LA GESTION DURABLE DES ZONES D`ACTIVITÉS

LA GESTION DURABLE DES ZONES D`ACTIVITÉS
GUIDE MÉTHODOLOGIQUE
LA GESTION DURABLE
DES ZONES D’ACTIVITÉS
Ag e nc e r égion a l e d e l ’env i ro nn e m en t et d es n o uv el l es énergi es I l e-de-Fra nce
2
SOMMAIRE
LA FAIBLE QUALITÉ DES PARCS D’ACTIVITÉS
03
MODE D’EMPLOI DU GUIDE
05
LES PRÉALABLES
Fiche 1
Fiche 2
Fiche 3
Fiche 4
07
Une connaissance approfondie des zones d’activités
Une analyse des jeux d’acteurs
Une politique de gestion durable des zones d’activités
Une stratégie de gestion durable des zones d’activités
MODULE 1
14
LA GESTION D’UNE OU PLUSIEURS ZONES D’ACTIVITÉS
Fiche 5
Fiche 6
Fiche 7
Les fondamentaux de la gestion d’une zone d’activités
Les moyens humains, financiers et techniques
Le programme d’actions
MODULE 2
23
L’ANIMATION D’UNE OU PLUSIEURS ZONES D’ACTIVITÉS
Fiche 8
Fiche 9
Les fondamentaux d’une animation
Les moyens, structures et exemples
MODULE 3
29
LES SERVICES SUR UNE ZONE D’ACTIVITÉS
Fiche 10
Fiche 11
Les fondamentaux pour des services
Exemples de services
BOITE À OUTILS
44
Ce guide est issu d’une étude menée par les sociétés e-parc (Jean-François Vallès) et Cap Terre (Pierre Cécil Brasseur)
pour l’ARENE (Thierry Vincent). Création graphique : Pascale Michon.
Décembre 2007.
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
M
O
D
E
IO
N
IN
T
R
O
D
U
C
T
E
S
O
M
M
A
IR
D
’E
M
P
LO
I
3
INTRODUCTION
LA FAIBLE QUALITÉ
DES ZONES D’ACTIVITÉS
Les zones d’activités économiques (ZAE)(1) de la Région Ile-de-France ont connu
un essor considérable au cours des dernières décennies. Les 1200 ZAE recensées en 2001 par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région d’Ile-deFrance (IAURIF) ont été réalisées, pour plus de 80% du parc, à partir de 1965
et occupent 20 000 ha bruts répartis essentiellement dans les zones urbaines
et périurbaines. L’offre foncière disponible à ce jour représente près de 2000 ha
répartis dans 430 ZAE(2), ce qui équivaut à un doublement du stock par rapport
à 1989. Malgré ce niveau de disponibilité jamais atteint depuis plus de 25 ans,
et ce dans un contexte de quasi stagnation du PIB de la région, 20 à 25 ZAE se
créent chaque année.
La plupart de ces zones d’activités sont vieillissantes et peu ou pas entretenues,
la voirie et les réseaux ne sont plus adaptés aux demandes exprimées(3) par les
entreprises en termes d’accessibilité, de commodités de déplacement pour le
personnel, de sécurité et de cadre de travail, la signalisation n’est plus lisible ni
actuelle. De plus, ces zones d’activités se sont souvent développées sans souci
de cohérence et de concertation (chaque collectivité souhaitant avoir sa zone
d’activité), ni de respect de l’environnement.
LES CONSÉQUENCES SONT :
La dégradation de l’environnement visuel des entrées de villes et des bords de
routes,
Une offre « haut de gamme » insuffisamment développée,
Une inadaptation des zones notamment pour des activités tertiaires qui représentent aujourd’hui les deux tiers des transactions,
Une absence de gestion et d’animation,
La dégradation des conditions de travail ressentie par les entreprises avec comme risque de les voir péricliter (par manque d’espace ou de commodités) ou
partir pour s’implanter sur d’autres zones d’activités plus accueillantes.
(1) Encore appelés parcs d’activités, zones industrielles, parcs technologiques, ou technopoles.
(2) Cinq secteurs géographiques concentrent les trois quart du stock régional : 20% pour le pôle de Sénart / Evry ; Plus de 10% dans le secteur de Roissy dans
un rayon de 10 à 15 Km autour de l’aéroport ; 20% sur l’axe vallée de la Seine Aval, 10% sur l’axe Saint-Quentin-en-Yvelines / Plateau de Saclay / Massy et
10% pour la ville nouvelle de Marne la Vallée.
(3) Cf étude réalisée en Juillet 2002 par KPMG pour le Conseil national des économies régionales (CNER) auprès de 496 entreprises.
La faible qualité des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
M
O
D
E
IO
N
IN
T
R
O
D
U
C
T
E
S
O
M
M
A
IR
D
’E
M
P
LO
I
4
INTRODUCTION
Et pourtant les collectivités pourraient faire de leurs zones d’activités un outil de développement économique efficace pour leur territoire et/ou une véritable plate-forme
du développement durable c’est-à-dire :
Assurer le développement économique en pérennisant l’installation des entreprises et les taxes professionnelles,
Consolider le développement social en favorisant l’emploi et la qualité de
vie des usagers des zones d’activités et des riverains, en facilitant leurs déplacements, en leur proposant des services de qualité et en rendant accessibles
les zones d’activités à ceux ne disposant pas de moyens de déplacement individuels.
Préserver l’environnement en diminuant les impacts environnementaux des entreprises installées sur les zones d’activités en les aidant à se mettre en conformité avec la réglementation environnementale et en diminuant l’impact visuel inhérent à ces zones.
Les cinq principes du développement durable peuvent également s‘appliquer aux
zones d’activités de la manière suivante :
Principes
Objectifs
AMÉLIORATION
CONTINUE
La démarche de gestion ne doit pas être figée dans le temps. Les différents
partenaires doivent constamment rechercher l’amélioration du processus de
gestion et de la qualité générale de la zone d’activités.
ÉVOLUTIVITÉ
Le projet de zone d’activités doit intégrer différents scénarii d’évolution (superficie, vocation…) en fonction de sa commercialisation, des besoins des
territoires…
PRÉVENTION
Afin de limiter les impacts sur l’environnement et les traitements curatifs coûteux, ce principe cherche à mettre en œuvre toute action visant à réduire le
risque d’occurrence.
PRÉCAUTION
Lorsqu’il existe des raisons suffisantes de croire qu’une activité ou un aménagement risque de causer des dommages graves et irréversibles à la santé
ou à l’environnement, ce principe implique d’évaluer de façon approfondie
ces risques éventuels pour l’homme et pour l’environnement.
PARTICIPATION
Tous les acteurs de la société doivent être impliqués, à travers des démarches de sensibilisation, d’information et de concertation, dans la conception,
la réalisation et la gestion des zones d’activités.
Des prix attractifs, des VRD, une accessibilité et une localisation de qualité ne constituent donc plus aujourd’hui des critères suffisants pour attirer de nouvelles entreprises.
Le présent guide vous apporte des pistes pour améliorer la qualité des zones d’activités à travers une véritable gestion, une politique d’animation et le développement
de services.
La faible qualité des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
5
MODE D’EMPLOI
MODE D’EMPLOI DU GUIDE
Pour réussir la mise en œuvre d’une démarche de gestion des zones d’activités, le présent guide propose un parcours méthodologique en plusieurs
étapes :
Les éléments clés pour élaborer un projet politique
et une stratégie.
Trois modules complémentaires pour les concrétiser :
gestion, animation et services.
Des outils et des documents types.
Nous avons choisi d’utiliser le terme zone d’activités, car il nous semble mieux refléter la réalité de ces espaces que le terme parc d’activités, plus approprié pour des
espaces ayant déjà engagé une démarche de gestion durable.
Ce guide ne traite pas les thématiques liées à l’aménagement des zones d’activités
ni celles liées à la qualité environnementale des bâtiments des entreprises. D’autres
guides et documents rédigés par l’ARENE Ile-de-France ont déjà abordé ces sujets.
Les différentes parties du guide sont liées entre elles par des renvois signalés par
plusieurs pictogrammes et apportent des réponses pratiques aux questions que se
posent souvent les élus et techniciens.
Quelques repères :
Informations à noter
Fiche 2
Renvoi vers une fiche du guide
Outil 4
Renvoi vers la boîte à outils
Annexe 5
Renvoi vers une information complémentaire
La gestion durable des zones d’activités
LES PRÉALABLES
B
E
À
O
U
S
IL
S
3
2
1
T
O
D
U
LE
O
D
U
LE
O
IT
M
M
O
D
U
LE
ÉA
LA
B
LE
M
R
IO
N
E
D
’E
M
P
LO
I
R
O
D
U
C
T
O
D
E
P
M
IN
T
S
O
M
M
A
IR
6
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
7
PRÉALABLES
Les attentes concernant les zones d’activités ont aujourd’hui évolué. Que ce soit
au niveau des entreprises, des employés ou des habitants d’un territoire, la simple
logique d’aménager des parcelles et d’assurer leur commercialisation n’est plus suffisante.
Il s’agit aujourd’hui de développer des projets plus complexes comprenant une classique offre foncière complétée d’une gestion et de véritables services dédiés aux
entreprises et usagers. Pour gérer cette complexité, il devient alors nécessaire d’élaborer un véritable projet de gestion sur le long terme.
Cette démarche s’apparente aux travaux menés dans le cadre d’un Schéma territorial
de zone d’activités.
Afin de garantir la pérennité de cette démarche de qualité, l’engagement des élus
devient prépondérant. Cela pouvant se traduire par la mise en œuvre d’une politique
de gestion durable appliquée aux zones d’activités d’un territoire.
Une politique de gestion durable appliquée à une zone d’activités peut
se définir de la manière suivante :
économie : assurer le succès commercial de la zone d’activités et favoriser
le développement des activités implantées,
environnement : valoriser l’environnement à travers l’aménagement et la
gestion du parc d’activités et aider les entreprises à faire de même,
social : faciliter l’accès à un emploi pour tous, améliorer les conditions de
travail et favoriser les retombées positives sur le territoire.
Pour vous aider dans cette démarche et favoriser l’engagement des différents acteurs concernés par ce sujet, nous vous proposons dans cette
première partie les éléments clés pour :
assurer une connaissance partagée entre les différents acteurs des zones
d’activités du territoire,
définir une politique de gestion durable des zones d’activités,
élaborer une stratégie pouvant comprendre des opérations d’amélioration, de
création et d’extension.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
8
PRÉALABLES
Fiche 1 : Une connaissance approfondie des zones d’activités
OBJECTIFS
PIÈGES À ÉVITER
rechercher l’exhaustivité
à travers un diagnostic très
approfondi, long et coûteux,
avoir une vision préconçue de
la qualité des zones d’activités,
se reposer uniquement
sur les travaux d’un bureau
de conseil externe,
orienter les résultats
du diagnostic pour répondre
à des besoins politiques.
FACTEURS DE RÉUSSITE
impliquer les différents acteurs
concernés,
privilégier une vision
d’ensemble,
identifier rapidement les atouts
et les faiblesses, ainsi que
les enjeux,
assurer un transfert de
connaissances pour l’utilisation
des différents outils
de diagnostic.
Outil 1
La démarche écocartes zones d’activités©
Annexe 1
Observatoire des zones d’activités
Annexe 6
disposer des informations nécessaires pour la mise en œuvre d’une gestion durable des zones d’activités du territoire.
ENJEUX
appréhension des besoins des usagers (entreprises, employés…) Outil 4
Fiche 2
identification des acteurs et des dispositifs existants
pertinence des décisions : création, requalification, extension ou amélioration,
hiérarchisation des actions à mettre en œuvre.
QUI
portage de la démarche : collectivités, association d’entreprises, chambres
consulaires…
soutien : bureaux d’études externes, associations, chambres consulaires, agence
de l’Etat…
MÉTHODE ET OUTILS
La connaissance des zones d’activités d’un territoire nécessite la réalisation d’un
diagnostic partagé à deux niveaux : un niveau macro (le territoire) et un niveau micro
(chaque zone d’activités). Cela implique de faire régulièrement un va-et-vient entre
ces deux niveaux.
Pour chaque niveau, les diagnostics pourront mettre en avant les éléments suivants :
au niveau macro :
positionnement des différentes zones d’activités,
éléments structurants du territoire : axes routiers, pôles de communication, centre de recherche, université…
données économiques, sociales et environnementales,
informations sur la création d’entreprises, les besoins en foncier et immobilier,
stratégie de développement durable du territoire,
réseaux existants : système productif local, pôle de compétitivité…
au niveau micro :
diagnostic complet sur l’environnement, le social et l’économie,
besoins des entreprises, des employés et des usagers,
projets de développement et d’amélioration,
offre foncière et immobilière : les tendances et l’adéquation avec la demande,
analyse fonctionnelle : accessibilité, transports en commun, gestion des franges,
mitage…
interrelations avec son territoire d’implantation : voisinage, villes, autres zones ou
parcs d’activités.
Un lien doit être développé entre les résultats au niveau macro et micro afin de vérifier l’adéquation entre ces deux niveaux et développer une stratégie cohérente pour
le territoire. Cette approche doit aussi permettre de mettre en réseau les polarités
existantes sur le territoire. Ces travaux peuvent découler sur la création d’un observatoire des zones d’activités du territoire permettant de suivre dans le temps
l’évolution de chaque zone d’activités : amélioration, nouveaux services, disponibilités foncières et immobilières… Il peut être enrichi des données issues du suivi de la
gestion durable pour chaque zone d’activités.
Bibliographie
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
B
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
IN
T
R
O
D
U
C
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
9
PRÉALABLES
Fiche 2 : Une analyse des jeux d’acteurs
OBJECTIFS
les différents acteurs concernés par les zones d’activités deviennent des partenaires actifs de la démarche de gestion durable.
PRÉ-REQUIS
mise en œuvre d’un processus de connaissance des zones d’activités.
PIÈGES À ÉVITER
oublier certains acteurs,
prendre des positions fermes
par rapport aux acteurs,
présenter une vision floue
du processus,
donner l’impression que les
décisions sont déjà prises.
FACTEURS DE RÉUSSITE
connaître les zones d’activités,
éviter les non-dits et les
malentendus,
impliquer les acteurs dès le
début du processus de gestion,
donner des gages sur la
concertation,
présenter une vision structurée
du processus.
ENJEUX
identifier tous les acteurs concernés par les zones d’activités du territoire,
intégrer le savoir-faire de chacun,
assurer une adéquation avec les attentes des différents acteurs,
initier des synergies et des démarches partenariales,
partager les règles du jeux et les enjeux de la situation.
QUI
le porteur du projet de gestion durable des zones d’activités avec le soutien de
ses différents partenaires.
MÉTHODE ET OUTILS
L’analyse des jeux d’acteurs sur les zones d’activités ressemble à un jeu de piste.
Elle nécessite de se poser un certain nombre de questions liées à la vie de la zone
d’activités, comme :
qui assure la gestion de la zone d’activités ?
qui intervient pour la réalisation, l’entretien et l’amélioration de la voirie, de l’éclairage, des espaces publics, de la signalétique… ?
qui assure la promotion, la commercialisation de la zone d’activités ?
qui sont les propriétaires des bâtiments et des terrains ?
qui sont les acteurs concernés par la sécurité des biens et des personnes ?
qui est concerné par les impacts éventuels émis par la zone d’activités et les
entreprises implantées ?
quels sont les acteurs qui accompagnent les entreprises dans des démarches
d’amélioration de leur fonctionnement ?
qui propose des services sur la zone d’activités ?
La phase de diagnostic est un moment privilégié pour identifier de nouveaux acteurs.
Cette phase révèle souvent des différences de compréhension, traduction concrète
d’utilisation de références et de vocabulaires différents. En raison du grand nombre d’acteurs concernés par les zones d’activités, il peut être judicieux de se doter
d’outils spécifiques comme un carnet d’adresses ou des fiches acteurs.
À partir de l’analyse des jeux d’acteurs, il est possible de commencer à identifier :
les acteurs à associer à la démarche : à quel moment, pour quelles actions…
le niveau potentiel d’implication et d’intégration : comité de pilotage, groupe de
travail thématique, réunion ponctuelle,
les acteurs qui peuvent servir de relais d’information,
les acteurs à informer de l’évolution de la démarche.
Outil 2
Carnet d’adresses et fiche acteur
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
10
PRÉALABLES
Fiche 3 : Une politique de gestion durable
OBJECTIFS
partager une vision à long terme des zones d’activités.
PRÉ-REQUIS
PIÈGES À ÉVITER
décalage entre volonté politique
et réalité,
catalogue de bonnes intentions,
focus sur les moyens et les actions.
FACTEURS DE RÉUSSITE
favoriser les rencontres avec
d’autres territoires engagés
dans des démarches similaires,
élaboration issue de la concertation,
objectifs réalisables,
politique signée par les acteurs clés,
adhésion des structures plus
que des hommes.
Annexe 2
connaissance approfondie des zones d’activités,
analyse des jeux d’acteurs.
ENJEUX
réussite dans le temps de la démarche,
cohérence de la stratégie.
QUI
les élus du territoire, les plus hautes instances dirigeantes des différents organismes concernés,
MÉTHODE
La politique de gestion durable garantit la qualité de la démarche dans le temps. Son
élaboration est un moment fort qui nécessite une bonne compréhension des enjeux
par les acteurs directement concernés et une réelle concertation.
Cette démarche s’inscrivant dans le temps, il est important de rechercher l’adhésion
des structures plus que des hommes à travers par exemple un vote en conseil municipal, en conseil communautaire ou en conseil d’administration.
La rédaction de cette politique peut comprendre les étapes suivantes :
faire ressortir les atouts, faiblesses, forces et opportunités de l’analyse des zones
d’activités et du territoire,
informer les différents acteurs clés sur les démarches de gestion durable : visite
de sites, rencontres avec d’autres acteurs…
animer un groupe de travail de prospective avec les acteurs clés pour :
sÏLABORERUNEVISIONÌLONGTERMEDESZONESDACTIVITÏSÏVOLUTIONDESMODÒLES
économiques, contraintes environnementales, urbanisation),
sIDENTIlERLESINCONTOURNABLESQUALITÏDESIMPLANTATIONSANIMATIONDESZONES
gestion durable…),
sRECHERCHER LA COHÏRENCE AVEC LES PROJETS DE TERRITOIRE COMME LE 3#/4 LES
Agenda 21...
définir un projet de développement économique pertinent au regard du territoire
et intégrant pleinement une dimension sociale et environnementale,
rechercher un consensus au niveau d’objectifs clés,
formaliser dans un document simple et court les différents objectifs,
faire signer par les différents acteurs clés la politique de développement durable.
Politique environnementale
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
11
PRÉALABLES
Fiche 4 : Une stratégie de gestion durable
OBJECTIFS
mettre en œuvre la politique de gestion durable.
PRÉ-REQUIS
connaissance approfondie des zones d’activités,
analyse des jeux d’acteurs,
politique de gestion durable.
PIÈGES À ÉVITER
se focaliser uniquement
sur les actions,
faire preuve d’un optimisme béat,
se fixer un agenda déconnecté
de la réalité des zones d’activités.
FACTEURS DE RÉUSSITE
réussir à se projeter de manière
réaliste dans l’avenir,
être réaliste sur la nécessité
de temps pour l’implication
des différents acteurs,
bien appréhender les contraintes de
mise en œuvre des grandes étapes,
préparer une montée en puissance
pour atteindre des paliers de plus
en plus ambitieux.
ENJEUX
cohérence entre les grandes étapes de la démarche,
coordination efficace.
MÉTHODE
La stratégie doit permettre de bien hiérarchiser dans le temps les différentes actions
en particulier quand de nombreuses zones d’activités sont présentes sur le territoire. Elle doit permettre de trouver un bon équilibre entre la valorisation de l’existant
tout en facilitant l’implantation de nouvelles entreprises. Seule une vision d’ensemble
peut permettre d’éviter des déséquilibres source de dysfonctionnement, de mécontentement et de concurrences entre les zones.
L’élaboration de la stratégie repose essentiellement sur un travail de retro-planning.
Il s’agit de partir de la situation souhaitée à terme et de définir les grandes étapes
nécessaires pour atteindre cette situation.
Pour ce faire, les actions suivantes peuvent être mises en œuvre :
organiser un groupe de travail comprenant les acteurs clés,
élaborer les grandes étapes permettant d’atteindre les objectifs définis dans la
politique de gestion durable.
Les grandes étapes peuvent être du type :
samélioration de l’existant : à travers la mise en œuvre d’un certain nombre
d’actions, une amélioration des fondamentaux des zones d’activités (gestion,
services et animations),
srequalification : mise en œuvre d’actions portant sur l’aménagement (voirie,
réseaux…) et le foncier pour améliorer la qualité d’une zone d’activités,
sextension : agrandissement d’une zone d’activités par l’aménagement de nouveaux espaces,
scréation : aménagement d’une nouvelle zone d’activités.
Pour chacune de ces étapes, définition des actions à mettre en œuvre au niveau de
la gestion, de l’animation et des services :
rechercher la meilleure organisation et articulation entre les différentes étapes
pour permettre la réussite du projet,
formaliser dans un document cadre la stratégie avec les grandes étapes, un planning de réalisation, des indicateurs qualitatifs et quantitatifs permettant de suivre
l’évolution de la stratégie,
organiser régulièrement des réunions de travail pour suivre la mise en œuvre de
la stratégie et apporter d’éventuelles améliorations.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
12
PRÉALABLES
Fiche 4 : Une stratégie de gestion durable (suite)
CHIFFRES CLÉS
90 % des implantations
sont endogènes (< à 30 km),
15 ans : la durée moyenne
de commercialisation d’une zone
d’activités,
30 ans : la durée de vie moyenne
d’une zone d’activités.
La réflexion sur la création d’une nouvelle zone d’activités, doit s’accompagner d’un
certain nombre de questions :
Quel est l’état des zones d’activités existantes ? Un diagnostic du territoire en
termes d’offres foncières et immobilières a-t-il été mené ?
Comment les entreprises déjà implantées vont réagir à la création d’une nouvelle
zone d’activités de qualité ?
Existe-t-il une réelle demande pour du foncier ? Une étude de marché a-t-elle été
réalisée pour connaître les besoins existants et les capacités d’attraction d’un
nouveau site ?
Quel est le risque d’avoir uniquement des implantations endogènes liées à la
mauvaise qualité des zones existantes ?
Avez-vous une connaissance approfondie des disponibilités foncières et immobilières des zones d’activités existantes ?
La mise en œuvre d’opérations de création ou d’extension peut être l’occasion de
réfléchir à des actions pour les zones d’activités existantes comme par exemple :
l’extension d’une zone d’activités est l’occasion de requalifier l’existant,
la création d’une nouvelle zone d’activités est une opportunité pour travailler sur
la signalisation au niveau du territoire des différentes zones d’activités,
la création d’une zone d’activités peut permettre l’implantation de services faisant
défaut sur les zones existantes…
Avantages et limites des différentes options
Amélioration
Requalification
répondre aux besoins
des entreprises
implantées,
diminuer les impacts sur
l’environnement,
limiter l’étalement urbain,
identifier de nouvelles
offres foncières et
immobilières,
améliorer l’image du
territoire,
maintenir les entreprises,
favoriser le
développement
endogène.
ne répond pas
obligatoirement aux
besoins de foncier
pour de nouvelles
implantations ou
pour les entreprises
ayant des projets
de développement
importants,
peut nécessiter un
temps de mise en œuvre
plus long.
Création
Extension
créer une nouvelle offre
foncière et immobilière,
créer de nouveaux
emplois,
aménager de nouveaux
quartiers.
consommation d’espace
naturel,
concurrence avec les
zones existantes,
implantation endogène.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
B
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
13
PRÉALABLES
Fiche 4 : Une stratégie de gestion durable (suite)
Une démarche de qualité sur une zone d’activités repose sur trois modules
complémentaires :
STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT
MODULE 1
MODULE 2
MODULE 3
La gestion
L’animation
Les services
Un fil conducteur de la
conception du projet à sa
mise en œuvre, qui cherche à continuellement optimiser la qualité de la zone
d’activités et l’implication
des entreprises à travers
une démarche d’amélioration continue.
Un élément central de la
qualité de la zone d’activités qui consiste à favoriser le contact entre les
acteurs, l’appropriation du
territoire et l’échange d’informations.
Une réponse de manière
collective ou individuelle
aux besoins des différents
usagers (entreprises, usagers…).
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
14
MODULE 1
LA GESTION D’UNE OU PLUSIEURS
ZONES D’ACTIVITÉS
La gestion est aujourd’hui le principal handicap au développement
des zones d’activités de qualité. L’absence de gestionnaire ne favorise pas la création de liens entre les acteurs, le suivi régulier de la
qualité et la mise en œuvre de nouvelles actions.
Dans ce module, vous verrez comment la gestion peut être un fil
conducteur de la conception du projet à sa mise en œuvre, qui cherche à continuellement optimiser la qualité d’une zone d’activités et
l’implication des entreprises.
Nous aborderons dans ce module les points suivants :
Les fondamentaux de la gestion d’une zone d’activités,
Les moyens humains, financiers et techniques,
Le programme d’actions.
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
15
MODULE 1
Fiche 5 : Les fondamentaux de la gestion d'une zone d'activités
OBJECTIFS
Amélioration continue de la qualité d’une (des) zone(s) d’activités,
PRÉ-REQUIS
Connaissance approfondie des zones d’activités,
Analyse des jeux d’acteurs,
Politique et stratégie de gestion durable.
LES FREINS
inadéquation entre le projet
de gestion et les moyens affectés,
vision technocratique de la gestion.
FACTEURS DE RÉUSSITE
système de gestion adapté aux besoins
et aux capacités du gestionnaire,
implication des acteurs dans
la démarche de gestion.
ENJEUX
Réussite de la démarche,
Implication des acteurs.
QUI
le gestionnaire (un chef d’orchestre) : un acteur clé qui assure la coordination des différents partenaires impliqués dans la gestion d’une (des) zone(s)
d’activités. Il sera l’interlocuteur unique pour les entreprises. L’identité de l’acteur
en charge de la gestion peut changer dans le temps : une collectivité locale,
un établissement public de coopération intercommunale (Communauté de communes, Communauté d’agglomération, Communauté urbaine, Syndicat mixte…),
une S.E.M., une association, une ASL, une entreprise privée…
un comité de pilotage : il regroupe les partenaires les plus directement concernés par la (les) zone(s) d’activités pour appuyer le « chef d’orchestre » dans la
mise en œuvre de la gestion. Il a pour vocation de valider et de mettre en œuvre
le programme d’actions.
MÉTHODE :
GUICHET UNIQUE
Le gestionnaire de zones d’activités
peut être considéré pour les entreprises
comme le guichet unique vers les
différents acteurs et services concernés
par les zones d’activités.
si aucun gestionnaire n’est clairement défini, prendre le temps de l’analyse de la
Fiche 6
structure la plus adéquate pour porter la gestion
le périmètre d’actions du gestionnaire est fonction des objectifs définis, de sa
structure, de ses compétences et du type de zones d’activités présentes sur le
territoire. Il peut à titre d’exemple comprendre : les parties communes d’une zone
d’activités et les terrains sous la responsabilité du gestionnaire, les entreprises
par le biais du règlement ou cahier des charges si existants, certains services
proposés aux usagers…
analyse des grandes catégories d’actions à mettre en œuvre au regard du périmètre d’actions en tenant compte de la politique et de la stratégie précédemment définies,
élaboration d’un programme d’actions moteur de l’amélioration continue,
affectation des moyens humains, financiers et techniques adéquats,
suivi des actions mises en œuvre par le gestionnaire.
Exemple de missions d’un gestionnaire de zone d’activités :
La gestion d’une zone d’activités évolue en fonction de son développement. Vous trouverez page suivante une
illustration de ces différentes missions. Certaines peuvent être mises en œuvre par des partenaires du gestionnaire
ou sous-traitées à des sociétés privées ou des associations.
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
M
O
D
U
LE
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
16
MODULE 1
Fiche 5 : Une stratégie de gestion durable (suite)
Implication des différents acteurs du territoire
coordonner la réalisation de la politique et de la stratégie de gestion durable,
animer des groupes de travail sur la politique et la stratégie,
organiser des réunions d’information, des voyages d’études et autres manifestations permettant
d’accroître la culture des acteurs concernés par la démarche,
formaliser la politique et la stratégie,
assurer la promotion de la politique de gestion durable des zones d’activités.
Gestion courante d’une zone d’activités
élaborer et mettre en œuvre le système de gestion durable,
coordonner les actions des différents acteurs et partenaires impliqués dans la démarche,
entretenir la zone d’activités avec un suivi et une amélioration de la qualité, mettre à jour
la signalétique…
assurer la médiation entre les différentes parties prenantes,
suivre le respect de la réglementation concernant ses activités,
soutenir l’animation : assistance à l’organisation de manifestations et participation, aides financières,
techniques et humaines, promotion des opérations d’animation,
accompagner les entreprises : rencontres régulières avec les différents chefs d’entreprises, organisation
de réunion de travail, mise en œuvre d’actions collectives,
appuyer la mise en œuvre des services : identification des besoins, étude des faisabilités,
promotion et suivi.
Promotion et commercialisation
définir des différents supports,
élaborer les textes et la charte graphique avec une agence de communication,
informer sur les objectifs de la zone, la structure de gestion, les services disponibles…
diffuser les supports de communication, participer à des colloques et des salons…
prendre contact avec les acquéreurs potentiels, les promoteurs…
présenter le projet et la démarche de qualité,
expliquer et sensibiliser sur les enjeux d’une gestion durable.
Accueil et implantation des entreprises
assurer l’accueil des entreprises souhaitant s’implanter sur la (les) zone(s) d’activités :
présentation des acteurs clés, remise d’un livret d’accueil,
accompagner les entreprises dans la conception de leur projet d’implantation au niveau
architectural, paysager et environnemental,
valider le projet d’implantation et accompagner sa réalisation.
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
R
ÉA
LA
B
LE
S
B
M
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
17
MODULE 1
Fiche 6 : Les moyens humains, financiers et techniques
Les moyens nécessaires à la bonne gestion d’une (des) zone(s) d’activités
seront fonction :
de la taille de la (des) zone(s) d’activités,
du tissu économique : nombre d’entreprises implantées, taille, secteur d’activités, nombre d’employés,
de l’ambition du projet,
de la structure de gestion retenue,
des différentes missions du gestionnaire issues du programme d’actions.
MOYENS HUMAINS
la gestion d’une (des) zone(s) d’activités nécessite à minima une personne mais
pas obligatoirement à plein temps dans le cas de petites zones d’activités,
le profil du gestionnaire doit permettre d’appréhender la diversité des thématiques propres à la gestion d’une zone d’activités,
les différentes actions de gestion peuvent être assurées au sein de la même
structure ou de plusieurs structures partenaires et complémentaires.
CONVENTION DE MISE
À DISPOSITION DE SERVICES
OU DE BIENS
L’AMF propose un modèle de convention
de mise à disposition de services ou de
biens entre une commune et un EPCI.
www.amf.asso.fr
MOYENS FINANCIERS
la mise en place d’une gestion de qualité sur une zone d’activités représente un
coût indéniable,
les moyens financiers mobilisés sont à comparer :
sAUX COßTS DUNE REQUALIlCATION DUNE ZONE DACTIVITÏS ET Ì LA RECONQUÐTE DE
nouvelles entreprises,
sAUXTAXESPER¥UESTAXESFONCIÒRESETPROFESSIONNELLESDUFAITDELAPRÏSENCE
d’entreprises sur les zones et à la redistribution de richesses au niveau du territoire.
MOYENS TECHNIQUES
les moyens techniques minimum ne sont pas extraordinaires, il s’agit essentiellement de bureautique,
les actions nécessitant des moyens techniques plus importants comme l’entretien de la voirie, des espaces verts ou de la signalétique peuvent être prises
en charge par les services techniques de la collectivité ou sous-traitées à des
entreprises privées.
CONTRACTUALISATION
le gestionnaire de la zone d’activités peut faire appel à des prestataires privés
pour réaliser tout ou partie de ces missions,
la contractualisation permet de répondre à un besoin ponctuel, mobiliser des
compétences très techniques, diminuer éventuellement certains coûts…
les opérations menées par les prestataires doivent faire l’objet d’un suivi qualitatif
et quantitatif.
Annexe 3
Profil de poste de gestionnaire
de zone d’activités
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
O
D
U
LE
M
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
2
S
ÉA
LA
B
LE
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
18
MODULE 1
Fiche 6 : Les moyens humains, financiers et techniques (suite)
STRUCTURES :
Communes
Les communes sont directement concernées par les zones d’activités implantées
sur leur territoire. Bien que leur rôle tende à diminuer au niveau du développement économique avec la montée en puissance des EPCI, certaines communes
continuent d’assurer la gestion de ces territoires.
une proximité avec les entreprises
implantées sur les zones d’activités,
des services techniques permettant
d’assurer un entretien régulier des
zones.
des moyens financiers et humains
souvent limités,
des territoires d’intervention
peu pertinents pour permettre
un développement économique
d’envergure,
propice à une concurrence locale.
EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale)
La montée en puissance des EPCI a permis une meilleure prise en compte de la
gestion des zones d’activités et une véritable stratégie au niveau d’un territoire
plus large. Le développement économique et la gestion des zones d’activités
font souvent partie des compétences obligatoires des EPCI dans le cas d’intérêt communautaire. Le Syndicat mixte est une structure intéressante au sein
des EPCI pour la gestion de grandes zones d’activités ou la mutualisation de
personnel.
des équipes pour assurer une gestion
des zones,
une stratégie de développement
au niveau d’un territoire pertinent,
la possibilité d’une offre diversifiée,
une limitation de la concurrence locale
à travers l’instauration de la TPU (taxe
professionnelle unique).
les relations avec les différentes
communes,
pas obligatoirement les compétences
techniques pour assurer l’entretien
des zones.
SEM
Les Sociétés d’économie mixte tendent à évoluer dans leur métier, de simple
aménageur à gestionnaire des zones d’activités. Elles interviennent sur cette thématique pour les grandes zones d’activités ou les territoires ne disposant pas de
personnel qualifié.
des équipes pour assurer une gestion
des zones,
une continuité dans la vie de la zone
d’activités.
les relations avec les communes,
déconnecté des politiques de
développement économique local,
propice à une concurrence locale.
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
T
3
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
M
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
2
S
ÉA
LA
B
LE
B
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
19
MODULE 1
Fiche 6 : Les moyens humains, financiers et techniques (suite)
ASL : Association syndicale libre et association syndicale de lotissement
L’ASL est un groupement de biens et non de personnes qui se forme par consentement unanime des propriétaires intéressés. Dans le cas des associations syndicales de lotissement, l’adhésion peut être rendue obligatoire s’il existe des
équipements communs dans les lotissements. Une collectivité locale peut être
membre d’une ASL en conservant la voirie ou des terrains.
Fiches sur les ASL rédigées
par la DGCL :
http://www.dgcl.interieur.gouv.fr/
Bases_juridiques/Circulaires/2007/
Circulaire_11_07_2007/circulaire_ASA.htm
l’adhésion est liée à une propriété, en
cas de vente à un tiers la propriété
reste au sein de l’ASL,
rédaction libre des statuts permettant
de bien l’adapter à la zone d’activités.
dans le cas d’une zone d’activités
existante, l’adhésion est libre,
les statuts ne sont pas fixés par la
loi, sa rédaction demande donc une
attention toute particulière,
les locataires des bâtiments ne sont
pas obligatoirement membres de l’ASL
(uniquement les propriétaires).
Sociétés privées
Une société privée (SA, SARL, SCI) peut être gestionnaire d’une zone d’activités. Bien souvent cette gestion est liée à la propriété du foncier et des bâtiments.
Des réflexions sont actuellement en cours sur la délégation à des sociétés privées de la gestion des zones d’activités à travers par exemple des Partenariats
Publics Privés.
une culture de gestion avec les
structures adéquates,
une vision à long terme.
la zone d’activités devient un espace
privé,
déconnecté des politiques de
développement économique local,
propice à une concurrence locale.
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
M
O
D
U
LE
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
20
MODULE 1
Fiche 7 : Le programme d’actions
OBJECTIFS
traduire en actions concrètes les grandes étapes de la stratégie.
PIÈGES À ÉVITER
impliquer uniquement les partenaires
lors de la validation du plan d’actions
et non lors de son élaboration,
plan d’actions trop lourd et priorités
illisibles,
se focaliser uniquement sur les
indicateurs.
FACTEURS DE RÉUSSITE
mettre en œuvre le plus rapidement
les actions,
privilégier les actions simples
au début pour apporter une visibilité
à la démarche.
RETOUR D’EXPÉRIENCE
DES GESTIONNAIRES DE ZONES
D’ACTIVITÉS CERTIFIÉS ISO 14001
Économie
34 %
Meilleure image
29 %
Motivation du personnel 26 %
Protection environnement 19 %
Meilleure organisation
14 %
Respect réglementation
11 %
Avantages concurrentiels 11 %
Source : ecopass
PRÉ-REQUIS
connaissance approfondie des zones d’activités,
analyse des jeux d’acteurs,
politique et stratégie de développement durable.
ENJEUX
assurer une cohérence entre les actions à court, moyen et long termes,
répondre aux questions : qui, quoi, quand et comment,
formaliser l’implication des différents partenaires.
QUI
le gestionnaire de la zone d’activités en concertation avec les acteurs clés du
territoire et plus particulièrement ceux concernés par les actions étudiées,
MÉTHODE
Un programme d’actions, véritable armature du projet, est un élément clé de la
gestion d’une zone d’activités. Sa structure doit évoluer en fonction des projets
sur la (les) zone(s) d’activités.
L’élaboration d’un programme d’actions peut reposer sur les étapes suivantes :
organisation d’un Comité de pilotage pour travailler sur la politique et la stratégie
de gestion durable des zones d’activités,
organisation de différents groupes de travail thématiques impliquant les acteurs
directement concernés par le sujet,
définition pour chaque thématique des actions à mettre en œuvre à court, moyen
et long termes,
identification pour chaque action des responsables, des acteurs à associer, des
moyens humains, techniques et financiers à mobiliser, les liens avec d’autres
actions, les grandes étapes de réalisation, les indicateurs de progrès et de mise
en œuvre, les résultats attendus,
consolidation des différentes fiches actions dans un programme d’actions et vérification de la cohérence des actions dans le temps au niveau des thématiques
et de manière transversale,
mise en œuvre des actions,
organisation d’un audit de suivi tous les ans permettant de :
sVÏRIlERLAMISEEN“UVREETLAPERTINENCEDESACTIONS
sMESURERLESPROGRÒSRÏALISÏS
sAMÏLIORERLESACTIONSETÏVENTUELLEMENTENÏLABORERDENOUVELLES
AMÉLIORATION CONTINUE
« En japonais le mot KAIZEN signifie amélioration, améliorations sans gros moyens, en impliquant tous
les acteurs des directeurs aux ouvriers et en utilisant surtout le bon sens. La démarche japonaise repose
sur des petites améliorations faites jour après jour, mais constamment, c’est une démarche graduelle et
douce. »
Christian Hohmann.
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
O
D
U
LE
M
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
2
S
ÉA
LA
B
LE
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
21
MODULE 1
Fiche 7 : Le programme d’actions (suite)
CAS PARTICULIER DE LA CRÉATION D’UNE ZONE D’ACTIVITÉS
Le projet de création d’une zone d’activités doit être validé au moment de la réalisaFiche 4
tion de la stratégie de développement durable
L’élaboration d’un programme d’actions lors de la création d’une nouvelle zone d’activités peut comprendre les étapes suivantes :
Constitution d’une équipe projet
PIÈGES À ÉVITER
oublier la gestion future,
délégation totale du projet
à un aménageur,
optimisme de certains opérateurs.
un gestionnaire de la zone d’activités,
les acteurs clés (gestionnaire, aménageur, bureaux d’études, partenaires
clés…) capables d’aborder les différentes thématiques afférentes à une gestion durable.
Élaboration des objectifs
concertation avec les différents acteurs impliqués et l’équipe projet,
définition des objectifs et des grandes lignes du projet de zone d’activités
en coordination avec la politique globale de gestion durable à l’échelle du
territoire.
Conception du projet
FACTEURS DE RÉUSSITE
pluralité des équipes :
de l’aménagement à la gestion,
qualité des études de faisabilité
et de positionnement,
lucidité par rapport au projet.
étude de faisabilité du projet au regard du territoire retenu Annexe 5
composition de groupes de travail sur les grandes thématiques issues des
objectifs définis précédemment,
coordination des groupes de travail par l’équipe projet afin de veiller à la
transversalité des approches,
identification des solutions potentielles pour la zone d’activités au niveau des
services, de l’animation et de la gestion,
synthèse des différentes solutions envisageables,
élaboration de différents scénarii de développement,
intégration des différentes recommandations dans le projet urbanistique et
dans la stratégie de commercialisation et de développement des services,
identification des besoins en gestion, services et animation,
conception des différentes actions à mettre en œuvre à court et moyen termes, avec une définition pour chaque action : responsabilités, moyens humains, techniques et financiers.
Mise en œuvre du projet
assurer un suivi régulier du projet pour vérifier le respect des objectifs définis,
suivi des chantiers pour limiter l’impact sur l’environnement,
accompagnement des entreprises lors de leur implantation.
Cette approche permettra de prévoir une réserve foncière et/ou immobilière pour
les éventuels services ou des formations pour les équipes techniques en charge de
l’entretien de la zone d’activités.
En raison des inconnues lors de la création d’une zone d’activités, il est souvent difficile de définir avec précision
les modalités de gestion ou d’animation ainsi que les différents services qui seront proposés. Néanmoins, il est
possible de les envisager et de faire le nécessaire afin de ne pas se retrouver bloqué lors de leur mise en place et
particulièrement au niveau de l’aménagement.
Annexe 5
Etude de faisabilité
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
O
D
U
LE
M
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
2
S
ÉA
LA
B
LE
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
22
MODULE 1
Fiche 7 : Le programme d’actions (suite)
CAS PARTICULIER DE LA REQUALIFICATION
D’UNE ZONE D’ACTIVITÉS
L’élaboration d’un programme d’actions lors de la requalification d’une zone d’activités peut comprendre les étapes suivantes :
Constitution d’un comité de pilotage
PIÈGES À ÉVITER
passer trop de temps à réaliser
un diagnostic exhaustif,
délai important avant la mise
en œuvre des premières actions,
se focaliser dès le départ
sur des actions complexes.
Réalisation d’un diagnostic partagé
rechercher les causes plus que les effets, reprendre l’historique du développement de la zone d’activités, comprendre le pourquoi de la situation,
mettre en œuvre des outils simples comprenant une analyse documentaire,
Fiche 1
des interviews et une étude terrain
concertation avec le comité de pilotage et les partenaires pour l’élaboration
du résultat du diagnostic et plus particulièrement la hiérarchisation des impacts.
Élaboration d’un programme d’actions concerté
organisation de groupes de travail thématiques avec le Comité de pilotage et
les partenaires de la démarche,
identification des différentes actions pouvant être mises en œuvre,
concertation pour validation des différentes actions devant être mises en
œuvre avec : objectifs, responsables, acteurs à associer, moyens humains,
financiers et techniques à mobiliser,
hiérarchisation dans le temps des actions : court, moyen et long termes,
intégration des actions dans le système de gestion durable.
FACTEURS DE RÉUSSITE
se focaliser sur les causes
et non les effets,
constituer des équipes
pluridisciplinaires,
étaler dans le temps des actions
simples à mettre en œuvre pour
éviter l’effet d’essoufflement.
Mise en œuvre des actions
mise en œuvre rapide des premières actions pour éviter l’impression de simple effet d’annonce,
suivi de la mise en œuvre des actions à travers le système de gestion durable
de la zone d’activités.
Outil 3
Fiches actions
Outil 4
Questionnaire d’identification des besoins
Annexe 4
Norme ISO 14001 et règlement EMAS
La gestion d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
23
MODULE 2
L’ANIMATION D’UN PARC
D’ACTIVITÉS
L’animation doit favoriser la création de liens entre les différents acteurs
Fiche 2
impliqués par la gestion durable des zones d’activités
Elle doit contribuer à l’information des acteurs clés sur les actions
mises en œuvre, favoriser une appropriation du territoire par ces
derniers et enfin, permettre l’émergence d’une culture du collectif.
L’animation est le fruit d’actions de plusieurs acteurs au niveau du
territoire : gestionnaire, association d’entreprises, chambres consulaires… Elle nécessite donc une bonne coordination pour ne pas démultiplier inutilement les opérations.
Pour s’assurer de la réussite d’une animation, nous vous proposons
les éléments suivants :
Les fondamentaux de l’animation,
Les moyens, structures et exemples.
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
24
MODULE 2
Fiche 8 : Les fondamentaux d’une animation
OBJECTIFS
PIÈGES À ÉVITER
sentiment de perte de temps,
rattrapage politique,
opérations complexes dès le début,
actions qui ne répondent pas aux
priorités des entreprises.
FACTEURS DE RÉUSSITE
association d’entreprises,
commencer par des sujets dont la
mise en œuvre est simple et rapide,
promouvoir les actions mises en œuvre,
démontrer que le chef d’entreprise
peut y trouver un intérêt car :
il apprend, il rencontre de nouveaux
partenaires et/ou il élabore des
solutions collectives à ses besoins,
des réunions sur la zone d’activités,
si possible dans les locaux d’une
entreprise, le matin de bonne heure
ou en fin de journée.
favoriser l’implication des entreprises, des usagers, des propriétaires et des acteurs du territoire.
PRÉ-REQUIS
gestion de la zone d’activités.
ENJEUX
une relation de confiance et une culture du collectif entre les différentes parties
prenantes,
la mise en œuvre de services collectifs.
QUI
Différents acteurs du territoire peuvent intervenir de manière complémentaire en
fonction des sujets et des périmètres.
Exemple d’organisation souvent présente sur les zones d’activités :
une association d’entreprises qui regroupe les entreprises d’une ou plusieurs
zone(s) d’activités,
un gestionnaire qui apporte un soutien logistique au fonctionnement de l’association, qui s’implique dans l’organisation de certaines actions et dans la mise en
œuvre d’outils,
des partenaires externes (CCI, ADEME, Agence de développement économique, DRIRE…) qui apportent leurs connaissances sur certains sujets liés au
fonctionnement des entreprises dans le cadre de réunions d’information ou de
groupes de travail thématiques.
D’autres organisations peuvent être envisagées en fonction du contexte local.
MÉTHODE :
ÉVOLUTION DES COMPORTEMENTS
DES CHEFS D’ENTREPRISE
30 % sont proactifs et participeront
spontanément à ce type d’opération,
30 à 40 % sont suiveurs
et participeront une fois que l’animation
aura démontré sa pertinence,
30 % ne participeront jamais
à ce type d’actions.
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités nécessite l’implication de nombreux
acteurs et la montée en puissance des actions en fonction du développement d’une
culture du collectif. Il apparait alors opportun d’élaborer un programme d’actions
pour s’assurer du succès de la démarche.
Le programme d’actions pourra comprendre des actions d’animation au niveau d’une
zone d’activités et des actions au niveau d’un territoire.
Les étapes pour l’élaboration d’un programme d’actions peuvent être les suivantes :
Etat des lieux :
identifier les actions (manifestations, évènements…) mises en œuvre au niveau
de la (des) zone(s) d’activités et du territoire et connaître pour chacune d’entreelles les organisateurs, les participants, la fréquence, les outils mis en œuvre…
Des informations ont pu être collectées lors de la phase de connaissance
Fiche 1
approfondie du territoire
identifier les acteurs impliqués au niveau de la (des) zone(s) d’activités et du
Fiche 2
territoire
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
P
R
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
25
MODULE 2
Fiche 8 : Les fondamentaux d’une animation (suite)
Programme d’actions
LA CULTURE DU COLLECTIF
La culture du collectif sur une zone
d’activités peut se traduire par
l’habitude de rechercher ensemble des
solutions à des besoins,
de travailler ensemble à l’élaboration
de nouveaux services…
Un des fondements de cette culture
est l’élaboration d’une relation
de confiance entre les différents
acteurs qui nécessite que les
différents acteurs se connaissent et
développent l’habitude de travailler
ensemble.
« Les entrepreneurs de France font
souvent montre d’une ouverture d’esprit
insuffisante. Ainsi ont-ils peu l’habitude
de travailler en réseau, en coopération, en
partenariat, sans doute par peur de perdre
leur indépendance ou de se faire «piquer»
leurs idées. »
Centre des Jeunes Dirigeant
d’entreprise
organiser un groupe de travail avec les différents acteurs clés,
élaborer, en concertation, des objectifs clairs en lien avec la politique et la
stratégie de gestion durable pour les zones d’activités du territoire.
identifier les différentes actions et outils nécessaires pour atteindre les objectifs,
organiser sur une base annuelle, avec une vision sur trois ans, les différentes
actions et outils avec les informations clés : qui, quoi, quand et comment,
élaborer un calendrier au niveau des zones d’activités et au niveau du territoire.
Suivi qualitatif et quantitatif :
mettre en œuvre des outils de suivi comme un tableau de bord présentant le
nombre de participants et des questionnaires adressés aux participants pour
s’assurer de la pertinence et accroître l’efficacité.
Amélioration de la démarche
tous les ans, le groupe de travail doit se réunir pour faire un bilan des actions
mises en œuvre à partir des résultats des outils de suivi. Cette réunion est
l’occasion d’identifier les pistes d’amélioration. Elle permet aussi d’élaborer
le programme d’actions de l’année à venir.
ETAPES CLÉS DE LA DÉMARCHE D’ANIMATION :
Conception d’une zone d’activités :
Questions à se poser dès la conception du projet de zone d’activités :
quelle animation sur la zone d’activités ?
quelle structure portera cette animation ?
de quels moyens disposera cette structure ?
quels seront ses éventuels besoins : salle de réunion, bureaux… ?
quelle stratégie pour la mise en place de cette animation ?
quels partenaires pourront être impliqués ?
Les réponses à ces différentes questions doivent se faire au regard des objectifs
de qualité fixés pour la zone d’activités. Elles pourront évoluer en fonction des
besoins des entreprises et de l’implication des différents partenaires.
Implantation d’une entreprise
L’implantation d’une entreprise est un moment privilégié pour créer des liens de
qualité avec cette dernière.
Un certain nombre d’actions peuvent être mises en place :
organisation d’un comité d’accueil comprenant les partenaires clés de l’animation,
création d’un livret d’accueil présentant : la zone d’activités, les différents partenaires impliqués, les entreprises implantées, les actions mises en place,
organisation d’un petit déjeuner ou d’un pot d’accueil pour présenter les nouveaux arrivants aux différents partenaires et aux entreprises déjà implantées.
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
26
MODULE 2
Fiche 9 : Les moyens, structures et exemples
La mise en œuvre d’une animation sur une zone d’activités nécessite plus de temps
que d’argent.
LES MOYENS HUMAINS
au moins une personne, pas obligatoirement à plein temps, tout au long de l’année pour la diffusion d’informations,
une complémentarité primordiale entre les acteurs du territoire pour l’animation
des différentes actions et la mise à jour des outils,
un soutien des partenaires pour certaines manifestations nécessitant plus de
personnes,
une bonne adéquation entre les outils élaborés, les capacités de mise à jour et
le personnel disponible.
LES MOYENS FINANCIERS
le coût des différentes actions d’animation correspond essentiellement aux coûts
liés à la personne en charge de l’animation et à ceux liés à la réalisation : impression de documents, création de site internet, traiteur…
de nombreuses solutions existent pour limiter ces coûts comme les sites internet
et les courriers électroniques,
les moyens financiers ne doivent pas être un frein à l’animation. Bien qu’important, l’esthétisme des contenants n’égalera jamais l’importance des contenus.
LES MOYENS TECHNIQUES
les moyens techniques nécessaires pour une animation de qualité sont limités :
un ordinateur, une imprimante, une salle de réunion (dans une entreprise ou chez
le gestionnaire de la zone d’activités)…
la création d’un site internet/extranet et d’outils de communication (lettre d’information…) permet d’économiser du temps et de l’argent.
LES STRUCTURES EN CHARGE DE L’ANIMATION
deux acteurs centraux : le gestionnaire de la zone d’activités et l’association d’entreprises,
complémentarité entre les acteurs du territoire,
gestionnaire / association d’entreprises :
sMETTREEN“UVRELESOUTILS
sORGANISERUNEMAJORITÏDEMANIFESTATIONS
sPARTICIPERACTIVEMENTAUXMANIFESTATIONS
partenaires et acteurs du territoire :
sSOUTENIRLAMISEEN“UVREDESOUTILS
sORGANISERCERTAINESMANIFESTATIONS
sPARTICIPERÌCERTAINESMANIFESTATIONS
difficulté d’externaliser vers un prestataire de services l’ensemble de la démarche
en raison de l’importance du relationnel dans cette approche.
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
27
MODULE 2
Fiche 9 : Les moyens, structures et exemples (suite)
EXEMPLE D’ACTIONS ET D’OUTILS POUR L’ANIMATION
ACTIONS
Réunion d’information
Objectif : informer les usagers de la zone d’activités,
Cible : entreprises, employés, représentants du personnel,
partenaires…
Quand : petit-déjeuner, réunion en fin de journée,
Lieu : au sein d’une entreprise, sur la zone d’activités,
Informations : tout type de sujet pouvant intéresser
les cibles, en lien avec la démarche de gestion durable,
Intervention : partenaires de la démarche, acteurs
externes, entreprises, experts…
Fréquence : régulière, mensuelle.
Importance
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Partenaires
Coût
Temps
Groupe de travail
Objectif : travailler collectivement sur différents sujets,
Cible : entreprises, employés, représentants du personnel,
partenaires…
Quand : fonction des disponibilités des participants,
Lieu : au sein d’une entreprise ou chez le gestionnaire
sur la zone d’activités,
Informations : fonction des besoins, en rapport avec
la démarche de gestion durable de la zone d’activités,
Intervention : partenaires de la démarche, acteurs
externes, entreprises, experts…
Fréquence : fonction des besoins, régulière, mensuelle.
Importance
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Partenaires
Coût
Temps
Journée porte ouverte
Objectif : informer sur la zone d’activités,
Cible : riverains, acteurs institutionnels, partenaires
entreprises…
Informations : fonction de la thématique : métiers,
présentation des entreprises, innovations…
Intervention : partenaires de la démarche,
acteurs externes, entreprises, experts…
Fréquence : annuelle.
Importance
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Coût
Temps
Animation culturelle ou sportive
Objectif : tisser du lien entre les personnes,
Cible : employés, usagers, riverains, entreprises,
partenaires…
Thématiques : course à pied, match de football, barbecue,
fête de Noël, soirée musicale, nettoyage de printemps…
Fréquence : semestrielle, annuelle.
Importance
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Coût
Temps
OUTILS
Livret d’accueil
Objectif : informer les entreprises sur la zone d’activités,
Cible : toutes les entreprises,
Support : livret papier,
Informations : la vie de la zone, les actions mises
en place, les bonnes pratiques, les partenaires, le plan
de la zone et les services sur le territoire,
Mise à jour : fonction de l’information, semestrielle.
Faible
Moyen
Important
Il peut être complété d’un annuaire des entreprises
Importance
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Coût
Fonction du support
Temps
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
28
MODULE 2
Fiche 9 : Les moyens, structures et exemples (suite)
Annuaire des entreprises
Objectif : présenter les entreprises,
Importance
Cibles : entreprises, usagers, acteurs institutionnels,
partenaires des entreprises, riverains…
Information : une liste des entreprises avec le nom, le
Qui
contact et les secteurs d’activités, localisation sur un plan…
Support : site internet, et papier,
Mise à jour : site internet : à chaque implantation, papier : Coût
semestrielle.
Facilite la mise à jour des informations
sur les entreprises
Gestionnaire
Association d’entreprises
Fonction du support
Temps
Site internet
Objectif : offrir une vitrine à la zone d’activités,
Cibles : investisseurs, entreprises usagers, étudiants,
acteurs institutionnels…
Information : une présentation de la zone, sa localisation,
les moyens d’accès, un plan avec la localisation
des entreprises, les entreprises implantées, les services
proposés…
Mise à jour : régulière, hebdomadaire ou mensuelle.
Importance
Outil complémentaire : lettre d’information
Temps
Qui
Gestionnaire
Association d’entreprises
Coût
1 k` - 50 k`
Lettre d’information (externe)
Objectif : promouvoir le dynamisme de la zone,
Cibles : investisseurs, entreprises, usagers, étudiants,
acteurs institutionnels…
Information : actualité, implantation, entreprises, actions
réalisées, annonces, rendez-vous…
Mise à jour : de mensuelle à semestrielle,
Support : informatique ou papier.
Importance
Outil complémentaire : site internet
Temps
Qui
Coût
Gestionnaire
Association d’entreprises
/
Lettre d’information (interne)
Objectif : mobiliser les partenaires, entreprises, employés,
Cibles : entreprises implantées, employés, partenaires
de la démarche,
Information : actualité, implantation, entreprises, actions
réalisées, annonces, rendez-vous…
Mise à jour : de hebdomadaire à mensuelle,
Support : informatique ou papier.
Importance
Outil complémentaire : site extranet
Temps
Qui
Coût
Gestionnaire
Association d’entreprises
/
Site extranet
Objectif : renforcer le travail collectif des parties prenantes, Importance
Cibles : entreprises implantées, employés, partenaires de
la démarche,
Qui
Information : actualité, documentation, veille, partage de
données, outils de travail collaboratif,
Mise à jour : de hebdomadaire à mensuelle,
Coût
Support : informatique.
Cet outil permet la réalisation par différents acteurs
de lettres, journaux et autres documents
Faible
Moyen
Temps
Important
L’animation d’une ou plusieurs zones d’activités
Gestionnaire
Association d’entreprises
/
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
29
MODULE 3
LES SERVICES SUR UN PARC
D’ACTIVITÉS
La mise en œuvre de services aux usagers (entreprises, employés…)
sur les zones d’activités est un sujet d’actualité répondant à de réels
besoins. Ces services, portés par des prestataires privés, des associations d’entreprises ou des gestionnaires doivent permettre de :
faciliter le fonctionnement des entreprises,
améliorer la qualité de vie des différents usagers.
Cette évolution accompagne la tertiairisation de l’économie et la montée en puissance des très petites entreprises qui n’ont pas les moyens
humains et techniques de répondre seules à certains besoins. Nous
entrons ainsi dans une logique de plate-forme de services après avoir
été dans une logique d’une simple offre foncière.
Pour réussir la mise en œuvre de services, nous vous proposons des
fiches méthodologiques sur :
les éléments clés pour les services,
des exemples de services.
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
30
MODULE 3
Fiche 10 : Les fondamentaux pour des services
OBJECTIFS
PIÈGES À ÉVITER
sous-estimer l’importance
de la culture du collectif,
développer des services
qui ne répondent pas aux priorités
des entreprises.
FACTEURS DE RÉUSSITE
communiquer fortement auprès
des entreprises et des employés,
associer rapidement des prestataires
à la définition du service et aux
modalités de fonctionnement.
accroître la qualité de vie des usagers et optimiser le développement des entreprises.
PRÉ-REQUIS
une gestion,
une animation de la (des) zone(s) d’activités.
ENJEUX
Pour les entreprises :
sSECONCENTRERSURSONC“URDEMÏTIER
sOPTIMISERLESCOßTSDESSERVICES
sACCROÔTRELACOMPÏTITIVITÏ
Pour les usagers, et plus particulièrement les employés :
sFAVORISERLACRÏATIONDEMPLOISETLACCÒSPOURTOUSÌUNEMPLOI
sAMÏLIORERLAQUALITÏDEVIESURLESZONESDACTIVITÏS
sAMÏLIORERLESCONDITIONSDETRAVAIL
Pour le gestionnaire :
sACCROÔTRELATTRACTIVITÏDUTERRITOIREETMAINTENIRLESENTREPRISES
sLIMITERLESIMPACTSSURLENVIRONNEMENT
sPROlLERLOFFREAUXENTREPRISESETACCROÔTRELATTRACTIVITÏDUTERRITOIRE
QUI
de nombreux acteurs peuvent intervenir dans la mise en œuvre de services :
gestionnaire de la zone d’activités, association d’entreprises, prestataires privés,
CCI, CMA, ADEME…
MÉTHODE
En raison de la diversité des services qui peuvent être proposés sur une zone
d’activités et de la nécessité d’innover dans ce domaine, il est complexe de présenter des solutions clés en main.
Les retours d’expériences font ressortir des points essentiels à bien intégrer :
sLAMISEEN“UVREDESERVICESNÏCESSITEDUTEMPSFAIRETRAVAILLERENSEMBLELES
entreprises, rassurer les prestataires de la maturité du marché…
sLANIMATIONPRENDICITOUTSONINTÏRÐTCARELLEFAVORISELÏMERGENCEDUNECULTURE
du collectif propre à la réalisation de ces services.
sLACULTUREDUCOLLECTIFESTUNINCONTOURNABLEPOURLESSERVICESNÏCESSITANTLIMplication de nombreuses entreprises, l’animation prend alors tout son intérêt car
elle favorise l’émergence d’une telle culture,
sLESSERVICESPEUVENTÐTREPROPOSÏSSURUNEOUPLUSIEURSZONESDACTIVITÏSDUN
territoire à destination des usagers de la (des) zone(s) d’activités et/ou des
riverains…
Les services sur une zone d’activités
IL
S
T
3
B
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
31
MODULE 3
Fiche 10 : Les fondamentaux pour des services (suite)
Des réflexions sont actuellement en
cours sur le portage de services par des
structures du type coopérative permettant
d’avoir à la fois des acteurs publics et
privés dans les actionnaires.
Quatre types de structure sont souvent opérateurs :
sune société privée : ces services relèvent d’une organisation classique avec
l’originalité d’être implantés sur une zone d’activités. Exemple : restauration,
vente de fournitures, banque.
sun groupement d’entreprises (association d’entreprises, GIE) : un accordcadre fixe les modalités de mise en œuvre et une contractualisation individuelle
pour chaque utilisateur avec le prestataire. Bien qu’organisés par les entreprises, ces services peuvent être gérés par des sociétés privées. Exemple :
collecte des déchets, restauration interentreprises, crèches….
sun gestionnaire de zone d’activités : dans la cadre de sa mission, le gestionnaire peut proposer un certain nombre de services aux usagers mis en œuvre
en régie ou par l’intermédiaire de prestataires de services. Exemple : location
de salles de réunion, conseil, réseau de chaleur…
sservices publics : ces services sont proposés par la collectivité locale ou des
agences de l’état comme l’ANPE, la Poste.
La méthodologie suivante favorise la réussite d’une mise en œuvre de
services :
sÏLABORATIONDUNGROUPEDETRAVAILSURLESUJETDESSERVICESCOMPRENANTLESPARtenaires clés de la (des) zone(s) d’activités et en particulier des représentants
des futurs utilisateurs,
sIDENTIlCATIONDESBESOINSAUPRÒSDESENTREPRISESETDESUSAGERSÌTRAVERSDES
interviews, des questionnaires…
sANALYSEDESSERVICESNÏCESSAIRESÌLARÏALISATIONDELAPOLITIQUEDEGESTIONDUrable des zones d’activités,
sPOURCHAQUESERVICEIDENTIlÏRAPIDEÏTUDEDEFAISABILITÏ
- modalités de mise en œuvre de ces services,
- portage (société privée, association d’entreprises, gestionnaire…),
- difficulté de mise en œuvre (technique, coûts, innovation, culturel…),
- besoins en foncier et/ou en immobilier,
- degré de culture du collectif nécessaire,
sANALYSEDESDIFFÏRENTSSERVICESETHIÏRARCHISATIONDANSLETEMPSDELAMISEEN
œuvre en fonction principalement des critères de faisabilité, de difficultés et de
culture du collectif,
sPOURCHAQUESERVICEAUREGARDDESCONCLUSIONSDELÏTUDEDEFAISABILITÏ
- organisation ou non d’un groupe de travail regroupant les acteurs concernés
(importance pour les démarches collectives),
- étude poussée des besoins, des gisements, des attentes,
- élaboration de différents scénarii au niveau de la solution technique et du portage. Les prestataires susceptibles d’intervenir peuvent être associés ponctuellement pour valider la faisabilité technique et financière.
- rédaction d’un cahier des charges,
- consultation de prestataires de services susceptibles d’être intéressés,
- sélection de l’offre la plus intéressante,
sMISEEN“UVREDESSERVICESSURLAZONEDACTIVITÏS
sCOMMUNICATIONETINFORMATIONRÏGULIÒRESURLESSERVICES
sSUIVIQUALITATIFETQUANTITATIFDESSERVICES
sAMÏLIORATIONDESSERVICESETMISEEN“UVREDENOUVEAUX
Les services sur une zone d’activités
IL
S
T
3
B
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
M
O
D
E
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
32
MODULE 3
Fiche 10 : Les fondamentaux pour des services (suite)
Cas de la création d’une zone d’activités
Il s’agit de résoudre la contradiction suivante : les prestataires de services sont souvent réticents à s’implanter sur une zone d’activités non commercialisée alors que les
entreprises souhaitent un certain nombre de services pour s’y implanter.
Cette situation nécessite de disposer d’un maximum d’informations sur la future zone
d’activités pour limiter le nombre d’inconnues et de trouver de nouvelles formes de
partenariats avec les prestataires.
RÉSERVE FONCIÈRE
Dans le cadre de la création d’une
nouvelle zone d’activités, Métropole Savoie
a prévu une réserve foncière
pour un éventuel arrêt de bus.
Actions pouvant être mises en place :
sÏLABORATIONDUNPROlLDESENTREPRISESSUSCEPTIBLESDESIMPLANTERSURLAZONE
d’activités ainsi qu’un profil des employés Annexe 5
sANALYSE DES BESOINS POTENTIELS DE CES ENTREPRISES EN SE RÏFÏRANT AUX ÏTUDES
existantes sur ce sujet et en interviewant des promoteurs et des entreprises du
même secteur d’activités,
sANALYSEDESFORCESETFAIBLESSESDUTERRITOIREPARRAPPORTÌCESSERVICES
sIDENTIlCATIONDESBESOINSENRÏSERVEFONCIÒREETIMMOBILIÒREPOURCESSERVICES
et mise en œuvre d’une réserve adéquate.
L’aménagement d’une zone d’activités joue un rôle prépondérant par rapport à
la réussite des services. Il semble logique de favoriser une implantation centrale
des services pour les employés comme la restauration.
sRÏmEXIONSURLEPORTAGEDESDIFFÏRENTSSERVICESSURLAZONEDACTIVITÏS
sPRISEDECONTACTAVECDESPRESTATAIRESDESERVICESPOURDISCUTERDESMODALITÏS
d’implantation sur la zone d’activités.
CONSEILS
Dans les cahiers des charges, il est important de mettre en place une évolution
du coût en fonction du nombre d’entreprises ou d’usagers impliqués.
Dans le cas du portage d’un nouveau service par une association d’entreprises,
les collectivités peuvent se porter caution des emprunts contractés par l’association.
Outil 4
Questionnaire d’identification des besoins
Annexe 5
Etude de faisabilité
Les services sur une zone d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
33
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités
SERVICES AUX ENTREPRISES
Location de salles de réunion et/ou de bureaux
Sécurité des biens et des personnes
Entretien des espaces verts et/ou des bâtiments
Groupement d’employeurs
TRANSPORTS
Plan de déplacement d’entreprises (PDE)
Sécurité des biens et des personnes
Transports collectifs
Covoiturage
Prêt de véhicules pour covoiturer (Van Pooling)
Auto-partage et mutualisation de flottes
Mise à disposition d’une flotte de vélos
Mise à disposition d’une flotte mutualisée de véhicules électriques
ÉNERGIE
Réseau de chaleur
Groupement d’achat d’énergie
Synergie interentreprises
DÉCHETS
Gestion collective des déchets
Déchetterie ou point de collecte
Synergie interentreprises
SERVICES AUX EMPLOYÉS
Restauration
Crèche
Commerces de proximité
Conciergerie d’entreprises
Les services sur une zone d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
34
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
SERVICES AUX ENTREPRISES
OBJECTIFS
/PTIMISERLEFONCTIONNEMENTDESENTREPRISES
Location de salles de réunion et/ou de bureaux
Description : Au sein d’un bâtiment public ou privé, mise
à disposition gratuite ou payante d’une salle de réunion,
de bureaux équipés… Ce service est intéressant pour les
PME et les TPE qui ne disposent pas de tels équipements.
La salle de réunion peut aussi servir de lieu de rencontre
pour une association d’entreprises ou pour organiser des
réunions thématiques comme des petits déjeuners. Ce service
peut être proposé au sein d’une pépinière ou d’un hôtel
d’entreprises.
Facteurs de réussite
localisation du bâtiment,
gestion efficace permettant une utilisation facile,
nombre important de PME/TPE.
Freins
portage financier,
réserve foncière et/ou immobilière.
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Entreprises
Sécurité des biens et des personnes
Description : Les entreprises se regroupent pour mutualiser
un contrat de gardiennage permettant, bien souvent, une
ronde constante d’un vigile sur la zone d’activités. Cette
approche permet aux entreprises de bénéficier d’une meilleure
sécurité de leurs biens tout en réduisant les coûts de
surveillance et d’assurance.
Facteurs de réussite
association d’entreprises,
information sur le service,
implantation d’une société de gardiennage sur la zone.
Freins
présence d’entreprises réticentes.
En savoir plus
Club des entreprises des bords de Seine, CCI de Rouen,
Châteaurenard CCRAD Promotion :
www.chateaurenard-ccrad-promotion.com
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
Entretien des espaces verts et/ou des bâtiments
Description : Les entreprises se regroupent pour mutualiser
un contrat d’entretien de leurs parcelles et/ou de leurs
bâtiments. Ce service peut aussi s’appliquer aux espaces
communs de la zone d’activités. Cette approche peut être
l’occasion de faire appel à des organismes d’insertion et/ou
des ateliers protégés.
Facteurs de réussite
association d’entreprises,
information sur le service.
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
35
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Groupement d’employeurs
Description : Afin de permettre aux PME et TPE d’employer
du personnel qualifié (environnement, sécurité, qualité,
informatique, comptabilité, ressources humaines…),
les groupements d’employeurs apportent une solution
adaptée en mutualisant les besoins en compétence.
Facteurs de réussite
nombre important de PME implantées,
association d’entreprises,
information sur le service.
Freins
sensibilisation des entreprises sur la démarche.
En savoir plus
Union des Groupements d’Employeurs de France :
www.ffge.fr
Groupement d’employeurs de l’Essonne :
www.innovemploi.com
Groupement d’employeurs de Seine et Marne :
www.cci77.cci.fr/cci/detail.do?noArticle=2015&id_
key=284
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
TRANSPORTS
OBJECTIFS
/PTIMISERLESDÏPLACEMENTSSURLAZONESDACTIVITÏS
Encourager l’usage de modes alternatifs à la voiture en « auto-solo »,
Limiter les impacts sur l’environnement,
Favoriser l’accès à un emploi pour tous.
Plan de déplacements d’entreprise (PDE)
Description : Le Plan de Déplacements d’Entreprise est
une démarche de gestion de la mobilité domicile-travail et
des déplacements professionnels des employés qui peut être
étendue aux déplacements générés par les visiteurs et les
fournisseurs. Fondée sur un diagnostic et une concertation
des publics ciblés, le PDE vise à élaborer, mettre en œuvre
et suivre un plan d’actions pour améliorer l’accessibilité de
l’entreprise et réduire l’usage de la voiture au profit de modes
alternatifs. La mise en œuvre au niveau d’une (des) zone(s)
d’activités permet de mutualiser les solutions envisagées.
Facteurs de réussite
implication forte du gestionnaire,
information sur le service.
Freins
implication dans le temps des entreprises
et des employés.
En savoir plus
!SSOCIATION/RÏEwww.oree.org
ARENE Ile-de-France :
www.areneidf.org/transport/PlanMobilite.html
ADEME : www.ademe.fr
Entreprises & Mobilités Services (RATP et CCIP) :
www.emif.fr
Innovallée, Grenoble
Pôle 45, CCI du Loiret
Plan de déplacements : www.plan-deplacements.fr
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Employés
et entreprises
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
B
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
36
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Transports collectifs
Description : Ensemble des systèmes permettant de
transporter un nombre de personnes important sur un trajet
défini : bus, tramway, train, navettes… Des actions spécifiques
aux zones d’activités, comme des navettes, peuvent être mises
en place pour compléter l’offre au niveau du territoire.
Facteurs de réussite
localisation de la zone d’activités à proximité des
transports publics dès sa création,
partenariat avec l’autorité organisatrice des transports, le
STIF ou si elle existe l’autorité organisatrice de proximité
définition du service en concertation avec ses futurs
usagers,
qualité des aménagements aux arrêts,
information sur le service.
Freins
coûts importants,
portage de la démarche,
gestion dépassant le cadre de la zone d’activités,
domiciliation éparpillée des employés.
En savoir plus
Paris Nord II, Villepinte
Zone industrielle de Limay
ARENE Ile-de-France :
http://www.areneidf.org/transport/intermodalite.html
Entreprises & Mobilités Services (RATP et CCIP) :
www.emif.fr
Syndicat des transports d’Ile-de-France : www.stif-idf.fr
Entreprises et mobilités en Ile de France : www.emif.fr
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
et usagers
Covoiturage
Description : Le covoiturage, utilisation d’un véhicule par
plusieurs personnes, est une solution intéressante à l’échelle
d’une zone d’activités en complément d’autres modes
alternatifs. La mise en relation des usagers peut être mise en
place et gérée par différentes solutions : animateur (avec carte
et tableur) ou site intranet, recours à un opérateur privé (site
internet ou centrale téléphonique).
Facteurs de réussite
complémentarité avec d’autres modes alternatifs,
entreprises ayant des horaires fixes ou atypiques (nuit),
ampleur de l’effectif,
information sur le service et sensibilisation,
places de stationnement réservées aux covoitureurs.
Freins
faible effectif,
domiciliation éparpillée des employés.
En savoir plus
ARENE Ile-de-France :
http://www.areneidf.org/transport/covoiturage.html
covoiturage en Savoie : www.savoiecovoiturage.fr
covoiturage dans le Val de Marne : www.covoiturage94.fr
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Employés
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
B
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
37
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Prêt de véhicules pour covoiturer (Van Pooling)
Description : Le van-pooling est un nouveau concept de
déplacement pour les employés. Un monospace est mis à
disposition d’un groupe d’employés (9 au maximum) pour
qu’ils puissent effectuer leurs déplacements domicile-travail.
Un des employés prend le rôle de chauffeur et bénéficie
gratuitement du véhicule, les autres usagers contribuent
financièrement. Cette mesure est particulièrement indiquée
lorsque l’entreprise souhaite faciliter l’accès à son site par
ses employés compte tenu de difficulté d’accès en transport
public (horaires de nuit, absence de desserte proche…).
Facteurs de réussite
entreprises ayant des horaires fixes ou atypiques (nuit),
information/communication sur le service.
Freins
diversité des horaires
faible sensibilisation des entreprises et des employés
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Employés
Auto-partage et mutualisation de flottes
Description : L’auto-partage, ou car-sharing, désigne
l’utilisation en libre-service (7j/7j, 24h/24h) d’une flotte de
véhicules par un groupe d’abonnés qui en partage l’usage et
les coûts. Ce service est proposé par des opérateurs privés
(commerciaux ou associatifs). L’abonnement à un service
d’auto-partage à l’échelle d’une zone d’activités est une
approche intéressante pour réduire de manière significative la
flotte de véhicules professionnels. Il permet de proposer des
véhicules plus respectueux de l’environnement : électrique,
GNV, hybrides… À défaut d’auto-partage, une mutualisation
des flottes peut être recherchée à l’échelle de la zone
d’activités.
Facteurs de réussite
localisation centrale du lieu de mise à disposition
des véhicules,
implication forte des entreprises.
Freins
véhicule de société = avantage pour les employés,
disponibilité foncière,
faible sensibilisation des entreprises.
En savoir plus
ARENE Ile-de-France :
http://www.areneidf.org/transport/autopartage.html
France auto partage : www.franceautopartage.com
Caisse-Commune, Paris : www.caisse-commune.com
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
B
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
38
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Mise à disposition d’une flotte de vélos
Description : Les usagers d’une zone d’activités peuvent
avoir à disposition une flotte de vélos (ou vélos avec
assistance électrique) pour les déplacements internes à la
zone, leurs trajets professionnels ou leur trajet de rabattement
sur une gare. La flotte peut être acquise ou louée, notamment
auprès de pôles-vélos (gardiennage et location de vélos)
situés en général au sein de pôles d’échanges multimodaux.
Ces services en gare permettent à l’usager d’effectuer le
dernier segment de son trajet jusqu’à son entreprise.
Facteurs de réussite
localisation et conditions d’accès aux vélos,
remise d’un kit pour cycliste (casque, antivol, pompe…),
information sur le service, sensibilisation sur les avantages
du vélo, et éventuellement formation à la pratique du vélo.
Freins
culturels,
temps de gestion.
En savoir plus
ARENE Ile-de-France : www.areneidf.org
Association des Départements Cyclables :
www.departements-cyclables.org
Club des villes cyclables : www.villes-cyclables.org
FUBicy : www.fubicy.org
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
Mise à disposition d’une flotte mutualisée de véhicules électriques
Description : Lorsque les trajets internes à la zone impliquent
des distances importantes à parcourir (ou pour leur trajets
professionnels), une flotte de véhicules électriques mutualisée
à l’échelle du parc d’activités peut être mise en place. La flotte
de véhicules électriques (2 ou 4 roues) permet de répondre
à des besoins spécifiques liés aux distances à réaliser sur un
site ou à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.
Facteurs de réussite
localisation des véhicules,
information sur le service et communication
(journée de démonstration et d’essai du véhicule).
Freins
investissements de départ.
En savoir plus
ARENE Ile-de-France : www.areneidf.org
Véhicule électrique en libre-service : La Rochelle.
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
et entreprises
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
39
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
ÉNERGIE
OBJECTIFS
/PTIMISERLACONSOMMATIONDÏNERGIEAUSEINDESENTREPRISES
Favoriser les sources d’énergie renouvelable.
Réseau de chaleur
Description : La zone d’activités est équipée d’un réseau
de chaleur permettant aux entreprises de s’y connecter
et de disposer ainsi uniquement d’un équipement
de chauffage d’appoint. La chaudière qui alimente le réseau
peut être alimentée en bois ou autres combustibles.
Facteurs de réussite
prévu lors de la création d’une zone d’activités,
information sur le service,
connexion d’autres équipements publics ou d’habitats.
Freins
investissements de départ,
emprise foncière sur la zone d’activités.
En savoir plus
Zone d’activités Tras le Bos, Egleton,
Zone d’activités du Pays de Buch,
Ville de Fresnes.
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Entreprises
Groupement d’achat d’énergie
Description : Pour réduire le coût de l’énergie
(en particulier l’énergie dite verte), les entreprises peuvent
se regrouper pour mutualiser leurs besoins et négocier
des tarifs avantageux auprès des fournisseurs.
Des entreprises de services se sont spécialisées
dans ces démarches.
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
information sur le service,
association d’entreprises.
Freins
faible sensibilisation des entreprises sur ce sujet.
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
Synergie inter-entreprises
Description : La chaleur et la vapeur rejetées par certaines
entreprises peuvent être rachetées par d’autres acteurs.
Certaines entreprises rejettent dans la nature de la chaleur
ou de la vapeur. D’autres entreprises peuvent être intéressées
par cette énergie et la racheter.
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
entreprises implantées complémentaires.
Freins
investissements de départ,
aménagement de la zone d’activités.
En savoir plus
Zone industrielle de Limay
Pôle français d’écologie industrielle :
www.france-ecologieindustrielle.fr
Atelier de Réflexion Prospective en Ecologie Industrielle :
www.arpege-anr.org
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
40
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
DÉCHETS
OBJECTIFS
/PTIMISERLACOLLECTEDESDÏCHETSDESENTREPRISES
Favoriser les synergies entre les entreprises.
Gestion collective des déchets
Description : Les entreprises négocient avec
un ou des prestataires de services la collecte des déchets.
Cette mutualisation permet de proposer une collecte sélective
des déchets à un moindre coût.
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
association d’entreprises.
Freins
faible motivation des prestataires de service,
entreprises peu sensibilisées sur ce sujet.
En savoir plus
ADEME : www.ademe.fr
/2$)&/BSERVATOIREDESDÏCHETSD)LEDE&RANCE
www.ordif.fr
!SSOCIATION/RÏEwww.oree.org
Exemples de démarches :
s#OMMUNAUTÏDAGGLOMÏRATIONDE&ORBACH
s!SSOCIATION%COPALEÌ'RANDE3YNTHE
s#LUBDESENTREPRISESDE0ESSAC
s:ONEDACTIVITÏSDE"OBIGNY
(CCI du 93 : www.ccip93.ccip.fr)
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
Déchetterie ou point de collecte
Description : La présence d’une déchetterie sur une zone
d’activités peut être une solution pour la collecte des déchets
des petites et moyennes entreprises. Sur certaines zones
d’activités, des points d’apport volontaire (fixes ou mobiles)
pour certains déchets sont mis en place.
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
localisation de la déchetterie ou des points d’apport.
Freins
gestion de la déchetterie ou des points d’apport,
quantité de déchets collectés suffisante pour limiter
les coûts,
espace foncier suffisant,
prise en charge de l’investissement.
En savoir plus
ADEME : www.ademe.fr
Exemples de démarches :
s!SSOCIATION%COPALÌ'RANDE3YNTHE
s0ARCDACTIVITÏSDEL%XPANSION!RGENTAN
s0ARCDACTIVITÏSDES0ETITS#ARREAUX"ONNEUILSUR-ARNE
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Entreprises
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
41
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Synergie interentreprises
Description : Certaines entreprises produisent des déchets
qui peuvent être valorisés comme matière première par
d’autres entreprises de la zone d’activités. Ces synergies sont
les plus connues des démarches dites d’écologie industrielle.
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
association d’entreprises.
Freins
absence de sensibilisation sur ce sujet,
réglementation peut adaptée.
En savoir plus
Pôle français d’écologie industrielle :
www.france-ecologieindustrielle.fr
Atelier de Réflexion Prospective en Ecologie Industrielle :
www.arpege-anr.org
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Cibles
Entreprises
REJETS LIQUIDES
OBJECTIFS
/PTIMISERLETRAITEMENTDESREJETSLIQUIDESDESENTREPRISES
Gestion collective d’une station de traitement des eaux usées
Description : Afin d’assurer un traitement optimal de leurs
rejets liquides les entreprises peuvent mutualiser la gestion
d’équipements (station d’épuration, réseau d’assainissement
collectif…).
Facteurs de réussite
implication des entreprises,
association d’entreprises,
soutien financier d’acteurs publics.
Freins
entreprises peu sensibilisées sur ce sujet,
travaux importants.
En savoir plus
Parc industriel de la plaine de l’Ain,
Zone d’activités du Malaquis, Ville du trait.
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
et entreprises
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
B
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
42
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
SERVICES AUX EMPLOYÉS
OBJECTIFS
Améliorer la qualité de vie des employés et usagers des zones d’activités.
Restauration
Description : La mise en place d’une offre de restauration
sur une zone d’activités permet de limiter les déplacements
des usagers et d’en améliorer la qualité de vie. Cette offre peut
être portée dans le cadre d’une démarche interentreprises ou
par un prestataire privé. Le premier cas permet aux entreprises
de considérer ce restaurant comme leur « cantine ».
Facteurs de réussite
localisation du restaurant,
communication sur le service auprès des employés,
nombre élevé d’employés.
Freins
réserve foncière et/ou immobilière adéquate,
concurrence avec les offres de restauration à proximité,
règlement d’urbanisme interdisant l’implantation
de commerces sur la zone d’activités.
En savoir plus
Zone d’activités Plessis-Bouchard,
Parc d’affaires Technopolis, Courtabeouf,
Parc tertiaire CITIS, Hérouville-Saint-Clair.
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
Crèche
Description : L’implantation d’une crèche à proximité
ou sur une zone d’activités permet d’améliorer la qualité
de vie des employés, et en particulier des femmes.
Facteurs de réussite
implication de la collectivité locale,
localisation de la crèche,
ouverture aux riverains,
coordonner les horaires d’ouverture aux horaires
des employés,
nombre élevé d’employés.
Freins
montage du projet,
réserve foncière et/ou immobilière suffisante,
implication des entreprises.
En savoir plus
Parc tertiaire CITIS, Hérouville-Saint-Clair,
La souris verte, Lambres les Douai.
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
B
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
43
MODULE 3
Fiche 11 : Exemples de services sur une zone d’activités (suite)
Commerces de proximité
Description : L’implantation de commerces de proximité
permet d’améliorer la qualité de vie des employés et
le fonctionnement des entreprises. Ces commerces
peuvent être : boulangerie, restauration rapide, banque…
Facteurs de réussite
zone de chalandise importante,
nombre élevé d’employés,
ouverture aux riverains.
Freins
concurrence avec les commerces du territoire,
disposer d’une réserve foncière et/ou immobilière
suffisante,
règlement d’urbanisme interdisant l’implantation
de commerces sur la zone d’activités.
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
Conciergerie d’entreprise
Description : La conciergerie d’entreprise consiste
à affecter, sur une zone d’activités, un ou plusieurs
« concierges » à qui les usagers de la zone peuvent déléguer
diverses tâches quotidiennes, telles que : conduire
son automobile au garage pour une révision, repassage
du linge et livraison dans l’entreprise ou à domicile,
aider à un déménagement, ou encore trouver une baby Sitter
en urgence.
Facteurs de réussite
association d’entreprises,
nombre élevé d’employés.
Freins
disposer d’une réserve foncière et/ou immobilière
suffisante,
implication des entreprises.
Faible
Moyen
Important
Les services sur une zone d’activités
Difficultés
Coûts
Culture collectif
Aménagement
Cibles
Employés
BOITE À OUTILS
OUTILS
Outil 1
Diagnostic de zones d’activités :
la méthode écocartes zones d’activités©
Outil 2
Carnet d’adresses et fiche acteur
Outil 3
Fiches actions
Outil 4
Questionnaire d’identification des besoins
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
Annexe 1
Observatoire des zones d’activités
Annexe 2
Politique environnementale
Annexe 3
Profil de poste gestionnaire de zone d’activités
Annexe 4
Norme ISO 14001 et règlement EMAS
Annexe 5
Étude de faisabilité
Annexe 6
Bibliographie
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
44
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
45
BOITE À OUTILS
Outil 1
DIAGNOSTIC DES ZONES D’ACTIVITÉS
LES CARTES THÉMATIQUES
La mise en œuvre des cartes thématiques nécessite :
des copies au format A3 du plan de la zone d’activités,
un carnet pour prendre des notes,
un appareil photo numérique.
La méthode de diagnostic
Les écocartes zones d’activités©(1)
développée par l’Association Orée
dans le cadre du Guide de
management environnemental
des zones d’activités présente
à la fois l’avantage d’une simplicité
d’utilisation et d’une efficacité
démontrée.
La réalisation peut se faire :
seul ou accompagné d’autres acteurs (élus, chefs d’entreprises, partenaires…),
sur la base d’une visite de la zone à différents moments de la journée (matin,
après-midi et soir),
par le renseignement des cartes en fonction des quatre critères suivants : surveiller, améliorer, améliorer rapidement et positif,
sur les thématiques (à adapter en fonction des zones d’activités) : cadre de
vie, paysage, architecture, transports, eau, déchets, air, bruit, sols, sous-sols,
énergie…).
Cette méthode vise à fournir
une photographie d’ensemble
d’une zone d’activités permettant
une identification rapide des pistes
d’amélioration et une appropriation
par les différents acteurs impliqués.
Elle repose sur trois étapes clés :
sUNEANALYSETERRAINAVECDESCARTES
thématiques,
sDESINTERVIEWSDESACTEURSCLÏS
sUNEÏTUDEDESDOCUMENTSEXISTANTS
(1) Les écocartes zones d’activités©SONTLAPROPRIÏTÏINTELLECTUELLEDEL!SSOCIATION/RÏE(EINZ7ERNER%NGELET*EAN&RAN¥OIS6ALLÒS
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
46
BOITE À OUTILS
Outil 1
DIAGNOSTIC DES ZONES D’ACTIVITÉS
LES CARTES MÉTÉO
La réalisation des interviews des différents acteurs concernés par la zone d’activités
se fait avec une liste de questions simples et rapides. Cet outil sert de support aux
entretiens et permet une synthèse rapide du ressenti des acteurs par rapport à la
zone d’activités.
SON IMPACT GÉNÉRAL
SUR L’ENVIRONNEMENT :
Son image
Son cadre de vie
La qualité des services disponibles
L’entretien des espaces verts
La mise en œuvre nécessite :
une liste d’une vingtaine de questions
avec 5 niveaux d’évaluation par type
d’acteur (entreprises, employés,
partenaires…),
un tableau de synthèse par acteur
et général.
La réalisation peut se faire seul ou
accompagné d’autres acteurs (élus,
chefs d’entreprises, partenaires…).
Chaque interviewé remplit rapidement
le questionnaire (2 minutes
maximum).
La disponibilité des interlocuteurs
L’information sur la gestion de la zone
L’information sur la vie de la zone
La qualité de l’accueil pour les entreprises, les clients…
Le dialogue avec les autres entreprises
Votre implication dans la vie de la zone
La qualité des différents équipements collectifs
L’accessibilité et la signalétique
La circulation et le stationnement
Le transport des marchandises
La sécurité des biens et des personnes
La gestion des déchets des entreprises
La gestion de l’eau potable
Le traitement des eaux usées
La collecte des eaux pluviales
La prévention des risques et accidents
L’information sur les risques industriels
La pollution de l’air
Le bruit et les vibrations
Les chantiers
Animation site
Cadre de vie
Transports, infrastructures
Déchets
Eau
Air
Bruit
Risques
Chantiers
La gestion de l’énergie
LE CLIMAT GÉNÉRAL
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
47
BOITE À OUTILS
Outil 2
CARNET D’ADRESSES ET FICHE ACTEUR
Exemple de carnet d’adresses :
Organisme
Contact
Coordonnées
Thématiques
Actions
Afin de faciliter l’implication
des différents acteurs concernés
directement ou indirectement
ar la zone d’activités, il peut être
judicieux d’utiliser deux outils
complémentaires :
sle carnet d’adresses des acteurs,
sLAlCHEACTEUR
Étant donné la diversité et le nombre
d’acteurs, ces outils de recensement
paraissent indispensables.
Une informatisation facilite
grandement l’utilisation
et la mise à jour de ces outils.
Exemple de carnet d’adresses :
Acteur :
Thématiques :
Contact :
Rôle dans la gestion :
Coordonnées :
À informer sur :
Niveau d’intervention sur la (les) zone(s) d’activités :
nature des actions, cibles…
Actions sur le (les) zone(s) d’activités :
actions programmées :
actions réalisées :
La gestion durable des zones d’activités
Niveau
d’implication
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
48
BOITE À OUTILS
Outil 3
FICHE ACTIONS
N°
Action
/BJECTIF
Problèmes identifiés :
Réglementation applicable :
Dans le cadre de la réalisation d’un
programme d’actions, il est judicieux
de renseigner des fiches pour chaque
action clé identifiée.
La trame de fiche actions présentée
ci-dessous peut vous servir de base
pour la réalisation de vos outils. Une
informatisation de cet outil facilite
grandement son utilisation et sa mise
à jour.
Acteurs
Décideur(s) :
Coordonateur(s) :
Collaborateur(s) :
À informer :
Programme d’actions
Indicateurs :
suivi et performance :
Financement :
Formation :
Programme d’actions
Actions
Qui
Quand
La gestion durable des zones d’activités
Avancement
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
49
BOITE À OUTILS
Outil 4
QUESTIONNAIRE D’IDENTIFICATION
DES BESOINS
SECTEUR D’ACTIVITÉS :
NOMBRE D’EMPLOYÉS :
OUI
NON
NSP
Êtes-vous propriétaire de vos locaux ?
Afin d’appréhender les besoins des
entreprises au regard de la zone
d’activités où elles sont implantées, il
peut être judicieux de leur soumettre
un questionnaire par voie postal ou
électronique. Cette démarche peut
être complétée par des rencontres
individuelles.
Un questionnaire de ce type se doit
d’être court et précis. Les taux de
retour sont généralement limités
(environ 30%). Un travail de relance
est donc à prévoir.
En fonction des actions
programmées, des questionnaires
plus détaillés peuvent être envoyés
ultérieurement aux entreprises.
Nous vous proposons une trame de
questionnaire, librement adapté de
celui réalisé par la Communauté
d’agglomération Melun Val de Seine
dans le cadre de la requalification de
la zone Melun/Vaux-le-Pénil.
Avez-vous des projets d’extension de vos locaux ?
Avez-vous des projets de déménagement ?
Si oui pourquoi :
Avez-vous un projet de transmission/cession de votre entreprise ?
Rencontrez-vous des difficultés pour recruter vos salariés ?
Si oui quelle catégorie en particulier :
Avez-vous des besoins en formation pour vos employés ?
Rencontrez-vous des difficultés pour trouver certains fournisseurs,
prestataires ? Si oui dans quel secteur ?
Souhaiteriez-vous avoir des informations sur :
sles aides financières ?
sLEDÏVELOPPEMENTDURABLE
sLAGESTIONDESDÏCHETS
sLARÏDUCTIONDEVOTRECONSOMMATIONDEAU
sLARÏDUCTIONDEVOTRECONSOMMATIONDÏNERGIE
sLAGESTIONDELENVIRONNEMENT
Disposez-vous d’un restaurant pour vos employés ?
Êtes-vous satisfait de la collecte de vos déchets ?
FONCTIONNEMENT DE LA ZONE D’ACTIVITÉS
Connaissez-vous les personnes en charge de la gestion
de la zone d’activités ?
Êtes-vous informés des actions menées sur la zone d’activités ?
Image générale
Êtes-vous satisfait de l’image générale de la zone d’activités ?
L’image de la zone d’activités est-elle importante pour vous ?
Faites-vous des efforts pour l’image de votre entreprise
à travers la gestion de votre parcelle et de votre bâtiment ?
Suite du tableau à la page suivante.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
50
BOITE À OUTILS
Outil 4
QUESTIONNAIRE D’IDENTIFICATION
DES BESOINS
Transports
Rencontrez-vous des difficultés avec les transports sur la zone d’activités
(bouchons, stationnement anarchique…) ?
Êtes-vous satisfait de la signalétique et du jalonnement ?
Disposez-vous d’un nombre suffisant de places de stationnement ?
Pensez-vous que la zone d’activités est bien desservie
en transports en commun ?
Sécurité des biens et des personnes
Êtes-vous satisfait du niveau de sécurité sur la zone d’activités ?
Avez-vous été victime de vol ou dégradation ces 12 derniers mois ?
Vos employés vous font-ils part d’un sentiment d’insécurité ?
Avez-vous recours à une société de surveillance/gardiennage ?
Services
Seriez-vous intéressé par les services suivants :
sEMPLOIBASEDEDONNÏESDE#6OFFRESDEMPLOI
sENTRETIENDESESPACESVERTS
sGARDIENNAGE
sPOSTE
sSALLEDERÏUNION
sCOLLECTEDESDÏCHETS
SERVICES POUR VOS EMPLOYÉS
Seriez-vous intéressé par les services suivants :
sUNSERVICEDERESTAURATION
sDESTRANSPORTSENCOMMUN
sUNECRÒCHEINTERENTREPRISES
sDESCOMMERCESDEPROXIMITÏ
sUNDISTRIBUTEURDEBILLETS
RELATIONS AVEC LES AUTRES ENTREPRISES DE LA ZONE D’ACTIVITÉ
Connaissez-vous les autres entreprises implantées ?
Avez-vous l’occasion de les rencontrer : club d’entreprises, association ?
Si oui préciser :
Seriez-vous intéressé pour des rencontres régulières avec les autres chefs
d’entreprises ?
Seriez-vous intéressé par la création d’un annuaire des entreprises
de la zone d’activités ?
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
T
3
M
O
IT
E
À
O
U
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
B
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
51
BOITE À OUTILS
Annexe 1
OBSERVATOIRE DES ZONES D’ACTIVITÉS
NATURE DES INFORMATIONS
De nombreuses informations peuvent être intégrées dans un observatoire. Certaines
de ces informations peuvent être réservées aux partenaires des zones d’activités.
Un observatoire des zones
d’activités permet de disposer
sous forme d’un outil unique
d’informations complémentaires
sur les zones d’activités d’un
territoire (intercommunalité, pays,
département).
Cet outil sert à la fois pour assurer le
suivi des différentes zones d’activités
d’un territoire mais aussi pour en
assurer la promotion.
Informations publiques (par zone d’activités) :
Localisation de la zone d’activités,
Plan,
Photographies de la zone d’activités ,
Accès à la zone d’activités (route, train, bus…),
Information sur les entreprises implantées (nom, activités,
nombre d’employés…) et localisation sur la zone,
Services proposés aux usagers,
Equipements techniques (eau, gaz naturel, réseau haut débit…),
Parcelles disponibles et offres immobilières,
Contacts…
Informations réservées aux partenaires (par zone d’activités) :
Programme d’actions,
/UTILSDESUIVIDESACTIONSMISESEN“UVRE
Contacts clés (partenaires, entreprises implantées)…
SUPPORTS
Base de données informatique,
Système informatique de cartographie pour localiser les zones d’activités,
Interface internet / extranet pour visualiser les informations.
POUR ALLER PLUS LOIN
Liste des observatoires départementaux des zones d’activités :
http://www.zones-activites.net/observatoire-departement-0.html
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
52
BOITE À OUTILS
Annexe 2
POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE
www.plainedelain.fr/downloads/declarationenv.pdf
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
M
O
D
U
LE
1
O
D
U
LE
M
P
R
ÉA
LA
B
LE
S
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
53
BOITE À OUTILS
Annexe 3
FICHE DE POSTE GESTIONNAIRE
POSTE
Chargé(e) de mission pour la gestion et l’animation de parcs d’activités
économiques
CADRE D’EMPLOI : Cadre de catégorie A ou B
Exemple de fiche de poste
de chargé(e) de mission
pour la gestion et l’animation
de parcs d’activités
économiques
POSITION HIERARCHIQUE
Supérieur : Directeur Général Adjoint
Direction de rattachement : Direction du développement économique
et du tourisme
MISSIONS
Mission d’accompagnement des entreprises des parcs d’activités
de l’agglomération sur les aspects : réglementaire, immobilier, emploi,
réseaux, aides publiques… ;
Mise en place d’outils permettant une connaissance « terrain » des parcs
d’activités : tableaux de bord, cartographie ;
Mise en réseau des acteurs publics ou privés de l’accompagnement
des entreprises ;
Animateur des parcs d’activités, mise en place de réseaux d’entreprises,
organisation d’actions collectives ;
Mise en œuvre et suivi de la requalification.
COMPETENCES
Bonne connaissance des institutions et acteurs en matières
économiques ;
Expérience en développement territorial ;
Compétence et expérience du partenariat ;
Expérience dans l’animation d’équipe projet ;
Maîtrise de la communication orale et écrite (animation de réunions,
rapports d’activités, procès verbaux, …).
PROFIL
Qualifié en management du développement territorial avec thématique :
environnement et développement local ou équivalent ;
Autonomie, sens de l’organisation, du travail en équipe et en réseau
partenarial
Capacité d’animation ;
Grande disponibilité ;
Sens de l’organisation ;
-AÔTRISEDE7ORD%XCEL!CCESS)NTERNETCAPACITÏÌSEFORMER
à de nouveaux logiciels.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
54
BOITE À OUTILS
Annexe 4
ISO 14001 ET EMAS
,A NORME )3/ ET LE RÒGLEMENT %-!3 PERMETTENT DE FAIRE CERTIlER PAR UN
organisme indépendant la qualité d’un système de management environnemental.
Cette certification est délivrée pour une durée de trois ans. Aujourd’hui une vingtaine
DAMÏNAGEURSETGESTIONNAIRESDEZONESDACTIVITÏSESTCERTIlÏE)3/ETOU
enregistrées EMAS.
,ANORME)3/ESTCON¥UEETGÏRÏEPARL)3/)NTERNATIONAL3TANDARD/RGANIsation), un organisme privé, tandis que le règlement EMAS émane de la Commission
%UROPÏENNE,ERÒGLEMENT%-!3REPRENDLANORME)3/ENYAJOUTANTDES
recommandations en termes de communication sur la démarche et de respect de la
règlementation.
%NAUCUNCASLANORME)3/ETLERÒGLEMENT%-!3NEPERMETTENTDEPRÏJUGER
de la qualité finale d’une zone d’activités. Ils portent sur l’organisation d’une démarche pour prendre en compte l’environnement.
La norme s’applique aux aspects environnementaux que l’organisme a identifiés
comme étant ceux qu’il a les moyens de maîtriser et ceux sur lesquels il a les
moyens d’avoir une influence. Elle n’instaure pas en elle-même de critères spécifiques de performance environnementale. ISO 14001 - 2004
0ARFOISCRITIQUÏSENRAISONDELASOIDISANTCOMPLEXITÏDESPROCÏDURESLANORME)3/
14001 et le règlement EMAS visent bien au contraire la simplicité :
Le niveau de détail et de complexité du système de management environnemental, l’importance de la documentation et le niveau des ressources qui lui sont
allouées dépendent d’un nombre de facteurs tels que le domaine d’application
du système, la taille de l’organisme et la nature de ses activités, produits et services. C’est le cas en particulier pour les petites et moyennes entreprises. ISO
14001-2004.
Le système de management environnemental doit permettre d’assurer une amélioration continue de la prise en compte de l’environnement au niveau de l’aménagement
et/ou de la gestion d’un parc d’activités.
0OURCEFAIRELANORME)3/ETLERÒGLEMENT%-!3PROPOSENTLAMÏTHODOLOGIE
suivante :
établir une politique environnementale appropriée : la politique environnementale est l’élément moteur de la mise en œuvre et de l’amélioration du
système de management environnemental de l’organisme, de sorte qu’il puisse maintenir et potentiellement améliorer sa performance environnementale. Il
convient donc que la politique reflète l’engagement de la direction à son plus
haut niveau de se conformer aux exigences légales applicables et aux autres
exigences applicables, de s’engager à la prévention de la pollution et à la poursuite de l’amélioration continue. ISO 14001-2004.
identifier les aspects environnementaux provenant d’activités, de services et
de produits passés, présents ou futurs de l’organisme et déterminer les impacts
environnementaux significatifs,
identifier les exigences légales applicables et les autres exigences applicables
auxquelles l’organisme a souscrit,
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
55
BOITE À OUTILS
Annexe 4
ISO 14001 ET EMAS
identifier les priorités et fixer les objectifs et cibles environnementaux
appropriés,
établir une structure et un (des) programme(s) afin de mettre en œuvre la
politique et atteindre les objectifs et cibles,
faciliter les activités de planification, de maîtrise et de surveillance, les
actions préventives et correctives, les audits et la revue afin d’assurer
simultanément que la politique est respectée et que le système de management
environnemental est adapté.
POUR EN SAVOIR PLUS
AFNOR (Association française
de normalisation) : www.afnor.org
ISO : www.iso.org
EMAS : http://ec.europa.eu/
environment/emas/index_en.htm
Liste de certains aménageurs et
gestionnaires de zones d’activités
certifiés ISO 14001 et/ou enregistrés
EMAS : www.ecoparc.com/
gestion-durable-parc-activites/
iso14001-EMAS.php
(Conception : P. Thiard - Réalisation : S. Desruelles - Université Paris-est).
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
56
BOITE À OUTILS
Annexe 5
ÉTUDE DE FAISABILITÉ
Une étude de faisabilité peut comprendre les éléments suivants :
Avant de planifier la création
d’une nouvelle zone d’activités,
il est judicieux de réaliser une étude
de faisabilité.
Cette dernière permettra entre autres
de bien définir le projet économique
et d’anticiper les besoins en termes
de services.
POSITIONNEMENT ÉCONOMIQUE
Contexte socio-économique : définition du territoire de pertinence, bilan socioéconomique du territoire, éléments structurants de l’activité économique du territoire,
Analyse de la demande : nature des demandes et critères d’implantation, analyse
prospective avec enjeux et opportunités, choix des cibles et hiérarchisation,
Analyse de l’offre : recensement des zones d’activités existantes, diagnostic et
analyse concurrentielle, étude comparative.
PÉRIMÈTRE DE L’ÉTUDE
Bilan et analyse des documents d’urbanisme et règlements s’appliquant au périMÒTRECONCERNÏ3#/40,50$5x
Relevés topographiques,
Études géotechniques sommaires,
Études hydrogéotechniqes,
Évaluation de l’exposition aux risques naturels et industriels,
Analyse environnementale : caractéristiques naturelles…
FAISABILITÉ TECHNIQUE
Conditions de raccordement du projet au réseau viaire,
Proximité avec les réseaux existants : alimentation en eau potable, assainissement, réseau télécoms haut débit, alimentation électrique, alimentation en gaz,
défense incendie…
Ancienne friche industrielle : contraintes techniques, règlementaires,
Conditions de mise en œuvre d’une politique de la collectivité en matière de
développement durable.
FAISABILITÉ FINANCIÈRE
Coût foncier et son portage,
Coûts estimés des travaux sur la base de ratios,
Frais prévisionnels d’études,
Financements possibles et conditions.
FAISABILITÉ JURIDIQUE
Propriété foncière et nature des acquisitions (amiable ou par voie d’expropriation
avec DUP),
.ÏCESSITÏÏVENTUELLEDEMODIlCATIONSDESRÒGLESDURBANISME0,53#/4xET
mise en place d’outils d’aménagement de type ZAC ou lotissement,
Conditions de déclassement et d’acquisitions foncières,
Conditions de concertation et d’information règlementairement nécessaires.
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
57
BOITE À OUTILS
Annexe 6
BIBLIOGRAPHIE
SITES INTERNET
ARENE Ile-de-France : www.areneidf.org
Association PALME : www.palme.asso.fr
!SSOCIATION/RÏEwww.oree.org
Fondaterra : www.fondaterra.com
Ecoparc (Portail sur la gestion durable des zones d’activités) : www.ecoparc.com
Annuaire des zones d’activités en France : www.zones-activites.net
SCHÉMA TERRITORIAL DES ZONES D’ACTIVITÉS
Fiche d’expérience intercommunale Volet Développement économique
Conseil Général du Finistère, Février 2005
Schéma territorial de zones d’activités : objectifs et ambitions,
Fiche pratique de la Lettre du cadre territorial, N° 55 juin/juillet 2004
Les schémas territoriaux de zones d’activités : outil de régulation
des jeux d’acteurs locaux,
Fiche pratique de la Lettre du cadre territorial, N° 57 octobre 2004
DIAGNOSTIC DES ZONES D’ACTIVITÉS
Diagnostic de zones d’activités dans une perspective de développement durable
Agence de développement économique de la Loire, Juillet 2003
Concertation-action entre entreprises et collectivités locales
Fédération des Parcs Naturels Régionaux
www.parcs-naturels-regionaux.fr/concertation%5Fza/
CRÉATION D’UNE ZONE D’ACTIVITÉS
Création et requalification de parcs industriels – Guide des bonnes pratiques
EURADA, Mai 2002
Créer, aménager, promouvoir une zone d’activités
Michel Jallas, ETD, CNER avec le soutien de la DATAR , ETD 2001
Etude de faisabilité : l’incontournable check-list,
Nicolas Demparis, Fiches pratiques du développement économique,
N° 84, Mai 2007
La gestion durable des zones d’activités
IL
S
B
O
IT
E
À
O
U
T
3
M
O
D
U
LE
2
O
D
U
LE
M
M
O
D
U
LE
1
S
ÉA
LA
B
LE
R
P
D
’E
M
P
LO
I
O
D
E
M
R
O
D
U
C
T
IN
T
S
O
M
M
A
IR
E
IO
N
58
BOITE À OUTILS
Annexe 6
BIBLIOGRAPHIE
GESTION D’UNE ZONE D’ACTIVITÉS
Guide de management environnemental des zones d’activités
!SSOCIATION/RÏE6ICTOIRES%DITIONS
Moderniser et gérer durablement une zone d’activités économiques
Michel Jallas, ETD, 2003
Parc d’activités réussir la conduite de son projet
Bretagne Qualiparc, 2003
Qualité environnementale sur une zone d’activités
ARENE Ile-de-France, 2001
Les ECO-PARCS, une réponse durable à un enjeu de requalification de
l’espace, pour un nouveau dynamisme économique,
Actes colloque, Fondaterra, 2007
DIVERS
Les énergies renouvelables dans les parcs d’activités
ARENE Ile-de-France, 2003
Rovaltain : un référentiel HQE pour un parc d’activités,
&ICHESPRATIQUESDUDÏVELOPPEMENTÏCONOMIQUE.²/CTOBRE
Urbanisme commercial et qualité environnementale - Guide méthodologique
ARENE Ile-de-France, 2003
Indicateurs de développement durable et zones d’activités
Folco LAVERDIERE, APDD, Saint-Etienne Métropole et Ecole des Mines, 2001
Les enjeux de la modernisation des zones d’activités économiques, quelle
stratégie mettre en œuvre à l’échelle intercommunale ?
ARADEL, 05 février 2004
La gestion durable des zones d’activités
ARENE 94 bis, avenue de Suffren 75015 Paris - Tél. : 01 53 85 61 75 - Fax : 01 40 65 90 41
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement