Tisser la toile de l`émancipation

Tisser la toile de l`émancipation
Belgique - België
P.P.
Bruxelles X
1 / 2425
Signe typographique qui représente la conjonction de coordination “et”
Périodique trimestriel du CIEP/MOC
n° 72 • avril • mai • juin • 2012
PHOTO
& 72
Tisser la toile
© REPORTAGE
L’ESPERLUETTE
Bureau de dépôt - Bruxelles X
P701162
de l'émancipation?
Sommaire
EDITO
3
ANALYSE
Tisser la toile
de l'émancipation?
Les médias numériques
comme outils de démocratie
participative
4
Web radios:
émancipation et participation
en toile de fond?
7
Quatre millions de personnes
connectées à Facebook
ET NOUS?
10
EN CAMPAGNE
12
Femmes boliviennes:
entre violence
et émancipation
15
La FOPES, un Master en
politique économique et
sociale
18
Quand les femmes parlent
du temps…
18
2
Contre la dégressivité du
chômage, une honte pour
les femmes!
19
ENQUÊTE
VIE
17
DE L’ISCO
Rapport d’activités ISCO
2011-2012
MÉMOIRE
EN RÉSUMÉ
20
24
PHOTO
& 72
Des défis qui nous
rassemblent
au Nord et au Sud…
© REPORTAGE
MOUVEMENT
ent fois chantées amoureusement, mille fois traversées distraitement, arpentées de gens en attente, envahies de voyageurs déjà ailleurs,
ignorantes des travailleurs qui y
partent ou y restent, rêvées par
les architectes, les peintres et les
écrivains, îles des odeurs éphémères et archipels des rencontres
fugaces, aspirations au voyage,
les gares s’embarquent avec entrain… dans nos pages loin du
train-train quotidien. ■
C
Comité de rédaction:
Stéphanie Baudot, Christian Boucq, Virginie Delvaux,
Perrine Detober, France Huart (coordination),
Florence Moussiaux, Michèle Stessel, Nicole Tinant
Secrétariat:
Francine Baillet, Rita D’Agaro, Lysiane Mettens
Ont participé à ce numéro:
Stéphanie Baudot, Paul Blanjean, Périne Brotcorne,
Christian Boucq, Anne Dekeyser, Virginie Delvaux,
Graziella Fortino, France Huart, Delphine Latawiec,
Florence Loriaux, Philippe Taquet
Photos:
P-Y Cornélis, France Huart, Brigitte Lebleu,
Forence Moussiaux,
Solidarité Mondiale, Philippe Taquet
CIEP communautaire:
Tél: 02/246.38.41, 42, 43 - Fax: 02/246.38.25
Courriel: communautaire@ciep.be
EN
RÉGIONS
25
EN
BREF
26
Editeur responsable:
Virginie Delvaux
Chaussée de Haecht 579 - 1030 Bruxelles
AGENDA
27
Design:
DCL PRINTERS - Courriel: dcl.printers@skynet.be
Imprimé sur papier 100% recyclé sans chlore
Edito
S
e connecter
pour agir?
PAR VIRGINIE DELVAUX,
DIRECTRICE DU
CIEP-ISCO
L
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
e terme «réseau social» définit un ensemble d’acteurs reliés par des interactions sociales. Cette notion est donc loin d’être neuve mais, depuis presque
dix ans maintenant, elle fait surtout référence au développement de la technologie numérique, via des outils Internet comme Facebook, Twitter, Youtube, etc.
Pour les associations, collectifs citoyens, mouvements
sociaux comme les nôtres, se pose alors cette question incontournable: ces nouvelles formes de communication et
de mise en lien sont-elles de réelles opportunités pour agir
efficacement sur la société?
Les exemples ne manquent pas pour illustrer ces nouvelles
formes d’expression collective. Voici quelques-uns acceptant les controverses que certaines de ces expériences ont
suscitées:
• La création du site www.lapetition.be dans les années
2000, qui permet de diffuser gratuitement et simplement
une pétition. Ainsi, d’un simple «clic», il vous est possible de soutenir des causes écologiques, politiques, culturelles, des droits de l’Homme,mais aussi des appels à
l’aide en tout genre;
• La campagne d’occupation virtuelle du 16 rue de la loi
au début 2011 en réaction à la crise politique belge1;
• Le développement de collectifs d’internautes comme
«Anonymous» agissant de manière virtuelle et physique
sur des questions touchant, selon eux, à la liberté d’expression;
• La création d’Ubi Free, un syndicat virtuel français développé fin des années 1990 par des travailleurs français
de l’entreprise Ubi Soft en réaction à l’absence de structures sociales au sein de l’entreprise;
• Les performances de Sarah Maple2, artiste féministe provocante utilisant ces nouveaux canaux de communication
pour interpeller l’opinion publique;
• Sans oublier «les printemps arabes» et les nombreux
questionnements sur le rôle joué par les réseaux sociaux
dans l’organisation de ces manifestations.
Ces actions ne sont qu’un échantillon non représentatif de
la diversité des causes défendues par des initiatives plus
originales et interpellantes les unes que les autres. Dès
lors, s’il paraît assez sensé de constater que l’utilisation
d’Internet permet d’énoncer publiquement une révolte, un
manque, une frustration, peut-on pour autant parler d’actions collectives organisées?
L’Esperluette a choisi d’aborder ce sujet comme une porte
ouverte vers des expériences développées dans différentes fédérations CIEP, avec la volonté
de conserver un regard critique sur l’opportunité d’exister dans cet espace virtuel.
Il est d’ailleurs assez vraisemblable que
ces types de sujets occuperont encore
nos réflexions et débats. En cette fin
d’année sociale, nous vous proposons
donc un sujet que nous aurons très certainement l’occasion de développer
dans les années à venir.
En attendant le plaisir de vous retrouver
à la rentrée, je vous souhaite un été
doux et chaud qui vous permettra de
«déconnecter» du train-train quotidien! ■
1. www.camping16.be
2. www.sarahmaple.com/main.htm
3
Analyse
Tisser la toile
de l'émancipation?
Les médias numériques
comme outils de démocratie
participative
PAR PÉRINE BROTCORNE, CHARGÉE
DE
RECHERCHES AU CENTRE DE RECHERCHE
TRAVAIL & TECHNOLOGIES DE LA
FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ
epuis quelques années, le rôle
des médias numériques -en
particulier, celui d’Internetdans la transformation des formes
de démocratie et de participation citoyenne constitue un débat en vogue.
Fortes de leur succès, les notions de
«participation citoyenne», de «e-démocratie» et/ou de «citoyenneté numérique» sont utilisées tous azimuts
sans que leur sens ne soit toujours
clairement défini et leurs enjeux unanimement partagés. Cet article propose de mieux cerner les enjeux du
débat actuel ainsi que les contours de
ces notions.
Personne ne le contestera, la diffusion des outils interactifs et collaboratifs dits du Web 2.0, comme Facebook, Twitter, Youtube par exemple,
donne aux débats publics une dimension inédite: permettre à tous les internautes «ordinaires» de s’exprimer
sur la toile et de prendre ainsi la parole en public. Autrement dit, le Web
dans sa version 2.0 a permis de démocratiser l’expression publique en
rendant visibles des manières plus libérées de s’exprimer. Qu’elles soient
drôles ou sarcastiques, intimes ou
poétiques, émotionnelles ou ration-
D
4
nelles, ces nouvelles façons de parler
sur la toile ont en commun de ne pas
se soucier des exigences imposées
par le format habituel de l’expression
à caractère public, comme la neutralité du ton par exemple. L’arrivée de
ces formes nouvelles de prises de parole a ainsi conduit à ce que l’on appelle, l’élargissement de l’espace public traditionnel1.
DEUX
ENJEUX MAJEURS
Le phénomène d’élargissement de
l’espace public soulève des questions
importantes liées à une redistribution
des rôles et du pouvoir, non seulement entre gouvernants et gouvernés, mais aussi plus largement entre
les professionnels de l’information,
comme les journalistes d’une part,
et les amateurs, auteurs de propos
en tout genre, d’autre part.
C’est d’abord autour de la question
politique que les débats se sont focalisés. L’entrée de la démocratie dans
l’ère numérique est vite apparue
comme une voie prometteuse, non
pour renverser radicalement la relation entre élus et citoyens mais, du
moins, pour revoir le «rapport de
force» traditionnel. Il est vrai que les
récents outils du Web 2.0 offrent des
possibilités inédites en termes de redistribution des rôles: tous les citoyens peuvent désormais échanger
de façon plus rapide et personnalisée
avec les pouvoirs publics, ils peuvent
discuter, critiquer les politiques publiques et voire même parfois co-participer à leur élaboration. L’amélioration potentielle de la qualité de ce
dialogue grâce aux technologies numériques pourrait ainsi donner davantage de transparence à la gouvernance, ce qui renforcerait sa
légitimité et la confiance envers les
élus et les institutions. Toutefois, ce
renouvellement potentiel de l’engagement «citoyen», facilité par les outils
numériques, ne se limite pas seulement à la sphère politique. Il a trait
aussi à la vie sociale en général.
Ainsi, aujourd’hui, «n’importe qui» peut
s’exprimer sur la toile. Cette diversité
des formes d’expression et
d’échanges mène souvent à une superposition des discussions d’ordre
privé et public. Ce «mélange» de
genres peut faire apparaître des
types inédits de convivialité et de solidarité qui prennent appui sur les outils numériques pour se rendre visibles. Ainsi voit-on naître à l’échelle
des quartiers des actions collectives
citoyennes autour ou grâce au numérique. De telles initiatives font émerger une dynamique d’échanges de
connaissances et/ou de valeurs communes, ce qui renforce la cohésion
sociale sur un territoire donné.
PARTICIPATION CITOYENNE
ET DÉMOCRATIQUE:
QUELLE DIFFÉRENCE?
A la lumière de ces enjeux, il est dès
lors utile de bien distinguer la participation citoyenne de celle plus strictement démocratique.
Liée, à l’origine, à l’implication dans la
sphère politique, la notion de participation citoyenne a progressivement
évolué pour s’étendre, de manière
Analyse
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
plus large, à l’engagement des citoyens dans une action collective d’intérêt général qui améliore le «vivre ensemble» entre les citoyens
eux-mêmes et/ou entre eux et les acteurs locaux (notamment les associations, les collectifs) au sein d’un territoire. Qu’il s’agisse de se porter
volontaire dans une association, de
se mobiliser lors d’une manifestation
sociale ou de soutenir le folklore local, toute implication dans une activité
collective d’intérêt général est un acte
de participation citoyenne. Elle dépasse ainsi largement celle liée à la
sphère politique et signifie participer
à l’amélioration du «vivre ensemble»
en société.
La participation démocratique constitue, quant à elle, la dimension politique de la participation citoyenne.
Elle concerne l’implication des citoyens dans les débats et les actions,
qui sont traditionnellement du ressort
des élus, et cela notamment à travers
les mécanismes de la démocratie
participative (panels citoyens,
conseils de quartiers, budgets participatifs, etc.). La particularité de ce
mécanisme est d’associer les «savoirs d’expérience» des citoyens ordinaires aux «compétences» des experts politiques lors des processus
de décision.
La démocratie participative peut se
manifester dans divers champs de la
société et à différents échelons du
pouvoir. C’est toutefois au niveau local que ces dispositifs sont les plus
«vivants» du fait de leur proximité
avec les citoyens. En Belgique,
comme dans les autres pays européens, la démocratie est avant tout
représentative, puisque les citoyens
sont représentés par les élus. Les
dispositifs de participation sont donc
souvent consultatifs et ne remplacent
pas les outils traditionnels de démocratie en place. Ils agissent de façon
complémentaire. Ainsi, les deux
formes de démocratie -représentative et participative- se renforcent mutuellement afin de rendre en quelque
sorte les citoyens et les élus co-responsables de la Cité et tout ce qu’il
s’y passe2.
ET
LA «E-CITOYENNETÉ»
DANS TOUT ÇA?
On entend alors par «e-citoyenneté»
ou «citoyenneté numérique» l’ensemble des activités menées par le biais
des technologies numériques qui facilitent les pratiques existantes ou
créent de nouvelles pratiques dans le
champ de la «participation citoyenne»
au sens large du terme. Autrement
dit, cette notion renvoie à l’idée selon
laquelle les réseaux numériques sont
susceptibles de développer voire de
renforcer la participation des citoyens
à la vie sociale en général, dont la vie
politique. Si on veut affiner un peu, la
notion de «e-démocratie» renvoie
alors, en particulier, à l’usage des
technologies numériques dans le cadre d’activités politiques ou en lien direct avec le débat public tandis que
celle de «e-citoyenneté» se réfère aux
activités plus larges d’expression,
d’échanges et/ou d’implication citoyennes.
QUID
DE LA PARTICIPATION?
À l’heure de l’engouement pour le
«tout participatif», une phrase, un
mot, même un simple clic «j’aime»,
bref toute manifestation, aussi infime
qu’elle soit, sur la toile est vite considérée, de manière un peu abusive,
comme un acte de participation citoyenne. Un des écueils actuels est
de faire un amalgame un peu rapide
entre des degrés différents de participation sur le Web, qui ont, en fait,
des implications très inégales en
termes d’engagement citoyen.
Il s’agit donc de distinguer différents
niveaux de participation des citoyens
aux débats publics. On peut en retenir trois: informer et diffuser l’information constituent le 1er niveau; consulter et débattre des propositions,
choix, décisions à prendre sont le second niveau; délibérer et co-décider
constituent le 3ème niveau lors duquel
les citoyens sont reconnus comme
des acteurs à part entière du processus décisionnel. Les outils numériques sont, dès lors, censés supporter, voire amplifier ces différents
niveaux de participation et, en particulier, le degré le plus abouti de l’engagement citoyen aux affaires de la
Cité.
UN
ZOOM SUR LE TERRAIN
Si l’imaginaire collectif place beaucoup d’espoir dans le potentiel des
outils numériques à remodeler les
formes actuelles de la démocratie et
de la participation citoyenne, force
est toutefois de constater qu’en Belgique francophone, il existe encore
peu d’initiatives à ce jour sur le terrain, qui saisissent pleinement les opportunités qu’offrent ces outils en
termes d’échanges, d’interactivité et
de coproduction de savoirs et de services au sein d’un même territoire.
C’est en tout cas l’une des conclusions majeures d’une récente étude
menée par la Fondation Travail-Université pour la Région wallonne3.
Selon cette étude, la plupart des initiatives dans ce domaine relèvent davantage d’expérimentations récentes
que de dispositifs pérennes. Le degré
de participation reste faible; la majorité des initiatives initiées par les pouvoirs locaux ou régionaux se limitent
à la diffusion d’informations et à
quelques échanges avec et/ou entre
5
Analyse
6
& 72
PHOTO
© REPORTAGE
les citoyens, mais aucun n’offre de
réels outils numériques de démocratie participative, qui «augmenteraient»
la participation démocratique des citoyens. Rien ne vient donc conforter
l’hypothèse d’un certain nombre de
discours prêtant des effets vertueux
à la «e-démocratie» en termes d’engouement et de mobilisation - à moins
que les espoirs n’aient été exagérés.
En revanche, malgré le constat d’ensemble relativement décevant,
quelques associations d’éducation
permanente développent des postures innovantes en termes d’ «e-citoyenneté». Qu’il s’agisse d’améliorer
l’image d’un quartier, de valoriser le
tissu associatif local ou d’entraider
des personnes en situation de précarité, la plupart des dispositifs analysés prennent appui sur les outils numériques pour renforcer l’implication
citoyenne, y compris celle des personnes les plus éloignées du numérique, et pour consolider les liens sociaux entre les membres d’une
localité, ou d’un quartier.
Par exemple, le projet Dazibao vise à
utiliser le blog, avec les demandeurs
d’asile en attente dans les centres
ouverts de la Croix-Rouge, comme
outil d’interpellation de la société civile. Mené par l’asbl Le Monde des
Possibles4 en collaboration avec le
Cripel, ce projet a pour objectif d’inscrire l’atelier d’apprentissage à
l’usage de ce média dans le cadre
plus large d’une formation d’éducation
permanente visant au développement
d’une citoyenneté active en Belgique
pour des demandeurs d’asile.
WebTV créée en 2011 par l’asbl Les
Corsaires5, Corsaires Tv propose un
magazine mensuel sur les initiatives
citoyennes qui émergent des quartiers populaires à Bruxelles, en particulier celui de Cureghem à Anderlecht. Son originalité: elle est
participative et a pour ambition de
développer un outil d’information alternatif en collaboration directe avec
les usagers des associations locales
et des habitants de ces quartiers.
C’est donc un outil entièrement développé pour eux et par eux dans le cadre d’ateliers d’éducation permanente.
dans le territoire, qui s’appuie sur les
ressources et les expertises du terreau local. C’est avec le tissu associatif local et les citoyens qu’il faut chercher à faire émerger, sur base
d’exemples d’initiatives réussies ailleurs, un dispositif de participation
citoyenne via les TIC, adéquat et pérenne pour le territoire. Ceci impose
de relever un défi majeur qui est
moins technologique que culturel: celui de générer une nouvelle posture
de travail davantage basée sur la coopération et la co-production de savoirs et de services. ■
QUELQUES
RECOMMANDATIONS
Outiller les groupes sociaux les plus
vulnérables à l’engagement citoyen
et les accompagner pour leur donner
les moyens d’agir dans l’espace public par le biais des outils numériques:
tel est bien le cœur de la démarche
d’émancipation individuelle et collective prônée par ces associations qui
ont saisi tout le sens de leur usage
dans le travail d’éducation permanente.
Pour réussir la mise en place d’un
nouveau dispositif de participation démocratique et citoyenne supporté par
des outils numériques, il s’agit bien
entendu d’abord de bien distinguer
la fin des moyens; il est essentiel,
avant toute chose, d’avoir une vision
claire des objectifs démocratiques
au service desquels ces outils sont
mis en place. Une analyse préalable
des besoins dans le cadre du
contexte local peut s’avérer pertinent,
pour mettre en évidence le potentiel
de développement de la démocratie
numérique ainsi que ses freins éventuels comme, notamment, le manque
d’expertise TIC des acteurs locaux. Il
est alors utile d’accompagner de façon appropriée une montée en compétence des divers acteurs locaux
protagonistes du projet dans ce domaine.
Par ailleurs, si la présentation des
«bonnes pratiques» menées dans ce
domaines par d’autres collectivités
territoriales ou collectifs citoyens est
un bon moyen au début du projet
pour fédérer les acteurs autour de ce
type d’initiatives, il est toutefois essentiel de lancer ensuite une démarche d’expérimentation ancrée
1. Pour plus de détails sur cette question, voir CARDON, D., La démocratie Internet: promesses et
limites, Paris, Seuil, 2010.
2. Voir notamment l’ouvrage de DECOSTER, D.-P.
(sous la dir.), Gouvernance locale, développement
local et participation citoyenne, Bruxelles, ULBIGEAT, 2002.
3. BROTCORNE, P. (sous dir.), VALENDUC, G., Les
outils numériques au service d’une participation
citoyenne et démocratique augmentée, Rapport
réalisé pour TechnofuturTIC à la demande du
Gouvernement wallon, 2012.
4. L’asbl Le Monde des Possibles est un centre de
formation au français langue étrangère et à l’informatique pour personnes primo-arrivantes.
Le blog du projet Dazibao est accessible sur:
http://dazibao2011.blogspot.com/
Le Monde des Possibles - 97 rue des Champs
- 4020 Liège - Tél.: 04/232.02.92 - Courriel:
emondedespossibles@gmail.com
www.possibles.org/
5. Pour en savoir plus sur l’asbl Les Corsaires (Centre d’entreprises Euclides - 34-36 rue du Chimiste
à 1070 Bruxelles - Tél.: 02/522.74.28)
voir www.corsaires.tv
POUR
EN SAVOIR PLUS
• «Les TIC: un outil de subversion?» (dossier), Axelle, Ed. Vie féminine, n°146, février 2012.
• «AlphabéTIC. L'alphabétisation contre la
fracture numérique» (dossier), Journal de
l'Alpha, n° 182, Janvier-février 2012.
• BROTCORNE, P., Les outils numériques
au service d’une participation citoyenne et
démocratique augmentée. Rapport réalisé pour TechnofuturTIC à la demande du
Gouvernement wallon, (sous dir. de) VALENDUC, G., Namur, 2012.
• DE GREEF, V. et MOINY, J.-Ph., «Facebook:
ces amis qui vous veulent du bien...», Politique. Revue des débats, n° 61: L'intrusion électronique, octobre 2009.
• THOREAU, Fr., «Facebook, Twitter et la
jeunesse arabe», Politique. Revue des débats, n° 72, novembre-décembre 2011.
• Centre de Rercherche Travail & Technologies de la Fondation Travail-Université (FTU): ses recherches et son Bulletin «La lettre Emerit» sont accessibles
sur www.ftu-namur.org/
• Média-Animation (asbl d'Education permanente et d'éducation aux médias): ses
réflexions, analyses et études sont sur
www.media-animation.be/
• Le Gsara (atelier de productions audiovisuelles et asbl d'éducation permanente)
www.gsara.be/fr/
Analyse
Web radios:
émancipation et participation
en toile de fond?
LES
RACINES SOCIOCULTURELLES,
ASSOCIATIVES ET MILITANTES DES
RADIOS DU CIEP-MOC
Trois fédérations du CIEP-MOC ont
mis en place des initiatives radiophoniques, Radio 28 à Verviers, RadioPavé à Mons et la radio du Brabant
wallon. Cette analyse se base sur
une enquête réalisée en mai 2012
auprès des responsables de ces web
radios1. Elle nous renseigne sur les
& 72
D
enjeux et opportunités des radios numériques ainsi que sur les conditions
de leur mise en œuvre dans une perspective d’éducation populaire.
Radio 28 a vu le jour à Verviers en
2007 après 3 ans de réflexion, avec
pour mission de «permettre aux différentes associations du milieu socioculturel verviétois ainsi qu’à tout un
chacun, de s’exprimer»2. Elle diffuse,
via des podcasts3, des émissions «à
la carte» l’actualité du monde interculturel au travers d’émissions, reportages, chroniques, chansons et
contes.
En 2008, le CIEP-MOC de Mons a
lancé son «Pavé dans la toile», pour
commémorer les 40 ans de mai 68,
en collaboration avec le CARHOP4. A
cette occasion, tous les soirs du mois
de mai 2008, la nouvelle web radio,
Radio-Pavé5, a consacré deux heures
d’émission en direct aux combats de
mai 68 et les résistances de 2008
avec la volonté de «poursuivre l’histoire, convaincus qu’il n’est toujours
pas interdit d’interdire, que la poésie
PHOTO
ans le sillage de la révolution
numérique, les web radios ont
fait leur apparition au milieu
des années 90 et connaissent, depuis
une dizaine d’années, un succès grandissant, principalement auprès d’un
public habitué à communiquer sur la
toile. Mais leur usage en éducation
populaire questionne les acteurs du
monde associatif qui sont interpellés
par les nombreuses potentialités du
numérique et les formes d’inégalités
qui y sont liées. Nous analyserons
les initiatives des CIEP-MOC qui développent et animent des web radios
afin de voir comment ils répondent à
cette tension présente au cœur des
nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Depuis quelques années, on voit fleurir des web radios dans le giron d’associations et d’organismes d’éducation permanente, tels que le
CIEP-MOC. En tant que moyens d’expression de «masse» et démocratique, les web radios semblent être un
outil prometteur pour construire du
lien social, diffuser des messages
occultés dans les médias classiques,
permettre l’expression de minorités,
redynamiser les modes de mobilisation et de participation et remotiver
les militants des mouvements. Toutefois, en tant que vecteurs média-
tiques liés aux technologies de l’information (TIC), les web radios suscitent, chez de nombreux militants engagés dans l’éducation populaire et
l’associatif, des questionnements.
Percevant d’une part les nombreuses
opportunités du numérique comme
canal d’expression alternatif et bon
marché, démocratique, novateur, et
sans frontières, ils ne sont pas moins
interpellés par le fossé qu’il creuse entre, d’une part, ceux pour qui l’accès
aux nouveaux médias peut être une
source d’épanouissement, d’apprentissage, de rencontre et d’expression,
et, d’autre part, les plus fragilisés,
les personnes âgées, les isolés, pour
qui l’usage d’un ordinateur n’est pas
aisé ou possible pour des raisons
matérielles, intellectuelles, culturelles
et/ou techniques.
L’enjeu n’est pas seulement celui de
l’accès aux web radios et aux TIC en
général pour les publics fragilisés. Il
porte également sur l’appropriation
des médias numériques comme outils
et supports à l’émancipation sociale
et culturelle des milieux populaires:
d’une part, en tant qu’espace démocratique de construction de savoirs
collectifs, et d’autre part, comme espace d’informations nécessaires au
travail en éducation populaire.
© REPORTAGE
PAR STÉPHANIE BAUDOT,
PERMANENTE AU CIEP COMMUNAUTAIRE
7
DU
8
NUMÉRIQUE TERRE À TERRE?
La naissance de radios sur le net
semble, à première vue, nettement
moins compliquée que celle vécue
par les premières radios libres (pirates) dans les années 70-80, «bricolées dans des bouts de salle de bain»8
et à l’abri des patrouilles de la RTT. La
voie du numérique exige, en effet,
peu de matériel et permet de démarrer immédiatement sans attendre une
place sur la bande FM et dans le Plan
fréquences. Ce sont là quelques-uns
des arguments qui ont présidé au
choix du web pour la création de Radio 28 à Verviers. Si l’ouverture aux
«ondes» du web représente une opportunité à saisir pour certains opérateurs, elle constitue parfois l’unique
option possible. C’est le cas de ces
radios qui n’ont pu obtenir leur part du
gâteau lors de l’attribution des radiofréquences en mode analogique orchestrée par le Plan de fréquences de
la Communauté française en 2008.
Ne répondant pas aux exigences du
Plan ou tout simplement arrivant trop
tard pour le partage, une partie de
ces radios ont trouvé refuge sur le
web. Radio 48, par exemple, «la radio
des étudiants liégeois» jouit, depuis
sa création en 2004, d’une audience
grandissante sur la toile.
PHOTO
© REPORTAGE
n’est pas encore descendue en rue,
que les travailleurs de tous pays ne
s’amusent pas et que les femmes
n’ont pas récupéré leur corps»6. Aujourd’hui, Radio-Pavé propose des
émissions en direct lors d’événements liés à l’actualité (élections, etc.)
ou encore lors de manifestations régionales (comme, par exemple, lors
du Salon Mons Energy) et se penche
sur un projet d’émissions récurrentes.
La toute nouvelle et dernière arrivée
sur la toile est la radio du Brabant wallon7. Portée sur les fonts baptismaux
à l’occasion de la campagne sur les
élections communales de 2012, elle
intègre les militants de la fédération
dans la conception et réalisation des
émissions proposées. Appartenant
au CIEP-MOC, elle revendique d’emblée sa liberté «pour éviter d’en faire
un organe institutionnel du mouvement».
& 72
Analyse
Mais l’accessibilité du média n’est
pas seulement technico-politique.
L’outil est, entre autres, apprécié par
les acteurs des radios du CIEP-MOC
pour son accès aisé et gratuit aux
émissions archivées sur le site, pour
les ponts qu’il permet entre l’écrit et
la vidéo et pour sa souplesse d’utilisation et son mode d’appropriation par
la pratique et la réflexion sur l’expérience acquise. «Un micro enregistreur et c’est parti!». Cette caractéristique le rend manipulable par des non
professionnels de l’info, du moins
lorsque le média est utilisé dans sa
version la plus simple: des émissions
pré-enregistrées, écoutables via
streaming ou par podcast.
Cependant, la simplicité apparente
n’est qu’un leurre si on veut passer à
la réalisation d’émissions en direct
ou de diffusion en continu qui nécessite un dispositif nettement plus élaboré. Leur coût financier important de
plusieurs centaines d’euros de l’heure
est hors de portée pour de nombreuses associations. Cet élément-là
constituera un enjeu important pour
les radios associatives de demain,
dans la mesure où, comme d’aucuns
le présagent9, nous assisterons dans
les prochaines années à la mort de la
bande FM telle qu’on la connaît aujourd’hui. Si cette vision se réalise, la
conversion au numérique sera inéluctable pour toutes les radios. Ce passage nécessitera un accompa gnement financier des radios
associatives par les pouvoirs publics
car elles ne pourront, de par leur nature même, bénéficier des recettes
publicitaires dont profitent aujourd’hui
les radios commerciales et étatiques.
LA
VOIX OFF AU CŒUR DE L’INFO
Les émissions proposées par les web
radios du CIEP-MOC cherchent à donner la parole à ceux qui en sont géné-
ralement privés. Un groupe d’étudiants qui réalise des émissions sur
des sujets qui les concernent, des
jeunes d’un CPAS qui s’expriment au
micro, des apprenants de Lire et
Ecrire qui partagent leurs expériences, des militants qui partent à la
rencontre de politiciens en campagne… sont quelques illustrations
des publics qui contribuent à la réalisation des émissions. Cette prise de
parole est une étape importante dans
les processus de mobilisation et
d’émancipation prônés dans l’éducation permanente.
Dans ce cadre, l’interpellation politique constitue un type spécifique
d’émission réalisée par les web radios du CIEP-MOC. Ces émissions
permettent, par exemple, la rencontre
et le dialogue directs entre un groupe
de sans-papiers et le représentant
politique qui en a la charge ministérielle ou encore l’interview des représentants de partis sur leurs programmes électoraux dans le cadre de
leur campagne électorale. La radio
est «un espace d’échanges, d’expériences, de savoirs, de confrontations
entre la parole de terrain et celle d’experts». La plupart de ces émissions
apportent un regard décalé sur des
réalités sociales souvent occultées.
Ainsi, «on peut donner un coup de
projecteur sur des initiatives, des visions de la société de gauche.»
DES MÉTHODOLOGIES
D’ANIMATION
Pour que le travail d’émancipation,
d’interpellation et d’analyse puisse
s’opérer, il faut des conditions et des
méthodologies d’animation spécifiques à l’éducation populaire dans le
cadre des web radios. La simplicité
du média ne doit pas faire fi de la rigueur et la maîtrise des sujets qui
sont traités si on veut produire des
Analyse
émissions de qualité. De ce point de
vue, rien de fondamentalement différent d’un média classique. Sauf que le
format de podcast, cumulé au fait
qu’il n’y ait pas de grille d’émission
préétablie, permet d’approfondir des
sujets en relation avec un domaine
prédéfini et de faire de véritables dossiers sonores. La structuration des
émissions à la carte présente l’avantage de ne pas devoir construire ses
émissions dans l’urgence. Le temps
de préparation est important, il donne
l’occasion de définir avec les participants les thèmes qui seront abordés,
les personnes qui s’exprimeront, les
choix musicaux, etc. Ce n’est parfois
qu’à la 4ème rencontre que se produit
l’enregistrement qui conduira à la réalisation de l’émission. Prendre le
temps est un paramètre indispensable pour permettre au public qui n’a
pas l’habitude d’être sous les projecteurs de se sentir à l’aise face au micro et de développer ses propos.
Face à des intervenants moins rôdés
aux pratiques du journalisme radiophonique, on aura tendance à ne pas
couper la parole de façon systématique. Ceci ne signifie toutefois pas
que l’on se contente simplement de
recueillir la parole de personnes et
n’enlève rien à la nécessité de poser
le cadre d’une réflexion critique. Cette
dimension chamboule nos représentations d’auditeurs habitués à un temps
d’interview qui ne dépasse souvent
pas les 30 secondes. L’installation
d’un cadre adéquat à l’expression
constitue une part importante du travail d’animation car amener les personnes à parler au micro n’est jamais
gagné d’avance. Il faut partir du fait
que toute personne a des choses à
dire, qui peuvent concerner d’autres
personnes et qu’il n’y a pas qu’une
seule manière correcte de les dire.
Ce n’est pas simple mais lorsque l’on
y arrive, cela génère un sentiment de
fierté de la part de ceux qui ont vécu
l’expérience radio. La conception des
dispositifs doit également permettre
la remise en question et l’analyse critique sur des débats de société. Pour
être un média émancipateur, la web
radio doit véritablement bousculer
l’auditeur dans ses certitudes et dépeindre des réalités pas toujours
agréables à entendre.
DU
RESSORT POUR LA MILITANCE?
L’intégration de ce nouveau canal de
communication et de diffusion vise
aussi l’acquisition d’une plus grande
visibilité, l’augmentation et la diversification de son auditoire. Il n’est pas
toujours facile de savoir qui et combien de personnes écoutent les émissions. Toutefois, les web radios du
CIEP-MOC s’enorgueillissent de recevoir des messages d’encouragement
venant des quatre coins du monde.
Malgré ces avantages liés à l’accessibilité technique du média, sa gratuité pour les utilisateurs si on omet
le coût du matériel informatique et
des abonnements, sa diffusion sans
frontières, le pari de toucher une
large audience ne semble pas nécessairement gagné. En effet, la montagne d’acteurs et d’informations sur
Internet et la présence croissante des
médias traditionnels sur le web engendrent une énorme concurrence
qui laisse perplexe sur la façon de
faire (re)connaître la radio. Tous les
canaux de diffusion de l’information
(newsletter, réseaux sociaux, sites Internet), de même que les moyens
d’interactivité avec le public sont monopolisés pour donner un maximum
de visibilité et de vitalité aux émissions. Le résultat n’est pas encore
vraiment satisfaisant: la conquête de
nouveaux auditeurs prendra encore
du temps.
EN
CONCLUSION
Les potentialités éducatives, de communication et de diffusion d’idées et
points de vue originaux font des radios numériques un moyen et un support (im)pertinents pour faire de l’éducation populaire. Les expériences
menées sont généralement riches,
percutantes, interpellantes et procurent beaucoup de satisfaction à ceux
qui s’y investissent, réalisateurs et
bénéficiaires confondus. En outre,
son accessibilité et les possibilités
d’interactivité avec le public contribuent à son attractivité. Toutefois,
ces caractéristiques, bien que vertueuses, ne sont pas des conditions
suffisantes et automatiques pour en
faire un média émancipateur et mobilisateur pour un large public. Les méthodologies d’animation jouent un rôle
dans la mise en place du processus
d’émancipation sur le web. Outre des
compétences journalistiques pour
traiter l’information adéquatement,
l’animateur doit mobiliser ses ressources et savoir-faire en éducation
populaire pour faire de ces radios de
vrais outils démocratiques et d’éman-
cipation. Par ailleurs, les coûts financiers de fonctionnement, que représente l’utilisation du média dans son
intégralité (diffusion d’émissions en
direct et en différé) cumulés aux
coûts de diffusion que pourrait entraîner l’obligation d’une conversion
au numérique pour toutes les radios
dans les années à venir, doivent aussi
retenir toute notre attention. Les associations d’éducation permanente
ont investi l’espace numérique pour
qu’il devienne un réel lieu de démocratie culturelle, d’émancipation et de
construction de savoirs collectifs.
Cette présence ne doit, en aucun
cas, être mise à mal par des
contraintes et enjeux économiques.
Enfin, l’inaccessibilité à Internet pour
une frange de la population reste un
enjeu crucial. Cela implique de résoudre la fracture numérique physique et
financière et d’approfondir l’éducation
aux (nouveaux) médias. En attendant,
il est aussi possible que des militants
se réunissent chez l’un des leurs qui
est connecté, un peu comme au début de la radio où l’on se réunissait
chez le voisin pour écouter tous ensemble sa radio. C’est aussi cela la
solidarité! ■
1. Nous tenons ici à remercier Paul Blanjean et Gary
Masson, Samuel Thirion et Julien Gras, Thierry
Toussaint et Laurent Droussie de Inform’Action
pour avoir répondu à cette enquête.
2. Pour suivre les émissions de Radio 28:
www.radio28.be/
3. Le podcasting (ou «podcasts») est un moyen de
diffusion de fichiers (audio, vidéo ou autres) sur
Internet. Par l’entremise d’un abonnement aux
flux RSS, il permet aux utilisateurs d’écouter en
direct ou de télécharger automatiquement une
émission audio ou vidéo, sur un lecteur-audio
ou un ordinateur.
4. THIRION, S., «Mai 68-Mai 08: le MOC Hainaut
Centre lance un sacré pavé dans la toile», in L’Esperluette, n° 56, avril-juin 2008, p. 16-17.
5. Pour consulter et écouter Radio Pavé:
http://radiopave.be/
6. Pour écouter cette radio:
http://radiopave.be/index.php?option=com_con
tent&view=article&id=6&Itemid=5
7. www.mocbw.be/index.php?option=com_content
&view=category&id=37&layout=blog&Ite
mid=63
8. SZOC, E., «Radios associatives: libres comme
une onde de choc», in Démocratie, 15 août 2007
(www.revue-democratie.be/index.php?p
=art&id=471, consulté le 01/06/2012).
9. Voir à ce propos l’article de BORDE, Th., «Avenir de la radio: la Radio Numérique Terrestre
(RNT) en question», sd
(www.mediascitoyens.org/Avenir-de-la-radio-laRadio.html - Consulté le 01/06/2012)
9
Analyse
Quatre millions de personnes
connectées à Facebook
ET NOUS?
PAR GRAZIELLA FORTINO, ANIMATRICE
CIEP-MOC CHARLEROI-THUIN
LES
RÉSEAUX SOCIAUX, UNE
QUESTION D’ENJEUX POUR LE
MOUVEMENT?
’intérêt et l’engouement actuels
pour les réseaux sociaux ont
fait resurgir des vieux mythes
tant dans le milieu de la militance que
partout ailleurs, mettant en avant le
questionnement sur la transparence
et le sentiment d’impuissance. De
plus, c’est une évidence: les réseaux
sociaux bousculent nos modes et nos
codes de communication. Les frontières entre le privé et le public s’en
voient ébranlées, parfois même elles
n’existent plus réellement, ce qui crée
une «peur» chez certaines personnes.
Les médias de masse y contribuent à
leur manière en (dés)informant le
grand public sur les dérives et les
dangers de Facebook. Comme si Facebook était un grand méchant loup
dont il faut à tous crins se méfier! Il
est néanmoins important de bien
connaître les dérives. Elles sont tout
à fait possibles et même réelles, mais
la responsabilité incombe prioritairement à chacun de choisir ou non d’utiliser les réseaux sociaux comme
moyens de communication.
A titre de comparaison, nous avons
crié au scandale lorsque le Web 0.2
(Yahoo, Google, Youtube…) est venu
s’installer dans notre quotidien. Avec
le temps et sa généralisation, son
utilité et son intérêt ont mis en évidence des éléments intéressants et
L
10
positifs pour notre quotidien pouvaient en être retirés et même notre
travail de mobilisation de partage d’informations entre partenaires et associations pouvait en bénéficier. Ils
sont même devenus des outils parfaitement intégrés dans nos pratiques
professionnelles et quotidiennes,
sans que nous perdions notre esprit
critique. Il peut en être de même avec
les réseaux sociaux.
LES
RÉSEAUX SOCIAUX,
DES OUTILS DE MOBILISATION?
Plusieurs expériences nous ont
prouvé l’utilité des réseaux sociaux
pour mobiliser des personnes autour
d’une cause, pour rassembler toute
une région ou au niveau d’un pays1.
On peut pointer l’exemple récent des
mobilisations dans les pays arabes,
lors du printemps arabe, où les nouvelles technologies ont permis aux
personnes de se rassembler pour
manifester leur opposition et pour
contester le régime en place. Beaucoup ont présenté le Printemps arabe
comme «la révolution Facebook ou
Twitter».
En Belgique aussi, le recours aux nouveaux médias pour se mobiliser se
développe, notamment avec divers
Flash MOB2. Lors de la longue période de crise politique, les réseaux
sociaux ont notamment permis de
lancer un appel général à manifester
face à l’absence de gouvernement
après plus de 200 jours après avoir
voté. Cette manifestation «SHAME»
avait comme but de rassembler la
population du Nord et du Sud du
pays, de manière neutre et pacifiste,
pour dénoncer l’immobilisme des partis politiques et leur incapacité à
aboutir à un accord gouvernemental.
Ces nouveaux outils de militance sont
surtout utilisés par les jeunes, notamment pour se mobiliser collectivement ou pour réagir massivement
pour un événement.
ET L’ACCESSIBILITÉ DANS TOUT
ÇA: QU’EN EST-IL DE LA FRACTURE
NUMÉRIQUE?
Il y a six ans, la Région wallonne a
lancé une vaste campagne prônant
«Internet pour tous». Son objectif était
de rendre accessible à tout un chacun
l’acquisition d’un ordinateur et de permettre l’accès à Internet pour tous.
C’est ce qu’on appelle «la fracture numérique du premier degré».
Le pourcentage de ménages belges
disposant d’un ordinateur à son domicile était alors de 57% (selon les
sources publiées par le SPF Economie, 2006). Aujourd’hui, plus de 80%
disposent d’Internet et trois quarts
l’utilisent quotidiennement ou presque.
Une fracture numérique d’une autre
nature a été mise en évidence par différentes études: on parle alors de
«seconde fracture numérique». Les
éléments pris en considération sont
des inégalités selon différents critères socio-économiques, sociodémographique et socio-professionnels, comme, par exemple, l’âge, le
sexe, le statut, le niveau d’études et
l’habitat.
Pour contrer cette fracture, le plan fédéral 2010-2015 a été lancé avec
comme objectif de permettre une
meilleure utilisation des nouvelles
technologies par tous. Permettre une
meilleure utilisation des TIC représente aussi un enjeu pour notre mouvement d’éducation permanente. En
effet, en tant que mouvement ouvrier
et en éducation permanente, nous ne
Analyse
pouvons pas passer à côté de ces
changements sociétaux et laisser une
partie de la population sur le carreau.
C’est une nouvelle bataille culturelle
que nous devons mener collectivement. Ainsi comment peut-on s’investir collectivement face aux nouvelles
technologies qui sont si vastes? Quels
sont les moyens les plus pertinents
pour nos organisations et pour nos
publics populaires? Et pour mener
quel type de travail en éducation permanente?
La fédération CIEP-MOC de Charleroi-Thuin a décidé de se saisir de ces
questions et s’est penchée tout particulièrement sur Facebook. Une formation a ainsi été mise sur pied à
destination des militants et permanents pour leur expliquer le fonctionnement de Facebook, les informer
dans une démarche d’éducation permanente et les former à l’utilisation et
à la maîtrise de ce nouvel outil de
communication. Un autre objectif était
de démystifier Facebook.
UNE FORMATION POUR LES
PERMANENTS ET LES MILITANTS
La formation proposait trois volets
complémentaires dans une optique
d’éducation permanente: le technique, la critique et les liens avec la
militance. Elle a rassemblé un petit
groupe entre 6 et 8 participants autour de ces questions.
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
1. Les aspects techniques
de Facebook
Durant ce module, les participants
ont testé, en direct, les différentes
possibilités offertes par Facebook.
Par exemple, comment remplir et modifier les paramètres de confidentialité? Comment partager un lien ou
une information?
Les participants ont aussi découvert
comment et surtout pourquoi utiliser
Facebook. En effet, sans une application et une volonté des utilisateurs, il
est difficile que notre intimité et vie
privée s’y retrouvent comme par magie. Il est nécessaire d’encoder préalablement différents champs. De plus,
il n’y a aucune obligation de tous les
remplir et il est possible d’en changer
à tout moment, ce qui permet de préserver sa vie privée. Les participants
ont également pris conscience qu’il
faut préalablement réfléchir à l’usage
de Facebook et être conscient qu’en
s’inscrivant, on s’expose à une visibilité exponentielle!!! Facebook ne s’en
cache pas et renvoie même à la
conscience de chacun lorsqu’une
photo ou un commentaire est publié.
«J’ai pu modifier les paramètres de
confidentialité et apporter les modifications que je souhaitais et cette matinée m’a permis de comprendre Facebook dans sa globalité» (Guy,
président MOC Charleroi-Thuin) «Je
n’avais pas Facebook mais j’en vois
maintenant l’utilité et comme j’ai une
adresse mail, je pourrais utiliser Facebook maintenant que j’ai reçu les instructions et un mode d’emploi, c’est
plus simple!!!» (Marc des Equipes populaires)
2. Une approche critique
Pour démystifier cet outil de communication qui occupe de plus en plus de
place dans l’action au quotidien, un
volet a été spécialement consacré à
sa critique. En effet, tous les jours,
nous sommes bombardés d’informations, via notamment la presse qui génère des craintes chez les citoyens
lambda. On peut, dès lors, s’interroger: Qu’y-a-t-il derrière ce matraquage
médiatique? Est-ce que tout simplement notre forme de communication
a évolué et génère des conséquences
sur notre manière de s’informer pour
certains ou, pour d’autres, sur leur façon de s’exprimer en toute liberté?
Mais ces éléments ne doivent pas
cacher qu’un produit comme Facebook est un relais important avec le
«marché» et avec les annonceurs, ce
dont Facebook ne se cache pas,
comme le souligne Caroline d’Altéo
«quand je publie un événement pour
un de nos soupers, j’ai 20 personnes
qui sont venues par le biais de Facebook».
Pour certains participants du module,
Facebook est aussi une société com-
merciale qui joue sur l’affect des gens
et leur crédulité pour accumuler des
profits. Néanmoins, tous lui trouvent
une certaine utilité. Ce qui n’empêche
que des doutes et questionnements
subsistent sur l’impact économique et
la possible «Bulle» informatique,
comme en témoignent un militant syndical: «Nous sommes tous derrière
notre ordinateur. J’ai l’impression que
nous oublions l’essentiel, à savoir le
partage et la rencontre dans la vie
réelle. En plus, je connais quelqu’un,
on pouvait tout voir, son adresse,
son numéro de téléphone… et la vie
privée dans tout ca?» (Lucien).
Concernant le financement, d’autres
éléments sont pointés comme la publicité et l’appropriation de Facebook
pour obtenir et détenir le monopole
sur un nouvelle part de marché: parmi
les réflexions, celle de Bruno sympathisant au mouvement sur Mark Zutenberg, le fondateur de Facebook,
qui prévoit d’acheter des parts de
Skype.
«Facebook, n’est pas dangereux!! Il
suffit de rester prudent» est en
quelque sorte la conclusion générale
des participants à ce module. Ainsi,
comme le fait justement remarquer
un animateur du CIEP Charleroi-Thuin,
«tout le monde n’a pas assez de recul
face aux arnaques /pub mensongères et la publicité sur Facebook
peut influencer les personnes les plus
fragilisées» (Hasan)
3. Un outil pour les associations
et les organisations
du Mouvement?
Régulièrement, la question de l’utilité
de Facebook dans l’action et la militance dans nos organisations revient.
Comment mon organisation peut-être
visible sur Facebook? Comment optimaliser ma page, mon groupe ou
mon profil? Est-il l’outil de communication le plus intéressant? Pour introduire un nouvel outil de communication, il semble pertinent d’en discuter
en équipe avant de se lancer. Répondre aux questions qui? quoi? comment? pourquoi? peut représenter une
première piste.
Certains participants soulèvent des
questions intéressantes, comme
11
Analyse
Mouvement en campagne
«Combien de temps faut- il consacrer
à Facebook?» (Caroline). D’autres réflexions appuient le fait d’introduire
ce nouvel outil de communication
dans notre pratique professionnelle et
militante: «Facebook permet d’informer plus rapidement sur une réunion
d’un groupe et de communiquer le
travail effectué et, comme cela, Facebook prend tout son sens» (Thomas,
Equipes populaires).
Des défis qui nous
rassemblent
EN
PAR PHILIPPE TAQUET, RESPONSABLE
PRESSE MOC ET DELPHINE LATAWIEC,
PERMANENTE CNE BRUXELLES-BRABANT
CONCLUSION
Pour nous, Facebook n’est certainement pas l’outil prioritaire pour communiquer avec nos militants et sympathisants, ni pour les sensibiliser à
des actions et les amener à s’engager. Il est complémentaire aux autres
moyens de communication actuels.
On peut se réjouir de pouvoir utiliser
et de détourner un outil issu des milieux économiques où la rentabilité
est l’axe primordial à des fins sociales
et communication pour une société
plus juste. C’est ainsi que notre communication s’est adaptée à ce nouveau média et ce nouveau support,
même si elle reste fondamentalement
la même. Il faut néanmoins rester attentif à favoriser une communication
plus réelle afin que la relation et la dimension humaines ne perdent pas
leurs sens premier et restent au cœur
de nos actions!!! ■
12
1. Voir l’analyse «Entre Flashmob et révolutions GSM,
quid de la mobilisation 2.0? Eclairage sur les mobilisations éclairs» Accessible en ligne sur
www.media-animation.be/Entre-Flashmob-et-re
volutions-GSM.html
2. Le Flashmob (terme anglais qui signifie «Foule
éclair») est une manière de rassembler des personnes dans un lieu public suite à une mobilisation lancée par Internet et pour y effectuer
des actions originales convenues préalablement,
avant de se disperser rapidement. Les Flashmob sont les nouvelles manières de rapidement
mobiliser un ensemble de personnes qui ne se
connaissent pas.
Par exemple, un freeze en pleine gare (un arrêt sur image), un lancer de ballons, une bataille
d’oreillers géante ou une danse chorégraphiée
de foule sur une place.
Sources:
• Intervention de Gérard Vallenduc, chercheur à la
Fondation du travail universitaire (FTU) lors des
Rencontres wallonnes de l’Internet citoyen (REWICS), 2010.
• «La boîte noire des usages d’Internet», dans Lettre Emerit, Ed. FTU, deuxième trimestre juin
2010, n° 62
(www.ftu-namur.org/fichiers/Emerit62.pdf).
au Nord et au Sud…
WALLON
n novembre dernier, un groupe
de 11 personnes issues du
MOC et de ses organisations
constitutives ont participé à un
voyage d’immersion en Bolivie organisé par l’ONG Solidarité Mondiale.
Au-delà du contexte politique bolivien,
de la découverte des réalités d’un
pays du Sud à travers les projets menés par les différents partenaires de
Solidarité Mondiale, ce voyage a permis aussi de souligner les défis communs qui unissent les travailleurs du
Nord et du Sud, ainsi que d’enrichir
nos réflexions et logiques d’action.
La Belgique et la Bolivie sont des
pays très différents. D’un point de
vue géographique, la différence saute
aux yeux dès l’atterrissage à La Paz,
le plus haut aéroport du monde qui
culmine à 4.000 m d’altitude. Ce
E
contraste bien que saisissant n’est
pourtant pas l’essentiel. La différence
majeure entre ces deux pays est
avant tout d’ordre socio-économique.
La Belgique reste un pays riche avec
un système social à la fois étendu et
performant. À l’inverse, la Bolivie demeure le pays le plus pauvre d’Amérique latine avec un système de sécurité sociale qui ne touche qu’une
partie restreinte de la population. Ces
différences sautent aussi aux yeux
dans les rues pauvres de la capitale.
Cette prise de conscience «in vivo»
des différences entre les réalités
«Nord» et «Sud» est d’ailleurs un des
premiers intérêts de ce voyage d’immersion.
Pourtant, par les rencontres avec les
partenaires, les échanges et les débats qui ont été possibles, on est
aussi frappé du phénomène contraire:
des points communs et des enjeux
identiques entre «ici et là-bas» qui se
dégagent sur le terrain de la question
sociale. Il s’agit là d’un autre élément
fondamental de l’expérience proposée par Solidarité Mondiale. Au-delà
des différences et d’une réalité sociopolitique dont la complexité nous
échappe en grande partie, les mécanismes de domination à l’œuvre (capitaliste, raciste et patriarcale) se ressemblent aussi dans ce pays. Ce
«va-et-vient» permanent, entre des
réalités si contrastées qu’un océan
sépare et la prise de conscience d’enjeux communs, permet en retour de
s’interroger sur nos pratiques et logiques d’action. Mais aussi sur les
réponses que les organisations du
MOC tentent d’apporter et de
construire aux situations d’injustices
et d’inégalités à l’œuvre dans chacun
de nos pays.
Mouvement en campagne
pour réclamer la mise en œuvre de
programmes nationaux sur ces thématiques.
UN
PARTENARIAT SYNDICAL
La rencontre des principaux dirigeants de CRISOL (Corriente de Renovaciõn Independante y Solidaridad
Laboral)1, courant idéologique au sein
de la COB (Centrale ouvrière bolivienne) et syndicat unique en Bolivie,
fait partie des moments les plus intéressants de ce voyage. Sur base de
ces échanges, il nous a semblé intéressant de développer quelques éléments de réflexion sur les défis posés
aux organisations syndicales dans le
contexte de crise actuel. En effet,
les solutions prônées actuellement
en Europe pour sortir de la crise, et
en particulier en Grèce, à savoir une
politique néolibérale drastique, ont
été testées dans les années 1980
en Amérique Latine, et notamment
en Bolivie. Cette politique a échoué et
a connu un rejet des populations, ce
qui a favorisé le virage à gauche de
l’Amérique latine.
Chômage, interculturalité, discrimination, droit des minorités… Force est
de constater que la Belgique et la
Bolivie partagent certains traits ou
défis posés aux organisations syndicales. Si les problèmes sont parfois
les mêmes, les modalités et le
contexte diffèrent. Ainsi, un des défis
essentiels pour la Bolivie concerne
l’économie informelle, une réalité partagée par la plupart des pays pauvres. Elle concerne la grande majorité
des travailleurs (+/-80 %) sans distinction de sexe et d’âge. En plus de
conditions de travail très dures, elle
se caractérise par une quasi-absence
d’accès à la sécurité sociale et de
protection en matière de droits du
travail. Le secteur informel s’est particulièrement développé avec la mise
en place des programmes de réformes structurelles du Fonds Monétaire International (FMI) au milieu des
années 1980. Ces politiques d’austérité ont alors frappé les travailleurs de
plein fouet (privatisation du secteur
minier, coupes dans les dépenses publiques, changement de législation
du travail au profit du patronat), en détricotant leurs droits ou via des licenciements massifs. Avec l’arrivée
d’Evo Morales à la tête de l’Etat, une
série d’avancées sociales ont été acquises ces dernières années, par
exemple l’attribution d’une forme de
pension minimale pour ces travailleurs qui n’ont pas ou peu cotisé.
L’approbation de la nouvelle Constitution, très progressiste, a aussi semé
beaucoup d’espoirs en instituant des
droits sociaux importants qu’il reste,
cependant, à traduire dans les faits.
Parmi la population bolivienne, la jeunesse et les femmes sont les catégories les plus vulnérables. Selon les représentants d’une organisation de
jeunes rencontrée sur place, la délinquance, le manque d’emploi et l’accès au logement (y compris gaz et
électricité) sont les problèmes qui
rongent la jeunesse. Avec une population en Bolivie de 65% de jeunes
âgés de moins de 30 ans, les défis
sont immenses. Les femmes, de leur
côté, luttent pour plus d’égalité, notamment en matière salariale, et une
place égale dans la société (Voir à ce
propos l’article de Paul Blanjean,
p. 15). La mortalité infantile et maternelle reste importante, ainsi que la
violence intrafamiliale. La Constitution a là aussi ouvert de nouvelles
voies pour plus de reconnaissance
de ces problématiques. Aujourd’hui,
ces deux groupes sont très actifs
En Belgique, nous manifestons car
la crise frappe nos entreprises, jetant au chômage de nombreux travailleurs. Les rangs des travailleurs sans
emploi grossissent et, en même
temps, les droits au chômage sont de
plus en plus restreints. Les jeunes
sont les principales victimes de ce
système, accumulant les jobs précaires avec pour seul horizon la possibilité d’une carrière émiettée. Les
femmes font également partie des
groupes particulièrement touchés par
les effets de la crise (Voir article de
Vie féminine, p. 19). Dans une volonté égalitaire, les mouvements de
femmes dénoncent le plafond de
verre et les violences privées, souhaitent avoir un accès plus important
dans la vie politique et sociale et désirent un meilleur équilibre entre vie
privée et vie professionnelle. Les nouvelles mesures d’austérité remettent
aveuglément en cause la sécurité sociale et le spectre de la crise grecque
justifie les politiques les plus injustes
précarisant le statut des travailleurs.
Dans ce contexte, se dessine la nécessité de construire une société et
un modèle de développement plus
juste sur les ruines d’un système qui,
jour après jour, démontre ses limites.
En Bolivie, ce changement est déjà à
l’œuvre.
UN
VIRAGE POLITIQUE
En 1985, au moment de la mise en
place en Bolivie des politiques néolibérales via les réformes structurelles
imposées par le FMI et la Banque
mondiale, la base syndicale historique
la plus forte, celle des mineurs, a été
décimée par la fermeture de nombreuses mines dans le pays. En
Grande-Bretagne, à la même époque,
une bataille politique de la même nature a été engagée par Margareth
Thatcher sur le front de la révolution
conservatrice attaquant sans merci
les syndicats forts, comme celui des
mineurs. Par la suite, cette «élite»
syndicale bolivienne et sa base se
sont alors dirigées vers d’autres sec-
13
Mouvement en campagne
14
teurs (notamment la production de la
coca) en y transposant leur tradition
syndicale. Une stratégie qu’elle appliqua aussi dans les mouvements
sociaux de quartier des régions les
plus abandonnées par l’Etat, récréant
ainsi les bases d’une tradition nouvelle de solidarité, d’organisation et
de luttes.
Cette nouvelle base a organisé la résistance lors des conflits de l’Eau et
du Gaz dès le début des années
2000 contre les politiques de privatisation du gouvernement néolibéral
de Lozada (président bolivien de
l’époque). Ces conflits ont fait émerger le mouvement à l’origine du changement de régime politique. Prenant
confiance dans un combat pour la
survie et la dignité, ces mobilisations
sociales se sont unifiées et organisées pour porter en 2005, Evo Morales au pouvoir en réclamant la mise
en œuvre d’un modèle de société
plus juste.
La COB, pourtant très affaiblie après
1985, a accompagné et suivi ce réveil. Néanmoins, les structures de ce
syndicat unique reflètent encore le
passé industriel et syndical; les
postes importants étant toujours statutairement occupés par les représentants syndicaux des mines. Dans
la douleur parfois, la COB est pourtant en train de muter: les paysans,
les femmes, le secteur informel sont
petit à petit admis aux places décisionnaires et peuvent ainsi influer sur
les positions prises. Les nouveaux
mouvements sociaux et les secteurs
devenus aujourd’hui incontournables
dans la vie économique prennent ainsi
leur place au sein du mouvement syndical traditionnel.
L’organisation syndicale mise aussi
énormément sur la formation politique et syndicale de ses membres,
notamment via le concours de CRISOL. L’apprentissage de la solidarité,
de la démocratie et de ses rouages,
la possibilité de décoder le monde
économique et politique, la mise en
forme de leurs revendications, l’histoire sociale, sont autant de cours
qui permettent ainsi à des militants ou
sympathisants, jeunes et moins
jeunes, de prendre leur place dans la
société mais aussi dans le mouvement syndical.
Ces deux aspects apparaissent
comme des défis à relever pour les
organisations syndicales belges.
L’éducation permanente, la formation
citoyenne, l’agir ensemble sont des
fondamentaux incontournables pour
la mise en forme et en acte d’un modèle alternatif de société. De même,
l’intégration réelle d’une base non traditionnelle (jeunes, chômeurs, fem-
mes, secteur non marchand…) et les
défis nouveaux pour les organisations
syndicales, en particulier l’environnement, représentent une piste importante face aux enjeux actuels.
Enfin, l’articulation des mouvements
sociaux, citoyens et syndicaux amenant chacun leurs revendications, leur
public, leur méthode, leur combat,
pourrait dessiner l’ébauche d’une mobilisation plus unie face à un modèle
de société que chacun combat en
partie. Ainsi, les mouvements syndicaux peuvent enfin saisir la possibilité
de construire ce modèle ensemble,
en le réfléchissant par une solidarité
internationale et nationale incontournable face à une crise et système
économiques qui, eux, sont mondiaux, avec humilité et enrichis de
l’expérience de chacun. Ils peuvent
aussi opter pour un repli dans le cadre des frontières nationales ou d’intérêts partiels d’une base historique
fragmentée. La tentation de ce repli
est forte. Le dialogue au niveau des
organisations en interne, au niveau
national et international n’est pas facile. La fierté ou la méfiance sont légitimes selon les histoires nationales
et/ou régionales. Il faut aussi pouvoir s’organiser dans son pays,
construire son mouvement, donner
des outils à ses militants et réfléchir
à ses valeurs. Il faut se connaître
avant de s’ouvrir aux autres.
Néanmoins, notre sentiment est que
nos combats ne peuvent plus souffrir
du repli ou d’hésitation car le temps
presse… en Bolivie comme en Belgique. ■
1. Partenaire de Solidarité Mondiale depuis de nombreuses années, CRISOL développe principalement la formation syndicale et politique. Des centaines de personnes bénéficient chaque année
de ses formations qui favorisent l’accès à des
responsabilités syndicales au sein de la COB ou
au niveau politique.
Mouvement en campagne
Femmes boliviennes:
entre violence
et émancipation
PAR PAUL BLANJEAN, SECRÉTAIRE
RÉGIONAL DU CIEP-MOC DE VERVIERS
Q
uelle est la situation des
femmes en Bolivie? Quels
sont les rapports entre les
hommes et femmes? Le voyage d’immersion organisé par l'ONG Solidarité
Mondiale en Bolivie a permis d’aller à
la rencontre d’associations partenaires qui travaillent ces questions,
mais aussi de découvrir à bien des
égards la situation des femmes.
Dans les rues de La Paz, d’El Alto ou
dans les villages de l’Altiplano, on
croise des femmes en habits traditionnels très colorés portant dans
leur dos un enfant ou les aliments
achetés au marché, où tout peut être
trouvé: des fleurs, du poisson, des légumes… Beaucoup de femmes y travaillent dans des conditions qui sont
loin d’être idéales. La santé des travailleuses des marchés représente
un des axes de travail de certains
partenaires de l’ONG, notamment Crisol, Gregoria Apaza et Sentec, dans
la région d’Oruro, qui ont comme projet de développer une mutuelle de
santé. Ce n’est sans doute pas par
hasard que les soins aux mères et enfants en bas âge sont aujourd’hui gratuits. La Bolivie connait, encore aujourd’hui, une mortalité infantile
importante ainsi qu’un nombre élevé
de femmes mourant en couches1.
Même s’il est difficile de connaître
avec précision les chiffres (comme
c’est le cas dans toutes les sociétés), on estime qu’au moins sept
femmes sur dix connaissent, au
moins durant un moment de leur vie,
des violences. Multiformes, ces violences peuvent être d’ordre physique,
morale, sexuelle,… Elles proviennent
souvent de l’entourage direct de la
victime, voire de la famille. Des viols
à l’issue de soirées trop arrosées,
des coups, des insultes et d’autres
formes de violences accablent les
Boliviennes.
Les femmes sont souvent mères de
famille nombreuse. Comme la contraception est peu utilisée, il n’est pas
rare d’être parent de 4, 5 ou 6 enfants. Les militantes féministes pointent une résistance à la contraception
plus culturelle que religieuse. Avoir
une famille nombreuse, représente
aussi une assurance vieillesse. Avant
la réforme des pensions de 2011,
les retraites n’étaient payées qu’aux
seuls ex-travailleurs du secteur formel. Aujourd’hui encore, 4 emplois
sur 5 sont cependant dans le secteur
informel où il n’existe aucune contribution à la sécurité sociale. La réforme
intègre des assimilations des années
passées par les femmes à l’éducation
des enfants mais aussi une forme de
pension universelle de base: «le revenu de dignité».
L’éducation des enfants et les tâches
ménagères ne sont guère partagées
entre les deux parents. Même après
une longue journée de travail, la préparation des repas et le soin des enfants sont majoritairement entre les
mains des femmes. Certains villages
de l’Altiplano sont surtout peuplés de
personnes âgées, d’enfants en bas
âge et de femmes. Les hommes et
les jeunes sont partis étudier ou travailler à la ville. Dans certains cas, ils
ont quitté le pays afin de mieux gagner leur vie. Mais aujourd’hui, dans
les pays voisins, les emplois offerts
se trouvent dans la sphère privée ou
dans le service aux personnes. Le visage de l’immigration change. Des
femmes quittent le pays afin d’occuper ces emplois. Et pour les maris
restés au pays, s’occuper du ménage
et des enfants constitue un véritable
choc culturel.
Le gouvernement de gauche essaye
de répondre à tous ces défis et différentes campagnes sont menées.
Mais le changement ne peut survenir
sans un travail intense de mouvements sociaux et tout spécialement
des mouvements féministes.
DES ACTIONS CONTRE LES
VIOLENCES ET POUR LA SÉCURITÉ
A El Alto, le Centre de promotion des
femmes de Gregoria Apaza, partenaire de Solidarité Mondiale, développe de multiples activités avec les
femmes à l’image de leur slogan «jamais à genoux, toujours debout». Les
formations professionnelles et des
microcrédits permettent à des
femmes de trouver les voies de l’autonomie économique grâce à la création de mini-entreprises ou coopératives. Les formations de leaders
d’opinion aident les femmes à trouver
une place dans la vie politique, économique et sociale. En outre, un travail
réalisé conjointement avec femmes
et hommes vise à diminuer les violences conjugales et réduire l’insécurité des femmes dans l’espace public.
La place des femmes dans la société
revêt sans doute encore de nombreuses autres facettes. Les
quelques exemples évoqués ci-dessus indiquent que le chemin pour
l’égalité est encore long. La volonté
gouvernementale et le travail de terrain des mouvements sociaux et féministes constituent des espoirs de
changement.■
1. La Bolivie connaît la mortalité infantile (dans les
5 premières années de la vie) et le taux de mortalité de femmes en couches les plus élevés de
l’Amérique Latine. On dénombre effectivement
42,16 décès d’enfants pour 1000 naissances
ainsi qu’un taux de mortalité des mères de
2,01% (pour la période 2005-2010)
15
Mouvement en campagne
our répondre au mieux aux
contextes sociaux en mutation, nos projets de formation
en éducation permanente avec des
adultes ont toujours remis en question les modèles éducatifs établis et
fait preuve d’innovation sociale. Ce
onzième cahier du CIEP fait le point
sur les enjeux et les tensions actuelles de l’expérience ISCO dans le
secteur culturel et entame une réflexion large sur la manière de
construire un processus de formation avec des adultes visant leur
émancipation.
Ce Cahier propose une série d’interventions en lien avec le programme
proposé lors du Colloque organisé
par le CIEP en octobre 2011.
Tout d’abord, ancien secrétaire général du MOC, ancien permanent
CIEP et toujours formateur, Jean
Daems s’est penché sur l’intérêt et la
pertinence du projet de formation
avec des adultes, comme l’ISCO, depuis ses origines dans les années 60
jusqu’à aujourd’hui.
P
16
L’éducation permanente représente
plus que jamais un levier de transformation et de remise en question, ainsi
qu’un remède contre la résignation,
qu’il est important d’activer et de
maintenir dans notre société.
Jean Blairon, directeur de RTA Namur, propose une réflexion sur l’opportunité, pour un dispositif de formation en éducation permanente, de
s’inscrire dans une région du champ
académique, dans la tension entre
militance et certification.
Stéphanie Baudot et France Huart,
permanentes au CIEP communautaire, déconstruisent la pédagogie
émancipatrice au regard de la formation d'adultes, sur base du projet
ISCO et tout particulièrement du
groupe ISCO Femmes et démocratie. Les étapes du cheminement réalisé par les étudiants favorisent l’amélioration de la confiance et de l’estime
de soi, la capacité à s’exprimer dans
toutes les sphères de la vie, l’insertion
dans un collectif, la mise en place
d’un groupe solide et solidaire au sein
PHOTO
© REPORTAGE
«La formation d’adultes:
laboratoire pour
l’action collective»
& 72
Vient de sortir de presse:
de la formation, mais également au
questionnement critique de la société, étapes nécessaires à l’émancipation individuelle et collective.
Marc Maesschalck, philosophe à
l’UCL et formateur à l’ISCO, développe une réflexion sur nos missions
de formateurs. Car former, c’est élaborer un lieu de construction de la démocratie et faire le pari sur l’intelligence de tous et toutes dans le cadre
d’une identité politique. La première
tâche à assumer est de construire
une force collective qui soit capable
d’identifier ce qu’elle veut dans le cadre de nos formations.
Enfin, dans la dernière partie, les
grandes lignes du débat entre les
partenaires actifs dans le champ de
la formation d’adultes sont aussi
ébauchées. ■
CE CAHIER N°11 INTITULÉ «LA FORMATION
D’ADULTES: LABORATOIRE POUR L’ACTION COLLECTIVE» EST TÉLÉCHARGEABLE EN LIGNE SUR
WWW.CIEP.BE/DOCUMENTS/CAHIERCIEP11.PDF
OU À LA DEMANDE AU SECRÉTARIAT
DU CIEP-ISCO AU 02/246.38.41
OU PAR COURRIEL: COMMUNAUTAIRE@CIEP.BE
Enquête
Donnez-nous votre avis sur l’Esperluette,
il est important!
epuis 1994 le CIEP-ISCO du MOC vous propose quatre fois par an son trimestriel L’Esperluette. Fin 2011, nous
avons publié le 70e numéro. Depuis mars 2003, les différentes rubriques qui le composent sont un Dossier d’analyses sur une thématique avec un regard en éducation permanente, Mouvement en campagne et «En régions»,
«La vie de l’ISCO», ainsi que deux parties plus informatives «En Bref» et «Agenda». Une fiche pédagogique détachable
et un reportage photo sont aussi au sommaire des numéros.
Dans le cadre de l’évaluation de nos activités, nous souhaiterions recueillir votre avis et vos suggestions en tant que
lecteurs et lectrices. Cette évaluation nous permettra également de nous rendre compte de comment L’Esperluette répond à vos attentes et comment notre trimestriel pourrait mieux le faire.
D
Merci de prendre quelques minutes pour répondre au questionnaire ci-dessous et de nous le renvoyer ensuite complété
Courriel: francine.baillet@ciep.be - Fax: 02/246.38.25
CIEP communautaire, chaussée de Haecht 579, 1030 Schaerbeek.
D’avance un tout grand merci pour votre collaboration et vos précieux avis!
ITEMS
REPONSES (cocher la réponse adéquate)
LECTURE de L’Esperluette
Vous lisez L’Esperluette
 En survol
La mise en page de L’Esperluette vous semble
 Agréable
 Certains articles
 Intégralement
 Correcte
 Pourrait être améliorée
 Copieux
 En lien avec un travail
 Léger
 Pas en lien avec un travail
CONTENU de L’Esperluette
Le contenu de l’Esperluette vous parait
 Pertinent
d’éducation permanente
 Non pertinent
d’éducation permanente
La qualité de l’information vous parait…
 Très satisfaisante  Satisfaisante
Les dossiers d’analyse vous paraissent…
 Très satisfaisants  Satisfaisants
Quelle(s) rubrique(s) lisez-vous régulièrement dans L’Esperluette
 Les dossiers d’analyse
 Les campagnes et la vie des régions
17
 Peu satisfaisante  Insatisfaisante
 Peu satisfaisants  Insatisfaisants
 Les fiches pédagogiques
 L’agenda + en bref
3 thématiques que vous trouveriez intéressantes d’aborder:
...............................................................................................................
...............................................................................................................
...............................................................................................................
AUTRES
Dans quel(s) secteur(s) êtes-vous engagé (bénévolement ou professionnellement)?
 Education permanente
 Art et culture
 Enseignement/Formation
 Insertion socioprofessionnelle
 Enfance/Jeunesse
 Bibliothèques/ lectures publiques
 Travail social
 Autre: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mouvement en campagne
La FOPES, un Master
en politique économique et sociale
près de chez vous tout en travaillant
a FOPES propose une formation universitaire dans le domaine de la politique économique et sociale destinée à des
adultes qui n’ont pas eu la possibilité
d’entreprendre des études universitaires par la voie traditionnelle, qui
cherchent à comprendre les mécanismes de l’économie et les phénomènes sociaux et qui veulent agir sur
ces mécanismes en vue de plus de
justice et de solidarité.
Se former tout en travaillant est le
pari de la FOPES depuis 35 ans,
grâce à la FOPES: sa politique d’admission, son organisation horaire, la
proximité avec les lieux et centres
d’intérêt des étudiants, l’accompagnement de leurs efforts de formation permettent de relever ce défi.
La formation dure trois 3 ans (une année préparatoire et deux années de
Master) à horaire décalé et avec des
activités décentralises (à Bruxelles et
L
dans différentes villes de Wallonie).
Elle comporte une année préparatoire et deux années de master. Les
cours se déroulent soit le samedi,
soit un jour de semaine. Outre la journée de cours, les étudiants sont tenus de se réunir un soir par semaine
pour un travail en sous-groupes. Ils
doivent, en outre, participer à 2 weekends résidentiels par an. Les dispositifs pédagogiques mis en place sont
adaptés aux adultes travailleurs et
engagés, ils se basent fondamentalement sur un apprentissage coopératif. Collaboration entre le MOC et
l’UCL, ce Master est également accessible grâce à la «Valorisation des
Acquis de l’Expérience» (VAE) ou par
des passerelles accessibles à certains diplômés de Hautes Ecoles. La
formation bénéficie du Congé-éducation payé et du congé de formation.
Trois nouveaux cycles FOPES d’une
vingtaine d’étudiants démarrent dès
septembre 2012 en province du
Luxembourg, du Brabant wallon et du
Hainaut Centre. ■
DES
SÉANCES D’INFORMATION
• Libramont (cours le samedi):
6 juillet 2012 à 18h
CSC de Libramont - Rue du Vicinal 7
• Louvain-la-Neuve (cours le mardi):
20 juin et 16 août 2012 à 18h
Rue de la Lanterne Magique 32,
(Bâtiment Dupriez - local D 144) LLN
• Mons (cours le samedi):
4 juillet 2012 à 19h
MOC de Mons - Rue Marguerite Bervoets 10
Examen d’admission pour les personnes
venant par la VAE: Samedi 18 août 2012
à 10h à Louvain-la-Neuve
INFORMATIONS: WWW.UCLOUVAIN.BE/OPES
OU PAR COURRIEL:
CHANTAL.GRANDMAIRE@UCLOUVAIN.BE
OU
010/47 39 07
18
Quand les femmes
parlent du temps…
u temps pour soi! est une
des aspirations fortes exprimées par les femmes, lors du
Congrès de Vie féminine en 2010. Aujourd’hui, le temps des femmes subit
encore de multiples pressions: les
femmes doivent assumer, beaucoup
plus que les hommes, les tâches domestiques et éducatives et d’une manière générale, assurer une présence
D
auprès des personnes vulnérables,
en l’absence de services adéquats.
Elles sont nombreuses à se retrouver
dans des emplois à temps partiel,
qui ne permettent pas toujours de
«mieux concilier» et limitent l’indépendance financière. Elles portent la responsabilité principale d’articuler les
différents rythmes de vie (boulot,
école, loisirs, transports, etc.) et
cette charge mentale n’est pas sans
conséquences sur leur santé physique et morale.
Que leur reste-t-il alors comme marge
de manœuvre pour souffler, penser à
soi, s’engager dans une activité qui
les passionne, en dehors de toute
pression familiale ou professionnelle?
Qu’on le veuille ou non, cette organisation inégalitaire des temps structure fortement nos existences, dans
la sphère privée et sociale. L’exploitation du temps des femmes au service
des autres est une manifestation quotidienne des systèmes de domination
patriarcale, capitaliste et raciste. Un
changement passera donc inévitablement par la prise de conscience de
Mouvement en campagne
Contre la dégressivité
du chômage,
une honte
pour les femmes!
verse, les personnes comptant peu
d’années de travail seront plus vite
sanctionnées. Au total, presque la
moitié des chômeurs seront touchés.
Les conséquences seront notamment
plus violentes pour les cohabitants
qui sont, majoritairement, des
femmes.
En effet, les femmes sont surreprésentées dans le chômage de longue
durée et dans le statut de cohabitant: une chômeuse sur deux est cohabitante contre un chômeur sur
trois1. Elles vont donc se retrouver
très rapidement dans les catégories
d’allocations les plus basses, avec
un forfait de 484 € par mois pour une
cohabitante. De plus, les dernières
périodes de chômage au forfait ne seront plus assimilées pour la pension
sur base du dernier salaire perdu,
mais seulement sur base du droit minimum. Quand on sait que 60% des
femmes touchent moins de 1000 €
es mesures d’austérité décidées par notre gouvernement
touchent de manière plus violente les femmes qui, majoritairement, subissent déjà des inégalités
socio-économiques: discrimination à
l’embauche, faiblesse des revenus,
types de contrat (temps partiel, précaire, à durée déterminée, etc.),
écarts de salaire, niveau de protection sociale (chômage, pensions,
etc.)… Cette situation inacceptable
va dès lors encore s’aggraver avec
ces mesures. La preuve nous en est
donnée aujourd’hui avec la décision
de la mise en œuvre, dès le 1er novembre, du principe de «dégressivité
accrue» du chômage, un principe
prévu lors de la formation du gouvernement. Le principe de cette réforme
est, en fait, très simple: plus longtemps une personne a travaillé, plus
longtemps elle gardera ses allocations de chômage intactes. À l’in-
L
ce pouvoir du temps qui s’exerce sur
toutes les femmes. Mais cela ne suffit pas! Le temps peut aussi être envisagé comme un outil essentiel pour
atteindre l’égalité dans notre société.
Pour s’en saisir, encore faut-il pouvoir se libérer de l’emprise du temps,
se le réapproprier individuellement et
collectivement, résister et créer des
alternatives.
Ces différents enjeux autour du temps
est au cœur de la Semaine d’études
de Vie Féminine qui comprendra trois
journées de réflexions, de débats et
d’échanges de pratiques.
Au programme, des Conférences plénières sur les «Temps des femmes,
une question de pouvoirs» et sur
«L’expérience des bureaux du
temps», des Temps créatifs collectifs,
des Ateliers d’appropriation réservés
aux femmes, des Forums participatifs
et des ateliers thématiques. ■
LE
PROGRAMME COMPLET EST DISPONIBLE SUR
WWW.VIEFEMININE.BE/SPIP.PHP?ARTICLE2327
EN PRATIQUE:
DATES: 3, 4 ET 5 JUILLET 2012
LIEU: CENTRE SCOLAIRE ASTY-MOULIN,
RUE DE LA PÉPINIÈRE 101 5002 NAMUR
(SAINT-SERVAIS).
INSCRIPTIONS:
WWW.VIEFEMININE.BE/SPIP.PHP?RUBRIQUE473
POUR TOUTE INFORMATION: VIE FÉMININE
RUE DE LA POSTE 111 - 1030 BRUXELLES
TÉL.: 02/227.13.00
de pension (contre seulement 30%
des hommes)2, on mesure l’impact
d’une telle mesure dans un contexte
où l’égalité des revenus entre
hommes et femmes est loin d’être
atteinte et où l’indépendance financière des femmes tout au long de
leur vie est loin d’être garantie.
À ce tableau, les mesures d’activation
et les restrictions concernant la définition d’un emploi convenable (impossibilité de refuser, dans un rayon de
60 km, des emplois qui impliquent
une absence de plus de 12 heures ou
des déplacements de plus de 4
heures entre le domicile et le lieu de
travail) doivent encore être rajoutées.
LES
FEMMES CONTINUENT
AINSI À PAYER UNE LOURDE
CONTRIBUTION À LA CRISE!
Le 8 mars dernier, 18 organisations
de femmes francophones et néerlandophones ainsi que deux syndicats
ont demandé à rencontrer Joëlle Milquet, Ministre de l’Égalité des
Chances pour mettre en place un audit des mesures socio-économiques
par la mise en application urgente de
la loi du gendermainstreaming de
2007. Cette dernière impose d’analyser, selon une grille sexuée, les impacts de chaque nouvelle loi, afin de
limiter les discriminations structurelles. Deux mois plus tard, aucune
rencontre n’est programmée et il apparaît de plus en plus urgent de mettre fin aux dégâts que provoquent les
mesures d’austérité sur les plus précarisé-e-s! ■
PLUS D’INFORMATIONS:
VIE FÉMININE - HAFIDA BACHIR, PRÉSIDENTE
COURRIEL:
PRESIDENTE-NATIONALE@VIEFEMININE.BE
TÉL.: 02/227.13.01
GSM: 0487/27.67.37
WWW.VIEFEMININE.BE
1. BABILAS, L., «L’individualisation des droits
dans l’assurance-chômage», dans Revue belge
de Sécurité Sociale, n° 2 (2e trim. 2009), p. 371.
2. Femmes et hommes en Belgique. Statistiques et
indicateurs de genre, Bruxelles, Ed. Institut pour
l’Egalité des Femmes et des Hommes, 2011,
p. 70.
19
Vie de l’ISCO
Rapport d’activités
ISCO 2011-2012
ISCO CNE TRANSCOM
GROUPE VI (4 ANNÉE)
ÈME
En entamant leur 4ème année de formation, le groupe VI voit petit à petit
se terminer son parcours à l’ISCO.
Une attention toute particulière a été
portée par l’équipe pédagogique et
plus particulièrement par les formateurs de méthode de travail pour accompagner au mieux le lancement
de la démarche de recherche sur une
question sociale en lien avec leur engagement syndical. Les étudiants
sont donc actuellement en train
d’identifier une hypothèse de recherche qui sera travaillée pendant
plus d’un an. Au-delà de cette démarche qui représente le point culminant de la formation, il est intéressant
de rappeler que le groupe a ceci de
particulier qu’il est le premier à avoir
intégré les nouvelles modalités du
dispositif ISCO en termes de contrats
pédagogiques, d’évaluation et d’exigences administratives. Il y a donc
une très grande attention du groupe
sur le déroulement de cette nouvelle
formule, ce qui soutient la philosophie ISCO de coconstruction de la
formation avec les étudiants, les formateurs et l’institution. Le groupe
peut également compter sur l’implication de son délégué qui joue à la fois
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
20
un rôle de représentant du groupe, un
rôle de médiateur avec l’équipe pédagogique ainsi qu’un rôle de soutien
particulier aux étudiants qui en auraient besoin. Ces différents éléments
font de ce groupe un collectif solide,
solidaire et engagé.
ISCO CNE TRANSCOM
GROUPE VII (3 ANNÉE)
ÈME
Si, du point de vue du travail, peu de
choses extraordinaires sont à relever, puisque la formation suit son
cours, cours par cours, il convient de
souligner la liaison entre cette formation et les engagements individuels
des participants dans des actions collectives et, forcément, ici dans les actions syndicales. Dans quelques cas,
on assiste à un effet direct des élections syndicales.
Ainsi, lorsque quelques (rares) étudiant-e-s candidat-e-s n’obtiennent pas
l’adhésion et la confiance interne de
leurs collègues pour être en position
de combat sur les listes électorales,
cela produit des effets de plusieurs
types sur l’engagement en formation:
soit un abandon, liant ainsi directement leur sort aux enjeux de la formation elle-même, soit au contraire, le
choix de rester dans le parcours de
formation, en cherchant d’autres
voies d’engagements syndicaux.
Il faut noter également, a contrario de
ces lectures partielles qui pourraient
paraître négatives, que d’autres participant-e-s trouvent des voies d’engagements accentués. Ainsi, l’une des
participantes est aujourd’hui membre
du Bureau journalier de sa centrale,
ce qui dénote de la reconnaissance
d’un savoir-faire et d’une évolution
dans l’engagement important. D’un
point de vue moins individuel, on peut
pointer que le groupe, composé maintenant d’une quinzaine de membres,
trouve sa vitesse de croisière et semble se stabiliser en se structurant et
en développant des solidarités et des
soutiens assez forts pour garantir
une pérennité du groupe. Il faut aussi
mettre en exergue le gros travail de
solidarité réalisé par un sous-groupe
pour permettre à un de ses membres de rester en phase et en apprentissage malgré une période de
maladie importante. Un groupe donc
qui maintient le cap d’une formation
exigeante et qui se stabilise dans la
solidarité.
ISCO CNE TRANSCOM
GROUPE VIII (2 ANNÉE)
ÈME
On peut souvent pointer une difficulté
inhérente à la deuxième année de formation: un «creux» de motivation
après une première année de «découverte» de la formation et face à un
parcours qui est encore long. A cela
vient s’ajouter le contexte particulier
des élections sociales qui génèrent
toujours un surplus de travail au niveau syndical ainsi qu’un certain
stress (présence sur les listes, combativité par rapport aux autres syndicats, être élu ou non,…). D’autre part,
la grille horaire proposée cette année
a fait éclater le cours de Droit ce qui
a donné lieu à la présentation du travail à faire pour ce cours en septembre, mais sans séance de cours pour
y travailler et apporter un éclairage
pédagogique correspondant au calendrier des échéances du travail à remettre et au volume du dossier à décrypter. Ces évènements ont suscité
de nombreux échanges entre les étudiants et au sein de l’équipe pédagogique, CEC et Equipes pédagogiques
extraordinaires. Des questionnements
ont donc pu être posés et travaillés
collectivement comme: comment dépasser le cadre institutionnel
(contrats pédagogiques, compétences, travaux…) pour éviter l’individualisation et la déresponsabilisation?
L’appropriation collective du processus étant nécessaire, comment le piloter tous ensemble dans le cadre
formel qui est le nôtre? Au-delà d’un
échange d’informations, comment
faire du CEC un lieu d’appropriation
collective de la formation? Où et comment dépasser le découragement
pour trouver ce qui va faire moteur
pour rebondir et poursuivre? Comment être un sous-groupe efficace?
Vie de l’ISCO
Comment modifier le rapport à la formation pour faire transformation sociale?
Des pistes sont donc actuellement
en réflexion pour améliorer la qualité
de la formation et faire du dispositif
ISCO un projet construit avec l’ensemble des acteurs. Plus particulièrement, l’équipe pédagogique a décidé
de procéder de manière plus systématique à un échange de pratiques:
face au défi posé par le double objectif de formation militante et d’acquisition de compétences, chacun sera
invité à expliquer comment il intègre,
dans sa pédagogie, une grille de lecture de la militance et avec quels outils dans un objectif de partage de
compétences et de cohérence de
l’équipe pédagogique autour d’un projet.
ISCO CNE TRANSCOM
GROUPE IX (1 ANNÉE)
ÈRE
Le nouveau groupe composé de 23
étudiants a débuté la formation
comme à son habitude par un séminaire résidentiel, ce qui lui a permis
de se constituer comme collectif en
formation et ce qui a permis aux
sous-groupes de proposer des pistes
d’organisation. Le résidentiel est également le moment d’aborder, pendant
toute une journée, les arcanes de
l’économie d’une entreprise sous la
forme d’un jeu. Cette expérience,
ayant depuis de nombreuses années
fait ses preuves dans la formation
ISCO, a tout naturellement été reconduite pour le groupe IX qui a pu ensuite aborder de manière plus
conceptuelle les différentes dimensions propres à la compréhension et
l’analyse des comptes et bilans de
leur entreprise. Actuellement, le
groupe poursuit la construction de
son organisation interne que ce soit
en groupe ou en sous-groupes.
ISCO CNE TRANSCOM
GROUPE CNE V
(SUIVI DE MÉMOIRE)
Un programme de travail et de méthodologie active de la recherche a été
mis en place, dès octobre 2011,
pour soutenir au mieux les étudiants
dans leur processus de réalisation
de recherches.
Les différents modules du programme ont été déterminés et planifiés en fonction des difficultés rencontrées par les étudiants et par leurs
demandes concrètes relatives à la
spécificité de leur propre travail de recherche et de leur avancement.
Chaque journée a été réalisée suivant la même méthodologie. En matinée, le travail s’est déroulé en
groupe avec un bilan individuel de
l’avancement de chacun dans son
processus de réalisation de recherches et examen de son planning
de travail. Ensuite, le groupe a bénéficié d’apports théoriques et pratiques
suivis d’un échange collectif sur les
réalisations de chacun afin de répondre à leurs questions et les aider à solutionner leurs difficultés (parfois organisation de plusieurs ateliers). Divers
contenus ont ainsi été travaillés: la
question de départ et l’élaboration
d’une hypothèse de recherche, la recherche bibliographique et l’organisation de la documentation, la récolte
de données quantitatives et qualitatives, la méthodologie de l’enquête.
L’après-midi a été consacré à un travail individualisé en fonction des attentes spécifiques. Les étudiants
avaient alors l’opportunité de travailler dans une salle où plusieurs ordinateurs étaient connectés à Internet.
12 étudiants ont démarré le dispositif. A ce jour, un étudiant a déjà présenté son mémoire et 9 restent motivés à le finaliser (5 femmes, 4
hommes). Il est à noter que, tout au
long du processus, les étudiants se
sont soutenus les uns les autres.
ISCO CSC ROBERT D’HONDT
GROUPE A (2 ANNÉE)
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
ÈME
Le groupe ISCO CSC est composé
d’une petite vingtaine de délégués
syndicaux de centrales ouvrières, de
représentants de groupes interprofessionnels, de travailleurs dans des
cellules de reconversion. Après un
an de formation, le groupe a dû ré-
cemment se positionner sur la poursuite de l’ISCO pour les deux prochaines années. Après de nombreux
échanges et un travail mené dans le
cadre du cours de méthode sur l’argumentation d’un choix dans son projet de formation, la majorité du
groupe a décidé de poursuivre le cursus, considérant trouver à l’ISCO les
outils adéquats à leur engagement
syndical et une volonté d’aboutir à
une formation diplômante. A noter
que, cette année, le cours de «gestion de projets en action collective»,
leur a permis d’expérimenter réellement les étapes de tout processus de
création de projet (des attentes du
groupe à l’évaluation du dispositif).
La mise en place d’une action au profit du «Télévie» a été un réel succès
tant du point de vue de l’apprentissage vécu, du renforcement du collectif que de l’objectif que les étudiants s’étaient assigné même si, de
leur point de vue, ils auraient souhaité bénéficier de plus de répondant
au sein de l’organisation syndicale.
ISCO CSC ROBERT D’HONDT
GROUPE B (1 ANNÉE)
ÈRE
Le groupe a démarré avec 13 étudiants. Actuellement, ils sont 10 (2
femmes, 8 hommes). La constitution
des sous-groupes a nécessité une attention particulière de l’équipe pédagogique compte tenu des différentes
caractéristiques des étudiants
(contraintes géographiques, expérience professionnelle et parcours
scolaire,…). Le groupe est très participatif et à l’écoute de tous et de
toutes.
Le résidentiel fut très constructif pour
l’identité particulière du groupe en
matière de dynamique collective. La
mise en exergue de tensions a permis
au groupe de grandir en maturité et
lui a donné l’occasion de gérer un
conflit de manière constructive et positive.
Dans le cadre de tous les cours (Economie, Droit, Action collective,…),
chacun s’investit énormément dans le
processus de formation (temps, énergie), ce qui donne beaucoup de plaisir et de stimulation à l’équipe pédagogique.
21
Vie de l’ISCO
En Histoire, par exemple, les étudiants ont réalisé l’interview d’un militant syndical (il y a eu beaucoup de
réactivité sur le choix du témoin), préparé l’entretien et réalisé une présentation orale très intéressante. En méthode, des travaux collectifs sont
réalisés en sous-groupes composés
de manière aléatoire pour amener
chacun à travailler les uns avec les autres. Les formatrices sont particulièrement attentives à faire ressortir les
ressources de chacun quel que soit le
niveau (connaissances de base,
modes d’apprentissage).
ISCO CHARLEROI (3
ÈME
ANNÉE)
Voici quelques aspects qui ont marqué l’année 2011-2012 dans le
groupe à Charleroi, tant au niveau
des étudiants que de l’équipe pédagogique. Tout d’abord, pointons la participation, cette année, du groupe en
formation à la Semaine sociale wallonne organisée par le MOC en mars
dernier et portant sur la problématique de l’aménagement du territoire.
Au travers de cette expérience, les
étudiants ont pu à la fois mobiliser
des compétences acquises dans le
cadre de la formation (prise de notes,
QUELQUES
22
rédaction de synthèse, analyse critique de débats) et, au travers de la
synthèse qui leur était demandée
pour les cours de Sociologie et Politique, élaborer des liens avec les
contenus exposés par les intervenants et les matières vues dans le cadre de ces cours. Les étudiants ont
également découvert l’action en réseau au travers du cours d’action collective par une double approche:
théorique d’une part via la lecture de
textes sur le sujet visant la compréhension des notions clefs liées à l’action en réseau mais aussi et surtout
en reliant ces notions à la pratique
que les étudiants ont du réseau dans
leur terrain d’action.
Au niveau de l’encadrement pédagogique, l’équipe des formateurs de
Charleroi a développé, depuis deux
ans, un suivi individualisé des étudiants en stage. Chaque formateur
accompagne un ou deux étudiants
afin de les aider dans la rédaction de
leur rapport de stage, à établir des
liens entre les contenus de la formation et leurs actions sur le terrain et
les amener à inscrire leurs actions
dans une démarche d’acteur de changement. De plus, le cours de méthode a constitué un appui méthodologique dans la recherche des
informations et l’écriture du document. Par ailleurs, interpellée de façon récurrente par les difficultés exprimées par les étudiants concernant
STATISTIQUES PAR RAPPORT AU PUBLIC
l’appréhension et la compréhension
de textes conceptuels proposés dans
le cadre des cours, l’équipe pédagogique a trouvé important de traiter de
cette problématique de façon
concrète. Un soutien méthodologique
sur la lecture au cours d’un module
de cours a ainsi été apporté aux étudiants.
ISCO VERVIERS (2ème
ANNÉE)
En début d’année, le groupe était
composé de moins d’une dizaine
d’étudiants aux parcours professionnels, personnels et scolaires très différents. Si la diversité des expériences est un atout dans
l’apprentissage en formation à l’ISCO,
étudiants et formateurs ont dû - et
doivent encore - faire preuve d’initiatives originales et solidaires pour favoriser la cohésion du collectif, surtout dans les tâches de formation qui
sont demandées. En mettant en place
une action transversale entre la filière
Economie, Histoire sociale et Méthode de travail, l’équipe pédagogique, a souhaité, cette année, montrer aux étudiants la richesse de
croiser les regards pour analyser une
situation donnée comme il est riche
de bénéficier d’expertises différentes
de la part des étudiants dans la démarche de formation à l’ISCO.
Enfin, notons que, par leur implication
à l’ISCO, notamment via les stages,
plusieurs étudiants sont engagés
ISCO 2011-2012
Vie de l’ISCO
qu’ils jugent injustes au départ d’une
grille spécifique et le concept d’ «action collective» au départ d’exemples
issus dans et hors de l’Europe,…Une
visite du palais de justice est programmée pour le mois de mai.
ISCO VHS
© REPORTAGE
PHOTO
& 72
Le groupe termine actuellement son
parcours de formation à la VHS. Les
7 étudiants qui composent le groupe,
vont donc tout prochainement présenter leur mémoire-action devant un
jury présidé par un représentant des
FUNDP. L’enjeu est toujours, pour la
VHS, de trouver des modalités de re-
connaissance du parcours de la formation en Communauté germanophone, ce qui, malgré ce que les réformes de Bologne voulaient nous
faire croire, ne sera pas aussi simple:
les principes européens de mobilité
dans le champ de la formation sont
donc encore à améliorer dans nos
propres Communautés. ■
Année sociale 2010-2011
dans l’action du Mouvement Ouvrier
Chrétien et dans celle de son ONG
«Solidarité Mondiale».
ISCO BRUXELLES (1
ÈRE
ANNÉE)
Suite à quelques désistements de
dernière minute, 12 étudiants ont participé au WE de lancement qui fut
très dynamique et constructif. Malheureusement, le groupe s’est rétréci
très rapidement à 8 personnes, pour
terminer, en fin d’année, à 6 (1
homme, 5 femmes). Actuellement, le
groupe est très soudé et très solidaire, les étudiants ont décidé de mutualiser le paiement du minerval pour
cette année et celles à venir. Rapidement, l’équipe pédagogique a mesuré
la conscience très politique des étudiants par rapport aux différents vécus. L’équipe pédagogique a noté
une grande implication dans tous les
cours, par exemple, en Histoire, lors
de la réalisation de l’arbre généalogique et du récit de vie, ce qui a mis
en exergue le lien avec l’histoire de
l’immigration (vécu de génocide,…).
Les cours de méthode se sont appuyés sur les vécus sociopolitiques
du moment (prise de notes d’une
conférence sur «l’approche sociologique au niveau des inégalités sociales à l’école», recherche des idées
principales dans un texte sur le printemps arabe, synthèse d’échanges
d’un débat organisé au MOC sur l’impact des décisions gouvernementales
sur les travailleurs,…). Diverses questions telles que l’attitude de neutralité
de l’animateur ont été mises en débat. Que faire face aux propos racistes? Machistes?… Les étudiants
ont pu s’approprier le concept de
«justice» par l’analyse de situations
Cette année, il y avait 8 groupes en formation composés de 143 étudiants.
Une présentation un peu plus précise de ces groupes est faite ci-dessous.
Un module de méthode de recherche a été mis en place en fin de formation à
l’ISCO avec le groupe IV de l’ISCO interrégional. Le but de ces modules est de
soutenir les étudiants dans la réalisation de leur mémoire.
Région
Charleroi
Charleroi
Verviers
Verviers
Interrégional
Groupe V
Groupe VI
Groupe VII
Groupe VIII
Groupe A
VHS
Eupen
Jour
Année
Filière
Nombre
Jeudi
2ème
Action collective
14
Vendredi
1ère
Action collective
14
Lundi
Lundi
Lundi
Lundi
Jeudi
4ème
3ème
2ème
1ère
1ère
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
14
18
21
30
22
Lundi
2ème
Général
10
Année sociale 2011-2012
En septembre 2011, il y a 11 groupes en formation composés de 147 étudiants. Un groupe de méthode de recherche a été mis en place en fin de formation à l’ISCO avec le groupe V de l’ISCO interrégional. Le but de ces modules
est de soutenir les étudiants dans la réalisation de leur mémoire.
Région
Bruxelles
Bruxelles
Charleroi
Charleroi
Verviers
Verviers
Interrégional
Groupe V
Groupe VI
Groupe VII
Groupe VIII
Groupe IX
Groupe A
Groupe B
VHS
Eupen
Jour
Année
Filière
Nombre
Mardi
1ère
Action collective
8
Jeudi
3ème
Action collective
8
Vendredi
2ème
Action collective
7
Lundi
Lundi
Lundi
Lundi
Lundi
Jeudi
Jeudi
Acc.mémoire
4ème
3ème
2ème
1ère
2ème
1ère
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
Action collective
12
16
18
19
23
16
13
Lundi
3ème
Général
7
23
Mémoires en résumé
L’insertion socioprofessionnelle
des filles-mères
de la Commune de N’Sele à Kinshasa (RDC)
PAR ALPHONSINE YAMBA SAKINA,
ISCO BRUXELLES DÉVELOPPEMENT
RÉGIONAL
n 1987, interpellée par le sort réservé aux jeunes filles qui, après
avoir subi des violences
sexuelles et avoir eu une maternité non
désirée, se retrouvaient rejetées par
leur famille et par la société, j’ai créé,
dans la Commune de N’Sele à Kinshasa, l’ œuvre Sociale pour l’Encadrement des Filles-Mères (OSEFM), qui est
un centre de formation et une coopérative pour ces jeunes femmes. J’en suis
aujourd’hui la présidente.
Le point de départ de ma recherche
s’interroge sur «comment rendre aux
E
MÉMOIRES ISCO
24
jeunes filles de l’œuvre leur dignité bafouée et leur donner les moyens de retrouver une place dans la société?».
Mon hypothèse était que pour retrouver
une place dans la société, ces jeunes
filles devaient pouvoir devenir autonomes à la fois «intellectuellement» et
«économiquement». Deux sous-hypothèses sous-tendaient cette réflexion.
Avec une formation de base entre leurs
mains, ces jeunes filles peu ou pas scolarisées pourraient mieux comprendre
la société, défendre leurs droits, gérer
leur budget ménager, s’occuper de
leurs enfants, retrouver des valeurs et
donner un sens à leur existence. En
apprenant un métier ou en ayant de petites activités génératrices de revenus,
elles pourraient devenir plus autonomes
financièrement.
Grâce à certaines méthodes participatives, comme l’observation participante
PRÉSENTÉS EN
2011
ET
2012
Les étudiants-es ont présenté et défendu avec succès leur mémoire.
Nous tenons à les féliciter. Leurs résumés sont publiés dans les pages de L’Esperluette.
Le 18 juin 2011
• Annie GEORGE (ISCO Namur Général 2006-2010)
Quel est l’envers de la déclaration Limosa?
• Assia NAJAM (ISCO Bruxelles Général 2005-2008)
La pratique de la natation par les femmes maghrébines. Motivations et freins
• Alphonsine YAMBA SAKINA (ISCO Bruxelles Développement régional 20032006)
L’insertion socioprofessionnelle des filles-mères dans la commune de
N’Sele (Kinshasa, RDC)
Le 28 janvier 2012
• Pascale JEANGILLES (ISCO Bruxelles Général 2000-2003)
Peut-on tout dire, tout écrire? Le cas L. F. CELINE
• Eric VANDENBERG (ISCO Charleroi Animation-Gestion 2005-2008)
La violence en milieu hospitalier
Le 24 mars 2012
• Lorenzo MARREDDA (ISCO Interrégional Groupe V, 2007-2011)
Quels emplois pour les Titres-Services?
et le brainstorming, le projet OSEFM a
évolué. Le public cible du projet est
constitué de jeunes filles-mères âgées
entre 14 et 20 ans, ayant des enfants
à charge. Les activités générées par
l’OSEFM sont interdépendantes et permettent de financer l’association. D’une
part, le centre de formation dispense
des cours théoriques et pratiques. D’autre part, une coopérative de production fonctionne avec les jeunes
femmes. Les deux axes sont liés par
les cours pratiques (couture, fabrication
de produits de nettoyage, fabrication de
produits alimentaires) qui constituent à
la fois une source de production et de
revenus. Depuis sa création, l’association a acquis progressivement les
moyens matériels nécessaires à son
fonctionnement: locaux, terrains pour
les cultures, machines à coudre, ateliers,…
Ce travail de recherche a été mené en
parallèle au développement de
l’OSEFM. Pour l’évaluer, une approche
quantitative et qualitative a été choisie.
Une analyse des résultats de la première promotion (formation 20042008) a permis de constater un bon
taux de réussite des jeunes filles inscrite. Parallèlement, des entretiens biographiques ont été réalisés auprès de
quatre jeunes filles qui avaient comme
points communs: la perte des parents,
le déracinement, l’asservissement, des
situations de violence et le rejet de la
société.
Toutes insistent sur la qualité de l’accueil reçu à l’OSEFM: le non-jugement,
l’écoute et le partage de vécu douloureux sont surtout les éléments mentionnés. Elles pointent aussi leurs difficultés de suivre une formation de trois
ans: leur régularité et leur application
aux cours, leurs difficultés de compréhension et de concentration, leur
manque de motivation et de confiance
en soi. Elles relèvent aussi les progrès
accomplis depuis leur entrée à
l‘OSEFM, notamment le passage de la
dépendance à l’autonomie matérielle
et intellectuelle. Elles ont acquis des
connaissances qui leur permettent de
mieux comprendre la société, des savoirs faire en matière d’activités génératrices de revenus, de gérer leur budget et leur ménage, en matière
d’éducation de leurs enfants,… Elles
ont également acquis un savoir-être: le
respect d’elles-mêmes et des autres, la
vie en société, l’abandon de certains
mauvais comportements comme
l’agressivité, la violence et le recours à
l’alcool.
Ainsi l’hypothèse et les sous-hypothèses
émises se vérifient. Grâce à la formation, ces jeunes femmes ont retrouvé la
confiance en elle et en la vie. Elles ont
appris à aimer et à prendre soin de
Mémoires en résumé
leurs enfants. Elles se sentent capables de gérer leur budget et leur ménage. Elles veulent qu’on les respecte
elle ainsi que leurs enfants. Cette recherche m’a permis de prendre distance par rapport à ce projet dans lequel je suis fortement impliquée,
d’identifier les points forts et faibles de
la démarche de formation. De nouveaux
horizons de réflexion pour l’avenir ont
également été mis en évidence. L’importance de prendre en considération le
travail en réseau avec d’autres acteurs
de terrain a été un élément important.
Il permet de renforcer l’efficacité des
actions. C’est pourquoi une cellule de
médiation et de l’orientation des victimes vers les services compétents a
été créée en parallèle des autres activités de l’OSEFM. ■
En régions
Le CIEP Hainaut Occidental
aux couleurs du Sud
FÊTE NORD-SUD
Le 26 août 2012, à Tournai, aura lieu la fête des partenariats Nord-Sud organisée à l’initiative de la Mutualité Chrétienne Hainaut Picardie et en collaboration avec Solidarité Mondiale et le CIEP Hainaut Picardie, pour la septième
année consécutive. Cet événement aux couleurs de la solidarité locale et internationale aura pour objectif la sensibilisation aux relations «Nord-Sud». Solidarité Mondiale sera présente dans le village associatif pour présenter le voyage
d’immersion 2012 au Sud-Kivu organisé au sein de la fédération MOC du Hainaut Occidental avec des permanents et militants des différentes organisations
constitutives.
QUINZAINE
PALESTINIENNE
«ENJAMBE
LE MUR…»
Du 6 au 19 octobre 2012, la quinzaine palestinienne est organisée en partenariat avec les bibliothèques de Mouscron, Estaimpuis, Comines, l’ABP Wallonie picarde, l’ABP plate-forme mouscronnoise et ABP Comines et le CIEP HO.
Au programme:
Semaine du livre palestinien: sensibilisation, présentation et lecture le:
• 9 octobre de 19h à 21h à la MJC de
Comines (rue des Arts, 2)
• 18 octobre de 20h à 22h à la Bibliothèque d’Estaimpuis (Contour de
l’Eglise, 2)
• 13 octobre de 10h à 12h avec la participation de Mohammed Aldirawi (écrivain palestinien à la Bibliothèque de
Mouscron (rue du Beau Chêne, 20)
• Vendredi 19 octobre à 19h
Free Palestine Festival (avec à l’affiche
Walnut Groove, Bolino Magic Trio, Héroïn)
Et bien d’autres activités durant ces 15 jours.
INFOS PRATIQUES:
POUR TOUS RENSEIGNEMENTS, CONTACTEZ LE
CIEP DU HAINAUT OCCIDENTAL
(JACKY QUINTART)
AV. DES ETATS-UNIS, 10 BTE 9
7500 TOURNAI - TÉL.: 069/88.07.69
COURRIEL: JACKY.QUINTART@CIEP-HO.BE
WWW.MOC-HO.BE/
!
ULTIME
DÉFENSE
DE MÉMOIRE
ISCO
Contre-signée par les FUNDP
le 29 septembre 2012
INFO: RITA D’AGARO AU 02/246.38.42
COURRIEL: RITA.DAGARO@CIEP.BE
WWW.CIEP.BE/INDEX.PHP?P=G&ID=183
25
En bref
Santé chez Soi
Un combat
quotidien
PAR FLORENCE LORIAUX ET
ANNE DEKEYSER, CARHOP
l’occasion
du 25ème
anniversaire de l’asbl
«Santé chez Soi»,
le CARHOP a consacré un de ses Carnets
à cette association de soins et d’aides à
domicile active sur la commune de
Schaerbeek. Créée en 1985 à Schaerbeek, Santé chez Soi a pour mission d’assurer au domicile de toute personne
âgée, malade ou dépendante des soins infirmiers et d’hygiène, les concours nécessaires à l’accomplissement des actes
essentiels de la vie. Elle veille aussi aux
soins relevant d’auxiliaires médicaux tout
en tenant compte de l’histoire, du vécu,
des conditions économiques, sociales et
psychologiques des patients dans une
société où la difficulté de vivre dignement
est récurrente.
Depuis plusieurs décennies, les soins et
les services de santé se sont fortement
développés sous l’effet de plusieurs facteurs: le vieillissement démographique;
l’allongement de l’espérance de vie qui accentue les risques d’accroissement de la
morbidité et des incapacités; le progrès
technique médical qui accroît l’offre et la
demande de soins; les normes sociales
qui modifient les comportements des
consommateurs (en effet, aujourd’hui, les
personnes âgées consomment plus que
les vieux d’hier).
Le projet de Santé chez Soi, développé
initialement par Cécile Latour, Antoine
Harmant, Joseph Wieme, Lucie Vandervinne et Claire Leseul, fait face à un
contexte de fermeture d’hôpitaux. Ce
genre d’initiatives naît de la volonté d’un
certain nombre de travailleurs licenciés
pour des raisons économiques de recréer
A
26
le travail médical en dehors des institutions hospitalières. Progressivement, l’association est mise sur les rails et un dispositif de création d’emplois subventionnés pour les personnes sans emploi est mis en œuvre. L’association fournit une gamme de services qui se caractérisent par une approche multidisciplinaire visant à éviter l’hospitalisation
par des services sanitaires et sociaux à
domicile. Les soins sont donnés avec la
compétence des savoirs de chaque profession en partant de la vie et des attentes des gens, contrairement aux services traditionnels soumis aux contraintes
de subsides. Du temps est pris pour réfléchir en équipe sur la situation globale de
chacun des bénéficiaires. Des solutions
adaptées aux besoins de chacun sont
chaque fois réajustées. La rentabilité est
placée au second plan de l’activité. Une
attention toute particulière est dédiée aux
personnes déstructurées mentalement
en veillant à une insertion digne et humaine dans la société où prime surtout
l’économique.
Comme l’écrit Pierre Reman, «le travail
réalisé par les professionnels et bénévoles de «Santé chez Soi» est un véritable
combat avec toute l’ambivalence que
comporte le travail. Rarement, les deux
pôles qui caractérisent le travail ne sont
aussi extrêmes que dans le cas de «Santé
chez Soi». On n’est pas dans une situation
où le travail est léger dans les deux sens
du terme: léger dans ses exigences mais
aussi léger dans le sens ou le contenu de
ce travail. Ici, le travail est lourd et le
sens du combat profond».
Le Colloque anniversaire du 1er octobre
2010 avait comme objectifs de présenter
le travail au quotidien, le contact avec le
bénéficiaire de service, les liens privilégiés développés avec le malade mais
aussi les moments d’isolement du travailleur seul face au patient, les multiples
changements de contextes de travail, le
difficile exercice de la gestion du temps
et des finances. Le débat a été organisé
autour de quatre thèmes: le travail, l’argent, le temps, la maladie. À cette occasion, les travailleurs et travailleuses de
l’asbl ont exceptionnellement tenu, durant un mois, un carnet de route dans lequel ils relataient leur pratique quotidienne, leurs difficultés mais aussi les
émotions liées à des rencontres professionnelles.
Pour accompagner cet évènement, le
CARHOP a réalisé un reportage photographique sur le quotidien des travailleurs
ainsi qu’une exposition retraçant l’histoire
de l’association et les enjeux du secteur
des soins à domicile. Cette publication
sous la forme d’un Cahier se situe dans le
prolongement de la rencontre. Diverses
interventions, des extraits choisis des
carnets tenus par les travailleurs et un reportage photographique d’Anne Dekeyser du CARHOP composent cet ouvrage
original. ■
POUR TOUTE INFORMATION:
MUTUALITÉ ST. MICHEL BOULEVARD ANSPACH
111-115 - 1000 BRUXELLES
TÉL: 02 501 58 58 - SITE: WWW.MC.BE
WWW.CARHOP.BE
Agir dans la crise:
enjeux de l’enseignement de promotion sociale
e sixième Cahier du Cirtes traite des rôles et enjeux de l’enseignement pour
adultes et de l’enseignement tout au long de la vie en Fédération WallonieBruxelles. Le nombre d’inscrits dans cet enseignement dit de «promotion sociale» est en augmentation constante, même si Georges Liénard et Joseph Pirson mettent en évidence les tensions et conflits qui traversent les politiques menées en faveur
d’un public diversifié et en particulier face à des personnes socialement fragilisées.
Dans le contexte actuel, il apparaît nécessaire de s’interroger sur les effets sociaux
des mesures mises en place par l’État et les entreprises. Il est très important de développer, dans une vision prospective de l’enseignement et la formation tout au long
de la vie (EFTLV), à la fois des compétences techniques et une culture générale contre
les effets de déclassement et la croissance des inégalités.
Ce Cahier fait partie d’une collection créée à l’initiative du Centre Interdisciplinaire de
Recherche Travail, Etat et Société de l’UCL, le Cirtes, qui a pour objectif de publier des
études relatives aux rapports inégalitaires qui caractérisent nos sociétés ainsi qu’aux
politiques publiques qui permettent d’y faire face. ■
C
GEORGES LIÉNARD ET JOSEPH PIRSON, AGIR DANS LA CRISE: ENJEUX DE L’ENSEIGNEMENT DE PROMOTION
2012 (CAHIER DU CIRTES N° 6).
L’OUVRAGE EST DISPONIBLE EN LIBRAIRIE OU SUR LE SITE I6DOC AU PRIX DE 8,00 € POUR LA VERSION
IMPRIMÉE ET DE 5,00 € POUR LA VERSION TÉLÉCHARGEABLE:
WWW.I6DOC.COM/FR/LIVRE/?GCOI=28001100519160
RENSEIGNEMENTS: ANNE-FRANÇOISE BRAY FOPES-CIRTES
COURRIEL: ANNE-FRANCOISE.BRAY@UCLOUVAIN.BE/
SOCIALE, LOUVAIN-LA-NEUVE, PRESSES UNIVERSITAIRES DE LOUVAIN,
Agenda
Dates à
épingler
LE
GENRE AU NORD
ET AU SUD: L’ESSENTIEL
EN 5 JOURS»
une formation du Monde
selon les femmes
Cette formation va vous permettre d’utiliser
l’approche genre et ses outils pour construire
des processus et des projets.
Programme: Concept de genre, outils d’analyse de genre, genre et coopération au développement, genre et développement durable,
genre et intervention sociale, genre et gestion
du cycle du projet, modes et stratégies de
communication, éducation populaire et mobilisation pour l’égalité entre les femmes et les
hommes, évaluation formative.
LA «RÉVOLUTION DES
RHUBARBES» à Houyet
DATE: VENDREDI 21 SEPTEMBRE À 20H
LIEU: PLACE DU VILLAGE À MESNIL-EGLISE
ORGANISÉ PAR LE COMITÉ DE VILLAGE À L’OCCASION DU WEEK-END DES «ARTS DÉBRIDÉS»
POUR EN SAVOIR PLUS: HTTP://REVOLUTIONDES
RHUBARBES.BLOGSPOT.COM/
LA
Méthodologie: Pédagogie participative qui
repose sur l’expérience des membres du
groupe, et qui alterne exposés, expériences du
Sud et du Nord, exercices pratiques sur base
de grilles d’analyse, jeux heuristiques, débat,
supports audio-visuels, travail en sous-groupe,
maïeutique créative. Supports didactiques remis aux participant-es.
FORMATION D’ADULTES:
retrouver du plaisir
dans un monde désenchanté
17ème Université d’Été des Formateurs
d’Adultes du CUNIC
DATES: DU 2 AU 6 JUILLET DU 9H15 À 17H
LIEU: BRUXELLES
INFORMATION ET INSCRIPTION: LE MONDE SELON LES FEMMES TÉL.: 02/223.05.12
WWW.MONDEFEMMES.BE/GENRE-DEVELOPPEMENTFORMATIONS_BASIQUES_GENRE-NORD-SUD.HTM
Le colloque réfléchira à comment retrouver du
plaisir à former, comment susciter le plaisir
d’être formé dans un contexte de plus en plus
sombre, tout en replaçant le cadre de l’éducation permanente et de l’ISP, en s’interrogeant
sur l’adéquation entre demande du politique et
réalité de terrain, pour ouvrir le champ des
possibles. Des ateliers sont également proposés autour de «Développement du pouvoir
d'agir des acteurs de l'ISP», «Repenser le militantisme et l'engagement» et «Piste pour une
évaluation positive et constructive, idées aux
politiques». En parallèle, 12 séminaires sont
également proposés du 20 au 30 août sur des
thématiques originales.
RENCONTRES D’ÉTÉ
DU CADTM BELGIQUE
Uni-e-s contre la dette: Audit Annulation - Autres politiques
9 ateliers - 2 plénières - 1 projection/débat - 1
concert des rencontres… pour s’informer - se former - échanger - débattre sur les enjeux liés à la
dette publique au nord et au sud de la planète
DATES: 7 ET 8 JUILLET 2012
LIEU: CENTRE CULTUREL DE LA MARLAGNE
INFO ET INSCRIPTION: EMILIE PAUMARD,
EMILIE@CADTM.ORG
CADTM, 345 AVENUE DE L’OBSERVATOIRE,
4000 LIÈGE - TÉL.: 04/226.62.85
PROGRAMME EN LIGNE: WWW.CADTM.ORG/
MODALITÉS PRATIQUES:
DATE: 24 AOÛT 2012
LIEU: CENTRE PME
CHAUSSÉE DE LODELINSART, 417 À GILLY
INFORMATIONS: TÉL.: 071/65.48.62
PROGRAMME ET INSCRIPTION:
WWW.CUNIC.BE/FORFOR/UE_2012/HOME.HTML
JOURNÉE D’ÉTUDE
d’actualité politique du CIEP
en lien avec les élections
communales
COLLOQUE
«Accords, désaccords et
malentendus: le sociologue
comme médiateur
dans l’espace public»
DATE: 5 OCTOBRE
LIEU: INSTITUT CARDIJN À LOUVAIN-LA-NEUVE
PROGRAMME: VOIR
WWW.CIEP.BE/INDEX.PHP?P=G&ID=9
INFORMATION: CIEP - TÉL.: 02/246.38.41
PHOTO
© REPORTAGE
DATES: 18 ET 19 OCTOBRE 2012
LIEU: FACULTÉS UNIVERSITAIRES SAINT-LOUIS,
BRUXELLES
PROGRAMME: ACCESSIBLE SUR
WWW. FUSL - CES . BE / INDEX . PHP ? PAGE =A GEN
DA&VIEW=54
INFOS: CENTRE D’ÉTUDES SOCIOLOGIQUES
TÉL.: 02/211.79.70
& 72
Interventions en plénières et 3 ateliers «Faire
place à la surprise dans l’articulation entre la
théorie et la pratique», «Le chercheur dans la
cité», «Champ ou réseau?»
Adresses
des centres
régionaux du
CIEP
BRABANT WALLON
boulevard Fleur de Lys, 25
1400 Nivelles
067/21.89.91
BRUXELLES
rue Plétinckx, 19 - 1000 Bruxelles
02/557.88.35
CHARLEROI - THUIN
boulevard Tirou, 167 - 6000 Charleroi
071/31.22.56
DINANT - PHILIPPEVILLE
rue E. Dinot, 21/Bte 6 - 5590 Ciney
083/21.24.51
HAINAUT CENTRE
La Louvière:
rue du Marché, 6 - 7100 La Louvière
064/23.80.20
Mons:
rue Marguerite Bervoets, 10 - 7000 Mons
065/35.39.63
HAINAUT OCCIDENTAL
Tournai:
av. des Etats-Unis, 10 Bte 8
7500 Tournai
069/88.07.64
Ath:
rue de Gand, 28 - 7800 Ath
068/84.34.31
Mouscron:
rue St-Pierre, 52 - 7700 Mouscron
056/33.48.68
LIÈGE-HUY-WAREMME
Liège:
rue St-Gilles, 29 - 4000 Liège
04/232.61.61
Huy:
av. Albert 1er, 6 - 4500 Huy
085/21.11.33
LUXEMBOURG
rue des Déportés, 39 - 6700 Arlon
063/21.87.33
NAMUR
place l’Ilon, 17 - 5000 Namur
081/22.68.71
VERVIERS
rue du Centre, 81 - 4800 Verviers
087/33.77.07
CANTONS DE L’EST
VHS - Rotenbergplatz, 19
4700 Eupen
087/59.46.30
27
Le Centre d’Information et d’Education Populaire du MOC
(CIEP), est chargé des activités éducatives et culturelles du MOC.
Organisés en équipes régionales et communautaires, nous appuyons
à travers la formation les activités du MOC et des organisations qui
le constituent. Notre souci est de donner aux groupes et aux individus les outils nécessaires à leur engagement comme acteurs et citoyens et de participer au développement d’une société démocratique
par une réelle démocratisation du savoir et une valorisation de l’action collective.
Notre originalité réside essentiellement dans la philosophie de notre travail et dans notre expérience accumulée d’une pédagogie participative notamment à travers l’ISCO.
L’éducation permanente est notre quotidien, la formation
notre spécialité.
Contact:
Centre d’Information et d’Education Populaire
Chaussée de Haecht, 577-579
1030 Bruxelles
Tél.: 02/246.38.41-42-43
Fax: 02/246.38.25
Courriel: communautaire@ciep.be
Avec le soutien de
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising