C`est en cherchant… que l`on se trouve

C`est en cherchant… que l`on se trouve
p. 4 INITIATIVES Forum éduquer pour demain, Tours 2008
p. 18CITOYENS DU MONDE L’animation, c’est tout un monde
`YaU[Un]bY
XYgZfUbWUg
^i]``"gYdh" b”&+,
&$$+
C’est en ch
e
que l’on s rchant…
e trouve
Les activités scientifi
ques, techniques et in
dustrielles
en centre de loisirs
prendre
Des clés pour com
© AD80
`YaU[Un]bY
XYgZfUbWUg
SOMMAIRE
3
Questions de principe
4
Initiatives
6
Paroles de pionniers
7
Agir : mode d’emploi
8
Formation
9
Des clés pour comprendre
17
^i]``"gYdh" b”&+,
&$$+
Les 3 questions d’Éric Nédelec
Forum éduquer pour demain, Tours 2008
Suzanne Jaligner
L’éducation aux médias, on s’y met !
Connaître une autre forme d’animation
Les activités scientifiques, techniques et industrielles
On en parle encore !
du Monde
18 Citoyens
L’animation, c’est tout un monde
Partenaires : un réseau irremplaçable
20
ÉDITO
oici venue l’automne.
V
En ce mois de septembre qui déjà se termine, ce magazine revient en quelques pages sur les activités d’été,
dans la rubrique Citoyens du Monde, notamment, où plusieurs
expériences témoignent de la richesse éducative des rencontres et
échanges européens et internationaux. Malgré une météo estivale maussade, les premières indications sur la fréquentation des
centres de loisirs sont, elles, au beau fixe.
Septembre, c’est aussi le mois de la rentrée scolaire, l’occasion
d’identifier les priorités éducatives à l’œuvre. Pour notre Mouvement,
préoccupé de la réussite éducative de tous, convaincu de la
globalité de l’éducation, la reconnaissance de la diversité des
interventions éducatives et pédagogiques est une impérieuse
nécessité.
Développer et mettre en œuvre pour tous, écoliers, collégiens
et lycéens la possibilité de pratiques culturelles, sportives durant
les temps périscolaires, est inscrit dans le projet de notre dernier
congrès Éduquer pour demain.
La rubrique Question de principe qui traite de l’illettrisme et le
dossier consacré aux activités scientifiques viennent, encore une
fois, témoigner de notre engagement et de nos actions résolues
au niveau local pour contribuer à la construction des réponses
éducatives nécessaires.
Cette conception, nous la partagerons avec plusieurs centaines
d’entre vous dans quelques mois à Tours, comme en témoigne la
rubrique Initiatives. Faites-nous connaître celles que vous prenez,
pour, quotidiennement, accompagner le parcours éducatif des
enfants et adolescents que vous animez.
Zooms sur vous
n La rédaction
Couverture : © Dominique Lefilleul – Cliché DR
Web Tour
22 Jardinons à loisir !
23
C’est à vous
Portrait
24 Une vie pleine de bonnes opportunités !
le magazine des Francas n° 278
Directeur de la publication : Philippe Deplanque – Responsable du magazine : Didier
Jacquemain (djacquemain@francas.asso.fr) – Animatrice
de la rédaction : Nadia Astruc (nastruc@francas.asso.fr)
– Ont contribué aux rubriques générales : Nadia
Astruc, Emilie Bienfait, Pauline Bonnet, Alain Buchot, Joël Carl,
Loïc Deberge, Mariane Denis, Suzanne Jalignier, Michel Jorand, Sonia Jouffre, Guillemette
Leneveu, Virginie Lorand, Vincent Mabire, Sarah Mieth, Salim Mokhnachi, Eric Nédelec,
Frédéric Oger, Nicolas Raffin, Mercedes Rodrigues, Sabrina Thénor, Léa Vigneron –
Maquette :
Impression : Paton Imprimeur – 71, avenue du
Maréchal-Leclerc – 10120 St-André-les-Vergers Les Francas : 10-14, rue Tolain – 75980
Paris Cedex 20 – Tél. : 01 44 64 21 53 – Fax : 01 44 64 21 11 Camaraderie n° 278
Juillet-Septembre 2007 – Trimestriel – Abonnement : 4 n°/an : 7,62 n – Numéro de commission
paritaire n°1009 G 79149 – ISSN n°0397-5266 – www.francas.asso.fr
E. N. : Quelles activités faites-vous ?
Concrètement comment se passe
une journée type ?
M. R. : Les ateliers CLAS se déroulent
les mercredis matins. Cette année, il y
avait une dizaine d’enfants, niveau
CM2. Après l’accueil, je fais un retour
sur la séance précédente puis je propose
le programme de la matinée. Certains
enfants ont la gestion du matériel, du
cahier de présence… L’atelier démarre
toujours par un temps de lecture : je lis
une page maximum. Puis c’est l’activité même : création d’un abécédaire,
jeux d’écriture, radio, théâtre, arts plastiques… À 10 h 30, il y a un goûter.
L’idée est venue des enfants. Chacun
amène quelque chose, qu’il a fait avec
sa famille. C’est important car cela leur
permet de s’exprimer, de parler de leur
QUESTIONS DE PRINCIPE
Les 3 questions
d’ Éric Nédelec
Chargé de mission à l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme (ANLCI)
sur les questions d’éducation, de prévention et de partenariat éducatif,
Éric Nédélec est instituteur de formation. Il a également été formateur
pour adultes.
Mercedes Rodrigues travaille dans une maison de quartier de Saint-Étienne.
Elle est animatrice dans le cadre des ateliers de Contrat Local d’Accompagnement
à la Scolarité (CLAS) et sur le centre de loisirs, essentiellement pour les 7-13 ans.
C’est autour du thème de la lecture et de l’écriture en centre de loisirs
qu’ils se sont rencontrés à Lyon, au siège de l’ANLCI.
i
quotidien… L’activité reprend, suivie
d’un temps libre. La matinée se finit sur
un bilan, après que les enfants aient
présenté chacun un livre, un article ou
une publicité. L’écriture, la lecture sont
vues ici comme un plaisir, destiné à
s’évader. Ce n’est pas une lecture forcée
pour pouvoir passer dans le cours
supérieur ! Ce sont les enfants qui
choisissent le support, parfois juste sur
la couverture. Pour moi il ne faut pas
proposer un seul type de lecture car ce
genre d’activité est dur à amener, elle
ne doit pas être plaquée sans projet
derrière et sans explication.
E. N. : Vous impliquez les familles
dans vos actions et je trouve cela
important. Pouvez-vous dire pourquoi et comment ?
M. R. : Pour moi c’est essentiel.
L’implication des familles dans les
activités est obligatoire. En plus cela
valorise les enfants aux yeux de leurs
parents, de leurs professeurs et des
autres enfants. Si l’enfant est motivé et
qu’il se sent soutenu par ses proches,
les résultats seront meilleurs. C’est aussi
un moyen de montrer aux familles que
ce qui est important c’est de faire
quelque chose avec son enfant et
d’en parler. Même si tous les parents
n’ont pas les mêmes ressources, c’est
à l’environnement de leur en proposer
d’autres, de leur montrer où les trouver.
Le fait d’ouvrir le CLAS à toutes les
écoles, publiques comme privées,
permet aux familles de comprendre
que ce genre de difficulté peut toucher
tout le monde. Chacun a son rôle dans
l’apprentissage de la lecture et de
l’écriture, c’est une responsabilité
collective.
n Éric Nédélec
eric.nedelec@anlci.fr
Mercedes Rodrigues
EN S AVO IR PLUS
Mercedes Rodigues : En amont
non. On se rend compte de ce que
cela a amené lors des bilans de fin
d’année. Même si l’idée a pu germer
au début du projet, lorsque l’on est
dedans on n’y pense plus. Par exemple
cette année j’avais un enfant en grande
difficulté pour s’exprimer et lire. Pour
l’impliquer dans l’atelier je l’ai rendu
responsable de la « boîte à livres ». De
lui-même à la fin du trimestre, il m’a
fait un retour sur une BD. Cela a été
un moment formidable pour moi, de
me rendre compte que j’avais réussi
quelque chose pour lui !
Les enfants qui viennent au CLAS
sont repérés par les instituteurs ou les
familles. Au début les rapports avec
l’école étaient un peu durs, mais depuis
cette année c’est mieux. Je fais des réunions avec les instituteurs et les familles
pour expliquer mon travail et l’avancée
des activités. Et en fin d’année je réunis
tout le monde avec les enfants pour un
bilan. Il y a de plus en plus de monde.
Je pense que je suis une ressource
maintenant, un lien entre l’école et les
familles. Certains instituteurs orientent
d’eux-mêmes les parents vers moi. Leur
regard change lorsqu’ils se rendent
compte de ce que les enfants sont
capables de faire hors du cadre scolaire.
© Nadia Astruc
Éric Nédélec : Être illettré c’est
se retrouver incapable, après un
certain nombre d’années d’études, de comprendre ou de produire
un texte simple. Quand vous menez
vos activités, avez-vous le sentiment
de faire des actions de prévention
de l’illettrisme ?
L’ANLCI est un groupement
d’intérêt public créé en
octobre 2000 pour lutter
contre l’illettrisme.
Leur slogan « réunir pour
mieux agir » résume bien
leur action. Elle « mobilise
et travaille avec et pour
ceux qui agissent et
peuvent agir au niveau
institutionnel et sur
le terrain pour prévenir et
lutter contre l’illettrisme. »
En plus de cette dimension
fédérative, l’ANLCI tente
d’en finir avec les idées
reçues par des opérations
d’information et de sensibilisation, mesure les actions
et leurs répercussions,
accompagne et aide les
acteurs engagés dans ce
combat. En plus de l’équipe
nationale, des chargés de
mission régionaux agissent
au local.
www.anlci.gouv.fr
le magazine des Francas n° 278
initiatives
Forum éduquer pour
Éduquer pour demain :
un forum centré
sur l’engagement local
Les Francades des années 1960-1970 ou,
plus récemment dans les années 1990,
les Rendez-vous de la Place de l’Enfant
aux Karellis : l’histoire de notre Mouvement
est jalonnée de grands rassemblements qui,
dans la foulée de Congrès marquants,
ont favorisé l’appropriation, l’approfondissement,
l’échange, la créativité, la mobilisation pour
la mise en œuvre d’orientations nouvelles
pour l’« invention de demain ».
A
vec l’ambition de réunir sur
quatre jours, du 28 juin au
1er juillet 2008, 2 500 participants issus de cinq publics,
jeunes, parents, enseignants,
professionnels de l’animation, décideurs,
le Forum « Eduquer pour Demain »
s’inscrit naturellement dans cette tradition. Mais il se veut également en prise
directe avec les orientations les plus
actuelles de notre Projet, notamment
celles qui ont trait à la question du
Mouvement et de sa dynamique.
L’ensemble du Forum s’articule autour
de la notion d’engagement. Lorsque
nous citons l’adage wolof « Il faut tout
un village pour éduquer un enfant »,
nous affirmons en fait que l’Education
est l’affaire de tous. Elle n’est donc pas
seulement une affaire d’institutions, de
spécialistes, de professionnels, mais
elle requiert la participation volontaire
d’acteurs relevant des statuts les plus
divers.
Pour les Francas, si l’engagement se
traduit concrètement dans l’action, il
ne saurait cependant se réduire à l’activisme. Il s’appuie sur un certain nombre de valeurs, humanisme, liberté,
égalité, solidarité, laïcité, paix, qui
fondent cette action, la resituent en
permanence en fonction d’une certaine
idée de l’Homme, de ses relations aux
autres, de sa place dans la société.
Par ailleurs, c’est au plan local, au
plus près des besoins des enfants et
des jeunes, sur leur territoire de vie,
que cet engagement trouve le mieux
sa pertinence. Le Forum « Eduquer
pour Demain » vise donc à rassembler
des acteurs locaux qui, au-delà de la
diversité de leur statut et de leur mode
d’intervention, s’inscrivent dans une
logique d’engagement/implication qui
trouve une traduction concrète sur les
territoires.
Cet esprit général structurera d’ailleurs
l’organisation et le déroulement du
Forum, dans les contenus comme dans la
forme. Tout au long de ces quatre jours,
selon une organisation qui permettra
à chacun de construire son parcours
personnel au sein du programme proposé (pléniers, rencontres thématiques,
temps d’échange, de mise en commun,
parcours libres…), les participants
disposeront de quatre types de temps
pour :
Se ressourcer :
Moments d’enrichissement permettant de prendre de la hauteur, mais aussi
moments forts pour la cohésion du
groupe, ils s’appuieront sur la parole
d’experts intervenant sur des thématiques sociétales, à raison d’une conférence quotidienne sur les trois premiers
jours.
Échanger, partager :
Construits dans l’esprit des « forums
sociaux » ou « forum autogéré », ces
temps permettront à chacun de bâtir
librement son parcours en fonction de
son intérêt pour les sujets présentés
par les participants eux-mêmes.
Pour autant, la démarche ne relève
pas d’une logique d’exposition. Il s’agit
plutôt de permettre des témoignages
qui crédibilisent l’action locale, proposent le débat, la discussion, le questionnement, admettent la remise en cause
et recherchent l’enrichissement par
l’échange.
le magazine des Francas n° 278
Construire son engagement :
Il s’agira d’ateliers quotidiens ouverts
à un public de l’ordre de 250 personnes
dont les thèmes porteront sur des
objets ou les domaines d’engagement,
en référence au projet des Francas,
sans exclure des entrées spécifiques à
un public donné.
Se détendre :
La convivialité, dimension incontournable de l’Éducation Populaire… et,
a fortiori, du temps libre, sera prise en
compte à des titres divers : accueil,
pauses, temps festifs...
n Michel Jorand
jorand.michel@cegetel.net
Pour les
Francas,
si l’engagement
se traduit
concrètement
dans l’action,
il ne saurait
cependant se
réduire à
l’activisme.
r demain, Tours 2008
Appel à projets pour les jeunes
Relayant un appel à projets national, les Mutualités sociales agricoles (MSA)
d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher développent depuis trois ans une bourse
aux projets de jeunes visant à enrichir la vie en milieu rural et à favoriser
l’esprit d’initiatives des jeunes. À destination de publics divers, ces initiatives
peuvent concerner les loisirs, la culture, la vie quotidienne en milieu rural…
Ouverts aux jeunes de treize à vingt-cinq ans, les groupes composés au minimum
de trois personnes déposent un dossier présentant leur proposition à la MSA
de leur département.
L
e 12 mai 2007, neuf dossiers
ont été présentés devant un
jury formé d’élus, de techniciens de la MSA et de représentants de mouvements tels
que le Mouvement rural de la jeunesse
chrétienne et les Francas.
Après des échanges avec le jury,
celui-ci a primé les groupes prenant en
compte la pertinence du projet au
regard de la situation locale, mais
surtout l’implication des jeunes dans la
définition et la mise en œuvre de ce
programme.
Depuis le début, l’association départementale des Francas d’Indre-et-Loire
accompagne la MSA dans la définition
et la mise en place de ce concours,
dans l’information auprès des structures et l’accompagnement des groupes
qui le souhaitent.
Un engagement encouragé
Cette année chaque dossier retenu
a reçu une bourse d’un montant
s’élevant de 1 000 à 2 500 euros.
Au-delà du prix, cette démarche
d’appel à projets favorise l’implication
des jeunes qui élaborent leur projet,
le soutiennent et le défendent auprès
du jury, le réalisent, avec un accompagnement possible des mouvements
ou accueils de jeunes, puis en font le
bilan avec la MSA.
Cette année, les jeunes qui ont
exposé leurs projets étaient organisés
en association, en conseil municipal de
jeunes ou étaient accompagnés par
des accueils de jeunes. Les propositions
étaient diversifiées : festivals de musique
actuels, aménagement d’un local jeune,
skate park… L’idée qui a retenu l’attention du jury s’appelait « Rurafête ». Elle
visait à faire vivre une journée festive
intergénérationnelle, avec une exposition, des témoignages d’anciens, un
bal folk, un repas partagé…
De vraies résolutions portées avec
enthousiasme et réalisme au service
des autres et du milieu rural !
n Loïc Deberge
francas.37@wanadoo.fr
© D. Lefilleul d’après cliché Stockbyte
« Stars Ados » édition 2007
De l’écriture à la réalisation, chacun s’exprime, imagine, interprète… et participe
à une grande aventure. Pour que le temps des vacances devienne un espace à investir,
pour croiser des regards, partager des compétences et développer des synergies.
A
l’initiative des Francas du
secteur de Besançon, le festival
Stars Ados a permis aux élèves des classes de première
et de terminale de la section
audiovisuelle du Lycée Pasteur de participer à la création de courts-métrages
vidéo dans les centres de loisirs. Ce festival réuni chaque année, en juillet, une
dizaine de centres ados qui présentent
leur réalisation vidéo en concours sur
un thème imposé. Il permet aux jeunes
de onze à dix-sept ans d’aborder la
création d’un film en participant à
toutes les phases de réalisation, de
s’insérer dans une situation de communication, de choisir une stratégie
d’écriture, de mettre en place des dialogues, de confectionner des costumes
et des décors…
Pour Mathias, élève de la section
audiovisuelle, c’était la possibilité de
partager sa passion, de « faire bien » et
que les ados du centre de loisirs de
Saint-Vit « prennent du plaisir ». Sur le
thème de la protection de l’environnement, les jeunes ont décidé de tourner
un clip sur les gestes de la vie quotidienne
qui, dans leur commune, chaque jour,
mettent en danger la planète. Il a été
nécessaire de trouver les meilleures
images pour exprimer les agressions
permanentes de l’environnement, de
chercher les meilleures expressions de
la domination des hommes sur leur
environnement.
Mathias a apporté son enthousiasme,
ses contre-plongées, ses travellings au
service des choix collectifs des jeunes
réalisateurs qui ont découvert l’utilisation
des techniques cinématographiques.
Lors de la journée festival du 26 juillet,
l’ensemble des centres ados a pu
découvrir le travail réalisé par les différentes équipes de tournage en assistant à
la projection de tous les courts-métrages.
Les membres du jury, composé d’adolescents ayant contribué aux réalisations,
ont élu le film du centre de loisirs de
Saint-Vit comme le meilleur film du festival 2007.
Nous ne savons pas si Mathias engagera une formation d’animateur mais
il souhaite à nouveau réaliser une vidéo
avec le centre de loisirs. Une copie du
film a été remise à chaque élu de la
municipalité.
n Alain Buchot
francas.doubs@fr.oleane.com
le magazine des Francas n° 278
© N. Astruc
occupations, on ouvre les yeux sur certains problèmes pas toujours faciles à
résoudre. Je dois dire qu’aujourd’hui je
me sens en perte de vitesse sur les
questions de l’alcool. Quand on va à
leur rencontre, si c’est au début de la
soirée, on peut encore parler, mais
quand les bouteilles sont sorties, ce
n’est plus la peine de discuter… Si l’on
ajoute à cela les autres dépendances
telles que la cigarette… C’est un véritable fléau et je ne sais pas par quel
bout le prendre. Nous travaillons avec
le collège autour de ces questions,
nous tentons de leur expliquer qu’ils
jouent avec leur santé, qu’ils le paieront plus tard.
PAROLES DE PIONNIERS Suzanne Jaligner a toujours été impliquée dans
le secteur de la jeunesse. Aujourd’hui maire de
la ville de Connéré dans la Sarthe, son engagement
est toujours aussi fort. Mener une politique active,
tel pourrait être son credo !
Faire pour montrer
ce qu’il en est !
J’
ai commencé à m’occuper
des jeunes un peu avant
1968. À l’époque, un
groupe de jeunes voulait
encadrer des enfants. J’ai
proposé de structurer tout
cela. Nous avons trouvé un soutien
auprès des Francas. Je les connaissais
par le biais de mon frère, lui-même à
l’origine de la formation de l’association départementale des Francas de la
Sarthe. Grâce aux Francas nous avons
pris conscience des responsabilités
engendrées par l’encadrement des
enfants. Je suis alors devenue militante
des Francas… jusqu’à aujourd’hui !
Les idées de ce Mouvement correspondaient à mes objectifs éducatifs.
J’ai pu les appliquer dans ma vie professionnelle puisque j’ai notamment été
directrice de collège. J’ai été membre du
bureau des Francas, puis vice-présidente.
Au tout début, les réunions étaient le
dimanche matin car beaucoup de gens
travaillaient le reste de la semaine. J’ai
aussi été formatrice au local mais je
le magazine des Francas n° 278
n’ai pas fait d’encadrement de stages
de formation par manque de temps.
En janvier 2006, la ville de Connéré
comptait 2 800 habitants. Bien que
nous ayons une très forte proportion
de personnes de plus de soixante ans,
nous scolarisons environ mille enfants,
de la maternelle au collège. C’est pourquoi nous avons très vite mis en place
des activités estivales pour les enfants :
camps itinérants, base de loisirs…
Pendant l’année scolaire, nous essayons
de proposer des sorties comme la
piscine. La commune a vraiment cherché à structurer les activités de loisirs
sur son territoire. Depuis 2001, un
grand nombre de services municipaux
pour les jeunes a été mis en place :
accueils enfants, périscolaire, adolescents, plus de dix-huit ans.
Rester jeune !
Lorsque l’on échange avec les jeunes,
c’est valorisant pour nous comme pour
eux. Cela nous permet de mieux
connaître leur mode de vie, leurs pré
Heureusement pour nous, les jeunes
ont une bonne image des élus. Ils
savent qu’ils peuvent nous parler, en
toute confiance. L’échange est réel. Ils
nous font avancer en amenant des
éléments nouveaux nous permettant
de progresser, en nous faisant envisager des prospections, des choses à
améliorer.
Le centre de loisirs est encore très
familial. Nous avons réussi à fidéliser
les jeunes animateurs et tout le monde
se connaît. Ce sont des jeunes d’ici qui
animent. D’une façon générale, le militantisme devient plus dur à faire passer
depuis une petite dizaine d’années.
Peut-être est-ce dû au fait que les
jeunes ont d’abord besoin d’argent, ce
qui est normal, et qu’ils considèrent
le centre de loisirs comme un moyen
purement financier. Mais on arrive
encore à faire passer l’idée qu’il vaut
mieux apporter quelque chose à des
jeunes plutôt que de mettre des
rillettes en pot tout l’été ! En plus ils
apprécient de se faire connaître et
reconnaître. Ils sont valorisés et ont
le sentiment d’être utiles. C’est en
quelque sorte une petite école du militantisme !
Voir le futur
Travailler avec les enfants m’a permis
d’avoir les pieds dans le monde réel, de
ne pas rester dans mon coin. Et puis
j’ai toujours eu de bonnes relations
avec les jeunes. Appartenir aux Francas
m’a tout apporté. Si je suis élue depuis
quarante ans à la ville de Connéré, et
maintenant maire, c’est parce que j’ai
très vite compris que c’était par son
engagement que l’on pouvait servir au
mieux sa commune. C’est un tout.
Pour moi les Francas diffusent des
valeurs incontournables : l’apprentissage de la citoyenneté, le respect de
l’autre, et la laïcité sans le prosélytisme
ni l’embrigadement. La laïcité, c’est
l’éducation qui permet à chacun de
juger et de s’orienter. Elle ne doit pas
pour autant peser sur les consciences.
Il s’agit de respect des valeurs humaines
et morales.
Nous avons tenté d’appliquer ces
notions au fil du temps : cela ne sert à
rien de parler, il vaut mieux agir.
n Propos recueillis
par Nadia Astruc
C’
est ainsi que le centre de
loisirs sans hébergement
de Querqueville a souhaité
placer l’éducation aux
médias au cœur de son
projet pédagogique sur l’été 2007.
Mais comment peut-il prendre en
compte l’influence des médias dans ses
actions ? Quelle place peut-il jouer
dans leur compréhension ?
Quelques craintes…
Auparavant, l’équipe n’avait jamais
envisagé de s’investir sur un tel projet.
Cela s’expliquait essentiellement par la
crainte de ne pas avoir suffisamment
de compétences techniques ou d’outils
pédagogiques. Il aura fallu une sollicitation nationale dans le cadre d’une
initiative entre les Francas, la Ligue de
L’éducation
aux médias, on s’y met !
AGIR : MODE D’EMPLOI
La télévision, le téléphone, la presse, Internet, les jeux vidéo… inondent le quotidien
de nos enfants. Mais les comprennent-ils ? Ont-ils suffisamment de recul ?
Ces questions sont souvent soulevées par les animateurs lorsque des événements
particuliers influent sur le fonctionnement des structures de loisirs.
Les attentats du 11 septembre, le « coup de tête » de Zidane ou encore l’invasion
des « Tamagotchis » sont autant de prétextes pour de longues discussions
sur les questionnements ou les comportements d’enfants.
Ce qui nous plaît
c’est de faire
des choses à nous
et pour nous.
Camille
Caroline et Laura
die
s Norman
© Franca
La caméra c’est
rigolo à utiliser
mais pas facile
à manipuler.
l’enseignement et les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation
active (CEMEA), et la présentation du
dispositif « Écrans Mômes » des CEMEA
pour que l’équipe Querquevillaise se
lance dans cette aventure.
L’éducation aux médias peut être
l’affaire de tous, technicien ou non : un
minimum de matériel, des outils pédagogiques et un peu de motivation peuvent suffire. Chaque animateur est en
mesure de trouver de l’intérêt à ce projet mobilisateur et porteur de sens.
C’est l’occasion de dépoussiérer du
matériel, de se former à de nouvelles
pratiques, mais surtout de démontrer
aux autres structures que la technicité
n’est pas un frein.
mise en valeur ou détournement d’images, manipulation de matériel spécifique, réalisation de petites vidéos… ont
fait le bonheur de tous. Enfin, un lieu
de valorisation a permis aux enfants
d’investir l’accueil des familles pour diffuser et afficher leurs productions.
Désormais, l’heure est à l’évaluation.
Mais une chose est certaine : l’enthousiasme des enfants et la motivation des
animateurs confirment l’idée première.
Cette expérimentation ne doit pas s’arrêter, il faut agir pour en faire un projet
permanent. À vous de jouer !
Une première
expérimentation
Les objectifs définis, l’équipe de
Querqueville s’est donc lancée dans
une réflexion sur l’organisation et le
fonctionnement du projet. Quelques
principes ont été arrêtés :
– ne pas se lancer dans des projets trop
ambitieux ;
– s’appuyer sur des dispositifs existants,
tel que « Écrans Mômes » ;
– aménager des temps et des espaces
formalisés ;
– faire d’une expérimentation un projet
permanent.
La deuxième étape a consisté à installer rapidement un atelier permanent
où les enfants ont pu découvrir et utiliser le cédérom « Écrans Mômes ». Le
montage n’a alors plus eu de secret
pour eux. Une salle d’expérimentations
animée par un animateur référent a vu
le jour. Décodage de séquences vidéos,
n Émilie Bienfait
ebienfait@francasnormandie.fr
T
On a fait les news
du centre : il y a
des reporters,
la météo,
le générique…
Juliette et Emma
Ça nous plaît
de passer dans
une vraie télé.
Solène et Axelle
« Écrans Mômes », un outil
pédagogique de qualité
et simple d’utilisation…
Le dispositif « Écrans Mômes »
est un espace d’animation
éducative. Cette démarche
pédagogique a pour objectif
général de sensibiliser les jeunes
de huit à douze ans à l’influence
de l’image (publicitaire, journalistique…) dans notre vie
quotidienne, dans notre manière
de penser et de percevoir le
monde aux travers des écrans.
Les CEMEA – www.cemea.
le magazine des Francas n° 278
Connaître
une autre forme d’animation
© N. Astruc
Formation
C’est au centre de loisirs de Neuilly-sur-Suize que
Léa Vigneron, vingt-et-un ans, est pour la première
fois directrice. Après avoir suivi son stage de base
de la formation du Brevet d’Aptitude aux Fonctions
de Directeur (BAFD) au mois de mai, elle a été
embauchée par les Francas pour le mois de juillet
dans cette petite ville près de Chaumont.
Camaraderie est parti à sa rencontre.
Camaraderie : Quel a été
ton parcours jusqu’ici ?
Léa : Cela fait maintenant cinq ans
que j’ai mon Brevet d’Aptitude aux
Fonctions d’Animateur (BAFA). J’ai
travaillé tous les étés depuis, dans un
centre de vacances, une colonie, un
centre de loisirs. J’ai d’ailleurs été
animatrice sur ce centre avant d’en
être la directrice ! Et je suis contente
d’y être revenue pour faire mon stage
pratique du BAFD. Ce sont les Francas
qui m’ont un peu poussée à suivre
cette formation. Lorsque l’on est étudiant, ce n’est pas toujours facile de se
payer ce genre de diplôme. Dans mon
cas, ce sont les Francas qui prennent
tout en charge. À l’origine, je devais
être adjointe d’une directrice en poste
depuis trois ans mais comme il n’y
avait pas de directeur ici, les Francas
m’ont fait confiance. Pour moi, c’est
comme ça que l’on voit le mieux cette
fonction, on est dedans.
Camaraderie : Que penses-tu de
ta fonction ?
Léa : Lorsque j’ai commencé la formation, ce qui me gênait c’était de ne plus
voir les enfants, de ne plus être avec
eux. En fait, je peux toujours animer
donc ça va. Tout le côté budgétaire me
faisait peur. Mais les organisateurs
sont très présents, notamment pour
tous les aspects administratifs. Ils
passent souvent pour m’aider, pour
vérifier que tout se passe bien. Ils facilitent beaucoup l’apprentissage du travail ; c’est une véritable formation
continue. En somme, même si je suis
seule, je suis bien entourée !
Une de mes motivations était de
pouvoir participer à la formation des
animateurs. D’un côté, je continue à
apprendre et d’un autre je les aide
avec mon expérience et ce que j’ai
appris de la fonction de directeur.
le magazine des Francas n° 278
Camaraderie : Un conseil
à donner aux animateurs
intéressés pour passer le cap ?
Léa : Être directeur, c’est une autre
forme d’animation, mais cela reste de
l’animation. Au lieu des enfants, notre
public s’élargit aux animateurs et aux
familles. C’est très riche et on apprend
beaucoup !
n Propos recueillis
par Nadia Astruc
© D. Lefilleul
Camaraderie : Comment
organises-tu tes journées ?
Léa : C’est un petit centre ici puisqu’au
maximum nous avons eu vingt-huit
enfants. Ils ont entre deux et douze
ans, et je gère trois animateurs. Les
activités sont un peu à la carte et les
grands peuvent faire les mêmes choses
que les petits s’ils le souhaitent. J’ai
découvert le projet des Francas en
session de base et j’essaie au maximum de l’appliquer ici. Autonomie,
responsabilisation de l’enfant, vie en
collectivité sont les maîtres mots.
Mes journées commencent vers 7 h 45
et se finissent vers 19 h 45. C’est long,
mais bien rempli, et surtout intéressant.
Le matin je passe mes coups de téléphone, je fais la comptabilité, les
papiers, les commandes, les courses et
je vais chercher les repas. L’après-midi,
je participe au temps calme des petits
et au jeu avec les grands pour voir
comment cela se passe. Je suis toujours présente aux repas et aux
goûters, ainsi qu’aux accueils du matin
et du soir. C’est important d’être là
pour les familles.
Le soir nous faisons des bilans avec
les animateurs sur les relations entre
les enfants, les parents… On prépare
les activités du lendemain. Une fois par
semaine on se réunit pour établir le
programme de la semaine suivante.
Après le stage de base, j’avais hâte
de commencer le stage pratique. Cela
faisait quelques années que j’avais des
idées pour le projet pédagogique,
alors pouvoir l’appliquer c’est une
chance !
Pour moi, c’est la première fois que
j’ai vraiment des responsabilités. Cela
me permet de voir ce que je peux faire
dans ma vie future et personnelle. Cela
m’apprend à anticiper, à préparer, à
organiser… Je suis encore jeune, donc
j’ai parfois un peu de mal à m’imposer
auprès des animateurs, plus âgés que
moi. Cela me dérange un peu mais ça
va. Le rôle de censeur auprès des
enfants est difficile : ce n’est pas ce
que je préfère mais quand il faut l’être,
je joue ce rôle.
Si je devais avoir un petit regret,
c’est la vision que les enfants ont de
moi. Je préfère quand ils me regardent
en tant qu’animatrice. Quand on est
directeur, on n’est plus leur référent
direct. Même lorsqu’on joue avec eux,
c’est l’animateur qu’ils sollicitent en
premier. C’est surtout le cas avec
les petits, les grands m’ayant connue
animatrice.
p.1
0 Ap
à c pren
d
o
u
n d mpre re au
p.1
e
2
v
Un
oir ndre x enfa
des le m nts
q
e
u
t d art
ad on
p.1
e
i
ult de
e
tec r d
3 Le
es
:
e
h
n
s
C
i
c
ybe
qu ien
2
0
p.1
e
07
c
r
s
à p es
4
: 2 e R@l
Exp
art
édi lye
p.1
age
o
S
t
sci
5
c
i
o
i
r
e
n
enc
Par
nti
p.1
f
e
t
i
age
s
q
6
u
en
Le
e
on
rég
s
s le
ion
un acti
c
iel
au e pra vités
!
de cent tique scien
Bro re d pe tif
n-P e lo rm ique
a
ari
lly isirs nent s,
e
C’est en ch
e
r
que l’on s chant…
e trouve
Les activités scientifi
ques, techniques et in
dustrielles
©D
. Le
fille
ul
en centre de loisirs
prendre
Des clés pour com
On
t
Ma cont
rc C rib
Hél
har ué à
è
ce
Gu ne D rel,
do
a
illa
ssie
um mann
Fra
r:
nck e G
e
,
ala
Do
I
r
j
rd,
min ud,
Eric
iqu
Céc Piedn e Pars
y,
o
ile
Pon ël,
sot
.
le magazine des Francas n° 278
© AD80
Apprendre aux enfants à
Comprendre le monde est une compétence indispensable
à chacun car c’est un moyen de construire son identité,
de vivre dans un environnement naturel, technologique,
dans une société en mutation…
Mais comment développe-t-on cette capacité à comprendre
le monde et, au-delà, à le construire, à participer
à son élaboration, et pas seulement à comprendre pour
savoir mais pour agir, décider des grandes orientations ?
Ces animations qui aident à saisir « comment ça marche ? »
ou « pourquoi c’est dangereux pour préserver une espèce,
un espace ? » sont appelées par certains la « culture scientifique technique et industrielle » ou par d’autres « les
activités de découvertes scientifiques et techniques ». Elles
sont fondamentales pour l’éducation des enfants et des
adolescents car elles visent à donner envie à chacun de
découvrir et de comprendre sans être un spécialiste.
Elles ont aussi pour but d’épauler chacun à dépasser ses
croyances, pour aller vers la connaissance, la possibilité
d’avoir une opinion, de l’argumenter…
L’
enjeu est de taille. Trop souvent dans notre
quotidien la compréhension d’un certain
nombre de questions est laissée aux
experts ou aux décideurs, sans que les
citoyens osent exprimer leurs doutes, leurs
questions, leurs avis. Pourtant il s’agit de
l’avenir de notre société, de notre planète…
Apprendre à comprendre le monde c’est permettre de
déchiffrer un phénomène et simultanément permettre à
chaque individu de formuler ce qu’il en pense au regard de
la société dont il rêve.
le magazine des Francas n° 278
10
Néanmoins ces activités scientifiques, techniques et
industrielles (ASTI) ne sont pas très présentes dans les centres
de loisirs et autres lieux d’accueils des enfants et des
adolescents, se revendiquant souvent par ailleurs, comme
des espaces d’éducation à la citoyenneté. Elles sont
généralement victimes de la représentation que les adultes
ont de la science.
Oser
Les souvenirs des adultes font qu’ils associent la science
au mythe du chercheur ou du professeur Tournesol, à une
matière scolaire, ayant un vocabulaire difficile et spécifique
employé par la communauté scientifique…
P A RT E NA RI A T
B
Partenariat Planète
science - Francas
Planète science a pour vocation
de développer une animation
scientifique et technique basée
sur une pratique expérimentale
et collective. Elle travaille avec
la Fédération nationale
des Francas depuis 1970.
Ceci s’est d’abord concrétisé
par des interventions dans
les formations d’animateurs
professionnels, agréments
micro-fusée, expo sciences,
stages et week-ends de
formation d’animateurs. Ces
actions ont permis aux deux
associations de se connaître
et d’apprécier l’apport mutuel
de ce partenariat.
Au travers de conventions
de partenariat régulièrement
mises en œuvre, les relations
n’ont pas cessé de se développer. Ces actions se poursuivent
et se manifestent notamment
autour de l’action du mémento
micro-fusée.
L’objectif partagé par les
Francas et Planète science est
de développer les pratiques
d’activités scientifiques et techniques dans les temps de loisirs
des enfants et des jeunes, en
particulier par la mise en place
de formations d’animateurs
et le développement de projets
en direction des publics
des centres de loisirs.
COLLECTIF
Jouer, tâtonner,
observer sont
autant de situations
qui peuvent favoriser
l’acquisition de savoir
scientifique.
Ces ASTI sont aussi victimes de leurs formes d’apprentissage les plus connues : cours magistral, conférences,
démarches intellectuelles, apprentissage méthodique. Le
centre de loisirs étant un espace de vacances, on préfère
proposer des moments ludiques, par peur que ces activités
ne séduisent pas les enfants et les adolescents. La découverte scientifique a alors du mal à trouver sa place pour
nombre d’adultes en centre de loisirs. Et si ces ASTI pouvaient
s’avérer ludiques ? Passionnantes ? Voire créaient de la
passion chez certains enfants, adolescents ?
Cirasti
Le collectif interassociatif
pour la réalisation d’activités
scientifiques et techniques
internationales est une association loi 1901. Depuis 1985
il regroupe les associations
d’éducation populaire s’impliquant dans le développement
des activités de découverte
scientifiques et techniques
pour tous. Ses actions vont
de la mise en place de platesformes de réflexion visant
l’élaboration d’actions interassociatives et partenariales,
à l’organisation de la rencontre
de l’animation scientifique et
technique. Le Cirasti coordonne
un mouvement national
présent dans vingt régions
permettant l’élaboration des
expos sciences, des sciences
buissonnières et des autres
opérations scientifiques
de jeunesse.
Plus d’informations sur
www.cirasti.org
Enfin, les parents ont peur de ne pas maîtriser le contenu.
Les ASTI recouvrent effectivement des domaines multiples :
astronomie, chimie, géographie, psychologie, médecine,
environnement, mécanique, électricité… Mais elles reposent
aussi sur des questions de tous les jours : comment marche
le moteur de la machine à laver, pourquoi la lune se déplace,
qu’est-ce que des calories, pourquoi il pleut, pourquoi
je suis enrhumé, c’est quoi le nucléaire ? Ne peut-on pas
trouver de la ressource pour les accompagner à trouver des
réponses aux questions des enfants ?
Ces trois raisons, et certainement d’autres, peuvent
expliquer ce qui freine le développement de ces activités.
© AD80
Être curieux, n’est pas un vilain défaut !
Tout un chacun ne peut pas connaître et maîtriser
l’ensemble des phénomènes scientifiques. Les chercheurs,
au même titre que le citoyen lambda, sont face à une
connaissance partielle. C’est pour cela qu’il est essentiel
d’encourager la curiosité des enfants. Les écouter, les aider
à rechercher l’information sont des premières attitudes
éducatives simples mais indispensables pour qu’ils osent
poser des questions.
Créer des espaces, des occasions d’éveiller la curiosité
sont d’autres situations que l’on peut facilement créer :
aménager un espace interactif, regarder les étoiles en camping, observer la faune et la flore lors d’une balade…
comprendre le monde :
un devoir des adultes
Jouer, un allié de taille
Jouer, tâtonner, observer sont autant de situations qui
peuvent favoriser l’acquisition de savoir scientifique : cultiver
l’aptitude à une analyse rationnelle, apprendre à différencier
les causes et les effets, maîtriser la différence entre symbole
et réalité, développer l’acquisition de capacités techniques…
Les projets qui sont présentés dans ce dossier en sont
des exemples patents, tant du point de vue de la ressource
existante pour les équipes d’animations dans leur environnement proche (publications, associations, personnes
ressources), que des démarches qui peuvent créer l’occasion
de se lancer dans l’accompagnement d’un projet d’enfants
ou de jeunes. L’apprentissage du plaisir de la découverte et
de la réussite c’est se sentir capable de chercher, trouver
des solutions, réussir un projet. Ce sont des moteurs essentiels pour les enfants et les adolescents qui y participent.
travail collectif, le faire et le rechercher ensemble, la remise
en cause de ces certitudes… Ces activités sont alors l’occasion
de se questionner entre nous mais aussi avec d’autres :
aller rencontrer des professionnels, des chercheurs, des
enseignants, des passionnés… qui détiennent un bout de
connaissances, de savoir-faire.
Il faut donc nous attacher à multiplier les propositions
en direction des enfants et des adolescents pour répondre
aux enjeux éducatifs de ces activités, et travailler pour faire
évoluer leurs représentations.
Les sciences et les techniques sont une composante de
la culture ; leur développement et leur exercice reposent
sur la formation et la pratique.
n Cécile Ponsot, déléguée nationale
Dominique Parsy, délégué régional
Nord – Pas-de-Calais – Picardie
À partir des projets développés au sein
des Francas et du CIRASTI
Coopérer, s’ouvrir au monde
L’ignorance est aussi vraie que la connaissance de
chacun : personne ne peut aujourd’hui prétendre seul
connaître et expliquer le monde qui l’entoure. Par nature,
ces activités permettent de développer la coopération, le
11
X
le magazine des Francas n° 278
Un quartier de sciences et
de techniques à partager
’
est à Amiens, dans le quartier Saint-Maurice,
que l’école supérieure d’ingénieurs en électrotechnique et électronique (ESIEE) s’est implantée en 1994 au bord de la Somme. Les élus
locaux et les responsables de l’école ont souhaité
rapidement qu’elle s’ouvre sur le quartier pour ne pas être
perçue comme un lieu réservé à une élite. En effet, bien peu
de familles résidant dans le quartier imaginent que leurs
enfants pourront un jour y accéder en tant qu’étudiant,
voire même prétendre pour eux à des carrières scientifiques.
En 2001, dans le cadre de la politique de la ville et de
l’accompagnement à la scolarité, les Francas de la Somme
ont déposé un projet qui a été retenu.
Partenaires enfants-ingénieurs
Une fois par semaine, des enfants scolarisés du CM2 à la
cinquième sont accueillis au sein de l’école après la classe et
sont pris en charge par des étudiants sous la responsabilité
Chaque groupe prépare des affiches
expliquant les différentes étapes
du projet, et les enfants présentent
eux-mêmes aux adultes leur démarche.
© AD
80
Dans un quartier inscrit en REP (réseau d’éducation prioritaire),
une action partenariale permet aux enfants de pratiquer
des activités scientifiques encadrées par de futurs ingénieurs.
de l’animatrice départementale des Francas. Dans un premier
temps, un goûter leur est servi puis ils préparent leurs
devoirs avec une aide individualisée selon les cas. Depuis le
mois de février, ils peuvent aussi travailler ou réviser de
manière ludique avec MaxiCned 1. La ville d’Amiens est un
site pilote pour l’utilisation de ce logiciel dans les écoles et
les temps périscolaires. L’association départementale a reçu
une dotation de quatre ordinateurs portables, sur lesquels
les enfants peuvent travailler grâce à une connexion sans fil.
Ensuite, ils réalisent, sous la conduite des étudiants, des
petits appareils électroniques (alarmes, amplificateurs,
robots…). Ils apprennent ainsi à reconnaître les différents
composants électroniques et leur rôle dans un montage, et
s’initient à la soudure pour la réalisation de leur projet.
Chaque cycle dure un semestre, soit une dizaine de
séances, et une trentaine d’enfants sont accueillis. À la fin
de chaque cycle, une exposition est organisée avec les
enfants, à destination des parents et des acteurs du
quartier. Chaque groupe prépare des affiches expliquant
les différentes étapes du projet, et les enfants présentent
eux-mêmes aux adultes leur démarche.
On peut considérer que ce projet est une réussite dans
la mesure où les différents acteurs de l’éducation travaillent
en commun, même si bien sûr des choses peuvent et
doivent être améliorées. La municipalité d’Amiens soutient
financièrement et matériellement le projet, et l’association
départementale participe aux réunions du réseau associatif
intervenant sur le quartier. Les enseignants des écoles et
des collèges concernés, par lesquels s’inscrivent les enfants,
sont en relation régulière avec l’animatrice responsable, qui
leur présente les projets réalisés dans la recherche d’une
adéquation la plus optimale possible avec les programmes
scolaires. Les étudiants, qui reçoivent une formation à
l’animation au début de chaque semestre, sont volontaires
et ont un statut professionnel. Ils s’investissent énormément
dans le projet, et les relations qui se nouent avec les enfants
sont une des clés de sa réussite. Enfin, la direction de
l’ESIEE met à disposition les locaux demandés, ainsi qu’une
connexion Internet. Les parents sont invités dès qu’ils le
souhaitent et bien sûr à l’occasion de chaque exposition.
Nous souhaitons qu’ils puissent s’impliquer dans le projet,
en participant, pourquoi pas, aux ateliers. Nous espérons
que cet investissement se transfère dans le suivi de la
scolarité de leurs enfants.
n Franck Irjud, firjud@francas.org
Hélène Damanne, ad80@wanadoo.fr
© AD80
1 - MaxiCned est un service en ligne d’accompagnement à
la scolarité issu d’une collaboration entre Maxicours, spécialiste
du soutien scolaire sur Internet, et le CNED, Centre national
d’enseignement à distance. C’est un dispositif destiné aux
enfants de Cycle 3, conçu pour un usage hors temps scolaire.
le magazine des Francas n° 278
12
Le Cyber R@llye Scientifique reflète cet esprit. Une
première édition a été conduite en octobre 2006 en coproduction entre une dizaine d’associations départementales
des Francas, de l’union régionale des Pays de la Loire, et de
la direction AEL.
Le bilan positif de cette initiative a permis de reconduire
cette opération, tout en lui dédiant de nouveaux moyens.
La science pour tous
Le Cyber R@llye Scientifique est une opération qui trouve
son aboutissement pendant la Fête de la science (du 8 au
14 octobre 2007) mais qui doit permettre un travail éducatif de qualité en amont avec des groupes d’enfants et
d’adolescents. Sont donc concernés les centres de loisirs,
les clubs de jeunes, les collèges, les lycées, les clubs astro…
Nous souhaitons leur donner l’occasion de s’interroger sur
ce qui les entoure, de répondre à leurs questionnements,
de découvrir, de dialoguer, de partager avec d’autres leurs
points de vue, leurs expériences, en utilisant les moyens
actuels de communication. Ces moyens regroupent notamment les technologies de communication contemporaine
telles qu’Internet et la messagerie instantanée.
© AD21
Les principes sont simples. Il s’agit de mobiliser un groupe
d’enfants ou de jeunes. Ensuite, nous imaginons et nous
créons avec eux un défi scientifique en rapport avec le
territoire et ce qui les entoure, ou les passionne. Nous le
mettons en forme puis en ligne sur Internet dans le but
Le Cyber R@llye
Scientifique 2007 : 2e édition
Fête de la science
Organisée par le ministère
chargé de la Recherche,
la Fête de la science a lieu
sur l’ensemble du territoire.
Gratuite, cette manifestation veut avant tout susciter
la rencontre du public
avec les chercheurs,
ingénieurs et techniciens.
À travers des ateliers,
des débats, des conférences,
des expositions, des visites
de laboratoires ou de sites
industriels, des spectacles…
la science se met
à la portée de tous !
Plus d’information sur :
www.fetedelascience.
education.gouv.fr
EN PIS TE
Des groupes d’enfants et de jeunes de toute
la France, des phénomènes scientifiques,
des défis, des animateurs, Internet,
messagerie instantanée… tout est réuni
pour participer à la Fête de la science.
L
e programme 2006-2008 de la Fédération
nationale des Francas prévoit le développement
d’actions favorisant l’essor des activités de
découverte scientifique et technique en direction des enfants et des adolescents dans leurs
temps de loisirs. Cette volonté se situe dans le prolongement
des initiatives prises, jusqu’à présent, par la direction actions
éducatives locales (AEL) et de son investissement au sein du
CIRASTI (Collectif interassociatif pour le développement des
activités de découvertes scientifiques et techniques).
La nouvelle impulsion que nous souhaitons donner doit
permettre de qualifier de nouveaux acteurs militants de ces
activités, produire des ressources pédagogiques, initier des
dynamiques et faire la démonstration de la qualité de
l’action conduite par les Francas et les équipes pédagogiques en matière d’éducation et de découverte des
activités scientifiques et techniques.
Ce développement s’accompagne de l’intensification
des relations avec divers partenaires, notamment Planète
sciences et l’Association Française d’Astronomie (AFA) qui
mobilise entre autres, son réseau d’@teliers.
13
d’échanger avec d’autres jeunes. Enfin, la dernière étape
consiste à relever les défis mis en ligne par des groupes
d’autres régions, toujours en utilisant Internet et en leur
proposant des solutions en direct.
Des gagnants dans toute la France
L’année passée, ce sont soixante-dix participants issus de
Rennes (35), Brest (29), Le Mans (72), Quetigny (21),
Clermont-Ferrand (63), Amiens (80), Andouillé (53),
Angers (49), Changé (53), Fort-de-France (Martinique) et
Pellouailles-les-Vignes (49), qui ont pu se défier, chercher,
dialoguer autour d’énigmes concernant le sel marin, la
boule de fort, la mangrove, l’informatique, les requins…
« Un défi scientifique ! », « Il faudra taper sur le clavier ! »
Une fois les premières appréhensions passées et avec le
soutien de leurs animateurs, les groupes ont pu communiquer entre eux. Certains communiquent d’ailleurs encore.
Le fait de voir et d’entendre une réponse d’un groupe
situé à 100 ou 6 800 km de distance a permis de multiples
échanges motivants, tout en abordant les sciences en s’amusant.
Le Cyber R@llye Scientifique est donc une formidable
occasion de faire participer des jeunes de tous horizons à
la Fête de la science, de les faire dialoguer et se rencontrer
sur des questions scientifiques.
n Guillaume Galard
unionregionale@francas-pdl.asso.fr
le magazine des Francas n° 278
Exposciences en région
© Exposcience en Picardie
Depuis 1992, notre association œuvre à la diffusion, la pratique et
la connaissance des sciences et techniques auprès des jeunes picards
avec une approche territoriale forte. Nous avons choisi la structure
associative afin d’obtenir plus de représentativité et cela nous permet
d’avoir un permanent depuis maintenant environ huit ans.
Les Francas président cette association depuis septembre 2004.
Grâce à leur projet associatif, des jeunes âgés de dix à
treize ans ont pu assister à un échange international en
Belgique du 2 au 5 mai dernier, dans le cadre d’un partenariat avec la jeunesse scientifique de Belgique.
Une classe de CE1 et une autre de CM2 ont profité d’une
journée à la Cité des Sciences dans le cadre d’un partenariat
entre notre collectif et la Cité des Sciences. Les projets de
ces deux classes étaient accompagnés par l’animatrice
scientifique des Francas de la Somme, qui intervient toute
l’année au sein d’un pôle scientifique existant au sein de
l’école.
oordonnant un important réseau associatif,
Exposcience Picardie développe des outils et
des manifestations non seulement dans un but
d’initiation aux sciences, mais aussi pour susciter,
accompagner et valoriser des projets scientifiques
d’initiative scolaire, associative ou individuelle.
Aussi les Exposciences régionales sont des manifestations
publiques visant à mettre la culture scientifique et technique à
la portée de tous. Autour de la présentation de projets réalisés
par des jeunes de la région, c’est une rencontre qui s’opère
de l’écolier à l’étudiant, des chercheurs au grand public.
En établissant des partenariats avec les différentes structures éducatives et culturelles locales, c’est aussi l’occasion
de montrer sous différents visages (théâtre, patrimoine,
littérature…), la science et la ville d’accueil.
Sciences et environnement
Depuis 1993, chaque édition d’Exposcience se déroule
successivement sur chacun des départements picards. Cette
année, c’est l’Aisne qui l’a accueillie. Les participants, âgés
de six à vingt ans, venaient des différents départements
picards. La trentaine de projets présentée par deux cent
cinquante enfants et jeunes, était fortement orientée sur
l’environnement (de la recherche microbienne au principe
de fonctionnement des éoliennes…).
Durant trois jours, près de 2 500 personnes sont venues
assister aux démonstrations. Chaque manifestation s’achève
par une remise de prix. L’édition 2007 a récompensé deux
projets du collège d’Etouvie d’Amiens, rassemblant des
élèves de quatrième et troisième. Ces jeunes ont pu
s’envoler pour l’Exposcience internationale en Afrique du
Sud, en juillet dernier. Ces six jeunes accompagnés de
deux adultes, sont partis une semaine grâce au soutien du
ministère de l’Éducation nationale, de la ville d’Amiens et
du Conseil général de la Somme.
le magazine des Francas n° 278
Collaborer
Les Sciences
Buissonnières
facilitent le
développement
d’idées et la
collaboration
avec l’ensemble
des partenaires
locaux
culturels et
industriels.
Nous organisons également sur notre territoire régional
des manifestations locales, appelées Sciences Buissonnières.
Ce sont des manifestations ludiques et érudites, proches
du public et du territoire. C’est un dispositif ouvert et
modulable en fonction des publics, des territoires et de leur
actualité, des périodes d’organisation.
Durant une ou deux journées, les Sciences Buissonnières
rassemblent les différentes structures éducatives et
culturelles du territoire et privilégient l’exploration d’un
thème, proposent un défi unique au public ou l’animation
d’une exposition…
À partir de la présentation de quelques projets de jeunes,
peuvent s’associer des partenaires locaux, des associations, des
établissements scolaires, des structures de loisirs, des organismes de recherche, des bibliothèques, des entreprises…
Les Sciences Buissonnières facilitent le développement
d’idées et la collaboration avec l’ensemble des partenaires
locaux culturels et industriels.
Depuis leur mise en place en 2000, elles ont rassemblé
plus de 2 000 jeunes et près de 3 500 spectateurs au cours
des manifestations organisées sur la région picarde
En temps que président et enseignant du secteur technologique, je trouve qu’il est important de permettre aux
enfants, dès leur plus jeune âge, de se sensibiliser aux
sciences et aux techniques, afin d’éveiller leur curiosité, leur
compréhension. Ces types de manifestation contribuent à
atteindre cette volonté. Il est toutefois dommage que les
structures de loisirs ne soient pas suffisamment présentes.
Nous réfléchissons d’ores et déjà aux évolutions à apporter
à l’édition d’Exposcience 2009 qui se déroulera dans le
département de l’Oise.
n Dominique Parsy
formation.francas@wanadoo.fr
14
Le 16 juin, les présidents
de l’Association Française
d’Astronomie (AFA) et
de la Fédération nationale
des Francas signaient
un protocole de coopération
marquant leur volonté
d’intensifier un partenariat,
qui a démarré déjà depuis
près de dix ans, en 1997,
autour des actions ciel
des quartiers.
L’éclipse totale de soleil
en 1999 aura permis d’initier
la mobilisation de nombreuses
équipes pédagogiques
de centres de vacances et
de loisirs autour de l’intérêt
de l’observation de phénomènes
célestes puis, avec
les Nuits des étoiles juniors,
de la voûte céleste.
L’
Cette intensification du travail en commun entre nos
deux mouvements doit bien sûr permettre à terme à plus
d’enfants et de jeunes de toutes origines sociales et
territoriales de pouvoir s’intéresser à l’astronomie. Le ciel
n’est-il pas un patrimoine commun, universel, gratuit qui
doit rester accessible à tous ? Le partager, pour ne pas le
laisser aux seules croyances ou aux seuls spécialistes, est
une nécessité d’éducation populaire.
n Éric Piednoël
Directeur des réseaux et de l’animation de l’AFA
epiednoe@cieletespace.fr
Partageons le ciel !
© AD21
XVIIes rencontres
CNRS Jeunes
« Sciences et Citoyens »
Le Centre national de
la recherche scientifique
organise ces rencontres depuis
1990. Cette année, près de
450 jeunes européens ayant
entre dix-huit et vingt-cinq
ans feront connaissance avec
une centaine de chercheurs,
toutes disciplines confondues, au Palais des Congrès
du Futuroscope, du 26 au
28 octobre. Entre ateliers et
débats, le but est de discuter
librement de problèmes de
société. Huit thèmes seront
traités : « performances et
apparences : pourquoi
veut-on et jusqu’où peut-on
améliorer son corps ? »,
« biotechnologies et sociétés »,
« addictions », « la musique
à l’heure numérique »,
« rêve et inconscient »,
« mémoire d’éléphant et
amnésie… », « 20 000 lieues
sous les mers, quel avenir
pour nos océans ? », et
« science et politique : quels
décideurs pour une politique
scientifique ? ».
Plus d’informations :
www2.cnrs.fr/jeunes
RE NC ONT RE S
hj
objectif partagé par les Francas et l’AFA est de
développer les pratiques d’activités scientifiques
des enfants et des jeunes dans le temps des
loisirs, pour ce qu’elles peuvent leur apporter
d’émancipateur. La découverte du ciel, des
astres et de leurs mouvements permet par une approche
concrète de développer les capacités d’observation, de
questionnement et de résolution de problèmes. Ces activités
de découverte visent à permettre aux individus l’appréhension de fait scientifique, de savoirs étayés et à dépasser les
croyances afin de pouvoir comprendre, choisir et agir en
tant que citoyen.
Cyber r@llye, Nuits des étoiles juniors, formations d’animateurs, production de ressources pédagogiques communes, actions spécifiques sur le thème ciel : miroir des cultures et laïcité… sont quelques-uns des projets mis en œuvre
conjointement d’ici 2008, en plus de la concrétisation
d’événements collectifs au sein du Cirasti, comme les
rencontres de Tours.
15
le magazine des Francas n° 278
Les activités scientifiques,
une pratique permanente au centre de loisirs
de Bron-Parilly
Ces défis donnent lieu à une exposition ouverte aux participants et à leurs parents. Le plaisir et la fierté qu’ont les
enfants à présenter leurs réalisations constituent une
motivation forte.
Cela permet de dépasser la difficulté à démarrer ce type
d’activité en particulier sur le temps de loisirs. En effet, la
démarche de questionnement implique que l’on sorte quelque peu du registre traditionnel de l’animation. Dans cette
perspective, l’exposition constitue l’opportunité de l’activité.
Il est toujours plus facile de s’interroger soi-même quand le
but affiché est de pouvoir expliquer à d’autres.
© D. Lefilleul
Des activités scientifiques intégrées
à un projet global : le projet autour du bruit
La pratique des activités scientifiques et techniques s’inscrit dans
l’histoire de notre équipement. Aider les enfants à grandir a toujours
conduit à privilégier les activités leur permettant de comprendre
et, si possible, d’agir sur le monde qui les entoure. Déjà par le passé,
faire un cerf-volant ne pouvait se limiter à créer un objet décoratif.
Il s’agissait de réaliser un objet qui vole. Pour cela les animateurs
invitaient l’enfant à s’interroger sur le « comment ça marche ? ».
Ce type de questionnement a amené les animateurs à proposer
des activités scientifiques en favorisant la démarche expérimentale.
Pour accrocher les enfants, il est nécessaire de créer un contexte
motivant et de leur proposer des situations susceptibles de piquer
leur curiosité. Au centre aéré, cela s’est traduit par la création
d’un événement mobilisateur et l’intégration des activités scientifiques
dans des projets ancrés dans la réalité quotidienne des enfants.
Le défi scientifique,
un événement à l’échelle de la ville
D
epuis sept ans déjà, le centre aéré permanent de
Bron-Parilly propose aux enfants, par le biais des
écoles et des centres de loisirs de la Ville, la
possibilité de participer à un défi scientifique.
Environ 750 enfants prennent part chaque année
à cette manifestation. Cette mise en place a été facilitée par
le lien que le centre entretient avec les écoles. En effet, le
centre aéré permanent accueille les enfants non seulement
pendant les vacances et les mercredis mais aussi avec leur
école sur le temps scolaire. La mise en place d’un contrat
éducatif local sur la commune a permis au centre aéré de
s’impliquer davantage dans la diffusion des activités
scientifiques par la mise en place de ce défi annuel.
le magazine des Francas n° 278
16
Cette action menée au niveau de la commune, constitue
un rendez-vous permettant aux différents groupes d’âge et
sur les différents séjours de s’impliquer sur un projet commun. Pour compenser la discontinuité potentielle de la
présence des enfants, nous choisissons des thèmes ancrés
dans la vie quotidienne des enfants. Notre projet autour du
bruit s’est ainsi appuyé sur le renouvellement du mobilier
des salles à manger. Par ailleurs la question du volume
sonore au moment des repas était récurrente tant dans les
réunions d’animation que dans les échanges organisés avec
les enfants.
Ce projet nous a permis de poser la question aux enfants
de la réduction du bruit par l’isolation acoustique plutôt que
par un discours moralisant. Il y avait là de quoi stimuler la
curiosité de plusieurs d’entre eux. Pour eux, il s’agissait
d’une part de participer au choix d’un mobilier qui atténuerait la propagation des bruits, d’autre part d’expliquer,
dans le cadre de l’exposition, les raisons d’un tel choix.
Dans ce projet, l’activité spécifiquement scientifique n’est
qu’une composante de notre projet. Un premier temps
d’animation a permis aux enfants d’exprimer ce que représente pour eux le bruit. Dans leurs relations, le bruit est une
notion souvent connotée péjorativement par les adultes.
Ils ont pu présenter une vision plus contrastée. Un groupe
d’ados s’est approprié les échanges et les a illustrés en
réalisant un dessin animé sur ordinateur « La bataille du
bruit ». (Cf. www.lacartoonerie.com)
En parallèle, la visite d’un acousticien a été préparée. Lors
de la rencontre, les enfants ont approché la compréhension
des phénomènes liés au son. Ils ont manipulé les instruments de mesure. Ils ont découvert la signification de
l’unité de mesure, le décibel. L’intérêt de ce temps
d’animation réside aussi dans la possibilité offerte aux
enfants de rencontrer des adultes autres que des professionnels de l’éducation.
Cette rencontre a aiguisé l’intérêt des enfants pour les
dispositifs expérimentaux permettant de s’approprier les
différentes notions. Au cours de ces expériences, les enfants
ont pu appréhender le bruit comme une onde. Ils ont mis
en évidence le mode de propagation. Ils ont repéré les
différents bruits quotidiens de leur environnement. Cela a
abouti à la réalisation d’une carte sonore du centre aéré. Ils
ont mesuré l’intensité du bruit lors des repas à l’aide d’un
sonomètre. La perspective de l’exposition a suggéré d’autres
activités scientifiques liées à la nécessité d’expliquer aux
autres. Ainsi des maquettes ont été réalisées pour présenter le
fonctionnement de l’oreille ou illustrer la propagation du son.
Au-delà des activités présentées, nous retiendrons de ces
projets, au centre de loisirs comme dans les écoles, le plaisir,
la jubilation avec lesquels les enfants se confrontent au désir
de « comprendre avec leurs mains ».
n Marc Charrel
marc.charrel@libertysurf.fr
© Le parc des oiseaux
On en parle encore !
Observer
pour comprendre
L’
observatoire de l’enfance en France vient de publier un
ouvrage Petite enfance : enjeux éducatifs de 0 à 6 ans.
Lancé en 1996, cet observatoire constitue aujourd’hui
un Groupement d’intérêt économique. Son action
répond à trois objectifs : observer les conditions de vie
des mineurs en France, entreprendre des recherches dans
des domaines peu ou mal connus touchant les enfants, diffuser
l’information.
C’est pour répondre à ce dernier but que le livre, coordonné par
Nicole Geneix et Laurence Chartier, a vu le jour. Les petits enfants
sont un des enjeux majeurs de notre société occidentale actuelle.
Que ce soit du point de vue de l’encadrement, de l’éducation ou
de la santé, les enfants ont un rôle important dans le quotidien de
la population. Différents professionnels du secteur s’expriment
en fonction de leurs expériences : des professeurs d’écoles maternelles, des responsables de crèches, des psychologues, des acteurs
de collectivités territoriales,
des professionnels de la
petite enfance… Avec l’aide de spécialistes,
les auteurs tentent de
dresser un état des lieux
de la situation actuelle :
des aspects historiques,
aux conditions réglementaires, en passant par des
données sociologiques,
démographiques, psychologiques, et économiques,
l’ouvrage démontre la
nécessité pour le bien-être
de l’enfant, de construire
des partenariats entre les
institutions, les familles et
les professionnels de ce
domaine.
Vous pouvez vous procurer ce recueil auprès de l’Observatoire
de l’enfance en France :
http://www.observatoiredelenfance.org
Petite enfance : enjeux éducatifs de 0 à 6 ans
Coordonné par N. Geneix et L. Chartier – ESF éditeur – 2007
171 pages
À la découverte des oiseaux
V
oir des oiseaux du monde entier en un seul lieu, vous pensez que ce n’est
pas possible ? Avoir la chance d’assister à l’éclosion d’un poussin, non
plus ? Et pourtant, le Parc des oiseaux, à trente minutes de Lyon, vous permettra de réaliser ces rêves ! Que ce soit les aras, les pélicans, les chouettes
ou les vautours, et même les canards qui vous passeront entre les jambes,
il y en a pour tous les goûts ! Différents ateliers sont même organisés en
direction des enfants : « l’oiseau et son environnement », « la chaîne alimentaire », « la reproduction » et « le biotope de la Dombes ». Avec le nouvel
espace dédié aux oiseaux du bush australien, vous êtes sûrs de passer un
moment agréable et instructif. Prêt au décollage ?
Le Parc des oiseaux – 01330 Villars-les-Dombes
www.parcdesoiseaux.com ­
Pliages artistiques
Q
ue faire quand la pluie menace de durer plusieurs heures et que l’on a que du papier ?
Pourquoi ne pas varier les activités en proposant
aux enfants de réaliser de l’origami ? Cet art originaire du Japon permet de transformer en quelques
plis une simple feuille en un chapeau, un animal,
une plante… voire la Tour Eiffel ! Et pas la peine
d’être un pro du découpage/pliage pour réussir.
Le livre Origami vous offre tous pleins d’astuces
et de techniques. Petits et grands, débutants et
amateurs confirmés, chacun pourra progresser.
Bien illustré et clair, ce sera votre compagnon de jeu.
Livres jeux Origami – Daniel Picon – Édition Mango Jeunesse – dès 8 ans
130 pages – 17 e
Des consoles éducatives
R
éunir en un jeu le thème de
l’environnement et les consoles
électroniques, tel était le souhait du
groupe VTECH. Leader mondial du jeu
éducatif électronique, il conçoit des
consoles et des ordinateurs ludiques et
pédagogiques dédiés aux enfants de
trois à onze ans. Derrière des noms un
peu barbares se cachent plus de six
cents questions sous forme de quiz et
une encyclopédie interactive. Que ce
soit la V.Smile Pro pour les 6-11 ans,
qui aborde la question de la pollution
et du recyclage, la V.Smile junior pour les 3-6 ans qui explore le tri des
déchets, ou le Genius TV Progress pour les 6-10 ans qui se connecte à la
télévision, les enfants ne seront pas en reste ! Selon les jeux, le prix varie de
25 à 100 euros.
Points de vente : grandes surfaces, magasins de jouets,
sites Internet de jouets…
Faire le point
L
a collection de dossiers documentaires de l’Institut national de la
jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) Le point sur s’appuie
sur des articles de presse et des bibliographies. Ces ouvrages s’adressent
principalement à toute personne concernée par les questions de jeunesse.
De nombreux thèmes sont abordés : cultures urbaines, emploi des jeunes,
jeunes et NTIC, l’engagement des jeunes, l’insertion des jeunes par le
sport, les jeunes filles… Certains numéros sont déjà épuisés, donc ne
tardez pas ! Vendus à l’unité ou par abonnement, ils permettent de
mieux comprendre les évolutions de la jeunesse en France et en Europe.
INJEP - Collection Le point sur
www.injep.fr/La-collection-Le-point-sur.html
17
le magazine des Francas n° 278
Trois nations pour un beau projet !
P
© CS de Valmauges
asser des vacances utiles en vivant une solidarité
de terrain au profit d’un intérêt général, c’est ce
qu’ont vécu cet été vingt-huit jeunes âgés de quatorze à dix-huit ans autour d’un chantier pendant dix jours
au Marillais, un village de 900 habitants, près d’Angers.
Un séjour qui a permis d’aménager un tronçon de sentier
pédestre avec un dallage en pierre.
Bref, un chantier de jeunes ! Sauf que l’origine des
participants a donné l’occasion d’aller plus loin, car
trois nationalités étaient représentées. Parmi elles des
Allemands issus d’une école de Riesa, des Marocains du
mouvement Tofola Chaabia et des Français du Marillais
et des communes voisines. Un savoureux cocktail culturel
qui aura donc facilité des échanges constructifs en toute
convivialité, une cohabitation entraînant des apprentissages, des remises en question, une ouverture sur le
monde, une immersion totale en Anjou par le biais de
rencontres et visites (découverte du bocage, moulin,
vignes, producteurs laitiers…).
CITOYENS DU MONDE Une cinquantaine d’échanges de jeunes
avec deux, trois ou plus de pays (rencontres
binationales, trinationales ou multilatérales en France et à l’étranger).
Une dizaine de séminaires internationaux (sur le handicap, le volontariat
des jeunes, l’animation…).
Huit chantiers de jeunes (en France et Afrique).
Et une dizaine d’autres initiatives telles que des séjours itinérants
à l’étranger et la création d’outils pédagogiques autour de l’Europe.
Voici un éventail des différents projets « Europe et international »
identifiés sur le territoire national dans le réseau Francas en 2007 !
Rencontre interculturelle et intergénérationnelle
À
péenne, volontairement étendue,
avait pour but de rappeler de quoi
est fait le « savoir vivre ensemble ».
Toutes les personnes investies ont
prouvé qu’elles possédaient une véritable culture de l’échange et un sens
de l’accueil. Les nationalités se sont
mélangées, elles se sont mises en
scène au travers de discussions, de
jeux, de créations collectives. À la fin,
un grand rassemblement et un défilé dans le quartier ont eu lieu.
n Salim Mokhnachi,
salimmokhnachi@wanadoo.fr
© S. Mokhnachi
Lorient, du 16 au 28 juillet, la
Maison de quartier du Bois du
Château a accueilli cinquante
jeunes âgés de quatorze à dix-sept
ans, venant d’Allemagne, d’Estonie,
de Catalogne, de Belgique, de
Hongrie et de France. Ce projet,
financé par le programme européen
jeunesse en action, a donné lieu à de
multiples échanges entre enfants,
jeunes, adultes, professionnels de
l’animation et du monde artistique,
bénévoles d’associations et élus de
la vie locale, autour du théâtre, de la
cuisine, de la percussion africaine et
de la peinture. La rencontre euro-
Refaire le monde
le magazine des Francas n° 278
© M. Denis
© ?…
D
ébut juillet, quinze jeunes
sont partis à N’Guekokh au
Sénégal, pour aider à l’installation d’un collectif d’agriculteurs sur
une parcelle de cinq hectares. Il
s’agissait de monter un poulailler de
poules pondeuses et de mettre en
place des cultures maraîchères. Le
projet a été supervisé par le comité
de jumelage Brugheas/Saint-YorreLe-Donjon (Allier) avec N’Guekokh.
Sur place, malgré le dépaysement
et les difficultés d’adaptation aux
conditions de vie, les réalités sénégalaises ont fait l’objet de discussions. Si
on attrape par un bout de l’écheveau
le problème du sous-développement,
on met du temps à suivre le fil… Et
parfois on s’aperçoit que le nœud
n’est pas plus sénégalais que français.
Le jour le poulailler se montait, les
graines se semaient, et on allait à la
mer… Et le soir, après le riz au poisson, on repartait de plus belle, on
attrapait un autre bout de l’écheveau. « Ah, parce que tu crois, toi,
qu’en France il n’y a que des associations qui marchent ? Qu’il n’y a pas
de paresseux ? Pas de voleurs ? ».
Et on refaisait un thé, on frappait
le djembé…
n Mariane Denis,
mere.denis@cegetel.net
18
n Frédéric Oger
fred.oger@valmauges.centresocial.org
P artenaires
L’
été est aussi une période propice à la rencontre internationale d’animateurs. En
juillet 2007, Joël et Pauline, animateurs à
l’Arpej Rezé en Pays de la Loire se sont rendus à
Aegviduu en Estonie pour participer à une formation d’animateurs d’envergure européenne. De
nombreux supports ludiques ont été utilisés par
l’équipe de formateurs pour encourager les jeunes animateurs à échanger sur leurs pratiques et
leurs connaissances autour du thème des droits
de l’enfant (mime, théâtre, course d’orientation,
débats…). Partir sur une formation à l’étranger
c’est l’occasion d’apprendre à mieux connaître les
autres et leurs cultures
mais aussi à se découvrir
soi-même par des jeux de
coopération et de mise en
situation. Joël et Pauline
ont beaucoup apprécié ce
temps de formation mais
aussi de détente qui leur a
permis de rencontrer des
animateurs venus de toute
l’Europe et avec lesquels ils prévoient déjà de
futurs rencontres de jeunes l’année prochaine.
© ARPEJ
Se rencontrer, se découvrir
n Joël Carl et Pauline Bonnet,
arpej-reze@mairie-reze.fr
Goulash au Roquefort : goûts et couleurs de l’Europe de demain
C
e deuxième échange entre des jeunes
Français venant d’un centre de loisirs de la
Communauté de Communes du Pays de
Sommières dans le Gard, et des jeunes Hongrois
de l’association VE-GA (voir Camaraderie n°276)
devait amener les participants à renforcer leurs
convictions vis-à-vis de la compréhension mutuelle
et de l’acceptation de l’autre. C’est chose faite :
du 18 au 28 juillet, ces jeunes ayant de 13 à 17 ans,
ont, par le biais de différentes activités et techniques d’animation (réalisation de créations vidéo,
jeux interactifs, expression théâtrale, activités
de pleine nature, poterie, graff, production radio,
animations menées par les jeunes, vie quotidienne…), amélioré la connaissance qu’ils ont de
l’autre et de ce qu’ils ont en commun afin de ne
plus voir l’étranger comme une simple curiosité
dépaysante mais comme une relation durable
dans un avenir commun au sein de l’Europe.
n Nicolas Raffin, occasejeune@caramail.com
© OCCASE
V
Human Touch
ingt-trois jeunes de quatre pays (Estonie,
Finlande, Allemagne, France) ont travaillé
ensemble autour d’un moulin à vent, patrimoine de la commune de Nalliers (Vendée). Les
ateliers, accompagnés par des bénévoles de la
commune, ont amené à une construction favorisant le contact entre les groupes par l’apprentissage dynamique learning by doing. Ce travail et
les réflexions autour de l’environnement
ont permis à chaque groupe de s’interroger sur
leur quotidien et leur propre patrimoine.
Les soirées des pays, les jeux et les visites ont
favorisé la communication entre les jeunes et la
découverte de la région. Les habitants de la commune et les participants de la rencontre ont
pleinement vécu cet échange européen et
intergénérationnel. Un échange qui se poursuivra
l’année prochaine.
n Sarah Mieth, francas85@wanadoo.fr
© Office Socio-Educatif Nalliers
Des projets scientifiques
à Durban
© S. Thénor
C’
est grâce au Cirasti 1 de la Réunion et au
Milset 2 qu’une délégation de l’Île de la
Réunion a pu être présente à l’Expo Science
de Durban en Afrique du Sud, du 8 au 13 juillet.
Composée de dix-neuf personnes dont neuf
jeunes et quatre adultes, la délégation de la
Réunion a dévoilé trois projets sélectionnés durant
l’Expo Science de la Réunion 2006. Six adultes
étaient également présents pour l’observation et
les prises de contacts pour l’Expo Science internationale régionale de 2010. Les trois projets proposés à Durban étaient « l’utilisation de l’eau et
de l’air comme énergie » (association Farfar)
« la construction de dragsters » (association
Les petits débrouillards), « les moustiques et le
chikungunya » (école Grand Canal).
En tout, ce sont trente-quatre pays, soit 305
projets scientifiques et 700 exposants qui s’étaient
réunis à l’International Convention Centre de
Durban. Que de grands moments d’échanges pour
les jeunes !
L’enjeu maintenant : se donner rendez-vous en
2010 à la Réunion pour une Expo Science internationale régionale Afrique !
n Sabrina Thénor, francas974@voila.fr
1 - Cirasti : Collectif interassociatif pour la réalisation
d’activités scientifiques techniques internationales.
2 - Milset : Mouvement international pour le loisir
scientifique et technique.
19
UN RÉSEAU
IRREMPLAÇABLE
Un certain nombre d’ingrédients
sont nécessaires au bon
déroulement d’un échange.
Mais celui qui se trouve au cœur
du dispositif, c’est le PARTENAIRE.
En effet, l’idée de projet à l’international répond à différents objectifs
comme celui d’encourager les
jeunes à la mobilité ou apprendre
à découvrir l’autre et sa culture.
Cet apprentissage interculturel
se fera, pour les jeunes et l’équipe
d’animation, grâce à la rencontre,
en montant notamment un projet
commun avec une ou plusieurs
structures partenaires étrangères.
Il est important d’intégrer la notion
de réciprocité dans les échanges.
En effet, voyager et accueillir font
partie du processus d’apprentissage interculturel.
Les Francas ont tissé depuis plus
de quarante ans un réseau
de partenaires en Europe
(Union européenne et au-delà),
sur le pourtour méditerranéen
et en Afrique subsaharienne.
Ceux-ci sont prêts à partager
toutes les idées de projets d’échange.
Tous les trois mois, Camaraderie
présente l’un d’eux dans cette
rubrique. Il existe d’autres moyens
de rencontrer des partenaires
étrangers : participer à
des rencontres d’animateurs
organisées par l’Agence française
du programme européen jeunesse
(AFPEJA), le Conseil de l’Europe
ou l’Office Franco-Allemand
pour la jeunesse (OFAJ).
C’est d’ailleurs un très bon moyen
pour un premier contact personnel
avec d’autres animateurs.
Par ailleurs, les communes,
les départements et les régions
entretiennent aussi peut-être
des relations de jumelages avec
d’autres pays. C’est l’occasion
de prendre contact avec
des organisations étrangères
et participer activement
à ce jumelage.
Attention, trouver un partenaire
et préparer ensemble un projet
d’échange prend du temps.
Il faut donc y penser au moins
huit mois avant les dates
d’échange envisagées.
■ Pour plus d’information :
contacter les Francas
de votre département
(www.francas.asso.fr
rubrique Nous contacter).
le magazine des Francas n° 278
ZOOMS sur vous
S
SARTHE
j
40 ans ça se fête !
C
struc
© N. A
Cet anniversaire a été l’occasion de réunir plusieurs centaines de
personnes le week-end des 7 et 8 juillet. Le beau temps était au
rendez-vous, pour le plus grand plaisir de chacun. Le but était de
rassembler le maximum de personnes ayant travaillé au centre
depuis sa création en août 1968. Entre les animateurs, les directeurs, les élus… les gens sollicités ne manquaient pas. Et beaucoup
ont répondu présents ! En effet, il est de tradition ici de fidéliser
les équipes. Les enfants ou les jeunes qui profitent des animations et des
camps du centre se proposent souvent pour passer la barrière et se former à l’animation.
Après l’étape « animateur », certains deviennent directeurs. Le flambeau se passe facilement et l’entraide est
importante.
Suzanne Jaligner (voir p. 6 : Paroles de Pionniers) a fait partie du groupe à l’origine de la création de ce centre.
Elle ressent encore aujourd’hui cette chaleur et cette motivation des jeunes animateurs. Tout le monde se connaît,
est content de retrouver des compagnons de route. Certains gardent
même le contact hors du cadre du centre de loisirs. L’animation,
c’est une grande famille. Entre les souvenirs communs, les idées
d’activités que l’on veut tester puis appliquer, les projets d’envergure,
les rapports aux enfants et aux jeunes… une fois que l’on est tombé
dedans, c’est pour la vie.
Tout à préparer
Cela faisait de longs mois que l’anniversaire se préparait. La veille,
une équipe d’animateurs était déjà sur place pour aménager le
site : construction de tables ou de siège avec des éléments
récupérés un peu partout, montage des tentes, installation des aires
de jeux et des animations pour les enfants qui seront présents
le lendemain… Toutes les bonnes volontés disponibles étaient les
bienvenues ! Seule ombre au tableau : les tee-shirts personnalisés
en l’honneur des 40 ans du centre n’étaient toujours pas arrivés…
Le jour J, c’est dans la joie des retrouvailles et la bonne humeur
que chacun a profité d’activités telles que canoë-kayak ou tir à l’arc, rétrospective photographique,
prestation musicale du groupe Mambo Swing Tagada et repas champêtre. En direct, des reportages radio
étaient diffusés. Le dimanche a même été ponctué par un grand jeu de piste, un « rallye découverte » de la ville de
Connéré, guidé par radio-Francas.
Un centre encore en croissance !
Depuis sa création, le centre a évolué. Au début, son fonctionnement
était uniquement estival, axé sur des animations sportives comme
l’équitation, la moto verte ou le kayak, et des sorties camping à la
ferme. Puis se sont ajoutés les camps itinérants et l’ouverture de la base
plein air départementale. Aujourd’hui, il est ouvert toute l’année et
fait preuve de dynamisme : accueils périscolaires du matin et du soir,
activités du mercredi, petites et les grandes vacances, local pour les
jeunes de 12 à 16 ans, et mise en place du Contrat local d’accompagnement à la scolarité. Rendez-vous dans 40 ans !
n Nadia Astruc, nastruc@francas.asso.fr © N. Astruc
le magazine des Francas n° 278
20
© N. Astruc
onnéré dans la Sarthe est certes la capitale des rillettes, mais
heureusement ce n’est pas tout ! Cette année, son centre de
loisirs fêtait ses 40 ans. Un grand événement qui a permis
aux uns et aux autres de se retrouver.
Des démarches actives
Un événement moteur
C
a
L
mobilisation générale du territoire !
es quatre associations départementales sont très impliquées
dans la préparation du Forum
éduquer pour demain. La mise en place
de cet événement est vécue comme la
possibilité de renforcer les relations
aux organisateurs locaux et comme le
moyen de repérer et d’accompagner
des actions portées par des jeunes,
des élus, des enseignants ou des
professionnels de l’animation. Les
initiatives sont des plus variées :
« Rencontres solidarités » en Charente,
« Interculturel en centre de loisirs » en
Charente-Maritime, « Joue ta carte »
autour des droits des enfants dans les
Deux-Sèvres, « Tranches d’avis » pour
les relations avec les collèges et les
lycées dans la Vienne. Dans le cadre de
la formation, l’union régionale pense
même développer une démarche
d’engagement dans le parcours des
stagiaires au brevet professionnel de la
jeunesse, de l’éducation populaire et
du sport.
Union régionale
du Poitou-Charentes
10, rue du Fief des Hausses
86000 Poitiers
Tél. : 05 49 41 39 93
francas.poitou.charentes@wanadoo.fr
Poitou-charentes
bretagne
L’
Impulsion vitale
pour le Mouvement
équipe des différentes associations départementales est plutôt
sereine face à l’organisation de
la manifestation, même si le travail
nécessaire à sa réussite est encore
important. Pour eux c’est un retour au
métier initial des Francas : « l’engagement pour l’éducation et la place de
chacun comme citoyen actif de l’enjeu
de la société qu’est l’éducation ». En
règle générale, la mobilisation des élus
des associations départementales ne
semble pas poser de problème. Des
difficultés sont néanmoins pointées
quant à la présence d’autres publics
tels que les enseignants, les parents ou
les jeunes. Il est vrai que la fin juin est
synonyme d’examens, ce qui risque
d’être un frein pour certains. Néanmoins,
il existe une réelle attente de la part des
animateurs professionnels.
Union régionale de Bretagne
Centre Alain Savary
187, rue de Châtillon - BP 40 101
35201 Rennes CEDEX 2
Tél. : 02 99 51 48 51
francasbzh@wanadoo.fr
21
haque département agit de façon
autonome tout en suivant un
plan d’actions cohérent visant le
repérage et l’inventaire d’initiatives.
L’Hérault, par exemple, a décidé que le
Forum serait la trame de ses travaux.
Après une reconnaissance de la situation, des acteurs locaux ont déjà été
sollicités. Au final, le but est de rassembler ces acteurs pour créer une « identité
départementale ». Pour l’Aude, suite au
séminaire départemental sur la question
du handicap, une mobilisation des
partenaires dans ce domaine d’activité
est prévue. De façon générale, une
structure d’accompagnement verra le
jour. Le collectif « Éduquer pour demain »
des Pyrénées-Orientales tente de mobiliser les ressources humaines telles que
les acteurs de terrain déjà impliqués, ou
en passe de l’être, sur les questions de
l’engagement et de l’éducation tels
qu’ils seront abordés lors du Forum.
Union régionale
du Languedoc-Roussillon
27, rue Lafeuillade
34070 Montpellier
Tél. : 04 67 06 82 85
lesfrancaslr@wanadoo.fr
languedoc-roussillon
auvergne-limousin
Des dynamiques
à concrétiser
L
a situation de certains départements et l’arrivée récente de
nouveaux délégués, fait que,
pour l’instant, l’organisation n’est
pas finalisée. Des mises au point sont
nécessaires, notamment pour la répartition des tâches et la constitution
du réseau. Cependant il est clair que
le Forum 2008 sera porteur de perspectives pour cette région. Une fois la
procédure de travail choisie et le mouvement lancé, les résultats seront sûrement au rendez-vous. L’intérêt des
délégués pour l’inventaire de situations
locales significatives et représentatives
de l’engagement des publics sur le
territoire est présent. Les rencontres
sur les centres de loisirs durant l’été
devraient permettre de clarifier la situation et de mobiliser davantage.
Union régionale
Auvergne-Limousin
8, rue Jean L’Olagne
63000 Clermont-Ferrand
Tél. : 04 73 93 65 79
francas.auvergne.limousin@wanadoo.fr
le magazine des Francas n° 278
web tour
Jardinons à loisir !
Les activités de plein air que l’on peut proposer aux enfants sont
nombreuses. Parmi elles se trouve la mise en place d’un jardin.
Autour de cette activité s’en greffent beaucoup d’autres,
et les occasions d’apprendre sont nombreuses.
Le site Jardinons à l’école 1 est un bon support pour les animateurs
désirant en réaliser un. Tout le monde a son outil ? C’est parti !
C
Site laïcité
Le site créé par les Francas,
les Centres d’entraînement
aux méthodes d’éducation
active (Ceméa) et la Ligue
de l’enseignement sur
le thème de la laïcité
à l’usage des éducateurs,
ne cesse de se développer.
Nous en avions parlé
dans le Camaraderie n° 277
et depuis les contributions
et les actualisations sont
nombreuses.
Déjà un site de
référence pour beaucoup.
Afin que chacun
d’entre nous fasse vivre
la laïcité au quotidien…
Plus d’informations sur :
http://freeweb.1901.net/
laicite-educateurs
LAÏCITÉ
.
© D. Lefilleul
e site a été réalisé par le
Groupement national
interprofessionnel des
semences et plantes,
avec le concours de
l’établissement public
de l’Office national
interprofessionnel des fruits, des légumes, des vins et de l’horticulture, et
l’Union européenne.
L’objectif est clair. Montrer que, quelle
que soit la structure où l’on se trouve,
l’environnement qui nous entoure ou
l’âge des enfants, il est possible de faire
pousser des fleurs, des légumes ou des
plantes vertes. Avec une poignée de
système « D », quelques plants de
volonté, le tout arrosé de la curiosité
des enfants, elle-même enrichie par
leur dynamisme, le tour est joué !
Dès la page d’accueil, le « Coin des
enfants » est la preuve concrète de
l’objectif initial. Quatre milieux nous
sont offerts : « dans le potager », « dans
le verger », « dans la classe », « sur la
terrasse ». Pour chacun d’eux le système
est le même. Il suffit de passer avec sa
souris et de cliquer sur les zones sensibles
pour qu’apparaissent non seulement
des illustrations, mais aussi un minitexte sur les cultures possibles sur le
terrain en question.
Outre son côté ludique, ce site se
veut pédagogique. Il ne suffit pas de
donner envie ou de fournir des informations générales si l’on ne permet
pas ensuite de savoir comment les
appliquer ! Pour ceux qui désirent se
lancer dans l’aventure du jardinage,
autres pages les attendent. Par exemple, celles sur les différents équipements de base nécessaires avec leurs
noms, utilisations et entretiens afin de
ne rien oublier avant de commencer.
L’objectif est clair. Montrer que,
quelle que soit la structure
où l’on se trouve, l’environnement
qui nous entoure ou l’âge des enfants,
il est possible de faire pousser
des fleurs, des légumes
ou des plantes vertes.
le magazine des Francas n° 278
Après les outils, les cultures !
Que ce soit les plantes aromatiques,
les légumes, les petits fruits, les plantes
grimpantes ou les plantes d’appartement… chacun trouvera ce qu’il recherche. Le choix des produits proposé est
fait de façon à ce que les enfants,
public visé en priorité, puissent apprendre et pratiquer sans problème. Pas
de tracteur à l’horizon ni de taille
compliquée pour les haies ! Et tout est
expliqué du début à la fin : le calendrier
pour savoir quoi faire et quand, la
plantation, l’entretien, et même des
exemples d’animations : composition
de décor de la cour en fonction des
couleurs des fleurs, cuisine, bouquet,
herbier… Les informations données
sont non seulement claires, mais elles
sont pratiques et les conseils sont très
facilement applicables.
Les parties « Documentation » et
« Prolongements » s’adressent plus
aux éducateurs. Pour la première, il
s’agit de liens vers des sites plus professionnels, des livres, des films, des
fiches… La seconde reprend les sousrubriques des parties « Cultures » et
« Équipement » selon un classement
plus pédagogique des activités :
expression artistique, éducation à la
citoyenneté, aménagement du cadre
de vie, histoire-géographie, éducation
sensorielle, activités corporelles…
22
La rubrique « Les travaux du mois »
propose un récapitulatif mois par mois,
de ce que l’on peut mettre en place, de
ce qu’il ne faut pas oublier, des activités pour les enfants…
Des actions pédagogiques telles que
le concours des « Écoles fleuries » ou
« A l’école de la forêt » ne sont pas
oubliées. En plus d’un historique, de
leur présentation et de photos des
opérations précédentes, les détails
pratiques pour la participation des
structures et un lien vers les sites officiels
sont fournis.
Un forum permet à chacun de poser
ses questions ou de trouver des informations supplémentaires absentes du
site. Enfin les actualités présentées
permettent de se tenir au courant des
événements sur le plan national en
rapport avec la nature et le jardinage,
des nouveaux sites Internet, voire des
nouvelles rubriques du site lui-même.
Tout le monde n’est pas censé avoir
la main verte, mais Jardinons à l’école
peut grandement y aider !
Nadia Astruc
nastruc@francas.asso.fr
1- http://www.jardinons-alecole.org
C’est à vous
L’
éducation populaire intègre la remise en
cause des modèles et leur transmission,
et reconnaît chacun comme potentiellement acteur de changements pour luimême et pour les autres. Elle permet de
passer de l’individuel au collectif. Les valeurs des
Francas s’érigent sur ces principes et c’est ce qui
m’a profondément attirée et qui aujourd’hui me
semble particulièrement d’actualité.
© X. Renoud
Quelle place voulons-nous pour nos enfants et
nos jeunes dans la société de demain ? Quelles
valeurs devons-nous défendre aujourd’hui pour
une société la plus juste et la plus démocratique
possible et combattre les communautarismes,
l’individualisme et les effets de la mondialisation ?
Dans ce contexte, je milite aux Francas pour donner
une place aux enfants, pour développer leur esprit
critique en mettant en œuvre la participation à
l’échelle du centre de loisirs, en incitant les politiques
enfance/jeunesse à développer leurs actions dans
cette direction, en formant les animateurs à cette
notion.
Cet engagement aux Francas est venu petit à
petit, au fil des rencontres et des réflexions. L’idée
de participer collectivement à un projet qui me
tenait à cœur, d’améliorer et de changer les choses,
d’échanger et de poursuivre la réflexion autour
de débats, rencontres, congrès… dans un esprit
convivial et de prendre du plaisir dans des actions
au quotidien… tout cela a contribué à mon engagement, progressivement, pour devenir aujourd’hui
trésorière de l’association départementale de
Charente-Maritime.
Les Francas se doivent de mobiliser le plus
d’acteurs possible, car l’Éducation est l’affaire de
tous et l’avenir de notre société ! Venez échanger
avec nous au Forum Éduquer pour demain organisé par les Francas à Tours en 2008.
© X. Renoud
n Virginie Lorand
Trésorière, Francas de Charente-Maritime
lorand.vir@voila.fr
23
le magazine des Francas n° 278
Portrait
Guillemette Leneveu
L’Unaf (Union nationale
des associations familiales)
Depuis le mois de décembre 2005, Guillemette Leneveu est directrice
générale de l’Union nationale des associations familiales (UNAF).
Son parcours professionnel a toujours tourné autour de l’intérêt
général de la population.
D
ans ma jeunesse, j’ai été très impliquée
dans le mouvement scout. Cela m’a
marqué et a eu je crois, des conséquences importantes sur ma vie professionnelle. Lorsque l’on passe par ce type
d’expérience, on apprend à animer une équipe,
à monter des projets, à organiser, à être ouvert
aux autres et capable de prendre des responsabilités. Ce sont des compétences utiles pour la
suite. La chose publique m’ayant toujours intéressée, après des études à Sciences Po’ Grenoble
en section service public et une licence d’administration publique, je suis arrivée, par le hasard
des concours, à la Ville de Paris.
Paris s’éveille…
Paris est une collectivité locale de grande
dimension mais dans laquelle il est possible
d’agir concrètement, de connaître la réalité de
terrain. En 1986, j’ai intégré le CCAS de Paris
(ancien bureau d’aide sociale), une grosse entreprise publique. C’est à ce moment-là que j’ai
découvert les questions sociales. Jusque-là pour
moi, le social relevait plus de l’engagement
personnel. Mais j’ai compris qu’il était possible
de mener des initiatives pour les gens et de voir
leur application concrète très vite. Cela a donné
du sens à mon métier, et cette valeur est importante à mes yeux. Après une expérience de
terrain, j’ai rejoint les services centraux. Il s’agissait de mener des études en matière de politique
sociale et familiale, de faire des propositions
d’actions et de les réaliser, en lien avec l’ensemble
des services déconcentrés. Ce fut une période
très enrichissante et, sur un plan personnel, j’ai
découvert que j’aimais imaginer, développer,
motiver des équipes sur un projet commun,
travailler en réseau, réaliser des actions et voir le
résultat.
Des postes variés
Les années qui ont suivi ont été rythmées par
plusieurs postes, pourvus par le hasard des
rencontres et des opportunités. D’un travail très
E
lle est présente sur le terrain par une
centaine d’unions départementales
qui emploie environ six mille salariés.
Institution créée par la loi de 1945, elle est
l’interlocutrice des pouvoirs publics sur les
questions familiales. Elle est chargée de
représenter toutes les familles dans différents organismes, de donner son avis aux
pouvoirs publics sur les questions concernant les familles, d’accompagner et de
fournir des services concrets aux familles au
niveau départemental. n
opérationnel, je suis passée à des fonctions de
conseiller plus axées sur la synthèse, la coordination des différents services, la négociation
avec des partenaires extérieurs. Je suis retournée
en 1999 vers un poste opérationnel à la direction
des affaires scolaires où j’ai été chef du bureau
chargé des activités périscolaires, notamment
en charge du fonctionnement des six cents
centres de loisirs qui existent à Paris. C’est là
que j’ai découvert le secteur de l’animation. J’ai
particulièrement travaillé sur les questions de la
lecture, de la reconnaissance des métiers de
l’animation, la mutualisation des moyens, la
prise en compte des besoins particuliers des
préadolescents, la création de structures au sein
des collèges.
Je suis convaincue que les temps périscolaires
sont complémentaires de l’école et qu’ils sont
de vrais moments d’apprentissage, importants
en matière éducative et pédagogique. Certains
enfants s’y révèlent. Un gros travail doit être
mené avec les familles pour les associer mais
aussi pour leur faire comprendre l’importance
de ces moments et du rôle joué par les animateurs. J’ai vu des animateurs réaliser un travail
extraordinaire, j’ai vraiment eu un coup de
cœur pour ces professionnels méconnus. Il faut
redonner confiance aux équipes d’animation, et
valoriser auprès des enseignants les capacités
de ces équipes.
L’Unaf
C’est en 2003 que j’ai découvert l’Unaf, en
arrivant au cabinet du ministre chargé de la
famille où j’ai été conseiller technique des questions de filiation, d’adoption, de culture, de
sports et de loisirs. J’ai rejoint le secteur associatif fin 2005. Cette période, très intéressante
et formatrice, m’a permis de découvrir de
l’intérieur le fonctionnement de l’État. À l’Unaf,
mes connaissances des rouages administratifs
favorisent mon action quotidienne. Nous sommes
en effet investis d’une mission de partenariat
avec les pouvoirs publics et cela exige des
contacts permanents avec les ministères. Notre
leitmotiv : construire une politique en faveur
des familles, montrer que la solution aux difficultés économiques et sociales passe par un
renforcement de la structure familiale, le soutien
aux parents, l’amélioration du pouvoir d’achat,
l’éducation, la santé, le logement. La famille
a des enjeux très importants, qui vont bien
au-delà du champ des allocations familiales. Là
encore, dans la fonction que j’occupe, j’ai la
chance d’avoir un métier à multiples facettes,
tourné vers l’intérêt général, exigeant mais
passionnant.
© N. Astruc
n Propos recueillis par Nadia Astruc
Une vie pleine de bonnes opportunités !
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising