Les révélations de l`islamiste tunisien Ghanouchi

Les révélations de l`islamiste tunisien Ghanouchi
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
RWANDA 0 - ALGÉRIE 1
Les Verts
mettent le cap
sur les play-offs
PAGE 3
Les révélations
de l’islamiste
tunisien
Ghanouchi
l «Abdelhamid Mehri m’a loué un appartement
à Bouzaréah.»
l «Bouteflika est un grand ami.»
l «Nous avions le soutien de Ben Bella.»
PAGE 3
Le Bonjour du «Soir»
Aux Invalides, ce
sera valide !
«Le P-dg et l'ex-P-dg de Sonelgaz sous contrôle
judiciaire ! Quand les coupeurs de têtes s'en
prennent aux coupeurs de courant, il y a de
l'électricité dans l'air !»
(Tata Aldjia)
Photos : DR
- Certaines mauvaises langues disent que le
Président a un problème au bras gauche !
- C'est faux ! Ni gauche, ni droite ! Il est en
rééducation fonctionnelle !
- Au début, vous avez pourtant dit qu'il n'avait
aucune fonction atteinte, ni séquelles !
- Oui ! Je parlais des fonctions de président,
de chef de gouvernement, de chef des armées,
de chef de la diplomatie, de chef de la justice, de
conseiller spirituel de la zaouïa d'Adrar...
- Aucune de ces fonctions n'a été atteinte ?
- Non !
- Alors, pourquoi cette rééducation ?
- Pour être en forme et partir victorieux pour
un 4e mandat !
- Pour cela, il faut qu'il rentre !
- Sachez que la salle de réception de l'hôpital
des Invalides est assez grande pour contenir
beaucoup du monde au cas où il doit prêter
serment !
- Voilà ce qui manque à nos hôpitaux ! De
grandes salles de réception avec beaucoup de
vases et le portrait d'Ahmadinejad !
- Pourquoi lui ?
- Il s'est taillé après deux mandats, n'a pas
cherché à bricoler la Constitution et se soigne au
Val-Téhéran !
maamarfarah20@yahoo.fr
LUNDI 17 JUIN 2013 - 8 CHAÂBAN 1434 - N° 6898 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Quand Ghanouchi
voyage aux frais
des Algériens
Invité par le MSP à participer au colloque sur Mahfoud Nahnah, le leader du
mouvement tunisien Ennahda a
vu son séjour
algérois totalement pris en
charge par la
présidence de la
République. Hier,
il a été arraché à
sa conférence de
presse pour honorer une sollicitation
à concertation à
Djenane ElMithak.
Réflexion
P
Pensez-vous que les pays de l’Otan finiront
par intervenir militairement en Syrie ?
OUI
NON
Sans opinion
RÉSULTATS DU DERNIER SONDAGE
Vahid Halilhodzic doit-il reconduire l’équipe
rentrante face au Bénin, lors du match
d’aujourd’hui contre le Rwanda ?
Oui : 61,75 %
Non : 23,39 %
S. Opinion : 14,85 %
Soirperiscoop@yahoo.fr
Simple mise en scène
Lundi 17 juin 2013 - Page 2
L
a réalisation de la pénétrante autoroutière devant relier Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest ne semble pas près de
voir le jour.
Selon une source, le contrat de gré à
gré promis à une entreprise chinoise
n’est en tout cas pas encore signé. Et
dire que toute une mise en scène, avec
des engins et des travailleurs chinois,
avait été organisée, dans les environs
d’Akbou, à l’occasion de la visite de
Abdelmalek Sellal à Béjaïa, le 27 avril
dernier. Depuis, plus rien ! Ni
engins, ni «Chinois»,
ni travaux...
Le ministère du Commerce a engagé une
réflexion autour de la réduction du taux de
sucre dans les produits agroalimentaires,
notamment les boissons. Une commission a
été installée pour trouver la meilleure
formule en concertation avec les
producteurs. Une initiative
qu’applaudissent les professionnels de la santé
pour qui l’obésité et le
diabète sont en passe de
devenir un problème de
santé publique.
Un jour, un sondage
ERISCOOP
L’audit de Benbada
38 millions de dinars seront consacrés
par le ministère du Commerce pour réaliser une étude portant sur l’audit des 48
Chambres de commerce et d’industrie de
wilaya ainsi que la Chambre algérienne de
commerce et d’industrie. C’est ce que révèlent des sources proches du département de Benbada, en précisant
que cette étude sera réalisée par
le Centre des techniques de l’information et de la communication, une entité publique de
consulting.
Le Soir
d’Algérie
Actualité
«La coordination militaire et sécuritaire
est au plus haut niveau»
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
RACHED GHENOUCHI À EL KHABAR :
3
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le
Soir) - A la tête d’un mouvement
islamiste qui a pignon sur la vie
politique en Tunisie et qui ne
désespère pas de voir le même
scénario électoral se réécrire en
Algérie avec son partenaire, le
MSP, Rached Ghenouchi sait se
faire encensant à l’endroit des
autorités algériennes. C’est en
bien qu’il a cité ce qu’il lui est
donné de citer.
Du Président Ben Bella, il a
raconté que ce dernier était fort
furieux, lorsqu’il apprit de Sid
Ahmed Ghozali que Zinedine Ben
Ali avait sollicité de l’Algérie son
extradition ainsi que de celle de
sa famille. Réfugié en Algérie de
1989 jusqu’en 1992, avec plus de
500 autres cadres d’Ennahda,
Rached Ghenouchi a estimé que
le duo Algérie-Tunisie est appelé
à l’avenir à jouer le rôle de locomotive du Maghreb.
D’ailleurs, quand il parle de la
Tunisie, livrée à la violence salafiste, il évoque un pays apaisé.
Que la violence armée islamistes
est l’œuvre d’une poignée de
salafistes que le gouvernement
combat, que les tiraillements
autour de la mouture de la
Constitution est tout à fait naturel,
tant est les discussions associent
une vingtaine de partis et des personnalités.
Rached Ghenouchi, dont le
mouvement est soupçonné d’accointances avec les salafistes,
prône une démarche de dialogue
avec les salafistes extrémistes.
S’agissant de la suppression
de la référence à la Charia dans
la mouture de la Constitution, il se
défend que cela soit une concession forcée mais une disponibilité
pour le consensus, surtout qu’en
matière de référence à l’islam, la
mouture en consigne bien.
Rached Ghenouchi, qui pense
que les élections présidentielles
et législatives pourraient intervenir en novembre prochain, croit
fermement que la mouture de la
nouvelle Constitution ne subirait
pas encore des triturations.
Il défend aussi le projet de loi
Photo : DR
Le leader du mouvement islamiste tunisien Ennahda,
Rached Ghenouchi, se réclame de la grande amitié du
Président Bouteflika, laquelle remonte, selon sa déclaration à El Khabar, aux années 90, lorsqu’ils étaient tous les
deux dans l’opposition. Il révèle que sa famille a quitté en
1992 l’Algérie sans passeport pour aller le rejoindre à
Londres où il était réfugié mais surtout que c’est
Abdelhamid Mehri qui lui a loué un appartement à
Bouzaréah et qui a pris en charge sa famille.
d’immunisation de la révolution
des anciens du régime de Ben Ali.
Enfin, il affirme que Ben Ali et sa
famille avaient détenu indûment
50 milliards de dollars et que la
moitié des avoirs tunisiens était
entre les mains de 114 personnes.
S. A. I.
Quel rôle pour la société civile malienne dans le règlement de
la crise que vit le pays depuis des mois ? Telle est la problématique débattue, hier, au premier jour d’une conférence internationale de solidarité des sociétés civiles des pays de la sous-région
du Sahel, qui se tient à Alger.
recouvrer son intégrité territoriale.
L’intervenant ne manquera pas
d’insister sur l’aspect humanitaire
de la situation des réfugiés
maliens dans son pays qui, avec la
saison des pluies, va s’aggraver.
D’où son appel pressant aux organisations humanitaires internationales pour épauler son pays dans
cet effort d’assistance.
Le président du Haut-Conseil
islamique du Mali a plaidé pour
que «la société civile s'organise en
prévision de la présidentielle du
28 juillet». «Il est capital que les
organisations de la société civile
participant à cette rencontre s'approprient les questions-clés qui
engagent l'avenir du Mali», a dit
Cheikh Mahmoud Dicko M. Et à ce
dernier de faire du retour de l’armée malienne à Kidal, objet,
d’ailleurs, d’âpres négociations à
Ouagadougou depuis le 8 juin dernier avec les diverses factions
touaregs, un impératif avant la présidentielle du 28 juillet prochain qui
aura au Mali pour fonder «une
nouvelle démocratie basée sur
l'Etat de droit». Voyant en la tragédie du Mali «celle de tous les pays
voisins, voire de l’humanité tout
entière», l’ancien ministre de la
Justice mauritanien plaidera pour
un devoir de justice au sujet des
crimes graves commis dans le
pays sous diverses formes,
convaincu qu’il est «impératif de
combattre l’impunité pour pouvoir
avancer».
M. K.
Nous lui souhaitons un retour
immédiat. Quant à l’Algérie, nous
lui souhaitons d’avancer sur tous
les fronts. Il faut une continuité.»
Wendy Sherman fait, toutefois,
montre de réalisme en abordant la
question
des
prochaines
échéances électorales, le scrutin
présidentiel en l’occurrence. «La
décision doit revenir au peuple,
nous soutiendrons le futur candidat
à condition que cela passe par un
processus démocratique. Nous
apportons notre soutien à tout gouvernement, tout candidat qui sera
élu au terme délections démocratiques.» Qu’en est-il du profil du
successeur
de
Abdelaziz
Bouteflika ? «C’est à l’Algérie d’en
décider et non pas aux Etats-Unis.
L’essentiel est que cela intervienne
dans le cadre d’un processus
démocratique.» «Transition démocratique», c’est donc le message
essentiel de la représentante de
l’Administration américaine qui a
achevé sa tournée au Maghreb et
en Egypte par une escale de deux
jours à Alger.
T. H.
Le rôle capital de la société civile
Mohamed Kebci-Alger (Le
Soir) - Et les 123 participants à
cette rencontre de deux jour, qui se
tient à l’hôtel El Aurassi, avaient la
même conviction, celle du devoir
de la société civile de participer à
la reconstruction du Mali après la
guerre et s'organiser en vue de la
présidentielle du 28 juillet prochain. Ce que, d’ailleurs, Mahrez
Lamari, président du Réseau
algérien des amis du peuple
malien, organisateur de l’événement, déclinera d’emblée dans son
discours d’ouverture de cette ren-
CRISE MALIENNE
contre. «La société civile est le
moteur de la reconstruction du
Mali», dira-t-il dans son allocution
d’ouverture de la rencontre.
Autre conviction des intervenants, «soutenir le Mali, c’est prémunir son pays d’être contaminé
par la crise aiguë qui ronge ce
pays depuis des mois». Et le président de la Croix-Rouge nigérienne
dira, en effet, que «la paix au Mali,
c’est aussi la paix au Niger». D’où,
comme il le dira, l’engagement des
forces armées du Niger dès le
début du conflit à aider le Mali à
WENDY SHERMAN, À PROPOS DU FUTUR PRÉSIDENT ALGÉRIEN :
«Nous soutiendrons tout candidat qui sera élu
au terme d’élections démocratiques»
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) La prudence du diplomate.
C’est l’attitude prise, hier, par la
sous-secrétaire d’Etat aux Affaires
politiques lors de la conférence de
presse animée au siège de l’ambassade des Etats-Unis à Alger.
«J’ai eu deux journées extraordinaires d’entretiens en Algérie. J’ai
eu d’excellentes discussions avec
le Premier ministre, le ministre des
Affaires étrangères, d’autres
membres du gouvernement et
aussi des responsables du ministère des Affaires étrangères.
Nous avons abordé un large
spectre de sujets, des fortes relations bilatérales qui lient les deux
pays, la coopération, le partenariat
notamment dans le domaine de la
sécurité, la bonne gouvernance et
la démocratie. Nous avons également discuté des moyens de travailler ensemble, en se basant sur
le leadership de l’Algérie, dans des
environnements difficiles. Il est clair
que l’Algérie a un présent brillant et
un avenir encore meilleur. J’ai été
bien reçue en Algérie», a affirmé
Wendy Sherman dans une déclaration liminaire. La sous-secrétaire
d’Etat a évité d’évoquer l’absence
du président de la République et
des conséquences sur la stabilité
du pays. La question lui est posée.
Réponse : «J’ai souhaité, à mes
Photo : DR
La sous-secrétaire d’Etat aux Affaires politiques a achevé,
hier, sa visite de deux jours à Alger. Face à la presse, Wendy
Sherman a évoqué avec une certaine retenue la situation politique en Algérie. Elle a toutefois insisté sur la nécessité d’une
transition démocratique pour assurer la succession du Président
Bouteflika.
interlocuteurs, un prompt rétablissement au président de la
République. Monsieur Abdelaziz
Bouteflika est bien connu aux
Etats-Unis, il a une réputation.
Actualité
Le Soir
d’Algérie
Cap sur le fer et le phosphate
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
RESSOURCES MINIÈRES
4
Lyas
Hallas
- Alger
(Le Soir) - Le sous-sol algérien
regorge de minerais, selon
M. Yousfi, qui n’attendent qu’à
être exploités.
Une perspective économique
que le cadre juridique actuel ne
favorise pas, car il «exclut tout
financement d’activités de
recherches minières par l’Etat».
«Le problème fondamental à
résoudre est celui de mettre en
évidence des gisements commercialement exploitables pour
assurer au moins le relais de
ceux
exploités
(…).
L’insuffisance de l’effort global
de recherche minière depuis les
années 1980 a eu pour conséquence la fermeture de nombreuses mines après épuisement des réserves. La situation
s’est aggravée depuis que la
législation a exclu tout financement par l’Etat», a-t-il expliqué.
Phosphates et fer
En effet, le ministre a annoncé que la possibilité de financement de telles recherches est
prise en charge par ce projet de
loi afin, justement, de mieux
exploiter ces richesses.
Il a rappelé que «l’Etat accorde une attention particulière à
un certain nombre d’actions
comme la valorisation des phos-
phates qui occupent une place
de choix dans les richesses
minières nationales et l’industrie
des engrais, qui visent à développer des produits intermédiaires (acides phosphoriques)
et des engrais composés».
Il a précisé que des opérations ont été déjà réalisées : «Le
développement des capacités
d’extraction et de traitement du
complexe minier de Djebel Onk
qui produira à partir de 2019
cinq millions de tonnes de phosphates marchands par an avec
une extraction de dix millions de
tonnes par an de minerai brut
en carrière.
La transformation des phosphates à Oued Kebirit vise à
produire en phase finale 1,5 million de tonnes d’acide phosphorique. Ainsi, l’Algérie produira
trois millions de tonnes de DAP
(diammonium phosphate) par
an.»
Dans ce contexte, il a également parlé du fer et évoqué le
gisement de Gara Djebilet dont
les réserves s’élèvent à deux
milliards de tonnes. «Le problème de ce gisement est de trouver un procédé de traitement
permettant de ramener la teneur
en phosphore qu’il contient à la
norme commerciale», a-t-il
avancé. Il a affirmé qu’«un grou-
JOURNÉE MONDIALE
DE LA LUTTE CONTRE
LA DÉSERTIFICATION
Un riche programme
au menu
L’Algérie célèbre, aujourd’hui, la Journée
mondiale de la lutte contre la désertification
sous le thème de «La sécheresse et la
pénurie d’eau». La Direction générale des
forêts organise, à cet effet, des activités et
animations diverses en collaboration avec
différentes structures socio-éducatives et
autres partenaires locaux. Ainsi des expositions, des conférences et des tables rondes
sur la stratégie nationale de la lutte contre la
désertification et de la protection des ressources en eau, des animations au profit
des enfants et des visites de sites et de projets forestiers et agricoles sont au programme.
L’occasion vise, selon le ministère de
l’Agriculture et du Développement rural, à
«sensibiliser et à informer l’opinion publique
sur la désertification, ses causes et ses
effets dont les conséquences ont été dramatiques dans beaucoup de régions du
monde».
Par ailleurs, la wilaya de M’sila a été
retenue cette année, pour la célébration
officielle de la Journée mondiale de la lutte
contre la désertification. Prévues le 23 juin
prochain, les festivités se dérouleront en
présence du ministre de l’Agriculture et du
Développement rural, précise la même
source.
Rym N.
Photo : DR
L’exploitation des ressources minières devrait passer la
vitesse supérieure avec l’adoption de la loi en cours d’examen par le gouvernement. Ledit projet de loi, a indiqué le
ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, dans un
entretien accordé au quotidien El Moudjahid, «vise à faire
occuper au secteur minier une place plus importante dans
l’économie nationale».
pe interministériel chargé de
définir le schéma général de
mise en valeur de ce gisement
est mis en place».
Et de préciser, «les prévisions à l’horizon 2025 indiquent
un besoin national en minerai
de fer de 16 millions de
tonnes/an, une production de 12
millions de tonnes d’acier/an,
une consommation nationale de
9-12 millions de tonnes
d’acier/an».
Pétrole et gaz de schiste
A la question relative aux
réserves d’hydrocarbures et s’il
en reste encore pour les générations futures, M. Yousfi a eu
cette réplique : «Sans hésitation, ni aucune ambiguïté, je
réponds par l’affirmative. Les
efforts de prospection et de
recherche ne cessent de s’accroître et ont permis la mise en
évidence de découvertes d’hydrocarbures liquides et gazeux,
classés en différentes catégories.»
Quant au développement
des gaz de schiste, le ministre a
relativisé les dégâts inhérents à
leur exploitation qui est encore
«dans la phase des études préliminaires», indiquant qu’«un
programme est mis en place
pour évaluer avec précision le
potentiel en gaz de schiste qui
semble considérable». Et de
conclure : «Une étude a placé
les ressources algériennes en
gaz de schiste à la troisième
position mondiale avec la possibilité de récupérer jusqu’à
20 000 milliards de mètres
cubes.
Cette étude n’inclut pas les
hydrocarbures compacts dont
les ressources s’avèrent considérables.
La phase d’exploration est
beaucoup moins difficile que
celle du gaz conventionnel,
mais son exploitation requiert
des techniques adaptées.
Ce sont des techniques
fiables et éprouvées et leur futur
développement en Algérie
bénéficiera des avancées technologiques réalisées par les
compagnies qui opèrent dans
ce domaine.»
L. H.
«L’investissement productif
est extrêmement faible»
DJAMEL BENBELKESSEM, CONSEILLER À LA BANQUE D’ALGÉRIE :
Le financement de l’investissement productif, notamment dans
les industries manufacturières,
est extrêmement faible», observe
le conseiller à la Banque d’Algérie,
Djamel Benbelkessem.
Chérif
Bennaceur
Alger
(Le Soir) - Invité hier de la rédaction
de la Chaîne III de la radio nationale,
Djamel Benbelkessem a constaté que
l’investissement productif marchand,
porté par les entreprises et qui a évolué entre 8 et 11% entre 2008 et 2011,
reste faible, comparé à l’intervention
de l’Etat et du groupe Sonatrach. Et
cela même si l’investissement global
est élevé, précise-t-il, les industries
manufacturières restant «le parent
pauvre», avec un taux d’investissement de 3,7%.
Certes, les crédits bancaires
octroyés à moyen et long terme ont crû
de 68,3% à fin 2011 à 70,2% à la fin
mars 2013. Comme les crédits bancaires accordés aux entreprises du
secteur privé (2 369 milliards de
dinars, en hausse de 5,7%), ont
dépassé ceux octroyés aux sociétés
publiques (2 205 milliards de dinars,
en augmentation de 7%). Or, dans le
contexte où les revenus de l’Algérie
dépendent encore, à 98%, des ventes
d’hydrocarbures, que les recettes d’exportations marquent un repli constant
depuis 2006 et que les réserves de
change enregistrent «une très légère
baisse», la diversification de l’économie s’avère donc incontournable,
inévitable.
Notons que le premier trimestre
2013 a été marqué par la diminution
du volume d’exportations d’hydrocarbures de 8,86%, la baisse des exportations en valeur de 13,9% (en raison
du fléchissement des prix de 5,7%) et
des réserves de change officielles en
diminution de près de 1 milliard de dollars.
A ce propos, Djamel Benbelkessem
a réfuté qu’il y ait une ponction sur lesdites réserves, la baisse résultant plutôt de l’effet de valorisation négative
selon le conseiller qui assure aussi
que les entrées de devises «couvrent»
les sorties au titre de la balance des
paiements. Cela même si le solde global de la balance des paiements a
baissé à 846 millions de dollars au
cours du premier trimestre 2013 contre
4,164 milliards de dollars durant la
période similaire de 2012. Et une
nécessité vitale d’autant que les
importations de biens de consomma-
tion non alimentaires (véhicules...)
augmentent, en croissance de 83%
durant le premier trimestre 2013,
contre 22% pour les biens d’équipement. Ce qui démontre que les revenus générés par une source non
renouvelable manquent d’être valorisés de manière efficace, servant
davantage à la consommation qu’à la
création de richesses durables. Ceci
démontre également que l’économie
nationale est en situation de vulnérabilité qui «apparaît très nettement», dira
le conseiller. D’où l’opportunité de
«tirer les leçons, d’être encore davantage conscient de notre vulnérabilité»,
dira Djamel Benbelkessem, réitératif
des propos tenus récemment par le
gouverneur de la Banque d’Algérie,
Mohamed Laksaci. Concernant l’inflation, le conseiller note une «décélération» à 6,9% durant le mois de mai
2013, poursuivant un recul de la hausse des prix dès le mois de février dernier, après un pic à 8,91% en janvier
2013 et à 8,89% à la fin 2012. Et une
décélération sur laquelle la hausse des
prix «récurrente» durant le mois de
Ramadan ne devrait pas avoir d’impact immédiat, d’autant qu’aucun
«choc» de la demande n’est attendu.
C. B.
Actualité
Le Soir
d’Algérie
Gel de la grève prévue aujourd’hui
et boycott de la rentrée
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
SYNDICAT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (SNTFP)
5
F-Zohra B. Alger (Le Soir) Le Syndicat des travailleurs de la
formation professionnelle a décidé
ainsi de suspendre momentanément son mouvement de grève
cyclique. Il promet, cependant, de
reprendre la protestation dès la
session de septembre à travers le
boycott de toutes les activités.
C’est une réunion extraordinaire
du syndicat tenue ce samedi qui a
abouti au gel du mouvement de
grève. Evoquant «la situation
sensible que vit actuellement le
pays mais aussi la volonté de préserver les intérêts des travailleurs», le syndicat semble
décidé à aller jusqu’au bout de ses
revendications et de poursuivre la
protestation jusqu’à la satisfaction
des doléances des travailleurs du
secteur. De ce fait, le bureau
national du SNTFP a donné instruction aux bureaux de wilaya de
préparer dès maintenant le boycott de la session du secteur de la
formation professionnelle prévue
pour le mois de septembre. Il
demande ainsi aux travailleurs de
se mobiliser pour participer en
force au mouvement de protestation prévu pour la rentrée. Pour ce
qui est de ses revendications, le
syndicat dit dénoncer et rejeter
l’indemnité de soutien aux activités de l’administration au taux de
10 % aux corps communs et
ouvriers professionnels avec effet
rétroactif à partir de 2012. Le syndicat exige aussi un taux de 25 %
avec effet rétroactif à partir de
2008, la révision du régime indem-
IL SERA LE GARANT
D’UNE BONNE QUALITÉ
Le label «Buvez tranquille»
bientôt apposé sur les
boissons
Bientôt un label qualité pour les boissons. Au terme
d’un processus de certification, les producteurs de boissons pourront apposer sur leurs produits un logo attestant
de sa bonne qualité. L’initiative est de l’Association des
producteurs algériens de boissons.
Se comporter en consommateur averti. C’est l’objectif
que se fixe l’Association des producteurs algériens des
boissons (APAB) en lançant le label «Buvez tranquille».
Une certification qui ne sera proposée qu’aux producteurs
répondant à une batterie de critères techniques.
Une certification qui ne sera cependant pas accordée
à l’entreprise pour l’ensemble de ses produits puisque la
labellisation se fera au cas par cas, comme l’expliquait
hier le président de l’APAB, et qui permettra d’apposer un
signe distinctif sur des boissons de qualité qui maîtrisent
l’ensemble du processus de fabrication et qui respectent
les mesures d’hygiène. Pas question néanmoins de dispenser les produits certifiés des contrôles d’usage pratiqués par le ministère du Commerce.
Par souci de transparence, l’APAB, qui est propriétaire
du label, n’est cependant pas attributaire puisque c’est
une commission d’attribution indépendante, hétérogène,
qui est souveraine dans sa décision. Elle est composée
d’un représentant du ministère du Commerce, de l’Institut
national de normalisation, de la Fédération algérienne des
consommateurs et de l’Association des producteurs de
boissons.
Le processus de prise de décision se fait suite à une
demande de l’entreprise intéressée. La commission étudiera, par la suite, le dossier introduit et vérifiera avec un
organisme certificateur si le produit peut ou pas être labellisé. Ce n’est que suite à ces étapes que le producteur
sera en mesure d’apposer le label sur son produit. Les
objectifs sont clairement définis : aider le consommateur
dans son choix, préserver sa santé, respecter les exigences alimentaires et induire un effet d’entraînement sur
les autres filières agroalimentaires et industrielles.
Un seul regret, cette certification n’a pas pris en compte la problématique du taux de sucre excessif dans les
boissons. Le président de l’APAB estime, en effet, que si
certains producteurs sont sensibles aux mises en garde
des médecins, beaucoup préfèrent continuer à commercialiser des produits trop sucrés sous prétexte que le
consommateur algérien en est friand. Ils oublient certainement que le palais s’éduque et que de nouvelles habitudes alimentaires non seulement peuvent mais doivent
être prises face à la proportion que prennent le diabète et
le surpoids en Algérie.
Nawal Imès
Photo : DR.
Le Syndicat national des travailleurs du secteur de la
formation professionnelle (SNTFP) a annoncé, hier, le gel
de son mouvement de protestation prévu pour aujourd’hui, mais promet toutefois un large boycott de la rentrée
de septembre prochain.
nitaire de tous les travailleurs, la
modification du statut particulier
des corps communs et ouvriers
professionnels avec leur intégration dans le secteur et l’abrogation
de l’arrêté ministériel interdisant
aux enseignants l’accès au poste
de directeur de centre de formation. Les travailleurs du secteur
de la formation professionnelle
revendiquent aussi la satisfaction
de la nouvelle plateforme de
revendications remise à la tutelle
le 15 avril dernier.
F.Z.-B.
Le chantier du Transrhumel paralysé
GRÈVE OUVERTE DES TRAVAILLEURS ALGÉRIENS
Les travailleurs algériens de
l’entreprise
brésilienne
Andrade Guttierez (AD), en
charge de la réalisation du
Transrhumel, ont entamé, hier
une grève ouverte. Celle-ci est
motivée, selon les syndicalistes, par «le refus» de la
direction d’AD d’appliquer les
termes de la convention collective signée en 2009 entre les
deux partenaires.
Rien ne va plus entre le syndicat
des travailleurs algériens, «décidés à
aller jusqu’au bout pour satisfaire leurs
revendications», et le constructeur brésilien, Andrade Guttierez, «intransigeant» quant aux modalités d’application des dispositions de la convention
collective.
En effet, chacune des deux parties
campe sur ses positions et refuse d’ab-
diquer. Aussi, même les tentatives de
médiation et de réconciliation de
l’Inspection du travail de Constantine
en vue de dégager une solution se
sont avérées vaines. Et pour cause, les
négociations entre le partenaire social
et la direction d’AD ont buté sur les
«modalités d’application des dispositions portant indemnité de licenciement» motif déclencheur du débrayage
qui a paralysé, hier, tous les chantiers
du Transrhumel.
Les travailleurs algériens ont exigé,
en ce sens, à ce que l’année de recrutement, à savoir 2009, soit retenue
comme «année de référence pour le
calcul de l’indemnité de licenciement».
Une demande que la direction
d’Andrade Guttierez a jugé «exorbitante», ont expliqué des syndicalistes rencontrés, hier près de la base de vie de
Bardo. En réalité, l’entreprise de réalisation du Transrhumel, qui enregistre
un taux d’avancement appréciable,
veut s’en tenir, toujours selon les affirmations des travailleurs, à «l’année
2013 comme référence» pour le calcul
de l’indemnité de licenciement. Toutes
nos tentatives d’entrer en contact avec
les responsables de l’entreprise sont
restées vaines.
En effet, les responsables de la
société ont eu pour instruction de ne
pas communiquer avec la presse et de
toujours diriger les journalistes vers les
responsables de la Direction des travaux publics.
Pour rappel, le conflit opposant la
direction aux travailleurs au sujet des
modalités d’application des termes de
la convention collective signée en 2009
entre les deux protagonistes ne date
pas d’hier.
La question des primes de rendement (PRI-PRC) et d’expérience professionnelle, aussi appelée prime de
fin de chantier, est toujours pendante.
Farid Benzaïd
qui a occupé le poste de président du
SNPNCA durant deux années.
D’ailleurs, c’est durant le mandat de ce
dernier que le personnel navigant d’Air
Algérie a réussi à arracher plusieurs
points de la plateforme de revendications débattue au lendemain de la
grève illimitée de 2011. La conférence
du SNPNCA se veut, selon son président, comme «une relance des activités syndicales du personnel navigant
d’Air Algérie».
A ce propos, il est important de
noter que la dernière démonstration de
force des animateurs du SNPNCA faisait suite à la décision de la direction
d’Air Algérie d’augmenter les horaires
de travail, soit de 38 heures à 60
heures par mois. Une décision qui
avait suscité le courroux du personnel
navigant de la compagnie, d’où la
menace brandie par les hôtesses de
l’air et stewards de faire grève. Et pour
apaiser cette tension qui risquait de
paralyser la navigation aérienne, la
direction d’Air Algérie avait initié une
réunion d’urgence avec les représentants du personnel navigant. Pour rappel, trois principales requêtes figurent
dans la plateforme de revendications,
selon Syndicat national du personnel
navigant commercial algérien. Les syndicalistes du SNPNCA revendiquent en
premier lieu «l'amélioration des conditions socioprofessionnelles jugées
«dégradées» et dénoncent le non-respect par la direction de la compagnie
Air Algérie de l'accord collectif sur le
régime du travail (une sorte de code de
la route) signé par les deux parties. Ils
rejettent, également, l'accord salarial
conclu entre les deux parties en 2003
et appellent à sa révision immédiate. Il
est à noter que la conférence d’hier
dimanche devait être sanctionnée par
une déclaration finale dans laquelle
seront portées les revendications des
travailleurs du personnel navigant d’air
Algérie affiliés au SNPNCA.
A. B.
LES PNC D’AIR ALGÉRIE EN CONCLAVE
Les accords de 2011 au centre des débats
La
conférence
portant
renouvellement des structures
organiques du Syndicat national du personnel navigant
commercial algérien (SNPNCA)
d’Air Algérie a eu lieu au niveau
de l’hôtel El Djazaïr à Alger.
A. Bettache - Alger (Le Soir) - La
question revendicative était également
au centre de cette rencontre. Ainsi,
outre le renouvellement organique,
marqué par l’élection d’une nouvelle
direction nationale du syndicat, à sa
tête M. Nazim Maïza, les participants à
cette conférence ont, de nouveau,
lancé un appel à l’employeur pour «le
respect des accords conclus avec le
partenaire social». En effet, le SNPNCA, qui revendique une large représentation du personnel navigant commercial de la compagnie Air Algérie, a
procédé lors de cette rencontre à
l’élection d’un nouveau président en
remplacement de M. Hamamouche,
Le Soir
d’Algérie
Le Soir du Centre
Exposition sur l’art enfantin
BOUIRA
Sur une initiative de l’association «La touche artistique»
de Bouira, l’exposition intitulée «création et touche d’innocence» se veut l’écho d’enfants et d’adolescents inspirés ;
jeunes talents en devenir certain et qui méritent les encouragements et le soutien des responsables locaux.
Prévue du 12 au 16 juin dans
le cadre des festivités de la
Journée africaine pour l’enfance,
cette exposition qui compte les
œuvres de 200 candidats ;
lycéens, collégiens et élèves du
primaire, a été organisée par des
enseignants de dessin , membres
de l’association «La touche artistique» qui ont minutieusement
choisi les meilleurs travaux de
leurs élèves ; des dessins des
plus naïfs aux plus élaborés et
structurés et qui ont inondé le hall
de la Maison de la culture pour le
plus grand plaisir des nombreux
visiteurs ; parfois extasiés devant
des créations aux mille nuances
et au talent certain.
Des participants qui ont représenté différentes villes et villages
de la wilaya ; Ahnif, Bechloul, Ahl
El Ksar, Haïzer, Lakhdaria,
Kalous ou encore Zeboudja ont,
ainsi révélé des talents jusque-là
cachés dans les ateliers scolaires
de dessin et qui méritaient d’être
mis en lumière, notamment à travers cette exposition.
Une initiative qui se veut honorifique et encourageante à l’égard
de ces élèves talentueux et dont
certains promettent un avenir
aussi radieux et brillant que les
artistes de la wilaya devenus une
référence pour ces dessinateurs
en herbe ; Mohamed Bouzid,
Larbi Arezki, Hamza Bounoua ou
encore le jeune Hacen Drici, tous
natifs de la wilaya de Bouira et
qui, grâce à leur talent inné, se
sont retrouvés sous les feux des
projecteurs internationaux.
Par ailleurs, et en marge de
cette exposition artistique, l’association a préparé pour la journée
d’hier, un atelier de dessin au profit des d’enfants et des adultes,
invités cordialement à participer à
l’événement ainsi qu’une cérémonie de distribution de cadeaux au
bénéfice des meilleures œuvres
de l’exposition. Un geste gracieux
envers des enfants talentueux en
manque d’encouragement et qui,
d’après les organisateurs de
l’événement, pourront prétendre,
l’année prochaine, à des titres au
niveau régional.
Katya Kaci
UNE CÉRÉMONIE OFFICIELLE LEUR A ÉTÉ DÉDIÉE HIER À BOUIRA
Quand l’État reconnaît enfin le sacrifice
des gardes communaux
Plusieurs mois après avoir mis fin à
leurs fonctions, en procédant à la dissolution de leur corps sans aucun préavis,
l’Etat, comme pour se rattraper de cette
manière de faire peu amène, a décidé
d’organiser en l’honneur des Gardes
communaux partis à la retraite, des
cérémonies de remise de cadeaux et
autres distinctions pour leur sacrifice
pour la sauvegarde du pays.
Hier, tandis qu'une cérémonie officielle, présidée par le wali, en présence de tous les membres
du conseil de sécurité de la wilaya, à l’instar du
chef du secteur opérationnel de Bouira, du commandant du groupement de la gendarmerie, du
chef de la Sûreté de wilaya, du directeur de
l’ordre public et de sécurité, le DOPS, et du
P/APW, était organisée au niveau du salon d’hon-
neur de la wilaya, des cérémonies similaires se
déroulaient au même moment au niveau des
douze daïras que compte la wilaya, en l’honneur
des 1 482 gardes communaux partis à la retraite.
Au niveau du salon d’honneur de la wilaya, et
après que le DOPS eut évoqué «tous les sacrifices que ces gardes communaux avaient
consentis durant les dures années 1990 en faisant face à la menace de désintégration de l’Etat
algérien menacé dans ses fondements par le terrorisme», des distinctions et des cadeaux ont été
remis à 51 chefs de détachement et 20 adjoints
de chefs de détachement répartis à travers les
quatre coins de la wilaya.
Pour rappel, à Bouira, avant la dissolution de
ce corps, il y avait 98 détachements de la Garde
communale. Aujourd’hui, selon l’un des membres
de la Coordination nationale des gardes communaux, Aliouat Lahlou, il ne resterait que 9 déta-
TIZI-OUZOU
chements encore en activité, alors que le terrorisme et l’insécurité au niveau des villages et autres
contrées isolées sont toujours présents.
Selon notre interlocuteur, qui dit avoir boycotté cette cérémonie à laquelle il était convié, il
serait indécent de parler de reconnaissance de la
part de l’Etat alors que des gardes communaux
vivent des situations sociales des plus pénibles,
dont certains recourent même à l’acte de suicide
car n’ayant reçu aucune oreille attentive, et que
d’autres à l’instar des deux pères de famille d’ElHarrach, sont jetés à la rue avec leur progéniture.
Pour lui, si l’Etat voulait vraiment une reconnaissance officielle à ce corps, il n’aurait qu’à
répondre favorablement à la plate-forme de
revendications que la Coordination nationale des
gardes communaux lui avait soumise depuis l’été
dernier.
Y. Y.
Trois épaves retirées du port d’Azeffoun
Trois embarcations échouées, depuis 2001, au port
d’Azeffoun, ont été retirées, samedi dernier, par l’EGPP
(Entreprise de gestion des ports de pêche de Béjaïa), une
entreprise en charge de la gestion des ports et abris de
pêche des wilayas de Béjaïa et Tizi-Ouzou.
L’opération nationale «Ports de
pêche bleus 2013», destinée à
débarrasser les ports de pêche de
leurs déchets, que ce soit ceux se
trouvant dans les fonds marins ou
aux alentours, a été lancée.
C’est ainsi que rien que pour la
matinée de samedi et dans le seul
port de Tigzirt, pas moins de deux
camions d’une capacité de 2,5
tonnes chacun et deux bennes de
tracteurs ont été remplis par ces
détritus qui enlaidissaient ce port.
Au port d’Azeffoun, par contre,
et en plus de la collecte de
déchets, trois barques, une de 9 m
et deux de 7,5 m, coulées suite à
une féroce tempête en 2001, ont
été retirées près de la passe. Les
trois épaves ont pu être remontées
sans difficulté.
A vrai dire, ces épaves polluaient le port de l’ex-port-Gueydon
et représentaient, parfois, un dan-
ger pour la navigation. Par ailleurs,
l’EGPP, qui a débloqué 80 millions
de dinars pour construire au port
de Tigzirt, une clôture de séparation des espaces destinés à la
pêche et au public, comptait
démarrer les travaux le même jour,
soit samedi. Mais comme l’entreprise ayant obtenu le marché était
absente, le lancement des travaux
a été reporté à une date ultérieure.
K. Bougdal
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
7
ELLES UTILISAIENT
DES CARTES CHIFA
POUR ACQUÉRIR
LE LYRICA ET LE
REVENDRE
AUX DROGUÉS
Six femmes
arrêtées,
dont quatre
écrouées à Blida
Les éléments de la
Brigade de recherche et
d’investigation
de
la
Sûreté de wilaya de Blida
viennent de mettre fin aux
agissements d’un réseau
de trafic d’un médicament
au nom générique de
Lyrica, un puissant antalgique et un fort anxiolytique, appelé saroukh
(fusée) dans le milieu des
drogués. Ce réseau, composé de six femmes et de
quatre hommes dont deux
sont déjà en prison pour
d’autres délits, acquérait
ce médicament chez les
pharmaciens grâce à des
ordonnances qu’il pouvait
obtenir au niveau des
hôpitaux et autres polycliniques
de
plusieurs
wilayas du pays, et ce en
donnant les noms de personnes âgées. Le fameux
médicament sera acquis
gratuitement par le biais
des cartes Chifa de ces
mêmes personnes âgées.
Etant très demandé par
les jeunes drogués pour
ses effets hallucinogènes,
le Lyrica ou saroukh était
ensuite cédé entre 150 et
450 dinars le comprimé.
Selon la cellule de communication de la Sûreté de
wilaya de Blida, le montant
global du produit obtenu
par ce réseau auprès des
officines est évalué à
4 641 291,92 dinars.
Présentées devant le
procureur
de
la
République de Blida,
quatre femmes ont été
écrouées. Les autres ont
été placés sous contrôle
judiciaire.
M. B.
Le Soir
d’Algérie
Le Soir de l’Est
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
Les occupants des habitations
vétustes de la vieille ville relogés
en décembre prochain
CONSTANTINE
ACCIDENTS
DE LA ROUTE
À EL TARF
Un mort et
quatre blessés
dans un état
critique
M. El Bahi, précisant que des
«quitus de garantie» ont été délivrés aux familles concernées
dans le cadre de la formule des
contrats-programmes adoptée
par l’administration.
Certaines familles résidant
dans des demeures concernées
par les travaux de restauration
de la vieille ville, devant être lancés «incessamment», seront
relogées «avant le mois de
décembre 2013», a affirmé M. El
Bahi, précisant que c’est un
bureau d’étude étranger qui
Photo : DR
Les familles occupant des habitations vétustes et menaçant ruine dans la vieille ville de Constantine seront relogées «à partir de décembre prochain», a indiqué hier le
directeur de la Société d’architecture et d’urbanisme
(SAU), chargée de cette opération.
Il s’agit d’une «opération d’envergure» ciblant quelque 4 000
foyers, a précisé M. MohamedSalah El Bahi à l’APS, soulignant
«l’importance de cette action de
relogement dans la dynamisation
du plan de sauvegarde de la
vieille ville.
L'opération s’inscrit dans le
cadre de l’important programme
de résorption de l’habitat précaire à Constantine, devant être
achevé «avant l’année 2014»,
conformément aux engagements
des autorités locales, a souligné
devra statuer sur les logements
qui seront «évacués et vidés en
priorité» pour les besoins du plan
de sauvegarde.
Les familles concernées par
cette opération seront transférées à la nouvelle ville Ali-
Mendjeli, a affirmé le même responsable, rappelant que cette
opération de relogement aura
lieu «parallèlement à l’éradication des derniers fiefs de bidonvilles» de la ville de Constantine.
APS
de la ministre de la Culture, qui
a veillé à la réalisation de ce
site culturel compte tenu des
potentialités énormes des nombreux artistes de la région est
squatté par plusieurs familles,
devenant ainsi un lieu de refuge
pour les sans abris. Et par le
biais du Soir d’Algérie, les
artistes-peintres de la wilaya
lancent un appel à Mme Khalida
Toumi pour l’ouverture de cette
école.
Benzaïm A.
KHENCHELA
Quel est le sort de l’Ecole des beaux-arts ?
La majorité des artistes de la wilaya de Khenchela s’interrogent depuis 9 mois sur le silence des responsables de la
culture quant à l'ouverture de l’Ecole des beaux-arts, qui
malgré l’achèvement des travaux demeure fermée.
En effet, des dizaines d’artistes-peintres attendent avec
impatience l’ouverture de cette
école, qui répondra à leurs
ambitions. Ce chef-d’œuvre,
réalisé avec l’appui indéfectible
Un camion «fou» endommage
3 véhicules et détruit toute
une maison à Baghaï
La population de la commune de Baghaï, située à 11 km au nord
du chef-lieu de la wilaya de Khenchela, a vécu des moments de terreur et de panique provoqués par un camion semi-remorque, dont les
freins ont lâché et qui a heurté trois véhicules de tourisme. Les trois
véhicules sont entièrement endommagés et un domicile situé en
plein centre-ville de cette localité, à proximité de la statue de la reine
berbère La Kahina, qui n’a pas été touchée, a été totalement détruit.
Les dégâts auraient été plus importants s’il y avait des personnes
sur les lieux et à l’intérieur de l’habitation.
Le chauffeur du camion a été transféré vers l’hôpital de Khenchela
et se trouve dans un état comateux, apprend-on, alors que les services de la gendarmerie ont ouvert une enquête pour déterminer les
circonstances exactes de ce drame.
B. A.
GUELMA
7
Les habitants de la ville d’El
Tarf étaient, hier complètement
abattus, à l’annonce de la mort
d’un des leurs, connu pour sa
disponibilité et son éducation
exemplaire, lors d’un accident
de la route survenu dans la nuit
de samedi à dimanche sur la
RN 44, entre la ville d’El Tarf et
la commune de Bouteldja.
La Peugeot Partner du
défunt G. D., âgé de 50 ans,
qui est, par ailleurs, technicien
de la santé et travaillant à l’hôpital d’El Tarf, a percuté de
plein fouet une Toyota 4X4 de
la Gendarmerie nationale qui
venait en sens inverse, à la sortie Est de la commune de
Bouteldja.
Ses deux filles et sa femme
qui l’accompagnaient ont été
blessées grièvement, ainsi que
le gendarme qui conduisait
l’autre voiture.
Ainsi, la liste macabre des
accidents de la route continue
chaque jour de s’allonger. On
enregistre une augmentation
du nombre de victimes des
accidents proportionnelle à
celle du parc automobile national.
Daoud Allam
Journées portes ouvertes
sur les missions de la Sonatrach
Les représentants de la Sonatrach, dont plusieurs s’exprimaient dans les deux langues, l’arabe et le français, attendaient le grand public à Guelma avec une série d’affiches de
documents et de courts métrages animés, soigneusement préparés dans le but évident de les informer sur les missions et
les activités de cette grande compagnie pétrolière algérienne.
Il s’agit, en fait, des journées
portes ouvertes de la Sonatrach,
inaugurées hier matin par le wali
de Guelma, en présence des
autorités locales, civiles et militaires. Les organisateurs se sont
assurés de la présence d’expo-
sants, qui ont mis sur pied un programme qui devrait attirer un
grand nombre de visiteurs.
Cette exposition se déroulera
au centre des loisirs scientifiques
(CLS) de la ville de Guelma, du 16
au 20 juin. Les différents services
de Sonatrach exposeront leur
savoir-faire dans différentes activités : amont, transport par canalisation, aval et commercialisation,
ainsi que les filiales des affaires
sociales, de la santé, la sécurité et
l’environnement (HSE). Ces journées portes ouvertes ont pour
objectif de convaincre que
Sonatrach constitue une solution
incontournable pour assurer la
compétitivité de l’industrie pétrochimique à long terme en Algérie.
Noureddine Guergour
Le Soir
d’Algérie
Le Soir de l’Ouest
Les Oranais commencent le stockage
des produits alimentaires
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
7
EN PRÉVISION DE L’INÉVITABLE FLAMBÉE DES PRIX DURANT LE RAMADAN
Habitué à être livré à lui-même face à une flambée des
prix des fruits et légumes et tout ce qui concerne les aliments de base, durant chaque Ramadan, le citoyen a intégré dans ses us et coutumes pour cette occasion religieuse, l’approvisionnement en tout type de produits qui
constituent sa table du f’tor. Si, auparavant, cela ne concernait essentiellement que les légumes tel que l’oignon, l’ail,
la tomate… aujourd’hui tout y passe puisque plus rien
n’est épargné par l’augmentation vertigineuse des prix.
Le conseil qu’a donné le ministère du Commerce au citoyen quant à
un approvisionnement raisonnable
ne semble pas trouver échos. «Nous
sommes les mieux placés, dira une
mère de famille, pour connaître nos
besoins et surtout pour faire face aux
spéculateurs qui nous extorquent
durant le mois de jeûne, sans nous
laisser aucune autre solution que
d’acheter au prix fort. Le tout sans
que ce même ministère qui nous
donne des conseils ne puisse rien y
faire». Depuis une semaine déjà, les
ménages ont déjà commencé à
affluer vers les marchés et les artères
connus pour la vente en gros de l’alimentation générale. A Sid El Hasni,
Point du Jour ou encore à Maraval,
même scène de défilé de voitures
l’une derrière l’autre, chargeant leurs
véhicules de différents produits achetés. A l’intérieur de ces magasins, les
commerçants, habitués à cette ruée
avant chaque Ramadan s’organisent
comme ils le peuvent. «Déjà nous
disposons de tous les produits de
sorte que les clients s’y retrouvent
plus facilement et on désigne des
vendeurs supplémentaires pour tout
gérer afin qu’il n’y est pas de cohue
et de dispute», nous dira le gérant
d’une grande surface qui vend en
gros des produits d’alimentation
générale à Point du Jour. Un père de
famille muni d’une longue liste nous
montre son contenu : vermicelle 10
paquets, champignon 5 boîtes,
tomate concentré 8 boîtes, huile 6
litres, sucre 3 kilos, thon une grande
boîte, fromage deux grandes
barres… Nous lui ferons remarquer
que ces produits se trouvent quotidiennement dans les différents marchés pourquoi alors les stocker ? à
cela il répond : «Tout d’abord pour
m’éviter de faire ces courses alors
que je jeûne, et aussi j’économise 10
DA par là, 5 par ci, 20 autres pour tel
produit et cela me donne une petite
marge pour le reste des achats que
peut engendrer le mois sacré. Ainsi,
moralement, je me sens en mesure
de faire face aux commerçants sans
scrupules qui nous saignent durant
ce mois sacré».
L’approvisionnement ne s’arrête
pas aux produits alimentaires suscité mais il est inévitable pour les
ménages de ne pas conserver des
légumes dont les prix s’envolent
durant le Ramadan. A l’exemple de
l’ail, l’oignon, la tomate, le poulet, qui
est découpé mis en sachet et congelé, le poivron, le citron également qui
est ou bien pressé et mis à congeler
dans les bacs à glaçons, ou alors
découpé en quatre et congelé, la
coriandre séparée en petits bouquets et mise dans le congélateur…
Seule la viande rouge ou le poisson
frais ne semblent pas être concernés
par cet approvisionnement. La raison
n’est autre que leur prix déjà cher et
le plaisir de les manger frais, nous
dira un citoyen. Beaucoup n’hésitent
pas à acheter de la viande rouge
déjà congelée et la remettre au frais
pour les premiers jours du Ramadan.
Autant d’effort et d’astuces pour
mener à bien un mois de jeûne où
toutes les envies culinaires mettent à
rude épreuve les jeûneurs. Mais,
tous savent qu’approvisionnement
ou pas, tout fini par s’épuiser et l’on
finit par aller vers les commerçants
sans état d’âme pour faire ses
courses. Le tout étant de tenter, pour
ceux qui y arrivent, d’être raisonnables dans l’assouvissement de
ses envies et surtout d’éviter le gaspillage inutile.
Amel Bentolba
UNE RENCONTRE LUI A ÉTÉ CONSACRÉE PAR L’ASSOCIATION POUR LA PROTECTION
ET LA PROMOTION DU CONSOMMATEUR À TIARET
Les intoxications alimentaires, ce redoutable fléau
Intervenant en pleine saison estivale et à l’approche du
mois sacré de Ramadan, la rencontre de sensibilisation aux
intoxications alimentaires, tenue samedi dernier à l’Office
des établissements des jeunes de Tiaret, a suscité d’intenses débats.
En dépit de l’absence de statistiques fiables, les intoxications alimentaires restent le fléau le plus
répandu en été. Ce constat s’explique, selon les intervenants, par la
forte demande que connaissent
certains produits en cette période
dite de grande consommation,
notamment les glaces, la pâtisserie,
les boissons, le lait et ses dérivés.
Tous les présents à cette journée, initiée par l’Association de
wilaya pour la défense et la promotion du consommateur (ADPC),
ont décrié le manque de rigueur
dans les opérations de contrôle,
limitées, selon eux, à des sorties
occasionnelles. Ils ont également
insisté sur le rôle du citoyen luimême, appelé à s’impliquer
davantage dans le processus de
lutte contre les éventuelles fraudes
et autres pratiques commerciales
illégales.
La non-conformité des conditions de transport et de conserva-
tion des produits, le manque d’action de proximité envers le
consommateur, le commerce informel, la démission de certains services concernés sont les autres
facteurs favorisant les intoxications alimentaires, devait répliquer
un intervenant. En revanche, les
propositions faites à cette occasion consistaient dans leur globalité à prioriser le volet préventif avec
des actions continues devant
cibler l’ensemble des couches de
la société et plus particulièrement
les populations rurales.
De son côté, une vétérinaire n’y
est pas allée avec le dos de la
cuillère pour signaler certaines
pratiques lorsqu’elle dénonça avec
courage l’utilisation des hormones
que l’Etat importait il y a deux ans
pour la fertilité des vaches,
sachant que ces dernières, pourtant interdites en Europe dira-telle, comportaient des matières
cancérigènes.
Un autre intervenant a, quant à
lui, appelé à la délocalisation de
certains métiers polluants exercés
en milieu urbain, allusion faite aux
tôliers dont les diluants utilisés
sont déconseillés pour la santé
publique. Idem pour un autre président d’association qui n’a pas
hésité à faire le lien entre les produits consommés et la prolifération
des maladies à Tiaret tels le cancer et le diabète, dont les cas sont
inquiétants, a-t-il estimé.
Par ailleurs, une communication sur les toxi-infections alimentaires collectives a permis de
démontrer que la majorité des cas
sont enregistrés dans la restauration collective avec 60%, dont 28%
en milieu scolaire, suivie des différentes fêtes avec 40%. Ces intoxications à déclaration obligatoire
affectent généralement les enfants
et les personnes âgées, a précisé
le conférencier ajoutant que sur
les 11% des cas d’hospitalisation,
le taux de décès est de l’ordre de
0,1 %.
Cette journée, qui s’inscrit au
titre du programme de la caravane
de sensibilisation sur le thème, a
trouvé des échos favorables
auprès de l’assistance tant les
débats étaient aussi transparents
qu’enrichissants.
Mourad Benameur
Le Dr Hemaïdia trouve la mort dans un accident de la route
Le docteur Hemaïdia Abdelkader,
chirurgien de renom dans la wilaya de
Tiaret, est décédé samedi après-midi
dans un accident de la circulation, survenu entre Hassi Fdhoul et Ksar
Chellala.
La terrible nouvelle, tombée tel un couperet,
a plongé la population dans une vive consternation. Le drame a eu lieu lorsque le véhicule
du défunt, une Peugeot 308, et une Renault
Trafic, roulant en sens inverse, se sont télescopés. La violente collision s’est soldée par le
décès d’un autre homme âgé de 30 ans, alors
que trois personnes ont été blessées. Les
dépouilles mortelles ont été déposées à la
morgue de l’hôpital de Ksar Chellala.
Connu pour son aide aux malades démunis
et sa disponibilité de jour comme de nuit, le praticien, qui est également président du Conseil
de l’ordre des médecins, a exercé à l’hôpital
Youssef-Damardji de Tiaret depuis 1978 pour y
rester plusieurs années avant de travailler pour
son compte. Tout en exerçant dans le secteur
privé, le Dr Hemaïdia était conventionné avec
les hôpitaux de Mahdia, Rahouia, Sougueur et
Tiaret, où il était au service de ses patients.
Agé de 63 ans, le défunt chirurgien a été
inhumé hier en présence de la corporation et
d’une foule nombreuse. Il laisse derrière lui une
veuve et deux jumeaux, mais aussi un vide
irremplaçable.
Mourad Benameur
Autopsie de la corruption en Algérie
Le Soir
d’Algérie
Contribution
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
8
«Seul le processus de démocratisation de la corruption, a été réussi en Algérie !»
Un citoyen anonyme
exemple, durant le premier quinquennat du cadrement du pays, à l’exemple de leur chef,
premier mandat, relève de la logique du pre- va tremper dans la prédation tout en assurant
mier critère. Le prêt de cinq milliards de US$ leurs arrières… Ils seront les «dindons de la
au FMI relève du second. Pour donner du farce» dans le casting des futurs procès en
grain à moudre aux courtisans, constitutifs de sorcellerie, s’ils n’arrivent pas à quitter le
notre classe politique, toutes catégories pays à temps ! Dès lors, le champ est libre
Ceux qui ont organisé l’arrivée à la magis- confondues (partis politiques, députés, séna- pour l’émergence d’une faune de parachutés
trature suprême de A. Bouteflika (1), la premiè- teurs, syndicats, appareils, mouvements et de «nass kraya» qui va être installée aux
re (2) et la deuxième fois (ce fut la bonne) associatifs patenpostes de commanavec, par la suite, l’orchestration de sa dési- tés…) et leur per- Cette minorité est prête à mettre le pays dement de la distrignation élective durant les trois mandats, ont mettre de justifier «à feu et à sang» si elle se sent menacée, bution de la rente,
dû certainement consulter des experts éco- leurs subventions et par quiconque, qui viendrait remettre en sous toutes ses
nomiques et financiers chevronnés, de autres émoluments,
formes (10), sifflant le
cause ses futurs privilèges ou son
manière à connaître les tendances lourdes il était impératif
départ de la grande
accaparement passé, ce qui signifie
du marché des hydrocarbures, des prix d’inscrire
cette qu’elle est en mesure de «pactiser avec le bouffe (el-waâda)
(pétrole et gaz) et de leur impact sur les démarche dans une
diable», s’il le faut, pour se maintenir le de la décennie.
recettes d’exportation escomptées, pour rengaine politique (8)
Cette opération
plus près des cercles concentriques du
(3)
notre pays, à moyen et long terme . Il est, en la forme populaiva
être consolidée
dès lors, très facile, pour qui sait effectuer re (zerda), afin de pouvoir. A la limite, une situation de statu par un autre proquo
serait
la
moins
mauvaise
des
solutions
une multiplication, de calculer la rente qui ris- fêter la paix et la fracessus encore plus
quait d’entrer dans les caisses de la Banque ternité retrouvées, pour elle si elle ne peut, pour le moment, séditieuse et sourprétendre à faire main basse sur la
centrale via Sonatrach. Mais le problème, après une décennie
nois, qui va combitotalité du pouvoir politique.
pour le nouveau pouvoir, arrivé en 1999, noire, durant laquelner le régionalisme
n’était pas tant les entrées en devises mais le notre pays a
et le népotisme,
Par Dr Mourad Goumiri,
bien évidemment le mode d’emploi pour les conjugué au quotidien le sang, la cendre et couple désormais déterminant à la promotion
Président de l’ASNA
dépenser à son unique profit, tout en donnant les larmes…
sociétale (11), de manière à fracturer encore
l’illusion de reconstruire l’Algérie, ravagée par
Le décor étant planté, il ne restait plus plus la société et lui inoculer ce poison mor- ment d’une large frange de la population et
la décennie noire ! C’est ainsi, que des pro- qu’à mettre en œuvre ce programme prési- tel, redoutable ennemi de l’unité et l’intégrité notamment des jeunes, avec pour conséfesseurs d’économie émérites furent rame- dentiel par les institutions de l’Etat, toutes fra- nationale. Etre natif de la wilaya d’Oujda, quences l’augmentation des déséquilibres
nés dans les bagages présidentiels et distri- gilisées par un nomadisme sans précédent daïra de Tlemcen et ou contracter une allian- sociétaux et la montée des frustrations qui ne
bués avec d’autres, dans tous les postes de des cadres et des techniciens, dans l’histoire ce directe ou indirecte avec un des membres manqueront pas de se radicaliser. En outre,
souveraineté (4) et seront mis à profit pour de notre pays (9).
de la famille du Régent et de sa basse-cour, après avoir mal acquis ces énormes moyens
concocter un document «mode d’emploi»,
En effet, il fallait d’abord et obligatoirement devient un argument décisif, négociable patrimoniaux (en Algérie et à l’étranger), cette
intitulé «Programme économique du prési- s’assurer que les instruments administratifs contre tous postes rentiers convoités et minorité doit obligatoirement les blanchir, au
dent de la République», bible incontestable et d’exécution obéissent «au doigt et à l’œil» toutes les promotions sociétales dans les risque de devoir, un jour, rendre des comptes.
incontestée que tout un chacun (5) va devoir aux donneurs d’ordres visibles (ministères, institutions de l’Etat. La compétence, le pro- Il devient impératif pour sa survie de peser,
mettre en œuvre, sans état d’âme, sous wilayas, entreprises publiques, offices, insti- fessionnalisme,
de tout son poids,
peine d’un procès en hérésie et une montée tutions et organismes publics…) et surtout à l’expérience, l’érudisur le devenir poliEtre natif de la wilaya d’Oujda, daïra de
au bûcher pour «purification politique» (6).
ceux agissant dans l’ombre (courtiers, rabat- tion, l’honnêteté,
tique du pays (14), de
Tlemcen et ou contracter une alliance
L’analyse minutieuse de ce programme, teurs, commissionnaires, avocats d’affaires, l’abnégation, l’armanière à toujours
dès lors, s’impose puisqu’il représente la conseillers, entremetteurs, consultants, inter- deur au travail, les directe ou indirecte avec un des membres consolider ses intéde la famille du Régent et de sa bassepièce centrale du dispositif de la prédation médiaires, facilitateurs, escrocs, mafieux, convictions…
rêts futurs mais surdont nous découvrons, aujourd’hui, les pre- blanchisseurs, hommes de main…) bref, valeurs essentielles
cour, devient un argument décisif,
tout de ne pas
mières conséquences, fuitées à la presse par toute une faune de prédateurs recrutés aux qui auraient dû
négociable contre tous postes rentiers
remettre en cause
les services de sécurité et prises en charge quatre coins du monde et spécialistes, cha- structurer les nomiconvoités et toutes les promotions
la prédation paspar l’institution judiciaire selon un rituel digne cun pour ce qui le concerne, dans ce genre nations aux hautes sociétales dans les institutions de l’Etat. sée, qui lui a permis
des feuilletons à succès comme «Dallas». Ce de basses besognes. Les cadres qui tentè- fonctions de l’Etat,
de réaliser, en un
Programme éconorent vainement de dans notre pays, viennent loin derrière les temps record (une vingtaine d’années),
mique pour être crérésister à cette arguments de ce couple, érigé en règle pour jamais égalé dans le monde, cette incroyable
En effet, il fallait d’abord et
dible, aux yeux de
vague de prédation la première fois dans l’histoire de l’Algérie accumulation de richesses. Cette minorité est
obligatoirement s’assurer que les
l’opinion nationale
instruments administratifs d’exécution furent tous «remer- indépendante. En effet, les pouvoirs précé- prête à mettre le pays «à feu et à sang» si
et internationale,
ciés», voire liquidés dents ont toujours porté une attention très elle se sent menacée, par quiconque, qui
obéissent «au doigt et à l’œil» aux
devait obligatoiresans ménagement particulière aux équilibres régionaux et la viendrait remettre en cause ses futurs prividonneurs
d’ordres
visibles
(ministères,
ment être conçu par
dans certains cas répartition régionale équitable des richesses lèges ou son accaparement passé, ce qui
wilayas, entreprises publiques, offices, et dans d’autres (12), facteurs essentiels de cohésion, de signifie qu’elle est en mesure de «pactiser
des compétences
institutions et organismes publics…) et cas avec des pour- coexistence et de paix civile (13). Une rupture avec le diable», s’il le faut, pour se maintenir
avérées, indiscutables et des signasurtout à ceux agissant dans l’ombre
suites judiciaires à totale ou partielle de ce pacte consensuel le plus près des cercles concentriques du
tures connues et (courtiers, rabatteurs, commissionnaires, la clé, dans le tacite, de notre nation en sédimentation pouvoir. A la limite, une situation de statu quo,
reconnues,
avocats d’affaires, conseillers,
cadre, comble de sociologique récente, risque d’ébranler son serait la moins mauvaise des solutions pour
sachant,
par
l’ignominie,
de mythe fondateur, nourri, entre autres, par cet elle si elle ne peut, pour le moment, prétendre
entremetteurs, consultants,
ailleurs, que le
campagnes récur- équilibre.
à faire main basse sur la totalité du pouvoir
intermédiaires, facilitateurs, escrocs,
Président est, luiLe risque est grand de voir notre pays politique.
rentes dénommées
mafieux, blanchisseurs, hommes de
même, hermétique
«opération mains entraîné dans une «aventure partitionniste»
En attendant de pouvoir imposer son exismain…) bref, toute une faune de
à la chose éconopropres», pour ser- sanglante et aux conséquences incalcu- tence idéologique, politique, économique et
prédateurs
recrutés
aux
quatre
coins
du
mique. En outre, il
vir à tous de leçon ! lables, à moyen et long terme, d’autant qu’un sociale, une période de transition (certains
monde et spécialistes, chacun pour ce
devait frapper l’imaLes autres, plus climat international favorable, voire encoura- s’avancent même à proposer deux années
ginaire
collectif qui le concerne, dans ce genre de basses poreux, ont essayé geant ce processus de sécession se fait sen- élastiques !) lui paraît être la fuite en avant la
national par deux
besognes.
de faire le dos rond tir dans toutes les régions du monde et en moins nocive à ses intérêts vitaux, à la faveur
conduits, chers au
tout en préservant particulier en Afrique.
d’une inattendue maladie, toute présidentielle
cœur de la population : ses besoins pres- leurs acquis, ce qui est, par définition, incomDès lors, cette décennie de prédation va (15), qui la menace dans son existence et
sants et sa dignité retrouvée. La réalisation patible et se terminera par des «départs favoriser la constitution de fortunes colos- prend en otage tout un pays !
promise d’un million de logements (7), par négociés». Enfin, la dernière frange de l’en- sales pour la minorité au pouvoir, au détriM. G. (m.goumiri@live.fr)
Souvenons-nous de la première tentative de retour avortée mais surtout de la seconde, organisée autour d’un repas
avec comme invité d’honneur le général Khaled Nezzar, le
général Larbi Belkheir (l’organisateur du rendez-vous, décédé), le commandant Moussa (décédé) et Abdelaziz Bouteflika,
entre autres, qui s’est soldée par l’intronisation de ce dernier.
(2)
Le général Khaled Nezzar avait traité A. Bouteflika de
«canasson» car il avait décliné cette première offre et quitté
le pays précipitamment.
(3)
En 1999, le baril de pétrole Brent n’était que de 14 US$,
alors qu’il a atteint une moyenne de 116 US$ à juin 2013.
(4)
Il faut noter à cet endroit, le caractère régionaliste et clanique systématisé, retenu pour ses nominations, pour la première fois dans l’histoire de notre pays.
(5)
La coalition politique (FLN, RND, Hamas) a été sommée
de renoncer à son programme économique respectif et d’entériner ce dernier sans débat, dans un espèce d’œcuménisme
sacré autour de lui.
(6)
L’Algérie a enrichi les sciences politiques universelles
d’un nouveau concept intitulé «redressement» qui signifie l’art
d’imploser une organisation sociétale et la réduire en plu(1)
sieurs morceaux antagoniques.
(7)
Malgré le recours effréné aux entreprises étrangères de
réalisation, moins de 700 000 logements seulement seront
achevés, lors de la première mandature.
(8)
Les déplacements présidentiels, dans les wilayas,
étaient organisés à sa gloire et à celle de ses courtisans
locaux.
(9)
Il est assez intéressant de noter à cet endroit, que les
enquêtes d’habilitation qui auraient dû jouer leur rôle de stabilisateur et de filtre, de l’encadrement, n’ont en fin de compte, qu’amplifié le processus de la «moubayaâ» et du clientélisme, version «Saïd and Co».
(10)
Un travail rigoureux et scientifique de recensement des
nominations à tous les postes et les charges supérieures de
l’Etat, comme celui de l’affectation des ressources financières
publiques par wilaya, durant ces trois mandats, devra permettre d’établir cette désastreuse réalité.
(11)
L’émergence de la médiocrité dans toutes les institutions de l’Etat doit être obligatoirement liée à cette stratégie
de prédation. Une armée d’analphabètes ou dotés de faux
diplômes, d’expériences douteuses et de recommandations
mafieuses, va investir tous les secteurs (économie, finances,
commerce, éducation, universités, culture, médias, culte,
sports, diplomatie…), ce qui va se traduire par une gouvernance catastrophique du pays.
(12)
Des programmes spéciaux avaient été initiés dans les
régions pauvres pour leur faire rattraper les retards de développement, dans les années 60 et 70.
(13)
Les revendications actuelles, dans certaines régions du
pays et notamment dans le Sud, sont les conséquences
directes visibles d’une politique inéquitable de la répartition
des richesses.
(14
) Les dernières élections législatives ont clairement
démontré le poids du pouvoir de l’argent sur les résultats du
scrutin, nonobstant le niveau de l’abstention et de sa signification.
(15)
C’est cette minorité qui a imposé le «mandat présidentiel à vie» après que L. Zéroual eut imposé l’alternance politique par la limitation des mandats. De manière à éviter que
l’alternance politique ne vienne remettre en cause son processus de prédation et d’accumulation, elle sponsorise une
solution de coup d’Etat, déguisé en un aggiornamento.
Monde
Le Soir
d’Algérie
9
Des combattants liés à Al-Qaïda détruisent
un lieu de culte chiite
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
SYRIE
L'attaque a eu lieu vendredi dans le village à
majorité sunnite de Hatlah,
où les insurgés avaient tué
mardi une soixantaine de
villageois chiites pro-régime après une attaque
contre un poste de la rébellion.
«Les vidéos montrent la
destruction d'une hussaïnya chiite (un lieu de culte,
ndlr) par l'Etat islamique en
Irak et au Levant», un
groupe né de l'union entre
la branche irakienne d'AlQaïda et le Front islamiste
al-Nosra,
a
expliqué
l'OSDH.
Sur une des vidéos, on
voit la hussaïnya touchée
par une explosion, tandis
que des combattants crient
«Allah akbar» (Dieu est le
plus grand). Plusieurs,
dont un portant le drapeau
noir symbole des mouvements islamistes extrémistes, courent ensuite en
direction des décombres
du bâtiment.
«L'Etat islamique en
Irak et au Levant» a été
proclamé en avril par le
chef de la branche irakienne du réseau Al-Qaïda,
Abou Bakr al-Baghdadi,
mais ce groupe a été invalidé par le chef d'Al-Qaïda,
Ayman al-Zawahiri.
Dans la ville même de
Deir Ezzor, des combattants d'al-Nosra ont pris les
sièges d'une banque et de
la justice militaire, à l'issue
de violents combats avec
les forces gouvernementales, selon l'OSDH, qui
s'appuie sur un vaste
réseau de militants et de
sources médicales civiles
et militaires.
SAHARA OCCIDENTAL
Conférence internationale
de soutien à la résistance
de la femme sahraouie
à El-Ayoun occupée
Une conférence internationale de soutien à la résistance de la femme sahraouie
se tient depuis samedi à la ville occupée
d'El Ayoun, sous le thème «la résistance
pacifique de la femme sahraouie dans les
territoires occupés du Sahara occidental», a
rapporté hier dimanche l'agence de presse
sahraouie SPS.
Organisée à l'initiative des Femmes de la
résistance pacifique dans les territoires
occupés, en collaboration avec d'autres
mouvements, la conférence de deux jours
vise à sensibiliser l'opinion publique internationale autour de la résistance pacifique de
la femme sahraouie et son rôle dans la juste
lutte du peuple sahraoui pour le recouvrement de sa liberté et son indépendance, a
précisé la même source. Elle vise également à dévoiler les violations «flagrantes»
des droits humains commises par l'Etat
marocain contre les civils sahraouis sans
défense dans les territoires occupés du
Sahara occidental, notamment l'assassinat,
la torture, les viols et la déportation. La rencontre a connu la participation des plusieurs
mouvements féminins, notamment de l'UA,
de l'Europe dont la France et l'Espagne,
représentés par des parlementaires et
associations de solidarité avec, le peuple
sahraoui, a indiqué SPS. La même source
ajoute que cette conférence intervient en
application des recommandations de la troisième conférence de soutien à la résistance
pacifique de la femme sahraouie, qui s'est
tenue le 19 avril dernier dans les camps des
réfugiés sahraouis et du 20 au 21 du même
mois en Algérie. La rencontre s'est tenue
sous «un état de siège sans précédent des
différents services de l'armée marocaine qui
quadrillaient tous les quartiers de la ville
d'El-Ayoun occupée», a relevé SPS.
Photos : DR
Des combattants extrémistes se réclamant
d'un groupe lié à Al-Qaïda ont détruit un lieu de
culte chiite dans la province syrienne de Deir
Ezzor, a rapporté hier dimanche l'Observatoire
syrien des droits de l'Homme (OSDH).
La guerre en Syrie
prend une tournure de plus
en plus confessionnelle.
Le clan du président
Bachar al-Assad, issu de la
minorité alaouite, une
branche du chiisme, a l'appui du puissant mouve-
ment
chiite
libanais
Hezbollah et de l'Iran, alors
que les rebelles sont dans
leur grande majorité sun-
TURQUIE
nites. Hier, l'OSDH a aussi
fait état de bombardements par le régime de
poches rebelles à Damas,
comme dans le camp
palestinien de Yarmouk,
les quartiers de Qadam,
Hajar Assouad et Assali
dans le sud de la capitale,
ainsi qu'à Barzé (nord-est).
En outre, des combats
entre soldats et rebelles se
déroulaient dans des secteurs de la Ghouta orientale, une zone de vergers
bordant Damas.
A Alep, ancienne capitale économique du pays, le
régime a tiré des obus de
mortier sur les quartiers
rebelles de Khalidiyé et
Bani Zaid, parallèlement à
des combats violents qui
ont
fait
des
pertes
humaines des deux côtés,
a ajouté l'OSDH, ajoutant
que le régime a bombardé
la localité d'Andane et les
environs de Khan al-Assal,
dans la province d'Alep.
Rassemblement de plusieurs milliers de partisans
d'Erdogan à Istanbul
Plusieurs milliers de partisans du Premier ministre turc,
Recep Tayyip Erdogan, se sont rassemblés hier dimanche
dans un parc d'Istanbul pour un grand meeting et soutenir
leur leader en réponse au mouvement de contestation qui
secoue le pays depuis plus de deux semaines, ont rapporté des médias.
«Il faut briser les mains qui
s'en prennent à la police», «le
peuple est ici, où sont les vandales ?», scandaient notamment les dizaines de milliers de
manifestants qui soutiennent
l'AKP (Parti pour la justice et le
développement), ont précisé
les médias.
«Nous allons à ce meeting
pour montrer l'unité du pays.
Vous verrez, nous serons un
million et il n'y aura pas un seul
incident. Là-bas (autour de la
place Taksim), ils sont 5 000, et
c'est la violence», a déclaré un
manifestant. Ce rassemblement a lieu alors que la tension
persistait hier dimanche à
Istanbul et à Ankara au lendemain de l'évacuation par la police du parc Gezi où étaient
regroupés des milliers de manifestants, et d'une nuit d'affrontements sporadiques entre
policiers antiémeute et jeunes
protestataires. Au départ de la
contestation le 31 mai, la police
était intervenue pour disperser
violemment des militants écologistes qui protestaient contre la
destruction annoncée du parc
Gezi et de ses 600 platanes. La
colère provoquée par cette
opération a suscité la plus
vaste fronde contre le gouvernement d'Erdogan depuis son
arrivée en pouvoir en 2002.
Dans les grandes villes du
pays, des dizaines de milliers
de manifestants ont exigé la
démission du Premier ministre.
Le collectif «Solidarité
Taksim», qui chapeaute l'organisation de la contestation
visant le Premier ministre turc,
a dénoncé, hier dimanche, les
violences policières lors de
l'assaut contre le parc Gezi
d'Istanbul.
«Cette attaque brutale
conduite par la police doit s'arrêter.
C'est le parti politique au
pouvoir qui sera responsable
des événements d'aujourd'hui
et de demain», écrit le collectif
dans un communiqué.
Un juge de la Cour d'appel
de Derna, dans l'est de la
Libye, a été tué hier par des
hommes armés, a annoncé le
président
de
la
Cour
Abdelaziz Trabelsi, cité par
l'agence de presse libyenne
Lana.
«Le juge Mohamed-Ibrahim
Houidi, président de la
chambre criminelle, a été
assassiné hier dimanche matin
à sa sortie des bâtiments de la
Cour d'Appel de Derna», a indiqué Lana citant le président de
la Cour, sans fournir davantage
de détails.
«Des inconnus armés à
bord d'un véhicule (...) ont
ouvert le feu sur le juge
Mohamed-Ibrahim Houidi au
moment où il sortait du tribunal», a ajouté la même source,
citant des témoins qui affirment
que les assaillants «ont pris
rapidement la fuite».
L'est de la Libye est régulièrement le théâtre d'attaques
et d'assassinats. Par ailleurs,
des soldats des Forces spéciales «ont été déployés dans
la ville (Benghazi) alors que
des patrouilles sillonnaient les
rues qui avaient retrouvé leur
calme», selon un témoin, après
la mort samedi de six soldats
dans des combats. Le Congrès
général national (CGN), la plus
haute autorité politique du
pays, a décidé de reporter
l'élection de son nouveau président en remplacement de
Mohamed al-Megharyef qui a
démissionné après l'adoption
d'une loi d'exclusion politique
des anciens collaborateurs du
régime déchu de Mouammar
El-Guedhafi.
LIBYE
Un juge tué par des hommes armés
devant un tribunal
Littérature et cinéma en Algérie
Le Soir
d’Algérie
Culture
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
10
ernièrement, dans un débat après la catégorie de littérature algérienne. Ils ont su sonnages dans les films algériens à parler
Par Ali Akika
diffusion de mon film sur Jean Sénac, chanter le pays, peindre l’âme algérienne, une langue arabe classique des plus châtiée.
cinéaste
on me posa des questions sur la litté- bref dire et raconter l’Algérie quand bien C’est comme si on faisait parler Fernandel
rature et le cinéma en Algérie. Je commençai même la langue utilisée était celle de leur avec un accent parisien en usant de la sur les écrans de cinéma et encore moins à
à «philosopher» sur le rapport entre ces colonisateur. Tous ces écrivains, par la puis- langue de Racine. Comme si Rossellini fai- la télé. Voilà pourquoi il n’y a pas de cinéma
deux formes d’art en disant qu’ils ne boxent sance de leurs langues, ont su aborder sans sait parler les mafieux siciliens et Visconti algérien. Il y a des films réalisés par des
pas sur le même ring. J'enchaînai en mettant fioriture les problèmes qui taraudent les «Rocco et ses frères» dans la langue de Algériens, encore faut-il préciser que depuis
le doigt sur la difficulté d’adapter des œuvres Algériens hier comme aujourd’hui. Kateb Dante. A ne pas en douter, on aurait perdu et des années, ces films sont fabriqués ailleurs,
littéraires, difficultés pas seulement finan- Yacine était obsédé
la beauté poétique avec des capitaux et des techniciens étrancières... accord de l’auteur, reproduction des par l’identité du
et la vérité des gers.
La phrase en question du célèbre
Pour ma part, j’ai vu les films de Rachid
décors d’époque et autres contraintes de l’in- peuple, par le silencinéaste américain est : «Moi je fais choses qui ont fait
dustrie cinématographique. Et quand j’ai cité ce et l’enfermement
de ces films les Bouchareb, Merzak Allouache, Nadir
des films, quant à savoir si c’est du
l’échec de «l’Etranger» adapté par le grand des femmes, lui qui
meilleurs
livres Moknèche, Mahdi Charef, Lyès Salem,
cinéma c’est aux autres de le dire.» d’histoire des luttes Djamila Sahraoui, Abdelkrim Bahloul, Rachid
Visconti, certains spectateurs m’ont fait a été amoureux de
remarquer qu’ils connaissaient «l’Etranger» la plus belle des Eh bien, Monsieur B. Wilder, on vous sociales et de la Djaïdani et Rabah-Ameur Zaïmèche (tous
de Camus mais qu’il n’avait jamais entendu femmes portant un
misère de l’Italie vivant en France) dans des salles à Paris ou
le dit, vous avez fait du grand
dans les festivals. Le financement de ces
parler du film de Visconti. Si ce grand réali- nom
lumineux.
d’après-guerre.
cinéma.
sateur a raté son coup avec «l’Etranger», Mohamed Dib et
Mais revenons films est souvent majoritairement ou totalecela veut dire qu’il y a des mystères que ne Mouloud Feraoun
à notre cinéma. Il ment d’origine étrangère. Et très souvent
peut percer le cinéma. Mais il y a des qui décrivent pendant la colonisation les faut donc résoudre ces questions soulevées aussi, le tournage de ces films se fait à
œuvres comme «Autant en emporte le vent» racines et les brûlures de l’amour pour une dans cet article et résolues ailleurs pour don- l’étranger à cause de cette spécialité algéqui ont été magnifiées par le cinéma. Ces terre rougie par la violence et sur laquelle la ner une chance à nos films de constituer les rienne faite de pièges surgissant dans tous
deux exemples prouvent qu’il y a toujours misère fait sa loi, une terre qui préparait un fondations du futur cinéma algérien. Ce ne les bâtiments officiels. Ce n’est pas avec ces
des zones «impénétrables» dans l’art que incendie dans notre grande maison pour sont pas des déclarations et autres affirma- petites misères d’une bureaucratie envahisseul le temps ou bien une lecture de l’inté- effacer la double indignité que lui faisaient tions de complaisance qui donneront une sante que l’on va rivaliser avec les colosses
rieur de l’œuvre aident à traduire celle-ci subir la domination étrangère et la culture réalité au cinéma algérien. Ce ne sont pas et les molosses du cinéma mondial.
Voilà résumés les contraintes et les prodans une autre catégorie de l’art. Bref, féodale de notre société. Bref, cette littératu- des infos dans la presse sur les films que l’on
Camus entraîna la discussion sur la littératu- re voyageait en planant sur l’univers algérien va faire ou qui sont en train de se faire qui blèmes qui empêchent les cinéastes algére et le reste de la soirée fut consacrée à un pour atteindre l’universel comme toutes les vont nous faire oublier le marasme qui sévit riens de créer un cinéma du terroir, un cinééchange de vues sur les écrivains algériens. grandes littératures du monde.
dans la production des films. On nous a déjà ma qui porte un label reconnaissable dans le
Evidemment, les noms qui revenaient sans
Quant au cinéma, c’est devenu une bana- fait le coup des films sur le point de se faire. souk des festivals. Glauber Rocha, cinéaste
cesse sont Kateb
lité de le répéter, il Pour ma part, j’attends toujours un film sur d’un Brésil soumis à son époque à la misère
Yacine, Mohamed
est un art et par l’émir Abdelkader ou bien encore sur le et à la dictature, a imposé sur la scène monL’année dernière et cette année, un ailleurs une industrie séjour de l’auteur du «Capital» à Alger, je diale la magie de son pays qu’il a conjuguée
Dib,
Mouloud
stand Algérie a été installé dans le
Feraoun
et
(Malraux). Une créa- veux parler de Karl Marx venu dans notre avec la lutte contre les injustices sociales et
Mouloud
village du cinéma à Cannes. Louable tion artistique qui pays s’oxygéner de l’air marin pour guérir la dictature. Les cinéastes algériens ont à se
Mammeri. Normal, initiative sauf que tous les locataires fonctionne
avec une maladie. Je cite ces deux exemples car battre contre l’absence de moyens finances auteurs sont
deux béquilles va la presse à une certaine époque en a parlé et ciers, la censure, une société déboussolée
de ce village viennent avec des stocks
de bons clients,
forcément
avoir la source de l’information provient, je suppo- par des problèmes sociaux et une vie culturelle assez pauvre et épisodique. Avec tout
comme on dit, des de films prêts «à la consommation». quelques difficultés. se, des auteurs de ces projets.
recherches univer- Il faut arrêter de faire son cinéma et Son cœur va balanL’année dernière et cette année, un stand ce cortège de problèmes, comment construisitaires. Et ces de se mettre sérieusement à faire du cer entre la fidélité à Algérie a été installé dans le village du ciné- re et faire vivre un cinéma algérien à une
géants de notre litl’essence de l’art ma à Cannes. Louable initiative sauf que époque où la mondialisation a brisé les reins
cinéma pour se voir admettre et se
térature ont eu des
(vérité et beauté) et tous les locataires de ce village viennent à des pays comme l’Italie, l’étoile du cinéfaire respecter dans la grande
ma… ? Mais ceci
successeurs
les lois d’airain de avec des stocks de
kermesse de Cannes.
est une autre histoicomme
Rachid
l’économie. Le fric, films prêts «à la
En un mot comme en cent, il y a
re. Autant de quesBoudjedra
ou
le profit, ces noms consommation». Il
une littérature algérienne et pas de tions à soulever et
Malek Alloula, Salim Bachi, Anouar sympathiques sont suffisamment connus faut arrêter de faire
cinéma algérien, avais-je conclu.
ne plus se satisfaire
Benmalek et d’autres encore. A la fin de la pour que je ne m’y attarde pas. En revanche, son cinéma et de
soirée, une sorte de malaise me titilla. Je ce sont d’autres chausse-trappes qui vont se mettre sérieuse- Cette conclusion m’a hélas chagriné. des sempiternels
colloques où l’on
suis, me dis-je, venu dans cette salle pour retenir mon attention, celles qui expliquent ment à faire du
J’ai pensé à quelques films dont les
pose les sempiterparler de cinéma algérien et je me retrouve à l’inexistence d’un cinéma algérien.
cinéma pour se voir
cinéastes algériens n’ont pas à avoir nels sujets qui sont
débattre de littérature. Pour confirmer un
Hélas pour les cinéastes, ils n’ont pas à admettre et se faire
honte. «Les années de braises» et
à mille lieues des
doute qui traversa mon l’esprit, j’ai posé la leur disposition une langue comme les écri- respecter dans la
surtout «Le vent des Aurès» de
problèmes
poliquestion sur les films algériens qu’ils vains. Ils sont obligés de créer un langage grande kermesse
connaissaient. Beaucoup de spectateurs qui sera leur langue à eux, reconnaissable de Cannes. Pour Lakhdar Hamina, «Nahla» de Farouk tiques et artistiques
avaient certes vu des films algériens mais ils parmi la langue des autres cinéastes. La ouvrir les portes de Beloufa et quelques autres films dont que j’ai modestement
esquissés
étaient incapables de citer le nom d’un film langue de Tarantino ne ressemble pas à ce temple du fric et
ceux de Merzak Allouache et de
dans le cadre de
sauf, sauf «la Bataille d’Alger». Je me suis celle de Godard. Tout ça pour dire qu’un lan- des paillettes, il faut
Nadir Moknèche par exemple.
cet article. Pour finir
fait violence en taisant le nom du réalisateur gage cinématographique n’est pas si facile à produire des films
sur une note optiqui n’est pas à proprement parler de nationa- inventer. Il est tributaire de beaucoup de fac- qui tiennent tête
lité algérienne. En rentrant chez moi, j’ai teurs. De celui de la technologie d’abord et la aux autres œuvres venant du monde entier. miste, je citerai une phrase de Billy Wilder
essayé de réfléchir sur le statut connu et maîtrise de celle-ci. Avoir la notion de l’espa- Nos écrivains (édités en France) invités dans que m’a soufflée un ami cinéaste resté
reconnu de la littérature algérienne et sur le ce pour choisir les angles de prises de vues les salons du livre signent avec bonheur modeste malgré les millions de spectateurs
puits dans lequel se sont noyés les films et les mouvements de la caméra. Etre leurs œuvres pour la joie de leurs lecteurs. qui courent voir ses films à leur sortie en
algériens. En un mot comme en cent, il y a capable de faire la différence entre le temps Personnellement, j’en tire une certaine fierté salles. La phrase en question du célèbre
une littérature algérienne et pas de cinéma réel et le temps artistique (vision de l’artiste). en voyant la queue (chaîne) devant leur cinéaste américain est : «Moi je fais des
algérien, avais-je conclu. Cette conclusion Renoir disait qu’une minute dans un film est stand et je rêve d’assister à des scènes films, quant à savoir si c’est du cinéma, c’est
m’a hélas chagriné. J’ai pensé à quelques élastique. Elle peut être un temps réel mais pareilles pour les films du pays. Car le nom aux autres de le dire.» Eh bien, Monsieur B.
films dont les cinéastes algériens n’ont pas à aussi une éternité. L’élasticité du temps artis- des cinémas suivi du qualificatif américain, Wilder, on vous le dit, vous avez fait du grand
avoir honte. «Les années de braises» et sur- tique est tributaire de plusieurs facteurs italien, français, japonais, russe, allemand, cinéma. Laissons donc les cinéastes algétout «Le vent des Aurès» de Lakhdar comme les éléments visibles composant etc. ont produit des chefs-d’œuvres qui sont riens réaliser des films et le temps fera le tri
Hamina, «Nahla» de Farouk Beloufa et l’image et son habillage invisible (silence et entrés dans le Temple de l’histoire du ciné- entre les films de cinéma et les navets qui
quelques autres films dont ceux de Merzak musique), la forme du plan et la nature de la ma. Parce que ces films ont une identité sin- envahissent hélas les 3/4 des écrans du
Allouache et de Nadir Moknèche par séquence sans oublier la place de celle-ci gulière. Parce qu’ils séduisent par leur langa- monde entier.
A. A., cinéaste
exemple. Mais comme on dit, une hirondelle dans le montage. C’est pourquoi le specta- ge et leur style, parce qu’ils créent une atmone fait pas le printemps. Alors pourquoi cette teur peut trouver certaines séquences inter- sphère, parce qu’ils ont un humour reconP. S. : j’ai assisté lors du festival du film
différence de statut entre la littérature et le minables mais se laisse «bercer» par des naissable (humour anglais, humour belge),
cinéma en Algérie ?
plans fixes beaucoup plus longs. Enfin, des parce qu’ils attirent l’attention du spectateur amazigh de Tizi Ouzou en mars 2013 à une
J’ai dit plus haut que les deux arts ne connaissances dans la peinture et le «don» avec la dégaine des acteurs («t’as de beaux conférence de Louhal Nourredine sur la disboxaient pas dans le même ring. La littératu- de conteur participent à la création du yeux», dit Gabin à Michèle Morgan), etc. parition des salles de cinéma dans le pays.
re se sert des mots qui ont une histoire. Ces fameux langage cinématographique.
Bref, entre un Renoir et un Fellini, il y a la Les salles ne sont pas évidemment à l’origimots appartiennent à une langue, un territoiEt quand on a emmagasiné toutes ces frontière de la langue et de la culture mais ils ne de la mort du cinéma. Mais une restaurare où l’on peut entrer sans aucun passeport connaissances, il reste à ruser avec la ont en commun un regard singulier et de tion intelligente et une bonne gestion permetet sans monnaie sonnante et trébuchante. muraille de Chine constituée par la censure grande beauté sur leur culture. Enfin, les traient à ces salles d’être des lieux pour la
Une langue est d’emblée la propriété de politique, l’archaïsme et la pudibonderie qui chefs-d’œuvres de ces réalisateurs nous diffusion de spectacles et de rencontres
l’écrivain qu’il peut travailler, exploiter étouffent la société. Cette muraille rend diffi- offrent une vision philosophique et sa traduc- (films, pièces de théâtre et petits concerts de
comme il l’entend, il peut même, il doit la vio- cile la traversée d’une frontière pour péné- tion culturelle des problèmes qui taraudent musique pour «rentabiliser» ces lieux par
lenter pour faire sortir de ses entrailles la trer dans un univers et toucher à l’universel l’Homme : le rapport au politique, à la reli- une maîtrise du rapport temps/espace). Cela
plus belle poésie que les culs terreux ont ten- comme je l’ai signalé pour la littérature. gion, à la mort, à la sexualité, à l’amour, à rendrait service aux artistes et permettrait la
dance à étouffer. Les écrivains algériens que Comment peut-on faire partager le piment de l’éternité même. Autant de «bombes» que la création de liens entre les gens dans un
j’ai cités plus haut ont rempli ce contrat. Mais la langue algérienne quand la censure ou censure aveugle et une grande partie de monde qui étouffe de et sous l’individualisils ont fait plus pour qu’on les rangeât dans la bien un complexe identitaire obligent les per- notre société n’acceptent pas de voir étaler me.
D
Culture
Le Soir
d’Algérie
Le coup de bill’art du Soir
Par Kader Bakou
L’Algérie est-elle une caricature d’Etat-providence ? La Suède, «socialiste» des années 1970,
était considérée comme un «Etat-providence», un
système souvent associé au socialisme de l’exURSS et des autres pays de l’Europe de l’Est. Le
terme a pris un sens péjoratif. Et pourtant, c’est
une création occidentale ! L’expression «Etat-providence» serait née en France sous le Second
Empire (1852- 1870). Elle a été utilisée par les
républicains pour critiquer certaines lois. Cette
expression aurait été utilisée pour la première fois
en 1864 par le député républicain Emile Ollivert
afin d’ironiser sur la capacité de l’Etat à mettre en
place un système de solidarité national plus efficace que les structures traditionnelles.
Il existe, à l’origine, trois types de ce système.
Le premier c’est l'Etat-providence, selon le modèle
bismarckien fondé en Allemagne par les lois de
1880. Il repose sur le mécanisme des assurances
sociales dans lequel les prestations sont la contrepartie de cotisations (prévention du risque maladie,
vieillesse et accident du travail pour les actifs uniquement). Il y a aussi l'Etat-providence selon le
modèle beveridgien (de l’économiste et homme
politique William Beveridge) apparu au RoyaumeUni après la Seconde Guerre mondiale. Il est financé par l’impôt et fournit des prestations uniformes à
tous les membres de la société (les prestations ne
fournissant en général que des minima assez bas).
L'Etat-providence selon le modèle français, combine les deux modèles précédents. Dans ce modèle,
l'Etat-providence poursuit un objectif de protection
sociale d'assurance contre les risques et aléas de
la vie ainsi qu’un objectif d’aide sociale et de justice sociale, via des mécanismes de redistribution
des richesses.
Le système de l’Etat-providence, bien évidemment, a été fortement critiqué par des théoriciens
du libéralisme.
«Une classe, dont les intérêts sont les mieux
servis par une politique de non-intervention, met
plus facilement en pratique la discrétion démocratique que ne sauraient le faire des classes qui tendent à vivre au crochet de l’État», écrit Joseph
Aloïs Schumpeter, dans Capitalisme, socialisme et
démocratie (1942).
Les économistes libéraux, au nom de l'efficacité des marchés illustrée par «la main invisible»,
dénoncent l’Etat interventionniste car, selon eux,
en intervenant l'Etat joue un rôle perturbateur (la
main invisible est une expression d’Adam Smith qui
dit que des actions guidées par intérêt personnel,
peuvent contribuer à la richesse et au bien-être de
tous). Par exemple, l’instauration d’un salaire minimum ou de cotisations sociales perturbe le marché
du travail et peut conduire à exclure de l’emploi les
travailleurs faiblement qualifiés dont l’embauche ne
devient plus rentable. En outre, ajoutent-ils, «l'assistance publique» n'a pas les effets souhaités,
bien au contraire, elle enferme ses bénéficiaires et
la société toute entière dans des logiques incontrôlées et aliénantes. L’historien français Lucien
Febvre, interrogé dans les années 1950 sur l'évènement le plus important du siècle, répondait : «la
disparition des rentiers». En Algérie, le populisme a
ancré chez les gens une mentalité d’assistés. C’est
un pays où l’effort et le mérite ne sont pas récompensés et où tout le monde veut sa part de la rente.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr
INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER
(ALGER- CENTRE)
Mercredi 19 juin à 20h : Ciné-concert :
Nuit blanche dans les jardins de l’Institut. Avec Didier Labbé au saxophone,
flûte ; Laurent Guitton au tuba ; Laurent
Rochelle à la clarinette basse, sax
soprano ; Eric Boccalini à la batterie.
Voyage musical et cinématographique,
programme de courts métrages d'animation de 1921 à aujourd'hui, où images
et musiques se taquinent, se bruitent, se
poursuivent, se colorent, s'accompagnent dans une aventure poétique, craquante, délicieuse et pleine d'humour.
Entrée libre.
Jeudi 20 juin à partir de 18h30 : Fête
de la musique. 3h 30 de musique non
stop. Hommage au patrimoine musical
de l’Algérie. Ahellil, andalou avec El
Djazira, gnawi avec Joe Batoury, targui
avec Choghli, kabyle avec Ithran n dda
L’Mulud. Entrée libre.
SIÈGE DE L’ÉCOLE INSIM (NouvelleVille, Tizi Ouzou)
Samedi 22 juinà 14h : EMEV entreprise d’organisation des événements culturels économiques et scientifiques en
11
lesoirculture@lesoirdalgerie.com
Douces sérénades
10e ÉDITION D’ANDALOUSSIATE EL-DJAZAÏR
«Ahl El Andalous» (les gens
de l’Andalousie), c’est
connu, comprennent «El
Ichara», le signe. La soirée
de clôture sera animée par
les troupes des associations
Nedjem Kortoba de
Constantine et Mezghena
d’Alger.
ette année, les journées
algéroises de la musique
andalouse «Andaloussiate
El- Djazaïr s’inscrivent dans les
activités de célébration du cinquantenaire de l’indépendance de
l’Algérie. Ainsi cette 10e édition a
comme slogan : «Nouba fi khamssiniate El-Djazaïr». Ouvertes le
12 juin, ces soirées de la musique
andalouse se poursuivront jus-
C
Photo : DR
Etat-providence ?
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
qu’au 29 juin prochain à la salle
Ibn Khaldoun d’Alger-Centre. La
prochaine soirée, prévue mercredi
19 juin à partir de 20h, sera animée par les troupes des associations El-Moutribia de Skikda et ElDjazira d’Alger. Le lendemain
jeudi, à la même heure, la scène
de la salle Ibn Khaldoun accueillera la troupe de l’association Errachidia de Cherchell, dont la pres-
tation sera suivie par un concert
de l’artiste soliste Lamia Maâdini.
Pour le week-end, nous aurons, le
vendredi, des prestations de l’orchestre d’El-Kaïssaria (Cherchell)
et de l’artiste Noureddine Saoudi
en soliste. Le lendemain, ce sont
l’association El-Athmania (Ténès)
et le soliste Mohamed Yacine qui
se succéderont sur scène. La soirée de clôture d’Analoussiate El-
BOUIRA
Djazaïr sera animée par les
troupes des associations Nedjem
Kortoba de Constantine et Mezghena d’Alger. Entre-temps, la
salle Ibn Khaldoun aura abrité
trois autres soirées animées par la
soliste Imène Sahir ainsi que par
les associations El-Djanadia (Boufarik), El- Gharnatia, MustaphaBelkhodja (Oran),
El-Inchirah
(Alger) et Ahbab Sadek Bédjaoui
de Béjaïa. Un programme de qualité pour de douces soirées musicales, animées par Ahl El- Andalous (les gens de l’Andalousie)
qui, c’est connu, comprennent «El
Ichara», le signe.Les journées de
la musique andalouse à Alger,
Andaloussiate El-Djazaïr, sont
organisées par l’Etablissement
Arts et culture de la wilaya d’Alger.
K. B.
Exposition sur l’art enfantin
ur une initiative de l’association La
touche artistique de Bouira, l’exposition
intitulée «Création et touche d’innocence» se veut l’écho d’enfants et d’adolescents
inspirés, jeunes talents en devenir certain et
qui méritent les encouragements et le soutien des responsables locaux. Organisée
dans le cadre des festivités de la Journée
africaine pour l’enfance, cette exposition, qui
compte les œuvres de 200 candidats —
lycéens, collégiens et élèves du primaire — a
été organisée par des enseignants de dessin, membres de l’association La touche
artistique, qui ont minutieusement choisi les
meilleurs travaux de leurs élèves, des dessins des plus naïfs aux plus élaborés et
structurés, et qui ont inondé la hall de la Mai-
S
son de la culture, pour le plus grand plaisir
des nombreux visiteurs, parfois extasiés
devant des créations aux mille nuances et au
talent certain. Des participants, qui ont représenté différentes villes et villages de la
wilaya (Ahnif, Bechloul, Ahl-El-Kser, Haïzer,
Lakhdaria, Kalous, Zeboudja...) ont ainsi
révélé des talents jusque-là cachés dans les
ateliers scolaires de dessin et qui méritaient
d’être mis en lumière, notamment à travers
cette exposition. Une initiative qui se veut
honorifique et encourageante à l’égard de
ces élèves talentueux et auxquels certains
promettent un avenir aussi radieux et brillant
que les artistes de la wilaya devenus une
référence pour ces dessinateurs en herbe
(Mohamed Bouzid, Larbi Arezki, Hamza Bou-
noua, le jeune Hacen Drici), tous natifs de la
wilaya de Bouira et qui, grâce à leur talent
inné, se sont retrouvés sous les feux des
projecteurs internationaux. Par ailleurs, en
marge de cette exposition artistique, l’association avait préparé pour la journée d’hier
(16 juin) un atelier de dessin au bénéfice
d’enfants et d’adultes, invités cordialement à
participer à l’événement ainsi qu’une cérémonie de distribution de cadeaux au profit
des meilleures œuvres de l’exposition.
Un geste gracieux envers des enfants talentueux en manque d’encouragements et qui,
selon les organisateurs de l’événement,
pourront prétendre, l’année prochaine, à des
titres au niveau régional.
Katya Kaci
SALON NATIONAL DE LA PEINTURE D'ENFANTS À ORAN
Petits artistes deviendront grands
es petits dessinateurs en
herbe sont à l'honneur à Oran
à l'occasion du 11e Salon national de la peinture d'enfants, ouvert
jeudi dernier à la Médiathèque
municipale pour deux semaines
d'expositions et d'activités pédagogiques. Cette manifestation a pour
objectif d'encourager les jeunes
talents dans le domaine des arts
plastiques, a souligné Nasreddine
Bentayeb, président de l'association organisatrice Le Libre Pinceau. Au total, 130 œuvres traitant
de divers sujets sont présentées
dans le cadre de cet événement
qui se tient chaque année avec la
L
collaboration avec l’école Insim TiziOuzou organisent un café littéraire et
philosophique.
Thème : «Modalités d'établissement du
syndrome africain en Algérie». Auteur :
Slimane Medhar, chercheur professeur
en psychosociologie à l’université de
Bouzaréah, Alger.
LIBRAIRIE DES BEAUX- ARTS (28,
RUE DIDOUCHE MOURAD, ALGER)
Samedi 22 juin à 15h 30 : Rencontre
autour du livre Taleb Abderrahmane.
Guillotiné le 24 avril 1958, en présence
de l’auteur Mohamed Rebah. La rencontre sera suivie d’une séance de
vente-dédicace.
participation d'élèves de différentes wilayas du pays. La nature,
les grands espaces, la faune et la
flore constituent les scènes dominantes esquissées par les enfants
pour exprimer leur point de vue par
rapport aux thèmes proposés par
les organisateurs. Cette nouvelle
édition sera marquée par un
concours sur le sujet des «technologies de l'information et de la communication», a indiqué M. Bentayeb, rappelant que les précédents salons ont été consacrés
entre autres à la sécurité routière,
l'eau, les jeux traditionnels et l'environnement. Plus de 15 000
Lundi 17 juin à 14 h : Table ronde
sous le thème : «Deux jours pour l’histoire», animée par Samira Rakham,
Christelle Baldeck, Monique Rivet et
Maïssa Bey.
Mardi 18 juin à 14h : Table ronde sous
le thème : «Vérité pour une mémoire»,
animée par Yahia Boubekeur.
Vendredi 21 juin à 14h : Table ronde
sous le thème : «Petites aventures en
famille», animée par Sabri Louatah et
Patrick Dewit et Modérée par Omar
Relig.
ESPLANADE DE RIADH EL-FETH
(EL-MADANIA, ALGER)
Jusqu’au 23 juin : 6e Festival international de la littérature et du livre de jeunesse (Feliv).
SALLE IBN-KHALDOUN (ALGERCENTRE)
Jusqu’au 29 juin à 20h : 10e édition
des Andaloussiate El Djazaïr sous le
slogan «Nouba fi Khamssiniate El-Djazaïr»
Mercredi 19 juin à 20h : Concert de
l’association El-Motribia et de l’association El-Djaziria.
MAISON DE LA CULTURE MOULOUD-MAMMERI DE TIZI OUZOU
Jusqu’au 22 juin : 6e édition du Festival culturel international de la littérature
et du livre de jeunesse.
INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER
L’Institut français d’Alger organise un
atelier de danse hip-hop animé par le
chorégraphe Brahim Bouchelaghem du
lundi 24 au jeudi 27 juin à l’Institut fran-
élèves des quatre coins du pays
ont déjà pris part aux concours initiés depuis 2001, année de création de l'association Le Libre Pinceau qui anime également des ateliers permanents d'initiation et de
perfectionnement.
L'édition 2012 de cette manifestation culturelle avait pour
thème «Le prix de la liberté», invitant les petits à rendre hommage
aux martyrs de la lutte de Libération nationale à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance. De
nombreux enfants accompagnés
de leurs parents ont assisté à la
cérémonie de vernissage de ce 11e
çais d’Alger. Si vous êtes danseurs
amateurs ou professionnels. Vous avez
entre 18 et 30 ans, vous résidez à Alger
: inscrivez-vous à l’adresse suivante :
atelierdansehiphop2013.alger@if-algerie.com avec nom, prénom, année de
naissance, portable, adresse internet,
commune de résidence et profession.
Atelier gratuit
MUSÉE NATIONAL D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN D’ALGER
(25, RUE LARBI-BEN-M’HIDI, ALGER)
Jusqu’au 30 août : Dans le cadre du
50e anniversaire de l’indépendance de
l’Algérie, le Musée public national d’art
moderne et contemporain d’Alger et
l’Institut culturel italien d’Alger présentent l’exposition «Les photographes de
guerre», avec les photographies Algérie
59 de Vittorugo Contino.
GALERIE LE COLIBRI (16A, RUE
MERCURIE, BD MOHAMMED V, DU
CÔTÉ DES ESCALIERS MÉCANIQUES, ALGER-CENTRE)
Jusqu’au 30 juin : Exposition des
artistes miniaturistes et calligraphes D.
Cherrih A. Mezouane, Safar Bati, A.
Kerbouche et Z.Morsli.
Salon, tenue en présence de
cadres de l’Assemblée populaire
de la wilaya (APW) et des communes (APC) d'Oran, partenaires
de ce rendez-vous culturel aux
côtés de la Direction de la jeunesse et des sports (DJS) et de sociétés spécialisées dans l'édition, l'imprimerie et les supports pédagogiques.
L'édition 2007 de cette manifestation avait permis de débusquer 20 dessinateurs algériens
talentueux dont les œuvres ont été
par la suite exposées à la Biennale
internationale de Beyrouth (Liban),
a rappelé M. Bentayeb.
GALERIE THÉVEST (3, RÉSIDENCES
LES LOGIS, JOLIE-VUE, KOUBA,
ALGER)
Jusqu’au 20 juin : Exposition des
artistes Mustapha Adane, Noureddine
Chegrane, Meriem Chouane. Vernissage le jeudi 30 mai à 16h.
PALAIS DE LA CULTURE MOUFDIZAKARIA (KOUBA, ALGER)
Jusqu’au 30 juin : 3e Salon national de
la photographie insolite.
INSTITUT FRANÇAIS D’ALGER
(ALGER-CENTRE)
L’Institut français d’Alger organise un
atelier de danse contemporaine animé
par la chorégraphe Catherine Dreyfus
du dimanche 23 au jeudi 27 juin à l’Institut français d’Alger.
Si vous êtes danseurs amateurs ou
professionnels, vous avez entre 18 et
30 ans, vous résidez à Alger : inscrivezvous à l’adresse suivante : atelierdansecontemporaine2013.alger@if-algerie.com avec nom, prénom, année de
naissance, portable, adresse internet,
commune de résidence et profession.
Atelier gratuit.
Le Soir
d’Algérie
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
12
Sports
FOOTBALL
DÉCLARATIONSEXPRESS
Les Verts mettent le cap
sur les play-offs
ÉLIMINATOIRES AFRICAINES DU MONDIAL-2014 (5e JOURNÉE, GROUPE H) : RWANDA 0 - ALGÉRIE 1
MADJID BOUGHERRA :
«Il faut améliorer
le jeu collectif»
« N o u s
sommes
très
contents
de
cette seconde
victoire
en
déplacement qui
nous permet de
garder
notre
place de leader.
Ce succès est le
fruit de l’effort de
tout le groupe
(joueurs, staff et
dirigeants). Il nous reste encore un
match important à gagner à Blida face
au Mali. Nous sommes confiants pour la
suite. D’ici-là, l’équipe doit encore perfectionner son homogénéité et son jeu
collectif».
Trois nouveaux points dans l’escarcelle des Verts dans ces éliminatoires africaines (groupe H). Un but de Saphir, à l’entrée de la
seconde mi-temps, assorti d’une prestation juste moyenne techniquement mais avec la rigueur d’une sélection de niveau mondial,
a permis à l’EN de conserver son leadership.
Le buteur de Porto-Novo, Slimani,
semblait esseulé et fut moins tranchant que d’habitude. Il fallait, côté
algérien, procéder autrement. Des
balles longues, aériennes pour la
plupart, et des situations standards
(coups francs et corners). C’est
depuis ces deux axes que les plus
franches opportunités furent créées
et sur lesquelles le portier rwandais,
Ndori, s’est déployé de fort belle
manière. Cela se passait en tout
début de match quand Taider reprenait un centre au cordeau de
Feghouli (2’) puis sur une reprise de
la tête de Slimani (8’). Puis, las de
faire céder le mur dressé par les
Guêpes grâce à des essais de près,
les hommes de Halilhodzic vont
s’essayer aux frappes lointaines tentées par Guedioura et autre Medjani.
Ce dernier aura eu l’occasion de
faire plier les Rwandais, en vain. Sa
terrible frappe à l’intérieur de la zone
de vérité échouera dans les décors
(43’).
Virtuose Brahimi, Taïder le
sauveur
Au terme d’une première mitemps un peu plus compliquée
SAPHIR TAIDER :
Photo : DR
Avant le match Mali-Bénin, hier
soir à Bamako, les Algériens comptaient 5 unités d’avance sur les
Maliens. Suffisants pour espérer un
passage en force pour le tour des
play-offs dont le tirage au sort se
tiendra le 16 septembre prochain au
Caire. Dans cette rencontre d’apparence déséquilibrée, vu les forces en
présence et les ambitions des uns et
des autres, les Algériens se devaient
de matérialiser leur envie de vaincre
dès la première période. Le climat
lourd et la pelouse qui l’était tout
autant constituaient des handicaps
pour Guedioura et compagnie qu’il
fallait surmonter d’emblée. Pour
autant, il fallait compter sur un
adversaire qui, lui aussi, en voulait.
Pour le prestige mais certainement
pour soigner un moral avant de se
lancer dans les prochaines
conquêtes. Pour ce faire, les
Amavubis jouaient à plat, statiques
et procédaient par des contres, rares
mais généralement déroutants.
Derrière, leurs défenseurs se chargeaient de repousser les rushs
entrepris sur les couloirs par nos
«Espagnols», Feghouli et Brahimi.
qu’espéré, les Algériens avec
Brahimi qui a fait parler son génie
et sa maîtrise du cuir, se voyaient
dans l’obligation de conclure leur
ascendant affiché pendant les 45
premières minutes dès le retour
des vestiaires.
Ce qui donnera une physionomie semblable au premier half, la
réussite en sus. Une touche effectuée par Guedioura, un relaistalonnade de Slimani, Taïder se
lance dans un face-à-face avec
Ndori, lequel repousse la première
tentative mais craque sur la seconde du médian de Bologne (51’).
Une réalisation qui venait récompenser les efforts consentis par
Bougherra et Cie, ravis de mener
la course devant, contrairement au
match de Porto-Novo où ils avaient
à remonter le score. Taider, qui
signait son deuxième but en sélection (le premier, il l’a inscrit contre
le Bénin, en mars dernier), aura
l’occasion de doubler la mise à la
83’, quand suite à un raid de
Feghouli, il reprend le cuir dans les
cieux de l’Amahoro Stadium alors
qu’il était sur la ligne des buts.
Moins stressés, les camarades de
Mesbah ne semblaient plus subir
cette pression devant un adversaire qui aura, somme toute, fait du
bruit pour rien.
M. B.
«Content pour moi
et pour l’EN»
«Nous avons évolué sur une pelouse
difficile. Il est vrai que nous avons fait
beaucoup de ratages. Nous nous
sommes dépensés beaucoup et nous
sommes allés chercher la victoire avec
une grande volonté. L’équipe a réussi
une belle phase retour. Sur le plan personnel, je suis très content de mon
second but sous les couleurs de la
sélection.»
ISLAM SLIMANI :
«Il nous reste un
dernier match»
«Au risque
de me répéter,
l’expérience de la
dernière
C o u p e
d’Afrique des
nations nous
a beaucoup
servi. Il nous
reste un dernier
match
que
nous
devons aborder avec la même détermination, celle
de le gagner.»
M. M.
FICHE TECHNIQUE
Kigali, Amahoro Stadium, temps chaud,
affluence moyenne, pelouse peu praticable, arbitrage de Keita Yacouba assisté
de MM. Sidiki Sidibé et Aboubacar
Doumbouya (Guinée). 4e Ahmed Touré
(Guinée).
But : Taïder (51’) Algérie.
Avertissements
:
Buteera
(38’),
Sibomana (58’), Kagere (62’), Ndori (68’)
Rwanda, Feghouli (64’), Guedioura
(90’+2’) Algérie.
Rwanda : Jean-Claude Ndori, Fabrice
Twagizimana, Abouba Sibomana, Meddy
Kagere, Salomon Nirisarike, Andrew
Buteera puis Michel Ndahinduka (74’),
Olivier Karekezi, Jean-Claude Iranzi puis
Patrick
Sibomana
(46’),
Faustin
Uzengimana, Tumaine Niamuhanga puis
Alfred
Mugabo
(54’),
Michael
Rusheshangoga.
Entraîneur : Eric Nshimiyimana
Algérie : M’bolhi, Mostefa, Bougherra,
Belkalem, Mesbah, Guedioura, Medjani,
Feghouli puis Lacen (85’), Slimani puis
Djebbour (82’), Taïder, Brahimi puis Kadir
(70’).
Entraîneur : Vahid Halilhodzic.
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
FOOTBALL
SEPT PLACES ENCORE À PRENDRE POUR LES PLAY-OFFS
L’Éthiopie crée la sensation,
quatre «finales» en septembre
13
Le Soir
d’Algérie
À L’ÉCOUTE DE KIGALI
ACCRÉDITATIONS
Les envoyés spéciaux de la presse nationale ont
attendu toute la matinée de ce dimanche au niveau du
siège de la Fédération rwandaise de football pour récupérer leurs accréditations pour la couverture du match
Rwanda-Algérie. Le responsable médias de la Ferwafa
n'a remis les «fameux» badges au chargé de communication de la FAF qu'à 11h30 .
INDIFFÉRENCE
A moins de deux heures du match Rwanda-Algérie,
rien ne semble indiquer que la capitale rwandaise va abriter un match des «Guêpes rwandaises» face à l’Algérie
pour le compte des qualifications pour le Mondial brésilien. Les habitants de la capitale étaient beaucoup plus
préoccupés par les difficultés de la vie quotidienne que
par le match, à l’exception des mordus qui seront présents au stade pour encourager leur équipe.
BALADE
L’Egypte (groupe G), la
Côte d'Ivoire (groupe C) et
l’Ethiopie (groupe A) ont
décroché leurs billets pour les
play-offs de la zone Afrique
de
qualifications pour la
Coupe du monde 2014 avant
même la sixième et dernière
journée programmée début
septembre prochain.
L’Égypte qui avait besoin
d’un petit point hier à Maputo
face au Mozambique est allée
ramener grâce à son buteur
Mohamed Salah les trois points
de la victoire portant son capital
points à 15 unités soit 8 de
mieux que le Sily National de
Guinée qui recevait hier le
Zimbabwe. La Côte d’Ivoire a
composté, elle aussi, son passage au tour des poules en allant
ramener une précieuse victoire
de Dar Es-Salam face à la
Tanzanie. Mis sous pression
suite au succès des Marocains,
samedi soir devant la Gambie
(2-0), les Eléphants, sans la star
Didier Drogba, comptent en effet
5 points d'avance sur le Maroc,
alors qu'il ne reste qu'un match à
disputer.
Les Tanzaniens
avaient ouvert le score dès la 2e
minute par Amri Kiemba. Laciné
Traoré parvenait à égaliser dans
la foulée (13e), avant que Yaya
Touré ne donne l'avantage aux
Ivoiriens
(2-1,
23e).
Les
Tanzaniens égalisaient ensuite
par Thomas Ulimwengu, avant
que Touré ne frappe encore,
convertissant un penalty juste
avant le repos (3-2, 44e) au
terme d'une première période
riche en rebondissements. En
seconde période, le remplaçant
Wilfried Bony parachevait la victoire de la Côte d'Ivoire avec un
but trois minutes dans les arrêts
de jeu à Dar Es-Salaam.
Le troisième pays à faire le
saut vers les barrages de l’automne prochain n’est autre que
l’Éthiopie. Celle-ci qui disputait
chez elle, hier, la finale devant
l’Afrique du Sud a profité de
l’avantage de terrain pour renverser une situation compromettante suite au but de Parker
(33’). C’est ce même joueur qui
Résultats
Groupe A
Botswana-République centrafricaine 3-2
Ethiopie-Afrique du Sud 2-1
Groupe B
Cap-Vert-Sierra Leone 1-0
Guinée-Equatoriale-Tunisie (NP)
Groupe C
Maroc-Gambie 2-0
Tanzanie-Côte d’Ivoire 2-4
Groupe D
Zambie-Soudan 1-1
Lesotho-Ghana 0-2
Groupe E
Congo-Burkina Faso 0-1
Gabon-Niger 4-1
sera derrière le but victorieux
des Ethiopiens (70’), lesquels
avaient réussi l’égalisation avant
la mi-temps par Getaneh
Kebede (42’). Avec cinq points
d’avance sur les Bafana Bafana,
les Walya (Antilopes), qui se
rendront lors de l’ultime levée en
Centrafrique, ne peuvent plus
être rejoints lors de la dernière
journée. Le Cameroun, le
Sénégal, le Ghana, le Burkina
Faso ainsi que les deux sélections maghrébines, l’Algérie et la
Tunisie, devraient attendre le
mois de septembre pour valider
leurs billets.
Quatre candidats aux playoffs seront appelés à disputer
des finales à savoir CamerounLibye (G. I), Algérie-Mali (G. H),
Nigeria-Malawi (G.F) et GhanaZambie (G. D). Dans la zone
Afrique, les dix vainqueurs des
groupes sont qualifiés pour les
play-offs, où cinq confrontations
en matches aller-retour se
dérouleront, les cinq gagnants
décrochant leur billet pour le
Brésil.
Groupe F
Malawi-Kenya 2-2
Namibie-Nigeria 1-1
Groupe G
Mozambique-Égypte 0-1
Guinée-Zimbabwe (N.P)
Groupe H
Rwanda-Algérie 0-1
Mali-Bénin (N.P)
Groupe J
Ouganda-Angola 2-1
Liberia-Sénégal (N.P)
Groupe I
Libye-Togo 2-0
RD Congo-Cameroun 0-0
PARLONS-EN
Du pain, du lait et du foot
Selon nos confrères de la chaîne TV I-télé, le football européen a fait un chiffre d'affaires de 19
milliards d'euros cette saison. Ce sont les championnats anglais, allemand et espagnol qui arrivent en
tête des meilleures entrées d'argent. Ces mannes financières proviennent de deux sources principales, les recettes des stades et les indemnités de la retransmission télévisée des matches. Et quand
on sait, par exemple, que la compétition britannique est diffusée dans des dizaines de pays, on comprend le pourquoi d'un tel apport d'argent. A l'inverse, chez nous, le ballon rond est en plein déficit vu
qu'il ne génère pas de bénéfices. Et pour cause, nos enceintes ne font pas le plein du fait que le spectacle proposé est médiocre et que nos clubs n'ont de professionnels que le nom. Quant à la télévision, il n'y a que l'ENTV qui finance la Ligue 1 et avec des sommes dérisoires. Il y a quelques années,
une chaîne française s'était impliquée, mais au vu de la faiblesse du niveau du championnat et après
de violents incidents à Bordj Bou Arréridj, elle avait vite fait de réembarquer ses caméras. L'image de
notre foot est ternie depuis longtemps, et ce qui a dissuadé aussi bien les spectateurs que les sponsors. Mais heureusement qu'il y a encore l'Etat-providence. Ce dernier soutient toujours le prix de la
baguette et du sachet de lait. Mais le peuple a besoin de jeux et on ne peut pas le priver du sport-roi
même s'il n'est pas rentable.
H. B.
Les joueurs de la sélection algérienne de football
ont effectué, hier matin, une balade non loin de leur lieu
de résidence à l’hôtel Serena pour une relaxation,
avant l’entame de match. Une réunion technique entre
staff technique et joueurs s’est également tenue à 10h
à l’hôtel où le sélectionneur Vahid Halilhodzic a annoncé son onze de départ contre le Rwanda.
RETOUR
Le retour de la délégation algérienne à Alger est
prévue ce matin à bord d’un vol spécial de la compagnie algérienne Air Algérie. Les joueurs se rendront
ensuite au Centre technique national de la Fédération
algérienne de football à Sidi Moussa. Après une pause,
les joueurs professionnels rejoindront leurs familles
pour quelques jours de vacances avant la reprise de la
préparation avec leurs équipes respectives.
BILLET
La Fédération algérienne de football (FAF) a remis
25 billets d'entrée au stade au lieu des 40 promis aux
supporters algériens, qui ont fait le déplacement à
Kigali pour encourager les coéquipiers de Sofiane
Feghouli. C’est le manager de l’équipe nationale
Abdelhafid Tasfaout qui a été chargé de remettre les
«sésames».
COUPE DES CONFÉDÉRATIONS
Tahiti-Nigeria, un
choc de taille
Les amateurs de Tahiti, sans grande illusion
sur leur sort et déjà heureux de participer à la
Coupe des Confédérations au Brésil, affrontent
le puissant Nigeria, perturbé par une arrivée
tardive, ce soir à Belo Horizonte (20h à Alger).
Tout les sépare et rend la rencontre a priori largement
déséquilibrée, avec plus de cent places d'écart au classement Fifa : la Polynésie française compte moins de
300 000 habitants, contre 162 millions pour le Nigeria ; les
Toa Aito (guerriers de fer) ont perdu leurs deux matches de
préparation, dont un 7-0 infligé par les moins de 20 ans du
Chili, quand les Super Eagles, derniers vainqueurs de la
CAN, sont invaincus depuis 17 rencontres. Les premiers
sont tous amateurs à l'exception de l'attaquant Vahirua,
certains même chômeurs, quand les seconds sont professionnels, deux tiers d'entre eux évoluant en Europe.
Un grand écart jusque dans les prémices du tournois :
les Océaniens sont arrivés les premiers au Brésil, dès le 7
juin, pour s'acclimater à l'effervescence locale tranchant
avec celle de leurs îles pacifiques, alors que les Africains
ont seulement débarqué dimanche au petit matin, à 3h
(heure locale) (7h à Alger)... L'arrivée des Nigérians, initialement prévue jeudi, a été retardée en raison d'un conflit
sur les primes entre les joueurs et leur fédération. Ils n'ont
atterri à Belo Horizonte qu'à 36 heures de leur entrée en
lice, partis de Windhoek (capitale de la Namibie) et via
Johannesburg et Sao Paulo... Leur jetlag sourira-t-il aux
Tahitiens ? Ces derniers ne se font guère d'illusions, mais
leur sélectionneur Eddy Etaeta formule «le rêve» d'un
exploit. «Je ne veux pas mettre la pression sur mes
joueurs, mais tout est possible», a-t-il ainsi avancé.
Les Nigérians de Stephen Keshi sont privés pour blessure de leurs deux meilleurs atouts offensifs, Moses et
Emenike, ainsi que du milieu Onazi, touché mercredi
contre la Namibie (1-1). Musa et Ideye en sont désormais
les principaux fers de lance, devant le patron du milieu, Obi
Mikel. Les jeunes attaquants Oduamadi et Ujah seront
aussi à surveiller.
Sports
Le Soir
d’Algérie
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
FOOTBALL
LE STADE DU 5-JUILLET SERA FERMÉ POUR 20 SEMAINES
La direction générale de
l'Office du complexe olympique
(OCO) Mohamed-Boudiaf d'Alger
a jeté son dévolu sur une société
belge pour la pose d'une nouvelle
pelouse naturelle, dont «les travaux devront être entamés bientôt», a affirmé, hier dimanche, le
directeur général de l’OCO, Youcef
Kara.
«Après le lancement d'un appel
d'offres pour la pose d'une nouvelle
pelouse naturelle, les travaux ont été
confiés à une société belge dotée
d'une grande expérience dans le
domaine», a affirmé à l'APS le premier responsable de l'OCO.
L'état de la pelouse du stade
olympique a été grandement critiqué
Photo : DR
Une société belge retenue pour la pose
d'une nouvelle pelouse
en raison de sa défectuosité, ce qui a
poussé le ministère de la Jeunesse et
des Sports, en concertation avec
l'OCO, à décider de la pose d'une
nouvelle pelouse «aux normes internationales». «Nous allons finaliser
avec cette société dans les jours à
venir. Nous allons tout faire pour évi-
ter les erreurs du passé, en suivant
attentivement toutes les étapes de
l'opération», a souligné M. Kara.
Evoquant les caractéristiques de la
future pelouse, M. Kara a indiqué que
celle-ci «sera soutenue, à la base, par
une herbe en synthétique, pour une
meilleure perméabilité», a-t-il expliqué. Le directeur général de l'OCO a
souligné qu'il y aura «trois nouveaux
terrains réplique, un en gazon naturel
et deux en synthétique, et cela dans
l'objectif d'éviter une surutilisation du
terrain principal». Youcef Kara a rappelé que l'enceinte du 5-Juillet va
enregistrer des travaux de réhabilitation qui «toucheront les différentes
installations», et qui devront durer «20
semaines au maximum».
APS
Sur les traces de l’Afrique du Sud
Le DG de l’OCO est enfin sorti de son mutisme
à propos des travaux à mener sur l’enceinte du
stade du 5-Juillet. Pour autant, le responsable du
temple olympique n’a pas été trop «bavard»
concernant les états de service, encore moins le
nom de la société belge qui s’occupera de bichonner, une bonne fois pour toutes, la maudite pelouse du plus grand stade du pays. Peut-être par
crainte de commettre (connaître ?) une nouvelle
histoire belge. Il est vrai que l’expérience (douloureuse) connue par nombre de ses prédécesseurs
(Rachid Zeroual et Nourredine Belmihoub notamment) serait derrière cette rétention d’information.
M. Kara, tout nouveau DG par intérim (faut-il le
préciser même si son installation a eu lieu en
novembre 2012), a peur que l’épisode connu avec
la société néerlandaise Queen Grass qui avait
hérité des mêmes travaux en juillet 2008 se renouvelle. Selon recherches effectuées par nos soins,
concernant les plus performantes entreprises
belges d’engazonnement, une seule semble tenir
la corde. Il s’agit de la société DSS (Desso Sport
Systems), celle-là même qui avait réalisé les
pelouses en… gazon synthétique pour les stades
sud-africains de Nelspruit (Mbombela) et
Polokwane (Peter Mokaba) en vue du Mondial2010. Cette société a mis en place son système
desso GrassMaster, composé d'une surface de
gazon naturel à 100%, dans laquelle 20 millions de
fibres de gazon synthétique ont été injectées à une
profondeur de 20 cm. Les racines du gazon naturel
se mêlant aux fibres synthétiques.
Ce système procure dès lors une surface de
gazon stable et plate, offrant une certitude de jeu
quelles que soient les conditions climatiques.
Plusieurs équipes de foot utilisent déjà ce système
dans leurs stades : Arsenal, Liverpool, Tottenham
Hotspur, Manchester City et l’AZ Alkmaar.
En fin de compte, ce choix de pose d’une
pelouse synthétique a été tranché lors d’une
importante réunion au MJS tenue quelques
semaines après les malheureuses scènes vécues
par le public algérien un certain Algérie-Bosnie, en
novembre 2012, mais également une année auparavant quand les Verts se sont donné la réplique
entre eux suite au «forfait» des Lions indomptables
du Cameroun. Serait-ce le bon, sachant, d’abord
que le climat en Afrique du Sud diffère complètement du nôtre (froid et sec en hiver et pluvieux en
été) sans oublier que le stade de Polokwane n’a
plus été utilisé depuis le Mondial-2010 et que les
matches disputés à Nelspruit, lors de la CAN-2013,
ont été hachés par l’état dégradé de la pelouse du
Mbombela Stadium. En janvier dernier, les responsables sud-africains ont expliqué cette défectuosité
de la pelouse installée deux ans et demi plus tôt
par les… pluies importantes qui s’étaient abattues
sur la région de Nelspruit avant le début du tournoi
africain.
M. B.
14
SELON YOUCEF KARA
(DG DE L’OCO) :
«Le MC Alger
pourra être
domicilié au stade
du 5-Juillet dès la
phase retour»
Le directeur général de l'Office
du complexe olympique (OCO)
Mohamed-Boudiaf d'Alger, Youcef
Kara, a affirmé, hier, dimanche
que le MC Alger (ligue 1 algérienne de football) pourra être domicilié au stade du 5-Juillet dès la
phase retour du championnat, soit
après l'achèvement des travaux
de réhabilitation des différentes
installations.
«La direction du MCA nous a
officiellement saisis pour accueillir
ses adversaires au stade du 5Juillet lors de la saison 20132014, nous avons bien évidemment accepté leur doléance.
Seulement, l'équipe pourra être
domiciliée chez nous dès la phase
retour, en raison des travaux de
réhabilitation prévus sur 20
semaines au maximum», a affirmé à l'APS le premier responsable de l'OCO. En attendant de
retrouver l'enceinte olympique, la
direction du Doyen pourrait se
rabattre sur une autre enceinte
pour la domiciliation de l'équipe.
Selon une source proche du club,
l'équipe accueillerait ses adversaires au stade de Rouiba. En
2010, année du dernier titre de
champion décroché par le MCA,
le club algérois avait entamé la
saison au stade de Rouiba, avant
de la terminer au 5-Juillet. Lors du
précédent
exercice,
les
Mouloudéens avaient accueilli
leurs adversaires au stade du 5Juillet.
Le Soir
d’Algérie
FOOTBALL
Sports
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
USM BEL-ABBÈS
Abdelkrim Bira sera-t-il le
prochain entraîneur ?
CS CONSTANTINE
Alain Michel hésite,
Fersadou confiant
Le président du conseil d'administration du CS
Constantine, Yacine Fersadou, s'est dit optimiste quant
à l'engagement de l'entraîneur français, Alain Michel,
aux commandes techniques du club de Ligue 1 algérienne de football, malgré l'échec du premier round de
négociations tenu la veille.
évoque l'opposition de
Mohamed Boulhabib, dirigeant influent dans le club
et membre de la commission de recrutement, au
choix du technicien français,
retardant ainsi la conclusion
d'un accord entre les deux
parties. Mais Fersadou n'a
pas voulu s'attarder sur ce
sujet, précisant que les
contacts avec Michel, qui a
rejoint Constantine le weekend passé, «sont maintenus», ajoutant que sa direction «prendra tout son
temps pour parvenir à un
accord avec cet entraîneur».
«Même avec Lemerre, les
discussions ont pris du
temps avant la signature de
son contrat lors de l'été pré-
cédent. Au CSC, on ne fait
pas dans la précipitation»,
a-t-il précisé.
Par ailleurs, le premier
responsable du club de la
capitale de l'est algérien a
écarté la piste du jeune
défenseur de la JSM Béjaïa,
Kamel Zeghli, qui a signé un
contrat préliminaire avec les
Vert et Noir après s'être
rendu compte que le joueur
est toujours lié avec son
club béjaoui. «Pour l'heure,
on a enregistré une seule
recrue officielle, à savoir le
gardien de but international,
Si Mohamed Cédric.
Pour les autres déjà
annoncés, à l'image de
Mohamed Derrag (JSMB) et
Houari Hamiche (USM BelAbbès), ils n'ont pas encore
paraphé des contrats officiels», a encore expliqué
Fersadou.
Le RC Arbaâ devrait se
rabattre sur le stade Brakni
de Blida pour recevoir ses
adversaires la saison prochaine après le refus de la
direction de l'USM Alger de
mettre à sa disposition le
stade Omar-Hamadi de
Bologhine, où le club était
domicilié lors de l'exercice
écoulé, a-t-on appris auprès
du président de la section
football du nouveau promu
en Ligue 1. «Les dirigeants
de l'USMA ont réservé une
suite défavorable à notre
demande d'être domicilié au
stade de Bologhine la saison
prochaine. Du coup, on est
dans l'obligation de se
rabattre sur un autre stade et
ça devrait être celui de Brakni
à Blida», a déclaré Sid-Ali
Ouahsi à l'APS. Ayant accédé au championnat de Ligue
2 la saison passée, Ezzerga
a été contrainte de quitter
son stade à Larbaâ, non
homologué par la Ligue de
football professionnel, pour
élire domicile à Bologhine
(Alger) dont le stade est géré
par l'USMA. Ce handicap n'a
toutefois pas empêché les
gars de Larbaâ de réussir
une deuxième accession
d'affilée, permettant ainsi à
leur équipe de figurer pour la
première fois de son histoire
dans le premier palier de la
compétition. «Pour l'heure,
on n'a pas encore sollicité les
responsables du stade de
Brakni pour une éventuelle
domiciliation de notre équipe
dans cette enceinte, mais ça
devrait se faire prochainement», a précisé Ouahsi. La
Direction de la jeunesse et
des sports de Blida avait
engagé des travaux de
réaménagement du stade
communal de Larbaâ depuis
l'été 2012, mais le chantier
accuse un «retard sensible»,
selon les dirigeants du RCA,
qui se montrent pessimistes
quant à la réception du stade
dans les délais impartis, soit
avant le début de la saison
prochaine. A souligner que la
direction du RCA, en butte à
des problèmes financiers
énormes, retardant l'entame
des préparatifs du prochain
exercice, a rendu visite hier
en fin d'après-midi au président de l'Assemblée populaire communale de Larbaâ
pour tenter de trouver une
solution à ces problèmes,
avait informé Ouahsi.
Alors que l’équipe blidéenne a entamé tôt la prospection de grands joueurs lors de
ce mercato, il s’avère toutefois qu’aucun joueur de
renom n’est encore cité à
l’USMB. Cela inquiète de plus
en plus les supporters de la
ville des Roses qui craignent
une saison médiocre par rapport à la précédente où deux
noms à l’image d’Ouznadji et
Herida avaient fait le bonheur
des fans blidéens.
Avec ce refus d’enrôler
des joueurs de valeur, l’espoir
pour une accession cette saison est redouté par les inconditionnels du club qui restent
circonspects sur le rendement des joueurs actuels car
ils manquent cruellement
d’expérience, disent-ils.
Néanmoins, l’administration du club promet toujours
le recrutement de trois
joueurs de valeur avant la fin
du mercato. Ainsi, l’on parle
d’un gardien de but ayant
évolué en Ligue 1, de l’attaquant Bouharbit de l’USM
Annaba et d’un bon défenseur. Ces trois joueurs seront
recrutés, confirme notre source, avant l’entame des entraînements, à savoir avant la fin
du mois en cours. Par
ailleurs, le financement du
club par les industriels de la
région pose toujours problème. Les dirigeants de l’USM
Blida se disent déçus de voir
d’autres clubs en dehors de
la wilaya de Blida bénéficier
de sponsors de la part d’industriels implantés à Blida.
S’il est vrai que l’équipe chère
à Zaim souffre par la faute
d’un bon soutien financier à
même de l’aider à un recrutement important, il est regrettable de voir des financements partir ailleurs. En sus,
l’argent du transfert du joueur
tchadien Ezéchiel vers un
club européen par une équipe
tunisienne n’est pas encore
parvenu à l’USMB alors que
le contrat est clair à cet effet.
Blida continuera-t-elle à lutter
contre le signe indien qui la
poursuit depuis longtemps ?
En tout cas, les supporters ne
perdent pas espoir et attendent une incorporation qui
fera sortir leur équipe favorite
du gouffre du désespoir.
M. Belarbi
Photo : DR
«Certes, on n'a encore
rien conclu avec Alain
Michel, mais les négociations sont toujours en cours.
Personnellement, je suis
optimiste quant à la conclusion d'un accord dans les
tous prochains jours», a
déclaré à l'APS, le premier
responsable de la formation
phare de Cirta.
Alain Michel, ex-entraîneur du MC Alger et de la
JSM Béjaïa, a été choisi par
le nouveau directeur technique du CSC, Rabah
Saâdane, pour succéder à
son compatriote Roger
Lemerre, qui n'a pas voulu
prolonger son contrat.
Dans les milieux du vieux
club constantinois, l'on
RC ARBAÂ
Vers une domiciliation au stade
Brakni de Blida
USM BLIDA
Les grands joueurs ne sont pas
encore arrivés
ES SÉTIF
Le Dynamo Dresde refuse
de payer les 300 000 euros pour
le transfert d’Aoudia
Le Dynamo Dresde (Bundesliga 2 allemande de football)
aurait exprimé son refus de payer les 300 000 euros exigés par
l'ES Sétif, pour le transfert de l'attaquant international algérien, a
rapporté le journal allemand, Bild. Toujours sous contrat avec
l'ESS jusqu'au 3 août prochain, selon la direction de l'ESS,
Aoudia s'était même déplacé en Allemagne la semaine dernière
pour rencontrer les dirigeants allemands et aborder l'éventualité
de son transfert. Toutefois, la direction de Dresde ne compte pas
verser cette somme, estimant que le joueur est libre de tout
engagement. Le Dynamo Dresde qui souhaite faire signer
Aoudia pour les deux prochaines saisons, est à la recherche d'un
attaquant, en remplacement de l'international béninois, Michael
Poté, sur le départ. Le Dynamo Dresde, où évolue le joueur algérien Idir Ouali, a terminé le précédent exercice à la 17e place au
classement de la Bundesliga 2.
15
La direction de l'USM Bel-Abbès est en contacts «très avancés» avec l'entraîneur Abdelkrim Bira, en vue de lui confier la
barre technique de son équipe reléguée en Ligue 2 algérienne
de football, a-t-on appris auprès du président du club, Djilali
Bensenada. «Je suis actuellement à Alger pour rencontrer Bira
afin de finaliser les contacts déjà entamés avec lui. A 90%, il
sera notre nouvel entraîneur en vue de la saison prochaine», a
déclaré, à l'APS, le premier responsable de la formation de la
Mekerra. Outre Bira, l'USMBA a pris attache également avec
l'entraîneur Mohamed Mihoubi, qui constitue l'autre option du
club au cas où les négociations avec Bira ne venaient pas à
aboutir, selon le président du club L'USMBA, qui n'est restée
qu'une seule saison parmi l'élite, ambitionne de rectifier le tir
dès la saison à venir, bien que les choses ne se présentent pas
sous de bons auspices pour cette formation menacée par une
«saignée» dans son effectif. «Pas moins de 16 joueurs ont
déposé leurs dossiers au niveau de la commission des litiges
de la Fédération algérienne de football pour l'obtention de leur
libération, mais je peux assurer que la plupart de ces dossiers
ne sont pas réglementaires», a ajouté Bensenada. Les joueurs
en question ont agi de la sorte en réaction à la non-régularisation de leur situation financière par les dirigeants de l'USMBA.
Mais Bensenada estime que son club «est un cas particulier»,
souhaitant que la fédération soit «compréhensive» envers son
équipe. «Le club était géré par un directoire qui a établi des
contrats avec des sommes faramineuses au profit d'un grand
nombre de joueurs de l'exercice dernier, alors que la situation
financière de l'USMBA ne lui permettait pas d'honorer ses
engagements dans ce registre», a expliqué Bensenada.
JSM BÉJAÏA
Le jeune Rezki Hamroun
convoité par trois
clubs français
Le tonitruant centre-avant et buteur attitré des verts de l’EN
(U17), Rezki Hamroun qui s’est illustré lors des éliminatoires en
coupe d’Afrique, actuellement à la JSMB après avoir fait ses
classes au NRB Réghaïa et au NAHD, est l’objet de multiples
sollicitations de clubs locaux et étrangers de 1re division. En
vacances au bled, Rezki Hamroun, qui tape dans l’œil de plusieurs clubs locaux de l’élite parmi les plus huppés, nous a fait
part de l’intérêt que lui portent trois clubs français, l’OM,
Rennes et Troyes séduits par les qualités techniques de ce
jeune joueur d’un gabarit impressionnant pour son âge, cela à
travers les vidéos et le CV présentés par son manager. Des
clubs qui ont établi des contacts avec le père de Rezki par le
biais de ce manager nous a-t-il confié. Opéré d’une appendicite
qui l’a empêché cette saison d’aller au bout de ses rêves par un
double surclassement, Rezki qui a évolué cette saison en
juniors et s’entraîne avec les espoirs, entend démontrer la saison prochaine toute l’étendue de son talent. A ce titre, il demandera à Redjradj l’autorisation de faire sa préparation avec les
séniors en ce début de saison. Concernant ses contacts avec
les clubs locaux, il entend rester fidèle à la JSMB où il se sent
bien en attendant d’avoir 18 ans en mars prochain, comme le
stipule la réglementation, pour étudier les propositions de clubs
étrangers car il aimerait bien évoluer en Europe. Si son objectif
se réalise, ce sera le premier jeune joueur algérien local à tenter une expérience professionnelle à cet âge.
S. Hammoum
KARATÉ SHOTOKAN : UNE PREMIÈRE EN
AFRIQUE ET DANS LE MONDE ARABE
Adjal Abdelkader
décroche le 8e dan
Le chef instructeur Adjal Abdelkader a accédé au niveau
de ceinture noire 8e dan de karaté shotokan. Un grade décroché lors de la 47e édition du Master Camp Fédération internationale de karaté shotokan (ISKF), qui se déroule en
Pennsylvanie, aux Etats-Unis d’Amérique. Adjal Abdelkader,
chef instructeur de la Fédération internationale de karaté shotokan (ISKF), a accédé, mardi 11 juin, au 8e dan. Une première dans l’histoire du sport algérien puisque ce grade n’a
même pas été atteint en Afrique et dans le monde arabe.
L’examen s’est déroulé à Camp Green Lane, localité proche
de Philadelphie dans l’Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis
d’Amérique) où se déroule la 47e édition du Master Camp de
l’ISKF. Le collège de 16 examinateurs était présidé par le
grand maître Okazaki Chihan, 10e dan. L’Algérie participe à
cet événement avec une délégation de quatre membres, en
plus des chefs instructeurs d’Angleterre et de Belgique qui
sont de nationalité algérienne. Reste que cette délégation a
failli annuler sa participation à cause du retrait inattendu de
l’unique sponsor (une entreprise publique du secteur des nouvelles technologies) qui a refusé, la veille du départ, de
prendre en charge les frais de transport. Les billets ont finalement été offerts par des mécènes privés. Notons également
l’absence de soutien de la Fédération algérienne de karaté.
Le Master Camp est le seul camp d'entraînement de shotokan karaté encadré par les plus grands maîtres du shotokan
karaté, dont comme instructeurs, maître Yutaka Yaguchi
(ISKF/USA), Hideo Ochi (JKA/Allemagne), Masaru Miura
(SKII/Europe) et Shunsuke Takahashi (TSKF/Australie et la
Nouvelle-Zélande) en plus du grand maître Okazaki Chihan.
Tarek Hafid
magfemme03@yahoo.fr
d’Algérie
Lundi 17 juin 2013 - PAGE 17
Le
Nutrition
Soufflé au poulet
et au curry
1 blanc de poulet, 100 g de fromage râpé,
70 g de beurre + 20 g pour les moules, 1 c. à café
de curry en poudre, 6 œufs, 30 cl de lait,
70 g de farine, 1 c. à soupe d’huile, sel, poivre
Dans une poêle, faites cuire le blanc de poulet dans
un peu d’huile en le retournant régulièrement
pendant 20 minutes. Laissez-le refroidir puis coupezle en petits morceaux. Passez-le au mixeur pour le
réduire en un hachis fin. Préchauffez le four th. 7
(210°). Coupez le beurre en morceaux et faites-le
fondre à feu doux. Versez la farine d’un seul coup et
laissez cuire 2 minutes en remuant. Retirez du feu.
Séparez les blancs des jaunes d’œufs.
Ajoutez les jaunes d’œufs, le fromage râpé et le
curry au mélange beurre/farine. Salez et poivrez,
mélangez. Puis versez le lait froid et remettez sur feu
doux. Faites cuire en remuant sans arrêt jusqu’à
épaississement. Retirez du feu. Ajoutez le hachis de
poulet, mélangez bien. Battez les blancs d’œufs en
neige et incorporez-les délicatement à la préparation.
Beurrez un moule à soufflé, versez la pâte dedans et
enfournez. Faites cuire 30 minutes sans ouvrir la
porte du four. Servez dès la sortie du four.
magazine de la femme
Ajouter un peu de jus de
citron à l'eau de la
lessive de vêtements
blancs les rendra
éclatants.
préférez lors de vos
fritures l’utilisation de
l’huile d’olive.
Vous êtes adepte de
desserts ? Lors de vos
préparations, remplacez la
crème fraîche ou le beurre
par un yaourt ou du
fromage blanc. Les fruits
secs comme l’amande, la
noix ou la noisette sont à
éviter car ils sont riches
en calories. Préférez le
papier sulfurisé, au lieu de
beurrer votre moule.
Fruits, légumes, céréales
Dépôt calcaire dans le
fer à repasser
sont la base d’une bonne
alimentation. Préférez le
poisson et la volaille à la
viande grasse. Pour plus
de saveur et de légèreté,
agrémentez vos plats
d’herbes et d’épices. Pour
prévenir le cholestérol,
optez pour une
Le soleil, allez
y doucement
d'appliquer votre déodorant :
la moindre trace d'humidité
réduirait son efficacité.
Bon à savoir : L'odeur
résultant de la transpiration
est due aux bactéries libérées
par la peau via la
transpiration et qui se
nourrissent de celle-ci.
Les anti-transpirants stoppent
ou, tout au moins,
ralentissent la production de
sueur et par-là même des
bactéries responsables de
l'odeur caractéristique. Le
corps est programmé pour
éliminer les toxines en divers
endroits et, notamment, sous
les aisselles.
Pour enlever les dépôts
de calcaire, nettoyez-le
une fois de temps en
temps avec de l'eau
vinaigrée
mayonnaise légère,
préparée sans jaune
d’œuf. Si vous préparez
une béchamel, faites-la
sans beurre. Manger
léger, tout en privilégiant
un sentiment de satiété,
c’est possible.
BON À SAVOIR
largement.
Pensez surtout à
bien vous
protéger du soleil,
car il accélère
terriblement le
vieillissement de
la peau.
attendez que la peau soit
parfaitement sèche avant
Pour éviter que les lacets
se dénouent, il suffit de
les vaporiser avec de la
laque (du fixatif) à
cheveux une fois
attachés.
Blanc éclatant
Pour plus d’efficacité
de votre déodorant
Après votre douche, séchezvous soigneusement et
Eviter que les lacets se
dénouent
Pour privilégier un mode
de cuisson plus léger,
préférez l’utilisation du
micro-ondes ou de la
vapeur. Lorsque vous
cuisinez un aliment déjà
gras, évitez d’ajouter du
beurre à la cuisson.
Attention aussi aux
fritures. Pensez à changer
votre huile ou à la filtrer
régulièrement. D’ailleurs,
A quel âge doit-on
commencer à mettre
de l’antirides ?
rides et des
ridules. Plus
jeune, une bonne
crème hydratante
adaptée à votre
type de peau
appliquée matin et
soir suffira
Astuces
Cuisinez léger
QUESTION
A 30 ans, on peut
déjà choisir une
crème ou un soin
de jour type
«premiers signes
de l’âge», afin de
prévenir
l’apparition des
Page animée par Hayet Ben
PHOTOS : DR
Le Soir
En règle générale,
soyez prudent avec le
soleil. L'exposition doit
être progressive et
évitez de le faire entre
11h et 14h.
Appliquez un produit
solaire à l'indice élevé.
Interrogez votre
médecin ou
dermatologue sur les
risques
photosensibilisants des
traitements en cours.
Rappelez-vous que
certaines maladies ne
guérissent pas au soleil,
au contraire, elles
s'aggravent (acné
rosacé, herpès, vitiligo).
Madeleines
à la pistache
2 œufs, 70 g de beurre, 80 g de sucre
semoule, 110 g de farine, 30 g de
pistaches hachées, 1/2 sachet de
levure chimique, beurre pour
les moules
Préchauffer le four à 210°C (th. 7)
Dans un saladier, battre les œufs en
omelette avec le sucre semoule. Faire
fondre le beurre et l'ajouter au mélange.
Tamiser la farine et la levure et les verser
dans le saladier avec les pistaches
hachées. Mélanger à nouveau.
Beurrer les moules à madeleines et y
répartir la pâte. Enfourner pour 8 à 10
min.
Laisser refroidir avant de les déguster.
La petite astuce :
Vous pouvez séparer les blancs des
jaunes et incorporer les blancs montés
en neige à la pâte avant cuisson,
légèreté garantie.
Détente
Le Soir
d’Algérie
MOTS FLÉCHÉS
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
18
Par Tayeb Bouamar
Son nom
---------------Son prénom
Son
poste
Indépendants
---------------Bête à
rayures
---------------Possédait
Pays
---------------Argent
---------------Fin de
soirée
Aux aguets
---------------Condition
---------------Dans
l’arène
Crack
---------------Arme (ph)
---------------Rompu
Son
pays
Privatif
---------------Gîtes
---------------Volcan
Pas assez
(inv)
---------------Sécrétion
---------------Elevée
Porte
---------------Enduire
---------------Désiré
Lisière
---------------Lac
---------------Gros
Un à Berlin
---------------Bande
Rigole (inv)
---------------Eméchés
---------------Presses
Interjection
---------------Version
---------------Avion
Coupé court
---------------Préposition
---------------Adeptes
Céréale
---------------Quais
Praséodyme
---------------Gros titre
---------------Air
Acides
---------------Insensés
Germanium
---------------Note
---------------Ego
Chiffre
---------------Peuple
---------------Prisée
Limita
---------------Pays
---------------Arbre
Exagération
---------------Maestro
Corbeille
---------------Calcium
Chiffre
---------------Invente
Rigoles
---------------Agréable
---------------Douleur
Décoder
---------------Tellement
Indéfini
---------------Héros de
Corneille
Hurle
---------------Fleuve
Artère
---------------Aube
---------------Ile
Note (inv)
---------------Radium
Canine
---------------Pronom
Consonne
double
---------------Néant
Emeraude
---------------Authentique
ENUMÉRATION
Séculier
---------------Posé
Détresse
---------------Arbre
Son
club
L ET T R E S D E : Bonifacio
Ces colonnes abritent les noms de 4 émissions TV
de jeux.
Une lettre ne peut être cochée qu’une seule fois.
Définition du mot restant =
«Emission d’information sur France 24»
P
N
O
I
T
S
E
U
Q
S
O
S
C
H
I
F
F
R
E
N
U
E
V
R
E
S
B
O
S
O
R U N C H A L
D N O I P M E
A T E U R S M
A
I
L
L
S E R T T E O
E T D E S L N
I L L I M S E
1- LE MAILLON FAIBLE
2- QUI VEUT GAGNER DES MILLIONS ?
3- QUESTION POUR UN CHAMPION
4- DES CHIFFRES ET DES LETTRES
I
U
Q
E
L
B
I
A
F
D
V
E
U
T
G
A
G
N
E
R
B
O
N
I
F
A
C
I
O
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1- GOLFE
2- ILE
3- ROI
4- FONDATEURS
5- RELIEF DE LA
VILLE
6- CAP
7- PAYS
8- ILE VOISINE
10
9-
11
CONQUÉ-
RANTS
12
S OLUTIONS …S OLUTIONS …S OLUTIONS …
MOTS FLÉCHÉS
GÉANTS
TINTOUIN-TLEMCEN
REEL-SLAVES-ORNA
INS-MI-GAR-FUI-U
CA-TANTES-SALE-S
O-TO-EUS-BENISSE
LISIERE-GAR-N-CA
ODESSA-PERILS-OB
RO-ET-SARDES-PRO
ELUS-DERMES-RIEN
SES-RENIER-VUE-D
-S-BELIER-SEIGLE
E-FECULE-DONNEES
NORVEGE-ARETES-CUMULE-ENA-RE-DC
OTEES-DRAGEE-MCA
M-ES-ME-NOS-LU-M
BUS-VOLCAN-SYRIE
RN-AE-IES-TUBE-R
E-ACNEES-VARIE-A
MALHEUR-MASSES-D
EVIERS-VOISIN-TO
NO-TE-PANNES-MER
TIGE-RONDES-SOL-RI-MORNES-DON-N
SS-HAUTES-MOT-MA
A-TASSES-PIS-SUD
GENISSE-MAS-TIRA
ALTRUISTES-REGAL
MOTS FLÉCHÉS
-VELUD-ESSETIF-G
HATA-OURAL-ISOLA
USE-MUSES-AT-RER
BE-RATES-LIAIT-D
E-E-LES-PANNE-MI
RAMSES----ES-LIE
TIENS-----E-MA-N
-DUS-C-----LUNE-
FAT-BOUGE-GENDRE
RI-AORTE-DEVIS-S
A-AMUSE-CONES-BP
NAVIRE-NOTER-PAR
CRI-R-CITER-MUNI
E-STADEDEREIMS-T
LETTRES DE
BORNEO
----SABAH----------HOLLANDE-----SARAWAK------BRUNEI----------MERATUS-----INDONESIE---
MOT RESTANT = OBSERVATEUR
MOTS FLÉCHÉS GÉANTS
Détente
Le Soir
d’Algérie
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
19
Par Tayeb Bouamar
Grand bruit
---------------Dommages
Par unité
---------------Cri
d’attaque
Pronom
---------------Singulier
Note
---------------Fêtes
---------------Aime
Pouffé
---------------Chaleur
---------------Rigolé
Interjection
---------------Fils arabe
Durée
---------------Eliminas
---------------Possessif
Touffus
---------------Demi-tour
---------------Métal
Abattus
---------------Possédais
---------------Lançais
Cheminée
---------------Pronom
---------------Cycle
Mesure
---------------Roche
Joua à la
JSk
---------------Fer
---------------Saint
Bernés
---------------Paroi (dés)
---------------Ravies
Pronom
---------------Criera
---------------Soldat
Flâner
---------------Souffler
---------------Close
Inespérée
---------------Germanium
Cinéaste
américain
---------------Poisson
Colère
---------------Gros titre
Etirer
---------------Décodé
Entraille
---------------Véhicule
---------------Compagnons
Liaison
---------------Baudet
---------------Fleur
Prénom
---------------Sucer (ph)
Pouffé
---------------Mesure
Fermeté
---------------Misés
Manganèse
---------------Chatons
Entachée
---------------Espèces
Essais
---------------Soldats
Autorise
---------------Posa
Crasseux
---------------Chanteuse
française
Gâtées
---------------Fleuve
Os
---------------Elis
---------------Possessif
Démonstratif
---------------Sauter
Osmium
---------------Détester
Poisson
---------------Survolées
Captifs
---------------Interjection
Possessif
---------------Froid
Préfixe
Abandonnée
---------------limites
Fruits
---------------Aggravés
Possessif
---------------Ile de
beauté
Bulletin
---------------Métro
Fixes
---------------Arrêter
Reptile
---------------Californium
Mois
---------------Asiatique
---------------Rompue
Renonça
---------------Exprime
(ph)
Rêves
---------------Piété
---------------Orientés
Encercler
---------------Cède
Prénom
---------------Extrémités
Fatigués
---------------Médita
---------------Doses
Hardi
---------------Balai
Etat
américain
---------------Dons
Viles
---------------Frotte
Cadeau
---------------Possessif
Tristes
---------------Consonne
double
Adepte
Poissons
---------------Sources
Mois
Calumets
---------------Dans le
mois
---------------Amas
Irriguer
---------------Poisson
Saleté
---------------Succomber
Mi-glossine
---------------Engin
Possessif
---------------Actrice
italienne
Sifflées
---------------Joignit
Baguettes
---------------Couvert
Rame
---------------Menottes
Poisson
---------------Via
Ville du
Maroc
---------------Prime
Ecolos
---------------Brome
Charmant
---------------Dans
l’arène
Géniteurs
---------------Sélénium
Chaîne TV
---------------Pronom
Fracassantes
---------------Percutants
Praséodyme
---------------Erbium
Etoffe
---------------Postérieur
Industrie
---------------Gaz
Publicité
Le Soir
d’Algérie
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
SOIR DE LA FORMATION
IMA, avec horaires au choix et
tarifs intéressants, forme en
montage vidéo, infographie,
site web, maintenance (micros,
GSM, photocopieurs, RTV),
programmation, Delphi,
Java, C#, Access,
vidéosurveillance,
électricité, bureautique,
microcontrôleurs PIC. 021 27 59 36/73 Mob.: 0551 959 000 PF027/B1
ÉCOLE MAYA lance
formations coiffure esthétique,
onglerie. - 021 73 42 42 0555 37 56 25 F441/B1
ÉCOLE «ECOIN» forme en :
maintenance tél. mobiles, PC,
électricité Bt + industrielle,
automatisme API,
vidéosurveillance + sys.
alarme - www.ecoin-dz.com 0662 02 24 18 - 021 71 13 61 021 71 86 56 F133907
FORMATION ÉTÉ 2013,
pendant vos vacances,
formez-vous à la 3D,
l’infographie, la bureautique,
l’anglais et le français,
programme adultes,
adolescents et enfants. Ecole
PRO ADVANCES : 136,
bd Krim-Belkacem, Télemly,
près Ecole des Beaux-Arts.
Tél.: 021 23 06 53 ou 04,
rue Mohamed-Khemisti,
Grande-Poste, à 50 m du
Métro. - Tél.: 0560 60 31 25
SMATECH, école agréée
par l’Etat, spécialisée en
HSE et en partenariat avec
BOSHA/OSHA Academy
des USA, lance
actuellement la formation
en : HSE (Hygiène, Sécurité
et Environnement) pour :
Manager - Superviseur Inspecteur et agents de
sécurité. (Les attestations
sont délivrées par
OSHA Academy des USA.).
- Pour plus de
renseignements, veuillez
nous contacter aux :
026 200 506 - 0550 906 950
et 0550 906 951 - Adresse :
rue des frères Oudahmane
(axe Nouveau-Lycée,
Abane-Ramdhane), TiziOuzou. 118951/B13
F133870
SPÉCIAL VACANCES 2013,
profitez des vacances pour
inscrire à nos cours
accélérés de bureautique,
d’anglais, de français,
adultes, adolescents et
enfants, tarifs étudiés. Centre
PRO INFO - 06, rue
Richelieu, Alger-Centre.
Tél.: 021 73 50 28/27
F133870
F045564/B11
––––––––––––––––––
H., 59 ans, caissier commercial, avec exp.,
cherche emploi. Tél.: 0552 97 87 66 NS
––––––––––––––––––
DÉCORATION + JARDINS
➦ Tous travaux d’espaces verts
➦ Gazon en plaques pour pelouses
➦ Réalisation des parcs et jardins
➦ Décoration intérieure et extérieure
➦ Conception de cascades.
Devis et plans gratuits
Tél. : 0770 884 901 - 021 603 659
Nous contacter par : e-mail : decojardins@yahoo.fr
JH cherche emploi comme agent de sécurité,
6 ans d’expérience dans une banque (BNA).
Tél.: 0556 89 10 35 NS
––––––––––––––––––
JH, 27 ans, ingénieur d’application en
bâtiment, cherche emploi. Tél.: 0554 81 97 31
NS
––––––––––––––––––
Homme sérieux, dyn., sens des resp., esp.
d’équipe, marié (1 enf.), habitant Alger (BEO),
niv. études 4e AM, 6 ans d’exp. comme ag. de
sécurité (BNA), dégagé de toutes oblig., maîtrise arabe + fr., cherche emploi. - Apte à subir
formations complém. - Tél.: 0556 89 10 35 NS
––––––––––––––––––
JF, comptable diplômée (CAP) + outil
informatique, cherche emploi dans le domaine,
sans expérience, environs de Bab-Ezzouar,
Dar-El-Beïda, Alger-Centre. Contacter :
0557 12 28 58 NS
––––––––––––––––––
Jeune fille, sérieuse, rigoureuse et travailleuse,
expérimentée, cherche emploi en qualité de
garde-malade et garde-enfants dans la
journée. Contact : 0552 23 93 99 NS
––––––––––––––––––
JH, 25 ans, licencié en sciences juridiques et
administratives + outil informatique, cherche
emploi secteur étatique, public ou privé, toute
wilaya, expérience 2 années.
Tél.: 0779 09 63 34 NS
––––––––––––––––––
JH, 26 ans, diplôme TS en comptabilité de
gestion et exploitation en informatique, cherche
emploi ès-qualité, dans le secteur étatique,
public ou privé. Contacter : 0771 84 63 81 NS
––––––––––––––––––
Jeune femme diplômée en comptabilité et
finances, 6 ans d’expérience dans le domaine,
travailleuse et rigoureuse en besogne, cherche
emploi dans le secteur étatique, public et dans
société privée. Tél.: 0772 12 94 72 NS
––––––––––––––––––
Jeune homme, marié, rigoureux, travailleur,
possédant fourgon Master 2013, cherche
emploi comme chauffeur-livreur-démarcheur,
toutes directions. Contact : 0779 95 91 09 NS
––––––––––––––––––
Jeune dame, vigoureuse et travailleuse,
soutien de famille, cherche travail dans une
cantine ou autre comme aide-cuisinière ou
A VENDRE
superbe local 65 m2 avec 2 grandes
entrées, boulevard Zirout-Youcef (Alger),
convient pour tout commerce, agence de
voyages, show-room, etc. Contacter :
0772 75 55 22 N.S.
ÉCOLE TECHNIQUE lance
les formations : HSE
(Superviseur - Inspecteur et
Agent de sécurité) Photographe - Topographie
- Conducteur de travaux
bâtiment - Douane - Froid et
climatisation. - Veuillez nous
contacter aux :
Tizi-Ouzou : Lotissement
Ameyoud, rue des frères
Beggaz - 026 21 23 35 0550 23 03 03 - Bouira :
Cité Farachati, rue AssouliMed - 026 93 88 22 0560 97 09 68 - Alger : Rue
Didouche-Mourad, Bt n° 08,
2e étage. - 021 64 56 80 0560 97 10 33
F119001/B13
FORMATION CISCO, MICROSOFT, ORACLE, LINUX +
PASSAGE D’EXAMEN de certification + coaching offert. www.mozytecdz.com - 021 633 741 - 0554 147 525
F565/B1
DEMANDES
JF, licenciée en comptabilité, TS commerce
international, expérience 15 ans comme cadre
financier, cherche emploi, Alger et environs.
Tél.: 0790 20 59 61 NS
––––––––––––––––––
Dame, assistante personnes âgées, gardemalade, couchante, expérimentée dans le
domaine, cherche emploi stable chez famille
sérieuse. Non sérieux s’abstenir.
Tél.: 0558 42 91 92 NS
––––––––––––––––––
JF, licenciée, dynamique, motivée, maîtrise
l’outil informatique, cherche emploi en qualité
de secrétaire, agent de saisie ou autre, Alger
et environs. Tél.: 0666 48 75 49 NS
––––––––––––––––––
Jeune femme, 29 ans, rigoureuse, travailleuse
et très sérieuse, chef comptable avec 6 ans
d’expérience dans le domaine, cherche emploi
ès-qualité, aux environs d’Alger. Curieux et
non sérieux s’abstenir. Tél.: 0557 255 735 NS
––––––––––––––––––
JH, 24 ans, spécialisé et expérimenté en
préparation de la «Chicha» ou «Ringuila»,
salon de thé «arabe», cherche emploi à Alger
et environs. Contacter le n° 0561 83 14 05
––––––––––––––––––
TS en bâtiment, expérience de plus de 5 ans,
cherche emploi. Contactez : 0799 09 21 03
20
D’EMPLOI
plongeur, à Alger et environs. Non sérieux et
curieux s’abstenir. Contacter : 0559 58 20 47 NS
––––––––––––––––––
Père de famille cherche emploi comme chef de
parc ou chauffeur routier, transport en
commun, mécanicien PMC, toutes catégories,
exp. 30 ans. Tél.: 0794 37 94 46
NS
––––––––––––––––––
JH, diplômé en hôtellerie, spécialité en aidecuisine (exp. d’une année), cherche emploi
dans le domaine, Alger, Boumerdès, TiziOuzou, même au Sud.. Tél.: 0792 17 63 09 NS
––––––––––––––––––
JH, 29 ans, master business administration en
marketing-management + licence en sc. de
gestion, opt. management, expérience 7 mois,
cherche un poste dans le domaine.
Tél.: 0774 78 70 08
––––––––––––––––––
Homme de 58 ans, père de famille, sérieux, de
confiance, maîtrisant bien le français, ayant
longue expérience dans des société
étrangères, cherche emploi comme chef de
parc autos, acheteur-démarcheur. Merci
d’avance. Tél.: 0771 784 664
––––––––––––––––––
F., ingénieur méc., maîtrisant l’outil
informatique, français, anglais, Autocad, 2D,
3D, ayant expérience en dessin technique,
commercial, contact fournisseur étrangers,
cherche emploi à mi-temps ou à domicile.
Contacter : 0555 38 37 06
––––––––––––––––––
JF, mariée, 30 ans, bac+3 en littérature
française, expérience de 5 ans domaine des
ressources humaines, actuellement master en
management des ress. humaines (en
Très prochainement, programme
neuf 150 logts promotionnels site
hautement résidentiel, privilège
fonctionnaires et groupement d’entreprises. Montage financier avec
taux bonifié promoteur agréé prévoit fonds de garantie.
Pour inscriptions contact :
021 36 27 35 - 0561690775
F 567/B1
TERRAIN
––––––––––––––––––––
A vendre lot de terrain de 2 500 m2, dont
600 m2 environs bâtis en dur, au RDC, sur
5,50 m de hauteur + 1er étage bâti sur 300 m2
+ bureaux et sanitaires, et loge de gardien. +
Acte de propriété et certificat de conformité. Sis à la ZI d’El-Khroub, Constantine.
Contactez n° Tél.: 0551 09 85 57 NS
préparation, cherche emploi dans le dom. ou
autre, dans une entreprise étatique ou privée.
Tél.: 0560 05 07 07
––––––––––––––––––
Cadre comptable, 27 ans, licencié en sciences
de gestion, option comptabilité, maîtrise
français, anglais élémentaire, dégagé du SN,
cherche emploi. Tél.: 0549 41 66 12
––––––––––––––––––
Cadre financier et comptable, retraité, titulaire
CMTC + CED, 30 ans d’exp. tenue compta,
bilans, décl. fisc., audit, maîtrise NSCF, exDFC, DAF, cherche emploi à Alger et environs.
Tél.: 0555 95 35 03
––––––––––––––––––
Chef comptable, CMTC, CED, N. IAS-IFRS,
longue exp., cherche emploi en rapport : bilans
TCR, décl. fiscales et sociales.
Tél.: 0668 58 55 37
––––––––––––––––––
JH, TS en gestion des stocks, 15 ans
d’expérience, cherche emploi.
Tél.: 0550 02 55 15
––––––––––––––––––
REMERCIEMENTS
La famille Bouhali de
Chekfa, de Jijel,
d’Alger,
de Sétif
remercie vivement
tous ceux qui ont
compati à leur douleur lors du décès de
M. BOUHALI Djamel
pédiatre à Sétif
Qu’ils trouvent ici l’expression de sa gratitude envers tous.
LOUE
superbe appartement à Saïd-Hamdine
composé d’un salon, deux chambres,
salle de bains, toilettes, cuisine
totalement équipée, sol en marbre,
climatiseurs, chauffage central,
téléphone et Internet. Appeler :
0668 48 49 46 NS
Publicité
Le Soir
d’Algérie
LE SOIR DE L’IMMOBILIER
APPARTEMENTS
LOCATIONS
––––––––––––––––––––
Vends appartement F5 au 1er étage
à Didouche-Mourad. Tél.: 0771 73 39 87 NS
––––––––––––––––––––
A vendre F3 avec acte, 3e étage, mitoyen
nouvelle daïra d’El-Harrach.
Tél.: 0771 25 84 35 N.S.
––––––––––––––––––––
Vends superbe duplex 7 pièces. entrée
individuelle, 240 mètres carrés, dans résidence
à Aïn-Taya. Tél.: 0661 70 27 27 NS
––––––––––––––––––––
Vds F4, 145 m2, sur plan, et plus, avancement
des travx est de 80 %, livraison 03 mois, possibilité crédit bancaire. Prix 1 700 u., ou OuledYaïch, Blida. - 0550 41 66 88 - 0555 01 88 88
F133986
––––––––––––––––––––
Vds F3 EPLF Sidi-Moussa. - 0550 26 9005
F133983
––––––––––––––––––––
Télemly, à 150 m des Beaux Arts, V. F5,
140 m2, R. à neuf, 2 façades, 2 entrées. Px :
2 800 u. - 0550 575 023 F133977
––––––––––––––––––––
Vends F3, Nouvelle-Ville, Tizi-Ouzou, RDC,
bien situé, entrée indépendante, convient
fonct. libérale ou habitation.
Tél.: 0771 23 17 90 F119071/B13
––––––––––––––––––––
Agence immobilière Amazith, Tizi-Ouzou 0771 89 41 48 - 0550 48 99 70 - 0559 34 49 53
- met en vente : F3 à lot El-Bourdj, T. bien fini,
85 m2, acté, avec crédit bancaire, 880 u. + F3
RDC, fini, 110 m2, à Tadmaït, acté, prix 800 u.
+ F4 de 110 m2 au 4e étage + local S/F de
40 m2, à Tadmaït, prix 1 150 u. F119072/B13
––––––––––––––––––––
Part. vd F3, 80 m2, Boumerdès-Centre, acte.
Tél.: 0550 13 79 28 F126604/B17
––––––––––––––––––––
Ag. vnd F4 Saoula, 1er ét., refait, en face
commiss. - 0771 210 441 F133953
––––––––––––––––––––
SOIR AUTO
A vendre pick-up Isuzu double cabine
origine Japon, 2.5 TD année 2012 - 4 000
km, plus pare-buffe et marche-pied
Tél. : 0560 81 12 50 NS
––––––––––––––––––––
A vendre Mégane DCI 130 ch. 0661 63 23 74 F133974
––––––––––––––––––––
Maghreb-Location-Auto - 53, rue HBB,
Alger. - 021 23 56 52 - 021 23 63 21 F133551
Réparation, installation,
maintenance réfrigérateur,
climatisation, chambre froide,
présentoir. - 0552 28 87 34 0770 48 21 62 NS
––––––––––––––––
Vous voulez réussir la
tessdira de votre fille ?
Vous voulez que ce jour
soit le plus beau jour de sa
vie ? Faites appel à une
professionnelle au :
0554 92 23 08 NS
––––––––––––––––
Cherche à louer licence de
taxi. Tél.: 0773 43 38 15
––––––––––––––––
Prends trav. d’amén. peinture,
––––––––––––––––––––
Part. loue local 12 m2, R+1, à l’AADL Zéralda,
ttes commodités, conv. tout commerce.
Tél.: 0550 392 332
––––––––––––––––––––
Loue F3, 63,77 m2, Nouvelle-Ville de Zéralda,
échange contre similaire à Aïn-Benian ou
Baïnem. Appeler au : 0556 70 10 82
––––––––––––––––––––
Loue villa R+2 open space pour bureaux,
Tixeraîne. - 0770 490 647 F133979
––––––––––––––––––––
Ag. loue F3 Bab-Ezzouar + F4 Dergana. 0551 86 52 24 F133967
––––––––––––––––––––
VILLAS
––––––––––––––––––––
Part. vend une maison à Bou-Ismaïl,
w. Tipaza, 280 m2, 4 p., 2 jardins, vue sur mer,
cuisine équipée + garage 3 voitures et bâche à
eau. Tél.: 0552 84 35 69 - 0556 11 54 38
––––––––––––––––––––
Vends villa à El-Biar. Tél.: 0774 74 12 28
––––––––––––––––––––
Part. vd R+2 composé de 2 F3 et duplex
séparés F6, Beni-Messous. - 055 030 9030 F133979
––––––––––––––––––––
Vds/échange villa style colonial contre 2 appts
en plein centre-Alger. - 0560 81 92 93 F133978
––––––––––––––––––––
Vends à El-Kala (w. Taref), immeuble (acte),
avec vue sur mer (135 m2), RDC + 3 étages +
terrasse. Total : 5 appts + local. Jours de visite
les 27, 28 et 29 juin 2013. Tél.: 0560 00 49 54
F131805/B6
––––––––––––––––––––
TERRAINS
––––––––––––––––––––
A vendre terrain, superficie 650 m2, commune
de Bir-Mourad-Raïs, Les Sources, quartier
résidentiel, vue panoramique, avec acte et permis de construire R+3. Prix 350 000 DA (intermédiaire s’abstenir). Contacter : 0661 519 103
- 0696 715 144
––––––––––––––––––––
Vends terrain 751 m2, vue sur mer, hauteurs
de Skikda, acte notarié, prix 3 900 u. négociable. - 0773 69 81 29 F133986
––––––––––––––––––––
Vds 176 m2 Birkhadem, affaire. 055 030 9030 F133981
––––––––––––––––––––
Agence immobilière Amazith, Tizi-Ouzou 0771 89 41 48 - 0550 48 99 70 - 0559 34 49 53
- met en vente un terrain de 956 m2 (R+4) à
Boumerdès, avec livret foncier. Prix :
35 000 DA/m2. F119072/B13
––––––––––––––––––––
Ag. vnd 370 m2 route de Birtouta, résid. 0771 210 441 F133953
Lundi 17 juin 2013 - PAGE
––––––––––––––––––––
Part. vd ter. 288 m2 (23 u./m2), Palm-Beach,
PC R+3, 3 façades, face plage.
Intermédiaire/inutile. - 0670 07 70 70 F133932
––––––––––––––––––––
Essalam Immo vend des terrains à Aïn-Taya
(Alger). Tél.: 0550 474 531 - 0557 744 324
ascenseur + monte-charge.
Tél.: 0774 23 70 88
––––––––––––––––––––
PROPOSITIONS COMMERCIALES
F133982
––––––––––––––––
Cherche prêt avec caution. 0559 69 71 13 F133958
––––––––––––––––
Ponçage, lustrage, nettoyage
de sol. Tél.: 0771 34 07 90
F133957
––––––––––––––––
Réparation machines à laver,
clim., frigidaires. 0556 38 34 58 F133928
––––––––––––––––
Vous entendez mal ? Votre
enfant entend mal ? AUDIFEL
vous offre un bilan auditif
SOS
Homme malade, souffrant d’un cancer de la prostate, demande à
tout âme charitable de l’aider à se procurer ce médicament, hélas
non disponible en Algérie et indispensable dans son traitement
contre le cancer : ACETATE D’ABIRATERONE
(ZYTIGA 250 mg). - Contacter : 0558 32 40 24 - Merci.
SOS
Safâa, handicapée moteur à 100 %, âgée de 11 ans, demande à
toute âme charitable de l’aider en lui procurant des couches 3e âge
n° 5 ou 6, Molfix. Merci. Allah vous le rendra. Tél.: 0552 57 05 26
gratuit. Pour prendre rendezvous, téléphonez aux :
0661 10 35 02 Alger 0661 10 35 10 Tizi-Ouzou 0661 10 35 07 Constantine.
F000270/B10
––––––––––––––––
Vous entendez mal ? Votre
enfant entend mal ? AUDIFEL
vous offre un bilan auditif
gratuit. Pour prendre rendezvous, téléphonez aux :
0661 10 35 08 Annaba 0661 10 35 11 Sétif 0661 10 35 22 Chlef. F000272/B10
––––––––––––––––
Vous entendez mal ? Votre
enfant entend mal ? AUDIFEL
vous offre un bilan auditif
gratuit. Pour prendre rendezvous, téléphonez aux :
0661 10 35 08 Annaba 0661 10 35 11 Sétif. F000270/B10
––––––––––––––––
Rép., installation lave-linge,
clim., frigo à dom. 0661 866 218 F133822
Vends batterie poules
pondeuses de marque
italienne. Bon état.
4 800 sujets.
Tél.: 0557 45 08 01 NS
––––––––––––––––––––
Cherche, ds le cadr. du financmn.
d’1 projet, prêt/associat. de 3 000 000 DA,
bénéfice à 50 %, rembours. 1 année, garat.
chèq. + act. notarié. Tél.: 0796 110 935 F133972
––––––––––––––––––––
Cherche associé dans production cosmétique.
- 0553 92 54 30 F133958
––––––––––––––––––––
F548/B1
––––––––––––––––––––
LOCAUX COMMERCIAUX
––––––––––––––––––––
Loue local commercial 40 m2 à Benghazi, lot
Mehdi-Boualem, à côté de la pharmacie.
Tél.: 0664 31 22 01
––––––––––––––––––––
Local à louer situé dans la rue principale de la
ville de Aïn-Defla, superficie 90 m2, en face de
l’hôpital. N° : 0552 481 312
––––––––––––––––––––
Loue local 70 m2 à Baïnem.
Tél.: 0559 18 51 09
––––––––––––––––––––
Vends local pour bureau, 220 m2, avec parking
+ acte, centre commercial El-Kods, 5e étage +
PENSIONS
––––––––––––––––––––
Offre pension JF - 0560 70 39 95 F133955
––––––––––––––––––––
Pension femme Alg.-Ctr ou El-Biar. 0561 17 04 10 F133963
––––––––––––––––––––
PROSPECTIONS
––––––––––––––––––––
Etranger cherche location F1, F2, F3 Alger. 0771 77 55 16 F133973
CARNET
FÉLICITATIONS
–––––---------------------La famille Hadj Larbi, petits
et grands, de Yakouren,
félicite son cher fils
Rayan
pour sa réussite avec
mention très bien à l'examen
de sixième, et lui souhaite
beaucoup de succès dans sa vie.
(Un spécial bravo pour son cousin
Toufik Zouaïd de Bouira qui a réussi sa
F119078/B13
sixième avec excellence.)
–––––---------------------Félicitations
Moumouh
pour ta réussite à la 6e. Tu l’as décrochée
avec une très bonne moyenne. Les familles
Stiti, Boukerb et Addouche sont très fières de
toi, Moumouh. Encore une fois bravo. Nous
te souhaitons beaucoup de succès à l’avenir,
sans oublier tes sœurs Ania et Yasmine pour
leur passage.
Ta tante A maman Yamina qui vous aiment
F119076/B13
tous et toujours.
–––––---------------------Félicitations
Ramdane
pour ta réussite à la 6e. Tu l’as décrochée
avec une bonne moyenne.
Tes parents Djafar et Roza sont fiers de toi,
AVIS DIVERS
plomberie, étanch. BA13
aluminium. - 0560 55 06 39
21
de même ta famille Hamiti qui te souhaite
une bonne continuation avec succès dans tes
études, sans oublier ta petite sœur Fafi.
De la part de ta voisine Yamina qui te
souhaite aussi beaucoup de succès.
F119076/B13
Bravo !
–––––---------------------La famille Ghezali d’Alger et de Naciria
félicite
Amina Tadrisse
pour sa réussite avec brio à l’examen de
sixième, et lui souhaite une longue vie
F133976
jonchée de lauriers, inch’Allah.
–––––---------------------Akli dit «Backy» Kafiz
vient de décrocher sa 6e avec brio et une
moyenne de 9,2. A cette occasion, son papa
Khaled, sa maman Lydia et ses sœurs Roza,
Tihinane et Kamélia le félicitent et lui
souhaitent plein d’autres réussites et succès.
Bravo, «Backy» !
F128577/B4
Continue.
–––––----------------------
ANNIVERSAIRES
–––––----------------------
Racha
17 juin. Pour papa et
maman, ses frères Raouf et
Rafik, et toute la famille
Boussetta.
F133962
CYLKA - Soins à domicile
A votre disposition et assurés par une équipe médicale et paramédicale qualifiée
• Consultation médicale • Kiné • Soins infirmiers,
post-opératoires • Prélèvements, analyses et
résultats • Conseil, orientation, accompagnement
aux hôpitaux d’Alger • Garde-malades • Circoncision.
Appelez-nous au : 0550 40 14 14
––––––––––––––––
Ô CADIC ZI ROUIBA,
l’unique marché en Algérie
qui vous offre le produit
gratis, s’il existe moins cher
ailleurs. F133762
––––––––––––––––
Achète tous lots de
marchandises. Entre 1 et
3 milliards. Tél.: 0555 926 146
––––––––––––––––
Mobiles, inform., électrom.,
démo., décod., meubles,
vaisselle + CD, DVD, jouets,
etc. - Les + bas prix du
marché. - Ô CADIC ZI
ROUIBA & SOLI ALGER.
F133889
F133762
––––––––––––––––
Boîtier : CD box cristal 16 DA,
CDR 9 DA. CADIC ZI Rouiba.
––––––––––––––––
Magnifique salon 7 places,
antitaches, 44 990 DA. CADIC ZI ROUIBA. F133889
––––––––––––––––
Climatiseurs aux + bas prix
du marché. - O-CADIC
F133889
ZI ROUIBA & SOLIMARKET
ALGER. F133784
––––––––––––––––
CD & DVD, sous-traitance
sous 24 h - CADIC ROUIBA
ZI F133889
––––––––––––––––
Vélos pour enfants, les + bas
prix. - Ô CADIC ZI ROUIBA.
F133909
––––––––––––––––
2 599 DA Nokia C9 Ô CADIC ROUIBA ZI &
Solimarket Alger. F133846
––––––––––––––––
APPEL
L’Association des stomisés d’Algérie parraine un recueil de fonds pour sauver un
nourrisson dont la vue est menacée de cécité.
Nous faisons donc appel aux âmes charitables qui voudraient contribuer aux soins de ce
bébé à l’étranger. Le dossier médical peut être transmis par e-mail à toute demande.
Tél.: 0670 15 35 12 - 0553 03 08 25 - E-mail : associationstomises@yahoo.fr
Compte Association des stomisés d’Algérie : CPA Agence 120, n° 41 81 97 88 11 28
Merci pour ce que vous ferez.
OFFRES D’EMPLOI
Restaurant (Alger-Centre) cherche :
Cuisinier (qualifié) - Aide-cuisinier (qualifié) Serveuses, serveurs (qualifiés) Tél.: 0554 62 86 45 N.S.
––––––––––––––––––
Recrute femme de ménage.
Tél.: 05 60 09 98 75 CV. au : 021 50 56 78 F579/B1
––––––––––––––––––
Atelier de tour à Bouzaréah cherche tourneur
et fraiseur qualifiés. Tél.: 0771 94 81 29 F133986
––––––––––––––––––
COGEDI Construction cherche coffreur,
ferrailleur. - 0777 60 48 19 F133968
––––––––––––––––––
Restaurant cherche serveuse. - 0661 632 374
F133974
––––––––––––––––––
Ets cherche en urgence : 1 chef pâtissier 2 pâtissiers - 2 briochards - 2 pizzaïolos. Salaire intéressant. - Téléphoner au :
026 21 42 23 / 020 66 33 30 ou s’adresser à la
pâtisserie, Zhun Sud, Quartier «B», îlot 06,
n° 08, Nouvelle-Ville (en face du fleuriste), TiziOuzou. F119061/B13
––––––––––––––––––
Ch. femme de ménage couchante. 0778 01 62 63 F133942
––––––––––––––––––
Cherche serveur. - 0553 92 54 30 F133958
Réparation TV à domicile, toutes marques. Tél.: 0772 89 17 22 - 0776 33 88 56 NS
––––––––––––––––––
Recrutons médecin généraliste âgé de 50 ans
ou plus pour poste fixe à Tizi-Ouzou et Alger.
Envoyez CV par fax au : 041 41 53 54 F000270/B10
Cherche garde-malade couchante, Alger. 0777 98 34 86 F133961
––––––––––––––––––
Fabricant matériel de grande cuisine à
Rouiba cherche chef de production Commercial - Magasinier qualifiés dans le
domaine. Env. CV : recrutind@gmail.com
F561/B1
Trois jours de haine au Caire
KIOSQUE
PANORAMA
ourquoi serions-nous obligés de croire Obama lorsqu'il nous dit que Assad est
plus noir qu'il ne le paraît, puisqu'il utilise des armes chimiques
contre la coalition islamiste rebelle ? Obama a déjà menti une fois
en promettant aux Arabes de rétablir la paix en Palestine, et il ne
bouge toujours pas le petit doigt.
Et le mien me dit qu'il ne fera
jamais rien, en dehors de ce qu'il
fait actuellement pour assurer,
croit-il, une sécurité durable à
Israël. Avant Obama, Bush a
menti, aussi, en affirmant que
Sadam Hussein détenait des
armes de destruction massive en
Irak. La suite des évènements a
révélé l'imposture. Le mensonge
est une question d'aptitude et
d'entraînement, et sur ce terrain,
les États-Unis ont réalisé, et réalisent, des performances incontestables. Alors, la méfiance est de
règle même si c'est un proche de
Poutine qui élève, pour une fois,
le mensonge au rang de péché
capital (iste). Et puisque nous parlons d'armes de destruction massive, que pense Obama des fatwas balistiques à longue portée
utilisées par ses alliés islamistes ?
Résumons : d'un côté, nous
avons une opposition coalisée
appuyée par des monarchies
pétrolières, disons musulmanes
pour ne pas nous répéter, alliées
à l'Occident chrétien, et principalement les États-Unis. Ce qu'on
pourrait appeler une alliance
contre nature est ainsi née à la
faveur du conflit syrien, et elle est
P
incarnée par la participation aux
combats de l'ennemi juré, mais
pas éternel, de Washington, j'ai
nommé Al-Qaïda. En face, on
retrouve l'inusable régime alaouite, soutenu pour cause de sympathies religieuses par l'Iran et son
féal «libanais», le Hezbollah. À ce
tandem, on peut ajouter la Russie
et la Chine, qui ont quelques problèmes avec leurs minorités
musulmanes, mais qui n'ont pas
d'inclination particulière pour le
chiisme. Grâce au moteur de la
religion et à la rhétorique des religieux, le conflit a tourné en guerre
ouverte entre le sunnisme «rassembleur» et le chiisme «schismatique». Entre ceux qui sont
dedans et ceux qui se sont mis
volontairement dehors, comme le
répète à l'envi l'historiographie
sunnite. Ceci étant exclusivement
destiné à exciter le peuple et les
folliculaires, comme dirait ce bon
Monsieur Brassens.
Seulement, depuis le début de
ce mois, les djihadistes subissent
revers sur revers face à ce qui
s'entête, envers et contre tous, à
s'appeler «l'Armée arabe syrienne», et face au Hezbollah, surtout.
Il ne s'agit plus seulement de
mettre fin au régime de Bachar,
mais de bouter hors de Syrie, et si
possible du monde arabe, les
Khawaredj. Ils étaient dehors,
effectivement, mais ils tiennent le
Liban en otage, et empêchent le
pouvoir de Damas de tomber.
Nasrallah, le chef de la milice chiite, jure par tous les saints de son
camp, qu'il ne va pas lâcher la
Syrie, ni le Liban d'ailleurs, et qu'il
Félicitations
Les membres fondateurs, la rédaction, la direction
ainsi que le personnel du Soir d’Algérie présentent
leurs chaleureuses félicitations à leur collègue et ami
Djazia Maza suite à la naissance de SARAH.
Longue et heureuse vie au bébé et prompt rétablissement à la maman.
POUSSE AVEC EUX !
Par Hakim Laâlam
hlaalam@gmail.com
portera la guerre, s'il le faut, jusqu'au Bahreïn. C'en était trop :
convoqué à la hâte pour une grande messe guerrière, le «Conseil
mondial des ulémas musulmans»,
la papauté du fondamentalisme (1),
s'est réuni la semaine dernière au
Caire. Sous le thème du soutien
au peuple syrien, la première journée de ces trois jours de haine,
qui auraient désarçonné Orwell
lui-même (2), a été consacrée aux
discours des «Ulémas de la
nation». En fait, il aurait fallu préciser qu'il ne s'agissait pas de la
«Oumma» musulmane, dans sa
totalité, mais de la «Oumma» wahhabite et de ses conquêtes les
plus récentes.
Toutes les interventions,
retransmises par la «chaire» satellitaire de Karadhaoui, Al-Jazeera,
ont été consacrées à la stigmatisation et à la diabolisation du
chiisme, véritable menace contre
l'Islam. Les appels au djihad
contre les ennemis de l'Islam, en
Syrie, ont fusé à intervalles réguliers, avec de rares références à la
libération d'Al-Quds, remise à une
date ultérieure. Le sermon du jour
d'après, celui de la prière collective, avait une haute valeur symbolique : c'est le prêcheur saoudien
Mohamed Al-Arifi qui a dirigé la
prière, et celle-ci a eu lieu à la
mosquée Amr-Ibn-Al'as. Après
avoir conquis l'Égypte, de la
manière que l'on sait, Amr avait
aidé son ami et comploteur
comme lui, Muawya, à vaincre
l'imam Ali, au moyen d'une ruse
grossière (3), que les islamistes
considèrent encore aujourd'hui
comme un trait de génie, voire
une divine inspiration. Al-Arifi (4),
tout comme ses collègues la
veille, a traité les chiites d'apostats et d'ennemis de l'Islam, et a
proclamé le djihad en Syrie, tout
comme l'avait fait son compère
Karadhaoui, une semaine avant.
Après la prière, l'enceinte et les
abords de la mosquée Amr-IbnAl'as se sont transformés en
théâtre de manifestation, avec des
ARAB E
slogans favorables à la rébellion
syrienne, mais aussi des appels à
l'application de la Charia et au
soutien au Président égyptien,
Mohamed Morsi. Le rassemblement fondamentaliste a connu
son «apothéose», au troisième
jour samedi, avec l'organisation
d'un dernier meeting de soutien
aux islamistes syriens. C'est là
que Mohamed Morsi a annoncé,
après plusieurs semaines d'hésitation, la rupture des relations
entre l'Égypte et le gouvernement
de Damas. Ce qui a fait dire à un
confrère égyptien qu'en réalité, les
«ulémas» salafistes étaient surtout venus au Caire pour aider
Morsi à se maintenir au pouvoir.
En prévision de la grande manifestation anti-Morsi, prévue pour
le 30 juin, le cheikh Ouejdi
Ghenim a prévenu que tous ceux
qui participeraient seraient traités
comme des apostats. Si vous
n'êtes pas encore convaincus,
après tout ce déballage de bêtise
crasse et de vociférations haineuses, c'est que j'ai perdu mon
temps !
A. H.
(1) J'ai lu, il y a quelques jours
sur Algérie patriotique que le
ministère des Affaires religieuses
avait élaboré un plan pour éradiquer le salafisme de nos mosquées. Dix jours auparavant, un
journal arabophone annonçait
que les mosquées étaient enfin
libérées de l'emprise salafiste.
Visiblement, il y a maldonne,
quelque part : à moins que ce
plan attende que les salafistes
algériens, au combat en Syrie et
en congrès en Égypte, reviennent,
pour déclencher l'opération d'éradication. Pour les autres, je peux
attester qu'ils sont très présents
et même très audibles, notamment le vendredi.
(2) Dans son roman célèbre,
«1984», Georges Orwell évoque
les «journées de la haine», organisées par les suppôts du dictateur
Big-Brother, pour entretenir et
Par Ahmed Halli
halliahmed@hotmail.com
amplifier la haine de l'ennemi supposé, dans la guerre interminable
que se livrent les trois grandes
puissances mondiales, l'Océania,
l'Eurasia, et l'Estasia. À lire en
urgence pour ceux qui regardent
ces jours-ci la télévision. Lire
aussi du même auteur «La Ferme
des animaux», pour voir comment
se constituent les systèmes autoritaires.
(3) Voyant que ses troupes
allaient perdre la bataille contre
l'imam Ali, Muawya a fait placer à
la pointe des lances de ses
hommes des exemplaires du
Coran. Ce traquenard tendu à
l'imam Ali, qui répugnait à verser
le sang des musulmans, surtout
en pareilles circonstances, ouvrit
la voie royale du pouvoir à
Muawya.
(4) Le prêcheur est très apprécié en Égypte, où il vient souvent
présider les prières du vendredi,
surtout après qu'il eut affirmé, lors
d'un de ses prêches, que celui qui
ne se mariait pas avec une Égyptienne devait prendre conscience
qu'il avait fait un mariage raté.
Le Soir sur Internet :
http:www.lesoirdalgerie.com
E-mail :
info@lesoirdalgerie.com
Et le café des Invalides, il était avec sucre,
sans sucre ou avec sucrette ?
Le nouveau Président iranien est un modéré. J’en ai la preuve. Il est contre l’application de la peine de mort…
...les jours fériés et le vendredi !
«Passez à autre chose ! Il est temps de passer à autre
chose !» Ils sont rigolos ceux qui vous demandent de
passer à autre chose et de laisser Abdekka se rééduquer
tranquille. Moi, Allah Ghaleb, je n’arrive pas à passer à
autre chose. Et pour une raison toute simple : je trouve
que l’Algérie tout entière a vécu un moment magique
l’autre jour avec la diffusion des trois ou quatre minutes
de Boutef’, entouré de Sellal, de Gaïd Salah et d’une flopée de vases et d’urnes. On nous a demandé de regarder
intensément ces images muettes et d’en conclure que
tout va bien, que rien de grave n’est arrivé et que les
choses suivent leur cours normal. Désolé ! On ne peut
pas faire injure à ce court-métrage psychédélique en passant à autre chose. Ça serait trop facile, et surtout désobligeant pour tous ceux qui, avec les seuls ingrédients
présents sur cette vidéo sans le son, en ont tiré des analyses pointues, chargées, lourdes et noircissant parfois
deux plages pleines de quotidiens. Un Président malade.
Un chef d’état-major déguisé en civil. Un Premier ministre
encourageant Abdekka à reprendre un morceau de gâteau
et des vases, amphores et urnes montant jusqu’au plafond de la pièce, ces éléments-là, juste ces éléments, ce
décor ont ainsi permis d’en conclure que la succession
était ouverte pour 2014. Ou encore que cette mise en
scène visait à invalider (le lieu s’y prête) la procédure
d’empêchement et l’application de l’article 88. Ou encore
à gagner du temps sur celui perdu lors des trois premiers
mandats. Ou encore à donner le top départ pour le 4e
mandat. Ou encore à montrer à ceux qui l’avaient enterré
trop vite qu’il va finir par tous nous enterrer. Oui ! Toutes
ces lectures savantes ont jailli du seul visionnage de trois
ou quatre minutes de «Mute-Vidéo» ! C’est fort, mais en
même temps insuffisant ! D’où l’obligation à mes yeux de
ne pas passer à autre chose. Car, pour moi, les bonnes
questions n’ont pas été posées, et les bonnes analyses
restent à faire. Pour preuve, personne ne s’est demandé
si le café bu par Boutef’ était avec ou sans sucre. Et si
c’est avec sucre, a-t-il utilisé du sucre «classique» ou des
sucrettes à l’aspartame ? Plus cruciale comme question :
les gâteaux disposés sur la table basse proviennent-ils du
quartier de Barbès ou alors d’une pâtisserie algérienne où
Si Ahmed a ses entrées ? Et pour conclure, le port de la
robe de chambre signifie-t-il «Ça y est ! Je rentre chez
moi !» Ou alors «trop facile de diriger l’Algérie ! La preuve, je le fais en peignoir tellement c’est fastoche». Non !
Assurément. Il faudra encore longtemps avant que nous
passions à autre chose et que nous oublions cette vidéoculte des Invalides. C’est simple, pour moi, après
«Chronique des années de braise» de Mohamed Lakhdar
Hamina, la «Mute-Vidéo» de Boutef’ est le deuxième joyau
du cinéma algérien. Et en matière de cinéma, vous me
connaissez, je suis du genre exigeant. Je fume du thé et
je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising