Le spécial Space - Septembre 2010

Le spécial Space - Septembre 2010
Supplément au n°382-Sept 2010
spécial SPACE
Ne peut être vendu séparément
ISSN 031 197 CPPAP 0911T80761
•Le tourteau de
colza adopté pour
les vaches laitières
•Protéines : la
luzerne bien placée
•Applatisseurs :
les groupes
s’y intéressent
Autoproduire
l’alimentation
•Recherche :
quelles alternatives
aux produits véto ?
•Autonomie :
fabrication
d’aliment pour
les porcs
•Avantages et
limites : ensilage
d’herbe pour
des laitières
•Circuits courts :
du lait en direct
•Equipement :
les dernières
tendances
Choisir son mode
de récolte selon
sa distribution
01Space-Couv-ok.indd 1
26/08/10 15:13
00Space-Pubs-p.indd 2
26/08/10 16:06
Sommaire
Editorial
Des réponses
à l’adversité
D
’année en année les foules se croisent
au Space, les halls sont pleins, les
stands rivalisent d’éclat et les exposants font
même la queue pour s’y inscrire. Beaucoup
d’entre eux sont d’ailleurs en lice pour la
prochaine édition 2010 qui se déroulera au
parc des expos, à Rennes du 14 au 17 septembre.
Des signes extérieurs qui porteraient à croire
que l’élevage est un secteur économique en
forme. Tout le monde sait, hélas, ce qu’il en
est aujourd’hui. L’ambiance au salon risque à
nouveau d’être morose voire rebelle comme
en 2009, vis-à-vis des pouvoirs en place :
politique, syndical ou économique…
Nombreux sont les visiteurs qui entendent
malgré tout rester en quête de références sur
ce qui se fait de nouveau et de prometteur
en matières d’équipements ou de techniques
de production. Ainsi les éleveurs seront peut
être à l’affût de réalisations nouvelles dans le
domaine de la fabrication des aliments à la
ferme. Objectif : s’affranchir des risques de
hausses des prix d’aliments du bétail consécutifs à l’augmentation soudaine des cours
des céréales. Des exemples de stratégies
d’autonomie alimentaire sont d’ores-et-déjà
relatés dans ce numéro.
Les expériences d’échanges de parcelles,
présentées sur la plate-forme « Recherche
- Développement » (hall 4) avec l’appui de
la Fédération régionale des cuma, pourront
également intéresser les visiteurs. A la clé :
gains de temps et économies de fuel. Certes,
il s’agit de modestes bouffées d’oxygène à
l’échelle des exploitations en souffrance.
Mais toujours bonnes à prendre dans l’attente légitime de jours meilleurs pour les
éleveurs.
Vincent Demazel
Sommaire
Actu
La sélection de nos journalistes sur l’actualité.
Santé
Ergonomie Pour des traites en bonne posture
4
5
Dossier
Plouguenast Le tourteau de colza adapté pour les vaches
laitières
6
Protéines La luzerne, pourquoi ?
8
Applatisseurs Fabrication à la ferme, en groupes
9
Recherche Quelles alternatives aux produits véto ?
10
Autonome Jean-Yves fabrique l’aliment pour ses porcs
11
Avantages et limites Ensilage d’herbe pour des laitières 12
Enjeu
Circuits courts Du lait en direct
Rencontre
Nouveau Du pis au producteur
14
15
Organisation
Horaires A deux, mais pas aux mêmes heures
16
Equipement
Les dernières tendances
20
Cohérence Choisir son mode de récolte selon sa distribution 22
Vous pourrez retrouver cette édition en ligne sur
le site internet www.entraid.com
Edition Ouest : 73 rue de St Brieuc, CS 56520, 35065 Rennes cedex.
Tél. 02 99 54 63 12. Fax 02 99 54 63 25.
N° Cppap : 0906 T 80761. Issn : 031 197.
Revue éditée par la SCIC Entraid’, SA au capital de 45 280 €.
RCS : B 333 352 888. Impression : Capitouls, 31000 Balma.
Siège social : 73, rue de St-Brieuc, CS 56520, 35065 Rennes cx
Siège administratif : ZAC du Pont de Bois, avenue de l’Agrobiopôle,
31320 Auzeville-Tolosane. ✆ 05 62 19 18 88
Président du conseil d’administration Joseph Beaugeard
Directrice générale et de la publication Joëlle Plantin
Rédaction en chef Valérie Dahm
Publicité Sylvain Kamierzac, directeur de la publicité
✆ 02 99 54 63 21 <s.kamierzac@entraid.com>
Studio de fabrication ✆ 05 62 19 18 88 D. Bucheron, I.Mayer,
M.-J. Milan, C. Tresin <studio.toulouse@entraid.com>
Toute reproduction interdite sans autorisation et mention d’origine.
septembre 2010 3 Entraid’ OUEST SPÉCIAL SPACE
03Space-Edito-ok.indd 3
26/08/10 15:12
Actu
Traite robotisée et
pâturage ?
Face au problème de
main-d’œuvre, de plus
en plus d’éleveurs
lorgnent vers le
robot de traite. Mais
la crise pousse à
l’autonomie alimentaire
et à la valorisation
du pâturage.
Incompatibilité ? Un
nouveau programme
de l’Institut de
l’Elevage va en tester la
faisabilité technique et
économique dans différentes situations : en zone de
plaine ou de montagne, avec un robot fixe classique
ou déplaçable en zone pâturable.
Ce programme comporte trois actions : des
études en fermes expérimentales : stations de
Trévarez,(29), Derval (44) et Poisy (74), le suivi de
21 fermes-pilotes réparties dans 18 départements
français ; puis le transfert des connaissances
acquises sous forme d’un mode d’emploi.
Porc
Discounters allemands
Viande bovine
A lire
La crise pèse…
« Réussir la mise
en route de son
robot de traite »
… sur les prix. Les deux principaux syndicats nationaux
des entreprises françaises de viande, le SNIV et le SNCP,
annoncent une baisse annuelle de 1,6 % de la consommation, dont 3 % pour la viande bovine, qui est la plus
affectée. Phénomène amplifié par la crise économique,
qui génère un déplacement vers les produits à bas prix,
y compris les viandes d’importation, qui bénéficient de
distorsions de concurrence, aux vues des professionnels
de la filière.
Coopératives
Eurial et le Glac fusionnent
Les coopératives laitières continuent leur concentration.
En Allemagne, les discounters (Netto, Lidl, Aldi...), qui
occupent 50 % de la distribution, tirent les prix vers le
bas. Et l’Allemagne, qui comme les autres fait partie
d’un système de plus en plus mondialisé, voit les marchandises traverser une fois la frontière dans un sens,
une autre année dans l’autre sens, au gré du marché.
Dans certains abattoirs, la viande est découpée par des
ouvriers roumains payés 7 €/h (avantage conféré par le
gouvernement depuis 1991, permettant l’emploi dans
cette branche sans charges sociales). Un système attirant pour des entreprises agroalimentaires françaises,
danoises ou hollandaises, qui font traverser la frontière
à leurs carcasses. Ce système, qui a connu un développement considérable dans les années 2000, devra
disparaître au printemps 2011. En attendant, la viande
est distribuée dans toute l’Europe… même en Bretagne.
Rendez-vous Elevage
Ce sera le tour d’Eurial et le Glac en 2011, proches
géographiquement (Pays de Loire, Centre et PoitouCharentes). Similitude : leur taille (environ 5 000 producteurs et CA avoisinant les 600 M€). Complémentarité :
leurs stratégies commerciales : Eurial est leader sur le
fromage de chèvre (Soignon), le beurre au sel de mer et
AOC Charentes-Poitou (Grand Fermage) et troisième sur
l’ultra frais bio (Bionat) ; le Glac est axé MDD (marques
de distributeurs) et premiers prix, notamment en fromages de chèvre et beurre, il a développé le lait UHT
et est second fabricant de beurre AOC Charentes-Poitou
(Surgères). Le futur groupe collectera 1,6 milliard de
litres de lait de vache et 300 millions de litres de lait
de chèvre. Ce sera le quatrième laitier français derrière
Lactalis, Sodiaal et Bongrain. Avec Sodiaal et Laita, la
France comptera donc trois groupes laitiers coopératifs
dépassant le milliard d'€ de chiffre d’affaire.
Vendredi 24 septembre, de 10h00 à 17h00, une journée technique « élevage » axée sur la sécurité et les
matériels en cuma est organisée conjointement par la Fdcuma de la Manche, la MSA des Côtes Normandes et
le lycée agricole de Coutances.
Sept ateliers seront à découvrir sur l’exploitation du lycée : sécurité et santé au travail, sécurité des routes et
anti-divagation des animaux, exploitation et entretien des prairies, santé et bien-être animal, distribution des
fourrages, fabrication d’aliments à la ferme, circuits courts.
Pour tous renseignements complémentaires, contacter Nathalie Pignerol à la Fdcuma de la Manche
(02 33 06 48 26).
Institut de l’Elevage, juin
2010
Présent chez 2 % des
producteurs de lait
français, le robot de traite
impose une étape très
importante et délicate :
la mise en route. Elle
doit impérativement être
réussie : bien doser le
niveau d’intervention
auprès des animaux ;
ne pas trop focaliser sur
la machine. Le risque :
négliger la gestion
globale du troupeau et
être confronté à des
problèmes sanitaires.
Ce guide répertorie les
tâches incontournables à
réaliser au cours de trois
phases-clé : préparation,
transition, adaptation. Et
doit permettre de ne rien
oublier pendant cette
période charnière. Des
recommandations issues
de l’expérience acquise
lors de la mise en place
du robot de la ferme
expérimentale de Derval
et de fermes équipées.
Plaquette 6 p., 2 € Ttc+ frais
d’envoi (Technipel - 149
Rue de Bercy - 75595 Paris
Cx 12 ).
Maladies
des chevaux
Ed.France Agricole
Guide remis à jour,
qui présente plus
de 150 pathologies
expliquées par de
nombreuses photos :
causes, facteurs de
risques, symptômes et
moyens de lutte et de
traitement.
342 p.
Pages réalisée par Valérie
Dahm et Vincent Demazel
Entraid’ OUEST SPÉCIAL SPACE 4 septembre 2010
04Space- Actu-1p-Ok.indd 4
26/08/10 15:12
Santé
Ergonomie ■
Cher ! Tel est le
prix d’un poignet,
d’une épaule ou
d’un dos… Trois
parties du corps qui
n’arrêtent pas en
salle de traite. On
peut pourtant les
ménager.
« Vous allez passer 12 à 15 ans
de votre vie en salle de traite…
cela vaut la peine de penser à
son aménagement ! » Pas de
langue de bois chez le Dr Peron,
médecin conseil à la MSA des
portes de Bretagne : « Même
neuves, certaines salles de traite
négligent ces questions d’ergonomie et de sécurité» ajoute-t-elle.
«Et si vous ne demandez pas des
adaptations à votre morphologie,
vous ne les aurez pas ! »
A 60° d’angle les épaules
souffrent
En salle de traite les risques
d’atteintes physiques liées à des
gestes répétitifs trop amples sont
légion. «Par exemple, le risque de
tendinite à l’épaule apparaît dès
que l’angle formé par les bras
par rapport au corps dépasse
60 degrés…» indique le Dr Péron.
«Or c’est une posture dans
laquelle un trayeur va se trouver
des dizaines de fois chaque jour,
si les commandes de portillons
ou celles de décrochage sont placées trop haut… alors qu’il est si
simple d’exiger qu’elles soient
installées à la hauteur des rives
du quai. » Plus généralement,
le travail du trayeur doit se faire
autant que possible le buste droit,
« avec la mamelle à hauteur qui
vient à nous et en dégageant un
espace de 70 cm environ autour
de celle-ci. » Là où il n’y a qu’un
trayeur, la salle de traite doit être
conçue en fonction de sa morphologie, mais des possibilités
existent dans les autres cas.
Autre tâche à risque, la pose
des griffes : elle demande un
geste ambulatoire du poignet,
des dizaines de fois répété, avec
ce poids en main. « Bien sûr, il
y a aujourd’hui des griffes plus
légères que d’autres. Mais attention à la longueur des tuyaux : ils
pèsent eux aussi ! » C’est d’autant plus important là où il y a,
en alternance, deux trayeurs de
Pour des traites
en bonne posture
«Si vous ne demandez pas d’aménagements adaptés, vous ne les aurez pas ! »
soulignent le Dr Péron et Anne Lohazic, conseillère en prévention.
S’il n’est pas sécurisé, le pontlevis peut être dangereux.
taille différente et si l’on ne peut
se payer un plancher élévateur.
Les opérations de préparation
et nettoyage de la mamelle sont
également à anticiper avec par
exemple une « servante » sur rail
ou roulette et pour la désinfection, un pulvérisateur à bouton
plutôt qu’à gâchette : 8 pressions
sur le flacon pour chaque vache,
cela fait plus de 400 pressions
par traite pour un troupeau de
50 vaches… Bonjour tendinites et
atteintes du canal carpien !
Recyclez vos manchons
trayeurs
L’éclairage est encore un point
auquel les éleveurs sont sensibles… sans toujours trouver les solutions adéquates :
« L’éclairage naturel, c’est bien…
à condition de se demander d’où
viendra le soleil aux heures de
traite, afin d’éviter l’éblouissement… et sans oublier que la
vache met plus de temps que
Placées trop haut, les
commandes de portillon ou de
décrochage obligent à lever les
bras des dizaines de fois par
jour.
nous à accommoder sa vision.
Quant à l’éclairage électrique,
il sera préférable de privilégier
4 sources lumineuses au lieu
d’une seule que le trayeur peut
cacher de son corps. »
Et puis on oublie souvent de penser au bruit. Petit quizz : « Quel
est le plus stressant ? Celui
des tubulaires qui résonnent. »
Deux solutions, toutes bêtes :
«Remplissez les tubes de polystyrène et recyclez vos vieux manchons trayeurs comme tampons
sur les barrières ! »
Bien sûr ce ne sont là que
quelques points parmi des
dizaines… Pour aller plus loin,
on peut se reporter aux fiches
techniques éditées par la MSA
(ci-après). Sans oublier la possibilité de demander une visite
sur place du service « santé et
sécurité au travail » de la MSA. « Il
y a une question à se poser avant
d’investir : combien ça coute une
cheville, une épaule, un canal
Même hauteur entre deux
marches, même revêtement
antidérapant pour chaque
marche, distance suffisante
avec le premier poste de
traite… voilà quelques unes des
règles à respecter.
carpien ? »
G.Demont
Renseignements auprès de votre
MSA.
Des fiches
pratiques
En 2009, la MSA a édité avec le
concours de la région Bretagne,
du GIE Bretagne, du Contrôle
laitier et de la Chambre régionale d’agriculture une série
de 11 fiches techniques pour
intégrer la prévention en salle
de traite. Confort postural, circulation sécurisée, escaliers,
ambiance sonore, lumineuse
ou thermique… tous les points
de confort et de sécurité dans
ce lieu, où l’on passe parfois
plus de 4 heures par jour, sont
détaillés avec conseils, croquis
et références techniques.
septembre 2010 5 Entraid’ OUEST SPÉCIAL SPACE
05Space-Sante-Traite-1p-Ok.indd 5
26/08/10 15:11
Dossier
Plouguenast n Jean-
François Carro cultive
chaque année 3 hectares
et demi de colza qui
sont triturés par Coop
Menérgol à St-Gouéno
(Côtes-d’Armor).
Le tourteau issu du
pressage est donné aux
vaches laitières à raison
de 2,5 kg par vache
durant l’hiver.
Le tourteau de
colza adopté pour
les vaches laitières
J
ean-François Carro exploite
avec son épouse une ferme de
57 hectares en Earl à Plouguenast. Ils font du lait et du
porc avec un cheptel de 25 vaches
laitières en production, plus les
génisses, et 70 truies naisseurengraisseur. L’assolement est le
suivant : 24,5 hectares d’herbe, 18
de céréales, 11 de maïs et 3,5 de
colza .
Le colza, une culture assez
facile
« Au départ, la culture du colza a
été mise en place pour varier un peu
de l’assolement blé/maïs. Avant la
mise en place de la culture, je fais
un apport de 75 unités d’azote sous
forme de lisier de porcs fin août, puis
un labour. Le semis de colza a lieu
début septembre. Ce qui compte,
c’est une levée régulière pour obtenir une maturité homogène ensuite.
Aussi, si le temps est sec, je roule la
terre après le semis. J’effectue un désherbage aussitôt après le semis, un
passage d’azote au printemps, un
fongicide-régulateur, et parfois un
insecticide. Le rendement moyen est
de 30 à 35 quintaux. Les limites sont
le caractère aléatoire au moment de la
récolte : un coup de vent ou une averse
à maturité peut entraîner des pertes,
La coop Menergol en chiffres
- Création en 2006
- 40 adhérents
- une presse Reinartz à barreaux installée en fixe sous un hangar à St Gouéno
(débit 500 kg/h)
- Activité pour la saison 2008/2009 : 582 tonnes de colza triturées
- Le colza a été payé 358 e/t en 2007/08 et 286 e /t en 2008/09.
- Coût du pressage : 53 e/t en 2008, et 84 e/t en 2009.
- Une tonne de graines de colza donne 64 % de tourteaux et 33% d’huile.
- Le tourteau produit a été rétrocédé à 160 e/t en 2008/09.
- La teneur en matière grasse du tourteau est de 10 à 12%.
- Un cinquième de l’huile a été repris par les adhérents pour usage dans les
tracteurs en mélange à 30 %, les 4/5ème restant sont vendus par camion à des
fabricants d’aliments pour animaux.
La coopérative Coop Ménergol peut accueillir de nouveaux adhérents
Contact : Patrick Colleu tel : 06 87 24 61 60
et au niveau assolement, le retour
de la culture n’est possible que tous
les 5 ans » explique Jean-François
Carro.
L’earl Eon-Carro a adhéré à la
cuma Ménergol à sa création en
2006 pour le pressage de graines
de colza . Depuis, la cuma Ménergol a modifié ses statuts pour avoir
le double objet d’utilisation de
matériel agricole et celui de collecte et vente de colza, huile et
tourteaux de colza. La coopérative
s’appelle désormais Coop Ménergol. Elle assure la trituration de la
graine de colza, mais aussi maintenant l’achat du colza et la vente de
tourteau et d’huile de colza. JeanFrançois Carro livre son colza à
la coopérative du Gouessant qui
en assure le triage, le stockage, le
séchage si nécessaire et le transport par camion à Saint Gouéno
pour le pressage.
Il va chercher le tourteau de colza
avec son tracteur et sa remorque
à St Gouéno (4 tonnes environ
Jean-François
Carro utilise le
tourteau issu
du pressage du
colza pour ses
vaches laitières.
Entraid’ouest spécial space 6 septembre 2010
0607Space-reprise-Tourteau-1,5p.indd 6
26/08/10 15:09
Dossier
Innov’22 : section huile
par voyage) ; il a fait trois voyages
cette année pour couvrir ses
besoins pour l’hiver. Le tourteau
se conserve bien s’il est à l’abri de
la pluie.
2,5 kg/vache
A la ferme, le colza reste dans la
remorque ; il est ensuite distribué
en mélange sur le front d’attaque
du maïs à l’aide d’une brouette.
Cela lui donne un peu de travail. Ce serait plus facile pour un
éleveur équipé d’une désileuse
mélangeuse. Il donne 2,5 kg par
vache par jour de la mi-novembre
à la mi-avril soit pendant 5 mois.
Il utilise aussi un complément
azoté à base de soja.
Depuis que les vaches reçoivent
du tourteau de colza, Jean-François Carro a remarqué qu’elles ont
une bonne production laitière (9
500 litres par vache), que l’état
(poids, état d’engraissement) des
vaches est bon, et il observe un
effet plutôt positif pour la fécondité qu’il explique par le fait que
le tourteau est riche en phosphore.
Le taux protéique est un peu
faible (31) ; Jean-François Carro
l’explique par la production élevée et un troupeau jeune (taux de
renouvellement élevé).
Il n’utilise pas l’huile pour ses tracteurs car ils font essentiellement
des travaux de cours de ferme et
0607Space-reprise-Tourteau-1,5p.indd 7
sont peu utilisés à plein régime.
En effet, pour la mécanisation de
son exploitation, Jean-François
Carro fait appel à la cuma de La
Vallée du Lié, une cuma tracteur
avec chauffeurs.
Sur le plan économique, le tourteau de colza (plus riche en
matière grasse que les tourteaux
de colza du commerce) coûte
moins cher : 160 € la tonne en
2009 à Coop Ménergol au lieu de
300€ pour le complément azoté
à base de soja, même s’il faut en
donner un peu plus : 1,3 kg pour
un kilo, cela représente une économie de 660 €.
Le colza a été payé par Coop
Ménergol à 358€/tonne en
2007/08, avec un coût de trituration à 53 €/tonne et en 2008/09 à
286 €/tonne avec un coût de trituration à 84€/tonne, les frais de
stockage se sont élevés à 15 € la
tonne en 2009. Le prix payé par
Coop Ménergol était plus élevé
que dans le commerce en 2007/08
et un peu moins élevé en 2008/09.
Les frais de trituration sont à
prendre en compte et viennent
diminuer l’économie faite sur le
tourteau. Le bilan global est positif et Jean-François envisage de
poursuivre à l’avenir la culture du
colza et l’utilisation du tourteau
de colza.
Bernard Vermeulen
La cuma départementale Innov’22 a été créée fin 2005 de
façon à développer des projets à caractère innovant.
Pour l’instant, seule la section huile est développée : elle
compte 29 adhérents dans les Côtes d’Armor et le Finistère. Une quinzaine presse régulièrement et fait tourner
la presse de ferme en ferme. 175 tonnes de colza ont été
pressées (1750 heures de pressage) lors de la dernière
campagne. Pour adhérer, 50 € de parts sociales sont à
verser.
L’heure est facturée 5 €, le débit est de 100 kg/h, soit un
coût de 50 €/t (pressage et filtration compris).
Pour tout renseignement : contacter Audrey Fourny à la
fdcuma 02 96 79 22 73 / 06 72 44 38 04.
La presse Reinhartz de la cuma Innov’22 presse 100kg/h. Le
prix de la facturation est de 5€/h.
26/08/10 15:09
Dossier
La luzerne
pourquoi ?
Protéines n La luzerne est souvent citée
comme une alternative intéressante aux
sources protéiques classiques comme le soja.
Cette plante reste d’ailleurs la championne des
protéines avec environ 2 t/ha et par an.
Des intérêts agronomiques
• Les rendements atteignent 12
tonnes MS/ha, en sols profonds,
sains et avec un pH supérieur à 6,5.
• Aucune fertilisation azotée n’est
nécessaire, comme toute légumineuse, même si une fumure de
fond (potasse et phosphore) est
nécessaire les premières années.
• La pérennité de la culture est de
5-6 ans.
• La luzerne permet une bonne
structuration du sol grâce à l’importance de ses racines.
… mais une culture très
technique
Deux points sont cruciaux : l’implantation et la récolte.
• L’implantation est possible à
l’automne comme au printemps
(25 kg/ha).
• Dans les sols de nos régions et
pour un premier semis, il est fortement recommandé de l’associer à
un inoculum bactérien notamment
dans les sols légèrement acides ou
vierges.
• Les semis doivent être réalisés en
été et à l’automne, car la luzerne
doit avoir trois feuilles minimum
avant le froid.
La luzerne est souvent citée comme une alternative intéressante aux
sources protéiques classiques comme le soja.
• Le préfanage doit être précautionneux, en foin tout comme en
enrubannage, pour éviter de disperser les feuilles au sol, et l’andainage
se fera à faible régime (voire avec
un retourneur d’andains). Préfaner
tard le soir ou assez tôt en matinée
est fortement recommandé.
Un intérêt zootechnique
évident
La valorisation de la luzerne passe par trois formes
majoritairement. • Le pâturage est déconseillé pour un certain nombre
de variétés. Utilisée seule, prévenir la météorisation
des animaux (pas de sortie à jeûn, repousse plus
tardive, foin à disposition).
• Le coût de production est de
200-250 €/ha (valorisation en
foin-ensilage).
• Foin/enrubannage et ensilage coupe fine : peu
d’essais récents. L’ensilage est difficilement recommandable si la luzerne est seule car elle est peu riche
en sucres pour la fermentation. Il est préférable pour
un ensilage de l’associer à une graminée (ou prévoir
un conservateur d’ensilage adéquat).
• Avec un rendement similaire à
un ensilage de maïs moyen, ce
fourrage reste intéressant techniquement et économiquement
d’autant que la luzerne est éligible dans le cadre des aides
PAC « protéines végétales » hors
déshydratation.
Vincent Jegou,
• Valeurs en MAT, PDI ,Calcium, oligo-éléments et
vitamines (tableau 1) : c’est le grand intérêt de la
luzerne, qui en fait un bon complément du maïs.
Cependant, sa valeur d’encombrement ainsi que sa
valeur énergétique la cantonnent à un fourrage d’appoint.
Conseiller développement production
laitière chambre d’agriculture 22
• Elle présente un pouvoir tampon très protecteur vis-
Auncune
fertilisation
azotée n’est
nécessaire mais
une fumure
de fond est
souhaitaible
les premières
années»
à-vis de l’acidose (plus que l’apport d’1 kg de paille par
exemple en situation acidogène).
• La luzerne déshydratée : de multiples essais montrent l’intérêt sanitaire et en terme de production
jusque 2-3 kg de MS dans la ration.
Valeurs alimentaires comparées des différentes formes de luzerne
• Le semis doit être fait sur sol fin, parfaitement ressuyé et roulé après semis.
Fourrages
(1er cycle)
MS %
MAT
%
UFL
PDIN
(g/kg)
PDIE
(g/kg)
CB
%
P
(g/kg)
Ca
(g/kg)
• La luzerne supporte mal les sols
matraqués durant l’automne ou le
printemps (conditions de récolte
en vert par exemple) tout comme
les sols humides.
• Il faut laisser fleurir une fois par
an pour assurer sa pérennité et la
qualité des repousses (attendre 30
jours entre 2 valorisations).
Foin luzerne
85
17,4
0,67
114
91
35,7
2,4
12,5
Enrubannage
luzerne
55
18,9
0,76
120
83
32,3
2,6
12,8
Foin RGA
85
11,5
0,81
75
87
28,7
2,4
4,3
Ensilage RGA
coupe fine
20
11
0,85
65
54
27,3
2,8
5,8
• Ne pas la couper trop court et
elle ne doit pas être valorisée trop
tard en automne.
Par rapport à
Entraid’ouest spécial space 8 septembre 2010
08Space-reprise-Luzerne-1p.indd 8
26/08/10 15:11
Dossier
Applatisseurs n
Un regain d’intérêt
se fait sentir depuis
quelques mois
pour la valorisation
des céréales à la
ferme. De plus en
plus d’éleveurs y
repensent. Les cuma
qui disposaient
auparavant de cette
activité ont vu cette
année, la demande
augmenter, et
d’autres groupes
réfléchissent à
investir dans ce type
de matériel.
Petit tour d’horizon
en Vendée des cuma
concernées.
La cuma la Casse Graine,
Coex
Cette cuma a investi en 2005 dans
2 aplatisseurs Murska 700, un
avec possibilité de mise en boudin
et l’autre sans. Au total, la cuma
aplatit environ 12 000 qx/an. Le
groupe réfléchit au renouvellement
de ces deux matériels (renouvellement, changement de rouleaux….).
En 2009, l’heure de travail était
facturée à 70 euros. Les deux
appareils sont actuellement équipés avec des rouleaux mixtes. (Voir
tableau).
La cuma L’Essartaise,
Les Essarts
Cette cuma était précédemment équipée d’un aplatisseur
Fabrication à
la ferme, en groupes
7 mai 2010: mise en route de l’aplatisseur silo-grain CGAO de la cuma l’Essartaise. La possibilité de changer
l’interface rouleau maïs et l’interface blé-orge en 1/2 heure a été un des facteurs favorables à l’achat de ce
matériel.
Murska 700, elle a procédé à
son renouvellement avec un
aplatisseur Cgao Silograin dont
les capacités annoncées sont
proches.
A noter 2 jeux de rouleaux différents : un pour les céréales
d’été et un autre pour le maïs
permettant un débit supérieur à
200 qx/heure.
La cuma La Servante,
Le Poiré-sur-Vie
C’est un aplatisseur avec réserve
mélangeuse Gelh qui équipait
cette cuma, depuis plus de
14 ans. Le matériel est aujourd’hui
hors d’usage. Après un recensement des utilisateurs potentiels,
L’ancien aplatisseur-mélangeur Gehl de la cuma la Servante sera
changé d’ici quelques mois.
Produit Débit
Maïs humide sans mise en boudin
Maïs humide avec mise en boudin
Céréales sèches
60 à 120 qx/he
50 à 110 qx/he
150 à 220 qx/he
(c’est généralement le chargement qui est le facteur limitant)
600 t seront engagées pour un
renouvellement de cette activité.
L’offre commerciale pour ce type
de matériel étant actuellement
restreinte, la cuma est en négociation avec la société Toy pour la
réalisation d’un prototype aplatisseur avec 2 rouleaux de 500 mm
de diamètre et une réserve mélangeuse de 5 000 l.
Aplatisseur de la cuma la Casse
graine au travail avec du blé.
Au gaec de la Jaubretière à StMaixent, l’aplatissage d’une
dizaine de tonnes de blé ou d’orge
se réalise en une seule fois pour
l’année, sitôt la récolte.
La cuma Bassin du Marillet,
Saint-Florent-des-Bois
Cette cuma est en cours de recensement des besoins de ses adhérents pour ce type d’activité (tonnage, aplatissage ou broyage).
La cuma la Confiance,
La Bruffière
L’aplatisseur Murska 700 H d
acheté en décembre 2005 fonctionne sur un territoire de 6 communes, l’activité est là aussi en
constante augmentation. Le
groupe étudie le « re-crantage »
des rouleaux pour l’année à venir.
La cuma la Tourterelle,
Saint Maurice-des-Noues
Après 3 ans de fonctionnement
avec un aplatisseur Crimper chargeable au godet et équipé d’une
chaîne à godets pour remplir
remorque ou big bag pour 6 adhérents dans un rayon de 15 km, la
cuma envisage un renouvellement
pour développer l’aplatissage du
maïs humide en 2010.
L. Boudon et J-L Boursier
septembre 2010 9 Entraid’ ouest spécial space
09Space-DossierAplat-1p-Ok.indd 9
26/08/10 15:11
Dossier
Quelles alternatives
aux produits véto ?
Recherche n L’Inra expérimente
L ’utilisation des produits vétérinaires s’est fortement développée au cours des quatre
dernières décennies, passant
souvent d’une utilisation curative
à une utilisation préventive. On
observe désormais un changement de cap. Production label ou
biologique ont le vent en poupe.
Cependant, la diminution les produits véto, n’est pas sans impact
sur le niveau de performances
zootechniques. Et si la demande
de produits «sains» existe, le
marché ne permet pas forcément de mieux valoriser ces pratiques économes... L’INRA tente
donc de cerner les conditions
réelles de faisabilité de modes
d’élevage plus extensifs. Deux
essais entrepris en poulets de
chair bio et en élevage caprins
ont fait récemment l’objet d’une
présentation (*).
Volailles sur parcours
herbeux ou arboré
Dans le premier cas, les performances d’élevage de cinq bandes
successives de six mille poulets
de souche à croissance lente ont
été évaluées sur parcours herbeux et arboré. « Le comportement exploratoire et individuel
du poulet sur le parcours a été
au cœur de la démarche expérimentale, puisqu’il influence fortement les impacts environnementaux et sanitaires » déclare
Karine Germain, responsable de
l’expérimentation qui s’efforce de
répondre à la question suivante :
quel est le couvert végétal le plus
adapté du point de vue sanitaire
et environnemental ? Il serait intéressant également de connaître
les conséquences du type de parcours sur les qualités organoleptiques de l’animal. Si d’emblée la
présence d’un parcours semble
moins profitable à l’indice de
consommation, en contrepartie,
il peut influencer positivement la
lutte antiparasitaire. Plus encore
avec certaines plantes, avancent
prudemment les chercheurs.
Entretenir, voire ressemer le parcours contribuerait aussi à limiter
la pression parasitaire. L’intérêt
du parcours est également esthétique. Notamment pour les élevages engagés en vente directe,
dans la mesure où l’accès des
volailles à un parcours correspond à une demande forte des
consommateurs. Enfin, les chercheurs s’interrogent sur l’intérêt
nutritionnel d’y installer éventuellement des légumineuses, tel que
le lotier.
Caprins : de la lumière
à la place des hormones
Deuxième thème étudié : la reproduction des caprins. A la place
des traitements hormonaux exogènes censés dessaisonner la
reproduction, Bernard Lebœuf
et son équipe de chercheurs de
l’INRA étudient l’intérêt d’un traitement photopériodique. En effet,
l’administration de traitements
hormonaux est efficace mais non
exempte de problèmes : production d’anticorps réduisant l’efficacité du traitement, risque de présence d’agents pathogènes dans
les extraits commerciaux, résidus
dans le lait suite à l’insertion de
l’éponge vaginale, de sorte que
le lait produit ne peut momentanément pas être consommé…
Ces difficultés s‘ajoutent aux
nouvelles tendance sociétales
qui s’opposent à l’utilisation de
substances de synthèse pour les
animaux. D’où l’intérêt de déclencher une cyclicité en dehors de
la saison sexuelle par des traitements photopériodiques, sans
© Lucile Demazel
les possibilités de réduire l’usage des
produits vétérinaires en élevage. Objectif :
développer des systèmes plus durables.
Deux essais sont en cours en poulets de
chair plein air et caprins laitiers.
Moins de produits véto, est-ce possible ? L’Inra mène l’enquête sur des
poulets de chair élevés en plein air.
Karine Germain, de l’Inra du
Magneraud (Charente-Maritime),
planche sur les méthodes
alternatives en élevage de volailles
sur parcours.
recours aux progestagènes et
sans mélatonine (une hormone
qui conduit à mimer les jours
courts). Cela répond en particulier à la demande des éleveurs biologiques. Les travaux
de recherche entrepris portent
à la fois sur l’organisation de
l’élevage et sur la sélection de
chèvres naturellement plus aptes
au désaisonnement.
Parallèlement aux questions que
soulèvent ces techniques alternatives, la prise en compte des
conséquences sur le rythme de
travail de l’éleveur et sur la rentabilité économique ne doivent pas
Bernard Lebœuf étudie le
desaisonnement des chèvres par
photopériodisme, sans recours aux
hormones.
Luc
non plus être ignorées ...
Vincent Demazel
(*) Colloque du 1er avril 2010
à Saintes : quelles innovations
pour utiliser moins de produits
vétérinaires ?
Entraid’ ouest spécial space 10 septembre 2010
10Space-GestionVeto-1p-Ok.indd 10
26/08/10 15:10
Dossier
Jean-Yves fabrique
l’aliment pour ses porcs
Autonome n Bien
avant la mise en
avant de la notion
de développement
durable, Jean-Yves
Bourdonnay, éleveur
de porcs naisseurengraisseur à Glomel
(Côtes-d’Armor),
avait déjà à l’esprit un
objectif de cohérence.
Le système peut
tourner en boucle : les
déjections des animaux
de l’exploitation
permettent de fertiliser
les terres, des céréales
sont cultivées et il est
plus logique de les
transformer que de
les livrer. Les céréales
sont ainsi produites,
transformées et
consommées par
les animaux sur
l’exploitation.
J
ean-Yves s’est installé en production porcine en 1976. En
1988, la création de la cuma
lui a permis d’augmenter sa
surface, l’outil étant présent pour
travailler la terre. En 1990, l’élevage de porcs a augmenté : le
nombre de truies est passé de 130
à 270. La décision de transformer
les aliments à la ferme a été prise
en 1992 : une fabrique d’occasion
a été achetée de façon à stocker et
utiliser les céréales sur la ferme.
La fabrique a fonctionné de façon
manuelle jusqu’en 2003. Depuis,
elle est automatisée. Aujourd’hui,
l’exploitation a une production de
270 truies naisseur-engraisseur
intégral, avec un plan d’épandage
en propre. La surface atteint 180
A la récolte, trois
silos couloir
comme celui-ci
sont destinés
au stockage du
maïs broyé. Les
céréales, elles,
sont stockées
en grain et
transformées au
fur et à mesure.
Chiffres-clés
n 210 truies naisseur- engraisseur
intégral
n 180 ha dont
110 ha en céréales
(70 ha de maïs
grain et 110 ha de
blé-orge-triticale)
n Coût de fonctionnement (chiffres
AIRFAF Bretagne) :
20 €/t (10 €
d’amortissement,
3 € d’entretien,
3 de coût de stockage, 4 de maind’œuvre, énergie,
assurance, divers)
n Temps passé à
la fabrication des
aliments chez JeanYves : un mi-temps
sur l’année, soit 5 €
euros/t de céréales
consommées (base
d’un salarié à
1 300 € net /mois).
Jean-Yves Bourdonnay transforme l’intégralité
de ses céréales à la ferme.
hectares. L’intégralité des céréales
est transformée. La ferme est
autonome à 75%. 70 hectares de
maïs grain et 110 de céréales : blé,
orge et triticale (environ la moitié est cultivée en triticale car il
s’adapte mieux aux terres). Les
récoltes sont effectuées par l’entreprise : les céréales en été et le
maïs humide fin octobre-début
novembre. La récolte des céréales
s’étale sur un mois. Elles sont
ensuite stockées en grain et transformées au fur et à mesure dans
l’année.
Récolte de maïs humide
La récolte de maïs humide dure
environ une semaine. Le maïs est
récolté par un broyeur et deux
moissonneuses. Le maïs broyé est
ensuite stocké dans trois silos couloirs. Toutes les céréales dont a
besoin l’élevage sont ainsi stockées
dès la récolte, les bâtiments ayant
la capacité de tout stocker. L’exploitation est autonome à 100 %
sur les céréales (qui correspondent
à 75% de la ration, le reste étant
des protéines).
Des rations adaptées aux
stocks et aux besoins
La ration est composée de 75 % de
céréales et de 25 % de protéines :
tourteaux de soja et de colza, et
des minéraux (matières premières
achetées). Les calculs de ration
sont effectués par les techniciens
et les rations adaptées selon ce qui
a été récolté (plus ou moins de blé,
triticale, orge ou de maïs), et selon
ce qui est souhaité au niveau des
performances. Les formules sont
réalisées trois fois par an : en septembre à la récolte des céréales, en
décembre quand le maïs est broyé,
et en mai, par rapport à ce qu’il
reste.
Audrey Fourny
Avantages et
inconvénients
•L’aliment n’est pas fabriqué à
l’avance, Jean-Yves peut donc s’adapter en changeant de ration rapidement si un problème intervient.
•Les formules d’aliments sont
constantes.
• Le coût de l’aliment au kilo est plus
faible que dans le commerce. Le prix
est de 8 à 13 euros/tonne de moins
que dans le commerce. L’aliment à la
ferme a un prix stable.
•Malgré l’automatisation, la fabrication d’aliments chez Jean-Yves prend
du temps (environ un mi-temps sur
l’année). Le stockage dans des silos
couloir engendre en effet plus de
manutention.
•Le cours des matières premières
(protéines) doit être suivi souvent afin
d’obtenir un prix correct, des quantités importantes étant commandées à
chaque fois.
septembre 2010 11 Entraid’ouest spécial space
11Space-reprise-Porcs-1p.indd 11
26/08/10 15:10
Dossier
Avantages et limites ■
Ensilage d’herbe Les récoltes d’herbe servent à gérer les excédents de pâturage. Selon le système fourrager de l’exploitation, l’éleveur sera amené à en distribuer pour l’alimentation des vaches. Si l’ensilage d’herbe permet des économies de correcteur azoté, il est plus coûteux que l’ensilage de maïs. L’intérêt économique fi nal dépendra de la qualité et de la quantité apportée. Il n’améliore pas les performances laitières. L’équipement de distribution présent sur l’exploitation rendra plus ou moins facile sa distribution selon le type de récolte : foin, enrubanné, ensilage en coupe fi ne ou en L’ensilage d’herbe dans la ration permet de réduire l’apport de correcteur azoté.
brins longs. pour des laitières
Quelle part dans la ration ?
Récoltée au bon stade avant
épiaison, l’herbe permet de
réduire l’apport de correcteur
azoté des rations hivernales
et d’obtenir les mêmes performances qu’une ration tout maïs,
tant que sa part ne dépasse
pas un tiers de la ration. Si les
ensilages récoltés ne dépassent
pas 0,80 – 0,85 UFL/kg MS, il
vaut mieux ne pas en incorporer
plus de 25 % de la ration.
Avec des ensilages d’herbe
de qualité, des rations
mixtes équivalentes aux
rations maïs
Introduire de l’ensilage d’herbe
dans la ration hivernale des
vaches laitières, en complément
de l’ensilage de maïs, permet
de remonter le niveau Pdi de
la ration et donc de diminuer
l’apport de correcteur azoté. Les
résultats zootechniques sont
identiques à ceux d’une ration
tout maïs, tant que l’ensilage
d’herbe reste inférieur au tiers
des apports de fourrage (25 %
avec des ensilages moyens). Les
résultats des essais dépendent
fortement des qualités d’ensilages d’herbe apportés. La
perte d’ingestion de la ration est
peu affectée si le taux de MS de
l’ensilage d’herbe est supérieur
à 35 %, elle est de 1 kg de MS
lorsque le taux de MS de l’ensilage d’herbe se situe entre 25
et 35 % et peut atteindre 2 kg
MS en-dessous de 25 % de MS.
L’économie fonction de la
quantité et de la qualité de
l’ensilage d’herbe
L’ensilage d’herbe coûte plus
cher que l’ensilage de maïs :
74 € les 1 000 UFL contre 43
pour le maïs, compte tenu de
son rendement et de sa valeur
énergétique plus faibles. En
incorporer dans la ration des
vaches sera intéressant économiquement, si sa qualité permet de réduire l’apport de correcteur azoté, sans rajouter de
concentré de production pour
pallier la moindre valeur énergétique. L’économie sera alors
de l’ordre de 3 €/1 000 l de lait,
en ne dépassant pas 25 % d’ensilage d’herbe dans la ration.
Avec un ensilage d’herbe moyen
et apporté à raison de 35 % de
la ration, le surcoût peut être de
l’ordre de 4 €/1 000 l de lait,
comparativement à une ration
tout maïs.
En-dehors de l’éventuel intérêt
économique, l’ensilage d’herbe
peut être intéressant pour
diversifier la ration et apporter
des fibres si la conduite présente
des risques vis à vis de l’acidose.
Si les ensilages brins longs, type
enrubannage, répondent mieux
à ce besoin de fibres, leur valeur
alimentaire est plus basse qu’un
ensilage brins courts (0,80 UFL/
kg de MS, contre 0,91), ce qui
a pour effet de déconcentrer la
ration en énergie.
…
Surveiller
le coût de distribution
Nous avons simulé le cas d’une exploitation de 50 VL et
30 génisses, livrant 325 000 l de lait et avec un système
fourrager type “210 jours de pâturage seul”.
• Les 60 ares d’herbe pâturés par vache permettent la
distribution d’une ration mixte l’hiver. Avec les génisses, la
distribution annuelle représente 51 t de MS de maïs, 31 t de
MS d’ensilage herbe et 30 T de foin.
• Si le godet désileur ou la désileuse distributrice sont utilisés pour apporter de l’ensilage d’herbe en coupe fine sans
bourrage, le coût de distribution(*) pourra être contenu
entre 4 et 7 /1 000 l de lait.
• Par contre, si l’apport d’ensilage d’herbe doit impérativement faire appel à une désileuse à turbine ou à une mélangeuse, le coût de distribution sera de l’ordre de 12 /1 000 l
et pourra même atteindre 20 avec des matériels plus
sophistiqués.
(*) Le coût de distribution intègre le coût de la machine (amortissements + frais fi nanciers + entretien) et le coût de traction (dépréciation + frais fi nanciers + assurance + carburant + entretien).
Entraid’ ouest spécial space 12 septembre 2010
1213Space-reprise-EnsilHerbe-1,5p.indd 12
26/08/10 17:24
Dossier
… Distribution
et bâtiment
influencent la chaîne de récolte
Dès lors que l’exploitation dispose
de râteliers, des balles rondes
d’enrubanné (ou de foin) peuvent
être laissées en libre-service à
disposition des vaches ou des
génisses. Il est également possible de les déposer en bout de
cornadis. Après avoir enlevé les
ficelles ou le filet qui entourent
ces balles, les animaux peuvent
consommer la totalité de la balle
sans intervention de l’exploitant.
La présence d’une dérouleuse
permettra d’étaler la balle sur la
table d’alimentation.
Si l’exploitation dispose d’un
godet désileur, l’apport de l’ensilage d’herbe coupe fine sera
plus problématique, ce type de
matériel étant plutôt adapté à
la reprise de l’ensilage de maïs.
Côté distribution, les godets désileurs distributeurs ou les désileuses distributrices sont moins
bien adaptés à la distribution de
fourrages à brins longs qui se bloquent à la sortie de la machine.
Certains modèles proposés
pour la distribution d’ensilage
d’herbe coupe fine, posent aussi
problème en se bloquant en bout
de vis.
Les matériels à turbine (désileuses pailleuses distributrices
ou remorques pailleuses distributrices) sont polyvalentes et bien
adaptées à la distribution d’ensilage d’herbe. Ils sont utilisables
pour des ensilages coupe fine et
peuvent, selon le type de démêleur
installé, distribuer des fourrages à
brins longs ou enrubannés.
Enfin, toutes les mélangeuses,
qu’elles soient à vis verticales, horizontales ou à pales, peuvent distribuer des fourrages à brins longs
Les récoltes d’herbe servent
à gérer les excédents
de pâturage. Selon le système
fourrager de l’exploitation,
l’éleveur sera amené
à en distribuer pour
l’alimentation des vaches.
(enrubanné, brins longs récoltés à
l’autochargeuse). Il n’est cependant
pas obligatoire de mélanger les
fourrages pour distribuer une ration
mixte.
Gérard Losq (1) , Pierre Demeure (2)
(1) Pôle Herbivores des Chambres
d’agriculture de Bretagne. (2) Pôle agronomie des Chambres
d’agriculture de Bretagne.
septembre 2010 13 Entraid’ ouest spécial space
1213Space-reprise-EnsilHerbe-1,5p.indd 13
26/08/10 17:25
Enjeu
Circuits courts n Quelques
éleveurs renouent avec la vente
directe de lait, brut ou transformé.
Même si ce n’est qu’une niche autant
la saisir, jugent les producteurs
engagés dans cette voie. En
Deux-Sèvres, les distributeurs
automatiques de lait ont la cote (voir
article ci-contre). D’autres circuits
courts sont explorés. Mais rien ne
tombe « tout cuit »… De solides
études prévisionnelles s’imposent.
L
a Fdcuma des Deux-Sèvres en
a fait son thème principal d’assemblée générale en novembre
dernier : les circuits courts ont
le vent en poupe. Le poids des
crises à répétition incite en effet
les éleveurs à étudier cette piste.
Objectif : récupérer une fraction de
la valeur ajoutée captée par l’aval. Si
en volailles, les exemples de vente
directe abondent, ils se font un peu
plus rares en lait. Cette denrée étant
considérée comme un produit rapidement périssable, ce qui complique
sa valorisation. En comparaison, les
packs Uht demi-écrémé longue
conservation, demeurent très prisés
par les consommateurs.
Visite d’un
distributeur
automatique de
lait sur le site
du Leclerc à
Parthenay.
Amorcer la réflexion en groupe
Jacques Fuseau,
producteur
laitier en gaec,
a démarré la
transformation
et la vente en
direct de produits
laitiers dès 2008.
Le Conseil régional PoitouCharentes compte sur sa démarche
baptisée « Lait Equitable » ouverte
aux producteurs, aux transformateurs et aux distributeurs pour
promouvoir sur son territoire le
lait de qualité, made in PoitouCharentes. En Octobre dernier,
la collectivité régionale a contacté
la Frcuma Poitou-Charentes et la
Fdcuma Deux-Sèvres pour demander son appui. Le Conseil régional
a demandé que soit relayé dans les
groupes locaux son appel à projets de
création de filières courtes. La collectivité est favorable, entre autre, au
développement des distributeurs de
lait automatiques. Voilà un champ
d’action inhabituel pour les cuma.
« Dès qu’il s’agit de mécanisation et
qu’une réflexion collective est possible,
Le7 juin dernier
à Parthenay,
le réseau
cuma PoitouCharentes
a organisé
une réunion
d’information sur
l’organisation
des circuits
courts dans la
filière lait.
Du lait en direct pourquoi pas ? » répondent en chœur
François Baron, vice-président de la
Fdcuma des Deux-Sèvres et Régis
Branchu, directeur, qui se sont réunis
pour en débattre le 7 juin à Parthenay
avec différents acteurs de la filière lait.
Aucune objection n’existe pour qu’une
telle réflexion démarre en groupe,
même si elle se prolonge par un investissement individuel. Pour l’instant, la
mise en place de distributeurs automatiques est essentiellement le fait
d’exploitations agricoles. On observe
cependant, que les exploitations de
type sociétaire peuvent être davantage
en situation d’amortir le coût significatif d’un tel investissement (de l’ordre
de 40 000 € par appareil) et de gérer
le besoin d’astreinte quotidienne qu’il
impose. Actuellement, 3 distributeurs
sont en place en Poitou-Charentes.
D’autres projets sont en cours...
Quelques pistes
Parallèlement, d’autres projets de
circuits courts sont en gestation
en Poitou-Charentes. Les Civam
et les groupements d’agriculteurs
biologiques sont en première ligne
sur ce thème. Ainsi, la distribution
de lait cru aux cantines scolaires,
une idée chère autrefois à MendesFrance, est à l’étude. La faisabilité
d’une telle opération impose toutefois des contraintes pratiques de
stockage et de manipulation et une
hygiène irréprochable. Quelques
initiatives menées près de cantines communales ont débuté en
Poitou-Charentes.
La mise en place de fontaines
à lait est une autre piste explorée. Le principe est le même qu’une
fontaine à eau. L’appareil dont le
coût est d’environ 2 000 € serait en
libre-service dans les commerces
de proximité. La vente de lait se
ferait par le commerçant. Ce type
de projet présente aussi l’avantage de
conforter l’existence des petits commerces de proximité qui peuvent
espérer un peu d’activité supplémentaire. Signalons à ce propos
qu’une dizaine d’équipements de
ce genre sont déjà en circulation en
Ille-et-Vilaine sous l’initiative de
l’association Agrobio 35. Il s’agit
de bidons en inox de 20 l, disposés
dans des vitrines réfrigérées. Une
demande de brevet a été déposée
pour ce procédé.
Transformation à la ferme
Enfin, au cours de la réunion du
7 juin, Jacques Fuseau, éleveur deuxsèvrien a témoigné de son expérience
récente de création d’un atelier de
transformation laitière sur le gaec
familial. Au début du projet, l’exploitation visait un objectif de 40 000 l.
Aujourd’hui, le gaec atteint 125 000 l
valorisés en direct. Une petite partie du lait (15 000 l) est vendue en
bouteilles. L’autre est transformée
en produits laitiers : beurre, faisselle,
crème fraîche, … L’exploitation
a investi 100 000 € sur cette nouvelle activité pour laquelle travaille
l’équivalent de 2 plein-temps. Pour
acquérir du savoir-faire, les éleveurs
ont suivi une formation à l’Enilia
de Surgères. Un magasin à la ferme
a été installé. Une petite partie des
produits est écoulée aussi via une
Amap et le reste sur les marchés. « En
2008, lorsque nous nous sommes lancés,
notre entourage ne comprenait pas très
bien notre démarche puisque les prix du
lait étaient favorables à l’époque. Depuis
les choses ont changé … » se remémore
Jacques.
Les opérations de distribution
de lait en direct menées pendant la
grève du lait ont accentué la prise
de conscience en faveur des circuits
courts selon les participants à la rencontre du 6 juin dernier. Les initiatives présentées lors de cette journée
sont autant de déclinaisons possibles
d’une relocalisation de l’économie
agricole, chère à de plus en plus de
consommateurs. Vincent Demazel
Entraid’ouest spécial space 14 septembre 2010
1415Space- Enjeu-lait-2p-Ok.indd 14
26/08/10 15:08
Rencontre
Du pis au distributeur
Nouveau n Depuis
avril 2010, des éleveurs
deux-sévriens ont
installé un distributeur
automatique sur le
parking Leclerc de
Parthenay. Premières
impressions.
P
atricia et Jean-Pierre Germain,
la quarantaine, sont membres
du gaec de la Voie Lactée
qui compte cinq associés. Productions : des pommes,
200 arbres fruitiers en variété traditionnelle « reinettes Clochard » ; des
porcs, 100 truies naisseurs-engraisseurs ; du lait, 110 vaches laitières
pour un quota de 980 000 l payés
28 ct le litre en 2009. Un prix endessous du coût de revient qui a
incité ce gaec des Deux-Sèvres à
s’orienter davantage vers la vente
directe, en pommes et en lait. « Nous
avions envie de retrouver de la valeur
ajoutée et en même temps conforter la
place de Patricia au sein de l’exploitation » explique Jean-Pierre. Le
contact avec le consommateur est de
surcroît une fonction qui intéresse
Patricia. Mais comment faire ? Le
lait est en effet un produit frais périssable dont la manipulation demeure
compliquée. Patricia et Jean-Pierre
réfléchissent à l’éventualité de
vendre des berlingots ou de transformer. Jusqu’au jour où, en décembre
2008, surfant sur internet, JeanPierre découvre l’existence italienne
des distributeurs automatiques de
lait. Chez nos voisins transalpins,
ce mode de distribution a pris pied
dans plusieurs villes comme Milan.
En tout 6 500 machines fonctionnent. Les deux éleveurs entreprennent alors des prises de contacts, des
recherches de documentation, une
visite chez un éleveur équipé dans
le Cantal,… Progressivement, leur
projet mûrit avec l’assentiment des
autres associés du gaec.
Trouver l’emplacement top Pour Céline Karasinski, de la
Chambre d’agriculture des DeuxSèvres, qui suit ce projet, il est indispensable de choisir le bon lieu d’implantation pour espérer vendre le
maximum. La présence d’un distributeur sur le site d’une grande surface est de bon augure. C’est pourquoi, lorsque Patricia et Jean-Pierre
ont su que l’hypermarché Leclerc de
Parthenay était disposé à accueillir
un distributeur, ils ont pris contact
avec le directeur. Parthenay est une
ville de 10 000 habitants située dans
la Gâtine, une région rurale dont
la zone de chalandise déborde très
largement les limites de l’agglomération. En accueillant sur son site
un distributeur automatique de lait,
Leclerc entend bonifier son image et
donner un écho concret à son slogan
« Nos produits ont du talent ».
«Lors de l’entrevue, on a posé nos
conditions, il a posé les siennes ensuite,
çà s’est fait en 48 heures» expliquent
les Germain. Un acte notarié sécurise l’accord. Il est prévu que l’hypermarché mette à disposition gracieusement un emplacement pendant
au moins 5 ans, correspondant à la
durée d’amortissement de l’appareil.
Le distributeur qui a la forme d’un
chalet est positionné sur l’une des
deux entrées du magasin, la plus
fréquentée. Placer l’appareil à l’intérieur de la galerie marchande aurait
été peut-être plus pratique pour les
consommateurs. Cependant, en
plaçant leur appareil directement
sur le parking, le distributeur peut
fonctionner 24h/24, toute l’année.
25 % d’un temps plein
Leur étude de marché a été « sommaire ». Ils se sont appuyés d’abord
sur le nombre de caddies qui franchissent quotidiennement les portes
de l’hyper, soit 3 000. Sur ce nombre,
ils ont appliqué un coefficient multiplicateur de 2,8 % correspondant
à des références observées dans des
situations semblables. Soit un chiffre
potentiel de 85 l vendus par jour.
Pour ce qui est de la fixation du
prix de vente, ils sont partis de leur
coût de production auquel ils ont
rajouté les charges d’amortissement
de l’appareil et de son équipement
(40 000 €) ainsi que l’achat d’une
fourgonnette d’occasion (10 000 €),
L’utilisation
du distributeur
automatique de
lait est simple :
il suffit de
glisser un euro
et on obtient
un litre de lait.
Il est possible
aussi d’acheter
sa bouteille
(0,20 ct)
puis les frais de fonctionnement :
l’électricité et l’assurance qui couvre
différents risques, le vol et l’incendie
(classique), la dégradation et le vandalisme (risques inégaux selon les
zones urbaines) et enfin les risques
sanitaires liés à la vente de produits
alimentaires (important). La rémunération de la main-d’œuvre équivalent à un quart temps de Patricia a
été comptée aussi pour 300 €/ mois.
Pour atteindre le seuil de rentabilité,
il leur faut débiter 70 l/mois à raison d’un prix de vente de 1 €/litre.
Un prix un peu moins élevé que le
prix du lait entier pasteurisé vendu
à Leclerc 1,20 €. Pour la mise en
route, ils ont bénéficié des aides du
Feader et du programme Leader.
70 litres/jour
En avril, le premier mois d’ouverture,
ils ont atteint 70 l/jour. En mai, ils
ont baissé à 60 l/jour. Ils avancent
pour cela deux explications : davantage de jours fériés en mai et des travaux de voirie à l’entrée du parking
qui ont compliqué l’accès au distributeur. Il est encore prématuré de porter un jugement. Mais d’ores-et-déjà,
certaines observations relatives aux
relations avec les consommateurs,
sautent aux yeux. Ceux-ci doivent
se réhabituer à la consommation de
lait cru. Notamment vis-à-vis des
exigences de conservation : besoin de
réfrigération, nécessité de consommer rapidement ou alors de faire
bouillir. Du point de vue de la praticité, même si le fonctionnement de
l’appareil est simple, il est nécessaire
de guider un peu les acheteurs au
début. Enfin, vis-à-vis de la qualité
du produit, il faut non seulement
nettoyer très souvent pour être irréprochable, mais il est aussi nécessaire
de démystifier auprès du consommateur le risque sanitaire, présent dans
les esprits. Vincent Demazel
septembre 2010 15 Entraid’ouest spécial space
1415Space- Enjeu-lait-2p-Ok.indd 15
26/08/10 15:09
Organisation
Horaires ■ Précis et
surtout écrits ensemble,
ils sont un outil pour
maîtriser le temps
de travail au gaec de
Fontelaire.
« Depuis la naissance de mon deuxième enfant -que je récupère chaque
soir- nous ne commençons plus l’un et
l’autre à la même heure… » Depuis
2002, Huguette Bourges est l’une
des deux associées du gaec de
Fontelaire, avec son cousin Pascal
Ernoul, à Noyal sous Bazouges (35).
Pour pallier au fait qu’elle habite à
20 km de l’exploitation et simplifier
le travail, ils ont adopté des horaires
à la fois adaptés, précis et différents
l’un de l’autre. « Cela facilite l’enchaînement des tâches et donne à chacun de
l’indépendance dans son organisation. »
Ainsi, Huguette commence dès
6h15, pour la traite des vaches, qui a
été avancée dans ce but. Elle réalise
aussi celle du soir mais à 16h15,
afin de pouvoir partir à 18h. Soit
un intervalle de 10 heures entre les
deux traites. « Mais en cas de besoin»,
indiquent les techniciens présents
lors d’une porte ouverte sur l’exploitation, «il est possible de réduire cet
écart à 5 heures. Cette pratique peut
être mise en place ou abandonnée du
jour au lendemain ; elle entraine une
perte de lait limitée et n’a pas d’effet
sur les cellules si l’état sanitaire initial des mamelles est bon. Elle facilite l’intervention d’un remplaçant ou
l’entraide. »
S’ils sont à l’affût des gisements
de temps disponible, les associés
n’ont pas voulu aller jusqu’à la
monotraite ou la suppression d’une
traite par semaine… « Nous craignons
les répercussions sur la qualité du lait. »
Après la traite, Huguette s’occupe du raclage et du paillage (les
vaches restant bloquées pendant ce
temps, alors qu’avant Pascal raclait
pendant la traite), de l’alimentation des veaux et des soins aux animaux. Durant les travaux culturaux,
elle distribue aussi les aliments aux
vaches et génisses. Pascal démarre
pour sa part à 7 heures du matin ; il a
la charge des travaux et du suivi des
cultures, de l’entretien des bâtiments
et du matériel, et du suivi administratif. De novembre à mai, il alimente les vaches et génisses. Etant
sur place, il suit aussi les vêlages
– répartis sur toute l’année ; raison
pour laquelle une caméra a été installée dans la stabulation… « avec
retour sur la télé au pied du lit ! » Le
recours à l’association de remplacement est également la règle en cas
d’absence.
A deux ,mais pas
aux mêmes heures
Huguette Bourges et Pascal Ernoul : des horaires décalés
entre les deux associés.
L’exploitation
■ Deux associés
(Huguette Bourges
et Pascal Ernoul
+ un stagiaire
20 semaines/an)
■ 95 ha en 7 îlots
dont un de 20 ha sur
place et les autres
distant de 1 à 4
(et 7 ha à 7 km)
■ 56 vaches laitières
pour 401 000 l de
quota.
Un seul repas pour les veaux
D’autres solutions ont été adoptées toujours pour simplifier le travail. A commencer par une maîtrise des effectifs : « Le bâtiment
pourrait accueillir plus de vaches
mais nous ne voulons pas allonger
le temps de traite. » Pour la même
raison, les associés préfèrent
acheter de la poudre plutôt que
de produire le lait nécessaire aux
veaux. Ces derniers ne reçoivent
qu’un repas par jour. « Cette solution, testée en ferme expérimentale,
permet de gagner jusqu’à 50 % de
temps, qu’il s’agisse de lait entier,
fermenté ou en poudre, » remarquent
les techniciens. Il faut cependant
un suivi rigoureux des quantités
et de la température, ainsi qu’une
alimentation solide et de qualité,
avec eau, fourrage et concentrés
dès la deuxième semaine. Du côté
des vaches, le choix de la ration
complète et du pâturage tournant
répondent toujours à ce souci de
simplification. Celui-ci se traduit
également au niveau de l’exploitation des terres : chaque fois que
cela a été possible, les associés ont
réalisé des échanges parcellaires.
Et les épandages, fauches, bottelages et autres récoltes sont délégués à une entreprise… une formule jugée plus sûre que le recours
à un salarié, en ces temps d’incertitudes économiques.
G.Demont
Témoignage
Ici les vaches font le gros du boulot
Pour mieux se consacrer à sa famille, Philippe a des horaires et s’y tient… et développe la
part de l’herbe pâturée.
«L’idéal, en matière de boulot, c’est quand les courses et les copains ! » Du côté de la traite,
même quand les vaches emmènent leurs
« ma 2X4 me suffit et je préfère me passer du
bouses au champ et en ramènent du lait… »
décrochage automatique afin de mieux contrôler
sourit Philippe Brière. Cet agriculteur de Pipriac
les mamelles… et parce que c’est cher. »
(35), qui se prépare à se convertir au bio, a choisi
Vaches et génisses nez à nez
de faire exploiter par les animaux l’essentiel des
La conception du bâtiment contribue à faciliter
32 ha groupés autour de la ferme, avec 27 ha
la surveillance et permet de gagner du temps,
pâturés pour 35 vaches… « C’est plus économe
car tous les animaux sont sous le même toit :
et cela me permet de ne pas être trop souvent
les veaux à proximité de la salle de traite et les
sur le tracteur et de respecter mes horaires
logettes des génisses nez à nez avec celles des
d’astreinte, une de mes priorités. » Philippe, dont
vaches : «Cela simplifie l’exploitation des refus
l’épouse travaille à l’extérieur, a arrêté le déroulepar les élèves… » Pour l’alimentation en stabument de sa journée une fois pour toutes : « Traite
lation, la simplification domine encore, avec
de 6h15 à 8h15, petit déjeuner avec la famille
un seul affouragement par jour. Cette solution
de 8h15 à 8h45, puis, après un coup de torchon
a été préférée au silo libre service, à la fois
sur le nez des enfants, alimentation et raclage
pour limiter la consommation d’espace et de
jusqu‘à 10 heures. Après, c’est fonction de la saibarrières, mais aussi pour mieux contrôler l’inson, mais je ne commence pas la traite sans être
gestion. La distribution est réalisée à l’aide de
sûr que les enfants sont rentrés, vers 17h15. »
la désileuse de 1,7 m3, attelée au tracteur (qui
L’objectif c’est d’avoir tout bouclé à 18h15 ou
réalise aussi le raclage). « Avoir une désileuse de
18h30… « Je ne retourne quasiment jamais aux
4 m3 paraîtrait plus logique, mais ainsi je passe
champs après.» Quant au week-end : « Je n’aten deux fois, en déposant le correcteur sur le
telle jamais le samedi ni le dimanche. J’essaie
maïs… ce sont les vaches qui font le mélange
de faire le maximum de boulot avant pour ne
elles-mêmes, et çà les occupe ». Quand on vous
garder que la traite, le raclage et le paillage… le
disait que les vaches aussi peuvent être mises
vendredi je paille plus, car le samedi, c’est pour
au turbin !
Entraid’OUEST SPÉCIAL SPACE 16 septembre 2010
16Space- GestionTemps-1p-Ok.indd 16
26/08/10 15:10
Bulletin d’abonnement
2 ans
10% d’économie
A retourner à Entraid’
Av. de l’Agrobiopole
ZAC du Pont de Bois
31320 Auzeville
BAM 08 - 30/06/2010
1 an
2 ans
Entraid’
11 numéros + les suppléments
Nom* : ............................................................................................................
Prénom : ..........................................................................................................
Adresse : .........................................................................................................
Code postal : ........................ Commune : ..........................................................
✆ (fixe et/ou portable) : .............................................. Mail : ................................
* Pour les abonnements multiples, indiquer le nom du collecteur et joindre la liste des abonnés sur feuille libre.
1 abonnement
60€
107€
de 2 à 5 abonnements
55,50€
98€
Règlement par
de 6 à 15 abonnements
50€
89€
❑ chèque postal
de 16 à 30 abonnements
47€
80€
plus de 30 abonnements
43€
73€
❑ chèque bancaire
à l’ordre d’Entraid’
à joindre à votre courrier.
Tarifs unitaires TTC (TVA 2,1%) valables jusqu’au 30/06/2011
x
€=
Nombre
Tarif
d’abonnements d’abonnement
souscrits
€
Montant
versé
N° d’agrément
de la cuma
Signature :
A plusieurs, c’est moins cher !
Bulletin d’abonnement
2 ans
10% d’économie
A retourner à Entraid’
Av. de l’Agrobiopole
ZAC du Pont de Bois
31320 Auzeville
1 an
BAM 08 - 30/06/2010
✁
2 ans
Entraid’
11 numéros + les suppléments
Nom* : ............................................................................................................
Prénom : ..........................................................................................................
Adresse : .........................................................................................................
Code postal : ........................ Commune : ..........................................................
✆ (fixe et/ou portable) : .............................................. Mail : ................................
* Pour les abonnements multiples, indiquer le nom du collecteur et joindre la liste des abonnés sur feuille libre.
1 abonnement
60€
107€
de 2 à 5 abonnements
55,50€
98€
Règlement par
de 6 à 15 abonnements
50€
89€
❑ chèque postal
de 16 à 30 abonnements
47€
80€
plus de 30 abonnements
43€
73€
❑ chèque bancaire
à l’ordre d’Entraid’
à joindre à votre courrier.
00Space-Pubs-p.indd 17
Tarifs unitaires TTC (TVA 2,1%) valables jusqu’au 30/06/2011
✁
x
Nombre
d’abonnements
souscrits
€=
Tarif
d’abonnement
€
Montant
versé
N° d’agrément
de la cuma
Signature :
A plusieurs, c’est moins cher !
26/08/10 16:06
Nouvelles des firmes
Supertino
Celloplast
Supertino élargit sa gamme, avec la création de la
série « MEGA »
Elle permet de faire face à des troupeaux allant jusqu’à 140-150 lai-
Cellogica® complète la gamme
tières. Les modèles Mega 35 et Mega 40 disposent de tout l’équipement nécessaire.
• Largeur de coupe de 2,15 m, centrale hydraulique indépendante,
caisse tôlée sur toute la hauteur, double essieu balancier-tandem avec
essieu arrière suiveur et forcé, freinage hydraulique, pneus 560/4522,5, palier intermédiaire avec deux cardans grand angle (un côté
faucheuse et un côté tracteur), commandes électriques...
• En option, différents choix sont possibles concernant le déchargement à l’arrière : porte hydraulique, déchargement bilatéral avec tapis
barrettes ou démêleur à trois vis avec déchargement bilatéral en PVC.
D’origine, les machines ont une hauteur de 3,80 m, modifiable jusqu’à
3,10 m.
C’est une porte brise-vent enroulable dont la solidité est assurée par
des raidisseurs. Caractéristiques : faible encombrement lié à l’enroulement, système de déflecteurs protégeant la motorisation et supprimant les infiltrations d’air, grande largeur possible jusqu’à 30 mètres.
Cellogica® est installée par une équipe de monteurs. Son entretien est
facile comme tous les brise-vent synthétiques.
Belchim
Ecolab
Creavia
Génopole de St-Aubinde-Cormier
Financé par la coopérative d’in-
Flyguard, un produit
contre les mouches
P our une vache laitière, une
sémination URCEO et exploité par
Créavia (Union de coops fondée
par Genoe et Urceo en 2008),
un nouveau centre de création
génétique appelé Génopole vient
d’ouvrir ses portes à St-Aubin-duCormier (Ille-et-Vilaine).
Il est destiné à accueillir des
taureaux d’élite. Le site qui
s’étend sur 60 ha et comprend
10 000 m2 de bâtiments d’élevage couverts, peut accueillir
200 taureaux.
infestation de 100 mouches
par animal (observée pendant
100 jours) entraîne une perte de
GMQ de 200 g, soit un manque
à gagner d’environ 20 kg ! Il
est nécessaire d’agir contre les
mouches dés le printemps.
De nouveaux produits « FLYGUARD », faciles d’emploi,
qui combinent les molécules
actives Biocides de la dernière
génération, viennent de faire
leur apparition.
Ponge
Nouveautés
Ponge fête en octobre son millième couloir de contention, depuis la
création de l’entreprise en 1982.
Le constructeur de la Nièvre lance en 2010 une bétaillère de 6,50 m,
complétant sa gamme. Essieu traversant de 90X90, suspension hydraulique. Tél. 03 86 29 66 23.
Un modèle intermédiaire dans la gamme de
bétaillères.
Lentagram®, un herbicide
multicultures
Lentagram®, (AMM n° 2080136) vient d’obtenir l’extension d’usages sur les cultures suivantes : oignon, poireau, luzerne, trèfle violet,
maïs doux, cultures porte-graines mineures.
Pour l’ensemble de ces cultures, fractionnement possible de la dose en respectant un
maximum de 2 kg/ha par an. Lentagram®, est
un herbicide de contact à action rapide contre
les adventices dicotylédones, de la famille des
phenylpyridazines. Il se présente sous la forme
d’une poudre mouillable (WP) contenant 45 %
de pyridate.
Provimi
Pro Vial propose un
programme nutritionnel
en 2 étapes
Pour réussir le début de lactation et la mise à la reproduction.
Provelys se distribue en complément d’1/3 de la ration des
vaches laitières pendant 3 à
4 semaines avant le vêlage (plus
besoin de faire une ration spécifique pour les taries). Sa composition répond aux besoins de
la vache tarie : magnésium assimilable, hépato-protecteurs et
antioxydants. En 2010, Provelys
a été enrichi en bêta-carotène,
reconnu pour ses propriétés
bénéfiques sur la reproduction.
Pour maintenir les animaux en
bon état corporel en début de
lactation et favoriser la reproduction, Profesh prend le relais.
Profesh est également enrichi en
bêta-carotène complété par des
vitamines du groupe B : la biotine
(Vitamine B7) et l’acide folique
(Vitamine B9) ...
Dupont
N ouvelle homologation Une
nouvelle homologation sur les
prairies temporaires et la luzerne
est accordée au désherbant
DuPontTM Harmony® SX® - 50 %
de thifensulfuron-méthyle. Celui–
ci a reçu une homologation pour
le désherbage des dicotylédones
annuelles et du rumex dans
les graminées fourragères (raygrass, dactyle, fétuque élevée),
dans la luzerne (déshydratation
et fourrage), dans les cultures
porte-graines de lotier, ray-grass,
fétuque et dactyle. L’activité de
Harmony® SX® est principalement foliaire.
Cette rubrique reprend
les extraits essentiels des
communiqués reçus dans
nos rédactions de la part des
fournisseurs de l’agriculture.
Entraid’ ouest spécial space 18 septembre 2010
18Space-Firmes-1p-Ok.indd 18
26/08/10 15:10
00Space-Pubs-p.indd 19
26/08/10 16:07
Equipement
Les dernières tendances
Bilan ■ A l’approche des salons de rentrée, Innovagri, Space et Sommet de l’Elevage,
quelques rappels sur les tendances et nouveautés relevées au cours des derniers mois.
Nous avons sélectionné trois domaines qui touchent l’élevage : la fenaison, l’épandage des
déjections, et la distribution des fourrages.
La fenaison
Les presses
Les faucheuses
Les constructeurs soignent leurs
gammes de faucheuses simples,
constatant qu’il existe une
demande pour ces machines. La
suspension s’étoffe, comme par
exemple chez Fella. La largeur
des modèles portés atteint désormais 3,50 à 4 m selon la marque.
L’enjeu est alors de les replier
à la verticale pour le transport
sans que la hauteur totale et le
porte à faux soient trop élevés.
Lely a lancé une 5,50 m traînée,
la Splendimo 550 P. D’autres,
comme Kuhn avec la GMD 8730,
Fella avec la SM 991 ou Pöttinger
avec la Novacat X8, proposent
des combinés multi lamiers
sans conditionneurs jusqu’à
8,50-9 m environ. Sur ses dernières familles de portées, Kuhn
a adopté un lamier sans bain
d’huile, lubrifié à vie.
La JF-Stoll GMT, machine de Cuma
typique.
Côté conditionneuses, JF-Stoll a
adopté un nouveau lamier sur ses
GFX (frontales) et GMT (traînées,
3,15 et 3,60 m). Ce constructeur
ainsi que Krone renouvellent leur
frontales, pour un suivi du terrain
plus précis. Suite au rachat de
l’usine qui produisait autrefois la
marque PZ, Kuhn dispose de faucheuses à tambours, et a même
développé de nouveaux modèles
pour 2010 (portées frontales et
arrières).
Les faneuses
Pas de révolution dans les faneuses. Seule la largeur augmente sans
cesse, avec un prototype de 20 m chez Lely ! En milieu de gamme, le
choix entre modèles portés et traînés est offert, afin de coller aux capacités des tracteurs. L’homologation « 40 km/h » est parfois présente
pour les faneuses se déplaçant sur leurs roues.
Plus larges mais faciles
à déplacer, à l’exemple
de cette Fella TH 1301.
L’Isobus, de
plus en plus
présent, facilite
la polyvalence
des consoles de
commande.
Les presses à balles rondes serrent de plus en plus fort, notamment à la faveur du renforcement
des entraînements. Plusieurs
marques (Claas, John Deere,
Kuhn…) dotent leur ameneur rotatif d’un fond escamotable afin
de libérer le fourrage en cas de
bourrage. Lely Welger propose ce
système depuis plusieurs années,
avec en complément la présence
de silent blocs pour autoriser le
passage de paquets de fourrage
sans ouvrir franchement de fond
de rotor.
Krone introduit progressivement son dispositif de serrage
Novogrip, à sangles et barrettes.
Présentés fin 2007 à l’Agritechnica, il équipe les presses
et combinés Comprima. L’un
des modèles à chambre fixe
dispose d’une chambre « semivariable », avec un diamètre
réglable entre 1,25 et 1,50 m.
Lely Welger renouvelle une partie
de sa gamme de presses à balles
rondes (avec les RP 245, 415 et
445), et adopte notamment un
pick-up sans chemin de cames.
Le groupe Kverneland devait
annoncer début septembre qui lui
fournirait des presses à partir de
cette date. A l’heure où s’écrivent
ces lignes, l’information n’est pas
connue. Deutz-Fahr commercialise quant à lui des presses Kuhn
sous ses couleurs (donc issues de
la même usine qu’avec le fournisseur précédent).
Sur les presses haute densité, la
tendance des dernières années
est à serrer toujours plus fort,
à rallonger le canal pour mieux
contrôler la formation de la balle,
et à réguler la quantité de fourrage de chaque plis.
L’Isobus s’installe progressivement sur les presses comme
sur les combinés presse enrubanneuse et les grosses enrubanneuses. Il autorise l’emploi
de consoles de commande
polyvalentes.
Le principe de sangles et
barrettes de Krone.
Entraid’ OUEST SPÉCIAL SPACE 20 septembre 2010
2021Space-Equipement-2p-Ok.indd 20
26/08/10 15:08
Equipement
Les andaineurs
L’épandage des déjections
Les andaineurs montent en capacité pour préparer le passage des
L e secteur de l’épandage du
ensileuses, de 4 rotors au maximum, on est passé à 6 chez Krone. Les
doubles rotors à andain central se musclent pour les chantiers de paille,
par exemple chez Fella ou Pöttinger.
fumier et du lisier n’a pas connu
de gros changements depuis
l’automne 2009. Fliegl propose
désormais des tonnes à lisier à
simple et double essieu, jusqu’à
20 000 l. Plusieurs constructeurs ont développé des modèles
de tonne haut de gamme sans
compresseur, avec aspiration
en bout de bras et vidange par
pompe. Les essieux multiples
avec suspension hydropneumatique (par exemple chez Colaert)
sont au tarif chez plusieurs fabricants de tonnes et épandeurs.
La marque de tonnes néerlandaise Schuitemaker est arrivée
en France, à travers la société
Plus de modèles taillés pour la paille,
comme ce Pöttinger.
Joskin élargit son offre pour le
fumier.
Cressonnière. Côté équipements
d’épandage, Joskin a sorti une
rampe multibuses de 24 m. Le
même constructeur se lance
dans le secteur des épandeurs
à fumier, avec deux gammes à
hérissons verticaux.
Les enrubanneuses
L ely a enrichi son offre d’enrubanneuses Attis avec trois
machines traînées. Kuhn a lancé
la SW 4004, pour grosses balles,
carrées et rondes. Côté combinés presse - enrubanneuse,
Lely est entré dans le club fermé
des constructeurs proposant un
modèle à chambre variable, avec
sa RPC 445 Tornado. Kuhn a
modernisé sa machine compacte
i-BIO et son BalePack.
De nouvelles marques dans le lisier, comme Fliegl ou Schuitemaker.
La distribution des fourrages
Le combiné Tornado de Lely,
à chambre variable.
Les autochargeuses
De plus en plus d’autochargeuses hacheuses peuvent servir aussi de
remorque à ensilage au maïs, grâce à une caisse renforcée et sans toit.
Claas offre la possibilité de démonter la partie coupe pour ces chantiers
là. Pöttinger a développé un affûtage automatique des couteaux. Jeulin
a modernisé et musclé ses autochargeuses pour affouragement en
vert. Chez les constructeurs, Vicon offre de nouveaux modèles suite au
rachat de Veenhuis par sa maison mère le groupe Kverneland. Lely a
racheté Mengele, qui fabrique sa gamme Tigo. Schuitemaker est désormais présent en France à travers la société Cressonnière (Mayenne).
Une automotrice chez BvL.
Plusieurs mélangeuses surbaissées à double vis verticale ont
fait leur apparition : Kuhn Profile,
Bélair Drakkar SB, BvL V-Mix
Plus N,… L’année 2009 avait vu
arriver de nouvelles désileuses
automotrices comme les RMH
Mixellent et Mixelfarm, la Lely
Sgariboldi Gulliver 5000, la Storti
Dobermann, la Lucas Autospire,
les Cartel Julia et Saba, etc. Pour
l’automne 2010, BvL annonce la
Maximus, une machine munie
d’un rotor de reprise « sans couteaux ni fraise ». Et pour ceux qui
s’intéressent à ces automotrices,
rapppelons le grand banc d’essai organisé dans l’Orne en mars
dernier (voir notre édition de juin
p. 48-49 et les résultats complets
sur www.entraid.com).
Pascal Bordeau
Un essai complet s’est déroulé dans l’Orne en mars dernier.
Schuitemaker, une marque nouvelle en France.
septembre 2010 21 Entraid’ OUEST SPÉCIAL SPACE
2021Space-Equipement-2p-Ok.indd 21
26/08/10 15:08
Equipement
Choisir son mode de récolte
selon sa distribution
Cohérence n La récolte de l’herbe
est parfois négligée. Selon la pousse et
la présence de refus, elle n’intervient
pas toujours au meilleur moment. Des
conditions qui ne favorisent pas
une bonne adéquation avec le mode de
disbritution de l’éleveur.
D
es erreurs peuvent être
commises à la récolte et
la distribution ne suivra
pas, du fait d’un mode
de conservation inadapté. Une
fois la récolte faite, le retour en
arrière est impossible. Mieux vaut
donc réfléchir et choisir au mieux
la récolte, pour que la chaîne
soit cohérente jusqu’au bout. Et
que le fourrage soit valorisé au
Chaque distributrice a ses
fourrages préférés.
maximum dans de bonnes conditions de distribution par la suite.
Polyvalence de distribution
Car dans un système d’exploitation, le type de distribution n’est
pas facile à adapter à la récolte,
sauf en cas de renouvellement
de matériel. Il est donc plus facile
d’adapter la récolte au type de
distribution. L’offre en matériels
de distribution des constructeurs est diverse et variée. Dans
un choix d’investissement, il
sera important de raisonner sur
les possibilités du matériel en
terme de polyvalence de distri-
bution ; de regarder la qualité du
mélange, dans le cas d’une désileuse mélangeuse. Sans oublier
le respect du fourrage à distribuer par les équipements de
distribution. Plusieurs critères à
passer au crible et correctement
évaluer.
Olivier Le Mouël
Distribution de la récolte de l’herbe
Source Fdcuma 35
Entraid’ ouest spécial space 22 septembre 2010
22Space-reprise-Distribut°-1p-ok.indd 22
26/08/10 15:10
00Space-Pubs-p.indd 23
26/08/10 16:07
00Space-Pubs-p.indd 24
26/08/10 16:07
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising