Dossier : les trancheuses portées

Dossier : les trancheuses portées
Dossier :
les trancheuses
portées
VIE SYNDICALE
• Le nouveau site
www.fnedt.org
• Statistiques
des entreprises 2011
PROFESSION
• Agnès
et Daniel Aubrée (50)
ACTUALITÉS
• Des récoltes
d’automne perturbées
• Cibe : coopérer
pour le bois énergie
DOSSIER
• Télescopiques articulés
69
décembre 2012 - 1 1 €
LA REVUE DU MOUVEMENT DES ENTREPRENEURS DE SERVICES AGRICOLES, FORESTIERS ET RURAUX
24 > 28 FÉVRIER 2013
Le rendez-vous mondial
de l’agriculture performante
et durable
Concessionnaires et distributeurs : le SIMA est aussi votre salon !
Tous les constructeurs mondiaux du machinisme agricole sont présents.
Venez découvrir l’ensemble de leurs nouveautés et innovations.
PRÉPAREZ VOTRE VISITE SUR simaonline.com
Imprimez votre badge et évitez l’attente à l’entrée du salon
Commandez un exemplaire du catalogue des exposants
et préparez efficacement votre visite
Réservez vos déjeuners au parc des expositions
SEMAINE MONDIALE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ÉLEVAGE À PARIS
SALON INTERNATIONAL DE L'AGRICULTURE
50 e anniversaire • 23 février > 3 mars 2013
SIMA
75 e édition • 24 > 28 février 2013
Pour plus d’information, contactez-nous : sima@comexposium.com - www.simaonline.com
Sommaire
Entrepreneurs des Territoires
MAGAZINE
Directeur de la publication
Gérard Napias
5
Président de la Fédération nationale
Entrepreneurs des Territoires
Vie syndicale
Éditeur délégué
et rédacteur en chef
6
Jacques Fitamant / redac.edt@fitamant.fr
Rédacteurs
9
Pages Vie syndicale :
Patrice Durand / p-durand@e-d-t.org
Tammouz Eñaut Helou.
10
Guillaume Le Gonidec /
redac.edt2@fitamant.fr
Frédéric Ripoche, Fabien Brèthes,
Gérard Vromandt, Raphaël Lecocq.
11
13
14
Secrétaire de rédaction et
rédactrice
16
Chefs de publicité
20
Maryannick Raphalen et Charlotte Marcadé
pub.edt@fitamant.fr
tél. 02 98 98 01 40
24
Mallorie Peron / mallorie.peron@fitamant.fr
tél. 02 98 98 01 40
Actualités
Relations abonnés
26
Katell Fouron et Natacha Reboux /
abo@fitamant.fr
tél. 02 98 27 79 99
28
Mise en page : Sonia Seznec
30
Impression : Calligraphy-print
La Gaultière ZA La Rouyardière
35220 Châteaubourg
32
ISSN 1278 3927 - CPPAP N° 0613t85572
Dépôt légal : novembre 2012 / N° 639000
35
Encarts jetés Dickey John 2 pages et Claas 6 pages
Entrepreneurs des Territoires
41
43
44
44, rue d’Alésia - 75014 Paris
tél. 01 53 91 44 98
mail : info@e-d-t.org
45
47
50
• Les épandeurs à lisier
• Les trancheuses portées
• Gros plans sur les chargeurs télescopiques articulés
Nouveautés Matériels
52
55
tél. 02 98 98 01 40 - fax 02 98 95 37 41
• Innov-Agri
• Sommet de l’Elevage
• L’Eima à Bologne
• La Terre est notre métier, à Guichen
Dossier
Entrepreneurs des Territoires Magazine
est édité par les Éditions Fitamant
(8 numéros par an)
SNC au capital de 7 623 euros,
29000 Quimper, France
Registre du commerce de Quimper :
B 388019820
Numéro de TVA intracommunautaire :
FR 11 38 80 19 820
2 rue Félix Le Dantec - CS 62020
• L’année du siècle pour les tracteurs
• Colloque Cibe : coopérer
pour développer le bois énergie
• Partenariat ERDF-ETF Aquitaine
pour l’entretien des abords
de lignes électriques
• Des récoltes d’automne perturbées pour les conditions météo
Salon
Entrepreneurs des Territoires Magazine est
la revue officielle de la Fédération nationale
actimat
185x61
6/02/11
29018
Quimper Cedex
pilotage de l’entreprise
57
11:52
Page 2
62
• Nouvelle gamme d’ensileuses Jaguar 900 chez Claas
• Matériels forestiers Ponsse : les nouveautés 2013
• Brèves
Agenda
Le financement
de votre matériel agricole
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
CNCM - 88/90 rue Cardinet 75017 Paris - 02/11
pefc-france.org
• Arnaud Hiribarren, Pyrénées-Atlantiques, l’entretien des cours d’eau
• Entreprise Aubrée dans la Manche, 100 % agricole
• Certification phytosanitaire : choix de l’organisme certificateur
Assistante commerciale
et marketing
10-31-1614
• Les statistiques 2011
des entreprises de travaux
• Anticiper le nouvel environnement fiscal
et social
• Le nouveau site web www.fnedt.org
• Le lait après 2015
• Actualités forestières
• Actualités agricoles
profession
Valérie Bridoux / redac.edt@fitamant.fr
tél : 02 98 98 01 40
Cette entreprise
a fait certifier sa
chaîne de contrôle.
éditorial
3
DEFENDER
SUR TERRE, DEMANDEZ-LUI LA LUNE.
Professionnel parfaitement carré, le Defender a les épaules
pour vous accompagner dans tous vos défis extrêmes. Robuste,
puissant et volontaire, il dispose de la meilleure des cartes de visite :
Capacité de traction : jusqu’à 3,5T • Charge utile : jusqu’à 1 440 kg*
3 empattements • 10 carrosseries • 64 ans d’expérience
et de formation continue.
www.landrover.fr
ABOVE AND BEYOND : Franchir de nouveaux horizons.
* Sur version Defender 130 Simple Cab. Consommations mixtes Norme CE 1999/94 (L/100km) : de 10,0 à 11,1 CO2 (g/km) : de 266 à 295. RCS Nanterre 509 016 804.
éditorial
Les entrepreneurs : des professionnels à votre service
Le budget de la nouvelle politique agricole et rurale européenne pour 2014-2020 est le
sujet de l’agenda européen. L’entrepreneur qui va investir dans un engin ou qui lance une
activité doit pouvoir connaître l’effet des politiques européennes sur l’amortissement de ses
propres investissements.
La réforme de 2003 qui a introduit le découplage des aides européennes des volumes produits a ouvert des perspectives à la délégation des travaux agricoles. Mais, la politique de
modernisation européenne a fait le choix d’aider l’investissement en propre individuel ou collectif plutôt que d’encourager au contraire la prestation de services. Le résultat ? Des investissements aidés massifs mais sous utilisés qui sont en quête d’amortissement par du travail à
façon illégal qui concurrence la prestation de services.
La fin des quotas laitiers en 2015 illustre parfaitement cette évolution. Des producteurs de
lait décident d’arrêter la production. Si les raisons sont multiples, la lourdeur des investissements revient comme un leitmotiv avec le manque de main-d’œuvre !
Comment peuvent-ils recourir à un prix concurrentiel aux engins, aux technologies, et aux
compétences qui vont avec, sans se surendetter ? Par la mobilisation de la prestation de services. Bruxelles le reconnaît « off » mais reste hésitant à l’inscrire en toutes lettres. EDT le fait
en lançant une campagne nationale début 2013 : « Les entrepreneurs : des professionnels à
votre service ». Rejoignez-nous pour le faire savoir. Merci de votre confiance.
Bon Noël et très bonnes fêtes de fin d’année.
Gérard Napias, président de la Fédération nationale EDT
I N NOVATION S S EM I S 2012
: nouvelle gamme pneumatique avec trémie avant, de 3 à 6,00 m.
Cette solution offre un meilleur équilibre des masses, plus de débit de chantier et de sécurité au
transport. Les XEOS TF sont à combiner avec les nouvelles herses rotatives CULTILINE “Séries 1000”
à 4 rotors/mètre, à châssis fixe
ou repliable.
Plus d’infos sur :
www.sulky-burel.com
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
5
VIE SYNDICALE
Tableau de bord 2011
des entreprises de travaux
Le secteur des entreprises de travaux agricoles compte 13 000 entreprises au
31 décembre 2011, dont 7 000 entreprises employeurs de main-d’œuvre qui
occupent 66 000 salariés permanents et occasionnels.
Dans le cadre de la gestion prévisionnelle de
l’emploi et des compétences, la FNEDT anime sur les
bases d’un cahier des charges défini en partenariat
avec la CCMSA, un tableau de bord national de l’emploi. Les données de l’année 2011 viennent de faire
l’objet d’une première exploitation. Cette action répond aussi aux actions portées pour détenir une des
données annuelles de branche ventilées par région
et département. Cet outil quantitatif permet d’agir de
manière prévisionnelle globalement ou localement
sur les items indiquant des nécessités d’intervention.
Le tableau de bord est structuré en trois grandes
données, à savoir : l’emploi salarié, l’activité des nonsalariés agricoles, les chiffres condensés des entreprises. Le tableau de bord de l’emploi FNEDT-CCMSA
dispose d’une série homogène depuis 2003.
Tableau de bord FNEDT
CCMSA
La prestation de services de travaux ne traduit
plus seulement l’adaptation de l’agriculture à son
environnement par des diversifications mais l’émergence d’une réponse à une demande. Les exploitants
agricoles font face aux difficultés de recrutement
d’une main-d’œuvre saisonnière qualifiée, s’interrogent sur la lourdeur des investissements au regard
de durées d’utilisation saisonnières toujours plus
courtes et recherchent le service clé en main pour se
consacrer à leur métier et se dégager du temps. Le
nombre de salariés est passé de 48 600 en 2003 à
66 000 en 2011 soit + 17 400 en 8 ans.
La France des entreprises de travaux agricoles en
2011, c’est 13 084 entreprises, 66 000 contrats dont
23 % de femmes salariées. Dans les entreprises de
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
nombre
d’entreprises
12 068
12 271
12 381
12 661
12 696
13 280
12 929
13 055
13 084
nombre
de salariés
48 621
47 013
46 263
49 219
54 081
58 173
58 345
58 496
66 084
nombre
d’entreprises
668
743
752
789
769
826
930
879
852
nombre
de salariés
1 921
2 520
1 997
2 758
2 976
3 129
3 316
2 620
2 572
nombre
d’entreprises
7 761
7 780
7 597
7 659
7 803
8 050
7 548
7 425
7 422
nombre
de salariés
13 167
13 627
13 272
14 201
13 967
17 156
11 812
12 196
12 641
Total entreprises
de travaux
20 497
20 794
20 730
21 109
21 268
22 156
21 407
21 359
21 358
Total salariés
63 709
63 160
61 532
66 178
71 024
78 458
73 473
73 312
81 297
ETA
ETF
sylviculture
ETF
exploitation
forestière
6
Les entreprises de 2003 à 2011
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
VIE SYNDICALE
2011
Nombre d’établissements employeurs de main d’œuvre
< 1 ETp
1<=
ETp < 2
2<=
ETp < 3
3<=
ETp < 4
4<=
ETp < 5
5<=
ETp < 10
10 < =
ETp < 50
50 < =
ETp < 100
> = 100
ETp
Entreprises
de travaux sylvicoles
347
55
27
12
11
31
23
0
3
Entreprises
de travaux forestiers
1546
679
343
202
114
200
82
4
1
Entreprises
de travaux agricoles
3069
1404
678
430
327
655
403
10
3
travaux agricoles, entre 2003 et 2011, le nombre de
contrats a augmenté de 40 %, le nombre d’heures
de 12 % et la masse salariale de 39 %. L’activité des
entreprises de travaux agricoles se développe pardelà la conjoncture affectée par la volatilité des marchés agricoles. Le nombre d’entreprises de travaux
est malgré tout stable, ce qui montre que le ticket
d’entrée est élevé dans une activité avec un fort ratio
investissement sur chiffre d’affaires.
Dans les entreprises de travaux forestiers,
entre 2003 et 2011, le nombre de contrats a reculé de
3 %, le nombre d’heures a reculé de 7 % et la masse
salariale a augmenté de 17 %. Mais, entre 2007
et 2011, la masse salariale recule de 3 %. C’est un
indicateur de la crise traversée.
La concentration du secteur
La répartition des entreprises employeurs par
taille en équivalent temps plein est un indicateur
de concentration ; Le secteur est composé de très
petites entreprises voir de très très petites entreprises, ce qui est accentué par l’effet équivalent
temps plein. En effet, le nombre moyen d’heures
étant par contrat de 800 heures, soit un mi-temps
annuel, il y aura plus ou moins le double de travailleurs. L’activité saisonnière des entreprises est
une caractéristique majeure du secteur des entreprises de travaux.
Les données régionales (entreprises et salariés)
seront présentées dans la prochaine édition de votre
magazine.
En 2011, 53 millions d’heures de travail salariés dans 10 000 entreprises de travaux ont généré
611 millions d’euros de masse salariale.
7 000 entreprises de travaux agricoles sont employeurs de main-d’œuvre. Elles ont salarié 66 000
travailleurs qui ont effectué 37 millions d’heures de
travail.
3 171 entreprises de travaux forestiers sont employeurs de main-d’œuvre. Elles ont salarié 12 641
travailleurs qui ont effectué 12 millions d’heures de
travail.
509 entreprises de travaux sylvicoles sont employeurs de main-d’œuvre. Elles ont salarié 2 572
travailleurs qui ont effectué 3 millions d’heures de
travail.
Quelles que soient les entreprises, le nombre
moyen d’heures de travail annuel par contrat est
de 800 heures soit un mi-temps annuel. Entre 2003
et 2011, la masse salariale a été multipliée par 1.9
dans le secteur. La masse salariale a augmenté de
40 %. Parmi les 66 000 travailleurs, 1 200 étaient
cadres en 2011. L’ensemble des données par activité du tableau de bord FNEDT CCMSA sont à la disposition du réseau par région et département.
Entrepreneurs, aidez vos clients à vous choisir
5 bonnes raisons d’être référencé QualiTerritoires
• Identifier son entreprise et la spécialisation de ses activités
• Afficher ses moyens et ses compétences
• Créer une relation de confiance avec vos clients
• Utiliser un atout concurrentiel
• Participer à une démarche professionnelle de progrès
Organisme Professionnel de Qualification
des Travaux Agricoles, Forestiers et Ruraux
Retrouvez toutes les informations concernant les titres de qualification
sur notre site Internet ou par téléphone
www.qualiterritoires.org - Tél. 09 79 21 93 14
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
7
VIE SYNDICALE
Tout applicateur de produits phytosanitaires
en prestation de services a l’obligation
de signer un contrat d’audit avec un
organisme certificateur avant le 1er octobre
2012 et de lui faire certifier son entreprise
avant le 1er octobre 2013 pour obtenir
l’agrément de son entreprise.
Pour tout savoir sur les pratiques phytosanitaires et
préparer votre entreprise à la certification, rendez vous
sur : www.certificationphytosanitaire.fr
L’action est pilotée par le Ministère
chargé de l’agriculture, avec
l’appui financier de l’Office
national de l’eau et des milieux
aquatiques, par les crédits issus
de la redevance pour pollutions
diffuses attribués au financement du
plan Ecophyto 2018.
8
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
VIE SYNDICALE
Anticiper le nouvel environnement
fiscal et social
Pour les mois à venir, les entreprises, qui étaient jusqu’à présent concentrées
sur les travaux d’automne, vont faire le bilan de l’année 2012, faire le point sur
les perspectives et faire leurs prix pour 2013.
La préparation de la prochaine saison de travaux
va occuper les esprits dans les mois à venir afin de
maintenir une offre compétitive sur les marchés
tout en s’adaptant au nouvel environnement fiscal
et social.
Après les effets de la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires depuis septembre dernier qui ne sont pas encore totalement
intégrés, les employeurs calculent les conséquences
des projets de suppression des mesures d’allégement du coût du travail dans la loi de finances pour
2013, dont l’exonération de charges sociales sur les
travailleurs saisonniers. C’est jusqu’à 600 euros/
mois de charges en plus pour un conducteur d’engins
agricoles type, ont fait savoir les représentants professionnels aux parlementaires. Les conséquences
sont donc importantes sur les prix des prestations.
Des simulations sont en cours à EDT sur des entreprises types.
L’annonce de la création d’un crédit d’impôt pour
la compétitivité et l’emploi le 6 novembre dernier est
la disposition phare créée pour restaurer la compétitivité. En l’état actuel, sa création suscite d’abord des
interrogations, dans l’attente de précisions.
Une nouveauté : le Crédit d’impôt
pour la compétitivité et l’emploi (CICE)
Le montant du CICE sera calculé, indique le gouvernement, en proportion de la masse salariale brute
de l’entreprise hors salaires supérieurs à 2,5 fois le
Smic.
Les entreprises bénéficieront du CICE pour la première fois sur leurs impôts au titre de l’exercice 2013
donc en 2014. Mais, le Gouvernement veillera à ce
que les PME et les entreprises de taille intermédiaire
(ETI) qui le demandent puissent bénéficier de l’effet
en trésorerie de cet allégement dès 2013.
Le montant de ce crédit est défini ainsi : « récupérer l’équivalent d’une baisse proportionnelle à la
masse salariale brute payée au cours de l’année pour
les salaires jusqu’à 2,5 SMIC. La créance détenue sur
l’État pourra être imputée sur l’impôt sur les sociétés
ou sur l’impôt sur le revenu, selon la forme juridique
de l’entreprise ». Au-delà des grandes lignes, qu’en
est-il de cette nouvelle mécanique ? À la date où ces
lignes sont rédigées, aucune précision n’est connue.
D’autres pistes d’évolution
Il n’est pas déraisonnable de pronostiquer le retour de formes de concurrence déloyale ou de nouvelles formes de concurrence d’emploi de salariés
détachés ou non européens dès lors que la politique
économique française ne prend pas en compte la
question du coût du travail et la situation de l’emploi
dans les autres états membres.
S’adapter, c’est prévoir et savoir anticiper. Si la
fiscalité des heures supplémentaires a été relevée,
la fiscalité comparée d’une prime exceptionnelle et
d’une prime d’intéressement est favorable à cette
dernière même si le forfait social est passé de 8 à
20 % depuis le 1er août. Engagée depuis 18 mois, la
réflexion sur un accord du secteur des travaux agricoles et forestiers pourrait déboucher en 2013 sur du
concret et du « gagnant-gagnant ».
Autre piste, l’embauche de salariés détachés
d’entreprises de services d’autres états membres.
Depuis quelques semaines, les détachements de
salariés européens en France font la « une » des
médias. Si la réglementation n’a pas changé dernièrement en la matière, la modification de la politique
sociale et fiscale sur le travail en France relance les
détachements. Si le salaire est le même entre un
salarié français et un salarié détaché, le niveau de
charges sociales diffère de l’ordre de 20 % en faveur
du salarié détaché.
Enfin, le montant du forfait de charges sur chiffre
d’affaires a suivi pour les auto-entrepreneurs. Il a été
relevé à 20 %.
Négociation paritaire
en cours sur le travail
Les semaines à venir diront si les partenaires sociaux sont parvenus à un accord sur la sécurité du
travail. L’un des points en discussion était le travail
à durée déterminée, facteur de flexibilité pour les
patrons, de précarité pour les syndicats. L’enjeu en
agriculture, c’est le contrat saisonnier. Cela n’a rien
à voir avec la chute ou la progression du carnet de
commande dans l’industrie. En agriculture, c’est la
météo qui commande !
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
9
VIE SYNDICALE
Le site EDT fait peau neuve
Le nouveau site internet a deux fonctions : communiquer sur la Fédération, le
réseau EDT, les métiers des services et travaux agricoles, forestiers et ruraux
et apporter en ligne des services aux entrepreneurs adhérents des syndicats
EDT.
L’adhérent dispose de son identifiant et de son
mot de passe à rentrer en haut à gauche dans la rubrique « Identifiez-vous ». Il a accès à tous les contenus. Les non-adhérents ne visualisent que les premières lignes.
Une vitrine de la prestation
En zone haute du site, à gauche du logo, trois onglets forment la vitrine du site. « Fédération » : Présentation, Élus nationaux, Administratifs, Notre réseau,
Presse. « EDT Magazine » : Archives EDT Magazine,
formulaire d’abonnement, tarif publicitaire. « Métiers » : Espace Jeunes, Espace Formateurs, Espace
Entrepreneurs. La rubrique métiers est une demande
de la commission communication à la suite des travaux engagés depuis 2010 sur l’attractivité des métiers des entreprises de travaux agricoles, forestiers
et ruraux. EDT est engagée avec les associations de
promotion des métiers agricoles, avec les réseaux de
formation, avec Pôle emploi pour communiquer sur
les métiers et les emplois des entrepreneurs.
Dès la première page sur le nouveau site, l’internaute sait où il est : « chez les entrepreneurs de travaux ». Le bandeau central « Entreprise, Agricole, Forestier, Rural » illustre parfaitement la commande de la
commission communication, c’est-à-dire faire ressortir
le projet EDT : rassembler les entreprises de travaux
agricoles, forestiers, ruraux dans un mouvement collectif. La signature EDT est « le » Mouvement des entrepreneurs de services agricoles, forestiers et ruraux.
Un site atelier
Le bandeau « Entreprise, Agricole, Forestier,
Rural » illustre les quatre thématiques EDT, une organisation professionnelle de prestataires de services. Chaque thématique a son architecture avec
ses rubriques et ses articles. C’est la veille, l’animation et la documentation professionnelle EDT. Les
premiers contenus sont installés et seront chargés
au fur et à mesure. En « Entreprise » : Création-Développement-Transmission, Accords nationaux collectifs, Affaires sociales, Applications Phytosanitaires, Concurrence, Dialogue social et paritarisme,
Emploi, Fiscalité. En « Forestier » : Commission
forestière, Informations générales, Sylviculture –
Reboisement, Exploitation forestière, Bois énergie,
Gestion forestière, Liste des travaux. En « Rural » :
10
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
Commission Rurale, Entretien - Élagage des lignes
électriques, Liste des travaux.
Les fenêtres
« Édito EDT Mag » et « À l’affiche »
Les deux fenêtres
« Édito EDT Mag » et « À
l’affiche » se veulent un
média d’information sur
ce que pense la Fédération, sur l’actualité
« chaude » des entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux. « À l’affiche », accueillera donc au fil de l’eau,
en fonction de l’actualité et des priorités de nouvelles informations entre deux numéros d’EDT Mag.
La construction de cette fenêtre est la réponse à la
demande de la commission communication de médiatiser ce que pense la Fédération, ce qui est attendu par les entrepreneurs de travaux.
Un site réseau professionnel
La contrepartie d’une cotisation syndicale EDT
est l’accès et l’utilisation des services EDT. Un adhérent d’un syndicat EDT accède à des services locaux,
régionaux et nationaux. « Adhésion » indique comment adhérer à EDT aux entrepreneurs souhaitant
rejoindre le mouvement.
« Nos services » énumère les services nationaux
EDT : EDT Magazine, Informations juridiques, Newsletter hebdomadaire, Documents entreprises, Carte
professionnelle.
« Nos élus » est
l’annuaire atlas des
entrepreneurs
engagés dans les instances
EDT. « Congrès » est la
rubrique du Congrès
national EDT de l’année
et de l’année à venir, actuellement 2012, 2013.
Un « plan du site » constitue un outil de guidage
sur le site, indispensable dès lors que le volume de
rubriques s’accroît sur un site.
À consulter : www.fnedt.org.
VIE SYNDICALE
La recherche de flexibilité
dans le lait après 2015
La fin des quotas laitiers est le sujet dans la filière lait, à la fois dans la production et la transformation. La stratégie des éleveurs va impacter les entreprises de travaux agricoles, tout comme les réponses que ces dernières sauront apporter à leurs clients.
Un article du quotidien les Échos du 9 novembre
dernier annonçait que le premier producteur de lait de
consommation en France détenu par le groupe coopératif Sodiaal allait fermer trois de ses huit usines qui
fabriquent 300 millions de litres de lait par an.
En cause, la guerre du prix du lait de consommation, la flambée des prix des matières premières et la
recherche de compétitivité pour affronter la fin des
quotas laitiers en 2015.
En juin dernier, le Centre européen de recherche
et d’enseignement sur le lait (Cerel) a planché sur le
thème de la concentration territoriale de la production laitière en France après 2015 et de la concurrence et/ou complémentarité entre les bassins de
production.
Le secteur laitier demeure une source importante
d’emplois, avec dans le seul Grand Ouest, près de
45 000 exploitations laitières, environ 20 000 emplois dans l’industrie de collecte et de transformation
et des emplois générés en amont (agrofourniture,
travaux agricoles) et en aval (abattage, commerce).
En ouverture de la journée, Christophe Perrot de
l’Institut de l’Élevage a estimé, présentation à l’appui, que la recomposition de la production laitière
était déjà en marche. Elle est territoriale : l’écart
entre les exploitations de plaine et de montagne
s’est fortement accru. Elle est aussi professionnelle.
Dans les deux cas, les entreprises de travaux agricoles qui ont des clients éleveurs laitiers constatent
déjà des évolutions avant même l’arrêt des quotas
laitiers, en 2015.
La recomposition du paysage laitier
annoncée dès 2009
Dans son rapport d’analyse comparée de la compétitivité des industries agroalimentaires françaises
par rapport à leurs concurrentes européennes, Philippe Rouault, délégué interministériel aux industries agroalimentaires et à l’agro-industrie, écrivait
en octobre 2010 que la taille des exploitations est
« clairement d’un sujet majeur pour la compétitivité
agricole des exploitations du secteur animal au sein
de l’Union européenne. Toutes les études récentes
pointent le fait que l’effet taille reste déterminant
en matière de productivité du travail, de rentabilité
des investissements, de montant des marges et des
résultats, et donc de capacité à investir et à subir la
concurrence ». Il qualifiait d’essentiel cette question
dans le secteur laitier : « dès à présent le montant
moyen des quotas est inférieur en France à ce qu’il
Suppression de la mention Gaec, Earl, Scea sur l’imprimé Cerfa de l’agrément phytosanitaire
Le statut juridique de l’entreprise doit
correspondre à l’activité d’application, c’est
la première des 44 exigences des référentiels
de certification de la prestation de services
d’application de produits phytosanitaires.
Sa mise en œuvre a des conséquences favorables à la professionnalisation de cette activité mais exigeantes pour les acteurs dont
l’activité d’application peut être accessoire,
que ce soit chez entrepreneurs ou chez des
agriculteurs.
Dans un courrier type aux sociétés agricoles, l’administration indique récemment
que « l’activité d’application de produits
phytopharmaceutiques en prestation de ser-
vice est une activité commerciale et le statut
de votre entreprise (Gaec, Earl ou Scea) ne
permet pas de la pratiquer : les Gaec, Earl,
Scea sont des sociétés civiles particulières
dont l’objet est l’exercice d’activités agricoles telles que définies à l’article L. 311-1 du
code rural et de la pêche maritime. Même s’il
existe une tolérance fiscale, je tiens à vous
faire savoir que l’exercice d’activités de nature commerciale par une société civile particulière de type Gaec, Earl ou Scea, sans lien
direct avec l’exercice de ses activités agricoles, l’expose à des risques de sanctions
par exemple la perte de l’agrément du Gaec,
requalification en société commerciale. Tou-
tefois, à titre de mesure transitoire et dérogatoire, il vous est possible de conserver ou
d’obtenir un agrément, sous réserve qu’au
moment de la mise en œuvre de la procédure de certification votre structure soit en
conformité avec ses statuts ». Au total, la
réglementation phytosanitaire s’articule
aujourd’hui avec la réglementation des statuts d’entreprises pour une grande clarté du
rôle et des activités des partenaires. Enfin, le
retrait de la mention Gaec, Earl, Scea dans
le Cerfa agrément phyto a été annoncé, une
demande ancienne d’EDT.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
11
VIE SYNDICALE
est chez les champions de la production européenne
(Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni, nord de l’Allemagne), et l’horizon de la suppression des quotas
risque d’accentuer cette différence ».
Un an plutôt, l’étude du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux
intitulée « La filière laitière dans la perspective de
la suppression des quotas » indiquait que « les exploitations laitières spécialisées des grands bassins
de l’Ouest, du Nord et de l’Est de la France, ont une
productivité du travail en volume et en valeur plus
faible que celles observées dans les exploitations du
Nord de l’Allemagne, du Danemark, des Pays-Bas et
du Royaume Uni. » Le facteur clef de la compétitivité
est la maîtrise des charges de structure, les charges
opérationnelles ne présentant pas de disparités majeures entre pays. Une amélioration de celle-ci reposera en particulier sur l’accroissement de la production de lait par unité de travail tout en maîtrisant les
charges financières liées aux investissements. La
production française doit donc s’attendre à une véritable recomposition du paysage laitier.
Un recours croissant au salariat
et à la prestation de services
Dans sa présentation sur l’évolution des collectifs
de travail en élevage laitier, Roger Leguen a mis en évidence que le travail en activité laitière, un enjeu central dans un contexte en changement. Dès lors, la comparaison négative avec les autres filières agricoles et
la volonté de réduire les astreintes pousse au recours
croissant au salariat et à la prestation de services.
La question n’est plus la mécanisation individuelle
ou en groupe mais la question de la disponibilité et
du temps. Les réseaux professionnels locaux sont en
recul au profit des réseaux professionnels spécialisés.
Le recours aux entreprises de travaux
Le recours à la prestation de services est visible
dans toutes les formes d’exploitation individuelle
ou de groupe. Il est particulièrement marqué dans
les Gaec et les grosses EARL. Pour Roger Le Guen de
l’Esa d’Angers, « les plus collectifs recourent aussi à
plus de ressources extérieures de travail ».
Les stratégies possibles
Les travaux du Réseau Mixte Technologique Travail en élevage rapportés par Mathieu Merlhe de la
chambre d’Agriculture de la Sarthe lors de la journée
font une large part au travail d’astreinte lié à l’élevage et à ses évolutions pour l’éleveur.
Le travail de saison pour la surface fourragère est
un autre aspect avec la mesure de la disponibilité en
temps des éleveurs. Un sur deux indique disposer de
très peu de marge de manœuvre pour les imprévus.
Le bénévolat est jugé fragile.
Alors comment faire ? Les leviers existent. Ils sont
identifiés : simplifier, déléguer, automatiser.
Les leviers pour parvenir à réduire le travail en
saison sont la délégation de travaux. Elle peut se
combiner avec la simplification des conduites culturales qui réduit le besoin de travail. Au total, la flexibilité du système apparaît comme essentielle dans la
conduite d’un élevage laitier.
Les présentations de la journée Cerel sont accessibles sur le site www.cerel.org/laitop
Source : Journée Cerel du 28 juin 2012, présentation de M. Merlhe (chambre d’Agriculture Sarthe) et J. Fagon (Institut de l’élevage).
12
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
VIE SYNDICALE
Actualités forestières
Infos EDT
O 820 20 06 47
idique
Service d’information jur
(prix d’un appel local)
Commission forestière FNEDT
Cette Commission s’est réunie le 9 novembre dernier pour notamment aborder les points suivants :
conséquences des fermetures d’usines et actions à
mettre en œuvre, démarche nationale de qualité ETF,
France Bois Forêt, projet de Loi de Finances 2013,
Feader 2014-2020, préparation de la loi d’avenir sur
l’agriculture, l’agroalimentaire et la forêt, dossiers
Fédération. Seules les régions Centre et Corse ne
sont pas représentées à cette Commission.
Intervention de la Fédération
pour les ETF de l’Est de la France
Les entreprises de travaux forestiers de l’Est de
la France enregistrant une baisse importante de leur
activité, la Fédération a demandé, en novembre, à la
Caisse centrale de la MSA et au ministère de l’Agriculture des mesures d’accompagnement (report sans
pénalités et prise en charge des cotisations sociales).
Par ailleurs, un communiqué de presse « Les fermetures d’usines de transformation de bois fragilisent
les Entreprises de Travaux Forestiers » a été diffusé
mi-novembre.
Démarche qualité
« ETF – Gestion durable de la forêt »
Cette démarche permet à l’entreprise de travaux
forestiers d’être référencée et reconnue dans sa capacité et son engagement à réaliser des travaux pour
des clients certifiés PEFC. Elle réaffirme ainsi l’attention particulière portée par les entreprises de travaux forestiers à la gestion durable de la forêt. Par
la signature d’un référentiel professionnel d’engagement, l’entreprise s’engage à respecter les conditions d’exécution des travaux conformément aux
règles de gestion durable de la forêt telles que retenues par PEFC France et exprimées dans les cahiers
des charges nationaux pour les propriétaires forestiers (annexe 6) et pour les exploitants forestiers
(annexe 7) de son schéma français de certification
forestière 2012-2017. Des contrôles aléatoires (3 %
par an des entreprises engagées en année n-1) sont
organisés afin de vérifier le respect effectif des engagements. La Fédération a délégué à QualiTerritoires
mise en œuvre de cette démarche nationale. Votre
engagement dans cette démarche vous permettra,
en contactant PEFC en région, d’utiliser un logo PEFC
spécifique à votre profession et votre entreprise.
Le dossier d’engagement est disponible sur www.
qualiterritoires.org (rubrique ETF – Gestion Durable
de la Forêt).
Enquête trimestrielle du CEEB sur le
prix et indices nationaux du bois énergie
Voici les résultats de l’enquête réalisée par le
Centre d’Études de l’Économie du Bois sur les prix
et indices nationaux bois énergie du 3ème trimestre
2012. Ces indices ont été élaborés à partir des prix
de vente à la clientèle. Les prix s’entendent hors TVA,
départ site de production, par camion départ. Il s’agit
de prix moyens toutes régions confondues.
prix départ
du 1er au 5 octobre 2012
Plaquettes
forestières
(plaquettes
provenant de
bois forestiers, vendus
en toutes
longueurs,
puis broyés
sur la coupe
ou sur une
plateforme
de broyage)
prix
prix
pCi
euros/
euros/
retenu
MWh
tonne
MWh
départ
départ
Petite
granulométrie,
humidité < 30 %
76,2
3,70
20,61
Moyenne
granulométrie,
humidité entre
30 et 40 %
55,7
3,10
17,96
Granulométrie
grossière,
humidité > 40 %
44,2
2,55
17,33
Bois bûches* en vrac,
prix départ du 1er au 5 octobre 2012
33-40 cm (H1)
33-40 cm (H2)
50 cm (H1)
50 cm (H2)
1 m (H2)
prix euros/
stère
63,1
61,0
50,2
52,6
46,0
Si vous réalisez des prestations de déchiquetage
et/ou commercialisez des plaquettes forestières ou
du bois bûche, merci de vous faire connaître de la Fédération afin d’être régulièrement informé de l’actualité du bois énergie.
Travaux de sylviculture-reboisement
La Fédération participe au programme Mission de
Gestion de la Végétation Forestière qui a pour objectif
de développer des méthodes de gestion de la végétation compatibles avec les contraintes techniques,
environnementales et économiques actuelles. La
Fédération est également présente aux travaux du
Groupe Technique Filière Forêt qui a pour rôle d’identifier les priorités d’action à mettre en place afin d’accélérer la mise à disposition de solutions de protection innovantes (champignons, insectes…). Il s’agit
ainsi de trouver de nouvelles solutions de protection
des peuplements.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
13
VIE SYNDICALE
Actualités agricoles
EDT sur le Sima
EDT sera présent au Sima qui fêtera son 75ème
anniversaire du 24 au 28 février 2013. Le salon de la
machine agricole est un rendez-vous pour les professionnels plus que pour le grand public, qui va sur le
salon de l’agriculture. Pour l’occasion, EDT change
de hall et rejoint le hall 5 Pôle Agroéquipement pour
participer et contribuer à la valorisation des métiers
de l’agroéquipement auprès des jeunes.
Médaille d’or Sima 2013 pour
un moteur de tracteur polycarburants
John Deere reçoit une médaille d’or pour un moteur de tracteur fonctionnant avec différents types
de carburants d’origine minérale ou végétale, seuls
ou en mélange, dans un réservoir unique. Ce système
à réservoir unique pour tous carburants autorise notamment l’utilisation d’huiles végétales produites
sous contrôle sur l’exploitation. Mais, pour être commercialisé en Europe, ce concept devra néanmoins
attendre que la fiscalité l’autorise.
Fiscalité et règles applicables
au gazole à usage agricole en Europe
EDT et la Ceettar (Confédération Européenne des
Entrepreneurs de Travaux Techniques Agricoles et
Ruraux) présenteront, en partenariat avec le Sima,
une analyse comparative de la fiscalité et des règles
applicables au gazole à usage agricole en Europe.
Cette présentation aura lieu sur le Sima le 25 février
sur l’espace conférence.
GNR : révision du mode d’emploi fiscal
L’EDT n° 66 faisait état en page 14 de la verbalisation de tracteurs agricoles par les Douanes pour détournement d’emploi de GNR. La Fédération nationale
a rencontré les Douanes sur l’interprétation de l’arrêté
fiscal du 10 novembre 2011. À cette occasion, l’administration a appris l’existence du secteur de la prestation de services de travaux agricoles, forestiers et
ruraux, au sein de
l’agriculture et des
territoires ruraux.
C’est un mois
après la mise en
place du GNR que
l’administration des
Douanes a révisé
l’arrêté de 1970 sur
la fiscalité du fuel.
À la faveur de cette
révision, l’administration a resserré les
conditions d’emploi
du GNR. La question
14
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
Infos EDT
O 820 20 06 47
idique
Service d’information jur
(prix d’un appel local)
du transport, des travaux publics, régulièrement avancés par les professionnels de ces secteurs a ressurgi
d’autant plus que la conjoncture est difficile.
La surprise est dans la disproportion entre la communication « énorme » sur l’arrêté du 10 décembre
2010 sur les caractéristiques du GNR et la discrétion
« totale » sur la révision des conditions d’emploi du
GNR.
La discussion s’est engagée sur la base d’une
interprétation de l’arrêté. La Fédération a fait valoir
une interprétation qui respecte les activités agricoles, l’égalité de traitement entre la régie et la prestation de services pour les marchés des collectivités
locales, un comparatif tracteur remorque et poids
lourd qui remet les choses à leur place et la souplesse indispensable aux populations des territoires
ruraux : déneigement, fauchage d’accotements,
aménagement rural. L’administration s’engage dans
la révision de la circulaire et l’explication des travaux
agricoles, forestiers et ruraux. La sortie du bulletin
officiel révisé est attendue pour la fin d’année.
Investissements
en matériels de BTP en berne
Le climat d’incertitude et du resserrement des
crédits dissuade les entrepreneurs du BTP d’investir dans le renouvellement de leur parc de machines
annonçait mi juillet, le Syndicat des Entreprises Internationales de Matériels de Travaux Publics, Mines et
Carrières, Bâtiment et Levage, Manutention. Malgré
les chantiers en cours de LGV notamment, les annonces de remise en cause de grands chantiers se
sont succédées cet automne.
Remboursement de 5 centimes
de TIC sur le GNR pour 2012
Dans un courrier adressé au ministre le 7 septembre 2012, la Fédération demandait le remboursement de la TIPP aux entrepreneurs de travaux. Le
23 octobre, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le
Foll annonçait que le Gouvernement accordait aux
professionnels agricoles, au titre des livraisons effectuées en 2012, un remboursement partiel de la taxe
intérieure de consommation (TIC). Les niveaux de
remboursement seront les suivant pour le fuel domestique et le gazole non routier : 5 centimes/l pour 7,2
payés sur le GNR (42 centimes/l sur le gazole blanc).
Demande de mobilisation du FSCA
Le décalage des travaux liés à une météo très
difficile au printemps et ces deux derniers mois fait
que les prestations réalisées avec retard sont fac-
Explosion du montant de la CFE 2012
Des petites entreprises ont découvert une explosion de leur montant de Contribution Foncière des
Entreprises qui, avec la CVAE, a fait suite à la taxe
professionnelle. Il est fait état de hausse de 100 %,
de 400 %, voire de 1 000 % plus élevés qu’en 2011
dans l’artisanat et le commerce. En valeur, l’effet est
moindre : de quelques centaines d’euros à un millier
d’euros. Coté entreprises de travaux, aucune remontée de cette nature. En 2010, EDT avait souligné que
les communes seraient un jour tentées de voter des
relèvements de la base de calcul de la CFE. La CFE est
assise sur la valeur locative des bâtiments. Elle se
calcule à partir d’une base minimale, multipliée par
le taux d’imposition. Cette base minimale est fixée
entre 206 euros et 2 065 euros pour un CA inférieur à
100 000 euros et entre 206 euros et 6 102 euros pour
un CA supérieur à 100 000 euros.
Équipements de protection individuelle
L’Anses a rendu un avis sur les caractéristiques
des EPI pour l’utilisation de certains produits phytopharmaceutiques à la suite de la demande de la Direction générale de l’alimentation. L’Agence recommande de rendre obligatoire « la réalisation des tests
nécessaires pour documenter les performances des
équipements de protection individuelle qui pourraient être recommandés aux futurs utilisateurs du
produit » dans les demandes d’autorisation de mise
sur le marché des produits. Au produit phytopharmaceutique autorisé serait associée une liste des EPI les
plus protecteurs.
Agriculture Simulator 2013
Agriculture Simulator est LE jeu vidéo de création
puis de gestion d’une exploitation agricole. Plus de
cent tracteurs et machines agricoles attendent que
vous les entreteniez car ils s’usent en ligne… La version 2013 s’ouvre à l’agrandissement et au développement de l’exploitation. Ce jeu a un grand succès : il
a été vendu à 200 000 exemplaires en 2012.
Le salarié handicapé dans
les entreprises de travaux agricoles
Pour l’employeur la question du handicap se pose
lorsqu’il convient de maintenir dans l’emploi le salarié concerné ou le cas échéant, lorsque l’entreprise
souhaite recruter. Pour les salariés confrontés à un
problème de santé, il s’agit de pouvoir se renseigner
sur les bilans de compétences ou consolider un projet de reconversion. Dans les très petites entreprises
sans ressources spécifiques pour la gestion des ressources et de la formation, l’information, la sensibilisation, le conseil aux entreprises sont des éléments
importants. Cela passe également par une orientation vers les bons interlocuteurs et par une facilitation des rapprochements (mise en place d’une cartographie des services et contacts départementaux,
mise en relation d’entreprises ou de salariés avec les
services compétents).
C’est pourquoi, le Fafsea, dans le cadre d’une
convention avec l’Agefiph, a souhaité conduire des
actions en direction notamment des entreprises
agricoles afin de soutenir l’emploi des personnes
handicapées. Les objectifs portent sur l’augmentation et la pérennisation du taux d’emploi des personnes handicapées dans les secteurs d’activité
représentés par le Fafsea, la sensibilisation des
entreprises à l’insertion, au maintien dans l’emploi
des travailleurs handicapés et l’accompagnement
des entreprises sur les actions à mener. Le dispositif
a été présenté aux membres de la Commission Affaires Sociales de la FNEDT.
VIE SYNDICALE
turées et encaissées avec retard. EDT Bretagne est
intervenu avec la fédération nationale auprès de la
MSA et du ministère pour demander la mobilisation
du Fonds de solidarité de crise agricole (FSCA) à destination des entreprises de travaux agricoles.
Une agence de la biodiversité
Le ministère de l’Écologie, du développement
durable et de l’énergie a mis en ligne un « premier
baromètre de l’état de la biodiversité en France »
avec une cinquantaine d’indicateurs développés
par l’Observatoire national de la biodiversité : surface d’aires marines protégées, artificialisation du
territoire, dépense nationale pour la biodiversité,
évolution de la pollution des cours d’eau. La biodiversité aura en 2013 son agence nationale dont la
création a été annoncée lors de la Conférence environnementale.
La Datar,
un Commissariat général en 2013
L’administration historique de l’aménagement du
territoire deviendra, au printemps 2013, un Commissariat général à l’égalité des territoires. Une commission, installée le 10 septembre par la ministre Cécile
Duflot, pourrait proposer de rattacher d’autres organismes à cette nouvelle entité.
Affichage de l’information CO2
dans le transport au 1er octobre 2013
Un arrêté publié au Journal officiel du 18 avril
2012 fixe la date de l’affichage des émissions de CO2
dans le transport au 1er octobre 2013 pour tous les
modes de transport et toute taille d’entreprise.
Cette obligation créée par la loi Grenelle 2 impose
en effet à « toute personne qui commercialise ou organise une prestation de transport de personnes, de
marchandises ou de déménagement » d’informer les
bénéficiaires sur l’impact CO2 de leur prestation. Les
modalités d’information ont été fixées par le décret
du 24 octobre 2011 ainsi que la méthode permettant
de procéder à une estimation des émissions de CO2,
basée, au choix de l’opérateur et selon la taille des
entreprises, soit sur des données forfaitaires adaptées à chaque situation, soit sur des valeurs estimées directement par l’opérateur.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
15
Profession
Un expert
des travaux aquatiques
Basé dans les Pyrénées-Atlantiques, Arnaud Hiribarren apparaît comme
un spécialiste des travaux d’entretien des cours d’eau. Particulièrement
bien équipée, son entreprise continue d’évoluer et propose des services
toujours plus complets.
mencé ma carrière en tant
qu’employé, dans une entreprise bretonne, spécialisée
dans le nettoyage des cours
d’eau et le faucardage de
lacs, c’est-à-dire l’action de
faucher et récolter la végétation aquatique. À l’époque,
nous avions notamment
pour contrat le nettoyage de
cent kilomètres de la Charente », se souvient-il.
Particulièrement bien équipé, l’entrepreneur basque Arnaud Hiribarren est considéré
comme un spécialiste des travaux d’entretien des cours d’eau et points d’eau.
Arnaud Hiribarren a toujours eu un pied dans l’eau,
l’autre sur terre. Natif d’Espelette, au Pays Basque, à
quelques coups de pagaie
de Bayonne, la côte Atlantique a longtemps été son
terrain de jeu. Au début des
années 1980, installé comme
jeune agriculteur, il a participé à l’essor de la filière piment d’Espelette et a même
été le premier président du
syndicat des producteurs.
Quelques années plus tard,
c’est dans le domaine des
travaux agricoles, puis dans
la restauration des cours
d’eau, qu’il va se spécialiser.
L’entrepreneur basque a
créé la structure « Aquitaine
travaux aquatiques » (ATA), à
Ustaritz, en 1994. « Au début
des années 1990, j’ai com-
Le personnel
Douze personnes, toutes en CDI, travaillent actuellement au sein de la société, dont le gérant Arnaud Hiribarren,
mais aussi une secrétaire comptable, un apprenti « adjoint
de direction PME/PMI », un conducteur de travaux, trois bûcherons, deux conducteurs de tracteurs, deux conducteurs
de pelles mécaniques spécialisés en travaux de restauration de berges et de gestion rivulaire. La structure compte
également un mécanicien dans son effectif. Ce dernier, présent en permanence au siège de l’entreprise veille au bon
entretien du matériel et reste disponible pour toute intervention sur chantier. Cette organisation confère une grande
réactivité face aux différentes pannes potentielles.
16
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
Entretenir
les cours d’eau
Lorsque la société qui
l’employait a été contrainte
à la fermeture au bout de
quelques années seulement, le jeune homme décide de reprendre l’affaire.
Avec des associés, dans un
premier temps, puis seul
assez vite. « En 1994, j’ai
commencé à travailler avec
un salarié. On proposait
principalement des travaux
de faucardage. Nous étions
équipés pour répondre aux
marchés des lacs et des
zones humides ». Le territoire de la forêt landaise et
ses multiples étangs, ainsi
que le département de la
Gironde, constituaient, à ce
titre, des zones d’activités
privilégiées.
Peu à peu, Arnaud Hiribarren va se diversifier vers
la gestion des berges de rivières. Dans le même temps,
la structure va s’étoffer,
pour devenir une référence
en matière d’entretien des
cours d’eau et des points
france
Italie
Espagne
Basée à Ustaritz, sur la
côte basque, l’entreprise
Aquitaine travaux aquatiques
travaille sur toute la région
Aquitaine. Elle est spécialisée dans le faucardage,
l’arrachage et le curage de
plantes aquatiques (jussie, myriophylle du Brésil),
la gestion de ripisylve, la
restauration de berges de
rivières par technique douce
et la protection des berges
par technique végétale.
d’eau, dans toute l’Aquitaine. « J’ai pensé qu’il y
avait quelque chose à faire
dans ce domaine », confie
l’entrepreneur qui est désormais considéré comme un
spécialiste. Il emploie actuellement une douzaine de
salariés, dont son fils Patxi.
Parfois négligé, l’entretien des cours d’eaux devrait
pourtant être une démarche
systématique. Une ripisylve (ensemble des formations végétation présente
sur les rives d’un cours
d’eau) mal gérée se traduit
par la pousse d’espèces
indésirables, telles que les
érables « négundos » ou
les peupliers, qui sont susceptibles de tomber dans la
rivière, emporter les berges
et former des embâcles. Des
phénomènes souvent sous
estimés, susceptibles d’accentuer fortement le risque
d’inondation lors d’orages
ou en cas de longs épisodes
pluvieux.
Des pontons permettent d’accueillir des grues forestières ou une pelle mécanique.
Une logistique lourde
Pour atteindre une bonne
efficacité, ce type de travaux
nécessite une logistique
lourde. Arnaud Hiribarren a
fait le choix de s’équiper de
matériels performants (lire
l’encadré). « L’objectif est de
mécaniser le plus possible les
tâches. Nous avons notamment investi dans des pelles
équipées de grappins coupeurs ». Les chantiers de nettoyage des berges démarrent
toujours par le passage d’une
pelle, équipée d’un grappin
coupeur. Elle est chargée de
l’enlèvement des embâcles.
Stockés sous forme de tas,
grâce aux grappins des pelles,
après avoir été ébranchés par
le bûcheron, ils sont disposés pour le débardage. « Quel
que soit le site, l’organisation
du chantier doit être parfaitement étudiée à l’avance »,
explique l’entrepreneur.
Avant chaque chantier, le
conducteur de travaux s’entretient avec les différents
chefs d’équipe concernés,
afin de présenter la zone
à traiter et ses caractéristiques. Cette présentation
s’accompagne systématiquement d’une cartographie nécessaire à la localisation de la
zone, des accès au chantier et
des dangers potentiellement
présents sur le site. Chaque
équipe dispose ensuite, tout
au long du chantier, d’un document technique rappelant
le protocole à appliquer et
les fournitures à prévoir, tant
en termes d’outillage que
d’équipement de protection
ou de signalisation.
Les débits de chantier de
ce type de travaux peuvent
être très variables. « Cela
dépend de la facilité d’accès
et de la quantité de bois à
extraire », explique Arnaud
Travaux d’arrachage de la jussie à l’aide d’une pelle amphibie.
Hiribarren. En situation défa- Stabilisation végétale
vorable, ils peuvent être inféLa protection et le renforrieurs à 500 m par semaine, cement des berges constimais peuvent atteindre plus tuent un autre service propod’un km, dans le cas de tra- sé par la structure. L’action
vaux plus légers. Travaillant de renforcer les berges a sousur le Luy de France durant vent été synonyme d’enrol’automne, l’entreprise est chement, mais des solutions
parvenue à nettoyer chaque alternatives existent. L’entresemaine 1,5 km de berges de prise privilégie la plantation
ce ruisseau situé dans le dé- de pieux. C’est une solution
06517-ZIMMER-AP
ETM-2012_06507-ZIMMER-AP
ETM-2012
25/10/12
partement
des Landes.
simple et efficace.
Elle
est
www.zimmersa.com
Le professionnel de l’outillage
et de l’équipement forestier
pour vos travaux de plantation,
d’entretien et d’exploitation,
et pour vos loisirs.
Des huiles qui respectent l’environnement
L’utilisation de lubrifiants biologiques est une nécessité compte tenu du milieu au sein duquel les équipes
évoluent toute l’année. Aussi, l’entreprise répond à la réglementation en utilisant une huile de chaîne biologique
certifiée pour les tronçonneuses. Il en est de même pour
l’huile de mélange pour les moteurs 2 temps. Récemment,
la démarche a été étendue aux pelles mécaniques. En effet, celles-ci sont converties à l’huile hydraulique biologique, là encore certifiée. Pour finir, la société produit sa
propre huile de tournesol qu’elle utilise ensuite comme
carburant pour son matériel. Cette huile est mélangée
avec le GNR à hauteur de 20 %.
Une gamme complète
- sur notre boutique
www.zimmersa.com
- dans notre catalogue
2012-2013,
offert sur demande
LA QUALITÉ AU MEILLEUR PRIX !
ETM
ZIMMER - Domaine La Bruyère - 57690 ZIMMING
Tél. : 03 87 90 30 22 ou 03 87 90 32 22 - Fax : 03 87 90 36 06 - e-mail : zimmer@zimmersa.com
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
17
10:2
Profession
Le parc de matériels
pelles mécaniques JCB de 22 t, toutes deux équipées d’un
2
grappin coupeur MVD
• 1 pelle mécanique JCB de 13 t
• 1 grappin coupeur MVD, équipée d’une scie et pouvant couper des sujets de 70 cm de diamètre
• 1 broyeur forestier à marteaux fixes Seppi et d’une largeur
de travail de 80 cm
• 1 pince de fendage Woodcracker W1000 Westtech
• 1 croque-souches Woodcracker R900 Westtech
• 1 pince sécateur pouvant traiter des sujets jusqu’à 45 cm de
diamètre
• nombreux godets, pinces de tri forestières (ou pinces de
manutention) ainsi que BRH équipés de cloche de battage
• 1 pelle amphibie sur chenilles
• 1 pelle mécanique à chenilles de 8 t
• 1 tracteur forestier de 211 ch avec grue de débardage de 8 t/m
et un double treuil de 8 t radio-télécommandé, remorque
de débardage de 12 t avec transmission hydraulique. Le
tracteur est équipé de pneus très larges et, à l’avant, d’un
broyeur forestier à marteau fixe pour éliminer les rémanents
• 1 tracteur agricole Fendt 312 de 120 ch équipé d’un treuil à
l’avant et d’un broyeur forestier à l’arrière
•
complétée par la mise en
place de techniques de stabilisation végétale. En respectant les essences locales
(aulnes, saules…) adaptées
aux milieux humides, les racines permettent de stabiliser la terre. « En tant que tel,
le renforcement des berges
n’a pas immédiatement un
objectif esthétique. Dans un
premier temps, on cherche
simplement à éviter le phénomène d’érosion. »
Aujourd’hui, la structure
« ATA » rayonne dans toute
la région Aquitaine. Avec plus
de 4 500 km de cours d’eau,
le département des Landes
est une zone d’activité importante, notamment le territoire
des affluents de l’Adour, appelés « Luys ». Après un premier nettoyage de berges, un
1 tracteur forestier Fendt modèle 312 Vario TMS de 125 ch
avec broyeur forestier Bugnot pour broyer les rémanents
non valorisables ou avec remorque de 14 t polybenne,
porte-caissons de 30 m3
• 1 tracteur agricole Fendt Vario 926 de 260 ch équipé d’un
broyeur à plaquette
• 1 tracteur de pente Goldoni de 80 ch équipé d’un gyrobroyeur ou d’un treuil. Cet outil particulièrement compact
est équipé d’un poste inversé afin d’assurer un travail efficace et sécurisé
• 3 jeux de pontons : deux de 3 sur 6 m assemblables, qui forment un ponton de 6 sur 9 m sur lequel il est possible de disposer la grue forestière et son groupe hydraulique, deux de
3,50 sur 13 m, qui une fois assemblés forment un ponton de
7 sur 13,50 m pour embarquer une pelle de 13 ou 16 t et un
ponton de 5 sur 9 m fixable à la pelle amphibie. L’ensemble
est déplacé à l’aide d’un bateau pousseur remorqueur de
250 ch (vitesse maxi de déplacement 12 nœuds)
• 2 barques avec hors-bord de 30 et 15 ch
• 1 tracteur routier avec une remorque extensible pour le déplacement du matériel
•
nouveau passage est nécessaire au bout de 4 à 5 ans,
pour des travaux d’entretien
plus légers. En termes de faucardage, les lacs et les étangs
des landes et de Gironde
constituent toujours des
marchés conséquents. Les
clients sont généralement
des collectivités ou des syndicats de bassins versants,
pour lesquels l’entreprise
L’entreprise vient d’investir
dernièrement dans un broyeur
à plaquettes.
18
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
répond à des appels d’offres.
Quelques particuliers font
également appel au service de l’entrepreneur. « Le
nettoyage des cours d’eau
est une activité qui souffre
d’une concurrence par des
opérateurs peu équipés, qui
cassent souvent les prix et
au final réalisent un travail
quelque peu différent », déplore Arnaud Hiribarren.
Production
de plaquettes
Dans ce contexte, l’entrepreneur vient de s’engager
dans une nouvelle démarche.
Il a investi dernièrement dans
un broyeur à plaquette. « C’est
une solution longuement mûrie. C’est une manière d’étoffer notre activité ». Jusqu’à
présent, lors d’un nettoyage
de berges, les rémanents
de coupe étaient brûlés, ou
broyés. « Désormais, l’objectif est de valoriser ce que l’on
coupe. Le bois récupéré n’a
que peu de valeur. Il s’agit
de bois blanc principalement
(peuplier, érable…) »
De marque Mus Max (Allemagne), le broyeur à pla-
quettes accepte des bois
jusqu’à 70 à 80 cm de diamètre. Différentes tailles de
grilles permettent de calibrer les plaquettes selon
les attentes des clients. « Le
fait d’utiliser les rémanents
sous la forme de bois énergie constitue une vraie démarche écologique. »
Lors d’un récent chantier
au niveau du Luy de France,
ce sont 200 m3 de bois qui ont
ainsi été récupérés, sur l’équivalent de 1,5 km de berges.
Sorties entre 40 et 45 % d’humidité, ces plaquettes peuvent
être idéalement utilisées par
des chaufferies industrielles
(pour les plus petites unités,
l’optimum d’humidité se situe
plutôt autour de 20 à 25 %).
« La démarche se met en place
lentement, mais il existe un
vrai potentiel, estime Arnaud
Hiribarren. Nous pouvons profiter localement de la présence
d’un débouché pour les plaquettes. »
Sécurité
pour les salariés
L’entrepreneur attache
une attention toute particulière à la formation de
son personnel. Chaque chef
d’équipe a suivi une formation spécifique au travail
en rivière, qui lui permet de
connaître les principales
composantes de ce milieu
ainsi que leurs caractéristiques. De plus, dès leur
entrée dans l’entreprise, les
salariés bénéficient d’une
période de formation, en
interne, durant laquelle ils
prennent connaissance des
différentes activités de l’entreprise et des méthodes de
travail. « Afin d’assurer un
travail de qualité, la constitution des équipes s’avère une
étape primordiale », explique
l’entrepreneur. Selon lui, il
est notamment important de
bien répartir les salariés expérimentés au sein des effectifs. « Nous pouvons compter
sur plusieurs hommes d’expérience ayant jusqu’à plus
de 15 ans d’ancienneté au
sein de l’entreprise. »
Concernant les postes de
conducteurs, de pelle ou de
tracteur, ces derniers ont suivi des formations spécifiques
(Caces notamment) et sont
donc sensibilisés aux risques
liés à leur activité. L’ensemble des salariés permanents sont titulaires du brevet de sauveteur secouriste
du travail (SST). Pour finir,
ils participent régulièrement
à des formations techniques
visant à perfectionner leurs
méthodes de travail. Ces formations sont organisées par
divers organismes tels que la
MSA ou les ETF.
L’entrepreneur apporte
une grande vigilance à la
sécurité au travail. Un équipement personnel de sécurité complet est distribué à
chaque salarié. Il est renouvelé dès que cela s’avère né-
ENTREPRENEURS des Territoires
cessaire. Bien évidemment,
cet équipement est spécifique à l’activité de chaque
salarié (bûcheron, chauffeur
de pelle, chauffeur de tracteur…). « Compte tenu du milieu dans lequel nos équipes
évoluent
au
quotidien,
chaque salarié dispose d’un
gilet de sauvetage à déclenchement automatique qui
peut également être utilisé
comme harnais de sécurité »,
note Arnaud Hiribarren.
La société s’est récemment dotée d’un animateur-prévention. Ce rôle est
assuré par le conducteur de
travaux. Son travail consiste
à être en relation permanente avec l’ensemble des
équipes, à s’assurer du respect des mesures de prévention réglementaires et à
participer régulièrement aux
formations « prévention »
proposées par la MSA.
Fabien Brèthes n
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
19
Profession
Entreprise Aubrée
une passion 100 % agricole !
Installée dans la Manche, l’entreprise d’Agnès et Daniel Aubrée se consacre
exclusivement aux travaux agricoles. Des prestations innovantes, des
partenariats forts et une expertise sérieuse en mécanique, sont les
ingrédients qui nourrissent son évolution depuis 27 ans.
france
Italie
Agnès et Daniel Aubrée, couple d’entrepreneurs à Percy dans la Manche, ont voué
100 % de leur activité à l’agriculture
« On dirait qu’ça pleut, on
dirait qu’ça pleut bien… », rabâche un tube de circonstance
sur la FM, pendant que nous
suivons la A84 dans la grande
direction de Caen. Les essuie-
glaces battent la cadence,
dévoilant un bocage bas-normand vert sombre. On s’en
serait douté, cette ambiance
automnale des plus humides
ne se dément pas en abordant
la route rejoignant la commune de Percy, où se situe
l’entreprise. S’adapter en permanence aux caprices de la
météo, tel est le lot quotidien
de ces entrepreneurs. « Ca
va être une saison usante, à
cause de la pluie et du vent,
tant pour les hommes que
pour les machines, peste un
peu Daniel Aubrée, en regardant le ciel. On a seulement
trois ensileuses sorties aujourd’hui ». À l’intérieur d’un
grand hangar qui stocke la
majeure partie des gros engins, quelques salariés s’attellent à l’entretien d’une de
ces machines. Devant un café
réparateur, le couple d’entrepreneurs se remémore ses
débuts jusqu’à aujourd’hui,
ils témoignent avant tout de la
Espagne
Située à Percy dans le centre
Manche, à près de 40 km
des côtes de Granville,
l’entreprise Aubrée emploie
13 salariés à temps plein
pour plusieurs centaines
de clients, en majorité des
éleveurs. Exceptés les
traitements phytosanitaires,
elle exerce tous les travaux
agricoles. Le vide sanitaire
de bâtiments d’élevage de
volailles est également réalisé en prestation annexe.
volonté de préserver leur ancrage dans le monde agricole.
Un essai transformé
« De par ma formation, je
me destinais plutôt au métier
Le parc de matériels
18 tracteurs Deutz-Fahr de 80 à 280 ch
7 moissonneuses batteuses Claas (+ 3 issues de
l’échange)
• 12 ensileuses Claas, dont 7 équipées herbe et une en
copropriété
• 4 épandeurs à fumier et 2 épandeurs à lisier Sodimac
• 5 presses balles rondes dont un combipack et 5 presses
bottes rectangulaire Deutz-Fahr et Kuhn
• 1 enrubanneuse en continu et 1 en monoballe McHale
• Autochargeuse Strautmann Giga Vitesse CFS 4001 DO
• 3 semoirs à maïs (2 x 8 rangs et 1 x 4 rangs) Monosem
• 3 herses (6 m, 3 m) Amazone et Howard, avec outil frontal
de 6 m
• 2 combinés de semis à blé Amazone et Kuhn.
• Semoir SD Liner 3000 Kuhn
• 1 sur-semis prairie Kuhn SD
• Charrue Vari-Master 152 Kuhn
• Boudineuse Murska
• Groupe de fauche de 9 m Claas
•
•
20
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
cueilleurs à maïs 2 x 6 rangs Dominoni et 1 x 8 rangs
3
Claas
• 2 débroussailleuses à bras Fulgor 7500 Rousseau et un
lamier Kirogn
• Chariot télescopique JCB
• 5 remorques de transport de 16 à 18 t
•
d’agriculteur, qu’à m’occuper de machinisme », confie
Daniel Aubrée. Il est l’un des
fils d’une famille de sept
enfants qui ont grandi dans
la ferme familiale. Au milieu
des années 1970, son père,
Roger Aubrée, s’était également lancé dans la prestation après l’achat d’une
ensileuse. Et quand Daniel
s’est installé à son tour en
1985 avec sa femme Agnès,
il a dû faire un choix. « Trouver une ferme n’était pas évident et comme il y avait cette
petite activité de mon père,
j’ai décidé de la reprendre,
se souvient-il. On s’est dit
à l’époque, faisons le point
dans dix ans pour voir comment ça marche. Et ça a marché ! ». Et plutôt bien, si l’on
en juge la longévité de l’entreprise. Celle-ci, qui emploie
aujourd’hui 13 salariés, a fêté
ses 27 bougies en 2012.
Une stratégie 100 %
agricole
Jusqu’à aujourd’hui les
entrepreneurs n’ont pas quitté le terrain agricole, quand
bon nombre de structures
se diversifient en ajoutant à
leur arc une corde « travaux
publics ». Ce n’est pas la
vocation des Aubrée. « Bien
sûr c’est possible de faire de
l’agricole et du TP, mais ce
n’est pas la même gestion de
personnel et cela peut être
un souci », estime le couple.
L’ensilage, première grosse
activité de l’entreprise, les
semis et l’épandage de chaux
sont toutes trois porteuses.
Pour cette dernière les entrepreneurs se déplacent dans
plusieurs
départements,
pour des coopératives d’approvisionnement ou des
entreprises de négoce, totalisant près de 15 000 ha de
surfaces épandues. « L’épandage de chaux nous occupe
quasiment toute l’année ;
nous intervenons dans les
plaines de l’Eure, la SeineMaritime ou l’Eure-et-Loir »,
précise Daniel Aubrée.
Des partenariats
précieux
L’entreprise possède un
important parc de matériel :
une multitude d’outils pour
les travaux du sol, pas moins
de 12 ensileuses, 18 tracteurs et 10 presses. Avec un
tel arsenal, elle a de quoi être
appréciée par ses deux fournisseurs locaux, les établissements Lebeurrier à Percy et
SM3 à Villedieu-les-Poêles. Le
premier commercialise DeutzFahr ou Kuhn et le second,
Claas. « Cette proximité avec
nos fournisseurs est primordiale, c’est aussi la fidélité à
des marques, ça compte pour
la pérennité de l’entreprise et
aussi en terme d’image auprès de la clientèle », explique
Daniel Aubrée. Ces partenariats forts ont raisonné au-de-
L’efficacité de la Jaguar 980 Claas
En 2007, Daniel Aubrée achetait cette Jaguar 980 de chez
Claas en présérie. À l’époque c’était l’un des trois modèles existant au monde, dont l’unique exemplaire en Europe, rapportait alors le journal l’Agriculteur Normand.
Avec cette ensileuse, dotée de deux moteurs de 415 ch
et d’un bec rotatif de 7,50 m de largeur, l’équivalent de
10 rangs, repliable en quelques dizaines de secondes,
l’entrepreneur a répondu au défi de « mener des chantiers rapides » pour satisfaire sa clientèle, avec des débits avoisinant les 4,5 ha/heure.
là des frontières, jusque chez
les fabricants. « Des efforts
sont faits, constate l’entrepre-
neur. Il m’est arrivé de casser
un moteur d’ensileuse le jeudi
en pleine saison et le samedi
La ramasseuse de pierres des professionnels,
la TS 1500 de Thyregod :
l’unique ramasseuse-chargeuse du marché.
www.agridis.com
Jean-michel Chenillot (Dpt 89) :
06 08 95 26 90 ou 03 86 48 12 64 jmc@agridis.com
Thierry Chenillot (Dpt 74) :
06 08 97 59 88 ou 0450442888 tc@agridis.com
Aurélien Bonnefoi (Dpt 11) :
06 38 68 16 84 ab@agridis.com
Bernard Robin (Dpt 02) :
06 32 15 34 83 ou 0323731912 bernar.robin@wanadoo.fr
Ce cueilleur de batteuse Dominoni a été adapté pour être monté sur une ensileuse
pour l’ensilage de maïs épis.
Heidi Cristiansen (Danemark) :
00 45 70 20 65 00 hhc@agridis.com
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
21
Profession
Échange de travaux
Moisson en condition difficile en Manche.
« Vu la météo, les étés chez nous
sont difficiles et il n’y a qu’avec l’entraide que l’on peut s’en sortir », reconnaît Daniel Aubrée. Dans cette veine
partenariale, l’entrepreneur pratique
des échanges de travaux avec un collègue des Deux-Sèvres, l’entreprise
Tempereau près de Bressuire. « Nous y
moissonnons avec une batteuse et une
presse, et ils viennent ici avec 3 batteuses, mais nous avons aussi en copropriété avec eux une ensileuse 950
Claas 8 rangs qui nous a permis d’assurer une augmentation des surfaces en
Les salariés, clés du succès
« Sans les salariés l’entreprise ne serait pas ce qu’elle est,
nous avons un esprit d’équipe,
une culture intérieure bien installée et nous y tenons, c’est très
important pour l’ambiance de
l’entreprise », affirme d’emblée
Agnès Aubrée. 13 salariés sont
employés à temps plein mais,
en saison, ils sont plus de 20
à déjeuner à l’entreprise, sans
compter les stagiaires et les apprentis qui passent ici. C’est le
parcours qu’à suivi la majorité
des salariés, pour la plupart issus du centre de formation Ireo
de Condé-sur-Vire. « On ne prend
pas de stagiaires avant 18 ans,
compte tenu de la sécurité par
rapport à la conduite des engins,
pourtant nous avons de la demande », ajoute Agnès Aubrée.
L’âge des salariés s’échelonne
entre 21 et 54 ans. Les plus an-
22
ENTREPRENEURS des Territoires
ciens sont rentrés avec des
CAP ou des BEP, quand les plus
jeunes sont souvent titulaires de
Bac Pro. Depuis mars 2012, un
plan de prévention avec la MSA
est lancé dans le cadre de l’hygiène et la sécurité au travail. Il
concerne l’atelier de mécanique
et l’ensemble des locaux au cœur
des 5 600 m2 de hangars couverts que comprend le site de
l’entreprise. « Ca nous apporte
beaucoup d’idées, pour trouver
les failles, se protéger au maximum, même si nous n’avons pas
attendu ce projet pour mettre
des choses en place, soulignent
les entrepreneurs. On se sent
responsables de nos salariés.
Forcément, on se pose plus de
questions qu’il y a vingt ans ». À
titre d’exemple, un système de
compresseur moins bruyant a
été mis en place.
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
prestation depuis trois ans », explique
Daniel Aubrée. L’achat d’une moissonneuse est également envisagé. « C’est
pratique et économique, mais il faut
parler le même langage », estime l’entrepreneur qui connaît son partenaire
deux-sévrien depuis dix ans.
Autre atout :
la mécanique
L’entretien des matériels
est une activité à part entière dont l’entreprise s’est
fait une spécialité, un rouage
nécessaire et indispensable
dont dépend intrinsèquement le reste. « On n’a pas
le droit d’avoir des pannes
en saison », souligne Agnès
Aubrée, qui gère le planning.
« Jacques et Christophe sont
des pros de l’ensileuse »,
ajoute-t-elle. L’atelier de mécanique tient en effet au savoir-faire des salariés, dont
certains ne quittent guère
l’atelier durant l’hiver. « Du
1er novembre au 15 décembre
nos machines doivent être
totalement révisées », précise Daniel Aubrée. Gérer la
mécanique en propre est un
gage de réactivité, mais aussi une économie évidente,
car déléguer cette partie serait évidemment coûteux et
compliqué. Dans cet esprit,
le rapprochement avec les
fabricants n’est pas qu’une
image, en faisant remonter
ses réflexions de terrain, en
achetant parfois des préséries, l’entreprise participe
aussi évolutions techniques.
« Le bureau d’étude Claas est
venu jusqu’ici faire des tests
pour l’amélioration de têtes
de récoltes », évoque ainsi
l’entrepreneur.
Précurseur
Sans l’audace, l’entreprise
n’aurait probablement pas eu
un tel développement. « Nous
avons toujours été précur-
seurs, nous avons lancé de
nouvelles techniques, de
nouvelles activités, l’ensilage
de maïs ou le semis de précision, l’épandage de chaux »,
assure Daniel Aubrée.
L’ensilage de maïs et
d’herbe
représente
aujourd’hui près de 40 % du
chiffre d’affaires de l’entreprise, dont celui de maïs épis.
Les entrepreneurs s’y sont
lancés il y a sept ans, en adaptant un cueilleur de moissonneuse à une ensileuse.
« Nous faisions de l’inertage
mais pour un produit identique, l’ensilage des épis de
maïs est nettement moins
coûteux », rappelle l’entrepreneur, en présentant un cueilleur Dominoni adapté.
Anticiper, susciter l’offre,
répondre à une demande, tel
est son credo. Ainsi, l’autochargeuse, matériel peu présent dans le secteur de Percy,
est venue renforcer l’offre il y
a six ans, pour répondre à de
petits chantiers, « qui n’ont
pas besoin de déplacer une
ensileuse et une remorque ».
Daniel Aubrée a-t-il de
nouveaux projets ? « Je ne
vais tout de même pas livrer
mes secrets à la concurrence », lance-t-il, en souriant. Forcément elle existe,
avec 8 autres prestataires et
des Cuma. Mais les entrepreneurs veulent rester confiants
dans l’avenir. Si l’heure de la
relève est encore loin d’avoir
sonné, elle semble cependant
assurée. David Aubrée, 21
ans, fils d’Agnès et Daniel, est
salarié de l’entreprise et pourrait bien être tenté, de même
que sa sœur Flavie, 17 ans.
« Si les agriculteurs vendent
leurs produits correctement,
nos activités continueront »,
conclue simplement Daniel
Aubrée.
Frédéric Ripoche n
Presse enrubanneuse
Pressez et enrubannez
jusqu’à 50 BALLEs/HEuRE
BALLEs
BALLE
s/HE
s
/HEu
/HEu
uRE
RE !
Points forts
▶ Machine très compacte : longueur 5.80 m
▶ système de transfert de balle unique et efficace dans toutes les
conditions de travail (brevet MCHALE)
▶ système d’enrubannage totalement automatique, avec double
extenseur à rotation verticale
▶ Graissage et lubrification automatiques
▶ ameneur rotatif avec 23 couteaux et fond amovible permettant de
«débourrer» la machine sans descendre du tracteur
▶ basculeur permettant de décharger la balle sur sa surface plane
02 38 69 71
60 - www.promodis.fr
ENTREPRENEURSTél
des: Territoires
M A G A Z I N E - 69 - d é c E M b r E 2 0 1 2
45075 ORLÉANS CEDEX 2
Photos et illustrations non contractuelles.
23
Réalisation :
j’avais un moteur neuf arrivé
directement d’Allemagne par
le biais de mon fournisseur,
et cela hors période de garantie. Il s’agit bien là d’un rapport de confiance de longue
durée ». « Des solutions se
trouvent vite », confirme de
son côté Armel Gautier, vendeur chez Lebeurrier pour le
centre Manche, venu saluer
son client.
Pilotage de l’entreprise
Certification phyto :
s’assurer d’une prestation totale
Le choix d’un organisme de certification phytosanitaire doit maintenant
s’effectuer dans les plus courts délais. Si tous sont capables d’afficher un
tarif prévisionnel, il faut être capable de lire entre les lignes. Car les situations
spécifiques augmenteront inévitablement la facture.
Depuis le 1er octobre,
les entreprises de travaux
concernées par une prestation d’application de produits
phytosanitaires doivent avoir
contracté avec un des organismes de certification validés par le ministère de l’Agriculture. Nouvelle procédure
pour nombre d’entre elles,
la certification repose sur
des points précis mais parfois peu identifiables. Comment choisir son organisme ?
Existe-t-il des distinctions
entre eux ? Des questions
que de nombreux entrepreneurs se sont posées, et se
posent encore.
Le choix par défaut
Parce que la certification
ne concernait jusqu’alors
que des activités pointues
effectuées par un nombre
limité de professionnels
agricoles, les entrepreneurs
doivent, pour la plupart, faire
Organismes certificateurs en mesure de réaliser
des audits de certification phytos
SGS ICS
29 avenue Aristide Briand - 94111 Arcueil
Control Union - Inspections France
8 boulevard Ferdinand de Lesseps
BP 40777 6022 Rouen cedex
Bureau Veritas - Certification France
Le Guillaumet - 92046 Paris La Défense cedex
CERTIS SAS
3 rue des Orchidées - Immeuble Le Millepertuis
Les Landes d’Apigné - 35650 Le Rheu
Moody International - Certification
89 rue Damrémont - 75018 Paris
OCACIA
118 rue de la Croix Nivert - 75015 Paris
QUALISUD
BP 82256 - 31322 Castanet Tolosan cedex
AFNOR Certification
11 avenue Francis de Pressensé
93571 Saint-Denis La Plaine cedex
CERTISUD
Les Alizés - 70 avenue Louis Sallenave - 64000 Pau
AUCERT
10 rue des Frères Lumières - 63100 Clermont-Ferrand
BIOTEK Agriculture
Route de Viélaines - 10120 Saint-Pouange
AGROCERT
6 rue Georges Bizet - 47200 Marmand
24
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
un choix sans avoir à disposition les outils pour évaluer
tel ou tel organisme certificateur. La liste des organismes
certificateurs (en conformité
avec la norme NF EN 45011)
accrédités par le Cofrac est
publiée sur le site internet de
chaque Draaf ainsi que sur le
site http://agriculture.gouv.
fr/oc-agrement-phyto. Pour
l’heure, inutile de distinguer
accréditation et recevabilité.
Des éléments peu caractéristiques peuvent alors entrer en ligne de compte. « Le
nom par exemple : « Veritas » parlera plus aux professionnels agricoles que
« Contrôle Union » » illustre
Nelly Desaivres, animatrice
pour l’UREDT Midi-Pyrénées.
Un organisme pourtant retenu dans de nombreuses de
régions.
Il existe un certain nombre
de points qui peuvent cependant être identifiés rapidement par le décisionnaire. Le
prix, tout d’abord. Lorsqu’ils
ont reçu les organismes pour
« vérifier leur fiabilité », JeanClaude Gasc, président de
l’UREDT Midi-Pyrénées, et
Nelly Desaivres ont relevé
des différences de tarif atteignant parfois 100 euros sur
le cycle de 3 ans. L’animatrice
cite un cas rencontré dans sa
région : « En cas d’oubli documentaire n’exigeant pas
de contre-visite, soit un écart
mineur, l’une des candidatures affichait le surcoût de
350 euros. Les organismes
qui ne l’avaient pas précisé
auront alors pu tirer leur
épingle du jeu ». Mais gare
aux mauvaises surprises
dans un tel cas. La majorité
des entreprises seront en situation d’écart majeur, et les
surcoûts pourraient donc apparaître dans de nombreuses
situations. Il faut alors établir
des devis prenant en compte
les écarts, déplacements
supplémentaires,
clauses
spécifiques… « Pour afficher le tarif le moins élevé,
les organismes peuvent être
tentés de passer sous silence
ces situations. Quel surcoût
pour une entreprise qui possède plusieurs sites à auditer ? » illustre le président de
l’Union régionale de Midi-Pyrénées.
Faciliter l’évaluation
du service
La plupart des Unions
régionales ont ainsi établi
un partenariat avec un organisme de certification. Cellesci ont alors évité à leurs
adhérents d’éplucher les distinctions entre organismes
accrédités par le Cofrac dans
les régions. Une opération
d’autant plus fastidieuse
que les distinctions sont parfois difficiles à mettre en lumière pour les entrepreneurs
n’ayant jusqu’alors jamais
été contraints à la certification. « Nous avons suivi EDT
Normandie, qui a établi un
partenariat avec Contrôle
Union » explique Delphine
Bazin pour la Sarl Lair (Tinchebray, 61) rappelant que
les critères de l’appel d’offres
sont nombreux. Idem pour la
SARL Frébourg (Beaurepaire,
76) qui a conforté son choix
grâce à deux autres éléments : la proximité géographique de l’organisme, et le
fait qu’il figurait à la fois sur
la liste établie par EDT Normandie et la Draaf. « Nous
avons fait confiance à EDT,
d’autant que la campagne
difficile en maïs ne nous a
pas laissés le temps pour
éplucher les offres » conclut
Sylviane Frébourg.
Mais si les UREDT ont parfois établi ces partenariats,
ou simplement référencé des
organismes après expertise
de leurs propositions, elles
n’en imposent le choix à
leurs adhérents. « Le partenariat ou référencement ne
représente pas une obligation de passer par eux » tient
à rappeler Nelly Desaivres.
L’instance régionale Midi-Pyrénées a ainsi produit un tableau récapitulatif pour assurer une comparaison claire,
après la rencontre avec trois
organismes. Laquelle a permis de vérifier l’adéquation
de leur proposition avec les
attentes des entrepreneurs.
Tarifs, capacité à intervenir
dans les délais, formation et
compétence des auditeurs,
accompagnement… autant
de points étudiés.
Signer dans
l’urgence ?
Si certaines instances
régionales ont donc permis
un choix rapide en établissant des comparaisons puis
des partenariats, l’étude
reviendra aux chefs d’entreprise dans de nombreuses
régions. Les entrepreneurs
qui n’ont pas contracté avec
un organisme certificateur au
1er octobre 2012 n’encourent,
a priori, ni retrait ni suspen-
Axe environnement
spécialiste phyto-environnement
sion d’agrément automavivement conseillé
tique. Cette sanction qui d’établir des devis pour se
relève d’une décision admi- prémunir d’une suspension
nistrative individuelle sera ou d’un retrait. Un point fait
signifiée personnellement, alors l’unanimité : s’assurer
et l’entrepreneur disposera que l’offre proposée par l’ord’un délai de deux mois pour ganisme prend en compte les
contester. L’agrément sera contre-visites, interventions
maintenu tant que cette dé- supplémentaires, ou spécificision de retrait n’aura été cités de l’entreprise.
prononcée. Mais à défaut
de s’engager avec un orgaGuillaume Le Gonidec n
nisme
de certification, il est
AP_BV-Phyto-90x127:AP_BV-Phyto-90x127
11/06/12 11:16 Page1
fête ses 10 ans !
Station de remplissage et de lavage des pulvérisateurs
• Aire souple
• Colonne de remplissage
• Procédé OSMOFILM®
IF
OBTJIFEICCATTION
BUREAU VERITAS CERTIFICATION
CER
Obtenez votre agrément pour l’application
de produits phytopharmaceutiques.
Entrepreneurs de travaux agricoles, forestiers et ruraux,
vous devez obtenir un agrément. La certification de votre
entreprise est indispensable pour l’obtention de l’agrément.
1ère étape : établir un contrat avec un organisme de
certification et en envoyer une copie à votre DRAAF
avant le 1er octobre 2012
2ème étape : être audité et obtenir votre certificat, pour
le transmettre à votre DRAAF avant le 1er octobre 2013.
Pour vous permettre de répondre dans les délais et en limitant
vos coûts, nous vous proposons :
Une ligne téléphonique dédiée et une adresse email pour
poser vos questions et assurer le suivi de votre dossier,
Un intervenant près de chez vous pour vous auditer,
Il connaît vos impératifs, votre matériel et les produits utilisés.
Axe-environnement
237, rue Gornet Boivin
10100 ROMILLY SUR SEINE
Tél. : 03 25 24 55 00
Fax : 03 25 24 55 01
Email : contact@axe-environnement.eu
www.axe-environnement.eu
*Avançons en confiance
Consultez nos vidéos sur notre site Internet
Contactez-nous :
Bureau Veritas Certification
Tél. : 02 99 23 31 84
certiphyto@fr.bureauveritas.com
www.bureauveritas.fr/certification
Move Forward with Confidence *
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
25
Actualités
L’année du siècle
pour les tracteurs
En 2012, la France semble faire exception avec un marché des agroéquipements
soutenu. Sur la première partie de l’année, ce marché s’est appuyé sur les cours
des céréales, reléguant quelque peu le climat et les réformes réglementaires
au rayon des facteurs secondaires.
[paris, 25 octobre] Axema
vient de tenir sa traditionnelle conférence d’automne.
L’Union des industriels de
l’agroéquipement a ainsi
pu mettre en exergue les
résultats du secteur pour le
premier semestre. Sans surprises, le niveau des cours
des céréales a impacté les
différentes familles de matériels : alors que les exploitations de grandes cultures en
profitent fortement, les exploitations d’élevage voient
ainsi la hausse des prix de
vente grignotée par le coût
des aliments. La réforme de
la Pac ou les nouvelles exigences réglementaires ont
eu relativement peu de poids
face à ce facteur qui a claire-
ment orienté les investissements cette année.
Une industrie qui pèse
La France demeure pourtant le marché européen
le plus dynamique. Au premier semestre 2012, la production française d’agroéquipements a atteint un
chiffre d’affaires de 2,39 milliards d’euros. En hausse de
22,3 % par rapport à l’année
précédente, celui-ci a pu tirer
parti de la hausse du marché
national. Le marché français
affiche un dynamisme plus
important que ses voisins de
la zone euro, mais les exportations affichent un niveau
record avec 1,71 milliard
d’euros. On notera ainsi une
hausse importante des exportations à destination de
l’Océanie (+39 % à 3,6 % du
total) ou du continent américain (+18 % à 11,1 % du total).
Les importations affichent
une hausse comparable,
et ont représenté au premier semestre un montant
de 2,19 milliards d’euros ;
ce sont majoritairement les
matériels de fenaison, d’arrosage et de protection des
cultures qui y ont contribué.
Année record
pour les tracteurs
Considéré comme le produit phare, le tracteur marque
une hausse de 16 % après
avoir déjà crû de 21,8 % en
2011. Cette année 2012 pour-
rait devenir la première de
l’histoire à dépasser le seuil
symbolique des 40 000 unités immatriculées en France.
Si la répartition par catégorie
de puissance n’a pas évolué
depuis l’année précédente, il
semble que l’investissement
des élevages et exploitations
viticoles ait retrouvé son
niveau habituel après une
année 2011 marquée par l’attentisme. Axema note aussi
une très forte progression
des chargeurs télescopiques.
Suspendus aux cours
Malgré une récolte très
hétérogène, le niveau des
cours des céréales profite
aux ventes d’automoteurs de
récolte. Près de 2 600 mois-
un baromètre de l’emploi
Conduit en septembre auprès
de 77 entreprises, le Baromètre de
l’emploi met clairement en avant
les conséquences du dynamisme
observé sur le marché français, et
sa spécificité dans un marché européen plus morose. Quand seuls
2,4 % des entreprises françaises
envisagent de réduire leurs effectifs, ce taux atteint 9 % en Europe.
Comparé à 2011, il a même légèrement baissé en France, mais plus
que doublé en Europe. L’écart s’est
creusé concernant les perspectives
d’embauche en CDI : il affiche un reFaisant figure d’exception européenne, les entreprises de distribution françaises peinent à trouver des candidats.
pli mesuré dans l’Hexagone (de 27
à 18 %) mais bien plus prononcé sur
les marchés extérieurs, ou ce taux est passé de 20 à 6 %. La sur deux semble ne pas pouvoir satisfaire sa volonté d’emdifficulté à recruter se fait toutefois ressentir : une entreprise baucher dans le domaine de la recherche et développement.
26
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
sonneuses ont été immatriculées cette année, dont
37 % de non-conventionnelles. Si cette part marque
une légère baisse après cinq
ans de croissance ininterrompue, la puissance des
machines vendues poursuit
sa croissance (+ 23 % pour
les plus de 400 ch). Quand
aux ensileuses, le marché
reste stable avec près de 300
machines immatriculées.
Lors du démarrage de
la saison de vendanges, les
ventes de tracteurs étroits
affichaient une progression
de 8 % à 1 588 unités. Il devrait ensuite se stabiliser,
suspendu à la qualité de la
récolte. Le niveau de ventes
des enjambeurs sera quant à
lui très difficilement atteint,
à moins qu’un décalage d’immatriculations ne masque la
baisse. Même les régions de
grands crus (Médoc, Bourgogne) et la Champagne
ne pourront amortir cette
chute liée aux prévisions
de récolte en baisse de 15 à
20 % en raison de conditions
climatiques délicates au
printemps et d’attaques de
mildiou et d’oïdium difficilement maîtrisées cet été. Il en
est de même pour le marché
des machines à vendanger,
qui affichent cependant de
fortes disparités régionales.
Indexés sur les cours des
céréales, les prix de l’alimentation animale représentent
un facteur d’évolution sen-
sible. Mais en 2012, c’est
davantage le climat (hiver
froid et été humide) qui a incité les éleveurs à renouveler
leur parc de fenaison ; une
catégorie en hausse de 20 %.
De même, les ventes de plateaux fourragers ont crû de
23 %. C’est également le coût
des aliments qui impacte le
domaine des matériels d’élevage, notamment dans le
secteur porcin. Si les normes
européennes de bien-être ont
pu tenir l’investissement en
2012, l’année 2013 se profile
déjà comme fortement ralentie. Pour les élevages laitiers
en revanche, l’investissement dans les matériels de
traite a profité d’une conjoncture favorable ; les robots de
traite affichent notamment
une hausse des ventes de
42 % ! Le marché a bénéficié
de l’amélioration des prix du
lait et de la viande, si bien
que les prévisions pour 2013
font état d’une stabilité ; les
aménagements de fiscalité et
l’évolution de la Pac ne permettent pas aux professionnels de l’agroéquipement
d’établir des certitudes.
Perspective de
stabilité pour 2013
En effet, si les négociations sur la nouvelle Pac
peuvent suspendre un certain nombre de décisions
d’investissement, les industriels tablent sur un volume
de 41 000 à 42 000 tracteurs
Patrick Perard, président d’Axema et Alain Dousset, président du Sedima.
d’ici la fin de l’année. Pour
2013, les distributeurs sont
partagés entre stabilisation et hausse du marché,
alors que les constructeurs
tablent sur une baisse de 4 à
5 % des immatriculations de
tracteurs neufs. Ces derniers
auront pourtant à cœur de
poursuivre leurs efforts en
faveur d’une gestion pointue de l’occasion, les erreurs
d’appréciation à la reprise
impactant fortement leurs
marges. Ils redoutent la volatilité extrême des revenus
des agriculteurs, et notent
que ce marché porteur exige
un besoin en fond de roulement plus important quand
le soutien à la trésorerie des
entreprises s’amenuise.
Dans le secteur des
grandes cultures, la bonne
visibilité à moyen terme faci-
litera les décisions d’investissement. Les commandes
pourraient donc s’établir
à un niveau élevé dans les
prochains mois, allongeant
des carnets de commandes
déjà bien remplis. La France,
marché le plus dynamique,
fait figure d’exception en
Europe. En 2012, ce marché pourrait donc atteindre
5,43 milliards d’euros, soit
20 % de plus que l’année
2008 pourtant restée dans
les mémoires comme une
année record.
Guillaume Le Gonidec n
Agence d’emploi spéciAlisée en Agriculture
Nous sommes présents sur la Bretagne, les Pays de Loire,
le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et le Languedoc-Roussillon
interim et recrutement
Pour la Saison, les Remplacements, les Surcharges d’Activité
et vos Recherches de Nouvelles Compétences.
www.agri-interim.fr
Le réseau d’Agri-Interim...
Agri intérim
ZA de Beaugé
2, rue Clément ADER
BP 54227 - 35342 Liffré
Tél. 02 99 68 52 95
tAlents nAture
REZE CREATIC
2, rue Robert Schuman
44408 REZE Cedex
Tél. 09 83 20 10 89
terre interim
ZI Douai Dorignies Bât. Eureka
100, rue E. Branly
59500 DOUAI
Tél. 03 27 808 001
ENTREPRENEURS des Territoires
get cArriÈres
Place Mendes France
34170 Castelnau-Le-Lez
Tél. 04 99 23 54 70
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
27
Actualités
Une nécessaire coopération
pour développer le bois énergie
Pour les collectivités territoriales, la mise en place d’un réseau de chaleur
constitue une démarche complexe. Les relations avec les professionnels de
la filière, en amont et en aval, sont essentielles à la réussite des projets. C’est
ce qui ressort du dernier colloque du Cibe, à Toulouse.
[Toulouse, 31] Le Comité
Interprofessionnel Bois Énergie (Cibe) a tenu son colloque
annuel à Toulouse, le 9 octobre dernier. Le chauffage
collectif et industriel au bois,
y compris la production combinée de chaleur et d’électricité, dans l’habitat et le
tertiaire, les réseaux de chaleur et les entreprises industrielles, constituent le champ
d’action de cette structure.
Cette année, c’est le thème
de la coopération entre les
collectivités territoriales et
les professionnels qui avait
été retenu. La réalisation des
projets de chaufferies collectives était donc au centre des
débats.
Il s’agit, en effet, d’une
problématique essentielle
pour cette filière, puisqu’un
nombre croissant de communes, ou communautés de
communes, s’interrogent sur
la mise en place de réseaux
de chaleur utilisant cette
énergie renouvelable. Actuellement, ces collectivités
constituent même une part
majeure du marché.
Évoquer le contexte
de la filière
À l’Hôtel de région, la
rencontre a réuni plus de
150 participants venus de la
France entière, notamment
des élus, bureaux d’études,
exploitants de chaufferies…
Elle était organisée en partenariat avec différents acteurs, tels que l’association
interprofessionnelle Midi-Pyrénées Bois, Amorce (Association nationale des collectivités, des associations et des
entreprises pour la gestion
des déchets, de l’énergie et
des réseaux de chaleur), Atee
(Association technique énergie et environnement).
Articulé sous forme de témoignages, de tables rondes
et d’échanges avec la salle,
ce rendez-vous a permis
Représentant les Forestiers Privés de France, Bruno de Monclin (à gauche), a succédé
à Serge Defaye (à droite), à la présidence du Cibe, au mois de juin dernier.
d’évoquer, en filigrane, le
contexte de la filière. Il faut
rappeler que le bois énergie constitue un levier pour
atteindre la fameuse cible
des 3x20 %, adoptée dans le
cadre du paquet énergie-climat européen, à savoir une
réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre
en 2020, 20 % d’économies
d’énergie et une hausse de
La région Midi-Pyrénées en pointe
En introduction du colloque, le président
de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a
indiqué l’intérêt et l’important soutien que sa
région apporte aux énergies renouvelables.
Il a notamment mis l’accent sur la nécessité
de favoriser la mobilisation du bois dans les
forêts de Midi-Pyrénées, et de sécuriser les
plans d’approvisionnement des chaufferies
et réseaux de chaleur bois.
Depuis dix ans, la région Midi-Pyrénées
structure la filière, en dynamisant la demande, par le biais d’une politique volonta-
28
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
riste. Elle a soutenu 37 réseaux de chaleur et
130 chaufferies fonctionnant au bois, pour
un montant global de 13,43 millions d’euros.
Avec une puissance de 18 000 MWh, pour un
tonnage annuel de 7 500 tonnes de bois, la
chaufferie de Castres est le projet le plus important.
Afin d’assurer un appui technique aux
maîtres d’ouvrage, une équipe de cinq animateurs a été mise en place. Ceux-ci servent
de relais locaux à la politique régionale.
d é c em b r e 2 0 1 2
20 % des énergies renouvelables par rapport à 1990.
D’ici à 2020, le but est donc
de produire 3,2 mégatonnes
d’équivalent pétrole (MTep)
de chaleur supplémentaire
à partir d’énergies renouvelables. En ce qui concerne le
bois énergie, son usage doit
être multiplié par 12 pour
tendre vers cette cible, soit
une multiplication par trois
du nombre d’équivalents
logements raccordés à un
réseau.
Ayant succédé au mois
de juin dernier à Serge Defaye, le nouveau président
du Cibe, Bruno de Monclin,
estime que le chemin est encore long pour atteindre ces
objectifs. « On constate que
les autres énergies renouvelables ont du mal à décoller. Aujourd’hui, beaucoup
d’espoir repose sur le bois
énergie. » Pour l’heure, le niveau d’avancement des pro-
jets est conforme à la ligne
de route fixée. « Mais attention, peut-être avons-nous
fait le plus facile, tempère le
président. Aujourd’hui, nous
avons besoin d’un nouveau
souffle, avec des incitations
tant au niveau des forestiers
que des industriels. »
À l’échelon local ou régional, le développement
des installations au sein des
collectivités passe aussi par
une indispensable volonté
politique. Les témoignages
ont permis de brosser un
aperçu des actions menées
par les régions Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, qui
constituent des exemples
en la matière. Mais d’autres
rouages entrent également
en jeu. Les participants ont
évoqué un impérieux besoin
de visibilité face à un monde
énergétique fluctuant et un
contexte économique incertain. Ils appellent notamment à plus de cohérence au
niveau de la réglementation.
Mobiliser
la ressource
L’organisation de la filière
constitue un autre chantier
important. À ce titre, la rencontre a permis d’exposer
les relations, économiques
et contractuelles, qui se
sont instituées entre les collectivités territoriales et les
professionnels de l’amont
(forestiers…) et de l’aval de
la filière (énergéticiens…).
Pour les porteurs de projets,
la disponibilité en ressource
et la facilité d’approvisionnement constituent des interrogations immédiates. Sur ce
point, toutes les régions ne
sont pas logées à la même enseigne. Certaines semblent
souffrir d’une réelle tension
sur la ressource, tandis que
d’autres disposent de massifs forestiers mal structurés.
Quoi qu’il en soit, la mobilisation de la ressource
apparaît comme un enjeu
essentiel. Pour améliorer la
Le Comité Interprofessionnel Bois Énergie
Le Cibe regroupe des organisations professionnelles et des entreprises des secteurs
de la forêt et du bois, du déchet et de l’énergie, des maîtres d’ouvrage (collectivités territoriales, organismes HLM, hôpitaux…), des
associations d’appui aux maîtres d’ouvrage
et des spécialistes du bois-énergie.
Le Cibe réunit et coordonne les réflexions
des acteurs (souvent de taille modeste) dispersés sur le territoire pour professionnaliser
les pratiques « de la pépinière à la cendre »,
établir les règles de l’art, former des professionnels et promouvoir les chaufferies de
disponibilité, les acteurs de
la filière semblent d’accord
sur la nécessité d’enrichir les
articulations entre l’amont
et l’aval. Des synergies
entre les différents opérateurs doivent être développées. Concernant l’amont,
plusieurs défis doivent être
relevés, comme l’équipement des entrepreneurs de
travaux forestiers ou la desserte des massifs forestiers
difficilement exploitables.
L’usage des rémanents et des
connexes de l’exploitation forestière constitue également
des sujets de débats. Bruno
de Monclin veut mettre en
avant la « complémentarité »
entre les différents usages
du bois. « Tout en respectant
les modes de gestion sylvicole, il est possible d’optimiser la production de boisénergie », indique-t-il.
Au travers des nombreux
témoignages, la réunion a
permis d’identifier d’autres
facteurs pour concrétiser les
projets et garantir leur pérennité. Pour la plupart des
collectivités, le montage des
dossiers reste une problématique épineuse. C’est d’ailleurs un des obstacles le plus
souvent évoqués lors d’une
enquête menée en 2010 par
l’association Amorce. Dans ce
même sondage, d’autres interrogations sont également
pointées du doigt, comme la
compétitivité économique du
forte et moyenne puissances (y compris la
cogénération) auprès
des décideurs publics
et privés.
Au plan national et
sur la base de dossiers
technico-économiques argumentés, le Cibe
intervient auprès des institutions, des organisations professionnelles, des médias… et
au plan régional exclusivement en appui et
à la demande des organismes et acteurs de
terrain.
bois. Aujourd’hui, les projets
se raisonnent à partir de prix
de substitution qui peuvent
être variables selon les régions considérées. Pour être
compétitif, il semble que le
prix de revient du bois-énergie doit actuellement se situer entre 55 à 60 centimes
d’euros par kWh.
Différents modes
de gestion
Afin d’élaborer leur projet, les collectivités disposent de plusieurs alternatives. Juridiquement, il
convient de distinguer deux
types de solutions. Tout
d’abord, les chaufferies dédiées (ou réseau technique),
qui permettent l’alimentation des besoins propres du
maître d’ouvrage, sans vente
de chaleur à des tiers. Les réseaux de chaleur urbains ensuite. On parle de réseau de
chaleur dès lors que la chaufferie alimente plusieurs usagers, dont l’un au moins est
distinct du maître d’ouvrage.
Dans ce contexte, les collectivités peuvent envisager
plusieurs modes de gestion,
caractérisés par des modalités juridiques et financières
différentes, tant au niveau
de la mise en œuvre des travaux, que de l’exploitation
technique des équipements
et de la gestion du service.
La gestion directe se traduit généralement par la
ENTREPRENEURS des Territoires
création d’une régie communale ou intercommunale à
autonomie financière. La collectivité doit alors passer des
marchés de maîtrise d’œuvre
puis pour les travaux, l’exploitation et la fourniture
du combustible bois. Elle
prend la responsabilité de la
conduite du projet et assure
la gestion du service avec
son propre personnel et/ou
via un marché d’exploitation.
La délégation de service
public peut correspondre à
un affermage ou une concession. Dans le premier cas,
la collectivité conçoit et
construit la chaufferie et le
réseau, puis recourt au service d’une société spécialisée
uniquement pour l’exploitation technique et la gestion
du service. Si elle opte pour
la concession, la collectivité
choisit une société spécialisée pour le financement,
la conception, l’exploitation
technique, l’achat du combustible bois et la gestion du
service.
« Aujourd’hui, l’ensemble
des acteurs de la filière sont
sur un même bateau, commente Bruno de Monclin.
Il existe des opportunités
pour tous les maillons de la
chaîne. Face à des projets
de plus en plus complexes, à
nous de savoir travailler ensemble. »
Fabien Brèthes n
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
29
Actualités
ERDF et EDT sur la même ligne
ERDF et la Fédération des entrepreneurs des territoires ont développé
un partenariat autour de l’entretien des lignes électriques. Après une
expérimentation dans le Sud-Ouest, le dispositif devrait être étendu.
Le rapprochement entre
Électricité Réseau Distribution France (ERDF) et le syndicat des entrepreneurs de
travaux agricoles, forestiers
et ruraux est né d’un constat
simple. « ERDF est en déficit
d’opérateurs pour assurer la
coupe de végétation à proximité des lignes électriques.
Très clairement, nous manquons de sous-traitants pour
répondre à un besoin toujours très important », explique Jean-Marc Lassus, de
la direction des opérations
ERDF Sud-Ouest, à Toulouse.
Or, ces travaux constituent
un enjeu majeur pour le fournisseur d’électricité. Il en va
notamment de la qualité de
la desserte de ses usagers.
Et, si l’enfouissement des
lignes moyenne tension se
poursuit, la problématique
risque, malgré tout, de durer.
« Actuellement, les lignes
aériennes représentent toujours une grande partie du
réseau… À l’avenir, il devrait
en rester encore beaucoup »,
poursuit le représentant
d’ERDF Sud-ouest.
À la recherche
de candidats
Lancé au début de l’année 2012, le rapprochement
a pour objectif de répondre
à cette situation, en dénichant des candidats pour
assurer les travaux de coupe
de végétation à proximité
des lignes électriques. Une
démarche de « sourcing » a
donc été mise en place, au
travers d’une enquête d’intérêt.
Largement étoffé, le rapprochement se traduit finalement par un plan d’action
beaucoup plus vaste. Il s’agit
En fonction des
lignes électriques
considérées, divers
matériels sont
nécessaires pour
réaliser les travaux
d’entretien. Outre
le recours à l’achat
ou à la location,
le regroupement
d’entreprises
est une solution
envisageable pour
s’équiper.
30
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
aussi d’accompagner les
nouvelles entreprises souhaitant s’engager dans ce
type d’activité. C’est le SudOuest de la France, et les
régions Aquitaine et MidiPyrénées, qui ont été choisis
pour expérimenter ce dispositif. Depuis le mois d’avril,
plusieurs actions y ont été
déployées.
En Aquitaine, l’organisation régionale a sondé près
de 600 entreprises. Environ
300 l’ont été en Midi-Pyrénées. L’objectif a été d’identifier les structures répondant
au profil requis, en termes
d’équipement, de compétences et de taille. Pour être
éligible, une entreprise doit
présenter un effectif permanent d’au moins trois personnes (hors administratif),
dont a minima un grimpeurélagueur. En effet, l’entretien
de la végétation requiert selon les zones plusieurs types
de tâches. Au-delà du débroussaillage, la plus grande
partie des travaux passe généralement par l’élagage des
arbres.
Au niveau des connaissances du risque électrique,
les salariés sur chantiers
doivent être habilités HOVBO par le chef d’entreprise.
La pratique des outils informatiques (type Excel), des
courriers électroniques et
l’utilisation d’un GPS sont
également demandées, ainsi que des aptitudes dans la
gestion, le suivi de contrat et
dans la planification des travaux.
Environ une vingtaine
d’entreprises a répondu à
cette première enquête d’intérêt, en Aquitaine et MidiPyrénées. À l’issue d’une
réunion d’information préalable, une dizaine a fait le
choix d’aller plus loin dans la
démarche.
Formations
proposées
Pour prétendre à ce marché, les entreprises doivent,
en amont, se prêter à un examen de leurs aptitudes. Pour
les responsables d’entreprises, novices dans ce type
de travaux, une série de mesures sont proposées, afin
d’acquérir les connaissances
nécessaires. Une formation
complémentaire
gratuite
« élagage pour ERDF » peut
être délivrée. Dans le SudOuest, celle-ci est conduite
par le CFPPAF (Centre de formation professionnelle et de
promotion agricole et forestière) de Bazas.
D’une durée de quatre
jours, cette formation permet
d’acquérir les compétences
indispensables au travail à
proximité des lignes électriques. Outre l’étude des
différents types de lignes et
des niveaux de tension, les
participants apprennent les
gestes et les réflexes adéquats pour intervenir sur
ce type de chantier. Les aspects réglementaires sont
également passés en revue.
Un autre aspect essentiel
concerne les relations avec
l’environnement (riverains,
élus…).
En effet, avant toute intervention, le prestataire est
chargé d’informer la mairie,
si les lignes sont implantées
dans le domaine public, ou
bien les propriétaires, s’il
s’agit d’une propriété privée.
Ainsi, la formation évoque
également les exigences en
termes de suivi de chantier,
à l’image de la réalisation
des déclarations d’intention
de commencement de travaux (DICT). Outre cette formation, le suivi d’un module
spécifique d’élagueur est
également possible.
La qualification
QualiTerritoires
Basé dans le département des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Pierre Suhit fait
partie des entrepreneurs qui
ont répondu à la sollicitation
de l’organisation régionale.
Au mois de novembre, l’entrepreneur basque a suivi la
formation proposée par le
CFPPAF de Bazas. « Cela permet de connaître la conduite
à tenir à proximité des équipements électriques… On
s’aperçoit que l’on n’avait pas
forcement les bons gestes,
voire même que l’on prenait
certains risques ». Afin de
reconnaître les compétences
acquises par les entreprises
dans ce domaine, la qualification « QualiTerritoires »,
propre à cette activité, est en
phase de déploiement sur les
régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon
et PACA.
Contrats à la clé
À l’issue de la réalisation d’un chantier test puis
d’une période probatoire de
trois mois, ERDF propose
des contrats de deux ans à
ses prestataires. « C’est un
moyen de leur mettre le pied
à l’étrier », commente JeanMarc Lassus. Pour ERDF, les
travaux incluent les visites
préparatoires des chantiers,
le relationnel avec les propriétaires de la végétation, le
débroussaillement, l’élagage,
voire l’abattage des arbres.
En fonction des lignes
considérées, quelques matériels sont généralement
nécessaires pour réaliser ce
type de travaux, en plus du
petit outillage individuel et
des tronçonneuses. Outre le
recours à l’achat ou à la location, le regroupement d’entreprises est une solution envisageable pour s’équiper. La
démarche réalisée par JeanPierre Suhit en est l’illustration. Historiquement, l’entrepreneur basque est spécialisé
La complémentarité avec des entreprises de paysage est un bon moyen d’assurer les
travaux au niveau de lignes électriques.
dans les travaux de broyage.
Pour répondre à cet appel, il
s’est rapproché d’une entreprise du paysage, dotée de
plusieurs grimpeurs dans ses
effectifs. Les deux structures
sont ainsi complémentaires
pour les travaux au niveau
de lignes électriques. « Il y a
quelques années, nous avons
déjà travaillé ensemble pour
réaliser du nettoyage de végétation aux niveaux de gazoducs. Eux sont susceptibles
d’assurer les travaux d’élagage manuels, tandis que de
mon côté, je peux réaliser les
travaux mécanisables. »
Pour l’entrepreneur basque, le marché ERDF est susceptible de constituer une option intéressante. Mais avant
d’entamer un premier chantier
d’essai, il reste, malgré tout,
prudent. Sur le plan technique, il n’est pas encore rodé
à ces travaux. De plus, il demeure attentif aux conditions
qui vont lui être proposées.
Pour les entrepreneurs
du Sud-Ouest, parfois en
manque d’activité quelques
années après le passage
de la tempête Klaus, cette
opportunité est susceptible
de tomber à point nommé.
Il s’agit, en tout cas, d’une
piste de diversification à
creuser. Après ce processus d’expérimentation au
sein de ces deux régions, la
démarche devrait être progressivement étendue à l’ensemble du territoire.
Fabien Brèthes n
L’outillage généralement nécessaire*
Au niveau des ouvrages basse tension (BT) :
• Nacelle
• Broyeur de branches
Au niveau des ouvrages haute tension (HT) :
• Engins avec broyeur forestier
• Nacelle 4X4 ou 4X2
• Engins avec épareuse
• Engins avec lamiers
• Broyeur de branches
* hors tronçonneuse et petit matériel individuel
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
31
Actualités
Récoltes d’automne :
le climat impose sa loi
L’automne n’aura laissé aucun répit aux entrepreneurs situés sur une bande
qui s’étend de Lille à Bordeaux. Maïs, lin, betteraves et pommes de terre ont
le plus grand mal à quitter la parcelle, alors qu’aucune céréale n’y entrera cet
hiver. Un lourd tribut.
« Du jamais vu depuis… ».
Du
Nord
Pas-de-Calais
jusqu’aux Pays de la Loire
en passant par la Normandie, l’expression se répand
à la mesure du caractère
exceptionnel de la saison.
Les fortes précipitations ont
rendu les récoltes infernales
pour les entrepreneurs avec
un débit de chantier ralenti
et beaucoup de casse, quand
certains agriculteurs déplorent déjà d’importantes
surfaces perdues. Pour tous,
le préjudice financier est établi. Et ce n’est qu’un début.
Local mais répandu
Si le caractère local des
précipitations est habituel,
l’importance des zones touchées l’est bien moins. Dans
le nord, jusqu’à 650 mm
d’eau ont engorgé les sols
depuis la fin septembre. Un
entrepreneur s’est ainsi déplacé jusqu’à six fois chez
le même client. En Norman-
die ou Pays de la Loire, la
situation est plus contrastée.
« Nous n’avons pas eu trop
de mal ; cette année une nouvelle ensileuse a rejoint les
rangs. Cela nous a permis de
décaler facilement les dates
pour nos clients. Enfin, on a
eu relativement peu de versé
en comparaison de certaines
régions » relativise Philippe
Lair, de l’entreprise éponyme
basée à Tinchebray, près de
Flers dans l’Orne. Pourtant,
à quelques kilomètres de là,
les mauvaises expériences
sont légion. Comme chez
Jérôme Coulon, entrepreneur à Bouère (Mayenne) :
à l’ensilage, il a fallu jusqu’à
deux tracteurs en permanence pour tirer l’ensileuse
et les remorques. Il déplore
également la perte de 10 %
des surfaces de tournesols :
« Semés tard, ils se sont
égrenés à cause de l’eau ; et
ont finalement été broyés ».
En année normale, l’entre-
La saison n’aura profité qu’aux vendeurs de chenilles.
32
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
Dans l’Orne, il faut parfois deux tracteurs en permanence pour tirer l’ensileuse et
les remorques.
preneur mayennais a déjà
fini sa saison. Cette année,
elle durera un mois de plus.
La production de lin est
particulièrement
touchée.
« On estime que 8 000 ha
ne seront pas récoltés sur
la France, dont 500 ha dans
le Nord » explique Nicolas
Weksteen pour la coopérative L.A Linière, qui fait face
à la perte d’un mois d’activité. Dans cette production,
ce sont les départements de
l’Eure, la Seine-et-Marne ou
le Calvados qui payent le plus
lourd tribut. « Et pour les entrepreneurs qui ont déjà passé un temps fou à arracher,
c’est la double peine ». En
Normandie, de nombreuses
parcelles de lin fauché ont
dû être brûlées ; solution de
fortune pour débarrasser
des parcelles impraticables.
« Les agriculteurs ont déjà
commencé à débarrasser
comme ils le peuvent pour
implanter du blé » explique
Nicolas Weksteen. « J’ai vu
des agriculteurs prendre
les outils pour le regrouper,
puis le charger dans des remorques afin de dégager les
parcelles » témoigne de son
côté Noël Couvreur (59) qui
a la chance de mesurer une
perte d’activité limitée à 6 %.
Quelle que soit la production, la qualité ne sera pas au
rendez-vous
Des coûts
supplémentaires
Depuis la première semaine de novembre, les
choses se sont quelque peu
débloquées : « Des 3 000 ha
de maïs encore debout sur
la zone du Boulonnais et
du Calaisis, il n’en reste aujourd’hui que 500, évalue
Pascal Dumoutier pour la
FDSEA. Ça a bien avancé la
semaine dernière, mais les
plantes avaient atteint 35 à
45 % de matière sèche, voir
davantage ». Certains se
tournent alors vers l’ensilage
de maïs épi, avec l’exigence
de trouver tout de même des
produits de substitution. Si
les coopératives sucrières
disent vouloir jouer le jeu
en libérant des volumes de
pulpes surpressées, l’impact restera important pour
les exploitations laitières,
qui devront supporter ensuite les répercutions d’un
ensilage de mauvaise qualité. « Pour tout ce que nous
avons récolté depuis 10
jours, il y aura de mauvaises
surprises avec notamment
de la terre dans les silos »
confiait un entrepreneur en
début de semaine.
« À l’ensilage, même
relevés, les becs ont avalé beaucoup de terre, explique Jérôme Coulon en
Mayenne. Et à la terre introduite en forte quantité dans
les silos, s’ajoutent alors les
coûts supplémentaires pour
l’entreprise : casse, usure,
consommation de carburant
en hausse de 10 % ». Les
machines souffrent, le débit
de chantier plonge, et l’organisation devient infernale
lorsqu’il s’agit de prévoir le
matériel pour passer à tout
prix. « Un entrepreneur doit
ainsi s’acquitter d’une facture de plus de 2000 euros
pour sortir son intégrale.
Un coût qui ne sera pas pris
en charge par l’assurance »
explique Christine Voyez,
animatrice de la FREDT NordPas-De-Calais Picardie.
La situation pour la
récolte de betteraves
Les arrachages de betterave ont eux aussi lieu dans
des conditions difficiles,
pour satisfaire les sucreries
coûte que coûte ; certaines
reçoivent même des betteraves en provenance d’autres
secteurs pour assurer un
fonctionnement
continu.
La campagne de déterrage
s’annonce difficile. Les entrepreneurs ont été stupéfaits
d’entendre les rumeurs selon
lesquelles des demandes
auraient été faites sans leur
accord pour faire venir des
machines d’autres secteurs.
Ils estiment ces méthodes
inadmissibles.
Mais dans le Nord, ce
sont les pommes de terre qui
subissent le plus cette situation : après avoir séjourné
quelques jours dans l’eau,
elles commencent à pourrir.
« Beaucoup de temps et de
casse pour peu d’hectares.
Il faut cinq à six heures par
hectare contre deux habituellement » témoigne Christian Thumerel, entrepreneur
spécialisé dans la récolte
de pommes de terre. « On
a encore la chance que les
pommes de terre soient à
un prix élevé, et nous ne
devrions pas avoir de difficultés à répercuter les
conditions sur le tarif d’arrachage. Il faudra 3 t/ha pour
payer l’arrachage, contre 10
certaines années » évalue
l’entrepreneur. En espérant
que les producteurs fortement impactés ne soient
contraints de racheter pour
honorer leurs contrats.
Le préjudice à venir
La facturation à l’heure
aura pu tirer son épingle du
jeu. Mais toutes les charges
supplémentaires ne pourront
être compensées. « Cette
année, les agriculteurs appellent les entrepreneurs à la
rescousse. Est-ce qu’ils s’en
souviendront l’année prochaine ? C’est moins évident.
Idem pour les échanges à
l’initiative de syndicats, qui
ne tiennent pas compte de
nos problématiques, dont
un manque à gagner et des
charges qui crèveront le plafond chez certains… » explique Noël Couvreur, entrepreneur à Killem (Nord).
Les semis d’hiver sont
déjà largement compromis.
Dans le nord (Calaisis, Boulonnais, Haut-Pays d’Artois…)
le peu de surface implantée
devra accueillir une nouvelle
fois les semoirs, après de
fortes précipitations. « Nous
Dans certaines régions, les fortes précipitations ont rendu les récoltes infernales.
Évoluer dans de telles conditions n’est pas anodin pour les machines, notamment aux
châssis qui souffrent fortement.
aurons inévitablement une
baisse des surfaces emblavées en blé ; mais même en
passant au printemps, il y
aura probablement moins de
surfaces à battre » explique
l’entrepreneur
mayennais
Jérôme Coulon. « Et là ou le
terrain a été massacré, il faudra 3 ou 4 ans pour récupérer
Les ventes de chenilles explosent
Dans un communiqué adressé aux rédactions début
novembre, la société Stark Industries (49) fait part de pics
de 250 appels par jour. Importateur exclusif des chenilles
Tidue dans l’hexagone, elle annonce s’être procurée en urgence du matériel en provenance des États-Unis et d’Italie
pour répondre à la demande, et avoir ainsi commercialisé
70 paires de chenilles en trois semaines, contre 30 depuis le
début de l’année. Situation comparable pour la société Godefroy Équipements de Banteux (59) qui commercialise les
équipements Soucy Track : « Difficile de se fournir ; nous en
avons récupéré dans toute l’Europe pour répondre aux demandes » explique Antoine Godefroy. Aujourd’hui, la situation s’avère moins tendue : « Le coup de bourre se termine,
certaines retournent à la vente ou en location. C’est un
double marché : une fois que le client a fini, il profite de l’euphorie ». Les annonces de vente concernant des chenilles
quasi-neuves se sont donc multipliées ces deux dernières
semaines. Après avoir assumé des charges supplémentaires lors de la récolte, beaucoup jugent inutile d’immobiliser de la trésorerie.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
33
Actualités
un potentiel ». De son côté,
Noël Couvreur (59) pointe
déjà de probables difficultés
pour s’approvisionner en semences de printemps, et un
probable impact du retard de
végétation sur les prochaines
moissons.
Un problème de fond
Une réunion de crise a été
organisée lundi 12 novembre
dans le Nord-Pas-de-Calais.
« Conviés, les entrepreneurs
de la région se sont massivement déplacés, prouvant ainsi
leur engagement » se félicite
Pascal Dumoutier, animateur
FDSEA. Quelques jours plus
tard, Xavier Beulin, président
de la FNSEA, a fait le déplacement pour une autre réunion
destinée à évaluer la situation. Les leviers à actionner
sont nombreux, mais difficilement utilisables. Les épandages qui devraient être finis
au 15 novembre n’ont parfois pas encore commencé.
L’administration ne prendra
pas d’arrêté de report pour
se prémunir des amendes
infligées par Bruxelles, mais
tolérera probablement ces
épandages tardifs. Et si l’état
de catastrophe naturelle peut
être décrété, ce ne sera pas
suffisant.
Car, malgré le caractère
exceptionnel des précipitations, en volume comme en
fréquence, des problèmes de
fond sont soulevés dans certaines régions. La chambre
d’Agriculture du Nord-PasDe-Calais pointe, immédiatement, un problème d’entretien des fossés et canaux.
Le réseau Voies navigables
de France préfère ainsi augmenter le niveau des eaux
pour faire circuler les péniches, passant sous silence
le problème du traitement
de boues contenant des métaux lourds. « De façon globale, on observe un déficit
de curage des cours d’eau,
qui rendent les parcelles impraticables par capillarité »
témoigne l’animateur FDSEA
Pascal Dumoutier. La gestion
communale d’entretien s’est
alors illustrée, en faveur ou
défaveur des professionnels
du secteur. Une perspective
d’activité future, qui demeure
cependant bien maigre pour
compenser le préjudice subi.
Guillaume Le Gonidec n
Colloque Fafsea-Vivea,
la responsabilité sociétale et
environnementale des entreprises
[Paris, le 11 octobre 2012] Co-organisé par les deux fonds
financeurs de la formation professionnelle continue agricole,
le colloque « Monde rural, responsabilité sociétale des entreprises et formation continue : mutations et solutions pour les
compétences de demain » a permis de présenter la progression
de certaines formations en lien avec la Responsabilité sociétale et environnementale (RSE), que les entreprises agricoles
et rurales sont incitées à adopter, suite aux lois Grenelle 1 et 2.
Le Fafsea et Vivea ont invité des entreprises adhérentes
pilotes, des chefs d’entreprise agricole, entrepreneurs du
paysage, de travaux agricoles et forestiers et leurs salariés à
venir témoigner de leurs bonnes pratiques. Bilan : l’approche
stratégique, économique et sociétale des entreprises s’accompagne d’une anticipation des besoins en compétences
adaptées à l’emploi rural de demain et à la dynamique RSE,
ce que soutiennent les deux organismes financeurs de la formation professionnelle continue, pour les salariés (Fafsea) et
pour les chefs d’entreprise (Vivea).
« La RSE est le fait pour une entreprise de prendre en
compte les effets de ses activités, de s’efforcer d’en réduire
les effets négatifs sur l’environnement social et naturel, de
contribuer autant que possible au bien commun, en intégrant
ces aspects dans la stratégie et la gestion de l’entreprise et
d’en rendre compte aux parties intéressées », a rappelé Michel Capron, spécialiste de la RSE et intervenant au colloque.
À cet égard, Christiane Lambert, présidente de Vivea, s’est
félicité des dernières tendances de la formation continue des
chefs d’entreprise agricole : « La tendance lourde est l’augmentation très importante des formations en lien avec l’environnement. Le nombre de formations sur cette thématique a été multiplié par 3 entre 2007 et 2011 (et multiplié par 9 si on inclut le
Certiphyto), pour atteindre 35,9 % des formations financées par
Vivea, soit 1,22 million d’heures en 2011. »
34
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
Les perspectives sont encourageantes. Le Fafsea prévoit,
par exemple, d’étendre la formation Certiphyto sur la limitation des impacts environnementaux et sanitaires des produits
phytopharmaceutiques. « Notre objectif est de former 90 000
salariés en 3 ans dont 55 000 salariés en 2013 », a déclaré
Philippe Peuchot, président du Fafsea. « Cet engagement sur
l’élargissement de la formation Certiphyto est rendu obligatoire par le Grenelle de l’Environnement. Nous ne contestons
pas l’intérêt d’un tel dispositif, mais sa mise en œuvre ne doit
en aucun cas imputer les moyens mobilisés dans le cadre des
dispositifs classiques de formation professionnelle, moyens
de plus en plus sollicités. »
Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de
la Forêt a clôturé cette journée de
travail et d’échange.
Salon
Innov-Agri 2012, pulvérisation
et travail du sol sous l’œil
des professionnels
Pour cette deuxième partie consacrée au plus grand salon de plein champ
français, nous avons mis le cap sur le travail du sol et la pulvérisation. Si
cette dernière activité connaît une tendance stable, le domaine du travail du
sol et a fortiori celui du semis se caractérisent par la diversité des solutions
proposées.
[outarville, loiret] Sur
Innov-Agri, la participation
des constructeurs de matériels de travail du sol et semis est traditionnellement
importante. Dans des sols
particulièrement secs, les
outils de travail du sol et de
semis auront eu fort à faire
pour produire une texture favorable pour les levées. Des
conditions dans lesquelles
les matériels de semis direct
pourront se démarquer. Mais
la Beauce marque aussi son
empreinte dans le domaine
de la pulvérisation, elle qui
compte comme l’une des régions les plus dynamiques
dans le domaine.
La pulvérisation
s’impose
Berthoud a profité d’Innov-Agri pour lancer deux
nouvelles rampes aluminium
dans la famille Ektar. Disponible sur les pulvérisateurs
automoteurs Raptor et traînés Tenor, la B2 (pour « deux
bras ») dont la structure
axiale en aluminium a été
conçue par Berthoud, est disponible de 36 à 42 m. La B3
de 36 à 38 m est disponible
uniquement sur les Tenor,
et est conçue par Pommier.
Toutes deux adoptent une
nouvelle suspension pendulo-axiale et des doubles dispositifs anti-fouettement. Le
contrôle de dévers et la géo-
métrie variable sont fournis
de série. Pour les modèles
portés, le constructeur a
aussi mis en avant sa rampe
à repliage vertical Elypse, qui
dispose de 5 bras repliés en
éventail et offre des largeurs
de travail de 27, 28 et 30 m.
Quelques jours avant le
salon, le groupe Pommier a
annoncé la fabrication prochaine de son pulvérisateur
traîné haut de gamme Hybride
(4 500 à 7 000 litres de capacité) chez le constructeur Arland, pour pallier un manque
de place dans ses locaux. Un
Hybrid de couleur jaune figurait donc sur le salon. Arland
élargit ainsi sa gamme qui
comprend désormais des pulvérisateurs traînés de 2600
à 7000 litres, équipés de
rampes de 18 à 44 mètres.
Nous avons aussi pu
noter la présence chez John
Deere d’un pulvérisateur
doté de la technologie Twin
Flow ; jamais réellement
mise en avant sur le marché
français, la technologie d’injection d’air retrouve de l’intérêt en ces temps de hausse
des exigences autour de
l’application phytosanitaire,
notamment dans des végétations denses.
Le travail du sol sous
toutes ses coutures
Importés depuis une dizaine d’années en France, les
Berthoud a totalement
renouvelé son offre de
rampes, chaque catégorie
en bénéficie.
Pour optimiser la pulvérisation, John
Deere promeut l’injection d’air Twin
Fluid.
matériels de la marque SMS
sont encore peu représentés.
Assemblés en République
Tchèque, ils sont pourtant
conçus avec un nombre important de pièces françaises
et allemandes. L’importateur français Lesage agriculture (62) mettait notamment
en avant son « finisher », le
F2x. Associant une rangée
de disques indépendants,
des dents disposées sur trois
rangées puis un rouleau, il
est disponible en largeurs de
3,50 à 5 mètres.
Il fait face au Terrano 4 MT
de Horsch, présenté pour la
ENTREPRENEURS des Territoires
première fois au travail dans
l’hexagone. Celui-ci associe
deux rangées de disques, qui
mélangent intensivement les
débris végétaux dans l’horizon superficiel, et deux rangées de dents assurant une
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
35
Salon
Le Multiflex est le premier déchaumeur à disques indépendants conçu par Bonnel.
fissuration en profondeur. Le
MT reçoit l’essieu dit « Revolver » en position centrale, à
l’image du Terrano FM qui
faisait là aussi l’une de ses
premières apparitions.
Grégoire Besson exposait la nouvelle herse rotative
VKE qui complète la gamme
PKE pour des utilisations plus
intensives. Ce modèle dont
le lamier est constitué d’un
tube renforcé dispose de 4
rotors/m. Il est disponible en
largeurs de 3 à 8 mètres. Gré-
goire Besson a aussi lancé
une nouvelle dent de décompactage baptisée LD, avec
pour objectif un moindre bouleversement des horizons
du sol. Enfin, le constructeur
exposait le Discoflex porté
(3 à 6 m) doté de disques de
610 mm. Particularité, chaque
bras portant deux disques est
composé d’une lame flexible
en acier ; la gamme de déchaumeurs à disques indépendants Discoflex sera complétée lors du prochain Sima.
Les gammes évoluent
au rythme des acquisitions,
c’est un fait qui n’a pu être
démenti lors de cette édition du salon. Ainsi avec le
récent rachat de Rabe par
Grégoire Besson, Souchu
(filiale du groupe GB) intègre
progressivement le réseau
commercial et les productions allemandes : les charrues, déchaumeurs rapides
Fieldbird et chisels Bluebird,
ou encore le Combitrack, un
outil associant deux rangées
de dents et deux rangées de
disques pour un travail intensif en un seul passage.
De même, le rachat de
Simba par l’américain Great
Plains (motivé par la volonté
d’élargir la gamme distribuée en France) a conduit à
une nouvelle organisation de
la distribution. Bonnel, précédent importateur qui s’est
alors retrouvé privé d’une
gamme de déchaumeurs à
disques indépendants, n’a
pas tardé à réagir. Lors d’Innov-Agri, le constructeur de
l’Eure était déjà en mesure
d’exposer un matériel de sa
fabrication : le Multiflex est
doté de disques indépendants de 560 mm de diamètre et 6 mm d’épaisseur
(huit par mètre) et proposé
en largeurs de 3, 4,50 et 6
mètres. Les deux derniers
disposent d’un réglage de
profondeur hydraulique, et
seront équipés en option
d’un kit boulonnable pour
une configuration semi-portée. Tous disposent de série d’une rangée de herses
peignes et accueillent l’une
des variantes de rouleau :
barres de 600 mm, packer de
500 mm, lames flexibles…
Chez Duro, les techniques
simplifiées sont mises à
l’honneur autant que le labour avec un retour des charrues, notamment un modèle
frontal à quatre corps qui se
replie pour limiter le porte-àfaux. Ce modèle exposé permet d’atteindre une largeur
de travail de 4 m en combinaison avec une charrue arrière
6 corps ; sa longueur reste
limitée à 3,20 m au trans-
un appareil léger chez Artec
Dans le cadre de la relation étroite qui lie plusieurs
concessionnaires depuis le milieu des années 1990, l’optimisation de la pulvérisation a ainsi toujours été le maître mot.
Alors que Agco souhaite réserver à son réseau la distribution des automoteurs Challenger (dont les descendants du
Spra-Coupe) plusieurs de ces spécialistes se sont retrouvés
dépourvus d’appareils adaptés à la pulvérisation à bas volume. Ils se sont alors tournés vers la société Artec. Le fruit
de cette collaboration, qui a aussi mobilisé des agriculteurs
avisés, est dénommé RS20 et a été dévoilé sur le salon, mobilisant déjà les regards. Motorisé par Deutz, il adopte un bloc
quatre cylindres en position centrale, développant 155 ch soit
un rapport poids/puissance proche de 20 ch/t une fois la cuve
de 2000 litres pleine (l’arrêt du remplissage est programmable). Le réservoir à carburant, huile hydraulique, et la cuve
de rinçage sont positionnés devant la cabine pressurisée et
climatisée. La suspension hydro-pneumatique sur les quatre
roues bénéficie d’une compensation, et la voie est variable de
1,80 à 2,70 m. L’automoteur dispose par ailleurs d’un freinage
sur les quatre roues, dont les deux arrières sont motrices, et
d’une assistance optionnelle sur les roues avant. Une transmission hydrostatique à gestion électronique permanente
« D.A.S » (elle offre d’ailleurs limiteur et régulateur de vitesse)
autorise l’évolution de 0 à 40 km/h. L’automoteur léger de Ar-
36
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
« L’automoteur Artec RS20 est le fruit d’une étroite réflexion entre constructeur,
concessionnaires et utilisateurs. »
tec adopte deux pompes de 380 l/min et 500 l/min, respectivement pour la pulvérisation et le remplissage, ainsi qu’une
régulation « en ligne » mixte, par le débit et la pression. La
mise en œuvre fait appel à une vanne multifonction, et le rinçage s’effectue depuis la cabine par dilution. L’incorporateur
offre un relevage hydraulique. La rampe alu de 24 à 32 m fournie par Pommier dispose de 6 à 11 tronçons, à coupure par
GPS en option, tout comme le guidage directionnel.
Une version proposant davantage de volume est toutefois annoncée.
Malgré l’appel des
itinéraires simplifiés
La charrue frontale revient sur le devant
de la scène, surtout lorsqu’un constructeur y associe l’innovation avec un dispositif de repliage.
port, contre 4,50 m pour un
modèle fixe de trois corps. Le
Compil, outil doté de bêches
roulantes qui a fait la réputation du constructeur en TCS,
était ici présenté avec deux
trains de disques remplaçant
les deux premiers trains de
bêches (quatre au total) : une
demande de certains clients
confrontés à l’enroulement
de vivaces. Par ailleurs, un
strip-till du constructeur illustre une nouvelle pratique
visible chez plusieurs exposants : l’adoption d’éléments
semeurs sur des outils de
travail profond. Les éléments
semeurs Cultidisc « 80 kg »
d’origine Sulky prennent
place derrière chaque élément du strip-till, et sont ici
alimentés par des trémies de
16 litres (une pour 3 rangs).
La société Claydon a été
créée par un agriculteur anglais confronté à la difficulté
de travailler ses argiles. Elle
entame actuellement une
phase de déploiement et
présente un Hybrid Drill qui
a évolué pour satisfaire aux
différentes conditions pédo-climatiques, mais garde
néanmoins le concept originel : faire travailler une
rangée de dents fouilleuses
devant les dents semeuses.
Les premières ameublissent
désormais le sol en le bouleversant de façon minimale
grâce à des angles d’attaque
revus. Elles disposent de
sécurités non-stop hydrauliques ou de boulons de traction, sont réglables selon
quatre positions, et agissent
au maximum 15 cm sous la
profondeur de semis. Les
dents vibrantes qui assurent
ensuite le semis déposent les
graines sur une largeur de 9
à 15 cm selon la culture, dans
le cadre de colza et céréales
respectivement. La profondeur est réglée au moyen de
quatre roues stabilisatrices,
et des lames « Crossboard »
ramènent la terre sur la ligne
de semis. La distribution centralisée régulée électriquement est d’origine Accord, et
Le semoir Claydon Hybrid Drill associé des dents de fissuration et des organes
d’enterrage.
Le Centurion intégrera bientôt la fertilisation, à l’image du Spartan destiné au
semis direct (en vignette).
puise la semence dans une
trémie de 1 800 l.
Simba Great Plains exposait le semoir rapide Centurion, premier matériel issu
ENTREPRENEURS des Territoires
de la collaboration entre les
deux constructeurs. Ses éléments semeurs à doubledisques sont montés sur parallélogramme et disposent
d’une languette de rappui de
la graine. Issus des semoirs
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
37
Salon
Les semoirs finlandais des marques Tume et Junkkari re-débarquent en France.
de semis direct, ils affichent
une pression maximale de
210 kg. Doté d’une trémie
de 4 100 litres et d’éléments
semeurs distants de 125 ou
167 mm, le Centurion affiche
quelques originalités comme
le tuyau permettant le calibrage depuis l’arrière, sans
nécessité pour l’utilisateur
de se glisser sous la distribution qui bénéficie par ailleurs
d’un changement rapide des
rouleaux doseurs. Le rele-
Le Turbosem TR36 alimente trois distributions sur le principe du « seed on demand ».
38
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
vage de l’outil propose une
position « maintenance »
qui facilite le démontage
des disques ; des manettes
situées sur l’outil dispensent d’ailleurs de réinstaller
le boîtier pour commander
les fonctions hydrauliques
lors de la maintenance. Le
réglage de la profondeur de
travail des disques indépendants s’effectue hydrauliquement, et présente une
fonction mémoire. Des cellules de pesée seront montées en option sous la trémie.
Une solution intégrant
la fertilisation sera par ailleurs dévoilée prochainement, à l’image du reste de
la gamme : pour le marché
français, nous retiendrons
le semoir direct Spartan 607
(largeur de travail de 6 m,
éléments semeurs à doubles
disques de 250 kg) qui associe au choix une trémie de semence de 5 280 litres, deux
trémies de 2 885 litres pour
la semence et l’engrais solide, ou encore trois trémies :
une pour la semence et deux
pour l’engrais liquide (2x
760 litres). L’engrais solide
est apporté conjointement
avec la semence, alors que
l’engrais liquide est placé au
fond du sillon par un tube de
descente spécifique. Great
Plains, qui fournit depuis peu
des semoirs monograines à
Case IH pour le marché américain, mettra en avant ses
solutions « twin row » lors du
prochain Sima.
Les semoirs finlandais
Tume et Junkkari bénéficient
depuis peu, eux aussi, d’une
commercialisation
dans
l’hexagone. Tume fabrique
depuis plus de 60 ans des semoirs, dont le Nova Combi en
largeurs de 3 et 4 m. Ce semoir
à distribution par cannelures
adopte une trémie compartimentée pour assurer le placement conjoint d’engrais et semences dans le sillon créé par
un élément à double-disques
crénelés. L’élément semeur
monté sur parallélogramme
entre deux roues plombeuses
peut exercer une pression de
200 kg, et autorise donc le
semis direct. Le Maestro de
Junkkari, davantage destiné
aux itinéraires incluant un travail du sol, dispose également
d’une grande trémie compartimentée (4 200 litres en version 3 m). Engrais et semence
sont placés par un élément
associant disques crénelés et
coutres. Le Maestro dispose
de deux rangés de disques indépendants qui précèdent les
organes de semis, et retient
une distribution par ergots.
La pression exercée sur ses
éléments semeurs varie de 6
à 140 kg.
Herriau complète sa
gamme Turbosem avec le
TR36 de 6 mètres, qui reprend
la distribution par courroies
permettant de semer des céréales à 16,7 cm d’interrang,
des betteraves à 50 cm, ou
encore du maïs à 75 cm. Il
reçoit 4 rangées de dents vibrantes ou deux rangées de
disques indépendants, puis
un rouleau à bandage caoutchouc de 520 ou 700 mm. La
mise en terre de la semence
est assurée par le traditionnel
soc à roue plombeuse, par un
disque droit à roue de jauge
arrière, ou par le nouveau
disque à roue de jauge latérale. Particularité : la trémie
principale de 4 000 litres approvisionne trois trémies satellites via un système « seed
on demand ». Trois têtes de
distribution alimentent ensuite au plus près les 36 éléments semeurs pour garantir
la régularité d’espacement
des graines sur le rang.
Alpego a présenté un nouveau déchaumeur à trois rangées de dents baptisé Puma.
Disponibles en largeurs de
3 à 4,50 m et configurations
portée et semi-portée, les
cinq modèles disposent d’un
dégagement de 76 cm et de
dents présentant un effort
à la pointe de 750 kg max.
Les dents sont suivies d’une
rangée de disques de nivellement et d’un rouleau à lames
flexibles qui, fait unique,
sont ici disposées de façon
hélicoïdale. Sur son stand,
Alpego exposait également
une herse rotative de 8 m
ainsi que la combinaison de
semis ASF 600 dont la trémie
de 1 400 litres était intégrée
sur un tracteur Claas Xerion.
Maschio exposait le Terremoto 3, un déchaumeur à
trois rangées de dents, ainsi
que la dernière évolution du
Diablo, un décompacteur de
5, 6 ou 7 mètres. Les dents
de décompactage sont suivies d’une double rangée de
disques droits sur l’attelage
trois points qui jouxte l’essieu
de transport. Le constructeur italien a enfin dévoilé le
semoir monograine Renata
qui reprend les éléments
semeurs du Regina (orientation SD, écartements de 70 à
80 cm) mais affiche une configuration traînée repliable. Il
accueille une trémie de 1 600
litres pour l’engrais, et des
trémies de microgranulateur
revues. On notera que deux
turbines sont présentes : en
plus de celle liée à la distribution, une turbine garantit
la bonne alimentation en engrais des rangs extérieurs.
À son tour,
Maschio adopte
le repliage en
portefeuille
sur le nouveau
semoir monograine Renata.
Chez l’acteur historique
du semis monograine qu’est
Monosem, c’est l’élément
semeur NX2 qui fait l’actualité. Cette nouvelle version
de l’élément à disques destiné aux itinéraires simplifiés
reçoit un parallélogramme
renforcé intégrant un réglage
de la pression par molette
jusqu’à 250 kg. Il se distingue de l’élément NG par
un parallélogramme renforcé
et un châssis de section plus
importante (carré de 180 mm
contre 130 mm). La régularité d’enterrage pourra être
améliorée par l’adoption de
l’amortisseur Monoshox.eu,
un équipement qui a démon-
tré son intérêt outre-atlantique pour augmenter la vitesse de semis. La roue pro,
disponible elle aussi en option, garantira alors un plombage optimal de la graine et
une régularité sur le rang.
L’élément NX2 est notamment disponible sur le récent
modèle traîné Wingfold dont
le repliage vers l’avant d’une
partie des éléments limite la
largeur à 3 m au transport.
Pour le visiteur, les conditions sèches de la rentrée
auront permis d’observer le
travail des outils dans un sol
difficile à affiner, particulièrement discriminant pour
l’organe d’enterrage des
semoirs. Durant ces quatre
jours, la plaine d’Outarville
a été foulée par des nombreux outils, de conception
ancienne comme des plus
novatrices. En matière de travail du sol, le couteau suisse
se fait rare, et les exposants
l’ont prouvé une nouvelle fois
par la diversité des solutions
proposées. Le même visiteur
aura peut-être été soulagé
d’observer que, en matière
de pulvérisation, les acteurs
avancent en revanche d’une
seule et même voie vers…
plus de technologie.
Guillaume Le Gonidec n
L’élément Monosem NX2 pourra voir sa stabilité améliorée par l’amortisseur Monoshox.eu.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
39
B R E TA GNE
E
G
A
D
N
A
P
É
JOURNÉE
Le mercredi 19 Décembre 2012
A partir de 10 h 00
Station des Cormiers
La Bourdinière à Saint Aubin du Cormier (35)
Programme de la journée
10 h 00 Café d’accueil des participants
10 h 15 Présentation Générale de la Journée et du réseau des Entrepreneurs des Territoires
10 h 30 Les Entrepreneurs des Travaux s’engagent pour la qualification des entreprises
Qualiterritoires
La formation continue des opérateurs en chantier d’épandage
11 h 30 Présentation des travaux de recherche de la Station des Cormiers
13 h 00 Repas au centre de formation Agr’Equip
14 h 00 Visite de l’unité de méthanisation à Domagné «Méthavo Elevage»
15 h 30 Visite de l’ ETA TEMPLON : Système d’épandage sans tonne
17 h 00 Clôture de la journée
Prix de la journée (repas compris) : 25€
Caen
Fougères
Sens de Bretagne
Combourg
À 25 mn de Rennes
Prendre l’A84,
Direction Fougères Caen
N12
Sortie n°28
St-Aubin du Comier
Gosné
A84
Liffré
Station des Cormiers
D25
Livré sur Changeon
La Bouëxière
Val d’Izé
INSCRIPTION : Entrepreneurs Des Territoires de Bretagne : 02.96.66.18.24
Salon
Sommet de l’élevage 2012 :
vents porteurs
Les prix des productions dopent la fréquentation
À l’extérieur, de nombreux constructeurs étrangers auront pu se faire remarquer : Faresin et ses
chargeurs télescopiques de
forte capacité, Juscafresa
qui vient de mettre en place
un réseau français et exposait un épandeur à hérissons
verticaux, ou encore Crosetto qui a récemment obtenu l’homologation routière
pour ses bennes. Italiens et
Espagnols trouvent dans le
marché français une solution
pour compenser leurs marchés intérieurs qui s’avèrent
fortement ralentis en cette
fin d’année. Le visiteur pouvait également assister à la
présentation des nouveaux
tracteurs Zetor Forterra HSX
développant 100 à 140 ch, ou
de la version économique du
Coupteor de Tail’Net qui se
monte sur un godet. Quels
qu’ils soient, les 1 250 exposants de cette 21ème édition ont salué la qualité des
contacts noués avec les visiteurs.
Malgré une baisse des
cours du lait constatée depuis quelques semaines,
les prix des productions
ont en effet contribué à une
ambiance positive du côté
des éleveurs. De quoi satisfaire également le ministre
de l’Agriculture Stéphane Le
Foll, qui mettait fin à deux
années consécutives sans visites ministérielles. Sur le salon, le chef du gouvernement
a tenu à rappeler son soutien
à la profession laitière, expliquant qu’il ne souhaitait pas
voir la France se spécialiser
dans la production de céréales. Le ministre de l’Agriculture a annoncé la mise
en place de groupes de travail pour plancher sur l’amélioration des dispositifs de
contractualisation laitière. Il
a enfin clôturé la conférence
« La place de l’élevage bovin européen dans la future
Pac » organisée par Interbev,
l’interprofession du bétail et
de la viande.
Les exposants ont salué cette année la qualité des contacts.
au programme durant ces
trois jours, certaines n’auront pas manqué d’attirer
l’attention. C’est le cas de la
conférence « Stratégies de
la filière viande bio : pour
assurer son développement
face aux aléas climatiques et
économiques » à l’initiative
d’Interbev. Elle a soulevé des
aspects remarquables de
l’élevage bovin biologique en
Massif Central, qui a vu son
cheptel doubler depuis 2005.
Julien Belvèze, de l’Institut
de l’élevage, a évoqué dans
sa présentation la question
de l’autonomie alimentaire
dans un contexte soumis
aux aléas. Si l’autonomie alimentaire globale - qui passe
essentiellement par la production fourragère - a peu
évolué au cours des trois dernières années, les coûts opérationnels d’alimentation ont
Une recherche
de durabilité
Technologie, commerce
international, Politique agricole commune, recherche ;
parmi les 33 conférences
© Qui Plus Est.
[Clermont-Ferrand, du 3
au 5 octobre] Lors de cette
nouvelle édition du salon de
l’élevage qui occupe chaque
année la grande halle d’Auvergne, 80 000 personnes
ont arpenté les allées. La fréquentation a bénéficié d’un
contexte favorable avec des
prix jugés bons en bovins
et ovins viande. « Ce qui est
important et que l’on peut
constater, c’est que la grande
majorité des exposants a eu
des contacts commerciaux
intéressants » s’est ainsi félicité à l’issue du salon Roger
Blanc, son président.
© Qui Plus Est.
Grâce à des prix de vente favorables, le Sommet de l’élevage a satisfait
exposants comme visiteurs, y compris les institutionnels pour qui la visite
tourne parfois au parcours du combattant. L’édition 2012, qui exprime son
ouverture vers l’international, fut une véritable réussite pour tous.
Sur le salon, le premier ministre Stéphane Le Foll aura lui aussi bénéficié d’une
conjoncture favorable.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
41
Salon
le palmarès des Sommets d’or
Cette année, le jury qui a reçu près
de 50 dossiers de candidature, a récompensé douze produits pour leur caractère innovant. Dans la catégorie Machinisme, JCB, Lely et Joskin ont notamment
emporté des distinctions. Le premier au
titre du moteur Ecomax (75 à 176 ch) qui
parvient à satisfaire la norme Tier4 Interim sans aucun dispositif de traitement
post-combustion ; le second grâce à son
récent andaineur à quatre rotors Hibiscus 1515 qui, malgré une largeur de tra-
vail dépassant quinze mètres, tire parti
de sa conception à deux poutres indépendantes pour assurer un suivi optimal du terrain et proposer des réglages
simplifiés. Le système d’affouragement
robotisé Vector du même constructeur
a aussi été primé. Notons également le
Sommet d’or obtenu par la remorque à
bande transporteuse Drakkar de Joskin,
déjà largement primée sur les salons de
la rentrée. Enfin, nous citerons la distinction obtenue par la société Metha-
jade pour son unité de méthanisation
par voie sèche discontinue, qui maintient l’état physique des déchets digérés
et ne modifie donc pas les techniques
d’épandage habituelles. Comme toutes
les installations de ce type, elle améliore les propriétés agronomiques et sanitaires du digestat.
© Qui Plus Est.
fourragère, des ateliers (association élevage-cultures,
hors-sol et herbivores) ou
des débouchés s’impose une
nouvelle fois comme un facteur favorable à la durabilité
économique de ces systèmes
de production.
Les présentations animales sont l’un des moments forts du Sommet de l’Élevage.
augmenté de 33 %. Globalement très autonomes, ces
élevages n’en sont pas moins
soumis à des externalités
telles que la hausse du prix
des aliments, des carburants
ou encore du poste « travaux
par les tiers ». Une augmentation de 20 % et 10 % pour
ces deux derniers postes
impacte ainsi leurs revenus
✓ PROMO
avec une perte moyenne de
0,06 Smic par Unité de maind’œuvre exploitant. Mais le
coût des aliments reste toutefois prépondérant avec la
perte de 0,12 Smic suite à
une hausse de 20 %. Si la durabilité du système obtenue
par la recherche d’autonomie ne se dément pas, la diversification de la ressource
La dimension internationale s’affirme
Parmi les 3 000 visiteurs
étrangers qui ont fréquenté
le salon cette année, 70 pays
étaient représentés contre 62
en 2011. La dimension internationale du salon s’affirme
au fil des éditions. Le Sommet de l’élevage a reçu des
délégations en provenance
d’Allemagne, de Belgique,
des Pays-Bas, d’Ukraine, ou
encore de Colombie. Selon
leur origine géographique,
celles-ci affichent alors diverses attentes : importation
d’animaux
reproducteurs
pour la constitution de cheptels, importation d’animaux
maigres ou prêts à abattre,
de carcasses, besoin de services… Ils auront également
pu apprécier les visites d’élevages mettant en valeur le
professionnalisme des éleveurs français. Des délégations de Colombie et du Japon ont par ailleurs sollicité
les organisateurs du salon ;
le Sommet semblant faire
école pour l’organisation
d’événements dans leurs
pays. Gageons que la prochaine édition, qui accueillera notamment les concours
nationaux des races Salers
et Montbéliarde, laisse le
même niveau de satisfaction
chez les visiteurs. Le Sommet
de l’élevage 2013 occupera
de nouveau la grande halle
d’Auvergne les 2, 3 et 4 octobre 2013.
economisez sur toute la pièce technique
pour tout votre matériel
HN-DEERE
FILTRES JO
ISON OCT-
✓ MORTE SA
NOV-DEC
TracTeur / Moisonneuse-BaTTeuse / ensileuse /
Presse / TélescoPique / seMoir / eTc...
technicien
conseil
PouR moIs-bAtteuse toute mARque
contre-batteur / grilles / secoueurs / arbres / courroies /
roulements / pignons / chaines / boîtier coupe /
pièces usure de coupe / éparpilleur menue-paille
02 37 25 38 59 - Fax 02 37 25 34 38
DIRAGRI Tél.
diragripieces@wanadoo.fr - www.diragri.com
42
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
Salon
Eima, la force de la mécanique
Le salon international du machinisme agricole, qui a eu lieu du 7 au 11
novembre à Bologne, en Italie, a conclu sa 40ème édition avec des chiffres
exceptionnels.
Pour cette édition, un niveau record a
été atteint en termes de surface d’exposition (140 000 m2 nets, 270 000 m2 bruts),
de public (196 192 visiteurs en cinq jours).
Les visiteurs étrangers (32 133) sont en
forte croissance, avec une hausse de 22%
par rapport à l’édition 2010, confirmant la
portée internationale de l’Eima. Beaucoup
de fournisseurs présents pour présenter leurs nouveautés, mais également un
grand moment de communication « pro »,
avec plus d’une centaine d’événements,
y compris des conférences et des ateliers
traitant des questions aussi diverses que
l’économie, l’agriculture et la technologie.
Parmi les sujets au premier plan, ceux de
la nouvelle Politique agricole commune,
des bioénergies et de la sécurité au travail.
Le président de l’Unima, Aproniano Tassinari,
interviewé par Sauro Angelini de Agrilinea.tv,
devant le stand de l’Unima.
Interview de Francesco Torrisi, directeur de l’Unima
EDT Mag’ : Quelle est la situation de l’agriculture et des
entrepreneurs de travaux en Italie ?
Grâce au recensement agricole de 2010, nous connaissons
mieux ce secteur et pouvons réaliser de meilleures prévisions.
En Italie, nous comptons environ 1,6 million d’exploitations
agricoles et 11 000 entrepreneurs de travaux agricoles. La plupart d’entre eux (8 000) sont adhérents à l’Unima. La tendance
est à la diminution du nombre d’exploitations agricoles, et à l’agrandissement des surfaces exploitées par chacune d’elles. Malgré tout, la surface
agricole totale utilisée diminue d’année en année.
Dans le futur, le secteur va se spécialiser et les entrepreneurs pourront jouer un rôle important en
fournissant des services à la pointe de la technologie permettant d’augmenter la productivité du
secteur tout en respectant l’environnement.
EDT Mag’ : Cette année, les prévisions du marché italien sont assez pessimistes pour les ventes
de matériel. Dans le même temps, l’Eima semble
devenir un salon de plus en plus important au niveau international, comment expliquez-vous cela ?
En dépit de la mauvaise situation globale, qui est bien perceptible en Italie, c’est vrai que l’Eima attire toujours les exposants et les visiteurs. Nous expliquons cela par le fait que
le marché italien reste un marché important, mais surtout
que ce pays a une tradition de constructeurs « de haute qualité ». De ce fait, l’Eima est un salon incontournable pour les
constructeurs du monde entier, et attire les agriculteurs, les
entrepreneurs et les hommes d’affaires curieux des dernières
nouveautés. Une donnée importante pour expliquer le succès
de l’édition 2012, serait de connaître le chiffre d’affaires des
exposants, c’est le facteur clé cette année.
EDT Mag’ : Avez-vous remarqué une tendance générale cette année ?
Ce n’est jamais simple de dégager une tendance globale, mais je crois avoir remarqué un
intérêt croissant pour les produits innovants,
ceux qui permettent de faciliter le travail des
entrepreneurs et des agriculteurs.
L’Unima (Unione Nazionale Imprese di Meccanizzazione) a été fondée en 1946, elle est
membre de la Confindustria (Confédération géFrancesco Torrisi
nérale de l’industrie italienne). Elle représente
8 000 entrepreneurs de travaux agricoles, lesquels totalisent un chiffre d’affaires de 3.7 milliards d’euros,
10 millions d’ha cultivés et 4 millions de jours de travail. L’organisation professionnelle est structurée en 45 provinces et 5
fédérations régionales. Elle publie un magazine « Il Contoterzista » (groupe Sole24Ore). Site web : www.unima.it
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
43
Salon
EDT Bretagne en action
avec les structures bio
Depuis deux ans, EDT Bretagne participe au salon « La terre est notre
métier » à Guichen (35), organisé par la Fédération Régionale de l’Agriculture
Biologique (Frab). Cette année, l’union régionale des entrepreneurs était l’un
des partenaires de l’événement, les 12, 13 et 14 octobre derniers.
[Guichen, 35] Si les prestataires de travaux agricoles
sont d’abord tournés vers
l’agriculture
conventionnelle, l’agriculture biologique
compte dans le paysage breton. Ses acteurs se sont d’ailleurs investis pour le plan
Ecophyto (avec le concours
de la Région), en accompagnant un désherbage mécanique et alterné au sein des
bassins versants (voir EDT
n° 61). Plusieurs entreprises
de travaux dotées de la palette d’outils nécessaire y
sont associées en prestation chez les producteurs,
mais aussi hors de ce cadre.
De plus, des techniciens bio
interviennent en formation
Certiphyto pour EDT. « Ils apportent leur expertise sur les
techniques bio dans une logique de réduction des traitements phytosanitaires »,
précise Jean-Marc Leroux,
délégué régional d’EDT Bretagne, présent sur le salon.
Des échanges
fructueux
« Lors d’une réunion entre
partenaires, nous avons expliqué comment s’équipent
les entreprises et fait prendre
conscience qu’elles sont des
acteurs importants, souligne Jean-Marc Leroux. Des
rencontres avec la Fnab* et
d’autres partenaires comme
le Crédit Mutuel ont été fructueuses. Tout cela renforce
notre souhait d’être présent
à Guichen les prochaines
années ». D’autant plus que
le salon affirme son image
professionnelle d’année en
année (85 exposants). Mené
de concert avec la foire grand
public « Ille et Bio », près de
14 000 personnes ont parcouru les deux événements,
dont des centres de formations, lycées, écoles, venus
assister notamment aux
conférences pro. Pour les
« politiques » locaux et régionaux, « La terre est notre
métier » s’est imposé en onze
ans d’existence comme un
rendez-vous incontournable,
raisonnant au plan national.
« Nous souhaitons que ce
salon soit le plus ouvert possible aux conventionnels,
nous avons du matériel de
désherbage mécanique qui
peut les intéresser », a souligné Jean-Paul Gabillard, producteur maraîcher bio et président de la Frab.
Frédéric Ripoche n
*Fnab : Fédération Nationale de
l’Agriculture Biologique
l’agronomie en questions
« Techniquement, les entreprises sont sur l’assimilation
des outils, pour les bineuses c’est pratiquement acquis ; la
houe rotative est encore peu présente, mais intéressante,
car on peut investir dans des grandes largeurs », constate
Jean-Marc Leroux. Un point pourrait cependant être amélioré. « Nous avons de bons conducteurs, mais pas encore
la connaissance agronomique suffisante, pourtant certains
agriculteurs conventionnels attendent des
conseils dans ce sens
pour réduire les doses de
traitements, ajoute-t-il.
Créer cette connaissance
et la rentabiliser dans les
entreprises pourrait être
une réflexion à mener ».
DPAE • Pesée
Suivi de contour
100 ans déjà !
Matériels de l’entreprise Hamon (Morbihan) exposés durant le salon.
44
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
éPANDAGE DU LISIER
Dossier
Les épandeurs à lisier
Comme tout matériel d’épandage, les tonnes à lisier doivent répondre à un
grand nombre d’objectifs précis. Les plus importants sont : le respect de la
dose épandue, l’obtention d’une bonne répartition transversale, la maîtrise
de la répartition longitudinale, le respect de la législation routière, de celle du
travail et de l’environnement, la préservation des sols, le tout en optimisant
les coûts d’utilisation.
Pour les constructeurs, la tâche n’est pas
simple. Ils tentent donc tous de rivaliser d’ingéniosité pour proposer des innovations qui répondent chacune à un ou plusieurs de ces objectifs.
Avant tout, respecter la dose par hectare
Pour effectuer un travail de qualité il convient
avant tout de pouvoir garantir la dose par hectare.
Celle-ci dépend de trois paramètres : la vitesse
d’avancement, la largeur d’épandage et le débit. La
vitesse d’avancement est liée aux caractéristiques
du tracteur. Les modèles récents maîtrisant beaucoup mieux leur vitesse avec l’aide des radars ou du
GPS. Ce paramètre est donc actuellement beaucoup
plus simple à contrôler avec précision.
La largeur de travail est bien souvent très mal
définie avec les épandeurs à buse simple mais le développement des rampes permet d’obtenir une plus
grande rigueur. Les rampes sont toujours plus larges,
comme chez Joskin ou Samson, qui proposent des
équipements allant jusqu’à 30 m avec un système
de suspension et de repliage offrant un maximum de
sécurité.
Enfin, s’il est relativement simple de contrôler le
débit d’une buse de pulvérisateur, il est beaucoup
plus délicat d’effectuer la même mesure sur une
buse d’épandeur de lisier. Le résultat est bien souvent approximatif et peut entraîner de grosses erreurs de dosage. Les constructeurs proposent donc
des débitmètres à induction qui facilitent le travail de
l’utilisateur. Sur les appareils à pompe, la régulation
peut se faire par le biais d’une vanne by-pass motorisée qui module le débit en fonction de la vitesse. Sur
les appareils munis d’une pompe à vide, la régulation
se fait par retour en cuve.
La bonne dose bien répartie
La répartition transversale est le second objectif
prioritaire. Elle dépend de la conception de l’appareil
mais aussi de la nature et surtout de la viscosité du
produit épandu. Il n’y a qu’une solution automatique
pour effectuer un contrôle précis. Il convient de placer des bacs à distance régulière sur la largeur de travail et de faire fonctionner l’appareil. Il est difficile
d’imaginer la réalisation fréquente d’un tel contrôle.
Comme pour tous les matériels agricoles l’électronique permet de mieux
maîtriser l’épandage comme ici avec le nouvel écran tactile de Pichon.
Les bras de pompage sont de plus en plus performants mais ils nécessitent de gérer jusqu’à une vingtaine de fonctions hydrauliques.
La station agronomique des Cormiers (35) est le seul
organisme indépendant en France capable d’effectuer rapidement ces mesures. Il peut donc être intéressant de voir si l’appareil utilisé a été testé. Dans
tous les cas la répartition transversale dépend également en grande partie du comportement du produit
épandu. Il est donc essentiel de veiller à ce qu’il soit
le plus fluide et le plus homogène possible.
En ce qui concerne la répartition longitudinale, la
mise au point des débitmètres permet d’envisager
chez la plupart des constructeurs des équipements
à débit proportionnel à l’avancement (DPA). Paradoxalement, si l’on peut mesurer et maintenir avec
précision un débit constant, le développement des
boîtes de vitesses à variation continue permettrait
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
45
éPANDAGE DU LISIER
Dossier
Pour réduire la pression au sol, les constructeurs proposent des essieux
triples.
de se passer de ces systèmes DPA, le tracteur étant
capable de maintenir une vitesse constante.
Respecter la législation
Le respect de la législation du code de la route est
beaucoup plus aléatoire. Les constructeurs sont tenus de faire homologuer leurs matériels. Ils sont également très sollicités par des utilisateurs recherchant
des équipements toujours plus gros. Le remplissage
par pompe plutôt que par dépression permet d’alléger les cuves et d’utiliser des matériaux de synthèse.
On augmente ainsi la capacité. La charge maximale
est parfaitement définie par le code de la route mais
le volume de la cuve n’est pas un critère contrôlé. On
voit donc sortir des chaînes de production des équipements homologués au tonnage maximum disposant de cuves d’un volume tel qu’il est évident que
l’ensemble sera en surcharge s’il est complètement
rempli. Sur route, ces équipements sont alors hors la
loi et peuvent devenir extrêmement dangereux, surtout s’ils sont utilisés par des conducteurs novices.
Le danger est encore plus grand si l’ensemble est homologué pour une vitesse de 25 km/h et qu’il est utilisé à vitesse supérieure. Les lois physiques faisant
qu’en doublant la vitesse on multiplie l’énergie emmagasinée par quatre, le freinage d’urgence devient
alors impossible. La possession du permis poids
lourd pour le chauffeur permet de mieux prendre
conscience de ces phénomènes mais ne change rien
au niveau des responsabilités. Outre les risques de
verbalisation lors des contrôles routiers, en cas d’accident, les conséquences peuvent être très importantes. La responsabilité incombe autant au conducteur, qui est responsable de son chargement, qu’au
donneur d’ordre, le constructeur ne pouvant être mis
en cause.
En ce qui concerne le respect de l’environnement,
les règles sont maintenant relativement claires, des
études sont en cours en ce qui concerne l’évolution
des effluents en fonction de la taille des gouttes produites. Les constructeurs se penchent surtout sur
la traçabilité des épandages. On voit se développer
des équipements proches de ceux utilisés sur les
gros matériels. Grâce au GPS et aux technologies de
pointe comme le Bus CAN il devient possible de gérer
facilement les différentes fonctions de l’épandeur
mais aussi d’enregistrer les paramètres de chaque
46
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
chantier. Dans un souci de simplification et d’optimisation du matériel, Pichon a développé un boîtier de
commande tactile « Tact-Master » pour ses tonnes
à lisier. Ce nouveau système de commande permet
d’automatiser l’ensemble des cycles de l’aspiration à
l’épandage. La navigation se fait par écran tactile ou
par joystick, pour une manipulation plus aisée et un
encombrement réduit du poste de conduite. L’écran 7
pouces, format 16/9e, permet aussi de suivre visuellement les différentes étapes du cycle en cours.
Étant donné les volumes transportés, les tonnes
à lisier font partie des engins agricoles qui ont tendance à dégrader les sols. La réponse des constructeurs est alors de proposer des essieux triples. De
gros efforts sont également réalisés sur les suspensions qui atteignent des débattements importants de
l’ordre de 250 mm. Les triples essieux peuvent être
équipés d’un essieu directeur à l’avant et d’un second à l’arrière. De larges gammes de pneumatiques
offertes et la possibilité d’adapter des systèmes de
report de charges complètent la panoplie des solutions proposées. Aucun constructeur n’a cependant
réussi, jusqu’à présent, à résoudre complètement
la difficulté de concilier faible pression au sol et bon
comportement routier. Il est de ce fait raisonnable de
penser que seuls les épandages sans tonne dans la
parcelle pourront réellement résoudre ce problème.
Réduire les temps morts
La prise en compte de l’ensemble de ces objectifs génère des machines toujours plus complexes
et plus coûteuses. Pour optimiser leur rentabilité,
les constructeurs proposent de nombreuses adaptations qui permettent de réduire les temps morts liés
aux manœuvres. La multiplication des fonctions justifie l’utilisation de commandes électrohydrauliques
capables de maîtriser plus d’une vingtaine de fonctions à partir d’un seul distributeur hydraulique du
tracteur. La gestion se fait par un boîtier électronique
CAN (Controller Area Network) en cabine.
Le remplissage fait également l’objet d’un soin
particulier. Les bras de pompage se multiplient et
peuvent s’adapter à toutes les situations. Chez Samson certains épandeurs sont équipés en standard
d’un compresseur à anneau liquide, ce qui permet
un remplissage avec la traditionnelle turbine accélératrice, le pompage à vide ou la combinaison des
deux. Il est alors possible de pomper des produits
très différents dans un grand nombre de situations
de stockage.
La prise en compte de l’ensemble de ces objectifs
fait des épandeurs à lisier des machines particulièrement efficaces mais très coûteuses. Ils seront donc
de plus en plus difficiles à amortir sur une seule exploitation, ce qui favorisera sans doute le recours à
l’entreprise.
Gérard Vromandt n
Trancheuses portéeS
Dossier
Trancheuses portées,
un usage par petites tranches
4 millions de kilomètres : telle est, en France, la
longueur développée des réseaux aériens et souterrains transportant l’eau, l’électricité, le gaz, les
télécommunications, les hydrocarbures etc. Si les
besoins des particuliers, collectivités et entreprises
sont globalement servis, les réseaux n’en demeurent
pas moins en perpétuelle extension, à commencer
par les réseaux enterrés. Pour des raisons de sécurité et d’esthétique, ces derniers sont privilégiés
par rapport aux réseaux souterrains, ce qui conduit
à l’enfouissement d’une proportion toujours plus
importante de câbles. Le développement de la fibre
optique, inscrit dans la loi de 2009 visant à supprimer la fracture numérique à l’horizon 2025, conduira
immanquablement à percer de nouvelles tranchées
pour assurer l’implantation et la couverture du territoire en réseaux de raccordement, réseaux de collecte et réseaux de desserte. Le développement de
champs d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques
offre d’autres raisons de creuser. On n’oublie pas les
chantiers de rénovation et de réparation des réseaux
existants. Bref, on n’a pas fini de trancher.
Les trancheuses n’ont pas le monopole du tranchage mais ce sont les machines qui sont créditées
de la meilleure productivité de chantier et par voie de
conséquence des moins coûteuses au mètre. Leurs limites ne se situent pas tant du côté de la profondeur
et de la largeur de tranchée, que de la nature du sol,
qui impose le recours au brise-roche en présence de
roches dures. Les trancheuses automotrices comme
les machines portées sont, de ce point de vue, logées
à la même enseigne. La puissance embarquée ne fait
rien à l’affaire. Peut-être les automotrices assurentelles plus de stabilité au travail de part l’emprise
au sol du porteur automoteur, une répartition des
masses plus favorable et la présence éventuelle de
chenilles, chenilles que l’on peut néanmoins trouver
sur des tracteurs agricoles.
© ITS
Les trancheuses portées ne redoutent a priori aucun terrain. En matière
d’enfouissement de réseaux, les contraintes sont davantage administratives.
La sous-traitance au service d’entreprises du BTP peut faire office de saufconduit.
ITS propose à la fois des trancheuses portées à disque et à chaîne.
teurs de machines portées n’aient pas la maîtrise
de fabrication des porteurs, il est plus difficile de
comprendre pourquoi les fabricants d’automotrices
semblent renoncer à se diversifier dans l’offre de
machines portées. La société Unac a ainsi abandonné cette idée depuis de nombreuses années, en se
concentrant sur des machines à pneus et à chenilles.
Rivard a présenté à Intermat 2012 une déclinaison
portée de sa TR 83, mais systématiquement associée au porteur à roues Chaptrack de son partenaire
Eliatis. Une façon sans doute d’éviter toute prise de
Les machines automotrices et les machines portées opèrent une segmentation à plusieurs égards.
Elles placent dans deux catégories distinctes à la fois
les constructeurs, les acheteurs et la typologie des
chantiers. Si l’on peut comprendre que les construc-
© Unac
Chaîne ou disque
L’investissement dans une automotrice implique la réalisation continue
et intensive de chantiers dédiés.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
47
Trancheuses portéeS
Dossier
Alain Martineaud, entrepreneur à Saint-Denis du Pin (17)
« L’irrigation, un marché qui se tarit »
« L’investissement dans notre
trancheuse à disque remonte à
1992. À cette époque, nous souhaitions diversifier nos activités
agricoles classiques pour faire
face à la réforme de la Pac. Depuis l’origine, notre activité est
presque exclusivement consacrée à l’enfouissement de tuyaux
d’irrigation. Depuis trois ans,
cette activité est en forte régression en Charente-Maritime. Le
sud de la Vendée et la Vienne
offrent encore des opportunités. Même s’il nous arrive parfois
d’intervenir en sous-traitance,
nous n’avons jamais souhaité
nous positionner sur des chantiers de travaux publics. C’est un
univers différent, relativement
contraignant du point de vue administratif, doublé de contraintes
particulières en terme de plages
d’intervention. Le tout suppose
une activité à plein-temps pour
compenser les surcharges financières et rentabiliser les chantiers. Notre trancheuse a toujours été attelée à un tracteur à
transmission continue, indispensable pour travailler à très faible
vitesse. Nous avons adapté un
risque au niveau de l’association porteur-machine.
Cette dichotomie au niveau des constructeurs se retrouve au niveau des utilisateurs. Les acheteurs de
machines portées ne sont pas ceux des machines
automotrices et réciproquement. Et chacun d’éviter
de marcher sur les plates-bandes des autres. « Chez
ITS, nous proposons depuis 25 ans des machines
à disque et des machines à chaîne, souligne Udai
Krishnan, gérant de l’entreprise. Nos gammes de
machines servent très majoritairement les entrepreneurs de travaux agricoles. Je suis toujours surpris
de recevoir des appels de certains d’entre eux, qui
se demandent si la machine à chaîne qu’ils nous ont
achetée est capable de trancher le bitume, comme si
ce type de chantier était une chasse réservée aux en-
pont de camion entre le tracteur
et la trancheuse pour bénéficier
d’un effet démultiplicateur entre
la prise de force et le disque. Le
disque, que nous avons changé
en 2008, permet de creuser des
tranchées de 90 cm de profondeur. La conduite de cette machine exige de la vigilance et de
la dextérité de la part du chauffeur. La qualité de travail est alors
remarquable et remarquée. C’est
ce qui nous a permis par exemple
de réaliser l’enfouissement de
4 km de câbles électriques pour
le raccordement d’éoliennes. »
treprises de BTP ». La réponse à la question est bien
évidemment positive. À chaîne ou à disque, c’est encore et toujours la dureté de la roche qui dicte sa loi.
Comparées aux trancheuses à disque, les machines
à chaîne ont la capacité d’effectuer des tranchées à
la fois plus profondes et plus larges. Les deux types
de machines permettent de valoriser un tracteur
agricole conventionnel, pour peu que sa transmission accepte des vitesses d’avancement rampantes,
pour ne pas dire très rampantes.
Nouvelle réglementation
depuis le 1er juillet 2012
Ainsi, rien n’empêche une trancheuse d’être attelée à demeure sur un tracteur et d’opérer tout au
Georges Girard, entrepreneur à Ménerbes (84)
« Une suite logique au tractopelle et à la minipelle »
« Nous avons acheté notre
trancheuse à disque en 2008,
sans avoir d’idée très précise de
l’activité qu’elle générerait. Nous
avions le tracteur adéquat, en
termes de puissance et de transmission et il nous semblait que
cette machine compléterait ou se
substituerait à certains chantiers
que nous réalisions au tractopelle ou à la minipelle. Actuellement, nous réalisons environ 30
à 40 journées de travail par an, ce
qui satisfait nos exigences de rentabilité. Nous intervenons principalement chez des particuliers et
accessoirement en sous-traitance
pour des entreprises de BTP. L’an
48
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
passé, nous avons reconditionné
à la trancheuse une parcelle de
1,5 ha de vigne dont la croissance
était bloquée par la présence de
tuf. Notre machine est en général attelée sur le 310 ch mais le
180 ch, moins encombrant, est
capable de l’entraîner, pour peu
que la roche soit relativement
tendre. La vitesse de progression
varie entre 25 m/h et 100 m/h
selon le type de sol. L’usure des
dents n’est pas à négliger. Question conduite, il faut viser juste
car il est impossible de reprendre
le travail. La profondeur de travail de notre trancheuse s’arrête
à 80-83 cm. Il nous manque par-
d é c em b r e 2 0 1 2
Georges Girard
fois 10 cm pour répondre à des
demandes d’enfouissement de
réseaux électriques. »
long de l’année. C’est rarement le cas dans la réalité car les entreprises de travaux sont plutôt positionnées sur un usage occasionnel de leur machine.
Les interventions sur la voirie en particulier, qui génèrent une charge administrative particulièrement
contraignante, sont volontiers délaissées au profit
des entreprises des BTP, lesquelles peuvent en retour déléguer une partie de leur chantier en soustraitance. Cette réglementation concernant la DT
(déclaration de projet de travaux) et la DICT (Déclaration d’intention de commencement de travaux) a
changé depuis le 1er juillet 2012, avec notamment la
mise en place d’un guichet unique. Une procédure
longue et complexe. Avant tout travaux sur la voirie,
le maître d’ouvrage doit consulter le guichet unique
directement ou par l’intermédiaire d’un prestataire
d’aide à la déclaration. Il obtient la liste des exploitants des réseaux présents dans le périmètre de son
projet, à qui il devra adresser ses déclarations de
projets de travaux (DT). L’exploitant lui répond au
moyen d’un récépissé, auquel sont joints les plans
de réseaux indiquant leur classe de précision : A,
B ou C ; Les plans de classe B et C nécessitent des
investigations complémentaires pour mieux localiser les réseaux. Elles sont sous la responsabilité
du maître d’ouvrage avant le commencement des
travaux. Le maître d’ouvrage rédige alors le dossier
La société Rabaud n’a pas de trancheuse au catalogue mais peut répondre à des demandes particulières.
PICHON s.a. • ZI de LavaLLOt • BP21 • 29490 GuIPavas - FRaNCe
Tél. : 02 98 344 100 • Fax : 02 98 344 120 • info@pichonindustries.com
tonnes galvanisées
CapaCités : 2600 à 30000 l
TRANChEUSES PoRTéES
Raphaël Lecocq n
© Rabaud
Le constructeur italien Agri World propose une large gamme de trancheuses à disque opérant jusqu’à 110 cm de profondeur.
de consultation des entreprises (DCE). Les DT, les
récépissés et les résultats des investigations complémentaires doivent faire partie intégrante de son
dossier. Lorsque qu’une entreprise est retenue et
que le marché de travaux est signé, l’entreprise de
travaux doit consulter à son tour le guichet unique,
soit directement soit par un prestataire. Puis elle
adresse ses DICT aux exploitants de réseaux situés
dans la zone d’emprise du chantier. L’exploitant a
alors 9 jours pour retourner le récépissé. Passé ce
délai, l’entreprise lui adresse une lettre de rappel
qui lui laisse deux jours supplémentaires. Les travaux ne peuvent pas commencer sans réception des
récépissés des exploitants de réseaux sensibles,
comme l’électricité, le gaz, les hydrocarbures. Enfin
le maître d’ouvrage effectue le marquage et le piquetage en fonction des plans fournis. La nouvelle
réglementation vise à responsabiliser davantage
les maîtres d’ouvrage.
ePandeurs galvanisés
CapaCités : de 12 à 24 m²
pichonindusTries.fr
Hydrocureurs PicHon
nettoyage et entretien des réseaux
votre sPecialiste des solutions d’éPandage et de manutention
pub edt_nov.indd 1
10/30/2012 10:41:19 AM
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
49
TéLESCoPIQUES ARTICULéS
Dossier
Gros plan : les chargeurs
télescopiques articulés
Dieci
JCB
Le constructeur italien présente une nouvelle
gamme de chargeuses articulées sur pneus à bras
télescopique : « Agri Pivot ». Les trois premiers modèles T40, T50 et T60 ont été présentés à l’Eima 2012.
Grâce à leur encombrement réduit, leurs quatre
roues motrices et leur châssis articulé, le rayon de
braquage est considérablement réduit. L’avantage
supplémentaire du châssis articulé est que le matériel est toujours perpendiculaire à l’axe de poussée,
en garantissant les performances maximales même
avec un châssis complètement articulé. Dotées d’un
moteur diesel Yanmar ou Kubota, les chargeuses
Agri Pivot possèdent exclusivement des
composants de haute qualité comme la
transmission hydrostatique Bosch
Rexroth, les essieux Dana,
ou un système de freinage
assisté. Une pédale « Inching » permet le contrôle
total de la vitesse d’avancement, même
quand le moteur tourne au régime maximum
ou qu’un équipement demande la puissance
hydraulique maximale. Le moteur est installé
dans le sens longitudinal aussi bien pour permettre une meilleure accessibilité durant la
maintenance que pour obtenir une excellente
visibilité. Le système hydraulique est alimenté
par une pompe à haut débit en mesure de
gérer le grand nombre d’équipements
applicables. Le réservoir de gazole
à grande contenance permet d’utiliser la machine en continu jusqu’à
12 heures de suite.
Modèles présentés
à l’Eima 2013
Capacité
de charge
hauteur de
levage maximale
(fourche)
puissance Moteur
T40
T50
T60
4 850 kg
5 470 kg
6 020 kg
4,00 m
4,46 m
4,72 m
Kubota
50 ch
Yanmar
68 ch
Yanmar
75 ch
La cabine, homologuée ROPS/FOPS est dotée
de tous les dispositifs de sécurité, complètement
fermée, insonorisée et dotée d’une double portière
avec ouverture possible à 180°. Ses larges surfaces
vitrées garantissent une visibilité maximale. Trois
autres modèles, de puissance supérieure (115, 140 et
170 ch), seront présentés lors du Sima 2013.
50
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
La gamme très appréciée des télescopiques articulés JCB franchit une nouvelle étape avec le lancement du TM320 et du TM320S. Ces deux machines,
équipées des moteurs diesel JCB Ecomax conformes
aux normes Etape IIIB / Tier 4 intérim disposent de
chaînes cinématiques retravaillées qui renforcent
leur productivité et leur efficacité. JCB a mis au point
un processus de combustion novateur qui utilise un
turbocompresseur à géométrie variable, un système
d’injection à rampe commune haute pression et la
recirculation des gaz de refroidissement refroidis
(EGR) pour réduire les émissions polluantes au sein
même du moteur. Par conséquent, ces moteurs ne
nécessitent aucun filtre à particules ou additif de
post-traitement en sortie d’échappement. Succédant
au TM310, ces modèles TM320 bénéficient d’une cabine plus moderne dotée d’un nouveau tableau de
bord, et affichent des niveaux sonores réduits. Le
modèle TM320S développe une puissance et un rendement du circuit hydraulique accrus pour accélérer
les cycles et augmenter la productivité, tandis que
l’essieu avant repositionné augmente de 100 kg la
capacité de levage des deux modèles. Les modes de
transmission sont simplifiés avec un passage des vitesses désormais intégré au joystick droit. Le convertisseur de couple est désormais verrouillable sur les
rapports 4, 5 et 6 sur tous les modèles pour une plus
grande efficacité, ce verrouillage s’effectuant même
sur les rapports 2 à 6 pour le modèle TM320S. Ce dernier affiche aussi un débit hydraulique en progression de 14 %.
Schäffer Lader
Le constructeur allemand renforce tout d’abord
sa gamme de chargeuses articulées à bras télescopique de petits gabarits. Le 3550T a une capacité de
1 400 kg en charge utile et bénéficie d’une hauteur de
Weidemann
TéLESCoPIQUES ARTICULéS
levage de 3,85 m. Son poids
de service atteint 3,7 tonnes.
Il est disponible en toit ou en version cabine. Schäffer renouvelle
également sa chargeuse de 130 ch avec
la 9530T, qui succède à la 9330T. La motorisation reste la même avec un Deutz
4 cylindres Tier 3A. Le poids de service
est augmenté d’une tonne et son bras télescopique atteint les 5,30 m. La section
du bras est rectangulaire afin d’accepter
plus de charge. L’articulation centrale ne nécessite aucun entretien et les ponts sont signés
Dana. Schäffer présente enfin et surtout, en nouveauté
mondiale, la première chargeuse articulée télescopique
9380T avec une hauteur de levage de 6,90 m. Cette
machine, spécialement conçue pour les installations
de biogaz, de recyclage et d’élimination des déchets,
combine la visibilité et la puissance d’une chargeuse
conventionnelle avec la portée et la hauteur d’une
chargeuse télescopique traditionnelle. La marque
Schäffer Lader est distribuée en France par le réseau
de revendeurs mis en place par l’importateur exclusif : Ernest Roth France.
lité exceptionnelle grâce à une cinématique de bras
étudiée pour être le moins gênant possible. Il dispose
en outre d’un joystick à commande proportionnelle.
Deux vérins de direction assurent une grande précision même quand les conditions de travail deviennent
difficiles. Grâce à son articulation centrale oscillante
qui a fait ses preuves depuis de longues années sur
l’ensemble de la gamme Weidemann, la chargeuse
affiche une grande stabilité. Weidemann propose un verrouillage hydraulique de série,
avec un large choix de tabliers en option.
Grâce à une cabine basculante offrant une
accessibilité, en quelques secondes, à tous
les organes hydrauliques de la machine,
elle présente un coût d’entretien réduit.
Toutes ces caractéristiques font de la Weidemann 4270 CX100T un investissement
raisonné et durable dans le temps. Depuis plus
de 40 ans, fiabilité, robustesse et longévité sont les
priorités de Weidemann. C’est également en 2012 que
Weidemann fête les 40 ans de l’invention du tout premier valet de ferme (Hoftrac).
Pichon
Fabricant de chargeuses compactes articulées,
Pichon dévoilera lors du prochain Sima une version
àDARIO-DEV-90x127mm_pub
bras télescopique de 60 ch,
qui sera ensuite suivie
07/03/12 11:39 Page1
d’un modèle supérieur développant 80 ch.
Avec des capacités de 1,5 à 7,2 tonnes, Weidemann propose la plus large gamme de chargeuses
et de valets de ferme. La nouvelle Weidemann 4270
CX100T offre en particulier les capacités de levage
d’une grosse chargeuse avec la maniabilité d’un valet
de ferme. Son moteur Perkins de 4,4 litres développe
101 ch. Elle dispose d’un circuit hydraulique à détection de charge affichant un débit maximal de 150 l/
min. La hauteur et le poids de chargement importants
constituent un défi de taille pour beaucoup de machines, ce que cette nouvelle 4270 CX100T relève et
maîtrise sans difficulté. Elle affiche ainsi une capacité
maximale de kg, une hauteur de levage maximale de
5 mètres, et un rayon de braquage maximal de 4,50 m.
Le poste de conduite ergonomique procure une visibi-
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
51
Nouveautés Matériels
Claas : « puissance dynamique »
pour les Jaguar 900
Claas lance cet automne sa nouvelle génération d’ensileuses de la gamme
900. Le constructeur met en avant un dispositif d’assistance au remplissage
des bennes et fait la promotion des équipements de grande largeur pour
optimiser le débit des machines.
[Moncontour, 22] Commercialisée officiellement en
2013, la gamme d’ensileuses
Jaguar 900 Dynamic Power
de Claas répond aux dernières normes d’émissions.
Le respect de cette exigence
s’accompagne d’évolutions
pour la gamme dévoilée partiellement en 2008 : adoption de motorisations Tier4i,
d’une cartographie moteur
évolutive, ou encore d’un
dispositif d’assistance au
remplissage plus poussé.
Fin octobre, Claas a convié
ses clients dans les Côtesd’Armor pour présenter cette
nouvelle Jaguar Dynamic
Power.
Du nouveau
côté moteur
Sous l’appellation Dynamic Power,
Claas désigne une gestion de la puissance en 10 niveaux.
L’appellation Dynamic
Power traduit une nouvelle
gestion de la puissance
délivrée par l’ensileuse, en
vertu d’une cartographie
brevetée par le constructeur. Elle travaille ainsi au
régime moteur qui présente
la meilleure efficacité, à savoir 1 800 tr/min. « C’est un
Un capot supérieur ouvrant améliorera
le refroidissement du compartiment
moteur sur les modèles 970 et 980.
Modèle
Moteur
Puissance à 1800 tr/min
(norme ECE-R 120) en ch
930
Mercedes 12,8 l. 6 cyl. en ligne (OM 460 LA)
456
940
950
510
Mercedes 16 l. V8 (OM 502 LA)
960
52
598
653
970
Man 16 l. V8 (D 2662)
775
980
Man 24 l. V12 (D 2868)
884
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
principe totalement transparent pour le conducteur,
qui voit simplement s’afficher sur l’ordinateur Cebis
les niveaux de puissance,
de 1 à 10. L’ensileuse gère
seule, selon la charge optimale » explique FrançoisRégis Mathieu, chef produit
ensileuses.
Pour satisfaire à la
norme Tier4 interim, les
Jaguar 930 à 960 adoptent
un dispositif de traitement
SCR. La puissance des trois
modèles du cœur de mar-
équipement frontal : favoriser la largeur
Pour optimiser la puissance, Claas
préconise également d’adapter des
équipements frontaux de grande largeur. En plus d’améliorer la concentration des conducteurs grâce à une vitesse réduite, ils optimisent le débit en
conditions difficiles. « La Jaguar 940 de
510 ch emmène 10 rangs, et les emmène
bien » explique François-Régis Mathieu.
Le constructeur a donc mené un essai,
adoptant 8 puis 10 rangs (respectivement Orbis 600 et 750) sur un modèle
950 Dynamic Power dans deux parcelles
différentes ; la première présentant des
maïs chétifs au contraire de la seconde.
L’essai mené par l’ETA Gasnier (53) le
10 septembre dernier a mis en évidence
un gain de 15 % en débit de chantier et
consommation de carburant, en faveur
du plus large. Les résultats apparaissent
dans le tableau suivant.
parcelle n° 1, petit maïs
équipement frontal
orbis 600
orbis 750
Surface (ha)
1,15
1,18
Débit (ha/h)
5,41
6,1
Consommation (l/ha)
18,21
15,69
ché a simultanément été
revue à la hausse. Les deux
modèles supérieurs ne sont
pas soumis à la même législation en raison de leur puissance élevée ; leurs moteurs
Man de 775 et 884 ch resteront donc soumis à la norme
Tier2, qui ne nécessite
pas l’adoption d’organes
contraignants pour traiter les gaz d’échappement.
Celles-ci adopteront cependant un capot supérieur à
ouverture automatique pour
améliorer le refroidissement
du compartiment moteur.
La Jaguar bénéficie d’un
entraînement direct pour
optimiser la transmission de
parcelle n° 2, maïs « fort »
écart
orbis 600
orbis 750
2,1
1,7
+ 0,69
4,5
5,4
+ 0,9
- 2,52
22,9
19,38
- 3,52
puissance, via une courroie
longitudinale qui adopte
désormais d’un dispositif de
tension hydraulique. À cela
s’ajoutent
l’entraînement
mécanique des outils frontaux, le rotor à couteaux
cuiller, l’accélérateur de flux
à écartement variable, ou
encore l’ajustement continu
ENTREPRENEURS des Territoires
écart
de la longueur de coupe doté
de deux gammes pour éviter
les positions extrêmes pour
le groupe hydrostatique.
L’offre
d’éclateurs évolue
Un nouvel éclateur « Multi Crop Cracker » apparaît
à l’offre. D’un diamètre de
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
53
Nouveautés Matériels
définit automatiquement le
point d’impact, la hauteur
de chargement, ainsi qu’une
distance de sécurité. Auto
Fill a recours à une caméra
3D pour cerner trois côtés de
la remorque, quand certains
concurrents retiennent un
dispositif infrarouge. « Grâce
à l’éclairage additionnel,
l’équipement est actif même
de nuit. La seule situation
dans laquelle nous rencontrons les limites est le remplissage de remorques grillagées dont les bordures sont
mal identifiées, explique M.
Mathieu, un cas qui ne se
rencontre pas sur nos marchés. » L’Auto Fill sera également disponible en rééquipement pour les Jaguar 900 de
précédente génération.
Une caméra 3D fixée sous la goulotte
détecte les bordures de la remorque.
En cabine, un écran retransmet les
images analysées lors du remplissage
par le dispositif Auto Fill.
250 mm, celui-ci équipera
préférentiellement les modèles de plus de 600 ch. Cet
éclateur MCC de grand diamètre est disponible sur les
deux modèles 980 et 970 à
motorisation Man, et désormais sur les Jaguar 950 et 960
Dynamic Power. « C’est une
demande du marché nordaméricain, marché caractérisé par des gros potentiels
de rendement » note M. Mathieu. Ce nouvel équipement
retient deux rouleaux de 125
et 100 dents, pour un différentiel de vitesse de 30 %.
Il bénéficie de paliers au dimensionnement supérieur et
Offre d’équipements
étendue
d’une conception de carter
revue.
Les ensileuses d’une
puissance inférieure à 600
ch conserveront en revanche
le modèle « Intensiv Cracker » de 196 mm : « Nous
ne souhaitons pas monter
le gros modèle sur ces machines car la puissance absorbée, liée à la surface de
contact supérieure, serait in-
cohérente avec leur débit de
chantier » justifie le responsable produit. Quant à l’offre
d’un éclateur à disques,
François-Régis Mathieu la
conditionne à un aspect
jusqu’alors non-étudié : « Il
reste à mon avis un débat
important, celui du rendu
visuel du produit : bon ou
mauvais, il faudra l’acceptation de la clientèle. »
Le conducteur libéré
de la goulotte
Contact : JOLIVET David
La Moncelière
49110 Chaudron en Mauges
Tél. 02 41 70 13 70
Fax 02 41 63 95 90
Port. 06 71 59 07 51
54
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
Après avoir lancé l’Opti
Fill, équipement qui assurait
un premier niveau d’automatisation avec la gestion
de la casquette, c’est par
l’Auto Fill que Claas poursuit
la simplification des opérations pour le conducteur. « Il
s’agit réellement d’un remplissage automatisé avec
la gestion de la goulotte et
de la casquette » explique
le spécialiste. Le dispositif
En parallèle, toute la
gamme Jaguar 900 adopte
désormais une goulotte
« nouvelle génération »,
qui se caractérise par une
construction modulaire en
sections adaptées à la largeur de l’équipement frontal.
Par ailleurs, la tôle d’usure
supérieure est boulonnée
pour un changement aisé.
Enfin, les Jaguar 900 Dynamic Power reçoivent une
offre de sièges étendue et
un éclairage de service en
11 points pour faciliter les
opérations de maintenance
nocturnes. L’équipement de
mesure qualitative par spectrométrie proche infrarouge
(SPIR) ne sera pas disponible
dès cette année ; il reste actuellement diffusé en présérie sur le marché allemand.
En revanche, ces nouvelles
Jaguar 900 Dynamic Power
seront bien livrées dès 2013.
Guillaume Le Gonidec n
Nouveautés Matériels
Ponsse : le cru 2013
est annoncé !
Ponsse a annoncé au début de l’automne les nouveautés qui intégreront sa
gamme en 2013. Le constructeur poursuit son évolution vers des machines
plus intelligentes avec, notamment, l’introduction de deux nouvelles
applications.
Ponsse a retenu le salon
FinnMetko 2012 qui s’est déroulé du 30 août au 1er septembre dernier en Finlande
pour exposer les produits
récemment introduits dans
sa gamme. Pour la première
fois, le constructeur a introduit des engins de forte capacité dans son pays d’origine :
l’abatteuse à huit roues Bear
dotée de la nouvelle grue
télescopique C6, ou encore
le porteur ElephantKing qui
affiche une capacité de chargement de 20 tonnes. Mais
c’est finalement la prise en
compte de nouvelles problématiques, respect du sol ou
gestion de parc notamment,
qui auront marqué cette présence sur le salon de Jämsä
en Finlande.
chacune ; la nécessité de proposer des interfaces « conviviales » pour le conducteur
ou le chef d’entreprise ne
se démentira probablement pas avant longtemps.
Le constructeur a présenté
deux nouvelles applications
qui pourront s’appuyer sur
la dernière version de l’ordinateur Opti 6, lequel sera
prochainement intégré dans
un écran tactile autorisant
une navigation simplifiée et
plus rapide. Sa dernière version (4.715) se caractérisera
notamment par une automatisation du réglage de la
course de coupe et une amélioration des fonctions liées à
la maintenance.
Toujours plus
« intelligentes »
« Ponsse Fleet Management » est une application web qui sera introduite
au début de l’année 2013.
Cette solution de télématique permettra à l’entrepreneur d’avoir accès en temps
réel aux informations individuelles telles que : position
de la machine, consommation de carburant, échéances
de maintenance programmées par le concessionnaire,
ou encore interventions signalées par le conducteur.
« Economical Driving »
est une autre application
destinée aux machines forestières qui sera introduite
l’année prochaine sur les
nouveaux porteurs de la
marque. Développée avec un
En 2012, la gamme du
constructeur a subi de nombreuses évolutions, notamment pour se conformer
aux normes d’émissions qui
encadrent désormais la motorisation des engins nonroutiers. Pour satisfaire à la
norme Tier 4 Interim, Ponsse
a adopté sur les motorisations
Mercedes 6 cylindres, hormis
pour le modèle Bear, la technologie de post-traitement
SCR. Le constructeur a également amélioré les opérations
de maintenance avec une
échelle de service amovible.
Les machines sont de plus
en plus intelligentes, mais il
demeure un homme derrière
Deux nouvelles
applications
Dès le début d’année 2013, Ponsse proposera une application web permettant l’accès à distance aux informations individuelles.
Les têtes d’abattage évoluent
Un système de graissage centralisé de la chaîne de scie
par graisse est désormais proposé en alternative au système utilisant de l’huile. Sur les têtes H5 et H6, le réservoir
d’huile de coupe se trouve par ailleurs intégré au capot arrière, et monté sur charnière. Un repositionnement des vérins dans le châssis de la tête les protège davantage. Enfin,
des couteaux moulés apparaissent à l’offre.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
55
Nouveautés Matériels
Polyvalence
La solution du constructeur pour faire face aux zones à faible portance : trois essieux montés sur suspension hydraulique.
souci de clarté et avec l’objectif d’une compréhension
aisée pour l’utilisateur, elle
met à profit l’ordinateur de
la machine qui ajuste en permanence le niveau de charge
et la consommation des moteurs pour chaque fonction.
Il s’assure en temps réel que
le mode de travail retenu par
le conducteur et les réglages
de la machine sont optimaux.
Afin d’autoriser la circulation d’engins forestiers sur
les zones sensibles au tassement ou peu portantes, le
constructeur finlandais a développé le concept 10W qui
consiste, comme son nom le
suggère, à l’adoption d’un essieu supplémentaire pour obtenir 10 roues en contact avec
le sol. Nouveauté : l’adoption
du troisième essieux sur la
partie arrière se fait désormais grâce à des suspensions
hydrauliques qui régulent en
permanence la pression exercée sur le sol. Grâce à cette
caractéristique, le troisième
essieu peut être relevé sur
les terrains portants ; la manœuvrabilité n’est alors plus
affectée, et les contraintes
subies par le châssis restent
limitées. Cette solution n’est
actuellement disponible que
sur le porteur Buffalo.
Guillaume Le Gonidec n
ABONNEZ-VOUS
MES COORDONNÉES
r e v uauex
la ssiveemuenlet déd
ié e
es
excl u
rs d e S er v ic
en tr ep re n eu F o re st ie rs et
A g ri co le s ,
R u ra u x
MON ACTIVITÉ
❍ Entrepreneurs de travaux agricoles
❍ Entrepreneurs de travaux ruraux
❍ Concessionnaires
❍ Centre de formation
● JE SUIS ADHÉRENT
au Mouvement des Entrepreneurs
des Territoires
Je m’abonne au tarif
« spécial adhérents » pour 1 an
(soit 8 numéros), au prix de 27 €
Vie syndicale
Dossiers
Profession
Salons
Actualités
Social
Fiscal
N o u ve a u t é s
matériels
Je joins mon règlement
par chèque bancaire à l’ordre
des Entrepreneurs des Territoires
❍ Je souhaite recevoir
une facture acquittée
À retourner à Entrepreneurs
des Territoires - 44 rue d’Alésia
75014 Paris - Pour tout renseignement : Tél. 01 53 91 44 98
❍ Entrepreneurs de travaux forestiers
❍ Entrepreneurs de travaux publics
❍ Constructeurs de matériel
❍ Autres : (préciser)
● JE NE SUIS PAS ADHÉRENT
au Mouvement des Entrepreneurs
des Territoires
Je m’abonne pour 1 an (soit 8 numéros)
au prix de 49 €
Je joins mon règlement :
Chèque à l’ordre des Éditions Fitamant
Carte bancaire N°
Date de validité
Cryptogramme
(3 derniers chiffres
au dos de votre carte)
Date et signature indispensables :
❍ Je souhaite recevoir une facture acquittée
À retourner à Éditions Fitamant
CS 62020 - 29018 Quimper Cedex
Pour tout renseignement :
Tél. 02 98 98 01 40
Conformément à la loi informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès aux informations vous concernant
56
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
EDT69
r an
8 f o is p a
pas
ne manquez
Entrepreneurs
des Territoires
est la revue du
Mouvement des
Entrepreneurs
de Services
Agricoles,
Forestiers
et Ruraux
Société : ______________________________________________________
Nom : ___________________________ Prénom : _____________________
Adresse : ______________________________________________________
CP : __________________ Ville : __________________________________
Tél. : ___________________________ Fax : ________________________
E-mail : _______________________________________________________
Nouveautés Matériels
Brèves
Valtra
Des tracteurs Biogaz en série limitée
Après de nombreuses années de recherche, le constructeur
finlandais lance la production d’une série limitée de tracteurs
fonctionnant au biogaz. Le modèle retenu est le N101 de 110 ch,
qui fonctionne grâce à la solution « Dual Fuel » avec du gaz naturel, du biogaz et du gazole. En utilisation optimale, une faible
quantité de gazole brûle sous la pression, alors que 70 à 80 %
de la puissance sont produits par le biogaz. L’utilisation de gaz
pourrait impliquer d’importantes économies de carburant, mais
le constructeur souligne toutefois que l’homologation n’est pas
envisageable tant que « les réglementations communes sur les
émissions n’ont pas encore fait l’objet d’un accord ». En clair, une
législation régissant le « Dual Fuel » serait la bienvenue.
n Agco a récemment décerné à Trelleborg le prix du
« Fournisseur de l’année 2012 ». Ce prix récompense
« l’implication et les énormes efforts de Trelleborg
pour supporter les initiatives conjointes avec Agco »
a déclaré Paolo Pompei, président de Trelleborg
Wheel Systems.
Kässbohrer
n Kärcher France vient de racheter l’entreprise Socofren. Cette acquisition va lui apporter des compétences dans le domaine des hautes et très hautes
pressions, soit de 100 à 3 000 bars. Socofren propose des solutions pour le nettoyage industriel,
l’hydrodémolition de béton ou encore la découpe au
jet d’eau.
Les engins spéciaux PistenBully au Salon des maires
Parce que les engins de damage des pistes de ski sont déjà
soumis à des contraintes fortes, Kässbohrer a pu développer
une gamme d’engins pour le nettoyage des plages ou les travaux sur zones sensibles. Baptisés Beachtech et proposés depuis une vingtaine d’années, les premiers peuvent adopter des
tondeuses à gazon, fraises à neige ou balayeuses grâce à une
fixation rapide. Les modèles PistenBully Greentech peuvent
quant à eux assurer des missions sur des terrains impraticables
ou fragiles : fauchage et débroussaillage, curage d’étangs, ramassage d’algues, terrassement ou travaux de poussée tel la
confection des silos d’ensilage dans des installations de biogaz. Kässbohrer a mis en avant ces solutions sur le Salon des
maires, du 20 au 22 novembre à Paris.
Mercedes-Benz
Un Unimog à six roues
L’Unimog U5000 est déjà une figure marquante des interventions tout-terrain depuis une dizaine d’années. Mais avec
l’inédite version 6x6 issue des ateliers du partenaire Paul, Mercedes-Benz ouvre de nouvelles voies d’utilisation à son engin
polyvalent, qui voit ainsi sa charge utile passer à 10 tonnes,
pour 17 tonnes de PTAC. Il embarque alors un équipement de
plus grande dimension : grues, carrosserie pour le transport de
personnes, plateau, ou encore cuve de 7 000 litres. L’Unimog
U5000 6x6 est motorisé par un bloc Mercedes-Benz de 4,8 litres
développant 218 ch et présentant un couple maximal de 810 Nm.
n Caterpillar vient d’annoncer la fermeture de son
usine d’Owatonna dans le Minnesota. Le constructeur souhaite ainsi préserver ses marges, alors que
l’unité de production d’abatteuses subit une baisse
de la consommation de bois liée à la crise de la
construction et à l’utilisation décroissante du papier.
n Après l’ouverture d’un bureau à Bangkok
(Thaïlande) Claas vient de créer à Pékin une nouvelle
société qui assurera la promotion et la commercialisation de ses produits dans le pays. Le constructeur
est déjà présent depuis huit ans en Chine au travers
d’une ferme témoin parrainée par des partenaires
allemands et chinois, et a récemment inauguré un
centre SAV & pièces dans le pays.
n Dans le prolongement de sa nouvelle identité,
Promodis modernise son site et le rend marchand :
en plus des annonces de matériels, d’offres d’emploi, de la météo locale ou des cours, ce portail référence 25 000 pièces disponibles en magasin, parmi
lesquelles 13 000 sont désormais proposées à la
vente en ligne. Rendez-vous sur www.promodis.fr
n Weidemann, propriété du groupe Wacker Neuson,
fête cette année les 40 ans du « Hoftrac », son petit
valet de ferme. Depuis la chargeuse à trois roues
développée en 1972, Weidemann s’est imposé dans
de nombreux secteurs et a produit plus de 65 000
automoteurs de manutention.
n La gamme de remorques à fond mouvant Drakkar de Joskin s’enrichit d’un cinquième modèle. Elle
propose désormais quatre longueurs de caisse, de
6,60 à 9,60 m. Les volumes oscillent alors entre 29
et 41 m3 DIN sans ajout de rehausses.
n Quivogne va désormais utiliser des tubes en acier
sans soudure, en vertu d’un partenariat avec Vallourec. Quivogne a par ailleurs mis en ligne un nouveau
site internet. La société a enfin procédé à la réorganisation de la distribution des trois gammes, avec
notamment un code couleur redéfini.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
57
Nouveautés Matériels
Brèves
Berthoud
et 5240 FC) affichent un empattement de 4,45 m et une garde
au sol de 1,10 m. Ils retiennent des rampes de 24 à 42 m et
disposent de cuves accueillant respectivement 4 200 et 5 200
litres. À l’image du reste de la gamme, les Raptor FC possèdent une transmission hydrostatique avec motoréducteurs
et une suspension pneumatique. En option, ils reçoivent un
dispositif de voie variable hydraulique, la mise en œuvre électrique DualElec et une gestion automatisée de la hauteur des
rampes baptisée BoomControl. Le Raptor FC est également
distribué sous les couleurs de Tecnoma.
L’automoteur Raptor FC au catalogue
Horsch
Le Mono TG élargit l’action des déchaumeurs
Initialement destiné à l’export, l’automoteur de pulvérisation Raptor « FC » rejoint désormais le catalogue de Berthoud.
Sa particularité réside dans la cabine frontale montée sur un
mat et suspendue par boules d’azote, qui limite les phénomènes de tangage et facilite l’accès à bord. La gamme comprend trois modèles motorisés par Deutz, satisfaisant à la
norme Tier4 Interim grâce à l’association EGR/FAP, et développant 180 à 244 ch. Le Raptor 3240 FC dispose d’une cuve
principale de 3 200 litres et adopte des rampes de 24 à 32
mètres. Il affiche un empattement de 3,90 m et une garde au
sol de 1,05 m. Les deux modèles supérieurs (Raptor 4240 FC
Élargissant le domaine d’utilisation des déchaumeurs à
disques Jocker CT du constructeur allemand, le nouvel outil
vise particulièrement les sols lourds ou compactés. Il permet
alors d’associer la préparation de surface des disques indépendants du Jocker à la fissuration obtenue par les dents TerraGrip. Sur le Mono TG, celles-ci affichent un espacement de
60 cm, et le dégagement atteint 85 cm. Ces dents sont dotées
des socs LD de 40 mm qui évitent le bouleversement des horizons. Disponible en largeurs de 3 et 3,50 m (respectivement 5
et 6 dents) la barre Mono TG s’attelle simplement au déchaumeur grâce à un système 3 points.
Tout sur
les nouvelles
orientations
SIVAL
ANGERS
15-16-17
JANVIER
Kuhn
2013
Polyvalence avec le DiscoLander XM
SALON DES MATÉRIELS ET TECHNIQUES
viticoles, horticoles,
arboricoles et légumiers.
Les
16390 - 09/12 - Crédit Photos : Getty - Fotolia
EVÉNEMENT NATIONAL
DE RÉFÉRENCE POUR
LES PROFESSIONNELS DU VÉGÉTAL
du SIVAL !
Une offre complète et performante avec :
• 600 exposants en matériels et services.
• Le Concours SIVAL D’OR - Crédit Mutuel, avec notamment
le Prix de l’Innovation variétale.
Un lieu d’échanges pour des productions performantes et durables.
• Visites de sites et conférences spécifiques à chaque filière :
Colloque Euroviti - IFV France, Entretiens Techniques Ctifl (fruits),
conférences bio…
3e édition !
FORUM DÉBOUCHÉS
AGRICOLES
Faisons éclore de
nouvelles voies !
PROGRAMME ET BADGE GRATUITS SUR www.sival-angers.com
58
ENTREPRENEURS des Territoires
16390_AP_entrepreneurs_90x127.indd 1
RETROUVEZ-NOUS SUR
MAGAZINE -
69 -
Le nouveau pulvériseur en X de Kuhn, modèle autoporteur à repliage vertical (32 à 52 disques de 660 mm) s’avère
plus polyvalent que son prédécesseur : selon le constructeur, il assure du déchaumage superficiel au pseudo-labour
(jusqu’à 15 cm). Une « chaise à lame de ressort » constitue
une liaison souple qui rend les bobines indépendantes, protégeant la machine et notamment ses paliers en conditions
difficiles. Cette caractéristique limite de plus la présence de
zones non-travaillées en conditions pierreuses. Un attelage
sur les bras de relevage optimise le rayon de braquage. La
conception du châssis, qui fait appel à des tubes cintrés,
permet de loger les organes de réglage à l’intérieur du châssis. La planéité est modifiée par un vérin lié au timon articulé
qui dispose, comme une majorité de réglages, d’indicateurs
visuels. Les trains avant et arrière bénéficient de réglages
d é c em b r e 2 0 1 2
17/09/12 09:23
Nouveautés Matériels
Brèves
indépendants. Ces DiscoLander XM retiennent les rouleaux
légers T-Ring, les nouveaux T-Liner et les modèles lourds
HD-Liner de 600 ou 700 mm de diamètre.
E-Click au secours de l’hydraulique
Développé depuis plus de
dix ans, le système EMC (pour
« Electronic Mass Control »)
autorise, grâce à l’entraînement hydraulique, un travail
indépendant du régime moteur. Le système mesure et
régule en permanence la dose,
opérant une gestion indépendante côté par côté pour assurer son
exactitude. L’utilisateur peut alors privilégier le rendement
ou une approche environnementale en bordure, quel que
soit le côté, et dispose de huit largeurs d’épandage pour
s’adapter au jalonnage ou à la configuration des bordures.
Si toutes ces opérations peuvent s’effectuer automatiquement grâce à la compatibilité avec de nombreux systèmes
de guidage, les 2 à 3 distributeurs hydrauliques requis ne
sont pas toujours disponibles sur le tracteur. Kuhn a donc
développé pour les distributeurs MDS 19.1 et Axis (1 200 à
3 000 litres de capacité) une version E-Click qui permet de
piloter les vérins électriques des vannes de dosage grâce à
une seule prise électrique. L’ouverture et la fermeture des
vannes s’effectuent via les interrupteurs de la console EClick, aucun répartiteur de débit ni flexible hydraulique ne
venant prendre place en cabine.
Euroliner
Tonnes
Un distributeur à rampe
Quelques années après l’arrêt de la distribution des modèles portés Aero, Kuhn introduit un nouveau distributeur
traîné à rampes, l’AGT 6036. D’une capacité de 6 300 litres,
celui-ci se destine donc aux grandes exploitations et entreprises de travaux agricoles, et permet un épandage quelles
que soient les conditions météorologiques de presque tous
types d’engrais granulés : urée granulée ou prillée, ammonitrates fins, sulfates d’ammoniaque... La rampe de 36
mètres de l’AGT est alimentée par six doseurs dont le régime est proportionnel à l’avancement. Cette caractéristique lui permet de proposer une coupure de tronçons pilotable par GPS, et compatible avec les systèmes John Deere,
Kuhn et CCI. Le transport de l’engrais jusqu’aux 32 diffuseurs est assuré par deux souffleries. Au transport, la rampe
inox se replie en trois parties pour rentrer dans le gabarit, et
une suspension oléo-pneumatique assure un confort optimal.
Sly France
L’offre s’adapte au marché français
Importateur de Stripcat, Sly France devient constructeur
en rachetant les droits inhérents. Repensé pour le marché européen, le strip-till est désormais construit dans l’hexagone.
Disponible de 4 à 12 rangs avec 45 à 80 cm d’inter-rang, il
peut ainsi disposer d’un châssis mieux adapté aux conditions
routières et bénéficie de réglages courants sans outils. Les
modifications portent aussi sur l’ajustement de la pression
de 0 à 600 kg, ou le réglage des profondeurs et largeurs de
travail pour la dent et les disques buteurs. Sly France, qui im-
rintemps
p
e
d
e
g
L’épanda
e
se planifi
tenant!
in
a
m
s
è
d
X-Trem
Pompage très haut rendement
Maniabilité et aisance de traction
Grand confort de conduite
Tel: +32 43 77 35 45 – www.joskin.com
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
décEMbrE 2012
59
Nouveautés Matériels
Brèves
porte également les localisateurs d’engrais Shield, fabrique
désormais des accessoires pour tracteurs à chenilles. Les
galets, bouchons de galets et chenilles sont vendus sous le
nom Endura, et peuvent équiper les Cat 65 à 95, Challenger
MT 700 et 800, John Deere 9000T et Case IH Quadtrack.
de 540 ou 1 000 tr/min. Des roues assurent le maintien de la
hauteur de travail selon quatre positions. Les BGL assurent le
traitement de végétaux affichant jusqu’à 80 mm de diamètre.
Joskin
Le bâchage facilité
Rousseau
Les broyeurs BGL portés
Pour compléter ses broyeurs de grande largeur BGL (4,60 à
8,20) de type semi-porté, Rousseau ajoute trois modèles portés de 2, 2,85 et 4,20 m. Ils adoptent respectivement 1, 2 et 3
rotors à axe vertical avec lames mobiles, des lames en acier
traité conçues pour favoriser l’aspiration. Ces machines disposent d’un attelage de catégorie II et s’entraînent au régime
L’actualité du constructeur belge est marquée par un système de bâchage rapide adaptable sur les remorques TransCap et Trans-Space. S’enroulant sur un long tube longitudinal,
la bâche repose sur trois arceaux et les casquettes aux extrémités. Alors qu’une manivelle permet son enroulement sans
effort, l’utilisateur déroule la bâche en tirant sur la sangle
centrale - trois sangles intégrées dans les arceaux assurent
le maintien de la bâche - mais est dispensé de l’enrouler lors
du déchargement. Ce nouveau système, plus léger que le précédent, garantit également une étanchéité supérieure et une
mise en œuvre simplifiée.
Deutz-Fahr
Une gamme fenaison renouvelée
Le constructeur a procédé à un important remaniement
de ses gammes. Dans la catégorie des faucheuses portées
sans conditionneur, il ajoute les DiscMaster 100 (largeurs de
1,65 à 2,40 m) qui adoptent un nouveau lamier et une sécurité
d’effacement. La gamme de faucheuses s’enrichit aussi d’un
modèle pendulaire de 3,50 m : cette DiscMaster 336 retient
un repliage vertical et reçoit de série un double entraînement
540/1 000 tr/min. Deutz-Fahr propose enfin des faucheuses
sans conditionneur de grande largeur, avec les modèles 390
et 395 (9,50 m) qui s’associeront idéalement au nouveau modèle frontal 332F.
SIMA
67
HALL 2 N 0
60
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
Les andaineurs à double rotor et dépose latérale 7132 Evo
et Vario sont désormais livrés en standard avec un essieu tandem à l’avant, et un essieu simple avec roue de jauge à l’arrière. Les modèles à andain central (SwatMaster 7642 à 8842)
reçoivent quant à eux une commande électrohydraulique, laquelle permet le dépliage/repliage et la commande indépendante des rotors. La largeur de travail variable reste commandée via un distributeur double effet. Enfin, deux remorques
autochargeuses à peignes FeedMaster 6500 et 7800 (capacités de 65 m3 et 78 m3 compressés) complètent l’éventail des
nouveaux produits.
Dyna-Touraine
Les porte-chars Dyna-Trek
La gamme de porte-engins désormais importée par DynaTouraine comprend trois modèles standards de 19 à 32 tonnes
de PTAC, soit 15 800 à 27 000 kg de charge utile (longueurs de
plancher de 7, 7,60 et 8,80 m) et trois modèles forestiers. Homologués et dotés d’une carte grise, ils reçoivent de série un
freinage hydraulique, éventuellement remplacé par une solution mixte pneumatique et hydraulique. En option, l’acquéreur pourra choisir le type de plancher (bois ou métal), la présence d’un essieu suiveur, d’élargisseurs télescopiques, ou
encore choisir le type d’attelage et de rampes. Selon leur distributeur, ces porte-engins fabriqués par Chieftain (GB) représentent une solution très compétitive : un modèle standard 2
essieux à plancher métal peut ainsi être proposé pour moins
de 15 000 euros. Il faudra débourser 3 000 euros de plus pour
un modèle forestier doté d’un accès avant surbaissé.
Yanigav
Distribution exclusive de BGU en France
Yanigav a signé un accord de distribution exclusive avec
BGU, qui souhaite développer ses ventes sur le marché français. Le constructeur allemand affiche une gamme dénombrant plus de cent produits : scies circulaires, combinés
professionnels, broyeurs de branches et déchiqueteuses,
fendeuses, treuils, fagoteuses, grappins, remorques forestières… Il s’agit de la gamme la plus longue du marché. « Avec
cette offre élargie, nous comptons placer Yanigav dans les
tout premiers spécialistes du marché en France » explique
Philippe Artaud, directeur commercial de Yanigav. Crée il y a
quarante ans, la société Yanigav est, elle aussi, spécialisée
dans la mécanisation du bois et des piquets.
Jean de Bru
Les Prodisc de 3 à 5 m
Lair
30 ans d’aluminium
Jean de Bru, membre d’Eurotechnics Agri, a récemment
introduit sa nouvelle gamme de déchaumeurs à disques indépendants Prodisc. Les disques de 610 ou 650 mm sont montés par paire sur des paliers du type cover-crop, et bénéficient
de sécurités à boudins caoutchouc de 50 mm. Le dégagement
entre les deux rangées atteint 1,10 m. Le réglage de profondeur s’effectue mécaniquement ou hydrauliquement par
l’action sur le rouleau, dont six variantes sont proposées au
catalogue. Les Prodisc sont disponibles en versions portées
et semi-portées fixes ou repliables, pour des largeurs de 3 à
5 mètres.
La société Lair fabrique depuis 60 ans du matériel agricole
à Moulines (50). Dès 1982, elle a opté pour l’aluminium dans
la fabrication de bétaillères ainsi que de quelques bennes.
Principal atout : la légèreté, avec un gain proche de 3 tonnes
pour une caisse de 9 m. La caisse aluminium est proposée
en longueurs de 5 à 9 m, avec une hauteur qui peut atteindre
2 m. L’aluminium se caractérise aussi par sa résistance à la
corrosion. Sur les salons de la rentrée, la société Lair exposait
donc des bennes dont les caisses n’étaient pas peintes pour
laisser apprécier cette caractéristique. Ces modèles adoptent
les mêmes équipements que les modèles acier - châssis, rehausses - ainsi que de nombreuses options, dont l’homologation 40 km/h ou le dispositif de report de charge spécifique
au constructeur.
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69 -
d é c em b r e 2 0 1 2
61
Agenda
Décembre 2012
Février 2013
5-6 : DELUTA au Messe et Congress Centrum Halle à Münster
(Allemagne). Le rendez-vous pro de la fédération des entrepreneurs de travaux allemands. La dernière édition en 2010
avait rassemblé plus de 7 000 visiteurs.
www.deluta.de
Janvier 2013
15-17 : SIVAL au Parc des expositions à Angers (49), près de 600
exposants et 20 000 visiteurs, le
salon des matériels et techniques
viticoles, horticoles, arboricoles et
légumiers. Les exposants couvrent
l’ensemble des problématiques liées aux productions végétales : le machinisme agricole (constructeurs et distributeurs),
le travail du sol, les produits phytopharmaceutiques, les engrais, les emballages, les services. Tous les grands enjeux
agricoles sont couverts : les laboratoires, les énergies renouvelables, les produits de nutrition d’origine naturelle, les engrais bio, le désherbage mécanique, la gestion et le recyclage
des déchets et rejets. Le Sival accueille une offre unique en
matériels maraîchers et arboricoles.
Innovation et nouvelles pratiques sont au cœur du Sival
2013, vous pourrez également participer aux conférences
et au Forum des débouchés. Votez pour les meilleures innovations en matériels et services sur la plateforme Sival d’or
(arboriculture, cidriculture, horticulture ornementale, culture
légumière, viticulture-œnologie).
Le Sival entend confirmer sa dimension européenne et
internationale. À ce titre, 2013 marque un virage : la volonté
de créer un flux et susciter la venue de visiteurs étrangers.
Concrètement, une journée internationale est organisée avec
un accueil privilégié des délégations,
mais aussi des visiteurs étrangers
RETROUVEZ-NOUS
individuels, ainsi que le Végépolys
Symposium, conférence internatioHall Novaxia
nale le mardi 15 janvier à 16 heures.
stand 181
www.sival-angers.com
RECEVEZ CHEZ VOUS LA SEULE
REVUE EXCLUSIVEMENT DÉDIÉE AUX
ENTREPRENEURS DE SERVICES AGRICOLES,
FORESTIERS ET RURAUX
ABONNEMENT page 56
62
ENTREPRENEURS des Territoires
MAGAZINE -
69
- décEMbrE 2012
24-28 : SIMA au Parc des expositions de Paris Nord Villepinte. Le salon mondial des
fournisseurs de l’agriculture
et de l’élevage. Pour cette
75ème édition, qui se déroule
en même temps que le Salon
International de l’Agriculture, le Sima met en valeur une agriculture mondiale, performante et durable. Sont attendus 1 300
exposants (1 550 marques), près de 210 000 visiteurs professionnels (1 sur 4 en provenance de
RETROUVEZ-NOUS
l’étranger). Les Sima Innovation
Awards récompenseront les meilleures innovations. Retrouvezsur notre stand
nous sur notre stand au Sima.
Hall 5a
www.simaonline.com
Mars 2013
20-24 : SALON BOIS ÉNERGIE au Parc des expositions de Nantes
(44). Plus de 350 exposants et sociétés représentés (une centaine d’industries et de collectivités locales, une centaine
d’entreprises de combustibles bois et environ 150 sociétés
pour le chauffage domestique). Une vingtaine de pays représentés. Sont attendus 13 000 visiteurs (7 000 professionnels /
6 000 grand public). En exposition, plus de 700 équipements
de chauffage au bois (chaudières, cheminées, cuisinières
etc.), plus de 350 machines de production de combustibles
bois. En fonctionnement, vous pourrez voir une quarantaine
d’équipements de chauffage au bois, une quarantaine de machines de production de combustibles bois. Journées professionnelles du 20 au 22 mars, journées grand public du 21 au
24 mars.
www.boisenergie.com
Mai 2013
23-25 : CONGRÈS NATIONAL EDT au Capitole à Châlons-en-Champagne (51). Lieu de rencontre, le Congrès national permet aux
entrepreneurs de travaux agricoles, forestiers et ruraux de
débattre sur les sujets d’actualité. Chaque année, le Congrès
national est organisé dans une région différente par les syndicats départementaux de la région. L’organisation de cet événement offre ainsi aux entrepreneurs de la région, l’occasion
mettre en avant les spécificités de leurs activités professionnelles et de leurs entreprises. Le Congrès national est également une occasion de mieux faire connaître le secteur après
des partenaires économiques et institutionnels locaux. Le
81ème Congrès national EDT est organisé par l’Union régionale
EDT Champagne-Ardenne.
Pour être encore
plus proche
de moi
AGRICA met
à ma disposition
un espace client
sur le web
Grâce aux services en ligne,
je peux entrer en relation avec
AGRICA à tout moment.
RETRAITE - PRÉVOYANCE - SANTÉ - ÉPARGNE
www.groupagrica.com
TOTAL Raffinage Marketing - SA au capital de 206 688 030 € - 542 034 921 RCS Nanterre Crédits photos : Getty - Claas - Caterpillar.
Performant par tous les temps
NOUVEAU
GAZOLE
TIER
NON ROU
TOTAL Traction Premier est le gazole non routier supérieur conçu par Total pour
vous offrir des performances de premier ordre, été comme hiver. Grâce à une
stabilité renforcée et un agent anticorrosion, TOTAL Traction Premier assure
la meilleure performance tout au long du stockage et protège les pièces du
moteur. Le traceur spécifique signe la qualité Total d’un produit vraiment unique.
traction-premier.total.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising