Le système d`information géographique de Quito : recherche

Le système d`information géographique de Quito : recherche
Le système d’information
géographique
recherche scientifique
ou recherche opérationnelle’
de Quito :
1
Henry R. GODARD*
À partir de l’analyse du programme « Atlas informatisé de Quito »
(AIQ)‘, nous proposons une évaluation personnelle de cette opération
dont le premier volet a été achevé en décembre 1992 (impression de
Il nous semble opportun, d’une part,
~‘A~ZCW
infographique de QU~~O~).
* Géographe, Orstom. Adresse personnelle : 3, rue d’Alsace, résidence Le Mani Kom (apt no 2 11,
97400 Saint-Denis, Réunion, France.
’ Les opinions exprimées n’engagent que l’auteur et non les institutions auxquelles il appartient. Ce texte a été présenté lors du colloque international « Represenfacick carfograjïca y dînamicas de cambio en 10sAndes : identifcar, interpretar, comunicar » (Cuzco,
Pérou, 24-26 août 1994), organisé par l’Institut français d’études andines (IFEA) et le
Centro de estudios regionales andinos Bartolomé de las Casas (CBC). Le texte de cette
communication sera publié dans le Bulletin de I’IFEA ; il a été profondément remanié
pour cette livraison des Cahiers des Sciences humaines.
’ En octobre 1987,l’Orstom signait un accord de recherche de trois ans (programme « Atlas
informatisé de Quito N>)avec trois partenaires équatoriens, l’Institut géographique militaire (IGM), la section équatorienne de l’Institut panaméricain de géographie et d’histoire
(IPGH) et 1’Illustre municipalité de Quito (IMQ). II s’agissait de créer une base de données
urbaines, de mettre au point un système d’information géographique, d’élaborer un
diagnostic de la situation urbaine à la fin des années quatre-vingt et d’étudier le fonctionnement, les dynamiques et l’évolution du tissu urbain de la capitale équatorienne à
partir de l’analyse des données existantes et de celles qui durent être collectées pour les
besoins spécifiques du programme. En octobre 1990, I’IMQ créa la cellule « Observatoire
urbain de Quito » (OUQ), qui deviendra le Système urbain d’information (SUI) ; en
juillet 1991, I’Orstom et I’IMQ signèrent un accord de coopération relatif au SUI.
L’évolution du programme AIQ (problématique, difficultés, présentation des travaux intermédiaires, etc.) a été détaillée dans les sept numéros du Bulletin de Z’Atlas informatisé
de Quito (AIQ).
3 Atlas irtfogrdjïco de Quito : socio-dindmica del espacio y politica urbana/Atlas infographique de Quito : socio-dynamique de l’espace et politique urbaine (1992). Le SIG a
permis de travailler a un niveau de finesse inimaginable, à l’échelle de l’ensemble d’une
ville d’un million d’habitants, il y a une décennie. Cet ouvrage, qui est en quelque sorte
un « manuel » technique et scientifique de l’exploitation de la base de données,privilégie
Cah. Sci. hum. 32 (4) 96 : 803-821
Henry
804
R. GODARD
de faire un bilan de cette recherche en insistant sur sa portée, ses insuffisances et les difficultés rencontrées, et, d’autre part, de définir les
conditions institutionnelles, techniques et scientifiques optimales, si tant
est qu’elles existent, de mise en place et d’exploitation d’un observatoire urbain.
En 1984, lorsque germa l’idée de constituer à Quito une base de données
urbaines, un système d’information géographique (SIG) et un observatoire, et que l’alternative système « léger » ou système « lourd » ne se
posait pas encore (un micro-ordinateur, même puissant, était incapable
de gérer un SIG digne de ce nom), 1’Grstom décida de mener de front
deux objectifs apparemment inconciliables : mettre en place un SIG qui
soit utilisable tant par les chercheurs que par les praticiens de la ville.
En raison des obligations institutionnelles (contraintes de partenariat
liées à la politique générale de l’institut), de l’ampleur du programme,
de la lourdeur des processus d’acquisition, de saisie, de structuration,
de traitement et de restitution des données, la problématique devait intégrer à la fois les préoccupations des chercheurs et celles des planificateurs - qui sont rarement éloignées les unes des autres. Certes, celle-ci
était déjà grossièrement définie en 19851986 ; mais elle fut sans cesse
affinée en fonction des résultats qui apparaissaient lors de l’exploration
et de l’exploitation des données. Aussi la méthode hypothético-déductive fut-elle privilégiée et les allers et retours entre les données, leurs
traitements et les hypothèses de départ furent-ils permanents jusqu’à
1”achèvement de la phase 1 du programme. Ces conditions sont indispensables à la bonne utilisation d’un SIG, comme Ie soulignent Phihppe
WANIEz et al. (1993 : 34) :
« Le SIG apparaîtalors commeune sortede “tour de contrôle” qui
organisel’arrivée desdonnéesde naturesdiversesdestinéesà être
misesen relation, et d’oh partent soit cesmêmesdonnéesrestructuréeset sélectionnéespour une analyseulttsrieure,soit des résultats de requêtesprouvant le bien-fondéd’une hypothèse.»
Cette présentation privilégie deux axes directeurs : les multiples difficultés d’ordre technique, institutionnel, etc., qui ont toutes été résolues
deux axes de recherche : les dysfonctionnements intra-urbains et les processus ségrégatifs, deux
thematiques qui sont souvent isolées l’une de l’autre de manière artificielle. En effet, elles se chevauchent, s’interpénetrent et leurs résultantes réagissent, tantôt positivement, tantôt négativement, sur
les espacesurbains qui sont soumis a des forces divergentes ou convergentes.Ces deux fils conducteurs permettent : d’approcher la structuration actuelle de I’espace urbain, ses dynamiques, les
tendancesde sa croissancea court ou moyen terme en soulignant le poids des événementshistoriques,
politiques, sociaux, économiques et techniques ; d’analyser les problèmes les plus sérieux auxquels
se heurtent la ville et la majorité de ses habitants, en privilégiant une vision tantôt macro-, tantôt
microspatiale (emboîtements d’échelles) ; de réveler les continuités et les discontinuités, les transitions, les ruptures, les symétries et les dissymétries au sein de l’espace urbain.
Cah. Sci. hum.
32 (4) 96 : 803~i32 1
Le SIC de Quito
: recherche
scientifique
ou opérationnelle
?
805
au coup par coup ; les avancées scientifiques permises par l’exploitation du SIG. Si ces deux fils conducteurs sont interdépendants, c’est
par souci de lisibilité et de connexité du discours qu’ils sont artificiellement dissociés.
LES DROITS ET LES DEVOIRS DES PARTENAIRES
Après un accord provisoire signé entre les quatre partenaires à la fin
de l’année 1985 et de nombreux rebondissements (premier retrait de
1’IMQ en juin 1986, incertitude relative à l’acquisition de l’équipement
informatique par I’IGM - finalement, 1’Orstom l’achètera et il sera
opérationnel en mars 1988), l’accord interinstitutionnel est signé en
octobre 1987, soit après seize mois de « semi-clandestinité ». Mais le
« feuilleton » de I’AIQ n’est pas terminé pour autant. Trois ans plus
tard, la base de données urbaines a été créée et le SIG est opérationnel
mais l’Atlas infograplzique de Quito n’est pas encore terminé alors que
l’accord interinstitutionnel stipulait son achèvement et sa publication.
L’IMQ ne souhaitant participer ni à la rédaction ni à la publication de
cet ouvrage, un avenant est donc signé par I’IGM, I’IPGH et 1’Orstom
qui prennent en charge l’ensemble des travaux et des coûts de conception et de publication. Toutefois, parallèlement à l’achèvement de
l’Atlas, 1’Orstom et I’IMQ signent un accord spécifique de coopération
relatif au SUI en juillet 1991 ; s’il s’agissait de la suite logique des
techniques mises en place et des études menées depuis plusieurs années
dans le cadre du programme de recherche AIQ, il était néanmoins
certain qu”i1 serait difficile techniquement et institutionnellement de
mener à bien l’achèvement d’un programme d’envergure comme I’AIQ
et la mise en route d’un projet tel que le SUI’. Malgré ces aléas (!), le
bilan du programme AIQ fut dressé au cours du séminaire organisé par
I’IGM, 1’IPGH et 1’Orstom en avril 1992 et le travail de synthèse enfin
imprimé en décembre 1992.
Le contexte interinstitutionnel
:
les contraintes
inhérentes à la coopération
Les probl$mes évoqués ci-dessus ne sont pas spécifiques de la coopération en Equateur : les devoirs du partenariat sont parfois nEgligés et
les écrits (quand bien même il s’agit d’un accord interinstitutionnel)
’ L’équipe de I’AIQ a constamment soutenu la création de I’ohservatoire urbain dans Ics
locaux de I’IMQ, puisque, sans actualisation des données par l’institution chargée de la
planification urbaine, la phase AIQ était vouée à l’échec ; I’AIQ devait donc constituer une
étape et non une fin en soi. Ce que, personnellement, nous avons désapprouvé, c’est le
chevauchement chronologique de I’AIQ et du SUI et la méthode de mise en place du SUI.
806
Henry
R. GODARD
n’ont souvent que peu de valeur. Si généralement un programme de
recherche suit un cheminement plus ou moins chaotique, les tribulations du projet AIQ et les périodes de crise particulièrement aiguë ont
failli plusieurs fois compromettre son achèvement”.
Plusieurs conclusions méritent d’être tirées de ces quelques années d’efforts de l’équipe franco-équatorienne. La multiplication des partenaires
- indispensable en raison des objectifs du programme, de l’accès aux
données cartographiques et des relations privilégiées qu’entretient
1’Orstom avec certaines institutions - a entraîné une multiplication des
frictions et l’accroissement des risques de conflit. Outre les pesanteurs
bureaucratiques, communes à la totalité des institutions impliquées dans
ce programme, la diversité des partenaires équatoriens (intérêts spécifiques, « sensibilité », etc.) explique l’aggravation des tensions qui s’est
manifestée à partir de 1990 : 1’IGM était particulièrement attaché au
développement d’un SIG ; l’IPGH, institut à vocation scientifique dont
les locaux sont situés à l’intérieur de l’IGM, s’intéressait à la recherche
fondamentale ; enfin, la Direction de la planification de 1’IMQ voyait
dans la création d’un observatoire urbain (donc dans la constitution
préalable de la base de données) un outil de gestion performant. Lorsque
les travaux avancent dans l’harmonie, la diversité des partenaires est
un point positif puisque la complémentarité institutionnelle agit comme
un élément dynamique. Lorsque des tensions apparaissent, l’équilibre
est rompu et la diversité devient un facteur de déstructuration. Lors de
ces crises, 1’Orstom se trouvait parfois en position de médiateur (ou
d’« otage » ?) entre deux « blocs » dont les rivalités latentes (IGMIPGH contre IMQ) débouchaient périodiquement sur des conflits
ouverts ; quant au programme de recherche, il était parfois soumis à
des mesures de rétorsion de la part d’un des partenaires (retrait d’une
partie du personnel, par exemple).
Les périodes difficiles sont souvent générées par des conflits d’intérêt
ou de personnes qui relèguent les aspects scientifiques et techniques au
second plan. Un changement à la tête d’une institution ou d’un département (nomination ou élection) peut soit favoriser l’avancement des
travaux, soit desservir le programme ; il faut alors attendre patiemment
la promotion d’un nouveau directeur. L’équipe de recherche n’a dans
ce cas qu’une marge de manœuvrc limitée. Que dire de celle-ci lorsque
des intérêts locaux ou régionaux privilégient un échéancier politique
(les élections municipales qui ont reconduit une équipe social-démo-
5 Le programme AIQ a failli ne jamais voir le jour lorsque I’IMQ s’est retirée une première
fois du projet et que I’IGM s’est révélé ètre dans l’incapacité d’acquérir le matériel informatique ; comment justifier la mise en route d’une action orientée vers la gestion urbaine
si le principal bénéficiaire n’y participait pas ? comment constituer une base de données...
sans équipement informatique ?
Le SIC de Ouito
: recherche
scientifiaue
ou ooérationnelle
?
807
crate ont eu lieu au cours du premier semestre de l’année 1992) au
détriment du calendrier prévu des études en cours, ou qu’un nouvel
accord (SUI) est signé entre deux partenaires alors que le premier
programme de recherche (AIQ), qui conditionne partiellement la réussite du second, n’est pas encore achevé ? S’agit-il du suivi d’une politique générale de l’institution qui échappe aux chercheurs ? de
promesses faites un peu légèrement mais qui doivent être tenues ? du
télescopage fortuit de deux chronogrammes ?
Respecter les délais fixés au moment de la signature d’un accord de
coopération est un pari toujours difficile à tenir. Malgré la force d’inertie
des institutions et le retard accumulé (évaluation erronée du calendrier
général en raison de l’affectation d’une partie du personnel trop longtemps avant l’arrivée du matériel informatique, absence de contrat de
maintenance de l’équipement informatique expliquant la paralysie
partielle des travaux pendant sept mois.. .), qui ont impliqué la révision
régulière du plan de travail, la phase AIQ a été terminée avec seulement (!) vingt mois de retard, ce qui reste relativement acceptable étant
donné l’ampleur du programme et les difficultés auxquelles l’équipe
franco-équatorienne s’est heurtée. En outre, il faut insister sur le fait
que les chercheurs des trois institutions signataires de l’Atlas ont été
appelés à d’autres tâches après avoir remis les planches prêtes à l’impression, ce qui n’était qu’implicite dans l’accord signé en 1987. Si les
problèmes scientifiques et techniques sont toujours solubles, il est
souvent impossible de maîtriser les paramètres politiques ; dans le cas
de I’AIQ, les blocages d’ordre institutionnel n’ont jamais été définitifs,
même si la période transitoire de tension a parfois duré un an...
Les contraintes
scientifiques
et techniques
les difficultés
de calibrage de l’outil
:
Le programme AIQ se caractérise par la permanence de la situation
d’urgence dans laquelle il a été mené à bien ; cette pression, due à la
nécessité de respecter dans la mesure du possible certaines échéances,
a été bénéfique à la mise au point rapide de la problématique et des
méthodologies ainsi que du logiciel Savane, développé par l’orstom,
qui devait être adapté aux besoins de la gestion et de l’analyse urbaines.
Toutefois, l’équipe a dû parfois sacrifier l’approfondissement de
certaines méthodologies et thématiques au profit de la vitesse d’exécution ; la phase II, c’est-à-dire l’exploitation du SIG dans le cadre du
SUI, devrait permettre de combler certaines lacunes.
Avant que la constitution de la base de données ne soit entreprise (phase
préalable à la mise en place du programme AIQ), il fallait définir l’unité
géographique de base la plus petite sur laquelle nous allions travailler.
Les données cadastrales étant inutilisables (heureusement, pourrionsCah. Sci. hum. 32 (41 96 : 803-82
1
808
Henry
R. GODARD
nous dire aujourd’hui, puisque l’agregation des données à l’échelle de
la parcelle aurait été une tâche considérable ; en outre, la vocation de
1’Orstom n’est pas de participer à la constitution d’un cadastre), il fut
décidé d’utiliser la seule source d’information exhaustive disponible,
le recensement général de la population et des logements de 1982, dont
les données furent agglomérées sur la base de l’îlot. Il s’agit de l’unité
« fictive » de base qui regroupe l’ensemble des ménages en une seule
entité vivant dans le pâté de maisons ; l’analyse du fonctionnement et
des dysfonctionnements urbains ne justifiait pas une étude dont l’unité
de base aurait été le ménage, voire l’individu. A priori, cette échelle de
travail devait satisfaire tant les gestionnaires de l’espace (volet opérationnel) que les thématiciens (volet recherche). En effet, le pâté de
maisons est une unité morphologique et socio-économique faisant
abstraction de tout découpage administratif ; il semblait donc approprié
d’analyser les espaces urbains à ce niveau scalaire qui permettait, en
fonction des thématiques développées, de déboucher sur un regroupement des îlots en zones homogènes ayant des caractéristiques
semblablese.L’îlot est une unité de travail particulièrement adaptée aux
besoins d’un service de planification (échelle d’analyse : à partir de
1/4 000) ; dans le cadre d’une étude scientifique tournée vers l’analyse
du fonctionnement et des dysfonctionnements urbains ainsi que des
processus ségrégatifs, il n’est certainement pas indispensable de retenir
une unité aussi fine’. Dans le cas de Quito, il n’y avait pas d’alterna-
6 La notion d’îlot et de zone homogène a été largement analysée par Dominique COURET
(1994) dans le cadre de son doctorat. L’auteur étudie la pertinence de ce type de découpage dans l’optique de la mise en place d’un SIG a Quito. Ses conclusions doivent être
prises en compte dans l’éventualité de la mise en place d’un autre §IG, quel que soit son
lieu d’implantation, puisque l’un des objectifs de l’opération menée a Quito est la réplicabilité de cette entreprise.
Soulignons que le débat sur le concept de zone homogène est loin d’être clos. Un exemple
parmi d’autres : 486 zones ont été définies en fonction du statut administratif et foncier,
de la géomorphologie, de l’occupation du sol, de la pente et de l’exposition lors de la
constitution du SIG de Timahdit. Leur surface varie de 0,7 à 2 500 ha (soit un rapport
de 1 a 3 571) ; le SIG couvre une superficie de 25 357 ha (CRÉPEAU, 1989). Si un tel
découpage est pertinent dans le cadre de la problématique développée dans ce secteur
rural, il n’est pas concevable en milieu urbain en raison de la trop grande variabilité de
taille des unités considérées. De plus, la définition des zones homogènes repose sur un
nombre limité de critères, essentiellement physiques ; dans le cas d’une étude urbaine, le
nombre de variables à prendre en compte, principalement socio-économiques, est beaucoup plus élevé.
’ Nous supposons (hypothèse de départ) que le pâté de maisons est une entité homogène.
Pour les analystes de l’espace, il est nécessaire de réfléchir sur la définition des zones
homogènes puisque leur contour et leur nombre varient en fonction de la thématique
étudiée. Il semble qu’il soit nécessaire d’identifier deux ou trois découpages pertinents
de la réalité socio-économique de l’espace considéré. Ces quelques cartes de base ne
peuvent être élaborées que lors de l’étape finale, c’est-a-dire lorsque toutes les variables
ont été traitées.
Cah. Sci. hum.
32 (4) 96 : 803-827
Le SIG de Ouito
: recherche
scientifiaue
ou oaérationnelle
?
809
tive : d’une part, il fallait allier les intérêts spécifiques de l’ensemble
des partenaires ; d’autre part, il n’existait pas de découpage intermédiaire entre l’îlot et le quartier (le nombre de quartiers, leur configuration, leur contenu socio-économique, etc., variaient selon les sources
utilisées et les objectifs de ceux qui les avaient définis’).
Le logiciel,Savane a été développé par son concepteur - qui a été
affecté en Equateur.. . heureusement pour les chercheurs ! - parallèlement aux travaux scientifiques menés par les thématiciens. Ce logiciel progressait pas à pas en fonction des nécessités des utilisateurs qui
exposaient leurs besoins, toujours nombreux, souvent mal exprimés et
parfois extravagants, au responsable du volet informatique. Dans ces
conditions d’évolution lente de la problématique, des méthodologies et
du logiciel, il était logique que les tâtonnements se traduisent par une
apparente perte de temps (blocages aléatoires du système d’exploitation, manque de convivialité de l’interface avec l’utilisateur, etc.). Tous
ces problèmes sont aujourd’hui résolus et, en 1996, les utilisateurs de
Savane disposent d’un logiciel performant, fiable et ergonomique. Si
l’équipe a essayé d’utiliser au mieux l’ensemble des potentialités du
logiciel Savane en évitant de produire des cartes d’inventaire (elles ont
toutefois le mérite de permettre le diagnostic d’une situation donnée à
une date précise), ce ne fut malheureusement pas toujours possible en
raison des carences de l’information et du manque de temps. Mais ces
inventaires restent peu nombreux et la plupart des cartes ont été réaliséesà partir de croisements de variables ou après avoir créé des néodonnées’. Plutôt que d’intégrer dans la base de données urbaines les
informations brutes du recensement, il aurait été préférable de réaliser
des traitements statistiques préalables avec l’application SAS ; ce fut
impossible puisque nous avons disposé de ce programme alors que le
recensement était déjà intégré (avouons que.l’acquisition de ce logiciel
en 1987 n’aurait rien changé ; aucun thématicien affecté à Quito n’était
capable de l’exploiter de manière optimale).
* Nous pensons qu’il serait intéressant aujourd’hui, au vu des cartes élaborées à partir du
recensement de 1982 et de celles qui peuvent I’ètre à partir de celui de 1990, de reconsidérer les notions de quartier et (ou) de zone homogène afin de parvenir, peut-être, à un
découpage socio-économique du tissu urbain quiténien en un nombre réduit de secteurs
(aux alentours de 500 contre environ 7 000 îlots en 1982 et 3 000 de plus en 1990).
’ Cartes d’inventaire
: elles permettent de faire l’état d’une thématique à l’instant tt (localisation des services de soins - ambulatoires et hospitaliers, secteurs privé et public,
nombre de lits -, des structures d’hébergement, des établissements bancaires, etc.).
Cartes n complexes
» : elles résultent du croisement de nombreuses variables (distrihution des îlots selon la relation promiscuité-densité, équipements et conditions de vie, etc.).
Cah. Sci. hum.
32 (4) 96 : 803-82
1
810
Henry
De la convergence
à la divergence
R. GODARD
des intérêts
À ce stade de l’exposé se profile l’un des problèmes de fond du
programme AIQ que l’on peut poser en ces termes : est-il possible et
souhaitable de mener de front une politique de recherche fondamentale
et une action d’application directe des résultats scientifiques ? Une fois
encore, au vu des objectifs affirmes du programme bien avant la signature de l’accord interinstitutionnel en 1987 et des moyens humains et
financiers affectés à cette action de coopération, nous répondons de façon
affirmative. Tout au plus peut-on se demander s’il serait bien raisonnable (cf. le titre de la communication de R. de Maximy au congrès de
I’UGI à Sydney, « L’Atlas de Quito, est-ce bien raisonnable ? », avant
que le programme AIQ ait démarré) de renouveler une opération de cette
envergure avec des partenaires aux intérêts si divergents. En effet,
I’Orstom et ses partenaires équatoriens s’étaient engagés dans une action
ambitieuse qui devait impérativement réussir, au risque de mettre en
péril la crédibilité des institutions et des chercheurs. Lorsque la machine
AIQ a été mise en mouvement, elle ne pouvait être stoppée qu’après la
publication de l’Atlas (aspect méthodologique et recherche) et le transfert de la base de données et de l’équipement informatique (volet application) dans les locaux de 1’IMQ. Reconnaissons que cette machine s’est
souvent emballée, qu’il a été quelquefois difficile de la dominer et que
les dérapages ont parfois été contrôlés grâce à la volonté de certaines
institutions, à l’e.ntêtement des chercheurs et... à la chance.
Après les difficultés de la mise en route que nous avons soulignées,
deux périodes peuvent être distinguées. Dans un premier temps (19871990) les intérêts des quatre partenaires convergeaient malgré quelques
tiraillements ; en effet, alors que I’IGM et 1’IPGH respectaient les
clauses de l’accord de coopération (fonctionnement, ressources
humaines...), l’IMQ, principal bénéficiaire à terme de ce programme,
n’y participait que de façon épisodique tant en personnel qu’en moyens
matériels”. L’IGM et 1’IMQ étaient cependant satisfaits de la constitution de la base de données et de la mise en place du SIG, alors que les
chercheurs de I’Orstom et de I’IPGH commençaient à douter de voir
un jour les premiers résultats cartographiques. Après la période fastidieuse de la digitalisation (un an et demi pour numériser les 200 feuilles
à 1/4 000 couvrant la capitale) et de l’intégration des données, étapes
indispensables mais bien longues malgré l’obstination des techniciens
de I’IGM chargés de cette tâche, les chercheurs purent enfin analyser
les composantes du système urbain ; 1’Orstom et 1’IPGH disposaient
des premiers travaux méthodologiques et des commentaires des docu10
Les chercheurs se trouvaient donc devant le paradoxe d’une municipalité bénéficiaire à
terme de l’ensemble des travaux et d’une absence de conscience mais non d’exigences
de cette même municipalité !
C?h. SC;. hum.
32 (41 Y6 : 80342
1
Le SIC de Quito
: recherche
scientifique
ou opérationnelle
811
?
ments issus de la station de travail. Dans un second temps (1990-1992),
la compréhension et les motivations des partenaires divergèrent et
entraînèrent la dissociation du groupe de travail initial. Paradoxalement,
cette rupture assurait le succès de I’AIQ avant même qu’il ne soit
terminé puisque la constitution du SUI signifiait la réussite, du moins
partielle, du transfert technologique et l’actualisation de la base de
données. Grossièrement, la situation semblait simple : achèvement de
l’AIQ, donc publication de l’Atlas (voie scientifique) par I’IGM, I’IPGH
et 1’Orstom ; mise en route de l’observatoire SUI (voie opérationnelle)
par 1’IMQ et 1’Orstom. En fait, la situation était un peu plus complexe et,
au-delà du dilemme recherche fondamentale ou recherche appliquée,
apparaissaient certaines incohérences. Comment terminer dans de
bonnes conditions la réalisation de l’A&zs alors que le matériel informatique était transféré de 1’IGM à I’IMQ ? Quelles allaient être les
conséquences à court terme de la politique de 1’Orstom qui se trouvait
engagé simultanément dans deux opérations, l’une quadripartite et
l’autre bipartite ? Comment justifier la relative imperméabilité scientifique de I’IMQ qui se désengageait de la réalisation de l’AtZns, dont le
contenu était un « mode d’emploi », certes incomplet, de l’utilisation
de la base de données et du SIG ? En définitive, ces difficultés furent
surmontées, mais au prix de tractations qui heureusement ne mirent en
péril ni l’achèvement de 1’AIQ ni les acquis scientifiques indéniables
de cette expérience.. . inoubliable.
LES APPORTS SCIENTIFIQUES DU SIG ET DE L’OBSERVATOIRE
Après six ans de travail, il eût été malheureux que le bilan scientifique
soit négatif ! Si l’informatique a ouvert de nouvelles perspectives
méthodologiques, permis l’accélération d’un grand nombre de tâches
et rendu possible les manipulations cartographiques en temps réel, les
techniques plus artisanales n’ont pas été bannies pour autant. Surtout,
le programme AIQ n’a pas été interrompu après l’achèvement de
l’Atlas, ce qui eût été synonyme d’échec ; la mise en place du SUI
signifie contrôle équatorien de l’appareil technique installé par 1’Orstom
et actualisation de la base de données, même si son exploitation scicntifique reste incertaine.
La mise au point de quelques
des outils prévisionnels
?
indicateurs
d’urbanisation
:
René de Maximy a déjà mis au point, il y a une quinzaine d’années,
des indicateurs d’urbanisation pour la ville de Kinshasa : catégories
812
Henry
R. GODARD
socioprofessionnelles, structures de la population, activités, etc.” Cet
atlas pionnier avait été réalisé sans l’aide de l’informatique. L’un des
objectifs du programme AIQ et de I’Ath, « sous-produit » de la base
de données, était de mettre au point quelques indicateurs pertinents de
la croissance et des dynamiques urbaines. En effet, au-delà de la mise
en évidence et de l’analyse (diachronique lorsque les données étaient
disponibles) des logiques spatiales et socio-économiques d’installation
des populations, d’implantation des équipements et des services, de
mutation des espaces fonctionnels, etc., les indicateurs d’urbanisation
permettent d’étudier l’évolution des politiques urbaines, de peser les
conséquences spatiales des actions d’aménagement entreprises par les
secteurs public et privé et d’apprécier les transformations du tissu urbain
en termes de convergences ou de divergences d’intérêt (poids des différents acteurs façonnant la ville). L’outil informatique permet l’actualisation rapide des données et l’analyse comparative lorsque l’on dispose
de nouvelles informations (recensement de 1990, enquêtes à passages
répétés, sondages, etc.). La mise au point d’indicateurs d’urbanisation
est certainement l’un des apports les plus significatifs que la vision
géographique peut apporter aux décideurs et praticiens de la ville
(aménageurs, urbanistes, architectes.. .). En effet, ces derniers prennent
rarement en compte la dimension sociale de l’espace urbain, quelle que
soit l’échelle de travail : les forces sociales sont coûteuses à faire apparaître (enquêtes et traitements spécifiques) et il est peu « rentable »,
voire même téméraire, d’y faire allusion lors des campagnes électorales. Il s’agit pourtant de phénomènes dynamiques qu’il est nécessaire
d’analyser et de décrypter ; leur méconnaissance peut, à court ou moyen
terme, mettre en péril la situation urbaine et sociale de la ville. Les
indicateurs d’urbanisation ne prétendent pas apporter de réponse définitive aux inégalités intra-urbaines, mais ils peuvent servir d’outils de
réflexion, d’aménagement, de planification et de prospective.
« [...] Que faut-il entendre par Nrdicakw d’urbmisution
7 Les
deux termes de la locution ne sont pas fortuits. II s’agit bien de
mettre en évidence et d’enseigner, indicateur, ce qui est le plus
significatif et le plus explicatif de la fabrication d’une ville, ur-barrisnfioti.
« [...] L’indicateur d’urbanisation doit répondre à un reel questionnement sur le fonctionnement d’une ville, être identifiable à
peu de frais mais fiable, rapidement mis.en évidence, aisé à interpréter.
« [...] C’est pourquoi, dans la ville étudiée, il faut choisir des
aspectsreconnusde l’espace, structures, population et comportements, actions économiques, etc., significatifs de beaucoup plus
que d’eux-mêmes. Le but poursuivi est qu’à partir de ceux retenus
t’ R.
DE
M~IMY
(1973 : date de réalisation des planches), planches 19, 20, 2 1, 22.
Le SIC de
Quito
: recherche
scientifique
ou opérationnelle
?
813
on puisse induire des caractéristiques de prime abord insaisissables
et déduire des forces sociales actives mais latentes, dont ils seront
indubitablement révélateurs.
« [. . .] Donc les indicateurs d’urbanisation, s’ils sont correctement
déterminés et cartographiés, devraient permettre de faire apparaître
ces particularités significatives : accumulations, seuils, manques,
ruptures et autres, toutes anomalies visibles dans le tissu urbain et
significatives de forces sociales cachées mais actives qui peuvent
être, ou sont effectivement, des causes d’une situation urbaine
donnée. » (R. de Maximy )“.
Si l’on s’attache aux moyens mis en œuvre pour élaborer ces indicateurs qui forment l’ossature analytique de l’AtZ~s*~,on peut différencier
ceux qui peuvent être définis avec un appui informatique minimal
(micro-ordinateur) et ceux dont la caractérisation dépend de l’exploitation d’une base de données et d’un SIG installés sur une station de
travail. Ces derniers restent peu coûteux à construire et à actualiser...
lorsque la base existe ; en effet, certains indicateurs établis à partir des
données du recensement, à l’échelle de l’îlot, n’auraient jamais pu voir
le jour sans l’intégration de ces informations au sein du SIG, c’est-àdire sans l’aide de la puissance de calcul de la station de travail.
L’établissement de certains indicateurs n’a nécessité que des ressources
humaines et techniques légères (moins d’un mois d’enquête et saisie
rapide des données) : indicateurs permettant d’apprécier le fonctionnement, la structuration, la hiérarchisation et les dynamiques des aires de
centralité ainsi que les pressions spéculatives sur ces espaces (localisation des immeubles de grande hauteur, IGH, en 1987 et 1990, évolution de l’implantation des sièges bancaires et des grands services de
l’État entre 1960 et 1990, localisation des sièges des entreprises privées
l2
À partirde diverses expériences, dont celle de I’AIQ, R. DE
MAXIMY et H. R. GODARD
préparent un ouvrage, Indicateurs d’urbanisation, concepts et pratique : réflexion menée
à propos de quelques villes des régions intertropicales. Cet extrait est tiré de la première
version du manuscrit.
l3 Le manuscrit, en cours de rédaction, distingue quatre types d’indicateurs :
- les indicateurs de structuration de Z’espace (accessibilité, marchés, etc.) ;
- les indicateurs des aires de desserte et de quadrillage de l’espace (localisation diachronique des services privés et publics ainsi que des équipements) ;
- les indicateurs des aires de centralité (dynamiques, mutations et diffusion des phénomènes spkculatifs et de la notion de déplacement ou de dédoublement des fonctions
centrales) ;
- les indicateurs de hiérarchisation de [‘espace (adéquation et inadéquation des espaces
urbains a partir des indices de hiérarchisation socio-économique et d’adaptation de la vie
en ville).
Cah. Sci. hum. 32 (4196
: 803-821
814
Henry
R. GODARD
et publiques dont le capital était supérieur ou égal à 150 millions de
sucres en 198814); indicateurs diachroniques significatifs de la ségrégation spatiale, des différenciations intra-urbaines et de l’évolution des
réseaux (implantation des centres commerciaux, marchés et foires, des
agences bancaires et des services de la santé publique) ; indicateurs
spécifiques d’une thématique (localisation des hôtels, restaurants.. .).
En revanche, la construction d’autres indicateurs n’a pu être menée à
bien qu’à partir d’enquêtes coûteuses ou d’une exploitation lourde de
la base de données élaborée autour du recensement : indicateur de
cohabitation (liaison entre la densité par hectare et le degré de promiscuité - nombre d’habitants par pièce) ; indicateur de hiérarchisation
socio-économique (établi à partir du nombre de résidants par pièce
habitable disponible et des pourcentages de cadres, d’ouvriers qualifiés et d’ouvriers non qualifiés par rapport au nombre d’actifs) ; indicateur d’urbanisation et de tendance (localisation exhaustive des petites
épiceries), etc.
La synthèse
et l’élaboration
du « manuel
» d’utilisation
du SIC
CAtZus est un ouvrage de synthèse qui a été (et reste) critiqué. Au-delà
du diagnostic de la capitale équatorienne dans les années quatre-vingt,
cette étude vise à présenter un certain nombre de réflexions méthodologiques transposables dans le temps (à Quito, à partir des données du
recensement de 1990) ou dans l’espace (adéquation des méthodologies
développées à Quito en fonction des spécificités du site sur lequel sera
tentée une expérience analogue). L’IGM et I’IPGH voyaient dans sa
réalisation l’aboutissement et la valorisation d’un labeur de six ans alors
que l’IMQ, presséepar ses urgences électorales, n’a jamais pris le temps
de le considérer comme indispensable. Le retrait de cette institution au
moment de la rédaction a d’ailleurs posé des problèmes difficilement
solubles aux trois partenaires restants ; en effet, la structure de l’ouvrage avait été précisément définie dès 1989 et les planches qui devaient
être originellement élaborées par les chercheurs et techniciens de I’IMQ
ont dû être soit abandonnées par manque de ressources humaines (l’enquête résidence/emploi, fondamentale, aurait dû être réalisée afin de
quantifier les migrations intra-urbaines et approcher les motifs des
déplacements, les catégories socio-économiques concernées, etc.), soit
rédigées sous la responsabilité des chercheurs de l’IGM, de I’IPGH ou
de 1’Orstom. Quant à ce dernier, il souhaitait qu’aboutissent tant la synthèse écrite que l’observatoire (politique cohérente mais difficile à
mener à bien sur le terrain).
” I dollar US correspondait à 436 sucres cn 1988.
Le SIG de Quito : recherche scientifique ou opérationnelle ?
815
Ce nouvel effet de la dissociation (apparente ?) des volets opérationnel
et recherche se manifestait donc par une dichotomie au moment du
transfert technologique et de l’aboutissement de la période AIQ : d’un
côté, la remise aux partenaires d’une série de bandes sur lesquelles
étaient gravées les données du recensement de 1982 et des enquêtes
(G boîte à chaussures B) ; de l’autre, l’élaboration d’un ouvrage scientifique et didactique visant à présenter les résultats d’une analyse globalisante sur la structuration de la capitale équatorienne, à exposer les
méthodologies développées (« recettes » à manier avec précaution) et
à diffuser largement les conclusions issues de cette expérience pilote.
L’Atlas était indispensable pour valoriser la somme de connaissances
accumulées pendant six ans. Toutefois, certaines réserves quant à sa
forme et à son contenu doivent être formulées. Il eût été préférable
que l’ouvrage se présentât sous une forme moins « classique ». Pour
des raisons de coût, de difficultés techniques et de souhait des partenaires, la solution d’un livre évolutif (couverture démontable et insertion aisée de nouvelles planches ou de compléments actualisés aux
planches publiées) fut rejetée. En raison de l’absence sur le marché
équatorien d’un ouvrage de ce type, il était impossible de ne publier
que la synthèse infographique d’une thématique ; nous devions
présenter un diagnostic de Quito à la fin des années quatre-vingt à
travers un balayage thématique qui intègre à la fois des cartes « incontoumables » (bien que non informatisées), des cartes de synthèse dont
les structures spatiales soient répétitives et dont les commentaires se
recoupent (ce qui n’est pas inintéressant pour montrer la prégnante de
certains facteurs) et des cartes dessinées à partir de documents bruts
issus de la station de travail15.
L’Atlas se présente donc tout à la fois comme un ouvrage « classique »
(ce terme n’est en rien péjoratif) et une production « novatrice » générée
par la mise en place d’une base de données ; il peut être actualisé en
fonction des besoins scalaires et thématiques spécifiques des institutions qui participent à la phase SUI.
15
Cartes « incontournables » : évolution de la tache urbaine (1760-1987), isohyètes
moyennes annuelles de l’aire métropolitaine, etc.
Cartes de synthèse prkentant une vision de la ville analogue : distribution des îlots selon
la relation promiscuité-densité, évacuation des eaux usées, approvisionnement en eau
potable. Ces cartes mettent en évidence la permanence de la rupture socio-économique et
fonctionnelle nord-sud, en partie liée à l’obstacle de la colline du Panecillo, des oppositions centre-périphérie...
Cartes redessinéesà partir des sorties cartographiques issues de la station : zones desservies et non desservies par les réseaux principaux, tracé des limites externes de certains
groupes d’activités, élaboration de cartes lissées, etc.
Cah. Sci. hum. 32 (4 96 : 803-821
816
Henry
L’actualisatiom
R. GODARD
« à la carte 99
Nous avons montré précédemment que les indicateurs d’urbanisation
pouvaient faire appel soit à des moyens « légers », soit à des techniques
plus « lourdes ». L’actualisation des données, l’un des avantages inhérents à la constitution d’un observatoire, doit également être appréhendée selon ces deux options complémentaires : rapidité d’exécution
dans le cas de l’actualisation d’indicateurs pertinents mais dont l’exploitation scientifique est finie ; lenteur des procédures dans le cas de
la mise à jour des données du recensement qui permettent cependant
une exploitation et des ouvertures thématiques inépuisables.
S’il n’est pas question de minorer l’intérêt de l’actualisation des données
de base (recensement de la population et du logement à l’échelle de
l’ilot ou enquête exhaustive des activités commerciales, artisanales ou
de service à l’instant t1 qui a entraîné la saisie de 33 000 points sur
lesquels s’ancrent et sont visualisées quelque 80 000 activités recensées en 1986’1, il est intéressant de disposer d’indicateurs peu coûteux
à mettre à jour chaque année moyennant une quinzaine de jours de
travail. L’analyse comparative des données censitaires est fondamentale pour analyser de manière fine l’évolution de la morphologie
urbaine, de la structure de la population, etc. ; mais, d’une part, il
s’écoule une dizaine d’années entre deux recensements (1982 et 1990
en Equateur), d’autre part, les informations à l’échelle du pâté de
maisons ne sont disponibles que plus d’un an après le passage des
enquêteurs, enfin, l’actualisation demande environ un an de travail
(saisie des îlots dont les limites ont été tracées pendant la période intercensitaire, vérifications, adéquation de l’information, etc.). Il est donc
utile de disposer de données rapides à actualiser permettant d’apprécier
le fonctionnement et les dysfonctionnements urbains, l’évolution de la
structuration de l’espace et les processus ségrégatifs. C’est le cas des
enquêtes relatives à la santé publique et aux grands services de l’État,
réalisées en 1990, au réseau bancaire, entreprises en 1987 et appliquées
de nouveau en 1989 et 1990, aux IGH - qui permettent de « suivre »
les tendances de la spéculation immobilière -, à la localisation des
marchés et des centres commerciaux, etc. L’intégration de ces informations ponctuelles dans la base de données urbaines élaborée pour les
besoins du programme AIQ permet non seulement de disposer rapidement d’une cartographie actualisée, mais encore de croiser ces variables
avec d’autres (ponctuelles, aréales ou linéaires) présentes dans le
système d’information géographique.
l6 S’il est difficile d’envisager la réalisation en 1995 de cette même enquête en raison de
son coût (second passage exhaustif), il serait intéressant pour I’IMQ de l’actualiser à partir
d’un sondage ou d’une actualisation échelonnée balayant chaque année 1/10 ou J/5 de
l’espace urbain.
Cah. Sci. hum.
32 (4) 96 : 80342
I
Le SIC de Ouito
: recherche
scientifiaue
ou orx?rationnelle
!
817
Face à l’ampleur des tâches prioritaires à accomplir dans la capitale
équatorienne (dotation en équipements et en infrastructures, volonté
d’œuvrer en faveur des quartiers géographiquement périphériques,
nécessité de déterminer des priorités d’investissement.. .), il semble
douteux que I’IMQ ait les moyens de valoriser directement, dans une
optique analytique, les données issues du recensement de 1990. La participation de 1’Orstom au SUI, très minoritaire dans cette seconde phase
du programme, implique la réalisation de missions de courte durée
d’analystes de l’espace. Deux types de travaux peuvent être envisagés :
des études comparatives permettant l’actualisation des indicateurs d’urbanisation mis au point par R. de Maximy à partir du recensement de
1982 et la cartographie immédiate des dynamiques urbaines (l’un des
objectifs du séjour de ce chercheur en mai-juin 1993) ; un approfondissement de certaines thématiques qui n’ont été qu’ébauchées dans les
planches de l’Atlas, faute de temps, et un élargissement de la zone
d’étude - analyse de l’aire métropolitaine17). Scientifiquement, la
phase SUI est certainement plus intéressante que la phase AIQ. En effet,
la numérisation, la constitution de la base de données de référence, la
mise au point du logiciel, etc., qui sont indispensables à la mise en
place de l’observatoire, sont des étapes souvent désespérémentlongues ;
en revanche, l’analyse comparative de deux situations urbaines à dix
ans d’intervalle permet d’envisager de nouveaux types de traitement
(cartes de tendances, cartes de résidus. ..), d’enclencher de nouvelles
problématiques et de déboucher sur des conclusions affinées relatives
aux mécanismes explicatifs des dynamiques de croissance et des
processus ségrégatifs (thèmes, s’il en est, qui intéressent nécessairement les autorités municipales). On peut espérer que I’IMQ actualisera
les planches relatives à la population et au logement à partir du dernier
recensement ; de toute façon, certains chercheurs de I’Orstom ayant
participé à l’élaboration de l’Atlas le feront certainement au cours de
leurs missions.
”
L’Atlas
infogruphique de Quito est consacré à l’analyse de la ville stricro sensu, c’est-àdire que les 300 000 habitants résidant dans l’agglomération (banlieues résidentielles,
quartiers populaires, activités...) n’ont pas été pris en compte. II s’agit d’une lacune qui
était... incontournable. Afin de justifier cette prétendue lacune auprès des responsables
de I’IMQ qui souhaitaient que l’on tienne compte de l’aire métropolitaine dès 1987,
René de Maximy avança deux éléments : l’absence des feuilles topographiques à 1/4 000
rendait impossible l’analyse à l’échelle de l’îlot, unité de base choisie pour étudier Quito
stricto sensu ; le nombre réduit de chercheurs rendait impossible la dispersion sur un
espace aussi vaste et le respect des délais qui avaient été fixés dans l’accord interinstitutionnel.
Cah. SC;. hum. 32 (4) 96 : 803-82
1
818
Henry
GUISE DE CONCLUSION
R. GODARD
: LE SIC PARFAIT !
Au cours des deux dernières années de l’opération (1990-1992), la
symbiose entre les approches scientifique et opérationnelle d’une même
recherche a été effective. La démarche suivie pour élaborer les indicateurs d’urbanisation, les cartes et les documents d’accompagnement fut
parfois inductive - observation puis explication des phénomènes -,
souvent hypothético-déductive - définition d’une problématique et
énoncé des hypothèses de travail ; confirmation ou infirmation de cellesci à partir des travaux de terrain ou des données statistiques disponibles ; modification éventuelle des hypothèses en fonction des
connaissances sur l’espace considéré. Cette dernière démarche, qui a
toujours été privilégiée dans l’analyse scientifique, fut à la base des
allers et retours permanents entre la recherche fondamentale et la
recherche appliquée, et de l’étroite collaboration, pas nécessairement
« formelle >>,entre certains chercheurs thématiciens, les techniciens de
I’IMQ et le chercheur informaticien.
À partir des hypothèses de travail, le concepteur de Savane enrichissait le logiciel ; puis les variables étaient choisies et traitées ; enfin, les
sorties cartographiques étaient comparées à la réalité terrain et aux
hypothèses de départ. Après présentation des résultats et discussions
avec les membres de I’IMQ, des ajustements éventuels (hypothèses,
choix des variables, pondération.. .) permettaient de déterminer de
manière plus fine les indicateurs d’urbanisation. Ces approches progressives par tentatives successives ont permis que les aspects opérationnel
et scientifique s’alimentent mutuellement et que les liens ne soient
jamais rompus entre le département municipal chargé de la planification urbaine et la cellule terminant l’élaboration de 1’AtZns.
Pour clore ce bilan de I’AIQ, qui se veut objectif..., nous proposons
deux chronogrammes visant à constituer un SIG : le premier correspond au déroulement du programme AIQ dans des conditions idéales,
c’est-à-dire en faisant abstraction des problèmes techniques auxquels
l’équipe franco-équatorienne s’est heurtée et en supposant une entente
toujours cordiale entre les partenaires ; le second suppose que soit
décidé aujourd’hui le renouvellement de l’expérience AIQ sur un autre
site (taille et caractéristiques de l’objet d’étude peu différentes de celles
de Quito, données disponibles analogues à celles que nous avons analysées) en tirant parti de l’acquis du programme AIQ.
Option 1
1987
- rédaction des termes de référence du programme de recherche
- signature de l’accord interinstitutionnel
- constitution de la cellule scientifique et technique
Le SIG de Quito
: recherche
scientifique
ou opérationnelle
?
819
-
mise en place de la station de travail (contrat de maintenance sur
site indispensable)
- définition des responsabilités respectives des chercheurs
- recensement disponible et prêt à être intégré
1988
- numérisation et préparation des fonds cartographiques de base
- intégration du recensement après choix des variables
- réalisation des enquêtes spécifiques, codification et intégration
- premiers résultats cartographiques
1989
- analyse des données et développement parallèle du logiciel Savane
- rédaction et élaboration des cartes et documents d’accompagnement
définitifs
1990
- analyse des données et développement parallèle du logiciel Savane
- rédaction et élaboration des cartes et documents d’accompagnement
définitifs
- préparation du passage à la seconde phase du programme : constitution de l’observatoire urbain et transfert technologique
1991
- achèvement de l’ouvrage Atlas et impression
- rédaction du manuel d’utilisation de Savane et « fermeture » du logiciel dans sa version 1.0. (mises à jour ultérieures)
- missions de prospection destinées à promouvoir le produit fini (logiciel, méthodologies)
- mise en route de l’observatoire urbain
Nous pensons que cinq années de travail auraient dû permettre de mener
à bien le programme AIQ dans des conditions confortables ; il a officieusement nécessité huit années (la période 1984-1987 se caractérisant par son « informalité >>)et une neuvième aurait été nécessaire afin
de contrôler l’impression de l’ouvrage.
Option 2
Années 1 et 2
- appui des chercheurs de 1’Orstom sous la forme de missions de
courte durée auprès des institutions participant au projet afin d’évaluer
l’information disponible, de mettre en place le matériel informatique
acquis par les partenaires et le logiciel, de former le personnel affecté
au programme, d’adapter les méthodologies au site considéré et de
préparer d’éventuelles enquêtes complémentaires
Cah. Sci. hum. 3.2 (4) 96 : 803-82
1
Henry
820
R. GODARD
Année 3
-traitement des données (affectation des chercheurs) en liaison étroite
avec des statisticiens et des spécialistes de l’analyse quantitative ; réalisation des cartes, élaboration des documents d’accompagnement et
rédaction des textes explicatifs
Nous avons considéré qu’il s’agissait de réaliser un programme « AIQ
bis » qui pourrait être mené à bien, théoriquement (!), grâce à une
implantation légère, avec un apport financier réduit” et en peu de temps.
Il subsiste toutefois un problème de fond : est-il nécessaire de renouveler l’expérience AIQ aujourd’hui ? Nous ne pouvons répondre qu’à
titre personnel. Lorsqu’un STG aussi fin que celui de Quito est opérationnel à l’échelle de l’îlot, c’est un outil de recherche fantastique pour
traiter des dynamiques urbaines (mais combien existe-t-il de SIG de ce
type dévolus à une ville ?). Lorsqu’il s’agit de le créer à ce niveau de
détail, la scission recherche/application est presque inévitable. En effet,
la mise en place d’un SIG orienté vers la planification urbaine s’assimile beaucoup plus, dans un premier temps, à une assistance purement
technique qu’à un authentique travail de recherche” J dans un second
temps, il est certain que les deux volets peuvent être associés. Nous
suggérons deux approches complémentaires : une solution « lourde »
alliant station de travail (découpage par îlot pour les besoins de la
gestion urbaine) et micro-ordinateur (analyse scientifique sur la base
d’un découpage plus grossier défini par agrégation sur la station de
travail) ; une solution « légère », nécessairement moins ambitieuse mais
moins coûteuse, ,qui implique que les objectifs du partenaire (et non
des partenaires.. .) soient principalement scientifiques et que les thématiques soient bien ciblées contrairement aux SIG orientés vers la gestion
urbaine et visant l’exhaustivité.
‘s
À condition de convaincre les partenaires d’acquérir l’équipement informatique et d’en
assurer le fonctionnement, ce qui sera certainement de plus en plus difficile en raison des
,9 problèmes budgétaires auxquels se heurtent la plupart des pays du tiers-monde.
Cette assertion n’a rien de péjoratif. Mais il est vrai que, dans un premier temps, la mise
en place et la constitution de la base de données est un travail long et ingrat (les chercheurs ne « voient venir » aucune sortie cartographique et ne peuvent pas procéder à
l’analyse des informations statistiques). Les aspects scientifiques ne sont développés
qu’après la digitalisation des unités de base, la collecte des informations, la réalisation
des enquêtes et l’intégration des données. Une question se pose alors : est-il nécessaire
d’affecter à temps complet des thématiciens au cours de la première phase de la constitution d’un SIG et d’une base de données ?
Ch.
.5-i. hum.
32 (11 Y6 : 8@3-82 1
Le SIC de Quito : recherche scientifique ou opérationnelle !
821
BIBLIOGRAPHIE
Bureau d’études d’aménagement urbain, Institut géographique du Zaïre, 1978 -Atlas de
Kinshasa. Deux parties, 44 et 22 planches.
COURET(D.), 1994 - Système d’informc?ion géographique, inéga!ité dans le log:ment
et ségrégation spatiale à Quito (Equateur). Paris, Orstom Editions, coll. Etudes
et thèses, 236 p.
GRÉPEAU(C.), 1989) - Un exemple de système d’information géographique d’aide à la
gestion territoriale : le SIG de Timahdit (Maroc). Mappemonde, 3 : 26-31.
Instituto Geografico Militar (IGM), Instituto Panamericano de Geografia e Historia
(Secci& national del Ecuador) (IPGH), Institut français de recherche scientifique
pour le développement en coopération (Orstom), 1987-1991 -Bulletin de Z’Atlus
informatisé de Quito (AIQ)JBoletin del Atlas informatizado de Quito (AIQ).
Instituto GeogrzWico Militar (IGM), Instituto Panamericano de Geografia e Hi§toria
(Section national del Ecuador) (IPGH), Institut français de recherche scientifique
pour le développement en coopCration (Orstom), 1992 - Atlas infogrdfico de
Quito : socio-dimimica del espacio y politica urbana/Atlas infographique de
Quito : socio-dynamique de Z’espuce et politique urbaine. 41 planches bilingues
(espagnol, français), 297 p.
MAXIMY (R. de), 1994 - Regard de 1‘informatique sur la ville. Atlas informatisé, cartographie : un exemple, Quito. La science en débat : ville, réseaux, environnement,
Cité des sciences de La Villette, enregistrement sur cassettes (2 heures).
SOURIS (M.), 1993 - Savane, Système d’information géographique. Quito, Orstom, 8 p.
WANIEZ (P.), VIZINTIM (M.), BRLETLEIN (V.), 1993 - Pour l’expérimentation des SIC en
géographie, le SIG Paran& Mappemonde, 3 : 29-34.
Cah. SC;. hum. 3.2 (4) 96 : a0342
1
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising