Amitiés Dominicaines », n°280, Avril/Mai/Juin 2013

Amitiés Dominicaines », n°280, Avril/Mai/Juin 2013
Editorial
Souvenirs des nousavons (et des caisses à savons)
Il y a quelques semaines, je relisais le “Minuscule (cent pages!
NDE) traité acide de spiritualité” de Maurice Bellet (Bayard 2010). Page
55, une phrase m’a interpellé par sa justesse : “Il y a deux sortes de
gens sur qui l’on ne peut pas compter : ceux qui ne savent rien, et ceux
qui savent (…)”.
Je me suis d’abord dit qu’il y a aussi ceux qui savent qu’ils savent, mais
qui savent surtout rester discrets, ouverts, créatifs et à l’écoute : ils sont
rares. Ensuite, j’ai repensé à ce week-end, je ne sais plus l’année mais
j’étais très jeune, où j’ai vendu des savons pour “l’opération 48.81.00”.
L’emballage rouge portait l’inscription : “Nousavons”, et en plus petit …
“que nous pouvons compter sur vous”, le slogan de l’opération.
Mais au fait, ceux qui savent (et qui souvent d’ailleurs savent qu’ils
savent), que savent-ils au juste? Qu’ils sont nés, et qu’ils mourront ! Et
nous, croyants, que savons-nous? la même chose; mais aussi, c’est
toute la différence, nous savons que nous pouvons compter sur un Dieu
de tendresse et de miséricorde, prêt à nous laver les pieds, c’est-à-dire
nos zones sombres, pour peu que nous nous laissions faire avec
humilité par ce Dieu qui nous a donné la vie et qui a vaincu la mort, et
donc la nôtre.
Pour le servir et l’annoncer, nous ne pouvons agir que si nous savons
que nous ne savons rien. Mais pour que notre vie puisse être
prédication, il nous faut cependant pratiquer l’étude. La récente retraite
prêchée par Sr Véronique Margron y a contribué magistralement.
Bonne lecture !
Dominique Lawalrée o.p.
Président vicarial laïc
des Fraternités dominicaines de Belgique-sud
1
Quelques paroles du Pape François
« Pensons au saint peuple de Dieu,
peuple simple, qui veut s’approcher de
Jésus. Pensons à tous les chrétiens de
bonne volonté qui se trompent et qui,
au lieu d’ouvrir une porte, la ferment.
Demandons au Seigneur que tous ceux
qui s’approchent de l’Eglise trouvent les
portes ouvertes pour rencontrer
cet amour de Jésus ».
Homélie du 25 mai 2013
2
Notre retraite 2013
C’est le week-end des Rameaux que se sont réunies cette année
les fraternités laïques dominicaines de Belgique-sud pour leur temps de
retraite annuel, sur le thème : "Liberté, responsabilité, fragilité – Questions
d’éthique". La retraite était prêchée par Sr Véronique Margron o.p., de la
congrégation des Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation.
Découvrons le compte rendu de cette retraite par Dominique Olivier, de la
fraternité de Liège.
Véronique Margron, une belle découverte
Le week-end du 22, 23 et 24 mars 2013, nous nous sommes
retrouvés une bonne quarantaine de membres des fraternités pour notre
retraite annuelle dans le cadre magnifique, paisible, voire inspirant du
Foyer de Charité de Spa-Nivezé.
Au programme, notre prédicatrice, Sr Véronique Margron, doyen de la
faculté de théologie d’Angers, devait nous ouvrir aux richesses du thème
choisi : « Liberté, responsabilité, fragilité – questions d’éthique ». Le
premier soir, nous avons vu arriver une personne assez discrète,
réservée. Je dois vous avouer que ma première impression traduisait un
peu d’inquiétude tant elle semblait fatiguée. Mais pour ceux qui étaient
là, quelle belle découverte ! Au fur et à mesure de son exposé, elle
s’anime, son visage se colore et s’ouvre pour laisser passer le feu qui
l’habite. Beaucoup ont apprécié le ton de ses exposés, à voix claire et
lente, qui permettait vraiment la compréhension. Comme l’a dit un
participant, à la fin de la retraite, elle nous a menés sur un chemin où
nos choix éthiques personnels étaient interrogés sans mettre nos
dilemmes sur la table. Elle nous a interpellés en intériorité.
Notre retraite fut émaillée de quelques temps forts : samedi soir, Madame
Clotilde Nyssen, notre invitée surprise, a témoigné de son engagement
politique et éthique en tant que chrétienne avec verve et authenticité. La
messe des Rameaux, point d’orgue des trois jours, fut un moment de
communion et de joie où réellement l’esprit de Pâques nous animait.
Avant d’entrer dans le vif du sujet de la retraite, un grand merci à tous
ceux dont le travail a permis ces trois jours de ressourcement et de
rencontre, à Maurice Lucas et au Conseil vicarial des fraternités ainsi
qu’à ceux qui ont préparé les temps de prière, et vivement l’année
prochaine pour une autre découverte !
3
LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013
Un contenu sur l’éthique tout en profondeur biblique
En introduction, Véronique Margron a situé la démarche pour entrer
dans le thème de la retraite : la réflexion éthique réclame une mise à
distance de ce que l’on croit être nos certitudes et l’accueil des idées qui
ne sont pas spontanément les nôtres. Il s’agit de s’ouvrir à l’avis des
hommes et des femmes qui ne relèvent pas des majorités afin que nos
orientations participent de la dignité de ceux qui s’en croient exclus.
Elle va nous présenter ensuite deux points d’appui. Le premier concerne
la recherche du meilleur. Une communauté humaine n’est pas
condamnée au pire mais peut chercher le meilleur et l’accomplir. Croire
que le meilleur est praticable va faire croître l’humain en chacun de nous
et parmi nous. Rendre compte de ce que le bien est possible dans nos
sociétés telles qu’elles sont est un acte de conviction argumenté sur une
tradition qui remonte à saint Paul. Le second point d’appui situe les
situations de crise comme une chance. Le christianisme lui-même est né
d’une crise, rappelle Véronique Margron. Dans nos existences et dans la
société, les questions éthiques surgissent de crises et imposent des
choix. L’Eglise actuelle pourrait bien vivre une heure décisive pour la foi :
en faveur de qui nos vies vont-elles se compromettre ? De quelle façon
va-t-on orienter nos vies au sein même de notre fragilité ? La
prédicatrice termine sur une question : peut-on croire foncièrement que
la condition humaine, fragile et vulnérable est une belle condition ?
Comment confesser un Dieu bon dans un monde marqué par le mal ?
Dans le premier enseignement proposé, Véronique Margron revisite le
récit de la Genèse pour tenter de répondre à cette question
fondamentale explorée par le récit et directement liée à l’éthique.
Elle nous a emmenés pas à pas dans l’aventure biblique de la création.
Nous avons ainsi touché du doigt le statut unique de l’homme mis au
centre d’un monde, dans sa condition de vulnérabilité bénie de Dieu,
vers sa ressemblance avec Lui comme une vocation, vocation de faire
signe vers qui est Dieu. Nous avons découvert ou redécouvert que le
mal est dans le temps des commencements, pas dans la création.
L’origine est toujours bonne mais nous sommes tentés de croire les
propos du serpent qui situe le mal à l’origine : si Dieu n’était pas le Dieu
d’alliance qui a tout donné ? Nous devons toujours trancher cette
question. Le mal survient par le soupçon insinué par le serpent et par la
4
LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013
responsabilité de l’homme face au premier interdit. L’homme a tout à sa
disposition, sauf une chose. Ce qui l’invite à se positionner et à gérer sa
convoitise : a-t-il quasi tout ou quasi rien s’il lui manque une chose ?
L’arbre de la connaissance du bien et du mal éclaire la manière de
connaître l’autre : il y a une manière qui fait vivre ou qui tue l’autre selon
la position de convoitise par rapport à l’autre. Cela reste vrai pour toutes
nos relations individuelles et sociétales : l’homme peut faire un bénéfice
extraordinaire pour le bien commun de la société ou le détruire.
La création d’Eve confirme cet apprentissage fondamental. Au départ,
Adam n’est pas sexué et tout ce qui est autour de lui ne lui ressemble
pas. Quand il sent étranger à tout, l’humain ne peut survivre. Il a besoin
d’un mélange entre le ressemblant et le différent. Véronique Margron a
mis en avant l’endormissement d’Adam pendant la création d’Eve.
L’homme n’était pas là quand la femme a été créée ! Il n’a donc pas
accès à l’origine de l’autre, ce qui empêche toute possession de l’autre
et limite la convoitise. L’homme sexué et la femme arrivent de concert,
pas l’un sans l’autre, mais en vis-à-vis l’un de l’autre. Ils restent deux,
tout en étant une seule chair, donc une seule histoire. Après la
transgression partagée, la vulnérabilité n’a plus le même sens. Elle
devient le lieu d’une crainte : désormais, l’autre peut s’en prendre à moi.
Faut-il s’en cacher ou se cacher ?
Véronique nous a ainsi invités à rendre compte ensemble d’un Dieu bon
et de la souffrance, du mal et de notre responsabilité. Mais l’exercice de
notre liberté pourra toujours se tourner vers la bonté originelle et offrir
une oreille insidieusement attentive au serpent, au mal. Le livre de la
Genèse raconte nos commencements dans le tout, moins une chose, et
le bien-connaître l’autre comme une promesse de vie. Le péché entre
dans la vie de l’homme par un défaut d’écoute. Le Christ a l’écoute
parfaite du Père et Marie l’écoute parfaite du Fils.
Qu’est-ce qui va consolider l’écoute du vrai Dieu ?
Pour répondre à cette question, dans le deuxième enseignement, nous
avons continué notre exploration biblique. Le premier meurtre confirme
les conséquences de la convoitise et de la crainte. Dans le récit de Noé,
pour la première fois, nous apprenons que le cœur à cœur avec Dieu est
possible : un homme marche avec Dieu. Alors que le verdict sur le mal
dans le monde est sans appel, un seul juste suffit à le sauver.
L’humanité a besoin de témoins qui racontent l’amour du cœur de Dieu
5
LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013
dans leur cœur. Dans la tour de Babel, alors qu’il n’y a plus que de la
ressemblance entre les hommes, Dieu oblige chacun à apprendre le
langage de l’autre pour qu’ils se rencontrent dans leur singularité.
Disperser ? C’est la volonté d’uniformiser qui nous guette encore et qui
empêche le travail de la bonne présence, du bon lien.
Le décalogue aborde la libération d’Israël reçue comme un don de Dieu.
La loi est fondée sur une promesse de libération, faite et tenue par Dieu.
Véronique Margron nous a rappelé que nous ne sommes pas les auteurs
de notre libération et que notre liberté se réfère à une filiation en un Dieu
qui dit qu’il est Dieu par sa parole créatrice. Dans le décalogue, Dieu
offre de quoi traverser vers une terre promise. Dans nos vies, il s’agit
moins de vivre libre que de rester en état de libération, c’est-à-dire de
garder la possibilité d’aller chacun son chemin en évitant les terres
d’esclavage. Le décalogue est ce qui fonde la liberté et qui protège la
vulnérabilité. Les tables de la loi dans le Deutéronome et l’Exode
renvoient à Dieu et à l’homme à travers obligations et interdits. Les
obligations nous rappellent que nous sommes les dépositaires de la
liberté donnée par Dieu. Les interdits sont des promesses car ils
permettent l’invention dans la sécurité balisée par l’interdit. Ils ne vont
pas étouffer la créativité mais éviter qu’elle ne se perde dans la
fascination de la mort.
Et de revisiter quelques commandements. « Honore ton père et ta
mère » veut dire : « donne du poids à ceux qui ont fait preuve de cet
amour ajusté pour que tu aies ta propre vie, à ceux qui ont été à leur
juste place d’humain ». A qui puis-je me fier comme autorité morale ?
Pour honorer, il faut pouvoir aimer sans crainte. « Tu ne commettras pas
d’adultère », d’actes intimes dont tu refuserais la responsabilité. En quoi
est-ce que je me rends responsable des liens que je tisse avec l’autre,
avec les groupes, les peuples ? « Tu ne convoiteras pas. » C’est la
rectitude du cœur qui permet de croire que l’on peut vivre avec ce que
l’on est. Le Christ met totalement en œuvre cette parole puisqu’Il ne
convoite même pas ce qui est à lui.
En fait, la loi œuvre à la vraie liberté et ouvre à la responsabilité. Elle
rend possible la vie et débusque tout ce qui peut nous mener à des
errances ou à des impasses. Nous sommes toujours esclaves en des
lieux de nous-mêmes qui demandent encore à être sauvés, sanctifiés.
6
LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013
La croix qui sauve est celle du Christ
Dans l’étape suivante, Véronique Margron nous a entraînés dans le
Nouveau Testament pour nous aider à voir ce qu’est « la vie bonne »,
comment « bien vivre ». Dans la guérison de l’homme à la main sèche,
le jour du shabbat (Mc 3, 1-7), Jésus déplace l’enjeu du permis et du
défendu au vivre et au mourir. Il nous fait découvrir que la loi, pour être à
sa juste place, doit être écrite dans nos cœurs, lieux de notre raison et
de l’amour.
Dans la montée vers la mort, Jésus reste un homme libre face à la
trahison. Même cloué sur le bois, Il continue de s’adresser à son Père.
Dans toutes ses dernières paroles, sa liberté n’est pas clouée. Notre
ultime liberté est d’adresser notre plainte à Dieu.
La mort du Christ nous montre le seul homme accomplissant totalement
son humanité, totalement libre au moment du plus grand dénuement.
Véronique Margron éclaire l’importance de la croix du Christ qui convertit
ceux qui se tournent vers elle et qui a une signification particulière, autre
que la mort, alors qu’elle est folie pour tous. La croix est constance de
Jésus dans l’affirmation d’une solidarité avec les plus faibles. Mais c’est
également une rupture définitive avec la condition de malédiction de
l’Ancien Testament. Par la croix, le péché est cloué sur le bois et plus
rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu, comme le dit saint Paul.
Elle fait une distinction entre la croix du Christ, la croix apostolique des
disciples et les croix dans nos vies. La croix qui sauve est celle du Christ
et seulement celle du Christ. La condition du disciple n’est pas audessus du maître et il n’y a pas lieu de faire l’apologie de la souffrance,
et encore moins de la mort.
Quelles découvertes pour notre vie aujourd’hui ?
Dans le dernier enseignement, Véronique nous a ramenés à notre réalité,
l’ici et maintenant à travers une première interrogation : que cherche
l’éthique, la vie morale ? Qu’est-ce qu’une vie bonne ? Le seul sens de
l’éthique est de faire reculer la violence. Il s’agit de la mettre à distance, car
elle revient toujours. Dans nos sociétés, elle peut être très sophistiquée.
Par exemple, le primat de l’économie peut être considéré comme une
violence. La réalisation éthique d’une vie serait de tenir ensemble la visée
d’une vie bonne dans la communauté où je suis et la réponse à la
question : comment faire pour faire au mieux ou au moins mal ?
7
LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013 – LA RETRAITE 2013
Pour qu’entre naître et mourir, la vie vaille la peine d’être vécue, que
vais-je prendre comme décision ? Pouvoir trancher sans se retrancher
demande à croire que nos vies ne sont pas sous la fatalité de l’histoire.
Mais il s’agit toujours de trancher dans du relatif, de l’incertain. Il est
donc question du meilleur et non d’un bien absolu.
Pour faire reculer la violence et viser ce qui donne sens et saveur à notre
vie, il faut articuler nos choix avec trois dimensions. La première est
celle de la singularité : nous sommes des êtres uniques. Chacun relève
d’un mystère dans lequel personne ne peut pénétrer. Il s’agit de ne
jamais considérer l’autre comme un moyen mais comme une fin. La
seconde est celle de la particularité, celle des groupes auxquels on
appartient. Mais les communautés qui nous influencent disent parfois
des choses opposées… La troisième dimension est celle de l’universel :
en quoi une manière de vivre peut-elle pointer vers la condition
universelle de dignité, construire plus d’humain ? Véronique Margron
rappelle que ce qui fait progresser la recherche d’une vie bonne, c’est la
force du minuscule, de l’ordinaire de nos choix quotidiens. A l’échelle du
monde, la mort du Christ est un évènement extrêmement limité.
Confesser le Christ ressuscité, c’est confesser que le minuscule a
changé l’axe du monde !
Pour terminer, notre prédicatrice a situé la place de l’être chrétien dans
le monde : faire reculer la violence en étant d’abord du côté de la
coopération avec autrui, comme des résistants lucides qui cherchent à
quitter ce qui fait chaos en eux et entre eux, par la parole qui traduit le
bien-connaître, dans leur vocation de ressemblance à Dieu, par le don
décidé de leur liberté à l’image de celui du Christ.
Dominique Olivier o.p.
8
Fraternités laïques dominicaines
de Belgique-sud
La fraternité dominicaine Saint-Albert-le-Grand de Namur
et les Sœurs dominicaines missionnaires
vous invitent le JEUDI 8 AOUT à Namur pour
fêter la « Saint Dominique »
avec des acteurs de l’Eglise locale avec lesquels elles collaborent.
Au programme (partie 1) :
25 places disponibles pour les voitures dans le parking de l’UNamur, rue Henri Lemaître n°12.
Vignettes gratuites. Av. Reine Astrid > rue Henri Lemaître jusqu'au bout de la rue. Repérer
l’entrée "Parking Unamur" sur le trottoir de gauche. Distance entre le parking et le Grognon : à
pied, par les quais à l’angle de la rue Lemaître : 1400 mètres ; en voiture : 2000 mètres
(itinéraire en bleu sur la carte) ; ou bien parking payant : parking du Grognon (horodateurs) /
parking souterrain de la place d'Armes (tickets). Gare > Grognon : 1800 mètres. Bus TEC, pl. de
la Station > Av. Louis Huart www.infotec.be/index.aspx?PageId=633009097653807230
15h00-16h45 Croisière sur la Meuse Namur-Wépion A-R (11€ /p ; 9,50€ si réservation
pour plus de 20 p). Embarquement au GROGNON (confluent Meuse/Sambre, côté Meuse).
16h45-18h00 Visite guidée du vieux Namur avec Luc Maréchal (Mouvement
Eglise-Wallonie) ou son remplaçant :
9
1.
Eglise Saint-Loup, ancienne église des jésuites, un des plus beaux édifices
belges du XVIIe siècle (Rue du Collège)
2.
Rue Rupplémont n° 20, des bâtiments chargés d’histoire :
L'Escholle Dominicale des Pauvres, Li Vî Clotchî, La P'tite Buweye … (école de devoirs,
accueil SDF, lavoir social, …)
18h00-18h40 Messe à l’église Saint-Jean-Baptiste (place du Marché aux
Légumes) Célébrant : l’Abbé Paul Malherbe. Messe en wallon exceptionnelle,
livret bilingue, homélie en français.
Concélébrants : Ignace Berten o.p., Xavier Le Paige (paroisse de Sainte-Julienne,
Salzinnes), Charles Delhez s.j. (pastorale universitaire).
Au programme (partie 2) :
A partir de 19h00, nombreuses places disponibles pour les voitures sur le parking DelhaizeColruyt, face au Couvent des soeurs. Bus TEC, place Gustave Falmagne > ch. de Charleroi
Eglise Sainte-Julienne. www.infotec.be/index.aspx?PageId=633009097653807230
19h15
Couvent des Sœurs dominicaines, Chaussée de Charleroi n° 39 à
Namur-Salzinnes, apéritif offert avec mot d’accueil et écoute de témoins de la vie
de l’Eglise de Namur et d’ailleurs : Sœur Yvonne, Sœur Marie-Claire, Jacques Briard,
Marie-Claire Seinlet, Charles Delhez, Xavier Le Paige …
19h45
Repas convivial : salades / fromages et vins / tartes
INSCRIPTION AVANT LE 10 JUILLET 2013 auprès de Maurice Luca Rue de la
Morava, 1 5001 Namur 0476/ 290 392 maurice.luca@skynet.be en précisant
si l’on participe à l’ensemble du programme ou seulement à une partie et en
indiquant si l’on souhaite une (ou plusieurs) vignettes de parking UNamur.
P.A.F. 10 € à régler sur place.
10
Voyage au Caire
A l’initiative de Decere1 et de son directeur, le frère Benoît Vandeputte o.p.,
un voyage a été organisé au Caire du 16 au 23 avril 2013. Pour les
diverses rencontres sur place, c’est le frère Jean-Jacques Pérennès o.p.,
directeur de l’IDEO – Institut dominicain d’Etudes Orientales au Caire2 – qui
s’est chargé des rencontres et des contacts. Les dimensions plus
culturelles du voyage et la logistique étaient assurés par Bipel, une agence
spécialisée dans les voyages culturels et religieux, en collaboration avec
une agence sur place. Douze personnes, impliquées ou intéressées par le
dialogue avec l’islam et journalistes, ont participé au voyage, notamment le
frère Ignace Berten o.p. et Sr Marianne Goffoël o.p., qui ont réalisé ce
compte rendu.
Un séjour de six jours ne permet évidemment pas une
connaissance complète de l’ensemble de la réalité. Les nombreuses
rencontres avec les frères de la communauté et des personnalités
significatives tant musulmanes que chrétiennes, très diverses, ont
cependant offert une sorte de photographie instantanée de la situation.
Nous voudrions ici y faire écho.
Le voyage était remarquablement organisé, équilibré dans la diversité des
rencontres3, aussi bien à l’Institut que sur le terrain, et des activités
culturelles (on ne pouvait quand même pas aller au Caire sans faire place à
une découverte rapide de la civilisation multimillénaire de ce grand pays !).
Notre guide, un égyptologue très compétent, de grande culture, mais aussi
très attentif à la situation politique présente, nous a accompagnés tout au
long de ce séjour et a été remarquable en tous points.
Perception globale
Les deux mots le plus souvent utilisés par tous sont « révolution » et
« chaos ». Nous avons rencontré des personnes modérément optimistes
– la majorité – mais d’autres inquiètes, voire très inquiètes, d’autres
encore pessimistes et tout à fait désillusionnées.
Decere – Démocratie, construction européenne et religion – l’association dominicaine
de Strasbourg liée au réseau Espaces – Spiritualités cultures et société en Europe.
2 Sur l’IDEO, voir plus loin.
3 Nous avons rencontré les frères dominicains Jean-Jacques Pérennès, Philippe
Verdin, Emilio Platti, Jean Druel, John Khalil et Rémi Chéno de l’IDEO, M. Mahmoud
Azab (conseiller du Grand Imam d’al Azhar), Mme Ahlem Gharbi (de l’ambassade de
France), M. Georges Sarwat Fahmi (de l’Arab Forum for Alternatives) et M. Tewfik
Aclimandos (politologue).
1
11
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
Le processus révolutionnaire
La première grande manifestation place Tahrir a eu lieu le 25 janvier
2011.
Cette
manifestation
avait un
caractère proprement
révolutionnaire : protestation globale contre le système en place, portée
principalement par les jeunes, musulmans et coptes tous ensemble,
mobilisés et coalisés par les réseaux sociaux, suite aux événements de
Tunisie. Manifestations massives, pacifiques et joyeuses.
Selon Jean-Jacques Pérennès, on est dans une période de transition (le
slogan de certains médias occidentaux, selon lesquels on serait passé
d’un printemps arabe à un hiver islamiste est faux). Cette transition est à
son début. Elle sera longue, difficile. On peut parler d’un temps
d’apprentissage.
Le 25 janvier a été un véritable séisme, inattendu, mais sous certains
aspects prévisible. L’Egypte vivait sur des idéologies politiques des années
60 : anticolonialisme, socialisme, développement. Ces idéologies ont été
portées par des personnalités fortes qui avaient du charisme : Nasser,
Bourguiba, Boumediene… Ces idéologies, assez totalitaires, se sont
essoufflées, portées par un parti unique, la corruption, le népotisme, la
répression (police et services secrets), et l’institutionnalisation de l’Etat
d’exception. Le régime était usé. Et il y avait la mondialisation, avec en
particulier les antennes paraboliques : il y avait une contradiction frontale
avec le discours officiel, celui des muezzins et ces échos de la
mondialisation. Cette situation était commune à beaucoup de pays arabes.
Le 25 janvier 2011, une manifestation était prévue pour commémorer
l’anniversaire du jour où la police avait refusé de tirer sur la foule à
l’époque anglaise. Différents éléments ont alors joué : une grève dans le
textile, un jeune assassiné par la police à Alexandrie. Et ce fut
l’explosion. La police intervient brutalement et se discrédite, jusqu’à ce
que Moubarak démissionne, le 11 février. Le Conseil supérieur des
forces armées assure dès lors la transition.
L’évolution du processus
Les choses ont changé à partir du 29 juillet 2011 quand les Frères
musulmans (FM) s’emparent de la place Tahrir : « L’islam est la
solution » ; le seul fondement de la société, c’est la parole de Dieu. Les
jeunes alors se sentent trahis et beaucoup se démobilisent.
12
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
Le Conseil supérieur des Forces armées organise des élections
présidentielles à deux tours. Le premier tour a lieu les 23 et 24 mai 2011,
un second tour ne retenant que les deux premiers candidats a lieu les 16
et 17 juin, il oppose Mohammed Morsi, Frère musulman, et Ahmed
Chafiq, ancien premier ministre de Moubarak. Morsi l’emporte avec
51,7% des voix.
Lors des élections législatives, organisées à partir du 28 novembre 2011,
les FM ont obtenu 47% des voix : on s’y attendait ; les salafistes, 24%,
c’était totalement inattendu. La coalition rassemble en outre quelques
petites listes d’islamistes modérés : cela fait 76% au Parlement. Ces
élections ont été invalidées ultérieurement par la Haute Cour
constitutionnelle : le processus électif aurait été inconstitutionnel. Le
pouvoir législatif a de ce fait été transféré à la présidence en attendant
de nouvelles élections législatives. Celles-ci étaient prévues à partir du
22 avril 2013, mais elles ont été reportées à une date ultérieure
indéterminée par la Cour administrative.
La rédaction d’une nouvelle constitution répondait à une demande forte.
La première assemblée constituante a été dissoute, une seconde
assemblée est très décriée. Toute l’opposition libérale (au sens
américain, c’est-à-dire politique et non économique, de ce mot) a quitté
l’assemblée du fait de la prise de pouvoir par les islamistes : le texte est
très ambigu. L’article 2 se réfère à la charia, mais de façon assez
vague : « les sources principales de la législation sont les principes de la
charia », ce qui est accepté plus ou moins par tous, car cela n’impose
aucune interprétation stricte de la charia et laisse une large marge à
l’interprétation. Mais un autre article permet une interprétation beaucoup
plus arbitraire pouvant aller dans un sens intégriste. Un article reconnaît
dans certains domaines un droit propre aux Coptes et aux Juifs, mais les
autres religions et les athées sont ignorés. L’article déclarant l’égalité
entre homme et femme a été supprimé.
En novembre 2012, le président Morsi proclame une déclaration
constitutionnelle, supprimant tout recours possible contre l’assemblée
constituante. Il limoge le procureur général et le remplace par un FM,
malgré les protestations de la rue. Finalement il soumet la constitution à
référendum le 25 décembre 2012 : elle est approuvée à 64%, mais avec
une participation de 32% seulement. La Constitution attribue le pouvoir
législatif provisoire au Sénat, en attendant une nouvelle chambre basse,
Sénat qui a été élu avec seulement 7% des voix, et qui est dominé par les
13
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
islamistes. En attendant, le gouvernement ne gouverne pas réellement et
les Frères Musulmans tirent les ficelles.
L’Etat est en crise, les administrations ne fonctionnent plus : elles sont
encore largement un héritage de l’époque de Moubarak, mais le
gouvernement les contourne ou les marginalise. Les entreprises n’ont
plus de vis-à-vis, partout il y a des constructions illicites (on ne demande
plus les autorisations). Le tourisme est en chute libre (le tourisme culturel
et religieux s’est réduit de 80%, le reste de 30%), de même que
l’investissement direct de l’étranger (IDE), ainsi que la croissance…
Actuellement, tous disent : c’est le chaos. Presque tous les jours, il y a
des manifestations, avec parfois des affrontements, et aussi de
nombreuses grèves. A la place Tahrir, les dessins muraux qui, aux jours
de premières manifestations avaient pour cible Moubarak et le régime,
ont maintenant pour cible principale Morsi et les FM.
On ne sait pas où on va ; plus personne ne gère réellement le pays.
Dans ce contexte, comme nous l’avons dit plus haut, certains de nos
interlocuteurs étaient plutôt modérément optimistes (entre autres les
frères dominicains), d’autres davantage inquiets, d’autres encore très
pessimistes ou totalement découragés…
Elément important de contexte : la situation économique est très
dégradée, le tourisme, l’une des ressources majeures du pays, s’est
effondré. Cela explique certainement le fait que nous étions toujours
accompagnés partout (mais pas à l’intérieur des bâtiments) par un policier
armé en civil, et au Caire même notre car était toujours accompagné
d’une voiture de police avec trois policiers en uniforme. Il est évident que
le gouvernement veut à tout prix éviter tout incident avec les touristes. En
ce sens, il ne s’agissait pas de surveillance de nos activités.
En ville, dans les quartiers, pratiquement toutes les femmes sont voilées,
sauf les chrétiennes, et certaines musulmanes dans les quartiers plus
aisés. Ce n’était pas le cas il y a quelques années. Une petite minorité,
mais on en voit toujours, porte le niqab. On ne craint cependant pas une
islamisation du pays – les islamistes ont perdu 25% des voix entre les
législatives et les présidentielles –, ce qu’on craint avant tout, c’est la
misère.
14
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
Le Caire est une ville énorme, où la circulation est totalement
désordonnée et retentit en permanence d’une multitude de klaxons : il y a
les voitures, à la fois des guimbardes dont on se demande comment elles
tiennent encore ensemble (et un peu partout des épaves qui traînent sur
les places de parking) et des voitures neuves (relativement peu de
voitures luxueuses) ; les taxis, les camions, les multiples taxis collectifs,
les tuk-tuk (sortes de scooters à trois roues, avec deux places à l’arrière,
servant de taxi…). Au milieu de tout cela, des piétons qui essaient de se
frayer un chemin, des charrettes à bras, des charrettes tirées par des
ânes ou des chevaux, et à l’occasion un chameau (pour les touristes ?) Et
un peu partout des amoncellements d’ordures non enlevées.
Depuis la révolution, la ville (20 millions d'habitants, environ) se
développe rapidement de façon totalement anarchique dans sa
périphérie, plus aucune administration n’ayant le contrôle des choses.
Des immeubles poussent comme des champignons, de construction
relativement élevée (parfois vingt étages) mais très sommaire, entassés
les uns sur les autres, séparés d’espaces très étroits de quelques mètres
servant de rue, sans aucune infrastructure… Tout cela est le fruit d’une
spéculation effrénée.
L’IDEO
En 1928, les dominicains de Jérusalem créent un couvent au Caire, sur
une idée du père Lagrange qui voulait y établir une annexe de l'Ecole
biblique. En fait, les premiers frères se consacrèrent surtout au ministère
en milieu chrétien égyptien. En 1938, à l’initiative du Saint Siège et du
Maître de l'Ordre, un autre projet s'est développé, qui ne prendra forme
qu’en 1945, en conduisant à la création de l’IDEO, Institut dominicain
d’études orientales, en 1953. Le père Chenu a eu un rôle décisif en
choisissant un dominicain égyptien, le P. Georges Anawati, et deux
pères français, Jacques Jomier et Serge de Beaurecueil, pour démarrer
cet Institut. Cet institut réunit « un groupe d’universitaires et de
chercheurs qui veulent promouvoir une meilleure compréhension entre
chrétiens et musulmans. Pour accomplir notre mission, nous nous
sommes donnés les moyens suivants : étudier l’islam par ses sources,
d’une manière scientifique, offrir aux étudiants et aux chercheurs une
bibliothèque spécialisée sur l’islam, publier des travaux de recherche
dans une revue académique (MIDEO), vivre notre vocation de religieux
15
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
chrétiens dans un pays musulman, accueillir ceux qui sont intéressés par
la rencontre entre les cultures et les religions. »
L’instrument principal de cet institut est sa bibliothèque : 160.000
volumes et 353 revues vivantes. Cette bibliothèque rassemble le fonds le
plus important du Moyen Orient de textes et études sur l’islam sunnite
des dix premiers siècles (l’islam chiite n’est pas absent mais est moins
développé). Cette bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs et
étudiants, entre autres ceux de l’université al-Azhar, avec laquelle il y a
d’excellentes collaborations.
L’objectif principal de la communauté et de l’IDEO est le domaine culturel ;
c’est ce qui fait son crédit. En dehors du travail scientifique de recherche et
de publication, les frères ont aussi un certain apostolat dans le milieu
chrétien du Caire, mais ne visent en aucune manière la conversion.
Les acteurs en présence
Les jeunes et la rue
Les jeunes sont à l’origine du processus révolutionnaire, coalisés par les
réseaux sociaux et non-violents, musulmans et coptes unis (un symbole
très présent : deux mains se tenant)4. Face à la prise de pouvoir des FM,
beaucoup se sont démobilisés. Mais il y a constamment de nouvelles
manifestations, de moindre ampleur, mêlant jeunes et adultes.
La rue est un acteur insaisissable, plus ou moins anarchiste. Des
manifestations dégénèrent : des petits groupes organisés poussent à la
violence. Ils sont certainement téléguidés. Mais par qui ? Par les FM, ou
par la police, ou par des membres de l’ancien régime ? Il est impossible
de le savoir à l’heure actuelle. L’objectif de ces agitateurs est
certainement d’augmenter le chaos, mais au profit de qui ?
Nous avons pu rencontrer deux groupes de jeunes. Le premier de ces
groupes rassemblait des jeunes adultes, une douzaine, chrétiens mais
aussi musulmans, participant à divers mouvements, certains d’entre eux
plutôt démobilisés politiquement : vu la situation, ceux-là pensent ne pas
aller voter lors des prochaines élections. Dans ce groupe, une initiative
étonnante et particulièrement intéressante. Un petit groupe réalise des
vidéos qu’ils vont projeter en rue dans les quartiers, au Caire et dans
d’autres villes. Ces vidéos reprennent, à partir de You Tube en
4
Voir notre illustration de couverture : photo d’un mur du Caire, prise par Sr Marianne.
16
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
particulier, des extraits de déclarations de Morsi ou de son
gouvernement, faisant diverses promesses, et confrontent ces passages
à d’autres vidéos montrant la réalité tout à fait contraire aux promesses
faites. L’objectif : sensibiliser les gens aux mensonges du pouvoir. Il
arrive qu’ils soient chassés par la police ; il est arrivé aussi qu’on leur
confisque leur matériel de projection. Cela démontre que le pouvoir en
place ne contrôle pas tout et qu’il y a encore un réel espace de liberté.
Parmi ce groupe, aussi une jeune fille d’origine soudanaise, engagée au
Caire par le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés : travail d’aide
et d’appui aux multiples réfugiés soudanais, dépourvus de tout, fuyant la
guerre dans leur pays.
Le second groupe, plus jeune, élèves du secondaire et étudiants, dans
une paroisse copte catholique. Les jeunes filles, évidemment non
voilées, disent leur difficulté en ville : dans les quartiers elles sont
reconnues comme chrétiennes ; elles sentent le regard de
désapprobation ; elles se font bousculer.
Une soirée, Ignace Berten a rencontré une quarantaine de jeunes
adultes chrétiens, coptes catholiques mais aussi orthodoxes, avec
lesquels le frère John Gabriel Khalil, dominicain égyptien, est en relation.
La demande : une information sur les origines, le sens, le
développement et l’actualité de la théologie de la libération. Un bref
exposé d’une demi-heure suivi d’une bonne heure très animée de
questions, qu’il a fallu interrompre. Pourquoi cette demande et cet
intérêt ? La question qu’ils se posaient : est-ce que cette théologie ne
pourrait pas leur donner des pistes pour penser comme croyants leur
engagement aujourd’hui dans la société égyptienne ?
Les Frères musulmans
Les FM sont un mouvement né en 1928, qui a rapidement pris de
l’ampleur en s’idéologisant davantage. Ils représentent un courant
sunnite radical, pour lequel l’Egypte est terre d’islam, dans laquelle les
chrétiens n’ont pas de place, ou alors une place de soumission
(dhimmis). Ce sunnisme radical commence à avoir une réelle influence à
partir de 1975, surtout après l’assassinat de Sadate (1981). Le voile
commence alors à s’imposer (il était très peu porté au temps de Nasser
et de Sadate). Il y a aussi des actes terroristes : ainsi à Louxor contre les
touristes (1997, 62 victimes) : en lien avec les FM ? Les FM ont été
réprimés dès leur création par le pouvoir et interdits. Beaucoup d’entre
eux ont fait de la prison, certains ont été exécutés. Ils ont continué à
fonctionner de façon clandestine très organisée, une partie d’entre eux
17
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
résidant en exil. Pour la population, au moins pour une partie significative
d’entre elle, les FM apparaissaient donc comme les vrais résistants à la
dictature et comme des martyrs. D’où leur image positive. Ils pouvaient
compter sur une base clandestine d’adhérents, relativement importante,
mais très organisée, et obéissant rigoureusement aux mots d’ordre. Les
FM, jusque-là interdits comme parti politique, se constituent en parti
« Liberté et Justice » en 2011. Dès lors qu’ils sont apparus publiquement
et se sont organisés en parti politique se présentant aux élections, ils ont
obtenu une large majorité de suffrages.
Le problème est qu’ils sont arrivés au pouvoir sans véritable programme
politique économique et social, ni aucune expérience du gouvernement
ou du jeu politique. Leur réel programme est politico-religieux et dépasse
l’Egypte : à plus long terme, établir un nouveau califat régional, véritable
gouvernement religieux, afin de créer une grande société musulmane,
dans laquelle les minorités non musulmanes n’auraient que des droits
réduits.
Le problème est aussi que Morsi est un homme relativement faible : le
pouvoir est en réalité aux mains d’un conseil des Frères musulmans dont
on connaît plus ou moins les membres, mais qui reste totalement
clandestin dans son fonctionnement. Le gouvernement n’a tenu aucune
de ses promesses et l’ensemble de la société est devenu plus ou moins
anarchique. De ce fait, les FM ont très largement perdu leur crédit. Il
semble qu’il y ait des tensions importantes au sein de la direction des
FM. Un éclatement n’est pas impossible.
Les salafistes
Les FM se sont alliés au départ aux salafistes. Au départ, les salafistes
étaient non politiques et quiétistes, pieux de pratique intégriste. Ils se
sont constitués en parti en 2011 : Al-Nour. Ils sont, semble-t-il,
téléguidés par l’Arabie saoudite et l’idéologie wahhabite. Ils sont plus
rigoureux du point de vue d’un islam intégriste que les FM (ils militent
pour le niqab alors que les FM militent pour le voile). Leur succès est
largement dû à leur présence dans les quartiers populaires.
La majorité du parti est dans la ligne de l’école salafiste alexandrine,
pour laquelle le pouvoir politique doit être soumis au pouvoir religieux.
Au sein du parti, il y a des tensions à ce sujet, certains s’opposant à ce
contrôle de l’autorité religieuse. De plus, entre FM et salafistes, il y aussi
des tensions. Aujourd'hui, ils sont en conflit ouvert.
18
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
L’opposition libérale
L’opposition libérale est très morcelée, au point d’être quasi insignifiante.
Elle a créé une coalition : le Front de salut national, FSN, qui rassemble
des partis de centre droit et de centre gauche, et des éléments de
l’ancien parti gouvernemental. Mais il est peu probable que ce front
puisse se présenter comme une vraie alternative aux élections.
Les partisans de Moubarak
Le Parti national démocrate (PND) est le parti historique. Il est de
tendance centre gauche. Il garde des partisans mais n'existe plus sur
l'échiquier politique.
al-Azhar
Nous avons pu rencontrer Mahmoud Azab, conseiller du Grand Imam
d’al-Azhar, Ahmad at-Tayyeb. L’IDEO entretient des relations de
collaborations très amicales avec al-Azhar.
Cette université islamique a été fondée en 972. Elle est l’institution la
plus importante de l’islam sunnite au niveau mondial et elle a joué un
rôle important dans la construction de la conscience nationale
égyptienne. Elle a toujours promu un islam modéré et tolérant, autonome
vis-à-vis de l’Etat.
Avant 2011, al-Azhar avait pris diverses initiatives pour animer le dialogue
des valeurs entre religions et cultures. Le Coran affirme que Dieu a voulu
la différence : il faut donc la préserver dans le dialogue, et pour al-Azhar,
en Egypte, d’abord le dialogue avec le christianisme égyptien et le
christianisme arabe. La Maison de la Famille égyptienne, créée par alAzhar – à la suite de l’attentat survenu à Bagdad contre une église – veut
mettre en dialogue l’islam, l’Eglise copte orthodoxe, l’Eglise catholique,
l’Eglise évangélique et l’Eglise anglicane, afin de réformer le discours
religieux, tant musulman que chrétien, centré sur l’amour (christianisme)
et la miséricorde (islam). Il s’agit de mettre sur la table les conflits entre
musulmans et chrétiens, de démasquer les problèmes (souvent la religion
masque les vrais problèmes) et de militer pour que l’Etat assume ses
responsabilités et applique la loi : un Etat national, démocrate et moderne,
qui assure à tous la liberté d’expression, de croyance et de culture.
Après le massacre de coptes à Maspero (quartier du Caire) le 9 octobre
2011, la Maison de la Famille égyptienne a publié le 10 octobre un
communiqué signé par le Grand Imam défendant « le principe de
citoyenneté pour tous les Egyptiens » et la liberté d’expression pour tous
19
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
les citoyens, et à propos des coptes tués lors de cet affrontement, le
texte parle de martyrs. Il a produit d’autres documents sur l’Etat, sur les
libertés fondamentales, sur la femme égyptienne et ses droits.
Actuellement, le pouvoir cherche à déstabiliser al-Azhar, et en particulier
à marginaliser le Grand Imam qui est de tradition soufie, mais est très
respecté dans la population. Ces manœuvres suscitent cependant de
très importantes manifestations de protestation et de soutien à l’imam.
L’armée
A la différence de la police qui a été très répressive lors des
manifestations, et l’est encore à l’occasion, l’armée n’est pas intervenue :
elle a lâché Moubarak et a pris le parti du peuple. Elle jouit de ce fait
d’un grand capital de sympathie parmi le peuple, même si cette image
positive a été ternie par sa gestion musclée de la période transitoire.
L’armée est autonome financièrement (son budget n’est pas soumis au
parlement) et institutionnellement, le ministre de la défense étant
nécessairement un militaire.
Il apparaît clairement que l’armée ne veut pas intervenir. Elle se considère
comme la protectrice et le garant de l’Etat Nation (en ce sens, elle est très
opposée aux FM et à leur idée de califat) ; elle veut éviter toute aventure
extérieure, et donc ne pas se mêler de Gaza, à la différence des FM. Au
sein de l’armée, la tendance dominante est celle d’un islam conservateur,
proche des classes moyennes. L’armée n’interviendra que si la situation
venait à se dégrader complètement, tournant à la guerre civile ou à une
violence généralisée non contrôlable. Elle interviendrait aussi si ses
intérêts, en particulier économiques (30% du PIB ?), devaient être mis en
cause : l’armée est propriétaire de multiples entreprises nationales, les
hauts gradés exerçant des responsabilités de direction dans ces
entreprises, avec de multiples privilèges.
Les juges
Actuellement, les juges sont de quelque manière la seule force
d’opposition claire et organisée. Parmi les juges, il y en a de toutes les
tendances, mais ils veulent garantir l’Etat de droit. De ce point de vue, la
Haute cour constitutionnelle joue un rôle déterminant. Il y a conflit frontal
entre Morsi et les juges. Morsi a cherché à licencier 3.500 juges, en les
mettant d’office à la retraite. Il cherche aussi à délégitimer la Haute cour
constitutionnelle et le Conseil suprême de la magistrature, mais jusqu’à
présent n’y arrive pas ; massivement, la population soutient les juges.
20
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
Les coptes
L’Eglise copte orthodoxe, malgré son nom, n’est pas une Eglise
orthodoxe : il y a eu rupture après le Concile de Chalcédoine (451) sur la
question de la définition théologique de la personnalité du Christ Fils de
Dieu. La rupture est donc bien plus ancienne que celle qui a divisé
l’Orient et l’Occident (1054). La tradition théologique catholique les a
définis comme hérétiques monophysites. En 1988, une formule
christologique commune a été approuvée par l’Eglise copte orthodoxe et
l’Eglise catholique. L’Eglise copte orthodoxe est présidée par le pape
Tawadros II, Patriarche d’Alexandrie (qui a succédé en novembre 2012
au pape Chenouda III).
La tradition dit que cette Eglise a été fondée par saint Marc. Le
monachisme y est très important, un monachisme différent tant du
monachisme occidental de tradition bénédictine que du monachisme
orthodoxe. Saint Antoine (± 251-356) a créé en Egypte la vie érémitique.
Saint Pacôme (± 292-346) a donné une forme communautaire
(cénobitisme) à cette forme de vie. Le monachisme copte est cependant
plus proche de la vie chartreuse. Nous avons visité trois énormes
monastères qui réunissent entre 200 et 400 moines. Ces monastères
sont de grands ensembles, quasi des villages clôturés, où les moines ne
participent ensemble aux offices et aux repas que certains dimanches ou
fêtes. Le monachisme masculin (nous n’avons pas eu de contact avec le
monachisme féminin) est donc particulièrement vivant, et attire
beaucoup de fidèles et de visiteurs.
Nous avons visité également Anaphora, un centre œcuménique fondé
par Amba Thomas, actuellement évêque copte orthodoxe de Quosseya
et de Meir. C’est un lieu d’accueil, de rencontres et de retraite pour
pèlerins, jeunes et moins jeunes. Ce lieu, dans l'esprit de Taizé, est
ouvert à tous ceux qui veulent se ressourcer dans un cadre harmonieux
et significatif. Les bâtiments, hôtellerie, église sont entourés de
plantations diverses, choisies pour leur valeur symbolique.
Sous Nasser, l’Etat se sécularise, la démocratie est interrompue, mais la
citoyenneté égale de tous est affirmée. Avec Sadate (pour des raisons
politiques), il y une certaine islamisation de l’Etat, ce qui crée des
tensions avec les coptes. Avec Moubarak, la relation est plus équilibrée :
Chenouda III joue beaucoup avec le pouvoir politique, au détriment d'une
approche citoyenne qui implique les coptes eux-mêmes…
Fin 2010 et début 2011, il y a des troubles graves (attentat contre les
coptes à Alexandrie) qui ont suscité des réactions plutôt positives : les
21
LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE – LE VOYAGE AU CAIRE
jeunes musulmans protégeant les églises lors des messes de Noël.
Malgré l'interdiction du pape Chenouda, beaucoup de jeunes coptes
participent aux manifestations à partir de janvier 2011.
Le 9 octobre 2011, des milliers de coptes défilent dans le quartier de
Maspero, au Caire, en protestation contre l’incendie d’une église à
Assouan. La police intervient brutalement (y a-t-il eu provocation ?) : 28
morts. Le 9 octobre 2012, les coptes manifestent en portant des
bannières avec des photos des victimes et le slogan : « martyrs de
l’Egypte », et non martyrs chrétiens.
Ce que nous ont dit aussi bien les musulmans que les coptes
rencontrés, c’est qu’il n’y a pas de persécution des coptes, mais bien
d’innombrables tracasseries administratives et autres, et donc de fortes
discriminations (entre autres, quant à l’accès à l’emploi public et aux
responsabilités). Il y a de temps à autre des violences, et des morts dans
les affrontements entre coptes et musulmans, mais ce sont plutôt des
incidents : des situations tendues qui dégénèrent à l’occasion d’un
événement malheureux.
Combien y a-t-il de coptes en Egypte ? Les évaluations divergent
sensiblement, entre 7 et 20 millions. Le chiffre de 7 millions semble très
probable. L’Eglise ne tient pas à faire valoir son nombre : la politique
ecclésiale n’est pas de s’affirmer comme minorité, mais de se présenter
comme des citoyens de plein droit.
A côté de l’Eglise copte orthodoxe, il y a une petite communauté copte
catholique, et aussi différentes Eglises orientales très minoritaires, qui
totalisent au maximum 250.000 fidèles, mais qui ont un impact important,
entre autres par le réseau d'écoles tenues par des religieuses et des
religieux catholiques, et où musulmans et chrétiens reçoivent ensemble
une vraie éducation, ouverte et responsabilisante.
Ignace Berten et Marianne Goffoël
22
Les Enfants des Cèdres
Une présence et une aide financière au Liban
Voici un témoignage d’un couple de laïcs dominicains de la
Fraternité Pierre Claverie de Louvain-La-Neuve, Suzanne et Charles
Thirion, sur leurs activités en liaison avec le Liban.
En octobre 1999, Gabriel Hachem, prêtre libanais responsable de
la paroisse Saint-François-Xavier à Bourgeois-Rixensart, organise pour
les paroissiens et sympathisants un voyage au Liban. Le but poursuivi :
faire découvrir le Pays des Cèdres – ses richesses archéologiques, ses
sites naturels – et surtout prendre contact avec une population
particulièrement accueillante et ce, malgré les nombreux conflits vécus
au cours des années précédentes.
Engagés depuis plusieurs années au service de cette paroisse
dynamique, hors du commun pour l’époque, Suzanne et moi nous nous
sommes inscrits pour ce voyage. Connaissant notre ami Gabriel, nous
savions que nous ne serions pas déçus. Le but de cet article n’est pas de
vous décrire dans le détail toutes les découvertes d’un périple au parfum
du Moyen-Orient mais d’attirer votre attention sur un événement qui nous
a marqués et qui, comme vous allez le découvrir, laissera des traces.
Il faut savoir que chaque soir, à l’étape, après des journées bien
remplies, Gabriel nous réservait l’une ou l’autre surprise. C’est ainsi que
nous avons pu faire la découverte d’une forte personnalité libanaise :
sœur Amal Yaminne5. Pour nous rencontrer elle arrivait du sud Liban,
plus précisément d’Aïn Ebel, un village important situé tout au sud, à
800 m d’altitude, à 10km de la frontière électrifiée entre le Liban et Israël.
Invitée par Gabriel, Sœur Amal avait effectué ce long trajet, dangereux à
l’époque, pour nous parler avec passion du collège Saint-Joseph, de son
projet éducatif et des difficultés rencontrées pour mener à bien sa mission
de directrice d’un établissement regroupant tous les cycles : maternel 3 à 6
ans ; primaire 6 à 12 ans ; complémentaire 12 à 15 ans ; secondaire 15 à
18 ans. Une population scolaire regroupant chaque année 55% de
chrétiens et 45% de musulmans chiites qui vivent en bonne entente. Pas
de guerre des voiles à Aïn Ebel. Ces élèves représentent 425 familles, de
19 villages environnants dans un rayon de 35 km².
5
Depuis 2006, Sœur Joséphine Nasr a pris la relève de sœur Amal Yaminne.
23
Le primaire est semi-gratuit, c’est-à-dire subventionné par l’Etat. Ce
dernier ne paye les subventions que trois ans plus tard ou plus. Les frais
de scolarité au niveau des autres cycles sont répartis en tenant compte
des possibilités et des moyens des familles qui vivent des situations
pécuniaires difficiles dans la région. La majorité de ces familles se trouve
dans le besoin et n’arrive pas à couvrir le tiers de la scolarité de leurs
enfants. La place manque ici pour retransmettre dans son entièreté le
discours passionné de sœur Amal : un appel au secours. Elle nous fit
part du projet éducatif de son équipe enseignante : « Promouvoir tout
homme et tout l’homme sans discrimination d’ethnies, de langues, de
religions et de classes sociales ».
Rentrés au pays quelques jours plus tard, nous avons décidé d’apporter
une aide concrète à la directrice, aux professeurs, aux élèves et à leur
famille. Comment faire ? En paroisse, Gabriel nous a cédé la place : le
temps des homélies au cours de deux carêmes de Partage, en 2000 et
2001. De sa part, un geste audacieux pour l’époque, une initiative qui
sortait des sentiers battus. Nous sommes ainsi devenus frères prêcheurs
sans savoir qu’un jour nous serions acceptés et reçus comme laïcs
dominicains. La communauté paroissiale a répondu généreusement à
notre appel, ce qui nous a permis d’envoyer à la directrice du collège
Saint-Joseph le produit des collectes et de venir ainsi en aide à des
parents mis dans l’impossibilité d’assurer le minerval de leurs enfants.
En juillet 2001, retour de Gabriel au Liban, rappelé par son évêque pour
enseigner la théologie à l’université de Kaslik (Beyrouth), un incident qui
va changer bien des choses dans notre vie paroissiale, y compris la
façon mise en place pour venir en aide aux élèves du collège SaintJoseph. Après mûre réflexion, en 2003, nous avons décidé de créer une
association de fait, sans but lucratif, indépendamment de toute référence
paroissiale. Nous avons demandé à l’un de nos amis avocat de rédiger
des statuts en bonne et due forme, pour une association appelée « Les
Enfants des Cèdres » (LEDC).
Nos objectifs :
 Apporter un soutien financier au collège Saint-Joseph d’Aïn Ebel
et permettre à quelques familles précarisées de poursuivre la
scolarité de leurs enfants.
 Soutenir le dispensaire de l’école, qui est au service de toute la
population environnante par l’envoi de matériel et de médicaments
en manque dans cette région isolée.
 Lancer des passerelles d’espoir et d’amitié entre les élèves de l’école
Sainte-Agnès de Rixensart et les élèves du collège Saint-Joseph
24
d’Aïn Ebel (échange de mails, de photos, de dessins entre élèves
belges et libanais).
Chaque année, nous envoyons à plus de 200 sympathisants deux ou trois
bulletins d’information concernant les activités du Collège, les réussites et
les échecs vécus par ces professeurs, élèves et parents, en y joignant un
bulletin de versement. Les donateurs sont fidèles et généreux.
2003-2013 : 10ème anniversaire de la fondation de notre association
C’était l’occasion à ne pas manquer pour mettre les petits plats dans les
grands. La Choraline, chœur des jeunes de la Monnaie (Bruxelles), a
chanté au profit des élèves libanais ; par ailleurs, les élèves de l’Institut
Notre-Dame d’Anderlecht ont organisé une marche parrainée de 15 km.
Merveilleux !
En conséquence, notre association vient de faire envoyer au Liban la
somme de 10.000 euros. Une belle réussite pour fêter nos dix ans
d’existence. Il nous reste à poursuivre le chemin commencé et à faire
preuve de créativité, en accord avec les objectifs décrits ci-dessus.
En terminant, nous tenons à vous dire que ce qui importe vraiment, c’est
de nous être rendu compte que ce petit coin de terre et ses habitants
existent vraiment pour nous et qu’ils savent que nous existons pour eux.
Pour les membres de notre association :
Suzanne Debroux et Charles Thirion, laïcs dominicains
Fraternité Pierre Claverie, Louvain-La-Neuve
Pour en savoir plus sur nos activités, vous pouvez contacter Charles
Thirion à l’adresse : charles.thirion@skynet.be
25
Echos de la journée d’accompagnement formatif
du 27 avril 2013
Le 27 avril 2013 a eu lieu la première journée d’accompagnement
formatif entre l’engagement temporaire et l’engagement définitif à
l’abbaye de Clerlande sur le thème « Comment la prière nourrit-elle ma
vie chrétienne et ma vie de laïc dominicain ? » Certains membres des
fraternités connaissaient déjà la journée organisée en vue du premier
engagement. D’autres avaient expérimenté une première formule sous la
forme d’une journée de réflexion avant le deuxième engagement. Cette
fois, il s’agissait de mettre en place la première étape du programme
d’accompagnement formatif étalé sur trois ans et approuvé par le
Chapitre vicarial en novembre 2011.
Les deux animateurs, Fr. Ignace Berten et moi-même, Dominique
Olivier, avions choisi comme premier thème « la prière », pilier
fondamental de l’engagement dominicain, non pas pour en donner un
mode d’emploi en terme de leçon, mais pour aider chacun à faire le point
sur ce que peut représenter aujourd’hui la prière dans sa vie. Nous
voulions aussi que cette journée soit un moment de respiration paisible
et fraternel dans le brouhaha de nos vies bien chargées !
Treize membres ayant fait un premier engagement, appartenant à cinq
fraternités, ont fait confiance à l’équipe porteuse : les deux animateurs
ont été rejoints par une personne ressource, Dominique Lawalrée.
Après avoir bien expliqué le sens de la démarche proposée, chacun a pu
– à travers des temps personnels, des échanges deux par deux et des
retours en grand groupe – approfondir la forme de sa prière, découvrir
celle des autres et aborder différentes problématiques en rapport avec le
thème : le lien entre prière et action, les contraintes de la prière, la place
du corporel, la compréhension des psaumes. Le temps de midi nous a
réunis dans l’eucharistie proposée par les moines de Clerlande. Nous
avons pu ensuite goûter un bol de soupe bien sympathique tout en
écoutant les informations du frère Ignace qui nous a partagé son
expérience toute récente en Egypte. L’après-midi, nous avons abordé
les psaumes à travers un exercice qui a nourri notre prière finale.
En tant qu’animatrice, je retiens l’engagement de chaque participant, la
profondeur et la qualité des échanges marqués de respect et d’écoute, la
beauté et l’adéquation du lieu. Quant à l’avenir, une deuxième journée
sera programmée en 2014 sur l’un des autres piliers dominicains.
Dominique Olivier o.p.
26
VICARIAT DE BELGIQUE-SUD – VICARIAT DE BELGIQUE-SUD
A VOS AGENDAS
Journée vicariale annuelle de formation
La journée de formation 2013 aura lieu en Famille dominicaine le samedi
30 novembre dès 9h au couvent Fra Angelico de Louvain-la-Neuve. Elle
aura pour thème : « L’amour dans tous ses états ! » De plus amples
informations vous parviendront ultérieurement, mais réservez d’ores et déjà
la date dans votre agenda.
AU CONSEIL VICARIAL
Communiqué du Conseil : Démission de Maurice Luca
Après une première annonce de démission de sa part, le Conseil a tenté
de retenir Maurice Luca et lui a proposé un aménagement des charges.
Après réflexion, Maurice a préféré représenter sa démission et s’en est
longuement expliqué. C’est ensemble que chaque membre du Conseil,
y compris Maurice, a rédigé et approuvé ceci :
“Pour des raisons de réorientation professionnelle et de charge excessive
de travail, Maurice Luca présente sa démission au Conseil qui l’accepte
fraternellement et remercie vivement Maurice pour le travail accompli au
service des fraternités, tant à titre personnel, que collectivement au sein
du conseil vicarial. Le président contactera Fabien Van Vlodorp, qui a été
élu suppléant lors des élections au Conseil vicarial”.
Fabien a accepté d’être membre du conseil, en remplacement de
Maurice. Il a aussi accepté de reprendre la charge de la formation, avec
le soutien des autres membres du Conseil.
Merci à Maurice pour le gros travail accompli, et bienvenue à fabien.
Au nom du Conseil, Dominique Lawalrée
DANS NOS FRATERNITÉS
Fraternité Saint-Dominique – Saint-Jean (Liège)
Nous poursuivons et terminerons prochainement l'analyse du livre
d'Ignace Berten Croire en un Dieu Trinitaire. Nous avons eu beaucoup
de chance de pouvoir vivre ce travail en sa compagnie. Une regardante
nous quitte après quelques années de réflexion au sein de notre
fraternité, nous souhaitons qu'elle puisse trouver en d'autres lieux ce qui
lui conviendra le mieux. Fin juin, nous terminerons l'année par un repas
27
VICARIAT DE BELGIQUE-SUD – VICARIAT DE BELGIQUE-SUD
festif autour d'Ignace Berten, jusqu'ici notre assistant religieux, et
attendons la désignation d'un nouvel assistant pour septembre prochain.
Que l'Esprit guide ce choix.
Fraternité Dominique Pire – Sainte-Catherine-de-Sienne (Huy)
Nous avons enfin procédé à l’attribution des tâches dans notre conseil.
Germaine Ligot sera notre présidente, Myriam Tonus, responsable de la
formation et Fabien Van Vlodorp, secrétaire. Toute la fraternité se réjouit
de ces nominations. La présence d’Ignace Berten, notre assistant
religieux, à nos côtés est un cadeau du ciel pour notre groupe.
La fraternité a été bien occupée et très présente pendant la Neuvaine de
mai à La Sarte. Notre pari d’ouvrir la porte aux autres religions et de donner
la parole à d’autres voix était risqué. A en juger par l’affluence d’habitués et
de curieux tous les soirs, il semble que ce sujet ait vraiment intéressé pas
mal de monde. Que l’on se sente plus d’affinités avec l’un qu’avec l’autre
est normal mais ce qui nous a frappés, c’est que beaucoup ont apprécié la
démarche. La cerise sur le gâteau étant la réaction des intervenants euxmêmes, qui se sont dit très heureux de l’accueil reçu et d’avoir « pu
partager leur foi » dans un respect mutuel. Quelques courriers de chrétiens
« pleins de bienveillance » ont, quand même, signalé à notre doyen qu’il
était tout à fait déplacé de voir un juif, un orthodoxe, un protestant ou un
musulman participer à La Neuvaine. Déjà que des femmes y prennent la
parole… ! Ce sont certainement les mêmes qui regrettent la disparition des
« sœurs en cornettes » ou des « bons pères en soutane » dans des églises
bondées de « bons chrétiens »…. Il est toujours plus rassurant de regarder
en arrière que de faire face à l’avenir. Avancer, c’est prendre un risque.
Nous l’avons pris. Nous avançons. Plus riches. Dommage pour ceux qui
fanent sur place…
Nous aurons aussi le plaisir d’accueillir de nouveaux regardant lors de
notre prochaine réunion au cours de laquelle nous travaillerons déjà sur
le sujet de l’an prochain, un sujet qui mettra l’eau à la bouche ! Plus
d’info dans le prochain numéro….
Fraternité Saint-Albert-le-Grand (Namur)
C’est une grande joie pour nous d’annoncer que Sophie Dalimier, notre
étudiante en théologie et pétillante cadette, est désormais dominicaine
pour trois ans : elle a fait profession temporaire au couvent de Salzinnes
le lundi 29 avril 2013, jour de la fête de sainte Catherine de Sienne !
28
VICARIAT DE BELGIQUE-SUD – VICARIAT DE BELGIQUE-SUD
Notre complicité spirituelle et nos activités partagées sur le terrain
namurois avec les attachantes et fortes personnalités des Sœurs
dominicaines missionnaires de Salzinnes font grandir notre enthousiasme
à la prédication. Exemples d’activité partagée avec les Sœurs :
 animation de la soirée de neuvaine de Pentecôte du 17 mai à la
cathédrale de Namur, soirée portée par la musique de Dominique
Lawalrée et retransmise sur les ondes de RCF-Belgique et RCFFrance ;
 préparation de la journée dominicaine du 8 août à Namur ;
 préparation des cafés COGITHEO du semestre prochain, etc.
Durant le semestre qui s’achève, nos réunions nous auront permis de
confronter et d’approfondir nos façons parfois fort diverses mais – nous
l’espérons – complémentaires de penser et de vivre les quatre mêmes
piliers dominicains, le même Directoire. Nos chemins sont multiples,
mais tous doivent nous mener à vivre ensemble toujours plus pleinement
de l’Esprit du Christ et de la grâce de l’Ordre des Prêcheurs !
Fraternité Pierre Claverie (Louvain-la-Neuve)
Notre fraternité prend le temps de se construire et poursuit ses
découvertes et recherches de son identité. Après des échanges fructueux
sur les points de convergence entre la pensée de notre saint patron Pierre
Claverie et les personnalités de notre fraternité, nous nous questionnons
quant à l'orientation que nous voudrions prendre en tant que fraternité
dominicaine. Même si nous avons conscience qu'il s'agit là d'un projet en
constante évolution, nous prenons le temps de nous donner des bases
solides pour continuer à avancer sur les pas de saint Dominique.
Fraternité Sainte-Catherine-de-Sienne (Bruxelles)
Notre assistant religieux, Philippe Henne nous quitte, et notre nouvel
assistant, Ignace Berten, commencera dès septembre.
Sujets d’étude de ce trimestre :
 Lecture individuelle de deux textes d’Ignace Berten, « Délibération
politique et convictions religieuses sur les enjeux de la dignité
humaine » et « Vers une théologie du pluralisme des convictions ».
Ensuite discussion autour de ces thèmes en fraternité.
 La vie et l’œuvre de Giorgio La Pira, laïc dominicain italien (19041977) maire de Florence et diplomate. De sa vie nous retenons :
29
VICARIAT DE BELGIQUE-SUD – VICARIAT DE BELGIQUE-SUD
 Une grande cohérence entre vie, foi et action ;
 Comme sainte Catherine, il écrit au pape, s’entoure de
personnes compétentes, garde aussi une ouverture à la
philosophie et aux non-croyants ;
 Grand artisan de paix, respectueux de ses interlocuteurs, ancré
dans son siècle et visionnaire, sachant garder du recul ;
 Audacieux malgré les difficultés, faisant la synthèse de toutes
les connaissances pour agencer un projet, sans se décourager,
parfois à contre-courant des idées de son temps.
D’autre part nous avons le regret d’annoncer le décès de Francine Muylle
ce 24 avril. Laïque dominicaine depuis octobre 1962, Francine avait
rejoint notre fraternité en mars 2000, car la fraternité de Bruxelles-Dames
ne pouvait plus se réunir facilement, ses membres étant trop âgées.
Fraternité Fra Angelico (Bruxelles)
A la mi-avril, nous avons consacré notre week-end annuel de
ressourcement/retraite à saint Luc et ses écrits, dans la lignée du travail
entrepris le mois précédent sur l’évangéliste. Nous nous sommes réunis
au domicile d’un couple membre de la fraternité, Anne et Pierre
Dubruille. Nous nous sommes appuyés, pour nos échanges, sur le livre
très pédagogique du P. Philippe Bacq s.j. Luc, un Evangile en pastorale
– Commencements Lc 1, 1-4,13, et notamment sur ses questionnaires
de lecture. En mai, nous avons accueilli un regardant, François Vinsot, et
poursuivi notre travail sur saint Luc. Juin est traditionnellement consacré
à l’évaluation de l’année écoulée et à la détermination de nos travaux de
l’année suivante afin de bien redémarrer en septembre.
IN MEMORIAM
Fraternité Sainte-Catherine-de-Sienne (Bruxelles) : Francine Muylle
Francine Hanssens-Muylle, née le 10 mars 1925, nous a quittés ce 24
avril 2013. Laïque dominicaine de longue date (elle avait fait son
engagement définitif le 17 octobre 1946), elle était la dernière
représentante de la fraternité de Bruxelles-Dames. Elle avait intégré la
fraternité Sainte-Catherine-de-Sienne de Herne, puis de Bruxelles
depuis quelques années. Elle ne participait plus aux réunions depuis son
entrée en maison de repos.
Francine avait le souci constant de vivre sa foi dans sa vie quotidienne,
par des actions concrètes. C’est pourquoi elle présida activement la
30
VICARIAT DE BELGIQUE-SUD – VICARIAT DE BELGIQUE-SUD
consultation des nourrissons à St Josse. Elle fut ensuite longtemps
visiteuse de prison, apportant réconfort, amitié et surtout espérance aux
détenus. Lorsque ses forces physiques diminuèrent, elle chercha un
nouvel apostolat. En constatant que les habitants de son immeuble
étaient parfois des étrangers anonymes les uns pour les autres, elle
décida de nouer des liens avec chacun d’entre eux, devenant de la sorte
une présence, en les visitant régulièrement, en les invitant, en les
rassemblant, en offrant son aide pour faire les courses de ceux qui en
étaient empêchés.
Francine était aussi peintre, et ses œuvres également traduisent sa foi.
Merci Francine, tu es pour nous tous un exemple. Remercions le
Seigneur d’avoir inspiré à Francine toutes ces bonnes choses.
A l’Institut Séculier de Liège : Andrée Lousberg
Nous avons appris le décès, le 17 mars dernier, d’Andrée Lousberg,
membre de l’Institut séculier dominicain d’Orléans, Institut qui avait une
implantation à Liège, au Foyer Jeanne d’Arc. La fraternité dominicaine
de Liège s’est d’ailleurs réunie au Foyer Jeanne d’Arc pendant de
longues années.
Notons que les membres des Instituts séculiers dominicains sont des
laïques dominicaines consacrées, vivant seules dans le monde. L’Institut
séculier d’Orléans est le seul Institut séculier dominicain représenté en
Belgique.
Chez nos frères : Jean-Marie Van Cangh
Le frère Jean-Marie Van Cangh, né en 1942, est décédé ce mardi 21
mai 2013 au couvent de Bruxelles. Il avait fait profession dans l'Ordre
des Prêcheurs le 29 septembre 1960 et avait été ordonné prêtre le 30
juillet 1967. Le frère Jean-Marie était docteur en théologie, licencié en
histoire et langues orientales, maître des arts en sciences juives,
professeur émérite à la faculté de Théologie de l’UCL, directeur de
Solidarité-Orient et Secrétaire général des Académies internationales de
sciences religieuses et de philosophie des sciences.
Le texte de l’homélie de ses funérailles, qui donne un portrait plus vrai
que nature du frère Jean-Marie et de ses multiples activités, paraîtra
dans le prochain numéro d’Amitiés Dominicaines.
31
AVIS AU LECTEUR
Merci d'envoyer vos commentaires, suggestions ou propositions
d'articles à :
Mme Bénédicte Jerebzoff-Van Damme
1070 chaussée d’Alsemberg
1180 Bruxelles
Tél. : 02/230.67.02 ou 0474/97.15.02
E-mail : bhindes@skynet.be
* * *
CONDITIONS D'ABONNEMENT
4 NUMÉROS PAR AN :
• Belgique :
• Etranger :
Abonnement ordinaire : 15 euros
Les suppléments de soutien sont les bienvenus
20 euros par virement, en donnant à votre
banque comme information :
– IBAN BE58 0682 1109 6679
– BIC GKCCBEBB
A VERSER AU COMPTE
n° 068-2110966-79
des Fraternités Laïques Dominicaines A.D.
28, avenue de Février
1200 Bruxelles
* * *
Comité de rédaction
Bénédicte Jerebzoff-Van Damme,
Ludovic Namurois et Guido Van Damme
32
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising