Télécharger le document

Télécharger le document
Retranscription de la journée
professionnelle de réflexion
Mardi 5 octobre 2010, Rennes (35)
Salle de la Cité (Métro Ste-Anne)
Avec les interventions de :
Christophe Moreau, Jean Hurstel, Nicolas Roméas, Jean Caune.
Conférences, ateliers, projections, apéro concert.
INFLUENCE DES PROCESSUS DE
CREATION ARTISTIQUE
SUR LES PARCOURS DE VIE
Rencontres professionnelles entre les
acteurs sociaux et culturels,
les artistes et les publics.
Une journée proposée par
Danse à tous les étages !
En partenariat avec l’association
Tout Atout, l’Opéra de Rennes,
le Centre Hospitalier Guillaume
Régnier, le Département Carrières
sociales de l’Iut de Rennes.
Sommaire
Préambule
p.3
Mise en mouvement
p.4
Jean HURSTEL
‘A la recherche du point d’appui,
L’art comme levier en six thèses sans synthèse’
p.5
Christophe MOREAU
‘En quoi les processus de création artistique
influencent-ils les parcours de vie ?’
p.13
Cinq projets portés par les partenaires de la journée
p.20
Nicolas ROMEAS
‘L’art est la dernière poche de résistance
de l’univers du symbolique’
p.36
Jean CAUNE
‘L’expérience de l’art : une modalité
de la construction de Soi et du rapport à l’autre’
p.45
Les mots de la journée
p.58
Programme de la journée
p.60
Liste des participants
p.61
Bibliographie
p.66
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 2
Préambule
L’
association Danse à tous les étages
présente L’art
comme
levier,
journée professionnelle qui a eu
lieu le 5 octobre 2010 à Rennes.
En partenariat avec l’association Tout
Atout, l’Opéra de Rennes, le Centre
Hospitalier Guillaume Régnier, le
Département Carrières sociales de l’Iut
de Rennes, la journée a été l’occasion de
réflexions, d’échanges, de débats et de
présentation de réalisations artistiques afin
de s’interroger sur les conditions de l’art
comme levier du mieux vivre ensemble.
Le département de l’action territoriale
du Ministère de la culture et de la
communication-DRAC Bretagne s’est
associé à cette réflexion.
Chaque époque fonde de nouveaux
rapports entre l’art, la culture et le social.
Aujourd’hui, la culture tend à devenir un
enjeu de société. Elle est étroitement liée,
du moins sur le plan des représentations,
au développement économique et social.
Elle participe également au processus de
création individuelle et collective de la vie
des personnes.
De fait, des acteurs sociaux et des acteurs
culturels travaillent de concert dans les
territoires prioritaires pour développer
la création et la parole artistique des
habitants.
La rencontre avec les publics est devenue
par conséquent un objectif privilégié
de toute action culturelle vers un terrain
d’échanges collectifs. Ceci nécessite une
autre conception du travail vers les publics,
et des modalités nouvelles d’intervention
et de positionnement des acteurs, dans
une réflexion approfondie concernant les
obstacles à la création et les potentialités
de chaque personne.
Mais
quelles
sont
les
conditions
nécessaires pour construire un projet
fondé sur une articulation entre l’art et les
problématiques sociales ?
Et quel est l’impact des politiques,
menées aujourd’hui dans le cadre de la
décentralisation culturelle ?
Plus précisément en quoi les processus
de création artistique influencent-ils les
parcours de vie ?
La réponse à ces interrogations ne peut
être limitée à des indicateurs purement
statistiques et nécessite d’interroger nos
pratiques professionnelles à travers le
prisme plus large des grilles d’interprétation
sociologique et philosophique.
C’est à cette réflexion que nous vous invitons, à travers également les témoignages
d’expériences stimulantes qui n’oublient
jamais de restituer la dimension humaine
de la rencontre artistique.
Cette journée a donné la parole aux
habitants, citoyens qui ont participé à ces
démarches artistiques, aux artistes, aux
chercheurs, aux professionnels du social
et de la culture.
Le corps étant notre premier médium de
communication aux autres et au monde,
c’est dans une « mise en mouvement »
avec un chorégraphe et une danseuse
que nous avons eu le plaisir d’accueillir un
très large public de professionnels.
Au-delà de ces échanges, c’est bien à
la légitimation de l’échange artistique
comme levier d’un meilleur vivre ensemble
que nous souhaitons contribuer.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 3
Mise en
mouvement
M
ettre en commun, articuler le
singulier avec le collectif, danser
comme et danser avec l’autre.
Comment une mise en mouvement des
corps reflète-t-elle cette question du
commun dans notre société ?
Marie Glon, dans la revue Repères, dont
le numéro d’avril portait sur le thème
Mettre en commun, écrit :
« Faire ‘corps commun’ peut être
une question de regard, d’espace.
Un unisson révèle aussi l’irréductible
diversité de ceux qui le forment. Et
ressembler à l’autre peut être un risque,
mais également un défi ou un désir, qui
amène le danseur à se transformer ».
Nous avons invité Anne Karine Lescop,
danseuse, et Osman Kassen Khelili,
chorégraphe, à travailler avec les
cent trente participants à la journée.
La découverte sensible des uns et des
autres, par des exercices mettant en
jeu le contact, le regard, la mémoire
sensorielle, l’écoute, a permis une
participation généreuse, attentive et
coopérative.
Prises de vue : Morgane Delamarre
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 4
‘A la recherche du
point d’appui,
L’art comme levier
en six thèses sans
synthèse’
conférence de Jean HURSTEL
J
ean Hurstel est formé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique de
Strasbourg (TNS), et a fondé le théâtre universitaire en même temps qu’il
effectuait des études de philosophie. Il est également le président-fondateur
du réseau culturel européen Banlieues d’Europe qui fédère les projets artistiques
dans les quartiers populaires du continent depuis 1990. De 1992 à 2003, il dirige la
Laiterie – Centre européen de la jeune création à Strasbourg. Depuis 2003, il est
expert dans le programme Urbact de la Commission européenne et président des
Halles de Schaerbeek à Bruxelles depuis le 1er juin 2006.
> www.banlieues-europe.com
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 5
«
En introduction, j’ai cherché dans
le dictionnaire la définition du levier. Le
levier est un corps solide, mobile autour
d’un point fixe appelé point d’appui
permettant de multiplier la force
appliquée à une résistance. Tout est dit
dans cette définition ; il faut toujours peser
le poids des mots. Un corps solide. Mobile
autour d’un point d’appui. Vaincre une
résistance en multipliant sa force. Un
corps solide, qui est mobile autour d’un
point d’appui qui cherche à vaincre une
résistance... C’est la définition même de
la danse ! Les danseurs de Danse à tous
les étages sont comme l’intitulé de cette
rencontre.
La deuxième métaphore est plus
belle encore. Le levier d’Archimède
est une métaphore pédagogique
selon laquelle un levier et un point
d’appui permettraient de déplacer le
globe terrestre. C’est beau ça ! Voilà
l’ambition de cette réunion aujourd’hui,
montrer comment le levier de l’art peut
déplacer les montagnes et soulever
le monde. D’ailleurs Théophile Gautier
dans Fortunio, définit les divers leviers :
la curiosité, le désir et l’amour, ces trois
terribles leviers dont un seul soulèvera le
monde...
C’est donc avec le levier des mots,
autour du point d’appui des pratiques
menées, que je tente de multiplier la
force des actions menées sur le terrain car
j’ai toujours travaillé avec les barbares,
ceux de l’automobile, du charbon, des
quartiers en perdition avec le levier
multiplié de l’intervention artistique.
THÈSE N°1. JE TIENS MON LEVIER À
LA MAIN ET JE CHERCHE UN POINT
D’APPUI.
> Le premier levier qui me vient à l’esprit
est celui du Passé. Selon le grand principe
chinois « Si tu ne sais pas où tu vas,
regarde d’où tu viens ». Comment nos
ancêtres ont-ils manié le levier de l’art
pour vaincre résistances et embuches ?
J’appuie sur le levier et immédiatement
le mot utopie clignote dans un lointain
passé, l’Utopie d’une culture partagée.
La première pierre soulevée est celle de
l’Affaire Dreyfus, lors de la montée de
l’antisémitisme dans les années 1898.
La force multipliée fut celle de la
création de la Ligue de l’enseignement
des universités populaires et du théâtre
populaire à Bussang, un théâtre souvent
en dialecte vosgien, joué par des
amateurs.
> La deuxième pierre, celle de 1934 à
1936 est la lutte des artistes contre le
fascisme en Europe et l’extrême droite
en France, qui en 1936 voit la création
du cartel Pitoëff, Jouvet, Dullin, Buty au
moment où se créent les cercles Léo
Lagrange et les Auberges de Jeunesse.
> La troisième pierre qui édifia notre
structure actuelle est celle de la fin du
conflit mondial, avec la création des
premiers centres dramatiques, et des
MJC et du réseau Peuple et culture.
> La quatrième pierre, clef de voûte de
l’édifice culturel, fut la décolonisation et
la création du ministère de la Culture en
1959 occupé par André Malraux qui
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 6
commit là son péché originel : séparer
l’éducation populaire du secteur
artistique. L’Art y perdit son implantation
sociale et l’éducation populaire sa
relation avec les artistes. Le social et
l’artistique dissociés. En 1968, l’édifice
faillit s’écrouler devant les assauts de
la chienlit, mais malgré tout, il résista,
se renforça, essaima du théâtre à la
danse, de la danse au cirque, du cirque
aux musiques amplifiées, de la musique
amplifiée à l’art numérique et désormais
c’est tout un édifice que l’Europe nous
envie, qui s’étend magnifiquement
sur tout le pays. C’est autour d’une
crise qu’on invente la culture, un autre
système culturel ensemble.
TH È S E N ° 2 . M A I S L ’ É D I F I C E S I
RESPLENDISSANT BÂTI SUR LES PIERRES
DU MINISTÈRE PRÉSENTA TRÈS VITE
D’IMPORTANTES FISSURES.
Les premières fissures constatées furent
statistiques. Malgré tous les efforts
de démocratisation de la culture, les
sociologues lancèrent leurs sauvages
statistiques : le théâtre n’attirait que 6%
d’une population qui y allait plus de deux
fois dans l’année, 9% étaient allés trois
fois au Musée, 2% à l’Opéra, la danse
n’attirant que 8% et 68% n’y sont jamais
allés de leur vie. Les ouvriers spécialisés
sont 75 % qui n’ont jamais été dans un
établissement culturel.
Mais plus grave encore, ces sorties
dans les établissements culturels étaient
étroitement corrélées avec le niveau
de ressources et surtout le niveau du
diplôme. Ceux qui possédaient un
diplôme universitaire de 2ème ou 3ème
cycle constituaient le public privilégié des
établissements de Culture, trois fois plus
nombreux que les bacheliers qui étaient
eux-mêmes trois fois plus nombreux que
ceux qui possédaient le C.A.P.
Mais le coup de grâce fut apporté
par Pierre Bourdieu qui s’attaqua aux
fondations de l’édifice culturel français
en montrant que la culture constituait
un héritage familial. Ceux qui étaient
dépositaires de diplômes depuis plusieurs
générations fréquentaient les lieux de
culture à 39%, ceux qui étaient dépourvus
de cet héritage seulement 9%.
L’utopie d’une culture partagée s’est
fracassée sur cette réalité de l’inégalité
et de l’exclusion.
THÈSE N°3. LA MAIN SUR LE LEVIER DE
VITESSE, ACCÉLÉRER ET LÂCHER TOUS
LES FREINS.
C’est seulement en lâchant les normes
et les stéréotypes que le levier de
vitesse peut jouer son rôle. Vous arrivez
à Montbéliard Peugeot par une journée
de novembre brumeuse et froide, et, en
face d’une cité ouvrière, blocs, barres,
tours, vous vous demandez « Qu’est-ce
que je fais là, sur quoi vais-je appuyer
mon levier pour entreprendre cette
ouverture sur le monde de l’Art ? ». Vous
ne distinguez que les lumières bleutées
de la télé à toutes les fenêtres.
Alors, prenant votre courage à deux
mains, vous vous rendez chez les barbares
périphériques. Les boîtes à lettres sont
saccagées, la minuterie est détraquée,
à la lumière d’un briquet vous lisez quatre
noms sur quatre portes : Abdesselement,
Minkowski, Gomez, Schmitt. Au premier,
vous frappez. Le gars vous demande :
« C’est pour un aspirateur, vous êtes
témoin de Jéhovah ?
–Non pas du tout.
–Alors c’est pourquoi ?
–Moi je fais du théâtre. »
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 7
Alors il ouvre la porte, parce que celle
Autre exemple d’un travail réalisé
là, on ne lui avait encore jamais faite !
avec deux cent loulous dans un stage
On est invité à rentrer, en se disant « Je
d’insertion rétribué chaque jour sur neuf
le connais cet Abdesselement; j’ai lu
mois. On a fait venir des astronomes. Ces
tous les travaux sociologiques ». Vous
jeunes sans bac ou certificat d’étude
découvrez qu’il est calligraphe arabe,
étaient fascinés. Nous sommes arrivés
fait tous les mariages du quartier, et
à des questions comme « Pourquoi les
il vous dit : « J’ai une pierre dans mon
planètes tiennent-elles dans le ciel ? ».
coeur que je n’arrive pas à réchauffer,
Cela peut paraître bête mais à force
c’est mon fils il rate tous ses examens...
de faire jouer, de mettre en scène,
Mais il est premier en breakdance ! »
ils sont arrivés jusqu’à la mécanique
A côté c’est Minkowski, du même village
quantique ! Ce projet était formidable
que le Pape Jean-Paul II : «Chaque fois
comme révélation d’une potentialité
que je prends ma voiture pour y retourner,
humaine, du plaisir qu’ils avaient d’écrire
elle tombe en panne… C’est un miracle
ensemble, sans promesse de notes ou
à l’envers ! » Gomez, lui, a fait la guerre
de promotion sociale. Je voudrais rendre
d’Espagne et me dit « L e seul bien que
sensible à ceci : nous sommes insensibles
j’ai, c’est un verger qui porte
aux cultures vécues
les noms des camarades «CHACUN
EST
PORTEUR dans notre monde
morts à la guerre, et je ne D ’ U N L A N G AG E I M AG I N A I R E c o n t e m p o r a i n ,
donne les fruits de mes arbres E T S Y M B O L I Q U E , C O M M E d ’ u n e e x t r ê m e
fruitiers qu’aux enfants de la UN TERRITOIRE ÉNORME À d i v e r s i t é d e s
cité».
EXPLORER (...) NOTRE SOCIÉTÉ cultures (au sens
Résultat...
A BESOIN DE CE POTENTIEL anthropologique).
La Scène Nationale propose ÉNORME POUR COMPRENDRE, Le passage de ces
dans un tract distribué dans CE POTENTIEL DE PARTAGE cultures vécues à
les boites aux lettres une ENTRE SOCIAL, CULTUREL, l’art est complexe
lecture ontologique mais UNIVERSITÉ.»
et difficile. Il n’y a
néanmoins dialectique avec
pas d’enfant loup
une pointe d’ouverture au
dans nos pays, il n’y
regard critique de Mais n’te promène
a que des gens plongés dans le langage.
donc pas toute nue de Feydeau.
Chacun est porteur
d’un langage
Schmitt, Minkowski et Abdesselement
imaginaire et symbolique, comme
n’y vont pas bien sûr ! Ils ne vont pas non
un territoire énorme à explorer. Nous
plus au centre socioculturel qui propose
connaissons mieux les commissariats
des cours d’Ikebana, de poterie et de
de police américains à la télévision
couture. Tout le monde dira que ces
que la vie de nos voisins. L’art est un
gens là, Monsieur, ne sont pas cultivés,
champ d’expansion formidable, on
ils ne vont ni au théâtre, ni au centre
peut proposer une nouvelle dimension
socioculturel. Inversons la question, les
culturelle si tous les projets se réunissent.
centres socioculturels ne sont pas ouverts
Notre société a besoin de ce potentiel
à ces représentations, ces valeurs, à ces
énorme pour comprendre, potentiel de
cultures variées, à l’immense richesse et
partage entre social, culturel, université.
diversité culturelle de ce monde. C’est
Il faut conjuguer les forces pour faire
ce système qu’il faut abattre.
advenir les choses, parce que les mondes
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 8
et cultures dans lesquels nous vivons sont
d’une complexité et d’une extension
infinie.
THÈSE N°4. SAISISSEZ VOUS DES LEVIERS
DE COMMANDE ET FONCEZ.
Le paysage est fascinant, même si les
routes financières sont étroites, même si
vous faites appel à ce carburant illimité,
la créativité, l’imagination, indispensable
sur les autoroutes de la Culture. A Vienne,
le groupe d’artistes ‘Wochenklausur’,
après une longue dicussion avec la
population sans domicile fixe de la ville, a
décidé que le bus sanitaire dont avaient
besoin la population sdf serait le but de
la performance artistique.
Ils sont allés voir l’adjointe aux affaires
sociales de Vienne, et ont placé un
journaliste du Spiegel : « Pourquoi n’y a-til pas de réponse sanitaire et médicale à
ces personnes ? ». Réponse de l’adjointe :
« Dans quinze jours, il y en aura une, vous
pouvez l’inscrire dans le journal ». La
même réponse fut faite par l’industrie
pharmaceutique contactée elle aussi
par le journaliste et le groupe d’artistes.
On peut passer de l’esthétique au travail
social, et pas seulement le contraire !
C’est vrai aussi à Belfast, où l’association
‘Beat Initiative’ avec David Boyd, se bat
contre l’exclusion religieuse, et réunit
catholiques et protestants pour un défilé
de musiques brésiliennes et musiques du
monde, contre les défilés militaires.
Au fond, il n’y a pas un type de projet
mais chacun répond au désir d’un
groupe et à un environnement qui est là.
Nous sommes encore trop timides dans
nos propositions. La parole circule mal
dans la technocratie toute puissante.
Quels sont les points d’appui de ces
leviers artistiques ?
> La participation des habitants
> L’appel à l’imagination, la créativité
> La formation mutuelle
> L’apprentissage de la démocratie
par le partage des idées
THÈSE N°5. L’UTOPIE D’UNE CULTURE
PARTAGÉE EST DÉJÀ EN MARCHE,
SERVONS NOUS DE TOUS LES LEVIERS
DISPONIBLES.
Servons-nous du levier du partenariat,
en dépassant les clivages socioculturels,
culture, éducation populaire, université,
de l’économie sociale et solidaire, des
associations écologiques.
Du levier des institutions qui marchèrent
souvent sur deux pieds et qui, au-delà
de leurs programmations traditionnelles,
entreprennent de nouvelles aventures
artistiques. Par exemple, l’Opéra de Lyon
avec le ‘Pockemon crew’, le Musée
‘Tyne and Wear’ avec ses collections
apportées par les habitants, la ville de
Setubal au Portugal et son musée de la
pêche.
Enfin le levier politique. La convention de
l’Unesco sur la protection et la promotion
de la diversité culturelle, à la Conférence
générale de l’Organisation des Nations
Unies pour l’éducation, la science et la
culture, a été signée en octobre 2005,
mais pas appliquée. En ces temps de
régression, de conservatisme, face aux
forces réactionnaires, nous n’avons pas
seulement le choix de la Résistance mais
la force de proposition d’un nouveau
projet culturel, comme levier d’un
changement global, le levier d’un autre
monde possible.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 9
THÈSE N°6. SE SERVIR D’UN LEVIER POUR
MULTIPLIER SA FORCE, ET VAINCRE LA
RÉSISTANCE, EXIGE DE PESER DE TOUT
SON POIDS CONTRE LES RÉSISTANCES.
Les résistances sociales : chaque
personne baigne dans la culture,
puisqu’elle baigne dans le langage. Il n’y
a pas de public empêché ou indifférent,
lorsqu’on se sert du levier de l’échange,
lorsqu’on privilégie le passage de ces
cultures vécues à la dimension artistique.
Ce passage est redoutable.
Les résistances institutionnelles
traditionnelles : l’art n’est pas limité à la
fréquentation d’un établissement culturel. L’offre foisonnante de manifestations
artistiques, la course vers un public
branché, n’est plus suffisante. Il faut
susciter le désir de culture le plus large
possible.
La résistance des peurs, des
enfermements et des replis, la haine
de l’Autre, la haine de soi, ce repli
sur l’individu privatisé aboutissant au
narcissisme, les sociétés libérales, la
machinerie des producteurs consommateurs, entourée d’un triomphe du
sécuritaire et de l’exclusion de l’Autre.
Le continent des cultures est immense,
et nous n’en avons exploré que les
prémices. Servons-nous de tous les leviers
pour inventer sans cesse, pour soulever
par l’Art le monde ancien, pour que
le monde nouveau puisse advenir. Je
voudrais simplement que vous preniez
conscience que nous sommes devant
un champ formidable de culture.
L’écoute de la parole des autres, ainsi
que la réunion dans un travail imaginaire
et symbolique, permet de créer un autre
type de société où l’on s’exprime et on
aboutit à un projet commun... C’est ça
un autre monde possible !
»
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 10
Questions / Réactions
On comprend le potentiel que recèlent les habitants d’un territoire, le fait de réunir les
forces en une synergie, une entraide. Quels sont les grands facteurs de réussite pour
aider les territoires à s’organiser ?
Jean Hurstel- Je peux prendre l’exemple d’Accrorap qui a travaillé avec La Laiterie dans
un quartier de banlieue traditionnel, au centre socioculturel de l’Elsau à Strasbourg, en
1996. Ils ont fait un travail formidable, ont monté le spectacle Echafaudage avec une
centaine de participants. Trois sont devenus danseurs professionnels. Mais ce qui est le
plus important, c’est cette potentialité exprimée. Dans cette compagnie, Kader Attou
répétait sur des cartons dans la banlieue lyonnaise, il est aujourd’hui directeur du Centre
Chorégraphique de La Rochelle. Un parcours institutionnel certes mais créatif.
Je vois par exemple le défilé de la Biennale de la Danse à Lyon. 5000 personnes répètent
pendant dix-huit mois avec des chorégraphes pour un défilé de deux heures. Pourquoi
faire cela ? Réponse des gens : « J’appartiens à la ville, mon corps est dans la ville je suis
la ville » : la reconnaissance est au centre.
Lorsqu’il y a un vrai projet culturel, je ne m’arrête pas aux centres socio-culturels, je vais
voir les habitants qui m’emmènent à d’autres. Le projet culturel réunit le social et la
culture pas seulement l’artistique. Il faut passer à l’action. J’ai un critère d’évaluation :
combien y a t-il de projets qui naissent après mon passage ? Communiquer mon désir
multiplie les désirs.
On cherche à chaque fois le mode d’emploi, cela me choque.
J. H.- Les gens du travail social doivent prendre en compte ce qu’il y a au-delà de la
réalité sociale. Le plus important c’est ce qu’il y a derrière : le symbolique. Ce n’est pas
la réalité matérielle qui est en cause mais l’imaginaire et le symbolique.
Transformer les cultures en art nécessite des moyens en ressources humaines, des
financements, du soutien politique. Y a-t-il des moyens suffisants ? Vous connaissez les
réponses quand le Président fait la fête au Fouquet’s…
J. H.- Mais il y a plein de puits de pétrole, il faut savoir où forer. La politique de la ville a
permis un essor formidable dans les quartiers, il existe par exemple plus de 1000 projets
à Lyon. C’est le désir qui compte et le plaisir. Je fais un projet car j’ai envie qu’il se fasse.
C’est à la fois extrêmement difficile et formidable quand vous avez une représentation
culturelle et des valeurs qui émergent jusqu’à les montrer publiquement. Il y a la fois une
créativité formidable partagée, qui n’est pas réservée qu’aux artistes. Puis un processus
d’appartenance se déclare. Enfin c’est une forme d’enseignement mutuel. De cet
échange naît une production. C’est dans ces petites expériences, si les friches industrielles
devenues culturelles, les théâtres de rue au réseau européen, si tout cela convergeait,
on aurait une force incroyable par rapport aux politiques menées actuellement.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 11
Je me posais la question du lien et me demande si nous les travailleurs sociaux ne
serions pas en perte d’appartenance avec nous-mêmes, perte peut-être liée à cette
technocratie verticale ? Comment parler du lien si nous-mêmes nous n’arrivons pas à
en créer entre nous ?
J. H.- J’ai écrit un texte ; la culture est lien social. Il ne peut y avoir de lien social que
s’il y a culture, un ensemble de représentations des valeurs. Aujourd’hui, on essaie de
privatiser l’individu à tout prix (consommation ou production). Mais cela peut créer le
lien inverse, où c’est vraiment le désir qui prime pour porter un projet.
Je pense au geste artistique de Maguy Marin dans le spectacle ‘Ça quand même’.
Elle s’adresse au public : « Qu’est-ce que vous venez chercher en venant nous voir ?
Et quelle est notre prétention d’artiste à vous convoquer devant nous ?» Cette question
m’accompagne sans cesse : en quoi l’art me concerne et me concerne parce qu’il
concerne aussi mon voisin ? Peut-on revenir sur la place de l’artiste et son rôle dans la
cité comme révélateur à soi même et à l’autre ?
J. H.- Le passage des cultures vécues au domaine artistique n’est pas simple. J’ai des
exemples de gens du milieu ouvrier avec des diplômes universitaires. C’est terrible car ils
ont l’impression d’avoir trahi leurs valeurs. L’écrivain Annie Ernaux est un exemple frappant
de ce passage à effectuer. Seul l’artiste peut le réaliser car il est dans l’imaginaire
et le symbolique. De plus en plus d’institutions l’opèrent en relation vivante avec leur
environnement comme l’Opéra Royal à Bruxelles, ou encore à Lyon : les danseurs hip
hop dansant sous les arcades de l’Opéra National de Lyon sont aujourd’hui en résidence
dans ses murs ; c’est le Pockemon Crew. Chaque territoire suscite une question, tout le
travail d’un projet culturel est de tenter d’y répondre.
Je voulais partager une réflexion sur le fait qu’un artiste serait hors du réel, et amènerait
systématiquement de l’imaginaire. Je propose une autre formule : on amène du réel
effectivement; non pas cru mais cuit. On a cette distance par le biais de la cuisine de
nos médiums. Nous n’amenons pas autre chose que la vie, l’existentiel. Le levier est à
deux endroits : l’art est à l’endroit qui soulève et à l’endroit qui appuie.
Comment assumer cette contradiction de désigner les gens, les banlieues, les quartiers
sensibles ?
J. H.- La sensibilité des quartiers sensibles... Souvenons-nous « c’est le maillon le plus faible
qui fait la force réelle d’une chaîne ». C’est dans ces quartiers que s’expérimente à
l’heure actuelle la cohabitation entre les religions et cultures différentes. C’est là qu’est
née la culture hip hop, formidable levier d’insertion pour des quantités de jeunes. Au
fond, c’est à ce point faible de notre société que se joue quelque chose d’incroyable.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 12
‘En quoi les processus
de création artistique
influencent-ils les
parcours de vie ?’
conférence de Christophe MOREAU
C
hristophe Moreau est sociologue à JEUDEVI et chercheur associé au LARES/
Université Européennne de Bretagne. Il est docteur en sociologie, spécialisé
dans la recherche sur la personne humaine et l’accompagnement des
politiques publiques, notamment en matière d’éducation, de jeunesse, de travail
social, de développement local et urbain. Il a créé JEUDEVI (Jeunesse Développement
Intelligents), SARL centrée sur la recherche-développement en sciences humaines et
sociales.
> www.jeudevi.org
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 13
«
Je propose d’être un regard
extérieur, partageant les réflexions issues
des rencontres avec les gens, avec les
usagers qui bénéficient des actions
proposées par le public de professionnels
présents ce jour. Je précise aussi que
dans l’accompagnement sociologique
que l’on effectue, on ne parle pas
d’intégration, d’insertion ou d’inclusion.
Mais on parle d’affiliation sociale, non
pas pour faire rentrer les gens dans un
grand tout que serait l’intégration, mais
parce que le terme d’affiliation permet
d’essayer de donner à tous le moyen
de développer ses compétences, et de
créer du lien. Je m’inspirerai de travaux
internationaux conduits en Allemagne,
Suède, Suisse, Pologne notamment sur
l’aide sociale à l’enfance, et d’actions
plus proches de nous comme celles
des Articulteurs à Redon, ou encore le
projet Créatives avec Danse à tous les
étages !
1. ACCOMPAGNER L’AFFILIATION
SOCIALE AU COURS DE PROCESSUS
ARTISTIQUES.
Comment accompagner des familles
qui bénéficient de l’aide sociale à
l’enfance, et que peut-on apprendre
des autres nationalités ?
Ce qui anime les échanges d’un
sociologue
avec
les
chercheurs
européens sur le travail social, c’est aider
les gens à passer d’une position d’objet à
une position de sujet. On sous entend ici
que les gens sont mis en position d’objet
par les institutions.
Un jeune a dit « J’étais une chose dans
un système et un jour j’ai rencontré
quelqu’un qui s’intéressait à moi, à mes
compétences, ce que j’étais. » Quand
le potentiel en lui est valorisé, il devient
maître de ses décisions, de ses mots, de
ses actions. On a intérêt à passer de la
normativité à la réflexivité, à construire
avec la personne une prise de recul
sur sa situation. Le travail social est un
apprentissage réciproque, un parcours
où le professionnel apprend de l’usager
et vice versa. Il est urgent d’écouter et
de faire remonter la parole des usagers
au niveau institutionnel.
2. IDENTITÉ ET AFFILIATION SOCIALE
Le corps est un substrat de l’identité
par..
- Le toucher
- Le positionnement horizontal
(séparation, individuation )
- Le positionnement vertical (vertige,
ascension, ivresse, glisse)
- Trouver la limite à son propre corps
Poser la frontière, trouver la bonne
distance avec l’autre par exemple
avec la danse...
- La réflexivité c’est le regard sur soi,
- L’extimité permet de s’approprier son
intimité par le regard de l’autre sur soi
- L’effet miroir présente la singularité et
la distinction
- La présence absence se négocie dans
la présence à l’autre
Mettre en mouvement la dynamique
identitaire, c’est...
- Être quelqu’un de singulier, connaître
sa filiation, son origine et lutter pour sa
reconnaissance. Les usagers sont souvent
réduits à un masque, celui de l’échec,
de l’étiquette stimagtisante.
Il faut permettre à chacun de jouer
des rôles, des masques avec le théâtre
social : jouer le père, le fils, le travailleur,
le mari, l’ami
- Ecrire le roman biographique, familial,
celui d’un quartier aussi
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 14
Faire appel à l’émotion, c’est...
- Accepter et verbaliser ses affects,
partager à plusieurs des émotions
- Lever des peurs, reprendre confiance
- Diversifier les objets de désir, partager
des objets, la fête
L’imaginaire aide les gens à se décaler
du réel, des habitudes qui étouffent...
- Travailler le conte, l’humour, le mythe
- L’art c’est aussi une façon de se
représenter le monde, c’est forcément
raconter une histoire aux autres; poser
une trace de ce qu’on dit du monde
La limite et le temps des projets
culturels, cela intègre de ...
- Différer, temporiser, être ponctuel,
prendre le temps
- Apprendre à se freiner, à tomber,
perdre, par le jeu, sans enjeu
- L’artiste nous rappelle souvent notre
finitude, le tragique, nos propres limites,
humaines
Le désir est la principale
caractéristique du vivre...
- Souvent les personnes en grande
souffrance n’ont plus de désir
- On peut construire du désirable, un
« bien idéalisé »
- Avoir de la valeur, être aimé, aimable
L’accent est à porter sur la valeur
des êtres, des choses, des mots. La
contribution c’est recevoir, déléguer,
faire confiance et engager la responsabilité (soi, son corps, son logement, sa
famille).
S’engager, grâce au collectif qui
permet de sécuriser cet engagement.
Par le collectif, l’altruisme devient un
support de résilience (cf. les travaux de
Boris Cyrulnik sur la résilience).
3. INNOVER DANS LE TRAVAIL SOCIAL
L’évaluation dans le travail social est
une contrainte souvent rejetée car
elle est managériale, technocratique,
quantitative, contraignante. Il faut le
désir de mener une évaluation de façon
offensive et créative.
Quatre pas de danse conceptuelle
pour aller vers l’évaluation...
> Passer de l’intégration à l’affiliation.
On arrête de regarder les systèmes et
on voit les gens, les compétences, les
peurs, on remet leur parole au coeur de
l’évaluation.
> Réfuter la dissociation entre l’action
individuelle et le collectif. Dans la
manière de penser l’individu, la personne
est un être réseau interconnectée en
permanence aux autres. Est-ce qu’on
coopère entre social, santé, culture,
psychiatrie ?
Le lien entre l’organisme de formation et
le travailleur social est essentiel. Où est
la place pour une analyse des pratiques
de façon partagée ? Où est la place
de l’échange avec les chercheurs,
l’international ? Toutes ces choses
permettent de regarder autrement
comment on a travaillé.
> Ne pas uniquement se centrer sur la
responsabilité (le projet, le contrat),
mais aussi sur l’identité (capacité
d’être un faisceau relationnel, dans
l’appartenance au territoire) et le désir.
Remettre une personne en mouvement,
c’est restaurer son identité et travailler
ses émotions.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 15
> De la normativité à la réflexivité : en
passant d’une posture d’objet à une
posture de sujet. Avec les institutions il
faut se conformer à une exigence de
normativité mais sachons être dans
l’implicite, la profondeur, la mise à
distance du réel ; on prend du recul sur
soi et sur la vie.
5. IDÉES CLEFS POUR CLARIFIER LES
OBJECTIFS ET LES EFFETS À ÉVALUER
Être
dire, faire des expériences
passer des entretiens
4. LES DIFFICULTÉS À ÉVALUER LES
APPORTS DES PROCESSUS ARTISTIQUES
« L’évaluation, ça n’est pas notre culture
professionnelle ; on ne nous demande
que du quantitatif ».
L’évaluation corrrespond à une
commande publique : nous créons des
espaces de réflexion pour développer
une évaluation plus anthropologique. Il
n’y a pas d’évaluation sans objectifs
clairs : parlons d’affiliation sociale et non
seulement d’insertion professionnelle.
Faisons remonter la parole des
usagers pour mieux évaluer les effets.
Objectivons les compétences identitaires contributives, imaginaires, éthiques,
puis les transferts possibles entre les
champs (champ social, champ culturel,
champ professionnel).
Créer de l’événement , c’est structurant
pour la société et l’individu. Il faut aussi
faire une place à l’artiste, car il aide à
se décaler, dans une coproduction de
projets. S’inscrire dans une dynamique
duelle : avec les usagers : on sent et on
accepte cet espace de vie, de vide,
de réflexivité; on prend du recul sur soi
et sur la vie. Avec les institutions, on se
conforme à une exigence de normativité.
Travaillons le lien entre l’organisme
de formation et l’organisme social,
pour un ancrage local, évènementiel,
communautaire, international.
être réduit à un masque
changer de masque
le programme normatif
le plein, le visible
le processus de pensée, le vide
l’implicite
les processus anthropologiques
le transfert possible vers le monde
du travail ou autre
corps
lien
frontière, distance
identité, dynamique identitaire
utilité, réciprocité
émotion
désir, valeur
limite et temps
imaginaire, pensée réflexive
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 16
témoignages de participants recueillies
lors d’actions conduites par trois
associations
En Pays de Redon et Vilaine, des associations, des
artistes, des représentants, des élus, des habitants,
associés à des experts, se mobilisent autour d’un
programme d’initiative communautaire EQUAL en
plaçant la culture au cœur du développement local :
ce sont les Articulteurs.
> www.articulteurs.org
« Pour nous les artistes, c’est comme les médecins ; ils
donnent pas les médicaments, ils donnent la parole,
ce sont les médecins du cœur »
« L’artiste est comme nous et en même temps
extraordinaire »
« Donner de soi, contribuer, et pas seulement
recevoir »
Le rencart des mots dits, c’est l’inauguration d’une
place à Redon avec la compagnie La Margoulette,
membre des Articulteurs.
> http://www.gigibigot.com
« S’enrichir de la différence »
« Il n’y a pas de jugement, ça fait tomber
l’appréhension »
« L’envie de le faire, le plaisir passent par-dessus la
peur »
« C’était une thérapie, un oubli des soucis quotidiens »
Le projet Créatives de Danse à tous les étages ! projet
artistique avec des femmes en recherche d’emploi.
> www.danseatouslesetages.org
« Ça a dégagé des émotions des choses, un bilan
complet en fait »
« Le corps, la tête, la créativité»
« C’est du domaine de l’émotion, de l’amour »
« On est en collectif avec des gens différents »
« On est des personnes à part entière avec des
parcours différents »
« On est là pour le même travail, il y a un but, ça n’est
pas pour nos propres problèmes »
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 17
Questions / Réactions
Est-il question de filiation, d’affiliation ou les deux ?
Christophe Moreau- Je parle d’affiliation. C’est un double processus permanent qui
exige de mettre à distance le monde, ainsi que trouver sa place par rapport à autrui,
et être utile. La société est un grand théâtre. La persona c’est le masque que nous
adoptons dans l’échange avec l’autre.
J’ai une question et une réaction. Nous avons le sentiment que les jeunes sont coincés.
Le seul trajet possible c’est de consommer. Ce que tu dis c’est qu’il s’agit de leur ouvrir
un autre pensable. Souvent les gens s’estiment enfermés dans une étiquette. Que
penses tu de l’altérité ?
C. M.- « Les jeunes » ça n’existe pas. Il y a des typologies différentes. Certains sont dans
une hyper distance avec autrui et dans un monde imaginaire. Certains doivent assumer
le principe de réalité. Certains ont besoin d’une altérité physique, ce qui nécessite une
expérience concrète. Certains n’ont pas eu la capacité de prendre de la distance. Il y
a embrigadement dans l’identité collective. Il faut travailler l’intériorité et le décalage
avec ces jeunes là, dans la question de la distance et du corporel.
Question simpliste en réaction à l’atelier où j’ai eu la bonne surprise de toucher l’autre.
On ne se touche plus. Pourquoi ?
C. M.- C’est lié à la rationalisation institutionnelle. On n’est plus dans des expériences
partagées mais dans l’entretien d’une peur du toucher, les lois font qu’on ne touche
plus les enfants et adolescents.
Le terme de contre proposition a retenu mon attention, c’est plein de liberté et d’espoir,
il ne faut pas attendre l’argent ! Le processus créatif est en perpétuel renouvellement !
Qu’est ce qui se passe sur le terrain ? Quels moyens existent et comment est-ce mis
en œuvre ?
C. M.- La clé c’est le territoire; dès lors qu’il y a un coordinateur sur un terrain, avec un
système coopératif. Par exemple il y a L’Age de la Tortue sur le Blosne, les Articulteurs à
Redon. Ce ne sont pas les tuyaux institutionnels (social, santé, justice, culture..) cloisonnés
mais le lien sur un territoire.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 18
J’interviens dans le plan dynamique espoir banlieue. On se voit imposer un impérialisme
culturel. Il faudrait reconnaître la culture des jeunes, leurs modèles. Or ça crée des
blocages dans la coopération. Il y a un décalage : certains pensent à valoriser leur seul
modèle (comme les chorégraphies vues à la télé, à la star’ac…). Comment dépasser
ce frein artistes / travailleurs sociaux ? Comment lever le voile ? Ne pas se recroqueviller
derrière des positions institutionnelles qui sont un frein à la coopération ?
C. M.- Il faut ne pas regarder le nombril des institutions mais les gens. Avoir un regard plus
anthropologique et pouvoir dire les désirs, les peurs… L’objet de notre réflexion c’est les
gens, ce n’est pas les institutions. Comment créer des espaces de réflexivité ? Dans une
analyse partagée, regardons l’usager et le travail sur les objectifs.
Depuis quand le mot évaluation est-il rentré dans l’éducation populaire ? Que va-t-on
dire aux enseignants qui refusent l’évaluation des enfants? Le discours de l’évaluation
c’est un discours de directeur de ressource humaine en entreprise!
C. M.- On n’en a pas parlé dans le champ de l’éducation populaire. L’évaluation est une
obligation légale qui s’impose aux organismes du travail social : en tant que chercheur,
je pointe le fait qu’une mise en sens est à mettre en place sinon on va se faire paralyser.
La meilleure façons de résister est de faire une contre-proposition intelligente. L’humain
a une épaisseur. Il n’est pas qu’un objet de marché, c’est notre affaire.
Je suis interrogative sur la notion d’échelle parce que les institutions sociales demandent
des évaluations à leur échelle. Tout le monde contribue à une mise en mouvement
: quel est ton avis sur l’idée de minimiser la question en la réduisant à l’échelle des
institutions?
C. M.- C’est seulement de la gestion. Pour les espaces de pensées, l’échelle c’est le
quartier, le territoire et partager les espaces de réflexivité. C’est là que les gens soufflent,
écoutent les autres et progressent. Si les institutions l’entendent elles progressent aussi.
C’est créer des appels d’air. La seule façon d’avoir l’espace de réflexité est de le
partager avec d’autres institutions sur le territoire.
Parles tu de territoire ? De quelle détermination politique ? Le territoire est-il celui de
ceux qui font le projet ?
C. M.- La question du territoire est celle du territoire vécu; avec I’importance que les
gens travaillent ensemble dans les quartier, les îlots.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 19
Cinq projets portés
par les partenaires
de la journée
« S’accorder, se lancer »
> CENTRE HOSPITALIER GUILLAUME RÉGNIER
« Dépasser les contraintes »
> DÉPARTEMENT CARRIÈRES SOCIALES DE L’IUT DE RENNES
« Action en création »
> ASSOCIATION TOUT ATOUT
« Transférer les compétences »
> ASSOCIATION DANSE À TOUS LES ÉTAGES !
« Découvrir et se découvrir »
> OPÉRA DE RENNES
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 20
‘S’accorder, se lancer’
L
a commission culturelle créée en 2006 au Centre Hospitalier Guillaume Régnier a
pour objectif de suivre et promouvoir le développement d’actions culturelles et
artistiques, dans les lieux où exercent des équipes spécialisées dans le cadre des
missions de cet établissement public de santé mentale (Hôpital psychiatrique, Centres
Médico-Psychologiques, Centre d’Accueil Thérapeutiques, Hôpitaux de Jour, accueil
aux adolescents et jeunes adultes… mais aussi aux Unités de longs séjours, Maison
d’Accueil Spécialisé, Etablissement Spécialisé d’Aide par le Travail, lieux spécialisés
pour les toxicomanes…). Les objectifs de la commission sont de faciliter les rencontres
entre services, associations et secteurs concernés et les partenaires intéressés pour
diffuser des informations, favoriser l’élaboration, accompagner la réflexion, développer
la recherche et la mise en place de réalisations concrètes de ce type d’actions.
A l’hôpital psychiatrique, dans le secteur G05, il y a un lieu, depuis plusieurs années,
une sorte de cave avec un coin cuisine où les personnes hospitalisées (ou qui l’ont
été) peuvent aller passer un moment. Il y a là, José et Aliette, infirmiers psys. Après avoir
discuté et bu des cafés, ils ont travaillé avec d’autres à quelques reprises de chansons
françaises. Puis, après s’être équipé en matériel grâce à l’association RESO 5, ils se sont
mis à écrire et composer. Les membres de The Caps se produisent dans divers endroits.
Ils viennent d’enregistrer un nouveau CD et ils ont travaillé avec une professionnelle,
Marianne Bressy, à la réalisation de clips vidéo.
Echanges...
Marianne Bressy : J’ai animé un atelier
vidéo, dans le groupe de musicothérapie
géré par l’infirmier José Castilla, à l’hôpital
Guillaume Regnier tous les jeudis de
décembre à juillet 2010. Les participants
à l’atelier ont appris à écrire et tourner
des clips. J’ai appris énormément aussi. Je
ne savais pas comment j’allais leur faire
écrire le scénario du clip, et apprendre
à manipuler la caméra. A la base, ils
étaient là juste pour faire de la musique,
et j’ai monté un atelier sur cet atelier de
musicothérapie! J’organise souvent des
ateliers mais c’est la première fois que ce
cas de figure se présentait.
> le Centre Hospitalier
Guillaume Régnier
avec Marianne Bressy,
réalisatrice, José Cas�lla,
Jean-René Durand et
Thierry Tual, membres de
The Caps
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 21
Il fallait les amener à l’idée de travailler la
vidéo, à communiquer différemment avec
leur groupe dans un travail long depuis la
musique vers l’image. Pour ces trois clips
réalisés, l’idée a été que le compositeur de
chaque morceau écrive son point de vue
sur sa chanson, puis que tous les musiciens
fassent de même, afin qu’au final le clip
soit représentatif du groupe entier.
Thierry Tual : Je suis le batteur du groupe.
Le but de l’atelier était l’autonomie
chez les malades atteints de problèmes
psychologiques. Ma démarche était de
passer du spiritueux au spirituel, la batterie
m’a permis de me rétablir. Je soutiens tous
les musiciens en difficulté pour devenir
plus autonomes et prendre un nouveau
départ dans la vie.
support de la musique, quelque chose qui
va servir au transfert. Je fais ça depuis 1976
et j’ai développé ma propre méthode.
C’était presque interdit à l’époque de faire
de la prise en charge des schizophrènes
avec de la musique.
Par rapport à l’image, le groupe est-il auteur
de l’ensemble des choix, du synopsis ?
Marianne Bressy : Oui, ils participent à
l’écriture du scénario, au tournage, à
l’utilisation de la caméra, ils sont également
acteurs dans les clips. Ils ont appris à
manipuler la caméra sur d’autres sujets
avant de tourner le clip. Mais ils n’ont pas
participé au montage qui est très long.
> Questions : Qui choisit de participer ?
José Castilla : L’atelier est ouvert à
tous, hospitalisés ou non. Il y a différents
groupes : musique traditionnelle, chansons
françaises. L’essentiel du travail est de
susciter le désir. Par exemple des gens
étaient auparavant des musiciens, ils
reviennent, prennent un café, reprennent
goût à la musique. Il y a un côté
communautaire. Si l’objet à proposer n’est
pas complètement abouti, ça n’est pas
grave, on en reste au plaisir. Les personnes
en souffrance psychique ont besoin de
soins : tout est ouvert ; on s’adapte à
chaque individu, à chaque besoin.
Quelle est la part du soin dans la musique,
son articulation ?
José Castilla : Je ne parle pas de
musicothérapie, d’art-thérapie. J’utilise le
The Caps (le ba�eur n’est pas sur la photo)
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 22
Une fois que le film est monté par moimême, on regarde à nouveau ensemble,
si cela convient à tous. Le travail, comme
réalisatrice, a aussi été de les motiver
pendant plusieurs mois, de susciter le désir.
Pendant longtemps, je n’ai pas parlé de
film, je les ai rencontré d’abord pour les
motiver à faire quelque chose en plus de
cet atelier de musique.
Au-delà de la réalisation, y a-t-il le désir
que ce produit fini soit partagé ? Une envie
de le montrer ?
José Castilla : Les participants soit ont eu
une vie d’artiste soit se définissent comme
artistes, des individus composant de la
musique. Ils veulent créer et le montrer.
Ils vont jusqu’à l’enregistrement auprès
de la SACEM, c’est un statut reconnu. Là
ils vont jouer à l’issue de cette journée
professionnelle. On parle ici de psychiatrie
mais il ne s’agit pas que de cela.
Ce matin on a beaucoup parlé de la
parole de l’usager. Comment as-tu vécu
cette expérience ?
Jean-René Durand : Les débuts ont été
difficiles. L’approche de la caméra est
malgré tout intéressante. On a fait nos
plans nous-mêmes, ça nous a enrichi, ça
nous a donné envie de continuer à faire
de la vidéo. C’était positif.
Thierry Tual : J’apporte mon soutien
musical au groupe. On a fait des concert
et enregistré en studio... C’est enrichissant
au niveau du contact humain.
> Centre Hospitalier
Guillaume Régnier
108, av. du Général Leclerc
BP 60321
35703 RENNES CEDEX 7
Tél. : 02.99.33.39.00
www.ch-guillaumeregnier.fr
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 23
‘Dépasser les
contraintes’
L
e Département Carrières sociales prépare à exercer les professions de l’animation
dans des espaces non conçus pour accueillir l’art et le montrer. Les locaux de la
formation et ceux de l’animation professionnelle sont a priori inadaptés. Dans les
deux cas, les budgets à affecter à des projets artistiques sont de plus restreints. Nous
avons choisi de prendre appui sur l’analogie des contraintes pour mieux les dépasser.
Partant de l’hypothèse que vivre [avec de] l’art puisse être enrichissant, un programme
de travail pluriannuel en partenariat étroit avec le Frac Bretagne s’est construit depuis
2005, permettant d’installer des œuvres contemporaines dans les locaux. De cette
analogie des contraintes s’est construit progressivement un programme de travail,
récemment baptisé ECHELLE : 1, en partenariat étroit avec le Frac Bretagne. Sont ainsi
présentées de manière permanente les œuvres suivantes : Lawrence Weiner : IN AND
OUT. OUT AND IN. AND IN AND OUT. ANDOUT AND IN. 1971(prêt de la collection Ghislain
Mollet-Viéville, MAMCO Genève). Jocelyn Cottencin : La consommation d’oxygène est
différente d’un individu à l’autre, 2004 et enfin Christophe Cuzin : BIENPEINT/MALPEINT,
2000 (collection Frac Bretagne).
Echanges...
Brigitte Charpentier : Je suis chargée du
service éducatif au Fond Régional d’Art
Contemporain de Bretagne. Pour rappeler
ce que sont les FRAC, ces structures ont
trois missions : constituer une collection
d’oeuvres contemporaines, les diffuser
et sensibiliser les publics aux pratiques
artistiques à l’échelle du territoire régional.
De fait, la notion de partenariat et de projet
est constante pour notre devoir de diffusion.
De manière générale, l’idée du partage,
de co-construction oblige les acteurs
des partenariats à se déplacer et nous
à effectuer notre propre déplacement.
On mesure à quel point nous sommes
dans la nécessité de la reconnaissance
réciproque des compétences.
>Département
Carrières sociales de l’Iut
de Rennes
avec Brigi�e Charpen�er,
service éduca�f du FRAC
Bretagne et Philippe Dorval,
enseignant d’arts plas�ques à
l’Iut de Rennes
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 24
Je renvoie chacun à l’ouvrage de Jacques
Rancière; Le spectateur émancipé, un titre
qui reflète bien comment nous souhaitons
envisager le rapport aux personnes que
nous rencontrrons, en capacité de choisir,
observer, juger et de place en posture
critique.
Crédit photo : Philippe Dorval
Philippe Dorval : La position dans
laquelle je suis assis fait sens et est assez
symptomatique : sur le côté, entre l’estrade
des intervenants et le public. Nous sommes
un organisme de formation aux métiers
de l’animation, pas directement engagé
dans le champ culturel ni social.
Comment le détour par des pratiques
artistiques peut-il enrichir des pratiques
professionnelles ?
Par l’enseignement et l’expérimentation,
le champ artistique se nourrissant d’autres
champs que lui-même et en nourissant à
son tour.
Les conditions matérielles du Campus
de Beaulieu sont difficiles : pas de place,
d’espaces équipés en général, pas de
surveillance des oeuvres, pas de budget !
Ce qui correspond en règle générale au
cas des structures de l’animation dans
lesquelles vont travailler les futurs diplômés.
On s’est appuyé sur ces contraintes fortes
pour tenter de les rendre créatives, avec
le programme ECHELLE 1 au travers d’un
partenariat solide avec le FRAC.
Le programme de travail permet
l’expérience singulière qui est de vivre
une oeuvre dans un espace qui ne lui est
pas destiné, dans le cadre du partenariat
que retrouvera sans cesse le travailleur
socioculturel.
L’oeuvre de Lawrence Weiner, figure
majeure de l’art conceptuel, est présentée
à l’Iut de Rennes et dans d’autres lieux
en Bretagne. C’est l’activation d’un pur
concept : quelqu’un peut agir avec cette
oeuvre, cela devient un levier pour faciliter
le rapport à l’art.
L’oeuvre extrêmement fragile de Jocelyn
Cottencin existe depuis quatre ans sur le
campus. Elle a été réalisée sur une journée
avec des étudiants et l’agent d’entretien
fut embarqué dans l’aventure.
La troisième oeuvre de Stéphane Cuzin,
dans le secrétariat, joue un dialogue entre
la peinture utilitaire et la peinture dans le
champ de l’art. C’est peut-être l’oeuvre
la plus pregnante car les sécretaires en
sont les médiatrices privilégiées depuis un
an et demi !
Christophe Cuzin, BIENPEINT/MALPEINT, 2000 (détail)
© Adagp, Collec�on Frac Bretagne
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 25
Nous avons fait le choix de ne pas poser
de cartels, les oeuvres faisant sens dans le
cadre de dispositifs pédagogiques, dans
un lieu de formation. Ce programme, sans
transport, assurance, maintenance ou
encore surveillance, fonctionne avec un
budget partagé, de 300 à 600 euros pour
le budget extrêmement restreint de l’Iut.
Le tout pour l’exigence artistique la plus
élevée possible.
> Question : qu’est-ce qui détermine
l’œuvre de haute qualité artistique ?
Philippe Dorval : Dans le contexte du lieu de
formation, les futurs animateurs n’ont pas
d’expertise artistique. L’exigence releverait
plus de la structure cultureIle partenaire.
Brigitte Charpentier : C’est toujours la
question de ce qui détermine une oeuvre.
Nous travaillons avec les partenaires sur un
échange de compétences, de langages
afin que chacun comprenne le sens des
mots.
En tant qu’ancienne étudiante, j’aimerais
témoigner des deux premières oeuvres
auxquelles j’ai participé. Les ateliers ont
permis de pousser loin la réflexion autour de
l’art. La sensibilisation à cette pratique me
servira dans ma carrière professionnelle.
> Iut de Rennes
263 avenue du général
Leclerc - CS 44202
35042 RENNES CEDEX
02 23 23 40 00
www.iutren.univ-rennes1.fr
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 26
‘Action en création’
L’
association Tout Atout défend l’idée que l’art et la culture participent au
processus de construction individuelle et collective, et notamment dans
l’étape complexe qu’est le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Pour
cela, elle développe des espaces d’expression, de création, de connaissances et de
réflexion qui fonctionnent, pour les jeunes comme pour les professionnels, comme des
ouvertures vers de nouvelles perspectives. Un de ces espaces, l’atelier Passages de
l’année passée, a permis à des jeunes de créer une bande-dessinée avec l’association
Périscopages, de l’écriture du scénario à l’édition artisanale. L’objectif de l’atelier était
d’appréhender l’univers de la bande dessinée indépendante et les techniques liées
à l’édition Do It Yourself afin de s’en emparer. Découvrir le domaine de l’auto-édition,
édition indépendante et de la bande dessinée d’auteurs fortement ancrés dans
l’autobiographie et le témoignage. Les ateliers ont permis de s’exprimer par le dessin,
la photo, la bande dessinée, d’appréhender différentes techniques d’impression, de
construire et écrire des scénarii ou de mettre en récit des histoires personnelles.
Echanges...
Alain Faure : Je suis salarié de l’association Périscopages, qui organise à
Rennes un festival de BD indépendante
et alternative, non commerciale. C’est
aussi des ateliers, des expositions et
de la formation professionnelle en
direction des professionnels du livre, de
la santé et des enseignants.
On travaille autour de la bd adulte ;
du domaine de l’autobiographie,
l’expérimentation, le reportage dessiné.
On a déjà travaillé avec Tout Atout
autour de visites guidées rennaises
pendant le festival Périscopages, puis
par un atelier fanzine sur une semaine.
Avec l’atelier Passages on répondait à
une commande, de janvier à juin 2010,
avec 10 jeunes. La commande était
de se réaproprier l’espace public, nous
> Association Tout Atout
avec Marie Arribot, animatrice
au Foyer de la Thébaudais et
Alain Faure, coordinateur de
l’associa�on Périscopages
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 27
avons proposé de refaire un guide, une
cartographie de la ville de Rennes grâce
aux récits de chacun racontant un trajet
du quotidien.
Le but était d’élaborer une publication,
un témoignage par le dessin de la
réapropriation de la ville par ces jeunes.
Avec un auteur de bande dessinée
indépendante rennais et deux graphistes
pour élaborer la mise en page de
l’ouvrage. Tout cela s’appuyant sur le
système Do It Yourself, jusqu’à l’impression
couleur avec des pigments naturels de
fleurs faits avec les jeunes.
Je m’occupais de l’animation artistique
et Julien, médiateur à Tout Atout, de
la gestion des jeunes. D’une séance à
l’autre, les jeunes n’étaient pas toujours
au summum de leur forme physique et
psychologique alors que le rythme de
travail nécessaire était soutenu.
> Question : Combien de jeunes ont
participé ?
Alain Faure : Ils étaient quinze au départ,
puis le groupe s’est arrêté à dix, de
manière très soudée. Ces jeunes viennent
de différents horizons, avec pour priorité la
réinsertion, des stages, etc...
Crédit photo : Aurélie Galais
Marie Arribot : Je suis animatrice au foyer
de la Thébaudais, foyer de réinsertion
sociale de personnes en souffrance
psychique. J’ai proposé l’atelier Passage,
travaillant avec Tout Atout depuis trois
années. Quatre personnes ont suivi
l’atelier, dont deux sont aujourd’hui en
appartement. Ces personnes ont pu
réecrire suite à leur sortie scolaire, faire
travailler l’imaginaire, la créativité.
Le rythme de chaque jeudi, de 14h à
17h, s’est maintenu sur six mois, ce qui
est intense à tenir. Il y a eu un partenariat
avec la librairie Le chercheur d’art qui a
installé une presse dans la rue, le jour de
la présentation et de la mise en vente des
ouvrages. Ils étaient très fiers de présenter
l’ouvrage à la librairie, de distribuer les
oeuvres élaborées en linogravure.
Ils ont apprécié le partage avec d’autres
jeunes en difficulté de plusieurs structures
partenaires de Tout Atout qui étaient
présents ce jour là.
Res�tu�on n°2 à la librairie Le Chercheur d’Art, Rennes
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 28
Comment concilier leurs priorités et le
rythme nécessaire d’investissement ?
Alain Faure : On s’est fixé plusieurs ateliers
d’essai pendant un mois, puis on a clôturé
avec un accord de présence jusqu’à la
fin du projet. Le but est de travailler en
commun. Au début il y avait réticence à
dessiner devant les autres mais on a vite
décomplexé les jeunes. Il faut créer une
envie de continuer, une cohésion afin que
chacun soit complémentaire de l’autre.
Pour ces quatre jeunes du Foyer de la
Thébaudais ainsi que les jeunes d’autres
structures, où avait lieu l’atelier ? Dans un
lieu neutre ?
Alain Faure : A la MJC Antipode. Les
rendez-vous du jeudi se passaient là mais
le but était aussi que les jeunes circulent
en lien avec le livre et la ville. Ils ont fait
une visite chez l’imprimeur à Cesson, à
la Taupinais pour les plantations pour les
pigments. Toujours en lien avec les livres,
ils ont visité les Champs Libres, fait du
dessin à la Courrouze en chantier. Le lieu
de rendez-vous est important, mais il faut
parfois les obliger à circuler autrement
(parfois en sens inverse de la ligne de bus
qu’ils voulaient prendre).
> Association Tout Atout
44 rue Champion de Cissé
35000 RENNES
09 81 85 72 62
http://toutatout.canalblog.com/
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 29
‘Transférer les
compétences’
C
réatives est un projet dansé avec des femmes vers des reconstructions
identitaires. En partenariat avec des structures d’insertion sociale et
professionnelle, l’association Danse à tous les étages ! propose à des
femmes en recherche d’emploi de travailler les techniques artistiques de la danse
contemporaine et du théâtre jusqu’à une création donnée en public... Nous concevons
des objectifs communs avec des structures sociales dans une coopération qui nous
amène à accompagner ensemble les parcours des participantes. La production
artistique peut être l’affaire de tous. Elle est le terrain de fabuleuses rencontres et de
nouveaux départs.
Echanges...
Franck Picart : Je suis chorégraphe et j’ai
été invité pendant deux ans sur le projet
Créatives, à raison de 6h d’atelier par
semaine pendant trois mois et demi. Le plus
important n’étaient pas la représentation
mais que les femmes se rencontrent et
créent un lien entre elles via le médium du
corps. Qu’elles aillent vers cette idée de
groupe, être solidaire et montrer un travail
collectif. La rencontre humaine, leur histoire
de vie primait sur la place de l’interprète.
Cela a bousculé aussi mes méthodes de
travail avec les artistes professionnels par
la suite, je m’en suis aperçu avec le recul.
Mon idée était de travailler sur la première
rencontre amoureuse, un sujet peut-être
un peu sensible !
Finalement, nous avons travaillé sur le
présent, et mon travail en binôme, avec
la comédienne Isabelle Bouvrain, a été
un élément important. Le spectacle a été
joué deux fois, elles étaient douze, belles et
fières de présenter la recherche. Mais il a
aussi fallu gérer les absences, les humeurs
> Association Danse à
tous les étages !
avec Ester Llongarriu,
par�cipante à Créa�ves
André Biche, coordinateur
Fil Rouge et Franck Picart,
chorégraphe.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 30
changeantes, les émotions primaires, le
moi, le nous avec la comédienne sans
être forcément armés. C’est l’envie de
revenir à des espaces de liberté, plutôt
en réveillant quelque chose, une petite
danse.
André Biche : Je suis coordinateur du
dispositif Fil Rouge qui accompagne
des personnes présentant des troubles
psychiques, et qui font la demande d’aller
Crédit photo : Richard Volante
Ester Llongarriu : J’ai participé au projet
Créatives 2009 avec les artistes Katja Fleig
et Silvano Voltolina. J’étais en recherche
de projet et le Centre d’Information sur
les Droits des Femmes et des Familles m’a
proposé l’atelier.
On a fait un vrai choix d’engagement
comme dans une recherche d’emploi.
Le rythme est une bonne contrainte dans
la gestion de l’organisation. Au niveau
social, la rencontre collective de femmes
accompagnées par diverses structures a
permis de créer un rituel de confiance,
de respect et d’amour entre nous. Les
intervenants ont apporté du matériau
mais n’ont pas imposé leur chorégraphie,
le travail d’équipe a été très bien mis en
place dès le départ.
Personnellement, ce projet m’a permis
ensuite de créer un projet avec deux des
autres femmes. Nous avons monté une
chorégraphie, invité une conférencière,
cherché un lieu pour répéter...dans
le cadre de la journée de la femme,
soutenues par Danse à tous les étages.
J’encourage vraiment ces pratiques de
motiver les gens à retrouver le désir et le
partager.
vers ou de se maintenir dans l’emploi.
C’est un dispositif pluriel : social, insertion,
sanitaire. Les membres de l’équipe sont
accompagnateurs de parcours : à partir
de la demande de la personne, il s’agit de
trouver les opportunités pour les aider à
cheminer vers le désir. Ce projet Créatives
permet chaque année à quelques femmes
de travailler en ce sens, en décalage :
danser pour travailler !
Le projet se déroule en trois temps : d’abord
oser se décaler, permettre aux femmes de
s’autoriser à découvrir des possibles, sortir
du cheminement ordinaire.
Puis le déroulement c’est écouter et
soutenir les mots et les maux du corps.
Enfin il y a l’apothéose, la représentation.
Je ressens l’émotion d’être spectateur et
de voir le plaisir qu’elles ont eu à faire.
Après le spectacle, le dernier temps est
peut-être sans fin : comment transférer
ce moment en dynamique de parcours
et réinvestir d’elles-mêmes à tous les
niveaux ?
Pas d’elles, Créa�ves 2004, à Carrefour 18, Rennes.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 31
> Réaction : je ressens la frustration de
ne pas pouvoir les voir.
Ester Llongarriu : Les Créatives 2010
ont présenté leur travail au Triangle, et
rejoueront à la salle Guy Ropartz. Danse
à tous les étages a aussi plusieurs films
réalisés.
Franck Picart : Un réalisateur nous a suivi,
les rush sont disponibles quelque part
même si le film n’a pas été produit !
Les femmes ont-elles la volonté de
continuer de danser ? A-t-on des
retours là-dessus ?
Ester Llongarriu : En ce qui concerne
le spectacle «Nous», il y avait aussi
l’écriture de textes, le travail avec un
metteur en scène et une ouverture aux
sorties culturelles. Cela a crée du lien et
l’envie d’aller voir des spectacles.
Y a-t-il un partenariat avec Pôle
emploi ?
Ester Llongarriu : Nous avions aussi un
suivi professionnel avec Buroscope lors
de cette année 2009. Quatre rendezvous avec un intervenant extérieur sur
la période de création, cela réactive.
André Biche: Un commentaire là-dessus
: ce projet est possible par l’adhésion
des institutionnels, qui sont prêts parfois
à travailler aux frontières, et il faut les
y aider. Danse à tous les étages est
l’association
moteur
coordinatrice
avec les institutions, qui aide à rendre
les expériences possibles.
> Danse à tous les étages !
10 rue Jean Guy
35000 RENNES
02 99 31 30 13
www.danseatouslesetages.org
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 32
‘Découvrir et se
découvrir’
C
armen, un opéra-promenade dans le quartier de Maurepas. L’opéra pour
tous et par tous : une aventure artistique et humaine proposée aux habitants
de Maurepas pour vivre de l’intérieur un spectacle lyrique. Présenter un opéra
dans un quartier de Rennes, former des habitants pour qu’ils en soient les choristes et se
produisent ainsi au côté de solistes professionnels, voici le pari de “Carmen” ! A partir
d’octobre 2010, soixante choristes amateurs, habitants du quartier, chanteurs ou non
chanteurs, jeunes ou moins jeunes, suivront dix ateliers de pratique avec un chef de
choeur afin de préparer les représentations des 27 et 28 mai 2011.
Echanges...
Marion Etienne : Je travaille à l’Opéra de
Rennes. Les représentations seront données
en mai 2011 dans le quartier de Maurepas,
rassemblant des artistes professionnels
et un choeur amateur d’habitants de
Maurepas. L’ensemble Justiniana s’est fait
connaître pour avoir amené l’opéra dans
des communes rurales, notamment en
Franche-Comté. Les amateurs travaillent
un samedi par mois. Ils sont 70 à s’être réunis
pour la première fois en septembre avec
le chef de choeur et la metteur en scène,
avec une vraie envie de cette aventure
artistique et humaine.
L’Opéra de Rennes mène depuis plus de
dix ans des actions de sensibilisation pour
amener des publics qui n’ont jamais goûté
l’opéra, de découvertes ponctuelles en
visites et rencontres avec les artistes, les
techniciens, etc..
Depuis quelques années on délocalise
dans les quartiers ou hors de Rennes. L’idée
d’appeler les amateurs à participer, audelà de la pratique, c’est aussi la
> Opéra de Rennes
avec Victorine Balah,
par�cipante, Marion E�enne,
responsable de l’ac�on
culturelle à l’Opéra et
Jean-Luc Goyer, responsable de
l’atelier culturel de Maurepas
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 33
convivialité, les artistes étant hébergés
par les habitants à chaque atelier, créant
le lien, brisant les frontières.
Jean-Luc Goyer : Je suis salarié de
l’atelier culturel de Maurepas, implanté
sur un centre commercial. On ne fera
pas le bilan d’une action à venir mais il
y a un historique d’actions similaires sur
le quartier avec d’autres partenaires qui
ont un point commun : l’exigence d’une
qualité des interventions. Ensuite il y a les
effets attendus : développer l’art dans
les quartiers. Cela fonctionne : des points
de chute de l’art contemporain, de l’art
lyrique se sont trouvés à Maurepas.
C’est enrichissant de participer à un acte
réussi, dans des solidarités actives. Dans
ces expériences collectives, on partage
le plaisir avec les acteurs et les habitants.
L’art enchante le quotidien, mais là est
peut-être la limite : les interventions
artistiques ne doivent pas se substituer à
d’autres interventions qui améliorent la
vie sociale. Mais elles en sont un aspect
important : elles donnent à voir le monde
commun dans lequel on vit.
> Questions : pouvez-vous exprimer
votre vécu au niveau de l’expérience
artistique ; de la voix, du texte ?
Victorine Balah : On était tous amateurs
et donc à l’aise, même moqueurs ! Par
rapport à la voix il faudra encore la trouver
au fur et à mesure. Mettre par groupe et
chanter différemment est la méthode
employée et elle m’a fait du bien.
Comment le projet vous a-t-il accroché?
Victorine Balah : je voulais voir ce que donne
l’opéra en dehors des représentations à la
télévision ! Et découvrir comment ils nous
mettraient à l’aise.
Comment imaginez-vous la
représentation finale ?
Marion Etienne : Le spectacle a déjà été
mené en été 2009. Le travail du metteur
en scène est que le quartier s’approprie le
spectacle, que les lieux du quartier servent
aux différentes scènes de l’intrigue. Lors
du premier atelier, la Compagnie a
beaucoup fait appel à l’imagination des
habitants. Ce sera une vraie surprise de
les voir à Maurepas !
Crédit photo : Y. Pe�t
Victorine Balah : c’est l’association du
Groupe Alimentaire Familiale qui m’a
invité. J’ai hésité car je n’avais jamais
mis les pieds à l’Opéra. J’ai été surprise
de voir autant de monde à l’atelier, j’ai
aimé sortir de chez moi le samedi, ne
pas avoir le ménage à faire ! Merci de
nous avoir permis de participer au projet
et de rencontrer les autres habitants.
Représenta�on en plein air de Carmen, de l’Ensemble Jus�niana
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 34
L’objectif est d’impliquer des amateurs
à participer mais aussi d’inviter de
nouveaux spectateurs en plein air, pour
l’opéra dans le quartier ?
Marion Etienne : Effectivement l’objectif
est double, l’opéra est pour tous et
par tous. Le spectacle est ambulatoire
et en plein air. La même Compagnie
avait donné Cendrillon il y a trois ans, en
banlieue Lyonnaise. En passant aux pieds
des immeubles, les habitants ouvraient
leurs fenêtres, participaient et suivaient
la déambulation. A la fin, nous devions
être 500 à 600 à suivre et être concerné
par la proposition artistique !
Comment trouve t-on 60 amateurs ?
Marion Etienne : Le principe de base
était l’envie de s’engager deux heures
un samedi par mois sur 9 mois. Surtout,
qu’il s’agisse d’amateurs, quitte à ne
pas savoir lire une partition. On a déjà
travaillé avec la direction de quartier de
Maurepas, les relais et l’atelier culturel.
L’inscription du partenariat dans le
temps a permis de motiver un grand
groupe au-delà des espérances, avec
75 premiers inscrits.
> Opéra de Rennes
Place de la Mairie
35000 Rennes
02 99 78 48 78
www.opera-rennes.fr
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 35
‘L’art est la
dernière poche
de résistance
de l’univers du
symbolique’
Nicolas ROMÉAS
J
ournaliste culturel spécialisé dans le théâtre et les arts vivants, metteur en
scène et ancien producteur à France Culture, Nicolas Roméas est le fondateur
et directeur de la revue Cassandre/Horschamp, qui ne cesse d’interroger le
fait culturel dans ses dimensions populaire éthique et spirituelle.
Depuis quinze ans, Cassandre/Horschamp interroge la place des pratiques de l’art
et de la culture dans la société contemporaine. Agora de papier, elle confronte
dans ses pages des artistes de toutes disciplines (théâtre, marionnette, danse,
cinéma, arts plastiques) engagés sur le terrain social au regard de sociologues,
d’historiens, de philosophes et chercheurs. Son approche des gestes artistiques
ne se réduit pas à la critique esthétique, mais s’interroge sur les relations de l’art à
l’histoire, aux populations et aux lieux.
> http://www.horschamp.org/
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 36
«
Cassandre/Horschamp est une
revue qui existe depuis 1995 et depuis
cette époque beaucoup de choses
ont changé dans notre société. Et pas
pour le meilleur. Mais nous n’avons pas
changé de discours. Notre discours,
c’est toujours celui de dire - pour
trancher dans toutes les interrogations
infinies que nous soulevons aujourd’hui
- que l’art (comme le fait par exemple
le plasticien suisse Thomas Hirschhorn),
comporte toujours l’obligation absolue
de s’intéresser à la société à laquelle
on appartient. Hirschhorn est artiste au
sens plein du mot, lorsqu’il s’exprime et
travaille au cœur de la cité. Il n’est pas
travailleur social ou socioculturel !
Dire qu’il y a du social d’un côté, de l’art
de l’autre, ou encore du socioculturel,
c’est jouer le jeu de ceux qui veulent cliver
les domaines pour finalement affaiblir
l’art et la culture. Comme cela a été dit
en filigrane tout au long de la journée,
l’art et la culture concernent l’ensemble
de nos existences et s’opposent à la
forme de civilisation que l’on veut nous
imposer !
Il faut essayer d’avancer, de réfléchir
ensemble à ce que nous pouvons faire
et sortir des questions trop binaires. Ce
qui est important, c’est de se retrouver,
d’essayer d’agir ensemble à l’intérieur
de cette société, qui, comme chacun le
sait est extrêmement dure. C’est à cela
que ça sert, un artiste.
Comme Jean Hurstel l’a dit ce matin,
l’art se réinvente dans les moments de
crise. Ça n’est pas un hasard, car sans
le sentiment de crise, sans le sentiment
de se confronter aux difficultés, de
toucher ces difficultés qui meurtrissent
une société, l’art finit par perdre son
sens. Et lorsqu’il perd son sens il devient
un divertissement vain, impuissant à agir
sur nos vies communes. C’est la raison
pour laquelle, avec la revue Cassandre/
Horschamp, nous allons souvent dans
les lieux de la difficulté, comme les
prisons, les hôpitaux psychiatriques, les
quartiers dits « difficiles », etc. Nous avons
beaucoup appris dans ces lieux de crise.
Je dois reconnaitre qu’au début, nous
n’y allions pas de gaieté de cœur, mais
nous ne voulions pas nous contenter
du rôle convenu du critique d’art qui
souvent ignore tout du monde qui
entoure l’œuvre. Nous y sommes allés et
nous avons appris que ce qui se déroulait
là, sous nos yeux, c’est l’invention de
« quelque chose » qui manque dans ces
lieux. Une relation humaine profonde
(et aussi élevée) qui utilise les outils du
symbole. Et ça n’a pas grand chose
à voir avec les productions artistiques
qui finissent par aboutir dans des lieux
qui sont faits pour cela, et où l’on est
transformés d’emblée en spectateurs.
Car comme le disait Jean Dubuffet :
« L’art ne se couche jamais dans les lits
qu’on lui prépare ».
D’ailleurs je voudrais féliciter les
organisateurs de cette journée, car
nous n’avons pas été contraints à être
uniquement des spectateurs et c’est
très important. J’ai beaucoup aimé le
démarrage de la journée, il y avait un
très bon « moteur » et j’aimerais qu’il nous
mène plus loin.
Donc le fait d’être spectateur, assigné à
un rôle, cela consiste à en être réduits
à être des consommateurs d’art. Mais
disons cette chose simple : en réalité on
ne peut pas être consommateur d’art,
car ce sont des notions antinomiques.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 37
L’art n’a pas de valeur marchande en soi
et c’est un outil d’échange dans les deux
sens. Je pense que c’est cela que nous
devons absolument défendre. Le monde
de l’art est l’un des lieux essentiels de
résistance à la société marchande, l’un
des derniers représentants de l’univers
du symbolique. Cet univers fonctionne,
par définition, sur la base de critères
symboliques qui ne sont pas quantitatifs.
L’art ne peut donc s’évaluer avec ces
critères quantitatifs, il ne peut s’évaluer
en termes de prix, de tarifs, de jauges,
de quantité… C’est un autre univers. Cet
autre univers - j’emprunte ici un raccourci
- c’est en réalité tout simplement celui
qui nous constitue en tant qu’êtres
humains puisqu’il comprend les codes
qui constituent le langage à partir de
laquelle notre pensée est fabriquée.
avec un certain nombre de contraintes,
et je ne polémique pas là-dessus.
Cependant la période que nous
traversons est tellement difficile qu’il
est devenu absolument indispensable
d’inventer, et même de bricoler,
d’imaginer le plus de stratégies possibles
(chacun à son endroit) pour empêcher ce
fléau, celui de l’évaluation quantitative,
de nous détruire complètement. Car
c’est réellement une certaine idée
de l’humanité qui est en passe d’être
détruite.
L’identité que nous fabriquons comme
nous pouvons à partir de notre milieu
d’origine et à l’aide de nos lectures, de
nos rencontres, de nos apprentissages,
passe d’abord par du langage, par des
histoires, des idées faites de mots, tout un
imaginaire qui est de l’ordre du symbole.
C’est-à-dire qu’à aucun moment
cela n’est à même d’être quantifié.
Comme l’écrivit William Shakespeare
« Nous sommes faits de l’étoffe dont
sont tissés les rêves ». Et les rêves nous
ouvrent à de l’inquantifiable, c’est-àdire à ce que l’on ne peut jamais évaluer
quantitativement. Quelles que soient les
méthodes d’évaluation, l’évaluation
en elle-même est un fléau d’une
dangerosité extrême, chacun le sait ici.
On a dit aussi qu’il ne fallait pas faire peser
trop de responsabilités sur les épaules de
chacun, sans quoi cela risquerait d’être
écrasant et donc inefficace… Je pense
que c’est vrai. Avec la revue Cassandre/
Horschamp et les diverses rencontres
que nous organisons, nous sommes
autant observateurs qu’acteurs et nous
essayons de faire participer à ce combat
des gens qui ne sont pas toujours des
spécialistes de la culture au sens où nous
l’entendons ici : des anthropologues,
des sociologues, des historiens… Des
personnes très aguerries à une réflexion
sur la société humaine, d’où cela vient
et comment ça fonctionne, et nous
essayons de travailler avec eux sur
cette question assez peu explorée de
la place du symbolique dans la société
occidentale moderne.
Naturellement, les
et des autres sont
lorsqu’elles sont
expérience vécue
pratiques des uns
toutes respectables
le résultat d’une
qui doit composer
«LE MONDE DE L’ART EST L’UN DES
LIEUX ESSENTIELS DE RÉSISTANCE À
LA SOCIÉTÉ MARCHANDE, L’UN DES
DERNIERS REPRÉSENTANTS DE
L’UNIVERS DU SYMBOLIQUE.»
La recherche, l’éducation, la culture, le
monde du soin psychique, c’est-à-dire
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 38
tout ce qui est de l’ordre de l’échange
humain et donc de l’immatériel est
aujourd’hui menacé. Si l’on ne s’aveugle
pas, on peut percevoir très clairement
ce à quoi la société néolibérale veut
aboutir. Une société robotisée, privée
d’échanges humains.
Regardons l’histoire américaine, avec
sa succession de président néolibéraux
depuis Reagan jusqu’à Bush père et fils,
puis ce que ça produit dans d’autres
pays d’Europe, en Angleterre, en Italie
etc.. Et finalement, ce qui est arrivé chez
nous…
On voit très bien ce que le néolibéralisme
(ou l’ultralibéralisme, je suis le premier à
prononcer ce mot dans cette paisible
assemblée) a produit depuis plusieurs
décennies dans nos sociétés occidentales. L’ultralibéralisme au pouvoir a
pour projet de détruire tout ce que le
Conseil National de la Résistance a
construit depuis la Libération c’est-àdire, globalement, les différents services
publics qui ont installé un système de
solidarité au cœur de notre système
social. Il s’agit au fond de détruire la
notion même d’État.
Avec l’art et la culture, nous sommes
au cœur du problème, un peu comme
l’une des dernières réserves d’indiens,
face à des gens qui disent clairement,
comme Denis Kessler, ancien numéro
deux du Medef, qu’il faut «défaire ce
qu’a construit le Conseil National de
la Résistance», c’est à dire un système
de solidarité, dans un esprit de bien
commun, dans lequel chacun peut
participer à sa mesure au fait que
des choses qui ne sont pas de l’ordre
de la rentabilité puissent exister. Ces
choses sont aujourd’hui terriblement
menacées ! Rappelons-le, il y a plusieurs
niveaux d’action nécessaires. Il y a le
niveau de terrain auquel nous sommes
tous confrontés et dont nous parlons
aujourd’hui. Mais il y a aussi celui de
notre tentative de produire une réflexion
commune, prenant sens par et pour
chacun.
Rappelons-nous
les
tous
débuts
de l’émergence de la question
environnementale, de la question de
l’écologie dans notre pays. Il y a une
trentaine d’années,
lorsque René
Dumont tentait d’expliquer que ce qui
était en train de se produire dans le
monde était extrêmement grave, et
que la question de l’eau -celle de la
désertification du Sahel par exemplenous concernait aussi, il passait pour un
doux illuminé et on le recevait à peine
dans les grands médias.
Les choses ont évoluées peu à peu à
partir du moment où la catastrophe
s’est annoncée et qu’elle a commencé
à être visible aux yeux de tous. Comme
souvent, c’est au moment où il est
presque «trop tard» que l’on commence
à s’y intéresser ! C’est à ce moment en
tout cas que les gens commencent à se
sentir obligés de prendre en compte le
problème, même si ils ne se sentent pas
vraiment concernés. On sait très bien que
les ultralibéraux ne sont pas défenseurs
de l’écologie, mais ils sont quand même
obligés, aujourd’hui, d’entendre que
ce problème existe, malgré le fait qu’ils
ne soient pas porteurs de l’idée de la
construction de l’humain, de l’idée
d’une civilisation qui a à voir avec le
« long temps ».
Si nous voulons que le débat soit public,
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 39
il faut que l’autre, et même l’adversaire,
ne puisse échapper à cette parole, et il
faut que le «chœur antique», le public
(ou le peuple si on préfère) puisse se
faire entendre. Pour l’instant, il faut dire
que nous ne sommes pas beaucoup
aidés, notamment par nos politiques.
Entendons-nous souvent les tribuns des
grands partis s’exprimer sur le thème de
l’art et de la culture, considérés comme
élément fondamental de la construction
de l’être humain ?
Repensons à L’Enfant loup, à ce mythe
de l’enfant sauvage, représenté dans le
fameux film de François Truffaut. C’est
une métaphore fulgurante de ce travail
considérable qui consiste à construire
un être humain. On y comprend très
clairement qu’un être humain ça
ne tombe pas du ciel, ça s’élabore,
laborieusement, et avant tout par le
langage.
Au fil des siècles, des générations et des
générations successives se fabriquent
une langue et cette langue contient
toute une mémoire, une histoire,
sédimentée, tuilée, agrégée… Mais il
faut que ce savoir se transmette ! Car si
l’on en perd conscience, cela peut aussi
aboutir à des êtres ignorants de ce dont
ils sont porteurs et qu’ils sont responsables
de transmettre à leur tour.
Pour revenir à la culture et l’art, c’est-àdire dans mon esprit au symbolique dans
son acception la plus large, nous avons
eu la preuve en actes de ce qu’il faut
absolument défendre avec le récent
mouvement de ‘L’appel des appels’.
Ce mouvement a fait ressortir de façon
extrêmement pertinente l’idée que dans
tous les combats, de l’éducation à la
«SI NOUS VOULONS QUE LE DÉBAT
SOIT PUBLIC, IL FAUT QUE L’AUTRE,
ET MÊME L’ADVERSAIRE, NE PUISSE
ÉCHAPPER À CETTE PAROLE, ET IL
FAUT QUE LE «CHŒUR ANTIQUE»,
LE PUBLIC (OU LE PEUPLE SI
ON PRÉFÈRE) PUISSE SE FAIRE
ENTENDRE. »
psychiatrie, à l’art et la recherche, c’est
toujours le même objectif qui est visé par
l’adversaire. L’appel des appels réunit
toutes ces professions si différentes, tous
ces métiers autour de l’essentiel qui
leur est commun : la relation humaine,
l’échange, l’enrichissement réciproque
hors de tout négoce financier, hors de
toute évaluation quantitative.
Une journée comme aujourd’hui est très
importante, et d’abord pour une raison
simple : on oublie pendant cette journée
ce que l’on est en train de traverser
historiquement, on s’en échappe. Cela
pourrait être un tort d’une certaine
façon, mais dans le même temps cela
permet de créer une force commune.
C’est un temps qui nous renforce et c’est
l’intérêt profond de cette journée. On
se sent moins seul, certes, mais aussi, on
écoute, on réfléchit collectivement et
on ressent; nous sommes tenus ensemble
par les outils de la relation humaine.
Lorsqu’on parle d’art, il arrive souvent
que l’on oublie cet aspect fondamental,
mais ici on ne l’oublie pas, on en parle.
Dans de nombreux autres lieux, il y a
des artistes qui ont fini par croire à cette
illusion portée par les adversaires de l’art,
qu’il s’agirait d’une affaire individuelle.
Comme toutes les illusions, elle est fausse.
Et cette illusion est très dangereuse.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 40
Lorsque
Thomas
Hirschhorn,
à
Aubervilliers où il habite, va travailler
avec les habitants d’une cité HLM en
mauvais état, venant à peu près tous
d’une même région d’Afrique, et qu’il
leur propose de construire sur le terrain
vague en face de leur barre d’immeubles
un ‘Musée précaire Albinet ‘, du nom
de la résidence, lorsque grâce à sa
notoriété, il fait venir des toiles originales
de Beaubourg, lorsqu’il explique aux
jeunes gens et à leurs familles que l’art
les concerne au premier chef et que
les œuvres présentes sont sous leur
protection, il utilise à bon escient sa
force, son pouvoir symbolique d’artiste.
Les sœurs et les mamans servent à
boire, les jeunes gens, les enfants,
montrent les œuvres, et cela recrée de
l’appartenance, de la fierté, et donc
une véritable relation à l’art.
Et Hirschhorn a raison, là, de considérer
qu’il est un artiste, en dehors de ce
funeste clivage qui sépare des autres,
ceux qui ne savent pas, qui n’ont pas
accès aux codes. Et sans se séparer
de lui–même non plus ! N’oublions
pas, n’oublions surtout pas qu’il s’agit
de valeurs d’échange, de valeurs
symboliques propices à l’exercice, non
du commerce, de la consommation
passive ou encore de l’admiration béate,
mais, comme le disait Marcel Mauss, du
don et du contre-don.
Lorsqu’on parle de pratique de l’art, il
faut toujours avoir à l’esprit qu’il s’agit
avant tout de don, de générosité, de
partage, de construction ensemble de
valeurs communes qui nous intègrent à
un collectif. C’est la vraie fonction de
l’artiste depuis la nuit des temps ! C’est
le trésor qui lui a été confié : porter l’âme
collective et la faire circuler et resplendir
parmi les membres de sa collectivité.
Si l’artiste néglige cela, s’il oublie qu’il
doit recevoir et rendre en retour, on en
arrive alors au pauvre schéma de l’art
aujourd’hui : on fait croire que l’artiste
doit se couper des autres.
« LORSQU’ON PARLE DE PRATIQUE
DE L’ART, IL FAUT TOUJOURS AVOIR
À L’ESPRIT QU’IL S’AGIT AVANT
TOUT DE DON, DE GÉNÉROSITÉ,
DE PARTAGE, DE CONSTRUCTION
ENSEMBLE DE VALEURS
COMMUNES QUI NOUS INTÈGRENT
À UN COLLECTIF. C’EST LA VRAIE
FONCTION DE L’ARTISTE DEPUIS LA
NUIT DES TEMPS ! »
Et les méchants réactionnaires nous expliqueront
alors que
cet
artiste
ne peut être que déconnecté et
incompréhensible. Mais je dis que dans
le contexte où nous sommes, ils n’ont pas
tort ! Parce que, finalement, quelqu’un
d’aussi avisé que le sociologue Bernard
Stiegler en arrive à la même conclusion.
Il parle d’un art hors-sol, d’un artiste horssol, qui s’est emparé du magot après
s’être séparé de son terreau, éloigné du
peuple qui lui a offert toute sa richesse.
Est-ce encore un art, celui qui ne se
nourrit plus du dialogue permanent avec
la collectivité dont il est issu ?
Les artistes sont les premières victimes de
ce système dans lequel ils ont de plus
en plus de mal à mettre sur le tapis leur
force symbolique, leur désir d’œuvrer en
dialogue permanent avec ceux qui les
font artiste ! Lorsque ce dialogue se tarit,
on se retrouve sans ruisseau, sans rivière,
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 41
sans fleuve, et même sans grandes eaux
de Versailles !
Je pense que nous sommes en train
de nous accoutumer dangereusement
à une stérilité désespérante… Mais,
comme l’a écrit le poète Hölderlin « Là où
naît le danger, croît aussi ce qui sauve ».
Ce danger qui peut être bénéfique si
l’on en réchappe, c’est une crise, pas
celle des banques, non, celle qui nous
amène, au bord du gouffre, à prendre
brutalement conscience de choses
essentielles qui ont pu être occultées
pendant des décennies.
«LE SEUL CÔTÉ POSITIF D’UNE
CATASTROPHE, C’EST QU’ELLE
NOUS REND LUCIDE ; LE DANGER
EST TERRIFIANT, MAIS IL NOUS
ÉCLAIRE. CETTE LUCIDITÉ ON PEUT
LA PARTAGER.»
Les années Lang ont eu cet effet
pervers : elles ont conforté l’idée d’un
consensus désiré et partagé par tous,
un art faussement démocratique,
prétendument partagé, masquant,
occultant toutes les différences. Ce
consensus était mensonger. Non, tous
ne cherchaient pas la même chose,
et nombreux étaient ceux qui se
répandaient en discours révolutionnaires
par pure convention, à seules fins de
s’attirer les bonnes grâce du pouvoir
et les subsides qui vont avec. Au
même moment, ceux qui travaillaient
sincèrement dans l’esprit d’un art
réellement destiné à tous, souvent
piètres communicants, furent souvent
les derniers à être reconnus. Le jeu était
faussé, mais la manne étant plus ou
moins également répartie entre tous, on
ne se plaignait pas trop.
C’est seulement lorsque le danger
apparaît clairement, qu’apparaissent la
complexité et les profondes divergences.
Le seul côté positif d’une catastrophe,
c’est qu’elle nous rend lucide ; le
danger est terrifiant, mais il nous éclaire.
Cette lucidité on peut la partager. On
n’entend pas suffisamment aujourd’hui
nos sociologues, nos philosophes, nos
anthropologues, nos historiens, évoquer
les questions liées à l’art et à la culture.
Certes, les politiques s’y intéressent par
instant, mais quand parle-t-on vraiment
du symbolique ?
Le symbolique c’est un autre univers que
celui du commerce et de la quantité, un
univers qui échappe à la rentabilité, il est
donc très difficile pour les politiques d’en
comprendre la substance et à plus forte
raison de faire entendre son importance
dans la société contemporaine. Nous
aurons bientôt affaire à une élection
de la plus haute importance, il est
indispensable que surgisse une prise de
conscience extrêmement forte en ce qui
concerne l’importance du symbolique,
au moins dans notre pays si ce n’est à
l’échelle de l’Europe.
Notre pays est le fruit d’une histoire
particulière avec des heures de gloires
étonnantes.
Après-guerre,
avant
Malraux et notamment grâce aux
recommandations du programme du
Conseil National de la Résistance rédigé
en pleine guerre dans les maquis, nous
avons bénéficié dans ce pays, au niveau
de l’État, d’une direction de l’Éducation
populaire qui dépendit d’abord du
ministère de l’Éducation nationale.
Avec Malraux, il y a eu un phénomène
de classe, son premier dogme était de
« mettre à la disposition du plus grand
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 42
nombre les plus hautes œuvres de
l’esprit ». Malraux restait, avec toutes ses
qualités, dans une attitude de surplomb
vis-à-vis du peuple, il ne cherchait
pas à favoriser une « démocratie
culturelle et artistique », mais plutôt une
« démocratisation ».
Les œuvres sont là, elles existent, parce
qu’elles ont été reconnues par les élites,
et elles sont ensuite offertes en admiration
au peuple. Ce processus n’est pas
fondé sur l’idée de l’enrichissement de
la créativité de chacun mais d’abord
de la capacité d’admiration devant le
talent des très grands. Or, si nous voulons
éviter de stagner dans une admiration
passive qui nous prive de la dynamique
de l’échange, ce qu’il faut, et ce
que cherchait à produire l’Éducation
populaire des débuts, c’est une prise
de conscience de cette profonde
réalité : chaque être est un créateur en
puissance.
Aujourd’hui, nous avons beaucoup parlé
de la santé, de l’art, et ils ne doivent pas
être séparés. Car l’artiste répond à un
besoin et ce besoin se manifeste par
une souffrance. La nécessité de l’art est
une réelle nécessité, et comme telle elle
ouvre un dialogue, elle pousse à inventer
un langage concret là où il n’y en avait
pas, où il manquait. Soyons assez fort
pour en réclamer le maximum. En hôpital
psychiatrique on invente une forme de
langage qui permet à l’autre d’exister
face à nous, et réciproquement. L’art
invente un langage là où il faisait défaut.
L’art ce n’est rien d’autre qu’une création
permanente de langages. Aucune
technique et aucune médication ne le
remplacent. Toute la part émotionnelle
et spirituelle qu’il porte agit sur d’autres
zones, inexplorées par la science, de
notre être. C’est pour cela qu’il n’y a pas
d’art-thérapie qui tienne, pas plus que
d’art politique ou d’art mystique. L’art,
l’art véritable, c’est toujours tout cela
à la fois ! Ce qu’il doit y avoir c’est la
conscience de l’art dans son entièreté.
Pouvons-nous redonner à ce mot toute sa
puissance ? L’art est une thérapeutique
collective autant qu’un outil politique.
Et pour agir, il doit être fulgurant. Il doit
nous transpercer.
«LA NÉCESSITÉ DE L’ART EST UNE
RÉELLE NÉCESSITÉ, ET COMME
TELLE ELLE OUVRE UN DIALOGUE,
ELLE POUSSE À INVENTER UN
LANGAGE CONCRET LÀ OÙ IL N’Y EN
AVAIT PAS, OÙ IL MANQUAIT.»
Je vais terminer par une anecdote : il
y a quinze ans, lors d’un voyage dans
l’Afrique Sub-saharienne, j’ai été rendre
visite à l’unique hôpital psychiatrique
de tout le Mali à Bamako, l’hôpital du
Point G, pour une série de reportages
destinés à France Culture. Aux débuts de
l’urbanisation de la ville beaucoup de
gens venant de villages étaient en perte
de repères individuels et collectifs. Un
psychiatre et une assistante travaillaient
seuls avec six cent personnes qui étaient
considérés plus comme des détenus que
comme des patients, dans un système
d’une grande précarité.
Jean-Pierre Coudray, un psychiatre
marseillais qui souhaitait rompre avec
la psychiatrie individualisée en vigueur
chez nous pour travailler de manière
collective, est venu leur prêter main-forte.
Il est d’abord allé se renseigner auprès
de l’Institut National des Arts, où des gens
de la section théâtre travaillaient sur un
rituel de village, le Koteba.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 43
Peu à peu, ils ont mis en place des
séances de « kotéba thérapeutique »
tous les mercredis matins à neuf heures
sur le parvis de l’hôpital. Le kotéba (ou
« grand escargot »), c’est une forme de
jeu qui se déroule en spirale, et qui est
au fond très proche de la Commedia
Dell’Arte. Le jeu consiste à caricaturer
de façon comique les problèmes du
groupe ou les gens qui posent ou ont
des problèmes. Le rire que l’on partage
soigne les plaies du village ou du groupe,
il provoque une dédramatisation des
situations problématiques.
C’est une expérience d’une force et
d’une beauté incroyable, qui se déroule
aujourd’hui encore. C’est peut-être bien
du théâtre, peut-être est-ce un « soin
psy », mais en tout cas, dans cet hôpital
du Point G, cela recrée et retisse un lien
qui permet aux gens de se réunir et de
parler entre eux; de se décharger par le
rire du poids de situations qui paraissaient
insolubles. Lorsque venant de France j’ai
vu, ressenti, participé à cela, j’ai eu la
preuve vivante que l’art c’est ça, une
pratique collective où l’on se soigne
tous ensemble, où l’on transcende
collectivement des situations difficiles.
L’art est la dernière poche de résistance
de l’univers du symbolique, en guerre
contre celui de la quantité. Créer de la
force autour du symbolique, c’est lutter
contre la société déshumanisante que
l’on cherche à nous imposer !
»
«L’ART EST LA DERNIÈRE
POCHE DE RÉSISTANCE DE
L’UNIVERS DU SYMBOLIQUE, EN
GUERRE CONTRE CELUI DE LA
QUANTITÉ. CRÉER DE LA FORCE
AUTOUR DU SYMBOLIQUE, C’EST
LUTTER CONTRE LA SOCIÉTÉ
DÉSHUMANISANTE QUE L’ON
CHERCHE À NOUS IMPOSER !»
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 44
‘L’expérience de
l’art : une modalité
de la construction
de Soi et du
rapport à l’autre’
conférence de Jean CAUNE
P
rofesseur émérite d’université, docteur en troisième cycle en esthétique et
sciences de l’art et docteur d’État en sciences de la communication. Après
avoir été comédien, metteur en scène, il a mis en place le Centre d’Action
Culturelle de la Villeneuve de Grenoble (1971-1975) et dirigé la maison de la
culture de Chambéry (1982-1988). Il a participé à la création d’une licence et
une maîtrise en arts du spectacle à l’université de Stendhal-Grenoble 3 et dirigé
l’UFR des sciences de la communication (1991-1998). Jean Caune s’intéresse aux
questions de la transmission artistique et à celles de la culture scientifique, il termine
à ce sujet un ouvrage sur : Les humanités contemporaines, les médiations science,
technique, culture.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 45
Quelques notions en introduction...
«
Durant cette journée, nous avons
plutôt évoqué des pratiques artistiques
que parlé d’expériences de l’Art.
Pratiques artistiques : c’est un peu plus
modeste, un peu plus proche de la réalité
des pratiques sociales et du contexte
dans lequel nous vivons.
Ce matin et cet après-midi, les questions
abordées l’ont été de manière
extrêmement concrète ; c’est la richesse
de ces interventions. Lorsqu’on parle
de construction de soi et de rapport
à l’autre, si l’on n’est pas concret, on
demeure dans la pure abstraction
philosophique. Néanmoins, lorsqu’on
parle d’art, on doit aussi le faire d’un
point de vue philosophique.
Pourquoi ?
Parce que les rapports entre les idées, le
psychisme, le symbolique, le sensible ainsi
que l’inscription dans un contexte… tout
cela c’est la philosophie qui nous a appris
à le penser. L’esthétique doit être abordé
à partir d’une pensée philosophique. On
n’y échappera pas, dans la mesure où
le domaine de l’esthétique, du sensible
et de sa perception, est une question
philosophique...
Voici les mots-clés de la journée, motsclés qui nous permettront d’avoir ce
cadre commun sur lequel je vais pouvoir
ensuite apporter mon témoignage.
Il est nécessaire d’introduire la notion
de pluralité lorsque l’on parle d’art, et si
l’on essaie de le mettre au singulier on
réduit la question. De même que si l’on
évoque le “langage” de l’art on est à
côté de la plaque : entre le “langage”
de la musique, “le langage pictural”,
le “langage” du théâtre, on peut se
demander ce qu’il y a de commun dans
ces “langages” ?
• L’OBJET / SUJET
Cette dualité est une dualité construite par la philosophie. L’objet : c’est ce dont on
parle, ce qui est placé devant nous ; le sujet, lui, est de l’ordre d’une catégorie qui
relève de la personne. La personne c’est plus que l’individu (catégorie sociologique) ;
la personne relève d’une catégorie éthique, catégorie morale. En tant que personne,
je peux dire « Je ». Le « Je » est le sujet d’une parole. Et en disant « Je », je vise forcément
un « Tu » qui lui aussi doit pouvoir se situer dans l’ordre de la parole. La parole c’est cette
manifestation qui singularise la personne.
> Une des problématiques apparues avec l’art est la suivante : comment permettre
aux individus que nous sommes, de se singulariser, c’est-à-dire se construire comme un
Soi, dans une individualité qui présente nécessairement plusieurs facettes.
> L’art à travers la multiplicité des supports, des cadres sociaux, techniques, matériels
est de l’ordre du langage ; mais ce n’est pas forcément de l’ordre des mots (écrits ou
oraux). L’art est très particulier dans l’ordre du symbolique ; le symbolique se réalise
à travers la distance entre ce que le mot signifie et la chose, alors que l’art n’est pas
forcément le reflet d’une chose.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 46
• LA RÉFLEXIVITÉ
C’est un mot extrêmement important mais qui est à prendre dans un sens non
réducteur. Ce n’est pas seulement un processus d’intellectualisation ni un processus
de rationalisation (rationnel/sensible). Ce n’est pas seulement la réflexion qui est en jeu
mais aussi le retour sur soi, comme un miroir nous renvoie une image de nous.
> La réflexivité est ce qui va nous permettre d’établir une distance entre ce que je suis,
l’image que j’ai de moi, l’image que les autres me renvoient de moi ; c’est en quelque
sorte une coupure, une coupure qui fait toute la richesse de l’art. On ne pourra jamais
réduire l’art à ce qu’il signifie, et qui est à chaque fois le moyen de me comprendre, de
comprendre l’autre et de voir ce que nous avons en commun.
> Si je problématise cette question de la réflexivité : ce n’est pas seulement parce que
nous avons réfléchi sur ce qu’étaient les pratiques artistiques, c’est parce qu’elle nous
renvoie toujours à la place du sujet, sujet singulier, qui est à nul autre pareil, mais vaut
comme toutes les personnes; « un homme égal à tout autre homme » selon la phrase de
Malraux. L’art parle à la singularité de chacun d’entre nous, dans notre mémoire, notre
sensibilité, notre appropriation.
• L’APPROPRIATION
S’approprier quelque chose, ce n’est pas la prendre et la garder pour soi. Dans le
domaine de la culture, dans le domaine de l’art, ce que je m’approprie, je ne le retire
pas aux autres.
> Dans le domaine du symbolique : ce que je fais mien c’est une proximité, c’est un
usage, c’est un plaisir, c’est une jouissance.
> C’est m’inclure dans un monde qui me permet de m’assurer de moi-même, de savoir
qui je suis. Les différentes formes expressives de l’art : littérature, cinéma, peinture,
suscitent des modes différenciés de projection et d’identification qui facilitent cette
appropriation.
• LA DYNAMIQUE IDENTITAIRE
C’est un terme dangereux si on pense l’identitaire de manière unique et exclusive.
L’identité culturelle n’est pas une donnée : elle est un construit, elle est diverse. Elle se
nourrit du dialogue avec l’autre. Si je m’enferme dans une identité figée, dans une
identité fermée sur elle-même, c’est ma personne elle-même qui s’enferme.
> Nous sommes tous le produit d’une dynamique identitaire multiple, plurielle. L’art est
une façon de conjuguer, de faire dialoguer mon identité avec celle des autres : en
partage, il y a notre appartenance commune à l’Humain. L’art nous permet de rentrer
dans un processus d’échange et de partage.
> On ne peut pas réduire l’art à la catégorie de l’oeuvre artistique ni à un objet. Sinon
où est la place du sujet, celui qui a produit l’objet ? Cet objet est producteur d’une
relation. Relation trans-subjective qui traverse les différents sujets, et qui permet alors,
l’échange, le débat, la délibération, le jugement de goût qui permet à la personne
de dire : j’aime/je n’aime pas. L’art ne relève pas d’un jugement rationnel mais d’un
jugement subjectif (celui d’un sujet).
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 47
• AUTRE DICHOTOMIE OU COMPLÉMENTARITÉ
La complémentarité a traversé toute la journée : individu/ groupe ou personne/collectif
ou privé/public. Ce sont à peu près les mêmes catégories mais dans des domaines de
pensées différentes.
> Si l’on parle de privé/public on est dans l’espace du politique. La démocratie, la
république c’est définir ce qui devient chose publique. Longtemps une fonction de l’art
s’est résumée, s’est rapatriée, dans des espaces qui étaient privés, sauf peut-être dans
le domaine religieux.
> Individus/groupes c’est une catégorie sociologique.
> Personne/ collectif : on est plutôt dans du psycho-sociologique.
La question de l’art passe toujours par cette complémentarité qui fait aussi débat.
• L’ÉVALUATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES
Nous n’avons pas eu le temps de nommer le désaccord entrevu aujourd’hui, sur la
question de l’évaluation, fondamentale. Certains la refusent parce que l’art, le
symbolique n’est pas de l’ordre du quantitatif. On a entièrement raison de refuser
l’évaluation qui procéderait de démarches quantifiables. Sauf que l’évaluation ne se
fait pas nécessairement en termes statistiques, quantifiables. Un des malaises de notre
civilisation est de croire que ce qui a du sens peut être quantifié.
Or beaucoup de choses ne peuvent pas être quantifiées ; la relation intersubjective n’est
pas quantifiable ; les pratiques artistiques ne peuvent pas l’être en termes statistiques ou
sous forme de questions ouvertes ou fermées.
> En revanche, évaluer, c’est parler de la valeur. De quelle valeur s’agit-il ? Quelle est
la valeur de l’art ? Longtemps valeur marchande, mais aussi valeur symbolique, de
jouissance, valeur de plaisir, valeur relationnelle. On peut essayer de mettre des mots.
On a besoin des mots pour entrer dans la délibération, pour savoir comment on passe
de la subjectivité à l’expérience sensible.
> Sur un plan historique et philosophique, c’est avec Kant que l’esthétique apparaît
comme un domaine de l’activité humaine, à côté de la rationalité pure ou à côté de
l’éthique c’est-à-dire des relations entre personnes. Le sensible qui conduit au jugement
(ça me plaît, ça ne me plait pas, sans point de vue qui viendrait nous départager avec
des critères d’évaluation).
> La subjectivité fait le prix, symbolique, de la construction de Soi : c’est à travers une
capacité à dire « ça me plait », de s’assurer de cette capacité et de cette légitimité.
• LE PLAISIR
Un mot qui est revenu constamment : c’est la question du plaisir. Dans les années trente,
pour un certain courant de la philosophie de l’art, celui qu’on appelé « dialectique
négative », le plaisir sensible était à rejeter. Il s’agissait - aux yeux de ces philosophes
comme Adorno, philosophes se réclamant d’un marxisme non orthodoxe- d’une
attitude,d’une réaction de petits bourgeois qui s’autorisent du plaisir comme on s’autorise
des petits plaisirs de la consommation qui disparaissent aussi vite qu’ils sont réalisés.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 48
En art peut-être faut-il revaloriser, redonner de la valeur, à la jouissance. Cette question
du plaisir est fondamentale dans notre rapport à l’art.
> Notre rapport à l’art n’est pas le même selon que nous soyons créateur, producteur
de l’objet d’art, ou récepteur de l’œuvre. Il y a dans la création quelque chose qui
peut relever de la souffrance : devant la page blanche ou devant l’incompréhension :
souffrance de ces artistes qui ne rencontrent pas l’adhésion du public, parce qu’ils sont
en avance ou que le public est en retard ou qu’il n’est pas au rendez-vous.
> Quand on évoque l’expérience artistique, il faut faire la distinction de ce qui est de
l’ordre de la production et de la création. L’apport des techniques est importante.
La question du plaisir n’est pas de même nature entre celui qui part d’un désir auquel il
ne peut pas résister -car il se construit dans sa pratique artistique langagière- et puis le
plaisir ou le non plaisir du spectateur ou plutôt du récepteur.
Un artiste ne travaille pas pour un récepteur, il travaille poussé par des mécanismes
complexes, il ne travaille pas pour séduire, plaire ; c’est donné de surcroît.
»
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 49
La conférence...
«
Je partirai de la phrase de Dubuffet
qui sert d’enseigne au musée d’art brut
de Lausanne : « L’art ne vient pas dans
les lits qu’on a faits pour lui ; il se sauve
aussitôt qu’on prononce son nom : ce
qu’il aime c’est l’incognito. Ses meilleurs
moments sont quand il oublie comment
il s’appelle ». Pourquoi ?
Parce que cette phrase nous oblige à
abandonner les définitions de l’art qui
sont fondées sur l’Œuvre d’art ou sur
un découpage du monde de l’art en
fonctions des disciplines artistiques, en
hiérarchies entre art majeur/art mineur ;
en affirmation : « ceci est de l’art… ceci
n’est pas de l’art ».
Ces approches ne permettent plus de
réfléchir sur les effets de l’art, sur ce qu’il
provoque chez l’amateur d’art, sur les
rapports entre l’expérience de l’art et
l’expérience humaine.
1. L’ART : UN PONT ENTRE LES ÉPOQUES
ET LES HOMMES / L’OBJET D’ART COMME
CATÉGORIE DE PENSÉE
Une certaine histoire de l’art est finie
et le concept d’art - tel qu’il a pu être
élaboré à partir des productions de l’art
moderne - n’est plus opératoire. Il va de
soi que pour échapper à une approche
spéculative, le concept d’art doit être
repensé en fonction des productions artistiques contemporaines, indépendamment d’une prédétermination de genres
ou de normes. Les “mondes de l’art” sont
également les lieux où se mettent en
forme des pratiques culturelles nouvelles.
Il n’est plus possible d’examiner les
attentes sociales relatives aux politiques
culturelles sans examiner le travail
critique de la philosophie sur la pensée
de l’art et de la culture. La catégorie de
l’art comme représentation et comme
activité institutionnelle séparée est en
crise. La notion d’œuvre artistique n’est
plus suffisante pour penser l’art qui est
autant objet, qu’action.
L’art qui renoncerait à s’interroger sur ses
propres opérations, et les effets qui lui sont
spécifiques, serait prisonnier d’une vision
fondée sur une essence et incapable
de penser le fonctionnement sensible et
symbolique de l’objet qui se réclame de
lui. Cette perspective critique qui conduit
l’art à se prendre soi-même comme
objet de questionnement ne concerne
pas seulement le domaine de l’art. Elle
s’applique à la totalité culturelle. Comme
l’écrit Arthur Danto : « Le modernisme est
l’âge de l’autocritique, que ce soit dans
le domaine de la peinture, de la science,
de la philosophie ou de la morale »
(Danto, 2000, 113).
L’un des critères d’évaluation de
l’œuvre d’art, dans la postmodernité,
semble être sa capacité à mettre en
question son propre statut. Enfin, les arts
vivants sont précisément des formes qui
ne valent que par la relation esthétique
qu’elles réalisent entre l’espace de leur
énonciation et celui de leur réception.
Le concept d’art doit être repensé
du point de vue de l’usage et de la
réception du processus artistique.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 50
2. SIGNIFICATION DE L’ART / SENS DE
L’ART
prix. » (Jean Duvignaud, Sociologie de
l’art, PUF, 1976. p. 18)
La
signification
de
l’art
n’est
ni immédiate, ni naturelle, ni universelle,
ni même intemporelle. C’est le paradoxe
de la signification de l’art : « Aucune
œuvre d’art ne doit être ni décrite ni
expliqué sous les catégories de la communication » (Adorno) et pourtant ; l’art
établit une relation tierce : « La réalité
d’une œuvre, c’est le triple rapport qui
s’établit entre la chose qu’elle est ; le
peintre qui l’a produite et celui qui la
regarde » (Pierre Soulages).
Il s’établit donc une relation d’influence
entre la chose (l’objet d’art) et celui qui
la regarde : une relation d’influence
(signe, référent, interprétant) : on
est dans le registre d’une relation de
communication.
Cette influence, ce Sens de l’objet
d’art dépend d’un très grand nombre
de paramètres : la structure de l’objet
(la Forme) ; la substance (matérialité,
support) ; le contexte (culture;
environnement…) dans lequel l’objet est
reçu (perçu) ; la culture, la sensibilité et
l’attention du récepteur, etc.
Deux remarques préalables :
> Dire que l’œuvre d’art « ne sert à
rien », ne signifie pas que l’œuvre, ou
l’art, est inutile. Bien au contraire, le
reste de la citation le montre : « valeur
incommensurable, qui n’a pas de prix
», et il ne s’agit pas chez J. Duvignaud
de prix « marchand » mais de ce qui
ne peut être évalué tant il touche à ce
qui est fondamental dans la condition
humaine : l’imaginaire.
> Affirmer que l’œuvre d’art « ne sert
à rien », signifie que l’art, la pratique
artistique, l’objet artistique… ne peuvent
servir d’autre fin qu’elle même. Autre
façon de le dire : la fin (l’objectif, en
dernière instance) de l’art n’est pas de
servir le politique, le religieux, ni même
de construire le lien social, de réduire la
fracture sociale ; même si son rôle peut
et doit y participer.
3. LES FONCTIONS DE L’ART ? À QUOI
SERT L’ART ?
« L’œuvre d’art ne sert à rien, même
quand elle exerce un rôle. Elle correspond
à cette part de l’expérience humaine,
si peu étudiée qui s’apparente à la
flânerie, au rêve, à la rêverie, au jeu :
dans nos sociétés industrielles, si liées
soient ces dernières à la rentabilité,
elle apparaît bien comme l’instigatrice
d’une incommensurable “valeur” celle
qu’on attribue au prix des choses sans
« L’ART NE PEUT ÊTRE SUBORDONNÉ
À D’AUTRE POUVOIR QU’AU POUVOIR
DE L’ART»
Et c’est bien de cette notion de “pouvoir
de l’art” que je veux traiter. Pouvoir de
l’art dans sa capacité, jamais acquise, à
avoir des effets sur l’expérience humaine :
à la construire ; à lui donner du sens ; à
nous permettre une appropriation du
monde, je veux dire du monde social
mais aussi du monde de l’imaginaire.
Il faut reconsidérer la place des œuvres et
de leur accès en relation avec d’autres
formes d’intervention à partir des
langages artistiques et de démarches
qui ne cherchent pas à s’inscrire dans
une logique d’audience. D’ailleurs,
s’agit-il seulement d’élargir l’audience
des artistes et de leurs productions ?
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 51
La pensée de l’art doit intégrer l’idée
de processus. Le psychanalyste D.W.
Winnicott a montré que le jeu, envisagé
comme ce qui rend créatif l’enfant
ou l’adulte, doit être pensé comme
processus,
comme
phénomène
transitionnel. C’est à partir de l’expérience,
aire intermédiaire qui met en relation
la réalité intérieure et la vie extérieure,
que se construisent l’activité créatrice
et la quête de soi qui permettent de
développer la personnalité entière.
Le concept d’art doit être repensé
en tenant compte de l’expérience
esthétique, envisagée comme le
processus qui engage celui qui est
confronté au phénomène artistique. L’art
est un domaine de confrontations qui
contribue à nouer les relations sociales,
à proposer des schèmes d’identification,
à nourrir des perspectives imaginaires et
sensibles.
Pour le développer et l’argumenter,
je voudrais partir de la notion de jouissance, jouissance esthétique, jouissance
de l’esprit… Jouissance, au sens premier :
jouir d’un bien, le faire sien, se l’approprier,
ce qui ne veut pas dire l’enlever à l’Autre,
mais mettre en partage ce bien qui est
de l’ordre du plaisir, qui suppose un désir
qu’il faut cultiver, qui exige une attitude
et une conscience esthétique.
La jouissance comme une manière de
s’approprier le monde et de s’assurer de
soi-même. (H. R. Jauss, Petite apologie
de l’expérience esthétique)
4. L’EXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À DISTINGUER DE L’EXPÉRIENCE ARTISTIQUE
Le domaine de l’art exige une analyse
qui établisse les médiations entre
l’objet artistique, ses conditions socio-
économiques de production, sa structure
interne et les phénomènes de réception,
individuelle et collective qui lui donnent
un sens dans notre société.
L’objet d’art est un objet du monde de
l’art, monde institutionnalisé qui définit
ses propres modes d’évaluation. ( H. S.
Becker, Les mondes de l’art).
La peinture moderne, en particulier, avec
l’art minimal, conceptuel, le Happening
a dissocié dimension artistique et
dimension esthétique. L’objet d’art
ne s’adresse pas nécessairement à la
dimension et à la perception sensible.
«C’EST
À PARTIR DE L’EXPÉRIENCE,
AIRE INTERMÉDIAIRE QUI MET EN
RELATION LA RÉALITÉ INTÉRIEURE
ET
LA
VIE
EXTÉRIEURE,
QUE
SE
CONSTRUISENT
L’ACTIVITÉ
CRÉATRICE ET LA QUÊTE DE SOI QUI
PERMETTENT DE DÉVELOPPER LA
PERSONNALITÉ ENTIÈRE».
L’œuvre d’art n’est pas le seul objet
susceptible d’offrir des médiations
symboliques à l’imaginaire du sujet :
elle n’est plus la seule qui induit
une expérience esthétique. De plus,
aujourd’hui, l’objet d’art ne provoque
pas nécessairement des effets sensibles
sur le récepteur (art conceptuel),
l’attention et la conscience esthétiques
ne relèvent pas toujours du domaine
institutionnel de l’art.
Les œuvres d’art sont des objets culturels
par excellence, mais la modernité a
séparé l’activité artistique des autres
formes d’activité sociale. Le produit
de l’activité artistique, l’objet d’art, se
distingue certes des autres formes du
phénomène culturel présentes dans
les activités d’éducation, de loisir ou
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 52
d’organisation des relations sociales.
Pourtant, une grande part de cette
distinction trouve son origine dans les
conditions de production et dans les
modalités de diffusion de l’œuvre.
Le langage artistique, c’est-à-dire
la conjonction d’une attitude de
l’esprit (une intuition, une opinion, une
vision du monde) et d’une technique
d’intervention sur un matériau (la voix,
le corps, l’espace, la toile, etc.) s’est
propagé dans le monde social.
> Une expérience qui met en jeu la
totalité du sujet
L’objet de l’expérience esthétique est la
compréhension de soi. Cette expérience
s’élabore par le biais d’une éducation
sensible qui est d’abord un jeu maîtrisé
avec les images, les sons, les mouvements
et les mots. La valeur spécifique de
la culture tient de la connaissance,
du savoir-faire, de la sensibilité qui
contribuent au développement de la
personne.
Les formes artistiques ne sont plus seules
à témoigner de la vie psychique, à
mettre en jeu l’imaginaire, à mobiliser
les affects, à produire de la jouissance
esthétique. Il convient également
de réfléchir sur les médiations qui
empruntent à l’expérience artistique sa
capacité d’influencer notre perception,
de conditionner notre imaginaire,
de mobiliser nos émotions et notre
implication affective.
La notion d’expérience esthétique,
c’est le plaisir sensible et éduqué;
le jugement commun ; les relations
intersubjectives à partir de l’expression
d’un Je (énonciation).
Redonnons à l’expérience esthétique
toute sa place dans la reproduction du
lien social, de sens partagé. La raison
esthétique comme sens commun fonde
la relation sociale dans la collectivité.
Le Sensus communis, dans l’acception
latine, en fait un élément de la relation
interpersonnelle et permet d’unir
subjectivité et appartenance à la
communauté culturelle.
C’est le sens commun tel que l’envisage
la tradition humaniste, celle qui fonde
les sciences de l’esprit, détermine la vie
sociale et le maintien de la cohésion
sociale.
> Une expérience de la relation à l’autre
L’expérience esthétique, parce qu’elle
est de l’ordre de l’intersubjectivité, met
en scène le sujet dans son rapport à
l’autre. Les situations de formation, de
vie en groupe ou encore de loisir —
considéré comme un temps consacré
à soi — présentent des expériences de
cette nature, lorsqu’elles utilisent les
langages expressifs.
> L’expérience esthétique se réalise dans
un monde vécu
Le monde vécu est un « horizon
d’attentes » dessiné par une culture,
structuré par une organisation sociale,
circonscrit par des implications dans le
monde social. L’expérience esthétique
n’est donc jamais immédiate : elle se
met en forme à partir de dispositifs de
production et de diffusion des objets et
relations culturels.
5. EXPÉRIENCE
COGNITION
ESTHÉTIQUE
ET
L’expérience
esthétique
n’apporte
aucune connaissance déclare Kant,
en même temps qu’il fait de l’art « une
finalité sans fin ». L’expérience contribue,
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 53
construit une connaissance, mais une
connaissance de quoi ? De quelle
nature ?
Beaucoup de marxistes, même parmi
les plus ouverts à l’énigme de l’art, à son
mystère — ce qui ne veut pas dire sa
magie — ont considéré que l’art est un
reflet du monde ou qu’il traduit dans son
langage propre un contenu préexistant
qu’il met en forme. Le sens de l’art,
comme relation intersubjective, comme
projet ; comme dimension sensible, n’est
pas de mettre en forme ce qui existe sous
un ordre langage, le langage verbal.
On devrait d’ailleurs toujours parler de
l’art, au pluriel, la diversité des langages
de l’art, des expressions artistiques.
La question qui se pose est celle de
l’autonomie de l’art : ce qui ne signifie, au
contraire que la responsabilité de l’artiste
ne vaut que par rapport à sa pratique ; pas
qu’il s’agit de nier la part de l’expérience
de l’art dans la nature du lien social ou la
place dans la construction de la Cité.
Ces points relèvent des rôles de l’art :
mais ces rôles ne relèvent d’une
essence, d’une nature, ils relèvent d’une
responsabilité de l’artiste, responsabilité
au sens de répondre de : présence au
monde ; présence à l’autre.
»
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 54
Questions / Réactions
Un commentaire sur la notion de réflexivité : pour moi ça n’est pas qu’un retour sur soi
c’est aussi sans doute une matérialisation des parois sur lesquelles rebondissent le sens
commun qu’on construit chaque jour ensemble. Finalement l’art permet de créer des
fractures dans ces parois, à la manière d’un outil d’action...
J’aimerais mieux comprendre la différence entre l’expérience artistique et l’expérience
esthétique.
Jean Caune- C’est très large. L’esthétique est la catégorie du sens, ce qui passe par nos
sens. On voit que le sensible a des lieux d’expression, où il se dit, se réfléchit -et la notion
de réflexivité évoquée à l’instant est juste : ça n’est pas qu’un retour sur soi, c’est aussi
le mur sur lequel l’action rebondit- le sensible est ce qui colore nos relations à travers
la corporéité et le regard. En tant qu’êtres humains, nous communiquons d’abord par
le regard, le toucher. C’est la question fondamentale du tact et du contact. Pour les
humanistes du XVIIIème siècle, le tact était la vertu sociale qui mettait en relation avec
les autres. Tout cela est donc du domaine du sensible.
Le domaine de l’art est institutionnel. Les académies, les courants artistiques, les salons
mettent des étiquettes, catégorisent.
D’une part le sensible ou l’esthétique est plus large que l’art, et d’autre part dans l’art
depuis plusieurs années, notamment contemporain, tout n’est plus de l’ordre du sens,
ou encore, le sensible devient secondaire. Par exemple, l’art conceptuel. Certains vont
refuser cette forme d’art, parce qu’ils ont une vision de l’art encore réduite au partage,
à l’émotion. Si ces oppositions sont intéressantes, c’est à une condition : ne pas y voir
du tout blanc ou noir, mais une variété formidable de gris qui s’interpénètrent et qu’il
faut pouvoir distinguer!
Je voudrais revenir sur la citation disant que l’art ne sert à rien. Je trouve rassurante
cette idée que l’art n’a pas forcément de fonction. Une question sur le moment où l’art
a pu servir de propagande... A quoi ça peut servir quand ça sert mal ?
J. C.-Je ne réponds pas en tant qu’historien de l’art, car je ne le suis pas. Mais prenons
exemple sur le réalisme socialisme qui a dominé en Union Soviétique, ou encore la
notion équivalente d’art prolétarié, une vision de l’art qui a mis les gens en prison, les a
exploités, fusillés. Il y en a des moments de l’histoire récente, ou l’art était validé comme
un instrument du politique par le pouvoir politique.
La phrase de Duvignaud est formidable, mais attention, cela ne veut pas dire que si
l’art ne sert à rien, il est inutile ! Il finit par parler d’une «valeur incommensurable», qui
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 55
n’a pas de prix ! Nicolas Roméas a dit tout à l’heure : sans les pratiques artistiques, nous
sommes réduits à la situation de nous voir imposer des valeurs, des modes d’évaluation
qui nous réduisent à l’état de mécanique, ou de pure rationalité !
L’art n’a pas de prix : il a une valeur d’expérience humaine qui apprend quelque
choses : non pas sur les objets qu’il montre mais d’abord sur nous-mêmes. Si ça n’est
pas directement, c’est aussi à travers ce qu’il provoque : les grandes bagarres de
civilisations sont d’abord esthétiques ! Ça sert à nous approprier le monde du social, de
l’imaginaire, des représentations du réel. Et c’est sans prix ! Il faut l’évaluer mais pas à
travers des chiffres, des nombres de spectateurs.
Une question vers le champ du politique : comment percevez-vous le livre de Frédéric
Martel, «Mainstream» ? Il est provocateur avec cette idée que les politiques culturelles
ont échouées en France dans leurs missions de démocratiser la culture, alors que nous
avons un formidable vecteur de pratique qu’est la culture produite par les institutions
culturelles par exemple.
J. C.- C’est une excellente question. Je pense qu’il n’y a pas eu d’échec, mais que
c’est une politique à bout de souffle, qui a perdu ses raisons d’être. Je ne suis pas dans
la position d’Adorno ou Horkheimer, tous deux philosophes et sociologues d’avantguerre, d’inspiration libertaire, anarchiste et marxiste, qui ont condamné les industries
culturelles. Si elles sont condamnables, selon Hannah Arendt, c’est lorsqu’elles prennent
les objets de la culture pour en faire des objets industriels en leur faisant perdre toute
leur qualité d’interrogation.
Personne aujourd’hui, en politique, n’aborde réellement, à travers les réalités
socioculturelles, la crise, mais aussi toutes ces populations en quête d’une identité.
C’est une question sur laquelle les politiques n’ont pas de réponse parce qu’elles
se contentent d’avoir une vision étroite, celle du chiffre : évaluer les effets en terme
d’audience et de catégiories socio-professionnelles. Il faut redonner du sens au politique
dans les politiques culturelles mais en développant les affaires humaines et la politique
de la cité ; avec des expériences par rapport au langage artistique dans des lieux pas
forcément destiné à la diffusion de l’oeuvre.
C’est intéressant de passer de la réflexion sur l’art à celle des pratiques artistiques.
Dans ces pratiques, on fait rentrer toute une dimension politique de rapport à l’autre,
et c’est une autre réflexion que celle du thème de l’art. En psychiatrie, on développe
les pratiques artistiques à l’hôpital et en dehors, parce qu’on peut réinstaurer cette
dimension de l’humain qui est spoliée par certaines directives...
Peut-on parler de la différence entre la médiation culturelle et la catégorie des
médiateurs culturels telle qu’elle a été imposée ?
J. C.- J’essaye de ne plus parler de médiateur culturel, mais à chaque espace où l’art est
présent, sollicitant l’attention sensible, il y a des gens qui interviennent à ce passage. Le
médiateur, c’est un profil professionnel, de compétences dangeureusement enfermées
dans une catégorie, à l’instar de l’animateur dans les années soixante. L’animateur
qui était en relation avec le public est devenu relation public. On voit aussi combien le
public est une construction des institutions.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 56
Le terme de médiation culturelle comme pratique, né il y a quelques années a été
extrêmement important, mais il nous empêche aujourd’hui de penser. Pensons à
l’expérience artistique ou esthétique au travers de lieux dans lesquels les gens ne sont
pas forcément là comme auditeurs ou spectateurs. Le premier outil de médiation est le
langage, il y a aussi le corps ! C’est un mot riche, utilisons-le sans enfermer un phénomène
complexe dans une catégorie.
Si j’ai bien compris, le terme de médiateur enferme ces personnes dans un certain
champ de compétences, ce qui enfermerait à leur tour les publics dans un certain
champ de vision . Mais le médiateur doit prendre conscience de l’identité de l’autre, en
l’ouvrant sur d’autres champs spécifiques. C’est la nuance que je souhaitais apporter.
J. C.- Pour rebondir, c’est l’oeuvre, la démarche, le processus qui sont les véritables
objets médiateurs et provoquent la nécessaire médiation.
Mais il y a un antécédent de nature politique : c’est de penser que la magie de l’art
suffit à créer les conditions de la rencontre. Ça c’est la philosophie de Malraux, forte,
kantienne. Le problème c’est que l’art est magique si l’on est éduqué à recevoir ces
effets magiques. Le travail du médiateur c’est cette éducation sensible, préparer la
rencontre avec l’oeuvre : ce qu’elle dit et ce qui est sous jacent. Le travail d’interprétation
consiste à faire monter le signifié au niveau du signifiant. Mais émasculer l’oeuvre et il
restera toujours de l’énigme !
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 57
Les mots de la
journée
...
« Nous apprenons à parler un langage commun »
« Une confirmation : la culture est lien social »
« Des rencontres, oui, mais brèves »
«Attention à multiplier les journées, colloques.. Et ainsi donner plus de place
aux discours sur l’action qu’à l’action elle-même»
« La rencontre corporelle de ce matin était une belle façon de parler de
l’art »
« Chaque personne avec son identité professionnelle utilise l’art comme
médiateur. L’essentiel est de constater que quelque soit le moyen et le lieu
où la pratique artistique est utilisée, elle peut être accessible à tous et faire
‘grandir’ les gens qui l’explore ».
« Faire bouger le corps avant de faire bouger les neurones ça met en
condition. Et ça fait tomber les barrières entre les gens »
« Une prochaine rencontre corporelle sans trop de verbal ! »
« Voir si du désir
professionnels »
s’exprime
auprès
des
usagers
mais
aussi
des
« Il serait intéressant de parler ou d’inviter des acteurs non institutionnels
largement précurseur »
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 58
...
« Une idée de séminaire est déjà née de mon retour à l’équipe »
« Sortir du travail quotidien pour prendre de la distance et alimenter les
connaissances et réflexions sur nos pratiques »
«Je ne sais pas si je parlerais de rencontres. Plutôt d’une fenêtre ouverte sur
d’autres possibles»
« Besoin de sortir de l’isolement, d’entendre d’autres parler de leurs
expériences, besoin de théories pour nourrir ma pratique »
«Ces rencontres pourraient regrouper moins d’intervenants pour leur donner
plus de temps de parole »
« Se réunir pour réfléchir ensemble, pour construire et sauver notre place
dans le système »
« Que le public se sente un peu plus acteur »
« Est-ce qu’on ne peut pas inviter à participer les publics non professionnels
?»
« Cette journée a surtout été un bol d’air et un partage autour de convictions
que je sais aujourd’hui partagées. C’est déjà beaucoup dans le quotidien
où parfois le découragement nous guette ! »
« Démonstration vivante de ce qui peut être entrepris »
« La parole aux usagers, la parole aux usagers, la parole aux usagers... »
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 59
Programme
de la rencontre
Mardi 5 octobre 2010
Salle de la Cité, 10 rue Saint Louis Rennes
9h30 > Mise en mouvement des corps avec Osman Kassen Khelili et et Anne
Karine Lescop
11h > Conférence avec Christophe Moreau et Jean Hurstel
« En quoi les processus de création artistique influencent-ils les parcours de vie ? »
12h30 > Déjeuner libre
14h00-16h30 > Cinq projets portés par les partenaires de la journée
17h30 > Conclusion et perspectives par Nicolas Roméas
18h-19h30 > Conférence de Jean Caune ouverte au public
« L’expérience de l’art : une modalité de la construction de Soi et du rapport à
l’autre »
20h > Apéro concert de THE CAPS
20h30 > Projections
- Le chemin de l’espoir, l’itinéraire d’accueillis qui montent un spectacle sur Bourges,
réal. Olivier Vaillant. Un film initié par la Fondation Abbé Pierre.
- Rennes, situation 01, réal. Samuel Boche assisté d’Anne-Cécile Paredes. Un film
initié par l’association Tout Atout.
- Habiter, réal. Richard Volante. Un film initié par l’association Danse à tous les
étages !
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 60
Liste des
participants
NOM
PRENOM
STRUCTURE
FONCTION
MAIL
ANDREEN
Isabel
Spectacle Vivant en Bretagne
Chargée de mission
production et mobilité
i.andreen@svbretagne.fr
ANDRO
Gaëlle
Ville de Rennes
Déléguée à la vie associative
gandro@ville-rennes.fr
ARRIBOT
Marie
Foyer de la Thébaudais
Animatrice
marie.arribot@gmail.com
AUDE DROUIN
Marie-Paule
Cidff 35 et URCidff
élue CA Cidff 35,
secrétaire du Bureau UR
mpaude-drouin@voila.fr
AUDOUARD
Cédric
GPAS Bretagne
Secrétaire Général
gpasbretagne@free.fr
AURIAULT
Anne
Danse à tous les étages
Bénévole
AUVERGNELARUE
Armelle
Le Crabe Rouge
Attachée de production
BALAH
Victorine
Participante
Participante à Carmen
BARBEDET
Christine
Arts Vivants en Ille-et-Vilaine Journaliste
christine.barbedet@gmail.com
BAUDOIN
Vincent
Pôle emploi,
en convention avec le CG 35
Conseiller référent «artistes»
Bénéficiaires du R.S.A.
vincent.baudoin@pole-emploi.fr
BAUMARD
Nathalie
Fil Rouge
Assistante sociale
nathalie.baumard@filrouge.info
BAZIN
Christian
ADSAO
Animateur socio-éducatif
adsao@wanadoo.fr
BEGOT
Annie
Danse à tous les étages !
Directrice
asso@danseatouslesetages.org
BEREAU
Amparo
CHGR
Art-thérapeute
a.bereau@ch-guillaumeregnier.fr
BICHE
André
Apase Fil Rouge
Coordinateur
andre.biche@apase.org
BISEUIL
Hervé
Arts Vivants en Ille-et-Vilaine Directeur
BLIN-DANIEL
Danielle
Danse à tous les étages !
Bénévole adhérente
BOTREL
AnneHéloise
Ligue de l’enseignement
d’Ille-et-Vilaine
Médiatrice culturelle
en milieu pénitentiaire
ahbotrel@laligue.org
BOUCHAUDY
Marie-Pierre Rennes Métropole
Chef de projet
Cité des idées
mp.bouchaudy@
agglo-rennesmetropole.fr
BOUCHERON
Véronique
BOURDON FORET Sylvie
lecraberouge@neuf.fr
herve.biseuil@arvivan.org
ex-Domaine de Kerguéhennec Responsable du service
Centre d’art contemporain
des publics
boucheron.veronique@free.fr
Association Libre Accis
enseignante
Méthode Feldenkrais
et danse contemporaine
libre-accis@orange.fr
BOUTANT
Karine
GPAS Val d’Ille
Pédagogue de l’espace public gpasvaldille@free.fr
BRESSY
Marianne
Dayblind
Réalisatrice
dayblind@no-log.org
BRETEL
Erwan
Fondation Abbé Pierre
Responsable Bretagne
ebretel@fondation-abbe-pierre.fr
BRINGOLET
Georgette
Préfecture d’Ille-et-Vilaine
Déléguée du Préfet
georgette.bringolet@ille-et-vilaine.pref.
gouv.fr
BRUNETEAU
Maryline
Association L’autre regard
Animatrice
lautre.regard@laposte.net
CAMUS
Yannis
Cie Alter Ego
Animateur
theatre@compagnie-alterego.com
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 61
NOM
PRENOM
FONCTION
MAIL
CASTILLA
Emmanuelle UER/CHGR
STRUCTURE
Ergothérapeute/
Art thérapeute
uer@ch-guillaumeregnier.fr
CASTILLA
José
THE CAPS
chant, guitare, basse,
composition, arrangements
reso.5@ch-guillaumeregnier.fr
CAUNE
Jean
Université Stendhal
de Grenoble
Professeur émérite
jean.caune@wanadoo.fr
CAVEY
Lucie
Association Tout Atout
Chef de projet
coordination@toutatout.org
CHAFI
Malika
Fondation Abbé Pierre
Chargée de mission Paris
mchafi@fondation-abbe-pierre.fr
CHARPENTIER
Brigitte
FRAC Bretagne
Responsable Service éducatif charpentier.fracbretagne@wanadoo.fr
CHARUEL
Patricia
Centre Médico-Psychologique Infirmière
v.prioul@ch-guillaumeregnier.fr
CHERON
Bruno
Fédération d’Animation
Rurale en Pays de Vilaine
bruno.cheron@lafede.fr
CHEVALIER
Marina
CDAS Couronne Rennaise Est Informatrice Sociale
marina.chevalier@cg35.fr
CLOLUS
Estelle
CDAS Cleunay
Informatrice Sociale
estelle.clolus@cg35.fr
COGNET
Françoise
AgenZenCom
Animation de débats,
lectures publiques
fran35@sfr.fr
COIRIER
DROUET
Laure
La Luna
Plasticienne
coirier.drouet@wanadoo.fr
COURTET
Gaëlle
Cie Quai des valses
Chorégraphe
contact@quaidesvalses.fr
DARTIGUENAVE
Bruno
DRAC
Chargé de mission
pour l’action territoriale
bruno.dartiguenave@culture.gouv.fr
DAULT
Maryse
Théâtre de l’Aire Libre
Responsable des
relations publiques
mdault@theatre-airelibre.fr
DAVID
Muriel
Spectacle Vivant en Bretagne
Chargée de mission Création m.david@svbretagne.fr
et cultures artistiques
DELAMARRE
Christine
GIRFAS / IRTS de Rennes
Formatrice
christine .delamarre@irts-bretagne.fr
DELAMARRE
Morgane
Danse à tous les étages!
Médiatrice culturelle
asso@danseatouslesetages.org
DELEURME
Elisa
Office Culturel de Fougères
Service communication /
partenariat / actions
culturelles
n.hamon@culture-oc.fr
DELPECH
Eric
Cie Quai des valses
Chorégraphe
contact@quaidesvalses.fr
DESLOGES
Sébastien
Arts Vivants en Ille-et-Vilaine Chargé du dévelopement
sebastien.desloges@arvivan.org
DIVAY
Stéphane
Centre Médico-Psychologique Infirmier
v.prioul@ch-guillaumeregnier.fr
DORE
Pierre Yves
DDCSPP Jeunesse et sports
Responsable “politique de
la ville et développement
des territoires”
pierre-yves.dore@ille-et-vilaine.gouv.fr
DORVAL
Philippe
Iut Carrières sociales
Enseignant arts plastiques
philippe.dorval@univ-rennes1.fr
DUCATILLON
Brigitte
Créatives
Participante Créatives
bducatillon@laposte.net
DURAND
Jean-René
THE CAPS
chant, guitare, basse, composition
DUVIVIER
Chloé
Ligue de l’enseignement 35
Animatrice
cduvivier@laligue.org
ETIENNE
Marion
Opéra de Rennes
Responsable
de l’action culturelle
marion.etienne@opera-rennes.fr
FANOUILLERE
Joanne
Danse à tous les étages !
Assistante d’administration
asso@danseatouslesetages.org
FAURE
Alain
Association Périscopages
Coordinateur
contact@periscopages.org
FAURE
Cyrielle
Artiste
Artiste avec Tout Atout
cyrielle.faure@yahoo.fr
FAUVEAU
Nicole
Mairie de Chateaugiron
Directrice de l’espace jeunes
estia.espacejeunes@orange.fr
FERRE
Guy-Jean
Foyer Benoît Labre
Educateur
guyferre@gmail.com
FEVRIER
Solenne
Alfadi
Travailleuse social
solenne.fevrier@alfadi.fr
Directeur
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 62
NOM
PRENOM
STRUCTURE
FONCTION
MAIL
FLEIG
Katja
Cie Enco.re
Chorégraphe
contact@enco-re.eu
GAINIE
Noémie
Clinique du Moulin et
Hôpital Privé Sévigné
Assistante de service social
n.gainie@gsante.fr
GALAIS
Aurélie
Association Tout Atout
Stagiaire
coordination@toutatout.org
GEFFRAULTCADEC
Martine
Indépendante
Metteur en scène
martine.geffrault-cadec@wanadoo.fr
GEISEN
Laureline
Association TransMusicales
Assistante de direction,
Coordinatrice technique
aux Trans
laureline@transmusicales.com
GERMON
Lucie
Tout Atout
Coordination, remplaçante
coordination@toutatout.org
GILLES
Florie
Les tombées de la nuit
Chargée de relations
publiques
accueilpro@lestombeesdelanuit.com
GIRARDGENDRON
Armelle
Association L’autre regard
Animatrice
lautre.regard@laposte.net
GLOAGUEN
Catherine
Ligue de l’enseignement 35
Médiatrice culturelle
en milieu pénitentiaire
cgloaguen@laligue.org
GOATER
Sylvie
Danse à tous les étages !
Bénévole adhérente
GOUERY
Damien
Cie Alter Ego
Service civique
théâtre@compagnie-alterego.com
GOYER
Jean-Luc
Atelier culturel Maurepas
Responsable de
l’atelier culturel
atelier-culturel-maurepas@hotmail.com
GRIGOLETTO
Laëtitia
Danse à tous les étages
Stagiaire
asso@danseatouslesetages.org
GROUSSEAU
Marion
Mairie de Chateaugiron
Animatrice jeunesse
estia.espacejeunes@orange.fr
GUERIN
Anne
Fédération d’animation rurale
en pays de vilaine
Animatrice Art et
Patrimoine
bruno.cheron@lafede.fr
GUILBERT
Richard
Centre Culturel Colombier
Chargé de
développement culturel
richard.guilbert@centrecolombier.org
GUILLANTON
Enora
Centre Hospitalier Bon Sauveur
Musicothérapeute
dominique.loas@fondationbonsauveur.fr
HAQUIN
Nathalie
CAE Rennes Fréville
Educatrice
nathalie.haquin@justice.fr
HENRY
Corinne
Centre Hospitalier BonSauveur
Art-thérapeute
dominique.loas@fondationbonsauveur.fr
HERBERT
Benoît
SAVS APPARTH
Chargé d’insertion
sociale et professionnelle
bherbert@apparth.fr
HIKITA
Junko
Indépendante
Artiste
junkohikit@yahoo.fr
HURSTEL
Jean
Banlieues d’Europe
Directeur
banlieues.deurope@wanadoo.fr
INGRAO
Myriam
Danse à tous les étages !
Assistante événementsrelations publics
asso@danseatouslesetages.org
JOLIVET
Myriam
Cie Alter Ego
Service civique
KASSEN
KHELILI
Osman
Cie Kassen K.
Chorégraphe interprète
kassenk@free.fr
LAUNAT
Dominique
Centre Hospitalier
Guillaume Regnier
Psychologue
d.launat@ch-guillaumeregnier.fr
LE BRECH
Marie
Animatrice sociale
Animatrice sociale
marie.lebrech@gmail.com
LE BERRE
Danièle
Conseillère en insertion
Mission locale du
pays de Vannes
leberre.mlpv@wanadoo.fr
LE BRETON
Hélène
GRPAS
Pédagogue de rue
grpas@free.fr
LE CORRE
Odile
Centre médico-social de
Ploërmel – CG 56
Référente de documentation odile.lecorre@cg56.fr
et coordinatrice de projets
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 63
NOM
PRENOM
STRUCTURE
FONCTION
MAIL
LE TALLEC
Gwen
Conseil général d’Ille-etVilaine
Attaché territorial –
Chargé de Mission
Insertion Professionnelle
gwenael.le-tallec@cg35.fr
LEGALL
Yvette
Le Triangle
Chargée des arts plastiques
yvette.legall@letriangle.org
LEMAITRE
Françoise
Médiathèque départementale
d’Ille-et-Vilaine
Bibliothécaire chargée
de mission petite enfance
francoise.lemaitre@cg35.fr
LEMANT
Yael
Association
Le Temps du Regard
Coordinatrice du service
lesacanthes35@orange.fr
LEPEINTEUR
Catherine
Médiathèque départementale
Responsable du service
formation animation
catherine.lepeinteur@cg35.fr
LESCOP
AnneKarine
Artiste intervenante
Danseuse
annekarine.lescop@yahoo.fr
LESEPT
Nathalie
association
Le Temps du Regard
Coordinatrice du service
lesacanthes35@orange.fr
LESTREHAN
Michel
Cie Prana
Chorégraphe
prana.compagnie@wanadoo.fr
LETOURNEL
Claire
Conseil Général
des Côtes d’Armor
Chargée des arts visuels,
Direction de la Culture,
du patrimoine et de la
lecture publique
letournelclaire@cg22.fr
LETOURNEUX
Geneviève
Ville de Rennes
Conseillère municipale
éducation artistique
gletourneux@ville-rennes.fr
LIANG
Hsin-Wen
Indépendante
Artiste plasticienne
lianghsinwen@yahoo.fr
LILLO
Nathalie
Direction régionale
Pôle Emploi
Médiatrice/ Correspondante
Pôle emploi Spectacle
nathalie.lillo@pole-emploi.fr
LLONGARRIU
Ester
projet Créatives
Participante Créatives
llongarriu@hotmail.com
LOAS
Dominique
Centre Hospitalier
BonSauveur
Animatrice
dominique.loas@fondationbonsauveur.fr
LORIN
Christine
Enseignante en arts
Enseignante en arts
christine.lorin@club-internet.fr
LOUVEL
Romain
Centre d’Expérimentation
Sociale Artistique, Rennes
Plasticien
herel2@free.fr
LUCIA
Anne
Le Crabe Rouge
Attachée de production
lecraberouge@neuf.fr
MACE
Antoine
L’Echelle de Jacob
Comédien
echelledejacob@hotmail.fr
MANCEAU
Claudie
Hôpital de Port-Louis Riantec
Attachée culturelle
mission culture à l’hôpital
dimanceau@laposte.net
MASSOT
Mireille
Conseil Général 35
1ère vice-présidente
mireille.massot@cg35.fr
MATAS
Isabelle
Arts Vivants en Ille-et-Vilaine Chargée du conseil
isabelle.matas@arvivan.org
MEREL
Françoise
Asfad Brocéliande
Conseillère ESF
hebergementinsertion3@asfad.fr
MEYER
Isabelle
Loisirs Jeunes
Coordinatrice jeunesse
loisirsjeunes.meyer@orange.fr
MONNIER
Julien
Association Tout Atout
Médiateur
mediation@toutatout.org
MOREAU
Christophe
JEUDEVI
Sociologue
moreau.jeudevi@org
MORIN
Brigitte
Danse à tous les étages !
Bénévole adhérente
MORIN
Colette
La Balade du livre
Administratrice
labalade.deslivres@wanadoo.fr
NAESSENS
Ophélie
Université Rennes 2
Doctorante, plasticienne
et enseignante
ophelie.naessens@orange.fr
ORVOINE
Dominique
INSOLIDO Conseil
et production
Directrice
insolido@orange.fr
PELLETIER
Laurence
La Réplic et Pic
Metteur en scène
pelletier.laurence@free.fr
PERON
Lina
Association L’autre regard
Bénévole
lautre.regard@laposte.net
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 64
NOM
PRENOM
STRUCTURE
FONCTION
MAIL
PICART
Franck
Association jeanPierre
Chorégraphe interprète
franck.picart@gmail.com
POLO
JeanFrançois
CRAPE-CNRS
Enseignant chercheur
jean-francois.polo@sciencespo-rennes.fr
PRADO
Laurence
Lycée Jeanne d’Arc
Formatrice en travail social
laurenceprado@wanadoo.fr
PRINS
Martine
Et si on se parlait !
Reso structure
Administratrice
martine.prins@yahoo.fr
RAULT
Sylviane
CASSAJA
Assistante sociale
s.rault@ch-guillaumeregnier.fr
REUZE
Anne Sophie Alfadi
Travailleur social
annesophie.reuze@alfadi.fr
REY
Morgane
Cie Erebé Kouliballets
Chorégraphe
association.kouliballets@orange.fr
ROBIC
Anne-Marie
Antenne Sociale
CAF de Ploërmel
Conseillère en ESF
anne-marie.robic@cafvannes.cnafmail.fr
ROMEAS
Nicolas
Cassandre /Horchamp
Directeur de publication
cassandre@horschamp.org
ROSSIGNOL
Maryse
Ligue de l’enseignement 35
Chargée de mission
régionale Culture / Justice
mrossignol@laligue.org
ROUGIER
Christine
Compagnie Biwa
Artiste chorégraphe /
médiatrice artistique
rougier.SCH.christine@wanadoo.fr
SABOT
Marie
Apase
Travailleuse sociale
marie-claude.sabot@apase.org
SANS
Christine
Centre social Villejean
Animatrice
christine.sans@assoarcs.com
SCOLAN
Estelle
Conseil régional de Bretagne
Chargée de mission
estelle.scolan@region-bretagne.fr
SERGENT
Chloé
CM&P Beaulieu
Animatrice
chloe.sergent@fsef.net
SICHLER
Jacques
L’Antipode
Chargé du développement
artistique et de l’action
culturelle
actionculturelle@antipode-mcj.com
SZYJAN
Philippe
Apase Fil Rouge
Accompagnateur
philippe.szyjan@filrouge.info
TATREAUX
Sandrine
Ligue de l’enseignement FOL
29
Animatrice
sandrinetatreaux@sfr.fr
THEAUDIERE
Chantal
Créatives
Participante Créatives
ch.theaudiere@free.fr
THEBAULT
Fanny
Université Bordeaux 3
Master 2 “Pratiques
artistiques et action sociale”
fannythebault@yahoo.fr
TUAL
Alexandre
Association Prisme
Formateur jeunes parcours +
prisme.aiguillon@wanadoo.fr
TUAL
Roberte
Danse à tous les étages!
Membre du CA
TUAL
Thierry
THE CAPS
batterie, percussions,
composition
VALLEE
Bernadette
Librairie Planète IO
Libraire
planeteio@free.fr
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 65
Bibliographie
Action culturelle dans les quartiers.
Enjeux, méthodes. Bruno Colin, Culture &
Proximité (hors-série), Opale, 1998.
Actions culturelles et développement des
quartiers : les enjeux du renouvellement des
modes d’intervention.
Fors Recherche Sociale n°164. Octobredécembre 2002, 82 p.
Création artistique et dynamique d’insertion :
actes du colloque transnational de Pont-deClaix 23 et 24 mars 2000.
Jean-Louis Bernard, L’Harmattan, 2001.
Cultures adolescentes, entre turbulence et
construction de soi.
collection Autrement, dirigé par David Le
Breton, Paris, 2008.
Anthropologie du corps et modernité.
David Lebreton, PUF , 2008.
Culture et déplacement –dans l’Art et la Culture.
Marc Auge, Odile Jacob, 2002, 318 p.
L’art, ça nous regarde.
Préalables à des pratiques d’ateliers, sous la
direction de l’équipe du Foyer d’accueil et de
promotion Hubert Pascal. Editions du Champ
Social, 2001.
Culture et politique de la ville.
Philippe Chaudoir, Jacques de Maillard. Editions
de l’aube, 2004, 203 p.
L’art en banlieue. Contre-feux.
Revue Cassandre n°65 et 66 : Printemps – été
2006.
L’art pour quoi faire, à l’école, dans nos vie, une
étincelle.
Collection Autrement, collectif, 2002
> CAUNE, JEAN
Acteur-spectateur, une relation dans le blanc
des mots.
Nizet, 1996
La culture en action,
PUG, réédition, 1999
L’éducation populaire et le théâtre : le public
d’Avignon en action.
Préf. Jean-Louis Fabiani, 2008.
Esthétique de la communication.
« Que sais-je ? », PUF, 1997
La démocratisation culturelle, une médiation à
bout de souffle.
Daniel Lescott, Préf. PUG 2006.
Pour une éthique de la médiation.
PUG, 1999 <
Les contrats urbains de cohésion sociale : guide
méthodologique.
Délégation interministérielle à la ville, 2006
Culture et politique de la ville : Une évaluation.
Maurice Blanc, Sophie Le Coq, Dir. Jacques
Maillard et Philippe Chaudoir, 2004.
Du théâtre grec au happening, la fonction
de l’imaginaire dans les sociétés.
Spectacle et Société. Jean Duvignaud, Denoel,
1970.
Ecrire le renouvellement urbain : comment
associer par l’écriture les habitants au projet
urbain.
Actes du séminaire organisé à Nantes, les 7
et 8 octobre 2003, par la Fédération des Villes
Lecture. 72 p.
Entretiens Culture et ville 2000.
Actes des rencontres des 28 et 29 novembre
2000, à Mérignac. Musiques de Nuit Diffusion et
Quartiers d’Aquitaine, 2001. 129 p.
> HURSTEL, JEAN
Chroniques culturelles barbares.
Editions Syros, 1988.
Jeunes au bistrot, cultures du macadam.
Editions Syros, 1984.
Réechanter la ville.
Editions L’Harmattan, 2006.
Une nouvelle utopie culturelle en marche ?,
essai sur une autre vision de l’action culturelle
en Europe.
Editions de l’Attribut, 2009.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 66
Comment (re)concilier culture et
développement local ?
In L’observatoire des politiques culturelles
n°16, automne 1998. <
L’identité humaine.
Edgar Morin, Seuil, 2001, 287 p.
L’invention de soi.
Jean-Claude Kaufman, Armand Colin, 2004,
346 p.
Itinéraires : culture, insertion, jeunes.
Ministère du travail, de l’emploi et de la
formation professionnelle, Ministère de la culture
et de la communication, juillet 1990, 96 p.
La légitimité culturelle en questions.
Sylvette Giet, Dir. François Debruyne, Thierry
Cottour, Thierry Crepin, David Vandiedonck,
2004.
Mainstream : enquête sur cette culture qui plaît
à tout le monde.
Frédéric Martel, 2010.
Moments de l’expérimentation.
Pascal Nicolas-Le Strat, éditions Fulenn, 2009,
160 p.
Nouveaux Territoires de l’Art. Institut des villes.
Editions Sujet Objet, 2005, 295 p.
Nouveaux Territoires de l’Art : paroles d’élus.
Institut des villes. Editions Sujet Objet, 2006,
La parole poétique – dans l’Art et la Culture.
Yves Bonnefoy, Odile Jacob, 2002, 318 p.
Observatoire national des zones urbaines
sensibles : rapport 2009.
Secrétariat national du CIV. Observatoire
national des zones urbaines sensibles, 2009.
Politique du hip-hop : action publique et cultures.
Stéphanie Molinero, 2009.
Propos Cités : culture et lien social.
Ministère de la culture et de la communication,
juin 1991, 48 p.
Psychiatrie-prisons, quelles actions artistiques ?
Éditions Nöys-Cassandre/Horchamps, 2007, 280 p.
Que peuvent les politiques culturelles pour le lien
social ?
In L’Etat de la France, Jean-Pierre Saez, 19992000, La Découverte.
Le rôle de l’art dans les transformations sociales.
Jean-Pierre Colin, Françoise Seloron. Publisud,
1994.
Santé mentale et pratiques artistiques.
Revue Pratiques artistiques en santé mentale n°3
- Août 2010
Sociologie de la culture populaire.
Antigone Mouchtouris, L’Harmattan, 2007. 198p.
SITES INTERNET
Arts vivants en Ille-et-Vilaine, développement et
ressources pour les arts vivants en Ille-et-Vilaine:
www.arvivan.org
Spectacle vivant en Bretagne, centre ressource
pour le spectacle vivant en Bretagne :
www.spectacle-vivant-bretagne.com/
CRES Bretagne, portail de l’économie sociale et
solidaire en bretagne :
http://www.cres-bretagne.org/
Le partage du sensible – esthétique et politique.
Jacques Rancière, éditions La fabrique, 2002,
74 p.
Lien social, hebdomadaire fait par et pour les
travailleurs sociaux, rubrique culture :
http://www.lien-social.com
La place de la culture dans les contrats urbains
de cohésion sociale.
Sophie Le Coq, Réseau villes : Centre de
ressources politique de la ville, 2008.
Passeurs de culture, plateforme de ressources des
acteurs de l’accompagnement des pratiques
artistiques et culturelles :
http://www.passeursdeculture.fr/
Les pratiques artistiques et culturelles des jeunes
: mieux connaître pour mieux accompagner,
continuité et - ou rupture.
Chantal Dahan, Préf. 2007.
A Double Sens, l’association organise des
Rencontres autour des arts interactifs et
participatifs en partenariat avec la Maison des
Métallos et Arcadi :
http://www.adoublesens.fr/
La pratique de l’art.
Antoni Tàpies, Gallimard, 1994, 284 p.
Les publics du rap : enquête sociologique.
Stéphanie Molinero, 2009.
Culture Action Europe, association défendant
le rôle des arts et de la culture dans le
développement du projet européen :
http://www.cultureactioneurope.org/
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 67
Avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication-DRAC de Bretagne, la ville de Rennes,
la Fondation Abbé Pierre, la Direction Générale de la Cohésion Sociale et le Crédit Coopératif de Rennes.
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 68
Journée
professionnelle
de réflexion
Mardi 5 octobre 2010, Rennes (35)
Salle de la Cité (Métro Ste-Anne)
Avec les interventions de :
Christophe Moreau, Jean Hurstel, Nicolas Roméas, Jean Caune.
Conférences, ateliers, projections, apéro concert.
INFLUENCE DES PROCESSUS DE
CREATION ARTISTIQUE
SUR LES PARCOURS DE VIE
Rencontres professionnelles entre les
acteurs sociaux et culturels,
les artistes et les publics.
Une journée proposée par
Danse à tous les étages !
Danse à tous les étages !
10 rue Jean Guy - 35000 Rennes
02 99 31 30 13
asso@danseatouslesetages.org
www.danseatouslesetages.org
En partenariat avec l’association
Tout Atout, l’Opéra de Rennes,
le Centre Hospitalier Guillaume
Régnier, le Département Carrières
sociales de l’Iut de Rennes.
Conception du visuel : catherinelecarrer@yahoo.fr
Retranscription : Myriam Ingrao avec l’aide d’Anne Auriault.
Nous remercions la Cie Alter Ego qui a animé les échanges
dans une dynamique interactive et coopérative.
www.compagnie-alterego.com
L’art comme levier, mardi 5 octobre 2010
p. 69
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising