Shakespeare dans l`atelier romanesque

Shakespeare dans l`atelier romanesque
"Cette conférence se propose de comprendre pourquoi Shakespeare est toujours si
présent parmi nous, en dépit des quatre siècles et du peu de savoir des années récentes
en matière d'histoire littéraire. Me fondant sur une lecture de Hamlet mais aussi
d'autres pièces, notamment Antoine et Cléopâtre et Le Conte d'hiver, ma
réponse sera que c'est la perception des virtualités poétiques du théâtre qui a permis à
Shakespeare d'accéder à une pensée de l'existence toujours en passe d'être oubliée sinon
censurée, notamment quand il s'agit du rapport de l'homme et de la femme."
Yves Bonnefoy (Collège de France, membre de PSL)
Contact Presse Nathalie Gasser
06 07 78 06 10/ gasser.nathalie.presse@gmail.com
Avec le parrainage du ministère de la Culture et de la Communication
le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
Paris Sciences et Lettres (PSL Research University)
le Rectorat de Paris
la Société Française Shakespeare
PARTENAIRES CULTURELS
Théâtre de l'Odéon
Musée Delacroix
Musée Victor Hugo
Opéra de Paris
Comédie-Française
BnF/ Arts du spectacle
Centre National du Livre
Centre des Monuments nationaux
Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
Centre National du Costume de Scène
France-Culture
Maison Jean Vilar
French Debating Association
Éditions Thierry Marchaisse
Librairie Shakespeare and Co.
Librairie Le Coupe-papier
Jour2fête
Carlotta Films
PARTENAIRES UNIVERSITAIRES
École Normale Supérieure rue d'Ulm, membre de PSL
Mines ParisTech, membre de PSL
Paris III – Sorbonne Nouvelle PRISMES (EA 4398)
Paris IV Sorbonne VALE (EA 4085)
Paris Ouest Nanterre la Défense HAR (EA 4414)
Caen ERIBIA
Le Havre GRIC (EA 4314)
Picardie – Jules Verne CERCLL (EA 4283)
Rennes II ACE (EA 1796)
CNRS /IRCL Montpellier III (UMR 5186)
Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur
PARTENAIRES ÉTRANGERS
King's College London
Shakespeare Birthplace Trust
Deutsche Shakespeare-Gesellschaft
European Shakespeare Research Association
Spanish and Portuguese Society for English Renaissance Studies
Gdańsk Shakespeare Theatre
Fundación Shakespeare Argentina
Centro Estudos Shakespeareanos Brazil
Shakespeare Society of Japan
International Shakespeare Association
MÉCÈNES
Fondation Hermès
Ville de Paris DDEEES dispositif « Colloques internationaux à Paris »
Ambassade du Royaume-Uni
British Council
Région Ile-de-France
Aéroports de Paris
SHAKESPEARE 450
PARIS, 21-27 AVRIL 2014
Présentation
Deux anniversaires importants approchent, en 2014 (450 e anniversaire de sa naissance) et 2016
(quadricentenaire de sa mort), en prévision desquels la Société Française Shakespeare (SFS)
organise en partenariat avec le Théâtre de l’Odéon une série d'événements, suivant un programme
étendu sur trois ans qui reliera les deux célébrations. Shakespeare est depuis des décennies
l’auteur le plus joué dans le monde. Le caractère universel de son œuvre vient d’être illustré à
Londres pendant les Olympiades par la représentation au Globe du canon complet en trente-sept
langues de A (albanais) à Z (zimbabwéen).
Ce programme d’événements, parrainé par le ministère de la Culture et de la Communication, est
construit en association avec le Théâtre de l’Odéon, le Rectorat de Paris, l’Université Sorbonne
Nouvelle Paris-III, divers centres de recherche (Histoire des Arts et des Représentations de
Nanterre, CNRS/IRCL de Montpellier, Centre de Recherche en Langues et Littérature d’Amiens,
Groupe de Recherche Identités Cultures du Havre, Unité de Recherches Rennes-II), King’s
College qui pilote le projet « Anniversary » à Londres, ainsi qu’avec le Musée Delacroix, le Musée
Victor Hugo, le Centre National du Costume de Scène, la BnF/ Arts du spectacle, le Centre
National du Livre, l’Opéra de Paris, la MC 93, le Centre Dramatique d’Orléans, la Maison Jean
Vilar à Avignon...
Le projet pour 2014, « Shakespeare : une passion française » a pour point de départ l’influence
du poète sur la création littéraire et artistique en France à partir des années 1820. Un congrès
international d’une semaine, intitulé « Shakespeare 450 » accueillera plusieurs centaines de
participants étrangers qui interrogeront le sens aujourd’hui de cette œuvre mondialement
célébrée. Une soixantaine d’ateliers et séminaires émanant de plus de vingt pays sont prévus, qui
permettront de faire le point sur l’état des recherches dans une discipline particulièrement active
du monde académique. Parmi eux un grand nombre de chercheurs réputés, et jouant un rôle
éminent dans les études shakespeariennes – directeur du Shakespeare Institute à Stratford,
présidents des sociétés Shakespeare d’Allemagne, Espagne et Portugal, Pays-Bas, Etats-Unis,
Argentine, Brésil entre autres. Ce sera l’occasion de rapprocher la recherche universitaire et les
établissements culturels qui participent à Shakespeare 450 avec des spectacles, des expositions,
des lectures, et un film muet en concert (voir page 9, Evénements culturels). Nous comptons
accueillir de nombreux doctorants dans les ateliers. Un programme est en cours d’élaboration
avec le CRDP de Paris, l'inspection générale d'anglais, l'inspection d'académie de Lettres, pour
proposer aux classes un projet d’étude, de création, de lecture, de performance ou d’échange avec
l'étranger autour de l’œuvre de Shakespeare.
Le Congrès 2014 de la Société Française Shakespeare
Il se déroulera exceptionnellement sur une semaine complète, 21-27 avril 2014, et rassemblera
plusieurs centaines de spécialistes de tous pays. Ces journées seront réparties entre conférences
plénières, ateliers et panels, tables rondes, en liaison avec divers lieux d’exposition et d’expression
complétant le thème d’étude de la journée (peinture, opéra, traductions, éditions textuelles,
relectures scéniques, réécritures contemporaines)
Un site multilingue consacré aux célébrations passées et futures tient le calendrier des événements
à venir dans diverses capitales du monde.
http:// shakespeareanniversary.org
Voir composition du comité organisateur, du comité scientifique et de PSL à la fin du dossier
Petit historique de la Société Française Shakespeare
http://shakespeare.revues.org
Créée en 1977 par un groupe d’universitaires autour de Jean Jacquot, fondateur des études
théâtrales et musicologiques au CNRS, la Société Française Shakespeare est une association loi
1901 et une société scientifique . Elle s’est donné pour objectif de faire dialoguer autour de
l’œuvre de Shakespeare les chercheurs français et étrangers et les praticiens du théâtre, réunissant
à chacun de ses congrès des spécialistes de toute nationalité et des metteurs en scène, acteurs,
scénographes, auteurs dramatiques, traducteurs, en liaison avec l’actualité théâtrale. Ainsi sont
venus partager leurs réflexions depuis les débuts de la SFS des metteurs en scène comme Guy
Rétoré, Antoine Vitez, Peter Brook, Terry Hands, Robert Hossein, Roger Planchon, Gabriel
Garran, Marcel Maréchal, Jorge Lavelli, Lluis Pasqual, Daniel Mesguich, Denis Llorca, Jean-Pierre
Vincent, François Marthouret, Stuart Seide, Georges Lavaudant, Jane Howell, Stéphane
Braunschweig, Philippe Adrien, Krzysztof Warlikowski, Arthur Nauzyciel, des acteurs (Sylvia
Montfort, Sian Thomas, Patrick Stewart, Philippe Avron, Gérard Desarthe, Brian Cox, Philippe
Torreton, Jean-Yves et Eric Ruf), des scénographes (Yannis Kokkos, Guy-Claude François), les
écrivains et critiques Valère Novarina, Yves Bonnefoy, George Steiner, Philippe Sollers, René
Girard, Bernard Dort, les hellénistes Jean-Pierre Vernant, Nicole Loraux, Jean Bollack, Bernard
Sichère, les dramaturges Gerald Garrutti, Michel Bataillon, les directeurs de théâtre Michael
Attenborough, Patrick Sommier, le directeur du Voice Department de la Royal Shakespeare
Company Andrew Wade, le directeur du Rose Theatre David Pearce, Stanley Wells l’éditeur du
Complete Oxford Shakespeare, Michael Coveney critique dramatique et rédacteur de
Whatsonstage.com, Jerzy Limon le fondateur du Shakespeare Festival de Gdansk...
La Société Française Shakespeare fédère :
• les enseignants-chercheurs, français ou étrangers, dans le domaine des études sur Shakespeare et
sur la Renaissance anglaise
• les doctorants s’engageant dans ce champ d’étude
• les étudiants et enseignants s’intéressant à ce domaine mais ayant également une spécialité ou un
intérêt dans des domaines proches (Renaissance française, Renaissance en Europe, études
théâtrales, histoire de l’art, etc.)
• les professionnels du théâtre
• les amateurs de l’œuvre de Shakespeare
Ateliers, séminaires, panels, tables rondes
Soixante-dix propositions reçues, émanant de vingt-deux pays, avant sélection par le comité
scientifique, classées par ordre d’arrivée : voir liste en fin de document : quatre cents participants.
Les panels se composent de trois à cinq interventions, les séminaires accueillent en moyenne une
vingtaine de participants, les ateliers et les tables rondes sont ouverts au public, de même que les
conférences plénières.
Les divers travaux du congrès rassembleront :
400 chercheurs de toutes nationalités
Les adhérents de la Société Française Shakespeare
Les anglicistes enseignants et étudiants de la SAES
Les classes préparatoires de concours
Les classes de lycée de Lettres, option Théâtre, et Langue renforcée
Les lieux
Journée d’ouverture :
Odéon, Théâtre de l’Europe
Place de l’Odéon 75006 Paris
Conférences plénières :
Sorbonne 17 rue de la Sorbonne 75005 Paris
École Normale Supérieure 45 rue d’Ulm 75005 Paris
Mines ParisTech (membre de PSL) 60 boulevard Saint-Michel 75006 Paris
Accueil : Institut du Monde Anglophone, Paris-III
5 rue de l’Ecole de médecine 75006 Paris
Le public
L’inscription à Shakespeare 450 donne accès à l’ensemble du programme académique
(conférences plénières, panels, séminaires et ateliers) et à divers événements dont Shakespeare
450 est partenaire.
- tarifs préférentiels pour la Comédie Française et l’Opéra Bastille
- visites des coulisses de la Comédie Française
- invitations aux expositions de la BnF, du Musée Delacroix, du Musée Victor Hugo, à la
Basilique de Saint-Denis
- invitations au film muet en concert Hamlet, création mondiale
- invitations aux réceptions d’anniversaire et de clôture.
Inscriptions : http://www.shakespeareanniversary.org/shake450/inscription/
Voir calendrier détaillé en fin de dossier
Deux journées sont ouvertes au public :
le lundi 21 avril au Théâtre de l’Odéon
le mercredi 23 avril à la Sorbonne, amphithéâtre Louis Liard
ainsi que les conférences plénières des autres journées.
Les ateliers, panels et séminaires sont réservés aux congressistes
OUVERTURE : « Shakespeare 450 » ouvrira à l’Odéon, Théâtre de l’Europe
Lundi 21 avril 11h – Entrée libre sur réservation 01 44 85 40 40
Conférences
« Pourquoi Shakespeare ? »
Yves Bonnefoy
« Elsinore – Berlin : Hamlet in the Twenties »
Andreas Höfele (Munich)
suivies de deux tables rondes
La Cour des grands
Entretien avec Luc Bondy, conduit par Georges Banu
La Jeune Garde
Rencontre avec une nouvelle génération d’artistes, dont David Bobée, Thomas Jolly, Vincent
Macaigne, Gwenaël Morin, conduite par Leila Adham et Jean-Michel Déprats
et d’une master class dirigée par les comédiens Philippe Calvario, Vincent Dissez et
Émeric Marchand
Odéon Théâtre de l’Europe, Place de l'Odéon, 75006 Paris 01 44 85 40 40.
Un jour de septembre 1827 Alexandre Dumas quitte son bureau de bonne heure pour se rendre
au théâtre de l’Odéon où l’on donne ce soir-là Hamlet, et retrouve dans la salle Victor Hugo,
Nodier, Delacroix, Berlioz, Théophile Gautier, Vigny. La passion française pour Shakespeare
commence alors, passion que Berlioz résume ainsi : « Shakespeare, en tombant sur moi à
l’improviste, me foudroya. Son éclair, en m’ouvrant le ciel de l’art avec un fracas sublime, m’en
illumina les plus lointaines profondeurs. » Tous au cours des années suivantes vont traduire dans
leurs compositions l’incandescence de cette rencontre. La jeune génération se divise en deux
camps, « d’une part les romantiques, et de l’autre, les imbéciles », note Théodore de Banville, le
mot romantique venant à signifier pour le second groupe « homme qui connaît Shakespeare et
avoue qu’il le connaît ». Pointe alors le début de l’hamlétisme : « Toutes les récentes névroses
compliquées, musicales, idéalement torturées par la soif de l’exquis quintessencié, qui se croient si modernes, et le
sont, viennent en droite ligne d’Elseneur. »
Mercredi 23 avril 11h-13h 15h-18h – Sorbonne, amphi Louis Liard – Entrée libre
« Avec ou ‘sans muselière’? Les traductions de Shakespeare, de Voltaire à François-Victor Hugo »
Michèle Willems
« Shakespeare dans les collections du départements des Arts du Spectacle de la BnF »
Joël Huthwohl
Rencontre avec Christian Schiaretti, conduite par Jean-Michel Déprats
Entretien avec Stuart Seide (sous réserve)
Autres conférences – École des Mines – Entrée libre
Mardi 22 avril 14h
Ton Hoenselaars (Utrecht)
« Great War Shakespeare: ‘Somewhere in France’ »
Mercredi 23 avril 14h
Peter Holland (Notre Dame, USA)
« Commemorating Shakespeare: From Westminster Abbey to Stratford-upon-Avon and beyond »
Jeudi 24 avril 14h
Michèle le Dœuff (CNRS )
« Comme il nous plaira »
Vendredi 25 avril
Dominique de Font-Réaulx (Musée Delacroix) 14h
« Les origines théâtrales de la photographie »
François Laroque (Sorbonne Nouvelle) 15h
« ‘Old custom’. Shakespeare’s ambivalent anthropology »
Samedi 26 avril 14h
Sarah Hatchuel (Université du Havre)
« The Shakespearean Films of the 1990s: Afterlives in transmedia »
Du 21 au 27 avril : réservés aux congressistes
21 séminaires
30 panels
7 ateliers
Le programme définitif sera mis en ligne fin février 2014.
Événements culturels
Pendant la durée du congrès, les participants pourront assister à divers événements
EXPOSITIONS
Les congressistes pourront visiter les expositions offertes ci-dessous :
Musée Victor Hugo
Musée Delacroix
Bibliothèque nationale de France
Coulisses de la Comédie-française
Crypte de la Basilique Saint-Denis
L’AGENDA DE LA SEMAINE
* Lundi 21 avril : Ouverture Odéon, Théâtre de l’Europe
* Mardi 22 avril : projection de Hamlet, dir. Svend Gade, sur une composition originale de
Robin Harris (invitation de la Société Française Shakespeare), création mondiale, présentation par
Judith Buchanan. Auditorium Saint-Germain
* Jeudi 24 avril : I Capuleti e i Montecchi, dir. Bruno Campanella, Opéra Bastille
* Vendredi 25 avril : projection des Enfants du Paradis au cinéma Louxor
* Samedi 26 avril: Othello, dir. Léonie Simaga, Comédie française/Théâtre du Vieux-Colombier
* Dimanche 27 avril : Visite à la Basilique de Saint-Denis avec lecture-concert sur le thème de
« L’imaginaire royal ».
ÉVÉNEMENTS
22
AVRIL
: HAMLET (FILM
MUET EN CONCERT
)
à l’Auditorium Saint-Germain, 4 rue Félibien, 75006 Paris
SOIREE OUVERTE AU PUBLIC - réservation en ligne :
www.shakespeareanniversary.org/shake-450/evenements-culturels/hamlet-tickets/
©Deutsches Filminstitut, Frankfurt
Hamlet de Svend Gade et Heinz Schall (Allemagne, 1921, muet, 110 minutes)
Musique originale par Robin Harris et Laura Anstee
Première mondiale de la composition de Robin Harris (2014)
Commande de la Société Française Shakespeare
Soirée ouverte au public, sur réservation
Les participants au congrès sont invités à cette création, sur inscription
23
AVRIL
:
I CAPULETI E I MONTECCHI
Opéra de Vincenzo Bellini en deux actes. Livret de Felice Romani.
Bruno Campanella Direction musicale
Robert Carsen Mise en scène
Michael Levine Décors et costumes
Davy Cunningham Lumières
Alessandro di Stefano Chef de chœur
Paul Gay Capellio
Ekaterina Siurina Giulietta
Karine Deshayes Romeo
Charles Castronovo Tebaldo
Nahuel di Pierro Lorenzo
Orchestre et chœur de l’Opéra de Paris
Dates : 24 avril (première) et 26 avril 2014 à 19:30 (durée avec entracte : 2:53).
2 5 AV R I L : L E S E N FAN T S D U P A R A D I S D E M A R C EL C A R N É
où Shakespeare se glisse de la scène au Boulevard du crime sous le manteau de Lacenaire
au Cinéma Louxor-Palais du cinéma
170 boulevard Magenta, salle Youssef Chahine, vendredi 25 avril à 19 : 30
26
AVRIL
: OTHELLO
DE
WILLIAM SHAKESPEARE
Mise en scène Léonie SIMAGA
Troupe de la Comédie Française. Théâtre du Vieux-Colombier
Après des études de lettres supérieures et de sciences politiques, Léonie Simaga intègre le
Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Entrée à la Comédie-Française en 2005, elle en
devient la 520ème sociétaire en 2010. Elle y interprète notamment le rôle-titre dans Penthésilée de
Kleist mise en scène par Jean Liermier, Polly Peachum dans L’Opéra de quat’sous de Brecht monté
par Laurent Pelly, Hermione dans Andromaque de Racine mise en scène par Muriel Mayette ou
encore Silvia dans Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux par Galin Stoev. À la ComédieFrançaise, elle a mis en scène Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, et présenté une carte
blanche autour des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. Pour elle, Othello, au-delà de la
jalousie et de la crédulité, constitue une interrogation sur cette haine injustifiée et permanente
d’une civilisation envers des individus condamnés à lutter leur vie entière pour échapper à une
définition infamante, celle de « nègre ».
MUSÉES
Les congressistes auront l’occasion de visiter plusieurs expositions dédiées à Shakespeare pendant
la semaine.
Musée Victor Hugo
6 place des Vosges 75004 Paris téléphone: 01 42 72 10 16
HUGO, PÈRE ET FILS.
Exposition du 18 février au 15 juin
Sur invitation du Musée. Des visites guidées sont prévues pour les congressistes.
Photographie de T.B. HUTTON
Victor Hugo a occupé le second étage de l’Hôtel de Rohan-Guéménée de 1832 à 1848. C’est là
qu’il a écrit plusieurs de ses œuvres : Marie Tudor, Ruy Blas, Les Burgraves, Les Chants du crépuscule,
Les Voix intérieures, une grande partie des Misérables, et c’est là qu’il recevait Lamartine, Vigny,
Dumas et Gautier. La visite de l’appartement illustre les trois principales étapes de sa vie (avant,
pendant et après l’exil) par les meubles exposés, divers memorabilia, et une étonnante décoration
intérieure exécutée pendant son exil à Guernesey.
Le musée s’associe aux célébrations du 450ème anniversaire de William Shakespeare avec un
format de poche consacré à François-Victor Hugo, qui reste l’un de ses plus grands traducteurs
français. La figure et l’œuvre du plus jeune fils de Victor Hugo seront évoquées à travers la riche
iconographie (peintures, dessins, photographies…) et l’important fonds de manuscrits ainsi que
de nombreux documents et livres précieux que conserve le musée, dont beaucoup sont inédits ou
rarement exposés. Les traductions de François-Victor publiées chez Michel Lévy puis chez
Pagnerre, en 1857 pour les Sonnets et de 1859 à 1866 pour le théâtre, constituent aussi, par les
introductions dont il les accompagne, une étape importante des études shakespeariennes.
Aboutissement de la réactualisation de Shakespeare par les romantiques, et appuyé sur la passion
de son père pour le dramaturge, ce travail colossal est aussi à l’origine de ce texte majeur qu’est le
William Shakespeare de Victor Hugo qui devait à l’origine lui servir de préface. C’est la très
attachante personnalité de François-Victor Hugo que l’on s’appliquera ainsi à faire revivre à
travers l’hommage rendu à Shakespeare.
Musée National Eugène Delacroix
6 rue de Furstenberg 75006 Paris
www.musee-delacroix.fr
tél : 01 44 41 86 59
Eugène Delacroix, « le plus légitime des fils de Shakespeare »
La mort d’Hamlet après le duel
Musée Delacroix, RMN Grand Palais (Musée du Louvre), René-Gabriel Ojéda
Accrochage de la collection du musée Eugène Delacroix autour de William Shakespeare
1er avril-30 juin 2014
Eugène Delacroix (1798-1863) fut un artiste cultivé. Grand lecteur, il fut également un mélomane
averti et un spectateur de théâtre attentif. Il fut ainsi, au cours des années 1820 et 1830, curieux
des enjeux du renouveau de la scène théâtrale française. Les théories nouvelles autour du jeu de
l’acteur, venues notamment d’Angleterre, mais aussi soutenues par la parution, bien posthume, du
Paradoxe sur le comédien de Denis Diderot, retinrent son intérêt. Il ne manqua d’en comparer
l’habileté et les artifices avec ceux du peintre. « L’exécution dans la peinture doit toujours tenir de
l’improvisation, et c’est en ceci qu’est la différence capitale avec celle du comédien. », écrivit-il
dans son Journal en janvier 1847.
William Shakespeare et ses œuvres tinrent une place particulière dans sa création picturale,
dessinée et gravée. Il évoqua souvent le dramaturge anglais dans son Journal , écrivant ainsi
combien les œuvres shakespeariennes avaient façonné la culture anglaise : « Les Anglais sont tout
Shakespeare. Il les a presque faits tout ce qu’ils sont en tout » (4 avril 1849). Il avait, ainsi, assisté
en septembre 1827 à l’une des représentations de Hamlet au théâtre de l’Odéon avec, dans le rôle
d’Ophélie, la célèbre actrice anglaise Harriet Smithson, dont l’interprétation impressionna tant le
public parisien. La fascination de Delacroix pour la figure d’Hamlet, prince tourmenté et sensible,
fut profonde. Dès 1825, à peine âgé de vingt-sept ans, il peignit la scène de Hamlet et le spectre de
son père (Cracovie, Muzeum Universytetu Jagiellonskiego). Dès le début des années 1830, il eut
l’idée de consacrer à Hamlet une suite de lithographies dédiées au héros shakespearien, à l’image
de ce qu’il avait réalisé pour illustrer la traduction française du Faust de Goethe, en 1827. Ce n’est
qu’en 1843 que furent publiées, à compte d’auteur, treize planches sur les seize exécutées.
Le musée Delacroix a la grande chance de conserver l’ensemble des pierres lithographiques
dessinées par le peintre.
À l’occasion du 450ème anniversaire de la naissance de William Shakespeare, célébré à Paris, le
musée Eugène Delacroix, installé dans le dernier appartement et atelier du peintre, où il s’installa
en 1857 et où il mourut en 1863, organisera un accrochage de sa collection, présentant ces pierres
lithographiques, rarement exposées, ainsi que les lithographies qui en sont issues. Seront aussi
exposées les autres œuvres du musée liées à Shakespeare, notamment le très émouvant Roméo et
Juliette au tombeau des Capulet. L’accès au musée sera, exceptionnellement, accessible gratuitement
aux congressistes.
Bibliothèque nationale de France
Quai François-Mauriac 75706 Paris Cedex 13 Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59
Exposition : « Été 14 : les derniers jours de l’ancien monde ».
Le parcours de l’exposition s’organise autour de la chronologie resserrée des événements du 23
juillet au 4 août 1914 et l’enchaînement des décisions diplomatiques, politiques et militaires qui
aboutissent à la conflagration générale.
Visite sur rendez-vous pour les congressistes.
Département des Arts du spectacle
Un département qui préserve et enrichit la mémoire de toutes les formes des arts du spectacle
(théâtre, cirque, mime, danse …).
On peut consulter au département des Arts du spectacle des collections sur les thèmes suivants:
Arts du spectacle
Cinéma et vidéo : autour des œuvres
Estampes, photographies, affiches
Partitions imprimées et manuscrites
Radio et télévision
Le département s’attache à conserver tous types de documents produits avant, pendant et après la
représentation: textes dramatiques, manuscrits, maquettes, décors, costumes et objets,
photographies, documents audiovisuels, affiches, dessins et gravures, programmes et coupures de
presse, ainsi que des livres et des revues. Toutes les expressions du spectacle vivant sont
représentées dans les collections : théâtre, cirque, danse, marionnettes, spectacles de rue…ainsi
que le cinéma, la télévision et la radio. En outre, le département conserve de très nombreux fonds
d’archives et collections de personnalités et d’institutions (salles de spectacle, festivals,
compagnies)
Le département trouve son origine dans le don fait à l'État, en 1920, par Auguste Rondel (18581934), d’un ensemble exceptionnel de documents concernant les arts du spectacle, à travers
toutes les époques et tous les pays. Installée dès 1925 à la Bibliothèque de l'Arsenal, cette
"bibliothèque théâtrale" ne cesse par la suite de s’enrichir et devient en 1976 le département des
Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale.
Comédie-Française
26 avril : Othello, de William Shakespeare au théâtre du Vieux-Colombier
Léonie Simaga, mise en scène
Troupe de la Comédie-Française
21 rue du Vieux-Colombier
75006 Paris
Métro : Saint-Sulpice, Sèvres-Babylone
Tour des coulisses de la Comédie-Française
Place du Palais-Royal
Visite sur rendez-vous pour les congressistes.
Basilique de Saint-Denis
1 rue de la Légion d’Honneur 93200 Saint-Denis
Présentation par Serge Santos, administrateur de la Basilique
Vous découvrirez parmi d’autres les tombeaux de Clovis, Charlemagne, Catherine de Medicis,
Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, ou d’Henriette Marie (épouse de Charles I).
Chevet de la Basilique :
« L’imaginaire royal », lecture-concert par Chantal Schütz et Yan Brailowsky, avec le luthiste
François Bonnet
Outre la semaine d’anniversaire, Shakespeare 450 se déroule sur toute l’année 2014
* avec une série d’expositions, rencontres, lectures, colloques
« Much Ado about Nothing », film de Joss Whedon, sortie le 29 janvier projection sur
invitation le soir de la sortie en salle, présentation à Paris, et dans une vingtaine de villes par des
membres de la Société Française Shakespeare
« Shakespeare, mode d’emploi », séminaire de Marc Porée à l’ENS rue d’Ulm, à partir du
13 février, le jeudi 14h à 16h
« Shakespeare et l’opéra romantique », conférence de Damien Colas, au Studio Bastille de
l’Opéra, 27 mars
Othello, film d’Orson Welles, en version restaurée inédite, Carlotta Films, sortie en salles le
23 avril
« Shakespeare dans l’atelier romanesque », quatre soirées de lectures aux Bibliothèques
de l’Odéon, coordonnées par Dominique Goy-Blanquet, avec Florence Naugrette et Daniel
Loayza, lecture par Jacques Bonnaffé et Dominique Parent, 29 et 30 avril - 6 et 7 mai
« Shylock, scélérat ou victime ? Lectures du Marchand de Venise », rencontre
coordonnée par Dominique Goy-Blanquet avec Gisèle Venet, Stéphane Braunschweig, JeanMichel Déprats, lecture par Gérard Desarthe avec Alice Vannier, 12 mai
« Shakespeare, l’étoffe du monde »
Des rives de la Tamise à celle de l’Allier : Shakespeare au CNCS exposition au
Centre National du Costume de Scène, Moulin, commissaires Catherine Treilhou-Balaudé et
Françoise Verdier, scénographie Delphine Lebovici, 14 juin - 5 janvier
« Shakespeare au Festival d’Avignon », exposition à la Maison Jean Vilar avec l’IRCL/
CNRS, de Montpellier (Florence March), juillet
« Shakespeare dans le square » lectures shakespeariennes et représentation de Macbeth
organisées par la librairie Shakespeare and Company, square Viviani, 75005 Paris, 23 - 27 juillet
« Shakespeare devant ses proches », colloque organisé par Yves Bonnefoy au Collège de
France, Fondation Hugo, 6-7 novembre
« Rencontres autour de la scénographie et du costume dans la mise en scène
contemporaine de Shakespeare en Europe », organisation : IRET-EA 3959, Catherine
Treilhou Balaudé, HAR-EA 4414 Christian Biet, SFS Dominique Goy Blanquet, au Centre du
Costume de Moulin, 4-6 décembre.
* avec un livre, Lettres à Shakespeare, réunies par Dominique Goy-Blanquet
à paraître aux Éditions Thierry Marchaisse le 6 mars
Lettres de Michèle Audin, Georges Banu, Pierre Bergougnioux, Yves Bonnefoy, Hélène Cixous,
Jacques Darras, David Di Nota, Florence Dupont, Michael Edwards, Robert Ellrodt, Raphaël
Enthoven, Jacques Jouet, Michèle Le Dœuff, Alberto Manguel, François Ost, Pierre Pachet
Qu’en est-il aujourd’hui de Shakespeare, de sa place dans l’imaginaire et la création ? Nous avons
demandé aux écrivains qui entretiennent avec son œuvre un fort engagement personnel de fêter
ici le 450ème anniversaire de sa naissance en s’adressant à lui, pour lui exprimer ce qu’ils lui
doivent, lui reprochent, lui envient… Cette correspondance collective, tout à tour jubilatoire,
savante, intime, légère, violente, s’ouvre sur l’histoire mouvementée de cette passion française et
se clôt par un détour inattendu, où il apparaît que le fantôme du père de Hamlet n’est pas près de
cesser de hanter notre temps.
* avec un programme e-twinning, élaboré avec le CRDP
Il propose aux classes un espace international d’échanges de « projets Shakespeare » entre
établissements scolaires. Ce programme est en cours d’élaboration avec le CRDP de Paris,
l'inspection générale d'anglais, l'inspection d'académie de Lettres, pour proposer aux classes un
projet d’étude, de création, de lecture, de performance ou d’échange avec l'étranger autour de
l’œuvre de Shakespeare.
Texte d’appel :
Shakespeare a l'art de parler à tous les âges et tous les degrés de connaissance, avec des chansons,
de l'action politique, des guerres, des contes peuplés de scènes tendres ou cruelles, lestes,
comiques, violentes, des espaces de méditation, de rêverie. D'un mot le burlesque vire au tragique,
les joutes oratoires aux assauts sanglants, l'intérieur et l'intime s'ouvrent à l'infini. Toujours il
nous donne l'exemple de l'invention, du jeu.
Le projet « Shakespeare 450 » est une invitation à le lire, le rejouer ou se jouer de lui en
l'imaginant à neuf avec vos élèves. Qui va tenir régulièrement la page Facebook de Hamlet ou
Beatrice? Qui veut instruire le procès de Brutus, Iago, Richard III, d'Angelo ou Shylock pour
tentative de meurtre, de Lear pour abandon de poste, de Falstaff pour conduite en état d'ébriété?
Qui aimerait changer le dénouement, donner la victoire à Cordelia, faire rencontrer Hamlet et
Rosalind en Angleterre? Ou encore faire réécrire le Songe par Bottom, Tout est bien par
Dogberry ? Revisiter le planisphère élisabéthain avec Antipholus, Périclès, Perdita, Fortinbras ?
Ou composer des sonnets ? Ou charger Coriolan de commenter l'actualité récente ?
Shakespeare comme il vous plaira.
CONFERENCES PLÉNIÈRES
« Pourquoi Shakespeare ? »
Yves Bonnefoy, Collège de France
Cette conférence se propose de comprendre pourquoi Shakespeare est toujours si présent parmi
nous, en dépit des quatre siècles et du peu de savoir des années récentes en matière d'histoire
littéraire...
« Elsinore - Berlin: Hamlet in the Twenties »
Andreas Höfele, Université de Munich
La conférence évoquera quelques interprétations marquantes (Asta Nielsen, Fritz Kortner), ainsi
que le(s) rôle(s) de Hamlet dans les débats culturels et politiques de l’époque (Brecht, Oswald
Spengler, Carl Schmitt).
« Great War Shakespeare: ‘Somewhere in France’»
Ton Hoenselaars, Utrecht University
Cette communication examine l’histoire culturelle unique mais peu étudiée de Shakespeare en
France pendant la Première Guerre mondiale, en se concentrant sur l’Entente Cordiale entre
l’Angleterre et la France ; la commémoration française du tricentenaire de la mort de Shakespeare
en 1916; la représentation d’ œuvres de Shakespeare ‘somewhere in France’ quelque part en France
(comme l’imposait la censure) dans divers théâtres professionnels ou amateurs ; et plusieurs
commentaires français notoires sur Shakespeare et la France pendant les années de l’après-guerre.
« Commemorating Shakespeare: From Westminster Abbey to Stratford-uponAvon and beyond »
Peter Holland, University of Notre Dame, USA
Forming and reforming the concept of Shakespeare.
« Shakespeare dans les collections du département des Arts du spectacle »
Joël Huthwohl, directeur du département à la BnF
Les études shakespeariennes passent à l'évidence par l'histoire des représentations scéniques de
ses oeuvres. Le département des Arts du spectacle en conserve de nombreuses traces. Outre les
éditions et traductions du XVIIIe siècle à nos jours, il réunit une grande variété de documents
comme des manuscrits, maquettes, affiches, programmes, audiovisuel, costumes, photographies et
estampes. Ces collections permettent une traversée vivant des mises de Shakespeare en France
depuis le XIXe siècle d'André Antoine à Roger Planchon, d'Edward Gordon Craig à Jean-Marie
Villégier, de Jacques Copeau à Ariane Mnouchkine.
« Comme il nous plaira »
Michèle Le Dœuff, CNRS
Cette communication constituera le témoignage d’une spectatrice esthétiquement (et
affectivement) engagée. Elle cherchera à montrer comment et pourquoi nous n’avons plus besoin
de dire, comme Simone de Beauvoir en 1945, « C’est Shakespeare qu’ils n’aiment pas. »
« Les origines théâtrales de la photographie »
Dominique de Font-Réaulx, directrice du Musée Delacroix.
Par la figure de Jacques-Louis-Mandé Daguerre, l’un des inventeurs français de la photographie,
célébré en 1839 pour le « daguerr-éo-type », la photographie, dont l’apparition modifia
profondément les codes de la représentation et le rapport au réel, est étroitement liée au
renouveau théâtral du premier tiers du XIXe siècle.
« ‘Old custom’ : Shakespeare’s ambivalent anthropology »
François Laroque, Paris-III Sorbonne Nouvelle
Le but dans cette conférence est de revenir sur le courant anthropologue de l’entre-deux guerres
en France, courant placé sous l’influence de Marcel Mauss et du jeune Dumézil, en partie repris
et largement diffusé par Roger Caillois et Georges Bataille au sein du Collège de Sociologie et de
la revue Acéphale, et de montrer jusqu’où le théâtre Shakespeare peut se prévaloir d’un regard
anthropologique porté sur la société, qu’il s’agisse du Londres élisabéthain, de la Rome antique ou
d’une Italie en grande partie imaginaire. Sans nier le fait que Shakespeare est parfois utilisé
comme caution ou comme source quasi inépuisable d’exemples, il s’agit aussi de voir dans quelle
mesure son théâtre peut se prêter à une telle interprétation des rapports humains et à la vision
historique et politique qui a pu être dégagée de ses deux tétralogies, de ses pièces romaines et des
grandes tragédies.
« The Shakespearean Films of the 1990s: Afterlives in transmedia »
Sarah Hatchuel, Université du Havre
Ou comment les nouvelles technologies (le "vidding" -- c'est-à-dire le re-montage d'extraits
diffusés ensuite sur Youtube -- et les réseaux sociaux comme Facebook), ainsi que les nouvelles
fictions (notamment les séries télévisées et les échos créés par les acteurs), ont transformé les
adaptations shakespeariennes réalisées dans les années 90 en en manipulant le contenu, et ont
également profondément modifié notre perception de ces films.
« Les tombeaux des rois et leur ordonnancement »
Serge Santos, administrateur de la Basilique Saint-Denis.
La Basilique Saint-Denis est le premier chef d’œuvre monumental d’art gothique. Vous pourrez
visiter la nécropole royale et ses 70 effigies funèbres — collection unique en Europe — baignées
par la lumière multicolore des vitraux du XIIe et du XIXe siècles.
PANELS ET SÉMINAIRES
Réservés aux participants qui ont pris une inscription au congrès Shakespeare 450
Liste et abstracts sur le site Anniversaires à
http://www.shakespeareanniversary.org/shake450/programme-2/panels/
http://www.shakespeareanniversary.org/shake450/programme-2/seminaires/
Voir tableau récapitulatif en fin de dossier
ATELIERS
Réservés aux participants qui ont pris une inscription au congrès Shakespeare 450
« Shakespeare Theatre Needs Francophone Actors »
Christine Farenc, France : La langue de Shakespeare foisonne d’emprunts aux langues
européennes saxonnes, latines et celtiques. Elle associe également constamment un lexique saxon
et un lexique issu du vieux français, fixant d’une certaine façon une entente cordiale entre deux
systèmes phonétiques concurrents. Le poète anglais recourt à une syntaxe inspirée des Essais de
Montaigne qu’il admire et anticipe d’autre part le recours à la parataxe typique du style français
post-renaissant. La langue shakespearienne, en cristallisant ces états anciens dans la langue
anglaise, se révèle étrange, voire étrangère, à l’acteur anglo-saxon contemporain.
Or c’est précisément sur les composantes « françaises » de la langue de Shakespeare qu’un acteur
francophone peut bénéficier d’une familiarité indéniable. Il lui restera bien-sûr à endosser la part
saxonne, mais finalement un acteur de langue maternelle française raisonnablement anglophone
dispose d’atouts non négligeables. En d’autres termes, jouer Shakespeare en anglais représente,
pour les comédiens francophones, une extension « naturelle », dont le jeu en français peut
s’enrichir. Réciproquement, la corporéité francophone pourrait compléter favorablement
l’interprétation shakespearienne en anglais.
« Textual and Verse Analysis : a workshop to read Shakespeare from the
performer’s viewpoint »
Colin David Reese, UK. The workshop will examine speeches and scenes from several plays,
comparing the First Folio with different modern edited texts : The Riverside, Peter Alexander’s
Collins Tudor, Stanley Wells and Gary Taylor’s “The Oxford Shakespeare”, The New Cambridge
Shakespeare, among others – the participants being asked to read and analyse the texts from the
performer’s point of view.
« Shakespeare: Wherefore Art Thou? The places in his plays and the places that
he knew » (Film Workprint - 90 minutes)
David Pearce, Honorary Artistic Associate of the Rose Playhouse, Bankside, London, invites
you to a contemplative cinematic look at the locations that William Shakespeare wrote of in his
plays, both in Britain and beyond, and the places he himself knew and frequented. Interspersed
with scenes from the plays the film also meditatively incorporates images from the natural world
that Shakespeare wrote of and can still be found today, as well as his influence on other art forms
such as music and painting.
« Autour de Pericles, King Lear et A Midsummer Night's Dream »
Vanessa Ackerman, comédienne bilingue diplômée de LAMDA, l'Académie d'art dramatique de
Londres, actrice de la Royal Shakespeare Company, doctorante à l’Université de Birmignham,
propose un échauffement de la voix et du corps, pour ensuite explorer par des exercices et des
jeux, les bases de la versification (selon les méthodes traditionnelles anglaises), puis travailler des
scènes en s'appuyant sur ce travail technique.
TEXTES DE PRESENTATION
Bibliothèques de l’Odéon : « Shakespeare dans l’atelier romanesque »
avec Dominique Goy-Blanquet, Florence Naugrette et Daniel Loayza.
Lectures par Jacques Bonnaffé et Dominique Parent
Quatre soirées de lectures dans la salle Roger Blin, les 29 et 30 avril, 6 et 7 mai 2014, visiteront
divers textes de la littérature française inspirés par ses personnages les plus mémorables, de
Hamlet à Lady Macbeth, Othello ou Lear, de Falstaff à Caliban.
Mardi 29 avril à 18h : Le doute et les ombres
Mercredi 30 avril à 18h : Du grotesque au sublime
Mardi 6 mai à 18h : Les passions funestes, crime et vengeance
Mercredi 7 mai à 18h : Jeux d'illusions, masques et dédoublements
Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme : « Shylock, scélérat ou victime ? Lectures du
Marchand de Venise », 12 mai 2014
Shylock prononce dans Le Marchand de Venise l’un des plus vibrants plaidoyers du répertoire au
nom de l’humanité commune, et les plus sanguinaires cris de vengeance. Face à la société
vénitienne qui affiche les principes généreux de l'Evangile, le Juif démasque l'hypocrisie des
conduites, mais Jessica jette par les fenêtres l’argent de l’usure pour payer son passage dans le
monde chrétien. Le dénouement « offre » à son père la même porte de salut, en le convertissant
de force et en le dépouillant de ses biens.
Antisémitisme ou antijudaïsme ? Cette question et d’autres seront posées à Gisèle Venet,
éditrice du texte pour la Pléiade, et Stéphane Braunschweig, metteur en scène du Marchand, à
la lumière d’extraits de plusieurs adaptations cinématographiques de la pièce et de moments de
lecture par Gérard Desarthe avec Alice Vannier dans la traduction de Jean-Michel Déprats.
CNCS, Moulins, Allier : « Shakespeare, l’étoffe du monde » 14 juin 2014-5 janvier 2015
Commissaires de l’exposition : Catherine Treilhou-Balaudé et Anne Verdier
Scénographe : Delphine Lebovici
L’exposition Shakespeare, l’étoffe du monde propose de parcourir les univers multiples de
l’auteur le plus joué du théâtre occidental, à travers un choix de costumes portés essentiellement
sur les scènes françaises depuis un siècle. Le visiteur entrera d’abord dans l’équivalent d’un
théâtre élisabéthain, afin de percevoir les personnages shakespeariens et leurs costumes dans leur
dispositif scénique d’origine, que cherche à retrouver, en Angleterre, un théâtre comme le Globe
reconstitué. Il cheminera ensuite dans la diversité du monde de Shakespeare, où cohabitent la
grande Histoire et le quotidien du peuple, les réalités, les croyances et les songes, le terrestre et
l’aérien, le tragique et la farce, le sérieux et le carnaval, le passé et le présent. Rois, reines ou
simples soldats, bouffons, sorcières et lutins, jeunes filles travesties, faux moines et vrais
fantômes, ces personnages, par leurs costumes, racontent des histoires toujours actuelles d’amour
et de trahison, de pouvoir et de liberté, de quêtes et de deuils, d’échecs et de succès, au public de
chaque époque. En effet, historiques ou contemporains, somptueux ou épurés, les costumes
reflètent le point de vue de chaque époque sur Shakespeare, appartiennent à un moment de
l’histoire des arts de la scène : les interprètes qui les portent sont les comédiens avant tout, mais
aussi les chanteurs et danseurs des nombreux opéras et ballets adaptés de Shakespeare. Tout au
long de ce parcours, le visiteur sera invité à s’approprier, avec sa propre sensibilité, des espaces
variés dans lesquels, comme au théâtre, ses sens seront sollicités, et son corps tout entier convié à
une joyeuse rencontre du réel et de l’imaginaire, de la scène et du monde.
« Des rives de la Tamise à celle de l’Allier : Shakespeare au CNCS »
Rencontres autour de la scénographie et du costume dans la mise en scène contemporaine de
Shakespeare en Europe
CNCS, 4- 6 décembre 2014
Organisation : IRET-EA 3959, Catherine Treilhou Balaudé, HAR-EA 4414 Christian Biet,
SFS Dominique Goy Blanquet
Ces rencontres croiseront les pratiques de metteurs en scène, scénographes et costumiers et les
regards de chercheurs et d’universitaires au sujet de l’interprétation scénique de Shakespeare
aujourd’hui : dans quels espaces, selon quelles relations à l’Angleterre élisabéthaine, aux époques
et aux lieux représentés par le théâtre shakespearien, au présent des artistes et des publics, joue-ton Shakespeare et joue-t-on avec Shakespeare sur les scènes françaises et européennes ?
INTERVENANTS
Leila Adham
Professeur en études théâtrales, responsable du Master pro « Dramaturgie et mise en scène » à
l’Université de Poitiers, spécialiste de Shakespeare, auteur d’une thèse sur les représentations
françaises de Hamlet, gère la compagnie Le Sacré Théâtre avec Zakariya Gouram.
Georges Banu
Enseigne les études théâtrales à Paris III - la Sorbonne Nouvelle. Dirige, avec Bernard Debroux,
la revue Alternatives théâtrales. Dirige également la série le Temps du théâtre aux éditions Actes
Sud. A publié un important nombre d’ouvrages et essais consacrés principalement aux plus
importants metteurs en scène contemporains : Ariane Mnouchkine, Giorgio Strehler, Peter
Brook, Peter Stein, Antoine Vitez etc. Auteur notamment de Théâtre sortie de secours (Aubier, 1984,
prix de la critique dramatique), L'Acteur qui ne revient pas (Aubier, 1986, Folio 1993), Notre théâtre,
La Cerisaie (Actes Sud, 1999), L'Homme de dos (Adam Biro, 2000) et d'un essai sur Peter Brook
dont il est le spécialiste en France, Peter Brook : Vers un théâtre premier (Points Essais, 2005).
Yves Bonnefoy
Depuis que Pierre Leyris, prenant la direction des Œuvres Complètes de Shakespeare au Club Français
du Livre, lui proposa de traduire, successivement, Jules César, Hamlet, Henry IV (1), Le Conte d’hiver,
ainsi que Vénus et Adonis et Le Viol de Lucrèce, Yves Bonnefoy a toujours gardé Shakespeare au
cœur de sa réflexion, traduisant d’autres pièces, aussi les Sonnets, et ajoutant chaque fois un essai
critique dans l’étude d’ensemble de cet auteur de théâtre qui réfléchissait aux enjeux et aux risques
de la création poétique. Publiés en préface aux œuvres, ces essais ont été réunis en volume
(Théâtre et Poésie : Shakespeare et Yeats, au Mercure de France, Shakespeare and the French Poet, aux
presses de l’université de Chicago, et maintenant leur recueil dans la collection Tel), cependant
que les traductions étaient retenues par divers metteurs en scène : de Jean-Louis Barrault, le
premier, à Patrice Chéreau qui présenta Hamlet à Avignon et Nanterre et s’apprêtait cette année à
monter Comme il vous plaira. Yves Bonnefoy traduit présentement Le songe d’une nuit d’été.
Yan Brailowsky
Maître de conférence à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense, spécialiste d'histoire et
littérature britannique de la première modernité, auteur de plusieurs études sur Shakespeare, dont
The Spider and the Statue : Poisoned Innocence in The Winter's Tale (PUF, 2010), et William Shakespeare:
King Lear (SEDES, 2008), actuellement en délégation CNRS, est aussi acteur, interprète
récemment du rôle-titre de Docteur Knock, et du Cycle Václav Havel au Théâtre de l'Epée de Bois
avec la Compagnie Libre d'Esprit.
Judith Buchanan
Professeur à l’Université de York, spécialiste du cinéma anglophone, notamment le cinéma muet,
organise une conférence annuelle sur les différents aspects de ses relations avec la littérature. Elle
est l’auteur entre autres ouvrages de Shakespeare on Silent Film : An Excellent Dumb Discourse
(Cambridge UP, 2009), Shakespeare on Film (Longman-Pearson, 2005), et Silent Shakespeare, un
DVD du British Film Institute, commentaire oral de sept films muets inspirés de Shakespeare.
Damien Colas
Musicologue, est directeur de recherche au CNRS et travaille à l’Institut de recherche sur le
patrimoine musical en France. Ses travaux portent sur l’opéra italien des 18e et 19e siècles, les
échanges culturels franco-italiens et la pratique d’exécution (chanteurs et orchestre). Il est l’auteur
de la nouvelle édition critique du Comte Ory de Rossini (Bärenreiter, 2013).
Jean-Michel Déprats
Maître de conférences à l'Université de Paris X–Nanterre, il a traduit pour le théâtre près de
trente pièces de Shakespeare (mises en scène notamment par Stéphane Braunschweig, Irina
Brook, Philippe Calvario, Hans-Peter Cloos, Cécile Garcia-Vogel, Yannis Kokkos, Laurent
Laffargue, Matthias Langhoff, Jacques Lassalle, Georges Lavaudant, Laurent Pelly, Luca Ronconi,
Jérôme Savary, Andrzej Seweryn, Bernard Sobel, Hélène Vincent, Jean-Pierre Vincent, Peter
Zadek etc…) Il a traduit également Le Baladin du monde occidental de Synge mis en scène par
Jacques Nichet, Orlando d'après Virginia Woolf mis en scène par Bob Wilson, L'Importance d'être
constant d' Oscar Wilde mis en scène par Jérome Savary, Édouard II de Christopher Marlowe mis
en scène par Alain Françon, Dommage que ce soit une putain de John Ford mis en scène par Philippe
Van Kessel, La Ménagerie de verre de Tennessee Williams mis en scène par Irina Brook, Tableau
d’une exécution ainsi que quatre autres pièces de Barker, La Griffe, Gertrude/Le Cri, 13 Objets,
Animaux en paradis) et d’autres pièces d’auteurs britanniques contemporains (David Hare, Arnold
Wesker…) En 1996, il a obtenu le Molière du meilleur adaptateur d’une pièce étrangère pour
L'Importance d'être constant. Au cinéma, il a établi la version doublée de Henry V (Kenneth
Brannagh) et de Hamlet (Franco Zeffirelli). Il dirige la nouvelle édition des Oeuvres Complètes de
Shakespeare dans la Bibliothèque de la Pléiade dont les deux premiers volumes (Tragédies) ont déjà
paru. Il a obtenu en 2002 pour l’ensemble de son œuvre de traducteur le Prix Osiris de l’Institut
de France et le Prix Halpérine- Kaminsky Consécration de la Société des Gens de Lettres.
Dominique de Font-Réaulx
est conservateur en chef au Musée du Louvre, directrice du musée Eugène Delacroix.
Elle a été, pendant cinq ans, chargée de mission auprès d’Henri Loyrette, pour la coordination
scientifique du projet du Louvre Abou Dabi. Auparavant, elle a été conservateur au Musée
d’Orsay, en charge de la collection de photographies ; elle a commencé sa carrière comme
conservateur de la collection de moulages du Musée des Monuments français, de sa restauration
et de son redéploiement. Elle a été commissaire de plusieurs expositions, notamment, en 2002,
L’Invention du sentiment (Musée de la Musique), en 2003, Le daguerréotype français, un objet
photographique (Musée d’Orsay, The Metropolitan Museum of Art) ; en 2005, Dans l’Atelier (Musée
d’Orsay) ; en 2006, L’œuvre d’art et sa reproduction photographique (Musée d’Orsay) ; en 2007-2008,
Gustave Courbet (1819-1877) (Galeries nationales du Grand Palais, The Metropolitan Museum of
Art, Musée Fabre) ; Jean-Léon Gérôme (2010, Musée d’Orsay, The Getty Museum, Fondation
Thyssen à Madrid), Delacroix en héritage, autour de la collection Moreau-Nélaton (2013, Musée Eugène
Delacroix). Elle a aussi collaboré à de nombreux catalogues et ouvrages, notamment Le
photographe et son modèle, l’art du nu au XIXe siècle (BnF/Hazan, 1997), Courbet’s landscapes (The Getty
Museum, 2006), Alfons Mucha (Musée du Belvédère, Musée Fabre, 2009).
Elle a publié Peinture et photographie, les enjeux d’une rencontre, chez Flammarion, en 2012.
Elle enseigne à l’Ecole du Louvre et à l’Institut de Sciences politiques de Paris.
Dominique Goy-Blanquet
présidente de la Société Française Shakespeare, professeur émérite à l’Université de Picardie,
membre du comité de rédaction de la Quinzaine littéraire, contribue au magazine Books et au Times
Literary Supplement. Parmi ses principaux ouvrages, Shakespeare’s Early History Plays: From Chronicle
to Stage (Oxford University Press, 2003), Shakespeare et l’invention de l’histoire (Le Cri, Bruxelles,
2004), l’édition de Joan of Arc, A Saint for All Reasons: Studies in myth and politics (Ashgate 2003),
divers essais pour Shakespeare Survey, Cambridge Companion, Literary Encyclopedia, Europe, Moreana,
Law and Humanities. Ses traductions comptent Petit Wilson et Dieu le Père (Grasset) d’Anthony
Burgess, les conférences de W. H. Auden, Shakespeare (Anatolia), W. Van Quine, Quiddités,
Dictionnaire de philosophie intermittente (Seuil). Vient de paraître à l’automne 2012 son édition
posthume des travaux de Richard Marienstras, Shakespeare et le désordre du monde, chez Gallimard,
Bibliothèque des idées.
Robin Harris
Musicien et compositeur pour le théâtre et la télévision, a composé plusieurs œuvres sur des films
muets, dont récemment Der Golem de Wegener et Boese, qu’il interprète sur plusieurs
instruments avec Laura Anstee.
Sarah Hatchuel
est professeur en littérature et cinéma anglophones à l’Université du Havre où elle dirige le
Groupe de Recherche Identités et Cultures. Elle est l’auteur de Lost, fiction vitale (PUF, 2013)
Shakespeare and the Cleopatra/Caesar Intertext: Sequel, Conflation, Remake (Fairleigh Dickinson
University Press, 2011), Shakespeare, from Stage to Screen (Cambridge University Press, 2004) et A
Companion to the Shakespearean Films of Kenneth Branagh (Winnipeg: Blizzard Publishing, 2000). Elle
a notamment codirigé (avec Nathalie Vienne-Guerrin) les volumes Shakespeare on Screen: A
Midsummer Night’s Dream (2004), Shakespeare on Screen: Richard III (2005), Shakespeare on Screen:
The Henriad (2008), Television Shakespeare: Essays in Honour of Michèle Willems (2008), Shakespeare on
Screen: The Roman Plays (2009), Shakespeare on Screen: Hamlet (2011) et Shakespeare on Screen:
Macbeth (2013). Elle a également édité les pièces de Julius Caesar et Antony and Cleopatra (New
Kittredge Shakespeare collection, 2008). Elle travaille actuellement, avec Monica Michlin, sur un
ouvrage à paraître en 2015 chez Rouge Profond: "Et si...? Rêves et scénarios alternatifs dans les séries
télévisées américaines.
Andreas Höfele
professeur de littérature anglaise à l’Université de Munich, est l’auteur de Stage, Stake, and Scaffold:
Humans and Animals in Shakespeare’s Theatre (Oxford University Press, 2011), qui a obtenu le Prix
littéraire Roland H. Bainton en 2012. Ses publications en allemand incluent plusieurs ouvrages sur
l’art scénique de Shakespeare, le genre parodique à la fin du XIXe siècle et sur Malcolm Lowry,
ainsi que six romans. Il a présidé la Deutsch Shakespeare-Gesellschaft, la Société Shakespeare
allemande, de 2002 à 2011.
Ton Hoenselaars
professeur de littérature de la Renaissance au département d’anglais de l’Université d’Utrecht,
Président de la Shakespeare Society of the Low Countries, a également présidé jusqu’en 2012 la
European Shakespeare Research Association (ESRA). Il a publié de nombreux ouvrages sur
l’histoire des affaires étrangères britanniques et sur la réception de Shakespeare autour du globe.
Ses livres incluent Images of Englishmen and Foreigners in the Drama of Shakespeare and his
Contemporaries (1992), Shakespeare and the Language of Translation (2004; revised 2012), et
Shakespeare’s History Plays: Performance, Translation, and Adaptation in Britain and Abroad (2004). Il
vient d’éditerThe Cambridge Companion to Shakespeare and Contemporary Dramatists (2012).
Actuellement, avec Ieme van de Poel il prépare une édition annotée de la nouvelle traduction en
néerlandais de A la recherche du temps perdu (vol. 1 paru 2009); conduit une recherche sur
Shakespeare et les cultures de la commémoration; et rédige l’histoire culturelle de Ruhleben, le
camp d’internement des civils britanniques à Berlin (1914-1918).
Peter Holland
a été Reader in Drama and Theatre à l’Université de Cambridge (1996-1997), puis directeur du
Shakespeare Institute de Stratford et professeur à l’University de Birmingham (1997-2002) avant
d’enseigner à Notre Dame, Illinois, et président de la Shakespeare Association of America en
2007-8. Son premier livre, The Ornament of Action, est une étude sur la mise en scène des
comédies de la Restauration. Parmi ses travaux, l’édition de plusieurs pièces de Shakespeare (pour
Penguin, Oxford University Press and the Arden Shakespeare), et de nombreux ouvrages sur leur
histoire scénique, dont English Shakespeares: Shakespeare on the English Stage in the 1990s. Il est
l’éditeur de Shakespeare Survey, et éditeur responsable de plusieurs collections dont une série en 18
volumes, Great Shakespeareans (avec Adrian Poole), Oxford Shakespeare Topics (avec Stanley Wells), et
Redefining British Theatre History pour Palgrave. Library, et éditeur de la collection Redefining
British Theatre History. Son article sur “William Shakespeare” est le plus long du nouvel Oxford
Dictionary of National Biography. Son édition de Coriolanus pour Arden est parue en 2013.
Joël Huthwohl
Archiviste paléographe. De 2001 à 2008 il a été Conservateur-archiviste de la Bibliothèque-Musée
de la Comédie-Française. Depuis 2008 il est directeur du Département des arts du spectacle à la
Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur d’articles et ouvrages sur les arts du spectacle.
Parutions récentes : Comédiens et Costumes des Lumières. Miniatures de Fesch et Whirsker. Bleu autour ;
CNCS, 2011 ; « Suite biographiques » dans Jean-Louis Barrault, une vie pour le théâtre. Gallimard,
2010.
François Laroque
Professeur émérite de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III,
spécialiste de Shakespeare et du théâtre élisabéthain. Il est l’auteur de Shakespeare et la fête (Paris,
PUF, 1988) repris sous une forme corrigée et augmentée dans Shakespeare’s Festive World
(Cambridge, CUP, 1991), de Shakespeare comme il vous plaira (Paris, Gallimard, 1991) et de King
Lear, l’œuvre au noir (Paris, PUF, 2008). Il est également traducteur, notamment de Marlowe (Le
docteur Faust, Le Juif de Malte) et de Shakespeare (Roméo et Juliette, Le marchand de Venise et La Tempête
pour le Livre de poche classique et pour la Bibliothèque de la Pléiade. Ses deux projets en cours
sont une édition-traduction des « Sonnets » et un essai qui pourrait s’intituler « Shakespeare dans
tous ses états ».
Michèle Le Dœuff
Philosophe, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de Francis Bacon, a fait partie de
l’équipe dramaturgique du Théâtre de l’Aquarium pour La Sœur de Shakespeare. Auteure de
L’Imaginaire philosophique (Payot 1980), de L’Etude et le rouet; des femmes, de la philosophie, etc. (Seuil
1989, rééd. 2008), et du Sexe du savoir (Aubier 1998, rééd. Flammarion 2000), elle a traduit et
annoté La Nouvelle Atlantide de Bacon, avec Margaret Llasera (Payot 1983, rééd. G/F 1995),
Vénus et Adonis (1984) ainsi que Du Progrès et de la promotion des savoirs (Gallimard 1991).
Florence March
Professeur de littérature anglaise des XVIe et XVIIe siècles à l’Université Paul Valéry-Montpellier
3 et membre de l' Unité Mixte de Recherche CNRS sur la Renaissance, l'Age Classique et les
Lumières (IRCL). Chargée de mission par le Président de l'Université d'Avignon pour développer
les relations de l'Université avec le Centre National des Ecritures du Spectacle de Villeneuve-lèsAvignon entre 2008 et 2010, et chargée de cours à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et
Techniques du Théâtre (ENSATT) de 2008 à 2012.
Elle a publié Shakespeare au Festival d'Avignon. Configurations textuelles et scéniques, 2004-2010
(L'Entretemps, 2012), Ludovic Lagarde. Un théâtre pour quoi faire (Les Solitaires Intempestifs, 2010),
La Comédie anglaise après Shakespeare. Une esthétique de la théâtralité 1660-1710 (Publications de
l'Université de Provence, 2010) et Relations théâtrales (préface de Georges Banu, L’Entretemps,
2010). Elle a également co-dirigé l’ouvrage Théâtre anglophone. De Shakespeare à Sarah Kane : l’envers
du décor (L’Entretemps, 2008) et publié avec Ludovic Lagarde un entretien : Quand la littérature
rencontre le théâtre (Editions Universitaires d'Avignon, 2011).
Florence Naugrette
Professeur à l'Université Paris IV-Sorbonne, est historienne du théâtre, spécialiste du romantisme.
Dans Le Théâtre romantique (Seuil, 2001), elle situe la production dramatique de Hugo, Musset,
Dumas, Vigny, Mérimée dans le contexte de l'histoire culturelle, et s'intéresse à leurs mises en
scène contemporaines. Dans Le Plaisir du spectateur de théâtre (Bréal, 2002), elle étudie le plaisir du
spectateur comme cause finale du théâtre. Elle a co-dirigé les volumes Corneille des romantiques
(avec Myriam Dufour-Maître), Hugo et la langue (avec Guy Rosa), Le Texte de théâtre et ses publics
(avec Ariane Ferry), et Le Théâtre français du XIXe siècle (avec Sylvain Ledda et Hélène LaplaceClaverie, L'Avant-Scène théâtre, 2008) et a dirigé le collectif Le Théâtre et l'exil consacré à Hugo
(Minard, 2009). Elle prépare un volume collectif sur la poésie dans le théâtre contemporain (avec
Marianne Bouchardon) et dirige l'édition en ligne intégrale des lettres de Juliette Drouet à Victor
Hugo. En 2014, elle contribue aux Nouveaux Cahiers de la Comédie-Française en y présentant
l'influence de Shakespeare sur les dramaturges romantiques.
Serge Santos
Administrateur de la Basilique Saint-Denis pour le Centre des Monuments Nationaux, auteur
notamment de Histoire de Saint-Denis, Basilique royale, 1998, et Saint-Denis, Dernière demeure des rois
de France, 2003.
Chantal Schütz
Maître de conférence à l'Ecole Polytechnique, s'est tournée successivement vers le théâtre et la
musique (mémoires sur "les mélodies de Charles Ives" et sur "Othello et l'opéra italien"), puis vers
l'informatique (ingénieur de recherche chez IBM-France de 1983 à 1993, DESS d'Intelligence
artificielle à Paris VI en 1987), avant de revenir à Shakespeare dans le cadre d'une mission au
théâtre du Globe à Londres (Leverhulme Fellow à l'université de Reading de 1995 à 1998).
Spécialiste et interprète des musiques du monde anglophone, elle est également l'auteur de
plusieurs ouvrages sur le théâtre de Middleton, dont dernièrement l'édition et la traduction de Un
Monde de fous, Messieurs aux éditions Garnier (2013).
Catherine Treilhou-Balaudé
Professeur à Paris-III Sorbonne Nouvelle, responsable du Master d’Etudes théâtrales, est
spécialiste de la réception scénique du théâtre de Shakespeare en France depuis le Romantisme.
Auteur notamment de Le Théâtre dans le théâtre : L’Illusion comique de Corneille, (dir), Paris, CNDP,
2009, Hamlet, énigmes du texte, réponses de la scène, (dir), Paris, CNDP, coll Arts au singulier, 2012.
Gisèle Venet
Professeur émérite de Paris-III Sorbonne Nouvelle, spécialiste de Shakespeare, du théâtre, et des
seizième et dix-septième siècles anglais, auteur de nombreux ouvrages sur Shakespeare et le
drame élisabéthain dont Temps et Vision tragique, éditrice des textes de Œuvres complètes de
Shakespeare pour la Pléiade, Gallimard.
Michèle Willems
a dirigé pendant vingt ans le Centre d’études du théâtre anglo-saxon de l’Université de Rouen.
Auteur de La genèse du mythe shakespearien, 1660-1780, de Shakespeare à la télévision, d’études sur la
réception de Hamlet en France, les adaptations de Ducis, Shakespeare à l’écran, cinéma et
télévision, éditrice de French Studies in Shakespeare and his Contemporaries (University of Delaware
Press in 1995), et Travel and Drama in Shakespeare’s Time (Cambridge University Press, 1996).
CALENDRIER DU CONGRÈS
Lundi 21 avril
8h-10h Inscription à l’Institut du Monde Anglophone, Paris-III, rue de l’École de Médecine
THÉÂTRE DE L’ ODÉON
11h
12h
15h
16h
17h30
Conférence inaugurale d’Yves Bonnefoy : « Pourquoi Shakespeare ? »
Andreas Höfele (Munich) : « Elsinore – Berlin: Hamlet in the Twenties »
Table-ronde La Cour des grands avec Luc Bondy, conduite par Georges Banu
Table-ronde La Jeune Garde avec David Bobée, Thomas Jolly, Vincent Macaigne et
Gwenaël Morin, conduite par Leila Adham et Jean-Michel Déprats
Masterclass par les comédiens Philippe Calvario, Vincent Dissez et Émeric Marchand
Mardi 22 avril
ÉCOLE DES MINES
9h-10h30
Panel 3 A
Panel 7
Panel 20
Panel 24
11h-12h30
Panel 3 B
Panel 17
Panel 27
Shakespeare Jubilees on three Continents (1864 and 1964)
Telling Tales of / from Shakespeare: Indian Ishtyle
Moving Shakespeare: Approaches in Choreographing Shakespeare
Shakespeare’s World in 1916
Panel 28 A
Shakespeare Jubilees on three Continents (1864 and 1964)
Shakespeare and the Popular Culture within/Beyond the Asian Identities
Speaking ‘but in the figures and comparisons of it’? Figurative speech made literal
in Shakespeare’s drama / page and stage
Shakespearean festivals and anniversaries in Cold War Europe 1947-1988
14h
Ton Hoenselaars (Utrecht) : « Great War Shakespeare: ‘Somewhere in France’ »
15h30-17h30
Séminaire 3
Séminaire 6
Séminaire 16
Séminaire 20
Atelier 4
19h30-22h
The Many Lives of William Shakespeare: Collaboration, Biography and Authorship
Global Shakespeare as Methodology
The Celebrated Shakespeare: public commemoration and biography
‘The web of our life is of a mingled yarn, good and ill together’: The Nature of
Problem in Shakespearean Studies
Shakespeare Theatre Needs Francophone Actors
AUDITORIUM SAINT-GERMAIN
Film-concert : Hamlet de Sven Gade. Musique originale de Robin Harris
Ouvert au public sur réservation
Mercredi 23 avril
ÉCOLE DES MINES
9h-10h30
Panel 13 A
Panel 15 A
Panel 28 B
Popular Shakespeares in East Asia: Local and Global Dissemination
Celebrating Shakespeare: Commemoration and Cultural Memory
Shakespearean festivals and anniversaries in Cold War Europe 1947-1988
11h-13h
Séminaire 9
Séminaire 12
Séminaire 13
Séminaire 15
Legal Perspectives on Shakespearean Theatre
‘Green’ or Ecocritical Shakespeare: non-human nature as a character in his plays
The Shakespeare Circle
Shakespeare in French Film/France in Shakespearean Film
14h
16h-17h30
Panel 11
Panel 15 B
Panel 31
Atelier 3
Peter Holland (Notre Dame, USA): Commemorating Shakespeare: From Westminster Abbey to Stratford-upon-Avon and beyond
‘The Undiscovered Country – the Future’: Shakespeare in Science Fiction
Celebrating Shakespeare: Commemoration and Cultural Memory
Translations ofHamlet €in Minority Cultures/Minor Languages
Textual and verse analysis in relation to performance: a workshop to read Shakespeare
from the performer’s viewpoint
SORBONNE - AMPHITHÉÂTRE LOUIS LIARD
Journée théâtre – Entrée libre
11h-13h 15-18h
Michèle Willems (Rouen) : « Avec ou ‘sans muselière’? Les traductions de Shakespeare, de Voltaire à François-Victor Hugo »
Joël Huthwohl (BnF Arts du Spectacle) : « Shakespeare dans les collections du départements des Arts
du Spectacle de la BnF
Rencontre avec Christian Schiaretti, conduite par Jean-Michel Déprats
Entretien avec Stuart Seide (sous réserve)
Jeudi 24 avril
ÉCOLE DES MINES
9h-10h30
Panel 8
Panel 13 B
Panel 21
Panel 26
Shakespeare and ‘th’intertrafique’ of French and English Texts and Manners
Popular Shakespeares in East Asia: Local and Global Dissemination
Diplomacy, International Relations and The Bard in the Pre- and Post-Westphalian Worlds
Shakespeare in French Theory
11h-12h30
Panel 1
Panel 18
Panel 14 A
Panel 16
Shakespeare in Brazilian Popular Culture
« As you like it » : La psychanalyse à la rencontre de Shakespeare
Shakespeare and Levinas
Shakespeare and Architecture
14h
Michèle Le Dœuff (CNRS) : « Comme il nous plaira »
15h30-17h30
Séminaire 2
Séminaire 7
Séminaire 19
Séminaire 21
Atelier 1
Biology through Shakespeare
‘In this distracted globe’?: Cognitive Shakespeare
Shakespeare and Global Girlhood
Shakespeare Festivals in the 21st Century
lien web avec l’Association Shakespeare en Argentine
19h30-23h30
OPÉRA BASTILLE
I Capuletti e i Montecchi de Bellini
Réservations à l’Opéra
Vendredi 25 avril
ÉCOLE DES MINES
9h-10h30
Panel 2 A
Panel 9
Panel 19
Panel 22
Shakespeare and Science
Bakhtinian Forays into Shakespeare
‘This Earth’
Shakespeare and Marlowe
11h-12h30
Panel 2 B
Panel 4
Panel 12
Panel 14 B
Shakespeare and Science
Secular Shakespeares
Crossroads: 21st century perspectives on Shakespeare’s Classical Mythology
Shakespeare and Levinas
14h
Dominique de Font-Réaulx (Musée Delacroix) : « Les origines théâtrales de la
photographie »
15h
François Laroque (Paris-III): « The plague of custom’. Shakespeare’s ambivalent anthropology »
16h-18h
Séminaire 1
Séminaire 4
Séminaire 8
Séminaire 17
Atelier 2
20h-22h30
Shakespeare on Film: The Romances
Early Shakespeare
La fabrique du personnage shakespearien
Shakespeare and Denotement
‘Shakespeare: Wherefore Art Thou ?’ The places in his plays and the places that
he knew
CINÉMA LE LOUXOR
Les Enfants du paradis, film de Marcel Carné
Ouvert au public, réservations sur place
Samedi 26 avril
ÉCOLE DES MINES
9h-10h30
Panel 5 A
Panel 10 A
Panel 23:
Panel 25
Born before and after Shakespeare
Shakespeare and Natural History
Shakespeare, Satire and ‘Inn Jokes’
Shakespeare et les romans hispano-américains
11h-12h30
Panel 5 B
Panel 10 B
Panel 29
Panel 30
Born before and after Shakespeare
Shakespeare and Natural History
The ends of means of knowing in Shakespeare and his world
Shakespeare et le roman
14h
Sarah Hatchuel (Le Havre) : « The Shakespearean Films of the 1990s: Afterlives
in transmedia »
15h30-17h30
Séminaire 5 Shakespeare and the Visual Arts
Séminaire 10 Shakespeare and Slavic / East and Central European Countries
Séminaire 11 ‘It’s Shakespearian!’: The critical fortune of a commonplace in France from 1820
to the present
Séminaire 14
‘Many straunge and horrible events’: Omens and Prophecies in Histories and
Tragedies by Shakespeare and His Contemporaries
Séminaire 18 Shakespeare, Middleton and fatherless lineage
Atelier 5
Working from cue scripts: An actor’s approach to performing duologues
19h-22h
VIEUX COLOMBIER
Othello, dir. Léonie Simaga
Réservations à la Comédie-Française
Dimanche 27 avril
10h-12h
Assemblée générale de la Société Française Shakespeare
Visites de musées (Delacroix, Victor Hugo...)
14h-18h
BASILIQUE DE SAINT-DENIS
Visite et lecture-concert, « L’imaginaire royal ».
Clôture du congrès.
Organisation Dominique Goy-Blanquet, Chantal Schütz, Yan Brailowsky
Relations Université Line Cottegnies, François Laroque
Relations Théâtre Jean-Michel Déprats
Relations Presse Nathalie Gasser
Graphisme Guillaume Blanquet
Comité de pilotage international
La Société Française Shakespeare a constitué un comité de pilotage international
« Anniversaires » et ouvert un site multilingue consacré aux célébrations passées et futures, qui tient à jour
le calendrier des événements en préparation dans diverses capitales du monde.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Elisabeth Angel-Perez (Paris-IV)
Georges Banu (Paris-III)
Marcel Benabou (OuLiPo)
Christian Biet (Institut Universitaire de France)
Yan Brailowsky (Société Française Shakespeare)
Clara Calvo (Murcia, SEDERI, société ibérique d’études de la Renaissance)
Roger Chartier (Collège de France)
Jennifer Clement (Mexico, présidente du PEN Club du Mexique)
Charlotte Coffin (Société Française Shakespeare)
Line Cottegnies (Paris-III)
Jean-Michel Deprats (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Michael Dobson (directeur du Shakespeare Institute, Stratford)
Tobias Döring (Munich, Deutsch Shakespeare Gesellschaft)
Roy Eriksen (Kristiansand, Norvège)
Dominique Goy-Blanquet (Société Française Shakespeare)
Sarah Hatchuel (Université du Havre)
Andreas Höfele (Munich)
Ton Hoenselaars (Utrecht)
Peter Holland (Notre Dame, USA)
Ioana Ieronim (Bucarest)
Dennis Kennedy (Dublin)
Douglas Lanier (New Hampshire)
François Laroque (Paris-III)
Jerzy Limon (Gdansk)
Declan McCavana (Ecole Polytechnique)
Garth McCavana (Harvard)
Florence March (Montpellier)
Martin Prochàzka (Prague)
Paola Pugliatti (Florence)
Aimara da Cunha Resende (Minas Gerais, Brazil)
Carol Rutter (Warwick, UK)
Patrick Sommier (MC93 Bobigny)
Nathalie Vienne-Guerrin (CNRS Montpellier)
PSL
www.univ-psl.fr
Paris Sciences et Lettres est l’université de recherche de prestige qu’ont créée en se rassemblant l’École
normale supérieure, le Collège de France, l’ESPCI ParisTech, Chimie ParisTech, l’Observatoire de Paris,
l’Université Paris-Dauphine et l’Institut Curie, institutions auxquelles se sont joints récemment Mines
ParisTech ainsi que le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, le Conservatoire
national supérieur d’Art dramatique, l'École nationale supérieure des beaux-arts, l'École nationale
supérieure des Arts Décoratifs, la Fémis, le Lycée Henri-IV, la Fondation Pierre-Gilles de Gennes,
l'Institut Louis-Bachelier et l'IBPC Fondation Edmond de Rothschild. PSL est la réponse institutionnelle
à une ambition collective : susciter des convergences disciplinaires, dynamiser l’innovation et la créativité,
attirer et former les meilleurs talents, faire de la recherche un véritable moteur de croissance.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising