010, 15 €. Durée : 52 min. Bande-annonce et
commande en ligne : www.antoinemartinprod.com
4. Luc Chatel et Valérie Pécresse se sont opposés à cette proposition.
1. Association nationale des directeurs et coordonnateurs territoriaux de l’Éducation des
villes et des départements de France. Internet : www.andev.fr
2. Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
19
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page20
Ac tu s/ éducation
PISA : pis-aller ?
Trois questions sur l’enquête PISA à Nathalie Bulle, chercheur au CNRS (Groupe d’étude des méthodes
de l’analyse sociologique, Paris). Une certaine vision de l’école, qui se situe essentiellement
dans la maîtrise disciplinaire et incite particulièrement au débat.
D. R.
Vous mettez en garde contre les effets
des modes éducatives et la construction
d’une orthodoxie au niveau international
qui affaiblirait les systèmes éducatifs
nationaux. En quoi l’enquête
internationale PISA, dont les
résultats viennent de paraître,
y contribue-t-elle ?
Nathalie Bulle : Les classements bruts présentés comme reflétant les succès relatifs des
systèmes éducatifs à PISA ont peu de sens.
Or, ils influencent fortement les responsables
politiques qui s’en servent pour justifier les
orientations prises. Autrement dit, une enquête
telle que PISA accélère la tendance déraisonnable des pays à copier des solutions
étrangères sans analyse approfondie des
contextes. Ces solutions répondent à l’appel
des nouvelles philosophies éducatives, inspirées des courants
progressistes du début du XXe siècle. Le progressisme pédagogique
inscrit l’apprentissage scolaire dans la continuité du développement biologique adaptatif qui désavoue la logique des disciplines. D’où l’optique particulière à l’enquête PISA qui est
de ne pas s’intéresser aux compétences propres à la maîtrise
des disciplines, mais à des compétences qui se veulent plus
générales, et plus pratiques.
Quel est plus particulièrement son rôle dans l’élaboration
des politiques d’éducation en France, et quelles sont les
conséquences d’une telle logique ?
N. B. : Il suffit de consulter le récent rapport du Haut
Conseil de l’Éducation sur le collège, qui préconise une
hétérogénéité maximale des classes et le recours à une
pédagogie « différenciée », pour comprendre jusqu’où
cette influence peut aller. L’enseignement se fait moins
structuré par les disciplines, les enseignants sont supposés pouvoir enseigner les mêmes choses à des élèves de
niveaux différents, en ne s’adressant plus nécessairement
à la classe dans son ensemble.
PISA 2009 : le « grand écart » français.
Pouvez-vous citer quelques contreexemples marquants de soi-disant
« meilleures pratiques » dont la France
cherche notamment à s’inspirer ?
N. B. : Le modèle privilégié est celui des
pays scandinaves en raison même d’une
« réussite » qui pourtant est essentiellement
celle de la Finlande. En effet, si l’on prend
en compte les niveaux économiques et culturels de départ, le modèle nordique se révèle
contre-performant. La situation de la France
est par ailleurs tout à fait honorable, mais
s’est affaiblie depuis le lancement de PISA
en 2000. Donc il est aberrant de vouloir
s’inspirer d’un modèle – Finlande mise à
part – aux performances moyennes, assurées par des facteurs économiques et culturels mais où l’école est, bien plus que la
nôtre, en situation d’échec relatif, qui plus est pour justifier
la poursuite des politiques mêmes qui sont vraisemblablement à l’origine de l’affaiblissement des élèves français.
La Finlande se détache (uniquement à PISA car les élèves
finlandais ne sont pas spécialement bons en mathématiques)
du modèle nordique pour différentes raisons. L’un des facteurs institutionnels qui la distingue est la prévention précoce
de l’échec scolaire par un système important d’éducation spéciale qui concerne 32 % des élèves de l’école de base (primaire et collège). Les élèves en difficulté sont réunis en petits
groupes séparés de leurs classes à temps partiel, à plein temps
pour 9 % d’entre eux. Il est donc absurde de valoriser à partir
de tels exemples les vertus de l’hétérogénéité !
Au lieu d’importer des idées fausses, mieux vaudrait tirer les
enseignements des évolutions révélées par l’enquête, pour se
réapproprier des principes fondés en matière de politique éducative et avancer dans une voie reconstructrice.
Propos recueillis par Aurélie Sobocinski
À lire : « Palmarès et classements en éducation », Revue internationale
d’éducation de Sèvres, n° 54, septembre 2010, 182 p., 13,90 €. Bon de
commande : www.ciep.fr (rubrique « Publications »).
z
Tout juste dans la moyenne. Loin derrière la Finlande, qui reste
en haut du tableau, et des pays asiatiques qui remportent la palme. C’est ce que révèle le Programme international pour le suivi
des acquis des élèves de 15 ans (PISA), rendu public le 7 décembre 2010, sur la position du système éducatif français au sein
de l’OCDE. Non seulement nos résultats bruts sont médiocres mais la tendance lourde est négative depuis 2000. PISA décrit en
outre un système éducatif de plus en plus inégalitaire. Alors que la moyenne des pays de l’OCDE avoisine les 500 points, la France
obtient 496 en compréhension de l’écrit, 497 en mathématiques et 498 en sciences, ce qui la met à égalité avec des pays comme
l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou les États-Unis. En lecture, si la situation se stabilise depuis 2006, les élèves français décrochent
au total de 9 points, passant de la 12e à la 18e place en dix ans, et l’écart entre les plus faibles et les plus forts s’accentue, avec
20 % des enfants en échec scolaire. En mathématiques, la France régresse de la 13e à la 16e place, perdant 14 points depuis 2003,
et le « grand écart » se confirme, avec une différence de 50 points entre les résultats des élèves favorisés et ceux des élèves
défavorisés, ce qui représente plus d’une année d’école… et augure d’un défi majeur à relever par le système français. AS
sPour consulter « Résultats du PISA 2009 » (synthèse en français) ou le texte intégral en anglais : www.pisa.oecd.org
20 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page21
Act us/ éducation
Soutenir les élèves
sans papiers
UNE
IDÉE
/
UNE
ACTION
DES PARRAINS POUR LE DROIT D’AFFECTION
A
lors que le projet de loi sur l’immigration voté à l’Assemblée
nationale le 12 octobre dernier est en cours d’examen
au Sénat, les associations poursuivent leur travail d’alerte
et de mobilisation. Ce texte prévoit notamment de durcir les
conditions de régularisation des jeunes majeurs scolarisés.
D’où une campagne lancée pour leur défense, le 4 novembre
dernier, par le Réseau éducation sans frontières1 (RESF). Celui-ci appelle les conseils régionaux et les conseils d’administration
des établissements scolaires à placer les élèves sans papiers
sous leur protection, en adoptant des résolutions comme l’ont
déjà fait les Régions Picardie, Auvergne, Corse ou Ile-deFrance. Tout en militant pour que la base élèves ne serve pas
de fichier de renseignements dans la course aux quotas d’expulsions. Un appel à la vigilance et à la solidarité, relayé par
des institutions et associations chrétiennes – comme l’atteste
leur mobilisation lors de la récente session des Semaines
sociales de France, dédiée à l’immigration (lire p. 23).
Dans l’enseignement catholique, en Vendée, deux établissements ont facilité un regroupement familial à la demande
de la pastorale des migrants, et dans
l’Oise, une pétition d’élèves est venue
étoffer la campagne de soutien de
RESF qui a abouti à la régularisation
d’un jeune Burkinabé. « Des actions
trop confidentielles, regrette tout de
même Louis Barraud, président de
l’association Chrétiens-Migrants,
basée à Tours. Nous cherchons à sensibiliser la jeunesse, notamment en
lien avec l’adjointe diocésaine responsable de la pastorale. Nous intervenons ainsi auprès des quelque
600 étudiants en BTS du diocèse, au
cours d’un forum d’associations. À
ces occasions, des élèves sans papiers,
dont personne ne soupçonnait la situation, se signalent à nous, ce qui
permet d’engager un accompagnement aux démarches administratives
avec RESF. Il me paraît essentiel de
communiquer sur le sujet, pour faire
tomber les préjugés mais aussi pour
repérer ces jeunes clandestins qui,
isolés, seront d’autant plus facilement expulsés. » Ouvrir le
débat dans les établissements, oser une pastorale du concret…
Des initiatives facilitées par de nombreux outils à portée
pédagogique. Parmi les derniers sortis : une BD mêlant témoignages de migrants et considérations d’historiens2, un
film tourangeau à teneur autobiographique3 et le DVD du
dernier film de Romain Goupil4, véritable invitation, à la
fois émouvante et impertinente, à entrer en résistance buissonnière. VL
1. Sur internet : www.educationsansfrontieres.org
2. Collectif, Immigrants, Futuropolis, 2010, 120 p., 19 €.
3. Pepiang Toufdy, Enfant immigré (34 min), 2008, Sans Canal Fixe, 10 €. Internet :
www.sanscanalfixe.org
4. Romain Goupil, Les mains en L’air, 2010, M6 Vidéo, 19,99 €.
N
e pas risquer la non-assistance à enfant en danger tout
en évitant la déchirure d’un placement… C’est l’alternative que propose l’association Parrain par’ mille1,
qui fête ses vingt ans cette année. Par son intermédiaire,
4 000 enfants en souffrance retrouvent soutien moral et
sécurité affective en tissant « les liens du sens » avec des
tuteurs bénévoles accompagnés par les psychologues de l’association. À force de ténacité, sa fondatrice, Catherine Enjolet,
est parvenue à faire reconnaître par les institutions l’importance
de cette coparentèle symbolique à la mode laïque, qui permet
à l’enfant de retrouver un équilibre, de découvrir un environnement pacifié, d’entrer en relation et de s’ouvrir au-delà
d’une cellule familiale fragilisée. À géométrie variable, ces
parrainages peuvent évoluer d’une disponibilité vigilante,
ouverte au dialogue et à des temps de loisirs éducatifs, jusqu’à
« l’adoption affective » où le parrain supplée, parfois sur le
très long terme, des parents défaillants. Le tout en respectant
les liens de la filiation, l’investissement d’un parrain restant
soumis à l’approbation parentale.
Issue elle-même d’une famille meurtrie par les accidents de la
vie et ayant connu le déracinement du placement en institution, Catherine Enjolet, aujourd’hui enseignante de lettres et
écrivain, « fait vivre la résilience », selon les termes du parrain
de son association, le neuropsychologue Boris Cyrulnik. Elle a
surmonté les traumatismes de son enfance mais pris
conscience des dégâts que causent des carences affectives que
DDASS2 et familles d’accueil restent impuissantes à combler.
D’où son combat pour faire profiter d’autres enfants malmenés par la vie d’un double étayage pour cheminer vers leur existence d’adulte. Et pour que « l’école puisse entendre le vécu
difficile d’un élève », puisse « parler avec lui plutôt que sur lui ».
Pour ses vingt ans, Parrains par’ mille a resserré son maillage
territorial en portant à neuf le nombre de ses antennes
régionales et a tenu, en novembre dernier, une conférence
sur l’adoption affective au Collège des Bernardins, à Paris.
Paru en septembre, un livre d’entretiens 3 avec Catherine
Enjolet explique également son parcours et son combat
pour le droit d’affection de tout enfant. VL
1. Parrains par’ mille, 31 rue Planchat, 75020 Paris Té. : 01 40 02 02 05 ou
09 53 89 82 93. Internet : www.parrainsparmille.org
2. Direction départementale des affaires sanitaires et sociales.
3. Catherine Enjolet (Entretien avec), Parrainer les enfants d’à côté, Rue de l’échiquier,
2010, 82 p., 9,90 €.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
21
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page22
Ac tu s/ religion
Parler des chrétiens d’Orient aux élèves
epuis la rentrée, les chrétiens d’Orient sont sous les
feux d’une actualité contrastée. À peine s’était-on
réjoui du Synode des évêques pour les Églises orientales1, que les chrétiens de Bagdad étaient frappés en pleine
messe2. L’Œuvre d’Orient, qui soutient ces Églises depuis
150 ans, invite les enseignants à parler d’elles.
Sans compter ce qui peut être vu dans le cadre de la culture
religieuse et de la catéchèse.
D
© Œuvre d’Orient
Des établissements se sont-ils déjà lancés ?
P. L. : Le père William-Marie Merchat, délégué de l’Œuvre
d’Orient et responsable de la pastorale scolaire à Nîmes, a
élaboré le quatre-pages que je viens d’évoquer, avec l’aide
Quelle est la mission de l’Œuvre d’Orient3 ?
d’un groupe pluridisciplinaire. Nous envisageons à présent
Patrick Liban, délégué national de
de créer un kit pédagogique. La direction
l’Œuvre d’Orient : Notre première
diocésaine de Paris a présenté, quant à
mission est d’apporter du secours.
elle, notre exposition dans son hall, en
Nous collectons de l’argent pour
invitant les chefs d’établissement à
soutenir les Églises orientales ratprendre la suite. Dernier exemple :
tachées à Rome, en Syrie, en
Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de
Rennes, Dol et Saint-Malo, souhaite que
Égypte, en Irak, en Iran, en Israël…
nous imaginions des actions qui assoNous aidons, ainsi, plus de 400 étacieraient des établissements de Bretagne
blissements scolaires, via les strucet du Proche-Orient… Je suis prêt à aider
tures ecclésiales locales. Notre
Une école au Liban.
tous ceux qui veulent bâtir un projet.
deuxième mission est de faire
Propos recueillis par Sylvie Horguelin
connaître ces chrétiens pour maintenir un lien fort. Je
rencontre actuellement tous les évêques de France pour
Il s’est tenu à Rome du 10 au 24 octobre 2010.
imaginer avec eux des actions communes : ainsi, un réseau 1.
2. Suite à l’attentat du 31 octobre dernier, voir l’appel de La Vie adressé au président de la
de prêtres délégués de l’Œuvre d’Orient est en train de se République en faveur des chrétiens d’Irak. Pour le signe : www.lavie.fr/actualite/monde
3. Association loi 1901 française reconnue Œuvre d’Église. Adresse : 20 rue du Regard,
constituer.
75006 Paris. Tél. : 01 45 48 54 46. Internet : www.oeuvre-orient.fr
4. La grande aventure des chrétiens d’Orient, prêtée gratuitement, en deux formats : 2 x 1 m
ou 90 x 45 cm. Il existe une autre exposition sur les coptes, uniquement en grand format.
Vous voulez aussi toucher les écoles…
P. L. : Il est essentiel d’informer les jeunes. Nous avons réalisé
une exposition itinérante qui peut intéresser toute la communauté
éducative. Elle peut être accompagnée de témoignages, de
soutiens et de prières pour les communautés orientales4. Nous
avons aussi conçu un quatre-pages pour les collèges et les
lycées, qui liste les thèmes permettant de parler des chrétiens
d’Orient et de leur culture. En 6e, au moment où est abordée
la naissance du christianisme ; en 5e Byzance et l’Orient
chrétien ; en arts plastiques, les icônes ; en lettres, la Bible…
tÀ lire : Annie Laurent, Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ? – entre
souffrance et espérance, Salvator, 218 p., 20 €. Une analyse religieuse et géopolitique rigoureuse par une spécialiste du Proche-Orient.
Pierre Faure honoré à Chartres
L
Rome, AnneMarie Audic
et Guy Avanzini ont été reçus par
le pape Benoît XVI
pour lui remettre un
exemplaire de la nouvelle édition du Dictionnaire historique
de l’éducation chrétienne d’expression
française. Le foisonnement des initiaAnne-Marie Audic et Guy Avanzini (au 1er plan)
à Rome, devant Benoît XVI.
tives éducatives chrétiennes déployées par des congrégations, des associations, des
mouvements et des éducateurs chrétiens depuis de nombreux
siècles constitue un patrimoine partiellement enfoui, souvent
ignoré ou négligé. Aussi, réunissant un nombre impressionnant
A
22 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
© Servizio fotografico de “L’O. R.”
Le dictionnaire
d’un patrimoine éducatif
e 21 octobre dernier, Jean-Pierre
Gorges, député-maire de Chartres, a
inauguré une rue Pierre-Faure à l’initiative
de Nadège Leroux, directrice de l’école
Jean-Paul-II, dont le projet éducatif repose
sur la pédagogie personnalisée et communautaire. Ancienne élève du père Faure, Nadège Leroux tenait à
honorer la mémoire de celui et de ceux qui encore aujourd’hui mettent
en œuvre une pensée pédagogique fondée sur la découverte, la participation, le choix, l’autonomie, la responsabilité, l’entraide, le respect et
la confiance. Pour le père Faure comme pour l’équipe éducative de l’école
Jean-Paul-II, « chaque personne est unique et est actrice de sa propre
construction, de sa propre formation ».
de rédacteurs, Anne-Marie Audic, Guy Avanzini, René Cailleau
et le frère Pierre Pénisson se sont attachés avec assiduité et
ténacité à favoriser la redécouverte ou la découverte de la
richesse des propositions de l’éducation chrétienne au travers
de cet ouvrage de référence pour notre temps. Dans sa préface,
le cardinal Poupard confirme qu’« à l’usage, les utilisateurs
de ce dictionnaire vérifieront combien, à travers l’histoire,
l’éducation chrétienne n’est pas une théorie abstraite, mais
une pratique quotidienne, un art qui s’apparente à celui du
jardinier […] ». GDR
tDictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française,
Éditions Don Bosco. Extraits et bon de commande : www.pedagogie-chretienne.eu
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page23
© D. Lacroix
50 ans d’engagement
C
ette année, le CCFD-Terre Solidaire travaille sur plusieurs idées
fortes : le choix d’un partenariat
fondé sur le partage et le dialogue pour
favoriser une mondialisation plus humaine ; l’idée d’une souveraineté alimentaire au cœur d’une concertation
mondiale ; la conscience que l’argent
et les mécanismes financiers sont des
facteurs déterminants dans la lutte
contre le mal-développement. Le
CCFD-Terre Solidaire mène donc actuellement une campagne
intitulée « Aidons l’argent à quitter les paradis fiscaux ». Pour
son président, Guy Aurenche: « Face aux défis du développement,
de l’éradication de la faim et de la pauvreté qui nous appellent
à la réaction, l’expertise n’est pas un gadget. Sur le plan de
l’efficacité, au nom de l’Évangile, nous avons une exigence
de sérieux, un devoir d’intelligence. » Aussi, à l’occasion du
cinquantième anniversaire du CCFD-Terre Solidaire, les établissements catholiques d’enseignement sont invités à être pleinement présents au rendez-vous de la dignité humaine et de
la solidarité créatrice pour que les jeunes deviennent des citoyens
qui veulent construire un monde moins injuste. L’enseignement
catholique s’associe donc aux nombreuses rencontres qui se
dérouleront du mois de mars au mois de mai dans chaque
région ainsi qu’à la démarche nationale des 5 et 6 mars 2011,
à Paris et à Saint-Denis. À chacun d’apporter sa part au développement de tous et à la solidarité qu’il exige. GDR
t Pour suivre cette démarche : http://ccfd-terresolidaire.org
« J’étais étranger et
vous m’avez accueilli »
e
En choisissant comme intitulé de sa 85 édition « Migrants,
un avenir à construire ensemble », les Semaines sociales de
France se sont positionnées du côté d’un accueil à humaniser.
a session 2010 des Semaines sociales de France (SSF)
s’est déroulée du 26 au 28 novembre 2010 au Parc floral
de Paris et a réuni près de 3 200 participants par jour.
Jérôme Vignon, président des SSF, l’a déclaré d’entrée : le
thème retenu n’est pas sans diviser les chrétiens eux-mêmes.
Certains courriers ont même exprimé que l’« avenir serait
obscurci par un flux excessif de migrants de cultures trop différentes ». Quant aux politiques, selon lui, ils ne parviennent
pas toujours « à éclairer le débat et à l’orienter dans une
perspective de long terme ». Les témoignages qui ont suivi,
ont suscité une vive émotion dans l’assistance. Lamartine
Valcin, Haïtien ayant fui son pays en 2005, a confié : « Je me
suis retrouvé malvoyant dans un labyrinthe ». Zarianta
Abdoulhamid, Comorienne, a évoqué les étudiants étrangers,
insécurisés par des conditions administratives et des procédures
complexes mettant notamment en jeu leur titre de séjour.
Hamid Saaidi, natif d’Agadir, champion handisport, a raconté
qu’il a dû « combattre » pour atteindre des performances
sportives, mais aussi pour « être en règle » avec la législation.
Du côté des experts, les interventions de Dounia Bouzar1, de
Dominique Schnapper2 et de Tzvetan Todorov3 ont marqué
L
De g. à d. : Lamartine Valcin, réfugié haïtien, récemment régularisé ; Yang Feng Qun,
travailleuse sans papiers ; Hamid Senni, chef d’entreprise français installé à Londres.
les esprits. La première parce qu’elle s’est insurgée, avec
humour et conviction, contre les idées reçues et les poncifs,
dont profitent autant les islamophobes que les islamistes...
Dominique Schnapper a, pour sa part, insisté sur l’intégration
qui n’est pas « un choix parmi d’autres possibles, mais une
nécessité ». Elle a listé quelques caractéristiques qui ont rendu
celle-ci plus difficile : une politique longtemps appuyée sur
le secteur public et au profit des plus âgés, le développement
d’un système d’assistance tendant à humilier les bénéficiaires,
des politiques de la ville favorisant la ségrégation spatiale et
la marginalisation au travail, un système politique bloqué
offrant peu de possibilités d’entrée, des mœurs évoluant très
vite qui troublent des populations venant de sociétés traditionnelles,
etc. De fait, il convient de ne pas reporter sur les migrants les
problèmes que notre société se doit de résoudre dans la vie
sociale en général. Enfin, Tzvetan Todorov l’a confirmé, il
s’agit de « vivre ensemble avec des cultures différentes ». Pour
le philosophe, il n’existe pas de pays « monoculturel » et « les
êtres sont multiculturels ». En revanche, il a insisté sur le danger
réel de déculturation, qui ne touche pas seulement les enfants
de migrants. Sa conclusion — ne pas craindre la présence de
ce prochain, qui « n’est pas le proche, mais le lointain ! » —
pourrait servir aussi de message final à ces trois journées. DL
1. Auteur de Laïcité, mode d’emploi, Eyrolles, 2010.
2. Sociologue et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales,
auteur de Qu’est ce que l’intégration ?, Gallimard/Folio actuel, 2007.
3. Directeur honoraire de recherche au CNRS. Auteur de La Peur des barbares - au-delà
du choc des civilisations, Robert Laffont, 2008.
Sur www.ssf-fr.org/ssf, on retrouve certaines interventions. On peut y
u commander
également les actes et/ou les vidéos de ces journées.
Soleil solidaire
L
a campagne des Kilomètres
de Soleil 2010-2011 s’appuie
sur l’invitation « Migrants,
mon ami raconte-moi ! ». Divers
documents (affiche, jeu de
cartes, un CD de chansons…),
destinés aux 7-11 ans, et un
guide de l’animateur, sont disponibles. De quoi mieux appréhender la vie et l’histoire d’autres
enfants, d’ici ou d’ailleurs.
Quatre projets de développement
sont soutenus à travers cette action : au Soudan, en
Afrique du Sud, en Égypte et en France. DL
t Sur internet : http://kilometres-de-soleil.cef.fr/accueil
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
23
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page24
Ac tu s/ religion
Dans son exhortation
apostolique, Verbum Domini,
publiée le 11 novembre dernier,
Benoît XVI invite les chrétiens
à placer la Parole de Dieu au
cœur de leur vie.
L
’exhortation apostolique de
Benoît XVI, Verbum Domini1,
fait suite au Synode des
évêques sur la Parole de Dieu,
qui s’est tenu du 5 au 26 octobre
2008. L’ensemble des propositions des Pères synodaux y est
repris et rejoint, chez Benoît XVI,
le travail théologique de toute
une vie. Cette exhortation veut actualiser, pour la vie chrétienne et la pastorale d’aujourd’hui, les orientations fondamentales de la constitution conciliaire Dei Verbum.
L’exhortation comprend trois parties très dialectiques : la
Parole de Dieu, réalité éternellement dynamique (I. Verbum Dei), agit dans le monde par l’Église (II. Verbum in
Ecclesia) et dans l’Église par le monde (III. Verbum pro
Mundo).
Dieu qui a parlé par les prophètes s’est fait
homme, et ainsi « la Parole a un visage ».
La Parole, révélée par les Saintes Écritures
et la mission du Fils, se poursuit dans le travail apostolique de l’Église. Sa connaissance s’accueille d’abord par une lecture
priante, mais s’approfondit aussi par la lecture historico-critique qui dit la dimension
de l’incarnation et évite tout fondamentalisme. La Parole doit être comprise dans son
unité de l’Ancien au Nouveau Testament.
L’Église se fonde sur l’accueil du Verbe de
Dieu, présent à toutes ses activités, et à tous
ses membres, ministres ordonnés et laïcs. Trouvant son
lieu privilégié dans la liturgie, la Parole doit prendre
place dans toute la vie ecclésiale.
Par l’Église, la Parole rejoint la totalité du monde où les
chrétiens ont à agir « à la recherche du véritable bien de
tous, dans le respect et dans la promotion de la dignité de
toutes les personnes » (§ 100). La Parole de Dieu Créateur invite à la sauvegarde de la Création, comme le
Verbe fait chair qui a rejoint la pauvreté humaine appelle
à la justice. Les cultures continuent d’être rejointes par la
Parole « qui ne détruit jamais la vraie culture, mais qui
constitue un stimulant constant dans la recherche d’expressions humaines toujours plus appropriées et significatives » (§ 109). Sur la Parole de Dieu, donc, la forte
parole du pape qui ici, plus que jamais, cherche à affermir la foi de tous les catholiques.
Claude Berruer
1. Présentation, texte intégral et documents complémentaires, sous la direction de
Frédéric Louzeau et Denis Dupont-Fauville, Lethielleux, 2010, 380 p., 7,90 €.
24 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
« En ce temps de crise,
Il fait route avec nous »
Trois cent quatre-vingts responsables de congrégations
religieuses, masculines et féminines, de France se sont
retrouvés à Lourdes, du 22 au 26 novembre 2010, pour
cheminer ensemble sur la route d’Emmaüs.
L
e frère Nicolas Capelle, président sortant de la Conférence des religieux et religieuses de France, a ouvert
l’assemblée générale de la Corref qui s’est tenue sur
le thème « En période de crise, Il fait route avec eux ».
Il a rappelé que nous traversons une triple crise : économique,
sociale et existentielle. Pour illustrer son propos, le frère
Capelle a retenu dans l’actualité des faits marquants, tels
les restrictions de postes dans l’Éducation nationale, qui
risquent de dénaturer le projet éducatif de l’enseignement
catholique et d’obliger à fermer de petites écoles, notamment
rurales. Il y va aussi de notre présence d’Église dans le
tissu social, a exposé le frère Capelle.
Autre sujet d’inquiétude : les mesures d’expulsions et de
reconduites aux frontières. Ces communautés en précarité,
nous les côtoyons dans notre mission ; nous sommes
touchés par leur souffrance, a souligné le lasallien. Dernier
fait évoqué : le film de Xavier Beauvois, Des hommes et
des dieux, qui a permis à un large public d’être saisi par
une aventure humaine qui interroge
chacun dans ses
choix, sa liberté, ses
fidélités.
Trois intervenants
de choix – Jérôme
Vignon, président
des Semaines sociales de France,
frère Alois de Taizé,
Elena Lasida, économiste et membre
de Justice et Paix –
ont ensuite montré toutes les potentialités de la vie religieuse
pour affronter les défis de notre temps. Dans cette optique,
plusieurs ateliers ont présenté des initiatives nouvelles :
propositions d’éducation globale auprès des jeunes, notamment dans les quartiers difficiles ou bien encore dans
le monde universitaire ; présence de communautés religieuses
dans les cités multiculturelles… Mgr Jean-Louis Papin,
président de la Commission épiscopale pour la vie consacrée,
a conclu en donnant un souffle nouveau : « Vous êtes
souvent aux avant-postes de l’Église et de la société dans
la réponse aux nouvelles formes de pauvreté et de misère
que la société sécrète. » Le père Jean-Pierre Longeat,
abbé de Ligugé et nouveau président de la Corref, a conclu :
« Nous sommes dans un temps d’ensemencement où nous
avons l’impression de tout perdre, mais cette perte de soi
nous permet de goûter la communion au Ressuscité en
laquelle nous trouvons notre joie… La vie religieuse n’a
certes pas dit son dernier mot…, elle peut relever les défis
de notre temps. »
Sœur Nadia Aidjian
D. R.
La Parole de Dieu
au cœur de la vie
340 p16-25 actus DEF:- 21/12/10 17:22 Page25
Ac tus / au calendrier des fêtes
En février et mars
Fêtes juives
Les mois de février et mars sont marqués par de « petites » fêtes qui, pour
beaucoup, ne sont pas, ou plus, religieuses. Pourim (juif) est devenu carnaval,
Chandeleur (chrétienne), « faites des crêpes », et Mouloud (musulman),
une fête populaire. Arrêtons-nous sur le 2 février chrétien et sur le carême.
vient en effet du latin quadragesimum,
“quarantième” ».
Dans la Bible, les nombres chiffrent
À la fois fête de la purification de Marie rarement quelque chose. Ils signifient
et fête de la présentation de Jésus au une expérience, communiquent un signe
Temple, la célébration du 2 février est ou un enseignement. Ainsi, le nombre
centrée sur l’Évangile de Luc (2,22-39), 40 est lié au désert, et celui-ci, dès le
le seul à transmettre ce récit. Souli- judaïsme ancien, est ambivalent : lieu
gnons-en ici deux éléments : l’inscrip- de l’épreuve, de la tentation, mais aussi
tion de Jésus dans la judéité et sa de la naissance à soi-même, de la renreconnaissance comme mescontre avec Dieu.
sie, sauveur, lumière du
Rappelons quelques
monde. D’abord la
exemples : 40 jours
liturgie s’inscrit
de déluge (Noé) ;
dans la logique du
40 ans dans le décalendrier prescrit
sert pour le peuple
au livre du Lévihébreu après la
tique (12,2-8) :
sortie d’Égypte ;
l 40 jours après sa
40 jours pour Moïse
maternité, Marie se
sur la montagne de
rend au temple à
Dieu où il reçoit
l’achèvement de son
les Tables de la Loi ;
temps de purifica40 jours dans le
tion (Lv 12,4). La
désert aussi pour
pratique se continue
Jésus avant de déaujourd’hui dans le
buter sa mission ;
judaïsme par l’uti40 jours encore enlisation du mikvé
tre Pâques et l’As(bain rituel).
cension.
l Elle s’y rend avec Fra Angelico, La Présentation de Jésus au Temple Pour les chrétiens, le
(c. 1440) – Musée San Marco, Florence.
son enfant, toujours
carême est ainsi un
selon la prescription biblique (Lv 12,6- temps de préparation intérieure pour vivre
7), pour un double rite de présentation dans la foi le mystère pascal, la mort et
auquel se réfère Luc (2,23-24) – « Tout la résurrection de Jésus, cœur du chrisgarçon premier-né sera consacré au Sei- tianisme et sommet de l’année liturgique.
gneur » (Exode 13,2) – et « offrir [un] On expliquera aussi à tous les élèves
sacrifice suivant ce qui est dit dans la les trois pôles du carême : prier, jeûner,
Loi du Seigneur » (Lv 12,7-8).
partager… Se priver, non pas pour soi,
Mais ce récit est surtout construit pour pour l’exploit sportif ou moral, mais
aboutir à la reconnaissance de Jésus par pour rencontrer Dieu (prier), pour mieux
la prophétesse Anne et par Syméon dont vivre avec les autres (partager) et par
le cantique (Luc 2, 29-32) constitue une eux aussi entrer dans l’amour de Dieu :
prière encore reprise par les chrétiens, « Tout ce que vous avez fait au plus
et connue sous son titre latin, Nunc petit d’entre les miens c’est à moi que
dimittis. Cette fête, aujourd’hui, c’est vous l’avez fait » (Matthieu 25,40).
surtout… les crêpes. On voit pourtant Un parallèle s’impose avec le ramadan
combien elle fait apparaître qui est Jésus des musulmans. Si ces deux temps inpour les chrétiens.
vitent les croyants à faire effort, individuellement et collectivement, pour
recentrer leur vie sur Dieu, les accents
« Enseigner » le carême
en sont sensiblement différents :
Cela commencera par une réflexion sur – Le jeûne du ramadan, un des cinq
un nombre, dans le cadre d’une sensibi- piliers de l’islam, est certes un appel
lisation au discours symbolique. « Carême personnel, mais surtout un signe de
© The York Project
La Chandeleur : des repères
pour l’identité de Jésus
q 20 mars : POURIM.
Évocation du personnage biblique
d’Esther, reine juive dont le courage va
permettre à son peuple d’échapper à un
massacre programmé par Haman, grand
vizir du roi Assuérus (Xerxès). Les festivités populaires et carnavalesques par
lesquelles cette fête s’extériorise n’ont
donc à voir ni avec la fin de l’hiver ni avec
la préparation d’un temps de pénitence, à
la différence du mardi gras. Dans la littérature française, au XVIIe siècle, Racine a
repris ce récit dans Esther.
Fêtes chrétiennes
q 2 février : CHANDELEUR,
PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE.
q 9 mars : MERCREDI DES CENDRES.
Signe de pénitence, appel à la conversion,
les cendres, reçues par les fidèles sur le
front, marquent l’entrée en carême.
Fêtes musulmanes
q 15 février :
MAWLID AL-NABI (MOULOUD).
Le 12 du mois de Rabî al awal, 3e mois
de l’année : commémoration de la naissance du prophète Muhammad. La date
est arbitraire et assez tardive. La fête s’est
développée malgré les réticences de nombreux théologiens de l’islam. Aujourd’hui,
la fête est pourtant répandue dans la
plupart des pays musulmans et elle donne
lieu à de grandes réjouissances populaires,
notamment en Afrique du nord.
rattachement à la communauté (oumma),
obligatoire dans certains pays. La rupture
du jeûne chaque soir, est un temps de
fête collective, quasi « identitaire » : on
ne saurait s’y soustraire, même si on ne
croit pas en Dieu.
– S’il invite certes à des actions communes, le carême n’a pas son sens en
lui-même : il reste d’abord une préparation
à Pâques, appel à la conversion intérieure,
intime, discrète sinon secrète : « Que ta
main gauche ignore ce que fait ta main
droite » (Mt 6,3).
Cet « enseignement du fait religieux »,
axé sur l’information et la compréhension,
est destiné à tous les élèves. Au-delà,
dans un autre temps et si possible un
autre lieu, une proposition catéchétique
sera centrée sur l’élève avec une invitation
au questionnement et au partage qui
l’engagent personnellement.
Pierre Dussère
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
25
340 p26-27-28 caec+turquie DEF:- 21/12/10 17:20 Page26
En Caec
FRANCHE-COMTÉ
La voie de la collégialité
quelques rares gros ensembles scolaires.
Très vite la faiblesse démographique de
la région – 25 500 élèves, soit 7 % des
enfants scolarisés dans le premier degré
et 15 % dans le second –, et la dispersion
des structures ont mis à jour la nécessité
d’une mutualisation à un échelon supérieur.
La régionalisation et la mise en place des
crédits limitatifs ont fait le reste ou…
presque.
« Cela nous a été donné comme un
AURÉLIE SOBOCINSKI
cadeau de l’extérieur, raconte en effet
ci, il n’y a pas de cloisons ni de frontières, Marie-Claire Mantion, alors directrice de
la région c’est du quotidien. » Dans l’enseignement catholique des diocèses
l’imposante maison diocésaine de de Besançon et de Belfort. Face au mouBesançon, aux pierres de taille bicolores vement de décentralisation de 1984, les
si caractéristiques de la région, tous les acteurs de l’enseignement catholique
services de l’enseignement catholique franc-comtois se sont vite rendu compte
franc-comtois sont réunis. Au même étage, que continuer à gérer de façon autonome
la direction interdiocésaine jouxte Formiris, les trois diocèses n’était plus possible. »
l’Urogec, le CFA et l’Urapel…
L’exigence de la Région de n’avoir plus
De mémoire d’homme, la donne régio- qu’un seul interlocuteur en la personne
nale, ici, ne pose plus question : c’est une du directeur de l’enseignement catholique
culture. Des plaines de la Haute-Saône de Besançon a agi comme un catalyseur.
en voie de désertification aux petites mon- « C’était à nous de nous débrouiller pour
tagnes du Sud-Jura, en passant par les bas- faire fonctionner en amont nos structures
sins très dynamiques de Besançon et de internes de concertation et obtenir un
l’aire urbaine Belfort-Montbéliard, l’en- consensus avant d’arriver en négociaseignement catholique se singularise par tion ! » poursuit Marie-Claire Mantion.
un tissu homogène mais assez distendu
En interne, une petite avance avait été
de petites structures très intégrées dans la prise par les évêques, à l’occasion de la
vie des villages et paroisses du cru, et de création du diocèse de Belfort-Montbéliard
Disparités démographiques,
contrastes géographiques,
exigences de la Région…
En Franche-Comté, pour
l’enseignement catholique,
la nécessité a conduit
à une mutualisation inventive.
I
L’enseignement catholique dans l’académie de Besançon (2010)
1er degré
26 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
2d degré
Sources : Solfège, Rectorat.
(En pourcentage du nombre
de jeunes scolarisés
dans les établissements
catholiques
d'enseignement.)
en 1979. Issu d’une partie du diocèse de
Besançon, le nouveau territoire ecclésial
a néanmoins conservé avec le premier
une direction commune de l’enseignement
catholique. Bientôt le diocèse de SaintClaude, qui recouvre le Jura, les rejoint
dans leur réflexion.
À la faveur d’un changement générationnel – les directeurs diocésains étaient
jusqu’alors tous prêtres –, les évêques décident en 1986 de nommer une unique
directrice interdiocésaine, laïque, à peine
trentenaire. L’archevêque de Besançon
devient l’évêque référent, mais tous, sans
exception, portent le dossier. Les Codiec
et les conseils de tutelle sont d’ailleurs
maintenus afin de bien marquer les spécificités pastorales de chacun des trois
diocèses.
Les autres services font l’objet d’une
mutualisation progressive, afin de donner
une cohérence au territoire et une lisibilité
à la dimension des autorités régionales
et académiques. Profitant de cet élan,
Marie-Claire Mantion fédère et canalise
les moyens, pour assurer à la fois le développement des lycées (création des nouvelles filières et projets de BTS) et l’aide
aux plus petits, et tenir ainsi le grand écart
qui sous-tend toute la problématique franccomtoise depuis 25 ans.
Bien sûr, les mentalités ont résisté. « Il
a fallu gagner la confiance de chacun et
prouver la capacité du nouveau système
à préserver le lien de proximité malgré
la centralisation des services à Besançon,
ainsi que la rigueur dans la gestion des
moyens, autant de clés toujours inscrites
au cœur du pilotage actuel. Rapidement
l’ensemble des organisations et les chefs
d’établissement ont saisi l’enjeu vital et
donné à la DIEC un poids politique
central » , précise Philippe Pillot, directeur
interdiocésain depuis 2007.
« Mandaté » par les chefs d’établissement, le directeur interdiocésain assure
le pilotage politique régional. À lui de
négocier avec le recteur, les inspections
académiques, les collectivités… « Tout
passe par mon intermédiaire et toute
sortie en solitaire est déboutée par nos
interlocuteurs », souligne Philippe Pillot.
Résultats à l’appui : « Considérés comme
340 p26-27-28 caec+turquie DEF:- 21/12/10 17:20 Page27
de véritables partenaires associés, nous
nous situons dans la partie haute du tableau avec des niveaux de forfaits tout
à fait honorables – pour le forfait départemental, environ 550 à 570 €, auxquels s’ajoutent une participation de
trois conseils généraux sur quatre à la
loi Falloux ; au niveau régional, la parité
s’applique avec 390 € pour la part matérielle et 504 € pour la part TOS », détaille Jean-Luc Greys, président de
l’Urogec.
Le bon fonctionnement du système tient
à une culture très forte de la collégialité :
« Je ne gouverne pas seul. Mon rôle est
de trouver le juste équilibre, en m’adossant
particulièrement à l’intersyndicale et en
restant à l’écoute des besoins des directeurs
via l’organisation régulière de réunions. »
En l’absence d’alter ego, le directeur
interdiocésain travaille « en équipe »
avec deux adjointes qui rayonnent avec
lui sur l’ensemble du territoire, une
personne au service de la tutelle, un
prêtre adjoint en pastorale et deux secrétaires dont une en charge du service
d’accueil et d’aide au recrutement (Saar).
Tous sont employés par le Cagec1, l’association support ou encore « l’Ogec de
la DIEC », qui fédère les établissements
de Franche-Comté et reçoit leurs cotisations. Sans oublier des liens très étroits
avec l’Urogec.
Maillons stratégiques
La carte des instances régionales est
aussi jouée à plein. Ainsi le Caec se réunit
cinq fois par an, en présence de tous les
représentants de la communauté comme
le veulent les statuts. Creuset des orientations stratégiques pour l’avenir de l’académie et bras armé de leur mise en œuvre,
il est « la preuve vivante » que le territoire
s’est construit, confirme Marie-Pierre
Canal, chef d’établissement à Lons-leSaunier : « C’est un lieu de débats, de
contradictions où l’on ne perçoit jamais
une décision qui soit corporatiste ou localisée géographiquement et où la solidarité
peut s’exprimer. »
Son rôle demande toutefois à être harmonisé avec celui du Cidec2, une autre
instance propre à la Franche-Comté, née
en 2004 de la fusion des trois Codiec.
« Dans cette recherche d’efficacité, l’objectif est de donner du sens à la place de
chacun et d’éviter les doublons dévoreurs
d’énergie, en attribuant par exemple à
l’un le pouvoir décisionnaire, et en instituant l’autre comme force de proposition
et de prospective », précise Didier Chauvin,
chef d’établissement à Dole et président
du Cidec.
Les réseaux géographiques, levier original d’animation politique, poussent
plus avant encore la subsidiarité et
cimentent avec elle la conscience et la
vie régionales : au nombre de neuf, ces
maillons stratégiques de la structuration
du territoire, pilotés par un chef d’établissement volontaire, réunissent tous les établissements dans un rayon de 20 à 30 kilomètres au sein d’un comité de pilotage
trois à huit fois par an. Initiés il y a quinze
ans par les chefs d’établissement dans une
visée d’entraide et d’échanges de pratiques,
puis formalisés par la DIEC et élargis à
l’ensemble des acteurs (présidents d’Ogec,
des Apel, etc.), ils sont dotés d’un rôle
fonctionnel et jouissent d’une totale autonomie. Certains se concentrent sur un
seul objet ; d’autres travaillent tous azimuts
sur la gestion, la pédagogie, l’éducatif, la
pastorale (embauche de personnel commun,
financement de journées pédagogiques...)
et bientôt peut-être sur la carte des formations.
« Ce modèle intégré de fonctionnement
territorial crée une horizontalité à la fois
respectueuse des spécificités locales et
génératrice d’une participation et d’une
responsabilité collectives : on partage
une communauté de destin et cela se sent
très fort », analyse Daniel Boissenin, chef
d’établissement à Héricourt et délégué
académique du Synadic.
La politique du maillage, défi majeur,
et la stratégie de redéploiement co-élaborée pour la maintenir, en sont un bel
exemple. Frappée par la crise économique et par une forte déprise démographique depuis les années 80, la région
doit faire face à un grave problème de
maintien de ses structures. Elle a dû rendre 11 % de ses postes d’enseignement
en huit ans (plus de 200) alors que la
baisse de ses effectifs a été de 3 %. « En
faisant jouer la solidarité du réseau – via
notamment la création d’une caisse
gérée par l’Association comtoise d’assistance et de solidarité interdiocésaine
et financée par l’ensemble des établissements – et en serrant partout la vis, nous
avons pu enregistrer une reprise des inscriptions depuis deux ans, mais jusqu’à
quand ? s’interroge Philippe Pillot. La
tension s’accroît entre les zones où les
ratios sont au rouge mais où la fermeture
signifie la perte sèche des élèves, et les
zones périurbaines où les seuils de
classe sont relevés, le panel d’options
Fiche d’identité
l RÉGION FRANCHE-COMTÉ
– 4 départements : Doubs, Jura, Haute-Saône,
Territoire de Belfort.
– 3 diocèses : Besançon (Doubs et Haute-Saône),
Saint-Claude (Jura), Belfort-Montbéliard (Doubs,
Haute-Saône et Territoire de Belfort).
l FORMATION
La Franche-Comté fait partie de Formiris Est qui réunit
la Lorraine, l’Alsace et la Bourgogne. Elle ne compte pas
d’institut missionné sur son territoire – l’Isfec Bourgogne Franche-Comté - Haut-Rhin se trouve à Dijon.
l NOMBRE D’ÉLÈVES (RENTRÉE 2010)
Total 1er degré : 9 347 (+ 84 par rapport à 2009)
Total 2d degré : 14 491 (+ 146 par rapport à 2009)
– Collèges : 9 366
– Lycées et post-bac : 5 125
– Enseignement agricole (lycées) : 1 221
– Apprentissage : 420
l Élèves internes (enquête de 2009)
Dans le 1er degré : 72
Dans le 2d degré : 1 244
l NOMBRE D’UNITÉS PÉDAGOGIQUES
Dans le 1er degré : 62 (maternelles : 2,
élémentaires : 6, maternelles et élémentaires : 54)
Dans le 2d degré : 70 (dont 37 collèges, 8 LGT et 12 LP,
6 lycées agricoles, 7 UFA)
l TUTELLES
– Diocésaine : 61,76 %
– Congréganiste : 38,23 %
l NOMBRE D’ENSEIGNANTS
Total : 1 787
Pour le 1er degré : 456
Pour le 2d degré : 1 331
l PERSONNELS NON ENSEIGNANTS
Environ 2 000
l FONCTIONNEMENT DU CAEC
– Le Caec compte 22 membres dont 7 représentants de
chefs d’établissement et 6 représentants des maîtres.
– Il se réunit au moins 5 fois par an.
Secrétaire général : Philippe Pillot.
l AUTRE INSTANCE : LE CIDEC
– Le Conseil d’administration compte 20 membres
(dont l’un des trois évêques). Il se réunit au moins trois
fois par an.
– L’assemblée générale compte 75 membres. Elle se
réunit au moins une fois par an en session ordinaire.
Contact : Diec de Franche-comté,
20 rue Megevand, 25000 Besançon.
Tél. : 03 81 25 01 90. E-mail : diec.fc@scolafc.org
-
réduit et les disciplines regroupées afin
de ne laisser aucun élève sur liste d’attente... »
1. Centre administratif de gestion de l’enseignement
catholique
2. Comité interdiocésain de l’enseignement catholique.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
27
340 p26-27-28 caec+turquie DEF:- 21/12/10 17:20 Page28
InternatIonal
Enseigner en Turquie
Photos : D. R.
Les lycées congréganistes de
Turquie recrutent pour la rentrée
2011. Les Frères des écoles
chrétiennes, qui gèrent trois de
ces six établissements, proposent
un rendez-vous d’information
fin janvier aux enseignants
envisageant de se lancer dans
cette aventure.
VIRGINIE LERAY
A
ppel aux enseignants attirés par
le Moyen-Orient, l’ouverture
culturelle et la découverte d’autres pratiques pédagogiques :
pourquoi ne pas s’expatrier dans l’un
des établissements congréganistes de
Turquie ? Pour la première fois depuis
plus de dix ans, les Frères des écoles
chrétiennes lancent une campagne d’information à l’attention des professeurs de
l’enseignement catholique. Fin janvier1, ils
organisent une réunion avec leurs trois
chefs d’établissement français en poste sur
place. « Nous voulons mieux préparer ces
expatriations et éviter les difficultés d’adap-
PRATIQUE
PROFIL : enseignants de mathématiques, physiquehchimie,
SVT, français (littérature et FLE) titulaires
d’un diplôme d’État, de préférence. Les candidats justifiant
d’une licence et d’au moins deux ans d’expérience peuvent
aussi déposer une demande d’agrément à l’État turc, mais
son approbation est alors plus aléatoire.
TRAITEMENTS ET STATUT : les salaires sont alignés
sur les grilles de rémunération françaises et abondés
en partie par le ministère des Affaires étrangères dans
le cadre du dispositif Micel. Automatique, l’affiliation à la
caisse des Français de l’étranger permet de cotiser pour
la retraite et la couverture sociale pendant l’expatriation.
DÉMARCHES ADMINISTRATIVES : il suffit d’adresser
au ministère de l’Éducation nationale une demande
de disponibilité pour convenance personnelle, valable pour
trois ans et renouvelable dans la limite de 10 ans. L’établissement turc se charge de piloter les démarches
nécessaires à l’obtention de la carte de séjour et du permis
de travail de ses enseignants.
LE RETOUR : après une disponibilité, le contrat de
l’enseignant est réactivé automatiquement lorsqu’il
retrouve un poste en France. Pour ce faire, il est recommandé
aux partants de se signaler auprès de leur direction
diocésaine qui pourra faciliter leur réintégration future.
h
h
h
Au lycée Saint-Michel d’Istanbul.
tation, voire les démissions ou défections
imprévues le jour de la rentrée », explique
Michel Bertet, délégué de tutelle lasallien
pour la Turquie.
Travail en équipe
La vie d’établissements confessionnels,
dans une République toujours farouchement
laïque malgré de récentes tentations islamistes, est forcément atypique. Implantés
depuis un siècle et demi, et même amputés
de leurs effectifs de primaire en 1936 puis
de collège en 1998, ces établissements demeurent des voies de formation très prisées.
Les jeunes, accueillis sur concours à partir
de 15 ans, y reçoivent une éducation bilingue
et biculturelle idéale pour former les cadres
et les responsables étatiques dans un contexte
de rapprochement économique important
avec la France. Cette future élite, essentiellement turque et musulmane, suit une
année préparatoire presque exclusivement
dédiée à l’apprentissage du français. Suivent
quatre années de lycée avec un enseignement mixte : les cours d’histoire, de philosophie, de civisme, de morale et de sport
sont dispensés en turc ; les mathématiques,
la physique-chimie, la biologie, le français,
et parfois l’anglais, par des enseignants
francophones, les Français représentant
environ un tiers des équipes.
Loin de transplanter le système français,
28 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
il s’agit de s’adapter à la pédagogie locale,
prévient Michel Bertet : « Les cours durent
40 minutes et chaque séance doit donc se
construire autour d’objectifs précis et
concis. La culture de l’écrit est moins présente qu’en France et les raisonnements
mathématiques sont plus intuitifs, par exemple. Enfin, le service des enseignants inclut
des temps de surveillance, une permanence
hebdomadaire pour recevoir les parents
et une astreinte pour assurer les remplacements en interne, ce qui enrichit la relation
profs-élèves. »L’emploi du temps comprend
aussi des temps de concertation entre enseignants d’une même discipline. Un travail
en équipe propice à l’intégration des nouveaux venus, auquel Michel Bertet porte
aussi une attention particulière, lors de ses
deux visites de tutelle annuelles. Motivation
et implication personnelles, notamment
pour apprendre les rudiments de la langue
turque avant le départ, aident aussi à réussir
cette expérience en forme de découverte
culturelle et pédagogique.
1. Le samedi 29 janvier 2011, de 15 heures à 17 heures,
78 A rue de Sèvres, 75007 Paris. Renseignements :
mbertet@lasalle-fec.org
UNE FÉDÉRATION DE 6 ÉTABLISSEMENTS.La Fédération des
écoles catholiques françaises de Turquie compte 4 500 élèves
répartis sur six établissements qui coopèrent étroitement
en s’accordant notamment sur le prix des scolarités, le salaire
des enseignants et le déroulé du cursus scolaire. Trois d’entre
eux sont sous tutelle lasallienne : Saint-Joseph1 à Izmir,
Saint-Joseph2 et Saint-Michel3 à Istanbul. Toujours à Istanbul,
le lycée Saint-Benoît4 est géré par la congrégation des
Lazaristes. Les Sœurs de Sion administrent un établissement
éponyme5, et les Filles de la Charité, le lycée Sainte-Pulchérie6.
1. www.izmirsj.k12.tr - 2. www.sj.k12.tr - 3. www.saintmichel.k12.tr
4. www.sb.k12.tr - 5. www.nds.k12.tr - 6. www.sp.k12.tr
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:26 Page29
Enseignement catholique actualités n° 340, décembre 2010-janvier 2011
dossIer
Le collège
en quête de sens
I
l suffit de prêter l’oreille à nombre d’enseignants de
collège pour entendre leur désarroi. « Nous n’y arrivons
plus ; nos élèves sont de plus en plus difficiles, ils n’ont pas
acquis les bases des savoirs, leur vie est ailleurs... » Quant
aux jeunes, on devine facilement leur ennui, leur lassitude,
leurs incompréhensions. Alors que se passe-t-il ? Doit-on
considérer le collège-petit lycée comme une aberration
éducative ? Faut-il le relier au premier degré pour en
faire essentiellement le lieu de la consolidation des
connaissances fondamentales ? Est-il préférable de partir
de l’expérience et des interrogations des jeunes pour
susciter l’intérêt et favoriser la progression de chacun et
de tous, tout à la fois ? Les adolescents d’aujourd’hui
grandissent avec leurs langages, leurs représentations,
leurs inquiétudes, leurs attentes. Face à ce constat, la seule
attitude éducative et pédagogique ne se trouverait-elle
pas d’abord dans l’attention, dans la confiance et dans la
prise de responsabilité à laquelle les invitent les adultes ?
Nous le verrons dans ce dossier, les réponses se situent sans
doute dans l’autonomie et l’engagement des enseignants,
lesquels, avec l’aide des parents, peuvent alors élaborer des
parcours de vie qui respectent l’identité en formation
du jeune et lui donnent des raisons de croire et d’espérer
dans une histoire à la fois personnelle et collective.
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:26 Page30
Le collège en quête de sens
E
n 1881, l’école obligatoire de Jules
Ferry propose à tous les enfants
« une formation pratique à vocation utilitaire » inculquant valeurs
morales, citoyenneté, et viatique de savoirs de base. Son ambition : opérer une
unification républicaine de la société et
élever son niveau d’instruction. Malgré
ses mérites, l’école communale développe un système à deux vitesses, reposant sur un cloisonnement longtemps
imperméable entre primaire et secondaire. À tel point que deux formes
de collèges coexistent : d’une part,
l’enseignement élémentaire gratuit
se prolonge par des classes de fin
d’études ou des cours complémentaires, sanctionnés par l’ancêtre du
brevet et permettant l’accès à des
postes de cadres subalternes. D’autre
part, les études longues, formant aux
savoirs académiques et à l’exercice du
jugement, ne sont dispensées qu’à un
petit nombre dans les petits séminaires
catholiques ou les établissements d’État
payants jusqu’en 1933. À cette époque,
le Front populaire unifie les formations
des enseignants et aligne les programmes de ces collèges parallèles,
mais deux corps continuent à s’affronter : les pédagogues, tournés vers le
savoir appliqué et la formation professionnelle, versus les tenants de la culture
classique.
Le collège est né de la fracture
mal réduite cloisonnant primaire
et secondaire. Selon l’historien
de l’éducation Claude Lelièvre,
il souffre de ce que l’allongement
de la scolarité obligatoire
ne se soit pas accompagné d’une
vraie réflexion sur sa finalité.
VIRGINIE LERAY
2005 : le socle commun,
une voie vers
la démocratisation ?
Du petit séminaire au collège.
L’élitisme républicain gaullien
Le système de bourses d’État et l’aide
de l’Église aux élèves pauvres méritants
n’ont que des effets marginaux. C’est donc
dans un contexte toujours très clivé qu’en
1959, l’ordonnance Berthoin prolonge la
scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Et
amène à une démocratisation méritocratique. En 1963, le collège d’enseignement
secondaire gaullien réunit les enseignements
prolongeant le primaire communal et l’enseignement général menant au baccalauréat dans un même établissement. « Gare
de triage, ce dispositif d’orientation permet
un recrutement élargi des élites et facilite
la poursuite d’études des meilleurs élèves
des milieux modestes. Mais la logique de
filière interdit une massification du secondaire long. Tout le monde n’est pas appelé
de soutien efficace », explique Claude Lelièvre.
Résultat, le collège met 15 % des élèves en
grave échec et ne profite qu’aux 35 % d’une
classe d’âge poursuivant en lycée général2.
Et dès les années 80, politiques et experts
se relaient au chevet d’un collège en quête
de sens. Depuis les préconisations du Collège
de France, en 1985, jusqu’à celles de la commission Thélot, en 2004, en passant par les
rapports Bourdieu (1989) ou Ferry (1994),
près d’une dizaine d’études pointent le besoin
d’unité et de cohérence des savoirs au
collège. La notion de « minimum culturel
commun » prend forme. La suprématie
disciplinaire est interrogée et, au côté
des contenus, les compétences, notamment technologiques et professionnelles,
prennent place parmi les acquisitions
scolaires. L’idée d’apprentissage tout au
long de la vie renoue même avec l’idéal
éducatif des Lumières qui rêvaient la scolarité obligatoire comme une propédeutique, une porte vers l’autodidaxie. En
2001, le sommet de Lisbonne inscrit cet
horizon éducatif à l’échelle européenne.
Photos : D. R.
D o s s I e r
DossIer
à augmenter son bagage culturel », décrypte l’historien de l’éducation Claude
Lelièvre1.
1975 : Une massification
problématique
Ce n’est qu’en 1975 que la loi Haby, sous
l’impulsion de Valéry Giscard d’Estaing, instaure le collège unique, sans filières, chargé
de « donner un savoir minimum à tous ».
« Une réforme structurelle et culturelle qui
repose enfin le sens de la scolarité obligatoire
mais qui a provoqué des résistances. De
crainte d’un nivellement par le bas, le principe
du collège unique a été contourné par le
biais des options utilisées pour constituer
des classes de niveau et par l’orientation de
7 à 10 % des élèves en 4e et en 3e. De plus,
l’hétérogénéité a été réalisée sans dispositif
30 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
La mise en œuvre du socle commun
inscrit dans la loi en 2005 instaure donc
des hiérarchisations, des choix permettant
de distinguer les contenus essentiels des
programmes. « Il s’agit de renoncer à privilégier le plafond pour enfin établir en priorité
le plancher, la culture commune de base de
notre temps à assurer à tous et à chacun »,
affirme Claude Lelièvre pour qui cette révolution
doit passer par « un débat démocratique, arbitré par le Parlement et animé par une entité
non experte, indépendante du ministère de
l’Éducation ». Rompre avec une mentalité élitiste inhérente au système éducatif française,
tel est le défi sous-jacent : « Le collège est
conçu comme une préparation au bac dont
le compte à rebours commence dès la 6e.
Comme les conservatoires, les collèges veulent
former des virtuoses et deviennent inaccessibles
aux amateurs. Au nom du mieux, on ne fait
pas le bien »,conclut Claude Lelièvre.
1. Agrégé de philosophie, professeur d’histoire de l’éducation
à Paris V, auteur de L’école obligatoire : pour quoi faire ? - une
question trop souvent éludée, 2004, Retz, 142 p., 14,75 €.
2. Rapport Grosperrin, 2010.
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:26 Page31
DossIer
Les logiques inachevées
du collège unique
D. R.
Un retour aux sources de
l’inspiration du collège unique
permet une meilleure
compréhension des enjeux et
tensions à l’œuvre autour de ce
niveau d’enseignement,
aujourd’hui stigmatisé par le
débat éducatif, et d’envisager les
voies de réussite d’une école
moyenne ouverte à tous.
AURÉLIE SOBOCINSKI
O
n ne pourra pas dire que le collège
unique a échoué tant que sa construction ne sera pas achevée. » Ainsi
Jean-Paul Delahaye, inspecteur général
de l’Éducation nationale, récuse-t-il dans
son ouvrage Le collège unique, pour quoi
faire ?1 les accusations que concentre
aujourd’hui ce niveau d’enseignement,
maillon intermédiaire si essentiel et pourtant
si affaibli du système éducatif.
Premier outil de la démocratisation, le
collège unique, créé en 1975 avec la loi
Haby, a d’abord été animé par des considérations socio-économiques et la
nécessité dans la foulée des Trente Glorieuses d’élever le niveau de formation
générale de la population, rappelle
Philippe Joutard, ancien recteur et
auteur, en 2001, d’un rapport sur l’évolution du collège. « Bien évidemment
des motivations d’idéal démocratique
ont également été à la source de son inspiration, mais les logiques pédagogiques n’ont pas présidé à sa création et
les enjeux de cette massification n’ont
finalement jamais été suffisamment
réfléchis. »
Ainsi, depuis l’origine, ce qui fait problème au collège, poursuit l’historien,
c’est que l’on a trop souvent confondu
« unique » et « uniforme ». Le collège
n’a pas été outillé pour assumer son
caractère « de masse », qui tient dans la
scolarisation de la quasi-totalité des
classes d’âge de l’adolescence. Il a été
conçu sur le modèle très malthusien et
élitiste, socialement parlant, du « petit
lycée », où prévalent la logique disciplinaire et le cloisonnement des savoirs,
plutôt que sur le modèle d’un « primaire
supérieur », voie intermédiaire entre
l’école primaire et le lycée. D’une certaine manière, le collège unique « paye »
ce vice de forme initial, estime Jean-Paul
Delahaye.
La relance de la réflexion
sur la différenciation
apparaît cruciale.
Quoi de plus déstructurant pour un
enfant que de passer de un à huit, voire
à dix enseignants ? « La rupture reste
beaucoup trop grande aujourd’hui
du primaire au secondaire, et la préparation de l’un vis-à-vis de l’autre, insuffisante », considère Philippe Joutard. Pour
construire une école pour tous, les
experts convergent sur le défi à relever
d’une « culture scolaire partagée »,
assurant la continuité entre les niveaux
d’enseignement, et tout particulièrement dans le passage du CM2 à la 6e. À
l’heure où la logique du socle commun
et de l’approche par compétences prend
place dans le paysage éducatif, et où se
met en place, dans le même esprit, la
réforme du lycée, l’opportunité ne pourrait-elle pas être saisie d’une réarticulation des savoirs et du temps, en particulier dans les premières années de collège, en établissant des liens beaucoup
plus forts entre les disciplines ?
Pour concrétiser cette évolution du
collège, les plus réformateurs envisagent une réduction du nombre de professeurs pour les néo-collégiens et la
mise au point d’un enseignement beaucoup plus intégré, structuré en pôles.
S’appuyant sur la constitution d’un pôle
sciences, concrétisé par la démarche La
main à la pâte2 à l’école aussi bien qu’au
collège, Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, plaidait
récemment dans les pages du Monde en
faveur d’un pôle lettres et histoire, qui
serait lui aussi piloté par un unique professeur…
Un obstacle de taille reste à lever avant
de concrétiser un véritable collège pour
tous : la question longtemps non résolue
des contenus disciplinaires spécifiques à ce
niveau d’enseignement. À quels fondamentaux préparer les jeunes ? Le collège
unique a vu le jour mais pas la notion de
savoirs de base qui aurait dû l’accompa-
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
31
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:26 Page32
gner. « Les initiateurs du collège unique
avaient parfaitement conscience qu’en
changeant le contenant, ils devaient
changer le contenu. Et ce contenu ne
devait pas être uniforme mais accessible à tous dans leur diversité », analyse
Jean-Paul Delahaye.
Parasitée par le débat entre les détracteurs d’un savoir minimal équivalent à un
« smic culturel » et les
défenseurs de « l’élévation du niveau de connaissances et de culture de
tous les Français », la définition du tronc commun
du collège n’a finalement
retenu que les contenus
préparant à l’enseignement général du lycée,
signifiant de cette manière à une partie des collégiens que le collège n’a
pas été pensé pour eux,
puisqu’il défavorise toute
forme d’intelligence autre que verboconceptuelle et multiplie les itinéraires de
délestage « à profils particuliers » (classes
préprofessionnelles de niveau, classes
d’adaptation et d’insertion, d’aide et de
soutien, etc.).
Or, c’est à une conception beaucoup
plus large de l’enseignement obligatoire
qu’appelle le collège unique. Davantage
axée sur des compétences clés que sur
des savoirs – aussi bien d’ailleurs dans les
apprentissages que dans l’évaluation –,
cette conception inclut aussi l’idée de
branches multiples et diversifiées se
nourrissant de ce tronc commun et proposant à partir de celui-ci des parcours
différenciés d’égale dignité à des élèves
différents.
En ligne de mire aussi : la conception
même des programmes, qui devrait
« permettre d’intégrer les disciplines
existantes et de stimuler les développements d’une connaissance apte à relever
les défis de notre vie individuelle, culturelle et sociale », comme l’explique Edgar
Morin3. À défaut de rêver à court terme à
une didactique profondément renouvelée et à une élaboration commune des
contenus par les différentes inspections
générales, un premier travail de hiérarchisation et d’allégement en transversalité, ainsi que de clarification et de
recherche des points de convergence,
peut être amorcé au sein de chaque discipline…
Encore faut-il lever les profondes résistances culturelles à l’œuvre sur le terrain… et outiller les professeurs qui
manquent d’une formation initiale et
continue suffisante pour les aider à sau-
relle, un décrochage visible vis-à-vis de
l’école. »
Comment ne plus laisser vierge l’entrée
éducative liée à cette étape charnière du
collège, et avec elle, cette réflexion de
fond sur le statut de l’entrée de l’adolescence dans notre société ? Il y a là un véritable enjeu sociétal, au regard duquel
l’école, bien que fragilisée
par « la certitude selon laquelle les connaissances
d’une vie ne peuvent plus
toutes y être acquises, une
situation où les enseignants
ne peuvent plus fonder exclusivement leur autorité
sur les savoirs qu’ils maîtrisent et doivent désormais
la conquérir sur d’autres
terrains », n’en apparaît pas
moins « comme la dernière
institution en état de préserver une forme de lien,
au-delà de l’appartenance
sociale ou des communautés », souligne Françoise Clerc, professeur
émérite en sciences de l’éducation4.
La relance de la réflexion sur la différenciation apparaît ainsi cruciale. Le collège doit rester pour les jeunes un lieu de
« référence », où ils se sentent accompagnés, dans et au-delà du cadre purement
scolaire, grâce à une pédagogie différenciée et en groupes variables, à un travail
en équipe, à une organisation en cycles,
mais aussi grâce à la proposition d’actions de remédiation, avec des horaires
et des moyens stabilisés, en direction de
ceux qui connaissent les plus grandes difficultés. L’aide au travail personnel des
collégiens, mésestimée, constitue en
effet un facteur d’inégalité majeur : là se
joue massivement la réussite ou l’échec
au collège.
Sans une proposition éducative et
culturelle qui ouvre sur le monde, démultiplie les points de rencontre interindividuelle et les lieux d’investissement
collectif, supports d’une construction
personnelle et premiers jalons d’un projet de vie…, le collège pour tous ne restera qu’une utopie.
D. R.
D o s s I e r
DossIer
Le collège ne doit plus être le lieu où s’installe l’ennui.
ter le pas de cette approche exigeante...
« On a fait le collège unique sans professeurs adaptés. Or, on ne peut accueillir
au collège des élèves hétérogènes qu’en
mettant en regard des compétences
professorales diversifiées et complémentaires », analyse Philippe Joutard,
qui voit une véritable occasion « manquée » dans la suppression, en 1987,
des professeurs d’enseignement général
des collèges (PEGC) dont le modèle et
l’organisation du travail penchaient vers
le primaire, via notamment la pratique
de la bivalence.
Projet de vie
On touche là à la vocation première du
collège unique : la réponse à l’exigence
de traitement de l’hétérogénéité des
élèves, afin de les rejoindre dans leur
réalité et d’ouvrir un horizon à leur motivation. « La question du collège est ni
plus ni moins celle des élèves, rappelle
Yves Mariani de l’observatoire national
de pédagogie. C’est là que s’installe
l’ennui, que se met en place le métier
d’élève dans ce qu’il a de négatif, que
toutes les routines scolaires et les fauxsemblants sont intégrés, que les savoirs
apparaissent très faiblement comme des
enjeux, et que, pour un certain nombre
de jeunes, se produit une rupture cultu-
32 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
1. Le collège unique, pour quoi faire ? - les élèves en difficulté au cœur de la question, Retz, 2006, 158 p., 14,75 €.
2. Sur internet : www.lamap.fr
3. Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur,
Seuil, 2000, 129 p., 16 €.
4. À l’université Lyon-II.
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:26 Page33
DossIer
«C’est comme si l’on n’avait
toujours pas lu Piaget !»
D. R.
Yves Mariani, membre
de l’observatoire national
de pédagogie et sociologue,
trace pour le collège de demain
une piste prometteuse
sur laquelle l’enseignement
catholique peut s’engager
avec quelques atouts d’avance.
De quoi ont besoin les collégiens ?
PROPOS RECUEILLIS PAR
AURÉLIE SOBOCINSKI
On s’inquiète depuis une vingtaine
d’années de la dégradation
de l’intérêt que les élèves portent
à leur scolarité de la 6e à la 3e...
Comment expliquer ce décrochage ?
Yves Mariani : Le débat autour du collège maillon faible est le marqueur d’une
époque où la question de la scolarité pour
tous, passage obligé, et du socle commun
de formation croisait un certain nombre
de débats idéologiques de la société française quant à son modèle d’intégration.
Il s’est cristallisé autour de la querelle
opposant, pour simplifier, Philippe Meirieu
et Alain Finkielkraut, et a laissé dans l’ombre des questions éducatives clés. Les deux
dernières décennies ont ainsi marqué le
déclin du grand rêve d’Alain Savary et plus
globalement de la loi d’orientation de
Lionel Jospin.
On attribue facilement ce relatif échec
aux enjeux structurels du collège unique,
un peu vite car celui-ci n’a jamais eu de
réalité structurelle effective dans la majorité des établissements… Par contre, les
enseignants de collège, à qui l’on a
demandé dans les années 80 d’effectuer
un aggiornamento de leur approche
pédagogique – toute la thématique de la
pédagogie différenciée, de la gestion de
l’hétérogénéité –, ont vu peu à peu s’épuiser pour de multiples raisons le soutien
pédagogique dont ils avaient besoin. In fine,
cette réforme de fond qui tirait définitivement le collège vers l’école primaire, dans
un continuum éducatif et pédagogique
cohérent tant en termes de postures, de
sée. Et le malentendu radical qui s’ensuit,
tant du côté des collégiens, qui ne considèrent plus le collège comme un lieu de
référence dans leur vie, que des enseignants pris en tension, à la fois insatisfaits
et insécurisés. Un dernier décalage s’observe dans la suppression brutale de l’approche collective des apprentissages au
primaire. Pour beaucoup d’élèves, se
retrouver seuls en 6e à travailler les plonge
dans une grande insécurité et empêche de
profiter de ce moment privilégié dans leur
développement pour jeter les bases d’une
éducation à la mixité.
méthodes que de démarches, n’a jamais
été totalement soutenue ni instrumentée
dans la durée. Les enseignants de collège
sont restés culturellement tiraillés entre le
modèle prégnant du lycée, valorisé et
prestigieux, et celui de la culture primaire,
plus centrée sur la prise en compte globale
de l’enfant puis de l’adolescent.
Quels sont les points de rupture
entre les pratiques pédagogiques
et éducatives en usage au collège et
ce que sont les jeunes aujourd’hui ?
Y. M. : Dans le rapport au temps,
d’abord. Le collège se retrouve devant ce
défi redoutable de faire cohabiter pendant
quatre années enfants et adolescents. Or il
y a plus d’écart entre les pieds de plomb
des grands de 3e et les « petits » de 6e qu’à
tout autre moment de la vie… L’uniformisation des pratiques pédagogiques creuse
un décalage : d’un côté, on ne les traite
pas réellement comme des enfants, et de
l’autre, on les plonge dans une structure
hypermaternante qui recourt en permanence à la méthodologie. Le deuxième
décalage tient au rapport à l’abstraction.
C’est comme si l’on n’avait toujours pas lu
Piaget ! Or, le modèle didactique de
construction proposé par le collège s’inscrit en totale rupture avec le cheminement
inductif et progressif – du fait à l’idée, du
concret à l’abstrait – proposé en cycle 3 au
primaire. De là s’installe l’ennui, sinon le
décrochage, chez nombre d’élèves dès la
fin du premier trimestre de 6e, en raison de
cet affaiblissement des exigences de pen-
Y. M. : Ce qui me frappe et semble
s’alourdir, c’est cette pression invraisemblable sur l’orientation, le stress qu’elle
peut engendrer et qui tue en réalité le projet de vie du collège. On rate l’installation
dans le temps long de l’adolescence alors
que les jeunes auraient justement besoin à
ce moment précis d’être sortis de leur vertige narcissique par un projet sécurisé,
serein, exigeant… Il y a urgence à retravailler le rapport au grandir avec les familles et
les équipes, et à repenser le collège
comme le temps long d’un parcours commun avant les étapes de détermination.
L’idée de cycles, qui articuleraient CM2-6e,
5e-4e, 3e-2de, apparaît dans cette optique
comme une piste prometteuse, et l’enseignement catholique dispose d’un atout
extraordinaire de par la très forte proximité
des structures.
La dimension collective des apprentissages manque aussi. Il faut faire sans
attendre du collège un lieu d’interactions
entre élèves au niveau intellectuel et
social, où les modalités d’apprentissage
varient et obligent les jeunes à se confronter en permanence à la différence afin de
faire tomber peurs et représentations. Et
j’ajouterai, un lieu gai et vivant pour pouvoir être investi, susciter des mécanismes
d’appartenance essentiels à cet âge afin
de lutter contre la dépersonnalisation…
Au-delà de l’enjeu du vivre-ensemble, le
collège, temps de peur pour les enfants
poussant aux comportements grégaires
les plus primitifs, appelle un projet global
fort d’éducation où les savoirs se situent
bien au centre et l’érigent comme un lieu
porteur de sens pour explorer et comprendre le monde, agir sur lui, et donc se comprendre soi-même.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
33
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page34
D o s s I e r
DossIer
Recettes marseillaises
Diversification des parcours ici, collaboration étroite avec les parents pour un suivi au plus proche
des élèves là… En fonction de leur projet et de leur histoire, les établissements élaborent
leur propre recette pour faire du collège unique une voie de réussite pour chacun.
L
34 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
© V. Leray
VIRGINIE LERAY
’hétérogénéité scounique, lieu idéal de socialisation,
laire au collège,
plutôt que d’enfermer les élèves
une réalité parfois
dans des cases dès la fin du pricompliquée… mais pas
maire. La logique de passerelles
une fatalité ! C’est la
est fondamentale », témoigne
position de deux établisAlexandre Roth, professeur de physements marseillais,
sique-chimie.
Saint-Bruno - La Salle1 et
Autre histoire, autre projet
le Sacré-Cœur2, où une
d’établissement, Saint-Bruno - La
mixité totale, religieuse,
Salle conjugue hétérogénéité et
culturelle, sociale et scohautes exigences scolaires en
laire, exacerbe la problés’appuyant sur la tradition éducamatique de la diversité
tive lasallienne et sur une collabodes niveaux.
ration étroite avec les familles.
Pour Jacqueline Luciani, di« L’école se doit aujourd’hui de
rectrice du Sacré-Cœur, l’hépoursuivre le travail éducatif des
térogénéité, c’est aussi « une
parents mais elle a aussi besoin
est
exigence déontologique… À Saint-Bruno, le rituel de mise en rang, moment d’intériorité avant l’entrée en cours,
que le travail scolaire se poursuive
aussi l’occasion d’échanger avec Frédéric Ayme, le responsable de la vie scolaire (au 1er plan).
Pourtant, accueillir toujours
à la maison. Surtout au collège,
plus d’élèves sujets à des problèmes “dys” de moins bonnes moyennes que certains fin de la scolarité obligatoire et maillon
ou à des troubles du comportement provo- “non autonomes” mais se donnent les particulièrement délicat. C’est le moment
quait la fuite des bons éléments. Nous avons moyens d’atteindre les objectifs que l’on où se fait le deuil de l’enfance au profit de
toujours refusé de devenir une bulle aseptisée attend d’eux. Une dose d’auto-évaluation l’émergence de l’adolescent en devenir et
et élitiste… mais nous ne voulions pas non participe d’ailleurs à rendre les élèves acteurs où la concrétisation de l’orientation
plus devenir un collège ghetto ! Du coup, de leur progression. » Quant aux « auto- impose parfois d’abandonner certains
nous expérimentons depuis trois ans une nomes », Jacqueline Luciani et son équipe rêves. Un passage rendu compliqué par
formule “collège sans classes” qui nous aide réfléchissent à la possibilité de condenser le délitement des modèles familiaux, l’inà apporter une réponse à chaque profil leur cursus sur trois ans, un projet qui im- certitude du monde professionnel et le
d’élève ».
plique une demande d’agrément acadé- culte de l’immédiateté », explique Sylvain
Grâce au jeu des heures supplémentaires mique.
Bertrand, le directeur. Cycle de conféeffectives (HSE), les deux classes de chaque
rences en partenariat avec un centre
Avec les familles
niveau de 4e et de 3e ont éclaté en trois
social, rencontres parents-famille-CPE,
groupes de compétences. Les élèves s’y réÀ l’étude également, la création de conseils éducatifs sur l’hygiène de vie
partissent en fonction de leur degré d’ac- groupes médians pour les niveaux 6e et notamment, souci du consensus autour
quisition des piliers 6 et 7 du socle commun, 5e. Ils fonctionneraient selon la même logique des règles du vivre-ensemble manifesté
l’autonomie et la responsabilité, aptitudes mais avec seulement deux groupes, au- par un livret d’accueil corédigé par des
transversales par excellence. Certaines tonomes ou non. À la révolution succède parents et des professeurs et par un règleséances sont d’ailleurs conduites par un donc un vaste chantier dont l’aboutisse- ment intérieur très argumenté… Cet
binôme d’enseignants. Les conseils de classe ment repose sur l’adhésion et la motivation esprit d’aide à la parentalité et l’entrée
se préparent à l’aide de livrets de compé- d’une équipe d’enseignants majoritai- dans la logique du socle commun font que
tences maison, examinés en équipe toutes rement acquis aux avantages de ce fonc- l’établissement n’envisage pas de réorgales cinq ou six semaines. Ces points d’étape tionnement, notamment grâce aux for- nisation structurelle : « Le maillage des
réguliers permettent de suivre au mieux la mations reçues 3 : « Cela permet, d’un stratégies orchestrées par les professeurs
progression de chacun et d’envisager une côté, de proposer des approfondissements principaux – PPRE4, monitorat, soutien perdouzaine de changements de groupe par aux élèves demandeurs, et de l’autre, de sonnalisé, accompagnement éducatif –
niveau et par trimestre. « Les critères décisifs détailler toutes les étapes d’un raisonne- donne de bons résultats. L’introduction
ne sont pas les notes mais la motivation, ment, en consacrant davantage de temps d’une évaluation formative, complémenl’attitude de travail. Des élèves du groupe aux manipulations qui l’illustrent. Avant taire des notes, permet de sortir de la viomédian, “en cours d’autonomisation”, ont tout, cela permet de maintenir un collège lence d’une évaluation-sanction. Les
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page35
D. R.
DossIer
commentaires concernant les
compétences non acquises
sont au contraire porteurs d’espérances, montrent une progression possible et facilitent le
dialogue avec l’élève et sa
famille », explique Frédéric
Ayme, responsable de la vie
scolaire.
Transition sur mesure
L’équipe du Sacré-Cœur expérimente depuis trois ans
une formule « collège sans classes ».
tation. À Saint-Bruno - La Salle, dès la 6e,
une fiche navette circule de la maison à l’établissement pour préparer un choix concerté.
« D’un même mouvement,
on considère l’élève dans
sa globalité et on fait vivre
la communauté éducative. »
Au Sacré-Cœur, les élèves du primaire visitent
le collège et bénéficient d’ateliers animés
par des 3es. Ensuite, l’orientation peut parfois
se décider dès le 5e, vers la filière Segpa6 de
l’établissement. Pour les 4es, un partenariat
avec le lycée professionnel Don Bosco permet
un parcours de découverte et des séjours
d’immersion en LEP avec, à la clef, une orientation possible vers sa 3e découverte profes-
D. R.
Les deux établissements ont
donc adopté sans difficulté le
livret personnel de compétences5
généralisé cette année au collège
et en anticipation duquel tous
deux avaient déjà introduit des
livrets d’évaluation maison. Une
évolution qu’ils estiment positive tout en attendant la version numérique élaborée par
le ministère, qui devrait faciliter le remplissage
des rubriques et garantir une meilleure visibilité
auprès des parents. Les enseignants se concertent largement pour s’accorder sur les critères
et les degrés de validation du document, la
suprématie de la logique disciplinaire cède
le pas à davantage de collaborations transversales, et le pédagogique s’articule toujours
plus étroitement à l’éducatif… « D’un même
mouvement, on considère l’élève dans sa
globalité et on fait vivre la communauté éducative depuis les parents jusqu’aux personnels
de service en passant par les enseignants »,
s’enthousiasme Thierry Coriéras, adjoint de
pastorale scolaire du Sacré-Cœur.
Autre point d’attention particulière : l’orien-
sionnelle ou vers un CAP. En fin
de 3e, une seconde passerelle,
alternative au redoublement, aménage une transition sur mesure,
vers le lycée général, la plupart du
temps : « En plus d’une remise à
niveau, les élèves commencent à
aborder le programme de seconde
grâce à un horaire allégé de certaines disciplines. L’accent peut
aussi être mis sur la préparation
d’un projet professionnel », détaille
Jacqueline Luciani. Chaque établissement possède donc ses leviers
d’action spécifiques pour différencier les rythmes et les parcours,
introduire de la souplesse au sein
des cycles, mener chacun au maximum de ses possibilités, sans exclure personne
ni subir un nivellement par le bas.
1. Adresse : 8A place Edmond-Audran, 13248 Marseille
Cedex. Tél. : 04 91 49 03 62.
Internet : www.saintbrunolasalle.com
2. Adresse : 22 rue Barthélemy, 13001 Marseille. Tél. :
04 91 48 05 92. Internet : www.sacrecoeur-marseille.fr
3. L’ARES, centre de formation missionné par l’enseignement
catholique, a accompagné nombre d’établissements dans
la mise en œuvre du socle commun. Des expériences racontées dans un guide méthodologique éclairant, écrit par
Carole Lucas : Mettre en place le socle commun de connaissances et de compétences, 25 €. Internet : www.ares.asso.fr
4. Projet personnalisé de réussite éducative.
5. Défini par l’arrêté du 14 juin 2010 et la circulaire
n° 2010-087 du 18 juin 2010. Appelé à s’ouvrir à l’appréciation d’associations extérieures aux établissements selon
la philosophie du livret personnel d’expérimentation testé
cette année dans 166 établissements (loi n° 2009-1437
du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation
professionnelle tout au long de la vie).
6. Section d’enseignement général et professionnel adapté.
Dispositifs modulaires
Le travail en barrettes n’a pas de secret pour le collège Saint-Louis de Vouziers
(Ardennes)*, qui a inventé avant l’heure le dispositif de la 3e découverte professionnelle : « À la fermeture de la troisième technologique du lycée professionnel
de notre groupe scolaire, nous avons eu l’opportunité de monter un projet novateur
au sein du collège. Il permet de proposer des cours différenciés, suivis en petits
effectifs, en français, maths, anglais et histoire. Les élèves préparent ainsi soit le
brevet des collèges, soit le brevet technologique, selon qu’ils choisissent une
option découverte professionnelle de trois heures ou un module de six heures hebdomadaires », détaille Élisabeth Nortier, la directrice. Ce système permet aux élèves
de se remotiver et de reprendre confiance. Il s’accompagne d’une notation chiffrée
mais également différenciée, avec des niveaux d’exigence adaptés aux aptitudes de
Dispositif de découverte du métier de vigneron.
chacun. L’adoption cette année du livret de compétences s’accompagne d’une remise à plat de tout le système d’évaluation : « Nous avons
élaboré de nouvelles grilles redéfinissant les items de manière plus concrète et en fonction des attentes particulières à chaque niveau de
classe », explique Élisabeth Nortier. Cet intense travail de concertation englobe aussi une réflexion sur le parcours histoire des arts et une
redéfinition des étapes de validation du B2i**. En parallèle, l’équipe songe à étendre son dispositif modulaire au niveau 4e. VL
* Adresse : 27 rue Bournizet, 08400 Vouziers. Tél. : 03 24 71 83 76. ** Brevet informatique et internet.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
35
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page36
Le modèle belge
Photos : S. Horguelin
D o s s I e r
DossIer
En Belgique francophone, les élèves suivent six années de primaire puis six années de secondaire.
Mais comment y vit-on les années collège ? La souplesse est le maître mot de ce système éducatif
où le chef d’établissement jouit d’une grande autonomie.
E
n ce matin du 6 décembre, il fait un
froid glacial en Wallonie. Et le bus qui
conduit les élèves patine sur la neige
durcie pour gravir la colline de Ans.
Dans cette commune populaire qui jouxte
Liège, le collège Saint-François-d’Assise1
accueille des élèves de 12 à 18 ans, car en
Belgique pas de « collège unique » mais
un cycle secondaire qui débute à la fin des
études primaires, après l’obtention du certificat d’études de base (CEB). Il se décompose en un premier degré (nos 5e et
4e), appelé cycle d’observation ; un second
degré (nos 3e et 2de), cycle d’orientation ;
et un troisième degré (nos 1re et terminale),
cycle du choix. Si le certificat d’études
existe toujours en Belgique, point de « brevet des collèges » mais une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans2. Première surprise,
donc, pour les Français : notre 6e fait partie
du primaire et le tronc commun s’arrête
à la fin de la 4e, après quoi l’élève choisit
entre une voie générale ou professionnelle
(cf. encadré). Il en découle une façon différente de gérer les élèves de 11 ans, plus
accompagnés au primaire, et ceux de
14 ans, déjà orientés vers des formations
à la carte.
À Saint-François-d’Assise, qui scolarise
750 élèves, on retrouve toutes les filières
du secondaire. Jean-Pierre Mergeai dirige
cet établissement catholique situé en Zep3.
« Pour permettre la réussite de chacun,
SYLVIE HORGUELIN
notre collège tire partie de la souplesse
du système éducatif de la Communauté
française de Belgique4, qui multiplie dispositifs et passerelles », expose-t-il. Un
exemple : en 1re secondaire (notre 5e), il
existe trois possibilités : les élèves qui ont
obtenu le CEB en fin de 6e suivent une
1re commune ; ceux qui ne l’ont pas réussi,
une 1re différenciée ; ceux qui ont échoué
la 1re, une 1re supplémentaire (un faux redoublement) qui conduit à une 2e (notre
4e) ou à la 3 e (notre 3 e) ! « Les élèves
mettent deux à trois ans pour suivre le
premier degré (5e/4e) en fonction de leur
rythme propre », détaille le directeur.
« Nous mettons tout
en œuvre pour raccrocher
les décrocheurs. »
Mais nous voici en 2e secondaire commune
(4e), dans le cours d’Isabelle Lavianne. Celleci, comme ses collègues, enseigne plusieurs
disciplines (trois disciplines étaient requises
autrefois, deux à présent), ce qui lui permet
de mieux suivre chaque classe. Autre avantage souligné par cette enseignante de français, d’étude de milieu (un mélange d’histoire
et de géographie) et de religion catholique :
pouvoir relier les apprentissages entre eux.
Ce matin, en cours de religion, les collégiens
36 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
lisent un texte de Tim Guénard qui relate
son enfance malheureuse. Isabelle Lavianne
va s’en servir pour leur apprendre à bâtir
une argumentation. « J’insiste sur les méthodes de raisonnement et de travail transférables d’une discipline à l’autre », explique
Isabelle. Cette « défenderesse de la gestion
mentale », selon son expression, s’est formée à cette approche avec quinze collègues
et s’en sert pour concevoir ses cours.
De l’autre côté du mur, Valérie Bricout
donne un cours de sciences à une 2e supplémentaire : pas question avec ces redoublants, de refaire le même programme !
La pédagogie de projet est à l’honneur
pour recréer de la motivation. Valérie a
inscrit sa classe à un concours de « création
d’un objet innovant », sur le thème « la
cuisine, lieu de vie ». Les élèves, en groupes
de deux ou trois, sont en plein brainstorming. Il leur faut inventer un plateau à verrines modulable dont ils réaliseront le
prototype.
« Je suis libre au niveau du programme,
explique Valérie. J’essaie de donner du
sens à ce qu’ils font en articulant les matières
entre elles. » Ce projet leur permettra de
valider plusieurs compétences transversales
portant sur l’expression mais aussi la capacité
à travailler en groupe. Car en 2000, un référentiel de compétences a été distribué
aux professeurs du primaire et des deux
premières années du secondaire, en réfé-
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page37
DossIer
© S. Horguelin
sUN SYSTÈME ÉDUCATIF DIFFÉRENT
PRIMAIRE (6 ANS)* : 1re primaire (CP) ; 2e primaire
(CE1) ; 3e primaire (CE2) ; 4e primaire (CM1) ;
5e primaire (CM2) ; 6e primaire (6e) – Certificat
d’études de base (CEB) ;
SECONDAIRE (6 ANS)* : 1er degré : 1re secondaire
(5e) + 2e secondaire (4e) – fin du tronc commun
Orientation vers la voie générale, appelée « Enseignement de transition » (avec une filière plus théorique
« Général de transition » ou plus pratique « Technique
de transition »), ou la voie professionnelle, appelée
« de qualification » (avec une filière plus générale
« Technique de qualification » et plus pratique « Professionnel de qualification »).
2e degré : 3e secondaire (3e) + 4e secondaire (2de)
3e degré : 5e secondaire (1re) + 6e secondaire (Tle)
Certificat d’enseignement secondaire supérieur
(CESS).
* Entre parenthèses, les classes équivalentes du système
français.
Jean-Pierre Mergeai devant son établissement,
aux portes de Liège.
rence à un socle commun défini en 1997.
« L’idée était de pousser les enseignants
à rendre les élèves plus actifs d’un point
de vue cognitif, expose Sabine Kahn, maître
de conférences à l’université libre de
Bruxelles, mais aujourd’hui la Belgique est
en échec par rapport aux compétences. »
En effet, la plupart des enseignants continuent à se référer à la pédagogie par objectifs, en procédant étape par étape, du
plus simple au plus complexe, faute de
formation et d’accompagnement, reconnaît
l’universitaire5.
Petits effectifs
Isabelle Lavianne, pour sa part, constate
que « les compétences se révèlent très difficiles pour les élèves et pas assez bien travaillées par les profs ». D’où la nécessité
de « ne pas miser que sur elles ». Tout n’est
donc pas rose en Wallonie où 40 % des
jeunes enseignants quittent le métier après
cinq années d’exercice. Motif invoqué : le
manque de formation pour enseigner mais
surtout pour gérer les conflits dans la classe.
« Beaucoup d’élèves orientés vers le technique ou le professionnel vivent notre système éducatif comme un système de
relégation, explique Marie-Luce Bastin,
professeur de français, et de ce fait, ne
sont pas faciles. Ils se sont dirigés vers des
filières moins exigeantes du point de vue
des cours généraux, faute de travail ou de
capacités. Leur goût pour la filière ellemême est parfois inexistant. »
En revanche, parmi les points positifs, Jean-
Pierre Mergeai met en avant le fait qu’il jouit
d’une vraie autonomie en disposant d’une
enveloppe globale (le NTPP : nombre total
de périodes professeurs) qu’il gère à sa convenance. Ainsi a-t-il décidé de constituer des
classes à petits effectifs : 24 élèves maximum
pour les 1re et 2e secondaires C et 15 élèves
pour les 1re et 2e secondaires S et D.
Autre choix qui fait la fierté de Jean-Marie
Barbette qui en a la responsabilité, la création
depuis un an du « dispositif Assise » (en référence à la ville du Poverello). Assise, c’est
un lieu un peu éloigné de l’école, où des
élèves perturbateurs de 12 à 16 ans, issus
des 1er et 2d degrés, viennent passer 15 jours
à trois semaines (renouvelables). Cette sorte
de « classe relais », qui accueille des jeunes
de quatre autres établissements partenaires,
« les aide à retrouver des comportements
positifs et parfois à se réorienter », expose
Jean-Marie Barbette qui occupe un poste
de « médiateur interne », créé là encore par
le directeur. Quant aux élèves les plus récalcitrants, ils seront accueillis deux à trois mois
dans un sas externe au collège, appelé
« Rebonds »…
À chaque palier des années collège, « nous
mettons tout en œuvre pour raccrocher les
décrocheurs », conclut Jean-Pierre Mergeai,
qui reconnaît toutefois qu’il est obligé d’exclure
une grosse quinzaine d’élèves chaque année.
Perfectible, le modèle belge ? Sans doute,
mais la liberté d’action du chef d’établissement, la bivalence des enseignants ou encore
la multiplication des passerelles ne sont-elles
pas autant de pistes à creuser en France ?
1. Rue du Cimetière, 2, 4430 Ans, Belgique.
Tél. : 04 224 69 40. Internet : www.csfa.be
2. Le bac est remplacé par le certificat d’enseignement
secondaire supérieur (CESS) qui s’obtient par le contrôle
continu.
3. Pas de zones d’éducation prioritaire en Belgique. Les
établissements sont classés de 1 à 20, en fonction des
indices socio-économiques des parents d’élèves. SaintFrançois est dans le groupe 5.
4. L’enseignement catholique, qui scolarise 60 % des élèves
en Belgique, est scindé en deux entités autonomes : le
VSKO pour la Belgique flamande et le SeGEC pour la Belgique
francophone et germanophone. Le système éducatif commun
aux francophones comprend trois réseaux : le réseau officiel
de la Communauté française, celui des communes ou des
provinces et celui l’enseignement libre subventionné (à
99 % enseignement catholique). La Belgique francophone
obtient à peu près les mêmes résultats que la France aux
enquêtes PISA (soit moins bons que ceux des Flamands et
des germanophones).
5. Lors du colloque organisé le 3 décembre 2010, à Paris
par l’Iréa : « Le socle commun en France et ailleurs ».
Réussite finlandaise
rande gagnante des évaluations internationales PISA, la Finlande intrigue.
Paul Robert, principal du collège Nelson-Mandela dans le Gard, est parti
observer son système éducatif*. Il a listé ses facteurs de réussite :
« un environnement chaleureux et accueillant » ; « des rythmes d’apprentissage
adaptés » ; « un taux d’encadrement élevé » ; « une évaluation motivante »
(les notes chiffrées n’apparaissent qu’à 13 ans et vont de 4 à 10)... Quant aux
enseignants : leur profession est valorisée, leur recrutement exigeant, la formation
poussée, le temps de travail modéré avec une définition de service élargie ;
la liberté pédagogique totale… Mais la clef du succès réside, selon lui, dans
la suppression des filières, la mise en place d’un bloc unique de 7 à 16 ans
et celle d’un socle commun. Elle a été suivie de la suppression des groupes
de niveau au profit d’une hétérogénéité totale. Le tout accompagné d’une
décentralisation poussée qui permet aux municipalités de définir des orientations
locales et d’évaluer ses établissements. SH
G
* La Finlande : un modèle éducatif pour la France ? - les secrets de la réussite, coll. « Pédagogies », ESF, 2008,
160 p., 22 €.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
37
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page38
En panne, le collège ?
Pas à Bordeaux où les listes
d’attente s’allongent pour
entrer à Clisthène. Jean-François
Boulagnon a ouvert ce collège
expérimental en 2002 pour le
bonheur des profs et des élèves.
Tel qu’il vous plaira
D. R.
D o s s I e r
DossIer
PROPOS RECUEILLIS PAR
SYLVIE HORGUELIN
Clisthène1 est le seul établissement
cité en exemple par le Haut Conseil de
l’Éducation dans son rapport sur
le collège2. Le HCE y souligne les bons
résultats obtenus au brevet grâce à
sa réorganisation du temps scolaire...
Jean-François Boulagnon3 : J’étais principal adjoint au collège Grand-Parc,
auquel Clisthène est rattaché, quand
j’ai imaginé avec des collègues cet établissement expérimental. Il s’agissait d’inventer une école plus efficace, en restant
dans le cadre fixé par le ministère de l’Éducation nationale et sans coûter plus cher
qu’un collège ordinaire. Et ce, dans un
contexte de grande mixité sociale : un tiers
des élèves sont issus des quartiers aisés et
deux tiers des cités défavorisées alentour.
Sur quels leviers vous êtes-vous appuyé ?
J.-F. B. : Nous avons voulu instaurer un
autre rapport au savoir pour éviter le désintérêt et l’échec. C’est pourquoi, nous avons
mis en place un tiers de cours disciplinaires,
un tiers de cours interdisciplinaires (avec
deux demi-journées par semaine pour des
thèmes communs, telle la Bible en 6e) et un
tiers d’ateliers (pour la formation sportive,
artistique, technique et sociale). La journée
du collégien comprend donc un accueil,
suivi de ces trois temps pédagogiques redéfinis chaque semaine, plus une aide au
tutorat (de 16 heures à 17 h 30).
Vous vous êtes lancé avec une équipe de
profs volontaires ?
J.-F. B. : … et enthousiastes qui ont
accepté que leur statut soit modifié, en
restant dans le cadre réglementaire. Sur
24 heures de présence au collège, ils
enseignent 13 heures puis se consacrent à
l’aide personnalisée, au tutorat, au travail
en équipe, à la gestion de l’établissement.
Avec la reconstruction de l’emploi du
des personnes âgées, par
exemple. Résultat : il n’y a
pas d’absentéisme. Les
élèves sont contents de
venir au collège car ils se
sentent accueillis et responsabilisés.
Pour mettre au point
cette nouvelle
organisation, vous vous
êtes inspiré du travail de
plusieurs chercheurs ?
Jean-François Boulagnon et des élèves responsabilisés.
temps, la modification du service des professeurs est indispensable pour faire bouger le collège.
Autre axe majeur de votre projet : mener
une prévention efficace de la violence.
J.-F. B. : Cette prévention passe par un
lien fort entre l’éducatif et le pédagogique. Un exemple : le matin, nous avons
prévu un sas qui apaise les élèves. Un petit
déjeuner est offert par des parents volontaires puis les jeunes se rendent au CDI, en
salle d’informatique pour regarder leurs
mails… Autre point d’appui : le groupe de
tutorat, composé de 12 élèves de la 6e à la
3e. Les collégiens y travaillent en s’entraidant, encadrés par un membre de la communauté éducative.
Votre troisième axe consiste à permettre
un apprentissage de la démocratie.
J.-F. B. : Pour ce faire, chaque élève a un
rôle à jouer quotidiennement. Il est tour à
tour distributeur de la parole, lecteur,
garant de la bonne communication, scripteur de la mémoire, responsable aux merveilles (les brèves du jour)… Huit élèves élus
par leurs pairs constituent l’Agora, une
assemblée consultative, qui fait des propositions aussi bien sur le règlement intérieur
que sur le choix des destinations de voyage,
ou tout autre sujet soumis à leur réflexion
par les élèves ou les adultes. Les jeunes
acquièrent ainsi de bonnes compétences
sociales et établissent des relations de
confiance avec les enseignants. De plus,
l’établissement est bien inséré dans son
environnement et des liens sont noués avec
38 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
J.-F. B. : Ce projet est
pour moi le fruit de vingt
années d’expérience professionnelle. Il
résulte aussi d’un travail d’équipe intense.
Des chercheurs en sciences de l’éducation,
parmi lesquels François Dubet ou Philippe
Meirieu, nous ont aidés. Nous avons, par
ailleurs, consulté Georges Charpak, Paul
Ricœur ou encore Edgar Morin. Et tenu
compte des études sur les rythmes scolaires d’Hubert Montagner et de travaux
belges et canadiens.
Pourquoi n’ouvre-t-on pas d’autres
Clisthène ?
J.-F. B. : C’est au ministère qu’il faudrait
poser la question ! Nous n’avons pas
même obtenu d’ouvrir de nouvelles
classes pour répondre à la demande des
familles. Clisthène ne scolarise que cent
élèves, avec une classe par niveau. Pourtant, avec une dotation horaire globale
(DHG) identique aux autres collèges, nous
obtenons d’excellents résultats au brevet
et un taux de réussite en seconde supérieur au taux académique. Je suis sidéré
par la force d’inertie de tous ceux qui refusent de voir que les modes d’acquisition
du savoir ont changé. Tant qu’ils ne remettront pas en cause leurs pratiques, les
élèves continueront à s’ennuyer au collège. Quel gâchis !
1. Adresse : rue de Varize, 33300 Bordeaux. Internet :
http://clisthene.net.free.fr
2. Voir sur internet : « Le collège, bilan des résultats de
l’école-2010 », p. 41 ; et le rapport de la mission d'information parlementaire sur les rythmes scolaires, p. 81.
3. Depuis la rentrée 2010, Jean-François Boulagnon dirige
un autre collège de l’académie de Bordeaux.
n Luc Cédelle, Un plaisir de collège, Seuil, 2008,
307 p., 20,90 €. Ce journaliste du Monde y décrit avec
enthousiasme le fonctionnement de Clisthène.
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page39
DossIer
L’enseignement catholique
ouvre le débat
En novembre dernier, Éric de Labarre
a lancé une large consultation sur
le collège auprès de tous les acteurs
de l’enseignement catholique1.
Avec un objectif : aboutir, d’ici
à l’automne prochain, à un texte
d’orientation qui présentera
les évolutions souhaitées.
SYLVIE HORGUELIN
faut arrêter de penser que le collège est
une propédeutique pour le lycée », dit
Claude Berruer. Celui-ci invite à passer du
« petit lycée » à « une école du socle commun » qui irait du CP à la 3 e, avec un premier niveau (CP-CM2) et un deuxième
niveau (6e-3e). Dans cette école élargie, la
logique des compétences du socle remplacerait celle des programmes et conduirait les enseignants à travailler ensemble.
Claude Berruer avec Françoise Maine,
chargée de mission au Sgec, plaide aussi
pour « différencier les parcours et personnaliser la pédagogie afin de mieux assumer l’hétérogénéité et la réussite de
chacun ». Un certain nombre de dispositifs et d’initiatives qui ont bousculé avec
bonheur l’uniformité du collège, peuvent
être autant de points d’appui. Et Claude
Berruer de citer « les 4e et 3e de l’enseignement agricole, les Segpa et les Ulis,
les 3 e s découverte professionnelle
6 heures, le réseau des collèges “ambition réussite4”, l’accompagnement éducatif, les expérimentations d’un nouveau
temps scolaire… ». « Le collège est-il
d’ailleurs toujours “unique” quand on
sait que 13 % des élèves de 3e ne sont pas
dans une 3e standard ? » s’interroge l’adjoint au secrétaire général qui invite à
valoriser davantage les formations professionnelles mais aussi les capacités et
les attitudes… « Le système éducatif
français est comme l’économie italienne,
conclut avec humour Claude Berruer,
tout ce qui marche se fait au noir ! La
vraie réforme, ce serait de rendre possible
ce qui se vit clandestinement. »
Le levier prioritaire, comme l’illustre le
système éducatif belge (cf. pp. 36-37),
réside en grande partie dans l’autonomie
que l’on donnera au chef d’établissement
pour construire du sur-mesure avec son
équipe. À quand une dotation globalisée ?
Tout aussi incontournable : la modification du temps de service des professeurs
qui demandera un certain courage politique… Le collège Clisthène, cité en exemple par le HCE, en est la preuve (cf. p. 38).
Inventer
Dans l’enseignement catholique, le
livret personnalisé de compétences fait
déjà bouger les enseignants, comme en
témoigne le reportage effectué à Marseille (cf. pp. 34-35). Ici, on privilégie la
relation avec les familles (Saint-Bruno - La
Salle), là, on travaille par groupes de compétences certains piliers du socle (SacréCœur). L’envie est toujours la même :
« renoncer à privilégier le plafond pour
enfin établir le plancher », comme le préconise Claude Lelièvre (cf. p. 30).
Place donc à l’imagination pour inventer, en s’inspirant de l’existant, un collège
des ruptures et des seuils, de toutes les
intelligences, sans classes et sans murs, et
signe de Vie. Vaste programme !
1. Lors du Comité national de l’enseignement catholique
(Cnec) du 19 novembre puis de l’assemblée des directeurs
diocésains du 29 novembre 2010.
2. PISA évalue les compétences d’un échantillon d’élèves
de 15 ans. Cf. p. 20.
3. Remis le 1er octobre 2010.
4. Le département éducation du Sgec a constitué un
groupe de travail de collèges « ambition réussite ».
D. R.
L
a dernière enquête PISA le confirme,
les résultats des élèves français à
l’issue du collège sont médiocres et
notre système éducatif de plus en
plus inégalitaire2. Mais pire encore, c’est
au collège que « s’installe l’ennui », à l’origine
du décrochage d’un certain nombre d’adolescents, précise Yves Mariani, de l’observatoire
national de pédagogie (cf. pp. 31-32 et 33).
Environ 15 000 élèves quittent ainsi le système scolaire chaque année avant 16 ans.
Pourtant, depuis trente ans, les rapports
se succèdent avec leur lot de préconisations.
Dans le dernier en date, Le collège - Bilan
des résultats de l’École – 20103, le Haut
Conseil de l’Éducation souligne qu’après
« des décennies de débats », il est urgent
de dépasser l’opposition entre les partisans
du « collège unique » et ses adversaires.
Le HCE invite à « se concentrer sur l’objectif
assigné au système éducatif par la loi du
23 avril 2005 : assurer à chaque élève la
maîtrise du socle commun à la fin de la
scolarité obligatoire ». Un avis que partage
Claude Berruer, adjoint au secrétaire général
de l’enseignement catholique, qui note
que « des convergences transpartisanes »
émergent de nombreux rapports. Ce dernier est intervenu au dernier Cnec1, après
qu’Éric de Labarre a demandé à tous les
acteurs de l’Institution de faire remonter
leurs points de vue sur une évolution du
collège, afin que l’enseignement catholique
puisse apporter sa contribution – une
réforme pouvant se profiler à l’horizon. Il
incombera au Secrétariat général, en fin
d’année scolaire, de rédiger un premier
texte qui sera débattu lors des prochains
Cnec, de façon à valider un texte d’orientation à l’automne 2011, a reprécisé Éric
de Labarre, lors de la dernière assemblée
des directeurs diocésains.
D’ores et déjà, le débat est ouvert. « Il
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
39
340 doss p29-40 DEF:- 21/12/10 17:27 Page40
POUR ALLER PLUS LOIN
DES RAPPORTS
l Rapport de Jacques Grosperrin sur « la mise en œuvre du socle
commun de connaissances et de compétences au collège », 2010.
l Rapport du Haut Conseil de l’Éducation : Le collège - Bilan des résultats
de l’École - 2010.
l Rapport de Frédéric Reiss : Quelle direction pour l’école au XXIe siècle ?,
2010.
DES DOSSIERS
l « Quel collège pour demain ? », pp. 8-11, Cfdt magazine - Formation
et enseignement privés, n° 155, décembre 2010.
l « Socle commun et travail par compétences – Balises et boussole »,
hors série numérique des Cahiers pédagogiques, mars 2010.
l « Travailler par compétences », Cahiers pédagogiques, n°476, 2009.
DES LIVRES
l Claude Lelièvre, L’école obligatoire : pour quoi faire ? - une question
trop souvent éludée, 2004, Retz, 142 p., 14,75 €.
l Edgar Morin, Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, 2000,
129 p., 16 €.
l Jean-Paul Delahaye, Le collège unique, pour quoi faire ? – les élèves en
difficulté au cœur de la question, Retz, 2006, 157 p., 14,75 €.
l Luc Cédelle, Un plaisir de collège, Seuil, 2008, 307 p., 20,90 €.
l André Alessandri, Collèges et lycées - la réforme ou l’échec, 2007,
L’Harmattan, 251 p., 21,38 €.
l Jérôme Saltet, André Giordan, Changer le collège, c’est possible ! et
pour nos enfants c’est urgent, Oh Editions/Playbac éditions, 2010, 212 p.,
18,90 €.
l Daniel Favre, Cessons de démotiver les élèves – 18 clés pour favoriser
l’apprentissage, Dunod, 2010, 192 p., 17,50 €.
l Carole Lucas, Mettre en place le socle commun de connaissances et de
compétences, éd. ARES, 25 € (frais de port compris). Commandes : ARES,
65 rue Voltaire, 93100 Montreuil. Tél. : 01 49 88 87 10. E-mail :
contact@ares.info.fr
l David Le Breton et Daniel Marcelli (dir.), Dictionnaire de l’adolescence
et de la jeunesse, PUF, 2010, 928 p., 35 €.
340 p(41)-45 inits DEF:- 21/12/10 17:17 Page41
Un texte qui traduit
des exigences
du projet éducatif
de l’enseignement
catholique
« Annonce explicite de l’Évangile... » : 3,50 € l’exemplaire (frais de port compris) /
2 € l’exemplaire à partir de 10 ex. (frais de port compris) / 1,50 € l’exemplaire à partir de 100 ex. (hors frais de port).
Nom / Établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Souhaite recevoir : ............ ex. de « Annonce explicite de l’Évangile dans les établissements catholiques d’enseignement ».
Ci-joint la somme de : . . . . . . . . . . . . . . . . . € à l’ordre de SGEC.
SGEC, Service publications, 277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71. Fax : 01 46 34 72 79.
Des outils
pour
vivre ensemble
Musulmans en école catholique : 12 € l’exemplaire (frais de port compris).
Nom / Établissement : ...........................................................................................................
Adresse : .................................................................................................................................
Code postal : .......................... Ville : ..................................................................................
Souhaite recevoir : ............ ex. de « Musulmans en école catholique ».
Ci-joint la somme de : ........................ € à l’ordre de SGEC.
SGEC, Service publications, 277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05.
Tél. : 01 53 73 73 71. Fax : 01 46 34 72 79.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
41
340 p(41)-45 inits DEF:- 21/12/10 17:17 Page42
InItIatIves / école-collège
À Louvres, Paul-Ricœur tisse s
D. R.
D. R.
Petit à petit, Paul-Ricœur grandit.
Après l’école en 2006, le collège
a ouvert en 2007, et le lycée
suivra en 2011. L’institut aura
alors déployé à quelques
encablures de Roissy
l’ensemble de son projet… ou
presque. Sans jamais perdre de
vue son point fort, les langues
étrangères pour tous – quelles
que soient l’histoire des enfants
et leurs origines.
AURÉLIE SOBOCINSKI
A
trois kilomètres de là, le ballet
des oiseaux de fer bat son plein
sur les pistes de Roissy. Pourtant
une fois franchies les grilles du
parc boisé – et classé –, un calme étonnant
enveloppe le visiteur qui s’aventure entre
les séquoias pluricentenaires et le château
xixe... C’est dans ce poumon vert qu’est
venu se nicher l’institut à vocation internationale Paul-Ricœur1, premier ensemble
scolaire privé de la ville de Louvres, à
l’extrémité nord-est du Val-d’Oise. Un
signe fort dans « ce bout de monde », paradoxalement tout proche de l’un des
plus grands « hubs2 » internationaux, et
pourtant sans liaison directe avec lui.
L’absence de transports en commun oblige
à regagner Paris pour se rendre à l’aéroport.
« Nous étions très conscients du grand
vide laissé à cet endroit du diocèse, alors
que se trouvait à proximité un centre économique si important, explique Maurice
Girona, directeur diocésain. Mais l’enseignement catholique val-d’oisien
doit composer pour des raisons historiques – son appartenance au département
de la Seine-et-Oise jusqu’en 1968 – avec
une faible implantation (10 % environ)
par rapport à l’importance de la population. Un certain nombre de familles
franchissaient les frontières de l’Oise et
de la Seine-et-Marne pour inscrire leurs
enfants. Mais de là à imaginer une création
d’établissement… On savait que ce genre
d’événement n’arrivait qu’une fois tous
les trente ans ! »
L’opportunité est offerte en 2004. La
communauté de communes Roissy Porte-de-France, réunissant les quatorze
communes3 voisines de l’aéroport, et
l’EPA4 Plaine de France par le biais de
son directeur général adjoint Éric de SaintSauveur, viennent frapper à la porte de
la direction diocésaine. Leur idée : ouvrir
un lycée international dans le secteur
pour répondre aux besoins de qualification
requis en langues étrangères sur la plateforme de Roissy, quel que soit le niveau
d’emplois, et si possible, attirer les familles
d’expatriés et d’étrangers travaillant à
« Louvres a été très vite perçu
comme un projet phare
pour l’ensemble du diocèse. »
l’aéroport en offrant une école bilingue
pour leurs enfants… La Région et l’État,
de leur côté, ont décliné la demande, préférant implanter un lycée à Noisy-leGrand, en Seine-Saint-Denis.
Un terrain est pressenti au cœur de la
commune de Louvres sur le site de huit
hectares de l’ancien centre de formation
des cadres de la SNCF, fermé trois ans
plus tôt mais en parfait état. L’enseignement catholique du Val-d’Oise se lance.
S’inspirant de l’histoire de cette école
qui a permis la promotion de nombreux
42 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
cheminots, la direction diocésaine modifie
légèrement le projet initial des partenaires
et commence par proposer la création
d’une école avant de monter progressivement jusqu’au lycée. « Il s’agissait
pour nous d’une question de fond, souligne
Maurice Girona : allions-nous créer un
établissement replié derrière ses hauts
murs pour une population à venir, ou
nous ouvrir à la population locale en
proposant à tous les élèves du secteur,
quelles que soient leurs origines, un
projet d’excellence ? » Un autre souci
motive l’équipe diocésaine, celui de
s’inscrire en complément de l’offre de
formation déjà existante, en « surfant
sur l’accroissement démographique de
la zone » pour ne pas impacter l’enseignement public.
Au niveau national, le secrétariat général
soutient le projet diocésain en lui assurant
quatre nouveaux postes par an : Louvres
devient ainsi le premier projet présenté
par l’enseignement catholique dans le
cadre du plan « Espoir Banlieues ». En
septembre 2006, l’école ouvre quatre
premières classes, de la petite section de
maternelle au CM2, réunissant au total
100 enfants. Le collège suit en 2007, en
attendant le lycée à la rentrée 2011…
Avec déjà 451 élèves à cette rentrée, des
listes d’attente qui s’allongent chaque
340 p(41)-45 inits DEF:- 21/12/10 17:17 Page43
© A. Sobocinski
e sa toile
© A. Sobocinski
Les langues vivantes, c’est dans la classe mais aussi dans
le bureau de vie scolaire où l’anglais est langue officielle.
année, le pari semble bel et bien réussi
et le projet ancré, comme l’a attesté son
inauguration officielle le 24 septembre
dernier. « Près de 50 % de nos élèves
sont originaires de Louvres et les autres
proviennent de 25 communes dans un
rayon de vingt kilomètres », se réjouit
Christiane Freyermuth, directrice de
l’école primaire et coordinatrice du projet
qui depuis quelques semaines, grâce à
l’ouverture du parc au grand public, relie
aussi symboliquement le vieux village
de Louvres à la nouvelle zone résidentielle.
Sur le plan pédagogique et éducatif,
l’institut Paul-Ricœur, fidèle au philosophe de tous les dialogues dont il porte
le nom, développe un projet langues qui
ne ressemble à nul autre. Dès la maternelle, les enfants sont initiés à l’anglais
par des enseignants, tous bilingues. En
6e, s’ajoute l’espagnol. Et en 4e, pour
les volontaires, l’italien... « L’idée, audelà des temps d’enseignement spécifiques, est de saisir chaque opportunité
de la vie de la classe et de l’établissement, depuis l’ouverture de la grille
jusqu’aux temps
de pause en passant par la cantine
pour pratiquer la
langue étrangère,
créer une immersion permanente et
des situations de
communication
authentique,
comme si l’on était
dans l’apprentissage d’une langue
maternelle », précise Christophe
Corda, chef d’établissement du collège. Le tout, sans perdre de vue les apprentissages fondamentaux, à commencer par la maîtrise du français, comme l’exigent les
instructions officielles, et l’ouverture à
tous… « Il n’y a pas de sélection chez
nous selon le niveau en langues. Nos
sections ne sont ni “bilingues” ni
“européennes”. Il s’agit d’une proposition nouvelle en cours d’inscription
dans le cadre européen commun de
référence pour les langues [CECRL],
qui soutient une excellence linguistique
possible pour tous, insiste Christiane
Freyermuth. Ce n’est peut-être pas la
voie de la facilité, mais c’est une opportunité pour notre projet d’aller beaucoup plus loin. »
Demi-pension différenciée
Réalisé à moyens et à horaires constants
– sauf au collège où le temps d’enseignement de chaque langue est doublé –,
le projet implique un énorme travail de
différenciation dans l’accueil, ainsi qu’une
évolution permanente des supports et des
propositions pédagogiques auxquels les
enseignants au profil atypique, souvent
en « seconde carrière » et dans une approche moins académique par projets,
aident précieusement. En multipliant très
tôt aussi les propositions d’expériences
d’échanges linguistiques et d’interculturalité, via notamment les partenariats du
réseau Comenius, l’équipe vise, au-delà
des compétences linguistiques des élèves,
un réel travail en termes d’attitudes de
vie et de références universelles, d’accueil
et de reconnaissance de l’autre dans sa
différence… Si aucune session d’examen
n’a encore eu lieu – la première promotion de collégiens passe le brevet cette
année –, les résultats sont déjà palpables :
« En sortant du CM2, nos élèves valident
à l’oral un niveau supérieur – A2 – à
celui exigé – A1 – par le CECRL », se
félicite Christophe Corda.
Alors que se profile l’ouverture du
lycée et que les effectifs, d’ici à six
ans, devraient tripler pour atteindre
1 200 élèves, l’équipe doit rendre encore
plus visible son projet et s’efforcer de
tenir le pari de la mixité sur la pente du
succès. Dans cette optique, un poste de
dépenses particulièrement discriminant
pour les familles a été traité en priorité
avec la mise en place d’une demi-pension
différenciée. Quant aux scolarités, fixées
entre 80 et 90 euros par mois, montant
correspondant à la moyenne dans le Vald’Oise, elles sont modulables selon le
quotient familial. Depuis décembre, une
Maison de l’Emploi, installée dans le
château, jouxte l’école et laisse augurer
la concrétisation prochaine de la véritable
dimension d’« institut » de Paul-Ricœur,
avec l’ouverture d’un centre de formation
en langues pour les adultes du secteur.
Réalisé dans un budget remarquable
de 2,2 millions d’euros, le nouvel établissement n’aurait malgré tout pu voir le
jour sans l’adhésion et la solidarité diocésaines qui se sont manifestées en sa
faveur. « Louvres a été très vite perçu
comme un projet phare pour l’ensemble
du diocèse, et porteur d’un véritable élan
pour tous les autres établissements. Tout
le monde l’a voulu », explique non sans
fierté Maurice Girona. Pour le financer,
une mutualisation des fonds a été instaurée,
à raison de 21 euros par an et par élève
scolarisé, et l’AiSDP, l’Association immobilière scolaire du diocèse de Pontoise,
inaugurée. En ne restant pas uniquement
centrée sur le projet luparien, mais en
s’adressant aussi à tous les établissements,
notamment les plus petits, ayant des
projets immobiliers, la dynamique a ouvert
de nombreux horizons au sein d’un diocèse
en profonde mutation.
1. Adresse : Institut Paul-Ricœur, 85 rue de Paris, 95380 Louvres.
2. Plate-forme de correspondances choisie par une ou plusieurs compagnies aériennes. Roissy-CDG est un hub pour
Air France, CityJet, Brit Air…
3. Après un quatrième élargissement depuis sa création en
1994, elle compte 18 communes depuis le 29 décembre 2009.
4. Établissement public d’aménagement.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
43
340 p(41)-45 inits DEF:- 21/12/10 17:17 Page44
InItIatIves / lycée
v V. Leray
La petite musique des psaumes
La clarinettiste
Rose Bacot adapte
des mélodies
klezmer, issues du
judaïsme d’Europe
centrale,
sur des contes
hassidiques
et des psaumes.
Entre découverte
culturelle et incitation
à prier autrement,
son récital s’est
parfaitement inscrit
dans la proposition
pastorale
de Notre-Dame
de Sion, à Paris.
C
© N. Contant
VIRGINIE LERAY
e matin-là,
sur l’horaire
hebdomadaire de pastorale des élèves de
seconde, Rose Bacot1
fait vibrer tout entière
la chapelle du groupe
scolaire Notre-Damede-Sion2. Sa clarinette
pleure, tremble de
colère, de peur, avant
de basculer dans l’allégresse et de se mettre à
chanter de joie… Une
large palette d’émotions
que le doigté de la musicienne, de formation classique, explore au gré de la
chromatique du klezmer, musique juive
d’Europe centrale, issue de la tradition
hassidique.
il y a vingt ans, la découverte de ces
mélodies d’une intensité dramatique sans
pareille a bouleversé la pratique instrumentale de Rose Bacot. Et, du même
coup, transformé radicalement sa manière
de prier : « Le potentiel narratif de cette
musique m’a amenée à l’associer aux
contes de la sagesse hassidique, puis à
la marier avec les psaumes. Ainsi, je mets
ma musicalité au service de ma foi, et en
particulier, d’une meilleure compréhension
de notre héritage juif », raconte l’artiste
qui ponctue son récital d’explications
aux élèves, très impressionnés pour certains :
« Elle vit ce qu’elle joue.
Comme si elle entrait en
transe ou comme si elle
improvisait… Elle est
tellement portée par sa
musique, qu’elle transmet sa passion. En plus,
les mélodies, leur tempo, leur tonalité collent
parfaitement aux textes
choisis, c’est impressionnant ! » admire
Jules, élève de seconde et choriste de la Maîtrise Notre-Dame-de-Paris, dont les
éléments bénéficient d’une scolarité aménagée dans l’établissement. Matthieu,
lui, a apprécié de « découvrir qu’on
pouvait prier autrement, en alternant la
musique et les textes, prononcés en français
mais aussi en hébreu, c’est-à-dire dans
la langue que comprenait Jésus. »
C’est dire si la prestation de Rose Bacot
s’intègre bien dans le parcours de pastorale
des élèves de Notre-Dame-de-Sion :
« Nous accueillons beaucoup de nouveaux
venus en seconde. Nous commençons
donc par leur faire découvrir le judaïsme
afin de les initier au charisme de NotreDame-de-Sion, à travers l’histoire de ses
fondateurs, les frères Ratisbonne, deux
juifs convertis. La seconde partie de
44 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
l’année est consacrée au christianisme.
Le tout en proposant un maximum d’entrées culturelles et de témoignages de
croyants qui sont les supports qui parlent
le mieux aux jeunes », détaille Laurence
Molin, responsable de la pastorale du
lycée.
Voilà l’assistance transportée
à Prague, en plein hiver…
Dans le même esprit que celui qui
anime Rose Bacot, il s’agit donc de tisser des passerelles entre les religions
monothéistes. Des membres de la
congrégation des Sœurs de NotreDame-de-Sion ont d’ailleurs accompagné l’artiste dans son immersion dans la
culture hassidique, lui faisant rencontrer
musiciens juifs et rabbins, l’aidant dans
son apprentissage en autodidacte de la
langue hébraïque ou l’orientant vers le
centre de ressources et les cours du Service information-Documentation Juifs
et Chrétiens3. Au fil de son cheminement, Rose Bacot a été saisie par « la
dimension didactique du judaïsme où,
pour Pessar’h par exemple, les familles
organisent un véritable jeu de rôle pour
retracer l’histoire de l’exil et de l’arrivée en Terre Sainte : le sage, le mécréant
et l’enfant y dialoguent pour questionner l’essentiel ». Une pédagogie qui
soutient aujourd’hui sa pratique auprès
340 p(41)-45 inits DEF:- 21/12/10 17:17 Page45
Écrin
C’est toute l’originalité de
cette invitation musicale à une expérience spirituelle sensible : elle soutient
une démarche théologique et éveille à
la foi, aux questions authentiques.
Comme si Rose Bacot, lorsqu’elle se
met à danser autour de la clarinette
basse dont la tessiture sert d’écrin à son
psautier musical, convoquait le souffle
de l’Esprit-Saint. « Il est là et fait jaillir
la vie, et ce chaque matin lorsque le
klezmer accompagne ma prière quotidienne des psaumes. » Un exercice spirituel en forme d’exutoire émotionnel,
de lutte contre la mort et contre les
épreuves. En effet, la clarinette de Rose
Bacot chante aussi la souffrance suscitée par la disparition de son fils. Une
douleur qu’elle confie parfois à son
auditoire, convaincue que les jeunes
« vivent aussi des drames et qu’ils ont
besoin d’une nourriture spirituelle
solide, authentique, telle que le texte
hébraïque originel, pour les accompagner dans leur cheminement vers euxmêmes, ce qui est l’objet de chacune de
nos vies. »
1. Le répertoire de Rose Bacot comprend des contes de la
tradition hassidique comme ceux d’Élie Wiesel ou d’Isaac
Bashevis Singer, portes d’entrées directes dans la culture
judaïque ashkénaze, et quelque 35 psaumes mis en musique,
dont une moitié peut être énoncée à la fois en hébreu et
en français. À l’attention des scolaires – primaire et
secondaire –, elle conseille une séance d’une heure et demie
minimum pour expliquer sa démarche en l’illustrant de
contes et de psaumes. Elle se produit à Paris comme en province. CD, dates de concert et contacts sur son site internet :
www.laclarinetteconte.com - Tél. : 06 87 44 65 10.
2. Adresse : 61 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006, Paris.
Tél. : 01 44 32 06 70. Internet : www.sion-paris.fr
3. Centre de ressource international créé à la suite de la
promulgation de Nostra Aetate par le concile Vatican II, et
dirigé par la congrégation des Sœurs de Notre-Dame-deSion. Adresse : Sidic, 73 rue Notre-Dame-des-Champs,
75006 Paris. Tél. : 01 43 25 56 20. www.sidic-paris.org
Un parcours pastoral
sous le signe de l’ouverture à l’autre
N
otre pastorale s’appuie sur le charisme de nos fondateurs et attache donc une grande
importance à la religion des juifs qui sont nos ancêtres dans la foi. Cette démarche
implique d’immerger les élèves au cœur du texte biblique », explique Sophie Lelasseux,
adjointe en pastorale scolaire de Notre-Dame-de-Sion, à Paris. En 6e, les élèves sont invités
à découvrir le Christ à travers l’Évangile de saint Luc, dont les bénévoles de l’association
« Chacun(e) raconte* » viennent mettre en mots des épisodes choisis. « Des travaux
d’illustration, l’apprentissage de versets tirés de ces séquences et un concours de crèches
montrent aux élèves comment les chrétiens connaissent, partagent et reçoivent la joie »,
détaille Sophie Lelasseux. Une découverte de la foi chrétienne poussée plus avant en 5e où
les Actes des Apôtres, de même qu’un pèlerinage de quatre jours à Rome, servent de support
pour les préparations à la profession de foi et à la confirmation. Pour les deux dernières
années de collège, l’offre pastorale,
allégée à une heure bihebdomadaire, privilégie la découverte de
visages de l’Église d’aujourd’hui et
de grandes figures bibliques. Un
documentaire proposé par le diocèse de Paris et réalisé par des étudiants partis à la rencontre des
communautés chrétiennes du
monde, en Afrique, en Asie et en
Amérique du Sud, sert de fil rouge
aux séances. La présentation de la
vie de personnalités, telles que
Mère Teresa, et une visite de la salle
Une réalisation présentée au concours de crèches.
des Martyrs**, site géré par les Missions étrangères de Paris, prolongent cette découverte de l’œuvre des missionnaires en Orient.
Retour aux textes, en 3e, avec l’étude de grandes figures bibliques et une proposition de
retraite à l’abbaye de Solesmes : « Nous faisons réfléchir les élèves sur ces personnages qui
sont le reflet de l’humanité pour leur apprendre le sens du pardon, de la justice, de l’épreuve »
Au lycée, pour cause d’arrivée de nouveaux élèves, les 2des, après une sensibilisation au fait
religieux, sont invités à redécouvrir l’histoire des fondateurs et donc à comprendre l’articulation
des religions juive et chrétienne. Les élèves de 1re poursuivent ce parcours de découverte
religieuse en s’intéressant à l’islam puis au bouddhisme et à l’hindouisme. Globalement, les
élèves plus âgés sont davantage invités à l’action et se voient proposer de brancarder à
Lourdes, de participer à l’animation de la pastorale des 6es. Une réflexion sur les enseignements
de Vatican II les amène à prendre conscience de l’importance de l’engagement d’une manière
générale et de l’engagement des chrétiens en particulier. Cette invitation à s’impliquer se
concrétise en terminale : en petits groupes, ils mènent tout un travail de découverte d’une
association caritative avec immersion sur le terrain, rencontres et interviews de membres,
éclairages donnés par des religieux sur le sens des actions menées, et au final, mise en place
puis réalisation d’un projet solidaire au bénéfice de cette association. VL
.D. R.
des scolaires, de toutes confessions.
Mais l’artiste se produit aussi devant
des publics très divers : dans des
théâtres, des médiathèques, des bibliothèques et jusqu’au centre de
recherches hébraïques de Troyes, à
l’institut universitaire Rachi : « Il y a
toujours un échange fort avec l’assistance. Il se passe des choses. Cela
m’émeut profondément de prier avec
des juifs ou lorsque les enfants de leurs
écoles finissent les versets des psaumes
en hébreu, en chœur avec moi », raconte
Rose Bacot, soucieuse de « faire tomber
les barrières, de susciter un intérêt bienveillant pour l’autre, plutôt que la
crainte ».
C’est tout le message du conte d’Élie
Wiesel, qu’elle et sa clarinette racontent,
en réponse à une élève demandant pourquoi la musicienne ne s’est pas convertie
à la religion juive. Voilà l’assistance transportée à Prague, en plein hiver, où un
homme entreprend un lointain voyage
en quête d’un trésor vu en rêve, pour finalement le découvrir, à son retour, caché
dans sa maison : « S’ouvrir à la richesse
de la diversité participe à sa propre
construction identitaire. Les juifs
ne peuvent accepter que la transcendance de Dieu se soit manifestée
dans un homme, le Christ. Ainsi
interrogé, le mystère de l’Incarnation qui m’apparaissait avant
comme une évidence, s’est révélé
encore plus fondamental et magnifique pour moi », commente
Rose Bacot.
* Internet : www.conter-la-bible.net
** Adresse : 128 rue du Bac, 75007 Paris.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
45
340 p46-47 portrait DEF:- 21/12/10 17:13 Page46
© D. Lacroix
po rt raI t
ODON VALLET
L’art du don
Simple, ouvert et réservé à la fois, Odon Vallet est un homme médiatisé. Pas seulement
en tant qu’universitaire spécialiste des religions, mais aussi parce qu’en léguant sa fortune,
il a décidé, par le biais d’une fondation, d’aider des jeunes à poursuivre leurs études.
O
don Vallet se revendique
rive gauche, « la rive où l’on
étudie ». Il y a passé toute
son enfance parisienne. Aujourd’hui, à 63 ans, il habite
toujours non loin des lycées SaintLouis, Henri-IV et Louis-le-Grand.
Enfance dans un quartier de la capitale, donc, « à forte concentration de
congrégations religieuses et d’établissements de très haut niveau »,
précise-t-il. Mais d’autres origines
expliquent son respect des études.
Son père, Jean Vallet, est né à Château, en Saône-et-Loire, une « petite
commune du mauvais côté du Beaujolais, à l’opposé de là où la vigne
pousse et enrichit ceux qui la cultivent ». D’une famille peu fortunée, il
avait toutefois réussi à entrer aux Arts
et Métiers de Cluny sans le bac, qui
n’était pas obligatoire en ce temps-là.
« C’était un enseignement gratuit et
de proximité », rappelle Odon Vallet,
DANIELLE LACROIX
conscient que suivre une scolarité
près de chez soi est un « plus ». Par
reconnaissance, Jean Vallet donnera à
son fils le prénom d’un des trois pères
abbés de Cluny qui, vers l’an 1000,
dirigèrent l’abbaye. « Seulement trois
en un siècle ! J’en ai retenu que rien
ne pouvait se faire sans la durée »,
déclare-t-il, notant avec regret que,
dans l’Éducation nationale, en France
comme au Bénin, un ministre reste
rarement plus d’un an au pouvoir !
L’école et l’instruction étaient des valeurs familiales fortes chez les Vallet.
Sa mère aussi y était très attachée. Elle
avait dû en son temps « raisonner »
ferme avec son propre père pour suivre
des cours d’infirmière juste avantguerre. Issue d’une famille de dix enfants, qui avait connu des revers de
fortune et où les garçons avaient la
priorité, elle avait fini par l’emporter...
46 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
Odon Vallet fait sa première rentrée
scolaire à cinq ans au cours d’Hulst,
rue de Varenne1 : « J’en garde un très
bon souvenir, car ma mère avait eu
l’excellente idée de me montrer mon
institutrice et ma classe dès juin... Je
revois encore une maîtresse jeune et
jolie et, de fait, ce n’était pas intimidant
du tout ! » Il ajoute avec humour que
les années se suivent et ne se ressemblent
pas : « L’année d’après, j’ai eu une
cheftaine de louveteaux... » Il faut, selon
lui, dédramatiser les entrées à l’école
et s’intéresser très vite aux enfants pour
les aider. Et « plus ils sont pauvres,
plus il faut commencer tôt ! ».
Sensible au sort des plus démunis,
en 1999, il fait don de la fortune héritée de sa famille pour créer la « fondation Vallet 2 ». Celle-ci a pour
vocation d’aider des jeunes défavorisés et brillants à poursuivre leurs
études, en leur attribuant des bourses.
Cette décision a beaucoup contribué
340 p46-47 portrait DEF:- 21/12/10 17:13 Page47
à le faire connaître du grand public.
Pourtant, « ce n’est pas forcément le
plus utile de préciser ce que j’ai
donné... On peut donner beaucoup et
cela peut ne servir à rien ». Il préfère
parler d’échange ou de partage 3 .
D’ailleurs, le don n’est pas sans exigence pour celui qui reçoit... Odon
Vallet a fait un choix, celui d’aider
des jeunes qui ont des difficultés économiques et financières, et seulement ceux-là, car dit-il, évoquant
Michel Rocard : « On ne peut pas
secourir toutes les misères du
monde 4. » Il n’ignore évidemment
pas qu’il existe d’autres freins pour
étudier : les handicaps physiques 5,
sociaux ou psychologiques. Mais il
est convaincu qu’il ne faut ni se disperser ni se surestimer. « Pas question de se prendre pour Jésus-Christ.
Ce serait peut-être cela, estime-t-il,
le péché contre l’esprit. »
« Je ne crois pas qu’on
donne durablement
sans recevoir soi-même. »
La fondation cible différents types
d’élèves et d’étudiants : ceux de
l’académie de Paris, quelle que soit
leur origine géographique, pour les
écoles d’arts6, mais aussi de jeunes
Vietnamiens et Béninois. La raison
de ces trois choix : pour les premiers,
parce que les grandes écoles d’art
sont situées à Paris où le logement
est onéreux pour ces garçons et filles
venant de province ou de l’étranger,
et que le coût des fournitures est particulièrement élevé... Et puis, peutêtre, parce que lui-même, confie-t-il,
ne s’est jamais senti un talent artistique... Pour le Vietnam, Odon Vallet
a toujours apprécié « ce pays de tradition confucéenne où l’on a le culte
des études et du diplôme » ; le
contact fut également facilité grâce à
l’association Rencontres du Vietnam. Enfin, souhaitant aider un pays
d’Afrique, il a porté son choix sur le
Bénin qui est « francophone, démocratique et stable ».
Vingt-deux mille bourses ont été
distribuées en dix ans pour ces
jeunes, qu’il appelle, dans le livre
qu’il leur a consacré, les « enfants du
miracle 7 ». « J’entends miracle au
sens originel d’admirable (du latin
miraculum et mirari, admirer), et
non au sens de magique ! » préciset-il. Le processus de sélection est
d’ailleurs très pragmatique : au
Bénin, où la fondation intervient
après le CM2, sont sélectionnés les
six meilleurs élèves de chaque département. Et les filles, par exemple,
entreront en sixième au lycée militaire de Natitingou. Tous réussissent,
tant au brevet qu’au bac, à 100 %. En
2010-2011, 903 ont été sélectionnés.
Parmi eux, huit sont en France (dont
cinq en classe prépa à Louis-le-Grand
avec un internat à l’institut Bossuet et
trois en école d’ingénieurs).
Pour le Vietnam, la sélection se fait
sur place. Il existe des jurys bénévoles dans chaque ville. En 20102011, 2 150 candidatures ont été
retenues, et les 20 meilleurs viennent
en France où actuellement six sont à
Polytechnique. Quant à Paris, ce sont
les établissements eux-mêmes qui
font la présélection. « Métier d’art,
métier rare », une sélection forte est
indispensable. À la fin, 93 % de succès aux examens, 300 élèves aidés
chaque année.
Vraie réciprocité
Et la religion dans tout ça ? Pour
Odon Vallet, si l’on met de côté la
France, le Vietnam est un pays communiste où vivent des bouddhistes et
des catholiques, et il se souvient
même d’un étudiant caodaïste8 ! « Au
Bénin, continue-t-il, ce sont des
catholiques, des protestants, des
musulmans, et nous avons eu un étudiant séminariste. » De fait, la fondation Vallet est laïque sous l’égide de
la Fondation de France9, et c’est probablement en étant laïque qu’elle
peut être plus « religieuse » que si elle
l’avait été au départ !
La fondation Vallet, on l’aura compris, ce n’est ni charité ni philanthropie bien pensante. Elle prône la
rigueur, et l’effort qui mène à la réussite. Ce que son initiateur résume simplement : « Je leur donne des moyens,
à eux de travailler ! » L’homme est
tout aussi lucide envers lui-même :
« Je ne crois pas qu’on donne durablement sans recevoir soi-même. »
Ainsi, à propos des ONG qui organisent des parrainages d’enfants, il
estime qu’il ne s’agit pas tant de
démarcher sur les trottoirs d’éventuels donateurs que de mettre en
place une vraie réciprocité : « Les
gens doivent être heureux et se faire
plaisir aussi. » Et de conclure : « Si
cela ne me donnait pas satisfaction,
j’aurais tout arrêté ! »
1. Il ira ensuite à Bossuet, rue Guynemer, avant d’intégrer
Montaigne en sixième et Louis-le-Grand ensuite.
2. Le nom seul de Vallet a été retenu, car Odon Vallet a
souhaité que cette fondation existe en mémoire de tous
les membres de sa famille, sans laquelle elle n’aurait pas
pu voir le jour.
3. Odon Vallet aime citer L’échange et Partage de midi de
Paul Claudel, même si ce dernier n’est pas son auteur préféré.
4. « La France ne peut accueillir toute la misère du monde,
mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part »
(Michel Rocard, 1990).
5. Au Bénin, si plusieurs boursiers étaient non voyants, et
même pour l’un d’entre eux unijambiste, tous avaient été
sélectionnés au vu de leurs résultats scolaires et non en
raison de leur handicap.
6. Boulle, Duperré, ENSAAMA Olivier-de-Serres, Estienne,
ENSAD, ENSCI, EPSAA, Gobelins-L’école de l’image, La
Fémis, ainsi que certains lycées professionnels et technologiques.
7. Les enfants du miracle - des milieux les plus défavorisés
jusqu’aux bancs des grandes écoles, Albin Michel, 2009,
160 p., 14 €.
8. Le caodaïsme est une religion fondée au Vietnam, dans
les premières années 1920, par Ngô Van Chiêu.
9. Fondation de France, 40 avenue Hoche, 75008 Paris.
Tél : 01 44 21 31 00. Internet : www.fondationdefrance.org
PLUS DE 3 000 BOURSES PAR AN !
La fondation Vallet a été créée en 1999. Elle est abritée par la Fondation de France. Elle
a pu voir le jour grâce aux fonds apportés par Odon Vallet. Celui-ci a en effet souhaité
redistribuer son patrimoine familial en faveur de l’éducation, domaine que lui-même
et sa famille ont toujours voulu valoriser. Cette fondation attribue donc des bourses à
des élèves et étudiants brillants dans leurs études, mais ne pouvant poursuivre leur
scolarité faute de moyens. Chaque année sont distribuées 2 000 bourses au Vietnam,
900 au Bénin et 300 pour une entrée dans les écoles d’art de l’académie de Paris.
Pour prévenir tout risque d’arrêt brusque, Odon Vallet a prévu que des comités puissent
prendre le relais pour poursuivre son action. Toutefois, il a voulu aussi que cette fondation
ne soit pas pérenne, car dit-il, « c’est une erreur de se croire éternel. Mieux vaut bien
satisfaire les besoins du présent et du proche avenir ! ». DL
Vallet parle de sa fondation :
zOdon
www.dailymotion.com/video/x5flv1_fondation-odon-vallet-fondation-de_school
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
47
340 p48-49 ParolesDEF:- 21/12/10 17:11 Page48
paroles d’élèves
Un cursus avec supplément d’âme
© V. Leray
À Sainte-Marthe - Chavagnes,
à Angoulême, les 22 étudiants
du tout récent BTS Services
et prestations des secteurs
sanitaire et social (SP3S) ont
bénéficié d’un accompagnement
spirituel et philosophique pour
appréhender la dimension
humaine de leurs futurs métiers.
Mais qu’en ont-ils pensé ?
Face aux étudiants : Michelle Halary, responsable de la pastorale de la santé (assise à gauche),
Romain Houdusse, aumônier du lycée (debout), Fabienne Bourneix et Jean-Luc Noirault, enseignants.
VIRGINIE LERAY
L
’été dernier, les étudiants de la
première promotion de BTS
SP3S1 de Sainte-Marthe-Chavagnes2 sont rentrés de leurs six
semaines de stage, marqués et
parfois bousculés. Au sein d’associations de médiation sociale, de service à
domicile, de réinsertion, d’instituts médicaux éducatifs ou à la Caisse primaire
d’assurance maladie, ils ont côtoyé un
public défavorisé, malmené par la vie,
refusant ou méprisant parfois l’aide
apportée par les travailleurs sociaux…
« Certains ont découvert les marges
extrêmes de la société et y ont rencontré une détresse humaine à laquelle ils
ne s’attendaient pas. Face à ces réalités de terrain, ils ont réalisé toute l’importance de la relation à autrui dans
leur travail. Pour les aider à asseoir
cette composante humaine primordiale
dans leur pratique professionnelle
future, nous leur avons préparé, sur la
suggestion de la directrice diocésaine,
Véronique Rochefort, des pistes de
réflexion, en lien avec la responsable
de la pastorale de la santé3, Michelle
Halary, une infirmière retraitée », explique Jean-Luc Noirault, professeurcoordinateur des BTS.
Ainsi, à la rentrée, les étudiants ont
suivi deux matinées de conférences et de
débats traitant des besoins fondamentaux
de l’homme listés par l’infirmière américaine Virginia Henderson ou par le psychologue, américain lui aussi, Abraham
Maslow, et du concept d’humanitude,
forgé par Freddy Klopfenstein4. Autre
sujet abordé : comment pratiquer une
communication efficace et une écoute
active favorisant l’empathie.
Romain Houdusse, l’aumônier du
lycée, s’est associé à la démarche, complétant le propos par des éclairages sur
le mystère que constitue chaque être
humain, sur la nécessité de pardonner
« le pécheur qui vaut plus que ses
péchés » ou sur la parole comme acte
d’amour et de création : « C’est une
occasion formidable de rejoindre dans
leurs préoccupations des jeunes souvent éloignés de l’Église. En les prenant
ainsi en compte dans leur globalité et en
apportant un supplément d’âme à leur
formation, nous collons parfaitement
au projet de l’enseignement catholique.
J’ai pris soin de ne pas aborder ces
questions sous l’angle théologique,
mais de parler de l’homme dans son
universalité, avec des références au
Coran et à l’Ancien Testament, comme
à la Bible », s’enthousiasme le jeune
prêtre, heureux d’avoir suscité « des
demandes d’écoute » chez les jeunes.
Retombées positives
Même satisfaction chez Michelle
Halary qui voit dans cette première intervention en milieu scolaire « l’opportunité d’aider des jeunes souvent en
manque de repères, de soutenir leurs
débuts dans le métier et de changer la
culture professionnelle d’un secteur qui
devrait n’être choisi que par vocation ».
Comme le père Houdusse, elle a su émailler ses exposés très vivants de références
variées à Rabelais ou à Saint-Exupéry,
en passant par des proverbes de la sagesse
africaine et des conseils concrets pour
auto-évaluer ses pratiques : les étudiants
ont ainsi été invités « à dresser chaque
jour le bilan de leurs réussites, de ce qui
a moins bien marché, à pointer leurs
48 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
points d’amélioration et à se demander
s’ils ont accueilli l’autre comme ils
auraient aimé l’être ».
Ces approches ont séduit les étudiants
et balayé leurs appréhensions initiales
d’avoir « à subir un cours de caté ». Au
contraire, ils font leur miel des éléments
semés par les intervenants, prolongeant
les débats par des joutes enflammées
pendant les intercours. Surtout, ils cernent mieux les enjeux de leurs futures
professions et ont compris que tout engagement authentique dans cette voie
participe d’un don de soi.
Pour Sylvie Bonnemaison et Fabienne
Bourneix, deux autres enseignantes associées à la démarche, les retombées perceptibles sont très positives : « Nous les
faisions déjà réfléchir sur la finalité de
leur orientation mais le contenu de ces
séances est un plus certain : ils y font
fréquemment référence. On sent que ça
nourrit leur réflexion et leur pratique. »
Une initiative originale et très fructueuse, donc. « Qui contribuera à former des professionnels au diapason du
charisme de la tutelle des Sœurs SainteMarthe, c'est-à-dire soucieux de l’écoute
et du service aux plus pauvres », se
félicite le directeur de Sainte-Marthe Chavagnes, Claude Ruiz.
1. Diplôme créé en 2007 et ouvert en septembre 2009 à
Sainte-Marthe - Chavagnes.
2. Adresse : 51 rue du Minage, 16022 Angoulême Cedex.
Tél. : 05 45 37 02 50.
Internet : www.saintemarthe-chavagnes.com
3. Ce service diocésain est né en 1982, mais l’idée de sa
création remonte à Vatican II. Il coordonne les aumôneries des établissements de santé, les services évangéliques des malades et les associations visitant les malades
ou agissant auprès d’eux et de leurs familles.
4. Journaliste, directeur de l’hebdomadaire La vie protestante de 1974 à 1989. Auteur d’Humanitude, Labor et
Fides, 1980.
© V. Leray
340 p48-49 ParolesDEF:- 21/12/10 17:11 Page49
Anaïs : Ces réflexions nous ont apporté des réponses sur la manière
d’entrer en relation avec l’autre,
d’instaurer un climat de confiance.
Ça nous porte vers l’empathie.
Julie : La principale difficulté, c’est
que ce qu’on veut apporter aux autres nous manque déjà à nousmêmes. Comme la confiance en soi,
par exemple… Est-ce qu’on peut la
transmettre à d’autres si elle nous
fait défaut ? On a aussi besoin d’aide
dans notre travail pour ne pas s’épuiser…
Myriam : C’est sûr que pour aider les autres, il faut soimême être bien.
Marine : Oui… Il faut apprendre à s’accepter pour bien
remplir nos missions. Déjà, ces débats nous ont permis de
travailler notre capacité d’adaptation.
Gabriel : J’ai compris qu’il fallait apprendre à se satisfaire
de ce que l’on est et de ce que l’on fait. Ça permet d’acquérir de l’estime de soi.
Photos : V. Leray
Marine : D’emblée, la proposition m’a paru intéressante,
vu le secteur professionnel
auquel on se destine… Mais
je ne pensais pas que ce serait si impliquant. Grâce à ces
séances, on a réussi à formuler des
questions qu’on se posait un peu
confusément. On n’en prenait jamais le temps mais, maintenant, ça
me paraît essentiel de s’interroger
sur des notions comme le pardon,
Julie et Myriam.
le jugement, l’estime de soi.
Eugénie : Ce sont des questions philosophiques qui ne
m’étaient pas venues à l’esprit quand je travaillais au sein
d’un service de soins infirmiers à domicile… Et pourtant,
ça peut aider au quotidien !
Myriam : Des questions existentielles, oui ! Dans notre groupe,
« amour » est le mot qui est ressorti le plus souvent.
Alexi : L’enjeu, c’est de trouver une unité, un peu comme
dans le mouvement rastafari*.
De gauche à droite : Adeline, Gabriel, Eugé n ie, Marine et Anaïs.
Adeline : Réfléchir sur soi et sur les autres nous a fait réaliser l’importance d’adopter une attitude humaine dans
nos pratiques professionnelles, puisque notre rôle est de
guider des personnes en détresse.
Marinette : Essayer de se mettre à la place des autres, de
prendre en compte leurs difficultés, nous aide à mieux les
comprendre et à ne pas être heurté par certaines réactions
parfois choquantes, par exemple, quand ils rejettent l’aide
qu’on veut leur apporter…
Adeline : Le tout en veillant à garder la bonne distance. Il
faut répondre le plus humainement possible aux besoins
mais s’efforcer de rester dans le cadre professionnel.
Marine : J’ai particulièrement apprécié ce que nous ont expliqué le père Romain et Mme Halary sur l’importance de
la parole et de la gestuelle ou sur l’écoute active. Dans mon
stage à la CPAM** j’ai en effet pu constater combien de
petites erreurs d’interprétation, des quiproquos pouvaient
générer de gros blocages de communication. S’assurer d’avoir
bien compris les demandes en les reformulant me semble
un conseil très utile. Il faut aussi faire attention à ne pas
dévaloriser les usagers et se méfier de nos préjugés qui peuvent, même inconsciemment, biaiser notre attitude.
Gabriel : Lors de mon stage, j’avais des stéréotypes sur certaines populations qui ne vivent que d’allocs et d’assistance. Je réalise que je les jugeais sans connaître leur
histoire, les épreuves qu’elles ont eu à traverser. J’ai appris
à changer de regard sur les gens hors norme.
Alexi : On manque de temps pour travailler sur soi, pour
relire son parcours, ses expériences, ses actes quotidiens.
Anaïs : Il nous faut gagner en sagesse, en maturité et en
expérience. Et travailler, en effet, l’estime de soi : on fait trop
attention au regard des autres. Ça nous bloque. Mais peutêtre qu’on y projette aussi nos propres peurs ?
Florent : C’est une forme de développement personnel.
Un travail très intime…
Eugénie : Oui, mais débattre entre nous fait aussi avancer :
se confronter aux opinions des autres aide à se remettre en
question. Par exemple, sur la question du pardon, je ne pouvais pas l’envisager pour des actes criminels comme des viols.
Mais l’opinion de Gabriel m’a fait évoluer. Il dit qu’il ne faut
pas abandonner le coupable. Qu’il faut s’efforcer de comprendre cette personne, ce qui l’a amenée à se conduire mal.
Se mettre dans la peau de la famille de l’agresseur ou de
l’agresseur lui-même.
Gabriel : D’un autre côté, sur ce débat-là, j’étais assez virulent et intolérant, car je voulais à tout prix convertir les autres
à mon point de vue ! Heureusement qu’il y avait des adultes
pour réguler les échanges !
Eugénie : Comme quoi communiquer aide toujours à progresser ! J’espère qu’on pourra continuer à débattre, entre
nous ou à d’autres moments au cours de l’année !
Propos recueillis par Virginie Leray
* Spiritualité afro-américaine basée sur le retour en Afrique.
** Caisse primaire d’assurance maladie.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
49
340 p50-52 enquête DEF:- 21/12/10 17:05 Page50
Enquête
Des horizons pour la petite e
© Sgec/Département éducation
Alors que « le désengagement
de l’État » se confirme dans
la prise en charge de l’accueil
des moins de trois ans, et avec lui
la suppression totale, à un horizon
proche, des moyens en faveur de
leur scolarisation1, quelle spécificité
peut faire valoir l’enseignement
catholique dans la formulation
de ses réponses à destination
de la petite enfance ?
Quels dispositifs, quels partenariats
possibles, viables et pertinents,
les établissements peuvent-ils
envisager en matière d’accueil
des enfants de deux ans ?
AURÉLIE SOBOCINSKI
T
rois ans après le lancement d’une
réflexion nationale, la journée nationale des coordinateurs « petite
enfance », le 23 novembre dernier,
a été l’occasion de confirmer l’engagement et la réflexion de l’institution et
des diocèses sur ce dossier stratégique,
à la croisée des politiques éducative et
sociale de l’enseignement catholique.
Premier constat : de nombreux projets
restent à concrétiser. Pour mieux accompagner les équipes dans leur passage
« au temps de l’action », la rencontre a
proposé un bilan d’étape sur la multiplicité
des dispositifs déjà initiés dans les territoires, leur intérêt et leurs limites. Elle
a aussi outillé les référents diocésains
sur le cadrage juridique précis dont ils
relèvent (soit des normes Éducation nationale, soit des normes petite enfance)
et leur a surtout permis de revenir sur le
sens de leur projet.
« On ne peut se réduire à entrer dans
ce dossier par la seule question du vivier
de recrutement, a rappelé Claude Berruer,
adjoint au secrétaire général de l’enseignement catholique, en préambule de la
journée. Nous sommes là pour faire de
l’éducation avant de faire du chiffre, au
nom d’un projet éducatif rendu aux
enfants et à leurs familles. » Et de s’interroger : « A-t-on assez pris la mesure
de ce qui doit être spécifique à cet accueil
des 2-3 ans et à son articulation avec le
seuil que constitue l’école ? »
« On a trop tendance à réduire l’enseignement catholique au triptyque écolecollège-lycée. Il faut se réinterroger : quels
sont les besoins aujourd’hui avec des parents aux vies un peu folles, toujours dans
l’inquiétude, parfois en manque de repères
éducatifs ? Est-ce que l’enseignement
catholique, dans son esprit de service, n’a
pas quelque chose à remplir dans cet accueil des plus petits ? Être sensible aux
préoccupations des familles de notre temps,
n’est-ce pas là aussi la mission sociale
de l’Église ? » analyse Maurice Girona,
directeur diocésain du Val-d’Oise.
« Sans la participation
des collectivités locales
et une contractualisation
de l’assiduité
de la fréquentation,
le projet n’est pas viable ! »
« Sur la forme de ce service, il n’y a
aujourd’hui ni panacée ni solution universelle », souligne Claude Berruer. Avec
au total 55 structures ou dispositifs reconnus et homologués par la protection
maternelle et infantile (PMI), du jardin
d’éveil au jardin d’enfants, en passant
par les crèches et les microcrèches, l’enseignement catholique se trouve « au
milieu du gué ». Alors que les municipalités et les communautés de communes
se positionnent de plus en plus et multiplient les ouvertures de structures, il
50 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
lui faut investir plus avant ce champ
d’exploration où se rejoignent les deux
archipels essentiels du Vivre-ensemble
et de la Lutte contre les inégalités. « L’enjeu est vital, estime Claude Berruer, qui
souhaite voir porter cette politique au
niveau diocésain, voire académique. Il
ne peut être le seul fait d’acteurs isolés
dans leurs établissements, les projets
doivent être portés en réseau et articulés
dans un développement concerté. »
Dont acte. La prise de conscience collective est désormais bien réelle. « Ici et
là, des projets diocésains s’élaborent
autour de la petite enfance, à partir
d’études de besoins réalisées sur le
terrain, tous sur des chemins différents,
mais chacun visant une même cohérence »,
se réjouit Françoise Maine, en charge
des actions éducatives au Sgec. De 1%
des enfants de moins de deux ans scolarisés dans les Alpes-Maritimes à plus
de 35 % à Lille, ces projets doivent composer avec des réalités, traditions d’accueil
et compositions démographiques extrêmement disparates.
Dans le Nord - Pas-de-Calais, une réflexion multistructurelle est engagée dans
un territoire marqué par une scolarisation
traditionnellement massive des deux ans
et qui doit pallier aujourd’hui le manque
criant de structures petite enfance... En
Franche-Comté, c’est aussi « le choix
de la diversité qui a été fait dans l’approche régionale, eu égard à notre
340 p50-52 enquête DEF:- 21/12/10 17:05 Page51
territoire très contrasté », explique
Élisabeth Lhéritier, responsable du 1er degré de la direction interdiocésaine (DIEC).
Les établissements sont allés à la rencontre
des mairies, crèches, PMI, CAF2, conseils
généraux…, seuls ou en réseau pour
identifier les besoins de leur secteur.
Parallèlement, un groupe de pilotage a
été mis en place à la DIEC afin de les
accompagner dans cette étude de terrain
et de les outiller pour mener à bien leurs
projets via la mise au point d’un vademecum.
« La finalité de ce travail engagé depuis
deux ans n’écarte bien sûr pas la question
du recrutement par la base. Mais, sauf à
considérer que la vie ne commence qu’à
quatre ans, il y a là surtout le défi d’une
formation tout au long de la vie à relever
pour l’enseignement catholique et le souci
pédagogique à l’égard des enfants de deux
ans d’un accueil à l’école totalement insatisfaisant aujourd’hui, poursuit Élisabeth
Lhéritier. À cet âge, ils ont besoin d’une
transition vers l’école, en aval du soin
avec un rythme adapté prenant en compte
leurs besoins physiologiques et éducatifs,
et en amont d’un apprentissage de type
scolaire avec des temps de socialisation,
de vivre-ensemble, d’épanouissement du
langage et du corps... »
Dans cette optique, d’autres diocèses,
comme Nantes, mettent l’accent sur les
jardins d’éveil ou privilégient des voies
plus « souples », à l’image des Côtesd’Armor, avec la création de réseaux
d’assistantes maternelles... À SaintÉtienne, à défaut de soutien des partenaires
institutionnels, 17 structures passerelles
hors contrat ont d’ores et déjà vu le jour...
Cette pluralité des réponses s’explique
d’abord par le pâle succès des jardins
d’éveil qui avaient été présentés au printemps 2009 par Nadine Morano, alors
secrétaire d’État à la Famille, comme le
mode d’accueil alternatif à la préscola-
Dépasser l’obstacle financier
Les conditions d’ouverture sont les suivantes : 5 jours par semaine, 200 jours
par an au minimum, avec une amplitude
horaire moyenne de 11 heures, un minimum de 5 à 8 m² par enfant et un taux
d’encadrement de deux personnes pour
une unité de 12 enfants (un éducateur de
jeunes enfants – EJE – ou un auxiliaire
de puériculture, et un ASEM3 ou un titulaire
d’un CAP petite enfance). De quoi rendre
l’entreprise difficile... «Sans la participation
des collectivités locales et une contractualisation de l’assiduité de la fréquentation,
le projet n’est pas viable ! » estime la
DDEC de Nantes. Celle-ci évalue à
7 400 € le coût de financement annuel
moyen par place, dont 1 340 € de participation des familles avec aide éventuelle
de la CAF (86 € par enfant et par mois
en moyenne à Cahors), 3 200 € d’aide
au fonctionnement de la CAF, 2 860 €
de subvention des collectivités ou autres.
« Si des travaux sont nécessaires, c’est
effectivement impossible ! » confirme
Isabelle Vallois, chef d’établissement
1er degré à Beaupeyrat.
Pour dépasser l’obstacle financier sur
lequel butent trop souvent les projets de
création de structures – en général 40 %
AVEC
du budget de fonctionnement doit être
investi, les 60 % restants relevant des
aides CAF ou du conseil général –, la
constitution de partenariats s’avère fructueuse. À Saint-Gildas-de-Rhuys par
exemple, où, avec l’aide de la municipalité,
un jardin d’enfants, indispensable à la
survie de l’unique école de cette commune
balnéaire du Sud-Morbihan, a été créé
en 2008. Grâce à une mise à disposition
conventionnée par l’établissement d’une
salle aménagée, d’un espace sieste et
d’un autre sanitaire, 16 enfants de 2 à
4 ans y sont aujourd’hui accueillis, par
une EJE, une auxiliaire de puériculture
et une équivalente Asem, employées par
la mairie, dans un cadre très proche de
celui du jardin d’éveil (à la différence
près que l’accueil peut être élargi jusqu’à
6 ans et que moins d’aides sont disponibles)
et sur une base très avantageuse de…
11 € par mois.
Une autre piste encore peu explorée
est celle des crèches d’application en partenariat avec les lycées professionnels,
bénéficiaires de la taxe d’apprentissage.
Elle permet la mise en place de lieux de
vie pour des enfants mais aussi de formation pour des élèves. Cette formule
fondée sur une mutualisation génère des
économies substantielles par rapport au
coût occasionné par une crèche traditionnelle (15 000 à 16 000 € par jeune enfant
accueilli)… Le lycée Bel-Orme, à Bordeaux, proposant des formations sanitaires
et sociales, a ouvert la voie, en créant en
septembre 2008 une structure qui accueille
vingt tout-petits de trois mois à trois ans.
« Il y a sans doute dans ce domaine
encore bien des alliances à inaugurer à
© Sgec/Département éducation
e enfance
risation le « plus adapté pour les enfants
de deux ans qui ont besoin d’un accompagnement plus personnalisé ». La formule, séduisante sur le papier, accueillant
« chacun à son rythme » 12 à 24 enfants
de deux ans ou plus et proposant une
combinaison d’activités en vue de faciliter
leur intégration dans l’enseignement
du premier degré, est loin d’avoir pris
son envol. Alors que la création de
8 000 places était annoncée d’ici à 2012,
seules 11 structures ont vu le jour, dont
une au sein de l’enseignement catholique
sur le site de l’ensemble scolaire SaintÉtienne à Cahors. Une quarantaine d’autres projets – dont celui très abouti de
l’ensemble scolaire Beaupeyrat à
Limoges – attendent le feu vert des conseils
généraux et/ou les financements CAF…
LES NOURRICES
»
Je réfléchis depuis longtemps à l’intégration des enfants à l’école. En amont de la rentrée, je propose
ainsi au moins trois temps conviviaux aux parents et à leur enfant
pour qu’ils se sentent dans un cadre sécurisant. Face aux nombreux parents indisponibles en raison de leurs occupations professionnelles, l’idée d’un travail avec les nourrices a émergé. En
l’absence de structures collectives dans notre territoire rural, une
vingtaine d’entre elles ont été très réceptives à l’idée de bénéficier d’un espace aménagé à leur disposition au sein de l’école où
elles puissent travailler sur la socialisation des tout
petits. Ma classe est attenante et je favorise les passages entre les
deux espaces. Un projet éducatif s’ébauche aujourd’hui, des
règles de bon fonctionnement ont été fixées au préalable et il n’y
a aucune pression pour une inscription ultérieure à l’école… Mais
ce qui est sûr, pour les enfants qui nous rejoignent ensuite,
c’est qu’il n’y a pas une larme le matin de la rentrée !
Blandine Fradet, directrice de l’école Saint-Joseph,
à La Guyonnière (Vendée)
»
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
51
340 p50-52 enquête DEF:- 21/12/10 17:05 Page52
Enquête
Solidarité interne
Deux points appellent une vigilance
particulière pour toutes ces structures
sortant du champ de l’Éducation nationale. En l’absence de caractère propre, leurs projets ne relèvent pas
strictement de l’enseignement catholique. Une articulation avec le projet
des écoles du secteur doit donc être
réfléchie. Concernant le choix de leur
support juridique, deux options sont
possibles, selon les sensibilités des
partenaires financeurs : l’Ogec – dont
l’objet social peut s’étendre à la petite
enfance – ou une nouvelle association
dissociée de l’école privée... Dans les
deux cas, « attention aux champs de
responsabilité et de référence ! insiste
Sophie Pouverreau, de la Fnogec5. La
séparation absolue des comptes financiers
de l’école et de la structure périscolaire est indispensable. »
Un autre type de montage, celui des
structures hors contrat, a priori très
facile et très peu contraignant, recèle
en réalité bien des pièges… « Ne relevant ni d’une classe stricto sensu ni des
structures petite enfance, une classe
hors contrat ne peut prétendre aux
subventions habituelles de l’école, il
faut donc être vigilant sur le coût pratiqué en direction des familles »,
explique Sophie Pouverreau. La
pérennité du financement – pour une
école de moins de 6 classes – et la qualité de l’encadrement – seul un bac est
exigé pour l’« enseignant » – posent
en leur ouvrant les portes de l’école. Dans
les Côtes-d’Armor, la piste d’une mise
à disposition ponctuelle de locaux – via
une convention – aux regroupements
d’assistantes maternelles qui permettent
à quatre professionnelles de travailler ensemble sur un même lieu et d’obtenir
l’agrément pour quatre enfants chacune,
est très sérieusement étudiée. « Non seulement elle est sans coût pour les établissements qui n’ont pas non plus à en gérer
le fonctionnement, mais l’enjeu est fondamental car c’est avec ces professionnelles que les parents préparent la future
scolarisation de leur enfant », souligne
Armelle Le Guerroué, formatrice à l’Isfec6
de Bretagne. En Vendée, une option plus
souple encore, qui consiste à travailler
avec des associations d’assistantes maternelles dont la
constitution ne dépend pas des
partenaires institutionnels, a
été concrétisée notamment par
l’école de La Guyonnière (cf.
encadré p. 51) dans le nord du
département.
© Sgec/Département éducation
l’heure de la réforme de ces filières, y
compris dans le secteur services à la personne de l’enseignement agricole ! » observe Claude Berruer. Un nouvel horizon
pourrait aussi se dessiner, via un rapprochement des établissements avec le tissu
économique local, en vue d’initier des
crèches d’entreprise…
Non loin de cet esprit puisqu’elle permet un système de réservation de places,
la microcrèche, concept semi-collectif et
innovant prévu pour des groupes de dix
enfants, figure parmi les modèles d’accueil émergents les plus en vue. Depuis
avril 2009, le Refuge des Galopins,
niché dans un bâtiment modulaire au
cœur d’une zone industrielle dans le
Sud-Vendée à proximité de Cholet, en
est un bel exemple. Monté en
moins d’un an par une professeur de sciences économiques
de l’enseignement catholique, le
projet, qui offre aujourd’hui
30 places, a pu se concrétiser et
bénéficier des aides publiques
(CAF, PMI, conseil général et
communauté de communes)
grâce à la complémentarité qu’il
a offerte avec le réseau local
d’assistantes maternelles, en
manque de professionnelles.
Avec des exigences réglementaires plus souples que les autres
structures petite enfance, un fonctionnement possible sans directeur avec un
minimum de trois professionnels – une
assistante maternelle-coordinatrice et
deux certifiés de niveau V –, le coût
annuel pour les familles se chiffre entre
1 800 et 2 400 € , explique Fabrice
Frénéa, du Snec-CFTC4.
Réactifs
effectivement question, reconnaît
Jean-Pierre Lemeur, adjoint 1er degré à
la DDEC de Saint-Étienne. Le diocèse
compte aujourd’hui 17 « structures »passerelles sur 49 écoles. Adoptée
localement après la réduction éclair de
la scolarisation des deux ans, « à
défaut » d’un agrément départemental
pour initier d’autres structures, la formule offre toutefois de « réelles passerelles éducatives », selon l’adjoint
diocésain. En outre, la solidarité
interne permet de « tenir » le budget
annuellement déficitaire et de proposer
un montant de participation familiale
assez compétitif : estimé à 300 € par
mois, il est réduit sur place à 80 €,
voire à 15 € pour certaines écoles. En
Franche-Comté, Élisabeth Lhéritier
privilégie la solution moins risquée
d’un panachage, en intégrant cinq ou
six enfants de moins de trois ans au
sein des classes sous contrat …
À défaut de pouvoir « ouvrir partout
des structures », un autre horizon, celui
des dispositifs petite enfance, apparaît
très prometteur. L’idée est simple : se
rapprocher des parents en congé parental
ou des assistantes maternelle du secteur,
52 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
« Il y a tout à gagner de ces
partenariats qui mettent en
avant la proposition éducative
de notre projet, des savoir-faire
et -être de notre école, et permettent aux
petits de la rejoindre en douceur, doigt
de pied après doigt de pied… À condition
de rester en éveil et prêts à décoller. De
nouveaux besoins peuvent émerger d’une
année sur l’autre en raison de la crise
économique ou des mouvements de population, affirme Marie-Hélène Gavrel,
chargée du dossier de la petite enfance à
la DDEC de Vendée… Il nous faut être
réactifs, garder un contact régulier avec
les partenaires institutionnels, pour qu’il
n’y ait pas une seule famille qui ne puisse
trouver un accueil chez nous ! »
1. Seuls seront maintenus les crédits alloués aux établissements
labellisés « Ambition réussite » (à l’heure actuelle, l’enseignement catholique en compte 15).
2. Caisse d’allocations familiales.
3. Assistant d’école maternelle.
4. Syndicat national de l’enseignement catholique-Confédération française des travailleurs chrétiens.
5. Fédération nationale des organismes de gestion des établissements de l’enseignement catholique.
6. Institut supérieur de formation de l’enseignement catholique.
Un outil : le CD-Rom « Ressources pour le dévesloppement
de structures d'accueil de la petite
enfance » (dont sont extraites les images qui illustrent
notre article). On en trouvera les éléments sur http://
departement-education.enseignement-catholique.fr
(“Mission actions éducatives“/“Dossier petite enfance“).
340 p53-55 reflexs DEF:- 21/12/10 17:03 Page53
réflexIon
Prendre un « mutant »
par la main…
Et si nos repères éducatifs,
thérapeutiques et politiques
étaient tous, ou presque,
obsolètes aux yeux d’une
jeunesse « mutante » ? Pour
être dérangeant, le propos de
Jean-Paul Gaillard n’en est pas
moins utile aux adultes chargés
de faire grandir les personnes.
tentons généralement de faire
taire en les forçant à entrer
dans la boîte de nos modèles
standards ». De telles attitudes
génèrent souvent incompréhension, découragement, et
parfois, affrontement avec les
jeunes.
Pour changer de regard, il
faut d’abord réellement écouter. Jean-Paul Gaillard apporte
ici un outillage précieux, ouvre
un « espace d’intelligibilité » en recensant
CHRISTIANE DURAND,
les domaines dans lesquels les mutations
AURÉLIE SOBOCINSKI
sont les plus profondes. L’une des différences, peut-être la plus problématique
omment vivre et travailler avec sur le plan anthropologique avec les
les jeunes aujourd’hui ? La perte générations antérieures, concerne les
de repères, les comportements processus psychiques et sociaux qui perincivils, l’individualisme gran- mettent la construction de l’identité.
dissant ressentis par de plus en plus Celle-ci n’est plus reçue, ce qui peut être
d’adultes, parents et enseignants, inquiets une avancée, mais se construit peu à peu,
sinon déstabilisés par les manières d’être de manière souvent très paradoxale : la
et de penser des nouvelles générations, demande étant dans le même temps d’une
s’expliquent-ils uniquement par une autonomie revendiquée de plus en plus
entrée dans la vie active, à la fois plus tôt et d’une dépendance prolongée tant
tardive et plus difficile ? Jean-Paul Gaillard sur le plan matériel que psychique. La
soutient que cette situation n’a rien de construction de l’identité, c’est aussi la
commun avec la « crise d’adolescence » solitude. « Le rapport entre soi et l’autre
à laquelle nous étions habitués. Dans est remplacé par un rapport de soi à
son livre, Enfants et adolescents en mu- soi », ce qui donne parfois le vertige et
tation1, il explique qu’il s’agit de mu- peut entraîner le doute sur sa propre
tations irréductibles vers de nouveaux existence. Le besoin de reconnaissance
modes d’être qui rendent obsolètes la de l’autre et le regard, à la fois confiant
quasi-totalité de nos repères éducatifs, et patient, prennent dans ce contexte un
thérapeutiques et politiques. Dans ce rôle déterminant.
livre dérangeant, il propose aux adultes
Le rapport à l’autorité, la place et le
des voies pour comprendre ce qui advient, rôle de l’interdit, le rapport à la loi ont
sans entretenir une nostalgie peu propice considérablement évolué, mais ce n’est
à l’éducation des jeunes. Il plaide pour pas parce que la parité relationnelle
que « le monde finissant » dans lequel est le mode de relation naturel des
vivent les adultes accepte d’abord d’écou- « mutants » qu’ils n’ont pas besoin
ter vraiment ceux qu’il nomme « les d’adultes sereins, authentiques, eximutants », en parlant des jeunes.
geants, qui assurent la sécurité et proEn effet, lorsque des comportements tègent de l’arbitraire et de la loi du plus
ou des paroles nous dérangent, la pre- fort. Le sentiment de culpabilité est,
mière réaction, bien compréhensible, lui aussi, en profonde mutation, ainsi
est d’interpréter la situation à partir de que la capacité réflexive : « Quand ils
nos repères habituels, et d’envisager ces cherchent à m’expliquer leurs fonc« anomalies comme des sortes d’ondes tionnements, ils le font sur un mode
non codées, des bruits gênants que nous très externe, à partir de la notion de
C
besoin », observe
le thérapeute. Ce
qui, là encore, ne signifie pas qu’ils
soient incapables de
revenir sur leurs
comportements,
mais qu’il est urgent
que nous acceptions
ces interpellations si
nous voulons que nos
rappels à la loi et nos
sanctions soient entendus et fassent
grandir les personnes.
Étapes provisoires
L’inscription des jeunes dans le temps
apparaît, elle aussi, éminemment problématique : « Le simple écoulement
du temps entre passé et futur est vécu
par les mutants comme un irreprésentable angoissant. Ils semblent vivre un
présent compact qui doit se montrer
porteur d’une satisfaction immédiate. »
Si cette analyse ne peut être que partagée,
elle est sans doute à nuancer ou plutôt
à complexifier : les jeunes sont aussi
préoccupés par l’avenir et pensent sans
doute les choses en termes d’étapes provisoires, davantage que les générations
antérieures.
On le voit, Jean-Paul Gaillard nous
convie à une réflexion courageuse et
porteuse de perspectives positives pour
tous les adultes. Si l’on veut tenter de
réduire le fossé générationnel, permettre
la transmission indispensable à toute
éducation, il nous faut d’abord accepter
et comprendre qu’un comportement ou
une parole ne sont pas à décoder dans
« un jeu de miroirs », comme si, dans
le face-à-face, ce n’était qu’un autre
soi-même, plus jeune, qui pense ou agit.
Au-delà de l’attitude et des postures à
faire évoluer, il reste encore à traduire
cette prise de conscience en pratiques
éducatives renouvelées.
1. ESF Éditeur, 2009, 170 p., 23 €. Jean-Paul Gaillard est
thérapeute systémicien de la famille et du couple.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
53
340 p53-55 reflexs DEF:- 21/12/10 17:03 Page54
réflexIon
Des tout-petits philosophes
Après avoir vu Ce n’est qu’un
début, ce documentaire
qui présente un atelier philo
en maternelle, on lira avec profit
le livre écrit par trois
des protagonistes.
Bien plus qu’un vade-mecum
pour monter son propre atelier,
il expose avec finesse
comment favoriser la réflexion
chez l’enfant.
pas nommer « atelier philo » n’importe
quel temps de libre expression des
élèves, que cela suppose un travail
considérable de préparation, la mise en
place d’un cadre maîtrisé par l’enseignant et une attention de tous les instants à chaque élève.
Les premiers lecteurs seront donc tout
naturellement les enseignants de maternelle intéressés par la création d’« ateliers philo ». Mais l’intérêt du livre va
bien au-delà. Il est question, comme
le titre l’indique, de mieux cerner les
conditions qui favorisent l’apprentis-
à ce qui fait l’intérêt majeur du livre :
comment naissent et se développent la
pensée et le langage chez l’enfant ?
Comment se construisent son rapport
aux autres et son rapport au monde ?
Comment en vient-il à exercer progressivement sa raison ?
Indices essentiels
© Le Pacte
On découvre que le cadre de fonctionnement mis en place favorise un vrai
travail d’élaboration, de construction, de
rencontre de l’autre, de confrontation
avec une pensée, un point de vue,
des réactions qui diffèrent des
NICOLE PRIOU
siennes et lui ouvrent une voie pour
se questionner, se dégager d’évia mi-novembre a été faste
dences, entrer parfois dans la perpour la philosophie. Les
plexité. L’enfant s’inscrit dans une
17 et 18, l’Unesco rassem« communauté de recherche » où
blait 600 personnes pour
il expérimente « quelque chose
les 10es Rencontres autour des
de fondateur : le désaccord dans
nouvelles pratiques philosola paix civile3 ».
On appréciera aussi la manière
phiques. Le 17 sortait en salles
dont l’équipe a associé de très
Ce n’est qu’un début de Jeanprès au projet les parents, et les
Pierre Pozzi et Pierre Barougier,
effets positifs qui découlent de
documentaire sur deux années
ces échanges.
d’atelier à visée philosophique
e
Enfin, l’ouvrage se termine sur
dans une maternelle de Zep en
êtr
t
peu
on
c’est quand
– Moi, je dis que la liberté,
til.
un
court (trop court ?) passage
Seine-et-Marne. Enfin, et toujours
gen
e
êtr
et
peu
it
un pet
un petit peu seul, respirer
intitulé
« Un geste professionnel
le 17, Luc Chatel annonçait la
,
ben
eh
,
rté
libe
– Pour moi, la
retrouvé
: l’observation ». La
mise en place d’un enseignement
.
son
pri
de
t
sor
on
c’est quand
es.
ubl
me
présence
d’une équipe de tourde la philosophie dès la seconde
des
re
fais la poussiè
– Je suis pas libre quand je
dans
tées
por
rap
ts
nage
pendant
deux ans dans cette
à la rentrée 2011 (lire p. 17).
fan
d’en
oles
(Par
échir à l’école maternelle.)
réfl
et
école
a
très
certainement
rendu
C’est dans ce contexte que vient
ser
pen
à
dre
ren
App
plus aiguë l’observation des
de sortir, dans la série « Un projet
élèves avec, notamment, le souci constant
pour », Apprendre à penser et
réfléchir à l’école maternelle 1. Les sage et le développement de la pensée des « petits parleurs ». Mais il est essentiel
auteurs ? L’équipe mobilisée pour chez l’enfant. Même si on n’enseigne de rappeler que toute situation ordinaire
Ce n’est qu’un début : Pascaline pas en maternelle, même si on ne de classe nécessite une observation
Dogliani, l’enseignante de maternelle, compte pas créer un « atelier philo », fine pour ne pas passer à côté d’indices
Isabelle Duflocq, la directrice de penser et réfléchir sont deux activités essentiels livrés tout autant par le nonl’école, et Jean-Charles Pettier, profes- mentales essentielles qui méritent qu’on verbal et par les silences, que par les
seur d’IUFM2.
s’y arrête. La découverte de la vie, de mots prononcés.
L’objet premier de l’ouvrage, c’est la l’environnement, les événements qui
Le lecteur pourra, s’il n’a pas vu le
pratique d’ateliers à visée philoso- surviennent, mettent le jeune enfant film, consulter le site qui lui est dédié4
phique en maternelle. Un dévelop- face à des questions existentielles telles en complément de la lecture de cet oupement très didactique permet de que la séparation, la mort, la différence, vrage.
s’intéresser aux obstacles et aux condi- la liberté… Que ces questions soient
tions de réussite, aux points d’appui posées dans le cadre de l’école, accom- 1. Éditions Delagrave, coll. « Guides de poche de l’enseipour la mise en place du projet, à la pré- pagnées par l’enseignant, confrontées gnant », 2010, 120 p., 8 €.
Et collaborateur de la revue Pomme d’Api pour les fiches
paration des séances, aux supports utili- à d’autres paroles et aux émotions 2.pédagogiques
de la rubrique « Les p’tits philosophes ».
sés, au rituel et au protocole mis en qu’elles suscitent, participe de l’élabo- 3. Interview de Michel Tozzi, supplément au n° 2400 (4 novembre
place, au rôle de l’enseignant. Une ration de la pensée réflexive et de la 2010) du Nouvel Observateur.
occasion de découvrir qu’on ne peut conscience citoyenne. Et on touche là 4. À l’adresse : www.cenestquundebut-lefilm.com
L
54 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
La Bible
avec cinq
livres
en plus
La sortie, le 18 novembre
dernier, de la TOB 2010
constitue un événement
éditorial et théologique.
Cette bible œcuménique intègre
cinq nouveaux livres en usage
dans la liturgie orthodoxe1.
Une avancée majeure
pour l’unité de l’Église.
© Cerf
340 p53-55 reflexs DEF:- 21/12/10 17:03 Page55
La belle aventure de la TOB, démarrée
il y a 50 ans, comme le relate le petit
livre qui accompagne la sortie de cette
nouvelle édition4, se poursuit donc. Il
aura fallu dix ans de traduction et d’annotations, plus de cent cinquante traducteurs, deux éditeurs – l’un catholique,
l’autre protestant – pour qu’une première
édition complète sorte en 1975, et des
révisions en 1988 et 2004.
Prophétique
La traduction de l’édition 2010 comporte elle aussi de nombreuses corrections et un appareil critique enrichi.
Autant de raisons d’adopter cette nouvelle TOB, Bible de référence des enseignants qui utilisent sa traduction
dans les manuels scolaires. Notons
enfin qu’à ce jour, seuls les chrétiens
francophones sont arrivés à se mettre
d’accord sur une traduction commune.
Rien de comparable donc dans d’autres
langues, les tentatives de traduction
œcuménique ayant échoué. De là à
considérer la TOB comme une Bible
prophétique qui prépare l’unité de
l’Église, il n’y a qu’un pas.
femme avec enthousiasme. Trois pages
s’affrontent pour savoir qui est le plus
fort : le roi, le vin, les femmes ou la
vérité ? Le passage sur les femmes est
d’une incroyable fraîcheur. Et la morale
est sauve puisque le texte se conclut
sur l’affirmation que la vérité est la
plus forte ! » (cf. encadré).
Outre l’intérêt littéraire et historique
de ces textes3, leur introduction dans
la TOB marque une grande avancée 1. TOB notes intégrales, 17 x 24 cm, 2 784 p., reliure rigide
pour l’œcuménisme puisque pour la sous étui, 65 €. TOB notes essentielles, 12 x 18 cm, 2 100 p.,
première fois, une bible rassemble tous version brochée, 16,50 €. Coédition Cerf/Bibli’O.
SYLVIE HORGUELIN
les livres communs aux trois confes- 2. Il comprend : 3 Esdras, 4 Esdras, 3 Maccabées, 4 MacPrière de Manassé (+ le Psaume 151 qui figurait
sions. « Les protestants ont gardé la cabées,
déjà dans la précédente édition, mais traduit de l’hébreu
es bibles des Églises orthodoxes Bible hébraïque, les orthodoxes la Bible et non du grec).
grecque et russe comprennent cinq grecque, explique le bibliste Hugues 3. Ils sont considérés comme deutérocanoniques par les
livres supplémentaires que l’on Cousin. Quant aux catholiques, ils sont orthodoxes et apocryphes par les catholiques et les proqui conservent donc leur canon des Écritures,
ne retrouve pas dans les autres bi- écartelés entre ces deux canons des testants
considérant toutefois que ces textes sont « bons à lire ».
bles chrétiennes. Les voilà enfin intégrés Écritures car ils ajoutent à la Bible hé- 4. L’aventure de la TOB – 50 ans de traduction œcuménique
de la Bible, Cerf-Bibli’O, 156 p., 8 €.
dans la Traduction œcuménique de la braïque des livres grecs. »
Bible (TOB) qui portera d’autant mieux
son nom ! Ces textes ont été rédigés
e
entre le IIe siècle avant J.-C. et le IIe siècle
après J.-C. Ils ont été transmis en grec Parmi les nouveaux textes qui figurent dans la TOB, saluons le Troisième livre d’Esdras
et font partie de la littérature intertesqui daterait du IIe siècle avant J.-C. Une question y est posée : qu’est-ce qui est le plus
tamentaire, c’est-à-dire qu’ils se situent puissant ? Le juif Zorobabel défend avec vigueur l’idée que ce sont les femmes.
entre les écrits de l’Ancien Testament Jubilatoire !
et ceux du Nouveau Testament. C’est « Messires, le roi n’est-il pas grand, les hommes ne sont-ils pas nombreux, et le vin
pourquoi, dans la TOB 2010, ils ont n’est-il pas fort ? Eh bien ! qui est leur maître et qui est leur seigneur ? Ne sont-ce pas
été insérés entre les deux. On les retrouve les femmes ? Ce sont les femmes qui ont enfanté le roi et tout le peuple qui est
dans un chapitre intitulé « Autres livres seigneur de la mer et de la terre ; c’est d’elles qu’ils sont nés ; ce sont elles qui ont élevé
ceux qui plantent les vignes d’où provient le vin ; ce sont elles qui font les vêtements
deutérocanoniques admis par les ordes hommes, elles qui font la gloire des hommes : les hommes ne peuvent exister
2
thodoxes » .
sans les femmes. Ont-ils amassé de l’or, de l’argent, ou tout autre objet plaisant ?
Le plus original d’entre eux est pour S’ils aperçoivent une seule femme qui soit belle par son physique et par sa beauté,
Valérie Duval-Poujol, l’une des uniils laissent tout et restent bouche bée devant elle, ils la regardent la bouche ouverte.
versitaires qui ont travaillé sur ces Tous la préfèrent à l’or, à l’argent ou à tout autre objet plaisant. L’homme abandonne
« ajouts », le Troisième livre d’Esdras. son père qui l’a élevé et son pays, et il s’attache à sa femme. Auprès de sa femme,
« Un cinquième de l’ouvrage décrit il s’abandonne et en oublie son père, sa mère et son pays. Par là vous devez reconnaître
une joute oratoire disputée devant le que les femmes vous dominent. » (3 Esdras 4,14-22)
roi perse Darius, explique la jeune
L
Une ode à la femme du II siècle av. J.-C. !
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
55
340 p56-57 médit DEF:- 21/12/10 17:01 Page56
médItatIon
Un vigoureux appel
pour la justice sociale
CLAUDE BERRUER
L
a lettre de Jacques ne fut que tardivement rattachée au canon des
Écritures, vers le iVe siècle. Le
vocabulaire employé amène les
spécialistes à la considérer comme
postérieure aux épîtres de Paul, mais
le style rappelle plutôt les prophètes
de l’Ancien Testament, et le nom de
Jésus n’y est mentionné que deux
fois. Ce texte donna lieu à de fortes
polémiques avec la Réforme protestante, en raison de la subordination de
la foi aux œuvres. La singularité de
son écriture fit dire à Luther qu’il
s’agissait d’une « épître de paille ». il
est certain que Jacques invite vigoureusement à œuvrer pour la justice
dans un contexte qui n’est pas sans
analogie avec notre époque.
Si la possession foncière assure
toujours les situations sociales les
plus reconnues, le commerce se développe beaucoup à partir du ier siècle,
surtout par voie fluviale et maritime.
Les propriétaires terriens deviennent
armateurs, de nombreuses villes portuaires se créent, avec un besoin
croissant d’ouvriers et de dockers.
Exode rural et mobilité sociale s’am-
»
Pour mettre le cap sur
l’exploration éducative, des points
d’ancrage ont été listés le 21 mai
20101. En explicitant le troisième,
« Se rendre créatif pour plus de
justice », Jean Baptiste de
Foucauld a plaidé pour « quatre
projets éducatifs : l’apprentissage
de la sobriété, l’apprentissage
de la justice, l’apprentissage
du sens et l’apprentissage
de la créativité bien orientée ».
Cet extrait de la lettre de Jacques
fait écho à la situation sociale
que nous connaissons aujourd’hui.
Épître de saint Jacques (4,13 – 5,5)
13
Écoutez-moi ! Vous dites : « Aujourd’hui ou demain nous
irons dans telle ou telle ville, nous y passerons l’année, nous
ferons du commerce et nous gagnerons de l’argent », 14 alors que
vous ne savez même pas ce que sera votre vie demain ! Vous n’êtes
qu’un peu de fumée, qui paraît un instant puis disparaît. 15 Vous
devriez dire au contraire : « Si le Seigneur le veut bien, nous serons
en vie pour faire ceci ou cela. » 16 Et voilà que vous mettez votre
orgueil dans des projets prétentieux. Tout cet orgueil est mauvais !
17
Être en mesure de faire le bien, et ne pas le faire, c’est un péché.
5 1 Écoutez-moi, vous, les gens riches ! Pleurez, lamentez-vous, car des
malheurs vous attendent. 2 Vos richesses sont pourries, vos vêtements
sont mangés des mites, 3 votre or et votre argent sont rouillés.
Cette rouille vous accusera, elle dévorera vos chairs comme un feu.
Vous avez amassé de l’argent, alors que nous sommes dans les derniers
temps ! 4 Des travailleurs ont moissonné vos terres, et vous ne les avez
pas payés ; leur salaire crie vengeance, et les revendications des
moissonneurs sont arrivées aux oreilles du Seigneur de l’univers.
5
Vous avez recherché sur terre le plaisir et le luxe, et vous avez
fait bombance pendant qu’on massacrait des gens.
»
plifient, avec leur habituel cortège de
précarité, de pauvreté et de problèmes sanitaires. Ce qu’on appellerait aujourd’hui la fracture sociale
génère de multiples révoltes, durement réprimées : « […] vous avez fait
bombance pendant qu’on massacrait
des gens. »
L’auteur vise deux catégories sociales
qu’il interpelle successivement. D’abord
ceux qui rêvent de devenir pionniers
d’une nouvelle réussite : « Écoutezmoi ! Vous dites : “Aujourd’hui ou
demain nous irons dans telle ou telle
ville, nous y passerons l’année, nous
ferons du commerce et nous gagnerons
de l’argent”. » Puis les riches déjà
nantis : « Écoutez-moi, vous, les gens
riches ! » Aux uns et aux autres, il dénonce la futilité de leurs projets et de
leurs attachements, la vanité de leur vie.
« [V]ous ne savez même pas ce que sera
votre vie demain ! Vous n’êtes qu’un
peu de fumée, qui paraît un instant puis
56 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
disparaît. » Jacques reprend ici une
thématique privilégiée des Écrits de
Sagesse : « Vanité des vanités, dit Qohélet ;
vanités des vanités, tout est vanité.
[…]. Le vent part au midi, tourne au
nord, il tourne, tourne et va, et sur son
parcours retourne le vent2. »
Jacques retrouve aussi les accents
des malédictions prophétiques pour
dénoncer la corruptibilité de ce que
l’homme peut thésauriser : « Pleurez,
lamentez-vous, car des malheurs vous
attendent. Vos richesses sont pourries, vos vêtements sont mangés des
mites, votre or et votre argent sont
rouillés. Cette rouille vous accusera,
elle dévorera vos chairs comme un
feu. »
Jésus, dans le discours sur la montagne, recourt aux mêmes images
pour mettre en garde contre la
richesse : « Ne vous amassez point de
trésors sur la terre, où la mite et le
ver consument3 […]. »
340 p56-57 médit DEF:- 21/12/10 17:01 Page57
Le Dieu créateur, origine
de la vie, ne peut
qu’être sensible
à la détresse humaine.
À ce mode de faire démiurgique,
« nous ferons du commerce, et nous
gagnerons de l’argent », Jacques
oppose une façon de faire référée qui
se fonde sur la reconnaissance de ce
que l’homme reçoit d’ailleurs, d’un
autre, du Tout-Autre. « Si le Seigneur
le veut bien, nous serons en vie pour
faire ceci ou cela. » il s’agit de rendre
gloire à Dieu plutôt que de célébrer
ses propres actions par pure gloriole.
La grandeur de l’homme se situe dans
la sollicitation de sa responsabilité :
« Être en mesure de faire le bien, et ne
pas le faire, c’est un péché. »
L’orgueil enfermant dans l’ego
entraîne mécaniquement l’égoïsme,
la fermeture à l’autre, l’indifférence,
le mépris cynique jusqu’à l’homicide. Jacques dénonce d’abord l’injustice : « Des travailleurs ont
moissonné vos terres, et vous ne les
avez pas payés », renouant avec des
mises en garde qui traversent tout
l’Ancien Testament : « Tu n’exploiteras pas le salarié humble et pauvre
[…]. Chaque jour tu lui donneras son
salaire, sans laisser le soleil se coucher sur cette dette […]. Ainsi n’en
appellera-t-il pas à Yahvé contre toi.
Autrement tu serais en faute4. »
Jérémie s’insurge pareillement : « Malheur à qui bâtit sa maison sans la justice
et ses chambres hautes sans le droit, qui
fait travailler son prochain pour rien et
D. R.
Cette rapide plongée dans les Écritures, à travers des genres littéraires
différents et des époques diverses, ne
peut que nous remettre humblement
devant cette tentation constante de
notre vie en humanité, le goût immodéré
de l’avoir, signe de la puissance mortifère de l’orgueil et de l’égoïsme.
« Et voilà que vous mettez votre
orgueil dans des projets prétentieux. »
Les termes grecs sont plus précis. Le
verbe employé dit « se glorifier »,
c’est-à-dire donner du poids, de la
gravité comme on parle de la gloire
de Dieu. L’orgueil est bien cet enfermement de l’homme sur lui-même,
qui conduit à considérer qu’il est sa
propre origine, que son action ne doit
qu’à ses seuls mérites et ne prend que
le sens qu’il veut bien lui donner.
Maître François,
Le festin
de l'homme
riche et Lazare
(1475).
Museum
Meermanno
Westreenianum,
La Haye.
ne lui verse pas de salaire5. » Et l’injustice
fait le lit de la violence : « […] vous avez
fait bombance pendant qu’on massacrait
des gens. »
Le Dieu créateur, origine de la vie,
ne peut qu’être sensible à la détresse
humaine. « [L]es revendications des
moissonneurs sont arrivées aux
oreilles du Seigneur de l’univers. » Le
texte originel fait mention de « Yahvé
Sabaoth », le Dieu des armées, celui
qui défend son peuple contre le mal :
« J’ai vu, j’ai vu la misère de mon
peuple qui est en Égypte. J’ai entendu
son cri devant ses oppresseurs ; oui,
je connais ses angoisses6. »
Nécessaire vigilance
Ce texte vigoureux est à entendre
pour notre temps et doit interpeller
notre société de consommation, trop
souvent tournée vers la production de
biens éphémères, et obsédée par sa
possibilité de croissance infinie. Sans
doute la crainte de Dieu ne permetelle plus aujourd’hui, dans un monde
sécularisé, d’appeler chacun à ses
devoirs. En même temps, on ne peut
pas tout espérer d’une évolution des
systèmes économiques et politiques
qui nous gouvernent, comme si tout
échappait à l’individu.
Jean-Paul ii a souvent articulé les
notions de péché et de « structure de
péché », pour décrire la dimension
sociale du mal. il reste que l’on ne
peut jamais parler de « structure de
péché » en évacuant la responsabilité
individuelle, la « structure de péché »
supposant la participation personnelle à un système qui dévoie les
valeurs humaines, et, pour le croyant,
l’amour de Dieu.
L’appel de Jacques à sortir de l’orgueil et de l’égoïsme ne peut que stimuler la nécessaire vigilance sur les
déviances de l’individualisme contemporain. Les croyants ne peuvent qu’être
sensibles à la modernité du texte, mais
les non-croyants peuvent aussi y entendre un appel : « Il est souhaitable aussi
que les hommes et les femmes privés
d’une foi explicite soient convaincus
que les obstacles opposés au développement intégral ne sont pas seulement
d’ordre économique, mais qu’ils
dépendent d’attitudes plus profondes
s’exprimant, pour l’être humain, en
valeurs de nature absolue. C’est pourquoi il faut espérer que ceux qui sont
responsables envers leurs semblables,
d’une manière ou d’une autre, d’une
“vie plus humaine”, inspirés ou non
par une foi religieuse, se rendent pleinement compte de l’urgente nécessité
d’un changement des attitudes spirituelles qui caractérisent les rapports de
tout homme avec lui-même, avec son
prochain, avec les communautés
humaines même les plus éloignées et
avec la nature7 […]. »
1. Lors de la rencontre nationale de l’enseignement catholique
à Rungis.
2. L’Ecclésiaste 1,2 et 6.
3. Évangile selon saint Matthieu 6,19.
4. Le Deutéronome 24,14-15.
5. Jérémie 22,13.
6. L’Exode 3,7.
7. Jean-Paul II, Encyclique Sollicitudo rei socialis, 1987, § 38.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
57
340 p58-59 Z+europe+planete DEF :- 21/12/10 16:59 Page58
Un jeu
d’équipe
pour articuler
toutes
les aides
à l’école
primaire
La boîte aux aides : 12 € l’exemplaire (port compris).
Nom / Établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Souhaite recevoir : . . . . . . . . . . . . . . . . ex. de « La boîte aux aides ». Ci-joint la somme de : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € à l’ordre de SGEC.
SGEC, Service publications, 277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71. Fax : 01 46 34 72 79.
Découvrir et comprendre
la situation
de l’Enseignement
catholique en Europe
L’école catholique en Europe : 10 € l’exemplaire (hors frais de port).
Nom / Établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Souhaite recevoir : ............ ex. de « L’école catholique en Europe ». Ci-joint la somme de : ........................ € à l’ordre de SGEC.
SGEC, Service publications, 277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71. Fax : 01 46 34 72 79.
58 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
340 p58-59 Z+europe+planete DEF :- 21/12/10 16:59 Page59
Planète Jeunes
Ces ados qui aiment avoir peur !
En tant qu’adulte, pourtant, on peut s’interroger :
« Est-il opportun de mettre dans la tête de jeunes ce
monde diabolique peuplé d’êtres qui se nourrissent des
humains, qui joue sur des fantasmes, tels le vampirisme
ou la torture ?» Marie-Hélène Delval, directrice littéraire
et traductrice du livre chez Bayard, reconnaît que « cet
DANIELLE LACROIX
univers gothique est noir, mais qu’il reste humain, cohérent et même moral ». Le rôle d’un épouvanteur, n’est-il
n épouvanteur, c’est quelqu’un qui effraie les pas de « chasser du pays les créatures maléfiques venues
méchants, comme les sorcières », nous dévoile de l’Obscur » ? Les épisodes s’inscrivent dans l’éternelle
Claire. Jean précise que « c’est quelqu’un qui lutte du Bien contre le Mal. Cela en évitant le manicombat les forces du mal, c'est-à-dire l’Obscur ». chéisme. Nombre de personnages sont ambigus3, et dis« Ces forces du mal, ajoute Guillaume, lui aussi fan de la cerner le Bien et le Mal n’est pas si simple... Parfois,
saga de L’Épouvanteur1, ce sont les sorcières, mais aussi Thomas doit pactiser avec les forces ennemies pour mieux
différents types de gobeles combattre. Et Marielins2 et d’autres monstres
Hélène de se référer au théoencore. » Ces ados ont un
logien Xavier Thévenot :
point commun : ils dévo« Un choix moral se fait
rent les livres de Joseph
toujours sur la lame du
Delaney dès leur parucouteau. » Et puis, pour que
tion. Enfin... sauf Claire
le Bien triomphe, il faut se
qui se désole : « Ma mère
montrer brave, faire preuve
les offre à mon frère et je
d’entraide, affronter des
dois attendre pour les
épreuves qui paraissent
lire ! Elle doit penser que
insurmontables... et accepc’est pour les garçons. »
ter d’en payer le prix. La
Les aventures invraisemmère de Thomas, pour se
blables leur paraissent
racheter et sauver les huréelles : « Quand on est demains, meurt en combatdans, on y croit, dit Jean,
tant une entité mauvaise !
De gauche à droite : Claire, Guillaume et Jean.
on ne se pose plus la quesEnfin, « il faut apprécier
tion si c’est comme ça dans la vie ou non... » Les objets l’émotion qui se dégage dans certaines scènes, s’émermagiques les fascinent : chaînes en argent dont les sorcières veille Marie-Hélène, qui se réfère à un passage au début de
ne supportent pas le contact, bâton en bois de sorbier, l’histoire, où l’on voit le maître apprendre à l’adolescent à
muni d’un couteau, qui provoque des décharges... Sont- passer de la terreur à la compassion ».
ils terrifiés ? Évidemment, mais c’est ce qu’ils aiment !
Et pas question de sauter des passages, « car après, je ne
Début de réponse
pourrai pas comprendre la suite », explique Jean. Pour
Si le lecteur s’identifie aussitôt avec le narrateur, c’est
apaiser son angoisse, il suffit de « laisser reposer le livre
quelque temps », confie Guillaume. Il se souvient s’être grâce au contexte biographique : Thomas doit quitter sa
arrêté à un moment où « Thomas est poursuivi par les ferme, ses parents et partir avec un maître bourru et exigeant
sorcières et où leurs mains peuvent sortir de terre, lui pour s’initier à un métier. Cela symbolise le passage de
prendre les chevilles et l’attirer sous terre pour sucer son l’enfance à l’âge adulte, temps où il faut abandonner ses
sang ». Quant à Jean, il a une solution : « Ne pas lire ces repères et construire sa propre identité... Ne serait-ce pas
ce parcours-là qui fascine les ados ? N’y retrouvent-ils pas
livres la nuit, enfin pas après 22 heures ».
Avoir le cœur qui palpite et l’estomac noué n’est pas le là inconsciemment leurs questionnements, transposés dans
privilège de ces trois enfants. L’Épouvanteur a un fervent un monde fantastique ? Peut-être Claire, qui ne peut s’identifier
lecteur en Jean-Pierre Magnine, dominicain, 75 ans, qui à un garçon, nous donne-t-elle un début de réponse : « Ce
avoue avec naïveté que, lui aussi, parfois a peur, et qu’il n’est pas Thomas qui est intéressant. Il n’a même pas le
adore cela ! Dès qu’il a achevé un tome, il attend la suite. sens de l’humour. C’est surtout son aventure ! »
D’où vient cette peur ? « Le suspense, l’action », déclarent
unanimes Guillaume, Claire et Jean. Pour Jean-Pierre 1. Six tomes ont à ce jour été traduits de l’anglais chez Bayard Jeunesse. Le tome 7
Magnine, « cet univers complexe reste familier et quoti- devrait paraître en janvier 2011, et trois autres pourraient encore voir le jour... ainsi
bestiaire illustré et un livre sur les sorcières.
dien », et c’est ce qui fonctionne. L’auteur a réussi « le qu’un
2. Monstres à l’allure spectrale : les éventreurs, les frappeurs, les lance-cailloux, les velus...
contrepoint entre un certain réalisme et un vrai surnatu- 3. Certains personnages proches de Thomas sont des sorcières qui ont choisi le parti
des humains.
rel », auquel s’ajoute « une poétique des lieux ».
Claire, Jean et Guillaume ont 12 ans et sont en 5e.
Comme beaucoup dans leur classe, ils se passionnent pour
la littérature fantastique. Après Harry Potter, ils ont découvert
Thomas Ward, jeune garçon de 13 ans, confié à un maître
pour apprendre un périlleux métier : celui d’épouvanteur.
D. Lacroix
U
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
59
340 p60-61DEF:- 21/12/10 16:58 Page60
Culture
poésie
La ménagerimaginaire
En mettant leurs jeux de mots en images, des collégiens de Feurs (Loire) ont réalisé un livre en forme
de bestiaire poétique. Une aventure pédagogique et éditoriale qui a tout du conte de fées.
C
D. R.
VIRGINIE LERAY
onnaissez-vous la girafourlivre, elle restera gravée dans leur mémille-pattes ? La sourhibou ?
moire. »
Le challumétoiles ? Autant
La douzaine de volontaires de 6e et 5e
ayant participé à l’aventure, sont en efd’espèces en voie d’apparition,
fet entrés dans l’écriture, en s’appronées dans la ménagerie imaginaire de
priant la poésie de la langue, à raison
collégiens de Marcellin-Champagnat1,
à Feurs (Loire). Et précieusement saud’une heure hebdomadaire, de novemvegardées depuis dans Le Bestiaire
bre à mars. « Ils ont pu jouer avec les
de Mademoiselle Jolibelluciole2, leur
mots, leur donner de la texture, de la
livre, publié pendant l’été.
matière, les concrétiser, alors qu’avant,
Fruit d’un atelier « Fabrique de textes
la langue restait trop souvent abstraite
et d’images », mené conjointement par
pour eux, ne suscitait pas d’images
deux enseignantes d’arts plastiques et
dans leur esprit », explique Laurence
de lettres, ce bel objet repose sur le prin- Les jeunes auteurs ont signé leur album au Salon du livre de Aulagne qui se félicite aussi de retomcipe des mots-valises, qui s’emboîtent Saint-Étienne. Ci-dessous : la souribis et un amusant musée. bées plus inattendues, en termes de resl’un dans l’autre par une syllabe componsabilisation des élèves. Ainsi, l’une
mune. Et cette animalerie d’hybrides
des jeunes auteurs, invitée à participer
poétiques a généré un univers graphique
à un jury de critiques de livres, orgadéveloppé au fil des pages par les élèves.
nisé par le Journal de Mickey, a pris
« Cette entreprise résulte d’une sucl’initiative de présenter le Bestiaire à
cession de rencontres. Rencontre,
la rédaction. Une audace récompensée
d’abord, entre deux collègues et deux
par une promesse d’article !
disciplines. Rencontre, ensuite, avec
les élèves qui nous ont emmenées là où
Fouilles
nous ne nous y attendions pas. Et qui
Cette année, les expériences créatives
se sont rencontrés entre eux, expérise poursuivent dans ce collège qui aime
mentant la complémentarité de leurs
à cultiver la transversalité. Un autre atetalents et l’entraide. Rencontre, enfin,
lier, toujours mené dans le cadre de
avec Mme Iacovella, une mère d’élève,
l’accompagnement éducatif, est conduit
éditrice, qui nous a donné l’opportuen trinôme, avec le renfort d’un enseinité d’une publication… », commence
gnant d’histoire. Ouvert à tous les niLaurence Aulagne, professeur de letveaux de classe, il s’appuie cette fois
tres. Marie-Christine Robert, sa colsur les récentes fouilles effectuées dans
lègue d’arts plastiques, complète : « Et
un terrain proche de l’établissement,
les échanges se poursuivent puisque
où des vestiges de l’époque galloles élèves ont présenté leur ouvrage au
romaine ont été mis au jour. Au menu,
Salon du livre de Saint-Étienne et qu’une
donc : la Rome antique, du modelage
séance de dédicaces est aussi prévue
et de la sculpture avec le concours d’une
dans une librairie de Feurs. »
plasticienne, des notions d’archéoloUn tonnerre de bravorage, donc, pour
gie… et toute autre piste que la curioce travail collégial qui a bénéficié d’un
sité des élèves les conduira à explorer !
soutien sans faille de la part de Gilles
Chable, le chef d’établissement,
1. Adresse : 1 rue Jules-Ferry, BP 86 - 42110 Feurs.
convaincu de la valeur du projet : « Cette
Internet : www.groupe-scolaire-champagnat.fr
2. Album réalisé par l’Atelier de La Rumeur libre Édiaventure participe à donner du sens
tions, 18 p., 13 € (+ 2,22 € de frais de port). Comaux apprentissages, tout en stimulant
mande par courrier à l’adresse du collège. Commande en ligne sur : www.larumeurlibre.fr
l’imagination des élèves. Grâce à la traçabilité de l’objet (l’intégralité du montant de la commande sera reversée au collège).
UN PRÉCÉDENT POUR UNE JEUNE MAISON D’ÉDITION
Parmi les premiers ouvrages édités par la maison d’édition La Rumeur Libre, en 2007, figure déjà le résultat d’un atelier
d’écriture conduit de septembre à décembre 2006 avec des pensionnaires de la maison d’enfants à caractère social de
Vaugneray (Rhône), âgés de 6 à 12 ans. Une entreprise accompagnée pas à pas pendant trois mois par l’écrivain Patrick
Laupin et le peintre Olivier Saint-Pierre. Et une autre promenade sensible sur les chemins de la poésie de l’enfance. VL
zPatrick Laupin et Olivier Saint-Pierre (dir.), Qui voudrait m'écouter ?, 2007, La Rumeur libre 128 p., 19 €.
60 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
340 p60-61DEF:- 21/12/10 16:58 Page61
Culture
cirque, actualité, histoire
Chapiteau pédago
F
aire rimer culture et plaisir. C’est le pari réussi depuis
35 ans par l’association Cirque éducatif fondée dans le
Nord, à Douai, à l’origine pour sauver de la démolition le
cirque stable de la ville. Aujourd’hui, ses spectacles réunissent chaque hiver près de 80 000 personnes, sous un chapiteau basé à Sin-le-Noble, toujours dans le Nord, mais aussi à
Reims (Marne), où un autre bâtiment dédié au cirque a été
sauvé grâce à l’association. Ces représentations, accessibles
à des tarifs défiant toute concurrence, prennent chaque année
pour fil rouge une thématique nouvelle, comme la musique
pour l’édition 2011. Des animations, expositions, lectures et
concerts rehaussent les performances des artistes par la mise
en scène d’un dialogue entre le cirque et d’autres arts et par la
présentation d’éléments historiques sur la culture circassienne. Agréée par l’académie de Lille depuis 1993, l’association fournit aussi de nombreux prolongements
pédagogiques à ses spectacles. En plus d’outils tels que des
livrets, ou un DVD, elle propose des initiations aux disciplines du cirque et son partenariat pour des projets de
classe. Une mission que le Cirque éducatif décline aussi
auprès d’adolescents en difficulté, de personnes handicapées et dans des quartiers sensibles. VL
s Spectacles 2011 : du 7 au 30 janvier, à Reims. Du 8 février au 3 mars à Sin-le-Noble.
Prix : 7,60 € pour les adultes, 4,60 € pour les enfants (avec réduction pour les
groupes). Le livret pédagogique du spectacle est à la disposition des enseignants
sur simple demande à : anne-marie.perron@laposte.net - Pour une visite virtuelle
du Cirque éducatif : www.cirque-educatif.com
Gamberger sur l’actualité
L
e professeur Gamberge, le Géo Trouvetou qui opère
sur France 31, part à la conquête des librairies. Les
douze premiers titres d’une collection éditée par
Gallimard Jeunesse permettent de retrouver, dans de courts
albums colorés, le savant à la crinière blanche qui décrypte
l’actualité à la demande de ses trois jeunes compagnons,
Charlotte, Rita et Léo. Des sujets aussi variés que l’effet de
serre, le tsunami, les clandestins, la crise économique, et
jusqu’au conflit israélo-palestinien, se trouvent ainsi
expliqués aux enfants, à partir de 7 ans. Une BD met
d’abord en scène le dialogue pédagogique, toujours fourmillant de questions, du professeur Gamberge avec ses
petits amis. Une double page résume et complète ces
informations, avant un quiz final qui permet de vérifier
que les lecteurs ont bien compris le propos. Anecdotes,
cartes, photographies et schémas viennent appuyer une
démonstration simple, claire et efficace, agrémentée de
touches humoristiques. En évitant tout parti pris, ces
albums sérieux mais ludiques, écrits par le journaliste Jean
Schalit, auteur et réalisateur de la série d’animation, permettront ainsi de fixer les idées de ses jeunes téléspectateurs sur les enjeux de notre monde contemporain. À lire et
à commenter en famille. VL
1. Les lundis, mardis, jeudis et vendredis, à 8 h 20. Épisodes disponibles en streaming
sur www.mon-ludo.fr
s Jean Schalit (textes), Karim Friha (illustrations), Professeur Gamberge - Pourquoi
Israéliens et Palestiniens se font-ils la guerre ? (+ 11 autres titres disponibles),
Gallimard Jeunesse/Giboulées, 2010, 24 p., 3,50 €.
Le XVIIIe siècle en jeu vidéo
E
mbarquer sur l’Hermione pour traverser l’Atlantique
et se retrouver en pleine révolution, aux côtés de
La Fayette, George Washington, Benjamin Franklin
ou Fersen... Marie-Antoinette
et la guerre d’indépendance
américaine, la nouvelle aventure proposée par Némopolis, concepteur de jeux vidéo
éducatifs, immerge ses joueurs
en plein programme d’histoire de 4e. L’enquête palpitante, pour déjouer les manigances ourdies par une mystérieuse société secrète, conduit
ainsi du château de Versailles
jusqu’à l’Independance Hall de Philadelphie, à la rencontre d’une cinquantaine de personnages historiques. Au total, la dizaine d’heures de jeu, dans des décors d’époque
variés et sur fond de musique du xViiie siècle, est agrémentée de devinettes historiques, d’énigmes logiques ou
de jeux d’adresse. Une épopée accompagnée pas à pas
par l’encyclopédie interactive mise en ligne sur le site de
Némopolis et qui, comme le jeu, bénéficie de la caution
historique de la Société des Cincinnati de France et de
l’American Club of Paris. De quoi s’approprier de manière ludique une nouvelle page d’histoire, après les
péripéties médiévales (L’Émerillon), les campagnes
napoléonienne (L’Oricou) et les intrigues de la cour du
Roi Soleil (L’Athanor et Avec Vauban), précédemment
mises en jeux par Némopolis. Avec, en prime, la possibilité d’améliorer son niveau de langue vivante, le jeu pouvant se dérouler également en anglais, en allemand, en
espagnol ou en italien. VL
s Un jeu pour Nintendo DS, conçu par Némopolis. Prix : 34,99 €.
Sur internet : www.nemopolis.net
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
61
340 p62-65 Livres DEF:- 21/12/10 16:56 Page62
LIvres
1
SPORT ET RELIGION
1
Le rapport de la religion au corps reste
un sujet « tendu », voire à l’origine de
nombreux contentieux. Et de fait, rares sont
les livres qui abordent l’éducation corporelle,
physique et sportive du point de vue de la
pédagogie chrétienne. Voilà un ouvrage
qui rassemble les travaux de quatorze spécialistes dans trois grandes directions : présentation de plusieurs acteurs essentiels (le
père Timon-David, les Salésiens de Don Bosco,
le père Didon, Mgr René Barbier de La Serre) ;
évocation d’institutions passées et présentes
(particulièrement les patronages, mais aussi
les organismes de formation des maîtres) ;
enfin, diverses contributions et approches
reliant sport et éducation chrétienne (à
propos du scoutisme, du stoïcisme et de
l’olympisme, de la rencontre de l’« Autre
que soi »). Ce livre à plusieurs voix poursuit
le chemin de la réconciliation entre temps
libre et religion : les loisirs pourraient alors
être considérés non comme un domaine
porteur d’un danger d’exploitation, de déviance ou de profit, mais comme « lieu de
sens », à charge de « se convertir aux valeurs
de gratuité évangélique, de partage et
[de] s’interroger sur la place faite à l’intériorité [...] ». Danielle Lacroix
Guy Avanzini et François Hochepied (dir.)
Les cultures du corps et les pédagogies
chrétiennes – XIXe-XXe
Don Bosco
350 p., 24 €.
À LA CROISÉE
DES MONOTHÉISMES
2
3
2
Abraham fait partie du patrimoine du
judaïsme, du christianisme et de l’islam.
Ainsi, il peut être un point de rencontre
de ces trois « religions ». Partant des données bibliques, l’auteur aborde les questions
critiques que le cycle d’Abraham pose. La
question historique revient souvent. Au niveau scientifique, on est loin d’un consensus
sur les multiples problèmes du dossier.
Walter Vogels adopte une position ouverte
et classique. Une bonne connaissance des
figures d’Abraham aidera les adeptes des
trois monothéismes dans leur foi et dans la
recherche d’un terrain de dialogue entre
eux. Ce livre peut favoriser cette tâche.
Jesùs Asurmendi
Walter Vogels
Abraham « notre père »
Cerf
Coll. « Lire la Bible », 170 p., 16 €.
TEXTES BIBLIQUES VIOLENTS
3
Jan Assmann est un égyptologue de haut
vol. Il a depuis longtemps élargi le champ
de ses investigations au monde des religions
du Proche-Orient. Le sujet qu’il traite ici est
d’une actualité brûlante. Les diatribes contre
la religion comme source de la violence sont
fréquentes. Ce petit livre dense permet de
comprendre l’horreur du lecteur face à certains
textes bibliques, de situer les racines et l’usage
de la sémantique culturelle de la violence
dans la Bible et de percevoir comment le paradigme fictif de la violence a été détourné
de son horizon véritable. JA
Jan Assmann
Violence et monothéisme
Bayard
170 p., 15 €.
DES SOMMETS
ET DES DIEUX
4
Ce beau livre, somptueusement illustré,
nous fait voyager dans le temps et
dans l’espace à la recherche des montagnes
sacrées et des symboles qui les représentent.
62 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
4
5
Ziggurat, stûpa, sanctuaires sur les hauteurs
sont autant de constructions qui reflètent la
quête de l’au-delà. De la France au Tibet, en
passant par l’Inde et la Syrie, des spécialistes
des religions anciennes nous exposent comment l’homme, depuis ses origines, a considéré
la montagne comme le lieu où la divinité se
manifeste. La montagne comme signe symbolique du rapport à la transcendance, dans
sa double dimension de montée de la part
de l’homme et de descente de la part de
Dieu, persiste dans le christianisme et exprime
un fait qui reste un mystère : l’Incarnation.
Sylvie Horguelin
Julien Ries (dir.)
Montagnes sacrées
CNRS
253 p., 60 €.
UNE INÉGALITÉ
TRÈS PRÉSENTE À L’ÉCOLE
5
Le sous-titre de l’ouvrage – « Une école à
plusieurs vitesses » – résume les conclusions
de ce panorama du système éducatif en France.
Et de fait, tous les chiffres et courtes études
reprises ici confirment les importantes disparités
et écarts en matière de « réussite scolaire »,
et cela, quel que soit l’angle de comparaison
choisi : outre-mer/métropole, enfants de classes
aisées/populaires, milieux rural/urbain, centre-ville/périphérie, régions entre elles, etc. En
fin de compte, la mission de service public
d’éducation semble ne plus parvenir à respecter
ses principes initiaux d’équité sociale et territoriale, avec le risque d’une nouvelle ère
d’«offre à la carte ». Indispensable pour débattre
aujourd’hui de l’avenir de notre école. DL
Patrice Caro, Rémi Rouault
Atlas des fractures scolaires en France - une
école à plusieurs vitesses
Autrement
Coll. « Atlas/Monde », 80 p., 17 €.
340 p62-65 Livres DEF:- 21/12/10 16:56 Page63
66
88
77
À TRAVERS CHAMPS,
ÉTABLES ET BOIS
6
Blanche Guillam n’a pas pu être institutrice.
Sa fille, Mimi, le sera pour elle ! Mimi, qui
rêvait durant ses études d’« une petite école
nichée dans une verdure odorante », est un
peu déçue d’être affectée à sa propre école
de Dives-sur-Mer (Calvados). Rien n’y a changé
depuis son enfance. Et notre maîtresse de déplacer les tables, de construire des jeux d’encastrement, d’inciter les écoliers à apporter la
nature en classe... Les remarques de sa hiérarchie et de ses collègues deviennent « cinglantes ». Qu’importe ! Elle comprend que
son « combat allait être celui de toute une
génération d’enseignants ». Quels que soient
les événements, ses choix pédagogiques se
renforcent. Ainsi, amenée en 1943 à prendre
en charge 34 enfants, elle fera cours... à travers
champs, étables et bois durant quinze mois.
Et, après-guerre, elle poursuivra ses engagements au côté de son mari, lui aussi instit’.
Cette lecture joyeusement militante et enthousiaste est à recommander à tous ceux qui,
parfois, auraient envie de baisser les bras. DL
Catherine École-Boivin
Mimi Guillam - cahier de vie d’une institutrice
Presses de la Renaissance
316 p. (+ 1 cahier photos de 12 p.), 18 €.
99
à Abdoul Rashid Khan et l’appel téléphonique
annonçant la fin des travaux ! Naïveté ? Opiniâtreté ? Pour cet humanitaire, une conviction, « les livres, les cahiers et les crayons »
lutteront plus efficacement contre le fanatisme
que les bombes. DL
Greg Mortenson
Sur ces pierres, tu bâtiras des écoles
Glénat
384 p. (+ cahier photos de 16 p.), 22 €.
SI TOUS LES GAUCHERS...
8
Ce petit ouvrage écrit par une gauchère
« de la main, du pied et de l’œil », devrait
plaire aux intéressé(e)s comme aux autres.
Il répond à toutes les curiosités. Aux scientifiques, il confirme que tout est question « d’hémisphères ». Pour les amateurs d’histoire,
sont évoquées les tribulations des gauchers
et les croyances populaires à leur égard. Une
« petite galerie de célébrités » (peintres, sportifs, musiciens...) confortera ceux qui seraient
encore anxieux d’utiliser leur main gauche.
Qu’ils ne se sentent pas seuls, ils sont estimés
à plus de 650 millions de par le monde ! DL
Caroline Larroche (texte), Bruno Gibert (ill.)
Le livre de tous les gauchers (petits et grands)
Le Baron perché
160 p., 17,50 €.
DES LIVRES, PAS DES BOMBES THUY DANS LA GUERRE
7
La démarche de Central Asia Institute est
de bâtir des écoles en Afghanistan et au
Pakistan. Après Trois tasses de thé (cf. ECA
334, p. 63), Greg Mortenson livre l’épopée de
la construction de l’école de Bozaï Gumbaz
dans le Grand Pamir. Outre les obstacles rencontrés au fur et à mesure, on s’attachera à
tous les partenaires locaux de Greg Mortenson.
Recommandables ou non, il les recrute au
« feeling », sans préjugé. Ici, dix années s’écouleront entre le moment de la promesse faite
9
Lire un journal intime donne toujours l’impression d’entrer par effraction chez
quelqu’un et de voir le monde avec ses yeux.
Celui de Thuy, Vietnamienne de 25 ans, est
un monde en guerre. Durant l’occupation
américaine, engagée en tant que médecinchirurgien, elle soigne sans relâche civils et
militaires avec courage et humanité. Militante
et patriote, c’est aussi une femme idéaliste
et sentimentale. Je suis, confie-t-elle, « une
jeune fille dont le cœur déborde d’émotion,
10
10
mais dont l’esprit n’hésite jamais devant une
situation compliquée et dangereuse » ! Ses
notes s’arrêteront le 20 juin 1970 quand
« Grande sœur Lanh et Xang » partent chercher
de l’aide et qu’elle reste seule dans son antenne
chirurgicale des monts Nai Sang. Son corps sera
retrouvé dans la montagne et ses carnets, récupérés par les Américains, publiés en 2005.
Aujourd’hui, le souvenir de celle qui écrivait
« Sois modeste. Ta réputation viendra de ceux
qui t’aiment et t’admirent » demeure grâce à
un hôpital, à Duc Phô, qui porte son nom. DL
Dang Thuy Trâm
Les carnets retrouvés (1968-1970)
Philippe Picquier
280 p., 19 €.
COLETTE EN QUÊTE
10
Sidonie Gabrielle Colette, née en
Puisaye, région située aux confins de
l’Orléanais et de la Bourgogne, « monte » à
Paris à vingt ans, après son mariage avec
Willy. Elle y fera son entrée dans le monde des
arts, de la littérature et des salons… et l’apprentissage de la souffrance. Car ce mari, critique de renom, est avant tout un coureur
impénitent et un profiteur qui décèle les dons
de la jeune fille. C’est parce qu’il les aura révélés, que le talent de Colette saura s’affirmer.
Et c’est bien son nom à elle seule qu’on retient
aujourd’hui. Elle gardera toujours par la suite
une vie mouvementée. Sa quête d’amour restera inassouvie et ses jalousies se répéteront
d’une histoire à l’autre. Était-elle vraiment
libre celle qui devint le symbole de la femme
« moderne » ? Ce récit se lit d’une traite et ne
peut qu’inciter à découvrir son œuvre ou à en
approfondir sa connaissance. Pour lycéens,
étudiants et amoureux de Colette. DL
Marie-Céline Lachaud
Colette - une apprentie pas sage
Au Diable Vauvert
Coll. « à 20 ans », 154 p., 12 €.
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
63
340 p62-65 Livres DEF:- 21/12/10 16:56 Page64
Jeun ess e / Mul tI mé dI a
1
SUR LA ROUTE
AVEC JÉSUS
1
Mika est un jeune garçon de dix-sept
ans qui parcourt la Galilée avec ses deux
ânes, Agava et Qatan, pour livrer l’huile et
le vin produits par ses parents. Sa route
va croiser celle de Barabbas, de Marie de
Magdala la prostituée, des pêcheurs Pierre
et André… Mika entend aussi parler de
Jésus, un mystérieux personnage suivi par
de plus en plus de disciples. Intrigué, il le
retrouve près du lac de Tibériade. Fasciné et
troublé, Mika sera témoin de façon intermittente de certaines péripéties de la vie de
Jésus. Tout en s’appuyant sur des données
historiques et des textes bibliques, l’auteur
souhaitait que l’on découvre Jésus comme
« il apparaissait aux gens qui le rencontraient ». Il a en cela parfaitement atteint
son but. Un dossier documentaire à la fin
du volume complète ce roman passionnant. À partir de 9 ans. Danielle Lacroix
Pierre-Marie Beaude
Jésus, une rencontre en Galilée
Casterman
Coll. « Épopée », 238 p., 9 €.
UN APÔTRE
DE LA CHARITÉ
2
3
2
Les bandes dessinées de la collection
« À ciel ouvert » nous ont habitués à
faire connaître de façon vivante et alerte
l’histoire de témoins de la foi, tels Martin,
Bernadette ou Jehanne d’Arc. Dans Monsieur Vincent, nous découvrons les principales actions sociales et caritatives du
prêtre, de 1629 à 1640. Période trouble du
« règne » de Richelieu, temps agités dans
l’Église avec la naissance du jansénisme et
les grands moments de l’abbaye de PortRoyal. Bertrand, jeune Normand débarqué
à Paris, accompagne au fil des ans les protagonistes de l’histoire : Vincent de Paul,
bien sûr, et les Lazaristes, mais aussi les
Filles de la Charité dont il impulsa la création, l’abbé de Saint-Cyran... Sa naïveté
et ses élans, sa quête de Dieu... et le talent
des auteurs rendent l’aventure tout à
fait captivante, voire moderne. À partir de
8 ans. DL
Brunor (scénario), Didier Millotte (dessin)
Monsieur Vincent - la vie à sauver
Mame/Édifa
Coll. « À ciel ouvert », 48 p., 11 €.
UN MOMENT
AUTHENTIQUE
3
Il n’est pas évident d’aborder la grande
vieillesse dans un livre pour enfants. Pourtant l’auteur parvient à rendre compte des
relations qui peuvent exister entre un arrière-grand-père (ici un « ancêtrosaure »),
et son arrière-petit-fils de lézard, Louis. Au
cours d’une visite à la maison de retraite
« Peau Sèche », ceux-ci vont échanger des
mots simples qui permettent à l’un d’évoquer
sa jeunesse, son mariage, son veuvage, et
à l’autre de conter sa vie de tous les jours :
à son école, avec son copain et ses frère et
sœur. Peu de choses en fait, mais un moment
authentique partagé entre les deux. Autre
intérêt de l’album : un aperçu très juste de
ces maisons où beaucoup de nos aïeux achèvent leur existence. Dès 6 ans. DL
Irène Schoch (texte et ill.)
Grandgrandpère
Syros
64 p., 14,95 €.
ITINÉRAIRE
D’UN JEUNE GAULOIS
4
Les aventures de Gaulois – si on
excepte le fameux Astérix – ne sont
pas si fréquentes. La vie de ce peuple est
donc plutôt méconnue, notamment des
enfants. Cénox, fils d’archidruide, décou-
64 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
4
5
vre, au retour d’une cueillette de plantes
médicinales, ses parents massacrés lors
de la destruction de son petit village par
les Romains. Accompagné du barde
Cassanorix, son oncle, il devra alors
rejoindre Robix, surnommé « l’enchanteur », druide lui aussi. À son tour d’entreprendre des études de grand-prêtre
au fond d’une forêt sacrée, d’apprendre
les nombreux rites des cérémonies, de
déchiffrer les oracles et le langage des
songes, d’apprivoiser le monde des
dieux... Tout ce cocktail devrait séduire
les jeunes lecteurs, qu’on sait fascinés
par les atmosphères magiques et surnaturelles. En plus du roman, une trentaine de pages donnent de nombreuses
informations sur l’histoire des Gaulois
jusqu’à la domination romaine. À partir
de 10 ans. DL
Jacques Gohier (texte), Dub (ill.)
Cénox, l’enfant druide
Adabam
208 p., 9,50 €.
VAINCRE LA TIMIDITÉ
5
Il se réfugie derrière la jupe de sa
maman en présence de nouvelles
têtes… Elle devient toute rouge quand on
lui adresse la parole… Certains enfants
sont des grands timides. D’où leur vient ce
comportement ? En souffrent-ils ? Comment les aider ? Dans le cahier pour les
parents de Pomme d’Api, on trouvera les
réponses de Lyliane Nemet-Pier, psychologue et psychanalyste. Et pour passer de
bons moments en famille pendant les
vacances scolaires, Pomme d’Api a thématisé ce numéro de février autour de la
neige : jeux, histoires, comptines et
batailles de boules de neige !
Dorothée Tardif
Pomme d’Api, n° 540 (février 2011),
5,20 €.
www.pommedapi.com
D. R.
D. R.
340 p62-65 Livres DEF:- 21/12/10 16:56 Page65
6
77
CD
WEST SIDE SEPTET
6
Ce n’est un secret pour personne, Arthur
Laurents, le librettiste de West Side Story,
s’est largement inspiré du Roméo et Juliette
de Shakespeare. Juste continuation des choses,
la partition de Leonard Bernstein a, à son
tour, fait le bonheur de nombreux jazzmen.
Stan Kenton, Dave Grusin, Dave Brubeck,
pour ne citer que des pianistes, ont consacré
un album entier à la musique du film aux dix
Oscars. Ajoutons… Oscar Peterson dont les
versions en trio de Somewhere, Jet Song et
autres Maria ont déclenché chez Ludovic de
Preissac l’envie d’arranger un West Side Story
pour septet (soit son piano, deux saxophones,
une trompette, un trombone, une contrebasse, une batterie) augmenté de quelques
invités à l’aise dans l’art du solo. Mention
spéciale (et subjective !) au vibraphoniste
Florian Bellecourt… Maria est là, Jet Song
aussi, et puis Somewhere… C’est bien la même
Story, mais… pas tout à fait. D’où le plaisir
tout neuf qu’on prend à l’écouter. René Troin
Ludovic de Preissac
West Side Story
Frémeaux & Associés
1 CD, 19,99 €.
DVD
RETOUR EN POLOGNE
7
C’est l’histoire d’une famille qui se confond
avec près d’un demi-siècle de l’histoire
d’un pays, que raconte Allan Wisniewski dans
ce documentaire où des documents d’archives
alternent avec des images d’aujourd’hui. Tout
commence en 1947, à Raismes, dans le nord
de la France, chez les mineurs polonais émigrés. Joseph et Jurek, deux frères, répondent
à l’appel de la patrie. La guerre froide vient
de commencer. La Pologne, désormais dans
le bloc de l’Est, est en ruine. Elle a besoin
de bras. Ils seront 80 000 à rentrer au pays.
8
9
Certains dans l’enthousiasme, comme Joseph,
communiste idéaliste. D’autres, comme Marie
son épouse, parce qu’il leur était impossible
de faire autrement. Joseph (qui mourra en
1979), confronté à des événements qui trahissent l’échec de la démocratie populaire
(le « printemps » de 1956, la contestation de
1968), se réfugiera dans le silence. Mais pas
son fils, Edward, tiraillé entre la fidélité au
père et le regret d’avoir, en tant que militaire,
participé à la répression des grèves des chantiers navals de Gdansk en 1970. Mais pas sa
nièce Monika, ex-militante de Solidarność,
qui affiche sa foi catholique. Mais pas ses petits-neveux, Andrzej et Gutek, qui voudraient
bien comprendre ces années 1947-1990 qu’on
ne leur a pas expliquées à l’école où « l’histoire
finit en 1945 ». RT
Allan Wisniewski (réalisation)
Pologne, chronique d’un retour oublié
(1947-1990)
Scérén-CNDP
1 DVD (75 min) + 1 livret d’accompagnement
pédagogique (24 p.), 14 €.
WEB
CULTURE LIBRE
8
10
que vous pourrez utiliser librement et gratuitement. José Guillemain
www.framadvd.org
TV
LE PÈRE, LA MER
ET L’ÉCRIVAIN
9
Yann Queffélec, romancier breton, est le
fils de l’écrivain Henri Queffélec et
le frère de la pianiste Anne Queffélec.
Il commence à écrire à l’âge de sept ans avec
l’espoir de surprendre ce père tant admiré.
Ce ne sera pas le cas. Alors il choisit la
mer, navigue avec Éric Tabarly et rencontre
Françoise Verny qui aura cette phrase choc :
« Tu as une tête d’écrivain, toi ! Tu vas écrire
un livre. » On connaît la suite. En 1985, avec
Les noces barbares, il reçoit le prix Goncourt.
Depuis, il ne cesse d’écrire. Adieu Bugaled
Breizh, La puissance des corps, Le piano de
ma mère sont ses trois derniers livres.
Retrouvez Yann Queffélec dans l’émission
VIP le samedi 15 janvier à 20 h 40 sur KTO.
Christelle Aussandon
www.ktotv.com
Le FramaDVD École est une contribution
de la communauté Framasoft. Ce DVD
offre aux élèves et aux enseignants des écoles
maternelles et élémentaires tous les outils
pour utiliser régulièrement les TIC dans leurs
apprentissages. Publié sous licence libre, il
peut donc légalement être copié, distribué
ou modifié à volonté et utilisé aussi bien en
classe qu’à la maison. Il contient plus de
130 logiciels pour Windows avec textes explicatifs, captures d’écran, vidéos et tutoriels ;
un installateur automatique pour installer
tous ces logiciels facilement ; l’encyclopédie
pour enfant Vikidia ; des ressources pédagogiques libres ; une distribution Linux
conçue pour les écoles, qui peut être essayée
sans rien modifier sur son ordinateur. Et
aussi : des images, vidéos, textes et musiques
AVEC LES HAÏTIENS
10
Haïti, 12 janvier 2010. Un tremblement de terre dévaste Port-auPrince. 250 000 morts, 300 000 blessés, plus
de 1 million de sans-abri. On se souvient des
écoles détruites (notre photo). Un an a
passé. Ce 9 janvier 2011, Le Jour du Seigneur
consacre une matinée spéciale à Haïti. Les
téléspectateurs partageront les préoccupations des Haïtiens éprouvés et tiraillés entre
désespoir et espérance. Avant de suivre, à
partir de 10 h 45, la célébration avec la communauté haïtienne de Paris. Une manière
de vivre par la prière notre solidarité avec
nos frères meurtris. Marie Laumont
www.lejourduseigneur.com
N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011 Enseignement catholique actualités
65
340 p66 pratique DEF:- 21/12/10 16:53 Page66
pra tI qu e
STUDYRAMA
sSALON
DES FORMATIONS
ARTISTIQUES ET CULTURELLES
14 et 15 janvier 2011
ESPACE CHAMPERRET, PARIS (75017)
Multimédia, architecture d’intérieur, marché de l’art, cinéma, médiation culturelle…
Des formations supérieures débouchent sur
ces métiers qui font rêver. Les élèves de terminale et les étudiants de bac à bac + 5
pourront les découvrir durant un jour et
demi. En effet, vu le succès de l’édition
2010, cette année le Salon ouvrira ses portes
dès le vendredi à 14 heures.
Entrée gratuite. Invitations sur internet :
www.studyrama.com
sCONFÉRENCESDÉBATS DE L’ISP
De janvier à mars 2011
3 RUE DE L’ABBAYE, PARIS (75006)
Les trois dernières conférences-débats du
cycle 2010-2011 :
– 20 janvier 2011 : « Accompagner le travail
des élèves : de quelques malentendus sur
l’autonomie », par Patrick Rayou, professeur en sciences de l’éducation, Paris-8.
– 10 février 2011 : « Les métiers de l’enseignement à l’heure de la déontologie », par
Eirick Prairat, professeur en sciences de
l’éducation, Nancy-2.
– 24 mars 2011 : « Éduquer, est-ce encore possible aujourd’hui ? – vers une Cité de l’éducation », par Jean-Pierre Pourtois, professeur et
chercheur à la faculté de psychologie et de
sciences de l’éducation de Mons (Belgique).
Renseignements : 01 44 39 60 05. Horaire :
de 18 heures à 20 heures. Programme
détaillé sur : www.icp.fr (rubrique «Culture »/
« Cycles et conférences ».
s
« CHOISIS TES ÉTUDES »
28 et 29 janvier 2011
ESPACE CHAMPERRET, PARIS (75017)
Ce rendez-vous annuel, dont la longévité (il
fête ses 35 ans cette année) témoigne de la
satisfaction des visiteurs comme des exposants,
est proposé par l’Adrep (Animation et développement des relations école-profession).
S’il donne la vedette à l’enseignement supérieur avec pas moins de 300 exposants (lycées,
IUT, classes préparatoires, écoles et universités), il propose
aussi un « Pôle orientation-conseil » pour
les collégiens et les
lycéens, et un « Carrefour des métiers »
où des professionnels témoignent de
leur expérience et de
leur parcours.
Programme détaillé et informations pratiques :
www.adrep-infos.com
L’AUTORITÉ, POUR
TRANSMETTRE LA
s«RELEVER
s«MÉMOIRE
OU ENFERMER ? »
DE LA SHOAH »
Du 25 au 27 février 2011
Du 10 au 16 avril 2011
LA FERME DE TROSLY, TROSLY-BREUIL (60)
Jean Vanier, fondateur de l’Arche, animera
ce week-end spirituel.
Renseignements : 03 44 85 34 70. Inscriptions
sur : www.lafermedetrosly.com
LA PAROLE DE DIEU
sDu«ENVIVRE
CLOWN »
27 février au 5 mars 2011
LE CHÂTELARD, FRANCHEVILLE (69)
Une session Clown par Foi, c’est une expérience artistique et spirituelle à la fois. Celle-ci
sera animée par le clown Philippe Rousseaux
avec, dans le rôle de l’accompagnateur spirituel, le père Hervé Le Houérou sj.
Inscriptions : www.chatelard-sj.org ou
04 72 16 22 33. Programme des sessions
2010-2011 : http://clownparfoi.cabanova.fr
s
« AU FIL DES ARAIGNÉES »
Jusqu’au 27 février 2011
CAP SCIENCES, HANGAR 20,
QUAI DE BACALAN, BORDEAUX (33)
Une araignée multicolore qui mesure à
peine plus d’un centimètre, ça n’existe pas ?
Eh bien, si ! Et vous la verrez dans cette
exposition d’où l’on sort avec une image
moins noire de créatures parmi « les plus
incroyables du monde animal ».
Tarifs et autres renseignements pratiques :
www.cap-sciences.net
ART PASSION
sFESTIVAL
Du 2 au 10 avril 2011
CATHÉDRALE D’ANTIBES (06)
La Passion, toujours interprétée par une
troupe de quelque
70 comédiens amateurs, sera comme
chaque année au cœur
de ce festival. Également au programme
de l’édition 2011 :
le clarinettiste JeanChristian Michel, qui,
depuis quarante ans, explore une musique
sacrée qui n’appartient qu’à lui ; le duo jazz
François Arnaud (violon) et Jean-Yves Candela
(piano) ; et, côté théâtre, L’Évangile selon Pilate
d’Éric-Emmanuel Schmitt.
Rappelons que lors des représentations de
La Passion, qui connaissent toujours une forte
affluence, les enfants sont accueillis dans des
conditions privilégiées.
Programme détaillé, réservations en ligne :
www.antibes-art-passion.com
66 Enseignement catholique actualités N° 340, décembre 2010-jaNvier 2011
YAD VASHEM, JÉRUSALEM
Yad Vashem, à Jérusalem, est connu comme
mémorial et musée de la Shoah. Depuis
1993, l’École pour l’enseignement de la
Shoah y développe une pédagogie originale et interdisciplinaire qui met en avant
les êtres humains et fait de la mémoire de la
Shoah une éducation à la responsabilité et à
la paix. Pour la première fois, l’École propose un séminaire en français pour les
enseignants et éducateurs de l’enseignement catholique.
Pré-séminaire ouvert à tous, le mercredi
26 janvier 2011, de 14 h 30 à 18 heures,
76 rue des Saints-Pères, 75007 Paris.
Coûts pédagogiques et hébergement pris en
charge par Yad Vashem. Programme et
inscriptions : www.reseaubarnabe.org/yadvashem
Tél. : 01 45 49 61 10.
CONCOURS
sPRIX
JEAN DEBRUYNNE 2011
Prêtre de la Mission
de France, Jean Debruynne (1925-2006)
a été cheminot, ouvrier, sociologue.
Mais c’est avant tout
le poète et auteur
de chants et chansons (pour Raymond Fau,
Mannick, Jo Akepsimas…) qui est mis à l’honneur avec ce concours proposé par l’association
« En blanc dans le texte ». Fondée en 2000,
celle-ci s’attache, entre autres buts, à « promouvoir et sauvegarder l’œuvre de Jean
Debruynne » et « à soutenir les jeunes créateurs dans tous les domaines des arts ». Avec
le Prix Jean Debruynne, c’est aux jeunes créateurs
de 16 à 30 ans qu’elle s’adresse. Après s’être
imprégnés d’un poème de Jean Debruynne,
intitulé Partir, ils devront écrire un texte ou
une chanson sur le même thème. Le lauréat
recevra un prix de 1 000 euros, mais toutes
les créations seront mises en valeur.
Inscription au concours avant le 31 janvier 2011.
Envoi des productions avant le 31 mars.
Bulletin imprimable sur : www.ebdt.fr
EN LIGNE
LES NOUVEAUX ÉCRANS DE
BAYARDEDUCATION.COM
s
« Plus de contenus pédagogiques pour aider
les enseignants » ; « Plus d’interactivité » ;
« Plus de services ». Pour découvrir des interviews
de spécialistes, des vidéos de séquences en classe,
le blog vosquestionsdeprofs.fr, les spécimens
de fiches pédagogiques à télécharger et les
autres nouveautés qui se cachent derrière ces
trois « plus », visitez la nouvelle version du site
Bayard Éducation destiné aux enseignants.
www.bayardeducation.com
340 COUVs I-IV DEF:- 21/12/10 17:46 Page3
340 COUVs I-IV DEF:- 21/12/10 17:46 Page4
Le journal de référence
de l'enseignement catholique
!
s
u
o
v
z
Abonne
Les hors-série sont inclus dans l’abonnement
MONTANTS
DES ABONNEMENTS :
L’abonnement : 45 €
6 numéros par an
+ les hors-série
— De 3 à 9 abonnements : 38 € par abonnement
— De 10 à 24 abonnements : 33 € par abonnement
— À partir de 25 abonnements : 28 € par abonnement
Je souhaite m’abonner à Enseignement catholique actualités
x 45 € = ….....
x 38 € = ….....
x 33 € = …..
x 28 € = ….....
Nom : ........................................................................................... Adresse : ...................................................................................................
................................................................................... Code postal : .......................... Ville : ........................................................................
Ci-joint la somme de ................ € en chèque bancaire à l’ordre de : SGEC.
Bon à renvoyer accompagné de votre règlement, à SGEC, Service publications, 277 rue Saint-Jacques - 75240 Paris Cedex 05. Tél. : 01 53 73 73 71.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising