EPP enjeux et mode d`emploi

EPP enjeux et mode d`emploi
TOUT DISPOSITIF (individuel ou collectif)
COMPORTANT
& INCLUANT
-
L’analyse
de la pratique
& incluant
En référence à des recommandations
Selon une méthode explicite
-
La mise en œuvre et le suivi d’actions d’amélioration
-
V1 / 09_01_07
Caractéristiques d’un programme d’EPP
EST ÉLIGIBLE AU TITRE DE L’EPP
Il est essentiel que le programme d’évaluation soit le plus possible aisé et
facile à mettre en œuvre et qu’il réponde bien aux questionnements du
médecin concerné et conduise à une amélioration de ses pratiques.
A qui s’adresser pour son EPP ?
Selon votre secteur d’activité, prenez contact avec soit votre URML, soit la CME
de votre établissement ;
Selon votre spécialité, prenez contact avec votre société savante ou avec les
Organismes Agréés (OA) par la HAS pour l’EPP (www.has-sante.fr) ;
N’hésitez pas à contacter la HAS : [email protected] - vous
trouverez également disponible sur le site de la HAS des fiches « 4 pages »
présentant les différents démarches et méthodes d’EPP
EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES
Les conditions de validation de votre (obligation d’) EPP
Les URML et/ou CME organiseront cette validation (et valorisation) après avis,
selon les cas, d’un médecin habilité, d’un médecin expert extérieur à
l’établissement ou d’un Organisme Agréé pour l’EPP.
Les caractéristiques attendues, au titre de la validation individuelle de l’EPP,
des démarches d’évaluation/amélioration des pratiques sont les suivantes, sur
constats documentés :
participation du praticien à un (ou plusieurs) dispositif(s) [ou organisation de
soins] permettant la mise en œuvre, en routine, des recommandations de
bonne pratique ;
impact de ces démarches d’amélioration des pratiques sur un suivi de critères
ou d’indicateurs préalablement déterminés ;
implication individuelle du praticien concerné, dans ces démarches le plus
souvent réalisées de manière collective, voire multidisciplinaire ou
pluriprofessionnelle ;
engagement dans ces démarches pour une partie significative de l’activité du
praticien.
EPP : ENJEUX ET MODE D’EMPLOI
L’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) a pour but
l’amélioration continue de la qualité des soins et du service
rendu aux patients par les professionnels de santé. Elle vise à
promouvoir la qualité, la sécurité, l’efficacité et l’efficience des
soins et de la prévention et plus généralement la santé
publique, dans le respect des règles de déontologie
LE CONTEXTE
:
Les médecins ont toujours été attentifs à l’évolution de l’état de leurs malades et
cette attention préfigurait déjà – le plus souvent sur un mode implicite – une
évaluation des pratiques.
Depuis quelques années et de manière croissante, les patients eux-mêmes puis
les gestionnaires ont appuyé cette demande faite aux médecins d’une évaluation
des pratiques de plus en plus explicite.
De là, l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) :
- se traduit par la mise en relation des pratiques médicales avec les
recommandations [de bonnes pratiques] ;
- implique l’analyse des données cliniques et permet la confrontation des
résultats ;
- entraîne une actualisation et une amélioration continue.
L’analyse des pratiques dans l’EPP s’inscrit dans le modèle proposé par W. Edwards
Deming dans les années 60. Ce modèle, souvent appelé roue de Deming ou roue de la
qualité, comprend 4 étapes distinctes qui se succèdent indéfiniment
l’EPP est obligatoire
l’EPP consiste en L’ANALYSE DE LA PRATIQUE professionnelle en référence à
des RECOMMANDATIONS selon une méthode explicite et inclut des ACTIONS
D’AMELIORATION ET DE SUIVI. (Décret du 14 avril 2005)
POUR TOUS LES MEDECINS
(Loi du 13 août 2004)
dans le cadre du dispositif EPP, la HAS incite les
professionnels à favoriser des MODALITES D’EXERCICE COMPORTANT UN VOLET
D’EVALUATION, mais ne recommande pas une méthode spécifique.
Les médecins pourront mettre en œuvre cette évaluation soit en autoorganisation dans le cadre de leur propre exercice, soit avec l’aide
d’Organismes Agréés par la HAS pour l’EPP
c’est l’étape de mise en œuvre du dispositif / organisation de soins choisi(e) de
manière à être le plus intégré possible à la pratique quotidienne.
Consiste à comparer ce que l’on a fait par rapport à ce que l’on a prévu de faire, selon
des modalités adaptées à l’environnement local et professionnel et tenant compte des
références disponibles.
C’est l’étape essentielle, au cours de laquelle les professionnels s’efforcent d’améliorer
leur organisation du travail et leurs pratiques. Ils en évaluent périodiquement l’impact
LA VALIDATION :
Ce sont, selon les modes d’exercice, les URML ET/OU
les CME qui établiront le CERTIFICAT INDIVIDUEL D’EPP, au vu de l’avis d’un
« œil externe », selon les cas : MEDECINS HABILITES, MEDECINS EXPERT
EXTERIEURS, ORGANISMES AGREES.
LES « EQUIVALENCES » : La HAS a mis en cohérence le travail déjà effectué
par les médecins ou équipes dans les différents « dispositifs d’amélioration
de la qualité ». Ainsi, le dispositif EPP prend en compte :
LA CERTIFICATION VERSION 2 DES ETABLISSEMENTS qui valorisera les EPP
que vont réaliser de plus en plus souvent les équipes dans le cadre de
cette obligation « individuelle » et réciproquement, les EPP réalisées pour
la V2 permettront la validation de l’obligation individuelle d’EPP – dans les
2 cas, le rôle de la CME est essentiel ;
LA MISE EN ŒUVRE :
Ainsi, cette EPP pourra revêtir des MODALITES DIVERSES telles les groupes de
pairs, les réunions de concertation pluridisciplinaire (en cancérologie ou pour
d’autres pathologies), les réseaux de soins, les staffs EPP … utilisant, le cas
échéant, DIFFERENTES METHODES telles l’audit, les chemins cliniques, le suivi
d’indicateurs …
AN ALY SER
Les CONSEILS REGIONAUX DE FMC prendront en compte ces Certificats qui
seront transmis à L’ORDRE DES MEDECINS qui délivrera, in fine,
L’ATTESTATION QUINQUENNALE
La finalité n’est pas l’évaluation des pratiques qui n’est qu’un moyen, une
étape, mais bien l’amélioration des pratiques. L’EPP valorise l’engagement des
médecins dans une dynamique d’amélioration des pratiques.
FAIRE
4. Améliorer :
FORMATIVE (et non pas sanctionnante), c’est à dire favorisant
l’appropriation des recommandations ; en aucune manière, il ne s’agit
d’une « procédure de vérification » des pratiques à échéances régulières.
INTEGREE (et non surajoutée) A L’EXERCICE CLINIQUE, ainsi, au travers du
dispositif proposé, il doit devenir habituel, voire routinier, pour les équipes
médico-soignantes de mettre en œuvre les recommandations dans leur
exercice quotidien et de procéder à l’analyse régulière de leurs pratiques.
AMEL IORER
3. Analyser :
L’ESPRIT : la HAS propose aux professionnels une EVALUATION :
le médecin / l’équipe organise son activité de manière
à la mettre en perspective avec les recommandations
de bonnes pratiques
Le médecin / l’équipe met en place un dispositif de
recueil de données
2. Faire :
LE CADRE REGLEMENTAIRE :
PLAN IFIER
1. Planifier (ou programmer) :
L’ACCREDITATION DES MEDECINS EXERÇANT UNE SPECIALITE DITE « A RISQUE »
qui est une forme d’EPP spécifique centrée sur la gestion du risques,
valide, de facto, l’obligation individuelle d’EPP.
LA FORMATION MEDICALE CONTINUE pour laquelle la validation de l’EPP,
procure au médecin concerné 100 crédits sur les 250 prévus par le barème
FMC.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement