Référentiel du Bac Pro Techniques d`Interventions sur

Référentiel du Bac Pro Techniques d`Interventions sur
 Ministère de l’Éducation Nationale
de l’Enseignement Supérieur
et de la Recherche
Baccalauréat professionnel
TECHNIQUES D’INTERVENTIONS SUR INSTALLATIONS
NUCLÉAIRES
Baccalauréat Professionnel TECHNIQUES D’INTERVENTIONS SUR INSTALLATIONS NUCLEAIRES
PREAMBULE
Le candidat au baccalauréat professionnel Techniques d’Interventions sur Installations Nucléaires doit
préalablement à son entrée en formation être informé des conditions suivantes :
1) Afin d’éviter le risque d’exclusion pour inaptitude physique constatée par les services médicaux des
installations nucléaires, il est nécessaire de justifier d’une aptitude médicale définie par la
réglementation.
2) L’accès aux sites nucléaires obéit à des règles strictes de sûreté et de surveillance. En
conséquence, l’accès aux sites nucléaires est conditionné, en particulier, à l’existence d’un
casier judiciaire vierge. Pour les sites particulièrement sensibles, une enquête peut être diligentée.
La non-délivrance des autorisations d'accès aux sites nucléaires par les autorités constitue un
cas d'inaptitude à la poursuite de la formation.
Arrêté du 12 mars 2014
(Éducation nationale, DGESCO A2­3)
Vu le code de l'éducation, notamment ses articles D 337­51 à D 337­94­1 ;
Vu l'arrêté du 9 mai 1995 relatif au positionnement en vue de la préparation du baccalauréat professionnel, du brevet
professionnel et du brevet de technicien supérieur ;
Vu l'arrêté du 9 mai 1995, modifié par l'arrêté du 20 juillet 2009, fixant les conditions d'habilitation à mettre en œuvre
le contrôle en cours de formation en vue de la délivrance du baccalauréat professionnel, du brevet professionnel et
du brevet de technicien supérieur ;
Vu l'arrêté du 24 juillet 1997 fixant les modalités de notation aux examens du brevet de technicien supérieur, du
baccalauréat professionnel et du brevet professionnel ;
Vu l'arrêté du 4 août 2000 modifié relatif à l'attribution de l'indication « section européenne » sur le diplôme du
baccalauréat professionnel ;
Vu l'arrêté du 18 juillet 2006 portant création du baccalauréat professionnel spécialité « environnement nucléaire » ;
Vu l'arrêté du 10 février 2009 relatif aux champs professionnels prévus à l'article D 333­2 du code de l'éducation ;
Vu l'arrêté du 10 février 2009 relatif aux enseignements dispensés dans les formations sous statut scolaire préparant
au baccalauréat professionnel ;
Vu l'arrêté du 8 avril 2010 modifié relatif à l'épreuve obligatoire de langue vivante dans les spécialités du
baccalauréat professionnel ;
Vu l'arrêté du 8 avril 2010 relatif à l'épreuve facultative de langue vivante dans les spécialités du baccalauréat
professionnel ;
Vu l'arrêté du 8 novembre 2012 relatif à l'obtention de dispenses d'unités à l'examen du baccalauréat professionnel ;
Vu l'avis de la commission professionnelle consultative « chimie, bio­industrie, environnement » du 9 décembre 2013
;
Vu l'avis du Conseil supérieur de l'éducation du 13 février 2014.
Portant création de la spécialité « techniques d'interventions sur installations nucléaires » de
baccalauréat professionnel et fixant ses modalités de délivrance.
NOR : MENE1406140A
Article premier
Il est créé la spécialité « techniques d'interventions sur installations nucléaires » de baccalauréat professionnel, dont
la définition et les conditions de délivrance sont fixées conformément aux dispositions du présent arrêté.
Art. 2
Le référentiel des activités professionnelles, le référentiel de certification et le lexique de cette spécialité de
baccalauréat professionnel sont définis en annexe I a, I b et I c du présent arrêté.
Art. 3
Les unités constitutives et le règlement d'examen sont fixés respectivement à l'annexe II a et à l'annexe II b du présent
arrêté.
La définition des épreuves ponctuelles et des situations d'évaluation en cours de formation est fixée à l'annexe II c du
présent arrêté.
Art. 4
Les horaires de formation applicables à la spécialité techniques d'interventions sur installations nucléaires de
baccalauréat professionnel sont fixés par l'arrêté du 10 février 2009 relatif aux enseignements dispensés dans les
formations sous statut scolaire préparant au baccalauréat professionnel susvisé ― grille horaire n o 1. La durée de la formation en milieu professionnel au titre de la préparation de la spécialité technique d'interventions
sur installations nucléaires de baccalauréat professionnel est de vingt­deux semaines incluant la durée nécessaire à
la validation du diplôme intermédiaire. Les modalités, l'organisation et les objectifs de cette formation sont définis
en annexe III a etannexe III b du présent arrêté.
Art. 5
Pour chaque session d'examen, le ministre chargé de l'éducation nationale arrête la date de clôture des registres
d'inscription et le calendrier des épreuves écrites obligatoires.
La liste des pièces à fournir lors de l'inscription à l'examen est fixée par chaque recteur.
Art. 6
Chaque candidat précise, au moment de son inscription, s'il se présente à l'examen sous la forme globale ou sous la
forme progressive, conformément aux dispositions des articles D 337­78 et D 337­79 du code de l'éducation. Le choix
pour l'une ou l'autre de ces modalités est définitif.
Il précise également l'épreuve facultative à laquelle il souhaite se présenter.
Dans le cas de la forme progressive, le candidat précise les épreuves ou unités auxquelles il souhaite se présenter à
la session pour laquelle il s'inscrit.
La spécialité de baccalauréat professionnel est délivrée aux candidats ayant passé avec succès l'examen défini par
le présent arrêté, conformément aux dispositions des articles D 337­67 à D 337­88 du code de l'éducation.
Art. 7
Toute note supérieure ou égale à 10/20 obtenue aux épreuves de l'examen passé selon les dispositions de l'arrêté
du 18 juillet 2006 susvisé est, à la demande du candidat et pour sa durée de validité, reportée sur l'unité
correspondante de l'examen organisé selon les dispositions du présent arrêté.
Les correspondances entre les épreuves de l'examen organisé conformément à l'arrêté du 18 juillet 2006 susvisé et
les épreuves de l'examen organisé conformément au présent arrêté sont précisées en annexe IV du présent arrêté.
Art. 8
La première session d'examen de la spécialité « techniques d'interventions sur installations nucléaires » de
baccalauréat professionnel, organisée conformément aux dispositions du présent arrêté, aura lieu en 2017.
Art. 9
La dernière session d'examen du baccalauréat professionnel organisé conformément aux dispositions de l'arrêté du
18 juillet 2006 susvisé aura lieu en 2016. À l'issue de cette dernière session, l'arrêté susmentionné est abrogé.
(JO du 27 mars 2014 et BOEN no 16 du 17 avril 2014.)
RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS
PROFESSIONNELLES
1. CHAMP D’ACTIVITÉ
1.1. Définition
Le titulaire de la spécialité « Techniques d’interventions sur installations nucléaires » de baccalauréat
professionnel est membre actif d’une équipe opérationnelle intervenant en environnement nucléaire.
Son travail consiste à :
- participer à des opérations de logistique nucléaire ;
- participer à la gestion de déchets des industries nucléaires ;
- participer aux opérations de démantèlement d’installations ;
- assurer des opérations de maintenance préventive et corrective.
Ceci dans le cadre des obligations liées à la radioprotection, à la sûreté, à la sécurité et à la qualité en
vigueur dans l’industrie nucléaire.
Profil du titulaire du Baccalauréat professionnel :
L’organisation de travaux dans un environnement spécifique, tel que celui de l’industrie nucléaire, nécessite
des comportements professionnels adaptés : rigueur, disponibilité, stabilité, autorité associée à des qualités
relationnelles avérées, adaptabilité et sens de la polyvalence, capacité d’information des intervenants.
1.2. Contexte professionnel
1.2.1. Emplois concernés
Le titulaire de la spécialité « Techniques d’interventions sur installations nucléaires » de baccalauréat
professionnel est un intervenant au sein d’une équipe travaillant sur des chantiers polyvalents ; il peut être
aussi conducteur de machines ou d’outils complexes.
Il dispose de compétences et de connaissances permettant d’occuper les emplois suivants :


Agent de logistique nucléaire
o Prend en charge la propreté nucléaire et la réalisation des opérations de confinement ;
o Assure l’assistance chantier (habillage et déshabillage des intervenants) ainsi que
l’approvisionnement des chantiers ;
o Procède à la décontamination des locaux et des matériels, collecte, trie et conditionne les
déchets, gère les entrées et sorties des personnels (procède dans ce cadre à la
manipulation de charge) ;
o Peut être affecté à l’exploitation de magasins, de laveries industrielles et à la conduite
d’engins, aux activités de radioprotection ;
o Identifie avant d’intervenir, les risques à son poste de travail et dans son environnement
immédiat, et adapte son travail en fonction de cette analyse.
Agent d’intervention et d’exploitation
o Fait preuve de vigilance dans l’application des règles de sécurité/sûreté/environnement ;
o Met en place des confinements (sas) suivant les interventions ;
o Prépare, suit et replie le chantier ;
o Réceptionne les équipements et matériels contaminés ;
o Réalise le traitement de décontamination de ces équipements ou matériels par bains
chimiques, jets sous pression ou ultra-sons pour éliminer la contamination radioactive ;
o Réalise des expertises sur ces équipements ou matériels ;
o Réalise la réduction, le tri, le conditionnement et l’évacuation des déchets ;
o Réalise le conditionnement et l’évacuation de matériel après assainissement.

Agent technique
o Responsable de l’exécution d’interventions (essais, mesures et analyses physiques ou
physico-chimiques, opérations sur le combustible, opérations de maintenance préventive
ou curative) de son domaine de responsabilité ou sous la responsabilité d’un chargé de
travaux en respectant les règles techniques, de sûreté, de sécurité, de radioprotection,
d’environnement et de délai ;
o Participe à l’organisation des activités qui lui sont confiées par le responsable d’équipe ou
le chargé de travaux, notamment en ce qui concerne les besoins nécessaires en matériel,
outillage, matière, pièces de rechanges et dossier d’intervention ou mode opératoire ;
o S’approprie les risques de l’activité lors de la préparation de l’intervention et met en œuvre
les parades associées, s'approprie les gammes d’intervention avant intervention ;
o Assiste le technicien dans la préparation de l'intervention en tant qu’exécutant des
travaux ;
o Identifie les écarts et alerte en temps réel sa hiérarchie, réalise sous couvert du chargé de
surveillance une partie des actions de surveillance du programme de surveillance ;
o Réalise des activités dans le cadre d'une mission de chargé de travaux.

Agent d’intervention
o Trie et conditionne des déchets ;
o Met en place des confinements (sas) suivants les interventions ;
o Réalise des travaux de maintenance (changement filtres, …) ;
o Effectue des travaux d’assainissement et de décontamination ;
o Prépare, suit et replie et le chantier.

Agent de démantèlement
o Intervient en milieu hostile (α, β, Г…) selon les règles établies ;
o Démantèle, découpe, assainit des matériaux en respectant des modes opératoires ;
o Réalise des confinements ;
o Réalise des interventions en boîte à gants.
1.2.2 Types d’entreprises et domaines d’activités
L’activité du titulaire du baccalauréat professionnel s’exerce dans les entreprises de production du secteur
nucléaire ou de secteurs utilisateurs de sources radioactives, et prestataires associés.
Les domaines d’activités sont :
- les entreprises du secteur de la production nucléaire, essentiellement prestataires de service, ayant
pour activités la logistique nucléaire, l’assainissement/décontamination d’installations, la gestion
opérationnelle d’ateliers de traitement de déchets, le démantèlement ;
- les entreprises de fabrication ou d’utilisation de sources radioactives, de produits radio
pharmaceutiques ou de générateurs de rayonnements ;
- les entreprises prestataires de service ayant pour activité la maintenance en milieu nucléaire ;
- les organismes chargés d’intervenir en cas d’incident radioactif.
1.2.3. Place dans l’organisation de l’entreprise
Le titulaire de la spécialité « Techniques d’interventions sur installations nucléaires » de baccalauréat
professionnel, exerce son activité d’intervenant sous la responsabilité de l’encadrement qui a défini avec lui le
contenu des travaux en conformité avec les cahiers des charges, les moyens matériels et humains à mettre
en œuvre et les contraintes réglementaires à respecter.
1.2.4. Environnement économique et technique des emplois
Le contexte économique des emplois se caractérise par :





L’accroissement de la durée de vie des réacteurs et, par voie de conséquence, du nombre des
opérations de maintenance « lourde » ;
La montée en puissance des opérations de démantèlement d’installations appartenant aux
donneurs d’ordre de la filière nucléaire sur au moins vingt ans ;
La mise en œuvre d’installations nouvelles de recherche ou de production ;
La généralisation des travaux de sous-traitance sous forme de « prestations intégrées »
renforçant les responsabilités des entreprises intervenantes ;
Le renouvellement normal de la population concernée suite à des départs en retraite ou à une «
fonte naturelle ».
Le contexte technique de l’emploi se caractérise par :




La maîtrise des outillages utilisés et de leur entretien courant ;
La maîtrise des outils de l’information et de la communication, ainsi que de techniques et d’outils
d’organisation spécifiques à l’activité (planification, etc.) ;
Les connaissances réglementaires, économiques et commerciales, et opérationnelles liées à
l’activité ;
La connaissance du système de management de la qualité au sein de l’entreprise, permettant
l’évaluation permanente des travaux engagés et une capacité d’amélioration continue.
1.2.5. Champs d’exercice de l’emploi
A partir du contrat défini et validé par l’entreprise et le client, des études préalables effectuées par l’entreprise
en vue de leur mise en œuvre opérationnelle dans le cadre d’une organisation qualité, l’activité du titulaire
concerne :
- la participation à l’organisation d’interventions ;
- leur réalisation et leur suivi dans le respect des procédures, des règlements d’hygiène, de
sécurité et de radioprotection à l’égard du personnel, avec le souci de la satisfaction du client,
de la préservation de l’intégrité des installations, ainsi que de la maintenance des matériels ;
- la correction au plus tôt des dysfonctionnements et leur enregistrement.
Dans son activité, le titulaire de la spécialité « Techniques d’interventions sur installations nucléaires » du
baccalauréat professionnel doit être :
- un participant actif à toute démarche de management de la qualité et à tout programme
d’optimisation en particulier dans le domaine environnemental ;
- un interlocuteur facilitant les relations au sein de l’équipe ;
- un utilisateur des moyens de communication définis pour satisfaire les besoins internes ;
- un acteur privilégié du retour d’expérience.
1.3. Délimitation de l’activité
Les activités répondent en permanence au souci d’optimiser les moyens, les coûts, de respecter les délais
prescrits et d’informer en temps réel sa hiérarchie.
Un certain nombre d’évolutions générales doivent être prises en compte :
- l’exigence systématique « d’industrialisation » des activités proposées ;
- la recherche d’une meilleure qualité de service, associée à une évolution permanente, en vue
d’une politique de travaux aussi proche que possible du « zéro défaut » ;
- l’apparition de nouvelles technologies ;
-l’élévation des exigences dans le domaine de la protection du personnel et du respect de
l’environnement.
De ces évolutions résultent des besoins qui permettent de délimiter le champ d’activité du titulaire de la
spécialité « Techniques d’interventions sur installations nucléaires » baccalauréat professionnel, qui
intervient, majoritairement, au niveau des fonctions suivantes :
- participation à la préparation des travaux et du chantier comprenant l’approvisionnement des
produits et matériels nécessaires ;
- prévention et gestion des risques identifiés par les études ;
- réalisation et suivi des travaux et gestion correspondante dans le cadre d’une organisation
qualité ;
- conditionnement et expédition des produits générés par le chantier ;
- repli de chantier suivant les règles de l’art ;
- retour d’expérience.
Il doit être capable de s’adapter aux tâches énoncées ci-dessus à partir de connaissances générales
minimales essentielles dans ce type d’activité.
Il est en outre nécessaire de préciser l’autonomie du futur diplômé dans les activités et tâches qu’il aura à
accomplir sachant, que dans tous les cas, il devra se conformer aux règles générales définies par son
entreprise et qu’il devra rendre compte de son travail à son supérieur hiérarchique.
Tâches
Niveau
d’autonomie
Exécute la tâche demandée en respectant la
procédure prescrite ou les règles définies par
l'entreprise ou le donneur d'ordre
1
Prépare et/ou met en œuvre et/ou contrôle la tâche
demandée sous la responsabilité de sa hiérarchie
2
2. DESCRIPTION DES ACTIVITÉS ET TÀCHES PROFESSIONNELLES
ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES
TÂCHES PRINCIPALES
AUTONOMIE
S'informer auprès du chef d'équipe des éléments
T1.1
2
constitutifs du dossier
Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes
T1.2 de déroulement du chantier, de sécurité classique
2
et/ou radiologique
T1.3 Informer la hiérarchie des remarques du client
T1.4
T1.5
T1.6
T1.7
A1
FIABILISER LES
INTERVENTIONS ET
COMMUNIQUER
T1.8
T1.9
T1.10
Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la
comparer avec la valeur cible
Appliquer les consignes issues de l'analyse des
risques
Interpréter les éléments d'information acquis par ses
sens et/ou des appareils de mesure en vue
d’appliquer la procédure prescrite (cas d’écarts
constatés)
Arrêter le chantier en cas de danger grave et
imminent
Appliquer les procédures prescrites dans les
documents « qualité »
Adopter
une
posture
réflexive
permettant
l'optimisation de son intervention (coûts, délais,
déchets, radioprotection...)
Renseigner la traçabilité des tâches exécutées et des
écarts constatés dans tous les domaines exigés
T1.11 Contrôler la bonne exécution des travaux
Participer au contrôle du respect des objectifs de
production vis à vis du client
Contrôler le respect des objectifs de dosimétrie, de
T1.13
sécurité et de qualité vis à vis de son intervention
T1.12
T1.14 Mesurer et rendre compte des écarts
Vérifier le bon fonctionnement des appareils et
instruments de contrôle et de mesure (validité des
T1.15
contrôles de conformité et d'étalonnage, bon
fonctionnement)
Participer à la mise en œuvre des contrôles de
T1.16
l'environnement de travail et des déchets générés
Mettre en œuvre l'ensemble des matériels
nécessaires à l'intervention
Assurer la disponibilité et contrôler le fonctionnement
T2.2
des matériels par rapport à des paramètres nominaux
T2.1
T2.3 Mettre en œuvre le confinement
A2
T2.4 Participer à l'approvisionnement du chantier
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS
Participer à la décontamination des locaux et des
DE LOGISTIQUE
T2.5
matériels
T2.6 Réaliser la manutention manuelle
Suivre le planning et les paramètres de production
associés (qualité, coûts)
Identifier les écarts et organiser les corrections mises
T2.8
en œuvre avec l'accord de la hiérarchie et du client
T2.7
2
1
1
2
2
1
2
1
1
1
1
1
1
1
2
2
1
1
1
1
1
2
ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES
A3
PARTICIPER À LA GESTION
DES DÉCHETS
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS
A4
DE DÉMANTÈLEMENT
A5
PARTICIPER A LA SÉCURITÉ
ET A LA RADIOPROTECTION
TÂCHES PRINCIPALES
AUTONOMIE
Mettre en œuvre, suivant les conditions locales du
chantier,
des
opérations
de
collecte,
tri,
conditionnement, étiquetage et évacuation des
T3.1 déchets (zonage, balisage) et reprise d'effluents :
1
Trier ses déchets
Conditionner et reconditionner des déchets
Respecter le zonage
Démarrer, conduire et arrêter un système automatisé
ou une installation de gestion ou traitement de
T3.2
1
déchets en utilisant des moyens de manutention
associés
T4.1
1
T4.2 Procéder au déplacement de charges
1
Appliquer les mesures de sauvegarde adaptées dès
qu’un écart, un incident ou un accident est constaté et
T5.1
en conserver l'historique et/ou les pièces justificatives
et les résultats associés
2
T5.2 Faire des contrôles radiologiques
1
T5.3 Assurer l'habillage et le déshabillage
1
T5.4 Faire respecter les consignes de sureté et de sécurité
2
T5.5 Mettre en place des protections biologiques
1
T6.1 Préparer son intervention et/ou la logistique associée
2
T6.2
A6
Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique
nécessaire aux travaux envisagés (métaux et béton)
Proposer des améliorations sur l’environnement de
son intervention
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS
T6.3 Réparer un bien par remplacement de composants
DE MAINTENANCE
Réaliser des opérations prescrites de contrôle et/ou
T6.4
de surveillance
T6.5 Réaliser des opérations planifiées
2
2
1
1
A1 : Fiabiliser les interventions et communiquer
Conditions de réalisation

Toutes les pièces du dossier nécessaires à l’exécution de l’intervention et à la transcription du
retour d'expérience de l’intervention ;

Moyens de mesure radiologique disponibles et étalonnés ;

Pièces nécessaires à la traçabilité des écarts, incidents, accidents disponibles ;

Documents opérationnels du système qualité de l'entreprise (procédures, consignes, fiches
d'écart et d'amélioration) disponibles.
Résultats attendus

La maîtrise des éléments constitutifs du dossier est effective ;

Les fiches d’écarts sont transmises et remplies ;

La dosimétrie est conforme à l'étude préalable ;

Les fiches de résultat ou d'écart, comptes rendus d'incident ou accident sont transmis et
remplis ;

La planification est respectée ;

Les documents sont renseignés ;

Les activités sont optimisées après intégration des contraintes ;

La conformité au cahier des charges en regard des objectifs de production est assurée ;

La conformité au « plan qualité particulier » défini pour l'intervention (plan contrôle qualité) est
respectée ;

L’intervention s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue.
A2 : Exécuter des opérations de logistique
Conditions de réalisation

Le dossier d’intervention ;
o
Cahier des charges ;
o
Plan de circulation ;
o
Plan de prévention ;
o
Analyse des risques liés à l’intervention et à la gestion des déchets ;
o
Évaluation dosimétrique prévisionnelle initiale individuelle ;
o
Organigramme de l’intervention ;
o
Planning de l’intervention ;
o
Modes opératoires ;
o
Plan de contrôle : Domaine sécurité et Radioprotection ;
o
Qualité, Fiche d’écart ;

Ressources techniques disponibles (matériels et moyens de sécurité et de contrôle) et
équipements de protection individuelle (EPI) ;

Consignes de sécurité radiologique et conventionnelle.
Résultats attendus

La connaissance des tâches à effectuer est effective ;

L’information de la hiérarchie de l’avancement du chantier est permanente ;

La maîtrise des moyens d’information est effective ;

La prise en compte de l’ensemble des risques professionnels et l’application du Plan de
Prévention sont respectés ;

Les consignes sont respectées ;

Le traitement des aléas est effectif ;

La mise en place des moyens de protections individuels est conforme ;

La prise en compte des exigences du plan de prévention est effective ;

Le dossier d’intervention est assimilé ;

Les éléments d’information permettant de vérifier la conformité aux exigences sont transmis
(indicateurs, délais, coût, dosimétrie…) ;

La traçabilité de l’intervention est effective et l’alimentation du retour d’expérience assurée ;

Le chantier est rendu dans sa configuration initiale d’exploitation ;

L’inventaire du matériel utilisé et la restitution après contrôles (radioactivité, conformité) sont
effectifs.
A3 : Participer à la gestion des déchets
Conditions de réalisation

Le dossier d’intervention ;
o
Cahier des charges ;
o
Plan de prévention ;
o
Plan de circulation ;
o
Analyse des risques liés à l’intervention et à la gestion des déchets ;
o
Évaluation dosimétrique prévisionnelle initiale individuelle ;
o
Organigramme de l’intervention ;
o
Planning de l’intervention ;
o
Modes opératoires ;
o
Plan de contrôle : Domaine sécurité et Radioprotection ;
o
Qualité, Fiche d’écart ;

Installations, outillages et ressources techniques disponibles (matériels et moyens de sécurité
et de contrôle) ;

Équipements de Protection Individuelle ;

Consignes de sécurité radiologique et conventionnelle ;

Directives et consignes spécifiques à l’établissement ;

Appareils de mesure disponibles. Normes et consignes de sécurité disponibles ;

Zonage déchets disponible ;

Certificats d’agrément des produits ou matériaux spécifiques à la gestion des déchets mis à
disposition ;

Certificats d'étalonnage des matériels disponibles.
Résultats attendus

Le PAQP (Plan Assurance Qualité Particulier) est respecté ;

Les règles de prévention des risques et les règles de sécurité sont respectées ;

Les modes opératoires et les contrôles exigés sont respectés ;

L’étiquetage de transport et l'identification des produits sont renseignés et sont conformes ;

Les procédures d’utilisation des matériels sont respectées ;

La traçabilité des déchets et des produits transformés est renseignée ;

Le planning et les délais sont respectés ;

Les règles de tri et de conditionnement des déchets sont respectées ;

Le contrôle visuel et le contrôle radiologique sont effectifs ;

Les contrôles sont correctement effectués ;

Les installations et outillages sont en état de fonctionnement et les documents associés sont
valides.
A4 : Exécuter des opérations de démantèlement
Conditions de réalisation

Dossier d‘intervention lié au chantier ;
o
Analyse des risques (sécurité, sûreté, radiologique) et plan de prévention ;
o
Plan de circulation ;
o
Inventaire déchets ;
o
Procédures de gestion de déchets applicables ;
o
Retour d’expérience ;
o
Modes opératoires des matériels (test, fonctionnement) ;

Matériel de sécurité et consignes de sécurité internes ;

Mise à disposition des matériels nécessaires ;

Dossier technique des outillages et de l'installation, règles de gestion des déchets ;

Certificats d’agrément des produits ou matériels spécifiques au démantèlement ;

Matériels de contrôle pour l'exécution des travaux de démantèlement ;

Appareils de mesures, certificats d'étalonnage.
Résultats attendus

Le planning est respecté ;

La mise en œuvre des équipements de protection individuelle est respectée ;

La dosimétrie prévisionnelle est respectée ;

Les risques liés à son activité sont pris en compte ;

L’utilisation des emballages ou des conteneurs de transport est optimale ;

La mise en œuvre des moyens de zonage, de confinement et de ventilation est optimale ;

Le nombre et le volume de déchets sont optimisés ;

Les règles de sécurité et de fonctionnement de l'équipement sont respectées ;

Les matériels ou l'équipement sont restitués dans des conditions respectant les prescriptions
techniques de l'installation vis à vis de l'environnement ;

Les contrôles de conformité liés à la sécurité et aux exigences sont correctement effectués et
tracés ;

Les documents sont correctement remplis ;

Le cahier des charges du démantèlement est respecté.
A5 : Participer à la sécurité et à la radioprotection
Conditions de réalisation

Dossier d'intervention et plans des locaux d'intervention ;

Cartographie et analyse des risques, dossier ALARA (cf : lexique), prévisionnel dosimétrique ;

Plan de prévention ;

Plan d'urgence interne ;

Moyens de communications et moyens de télécommunication opérationnels ;

Liste des documents de sécurité et de radioprotection de l'entreprise disponibles ;

Étiquettes, panneaux, et tous moyens de balisage disponibles ;

Plans d'évacuation ;

Liste du matériel à disposition au magasin ;

Appareils de mesure, gamme de mise en service et de contrôle de fonctionnement et
certificats d'étalonnage disponibles ;

Mise à disposition des procédures de mise en service des protections collectives et
individuelles.
Résultats attendus

La prise en compte de toutes les directives et connaissances nécessaires à son travail
d'assistance est effective ;

L’analyse des risques est respectée ;

La prise en compte des informations liées à la sécurité et à la radioprotection est effective ;

Les propositions d’amélioration sont transmises ;

Les écarts sont relevés et transmis ;

La traçabilité de l'intervention est établie et le retour d'expérience est clairement formulé ;

En cas d’incident ou d’accident, les procédures de sécurité sont appliquées ;

Les comportements des intervenants sont conformes aux directives internes à l'entreprise et
du client ;

Les différents contrôles sont réalisés et conformes.
A6 : Exécuter des opérations de maintenance
Conditions de réalisation

Le plan de prévention de l’unité de travail ou du bien ;

Dossier de préparation ;
o
Document unique d’évaluation des risques (Décret N°2001-1016) ;
o
Consignes écrites, le processus de remise en état, modes opératoires, procédures
qualité…;
o
Dossiers constructeurs (maintenance et technique) ;
o
Plan de surveillance ;
o
Les notices d’utilisation des appareils de mesure et de contrôle ;
o
Planning des interventions ;

Documents de maintenance ;

Les outils informatiques, la gestion de maintenance assistée par ordinateurs (GMAO) ;

Catalogues de composants, de pièces de rechange, de consommables ;

Les outils de communication (document, téléphone, poste informatique, GMAO…) ;

Carnet de notes et espace dédié à la communication ;

Le bien ;

Les outillages, les matériels de contrôle, de mesure, moyens de manutention, les moyens
d’accès ;

Les équipements de protection collectifs et individuels ;

Les équipements nécessaires à la réalisation d’adaptations élémentaires ;

Les éléments standards, les consommables, la matière d’œuvre ;

Documentation technique des assemblages et de l’ajustage ;

Les moyens d’accès ;

Plan de maintenance préventive.
Résultats attendus :



















L’amélioration proposée est recevable ;
La manutention est effectuée en toute sécurité ;
La sécurité des biens et des personnes n’est pas altérée à l’issue de la réparation ;
La zone de travail est nettoyée et les déchets sont évacués ;
Le bien est réparé et en état de marche ;
Le descriptif de la solution est exploitable ;
Les anomalies constatées sont signalées ;
Les appareils de mesures, de contrôles sont utilisés suivant les procédures ;
Les bons de sortie magasin ou de commande sont rédigés ;
Les commentaires sont collectés et écrits pour mise à jour du dossier de maintenance ;
Les composants, les pièces de rechange sont compatibles et disponibles ;
Les consignes de sécurités sont respectées ;
Les consommables et les pièces inutilisés sont rentrés au magasin ;
Les éléments nécessaires à l’actualisation des schémas et documents techniques sont
fournis ;
Les mesures de prévention prescrites et les modes opératoires sont compris ;
Les mesures de prévention spécifiques à l’intervention sont adaptées ;
Les opérations de maintenance préventive sont réalisées conformément aux procédures ;
Les opérations de surveillance sont réalisées conformément aux prescriptions ;
Les outillages collectifs sont restitués en bon état au magasin ;




Les outillages, les équipements, les matériels, les moyens de manutention sont préparés et
vérifiés ;
Les performances sont vérifiées ;
Les résultats sont collectés et les documents de suivi sont renseignés pour permettre leur
exploitation ;
Les risques liés à l’environnement sont identifiés et évalués et les mesures de sécurité sont
appliquées.
RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION
1. LES COMPÉTENCES
La réalisation des tâches nécessite la mobilisation de compétences qui seront évaluables en fonction de
ressources fournies et d’indicateurs de performances attachés à une situation de travail.
Données
Recensement des ressources
fournies au candidat.
Compétences
Indicateurs de performance
Description en verbe d’action des
compétences mises en œuvre dans Performance attendue du candidat.
une tâche professionnelle.
Afin de conserver les liens qui les unissent dans les situations de travail, les compétences sont développées
par tâche professionnelle. Certaines compétences sont nécessaires à l’accomplissement de différentes
tâches.
Ce principe est synthétisé, pour chaque tâche, par le tableau suivant :
Tx.y
Énoncé de la tâche professionnelle
Données
Données, contraintes, normes,
ressources matérielles et
humaines misent à disposition…
Compétences
{Cx, Cy, Cz,…} : ensemble des
compétences mobilisées dans la
tâche professionnelle.
Indicateurs de performance
Niveau de performance attendue
définissant les critères d’évaluation.
Mise en relation des tâches et des compétences
CP1.1 CP1.2 CP1.3 CP2.1 CP2.2 CP2.3 CP3.1 CP4.1 CP4.2 CP4.3 CP4.4 CP4.5 CP5.1 CP5.2 CP5.3
A1
A2
A3
A4
A5
A6
T1.1
T1.2
T1.3
T1.4
T1.5
T1.6
T1.7
T1.8
T1.9
T1.10
T1.11
T1.12
T1.13
T1.14
T1.15
T1.16
T2.1
T2.2
T2.3
T2.4
T2.5
T2.6
T2.7
T2.8
T3.1
T3.2
T4.1
T4.2
T5.1
T5.2
T5.3
T5.4
T5.5
T6.1
T6.2
T6.3
T6.4
T6.5
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
XX
XX
XX
XX
X
X
X
x
x
X
X
X
X
X
X
X
x
x
X
X
X
X
X
X
X
X
X
x
x
X
x
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
A1
T1.1
FIABILISER LES INTERVENTIONS ET COMMUNIQUER
S'informer auprès du chef d'équipe des éléments constitutifs du dossier
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée







CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Échéancier
Dossiers "matériels et outillages"
CP1.2 : Respecter les contraintes  Dossier identifié
et
réglementations
de  Procédure appliquée en toute
l'environnement nucléaire
sécurité
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
CP4.3 : Réagir en fonction des
 Dossier d'intervention
risques évalués
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
T1.2
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes de déroulement du chantier, de
sécurité classique et/ou radiologique
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
Compétences mises en œuvre
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
Indicateurs de performance
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Liste du matériel à mettre en
œuvre, des modes opératoires et
des produits associés
 Un dossier d’intervention validé
 Une intervention
 Documents spécifiques
 Outil informatique
 Plan d'urgence interne












CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
du chantier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié,
conforme
à
l'organisation qualité
 Maîtrise
de
l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
CP4.3 : Réagir en fonction des
Dossier d'intervention
 Les situations à risques sont
risques évalués
connues (production ou sécurité)
Plan qualité de l'intervention
et la réaction adaptée
Analyse de sûreté définissant les
 Les processus d'arrêt d'urgence
domaines de fonctionnement
des machines ou des outillages
autorisés
sont connus
Plan d'urgence interne
 Les paramètres importants à
transmettre
aux
parties
intéressées sont identifiés
Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
CP5.1 : Contrôler les paramètres
Analyse des risques et plan
 Mesures effectuées résultats
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
consignés et exploités
Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
Un chantier réputé «terminé»
Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.3
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
Informer la hiérarchie des remarques du client
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
 Dossier d’intervention
du chantier
 Échéancier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
 Liste du matériel à mettre en
œuvre, des modes opératoires et
des produits associés





 Compte-rendu oral ou écrit
approprié,
conforme
à
l'organisation qualité
 Maîtrise
de
l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
CP4.4
:
Réagir
en
cas
d’incident
ou
 Une situation mettant en œuvre
 Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
 Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
T1.4
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la comparer avec la valeur cible
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
 Un dossier d’intervention validé
 Une intervention
 Documents spécifiques
 Outil informatique
 Plan d'urgence interne
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié,
conforme
à
l'organisation qualité
 Maîtrise
de
l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
T1.5
Appliquer les consignes issues de l'analyse des risques
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques

















Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de
ces éléments assurée
CP2.1 : Identifier les risques réels  Les consignes et procédures
Dossier d’intervention
ou potentiels
adaptées sont appliquées
Plan de site

Les moyens de prévention et de
Cartographie (zonage)
protection sont définis
Plan de prévention
CP2.3 : Respecter l’organisation
Dossier d’intervention
 Planning matériel opérationnel
matérielle de l’intervention
Échéancier
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
Dossiers "matériels et outillages"
fonctionnement opérationnel
CP4.1 : Mettre en œuvre des
Dossier d’intervention
 Exécution dans le cadre des
matériels
règles d'exploitation de
Matériels
l'installation
Notices, documents
 Mise en service et contrôle de
d'étalonnage
bon fonctionnement conforme aux
Mode d’emploi
documents validés
CP4.3 : Réagir en fonction des
Dossier d'intervention
 Les situations à risques sont
risques évalués
connues (production ou sécurité)
Plan qualité de l'intervention
et la réaction adaptée
Analyse de sûreté définissant les
 Les processus d'arrêt d'urgence
domaines de fonctionnement
des machines ou des outillages
autorisés
sont connus
Plan d'urgence interne
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel
T1.6
Interpréter les éléments d'information acquis par ses sens et/ou des appareils de mesure en
vue d’appliquer la procédure prescrite (cas d’écart constaté)
Données
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Compétences mises en œuvre
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Indicateurs de performance
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.7 Arrêter le chantier en cas de danger grave et imminent
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d'intervention
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
Indicateurs de performance
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
 Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
 Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
T1.8
CP4.3 : Réagir en fonction des
risques évalués
Appliquer les procédures prescrites dans les documents qualités
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
Compétences mises en œuvre
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
Indicateurs de performance
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques















CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée
CP2.3 : Respecter l’organisation
Dossier d’intervention
 Planning matériel opérationnel
matérielle de l’intervention
Échéancier
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
Dossiers "matériels et outillages"
fonctionnement opérationnel
CP4.3
:
Réagir
en
fonction
des
Dossier d'intervention
 Les situations à risques sont
risques évalués
connues (production ou sécurité)
Plan qualité de l'intervention
et la réaction adaptée
Analyse de sûreté définissant les
 Les processus d'arrêt d'urgence
domaines de fonctionnement
des machines ou des outillages
autorisés
sont connus
Plan d'urgence interne
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
CP5.1 : Contrôler les paramètres
Analyse des risques et plan
 Mesures effectuées résultats
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
consignés et exploités
Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
Un chantier réputé «terminé»
Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.9
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel
Adopter une posture réflexive permettant l'optimisation de son intervention (coûts, délais,
déchets, radioprotection...)
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Liste du matériel à mettre en
œuvre, des modes opératoires et
des produits associés
 Un dossier d’intervention validé
 Une intervention
 Documents spécifiques
 Outil informatique
 Plan d'urgence interne






CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
du chantier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
CP4.3 : Réagir en fonction des
Dossier d'intervention
 Les situations à risques sont
risques évalués
connues (production ou sécurité)
Plan qualité de l'intervention
et la réaction adaptée
Analyse de sûreté définissant les
 Les processus d'arrêt d'urgence
domaines de fonctionnement
des machines ou des outillages
autorisés
sont connus
Plan d'urgence interne
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
T1.10
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
Renseigner la traçabilité des tâches exécutées et des écarts constatés dans tous les
domaines exigés
Données
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Liste du matériel à mettre en
œuvre, des modes opératoires et
des produits associés
 Un dossier d’intervention validé
 Une intervention
 Documents spécifiques
 Outil informatique
 Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
du chantier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.11 Contrôler la bonne exécution des travaux
Données
Compétences mises en œuvre
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la
 Un plan qualité
qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
leurs prestations
T1.12
 Un plan qualité
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
leurs prestations
 L’intervention s’effectue
conformément au plan Qualité
 Chantier recevable
 Les consignations peuvent être
levées
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP5.2 : Participer au contrôle de la 
qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final 

L’intervention s’effectue
conformément au plan Qualité
Chantier recevable
Les consignations peuvent être
levées
Contrôler le respect des objectifs de dosimétrie, de sécurité et de qualité vis à vis de son
intervention
Données









 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
Participer au contrôle du respect des objectifs de production vis à vis du client
Données
T1.13
Indicateurs de performance
Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
Indicateurs de performance
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.14
Mesurer et rendre compte des écarts
Données
Compétences mises en œuvre







Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Échéancier
Dossiers "matériels et outillages"
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels





Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
Indicateurs de performance
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
 Les consignations peuvent être
leurs prestations
levées
T1.15
Vérifier le bon fonctionnement des appareils et instruments de contrôle et de mesure
(validité des contrôles de conformité et d'étalonnage, bon fonctionnement)
Données
Compétences mises en œuvre
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
T1.16
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Indicateurs de performance
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
Participer à la mise en œuvre des contrôles de l'environnement de travail et des déchets
générés
Données
 Les prescriptions de l'installation
relatives aux déchets
 La nature et le type des déchets
(classification de l'installation)
 Les containers de stockage
 Les documents de suivi
Compétences mises en œuvre
CP4.2 : Assurer l'évacuation des
déchets
Indicateurs de performance
 Déchets triés, conditionnés et
entreposés dans les conditions
règlementaires
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
A2
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE LOGISTIQUE
T2.1 Mettre en œuvre l'ensemble des matériels nécessaires à l'intervention
Données
Compétences mises en œuvre
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
T2.2
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Indicateurs de performance
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
Assurer la disponibilité et contrôler le fonctionnement des matériels par rapport à des
paramètres nominaux
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
T2.3
Mettre en œuvre le confinement
Données







Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Échéancier
Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Compétences mises en œuvre
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Indicateurs de performance
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
T2.4
Participer à l'approvisionnement du chantier
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques
Compétences mises en œuvre
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
T2.5
Indicateurs de performance
Participer à la décontamination des locaux et des matériels
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel







CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
 sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Matériels
Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
CP4.3 : Réagir en fonction des
 Dossier d'intervention
risques évalués
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
Cf. descriptif page 43
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Mesures effectuées résultats
physiques de l’environnement
consignés et exploités
 Analyse des risques et plan
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.3 : Participer au contrôle final
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
leurs prestations
T2.6
 Chantier recevable
 Les consignations peuvent être
levées
Réaliser la manutention manuelle
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel







CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Échéancier
Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
CP4.3 : Réagir en fonction des
 Dossier d'intervention
risques évalués
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
Cf. descriptif page 43
T2.7
Suivre le planning et les paramètres de production associés (qualité, coûts)
Données
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Liste du matériel à mettre en
œuvre, des modes opératoires et
des produits associés
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
 Un plan qualité
T2.8
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
du chantier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
qualité
conformément au plan Qualité
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
Identifier les écarts et organiser les corrections mises en œuvre avec l'accord de la
hiérarchie et du client
Données





 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
Indicateurs de performance
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
 Un plan qualité
qualité
conformément au plan Qualité
A3
PARTICIPER À LA GESTION DES DÉCHETS
T3.1
Mettre en œuvre, suivant les conditions locales du chantier, des opérations de collecte, tri,
conditionnement, étiquetage et évacuation des déchets (zonage, balisage) et reprise
d'effluents : trier ses déchets, conditionner et reconditionner des déchets, respecter le
zonage
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Implantation de la zone de travail
dans les locaux
 Carte du site
 Consignes spécifiques
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
l’espace professionnel







Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Matériels
Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP2.1 : Identifier les risques
réels ou potentiels
 Les prescriptions de l'installation
relatives aux déchets
 La nature et le type des déchets
(classification de l'installation)
 Les containers de stockage
 Les documents de suivi
CP4.2 : Assurer l'évacuation
des déchets
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de ces
éléments assurée
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Déchets triés, conditionnés et
entreposés dans les conditions
règlementaires
T3.2
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Démarrer, conduire et arrêter un système automatisé ou une installation de gestion ou
traitement de déchets en utilisant des moyens de manutention associés
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.1 : Identifier les risques
réels ou potentiels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
 Les prescriptions de l'installation
relatives aux déchets
 La nature et le type des déchets
(classification de l'installation)
 Les containers de stockage
 Les documents de suivi
 Analyse des risques et plan
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
CP4.2 : Assurer l'évacuation des
déchets
CP5.1 : Contrôler les paramètres
physiques de l’environnement
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Déchets triés, conditionnés et
entreposés dans les conditions
règlementaires
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
A4
T4.1
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE DÉMANTÈLEMENT
Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Déchets triés, conditionnés et
entreposés dans les conditions
règlementaires
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
 Les prescriptions de l'installation CP4.2 : Assurer l'évacuation des
déchets
relatives aux déchets
 La nature et le type des déchets
(classification de l'installation)
 Les containers de stockage
 Les documents de suivi
 Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
 Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
Cf. descriptif page 43
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
 Mesures effectuées résultats
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
consignés et exploités
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
T4.2
Procéder au déplacement de charges
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
Compétences mises en œuvre
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
Indicateurs de performance
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 Implantation de la zone de travail CP1.3 : Maîtriser les données
géographiques et se repérer dans
dans les locaux
l’espace professionnel
 Carte du site
 Consignes spécifiques







Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Dossier d’intervention
Échéancier
Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
 Dossier d'intervention
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
Cf. descriptif page 43
 La zone et le cheminement à
suivre pour assurer des accès
sans risque aux chantiers sont
repérés
 Les interfaces et les
infrastructures nécessaires à
l'accomplissement du chantier
sont repérées et la gestion de
ces éléments assurée
CP2.1 : Identifier les risques réels  Les consignes et procédures
ou potentiels
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Planning matériel opérationnel
matérielle de l’intervention
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
CP4.1 : Mettre en œuvre des
 Exécution dans le cadre des
matériels
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme
aux documents validés
CP4.3 : Réagir en fonction des
 Les situations à risques sont
risques évalués
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
A5
PARTICIPER À LA SÉCURITÉ ET A LA RADIOPROTECTION
T5.1
Appliquer les mesures de sauvegarde adaptées dès qu’un écart, un incident ou un accident
est constaté et en conserver l'historique et/ou les pièces justificatives et les résultats
associés
Données





Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
CP3.1 : Informer sa
hiérarchie du déroulement
des interventions
CP4.3 : Réagir en fonction
 Dossier d'intervention
des risques évalués
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
 Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas
d’incident ou d’accident
un incident ou accident
 Plan de prévention et plan
d'urgence interne
T5.2
Indicateurs de performance
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
 Les parades proposées sont
adaptées et conformes à la
règlementation
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
Faire des contrôles radiologiques
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Un dossier d’intervention validé
 Une intervention
 Documents spécifiques
 Outil informatique
 Plan d'urgence interne
Compétence mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
T5.3
Assurer l'habillage et le déshabillage
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
 Dossier d'intervention
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
T5.4
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
CP4.3 : Réagir en fonction des
risques évalués
Faire respecter les consignes de sureté et de sécurité
Données
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d'intervention
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
Compétences mises en œuvre
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
Indicateurs de performance
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
 Une situation mettant en œuvre CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou  Les parades proposées sont
d’accident
un incident ou accident
adaptées et conformes à la
règlementation
 Plan de prévention et plan
d'urgence interne
 La gestion d'un exercice de
simulation est maîtrisée
T5.5
Mettre en place des protections biologiques
Données




CP4.3 : Réagir en fonction des
risques évalués
Dossier d’intervention
Plan de site
Cartographie (zonage)
Plan de prévention
Compétences mises en œuvre
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
Indicateurs de performance
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
CP4.3 : Réagir en fonction des
 Dossier d'intervention
risques évalués
 Plan qualité de l'intervention
 Analyse de sûreté définissant les
domaines de fonctionnement
autorisés
 Plan d'urgence interne
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
 Les situations à risques sont
connues (production ou sécurité)
et la réaction adaptée
 Les processus d'arrêt d'urgence
des machines ou des outillages
sont connus
 Les paramètres importants à
transmettre aux parties
intéressées sont identifiés
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
A6
T6.1
EXÉCUTER DES OPÉRATION DE MAINTENANCE
Préparer son intervention et/ou la logistique associée.
Données
 Cahier des charges
 Documents éventuels de
traçabilité
 Liste des matériels et
disponibilités
 Historique
 Dossier de réalisation des
travaux :
• dossier d’intervention
• plan de site
• cartographie (zonage)
• plan de prévention
 Arrêté INB
 Dossier d’intervention
 Plan de site
 Cartographie (zonage)
 Plan de prévention
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Liste du matériel à mettre en
œuvre des modes opératoires et
des produits associés
 Dossier d’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
T6.2
Indicateurs de performance
CP1.1 : Rechercher les
informations relatives au dossier
d’intervention
 Dossier identifié
 Matériels bien adaptés,
disponibles, opérationnels
CP1.2 : Respecter les contraintes
et réglementations de
l'environnement nucléaire
 Dossier identifié
 Procédure appliquée en toute
sécurité
 Les consignes et procédures
adaptées sont appliquées
 Les moyens de prévention et de
protection sont définis
CP2.2 : Participer à la planification  Planning opérationnel
du chantier
 Démarche de limitation des aléas
comprise et appliquée
CP2.1 : Identifier les risques réels
ou potentiels
CP2.3 : Respecter l’organisation
matérielle de l’intervention
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
Proposer des améliorations sur l’environnement de son intervention.
Données





Compétences mises en œuvre
Un dossier d’intervention validé
Une intervention
Documents spécifiques
Outil informatique
Plan d'urgence interne
 Un plan qualité
 Un chantier réputé «terminé»
 Des intervenants ayant terminé
leurs prestations
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
 Compte-rendu oral ou écrit
approprié, conforme à
l'organisation qualité
 Maîtrise de l'information,
identification et préservation des
pièces justificatives en cas
d'incident ou accident
 Plan d’urgence mis en œuvre sur
le chantier
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
qualité
conformément au plan Qualité
CP5.3 : Participer au contrôle final  Chantier recevable
 Les consignations peuvent être
levées
CP3.1 : Informer sa hiérarchie du
déroulement des interventions
T6.3
Réparer un bien par remplacement de composants.
Données
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Compétences mises en œuvre
CP4.1 : Mettre en œuvre des
matériels
Indicateurs de performance
 Exécution dans le cadre des
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
 Mesures effectuées résultats
consignés et exploités
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Analyse des risques et plan
physiques de l’environnement
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
Cf. descriptif page 43
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
T6.4
Réaliser des opérations prescrites de contrôle et/ou de surveillance.
Données
Compétences mises en œuvre
Indicateurs de performance
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Cf. descriptif page 43
 Analyse des risques et plan
qualité de l'intervention
 Des instruments de mesure et de
contrôle pour la production et la
sécurité/radioprotection
 Modes d’emplois
T6.5
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
CP4.1 : Mettre en œuvre des
 Exécution dans le cadre des
matériels
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
CP4.5 : Réaliser des opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
CP5.1 : Contrôler les paramètres
 Mesures effectuées résultats
physiques de l’environnement
consignés et exploités
Réaliser des opérations planifiées.
Données
Compétences mises en œuvre
CP2.3 : Respecter l’organisation
 Dossier d’intervention
matérielle de l’intervention
 Échéancier
 Dossiers "matériels et outillages"
 Dossier d’intervention
 Matériels
 Notices, documents
d'étalonnage
 Mode d’emploi
Cf. descriptif page 43
 Un plan qualité
Indicateurs de performance
 Planning matériel opérationnel
 Présence de toutes les utilités et
produits requis pour un
fonctionnement opérationnel
CP4.1 : Mettre en œuvre des
 Exécution dans le cadre des
matériels
règles d'exploitation de
l'installation
 Mise en service et contrôle de
bon fonctionnement conforme aux
documents validés
CP4.5 : Réaliser des Opérations de Cf. descriptif page 43
maintenance
CP5.2 : Participer au contrôle de la  L’intervention s’effectue
qualité
conformément au plan Qualité
La compétence en œuvre CP 4.5 est commune à sept tâches :
T2.5
Participer à la décontamination des locaux et des matériels
T2.6
Réaliser la manutention manuelle
T4.1
Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
T4.2
Procéder au déplacement de charges
(2)
T6.3
Réparer un bien par remplacement de composants
(2)
T6.4
Réaliser des opérations prescrites de contrôle et/ou de surveillance
(1) (2)
T6.5
Réaliser des opérations planifiées
Données
Compétence mise en œuvre
Indicateurs de performance
Tout ou partie des données CP4.5 : Réaliser des opérations de  Les
outillages,
les
suivantes :
maintenance
consommables, les moyens de
manutention, le sous ensemble
 Si action corrective (1) :
- le diagnostic
ou le composant sont rassemblés
- l’identification
du
composant
et vérifiés
défaillant
 Toutes
indisponibilités
sont
- le bien en panne totale ou
signalées et expliquées
partielle et les conditions de son
 Le sous ensemble et ses
environnement
frontières sont situés sur le bien
 Si action préventive (1) (2) :
sans erreur
- planning des interventions
 Les éléments d’assemblage et de
- le bien et les conditions de son
liaison relatifs à la dépose sont :
environnement
- tous identifiés
*Associées à la tâche T6.5
- situés sur le bien
 Le repérage effectué :
 Cahier des charges
- optimise la durée de l’intervention
- évite les erreurs
 Dossier d’intervention :
- facilite les réglages
- bon de travail
 Les consignes et procédures sont
- consignes, autorisation de
respectées
travail
 Les outillages choisis parmi les
- procédures écrites
matériels préparés et vérifiés,
- plan d’implantation
sont adaptés et correctement
- document
unique
utilisés
d’évaluation des risques
 Les moyens de manutention sont
- le plan de prévention
correctement mis en œuvre
- le dossier technique
 Toutes
informations
en
provenance de l’utilisateur ou
d’autres intervenants
 Les équipements de protection
individuels et collectifs
 Des instruments de mesure et de
contrôle de radioprotection
 Les pièces de rechange
 Consommables
 Les moyens de communication
 Les éléments d’assemblage et les
pièces sont :
- nettoyés
- contrôlés
- échangés si nécessaire
- rangés et ordonnancés en
préparation de l’activité de
remontage
 Le sous-ensemble, le composant
est démonté sans détérioration
 Les consignes et la gamme sont
respectées
 Les outillages choisis parmi les
matériels préparés et vérifiés,
sont adaptés et correctement
utilisés
 Les moyens de manutention sont
correctement mis en œuvre
 Le composant est remonté :
- sans erreur
- sans détérioration
 Le composant est réglé selon
Les procédures
 Les activités liées à l’intervention
(déplacement
de
charges,
manipulation
de
produits,…)
n’interfèrent pas sur la sécurité
des personnes et des biens
 Les risques sont identifiés et les
mesures
de
prévention
respectées
 Le plan de prévention est compris
et appliqué
2. LES SAVOIRS
Les compétences professionnelles s’appuient sur des savoirs classés dans les domaines relevant :
S1 : Études des biens : solutions constructives et comportement mécanique
S2 : Études des biens : les chaines fonctionnelles
S3 : Interventions de maintenance
S4 : Santé et sécurité au travail
S5 : Méthodes de maintenance
S6 : Interventions en environnement nucléaire
S7 : Installations nucléaires et exploitants
S8 : Radioprotection
Utilisation des niveaux de maîtrise des savoirs
S'il n'était pas limité par des niveaux taxonomiques, chaque référentiel de diplôme pourrait convenir à des
formations très supérieures. La prise en compte de ces niveaux de maîtrise est donc un élément déterminant
pour l’évaluation et, en amont du diplôme, pour la construction de la formation.
Niveau 1 : niveau de l'information :
Le candidat a reçu une information minimale sur le concept abordé et il sait, d’une manière globale, de quoi il
s’agit. Il peut donc par exemple identifier, reconnaître, citer, éventuellement désigner un élément, un
composant au sein d'un système, citer une méthode de travail ou d’organisation, citer globalement le rôle et
la fonction du concept appréhendé.
Niveau 2 : niveau de l'expression :
Ce niveau est relatif à l'acquisition de moyens d'expression et de communication en utilisant le registre
langagier de la discipline. Il s'agit à ce niveau de maîtriser un savoir relatif à l’expression orale (discours,
réponses orales, explications) et écrite (textes, croquis, schémas, représentations graphiques et symboliques
en vigueur). Le candidat doit être capable de justifier l'objet de l'étude en expliquant par exemple un
fonctionnement, une structure, une méthodologie, etc.
Niveau 3 : niveau de la maîtrise d'outils :
Cette maîtrise porte sur la mise en œuvre de techniques, d’outils, de règles et de principes en vue d'un
résultat à atteindre. C'est le niveau d'acquisition de savoir-faire cognitifs (méthode, stratégie…). Ce niveau
permet donc de simuler, de mettre en œuvre un équipement, de réaliser des représentations, de faire un
choix argumenté, etc.
Niveau 4 : niveau de la maîtrise méthodologique.
Il vise à poser puis à résoudre les problèmes dans un contexte global industriel. Il correspond à une maîtrise
totale de la mise en œuvre d’une démarche en vue d'un but à atteindre. Il intègre des compétences élargies,
une autonomie minimale et le respect des règles de fonctionnement de type industriel (respect de normes, de
procédures garantissant la qualité des produits et des services)
Il est clair que chacun des niveaux contient le précédent et qu’il faut être attentif à ne pas
dépasser les exigences attendues.
CP1 S’INFORMER
Rechercher les informations relatives au dossier
d’intervention
Respecter les contraintes et réglementations de
CP1.2
l'environnement nucléaire
Maîtriser les données géographiques et se repérer dans
CP1.3
l’espace professionnel
CP1.1
CP2 PREPARER SON INTERVENTION
CP2.1 Identifier les risques réels ou potentiels
CP2.2 Participer à la planification du chantier
CP2.3 Respecter l'organisation matérielle de l'intervention
CP3 COMMUNIQUER AVEC SA HIERARCHIE
CP3.1
Informer sa hiérarchie du déroulement des
interventions
CP4 INTERVENIR EN ENVIRONNEMENT NUCLEAIRE
CP4.1 Mettre en œuvre des matériels
CP4.2 Assurer l'évacuation des déchets
CP4.3 Réagir en fonction des risques évalués
CP4.4 Réagir en cas d’incident ou d’accident
CP4.5 Réaliser des opérations de maintenance
CP5 CONTROLER
CP5.1 Contrôler les paramètres physiques de l’environnement
CP5.2 Participer au contrôle de la qualité
CP5.3 Participer au contrôle final
S1
S2
S3
S4
S5
S6
S7
S8
Étude des biens: les chaînes fonctionnelles
Interventions de maintenance
Santé et sécurité au travail
Méthodes de maintenance
Interventions en environnement nucléaire
Installations nucléaire et exploitants
Radioprotection
SAVOIRS
Étude des biens : solutions constructives et
comportement mécanique
COMPETENCES
S1. Étude des biens : solutions constructives et comportement mécanique
L’ensemble des activités liées à l’apprentissage de ce savoir sera effectué sur des biens ou équipements présents sur le plateau technique de
l’établissement.
Les études des différents éléments seront faites en mode de fonctionnement normal.
Les solutions de maintenance intégrées par le concepteur seront étudiées ainsi que les principales causes de dysfonctionnement et leurs effets. Ces
effets seront observés dans un mode de fonctionnement dégradé chaque fois que cela sera possible.
1
Niveaux
2 3
1. Analyse fonctionnelle et structurelle des biens
Modélisation d'un système (modèle fourni : lecture seule) :
- Environnement et frontière d’un système
- Notion de flux (matière, énergie, information)
1.1 Analyse d’un système ou sous-système
Identification des fonctions :
 Fonctions techniques
 Typologie des fonctions techniques (assemblage, guidage, étanchéité,…)
Descripteurs fonctionnels :
 Notions d’outils de description fonctionnelle
- diagramme FAST (lire la déclinaison des fonctions de service en fonctions
techniques, et solutions constructives)
- structure fonctionnelle des systèmes techniques : chaîne d’action, chaîne
d’information.
Modèles d’analyse du fonctionnement d’un système (à partir d’un schéma fourni en
se limitant à la lecture) :
 Modèle cinématique
- dénomination et symbolisation des liaisons
- sous-ensembles cinématiquement équivalents
- schéma cinématique minimal
 Modèles non normés
- schémas technologique, architectural…
1.2 Analyse d’un élément
 Analyse des surfaces fonctionnelles
- relation d’une pièce au système
- graphe de liaison
- surfaces influentes d’une pièce pour une ou des fonctions techniques
- caractérisation de la liaison
1.3 Les solutions constructives associées aux liaisons
 Caractéristiques d’une liaison mécanique
- complète, partielle
- élastique, rigide
- permanente, démontable
- indirecte, directe
- notion de jeu fonctionnel et tolérancement…)
Liaison encastrement
 Assemblages par
- éléments filetés et éléments standards
- élément d’apport (soudage, collage, clavette…)
- association de formes complexes (cannelures,…),
- frettage.
Les autres liaisons
 Fonction à assurer – typologie – degré de liberté
- en rotation
- en translation
 Solutions associées au guidage en rotation
- par contact direct
- par interposition d’éléments mécaniques
S1. Étude des biens : solutions constructives et comportement mécanique
4
1
Les autres liaisons (suite)
 Solutions associées au guidage en translation :
- par contact direct
- par interposition d’éléments mécaniques
1.4 Étanchéité
 typologie
- étanchéité statique
- étanchéité dynamique
- étanchéité directe
- étanchéité indirecte
 Solutions constructives standards associées
1.5 Relation : produit / matériau / procédé
Les informations données sur les relations « produit, matériau, procédé » ne doivent pas
apparaître comme une succession de cours, mais comme des apports de connaissances
répondant aux besoins de l’activité de maintenance (ex : démontage et montage, pose
d’inserts, pièces d’usure...).
L’initiation aux procédés d’obtention des pièces (moulage, déformation, mécano soudées,
usinages les plus usités) sera illustrée par divers supports (films vidéo, visites d’entreprises
ou de plateaux techniques d’établissements de formation).
 La relation aux formes, et procédés d’obtention des pièces
 La géométrie des pièces
 La relation aux spécifications
 Tolérances dimensionnelles et géométriques
 États de surface
2 Représentation d’un élément et / ou d’un mécanisme
2.1 Lecture de plans, perspectives, éclatés
À l’aide du réel, et/ou d’un modèle numérique, et/ou d’autres représentations multi
formes :
 Décodage de sous-ensembles
- Repérage des pièces constitutives d’un sous-ensemble
- Identification d’une liaison,
- Description de la solution constructive (4 pièces maximum)
 Décodage, identification des surfaces et des volumes
- Identification et désignation des formes géométriques des surfaces et
volumes constitutifs d’une pièce
- Description des positions relatives des surfaces et des volumes d’une pièce
- Vocabulaire technique associé aux formes (arbre, épaulement, alésage..)
 Lecture de représentations normalisées
- informations fournies
- codage des différents traits
- correspondance des vues
- vues en coupe
- décodage des codes et spécifications géométriques liées aux surfaces
2.2 Lecture d’un schéma
Sur des schémas fournis, à partir d’un système réel et avec l’aide de la norme
- identification des liaisons,
- identification de composants hydrauliques, pneumatiques et électriques
2.3 Écriture
À partir du réel, et/ou d’un modèle numérique, et/ou d’une mise en plan et/ou de
représentations multi formes…
 Réalisation d’un croquis légendé, plan ou en perspective, d’une pièce à main
levée. (La construction au préalable, de perspectives simples sur une trame
isométrique est fortement conseillée)
 Modification locale d’une pièce au sein d’un modèle numérique 3D
(L’arbre d’assemblage informatique générant un modèle 3D, sera composé
de pièces simples à arbre court)
Niveaux
2 3
4
S1. Étude des biens : solutions constructives et comportement mécanique
1
2.3 Écriture (suite)
 Modification locale d’une pièce au sein d’un modèle numérique 3 D
(L’arbre d’assemblage informatique générant un modèle 3D, sera composé
de pièces simples à arbre court)
 Éditions de représentations issues du modèle numérique d’une pièce ou d’un
assemblage (perspective, éclaté, coupe, mise en plan, « transparence »...) en
relation avec les besoins de l’activité de maintenance
3. Étude des systèmes du point de vue « comportement mécanique »
Pour l’ensemble de ce chapitre il s’agit de dégager les notions et définitions de base de la
mécanique, à partir d’études de cas de mécanismes présents sur le plateau technique.
L’illustration à partir de logiciels dédiés et l’approche graphique sont à privilégier en
complément de l’analytique abordée en enseignement scientifique.
3.1 Cinématique
 Généralités (limitées aux liaisons entre solides : « glissière » et « pivot »)
- notion de repère
- définition de mouvements (rotation et translation)
- trajectoire d’un point d’un solide par rapport à un repère fixe
 Caractérisation du mouvement d’un point d’un solide par rapport à un
repère donné (limité au mouvement de translation et au mouvement de
rotation autour d’un axe fixe)
- représentations graphiques de la
o position, trajectoire
o vitesse
- notion d’accélération
3.2 Modélisation des actions mécaniques
 Définition du système isolé : notion de système mécanique, frontière
 Actions mécaniques sur un solide
- actions de contact entre solides dans le cas des liaisons parfaites simples
o principe des actions mutuelles et expression vectorielle
o actions dues aux fluides sur un solide
o actions transmissibles par une liaison parfaite entre solides
- actions à distance sur un solide
- actions de contact entre solides dans le cas des liaisons réelles simples
o lois de Coulomb
o notions de l’influence du frottement
3.3 Statique :
- bilan des actions mécaniques extérieures
- principe fondamental de la statique
- étude graphique de systèmes soumis à deux ou trois forces coplanaires
en lien avec l’activité maintenance (ex : soulèvement de charges à l’aide de
câbles, élingues, poulies, moufles…)
- notion de moment d’une force par rapport à un axe
- définition du couple
Illustrations de ces notions (soulèvement de charges par levier, assemblage
vissé à serrage contrôlé…)
3.4 Résistance des matériaux
Sensibilisation à l’aide d’observations de phénomènes réels ou simulés
3.5 Énergétique
- inventaire quantifié des différentes formes d’énergie nécessaires au
fonctionnement d’un bien pluri technologique
Niveaux
2 3
4
S2. Étude des biens : les chaînes fonctionnelles
L’ensemble des activités liées à l’apprentissage de ce savoir sera effectué sur des biens ou équipements présents sur le plateau
technique de l’établissement.
Les principales causes de dysfonctionnement devront être observées en situations réelles ou simulées. En aucun cas il s’agit de lister
exhaustivement toutes les causes de dysfonctionnement.
Niveaux
1
1. Descriptions et principes des systèmes
1.1 Description fonctionnelle
 Architecture d’un système automatisé
- chaîne d’information, chaîne d’énergie
- partie commande, partie opérative
 Structuration en fonctions
- sécurité
- alimentation en énergies
- acquisition des données
- traitement des informations
- gestion des énergies
- dialogue homme/machine
- opératives
1.2 La chaîne d’information
 Structure d’une chaîne d'information
 Les capteurs tout ou rien
- principaux types de capteurs et de détecteurs industriels (dynamique à
action mécanique, statique électronique), et leurs applications
- caractéristiques, choix
- caractéristiques et grandeurs des signaux de sortie
- principales causes de dysfonctionnement
 Les dispositifs de signalisation (dialogue homme/machine)
- principaux types et applications
- principales causes de dysfonctionnement
1.3 Le traitement de l’information et des données
 Systèmes de commande à logique câblée
 Systèmes de commande à logique programmée
- architecture générale d’un A.P.I.
- les entrées et sorties
 Principales causes de dysfonctionnement
1.4 La chaîne d’action :
 Structure d’une chaîne d’action
 Les actionneurs
 Les pré-actionneurs tout ou rien
 Caractéristiques des niveaux d’énergie et des signaux utilisés à l’intérieur de
la chaîne d’action (TOR)
 Principales causes de dysfonctionnement
1.5 Description temporelle
 lecture des outils descriptifs à l’aide de logiciels dédiés
- algorigrammes
- chronogramme
- grafcet
2
3
4
S2. Étude des biens : les chaînes fonctionnelles
1
2. Étude des circuits, des composants
2.1 Lecture et exploitation des schémas, des circuits
- implantation, puissance, commande
- matériels, équipements
- conducteurs électriques (types, couleurs, section, repérage, isolant,
compatibilité)
- tuyauteries rigides et flexibles (types, couleurs, section, repérage,
compatibilité,…)
- dispositifs de raccordement et de câblage (borniers, fiches …)
2.2 Principes, caractéristiques et maintenance des composants
 La production et distribution d’énergie sur un bien
- les centrales et les transformateurs d’énergies
- Les pré-actionneurs
les composants T.O.R.
les matériels électroniques de puissance
- principales causes de dysfonctionnement
 La protection des biens et des personnes
- formation au travail en présence d’énergie électrique : formé et certifié B1V
- disjoncteur, relais thermique, fusibles, disjoncteur différentiel
- limiteurs de pression et réducteur de débit, bloqueur, clapet piloté, vanne
d’isolement, démarreur progressif
- les modules de sécurité, les interrupteurs de position de sécurité
- principales causes de dysfonctionnement de ces composants
 Les actionneurs, raccordements en énergie, schémas types
- actionneurs électriques
moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné
- actionneurs pneumatiques, hydrauliques
moteurs et pompes
vérins linéaires, rotatifs…
- principales causes de dysfonctionnement
 Les effecteurs
- pinces, ventouses, tapis, unité de guidage
- principales causes de dysfonctionnement
Niveaux
2 3 4
S3. Interventions de maintenance
1
1. Le respect des conditions de sécurité : (voir S4)
 réglementation et fiches de procédures
 maîtrise des risques pendant toute la durée de l’intervention (ex : dissipation
des énergies résiduelles mécaniques potentielles pour effectuer une dépose de
composant)
2. Les suivis du matériel
 La connaissance du bien
- nature et classification des biens
- inventaire des biens
- implantations des biens
 La documentation technique du bien
- dossier machine
- dossier technique (norme NFX 60-200): plan de prévention, plans, schémas
pluri technologiques, nomenclatures, documents d’aide au diagnostic, guide
d’entretien
- dossier historique
- utilisation d’un logiciel de G.M.A.O. et des moyens logistiques associés
 Organisation du magasin
- méthodologie d’identification de composant
- son rôle
- la standardisation des articles
- les nomenclatures et codifications
3 L’intervention sur un bien
3.1 Raccordement, connexion, et réglage suivant documentations techniques
et procédures prescrites d’un
- capteur, pré actionneur, actionneur, effecteur
3.2 Les mesures de grandeurs suivant une prescription
 Identification et localisation des points de mesures
 Choix, réglages et mise en œuvre d’appareils de mesure adaptés aux
- grandeurs électriques
tension, résistance, isolement (voltmètre, ohmmètre, mégohmmètre.)
intensité (pince ampère métrique uniquement)
- grandeurs physiques
température
- grandeurs mécaniques
dimensionnelles, géométriques (appareils à lecture directe ou par
comparaison)
vitesses (tachymètre)
- grandeurs fluidiques
débit, pression
 Collecte de données (procédures)
Niveaux
2 3
4
S3. Interventions de maintenance
Niveaux
1 2 3 4
3.4 L’échange et/ou intervention sur un organe mécanique, hydraulique,
pneumatique ou électrique.
- identification du composant dans la documentation technique
- méthodologie de recherche d’un document (support papier ou informatique)
- localisation du composant sur le bien ou l’équipement*
- méthodologie de recherche (approche structurelle du bien, exploitation du
repérage des composants...)
- appropriation des procédures et des guidances*
- méthodologie de recherche des ressources
- décodage des prescriptions (gamme de montage démontage, de réglage,..)
- les outillages et leur mise en œuvre*
- les désignations et les caractéristiques des outillages courants, les
précautions et leurs limites d’emploi, les contrôles élémentaires...
- les solvants, les lubrifiants
- le décodage des étiquettes, des fiches de données sécurité
- le respect des prescriptions d’utilisation et d’élimination (Éducation à
l’Environnement et au Développement Durable)
- les réglages et les essais (Cf. S4 § 4-2, les phénomènes dangereux)*
- méthodologie (anticipation des effets et des grandeurs attendues, repérage
des points de mesure...)
- la dépose repose et/ou le montage démontage
- méthodologie (les notions d’efforts mécaniques et de leur répartition*, le
repérage, les vidanges, les purges, la mise en pression...)
3.5 Les procédés d’adaptation
Ces apprentissages seront mobilisés lors de réalisations simples effectuées sur des
éléments mécaniques livrés soit par :
 le constructeur pour un équipement hors standard,
 le sous-traitant comme un composant à « adapter au montage »
La conformité des adaptations faites, sera validée par un essai sur le bien à l’issue des
derniers réglages.
- le perçage, l’alésage, le taraudage, le pliage, le cintrage, l’ajustage
- les désignations et les caractéristiques des outillages courants utilisés, les
précautions et leurs limites d’emploi, leurs contrôles élémentaires...
- la méthodologie de mise en œuvre des processus et les notions d’antériorité
- les assemblages par éléments filetés (compris les inserts), le collage, le rivetage,
le soudage électrique à plat (arc et/ou semi auto)
- les désignations et les caractéristiques des outillages courants utilisés, les
précautions et leurs limites d’emploi, leurs contrôles élémentaires...
- la méthodologie de mise en œuvre des processus et les notions d’antériorité
3.6. La manutention non motorisée : (Cf. Savoir S4: les phénomènes dangereux)
- Le déplacement des charges*
- La réglementation
- les désignations et les caractéristiques des outillages courants utilisés, les
précautions et leurs limites d’emploi, leurs contrôles élémentaires...
- la localisation des points d’ancrage, (centre de gravité, angle d’élingage)*
- Les procédures de mise en œuvre
* Les connaissances repérées sont en relation étroite avec les savoirs S1 et S2.
S4. Santé et sécurité au travail
Les savoirs déclinés ci-dessous doivent permettre au titulaire du baccalauréat professionnel d’intégrer une démarche de prévention
dans toute activité de maintenance qui lui sera confiée.
Les enseignements à la santé et la sécurité au travail seront dispensés par les enseignants du domaine professionnel en concertation
avec l’enseignant de vie sociale et professionnelle. Les apports théoriques seront illustrés par des études de cas réels au lycée ou en
entreprise, ou simulés, d’articles de journaux ou vidéos en lien avec le secteur professionnel d’application.
1
1. Les enjeux de la prévention des risques professionnels
- Définitions
- Accidents du travail, maladies professionnelles ou à caractère professionnel
- Données qualitatives et quantitatives pour la branche professionnelle
- Statistiques : taux et indicateurs de fréquence et de gravité
- Coûts : humains, financiers directs et indirects
2. Les phénomènes dangereux liés à la situation de travail
- Définitions
- Situation de travail, travail prescrit - travail réel
- Phénomènes dangereux, situation dangereuse, risque (NF EN 292-1)
- Évènement dangereux (NF EN 1050), dommage (NF EN 1050)
- Identifier a priori
- Phénomènes dangereux liés à l’environnement : ambiances sonore,
lumineuse, thermique, ionisante, chimique
- Phénomènes dangereux liés au bien ou à l’activité : travail en présence
d’énergie électrique ou d’énergie potentielle mécanique, d’énergies
résiduelles (chimique, champ magnétique…), travail en hauteur,
manutention ou manipulation de charges importantes
- Risque électrisation, chute, écrasement, brûlure, fracture...
- Les documents réglementaires : document unique, le plan de prévention...
3. Les mesures de prévention
- Les 3 niveaux
- La prévention intégrée
- La prévention collective : les équipements de protection collective (E.P.C.)
- La prévention individuelle : les équipements de protection individuelle
(E.P.I.), les équipements individuels de sécurité (E.I.S.)
- Les procédures
- Déplacer une charge : la manutention, les engins et les matériels de levage
et les postures
- La réglementation, les diverses habilitations
- accès aux zones sensibles, au bien
- à travailler en présence d’énergie électrique niveau B1V, (Cf.
référentiel national de la formation à l’habilitation au travail en
présence d’énergie électrique)
- les autorisations de travail (permis de feu…)
- La consignation, déconsignation
- des énergies mécaniques, pneumatique, hydraulique
- de l’énergie électrique, chimique : les procédures
- des accès, des aires de circulation
- Protéger les autres : signalisation de la zone de travail
4. Règles à observer en cas d’accident
- Protéger, Examiner, (faire) Alerter, Secourir
- Formation au secourisme (Sauveteur Secouriste du Travail) telle que définie
par l’I.N.R.S.
Niveaux
2
3
4
S5. Méthodes de maintenance
1
1. Formes de maintenance

Les différentes formes de maintenance
– Maintenance corrective. Normes : NF EN 13306, X 60-319
– Maintenance préventive, (systématique, conditionnelle)
Normes : NF EN 13306, X 60-319
– Les activités de maintenance : inspection, surveillance de fonctionnement, essai de
conformité, essai de fonctionnement, maintenance de routine, révision, réparation,
amélioration
– Les contrôles périodiques réglementaires
- les différents domaines soumis à réglementation
- les différents organismes agréés de contrôle
 Les niveaux de maintenance
– Les 5 niveaux de maintenance. Normes : NF EN 13 306 X60 309
 La compétitivité des entreprises
– Les cinq zéros
– Le concept de qualité
– La TPM (Total Productive Maintenance) et ses implications dans l’organisation de
la maintenance dans l’entreprise
– Étude de cas, process continu et discontinu, production manufacturière
– Relation avec la sous-traitance, les limites de responsabilité
2. Comportement du matériel
2.1 Définition de la défaillance. Normes : NF EN 13306, X 60-319
2.2 Les lois de dégradations et leur maintenance associée
– Les dégradations dues aux vibrations
– L’usure
– La corrosion
3. Les coûts de maintenance
– Notion de coûts de maintenance
- par nature (personnel, temps d’immobilisation, outillages, pièces de
rechange, consommables...)
- par destination (préparation, documentation, suivi et gestion...)
- par type d'intervention (maintenance préventive, corrective, révision, travaux
neufs)
– Calcul du coût de son intervention
- par nature (personnel, temps d’immobilisation, outillages, pièces de
rechange, consommables...)
Niveaux
2 3
4
S6. Interventions en environnement nucléaire
1
1. Respect des conditions de sécurité et sureté
1.1 Réglementation et procédures
Les documents d’intervention
- Dossier technique, mode opératoire, dossier qualité entreprise
- Dossier spécifique milieu radioactif
- Permis de feu, demande d’inhibition
1.2 La consignation
- Les équipements
- Les moyens de mise en œuvre
- Les dossiers spécifiques
1.3 Les équipements de protection
- EPI, EPC Classiques
- Tenues réglementaires en fonction du site
- Tenues complémentaires (Tenues spécifiques, sur-tenues coton, tenues
vinyle, TEV…)
- Règles d’habillage et de déshabillage
- Sauts de zones
2. Techniques d’intervention
2.1 Méthodes de décontamination
- Manuelle (frottis, lingette, …)
- Chimique (gel, mousse, …)
- Électro-décontamination
- Mécanique (usinage, meulage, polissage, bouchardage)
2.2 Procédés d’usinage
- Découpe à froid : sciage, perçage, meulage, tronçonnage
- Découpe à chaud : Oxycoupage, Plasma…
- Outillages électriques, mécaniques, hydrauliques, pneumatiques…
3 Enceintes de confinement
3.1 Principe du confinement
- Statique, Dynamique
- BAG, SAS
Niveaux
2 3
4
S7. Installations nucléaires et exploitants
1
1. Les installations et activités associées
1.1 Les réacteurs type REP
- Architecture générale et description des principaux composants
- Principes physiques des réacteurs neutroniques, thermodynamiques
- Descriptif fonctionnel simplifié
- Rôle du combustible, gestion, transport
- Notion de sûreté spécifique aux réacteurs (barrière de confinement)
1.2 Activités des centres de recherche
- Gestions des déchets : Stockage géologique, CIGEO, transmutation,
entreposage de longue durée
- Nouveaux réacteurs
1.3 Le cycle du combustible
- De la mine au combustible : extraction, concentration du minerai, conversion
vers l’UF6, enrichissement
- Notion de traitement des combustibles irradiés : dissolution chimique,
séparation par solvant, récupération de l’uranium, du plutonium
- Traitement des déchets produits
- Notion de sûreté spécifique au cycle du combustible (criticité)
2. Gestion des déchets
2.1 Principe du zonage déchets
- Zone de déchets non nucléaires
- Zones de déchets nucléaires
2.2 Tri, Conditionnement et Évacuation des déchets
- Liquides, Solides
- TFA
2.3 Évacuation des déchets
- Application des directives internes lors de la sortie de ZC
2.4 Suivi des déchets
- Fiches d’identification, balisage du colis
- Contrôles en fonction des règles d’exploitation, rondes déchets
2.5 Conduite d’installation de conditionnement de déchets
- Compactés
- Injectés
3. Organisation de la sûreté
3.1 Rôle des autorités internationales de sûreté nucléaire (AIEA, CIPR)
3.2 Rôles des autorités nationales de sûreté nucléaire
- ASN
- Les appuis techniques (IRSN)
- Instances locales (DREAL)
3.3 La réglementation
- Le rôle de l’exploitant nucléaire
- Les obligations liées à la sous-traitance (arrêté du 10.08.84)
- Les « personnes compétentes en radioprotection
3.4 L’organisation
- Les enquêtes publiques
- Application des règles générales d’exploitation
- Concept de « zonage » des installations en regard du risque
3.5 Le transport des matières radioactives
- Risques associés
- Principes de sûreté
- Réglementation
3.6 Accidents nucléaires
- Échelle INES
- Principaux accidents nucléaires
- Conséquences sur l’évolution de la sûreté des installations
Niveaux
2 3
4
S8. Radioprotection
Ce savoir, dans sa structure, est décliné explicitement (avec des verbes d’action)
selon les 4 niveaux taxonomiques
CAPACITÉS
CONNAISSANCES
EXEMPLES D’ACTIVITÉS
8.1 ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE NUCLÉAIRE
L’atome et ses constituants : nucléons (neutrons, protons), électrons
Distinguer
les
différents
constituants de la matière
-
Noyau : neutrons, protons
-
Électrons
- Activités documentaires : Histoire
des
Sciences,
ressources
numériques
- Connaitre des ordres de
grandeur :
masse,
charge
électrique, dimensions
Classification
périodique :
démarche de MENDELEIEV pour
établir sa classification
- Relation masse énergie (E=mc2)
- Électroneutralité de l’atome
- Comparer les valeurs : masse
de l’atome proche de la masse de
noyau. Structure lacunaire de
l’atome
Pour un élément donné, de
notation AZ X , retrouver sa position
dans la classification périodique,
son nom, le nombre, de charge,
le nombre de neutrons, de
nucléons et d’électrons
-
Symbole de l’atome
-
Numéro atomique Z
-
Nombre de masse A
Établir
la
configuration
électronique d’un élément donné
Savoir que les électrons se
répartissent dans les couches K,
L, M, pour les éléments de
numéro atomique allant de 1 à 18
- Définir et identifier les isotopes
dans une liste d’éléments donnés
- Savoir que les isotopes (stables
ou radioactifs) ont des propriétés
physiques différentes
- Déterminer la composition d’un
atome donné
Activités
documentaires,
ressources numériques, réactions
de désintégrations associées à la
notion
d’isotopes
radioactifs
(exemple du carbone), datation,
examen
médical,
industrie
nucléaire …
Histoire
des
Sciences :
découverte de la radioactivité
La radioactivité
Stabilité et instabilité des noyaux
- Sur un diagramme
(N, Z), identifier les
stables ou radioactifs
noyaux
- Définition du phénomène de
radioactivité :
phénomène
aléatoire spontané ou provoqué
aléatoire
- Utiliser le diagramme
(N, Z)
- Les trois types de réactions
radioactives de transformation du
noyau : α, β-, β+
Réactions de désintégration et particules associées
- Citer les réactions radioactives
de désintégration ainsi que leurs
propriétés
- Compléter l’équation d’une
désintégration radioactive en
utilisant les lois de conservation
- Identifier le noyau père et le
noyau fils dans une réaction
donnée
- Réactions α, β-, β+
- Nature et symbole
particules émises
Utilisation
numériques
de
ressources
des
- Pouvoir de pénétration
- Activité documentaire : les
différentes sources d’exposition :
médical, activité industrielle
- Lois de conservation : nombre
de masse, nombre de charge
Déduire
le
type
de
désintégration à partir d’une
équation de réaction radioactive
Désexcitations et rayonnements électromagnétiques associés
- Citer différents rayonnements
électromagnétiques
-
Rayonnements ɣ et X
- Énergie d’un photon ; constante
de Planck
- Activité documentaire : les
différentes
sources
d’exposition (secteur
médical,
secteur industriel)
Activité d’une source radioactive
- Utiliser la formule qui lie l’activité
A(t) d’un radioélément au nombre
de noyaux présents N(t)
- Définition de l’activité (A) d’un
radioélément et l’unité associée :
Becquerel
- Histoire des sciences : activité
d’un gramme de radium, le Curie,
conversion en Becquerel
- Exploiter une courbe de
décroissance de l’activité A(t) et
du nombre de noyaux N(t)
- Constante radioactive
Caractère
aléatoire
du
phénomène radioactif : comptage
(simulation numérique)
- Identifier dans la formule de
décroissance
donnée
la
constante radioactive
- Unités des termes utilisés
- Période radioactive, demi-vie
- Déterminer l’activité restante au
bout d’un nombre entier de
périodes radioactives
- Lien avec les mathématiques :
paramètres
statistiques,
probabilités
- Datations, durée de vie des
déchets radioactifs…
Fission, fusion
- Expliquer les termes : fusion,
fission, réaction en chaîne
- Réaction de fission et de fusion
- Réaction en chaîne
- Origine de l’énergie lors d’une
réaction de fission ou de fusion
(défaut de masse).
Relation
masse
énergie
2
(E=mc )
- Distinguer les différentes
interactions avec la matière.
- Rayonnement
électromagnétique (X, ɣ …)
- Particules chargées (α, β)
Particules
(neutrons)
- Pouvoir d’arrêt
non
chargées
- Utiliser le diagramme d’énergie
par nucléon (courbe d’ALSTON)
pour expliquer la possibilité de
dégager de l’énergie
- Ordre de grandeur de
dégagée lors d’une
nucléaire comparée à
sources
d’énergie
renouvelables…)
l’énergie
réaction
d’autres
(fossiles,
8.2 RADIOPROTECTION
Effets biologiques.
Ces thèmes seront abordés dans le cadre du savoir S4. Santé et sécurité au travail
Dosimétrie et conditions réglementaires d’accès en zone
Ces thèmes devront être illustrés au travers des mises en situation des tâches professionnelles en chantier
école et en lien avec le savoir S6. Interventions en environnement nucléaire
- Identifier et quantifier les risques
associés aux expositions
- Indiquer les différentes voies de
pénétration de radioéléments
dans l’organisme
- Exploiter un relevé dosimétrique
- Exploiter un affichage en lien
avec le risque radiologique
- Exploiter les documents en lien
avec le suivi médical
- L’exposition interne, externe.Grandeurs dosimétriques : dose
absorbée, débit de dose, dose
équivalente, débit d’équivalent de
dose, dose efficace et unités
correspondantes
- Effets biologiques liés
rayonnements ionisants
aux
- Connaitre les obligations
réglementaires
liées
à
la
surveillance de l’exposition
- Surveillance de l’exposition :
limites réglementaires (notion de
douze mois glissants)
Connaître
les
limites
réglementaires de doses et de
zones
- Zonage de protection (zones
réglementées, surveillées, zone
contrôlée...) selon l’exposition
externe (équivalent de dose) ou
interne
;
surveillance
dosimétrique
- Surveillance médicale : le rôle
de la personne compétente en
radioprotection (PCR)
- Suivi dosimétrique (passif et
actif)
Protection contre l’exposition externe.
Ces thèmes devront être illustrés au travers des mises en situation
des tâches professionnelles en chantier école
-
Appliquer les formules :
o pour une source
ponctuelle :
D1  d1  =D2  d2  où Di
2
Paramètres
réduisant
l’exposition
externe :
temps,
distance, écrans
2
est la dose reçue à la
distance di de la source
o
- À l’aide d’abaques ou d’une
documentation,
déterminer
le
parcours d’un rayonnement α et β
dans la matière
- Nature des écrans nécessaires
pour arrêter les particules α et β
et atténuer les rayons ɣ
o H = H  t où H est la dose
o
équivalente reçue, H le
débit d’équivalent de dose
et Δt la durée d’exposition
Utiliser
la
formule :
(Énergie)/(distance parcourue) =
coefficient d’atténuation linéique
Coefficient
d’atténuation
massique et son unité.
- Coefficient d’atténuation linéique
et son unité
- Calculer le nombre d’écrans
devant être associés pour obtenir
un facteur d’atténuation précis
À
partir
d’une
situation
nécessitant une atténuation, choisir
un moyen de protection en
particulier le type d’écran et son
épaisseur
(épaisseur
1/2,
épaisseur 1/10)
- Identifier la grandeur à mesurer,
justifier le choix de l’appareil
Protection contre l’exposition interne.
Ces thèmes devront être illustrés au travers des mises en situation des tâches professionnelles en chantier
école et en lien avec le savoir S6. Interventions en environnement nucléaire
- Respecter des conditions
d’intervention en zone contrôlée
- Les moyens de protection
individuels et collectifs : principes
et description
- Activités surfacique, volumique,
massique et leur unité
- Connaître différents types de
détecteurs dans l’industrie et la
recherche
- Notion de bruit de fond
- Choix des appareils de mesure
(type de sonde utilisé)
LEXIQUES
Lexique relatif à la terminologie utilisée dans la maintenance industrielle
Amélioration : ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la
sûreté de fonctionnement d’un bien sans changer sa fonction requise (FD X 60-000 : mai 2002).
Apparaux : matériels de préhension entre charge et crochet, tels qu’élingues, pinces, palonniers.
Arbre d’assemblage : dans le cadre de l’utilisation d’un modeleur volumique, l’arbre d’assemblage décrit la
liste des pièces qui composent un assemblage. Il permet de visualiser, d’une part le type de contrainte
d'assemblage qui lie les pièces et d’autre part les relations entre les dimensions qui paramètrent
l'assemblage.
Arbre de construction : dans le cadre de l’utilisation d’un modeleur volumique l’arbre de construction décrit,
pour une pièce, la liste des fonctions volumiques (associées aux fonctions techniques). Ces fonctions,
rassemblées séquentiellement et reliées par des conditions géométriques et topologiques (explicites ou
implicites), créent un modèle volumique. L’arbre de construction permet de comprendre comment est bâti
le modèle et facilite les modifications.
Arrêt programmé : interruption du fonctionnement programmée pour exécuter des opérations de
maintenance ou pour d’autres buts (EN 13306 : avril 2001) (FD X 60-000 : mai 2002).
Bien : tout élément, composant, mécanisme, sous-système, unité fonctionnelle, équipement ou système qui
peut être considéré individuellement.
Note : un nombre donné de biens, par exemple un ensemble de biens, ou un échantillon, peut lui-même
être considéré comme un bien (EN 13306 : avril 2001) – (FD X 60-000 : mai 2002).
Bon de travail (B.T.) : document contenant toutes les informations relatives à une opération de maintenance
et les références à d’autres documents nécessaires à l’exécution du travail de maintenance (EN 13460 :
2002).
Causes de défaillance : raison de la défaillance.
Note : les raisons peuvent résulter d’au moins un des facteurs suivants : défaillance due à la conception, à
la fabrication, à l’installation, à un mauvais emploi, par fausse manœuvre, à la maintenance (EN 13306 :
avril 2001).
Chaîne fonctionnelle : ensemble des composants nécessaires à la réalisation d’une même fonction
technique.
Chaîne fonctionnelle en panne : chaîne fonctionnelle inapte à accomplir une fonction requise.
Chaîne d’action : ensemble des composants interconnectés qui permet d’assurer les fonctions convertir,
transmettre et agir (actionneur, adaptateur, effecteur).
Chaîne d’acquisition : ensemble des composants interconnectés qui prélève des grandeurs physiques sur
la partie opérative ou sur l’environnement et qui les convertit en signaux interprétables par l’unité de
traitement.
Chaîne d’énergie : ensemble des composants interconnectés qui permet d’assurer les fonctions alimenter,
distribuer, convertir, et transmettre l’énergie afin de réaliser une action.
Chaîne d’information : ensemble des composants qui permettent d’assurer les fonctions acquérir, traiter,
communiquer les informations et commander les pré-actionneurs.
Composant : élément ou ensemble destiné à remplir une fonction particulière dans un sous-système ou un
système (X60-012 : décembre 1982).
Consommables de maintenance : produits ou articles banalisés nécessaires à la maintenance (FD X 60000 : mai 2002).
Défaillance : cessation de l’aptitude d’un bien à accomplir une fonction requise.
Note 1 : après une défaillance, le bien est en panne totale ou partielle.
Note 2 : une défaillance est un événement à distinguer d’une panne qui est un état (EN 13306 : avril
2001).
Dégradation : évolution irréversible d’une ou plusieurs caractéristiques d’un bien liée au temps, à la durée
d’utilisation, à une cause externe.
Note 1 : une dégradation peut conduire à la défaillance.
Note 2 : on fait souvent référence à une dégradation en parlant d’usure (EN 13306 : avril 2001).
Disponibilité : aptitude d’un bien à être en état d’accomplir une fonction requise dans des conditions
données, à un instant donné ou durant un intervalle de temps donné, en supposant que la fourniture des
moyens extérieurs nécessaires est assurée.
Note 1 : cette aptitude dépend de la combinaison de la fiabilité, de la maintenabilité et de la supportabilité
de maintenance.
Note 2 : les moyens extérieurs nécessaires autres que la logistique de maintenance n’affectent pas la
disponibilité du bien.
Documentation de maintenance : information conservée sous forme écrite ou électronique nécessaire à
l’exécution de la maintenance.
Note : cette information peut consister en documents techniques, administratifs, de gestion ou autres (EN
13306 : avril 2001).
Dossier de maintenance : partie de la documentation de maintenance qui enregistre les défaillances,
pannes et informations relatives à la maintenance d’un bien. Cet enregistrement peut aussi comprendre
les coûts de maintenance, la disponibilité du bien et toutes autres données pertinentes (EN 13306 : avril
2001).
Dossier de préparation : constitué de ressources papier et/ou informatiques, il comporte l’ensemble des
données nécessaires à la réalisation de l’activité. Ces données sont issues du dossier technique du bien,
du plan de prévention, de catalogues industriels, de procédures spécifiques, de la G.M.A.O., ... le bon de
travail et les diverses autorisations.
Elément : partie constitutive d’un ensemble ou d’un sous-ensemble, quelle qu’en soit la nature ou la
dimension (NF X 11-500) – (X60-012 : décembre 1982).
Ensemble : groupement de sous-ensembles assurant une ou plusieurs fonctions techniques qui le rendent
apte à remplir une fonction opérationnelle (X60-012 : décembre 1982).
Externalisation : opération qui consiste à confier à un opérateur extérieur, une activité ou un service exécuté
habituellement en interne (FD X 60-000 : mai 2002).
FAST ==> Fonction Analyse Système Technique
La méthode FAST permet de décrire, sous la forme d’un diagramme, les fonctions de service
(principale, secondaire, élémentaire) et les fonctions techniques dans un enchaînement logique. A partir
d’une fonction, la méthode FAST permet de répondre, suivant la norme NFX 50-153, aux trois interrogations
suivantes :
- Pourquoi, Comment, Quand cette fonction doit-elle être assurée ?
On peut adjoindre à la méthode FAST le descriptif des solutions constructives en vis à vis des fonctions
techniques qu’elles réalisent.
Fonction technique : au sens du FAST, une fonction de service est satisfaite par l’association d’une ou
plusieurs fonctions techniques. Une fonction technique est une « relation caractérisée» entre différentes
parties d’un produit (pièce ou ensemble de pièces), elle est exprimée exclusivement en termes de finalité. La
fonction technique est formulée par un verbe d’action à l’infinitif suivi d’un ou plusieurs compléments. Cette
formulation doit être indépendante des solutions susceptibles de la réaliser. Une fonction technique doit être
caractérisée par des critères et des valeurs.
Fiabilité : aptitude d’un bien à accomplir une fonction requise dans des conditions données, durant un
intervalle de temps donné.
Note : le terme «fiabilité» est également utilisé pour désigner la valeur de la fiabilité et peut être défini
comme une probabilité (EN 13306 : avril 2001).
Fonction opérative : fonction qui agit directement sur la matière d’œuvre transformée par le système
automatisé.
Nota : une fonction opérative peut être composée d’une ou plusieurs fonctions opératives élémentaires.
Fonction opérative élémentaire : fonction opérative qui se limite à une seule chaîne d’action.
Fonction requise : fonction, ou ensemble de fonctions d’un bien, considérées comme nécessaires pour
fournir un service donné (EN 13306 : avril 2001).
Historique du bien : tous les événements, qu’ils soient de maintenance préventive ou corrective,
d’exploitation, de mise en conformité de modification, liés à des mises en service, des arrêts, des travaux,
etc., sont consignés pour constituer l’historique du bien et en permettre la traçabilité.
L’historique de maintenance est un sous-ensemble de l’historique du bien.
La désignation et la codification du bien permettront alors une analyse hiérarchique de ce dernier, par
système, fonction, équipement, voire par élément chaque fois que nécessaire, pour ajuster en
permanence la stratégie de maintenance.
L’utilisation d’un outil informatique adapté tel que l’outil logiciel de Gestion de Maintenance Assistée par
Ordinateur (GMAO) facilitera cette analyse (FD X 60-000 : mai 2002).
Inspection : contrôle de conformité réalisé en mesurant, observant, testant ou calibrant les caractéristiques
significatives d’un bien.
Note : en général, l’inspection peut être réalisée avant, pendant ou après d’autres activités de
maintenance (EN 13306 : avril 2001).
Localiser : situer sur le bien ou l’équipement le sous-ensemble ou le composant.
Maintenabilité : dans des conditions données d’utilisation, aptitude d’un bien à être maintenu ou rétabli dans
un état où il peut accomplir une fonction requise, lorsque la maintenance est accomplie dans des
conditions données, en utilisant des procédures et des moyens prescrits.
Note : le terme maintenabilité est également utilisé pour désigner la valeur de la maintenabilité (EN
13306 : avril 2001).
Maintenance : ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle
de vie d’un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir la
fonction requise (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance conditionnelle : maintenance préventive basée sur une surveillance du fonctionnement du
bien et/ou des paramètres significatifs de ce fonctionnement intégrant les actions qui en découlent
Note : la surveillance du fonctionnement et des paramètres peut être exécutée selon un calendrier, ou à
la demande, ou de façon continue (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance corrective : maintenance exécutée après détection d’une panne et destinée à remettre un
bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance de routine : activités élémentaires de maintenance régulières ou répétitives qui ne requièrent
généralement pas de qualification, autorisation(s) ou d’outils spéciaux.
Note : la maintenance de routine peut inclure par exemple le nettoyage, le resserrage des connections, le
contrôle des niveaux de liquide, lubrification, etc. (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance différée : maintenance corrective qui n’est pas exécutée immédiatement après la détection
d’une panne, mais est retardée en accord avec des règles de maintenance données (EN 13306 : avril
2001).
Maintenance préventive : maintenance exécutée à des intervalles prédétermines ou selon des critères
prescrits et destinée à réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation du fonctionnement d’un bien
(EN 13306 : avril 2001).
Maintenance prévisionnelle : maintenance conditionnelle exécutée en suivant les prévisions extrapolées de
l’analyse et de l’évaluation de paramètres significatifs de la dégradation du bien (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance programmée : maintenance préventive exécutée selon un calendrier préétabli ou selon un
nombre défini d’unités d’usage (EN 13306 : avril 2001).
Maintenance systématique : maintenance préventive exécutée à des intervalles de temps préétablis ou
selon un nombre défini d’unités d’usage mais sans contrôle préalable de l’état du bien (EN 13306 : avril
2001).
Panne : état d’un bien inapte à accomplir une fonction requise, excluant l’inaptitude due à la maintenance
préventive ou à d’autres actions programmées ou à d’autres actions programmées ou à un manque de
ressources extérieures (EN 13306 : avril 2001).
Pièce : élément ou sous-ensemble du bien considéré qui n’est ni désassemblé ni divisé lors d’une opération
de maintenance.
Note : cette possibilité est fonction du niveau de maintenance considéré, d’où acception très générale de
ce terme dans son usage courant. (X60-012 : décembre 1982).
Pièce de rechange : bien destiné à remplacer un bien correspondant en vue de rétablir la fonction requise
d’origine (EN 13306 : avril 2001).
Plan de maintenance : ensemble structuré de tâches qui comprennent les activités, les procédures, les
ressources et la durée nécessaire pour exécuter la maintenance (EN 13306 : avril 2001).
Plan de maintenance préventive : ensemble structuré des tâches qui comprennent les activités, les
procédures, les ressources et la durée nécessaire pour exécuter la maintenance préventive. L’élaboration
du plan de maintenance préventive a pour but de définir :
 Sur quel bien effectuer la maintenance ;
 Quelles sont les interventions à prévoir ;
 Quand et comment elles doivent être réalisées. (FD X 60-000 : mai 2002).
Préparer l’intervention : définir toutes les conditions nécessaires à la bonne réalisation d’une intervention de
maintenance.
Quel que soit le type d’intervention à réaliser, la préparation sera toujours présente. Elle sera :
▫ Implicite (non formalisée) : dans le cas de tâches simples, l’intervenant assurera lui-même, par
expérience et de façon souvent automatique la préparation de ses actions ;
▫ Explicite (formalisée) : réalisée par un préparateur, elle donne lieu à l’établissement d’un dossier de
préparation structuré qui, faisant partie intégrante de la documentation technique, sera utilisé chaque fois
que l’intervention sera réalisée. (EN 13306 : avril 2001).
Produits microtechniques : Caractérisés par leur petite taille et par l’utilisation conjointe de différentes
technologies intégrées, comme l’optique, la mécanique, l’électricité, l’automatique, l’électronique et
l’informatique… Ces produits complexes exigent, pour leur conception et leur maintenance, des
compétences pluri technologiques étendues.
Réparation : actions physiques exécutées pour rétablir la fonction requise d’un bien en panne (EN 13306 :
avril 2001).
Repérer : Identifier un composant dans le dossier technique à l’aide du décodage de la représentation
normalisée et de la nomenclature.
Sous-ensemble : groupement d’éléments associés en fonctionnement entrant dans la composition d’un
ensemble (X60-012 : décembre 1982).
Sous-exécutant : personne physique ou morale qui, dans le cadre d’un contrat bilatéral, fabrique un élément
ou un sous-ensemble à la demande et pour le compte d’un constructeur ou d’un fabricant (X60-012 :
décembre 1982).
Sous-système : association de composants destinée à remplir une ou plusieurs fonction(s) opérationnelle(s)
au sein d’un système (X60-012 : décembre 1982).
Sous-traitant : organisme désigné par l’une des partie et responsable vis-à-vis du prestataire de services de
maintenance, d’effectuer les travaux ou services permettant d’exécuter le contrat principal (XP ENV
13269 : août 2001).
Sous-traitance : opération par laquelle un entrepreneur confie par un sous-traité, et sous sa responsabilité, à
une autre personne appelée sous-traitant tout ou partie de l’exécution du contrat d’entreprise conclu avec
le maître de l’ouvrage.
Surveillance de fonctionnement : activité réalisée manuellement ou automatiquement ayant pour objet
d’observer l’état réel d’un bien.
Note 1 : la surveillance du fonctionnement se distingue de l’inspection en ce qu’elle est utilisée pour
évaluer l’évolution des paramètres du bien avec le temps ;
Note 2 : la surveillance du fonctionnement peut être continue sur un intervalle de temps ou après un
nombre d’opérations ;
Note 3 : la surveillance de fonctionnement est généralement conduite sur un bien en état de disponibilité
(EN 13306 : avril 2001)
Système : association de sous-systèmes constituant un tout organique complexe destiné à remplir une
fonction générale (régulation, sécurité, transport) (d’après NF E 90-001).
Ou : Ensemble cohérent de dispositions (économiques, administratives et techniques) coordonnées visant
à l’obtention d’un objectif défini.
Note : ces deux derniers termes sont généralement complétés par la nature des fonctions concernées.
Exemple : système de navigation aérienne et sous-système de transmission de données (X60-012 :
décembre 1982)
Lexique relatif à la terminologie utilisée dans l’industrie nucléaire
Accident de criticité : Déclenchement intempestif d’une réaction de fission en chaîne incontrôlée au sein
d’un milieu initialement sous-critique.
Activation (radioactivation) : Processus par lequel un nucléide stable est transformé en un nucléide
radioactif.
Activité : Nombre de transitions nucléaires spontanées qui se produisent dans une quantité donnée de
radionucléides par unité de temps. L’unité d’activité est le becquerel (Bq), activité d’une quantité de
nucléide radioactif pour laquelle le nombre moyen de transitions nucléaires spontanées par seconde est
égal à 1.
AIEA : Agence internationale de l’énergie atomique.
Agrément de colis de déchets : Reconnaissance de la conformité d’un type de colis de déchets radioactifs
aux spécifications établies par l’organisme responsable du stockage après examen d’un dossier de
demande soumis par le producteur de déchets.
Ajustement isotopique : Pour un élément chimique donné, opération consistant à mélanger des lots de
compositions isotopiques différentes afin d’obtenir la composition isotopique recherchée.
ALARA : Acronyme ( de l’expression anglaise « As Low As Reasonably Achievable ») utilisé pour qualifier
une démarche ou d’un principe selon lesquels les dispositions de protection contre les rayonnements
ionisants sont conçues et mises en pratique de sorte que les expositions à ces rayonnements soient
maintenues au niveau le plus bas qu’on puisse raisonnablement atteindre, compte tenu des facteurs
économiques et sociaux.
Alpha : Particule Alpha produite par émission d'une particule issue d'un élément chimique, ayant pour origine
une modification dans l'arrangement de son noyau et comprenant 2 protons et 2 neutrons.
ANDRA : Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs. Établissement public, indépendant des
producteurs de déchets, sous tutelle du Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie et du
Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement.
Analyse de sûreté : Ensemble des examens techniques destinés à apprécier, en fonction de l’évaluation des
risques, les dispositions propres à assurer la sûreté nucléaire.
Analyse des risques : Démarche de prévention qui consiste à rechercher, ordonner, caractériser,
hiérarchiser et limiter les risques et/ou leurs effets éventuels par des parades appropriées.
Arrêt d’un réacteur : 1. Situation d’un réacteur nucléaire dans lequel il n’y a plus de réaction de fission
entretenue.
2. Opérations aboutissant à l’arrêt.
Assainissement radioactif : Ensemble d’opérations visant à réduire la radioactivité d’une installation ou d’un
site, notamment par décontamination ou par évacuation de matériel.
Assemblage combustible : Ensemble formé d’éléments combustibles et chargé d’un seul tenant dans un
réacteur nucléaire.
Atome : Constituant de base des éléments chimiques formant la matière. Sa structure est représentée par un
noyau constitué de particules électriquement positives ou neutres (protons et neutrons), autour duquel
gravitent des particules électriquement négatives (électrons).
Audit : Activité systématique et objective permettant de déterminer la mesure dans laquelle les exigences
liées au thème convenu sont satisfaites et réalisées, par une ou plusieurs personnes indépendantes de ce
qui est audité.
Autorisation de rejet : Acte réglementaire autorisant un exploitant nucléaire à effectuer, dans des limites et
conditions données, des rejets d’effluents radioactifs dans l’environnement.
Barre de commande : Barre ou ensemble de tiges solidaires mobiles contenant une matière absorbant les
neutrons et qui, suivant sa position dans le cœur d’un réacteur nucléaire, influe sur sa réactivité.
Barrière de confinement : Dispositif capable d'empêcher ou de limiter la dispersion de matières
radioactives.
Barrière de diffusion : Paroi poreuse utilisée pour la séparation des isotopes par diffusion gazeuse.
Bêta : Particule bêta produite par émission d'une particule issue d'un élément chimique, ayant pour origine
une modification dans l'arrangement de son noyau et constituée d'un électron de charge négative ou
positive.
Blindage : dispositif de protection (béton, plomb,...) interposé entre une source de rayonnement et une
région déterminée ; pour les dispositifs simples, on utilise également le mot écran.
Blocage de déchets radioactifs : Immobilisation par prise en masse au sein d’un matériau de façon à
obtenir un produit solide, compact et stable, physiquement non dispersable.
B P E : Bon pour exécution.
CDE : Cessation définitive d’exploitation : Dernière phase de l’exploitation au sens réglementaire, d’une
installation nucléaire, comportant les opérations techniques préparatoires à la mise à l’arrêt définitif
(évacuation des matières nucléaires et des substances dangereuses ainsi qu’arrêt des procédés).
Cellule chaude ou de haute activité (enceinte blindée – enceinte de confinement) : enceinte destinée au
traitement de matières radioactives, et qui assure le confinement et la protection contre les rayonnements
par des parois blindées. Elle est équipée d’éléments permettant le transfert, la manipulation, la vision et
l'entreposage de matières radioactives.
Château de transport : conteneur blindé utilisé pour le transport et éventuellement l’entreposage de
matières radioactives.
Circuit (de refroidissement) primaire : Système en boucle fermé ou ensemble de boucles fermées qui
permet d’extraire la chaleur des éléments combustibles par circulation d’un fluide caloporteur en contact
direct avec ces éléments combustibles.
Circuit (de refroidissement) secondaire : Système assurant la circulation du fluide caloporteur qui extrait la
chaleur du circuit de refroidissement primaire.
Cœur : Région d’un réacteur nucléaire à fission comprenant le combustible nucléaire, agencée pour être le
siège d’une réaction de fission en chaîne.
Colis de déchets radioactifs : conteneur non récupérable rempli de déchets radioactifs conditionnés.
Combustible nucléaire : Matière contenant des nucléides dont la consommation par fission dans un
réacteur nucléaire permet d’y entretenir une réaction en chaîne.
Conditionnement de déchets radioactifs : Ensemble des opérations consistant à mettre les déchets
radioactifs sous une forme convenant à leur transport, leur entreposage ou leur stockage.
Confinement : Maintien de matières radioactives à l’intérieur d’un espace déterminé grâce à un ensemble de
dispositions visant à empêcher leur dispersion en quantités inacceptables au-delà de cet espace. Par
extension, ensemble des dispositions prises pour assurer ce maintien.
Contamination radioactive : Présence indésirable, à un niveau significatif, de substances radioactives à la
surface ou à l’intérieur d’un milieu quelconque.
Conteneur d’entreposage : Récipient destiné à contenir des matières radioactives en vue de leur
entreposage dans une installation spécifique.
Conteneur de stockage : Enveloppe complémentaire dans laquelle peuvent être disposés un ou plusieurs
colis de déchets radioactifs en vue de leur stockage dans une installation spécifique.
Criticité : État d’un milieu dans lequel s’entretient à niveau constant une réaction nucléaire en chaîne.
Cycle du combustible : Ensemble des opérations industrielles auquel est soumis le combustible nucléaire.
Elles comprennent notamment : l’extraction et le traitement du minerai, la conversion chimique,
l’enrichissement, la fabrication du combustible, le retraitement, le recyclage des matières fissiles
récupérées et de la gestion des déchets.
Débit de dose : Quotient de l’accroissement de dose par l’intervalle de temps.
Déchet radioactif : Résidu provenant de l’utilisation de matières radioactives, dont aucun usage n’est prévu
dans l’état actuel des connaissances et dont le niveau d’activité ne permet pas, sans contrôle, l’évacuation
dans l’environnement.
Déclassement : ensemble des opérations administratives et réglementaires destinées soit à classer une
installation nucléaire dans une catégorie inférieure, soit à en supprimer le classement initial.
Déconstruction : Ensemble des opérations administratives et techniques conduisant dans un délai donné,
par une suite programmée de démantèlements successifs, à l’élimination totale d’une installation nucléaire
et à la complète réhabilitation du site.
Décontamination radioactive : Élimination partielle ou totale d’une contamination radioactive par les
moyens permettant la récupération contrôlée des substances contaminantes.
Décroissance radioactive : Diminution naturelle de l'activité nucléaire d'une substance radioactive par
désintégration spontanée.
Démantèlement : Ensemble des opérations techniques qui conduisent une installation nucléaire à un niveau
de déclassement choisi.
ASN : Autorité de sûreté nucléaire.
Diffusion gazeuse : Procédé de séparation isotopique de l’uranium en phase gazeuse (sous forme
d’hexafluorure d’uranium), basé sur la différence des vitesses de passage, à travers des parois poreuses,
de gaz de masses moléculaires différentes (enrichissement de l’uranium en isotope 235).
Dose : Quantité d’énergie communiquée à un milieu par un rayonnement ionisant. On distingue en particulier
(non exhaustif) :
- la dose absorbée: Énergie d’un rayonnement ionisant absorbé par unité de masse (de matière vivante ou
inerte). Elle s'exprime J.kg-1 dénommé gray (Gy).
- la dose équivalente (Elle caractérise le niveau d'exposition aux rayonnements de l'homme) : Produit de la
dose absorbée dans un tissu ou un organe par un facteur de pondération tenant compte de l’effet
biologique lié à la nature et à l’énergie du rayonnement. Il s'exprime en Sievert (Sv).
- la dose maximale admissible: dose ne devant pas être dépassée (par exemple par les travailleurs de
nucléaire) pendant une durée déterminée.
Dosimètre : Appareil permettant de mesurer une dose.
Dosimétrie : Détermination, par évaluation ou par mesure, de la dose de rayonnement absorbée par une
substance ou un individu.
DREAL : Directions régionales de l’environnement de l’aménagement et du logement.
Écran de protection : Dispositif simple de protection interposé entre une source de rayonnement et une
région déterminée.
Effluents radioactifs : Gaz ou liquide contenant des substances radioactives, sous-produit d’un processus
industriel ou de laboratoire, qui peut être recyclé, traité ou rejeté dans l’environnement. Les rejets dans
l’environnement sont soumis à autorisation et à contrôle.
Élément combustible : Le plus petit constituant d’un cœur de réacteur ayant une structure propre et
contenant du combustible nucléaire.
Emballage (de matières radioactives) : Ensemble des composants nécessaires pour confiner et permettre
de transporter de façon sûre une matière radioactive.
Enrichissement : Processus par lequel est accrue la teneur d’un élément chimique en un de ses isotopes.
Pour le rendre utilisable dans un réacteur à eau pressurisée (REP construits en particulier par EDF),
l'uranium contenant à l'état naturel 0,7% d'U235 est porté par enrichissement aux environs de 3 à 4%
d'U235.
Enrobage de déchets radioactifs : Type de blocage satisfaisant à des tests spécifiques de confinement des
radionucléides.
Entreposage des déchets radioactifs : Dépôt temporaire de déchets radioactifs.
Exploitant : L'exploitant, généralement entreprise publique ou privée, ayant le statut d'Exploitant Nucléaire,
est responsable de l'exploitation et de la maintenance de l'installation après sa mise en service et durant
son démantèlement. Il assure la production, maintient l'installation en sûreté, en conformité avec les
Règles Générales d'Exploitation, assure la sécurité et la radioprotection du personnel et gère l'évacuation
des déchets. Il peut sous- traiter tout ou partie de ses missions à un Opérateur Industriel.
Exposition : Fait d’être exposé à des rayonnements ionisants.
Fertile : Se dit d’un nucléide susceptible d’être transformé, directement ou indirectement, en un nucléide
fissile par capture de neutrons.
Filière de réacteurs : Catégorie de réacteurs présentant des caractéristiques communes relatives à la
nature et à l’agencement du combustible, du modérateur éventuel et du fluide de refroidissement
(exemple: REP, réacteur à eau pressurisée).
Fissile : Se dit d’un nucléide dont les noyaux sont susceptibles de subir une fission sous l’effet de neutrons
de toutes énergies, aussi faibles soient-elles. (Ex. : U235, U238, Pu239).
Fission : Division d’un noyau lourd en deux fragments dont les masses sont du même ordre de grandeur, qui
s’accompagne de l’émission de neutrons, de rayons gamma et d’une quantité d’énergie élevée. Sous
certaines conditions, les neutrons produits peuvent provoquer de nouvelles fissions d’où la possibilité
d’une réaction de fission auto-entretenue.
Gaine : Enveloppe scellée, servant à contenir du combustible nucléaire ou toute autre matière, à introduire
dans le cœur d’un réacteur.
Gamma : Rayonnement gamma produit par émission d'un rayonnement électromagnétique issu d'un élément
chimique ayant pour origine une modification dans l'arrangement de son noyau.
Gamme d'intervention : Séquence de travaux définis successifs pour réaliser une tâche ou une prestation.
Gestion de déchets radioactifs : Ensemble des dispositions et opérations réglementaires et techniques
relatives aux déchets radioactifs depuis leur production jusqu’à leur stockage inclusivement, destinées à
assurer la protection des personnes et de l’environnement.
I.N.B. : Installation Nucléaire de Base : Installation nucléaire soumise à un régime d'autorisation et de
surveillance administrative en vertu du décret 63-1228 du 11 décembre 1963 modifié.
Irradiation : Exposition à un rayonnement et, par extension, effet d'une exposition à un rayonnement.
Laboratoire chaud : Laboratoire équipé pour la manipulation ou le traitement de substances fortement
radioactives.
Logistique de maintenance : Elle englobe l’ensemble des activités d’assistance et de support technique
effectuées généralement par un prestataire de service, qui concourent à la réalisation des opérations de
maintenance en fonctionnement normal ou lors des arrêts programmés des installations nucléaires et plus
particulièrement des Unités de production d’électricité. Pour celles-ci, ces activités concernent la protection
de l’environnement (construction de sas de confinement, assainissement et nettoyage), la gestion des
déchets, la conduite de process industriel (gestion de laveries, ateliers de décontamination), l’assistance
au chantier (manutention, échafaudage, calorifuge) et l’assistance radioprotection.
MAD (Mise à l’arrêt définitif) : Ensemble des opérations techniques et des procédures administratives
destinées à arrêter de manière irréversible une installation nucléaire en vue de sa déconstruction.
Maître d'œuvre : Le Maître d'œuvre, généralement une entreprise ou un organisme publique ou privée,
assure pour le compte du Maître d'ouvrage la réalisation d'un projet. Il définit, en accord avec le Maître
d'ouvrage, les procédés à mettre en œuvre, établit les plans, élabore les documents techniques,
coordonne les relations avec les entreprises et tous les intervenants, veille au respect des délais et des
coûts et assiste à la réception des travaux.
Maître d'ouvrage : Le Maître d'ouvrage, personne morale, généralement une entreprise ou un organisme
publique ou privée, est propriétaire de l'installation nucléaire et en assume les risques. En tant
qu'Exploitant Nucléaire, il est responsable en particulier du statut de l'installation et des exigences
associées vis à vis des "autorités de sûreté", ainsi que du financement de toutes les phases de vie de
celle-ci: investissement, exploitation, démantèlement.
Mode opératoire : Manière ou action définie pour permettre l'accomplissement d'un travail ou d'une
prestation.
Non-conformité : Non-satisfaction à une exigence spécifiée.
Nucléide : Espèce nucléaire caractérisée par son nombre de masse, son numéro atomique et son état
d’énergie nucléaire.
Période d’un nucléide radioactif : Temps nécessaire pour la désintégration de la moitié des atomes d’un
échantillon du nucléide.
Piscine : Bassin rempli d’eau destiné à l’entreposage, au transit, à la manutention de matières et
d’équipements radioactifs, et qui assure la protection des personnes et l’évacuation de la chaleur.
PAQ : Plan d'Assurance de la Qualité : Document du fournisseur qui définit les dispositions d'assurance de
la qualité spécifiques au programme des travaux. Lorsque les dispositions ne concernent qu'une partie
des travaux d'un ensemble, il peut n'être mis en place qu'un document restreint à l'activité concerné,
appelé Plan d'assurance de la Qualité Particulier (PAQP).
PP : Plan de prévention : Document regroupant les actions à mener pour limiter les risques dans
l'exploitation d'une installation nucléaire et/ou sur un chantier s'y déroulant.
PUI : Plan d'Urgence Interne : Plan d’urgence préétabli déclenché par l’exploitant pour gérer, à l’intérieur
d’un site nucléaire, les conséquences d’une situation accidentelle.
Prestation intégrée : Elle réunit à l’intérieur d’un système organisé toute une chaîne d’activités multitechniques exécutées sous la direction d’un unique prestataire, « l’ensemblier », responsable vis à vis du
maître d’ouvrage de l’ensemble de la prestation exécutée, et qui assure lui-même la répartition et la
coordination de la sous-traitance et des tâches.
Prestataire (fournisseur) : Personne physique ou morale ou groupement de ces personnes et/ou organisme
publique ou privé qui offrent sur le marché la réalisation de travaux, de produits ou de services.
Produits de fission : Nucléides produits par fission et leurs descendants par désintégration.
Qualité (totale) : Le management par la qualité (totale) est un mode de gestion pour améliorer la qualité de
la prestation, réduire les coûts et accroître la satisfaction du client par la refonte des méthodes
traditionnelles de management.
Radioactivité : Émission par un élément chimique, d'un flux d'ondes électromagnétiques et/ou de particules
ayant pour origine une modification dans l'arrangement de son noyau; l'émission peut être spontanée
(radioactivité naturelle) ou induite par exemple dans un réacteur (radioactivité artificielle).
Radioprotection : Ensemble des méthodes et des moyens utilisés pour la protection des personnes contre
les rayonnements ionisants.
Réacteur nucléaire : Installation dans laquelle sont conduites, sous contrôle, des réactions nucléaires dont
le dégagement de chaleur est utilisé pour former de la vapeur d'eau qui actionne une turbine entraînant un
générateur électrique.
Règles générales d'exploitation : Document décrivant le domaine de fonctionnement de l'installation,
prescrit par les autorités de sûreté (ASN, DREAL) en donnant les fonctions importantes pour la sûreté
nucléaire.
Réhabilitation : Suite d’opérations par laquelle le site d’une installation nucléaire est rendu apte à tout autre
usage. La réhabilitation implique les phases de mise à l’arrêt définitif, d’assainissement, de déclassement
et de déconstruction.
Retour d'expérience : Recueil et exploitation, par l'ensemble des acteurs, des informations concernant les
événements survenus tout au long du programme de travail.
Retraitement : Traitement des combustibles usés pour en extraire les matières fissiles et fertiles de façon à
permettre leur réutilisation, et pour conditionner les déchets sous une forme apte au stockage.
Sécurité nucléaire : ensemble des dispositions prises pour assurer la protection des personnes et des biens
contre les dangers, nuisances ou gênes de toute nature résultant de la réalisation, du fonctionnement, de
l’arrêt ou des démantèlements d’installations nucléaires fixes ou mobiles, ainsi que de la conservation, du
transport, de l’utilisation et de la transformation des substances radioactives naturelles ou artificielles.
Séparation isotopique : Procédé permettant de séparer partiellement ou totalement les isotopes d’un
élément donné.
Stockage des déchets radioactifs : Dépôt de déchets radioactifs dans une installation conçue pour assurer
le confinement des matières radioactives pour une très longue durée.
Sous-traitant : Entreprise ou organisme publique ou privé chargé d'une partie du travail concédé à un
entrepreneur principal, un prestataire, un fournisseur.
Sûreté nucléaire : Ensemble des dispositions prises pour assurer le fonctionnement normal d’une installation
nucléaire, ou d’un dispositif de transport de matières radioactives, pour prévenir les accidents ou en limiter
les effets, aux stades de la conception, de la construction, de la mise en service, de l’utilisation, de la mise
à l’arrêt définitif et du démantèlement.
Tranche nucléaire : Unité de production électrique comportant une chaudière nucléaire et un groupe turboalternateur. La plupart des centrales nucléaires françaises comportent deux ou quatre tranches.
Visite décennale : Ensemble des opérations, réglementaires ou non, de vérification, de maintenance et
d’adaptation d’une installation nucléaire réalisées tous les dix ans afin d’en poursuivre l’exploitation.
Zone de confinement : Dans la construction d'une installation nucléaire, on interpose entre les matières
radioactives et l'extérieur plusieurs barrières de confinement successives, constituant ainsi des zones
séparées, appelées "zones de confinement". Elles sont généralement ventilées et en dépression par
rapport à l'extérieur pour éviter la dissémination de produits radioactifs.
Zone contrôlée : Zone ou l'accès et le séjour sont soumis à une réglementation spéciale pour des raisons
de protection contre les rayonnements ionisants et de confinement de la contamination radioactive.
UNITÉS CONSTITUTIVES DU DIPLÔME
UNITÉ 11 (ÉPREUVE E1 - SOUS-ÉPREUVE E11)
MATHÉMATIQUES
L’unité de mathématiques englobe l’ensemble des objectifs, capacités, compétences et savoir-faire
mentionnés dans l’arrêté du 10 février 2009 fixant les programmes d’enseignement de Mathématiques et de
Sciences physiques et chimiques pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel (BOEN
spécial n° 2 du 19 février 2009). La sous-épreuve Mathématiques est constituée des éléments définis au
groupement B du programme de mathématiques établi par l’arrêté du 10 février 2009.
UNITÉ 12 (ÉPREUVE E1 - SOUS-ÉPREUVE E12)
SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES
L’unité est définie au regard des capacités et compétences mentionnées dans l’arrêté du 10 février 2009
fixant les programmes d’enseignement de Mathématiques et de Sciences physiques et chimiques pour les
classes préparatoires au baccalauréat professionnel (BOEN spécial n° 2 du 19 février 2009). La spécialité
aéronautique du baccalauréat professionnel est rattachée au groupement 4 défini en annexe de l’arrêté du 13
avril 2012 relatif aux modules spécifiques du programme d’enseignement de Sciences physiques et
chimiques pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel.
UNITÉS PROFESSIONNELLES U21, U22, U31 et U32
La définition des unités constitutives du diplôme a pour but de préciser, pour chacune d’elles, quelles tâches,
compétences et savoirs professionnels sont concernés et dans quel contexte. Il s’agit à la fois :
 de permettre la mise en correspondance des activités professionnelles et des unités dans le
cadre de la validation des acquis de l’expérience ;
 d’établir la liaison entre les unités, correspondant aux épreuves, et le référentiel d’activités
professionnelles, afin de préciser le cadre de l’évaluation.
CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS, TÂCHES, UNITÉS ET COMPÉTENCES
Les cases grisées correspondent, pour chacune des trois unités, aux compétences à évaluer lors de la
certification (examen, CCF ou validation des acquis). Seules les compétences désignées par des cases
grisées seront évaluées. Si les autres peuvent être mobilisées, elles ne donneront pas lieu à évaluation. Dans
le cas où elles ne seraient pas maîtrisées, les tâches correspondantes seront réalisées avec assistance.
U21 : Pré-étude et
mise en
conformité du
chantier
C1
s'informer
C1
s'informer
A1
A2
A3
A4
A5
A6
T1.1
T1.2
T1.3
T1.4
T1.5
T1.6
T1.7
T1.8
T1.9
T1.10
T1.11
T1.12
T1.13
T1.14
T1.15
T1.16
T2.1
T2.2
T2.3
T2.4
T2.5
T2.6
T2.7
T2.8
T3.1
T3.2
T4.1
T4.2
T5.1
T5.2
T5.3
T5.4
T5.5
T6.1
T6.2
T6.3
T6.4
T6.5
U22 : Préparation des interventions
CP1.1
X
X
CP1.2
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CP1.3
X
X
C2
C4
préparer son intervention
intervenir en
envirronement
nucléaire
CP2.1
X
X
CP2.2
X
X
CP4.3
X
X
U31
Gérer,
communiquer,
rendre compte
C3
C4
communiquer intervenir en
avec sa
envirronement
hiérarchie
nucléaire
CP3.1
CP4.4
X
X
X
X
X
U32
Intervenir en environnement nucléaire
C2
C4
C5
préparer son
intervention
intervenir en envirronement nucléaire
contrôler
CP2.3
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CP4.1
CP4.2
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CP5.3
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
CP5.2
X
X
X
X
X
X
X
CP5.1
X
X
X
X
X
X
CP4.5
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Unité U21 (Épreuve E2 - Sous-épreuve E21)
Pré-étude et mise en conformité du chantier

Contenu
Cette unité concerne tout ou partie des compétences :
CP1.1 Rechercher les informations relatives au dossier d’intervention
CP1.2 Respecter les contraintes et réglementations de l'environnement nucléaire


Contexte professionnel
Chantiers de travaux s’effectuant dans un environnement nucléaire : logistique nucléaire,
assainissement /décontamination d’installations, gestion des déchets, démantèlement.
Nature de l’activité
Ces activités correspondent en tout ou partie aux tâches des activités professionnelles :
FIABILISER LES INTERVENTIONS ET COMMUNIQUER
T1.1 S'informer auprès du chef d'équipe des éléments constitutifs du dossier
T1.2 Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes de déroulement du chantier, de
sécurité classique et/ou radiologique
T1.4 Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la comparer avec la valeur cible
T1.5 Appliquer les consignes issues de l'analyse des risques
T1.7 Arrêter le chantier en cas de danger grave et imminent
T1.8 Appliquer les procédures prescrites dans les documents qualité
T1.9 Adopter une posture réflexive permettant l'optimisation de son intervention (coûts, délais,
déchets, radioprotection...)
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE LOGISTIQUE
T2.2 Assurer la disponibilité et contrôler le fonctionnement des matériels par rapport à des
paramètres nominaux
T2.4 Participer à l'approvisionnement du chantier
T2.5 Participer à la décontamination des locaux et des matériels
T2.6 Réaliser la manutention manuelle
PARTICIPER À LA GESTION DES DÉCHETS
T3.1 Mettre en œuvre, suivant les conditions locales du chantier, des opérations de collecte,
tri, conditionnement, étiquetage et évacuation des déchets (zonage, balisage) et reprise
d'effluents :
- Trier ses déchets
- Conditionner et reconditionner des déchets
- Respecter le zonage
T3.2 Démarrer, conduire et arrêter un système automatisé ou une installation de gestion ou
traitement de déchets en utilisant des moyens de manutention associés
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE DÉMANTÈLEMENT
T4.1 Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
T4.2 Procéder au déplacement de charges
PARTICIPER A LA SÉCURITÉ ET A LA RADIOPROTECTION
T5.2 Faire des contrôles radiologiques
T5.3 Assurer l'habillage et le déshabillage
T5.4 Faire respecter les consignes de sureté et de sécurité
Unité E22 (Épreuve E2 - Sous-épreuve E22)
Préparation des interventions

Contenu
Cette unité concerne tout ou partie des compétences :
CP1.3 Maîtriser les données géographiques et se repérer dans l’espace professionnel
CP2.1 Identifier les risques réels ou potentiels
CP2.2 Participer à la planification du chantier
CP4.3 Réagir en fonction des risques évalués


Contexte professionnel
Chantiers de travaux s’effectuant dans un environnement nucléaire : logistique nucléaire,
assainissement /décontamination d’installations, gestion des déchets, démantèlement.
Nature de l’activité
Ces activités correspondent en tout ou partie aux tâches des activités professionnelles :
FIABILISER LES INTERVENTIONS ET COMMUNIQUER
T1.1 S'informer auprès du chef d'équipe des éléments constitutifs du dossier
T1.2 Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes de déroulement du chantier, de
sécurité classique et/ou radiologique
T1.3 Informer la hiérarchie des remarques du client
T1.4 Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la comparer avec la valeur cible
T1.5 Appliquer les consignes issues de l'analyse des risques
T1.7 Arrêter le chantier en cas de danger grave et imminent
T1.8 Appliquer les procédures prescrites dans les documents qualité
T1.9 Adopter une posture réflexive permettant l'optimisation de son intervention (coûts, délais,
déchets, radioprotection...)
T1.10 Renseigner la traçabilité des tâches exécutées et des écarts constatés dans tous les
domaines exigés
T1.13 Contrôler le respect des objectifs de dosimétrie, de sécurité et de qualité vis à vis de son
intervention
T1.14 Mesurer et rendre compte des écarts
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE LOGISTIQUE
T2.3 Mettre en œuvre le confinement
T2.4 Participer à l'approvisionnement du chantier
T2.5 Participer à la décontamination des locaux et des matériels
T2.6 Réaliser la manutention manuelle
T2.7 Suivre le planning et les paramètres de production associés (qualité, coûts)
PARTICIPER À LA GESTION DES DÉCHETS
T3.1 Mettre en œuvre, suivant les conditions locales du chantier, des opérations de collecte,
tri, conditionnement, étiquetage et évacuation des déchets (zonage, balisage) et reprise
d'effluents :
- Trier ses déchets
- Conditionner et reconditionner des déchets
- Respecter le zonage
T3.2 Démarrer, conduire et arrêter un système automatisé ou une installation de gestion ou
traitement de déchets en utilisant des moyens de manutention associés
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE DÉMANTÈLEMENT
T4.1 Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
T4.2 Procéder au déplacement de charges
PARTICIPER A LA SÉCURITÉ ET A LA RADIOPROTECTION
T5.1 Appliquer les mesures de sauvegarde adaptées dès qu’un écart, un incident ou un
T5.3
T5.4
T5.5
accident est constaté et en conserver l'historique et/ou les pièces justificatives et les résultats
associés
Assurer l'habillage et le déshabillage
Faire respecter les consignes de sureté et de sécurité
Mettre en place des protections biologiques
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE MAINTENANCE
T6.1 Préparer son intervention et/ou la logistique associée.
UNITÉ 31 (ÉPREUVE E3 - SOUS-ÉPREUVE E31)
GÉRER, COMMUNIQUER, RENDRE COMPTE

Contenu
Cette unité concerne tout ou partie des compétences :
CP3.1 Informer sa hiérarchie du déroulement des interventions
CP4.4 Réagir en cas d’incident ou d’accident

Contexte professionnel
Chantiers de travaux s’effectuant dans un environnement nucléaire : logistique nucléaire,
assainissement /décontamination d’installations, gestion des déchets, démantèlement.

Nature de l’activité
Ces activités correspondent en tout ou partie aux tâches des activités professionnelles :
FIABILISER LES INTERVENTIONS ET COMMUNIQUER
T1.2 Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes de déroulement du chantier, de
sécurité classique et/ou radiologique
T1.3 Informer la hiérarchie des remarques du client
T1.4 Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la comparer avec la valeur cible
T1.5 Appliquer les consignes issues de l'analyse des risques
T1.7 Arrêter le chantier en cas de danger grave et imminent
T1.8 Appliquer les procédures prescrites dans les documents qualité
T1.9 Adopter une posture réflexive permettant l'optimisation de son intervention (coûts, délais,
déchets, radioprotection...)
T1.10 Renseigner la traçabilité des tâches exécutées et des écarts constatés dans tous les
domaines exigés
T1.13 Contrôler le respect des objectifs de dosimétrie, de sécurité et de qualité vis à vis de son
intervention
T1.14 Mesurer et rendre compte des écarts
EXECUTER DES OPERATIONS DE LOGISTIQUE
T2.8 Identifier les écarts et organiser les corrections mises en œuvre avec l'accord de la
hiérarchie et du client
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE DÉMANTÈLEMENT
T4.1 Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
ASSURER UNE ASSISTANCE EN SÉCURITÉ ET EN RADIOPROTECTION
T5.1 Appliquer les mesures de sauvegarde adaptées dès qu’un écart, un incident ou un
accident est constaté et en conserver l'historique et/ou les pièces justificatives et les résultats
associés
T5.2 Faire des contrôles radiologiques
T5.4 Faire respecter les consignes de sureté et de sécurité
EXÉCUTER DES D’OPÉRATIONS DE MAINTENANCE
T6.2 Proposer des améliorations sur l’environnement de son intervention.
UNITÉ 32 (EPREUVE E3 - SOUS-ÉPREUVE E32)
INTERVENIR EN ENVIRONNEMENT NUCLÉAIRE

Contenu
Cette unité concerne tout ou partie des compétences :
CP2.3 Respecter l'organisation matérielle de l'intervention
CP4.1 Mettre en œuvre des matériels
CP4.2 Assurer l'évacuation des déchets
CP4.5 Réaliser des opérations de maintenance
CP5.1 Contrôler les paramètres physiques de l’environnement
CP5.2 Participer au contrôle de la qualité
CP5.3 Participer au contrôle final

Contexte professionnel
Chantiers de travaux s’effectuant dans un environnement nucléaire : logistique nucléaire,
assainissement /décontamination d’installations, gestion des déchets, démantèlement.

Nature de l’activité
Ces activités correspondent en tout ou partie aux tâches des activités professionnelles :
FIABILISER LES INTERVENTIONS ET COMMUNIQUER
T1.1 S'informer auprès du chef d'équipe des éléments constitutifs du dossier
T1.2 Informer sa hiérarchie des écarts constatés en termes de déroulement du chantier, de
sécurité classique et/ou radiologique
T1.3 Informer la hiérarchie des remarques du client
T1.4 Assurer le suivi de sa dosimétrie individuelle et la comparer avec la valeur cible
T1.5 Appliquer les consignes issues de l'analyse des risques
T1.6 Interpréter les éléments d'information acquis par ses sens et/ou des appareils de mesure
en vue d’appliquer la procédure prescrite (cas d’écarts constatés)
T1.8 Appliquer les procédures prescrites dans les documents qualité
T1.10 Renseigner la traçabilité des tâches exécutées et des écarts constatés dans tous les
domaines exigés
T1.11 Contrôler la bonne exécution des travaux
T1.12 Participer au contrôle du respect des objectifs de production vis à vis du client
T1.13 Contrôler le respect des objectifs de dosimétrie, de sécurité et de qualité vis à vis de son
intervention
T1.14 Mesurer et rendre compte des écarts
T1.15 Vérifier le bon fonctionnement des appareils et instruments de contrôle et de mesure
(validité des contrôles de conformité et d'étalonnage, bon fonctionnement)
T1.16 Participer à la mise en œuvre des contrôles de l'environnement de travail et des déchets
générés
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE LOGISTIQUE
T2.1 Mettre en œuvre l'ensemble des matériels nécessaires à l'intervention
T2.2 Assurer la disponibilité et contrôler le fonctionnement des matériels par rapport à des
paramètres nominaux
T2.3 Mettre en œuvre le confinement
T2.4 Participer à l'approvisionnement du chantier
T2.5 Participer à la décontamination des locaux et des matériels
T2.6 Réaliser la manutention manuelle
T2.7 Suivre le planning et les paramètres de production associés (qualité, coûts)
T2.8 Identifier les écarts et organiser les corrections mises en œuvre avec l'accord de la
hiérarchie et du client
PARTICIPER À LA GESTION DES DÉCHETS
T3.1 Mettre en œuvre, suivant les conditions locales du chantier, des opérations de collecte,
tri, conditionnement, étiquetage et évacuation des déchets (zonage, balisage) et reprise
d'effluents :
- Trier ses déchets
- Conditionner et reconditionner des déchets
- Respecter le zonage
T3.2 Démarrer, conduire et arrêter un système automatisé ou une installation de gestion ou
traitement de déchets en utilisant des moyens de manutention associés
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE DÉMANTÈLEMENT
T4.1 Démarrer, conduire et arrêter un outillage spécifique nécessaire aux travaux envisagés
(métaux et béton)
T4.2 Procéder au déplacement de charges
PARTICIPER A LA SÉCURITÉ ET A LA RADIOPROTECTION
T5.1 Appliquer les mesures de sauvegarde adaptées dès qu’un écart, un incident ou un
accident est constaté et en conserver l'historique et/ou les pièces justificatives et les résultats
associés
T5.2 Faire des contrôles radiologiques
T5.5 Mettre en place des protections biologiques
EXÉCUTER DES OPÉRATIONS DE MAINTENANCE
T6.1 Préparer son intervention et/ou la logistique associée
T6.2 Proposer des améliorations sur l’environnement de son intervention
T6.3 Réparer un bien par remplacement de composants
T6.4 Réaliser des opérations prescrites de contrôle et/ou de surveillance
T6.5 Réaliser des opérations planifiées
UNITÉ U33 (EPREUVE E3 - SOUS-ÉPREUVE E33)
ÉCONOMIE – GESTION
Le contenu de cette unité est défini dans l’arrêté du 10 février 2009 fixant le programme d’enseignement
d’Économie - gestion pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel (BOEN spécial n° 2 du 19
février 2009).
UNITÉ U34 (EPREUVE E3 - SOUS-ÉPREUVE E34)
PRÉVENTION – SANTÉ – ENVIRONNEMENT
Le contenu de cette unité est défini dans l’arrêté du 10 février 2009 fixant le programme d’enseignement de
Prévention – santé – environnement pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel (BOEN
spécial n° 2 du 19 février 2009).
UNITE U4 (ÉPREUVE E4)
LANGUE VIVANTE
L'unité englobe l'ensemble des objectifs, capacités et compétences énumérés dans l'arrêté du 23 mars 1988
relatif aux programmes de langues vivantes étrangères des classes préparant au baccalauréat professionnel
(BOEN n° 18 du 12 mai 1988).
UNITE U51 (ÉPREUVE E5 - SOUS-ÉPREUVE E51)
FRANÇAIS
L'unité est définie par les compétences établies par l'arrêté du 9 mai 1995 relatif aux objectifs, contenus et
capacités de l'enseignement du français dans les classes préparant au baccalauréat professionnel (BOEN n°11 du
15 juin 1995).
UNITE U52 (ÉPREUVE E5 - SOUS-ÉPREUVE E52)
HISTOIRE - GEOGRAPHIE
L'unité est définie par les compétences établies par l'arrêté du 9 mai 1995 relatif aux objectifs et contenus de
l'enseignement de l'histoire et de la géographie dans les classes préparant au baccalauréat professionnel (BOEN
n°11 du 15 juin 1995).
UNITE U6 (ÉPREUVE E6)
EDUCATION ARTISTIQUE - ARTS APPLIQUES
L'unité englobe l'ensemble des capacités et des compétences présentées par le programme - référentiel défini par
l'annexe III de l'arrêté du 17 août 1987 relatif au programme des classes préparant au baccalauréat professionnel
(BOEN n° 32 du 17 septembre 1987).
UNITE U7 (ÉPREUVE E7)
EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE
L'unité englobe l'ensemble des objectifs, capacités et compétences énumérés par l'arrêté du 25 septembre
2002 relatif au programme de l'enseignement d'éducation physique et sportive pour les CAP, les BEP et les
baccalauréats professionnels (BOEN n° 39 du 24 octobre 2002).
UNITE FACULTATIVE UF1
ÉPREUVE FACULTATIVE DE LANGUE VIVANTE
L'épreuve a pour but de vérifier la capacité du candidat de comprendre une langue vivante parlée et la capacité de
s'exprimer de manière intelligible pour un interlocuteur n'exigeant pas de particularités linguistiques excessives
sur un sujet d'intérêt général.
RÈGLEMENT D'EXAMEN
Candidats de la voie scolaire
dans un établissement public
ou privé sous contrat, CFA ou
section d'apprentissage
habilité, formation
professionnelle continue dans
un établissement public
BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL
TECHNIQUES D’INTERVENTIONS SUR
INSTALLATIONS NUCLÉAIRES
Épreuves
Unité
E1 : Épreuve scientifique et
technique
Coef.
Mode
Durée
Candidats de la voie scolaire
dans un établissement privé,
CFA ou section
d'apprentissage non habilité,
formation professionnelle
continue en établissement
privé, enseignement à
distance, candidats justifiant
de 3 années d'expérience
professionnelle.
Mode
Durée
Candidats de la voie de la
formation professionnelle
continue dans un
établissement public habilité
Mode
Durée
4
Sous-épreuve E11 :
Mathématiques
U11
2
CCF
Ponctuel
écrit
1h
CCF
Sous-épreuve E12 :
Sciences Physiques et Chimiques
U12
2
CCF
Ponctuel
pratique
écrit
1h
CCF
E2 : Préparer un chantier en
Environnement Nucléaire
7
Sous-épreuve E21 :
Pré-étude et mise en conformité du
chantier
U21
3
Ponctuel
écrit
1h30
Ponctuel
écrit
1h30
CCF
Sous-épreuve E22 :
Préparation des interventions
U22
4
Ponctuel
écrit
2h30
Ponctuel
écrit
2h30
CCF
E3 : Épreuve pratique prenant en
compte la formation en milieu
professionnel
10
Sous-épreuve E31 :
Gérer, Communiquer, Rendre compte
U31
2
CCF
Ponctuel
oral
30 mn
CCF
Sous-épreuve E32 :
Intervenir en Environnement Nucléaire
U32
6
CCF
Ponctuel
pratique
4h
CCF
Sous-épreuve E33 :
Économie - Gestion
U33
1
CCF
Ponctuel
oral
30 mn
CCF
Sous-épreuve E34 :
Prévention Santé Environnement
U34
1
CCF
Ponctuel
écrit
2h
CCF
E4 : Épreuve de langue vivante
U4
2
CCF
Ponctuel
oral
E5 : Épreuve de Français, histoire
et Géographique
CCF
5
Sous épreuve E51 :
Français
U51
2,5
Ponctuel
écrit
2h30
Ponctuel
écrit
2h30
CCF
Sous épreuve E52 :
Histoire, Géographie et Éducation Civique
U52
2,5
Ponctuel
écrit
2h
Ponctuel
écrit
2h30
CCF
E6 : Épreuve : Arts Appliqués et
Cultures Artistiques
U6
1
CCF
Ponctuel
écrit
1h30
CCF
E7 : Épreuve d'Éducation
Physique et Sportive
U7
1
CCF
Ponctuel
pratique
Épreuve facultative de langue
vivante
UF1
Ponctuel
oral
20 mn (1)
Ponctuel
oral
CCF
20 mn(1)
Ponctuel
oral
20 mn (1)
(1) dont 5 mn de préparation
(2) La langue vivante choisie au titre de l’épreuve facultative est obligatoirement différente de celle choisie au titre de
l’épreuve obligatoire. Seuls les points excédant 10 sont pris en compte pour le calcul de la moyenne générale en vue de
l'obtention du diplôme et de l'attribution d'une mention
DÉFINITION DES ÉPREUVES
ÉPREUVE E1 (UNITÉS U11 – U12)
ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE
Coefficient : 4
OBJECTIFS DES DEUX SOUS-ÉPREUVES
Les sous-épreuves de mathématiques et de sciences physiques et chimiques sont destinées à évaluer la
façon dont les candidats ont atteint les grands objectifs visés par le programme :
- former à l'activité mathématique et scientifique par la mise en œuvre des démarches d'investigation,
de résolution de problèmes et d'expérimentation ;
- apprendre à mobiliser les outils mathématiques et scientifiques dans des situations liées à la
profession ou à la vie courante ;
- entraîner à la lecture active de l'information, à sa critique, à son traitement en privilégiant l'utilisation
des TIC ;
- développer les capacités de communication écrite et orale.
SOUS-ÉPREUVE E11 (U11)
MATHÉMATIQUES
Coefficient : 2
MODE D’ÉVALUATION
Contrôle en cours de formation
Le contrôle en cours de formation comporte une situation d'évaluation, notée sur 20, d'une durée maximale
d'une heure trente fractionnée dans le temps en deux séquences. Chaque séquence, notée sur 10, a une
durée de quarante-cinq minutes environ.
Elle se déroule quand le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des capacités du
programme.
Toutefois, la première séquence doit être organisée avant la fin du premier semestre de la terminale
professionnelle et la deuxième avant la fin de l'année scolaire.
L'évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du programme.
Il s'agit d'évaluer les aptitudes à mobiliser les connaissances et compétences pour résoudre des problèmes,
en particulier :
- rechercher, extraire et organiser l'information ;
- choisir et exécuter une méthode de résolution ;
- raisonner, argumenter, critiquer et valider un résultat ;
- présenter, communiquer un résultat.
Chaque séquence comporte un ou deux exercices avec des questions de difficulté progressive. Les sujets
portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles pour résoudre un problème en liaison
avec la physique, la chimie, un secteur professionnel ou la vie courante. Lorsque la situation s'appuie sur
d'autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n'est exigible des candidats et toutes les
indications utiles doivent être fournies dans l'énoncé.
L'un des exercices de chaque séquence comporte une ou deux questions dont la résolution nécessite
l'utilisation de logiciels ou de calculatrices par les candidats. La présentation de la résolution de la (des)
question(s) utilisant les TIC se fait en présence de l'examinateur. Ce type de questions permet d'évaluer les
capacités à expérimenter, à simuler, à émettre des conjectures ou contrôler leur vraisemblance. Le candidat
porte ensuite par écrit sur une fiche à compléter les résultats obtenus, des observations ou des
commentaires.
Une proposition de note est établie. La note définitive est délivrée par le jury.
Contrôle ponctuel
Cette sous-épreuve, d'une durée d'une heure, est notée sur 20 points.
L'évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du programme.
Il s'agit d'évaluer les aptitudes à mobiliser les connaissances et compétences pour résoudre des problèmes,
en particulier :
- rechercher, extraire et organiser l'information ;
- choisir et exécuter une méthode de résolution ;
- raisonner, argumenter, critiquer et valider un résultat ;
- présenter, communiquer un résultat.
Le sujet se compose de deux ou trois exercices avec des questions de difficulté progressive recouvrant une
part aussi large que possible des capacités mentionnées dans le programme de terminale professionnelle.
L'un des exercices comporte des questions dont la résolution nécessite l'utilisation des TIC (logiciels ou
calculatrices).
Les thèmes mathématiques concernés portent principalement sur les domaines mathématiques les plus utiles
pour résoudre un problème en liaison avec la physique, la chimie, un secteur professionnel ou la vie
courante. Lorsque la situation s'appuie sur d'autres disciplines, aucune connaissance relative à ces
disciplines n'est exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l'énoncé.
L'exercice qui comporte des questions dont la résolution nécessite l'utilisation des TIC est notée sur 10
points. Il permet d'apprécier l'aptitude du candidat à mobiliser les capacités et connaissances du programme
pour traiter un problème dont la résolution nécessite l'utilisation de logiciels ou de calculatrices. Il permet
d'évaluer les capacités à expérimenter, à simuler, à émettre des conjectures ou contrôler leur vraisemblance.
La présentation de la résolution des questions nécessitant l'utilisation des TIC se fait en présence de
l'examinateur.
SOUS-ÉPREUVE E12 (U12)
SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES
Coefficient : 2
MODE D’ÉVALUATION
Contrôle en cours de formation
Le contrôle en cours de formation comporte une situation d'évaluation en sciences physiques et chimiques,
notée sur 20, d'une durée maximale d'une heure trente minutes fractionnée dans le temps en deux
séquences. Chaque séquence, notée sur 10, a une durée de quarante-cinq minutes environ.
Elles se déroulent quand le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des capacités du
programme.
Toutefois, les premières séquences doivent être organisées avant la fin du premier semestre de la terminale
professionnelle et les deuxièmes avant la fin de l'année scolaire.
Elles s'appuient sur une ou deux activités expérimentales composées d'une ou plusieurs expériences (dont
certaines peuvent être assistées par ordinateur).
L'évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du programme. Les notions évaluées
ont été étudiées précédemment.
L'évaluation porte nécessairement sur les capacités expérimentales du candidat observées durant les
manipulations qu'il réalise, sur les mesures obtenues et leur interprétation. Lors de cette évaluation, il est
demandé au candidat :
- de mettre en œuvre un protocole expérimental ;
- d'utiliser correctement le matériel mis à sa disposition ;
- de mettre en œuvre les procédures et consignes de sécurité adaptées ;
- de montrer qu'il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en œuvre ;
- d'utiliser une ou plusieurs relations. Ces relations sont données lorsqu'elles ne sont pas répertoriées
dans la colonne « connaissances » du programme ;
- d'interpréter et de rendre compte par écrit des résultats des travaux réalisés.
Le candidat porte, sur une fiche qu'il complète en cours de manipulation, les résultats de ses observations, de
ses mesures et leur interprétation. L'examinateur élabore une grille de compétences qui lui permet d'évaluer
les connaissances et capacités du candidat lors de ses manipulations. Lorsque la situation s'appuie sur
d'autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n'est exigible des candidats et toutes les
indications utiles doivent être fournies dans l'énoncé.
Contrôle ponctuel
Cette sous-épreuve, d'une durée d'une heure, est notée sur 20 points. Elle repose sur un sujet qui doit
permettre d'évaluer des compétences différentes dans plusieurs champs de la physique et de la chimie. Il est
à dominante expérimentale et se compose d'activités expérimentales et d'exercices associés (certaines
expériences peuvent être assistées par ordinateur).
Le sujet, conçu en référence explicite aux compétences du programme, consacre 15 points sur 20 à
l'évaluation des capacités expérimentales du candidat, observées durant les manipulations qu'il réalise, sur
les mesures obtenues, leur interprétation et leur exploitation. Lors de cette évaluation, il est demandé au
candidat :
- de mettre en œuvre un protocole expérimental ;
- d'utiliser correctement le matériel mis à sa disposition ;
- de mettre en œuvre les procédures et consignes de sécurité adaptées ;
- de montrer qu'il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en œuvre ;
- d'utiliser une ou plusieurs relations. Ces relations sont données lorsqu'elles ne sont pas répertoriées
dans la colonne « connaissances » du programme ;
- d'interpréter et de rendre compte par écrit des résultats des travaux réalisés.
Le candidat porte, sur une fiche qu'il complète en cours de manipulation, les résultats de ses observations, de
ses mesures et leur interprétation. Une grille de compétences permet d'évaluer les connaissances et
capacités du candidat lors de ses manipulations.
Des exercices ou questions complémentaires, relatifs au contexte de l'expérimentation qui structure le sujet
et notés sur 5 points, mettent en œuvre une ou plusieurs grandeurs et relations entre elles. Les questions
posées doivent permettre de vérifier que le candidat est capable :
- de montrer qu'il connaît le vocabulaire, les symboles, les grandeurs et les unités mises en œuvre ;
- d'indiquer l'ordre de grandeur d'une valeur compte tenu des mesures fournies et du contexte
envisagé ;
- d'utiliser des définitions, des lois et des modèles pour répondre aux problèmes posés.
Lorsque l'épreuve s'appuie sur d'autres disciplines, aucune connaissance relative à ces disciplines n'est
exigible des candidats et toutes les indications utiles doivent être fournies dans l'énoncé.
INSTRUCTIONS COMPLÉMENTAIRES POUR L'ENSEMBLE DES TYPES D'ÉPREUVES
(CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION OU ÉPREUVE PONCTUELLE)
- Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué sur le sujet. La longueur et l'ampleur du
sujet doivent permettre à tout candidat de le traiter et de le rédiger posément dans le temps imparti.
- Si des questionnaires à choix multiple (QCM) sont proposés, les modalités de notation doivent en
être précisées. En particulier, il ne sera pas enlevé de point pour les réponses fausses.
- La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront dans l'appréciation des
copies.
Calculatrices et formulaires
- L'emploi des calculatrices est autorisé, dans les conditions prévues par la réglementation en
vigueur. Il est ainsi précisé qu'il appartient aux responsables de l'élaboration des sujets de décider si l'usage
des calculatrices est autorisé ou non. Ce point doit être précisé en tête des sujets.
- Il n'est pas prévu de formulaire officiel. En revanche, les concepteurs de sujets peuvent inclure
certaines formules dans le corps du sujet ou en annexe, en fonction de la nature des questions.
REMARQUES SUR LA CORRECTION ET LA NOTATION
- Les concepteurs de sujets veilleront, dans leurs propositions, à mettre en évidence les objectifs et
les capacités ou compétences visées.
- Les consignes de correction devront permettre aux correcteurs de prendre réellement et largement
en compte, dans l'appréciation des copies, la démarche critique, la cohérence globale des réponses.
- Les examinateurs et les correcteurs ne manifesteront pas d'exigences de formulation démesurées,
et prêteront une attention particulière aux démarches engagées, aux tentatives pertinentes, aux résultats
partiels.
ÉPREUVE E2
PRÉPARER UN CHANTIER EN ENVIRONNEMENT NUCLÉAIRE
Coefficient : 7
Cette épreuve est constituée de deux sous-épreuves :


Sous-épreuve E21 : Pré-étude et mise en conformité du chantier
Sous-épreuve E22 : Préparation des interventions
SOUS-ÉPREUVE E21 (UNITÉ U21)
Pré-étude et mise en conformité du chantier
Coefficient : 3
1. CONTENU DE L'EPREUVE
A partir de données techniques relatives à la réalisation d’un chantier de logistique de maintenance nucléaire,
de gestion de déchets des industries nucléaires, de démantèlements d’installations nucléaires ou de travaux
particuliers liés à un environnement nucléaire, cette sous-épreuve permet de vérifier que le candidat a acquis
tout ou partie des compétences suivantes :
CP1.1 Rechercher les informations relatives au dossier d’intervention
CP1.2 Respecter les contraintes et réglementations de l'environnement nucléaire
En relation avec les savoirs suivants :
-
S1 : Études des biens : solutions constructives et comportement mécanique
S2 : Études des biens : les chaines fonctionnelles
S4 : Santé et sécurité au travail
S8 : Radioprotection
2. EVALUATION
Les indicateurs d'évaluation correspondant aux compétences évaluées figurent dans la colonne « Indicateurs
de performance » des tableaux décrivant les compétences (cf. annexe I b : référentiel de certification).
Modes d'évaluation
- Évaluation ponctuelle : écrite d'une durée de 1 heure 30.
- Contrôle en cours de formation :
L'évaluation s'effectue sur la base d'une situation élaborée et organisée par l'équipe enseignante chargée des
enseignements technologiques et professionnels.
La période choisie pour l'évaluation pouvant être différente pour chacun des candidats, son choix et son
organisation relèvent de la responsabilité de l'équipe pédagogique, elle se déroulera au cours du dernier tiers
de l'ensemble de la formation.
À l'issue de cette situation d'évaluation, l'équipe pédagogique de l'établissement de formation constituera,
pour chaque candidat, un dossier comprenant :
- l'ensemble des documents remis pour conduire le travail demandé pendant la situation d'évaluation,
- la description sommaire des moyens matériels mis à sa disposition,
- les documents éventuellement rédigés par le candidat lors de l'évaluation,
- une fiche d'évaluation du travail réalisé.
Une fiche type d'évaluation du travail réalisé, rédigée et mise à jour par l'Inspection Générale de l'Éducation
Nationale, est diffusée aux services rectoraux des examens et concours. Cette fiche complétée pour chaque
candidat sera obligatoirement transmise au jury.
L'ensemble du dossier décrit ci-dessus, relatif à la situation d'évaluation sera tenu à la disposition du jury et
de l'autorité rectorale jusqu'à la session suivante. Le jury pourra éventuellement en exiger l'envoi avant
délibération afin de le consulter. Dans ce cas, à la suite d'un examen approfondi, il formulera toutes
remarques et observations qu'il jugera utiles et arrêtera la note.
SOUS-ÉPREUVE E22 (UNITÉ U22)
Préparation des interventions
Coefficient : 4
En relation avec les savoirs suivants :
-
S5 : Méthodes de maintenance
S6 : Interventions en environnement nucléaire
S7 : Installations nucléaires et exploitants
S8 : Radioprotection
1. CONTENU DE L'EPREUVE
A partir de données techniques relatives à la réalisation d’un chantier de logistique de maintenance nucléaire,
de gestion de déchets des industries nucléaires, de démantèlements d’installations nucléaires ou de travaux
particuliers liés à un environnement nucléaire, cette sous-épreuve permet de vérifier que le candidat a acquis
tout ou partie des compétences suivantes :
CP1.3 Maîtriser les données géographiques et se repérer dans l’espace professionnel
CP2.1 Identifier les risques réels ou potentiels
CP2.2 Participer à la planification du chantier
CP4.3 Réagir en fonction des risques évalués
2. EVALUATION
Les indicateurs d'évaluation correspondant aux compétences évaluées figurent dans la colonne « Indicateurs
de performance » des tableaux décrivant les compétences (cf. annexe I b : référentiel de certification).
Modes d'évaluation
- Évaluation ponctuelle : écrite d'une durée de 2 heures 30.
- Contrôle en cours de formation :
L'évaluation s'effectue sur la base d'une situation élaborée et organisée par l'équipe enseignante chargée des
enseignements technologiques et professionnels.
La période choisie pour l'évaluation pouvant être différente pour chacun des candidats, son choix et son
organisation relèvent de la responsabilité de l'équipe pédagogique, elle se déroulera au cours du dernier tiers
de l'ensemble de la formation.
À l'issue de cette situation d'évaluation, l'équipe pédagogique de l'établissement de formation constituera,
pour chaque candidat, un dossier comprenant :
- l'ensemble des documents remis pour conduire le travail demandé pendant la situation d'évaluation,
- la description sommaire des moyens matériels mis à sa disposition,
- les documents éventuellement rédigés par le candidat lors de l'évaluation,
- une fiche d'évaluation du travail réalisé.
Une fiche type d'évaluation du travail réalisé, rédigée et mise à jour par l'Inspection Générale de l'Éducation
Nationale, est diffusée aux services rectoraux des examens et concours. Cette fiche complétée pour chaque
candidat sera obligatoirement transmise au jury.
L'ensemble du dossier décrit ci-dessus, relatif à la situation d'évaluation sera tenu à la disposition du jury et
de l'autorité rectorale jusqu'à la session suivante. Le jury pourra éventuellement en exiger l'envoi avant
délibération afin de le consulter. Dans ce cas, à la suite d'un examen approfondi, il formulera toutes
remarques et observations qu'il jugera utiles et arrêtera la note.
ÉPREUVE E3 (UNITÉS U31, U32, U33 et U34)
ÉPREUVE PRATIQUE PRENANT EN COMPTE
LA PÉRIODE DE FORMATION OU L’ACTIVITÉ EN MILIEU PROFESSIONNEL
Coefficient : 10
Cette épreuve est constituée de quatre sous-épreuves :




Sous-épreuve E31 : Gérer, communiquer et rendre compte
Sous-épreuve E32 : Intervenir en environnement nucléaire
Sous-épreuve E33 : Économie-gestion
Sous-épreuve E34 : Prévention, santé, environnement
SOUS-ÉPREUVE E31 (UNITÉ U31)
Gérer, communiquer, rendre compte
Coefficient : 2
À l'issue des périodes de formation en milieu professionnel seront délivrées des attestations permettant de
vérifier le respect de la durée de la formation en entreprise et le secteur d'activité de cette formation. Un
candidat qui n'aura pas présenté ces pièces ne pourra pas valider la sous-épreuve E31 Gérer, communiquer,
rendre-compte, (unité U31).
Pour les candidats présentant la sous-épreuve E31 sous la forme ponctuelle, le recteur fixe la date à laquelle
le rapport doit être remis au service chargé de l'organisation de l'examen.
1. CONTENU DE LA SOUS-EPREUVE.
Cette sous-épreuve s'appuie sur les activités du candidat en entreprise soit au cours de sa période de
formation en milieu professionnel, soit au cours de son activité salariée ou indépendante.
Il s'agit de vérifier les compétences du candidat liées à :
• l’analyse et la présentation d’un accident survenu dans une installation nucléaire,
• l’utilisation des outils de communication habituellement utilisés dans l’entreprise.
CP3.1 Informer sa hiérarchie du déroulement des interventions
CP4.4 Réagir en cas d’incident ou d’accident
La réalité des activités conduites dans un environnement nucléaire et de la gestion ne peut apparaître dans
toutes ses dimensions que dans les entreprises. L'appréhender suppose que le candidat ait été, au cours de
sa formation ou de son expérience professionnelle1, confronté aux outils et aux contraintes des activités
accomplies en environnement nucléaire².
2. EVALUATION
Les indicateurs d'évaluation correspondant aux compétences évaluées figurent dans la colonne « Indicateurs
de performance » des tableaux décrivant les compétences (cf. annexe I b : référentiel de certification).
Elle s'appuie sur un dossier réalisé par le candidat dont la structure est indiquée ci-dessous :
Modes et supports d'évaluation
Contenu du dossier
A : Les activités
professionnelles
C.C.F.
Décrites dans le livret de
suivi
B : Une étude de cas
Rapport
1
Voir annexe III : Périodes de formation ou d’activités en milieu professionnel
Voir annexe Ic : Lexique
2
Ponctuel
Rapport
A. Les activités professionnelles :
Le candidat résumera l'ensemble des activités et des tâches professionnelles accomplies en entreprise du
point de vue :
- organisationnel,
- des moyens techniques mis en œuvre,
- des méthodes utilisées.
B. Étude de cas :
Dans cette partie, le candidat présente un accident survenu dans une installation nucléaire basé sur des
recherches documentaires.
Le dossier de synthèse sera mis à disposition des membres de la commission d'évaluation huit jours avant
la date de l'épreuve.
L'évaluation prend en compte :
 l'exactitude de l'analyse du contenu des documents mis à sa disposition dans l'entreprise,
 le relationnel avec la hiérarchie,
 l'intégration, dans le descriptif des interventions réalisées, des procédures d'hygiène, de sécurité, de
sûreté, de radioprotection et de respect de l'environnement mises en œuvre dans l'entreprise.

la maîtrise d'un vocabulaire spécifique et d'une expression orale structurée, qui permettent :
- lors de l'exposé, de traduire sans équivoque le résultat des analyses et/ou des propositions
techniques,
- lors de l'entretien, de transmettre des informations complémentaires aux membres de la commission
d'évaluation et d'argumenter les choix effectués.
3. MODE D'EVALUATION
Forme de l’évaluation :
Ponctuelle orale (durée 30 min) :
Évaluation ponctuelle : exposé 10 minutes, entretien 20 minutes.
Il s’agit d’un oral comportant un exposé du candidat d’une durée de 10 minutes suivi d’un entretien avec la
commission d'évaluateurs d’une durée de 20 minutes.
L’évaluation s’appuie sur la présentation orale d’un rapport d’activités en entreprise réalisé à titre individuel
par le candidat. Le jury est composé d’un professeur d’enseignement professionnel, un professeur ainsi que
d’un professionnel de la spécialité. En cas d’absence de ce dernier, la commission pourra valablement
statuer.
Lors de la présentation orale, le candidat pourra s’il le souhaite et s’il en a la maîtrise agrémenter son exposé
en utilisant les moyens de communication standards d’un centre d’examen (ordinateur, vidéo projecteur,
rétroprojecteur…). Cette utilisation est facultative et ne peut entrer dans le barème d’évaluation.
La commission d’évaluateurs détermine l’appréciation et la note qui sera proposée au jury.
En l’absence de rapport d’activité, l’interrogation ne peut avoir lieu. Le jury informe le candidat que la note
zéro est attribuée à l’épreuve.
Contrôle en cours de formation :
L'évaluation s'effectue sur la base d'une situation d'évaluation, organisée par l'équipe pédagogique de
l'établissement de formation. Les conditions de réalisation et les critères d'évaluation sont décrits ci-dessous.
1ère partie de l’évaluation : Situations de travail effectuées en entreprise.
Cette partie concerne l’évaluation des compétences mises en œuvre lors de la réalisation d’activités
découlant de la contractualisation entre l’établissement de formation et entreprise.
L’évaluation s’effectue au cours des périodes de formation en entreprise et porte sur la totalité des situations
de travail réalisées par le candidat.
Les activités professionnelles consignées dans le livret de suivi.
Lors de la dernière période de formation en entreprise, les compétences CP3.1 et CP4.4 sont évaluées
conjointement par le tuteur et le membre de l'équipe pédagogique chargé du suivi du candidat.
Les professeurs concernés et les tuteurs de l’entreprise déterminent conjointement, l’appréciation et la note
sur 20 points pour cette partie.
2ème partie de l’évaluation : elle concerne l’évaluation des parties constitutives du dossier de synthèse.
La période choisie pour l'évaluation pouvant être différente pour chacun des candidats, son choix et son
organisation relèvent de la responsabilité de l'équipe pédagogique, dans le courant de la dernière année de
formation.
Les évaluateurs proposent une note sur 10 points pour cette partie.
3ème partie de l’évaluation : oral de présentation des travaux réalisés.
Cette partie concerne l’évaluation des compétences mises en œuvre lors de la présentation orale du candidat
des activités significatives de travail réalisée et de l’étude de cas devant la commission d’évaluateurs et en
prenant appui sur le dossier de synthèse.
Présentation orale du rapport (sur 10 points : exposé 10 minutes, entretien 20 minutes).
La note finale proposée au jury résulte de la moyenne des notes obtenues aux trois parties affectées
de leur coefficient.
La commission sera constituée de quatre personnes au maximum :
- membre de l'équipe pédagogique de l'établissement de formation chargé du suivi du candidat
- membre de l'équipe pédagogique de l'établissement de formation chargé du domaine professionnel,
- d'un professionnel, de préférence le tuteur. En cas d'absence de ce dernier, la commission pourra
valablement statuer.
Une fiche type d'évaluation du travail réalisé, rédigée et mise à jour par l'Inspection Générale de l'Éducation
Nationale, est diffusée aux services rectoraux des examens et concours. Cette fiche complétée pour chaque
candidat sera obligatoirement transmise au jury.
L'ensemble du dossier décrit ci-dessus, relatif à la situation d'évaluation sera tenu à la disposition du jury et
de l'autorité rectorale jusqu'à la session suivante. Le jury pourra éventuellement en exiger l'envoi avant
délibération afin de le consulter. Dans ce cas, à la suite d'un examen approfondi, il formulera toutes
remarques et observations qu'il jugera utiles et arrêtera la note.
SOUS-ÉPREUVE E32 (UNITÉ U32)
Intervenir en environnement nucléaire
Coefficient : 6
1. CONTENU DE LA SOUS-EPREUVE
L'objectif de cette sous-épreuve est de placer le candidat en situation d’intervention au sein d’une équipe sur
un chantier de logistique de maintenance nucléaire, de gestion de déchets des industries nucléaires, de
démantèlements d’installations nucléaires ou de travaux particuliers liés à un environnement nucléaire.
Elle permet de vérifier que le candidat a acquis tout ou partie des compétences suivantes :
CP2.3 Respecter l'organisation matérielle de l'intervention
CP4.1 Mettre en œuvre des matériels
CP4.2 Assurer l'évacuation des déchets
CP4.5 Réaliser des opérations de maintenance
CP5.1 Contrôler les paramètres physiques de l’environnement
CP5.2 Participer au contrôle de la qualité
CP5.3 Participer au contrôle final
En relation avec les savoirs suivants :
S3 : interventions de maintenance
S4 : santé et sécurité au travail
S6 : interventions en environnement nucléaire
S7 : installations nucléaire et exploitants
S8 : radioprotection
2. EVALUATION
Les indicateurs d'évaluation correspondant aux compétences évaluées figurent dans la colonne « Indicateurs
de performance » des tableaux décrivant les compétences (cf. annexe I b : référentiel de certification).
Certaines autres compétences pourront être mobilisées mais ne seront pas évaluées. Dans le cas où elles ne
seraient pas maîtrisées, les tâches correspondantes seront réalisées avec assistance.
Modes d'évaluation

Évaluation ponctuelle : Épreuve pratique d'une durée de 4 heures.

Contrôle en cours de formation :
L'évaluation s'effectue sur la base d'une situation d’évaluation, elle est élaborée et organisée par l'équipe
enseignante chargée des enseignements technologiques et professionnels.
La période choisie pour l'évaluation pouvant être différente pour chacun des candidats, son choix et son
organisation relèvent de la responsabilité de l'équipe pédagogique, elle se déroulera au cours du dernier tiers
de l'ensemble de la formation.
À l'issue de cette situation d'évaluation, l'équipe pédagogique de l'établissement de formation constituera,
pour chaque candidat, un dossier comprenant :
- l'ensemble des documents remis pour conduire le travail demandé pendant la situation d'évaluation,
- la description sommaire des moyens matériels mis à sa disposition,
- les documents éventuellement rédigés par le candidat lors de l'évaluation,
- une fiche d'évaluation du travail réalisé.
Une fiche type d'évaluation du travail réalisé, rédigée et mise à jour par l'Inspection Générale de l'Éducation
Nationale, est diffusée aux services rectoraux des examens et concours. Cette fiche complétée pour chaque
candidat sera obligatoirement transmise au jury.
L'ensemble du dossier décrit ci-dessus, relatif à la situation d'évaluation sera tenu à la disposition du jury et
de l'autorité rectorale jusqu'à la session suivante. Le jury pourra éventuellement en exiger l'envoi avant
délibération afin de le consulter. Dans ce cas, à la suite d'un examen approfondi, il formulera toutes
remarques et observations qu'il jugera utiles et arrêtera la note.
SOUS-ÉPREUVE E33 (UNITÉ U33)
Économie-gestion
Coefficient : 1
La définition de la sous-épreuve est celle fixée dans l’annexe de l’arrêté du 13 avril 2010 fixant les modalités
d’évaluation de l’économie-gestion au baccalauréat professionnel.
FINALITÉ DE L'ÉVALUATION
La certification vise à évaluer la maîtrise des connaissances et compétences définies dans le programme
d'économie-gestion (arrêté du 10 février 2009).
FORMES DE L'ÉVALUATION
a) Contrôle en cours de formation
L'évaluation de l'économie-gestion s'effectue dans l'établissement de formation.
Elle est réalisée dans le cadre des activités habituelles d'enseignement par un formateur d'économie-gestion
ayant ou ayant eu le candidat en formation.
Elle donne lieu à une appréciation et à une note proposée au jury.
L'évaluation se décompose en deux situations :
Première situation d'évaluation : résultats d'évaluations significatives (sur 12 points)
Les évaluations significatives, élaborées à partir de situations professionnelles contextualisées,
correspondant à la spécialité préparée, sont réalisées au cours de la formation et portent sur les thèmes
suivants :
- pour l'axe 1 - le contexte professionnel :
Thème 1.2 La diversité des organisations, leur finalité et leur réalité
Thème 1.3 Les domaines d'activités des organisations
Thème 1.4 L'environnement économique, juridique et institutionnel
- pour l'axe 2 - l'insertion dans l'organisation :
Thème 2.2 L'embauche et la rémunération
Thème 2.3 La structure de l'organisation
Thème 2.4 Les règles de vie au sein de l'entreprise
- pour l'axe 3 - l'organisation de l'activité :
Thème 3.1 L'activité commerciale
Thème 3.2 L'organisation de la production et du travail
Thème 3.3 La gestion des ressources humaines
- pour l'axe 4 - la vie de l'organisation :
Thème 4.1 L'organisation créatrice de richesses
Thème 4.2 Les relations avec les partenaires extérieurs
- pour l'axe 5 - les mutations et leurs incidences :
Thème 5.1 Les mutations de l'environnement
Thème 5.2 Les mutations de l'organisation
Thème 5.3 Les incidences sur le personnel
Ces évaluations significatives doivent permettre d'évaluer au moins huit de ces thèmes et au moins seize
compétences, telles qu'elles sont définies dans le programme d'économie-gestion.
Deuxième situation d'évaluation : présentation du projet professionnel du candidat et entretien (sur 8 points)
Le projet professionnel est matérialisé par un dossier-projet de 3 à 5 pages, hors annexes, élaboré à
l'aide de l'outil informatique. Il porte sur les thèmes suivants :
Thème 1.1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers
Thème 2.1 La recherche d'emploi
Thème 4.3 La création et la reprise d'entreprise
Ce projet professionnel est structuré de façon à mettre en évidence :
- la présentation du candidat et de son cursus ;
- sa connaissance du secteur professionnel et de ses métiers à partir de l'expérience acquise en
entreprise ;
- la présentation structurée et argumentée de son projet professionnel (objectifs à court et moyen
terme, motivations, démarches).
L'évaluation se déroule en deux temps :
- présentation orale, par le candidat, de son projet professionnel pendant laquelle il n'est pas
interrompu ;
- entretien avec la commission d'évaluation portant sur le projet et sur les connaissances et
compétences relevant des trois thèmes cités précédemment.
À la date fixée par le formateur d'économie-gestion, le candidat se présente à l'entretien muni de son
dossier-projet.
Celui-ci sert uniquement de support à l'épreuve et n'est pas évalué en tant que tel.
La commission d'évaluation est composée du formateur d'économie-gestion et, dans la mesure du
possible, d'un autre formateur de l'équipe pédagogique ou d'un professionnel.
Tout candidat se présentant sans dossier-projet ou avec un dossier-projet non conforme à la
définition de l'épreuve (quelle qu'en soit la raison) doit être considéré comme présent. La commission
d'évaluation lui fait constater l'absence de dossier-projet ou sa non-conformité et l'informe de l'impossibilité
de procéder à l'entretien.
La note de zéro lui est alors attribuée.
Un dossier-projet est considéré non conforme dans les cas suivants :
- il n'est pas personnel ;
- il n'est pas réalisé avec l'outil informatique ;
- il comporte moins de 3 pages, hors annexes.
La note globale proposée au jury est accompagnée des documents d'évaluation (pour chaque candidat :
contrôles significatifs, grilles d'évaluation).
b) Contrôle ponctuel
L'évaluation de l'économie-gestion s'effectue sur la base d'une prestation orale d'une durée totale de 30
minutes maximum.
Elle porte sur la maîtrise des connaissances et compétences du programme d'économie-gestion.
L'évaluation donne lieu à une appréciation et à une note proposée au jury par la commission
d'interrogation, composée d'un formateur d'économie-gestion et d'un formateur de la spécialité ou d'un
professionnel de la spécialité.
L'appréciation chiffrée prend en compte deux éléments :
Première partie : présentation du projet professionnel du candidat et entretien (sur 8 points)
Le projet professionnel est matérialisé par un dossier-projet de 3 à 5 pages, hors annexes, élaboré à
l'aide de l'outil informatique. Il porte sur les thèmes suivants :
Thème 1.1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers
Thème 2.1 La recherche d'emploi
Thème 4.3 La création et la reprise d'entreprise
Ce projet professionnel est structuré de façon à mettre en évidence :
- la présentation du candidat et de son cursus ;
- sa connaissance du secteur professionnel et de ses métiers à partir de l'expérience acquise en
entreprise ;
- la présentation structurée et argumentée de son projet professionnel (objectifs à court et moyen
terme, motivations, démarches).
L'évaluation se déroule en deux temps :
- présentation orale, par le candidat, de son projet professionnel (5 minutes maximum) pendant
laquelle il n'est pas interrompu ;
- entretien avec la commission d'interrogation (10 minutes maximum) portant sur le projet et sur
les connaissances et compétences relevant des trois thèmes cités précédemment.
À la date fixée par les services académiques des examens, le candidat se présente à l'entretien
muni de son dossier-projet. Celui-ci sert uniquement de support à l'épreuve et n'est pas évalué en
tant que tel.
La commission d'interrogation prend connaissance du dossier pour orienter et conduire l'entretien.
Tout candidat se présentant sans dossier-projet ou avec un dossier-projet non conforme à la
définition de l'épreuve (quelle qu'en soit la raison) doit être considéré comme présent. Il est reçu par la
commission d'interrogation qui lui fait constater l'absence de dossier-projet ou sa non-conformité et
l'informe de l'impossibilité de procéder à l'entretien. La note de zéro lui est alors attribuée.
Un dossier-projet est considéré non conforme dans les cas suivants :
- il n'est pas personnel ;
- il n'est pas réalisé avec l'outil informatique ;
- il comporte moins de 3 pages, hors annexes.
Deuxième partie : évaluation des connaissances et compétences en économie-gestion (sur 12 points)
Dans la continuité de la prestation orale (présentation et entretien) du dossier-projet, la commission
d'interrogation s'entretient avec le candidat afin d'évaluer la maîtrise des autres connaissances et
compétences en économie-gestion.
Le questionnement prend appui sur des situations professionnelles contextualisées correspondant à la
spécialité préparée. Il porte sur les thèmes suivants :
- pour l'axe 1 - le contexte professionnel :
Thème 1.2 La diversité des organisations, leur finalité et leur réalité
Thème 1.3 Les domaines d'activités des organisations
Thème 1.4 L'environnement économique, juridique et institutionnel
- pour l'axe 2 - l'insertion dans l'organisation :
Thème 2.2 L'embauche et la rémunération
Thème 2.3 La structure de l'organisation
Thème 2.4 Les règles de vie au sein de l'entreprise
- pour l'axe 3 - l'organisation de l'activité :
Thème 3.1 L'activité commerciale
Thème 3.2 L'organisation de la production et du travail
Thème 3.3 La gestion des ressources humaines
- pour l'axe 4 - la vie de l'organisation :
Thème 4.1 L'organisation créatrice de richesses
Thème 4.2 Les relations avec les partenaires extérieurs
- pour l'axe 5 - les mutations et leurs incidences :
Thème 5.1 Les mutations de l'environnement
Thème 5.2 Les mutations de l'organisation
Thème 5.3 Les incidences sur le personnel
Cet entretien (15 minutes maximum) porte sur les connaissances d'au moins quatre de ces thèmes et
sur au moins huit compétences, telles qu'elles sont définies dans le programme d'économie-gestion.
Pour conduire l'entretien, la commission d'interrogation orientera son questionnement sur des situations
professionnelles liées à la spécialité.
La note globale proposée au jury est accompagnée des grilles d'évaluation.
SOUS-ÉPREUVE E34 (UNITÉ U34)
Prévention, santé, environnement
Coefficient : 1
La définition de la sous-épreuve est celle fixée dans l’annexe de l’arrêté du 13 avril 2010 fixant les modalités
d’évaluation de prévention, santé, environnement au baccalauréat professionnel.
OBJECTIFS DE L'ÉPREUVE
L'épreuve a pour objectif d'évaluer les compétences du candidat à :
- conduire une démarche d'analyse de situations en appliquant la démarche de résolution de
problème ;
- analyser une situation professionnelle en appliquant différentes démarches : analyse par le risque,
par le travail, par l'accident ;
- mobiliser des connaissances scientifiques, juridiques et économiques ;
- proposer et justifier les mesures de prévention adaptées ;
- agir de façon efficace face à une situation d'urgence.
CRITÈRES D'ÉVALUATION
L'évaluation porte notamment sur :
- la qualité du raisonnement et de l'analyse ;
- l'exactitude des connaissances ;
- la pertinence et le réalisme des solutions proposées ;
- l'efficacité de l'action face à une situation d'urgence.
MODALITÉS D'ÉVALUATION
Évaluation par contrôle en cours de formation
Le contrôle en cours de formation est organisé à partir de deux situations d'évaluation.
La première situation d'évaluation, notée sur 12 points, a lieu au plus tard en fin de première
professionnelle et comporte deux parties :
- une évaluation écrite d'une durée de 1 heure, notée sur 9 points. Elle prend appui sur des situations
de la vie quotidienne ou professionnelle. Elle comporte plusieurs questions indépendantes ou liées
permettant d'évaluer les connaissances et les capacités relatives à au moins deux modules parmi les
modules de 1 à 7 notés sur 6 points. Le module 8 à l'exception des situations d'urgences, noté sur 3
points, est évalué à travers la mise en œuvre de la démarche d'approche par le risque ;
- une évaluation pratique, notée sur 3 points. Elle prend en compte les résultats obtenus lors de la
formation de base au secourisme ou du recyclage SST.
Pour les candidats en situation de handicap, une adaptation de cette évaluation pratique doit être
proposée sous forme orale ou écrite.
La deuxième situation d'évaluation, notée sur 8 points, a lieu en terminale professionnelle.
Elle permet d'évaluer les modules de 9 à 12 à travers une production personnelle écrite (10 pages environ).
Le dossier produit présente la place de la prévention dans l'entreprise et l'analyse d'une situation
professionnelle à partir des données recueillies en entreprise.
Cette production met en évidence :
- une description des activités de l'entreprise ;
- l'identification d'un risque et de ses effets physiopathologiques dans le cadre d'une situation
professionnelle ;
- la mise œuvre d'une démarche d'analyse (approche par le travail ou par l'accident) ;
E4 (U4)
ÉPREUVE DE LANGUE VIVANTE
Coefficient : 2
ÉVALUATION EN CCF
Cette évaluation donne lieu à une situation d'évaluation unique :
 Compétences évaluées : expression orale en continu, interaction orale et compréhension de l'écrit.
 Niveau attendu en référence à l'échelle de niveaux du CECRL : B1+ pour LV1, B1 pour LV2.
 Durée : 15 minutes, sans préparation ; partie une et partie deux : 5 minutes maximum chacune,
notées pour un total de 20 points ; partie trois : 5 minutes maximum, notée sur 10.
L'évaluation a lieu au cours du sixième semestre de la formation conduisant à la délivrance du diplôme du
baccalauréat professionnel. Le calendrier de cette évaluation est établi par le chef d'établissement (ou du
centre de formation dans le cas d'un CFA habilité à pratiquer le CCF) après consultation des enseignants
concernés. Ces derniers peuvent proposer, au sein de la période considérée, un ordre de passage des
candidats qui tient compte de leur degré de maîtrise des compétences à évaluer. Les candidats reçoivent une
convocation du chef d'établissement ou du directeur de centre de formation.
L'évaluation est conduite par les professeurs et/ou les formateurs enseignant les langues concernées dans
l'établissement quelles que soient les classes ou groupes d'élèves qui leur sont confiés. Elle peut être
organisée de manière à ce que les professeurs n'évaluent pas leurs élèves de l'année en cours.
La situation d'évaluation se compose de trois parties, chacune d'une durée maximale de cinq minutes.
Aucune de ces trois parties n'est précédée d'un temps de préparation.
Partie 1
La première partie vise à évaluer la capacité du candidat à prendre la parole de manière continue. Elle prend
appui sur une liste de trois thèmes ou sujets, libellés dans la langue concernée et consignés sur un document
remis par le candidat au professeur. Ce document est au préalable validé par le professeur en charge de la
formation.
Ces trois thèmes ou sujets peuvent relever d'un ou plusieurs des domaines suivants :
- celui des projets ou réalisations mis en œuvre par le candidat au cours de sa formation au
baccalauréat professionnel ;
- celui de ses expériences professionnelles ou personnelles liées à son étude ou sa pratique de la
langue étrangère concernée ;
- celui de la culture quotidienne, contemporaine ou patrimoniale du ou des pays où la langue
étrangère étudiée est parlée, le candidat pouvant s'exprimer sur une œuvre étrangère (œuvre
littéraire, picturale, musicale, architecturale, cinématographique, etc.), sur un objet ou produit du
design industriel, de la tradition culinaire, de l'artisanat, etc., sur une manifestation ou un événement
(artistique, sportif, politique, historique, etc.).
Le professeur choisit un des thèmes ou sujets proposés et invite le candidat à s'exprimer. Ce dernier dispose
de cinq minutes maximum pour présenter, à l'oral et en langue étrangère, le thème ou le sujet en question.
Au cours de cette phase d'expression en continu, le professeur doit laisser le candidat aller au bout de ce qu'il
souhaite dire et veiller à ne pas l'interrompre, quelles que soient ses éventuelles hésitations.
Partie 2
La deuxième partie vise à évaluer la capacité du candidat à interagir en langue étrangère. À la suite de la
présentation du candidat, le professeur amorce avec ce dernier un échange oral d'une durée maximum de
cinq minutes. Cet échange oral commence par prendre appui sur la présentation du candidat et comporte des
questions, des demandes d'explications ou d'illustrations complémentaires. L'échange peut ensuite s'ouvrir à
d'autres questions. Au cours de cet entretien, le candidat doit faire preuve de son aptitude à s'exprimer et à
communiquer spontanément.
Partie 3
La troisième partie, qui vise à évaluer la capacité du candidat à comprendre un document écrit rédigé en
langue étrangère, est conduite en langue française. Elle prend appui sur un document inconnu en langue
étrangère ne comportant pas plus de 15 lignes (ligne s'entend au sens de 70 signes environ y compris les
blancs et signes de ponctuation) mis à la disposition du candidat par le professeur. Ce document peut relever
de genres différents (publicité, extrait d'article de presse ou d'œuvre littéraire, courrier de nature
professionnelle, notice, mode d'emploi, etc.). Il peut être informatif, descriptif, narratif ou argumentatif ; il peut
comporter du dialogue. Il est authentique (au sens technique du terme), c'est-à-dire non élaboré ou adapté à
des fins d'enseignement. Son degré de difficulté correspond au niveau du CECRL attendu pour les candidats
concernés. Il peut comporter des éléments iconographiques (textes illustrés par des photographies, articles
de presse accompagnés de dessins, textes publicitaires, bandes dessinées, etc.). On évitera toute
spécialisation excessive dans le cas d'un document lié à un secteur professionnel.
Le professeur laisse au candidat le temps nécessaire pour prendre connaissance du support. Durant cette
prise de connaissance, le candidat n'est pas autorisé à annoter le document ni à prendre des notes. Le
professeur pose ensuite, en français, au candidat des questions graduées (du général au particulier) visant à
vérifier son degré de compréhension. Le nombre de questions posées au candidat ne saurait être inférieur à
quatre ni excéder six. Enfin, le professeur peut éventuellement demander au candidat de lire à haute voix tout
ou partie du document.
Pour chaque candidat, le professeur établit son évaluation à partir de la fiche d'évaluation et de
notation correspondant à la langue (LV1 ou LV2) présentée. Cette fiche fait l'objet d'une publication
par note de service.
À l'issue de la situation de CCF, le professeur formule une proposition de note et une appréciation. Cette
proposition de note ainsi que l'appréciation ne sont pas communiquées au candidat. Le professeur veille à ce
que le candidat restitue le document support de la partie trois de l'épreuve.
La proposition de note attribuée à l'unité « langue vivante » du diplôme du baccalauréat professionnel est
constituée de la moyenne des notes obtenues à chacune des composantes de la situation de CCF. Elle est,
le cas échéant, arrondie au demi-point le plus proche. La note finale est arrêtée par le jury.
ÉPREUVE FINALE PONCTUELLE
Cette épreuve est une épreuve orale.



Compétences évaluées : expression orale en continu, interaction orale et compréhension de
l'écrit.
Niveau attendu en référence à l'échelle de niveaux du CECRL : B1+ pour LV1, B1 pour LV2.
Durée : 15 minutes, précédées d'un temps de préparation de 5 minutes pour la première partie de
l'épreuve ; partie une et partie deux : 5 minutes maximum chacune, notées pour un total de 20
points ; partie 3 : 5 minutes maximum, notée sur 10.
Cette épreuve est organisée par le recteur d'académie dans un centre d'examen. Le candidat reçoit une
convocation.
Elle a pour but d'évaluer l'aptitude du candidat à s'exprimer oralement et à interagir en langue étrangère ainsi
qu'à comprendre un document écrit rédigé en langue étrangère.
L'épreuve se compose de trois parties, chacune d'une durée maximale de cinq minutes. Seule la première
partie est précédée d'un temps de préparation.
Partie 1
La première partie de l'épreuve prend appui sur un document inconnu remis au candidat par le professeur.
Ce document peut relever de genres différents : image publicitaire, dessin humoristique, photographie,
reproduction d'une œuvre plastique, citation, proverbe, aphorisme, brève histoire drôle, simple question
invitant le candidat à prendre position sur un thème d'actualité ou un phénomène de société, slogan, titre
d'article de presse, etc.
Le candidat dispose de cinq minutes pour prendre connaissance du document, organiser ses idées et
préparer son propos. Il dispose ensuite de cinq minutes maximum pour s'exprimer, à l'oral et en langue
étrangère, à propos du document en question. Au cours de cette phase d'expression en continu, le
professeur doit laisser le candidat aller au bout de ce qu'il souhaite dire et veiller à ne pas l'interrompre,
quelles que soient ses éventuelles hésitations.
Le document n'a pas pour finalité de donner lieu à un commentaire formel de la part du candidat mais de
permettre à ce dernier de prendre la parole librement.
Partie 2
La deuxième partie de l'épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à interagir en langue étrangère. À la
suite de la présentation du candidat, le professeur amorce avec ce dernier un échange oral d'une durée
maximale de cinq minutes. Cet échange oral commence par prendre appui sur la présentation du candidat et
comporte des questions, des demandes d'explications ou d'illustrations complémentaires. L'échange peut
ensuite s'ouvrir à d'autres questions. Au cours de cet entretien, le candidat doit faire preuve de son aptitude à
s'exprimer et à communiquer spontanément.
Partie 3
La troisième partie, qui vise à évaluer la capacité du candidat à comprendre un document écrit rédigé en
langue étrangère, est conduite en langue française. Elle prend appui sur un document inconnu en langue
étrangère ne comportant pas plus de 15 lignes (ligne s'entend au sens de 70 signes environ y compris les
blancs et signes de ponctuation) mis à la disposition du candidat par le professeur. Ce document peut relever
de genres différents (publicité, extrait d'article de presse ou d'œuvre littéraire, courrier de nature
professionnelle, notice, mode d'emploi, etc.). Il peut être informatif, descriptif, narratif ou argumentatif ; il peut
comporter du dialogue. Il est authentique (au sens technique du terme), c'est-à-dire non élaboré ou adapté à
des fins d'enseignement. Son degré de difficulté correspond au niveau du CECRL attendu pour les candidats
concernés. Il peut comporter des éléments iconographiques (textes illustrés par des photographies, articles
de presse accompagnés de dessins, textes publicitaires, bandes dessinées, etc.). On évitera toute
spécialisation excessive dans le cas d'un document lié à un secteur professionnel.
Le professeur laisse au candidat le temps nécessaire pour prendre connaissance du support. Durant cette
phase, le candidat n'est pas autorisé à annoter le document ni à prendre des notes. Le professeur pose
ensuite, en français, au candidat des questions graduées (du général au particulier) visant à vérifier son
degré de compréhension. Le nombre de questions posées ne saurait être inférieur à quatre ni excéder six.
Enfin, le professeur peut éventuellement demander au candidat de lire à haute voix tout ou partie du
document.
Pour chaque candidat, le professeur établit son évaluation à partir de la fiche d'évaluation et
de notation correspondant à la langue présentée. Cette fiche fait l'objet d'une publication par note de
service.
À l'issue de l'épreuve, le professeur formule une proposition de note et une appréciation. Cette proposition de
note ainsi que l'appréciation ne sont pas communiquées au candidat. Le professeur veille à ce que le
candidat ne conserve ni les documents supports des première et troisième parties de l'épreuve, ni les notes
éventuellement prises pendant le temps de préparation de la première partie. Ces dernières sont détruites.
La proposition de note attribuée à l'unité « langue vivante » du diplôme du baccalauréat professionnel est
constituée de la moyenne des notes obtenues à chacune des composantes de l'épreuve. Elle est, le cas
échéant, arrondie au demi-point le plus proche. La note finale est arrêtée par le jury.
E5 (U51 - U52)
ÉPREUVE DE FRANÇAIS, HISTOIRE, GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE
Coefficient : 5
Sous-épreuve E51 (U51)
FRANÇAIS
Coefficient : 2,5
ÉVALUATION SOUS FORME PONCTUELLE - DURÉE 2h30
Support : un corpus de textes et documents (2 à 3) référé à l'un des objets d'étude de l'année de terminale.
Première partie : compétences de lecture (10 points)
1) Question portant sur le corpus : « Présentation du corpus »
Le candidat rédige quelques lignes (de 3 à 6 environ) pour présenter les relations que les documents
proposés dans le corpus entretiennent entre eux.
2) Question(s) portant sur un ou des documents du corpus : « Analyse et interprétation »
Le candidat analyse un ou deux effets d'écriture (inscrits dans le libellé de la ou des deux questions) et en
propose une interprétation.
Deuxième partie : compétences d'écriture (10 points)
Dans le libellé du sujet une question est posée en lien avec le corpus proposé en première partie.
Le candidat répond à cette question en une quarantaine de lignes et de façon argumentée.
ÉVALUATION PAR CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION
La certification en cours de formation comprend deux situations d'évaluation, toutes les deux notées sur 20.
Première situation d'évaluation : compétences de lecture (durée maximale : 1h)
Support : un corpus de textes et documents (2 à 3) référé à l'un des trois objets d'étude de la dernière année
de formation
1) Question portant sur le corpus : « Présentation du corpus » (6 points)
Le candidat rédige quelques lignes (de 3 à 6 environ) pour présenter les relations que les documents
proposés dans le corpus entretiennent entre eux.
2) Question(s) portant sur un ou des documents du corpus : « Analyse et interprétation » (notée sur 14)
Le candidat analyse un ou deux effets d'écriture (inscrits dans le libellé de la ou des deux questions) et en
propose une interprétation.
Deuxième situation d'évaluation : compétences d'écriture (durée maximale : 1h30)
Support : un corpus de textes et documents (2 à 3) référé à un autre des trois objets d'étude de la dernière
année de formation. Ce corpus est étudié en classe dans les jours qui précèdent la situation d'évaluation.
Lors de la situation d'évaluation, un sujet est proposé aux candidats ; ce sujet indique une question
explicitement posée en lien avec le corpus proposé et avec l'objet d'étude.
Le candidat répond à cette question en une quarantaine de lignes et de façon argumentée.
Sous-épreuve E52 (U52)
HISTOIRE, GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE
Coefficient : 2,5
ÉVALUATION SOUS FORME PONCTUELLE - DURÉE 2h
L'examen de baccalauréat professionnel évalue la maîtrise des savoirs et des capacités en histoiregéographie et éducation civique définis dans les programmes de la classe de terminale professionnelle.
L'épreuve, d'une durée de deux heures, comporte trois parties, notées respectivement 9, 4 et 7 points.
La première partie porte sur les sujets d'étude, soit d'histoire soit de géographie. Elle propose deux sujets au
choix. Chaque sujet est composé d'une ou plusieurs questions et peut comporter un support documentaire.
La deuxième partie porte sur le programme d'éducation civique. Elle est composée d'une question et peut
comporter un support documentaire.
La troisième partie porte sur la discipline qui n'est pas l'objet de la première partie. Elle consiste en une
analyse de document(s) portant sur les situations d'un des sujets d'étude.
ÉVALUATION PAR CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION
Le contrôle en cours de formation évalue la maîtrise des savoirs et des capacités en histoire, géographie et
éducation civique définis dans les programmes de la classe de terminale professionnelle. Il est constitué de
deux situations d'évaluation.
La première situation porte sur les sujets d'étude soit d'histoire soit de géographie. Elle est composée d'une
ou plusieurs questions et peut comporter un support documentaire.
Une des questions doit avoir une connotation civique en rapport avec le programme d'éducation civique.
La deuxième situation porte sur la discipline qui n'a pas été l'objet de la première épreuve. Elle consiste en
une analyse de document(s). Elle porte sur les situations d'un des sujets d'étude.
E6 (U6)
ÉPREUVE D’ARTS APPLIQUÉS ET CULTURES ARTISTIQUES
Coefficient : 1
CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION
Le contrôle en cours de formation comporte deux situations d'évaluation organisées au cours de la formation.
Sur un sujet personnel, défini en accord avec le professeur d'arts appliqués, le candidat constitue un dossier.
Ce dossier est réalisé en classe, sur une durée limitée.
Le sujet porte sur le contenu d'un des champs du programme : « Appréhender son espace de vie », «
Construire son identité culturelle », « Élargir sa culture artistique ». Une partie histoire des arts est clairement
identifiée.
Première situation
Le candidat procède à une collecte argumentée de références et réalise un dossier limité à une dizaine de
pages, format A4 ; il peut être présenté sous forme numérique.
Cette partie se déroule dans le courant du second semestre de la classe de première.
Critères d'évaluation :
Le candidat montre qu'il est capable de repérer de façon autonome les caractéristiques essentielles
d'œuvres, de produits, d'espaces urbains ou de messages visuels. À cette fin, il doit :
- collecter et sélectionner une documentation (visuelle, textuelle, sonore, etc.) ;
- porter un regard critique sur les références recueillies ;
- les commenter graphiquement et par écrit ;
- les présenter de façon lisible et expressive.
Cette partie compte pour 30 % de la note globale.
Deuxième situation
En s'appuyant sur le dossier réalisé, le candidat élargit l'étude pour répondre à une question limitée. En
fonction du champ sur lequel ont porté ses premières investigations, il établit des liens avec le contenu d'un
des autres champs afin de mettre en évidence le dialogue entre les différents domaines culturels. Il traduit
ses recherches en utilisant des outils adaptés, graphiques ou numériques.
Cette partie peut se présenter sous forme papier (5 formats A3 maximum) ou numérique (image fixe ou
animée, sonorisée ou non) et comporter éventuellement une maquette en volume. Elle est évaluée lors d'une
présentation orale de 10 minutes maximum qui se déroule de mars à mai de la classe de terminale. Les
partenaires intervenant au titre des cultures artistiques sont invités dans la mesure du possible à participer à
l'évaluation.
Critères d'évaluation :
Le candidat montre qu'il est sensibilisé à son environnement culturel en appuyant sa réflexion sur des
connaissances précises, notamment en histoire des arts, et qu'il a acquis les principes élémentaires de la
démarche créative. À cette fin, il doit :
- situer une œuvre ou une production dans son contexte de création ;
- explorer des axes de recherche en réponse à une question simple et s'engager dans un projet ;
- maîtriser les bases de la pratique des outils graphiques, traditionnels et informatiques ;
- s'exprimer dans un langage correct et précis en utilisant le vocabulaire technique approprié.
Cette partie compte pour 70 % de la note globale.
CONTRÔLE PONCTUEL
Durée : 1h30
Le sujet pose une question simple à partir d'un ensemble documentaire limité (3 formats A4 maximum).
Les documents relèvent des champs 1 : « Appréhender son espace de vie », 2 : « Construire son identité
culturelle » et 3 : « Élargir sa culture artistique » ; ils intègrent la dimension histoire des arts.
Critères d'évaluation :
Le candidat choisit l'un des champs et doit montrer qu'il est capable :
- de situer une œuvre ou une production dans son contexte de création ;
- de porter un regard critique sur les références proposées ;
- de les commenter graphiquement et par écrit ;
- de proposer, sous forme graphique et écrite, une réponse argumentée à la question posée.
E7 (U7)
ÉPREUVE D’ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE
Coefficient : 1
Évaluation ponctuelle et par contrôle en cours de formation
Les modalités de l’épreuve d’éducation physique et sportive sont définies par l’arrêté du 15 juillet 2009 relatif
aux modalités d’organisation du contrôle en cours de formation et de l’examen terminal pour l’éducation
physique et sportive aux examens du baccalauréat professionnel, du certificat d’aptitude professionnelle et du
brevet d’études professionnelles (Journal officiel du 31 juillet 2009, BOEN du 27 août 2009) et la note de
service n°2009-141 du 8 octobre 2009 relative à l’éducation physique et sportive aux examens du baccalauréat
professionnel, du certificat d’aptitude professionnelle et du brevet d’études professionnelles (BOEN du 12
novembre 2009).
ÉPREUVE FACULTATIVE DE LANGUE VIVANTE UF1
DÉFINITION DE L'ÉPREUVE ORALE FACULTATIVE DE LANGUE VIVANTE ÉTRANGÈRE DANS LES
SPÉCIALITÉS DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL
Épreuve orale d'une durée de 15 minutes, précédée d'un temps de préparation de 5 minutes pour la
première partie de l'épreuve.
Partie 1 et partie 2 : 5 minutes maximum chacune, notées pour un total de 20 points.
Partie 3 : 5 minutes maximum, notée sur 10.
Niveau attendu en référence à l'échelle de niveaux du CECRL : B1+
Cette épreuve est organisée par le recteur d'académie dans un centre d'examen. Le candidat reçoit une
convocation.
Elle a pour but d'évaluer l'aptitude du candidat à s'exprimer oralement en langue étrangère (de façon
continue et en interaction) et à comprendre un document écrit rédigé en langue étrangère.
L'épreuve se compose de trois parties, chacune d'une durée maximale de cinq minutes. Seule la première
partie est précédée d'un temps de préparation.
Partie 1
La première partie de l'épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à prendre la parole de manière
continue. Elle prend appui sur un document inconnu remis au candidat par l'examinateur.
Ce document peut relever de genres différents : image publicitaire, dessin humoristique, photographie,
reproduction d'une œuvre plastique, citation, proverbe, aphorisme, brève histoire drôle, question invitant le
candidat à prendre position sur un thème d'actualité ou un phénomène de société, slogan, titre d'article de
presse, etc.
Le candidat dispose de cinq minutes pour prendre connaissance du document, organiser ses idées et
préparer son propos. Il dispose ensuite de cinq minutes maximum pour s'exprimer, à l'oral et en langue
étrangère, à propos du document en question. Au cours de cette phase d'expression en continu,
l'examinateur doit laisser le candidat aller au bout de ce qu'il souhaite dire et veiller à ne pas l'interrompre,
quelles que soient ses éventuelles hésitations.
Le document n'a pas pour finalité de donner lieu à un commentaire formel de la part du candidat mais de
permettre à ce dernier de prendre la parole librement.
Partie 2
La deuxième partie de l'épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à interagir en langue étrangère. À la
suite de la présentation du candidat, l'examinateur amorce avec ce dernier un échange oral d'une durée
maximum de cinq minutes. Cet échange oral commence par prendre appui sur la présentation du candidat et
comporte des questions, des demandes d'explications ou d'illustrations complémentaires. L'échange peut
ensuite s'ouvrir à d'autres questions. Au cours de cet entretien, le candidat doit faire preuve de son aptitude à
s'exprimer et à communiquer spontanément.
Partie 3
La troisième partie, qui vise à évaluer la capacité du candidat à comprendre un document écrit rédigé en
langue étrangère, est conduite en langue française. Elle prend appui sur un document inconnu en langue
étrangère ne comportant pas plus de 15 lignes (ligne s'entend au sens de 70 signes environ y compris les
blancs et signes de ponctuation) mis à la disposition du candidat par l'examinateur.
Ce document peut relever de genres différents (publicité, extrait d'article de presse ou d'œuvre littéraire,
courrier de nature professionnelle, notice, mode d'emploi, etc.). Il peut être informatif, descriptif, narratif ou
argumentatif ; il peut comporter du dialogue. Il est authentique (au sens technique du terme), c'est-à-dire non
élaboré ou adapté à des fins d'enseignement. Son degré de difficulté correspond au niveau du CECRL
attendu pour les candidats concernés. Il peut comporter des éléments iconographiques (textes illustrés par
des photographies, articles de presse accompagnés de dessins, textes publicitaires, bandes dessinées, etc.).
On évitera toute spécialisation excessive dans le cas d'un document lié à un secteur professionnel.
L'examinateur laisse au candidat le temps nécessaire pour prendre connaissance du support. Durant cette
prise de connaissance, le candidat n'est pas autorisé à annoter le document ni à prendre des notes.
L'examinateur pose ensuite, en français, des questions graduées (du général au particulier) visant à évaluer
chez le candidat son degré de compréhension du document. Le nombre de questions posées au candidat ne
saurait être inférieur à quatre ni excéder six. Enfin, l'examinateur professeur peut éventuellement demander
au candidat de lire à haute voix tout ou partie du document.
Pour chaque candidat, l'examinateur établit son évaluation à partir de la fiche d'évaluation et de notation qui
fait l'objet d'une publication par note de service.
À l'issue de l'épreuve, l'examinateur formule une proposition de note et une appréciation. Cette proposition de
note ainsi que l'appréciation ne sont pas communiquées au candidat. L'examinateur veille à ce que le
candidat ne conserve ni les documents supports des première et troisième parties de l'épreuve, ni les notes
éventuellement prises pendant le temps de préparation de la première partie. Ces dernières sont détruites.
La proposition de note attribuée à l'épreuve facultative de langue vivante du diplôme du baccalauréat
professionnel est constituée de la moyenne des notes obtenues à chacune des composantes de l'épreuve.
Elle est, le cas échéant, arrondie au point le plus proche. La note finale est arrêtée par le jury.
DÉFINITION DE L'ÉPREUVE FACULTATIVE DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (LSF) DANS LES
SPÉCIALITÉS DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL
Épreuve orale d'une durée de 20 minutes, précédée d'un temps de préparation de 30 minutes (y
compris le temps nécessaire à la connaissance des documents proposés au candidat).
L'épreuve prend appui sur un document apporté par l'examinateur. Durant toute l'épreuve, l'examinateur et le
candidat ne communiquent qu'en langue des signes à l'exclusion de tout autre langage.
Déroulement de l'épreuve
Pendant le temps de préparation de 30 minutes, l'examinateur propose au candidat deux documents :
 un document iconographique contemporain ;
 un texte contemporain, écrit en français, d'une longueur maximale de 2 000 signes
typographiques.
Au cours de la même journée d'interrogation, chaque examinateur veillera à proposer deux documents
différents à chaque candidat.
Le candidat choisit sur lequel des deux documents portera son évaluation (le temps utilisé pour découvrir les
documents fait partie intégrante des 30 minutes de préparation). Le candidat présente le document qu'il a
choisi sans être interrompu ni relancé par l'examinateur.
Cette présentation, qui ne doit pas être un commentaire formel, est suivie d'un entretien conduit par
l'examinateur qui, prenant appui sur le document support et l'exposé du candidat, formule des questions pour,
par exemple, permettre au candidat de préciser une analyse ou un point de vue ou de développer une idée.
On attend du candidat qu'il s'exprime clairement dans une gamme de langue suffisamment étendue pour
pouvoir décrire, exprimer un point de vue, voire développer une argumentation.
Le candidat doit :
a) pour la présentation du document (durée : 5 minutes, notée sur 10 points)
 être capable de rendre compte du contenu du document qui lui est proposé, pouvoir le décrire,
expliciter la situation ou le thème présenté, apporter un commentaire personnel s'il le juge
approprié ou pertinent ;
 faire la preuve de sa capacité à signer clairement, à un rythme naturel et à un niveau qui
n'entrave pas la transmission de sa présentation.
b) pour l'entretien (durée : 25 minutes, noté sur 10 points)
 comprendre des signes familiers et fréquents portant sur des domaines familiers ou des questions
d'actualité que l'examinateur utilise de façon naturelle ;
 être capable de faire face à une situation de communication où il lui est demandé de bien recevoir
un message ou une question, afin de pouvoir réagir ou répondre en s'exprimant à son tour par
des signes clairs et à un rythme convenable ;
 faire la preuve d'une certaine aisance : signer en continu pour exprimer ou défendre un point de
vue, argumenter, voire apporter une contradiction.
Le candidat, tout comme l'examinateur, peut étendre la discussion sur d'autres points sans lien direct avec le
document.
.
PÉRIODE DE FORMATION EN MILIEU
PROFESSIONNEL
ORGANISATION DE LA FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL
1. Voie scolaire
La durée de la formation en milieu professionnel est de 22 semaines réparties sur les trois années de
formation.
La période de formation en milieu professionnel fait obligatoirement l’objet d’une convention entre le chef
d’entreprise accueillant l’élève et le chef d’établissement scolaire où ce dernier est scolarisé. Cette
convention doit être conforme à la convention type définie par les textes en vigueur.
La période de formation en milieu professionnel et en établissement scolaire doit assurer la continuité de la
formation et permettre à l’élève de compléter et de renforcer ses compétences. Elle fait l’objet d’une
planification préalable de manière à maintenir une cohérence de la formation. Elle doit être préparée en
liaison avec tous les enseignements. La formation assurée en établissement scolaire doit être polyvalente
afin de faciliter l’acquisition des savoirs et des compétences dans les différents domaines constitutifs de la
formation préparée.
Le temps de formation en milieu professionnel est réparti sur les trois années en tenant compte :

des contraintes matérielles des entreprises et des établissements scolaires ;

des objectifs pédagogiques spécifiques à ces périodes ;

des cursus d’apprentissage.
1.1 Objectifs généraux
Les périodes de formation en milieu professionnel permettent au candidat :

de recevoir les formations conduisant à la délivrance des habilitations obligatoires par les
entreprises ;

d’appréhender concrètement la réalité des contraintes économiques, humaines et techniques de
l’entreprise ;

de comprendre l’importance de l’application des règles d’hygiène et de sécurité ;

d’intervenir sur des équipements très récents dont ne disposent pas les établissements de
formation ;

d’utiliser des matériels d’intervention ou des outillages spécifiques de technologies nouvelles ;

de comprendre la nécessité de l’intégration du concept de la qualité dans toutes les activités
développées ;

d’observer, comprendre et analyser, lors de situations réelles, les différents éléments liés à des
stratégies industrielles ;

de mettre en œuvre ses compétences dans le domaine de la communication avec tous les
services ;

de prendre conscience de l’importance de la compétence de tous les acteurs et des services de
l’entreprise.
1.2 Modalités d’intervention des professeurs
L’équipe pédagogique, dans son ensemble, est concernée par les périodes de formation en milieu
professionnel.
La recherche et le choix des entreprises d’accueil relèvent de la responsabilité de l’équipe pédagogique de
l’établissement de formation. L’intérêt que porteront les professeurs à l’entreprise et au rôle du tuteur
permettra d’assurer la continuité de la formation.
En accord avec le tuteur, chaque professeur peut suivre une activité développée en entreprise par le
stagiaire.
1.3 Compétences à développer
Certaines compétences du présent référentiel ne sauraient être acquises sans une part importante
d'interventions de l'entreprise, il s'agit en particulier des compétences :

CP3.1 : Informer sa hiérarchie du déroulement des interventions

CP4.4 : Réagir en cas d’incident ou d’accident
Les autres compétences de ce référentiel pourront être confortées lors des activités en entreprise.
Pendant chaque période de formation en milieu professionnel, les activités seront organisées et suivies par le
tuteur qui assurera cette mission conjointement avec l’équipe pédagogique de l’établissement de formation. À
chacune des périodes de formation, un contrat individuel de formation sera préalablement négocié et établi
entre le tuteur, l’équipe pédagogique et l’élève.
Ce contrat fera l’objet d’un document qui indiquera :

la liste des compétences et savoirs à acquérir, en tout ou partie, durant la période considérée ;

les modalités d’évaluation de ces compétences ;

l’inventaire des pré-requis nécessaires pour aborder dans des conditions acceptables la formation
en milieu professionnel ;

les modalités de formation envisagées dans l’entreprise (les tâches et le degré d’autonomie, les
matériels utilisés, services ou équipes concernés...).
Chaque période de formation sera évaluée conjointement par le tuteur et l’équipe pédagogique ou son
représentant. Le constat établi sera reporté sur le livret de suivi.
1.4 Contenus et activités
Au terme de chaque période de formation en milieu professionnel, le candidat rédige un inventaire des
situations de travail vécues en entreprise et une analyse concise des activités professionnelles réalisées.
Cet inventaire est visé par le tuteur de l’élève en entreprise. Ce visa atteste que les activités développées
correspondent à celles confiées à l’élève au cours de sa formation en entreprise.
À l’issue des 22 semaines de formation en milieu professionnel, le candidat constitue un dossier de synthèse
qui consigne en particulier :
1. l’inventaire des situations de travail vécues en entreprise ;
2. sous la forme d’une étude de cas, l’analyse et la présentation d’une intervention particulière
réalisée en entreprise, significative des activités principales et tâches de référence du référentiel,
seront notamment décrit :

le contexte des interventions permettant de comprendre les activités menées ;

les procédures mises en œuvre ;

les moyens utilisés y compris ceux assurant la sûreté et la protection des personnes, des biens et
de l’environnement ;

les documents de traçabilité ;

la documentation technique ;

la documentation professionnelle sera intégrée dans une annexe.
À l'issue des périodes de formation en milieu professionnel seront délivrées des attestations permettant de
vérifier le respect de la durée de la formation en entreprise et le secteur d'activité de cette formation.
Un candidat qui n'aura pas présenté ces pièces ne pourra pas valider la sous-épreuve E31 «gérer,
communiquer, rendre-compte».
Pour les candidats présentant la sous-épreuve E31 sous la forme ponctuelle, le recteur fixe la date à laquelle
le rapport doit être remis au service chargé de l’organisation de l’examen.
2. Voie de l’apprentissage
La durée de la formation en milieu professionnel est incluse dans la formation en entreprise.
De manière à établir une cohérence dans le déroulement de la formation, l’équipe pédagogique du centre de
formation d’apprentis informe les maîtres d’apprentissage sur les objectifs des différentes périodes de cette
formation et sur leur importance dans la réalisation du dossier de synthèse de stage.
Au terme de la formation, l’apprenti constitue un dossier de synthèse. Les modalités de constitution sont
identiques à celles fixées pour les candidats de la voie scolaire.
3. Voie de la formation professionnelle continue
3.1 Candidats en situation de première formation ou de reconversion
La durée de la formation en entreprise, s’ajoute aux durées de formation dispensées par le centre de
formation continue.
Le stagiaire peut avoir la qualité de salarié d’un autre secteur professionnel.
Lorsque cette préparation s’effectue dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, le stage
obligatoire est intégré dans la période de formation dispensée si les activités effectuées sont en cohérence
avec les exigences du référentiel et conformes aux objectifs de la formation en entreprise.
Au terme de sa formation, le candidat constitue un dossier de synthèse. Les modalités de constitution sont
identiques à celles fixées pour les candidats de la voie scolaire.
3.2 Candidats en situation de perfectionnement
Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail attestant que l’intéressé a
développé des activités dans des entreprises relevant du secteur de la filière nucléaire en qualité de salarié à
plein temps, pendant six mois au cours de l’année précédant l’examen ou à temps partiel pendant un an au
cours des deux années précédant l’examen.
Le candidat rédige un dossier de synthèse sur ses activités professionnelles dans le même esprit qui préside
à l’élaboration du dossier pour les candidats scolaires, apprentis ou en formation professionnelle continue
visés au 3.1 ci-dessus.
Le dossier fait apparaître :

la nature des fonctions exercées dans l’entreprise ;

les types d’activités qui font appel à tout ou partie des compétences décrites ci-dessus (§1.3) ;

pour les candidats présentant la sous-épreuve E31 « Inspection et relation en entreprise » sous la
forme ponctuelle, le recteur fixe la date à laquelle le rapport doit être remis au service chargé de
l’organisation de l’examen.
3.3. Positionnement
Durée minimale pour les candidats positionnés par décision du recteur :

10 semaines pour les candidats issus de la voie scolaire (art. D 337-65 du Code de l’éducation) ;

4 semaines pour les candidats issus de la formation professionnelle continue visés au 3.1. cidessus.
4. Candidats se présentant au titre de trois années d’expérience professionnelle
Le candidat rédige un dossier de synthèse (rapport et certificat de travail) décrivant les activités qu’il a pu
exercer dans sa carrière en rassemblant les pièces justificatives correspondantes. Le recteur fixe la date à
laquelle le dossier de synthèse doit être remis au service chargé de l’organisation.
OBLIGATIONS EN MATIÈRE DE SUIVI
ET DE GESTION DES PERSONNELS
INTERVENANTS SUR LES SITES
NUCLÉAIRES
Préambule
Depuis les années 1990, le Groupement Intersyndical de l'Industrie du Nucléaire (GIIN) a travaillé sur les
méthodes et moyens à mettre en œuvre pour améliorer le suivi du personnel travaillant sous rayonnements
ionisants dans les installations nucléaires de base. De cette réflexion est issu le CEFRI, organisme mis en
place pour certifier :
- les entreprises dispensant les formations du personnel1 ;
- les entreprises utilisant du personnel travaillant dans les installations nucléaires ;
- les entreprises de travail temporaire mettant à disposition du personnel.
De plus, le décret du 24 décembre 1999 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des
rayonnements ionisants stipule que ces entreprises soient certifiées par un organisme accrédité par le (ou
les) Ministère (s) chargé du travail, de l'industrie et de l'agriculture. Actuellement, le CEFRI et l’UTO sont
accrédités.
Rôle de l'organisme accrédité, des industriels et des organismes de contrôle et de prévention
Lorsqu'une entreprise s'engage dans la démarche de certification, elle doit prouver à l'Organisme accrédité
chargé de la contrôler au cours d'audits, que les obligations suivantes sont bien respectées pour l'ensemble
du personnel travaillant sous rayonnements ionisants, quelque soit sa catégorie (au sens de son niveau
d'exposition en regard des limites annuelles d'exposition) :
- le suivi des formations obligatoires est effectué ;
- le suivi dosimétrique du personnel est conforme à la réglementation en vigueur ;
- le suivi médical est assuré conformément à la réglementation en vigueur.
L'entreprise doit donc décrire dans son système qualité basé sur les normes ISO ou un système équivalent,
les méthodes et moyens engagés pour répondre aux exigences définies. En particulier, l'entreprise doit
prouver que son personnel est formé à la radioprotection conformément aux décrets sur le sujet en vigueur,
et suit également des formations exigées par certains industriels ou recommandées instamment par des
organismes de prévention.
Dans ces derniers cas les formations sont effectuées dans des centres agréés au niveau national, ou des
centres habilités par l'industriel demandeur qui en assure les audits pour son propre compte.
Ainsi dans le cadre de l'enseignement du BAC professionnel « Techniques d’Interventions sur
Installations Nucléaires » (BAC PRO T.I.I.N.), il sera fait mention de certaines formations vivement
recommandées par les Caisses régionales (CRAM) et/ou exigées par la profession pour permettre au
personnel de travailler dans les installations nucléaires dans de bonnes conditions de sûreté, de sécurité et
de radioprotection. Elles seront considérées comme obligatoires ainsi que l'a demandé le groupe de travail
mixte Éducation Nationale/Entreprises de l'Industrie Nucléaire ayant participé à l'élaboration du programme
de formation (voir tableau joint).
Formations à la prévention des risques ionisants
Les formations exigées quelque soit la catégorie de personnel à contrat à durée indéterminée ayant à
travailler dans une installation nucléaire sont soumises à un cahier des charges précis, et organisées par un
centre agréé CEFRI. Elles sont les suivantes (des conditions particulières sont exigées pour le personnel à
contrat à durée déterminée et pour les intérimaires) et seront dispensées dans le cadre du BAC PRO T.I.I.N. :
1
L'agrément concerne à la fois l'organisme de formation et le formateur.
Prévention des risques niveau 1 (personnel d'exécution) : PR1
4 jours de tronc commun plus 1 journée d'option :
RN = Réacteur Nucléaire EDF
CC = Cycle du combustible AREVA
CR = Centre de recherche
Formations à la qualité et à la sûreté
Même si tous les « Donneurs d'Ordre » exigent une formation à la qualité pour le personnel des prestataires
telle que définie dans le système qualité de ces derniers, seule EDF exige des formations obligatoires dont le
contenu est défini par elle-même dans une note technique. Ces formations relatives à la qualité sont
déclinées en deux niveaux qui seront dispensés pour le BAC PRO T.I.I.N. :
Formation AQ1
Pour intervenant devant exécuter des activités à qualité surveillée sous la responsabilité d'une personne d'un
niveau supérieur.
Formation QSP (Qualité Sûreté des Prestataires)
Obligatoire pour le personnel :
 travaillant sur une structure, un équipement, un système, un matériel, un composant ou un logiciel
présent dans une Installation Nucléaire de Base (I.N.B.) ou placé sous la responsabilité de l’exploitant
et assurant une fonction nécessaire à la démonstration de protection des intérêts ou contrôlant que
cette fonction est assurée. Ces équipements sont dits « Éléments Important pour la Protection des
intérêts » (anciennement IPS) ;
 réalisant des activités participant aux dispositions techniques ou d’organisation en lien avec la
démonstration de protection des intérêts, ou susceptibles de les affecter. Ces activités sont dites
« Activités Importantes pour la Protection » (anciennement ACQ).
Formation à la prévention des risques conventionnels
Vivement recommandées par les CRAM, ces formations sont dispensées soit par des Centres Habilités soit
par les Établissements Scolaires, et concernent les domaines suivants :
Prévention des risques électriques H0/B1V
Pour le personnel travaillant à proximité d'installations électriques ou effectuant des travaux électriques hors
tension sur des appareils ou machines (concerne la quasi-totalité des travaux liés aux BAC PRO).
Prévention des risques liés à l'activité physique (PRAP)
Cette formation aux « gestes et postures » est indispensable à l'ensemble du personnel qui accomplit des
travaux manuels, afin de limiter la fréquence des accidents du travail liés à ces aspects, qui sont les plus
fréquents sur les chantiers retenus pour le BAC PRO T.I.I.N.
Prévention du risque incendie
Suivant les risques liés aux opérations entreprises sur les chantiers, les donneurs d'ordre exigeront une
formation de niveau 1 ou de niveau 2 qui sera dispensé par un centre spécialisé de secours incendie dont
dépend l'installation nucléaire.
Sécurité secourisme du travail
A partir d'un certain nombre de personnes présentes sur un chantier la législation du travail exige la présence
d'un secouriste. Le futur diplômé est de ce fait engagé à avoir cette formation dispensée dans les
établissements scolaires.
Référentiels des formations
D'une façon générale, le référentiel des formations évolue en fonction du retour d'expérience et de l'évolution
des risques et des incidents ou accidents survenus. Il est donc nécessaire d'utiliser les derniers documents
édités par le CEFRI, les Entreprises « donneur d'ordre » ou les CRAM afin de mettre en œuvre des
formations adaptées et reconnues.
Le tableau ci-joint donne la liste des formations obligatoires par le futur diplômé et les périodes de formation
retenues pour que l'élève puisse effectuer ses stages conformément aux exigences définies pour l'entrée et
le travail dans une installation à risques nucléaires.
Toutes ces formations permettront à l'entreprise d'habiliter le personnel stagiaire ou à terme titulaire pour les
travaux spécifiques pour lesquels il a reçu une formation.
Calendrier des formations obligatoires2 :
Intitulé de la formation
Risques électriques
B1V et H0
Prévention des Risques : niveau
1
PR1
Avec choix de l’option parmi
RN, CC, CR
Assurance Qualité : AQ1
Habilitation de Niveau 1 : HN1
Quand
Où
En première année de Bac Pro
Dans les établissements scolaires
En première année, avant la 1ère
période de stage en entreprise
Centre agréé CEFRI3
Sécurité Secourisme du Travail
SST
Prévention des Risques liés à
l’Activité Physique : PRAP
En première année, avant la 1ère
période de stage en entreprise
En première année, avant la 1ère
période de stage en entreprise
(après le HN1) ou en deuxième
année de formation
En classe de première ou
terminale
En cours de formation
1ère année de préférence
Risque incendie niveau 1
En cours de formation
Centre habilité
Travail en hauteur
En cours de formation
Centre habilité
Qualité Sûreté des Prestataires
QSP
2
Centre habilité UTO4
Centre habilité UTO
Dans les établissements scolaires
en cours de PSE
Dans les établissements scolaires
(par des formateurs habilités)
La non-acquisition de ces formations conduit généralement à l’interdiction d’entrer dans une installation
nucléaire ce qui retarde la poursuite du cursus (ex. : SST).
3
CEFRI : comité français de Certification des Entreprises pour le Formation et le suivi des personnes
travaillant sous Rayonnements Ionisants.
4
UTO : Unité Technique Opérationnelle.
TABLEAUX DE CORRESPONDANCE
ENTRE ÉPREUVES OU UNITÉS
Baccalauréat Professionnel Techniques d’Interventions sur Installations Nucléaires
TABLEAU DE CORRESPONDANCE ENTRE ÉPREUVES OU UNITÉS
Baccalauréat Professionnel
Environnement Nucléaire
Baccalauréat Professionnel
Techniques d’Interventions sur Installations
Nucléaires
défini par l'arrêté du 18 Juillet 2006
défini par l’arrêté du 12 mars 2014
Épreuves et Sous-Épreuves
E1 : Épreuve Scientifique et Technique
Unités
U1
Épreuves et Sous-Épreuves
E1 : Épreuve Scientifique et Technique
Sous-épreuve E12 : Mathématiques
U12
Sous-épreuve E11 : Mathématiques
Sous-épreuve E13 : Sciences Physiques
Sous-épreuve E12 : Sciences
U13
et Chimiques
Physiques et Chimiques
Sous-épreuve E11 : Physique Nucléaire,
Détection des rayonnements,
U11
E2 : Préparer un chantier en Environnement
Radioprotection
Nucléaire (1)
E2 : Analyser et Préparer un chantier en
U2
Environnement Nucléaire
E3 : Épreuve pratique prenant en compte la
formation en milieu professionnel
E3 : Épreuve pratique prenant en compte la
formation en milieu professionnel
U3
Unités
U1
U11
U12
U2
U3
Sous-épreuve E31 : Gérer,
Communiquer, Rendre compte
U31
Sous-épreuve E31 : Gérer,
Communiquer, Rendre compte
U31
Sous-épreuve E32 : Intervenir en
Environnement Nucléaire
U32
Sous-épreuve E32 : Intervenir en
Environnement Nucléaire
U32
Sous-épreuve E33 : Organiser le travail
d'une équipe
U33
Sous-épreuve E34 : Économie - Gestion
U34
Sous-épreuve E33 : Économie Gestion
U33
Sous-épreuve E35 : Prévention Santé
Environnement
U35
Sous-épreuve E34 : Prévention Santé
Environnement
U34
E4 : Épreuve de langue vivante
U4
E4 : Épreuve de langue vivante
U4
E5 : Épreuve de Français, Histoire, Géographie,
Éducation Civique
U5
E5 : Épreuve de Français, Histoire,
Géographie, Éducation Civique
U5
Sous-épreuve E51 : Français
U51
Sous-épreuve E51 : Français
U51
Sous-épreuve E52 : Histoire,
Géographie, Éducation Civique
U52
Sous-épreuve E52 : Histoire,
Géographie, Éducation Civique
U52
E6 : Arts Appliqués et Cultures Artistiques
U6
E6 : Arts Appliqués et Cultures Artistiques
U6
E7 : Épreuve d'Éducation Physique et
E7 : Épreuve d'Éducation Physique et Sportive
U7
U7
Sportive
la note de l'unité E2 définie par le présent arrêté est calculée en faisant la moyenne des notes égales ou
supérieures à 10 sur 20 obtenues aux unités U11 et U2 définies par l'arrêté du 18 Juillet 2006, affectées de
leur coefficient.
(1) la note de l'unité E2 définie par le présent arrêté est calculée en faisant le report de la moyenne des notes
obtenues aux unités U11 et U2 définies par l'arrêté du 18 Juillet 2006, affectées de leur coefficient.
2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising