Biodiversité et réversibilité de la friche

Biodiversité et réversibilité de la friche
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
151
Biodiversité et réversibilité de la friche
Daniel Leconte
INRA, Domaine expérimental fourrager, 61310 Le Pin-au-Haras
Daniel.Leconte@rennes.inra.fr
Introduction
La politique agricole commune a, suite à la mise en place des quotas de production, entraîné des
modifications importantes de l’occupation des terres agricoles (fig. 1), avec l’introduction de la notion
de gel des terres et la mise en place de jachères.
La limitation des activités agricoles avait aussi pour but de préserver l’environnement en limitant les
intrants. Cependant, les quotas laitiers et l’attribution de primes au maintien de l’élevage extensif ont
limité le chargement et entraîné la désintensification des prairies, avec des risques de déprise, se
traduisant par une moindre pression d’utilisation. Ces espaces sous-exploités aboutissent au
développement des friches « terrains dépourvus de cultures et abandonnés » (Périgord, 1994). Les
zones abandonnées présentent un risque important de pollution nitrique en période hivernale, car la
végétation en dormance n’absorbe plus les minéraux (Leconte et Jeannin, 1991).
Sur les zones marginales de fond de vallée ou de pentes non mécanisables, les friches deviennent
inéluctables (Houzard, 1994) ; elles ont oscillé, en Normandie, entre 38 750 et 54 730 ha au cours de
la dernière décennie. Ces friches se développent suite à un abandon forcé (retraite sans successeur,
faillite, accident) mais aussi par abandon voulu pour plus du quart des surfaces (Dufour, 1994).
152
Agriculture et biodiversité des plantes
Pour évaluer la réversibilité de la friche et les conséquences de la non-exploitation des zones
marginales sur la préservation de la biodiversité des prairies, un ensemble de travaux ont été conduits
dès 1989, avec l’appui financier du conseil régional de Haute-Normandie, sur la région herbagère du
sud du Pays d’Auge ornais, au domaine INRA du Vieux Pin au Pin-au-Haras.
Conduite des observations
Contexte pédoclimatique
Le domaine INRA du Vieux Pin bénéficie d’un climat frais et humide ; les températures moyennes
sont proches de 10°C, avec une année froide à moins de 9°C en 1991, et trois années légèrement plus
chaudes que la moyenne en 1994-1995-1997. La pluviométrie, dont la moyenne annuelle atteint
715 mm, a été plus faible au cours des années 1989-1990-1991 et 1994, avec des mois de juillet, août
et septembre recevant 26 mm par mois au lieu de 52 mm.
Les prairies mésophiles de fond de vallée reposent sur des sols argilo-limoneux plus ou moins acides,
alors que les prairies mésoxérophiles reposent sur des sols alcalins. Ces sols, contenant près de 8% de
matières organiques en surface et 5% entre 10 et 20 cm de profondeur, sont bien pourvus en éléments
fertilisants (teneurs normales dans 1 cas sur 20, élevées dans 19 cas sur 20 - annexe 1). La CEC
(capacité d’échange cationique) est élevée à très élevée, et le taux de saturation, proche de 100 en fond
de vallée, dépasse 230 sur le coteau calcaire. Tous ces sols riches ont un rapport carbone/azote proche
de 9, ce qui reflète un bon fonctionnement biologique.
Conduite expérimentale
Pour suivre l’incidence de l’abandon complet des prairies sur l’évolution de la composition botanique,
des parcelles ont été laissées en friche, sans aucune exploitation pendant une séquence de 10 années,
soit en fond de vallée, soit sur un coteau séchant.
Afin d’apprécier la réversibilité de la friche, des zones ont été reprises (remises en production) après
un délai variable (Vivier et Leconte, 1995 ; Leconte et al., 1998).
Trois traitements principaux ont été suivis :
- T1 : témoin intensif conduit en pâturage tournant, recevant 300 N – 80 P – 80 K (unités d’azote, de
phosphore, de potassium, respectivement) sous forme minérale ;
- T2 : témoin extensif conduit en pâturage tournant, non fertilisé ;
- T3 : abandon expérimental. Certaines de ces prairies ont été remises en production après un abandon
de 3, 6 ou 9 ans et exploitées ultérieurement en pâturage tournant extensif, sans fertilisation minérale
ou organique.
Les différentes parcelles ont été exploitées, par des bœufs de 30 mois de race charolaise, en pâturage
tournant avec un nombre de cycles annuels de pâturage de 4 à 6 en intensif, et de 3 à 4 en extensif ou
après reprise. La pression de pâturage a été adaptée à la quantité d’herbe présente à l’entrée des
animaux, et, sur ces parcelles représentatives des zones non mécanisables, les refus n’ont pas été
fauchés.
Production fourragère
La production moyenne, équivalente sur le coteau séchant et en fond de vallée, a atteint 11,05 t/ha de
matière sèche (MS) pour la conduite intensive ; productivité proche de celle enregistrée dans nos
conditions pédoclimatiques (Laissus et Marty, 1973 ; Leconte, 1991).
153
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
Les prairies extensives, quant à elles, ont produit 7,55 t/ha de MS, alors que les parcelles remises en
exploitation après 3 ou 6 ans d’abandon ont atteint un niveau légèrement inférieur, compris entre 93 et
100% des témoins extensifs.
Cependant, malgré cette productivité proche, les prairies reprises présentent un aspect différent ;
végétation en touffes présentant, comme le Dactyle (Dactylis glomerata), une morphologie adaptée à
des rythmes lents (Fleury, 1996), ou en plaques, et une composition botanique métamorphosée par les
années de friche.
Évolution de la composition botanique
Témoins exploités en pâturage tournant
Les prairies témoins exploitées à raison de 3 à 6 cycles de pâturage par an, présentent une composition
botanique variable, adaptée au contexte édaphoclimatique.
Le Ray-grass anglais (Lolium perenne) est en moyenne sur 10 ans plus présent sur les prairies
mésophiles de fond de vallée (fréquence relative : P = 20,1%) que sur le coteau mésoxérophile séchant
(P = 16,8%). Cette différence est plus marquée, suite aux années sèches, en l’absence de fertilisation
(tab. I).
Parmi les autres Poacées sélectionnées, le Dactyle (Dactylis glomerata), la Fétuque élevée (Festuca
arundinacea) et le Pâturin des prés (Poa pratensis) sont surtout présents sur le coteau mésoxérophile,
alors que la Fétuque des prés (Festuca pratensis) et la Phléole des prés (Phleum pratense) se
développent sur les prairies intensives mésophiles de fond de vallée.
Tableau I. Composition botanique des prairies permanentes (fréquence relative P%)
(*A1 : 1989 à A10 : 1998)
Prairies mésophiles de fond de vallée
moyenne des années
Lolium perenne
Poacées sélectionnées
Poacées productives
Poa trivialis
Agrostis sp
Autres Poacées
Fabacées
Dicotylédones
Litière
Intensif
Extensif
A1 à A 10* A1 à A 10
23,17
16,85
6,71
21,03
14,63
9,77
1,26
6,59
0,00
16,97
1,66
27,20
13,23
11,94
1,54
11,70
15,63
0,15
A1-A2-A3
Abandon
A4-A5-A6
A7-A8-A9
9,01
6,94
5,26
15,18
19,73
3,68
5,07
22,65
12,48
0,00
3,16
9,06
5,98
3,20
1,10
0,50
65,96
11,05
0,26
0,23
7,61
9,56
3,04
0,26
0,00
63,38
15,66
Reprise 3 ans
A4-A5-A6 A7-A8-A9
27,50
7,23
3,71
27,64
21,42
1,80
0,00
10,70
0,00
22,67
6,79
4,28
22,47
17,98
2,89
0,00
22,92
0,00
Reprise 6 ans
A7-A8-A9
26,01
1,34
1,23
10,04
3,05
1,92
6,10
49,45
0,85
Prairies mésoxérophiles de coteau
moyenne des années
Lolium perenne
Poacées sélectionnées
Poacées productives
Poa trivialis
Agrostis sp
Autres Poacées
Fabacées
Dicotylédones
Litière
Intensif
Extensif
A1 à A 10* A1 à A 10
21,89
10,84
0,24
10,77
17,44
5,87
9,47
23,48
0,00
11,80
22,85
1,40
5,94
6,15
7,18
8,54
36,13
0,00
A1-A2-A3
Abandon
A4-A5-A6
A7-A8-A9
12,04
17,02
0,00
16,74
19,19
4,92
4,77
16,19
9,13
0,85
29,10
0,00
5,96
13,59
7,93
0,00
21,56
21,00
0,00
12,08
2,22
3,21
7,72
14,27
0,00
38,10
22,41
Reprise 3 ans
A7-A8-A9 A4-A5-A6
20,74
22,12
0,00
9,02
17,30
6,74
0,48
23,18
0,42
13,02
17,50
0,00
12,08
10,60
4,60
5,44
36,77
0,00
Reprise 6 ans
A7-A8-A9
17,20
14,75
2,34
12,02
14,13
8,63
0,47
30,47
0,00
154
Agriculture et biodiversité des plantes
Les écotypes productifs (Laissus, 1974 ; Laissus, 1979) de Houlque laineuse (Holcus lanatus) et de
Vulpin des prés (Alopecurus pratensis) affectionnent les prairies humides.
Le Pâturin commun (Poa trivialis) est favorisé par les lieux frais et humides et la fertilisation
minérale.
L’Agrostis stolonifère (Agrostis stolonifera) colonise les prairies intensives mésoxérophiles et toutes
les prairies mésophiles quel que soit le niveau d’intrants.
Les autres Poacées, Poa annua (Pâturin annuel), Festuca rubra sensu lato (Fétuque rouge), Bromus
mollis (Brome mou), Agropyrum repens (Chiendent), Arrhenatherum elatius (Fromental), Phleum
nodosum (Phléole tardive), participent peu au cortège floristique des prairies mésoxérophiles
extensives. En fond de vallée, on rencontre du Pâturin annuel, du Chiendent, de l’Orge des rats
(Hordeum murinum), de la Gaudinie (Gaudinia fragilis) et surtout du Vulpin genouillé (Alopecurus
geniculatus).
Toutes ces prairies exploitées sont composées de 8 à 11 espèces de Poacées (fig. 2, ci-après).
Les Fabacées, atteignant une fréquence relative proche de 10%, sont représentées par le Trèfle blanc
(Trifolium repens) qui devient négligeable sur les prairies mésophiles intensives (P = 1,3%).
Les autres Dicotylédones sont, avec une fréquence relative de 11,1% moins présentes en fond de
vallée que sur le coteau séchant où elles atteignent 29,8%. Dans les deux lieux, la fertilisation azotée
freine leur développement. Le nombre d’espèces dicotylédones diverses varie de moins de 2, sur les
prairies intensives mésophiles, à 12 sur les prairies extensives mésoxérophiles qui présentent la plus
grande diversité botanique, totalisant 25 espèces prairiales.
Parcelles abandonnées
Dès la première année d’abandon, le Trèfle blanc disparaît et, après trois années, c’est le Ray-grass
anglais qui devient très rare (ou rarissime). Au cours de ces trois premières années de friche, le
nombre de graminées régresse de 11 à 8 sur le coteau séchant, et descend à 4, voire moins, en fond de
vallée. Là, les nombreuses Dicotylédones non fourragères, très agressives, envahissent rapidement la
végétation ; par ordre décroissant : Galium aparine (Gaillet ou gratteron), Circium arvense (Cirse des
champs), Ranunculus repens (Renoncule rampante), Urtica dioica (Ortie dioïque), Symphytum
officinale (Consoude officinale), Epilobium palustre (Épilobe des marais), Rumex sp. (Oseille),
Senecio vulgaris (Séneçon commun), Capsella bursa-pastoris (Capselle rougeâtre), Chenopodium
album (Chénopode à feuilles d’obier).
Sur le coteau séchant, le nombre de dicotylédones reste inférieur a celui observé sur les prairies
exploitées en extensif, suite à la disparition des espèces les moins agressives, Bellis perennis
(Pâquerette commune), Taraxacum officinale (Pissenlit), alors que d’autres, Galium aparine, Urtica
dioica, Convolvulus arvensis (Liseron des champs) deviennent envahissantes. Même si la diversité
globale se maintient mieux sur le coteau séchant, la colonisation par les Dicotylédones non fourragères
est préoccupante.
Reprise
Lors de la remise en production, à l’automne, un pâturage sévère, suivi d’un sur-semis de Ray-grass
anglais (Leconte et al., 1998), est suffisant sur le coteau séchant où les 7 à 9 Poacées du fond prairial
représentent encore une fréquence relative proche de 35%, après 9 ans d’abandon. Dans ces
conditions, l’agressivité des Poacées permet de reconstituer une prairie correcte, sans avoir recours
aux herbicides sélectifs.
En revanche, en fond de vallée, l’envahissement des dicotylédones est très rapide ; elles atteignent une
fréquence relative proche de 70% après 3 ans d’abandon.
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
Figure 2. Évolution de la richesse spécifique sur les transects permanents dans deux milieux et
pour cinq modes d’utilisation.
Observations conduites de 1989 à 1998 : G = graminées ; L = légumineuses ; D = dicotylédones
diverses
155
156
Agriculture et biodiversité des plantes
Un pâturage sévère permet encore de réimplanter la prairie par sursemis en fin de saison. Néanmoins,
un traitement herbicide s’est avéré nécessaire au printemps suivant pour maîtriser les dicotylédones
non fourragères (printazol N à 1,5 l/ha).
Après 6 ans d’abandon, le broyage à l’automne et l’emploi d’un herbicide rémanent
(aminotriazole + thiocyanate d’ammonium à 3 600 g + 3 225 g/ha) n’ont pas été suffisants pour
détruire les espèces indésirables. Un traitement de rattrapage a été nécessaire au printemps (glyphosate
à 1 700 g/ha) pour détruire les repousses et les levées de plantules (jusqu’à 1 000 Rumex/m²), ainsi
qu’une fauche de nettoyage afin de faciliter le semis-direct réalisé avec un semoir spécialisé. Là
encore, un traitement herbicide sélectif ultérieur a été nécessaire pour maîtriser les adventices.
Le Trèfle blanc spontané (Trifolium repens) recolonise progressivement ces prairies extensives.
Après 9 ans de friche, le développement de grandes dicotylédones, Circium arvense, Epilobium
palustre, Rumex sp., Urtica dioica, a imposé de faucher à l’aide d’une ensileuse à fléaux afin d’enlever
la végétation présente. Un semis-direct suivi d’un désherbage de prélevée (éthofumésate à 1 000 g/ha
de matière active) a permis de réimplanter un Ray-grass anglais le 7 octobre 1997 (cv Aragon à
30 kg/ha). Un désherbage sélectif s’est avéré indispensable au printemps 1998 (printazol N à 1,5 l/ha)
pour éviter l’étouffement du ray-grass qui n’atteignait que 13,2% de fréquence relative.
Par ailleurs, sur une partie plus accidentée, non accessible au matériel d’ensilage, un simple broyage
fin 1997, suivi d’un sur-semis à la volée de Ray-grass anglais (cv tétraploïde Montagne à 45 kg/ha) a
permis de reconstituer un couvert qui s’est installé lentement.
Discussion et conclusions
Utilisation du territoire
La figure 1 met en évidence une stagnation des friches sur la région normande. Cette stagnation ne
correspond pas aux discours alarmistes du début des années 1980 lorsqu’on prévoyait 300 000 ha à
l’abandon sur la Normandie (Fer, 1994 ; Agreste Orne, 1997).
La prairie normande a néanmoins perdu 327 000 ha, au profit des terres labourées et des territoires non
agricoles qui ont progressé respectivement de 248 000 ha et 79 000 ha en vingt ans, alors que les
surfaces boisées sont restées stables.
La prairie permanente normande occupe une surface de 1 016 000 ha dont 764 000 ha en Basse
Normandie. La régression de ces prairies s’est ralentie au cours des 5 dernières années, mais atteint
encore 6 600 ha par an. Le principal danger pour la biodiversité ne vient donc pas de la friche, mais du
retournement intempestif de toutes les zones labourables, et de l’utilisation non agricole des surfaces ;
seules subsistent les prairies présentant des contraintes fortes (IFEN, 1996).
En revanche, les statistiques agricoles conventionnelles ne prennent pas en compte les prairies sousexploitées ; l’utilisation de la télédétection permettrait d’estimer convenablement ces surfaces (Fer,
1994). Hors cette déprise, qui engendre la friche et conduit à une fermeture progressive du paysage,
réduisait, dans nos conditions pédoclimatiques, le nombre d’espèces dicotylédones fourragères.
Les risques encourus
Dans les expérimentations décrites ci-dessus, la biodiversité était faible à cause d’une utilisation
antérieure semi-intensive durant de nombreuses années. Lors de l’extensification, il existe en effet une
inertie importante de la végétation des prairies précédemment conduites en intensif (Baudry et al.,
1996). Ainsi les prairies extensives de fond de vallée restent peu diversifiée malgré un arrêt complet
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
157
de la fertilisation depuis 1980. En effet, dans de tels couverts fermés, la colonisation par les graines
venant des bordures est hypothétique.
Par ailleurs, les espèces oligotrophes capables de se développer sur des sols très pauvres en éléments
minéraux, ne peuvent retrouver des conditions favorables à leur développement, puisque les espèces
méso- ou eutrophes (vivant sur des sols riches) à niche écologique de large amplitude (Lolium
perenne, Festuca arundinacea, Trifolium repens) sont très agressives (Baudry et al., 1996). Les
graminées productives précitées sont d’autant plus agressives que la nutrition azotée minérale est
élevée (Plantureux, 1996) ; le nombre d’espèces régresse lorsque la biomasse produite augmente
(Clément et Maltby, 1996). De plus, les teneurs élevées en phosphore disponible (extraction à l’acétate
EDTA) sont incompatibles avec des couverts diversifiés (Peeters et Janssens, 1997). Dans nos essais,
cet excès de phosphore est mis en évidence par le rapport phosphore sur azote (Thélier-Huché et al.,
1992) du fourrage récolté (annexe 2). Ce rapport proche de 0,1 pour une nutrition phosphatée normale,
oscille dans nos conditions entre 0,11 et 0,26 ; ce qui indique un excès de phosphore défavorable à la
restauration de la biodiversité des prairies extensives. Contrairement à l’azote, le phosphore est peu
mobile ; mais l’étrepage par élimination de la couche superficielle riche en phosphore (Peeters et
Janssens, 1997) n’est pas envisageable sur de grandes surfaces, car il faudrait pour évacuer les dix
premiers centimètres de terre végétale transporter environ 1 500 tonnes/ha (150 remorques de 10 t !).
Lors de l’abandon, les plantes herbacées annuelles sont remplacées par des pérennes, puis par des
plantes ligneuses ou arbustives (Baudry et Acx, 1993). Les Poacées subsistent en fonction de leur
adaptation à un rythme lent et leur aptitude à la compétition. Le rythme optimal d’une talle dépend de
caractéristiques liées à l’espèce : nombre de feuilles par talle et vitesse de mise en place d’une feuille.
Ainsi le Ray-grass anglais, qui génère trois feuilles par talle, a besoin de 100°C (degrés-jours) pour
élaborer une feuille et donc de 300°C, par talle adulte. Au-delà de 300°C, la quatrième feuille apparaît
au détriment de la plus âgée qui entre en sénescence. L’aptitude spécifique aux rythmes lents serait par
ordre décroissant : Poa pratensis (Pâturin des prés), Festuca arundinacea (Fétuque élevée), Cynosurus
cristatus (Crételle), Alopecurus pratensis (Vulpin des prés), Phleum pratense (Phléole des prés),
Dactylis glomerata (Dactyle aggloméré), Festuca rubra (Fétuque rouge traçante), Holcus lanatus
(Houlque laineuse), Lolium perenne (Ray-grass anglais), Agrostis sp (Agrostides) (annexe 3). De plus,
certaines espèces s’adaptent à cette compétition par le développement de touffes élancées (Dactylis
glomerata, Festuca arundinacea), de limbes longs (Poa pratensis) ou de stolons (Agrostis sp). Ces
deux dernières espèces possèdent une grande plasticité ; elles se maintiennent lors de rythmes lents, et
sont néanmoins utilisées comme plantes à gazon avec des rythmes très rapides.
Dans nos observations, l’apparition de plantes arbustives a été limitée à quelques Sureaux (Sambucus
nigra), cependant, dans certains cas, ces végétations apparaissent dès la quatrième ou la cinquième
année d’abandon (Baudry et Acx, 1993). Dans nos prairies expérimentales précédemment bien
entretenues, contrairement aux prairies en déprise où la fréquence relative des plantes non herbacées
dépasse 10%, les arbres ne s’implanteraient qu’au-delà de 15-20 ans (Fiorelli et Jeannin, 1986). Dans
les prairies bien entretenues avant l’abandon, la colonisation par les ronces se fait à partir des haies
(Baudry et Acx, 1993) avec une progression d’1 m par an.
Les moyens à mettre en œuvre
La remise en production, après un pâturage de fin de saison par des animaux à faibles besoins, ne pose
pas de problème particulier. Lorsque la végétation des Poacées reste dominante, un sur-semis suffit.
Cependant, certaines espèces synthétisent des molécules capables d’agir sur le développement des
plantes avoisinantes ; ces phénomènes sont appelés allélopathie (Delabays et al., 1998). Ainsi des
levées irrégulières, observées au champ à l’emplacement des touffes d’Agrostides (Agrostis sp.), ont
été confirmées en boîte de Petri et sous serres (Delabays et Mermillod, 2000).
Mais, lorsque les plantes rudérales et ligneuses non consommées par les bovins ont envahi la prairie,
d’autres moyens deviennent nécessaires : dans nos conditions, broyage suivi d’un désherbage, puis
re-semis au printemps suivant (Leconte et al., 2000). En zone non mécanisable, on peut préconiser
l’utilisation des chevaux et des ânes (ces derniers apprécient les ronces !) qui abroutissent les buissons
et limitent leur extension.Après le broyage, les semis-directs ou à la volée s’imposent, car le recours
au travail superficiel de ces sols non labourables entraînerait la germination du stock de graines des
158
Agriculture et biodiversité des plantes
adventives. Les sur-semis ou semis-directs sans l’emploi d’herbicides totaux sont à privilégier pour
préserver la biodiversité résiduelle des zones de coteau, même après 9 ans d’abandon. En fond de
vallée, les adventices non fourragères doivent être maîtrisées si possible par des fauches mécaniques.
Le recours exceptionnel à un désherbage sélectif doit être apprécié judicieusement pour sauvegarder la
diversité floristique des dicotylédones fourragères.
Cependant, l’abandon a réduit la diversité d’espèces fourragères difficiles à réintroduire, du fait de leur
faible agressivité et du manque de semences. Les semences de ces espèces marginales ne sont ni
disponibles sur le marché français, ni adaptées à nos conditions normandes. Dans les pays limitrophes
de la France, la restauration de la biodiversité est entreprise soit sur les talus et bordures de parcelles,
soit en bordure de parcelles (Peeters et Janssens, 1997), soit en plein champ (Mosiman et al., 2000).
Lors de l’abandon, bien que certaines espèces disparaissent rapidement, Bellis perennis (Pâquerette
commune), Trifolium repens..., le nombre d’espèces augmente pendant les premières années (Baudry
et Acx, 1993) et diminue ensuite. La friche ne constitue pas une mesure susceptible de restaurer la
biodiversité (Baudry et al., 1996) à l’échelle de la parcelle.
Sauvegarder les prairies permanentes
Pour préserver la biodiversité de nos prairies normandes et garder la typicité des produits issus du
terroir, il est indispensable de maintenir en herbe nos prairies extensives et de les exploiter
rationnellement à faible niveau d’intrants. La biodiversité des zones marginales, non mécanisables,
peut être préservée par un pâturage extensif (Pienkowski et Bignal, 1999) ; le chargement animal doit
y être adapté à la production fourragère.
Les apports de phosphore, qui sont parmi les principaux vecteurs de simplification de la flore, ont
diminué depuis 1982 (Agreste, juillet 1999) ; ce qui est favorable à la restauration de la biodiversité
naturelle. Le poids des pratiques s’amenuise et les facteurs du milieu deviennent prépondérants
(Balent et al., 1993), mettant ainsi en exergue les caractéristiques du terroir.
La biodiversité des zones marginales, non mécanisables, peut être préservée par un pâturage extensif
(Pienkowski et Bignal, 1999).
Le maintien de la diversité botanique des prairies nécessite, quel que soit le niveau d’intrants,
d’adapter en permanence le chargement à la pousse de l’herbe ; ce qui évite le recours à toute
intervention mécanique. Ces fauches peuvent aussi être supprimées grâce au pâturage mixte
bovins-équins, qui permet de préserver l’homogénéité des prairies en évitant la formation de latrines
non broutées, caractérisant les parcelles exclusivement pâturées par des chevaux (Laissus, 1983 ;
Manteaux, 1996). Ce pâturage mixte peut être simultané ou successif dans le cas de chevaux de grande
valeur commerciale.
Dans des conditions de sous-chargement, les bovins ont tendance à privilégier la consommation des
espèces herbacées par tri des plantes appétibles ; la prairie passe alors progressivement de la déprise à
la friche. Là encore, le pâturage mixte permet de limiter l’hétérogénéité des parcelles de faible valeur
pastorale (Orth et al., 1998).
Dès que la friche a gagné du terrain, les moyens lourds de re-semis (Granval et al., 2001) décrits
précédemment correspondent plutôt à l’orientation intensive des zones mécanisables. En revanche,
pour les faciès de faible valeur pastorale, où les interventions mécaniques sont impossibles ou non
rentables, la pratique du pâturage mixte toute l’année peut être recherchée.
Lorsque les ronciers ont colonisé les bordures de haies, l’introduction de l’espèce âne assure, par
consommation et piétinement, la maîtrise et la disparition des ronces (Rubus sp.). Il est en effet
capable d’ingérer plus de fourrages pauvres que les autres espèces (Ouedraogo et Tisserand, 1996).
Nous disposons donc d’une large panoplie de moyens pour entretenir les prairies extensifiées et
sous-chargées en ayant recours, si besoin lorsque la portance du sol le permet, au pâturage hivernal qui
assure le nettoyage des parcelles avant le démarrage de la végétation
NDLA : Remerciements à Pierre Guy, pour la critique constructive qu’il a faite de mon manuscrit.
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
159
Références bibliographiques
AGRESTE, 1997. Les terres labourables surpassent les
prairies naturelles. Agreste Orne, n°33,
juillet 1997.
AGRESTE, 1999. L’âge du phosphate hier, l’âge du
nitrate aujourd’hui. Agreste Orne, n°61,
juillet 1999.
BALENT G., DURU M., MAGDA D., 1993. Pratiques de
gestion et dynamique de la végétation des
prairies permanentes. Une méthode pour le
diagnostic agro-écologique, une application
aux prairies de l’Aubrac et de la vallée de
l’Aveyron. In Pratiques d’élevage extensif :
identifier, modéliser, évaluer. INRA Études
et Recherches sur les Systèmes Agraires et
le Développement, n° 27, 283-301.
BAUDRY J., ACX A.S., 1993. Écologie et friches dans
les paysages agricoles. La Documentation
française, 46 p.
BAUDRY J., ALARD D., THÉNAIL C., POUDEVIGNE I.,
LECONTE D., BOURCIER J.F., GIRARD C.M.,
1996. Gestion de la biodiversité dans une
région d’élevage bovin : les prairies
permanentes du Pays d’Auge, France. Acta
bot. Gallica, 143(4/5), 367-381.
CLÉMENT B., MALTBY E., 1996. Quelques facteurs de la
biodiversité végétale dans les prairies
humides des corridors fluviaux. Acta bot.
Gallica, 143(4/5), 309-316.
DELABAYS N., ANÇAY A., MERMILLOD G., 1998.
Recherche d’espèces végétales à propriétés
allélopathiques. Revue suisse Vitic. Arboric.
Hortic., 30(6), 383-387.
DELABAYS N., MERMILLOD G., 2001. Influence
d’extrait de plantes sur la germination des
graines de Chenopodium album,
d’Amaranthus retroflexus en boite de Petri
et de Festuca nigrescens sous serre. Avec la
collaboration de D. Leconte (synthèse en
cours).
DUFOUR J., 1994. Les terres délaissées dans la Sarthe :
de la friche au boisement. Norois, 41(164),
627-642.
FER N., 1994. Processus de diffusion de la friche et
télédétection. Norois, 41(164), 657-666.
FIORELLI J.L., JEANNIN B., 1986. Cadre écologique et
dynamique des espaces fourragers. Espaces
fourragers et aménagement, le cas des
Hautes Vosges. INRA Éditions, Paris,
33-52.
FLEURY P., 1996. Les différentes composantes de la
biodiversité dans les prairies. Exemples
dans les Alpes du Nord françaises. Acta bot.
Gallica, 143(4/5), 291-298.
GRANVAL P., LECONTE D., BOUCHÉ M.B., 2001.
Adapter la technique de semis pour
maintenir de fortes biomasses lombriciens
dans des sols normands hydromorphes.
Fourrages (sous presse).
HOUZARD G., 1994. Un point de vue pour un bilan
provisoire. Norois, 41(164), 705-708.
IFEN, 1996. Régression des milieux naturels : 25% des
prairies ont disparu depuis 1970. Les
données de l’environnement, n°25,
octobre 1996, 4 p.
LAISSUS R., 1974. Possibilités fourragères de la houlque
laineuse. Fourrages, 60, 93-100.
LAISSUS R., 1979. La valeur fourragère du vulpin des
prés. Fourrages, 79,79-87.
LAISSUS R., MARTY J., 1973. Évolution de la flore et du
rendement d’une prairie permanente durant
quinze années d’exploitation. Fourrages,
53, 47-65.
LECONTE D., 1991. Comportement des graminées
prairiales sur deux types de sol. Fourrages,
125, 29-33.
LECONTE D., JEANNIN B., 1991. Techniques of
grassland renovation in France. Grassland
renovation and weed control in Europe.
EGF, Graz, september 18-21, 29-40.
LECONTE D., LUXEN P., BOURCIER J.F, 1998. Raisonner
l’entretien des prairies et le choix des
techniques de rénovation. Fourrages, 153,
15-30.
LECONTE D., LEGALL A., PFLIMLIN A., STRAËBLER M.,
2000. Améliorer les prairies, diagnostic et
décision. Brochure GNIS, 39 p. + ann.
(réédition).
MANTEAUX J.P., MANTEAUX N., 1996., Étude des
facteurs déterminant la végétation des
prairies de haras de pur-sang du Pays
d’Auge. Fourrages, 145, 63-76.
MOSIMAN E., LEHMANN J., ROSENBERG E., 2000.
Mélanges standard pour la production
fourragère, révision 2001-2004. Revue
suisse Agric., 32 (5), I-XII.
ORTH D., CARRÈRE P., LEFÈVRE A., DUQUET P.,
MICHELIN Y., JOSIEN E., L’HOMME G.,
1998. L’adjonction de chevaux aux bovins
en conditions de sous-chargement modifiet-elle l’utilisation de la ressource
herbagère ? Fourrages, 153, 125-138.
OUEDRAOGO T., TISSERAND J.L., 1996. Étude
comparative de la valorisation des fourrages
pauvres chez l’âne et le mouton.
Ingestibilité et digestibilité. Ann. Zootech.,
45, 437-444.
PEETERS A., JANSSENS F., 1997. Talus et prés fleuris,
mode d’emploi. Brochure technique, n°7,
Ministère de la Région wallonne.
PIENKOWSKI M.W., BIGNAL E.M., 1999. The historical
and contempory importance of herbivores
for biodiversity. Colloque : Préserver la
biodiversité par le pâturage extensif, Paris,
1999/06/22-23, 27-37.
PLANTUREUX S., 1996. Biodiversité, type de sol et
intensité de l’exploitation de prairies
permanentes du Plateau lorrain. Acta bot.
Gallica, 143(4/5), 339-348.
PÉRIGORD M., 1994. Friches et landes en Limousin.
Norois, 41(164), 611-626.
160
THÉLIER-HUCHÉ L., SALETTE J., HUBERT F., 1992.
Diagnostic par analyse minérale du
végétal : application à des prairies
permanentes en Pays de Loire.
L’extensification en production fourragère,
compte rendu des journées de l’AFPF,
168-169.
Agriculture et biodiversité des plantes
VIVIER M., LECONTE D., 1994. Flore et végétation :
reflets de la rupture des pratiques
agronomiques. In A. Fraval (dir.) :
Jachères, Dossier de l’environnement de
l’INRA, n°9, 133-141.
Dossier de l’environnement de l’INRA, n°21
Annexe 1. Analyses physiques et chimiques des sols (0-10 cm)
161
162
Agriculture et biodiversité des plantes
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising