Le rapport

Le rapport
Etat des lieux
des milieux et des usages
Diagnostic global
Schéma d’Aménagement et de
Gestion des Eaux Bièvre Liers
Valloire
Version validée en CLE le 8 avril 2010
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Sommaire
Sommaire ............................................................................................................................ 3
Liste des figures ................................................................................................................... 7
Liste des tableaux................................................................................................................. 8
Liste des annexes ................................................................................................................10
Liste des cartes ...................................................................................................................10
A brév iations........................................................................................................................11
Préambule ..........................................................................................................................13
Partie I **** Contexte réglementaire et « mode d’emploi » du SAGE .....................................15
I.1.Contexte réglementaire...................................................................................................15
I.1.1.
LA DCE, UNE POLITIQUE COMMUNAUTA IRE DE L’EAU.....................................15
I.1.2.
LES LOIS FRA NÇA ISES SUR L’EAU...................................................................15
I.1.2.1.
La Loi sur l’Eau de 1992.........................................................................15
I.1.2.2.
La Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques de 2006 ...................................16
I.1.3.
LE SDA GE RHONE MEDITERRANEE .................................................................17
I.1.4.
A UTRES DISPOSITIFS REGLEMENTA IRES........................................................18
I.1.4.1.
La Directiv e Eaux Résiduaires Urbaines de 1991 ......................................18
I.1.4.2.
La Directiv e Nitrates de 1991 .................................................................19
I.1.4.3.
Les captages prioritaires Grenelle et SDA GE............................................20
I.1.5.
CONCLUSION.................................................................................................22
I.2.Le SA GE « mode d’emploi »............................................................................................24
I.2.1.
LES FONC TIONS PRINCIPA LES DU SA GE.........................................................24
I.2.2.
LE DEROULEMENT D’UN SA GE........................................................................24
I.2.3.
LA COMMISSION LOCA LE DE L’EA U ................................................................26
I.2.4.
POURQUOI UN SA GE SUR LE BA SSIN BIEVRE LIERS VA LLOIRE ? .....................26
I.2.4.1.
Un contexte fav orable à l’émergence d’un SA GE......................................26
I.2.4.2.
Historique de la mise en place du SAGE Bièv re Liers Valloire ....................27
I.2.4.3.
L’organisation de la CLE du SA GE Bièv re Liers Valloire .............................27
Partie II **** Caractéristiques générales du bassin Bièv re Liers Valloire .................................29
II.1Présentation du périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire...................................................29
II.1.1.
CA RAC TERISTIQUES GEOLOGIQUES...............................................................29
II.1.2.
CA RAC TERISTIQUES GEOGRAPHIQUES...........................................................30
II.1.3.
CA RAC TERISTIQUES CLIMA TOLOGIQUES........................................................30
II.1.4.
L’OCCUPA TION DU TERRITOIRE.....................................................................31
II.1.4.1.
Population et urbanisation......................................................................32
II.1.4.2.
Un territoire à forte vocation agricole......................................................33
II.1.4.2.1. Quelques chiffres…...........................................................................33
II.1.4.2.2. Les grands sy stèmes d’exploitation agricole........................................33
II.1.4.2.3. La pisciculture ..................................................................................34
II.1.4.3.
Les activ ités industrielles et artisanales ...................................................34
L’extraction de matériaux ..................................................................................34
II.1.4.4.
Les activ ités de loisir s liées à l’eau ..........................................................37
II.1.4.4.1. La pêche de loisir .............................................................................37
II.1.4.4.2. La promenade..................................................................................37
II.1.4.5.
Des infrastructures en dév eloppement....................................................38
II.1.4.6.
L’hydroélectricité ...................................................................................39
II.2.Les acteurs du périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire ...................................................42
II.3.Les milieux aquatiques ..................................................................................................51
II.3.1.
LES EAUX SOUTERRA INES..............................................................................51
II.3.1.1.
La nappe des alluv ions fluv io-glaciaires de Bièv re Liers Valloire ................51
II.3.1.1.1. Les caractéristiques de l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires de Bièv re Liers
Valloire ............................................................................................................51
II.3.1.1.2. La piézométrie de la nappe de Bièv re Liers Valloire.............................54
D ocument v alidé
3/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
II.3.1.2.
L’aquifère molassique miocène...............................................................65
II.3.1.2.1. Les caractéristiques de l’aquifère molassique miocène ........................65
II.3.1.2.2. La piézométrie de la nappe molassique miocène.................................65
II.3.2.
LES EAUX SUPERFICIELLES - UN RESEA U HYDROGRAPHIQUE SOUS-DIMENSIONNE
.....................................................................................................................70
II.3.2.1.
La plaine de Bièv re................................................................................70
Le Riv al et ses affluents ....................................................................................70
II.3.2.2.
La plaine du Liers ..................................................................................73
II.3.2.2.1. Les Ey doches ...................................................................................73
II.3.2.2.2. Le Suzon..........................................................................................73
II.3.2.3.
La plaine de la Valloire...........................................................................74
II.3.2.3.1. L’Oron, les Veuzes et les Collières......................................................74
II.3.2.3.2. Le Dolon et ses affluents...................................................................74
II.3.2.3.3. Le Bancel et ses affluents..................................................................74
II.3.2.4.
Conclusion ............................................................................................77
II.3.3.
LES ZONES HUMIDES.....................................................................................78
II.3.3.1.
Qu’est-ce qu’une zone humide ?.............................................................78
II.3.3.2.
Les zones humides de Bièv re Liers Valloire..............................................78
II.3.3.2.1. Les zones humides d’intérêt majeur ...................................................78
II.3.3.2.2. Les zones humides d’intérêt local.......................................................81
II.3.4.
LES RELA TIONS NAPPE - COURS D’EA U ..........................................................83
II.3.4.1.
Les zones d’émergence de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires............83
II.3.4.2.
Les zones d’infiltration des cours d’eau v ers la nappe des alluv ions fluv ioglaciaires .......................................................................................................83
II.3.4.3.
Les échanges av ec la molasse miocène...................................................84
A retenir sur le bassin Bièvre Liers Valloire………………………………………………………………..87
Partie III **** L’état des lieux des milieux et des usages du SA GE Bièvre Liers Valloire ...........89
III.1.La qualité de la ressource en eau..................................................................................89
III.1.1.
BILAN DE LA QUA LITE DES COURS D’EA U.......................................................89
III.1.1.1.
Le sy stème d’év aluation de la qualité de l’eau (SEQ-Eau).........................90
III.1.1.2.
Les perturbations identifiées en 2007 (source : Gay Env ironnement, 2008)91
Le Riv al et ses affluents ....................................................................................91
L’Oron, les Veuzes et les Collières......................................................................92
Les Ey doches et le Barbaillon ............................................................................93
Le Dolon et ses affluents...................................................................................93
L’A rgentelle......................................................................................................94
Conclusion .......................................................................................................95
III.1.1.3.
L’év olution de la qualité (source : Gay Env ironnement, 2008) ..................96
Le Riv al et ses affluents ....................................................................................96
L’Oron, les Veuzes et les Collières......................................................................96
Les Ey doches et le Barbaillon ............................................................................97
Le Dolon et ses affluents...................................................................................98
L’A rgentelle......................................................................................................98
III.1.1.4. Les enjeux – qualité des eaux des cours d’eau……………………....100
III.1.2.
BILAN DE LA QUA LITE DES EAUX SOUTERRA INES.........................................101
III.1.2.1.
Le réseau de suiv i de la qualité des eaux souterraines du bassin Bièv re Liers
Valloire (source : SOGREA H, 2008) ...............................................................102
III.1.2.2.
La qualité des eaux de l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires Bièv re Liers Valloire
et des eaux de la molasse miocène ...............................................................105
III.1.2.2.1. L a v ulnérabilité i des nappes du bassin Bièv re Liers Valloire.............. 105
III.1.2.2.2. L a qualité des eaux souterraines du bassin Bièv re Liers Valloire (source :
SOGREA H Consultants, 2008) .......................................................................... 106
III.1.2.2.3. Les enjeux – qualité des eaux souterraines……………………111
III.1.2.3.
La qualité de l’eau publique distribuée..................................................112
III.1.2.3.1. L a structuration de la compétence eau potable ............................... 112
III.1.2.3.2. L a qualité de l’eau potable brute et distribuée ................................. 112
III.1.2.3.3. L a protection des captages d’eau potable........................................ 114
D ocument v alidé
4/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
III.1.2.3.4. Les enjeux – qualité de l’eau distribuée………………….…… .117
III.1.3.
LES PRESSIONS SUR LA QUA LITE DE LA RESSOURCE EN EAU........................118
III.1.3.1.
Les pressions domestiques : l’assainissement ........................................118
III.1.3.1.1. L e contexte réglementaire.............................................................. 118
III.1.3.1.2. L’état des lieux de l’assainissement sur Bièv re Liers Valloire ............. 120
III.1.3.1.3. Les enjeux - pressions domestiques ....Erreur ! Signet non défini.
III.1.3.2.
Les pressions agricoles ........................................................................128
III.1.3.2.1. L es dispositifs réglementaires......................................................... 128
III.1.3.2.2. L es dispositifs économiques........................................................... 131
III.1.3.2.3. L es mesures v olontaires................................................................. 132
III.1.3.2.4. Les enjeux – pressions agricoles…………………………….......Erreur !
Signet non défini.
III.1.3.3.
Les pressions industrielles et artisanales ...............................................136
III.1.3.3.1. L’activ ité industrielle passée ........................................................... 136
III.1.3.3.2. L’activ ité industrielle et artisanale actuelle....................................... 136
III.1.3.3.3. Les enjeux – pressions industrielles et artisanales………....142
III.1.3.4.
A utres pressions..................................................................................144
III.1.3.4.1. L es anciens sites d’extraction de matériaux ..................................... 144
III.1.3.4.2. L es centres de stock age de déchets................................................ 144
III.1.3.4.3. L es infrastructures......................................................................... 146
III.1.3.4.4. L es points de captage.................................................................... 147
III.1.3.4.5. Les enjeux – autres pressions…………………………………….Erreur !
Signet non défini.
III.1.4. DIA GNOSTIC - QUA LITE DE L’EA U ET PRESSIONS SUR LA QUALITE DE LA
RESSOURCE EN EA U …………………………………………………………………………153
III.2.Les prélèv ements dans la ressource en eau .................................................................153
Le contexte réglementaire............................................................................... 153
III.2.1.
LES PRELEVEMENTS POUR LA DISTRIBUTION PUBLIQUE D’EA U ....................154
III.2.1.1.
Les captages pour la distribution publique d’eau....................................154
Le rendement des réseaux .............................................................................. 155
III.2.1.2.
L’év olution des prélèv ements pour la distribution publique d’eau............156
III.2.1.3.
La sécurisation de l’approv isionnement pour la distribution publique d’eau157
III.2.1.4.
Conclusion ..........................................................................................158
III.2.1.5. Les enjeux – prélèvements pour la distribution publique d’eau….159
III.2.2.
LES PRELEVEMENTS POUR L’IRRIGA TION A GRICOLE.....................................160
III.2.2.1.
Les superficies irrigables et irriguées dans le bassin Bièv re Liers Valloire.160
III.2.2.2.
Les cultures irriguées...........................................................................161
III.2.2.3.
Bilan des prélèv ements pour l’irrigation en 2007....................................162
III.2.2.4.
L’év olution des prélèv ements pour l’irrigation agricole............................164
III.2.2.5.
Les actions pour les économies d’eau dans le domaine de l’irrigation ......165
III.2.2.6. Les enjeux – prélèvements pour l’irrigation agricole………………..167
III.2.3.
LES PRELEVEMENTS DES PISCICULTURES.....................................................167
III.2.3.1.
L’év olution des prélèv ements pour les piscicultures................................169
III.2.3.2. Les enjeux - prélèvements pour les piscicultures…………………….170
III.2.4.
LES PRELEVEMENTS INDUSTRIELS...............................................................171
III.2.4.1.
Bilan des prélèv ements industriels en 2007 ...........................................171
III.2.4.2.
L’év olution des prélèv ements industriels ...............................................172
III.2.4.3. Les enjeux - prélèvements industriels…………………………………..173
III.2.5.
LES PRELEVEMENTS A USAGE DOMESTIQUE.................................................174
Forage à usage de géothermie........................................................................ 174
III.2.5.1 Les enjeux - prélèvements à usage domestiques……………………..177
III.2.6.
BILAN RESSOURCES EN EAU – PRELEVEMENTS.............................................178
III.2.6.1.
Synthèse des prélèv ements..................................................................178
III.2.6.2.
Le bilan hydrogéologique de la nappe de Bièv re Liers Valloire ................178
III.2.6.3.
Les éléments de connaissance du bilan hydrogéologique de la nappe de la
molasse miocène .........................................................................................180
III.2.6.4.
Les règles existantes en gestion de crise...............................................181
D ocument v alidé
5/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
III.2.7. DIA GNOSTIC - PRELEVEMENTS DA NS LA RESSOURCE EN EA U…………..183
III.3.Les v aleurs patrimoniale, pay sagère et fonctionnelle des milieux aquatiques .................185
III.3.1.
LES ZONES HUMIDES...................................................................................185
III.3.2.
LES COURS D’EA U........................................................................................186
III.3.2.1.
La morphologie des cours d’eau ...........................................................186
III.3.2.2.
La v aleur env ironnementale des boisements de berge ...........................187
III.3.2.3.
L’env ahissement par la Renouée du Japon............................................189
III.3.3.
LA QUA LITE PISCICOLE DES COURS D’EA U...................................................190
III.3.3.1.
Le Riv al, l’Oron et affluents dans le département de l'Isère ....................190
III.3.3.2.
Les Orons, les Collières et affluents dans le département de la Drôme....191
III.3.3.3.
Le Régrimay et affluents ......................................................................192
III.3.3.4.
Le Dolon et affluents ...........................................................................192
III.3.3.5.
Le Barbaillon et les Ey doches ...............................................................192
III.3.3.6.
Le Bancel et affluents ..........................................................................192
III.3.3.7. Les enjeux - qualité piscicole………………………………………………193
III.3.4. DIA GNOSTIC - VA LEURS PATRIMONIALE, PA YSA GERE ET FONCTIONNELLE DES
MILIEUX A QUA TIQUES………………………………………………………………………...195
III.4.Les risques naturels liés à l’eau ...................................................................................197
III.4.1.
L’A LEA INONDA TION....................................................................................197
III.4.2.
LE RISQUE INONDATION .............................................................................198
III.4.2.1.
Les facteurs d’aggrav ation du risque inondation ....................................198
III.4.2.2.
Les aménagements contre le risque inondation .....................................199
III.4.3.
LES RISQUES TORRENTIEL ET DE GLISSEMENTS DE TERRAIN.......................199
III.4.4.
LA PRISE EN COMPTE DES RISQUES NA TURELS LIES A L’EA U........................200
III.4.5. DIA GNOSTIC - RISQUES NATURELS LIES A L’EA U……………………………201
Partie IV **** Diagnostic...................................................................................................203
IV.1.Diagnostic global........................................................................................................203
IV.2.Diagnostic par sous territoires.....................................................................................206
Bibliographie.....................................................................................................................213
Glossaire...........................................................................................................................219
A nnexes............................................................................................................................223
D ocument v alidé
6/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Liste des figures
Figure 1 : Zone v ulnérable i aux nitrates sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire
(arrêté du préfet coordonnateur de bassin du 28 juin 2007). ..........................20
Figure 2 : Captages prioritaires Grenelle et SDAGE Rhône Méditerranée sur le périmètre du
SAGE Bièv re Liers Valloire (sources : liste des captages prioritaires
« Grenelle » au 26 mai 2009 et SDA GE Rhône Méditerranée, 2009) ................21
Figure 3 : Schéma de déroulement d’un SAGE (source : AC Teon, 2008). ................................25
Figure 4 : Normales mensuelles calculées sur la période 1971-2000 pour la pluv iométrie et
l’ETP (source : Météo France in DIREN-BRGM, 2008). ....................................31
Figure 5 : Caractéristiques de l’év aluation du potentiel hydroélectrique de Bièv re Liers
Valloire (source : ISL/A SCONIT/Agence de l’Eau, 2008). ................................40
Figure 6 : Coupes géologiques interprétativ es des plaines de la Bièv re, du Liers et de la
Valloire (BRGM, 1994, d’après P. Mandier (1985))..........................................53
Figure 7 : Carte des points de suiv i du niv eau de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires
Bièv re Liers Valloire. ....................................................................................56
Figure 8 : Plaine de Bièv re – profondeur de la nappe.............................................................59
Figure 9 : Plaine de Bièv re – niv eaux piézométriques de la nappe. .........................................60
Figure 10 : Plaine du Liers – profondeur de la nappe.............................................................61
Figure 11 : Plaine du Liers – niv eaux piézométriques de la nappe...........................................62
Figure 12 : Plaine de la Valloire – profondeur de la nappe et zoom sur l’influence des
pompages...................................................................................................63
Figure 13 : Plaine de la Valloire – niv eaux piézométriques de la nappe. ..................................64
Figure 14 : Carte de l’aquifère molassique miocène et des formations recouv rantes.................65
Figure 15 : Coupes schématiques des échanges possibles entre l’aquifère molassique sousjacent et l’aquifère alluv ial (De La Vaissière, 2006). .......................................66
Figure 16 : Esquisse de carte piézométrique de l’aquifère molassique sur le secteur d’étude
de thèse de Tiffanie Cav e (janv ier 2009). ......................................................66
Figure 17 : Plaine de la Valloire – profondeur des nappes de la molasse et des alluv ions
fluv io-glaciaires à Manthes. ..........................................................................68
Figure 18 : Plaine de la Valloire – niv eaux piézométriques des nappes de la molasse et des
alluv ions fluv io-glaciaires à Manthes..............................................................69
Figure 19 : Débits moy ens mensuels des stations hy drométriques du bassin v ersant du Riv al
en fonction des normales de pluies de la période 1971-2000 (sources :
Banque Hydro au 12/06/ 2008 et Météo France).............................................71
Figure 20 : Débits journaliers mesurés aux stations hy drométriques de la plaine de Bièv re en
fonction de la pluie décadaire à Grenoble-St Geoirs lors de la crue de
nov embre 2002 (sources : Banque Hy dro et Météo France)............................73
Figure 21 : Débits moy ens mensuels de la station hydrométrique du bassin v ersant des
Collières en fonction des normales de pluies de la période 1971-2000 et
comparaison av ec ceux du bassin du Riv al à Beaufort (sources : Banque
Hydro au 14/06/2008 et Météo France).........................................................75
Figure 22 : Débits journaliers mesurés à la station hydrométrique des Collières à St Rambert
d’A lbon en fonction de la pluie décadaire à Grenoble St Geoirs lors de la crue
de décembre 2003 et comparaison av ec ceux du bassin du Riv al à Beaufort
(sources : Banque Hydro et Météo France)....................................................77
Figure 23 : La zone humide et son espace de fonctionnalité (source : Note technique SDA GE
Rhône Méditerranée Corse, 2000).................................................................78
Figure 24 : Principales zones d’émergence et d’infiltration des eaux souterraines. ...................84
Figure 25 : Carte des objectifs de bon état des masses d’eau superficielles du bassin v ersant
Bièv re Liers Valloire (source : SDAGE Rhône Méditerranée, 2009)...................90
Figure 26 : Graphiques de répartition des stations échantillonnées par classe de qualité pour
la qualité phy sico-chimique hors toxiques, la qualité v is-à-v is des nitrates et
la qualité hy drobiologique (source : Gay Env ironnement, 2008)......................95
Figure 27 : Carte des objectifs de bon état des masses d’eau souterraines du bassin v ersant
Bièv re Liers Valloire (source : SDAGE Rhône Méditerranée, 2009).................101
D ocument v alidé
7/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 28 : Carte de localisation des points des réseaux de suiv i qualité des eaux
souterraines du bassin Bièv re Liers Valloire..................................................104
Figure 29 : Vulnérabilité i de la nappe aux pollutions (source : SRAE, 1981)...........................105
Figure 30 : Répartition des teneurs en nitrates dans la nappe Bièv re Liers Valloire (140
points analy sés, Sogreah, 2008)..................................................................107
Figure 31 : Evolution des teneurs en nitrates des eaux brutes au captage d’eau potable des
A louettes, La Côte St A ndré, de 1981 à 2008 (source : DDA SS Isère)............108
Figure 32 : Relation entre les teneurs en nitrates et la piézométrie (Sogreah, 2008). .............109
Figure 33 : Répartition des STEP situées sur les communes du périmètre du SA GE Bièvre
Liers Valloire par dispositif et capacité de traitement (sources : SA TESE26,
SATESE38 et SIERM, 2007). .......................................................................121
Figure 34 : Evolution des prélèv ements pour la distribution publique d’eau dans les
différentes ressources en milliers de m3 de 1997 à 2007 (source :
redev ances prélèv ements A ERM&C)............................................................156
Figure 35 : Pourcentage de la surface irriguée en fonction de la culture pour les exploitations
agricoles situées sur les communes en partie ou totalement incluses dans le
périmètre du SA GE en 2000 (source : DIREN-BRGM, 2008, Chambre
d’Agriculture Isère, RGA 2000).....................................................................161
Figure 36 : Pourcentage du v olume prélev é pour l’irrigation agricole par sous bassin v ersant
en 2007 (source : DDAF Drôme et Isère).....................................................163
Figure 37 : Evolution des prélèv ements pour l’irrigation agricole dans les eaux souterraines
et les eaux de surface en milliers de m3 de 1997 à 2007 (source :
redev ances prélèv ements A ERM&C33)..........................................................165
Figure 38 : Ev olution des prélèv ements annuels en eau pour la pisciculture Murgat à
Beaufort (eaux souterraines et eaux de surface confondues) en milliers de
m3 de 1998 à 2009 (source : Pisciculture Murgat redevances pollution
A ERM&C 33)................................................................................................169
Figure 39 : Répartition des industries par classes de v olumes prélev és en milliers de m3 en
2007 (source : redev ances prélèv ements A ERM&C)......................................171
Figure 40 : Sy stèmes de géothermie très basse température exploitant l’énergie contenue
dans les nappes d’eaux souterraines (source : http://www.drire.gouv .fr/).....175
Figure 41 : Bilan entrées-sorties dans le bassin Bièv re Liers Valloire pour une année
hydrologique moy enne ty pe 2004 (année calendaire 2003-2004), et une
année av ec 40 % de réduction des apports hiv ernaux (source : DIRENBRGM, 2008). ............................................................................................179
Figure 42 : Propagation des Renouées du Japon sur le réseau hydrographique de Bièvre
Liers Valloire (Concept Cours d’Eau, 2001)...................................................189
Liste des tableaux
Tableau 1 : Occupation des sols en surface et pourcentage à partir de la nomenclature
Corine Land Cov er (source IFEN, 2000). ....................................................... 32
Tableau 2 : Grands sy stèmes d’exploitation agricole sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers
Valloire (source : Document de Gestion de l’Espace A gricole et Forestier
(D.G.E.A .F.) de l’Isère Territoire Bièv re Valloire, décembre 2003)................... 33
Tableau 3 : Caractéristiques des carrières autorisées de Bièv re Liers Valloire (source : DRIRE
Isère, DREA L, exploitants de carrières)......................................................... 36
Tableau 4 : AA PPMA gestionnaires sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire (source :
fédérations départementales de pêche de la Drôme et de l’Isère). ................. 37
Tableau 5 : Caractéristiques du potentiel théorique résiduel des sous-secteurs
hydrographiques concernant le bassin Bièv re Liers Valloire (source :
ISL/A SCONIT/Agence de l’Eau, 2008)........................................................... 41
Tableau 6 : Caractéristiques des points de mesure pour lesquels les données du niv eau ou
de la profondeur de la nappe sont collectées. ............................................... 55
Tableau 7 : Caractéristiques des stations hy drométriques du bassin v ersant du Riv al
(source : DIREN Rhône-A lpes)..................................................................... 71
Tableau 8 : Débits d’étiage de référence aux stations hy drométriques de la plaine de Bièvre
D ocument v alidé
8/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
(source : Banque Hydro données calculées le 26/05/ 2008).............................72
Tableau 9 : Caractéristiques des débits de crue de la plaine de Bièv re (sources : Banque
Hydro données calculées le 26/05/2008 et sur fonds gris, données
bibliographiques).........................................................................................72
Tableau 10 : Caractéristiques des stations hy drométriques des bassins v ersants de la plaine
de la Valloire (source : DIREN Rhône-A lpes)..................................................75
Tableau 11 : Débit d’étiage de référence à la station hy drométrique de St Rambert d’A lbon
(source : Banque Hydro données calculées le 26/05/ 2008).............................76
Tableau 12 : Caractéristiques des débits de crue de la plaine de la Valloire (sources : Banque
Hydro données calculées le 26/05/2008). ......................................................76
Tableau 13 : Caractéristiques des émergences de nappe de Bièv re Liers Valloire (source :
SRAE Rhône-A lpes, 1981). ...........................................................................83
Tableau 14 : Caractéristiques des objectifs de bon état et des problèmes à traiter sur les
masses d’eau superficielles principales et secondaires du bassin Bièv re Liers
Valloire (source : SDA GE Rhône Méditerranée, 2009).....................................89
Tableau 15 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau...........................................................91
Tableau 16 : Concentration, indices et classes de qualité du SEQ-Eau pour les nitrates............91
Tableau 17 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau pour les anlay ses hy drobiologiques. .....91
Tableau 18 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur le Riv al,
fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des classes de
qualité SEQ-Eau et par type de qualité (source : Gay Env ironnement, 2008). ..96
Tableau 19 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur l’Oron,
fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des classes de
qualité SEQ-Eau et par type de qualité (source : Gay Env ironnement, 2008). ..97
Tableau 20 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur les V euzes
et les Collières, fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction
des classes de qualité SEQ-Eau et par ty pe de qualité (source : Gay
Env ironnement, 2008)..................................................................................97
Tableau 21 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 2004 et en 2007 sur le Dolon et
ses affluents, fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des
classes de qualité SEQ-Eau et par type de qualité (source : Gay
Env ironnement, 2008)..................................................................................98
Tableau 22 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 1998 et en 2007 sur
l’A rgentelle, fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des
classes de qualité SEQ-Eau et par type de qualité (source : Gay
Env ironnement, 2008)..................................................................................99
Tableau 23 : Caractéristiques des objectifs de bon état et des problèmes à traiter sur les 2
masses d’eau souterraines principales du bassin Bièv re Liers Valloire
(source : SDA GE Rhône Méditerranée, 2009)...............................................101
Tableau 24 : Points de suiv i de la qualité des eaux souterraines du bassin Bièv re Liers
Valloire (2009)...........................................................................................103
Tableau 25 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau souterraine.......................................104
Tableau 26 : Teneurs, indices et classes de qualité du SEQ-Eau souterraine pour les nitrates
pour l’état patrimonial i . .............................................................................104
Tableau 27 : Caractéristiques de la composition moyenne des eaux de la nappe Bièv re Liers
Valloire par analy se des eaux de captages d’eau potable..............................106
Tableau 28 : Caractéristiques des actions Terre&Eau sur la partie iséroise du périmètre du
SAGE Bièv re Liers Valloire (source : Chambre d’Agriculture Isère, 2009). ......133
Tableau 29: Caractéristiques des actions A gr’Eau26 sur la partie drômoise du périmètre du
SAGE Bièv re Liers Valloire. .........................................................................134
Tableau 30 : Sites BA SOL inv entoriés sur le périmètre du SA GE BLV (Source :
http://basol.ecologie.gouv .fr/ , export du 02/07/2009).................................137
Tableau 31 : Activ ité connexe et contexte des principaux sites d’extraction de matériaux sur
le périmètre du SA GE BLV..........................................................................140
Tableau 32 : A nciens sites d’extraction sensibles (sources : DRIRE 38, 2007 ; UNPG, 2001 ;
Pépin, 2003)..............................................................................................144
Tableau 33 : Caractéristiques des centres de stock age de déchets sur le périmètre du SA GE
Bièv re Liers Valloire (sources : Conseil Général de l’Isère, 2008 ; SINDRA ,
D ocument v alidé
9/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
2007 ; Virleux, 2000 d’après DDAF Isère(2000)). .........................................145
Tableau 34 : Contexte réglementaire des prélèv ements dans la ressource en eau..................153
Tableau 35 : Prélèv ements pour la distribution publique d’eau de l’année 2007 (sources :
A gence de l’Eau Rhône Méditerranée, DDASS Drôme, DDASS Isère,
gestionnaires A EP).....................................................................................155
Tableau 36 : Volume prélev é pour l’irrigation agricole par sous bassin v ersant et ty pe de
ressource en 2007 (source : DDAF Drôme et Isère, redev ances
prélèv ements A ERM&C)..............................................................................163
Tableau 37 : Caractéristiques des piscicultures sur le bassin Bièv re Liers Valloire...................168
Tableau 38 : Sy nthèse des prélèv ements sur le bassin B ièv re Liers V alloire en 2007 et sur la
période 2001-2006. ....................................................................................178
Tableau 39 : Termes du bilan pour la nappe Bièvre Liers Valloire établis par différentes
études.......................................................................................................179
Liste des annexes
A nnexe 1 Programme de mesures du SDAGE Rhône Méditerranée pour les masses d’eau du
périmètre du SA GE BLV…………………………………………………………………………………….………...233
A nnexe 2 Schéma géologique du bassin Bièv re Liers Valloire (SRA E, 1981)…………………………225
A nnexe 3 Caractéristiques des stations d’épurations situées sur les communes du périmètre du
SAGE Bièv re Liers Valloire..............................................................................................227
A nnexe 4 Sites BA SIAS situés sur le périmètre du SAGE BLV ................................................233
A nnexe 5 Tableau comparatif des termes du bilan pour la nappe Bièv re Liers Valloire établis par
différentes études ………………………………………………………………………………………………………..235
A nnexe 6 Inv entaire des zones humides du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire.....................237
A nnexe 7 Les bandes enherbées (couv ert env ironnemental le long d’un cours d’eau)………..…245
Liste des cartes
Carte 1.1 : Situation géographique du SA GE Bièv re Liers Valloire
Carte 1.2 : Contexte géologique et climatique
Carte 1.3 : Occupation du sol
Carte 1.4 : Démographie
Carte 1.5 : A ctiv ité agricole
Carte 1.6 : A ctiv ité industrielle
Carte 1.7 : A ctiv ités de loisirs en bord de cours d'eau
Carte 1.8 : Infrastructures
Carte 1.9 : Structures intercommunales
Carte 1.10 : Hy drogéologie
Carte 1.11 : Hy drographie
Carte 1.12 : Zones humides et milieux remarquables
Carte 1.13 : Qualité des cours d'eau (Gay en,v ironnement, 2008)
Carte 1.14 : Qualité nitrates et pesticides des eaux souterraines
Carte 1.15 : Qualité des eaux brutes av ant distribution
Carte 1.16 : A ssainissement collectif
Carte 1.17 : A ssainissement non collectif
Carte 1.18 : Prélèv ements pour la distribution publique d'eau
Carte 1.19 : Prélèv ements pour l'irrigation agricole, l'industrie et les piscicultures
Carte 1.20 : Etat phy sique des cours d'eau
Carte 1.21 : Risques naturels liés à l'eau
Carte 2.1 : Diagnostic par sous territoire
D ocument v alidé
10/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Abréviations
AAC : A ire d’A limentation de Captage
AA PPMA : A ssociation Agréée de Pêche et de Protection du Milieu A quatique
A ERM&C : A gence de l'Eau Rhône Méditerranée et Corse
A MPA : acide d’aminométhy lphosphonique
BASIA S : Base de données d'A nciens Sites Industriels et A ctiv ités de Serv ice
BASOL : Base de données sur les sites et sols pollués (ou potentiellement pollués) appelant une action
des pouvoirs publics, à titre prév entif ou curatif
BCA E : Bonnes Conditions Agricoles et Env ironnementales
BRGM : Bureau de Recherches Géologiques et Minières
BSS : Banque de données du Sous-Sol
CA D : Contrat d'Agriculture Durable
CEMA GREF : Centre de Machinisme A gricole et Forestier
CGC T : Code Général des Collectiv ités Territoriales
CIPA N : Culture Intermédiaire Piège A Nitrates
CLE : Commission Locale de l'Eau
COT : Carbone Organique Total
CROPPP : Cellule Régionale d'Observ ation et de Prévention des Pollutions par les Pesticides
DDAF : Direction Départementale de l'A griculture et de la Forêt
DDASS : Direction Départementale des A ffaires Sanitaires et Sociales
DDSV : Direction Départementale des Serv ices Vétérinaires
DCE : Directiv e Cadre européenne sur l’Eau (2000/60/DCE)
DDE : Direction Départementale de l'Equipement
DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations
DDT : Direction Départementale des T erritoires
DEA : Déséthy l A trazine
DIREN : DIrection Régionale de l'ENv ironnement
DREA L : Direction Régionale de l'Env ironnement, de l'A ménagement et du Logement
DRIRE : Direction Régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Env ironnement
DUP : Déclaration d'Utilité Publique
EH : Equiv alent Habitant
ENS : Espace Naturel Sensible
ERU : Eaux Résiduaires Urbaines
ETP : Ev apoTranspiration Potentielle
GFI : Groupe Faunistique Indicateur
HAP : Hydrocarbure A romatique Poly cyclique
HER : Hy dro-Ecorégion
IBGN : Indice Biologique Global Normalisé
ICPE : Installation Classée pour la Protection de l'Env ironnement
IFEN : Institut Français de l'ENv ironnement
INSEE : Institut National de la Statistique et des Études Économiques
INVS : Institut National de Veille Sanitaire
LEMA : Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques
LGV : Ligne ferrov iaire à Grande Vitesse
MAE : Mesure A gro Env ironnementale
MESE : Mission d'Expertise et de Suiv i des Epandages
OM : Ordures Ménagères
ONEMA : Office National de l'Eau et des Milieux A quatiques
PAC : Politique Agricole Commune
PAGD : Plan d’A ménagement et de Gestion Durable de la ressource et des milieux aquatiques
PLU : Plan Local d'Urbanisme
PMBE : Plan de Modernisation des Bâtiments d'Elev age
PMPOA : Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine A gricole
POS : Plan d'Occupation des Sols
PPRI : Plan de Prév ention des Risques Inondation
D ocument v alidé
11/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
PSS : Plan des Surfaces Submersibles arrêté ministériel du 13 j anv ier 1950
PVE : Plan Végétal Env ironnement
RCS : Réseau de Contrôle de Surv eillance
RGA 2000 : Recensement Général A gricole 2000
ROCA : Réseau d’Observ ation des Crises d’A ssec
RTM : Restauration des Terrains en Montagne
SAGE : Schéma d'A ménagement et de Gestion des Eaux
SATESE : Service d’Assistance Technique aux Exploitants de Stations d’Epuration
SAU : Surface A gricole Utile
SCoT : Schéma de Cohérence Territoriale
SDA GE : Schéma Directeur d’A ménagement et de Gestion des Eaux
SDC : Schéma Départemental des Carrières
SEEE : Sy stème d’Ev aluation de l’Etat de l’Eau
SEQ-Eau : Sy stème d’Ev aluation de la Qualité de l’eau
SIA H BLV : Sy ndicat Intercommunal d’A ménagement Hydraulique de Bièv re Liers Valloire
SIC : Sites d'Importance Communautaire (Natura 2000)
SIERM : Sy stème d'Information sur l'Eau Rhône Méditérranée
SPA NC : Serv ice Public de contrôle de l’A ssainissement Non Collectif
STEP : STation d'EPuration (assainissement)
STEP : Station de Transfert d'Eau par Pompage (hydroélectricité)
UDI : Unité De Distribution
UTA : Unité de Trav ail Annuel
ZICO : Zone Importante pour la Conserv ation des Oiseaux
ZIP : Zone Industrialo-Portuaire
ZNIEFF : Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique
ZPS : Zone de Protection Spéciale (Natura 2000)
ZRE : Zone de Répartition des Eaux
ZSCE : Zone Soumise à Contraintes Env ironnementales
D ocument v alidé
12/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Préambule
L'état des lieux constitue les fondations du SA GE. Il a pour objectif d’assurer une connaissance
partagée par les membres de la CLE des enjeux de gestion de l’eau du territoire et de leurs
justifications. Cette phase comprend :
-
une analy se du milieu aquatique,
-
un recensement des usages de la ressource en eau,
-
l’év aluation du potentiel hy droélectrique du sous-bassin.
Il est important que cette étape intègre les trav aux réalisés dans le cadre de l’état des lieux de la
Directiv e Cadre européenne sur l'Eau et des Schémas Directeurs d'A ménagement et de Gestion des
Eaux qui fournissent une source d’information considérable. Par ailleurs, une sy nthèse de l’état des
lieux sera incluse dans le plan d’aménagement et de gestion durable (PA GD) du SA GE soumis à
consultation.
Le document d'état des lieux rassemble à la fois des données techniques, scientifiques, réglementaires
et socio-économiques. L’analy se de la situation actuelle s’achèv e par la rédaction d’un diagnostic
pluridisciplinaire mettant en év idence les interactions entre milieux, pressions, usages, enjeux
env ironnementaux et dév eloppements socio-économiques. Des documents cartographiques sont
annexés à ce document.
Les conflits ex istants ou potentiels doiv ent être clairement exprimés dans cette étape.
D ocument v alidé
13/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Partie I
****
Contexte réglementaire et « mode d’emploi » du SAGE
Un Schéma d’A ménagement et de Gestion des Eaux (SA GE) est un document de planification mis en
place par la loi sur l’eau de 1992. Engagé à l’initiativ e des acteurs locaux, son objectif est la gestion
équilibrée de la ressource en eau de son périmètre. Le SA GE s’inscrit dans un contexte réglementaire
plus général encadrant les principes de gestion équilibrée de l’eau de l’échelle européenne à l’échelle
du grand bassin v ersant hydrographique.
1. Contexte réglementaire
1.1.
La DCE, une politique communautaire de l’eau
La Directiv e Cadre européenne sur l’Eau (DCE) a été adoptée par le Conseil et le Parlement européens
le 23 octobre 2000 et transcrite en droit français par la loi du 21 av ril 2004. La DCE définit un cadre
pour la gestion et la protection des eaux par grand bassin hy drographique au plan européen. Elle
fixe des objectifs ambitieux de reconquête du « bon état » général des ea ux superficielles (eaux
douces et eaux côtières) et souterraines dans l’Union Européenne d’ici 2015, par l’identification des
causes de dégradation et la mise en œuv re d’actions correctiv es.
La DCE reconduit au plan européen, tout en les renforçant, les principes de gestion par grand bassin
hydrographique, de gestion équilibrée et de planification définis auparav ant par les lois sur l’eau
françaises de 1964 et de 1992 (v oir chapitre 1.2.).
Les grandes étapes de la DCE sont les suiv antes :
2004
2006
2009
2015
2021
1.2.
Etat des lieux par grand bassin hydrographique
Mise en place des réseaux de surv eillance des eaux
Définition d’un plan de gestion par grand bassin (en France, le SDA GE) :
- Objectifs de bon état des masses d’eau i pour 2015
- Programme de mesures
- Bilan sur l’atteinte des objectifs
- A ctualisation du plan de gestion (rév ision du SDA GE)
- Nouv eau bilan sur l’atteinte des objectifs
- Nouv elle actualisation du plan de gestion (nouv elle rév ision du SDA GE)
Les lois françaises sur l’eau
La loi de 1964 a été la première loi de référence organisant la gestion décentralisée de l’eau par grand
bassin v ersant. Plusieurs textes de loi ont ensuite été publiés. Une remise à plat des différents textes
est interv enue en 1992 av ec la loi n° 92-3 du 3 janv ier 1992, dite "loi sur l’eau" qui relançait la
politique de l’eau.
1.2.1. La Loi sur l’Eau de 1992
La Loi sur l’Eau du 3 janv ier 1992 a inscrit dans la réglementation française la notion de gestion
globale de la ressource en eau et des milieux aquatiques fondée sur le principe de solidarité entre les
usagers et la prise en compte de l'eau sous toutes ses formes : ressource v itale, écosy stème, support
d'activ ités, etc. (cf. les 2 premiers articles de la loi ci-après).
D ocument v alidé
15/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Article 1 er
L'eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en v aleur
et le dév eloppement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont
d'intérêt général.
L'usage de l'eau appartient à tous dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits
antérieurement établis.
Article 2
Les dispositions de la présente loi ont pour objet une gestion équilibrée de la ressource en
eau.
Cette gestion équilibrée v ise à assurer :
-
la préserv ation des écosy stèmes aquatiques, des sites et des zones humides […] ;
la protection contre toute pollution et la restauration de la qualité des eaux
superficielles et souterraines et des eaux de la mer […] ;
le dév eloppement et la protection de la ressource en eau ;
la v alorisation de l'eau comme ressource économique et la répartition de cette
ressource ; de manière à satisfaire ou à concilier, lors des différents usages,
activ ités ou trav aux, les exigences :
- de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civ ile et de
l'alimentation en eau potable de la population ;
- de la conserv ation et du libre écoulement des eaux et de la protection
contre les inondations ;
- de l'agriculture, des pêches et des cultures marines, de la pêche en eau
douce, de l'industrie, de la production d'énergie, des transports, du
tourisme, des loisirs et des sports nautiques ainsi que de toutes autres
activ ités humaines légalement ex ercées.
Pour une répartition équilibrée de la ressource en eau, la Loi sur l’Eau de 1992 a institué la
planification globale par la création de deux outils : les SDA GE, Schémas Directeurs
d'A ménage ment et de Gestion des Ea ux (cf. chapitre I.1.3) et les SA GE, Schéma s
d'A ménage ment et de Gestion des Eaux.
Le cadre global de la politique française de l’eau défini par les lois de 1964 et de 1992 a été rénov é en
2006 par la LEMA qui conforte plusieurs outils existants en v ue d’atteindre en 2015, l'objectif de "bon
état" des eaux, fix é par la directiv e cadre européenne sur l’eau (DCE).
1.2.2. La Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques de
2006
La Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques (LEMA ) du 30 décembre 2006 a deux objectifs principaux :
-
donner les outils réglementaires aux acteurs de l’eau pour atteindre les objectifs de la DCE de bon
état écologique en 2015 et respecter les différentes directiv es européennes,
-
donner aux collectiv ités territoriales les moy ens d’adapter les serv ices publics d’eau potable et
d’assainissement en termes de transparence v is à v is des usagers, de solidarité en fav eur des plus
démunis et d’efficacité env ironnementale.
La LEMA v a dans le sens du renforcement du pouv oir réglementaire des SA GE, en précisant leur
contenu et en renforçant leur portée juridique (le règlement du SAGE est opposable aux tiers). Le
projet de SAGE qui contient, suite à cette loi, un plan d’aménagement durable et un règlement, est
soumis à enquête publique lors de la phase de consultation. La LEMA a également modifié les
procédures d’élaboration des SA GE et les règles de fonctionnement des CLE.
Par ailleurs, la LEMA intègre la problématique du changement climatique en demandant sa prise en
D ocument v alidé
16/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
compte dans la gestion de la ressource en eau.
La Loi sur l’Eau de 1992 et la Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques (LEMA ) de 2006 sont codifiées en
totalité et pour l’essentiel au Code de l’Env ironnement.
1.3.
Le SDAGE Rhône Méditerranée
Les Schémas Directeurs d’A ménagement et de Gestion des Eaux (SDA GE) sont élaborés au niv eau des
12 grands bassins hydrographiques français : Adour-Garonne, Artois-Picardie, Loire-Bretagne,
Rhône-Méditerranée, Corse, Rhin-Meuse, Seine-Normandie, Guadeloupe, Guy ane, Martinique, Réunion
et May otte.
Les SDA GE fixent pour chaque bassin les orientations fondamentales d'une gestion équilibrée de la
ressource en eau. Ils ont une portée juridique et s’imposent aux programmes et aux décisions
administrativ es dans le domaine de l’eau de l’Etat, des collectiv ités et des établissements publics. La
première v ersion des SDAGE a été adoptée fin 1996. Elle a été rév isée et la deuxième v ersion des
SDA GE a été adoptée fin 2009 pour la période 2010-2015.
A ppartenant au grand bassin hydrographique du Rhône, le bassin Bièv re Liers Valloire est concerné
par le SDA GE Rhône Méditerranée. A u terme de son élaboration, le SA GE Bièvre Liers
Valloire devra être compatible avec ce SDA GE. Le Comité de bassin Rhône Méditerranée est
doté d’une Commission de planification qui assure, entre autres, un suiv i de la mise en œuv re des
SAGE. Elle doit v eiller également à la compatibilité des préconisations des SA GE av ec les orientations
du SDAGE.
Le SDA GE Rhône Méditerranée de 2009 constitue le cadre de référence pour la politique de l’eau
dans le bassin Rhône Méditerranée. Il traduit de façon concrète la DCE (cf. chapitre I.1.1.) et définit :
i
-
les objectifs d’atteinte du bon état pour les différentes masses d’eau
souterraines, lacs, eaux côtières, …) d’ici 2015,
(cours d’eau, eaux
-
huit orientations fondamentales qui permettront de répondre d’une façon générale à l’atteinte du
bon état et à la non dégradation, tout en assurant l’équilibre av ec les usages,
-
un réseau de surv eillance qualité et quantité des masses d’eau i .
En parallèle, le programme pluriannuel de mesures définit les actions à mettre en œuvre sur chaque
sous-bassin v ersant pour la période 2010-2015 pour atteindre le bon état.
Le 20 nov embre 2009, le Préfet coordonnateur du bassin Rhône Méditerranée a approuv é par arrêté
préfectoral le SDAGE et le programme de mesures.
Les 8 Orientations Fonda mentales pour une gestion globale de l’eau définies par le SDA GE Rhône
Méditerranée 2009, sont les suiv antes :
D ocument v alidé
17/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Orientations fondamentales
Priv ilégier la prévention et les interv entions à la source pour plus d’efficacité
Concrétiser la mise en œuv re du principe de non dégradation des milieux aquatiques
Intégrer les dimensions sociales et é conomiques dans la mise en œuvre des objectifs
environnementa ux
Organiser la synergie des acteurs pour la mise en œuvre de v éritables projets territoriaux
garantissant une gestion durable de l’eau
Lutter contre les pollutions, en mettant la priorité sur les pollutions par les substances
dangereuses et la protection de la santé
Préserv er et re-dév elopper les fonctionnalités na turelles des bassins et des milieux
aquatiques
A tteindre l’équilibre quantitatif en améliorant le partage de la ressource en eau et en
anticipant l’av enir
Gérer les risques d’inondation en tenant compte du fonctionnement naturel des cours
d’eau
1
2
3
4
5
6
7
8
Le SDA GE Rhône Méditerranée et le programme de mesures associé ont identifié pour le territoire de
Bièv re Liers Valloire les problèmes à traiter suiv ants :
-
pollutions d’origine domestique et industrielle hors substances dangereuses,
-
pollutions d’origine agricole (azote, phosphore et matières organiques),
-
bassin v ersant prioritaire v is-à-v is de la pollution par les nitrates,
-
bassin v ersant prioritaire v is-à-v is de la pollution par les pesticides,
-
-
nappe des alluv ions fluv io-glaciaires et nappe de la molasse sous-jacente identifiées comme
ressources majeures à préserv er pour l’alimentation en eau potable, dans lesquelles il faudra
identifier les zones à préserv er de façon prioritaire,
bassin v ersant et nappe des alluv ions nécessitant des actions relativ es à l’équilibre quantitatif,
bassin v ersant nécessitant des actions relativ es à la restauration du transit sédimentaire et à
la restauration phy sique.
Le SDA GE Rhône Méditerranée fixe donc des préconisations et des recommandations qui s’appliquent
au SAGE Bièv re Liers Valloire et que celui-ci dev ra respecter.
1.4.
Autres dispositifs réglementaires
1.4.1. La Directive Eaux Rés iduaires Urbaines de
1991
La directiv e européenne du 21 mai 1991 relativ e au traitement des Eaux Résiduaires Urbaines (ERU)
fixe les niv eaux de collecte et de traitement des eaux domestiques ainsi que des eaux non
domestiques raccordées au réseau urbain et des boues de stations d’épuration, en fonction de la taille
des agglomérations et de la sensibilité du milieu récepteur.
Ces dispositions ont été transposées dans la loi sur l’eau du 3 janv ier 1992 et le décret n°94-469 du
3 juin 1994. Ce dernier définit les modalités et procédures à suivre. Les collectiv ités territoriales
concernées doiv ent notamment :
- définir les zones qui relèv ent de l’assainissement collectif et celles qui relèv ent d’un
assainissement indiv iduel, en cohérence av ec les contraintes pesant sur l’aménagement de la
collectiv ité territoriale : serv itudes de protection des points de captage d’eau potable, décisions
d’urbanisme, etc.,
- établir un programme d’assainissement,
- réaliser les équipements nécessaires, l’échéance ultime étant fin 2005.
D ocument v alidé
18/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
En matière d’assainissement collectif, les collectiv ités territoriales prennent obligatoirement en charge
les dépenses relativ es aux sy stèmes d’assainissement collectif (réseaux, stations d’épuration et boues
d’épuration). En matière d’assainissement non collectif, elles prennent en charge les dépenses de
contrôle des sy stèmes d’assainissement autonome et peuv ent prendre en charge les dépenses
d’entretien des sy stèmes d’assainissement autonome (cf. chapitre III.1.3.1.).
1.4.2. La Directive Nitrates de 1991
La directiv e européenne du 12 décembre 1991, dite Directiv e Nitrates, impose la lutte contre la
pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.
L’application de la Directiv e Nitrates en France a consisté à délimiter les zones v ulnérables - zones
dans lesquelles les teneurs en nitrates dans les eaux destinées à l’alimentation en eau potable sont
supérieures à 50 mg/l ou menacent de s’en approcher – et à mettre en œuvre dans ces secteurs
délimités, des programmes d’action pour protéger, voire restaurer, la qualité des eaux.
Le principe de base est celui du respect de l’équilibre entre les besoins en azote des cultures, en
fonction des prév isions du rendement, et l’ensemble des apports en azote (fertilisants d’origines
div erses, apports du sol).
Le 1er programme d’actions (1997-2000) v isait à corriger les erreurs « grossières » des pratiques
d’épandage des fertilisants azotés :
-
Limitation de l’apport maximal global d’azote organique à 210 kg/an/ha. Cette v aleur sera réduite
à 170 k g/ha/an dans le 2ème programme d’actions,
-
Respect de périodes d’épandage,
-
Respect de distance d’épandage par rapport aux cours d’eau, plans d’eau, sources, puits, etc.,
-
Règles de stock age des effluents d’élev age,
-
Tenue de cahiers parcellaires d’épandage des fertilisants azotés.
Le 2ème programme d’actions (2001-2004) et le 3ème programme (2005-2008) dev aient permettre
l’év olution des pratiques en mettant en œuv re les mesures suiv antes :
-
Limitation de l’apport maximal global d’azote organique à 170 kg/an/ha de surface
potentiellement épandable,
-
Etablissement d’un plan d’épandage prév isionnel et tenue d’un cahier d'épandage par parcelles ou
groupes de parcelles,
-
Respect de l’équilibre de la fertilisation azotée à la parcelle en fonction des prév isions de
rendement,
-
Respect de conditions particulières d’épandage (périodes et distances d’épandage) - pas de
modification par rapport au 1er programme d’actions,
-
Respect des règles de stock age des effluents d’élev age : les capacités de stock age d’effluents
d’élev age doiv ent permettre de couv rir les périodes d’interdiction d’épandage,
-
Respect de règles de gestion adaptée des terres v isant à réduire les fuites de nitrates v ers les
nappes.
D ocument v alidé
19/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
En 2009, le 4ème programme d’action a complété les mesures précédentes par les obligations
suiv antes :
-
Implantation d’une bande enherbée ou boisée permanente d’une largeur minimale de 5 m le long
des cours d’eau définis dans le cadre du dispositif des bonnes conditions agricoles et
env ironnementales (BCA E) de la PAC1 et des étendues d’eau de plus de 1 000 m²,
-
Couv erture des sols pendant la période à risque de lessiv age i (70 % de couv erture des surfaces
cultiv ées en 2009, puis 80 % en 2010, puis 90 % en 2011 et 100 % à partir de 2012).
Sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, l’arrêté du préfet coordonnateur de bassin
du 28 juin 2007 classe 74 communes, soit 85 % des communes, en zone vulnérable i a ux
nitrates, représentant une superficie totale de plus de 94 000 ha (cf. Figure 1).
Figure 1 : Zone vulnérable i aux nitrates sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire (arrêté du
préfet coordonnateur de bassin du 28 juin 2007).
1.4.3. Les captages prioritaires Grenelle et SDAGE
Le Grenelle de l’Env ironnement a reconnu la préservation à long terme des ressources en eau utilisées
pour la distribution d’eau potable comme un objectif prioritaire. A insi, 507 captages, dits Grenelle, ont
été identifiés au niv eau national suiv ant un processus de concertation locale, sur la base de trois
critères : l’état de la ressource v is-à-v is des pollutions par les nitrates et/ou les pesticides, le caractère
stratégique de la ressource au vu de la population desserv ie, enfin la v olonté de reconquérir certains
captages abandonnés. 5 captages prioritaires Grenelle se trouvent sur le périmètre du SA GE
Bièvre Liers Valloire (cf. Figure 2).
cours d’eau définis dans le cadre du dispositif des bonnes conditions agricoles et env ironnementales
(BCAE) de la PAC : il s’agit des cours d’eau tracés en trait plein ou en trait pointillés et portant un nom
sur les cartes IGN au 1/25 000.
1
D ocument v alidé
20/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
La Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques de 2006, complétée par le décret du 14 mai 2007 relatif aux
zones soumises à contraintes env ironnementales (ZSCE), donne la possibilité à l’autorité
administrativ e de créer des zones de protection quantitativ e et qualitativ e des aires d’alimentation de
captages (AAC) d’eau potable pour lutter contre les pollutions diffuses et d’y établir un programme
d’actions. Ce dispositif est utilisé dans un premier temps pour assurer la protection des 507 captages
prioritaires retenus par le Grenelle de l’env ironnement. Il consiste à définir la zone de protection de
l’aire d’alimentation du captage, sur la base d’un diagnostic territorial des pressions agricoles, et le
programme d’actions pour permettre la mise en place des mesures agroenv ironnementales d’ici 2012.
Dans le cadre d’une politique globale de reconquête de la qualité de la ressource, ce dispositif v ient en
complément des périmètres de protection de captage réglementaires mis en place par le ministère de
la santé pour lutter contre les pollutions ponctuelles et accidentelles.
Les captages prioritaires Grenelle sont inclus dans les SDA GE. Les SDA GE ont cependant retenu une
liste plus importante de captages prioritaires comprenant en plus des captages prioritaires Grenelle,
d’autres captages menacés par les pollutions diffuses. Pour ceux-ci, l’échéance pour la mise en place
des mesures agroenv ironnementales a été fixée à 2015. A insi le SDA GE Rhône Méditerranée a
identifié 6 ca ptages prioritaires supplémentaires sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers
Valloire (cf. Figure 2).
Figure 2 : Captages prioritaires Grenelle et SDAGE Rhône Méditerranée sur le périmètre du SAGE
Bièvre Liers Valloire (sources : liste des captages prioritaires « Grenelle » au 26 mai 2009 et SDAGE
Rhône Méditerranée, 2009)
D ocument v alidé
21/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
1.5.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Conclusion
Le tableau suiv ant récapitule les grandes étapes réglementaires dans le domaine de l’eau :
A nnée
1964
Réglementa tion
Loi sur l’Eau
Echelle
Contenu principal
Gestion décentralisée par grand bassin
Eau = patrimoine commun
Outils de planification SDA GE et SA GE
Gestion globale de l’eau
Masse d’eau i
Bon état en 2015
France
1992
Loi sur l’Eau
France
1996
SDA GE
Rhône Méditerranée
2000
DCE
Europe
2004
Transposition DCE
France
2006
LEMA
France
Refonte des lois sur l’eau
Prise en compte du citoy en
2009
2015
2021
SDAGE
DCE
DCE
Rhône Méditerranée
Europe
Europe
Outil pour appliquer la DCE
1er bilan d’atteinte du bon état
2ème bilan d’atteinte du bon état
A l’échelle du bassin v ersant Bièv re Liers V alloire, la mise en œuv re de la DCE s’est traduite par la
définition des objectifs suiv ants pour les différentes masses d’eau i :
Masses d’eau naturelles cours d’eau :
Libellé
masse d'eau
i
Le Riv al + Raille de la source
à St Barthélémy
L'Oron de St Barthélémy
j usqu'au Rhône
objectif
objectif objectifs
bon état
bon état de bon
écologique chimique
état
2021
2015
2021
2021
2015
2021
Collières + Dolure
2021
2015
2021
Le Dolon
2015
2027
2027
ruisseau des Eydoches
2015
2015
2015
ruisseau le Suzon
2021
2015
2021
Grande Veuze
2021
2015
2021
riv ière la Baïse
2021
2015
2021
ruisseau le Bège
ruisseau de Regrimay
ruisseau le Lambre
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
torrent de la Pérouse
2027
2015
2027
ruisseau la Coule
2027
2015
2027
riv ière le Bancel
2021
2015
2021
ruisseau le Niv ollon
ruisseau de Saint-Michel
2015
2015
2015
2015
2015
2015
D ocument v alidé
causes de dérogation - paramètre
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Conditions naturelles (sub stances
prioritaires (HAP seuls))
/
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique
(morphologie)
/
/
/
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
Faisabilité technique (nutriments
et/ou pesticides, morphologie)
/
/
22/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Masses d’eau souterraine :
Libellé
masse d'eau
i
A lluvions de la Plaine de
Bièvre-Valloire
Molasses miocè nes du Bas
Dauphiné entre les vallées
de l'Ozon et de la Drôme +
complexes morainique s
glaciaires + pliocène
objectif
objectif objectifs
bon état bon état de bon
quantitatif chimique
état
causes de dérogation - paramètre
2015
2021
2021
Faisabilité technique (déséquilibre
quantitatif, nitrates, pesticides)
2015
2021
2021
Faisabilité technique (nitrates,
pesticides)
Les mesures retenues dans le cadre du programme de mesures du SDAGE Rhône Méditerranée pour
atteindre les objectifs de bon état pour chaque masse d’eau i sont présentées dans l’annexe 1.
D ocument v alidé
23/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
2. Le SAGE « mode d’emploi »
« Dans un sous-bassin ou un groupement de sous-bassins correspondant à une unité hydrographique
ou à un sy stème aquifère, un schéma d'aménagement et de gestion des eaux fixe les objectifs
généraux d'utilisation, de mise en v aleur et de protection quantitativ e et qualitativ e des ressources en
eau superficielle et souterraine et des écosy stèmes aquatiques ainsi que de préserv ation des zones
humides, de manière à satisfaire aux principes énoncés à l'article L. 211-1 », dont les dispositions ont
pour objet une gestion équilibrée et durable de la ressource en eau et prenant en compte les
adaptations nécessaires au changement climatique. (Code de l’Env ironnement, Article L212- 3).
L’élaboration d’un SAGE peut être prescrite par le SDA GE ou naître d’une initiativ e locale. Il est
élaboré par une Commission Locale de l'Eau.
2.1.
Les fonctions principales du SAGE
Sur son périmètre, le SA GE permet de :
-
définir clairement les problèmes et les enjeux en établissant un bilan de la ressource en eau et
de ses usages,
-
créer une structure de concertation dans laquelle tous les acteurs de l’eau ont la possibilité de
s’exprimer,
-
définir des règles de gestion et de protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques
de manière globale et concertée,
-
planifier des actions cohérentes (et ainsi év iter la juxtaposition d’actions isolées qui règlent
partiellement les problèmes) pour une durée de 5 à 10 ans.
« Le SA GE demeure un outil stratégique de planification à l’échelle d’une unité
hydrographique cohérente, dont l’objectif principal est la recherche d’un équilibre durable entre
protection des milieux aquatiques et satisfaction des usages. Cet équilibre doit dorénav ant satisfaire à
l’objectif de bon état des masses d’eau, introduit par la DCE » (AC Teon, 2008).
Une fois le SA GE approuv é et publié, les décisions prises dans le domaine de l'eau par les autorités
administrativ es telles que l’Etat, les collectiv ités locales et leurs établissements publics, doiv ent être
compatibles ou rendues compatibles av ec le Plan d’Aménagement et de Gestion Durable de la
ressource en eau et des milieux aquatiques dans les conditions et les délais qu’il précise. Ces mêmes
décisions doiv ent être conformes av ec le règlement du SAGE.
La Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques de 2006, article 212-5-1 du Code l’Env ironnement, ajoute
que le règlement du SA GE et ses documents cartographiques sont opposables à toute personne
publique ou priv ée pour l’exécution d’installations, ouvrages, trav aux ou activ ités soumis à déclaration
ou à autorisation au titre de la législation sur l’eau.
2.2.
Le déroulement d’un SAGE
Le déroulement d’un SAGE se compose de 3 grandes phases successiv es (cf. Figure 3) :
-
Une phase préliminaire permettant d’estimer la pertinence d’une démarche SA GE dans
le bassin v ersant et amenant à la délimitation du périmètre et à la constitution de la CLE,
-
Une phase d’élaboration composée elle-même des séquences suiv antes : état initial et
diagnostic, tendances, scenarios et choix de la stratégie, rédaction du Plan
d’A ménagement et de la Gestion Durable de la ressource et des milieux aquatiques
(PA GD) et du Règlement, ainsi que de l’év aluation env ironnementale,
-
Une phase de mise e n œuvre et de suiv i comprenant l’application des mesures du SA GE
approuv é et un suiv i à l’aide d’un tableau de bord des résultats sur les milieux et les
usages.
D ocument v alidé
24/245
Consultation et approbation
Phase
préliminaire
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Délimitation du périmètre
Consultation sur le périmètre ( 4 mois)
Avis du C omité de Bassin
Documents
Arrêté de délimitati on du
périmètre
Constitution de la CLE
Arrêté de constituti on de la CLE
Choix d’une s tructur e porteuse
Rapports annuels
Etat initial
Tendances et scenario
Rédaction du PAGD
Phase
d’élaboration
Mise en œuvre
SAGE Bièvre Liers Valloire
Rédaction du règlement
Rédaction du rapport
environnemental
Consultation du proj et du SAGE
(4 mois) Avis du Comi té de Bassin
Quantifi er les objectifs.
Rédiger les dispositi ons précises.
Préciser :
- les maîtres d’ouvr age press entis,
- l’esti mati on fi nancière des dispositi ons,
- l’échéancier,
- les moyens humains et matériels de l’ani mati on.
Etablir un tableau de bord et c hoi x d’indicateurs
pertinents de s ui vi des acti ons, des pressi ons et de l’état
du milieu.
Pré-identifier des outils de programmati on des travaux.
Projet de règlement
Consultation des ser vices de l’Etat et
avis de l’autorité environnementale (3 mois)
Rapport environnemental
Enquête Publique
Rapport et avis motivés du
Commiss aire Enquêteur
SAGE adopté (PADG et
règlement)
Adoption du SAGE par la CLE
Consultation du préfet
(2 mois)
Trame de tableau de bord
Approbati on du SAGE par le Préfet
Arrêté préfectoral SAGE /
Déclar ation
Phase
de mise en œuvre
Cons ervation du dynamisme de la CLE :
- Formuler des avis sur des pr ojets
d’autorisation/déclaration,
- Suivre l’avancement du SAGE,
- S’ass urer de la prise en compte des orientati ons du SAGE
dans les politiques d’ urbanisme,
- Etablir un bilan annuel intégrant une évaluation.
Proposer une éventuelle r évision s uite au SDAGE 2010Mise en œuvre de dispositions au sei n des contrats .
Communic ation autour du SAGE et renforc ement des
partenariats i nstitutionnels.
Figure 3 : Schéma de déroulement d’un SAGE (source : ACTeon, 2008).
Document v alidé
Projet de PAGD
25/245
Tableau de bord régulièrement
c omplété
Rapports annuels
Eventuelle révision du SAGE
Contrats signés
Mise en plac e d’un plan de
c ommunication
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.3.
SAGE Bièvre Liers Valloire
La Commission Locale de l’Eau
La Commission Locale de l’Ea u (CLE) a le statut d'une commission administrativ e sans
personnalité juridique propre. C’est elle qui organise l’ensemble de la démarche SA GE. La CLE est la
structure de concertation et de décision. Pour cela, dans sa composition, un équilibre doit être
trouv é afin que tous les usages et toutes les tendances puissent être représentés.
La Loi sur l’Eau de 1992 stipulait que la CLE dev ait comprendre :
-
Pour moitié des représentants des collectiv ités territoriales et établissements publics locaux
(Région, Département, communes ou groupements de communes, sy ndicats),
-
Pour un quart des représentants des usagers, riv erains, organisations professionnelles et
associations,
-
Pour le quart restant des représentants de l’Etat et de ses établissements publics.
La loi n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA ) a introduit de
nouv elles modalités pour la composition des CLE. Cette dernière a ainsi été assouplie :
-
les représentants des collectiv ités territoriales et des établissements publics locaux détiennent au
moins la moitié du nombre total des sièges et ceux des représentants des u sagers au moins le
quart,
-
les sièges des suppléants ont été supprimés et en cas d’empêchement, un membre peut
désormais donner mandat à un autre membre du même collège. Jusqu’à la fin de la durée du
mandat entamé av ant la LEMA , les membres de la CLE qui av aient un suppléant le conserv ent
tant qu’ils n’ont pas perdu les fonctions en considération desquelles ils ont été désignés.
La CLE est présidée par un membre élu parmi et par les représentants des collectiv ités territoriales et
des établissements publics locaux. Le mandat des membres de la CLE est de 6 ans.
2.4.
Pourquoi un SAGE sur le bassin Bièvre Liers
Valloire ?
2.4.1. Un contexte favorable à l’émergence d’un
SAGE
Pour répondre aux grands enjeux du bassin Bièv re Liers Valloire, le SDA GE Rhône Méditerranée et
Corse de 1996 av ait mis en év idence :
-
pour la nappe de Bièvre Liers Valloire :
la gestion patrimoniale,
l’amélioration de la qualité, des mesures de protection et de suiv i qualitatif,
la gestion quantitativ e et le suiv i quantitatif,
-
la préserv ation des milieux aquatiques remarquables (zones humides et écosy stèmes aquatiques),
-
la gestion des inondations.
L’outil SA GE est apparu adapté pour établir une politique globale et cohérente de gestion et de
préservation de la ressource en eau sur le long terme. Le bassin Bièv re Liers Valloire se
caractérise par l’interdépendance des différents problèmes et le SA GE, en tant qu’instrument de
planification ay ant une réelle portée réglementaire à l’échelle du bassin, permettra donc d’apporter
des solutions adaptées et garantes d’un dév eloppement durable des activ ités et d’un équilibre des
usages et des milieux.
Le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire a une cohérence forte fondée sur l’aquifère des
alluvions fluvio-glaciaires de Bièvre Liers Valloire. Le périmètre prend également en compte les
D ocument v alidé
26/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
eaux souterraines qui communiquent av ec l’aquifère de Bièvre Liers Valloire (nappe profonde de la
molasse miocène, nappes superficielles), les impluviums et les bassins v ersants superficiels concernés.
Le territoire de Bièv re Liers Valloire représente de plus une entité géographique et économique bien
identifiée, où la structuration organisationnelle (communauté de communes, sy ndicats
intercommunaux, sy ndicats mix tes,…) est relativ ement forte.
2.4.2. Historique de la mise en place du SA GE
Bièvre Liers Valloire
A nnée
Depuis 1995
2000 - 2001
6 mars 2002
19 mai 2003
15 juillet 2004
24 mars 2005
30 juin 2005
19 janv ier 2006
Depuis mai 2006
18 juin 2009
31 août 2009
…
Etapes
Réflexion et premiers trav aux sur le SAGE
Etudes (Cemagref, DDAF, Sy ndicat Hydraulique BLV) bilan des enjeux et trame
pour le SAGE
Dossier préliminaire présenté par la MISE de l’Isère aux préfectures de la Drôme
et de l’Isère
A rrêté interpréfectoral n°2003-05303 fixant le périmètre du SA GE Bièv re Liers
Valloire
Choix du Syndicat Intercommunal d’Aménagement Hydraulique de Bièv re Liers
Valloire en tant que structure porteuse du SAGE Bièv re Liers Valloire
A rrêté interpréfectoral n° 2005-03116 portant création de la Commission Locale
de l’Eau (CLE) du SA GE Bièvre Liers Valloire
1ère réunion de la CLE, élection du président M. MANCHON
2ème réunion de la CLE, élection du nouv eau président M. P ELISSIER
Elaboration de la 1ère phase du SA GE (études d’état des lieux)
A rrêté préfectoral portant renouv ellement de la CLE
Installation de la nouv elle CLE, élection du président M. PELISSIER
…
2.4.3. L’organisation de la CLE du SAGE Bièvre
Liers Valloire
La CLE organise l’ensemble de la démarche pour l’élaboration du SA GE. Le Bureau de la CLE suit les
trav aux et le bon déroulement des différentes phases et assiste le Président dans la préparation des
réunions de la CLE.
En 2006, la CLE du SAGE Bièv re Liers Valloire a mis en place 4 commissions de trav ail thématiques.
Comme l’indiquent les règles de fonctionnement de la CLE du SAGE Bièvre Liers Valloire, celles-ci sont
composées de membres de la CLE auxquels peuv ent se joindre des personnes extérieures dont les
compétences sont utiles et reconnues. Les commissions ont pour rôle de formuler des propositions et
des pistes de trav ail et rendent compte de leurs trav aux à la CLE. Le nombre, les thématiques
abordées et les personnes membres des commissions de trav ail thématiques peuv ent év oluer en
fonction des problématiques identifiées et de la progression des réflexions de la CLE.
D ocument v alidé
27/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Commission Locale de l’Eau
Rôle de concertation et de
décision
44 membres
SAGE Bièvre Liers Valloire
Structure porteuse
Syndicat Intercommunal d’A ménagement
Hydraulique Bièv re Liers Valloire
Rôle administratif et financier
Poste d’animateur SA GE
Bureau de la CLE
Rôle de comité de pilotage
du SAGE
18 membres
4 commissions de travail thématiques
mises en place pour la phase d’état des lieux
Rôle de proposition
Ouv ertes à des personnes extérieures à la CLE
• Commission ‘Qualité’
• Commission ‘Quantité’
• Commission ‘Milieux et risques naturels’
• Commission ‘Information et
communication’
D ocument v alidé
28/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Partie II
****
Caractéristiques générales du bassin Bièvre Liers
Valloire
1. Présentation du périmètre du SAGE Bièvre Liers
Valloire
L’arrêté interpréfectoral du 19 mai 2003 a fixé le périmètre du SAGE Bièv re Liers Valloire. Le bassin
v ersant Bièv re Liers Valloire est la large v allée ouv erte d’orientation est-ouest située dans le Bas
Dauphiné entre la v allée de l'Isère et le cours du Rhône. Il concerne pour tout ou partie de leur
territoire, 87 communes, 15 situées dans le département de la Drôme et 72 dans le département de
l’Isère (cf. carte 1.1). La surface du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire représente env iron 900 k m².
Le contexte géologique de Bièvre Liers Valloire est particulièrement déterminant pour
l’ensemble des caractéristiques du territoire : géographie, réseau hydrographique, ea u
souterraine, occupation du territoire, etc.
1.1.
Caractéristiques géologiques
A u Miocène (≈ -26 Millions d’années, ère tertiaire), la zone du Bas Dauphiné est couv erte par les
eaux. Dans ce milieu marin, se déposent les molasse s. Les dépôts molassiques, dont l’épaisseur peut
atteindre plusieurs centaines de mètres, composent actuellement le substratum i du bassin Bièv re
Liers Valloire et du Bas Dauphiné en général.
A près le retrait des eaux et le soulèv ement des chaînes subalpines au Pliocène (≈ -7 Millions
d’années, ère tertiaire), les matériaux de l’érosion des massifs alpins sont charriés et répandus en
nappe par des fleuv es puissants. Dans la plaine de Bièv re Valloire, on suppose qu’il s’agissait de
l’Isère, qui rejoignait ainsi le Rhône. Les galets issus de cette action érosiv e sont aujourd’hui v isibles
sur les plateaux des Bonnev aux et des Chambarans.
A u Quaternaire (-1,8 Millions d’années à nos jours), trois grandes glaciations, le Mindel, le Riss et le
Würm, vont former le bassin de Bièv re Liers Valloire tel qu’on l’observ e actuellement. Lors de la
glaciation rissienne, le glacier de l’Isère suit, d’une part la v allée actuelle de l’Isère, et d’autre part la
plaine de Bièv re jusqu’à l’arc morainique de Faramans. Pendant la glaciation würmienne, le glacier de
l’Isère ne dépasse pas le seuil de Riv es. C’est durant ces périodes de glaciations, pendant lesquelles se
sont succédées des phases d’av ancée et de recul des glaciers, que se sont accumulés les dépôts
alluv ionnaires, qui forment les plaines de Bièv re, Liers et Valloire. Depuis, il y a eu peu d’évolution du
pay sage géologique du fait qu’aucun grand cours d’eau ne coule dans la plaine de Bièv re Liers
Valloire.
Le contexte géologique de la plaine de Bièv re Liers Valloire est donc composé de (cf. A nnexe 2) :
-
formations tertiaires :
les molasses du Miocène, constituant le substratum i du bassin Bièv re Liers Valloire et les
dépôts correspondants, formant les massifs des Bonnev aux et des Chambarans,
-
formations quaternaires :
les dépôts morainiques i sous forme de dépôts argilo-sableux et caillouteux, qui correspondent
aux limites d’extension des glaciers et forment des petites collines (ex. : colline du Banchet,
qui a cependant une ossature molassique),
les dépôts fluv io-glaciaires, constitués de sables, grav iers et galets, pouv ant contenir des
masses argileuses, qui correspondent aux formations mélangées apportées par les torrents et
D ocument v alidé
29/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
la fonte des glaciers. Ils forment des terrasses orientées est-ouest et étagées en hautes
(Anney ron, Rev el-Tourdan), moy ennes (Beaurepaire, Marcollin) et basses terrasses en
fonction de leur ancienneté. Des v allées fossiles peuv ent constituer des chenaux préférentiels
à l’écoulement des eaux souterraines dans ces dépôts fluv io-glaciaires.
1.2.
Caractéristiques géographiques
De ce passé géologique, le bassin Bièv re Liers Valloire a hérité sa topographie bien particulière en
terrasses emboîtées. Il s’étend d’est en ouest entre Riv es et Saint Rambert d’A lbon. L’ensemble est
bordé au nord-ouest par le plateau des Bonnev aux et au sud par le plateau des Chambarans.
Le bassin de Bièv re Liers Valloire est constitué de 3 v astes plaines : Bièv re, Liers et Valloire.
La plaine de Bièvre
Elle s’étend d’est en ouest de Colombe - Beaucroissant jusqu’à Beaurepaire, sur env iron 35 k m. Sa
largeur moy enne v arie entre 5 et 7 k m. L’altitude va de 480 m à l’est à 280 m à l’ouest.
La plaine du Liers
Située au nord du bassin Bièv re Liers Valloire, elle s’étend de Châbons à Faramans. Longue d’env iron
17 k m et d’une largeur moy enne de 3 k m, la plaine du Liers est séparée par la colline du Banchet de
la plaine de B ièv re, à laquelle elle se raccorde par le nord à hauteur de Saint Barthélemy . L’altitude de
la plaine du Liers v a de 580 m env iron au nord-est à 360 m à l’ouest.
La plaine de la Valloire
Elle poursuit à l’ouest les plaines du Liers et de la Bièv re. La plaine de la Valloire s’étend sur environ
25 k m de long et 10 k m de large, depuis le bas de Pajay jusqu’à la v allée du Rhône. L’altitude de cette
plaine passe de 280 m à l’est à 160 m à l’ouest.
1.3.
Caractéristiques climatologiques
Le climat du territoire Bièv re Liers Valloire se caractérise par de fortes amplitudes thermiques
(températures très froides en hiv er et très chaudes en été) et des précipitations moy ennes.
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, la station météorologique de référence est celle de Grenoble Saint
Geoirs, gérée par Météo France. La pluv iométrie moy enne annuelle calculée sur la période 1971-2000
par Météo France à la station de Grenoble Saint Geoirs est de 965 mm (en France métropolitaine, la
moy enne annuelle des précipitations depuis 50 ans est estimée à une hauteur d'eau d'env iron
889 mm, source IFEN ). Les mois de septembre, octobre et mai sont généralement les plus pluv ieux.
L’év apotranspiration potentielle i (ETP) calculée sur la même période est de 854 mm (cf. Figure 4).
D ocument v alidé
30/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
160
140
ETP (mm)
Pluie ( mm)
Lame d'eau (mm)
120
100
80
60
40
20
te
m
br
e
O
ct
ob
re
No
ve
m
br
e
Dé
ce
m
br
e
Ao
ût
Se
p
lle
t
Ju
i
Ju
in
ai
M
Av
ril
M
ar
s
Fé
vr
ie
r
Ja
n
vi
er
0
Figure 4 : Normales mensuelles calculées sur la période 1971-2000 pour la pluviométrie et l’ETP
(source : Météo France in DIREN-BRGM, 2008).
Il existe une v ariation spatiale des hauteurs de précipitations : elles v ont en décroissant de l’est vers
l’ouest et des altitudes les plus élev ées (massifs de Chambaran et Bonnev aux) v ers les altitudes les
plus basses (centre des plaines) (cf. carte 1.2).
Les précipitations du bassin alimentent :
-
Le ruissellement c'est-à-dire l’écoulement superficiel : eau qui v a alimenter les cours d’eau,
-
L’infiltration c'est-à-dire l’écoulement souterrain : eau qui v a alimenter la nappe,
-
L’év aporation et la transpiration des v égétaux, très fortes en période estiv ale.
Les précipitations e n automne et en hiver, période pendant lesquelles l’év aporation et la
transpiration par les v égétaux sont très limitées, participe nt directement à l’alimentation de la
nappe. Les précipitations au printemps et en été ont, quant à elles, un effet restreint sur
l’alimentation de la nappe du fait qu’elles sont en grande partie consommées par le couv ert v égétal.
1.4.
L’occupation du territoire
Le territoire Bièvre Liers Valloire se caractérise par son pay sage à dominante rurale (plus de 70 % de
l’occupation du sol) et ses v astes espaces naturels situés sur les reliefs - collines et plateaux – (plus de
20 % de l’occupation du sol) (cf. Tableau 1 et Carte 1.3). Les espaces urbains sont de taille réduite
(moins de 6 % de l’occupation du sol), mais le territoire se trouv ant à l’interface, à l’ouest, de la v allée
du Rhône (av ec les agglomérations de Vienne puis de Lyon), au sud-est, de l’agglomération
grenobloise et au nord-est, des v illes de Bourgoin-Jallieu et l’Isle d’A beau, subit les influences de ces
pôles urbains et économiques.
D ocument v alidé
31/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Nomenclature Corine Land Cover (2000)
Surface (ha)
Territoires artificialisés
Zones urbanisées
Zones industrielles, commerciales et infrastructures
Zones d'extraction de matériaux
Territoires agricoles
Grandes cultures
Vergers
Prairies
Zones agricoles hétérogènes
Forêts et milieux semi-naturels
Forêts
Milieux à végétation arbustive et/ou herbacée
Surface (%)
6 206
4 838
1 041
327
5.5
80 437
39
4
10
26
71.8
4.3
0.9
0.3
065
110
371
891
34.8
3.7
9.3
24.0
24 970
24 875
95
22.3
22.2
0.1
Zones humides
45
0.0
Surfaces en eau
438
0.4
112 095
100
Total
Tableau 1 : Occupation des sols en surface et pourcentage à partir de la nomenclature Corine Land
Cover (source IFEN, 2000).
1.4.1. Population et urbanisation
Les derniers recensements généraux de la population en 1990, 1999 et 2006 fournissent les
informations suiv antes pour les 87 communes du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire (source :
INSEE).
A nnée
Population (hab.)
1990
87 151
1999
93 252
2006
108 908
Evolution du
nombre d’habitants
(hab.)
Densité de
population
(hab. /km²)
77.7
+ 6 101
Taux d’évolution
annuel moyen
(%)
+ 0.75
83.2
+ 15 656
+ 2.24
97.1
La population du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire est en augmentation constante sur la
période 1990 – 2006. Entre 1990 et 1999, le taux d’év olution annuel moy en était relativ ement modéré
(+0,75%) ; il s’est fortement accentué entre 1999 et 2006 (+2,24 %).
Le territoire du SA GE Bièvre Liers Valloire ne compte pas de grandes agglomérations. Les communes
ay ant les populations les plus importantes sont (source recensement 2006, INSEE) (cf. carte 1.4) :
-
en périphérie du bassin v ersant, Tullins (7 684 hab.) et Riv es (5 836 hab.),
-
dans le bassin v ersant, localisées en plaine, St Rambert d’A lbon (5 154 hab.), La Côte-SaintA ndré (5 076 hab.) et Beaurepaire (4 412 hab.).
D ocument v alidé
32/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.4.2. Un territoire à forte vocation agricole
1.4.2.1. Quelques chiffres…
A partir des données du Recensement Général A gricole réalisé en 2000 (RGA 2000), qui permet
d’avoir une image détaillée de l’agriculture, le territoire de Bièv re Liers Valloire apparaît à dominante
agricole :
- av ec 64 935 ha en 2000, la Surface Agricole Utile (SA U) couvrait 57,9 % de la surface totale du
SAGE Bièv re Liers Valloire,
- on dénombrait 2 228 exploitations agricoles, dont 1 236 exploitations professionnelles,
correspondant à 2 979 Unités de Trav ail A nnuel (UTA).
Mais la diminution de la SA U du périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire est forte et s’accentue depuis
1979. Elle est notamment liée à l’ex tension de l’urbanisation et des infrastructures, l’abandon par
l’agriculture de terrains à faible v aleur agricole et l’acquisition par les non agriculteurs de terrains
agricoles. Le nombre d’exploitations agricoles a également fortement diminué, passant de 3 515
exploitations en 1988 à 2 228 en 2000 soit une diminution de presque 40 %.
1.4.2.2. Les grands systèmes d’exploitation agricole
La géographie du bassin Bièv re Liers Valloire dicte généralement la répartition des différents sy stèmes
d’exploitation agricole du territoire (cf. Tableau 2 et carte 1.5). L’agriculture en plaine est axée
principalement sur la production de céréales, de tabac, de maïs semence et des fruits, alors que dans
les massifs, l’élev age bov in allaitant et laitier domine encore.
Entité
Systèmes agricoles dominants
Haut Liers
Haute Bièvre
Plaine
Bas Liers et
Basse
Bièvre,
Valloire
-
Côtes bordières
Chambaran
Coteaux
Bonnevaux
Le Banchet
Plateaux
Chambaran
Bonnevaux
et
-
Elev age laitier
Elev age allaitant
Grandes cultures non irriguées
Grandes cultures non irriguées
Surfaces en herbe
Semences fourragères
Elev age laitier (surtout au nord)
Grandes cultures irriguées
Productions
complémentaires :
tabac, maraîchage, arboriculture,
horticulture, maïs semences …
A rboriculture (surtout au nord de la
Valloire)
Grandes cultures (surtout d’hiv er)
non irriguées
Prairies
Noy ers (surtout au sud), fruits et
maraîchage
Elev age principalement laitier
Surfaces en herbe
Noy ers
Elev age allaitant ou laitier
Surfaces en herbe
Cultures fourragères
Elev age allaitant ou laitier
Surfaces en herbe
Rev enu complémentaire possible
av ec le bois
Enjeux
-
Pression d’urbanisation
-
Pression d’urbanisation
Zones d’activ ités artisanales
et industrielles, carrières
Infrastructures
-
-
Pression d’urbanisation
Zones d’activ ités artisanales
et industrielles
Infrastructures
-
Zones d’habitat traditionnel
Pression d’urbanisation
-
Espace naturel
-
Espace
naturel
(étangs
priv és)
Production forestière
-
Pression d’urbanisation
-
Espace naturel
-
Tableau 2 : Grands systèmes d’exploitation agricole sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire
(source : Document de Gestion de l’Espace Agricole et Forestier (D.G.E.A.F.) de l’Isère Territoire
Bièvre Valloire, décembre 2003).
D ocument v alidé
33/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.4.2.3. La piscicu lture
Il existe trois piscicultures dans le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire : « Charles Murgat - Les
Fontaines » sur la commune de Beaufort, « Font-Rome » et « Faure » sur la commune de Manthes.
L’activ ité est liée à la présence des sources, résurgences de la nappe, qui serv ent habituellement à
alimenter les bassins. Lorsque le débit des sources dev ient insuffisant, il est compensé par des
prélèv ements directs par pompage dans la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires.
Pisciculture
Les
Fontaines
(Charles Murgat)
depuis 1898
Font
Rome
(Briand-Béal)
depuis 1969
Des sources de
Manthes (Faure)
depuis 1975
Production
(tonnes/an)
Type de production
Beaufort
≈ 600
Saumon, truites fario et arc-en-ciel, omble chev alier
pour transformation et v ente sur place, poissonnerie
traditionnelle, restauration, grande distribution et
repeuplement.
Manthes
≈ 500
Truite arc-en-ciel pour grande distribution.
Manthes
80 à 100
Commune
Saumon, truites fario et arc-en-ciel, omble chev alier,
pour v ente au détail sur place, trophées de pêche et
repeuplement.
1.4.3. Les activités industrielles et artisanales
Le territoire Bièv re Liers Valloire présente un tissu industriel faiblement dév eloppé. L’activ ité
industrielle est concentrée dans les plaines (donc au-dessus de la nappe), aux extrémités est et ouest
du territoire et le long de l’axe de Bièv re. Les principales zones d’activ ités ou industrielles sont de l’est
v ers l’ouest : Bièv re Dauphine (CC Bièvre Est, spécialisation : logistique), Grenoble A ir Parc (CC Bièvre
Toutes Aures, spécialisation : logistique év oluée et tertiaire), Le Riv al – Marguetière (CC Bièv re Liers,
spécialisation : industrie), Marcilloles (en dév eloppement, spécialisation : industrie), Beaurepaire (CC
Territoire de Beaurepaire, spécialisation : industrie), Salaise - Sablons (Zone industrialo-portuaire) et
Nord Drôme (CC Rhône Valloire, spécialisation : transport et logistique). Cependant de nombreuses
communes possèdent de petites zones industrielles ou d’activ ités.
Les 87 communes du périmètre du SA GE totalisent un peu plus de 1 500 établissements industriels et
du BTP représentant plus de 10 500 salariés (sources : CCI Nord-Isère, Grenoble et Drôme). Les
secteurs d’activ ités dominants, tant en nombre d’établissements que d’effectifs, sont : les carrières ; le
BTP ; la métallurgie et le trav ail des métaux ; l’industrie agroalimentaire, plutôt concentrée dans le
secteur de la Valloire ; l’industrie du papier et du carton et l’industrie textile et chaussures, plutôt
situées à l’est du territoire.
Parmi ces 1 500 établissements industriels, 118 sont classés Installations Classées pour la Protection
de l’Env ironnement (ICPE) (cf. carte 1.6). Ces établissements sont parmi ceux qui peuv ent présenter
des risques en matière env ironnementale (pollution des eaux, ou des milieux naturels, risque pour la
santé,…). Parmi eux, 2 seulement sont de type SEVESO. Les secteurs d’activ ités des ICPE les plus
représentés dans le périmètre du SAGE sont les carrières (14% de l’ensemble des ICPE) et le trav ail
des métaux (11 %).
L’extraction de matériaux est une activ ité particulièrement importante sur le périmètre du SAGE Bièvre
Liers Valloire. En effet, le territoire de Bièv re est le principal fournisseur de matériaux alluv ionnaires du
département de l’Isère. L e chapitre suiv ant est exclusiv ement consacré à l’ex traction de matériaux.
L’extraction de matériaux
De par ses origines glaciaires, le territoire du SAGE Bièvre Liers Valloire est constitué de gisements de
sables et de grav iers de bonne qualité propices à la production de granulats. L’activ ité d’extraction de
matériaux y est importante et représente plus de 3,5 millions de tonnes par an.
D ocument v alidé
34/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les trois grands secteurs de production sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire identifiés dans
les Schémas Départementaux des Carrières Drôme, 1998 et Isère, 2004 sont :
-
« Les alluv ions riv e gauche du Rhône entre Saint Rambert d’A lbon et Saint Vallier », exploités en
eau (A lbon, A ndancette),
-
« Les alluv ions anciennes fluv io-glaciaires de la plaine de la Valloire », exploités hors d’eau,
-
« Les alluv ions fluv io-glaciaires de la Bièv re », exploités hors d’eau. A noter qu’elles représentent
plus d’un tiers (chiffres de 1995) des granulats alluv ionnaires extraits dans le département de
l’Isère.
En 2009, 16 sites de carrières autorisées sont recensés sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire,
répartis sur 14 communes (cf. Tableau 3). Ils fournissent des granulats (sables et grav iers) d’origine
alluv ionnaire. Onze sites ont une exploitation significativ e av ec une production autorisée supérieure à
100 000 tonnes par an. Les sites d’extraction représentent une superficie totale autorisée d’un peu
plus de 450 ha. La profondeur d’exploitation des carrières se situe entre 12 et 60 mètres en fonction
de l’épaisseur de matériaux exploitables et l’épaisseur de sol minimale à conserv er pour préserv er la
nappe.
Les gisements exploités sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire sont généralement « hors
nappe » ; seuls 2 gisements exploités sont dits « en nappe », il s’agit des carrières d’A lbon et
d’Andancette. Ce ty pe d’exploitation est susceptible de fragiliser la nappe, toutefois le suiv i portant sur
la qualité, réalisé depuis plusieurs années n’a jamais donné de résultats démontrant une pollution.
D ocument v alidé
35/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Exploitant
Commune
Etat
SAGE Bièvre Liers Valloire
Année
de fin
d'autorisation
Exploitation
SCB
DELMONICO-DOREL
CARR. DES CHENES
CEMEX
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Exploitation
GACHET
Bév enais
Albon
Andancette
Sillans
Gillonnay
CARBIEV
Riv es
DELMONICO-DOREL Anney ron
BUDILLON-RABA TEL Penol
MICHAL
REVOL MICHEL
DELMONICO-DOREL
DELMONICO-DOREL
MARCHAND
CHEVAL FRERES
GABILLON TP
SACEP
Epinouze
Epinouze
Lapey rouse
Beausemblant
Beaufort
Epinouze
Brézins
Bévenais
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Projet de
renouv ellement
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Exploitation
Superficie
d'emprise
autorisée
(ha)
2010
2024
2019
2026
2014
2027
Remblais + Agricole,
33
modifié en CSDU
26.5
Agricole
67
Remblais + Agricole 61
Plan d'eau
39.5
40
Agricole
31
2014
17.3
2004
BUDILLON-RABA TEL Izeaux
Mode de remise en
état
2018
2029
2013
2031
2006
2013
2024
2039
2039
2017
F in d'exploitation 2010
F in d'exploitation 2010
F in d'exploitation 2009
Agricole
Agricole
Agricole
Agricole
15
25.5
4
34.8
5.7
Tonnage
autorisé
(t/an)
Tonnage réalisé
(Isère année 2006,
Drôme estimation de
l'exploitant)
1 100 000
1 020 000
Projet d'une seule
autorisation
800
600
450
300
700
500
250
330
Exploitation en eau
Exploitation en eau
000
000
000
000
000
000 à 550 000
000 à 300 000
000
300 000
190 000
190 000
145 000
40 000
50 000
120 000
106 000
100 000
70 000
45 000
45 000
30 000
45 000
Remblais + Agricole
4.8
4.85
9.4
11.2
3.7
2.5
21.5
4.6
140 000
nc
nc
nc
nc
10 000
nc
18 000
58 000
TOTA L
459
4 340 000
> 3 200 000
Agri. + reboisement
Agricole
Agricole
Remblais + Agricole
nc : non connu
Tableau 3 : Caractéristiques des carrières autorisées de Bièvre Liers Valloire (source : DRIRE Isère, DREAL, exploitants de carrières).
Document v alidé
36/245
Remarques
Extension dans le
périmètre de protection
éloigné du captage AEP
des Alouettes
Projet d'extension
Projet d'une seule
autorisation
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.4.4. Les activités de lois irs liées à l’eau
D’une façon générale sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire, les activ ités de loisirs en lien av ec
l’eau ou les milieux aquatiques sont très peu dév eloppées en dehors de la pêche et de sentiers de
promenade (pas de nav igation, pas de baignade, pas de sports d’eau) (cf. carte 1.7).
1.4.4.1. La pêche de loisir
Les cours d’eau du bassin hy drographique Bièv re Liers Valloire présentent une forte potentialité
piscicole. La quasi-totalité du linéaire de cours d’eau sur lequel se pratique la pêche est de 1ère
catégorie. Les pêcheurs recherchent en priorité la truite fario.
La fréquentation des cours d’eau de Bièv re Liers Valloire pour la pêche amateur à la ligne est
relativ ement importante ; on dénombre plus de 3 000 pêcheurs adhérents dans les 19 A ssociations
A gréées de Pêche et de Protection du Milieu A quatique (AA PPMA ) (cf. Tableau 4 et carte 1.7). Il existe
également des associations de pêche priv ées non agréées.
AAPPMA gestionnaires
Cours d’eau
Nombre
Nom
Barbaillon, Ey doches
2
Dolon et affluents
3
Riv al, Oron et affluents
(département Isère)
10
La Côte St André, Penol – Faramans
Rev el Tourdan, Chanas, Péage de
Roussillon
La Forteresse, St Michel de St Geoirs,
St Geoirs, Izeaux, St Siméon de
Bressieux, La Côte St A ndré, Viriv ille,
Marcilloles, St Barthélemy , Beaurepaire
Lens-Lestang, « la truite des Veuzes et
de l’Oron », A nneyron, St Rambert
d’A lbon
A nney ron, A lbon
Oron, Veuzes, Collières et
affluents
(département
Drôme)
Bancel et affluents
Total sans doublons
4
2
19
Nombre d’adhérents
(2008)
753
816
1280
952
363
3 309
Tableau 4 : AAPPMA gestionnaires sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire (source : fédérations
départementales de pêche de la Drôme et de l’Isère).
La richesse piscicole est fortement dépendante de la qualité générale des cours d’eau : qualité de
l’eau, qualité des habitats aquatiques, etc. Les différentes perturbations qui peuv ent affecter le milieu
ont des conséquences directes sur les peuplements piscicoles et donc sur la fréquentation des cours
d’eau par les pêcheurs.
Les A A PPMA exploitent les droits de pêche qu’elles détiennent sur le domaine public et priv é. Elles
surv eillent et organisent la pratique de la pêche, peuv ent réaliser des petits aménagements, de
l’entretien de ripisy lv e, du nettoy age des berges et gèrent les ressources piscicoles.
Par ailleurs, la pêche se pratique également en étang. On dénombre un grand nombre d’étangs priv és
dans les secteurs des Bonnev aux et des Chambaran.
1.4.4.2. La promenade
Les bords de cours d’eau peuv ent constituer des parcours de promenade priv ilégiés dans la mesure où
ils sont accessibles et agréables. Les parcours de promenade les plus fréquentés sur les bassins
v ersants du Riv al-Oron-Collières et du Bancel ont été répertoriés dans l’étude « Plan de gestion des
boisements de berge de la Communauté de Communes Rhône Valloire » (Concept Cours d’Eau, 2001).
Cette étude proposait la création d’un chemin de randonnées pédestre et cy cliste en bordure de
l’Oron, depuis l’av al de Beaurepaire jusqu’à Saint Rambert d’A lbon.
D ocument v alidé
37/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.4.5. Des infrastructures en développement
Le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire possède un réseau interne d’infrastructures peu dév eloppé,
mais de grandes voies de communication bordent ses extrémités (cf. carte 1.8).
- Les axes routiers :
L’axe routier principal situé dans la plaine qui trav erse d’est en ouest le périmètre du SA GE est appelé
l’« axe de Bièv re ». Il permet de relier l’autoroute A 48 (axe Ly on-Grenoble) à l’est au niv eau de
l’échangeur de Riv es et l’autoroute A 7 (axe Lyon-Marseille) à l’ouest au niv eau de Chanas. Son
aménagement n’est pas encore complet sur la totalité du linéaire. Les deux autres grands axes
routiers sont la N85 (axe Lyon-Grenoble) qui trav erse le nord-est du périmètre du SA GE et la N7 qui
est parallèle à l’A 7 à l’extrême ouest du bassin.
- Les axes ferrés :
La Ligne à Grande Vitesse (LGV) Méditerranée Paris-Valence trav erse selon un axe nord-sud la plaine
de la Valloire depuis Primarette jusqu’à Chateauneuf-de-Galaure. La liaison ferrov iaire Ly on-Grenoble
trav erse le nord-est du territoire.
Une ancienne voie ferrée, toujours en place sur une grande partie de son linéaire, joignait Riv es à
Saint-Rambert d’A lbon. A ctuellement, elle n’est plus exploitée hormis sur la portion Beaurepaire-SaintRambert d’A lbon en tant que ligne de fret (voie unique non électrifiée).
- Les infrastructures aéroportuaires :
L’aéroport de Grenoble-Saint-Geoirs est un équipement important du territoire Bièvre Liers Valloire,
ainsi que de la région urbaine grenobloise en raison de ses capacités dans les v ols charters (plus de
300 000 passagers par an) et le fret. Il permet de suppléer à l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry .
- Les infrastructures portuaires :
Créée au début des années 1980, la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Salaise-sur-Sanne - Sablons
sur le Rhône fait partie des sites à enjeux stratégiques retenus dans le SCoT des Riv es du Rhône. Elle
devrait connaître un dév eloppement important dans les années à v enir.
- Les transports de matières dangereuses par canalisations :
Le territoire de Bièv re Liers Valloire est trav ersé par plusieurs canalisations de transport de matières
dangereuses qui nécessitent une v igilance particulière pour la sécurité des personnes et la protection
de l’env ironnement.
Conduites de
matières
dangereuses
Pipeline Sud
Européen (SPSE)
Pipeline
Méditerranée Rhône
(SPMR)
Transugil Propy lène
Transugil Ethy lène
Saumoduc Chloralp
(entreprise Rhodia)
Conduites de gaz
naturel exploitées
par Gaz de France
D ocument v alidé
Caractéristiques
relie Fos-sur-Mer (13) à Ly on (puis Besançon, Strasbourg,
Karlsruhe) par 3 conduites parallèles, approv isionne en pétrole
brut les centres de consommation du centre de l’Europe
rav itaille en produits pétroliers raffinés les dépôts de la v allée
du Rhône, de la région ly onnaise et du Dauphiné à partir des
installations de raffinage de l’Etang de Berre (13) et de Fey zin
(69)
transporte le propy lène de la raffinerie de Fey zin (69) à la
plateforme chimique de Pont-de-Claix v ia le dépôt souterrain du
Grand Serre
transporte l’éthy lène de la raffinerie de Fey zin (69) à la
plateforme chimique de Pont-de-Claix
transporte de la saumure depuis Hauteriv es v ers l’usine de
Pont-de-Claix v ia un pipeline de 85 k m de long
Linéaire sur
le périmètre
du SAGE BLV
Env . 25 k m
Env . 60 k m
Env . 72 k m
Env . 30 k m
Env . 40 k m
Env . 188 k m
38/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les principaux risques existants, considérés comme extrêmement faibles du fait des mesures
entourant les canalisations de matières dangereuses, sont ceux d’une rupture de la canalisation ou de
l’apparition d’une fuite.
1.4.6. L’hydroélectricité
L’hydroélectricité n’a pas été identifiée comme un enjeu fort pour le SAGE Bièv re Liers Valloire. En
effet, les cours d’eau du bassin v ersant ne sont équipés actuellement d’aucun ouvrage hydroélectrique
structurant. Cependant, en application de l’article R 212- 36 du code de l’env ironnement, l’état des
lieux du SA GE doit comprendre une év aluation du potentiel hydroélectrique. Cette év aluation s’appuie
sur les données issues de l’étude du potentiel hydroélectrique du bassin Rhône-Méditerranée menée
dans le cadre de l’élaboration du SDA GE (ISL/ASCONIT, 2008).
Les données transmises à la CLE par l’A gence de l’Eau Rhône-Méditerranée et Corse ne sont pas à
l’échelle du périmètre du SAGE pour des raisons de confidentialité, mais à l’échelle de la commission
géographique Rhône Moy en, qui correspond à un découpage A gence de l’Eau, et des sous-secteurs
hydrographiques. Bièvre Liers Valloire est concerné par 2 sous-secteurs : le Rhône de la Varèze
incluse aux Collières et le Rhône des Collières incluses à la Cance (cf. Figure 5).
D ocument v alidé
39/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 5 : Caractéristiques de l’évaluation du potentiel hydroélectrique de Bièvre Liers Valloire
(source : ISL/ASCONIT/Agence de l’Eau, 2008).
A l’échelle de la commission géographique Rhône Moyen :
Le recensement des ouvrages hy droélectriques existants, quasi exclusiv ement des centrales au fil de
l’eau, comptabilise une puissance2 installée de 677 MW et un productible3 existant de 3 324 GWh. Il
n'existe pas de stations de transfert d’eau par pompage.
2
La puissance est la quantité d’énergie par unité de temps fournie par un sy stème à un autre. Elle
correspond donc à un débit d’énergie.
D ocument v alidé
40/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les potentiels d’optimisation des installations hy droélectriques existantes et de suréquipement d’une
part et de turbinage des débits réserv és des centrales existantes d’autre part sont respectiv ement de
68 MW et de 1,5 MW (estimations des producteurs hy droélectriques).
A l’échelle des 2 sous-secteurs hy drographiques :
Le potentiel d’aménagements nouv eaux identifiés par les producteurs hydroélectriques, y compris les
stations de transfert d’eau par pompage (STEP), est nul.
Le potentiel hydroélectrique théorique résiduel, établi par calcul, correspond au potentiel d’énergie
hydraulique théorique total (moy enne interannuelle des débits multipliée par le déniv elé du
sous-bassin v ersant) auquel sont retranchées les données précédentes : l'existant, le potentiel de
suréquipement et le potentiel des nouv eaux aménagements identifiés par les producteurs. Il a été
estimé en fonction des enjeux définis d'après les réglementations env ironnementales existantes
(classements de cours d’eau, Natura 2000 i , prescriptions du SDA GE existant, chartes des parcs
nationaux…). Le potentiel hy droélectrique théorique résiduel pour les sous-secteurs concernant Bièvre
Liers Valloire est récapitulé dans le tableau 5.
Tableau 5 : Caractéristiques du potentiel théorique résiduel des sous-secteurs hydrographiques
concernant le bassin Bièvre Liers Valloire (source : ISL/ASCONIT/Agence de l’Eau, 2008).
Sous-secteur
Catégorie environnementale
Productible
(Gwh)
0.718
3.373
0.863
4.054
Puissance (Mw)
Le Rhône de la Varèze mobilisable*
incluse aux Collières
sous conditions strictes**
Le Rhône des Collières
mobilisable*
29.703
139.604
incluses à la Cance
Total
31.284
147.031
* Le potentiel hy droélectrique est mobilisable sous conditions courantes (pas de restrictions
particulières).
** Le potentiel hy droélectrique est mobilisable sous conditions strictes respectant les exigences
env ironnementales locales (Natura 2000 i , Réserv es naturelles régionales, Zones humides, etc.)
On constate que le potentiel hy droélectrique productible théorique résiduel sur les 2 sous-secteurs
hydrographiques de Bièv re Liers Valloire est relativ ement faible (env iron 4% supplémentaire) au
regard du productible existant sur la Commission géographique Rhône Moy en. Il est situé à l’extrémité
av al du bassin Bièv re Liers Valloire (Collières) et sur le Rhône en particulier.
3
Le productible, produit de la puissance par un temps, est homogène à une énergie.
D ocument v alidé
41/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
2. Les acteurs du périmètre du SAGE Bièvre Liers
Valloire
Ce chapitre présente sous forme de 3 tableaux les principaux acteurs du périmètre du SAGE Bièvre
Liers Valloire : acteurs locaux, sensibles aux enjeux de l’eau dans le bassin v ersant (établissements
publics de coopération intercommunale, collectiv ités territoriales, usagers,…) et organismes
institutionnels (agence de l’eau, préfet coordonnateur de bassin, serv ices de l’Etat,…).
La CLE fédère des représentants des principaux acteurs de l’eau mais le nombre de ses membres
étant limité à 44, la CLE ne permet pas de représenter l’ensemble de la div ersité des acteurs
concernés par le SAGE Bièv re Liers Valloire. A insi, c’est au sein des commissions thématiques qu’ont
été associés des acteurs et des structures non présents dans la CLE.
Les tableaux suiv ants présentent chacun des principaux acteurs de l’eau du bassin v ersant Bièv re Liers
Valloire, en reprenant le découpage en 3 collèges de la CLE (collèges des élus, des usagers et des
représentants de l’Etat) :
-
Tableau 1 : collectiv ités territoriales et établissements publics locaux ay ant des compétences en
matière d’aménagement de l’espace, de dév eloppement économique, de gestion des serv ices de
l’eau et/ou d’assainissement, de gestion hydraulique, d’irrigation, etc., dont 22 sont membres de
la CLE. La carte 1.9 présente les structures intercommunales (hors compétences gestion de l’eau
potable, assainissement et hy draulique) situées sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire,
-
Tableau 2 : acteurs socio-économiques, dont 13 sont membres de la CLE,
-
Tableau 3 : serv ices de l’Etat et établissements publics, dont 9 sont membres de la CLE.
D’autres acteurs, non mentionnés dans les tableaux suiv ants, pourront être amenés à s’exprimer et à
se mobiliser autour du projet de SA GE, en fonction de son évolution et de ses orientations.
D ocument v alidé
42/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Tableau 1 : collectiv ités territoriales et établissements publics locaux ay ant des compétences en matière d’aménagement de l’espace, de dév eloppement économique, de gestion des serv ices de l’eau et/ou d’assainissement, de gestion
hydraulique, d’irrigation, etc. (en couleur les structures membres de la CLE AP du 18 juin 2009)
Structure
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Actions, projets « Eau »
Région Rhône-A lpes
Dév eloppement économique ; aménagement du territoire dans un souci de
dév eloppement durable
Département de la Drôme
Aménagement de l’espace et équipement
Actions économiques
Dév eloppement durable
Département de l’Isère
Aménagement de l’espace et équipement
Actions économiques
Dév eloppement durable
Promotion d’une politique de gestion de la ressource en eau a l’échelle des bassins
v ersants et concertée entre les usages
Communauté d’A gglomération du Pays Voironnais
34 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Riv es, Tullins
Communauté de Communes de Bièvre Toutes A ures
11 communes dont 11 dans le périmètre du SAGE
Bév enais, Bressieux, Brion, La Forteresse, Plan, St Etienne de St Geoirs,
St Geoirs, St Michel de St Geoirs, St Paul d’Izeaux, St Pierre de
Bressieux, Sillans
Communauté de Communes de Bièvre Est
13 communes dont 12 dans le périmètre du SAGE
Apprieu, Beaucroissant, Bizonnes, Burcin, Chabons, Colombe, Ey doche,
Flachères, Izeaux, Le Grand Lemps, Oy eu, St Didier de Bizonnes
Communauté de Communes de la Vallée de l'Hien
10 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Belmont, Biol
Document v alidé
Soutien technique et financier aux structures porteuses des contrats de riv ière et des
SAGE (animation, études, travaux, suiv i).
Politiques transversales sur l’agriculture, les espaces naturels, les risques naturels,
l’environnement et les entreprises.
Soutien financier aux communes et structures intercommunales pour leurs projets
d'assainissement, d'eau potable, et d'entretien des rivières.
Appui techniq ue aux communes rurales pour optimiser le fonctionnement des stations
d'épuration (service SATESE).
Suiv i qualitatif et quantitatif des eaux souterraines et superficielles.
Protection et gestion des Espaces Naturels Sensibles (ENS).
Aide au développement de l’agriculture biolo gique (1erdépartement bio de France).
Réalisation du Schéma Départemental d’Irrigation (SDI)
Protection et gestion des Espaces Naturels Sensibles (ENS).
Intervention dans le domaine de l'eau, de l'assainissement, des déchets, de
l’irrigation, de l'aménagement des rivières et des aménagements fonciers.
Politique volontariste dans le domaine de l'agriculture dont encouragement à des
pratiques respectueuses de l'environnement, par la préservation quantitative et
qualitative de la ressource en eau et par la sauvegarde de la biodiv ersité.
Réseau de suivi sur la qualité des eaux brutes destinées à l’alimentation en eau
potable comprenant des points sur le bassin versant Bièvre Liers Valloire
Suiv i des documents d'urbanisme et de planification des communes ainsi que des
intercommunalités.
Réalisation du Schéma Départemental de la Ressource en Eau (SDRE) et de
l’observatoire conjointement avec l’Etat et du Schéma Départemental d’Irrigation
(SDI). Elaboration d’une charte pour une gestion de l’eau partagée.
Agenda 21
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT, schéma de secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : A ssainissement collectif et non collectif,
Eau (Traitement, A dduction, Distribution), Collecte des déchets.
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT, schéma de secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : A ssainissement non collectif, Collecte et
traitement des déchets.
Aménagement de l'espace (Constitution de réserv es foncières, ZAC, SCoT) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Env ironnement et cadre de v ie : A ssainissement non collectif, Autres actions
env ironnementales, Collecte et traitement des déchets.
Aménagement de l'espace (SCoT) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Env ironnement et cadre de v ie : Collecte et traitement des déchets.
43/245
Schéma Directeur d’A ssainissement intercommunal des communes de Bièvre Toutes
Aures et des communes de Brézins, St Siméon de Bressieux et Izeaux (Alp’E tudes,
2006).
Etude relative à la prise de compétence Assainissement.
Etude relative à la prise des compétences Eau potable et Assainissement.
Participation aux travaux du SAGE Bourbre.
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Structure
Communauté de Communes du Pays de Bièvre-Liers
20 communes dont 20 dans le périmètre du SAGE
Arzay , Balbins, Bossieu, Brézins, Champier, Commelle, Faramans,
Gillonnay , La Côte St André, La Frette, Longechenal, Mottier, Nantoin,
Ornacieux, Pajay , Penol, St Hilaire de la Côte, St Siméon de Bressieux,
Sardieu, Semons
Communauté de Communes du Pays de Chambaran
11 communes dont 8 dans le périmètre du SAGE
Beaufort, Chatenay , Lentiol, Marcilloles, Marcollin, Marnans, Thodure,
Viriv ille
Communauté de Communes du Pays Roussillonnais
22 communes dont 6 dans le périmètre du SAGE
Agnin, Anjou, Bougé-Chambalud, Chanas, Sablons, Sonnay
Communauté de Communes du Territoire de Beaurepaire
15 communes dont 9 dans le périmètre du SAGE
Beaurepaire, Bellegarde-Poussieu, Jarcieu, Moissieu sur Dolon, Pact,
Pisieu, Pommier de Beaurepaire, Rev el Tourdan, St Barthélemy
Communauté de Communes Rhône -Valloire
15 communes dont 11 dans le périmètre du SAGE
Albon, Andancette, Anney ron, Beausemblant, Epinouze, Lapey rouseMornay , Lens Lestang, Manthes, Moras en Valloire, St Rambert d’Albon,
St Sorlin en Valloire
Syndicat Intercommunal d'A ménage ment Hydraulique de
Bièvre-Liers-Valloire
48 communes dont 48 dans le périmètre du SAGE
Arzay , Balbins, Beaufort, Beaurepaire, Bév enais, Bizonnes, Bossieu,
Bressieux, Brezins, Brion, Champier, Chatenay , Colombe, Commelle,
Eydoche, Faramans, Flachères, Gillonnay , Izeaux, La Côte St André, La
Forteresse, La Frette, Le Grand Lemps, Longechenal, Marcilloles,
Marcollin, Marnans, Mottier, Nantoin, Ornacieux, Pajay , Penol, Plan,
Pommier de Beaurepaire, St Barthélemy , St Didier de Bizonnes, St
Etienne de St Geoirs, St Geoirs, St Hilaire de la Côte, St Michel de Sy
Geoirs, St Paul d’Izeaux, St Pierre de Bressieux, St Siméon de
Bressieux, Sardieu, Semons, Sillans, Thodure, Viriville
Syndicat Intercommunal d'A ssainisseme nt du Pays d'A lbon
4 communes dont 4 dans le périmètre du SAGE
Albon, Andancette, Anney ron, Beausemblant
Syndicat Intercommunal des Eaux de Beaurepaire-St
Barthélemy
2 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Beaurepaire, St Barthélemy
Document v alidé
SAGE Bièvre Liers Valloire
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Aménagement de l'espace (ZAC, études et programmation, SCoT, schéma de
secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : A ssainissement collectif (9 ouvrages) et
non collectif, Ea u (Traitement, A dduction, Distribution), Collecte et
traitement des déchets, Autres actions env ironnementales ;
Autres (préfiguration et fonctionnement des Pay s).
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : Collecte et traitement des déchets, Autres actions
env ironnementales.
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT, schéma de secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : Collecte et traitement des déchets, Qualité de
l’air, Autres actions env ironnementales.
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT, schéma de secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : Collecte et traitement des déchets, Autres actions
env ironnementales.
Autres (préfiguration et fonctionnement des Pay s)
Aménagement de l'espace (ZAC, SCoT, schéma de secteur) ;
Dév eloppement et aménagement économique ;
Dév eloppement touristique ;
Env ironnement et cadre de v ie : Hydraulique (gestion des inonda tions,
entretien des cours d’eau), Collecte et traitement des déchets, Autres actions
env ironnementales.
Actions, projets « Eau »
Schéma Directeur intercommunal d’assainissement.
Etude de Schéma directeur d’eau potable en cours.
Actions « Terre et eau » pour l’amélioration de la qualité de l’eau potable en
partenariat avec la Chambre d’A griculture Isère dans le cadre du CDPRA Bièvre
Valloire sur 3 captages (Seyez et Donis à Ornacieux, Ronjay à Faramans, Vie de
Nantoin au Mottier).
Projet d’étude de carte aléa inondation
2ème plan de gestion des boisements de berge en cours (Concept Cours d’Eau)
Hydraulique : aménagement des eaux superficielles en v ue de protéger les biens
Etude de fonctionnement hydraulique global du bassin versant en cours (Sogreah, en
et les personnes en tenant compte de la nécessité de préserv er les ressources en
cours)
eaux souterraines et en procédant à la restauration et à la mise en v aleur des
Travaux hydrauliques (création de bassins de rétention-infiltration, etc.)
milieux aquatiques
A ssainissement collectif et non collectif
A ssainissement collectif (1 ouvrage) et non collectif
Eau (Traitement, A dduction, Distribution)
44/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Structure
Syndicat Intercommunal des Eaux de Beaurepaire-St
Barthélemy
2 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Beaurepaire, St Barthélemy
Structure
Syndicat Intercommunal des Eaux Dolon Varèze
20 communes dont 10 dans le périmètre du SAGE
Bellegarde Poussieu, Bougé Chambalud, Jarcieu, Moissieu sur Dolon,
Pact, Pisieu, Pommier de Beaurepaire, Primarette, Rev el Tourdan,
Sonnay
Syndicat Intercommunal du Lambroz et des Gouttes
SAGE Bièvre Liers Valloire
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Actions, projets « Eau »
A ssainissement collectif (1 ouvrage) et non collectif
Eau (Traitement, A dduction, Distribution)
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Actions, projets « Eau »
A ssainissement collectif (6 ouvrages) et non collectif
Eau (Traitement, A dduction, Distribution)
Actions « Terre et eau » pour l’amélioration de la qualité de l’eau potable en
partenariat avec la Chambre d’A griculture Isère dans le cadre du CDPRA Bièvre
Valloire sur 1 captage (Ronjay à Faramans)
Hydraulique : assainissement et drainage des terres agricoles, év acuation des
eaux superficielles en zones urbaines et rurales, aménagement des cours d'eau Modification en cours de l’extension géographique et des statuts du Syndicat qui
principaux, réalisation de zones d'infiltration pour le maintien ou la réalimentation deviendrait le SYMILADO (Syndicat Mixte du Lambroz et du Dolon)
des nappes phréatiques
6 communes dont 5 dans le périmètre du SAGE
Agnin, Anjou, Bougé Chambalud, Chanas, Sonnay
Syndicat Intercommunal Ea u Potable de Valloire-Galaure
21 communes dont 10 dans le périmètre du SAGE
Albon, Andancette, Anney ron, Beausemblant, Chateauneuf de Galaure, Eau (Traitement, A dduction, Distribution)
Lav ey ron, Lens Lestang, Manthes, Moras en Valloire, St Sorlin en
Valloire
Syndicat Intercommunal pour l'irrigation en Valloire Galaure
Actions pour l’amélioration de la qualité de l’eau potable en partenariat avec la
Chambre d’A gric ulture Drôme sur 1 captage (Albon)
11 communes dont 6 dans le périmètre du SAGE
Irrigation
Albon, Anneyron, Beausemblant, Chateauneuf de Galaure, Hauterives,
Laveyron
SIGEA RPE - Syndicat Intercommunal de Gestion des Eaux et
d'Assainissement de Roussillon, Péage de Roussillon et Env irons
Assainissement collectif (1 ouv rage dans BLV) et non collectif
Eau (Traitement, Adduction, Distribution)
8 communes dont 4 dans le périmètre du SAGE
Agnin, Anjou, Chanas, Sablons
SIERA - Sy ndicat Intercommunal des Eaux de la Région d’Apprieu
3 communes dont 3 dans le périmètre du SAGE
Apprieu, Colombe, Oyeu
Syndicat Intercommunal des Eaux de la Région de Biol
6 communes dont 3 dans le périmètre du SAGE
Belmont, Biol, St Didier de Bizonnes
Actions « Terre et eau » pour l’amélioration de la qualité de l’eau potable en
partenariat avec la Chambre d’Agriculture Isère dans le cadre du CDPRA Bièvre
Valloire sur 3 captages (Golley à Agnin )
Assainissement collectif
Eau (Traitement, Adduction, Distribution)
Assainissement collectif (1 ouv rage dans BLV) et non collectif
Eau (Traitement, Adduction, Distribution)
SIA Izeaux Sillans
2 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Izeaux, Sillans
Assainissement collectif (1 ouv rage)
STEP d’Izeaux Sillans à Sillans en cours de requalification
Construction et gestion de la nouv elle station d'épuration et des ouv rages annexes
STEP du Riv al à la Côte St André en cours de requalification
Syndicat Mixte pour la Station d'Epuration e n Centre Bièvre
4 communes et 1 communauté de communes dans le périmètre du
SAGE
Bressieux, St Etienne de St Geoirs, St Geoirs, St Pierre de Bressieux, CC
Pays de Bièvre Liers
SI des eaux du Grand Charpenne
2 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Eydoche, Flachères
Document v alidé
Eau (Traitement, Adduction, Distribution)
45/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Structure
Syndicat intercommunal des Eaux de la Galaure
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
6 communes dont 2 dans le périmètre du SAGE
Marnans, Viriville
Syndicat Mixte du Pays de Bièvre Valloire
Eau (Traitement, Adduction, Distribution)
59 communes dont 50 dans le périmètre du SAGE
Etablisseme nt Public du SCoT de la Région Urbaine de
Grenoble
243 communes dont 64 dans le périmètre du SAGE
Syndicat Mixte de s Rives du Rhône - SMRR
79 communes dont 17 dans le périmètre du SAGE
SYGRED Sy ndicat Mixte de Gestion de la Ressource de l'Eau de la
Aide au dév eloppement économique, touristique et culturel du territoire, renfort
aux serv ices au public (transports collectifs et santé), préserv ation de
l'env ironnement et des pay sages.
A nimation et gestion du Contrat de Dév eloppement de Pay s de Rhône-Alpes
(CDPRA) signé en 2005 av ec la Région, le Département et l'Etat.
Elaboration et suiv i du
Grenobloise
« Schéma de Cohérence Territorial » de la Région
CDPRA 2005 - 2010 :
* Action « Terre&Eau » sur les nitrates et les pesticides animée par la Chambre
d’Agriculture de l’Isère
* Action « Irriguer av ec un meilleur usage de l'eau » pour favoriser un usage
économe de l’eau en agriculture
PSADER
accueille la Communauté de l’Eau Potable, structure d’animation et de coordination
des acteurs de l’eau potable de la région grenobloise
Elaboration et suiv i du « Schéma de Cohérence Territorial » des Riv es du Rhône
Drôme
Interloc uteur avec les pouvoirs publics : se charge de faire la synthèse des avis
Collectiv ité territoriale regroupant plusieurs structures d'irrigation et des projets des irrigants collectifs et s'en fait le porte parole devant les
collectiv e (Syndicats intercommunaux, ASA, AFR, UAFR), dont le adminis trations .
Syndicat Intercommunal Pour l'Irrigation de Drôme Nord et le Syndicat
Intercommunal d'Irrigation de Valloire-Galaure
Document v alidé
Actions, projets « Eau »
46/245
Candidature conjointe av ec la Chambre d'Agriculture de la Drôme, l'ADARII pour
l’organisme unique sur la Drôme
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Tableau 2 : acteurs socio-économiques (en couleur les structures membres de la CLE AP du 18 juin 2009)
Structure
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Actions, projets « Eau »
A3EBV – Association des Entreprises Engagées pour l’Env ironnement
en Bièv re Valloire
Gestion des déchets : information, partage de bonnes pratiques (économie d’eau, Mise en place d’une filière de récupération pour la v alorisation des Déchets Banals
Industriels
Association regroupant une trentaine d’entreprises dont des artisans, sensibilisation aux processus respectueux de l’env ironnement)
commerçants, petites entreprises et industriels
ADA RI – Association Drômoise d’Agriculteurs en Réseau d’Irrigation
Partage d’informations régulières sur l’état de la ressource en eau.
indiv iduelle
Edition d’un bulletin pour l’irrigation.
Projet de dev enir en partenariat av ec la CA 26 organisme unique pour les demandes
de prélèv ements en eau.
Candidature conjointe av ec la Chambre d'Agriculture de la Drôme et le SYGRED pour
l’organisme unique sur la Drôme
-
Chambre d’A griculture de la Drôme
Chambre d’A griculture de l’Isère
Etablissements consulaires dirigés par des élus ( mandat de 6 ans)
représentant l’ensemble des acteurs du monde agricole et rural
Chambre de Commerce et d’industrie de la Drôme
Chambre de Commerce et d’industrie du Nord Isère
- Programme « Terre et Eau » : promotion d’outils limitant les pollutions diffuses,
amélioration de la qualité de l’eau sur les captages AEP (Agnin, Le Mottier,
Marcilloles, Faramans, Ornacieux) par mobilisation des agriculteurs, suiv i et
év aluation des actions
- Programme « Irrimieux » : Mise en place d’un réseau de stations de pilotage de
l’irrigation, conseils techniques sous la forme d’un bulletin d’av ertissement
hebdomadaire
Projet de dev enir organisme unique pour les demandes de prélèv ements en eau.
Candidatures de la Chambre d’Agriculture de l’Isère pour le département de l’Isère et
conjointe de la Chambre d'Agriculture de la Drôme av ec le SYGRED et l'ADARII pour
le département de la Drôme pour être l’organisme unique
INEED : INnov ation pour l’Env ironnement et l’Economie Durables Rhône-Alpes centre
régional de ressources et de recherche et dév eloppement exclusiv ement destiné aux
entreprises et qui a pour objectif de stimuler les éco-innov ations (ex. : transfert de
technologies propres et sobres pour les PME (ex. : réduction de la consommation en
Représentation et défen se des intérêts des entreprises industrielles
Conseils et appui aux entreprises industrielles, animation, actions d’information et eau de chaque process))
de sensibilisation sur les répercussions de leurs activ ités et sur la réduction des
nuisances sur le milieu aquatique (collecte des huiles alimentaires usagées, guide
de bonnes pratiques pour la gestion des déchets, opération Imprim’v ert, gestion Objectif Bourbre sur le bassin v ersant de la Bourbre (déstock age de déchets
des déchets…)
dangereux, optimisation de la gestion des effluents, de l’eau, etc.)
Représentation des intérêts agricoles auprès des div ers organismes
Av is sur les problèmes de l’eau liés aux activ ités agricoles
Accompagnement des agriculteurs sur différents projets, conseils et animations
Sensibilisation des agriculteurs aux év olutions des pratiques agricoles en matière
d’utilisation des produits phy tosanitaires, de la gestion des matières organiques et
l’utilisation de l’irrigation
Etablissements publics administratifs chargés d'une mission de serv ice
public et dotés de l'indépendance financière
Document v alidé
Programme d’amélioration de la qualité de l’eau sur les captages AEP (Albon)
Projet de dev enir en partenariat av ec l’ADARI organisme unique pour les
demandes de prélèv ements en eau.
47/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Structure
Fédération des associations de pê che et protection du milieu
aquatique de la Drôme
Fédération des associations de pê che et protection du milieu
aquatique de l’Isère
Associations Loi 1901 à but non lucratif placées sous l’autorité du
Ministère de l’Ecologie et du Dév eloppement Durable
FRAPNA – Fédération Rhône-Alpes de Protection de la NAture
Association Loi 1901 agréée par le Ministère de l’Env ironnement
SAGE Bièvre Liers Valloire
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Représentation des intérêts piscicoles auprès des div ers organismes
En charge de la gestion de l’ensemble des A APPMA du département, de la mise en
v aleur et de la surv eillance du domaine piscicole départemental (défense des
riv ières, protection des milieux aquatiques et leur gestion la plus naturelle
possible)
Mise en œuvre d’un plan pour la protection du milieu aquatique et la gestion des
ressources piscicoles
Actions d’information et d’éducation en matière de protection du milieu aquatique
et du loisir pêche
Collecte d’une redev ance pour la protection du milieu aquatique pay ée par les
pêcheurs et rev ersée à l’Agence de l’Eau
Fédération des associations de protection de la nature adhérentes
Education à l'env ironnement
Veille écologique pour la défense, la sauv egarde, la protection, la v alorisation de
l'env ironnement, des sites, des pay sages, des écosy stèmes, des milieux naturels,
de la faune et de la flore qu'ils abritent, ainsi que la préserv ation, la restauration
et la gestion des écosy stèmes auxquels ils participent ; la lutte contre toute
nuisance
Actions, projets « Eau »
Etude d’inv entaire du patrimoine naturel dans le cadre du CDPRA Bièvre Valloire (suiv i
et inv entaire de la faune et la flore)
Gestion d’espaces naturels
Veille écologique (identification des atteintes à l’env ironnement, recherche
d’information, participation aux concertations, actions juridiques)
Syndicat de Défense des Etangs Dauphinois
Association sy ndicale des propriétaires et exploitants d’étangs ou plans
d’eau, parcours de pêche du domaine priv é, pisciculteurs, toute
personne phy sique ou morale propriétaire ou locataire ay ant la
disposition d’un plan d’eau ou de berges de riv ière emportant droit de
pêche
Syndicat de s Pisciculte urs du Sud-Est
Représentation des intérêts des propriétaires d’étangs auprès des div ers
organismes
Appui juridique, technique et administratif pour sauv egarder le patrimoine naturel
et pour défendre ses adhérents
Représentation des intérêts des pisciculteurs auprès des div ers organismes
Conseil et appui technique sur le volet sanitaire des élev ages
Syndicat professionnel
Promotion des produits et du métier de pisciculteur
UNICEM Rhône-A lpes – Union Nationale des Industries de Carrières Représentation des intérêts des entreprises d’ex traction de matériaux adhérentes
auprès des div ers organismes
et Matériaux de construction
Conv ention av ec la CLE de mise à disposition des mesures réglementaires (ICPE)
Conseil et soutien aux entreprises adhérentes dans le domaine de l’env ironnement qualitativ es et quantitativ es des eaux souterraines
(Charte professionnelle, dossiers réglementaires, acoustique, géologie, pay sage,
Syndicat patronal
biodiv ersité,…)
Représentation des intérêts des consommateurs dans l’intérêt collectif
Union Fédérale des Consomma teurs « Que Choisir »
Réalisation d’études, d’enquêtes pour les consommateurs sur la ressource en
eau : aspects quantitatifs, pollution (plomb, nitrates, pesticides), assainissement,
Association à but non lucratif
etc.
BLE, Les Echos de Marcilloles, A PCV Sillans, LIA NE,…
Associations, ou fédération d’associations
Document v alidé
Associations ay ant pour objet la protection et l’amélioration du cadre de v ie, de la
nature et de l’env ironnement,
48/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Tableau 3 : serv ices de l’Etat et établissements publics (en couleur les structures membres de la CLE AP du 18 juin 2009)
Structure
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Animation, cohérence et homogénéité des décisions concernant le bassin
hydrographique
Définition des modalités d’application de la politique nationale en matière de police
Préfet coordonnateur du bassin Rhône Méditerranée
des eaux, gestion de l’eau et des milieux aquatiques
Approbation du SDAGE et du programme pluriannuel de mesures
Définition des zones v ulnérables, des zones de répartition des eaux
Contrôle de légalité des actes pris annuellement par les collectiv ités locales
Cohérence du dév eloppement économique et social du département (ex. grandes
infrastructures)
Préfectures de département : Drôme et Isère
Application des réglementations en matière de protection de l’env ironnement, de
santé publique, d’hygiène et de sécurité
Arrêté du périmètre et de la composition de la CLE des SAGE, v alidation du document
final SAGE
Mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre le changement climatique, de
DREA L – Direction Régionale de l’Env ironnement, de préservation de la biodiversité, de lutte contre les risques naturels et technologiques,
l’Aménagement et du Logement
du logement et de renouvellement urbain, des transports et véhicules.
Mission d’expertise et d’action.
er
Depuis le 1 juillet 2009, la DRE, la DRIRE et la DIREN Rhône-Alpes Inspection des installations classées
ont fusionné pour former la DREAL.
Contrôle des grands barrages
Serv ice déconcentré du ministère de l’écologie, de l’énergie, du
dév eloppement durable et de la mer (MEEDDM).
Mise en œuv re des politiques nationales dans les domaines de l’agriculture et de la
forêt sous l’autorité préfectorale
DDT – Direction Départementale des Territoires Drôme et I sère
Missions notamment dans les domaines de l'économie agricole, l'aménagement rural,
la forêt, l'eau et l'env ironnement (gestion et police des eaux, protection de la nature,
organisation et exercice de la chasse et de la pêche), la politique sociale agricole, les
er
Depuis le 1 janv ier 2010, la DDAF, la DDE et certains serv ices de la statistiques agricoles.
Préfecture départementale ont fusionné pour former la DDT.
Application des réglementations en matière de police de l'eau et de la pêche.
Serv ice déconcentré des ministères de l’Agriculture et de
Urbanisme
l’Env ironnement
Risques, notamment liés à l’eau (PPRi)
DDA SS – Direction Départementale des Affaires Sanitaires et
Sociales
Serv ice déconcentré des ministères de la Santé, de la jeunesse et
Mise en œuv re des politiques nationales dans les domaines de la santé et de la
des Sports et du Trav ail, des relations Sociales et de la Solidarité
solidarité sous l’autorité préfectorale.
Les Directions régionale et départementales des affaires sanitaires Missions notamment dans les domaines de la santé publique (politique régionale de
et sociales (DRASS et DDASS), l’Agence régionale de l’hospitalisation santé (prév ention), sécurité sanitaire et santé env ironnementale), l’inspection, le
(ARH) et certains serv ices de l’Assurance maladie laisseront place au contrôle et l’év aluation.
plus tard le 1er juillet 2010 à l’Agence régionale de santé (ARS),
établissement public chargé de définir et appliquer la politique
régionale de santé.
ONEMA – Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques
Etablissement public de l’Etat à caractère administratif sous tutelle
du Ministère de l’Env ironnement
Document v alidé
Application des réglementations en matière de police de l'eau et de la pêche
Organisme technique pour la connaissance et la surv eillance de l’état des eaux et
sur le fonctionnement écologique des milieux aquatiques
Missions de dév eloppement des connaissances sur les hydrosy stèmes (entre autres
pilotage du sy stème d’information sur l’eau : base de données sur l’eau, les milieux
aquatiques et les populations piscicoles), de contrôle des usages de l’eau
Appui technique aux actions de gestion de l’eau, par exemple en matière de
restauration de milieux, de plans de gestion d’espèces.
49/245
Actions, projets « Eau »
Mise en place des « Comités sécheresse ».
Isère : Réalisation du Schéma Départemental de la Ressource en Eau (SDRE)
conjointement avec la DDAF et le Département de l’Isère.
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Structure
A gence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse
Etablissement public de l’Etat sous la tutelle des Ministères de
l’Env ironnement et des Finances.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Politique et/ou Compétences en rapport av ec le SAGE
Missions à l’échelle du bassin Rhône-Méditerranée et Corse dans les domaines de la
gestion de l’eau (utilisation rationnelle, lutte contre la pollution, protection
des milieux aquatiques, suiv i des milieux, connaissance et diffusion des données sur
l’eau) selon un programme d’interv entions pluriannuel.
Perception de redev ances pay ées par les usagers de l’eau (pour prélèv ements et/ou
pollution) redistribuées sous forme d'aides aux actions en fav eur de l’économie d’eau
et de lutte contre la pollution.
Soutien technique et financier aux actions d’animation sur le terrain (SA GE, contrats
de milieux).
DDPP – Direction Départementale de la Protection de la
Population
Prév ention et gestion des risques directs ou indirects, dans les domaines
Depuis le 1er janv ier 2010, la DDSV (Direction Départementale des économiques, alimentaires, sanitaires et env ironnementaux, auxquels sont exposées
Serv ices Vétérinaires) et l’UDCCRF (Unité Départementale de la les populations humaines et les animaux, à l'exclusion des missions qui relèv ent de la
Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes ont sécurité publique ou du ministère de la santé.
fusionné pour former la DDPP.
Serv ice déconcentré des ministères de l'alimentation, de l'agriculture
et de la pêche, le ministère de l'économie, de l'industrie et de
l'emploi, le ministère de l'écologie, de l'énergie, du dév eloppement
durable et de la mer
Document v alidé
50/245
Actions, projets « Eau »
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
3. Les milieux aquatiques
3.1.
Les eaux souterraines
Le territoire de Bièv re Liers Valloire se caractérise par la superposition de deux nappes principales :
-
la nappe présente dans les alluv ions fluv io-glaciaires de Bièvre Liers Valloire, qui constitue l’objet
principal du SA GE,
-
la nappe présente dans la molasse miocène du Bas Dauphiné.
Les formations constituées par les dépôts morainiques (Bonnev aux, Chambaran, Banchet) ne
contiennent que des nappes locales, généralement de faibles réserv es.
3.1.1. La nappe des alluv ions fluv io-glaciaires de
Bièvre Liers Valloire
3.1.1.1. Les caractéristiques de l’aquifère des alluvions fluvio-glaciaires de
Bièvre Liers Valloire
Les alluv ions fluv io-glaciaires de Bièv re Liers Valloire sont constituées de sables, grav iers, galets, en
proportion v ariable. Elles contiennent une nappe d’eau souterraine importante. L’aquifère des
alluv ions fluv io-glaciaires est un aquifère à surface libre de plus de 500 k m².
La limite inférieure, ou substratum i , de l’aquifère Bièv re Liers Valloire est constituée par des
formations plus imperméables que les alluv ions fluvio-glaciaires : la molasse miocène dans les plaines
de la Bièv re, du Liers et à l’amont de la Valloire et les marnes et argiles du pliocène à l’av al de la
plaine de la Valloire.
L’épaisseur des alluv ions et la puissance, c’est-à-dire l’épaisseur mouillée, de la nappe peuv ent
fortement v arier en fonction de la piézométrie et de la morphologie du substratum i .
La profondeur de la nappe présente de fortes v ariations liées aux différents niv eaux des terrasses. La
nappe est à très faible profondeur entre Beaufort et Manthes (émergences de la nappe aux Fontaines
à Beaufort et au Lav oir à Manthes) et dans la partie sud du Liers (émergence d’Ornacieux). Les
secteurs où la nappe est particulièrement profonde (profondeur supérieure à 50 m) correspondent
généralement aux hautes terrasses (A rzay , Pommier de Beaurepaire, Tourdan, Marcollin, Sardieu).
La formation des alluv ions fluv io-glaciaires est fortement perméable (perméabilité i K de l’ordre de 10- ²
à 10-3 m/s). Cependant la perméabilité des alluv ions fluvio-glaciaires est un paramètre extrêmement
v ariable en fonction de la granulométrie et de la teneur en argile ; au niv eau des axes principaux
d’écoulement, la perméabilité est particulièrement élev ée (cf. tableau et coupes interprétativ es ciaprès).
La température moy enne des eaux se situe autour de 11.5°C. La température des eaux souterraines,
à une profondeur de plus de 5 m, ne v arie pas. Elle est globalement en équilibre av ec la température
moy enne pluriannuelle du lieu. Des v ariations plus importantes de la température peuv ent se produire
au niv eau des zones d’affleurement de la nappe, compte tenu de sa faible profondeur.
D ocument v alidé
51/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Valloire
Liers
Bièvre
Plaine
Epaisseur des alluv ions (m)
Profondeur de la nappe (m)
30 à 50 m en moyenne
- jusqu'à 70-90 m en partie
amont
Très variable
- supérieure à 100 m en partie
amont
- 10 à 30 m en av al
- 70 à 90 m pour les hautes
terrasses
30 à 50 m en moyenne
15 à 35 m
-
10 à 30 m pour la moy enne
terrasse
quelques zones inférieures à
10 m
3
2
1
Coefficient
de
perméabilité K ( m/s)
10 -3 < K < 10 -2
20 à 35 m
10 -3 < K < 10 -2
- zone
d’émergence
à
Ornacieux
- 60 à 70 m sous la haute
terrasse (A rzay , Pommier de
Beaurepaire)
15 à 35 m
10 -3 < K < 10 -1
- parfois inférieure à 5 m (St
Barthélemy – Manthes, St
- 10-5 < K < 10-4
Rambert d’A lbon)
(haute terrasse
- 40 à 50 m sous la haute
A njou)
terrasse (A rzay , Pommier de
Beaurepaire)
8
7
6
5
4
SAGE Bièvre Liers Valloire
P ériglaciaire
F luvio-glaciaire
Cône fluvio-glaciaire à matériel rhodanien (apport du Liers)
Cône fluvio-glaciaire du Ruisseau de P érouse
Cône fluv io-glaciaire à matériel rhodanien pauv re en cristallins (apport du
Liers)
M oraine à matériel isérois (pourcentage de cristallins croissant vers le
bas)
Cailloutis fluv io-glaciaires de progression riches en cristallins (25 – 30 % )
(faciès isérois)
M olasse
WÜ RM ANCIEN
RISS RECENT
RISS ANCIEN
Plaine de la Bièvre
à noter, la présence de 2 chenaux comme dans la plaine du Liers, et la complexité du remplissage du
chenal le plus au nord.
D ocument v alidé
52/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
6
5
4
3
2
1
Alluv ions périglaciaires
Alluv ions fluvio-glaciaires
M oraine du Riss ancien (phase de M arcollin)
Alluv ions fluv io-glaciaires rissiennes (Riss ancien à la base, Riss récent au
dessus)
Cailloutis néogènes
M olasse
WÜ RM
Plaine du Liers
à noter, la présence de 2 chenaux indépendants, l’un würmien, l’autre rissien
b
a
b
8
7
6
5
4
3
2
1
a
b
a
Limon
Colluv ions
F luvio-glaciaire Würm récent (apport mixte rhodanien dominant)
F luvio-glaciaire Riss récent : 5a apport isérois, 5b apport rhodanien Liers
F luvio-glaciaire M indel récent : 4a apport isérois, 4b apport rhodanien Liers
F luvio-glaciaire M indel ancien (apport rhodanien Liers)
A rgile P liocène
M olasse M iocène
Plaine de la Valloire
à noter, la succession des différentes phases de creusement et de remblaiement
Figure 6 : Coupes géologiques interprétatives des plaines de la Bièvre, du Liers et de la Valloire
(BRGM, 1994, d’après P. Mandier (1985)).
D ocument v alidé
53/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
3.1.1.2. La piézométrie de la nappe de Bièvre Liers Valloire
• Alimentation de la nappe de Bièvre Liers Valloire
L’alimentation de la nappe de Bièv re Liers Valloire est assurée essentiellement par les précipitations.
La forte perméabilité des alluv ions fluv io-glaciaires facilite l’infiltration des eaux de pluie v ers la nappe,
sauf sur quelques zones où il existe une couv erture de terrains imperméables (dépôts de loess sur les
hautes terrasses en général).
Le BRGM a émis les hypothèses que les collines molassiques des Chambaran et des Bonnev aux, à
dominante argileuse, contribuent à l’alimentation de la nappe en fav orisant le ruissellement et que les
formations miocènes aquifères des v ersants et sous-jacentes restituent également une partie de leurs
eaux. Ces apports ont été estimés à un tiers de la recharge de la nappe (BRGM, 1994). Les
infiltrations des riv ières dans la nappe sont également une recharge importante (plaine du Liers en
particulier).
• Ecoulement et fluctuations de la nappe de Bièvre Liers Valloire
L‘écoulement général de la nappe se fait depuis l’est du bassin v ers l’ouest jusqu’au Rhône, av ec une
pente moy enne de 6‰. Cependant, localement, les sens d’écoulement peuv ent être différents. La
nappe de Bièvre Liers Valloire draine les eaux des formations géologiques situées en périphérie
(collines molassiques) et sous-jacentes (molasse miocène) v ers les axes principaux d’écoulement
situés dans les plaines (cf. carte 1.10).
Les zones d’écoulement préférentiel se situent pour :
-
Bièv re :
-
entre Izeaux et Sardieu (E-W)
entre la Côte St A ndré et St Barthélemy (NE-SW)
-
Liers :
-
sous la haute terrasse, dans la v allée du Suzon (NE-SW)
sous la basse terrasse (NE-SSW)
-
Valloire :
-
entre Beaurepaire et St Sorlin en Valloire (NE-SW)
entre Epinouze et St Rambert d’A lbon (E-W)
Les fluctuations du niv eau de la nappe de Bièvre Liers Valloire sont suiv ies de façon continue par 6
piézomètres de la DIREN Rhône-A lpes et du BRGM. Il existe d’autres points d’observ ation de la nappe
sur lesquels les chroniques piézométriques sont également intéressantes pour permettre une analy se
év olutiv e du comportement de la nappe (points d’observ ation de certains gestionnaires d’eau potable
et exploitants de carrière adhérents de l’UNICEM) (cf. Tableau 6 et Figure 7).
D ocument v alidé
54/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Molasse
Plaine de la Valloire
Plaine du
Liers
Plaine de Bièvre
Points de mesure
St Etienne de St
Geoirs
Bois des Burettes
A EP Les A louettes
(La Côte St A ndré)
A EP Les Poipes
Carrière Bév enais
(2 points)
Carrière Izeaux
(5 points)
Carrière Penol
(3 points)
Carrière Sillans
(3 points)
Carrière CA RBIEV
ENS les Fontaines
Beaufort
Nantoin
Suzon
A EP La Vie de Nantoin
(Champier)
A EP Sey ez et Donis
(Ornacieux)
Bougé-Chambalud
Manthes
A nney ron
Manthes
St Rambert d’A lbon
A EP Les Imberts (St
Barthélemy )
Manthes
Forage de l’Île à
Manthes
Gestionnaire
SAGE Bièvre Liers Valloire
Profondeur mesurée
de la nappe (m)
Battement
interannuel
maximal de
la nappe (m)
Période des
observ ations,
depuis
mini
maxi
BRGM
32
41
9
1992
BRGM
CC Pay s de
Bièv re Liers
Marcilloles
22
33
11
1989
9
16
7
1988
2
4
2005
9
19
SMA G
sur
4
Budillon-Rabatel
Budillon-Rabatel
CEMEX
Riv es
Beaufort
DIREN
BRGM
CC Pay s de
Bièv re Liers
CC Pay s de
Bièv re Liers
BRGM
BRGM
sur
24
sur
46
sur
26
0
sur
15
17
11
31
l’ensemble du
36
l’ensemble du
40
l’ensemble du
57
l’ensemble du
30
5
l’ensemble du
29
23
site
2à6
site
7à8
site
7 à 10
site
4
1à3
site
14
6
2003
1998
2001
2003
2008
2007
1991
1999
1986-1992,
puis 2003
20
34
14
1
6
5
1990
17
2
22
8
5
6
1977
1974
2008
2008
2008
CG 26
CG 26
CG 26
nc
SIE Beaurepaire
46
47
1
2007
P articulier
4
6
2
1998
4
9
5
DIREN
2000
La nappe est en charge
nc : non connu
Tableau 6 : Caractéristiques des points de mesure pour lesquels les données du niveau ou de la
profondeur de la nappe sont collectées.
D ocument v alidé
55/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 7 : Carte des points de suivi du niv eau de la nappe des alluvions fluvio -glaciaires Bièvre Liers
Valloire.
• Piézométrie de la plaine de Bièvre
Le gradient moy en de la plaine de Bièv re est de 4.7 ‰ ; il est relativ ement faible par rapport aux
plaines du Liers et de la Valloire.
Les niv eaux piézométriques ont atteint :
-
des hautes eaux marquées lors des hiv ers 1994 et 2003 (cf. Figure 8 et Figure 9), à mettre en
relation av ec les fortes pluies efficaces interv enues les automnes précédents (1993 et 2002),
-
des basses eaux très marquées à l’automne 1990, à l’hiv er 1997-1998 et au printemps 2007. Les
bas niv eaux de nappe enregistrés en 2007 restent plus hauts d’env iron 1 m par rapport aux bas
niv eaux de nappe enregistrés en 1990.
Les év olutions des niv eaux piézométriques sont relativ ement similaires sur l’ensemble des points suiv is
sur la plaine de Bièv re et traduisent une diffusiv ité i importante de la nappe.
Les v ariations annuelles de la nappe sont relativ ement marquées. Il y a une différence de 2 à 4
mètres en moy enne entre le niv eau annuel le plus haut et le niv eau annuel le plus bas. La recharge et
le tarissement de la nappe interv iennent généralement respectiv ement à l’automne et au printemps.
En tête de Bièv re (Beaucroissant, Izeaux) et en partie médiane (colline du Not), il existe des nappes
perchées, dont les fonctionnements sont très mal connus.
D ocument v alidé
56/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
• Piézométrie de la plaine du Liers
La piézométrie de la plaine du Liers présente de forts gradients, de l’ordre de 6 à 9 ‰, supérieurs à
ceux observ és en plaine de Bièvre. La piézométrie de la plaine du Liers rév èle l’existence de deux
aquifères étagés, v raisemblablement indépendants (cf. Figure 6).
Les niv eaux piézométriques ont atteint :
-
des hautes eaux marquées en fin de printemps 1988 et lors des hiv ers 1994 et 2003 (cf. Figure 10
et Figure 11),
-
des basses eaux très marquées à l’automne 1990, à l’hiv er 1997-1998 et au printemps 2007.
La v ariation annuelle des niv eaux de nappe sur la plaine du Liers est particulièrement importante,
entre 4 et 8 mètres.
• Piézométrie de la plaine de la Valloire
Le gradient moy en de la plaine de la Valloire est de 6 ‰.
Les points de mesure BRGM sur la plaine de la Valloire sont suiv is depuis 1974 pour Manthes et 1977
pour Bougé-Chambalud. Ce sont les chroniques les plus longues disponibles sur le bassin de Bièv re
Liers Valloire. Les chroniques des deux points de suiv i mettent en év idence un comportement différent
de la nappe au Nord et au Sud de la plaine de la Valloire :
-
Pour le point de suiv i à Manthes, les niv eaux piézométriques ont atteint des hautes eaux
marquées lors des printemps 1977 et 1983 et des hivers 1993-1994 et 2002-2003, et des basses
eaux très marquées à l’automne 1990, av ec un effondrement des niv eaux, traduisant le
tarissement de la source, et à l’automne 1998,. L’automne 1990 correspond sur la plaine de la
Valloire à l’étiage le plus sév ère enregistré depuis 30 ans de mesures (cf. Figure 12 et Figure 13),
-
Pour le point de suiv i à Bougé-Chambalud, les niv eaux piézométriques ont atteint des hautes eaux
marquées lors des printemps 1977 et de l’hiv er 1994, et des basses eaux très marquées à la fin
des étés 1990, 1991, 2003 et 2004.
Les v ariations annuelles de la nappe dans la plaine de la Valloire sont peu marquées, 1 à 2 mètres en
moy enne. L’évolution de la piézométrie entre le printemps et l’automne est peu accentuée.
Les chroniques piézométriques de la plaine de la Valloire semblent plus impactées par les pompages,
v raisemblablement agricoles, que celles du reste du bassin de Bièvre Liers Valloire. En effet, l’analyse
plus fine des v ariations piézométriques du point de Bougé-Chambalud met en év idence l’incidence des
pompages :
-
Les étiages se retrouv ent quasi sy stématiquement v ers la fin août, alors que sur l’ensemble du
bassin Bièv re Liers Valloire, les étiages se produisent entre l’été et le début de l’hiv er,
-
Un point d’inflexion dans la courbe apparaît v ers juin-juillet, au moment du démarrage de la
période d’irrigation,
-
La courbe de remontée de la nappe possède une forme caractéristique d’un arrêt de pompage.
• Conclusion
Les différentes chroniques piézométriques mettent en év idence une périodicité annuelle de la nappe,
av ec une période de hautes eaux généralement située en hiv er et une période de basses eaux située
à la fin de l’été et à l’automne. Les précipitations d’automne et d’hiver sont particulièrement
importantes pour l’alimentation de la nappe.
L’amplitude de la nappe entre hautes et basses eaux est très v ariable selon le lieu géographique et
d’une année à l’autre. Elle est cependant plus importante dans la plaine du Liers, puis dans la Bièvre
D ocument v alidé
57/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
et enfin dans la Valloire. Les fluctuations piézométriques des différents points de mesures sont
relativ ement sy nchrones.
D’une façon générale sur l’ensemble de la nappe de Bièv re Liers V alloire, la baisse significativ e des
niv eaux de nappe constatée depuis 2003 est liée à la succession de plusieurs années peu humides,
entraînant des recharges de nappe légèrement déficitaires.
D ocument v alidé
58/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
0
0
10
50
20
100
Automne 90
Très basses
ea ux
Hiver 97-98
Basses e aux
30
150
40
200
Hiver 93 -9 4
Hautes eaux
50
250
Hiver 02-03
Hautes eaux
60
300
350
01
/0
1/
19
88
01
/0
1/
19
89
01
/0
1/
19
90
01
/0
1/
19
91
01
/0
1/
19
92
01
/0
1/
19
93
01
/0
1/
19
94
01
/0
1/
19
95
01
/0
1/
19
96
01
/0
1/
19
97
01
/0
1/
19
98
01
/0
1/
19
99
01
/0
1/
20
00
01
/0
1/
20
01
01
/0
1/
20
02
01
/0
1/
20
03
01
/0
1/
20
04
01
/0
1/
20
05
01
/0
1/
20
06
01
/0
1/
20
07
70
P lu ie efficace
A EP Marcilloles Poipes
DIREN St Etienne de St Geoirs
Carrière SMA G Bévenais
DIREN Bois des Burettes
Carrière BR Izeaux P1
AEP CCPBL La Côte St André
Carrière BR Izeaux P2
Carrière BR Izeaux P4
Carrière BR Penol Ang le
Carrière BR Izeaux Le Poste
Carrière CEMEX Sillans P 1
Carrière BR Penol P4
Carrière CEMEX Sillans P2
Carrière BR P enol P5
Carrière CEMEX Sillans P3
Figure 8 : Plaine de Bièvre – profondeur de la nappe.
Document v alidé
59/245
Pluie efficace (mm)
Profondeur (m)
SAGE Bièvre Liers Valloire
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
0
50
100
150
200
Pluie efficace (mm)
Cote piézométriqe (m)
380
330
250
Automne 90
Très basses
eaux
Hiver 97-98
Basses eaux
300
20
07
/0
1/
20
06
01
/0
1/
20
05
01
/0
1/
20
04
01
/0
1/
20
03
01
/0
1/
20
02
/0
1/
01
350
Pluie efficace
DIREN St Etienne de St Geoirs
DIREN Bois des Burettes
AEP CCPBL La Côte St André
Carrière BR Izeaux P1
Carrière SMAG Bévenais
Carrière BR Izeaux P2
Carrière BR Penol P4
Carrière BR Izeaux P4
Carrière BR Penol P5
Carrière BR Izeaux Le Poste
Carrière BR Penol Angle
Figure 9 : Plaine de Bièvre – niveaux piézométriques de la nappe.
Document v alidé
01
20
01
/0
1/
20
00
01
/0
1/
19
99
01
/0
1/
19
98
01
/0
1/
19
97
01
01
/0
1/
19
96
Hiver 02-03
Hautes eaux
/0
1/
19
95
01
/0
1/
01
/0
1/
19
93
01
/0
1/
19
92
01
/0
1/
19
91
01
/0
1/
19
90
01
/0
1/
19
89
01
01
/0
1/
19
88
/0
1/
01
19
94
Hiver 93-94
Hautes eaux
280
60/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
0
0
50
10
15 0
20
20 0
Hive r 93-94
Ha utes e aux
30
25 0
Hiver 02-03
Haute s eaux
Hive r 97-98
Basses ea ux
61/245
01
/
07
06
01
/
01
/
05
01
/
01
/
01
/
01
/
01
/
04
03
01
/
DIREN Suzon
Figure 10 : Plaine du Liers – profondeur de la nappe.
Document v alidé
01
/
01
/
02
01
01
/
01
/
00
DIREN Nantoin
01
/
01
/
99
01
/
01
/
01
/
01
/
98
97
AE P CCPBL Vie d e Nantoin (Champier)
01
/
01
/
01
/
01
/
96
95
01
/
01
/
94
01
/
01
/
01
/
01
/
92
93
35 0
01
/
01
/
01
/
01
/
90
01
/
01
/
89
01
/
01
/
01
/
01
/
88
87
01
/
01
/
86
01
/
01
/
Pluie efficace
91
Autom ne 90
Trè s basses
eaux
40
01
/
Printe mps 07
Basse s eaux30 0
AEP CCP BL S eyez et Donis
Pluie efficac e (mm)
Profondeur (m)
10 0
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
46 0
0
44 0
50
Hiver 9 3-94
Hautes e aux
40 0
Hiver 0 2-03
Hautes ea ux
100
Hive r 97-98
Basses ea ux
Printemps 07
Basses eaux
150
38 0
36 0
200
34 0
250
32 0
300
30 0
62/245
7
1/
0
01
/0
1/
0
6
5
01
/0
1/
0
4
01
/0
1/
0
3
DIREN Suzon
Figure 11 : Plaine du Liers – niveaux piézométriques de la nappe.
Document v alidé
01
/0
1/
0
01
/0
1/
0
2
1
DIREN Nantoin
01
/0
1/
0
0
01
/0
01
/0
1/
9
01
/0
Pluie efficace
1/
0
9
8
1/
9
01
/0
1/
9
7
6
01
/0
1/
9
01
/0
1/
9
5
4
01
/0
1/
9
01
/0
1/
9
2
01
/0
1/
9
01
/0
1/
9
01
/0
3
350
1
28 0
P luie efficace (mm)
Cote piézométrique (m)
42 0
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
0
0
50
10 0
Autom ne 98
Basses eaux
10
15 0
Autom ne 90
Trè s basse s
eaux
20 0
Etés 03 et 04
Ba sses eaux
25 0
20
30 0
Hiver 93-94
Hautes eaux
Hiver 02 -03
Hautes eaux
01
/0
0 1 1 /7
/0 4
0 1 1 /7
/0 5
1
0 1 /76
/0
0 1 1 /7
/0 7
0 1 1 /78
/0
0 1 1 /7
/0 9
0 1 1 /80
/0
1
0 1 /81
/0
0 1 1 /8
/0 2
1
0 1 /83
/0
0 1 1 /8
/0 4
0 1 1 /8
/0 5
0 1 1 /8
/0 6
0 1 1 /8
/0 7
1
0 1 /88
/0
0 1 1 /8
/0 9
1
0 1 /90
/0
0 1 1 /9
/0 1
1
0 1 /92
/0
0 1 1 /9
/0 3
0 1 1 /9
/0 4
0 1 1 /9
/0 5
0 1 1 /9
/0 6
0 1 1 /97
/0
0 1 1 /9
/0 8
0 1 1 /99
/0
1
0 1 /00
/0
0 1 1 /0
/0 1
0 1 1 /0
/0 2
0 1 1 /0
/0 3
0 1 1 /0
/0 4
0 1 1 /0
/0 5
0 1 1 /0
/0 6
1/
07
Printe mps
77
Plu ie efficace
DIREN Boug é-Chambalud
DIREN Manthes
Figure 12 : Plaine de la Valloire – profondeur de la nappe et zoom sur l’influence des pompages.
Document v alidé
63/245
35 0
Pluie e fficace (mm)
Profonde ur (m)
Printe mps
83
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
0
235
50
100
Cote piézométrique (m)
225
150
Automne 98
Basses eaux
Automne 90
Très basses
eaux
200
215
Etés 03 et 04
Basses eaux
250
300
Printemps
77
Hautes eaux
Hiver 93-94
Hautes eaux
Hiver 02-03
Hautes eaux
01
/0
0 1 1 /7
/0 4
0 1 1 /7
/0 5
1
0 1 /7 6
/0
0 1 1 /7
/0 7
0 1 1 /7
/0 8
1
0 1 /7
/0 9
0 1 1 /8
/0 0
0 1 1 /8
/0 1
0 1 1 /8
/0 2
1
0 1 /8 3
/0
1
0 1 /8 4
/0
0 1 1 /8
/0 5
0 1 1 /8
/0 6
0 1 1 /8
/0 7
0 1 1 /8
/0 8
0 1 1 /8
/0 9
0 1 1 /9
/0 0
0 1 1 /9
/0 1
1
0 1 /9
/0 2
0 1 1 /9
/0 3
0 1 1 /9
/0 4
0 1 1 /9
/0 5
1
0 1 /9 6
/0
1
0 1 /9 7
/0
0 1 1 /9
/0 8
0 1 1 /9
/0 9
0 1 1 /0
/0 0
1
0 1 /0 1
/0
0 1 1 /0
/0 2
0 1 1 /0
/0 3
1
0 1 /0
/0 4
0 1 1 /0
/0 5
0 1 1 /0
/0 6
1/
07
205
Pluie efficace
DIREN Bougé-Chambalud
DIREN Manthes
Figure 13 : Plaine de la Valloire – niveaux piézométriques de la nappe.
Document v alidé
64/245
350
Pluie efficace (mm)
Printemps
83
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
3.1.2. L’aquifère molass ique miocène
3.1.2.1. Les caractéristiques de l’aquifère molassique miocène
L’aquifère molassique miocène du Bas Dauphiné est constitué
en majeure partie de sable moy en, av ec des intercalations
d’argile ou de marne. Cet aquifère est très étendu, plus de
3 500 k m², et est recouv ert en plusieurs endroits par d’autres
formations. C’est le cas dans le bassin Bièv re Liers Valloire, où
les alluv ions fluv io-glaciaires masquent l’aquifère de la molasse
(cf. Figure 14).
L’épaisseur de la formation molassique est extrêmement
v ariable : d’env iron 500 m au niv eau de Valence à 150 m au
niv eau de Vienne.
Form ations recouv rantes
Molasse mioc ène
Figure 14 : Carte de l’aquifère molassique miocène et des
formations recouvrantes.
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, seule la morphologie de l’aquifère molassique miocène dans le
secteur de la Valloire est relativ ement bien connue. Il existe peu de forages dans la molasse mais
ceux-ci montrent que la perméabilité de l’aquifère v arie de 10-5 à 10-4 m/s. Elle peut atteindre
exceptionnellement 10-3 m/s.
Une continuité hydraulique est possible entre la molasse miocène et les alluv ions fluv io-glaciaires
Bièv re Liers Valloire.
3.1.2.2. La piézométrie de la nappe molassique miocène
• Alimentation de la nappe molassique miocène
L’alimentation de la nappe molassique miocène n’est pas connue av ec précision. Elle se fait par
infiltration sur les zones affleurantes et perméables de la formation (secteur méridional en particulier le plateau de Chambaran est par exemple une zone d’alimentation de la nappe). La thèse de Rémi de
la Vaissière a mis en év idence que la zone d’alimentation de la molasse située au niv eau du Plateau de
Chambaran est à protéger de façon prioritaire et de manière durable à la fois pour les aspects
quantité et qualité. Les trav aux qui succèdent à cette thèse semblent indiquer que le plateau des
Bonnev aux serait également à protéger pour les mêmes raisons (Tiffanie Cav e, trav aux en cours).
L’aquifère molassique, en dehors des zones de pompage, est légèrement en charge par rapport à
l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires. Il existe donc potentiellement une drainance par mouv ement
ascendant des eaux de l’aquifère molassique v ers l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires.
En rev anche, dans les zones de pompage, au niv eau du cône de rabattement, le sens de la drainance
peut être inv ersé et les eaux de l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires peuv ent alimenter l’aquifère
molassique (cf. Figure 15). Une gestion rationnelle des débits de pompages est nécessaire afin de
limiter le mélange des eaux de ces deux aquifères et donc de limiter les transferts de polluants de la
nappe superficielle v ers l’aquifère molassique (De La Vaissière, 2006).
D ocument v alidé
65/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 15 : Coupes schématiques des échanges possibles entre l’aquifère molassique sous-jacent et
l’aquifère alluvial (De La Vaissière, 2006).
• Ecoulement et fluctuations de la nappe molassique miocène
Une esquisse de carte piézométrique a été proposée en janv ier 2009 par Tiffanie Cav e dans le cadre
de sa thèse « Etude du fonctionnement hy drogéologique du bassin tertiaire du Bas Dauphiné entre la
Drôme et la Varèze ». La zone d’étude couv re 2 900 k m² (cf. Figure 16).
Bassin v ersant Bièv re Liers Valloire
Figure 16 : Esquisse de carte piézométrique de
l’aquifère molassique sur le secteur d’étude de
thèse de Tiffanie Cave (janvier 2009).
Le sens d’écoulement global est orienté de l’est v ers l’ouest. Un dôme piézométrique constitué par les
Chambarans semble se confirmer. La v allée de la Valloire, comme celle de l’Isère, constitue un axe
drainant de l’aquifère molassique (Cav e, 2008).
A partir des mesures du niv eau d'eau de l'aquifère miocène effectuées dans le cadre d’une étude du
cabinet Duplouy sur la partie Drôme des collines (relev és de Juillet à Septembre 1977), il ressort que
le gradient hydraulique moy en est de l’ordre de 3 ‰ à 5 ‰ (De la Vaissière, 2006).
D ocument v alidé
66/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Sur le bassin v ersant Bièv re Liers V alloire, les fluctuations du niv eau de la nappe de la molasse
miocène sont suiv ies de façon continue par 1 piézomètre de la DIREN Rhône-A lpes, nommé l’Île, à
Manthes (cf. Tableau 6, Figure 7, Figure 17 et Figure 18). Ce piézomètre est situé à env iron 50 m au
nord du captage d’eau potable l’Île (SIE Valloire Galaure) captant la molasse. Le niv eau de la nappe
enregistré au niv eau du piézomètre de la DIREN peut être influencé par ce captage lorsque les
pompes fonctionnent, ce qui se traduit par des fluctuations de l'ordre de 10 cm par minute (source :
DIREN).
D ocument v alidé
67/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
0
0
1
50
2
100
4
150
5
200
6
7
250
8
300
9
Pluie efficace
DIREN Manthes alluvions
DIREN Ile molasse
Figure 17 : Plaine de la Valloire – profondeur des nappes de la molasse et des alluvions fluvio-glaciaires à Manthes.
Document v alidé
68/245
01
/0
1/
07
01
/0
7/
06
01
/0
1/
06
01
/0
7/
05
01
/0
1/
05
01
/0
7/
04
01
/0
1/
04
01
/0
7/
03
01
/0
1/
03
01
/0
7/
02
01
/0
1/
02
01
/0
7/
01
01
/0
1/
01
350
01
/0
7/
00
01
/0
1/
00
10
Pluie efficace (mm)
Profondeur (m)
3
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
235
0
50
233
231
150
200
229
250
227
300
Pluie efficace
DIREN Manthes alluvions
01/10/07
01/07/07
01/04/07
01/01/07
01/10/06
01/07/06
01/04/06
01/01/06
01/10/05
01/07/05
01/04/05
01/01/05
01/10/04
01/07/04
01/04/04
01/01/04
01/10/03
01/07/03
01/04/03
01/01/03
01/10/02
01/07/02
01/04/02
01/01/02
01/10/01
01/07/01
01/04/01
01/01/01
01/10/00
01/07/00
01/04/00
350
01/01/00
225
DIREN Ile molasse
Figure 18 : Plaine de la Valloire – niveaux piézométriques des nappes de la molasse et des alluvions fluvio-glaciaires à Manthes.
Document v alidé
69/245
Pluie efficace (mm)
Cote piéz ométrique (m)
100
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
3.2.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les eaux superficielles - Un réseau hydrographique
sous-dimensionné
Les principaux cours d’eau du bassin de Bièv re Liers Valloire sont :
-
le Riv al et ses affluents, drainant la plaine de Bièv re,
-
le Suzon, drainant la plaine du Liers,
-
le Dolon, l’Oron, les Collières et le Bancel, drainant la plaine de la Valloire.
L’exutoire superficiel principal du bassin Bièvre Liers Valloire est le cours d’eau « les Collières » qui se
jette en riv e gauche du Rhône au niv eau de St Rambert d’A lbon (cf. carte 1.11).
A u regard de la superficie du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (surface d’env iron 900 k m²), le
réseau hydrographique apparaît sous-dimensionné. La densité de drainage très faible sur le bassin
résulte de l’importance des phénomènes d’infiltration des eaux dans le sol due à la forte perméabilité
des alluv ions fluv io-glaciaires (cf. chapitre II.3.1.1).
3.2.1. La plaine de Bièvre
Le Rival et ses affluents
Le cours d’eau principal de la plaine de Bièvre est Le Riv al. Ce cours d’eau, d’une longueur de 35 k m
env iron, draine à Beaufort, av ant les émergences de l’Oron, un bassin v ersant d’une surface de
461 k m². Il prend sa source sur la commune de La Forteresse, dans le plateau de Chambaran.
A uparav ant le Riv al se perdait par infiltration dans la plaine au niv eau des communes de Thodure et
Beaufort. Dans les années 1970, il a été connecté au cours d’eau l’Oron par un canal artificiel
d’év acuation des eaux, le canal de la Raille.
Le bassin v ersant du Riv al se caractérise par une partie amont relativ ement boisée, puis occupée par
des prairies. A u niv eau des terrasses, les grandes cultures dev iennent prédominantes.
Les principaux affluents du Riv al sont tous situés en riv e gauche : la Rav ageuse (appelée ensuite la
Coule à l’av al de la commune d’Izeaux), la Baïse, le Nivollon et la Pérouse. Ils prennent naissance
dans le massif des Chambaran et leurs lits sont généralement très encaissés av ec de fortes pentes
(supérieures à 2%). En rev anche, le Riv al ne possède aucun affluent en riv e droite. Tous les cours
d’eau situés en riv e droite du Riv al s’infiltrent dans la nappe de Bièv re ; c’est le cas entre autres :
-
du Barbaillon qui prend sa source à l’Etang du Grand Lemps. Le colmatage du lit du Barbaillon a
réduit la capacité d’infiltration et lors de très fortes précipitations, le Barbaillon peut actuellement
couler jusqu’à l’aéroport de Grenoble-St Geoirs, où des bassins d’infiltration ont été créés,
-
du Poipon pour lequel des bassins de rétention et d’infiltration ont été créés sur la commune de
Marcilloles pour év iter les inondations en cas de fortes précipitations.
• Le régime hydrologique du Rival
Deux stations hydrométriques, gérées par la DREA L Rhône-A lpes, sont actuellement en serv ice sur le
bassin du Riv al. Une troisième station a fonctionné dans les années 1970 (cf. carte 1.11, Tableau 7 et
Figure 19).
D ocument v alidé
70/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Cours d’eau
Commune
Chronique
La Combe Robert4
Surface du bassin
v ersant (k m²)
Type de station
hydrométrique
Saint Geoirs
12.4
1970-1976
Echelle
Le Riv al
Le Riv al (la Raille)
Brézins
Beaufort
180
461
Depuis 1976
Depuis 1978
Echelle
Echelle
1.6
0
1.4
40
1.2
80
3
Débits moyens m ensuels (m /s)
Tableau 7 : Caractéristiques des stations hydrométriques du bassin versant du Rival (source : DIREN
Rhône-Alp es).
1
120
160
module Brézins
Pluie (mm )
Rival Beaufort
Rival Brézins
éc
em
br
em
e
e
D
br
e
br
N
ov
Oc
to
Se
p
te
m
br
Ao
ût
A
vr
M
ar
rie
Fé
v
Ja
n
e
320
Ju
ill
et
0
Ju
in
280
M
ai
0.2
il
240
s
0.4
r
200
vi
er
0.6
Pluie (mm )
module Beaufort
0.8
Combe Robert St Geoirs
Figure 19 : Débits moyens mensuels des stations hydrométriques du bassin versant du Rival en
fonction des normales de pluies de la période 1971-2000 ( sources : Banque Hydro au 12/06/2008 et
Météo France).
La période d’étiage sur le bassin du Riv al se situe entre juillet et septembre et la période de hautes
eaux à la fin de l’hiv er et au printemps.
La comparaison des débits aux stations hydrométriques de Brézins et Beaufort montre que les débits
sont peu différents, notamment en période d’étiage, alors que les superficies des bassins v ersants
concernés sont respectiv ement de 180 et 461 k m². Les débits spécifiques à Brézins et Beaufort sont
respectiv ement de 3.4 l/s/k m² et 1.9 l/ s/k m². Ils traduisent l’infiltration importante qui a lieu dans les
parties médiane et av al du bassin.
Débits d’étiage
Pour plusieurs années d’observ ation, le traitement statistique de séries de débits d’étiage permet
de calculer un débit d’étiage fréquentiel. Le débit d’étiage mensuel quinquennal i (noté QMNA 5)
est un débit mensuel qui se produit en moy enne une fois tous les cinq ans. Il constitue le débit
d’étiage de référence pour l’application de la police de l’eau (cf. Tableau 8).
4
La C ombe Robert est citée pour mémoire. Les données de cette station sont relativ ement anciennes, sur une
période courte et ne recouv rent pas les périodes mesurées pour le Riv al à Brézins et à Beaufort, aussi elles sont
difficilement exploitables.
D ocument v alidé
71/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Cours d’eau
Commune
La Combe Robert4
Surface du bassin v ersant
QMNA 5 (m3/s)
(k m²)
Saint Geoirs
12.4
Non calculé
Le Riv al
Le Riv al (la Raille)
Brézins
Beaufort
180
461
0.026
0.032
Tableau 8 : Débits d’étiage de référence aux stations hydrométriques de la plaine de Bièvre (source :
Banque Hydro données calculées le 26/05/2008).
Les débits mensuels minimaux connus sur les stations hy drométriques de Brézins et Beaufort sont
respectiv ement de 0.005 m3/s (soit 5 l/ s) en août 2003 et 0.001 m3/s (soit 1 l/s) en août 1990
(source : Banque Hydro le 26/05/2008).
Le Riv al et ses affluents subissent des étiages sév ères, qui peuv ent aller jusqu’à l’assèchement des
cours d’eau (la Rav ageuse, le Niv ollon, la Pérouse). La faiblesse des débits d’étiage peut être
accentuée par les prélèv ements en cours d’eau ou en nappe d’accompagnement du cours d’eau.
Débits de crue
Les dernières crues remarquables généralisées sur le bassin Bièv re Liers Valloire ont eu lieu en
octobre 1988, octobre 1993 et nov embre 2002. Cependant du fait de l’hétérogénéité spatio-temporelle
des précipitations sur le bassin v ersant, certaines crues peuv ent être localisées ou ressenties plus ou
moins fortement selon le secteur géographique.
Les débits des hautes eaux mesurés aux stations hy drométriques de Brézins et Beaufort sont
incertains du fait des débordements qui surv iennent dans les secteurs de plaine en amont des
stations.
Cours d’eau
Commune
Surface du
bassin
v ersant
(k m²)
La Combe
Robert4
Saint
Geoirs
12.4
Non calculé
Non calculé
Le Riv al
Brézins
180
9.1
Non calculé
15
Non calculé
Estimé entre
25 et 30
Estimé à 35
Le Riv al (la
Raille)
Beaufort
461
Débit journalier
décennal
(QJ10) (m3/s)
Débit
journalier
centennal
(QJ100) (m3/s)
(S ogreah, 1994)
Riv al
Av al de La
Forteresse
11.25
Oron
Beaurepaire
517
Débit journalier maximal
connu (m3/s)
> 12.9
estimé à
21.9
16 nov . 2002
16 nov . 2002
(C emagref,
1993)
Estimé à 10.5
Estimé à 21
(E RGH , 2006)
(E RGH , 2006)
Estimé entre
50 et 60
Estimé
> 150
(S ogreah, 1994)
(S ogreah, 1994)
Tableau 9 : Caractéristiques des débits de crue de la plaine de Bièvre (sources : Banque Hydro
données calculées le 26/05/ 2008 et sur fonds gris, données bibliographiques).
L’importance des infiltrations dans la partie médiane et av al de la plaine de Bièv re réduit les débits de
pointe observ és comparativ ement à un bassin v ersant de surface identique mais pour lequel le réseau
hydrographique serait normalement dév eloppé. Cependant lors des phénomènes pluv iométriques
extrêmes, la capacité d’infiltration diminue fortement du fait de la saturation en eau progressiv e des
sols. On observ e alors un déclenchement pour les crues les plus importantes enregistrées, lorsqu’un
certain « seuil » de cumul de pluie est atteint.
D ocument v alidé
72/245
3
SAGE Bièvre Liers Valloire
25
0
20
70
15
140
10
210
5
280
0
01/09/2002
Pluie décadai re (mm)
Débit journali er (m /s)
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
350
16/09/2002
01/10/200 2
16/10/2002
31/10/2002
P luie décadaire Grenoble St Geoirs
15/11/200 2
Brézins
30/11/2002
15/12/2002
30/12/2002
Beaufort
Figure 20 : Débits journaliers mesurés aux stations hydrométriques de la plaine de Bièvre en fonction
de la pluie décadaire à Grenoble-St Geoirs lors de la crue de novembre 2002 (sources : Banque Hydro
et Météo France).
Certains cours d’eau ont un régime de crue que l’on peut qualifier de torrentiel. Des phénomènes de
transport solide peuv ent accompagner les crues. Le cours d’eau La Pérouse est, par exemple, un
cours d’eau surélev é par rapport au niv eau topographique naturel du fait de l’apport de matériaux
dans son lit.
3.2.2. La plaine du Liers
Les cours d’eau de la plaine du Liers n’ont pas d’exutoire. Seul le Suzon lors d’importants épisodes
pluv ieux conflue av ec l’Oron en riv e droite.
3.2.2.1. Les Eydoches
Le cours d’eau les Ey doches draine un bassin v ersant conséquent d’env iron 100 k m², correspondant à
la partie amont de la plaine du Liers. Au niv eau des communes d’Ornacieux jusqu’à Faramans, les
Eydoches sont alimentés de façon conséquente par des résurgences de nappe. Le cours d’eau s’infiltre
ensuite totalement au lieu-dit le Bois des Burettes, sur la commune de Penol. Pour remédier à un
phénomène de colmatage naturel de la zone d’infiltration naturelle des Ey doches et év iter des
inondations en av al, des bassins d’infiltration ont été créés par le Sy ndicat Intercommunal
d’A ménagement Hy draulique de Bièvre Liers Valloire.
3.2.2.2. Le Suzon
Le cours d’eau le Suzon a une longueur d’env iron 18 k m, depuis Semons où il prend sa source jusqu’à
Beaurepaire. Il draine un bassin v ersant de 47 k m². Le bassin v ersant du Suzon est extrêmement
perméable et le cours d’eau est toujours à sec dans sa partie av al, en dehors des épisodes de crue. La
majorité du bassin v ersant se situe dans les zones cultiv ées des terrasses. A l’av al de Pommier de
Beaurepaire, le lit du Suzon s’encaisse très fortement dans la terrasse alluv iale et sa pente dev ient
importante (1.15 %).
D ocument v alidé
73/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Une station hy drométrique située sur le Suzon à St Barthélemy et gérée par la DIREN Rhône-A lpes a
fonctionné entre 1987 et 1992 pour les épisodes de crue mais aucune donnée de débit n’est
disponible. L’étude de Sogreah en 1994, a estimé le débit décennal pour le Suzon au niv eau du Pont
Rouge à St Barthélemy à 24 m3/s. Le débit observ é lors de la crue d’octobre 1993 au même point a
été estimé entre 60 et 80 m3/s.
3.2.3. La plaine de la Valloire
Les principaux cours d’eau de la plaine de la Valloire sont l’Oron, les Veuzes, les Collières, le Dolon et
le Bancel.
3.2.3.1. L’Oron, les Veuzes et les Collières
Les réseaux hy drographiques de l’Oron, des Collières et des Veuzes sont particulièrement complexes,
car constitués de nombreux canaux et biefs artificiels, qui ne sont parfois plus utilisés :
-
L’Oron (env iron 28 k m de long) est alimenté par les sources de Beaufort et conflue av ec le Riv al
(la Raille). En cas de sécheresse des sources, le débit de l’Oron est soutenu artificiellement par les
rejets de la pisciculture des Fontaines à Beaufort. En cas de fortes précipitations, le Suzon apporte
un débit conséquent à l’Oron. A l’amont d’Epinouze, des biefs de dériv ation permettent d’év acuer
en cas de hautes eaux, un certain débit de l’Oron vers les Collières. L’Oron emprunte ensuite un
chenal artificiel, le canal SNCF correspondant à la zone d’extraction de grav iers lors de la
construction de la voie ferrée, qui se prolonge jusqu’aux Collières par l’intermédiaire d’un tronçon
en partie aménagé, le ruisseau des Claires (SRA E, 1981).
-
La Veuze est une riv ière artificielle créée pour év acuer les sources de Manthes. Elle peut être
alimentée en période de très basses eaux de la nappe par les rejets des deux piscicultures de
Manthes, Faure et Font-Rome. Elle se div ise en une Grande et une Petite Veuze. En amont de
Saint Sorlin en Valloire, les tracés des Veuzes et des Collières sont mêlés, du fait des nombreuses
dériv ations existantes. Les torrents v enant des collines du sud, notamment le Dolure, alimentent
l’ensemble, le plus souv ent de façon intermittente. A l’av al de Saint Sorlin en Valloire, les
différents biefs forment un seul cours d’eau les Collières, qui, après la confluence av ec le ruisseau
des Claires, dev iennent l’exutoire principal de la plaine de Bièvre Liers Valloire. Elles se jettent
dans le Rhône à Saint Rambert d’A lbon.
Le bassin v ersant des Collières se situe principalement dans les terrasses alluv iales cultiv ées et est
fortement perméable. Seul l’amont sud du bassin, avec les torrents, se trouv e dans un secteur peu
perméable et boisé.
3.2.3.2. Le Dolon et ses affluents
Le Dolon (env iron 33 k m de long) naît d’une suite d’étangs et draine les collines situées à l’ouest du
plateau de Bonnev aux. Il est pérenne jusqu’à la commune de Pact. Le Dolon présente ensuite entre
Pact et Bougé-Chambalud un régime intermittent, av ec de très longues périodes d’assec. A u niv eau de
Bougé-Chambalud, une émergence de la nappe alimente la Bège, un affluent du Dolon. Le débit du
Dolon est donc ensuite essentiellement apporté par la Bège. Le Dolon se jette en riv e gauche du
Rhône au niv eau de Sablons, après sa confluence av ec la Sanne. Le bassin v ersant du Dolon a une
superficie d’env iron 150 k m².
3.2.3.3. Le Bancel et ses affluents
Le Bancel (env iron 22 k m de long) draine les collines de Chambaran depuis sa source dans la forêt de
Mantaille av ant de s’écouler dans la plaine. Son principal affluent est l’A rgentelle. L’A rgentelle est
alimentée en partie par les sources d’A nneyron. Le bassin v ersant du Bancel et de l’A rgentelle
représente une surface d’env iron 64 k m².
D ocument v alidé
74/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
• Le régime hydrologique des Collières, du Dolon et du Bancel
Une station hy drométrique, gérée par la DIREN Rhône-A lpes, est actuellement en serv ice sur le bassin
des Collières. Une deuxième station a fonctionné sur l’amont du bassin du Dolon jusqu’en 1995 (cf.
carte 1.11, Tableau 10 et Figure 21). Il n’y a pas de station de mesure des débits sur le bassin v ersant
du Bancel.
Cours
d’eau
Surface du
v ersant (k m²)
Commune
bassin
Chronique
Type de station
hydrométrique
Le Dolon5 Revel-Tourdan
21
1987-1995
Echelle
Les
Collières
650
Depuis 1981
Echelle
Saint Rambert d’A lbon
Tableau 10 : Caractéristiques des stations hydrométriques des bassin s versants de la plaine de la
Valloire (source : DIREN Rhône-Alpes).
0
3.5
40
3
80
3
Débits moyens m ensuels (m /s)
4
2.5
120
2
160
1.5
200
1
Pluie (mm )
module St Rambert d'Albon
240
module Beaufort
Pluie (mm)
Rival Beaufort
e
e
éc
em
br
em
N
ov
D
br
e
br
Oc
to
e
Se
p
te
m
br
Ao
ût
Ju
ill
et
Ju
in
M
ai
A
vr
M
ar
rie
Fé
v
Ja
n
il
320
s
0
r
280
vi
er
0.5
Collières St Rambert d'Albon
Figure 21 : Débits moyens mensuels de la station hydrométrique du bassin versant des Collières en
fonction des normales de pluies de la période 1971-2000 et comparaison avec ceux du bassin du Rival
à Beaufort (sources : Banque Hydro au 14/06/2008 et Météo France).
Comme pour le bassin du Riv al, la période d’étiage du bassin des Collières se situe entre juillet et
septembre et la période de hautes eaux à la fin de l’hiv er et au printemps. Le débit moy en mensuel
des Collières est en moy enne 3 fois plus élev é que celui du Riv al à Beaufort, pour une surface du
bassin v ersant des Collières à St Rambert 1.4 fois plus grand que celui du Riv al à Beaufort.
Malgré l’absence de données hydrologiques exploitables, le Dolon se caractérise par un écoulement
superficiel inexistant une grande partie de l’année et sur la quasi-totalité de son linéaire en av al de la
commune de Pact du fait de l’infiltration dans les terrasses alluv iales (Gay env ironnement, 2005).
5
La station de Revel-Tourdan sur le D olon est citée pour mémoire. Les données de cette station sont sur une
période courte et sont difficilement exploitables.
D ocument v alidé
75/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Débits d’étiage
Cours d’eau
Commune
Surface du bassin
v ersant (k m²)
QMNA 5 (m3/s)
Le Dolon5
Revel-Tourdan
21
Non calculé
estimé à 0.019
(Gay environnement, 2005)
Les Collières
Saint Rambert
d’A lbon
650
0.164
Tableau 11 : Débit d’étiage de référence à la station hydrométrique de St Rambert d’A lbon (source :
Banque Hydro données calculées le 26/05/2008).
Le débit d’étiage mensuel quinquennal
Rambert d’A lbon (cf. Tableau 11).
i
(noté QMNA 5) est de 0.164 m3/s pour les Collières à St
Suite aux aménagements réalisés depuis 25 ans sur le réseau hy drographique (Oron, Collières, ...), le
régime hy drologique a év olué av ec de meilleurs écoulements superficiels (source : DIREN RhôneA lpes). Les Collières subissent cependant des étiages très sév ères, qui peuv ent aller jusqu’à
l’assèchement complet du cours d’eau (exemple de l’étiage exceptionnel en août 1990). L a faiblesse
des débits d’étiage peut être accentuée par les prélèv ements en cours d’eau ou en nappe
d’accompagnement du cours d’eau.
Débits de crue
Les débits des hautes eaux mesurés à la station hy drométrique de St Rambert d’A lbon sont incertains
du fait des débordements qui surv iennent dans les secteurs de plaine en amont de la station.
Cours d’eau
Commune
Surface du
bassin
v ersant
(k m²)
Débit journalier
décennal
(QJ10) (m3/s)
Débit
journalier
centennal
(QJ100) (m3/s)
RevelTourdan5
21
Non calculé
Non calculé
Estimé à 34
m3/s à Pact
Estimé à 86
m3/s à Pact
(S ogreah, 2002)
(S ogreah, 2002)
14
Non calculé
Le Dolon
Les
Collières
Saint
Rambert
d’A lbon
650
Débit journalier
maximal connu
(QJmax)
(m3/s)
Estimé à
18.2
3 déc. 2003
Tableau 12 : Caractéristiques des débits de crue de la plaine de la Valloire (sources : Banque Hydro
données calculées le 26/05/ 2008).
D ocument v alidé
76/245
3
SAGE Bièvre Liers Valloire
20
0
18
35
16
70
14
105
12
140
10
175
8
210
6
245
4
280
2
315
0
Pluie décadai re (mm)
Débit journali er (m /s)
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
350
01/10/2003
16/10/2003 3 1/1 0/2003
15/11/2003 30 /11 /20 03 15/12/2003
Pluie décadaire Grenoble St Geoirs
30/12/2003
St Rambert d 'Albon
14/01/2004
29/01/2004
Beaufort
Figure 22 : Débits journaliers mesurés à la station hydrométrique des Collières à St Rambert d’Albon
en fonction de la pluie décadaire à Grenoble St Geoirs lors de la crue de décembre 2003 et
comparaison avec ceux du bassin du Rival à Beaufort (sources : Banque Hydro et Météo France).
Le débit journalier maximal sur les Collières à St Rambert d’A lbon a été enregistré le 3 décembre
2003. En comparaison, sur le bassin v ersant du Riv al, les débits journaliers maximaux à Brézins et à
Beaufort ont été enregistrés lors de la crue du 16 nov embre 2002 (Beaufort QJ = 21.9 m3/s le 16 nov .
2002 et QJ = 13.4 m3/s le 3 déc. 2003).
Cependant les pointes de crue enregistrées sur l’ensemble du bassin v ersant (le Riv al à Brézins et à
Beaufort, les Collières à St Rambert d’A lbon) sont synchrones.
3.2.4. Conclus ion
Sur l’ensemble du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire, les débits des cours d’eau augmentent de
l’amont v ers l’av al. Mais il existe une forte interaction entre les cours d’eau et la nappe :
-
Les écoulements en période de fortes pluies sont conditionnés par les phénomènes
d’infiltration : les crues faibles et moy ennes sont laminées et les crues fortes se
produisent après saturation des sols par infiltration des eaux de pluie. Les fortes crues
peuv ent s’accompagner de phénomènes de transport solide importants.
-
En période d’étiage sév ère, les écoulements sont extrêmement faibles v oire inexistants
(Riv al, Dolon,…) ; seuls les cours d’eau Oron et Veuzes peuv ent être soutenus soit par les
résurgences de la nappe, si cette dernière ne connaît pas de basses eaux trop
importantes, soit de façon artificielle par les rejets des piscicultures.
D ocument v alidé
77/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
3.3.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les zones humides
3.3.1.
Qu’est-ce qu’une zone humide ?
L’article 2 de la loi sur l’Eau de 1992 définit une zone humide comme des « terrains exploités ou non,
habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou
temporaire ; la v égétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hy grophiles pendant au
moins une partie de l’année ».
Longtemps considérées comme improductiv es et insalubres, les zones humides ont vu leurs surfaces
diminuer fortement. En 50 ans, env iron 50% de leur surface a disparu (France métropolitaine).
Depuis, la protection des zones humides est dev enue partie intégrante de l’atteinte du bon état des
eaux et des milieux aquatiques en 2015 fixée par la DCE.
Les zones humides font partie du continuum hy drologique. Même si certaines zones humides ne sont
pas toujours directement contiguës aux cours d’eau, elles leur sont souv ent liées par d’autres chemins
hydrauliques (apports d’eau par les eaux souterraines) (cf. Figure 23).
Figure 23 : La zone humide et son espace de fonctionnalité (source : Note technique SDAGE Rhône
Méditerranée Corse, 2000).
3.3.2.
Les zones humides de Bièvre Liers Valloire
L’inv entaire des zones humides sur le territoire de Bièvre Liers Valloire a été effectué sur la partie
drômoise du territoire pour le compte de la Communauté de Communes Rhône Valloire (Soberco
Env ironnement, 2004) et sur la partie iséroise pour le compte du Conseil Général de l’Isère (A VENIR,
2009, recensement des zones humides de surface supérieure à 1 ha).
Les principales zones humides de Bièv re Liers Valloire ont généralement déjà été identifiées, du fait de
leur intérêt patrimonial floristique et/ou faunistique, dans les inv entaires des milieux remarquables
(Inv entaire régional des tourbières, ZICO i , ZNIEFF i , Espace Naturel Sensible – ENS i -, Réseau
Ecologique Départemental de l’Isère – REDI -) ou les inv entaires faisant l’objet de mesures de
protection (Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope i , Réserv e Naturell ei , Zone de protection au
titre de la loi de 1976) ou d’engagements internationaux (Natura 2000 i SIC - Directiv e habitats, ZPS –
Directiv e Oiseaux).
3.3.2.1. Les zones humides d’intérêt majeur
Ce sont les zones considérées comme particulièrement riches sur le plan écologique et fonctionnel.
Elles peuv ent comporter notamment des habitats naturels dits d’intérêt communautaire (Directiv e
européenne Habitat 1992), abriter des espèces animales et/ou v égétales rares ou menacées. Sur le
périmètre du SAGE Bièv re Liers Valloire, on en recense 6. Parmi ces 6, l’Île de la Platière est plus en
D ocument v alidé
78/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
lien av ec le bassin v ersant du Rhône et la Tourbière de la Combe des Planchettes est en extrême
limite du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (cf. tableaux descriptifs et carte 1.12).
-
Tourbière et étang du Grand Lemps (source : DREA L Rhône-A lpes)
Localisation
Surface (ha)
Typologie de zone humide
SDA GE
Dispositifs réglementaires
et/ou inv entaires
Milieux
Particularités
Fonctionnalités
Fragilités
-
Majoritairement sur les communes du Grand Lemps et de Châbons
805 ha
Zone humide de bas fonds en tête de bassin
- Réserve naturelle
- Zone de protection Loi 1976
- Inv entaire tourbières
- ZNIEFF
- Natura 2000 SIC
- plan d'eau libre
- roselière
- tourbière
intérêts géomorphologique des stades de retrait des dernières
glaciations alpines et paléohistorique du dépôt de tourbe
- protection de la qualité de la ressource en eau
- régulation hydraulique (champs naturels d’expansion de
crue)
- populations d’av ifaune (toutes les espèces de hérons de
France représentées), d'amphibiens et de libellules
exceptionnelles pour la région
- zone d’alimentation ou de reproduction pour populations
animales ou v égétales
activ ités anthropiques agricoles (grandes cultures céréalières)
Etangs, landes, vallons tourbeux humides et ruisseaux à écrevisses de
Chambaran (source : DREA L Rhône-A lpes)
Localisation
Surface (ha)
Typologie de zone humide
SDA GE
Dispositifs réglementaires
et/ou inv entaires
Milieux
Particularités
Fonctionnalités
Lentiol, Thodure, Viriv ille, Le Grand Serre
1491
Zone humide de bas fonds en tête de bassin, région d’étangs,
bordures de cours d’eau, bordures de plans d’eau, zones humides
ponctuelles
- Natura 2000 SIC
- ZNIEFF
- ENS potentiel
- REDI
- Prairies semi-naturelles humides, Prairies mésophiles
améliorées
- Eaux douces intérieures (stagnantes, courantes)
- Marais, bas-marais, tourbières
substrat géologique original: glaise à quartzite
- nombreuses plantes rares
- Ecrev isse à pieds blancs, Triton crêté, nombreuses
libellules rares
Fragilités
D ocument v alidé
79/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
-
SAGE Bièvre Liers Valloire
Tourbière des Rivoires (source : DREA L Rhône-A lpes)
Localisation
Surface (ha)
Typologie de zone humide
SDA GE
Dispositifs réglementaires
et/ou inv entaires
Milieux
St Geoirs, Plan, La Forteresse, Quincieu
0.9
Zone humide de bas fonds en tête de bassin
-
Inv entaire tourbières
ZNIEFF
ENS potentiel
tourbière alcaline
prairies humides
Particularités
Fonctionnalités
Fragilités
-
Les Cressonnières à Beaufort (source : Conseil Général de l’Isère, A VENIR).
Localisation
Surface (ha)
Typologie de zone humide
SDA GE
Dispositifs réglementaires
et/ou inv entaires
Milieux
Particularités
Fonctionnalités
Fragilités
-
Beaufort
35
Zone humide de bas fonds en tête de bassin
-
ENS local
- Résurgence de la nappe phréatique
- landes
articulation entre le patrimoine naturel et le milieu rural : ancien site
de culture du cresson, réseau de biefs artificiels
Espèces faune et flore remarquables
Perte des activ ités traditionnelles et donc de l’entretien entraînant une
fermeture du milieu. Plantations de peupliers. Pressions par
l’agriculture, la pisciculture.
Tourbière de la Combe des Planchettes ( source : A VENIR).
Localisation
Surface (ha)
Typologie de zone humide
SDA GE
Dispositifs réglementaires
et/ou inv entaires
Milieux
Particularités
Fonctionnalités
Fragilités
D ocument v alidé
En extrême limite sud du bassin v ersant, St Pierre de Bressieux
9.9
Zone humide de bas fonds en tête de bassin
- Inv entaire tourbières
- ZNIEFF
- ENS local
- tourbière
- forêt
substrat géologique original : glaise à quartzite
patrimoine naturel exceptionnel : sphaigne, ly cope inondé, etc.
fermeture du milieu mais site géré de façon patrimoniale (conv ention
entre la commune St Pierre de Bressieux, l'ONF et AVENIR depuis
1997)
80/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
-
SAGE Bièvre Liers Valloire
Milieux alluviaux et aquatiques de l’Île de la Platière (source : DREA L Rhône-A lpes,
Réserv e naturelle i de l’Île de la Platière)
Localisation
Surface (ha)
En extrême limite ouest du bassin v ersant, Sablons, St Rambert
d’A lbon, en lien av ec le bassin v ersant du Rhône
> 600
Typologie de zone humide
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
SDA GE
- Réserve naturelle
Dispositifs réglementaires
- ZICO
et/ou inv entaires
- ZNIEFF
- Natura 2000 SIC et ZPS
- massif de forêt alluv iale le plus v aste entre Ly on et
Av ignon
Milieux
- prairies naturelles
- lônes
Particularités
témoignage de l'ancienne dy namique du fleuv e Rhône
- protection de la qualité de la nappe phréatique alluv iale
du Rhône
- écrêtement des grandes crues
Fonctionnalités
- continuité biologique entre les différents habitats et
potentialités biologiques importantes
- élément du "corridor naturel" constitué par le fleuv e tout
entier à l'échelle de la région Rhône-A lpes
- aménagements successifs et profondes modifications de
la dy namique fluv iale et du fonctionnement hydraulique
Fragilités
- activ ités anthropiques : agriculture (grandes cultures
céréalières), populiculture et industrie (prélèv ements en
eau dans la nappe phréatique)
3.3.2.2. Les zones humides d’intérêt local
Les zones humides d’intérêt local peuv ent être riches sur le plan écologique et assurer un rôle
fonctionnel. Mais du fait qu’elles sont généralement moins bien protégées que les zones humides
d’intérêt maj eur, elles peuv ent être menacées par les activ ités anthropiques (remblaiement, drainage,
pollution). Néanmoins elles conserv ent un potentiel fonctionnel important par le réseau qu’elles
constituent à l’échelle du territoire. Ce réseau, en termes d’écologie, a été en partie décrit à l’échelle
du département de l’Isère ; il s’agit du REDI i . Il se traduit sous la forme d’un continuum aquatique
qui comprend tous les éléments d’une même unité paysagère (cours d’eau, berges, zones humides),
parfois très fragmentés mais en connexion et suffisamment proches les uns des autres pour que les
échanges faunistiques se maintiennent.
Une ty pologie des zones humides a été proposée au niv eau national pour pouvoir disposer d’un
classement commun par grand ty pe de zones humides et mettre en place des suiv is de ces milieux
(SDA GE Rhône Méditerranée et Corse, 2000). Sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire, on identifie
ainsi pour les zones humides dites « d’intérêt local » les ty pologies suiv antes (cf. annexe 6) :
-
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales (ex. : site prioritaire Les Fontaines à Moras
en Valloire Soberco Env ironnement, 2006),
-
Zones humides de bas fonds en tête de bassin (ex. : ZNIEFF i Boisement humide et
ruisseau du Galav ey son à Viriv ille ; ZNIEFF i Prairie de St Didier de Bizonnes à Ey doche et
St Didier de Bizonnes),
-
Régions d’étangs (ex. : étangs des Bonnev aux),
-
Petits plans d’eau et bordures de plans d’eau (ex. : Etang à St Sorlin en Valloire Soberco
Env ironnement, 2006),
D ocument v alidé
81/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
-
Marais et landes humides de plaine et plateaux (ex. : Plateau de Chambaran),
-
Zones humides ponctuelles (ex. : site prioritaire Les Sources à Manthes
Env ironnement, 2006 ; ZNIEFF i Prairies humides des Sables à Chanas),
-
Zones humides artificielles (ex. : certaines carrières ; plan d’eau à A nney ron Soberco
Env ironnement, 2006).
Soberco
D’une façon générale, les études d’inv entaire du patrimoine naturel (FRA PNA , 2005) reconnaissent
que les milieux humides du territoire de Bièv re Liers Valloire ont été appauvris et sont encore menacés
par la généralisation de l’agriculture intensiv e et la périurbanisation, mais l’év olution de l’état de
l’ensemble des zones humides du territoire n’a pas été étudiée précisément. En rev anche certains
sites peuv ent faire l’objet de diagnostic et de projet de gestion : il s’agit en particulier des sites
d’intérêt majeur (exemple : réserv e naturelle i de l’Etang du Grand Lemps gérée par A VENIR) et des
sites identifiés comme Espaces Naturels Sensibles – ENS i – par les départements de la Drôme et de
l’Isère (exemple de l’ENS des Cressonnières à Beaufort) (cf. chapitre III.3.1.).
D ocument v alidé
82/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
3.4.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les relations nappe - cours d’eau
Le bassin Bièv re Liers Valloire compte plusieurs zones importantes d’émergence ou d’infiltration de
nappe (cf. Figure 24).
3.4.1. Les zones d’émergence de la nappe des
alluvions fluv io-glaciaires
Les sources de l’Oron à Beaufort et de la Veuze à Manthes sont les zones d’émergence les plus
remarquables sur le territoire Bièv re Liers Valloire (cf. Tableau 13). Les émergences de nappe
constituent des apports importants pour l’alimentation des cours d’eau tels que les Ey doches et
l’A rgentelle.
Commune
Cours d’eau
Ornacieux
Beaufort
Manthes
A nney ron
Bougé-Chambalud
Chanas
St Rambert d’A lbon
*Nc : non connu
Les Ey doches
L’Oron
La Veuze
L’A rgentelle
La Bège
Le Lambre
Les Claires
Débit
min
mesuré (l/s)
52
559
209
6
75
92
Nc*
date
08/1980
03/1980
09/1974
09/1974
09/1979
07/1980
Débit
max
mesuré (l/s)
487
1 185
1 481
88
242
250
Nc*
date
07/1980
10/1979
09/1977
09/1975
12/1977
01/1977
Tableau 13 : Caractéristiques des émergences de nappe de Bièvre Liers Valloire (source : SRAE
Rhône-Alp es, 1981).
Les débits de ces zones d’émergence ont été mesurés de façon ponctuelle lors de l’étude SRA E en
1981. Depuis, seules des mesures récentes de débit ont été effectuées sur les sources de l’Oron dans
le cadre de l’Espace Naturel Sensible du site des Fontaines à Beaufort (BURGEAP, 2008) : le débit a
été estimé respectiv ement en juin 2004 à env iron 1 450 l/s, en av ril 2007 à 50 l/s et en fév rier 2008 à
140 l/s. Les faibles v aleurs de débits observ és en 2007 et 2008 correspondent à des situations de très
basses ou basses eaux piézométriques.
Le suiv i des débits de ces sources serait un bon indicateur de l’état hy draulique de la nappe de Bièv re
Liers Valloire, mais les mesures sont délicates à réaliser.
3.4.2. Les zones d’infiltration des cours d’eau vers
la nappe des alluvions fluv io-glaciaires
Les écoulements prov enant du massif des Bonnev aux dans la plaine du Liers et de la colline du
Banchet dans la plaine de Bièv re s’infiltrent en totalité et alimentent donc la nappe. Les principaux
cours d’eau concernés sont les suiv ants :
-
Le Barbaillon, émissaire naturel de l’étang du Grand Lemps, qui parcourt 3 k m et se perd au lieudit la Bourgeat sur la commune du Grand Lemps. Des bassins d’infiltration en période de crue ont
été aménagés sur la commune de St Hilaire de la Côte, en limite de l’aéroport de Grenoble - St
Geoirs.
-
Les Eydoches qui s’infiltrent au lieu-dit le Bois des Burettes sur la commune de Penol, après av oir
parcouru 8 k m. Autrefois zone naturelle d’infiltration, le Bois des Burettes a été creusé de bassins
artificiels pour augmenter l’infiltration en période de fortes précipitations.
-
Le Poipon qui s’infiltre au lieu-dit Champ Bernard sur la commune de Penol, après av oir parcouru
6 k m. Un bassin d’infiltration a été aménagé quelques k ilomètres en av al pour les périodes de
crues.
D ocument v alidé
83/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
D’autre part, en période de crue, les pertes par infiltration dans le lit des cours d’eau et/ou par
débordements peuv ent être élev ées et concernent notamment le Riv al, le Dolure, le Suzon, le Lambre
et le Dolon.
Les cours d’eau tels que le Lentiol ou les Collières s’infiltrent en partie dès qu’ils entrent dans des
zones très perméables. Le colmatage de certains lits de cours d’eau ou de biefs limite progressiv ement
les infiltrations ; c’est notamment le cas de l’Oron, des Collières et des sy stèmes de biefs associés.
A l’origine, il existait d’autres zones d’infiltration naturelles qui ont été aménagées artificiellement pour
év acuer les eaux et qui, depuis, ne remplissent plus de rôle d’infiltration v ers la nappe :
-
Le lieu-dit les Barberons, où av ait lieu auparav ant l’infiltration du Riv al ; depuis les années 1970,
un canal artificiel d’év acuation des eaux a été aménagé, la Raille, qui prolonge le Riv al et le met
en connexion av ec l’Oron,
-
En av al de St Sorlin en Valloire aux lieux-dits Pétille, Poulet et Clacieux, auparav ant s’y produisait
l’infiltration des Veuzes ; la création d’émissaires artificiels pour év acuer les Veuzes v ers les
Collières a stoppé cette infiltration naturelle (SRA E, 1981).
Figure 24 : Principales zones d’émergence et d’infiltration des eaux souterraines.
3.4.3. Les échanges avec la molasse miocène
Les trav aux en cours de Tiffanie Cav e dans le cadre de l’étude du « fonctionnement hydrogéologique
du bassin tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze » ont apporté des éléments sur les
échanges entre la nappe de la molasse miocène et certains cours d’eau situés sur les zones où la
molasse est affleurante (Chambaran, collines au Sud de la Valloire) et entre la nappe de la molasse
miocène et la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires.
Les tronçons amont des cours d’eau du Riv al et du Bancel seraient ainsi alimentés par des apports
d’eau de la molasse (Cav e, 2009). Quant à la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires, elle pourrait être
alimentée par la nappe de la molasse dans les zones où la géologie fav oriserait la mise en charge de
D ocument v alidé
84/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
la nappe de la molasse. Le facteur explicatif serait la présence d’une couche géologique du pliocène.
Les zones où se produirait ce phénomène sont situées en av al du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire ;
les secteurs de Bougé-Chambalud, des sources de l’Oron, des sources de Manthes et en sortie de la
plaine de la Valloire seraient en particulier concernés.
Une modification des échanges entre les alluv ions fluv io-glaciaires et la molasse peut également se
produire dans les zones de pompages de la molasse. Dans cette configuration, c’est la nappe des
alluv ions qui alimente la nappe de la molasse av ec comme conséquence le transfert des pollutions de
la nappe superficielle v ers la nappe profonde.
D ocument v alidé
85/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
A retenir sur le bassin Bièvre Liers Valloire
Le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire couv re un territoire d’env iron 900 k m². Il s’étend sur une
soixantaine de k ilomètres d’est en ouest à chev al sur le Nord des départements de la Drôme et de
l’Isère. Le pay sage est marqué par l’existence de 3 grandes plaines : la Bièv re, le Liers et la Valloire,
encadrées au Sud par le massif de Chambaran et au Nord par le massif des Bonnev aux. Le territoire
s’étage de 160m à 500 m env iron. La pluv iométrie moy enne annuelle y est de 965 mm.
L’occupation du sol montre la forte prédominance des territoires agricoles, en particulier dans les
plaines, et des milieux naturels sur les reliefs. L’augmentation de la population, et de l’urbanisation en
parallèle, a été très forte ces 10 dernières années, exerçant une pression foncière importante. Le
territoire Bièv re Liers Valloire comptait un peu plus de 100 000 habitants en 2006. Les infrastructures
de transport routier, autoroutier, ferrov iaire et aéroportuaire, sont principalement situées dans le
centre des plaines et aux ex trémités est et ouest du bassin. Le tourisme et les loisirs en lien av ec l’eau
restent relativ ement confidentiels en dehors de la pratique de la pêche. Il n’existe pas d’enjeu
hydroélectricité sur le bassin.
Cette occupation du territoire conditionne les usages de l’eau et des milieux aquatiques sur le bassin.
Bièv re Liers Valloire se caractérise par la présence de 2 grandes nappes en lien av ec la géologie :
- la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires :
Elle est alimentée principalement par les pluies d’automne et d’hiv er. Sa perméabilité i est élev ée entre
10-3 et 10-2 m/s ; l’eau circule donc rapidement dans cet aquifère. La nappe présente une périodicité
annuelle av ec des hautes eaux en hiv er et des basses eaux à la fin de l’été et à l’automne. A l’échelle
pluriannuelle, une baisse significativ e des niv eaux de nappe est constatée depuis 2003. Elle est liée à
la succession de plusieurs années plutôt sèches en automne et hiv er, entraînant la succession de
recharges de nappe légèrement déficitaires.
- la nappe de la molasse miocène :
Elle est sous-jacente à la nappe des alluv ions fluvio-glaciaires et affleure sur les massifs de
Chambaran et Bonnev aux. Elle est beaucoup moins bien connue que la nappe des alluv ions. Sa
perméabilité i est env iron 100 fois moins élev ée que celle de la nappe des alluv ions et la circulation de
l’eau dans cet aquifère est donc lente. Les trav aux en cours sur cette nappe semblent indiquer qu’une
alimentation de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires par la molasse existerait dans les zones où la
couche géologique pliocène favoriserait la mise en charge de la nappe de la molasse. L’importance de
cette alimentation n’a pas encore été év aluée.
Le réseau hy drographique de surface est sous-dimensionné en raison des phénomènes d’infiltration
des eaux de pluie et de ruissellement due à la forte perméabilité i des alluv ions fluv io-glaciaires. Les
cours d’eau à l’amont du bassin ont des étiages faibles et sont donc de ce fait très v ulnérables aux
rejets ; les cours d’eau plus en av al du bassin peuv ent être soutenus par les résurgences de la nappe
ou de façon artificielle par les rejets des piscicultures. Les fortes crues se produisent après saturation
des sols par les eaux de pluie et peuv ent s’accompagner de phénomènes de transport solide
importants. Le débit journalier centennal sur l’Oron au niv eau de Beaurepaire a été estimé à plus de
150 m3/s.
Les inv entaires de zones humides réalisés sur le bassin en dénombrent plus de 150. Ces zones
humides ont un rôle patrimonial, fonctionnel et paysager important pour le territoire et le
fonctionnement du bassin v ersant. Seules quelques zones humides sont globalement bien connues et
disposent d’un cadre de gestion : les Espaces Naturels Sensibles, les zones Natura 2000, les
tourbières, etc. L es 4 principales zones humides du bassin, l’étang du Grand Lemps, les étangs,
landes, v allons tourbeux humides et ruisseaux à écrev isses de Chambaran, la tourbière des Riv oires et
les cressonnières à Beaufort font l’objet d’un plan de gestion.
D ocument v alidé
87/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Partie III
****
L’état des lieux des milieux et des usages du SAGE
Bièvre Liers Valloire
1. La qualité de la ressource en eau
1.1.
Bilan de la qualité des cours d’eau
Dans le cadre de l’état des lieux pour la Directiv e Cadre européenne sur l’Eau du bassin Rhône
Méditerranée (A ERMC, 2005), l’év aluation de l’objectif de bon état des cours d’eau a été réalisée en se
fondant sur leur état phy sico-chimique, phy sique et biologique. Le bon état des cours d’eau est atteint
lorsque l’état écologique et l’état chimique sont simultanément bons. Un seul paramètre ne respectant
pas le bon état entraîne le déclassement de la masse d’eau i .
L'état écologique traduit la biologie du milieu et la qualité de la structure et du fonctionnement des
écosy stèmes aquatiques associés aux eaux de surface. L’état chimique traduit le respect des
concentrations en substances prioritaires fixées par les directiv es européennes.
Pour les quatre masses d’eau i superficielles principales du bassin Bièv re Liers Valloire, le manque de
données pour apprécier leur état a été signalé (cf. Tableau 14, Figure 25 et A nnexe 1).
Code
masse
d’eau i
Nom masse d’eau
superficielle
i
objectif
bon état
écologique
objectif
bon état
chimique
objectif
de bon
état
2021
2015
2021
2021
2015
2021
2021
2015
2015
2027
2021
2027
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
FRDR10157
FRDR10183
FRDR10590
FRDR11721
FRDR11224
Le Riv al + Raille de
la source à St
Barthélemy
l'Oron de St
Barthélemy jusqu'au
Rhône
Collières + Dolure
Le Dolon
Ruisseau des
Eydoches
Ruisseau Le
Régrimay
Ruisseau Le Bège
Ruisseau Le Lambre
Ruisseau Le Niv ollon
Ruisseau de St
Michel
Ruisseau Le Suzon
Grande Veuze
Riv ière La Baïse
Riv ière Le Bancel
Torrent La Pérouse
2021
2021
2021
2021
2027
2015
2015
2015
2015
2015
2021
2021
2021
2021
2027
FRDR11559
Ruisseau La Coule
2027
2015
2027
FRDR466a
FRDR 466b
FRDR 466c
FRDR2014
FRDR10091
FRDR10774
FRDR10732
FRDR10860
FRDR11792
FRDR11842
Problématiques à traiter
qualité dégradée ;
déséquilibre quantitatif ;
problème de transport
sédimentaire ;
dégradation morphologique
qualité dégradée ;
déséquilibre quantitatif ;
dégradation morphologique
qualité dégradée ;
déséquilibre quantitatif ;
dégradation morphologique
qualité dégradée ;
déséquilibre quantitatif ;
dégradation morphologique
Tableau 14 : Caractéristiques des objectifs de bon état et des problèmes à traiter sur les masses d’eau
superficielles principales et secondaires du bassin Bièvre Liers Valloire (source : SDAGE Rhône
Méditerranée, 2009).
D ocument v alidé
89/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 25 : Carte des objectifs de bon état des masses d’eau superficielles du bassin versant Bièvre
Liers Valloire (source : SDAGE Rhône Méditerranée, 2009).
Les données sur la qualité des cours d’eau du bassin Bièv re Liers Valloire prov iennent de 4 études :
-
Bilan de qualité du bassin du Riv al, de l’Oron et des Collières (Gay Env ironnement, 1998),
-
Bilan de qualité des riv ières Bancel et A rgentelle (Géo+, 1999),
-
Bilan de qualité du Dolon et ses affluents (Gay Environnement, 2005),
-
Bilan de qualité des cours d’eau sur l’ensemble du bassin Bièv re Liers Valloire (Gay
Env ironnement, 2008).
L’ensemble de ces études, en complément de l’étude réalisée en 2005 dans le cadre de l’état des lieux
du SDA GE Rhône Méditerranée, permet d’établir un bilan de la qualité actuelle des cours d’eau du
bassin Bièv re Liers Valloire et de dégager des grandes tendances d’év olution de la qualité. Il montre la
forte sensibilité des cours d’eau aux rejets polluants. Les faibles débits des cours d’eau contribuent à
rendre les objectifs de bonne qualité de l’eau difficiles à atteindre, plus particulièrement sur la partie
iséroise du périmètre du SA GE.
1.1.1. Le système d’évaluation de la qualité de
l’eau (SEQ- Eau)
Jusqu’en 2009, le SEQ-Eau était l’outil de référence permettant d'év aluer la qualité d’une eau. Il a été
depuis remplacé par le Sy stème d’Ev aluation de l’Etat de l’Eau (SEEE-cours d’eau). Ce nouv eau
sy stème d’év aluation SEEE est piloté par l’ONEMA et a pour but de répondre aux exigences de la
Directiv e Cadre européenne sur l’Eau dans l’év aluation de l’état des eaux.
Dans le cadre du bilan de la qualité des cours d’eau de Bièv re Liers Valloire réalisé en 2007-2008 par
le bureau d’études Gay env ironnement, les résultats des analy ses phy sico-chimiques ont été
D ocument v alidé
90/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
interprétés en référence au SEQ-Eau v ersion 2 qui définit 5 classes de qualité (cf. Tableau 15 et
exemple pour les nitrates Tableau 16). La qualité phy sico-chimique év alue la structure naturelle des
eaux : concentration des éléments minéraux (nitrates, phosphore, etc.), température, conductiv ité,
pH. Les nitrates étant le paramètre le plus souv ent déclassant de la qualité des cours d’eau, la qualité
phy sico-chimique « hors nitrates » est év aluée pour mettre en év idence les autres paramètres
potentiellement déclassants.
Classe
Bleu
Vert
Jaune
Orange
Rouge
Définition de la classe de qualité –
état patrimonial
Eau de très bonne qualité
Eau de bonne qualité
Eau de qualité moy enne
Eau de qualité médiocre
Eau de mauv aise qualité
Indice de qualité
80 à 100
60 à 79
40 à 59
20 à 39
0 à 19
Tableau 15 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau.
Classe
Bleu
Vert
Jaune
Orange
Rouge
Teneur en nitrates (mg/l)
≤2
2 < ≥ 10
10 < ≥ 25
25 < ≥ 50
> 50
Indice de qualité
80 à 100
60 à 79
40 à 59
20 à 39
0 à 19
Définition de la classe de qualité
Eau de très bonne qualité
Eau de bonne qualité
Eau de qualité moy enne
Eau de qualité médiocre
Eau de mauv aise qualité
Tableau 16 : Concentration, indices et classes de qualité du SEQ-Eau pour les nitrates.
Par exemple pour les nitrates, la qualité de l’eau est jugée médiocre dès que la teneur en nitrates
dépasse 25 mg/l.
Les résultats des analy ses hy drobiologiques ont été interprétés en référence aux grilles de qualité des
hydro-écorégions i (HER) qui définissent des grilles de qualité régionalisées. La qualité hy drobiologique
év alue la qualité et la div ersité des inv ertébrés (larv es d’insectes, mollusques, v ers) qui v iv ent sur le
fond des cours d’eau. Dans le cas du bassin Bièvre Liers Valloire, les 5 classes de qualité sont les
suiv antes (cf. Tableau 17).
Classe
Bleu
Vert
Jaune
Orange
Rouge
Note IBGN*
≥ 15
14 – 12
11 – 8
7- 4
3- 1
GFI*
9
8– 7
6– 5
4– 3
2- 1
Définition de la classe de qualité
Eau de très bonne qualité
Eau de bonne qualité
Eau de qualité moy enne
Eau de qualité médiocre
Eau de mauv aise qualité
Tableau 17 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau pour les anlayses hydrobiolo giques.
1.1.2. Les perturbations identifiées en 2007
(source : Gay Environne ment, 2008)
Ce chapitre dresse un état des lieux phy sico-chimique, toxique et biologique à partir de l’interprétation
des mesures et analy ses effectuées au cours de l’année 2007.
Le Rival et ses affluents
Sur le Rival en amont de la station d’épuration du Rival et de la Baïse :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne, hormis en av al des apports de la Coule où elle
dev ient moy enne (surcharge en nitrites et en phosphore) ;
-
la qualité hy drobiologique est également bonne.
D ocument v alidé
91/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Sur le Rival en aval de la station d’épuration du Rival et de la Baïse :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est globalement médiocre, v oire localement mauv aise av ec un
excès chronique de matières phosphorées et azotées ;
-
la qualité v is-à-v is des toxiques (métaux et pesticides) est globalement bonne malgré la présence
de cuiv re et de chrome ainsi que d’A MPA6 ;
-
la qualité hy drobiologique est globalement moy enne mais mauv aise en av al immédiat de la
station d’épuration du Riv al.
Sur les affluents du Rival :
-
la qualité est globalement mauv aise pour la Coule. La qualité phy sico-chimique est très fortement
dégradée tandis que la qualité biologique conserv e un niv eau acceptable ;
-
la qualité est bonne pour la Baïse amont et mauv aise pour la Baïse av al. Exempt de perturbation
notable sur son secteur amont, ce cours d’eau voit sa qualité phy sico-chimique et biologique
fortement altérée, en av al des rejets des stations d’épuration de Saint-Siméon-de-Bressieux.
L’Oron, les Veuzes et les Collières
Sur l’Oron :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est globalement moy enne, la pollution étant d’abord azotée
(apports amont) puis phosphorée (apports des STEP du bassin v ersant) ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre sur la totalité du réseau. La teneur moy enne en
nitrates de l’Oron est de 28 mg/l. L’Oron est ali menté par l es ém ergences de l a nappe de Bi èvre
Liers Val loi re, or la teneur en ni trates de la nappe est élevée en rai son des fortes activ ités
agricoles du bassin v ersant. Les pollutions d’origine domestique contribuent également à la
surcharge chronique du réseau en nitrates ;
-
la qualité v is-à-v is des toxiques est bonne malgré la présence, en faible quantité, de mercure en
av al de Beaurepaire dont l’origine est à déterminer, et d’A MPA ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne, hormis en av al d’Epinouze. L’Oron apparaît
cependant très sensible à ce ty pe de dy sfonctionnement ;
-
la qualité hy drobiologique est moy enne.
Sur le Regrimay en aval de la station d’épuration de Lens-Lesta ng :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est moy enne (pollution azotée très forte en été) ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est bonne. La teneur moy enne en nitrates est de 6 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est moy enne ;
-
la qualité hy drobiologique est mauv aise.
Pour les Veuzes et les Collières :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est :
médiocre en av al des piscicultures de Manthes du fait d’une forte pollution azotée ;
moy enne sur le bassin médian, la pollution azotée et phosphorée observ ée prov enant à la fois
de l’amont (piscicultures de Manthes) et des rejets des stations de traitement des communes
riv eraines ;
bonne en amont du Rhône, la dilution et l’auto-épuration permettant une sensible
récupération du milieu ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre sur la totalité du réseau. La teneur moy enne en
6
L’A MPA Acide d’aminométhy lphosphonique est le métabolite, c’est-à-dire le produit de la dégradation,
principal du gly phosate, herbicide actuellement le plus utilisé au niv eau mondial.
D ocument v alidé
92/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
nitrates est de 32 mg/l. Comme pour l’Oron, l es Veuzes et les Col lières sont ali mentées en parti e
par l es émergences de la nappe de Bi èvre Liers Val loi re, or la teneur en nitrates de la nappe est
élevée en rai son des fortes activ ités agricoles du bassin v ersant. Les pollutions d’origine
domestique et les rejets des piscicultures contribuent également à la surcharge chronique du
réseau en nitrates ;
-
la qualité v is-à-v is des toxiques est bonne malgré la présence en faible quantité de plusieurs
métaux en av al de Saint-Sorlin-en-Valloire et de micropolluants organiques ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne hormis en av al de Lens-Lestang et en av al de la
confluence des Veuzes av ec les Collières ;
-
la qualité hy drobiologique est mauv aise sur les V euzes puis médiocre sur les Collières.
Les Eydoches et le Barbaillon
Sur le Barbaillon en aval de la société SIEGL :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est mauv aise, la pollution étant à la fois azotée et
phosphorée ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre, le Barbaillon pâtissant d’une surcharge chronique
due aux activ ités agricoles du bassin v ersant. La teneur moy enne en nitrates est de 31 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is des toxiques est bonne malgré la présence de mercure et de chrome en faible
concentration ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne ;
-
la qualité hy drobiologique est moy enne.
Sur le ruisseau des Eydoches en aval de la station d’épuration de Faramans :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne (légère pollution azotée et phosphorée) ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre (surcharge chronique due aux fortes activ ités
agricoles du bassin v ersant). La teneur moy enne en nitrates est de 27 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est faible malgré des signes légers de dy sfonctionnement.
La faible oxy génation et le pH élev é de l’eau sont fav orables à l’eutrophisation i ;
-
la qualité hy drobiologique est moy enne.
Le Dolon et ses affluents
Sur le Dolon :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne (légère pollution azotée et phosphorée) ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est moy enne sur le secteur amont puis bonne. La teneur moy enne
en nitrates est proche de 10 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne ;
-
la qualité hy drobiologique est bonne sur le bassin amont puis moy enne en av al des rejets de
Moissieu-sur-Dolon.
Une station du Réseau de Contrôle de Surv eillance (RCS) du district hydrographique Rhône
Méditerranée localisée sur le Dolon aux Sablons sur la commune de Chanas permet d’év aluer depuis
le 1er janv ier 2007 l’état général du Dolon et permettra de suiv re son évolution à long terme. Cette
station, située à l’av al des points analy sés dans le cadre de l’étude de Gay Env ironnement, a mis en
év idence en 2007 une qualité de l’eau :
- mauv aise liée à une altération par les matières organiques et oxydables, les matières
azotées et les matières phosphorées (marqueurs de rejets domestiques),
- médiocre liée à une altération par les nitrates et les particules en suspension,
D ocument v alidé
93/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
-
SAGE Bièvre Liers Valloire
moy enne liée à une altération par les Hy drocarbures A romatiques Poly cycliques (HA P).
Le Dolon a ainsi un objectif de bon état pour 2027.
Lors des précédentes mesures réalisées sur la même station en 2004 et 2005, les résultats indiquaient
une qualité d’eau relativ ement bonne. Les prochains résultats de qualité d’eau permettront de
confirmer ou pas cette très forte dégradation.
Sur la Bège en aval du rejet de la station de traitement de Bougé-Cha mbalud :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne malgré une légère pollution phosphorée et azotée
estiv ale ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre, ce cours d’eau apparaissant chroniquement v ictime
d’une surcharge en nitrates. La teneur moy enne en nitrates est de 24 mg/l. La B ège est en partie
alimentée par des eaux de la nappe ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne ;
-
la qualité hy drobiologique est bonne.
Pour le Lambre :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne, l’extrémité av al de ce cours d’eau pouv ant être
passagèrement et régulièrement altérée par des rejets d’eaux usées non collectés par les réseaux
existant dans la trav ersée de Chanas ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est médiocre, ce cours d’eau apparaissant chroniquement v ictime
d’une surcharge en nitrates. La teneur moy enne en nitrates est de 29 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne ;
-
la qualité hy drobiologique est moy enne suite aux écarts de collecte de Chanas.
L’Argentelle
Sur l’Argentelle :
-
la qualité phy sico-chimique de l’eau est bonne, malgré les écarts de collecte d’A nney ron puis
d’A lbon (pollution à la fois azotée et phosphorée) ;
-
la qualité v is-à-v is des nitrates est moy enne, l’ensemble du linéaire étudié subissant une pollution
chronique et croissante v ers l’av al. La teneur moy enne en nitrates est de 19 mg/l ;
-
la qualité v is-à-v is de l’eutrophisation i est bonne. Toutefois, certains indices laissent présager
d’une situation plus préoccupante, au moins sur le secteur av al ;
-
la qualité hy drobiologique est médiocre ou moy enne. Sur le bassin amont la communauté
benthique est très perturbée par les écarts de collecte d’A nney ron. Sur la partie av al, la qualité
s’améliore légèrement, les effets de l’auto-épuration étant en partie masqués par la dégradation
phy sique généralisée du cours d’eau.
D ocument v alidé
94/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Conclusion
Nitrates
80 %
60 %
40 %
20 %
0%
Riva l
Or o n
Li ers
Dol on
Ar gent ell e
BLV
Pourcenta ge de stations
Pourcent age de stat ion
Pourcenta ge de stations
Phy sico-chimie hors toxiques
1 00 %
100%
80%
60%
40%
20%
0%
Riv al
Oron
L iers
Do lo n
Argen t ell e
BLV
Pourcenta ge de stations
Hydrobiologie
100%
80%
Classe
Bleu
Vert
Jaun e
O range
Rouge
60%
40%
20%
0%
Riv al
Oro n
Li ers
Do lo n
Arg ent el le
Définition de la classe de qualité
Eau de très bonn e qualité
Eau de b onn e qualité
Eau de q ualité m oyenne
Eau de q ualité m édiocre
Eau de m auvaise qu alité
BLV
Figure 26 : Graphiques de répartition des stations échantillonnées par classe de qualité pour la qualité
physico-chimique hors toxiques, la qualité vis-à-vis des nitrates et la qualité hydrobiologique (source :
Gay Environnement, 2008).
Le bilan de qualité 2007 permet de mettre en év idence les trois grands problèmes qui affectent
l’essentiel, sinon la totalité des cours d’eau du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (cf. Figure 26 et
carte 1.13).
-
LA POLLUTION PAR LES NITRATES est généralisée et le plus souvent chronique. En fait, seuls
sont épargnés le Riv al amont, la B aïse amont, le Régrimay , où la moy enne des teneurs en nitrates
reste inférieure à 8 mg/l.
-
LA POLLUTION ORGANIQUE, liée à l’insuffisance des capacités d’assainissement, touche une
grande partie du réseau. Essentiellement azotée et phosphorée, cette pollution, le plus
souv ent d’origine domestique et localement industrielle, est la plus marquée sur :
la Coule aval, le Rival moyen, le Rival aval et la Baïse aval, suite respectiv ement aux
rejets des stations d’épuration de Izeaux - Sillans, de La Côte-Saint-André - le Riv al et de
Saint-Siméon-de-Bressieux ;
l’Oron amont, suite aux écarts de collecte de B eaurepaire et / ou aux apports amont ;
les Veuzes amont sous les piscicultures de Manthes ;
le Régrimay en av al des rejets de la station d’épuration de Lens-Lestang ;
le Barbaillon en av al des rejets traités de la Société d’Impression sur Étoffes du Grand
Lemps.
-
LA PERTE D’INTEGRITE BIOLOGIQUE DES COURS D’EAU touche une grande partie du réseau. La
dégradation de la qualité biologique est liée à la fois à l’insuffisance des capacités
d’assainissement et aux fortes altérations des caractéristiques des différents milieux (dégradation
phy sique et biologique de la ripisy lv e, dégradation phy sique des cours d’eau, dégradation
générale de la qualité de l’eau). Elle n’épargne que de rares secteurs du réseau : le Riv al amont,
la Baïse amont, l’Oron amont, le Dolon amont et la Bège.
D ocument v alidé
95/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.1.3. L’évolution
de
la
qualité
(source :
Gay
Environnement, 2008)
Ce chapitre présente l’év olution de la qualité des cours d’eau en comparant l’état des lieux 2007 à
celui connu au trav ers des inv estigations antérieures.
Le Rival et ses affluents
2007
1997
0%
20%
40%
60%
80%
100%
80 %
1 00 %
80%
1 00 %
Pourcenta ge de stations
20 0 7
19 9 7
0%
20%
4 0%
6 0%
Pourcenta ge de stations
2 00 7
1 99 7
0%
20 %
40%
60 %
Pourcenta ge de stations
Station
R IVAL
AMONT B AÏSE
2007
nd
1997
Zn
nd : non déterm iné
R IVAL
AMONT M ARCILLOLES
R AILLE
AVAL PEROUSE
Cu
nd
Cr, Cu
Cr, Zn
La qualité physico-chimique du Riv al n’a
pas év olué de manière sensible. Si év olution il y
a, il s’agit plutôt d’une dégradation. Le Riv al
en av al de la STEP du Riv al subit encore et
toujours une pollution azotée et phosphorée
saisonnièrement très forte.
La qualité vis-à-vis des nitrates tend à se
dégrader malgré les efforts déjà consentis
(opérations Pil’A zote). La qualité du Riv al
tendrait à s’améliorer, passant en moy enne de
22 mg NO 3/l à 17 mg NO3/l, mais celle des
secteurs amont tendrait à se dégrader, passant
en moy enne de 6 mg NO3/l à 8 mg NO 3/l.
La qualité biologique s’est sensiblement
améliorée entre 1997 et 2007. Cependant, la
situation reste globalement très médiocre. Cette
év olution apparaît peu cohérente av ec
l’év olution de la qualité phy sico-chimique mais
les conditions hy drologiques beaucoup plus
fav orables en 2007 qu’en 1997 peuv ent à elles
seules expliquer cette progression.
La qualité
métallique semble s’être
améliorée entre 1997 et 2007. En l’absence
d’explication, il conv iendra donc de confirmer
rapidement cette év olution.
Tableau 18 : Comparaison des niveaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur le Rival, fondée sur
la distribution des stations d’étude en fonction des classes de qualité SEQ-Eau et par type de qualité
(source : Gay Environnement, 2008).
L’Oron, les Veuzes et les Collières
• L’Oron
La qualité globale du réseau de l’Oron s’est a méliorée entre 1997 et 2007 (cf. Tableau 19).
20 0 7
19 9 7
0%
20%
4 0%
6 0%
80 %
1 00 %
Pourcenta ge de stations
20 0 7
19 9 7
0%
20%
4 0%
6 0%
Pourcenta ge de stations
D ocument v alidé
80 %
1 00 %
L’Oron en amont d’Epinouze pâtit d’une
pollution azotée mais la nouv elle station
d’épuration de Beaurepaire a permis de la
réduire sensiblement. En rev anche, en 2007
une pollution phosphorée apparaît.
La qualité vis-à-vis des nitrates n’a pas
évolué de manière notable ni en termes de
qualité globale, ni en termes de concentrations
dans les eaux superficielles et ce, malgré les
efforts déjà consentis (opérations Pil’A zote).
96/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2007
1997
0%
20%
40%
60%
80%
100%
Pourcenta ge de stations
Station
O RO N
O RO N
AMONT STEP
B EAUREPAIRE
AVAL
STEP
B EAUREPAIRE
2007
nd
1997
tous
nd : non déterm iné
Hg
nd
O RO N
AVAL
EPINOUZE
nd
tous
SAGE Bièvre Liers Valloire
La qualité biologique s’est a méliorée mais
demeure globalement moy enne. Cette évolution
apparaît cohérente av ec l’évolution de la qualité
phy sico-chimique
mais
les
conditions
hydrologiques beaucoup plus favorables en
2007 qu’en 1997 peuv ent à elles seules
expliquer cette progression.
Malgré les différences de méthodes et de
localisation, il semblerait que la qualité
métallique n’ait pas évolué sensiblement
entre 1997 et 2007.
Tableau 19 : Comparaison des niveaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur l’Oron, fondée sur la
distribution des stations d’étude en fonction des classes de qualité SEQ-Eau et par type de qualité
(source : Gay Environnement, 2008).
• Les Veuzes et les Collières
20 0 7
19 9 7
0%
2 0%
40 %
60%
8 0%
1 00 %
Pourcenta ge de stations
2007
1997
0%
20%
40%
60%
80%
100%
Pourcenta ge de stations
2007
1997
0%
20%
40%
60%
80%
100%
Pourcenta ge de stations
Station
2007
1997
VEUZE S
AMONT C OLLIERES
tous
Pb
nd : non déterm iné
CO LLIERES
AMONT RHONE
nd
tous
La qualité physico-chimique hors toxiques
du réseau Veuzes - Collières n’a pas
évolué de manière sensible entre 1997 et
2007. L e réseau pâtit encore d’une pollution
azotée en prov enance des secteurs amont
(Manthes, Saint-Sorlin), les moy ens de
traitement n’ay ant pas év olué entre les deux
périodes d’étude.
La qualité vis-à-vis des nitrates n’a pas
évolué de manière notable en termes de
qualité globale. En rev anche, en termes de
concentrations dans les eaux superficielles, la
situation s’améliore progressiv ement, les v aleurs
mesurées passant en moy enne de 38 mg NO 3/l
en 1997 à 31 mg NO 3/l en 2007.
La qualité biologique ne se mble pas avoir
évolué de manière sensible entre 1997 et
2007, ce qui paraît cohérent av ec l’év olution de
la qualité phy sico-chimique.
Malgré les différences de méthodes et de
localisation, il se mblerait que la qualité
métallique se soit améliorée entre 1997 et
2007. En l’absence d’explication, il conv iendra
donc de confirmer cette év olution par de
nouv elles analy ses.
Tableau 20 : Comparaison des niveaux de qualité définis en 1997 et en 2007 sur les Veuzes et les
Collières, fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des classes de qualité SEQ-Eau et
par type de qualité (source : Gay Environnement, 2008).
Les Eydoches et le Barbaillon
Pour ces deux cours d’eau, on ne dispose pas d’éléments de comparaison des niv eaux de qualité à des
dates différentes.
D ocument v alidé
97/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Le Dolon et ses affluents
La qualité globale du Dolon a relativ ement peu évolué entre 2004 et 2007 malgré une légère
amélioration.
2 00 7
2 00 4
0%
20 %
40%
60 %
80%
1 00 %
80 %
1 00 %
Pourcenta ge de stations
20 0 7
20 0 4
0%
20%
4 0%
6 0%
Pourcenta ge de stations
2007
2004
0%
20%
40%
60%
80%
100%
Pourcenta ge de stations
Malgré une légère amélioration de la qualité
physico-chimique entre 2004 et 2007, ce
constat ne doit pas masquer l’eutrophisation i
persistante du Dolon à Pact et la pollution
phosphorée affectant la Bège.
La qualité vis-à-vis des nitrates n’a pas
évolué de manière notable ni en termes de
qualité globale, ni en termes de concentrations,
hormis sur le bassin du Lambre où les v aleurs
mesurées tendraient à décroître en passant de
30-34 mg NO 3/l en 2004 à 28-29 mg NO 3/l en
2007.
La qualité biologique s’est détériorée entre
2004 et 2007. Cette év olution est due aux
altérations constatées au niv eau du Dolon en
amont de Pact et au niv eau du Lambre où les
rejets de Moissieu-sur-Dolon et les écarts de
collecte probables de Chanas semblent av oir un
impact plus marqué qu’en 2004, les conditions
de débit semblant plus limitantes sur le Lambre
av al.
Tableau 21 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 2004 et en 2007 sur le Dolon et ses
affluents, fondée sur la distribution des stations d’étude en fonction des classes de qualité SEQ-Eau et
par type de qualité (source : Gay Environnement, 2008).
L’Argentelle
La qualité globale du réseau de l’A rgentelle s’est très sensibleme nt a méliorée entre 1998
et 2007, la qualité passant de « médiocre » ou « moy enne » à « bonne ». Cette év olution illustre le
transfert des rejets d’A nney ron de l’Argentelle au Rhône, par abandon de la STEP d’Anney ron et
raccordement à la STEP d’A ndancette.
2007
1998
0%
20%
40%
60%
80%
100%
80%
100%
80%
100%
Pourcenta ge de stations
2007
1998
0%
20%
40%
60%
Pourcenta ge de stations
2007
1998
0%
20%
40%
60%
Pourcenta ge de stations
D ocument v alidé
La
qualité
globale
du réseau de
l’Argentelle s’est très sensiblement améliorée
entre 1998 et 2007. Toutefois, cette
amélioration
ne
doit
pas
masquer
l’eutrophisation i généralisée du cours d’eau, les
écarts de collecte persistants induisant
saisonnièrement un dy sfonctionnement marqué
de l’A rgentelle.
La qualité vis-à-vis des nitrates n’a pas
évolué de manière notable en termes de
qualité globale. Par contre, en termes de
concentrations, les v aleurs moy ennes mesurées
tendent à décroître légèrement en passant de
24 mg NO 3/l en 1998 à 20 mg NO 3/l en 2007.
La qualité biologique s’est améliorée entre
1998 et 2007, mais le niv eau de qualité globale
reste préoccupant. Des écarts de collecte
existent encore sur le secteur, entraînant une
perturbation forte de la communauté benthique,
98/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
pollution à laquelle
altération des habitats.
s’adjoint
une
grav e
Tableau 22 : Comparaison des niv eaux de qualité définis en 1998 et en 2007 sur l’Argentelle, fondée
sur la distribution des stations d’étude en fonction des classes de qualité SEQ-Eau et par type de
qualité (source : Gay Environnement, 2008).
D ocument v alidé
99/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.1.4. Les enjeux – qualité des eaux des cours d’eau
Les « points noirs » de la qualité des eaux superficielles mis en év idence sont les suiv ants :
-
des teneurs significativ es en nitrates, entre 20 et 30 mg/l, sur les cours d’eau du bassin dès leur
entrée dans les plaines. L’origine de ces teneurs en nitrates est liée aux pratiques culturales, aux
rejets domestiques ainsi qu’aux apports d’eau v enant de la nappe, chargée en nitrates, qui
alimente les cours d’eau de l’av al du bassin v ersant comme l’Oron et les Veuzes,
-
la pollution organique, essentiellement azotée et phosphorée, liée à l’insuffisance des capacités
d’assainissement domestique et des piscicultures qui touche une grande partie du réseau
hydrographique,
-
l’existence d’écarts de collecte qui expliqueraient la pollution du Dolon au niv eau de Chanas, de
l’A rgentelle au niv eau d’A nneyron et de l’Oron au niv eau de Beaurepaire. En effet, l e
raccordem ent de la commune d’Anneyron à l a station d’épuration d’Andancette a él imi né l e rej et
de la ST EP d’Anneyron qui avai t un im pact fort sur l ’Argentell e. Cependant, la non coll ecte de
certai ns rejets occul te com pl ètem ent l ’am éli oration apportée par l e raccordement sur l a ST EP
d’Andancette. On se trouve dans un cas si mi lai re pour Beaurepai re,
-
la présence de pollutions toxiques : pesticides et métaux, mise en év idence sur l’av al du bassin.
La contamination métallique nécessiterait une analyse plus précise av ec une recherche de l’origine
des pollutions,
-
l’insuffisance de la qualité hy drobiologique sur l’ensemble du bassin qui est à relier av ec les
précédentes insuffisances mais également au mauv ais état phy sique des cours d’eau.
Par ailleurs les débits d’étiage particulièrement faibles des cours d’eau dans la partie amont du bassin
v ersant accentuent les impacts des différents rejets. Et l’amélioration de la qualité de la nappe
alimentant les cours d’eau à l’av al du bassin v ersant, améliorerait par conséquent la qualité des eaux
de ces cours d’eau.
Des pistes de trav ail de la CLE pourraient être :
- d’améliorer la connaissance de certaines pollutions détectées et dont l’origine reste méconnue :
pollution organique du Riv al en av al de Marcilloles, de l’Oron et du Fay aret en av al de
Beaurepaire, contamination métallique de l’Oron en av al de Beaurepaire,
- d’améliorer la connaissance générale de la qualité des cours d’eau par la mise en place d’un
réseau de suiv i.
D ocument v alidé
100/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
1.2.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Bilan de la qualité des eaux souterraines
Dans le cadre de l’état des lieux pour la Directiv e Cadre européenne sur l’Eau du bassin Rhône
Méditerranée (AERM&C, 2005), l’objectif de bon état des nappes a été estimé en se fondant sur leur
état chimique et quantitatif (cf. Tableau 23, Figure 27 et A nnexe 1). Le bon état des eaux souterraines
est atteint lorsque l'état quantitatif et l'état chimique sont simultanément bons. Un seul paramètre ne
respectant pas le bon état entraîne le déclassement de la masse d’eau i .
Code
masse
d’eau i
Nom masse d’eau
souterraine
i
objectif
bon état
quantitatif
objectif
bon état
chimique
objectif
de bon
état
Problématiques à traiter
FR_D0_303
A lluv ions de la
Plaine Bièv re
Valloire
2015
2021
2021
Pollution agricole ;
pollution par les
pesticides ; risques pour
la santé ; déséquilibre
quantitatif ; gestion
locale à dév elopper
FR_D0_219
Molasses miocènes
du Bas Dauphiné
entre les v allées de
l'Ozon et de la
Drôme + complexes
morainiques
glaciaires + pliocène
2015
2021
2021
Risques pour la santé ;
gestion locale à instaurer
Tableau 23 : Caractéristiques des objectifs de bon état et des problèmes à traiter sur les 2 masses
d’eau souterraines principales du bassin Bièvre Liers Valloire (source : SDAGE Rhône Méditerranée,
2009).
Figure 27 : Carte des objectifs de bon état des masses d’eau souterraines du bassin versant Bièvre
Liers Valloire (source : SDAGE Rhône Méditerranée, 2009).
D ocument v alidé
101/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.2.1. Le réseau de suivi de la qualité des eaux
souterraines du bassin Bièvre Liers Valloire
(source : SOGREA H, 2008)
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, la qualité des eaux souterraines des aquifères des alluv ions fluvioglaciaires et de la molasse miocène est suiv ie de façon régulière par plusieurs réseaux :
-
Le réseau de suivi patrimonial de l’A gence de l’Eau Rhône Méditerranée au titre de la
Directive Cadre européenne sur l’Eau. Il est composé du réseau de contrôle de surv eillance
et du contrôle opérationnel. Le réseau de contrôle de surv eillance, qui doit permettre d’év aluer
l’état général des eaux et son év olution à long terme, compte 4 points dans les alluv ions fluv ioglaciaires de Bièv re Liers V alloire. Le contrôle opérationnel, qui s’applique sur les masses d’eau
ay ant un objectif de bon état au-delà de 2015, consiste dans la surv eillance des seuls paramètres
qui posent problème. Il est non pérenne, car il a vocation à s’interrompre dès que la masse d’eau i
se retrouv era en bon état. Il compte 12 points dans les alluv ions fluv io-glaciaires, dont les 4 du
réseau de contrôle de surv eillance, et 1 point dans la molasse miocène.
-
Le réseau de contrôle sanitaire sur les captages destinés à l’alimentation en eau potable
(captages en serv ice ou de secours) des DDA SS de la Drôme et de l’Isère. Il comporte
respectiv ement sur le bassin Bièv re Liers Valloire 5 points, dont 1 dans la molasse miocène, pour
la Drôme et 22 points pour l’Isère. Les analy ses portent sur un ou plusieurs paramètres parmi la
phy sico-chimie générale, la bactériologie, les micropolluants, les pesticides.
-
Le réseau de suivi patrimonial de l’Isère assuré conjointement par la DDA F et le Conseil
Général de l’Isère comporte 21 points. Les analy ses portent sur les nitrates et/ou les pesticides.
-
Le réseau de l’observatoire de l’eau de la Drôme du Conseil Général de la Drôme
comporte 2 points. Les analy ses portent sur les nitrates et/ou les pesticides.
-
Le réseau RRICQRHA (réseau des données qualité des eaux souterraines issues de l'autosurv eillance des sites d’installations classées pour l’env ironnement et des sites pollués, mis en
place par le Ministère de l'Écologie, de l'Energie, du Dév eloppement durable et de l'A ménagement
du territoire, le BRGM, les A gences de l'Eau et les DRIRE) comporte 38 points. Les analy ses
peuv ent porter sur les paramètres phy sico-chimiques, les métaux lourds. Ces données existent
mais le ministère n’a actuellement pas donné son accord pour leur utilisation.
Certains points de suiv i sont communs à 2 v oire 3 réseaux. A u final, 38 points de suiv i différents sur le
bassin de Bièv re Liers Valloire permettent d’appréhender la qualité des eaux souterraines (cf. Tableau
24 et Figure 28).
Par ailleurs, la qualité de la nappe de Bièv re Liers Valloire v is-à-v is des nitrates a été mesurée lors de
deux campagnes en juillet 1995 et juillet 1997 (A NTEA , 1995 ; A NTEA , 1997) et v is-à-v is des nitrates
et des pesticides en été 2008 (Sogreah, 2008). Plus d’une centaine de points ont fait l’objet d’une
analy se nitrates et ont permis une caractérisation de la v ariabilité spatiale des teneurs en nitrates sur
l’ensemble du bassin.
D ocument v alidé
102/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Libellé du point
Prof.
(m )
Com m une
SAGE Bièvre Liers Valloire
Aquifère
AEP Le Golley forage
Agnin
Alluvions Valloire
AEP Le Golley puits
Agnin
Alluvions Valloire
AEP Le Golley galerie
Agnin
Alluvions Valloire
AEP Les Prés Nouveaux
Albon
43
Alluvions Valloire
Source de l’Argentelle
Anneyro n
0
Alluvions Valloire
AEP
AEP
AEP
AEP
Balbins
Beaucroissant
Beaufort
Beaufort
Malatra
Les Bains
Bas Beaufort
Bas Beaufort secours
23
Com pl. Terres Froides
Alluvions Bièvre
Alluvions Bièvre
Alluvions Bièvre
AEP Les Im berts
Beaurepaire
Alluvions Bièvre
AEP Boisséaz
AEP Le Stade app oint
Forage le Rival
Chatenay
Com m elle
La Côte St André
Com plexe Cham baran
Alluvions Liers
Alluvions Bièvre
AEP Les Alouettes
La Côte St André
Alluvions Bièvre
AEP Mas de la Mort Balbins
La Côte St André
Com pl. Terres Froides
AEP Le Ronjay
Faram ans
AEP Serpiolat Eyd oche
Flachères
AEP Layat
Izeaux
LapeyrouseMornay
AEP Monta nay
39. 2
83
Alluvions Liers
Com plexe Bonneva ux
45
Alluvions Bièvre
14
Alluvions Valloire
AEP Com be Buclas
Longec henal
56
Alluvions Liers
Source du Lavoir
Manthes
0
Alluvions Valloire
AEP l’Ile – m iocène
Manthes
200
Molasse m iocène
AEP l’Ile – quaternaire
Manthes
22
Alluvions Valloire
Puits particulier
Moras en Valloire
AEP Cote Manin
Marcollin
86
Alluvions Bièvre
AEP Le Mourelet
AEP Vie de Nantoin Mottier
Moissieu-sur-Dol.
Le Mottier
52
42
Alluvions Valloire
Alluvions Liers
AEP
Vie
Cham pier
Le Mottier
42
Alluvions Liers
O rnacieux
19
Alluvions Liers
de
Na ntoin
AEP Seyez et Donis
Alluvions Valloire
AEP Les Teppes
St Etienne
Geoirs
St Etienne
Geoirs
St Hilaire
Cote
St Ram bert
AEP Les Poipes
Thodure
Alluvions Bièvre
AEP Source Melo n
AEP Source Michel
AEP Fontizot
Thodure
Thodure
Thodure
Com plexe Cham baran
Com plexe Cham baran
Com plexe Cham baran
AEP Le Poulet
Viriville
AEP Les Biesses
AEP
Madela n
intercom m unal)
AEP Cham p So uffrey
(forage
de St
Alluvions Bièvre
de St
de la
d’Alb.
Alluvions Bièvre
47
Alluvions Bièvre
18
Alluvions Valloire
27
Alluvions Bièvre
Réseau de suivi
DDAS S38
CG38 DDAF 38
AERM&C
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
AERM&C
DDAS S26
CG26
AERM&C
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
DDAS S38
AERM&C
CG38 DDAF 38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
AERM&C
DDAS S38
CG38 DDAF 38
CG38 DDAF 38
AERM&C
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
AERM&C
DDAS S26
DDAS S38
AERM&C
AERM&C
AERM&C
DDAS S26
AERM&C
DDAS S26
CG26
DDAS S38
AERM&C
CG38 DDAF 38
DDAS S38
DDAS S38
AERM&C
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
AERM&C
DDAS S26
DDAS S38
AERMC
CG38 DDAF 38
CG38 DDAF 38
CG38 DDAF 38
CG38 DDAF 38
DDAS S38
CG38 DDAF 38
Chroniq ues des
m esures
Dep uis 1997
Dep uis 1997
Dep uis 1996
Dep uis 2001
dep uis 2003
A partir de 2009
Dep uis
Dep uis
Dep uis
Dep uis
2001
1981
1985
1997
Dep uis 1993
Dep uis 2001
2005
Dep uis 2001
Dep uis 1981
1981- 200 9
Dep uis 1985
Dep uis 1990
Dep uis 1997
Dep uis 1997
Dep uis 1981
Dep uis 1997
1997- 99 et 2002
Dep uis 2000
Dep uis 1999
Dep uis 2000
Dep uis 1990
A partir de 2009
Dep uis 1997
Dep uis 1990
Dep uis 1981
Dep uis 1981
Dep uis 1981
Dep uis 1997
Dep uis 2007
Dep uis 1997
Dep uis 1993
Dep uis 1981
Dep uis 1997
Dep uis
Dep uis
Dep uis
Dep uis
1988
1997
1997
2002
Dep uis 1995
Tableau 24 : Points de suivi de la qualité des eaux souterraines du bassin Bièvre Liers Valloire (2009).
D ocument v alidé
103/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 28 : Carte de lo calisation des points des réseaux de suivi qualité des eaux souterraines du
bassin Bièvre Liers Valloire.
Dans le cadre du bilan de la qualité des eaux souterraines du bassin Bièv re Liers Valloire, les résultats
des analy ses phy sico-chimiques ont été interprétés en référence au SEQ-Eau souterraine qui définit 5
classes de qualité (cf. Tableau 25 et ex emple pour les nitrates Tableau 26).
Classe
Bleu
Vert
Jaune
Orange
Rouge
Indice de qualité
80 à 100
60 à 79
40 à 59
20 à 39
0 à 19
Définition de la classe de qualité
Eau de très bonne qualité
Eau de bonne qualité
Eau de qualité moy enne
Eau de qualité médiocre
Eau de mauv aise qualité
Tableau 25 : Indices et classes de qualité du SEQ-Eau souterraine.
Bleu
Teneur en
nitrates (mg/l)
≤10
Indice de
qualité
80 à 100
Vert
10 < ≥ 20
60 à 79
Jaune
Orange
Rouge
20 < ≥ 40
40 < ≥ 50
> 50
40 à 59
20 à 39
0 à 19
Classe
Définition de la classe de qualité – état patrimonial i
Eau dont la composition est naturelle ou « sub-naturelle »
Eau de composition proche de l’état naturel, mais détection
d’une contamination d’origine anthropique
Dégradation significativ e par rapport à l'état naturel
Dégradation importante par rapport à l’état naturel
Dégradation très importante par rapport à l'état naturel
Tableau 26 : Teneurs, indices et classes de qualité du SEQ-Eau souterraine pour les nitrates pour
l’état patrimonial i .
Le SEQ-Eau souterraine a été remplacé par les v aleurs données par l’arrêté du 17 décembre 2008
établissant les critères d'év aluation et les modalités de détermination de l'état des eaux souterraines
et des tendances significativ es et durables de dégradation de l'état chimique des eaux souterraines.
A insi le seuil de bon état des eaux souterrai nes est de 50m g/l pour l es ni trates, 0.1 µg/l pour un
D ocument v alidé
104/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
pesti ci de et 0,5 µg/l pour la somm e des pesti ci des. Ces seuil s correspondent aux concentrations
maximales autorisées dans les eaux distribuées.
1.2.2. La qualité des eaux de l’aquifère des
alluvions fluv io-glaciaires Bièvre Liers Valloire et
des eaux de la molasse miocène
1.2.2.1. La vulnérabilité i des nappes du bassin Bièvre Liers Valloire
La vulnérabilité i d’une nappe dépend de plusieurs paramètres phy siques qui sont, entre autres, la
profondeur de la nappe sous le sol, la perméabilité i de la formation aquifère, la présence ou non de
terrains de surface imperméables susceptibles de constituer un écran. Elle est définie comme
l’« ensemble de caractères qui détermine la plus ou moins grande facilité d’accès à un réservoir
aquifère et de propagation dans celui-ci d’une substance considérée comme indésirable » (Glossaire
du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Dév eloppement durable et de la Mer).
• La vulnérabilité i de la nappe des alluvions fluvio-glaciaires
La forte perméabilité i des alluv ions fluv io-glaciaires est à l’origine de la forte v ulnérabilité i intrinsèque
de l’aquifère. Le paramètre important susceptible d’atténuer les atteintes des pollutions est la
profondeur de la nappe et donc l’épaisseur de sol trav ersée.
La couv erture limoneuse reposant sur les alluv ions fluv io-glaciaires qui peut constituer un élément de
protection de la nappe n’est pas répartie de façon uniforme sur l’ensemble du bassin. Sur les hautes
et moy ennes terrasses, la couv erture sous forme de placages de limons, peut atteindre plusieurs
mètres. L es hautes et moy ennes terrasses sont de ce fait mieux protégées que les basses terrasses,
qui n’ont, quant à elles, pas ou peu de couv erture limoneuse et lœssique (BRGM, 1994) (cf. Figure
29).
La nappe de Bièv re Liers Valloire est donc dans son ensemble très vulnérable aux pollutions.
Figure 29 : Vulnérabilité i de la nappe aux pollutions (source : SRAE, 1981).
Par ailleurs, l’importante infiltration des eaux superficielles au niv eau de certains cours d’eau (cf. chap.
II.3.4.2) ; les ouvrages, exploités ou non (puits, forages, ouvrages d’essai abandonnés, ouv rages pour
D ocument v alidé
105/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
l’alimentation en eau potable abandonnés pour cause de contaminations, etc.) sont autant de points
d’accès priv ilégiés à la ressource en eau et constituent de ce fait des points de v ulnérabilité i .
• La vulnérabilité i de la nappe de la molasse miocène
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, on ne dispose pas d’éléments exhaustifs permettant d’apprécier la
v ulnérabilité i de l’aquifère de la molasse. Cependant, les transferts qui peuv ent exister de l’aquifère
sus-jacent des alluv ions fluv io-glaciaires, fortement dégradé d’un point de v ue qualité, v ers l’aquifère
de la molasse dans les zones de pompage de la molasse, au niv eau du cône de rabattement, peuv ent
entraîner un mélange des eaux de ces deux aquifères (cf. chap. II.3.1.2).
Sur le secteur nord Drôme en particulier, l’étude de l’aquifère molassique a mis en év idence que
l’aquifère est très v ulnérable sur toute l’extension géographique étudiée. « Il est seulement protégé au
niv eau des secteurs où les argiles marines pliocènes surmontent la molasse » (De La Vaissière, 2006).
L’étude a montré une contamination des différents horizons de l’aquifère molassique par des
pollutions de surface et par certains forages qui constituent des points d’entrée préférentiels pour les
polluants. « Cette vulnérabilité i est, de plus, accentuée par les pompages dans l'aquifère molassique
qui provoquent une drainance per descendum des eaux de subsurface, de mauv aise qualité » (De La
Vaissière, 2006).
1.2.2.2. La qualité des eaux souterraines du bassin Bièvre Liers Valloire
(source : SOGREA H Consultants, 2008)
NB : Ce chapitre traite de la qualité des eaux souterraines dites brutes, c'est-à-dire les eaux
souterraines avant tout traitement de potabilisation. Les eaux brutes sont représentatives de l’état du
milieu. En cela elles diffèrent des eaux distribuées ( eaux entre autres destinées à la consommation
humaine) qui peuvent avoir reçu un traitement préalable à la distribution et qui sont soumises à un
contrôle sanitaire obligatoire.
• La signature chimique naturelle
Les mesures phy sico-chimiques de la nappe alluv iale de Bièvre Liers Valloire caractérisent une eau de
ty pe bicarbonaté calcique, de conductiv ité électrique moy enne (à 25°c) de l’ordre de 500 µS/cm et de
dureté totale de l ’ordre de 28°F. Ces val eurs i ndiquent que l a nappe all uvi ale est donc moyennement
m inérali sée. La mi nérali sati on est cependant m oi ns im portante en dehors des axes des vall ées, ce qui
tradui t une alim entation l atéral e par les eaux de la m ol asse.
Le pH moyen de l ’eau est de l ’ordre de 7.5, soi t une eau rel ati vement neutre.
Les analy ses d’eau réalisées sur les captages d’eau potable permettent de déterminer une composition
moy enne des eaux de la nappe de Bièvre Liers Valloire (cf.Tableau 27 : Caractéristiques de la
composition moy enne des eaux de la nappe Bièvre Liers Valloire par analyse des eaux de
captages d’eau potable. Certains composants sont d’origine naturelle, en lien av ec la nature du
sy stème aquifère : bicarbonates et calcium par exemple. D’autres composants, tels les nitrates,
présentent des teneurs moy ennes à mettre en lien av ec les activ ités humaines.
Elément majeur
Bicarbonates
Calcium
Chlorures
Magnésium
Concentration moy enne
(mg/L)
282
107
17
3
Elément majeur
Nitrates
Potassium
Sodium
Sulfates
Concentration moy enne
(mg/L)
35
1.2
5
12
Tableau 27 : Caractéristiques de la composition moyenne des eaux de la nappe Bièvre Liers Valloire
par analyse des eaux de captages d’eau potable.
D ocument v alidé
106/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les eaux de la nappe de la molasse miocène sont généralement plus faiblement minéralisées que
celles de la nappe alluv iale. Elles sont caractérisées par des teneurs moy ennes relativ ement élev ées
en silice et en magnésium : respectiv ement 15 mg/l et 14 mg/l (De La Vaissière, 2006). On note
également la présence de teneurs en fer et en manganèse quelquefois importantes dans cet aquifère.
Dans le cadre de la thèse de Tiffanie Cav e « Etude du fonctionnement hydrogéologique du bassin
tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze », dont la zone d’étude couvre 2 900 k m², les
données disponibles sur la composition des eaux de la molasse montraient en général une qualité
d’eau meilleure que celle des alluv ions. La teneur moy enne en nitrates de la molasse était par
exemple de 11.5 mg/l (Cav e, présentation de l'étude aux collectiv ités iséroises, 3 mars 2009), en
comparaison de 36 mg/l pour les alluv ions.
• La bactériologie
Pour les paramètres bactériologiques, la qualité des eaux est généralement de classe bonne à très
bonne.
• L’altération par les nitrates
Dans l’ensemble du bassin Bièvre Liers Valloire, la qualité des eaux souterraines des
alluvions fluvio-glaciaires est significativeme nt dégradée par les nitrates. La teneur
moy enne en nitrates est d’env iron 36 mg/l et la teneur médiane de 35.65 mg/l (140 points analy sés,
Sogreah, 2008) (cf. carte 1.14). Les v aleurs extrêmes sont 8.4 mg/l relev é pour le captage d’AEP de
Moissieu-sur-Dolon et 122 mg/l relev é pour un puits d’irrigation agricole à Sillans.
Média ne : 35.65 mg/L
Figure 30 : Répartition des teneurs en nitrates dans la nappe Bièvre Liers Valloire (140 points
analysés, Sogreah, 2008).
En général, on constate que :
-
les points de mesure ay ant des teneurs élev ées en nitrates présentent également une forte
v ariabilité intra-annuelle, av ec des maxima situées en hiv er en cohérence av ec les périodes à
risques de lessiv age i de nitrates (fin de l’automne et hiv er) et des minima situées en été,
-
les teneurs en nitrates sont d’autant plus faibles et à faible v ariabilité intra-annuelle que l’ouv rage
est profond (teneurs en nitrates av oisinant les 40-50 mg/l pour les forages les moins profonds ;
situées entre 30 et 40 mg/l pour les forages plus profonds).
Sur le bassin Bièv re Liers V alloire, l’aquifère molassique miocène présente, du fait de sa profondeur et
de sa protection, des teneurs en nitrates significativ ement inférieures aux eaux de la nappe alluv iale,
mais néanmoins préoccupantes du fait de leur augmentation constante. Les teneurs en nitrates
mesurées aux captages d’eau potable dans la molasse miocène de l’Île à Manthes (profondeur du
D ocument v alidé
107/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
forage = 200 m) et de Beaufort (profondeur du forage = 180 m) v arient respectiv ement entre 10 et
20 mg/l et 20 et 30 mg/l.
Analyse spatiale
Les différentes études menées sur les teneurs en nitrates de la nappe (ANTEA , 1995 et 1997 ;
Sogreah, 2008) montrent un enrichissement progressif des eaux des hautes terrasses v ers les basses
terrasses et de l’amont v ers l’av al, en cohérence av ec les directions d’écoulement mis en év idence par
les cartes piézométriques. A insi les ouvrages situés sur les « pourtours » de la nappe sont plus
préserv és de la pollution par les nitrates (Longechenal, Faramans, Moissieu-sur-Dolon).
Les teneurs en nitrates importantes, entre 35 et 50 mg/l, apparaissent dès l’amont de la plaine de
Bièv re et se poursuiv ent jusqu’à l’av al de Beaurepaire, puis de nouv eau dans la plaine de la Valloire de
Jarcieu jusqu’à St Rambert d’A lbon. De même, la partie sud de la plaine du Liers correspondant au
chenal würmien est fortement contaminée (env iron 40 mg/l). En rev anche la partie nord de la plaine
du Liers présente des teneurs en nitrates moy ennes, entre 20 et 35 mg/l. Seules les terrasses en
bordure nord du bassin présentent des teneurs en nitrates plus faibles, entre 5 et 20 mg/l. Des
teneurs en nitrates supérieures à 50 mg/l sont observ ées localement en tête de la plaine de Bièv re ; il
pourrait s’agir de nappes perchées plutôt que de la nappe principale des alluv ions.
Tendance évolutive
Les chroniques de données sur les teneurs en nitrates les plus longues disponibles commencent au
début des années 1980. Elles montrent une teneur en nitrates de la nappe déjà importante en 1980
(35 à 50 mg/l) et une hausse des teneurs en nitrates depuis cette date-là jusqu’au milieu des années
1990. A partir de la fin des années 1990, on assiste, de façon générale, à une stabilisation, v oire à
partir de fin 2003 à une légère diminution (cf. Figure 31). La v ariabilité intra-annuelle des
concentrations dans la nappe semble également s’être progressiv ement atténuée. Néanmoins, la
comparaison des teneurs en nitrates entre 1995-1997 et 2008 montre dans les parties av al du Liers,
centrale et amont de la Bièv re une évolution à la hausse. Seule la plaine de la Valloire présente des
teneurs en nitrates à la baisse.
Nitrates
( mg/l NO3)
Evolution des teneurs en nitrates (mg/l)
norme eau
potable (50
mg/l)
60
50
40
30
20
01/04/2007
01/04/2006
01/04/2005
01/04/2004
01/04/2003
01/04/2002
01/04/2001
01/04/2000
01/04/1999
01/04/1998
01/04/1997
01/04/1996
01/04/1995
01/04/1994
01/04/1993
01/04/1992
01/04/1991
01/04/1990
01/04/1989
01/04/1988
01/04/1987
01/04/1986
01/04/1985
01/04/1984
01/04/1983
0
01/04/1982
10
01/04/1981
Teneurs en nitrat es (mg/l)
70
Figure 31 : Evolution des teneurs en nitrates des eaux brutes au captage d’eau potable des Alouettes,
La Côte St André, de 1981 à 2008 (source : DDASS Isère).
La comparaison entre les chroniques piézométriques et les chroniques des teneurs en nitrates met en
év idence une forte corrélation entre ces 2 paramètres (Sogreah, 2008). Lorsque la nappe « monte »
suite à des épisodes de recharge importante, on constate dans un premier temps, un léger
abaissement des teneurs en nitrates probablement lié à des infiltrations d’eaux pluv iales et au
phénomène de dilution, puis quelques semaines après, une augmentation des teneurs en nitrates (cf.
Figure 32).
D ocument v alidé
108/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
Figure 32 : Relation entre les teneurs en nitrates et la piézométrie (Sogreah, 2008).
La teneur en nitrates dans la nappe est donc fortement liée à la remobilisation de s
nitrates situés dans la zone de battement de nappe et au lessivage i des nitrates lors du
transfert vertical des eaux d’infiltration. L’amélioration constatée depuis 2003 dans les couches
superficielles pourrait donc être due en partie à l’absence de lessiv age i des nitrates dans les sols du
fait du déficit hy drique et/ou aux effets de l’amélioration des pratiques agricoles qui ont réduit les
apports azotés.
Si la tendance d’év olution des teneurs en nitrates semble, d’une façon générale, à la baisse dans les
couches superficielles, elle est en rev anche à la hausse dans la nappe de la molasse miocè ne.
La nappe profonde est sans doute contaminée par le biais de réalimentation par des eaux plus
chargées en nitrates (eaux de l’aquifère alluv ial situé au-dessus).
Facteurs explicatifs de l’altération de la nappe par les nitrates
Les études (A NTEA , 1995-1997 ; Sogreah, 2008) soulignent le fait que les secteurs à l’av al et au
centre de la nappe, présentant les teneurs en nitrates les plus élev ées, correspondent aux zones où
l’agriculture est, historiquement, la plus intensive : zones céréalières av ec possibilité d’irrigation au v u
de la faible profondeur de la nappe et av ec notamment des cultures de printemps pouv ant laisser les
sols nus pendant les périodes à risques de lessiv age i des nitrates.
• L’altération par les pesticides
Plusieurs substances activ es, présentes dans la composition des pesticides, sont détectées dans la
nappe, le plus souv ent à des seuils inférieurs aux normes de potabilité7. Il s’agit, par ordre de
7
N orme de potabilité pour une molécule de pesticide donnée : 0,1 µg/l
D ocument v alidé
109/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
fréquence d’apparition, de : la DEA (déséthyl atrazine)8, l’atrazine9, la simazine 10, le diuron11, le
métolachlore12, ainsi que d’autres molécules, dont l’A MPA13 qui fait son apparition en 2007.
La contamination par les pesticides, et notamment la DEA , est quasiment généralisée dans la nappe
de Bièvre Liers Valloire. Comme pour les nitrates, l’axe central des v allées de la Bièv re, du Liers et de
la Valloire semble plus contaminé que les coteaux (cf. carte 1.14).
La détection en certains points analy sés d’autres pesticides que la DEA semble indiquer le plus
souv ent une contamination localisée. Le cas du métolachlore est plus inquiétant car il a été détecté à
2 reprises lors de la campagne de mesures 2008, en plus de la contamination chronique connue sur le
captage A EP des Prés Nouv eaux à A lbon.
Tendance évolutive
Les chroniques de données sur les teneurs en pesticides sont relativ ement récentes (depuis 1990) et
irrégulières. Elles montrent à partir de fin 2003 une légère diminution des teneurs en pesticides.
Cependant les temps de renouv ellement des eaux souterraines étant très longs, le problème de la
rémanence de la contamination se pose et il est très difficile d’y remédier. Le bruit de fond de la DEA ,
métabolite de l’atrazine, est particulièrement significatif : bien qu’en décroissance continue, cette
molécule est encore détectée à des seuils significatifs, proches de 0,1 µg/l, plus de 4 ans après
l’interdiction de l’atrazine. Il est donc probable que l’on détecte cette molécule pendant encore
plusieurs années.
• L’altération par les solvants chlorés
Les solv ants chlorés et autres toxiques, comme les métaux, sont peu détectés dans la nappe
alluv iale : leurs concentrations très faibles dépassent rarement le seuil de détection. Les teneurs ne
sont jusqu’à présent jamais supérieures aux normes eau potable et il n’existe donc pas de
contamination généralisée de la nappe aux solv ants chlorés ou autres toxiques.
• L’altération par les pollutions domestiques
La pollution domestique liée à des problèmes d’assainissement peut être détectée à partir de l’analy se
du bore14 et des orthophosphates15. Les teneurs en bore et orthophosphates mesurées en 2008 par
Sogreah sont faibles et traduisent qu’il n’y a pas ou très peu d’altération généralisée de la nappe par
les pollutions domestiques.
8
DEA déséthyl atrazine : métabolite (produit de dégradation) de l’atrazine, à durée de demi-v ie longue (1 an).
A trazine : substance active d’herbicides utilisés sur maïs, retirés définitiv ement du marché en 2003.
10
S imazine : substance active d’herbicides utilisés en arboriculture et v iticulture, retirés définitivement du marché
en 2003.
11
D iuron : substance activ e d’herbicides, retirés définitiv ement du marché en 2003.
12
Métolachlore : substance active d’herbicides utilisés en arboriculture et sur maïs, retirés définitivement du
marché en 2003. Le métolachlore est remplacé par le S -métolachlore.
13
AMPA acide d’aminométhy lphosphonique : métabolite principal du gly phosate (herbicide autorisé), de plus en
plus fréquemment retrouv é dans les eaux superficielles et les sols, à durée de demi-v ie longue (1 an).
14
Bore : le bore est un bon traceur naturel des pollutions d’origine domestique voire industrielle. Il prov ient en
majorité des agents blanchissants des lessiv es.
15
O rthophosphate : forme minérale du phosphore dans l’eau provenant de la dégradation de la matière
organique ou des poly phosphates (utilisés dans le traitement des eaux ou comme adjuvants actifs dans les
détergents). S a présence dans l'eau peut également être liée à l'utilisation d'engrais.
9
D ocument v alidé
110/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.2.2.3. Les enjeux – qualité des eaux souterraines
La nappe Bièv re Liers Valloire est très v ulnérable du fait de l’absence de protection naturelle. Des
pressions div erses liées aux activ ités anthropiques s’exercent au-dessus d’elle.
La nappe présente ainsi :
-
une pollution généralisée par les nitrates, plus marquée dans les centres des plaines, là où se
concentrent les écoulements d’eau,
-
une pollution quasi généralisée par les pesticides, par l’atrazine et ses dériv és en particulier.
Les analy ses réalisées n’ont pas mis en év idence de polluants marqueurs d’une pollution liée à
l’assainissement domestique, ni aux rejets industriels.
Pour les teneurs en nitrates dans la nappe, même si depuis la fin des années 1990, il y a globalement
sur le bassin une relativ e stabilisation, voire une légère diminution, l’évolution des teneurs en nitrates
est à la hausse dans les parties av al du Liers, centrale et amont de la Bièv re. Seule la plaine de la
Valloire présente des teneurs en nitrates à la baisse.
Le suiv i de l’évolution des teneurs en pesticides est particulièrement important pour détecter
l’apparition de nouv elles molécules et essay er de comprendre le fonctionnement de cette pollution.
La nappe de la molasse sur le bassin Bièvre Liers Valloire est beaucoup moins bien connue que la
nappe des alluv ions. On ne dispose d’informations sur l’év olution de la qualité de la molasse que sur 2
points de suiv i. La nappe de la molasse semble globalement de bonne qualité. La qualité de ses eaux
est cependant fortement tributaire de la conception des ouv rages captant cet aquifère et des
phénomènes d’inv ersion des flux d’eau entre la nappe des alluv ions et celle de la molasse dans les
zones de pompage. Il est nécessaire de limiter les transferts d’eau et donc de polluants de la nappe
superficielle v ers l’aquifère molassique.
D ocument v alidé
111/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.2.3. La qualité de l’eau publique distribuée
L’eau destinée à l’alimentation en eau potable distribuée sur le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire
prov ient en totalité des eaux souterraines (sources, forages). Elle était distribuée en 2008 par 107
Unités De Distribution (UDI). Une UDI est un ensemble de réseaux de distribution dans lesquels la
qualité de l’eau est réputée homogène.
1.2.3.1. La structuration de la compétence eau potable
Il existe 13 structures intercommunales ay ant la compétence production et distribution de l’eau
potable. La structuration est beaucoup plus ténue sur l’amont du territoire, mais des réflexions de
prise de compétence à l’échelle des communautés de communes sont en cours (exemple : B ièv re Est,
Bière Toutes A ures).
La DDA SS de l’Isère a constaté qu’un des facteurs d’amélioration de la qualité de l’eau potable
distribuée est notamment la structuration des réseaux, qui permet de mutualiser et de choisir les
ressources utilisées pour la distribution d’eau potable.
1.2.3.2. La qualité de l’eau potable brute et distribuée
Sur le bassin Bière Liers Valloire, l’eau destinée à l’alimentation en eau potable est
globaleme nt conforme aux normes de qualité. La qualité de l’eau prélev ée, on parle aussi
d’ « eau brute », et la qualité de l’eau distribuée sont appréciées à partir des résultats des contrôles
sanitaires réglementaires réalisés par les DDA SS. Pour un même captage, les qualités de l’eau
prélev ée à un captage et de l’eau distribuée à partir de ce captage peuv ent être différentes du fait des
traitements interv enant av ant la distribution : traitements aux UV ou au chlore pour éliminer les
germes bactériologiques, mélange av ec une autre ressource en eau pour dilution et/ou appoint,
traitement au charbon actif pour éliminer certaines molécules de polluants (pesticides notamment).
Par exemple, l’eau brute pompée au captage de l’Île à Manthes dans la nappe des alluvions fluvioglaciaires (Syndicat Intercommunal d’Eau Potable Valloire Galaure) a une teneur en nitrates proche de
40 mg/l. L’eau distribuée par les unités de distribution a, quant à elle, une teneur maximale en
nitrates de 25 mg/l, car l’eau distribuée est un mélange entre l’eau des alluvions fluvio-glaciaires
chargée en nitrates et l’eau de la molasse captée à Manthes également faiblement chargée en nitrates
(environ 15 mg/l).
Toutefois, comme pour la nappe alluv iale dans son ensemble (cf. chap. III.1.2.2), la majorité des
captages d’eau potable présentent des teneurs fortes en nitrates et des contaminations par certains
pesticides.
Nitrates :
Limite réglementaire de qualité eau potable : 50 mg/l
Risques encourus, notamment par la population la plus vulnérable (nourrissons et femmes enceintes),
suite à une exposition à une forte dose de nitrates : méthémoglobinémie 16 (source : INVS).
Les chroniques des teneurs en nitrates des eaux de captages pour l’alimentation en eau potable
montrent une hausse des années 1980 à la fin des années 1990 et une stabilisation depuis autour de
30 à 40 mg/l. Les captages d’eau potable situés sur les pourtours de la nappe sont plus protégés du
fait de l’épaisseur de sol trav ersée. Par exemple, la teneur maximale en nitrates enregistrée pour le
captage du Mourelet à Moissieu-sur-Dolon est de 8.8 mg/l pour la période de 1990 à 2007.
16
Méthémoglobinémie : Dans l’organisme, une partie des nitrates se transforment en nitrites qui se fixent sur
l’hémoglobine qui ne peut plus transporter l’oxy gène. A forte dose, l’intoxication prov oque une
méthémoglobinémie plus connue sous le nom de « maladie bleue » ou cyanose. Le bilan des analyses de nitrates
en F rance et les niveaux mesurés ne justifient pas la mise en place d’une surv eillance épidémiologique spécifique
aux effets des nitrates sur la santé des consommateurs d’eau du robinet. http://www.invs.sante.fr
D ocument v alidé
112/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
D’après les données des DDA SS de la Drôme et de l’Isère, aucun captage d’A EP situé dans la nappe
de Bièv re Liers Valloire n’a dépassé en 2007 la norme eau potable nitrates de 50 mg/l pour les eaux
brutes. Le dépassement de la norme eau potable est de moins en moins fréquent depuis les années
2000 (cf. carte 1.15).
De la même façon, en 2007, les 107 UDI du périmètre du SAGE ont distribué une eau conforme pour
la qualité nitrates. L a moy enne des teneurs maximales en nitrates sur les 107 UDI en 2007 est de
21 mg/l. Les v aleurs minimale et maximale relev ées sont : 1 mg/l pour les 3 UDI de Bressieux, de
Combe de Vaux – Cuzin et St Siméon de Bressieux Charpenay dont la ressource principale commune
est le captage grav itaire de la Fontaine des Villards sur la commune de St Pierre de Bressieux et
45 mg/l pour l’UDI Grand Balbins dont l’eau prov ient principalement du captage du Mas de la Mort.
Pesticides :
Limite réglementaire de qualité eau potable : 0,1 µg/l pour une molécule considérée ; 0,5 µg/l pour le
total des molécules de pesticides.
Risques encourus, notamment par la population la plus vulnérable (agriculteurs, particuliers
utilisateurs de pesticides, résidents proches de zones d’épandage de pesticides), suite à une
exposition à une dose forte et prolongée de pesticides (exposition essentiellement par les aliments,
très faible par l’eau) : cancers, effets reprotoxiques17, effets neurotoxiques18 (source : INVS).
Les résultats d’analy ses sanitaires montrent que peu de substances sont détectées. Les substances les
plus fréquemment retrouv ées sont la DEA (déséthy latrazine) et l’atrazine, ainsi que pour le captage
des Prés Nouv eaux à A lbon (Sy ndicat Intercommunal d’Eau Potable Valloire Galaure) le métolachlore.
D’autres substances ont été détectées ponctuellement, par ordre décroissant de fréquence de
détection : le glyphosate, la simazine et la therbuthy lazine.
Les chroniques des teneurs en pesticides des eaux brutes de captages pour l’alimentation en eau
potable montrent une diminution de la détection de l’atrazine et de la DEA et une diminution des
dépassements de la norme eau potable (0,1 µg/l pour une molécule considérée). Il est probable que
cette régression soit à la fois liée au déficit hy drique depuis 2003 qui a entraîné moins de lessiv age i
des sols et à l’év olution des pratiques agricoles av ec le retrait du marché de certains produits, par
exemple de l’atrazine.
D’après les données des DDA SS de la Drôme et de l’Isère, 4 captages d’A EP (« Les Biesses »,
commune de St Etienne de St Geoirs ; « La Vie de Nantoin » et « Sey ez et Donis », Communauté de
Communes du Pay s de Bièv re Liers ; « Le Ronjay », SIE Dolon Varèze) situés dans la nappe de Bièv re
Liers Valloire ont dépassé ponctuellement en 2007 la norme eau potable pesticides de 0,1 µg/l pour la
substance DEA (cf. carte 1.15).
En 2007, les eaux distribuées sont généralement de bonne qualité v is-à-v is des pesticides. Sur les 107
UDI du périmètre du SA GE :
-
87% des UDI étaient en situation conforme,
-
6 UDI, soit 6 %, ont distribué une eau « occasionnellement non-conforme » présentant des
concentrations en pesticides supérieures à la norme 0,1 µg/l de potabilité sans occasionner de
restriction pour la consommation. Dans les 6 cas, la déséthy latrazine, l’atrazine et dériv és sont en
cause,
-
8 UDI, soit 7 %, ont distribué une eau « non-conforme » présentant des concentrations en
pesticides supérieures à la norme de 0,1 µg/l de potabilité (dans 6 cas sur 7 il s’agit de
déséthy latrazine, atrazine et dériv és ; 1 cas concerne le métolachlore) sans occasionner de
17
E ffets reprotoxiques : augmentation de l’incidence des pathologies ay ant trait à la reproduction (atteintes à la
fertilité) et le développement (atteintes portées au développement de l’enfant au cours de la gestation et après la
naissance). http://www.inv s.sante.fr
18
E ffets neurotoxiques : perturbation ou paraly sie de l'influx nerv eux, en agissant notamment sur les émetteurs
ou les récepteurs sy naptiques.
D ocument v alidé
113/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
restriction pour la consommation. Une dérogation préfectorale a été accordée aux gestionnaires
d’eau potable av ec obligation de rétablir la qualité de l’eau dans un délai de 3 ans.
Sur les 14 UDI présentant un problème v is-à-v is des pesticides, pour 13 d’entre elles ce problème
s’accompagne de teneurs en nitrates supérieures à 25 mg/l. Il s’agit des UDI dont la ressource
principale est un captage dans la nappe du Liers (Sey ez et Donis, La Vie de Nantoin, Le Ronjay ), le
captage des Biesses à St Etienne de St Geoirs, le captage des Prés nouv eaux à A lbon et les sources
Melon et Michel à Thodure.
Bactériologie :
Limite réglementaire de qualité eau potable : absence de germes témoins de contamination fécale
(coliformes thermotolérants et streptocoques fécaux).
Pour les microbes entériques, risques encourus, notamment par la population la plus vulnérable
(populations alimentées par de très petites unités de distribution (campagne, montagne), personnes
immunodéprimées), suite à une exposition : gastro-entérites, hépatite A, ulcère et cancer de
l’estomac.
Pour les legionelles, risques encourus, notamment par la population la plus vuln érable (personnes
âgées ou immunodéprimées, fumeurs…), suite à une exposition (essentiellement douche) :
légionellose.
En 2007, sur les 107 UDI du périmètre du SAGE :
-
90 % des UDI ont distribué une eau de qualité bactériologique bonne (taux de conformité entre
90 et 95 %) ou très bonne (taux de conformité supérieur à 95 %),
-
4 UDI, soit 4 %, ont distribué une eau de qualité bactériologique moy enne (taux de conformité
pour les germes fécaux entre 80 et 90 %),
-
6 UDI, soit 6 %, ont distribué une eau de qualité bactériologique médiocre (taux de conformité
pour les germes fécaux entre 50 et 80 %).
Les 10 % d’UDI qui ont distribué une eau de qualité bactériologique médiocre ou moy enne sont le
plus souv ent des UDI de petite taille utilisant des sources de coteaux seules ou en mélange sur le
secteur des Chambaran ou des Bonnev aux, donc plus vulnérables. De plus, sur ces petites UDI, le
nombre annuel d’analy ses bactériologiques est moins important que sur des UDI desserv ant une
population plus importante et tout résultat d’analyse non-conforme entraîne un déclassement.
Sur les 10 UDI présentant un problème v is-à-v is de la bactériologie, 3 UDI ont également un problème
de teneurs en nitrates et 1 UDI a en plus un problème de teneurs en nitrates et en pesticides (UDI
Grand Balbins, dont la ressource principale est la source Mas de la Mort). Il s’agit d’UDI dont la
ressource principale est une source, un mélange de sources ou un mélange source-forage.
1.2.3.3. La protection des captages d’eau potable
• Rappel de la réglementation existante sur la protection des
captages d’eau potable
La réglementation impose la mise en place de périmètres de protection autour des captages d’eau
publics pour assurer la sécurité générale du réseau et la préserv ation de la qualité des eaux
souterraines ou superficielles captées. La dé claration d’utilité publique (DUP) d’un captage public
d’eau potable (ou de plusieurs captages appartenant à la même collectiv ité) est un arrêté
préfectoral qui encadre la protection de ce dernier. La DUP, dont l’instruction est confiée aux
DDASS, s’appuie sur l’ensemble des tex tes réglementaires suiv ants :
- une déclaration d’utilité publique des trav aux de dériv ation des eaux des sources ou des forages
(code de l’env ironnement L.215-13),
- une autorisation des trav aux et installations de prélèv ement d’eau (code de l’env ironnement L.214- 1
à L.214-6),
D ocument v alidé
114/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
- une détermination obligatoire des périmètres de protection immédiate, rapprochée et éloignée
autour des ressources (code de la santé publique L.1321-2),
- une autorisation de l’utilisation des eaux prélevées en vue de la consommation humaine (code de la
santé publique R.1321-6 à R.1321- 12),
- une déclaration des conditions d’expropriation dans le périmètre de protection immédiate, dont les
terrains doiv ent être acquis en pleine propriété par le maître d’ouvrage (Code de l’expropriation).
En pratique, la procédure est lourde à mettre en œuv re. Elle comprend :
-
la délibération de la collectiv ité pour engager la procédure,
-
les études de v ulnérabilité i et l’av is de l’hy drogéologue agréé sur les disponibilités en eau, les
mesures de protection et la définition des périmètres de protection,
-
une phase administrativ e menant à la signature de la DUP (consultation des serv ices - A gence de
l’Eau, Chambre d’agriculture, DDT, DREA L, ...- et de la collectiv ité sur le projet d’arrêté
préfectoral, enquête publique),
-
la notification à la collectiv ité des démarches à entreprendre : trav aux de mise en conformité,
notification aux propriétaires des terrains inclus dans le périmètre de protection rapprochée, mise
en conformité du PLU ou du POS.
De plus, le plan national Santé Env ironnement 2004 – 2008 des Ministères de la Santé et de la
Protection sociale ; de l’Écologie et du Dév eloppement durable ; de l’Emploi, du Trav ail et de la
Cohésion sociale ; délégué à la Recherche, prévoit, à l’échelle nationale, que « l'ensemble [des]
actions [- instruction des procédures confiée aux seules DDA SS, simplification des procédures et
subordination des aides de l’agence de l’eau aux collectiv ités locales à l’engagement effectif des
procédures de protection des périmètres de captage - …] doit permettre de protéger 80% des
captages en 2008 et 100% en 2010 ».
• Les périmètres de protection de captages d’eau potable
Le territoire du SA GE Bièv re Liers Valloire compte plus d’une centaine de captages d’eau potable
publics (cf. chap. III.2.1.). Plus de 37 % de ces captages ont une DUP (source : DDA SS Drôme et
Isère au 23/07/2007) ; ils alimentent env iron 58 % de la population du territoire. Les DUP ont été
établies, en général, en fonction d’un ou plusieurs des critères suiv ants : l’importance des débits,
l’importance de la population desserv ie, l’importance de la v ulnérabilité i de la ressource en eau et le
fait que cette ressource en eau potable soit l’unique ressource, c'est-à-dire qu’il n’existe aucune
sécurisation par raccordement sur une autre ressource.
Plus de 90 % de captages n’ay ant pas fait l’objet d’une DUP possèdent toutefois un tracé des
périmètres de protection. L’existence des périmètres de protection sans DUP n’est pas satisfaisante
d’un point de vue réglementaire mais sert de base néanmoins à une protection d’un point de vue
sanitaire, à condition que les prescriptions associées soient mises en œuv re av ant l’arrêté de DUP.
Selon les serv ices de la DDA SS Isère, 7 captages d’eau potable situés sur le bassin B ièv re Liers
Valloire et 3 captages situés en périphérie et alimentant les habitants du bassin seraient à abandonner
pour des raisons de vulnérabilité et/ou de problèmes de qualité av érés.
• Le cas particulier des captages prioritaires
Sur le bassin v ersant Bièvre Liers Valloire, 11 captages prioritaires, dont 5 au titre du Grenelle de
l’env ironnement, ont été identifiés par les serv ices de police des eaux de la Drôme et de l’I sère sur
des critères de qualité v is à v is des pollutions diffuses nitrates et pesticides et de population desserv ie.
Sur les bassins d’alimentation des captages prioritaires, un programme de restauration de la qualité de
l’eau dev ra être mis en place d’ici 2012 pour ceux classés au titre du Grenelle, et d’ici 2015 pour les
autres. Ce dispositif s’appuie sur la définition de la zone de protection de l’aire d’alimentation du
captage (AAC) puis le diagnostic territorial des pressions agricoles et enfin l’élaboration d’un
D ocument v alidé
115/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
programme d’actions adaptées pour permettre la mise en place des mesures agroenv ironnementales.
Si d’ici 2012 pour les captages prioritaires Grenelle ou 2015 pour les autres captages prioritaires, les
agriculteurs n’ont pas engagé v olontairement des mesures de protection des eaux, le préfet de
département pourra rendre obligatoire ces mesures agroenv ironnementales. (cf. carte 1.15).
A ctuellement, sur la partie iséroise du bassin v ersant, la zone de protection de l’aire d’alimentation des
4 captages prioritaires au titre du Grenelle a été définie par l’hydrogéologue de la DDT Isère (La Vie
de Nantoin au Mottier ; Sey ez et Donis à Ornacieux ; Le Ronjay à Faramans et le champ captant du
Golley à A gnin). Par ailleurs, ces 4 captages font l’objet de l’opération Terre&Eau de la Chambre
d’Agriculture de l’Isère et une partie des diagnostics des pressions agricoles est déjà réalisée (cf. chap.
III.1.3.2.). Sur la partie drômoise du bassin v ersant, c’est sur le captage prioritaire des Prés Nouv eaux
à A lbon que le dispositif est le plus av ancé : la zone de protection de l’aire d’alimentation du captage
est en cours de définition par un bureau d’études et la Chambre d’Agriculture de la Drôme, dans le
cadre de l’opération Agr’eau 26, a déjà entamé un diagnostic des pressions agricoles. La zone de
protection de l’aire d’alimentation des 2 captages prioritaires, l’Île à Manthes et Montanay à
Lapey rouse-Mornay , dev rait être déterminée en 2010 par un bureau d’études.
D ocument v alidé
116/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
1.2.3.4. Les enjeux – qualité de l’eau distribuée
Compte tenu des enjeux de santé et de salubrité publique, la distribution publique d’eau, notamment
pour l’alimentation en eau potable, est l’usage le plus sensible du point de v ue qualitatif.
La distribution publique d’eau sur le territoire du SAGE prov ient à 100 % des ressources souterraines.
A ctuellement la situation est globalement satisfaisante dans le sens où les unités de distribution
fournissent une eau qui respecte les normes de qualité dans 100 % des cas pour les nitrates et 90 %
des cas pour la bactériologie, mais seulement 87 % des cas pour les pesticides. Les normes de qualité
peuv ent être respectées en utilisant un mélange d’eaux de différentes origines : source + nappe des
alluv ions, nappe des alluv ions + molasse.
Cette situation de conformité ne doit donc pas masquer la dégradation générale de la qualité des eaux
de la nappe des alluv ions. Il faut également bien noter que les ressources de substitution sur le
territoire manquent ; les essais faits dans la molasse ne donnent pas toujours les résultats escomptés
en termes de productiv ité et/ou de qualité.
Des pistes de trav ail de la CLE pourraient consister à :
- améliorer la mise en place ou la rév ision des procédures de périmètres de protection des
captages,
- engager une réflexion sur la préserv ation des captages existants v is-à-v is des pressions
anthropiques croissantes (urbanisation, infrastructures) pour év iter les abandons de captages,
- engager une réflexion sur la préserv ation des secteurs potentiellement intéressants en termes de
ressource pour satisfaire les besoins en eau des futurs habitants du territoire,
- aider à la structuration d’interconnexion en interne ou entre structures intercommunales ou
communales tout en v eillant à ce que l’interconnexion, dans le cas où elle permet des mélanges
d’eau, ne soit pas le moy en de faire abstraction de la dégradation de la qualité de la nappe.
L’enjeu de la qualité de la ressource en eau est essentiel pour la distribution publique d’eau. Il est
également déterminant pour la quantité de ressources en eau exploitables pour l’alimentation en eau
potable.
D ocument v alidé
117/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
1.3.
SAGE Bièvre Liers Valloire
Les pressions sur la qualité de la ressource en eau
1.3.1. Les pressions domestiques :
l’assainissement
L’assainissement sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire peut poser des difficultés liées à la
nature des sols et aux milieux récepteurs - cours d’eau et nappe - :
-
Les cours d’eau ont généralement des débits faibles, notamment en période d’étiage, et les rejets,
domestiques et autres peuv ent avoir un fort impact sur la qualité du milieu,
-
La nappe des alluv ions fluv io-glaciaires est v ulnérable du fait de son caractère très perméable ; les
pollutions peuv ent y pénétrer facilement.
D’une façon générale, les modes d’assainissement collectif et non collectif peuv ent être utilisés
judicieusement et de façon complémentaire. En effet, l’assainissement collectif n’est pas la solution
idéale adaptée à toutes les situations, du fait de son coût élev é, des aspects techniques à mettre en
œuvre et des limites env ironnementales. L’assainissement non collectif, s’il est bien conçu et bien
entretenu, peut être dans certains contextes une solution fiable et performante (CERTU/Ministère de
l'écologie et du dév eloppement durable, 2003).
Sur le territoire Bièv re Liers Valloire, le dév eloppement urbain important entraîne une augmentation
des pressions domestiques. Les nouv elles habitations, ainsi que la généralisation du raccordement au
réseau collectif, ont conduit à la surcharge de certains ouv rages de traitement existants (cf. carte
1.16).
1.3.1.1. Le contexte réglementaire
• Assainissement collectif et non collectif
La compétence " assainissement ", couv rant l'assainissement collectif et l'assainissement non collectif,
est une compétence obligatoire des communes. Tout ou partie de cette compétence
« assainissement » peut être transféré à un établissement public de coopération intercommunale.
Cette compétence est en autre définie par l’article L.2224-8 du Code Général des Collectiv ités
Territoriales (CGC T).
Les communes assurent, en assainissement collectif, le contrôle des raccordements au réseau public
de collecte, la collecte, le transport et l'épuration des eaux usées, ainsi que l'élimination des boues
produites. Elles peuv ent également, à la demande des propriétaires, assurer les trav aux de mise en
conformité des branchements priv és et les trav aux de suppression ou d'obturation des fosses et
autres installations de même nature à l'occasion du raccordement de l'immeuble (article L.2224-8 du
CGC T).
Les communes assurent, en assainissement non collectif, le contrôle des installations d'assainissement
non collectif. Le service public d’assainisse ment non collectif (SPA NC) instauré par la loi sur
l’eau de 1992, dev ait être mis en place par les communes av ant le 31 décembre 2005 (ancien article
L.372-1- 1 du Code des Communes, dev enu l’article L.2224-8 du Code Général des Collectiv ités
Territoriales).
Les contrôles obligatoires effectués par les communes au plus tard le 31 décembre 2012, puis
selon une périodicité qui ne peut pas excéder huit ans, comprend (arrêté du 6 mai 1996, modifié par
l’arrêté du 7 septembre 2009 définissant les modalités de l’ex écution de la mission de contrôle des
installations d’assainissement non collectif) :
-
pour les installations ay ant déjà fait l’objet d’un contrôle, un contrôle périodique
-
pour les installations n’ay ant jamais fait l’objet d’un contrôle :
D ocument v alidé
118/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
o
o
SAGE Bièvre Liers Valloire
pour celles réalisées ou réhabilitées av ant le 31 décembre 1998, un diagnostic de bon
fonctionnement et d’entretien,
pour celles réalisées ou réhabilitées après le 31 décembre 1998, une v érification de
conception et d’exécution.
En outre les communes peuv ent choisir également d’assurer l’entretien et les trav aux de réalisation et
de réhabilitation des installations d’assainissement non collectif et assurer le traitement des matières
de v idanges issues de ces dispositifs (article L.2224-8 du CGC T).
La Directiv e européenne relativ e aux Eaux Résiduaires Urbaines (ERU) 91/271/CEE du 21 mai 1991
concernant la collecte, le traitement et le rejet des eaux urbaines résiduaires de façon à protéger
l’env ironnement contre une détérioration due aux rejets de ces eaux résiduaires a été transcrite en
droit français dans le code général des collectiv ités territoriales (CGC T) et les arrêtés ministériels
techniques (à ce jour arrêté ministériel du 22 juin 2007). Les articles L.214-14 et R.214-106 du code
de l’env ironnement relatifs à l’assainissement renvoient au CGCT et au code de la santé publique. Ces
textes fix ent des obligations de mise en conformité et des objectifs de performance précis pour les
sy stèmes d'assainissement, v ariables selon leur taille et la sensibilité du milieu récepteur des rejets.
Les communes ou leurs établissements publics de coopération doiv ent notamment :
-
Délimiter, après enquête publique, les zones relev ant de l’assainissement collectif, celles relev ant
de l’assainissement indiv iduel et celles où des mesures doiv ent être prises pour gérer les eaux
pluv iales et de ruissellement (article L 2224-10 du Code Général des Collectiv ités Territoriales),
-
Etablir un programme d’assainissement,
-
Avoir réalisé les équipements nécessaires ; l’échéance ultime était fin 2005.
Les stations d’épuration et les dév ersoirs d’orage des réseaux de collecte peuv ent être soumis à
autorisation ou déclaration au titre de la législation sur l’eau (v oir rubriques de l’annexe de l’article
R.214-1 du code de l’env ironnement).
La Directiv e Cadre européenne sur l’Eau, établissant un cadre pour une politique communautaire
dans le domaine de l’eau et v isant à atteindre le bon état de toutes les masses d’eau des Etats
membres a été transcrite en droit français par la loi du 21 av ril 2004. Sa mise en œuv re a conduit à
une rév ision du SDAGE Rhône-Méditerranée. L’objectif de bon état induit, selon les cas, des
exigences de performance supplémentaires pour les ouvrages d’épuration.
• Boues d’épuration
Le régime juridique des boues est déterminé par les articles R211-25 à R211-46 du Code de
l’Env ironnement relatifs à l’épandage des boues issues du traitement des eaux usées. Selon l’article
R211-27 du Code de l’Env ironnement, les boues ont le caractère de déchet au sens des dispositions
législativ es du titre IV du liv re V du Code de l’Env ironnement : « est un déchet tout résidu d'un
processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus
généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon ».
La réglementation en matière d’épandage agricole des boues d’épuration prév oit :
-
la réalisation d’une étude préalable, accompagnée d’analy ses des boues à épandre et des sols
dev ant les recevoir,
-
la signature de conv entions entre le producteur de boues et les agriculteurs qui réalisent
l’épandage,
-
une programmation des opérations comprenant un programme prév isionnel, une information
préalable, des analy ses de boues et de sols, un contrôle de terrain par un responsable désigné et
la tenue d’un registre des épandages, enfin un bilan agronomique dûment enregistré chaque
année.
D ocument v alidé
119/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
La réglementation définit également les normes de qualité pour qu’une boue soit déclarée apte à
l’épandage. En particulier, elle fixe des v aleurs limites pour les teneurs des 7 éléments traces
métalliques 19 les plus toxiques et des composés traces organiques20 les plus dangereux et les plus
rémanents, ain si que des distances minimales par rapport aux berges des cours d’eau, aux lieux de
baignade, aux piscicultures, aux points de prélèv ements d’eau ainsi qu’aux habitations et
établissements recev ant du public (arrêté ministériel du 8 janv ier 1998).
L’épandage de boues d’épuration peut être soumis à autorisation ou déclaration au titre de la
législation sur l’eau (rubrique 2.1.3.0 de l’annexe de l’article R.214- 1 du code de l’env ironnement).
La Mission d'Expertise et de Suiv i des Epandages (MESE), hébergée par les Chambres
départementales d’agriculture, assure une expertise technique et agronomique sur les filières
d’épandage de boues pour le compte de la police de l’eau et de l’A gence de l’eau Rhône Méditerranée.
• Assainissement pluv ial
La collecte, le transport, le stock age et le traitement des eaux pluv iales constituent un serv ice public
administratif relev ant des communes. Mais les articles 640 à 643 du Code civ il préci sent que chaque
21
propriétaire est responsable des eaux pluviales qui tombent sur son terrain et pose en
principe, une serv itude dite « d'écoulement des eaux » qui s'applique dans les rapports entre
propriétés riv eraines et v oies publiques. Les v oies publiques doiv ent recev oir les eaux qui s'écoulent
naturellement des propriétés riv eraines et, év entuellement, de celles qui prov iennent des toits par
l'intermédiaire de gouttières (article 681 du code civ il).
À l’échelle de la commune, l’article L2224-10 du Code Général des Collectiv ités Territoriales demande
de délimiter les zones où l’imperméabilisation des sols doit être limitée et où il est nécessaire de
prév oir des installations de collecte, de stock age et si nécessaire de traitement des eaux pluv iales.
Par ailleurs, les rejets importants d’eaux pluv iales sont soumis à déclaration ou autorisation au titre de
la nomenclature des installations, ouv rages, trav aux et activ ités soumis à autorisation ou à déclaration
en application des articles L. 214- 1 à L. 214- 6 du Code de l’Env ironnement. A insi le rejet d'eaux
pluv iales dans les eaux douces superficielles ou sur le sol ou dans le sous-sol, est soumis à
autorisation si la surface totale du projet, augmentée de la surface correspondant à la partie du bassin
naturel dont les écoulements sont interceptés par le projet est supérieure ou égale à 20 ha et soumis
à déclaration si cette surface est comprise entre 1 et 20 ha.
1.3.1.2. L’état des lieux de l’assainissement sur Bièvre Liers Valloire
• L’assainissement collectif
Sur le périmètre du SAGE Bièv re Liers Valloire, 10 structures intercommunales ont la compétence
assainissement collectif (cf. carte 1.16).
19
Les 7 éléments traces métalliques analy sés sont les suiv ants : Cadmium, Chrome, Cuiv re, Mercure,
Nick el, Plomb, Zinc. La plupart des éléments traces métalliques peuv ent s'av érer toxiques à des
teneurs très fortes.
20
Les composés traces organiques (C TO) regroupent les hydrocarbures aromatiques polycy cliques
(HAP), les poly chlorobiphény les (PCB), les pesticides, les dioxines et furanes, les dériv és des
détergents et les plastifiants (phtalates), les hormones naturelles et sy nthétiques, les produits
pharmaceutiques (anti-inflammatoires, antibiotiques…). Décelés dans les eaux de surface, les sols et
les sédiments, la plupart des C TO sont persistants dans l'env ironnement et peuv ent constituer un
risque pour la v ie biologique et l'env ironnement de part leurs propriétés toxiques.
21
A rticle 640 du Code civ il : « Les fonds inférieurs sont assujettis env ers ceux qui sont plus élev és à
recevoir les eaux qui en découlent naturellement sans que la main de l'homme y ait contribué. Le
propriétaire inférieur ne peut point élev er de digue qui empêche cet écoulement. Le propriétaire
supérieur ne peut rien faire qui aggrav e la serv itude du fonds inférieur ».
D ocument v alidé
120/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièvre Liers Valloire
L’état des lieux de l’assainissement collectif
En 2008, 72 communes sur les 87 du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, soit 83 %, ont la quasi
totalité ou une partie de leurs foy ers raccordés à une ou plusieurs stations d’épuration (raccordement
jusqu’à 3 ouv rages d’épuration différents pour une même commune).
En 2008, 49 ouvrages d’épuration collectifs existent sur les 87 communes faisant partie du
périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire, dont 16 ouv rages dans le département de la Drôme et 33
dans le département de l’I sère (cf. A nnexe 3).
La capacité totale de traitement de ces 49 ouvrages d’épuration collectifs est d’env iron 107 000
équiv alents habitants (EH)i . Seuls 35 ouvrages, représentant une capacité de traitement de
46 650 EH, rejettent effectiv ement dans des émissaires du bassin v ersant hy drologique Bièv re Liers
Valloire (cours d’eau et infiltration) (cf. Figure 33). A insi, 23 communes situées sur le pourtour du
périmètre du SA GE sont raccordées, en partie ou totalement, à des ouvrages d’épuration rejetant
dans les bassins v ersants de la Bourbre, de l’Isère, de la Galaure ou du Rhône.
64 900
70 000
60 000
Cumul de capacité de traitement
(EH)
Nombre de STEP par dispositif de
traite ment
25
20
50 000
15
40 000
30 000
10
16 200
20 000
13 100
5
6 300
6 400
5 2 50
4 3 00
< 500 EH
500-1 000 EH
16 2 00
12 50 0
10 000
8 40 0
0
0
1 000-2 500 EH
2 500-10 000 EH
> 10 000 EH
Classe de capacité de traitement de s STEP
Boues activées
Lagune
Filtr es plantés
Cumul de capacité de traitement (EH)
Dont cumul de capacité de traitement avec rejet dans Bièvre Lier s Valloire (cours d'eau ou infiltr ation)
Figure 33 : Répartition des STEP situées sur les communes du périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire
par dispositif et capacité de traitement (sources : SATESE26, SATESE38 et SIERM, 2007).
Une trentaine de communes sont équipées de petites stations de traitement, principalement par
lagunage, ay ant des capacités nominales v ariant de 100 à 1 000 EH.
Les ouv rages d’épuration plus importants font appel à des traitements av ec boues activ ées, comme
par exemple les stations de Tullins ( 29 000 EH, rejet dans l’I sère), A ndancette (13 000 EH, rejet dans
le Rhône), Beaurepaire (12 500 EH, rejet dans l’Oron), St Rambert d’A lbon (10 400 EH, rejet dans le
Rhône), La Côte St A ndré – Charpillates ( 9 700 EH, rejet par infiltration dans le sol), La Côte St A ndré
– Le Riv al (6 500 EH, rejet dans le Riv al) et Izeaux-Sillans (2 400 EH, rejet dans la Coule).
Le flux de pollution traité (domestiques et industriels raccordés) est estimé à 58 000 EH pour les 49
ouv rages d’épuration du périmètre administratif du SA GE et 32 200 EH pour les 35 ouv rages
d’épuration rejetant sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire sensu stricto (source : AERM&C, 2007).
D ocument v alidé
121/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
Le rendement moy en de dépollution de l’ensemble des stations est estimé à un peu moins de 70 %.
Les stations les plus performantes peuv ent avoir des rendements supérieurs à 90 %. L e rendement de
dépollution dépend à la fois des caractéristiques des eaux usées à traiter, du dispositif de traitement –
les sy stèmes boues activ ées apparaissent comme les techniques les plus performantes de dépollution
– et de la qualité de fonctionnement de l’ouvrage.
Une quinzaine de STEP souffre de dy sfonctionnements chroniques et/ou a atteint la limite de capacité,
entraînant parfois des dégradations de qualité des milieux aquatiques. A u titre de la Directiv e ERU, la
préfecture de l’Isère a mis en demeure les maîtres d’ouv rage des STEP d’Izeaux-Sillans et de La Côte
St A ndré-Le Riv al pour une mise aux normes d’ici 2010-2011 et donc une amélioration des
performances de traitement. Une nouv elle station d’épuration av ec rejet par infiltration est donc en
cours de construction à Sillans. La réflexion pour la requalification de la STEP du Riv al et
l’assainissement en centre Bièv re a conduit à la création du sy ndicat mixte pour la station d’épuration
en centre Bièv re, regroupant la Communauté de Communes du Pay s de Bièv re Liers et les communes
de St Etienne de St Geoirs, St Geoirs, Bressieux et St Pierre de Bressieux pour construire la future
station d’épuration. D’autres projets de requalification ou extension de stations sont en cours de
réalisation ou de réflexion. On peut citer notamment les projets d’assainissement des communes de la
plaine du Liers par raccordement à la STEP des Charpillates à La Côte St A ndré (cf. carte 1.16).
Les risques de pollution vis-à-vis des milieux aquatiques
L’impact de l’assainissement collectif est particulièrement v isible sur les cours d’eau, en particulier
lorsque les sy stèmes d’assainissement sont inexistants, insuffisants ou fonctionnent mal. Les
différentes études de qualité ont montré le fort impact des rejets de certaines STEP sur les cours
d’eau du bassin Bièv re Liers Valloire du fait du faible débit des cours d’eau et des dy sfonctionnements
des STEP (capacité nominale dépassée, traitements insuffisants, etc.) (cf. chap. III.1.1 et A nnexe 3).
En rev anche, l’étude Sogreah de 2008 n’a pas fait apparaître de pollution av érée de la nappe par les
pollutions domestiques. Sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire, il existe 9 unités de traitement
dont la totalité ou une partie du rejet se fait par infiltration dans le sol. Mais on ne connaît pas les
év entuels impacts sur la nappe des rejets par infiltration :
-
pour la station des Charpillates à la Côte Saint A ndré (capacité nominale = 9 700 EH), les
résultats du suiv i des eaux souterraines sur le site sont inexploitables, du fait d’un mauv ais
positionnement des points de suiv i,
-
pour les installations ty pe « filtres plantés de roseaux » traitant des petites capacités av ec de bons
rendements épuratoires (ex. Pact, capacité nominale = 200 EH), il n’y a pas de suiv i de la qualité
des eaux souterraines en amont et av al de la STEP. La station de Mantaille sur la commune
d’Anney ron (350 EH, filtration par lit macrophy tes, rejets par infiltration) mise en serv ice en 2009
est équipée en amont et en av al d’un piézomètre pour l’analy se des eaux souterraines. Pour
l’instant, il n’y a pas de données disponibles,
-
pour les STEP souffrant d’un dy sfonctionnement du dispositif entraînant une infiltration des rejets,
(ex. A rzay , infiltration des eaux du lagunage), la pollution engendrée n’est pas connue.
Les autres risques de pollution des eaux souterraines sont les pertes sur les réseaux d’assainissement
collectif (collecte et transport). Faute de diagnostics réalisés sur de nombreuses communes, ces
pertes ne sont toutefois actuellement pas identifiées ni év aluées de façon globale sur le bassin
v ersant.
• La gestion des boues d’épuration
Les boues sont des sous-produits recueillis au cours des principales étapes de la dépollution des eaux
usées. Les boues sont constituées d’eau et de matières minérales et organiques sous forme de
matières en suspension ou de matières dissoutes.
D ocument v alidé
122/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
Pour les techniques extensiv es d’épuration : le lagunage, technique la plus répandue en nombre sur le
bassin Bièv re Liers Valloire (32 STEP sur 49), et les filtres plantés de roseaux (2 STEP), on considère
que l’év acuation et la v alorisation des boues sont différées dans le temps (tous les 10 à 15 an s).
Pour les autres techniques d’épuration (15 STEP), boues activ ées notamment, la répartition de
l’utilisation des boues produites, plus de 1 600 tonnes annuelles de matières sèches (source :
A ERM&C, 2007), est la suiv ante :
-
66 % en valorisation agricole,
-
20 % en v alorisation compost ou co-compostage,
-
7 % en mise en décharge,
-
7 % en incinération. Les boues produites sont acheminées à la STEP de la Communauté Urbaine
de Lyon, qui sont ensuite incinérées.
La pratique la plus répandue est la v alorisation agronomique des boues par épandage agricole, liée à
la v aleur agronomique (engrais et amendement) des boues d’épuration. L'encadrement juridique et
réglementaire de l'épandage agricole des boues d'épuration, redéfini en 1997-1998, est très strict (cf.
chap. III. 1.3.1.1.). L e paragraphe suiv ant détaille la v alorisation agricole des boues de STEP.
La valorisation agricole des boues
La v alorisation agricole des boues par épandage fait l’objet d’av is des Missions d'Expertise et de Suiv i
des Epandages (MESE) départementales, cofinancées par le Conseil Général, l'A gence de l'eau Rhône
Méditerranée & Corse et portées par les Chambres départementales d’agriculture. Chaque année, un
atlas des surfaces des épandages réalisés est établi, permettant d'inv entorier les apports et de juger
de leur intérêt agronomique.
L’épandage des boues est particulièrement bien dév eloppé dans les plaines du territoire de Bièvre
Liers Valloire.
Sur la partie iséroise du SA GE, selon les chiffres communiqués par la MESE de l’Isère, les surfaces
recev ant des boues de stations d'épuration représentaient de 2001 à 2007 entre 1 300 et 1 700 ha
chaque année :
- env iron 1 500 à 1 700 ha en 2001-2002 (soit 50 à 60 % des surfaces totales iséroises
recev ant des boues)
- env iron 1 300 à 1 500 ha en 2004-2007 (soit 30 à 40 % des surfaces totales iséroises
recev ant des boues).
En 2007, toujours sur la partie iséroise du SA GE, un peu plus de la moitié des surfaces sur lesquelles
des boues ont été épandues, a reçu des boues issues de papeterie. A uparav ant, de 2001 à 2003 les
surfaces ay ant reçu des boues de papeterie représentaient 2/3 à ¾ de la totalité des surfaces. Le reste
des boues épandues prov ient essentiellement de stations d’épuration du territoire Bièv re Liers Valloire
ou situées juste en périphérie (stations d’épuration de la Communauté d’A gglomération du Pay s
Voironnais en particulier). La fermeture de plusieurs papeteries en 2008 dev rait modifier la répartition
des origines des boues entre papeterie et STEP épandues sur le territoire.
Sur la partie drômoise du SA GE, les surfaces ay ant reçues des boues de stations d’épuration ont
représenté un peu plus de 14 ha en 2008 (source : MESE Drôme).
A noter également que le dév eloppement des plateformes de compostage peut faire se substituer des
composts à des épandages de boues de station d’épuration. Les plateformes de compostage peuv ent
produire soit des composts« produits », soit des composts « déchets » selon que ces amendements
répondent à la norme NFU 44095 ou pas. Les boues de station d’épuration dev enues des
amendements organiques normalisés ne sont pas considérées comme des « déchets » dans le sens du
décret 97-1133 ; de fait, ces amendements ne sont pas soumis à un suiv i agronomique et à une
traçabilité de leur épandage. Les épandages de composts sont donc moins connus et moins contrôlés
que les épandages de boues, même si la norme impose un contrôle décennal en éléments traces des
D ocument v alidé
123/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
parcelles, très difficile à réaliser du fait de l’absence d’information sur les parcelles utilisant ces
produits. D’après la MESE de l’Isère, une part importante et croissante des composts produits en Isère
est probablement épandue sur le bassin Bièvre Liers Valloire. En effet ce secteur présente des sols et
des surfaces en grandes cultures susceptibles de fav oriser l’utilisation de composts. Par ailleurs, 3
unités de compostage de boues sont situées dans le périmètre du SA GE (La Côte St A ndré, St
Barthélemy et Sillans), 2 sont en périphérie, sans compter les projets de nouv elles plateformes. L e
dév eloppement des sites de compostage et de l’utilisation des composts en agriculture peut contribuer
à « importer » ou « exporter », sous forme de composts, des boues de stations d’épuration.
Les risques de pollution vis-à-vis des milieux aquatiques
Les boues peuv ent contenir des microorganismes v iv ants (dont une infime partie est pathogène :
v irus, bactéries, champignons, etc.) et des contaminants. Les microorganismes prov iennent pour la
plupart des excréments d’origine humaine ou animale. Les contaminants chimiques sont
essentiellement les métaux sous forme d’éléments traces ( mercure, plomb) liés aux rejets industriels
et dans une moindre mesure domestiques (zinc, cuiv re, solv ants de déchets de bricolage).
Les concentrations en contaminants (éléments traces et composés organiques traces) des boues sont
étroitement réglementées av ant év entuel épandage et supposent par conséquent un strict contrôle
des rejets industriels dans les réseaux publics des eaux usées. Les concentrations en microorganismes
pathogènes ne sont pas réglementées, mais les boues doiv ent avoir fait l'objet d'un traitement v isant
à réduire de façon significativ e leur pouv oir fermentescible et les risques sanitaires liés à leur
utilisation (par exemple, chaulage). Par ailleurs l’épandage accélère la destruction des
microorganismes pathogènes sous l’effet du milieu : température, ray onnement solaire, compétition
av ec d’autres microorganismes et microflore du sol, pH, aussi le risque sanitaire pour l’homme est
faible si les précautions réglementaires sont respectées.
La production de boues d'épuration dev rait augmenter en application de la directiv e ERU, av ec
l'amélioration du traitement des eaux usées, alors que les débouchés de v alorisation et d'élimination
des boues ont tendance à s'amenuiser. L'épandage est une solution peu coûteuse et intéressante au
niv eau env ironnemental puisqu'elle permet, entre autres, la restitution de matière organique aux sols.
Il est cependant nécessaire de réduire à la source les contaminations des eaux usées qui se
retrouv ent ensuite dans les boues d'épuration, d’améliorer la connaissance de la qualité des sols et de
prendre en compte les autres apports (lisiers, produits phy tosanitaires, engrais, pollution
atmosphérique…).
• L’assainissement non collectif
L’assainissement non collectif est d’une façon générale moins bien connu que l’assainissement
collectif. Cependant le code général des collectiv ités territoriales obligeant les communes ou
groupements de communes respectiv ement à procéder au zonage de leur territoire, à délimiter les
zones d’assainissement collectif et non collectif et à mettre en place le serv ice public d’assainissement
non collectif (SPANC) devraient rendre certaines informations disponibles à l’av enir. Il est néanmoins
possible de dresser un état des lieux succinct de l’assainissement non collectif sur le bassin.
Sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, en 2007, 11 structures intercommunales et 2
communes av aient mis en place le serv ice public d’assainissement non collectif (SPANC) (cf. carte
1.17). L’objectif réglementaire de mise en place par toutes les communes du SPA NC à la fin de l’année
2005 n’était donc pas rempli en 2007.
L’état des lieux de l’assainissement non collectif
En 2008, 73 communes sur les 87 du périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire, soit 84 %, disposent
d’un zonage d’assainissement. Env iron la moitié des zonages d’assainissement est passée à enquête
publique.
D ocument v alidé
124/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
En 2007, l’assainissement non collectif concernait env iron 13 600 foy ers, soit 30 % de l’ensemble des
foy ers des 87 communes du bassin Bièv re Liers Valloire (source : questionnaire assainissement rempli
par les communes et groupements de communes compétents, 2006-2007 et enquête assainissement
DDAF Isère 2008). L’assainissement indiv iduel concerne essentiellement les habitations en zone
d’habitat dispersé et certains hameaux.
En 2008, 64 communes sur les 87 du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, soit 74 %, disposent du
serv ice SPA NC ; 2 communes ont mis en place un SPA NC en régie, le reste des communes a transféré
cette compétence à un EPCI ou syndicat à vocation unique ou syndicat mixte. Pour la plupart des
SPA NC mis en place, les contrôles des installations d’assainissement indiv iduel existantes sont en
cours v oire achev és. L’ensemble des installations d’assainissement non collectif dev ra être contrôlé
d’ici le 31 décembre 2012.
Les risques de pollution vis-à-vis des milieux aquatiques
Les sy stèmes d’assainissement non collectif, bien conçus et bien entretenus, peuv ent parfaitement
assurer leur rôle et ne représentent pas nécessairement un risque de pollution important pour la
nappe ou le réseau hy drographique. Comme indiqué précédemment, l’étude Sogreah de 2008 n’a pas
fait apparaître de pollution av érée de la nappe par les pollutions domestiques. L’étude Gay
env ironnement de 2008 n’a pas non plus mis en év idence de pollution des cours d’eau en lien direct
av ec l’assainissement non collectif. En rev anche, elle av ait pointé les impacts de certains sy stèmes
d’assainissement collectif existants et des écarts de collecte d’eaux usées qui auraient du être
collectées par le réseau mais qui ne l’ont pas été.
La proportion de dispositifs d’assainissement non-conformes ou fonctionnant mal n’est pas connue de
façon exhaustiv e sur l’ensemble du périmètre du SA GE. Sur ce sujet, les réponses apportées par les
structures ay ant la compétence assainissement non collectif donnent des taux de conformité très
v ariables. Ils ont parfois été estimés à partir d’enquêtes. Par exemple le rapport annuel 2007 du
Syndicat Intercommunal des Eaux Dolon Varèze indique un taux de conformité des dispositifs
d’assainissement non collectif de 18 %, estimé sur la base des enquêtes et des v isites réalisées par les
bureaux d’études mandatés dans le cadre du Schéma Directeur d’A ssainissement. L e rapport annuel
2008 de la Communauté de Communes du Pay s de Bièvre Liers indique un taux de conformité de
24.5 %, calculé à partir du nombre d’installations contrôlées connues jugées conformes à la
réglementation en v igueur par rapport au nombre total d’installations contrôlées. La sy nthèse du
diagnostic mené entre 2005 et 2008 par le Sy ndicat Intercommunal d’A ssainissement du Pay s d’A lbon
sur 990 installations indique quant à elle que 43 % des installations sont jugées inacceptables (ou
non-conformes), av ec la répartition suiv ante pour les rejets : 58 % dans un puisard ou un puits perdu,
35 % dans le milieu naturel (fossé, combe, cours d’eau) et 7 % sans indication sur le rejet après
prétraitement. L es dispositifs ex istants diagnostiqués comptent 75% d’installations construites av ant
1996, dont 37 % sont jugés inacceptables et 25 % d’installations construites après 1996 et av ant
2000, dont 9 % sont jugés inacceptables.
La proportion de dispositifs conformes semble donc généralement faible.
Néanmoins des dispositifs actuellement non conformes d’un point de v ue strictement réglementaire
peuv ent ne pas sy stématiquement poser un problème sanitaire de pollution de la nappe dans les
secteurs où les sols sont suffisamment filtrants et épais pour assurer une dispersion et une épuration
des rejets. En rev anche dans les secteurs les plus v ulnérables, les installations d’assainissement
indiv iduel non conformes peuv ent av oir un impact sur la qualité des eaux.
Depuis l’arrêté du 7 septembre 2009 relatif aux modalités d'exécution de la mission de contrôle des
installations d'assainissement non collectif, à l'issue du contrôle, en cas de risques sanitaires et
env ironnementaux dûment constatés, la commune consigne dans son rapport de v isite la liste des
trav aux classés, le cas échéant, par ordre de priorité à réaliser par le propriétaire de l'installation dans
les quatre ans à compter de la date de notification de la liste de trav aux. Le maire peut raccourcir ce
délai selon le degré d'importance du risque, en application de l'article L. 2212- 2 du Code Général des
Collectiv ités Territoriales.
D ocument v alidé
125/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
D’ici fin 2012, l’ensemble des dispositifs sera contrôlé par la commune (ou regroupement de
communes compétent en matière d’assainissement non collectif). Il sera alors possible d’avoir une
meilleure lisibilité des risques de pollution relevant de l’assainissement non collectif.
• L’assainissement pluv ial
L’assainissement pluv ial concerne les eaux pluv iales, c'est-à-dire l’eau de pluie récupérée après
ruissellement en zone urbaine. Cette pluie peut être chargée de différents polluants, notamment sous
forme particulaire. Elle est év acuée dans le sy stème d’assainissement qui peut être unitaire 22 ou
séparatif 23.
L’information sur les rejets pluv iaux et les dév ersoirs d’orage n’est pas connue de façon exhaustiv e sur
l’ensemble du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire. L’assainissement pluv ial existant sur Bièv re
Liers Valloire a largement été imposé par l’histoire, la nature du sol et l’espace disponible.
A l’échelle des communes, on constate que les réseaux les plus anciens, souv ent situés dans les
centres bourgs, sont généralement unitaires, mais ils tendent à disparaître av ec le renouv ellement des
réseaux et la déconnection des eaux pluv iales. Par ailleurs, la technique la plus couramment utilisée
sur le bassin v ersant consiste à infiltrer les eaux pluv iales du fait de la bonne perméabilité i des sols :
infiltration à la parcelle pour les habitations, dans des bassins de rétention et d’infiltration pour les
eaux de v oirie communale, les zones d’activ ités et les infrastructures. L’eau est le plus généralement
infiltrée sans prétraitement.
Les risques de pollution vis-à-vis des milieux aquatiques
Les eaux pluv iales peuv ent constituer une source de pollution du cours d’eau, soit parce qu’elles
arriv ent généralement sans aucun traitement préalable, en cas de réseau séparatif ; soit parce qu’elles
constituent une source de difficulté pour le fonctionnement des stations de traitement des eaux usées,
en cas de réseau unitaire (surcharge hy draulique ; augmentation importante de la concentration en
matières en suspension, au détriment des matières organiques des eaux à traiter, diminuant
l’efficacité des traitements biologiques). Il faut noter que l’imperméabilisation aggrav e la pollution des
eaux de ruissellement : 75 à 85 % de la pollution contenue dans l’eau pluv iale sont imputables au
ruissellement (15 % à 25 % sont déjà contenus dans la pluie météorite) (Miquel, 2003). Les eaux
stock ées rapidement dans les bassin s de rétention sont supposées plus propres dans la mesure où
elles ont relativ ement peu ruisselé sur le sol.
Par ailleurs, les risques de pollution peuv ent être liés à des comportements à risques : dév ersement
dans les égouts ou les caniv eaux des contenus de bid ons (pesticides, produits chimiques,…), qui sont
év acués dans le réseau des eaux pluv iales.
22
Dans le sy stème d’assainissement unitaire, en général plus ancien que le sy stème séparatif, les
eaux de pluie sont mélangées aux eaux usées, év acuées par les habitants et les industries, et
remettent en mouv ement les particules déposées dans les canalisations au cours de la période sèche.
L’ensemble est transféré normalement v ers une station d’épuration.
23
Dans le cas d’un sy stème d’assainissement séparatif, les eaux pluv iales sont séparées des eaux
usées domestiques et s’écoulent directement dans le milieu naturel, généralement sans aucun
traitement.
D ocument v alidé
126/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.1.3. Les enjeux - pressions domestiques
En 2008, 72 communes du SA GE étaient raccordées en partie ou totalement à une station d’épuration.
Une quinzaine de STEP sur le bassin présente des problèmes de dy sfonctionnements chroniques et/ou
de dépassement de leur limite de capacité. Au titre de la Directiv e ERU, la préfecture de l’Isère a mis
en demeure les maîtres d’ouv rage des STEP d’Izeaux-Sillans et de La Côte St A ndré-Le Riv al pour une
mise aux normes d’ici 2010-2011. Les pressions de l’assainissement collectif sont particulièrement
marquées sur la qualité des cours d’eau et démontrent que certains rejets ne sont pas compatibles
av ec les capacités d’absorption de pollution des milieux récepteurs. En rev anche aucune information
ne permet actuellement d’estimer la pression de l’assainissement collectif sur la nappe pour les STEP
qui rejettent par infiltration. La séparation parfois insuffisante v oire absente des eaux parasites (eaux
claires et eaux pluv iales) des eaux usées constitue un handicap à l’efficacité de certains sy stèmes de
traitement.
En 2007-2008, la part d’assainissement autonome sur le périmètre du SA GE concernait env iron 30 %
des foy ers. Les SPANC, mis en place actuellement que sur 74 % des communes du périmètre, v ont
permettre de mieux connaître le pool des installations non collectiv es et de faire mettre en conformité
les installations qui ne l’étaient pas. A terme cela devrait garantir un bon fonctionnement de
l’assainissement collectif. Sur les secteurs où ils n’existent pas encore, la réalisation des zonages
d’assainissement doit être encouragée.
Pour l’assainissement pluv ial, il y a d’une façon générale sur le bassin une méconnaissance de son
fonctionnement, du fait de la grande hétérogénéité de son traitement et de la non structuration de
cette compétence. L’infiltration des eaux pluv iales est le procédé le plus communément employ é en
raison de la géologie du bassin. Les risques qualitatifs associés sont mal connus, en particulier pour
les ouv rages de collecte des infrastructures. Cependant l’infiltration des eaux pluv iales présente
l’av antage de réduire les v olumes et les débits des ruissellements ; elle peut av oir un effet tampon en
période de fortes précipitations et de crues. En termes de fonctionnement hydrologique du bassin, le
sy stème d’infiltration permet la recharge de la nappe et compense, parfois seulement partiellement, le
manque d’eau pour la nappe qui serait occasionné par l’imperméabilisation mise en place. La gestion
des eaux pluv iales est un enjeu majeur sur le périmètre du SAGE et doit être considérée à l’échelle du
bassin.
D ocument v alidé
127/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.2. Les pressions agricoles
Le bassin Bièv re Liers Valloire est largement dominé par l’agriculture qui représente plus de 70 % de
l’occupation du sol (cf. chap. II.1.4.). Dans une première approche, les grands sy stèmes d’exploitation
existant sur le bassin Bièv re Liers Valloire permettent de définir les principales pressions afférentes à
ces sy stèmes : les sy stèmes dans lesquels dominent la polyculture et l’élev age sont plus
particulièrement concernés par la maîtrise des rejets d’effluents et des épandages ; les sy stèmes des
grandes cultures irriguées sont plus particulièrement marqués par l’utilisation d’intrants
(phy tosanitaires, engrais, et les pratiques de stock age, préparation, rinçage…). Mais les pressions
agricoles restent difficiles à appréhender et v arient beaucoup dans l’espace et dans le temps. Elles
dépendent des pratiques de fertilisation et des rendements. Cependant, la structure de production
(importance de l'herbe, du maïs, densité de l'élev age) reste le facteur le plus déterminant du niv eau
de pollution (Mollard, 2000).
Les activ ités agricoles peuv ent être à l’origine de deux ty pes de pollution de la qualité des eaux : la
pollution ponctuelle liée aux élev ages, aux manipulations des intrants, et la pollution diffuse liée au
lessiv age i des intrants sur les parcelles.
Le territoire de Bièv re Liers Valloire est en grande partie classé en zone vulnérable i aux nitrates et
en zone très prioritaire pesticides CROPPP que ce soit pour les eaux de surface ou souterraines.
Les études de bilan de qualité de l’eau des cours d’eau (Gay env ironnement, 2008) et de la nappe
(Sogreah, 2008) v ont également dans ce sens et ont montré des pollutions relativ ement fortes et
chroniques aux pollutions diffuses nitrates et pesticides, mais san s pouv oir faire la part entre les
pollutions d’origine agricole et les pollutions d’autre origine (assainissement, infrastructures,
collectiv ités).
La politique de lutte contre les pollutions ponctuelles et diffu ses par les nitrates et les pesticides
d’origine agricole repose sur la combinaison de trois ty pes de dispositifs :
- réglementaire : directiv e nitrates et installations classées (ICPE), Zones soumises à contraintes
env ironnementales (ZSCE),
- économique : aides financières (PMBE, MAE, CA D) et redev ances,
- volontaire : conseil aux agriculteurs.
Ces dispositifs v isant à améliorer la qualité des ressources en eau ont év olué de 2002 à aujourd’hui
v ers plus de contraintes, passant d’objectifs de moy ens à des objectifs de résultats, en lien av ec la
directiv e cadre européenne sur l’eau.
1.3.2.1. Les dispositifs réglementaires
• La Directive Nitrates
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, 74 communes sur 87 ont été classées en zone v ulnérable i aux
nitrates par arrêté du préfet coordonnateur de bassin du 28 juin 2007 représentant une superficie
totale de plus de 94 000 ha.
4 programmes d’actions nitrates se sont succédés (cf. chap. I.1.4.2). A l’issue des 3 premier s
programmes d’actions, si on note globalement une amélioration des teneurs en nitrates dans les eaux
souterraines sur les secteurs Nord-Drôme et Nord-Isère, la qualité de la nappe de Bièv re Liers Valloire
présente des év olutions irrégulières : certains secteurs connaissent une dégradation, c’est le cas de la
plaine du Liers et de l’amont de la Bièv re, d’autres une stabilité relativ e, c’est le cas du centre de la
Bièv re et de la Valloire (Sogreah, 2008). Concernant la qualité des eaux de surface, la teneur
moy enne en nitrates n’a pas év olué de façon notable en 10 ans (Gay env ironnement, 2008).
Des enquêtes ont été menées dans le cadre de l’év aluation du 3ème programme d’actions nitrates
(Thore–DDAF26, 2007 ; Chambre d’Agriculture de l’Isère, 2007). L ’échantillon utilisé pour les enquêtes
est limité et concerne quelques exploitations en activ ité sur l’ensemble de la zone v ulnérable i aux
D ocument v alidé
128/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
nitrates de la Drôme (surtout nord et ouest du département) et de l’Isère (surtout nord-est du
département). Les résultats, à utiliser av ec beaucoup de prudence, ont montré que :
-
l’utilisation du plan prév isionnel de fumure24 et du cahier d’enregistrement des pratiques25 est en
augmentation sauf pour les plus petites exploitations qui respectent difficilement les dispositions
permettant de mettre en œuv re des pratiques raisonnées,
-
la quantité maximale d’azote organique épandu qui est fixée réglementairement à 170 k g/an/ha
de surface potentiellement épandable, semble maîtrisée, particulièrement dans les élev ages
classés ICPE. Cependant même si les surfaces d’épandage sont supérieures aux besoins, la
répartition des effluents est irrégulière et il a été constaté une surfertilisation des cultures de maïs
et des cultures de printemps au détriment des prairies,
-
la majorité des exploitations étudiées semble raisonner leur fertilisation azotée (les équilibres de
fertilisation sont cependant moins bons sur le maïs et le colza) et respecter les périodes
d’interdiction d’épandage,
-
le respect des distances minimales d’épandage semble moins contraignant depuis la mise en
œuvre de la conditionnalité des aides de la Politique A gricole Commune (PAC) av ec l’obligation
d’implanter des bandes enherbées le long des cours d’eau trav ersant les exploitations. Les engrais
minéraux sont préférentiellement utilisés sur les parcelles comportant des points sensibles (cours
d’eau, points d’eau,…) et la fertilisation organique est préférentiellement utilisée sur les parcelles
jugées « sans risque »,
-
l’augmentation de l’implantation des Cultures Intermédiaires Piège A Nitrates (CIPAN) est faible et
une forte proportion de sols nus ou peu couv erts en hiv er persiste.
Le bilan des 3 premiers programmes d’actions nitrates est donc plutôt positif sur les aspects plan de
fumure, enregistrement des pratiques, fractionnement des apports mais négatif sur les aspects
couv erture des sols en hiv er.
Le 4ème programme d’actions v ise à compléter les mesures du 3ème programme par l’implantation
obligatoire d’une bande enherbée d’une largeur minimale de 5 m le long des cours d’eau définis dans
le cadre du dispositif des bonnes conditions agricoles et env ironnementales (BC A E) de la PA C et la
couv erture des sols pendant la période de risque lessiv age i av ec un objectif de 100 % de couv erture
à l’échéance 2012. L e paragraphe suiv ant détaille plus particulièrement la couv erture des sols en
hiv er.
Couverture des sols en hiver ou Culture Intermédiaire Piège A Nitrates (CIPAN)
Des expérimentations à la parcelle ont montré qu’en période estiv ale aucun risque important de
transfert des nitrates v ers la nappe n'a pu être décelé que ce soit sous l'effet de la pluie ou de
l'irrigation. En rev anche en période hiv ernale si les sols sont nus, av ec un reliquat d'azote élev é, le
surplus est voué à être entraîné v ers la nappe par les pluies efficaces (Kengni, 1993). La mise en
place de Cultures Intermédiaires Pièges A Nitrates (CIPA N) - moutarde, ray grass, colza… - permet de
diminuer le lessiv age i des nitrates.
Depuis 2003, le Conseil Général de l’Isère accompagne financièrement la mise en place de CIPA N
après une culture de maïs semence ou de tabac ou après toute culture sur les zones de captages A EP.
Le contrat av ec le Conseil Général est conditionné à un engagement de l’exploitant agricole dans cette
démarche pour une durée de 5 ans. Les derniers contrats de ce ty pe ont été engagés en 2006 et
prendront fin en 2010. C’est ainsi qu’en 2008, dans le cadre des contrats av ec le Conseil Général de
l’Isère, 292 ha de CIPA N ont été implantés sur la partie iséroise du bassin Bièv re Liers Valloire (209 ha
en 2007).
24
P lan prévisionnel de fumure: établi annuellement par l’exploitant agricole, il aide à préparer les périodes et
quantités de fertilisants à apporter pour la campagne agricole à v enir au v ue des cultures implantées,
précédentes et intermédiaires, des doses théoriques, des rendements v isés…
25
C ahier d’enregistrement des pratiques : établi annuellement par l’exploitant agricole, il indique les apports de
fertilisants effectivement réalisés pendant la campagne en cours.
D ocument v alidé
129/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
En dehors des contrats, d’autres parcelles ont pu être couv ertes en hiv er, mais les informations les
concernant ne sont pas connues. Il est donc difficile d’év aluer la répartition de surfaces de sol resté
nu ou couv ert en hiv er (culture d’hiv er, prairie, CIPA N, repousses de colza). Cependant la monoculture
de maïs grain et les cultures de printemps étant très largement majoritaires sur le périmètre du SA GE
Bièv re Liers Valloire, le risque de sol nu en hiv er est fort. Sur le département de la Drôme, les CIPAN
ne représentent en général pas plus de 5% des surfaces en sol nu. A ujourd’hui, les arrêtés
préfectoraux relatifs au 4ème programme d’action nitrates rendent la couv erture des sols pendant la
période de risque de lessiv age i des terres obligatoire de manière progressiv e. Les arrêtés
préfectoraux de la Drôme et de l’Isère diffèrent sur les taux progressifs de couv erture : pour le
département de la Drôme, 50% de couv erture des surfaces cultiv ées en 2010, puis 80% en 2011, puis
100% à partir de 2012 ; pour le département de l’Isère, 70 % de couv erture des surfaces cultiv ées en
2009, puis 80 % en 2010, puis 90 % en 2011 et 100% à partir de 2012. Ils autorisent dans le cas
particulier des monocultures de maïs grain, pour lesquelles les récoltes sont trop tardiv es pour
implanter une CIPA N, à la remplacer par un broy age fin des cannes de maïs suiv i d’un enfouissement
superficiel (mulch).
• Les élevages classés ICPE
A partir de certains seuils (nombre d’animaux présents en général), les sites d’élev ages relèv ent de la
réglementation des installations classées pour la protection de l’env ironnement (ICPE). C’est la
Direction Départementale de la Protection de la Population (DDPP) qui est en charge du contrôle de
ces installations.
Les principales règles applicables aux élev ages soumis à la législation ICPE concernent :
- les distances d’implantation des bâtiments d’élev age par rapport aux habitations, cours
d’eau et points d’eau,
- l’aménagement des bâtiments d’élev age (étanchéité, réseaux d’eaux usées, stock age des
effluents,…),
- les règles d’exploitation (déchets, entretien des bâtiments, gestion des bruits et
odeurs,…),
- la maîtrise des effluents d’élev age.
Sur les communes du périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire, les élev ages classés ICPE étaient au
nombre de 147 en début d’année 2010 :
- 118 pour le département de l’Isère dont 12 sont soumis à autorisation, ce sont les élev ages les
plus importants ; les 106 autres sont seulement soumis à déclaration,
- 29 pour le département de la Drôme, soit env iron 19 % du nombre total d’élev ages.
Les prescriptions données par la réglementation ICPE ont pour objectif de garantir une bonne gestion
env ironnementale et de limiter prév entiv ement toutes les nuisances (odeurs, bruit, sanitaire). Les
élev ages ICPE doiv ent répondre à la Directiv e Nitrates et à la réglementation ICPE. Par ailleurs les
élev ages classés ICPE sont soumis à une surv eillance par les serv ices de l’Etat.
Les élev ages dont le nombre d’animaux est inférieur aux seuils de la nomenclature des installations
classées relèv ent du règlement sanitaire départemental (code de la santé publique).
• Les zones soumises à contraintes environnementales (ZSCE)
Le décret 2007- 822 du 14 mai 2007 relatif aux zones soumises à contraintes env ironnementales
(ZSCE) concerne les zones d’érosion, les zones humides d’intérêt env ironnemental particulier et les
zones de protection des aires d'alimentation des captages.
Pour les captages A EP en particulier, ce décret donne la possibilité à l’autorité administrativ e de créer
des zones de protection quantitativ e et qualitativ e des aires d’alimentation de captages (A AC) d’eau
potable pour lutter contre les pollutions diffuses et d’y établir un programme d’actions à destination
des agriculteurs afin d'atteindre les objectifs de bon état écologique des masses d'eau à l’horizon 2015
D ocument v alidé
130/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
prév us par la directiv e cadre sur l'eau. Ces actions peuv ent être des modifications des pratiques
agricoles ou la mise en place d'aménagements. Quand ces actions sont v olontaires, il est possible d'en
financer le surcoût par le biais de mesures agro-env ironnementales (MA E). Les préfets peuv ent rendre
ces mesures obligatoires, dans un délai de 3 ans, dès lors que les agriculteurs les ont insuffisamment
mises en œuv re à titre v olontaire.
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, les ZSCE correspondent aux zones d’action prioritaires au sein des
aires d’alimentation des 13 captages identifiés comme prioritaires au titre du Grenelle et du SDA GE
Rhône Méditerranée (cf. chap. I.1.4.3. et carte 1.15).
1.3.2.2. Les dispositifs économiques
• Le Programme de Maîtrise des Pollut ions d’Origine Agricole
(PMPOA) et le Plan de Modernisation des Bâtiments d’Elevage
(PMBE)
Depuis 1993, deux programmes de maîtrise des pollutions d’origine agricole (PMPOA et PMPOA 2) ont
été mis en place par le ministère de l’Agriculture et de l’Env ironnement, dans le cadre de l’application
de la directiv e nitrates, pour accompagner les exploitants dans les trav aux de mise aux normes liés à
la gestion des effluents d’élev age (financements apportés par Etat, Conseil Régional, Conseil Général
et A gence de l’Eau).
Le premier PMPOA v isait les élev ages les plus importants. Le deuxième PMPOA , PMPOA 2, a été
mobilisé en priorité pour les élev ages situés en zone v ulnérable i où s’applique la Directiv e Nitrates
pour la mise en place de capacités de stock age des effluents d’élev age suffisantes et adaptées à la
conduite culturale des exploitations et l’élaboration des plan d’épandage, plan prév isionnel de fumure
et cahier d’enregistrement. En application de la décision européenne du 31 octobre 2001, les
agriculteurs situés en zone vulnérable i nitrates qui n'auront pas adhéré au PMPOA 2 ne pourront pas
bénéficier d'autres aides publiques pour l'inv estissement sur leurs exploitations. Un Plan de
Modernisation des Bâtiments d’Elev age (PMBE) a été mis en place en 2005 ; dans les zones
v ulnérables nitrates son bénéfice est réserv é aux seuls jeunes agriculteurs qui s’installent.
Sur les communes du périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire, côté département de l’I sère, 155
dossiers ont été déposés au titre du PMPOA 2. 65 % d’entre eux sont soldés, qu’il y ait eu ou non
nécessité de réaliser des trav aux. Côté département de la Drôme, 10 dossiers ont été déposés. 60 %
d’entre eux sont soldés, qu’il y ait eu ou non nécessité de réaliser des trav aux ; 30 % sont dans une
phase d’études.
• Contrat Agriculture Durable (CAD)
Depuis 2007, il n'est plus possible de signer de CAD. D e nouv eaux dispositifs agroenv ironnementaux
sont mis en œuv re dans le cadre de la programmation du dév eloppement durable 2007- 2013 :
mesures agro-env ironnementales (MA E), Plan Végétal Env ironnement (PVE). Le CA D portait sur la
contribution de l’activ ité de l’exploitation à la préserv ation des ressources naturelles et à l’occupation
et l’aménagement de l’espace rural. A ce titre, l’exploitant s’engageait à mettre en place des pratiques
plus respectueuses de l’env ironnement que les pratiques classiques.
La majorité des CA D existants sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire ont été mis en place sur les
aires d’alimentation des captages A EP dans le cadre des opérations Terre&Eau de la Chambre
d’Agriculture de l’Isère. Ils sont tous arriv és à échéance au plus tard en 2009 (cf. Tableau 28). L e CA D
Bièv re (enjeu nitrates et phy tosanitaires) n’a quasiment pas eu d’impact sur la qualité générale de
l’eau de la nappe, car très peu de contrats ont été signés en dehors des aires d’alimentation des
captages A EP où existe une opération Terre&Eau ; le C A D Bonnev aux (enjeux nitrates et biodiv ersité)
a eu un impact positif sur le pay sage collinaire avec env iron 30 contrats signés ; sur le Nord Drôme,
très peu de CA D ont été contractualisés.
D ocument v alidé
131/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
• Mesures agro-environnementales (MAE)
Mesures agro-environnementales territorialisées (MAEt)
Les MA Et sont une suite possible aux CA D. Elles permettent de répondre à des enjeux
env ironnementaux précis et localisés ou de préserv er des ressources remarquables. Elles permettent
d’indemniser des changements de pratiques ou de production induisant une réduction des intrants,
dans un objectif de préserv ation de la qualité de l’eau.
Selon les retours des chambres départementales d'agriculture de l'Isère et de la Drôme, il s'av ère
difficile de faire adhérer les agriculteurs au dispositif actuel des MA E. Les principales raisons év oquées
sont une certaine lourdeur administrativ e, des aides jugées faibles au regard des contraintes imposées
et des critères d’aide financière complexes (par ex emple, un des critères v eut que le taux
d’engagement des agriculteurs dans la MA E soit suffisant pour permettre d’obtenir un impact positif
sur la qualité des eaux du captage A EP). Sur le bassin v ersant Bièv re Liers V alloire, 2 projets collectifs
de MAE ont été mis en place en 2008-2009 : un sur le captage A EP Melon et Michel de Marcilloles
situé à Thodure (4 agriculteurs concernés) et un sur la tourbière du Grand Lemps (Natura2000). Une
réflexion est également en cours pour les captages A EP des Prés Nouv eaux à A lbon, du Golley à
A gnin, de la Vie de Nantoin au Mottier, du Ronjay à Faramans et de Sey ez et Donis à Ornacieux.
• Plan Végétal Environnement (PVE)
Mis en œuv re depuis l’automne 2006, le PVE est un dispositif d’aide aux inv estissements à v ocation
env ironnementale pour l’équipement des exploitations dans le secteur v égétal :
-
matériel lié à une meilleure utilisation des pesticides : cuv e de rinçage, aire de
remplissage, bineuse,…
matériel v isant à une meilleure répartition des apports azotés : pesée embarquée, débit
proportionnel à l'av ancement, localisateur d'engrais sur le rang, limiteur de bordures, ...
Les enjeux du plan concernent essentiellement la reconquête de la qualité des eaux.
-
A ctuellement le PVE mobilise très peu d’exploitants agricoles du fait de règles administrativ es strictes
et de financements faibles et/ou complexes. En 2008, selon la DDA F Isère, seule une dizaine de
dossiers PVE a été réalisée sur le département, dont 4 sur Bièv re Liers Valloire. Côté Drôme, il existe
un PVE collectif sur la commune d’A lbon depuis décembre 2009, pour lequel 2 dossiers ont été
déposés. Les taux de financement du PVE dev raient augmenter en 2010, passant de 20% à 40%, et
rendre ainsi ce dispositif plus attractif.
1.3.2.3. Les mesures volontaires
• Terre&Eau Bièvre Liers Valloire (anciennement Pil’Azote) –
département de l’Isère
Dans le département de l’Isère, dès 1995, un diagnostic sur les causes des pollutions des eaux
d’origine agricole av ait amené au lancement de l’opération Pil’A zote Bièv re Liers Valloire. Celle-ci a pris
de l’ampleur dans le cadre du Contrat de Dév eloppement Rhône-A lpes (CDRA) Bièv re – Valloire qui lie
la Région Rhône-A lpes et le Sy ndicat Mixte de Bièv re Valloire. Tout d’abord centrées sur les pollutions
par les nitrates, l’opération Pil’A zote s’est élargie aux pollutions par les pesticides et est dev enue
Terre&Eau en 2008. Cette opération est animée par la Chambre d’Agriculture de l’Isère.
Les actions Terre&Eau se déclinent à 3 échelles différentes :
-
Le bassin versant Bièv re Liers Valloire (partie iséroise) : communication auprès des
agriculteurs et des élus (journal) ; organisation de rencontres techniques sur les pratiques
de fertilisation et de traitement phy tosanitaire ; sensibilisation des agriculteurs aux
sy stèmes de production à bas niv eau d’intrants,
D ocument v alidé
132/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
-
Des secteurs géographiques restreints : animation et communication sur le PVE,
-
Les ba ssins d’alime ntation de ca ptages d’eau potable : animation pour
l’amélioration de la qualité de l’eau de 5 captages A EP. Ces 5 captages ont tous été
retenus comme captages prioritaires Grenelle (cf. Tableau 28).
Phase de
l’opération
Captage (commune)
Problématique
Diagnostic
* 8 exploitants en C A D (sur 25 concernés)
* Arrêt des dépassements de 50 mg/l en
nitrates et tendance générale à la baisse
* Concentration en DEA > à la norme de
potabilité (0,1 µg/l)
* 8 exploitants en C A D (sur 14 concernés)
* Arrêt des dépassements de 50 mg/l en
nitrates et tendance générale à la baisse
Vie de Nantoin
(Mottier, Champier)
Nitrates et
pesticides
Golley
(Agnin)
Nitrates
Melon et Michel
(Thodure, Marcilloles)
Pesticides
* 4 exploitants en MA E (sur 5 concernés)
Ronjay
(Faramans)
Pesticides
* suiv i des pratiques agricoles
* En attente du diagnostic de Sey ez et
Donis à Ornacieux car une partie du
bassin d’alimentation est commune aux 2
captages
Sey ez et Donis
(Ornacieux)
Nitrates et
pesticides
* diagnostic en cours
Suiv i
Sensibilisation
aux MAE
Résultats
Tableau 28 : Caractéristiques des actions Terre&Eau sur la partie iséroise du périmètre du SAGE
Bièvre Liers Valloire (source : Chambre d’Agriculture Isère, 2009).
Une év aluation de l’opération Pil’A zote a été menée en 2002 par l’ISA RA (ISA RA , 2002). Elle a été
menée au trav ers d’entretiens indiv iduels auprès d’une v ingtaine d’agriculteurs signataires de la
Charte Pil’azote. Cette év aluation a montré :
-
Une diminution des pratiques à risques pour les agriculteurs adhérents à la démarche av ec
l’implantation de CIPA N et une amélioration de la gestion de la matière organique chez les
élev eurs,
-
L’importance de l’env ironnement socioprofessionnel dans l’adoption de pratiques plus
respectueuses de l’env ironnement : un réseau de conseil div ersifié (Chambre d’agriculture,
prescripteurs, associations de producteurs) et des discours harmonisés fav orisent l’appropriation
des préconisations.
L’év aluation distinguait 2 ty pes de populations d’agriculteurs : une population attentiste pour env iron
42 % des agriculteurs interrogés, pour laquelle la démarche d’inv estissement est faible et qui
maintient des pratiques de fertilisation excédentaire ; une population qui inscrit l’év olution de ses
pratiques dans une démarche prospectiv e pour 58 % des agriculteurs interrogés, et qui prend en
compte le contexte réglementaire de plus en plus contraignant sur la gestion globale des intrants
(azote et pesticides). Pour cette population, le raisonnement de la fertilisation répond également à la
recherche d’un optimum technico-économique.
La Chambre d’A griculture de l’Isère fait réaliser actuellement une étude d’év aluation de l’opération
Terre&Eau de 2002 à 2009, dans laquelle seront év alués, entre autres, les freins à l’engagement des
agriculteurs dans les mesures agro-env ironnementales et dans le Plan Végétal Env ironnement.
• Agr’Eau 26 (anciennement Just’Azote) – département de la Drôme
Dans le département de la Drôme, l’opération Just’Azote pilotée par la Chambre départementale
d'Agriculture s’est focalisée de 1991 à 1996 sur les pollutions azotées dans la plaine de Valence et le
canton de Loriol. De 1997 à 2000, l’opération a été étendue à l’ensemble de la zone v ulnérable i
nitrates, dont la plaine de la V alloire, et le travail initialement sur les pollutions azotées s’est élargi aux
D ocument v alidé
133/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
pollutions par les pesticides et à la gestion quantitativ e de l’eau. Depuis 2001, l’opération Agr’eau 26 a
pris la suite de Just’A zote et s’est étendue à l’ensemble du département.
L’opération Agr’eau26 se décline à plusieurs niv eaux :
-
Le département : communication collectiv e (bulletins et guides techniques),
-
La zone v ulnérable i aux nitrates : diffusion de références, conseils et accompagnement
(plans de fumure),
-
Les zones prioritaires : communication et actions renforcées azote, pesticides,
-
Les bassins d’alimentation de captage : actions ciblées (cf. Tableau 29).
Phase de
l’opération
Diagnostic
Captage
(commune)
Prés Nouv eaux
(A lbon)
Problématique
Pesticides
(métolachlore)
Résultats
*
*
*
*
*
diagnostic en cours
réexamen du bassin d’alimentation du captage
sensibilisation des agriculteurs de la zone
PVE collectif en cours
Projet de MA Et
Tableau 29 : Caractéristiques des actions Agr’Eau26 sur la partie drômoise du périmètre du SAGE
Bièvre Liers Valloire.
Une év aluation de l’opération Just’A zote de 1996 à 2000 a été menée en 2000 par l’ISA RA (ISA RA ,
2001). Elle s’est appuy ée sur des enquêtes auprès d’une centaine d’agriculteurs, des entretiens av ec
les prescripteurs et les partenaires de l’opération. Cette év aluation a montré :
- La forte sensibilisation des agriculteurs à l’opération.
- L’adhésion partielle des agriculteurs à la démarche : env iron 40 % av aient un av is fav orable sur
la démarche dont ils suiv aient les objectifs.
- Un début de changement des pratiques : env iron 50 % des agriculteurs de la zone du 1er
programme d’actions nitrates disaient en 2000 av oir changé leurs pratiques en terme de gestion
des effluents, concourant à une diminution de 38 % des apports organiques aux parcelles par
rapport au début des années 1990. Cependant, cette amélioration des pratiques touchait peu le
domaine de l’utilisation des fertilisants minéraux, des pesticides ou celui de la gestion de
l’irrigation ;
- Une faible appropriation des outils de pilotage (plan de fumure, …) : la majorité des agriculteurs
continuaient à gérer leurs pratiques de manière empirique.
A u terme de l’év aluation de l’opération Just’A zote par l’ISA RA en 2000, les agriculteurs semblaient
pouvoir être classés en 3 catégories : 20 % av aient déjà de bonnes pratiques et les av aient gardées,
40 % av aient amélioré leurs pratiques et 40 % se sentaient très peu concernés (av ec des pratiques
parfois peu satisfaisantes). Les impacts de l’opération Just’A zote apparaissaient positifs concernant la
gestion des effluents (matériel, PMPOA , amélioration des pratiques). Mais peu d’évolutions étaient
constatées sur le raisonnement de l’irrigation et de l’utilisation des pesticides. L’év aluation av ait donc
conclu à la nécessité de poursuivre l’opération Just’A zote, ce qui a été fait par la mise en place
d’Agr’eau26 en 2001.
Les opérations Terre&Eau et Agr’eau 26 ont permis, grâce à l’animation des Chambres
départementales d’agriculture de la Drôme et de l’I sère, de sensibiliser certains exploitants agricoles à
des pratiques plus respectueuses de l’env ironnement et de mobiliser les dispositifs économiques
existants (C A D, MAE). Cependant les mesures préconisées par les opérations Terre&Eau et A gr’eau 26
dans un cadre v olontaire dev iennent pour certaines obligatoires av ec les nouv elles réglementations.
C’est le cas par exemple de l’implantation des CIPAN et des bandes enherbées, qui était conseillée par
les opérations Terre&Eau et A gr’eau 26 et pouv ait être financée au trav ers des MA E dans les zones
v ulnérables aux nitrates, et qui depuis fin 2009, est obligatoire dans le cadre du 4ème programme
d’actions de la directiv e nitrates.
D ocument v alidé
134/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.2.4. Les enjeux – pressions agricoles
Plus de 70 % de la surface du bassin Bièv re Liers Valloire est occupé par des terres agricoles. Dans les
plaines, les sy stèmes sont de ty pe grandes cultures céréalières et arboriculture en av al du bassin av ec
des pratiques relativ ement intensiv es nécessitant généralement l’utilisation d’intrants et de l’irrigation.
Sur les reliefs et en amont du bassin, les sy stèmes sont plutôt de ty pe poly culture-élev age. Ce
contexte agricole favorise les risques de pollution diffuse. La combinaison des apports des pratiques
agricoles et de l’assainissement amène le constat suiv ant, identique pour les cours d’eau et la nappe
de Bièv re Liers Valloire : la pollution aux nitrates est généralisée. 85 % des communes de B ièv re Liers
Valloire sont classées en zone v ulnérable et 11 captages prioritaires v is-à-v is des pollutions par les
nitrates et/ou les pesticides ont été identifiés sur le périmètre du SA GE.
Le 4ème programme d’actions de la Directiv e nitrates renforce les dispositifs pour lutter contre les
pollutions diffuses azotées av ec l’obligation de mise en place des bandes enherbées le long des cours
d’eau et de la couv erture des sols en hiv er. Par ailleurs il existe des actions v olontaires animées par
les Chambres départementales d’agriculture de la Drôme et de l’Isère pour la mise en œuv re de
pratiques plus respectueuses de l’env ironnement en amont des captages d’eau potable. Les actions
volontaires qui ont été mises en place depuis une dizaine d’années ont atteint l’objectif d’une teneur
en nitrates inférieure à la norme de potabilité de 50 mg/l et de stabilisation des teneurs en nitrates de
la nappe. Une partie des mesures qui étaient proposées dans le cadre volontaire dev iennent
réglementaires av ec le 4ème programme d’actions nitrates (CIPA N en particulier). Les études de Gay
env ironnement et de Sogreah concluent cependant que la stabilisation des teneurs en nitrates au
niv eau de la norme de potabilité est insuffisante pour le fonctionnement équilibré des milieux
aquatiques et qu’il est nécessaire de poursuivre et d’amplifier les programmes de limitation
des intrants agricoles pour recouv rer une meilleure qualité des eaux de surface et souterraines. L e
trav ail d’information et de sen sibilisation réalisé par les Chambres départementales d’agriculture sur le
bassin est également fondamental pour encourager les exploitants agricoles à faire év oluer leurs
pratiques.
Les pistes de trav ail de la CLE seraient de v eiller à une mise en œuv re « exemplaire » du 4ème
programme d’actions nitrates sur le bassin ; d’utiliser les résultats des év aluations des précédents
programme d’actions nitrates et des opérations Terre&Eau et Agr’eau26 pour améliorer les points
posant problème (plans de fumure de certaines petites exploitations, meilleure répartition des
épandages sur les SPE, freins à la contractualisation) ; d’explorer l’ensemble des mesures et des
solutions existant pour réduire les impacts de la pression agricole : réduction des quantités d’intrants
apportés, mais aussi plantations de haies ou de boisements de berge, maintien ou remise en prairies
dans les zones de ruissellement et d’érosion, utilisation de l’assolement... ; de v eiller à ce que les
discours des Chambres d’Agriculture, des prescripteurs, des collectiv ités ay ant la compétence eau
potable, v is-à-v is des agriculteurs soient harmonisés et que les efforts entrepris soient reconnus.
D ocument v alidé
135/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.3. Les pressions industrielles et artisanales
Le niv eau de connaissance des pressions industrielles et artisanales sur le périmètre du SA GE Bièvre
Liers Valloire est très faible. Cependant on dispose de données pour les établissements industriels les
plus importants, car relev ant de la réglementation des installations classées (ICPE) ou faisant l’objet
d’une redev ance de pollution industrielle auprès de l’A gence de l’Eau Rhône Méditerranée.
Les établissements industriels et artisanaux peuv ent être à l’origine de pollutions accidentelles et/ou
chroniques. Le risque de pollution accidentelle est particulièrement lié aux manipulations et stock ages
de produits polluants. Le risque de pollution chronique est quant à lui plus particulièrement lié aux
conditions d’utilisation de produits polluants et de maintenance des installations. De plus, la v ariabilité
de la production des activ ités industrielles et artisanales peut également av oir des effets sur les
risques de pollution.
1.3.3.1. L’activité industrielle passée
Depuis 1978, le BRGM conduit un inv entaire national des sites pollués, appelé BA SIA S : Base de
données d'A nciens Sites Industriels et A ctiv ités de Serv ice. Cet inv entaire a pour but de recenser tous
les sites industriels abandonnés ou non, susceptibles d'engendrer une pollution de l'env ironnement ;
de conserv er la mémoire de ces sites ; et de fournir des informations utiles aux acteurs de
l'urbanisme, du foncier et de la protection de l'env ironnement. L'inscription d'un site dans BA SIA S ne
préjuge pas de la présence ou non d'une pollution sur ce site.
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, 8 anciens sites sont recensés en 2009 dans BA SIA S (cf. A nnexe 4).
Ils ne semblent présenter aucun problème de pollution et ne nécessitent pas de surv eillance. 3 sites
ont été réaménagés depuis l’arrêt de l’ancienne activ ité, en zone artisanale ou de commerce, v oire en
zone d’habitat.
1.3.3.2. L’activité industrielle et artisanale actuelle
On ne dispose pas d’informations exhaustiv es sur l’ensemble des sites industriels et artisanaux situés
sur le bassin Bièv re Liers Valloire et les pratiques env ironnementales de chacun. Le risque de pollution
ne peut être appréhendé que sur la base de la ty pologie du tissu d’activ ité av ec comme hypothèse
que plus la densité d’établissements manipulant des substances dangereuses est importante, plus la
pression polluante sur le milieu est forte. Quelques informations parcellaires sont cependant apportées
sur les principaux établissements par BA SOL, les ICPE et la redev ance pollution industrielle A gence de
l’Eau Rhône Méditerranée.
De la même façon que BA SIA S, BA SOL (Base de données sur les sites et sols pollués - ou
potentiellement pollués - appelant une action des pouvoirs publics, à titre prév entif ou curatif),
inv entorie, depuis 1994, les sites pollués connus. Cet inv entaire a pour vocation à être actualisé de
manière permanente.
Sur le bassin, BASOL recense 5 sites, dont 3 présentent une pollution av érée (cf. Tableau 30 et carte
1.6). 2 sites supplémentaires à l’extrémité av al du bassin concernent la nappe alluv iale du Rhône.
Tous les sites sont sous surv eillance (suiv i de la qualité des sols, des eaux souterraines et/ou des eaux
superficielles).
D ocument v alidé
136/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Commune
Site
SAGE B ièvre Liers Valloire
A ctiv ité
SAINT SIMEON DE SACHS A UTOMOTIVE
BRESSIEUX
FRA NCE SA
fabrication de chaîne de
distribution (pour
automobile)
LA FRETTE
KNAUF PACK SUD EST
moulage de pièces en
poly sty rène expansé
SAINT RA MBERT
D'A LBON
BUBBLE et FOA M
Industries S.A (ex site
TA RKETT SOMMER)
LA COTE SA INT
A NDRE
A NTIPOLL
Résultats Surv eillance
Eau
cuiv re, chrome, nick el et
hydrocarbures (eaux
souterraines et
superficielles).
A mélioration de la
situation.
hydrocarbures,
tétrachlorure de
carbone26 (eaux
souterraines)
dalles v iny les pour sol, de
profilés plastiques et de
Phtalates 27 (eaux
préparation de poudres et
souterraines)
granulés
régénération de solv ants
usagés par entrainement à la attente de résultats
v apeur
SAINT ETIENNE
A MER SPORT
DE SA INT GEOIRS
Site traité
A NDA NCETTE
PONT-A-MOUSSON
tuy aux d'amiante - ciment
SABLONS
SIRA
poteaux en bois, traitement
d'imprégnation au Cuivre,
Chrome et A rsenic
Tableau 30 : Sites BASOL inventoriés sur le
http://basol.ecologie.gouv.fr/ , export du 02/07/2009).
périmètre
du
Nappe alluv iale du Rhône,
aucune trace d’amiante
dans les eaux
Nappe alluv iale du Rhône,
aucune trace de pollution
dans les eaux
SAGE
BLV
(Source :
Les données issues des ICPE et des redev ances pollution industrielle de l’A gence de l’Eau indiquent
pour 2007 que parmi les 62 établissements industriels redev ables, 60 % n’effectuent pas leurs rejets
dans un réseau d’assainissement public, mais en milieu naturel, généralement après un traitement. En
2007, l’estimation de la pollution nette 28 rejetée dans le milieu naturel par ces établissements est
calculée sur la base d’un forfait pour chacun de l’ensemble des établissements. Elle amène à constater
que la pollution est la plus importante :
-
Par les matières en suspension pour les établissements industriels de construction et BTP
et les carrières (en moy enne pour l’ensemble des établissements de ces secteurs d’activ ité
175 k g/jour) et dans une moindre mesure les piscicultures (pour les 3 piscicultures du
bassin v ersant total d’env iron 57 k g/jour),
26
T étrachlorure de carbone : composé chimique chloré. Le tétrachlorure de carbone est principalement utilisé
pour produire des chlorofluorocarbones (CFCs), employés comme réfrigérants, fluides propulseurs (aérosols),
solv ants, et pour produire d'autres hy drocarbures chlorés. A cause de sa toxicité, seuls subsistent dorénav ant les
usages industriels eux-mêmes en déclin permanent depuis 1987 du fait des réglementations sur l'utilisation des
substances qui appauv rissent la couche d'ozone (CFCs notamment).
27
P htalates : Les phtalates sont un groupe de produits chimiques apparentés du point de v ue de leur structure à
l’acide organique « acide phtalique ». Ils sont essentiellement utilisés dans les plastiques (surtout PVC ) et
présents dans une large gamme de produits industriels, ménagers et de consommation (revêtements en viny le
murs et sols, parties de v oiture, détergents, emballages alimentaires, produits pharmaceutiques, chaussures,
shampooings,…). Ils ont été récemment interdits dans les articles de puériculture, ainsi que dans les
cosmétiques.
28
P ollution nette : en règle générale, elle résulte du calcul de la quantité de pollution produite (pollution brute) à
laquelle on soustrait la quantité de pollution éliminée en interne par les propres dispositifs de traitement de
l’établissement industriel.
D ocument v alidé
137/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
-
par les matières phosphorées et l’azote organique et ammoniacal pour les piscicultures
(pour les 3 piscicultures du bassin v ersant total d’env iron respectiv ement 19 et 121
k g/jour),
-
par les métaux et métalloïdes 29 pour les établissements de trav ail des métaux (en
moy enne pour l’ensemble des établissements de ce secteur d’activ ité 2 k g/jour).
Par ailleurs, une action de recherche et de réduction des rejets de substances dangereuses dans l’eau
par les ICPE a été lancée dans chaque région française en 2002, dans le cadre de l’opération nationale
découlant de la circulaire du 4 fév rier 2002 du ministère chargé de l’env ironnement. Aucune ICPE du
bassin Bièv re Liers Valloire n’a été concernée par cette action.
Les risques de pollution vis-à-vis des milieux aquatiques
L’impact des activ ités industrielles et artisanales a été mis en év idence de façon ponctuelle par l’étude
bilan de la qualité des cours d’eau (Gay env ironnement, 2008). La qualité de l’eau v is-à-v is des
pollutions métalliques était cependant bonne du fait des concentrations faibles en métaux. Sur le
Riv al, en amont de Marcilloles, et sur le Barbaillon, il s’agit des rejets métalliques connus et contrôlés
de 2 ICPE. En rev anche sur l’Oron, en av al de Beaurepaire, il existe une contamination faible au
mercure dont l’origine n’a pas été identifiée et qui peut poser un problème sanitaire du fait de l’activ ité
pêche et sur les Veuzes, en av al de St Sorlin en Valloire, 6 métaux sur les 8 recherchés ont été
détectés.
L’étude bilan sur la qualité de la nappe a montré que les solv ants chlorés et les autres toxiques étaient
peu détectés. Leurs concentrations étaient très faibles et dépassaient rarement le seuil de détection et
n’étaient jamais supérieures à la norme eau potable (Sogreah, 2008).
L’extraction de matériaux et la pisciculture étant des activ ités importantes sur le périmètre du SA GE
Bièv re Liers Valloire, les chapitres suiv ants détaillent donc plus particulièrement les pressions en lien
av ec ces deux activ ités.
• Les extractions de matériaux
D’une façon générale, l’exploitation des matériaux est susceptible d’être préjudiciable pour les eaux
souterraines pour les aspects suiv ants :
-
La pollution en cours d’extraction ; ce risque a été notablement réduit dans les installations
récentes par les conditions d’exploitation mises en place (aire étanche, sy stèmes de dépollution,
etc.),
-
La diminution de la protection naturelle que constitue l’épaisseur de terrain au-dessus des nappes,
-
Le conflit d’usage av ec l’alimentation en eau potable (ressource actuelle et future) ; un réserv oir
aquifère alluv ial ay ant de bonnes potentialités pour l’eau potable est constitué le plus souv ent de
matériaux alluv ionnaires de qualité propices à la production de granulats.
Toutefois le secteur d’extractions de matériaux est très encadré par la réglementation pour prév enir
ces différents risques. C’est notamment l’article 18 de l’arrêté du 22 septembre 1994 relatif aux
carrières qui décrit les obligations permettant de préserv er les ressources en eau.
Les risques de nuisance relèv ent majoritairement de l’ordre accidentel plutôt que de l’exploitation
courante des sites.
29
M étalloïdes : U n métalloïde est un élément chimique qui ne peut être classé ni dans les métaux ni dans les
non-métaux. S es propriétés phy siques et chimiques sont intermédiaires entre celles d’un métal et d’un non-métal.
D ocument v alidé
138/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
Le contexte réglementaire des extractions de matériaux
Le contexte réglementaire des extractions de matériaux est rappelé et précisé par les Schéma s
Départementaux des Carrières (SDC) de la Drôme et de l’Isère, approuv és respectiv ement le
17 juillet 1998 et le 11 fév rier 2004. Ces 2 schémas fix ent les orientations et objectifs applicables à
l’industrie extractiv e. Ils doiv ent être compatibles aux dispositions et orientations des autres
instruments planificateurs élaborés par les pouvoirs publics, notamment av ec les SDAGE et les SA GE.
Les 2 SDC diffèrent légèrement pour certaines préconisations.
D’une façon générale, les SDC de la Drôme et de l’Isère préconisent pour l’autorisation d’une carrière
en nappe que :
-
« dans les secteurs à fort intérêt pour l’usage alimentation en eau potable (captages existants,
nappes à v aleur patrimoniale), l’autorisation d’exploiter les matériaux ne pourra être accordée que
si elle garantit la préserv ation des gisements d’eau souterraine en qualité et quantité »,
-
« l’arrêté d’autorisation doit prévoir, durant la durée de l’exploitation, la mise en place et
l’exploitation d’un réseau de surv eillance de la qualité et des niv eaux des eaux de la nappe
influencée par la carrière, et après abandon de l’exploitation, le maintien de ce réseau en bon état
de fonctionnement pour permettre les contrôles ultérieurs. Les données recueillies dev ront être
transmises aux serv ices chargés de la police des eaux. »,
-
dans les périmètres de protection de captages d’eau potable :
o
le SDC de la Drôme interdit les extractions dans les périmètres de protection immédiate. Le
périmètre de protection rapprochée d’un captage d’eau destinée à la consommation humaine
peut, en outre, faire l’objet de prescriptions, ou même d’interdictions. L’extraction de
matériaux est explicitement interdite dans la plupart des périmètres de protection rapprochée
des captages d’eau potable de la Drôme (à défaut, l’interdiction doit être considérée comme
implicite). Dans les périmètres de protection rapprochée – en l’absence de règlement
particulier – et éloignée le SDC de la Drôme permet l’exploitation de carrière sous réserv e que
l’étude d’impact démontre que le projet n’obère en rien l’intérêt du site : en particulier, des
prescriptions spécifiques très strictes peuv ent y être demandées ;
o
le SDC de l’Isère interdit les extractions dans les périmètres de protection immédiate et
rapprochée. En rev anche, il autorise les extensions de carrières dans le périmètre de
protection éloignée av ec des conditions particulières (surface maximale d’extraction de 5 %
de la superficie totale des 3 périmètres de protection, extraction limitée à 3 mètres minimum
au-dessus de la nappe, volume maximum de stock age de 5 000 litres d’hy drocarbures par
site).
Et plus précisément sur le territoire Bièv re Liers Valloire, les SDC de la Drôme et de l’Isère prévoient
que :
-
« le contexte hydrogéologique [(sens d’écoulement, caractéristiques hy drody namiques,
v ulnérabilité i , sources de pollution, etc.)] sera bien pris en compte par l’étude d’impact »,
-
« pour les exploitations « hors d’eau », une épaisseur suffisante de terrains non saturés sera
conserv ée entre la cote la plus basse et le niv eau piézométrique le plus haut, afin de conserv er un
minimum d’effet filtre » ; le SDC de l’Isère indique explicitement « un mètre [au-dessus] des plus
hautes eaux de la nappe (situation décennale) »,
-
« les réaménagements à v ocation pay sagère et écologique […] seront priv ilégiés ».
-
Sur le département de la Drôme, dans les secteurs présentant un fort intérêt pour l’alimentation
en eau potable ou dans les secteurs à grande sensibilité, le SDC n’autorise aucune extraction dans
les périmètres de protection immédiate, rapprochée et éloignée des captages, sauf exception
explicitement formulée dans l’arrêté de protection du captage.
D ocument v alidé
139/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
L’état des lieux des pressions des extractions de matériaux
Sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, l’activ ité d’extraction de matériaux est importante :
plus de 3 millions de tonnes par an et 16 sites de carrières autorisées (dont 11 av ec des productions
supérieures à 100 000 t/an). Les résultats de la surv eillance des eaux souterraines portés à notre
connaissance n’ont montré actuellement aucune pollution imputable aux carrières. En effet,
l’extraction de matériaux n’engendre pas de risques chroniques de pollution. Dans le cas des carrières
en eau (2 sites sur BLV : A ndancette et A lbon), une augmentation de la concentration en matières en
suspension et des modifications très locales des circulations des eaux souterraines peuv ent être
constatées.
En rev anche, le risque de pollution accidentelle est dav antage présent : le dév ersement de substances
polluantes est notamment lié à la circulation des engins et à la présence d’activ ités industrielles
connexes en fond de carrière ou à proximité des zones d’extraction : centrale à béton et centrale
d’enrobés (cf. Tableau 31). Ces activ ités connexes sont soumises à la réglementation ICPE, de la
même façon que les carrières. La nappe est plus v ulnérable si l’exploitation est menée « en eau », de
ce fait, ce ty pe d’exploitation fait l’objet d’un suiv i qualité plus important.
Exploitant carrière
BUDILLON-RABA TEL
SCB
DELMONICO-DOREL
CA RR. DES CHENES
CEMEX
Commune
Izeaux
Bév enais
A lbon
A ndancette
Sillans
GACHET
Gillonnay
DELMONICO-DOREL
A nney ron
BUDILLON-RABA TEL
Penol
CEMEX
Epinouze
A ctiv ité connexe
1 centrale d’enrobés fixe
1 centrale d’enrobés fixe
1 centrale béton
1 centrale béton
1 centrale d’enrobés fixe
2 centrales d’enrobés (1 fixe
et 1 mobile)
Demande d'installation d'1
centrale d’enrobés fixe
-
Contexte particulier
exploitation en eau
exploitation en eau
Périmètre de protection
captage A EP
Tableau 31 : Activité connexe et contexte des principaux sites d’extraction de matériaux sur le
périmètre du SAGE BLV.
Généralement, l’extraction de matériaux ne perturbe pas la qualité de la nappe, mais il faut être
v igilant sur l’usage qui est fait du site ultérieurement à l’exploitation. Une remise en état soignée des
carrières est un moy en d’év iter que ces dernières ne constituent des points de fragilité aux pollutions
pour la nappe en raison de la réduction d’épaisseur de la zone non saturée i et/ou de la perméabilité i
des matériaux utilisés comme remblais. Les modalités de remise en état d’une carrière sont spécifiées
dans l’arrêté d’autorisation d’exploitation. Le remblaiement d’une carrière est une des possibilités de
remise en état d’un site en fin d’exploitation. L’article 12.3 de l’arrêté du 22 septembre 1994 relatif
aux carrières précise que le remblaiement « ne doit pas nuire à la qualité et au bon écoulement des
eaux ». Lorsqu'il est réalisé av ec apport de matériaux ex térieurs, les matériaux utilisés doiv ent être
inertes et contrôlés (nature, tri, prov enance, destination, quantités, caractéristiques, moy ens de
transport utilisés, conformité des matériaux à destination, localisation des zones de remblais).
Les réaménagements de carrière prévus sur le bassin Bièv re Liers Valloire sont assez
monodirectionnels : il s’agit généralement de réaménagements agricoles.
• Les piscicultures
Les piscicultures produisant plus de 20 t/an sont soumises à autorisation au titre de la réglementation
des Installations Classées pour la Protection de l’Env ironnement (ICPE). Cela implique notamment la
réalisation d’une étude d’impact env ironnementale. L’autorisation ICPE est accordée pour une
production donnée à condition de respecter les normes de rejets fixées par l’arrêté préfectoral propre
à chaque pisciculture. Un projet d’arrêté de prescriptions relativ es aux piscicultures soumises à
autorisation est en cours de consultation ; ce texte prévoit une autorisation unique pour trois
domaines réglementaires qui concernent les piscicultures dans le domaine de l’env ironnement à
D ocument v alidé
140/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
sav oir : installations classées, eau et pêche. Cette réglementation renforcée v ise à obtenir pour 2015
un bon état écologique des masses d’eaux.
Les risques de pollutions en lien av ec les piscicultures sont liés aux rejets dans les eaux superficielles.
Les 3 piscicultures situées sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire sont des ICPE soumises à
autorisation.
Les 3 piscicultures disposent de sy stèmes de traitement des effluents av ant rejet au milieu naturel. Le
principe des dispositifs est quasiment identique pour les 3 piscicultures : il s’agit de filtres mécaniques
(tambours rotatifs) pour fixer les rejets solides. Les eaux filtrées v ont ensuite dans des lagunes av ant
rejet dans le milieu naturel. Les effluents produits par la filtration et la décantation des eaux sont
envoy és dans des bassins de stock age des boues et utilisés pour épandage dans les cas des
piscicultures Faure et Murgat. Par ailleurs, la pisciculture Murgat a serv i de site pilote pour tester de
nouv eaux sy stèmes de traitement comme le circuit recirculé de ty pe danois (Roque d’Orbcastel,
2008).
Bien que les piscicultures puissent respecter les normes de qualité qui leur sont imposées par leur
arrêté préfectoral propre, l’étude de bilan de qualité des cours d’eau a mis en év idence des pollutions
en lien av ec les piscicultures sur l’Oron et les Veu zes. Ces pollutions concernent les matières en
suspension, les matières azotées (azote ammoniacal, nitrites), et dans une moindre mesure, les
matières phosphorées (phosphore et orthophosphates) et une désoxygénation périodique de l’eau. En
conséquence, la qualité hydrobiologique mesurée en 2007 à l’av al des piscicultures de Manthes était
perturbée. De plus, ces différentes altérations phy sico-chimiques conditionnaient en grande partie la
qualité du réseau à l’av al (Gay env ironnement, 2008). A noter que depuis une quinzaine d’années, des
réductions des émissions de phosphore dans les rejets des piscicultures en général ont été apportées
par la modification de l’alimentation des poissons : aliments moins riches en phosphore et
amélioration de leur distribution.
D ocument v alidé
141/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.3.3. Les enjeux – pressions industrielles et artisanales
Le bassin Bièv re Liers Valloire n’est pas fortement industrialisé. D’une façon générale, en dehors des
principaux établissements industriels, il y a une méconnaissance des rejets industriels (PME et PMI) et
artisanaux : origine, quantité, composition, milieu récepteur, car ceux-ci sont moins suiv is et
surv eillés. Par ailleurs il est assez délicat de collecter les données de surv eillance des eaux
souterraines relativ es aux industries, en dehors des sites d’extraction de matériaux.
On constate une pollution métallique faible sur les cours d’eau en av al d’industries importantes, où on
s’attendait effectiv ement à en trouv er, mais également sur d’autres tronçons de cours d’eau, pour
lesquels la source de contamination reste inconnue actuellement. Par exemple, la contamination
métallique au mercure de l’Oron en av al de Beaurepaire, même si elle est faible, pose la question de
la santé publique du fait de l’activ ité pêche qui est importante sur ce secteur. L’étude Sogreah n’a en
rev anche pas montré de pollution des eaux souterraines marquée imputable à des activ ités
industrielles.
Des pistes de trav ail de la CLE pourraient concerner l’amélioration de la connaissance des rejets
industriels et artisanaux pour éliminer ou à défaut limiter les pollutions ; l’information et la
sensibilisation des PME-PMI et des artisans utilisant des produits potentiellement polluants à la
v ulnérabilité des milieux aquatiques du bassin et à une gestion env ironnementale des produits utilisés.
Ce trav ail nécessitera une collaboration étroite entre les serv ices de l’Etat, les chambres consulaires de
l’industrie et des métiers et de l’artisanat, les industriels et artisans, et la CLE.
L’activ ité extractiv e des 16 sites autorisés sur le périmètre du SA GE n’a pas montré jusqu’à présent de
pollution des eaux souterraines ni d’impacts sur le niv eau piézométrique de la nappe. Les règles
imposées aux carrières sont relativ ement strictes et semblent respectées. Le risque accidentel en lien
av ec la circulation des engins ou la présence d’activ ités industrielles connexes subsiste cependant.
Pour les sites d’extraction de matériaux en cours d’exploitation, outre l’attention à porter aux résultats
de la surv eillance des eaux, la question de la gestion après exploitation devra se poser à la CLE. Les
pistes de trav ail pourront concerner notamment la qualité des matériaux utilisés pour les
remblaiements, la qualité du réaménagement de la carrière, parfois succinctement définie dans les
arrêtés préfectoraux d’autorisation d’exploitation et le ty pe de réaménagement en fonction des
besoins locaux.
D ocument v alidé
143/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.4. Autres pressions
1.3.4.1. Les anciens sites d’extraction de matériaux
Les sites d’extraction relev ant de la réglementation récente des carrières (loi n° 93-3 du 4 janv ier
1993) font l’objet d’une étude d’impact qui prév oit les conditions de réaménagement de la carrière
après exploitation et des garanties financières pour cette remise en état. En rev anche, certains sites
autorisés antérieurement à ces dispositions ont été réhabilités conformément aux exigences
réglementaires de l’époque. Ces dernières ne prenaient alors pas en compte les enjeux eaux identifiés
aujourd’hui.
Des inv entaires, non exhaustifs sur l’ensemble du périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire (UNPG,
2001 ; Pépin, 2003), recensent plus d’une cinquantaine d’anciens sites d’extraction de matériaux,
réparties dans les plaines, mais également les coteaux. La surface estimée de ces anciens sites
représente plus de 30 ha mais est modeste au regard des 450 ha de surface d’extraction autorisée
pour les 16 carrières en exploitation actuellement.
Les informations disponibles sur 41 anciens sites indiquent qu’env iron 50% d’entre eux sont
considérés comme réaménagés (en zone de loisir, centre d’enfouissement technique, bassin
d’infiltration,…). La remise en état des 50% restant a été plus ou moins bien maîtrisée. Hormis 5 sites
pour lesquels la v égétation a recolonisé le milieu, les autres sites ont serv i ou serv ent de dépôts
sauv ages (ordures ménagères, grav ats, encombrants,…) du fait de leur facilité d’accès et qu’ils ne
sont pas clos. Par ailleurs, des prélèv ements occasionnels sont effectués sur au moins 4 sites sans
aucun arrêté préfectoral d’autorisation ou de déclaration ; les prélèv ements sont de faibles quantités
et souv ent effectués par des riv erains. C’est surtout le manque de sécurité sur le site qui est
problématique.
Cependant, 8 anciens sites d’extraction ont été identifiés comme sensibles (cf. Tableau 32) :
Commune du site
Bév enais (Mas Chemin de
Bressieux)
La Côte Saint
(Ferme Jaubert)
André
Etat du site
Problématique
A bandonné
Dépôts d’ordures (signalement DRIRE 38)
A ucun réaménagement
Stock age de matériel, dépôts div ers
(artisanaux, ordures ménagères) (Pépin,
2003)
CET autorisé (activ ité
ay ant succédé à celle de Proximité nappe (signalement DRIRE 38)
la carrière)
Réaménagement partiel
Longechenal (la v ie de
(zone de loisir, v ente à « Point noir » (UNPG, 2001)
Bizonnes)
particulier)
Longechenal
(la
v ie
Prélèv ements occasionnels, dépôts div ers
Réaménagement partiel
arnoud)
importants, « Point noir » (UNPG, 2001)
A ucun arrêté d’autorisation, prélèv ements
Pajay (Grand Vignoble)
A ucun réaménagement
par riv erains (signalement DRIRE 38)
Saint Didier de Bizonnes
Laissé en l'état, stock age d’engins, proximité
A ucun réaménagement
(Mas des Béroudières)
nappe (signalement DRIRE 38)
Thodure (Bourenière)
A ucun réaménagement
Dépôts industriels (Pépin, 2003)
Izeaux (Le comptant du
dessus)
Tableau 32 : Anciens sites d’extraction sensibles (sources : DRIRE 38, 2007 ; UNPG, 2001 ; Pépin,
2003).
1.3.4.2. Les centres de stockage de déchets
Les centres de stock age de déchets peuv ent constituer une source de pollution des sols et des eaux
superficielles et souterraines en raison de la nature des déchets stock és, de leurs conditions de
stock age et des rejets, mais d’une façon générale, la quantification des risques est délicate, car les
D ocument v alidé
144/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
émissions des sites et leurs conditions de transferts dans les milieux ne sont pas connues av ec
précision. Depuis une quinzaine d'années, la meilleure prise en compte des impacts env ironnementaux
et sanitaires a amené à ce que les sites de décharges acceptant des déchets dangereux ou non
dangereux soient préférentiellement implantés dans un contexte géologiquement fav orable mais
également équipés de dispositifs actifs permettant de drainer et traiter de façon satisfaisante les rejets
et émissions sous forme liquide (lixiv iats 30) (AFSSET, 2005).
En 2009, sur le périmètre du SAGE, 25 sites de stockage de déchets en a ctivité ou fermés sont
recensés, dont 16 situés au droit de la nappe. Les sites de stock age de déchets de l’Isère ont fait
l’objet d’une év aluation du risque de pollution (cf. Tableau 33). Les sites anciens et actuellement
fermés ont pu accueillir, généralement sans contrôle, tout type de déchets (ordures ménagères,
déchets industriels banaux (grav ats, etc.) et spéciaux (solv ants, etc.)).
Centre de stockage de
Type de r isque retenu
déchets
classe 2 autor isé et en activité
déchets non dangereux : déchets ménagers ultimes et assimilés
P otentiel (eaux souterraines & milieu naturel)
P enol
Récupération des lixiv iats. P rojet de stabilisation par traitement mécano-biologique
et enfouissement (SICTO M B ièvre Centre Isère).
S t S orlin en V alloire
classe 3 autor isé et en activité
déchets inertes : ne se décomposent pas, ne brûlent pas, ne produisent aucune autre réaction physique,
chimique ou biologique de nature à nuire à l'env ironnement (gravats, tuiles,…).
S t E tienne de S t Geoirs
P otentiel (eaux souterraines)
Déchar ge br ute en fonctionnement
décharge non contrôlée, mais utilisée par une commune
B rézins (Sachs A uto.)
T hodure
P otentiel (eaux souterraines & milieu naturel)
Dépôt sauvage en fonctionnement
La C ôte S t André
P otentiel (eaux souterraines)
Fermé aux ordures ménagères et non réhabilité (déchets ver ts et inertes admis)
Champier
P otentiel (eaux de surface & milieu naturel)
G illonnay
P otentiel (eaux souterraines)
N antoin
P otentiel (eaux souterraines & eaux de surface)
S t G eoirs
P otentiel (eaux souterraines & eaux de surface)
S t P aul d’Izeaux
P otentiel (eaux souterraines & milieu naturel)
Fermé réhabilité
Chabons
Commelle
N ettement identifié
Fermé à tout déchet et non réhabilité
Anjou
P otentiel (eaux de surface)
S ablons
P otentiel (eaux souterraines & eaux de surface)
La C ôte S t André
P otentiel (eaux souterraines)
La C ôte S t André
P otentiel (eaux souterraines)
S onnay
P otentiel (eaux de surface & milieu naturel)
Ey doche
P otentiel (eaux souterraines)
P otentiel (eaux de surface & milieu naturel). Ce site est également signalé par
S t P ierre de B ressieux
BASIAS (cf. chap. III.1.3.3.1.)
Izeaux
N ettement identifié. Recherche d’un site alternatif.
Le G rand Lemps
Riv es
Lavey ron
Lens Lestang
Tableau 33 : Caractéristiques des centres de stockage de déchets sur le périmètre du SAGE Bièvre
Liers Valloire (sources : Conseil Général de l’Isère, 2008 ; SINDRA, 2007 ; Virleux, 2000 d’après DDAF
Isère(2000)).
30
Lixiv iat : liquide résiduel qui prov ient de la percolation de l’eau à trav ers les déchets.
D ocument v alidé
145/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
L’arrêté préfectoral du 17 mai 2000 relatif à l’exploitation du centre de stock age de déchet de Penol
prév oit, sur 3 piézomètres situés en amont et en av al du centre, l’analy se trimestrielle in situ de la
température, du pH, de la conductiv ité, de l’oxy gène dissous, du potentiel d’oxy do-réduction et en
laboratoire du carbone organique total (COT). D’avril 2002 à mars 2009, les résultats d’analy ses
étaient conformes (ex. : mars 2009, COT compris entre 1 et 1.6 mg/l inférieur à la v aleur guide de 70
mg/l).
Par ailleurs, la prise de conscience de la v alorisation possible de la matière organique a amené à la
création de plateformes de compostage. Il y en a 4 sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire :
Penol (à la ferme), Sillans, La Côte St A ndré et St Barthélemy .
1.3.4.3. Les infrastructures
• Les infrastructures de transport
Les infrastructures de transport peuv ent être à l’origine d’une :
-
pollution chronique liée au trafic,
-
pollution saisonnière liée à l’entretien des infrastructures,
-
pollution accidentelle liée aux accidents de v éhicules, notamment ceux transportant des matières
dangereuses.
Les effets sur le milieu peuv ent être importants du fait que les rejets liés aux infrastructures sont
souv ent concentrés (bassins de rétention pour les principales infrastructures telles que les autoroutes,
l’axe de Bièv re, la LGV ; fossés) même si une certaine épuration naturelle interv ient dans les bassins
de rétention et les fossés (cf. Carte 1.8). D’une façon générale, les données relativ es aux risques de
pollution liés aux infrastructures de transport sont mal connues.
La pollution chronique liée au trafic est due au lessiv age
i
des voies (chaussées, v oies
ferrées, tarmac). Les polluants sont en général des poussières, des hy drocarbures, des métaux (plomb
– en diminution -, zinc, etc.), entraînés par les eaux de ruissellement v ers les bassins de rétention, les
fossés ou directement dans le sol.
La pollution saisonnière est due à l’utilisation de produits phy tosanitaires pour l’entretien des
infrastructures et au salage en hiv er. Le diagnostic des pollutions urbaines par les produits
phy tosanitaires réalisé par Sogreah en 2008 a montré que d’une manière générale les pratiques sont
intensiv es.
Le Conseil Général de l’Isère, qui gère 630 k m de voirie sur le périmètre du SA GE, est cependant
engagé dans une démarche de réduction de l’utilisation des pesticides et de gestion différenciée des
espaces : les bassins de rétention de l’ax e de Bièvre et les abords d’ouvrages hydrauliques ne sont
pas traités.
L’aéroport de Grenoble-St Geoirs et la SNCF, qui s’occupent respectiv ement de 4 ha en régie (100 ha
ont été externalisés à des agriculteurs) et de 18 ha, souhaiteraient parv enir à un usage raisonné des
phy tosanitaires. Les v oies ferrées sont actuellement traitées une fois par an, généralement en av ril,
par passage d’un train épandant un puissant herbicide sur l’ensemble des v oies ; seules les zones de
la réserv e naturelle i du Grand Lemps et les zones de captage d’A EP ne reçoiv ent pas de traitement
chimique mais un traitement mécanique.
La substance activ e la plus utilisée par ces 3 gestionnaires d’infrastructures est le gly phosate.
La pollution accidentelle est liée aux accidents, principalement des v éhicules transportant des
matières dangereuses. On ne dispose pas de données exhaustiv es sur le périmètre du SAGE Bièvre
Liers Valloire. Cependant le trafic, en particulier de poids lourds pouv ant transporter des matières
dangereuses, est dense sur les principaux axes routiers situés en périphérie du périmètre du SA GE
D ocument v alidé
146/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
(autoroutes et nationales, notamment v allée du Rhône). Les matières dangereuses les plus
fréquemment transportées (route, v oie ferrée) sont des liquides inflammables. Pour les infrastructures
aéroportuaires, il ex iste également un risque lié au stock age d’hy drocarbures et de produits
d’entretien (dont ceux de lutte contre le v erglas).
• Les canalisations de transports de matière dangereuse
Les canalisations enterrées de matière dangereuse (hydrocarbures, gaz, saumure) peuv ent être à
l’origine de pollution accidentelle des eaux. D’une façon générale, l’analy se des accidents déjà
surv enus au niv eau national montre que la cause principale est une détérioration de la canalisation
par un engin de trav aux publics ou agricole. Les informations concernant les canalisations sont
consultables en mairie et auprès des exploitants avant trav aux. Le risque existant est considéré
comme extrêmement faible du fait des mesures entourant les canalisations de matières dangereuses.
1.3.4.4. Les points de captage
Les puits ou forages constituent des points d’accès facilité aux nappes pour d’év entuelles substances
polluantes. La conception même des ouv rages doit permettre d’isoler l’aquifère de la surface :
isolation de la tête de forage v is-à-v is de l’ex térieur et cimentation des premiers mètres. L es ouv rages
abandonnés ne sont que très rarement comblés par des techniques appropriées permettant de
garantir l’absence de circulation d’eau entre les différentes nappes d’eau souterraine trav ersées
(nappe superficielle et nappe profonde) et l’absence de transfert de pollution.
La Loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques et le décret n° 2008-652 du 2 juillet
2008 relatif à la déclaration des dispositifs de prélèv ement, puits ou forages réalisés à des fins d’usage
domestique de l’eau et à leur contrôle ainsi qu’à celui des installations priv ativ es de distribution d’eau
potable ont introduit l’obligation, pour les particuliers, de déclarer en mairie les forages domestiques31,
existants ou futurs depuis le 1er janv ier 2009. L’obligation de déclarer un forage domestique v ise à
renforcer la protection du milieu naturel :
-
En faisant prendre conscience aux particuliers de l’impact des forages domestiques sur la qualité
et la quantité des eaux des nappes. Ils doiv ent faire l’objet d’une attention toute particulière lors
de leur conception et de leur exploitation,
-
En mettant en év idence que l’eau prov enant des forages domestiques ou de sources ne fait pas
l’objet d’un suiv i sanitaire. Il faut donc s’assurer qu’aucune pollution ne v ienne contaminer le
réseau public de distribution d’eau potable.
La proximité de la nappe dans le secteur av al de la plaine de Bièvre, la plaine de la Valloire et le Sud
de la plaine du Liers a fav orisé la création de puits indiv iduels. Un grand nombre d’habitations
disposent historiquement d’un puits qui peut être encore utilisé actuellement, mais il n’existe pas
d’inv entaire exhaustif de ces ouv rages. La nouv elle réglementation dev rait permettre de mieux
estimer le nombre de forages indiv iduels.
Par ailleurs, compte tenu des propriétés thermiques de la nappe Bièvre Liers Valloire, celle-ci dispose
d’un potentiel énergétique intéressant pour les sy stèmes faisant appel à la géothermie basse
température. Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, l’utilisation de ce sy stème semble se dév elopper pour
les particuliers notamment et quelques industriels. Il existe des forages pour exploitation
31
F orage domestique : ouv rage de prélèvement d’eau souterraine, indiv iduel ou collectif, destiné à capter une
eau nécessaire aux besoins usuels d’une famille. Selon l’article R214-5 du C ode de l’E nvironnement « constituent
un usage domestique de l'eau, au sens de l'article L. 214-2, les prélèv ements et les rejets destinés exclusiv ement
à la satisfaction des besoins des personnes phy siques propriétaires ou locataires des installations et de ceux des
personnes résidant habituellement sous leur toit, dans les limites des quantités d'eau nécessaires à l'alimentation
humaine, aux soins d'hy giène, au lav age et aux productions v égétales ou animales réserv ées à la consommation
familiale de ces personnes. E n tout état de cause, est assimilé à un usage domestique de l'eau tout prélèvement
inférieur ou égal à 1 000 m 3 d'eau par an, qu'il soit effectué par une personne phy sique ou une personne morale
et qu'il le soit au moyen d'une seule installation ou de plusieurs, ainsi que tout rejet d'eaux usées domestiques
dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg de DBO 5. »
D ocument v alidé
147/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
géothermique dans la nappe des alluv ions mais également dans la nappe profonde de la molasse
miocène. Le fonctionnement de ces forages implique un prélèv ement d’eau et un rejet à proximité.
Les forages en molasse fonctionnent le plus souv ent par un prélèv ement dans la molasse mais av ec
un rejet dans la nappe des alluv ions. Il existe donc un transfert des eaux de la molasse v ers les eaux
de la nappe des alluv ions, même si cela représente un faible v olume. La multiplication de ces forages
nécessite l’utilisation par les foreurs de bonnes pratiques afin de limiter les échanges entre les 2
aquifères et de faire en sorte que ces ouv rages ne constituent pas des points préférentiels de
transmission des polluants v ers les nappes.
D ocument v alidé
148/245
E tat des lieux des milieux et des usages et diagnostic global
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièvre Liers Valloire
1.3.4.5. Les enjeux – autres pressions
Sur la cinquantaine d’anciens sites d’extraction de matériaux recensés sur le périmètre du SA GE, 8 ont
été identifiés comme « sensibles » par rapport au milieu naturel. Les autres sites ont été plus ou
moins bien aménagés. Bien que ce soit le manque de sécurité sur les sites qui soit le plus
problématique, il est impossible d’év aluer précisément l’impact de ces sites sur les milieux aquatiques
et la nappe en particulier.
De la même façon, sur les 25 sites de stock age de déchets en activ ité ou fermés recensés sur le
bassin, 2 sites, Commelle et Izeaux, sont nettement identifiés comme pouv ant avoir un impact sur le
milieu.
Des pistes de trav ail de la CLE pourraient consister à :
- améliorer la connaissance des sites, en particulier des anciens sites d’extraction de matériaux dits
« sensibles », afin d’év aluer le risque pour la nappe,
- réhabiliter prioritairement les sites où le risque sur la ressource en eau est ou serait év alué
comme fort,
- disposer des résultats des sy stèmes de surv eillance de la qualité des eaux pour les sites
d’extraction et de décharge en cours d’exploitation, et examiner s’ils doiv ent être renforcés.
La pression liée aux infrastructures existe mais elle est difficilement quantifiable. Sur le bassin Bièv re
Liers Valloire, elle n’est cependant pas à classer au même niv eau que les pressions liées à l’agriculture
et à l’assainissement. Il ressort cependant de l’étude Sogreah, une volonté des gestionnaires
d’infrastructures (Conseil Général de l’Isère, RFF, aéroport, collectiv ités) de diminuer la pression de
leurs pratiques d’entretien saisonnier utilisant des pesticides. En ce qui concerne la pollution chronique
en lien av ec les infrastructures, les sy stèmes de rétention et d’infiltration des eaux pluv iales ne sont
pas équipés de traitement de ces eaux av ant infiltration. Pour les secteurs où la nappe est peu
profonde ou pour ceux où il y a un enjeu sanitaire (captage d’eau potable à proximité en av al), il
serait nécessaire d’av oir une réflexion sur ces sy stèmes.
Le nombre de points d’accès à la nappe des alluv ions et à la nappe de la molasse miocène pour des
usages de particuliers n’est pas connu sur le périmètre du SA GE. On estime cependant que les
ouv rages de particuliers sont très nombreux. Ils constituent des points priv ilégiés de transfert des
polluants v ers les nappes.
Des pistes de trav ail de la CLE pourraient consister à :
- collecter les informations de recensement de ces ouv rages auprès des mairies du fait que la
réglementation impose aux particuliers de déclarer les ouvrages,
- sensibiliser les particuliers et les foreurs sur la réglementation ; sur l’attention à porter à la
ressource en eau et la notion de risque de pollution lié aux ouvrages comme points d’entrée
priv ilégiés des pollutions dans les eaux souterraines ; sur les bonnes pratiques à observ er pour la
réalisation d’un ouv rage et les possibilités d’étanchéité pour les ouvrages existants ; sur la
réhabilitation d’anciens ouv rages.
D ocument v alidé
149/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie Q UANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièv re Liers Valloire
1.4. Diagnostic - qualité de l’eau et pressions sur la qualité
de la ressource en eau
La qualité des eaux superficielles et souterraines du bassin Bièv re Liers Valloire est marquée par une
altération chronique par les nitrates. La présence de pesticides à des teneurs élevées est
également avérée dans les eaux superficielles et souterraines. Les pesticides sont le
paramètre déclassant pour les eaux souterraines au regard de l’atteinte du bon état de la DCE.
La qualité des eaux superficielles reflète en premier lieu les pressions de l’assainissement collectif, des
pollutions diffuses et des piscicultures. La qualité des eaux souterraines reflète plus particulièrement
les pressions des pollutions diffuses.
L’épuration domestique est en beaucoup d’endroits encore insuffisante soit en termes de collecte : les
écarts de collecte qui arriv ent sans traitement au milieu dev ront être supprimés ; en termes
d’efficacité du traitement : le traitement des matières azotées et phosphorées semblent essentiels a
minima pour les stations d’épurations les plus importantes et pour les piscicultures ; en termes
d’adaptation des rejets aux capa cités d’absorption du milieu récepteur.
En rev anche pour les pesticides, la molécule la plus fréquemment retrouv ée est le déséthy l-atrazine,
produit de dégradation de l’atrazine. Elle a été analy sée dans 60 % des points inv estigués dans les
eaux souterraines en 2008 (Sogreah, 2008, 44 points analy sés sur l’ensemble du bassin). Dans les
eaux superficielles, le pesticide retrouv é le plus fréquemment est l’A MPA , produit de dégradation du
glyphosate.
Les pollutions par les métaux ont été retrouv ées dans les eaux superficielles. Pour certaines l’origine
fait peu de doute (industrie de trav ail des métaux en amont du point analy sé), pour d’autres l’origine
demeure inconnue et devra être identifiée.
Peu de points de mesure en nappe ont mis en év idence d’autres toxiques tels que les PCB ou les
solv ants.
Les pollutions retrouv ées dans les eaux souterraines et superficielles mettent en év idence la difficulté
de relier précisément les pressions qui s’exercent sur les milieux aquatiques et la qualité des milieux
en question. Il existe actuellement une connaissance insuffisante de l’origine des pollutions et de leur
part dans la dégradation des milieux. De plus, les temps de transferts et de dégradation des polluants
ajoutent à la complexité des phénomènes de propagation des polluants.
A u v u de la piètre qualité actuelle des eaux souterraines et des eaux superficielles, le dév eloppement
économique et urbain du territoire posera des questions sur les capacités du milieu à fournir une eau
conforme aux besoins, en particulier pour l’eau potable, et à accepter de nouv eaux rejets.
Les futures réflex ions de la CLE nécessiteront d’intégrer cette notion de capacité d’absorption du
milieu. En effet, même si tous les sy stèmes d’assainissement fonctionnaient correctement, que les
rejets des piscicultures, des industries, des STEP étaient tous aux normes,… ces niv eaux de rejets
peuv ent ne pas être acceptables pour le milieu. Il n’y aura sans doute pas, dans un av enir proche, de
solution technique à tous les problèmes et il s’agira d’agir sur les différentes composantes du
sy stème : rejets, débit des cours d’eau, état phy sique des cours d’eau, état quantitatif de la nappe,
ruissellement, … Des précautions particulières, peut-être plus fortes que sur d’autres bassins v ersants
où les milieux sont moins v ulnérables et moins sensibles, pourraient être prises.
La réglementation récente sur l’eau, sur l’assainissement collectif et non collectif, dans les zones
v ulnérables aux nitrates, sur les forages des particuliers, sur les captages prioritaires… dev rait
permettre d’améliorer la situation. La réhabilitation en cours de certaines STEP de collectiv ités et
d’industriels, les actions menées par des agriculteurs dans la durée de diminution des intrants
agricoles et de limitation du lessiv age, … participent également à l’amélioration générale. La poursuite
de la reconquête de la qualité des eaux dev ra requérir la combinaison de différentes actions de
D ocument v alidé
151/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie Q UANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièv re Liers Valloire
prév ention et de traitement et une v ision globale du fonctionnement des milieux aquatiques du bassin
v ersant :
-
amélioration de la connaissance des certains rejets ( industriels, artisanaux, sites de stock age de
déchets, assainissement pluv ial,…),
-
poursuite et amplification des limitations de rejets, notamment pour les pollutions diffuses,
-
mise en adéquation des niv eaux de traitement des rejets av ec les capacités d’absorption des
milieux récepteurs,
-
mise en place de protection des ressources en eau (bandes enherbées, ripisy lv es, périmètres de
protection de captage,…),
-
amélioration de la capacité d’auto-épuration des milieux en lien av ec la quantité d’eau (maintien
de débits suffisants pour assurer une dilution des polluants, une bonne oxy génation de l’eau,
etc.), av ec la qualité phy sique des milieux (réhabilitation de la ripisy lv e, reconquête de l’espace de
liberté des cours d’eau, div ersification des écoulements, …).
D ocument v alidé
152/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie Q UANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièv re Liers Valloire
2. Les prélèvements dans la ressource en eau
Le contexte réglementaire
T exte
Eaux souterraines
Code G énéral des
Collectiv ités
T erritoriales
(L2224-9)
Code de la S anté
P ublique (L1321-7)
Code
de
l’E nv ironnement
(art. R.214-1)
Code de
l’E nv ironnement
(art. R.214-1)
Application
Réglementation
T out prélèvement, puits ou
forage réalisé à des fins d'usage
domestique de l'eau
déclaration auprès du
maire de la commune
concer née
T out prélèvement d’eau utilisé en
v ue de la consommation
humaine
1. distribution par un réseau
public ou privé
2. à l’usage d’une famille
T out prélèvement d’eau hors
usage domestique
1. supérieur ou égal à 200 000
m 3 / an
2. supérieur à 10 000 m 3 / an et
inférieur à 200 000 m 3 / an
T out ouv rage souterrain, non
destiné à un usage domestique,
exécuté en v ue de la recherche
ou de la surv eillance d'eaux
souterraines
ou
en
v ue
d'effectuer
un
prélèvement
temporaire ou permanent dans
les eaux souterraines, y compris
dans
les
nappes
d'accompagnement
de
cours
d'eau
1 . autorisation par le
Préfet/DDASS
2 . déclaration auprès du
maire de la commune
concer née
1 . autorisation
2 . déclaration
auprès du service police
de l’eau
déclaration
auprès
de
l'ingénieur en chef des
P our information
mines (DREA L) (simple
Code M inier (A rt.
enregistrement transmis au
131)
BRGM pour inscription en
BSS )
Eaux de surface (cour s d’eau et sa nappe d’accompagnement)
Code
de
l’E nv ironnement
(art. R.214-1)
Faire
prendre
conscience de l’impact
des puits priv és sur la
quantité et la qualité
de la nappe.
D étecter et surv eiller
des
pollutions
de
nappe
accidentelle
et/ou chronique.
G érer la ressource en
eau en quantité et en
qualité.
déclaration auprès du
service police de l’eau
Tout
sondage,
ouv rage
souterrain, trav ail de fouille, quel
qu'en soit l'objet, dont la
profondeur dépasse dix mètres
au-dessous de la surface du sol
T out prélèvement d’eau hors
usage domestique d'une capacité
totale maximale :
1. supérieure ou égale à
1 000 m 3 / heure ou à 5 % du
Q MNA5 du cours d'eau
2. comprise entre 400 et
1 000 m 3 / heure ou entre 2 et 5
% du Q MNA5 du cours d'eau
O bjectif
1 . autorisation
Améliorer
la
connaissance du soussol.
G érer la ressource en
eau en quantité
2 . déclaration
auprès du service police
de l’eau
Zone de répartition des eaux (ZRE) : zone où existe une insuffisance chronique des ressources en eau par
rapport aux besoins.
1. C apacité supérieure ou égale à 1 . autorisation
M esures permanentes
8 m3 / h
de
répartition
Code de
quantitativ e
avec
l’E nv ironnement
2. Dans les autres cas
2 . déclaration
abaissement des seuils
(art. R.214-1)
auprès du service police de
déclaration
et
de l’eau
autorisation
Tableau 34 : Contexte réglementaire des prélèvements dans la ressource en eau.
D ocument v alidé
153/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie Q UANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièv re Liers Valloire
Sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, les prélèv ements en eau souterraine et superficielle se
répartissent entre les usages suiv ants :
-
la distribution publique d’eau dont l’alimentation en eau potable,
-
les prélèv ements agricoles, dans le chapitre III.2.2 seuls les prélèv ements agricoles destinés à
l’irrigation seront détaillés,
-
l’industrie, dont l’industrie d’extraction de granulats,
-
les piscicultures,
-
l’usage domestique des particuliers.
Dans la suite du document, un chapitre est consacré à chacun de ces usages et présente les
prélèv ements recensés pour l’année 2007 et leur év olution dans le temps. L’année 2007 s’est
caractérisée par un hiv er plutôt sec et un été plutôt humide ; de ce fait elle ne correspond pas à une
année climatique « moy enne ». Cela a eu des impacts sur les prélèv ements. Aussi pour resituer cette
année 2007 par rapport à une année moy enne, les chiffres des prélèv ements de 2007 sont comparés
aux chiffres moy ens calculés sur les années 2001 à 2006 par l’étude DIREN-BRGM de 2008.
2.1.
Les prélèvements pour la distribution publique d’eau
2.1.1.
Les captages
publique d’eau
pour
la
distribut ion
Les prélèv ements pour la distribution publique d’eau sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire
sont effectués dans les eaux souterraines et par captages de sources. On dénombre une centaine de
points de prélèv ements (source, groupe de sources, puits, forage).
En 2007, l’ensemble des prélèv ements pour la distribution publique d’eau a représenté un volume
annuel de 10,5 millions de m 3 sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (cf. Tableau 35) et env iron
50 % des prélèv ements totaux en eaux superficielle et souterraine effectués pour les différents
usages, hors piscicultures.
Comparativ ement, sur la période 2001 à 2006, la moyenne des prélèv ements destinés à la distribution
publique d’eau sur le périmètre du SA GE représente 10,9 millions de m3/an. Cela équiv aut sur la
période à env iron 40 % des prélèv ements totaux en eaux superficielle et souterraine opérés pour les
différents usages, hors piscicultures32.
L’exploitation de la ressource en eau pour la distribution publique d’eau est presque exclusiv ement
réserv ée aux besoins locaux de la population du périmètre du SAGE Bièv re Liers Valloire. Il existe
cependant des transferts d’eau (cf. carte 1.18) :
-
7 points de prélèv ements situés sur le périmètre du SA GE sont mobilisés pour alimenter
des communes ou des syndicats des eaux situés en périphérie ; par ailleurs le projet de
Center Parc à Roybon prév oit une alimentation en eau par le captage du Poulet à Viriv ille
(SIE de la Galaure),
-
Des apports d’eau prélev ée sur des ressources en eau extérieures au périmètre du SA GE
concernent également 4 communes : le captage de Péage de Roussillon (SIGEA RPE)
alimente en partie Chanas, le captage de Cote Gagère (SIE Région A pprieu) alimente
Colombe et la source Gri gnon ou l e réseau principal de Roybon alim entent M arnans et
une partie de Vi ri vill e.
32
Les prélèv ements opérés par les piscicultures, dont la majeure partie est restituée au milieu, représentent entre
25 et 40 millions de mètres cubes par an, essentiellement sous forme de transfert entre le milieu souterrain dont
les sources captées, lieu principal des prélèv ements et le milieu superficiel, lieu principal des rejets.
D ocument v alidé
154/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie Q UANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE B ièv re Liers Valloire
52 communes sur 87 sont alimentées en partie ou totalement à partir de captages de sources sur les
coteaux (sources de la colline du Banchet, des massifs de Bonnev aux et de Chambaran). Dans ce cas,
l’usage de l’eau se fait dans un périmètre relativ ement restreint. En rev anche, les prélèv ements pour
la distribution publique d’eau effectués dans la nappe des alluvions fluvio-gla ciaires Bièv re Liers
Valloire, qui représentaient en 2007 env iron 66 % du total des volume s prélevés, permettent de
couvrir des zones d’alimentation beaucoup plus étendues. Les puits ou forages correspondants se
situent dans les alluv ions des moy ennes et hautes terrasses, moins v ulnérables aux pollutions du fait
de la profondeur de la nappe que les alluv ions des terrasses récentes au centre de la plaine, dans
lesquelles plusieurs stations de pompage ont été abandonnées.
Il existe actuellement 2 forages « profonds » utilisés : l’Île à Manthes (prof. 180 m) et Bas-Beaufort à
Beaufort (prof. 80 m), prélev ant dans la na ppe de la molasse miocène, nappe sous-jacente à la
nappe des alluv ions Bièv re Liers Valloire et sous couv erture de celle-ci. Ces 2 forages ont été mis en
place pour améliorer la qualité de l’eau distribuée : dilution pour Manthes, substitution pour Beaufort.
Système hydrogéologique
Forages et
puits
Volume prélevé (milliers de m3)
Somme
%
Complexe Bièvre-Liers-Valloire
26
28
6 924
66
Molasse miocène
2
2
810
8
28
30
7 734
74
4
4
248
2
34
37
1 202
11
23
25
1 196
11
Sous-total
Complexe de Bonnevaux
(dépôts superficiels, molasse)
Complexe de Chambaran
(dépôts superficiels, molasse)
Complexe des Terres Froides
(dépôts superficiels, molasse)
Complexe du Voironnais
(dépôts superficiels, molasse)
Sous-total
Sources et
c aptages
Points de prélèvements
Nombre
%
Total
3
3
78
1
64
70
2 724
26
92
100
10 458
100
Tableau 35 : Prélèvements pour la distribution publique d’eau de l’année 2007 (sources : A gence de
l’E au Rhône Méditerranée, DDASS Drôme, DDASS Isère, gestionnaires AEP ).
La v ariabilité des v olumes prélev és est très importante : de quelques centaines de m3/an pour
certaines sources (ex : 400 m3 source de la Girauderie, commune La Forteresse) à plus de
700 000 m3/an pour certains forages en nappe Bièv re Liers Valloire (ex. : 770 100 m3 puits du
Mourelet, SIE Dolon-Varèze).
Les points de prélèv ements pour la distribution publique d’eau dont les v olumes captés ont été les
plus importants en 2007 sont les suiv ants (source : A ERM&C, 2007) :
-
Dans l’aquifère des alluv ions fluv io-glaciaires Bièv re Liers Valloire :
la source, le puits et le forage du Golley à A gnin (SIGEA RPE) : 1 038 800 m3,
le puits du Mourelet à Moissieu-sur-Dolon (SIE Dolon-Varèze) : 770 100 m3,
le forage des A louettes à La Côte St André (CC Pay s de Bièv re Liers) :
657 000 m3,
-
Dans l’aquifère de la molasse miocène :
le puits de l’Île forage profond à Manthes (SIE Valloire Galaure) : 725 000 m3.
Le rendement des réseaux
Le rendement des réseaux est le rapport entre le volume d’eau consommé comptabilisé et le v olume
d’eau mis en distribution dans les réseaux de distribution publique d’eau. Il intègre les fuites et les
volumes consommés non comptabilisés (fontaines, serv ice secours et incendie,…).
D ocument v alidé
155/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les informations très partielles dont on disposait en 2006 sur les rendements de réseaux indiquent
que la majorité des rendements se situe autour de 60 % (Ruzand, 2008). Il existe cependant une
v ariabilité importante des rendements :
-
inférieurs à 30% pour le SIE de la Galaure (29%) et la commune du Grand Lemps (26%),
mais ces collectiv ités ont pris des mesures depuis 2006 pour les améliorer. Le Schéma
directeur d’eau potable du SIE de la Galaure prév oit ainsi un objectif de rendement à
70 %,
-
supérieurs à 75 % pour la Communauté d’Agglomération du Pay s Voironnais (75 %), le
SIE du Grand Charpenne (79 %) et la commune de St Paul d’Izeaux (84 %), dont le
réseau a été rénov é très récemment.
2.1.2.
L’évolution des prélèvements pour la
distribut ion publique d’eau
Les données utilisées pour illustrer l’évolution des prélèv ements pour la distribution publique d’eau
sont issues des redev ances prélèv ements de l’A gence de l’Eau Rhône Méditerranée. Ces données ne
prennent pas en compte les prélèv ements annuels inférieurs à 30 000 m3.
Vo lu me p rélevé (milliers de m3)
12 000
10 000
8 000
6 000
4 000
2 000
0
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Année
Nappe Bièvre Liers Valloire
Molasse
Autres
Figure 34 : Evolution des prélèvements pour la distribution publique d’eau dans les différentes
ressources en milliers de m3 de 1997 à 2007 (source : redevances prélèvements AERM&C33).
Les prélèv ements totaux pour la distribution publique d’eau montrent une tendance générale à la
hausse depuis 1997. L es hausses les plus fortes concernent les prélèv ements :
-
dans la molasse, plus 26 % entre 2000, année de mise en route du « Puits profond » de Manthes
(SIEP Valloire Galaure) et 2007. Ces prélèv ements en molasse sont utilisés pour avoir une
meilleure qualité de l’eau distribuée, puisque la qualité de la nappe alluv iale est fortement
dégradée.
-
dans la nappe de Bièv re Liers Valloire, plus 13% depuis 1997.
33
M ise en garde sur l’interprétation des données : les données présentées dans les fichiers de l’AERM &C sont
issues des modes de calcul des redevances et des prélèvements, définis par la réglementation.
D ocument v alidé
156/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
En rev anche, depuis 2004, on assiste à une baisse des v olumes prélev és dans les autres ressources :
sources et captages dans les coteaux.
On peut penser que l’évolution à la hausse des prélèv ements pour la distribution publique d’eau est en
lien av ec la forte augmentation de la démographie sur le bassin v ersant Bièvre Liers Valloire, mais il
existe beaucoup d’autres facteurs de v ariabilité qui peuv ent expliquer l’év olution de ces prélèv ements
(climat de l’année considérée, év olution des consommations, rendements de réseau, év olution de la
nature des abonnés : industriel, agricole, domestique).
L’év olution de la part des prélèv ements dans les différentes ressources sur la période 1997-2007
indique que la nappe Bièv re Liers Valloire est sollicitée en moy enne et de façon relativ ement constante
pour env iron 64 % par rapport aux autres ressources. La part des prélèv ements en molasse
représente 7 % en moy enne sur la période de 2000 à 2007 et celle des autres ressources (captages et
sources) a tendance à diminuer, passant sous les 30 %.
Les années 2005 et 2003, dans une moindre mesure, se distinguent par des v olumes prélev és plus
importants que les autres années – supérieurs de 10 % au moins - ; les fortes chaleurs estiv ales de
2005 et 2003 ont pu provoquer des niv eaux de consommation supérieurs. A contrario, les étés
pluv ieux de 2006 et 2007 ont pu contribuer à une faiblesse des prélèv ements sur ces périodes.
2.1.3.
La sécurisation de l’approvis ionnement
pour la distribution publique d’eau
La sécurisation de la distribution publique d’eau concerne à la fois les aspects quantitatifs et
qualitatifs. Les interconnexions de réseaux, en interne à une collectiv ité ou av ec des collectiv ités
voisines, peuv ent permettre de garantir des approv isionnements d’appoint ou de secours d’une zone
en excédent v ers une zone en déficit quantitatif ou connaissant un problème de pollution ne
permettant plus de distribuer une eau conforme.
Sur le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire, plusieurs communes dépendent d’une seule ressource
en eau et il existe actuellement seulement 5 interconnexions entre collectiv ités gestionnaires d’eau
potable distinctes (cf. carte 1.18) :
-
le SIE de la Région d’A pprieu et la Communauté d’A gglomération du Pay s Voironnais,
-
le SIE de la Région d’A pprieu et la commune du Grand Lemps,
-
le SIE Beaurepaire-St Barthélemy et le SIE Epinouze-Lapey rouse-Mornay (sens de sécurisation
uniquement du SIE Beaurepaire-St Barthélemy v ers SIE Epinouze-Lapeyrouse-Mornay et
interconnexion limitée par le diamètre des réseaux),
-
le SIE Beaurepaire-St Barthélemy et le SIE Dolon Varèze (mais interconnexion limitée par le
diamètre des réseaux),
-
la commune de Marcilloles et le SIE de la Galaure.
La situation pour certaines communes du territoire Bièv re Liers Valloire peut donc se rév éler fragile en
cas de pollution ou de sollicitation forte de la ressource. Toutefois, la Communauté de Communes du
Pay s de Bièv re Liers, la Communauté d’agglomération du Pay s Voironnais et le SIE Dolon Varèze ont
déjà réalisé des interconnexions en interne et le SIE de la Galaure et le SIEP Valloire Galaure,
collectiv ités importantes de distribution publique d’eau, engagent actuellement des réflexions de
sécurisation interne de leurs réseaux. Sur ces réseaux de distribution étendus et complexes, on peut
supposer qu’en cas de problème, la majorité de la population pourra être desserv ie, sauf
év entuellement certains écarts.
L’étude prospectiv e de sécurisation pour la distribution publique d’eau menée par la Communauté de
l'Eau Potable de la Région Urbaine Grenobloise sur le périmètre du futur SCoT, basée sur des données
de 2006, a mis en év idence sur le territoire Bièv re Liers Valloire les collectiv ités susceptibles de
D ocument v alidé
157/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
manquer d’eau, dès aujourd’hui, en cas d’étiage simultané de l’ensemble des ressources qu’elles
utilisent et d’un besoin de pointe (Ruzand, 2008) :
-
2 collectiv ités av aient un bilan besoins-ressources déficitaire : Bév enais et St Michel de S t
Geoirs,
-
6 collectiv ités av aient une marge sur la ressource inférieure à 20% : SIE Beaurepaire-St
Barthélemy , Thodure, St Pierre de Bressieux, Plan, Izeaux et L e Grand Lemps,
-
2 collectiv ités pour lesquelles des doutes existaient : Lentiol et SIE Toutes A ures.
Par ailleurs, cette étude établissait une projection du bilan besoins-ressources en 2025, basée sur des
estimations de la population, de la consommation et de l’amélioration du rendement des réseaux 34 :
-
4 collectiv ités seraient susceptibles de connaître un déséquilibre entre les besoins et la
ressource : St Michel de St Geoirs, St Geoirs, Marcilloles et Burcin. Pour Marcilloles, il
existe une possibilité de compléter la ressource par l’interconnexion existante av ec le SIE
de la Galaure. Pour Burcin, l’alimentation de plus de la moitié de la commune est assurée
par un sy ndicat priv é dont la ressource n’a pas été prise en compte dans le bilan,
-
3 collectiv ités seraient à la limite du déséquilibre : le SIE Beaurepaire-St Barthélemy ,
Thodure et St Paul d’Izeaux. Le SIE Beaurepaire-St Barthélemy a cependant une marge de
manœuvre importante par l’amélioration du rendement qu’il est en train de mettre en
œuvre.
Les communes et gestionnaires d’eau potable devront anticiper le phénomène de forte augmentation
de population sur leur territoire et réaliser les trav aux nécessaires pour év iter des manques d’eau.
2.1.4.
Conclus ion
Sur le périmètre du SAGE Bièvre Liers Valloire, l’eau prélev ée pour la distribution publique est
exclusiv ement d’origine souterraine. Le nombre total de points de prélèv ements est important :
env iron une centaine de points recensés sur le bassin v ersant de Bièv re-Liers-Valloire. Les v olumes
prélev és dans la nappe de Bièv re Liers Valloire représentaient en 2007 presque 7 millions de m3, soit
66 % du v olume total prélev é pour la distribution publique d’eau. Le reste des volumes prélev és était
apporté à 8 % par la molasse miocène et à 26 % par les sources et captages sur les reliefs.
La situation semble globale ment satisfaisa nte : la ressource pour la distribution publique d’eau
existe en quantité suffisante et le territoire Bièv re Liers Valloire est quasi autosuffisant. Néanmoins la
situation de certaines collectiv ités nécessite dès aujourd’hui d’être v igilant, d’autant plus que le niv eau
de sécurisation est faible.
Le facteur limitant de la quantité d’eau disponible pour les besoins de la distribution publique est
principalement la piètre qualité de l’eau (cf. chap. III.1.2.3.). Pour mémoire, 5 captages ont présenté
en 2007 des concentrations en pesticides supérieures aux normes règlementaires de 0,1 µg/l. Les
communes de Burcin, Marcilloles et Thodure susceptibles d’être déficitaires ou à la limite du
déséquilibre quantitatif en 2025 font également face actuellement à des problèmes de qualité,
bactériologique pour Burcin et de pesticides pour les sources Melon et Michel alimentant Thodure et
Marcilloles.
A u trav ers des rejets des stations d’épuration, une part de l’eau de la distribution publique retourne au
milieu augmentée d’une partie des rejets des activ ités industrielles raccordées au réseau d’eau usée.
Le v olume rejeté au milieu a été év alué à env iron 2,2 millions de m3/an (DIREN-BRGM, 2008).
34
Hypothèses retenues pour Bièv re Valloire : augmentation de 16 % de la population entre 2005 et 2025, baisse
de 10% de la consommation domestique et amélioration du rendement par rapport au rendement de 2006.
D ocument v alidé
158/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
2.1.5. Les enjeux – prélèvements
distribut ion publique d’eau
pour
la
L’article L 211-1 du Code de l’Env ironnement indique que « La gestion équilibrée de l’eau doit
permettre en priorité de satisfaire les exige nces de la santé, de la salubrité publique, de la
sécurité civile et de l'alimentation en ea u potable de la population. » Il ajoute qu’elle doit
permettre de satisfaire ou concilier les exigences des milieux biologiques, de la conserv ation et du
libre écoulement des eaux et des autres usages (agriculture, pêche, industrie, production d’énergie,
tourisme, loisirs, etc.).
Le Code de l’env ironnement met en év idence les usages de l’eau de la distribution publique qui sont
prioritaires. Ce sont ceux à satisfaire en premier notamment en période de pénurie. En rev anche, les
usages « récréatifs » seront les premiers restreints v oire interdits par les arrêtés préfectoraux de
limitation des prélèv ements et usages de l’eau : remplissage de piscine, lav age de v éhicule, arrosage
des jardins, alimentation des fontaines publiques, des lav oirs, etc.
Un arrêté cadre sécheresse définit dans chaque département le cadre des mesures de gestion et de
préserv ation de la ressource en eau en période de sécheresse pour les différents usages (distribution
publique d’eau, agricole, industriel,…).
Sur le bassin v ersant, la situation quantitativ e pour la distribution publique d’eau est satisfaisante.
Seules 4 communes ont des apports d’eau dont la prov enance est extérieure au périmètre du SA GE.
Des problèmes se sont posés pour quelques communes en 2003, qui ont été résolus sur le moment,
et ont conduit certaines collectiv ités à sécuriser leur réseau pour pouvoir faire face à une situation
identique à l’av enir (par exemple commune du Grand Lemps). Il existe des interconnexions internes et
4 interconnexions entre collectiv ités v oisines, cependant la situation de la sécurisation de la
distribution publique d’eau n’est pas complètement satisfaisante. Des zones cohérentes pour la
distribution publique d’eau pourraient être définies, sur lesquelles construire des scenarios de
sécurisation.
Par ailleurs au quotidien et pour garantir en quantité la distribution publique d’eau sur le long terme,
une optimisation des prélèv ements pourrait être réalisée par des politiques d’économie d’eau :
sensibilisation des abonnés, amélioration des rendements de réseaux, etc.
Cependant le principal facteur limita nt de la quantité disponible pour la distribution
publique d’eau est la qualité.
L’interconnexion en interne ou av ec le réseau v oisin d’un autre gestionnaire d’eau potable est
finalement plus utilisée pour faire face à des problèmes de qualité d’eau qu’à des problèmes de
quantité. En effet elle permet la dilution des polluants par mélange d’eaux. Cet aspect de la
sécurisation ne doit pas occulter la dégradation générale de la qualité de la nappe Bièv re Liers
Valloire, qui est la principale raison de l’abandon de certains points de prélèv ements. La protection des
ressources contre les pollutions est donc essentielle. Pour mémoire, env iron 37 % des captages du
bassin Bièv re Liers Valloire, alimentant 58 % de la population, disposent d’une Déclaration d’Utilité
Publique (DUP) et 11 captages ont été classés prioritaires pour y restaurer la qualité de l’eau.
Par ailleurs, il peut être délicat de trouv er des ressources de substitution. D’une part, certains forages
de reconnaissance réalisés dans la molasse miocène notamment n’ont pas donné des débits
d’exploitation suffisants pour la distribution publique d’eau (ex. : sur la commune d’A lbon). D’autre
part, la multiplication des prélèv ements dans la nappe de la molasse miocène créent des transferts
d’eau de la nappe alluv iale v ers la nappe de la molasse et entraînent une contamination de la molasse
par les pollutions v enant de la nappe alluv iale. Tant que les problèmes de qualité de la nappe alluv iale
ne seront pas résolus, l’exploitation de la nappe de la molasse n’aboutira qu’à transférer ces mêmes
problèmes à une nappe jusqu’alors relativ ement bien préserv ée.
D ocument v alidé
159/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.2.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les prélèvements pour l’irrigation agricole
Les prélèv ements agricoles recouv rent les prélèv ements pour l’irrigation et pour l’abreuv age du bétail.
Les données sur les v olumes prélev és pour l’abreuv age du bétail n’ont pas été collectées sur le bassin
v ersant BLV, car l’eau utilisée pour l’abreuv age prov ient généralement du réseau de distribution
publique d’eau. Ces volumes sont donc comptabilisés dans le chapitre précédent 2.1. Il faut signaler
que certaines communes ou collectiv ités ont mis en place des tarifications spéciales pour ces « gros »
consommateurs d’eau.
La suite de ce chapitre s’attache exclusiv ement aux prélèv ements pour l’irrigation agricole pour
lesquels on dispose de données plus précises.
2.2.1.
Les superficies irrigables et irriguées
dans le bassin Bièvre Liers Valloire
Les statistiques du Recensement Général A gricole en 2000 dénombraient 626 exploitations équipées
pour l’irrigation sur les communes du bassin Bièv re Liers Valloire. Cela représentait une surface
irrigable35 de 11 166 ha. Sur ces 626 exploitations, 602 irriguaient effectiv ement, représentant une
surface irriguée36 de plus de 8 000 ha en 2000. Les surfaces irriguées av aient fortement augmenté
entre le RGA de 1988 et celui de 2000.
Le Schéma Directeur Départemental d’Irrigation et de Gestion de la Ressource en Eau de l’Isère (BRL
Ingénierie, 2006) a dressé par consultation du monde professionnel agricole un état des besoins en
irrigation : pour le secteur Bièv re Liers Valloire sur le département de l’Isère, les demandes
représenteraient une augmentation de 50 à 100 % des surfaces irriguées actuelles, av ec une mise en
place de l’irrigation sur les secteurs du Grand Lemps-Colombe-A pprieu et du centre Bièvre. Dans ces
secteurs, la nappe est relativ ement profonde, 30 à 40 m ; cela explique en partie que l’irrigation y soit
actuellement peu ou pas dév eloppée.
Le projet en centre Bièvre sur les secteurs de Brézins, St Etienne de St Geoirs et I zeaux est le plus
av ancé. Il prévoy ait initialement l’irrigation de 412 ha supplémentaires essentiellement cultiv és en
maïs et la substitution de prélèv ements dans le Rival par des prélèv ements en nappe. Ce projet est
actuellement suspendu dans l’attente d’une étude d’incidence de ces nouv eaux prélèv ements sur la
quantité et la qualité de la nappe.
De la même façon, un Schéma Départemental d’Irrigation et de la Ressource en Eau est en cours de
réalisation sur le département de la Drôme (BRL Ingénierie, en cours). Le projet de Schéma a mis en
év idence pour le secteur de la Valloire « une stabilisation de la surface irriguée depuis quelques
années », mais av ec une demande d’extension des réseaux d’irrigation notamment pour des usages
div ers non agricoles (arrosage des jardins, etc.). Ces réseaux d’irrigation pour usages div ers
pourraient être alimentés par prélèv ement dans le Rhône ou sa nappe d’accompagnement.
La structuration collectiv e pour l’irrigation sur le bassin v ersant Bièvre Liers Valloire est importante à
l’av al du territoire sur le bassin v ersant du Dolon et la plaine de la Valloire. Plus en amont sur le centre
des plaines de la Bièv re et du Liers, il existe également des structures collectiv es. Elles se répartissent
selon 3 grands ty pes (hors EA RL, GA EC, SCEA ) :
- 10 associations sy ndicales (A SA , A SL),
- 2 structures intercommunales situées sur la Valloire : SIVAG et SIPIDN,
- 16 coopérativ es d’utilisation de matériel agricole (CUMA ).
35
S urface irrigable : estimation de l’irrigant tenant compte de ses parcelles, de sa rotation et de son matériel.
Cela correspond à la surface maximum qu’il peut irriguer une année favorable en considérant toutes ses parcelles
arrosables à partir de son matériel (pompage et arrosage). Ce terme est donc purement déclaratif et ne tient pas
compte d’un quelconque coefficient débit/surface (BRL ingénierie, 2006).
36
S urface irriguée : superficie irriguée au moins une fois dans l’année (BRL ingénierie, 2006). Les parcelles
cultiv ées en pois, blé, peuvent être irriguées une seule fois dans l’année, d’autres parcelles cultiv ées en maïs,
tabac, peuvent avoir plusieurs passages d’irrigation dans l’année.
D ocument v alidé
160/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.2.2.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les cultures irriguées
En Bièvre Liers Valloire, les cultures représentant les plus grandes surfaces irriguées sont le maïs maïs semence, maïs grain, maïs ensilage - et, dans une moindre mesure, les autres céréales, les
oléoprotéagineux, le tabac et les v ergers. Les cultures de maïs semence et de tabac nécessitent
l’irrigation. Le mode d’irrigation dominant, représentant env iron 90 %, est l’irrigation par aspersion.
D’après les données issues du recensement général agricole 2000 (RGA 2000) pour les exploitations
agricoles dont le siège est situé dans le département de l’Isère et sur le périmètre du SAGE, le maïs,
grain, semence et ensilage, représente quasiment 75 % des surfaces irriguée (cf. Figure 35).
Pourcentage de la surface totale irriguée (%)
100%
Culture irriguée
Surface
irriguée (ha)
Maïs grain et semence
Maïs ensilage
Céréales (hors maïs)
Tabac
Oléoprotéagineux
Vergers
Autres
Total
6 196
108
440
251
266
854
318
8 432
90%
80%
73.5%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10.1%
10%
5.2%
1.3%
3.0%
3.2%
Tabac
Oléoproté agine ux
3.8%
0%
Maïs
Ma ïs ensilage
Céré ale s
Ver ger s
Autres
Culture irriguée
Figure 35 : Pourcentage de la surface irriguée en fonction de la culture pour les exploitations agricoles
situées sur les communes en partie ou totalement incluses dans le périmètre du SAGE en 2000
(source : DIREN-BRGM, 2008, Chambre d’A griculture Isère, RGA2000).
Sur le bassin Bièv re Liers V alloire, il ex iste quelques parcelles irriguées par immersion sur les
communes d’A lbon, Manthes, Moras en Valloire, St Barthélemy , St Sorlin en Valloire,…. Sur A lbon, les
irrigants prélèv ent dans le Bancel et l’Argentelle. Sur les autres communes, les irrigants utilisent le
réseau de l’Oron et des Veuzes par des sy stèmes de biefs et de v annages. Le total des surfaces
irriguées par immersion représenteraient une dizaine d’hectares, principalement des prairies. Les
volumes utilisés sont estimés en moy enne à env iron 70 000 m3 /an (source : redev ances prélèv ements
A ERM&C, 2007). Pour une même surface irriguée, les prélèv ements pour l’irrigation par immersion
sont quasiment 6 fois plus élev és que ceux pour l’irrigation par aspersion. Les droits d’eaux
correspondants ont plus d’un siècle. On peut se demander si ces pratiques sont encore adaptées à la
situation actuelle au v u des changements d’occupation des sols, de fonctionnement des cours d’eau,…
D ocument v alidé
161/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.2.3.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Bilan des prélèvements pour l’irrigat ion
en 2007
L’année 2007 s’est caractérisée par un hiv er plutôt sec et un été plutôt humide ; de ce fait elle ne
correspond pas à une année climatique « moy enne ». Cela s’est particulièrement ressenti sur les
prélèv ements pour l’irrigation agricole, concentrés sur les mois d’été, qui ont été peu importants cette
année-là.
Les Chambres d’Agriculture de la Drôme et de l’Isère sont chargées de la procédure mandataire pour
les demandes de prélèv ement des irrigants. Cette démarche est fondée sur le v olontariat des irrigants.
Les Chambres d’A griculture de la Drôme et de l’I sère regroupent et actualisent annuellement les
demandes d’autorisation de prélèv ement des agriculteurs et présentent une demande collectiv e par
bassin v ersant à la DDT de la Drôme et de l’Isère. Ce mode de fonctionnement permet de connaître
relativ ement précisément les v olumes annuels prélev és sur les départements de la Drôme et de
l’Isère, dans la mesure où d’une part toutes les pompes sont équipées d’outils de mesure et d’autre
part il est demandé, en retour d’une demande d’autorisation de prélèv ement pour l’année suiv ante, le
volume prélev é de l’année écoulée. Ce sy stème a été plus récemment instauré sur le département de
la Drôme que sur celui de l’Isère et le taux de retour est év alué à 86 % pour l’année 2007 ( seulement
18 % pour l’année 2006). De même le sy stème sur la Drôme ne comptabilise actuellement que les
irrigants indiv iduels, alors que celui de l’Isère prend en compte à la fois les irrigants indiv iduels et
collectifs.
Les données utilisées pour estimer les prélèv ements en irrigation agricole pour l’année 2007 sont
donc :
-
pour la partie drômoise du bassin v ersant, les v olumes déclarés par les irrigants indiv iduels à la
DDAF de la Drôme et les v olumes déclarés par les irrigants collectifs à l’A gence de l’Eau dans le
cadre de la redev ance prélèv ement,
-
pour la partie iséroise du bassin v ersant, les v olumes déclarés par les irrigants indiv iduels et
collectifs à la DDT de l’Isère.
Le taux de retour à la DDAF de la Drôme des volumes réellement consommés par les irrigants
indiv iduels en 2007 étant de 86 %, une estimation a été réalisée pour év aluer les 14 % restants. Une
extrapolation a été réalisée en s’appuy ant sur le fait que les v olumes en eau souterraine déclarés en
2007 représentaient 33 % des v olumes autorisés pour 2007 et les v olumes en eau superficielle
déclarés représentaient 17 % des v olumes autorisés pour 2007 sur les communes drômoises situées
dans le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire.
A ctuellement, les données disponibles n’indiquent pas, pour les prélèv ements en eau souterraine, si la
ressource utilisée est la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires ou la nappe de la molasse miocène ou la
nappe d’accompagnement. L’information de la profondeur de certains puits de prélèv ement existe
mais n’a pas été exploitée.
Il existe plus de 700 points de prélèv ements répertoriés sur le bassin Bièv re Liers Valloire. En 2007,
les prélèv ements agricoles pour l’irrigation représentaient env iron 7,7 millions de m 3, soit 37 % des
prélèv ements totaux en eaux superficielle et souterraine effectués pour les différents usages, hors
piscicultures. Il faut bien noter que la majorité de ces prélèv ements sont réalisés pendant la période
estiv ale, donc lorsque les débits des cours d’eau sont les plus faibles et lorsque les niv eaux des
nappes correspondent aux basses eaux.
La part des prélèv ements pour l’irrigation en eau souterraine est largement majoritaire. Elle
représente 97 %, soit 7,5 millions de m3 (cf. Tableau 36, Figure 36 et carte 1.19). En comparaison,
l’autre source de données que constituent les redev ances prélèv ement de l’A gence de l’Eau év alue les
prélèv ements agricoles en eaux superficielles et souterraines de 2007 à 8,1 millions de m3 . La
différence entre les 2 chiffres s’explique par le mode de calcul des redev ances prélèv ements de
l’A gence de l’Eau qui s’appuient sur la base d’un forfait pour env iron 43 % des redev ables et la non
prise en compte des prélèv ements inférieurs à 30 000 m3 /an.
D ocument v alidé
162/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Comparativ ement, sur la période 2001 à 2006, la moyenne des prélèv ements agricoles pour l’irrigation
sur le périmètre du SA GE représente 13,7 millions de m3 /an. Cela correspond sur la période à env iron
50 % des prélèv ements totaux en eaux superficielle et souterraine opérés pour les différents usages,
hors piscicultures.
L’eau souterraine exploitée pour l’irrigation agricole prov ient quasi exclusiv ement de la nappe des
alluv ions fluv io-glaciaires. Les trav aux en cours de Tiffanie Cav e dans le cadre de l’étude du
fonctionnement hy drogéologique du bassin tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze,
indiquent actuellement que sur le bassin Bièv re Liers Valloire les ouv rages de prélèv ement à u sage
agricole pompant dans la nappe profonde de la molasse miocène sont très peu nombreux et
représentent un v olume très faible. En rev anche, une autre ressource en eau importante est utilisée
pour l’irrigation agricole sur la plaine de la Valloire ; il s’agit de la nappe alluviale du Rhône. Les 2
pompages du Sy ndicat Intercommunal pour l’Irrigation Drôme-Nord (SIPIDN) utilisés et situés à St
Rambert d’A lbon et A ndancette représentent plus de 1,5 millions de m3 /an.
Volume prélevé (milliers de m3)
Eau superficielle
Eau souterraine
Total
Rival amont
30.3
45.3
75.5
Bièvre amont
0.0
956.7
956.7
Bièvre centre
71.4
857.0
928.4
Liers
2.2
840.9
843.1
Suzon
0.0
0.8
0.8
Dolon
21.3
1 163.5
1 184.8
Valloire (Isère)
8.5
157.0
165.6
Valloire (Drôme)
127.2
3 466.6
3 593.8
Sous Total BLV
260.8
7 487.9
7 748.7
Nappe du Rhône
0.0
1 550.4
1 550.4
Total
260.8
9 038.3
9 299.1
Tableau 36 : Volume prélevé pour l’irrigation agricole par sous bassin versant et type de ressource en
2007 (source : DDAF Drôme et Isère, redevances prélèvements AERM&C).
Sous-bassin versant
Rival amont
1%
Bièvre amont
12%
Valloire (Drôme)
47%
Bièvre centre
12%
Valloire (Isère)
2%
Suzon
0%
Dolon
15%
Liers
11%
Rival amont
Bièvre amont
Bièvre centre
Liers
Suzon
Dolon
Valloire (Isère)
Valloire (Drôme)
Figure 36 : Pourcentage du volume prélevé pour l’irrigation agricole par sous bassin versant en 2007
(source : DDAF Drôme et Isère).
D ocument v alidé
163/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
En 2007, les v olumes prélev és pour l’irrigation agricole étaient quasiment les mêmes sur la partie
drômoise et iséroise du bassin Bièv re Liers Valloire. Comparativ ement sur la période 1997-2007, la
répartition entre les prélèv ements pour l’irrigation agricole entre la partie drômoise et la partie iséroise
du bassin est relativ ement constante et est d’env iron 35 % pour la partie drômoise et 65 % pour la
partie iséroise.
Sur le bassin, plusieurs zones ont été identifiées en fonction du niv eau d’exploitation de la ressource
en eau pour l’irrigation et les autres usages que sont la distribution publique d’eau et l’industrie dans
le cadre de la mise en place de la démarche groupée par mandataire qui organise les autorisations de
prélèv ements irrigation (BURGEAP, 2001). Chaque année, les nouv elles données collectées grâce aux
retours d’informations sur l’impact sur la ressource peuv ent amener à redéfinir les zones et surtout
l’organisation de l’irrigation. Les différentes zones identifiées actuellement sont les suiv antes :
-
Zones faiblement exploitées : sous bassins v ersants du Suzon et du Liers,
-
Zones fortement exploitées mais dans lesquelles la ressource n'est pas surexploitée : sous
bassins v ersants de Bièv re amont, Bièv re centre et Valloire (partie Isère). Pour les sous
bassins v ersants Bièv re Centre et Valloire, il a cependant été recommandé d’instaurer une
v igilance pour les prélèv ements en eau superficielle et d’env isager les nouv eaux
prélèv ements dans des ressources alternativ es autres qu’en eau superficielle,
-
Zones très fortement exploitées dans lesquelles la limite de prélèv ement dans la ressource
est très proche voire atteinte. Il s’agit des sous bassins v ersants du Dolon et de la Valloire
(partie Drôme) pour les eaux superficielles et souterraines et du Riv al amont uniquement
pour les eaux superficielles.
Pour le sous bassin v ersant du Dolon, une v igilance a été instaurée à la fois pour l’eau superficielle et
la nappe. Pour le sous bassin v ersant du Riv al amont, classé zone sensible, une organisation en tours
d’eau a été mise en place pour les prélèv ements en eau superficielle. Elle permet de limiter le débit
instantané prélev é dans le cours d’eau afin de garantir le débit réserv é de la riv ière tout en
répartissant les prélèv ements dans le temps et dans l’espace. Cette organisation fonctionne dès le
démarrage de l’irrigation. Le sous bassin v ersant de la Valloire (partie Drôme) bénéficie également
d’une organisation en tours d’eau pour les cours d’eau Oron, Collières et Veuzes, qui interv ient dans
les situations de sécheresse.
2.2.4.
L’évolution
des
l’irr igation agr icole
prélèvements
pour
Les données utilisées pour illustrer l’év olution des prélèv ements agricoles sont issues des redev ances
prélèv ements de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée. Ces données ne prennent pas en compte les
prélèv ements annuels inférieurs à 30 000 m3 et sont estimées pour env iron 43 % d’entre elles sur la
base d’un forfait. Elles ne distinguent pas non plus pour les prélèv ements effectués dans les eaux
souterraines la nappe concernée (nappe des alluv ions fluv io-glaciaires ou nappe de la molasse
miocène ou nappe d’accompagnement).
D ocument v alidé
164/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Volume prélevé (milliers de m3)
16000
14000
12000
10000
8000
6000
4000
2000
0
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Année
Eau souterraine
Eau superficielle
Figure 37 : Evolu tion des prélèvements pour l’irrigation agricole dans les eaux souterraines et les eaux
de surface en milliers de m3 de 1997 à 2007 (source : redevances prélèvements AERM&C 33).
Les v o lumes prélev és pour l’irrigation ont fortement augmenté depuis 2003 . C ette hausse impo rtante
à partir de 2 00 3 s’explique par la meilleure co nnaissance des irrigants et des v o lumes prélev és suite à
la recherche de redev ables eff ectuée par l’A gence de l’Eau Rhô ne Méditerranée.
Les prélèv ements en eau so uterraine représentent de faço n constante sur 10 ans plus de 95 % de s
prélèv ements réalisés po ur l’irrigatio n agrico le. Les prélèv ements en e au superficielle o nt plutô t
tendance à diminuer. C eci s’explique par le fait que les prélèv ements en eau superficielle so nt
progressiv ement abandonnés po ur des aspects de sécurisatio n et repo rtés sur des prélèv ements en
nappe. Les restrictio ns de prélèv ements en eau en pério de de sécheresse so nt généralement plus
fo rtes sur les eaux superficielle s que sur les eaux so uterraines.
En outre, l’année 20 03 a été particulièrement sèche, no tamment en été, et la demande en e au des
cultures a é té très impo rtante, engendrant des v o lumes prélev és po ur l’irrigatio n d’env iro n 15 millio ns
3
de m . En rev anche, po ur l’année 2007, av ec un été très pluv ieux, o n co nstate que le vo lume prélev é
3
po ur l’irrigatio n est de 8 millio ns de m , so it quasiment la mo itié du v o lume prélev é en 2003. L a
v ariabilité des v o lumes prélev és est do nc importante d’une année sur l’autre. Elle e st fo nctio n de la
pluv io métrie estiv ale en particulier : un été av ec des pluies suffisante s et régulières permet d’év iter le
recours impo rtant à l’irrigatio n.
2.2.5.
Les actions pour les économies d’eau
dans le domaine de l’ irrigation
Le C DPRA Bièvre – Vallo ire po rté par le Sy ndicat Mixte de Bièv re Vallo ire a dans le cadre de so n
o bjectif « préserv atio n de la quantité et de la qualité de la nappe phréatique » une action « Irriguer
av ec un meilleur usage de l’eau ». C ette actio n, menée par la Chambre d’A griculture de l’Isère en
partenariat av ec l’A gence de l’Eau, le C o nseil Général de l’Isère et l’Etat, cherche à fav o riser un usage
éco no me de l’eau d’irrigatio n par le dév eloppement du pilo tage de l’irrigatio n sur la plaine de Bièvre
i
Liers Vallo ire. Depuis 20 05, une trentaine de statio ns tensio métriques so nt implantées chaque année
dans différentes cultures (tabac, maïs, maïs semence) et différents ty pes de so l po ur suiv re la teneur
en eau du so l durant la saiso n d’irrigatio n. Les résultats tensio métriques so nt utilisés dans la rédactio n
d’un bulletin d’av ertisse ment irrigatio n hebdo madaire diffusé aux explo itants agrico les adhérents.
C ette actio n a permis :
D ocument v alidé
165/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
-
le pilo tage de l’irrigatio n de manière indiv iduelle po ur les irrigants ay ant inv esti dans les sta tio ns
tensio métriques : ajustement des appo rts d’eau au plus près des beso ins de s cultures
(démarrage, do se et fréquence de l’irrigatio n),
-
de manière générale sur le territo ire de Bièv re Vallo ire, une meilleure prise en co mpte de la
co ntributio n de l’eau du so l et des précipitatio ns, par la diffusio n d’un co nseil irrigatio n adapté à
to us les irrigants, d’o ù une écono mie d’eau globale.
Les mesures des so ndes tensio métriques so nt particulièrement utiles lo rs des étés plutô t humides. En
effet, elles a ident les irrigants à mieux prendre en co mpte les appo rts d’eau par les pluies et à mieux
co mprendre la réactio n du so l. De ce fait elles fav o risent une meilleure qualité de l’irrigatio n et
permettent d’éco no miser au minimum 2 to urs d’eau d’irrigatio n po ur les années humides.
D ocument v alidé
166/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
2.2.6. Les enjeux – prélèvements pour l’irrigat ion
agricole
Les prélèv ements po ur l’irrigatio n so nt réalisé s à 9 7 % dans le s e aux so uterraines. L’ irrigatio n
représente en général env iro n 50 % de l’ensemble de s prélèv ements annuels d’eau e ffectués dans la
nappe de Bièvre Liers Vallo ire, ho rs prélèv ements des piscicultures. Mais ce sont les prélèv ements les
plus v ariables d’une année sur l’autre : en fo nction des co nditions climatiques de l’été co nsidéré, le s
vo lumes prélev és pour l’irrigatio n peuv ent aller du simple au double entre une année av ec un été
pluv ieux et une année av ec un été sec, e t représentaient ainsi de 35 à 5 5 % de l’ensemble de s
prélèv ements. De plus, ces prélèvements sont concentrés sur les 3 mois d’été, en période d’étiage
des co urs d’eau et de v idange de la nappe ; ils représentent donc une part d’autant plus importante
sur cette période.
Il existe une fo rte co ncentratio n des prélèv ements po ur l’irrigatio n dans les so us bassins v ersants du
Do lo n et de la Vallo ire. Les impacts de s prélèv ements agrico les so nt plus particulièrement marqués sur
les eaux superficielle s que sur les eaux souterraines et de ce fait des fo nctio nnements en to urs d’eau
o nt été mis en place sur le Riv al et le s co urs d’eau de la Drô me afin de réduire la pressio n que
représentent les prélèv ements po ur l’irrigatio n sur ces co urs d’eau. Par ailleurs une attentio n
particulière do it être po rtée sur la créatio n de nouv eaux fo rages no tamment dans le s secteurs o ù il
existe déjà des o uvrages à pro ximité afin de ne pa s aggrav er la pressio n sur le milieu ma is égalem ent
po ur garantir le bo n fonctio nnement des o uvrages existants.
L’irrigatio n est un o util de pro ductio n agrico le mais so n dév elo ppement do it co ncilier la sa tisfactio n des
autres usages e t le bo n équilibre quantitatif des milieux aquatiques. Les actio ns v isant à pro mouv o ir
une irrigatio n et des pratiques culturales plus éco no mes en eau so nt à dév elo pper. A cela s’ajo utent
les co nséquences probables du changement clima tique : fréquence plus impo rtante d’années sèches à
l’av enir, qu’il faudrait d’ores et déjà anticiper.
Les reto urs d’eau au milieu naturel (nappe, co urs d’eau) des prélèv ements po ur l’irrigation agrico le
so nt minime s, en deho rs de l’irrigatio n par immersio n qui représente une fo rme d’irrigatio n marginale
sur le bassin. Un rejet d’eau au milieu serait d’ailleurs un signe de mauv aise appréciatio n de
l’irrigatio n, car les appo rts so nt censés co uv rir les seuls beso ins en e au de la culture et ne pas
entraîner de perco latio n. Indirectement par év apo transpiratio n de la culture, une part d’eau év aporée
rejo int le cycle de l’eau.
D ocument v alidé
167/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.3.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les prélèvements des piscicultures
Il existe 3 piscicultures sur le bassin v ersant Bièv re Liers Vallo ire, implanté es sur les zo nes des so urces
de Beaufo rt et de Manthes. L es be so ins en eau des piscicultures so nt quasi co nstants sur l’année po ur
assurer l’activ ité.
Pisciculture
Co mmune
Productio n
(to nnes/an)
Les F o ntaines
(Murgat)
Beaufo rt
≈ 60 0
F ont Ro me
(Béal)
Manthes
≈ 50 0
Des so urces de
Manthes
(F aure)
Manthes
80 à 10 0
Vo lume prélev é (l/s)
eau de surface et/o u
eau so uterraine
≈ 50 0
O ro n et/ou nappe
BLV
≈ 50 0
Demande de 600 l/s
Grande Veuze et/o u
nappe BLV
Débit naturel des
so urces et jusqu’à
250 l/s par po mpage
en étiage trè s
sév ère
Vo lume prélev é
3
(millio ns de m /an)
(DIREN-BRGM, 2008)
≈ 16
do nt 7 à 1 5 dans la
nappe
Milieu
de rejet
O ro n
≈ 16
Veuze
6à8
Petite
Veuze
TOTA L
≈ 1 200
≈ 1 250
≈ 37*
* Hypothèse haute (DIREN-BRGM, 2008)
Tableau 37 : Caractéristiques des piscicultures sur le bassin Bièvre Liers Valloire.
Les piscicultures utilisent préférentiellem ent les eaux de surface v enant des so urces mais le s baisse s
des débits des so urces et la plus grande fréquence des étiage s le s o nt co nduites à mettre en place
des dispo sitifs de sécurisatio n par po mpage dans la nappe de Bièv re Liers Vallo ire, dès la fin des
années 19 60 po ur la pisciculture Murgat et dès les année s 19 70 po ur les piscicultures F o nt-Ro me et
F aure. Sur le lo ng terme les 3 piscicultures utilisent majo ritairem ent l’eau des so urces. C es dernières
années cependant, les débits des so urces ay ant fortement baissé suite à la successio n de recharges
hiv ernales déficitaires de la nappe, les prélèv ements en nappe des piscicultures o nt été impo rtants
po ur obtenir les débits nécessaire s au bo n fo nctio nnement des piscicultures.
Co mparativ ement aux prélèv ements po ur la distributio n publique d’eau, l’irrigatio n o u l’industrie, le s
prélèv ements des piscicultures so nt mal co nnus. Les piscicultures so nt exo nérées de la redev ance
prélèv ement de l’Agence de l’Eau et les Directio ns Départementale s de Pro tectio n des Populatio ns
(anciennement Directio ns Départementale s des Serv ices Vétérinaires) de la Drô me et de l’Isère ne
dispo saient pas de do nnées.
Le site de s so urces de Manthes (F aure) utilise le débit naturel so rtant des so urces de Petite V euze. En
pério de d’étiage, il utilise une part d’eau de so urce et une part d’eau po mpée. En pério de d’étiage
sév ère dans le cas extrêm e de tarisse ment des so urces, il lui faut au maximum 2 00 à 25 0 litres par
seco nde, po mpés en nappe. Sur le lo ng terme, il utilise majo ritairem ent l’e au de surface. Le do ssier
ICPE de cette pisciculture est en cours de rév isio n po ur une no uv elle auto risatio n auprès de la DDPP
de la Drô me.
La pisciculture de la so ciété « F o nt Ro me » située sur la Grande Veuze à Manthe s utilise actuellem ent
env iro n 500 litres par seco nde mais aff irme av o ir beso in de 600 litres par seco nde pour fo nctio nner.
C e vo lume peut être appo rté pour partie par la Veuze e t le reste par les fo rages. La pisciculture a fait
une demande de do ssier IC PE d’autorisatio n auprès de la DDPP de la Drô me. Le fo nctio nnement
so uhaité par la pisciculture est le suiv ant : po uvoir utiliser les fo rages jusqu’à un maximum de 600 l/ s
en laissant dans la Grande Veuze un débit réserv é d’env iro n 200 l/s e t si la so urce de la Grande Veuze
do nne plus de 20 0 l/s, faire passer le surplus par la pisciculture. Le do ssier d’auto risatio n est en co urs
d’examen.
D ocument v alidé
168/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
La pisciculture « Les F ils de C harles Murgat » située aux so urces de l’O ron fo nctio nne no rmalement
av ec l’eau de surface transitant sur so n site qui peut atteindre 1 5 00 à 2 0 00 l/ s. Elle peut prélev er
jusqu’à 550 l/s par po mpage en nappe en cas d’étiage sév ère, co mme par exemple au printemps
200 8. Sur le lo ng terme, elle utilise majo ritairem ent l’e au de surface.
En 2007, le to tal des prélèv ements annuels des 3 piscicultures a été estimé à env iron 25 millio ns de
3
m dans la nappe de Bièv re Liers Vallo ire (DIREN-BRGM, 2008).
2.3.1.
L’évolution des prélèvements pour les
piscicultures
Les do nnées de l’év o lutio n des prélèv ements de la pisciculture Murgat à Beaufo rt sont issues de s
vo lumes prélev és déclarés à l’A gence de l’Eau Rhô ne Méditerranée dans les fo rmulaires de redev ance
po ur po llutio n non do mestique remplis par la pisciculture. C es do nnées so nt des v o lumes annuels
mo y ens estimé s et ne distinguent pas la part d’eau prélev ée en nappe de la part d’eau prélev ée en
superficiel. D’une faço n générale, pour cette pisciculture, plus les niv eaux d’eau de la nappe sont
hauts et donc plus les débits des so urces so nt impo rtants, plus les prélèv ements annuels so nt élev és.
En effet, en deho rs du débit réglementaire à ma intenir dans le ré seau superficiel, le reste des eaux de
so urces transitent dans la pisciculture.
3
Volume prélevé (milliers de m
/an)
60 000
50 000
40 000
30 000
20 000
10 000
0
1998
1999
2000
2001
2002
2003 2004
2005
2006
2007
2008
2009
Année
Murgat - Beaufort
Figure 38 : Evolution des prélèvements annuels en eau pour la pisciculture Murgat à Beaufort (eaux
souterraines et eaux de surface confondues) en milliers de m3 de 1998 à 2009 (source : Pisciculture
Murgat redevances pollution AERM&C 33).
A noter que l’eau prélev ée par les piscicultures est restituée dans sa quasi totalité dans les eaux de
surface à proximité du ou des points de prélèv ement, que le( s) prélèv ement(s) soi(en)t effectué( s) en
nappe ou en eau superficielle.
D ocument v alidé
169/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.3.2. Les enjeux piscicultures
SAGE Bièv re Liers Valloire
prélèvements
pour
les
O n constate que la connaissance des prélèv ements effectués par les piscicultures et de leur répartition
entre eau de surface et eau souterraine pourrait être améliorée.
Pour les piscicultures du bassin, il y a circulation d’eau au trav ers de la pisciculture. Lorsqu’une part ou
la totalité des prélèv ements est effectuée dans la nappe, d’un point de vu quantitatif, il y a un
transfert d’eau du milieu souterrain v ers le milieu superficiel dans lequel rejettent les piscicultures et
d’un point de v ue qualitatif, une atteinte qualitativ e de la riv ière par les rejets.
Lorsque les niv eaux de nappe sont bas, entraînant un faible débit v oire un assèchement des sources
de l’O ron et des Veuzes, les piscicultures prélèv ent dans la nappe les v olumes dont elles ont besoin.
O r les piscicultures étant situées à l’av al immédiat des sources de l’Oron et des Veuzes qui sont des
zones humides identifiées dans les inv entaires réalisés sur le bassin (A VENIR, 2009 ; Soberco
Env ironnement, 2004), leurs prélèv ements peuv ent accentuer la situation d’asséchement au niv eau de
ces zones humides, au même titre que les autres prélèv ements (agricoles, eau potable, industriels)
situés à proximité.
D ocument v alidé
170/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.4.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les prélèvements industriels
C ertaines industries utilisent la ressource en eau, de surface et/ou souterraine, dans leurs procédés
industriels : climatisation, refroidissement, lav age, composant des produits agro-alimentaires, etc. Les
données collectées pour ce chapitre concernent les industries prélev ant dans le milieu naturel et dont
la consommation en eau est relativ ement importante. Les activ ités industrielles et artisanales qui
utilisent l’eau du réseau de distribution publique dans leurs process ont été comptabilisées dans le
chapitre III.2.1.
2.4.1.
Bilan des prélèvements industriels en
2007
En 2007, sur le bassin Bièv re Liers Valloire, 17 industries étaient redev ables à l’A gence de l’Eau pour
les prélèv ements dans la ressource en eau. C es 17 entreprises ont prélev é env iron 2,6 millions de
m3, dont 2,4 millions de m3 da ns la nappe de Bièvre Liers Valloire (cf. carte 1.19). Sur les 2,6
3
3
millions de m prélev és, les industries d’extraction de granulats représentaient 493 800 m ,
exclusiv ement en nappe, soit 19 % de la totalité des prélèv ements industriels. La part des
prélèv ements industriels représentait 13 % des prélèv ements totaux en eaux superficielle et
souterraine effectués pour les différents usages, hors piscicultures.
Comparativ ement, sur la période 2001 à 2006, la moy enne des prélèv ements destinés à l’industrie est
3
de 2,7 millions de m /an. C ela représente sur la période env iron 10 % des prélèv ements totaux en
37
eaux superficielle et souterraine opérés pour les différents usages, hors piscicultures .
Les secteurs du bassin Bièv re Liers Valloire où la pression de prélèv ements industriels est la plus forte
sont Beaurepaire, Bougé-C hambalud et Brézins.
12
1200
10
1000
972
8
800
6
600
479
4
400
2
200
0
0
0-100
100-1000
Total volume annuel
prél evé (mil liers de m3)
Nombre d'industries
1106
>1000
Cl asse de volume annuel préle vé (mi llie rs de m3)
Industries d'extraction
Autres industries
Figure 39 : Répartition des industries
par classes de volumes prélevés en
milliers de m3 en 2007 (source :
redevances prélèvements AERM&C).
Volum e total
En 2007, 11 industries, soit 65 % du nombre total d’industries, ont prélev é des v olumes annuels
3
inférieurs à 100 000 m et 5 industries, soit 26 % du nombre total, des v olumes compris entre
3
3
100 000 m et 1 millions de m . L’entreprise Boxal à Beaurepaire (aérosols et bouteilles en aluminium)
3
est le principal prélev eur av ec, en 2007, plus de 1,1 millions de m prélev és dans la nappe.
Les v olumes prélev és par les industriels pour la climatisation ou le refroidissement sont en partis
restitués au milieu superficiel ou souterrain. En 2007, les v olumes restitués ont représenté plus de 1, 2
3
3
millions de m . Par exemple, l’entreprise Boxal à Beaurepaire a réinjecté plus de 800 000 m d’eau
utilisés pour la climatisation dans la nappe à proximité du point de prélèv ement.
37
Les prélèv ements opérés par les piscicultures, dont la majeure partie est restituée au milieu, représentent entre
25 et 40 millions de mètres cubes par an, essentiellement sous forme de transfert entre le milieu souterrain dont
les sources captées, lieu principal des prélèv ements et le milieu superficiel, lieu principal des rejets.
D ocument v alidé
171/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Q uelques industries prélèv ent directement sur les réseaux de distribution publique d’eau. Les v olumes
prélev és restent néanmoins relativ ement faibles au regard des prélèv ements effectués directement
3
dans le milieu, au total moins de 200 000 m /an. Parmi les prélèv ements sur les réseaux de
distribution publique d’eau les plus importants, on trouv e Knauf à St Etienne de St Geoirs (fabrication
3
d’emballages en poly styrène expansé, env iron 50 000 m /an) et MIG à Gillonnay (manufacture
3
d’impression textile, env iron 30 000 m /an).
Par ailleurs l’étude Sogreah de 2008 a mis en év idence qu’une entreprise ay ant des prélèv ements
importants n’était pas indiquée dans les données de l’A gence de l’Eau Rhône Méditerranée. Il s’agit de
la société SA DAC (auparav ant Guitel), située à St Etienne de St Geoirs, qui transforme des matériaux
composites. Pour son process industriel, ses prélèv ements dans la nappe de Bièv re Liers Valloire sont
3
estimés à 1, 1 millions de m par an. L’intégralité de l’eau pompée est réinjectée en nappe.
2.4.2.
L’évolution des prélèvements industriels
Les données utilisées pour illustrer l’év olution des prélèv ements industriels sont issues des redev ances
prélèv ements de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée. C es données ne prennent pas en compte les
3
prélèv ements annuels inférieurs à 30 000 m et sont estimées pour env iron 19 % d’entre elles sur la
base d’un forfait.
Volume prélevé (milliers de m3)
4000
3500
3000
2500
2000
1500
1000
500
0
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Année
Eau souterraine
Eau superficielle
Figure 40 : Evolution des prélèvements pour l’industrie dans les eaux souterraines et les eaux de
surface en milliers de m3 de 1997 à 2007 ( source : redevances prélèvements AERM&C 33).
Les prélèv ements industriels totaux v arient d’une année sur l’autre en fonction des process utilisés et
de la production annuelle des établissements. O n constate cependant une tendance générale à la
baisse des prélèv ements, notamment en eau de surface.
Une part importante de l’eau entrant dans les process de production, notamment l’eau serv ant à la
climatisation ou au refroidissement, est restituée dans les cours d’eau ou la nappe.
D ocument v alidé
172/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
2.4.3. Les enjeux - prélèvements industriels
L’industrialisation étant assez faible sur le bassin Bièv re Liers Valloire, la pression globale sur la
ressource en eau pour cet usage reste modérée en comparaison des autres usages que sont la
distribution publique d’eau, l’irrigation agricole et les piscicultures. Les prélèv ements en eau à usage
industriel ne représentaient en 2007 que 13 % du total des prélèv ements réalisés, hors prélèv ements
pour les piscicultures. Ils sont faits à plus de 90 % dans la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires.
Le périmètre du SA GE Bièv re Liers Valloire compte plusieurs zones d’activ ité importantes qui sont
Bièv re Dauphine à Colombe – A pprieu, Grenoble A ir Parc à Saint Etienne de Saint Geoirs, Le Riv al à L a
Côte Saint A ndré, Marcilloles, Beaurepaire et Le Creux de la Thine à A lbon. Etant situées dans les
plaines, leur dév eloppement dev ra tenir compte des ressources en eau nécessaires aux entreprises qui
s’y implanteront (AEP et eaux de process industriel), des autres usages de l’eau à proximité (A EP,
irrigation agricole, etc.) et du maintien du bon état quantitatif des milieux aquatiques.
Les retours d’eau au milieu naturel (nappe, cours d’eau) des prélèv ements de l’industrie pour lesquels
3
on dispose de l’information ont été estimés à 1, 6 millions de m /an (DIREN-BRGM, 2008). L a
répartition de ces rejets se fait pour moitié dans la nappe des alluv ions et pour moitié dans les eaux
superficielles.
D ocument v alidé
173/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.5.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les prélèvements à usage domestique
Les v olumes en eau prélev és par les particuliers directement dans le milieu par captage de source,
puits, forage ne sont pas connus de façon exhaustiv e sur le périmètre du SAGE, car la réglementation
n’a fixé que récemment l’obligation aux particuliers de déclarer les dispositifs de prélèv ement à des
fins domestiques, d’installer un compteur et de rendre compte.
O n entend par prélèv ements à usa ge domestique, « les prélèv ements […] destinés exclusiv ement à
la satisfaction des besoins des personnes phy siques propriétaires ou locataires des installations et de
ceux des personnes résidant habituellement sous leur toit, dans les limites des quantités d'eau
nécessaires à l'alimentation humaine, aux soins d'hy giène, au lav age et aux productions v égétales ou
animales réserv ées à la consommation familiale de ces personnes. En tout état de cause, est assimilé
3
à un usage domestique de l'eau tout prélèv ement inférieur ou égal à 1 000 m d'eau par an, qu'il soit
effectué par une personne phy sique ou une personne morale et qu'il le soit au moy en d'une seule
installation ou de plusieurs » (C ode de l’Env ironnement, R214-5).
L’article L. 2224-9 du C ode général des collectiv ités territoriales prév oit qu’un particulier utilisant ou
souhaitant réaliser un ouv rage de prélèv ement d’eau souterraine à des fins d’usage domestique doit
er
depuis le 1 janv ier 2009 dé clarer cet ouvrage ou son projet en mairie. C oncernant les ouv rages
existants au 31 décembre 2008, ils dev aient être déclarés av ant le 31 décembre 2009. C ette
déclaration répond à une préoccupation env ironnementale et à un enjeu de santé publique. Elle v ise à
faire prendre conscience aux particuliers de l’impact des forages domestiques sur la qualité et la
quantité des eaux des nappes. De plus la connaissance des forages priv és par les collectiv ités est
importante pour la gestion des serv ices de distribution publique d’eau et d’assainissement.
Par ailleurs, l’article L 214-8 du Code de l’env ironnement prév oit que « toute installation de pompage
des eaux souterraines doit être pourvue des moy ens de mesure ou d'év aluation appropriés. Leurs
exploitants ou, s'il n'existe pas d'exploitants, leurs propriétaires sont tenus d'en assurer la pose et le
fonctionnement, de conserv er trois ans les données correspondantes et de tenir celles-ci à la
disposition de l'autorité administrativ e. Lorsque le prélèv ement d'eau est réalisé par pompage, la
mesure est effectuée au moy en d'un compteur d'eau. »
L’application du décret n°2008-652 du 2 juillet 2008 relatif à la déclaration des dispositifs de
prélèv ement, puits ou forages réalisés à des fins d’usage domestique de l’eau et à leur contrôle ainsi
qu’à celui des installations priv ativ es de distribution d’eau potable permettra de connaître
progressiv ement le nombre de points de prélèv ements à usage domestique et au besoin les quantités
prélev ées.
Dans une première approche, les secteurs que l’on peut supposer être les plus concernés par les
prélèv ements domestiques sont les zones où la nappe est facile d’accès, donc proche de la surface du
sol. L’av al de la plaine de Bièv re, la plaine de la V alloire semblent être des secteurs propices. Les puits
de particulier captent généralement l’eau à faible profondeur ; l’étude Sogreah de 2008 a montré que
la pollution par les nitrates touche plus particulièrement les niv eaux superficiels de la nappe.
Les forages domestiques sont également réalisés à des fins énergétiques pour la géothermie.
Forage à usage de géothermie
Compte tenu de ses caractéristiques hy drogéologiques et de ses propriétés thermiques (température
moy enne des eaux souterraines de 11. 5°c), la nappe Bièv re Liers Valloire dispose d’un potentiel
énergétique intéressant pour les sy stèmes faisant appel à la géothermie basse température
(rafraîchissement, climatisation, chauffage, av ec ou sans pompe à chaleur) (Sogreah, 2008).
Le principe couramment employ é sur le périmètre du SA GE est la pompe à chaleur sur eau de nappe.
La chaleur du sous-sol utilisée est celle contenue dans l'eau de la nappe généralement peu profonde
(moins de 100 m) captée par forage. Il existe 2 sy stèmes :
D ocument v alidé
174/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
-
-
SAGE Bièv re Liers Valloire
sy stème à un seul forage pour lequel l'eau de nappe prélev ée est rejetée dans une riv ière, un plan
d'eau ou un réseau d'eaux pluv iales après y av oir prélev é les calories nécessaires. C e dispositif
peut poser des difficultés pour les rejets de l’eau et pour des raisons réglementaires liées à
l’utilisation des eaux souterraines. La tendance actuelle est de passer au dispositif à deux forages,
Le sy stème à deux forages ou à doublet, est plus coûteux mais dav antage utilisé car il év ite le
rejet en surface de l'eau prélev ée dans la nappe. Le deuxième forage sert à réinjecter l'eau dans
la nappe. C e ty pe de sy stème peut permettre d’assurer des besoins de chaud et de froid.
(Laporthe, 2004)
Figure 41 : Systèmes de géothermie très basse température exploitant l’énergie contenue dans les
nappes d’eaux souterraines (source : http://www.drire.gouv.fr/).
Les risques sont liés à l’activ ité de forage nécessaire à la mise en place du dispositif : infiltration
d’eaux de surface dans la nappe, mise en communication de plusieurs nappes, rebouchage des
ouv rages non productifs non réalisé dans les règles de l’art, impacts qualitatif et quantitatifs mal
connus, notamment de l’augmentation de la température de la nappe.
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, l’utilisation de ce sy stème semble se dév elopper pour les particuliers
notamment et quelques industriels. Dans le cas d’un particulier, le sy stème le plus répandu est le
« forage pour exploitation géothermique à basse température de minime importance » pour lequel la
puissance calorifique est faible. Les trav aux en cours de Tiffanie C av e dans le cadre de l’étude du
fonctionnement hy drogéologique du bassin tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze,
montrent à partir des données disponibles qu’il existe des forages pour exploitation géothermique
dans la nappe de la molasse miocène. C es forages dans la molasse fonctionnent le plus souv ent par
un prélèv ement dans la molasse mais av ec un rejet dans la nappe des alluv ions. Il existe donc un
transfert des eaux de la molasse v ers les eaux de la nappe des alluv ions, même si cela représente un
faible v olume actuellement.
Le contexte réglementaire qui s’impose pour ce ty pe d’installation prov ient de différentes
réglementations. En plus de la déclaration de cette installation ou de son projet en mairie, comme
pour les forages à usage domestique, l’exploitant d’un forage géothermique doit respecter les
obligations suiv antes :
-
Les installations géothermiques nécessitent des forages. De ce fait c’est principalement le C ode
minier qui s’applique : l’article 131 du Code minier oblige à une déclaration préalable à la DREA L
pour tout forage dont la profondeur dépasse 10 m. A u-delà de 100 m de profondeur, l’installation
est soumise à autorisation administrativ e, qui nécessite une étude d’impact et une enquête
publique ; cela explique que dans la plupart des cas, les ouv rages soient limités à moins de 100 m
de profondeur. La procédure est cependant allégée pour les pompes à chaleur : compte tenu de la
puissance calorifique d’un capteur v ertical (de 30 à 50 W par mètre foré), les installations de
D ocument v alidé
175/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
pompes à chaleur sur sondes géothermiques v erticales ne font l’objet que d’une simple
déclaration ; la procédure d’autorisation au titre du code minier v aut autorisation au titre de la
législation sur l’eau.
-
Les installations qui ne rentrent pas dans la procédure d’autorisation citée ci-dessus seront
concernées par les rubriques 1.1. 1.0 et 1.1.2.0 de l’annexe de l’article R. 214- 1 du code de
l’env ironnement.
De même que pour les prélèv ements à usage domestique, la réglementation existante dev rait
permettre de mieux connaître la localisation de ce ty pe d’installation énergétique. L’étude Sogreah de
2008 préconise un suiv i de la température des eaux souterraines pour les installations géothermiques
3
les plus importantes (débit > 20 m /h) afin de caractériser l’incidence des rejets sur les eaux
souterraines et de limiter les incidences réciproques entre plusieurs installations proches.
D ocument v alidé
176/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.5.1 Les enjeux
domestique
SAGE Bièv re Liers Valloire
-
prélèvements
à
usage
Comme indiqué dans le chapitre 1.3.4. 4. sur les points de captage, le nombre de points d’accès à la
nappe des alluv ions et à la nappe de la molasse miocène pour des usages de particuliers n’est pas
connu sur le périmètre du SA GE, de même que ne sont pas connus les v olumes prélev és par
l’utilisation de ces ouvrages. La réglementation permet cependant maintenant de pouv oir accéder à
ces données.
Dans le cas de la géothermie, les trav aux de Tiffanie C av e sur la molasse semblent mettre en av ant le
transfert d’eau de la nappe de la molasse v ers la nappe des alluv ions, pour lequel l’impact sur les
nappes n’est pas connu.
Les ouv rages à usage domestique ou de géothermie constituent des points priv ilégiés de transfert des
polluants v ers les nappes.
Les pistes de trav ail de la C LE proposées ici rejoignent celles formulées pour les aspects qualitatifs :
- collecter les informations de recensement de ces ouv rages auprès des mairies du fait que la
réglementation impose aux particuliers de déclarer les ouv rages, plus particulièrement sur les
secteurs où il y aura des enjeux quantitatifs identifiés (proximité de zones humides par exemple,
proximité de captages importants pour la distribution publique d’eau,…)
- sensibiliser les particuliers et les foreurs sur la réglementation ; sur l’attention à porter à la
ressource en eau, les transferts d’eau entre nappe pour la géothermie et la notion de risque de
pollution lié aux ouv rages comme points d’entrée priv ilégiés des pollutions dans les eaux
souterraines ; sur les bonnes pratiques à observ er pour la réalisation d’un ouvrage et sur la
réhabilitation d’anciens ouv rages.
D ocument v alidé
177/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
2.6.
SAGE Bièv re Liers Valloire
Bilan ressources en eau – prélèvements
2.6.1.
Synthèse des prélèvements
En 2007, l’ensemble des prélèv ements sur le bassin Bièv re Liers Valloire représentait plus de
3
60 millions de m , dont 50 millions dans la nappe de Bièv re Liers Valloire. L’année 2007 ay ant été
relativ ement pluv ieuse en été ne correspond pas à une année « moy enne » et représentativ e. Aussi
pour avoir une v ision plus générale de la répartition de l’ensemble des prélèv ements par usage, la
moy enne sur les années 2001 à 2006 calculée dans le cadre de l’étude DIREN-BRGM de 2008 à partir
des données de l’A gence de l’Eau est indiquée à titre de comparaison.
Volumes annuels prélevés en millions de m3
Moyenne 2001 2006 (source : DIRENBRGM, 2008)
A nnée 2007
Nappe BLV
A utres eaux
Eau
souterraines superficielle
Distribution
6.9
3.6
0
publique d’eau
Irrigation
6.1
0.3
0
Industrie
2.4
0.2
Domestique
Non estimé
Total hors
15.4
3.6
0.5
piscicultures
0
Pisciculture
25
12
3.6
Total
52.4
6.5
*Hypothèse haute
Tableau 38 : Synthèse des prélèvements sur le bassin Bièvre
2001-2006.
Total
%
Total
%
10.5
50 %
10.9
40 %
7.7
2.6
37 %
13 %
13.7
50 %
2.7
10 %
Non estimé
20.8
100%
27.3
37*
62.8
100%
37*
Liers Valloire en 2007 et sur la période
Les principaux prélèv ements dans la nappe de Bièv re Liers Valloire en 2007 étaient ceux des
piscicultures, malgré les incertitudes sur les chiffres, puis de la distribution publique d’eau, puis de
l’irrigation agricole. C eci s’explique en partie par la pluv iométrie de l’année 2007, notamment en
période d’été, qui a atténué les prélèv ements pour l’irrigation agricole par rapport aux autres
prélèv ements.
Le niv eau de la nappe et donc le débit des sources conditionnent les prélèv ements en nappe des
piscicultures : les prélèv ements en nappe sont limités lorsque le débit des sources est suffisant, ils
peuv ent être quasi exclusiv ement faits en nappe en cas d’étiage très sév ère des sources. L’eau
prélev ée par les piscicultures est restituée dans sa quasi totalité dans les eaux de surface à proximité
des exploitations.
2.6.2.
Le bilan hydrogéologique de la nappe de
Bièvre Liers Valloire
Les bilans hydrogéologiques de la nappe de Bièv re Liers Valloire calculés dans le cadre de différentes
études permettent d’établir un bilan annuel moy en des flux dans le bassin B ièv re Liers Valloire à partir
des données de pluie, des niv eaux de nappe, des débits des cours d’eau et des prélèv ements (cf.
A nnexe 5). Le tableau 39 ci-après présente le bilan établi en 2007 par l’étude du BRGM.
D ocument v alidé
178/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Entrées
3
(millions de m )
Sorties
3
(millions de m )
SAGE Bièv re Liers Valloire
Précipitations
A utres
DIREN-BRGM, 2008
286
-
Total
286
Distribution publique d’eau
Irrigation
Industrie
Piscicultures
10.9
13.1
1.3*
37**
Total
62.3
Bilan
223.7
(millions de m 3)
dont 162 d’écoulement souterrain
3
* Différence entre les prélèv ements industriels en nappe = 2.3 millions de m et les rejets directs en
3
nappe = 1 million de m .
** Hypothèse haute
Tableau 39 : Termes du bilan pour la nappe Bièvre Liers Valloire établis par différentes études.
L’étude DIREN-BRGM a présenté les bilans entrée-sortie dans le bassin Bièv re Liers Valloire, sous
bassin v ersant du Bancel exclu, mettant en év idence la part respectiv e des alimentations par les pluies
efficaces, des écoulements souterrains, des prélèv ements, des rejets et des débits des riv ières
(naturels et av ec la contribution des rejets) (cf. Figure 421). Le graphique de gauche représente un
bilan pour une année de recharge moy enne (par exemple : 357 mm de pluies efficaces en 20032004), et le graphique de droite représente un bilan pour une année av ec 40 % de réduction des
apports hiv ernaux, soit 214 mm de pluies efficaces.
Figure 42 : Bilan entrées-sorties dans le bassin Bièvre Liers Valloire pour une année hydrologique
moyenne type 2004 (année calendaire 2003-2004), et une année avec 40 % de réduction des apports
hivernaux (source : DIREN-BRGM, 2008).
D’une façon générale, il ressort que le bilan moy en annuel de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires
est en équilibre, voire excédentaire. La ressource en eau est importante et les prélèv ements
apparaissent faibles au regard de l’écoulement souterrain. L’étude DIREN-BRGM de 2008 a conclu
qu’en année moy enne, par exemple l’année 2004, les prélèv ements en nappe représentent 28% du
volume d’eau disponible dans la nappe prov enant des pluies efficaces de l’hiv er précédent.
Pour une année hy drologique ty pe 2004 (graphique de gauche), le bilan met en av ant un équilibre
des flux. A v ec une réduction de 40 % des apports hiv ernaux, soit 60 % seulement de la recharge
3
moy enne de la nappe, le déséquilibre des flux est de 24 millions de m pour l’année. Ce déficit va
provoquer une baisse de s niveaux de la nappe sur une a nnée hydrologique. C ette situation,
D ocument v alidé
179/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
av ec un déficit d’au moins 40 % des pluies efficaces, a été rencontrée 7 fois entre 1974 et 2008, soit
plus d’une année sur cinq (années 1978-79, 1981-82, 1983-84, 1989- 90, 1997-98, 2001-2002 et
2007-2008. Heureusement, 6 années fortement déficitaires sur ces 7 ont été suiv ies d’un hiv er au
moins normalement humide (à l’exception de l’hiv er 2007-2008) (DIREN-BRGM, 2008).
Les désordres quantitatifs en nappe se produisent donc lors d’années très déficitaires en termes de
recharge hiv ernale (ex. 1989 av ec une sécheresse lors de l’été 1990) ou suite à plusieurs années
consécutiv es déficitaires, même faiblement, en termes de recharge hiv ernale (ex. 2003-2008). Ils se
traduisent par une baisse des niv eaux de nappe, qui se répercute sur les débits des cours d’eau
alimentés par des résurgences de nappe ; cela peut aller jusqu’à l’assèchement complet des sources
et donc des cours d’eau qui sont en lien. Les prélèv ements peuv ent aggrav er la situation.
Le débit exploitable de la nappe de Bièv re Liers Valloire doit ainsi être déterminé à partir :
-
Des précipitations, notamment hiv ernales. Si la recharge est insuffisante, la disponibilité
de la ressource est fortement diminuée pendant la période estiv ale suiv ante,
-
des prélèv ements, et notamment des prélèv ements pendant la période estiv ale av ec
l’irrigation, qui accentuent l’impact sur la ressource,
-
des débits des principales émergences qu’il est nécessaire de maintenir car ils déterminen t
le fonctionnement du réseau hy drographique superficiel et des milieux aquatiques
associés.
La ressource en eau présente donc des risques de baisses localement et temporairement. C es déficits
temporaires montrent les limites de sollicitation de la nappe de Bièv re Liers Valloire. La ressource en
eau est fortement dépendante du dév eloppement des prélèv ements (irrigation notamment) sur
certains secteurs.
L’étude DIREN-BRGM de 2008 a également mis en év idence que les déficits observ és en période de
sécheresse sur les cours d’eau diffèrent sur l’amont et l’av al du bassin v ersant. A l’amont du bassin
v ersant de Bièvre Liers Valloire, les débits des cours d’eau sont assurés par le ruissellement. En été,
en l’absence de précipitations, les débits sont donc presque nuls. Les cours d’eau de l’av al du bassin
v ersant, O ron, Veuzes, C ollières, sont alimentés par le ruissellement et les résurgences de nappe. En
période d’étiage, un soutien d’étiage est actuellement apporté par les rejets en cours d’eau des
stations d’épurations et surtout des piscicultures. C e soutien d’étiage se traduit par une régularisation
et une « sécurisation » artificielles des débits estiv aux. C e soutien d’étiage se fait au détriment des
ressources en nappe, car en période de sécheresse, les prélèv ements des piscicultures s’effectuent
dans les eaux souterraines et sont susceptibles d’accentuer la baisse des niv eaux piézométriques et
donc des débits des sources. D’un point de v ue quantitatif, pour les piscicultures, le problème se pose
en termes de transfert d’eau du milieu souterrain, lieu de prélèv ement, v ers le milieu superficiel, lieu
de rejet, auquel s’ajoute un aspect qualitatif av ec un impact des rejets sur le milieu.
2.6.3.
Les éléments de connaissance du bilan
hydrogéologique de la nappe de la molasse
miocène
Sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire, l’aquifère de la molasse miocène est encore peu étudié. Les
trav aux en cours de Tiffanie C av e dans le cadre de l’étude du fonctionnement hy drogéologique du
bassin tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze apporteront de nouv eaux éléments.
A ctuellement la ressource de la molasse miocène est considérée comme abondante et de bonne
qualité. Elle est encore peu exploitée car la nappe des alluv ions est suffisamment productiv e. Mais il
existe de forts enjeux. La molasse miocène est déjà utilisée par 2 forages à Manthes et à Beaufort
pour la distribution publique d’eau. Elle sert peu pour l’irrigation agricole. En rev anche son utilisation
pour la géothermie par des particuliers est av érée.
Même si les échanges de la nappe des alluvions et des cours d’eau avec la nappe de la molasse
miocène sont encore mal connus, cette nappe de la molasse a un rôle de soutien d’étiage de certains
D ocument v alidé
180/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
cours d’eau situés sur les parties molassiques affleurantes (amont du Bancel et du Rival sur les reliefs
molassiques au Sud du bassin). Par ailleurs elle alimenterait la nappe des alluvions fluvio-glaciaires
en aval du bassin, sur la plaine de la Valloire. Ces informations ne sont pour le moment pas encore
quantifiées (Cave, travaux en cours).
C ependant une augmentation des prélèv ements dans la nappe de la molasse miocène risquerait de
modifier les équilibres et les échanges actuels entre nappe superficielle et nappe profonde. Les
transferts d’eau de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires v ers la nappe de la molasse entraîneraient
une contamination de cette dernière par les polluants présents en forte concentration dans la nappe
superficielle. C ’est le phénomène qui se produit à Manthes, où un captage av ec un prélèv ement
important a été réalisé dans la nappe de la molasse miocène. Les teneurs en nitrates enregistrées
depuis la mise en serv ice de ce forage sont passées de 5 mg/l à plus de 15 mg/l.
2.6.4.
Les règles existantes en gestion de crise
A ctuellement, les départements de la Drôme et de l’I sère disposent chacun d’un arrêté cadre
départemental qui permet de définir des règles de gestion de la ressource en eau en situation de
sécheresse. C es arrêtés cadre départementaux concernent tous les usagers de l’eau : particuliers,
irrigants agricoles, industriels, collectiv ités, etc. Ils définissent des situations ty pe de v igilance et de
restriction des usages. Le passage d’un niv eau à un autre se fait sur la base de l’étude des données
disponibles : météorologie, hy drométrie, piézométrie, prélèv ements, observ ations des assecs des
cours d’eau, etc. Pour les bassins v ersants interdépartementaux, tels que Bièv re Liers V alloire, la
décision de restrictions sur un département est prise en tenant compte de la situation et des
restrictions existant sur le département v oisin.
A partir des données sécheresse archiv ées par la DREA L délégation de bassin Rhône Méditerranée
Corse, on constate sur Bièv re Liers Valloire que depuis 2003 des mesures de limitation des usages de
l'eau sont mises en place chaque année (cf. Tableau 40). Le Réseau d’observ ation des crises d’assec
(ROCA ) peut être activ é pour compléter les informations concernant la disponibilité de la ressource en
eau mises à disposition des préfets en période de crise hy droclimatique. Le RO CA consiste à réaliser
des observ ations v isuelles de l’écoulement de l’eau en un point d’un cours d’eau. Sur le bassin Bièvre
Liers Valloire, il existe actuellement 3 stations ROCA : Le Bancel à Andancette, Le Riv al à Beaufort et
le Dolon à Pact.
D ocument v alidé
181/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Niv eau maximal de limitation des usages de l’eau
A nnée
Drôme
Secteur Valloire
2009
Niv eau 2 : crise
2008
Niv eau 1 : alerte
Niv eau 1 : alerte
2007
Isère
Bassin v ersant Bièv re
Niv eau 3 : crise
renforcée
Niv eau 1 : alerte pour
prélèv ements sur eaux
souterraines
Niv eau 0 : v igilance
Niv eau 1 : alerte
Niv eau 2 : crise
2005
Niv eau 0 : v igilance
Niv eau 1 : alerte
pas d'information
Limitation des
prélèv ements d'eau
2003
2002
Degré maximal d’assèchement observ é
par le ROCA
Drôme
Ecoulement v isible
(Bancel)
Isère
A ssec (Riv al et
Dolon)
Ecoulement v isible
(Bancel)
ROCA non
activ é
Ecoulement v isible
(Bancel)
ROCA non
activ é
Arrêté cadre sécheresse
31 juillet 2007
2006
2004
SAGE Bièv re Liers Valloire
Arrêté cadre sécheresse
13 juillet 2004
Restriction des usages de
confort et des usages
agricoles : arrosages
totalement interdits, sauf
sur quelques cultures
spécifiques
Situation normale
Ecoulement v isible
A ssec (Riv al et
(Bancel)
Dolon)
Ecoulement v isible
A ssec (Riv al et
(Bancel)
Dolon)
Ecoulement v isible
A ssec (Riv al et
(Bancel et Vauv erière)
Dolon)
Mise en place du ROCA
Limitation des
prélèv ements d'eau
Situation normale
Tableau 40 : Informations sécheresse archiv ées 2002 à 2009 (sources : http://www.rhonealpes.ecologie.gouv.fr/bassin_rmc/bsh/Secheresse/intro_secheresse.htm#archives au 06/04/2010 et
ONEMA).
D ocument v alidé
182/245
E tat des lieux des milieux et des usages partie QUANTITE
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
2.7. Diagnostic - prélèvements dans la ressource en eau
D’un point de v ue quantitatif, les besoins en eau des usages sur le bassin sont globalement satisfaits.
Il faut noter que les div ers secteurs de l’activ ité économique dépendent quasiment tous de la même
ressource en eau : la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires.
Les milieux aquatiques connaissent cependant régulièrement en période estiv ale des débits ou des
niv eaux piézométriques faibles. Dans ce cas de figure, les arrêtés cadres sécheresse départementaux
définissent des restrictions des prélèv ements, en particulier sur les eaux superficielles, pour le bassin
Bièv re Liers Valloire. Les études d’incidence réalisées dans le cadre des autorisations de prélèv ements
pour l’irrigation agricole ont identifié les sous-bassins v ersants du Dolon et de la Valloire (partie
Drôme) comme pouv ant présenter des risques de surexploitation en période d’étiage (et dans
l’hypothèse où l’ensemble des prélèv ements sont sy nchrones et au maximum de leur débit) sur les
eaux superficielles et souterraines. Le sous-bassin v ersant du Riv al est concerné par des risques de
surexploitation en période d’étiage sur les eaux superficielles seulement.
Les conclusions de l’étude DIREN-BRGM font bien apparaître l’importance des pluies automnales et
hiv ernales pour la recharge de la nappe, qui conditionnent le déroulement de l’année hydrologique et
notamment de la période d’été. Un déficit de la recharge de la nappe se traduit par une baisse des
niv eaux de nappe et une baisse des débits des cours d’eau en lien av ec la nappe (O ron, Veuzes, …).
Les prélèv ements peuv ent accentuer la situation.
Les pistes de trav ail de la C LE pourraient l’amener à év aluer le débit exploitable de la nappe pour
préserv er un équilibre quantitatif entre les différents prélèv ements (A EP, irrigation, industrie, autres)
et le bon état quantitatif et qualitatif des milieux aquatiques (nappes, cours d’eau et zones humides).
Les situations à risque quantitatif, par exemple lors de recharges hiv ernales faibles, dev ront être
prises en compte suffisamment tôt pour anticiper la gestion de la saison estiv ale suiv ante.
Pour une meilleure compréhension des enjeux, il sera nécessaire d’améliorer la connaissance des
volumes réellement prélev és sur les différentes ressources par les différents usages, en particulier les
piscicultures, et les marges d’erreur existantes liées à l’estimation de certains prélèv ements par forfait,
calculs théoriques, etc.
Le SDA GE Rhône Méditerranée a identifié le bassin v ersant Bièv re Liers V alloire et la nappe des
alluv ions comme nécessitant des actions relativ es à l’équilibre quantitatif, aussi une étude de
détermination des v olumes maximums prélev ables sera engagée dès la fin d’année 2010 pour
compléter les connaissances et déterminer les v olumes max imums prélev ables dans les eaux
souterraines et superficielles permettant de garantir un équilibre entre ressources et usages en eau.
Par ailleurs, la C LE pourrait communiquer auprès des communes, voire des particuliers, sur les
forages domestiques et ceux à usage de géothermie en lien avec l’obligation de déclaration en mairie,
l’obligation d’avoir un compteur, la sensibilisation aux incidences que ces forages peuvent avoir sur la
nappe en terme de qualité, quantité, température pour la géothermie.
D ocument v alidé
183/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
3. Les valeurs patrimoniale, paysagère et fonctionnelle
des milieux aquatiques
L’état phy sique des milieux aquatiques superficiels du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire a été
fortement modifié par les actions anthropiques. C et état phy sique des milieux aquatiques est un
élément de compréhension du fonctionnement du bassin v ersant et sa prise en compte dans la
gestion globale de l’eau fait partie intégrante de la résolution des problèmes quantitatifs, qualitatifs et
hydrauliques du territoire.
3.1. Les zones humides
L’inv entaire des zones humides sur le territoire de Bièvre Liers Valloire a permis d’établir une liste et
une cartographie de ces zones. Les 5 zones humides que l’on a qualifiées « d’intérêt majeur » sont les
mieux connues des points de vue patrimonial (milieux et espèces faunistiques et floristiques) et
fonctionnel. Les zones humides que l’on a qualifiées « d’intérêt local » sont en rev anche renseignées
de façon hétérogène.
Les zones humides ont des fonctions multiples (source : Note technique SDA GE Rhône Méditerranée
Corse, 2000) :
- Filtration naturelle et auto-épuration
Les zones humides contribuent au maintien et à l'amélioration de la qualité de l'eau des aquifères et
des cours d’eau en relation en agissant comme filtre épurateur naturel : elles fav orisent les dépôts
de sédiments et sont le siège de dégradations biochimiques (notamment grâce aux bactéries), de
désinfection (grâce aux ultrav iolets), d'absorption, de stock age et de dégradation par les v égétaux des
éléments nutritifs issus du bassin v ersant (nitrates, phosphates).
- Régulation des régimes hy drologiques
Les zones humides retardent globalement le ruissellement des eaux de pluie et le transfert immédiat
des eaux superficielles v ers l'av al du bassin v ersant. Elles constituent souv ent des zones d’expansion
de crues pour les riv ières. De plus, les zones humides "absorbent" et stock ent momentanément
l'excès d'eau puis le restituent progressiv ement lors des périodes de sécheresse. Elles diminuent donc
l'intensité des crues (écrêtement des pics de crue), contribuent à une recharge lente et progressiv e
des aquifères et soutiennent les débits des cours d'eau en période d'étiage.
- Habitats biologiques et espaces de qualité pay sagère
Les zones humides abritent de nombreuses espèces v égétales et animales de façon permanente ou
temporaire. Elles sont des zones d'alimentation, de reproduction et de refuge.
Les zones humides peuv ent être des milieux priv ilégiés pour de nombreuses activ ités, touristiques, de
loisirs ou économiques : chasse, pêche, cultures (cresson), observ ation de la nature, animation et
sensibilisation à la protection des milieux naturels.
Dans l’annexe 6, les zones humides inv entoriées sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire ont été
regroupées par grand type à l’aide du guide technique SDAGE Rhône Méditerranée et Corse, et leurs
fonctions supposées dans le cy cle de l’eau ont été proposées de façon théorique, dans l’hy pothèse où
ces fonctions n’ont pas été altérées.
L’inv entaire des zones humides du bassin Bièv re Liers Valloire n’est pas exhaustif ; certaines zones
humides dont la surface est inférieure à 1 hectare n’ont pas été répertoriées. Par ailleurs, en dehors
de quelques zones humides d’importance, la caractérisation des zones humides inv entoriées reste
insuffisante pour des aspects de protection et de gestion.
A ctuellement, afin de conv aincre les décideurs de conserv er et d’assurer l’utilisation rationnelle des
zones humides, des études év aluent la v aleur monétaire des serv ices rendus naturellement par ces
écosy stèmes. Les gains peuv ent être conséquents en regard d’une technologie qui arriv erait à des
résultats similaires.
D ocument v alidé
185/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
3.2. Les cours d’eau
3.2.1.
La morphologie des cours d’eau
L’ensemble du réseau hydrographique de Bièv re Liers Valloire est v arié : cours d’eau permanents
ay ant un exutoire (Bancel, A rgentelle) cours d’eau s’infiltrant totalement dans le sol (Barbaillon,
Eydoches), cours d’eau ay ant pour source des résurgences de nappe (Oron, Veuzes), torrents
intermittents descendant des coteaux (Dolure, Suzon), biefs totalement artificiels (biefs de la Valloire
et de l’O ron, canal de la Raille, canal SNC F, etc.)...
Dans les zones de plaine, le réseau hydrographique a souv ent été rectifié, recalibré et la ripisy lv e a
quasiment disparu. Les cours d’eau sont de ce fait généralement très peu mobiles et les érosions de
berge restent limitées. Les activ ités anthropiques (cultures, infrastructures, zones urbaines) ont donc
pu s’installer à proximité des cours d’eau. En rev anche, les cours d’eau descendant des massifs de
C hambaran et de Bonnev aux - Bancel, Dolon, Pérouse, Suzon, etc. - charrient et déposent souv ent
des matériaux grossiers. Ils ont généralement une dy namique plus naturelle que les tronçons de cours
d’eau en plaine.
Les aménagements des cours d’eau réalisés au cours du temps sont en lien étroit av ec l’év olution de
l’occupation du sol, des usages de l’eau et des enjeux de protection contre les inondations. A partir
des données issues des documents sur la qualité de l’eau des cours d’eau (Gay env ironnement, 1998,
2005, 2008 ; Géo+, 1999), sur la qualité piscicole des Fédérations départementales de la Drôme et de
l’Isère et sur la gestion des boisements de berge (Concept Cours d’Eau, 2001), une sy nthèse du
niv eau d’artificialisation des cours d’eau est proposée par grands tronçons (cf. carte 1. 20). L ’amont
des cours d’eau reste relativ ement naturel ; de même qu’une grande partie des tracés du Dolon
(excepté l’extrémité av al), du Bancel en amont de St Martin des Rosiers, du Barbaillon et des
Eydoches. En rev anche dès l’arriv ée dans les plaines, le réseau hy drographique se caractérise par des
tracés plus rectilignes et parfois endigués. Des tronçons de cours d’eau situés en zone urbaine ou à
proximité d’ouvrages et d’infrastructures ont pu également être totalement artificialisés par des
aménagements minéraux (enrochements) dans l’objectif de protection contre les risques hy drauliques.
C ’est le cas notamment des trav ersées de Beaurepaire et de St Rambert d’A lbon.
Les tronçons de cours d’eau endigués l’ont été pour év iter des débordements dans les zones agricoles
et urbaines. C ’est le cas du Dolure, endigué depuis Marcollin jusqu’à sa confluence av ec les Collières,
du Suzon en av al du Pont Rouge à St Barthélemy , de l’extrémité av al de La Pérouse, de quelques
tronçons de la C oule, du Riv al à Brézins (entreprise Eurobéton) et Marcilloles et de l’O ron à
Beaurepaire. Les torrents en riv e gauche dans la plaine de la Valloire : Le Frémuzet, C ombet,
Vauv erière,… sont également endigués dans des aménagements spécifiquement créés pour séparer
les eaux prov enant de la nappe (Veuze) de celles prov enant du ruissellement. L’état de ces
aménagements de ty pe pont-canaux, siphons, est relativ ement détérioré, car ils ne sont pas
entretenus. Les torrents le Nant et la C ombe de Moras, autrefois également séparés des eaux
prov enant de la nappe, sont aujourd’hui raccordés à la Veuze.
Des aménagements moins perceptibles car ponctuels existent également sur quasiment l’ensemble du
linéaire de cours d’eau du bassin v ersant : prises d’eau et v annages, abandonnés ou encore utilisés
pour l’irrigation, seuils pour stabiliser le fond du lit, etc. O n en trouv e majoritairement dans les
secteurs de plaine et urbanisés mais également sur les tronçons relativ ement naturels. C es obstacles
constituent des points durs pour la circulation de la faune aquatique (faune piscicole et macrofaune)
ainsi que pour le transport sédimentaire. C ertains de ces aménagements constituent des obstacles
infranchissables pour les poissons. Les Plans de gestion départementaux de Pêche de la Drôme et de
l’Isère en recensent 26 pour les principaux cours d’eau du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire. Les
serv ices départementaux de l’O NEMA procèdent actuellement au recensement exhaustif de l’ensemble
des seuils et des ouv rages situés sur les cours d’eau et identifient si ceux-ci peuv ent poser un
problème de continuité biologique et/ou sédimentaire du cours d’eau ne permettant pas de satisfaire
aux exigences de bon état de la Directiv e cadre européenne sur l’eau et aux exigences de
franchissabilité des obstacles par les poissons.
D ocument v alidé
186/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
L’utilisation de l’eau par certains de ces aménagements sur les cours d’eau s’accompagne d’une
réglementation spécifique, liée aux usages locaux, au régime hy draulique du cours d’eau et au respect
des contraintes découlant du fonctionnement des autres aménagements utilisant l’eau établis sur le
même cours d’eau. C ette règlementation est appelée communément « droit d’eau ». Etabli
directement par l’administration ou par les tribunaux dans le cas où il s’agissait de résoudre un conflit
résultant de l’utilisation ou du partage de l’eau entre utilisateurs d’eau, le droit d’eau peut se présenter
sous des formes écrites v ariables. A ce jour sur le bassin Bièv re Liers Valloire il n’existe aucun
recensement exhaustif de tous les règlements d’eau existants, ni d’analy se réglementaire.
L’article L 214- 18 du C ode de l’Env ironnement prévoit pour les ouv rages existant à la date de
promulgation de la loi nº 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l'eau et les milieux aquatiques, que les
obligations que la loi institue sont substituées, dès le renouv ellement de leur concession ou
er
autorisation et au plus tard le 1 janv ier 2014, aux obligations qui leur étaient précédemment faites.
A insi, tout ouvrage dans le lit d'un cours d'eau doit comporter des dispositifs maintenant dans ce lit un
débit minimal garantissant en permanence la v ie, la circulation et la reproduction des espèces v iv ant
dans les eaux au moment de l'installation de l'ouv rage. C e débit minimal ne doit pas être inférieur au
dixième du module du cours d’eau. L'exploitant de l'ouv rage est tenu d'assurer le fonctionnement et
l'entretien des dispositifs garantissant dans le lit du cours d'eau les débits minimaux.
Le non-usage d’un droit d’eau ne justifie pas à lui seul la perte de ce droit d’eau. L’article L215-10 du
Code de l’Env ironnement précise que les autorisations ou permissions accordées pour l'établissement
d'ouvrages sur les cours d'eaux peuv ent être rév oquées ou modifiées dans l'intérêt général de la
salubrité publique (notamment l'alimentation en eau potable), la lutte contre les inondations, la
préserv ation des espèces migratrices v iv ant alternativ ement en eau douce et en eau salée, etc.
Les droits d’eau fondés en titre concernent les prises d’eau établies av ant l’abolition de la féodalité
(4 août 1789). Ils concernent généralement des anciens moulins et prises d'eau. Les prescriptions
relativ es aux débits réserv és et aux dispositifs de franchissement des migrateurs leur sont applicables
et ils peuv ent être retirés ou modifiés dans l’une ou l’autre hy pothèse d’intérêt général comme v u
précédemment.
La réglementation existant sur les ouv rages sur les cours d’eau et les droits d’eau pourrait reposer la
question pour certains ouv rages de l’utilisation pour l’irrigation par immersion et de leur
fonctionnement en période de crue.
3.2.2.
La valeur environnementale des boisements de berge
A partir des données issues des documents sur la qualité de l’eau des cours d’eau (Gay
env ironnement, 2005, 2008), sur la qualité piscicole des Fédérations départementales de la Drôme et
de l’Isère et sur la gestion des boisements de berge (Concept Cours d’Eau, 2001), une sy nthèse de
l’état des boisements de berge est proposée par grands tronçons (cf. carte 1.20). Le réseau
hydrographique du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire est plutôt caractérisé par un faible taux de
boisements de berge. Plus d’un quart du linéaire cartographié n’est bordé d’aucun arbre.
Le lit des cours d'eau appartient aux propriétaires des deux riv es. Si les deux riv es appartiennent à
des propriétaires différents, chacun d'eux a la propriété de la moitié du lit, suiv ant une ligne que l'on
suppose tracée au milieu du cours d'eau (article L215-2 du C ode de l’Env ironnement). Le propriétaire
riv erain est tenu à un entretien régulier du cours d'eau, qui a pour objet de maintenir le cours d'eau
dans son profil d'équilibre, de permettre l'écoulement naturel des eaux et de contribuer à son bon état
écologique, notamment par enlèv ement des embâcles, débris et atterrissements, flottants ou non, par
élagage ou recépage de la v égétation des riv es (article L215-12 du C ode de l’Env ironnement). Sur le
bassin Bièv re Liers Valloire, d’une façon générale, on constate une carence d’entretien par les
propriétaires riv erains. De ce fait, la Communauté de Communes Rhône Valloire a pris la compétence
« entretien de cours d’eau » sur son territoire et dispose d’une équipe riv ière depuis 1994, suite aux
dégâts hydrauliques de l’automne 1993. C omme les trav aux ont été déclarés d’intérêt général par
arrêté préfectoral, la C ommunauté de C ommunes Rhône Valloire peut interv enir sur des parcelles
D ocument v alidé
187/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
priv ées pour entretenir et restaurer la v égétation. De 2003 à 2008, elle a suiv i un plan d’entretien
global qui a été réactualisé en 2009 pour 5 ans (Concept C ours d’Eau, 2001 et 2009). Les associations
de pêche peuv ent également assurer l’entretien des cours d’eau en se substituant au propriétaire
riv erain si celui-ci leur a cédé son droit de pêche, compensation de l’obligation légale d’entretien du
cours d’eau.
C ertains cours d’eau conserv ent une ripisy lv e en bon état et div ersifiée : le Dolon, le Riv al en amont
de Brézins, et la majeure partie des cours d’eau situés sur le territoire de la C ommunauté de
Communes Rhône Valloire.
Les cours d’eau, par leur v égétation ripicole, jouent un rôle en tant que support v isuel dans la
structuration du paysage. A u contraire, les tronçons de cours d’eau peu boisés ou sans boisement
dev iennent peu v isibles dans le pay sage v oire complètement inv isibles et cet effet est encore accentué
par les tracés rectilignes des cours d’eau (ex. : canal de la Raille).
Les boisements de berge constituent des habitats biologiques intéressants, notamment dans des
secteurs de plaine agricole, comme Bièv re Liers Valloire, dans lesquels les haies ont disparu. C es
notions de pay sage et de corridors biologiques rejoignent les objectifs du Grenelle de l’Env ironnement
sur les trames v erte - grands ensembles naturels et de corridors - et bleue - cours d’eau et bandes
v égétalisées le long de ces cours d’eau -. Le guide méthodologique pour des réseaux écologiques
hiérarchisés fait cependant le constat d’une dégradation de ces trames : les corridors forestiers et
aquatiques qui franchissent la plaine de B ièv re sont en v oie de fragmentation par l’urbanisation et par
les infrastructures de transport. Ils peuv ent de ce fait perdre leur fonctionnalité originelle (Berthoud,
2001).
Par ailleurs, les boisements de berge ont un effet tampon et filtre par rapport aux pollutions
potentielles et aux activ ités situées à proximité du cours d’eau, en fixant et dégradant les molécules.
Pour Bièv re Liers Valloire, c’est le cas en particulier par rapport aux activ ités agricoles, pouv ant
apporter des particules de sol et des intrants dans l’eau. Le phénomène a été cependant amorti à
38
partir de 2005 par l’implantation de bandes enherbées en bordure de cours d’eau dans le cadre de la
conditionnalité des aides de la PA C (cf. annexe 7). Depuis 2009, dans le cadre de la directiv e nitrates,
ème
le 4
programme d’actions rend obligatoire l’implantation d’une bande enherbée ou boisée
permanente d’une largeur minimale de 5 m le long des cours d’eau et des étendues d’eau de plus de
1 000 m².
La ripisy lv e assure une protection contre l’érosion des terres sous l’effet des ruissellements et du v ent
et des berges sous l’effet de l’action de l’eau. Elle réduit aussi l’amplitude et l’intensité des crues.
Les boisements de berge jouent également un rôle dans la capacité auto-épuratoire du milieu
(Gay env ironnement, 2008) ; en effet l’ombrage créé par la ripisy lv e permet, notamment en été, de
conserv er une bonne qualité des paramètres température et oxy génation de l’eau. Le milieu, par son
bon fonctionnement (microorganismes, phénomènes d’oxydo-réduction,…) peut ainsi récupérer plus
facilement et rapidement des impacts des rejets domestiques, industriels et agricoles. L’amélioration
de la capacité auto-épuratoire des cours d’eau a également un impact direct sur la qualité des habitats
piscicoles et donc sur la qualité piscicole du cours d’eau, du fait d’une température et d’une
oxy génation de l’eau plus propices et d’une meilleure qualité d’eau.
Sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire, il faut noter également que les plantations de pe upliers
ou de robiniers faux aca cia en alignement sur les berges sont relativ ement fréquentes au
détriment des boisements qui se mettraient en place spontanément. C e dév eloppement de plantations
participe aussi de la banalisation des abords de cours d’eau et du pay sage et peut av oir des
conséquences sur les v aleurs env ironnementales v ues précédemment (habitats biologiques, effet
tampon, capacité auto-épuratoire du milieu et potentiel piscicole). Les secteurs où l’on trouv e des
plantations conséquentes de peupliers ou de robiniers sont situés le long du Bancel en amont de St
38
C ours d’eau définis dans le cadre du dispositif des bonnes conditions agricoles et env ironnementales (BCAE ) de
la PAC : il s’agit des cours d’eau tracés en trait plein ou en trait pointillés et portant un nom sur les cartes IGN au
1/25 000.
D ocument v alidé
188/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Martin des Rosiers, le long de l’O ron et de ses différents bras (Maladière) en amont et av al de
Beaurepaire, aux sources de l’Oron à Beaufort, régulièrement le long du Riv al dès l’av al de Brézins et
le long des C ollières et Veuzes. Les peupliers et robiniers sont des espèces peu adaptées pour les
boisements de berge du fait de leur sy stème racinaire insuffisant pour tenir les berges et de leur faible
résistance aux crues, aux déracinements. La réglementation des boisements permet au titre de la
protection des milieux naturels d’interdire ou de réglementer les plantations de peupliers en bordure
des cours d’eau. Elle peut fixer des reculs au-delà des 6 mètres de la riv e prév us pour le passage des
engins de trav aux (Article L215-19 du code de l’env ironnement).
Le robinier faux acacia peut également être spontané sur les berges et est considéré comme une
espèce v égétale inv asiv e du fait de son caractère env ahissant. Il concurrence les espèces v égétales
locales (Frapna Isère, 2005). L’ambroisie, même si elle n’est pas spécifiquement associée aux milieux
aquatiques, a été identifiée av ec une forte extension sur le territoire Bièv re Liers Valloire. Du fait de
son fort pouvoir allergisant elle peut av oir des conséquences sur la santé humaine. L’ambroisie s’est
particulièrement dév eloppée autour des étangs de St Etienne de St Geoirs. Elle profite des sols nus
remaniés, liés aux pratiques agricoles ou aux chantiers, pour s’installer.
Une autre plante, la Renouée du Japon, colonise progressiv ement le réseau hydrographique créant
des désordres dans les boisements de berge.
3.2.3.
L’envahissement par la Renouée du Japon
39
La Renouée du Japon est une plante qui a été introduite sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire
dans les années 1980-1990 lors de trav aux hydrauliques, routiers,... En 2001, la Renouée du Japon
était env ahissante sur 17,5 k m et était en cours de colonisation d’un linéaire estimé au moins aussi
important (Concept Cours d’Eau, 2001). Un nouv eau bilan en 2008 mené seulement sur le territoire de
la C ommunauté de Communes Rhône Valloire a montré qu’elle s’était implantée sur un linéaire
supplémentaire de 4 k m de cours d’eau (C oncept Cours d’Eau, 2009).
Figure 43 : Propagation des Renouées du Japon sur le réseau hydrographique de Bièvre Liers Valloire
(Concept Cours d’Eau, 2001).
Les 3 principaux foy ers de propagation de la Renouée du Japon répertoriés en 2001 étaient situés sur
le Régrimay en amont de Lens-Lestang, l’O ron-la Maladière à Beaurepaire et la Pérouse à Viriv ille. La
propagation naturelle de la plante se fait grâce aux crues, de l'amont v ers l'av al. Elle a été accélérée
par les curages et recalibrages. La plante a donc env ahi la partie av al du Régrimay , puis le Dolure, la
partie av al de La Pérouse et commence à env ahir les Collières (26 petits massifs en 2001) et les
autres cours d’eau en amont de la Valloire (17 massifs), le Riv al. Il existe des massifs de Renouée du
Japon en d’autres points du réseau hydrographique, qui constituent des sources potentielles
d’env ahissement.
39
Renouée du Japon : espèce exotique, utilisée comme plante ornementale dans les jardins, envahissante ayant
des conséquences importantes sur l’environnement des riv es, l’accessibilité aux berges et la qualité paysagère du
cours d’eau. Cette plante bouture très facilement (rhizomes).
D ocument v alidé
189/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les actions de lutte contre les plantes inv asiv es relèv ent de l'entretien des cours d'eau et nécessitent
des actions régulières car leurs effets s'inscriv ent dans le temps et dans des stratégies plus générales
pour mieux gérer et préserv er les cours d'eau. L’enjeu n’est pas de détruire la Renouée du Japon sur
les sites déjà fortement env ahis, car une fois les sites env ahis les interv entions sont coûteuses et
difficiles, mais d’év iter sa propagation. Il faut être v igilant dans le cadre de trav aux publics qui
peuv ent introduire de nouv eaux foy ers de Renouée par l’apport de remblais, par les engins de
chantier. Un moy en d'action est l'arrachage précoce en tout début de saison v égétativ e des nouv elles
plantes. La C ommunauté de C ommunes Rhône Valloire réalise ce ty pe d’entretien sur certains
tronçons de cours d’eau et expérimente actuellement de nouv elles stratégies de lutte. De plus
anticiper l’éradication de la Renouée du Japon permettrait d’év iter des traitements chimiques
sy stématiques à proximité de cours d’eau réalisés par des riv erains env ahis.
er
Sur le bassin Bièv re Liers Valloire, le bilan du 1 plan de gestion des boisements de berge réalisé de
2003 à 2007 par la C ommunauté de C ommunes Rhône Valloire, qui a la compétence « entretien de
cours d’eau » et s’appuie pour la mettre en œuv re sur une équipe riv ière en régie, a mis en av ant les
éléments suiv ants sur la réalisation d’un programme d’entretien. C ette réalisation a nécessité la
formation du personnel de l’équipe riv ière. L’entretien courant et régulier des boisements de berges a
été quasi conforme au plan de gestion. En rev anche le reboisement n’a été réalisé que sur 20 % du
linéaire initialement prévu et son efficacité sur l’amélioration du milieu est décev ante du fait de la
morphologie très artificielle des cours d’eau. Aucune action n’a été menée contre la progression des
renouées du Japon et celles-ci se sont étendues sur le réseau hydrographique, passant de 44 massifs
d’une surface totale de 500 m² en 2001 à 157 massifs d’une surface totale de 5 000 m² en 2008
(Concept C ours d’Eau, 2009). C e bilan montre clairement que l’entretien des boisements de berge est
un trav ail sur le long terme et qu’un effort important doit être porté en parallèle sur la restauration
phy sique des cours d’eau pour que les bénéfices sur le milieu soient réels. C ela sera déterminant en
particulier pour la qualité piscicole des cours d’eau.
3.3. La qualité piscicole des cours d’eau
Les cours d’eau du SA GE Bièv re Liers Valloire sont classés en première catégorie piscicole, c'est-à-dire
à peuplement à dominante salmonicole. Le peuplement naturel est constitué principalement par la
truite fario et ses espèces d’accompagnement : chabot, loche, v airon. Seul le tronçon hydrographique
du Bancel délimité, à l’amont, par le v iaduc SNCF et, à l’av al, par la confluence av ec le Rhône, est
classé en deuxième catégorie piscicole, c'est-à-dire à peuplement à dominante cy prinicole (carpe,
ablette, tanche, etc.).
Les poissons constituent, du fait de leur position apicale dans les écosy stèmes aquatiques, de bons
indicateurs de la qualité générale de ces écosy stèmes. Ils sont sensibles aux perturbations qu’elles
soient chimiques (pollution) ou phy siques (dégradation des habitats). La qualité piscicole des cours
d’eau peut être déterminée à partir d’une comparaison entre le peuplement en place et le peuplement
référentiel théorique. Pour ce faire, on compare les classes d’abondances réelles des différentes
espèces de poissons pris par pêche électrique av ec les classes d’abondance référentielles de ces
mêmes espèces estimées à partir d’une méthode théorique.
3.3.1. Le Rival, l’Oron et affluents dans le département de l'Isère
En 2001, l’inv entaire réalisé sur le Riv al en tête de bassin v ersant à St Geoirs av ait conclu au bon état
du peuplement de truite fario et de ses espèces d’accompagnement : v airon et loche franche
(Buissière, 2001). La qualité des habitats, de l’eau et de la ripisy lv e sur ce secteur était bonne et la
reproduction de la truite fario semblait possible. A noter qu’en 1994, en plus de la truite fario et de la
loche, le chabot, espèce très sensible, av ait également été recensé sur le cours amont du Riv al.
Le tronçon amont du Riv al jusqu’à sa confluence av ec la C oule a été classé réservoir biologique
dans le SDA GE Rhône Méditerranée et C orse.
40
40
Réserv oir biologique : l'Agence de l'E au Rhône M éditerranée précise que l’idée de proposer un réserv oir
biologique est, « à l'échelle d'un réseau hy drographique donné, […] de préserv er un linéaire dans une situation la
D ocument v alidé
190/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Les inv entaires de 2001 montraient ensuite dès l’entrée dans la plaine de Bièv re, aux points de
confluence de la C oule et de la Baïse av ec le Riv al et à l’av al de Marcilloles, que les peuplements de
truite fario observ és av aient fortement diminué par rapport à l’amont du Riv al et que des espèces de
seconde catégorie piscicole, chev aine, perche soleil, poisson chat, faisaient leur apparition. Les raisons
invoquées pour expliquer ces résultats étaient les perturbations du milieu aquatique sur ces secteurs :
-
chenalisation du lit du cours d’eau,
-
disparition de la ripisy lv e sur une majeure partie du linéaire du cours d’eau fav orisant une
forte température de l’eau en été,
-
qualité de l’eau passable à très mauv aise à l’av al des différents points de rejets
domestiques.
La reproduction de la truite fario sur ces secteurs était jugé impossible, du fait entre autres du
colmatage des fray ères par les matières organiques. Depuis 2001, l’état du Riv al ay ant peu évolué
(Gay env ironnement, 2008), on peut supposer que la qualité du peuplement piscicole a peu év olué
également. La suppression des rejets domestiques de la station d’épuration d’Izeaux-Sillans dans la
Coule pour laquelle une nouv elle STEP est en cours de construction av ec rejet par infiltration, des 2
STEP de St Siméon de Bressieux dans la Baïse et de la STEP du Riv al à La C ôte St A ndré dans le Riv al
(projet de construction d’une nouv elle STEP) devrait apporter une amélioration notable de la qualité
phy sico-chimique de l’eau.
A l’av al, dans l’O ron, grâce aux apports d’eau des résurgences de la nappe à Beaufort et à une
ripisy lv e plus préserv ée, le peuplement de poissons constaté en 2001 était en meilleur état qu’à
l’amont. De plus, au niv eau de Beaurepaire, le bon état de la population de truite fario peut
s’expliquer par une thermie fav orable, mais aussi par la réserv e de pêche et les aménagements
piscicoles réalisés par les A A PPMA .
Des espèces de seconde catégorie, aty piques de ces cours d’eau (carpe, gardon, perche commune,
perche soleil, sandre, rotengle) sont présentes à partir de la plaine, reflétant la présence des étangs
en amont.
Le Plan Départemental de Protection des milieux aquatiques et de Gestion des ressources piscicoles
(PDPG) de l’Isère programme 2002- 2007 indique que le Riv al, l’O ron et affluents sont potentiellement
parmi les « cours d’eau salmonicoles de plaine les plus productifs du département », mais du fait des
perturbations existant sur ce contexte piscicole, l’état piscicole y est dégradé.
3.3.2.
Les Orons, les Collières et affluents dans le département
de la Drôme
Le PDPG de la Drôme de 2004 a mis en év idence sur ces cours d’eau une population de truite fario
inférieure à celle estimée par la méthode théorique. C ette population de truite fario est soutenue par
les repeuplements effectués par les A A PPMA gestionnaires. Les principales perturbations sont liées
aux modifications phy siques des cours d’eau (rectification et recalibrage, enfoncement du lit, etc.), au
manque d’eau (pour le Vieil O ron, assecs provoqués par des manipulations de v annes) et à la
mauv aise qualité de l’eau (rejets domestiques, industriels et des piscicultures ; pollutions diffuses).
Des espèces aty piques, telle que la perche soleil, indiquent l’influence des étangs.
Le potentiel piscicole de ce secteur est très fort du fait du réseau hydrographique complexe et de
l’alimentation par les résurgences de nappe à Manthes, dont les eaux sont fraîches et claires.
C ependant la qualité de l’eau est rapidement altérée après les résurgences par les rejets des
piscicultures et des stations d’épurations.
plus proche de sa situation naturelle pour offrir aux peuplements (piscicoles notamment) la possibilité de se
rev italiser, se régénérer, se reconstituer après un épisode hydrologique difficile notamment ».
D ocument v alidé
191/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Le cours d’eau La Vauv erière a été classée réservoir biologique
Méditerranée et C orse 2010.
3.3.3.
40
dans le SDA GE Rhône
Le Régrimay et affluents
Le PDPG de la Drôme de 2004 indique que le contexte piscicole naturel du Régrimay est très bon,
malgré quelques perturbations liées aux rejets de la STEP de Lens-Lestang, pour laquelle un projet de
reconstruction est en cours, à une artificialisation du lit du cours d’eau à l’av al de Lens-Lestang et à la
forte présence de la Renouée du Japon, espèce inv asiv e. Le ruisseau du Régrimay a été classé
réservoir biologique40 dans le SDAGE Rhône Méditerranée et C orse 2010.
3.3.4.
Le Dolon et affluents
Sur le bassin v ersant du Dolon, le PDPG de l’Isère de 2002 signale des déficits importants des
populations piscicoles, et notamment de la truite fario, liés particulièrement à la faiblesse chronique
des débits à l’étiage des cours d’eau de ce bassin v ersant et à la dégradation phy sique du Dolon
(extraction de matériaux).
3.3.5.
Le Barbaillon et les Eydoches
C es deux cours d’eau ont la caractéristique de s’infiltrer totalement. Dans le PDPG de l’Isère, le
contexte piscicole du Barbaillon et des Ey doches est considéré comme perturbé. C elui du Barbaillon
est dégradé par les rejets de l’usine d’impression sur étoffe du Grand Lemps. La nouv elle STEP de
l’usine mise en serv ice en 2008 dev rait permettre en partie d’améliorer cette situation.
3.3.6.
Le Bancel et affluents
Le PDPG de la Drôme de 2004 a mis en év idence sur ce secteur que les nombreux aménagements
hydrauliques réalisés dans le passé et la ripisy lv e dégradée limitent les habitats fav orables à la truite
fario. Mais globalement le contexte piscicole du Bancel et de ses affluents est un des moins dégradés
du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire. Dans la partie av al du cours d’eau, le peuplement de truite
fario est soutenu par repeuplement.
D ocument v alidé
192/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
3.3.7. Les enjeux - qualité piscicole
L’état piscicole rappelé ci-dessus constitue l’état connu à partir des données existantes mais il ne
reflète en aucun cas l’état de référence piscicole que l’on pourrait escompter dans le cas d’un état du
milieu non influencé par des activ ités anthropiques.
Les zones amont des différents cours d’eau restent de bonne qualité piscicole. La persistance de
populations importantes de truite fario sur les secteurs les plus préserv és montre le fort potentiel
piscicole naturel des cours d’eau de Bièv re Liers Valloire. Les données existantes et les PDPG de la
Drôme et de l’Isère indiquent que, dès l’entrée des zones où l’anthropisation est marquée, les
peuplements piscicoles sont dans la grande majorité perturbés. C e constat s’explique par le
croisement de plusieurs facteurs :
-
La dégradation phy sique de certains tronçons de cours d’eau par chenalisation, disparition
de la ripisy lv e, aménagements div ers (seuils, extraction de matériaux, protection
hydraulique, etc.) av ec pour conséquence la dégradation forte voire la disparition des
abris et des habitats piscicoles,
-
La mauv aise qualité de l’eau liée aux pollutions diffuses, aux rejets domestiques,
industriels et des piscicultures, à la température excessiv e en été sur les tronçons sans
ripisy lv e,
-
La diminution des débits, notamment d’étiage, par dériv ations et pompages,
-
La présence d’étangs, entraînant la présence d’espèces aty piques (carpes, perches,
poissons chat) dans les cours d’eau, un réchauffement des eaux et un apport de matières
en suspension lorsque les étangs sont v idangés.
La prise en compte de l’ensemble de ces facteurs est nécessaire pour retrouv er une bonne qualité
piscicole des cous d’eau du bassin Bièv re Liers Valloire.
A signaler que la Loi sur l’Eau et les Milieux A quatiques du 30 décembre 2006 a prév u la délimitation
des fray ères, des zones de croissance et d’alimentation de la faune piscicole sur les cours d’eau.
L’inv entaire dev ra être établi au plus tard le 30 juin 2012. Il serv ira à prév enir la destruction des
fray ères dans le cadre de la nomenclature des Installations, O uv rages, Trav aux et A ménagement
(IOTA ) concernés par la législation sur l’eau.
D ocument v alidé
193/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
3.4. Diagnostic - valeurs patrimoniale,
fonctionnelle des milieux aquatiques
paysagère
et
Les caractéristiques morphologiques des milieux aquatiques se sont progressiv ement dégradées av ec :
les trav aux hydrauliques : remblaiement, rectification, recalibrage, endiguement,
l’intensification agricole (disparition des ripisy lv es et haies en bord de cours d’eau, pollutions
diffuses),
le dév eloppement sur les berges de plantations de peupliers et de robiniers et de plantes
inv asiv es (Renouée du Japon, robiniers).
La dégradation morphologique des cours d’eau a des conséquences directes sur la v isibilité des
milieux aquatiques dans le pay sage et sur leur qualité phy sico-chimique, biologique, et piscicole en
particulier. C ette problématique a été identifiée dans le programme de mesures du SDA GE Rhône
Méditerranée comme prioritaire à traiter pour l’atteinte du bon état. La C LE devra trav ailler sur des
pistes d’actions et des préconisations pour la restauration et la gestion phy sique des cours d’eau. Le
diagnostic du fonctionnement hydro morphologique de certains cours d’eau a déjà été réalisé (Dolure,
Dolon,…), il serait souhaitable de le faire également sur d’autres sous bassins v ersants (Riv al,…). Un
diagnostic général des altérations phy siques pourrait également être env isagé.
L’étude de C oncept Cours d’Eau de 2001 concluait que les enjeux d’une gestion globale des berges sur
le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire relev aient plutôt d’enjeux environnementa ux av ec la
préserv ation des cordons boisés le long des cours d’eau et la lutte contre la Renouée du japon que
d’enjeux hydrauliques. L’étude de qualité des cours d’eau (Gay env ironnement, 2008) concluait
également dans ce sens en préconisant de réhabiliter la ripisy lv e aussi bien en termes d’extension que
de div ersité et d’améliorer la qualité des habitats phy siques (par exemple en augmentant les capacités
de mobilité du lit des cours d’eau) dans le but de renforcer le pouvoir de récupération des cours d’eau
et de rendre les conditions biologiques plus fav orables. La question de l’entretien des cours d’eau,
comme celui des risques hydrauliques, conv iendrait d’être posée de façon cohérente à l’échelle du
bassin.
C ependant, « l’amélioration de l’état [des milieux aquatiques] passe par une évolution de leur
perception [par l’ensemble des acteurs du bassin v ersant] et des pratiques actuelles : les cours
d’eau ne doiv ent plus être perçus seulement du point de vue « hydraulique » mais doiv ent aussi être
reconnus comme un élément essentiel du paysage et du patrimoine naturel » (C oncept C ours
d’Eau, 2001). C ette év olution de la perception est également nécessaire v is-à-v is des zones humides.
Les rôles des zones humides sont connus de façon « théorique ». Une des pistes de trav ail de la C LE
pourrait être de parfaire la connaissance du rôle fonctionnel de certaines zones humides du bassin
v ersant en lien av ec les autres problématiques : qualité des eaux, effet tampon lors des crues, soutien
d’étiage,… afin d’identifier les zones humides à préserv er de façon prioritaire, ou à restaurer, pour
lesquelles une amélioration de leur fonctionnement serait av antageux, etc. La C LE a un rôle essentiel
à jouer dans la prise en considération de ces milieux humides dans l’aménagement du territoire sur le
bassin v ersant.
La qualité piscicole est déterminante pour la fréquentation des cours d’eau pour la pêche qui est
quasiment le seul usage récréatif en lien av ec les milieux aquatiques existant sur le bassin Bièv re Liers
Valloire. La qualité piscicole est un bon indicateur de l’ensemble des perturbations existant sur le
bassin : dégradation des habitats par artificialisation des cours d’eau, suppression des ripisy lv es ;
mauv aise qualité de l’eau ; faiblesse des débits… Pour restaurer le peuplement piscicole, il s’agira
d’améliorer ces différents facteurs déjà év oqués dans les chapitres précédents.
Les milieux aquatiques, par la qualité de leur eau, par les espèces faunistiques et floristiques qui leur
sont associées et par leur intégration pay sagère participent à la qualité env ironnementale du cadre de
v ie des habitants de Bièv re Liers Valloire. Ils peuv ent être un atout pour dév elopper une fréquentation
adaptée au territoire pour des activ ités de promenade et de découv erte de l’env ironnement comme
cela existe déjà pour les zones humides les plus connues (étang du Grand Lemps, tourbières, ENS des
C ressonnières).
D ocument v alidé
195/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
4. Les risques naturels liés à l’eau
Un risque résulte de la conjonction d’un aléa et d’un enjeu. L’aléa est le potentiel de destruction
d’un phénomène naturel ou technologique et l’enjeu représente la v aleur de ce qui est exposé à l’aléa.
Le risque est d’autant plus fort que l’aléa est exceptionnel (exemple d’une crue centennale) et que
l’enjeu est important (exemple des zones habitées).
Le fonctionnement hydrologique général du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire est difficile à
appréhender. On peut cependant identifier deux grands types de fonctionnement en crue en fonction
de la localisation des cours d’eau :
- les v ersants des massifs de C hambaran et de Bonnev aux, et dans une moindre mesure de
la C olline du Banchet, génèrent des crues rapides et pour certains torrents, celles-ci
peuv ent être accompagnées d’un important charriage de matériaux,
- les plaines, du fait des sols très filtrants, ont la capacité d’infiltrer une grande part des
ruissellements. De plus, il existe de grandes zones d’expansion de crues. Les crues faibles
et moy ennes sont donc très amorties par ces phénomènes. En rev anche, des év énements
pluv ieux importants et longs génèrent des crues de fréquence rare dès lors que la
saturation en eau des sols est atteinte.
4.1. L’aléa inondation
Les crues importantes récentes sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire ont eu lieu en 1946, 1988,
1993 et 2002. O n peut considérer que ces crues étaient généralisées à l’ensemble du bassin v ersant.
C ependant une crue estimée de fréquence centennale à Beaurepaire peut ne pas être de fréquence
centennale sur l’amont du bassin v ersant. De même on peut avoir des év énements pluv ieux très
localisés générant une crue seulement sur un sous bassin v ersant sans que cela se traduise à
l’ensemble du bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (ex : en mai 1999, év énement orageux av ec
inondation et coulées de boue sur le bassin v ersant de la Rav ageuse, Izeaux, St Paul d’Izeaux).
L’ensemble des sous bassins v ersants de Bièv re Liers Valloire a fait l’objet d’études hydrauliques plus
ou moins précises en fonction des connaissances et des enjeux. L’aléa inondation, dans une situation
théorique de crue centennale généralisée sur le bassin v ersant, a été déterminé et cartographié
récemment pour les sous-bassins v ersants du Riv al (Sogreah pour la DDE Isère, 2006) et du Dolure
(Burgeap pour la CC RV, 2007). Une étude de même nature a démarré en 2010 sur le territoire de la
Communauté de C ommunes Rhône Valloire. Elle concerne les cours d’eau l’O ron, les Veuzes, les
Collières et leurs affluents (Dolure exclu) et le Bancel et ses affluents.
Les analy ses hy drauliques des crues, notamment de 1988 et 1993 (Sogreah, 2000 ; Lefort, 1996), ont
mis en év idence la v aste étendue de la zone inondable qui touche, entre autres, des zones urbaines
situées en plaine (Brézins, Marcilloles, St Barthélemy , Beaurepaire, Manthes, Epinouze, Anney ron, St
Rambert d’A lbon,…) et en limite de coteaux (Izeaux, Sillans, Saint Étienne de St Geoirs, St Siméon de
Bressieux, Sardieu, A lbon, St Sorlin en Valloire).
Les sols des plaines sont généralement fav orables à l’infiltration des eaux de crue. C e phénomène
couplé aux surfaces importantes d’expansion de crue permet d’écrêter les pics de crue et de diminuer
les v olumes écoulés. L es zones concernées se situent notamment dans les basses terrasses le long du
Riv al de part et d’autre en amont de Beaufort et dans la V alloire entre St Sorlin en Valloire et C oinaud
à A nneyron (SRA E, 1981) (cf. carte 1.21). De ce fait dans les plaines, l’aléa v a de faible à moy en, sauf
à proximité immédiate du cours d’eau ou derrière un ouvrage, ty pe digue. En effet la hauteur d’eau et
la v itesse de l’eau des les zones d’expansion restent relativ ement modérées.
Sur les v ersants, les cours d’eau et torrents réagissent différemment par rapport aux cours d’eau de
plaine. La v itesse des crues est plus élev ée du fait des plus fortes pentes des cours d’eau et du
ruissellement plus important. Les phénomènes de crue s’accompagnent aussi fréquemment de
charriage de matériaux : cas de beaucoup de combes et de cours d’eau des v ersants des C hambaran
et des Bonnev aux (exemple sur les communes de Marnans, Semons, Lentiol, A lbon) (cf. carte 1.21).
D ocument v alidé
197/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
4.2. Le risque inondation
Les risques inondation concernent, en termes de surfaces impactées, plus particulièrement les zones
situées en plaine, depuis Saint Siméon de Bressieux jusqu’au Rhône. Ils sont liés notamment aux
cours d’eau le Riv al, l’O ron et les C ollières.
La majorité des zones urbaines sont en partie protégées contre les inondations. Les différentes études
hydrauliques menées font cependant apparaître des zones à enjeux forts sous protégées : La Frette,
St Etienne de St Geoirs, Brézins (en cours de résolution par projet de bassin de rétention en amont de
la commune), ZI du Riv al à la C ôte St A ndré, Marcilloles dont l’état des digues est très dégradé, St
Barthélemy dont les digues du Suzon sont en mauv ais état, Beaurepaire, où des aménagements
hydrauliques conséquents ont été effectués, mais l’ensemble des trav aux hydrauliques prescrits par
les bureaux d’études n’ay ant pas été réalisés, il subsiste un doute sur la protection totale du quartier
de la Gare à Beaurepaire en cas de crue centennale (Sogreah, 2006 et 2009). L’étude d’aléa qui v a
démarrer sur le territoire de la Communauté de Communes Rhône Valloire dev rait apporter des
informations de même nature sur la partie drômoise du périmètre du SA GE.
4.2.1.
Les facteurs d’aggravation du risque inondation
L’aggrav ation des risques naturels liés à l’eau peut prov enir d’une augmentation :
- de l’aléa,
- des enjeux, c'est-à-dire des biens exposés (constructions, entreprises ou cultures à haute
v aleur ajoutée réalisées dans des zones sensibles).
Dès 1981, l’étude du SRAE menée sur le bassin v ersant de Bièv re Liers Valloire mettait en av ant une
plus grande fréquence des phénomènes de débordements de certains cours d’eau dans des secteurs
bien identifiés.
C ertains facteurs d’explication de l’augmentation de l’aléa av ancés à cette époque peuv ent être encore
considérés comme d’actualité :
-
L’augmentation du ruissellement liée au changement d’occupation du sol :
o
L’agriculture a évolué v ers des pratiques plus intensiv es et a procédé à des
remembrements (ex. : remplacement de prairies, qui peuv ent retenir l’eau, par des
grandes cultures).
o
L’imperméabilisation des sols s’est accrue par l’urbanisation en lien av ec
l’augmentation démographique importante sur le territoire et le dév eloppement des
zones d’activ ités, parfois sur des zones en pente. Le traitement des eaux pluv iales est
par ailleurs très hétérogène et est rarement traité de façon globale.
-
La diminution de l’infiltration par le changement d’occupation du sol : imperméabilisation
notamment des zones d’expansion naturelle de crue,
-
L’état du réseau hy drographique, dégradé sur certains tronçons, qui ne permet plus de
bonnes conditions « naturelles » d’écoulement des eaux : manque d’entretien des
berges, artificialisation des lits des cours d’eau (curage, recalibrage, enrochements),
espace de liberté réduit, abandon des anciens réseaux d’irrigation grav itaire et de leurs
aménagements hydrauliques (v annes, seuils) qui peuv ent constituer des freins à
l’écoulement. L’artificialisation des cours d’eau a conduit également à concentrer les
écoulements en des points bien précis (ouv rages d’art) et à les rendre plus v ulnérables.
Sur certaines zones inondables, les enjeux agricoles sont également dev enus plus forts par le
changement des cultures implantées en bordure des cours d’eau. A utrefois il s’agissait principalement
de prairies ; aujourd’hui ce sont des cultures à forte v aleur ajoutée (maïs, maraîchage) pour lesquelles
la tolérance aux crues est moins grande que pour les prairies. C ela peut expliquer aussi la mise en
place progressiv e de lev és de terre en bordure de cours d’eau.
D ocument v alidé
198/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
C ertains aménagements, fonctionnant mal ou en mauv ais état, peuv ent également aggrav er les
risques inondation. Sur Bièv re Liers Valloire c’est le cas de quelques digues et ouv rages :
-
L’état des digues a été diagnostiqué sur les bassins v ersants du Riv al (Sogreah, 2006) et
du Dolure (Burgeap, 2006). Plusieurs tronçons de digue sont jugés en mauv ais état par
les études hy drauliques : digues du Riv al à Marcilloles, du Suzon à St Barthélemy , de l’av al
du Dolure. Lors d’un év énement hydrologique exceptionnel, une digue en mauv ais état
peut potentiellement av oir une brèche ou se rompre en tout point du linéaire de la digue.
-
Pour les ouv rages, ce sont principalement des phénomènes d’érosion localisés dans le lit
des cours d’eau liés à des ouv rages abandonnés et/ou très dégradés qui ont été mis en
év idence par l’étude de gestion des boisements de berge (C oncept C ours d’Eau, 2001) :
exemples des seuils d’un ancien moulin sur la Baïse, d’un petit barrage sur la Pérouse en
av al de Viriv ille qui jouent un rôle important dans la stabilité du lit du cours d’eau. Par
ailleurs, ces ouvrages sur les cours d’eau peuv ent être facilement obstrués lors des crues
par des corps flottants.
4.2.2.
Les aménagements contre le risque inondation
Dans un premier temps, les protections contre les crues ont été réalisées à trav ers des projets
d’aménagement hy draulique à moy en gabarit de la partie médiane du bassin v ersant Bièv re Liers
Valloire entre 1983 et 1996, afin de protéger Beaurepaire et Saint Barthélemy et de créer une zone de
rétention des crues à l’av al de Beaurepaire pour protéger le département de la Drôme. Les
aménagements effectués ont consisté essentiellement à recalibrer les cours d’eau à proximité des
zones habitées les plus v ulnérables et à fav oriser l’infiltration des eaux de crue en amont. Les
aménagements hy drauliques réalisés ont donc un degré de protection locale inférieur à la crue
centennale, hormis les aménagements réalisés dans les années 2000 pour protéger la v ille de
Beaurepaire. C e choix s’explique par le fait que des aménagements hy drauliques de degré de
protection centennale seraient lourds, coûteux et av ec un impact pay sager fort (endiguement partiel
ou total des zones urbaines) et auraient nécessité un entretien important. On dénombre env iron une
quinzaine d’aménagements hy drauliques conséquents sur le bassin v ersant Bièv re Liers Valloire (cf.
carte 1.21).
Le ty pe d’aménagements hydrauliques réalisés ou programmés dépend du fonctionnement du sous
bassin v ersant : en plaine, les aménagements proposés v isent à retenir v oire infiltrer l’eau (bassins de
rétention av ec v idange par infiltration des Eydoches, du Poipon, etc.). Sur les coteaux, les
aménagements sont plus modestes et ont pour objectif d’écrêter les crues et de piéger les matériaux
charriés (plage de dépôts du Suzon). De plus sur ces cours d’eau de v ersants et torrents, les pointes
de crue sont souv ent décalées par rapport à celles des cours d’eau en plaine (réaction plus rapide des
v ersants) et les aménagements hy drauliques doiv ent donc v eiller à ne pas rendre concomitantes les
pointes de crue pour ne pas aggrav er la situation en av al dans les plaines.
Il faut noter également que pour év iter les inconv énients des petites crues fréquentes, des lev és de
terre ou merlons ont été érigés en bord de cours d’eau dans les zones agricoles en particulier. Ils
empêchent le débordement des eaux des petites crues et donc leur infiltration.
Les aménagements hy drauliques ne doiv ent cependant pas effacer de la mémoire des habitants que
des inondations sont possibles dans certaines zones du territoire. Ils sont destinés à prév enir et
protéger des crues de fréquence rare. Ils ne doiv ent en aucun cas permettre de requalifier en zones
constructibles des zones inconstructibles actuellement du fait du risque inondation.
4.3. Les risques torrentiel et de glissements de terrain
D’autres risques naturels liés à l’eau mais également à la nature des terrains, tels que le risque
torrentiel et les glissements de terrain, affectent également certaines communes du territoire du SA GE
BLV. C es dernières font l’objet d’analy ses « enjeux risques » par le serv ice Restauration des Terrains
en Montagne (RTM) pour la partie iséroise du périmètre du SA GE (cf. carte 1.21).
D ocument v alidé
199/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
L’ensemble des communes concernées par ce ty pe de risques naturels sont localisées sur les bordures
des massifs des Bonnev aux et des C hambaran et sur la colline du Banchet. La couv erture du territoire
Bièv re Liers Valloire par les cartes « enjeux risques » n’est pas homogène. Les risques sur certaines
communes, par exemple de la C olline du Banchet, n’ont pas été cartographiés. C e n’est donc pas
parce qu’il n’existe pas actuellement de carte d’analy ses « enjeux risques » ou multirisques qu’il
n’existe pas de risque torrentiel ou de glissement de terrain.
Le risque torrentiel sur Bièv re Liers Valloire s’accompagne généralement de transport solide de
matériaux grossiers (galets). C ela concerne essentiellement les cours d’eau en riv e gauche du Riv al,
de l’O ron et des C ollières qui prennent leur source dans les v ersants des C hambaran où des éléments
sont mobilisables –Rav ageuse, Pérouse, Lentiol, amont du Bancel -, le Suzon, en riv e droite du Riv al
et le Dolon. C es cours d’eau présentent des pentes fortes dans leur partie amont, ce qui entraîne un
charriage de matériaux ; lorsque la pente dev ient plus faible, les cours d’eau ou torrents déposent les
éléments charriés. Par exemple, lors de la crue de 1993, le charriage de matériaux par le Suzon,
3
év alué à 5 000 m (Sogreah, 1996), av ait formé une rehausse du fond du lit d’1 mètre. Torrent très
particulier, la Pérouse a son lit 1 m au-dessus du terrain naturel une fois arriv é dans la plaine.
La charge solide transportée par un cours d’eau fait partie de sa dy namique et ne traduit
généralement pas un dy sfonctionnement. Les matériaux déposés par une crue peuv ent être repris par
la crue suiv ante. C e phénomène naturel participe à l’équilibre morphody namique du cours d’eau. Les
recommandations générales pour ce ty pe de cours d’eau sont de pratiquer des curages d’entretien
localisés aux seules zones posant réellement un problème et v isant à rétablir la situation antérieure à
l’apport de matériaux par une crue et de préserv er les espaces de div agation naturelle sur lesquels les
cours d’eau pourront déposer ces matériaux (Concept C ours d’Eau, 2001). Les curages sy stématiques
et répétés sont à év iter car ils peuv ent aboutir à un déficit en matériaux et à des phénomènes
d’érosion régressiv e tout aussi problématiques.
4.4. La prise en compte des risques naturels liés à l’eau
Il existe au niv eau régional Rhône-A lpes un atlas des zones inondables pour les sous bassins v ersants
du Bancel, de l’A rgentelle et du Dolon fondé sur les tracés des crues de 1988 et 1993. C et atlas n’a
aucune v aleur réglementaire mais est un document de connaissance et permet un affichage des
phénomènes d’inondation. Les études menées plus récemment ont pu actualiser et préciser les tracés.
Trois communes du périmètre du SA GE disposent d’un Plan de Prév ention des Risques Inondation
(PPRI) approuv é : St Rambert d’A lbon pour le Rhône, l’O ron et les C ollières (2001), Sablons pour le
Rhône et le Dolon (2009) et Tullins pour l’Isère. Les communes d’A ndancette et de L av ey ron
disposent chacune d’un Plan des Surfaces Submersibles (PSS) datant de 1981 concernant les
inondations par le Rhône.
Par ailleurs, 20 communes du périmètre du SAGE, toutes situées sur le département de l’Isère,
disposent d’une carte aléas multirisques. Les connaissances relativ es aux risques naturels, inondation,
glissements de terrains, risque torrentiel, sont prises en compte dans les documents d’urbanisme. Les
cartes d’aléa sont établies préalablement au zonage réglementaire. Mais elles peuv ent être
directement transcrites dans un plan local d’urbanisme (PLU) ou un plan d'occupation des sols (PO S)
ou utilisée pour l'instruction des dossiers d'urbanisme : certificat d’urbanisme et permis de C onstruire
(art. R. 111. 2 du Code de l'Urbanisme). Sur la partie drômoise du périmètre du SA GE, une carte d’aléa
est en cours de constitution pour les communes de la C ommunauté de Communes Rhône Valloire
concernées par les cours d’eau O ron, Veuzes, Collières et Bancel.
D ocument v alidé
200/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
4.5. Diagnostic - risques naturels liés à l’eau
L’importance des infiltrations dans les plaines du bassin Bièv re Liers Valloire réduit fortement les
débits de pointe des crues courantes des principaux cours d’eau. C ependant, en cas d’év énement
pluv ieux exceptionnel et après saturation en eau des sols, les crues du bassin v ersant peuv ent être
extrêmement fortes. Les zones urbanisées et les zones d’activ ités économiques peuv ent être inondées
dès le centre de la plaine de la Bièv re, même si la majorité des secteurs bâtis se situe en zone d’aléa
faible. Les dégâts causés dans les zones de relief peuv ent être également conséquents du fait du
charriage de matériaux dans les combes.
Les crues font cependant partie intégrante de la dynamique des cours d’eau. Il est nécessaire
d’accepter de « v iv re av ec » les cours d’eau. Les zones habitées doiv ent être protégées, mais les
documents d’urbanisme doiv ent tenir compte des secteurs impropres à la construction du fait des
risques liés aux inondations et év iter d’accroître la v ulnérabilité des secteurs inondés. Parmi les zones
non habitées, dans lesquelles des débordements se produisent, il serait souhaitable d’identifier celles
qui peuv ent supporter épisodiquement des périodes d’inondation av ec une moindre gêne (forte
perméabilité des sols et donc ressuy age rapide). Par ailleurs, le dév eloppement de l’urbanisation en
fav orisant le ruissellement peut av oir des incidences sur les phénomènes d’inondation en av al.
Un év énement d’ampleur supérieure à ceux pour lesquels les aménagements hy drauliques existants
ont pu être dimensionnés est toujours susceptible de se produire.
Les interv entions pour lutter contre le ruissellement et les inondations doiv ent être env isagées non
pas à une échelle locale, mais à l’échelle d’un sous bassin v ersant v oire du bassin v ersant Bièv re Liers
Valloire tout entier, du fait des conséquences possibles sur l’av al des aménagements réalisés à
l’amont. A ctuellement il existe 3 maîtres d’ouv rage ay ant la compétence hy draulique sur le bassin
Bièv re Liers Valloire : le Sy ndicat Intercommunal d’A ménagement Hy draulique de Bièv re Liers Valloire
(SIA H BLV) dont le territoire englobe les sous bassins v ersants du Liers et du Riv al-Oron sur le
département de l’Isère, le Sy ndicat Intercommunal du Lambroz et des Gouttes qui couv re une partie
du sous bassin v ersant du Dolon et la C ommunauté de C ommunes Rhône Valloire qui gère les aspects
hydrauliques des cours d’eau Oron-Collières-Veuzes, Bancel et leurs affluents sur le département de la
Drôme. Par rapport aux 2 sy ndicats, la C ommunauté de C ommunes Rhône Valloire a en plus la
compétence entretien de cours d’eau. L’approche hydraulique à l'échelle du bassin v ersant nécessite
une coordination des différents maîtres d'ouvrage chargés d'aménagement hy draulique dans un esprit
de solidarité amont-av al, en particulier pour le SIAH BLV et la Communauté de Communes Rhône
Valloire.
Les aménagements hy drauliques futurs dev ront bien prendre en compte les aspects hy drogéologiques
afin de ne pas créer de déséquilibre quantitatif de la nappe, qui pourrait se répercuter sur le réseau
hydrographique de surface en lien av ec les résurgences de nappe et sur les différents usagers de l’eau
du bassin v ersant. Il faut donc maintenir les zones d’expansion de crue existantes, v oire en améliorer
le fonctionnement par des aménagements appropriés, et en reconquérir certaines. C es aménagements
seront d’autant plus bénéfiques pour la protection contre les inondations et la recharge de la nappe
qu’ils seront réalisés en amont des sous-bassins v ersants.
Les aménagements hy drauliques de rétention et d’infiltration des eaux de ruissellement dev ront
également prendre en compte les aspects qualitatifs et pourquoi pas intégrer des dispositifs
concourant à améliorer la qualité des eaux à infiltrer : décantation pour piéger les matières en
suspension et év iter le colmatage, plantation d’espèces v égétales ay ant des capacités de dépollution,
etc.
Les réflexions de la C LE pourraient concerner les questions de cohérence entre occupation du
territoire et maîtrise des risques hy drauliques pour préserv er les zones d’expansion de crue et
d’espace de liberté des cours d’eau, év iter une augmentation de la v ulnérabilité ; la sensibilisation des
élus aux conséquences de l’urbanisation en termes de gestion des eaux pluv iales et de ruissellement.
D ocument v alidé
201/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Partie IV
****
Diagnostic
1. Diagnostic global
En préambule, sont rappelés les éléments de diagnostic présents dans le SDA GE Rhône Méditerranée
et le programme de mesures relatifs au bassin v ersant Bièv re Liers Valloire.
-
pollutions d’origine domestique et industrielle hors substances dangereuses ;
-
pollutions d’origine agricole (azote, phosphore et matières organiques),
-
bassin v ersant prioritaire v is-à-v is de la pollution par les nitrates,
-
bassin v ersant prioritaire v is-à-v is de la pollution par les pesticides,
-
-
nappe des alluv ions fluv io-glaciaires et nappe de la molasse sous-jacente identifiées comme
ressources majeures à préserv er pour l’alimentation en eau potable, dans lesquelles il faudra
identifier les zones à préserv er de façon prioritaire,
bassin v ersant et nappe des alluv ions nécessitant des actions relativ es à l’équilibre quantitatif,
bassin v ersant nécessitant des actions relativ es à la restauration du transit sédimentaire et à
la restauration phy sique.
La nappe des alluv ions fluv io-glaciaires de Bièv re Liers Valloire constitue un élément déterminant de
ce territoire. La majorité des besoins en eau en est dépendante : distribution publique d’eau, activ ités
économiques telles que l’industrie, l’agriculture, la pisciculture… La nappe des alluv ions recouv re une
seconde nappe, la nappe de la molasse miocène, qui s’étend bien au-delà du bassin v ersant Bièv re
Liers Valloire. C elle-ci est actuellement peu utilisée sur le périmètre du SA GE.
Le réseau hy drographique de Bièvre Liers Valloire est réduit. Il est constitué schématiquement au
nord-est par des cours d’eau s’infiltrant totalement dans la nappe des alluv ions, au sud-est par un
cours d’eau principal Le Riv al et ses affluents qui est grossi à l’av al du bassin par des cours d’eau issus
des résurgences de la nappe.
L’occupation du territoire est marquée par la forte prédominance des terres agricoles av ec dans les
plaines une céréaliculture intensiv e. L’urbanisation s’est fortement dév eloppée depuis une dizaine
d’années aux extrémités est et ouest du bassin et le long des infrastructures routières.
Le diagnostic global qu’il est possible d’apporter à partir des connaissances actuelles est le suiv ant :
En termes quantitatifs, en année moy enne, les besoins en eau des usages sont satisfaits, en grande
majorité à partir des prélèv ements dans les eaux souterraines de la nappe des alluv ions. La nappe de
la molasse est très peu sollicitée.
Il existe cependant des risques de surexploitation de la nappe des alluv ions :
o localisés et centrés sur la période estiv ale en av al du bassin v ersant pour les eaux
superficielles et souterraines et sur le cours d’eau le Riv al,
o pendant l’été suiv ant un déficit de recharge de la nappe des alluv ions en automne et en hiv er,
soit du fait d’une recharge extrêmement faible, soit par la succession pendant plusieurs
années de recharges faiblement déficitaires.
Pour les milieux très particuliers que sont les zones humides alimentées en eau par les résurgences de
nappe telles que les sources de l’O ron et des Veuzes, les baisses des niv eaux de nappe en période
D ocument v alidé
203/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
d’étiage conduisent parfois au tarissement des sources et à l’assèchement de ces zones humides. Les
prélèv ements en nappe accentuent encore ces phénomènes, en particulier les prélèv ements effectués
à proximité pour l’irrigation agricole, les piscicultures, les captages d’eau potable.
Les cours d’eau du bassin sont également très sensibles en période d’étiage. Un soutien d’étiage,
apporté par les rejets en cours d’eau des stations d’épuration et surtout des piscicultures sur l’av al du
bassin, augmente de façon artificielle les débits estiv aux, sans pour autant supprimer les assecs sur
certains tronçons.
Les faibles débits des cours d’eau amènent ainsi à parler de leur sensibilité v is-à-v is des rejets. Le
constat de la piètre qualité des cours d’eau est fait sur quasiment l’ensemble du bassin. La qualité des
cours d’eau a peu év olué en 10 ans sauf à l’av al des agglomérations ou des industries qui ont modifié
leur dispositif d’assainissement (ex emple : déplacement du rejet pour Anney ron, nouv elle STEP plus
performante pour Beaurepaire) et dans la mesure où des écarts de collecte ne v iennent pas en
occulter tout le bénéfice. Par ailleurs, la dégradation phy sique des cours d’eau limite leurs capacités
d’absorption des pollutions et d’auto-épuration, qui leur permettraient de transformer et d’éliminer
certaines pollutions, essentiellement organiques, qui leur sont apportées.
Du fait de sa perméabilité et qu’elle n’a pas de protection, la nappe des alluv ions est très v ulnérable
aux pollutions. Le constat de la mauv aise qualité actuelle de la nappe Bièv re Liers Valloire pose le
problème de son usage pour la distribution publique d’eau et dans les process agroalimentaires, …
Comme pour les cours d’eau, la qualité des eaux souterraines de la nappe Bièv re Liers Valloire semble
av oir peu év olué en 10 ans, même si une très légère amélioration est observ ée pour les nitrates en
particulier à l’av al du bassin. La présence de pesticides, majoritairement atrazine et ses dériv és, est le
paramètre déclassant pour la nappe au regard des critères fixés par la Directiv e C adre européenne sur
l’Eau. La reconquête de la qualité des eaux souterraines pour atteindre l’objectif de bon état en 2021
est donc un v éritable défi. L a qualité de la nappe de la molasse est moins bien connue. Généralement
de meilleure qualité que la nappe des alluv ions, la nappe de la molasse montre une tendance à la
dégradation dans les zones de pompage de cette nappe, par transfert des polluants de la nappe des
alluv ions.
Malgré les différents aménagements effectués, les risques hy drauliques restent importants. C ertaines
agglomérations dans les plaines en particulier sont insuffisamment protégées contre les crues. Les
risques torrentiels sur les reliefs provoquent de gros dégâts très localisés. Les solutions
d’aménagement hy draulique sont extrêmement coûteuses pour les collectiv ités locales. Les risques
hydrauliques élargis à la gestion des eaux pluv iales et de ruissellement doiv ent être mieux pris en
compte dans l’aménagement du territoire, en laissant notamment des espaces suffisants pour
l’infiltration des eaux pluv iales et des eaux de crue et en tenant compte des conséquences des
imperméabilisations sur le ruissellement et les écoulements av al. Par ailleurs, un trav ail concomitant
de restauration dev ra interv enir sur les milieux aquatiques – cours d’eau et zones humides – qui ont
été très fortement modifiés et artificialisés. O utre le fait que cette restauration concourra à la
résolution des problèmes de qualité des cours d’eau, de qualité des peuplements piscicoles et de
qualité pay sagère, elle permettra d’av oir un effet de frein sur les écoulements.
En conclusion, la gestion de l’eau sur le bassin v ersant nécessitera d’av oir une v ision globale du
fonctionnement des milieux aquatiques. Les eaux superficielles, les zones humides et les eaux
souterraines sont en effet intimement liées. Généralement jusqu’à présent, la relation aux milieux
aquatiques a été de les contraindre dans leur fonctionnement pour les adapter aux besoins locaux
(artificialisation des cours d’eau pour faciliter les écoulements et se protéger des inondations,
remblaiement des zones humides pour utiliser ces surfaces, milieux aquatiques réceptionnant
différents rejets, etc.). Malheureusement à force de contraintes dans leur fonctionnement, les milieux
aquatiques ont perdu de leurs capacités d’adaptation et de récupération naturelles.
A u v u de ce constat, le dév eloppement économique et urbain du territoire et l’atteinte du bon état
imposé par la DC E pour les eaux superficielles et souterraines amènent donc à des objectifs sur :
D ocument v alidé
204/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
-
-
-
SAGE Bièv re Liers Valloire
les capacités du milieu à fournir une eau conforme aux besoins, en particulier pour la distribution
publique d’eau,
la restauration de la qualité des eaux souterraines et superficielles av ec notamment des
traitements de rejets plus poussés pour les pollutions domestiques et industrielles et une
réduction significativ e de la pollution par les pesticides et les nitrates,
les capacités des milieux aquatiques à accepter de nouv eaux rejets sans se dégrader dav antage,
le potentiel du milieu pour fournir suffisamment d’eau aux différents usages sans entamer de
manière durable le stock de la ressource en eau, en période d’étiage notamment, et en lien av ec
la sensibilité des milieux aquatiques,
la préserv ation v oire la restauration des caractéristiques phy siques nécessaires au bon
fonctionnement des milieux aquatiques et humides (champs d’expansion de crue, espaces de
liberté du cours d’eau, ripisy lv e,…),
la protection des personnes contre les risques liés à l’eau en adéquation avec la gestion de l’eau
et l’aménagement du territoire (imperméabilisation/ruissellement/recharge de nappe…),
l’implication des différents acteurs de l’eau du bassin Bièv re Liers Valloire dans l’élaboration du
SAGE et la concertation pour une gestion de l’eau collectiv e et responsable. Dans cette optique,
des préconisations particulières pourront être faites à certains usagers. Par exemple des
propositions transitoires en l’attente du SAGE Bièv re Liers Valloire concernant les carrières
autorisées existantes, les renouv ellements et les extensions ont d’ores et déjà été présentées lors
er
de la C LE du 1 décembre 2009, indiquant entre autres, que les extractions de matériaux ne
pourront pas être entreprises à moins de 3 mètres au-dessus des plus hautes eaux de la nappe
(en situation décennale) pour la partie amont du bassin v ersant.
D ocument v alidé
205/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
2. Diagnostic par sous territoires
L’état des lieux et le diagnostic élaborés dans le cadre du SAGE Bièvre Liers Valloire ont cherché à
donner aux acteurs locaux de l’eau et à leurs partenaires une vision globale des problématiques de
gestion de l’eau sur l’ensemble du bassin versant. Un découpage en sous territoires est cependant
proposé pour permettre aux acteurs locaux de ces sous territoires d’avoir un outil de lecture plus aisé
des enjeux de l’eau les concernant plus particulièrement.
Le périmètre du SA GE Bièvre Liers Valloire a ainsi été découpé en 6 sous territoires :
- 5 sous territoires qui diffèrent de par leur nature géologique, la nature de leurs écoulements
superficiels, leur occupation du sol et leurs problématiques concernant la gestion de l’eau. C es 5 sous
territoires montrent globalement qu’ils sont tous concernés par les problématiques générales de
qualité et de quantité de la ressource en eau, de risques inondation et de dégradation des milieux
aquatiques. Les enjeux ne s’expriment cependant pas av ec la même importance sur les 5 sous
territoires.
èm e
- Un 6
sous territoire, de même extension géographique que le périmètre du SA GE Bièv re Liers
Valloire, qui concerne la nappe de la molasse miocène.
Les 6 territoires sont présentés sur la carte 2.1 et décrits dans les fiches suiv antes.
D ocument v alidé
206/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire BIEVRE
P laine de la Bièvre jusqu’aux sources de l’Oron (alluv ions fluv io-glaciaires).
Colline du Banchet au N ord et massif de Chambaran au S ud (complexe géologique morainique
et molassique).
Description
D ominante rurale : poly culture – élevage à l’amont et sur les reliefs, noyers sur les coteaux au
sud, grandes cultures dans la plaine
Infrastructures : aéroport, routes, TMD
E xtraction de matériaux (7 sites, ≈ 340 ha autorisés)
A ctivité industrielle
Riv al
C our s d’eau
Affluents seulement en riv e gauche, torrentiels (C oule, Baïse, P érouse)
Cours d’eau en riv e droite s’infiltrent (Barbaillon, P oipon)
N appe des alluv ions fluvio-glaciaires exploitée pour l’AEP , l’industrie, l’irrigation
Eau
N ombreuses sources dans le complexe morainique et molassique exploitées
Ressour ce
souterraine
pour l’AEP
en eau
Nappe de la
U n seul point d’exploitation pour l’AEP
molasse
Apport de débit à l’amont du Riv al
E tang du G rand Lemps (N atura2000)
M ilieux
Zones humides de tête de bassin sur les reliefs de C hambaran
humides
T ourbières (E tang du G rand Lemps, Combe des P lanchettes, des Rivoires)
AEP, assainissement
Usages de
E xtraction de matériaux, industrie
l’eau
Irrigation agricole dans la partie av al
P êche de loisir
Enjeux
C onstats
Tendances
Qualité de référence sur l’amont du Rival et
de la Baïse
eau
Reconstruction programmée des
Impact fort des STEP (azote, phosphore)
super ficielle
STEP d’Izeaux-S illans et du Rival
Impact des pratiques agricoles dès la plaine
(nitrates)
Q ualité
P ollution aux nitrates (35 à 50 mg/l)
T endance à la hausse de la
9 points avec nitrates > 50 mg/l en 2008
teneur en nitrates
eau
P ollution atrazine et dériv és
souterraine P ollution métolachlore (1 point)
Recherche d’un site alternatif
4 captages prioritaires SDAGE
pour Izeaux
Centre de stockage de déchets d’Izeaux
eau
Riv al identifié comme secteur sensible par T ours d’eau et substitution des
A déquation
super ficielle rapport aux prélèv ements agricoles
prélèv ements vers la nappe
prélèv ements
eau
D
emande de prélèvements pour
ressource
P as de problème diagnostiqué actuellement
souterraine
projet d’irrigation agricole
Aléa inondation tout le long du Rival avec
de
bassins
de
impact sur zones urbanisées, agricoles et P rojet
rétention/infiltration sur Brézins
industrielles (Izeaux -> Beaufort)
Vastes champs d’expansion de crue, mais
Risque inondation
imperméabilisation croissante
Augmentation du ruissellement
(urbanisation, des v ersants en
Risque torrentiel sur les reliefs
Aménagements de type bassins de particulier)
rétention/infiltration
M ise en valeur et intérêt pédagogique :
G rand Lemps, tourbière des P lanchettes
M ilieux aquatiques
Amont du Rival = réserv oir biologique
Cours d’eau rectifiés dans les plaines,
ripisy lve dans un état moyen
1 prélèv ement pour AEP (Beaufort, ≈
M olasse
85 000 m 3/an)
D ocument v alidé
207/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire LIERS
P laine du Liers jusqu’à la jonction avec la plaine de Bièv re
Colline du Banchet au S ud et massif de Bonnev aux au N ord (complexe géologique morainique et
molassique).
Description
D ominante rurale : polyculture – élevage à l’amont et sur les reliefs, grandes cultures dans la
plaine.
Les Ey doches, issues de la nappe, s’y réinfiltrent totalement.
C our s d’eau
Le S uzon coule lors de forts épisodes pluv ieux.
N appe des alluv ions fluv io-glaciaires du Liers, div isée en 2 chenaux
Eau
hydrogéologiques, exploitée pour l’AEP, l’irrigation
souterraine
Ressour ce
Quelques sources du complexe morainique et molassique exploitées pour l’AEP
en eau
Nappe de la
molasse
M arais de Faramans
M ilieux
Région d’étangs (Bonnevaux)
humides
Zones humides ponctuelles
AEP
Usages de
Irrigation agricole dans la partie av al et sud du sous territoire
l’eau
P êche de loisir
Enjeux
C onstats
Tendances
P ollution faible (sauf à l’aval de qqs S TEP )
eau
Impact de l’assainissement et des pratiques
super ficielle
agricoles (nitrates)
Q ualité
P ollution aux nitrates (de 20 à 50 mg/l)
eau
T endance à la hausse de la
P ollution atrazine et dériv és
souterraine
teneur en nitrates au sud
3 captages prioritaires G renelle
eau
A déquation
P as de problème diagnostiqué actuellement
super ficielle
prélèv ements
eau
ressource
P as de problème diagnostiqué actuellement
souterraine
Risques torrentiel et mouvement de terrain
sur les reliefs
Aménagements de type bassins de
Augmentation du ruissellement
Risque inondation
rétention/infiltration
(urbanisation)
Événements exceptionnels : apports d’eau
importants au sous territoire aval Valloire
par S uzon et infiltration Eydoches
Base de loisir de Faramans
M ilieux aquatiques
Cours d’eau moins artificialisés
M olasse
-
D ocument v alidé
208/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire VA LLOIRE
P laine de la V alloire depuis les sources de l’O ron jusqu’au Rhône (alluv ions fluvio-glaciaires).
D ominante rurale : grandes cultures irriguées, vergers
Infrastructures : v oies ferrées, routes, TMD
Description
E xtraction de matériaux (7 sites, dont 1 av ec exploitation en nappe autorisée, ≈ 70 ha
autorisés)
A ctivité industrielle, piscicultures
C roissance démographique la plus importante du bassin versant BLV
Réseau complexe de biefs naturels et artificiels
O ron, Veuzes : cours d’eau issus de résurgences de la nappe
C our s d’eau
Affluents seulement en riv e gauche, en dehors du S uzon (sous territoire
Liers), torrentiels (D olure, Régrimay, N ant)
Ressour ce en
Eau
N appe des alluv ions fluv io-glaciaires exploitée pour l’AEP , l’irrigation,
eau
souterraine l’industrie, la pisciculture
Nappe de la U n seul point d’exploitation pour l’AEP
molasse
G éothermie des particuliers
M ilieux
S ources de l’O ron et des Veuzes
humides
Zones humides ponctuelles
AEP, assainissement
E xtraction de matériaux
Usages de
Industrie
l’eau
Irrigation agricole
P êche de loisir
Enjeux
C onstats
Tendances
Impact des STEP (azote, phosphore)
Reconstruction de la STEP de
Impact des rejets des piscicultures
Lens Lestang
Rejets d’eaux usées non collectés à
eau
Beaurepaire
super ficielle P ollution aux nitrates par apports de la
nappe + impact des pratiques agricoles
P ollution faible au mercure sur l’O ron
Q ualité
d’origine inconnue
P ollution aux nitrates (de 20 à 50 mg/l)
T endance à la baisse de la
P ollution atrazine et dériv és
teneur en nitrates
eau
2 captages prioritaires (1 G renelle, 1
souterraine SDAGE )
P ollution progressive de la molasse par
transfert de la nappe des alluv ions
S ecteur sensible
par rapport aux T ours
d’eau
en
cas de
eau
A déquation
prélèv ements agricoles
restrictions sécheresse
super ficielle
prélèv ements
S outien d’étiage artificiel (STEP , pisc.)
ressource
eau
S ecteur sensible
par rapport aux
souterraine prélèv ements agricoles, des piscicultures
Aléa inondation tout le long des cours Carte
d’aléa
en
cours
d’eau avec impact sur zones urbanisées, d’acquisition sur O ron-Veuzesagricoles et industrielles (S t Barthélemy Collières
-> S t Rambert d’Albon)
Risque inondation
Vastes champs d’expansion de crue, mais Augmentation du ruissellement
imperméabilisation croissante
(urbanisation)
Risque torrentiel sur les reliefs au sud
Aménagements de ty pe bassins de
rétention/infiltration, plages de dépôts
M ise en valeur et intérêt pédagogique :
sources de l’O ron (ENS )
P rojet de mise en valeur des
Vauverière et Régrimay = réserv oirs sources à M anthes
M ilieux aquatiques
biologiques
Cours d’eau rectifiés dans les plaines, G estion des boisements de
minéralisés dans les zones urbaines, berges par la CCRV
ripisy lve dégradée
M olasse
1 prélèvement pour AEP (M anthes, Vigilance sur l’inversion des flux
≈ 700 000 m 3/an)
et la pollution
D ocument v alidé
209/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire DOLO N
Bassin versant du D olon jusqu’au Rhône (alluvions fluv io-glaciaires).
M assif de Bonnevaux au N ord (complexe géologique morainique et molassique).
Description
D ominante rurale : grandes cultures irriguées, vergers.
Infrastructures : v oies ferrées, routes, TMD
D olon et affluents (D erroy, Bège, Lambroz)
C our s d’eau
Longues périodes d’assec dans la partie aval du D olon
Bège : apport de débit par résurgences de nappe
Eau
N appe des alluv ions fluvio-glaciaires exploitée pour l’AEP , l’irrigation
Ressour ce en
souterraine
eau
Nappe de la
1 ou 2 points d’exploitation pour l’irrigation
molasse
G éothermie des particuliers
Bordures de cours d’eau
M ilieux
Région d’étangs
humides
H ors bassin BLV : réserv e naturelle de l’Ile de la P latière
AEP, assainissement
Usages de
Irrigation agricole
l’eau
P êche de loisir
Enjeux
C onstats
Tendances
P ollution faible
eau
Rejets d’eaux usées non collectés à
super ficielle Chanas
Q ualité
P résence d’HAP (station RCS )
P ollution aux nitrates (20 à 35 mg/l )
eau
T endance à la baisse de la
P ollution atrazine et dériv és
souterraine
teneur en nitrates
Champ captant prioritaire G renelle
eau
S ecteur sensible
par
rapport aux
A déquation
super ficielle prélèv ements agricoles
prélèv ements
eau
S ecteur sensible
par
rapport aux
ressource
souterraine prélèv ements agricoles
T ransport solide
Risque inondation
Risque torrentiel
M ise en valeur de certaines ZH (C hanas)
M ilieux aquatiques
Cours d’eau peu artificialisé avec ripisy lve
relativ ement préservée
Faible v olume prélev é pour irrigation
M olasse
agricole
D ocument v alidé
210/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire BA NC EL
Bassin versant du Bancel jusqu’au Rhône (alluv ions fluv io-glaciaires).
Collines au S ud (complexe géologique morainique et molassique).
Description
D ominante rurale : grandes cultures irriguées, vergers.
Infrastructures : routes, TMD
E xtraction de matériaux (3 sites dont 1 avec exploitation en nappe autorisée, ≈ 60 ha autorisés)
A ctivité industrielle
Bancel et affluent principal A rgentelle
C our s d’eau A rgentelle : apport de débit par la nappe des alluv ions
Bancel amont : apport de débit par la molasse
Eau
Ressour ce
N appe des alluv ions fluvio-glaciaires exploitée pour l’AEP , l’irrigation, l’industrie
souterraine
en eau
Nappe de la Apport de débit au Bancel en amont
molasse
G éothermie des particuliers
M ilieux
Bordures de cours d’eau
humides
Zones humides ponctuelles
AEP
Usages de
E xtraction de matériaux
l’eau
Irrigation agricole
P êche de loisir
Enjeux
C onstats
Tendances
P ollution aux nitrates par apports de nappe
eau
+ impact des pratiques agricoles
super ficielle Rejets d’eaux usées non collectés à
Anney ron
Q ualité
P ollution aux nitrates (35 à 50 mg/l)
eau
T endance à la baisse de la
P ollution atrazine et dériv és
souterraine P ollution métolachlore (1 point)
teneur en nitrates
1 captage prioritaire SDAGE
eau
A déquation
P as de problème diagnostiqué actuellement
super ficielle
prélèv ements
eau
ressource
P as de problème diagnostiqué actuellement
souterraine
Aléa inondation tout le long des cours d’eau
Carte
d’aléa
en
cours
av ec impact sur zones urbanisées, et
Risque inondation
d’acquisition sur bassin v ersant
agricoles (A nney ron -> A ndancette)
du Bancel
T ransport solide sur les reliefs au sud
M anque de mise en valeur des
Cours d’eau peu artificialisé sur l’amont
ZH
M ilieux aquatiques
Ripisy lve en état moyen, reboisement en
G estion des boisements de
av al
berges par la CCRV
U n forage de recherche pour captage AEP
M olasse
n’a pas donné de résultats intéressants
D ocument v alidé
211/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
S ous territoire MOLA SSE
E xtension du sous territoire équivalente à l’ensemble de l’extension du périmètre du SAGE.
L’aquifère de la molasse s’étend au-delà sur plus de 3 500 km².
Description
N appe captive sous les alluv ions fluv io-glaciaires et complexe molassique – morainique
affleurant sur les massifs de C hambaran et Bonnevaux.
S ur les secteurs où le complexe molassique est affleurant, apport de débit au
M ilieux
C our s d’eau
Riv al amont et au Bancel amont
aquatiques
D ans les zones géologiques favorables (présence du pliocène), la nappe des
en lien avec
Eau
alluv ions fluv io-glaciaires peut être alimentée par la molasse (secteurs de
la molasse
souterraine
Bougé-C hambalud, des sources de l’O ron et des Veuzes, d’Albon).
AEP (2 points de prélèv ements, 8% des volumes totaux annuels prélevés)
Usages de
P eu de points d’irrigation agricole (Revel-T ourdan, Valloire – faibles v olumes)
l’eau
F orages de particuliers pour exploitation géothermique (faibles volumes)
Enjeux
C onstats
Tendances
E au de bonne qualité : faible teneur en
Augmentation constante de la
nitrates (autour de 20 mg/l)
M ultiplication des forages dans la teneur en nitrates dans les
zones de pompage
molasse (géothermie des particuliers)
Q ualité
P ollution par transfert de la pollution de
la nappe des alluv ions v ers la molasse Augmentation de la v ulnérabilité
dans les zones de pompage de la par la multiplication des forages
molasse
des
zones
P as
de
problème
diagnostiqué P rotection
d’alimentation
de
la
nappe
actuellement
(C hambaran, Bonnev aux)
A déquation
Les prélèvements importants dans la
prélèv ements
molasse sont réalisés en dehors du Le programme de mesures du
ressource
périmètre du SAGE mais des zones SDAGE Rhône M éditerranée
d’alimentation de la molasse sont situées prév oit la mise en place d’une
sur les massifs de Chambaran et des gestion concertée de type SAGE
Bonnevaux.
D ocument v alidé
212/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Bibliographie
A CTeon / Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Dév eloppement durable et de l’A ménagement du
territoire, Agences de l’Eau (Juillet 2008) – Guide méthodologique pour l’élaboration et la mise en
oeuv re des Schémas d’A ménagement et de Gestion des Eaux - Guide national.
http://www.gesteau.eaufrance.fr/documentation/guides.html#METHO DO
A FSSET (Mars 2005) – Stock age des déchets et santé publique – Sy nthèse et recommandations.
http://www.afsset.fr/upload/bibliotheque/581832172335249056635740394615/stock age_dechets.pdf
A gence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse (Mars 2005) – Etat des lieux du bassin du Rhône
et des cours d'eau côtiers méditerranéens - C aractérisation du district et registre des zones protégées.
http://195.167.226. 100/DC E/RM/RM_etat-des-lieux.htm
A NTEA / Conseil Général de l’I sère (A oût 1995) – Etude des teneurs en nitrates dans le bassin de
Bièv re-Valloire – C ampagne de prélèv ement de juillet 1995.
A NTEA / Conseil Général de l’Isère (Nov embre 1997) –Teneurs en nitrates des eaux souterraines du
bassin de Bièv re-Valloire – C ampagne de juillet 1997.
A VENIR (v ersion du 4 fév rier 2009) – Inv entaire des zones humides de l’Isère.
A uvergne Sébastie n (Septembre 2000) – Les enjeux env ironnementaux et leur négociation dans le
cadre des contrats territoriaux d’exploitation – Exemple de Bièv re-Valloire (Isère). Mémoire de DEA
Société et Env ironnement : Gestion des Espaces Montagnards, IGA – C emagref Grenoble – Univ ersité
Joseph Fourier Grenoble.
Berthoud Guy / C onseil Général de l’Isère ( 2001) - Les C orridors biologiques en Isère : Projet de
Réseau écologique Départemental de l’Isère (REDI).
BRGM / C onseil Général de l’Isère, Conseil Général de la Drôme (A oût 1994) – Sy nthèse
hydrogéologique du bassin de Bièv re-Valloire (38, 26) phase 1.
BRL Ingénierie / Conseil Général de l’Isère (Janv ier 2006) – Schéma Directeur Départemental
d’Irrigation et de Gestion de la Ressource en Eau – Etat des lieux, Scénarios, Schéma Directeur.
http://ode38.fr/rubrique.php?id=14
Buissière Edith (Juin 2001) – Elaboration d’une diagnose du milieu aquatique et de la faune piscicole
sur le bassin v ersant du Riv al et des O rons, en v ue de l’élaboration future du SA GE de la plaine de la
Bièv re et du Liers. Mémoire de fin d’études Génie biologique option Génie de l’Env ironnement IUT St
Etienne – Fédération Départementale des A ssociations A gréées pour la pêche et la Protection du
Milieu A quatique de l’Isère.
BURGEA P / C hambre d’A griculture de l’Isère, Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse, C onseil
Général de l’Isère, Ministère de l’A griculture et de la Pêche (juin 2001) – Recherche et mise en place
d’une gestion concertée des prélèv ements à usage agricole dans le département de l’Isère, Bassin
Bièv re Liers Valloire.
BURGEA P / Communauté de Communes Rhône Valloire (Mai 2007) – Etude d’inondabilité et de
l’espace de liberté sur le bassin v ersant du Dolure (26, 38). Diagnostic inondabilité, Etude du transport
solide et de l’espace de liberté.
BURGEA P / C ommune de Beaufort (juin 2008) – Le site des Fontaines - Etude hydraulique du site
des Fontaines de Beaufort (38) - Rapport de phase 3 : Expertise hy drogéologique et mise en place
d’actions de gestion.
D ocument v alidé
213/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Castany G. (1982) – Principes et méthodes de l’hy drogéologie. Editions Dunod Univ ersité.
Cave Tiffanie (trav aux de thèse en cours) - Etude du fonctionnement hydrogéologique du bassin
tertiaire du Bas Dauphiné entre la Drôme et la Varèze.
CERTU C entre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions
publiques/Ministère de l'écologie et du développe ment durable (Juin 2003) – La v ille et son
assainissement – Principes, méthodes et outils pour une meilleure intégration dans le cy cle de l’eau.
http://www.ecologie.gouv .fr/La-v ille-et-son-assainissement.html
Chambre d’A griculture de l’Isère (2007) – Pil’A zote Bièv re Liers Valloire C ompte-rendu d’activ ités
du 01/01/2006 au 31/12/ 2006.
Chambre d’A griculture de l’Isère (2007) – Fiche technique PAC n°6 – Les bandes enherbées
(couv ert env ironnemental le long d’un cours d’eau).
Chambre d’A griculture de l’Isère (2009) – T erre&Eau Bièv re Liers Valloire C ompte-rendu
d’activ ités du 01/01/ 2008 au 31/12/2008.
Concept Cours D’eau Mireille Boyer / Communauté de C ommunes Rhône-Valloire (nov embre
2001) – Plan de gestion des boisements de berge – C ours d’eau des plaines Liers, B ièv re et Valloire.
Concept Cours D’eau Mireille Boyer / Communauté de C ommunes Rhône-Valloire (Janv ier 2009)
– Plan d’entretien des cours d’eau Rhône Valloire.
Conseil Gé néral de l’Isère (Juillet 2008) – Plan rév isé d’élimination des déchets ménagers et
assimilés de l’Isère.
Crozet Caroline / SIAH BLV (2005) – Etat des connaissances et définition des objectifs du SA GE
Bièv re-Liers-Valloire, en rapport av ec l’élaboration du cahier des charges de l’état des lieux dans le
cadre du stage au sein du Schéma d’A ménagement et de Gestion des Eaux Bièv re-Liers-Valloire –
Isère 38. Rapport de stage de fin d’études IGA .
De La Vaissière Rémi (2006) – Etude de l'aquifère néogène du Bas-Dauphiné - Apports de la
géochimie et des isotopes dans le fonctionnement hydrogéologique du bassin de Valence (Drôme,
Sud-Est de la France) – Thèse Univ ersité d'Av ignon et des pay s de Vaucluse. http://www.lha.univ av ignon.fr/
DIREN-BRGM (Nov embre 2008) – Elaboration de règles de gestion v olumique en eau de la nappe de
Bièv re Valloire. A cquisition, mise en forme et analy se des données disponibles, modélisation globale
des écoulements souterrains, élaboration de règles de gestion volumique.
Fédération de la Pêche de la Drôme - Plan Départemental de Protection des milieux aquatiques et
de Gestion des ressources piscicoles (PDPG).
Fédération de la Pêche de l’Isère - Plan Départemental de Protection des milieux aquatiques et de
Gestion des ressources piscicoles (PDPG).
FRAPNA / Syndicat Mixte du Pay s de Bièv re Valloire (2005) – Expertise du patrimoine naturel de
Bièv re-Valloire. Premiers résultats sur les milieux ouv erts du secteur de l’extension du Schéma
directeur de la région urbaine grenobloise. Prospections 2005.
Gay Environneme nt / C onseil Général de l’Isère (Fév rier 1998) – Etude de la qualité des eaux
superficielles du bassin du Riv al, de l’O ron et des Collières.
D ocument v alidé
214/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Gay Environne ment / C onseil Général de l’Isère (Juillet 2005) – Bilan de qualité des cours d’eau du
département A nnées 2004 – 2005 - Le Dolon et ses affluents – Q ualité phy sico-chimique et
hydrobiologique.
Gay Environnement / C LE SA GE BLV (Janv ier 2008) – Bilan de qualité des cours d’eau des bassins
hydrauliques de Bièv re – L iers – Valloire – A nnée 2007. Rapport, A tlas cartographique, Résumé,
Fiches stations.
Géo+ / Conseil Général de la Drôme, Syndicat Mixte d’A ménagement Rural de la Drôme (Mars 1999)
– Bilan de qualité des riv ières Bancel et A rgentelle. Dossier, Résumé, A nnexes.
ISA RA / C hambre départementale d’A griculture (2001) – Ev aluation de l’opération Just’A zote 19962000.
ISA RA Marie-A lix Bouv atier et C hristophe Dav id / Chambre départementale d’A griculture (Juillet
2002) – Ev aluation de l’impact de la charte Pil’azote sur la modification des pratiques agricoles.
ISL/A SCONIT / A gence de l'eau – A gence de l'env ironnement et de la maîtrise de l'énergie (A DEME)
(2008) - Ev aluation du potentiel hy droélectrique du bassin Rhône-Méditerranée-C orse. C ontribution au
SDA GE Rhône Méditerranée et C orse.
Kengni Lucas (1993) - Mesures in-situ des pertes d’eau et d’azote sous cultures de maïs irrigués,
application à la plaine de Bièv re.
Laporthe Stéphanie / C entre scientifique et technique du Bâtiment Paris (Mars 2004) - Petit guide
des pompes à chaleur géothermales.
Lefort P. INPG Entreprise / C ommunauté de Communes Rhône Valloire (1996) - Etude d'impact
complémentaire des émissaires de la V alloire. Etude Hy draulique - Rapport de Sy nthèse.
Ministère de la Santé e t de la Protection sociale, Ministère de l’Écologie et du
Développement durable, Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale ,
Ministère délégué à la Recherche - Plan National Santé Env ironnement 2004-2008 - Franchir une
nouv elle étape dans la prév ention des risques sanitaires liés à l'env ironnement.
http://www.sante.gouv .fr/htm/dossiers/pnse/rapport.pdf
Miquel Gérard, sénate ur / O ffice parlementaire d’év aluation des choix scientifiques et
technologiques (2003) - Rapport sur la qualité de l’eau et de l’assainissement en France.
Mollard A médée (fév rier 2000) - XI° C ontrat de Plan Etat Région Rhône-A lpes Programme
env ironnement 1998-2000 - A GRIC ULTURE DURA BLE ET PO LLUTIO NS DIFFUSES DANS LA PLA INE DE
BIEVRE - Modélisation des transferts d'eau et d'azote v ers la nappe et modalités de régulation
économique Une recherche interdisciplinaire - Recherche réalisée par : LTHE-C NRS/Grenoble, LEMSC NRS/Ly on, INRA -Laon, ISA RA -Lyon, INRA -R&A & IREPD-C NRS/Grenoble, INRA -PER/Rennes et
INRA LEERNA /Toulouse, av ec l’appui du LEGTA-La-C ôte-Saint-André.
Pépin M. / Sy ndicat Mixte du Pay s Bièvre (2003) – Etat des lieux C arrières.
Préfecture de la Drôme / DRIRE Rhône-A lpes / BRGM (Mai 1998) – Schéma Départemental des
C arrières de la Drôme.
Préfecture de l’Isère / DRIRE Rhône-A lpes / BRGM (Février 2004) – Schéma Départemental des
C arrières de l’Isère.
Roque d’Orbcastel Emma nuelle (2008) - O ptimisation de deux sy stèmes de production piscicole :
biotransformation des nutriments et gestion des rejets – Thèse de l’Institut National Poly technique de
Toulouse. http://www.ifremer.fr/docelec/doc/2008/these-3893.pdf
D ocument v alidé
215/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Ruzand Jérémy / Communauté de l’Eau Potable Région Urbaine Grenobloise / DDAF Isère (2008) Sécurisation de l’alimentation en eau potable sur le périmètre du futur SCoT de la région urbaine
Grenobloise (Isère, 38). Rapport de fin d’études ENGEES.
SDA GE Rhône Méditerranée Corse (Octobre 2000) – Note technique SDA GE n°5 – Agir pour les
zones
humides
en
RMC
Politique
d’inv entaires :
objectifs
et
méthodologie.
http://sierm.eaurmc.fr/sdage/documents/note-tech-5.pdf
SDA GE Rhône Méditerranée Corse (2009) – SDA GE et programme de mesures, Documents
d’accompagnement du SDA GE, Rapport d’év aluation env ironnementale 2010 – 2015.
Soberco Environneme nt / C ommunauté de Communes Rhône Valloire (2004) – Etude d’inv entaire
et de caractérisation des zones humides et plans d’eau.
SOGREA H Consultants / SIA H BLV (2000) - Etude hy draulique du Suzon (St Barthélemy ).
SOGREA H Consultants / SIAH BLV (2000) –Etude hydraulique du bassin v ersant Bièv re Liers
Valloire.
SOGREA H Consultants / C ommune de Pact (Fév rier 2002) – Etude hy draulique du Dolon, Zones
d’aleas.
SOGREA H Consultants / DDE Isère / DDAF Isère (Juin 2006) – Etude d’inondabilité du Riv al / O ron.
SOGREA H Consultants / C LE SAGE BLV (Décembre 2008) – Etat des lieux quantitatif et qualitatif de
la nappe de Bièv re Liers Valloire.
SOGREA H Consultants / SIA H BLV (2009) – A ctualisation de l’étude hy draulique du bassin v ersant
Bièv re Liers Valloire.
SRA E Rhône-A lpes / DDA Drôme / DDA Isère (Fév rier 1981) – L ’eau dans le bassin de Bièv re
Valloire – Présentation du bassin, hydrologie, hydrogéologie – Principes directeurs d’un schéma
d’aménagement hy draulique.
Thoré / DDAF Drôme (2007) – Ev aluation du 3èm e programme d’actions nitrates.
UNPG Union Nationale des Producte urs de Granulats (2001) – C omité régional de la C harte –
Enquête sur les anciennes carrières.
Virleux Anne / C emagref (2000) - Démarche d’aide aux acteurs d’un projet de SAGE en Bièvre-LiersValloire – Supports et appuis à la réflex ion et à la négociation. Rapport de stage de fin d’études.
Sites Internet consultés :
BA NQUE HYDRO http://www.hy dro.eaufrance.fr/
BA SIA S Base de données
http://basias.brgm.fr/donnees.asp
d'Anciens
Sites
Industriels
et
A ctiv ités
de
Serv ice
DRIRE http://drire.gouv .fr/
EA UFRA NCE portail du Sy stème d’information sur l’eau (SIE), facilitant l’accès à l’information
publique dans le domaine de l’eau en France (informations générales sur la ressource en eau, les
milieux aquatiques et leurs usages, les acteurs de l’eau, les risques et la politique publique de l’eau ;
liens v ers des sites web diffusant des données d’observ ation et d’év aluation, ou consacrés à l’action).
http://www.eaufrance.fr/
IFEN Institut Français de l’Env ironnement http://www.ifen.fr
D ocument v alidé
216/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
INSEE Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques http://www.insee.fr/
INVS Institut National de Veille Sanitaire http://www.inv s.sante.fr/
Legifrance serv ice public de la diffusion du droit http://www.legifrance.gouv .fr/
Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer
http://www.sites-pollues.dev eloppement-durable.gouv .fr
SINDRA Sy stème d’Informations des Déchets en Rhône-A lpes http://www.sindra.org/
D ocument v alidé
217/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Glossaire
A comme…
A rrêté Préfectoral de Protection de Biotope (APPB) : Un APPB s'applique à la protection de milieux peu
exploités par l'homme et abritant des espèces animales et/ou v égétales sauv ages protégées. Ses
objectifs sont la préserv ation de biotope tels que dunes, landes, pelouses, mares,...nécessaires à la
surv ie d'espèces protégées en application de l'article L 411-1-1 du code de l'env ironnement et plus
généralement l'interdiction des actions pouv ant porter atteinte à l'équilibre biologique des milieux.
L'A PPB fixe les mesures qui doiv ent permettre la conserv ation des biotopes. La réglementation édictée
v ise le milieu lui-même et non les espèces qui y v iv ent (maintien du couv ert v égétal, du niv eau d'eau,
interdiction de dépôts d'ordures, de constructions, d'extractions de matériaux,...). Par ailleurs, la
destruction, le dérangement ou le déplacement des espèces protégées par la loi sont interdits. (cf.
http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv .fr/)
A quifère : Un aquifère est un corps (couche, massif) de roches perméables comportant une zone
saturée – ensemble du milieu solide et de l’eau contenue -, suffisamment conducteur d’eau
souterraine pour permettre l’écoulement significatif d’une nappe souterraine et le captage de
quantités d’eau appréciables. O n parle d’aquifère libre lorsque la surface supérieure de l'eau fluctue
sans contrainte. Par opposition on parle d’aquifère captif, qui à la différence d’un aquifère libre, est
recouv ert par une autre couche géologique imperméable (ou perméabilité très faible) qui confine
l'eau. C elle-ci est alors sous pression.
D comme…
Débit d’étiage mensuel quinquennal : noté Q MNA 5, c’est un débit mensuel qui se produit en
moy enne une fois tous les cinq ans. Il est calculé par traitement statistique de séries de débits
d’étiage observ és sur plusieurs années. Il constitue le débit d’étiage de référence pour l’application de
la police de l’eau.
Diffusiv ité : La diffusiv ité caractérise la v itesse de réaction d'un aquifère lors d'une perturbation
(v ariation de niv eau de la riv ière, de la nappe, pompage). Elle s'exprime par le rapport entre la
transmissiv ité (débit d'eau qui s'écoule d'un aquifère, par unité de largeur, sous l'effet d'une unité de
gradient hydraulique) et le coefficient d'emmagasinement (rapport du volume d'eau libéré ou
emmagasiné, par unité de surface de l'aquifère, à la v ariation de charge hydraulique correspondante.
Le coefficient d'emmagasinement est utilisé pour caractériser plus précisément le v olume d'eau
exploitable, il conditionne l'emmagasinement de l'eau souterraine mobile dans les v ides du réserv oir.
Pour une nappe captiv e ce coefficient est extrêmement faible ; il représente en fait le degré de
compression de l'eau.). (source : http://echo.epfl.ch/e-drologie/chapitres/chapitre6/chapitre6.html).
E comme…
Equiv alent habitant (EH) : il correspond à « la charge organique biodégradable ay ant une demande
biochimique d'oxygène en cinq jours (DBO 5) de 60 grammes d'oxy gène par jour » (Directiv e
européenne 91/271/C EE du 21 mai 1991 relativ e au traitement des eaux urbaines résiduaires). Il
s’agit d’une estimation de la quantité de pollution rejetée par un usager domestique. La demande
biochimique en oxy gène en 5 jours (DBO 5) exprime la quantité d’oxygène nécessaire pour la
destruction des substances organiques présentes dans l’eau sur une période de 5 jours. Pour
l’équiv alent-habitant, il a été estimé aue la destruction en 5 jours des rejets organiques quotidiens
moy ens d’une personne moy enne nécessite 60 grammes d’oxy gène par jour. C ette v aleur théorique
permet d’exprimer dans une unité commune des quantités de rejets très div ers (domestiques,
industriels, agricoles).
D ocument v alidé
219/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Espace Naturel Sensible (ENS) : un ENS est un lieu identifié par le C onseil Général concerné comme
priv ilégié pour la conserv ation, la gestion et la découv erte des richesses naturelles (faune, flore). C es
lieux sont référencés dans les Schémas Départementaux des ENS.
Etat patrimonial : l'état patrimonial du SEQ Eaux souterraines fournit une échelle d'appréciation de
l'atteinte des nappes par la pollution et permet de donner une indication sur le niv eau de pression
anthropique s'exerçant sur elles sans faire référence à un usage quelconque (= composition naturelle
de l’eau). (SEQ -Eaux souterraines, 2003)
Eutrophisation : l’eutrophisation est une forme de pollution qui se produit lorsqu’un cours d’eau reçoit
trop de matières nutritiv es issues de l’activ ité humaine (phosphore et azote) fav orisant la prolifération
d’algues et entraînant un appauv rissement en oxy gène du cours d’eau.
Ev apotranspiration potentielle (ETP) : c’est la quantité d'eau susceptible d'être év aporée par une
surface d'eau libre et transpirée par un couv ert v égétal dont l'alimentation en eau n'est pas le facteur
limitant. La connaissance de cette donnée est nécessaire pour év aluer entre autres les bilans en eau
d’un territoire ou les besoins en eau des cultures.
H comme…
Hydro-écorégions (HER) : zone homogène du point de v ue de la géologie, du relief et du climat. C ’est
l’un des principaux critères utilisés dans la ty pologie et la délimitation des masses d’eau de surface. La
France métropolitaine peut être décomposée en 21 hy dro-écorégions principales (source :
http://www.eaufrance.fr/).
L comme…
Lessiv age : dans les sciences de l'env ironnement le lessiv age désigne l'entrainement des nitrates dans
le sol et v ers les eaux souterraines. En pédologie, le lessiv age désigne l'entrainement de particules
solides, comme les argiles v ers la profondeur.
M comme…
Masse d’eau : la masse d'eau, au sens de la Directiv e C adre européenne sur l’Eau, constitue l'unité
spatiale d'év aluation de l'état écologique et chimique des eaux d'un district hydrographique. L'atteinte,
ou non, des objectifs de bon état de la directiv e sera appréciée à l’échelle de la masse d'eau. O n
distingue les masses d’eau de surface (riv ières, lacs), des masses d’eau souterraine (aquifères) et des
masses d’eau artificielle (lacs d’origine anthropique).
N comme…
Natura 2000 : Le réseau Natura 2000 comprend 2 ty pes de zones réglementaires : les Zones de
Protection Spéciale (ZPS) et les Sites d'Importance Communautaire (SIC ). Les ZPS sont désignées à
partir de l'inv entaire des Zones Importantes pour la Conserv ation des O iseaux (ZICO ) définies par la
directiv e européenne 79/409/C EE du 25/4/1979 concernant la conserv ation des oiseaux sauv ages. Les
SIC sont définis par la directiv e européenne du 21/05/1992 sur la conserv ation des habitats naturels.
Les objectifs du réseau Natura 2000 sont la protection de la biodiv ersité dans l’Union Européenne, le
maintien, le rétablissement ou la conserv ation des habitats naturels. Un site "proposé" sera
successiv ement une proposition de site d'Importance communautaire (pSIC ), puis un SIC après
désignation par la commission européenne, enfin une Zone Spéciale de C onserv ation (ZSC) après
arrêté du ministre chargé de l'Env ironnement.
P comme…
Perméabilité : la perméabilité est l’aptitude d’un réservoir à se laisser trav erser par l’eau, sous l’effet
d’un gradient hy draulique. Elle est mesurée par le coefficient de perméabilité, noté K (m/ s).
D ocument v alidé
220/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
R comme…
Réserv e Naturelle : Une réserv e naturelle s'applique à des parties d'une ou plusieurs communes dont
la faune, la flore, le sol, les eaux, les gisements de minéraux ou de fossiles ou le milieu naturel
présentent une importance particulière. Les objectifs, limitativ ement énumérés par la loi, sont la
préserv ation d'espèces animales ou v égétales et d'habitats en v oie de disparition sur tout ou partie du
territoire national. La procédure est à l'initiativ e du ministre chargé de la protection de la nature qui
peut être saisi par tout organisme ou particulier. Le décret de création de la réserv e prévoit une
réglementation qui v arie selon chaque réserv e. Il peut réglementer ou interdire un certain nombre
d'activ ités énumérées par la loi (dont la chasse, la pêche, les activ ités industrielles ou commerciales,
les trav aux publics et priv és, la circulation du public, l'exercice des activ ités agricoles, pastorales et
forestières, etc.) et plus généralement prévoir toutes mesures permettant d'assurer les objectifs. L a
publicité est interdite dans toute réserv e naturelle, il est fait obligation d'enfouissement des lignes
électriques nouv elles et des réseaux téléphoniques nouv eaux. L'existence et les limites cadastrales de
la serv itude sont obligatoirement mentionnées en annexe des plans d'occupation des sols. (cf.
http://www.rhone-alpes.ecologie.gouv .fr/)
S comme…
Substratum : Formation géologique sous-jacente à une unité charriée (substratum d'une nappe) ou à
une couv erture sédimentaire (définition du Larousse).
V comme…
Vulnérabilité (d’une nappe) : c’est la sensibilité de la nappe aux différents facteurs phy siques stables
déterminant la mesure où elle est, dans les conditions naturelles, plus ou moins exposée à la pollution
à partir de la surface du sol. Les facteurs de v ulnérabilité sont l’état et les caractéristiques du sol et du
sous-sol, la profondeur de la nappe, les paramètres de l’écoulement de l’eau souterraine et les
conditions d’alimentation de la nappe (C astany , 1982).
Z comme…
Zone Importante pour la C onserv ation des O iseaux (ZICO ) : La Directiv e 79/409 C EE du 2 avril 1979
(Directiv e O iseaux) concernant la conserv ation des oiseaux sauv ages a pour objectifs la protection
d'habitats permettant d'assurer la surv ie et la reproduction des oiseaux sauv ages rares ou menacés et
la protection des aires de reproduction, de mue, d'hiv ernage et des zones de relais de migration pour
l'ensemble des espèces migratrices. Une ZICO est rév élatrice d'un intérêt biologique, et peut
constituer un indice à prendre en compte par la justice lorsqu'elle doit apprécier la légalité d'un acte
administratif au regard des différentes dispositions sur la protection des milieux naturels.
Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) : Les objectifs des ZNIEFF sont
la connaissance permanente aussi exhaustiv e que possible des espaces naturels, terrestres et marins,
dont l'intérêt repose soit sur l'équilibre et la richesse de l'écosy stème soit sur la présence d'espèces de
plantes ou d'animaux rares et menacées. Les ZNIEFF de ty pe I, secteurs de superficie en général
limitée, se caractérisent par leur intérêt biologique remarquable. Les ZNIEFF de ty pe II sont des
grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou qui offrent des potentialités biologiques
importantes. L'existence d'une ZNIEFF n'est pas en elle-même une protection réglementaire mais elle
est rév élatrice d'un intérêt biologique, et peut constituer un indice à prendre en compte par la justice
lorsqu'elle doit apprécier la légalité d'un acte administratif au regard des différentes dispositions sur la
protection des milieux naturels.
Zone non saturée : Zone du sous-sol comprise entre la surface du sol et la surface d'une nappe libre.
Par opposition, on parle de zone saturée pour désigner la zone du sous-sol dans laquelle l'eau occupe
complètement les inter stices des roches, formant, dans un aquifère, une nappe d'eau souterraine.
D ocument v alidé
221/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Zone v ulnérable : territoire où les v aleurs limites européennes de concentration en nitrates dans les
eaux superficielles ou souterraines destinées à l'alimentation en eau potable sont dépassées
(> 50mg/l) ou menacent de l'être, sur lequel doit être mis en œuv re un programme d’actions, rendant
notamment obligatoire un code de bonne pratique agricole adapté au contexte local.
D ocument v alidé
222/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 1
Programme de mesures du SDAGE Rhône Méditerranée pour les masses d’eau du périmètre du
SAGE BLV
Le tableau suivant comprend les mesures inscrites au programme de mesures du SDAGE Rhône Méditerranée. Il ne comprend pas les mesures dites de
bases correspondant aux mesures réglementaires (par exemple : directive ERU, directive nitrates,…).
l i bel lé
mas se d' eau
n°mas s e eau
FR_D0_219
FR_DO_ 303
statut
ME s outerrai ne
ME s outerrai ne
objectif bonétat écologique
objectif bon état quantitatif
2015
2015
objectif bon état chimique
Gra nde V eu se r ivièr e la Baïse
ru isseau le
Bège
r uisse au d e
Regr im ay
FRDR46 6a
FRDR46 6b
FRDR4 66c
FRDR2014
FRDR10091
FRDR10157
FRDR10183
FRDR10590
FRDR10732
F RDR10774
FRDR10860
FRDR11224
FRDR11559
FRDR11721
FRDR11792
FRDR11842
ME naturelle
cours d' eau
2021
ME nature l e
cours d' eau
2021
ME natur ell e
cours d 'eau
2015
ME natur ell e
cours d 'eau
2015
ME natur elle
cours d 'eau
2021
ME natu relle
cour s d'eau
2021
ME natu relle
cour s d'e au
2021
ME natu relle
cour s d' eau
2015
M E nat urelle
cour s d' eau
2015
M E na turelle
cou rs d' eau
2015
ME n aturelle
cou rs d' eau
2027
ME n aturelle
cou rs d' eau
2027
ME n aturelle
cours d' eau
2021
ME naturelle
cours d' eau
2015
ME naturelle
cours d' eau
2015
2027
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2015
2027
2015
2021
2021
2021
2015
2015
2015
2027
2027
2021
2015
2015
causes de dérogation - paramètre
/
Faisabilité
technique
(nutriments et/ou
pesticides,
morphologie)
Faisabilité
technique
(nutriments et/ou
pesticides,
morphologie)
Faisabilité
technique
(morphologie)
/
Faisabili té
technique
(nutriments et/ou
pestic ides,
morphologie)
F aisabili té
technique
(nutriments et/ou
pestic ides,
morphologie)
Faisabilité
technique
(nutriments et/ou
pestic ides,
morphologie)
2015
2015
2015
2015
2015
/
/
/
int itu lé mesure
Ré duire les appor ts d' azote organ iq ue et miné raux
Ré duire les surfaces dé sh erbées et utilis er des
techniques altern atives au désherb age chimique en
zones non ag rico les
5 D28
Sécur iser les différentes p hases de man ip ulation
des pesticides (stockage, r emplissage, rinçage,
lavage ) et équ ip er le maté riel de pulvérisation
Ré duire les surfaces dé sh erbées et utilis er des
techniques altern atives au désherb age chimique en
zones agricoles
Sub st itu er certaines cultu res par d 'au tres moins
pollu antes
Maintenir ou im planter u n dispositif de lutte cont re le
ruissellem ent et l' érosion de s sols
Exploiter de s parcelles en agricultur e biologique
Etud ie r les pressions polluantes et les mécanismes
de transfer ts
5G0 1
Acqué rir des conn ais sances su r les pollutions et les
pressions de pollution en géné ral (natur e, source,
im pact sur le m il ieu, qualité du m ili eu, …)
5 A04
Reche rcher les sources d e pollution par les
substances dang ereuses
5 A08
Traiter les sites pollués à l' origine de la dégr adation
des eaux
5F10
dégr adation de zones humides
/
Dé li miter les ressources faisant l' objet d' objectifs
plus stricts et/ou à préserver en vue de leur
utilis ation fu tur pou r l'a li men tation en eau potable
Inventaire des zon es humides (à titre d' ex.)
1 A10
Mettre en place un dispositif de g estion concertée
3 C01
Adap ter les pré lè vem ents dans la r essou rce aux
objectifs d e débit
Dé terminer et suivr e l'ét at quantitat if d es cours d' eau
et des napp es
Dé finir des objectifs de quan tité (dé bits, nivea ux
3 A01
3 A10
d éséquilibr eq uan titatif
piézométr iq ues, volu mes mobilisables)
3 A11
Etab li r e t adopter des protocoles de partage de l'eau
3 A31
Quantifier, qu ali fier et bancariser les points d e
prélèvemen ts
3 A32
Amé li or er les équipem ents de pr élèvements et de
distribution et leu r utilisa tion
3 A33
Mettre en œuvre une réalimen tation de la na ppe
Ré ali ser u n diagnostic du fonctionnemen t
pr oblèm
e de tr ansp ort
séd imentair e
3 C30
dégradation morpho lo gique
3 C43
hydromor phologique d u milieu et des altér ations
physiq ues et secteur s artific ialisés
Etab li r u n plan de restauration et de gestion
physiq ue du cou rs d' eau
1 A10
Mettre en place un dispositif de g estion concertée
3 A11
Etab li r e t adopter des protocoles de partage de l'eau
/
/
/
CODES COUL EUR :
Mesures :
en vert : les mesures du progr amme de mesures ( 2010 - 2015)
en blanc :les mesures supplémentaires : transversal + initiative locale
en gris : les mesures retenues pour les masses d' eau
Document v alidé
ru isseau de
S aint- Mich el
Conditions
naturelles
(substances
prioritaires (HAP
seuls))
Mettre en place un dispositif de g estion concertée
risque pour lasanté
r uissea u le
Nivollo n
2021
5 D27
5F31
r ivièr e le
Bancel
Faisabilité
technique
(nutr m
i ents et/ou
pesticides,
morphologie)
1 A10
5 D05
r uissea u la
Coule
2021
5 D0 3
5 D07
to rr ent d e la
Pér ouse
Fais abilité
technique
(nutriments et/ou
pesticides,
morphologie)
déjections animales suffisantes ainsi que de plans
d'é pandage
Sub st itu er certaines cultu res par d 'au tres moins
pollu antes
5 D01
r uisseau le
La mbr e
ME naturelle
cours d' eau
2021
Dote r les exploita tion s de capacités de st ockag e des
5 C1 9
5 D03
gestion locale à instaurer ou
développer
rui sseau l e
S uzon
2021
Mettre en place un tr aite ment des r ejets plus
poussé
actions d'accom
pagnement
(pr év ent ion - non dégradation socio-éco - gestion locale am
énagement du terr itoire …)
ru isseau des
Eyd oche s
Fais abilité
technique
( nutriments et/ou
pesticides,
morphologie)
Cou vr ir les so ls en hiver
substances danger eu ses hor s
pesticides
Le Dolon
2021
5 C0 2
pollution par lespesticides
Collières +
Dolure
F aisabili té
technique
(déséquili bre
quantitatif,
nitrates,
pestic ides)
5 B17
5 C1 8
Barth élém y
jusqu 'au
Rh ône
2021
pollution domestique et
industr ielle hor s su bstances
dangereuses
2021
l'Oron de S t
Faisabilité
technique
(nitrates,
pestic ides)
n° mesur e
2021
L e Rival +
Raill e de la
sou rce à S t
Ba rth élém y
objectifs de bon état
pr oblèmes à t raiter
pollution agricole : azote,
phosphor eet matièr es
Molasses
miocènes du Bas
Dauph n
i é entr e
Al luvion s de l a
les vallées de
l'Oz on et de la
Pla ine d e
D rôme +
Biè vre- Lier scomplexes
V allo ire
mor ain q
i ues
glaciaires +
p ilocène
223/245
/
2015
2015
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
224/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 2
Schéma géologique du bassin Bièvre Liers Valloire (SRAE, 1981)
Document v alidé
225/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
226/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 3
Commune de
localisation
Capacité
atteinte ou
dépassée /
Dysfonctio
nnement
AGNIN
ST MARTIN LES ROSIERS
AGNIN
ALBON
350
100
x
ANNEYRON-MANTAILLE
ANNEYRON
300
Filtres plantés
ARZA Y
ARZA Y
150
BEAUCROISSANT
BEAUCROISSANT
1 400
BEAUREPAIRE
BEAUREPAIRE
12 500
Lagunage naturel
Décantation primaire - Lit
bactérien - faible charge Prétraitements phy siques
Boues activ ées - aération
prolongée - Dénitrification
- Nitrification Prétraitements phy siques
BELLEGARDE POUSSIEU
BELLEGARDE
POUSSIEU
550
Lagunage naturel
BEVENAIS
BEVENAIS
350
Lagunage naturel
BEVENAIS-PALLARDIERE
BEVENAIS
200
BIOL LE HAUT
BIOL
100
41
x
x
Dispositif de
traitement
Lagunage naturel
Lagunage naturel
Lagunage naturel
Lit bactérien - faible
charge
Emissaire
Gouttes (les)
Bancel (le)
Infiltration dans le
sol
Suzon (Le)
64%
77%
Taret (Le)
31%
Oron Collières (L')
93%
A mbroz (L')
64%
Plaine de la Bièv re et
Barbaillon
Biel (Le)
Infiltration dans le
sol
S ource : Agence de l’E au Rhône Méditerranée et Corse
Document v alidé
Rendement
d'épuration
(%) 41
Nom de la STEP
Capacité
de
traitement
(EH)41
Caractéristiques des stations d’épurations situées sur les communes du périmètre du SAGE Bièvre
Liers Valloire
227/245
Projet
nc
64%
64%
64%
32%
Abandon STEP pour
raccordement sur STEP
Tullins La Fure
42
Commune de
localisation
BIZONNES
BIZONNES
COMMELLE
Dispositif de
traitement
Emissaire
Rendement
d'épuration
(%) 41
Nom de la STEP
Capacité
atteinte ou
dépassée /
Dysfonctio
nnement
SAGE Bièv re Liers Valloire
Capacité
de
traitement
(EH)42
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Projet
550
Lagunage naturel Prétraitements phy siques
Nappe du Liers
64%
Augmentation de capacité
COMMELLE
900
Lagunage naturel
Ruisseau des
Eydoches
64%
Abandon STEP pour
raccordement sur STEP
LCSA Les Charpillates
EPINOUZE
EPINOUZE
700
Oron (l')
64%
EYDOCHE
EYDOCHE
2 400
x
Infiltration dans le
sol
67%
FARAMANS
FARAMANS
350
x
Lagunage naturel
FLACHERES
JARCIEU
FLACHERES
JARCIEU
200
450
x
x
LA COTE ST ANDRE LE
RIVAL
LA COTE ST ANDRE
6 500
x
LA COTE ST ANDRECHARPILLA TES
LA COTE ST ANDRE
9 700
LAPEYROUSE MORNAY
LAPEYROUSE
MORNAY
200
LENS LESTANG
LENS LESTANG
600
Lagunage naturel
Lagunage naturel
Boues activ ées - aération
prolongée Prétraitements phy siques
Boues activ ées - aération
prolongée - Dénitrification
- Nitrification Prétraitements phy siques
Filtres plantés
macrophy tes
Boues activ ées - aération
prolongée Prétraitements phy siques
MANTHES
MANTHES
500
Lagunage naturel
x
Lit bactérien - faible
charge
Irrigation/Infiltration Lagunage aéré Prétraitements phy siques
Ruisseau des
Eydoches
Etang du moulin
Dolon (Le)
64%
64%
64%
Augmentation de capacité
Modification ?
Riv al (le)
73%
Requalification
Nappe de la BIEVRE
88%
Oron (l')
nc
Lentiol (le)
67%
Bief Chenaud (le)
puis Collières (les)
77%
S ource : Agence de l’E au Rhône Méditerranée et Corse
Document v alidé
Modification ?
228/245
Augmentation de capacité et
changement de dispositif de
traitement (FPR+infiltration)
MORAS EN VALLOIRE
MOISSIEU SUR
DOLON
MORAS EN
VALLOIRE
350
500
PACT
PACT
200
PAJAY
PISIEU
REVEL-TOURDAN
SAINT DIDIER DE
BIZONNES
PAJAY
PISIEU
REVEL-TOURDAN
SAINT DIDIER DE
BIZONNES
450
200
250
SAINT SIMEON DE
BRESSIEUX
SAINT SIMEON DE
BRESSIEUX
ST SIMEON BRESSIEUX
CHASSAGNE
ST SIMEON DE
BRESSIEUX TEMPLE
SAINT SIMEON
BRESSIEUX
SAINT SIMEON DE
BRESSIEUX
SAINT SORLIN EN
VALLOIRE
43
x
Dispositif de
traitement
Emissaire
Rendement
d'épuration
(%) 41
MOISSIEU SUR DOLON
Commune de
localisation
Capacité
atteinte ou
dépassée /
Dysfonctio
nnement
Nom de la STEP
SAGE Bièv re Liers Valloire
Capacité
de
traitement
(EH)43
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Projet
Lagunage naturel
Rouillou (le)
64%
Modification ?
Lagunage naturel
Collières (les)
64%
Filtres plantés
macrophy tes
Lagunage naturel
Lagunage naturel
Lagunage naturel
Dolon
89%
Infiltration
Deroy (la)
Derroy (la)
64%
64%
64%
Modification ?
200
x
Lagunage naturel
Infiltration
nc
1 400
x
Décantation primaire - Lit
bactérien - faible charge Prétraitements phy siques
Baise (La)
nc
Abandon
Lagunage naturel
Infiltration dans le
sol
64%
Abandon
Abandon
300
350
x
Lagunage naturel
Vert(Le) >> Le Riv al
64%
SAINT SORLIN EN
VALLOIRE
1 000
x
Boues activ ées - aération
prolongée Prétraitements phy siques
Grande Veuze (la)
81%
SAINT SORLIN -LES
EPARS
SAINT SORLIN EN
VALLOIRE
300
Lagunage naturel
Argentelle (l')
77%
Augmentation de capacité
SILLANS IZEAUX
SILLANS
2 200
Coule (la)
83%
Augmentation de capacité et
changement de dispositif de
traitement infiltration
ANDANCETTE
INTERCOMMUNALE
ANDANCETTE
13 000
Rhône (le)
93%
x
Boues activ ées - aération
prolongée - Nitrification Prétraitements phy siques
Boues activ ées - aération
prolongée
S ource : Agence de l’E au Rhône Méditerranée et Corse
Document v alidé
229/245
Commune de
localisation
APPRIEU
APPRIEU
2 100
BIOL LE BAS
BIOL
350
CHABONS LA COMBE
CHABONS
1 100
CHABONS BOURBRE
CHABONS
CHABONS LE BRU
Emissaire
Rendement
d'épuration
(%) 41
Nom de la STEP
Capacité
atteinte ou
dépassée /
Dysfonctio
nnement
SAGE Bièv re Liers Valloire
Capacité
de
traitement
(EH)44
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
Fure (La)
89%
Hien (L')
64%
Lagunage aéré
Bourbre (La)
64%
300
Lagunage naturel
Bourbre (la)
64%
CHABONS
150
Lagunage naturel
Bourbre (La)
64%
CHA TEAUNEUF DE G BARA TON
CHA TEAUNEUF DE
GALAURE
150
Lagunage naturel
Galaure (la)
64%
CHA TEAUNEUF DE GAL.CHEF LIEU
CHA TEAUNEUF DE GAL.ST BONNET
CHA TEAUNEUF DE
GALAURE
CHA TEAUNEUF DE
GALAURE
1 500
Lagunage naturel
Galaure (la)
30%
500
Lagunage naturel
Galaure (la)
77%
HAUTERIVES
HAUTERIVES
800
Galaure (la)
64%
LE GRAND SERRE
LE GRAND SERRE
800
Galaure (la)
67%
44
Dispositif de
traitement
Boues activ ées - aération
prolongée - Nitrification Prétraitements phy siques
Lagunage naturel Prétraitements phy siques
Lagunage naturel Prétraitements phy siques
Boues activ ées - aération
prolongée Prétraitements phy siques
S ource : Agence de l’E au Rhône Méditerranée et Corse
Document v alidé
230/245
Projet
Création STEP boues
activ ées pour remplacement
des 3 lagunes
Création STEP boues
activ ées pour remplacement
des 3 lagunes
Création STEP boues
activ ées pour remplacement
des 3 lagunes
Augmentation de capacité et
changement de dispositif de
traitement (FPR)
Augmentation de capacité
Commune de
localisation
ROUSSILLON-PEAGE DE
ROUSSILLON
PEAGE DE
ROUSSILLON
22 000
SAINT RAMBERT
D'ALBON
SAINT RAMBERT
D'ALBON
10 400
TULLINS LA FURE
TULLINS
29 000
Dispositif de
traitement
Boues activ ées - aération
prolongée - Dénitrification
- Nitrification Prétraitements phy siques
Boues activ ées - aération
prolongée
Boues activ ées - aération
prolongée
Emissaire
Rhône (le)
92%
Isère (l')
96%
Création STEP FPR
Création STEP FPR
Création FPR
Création FPR
Création
Création
S ource : Agence de l’E au Rhône Méditerranée et Corse
Document v alidé
Projet
88%
BURCIN
LA FORTERESSE
POMMIER DE
BEAUREPAIRE
Projets év oqués
ST PAUL D'IZEAUX
SAINT DIDIER DE
BIZONNES
SAINT MICHEL DE
SAINT GEOIRS
En grisé, les STEP rejetant en dehors du bassin v ersant Bièvre Liers Valloire.
45
Rendement
d'épuration
(%) 41
Nom de la STEP
Capacité
atteinte ou
dépassée /
Dysfonctio
nnement
SAGE Bièv re Liers Valloire
Capacité
de
traitement
(EH)45
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
231/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
D ocument v alidé
232/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 4
Sites BASIAS situés sur le périmètre du SAGE BLV
Com m une
principale
Nom (s ) us uel(s )
ALB O N
Entrepris e Jean Lefebvre
de T ravaux Publics
Carrières DELMO NICO
DO REL
ANNEY RO N
LAFUMA
ANNEY RO N
Atelier de M. X
B EAUREPAIRE
T ANNERIE S DE
B EAUREPAIRE
CHAMPIER
Dépôt de ferraille de M.
B UISSO N
LA COT E-SAINT ANDRE
Dépôt de M. VACHERO N
SAINT B ART HELEMY
LES T ANNERI ES DE
B EAUREPAIRE
SAINT -PIERREDE-B RES SIE UX
Décharg e com m unale
Activité(s )
Centrale d'enroba ge (graviers
enrob és de goudr on, p our les
routes par exem ple)
Fabrication d'arm es et de
m unitions
T raitem ent et revêtem ent des
m étaux (traitem ent de s urface,
s ablage et m étallis ation,
traitem ent électrolytique,
application de vernis et
peintures )
Apprêt et tannage des cuirs
(tannerie, m égis s erie,
corroierie, peaux vertes ou
bleues )
Récupération de m atières
m étalliques recyclables
(ferrailleur, cas s e auto... )
Apprêt et tannage des cuirs
(tannerie, m égis s erie,
corroierie, peaux vertes ou
bleues )
Autres indus tries extractives ,
Enlèvem e nt et traitem ent des
ordures m énagèr es (décharge
d'O .M.)
Surveillance
Réam énag em ent
Non
oui
Non
non = > friche
Non
oui = > ZA et z one
rés identielle
Non
non = > friche, terrain
vague
Non
non = > friche, terrain
vague
Non
oui = > Com m erce et/ou
m arché "hors ancien s ol
indus triel"
Non
non = > friche, terrain
vague
Non
non = > friche, terrain
vague + res te de déchets
Sites hors bassin versant Bièvre Liers Valloire, mais situés sur des communes comprises en partie sur le bassin versant.
Négoce de combustibles
HAUTERIVES
Stockage de charbon
Non
oui
de M. BARDIN
Fabrication d'emballages en
HAUTERIVES
Scierie SO.BO.GA
Non
site non retrouvé
bois
PAPETERI ES MERAND &
Fabrication de pâte à papier, de
oui => Activité industrielle,
APPRIEU
Non
CIE
papier et de carton
artisanale
APPRIEU
Fabrique "LES FILS DE
LOUIS DELPLANQUE"
RIVES
Dépôt de M. X
TULLINS
Fabrique F.A.E.A.M.
Industrie textile, fabrication de
colorants, de pigments et
d'encres
Fabrication de pâte à papier, de
papier et de carton,
Récupération de matières
métalliques recyclables
(ferrailleur, casse auto... )
Traitement et revêtement des
métaux (traitement de surface,
sablage et métallisation,
traitement électrolytique,
application de vernis et
peintures)
Non
non => friche, terrain
vague
Non
oui => habitat
Non
oui => Activité industrielle,
artisanale
Source : http://bas ias .brgm .fr/do nn ees .as p, exp ort du 02/0 7/2 009
D ocument v alidé
233/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 5
Tableau comparatif des termes du bilan pour la nappe B ièvre
Liers Valloire établis par différentes études
Etudes
Entrées
(millions
3
de m )
Sorties
(millions
3
de m )
SRAE, 1981
BRGM, 1982
A NTEA , 1996
Précipitations
A utres
163
-
130
20
190. 8
96.4
DIREN-BRGM,
2008
286
-
Total
163
150
287.2
286
5.5
5
7.1
10.9
6.7
8.2
5
7.5
13.2
2.6
4.3
13.1
1.3*
37**
20.4
17
27.2
62.3
Distribution
publique d’eau
Irrigation
Industrie
Piscicultures
Total
260
223.7
Bilan
dont 195
dont 162
142.6
132
(millions de m 3)
d’écouleme nt
d’écouleme nt
souterrain
souterrain
En
année
Les
v olumes
moy enne,
le
Larges
prélev és
bilan
est
possibilités
apparaissent
excédentaire,
d’exploitation
minimes
face
mais
des
multiple.
Grands commentaires de aux écoulements
situations
Problème
du
souterrains.
l’étude
difficiles peuv ent
maintien
du
Il faut maintenir
résulter
de
débit
des
un certain débit
saisons
sources et de la
des émergences
automnales
et
qualité de l’eau.
de nappe.
hiv ernales
sèches.
3
* Différence entre les prélèv ements industriels en nappe = 2.3 millions de m et les rejets directs en
3
nappe = 1 million de m .
** Hypothèse haute
L’historique des bilans hy drogéologiques permet, dans les limites des données disponibles au moment
de leur réalisation, de comparer les différents termes du bilan pour 4 années. A partir de l’étude
A NTEA en 1996, une part des entrées dans le bilan a été attribuée à l’alimentation par la molasse
miocène en limites latérales de la nappe des alluv ions fluv io-glaciaires. Q uant à l’étude DIREN-BRGM
de 2008, elle intègre la part de la molasse en comptabilisant la pluie efficace sur l’ensemble du bassin
v ersant Bièv re Liers Valloire et donc sur les surfaces dont le sous-sol est constitué de dépôts de
molasse (massifs des Bonnev aux et de C hambaran), et non pas seulement sur la surface de la nappe
des alluv ions fluv io-glaciaires.
Pour les prélèv ements, on constate une tendance à l’augmentation pour les v olumes prélev és pour
l’irrigation et la distribution publique d’eau au cours du temps. En rev anche, les prélèv ements pour
l’industrie ont fortement diminué. Les prélèv ements pour les piscicultures ont commencé à être
intégrés dans les bilans à partir de l’étude A NTEA de 1996, alors que des prélèv ements en nappe
av aient déjà lieu depuis la fin des années 1960 suite aux baisses du débit des sources.
D ocument v alidé
235/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 6
Inventaire des zones humides du bassin versant Bièvre Liers Valloire
L’inv entaire des zones humides sur le territoire de Bièv re Liers Valloire a été effectué sur la partie drômoise du territoire pour le compte de la Communauté de
Communes Rhône Valloire (Soberco Env ironnement, 2004) et sur la partie iséroise pour le compte du Conseil Général de l’Isère (A VENIR, 2009, recensement
des zones humides de surface supérieure à 1 ha).
NOM
Le Dolon
Le Lambre
Bataillouse
Les Cordes
Le Bois
Etangs Romatifs et étang de
Primarette
Le Verrerie
De l'étang du Fay à l'étang
Barbarin
Rosselière
Combe Chenaux
Etang Vinneneuv e
Grand Etang
Etang le Grand Bois
Etang du Grand Albert
Etangs de la Chapelle
Etangs Neuf et Vieux
Plaine des Groubles
Les Mouilles et le Grand Bigallet
Document v alidé
Surface
(ha)
86.72
60.57
1.05
116.64
62.88
172.70
Sous
Secteur
Dolon
Dolon
Dolon
Dolon
Dolon
Dolon
3.88 Dolon
550.41 Dolon,
Liers
104.96 Dolon,
Liers
9.51 Dolon,
Liers
14.66 Dolon,
Liers
18.31 Liers
33.95 Liers
29.13 Liers
27.46 Liers
7.75 Liers
493.74 Liers
169.39 Liers
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
A utres inventaires
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
REDI
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
Régions d’étangs
Régions d’étangs
REDI
ZNIEFF 1
ZNIEFF 1, REDI
Régions d’étangs
ZNIEFF 1, REDI
ZNIEFF 1, REDI, ENS
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
ZNIEFF 1 et 2, REDI
Régions d’étangs
ZNIEFF 1 et 2
Régions d’étangs
ZNIEFF 1 et 2, REDI
Régions d’étangs
Régions d’étangs
Régions d’étangs
Régions d’étangs
Régions d’étangs
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
Régions d’étangs
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
237/245
Gestion
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Ruisseau du Moulin
Les Grandes Vignes
Haut Villarnoud
Etangs de Nantoin
Petit Nantoin
Les Charpennes
Les Murailles
Ruisseau le Vauchesse
Chapelle de Flév in
Les Vernes
Etang du Roujat
Les Av ersoins
Fromenta
Le Moulin
Etang du mas des Beroudières
Bertholière
Etangs de Saint-Didier de
Bizonnes
Combe noire
Bois des Riv oires
Combe de Bocsozel
Le Polard
Combe du Dev et
Combe la Madon
Ancienne Ferme Constant
Les Charpillates
Ferme de la Mure
Grand Balbins
Maison Denolly
Ruisseau des Ey doches
Les Ecommunaux
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
Sous
(ha)
Secteur
278.82 Liers
8.29
14.07
87.34
2.68
11.35
3.97
22.98
7.71
5.71
0.95
2.13
0.86
8.35
2.19
1.98
26.32
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
Liers
2.79
3.10
1.02
3.85
4.63
1.08
0.71
1.60
3.88
6.40
15.37
7.57
13.93
Liers
Liers
Liers
Bièv re
Liers
Liers
Liers
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Liers
Bièv re
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
A utres inventaires
ZNIEFF 1 et 2, REDI,
ENS
REDI
Régions d’étangs
Régions d’étangs
REDI
Régions d’étangs
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
REDI
REDI
Petits plans d’eau et bordures de plans d’eau
Petits plans d’eau et bordures de plans d’eau
REDI
REDI, ENS
Petits plans d’eau et bordures de plans d’eau
REDI
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
238/245
Gestion
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Le Varchet
Maison Duc
Etang du Marais
Etang du Loup
L'Oron
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
(ha)
4.32
1.77
17.51
2.25
129.45
Ruisseau de Regrimay
Ferrouillat
L'Etang
13.20
5.48
320.21
Combe de Fondon
Les Bajeaux
Combe du Rafour
Combe de Claire
Torrent de la Pérouse
Le Truchet
Ruisseau de Bertrand
Chassagne
Les Charbonnières
Combe des Mermes
Ruisseau de la Lolagne
Charpenay
Ruisseau de l'Abbay e
Ruisseau de La Jallinière à Les
Essarts
Charbonnières
Combe de la Coche
Ruisseau de la Combe des
Villards
La Croix Bergeret
Combe du Bos
Puy Muret
6.75
13.98
5.36
6.87
23.54
49.29
11.14
403.07
12.46
9.80
6.17
2.24
65.96
14.33
Document v alidé
Sous
Secteur
Liers
Liers
Liers
Bièv re
Bièv re,
Valloire
Valloire
Valloire
Bièv re,
Valloire
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
196.06 Bièv re
4.45 Bièv re
9.25 Bièv re
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
A utres inventaires
Gestion
REDI
Petits plans d’eau et bordures de plans d’eau
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
REDI, ENS
REDI, ENS
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
REDI
REDI
13.93 Bièv re
33.16 Bièv re
8.93 Bièv re
REDI
239/245
X
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Les Meunières
Plateau du Parc Naturel de
Chambaran
Ruisseau de Saint-Michel
Ruisseau de Combe Marron
Grandes Combes
Ruisseau des Combes
Les Etangs
Torrent le Riv al
Petit Berthier
Combe de Beaumont
Ruisseau de Combe Robert
Ruisseau le Rif
La Barrière
Les Hautes Ay es
Prairies humides et étangs de
Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs
Bletonnay
Le Thivoley
Le Battoir
Le Marais
Les Brosses
La Haute Charrière
Ruisseau le Frinquin
Bertholet
Ruisseau le Biel
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
Sous
(ha)
Secteur
1.47 Bièv re
456.66 Bièv re
Typologie ZH
19.04
2.65
12.84
19.69
27.69
48.68
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
13.85
2.70
48.71
162.92
6.70
4.56
69.48
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
7.97
7.08
1.15
5.15
0.57
1.82
9.65
0.74
8.46
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Liers
Liers
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Dispositifs
réglementaires
A utres inventaires
Inv entaire tourbières :
Bassin v ersant
tourbière de la Combe
des Planchettes,
ZNIEFF 1, REDI
REDI
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI, ENS
Inv entaire tourbières :
Bassin v ersant
tourbière des Riv oires,
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
REDI
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
REDI
240/245
Gestion
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Le Marais
Le Not
Ruisseau de la Bordèche
La Tourbière du Grand Lemps
Camp militaire de Chambaran
Pré-Rey naud
Etang des Amoureux
Carrière de la Ferme de Bièv re
Etangs des Chaussées
Etang de la Serv erotte
Contre canal Janne Polan
Rhone courcircuité de
l'aménagement CNR du Péage
de Roussillon
Le Lac
Etangs Gras et Neuf
Les Epines Bénites
Champ Coupier
Chav anou
Les Fontaines
Les Sauterelles
Les Compteaux
Sources de Manthes
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
(ha)
28.73
1.45
1.95
73.40
Sous
Secteur
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Bièv re
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
9.16
10.75
0.51
12.71
1.75
5.43
1.19
1.42
4.88
Dolon
Dolon
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Gestion
REDI, ENS
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Réserv e
naturelle, Zone
de protection loi
1976
1 555.35 Bièv re,
Valloire
527.64 Bièv re,
Valloire
1.24 Bièv re
0.94 Bièv re
11.17 Liers
68.48 Liers
10.84 Dolon
906.01 Dolon,
Valloire
A utres inventaires
Inv entaire tourbières,
X
Zone Natura 2000 SIC,
REDI
Zone Natura 2000 SIC
- Etangs, landes,
v allons tourbeux
humides et ruisseaux à
écrev isses de
Chambaran -, REDI,
ENS
ZNIEFF 1, REDI
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
REDI
Régions d’étangs
Régions d’étangs
REDI
REDI
REDI
REDI, ENS
Régions d’étangs
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Zones humides artificielles
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Zone humide ponctuelle
241/245
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Les Biesses
Les Petites B iesses
Etang du Fay aret
Riv es de l'Oron au Pré Mornay
Ripisy lv e de l'Oron aux
Bardelières
Etang des Saint Sorlin en
Valloire
Ripisy lv e du Regrimay aux
Granges
Les Ormes
Saint Priest
Bois de Lev aux
Centre d'enfouissement
technique de Saint Sorlin
Forêt de Mantaille
Etang de Mantaille
Gué de Bancel
Plan d'eau aux "Grises"
Les Grises
Le Ménétrier
Ripisy lv e du Bancel au Grand
Moulin
Les Grandes Vignes
Château de Mantaille
Les Perciv aux
Les Jacquiers
La Béraudière
Les Jacquiers (2)
Roselière à Anney ron
Plan d'eau d'Anneyron
Volozière
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
(ha)
7.75
12.61
0.57
9.65
20.86
Sous
Secteur
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
2.72 Valloire
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
7.30 Valloire
Bordures de cours d’eau
0.13
0.33
0.47
0.07
Valloire
Valloire
Valloire
Valloire
Zone humide ponctuelle
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
Zones humides artificielles
0.13
1.16
0.08
0.09
0.07
0.33
14.19
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bordures de cours d’eau
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Bordures de cours d’eau
Zone humide ponctuelle
Zone humide ponctuelle
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
0.25
0.19
0.17
0.19
0.12
0.18
0.11
2.32
2.87
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bordures de cours d’eau
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
242/245
A utres inventaires
Gestion
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Saint Amour
Plan d'eau de Saint Amour
Barathon
La May erie
Siberton
Ripisy lv e de l'Oron aux
Bardelières
Chav anou (1)
Chav anou (2)
Ripisy lv e du Dolon à
Chambalud
Réserv e d'eau du Grand Pré
Réserv e d'eau d'Arcoule
Ripisy lv e de la Bège à BougéChambalud
Le Moulin
La Gare
Bon repos
Argentelle à Saint Romain
d'Albon
Confluence du Bancel
Zone de loisirs de Disard
Croisieux
Les Rostaings
Plan d'eau de Beausemblant
Les Marettes
Le Grand Gabo
Saint Didier
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
(ha)
0.37
0.17
0.07
0.15
0.74
0.42
Sous
Secteur
Bancel
Bancel
Bancel
Valloire
Valloire
Valloire
Typologie ZH
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
0.13 Dolon
0.13 Dolon
0.80 Dolon
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
6.86 Dolon,
Valloire
1.25 Valloire
2.54 Valloire
1.68 Bancel
Plaine alluv iale
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Bancel
Valloire
Valloire
Valloire
A utres inventaires
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
0.87 Valloire
0.60 Valloire
7.40 Dolon
37.82
1.08
6.70
0.96
0.94
20.96
0.29
0.38
Dispositifs
réglementaires
Bordures de plans d'eau (lacs, étangs)
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Bordures de cours d’eau
Zone humide ponctuelle
Zones humides artificielles
Bordures de cours d’eau
Zone humide ponctuelle
Bordures de cours d’eau
Milieux humides remarquables identifiés repris pour partie dans l'inventaire de zones humides
d'AVENIR.
Tourbière des Riv oires
Document v alidé
0.90 Bièv re
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
Inv entaire tourbières
243/245
Gestion
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
NOM
Tourbière de la Combe des
Planchettes
Etangs, landes, v allons
tourbeux humides et ruisseaux
à écrev isses de Chambaran
Ile de la Platière
Document v alidé
SAGE Bièv re Liers Valloire
Surface
Sous
(ha)
Secteur
9.90 Bièv re
1 491.00 Bièv re,
Valloire
> 600 Dolon
Typologie ZH
Dispositifs
réglementaires
A utres inventaires
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
Inv entaire tourbières
Zones humides de bas fonds en tête de bassin
Zone Natura 2000 SIC
Bordures de cours d’eau et plaines alluv iales
Réserv e
naturelle, ZICO
244/245
Zone Natura 2000 SIC
et ZPS
Gestion
X
X
E tat des lieux des milieux et des usages
Version validée en C LE le 8 av ril 2010
SAGE Bièv re Liers Valloire
Annexe 7
Les bandes enherbées (couvert environnemental le long d’un
cours d’eau)
Les bandes enherbées acceptables comme couv ert env ironnemental (C hambre d’Agriculture de l’Isère,
2007) :
Elément existant
Haie de largeur < 5 m
Haie de largeur > 5 m
C hemin < 5 m
C hemin > 5 m
C hemin + haie < 5 m
C hemin + haie > 5 m
C aractéristique de la bande enherbée
Largeur de 5 m minimum
La bande enherbée complète la haie pour arriv er à une largeur de 5 m
minimum
Pas de bande enherbée nécessaire
La bande enherbée complète le chemin pour arriv er à une largeur de 5 m
minimum
Pas de bande enherbée nécessaire
La bande enherbée complète pour arriv er à une largeur de 5 m minimum
Pas de bande enherbée nécessaire
D ocument v alidé
245/245
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising