DMF EXE 2

DMF EXE 2
MINISTÈRE DE LA CULTURE
DIRECTION DES MUSÉES DE FRANCE
DÉPARTEMENT DES PUBLICS
L’ACCUEIL DE PUBLICS
EN DIFFICULTÉ
SOCIALE
DANS LES MUSÉES
E TAT
DES
L IEUX
MICHÈLE PROTOYERIDES
OCTOBRE1997
MINISTÈRE DE LA CULTURE
DIRECTION DES MUSÉES DE FRANCE
DÉPARTEMENT DES PUBLICS
MICHÈLE PROTOYERIDES
Consultante en Muséologie
et Médiation Culturelle
86 RUE HENRI BARBUSSE - 92110 CLICHY
TÉLÉPHONE ET TÉLÉCOPIE : 01 47 37 83 22
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
pages
36 à 41
INTRODUCTION .............................................................................................................. p.01
•
•
•
La notion de public en difficulté ................................................................................. p.01
L’importance numérique des actions .......................................................................... p.02
La disparité des partenariats ........................................................................................ p.04
1. Les acteurs
•
•
•
Le niveau d’intervention régional ............................................................................... p.05
Le niveau d’intervention municipal ............................................................................ p.06
L’échelle du musée ........................................................................................................... p.07
2. Les réseaux d’appui ............................................................................................. p.09
•
•
•
Le réseau de l’éducation nationale :
les conventions de jumelage ZEP/Musées ................................................................. p.09
Le réseau des acteurs sociaux ...................................................................................... p.10
Les fédérations d’associations...................................................................................... p.11
3. Les démarches : la convergence des volontés .............................. p.12
•
•
•
La participation du musée à la lutte contre l’exclusion
dans le cadre de la politique de la ville ................................................................... p.12
La participation du musée à la lutte contre l’échec scolaire ............................. p.15
Les conventions de développement culturel ............................................................ p.17
4. La médiation au musée et aux collections ....................................... p.17
•
•
•
•
•
S’adresser aux habitants ............................................................................................... p.17
Rapprocher l’œuvre des publics : les actions hors les murs ................................ p.18
La médiation aux collections à l’intérieur du musée ............................................. p.19
L’implication des professionnels de musée
dans l’accueil des publics en difficulté ...................................................................... p.21
Les politiques tarifaires .................................................................................................. p.22
5. Démarches et perspectives ............................................................................ p.22
LES MUSÉES NATIONAUX...................................................................................... p.25
1. La sensibilisation des musées nationaux à l’accueil
des publics en difficulté.................................................................................... p.26
•
•
La nature et les modalités des actions....................................................................... p.26
L’effet atténué de certaines variables ...................................................................... p.27
2. Modes de sensibilisation et publics ....................................................... p.28
•
•
•
La période de référence.................................................................................................. p.28
Le milieu scolaire et périscolaire ................................................................................. p.29
Le hors cadre scolaire...................................................................................................... p.30
3. Élaborer des stratégies pour mieux accueillir
•
•
............................... p.31
Les moyens financiers et en personnel ...................................................................... p.31
La médiation au musée et aux collections ................................................................ p.32
4. Les enjeux..................................................................................................................... p.32
•
•
•
Le musée, pôle culturel à la croisée de l’élargissement
des publics et de l’action culturelle ....................................................................................... p.32
Le musée, lieu de partenariats multiples .................................................................. p.33
Le musée national entre État et collectivités locales :
les conventions de développement culturel ......................................................................... p.34
5. Les attentes des musées nationaux
vis-à-vis de la DMF ................................................................................................ p.35
Personnes contactées ou rencontrées .............................................................................. p.56
Documents de référence ..................................................................................................... p.59
pages
42 à 55
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
L’ACCUEIL DE PUBLICS EN DIFFICULTÉ SOCIALE
DANS LES MUSÉES
TABLEAU
RÉCAPITULATIF
SOMMAIRE
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
INTRODUCTION
Introduction
L’objet de cet état des lieux est de rassembler une connaissance sur le travail réalisé par
les musées en direction de publics en situation de difficulté sociale ou économique. La
nature des projets, leurs modalités, le contexte dans lequel ils s’inscrivent, l’impact qu’ils
ont pu avoir, représentent l’un des axes autour duquel la question est éclairée tandis
qu’un second traverse la question des enjeux de l’accueil de ces publics pour l’institution muséale.
Tenter de dresser un inventaire des ces éléments nécessitait la mise en regard de plusieurs expériences. Celle des musées, des DRAC mais également celle des partenaires,
professionnels et interlocuteurs institutionnels sans lesquels ces actions ne se développeraient pas.
Les descriptions et analyses qui sont proposées ici s’appuient sur les données recueillies
lors de rencontres auprès de 15 musées nationaux, 5 DRAC, 8 musées en région, 8 représentants institutionnels, 6 acteurs culturels et sociaux ainsi que sur des entretiens téléphoniques. Les musées nationaux, pour lesquels la Direction des Musées de France a une
compétence particulière et dont la diversité était une source d’observation utile, font
l’objet d’une étude de cas détaillée.
LA NOTION DE PUBLIC EN DIFFICULTÉ
La première des questions serait de caractériser la notion de publics en difficulté. Mais
les frontières sont difficiles à tracer, d’autant plus si l’on veut bien considérer que l’exclusion n’est pas un état, mais le résultat d’un processus aux causes variées .
Les politiques publiques retiennent comme critère la notion de danger. Danger de marginalisation de la vie de la cité et de son réseau d’échanges et de communication, cristallisé par certaines situations :
• le fait d’être jeune, parce que les fragilisations peuvent engendrer, à cette période de
la vie des obstacles devenant rapidement insurmontables ; parce qu’un quart des
jeunes sont au chômage,
• le fait de ne pas savoir lire ou écrire qui concerne 20% de la population,
• le fait d’être en situation de précarité économique,
1
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
INTRODUCTION
• le fait d’habiter dans des quartiers concentrant habitats dégradés, absence de services
de l’état, voire de services quels qu’ils soient.
Toutefois la période que nous traversons, marquée par de profondes mutations qui bouleversent parfois très durement modèles et repères, brouille les catégories bien établies.
On peut le mesurer aux interrogations suscitées par la notion de “public en difficulté”,
mal définie dans une zone entre politique d’élargissement des publics et actions d’intégration par la culture. Il faut bien entendu distinguer là des logiques de projet différentes, pourtant nous verrons que, dans la réalité, ces deux volets des politiques culturelles se croisent bien souvent.
L’IMPORTANCE NUMÉRIQUE DES ACTIONS
La place des musées dans l’action culturelle en direction de publics en difficulté est particulièrement restreinte. Les projets se développent davantage dans l’accompagnement
de l’expression artistique des participants et le musée hérite d’une séparation qui apparaît bien souvent radicale entre expression, créativité et découverte de collections. Entre
art vivant et musée. Quelques chiffres illustrent cette réalité :
• Pour 100 actions culturelles menées pour les jeunes en 1995-1996, deux seulement
concernent les musées (musée national des Granges de Port-Royal à Saint-Quentin-enYvelines, musée de Picardie à Amiens).
• Les porteurs de projet ne se manifestent pas dans le cadre de la politique de la ville
pour des actions en direction du musée et les disciplines artistiques se répartissent
essentiellement entre le théâtre, la musique, le Livre, le cinéma, les arts plastiques, la
danse.
• Pour un millier d’actions culturelles en milieu pénitentiaire, une vingtaine seulement
concernent de près ou de loin, les collections muséales.
2
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
INTRODUCTION
Résidence
d’artistes
2%
Divers
2%
Cinéma
Audiovisuel
11%
Livre
et lecture
9%
Pluridisciplinaire
17%
Répartition par discipline artistique de
100 projets culturels menés en 19951996 pour les jeunes dans toutes les
régions de France
Danse
5%
Musique
Chant
17%
Source : d’après DDF, 100 aventures cultu-
Théâtre
23%
Musée
2%
relles pour les jeunes, dossiers Direct, février
1997
Patrimoine
6%
Arts plastiques
5%
Architecture
Urbanisme et paysage
1%
Nombre d’expositions
Musée-patrimoine
20
Ateliers
de photographie
25
Ateliers
d’arts plastiques
110
L’action culturelle en milieu
Pièces et ateliers
de théâtre
185
pénitentiaire
Source : Direction de l’Administration
Pénitentiaire
Sous-direction de la réinsertion, Février 1997
Nombre
d’expositions
100
Ateliers
de musique
85
Nombre de
concerts
500
Une action est significative numériquement entre musées et milieu social, celle conduite avec des Zones d’Éducation Prioritaire : 69 musées sur 550 ayant répondu en avril
1997 à un questionnaire ont mené des actions dans ce sens 1.
L’une des conséquences de la faiblesse numérique des actions se trouve être la difficulté à caractériser les mécanismes à l’œuvre. Toutefois nous verrons que les enjeux se
situent assez clairement, comme nous l’avons évoqué, à la croisée de l’accès à la culture pour le plus grand nombre et de l’intégration par la culture. C’est à dire à la croisée
de la politique de la ville et du développement culturel.
1. soit 8%, Questionnaire pour l’actualisation du Guide des services culturels.
3
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
INTRODUCTION
A la politique de la ville appartiennent des dispositifs ayant pour objectif de résoudre
un certain nombre de difficultés des habitants dans les domaines de l’habitat, de l’urbanisation, de l’économie, de l’environnement et du cadre de vie (avec l’accès aux loisirs)1 Au développement culturel appartient une conception de l’action culturelle où
les populations, davantage que les publics, sont concernés.
Ainsi dans le cadre de la politique de la ville comme dans celui du développement culturel, l’échelle est celle du territoire et la dynamique celle du partenariat.
LA DISPARITÉ DES PARTENARIATS
L’accueil de publics en difficulté s’est jusqu’à présent appuyé sur le réseau du spectacle
vivant. Toutefois on remarque une sensibilisation de l’ensemble des musées. Enfants de
classes défavorisées, jeunes et adultes de quartiers de la périphérie, jeunes et adultes en
insertion ou en réinsertion, populations issues de l’immigration… ont été accueillis pour
des projets dans au moins deux ou trois musées par région. D’une façon générale ce
sont les musées-phares de la région, c’est à dire les musées déjà engagés dans des politiques de publics, qui ont reçu ces groupes. Toutefois les ressources mobilisées sont disparates :
• le musée répond à une demande par nature aléatoire, les préoccupations des acteurs
sociaux et socioculturels n’étant pas prioritairement tournés vers le musée,
• à l’inverse les projets s’inscrivent dans une politique concertée qui est elle-même génératrice de nouveaux projets au sein de laquelle acteurs, réseaux d’appui, démarches
sont indissociables.
1. Ben Othman Moncef, Popovics Christophe (assistant), Schweig Emmanuelle (assistante). - Politique de la ville et culture : mode d’emploi. - Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France.
4
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ACTEURS
1. Les acteurs
LE NIVEAU D’INTERVENTION RÉGIONAL
Les DRAC
La place des musées vis-à-vis de la politique de la ville se pose, dans les régions, à plusieurs niveaux : celui des moyens en personnel, celui des moyens financiers et des missions premières des conseillers pour les musées, celui des porteurs de projet.
La présence ou pas d’un conseiller politique de la ville au sein des DRAC se révèle déterminante. La complexité et l’imbrication des dispositifs, la multiplicité des réunions aux
différents niveaux d’intervention, l’implication des structures et des professionnels nécessitent un fort investissement de temps. Or le tiers seulement des DRAC bénéficie d’un
poste pour la politique de la ville. Une réponse apportée par la DRAC Haute-Normandie
a été de choisir d’intégrer une dimension politique de la ville à chacun de ses secteurs,
la coordination de l’ensemble étant effectuée par le conseiller pour l’action culturelle.
Ce choix, en favorisant la présence accrue de la DRAC aux multiples réunions, a permis
autant d’y faire valoir sa conception de la culture que d’y rencontrer des porteurs de
projets. La DRAC a également opté pour un accompagnement des financements des
actions politique de la ville par des crédits de droit commun1. Position stratégique vis à
vis de partenaires variés qui se pose également pour les conseillers musées. La mobilisation de financements peut se révéler un argument important pour l’implication des
volontés dans des projets, tant pour les moyens financiers que pour l’engagement que
cela représente vis-à-vis de partenaires ne relevant pas du secteur culturel.
La limitation des budgets pose avec acuité la question des missions premières du
conseiller pour les musées en DRAC, Inventaire, restauration et publication scientifique
accaparant la presque totalité du budget disponible.
La DRAC Ile-de-France, pour initier dans le cadre du dispositif Ville, Vie, Vacances des
visites culturelles, s’est adjoint un personnel stable et formé dans la personne d’intervenants. Les animateurs étant un personnel temporaire (pour la région île de France,
7% à 8% seulement sont permanents), il est possible de les sensibiliser dans le cadre de
journées d’information et de bilan organisées à cet effet, mais difficile de les mobiliser
pour la mise en œuvre de projets. Il faut rappeler que la plupart sont non-acquis au
musée et que cette pratique n’entre pas dans leurs habitudes culturelles.
1. Récapitulatif des projets culturels menés dans le cadre de la politique de la ville 1994-1995-1996. DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE HAUTE-NORMANDIE.
5
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ACTEURS
Autres partenaires institutionnels
Des projets sont menés directement entre le musée et des partenaires institutionnels. En
île de France, la mission Ville s’est faite l’écho, au sein du comité de pilotage de l’École
Ouverte, des propositions d’activités de l’Aquarium du MAAO, suscitant ainsi la venue
de groupes pour des visites l’été dernier. De même le sous-préfet à la ville de la Seine
Saint-Denis a t-il organisé, en liaison avec la Galerie du Jeu de Paume, un module pour
des jeunes à l’occasion d’une rétrospective du peintre Olivier Debré.
L’identification des interlocuteurs n’est toutefois pas aussi simple et ce mode de mise en
relation trouve ses limites tant dans la méconnaissance habituelle des professionnels en
présence, que dans le manque de temps pouvant être accordé à la mise en œuvre et au
développement des projets.
LE NIVEAU D’INTERVENTION MUNICIPAL
Les équipes de la maîtrise d’œuvre urbaine et sociale1
Les agents de développement culturel des équipes de la maîtrise d’œuvre urbaine et
sociale ont les moyens de jouer un rôle important de mise en relation du musée avec les
associations locales avec lesquelles ils sont, de par leur fonction, en étroite relation. C’est
le cas à Reims où un travail en liaison avec le musée Saint-Remi, et maintenant avec celui
des beaux-arts se développe dans le cadre du contrat Ville.
Les chefs de projet, soucieux de mettre en œuvre des actions significatives pour le quartier, la commune ou l’agglomération dont ils ont la responsabilité, sont également en
mesure d’être intéressés par des actions symboliquement fortes. Le Louvre, à la demande de l’un d’entre eux, a tenu un stand aux côtés d’associations de la ville lors d’une première fête organisée par un quartier en Contrat Ville .
1. La MOUS peut être organisée au niveau de l’agglomération, de la commune ou des quartiers.
6
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ACTEURS
La direction des affaires culturelles des villes
L’échelle des coopérations au niveau de la municipalité est le reflet de la place que la
Ville accorde à la Culture dans la lutte contre l’exclusion et la représentation qu’elle se
fait du musée dans cette lutte. Amiens et Mulhouse en sont deux exemples. La ville
d’Amiens, qui a mis en place un Comité de Direction Culture travaille avec le musée
comme avec les autres établissements culturels. Quant à la ville de Mulhouse elle avait
opté pour la valorisation de son patrimoine industriel comme facteur d’une identité
forte sur un territoire en proie aux difficultés liées au chômage. Plusieurs musées représentatifs d’un pôle technique fort (chemin de fer, textiles, automobile …) ont ainsi été
fédérés.
Les autres acteurs municipaux
D’autres acteurs municipaux se positionnent comme interlocuteurs du musée dans des
projets liés à des publics spécifiques. Le service des affaires scolaires et périscolaires peut
se montrer attentif au développement des activités en direction des musées. Le musée
d’Orsay a ainsi signé une convention avec la sous-direction des affaires périscolaires de
la Ville de Paris et reçoit environ quarante groupes par an.
Le musée de Villeneuve d’Asq travaille en relation avec les services de la petite enfance
des municipalités de Roubaix et Tourcoing, qui diffusent une information sur leurs activités ainsi qu’avec le service jeunesse de Lille.
La réalisation au musée d’une sculpture par des enfants de deux classes maternelle de
ZEP, ensuite destinée à être installée dans l’espace public a donné lieu à un complément
de financement par un Fonds d’Initiative Habitants.
Nous verrons également, avec l’exemple de Chambéry, que des actions sont projetées
autour de la constitution d’un comité de quartier.
L’ÉCHELLE DU MUSÉE
Dans les musées c’est en général soit le service culturel ou éducatif, soit le conservateur
chargé de la direction de l’établissement, quand il n’y a pas de poste pour l’action culturelle, qui initie ou répond aux demandes. L’existence d’un poste pour l’animation culturelle conditionne, si ce n’est la réalisation, du moins l’extension de projets avec ces
nouveaux publics. Souvent des jeunes effectuant leur service civil au musée sont chargés, en corrélation avec la nature de leur présence au musée, de concevoir une action
7
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ACTEURS
dans ce domaine. Le musée des Ardennes a ainsi pu amorcer un travail en direction des
établissements scolaires de la Zone Franche de Charleville-Mézières.
Certains musées se sont dotés de moyens spécifiques pour intervenir dans cette direction.
Le Louvre a créé, au sein du service culturel, un poste de relations avec le secteur socioculturel tandis que le Centre Georges Pompidou et l’Institut du Monde Arabe ont, pour
leur part, institué une mission auprès des présidents de ces établissements. Pour le Centre
Georges Pompidou, l’accent avait été mis sur des actions de prévention dans l’enceinte
et aux abords du Centre tandis que la mission “Rencontre et Dialogue” de l’IMA a pour
rôle de développer des partenariats locaux afin de mettre à disposition la culture arabe.
Un travail est ainsi mené en direction des acteurs des schémas locaux d’intégration, tandis qu’une antenne décentralisée de l’IMA a été créée à Vaulx-en-Velin en Rhône-Alpes.
L’objectif est de mobiliser dans la région une fédération d’associations à même de travailler sur l’interculturel méditerranéen.
Il faudrait ajouter à cette diversité des partenaires mobilisables, les autres institutions
intervenant et les mécènes. Citons l’Éducation nationale avec les Zones d’Éducation
Prioritaire, le ministère de la Jeunesse et des sports dans le cadre de dispositifs de la politique de la Ville ou de l’Éducation artistique, la direction de l’Administration
Pénitentiaire du ministère de la Justice, le FAS …
Le musée National des Arts Africains et Océaniens a bénéficié pendant plusieurs années,
pour son action en direction des populations issues de l’immigration du soutien du FAS.
Il reçoit depuis deux années un mécénat d’entreprise (Agnès b) qui lui a permis, en particulier, de diffuser le catalogue de l’exposition “Chéri Samba” auprès de toutes les associations zaïroises qu’il avait répertoriées.
8
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES RÉSEAUX D’APPUI
2. Les réseaux d’appui
La diversité des partenaires, dans des milieux parfois mal connus découragent beaucoup
d’actions. La représentation traditionnelle d’une coupure entre “publics captifs” rattachés au milieu scolaire et public “non captif” -parce que non scolarisé et donc insaisissable- renforce cette vision des choses. Pourtant des réseaux d’appui, en dehors d’un
cadre strictement scolaire, existent avec des prescripteurs bien identifiés pour lesquels la
venue s’intègre dans des objectifs éducatifs ou dans des apprentissages définis qui incitent à l’élaboration de projets inscrits dans la durée.
LE RÉSEAU DE L’ÉDUCATION NATIONALE :
LES CONVENTIONS DE JUMELAGE ZEP/MUSÉES
Le milieu scolaire reste l’interlocuteur et le partenaire privilégié du musée à travers le travail en direction des ZEP.
Les conventions de partenariat ZEP/musées, conclues en 1991 entre le ministère de la
culture (DMF, DDF) et l’Éducation nationale, ont identifié et parfois systématisé un travail en direction d’établissements scolaires engagés dans la lutte contre l’échec scolaire.
Quand les jumelages ne sont pas officialisés, une pratique ZEP/Musées est effective.
Comparativement au nombre de scolaires accueillis, ceux-ci sont peu nombreux1.
La complexité administrative avec la multiplicité des sources de financements (en fonction du projet de Zone), les délais de paiement nécessitant un temps de gestion important et qualifié, le coût des transports urbains quand aucune convention n’a pu se mettre
en place dans ce sens, paraissent autant d’obstacles à leur mise en œuvre.
Le cadre des coopérations qui est celui du projet nécessite une mobilisation de plusieurs
partenaires qui fait autant la richesse des projets que leur fragilité. Les coordonnateurs
de ZEP deviennent alors déterminants pour la mise en cohérence des différents éléments
et la contractualisation de projets.
1. Les visites scolaires représentent en moyenne entre le quart et le tiers des entrées de l’ensemble des musées.
Source : Muséostat N° 3, octobre 1995.
9
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES RÉSEAUX D’APPUI
LE RÉSEAU DES ACTEURS SOCIAUX
Les associations pour la formation et l’insertion
La culture est maintenant reconnue comme un élément inséparable de l’insertion. Si
l’on s’en tient aux actions dont la finalité n’est pas la formation à des métiers du musée1,
des projets ont été menés tant dans le cadre de stages de mobilisation2 que dans ceux
de la préqualification ou de la qualification.
Lors de l’opération “Objets recommandés” initiée par la DMF, confiée à l’association
Artemisia, le musée du Barrois à Bar-le-Duc et l’Écomusée du Roannais ont travaillé en
liaison avec des organismes de formation. Le projet a ainsi été intégré dans les stages de
formation de stagiaires de 18 à 25 ans. Ces organismes ont par la suite renouvelé ce type
de sensibilisation des jeunes à l’art avec d’autres thématiques3. L’Opération “les jeunes
représentent leur ville” -co-financée par la DMF, Le FAS, les collectivités locales des
musées d’appui- s’est déroulée en 1996 sur le même principe.
Le musée du Louvre a pour sa part réalisé une semaine de formation pour des jeunes
en préqualification aux métiers sanitaires et sociaux tandis que l’Association de
Prévention du Site de La Villette (APSV) a intégré au contrat de qualification de jeunes4
un module de sensibilisation à l’art. Certains stagiaires ont ainsi rencontré l’univers du
musée. L’un d’entre eux a assisté techniquement une artiste au MAAO5, tandis que le
MNAM a proposé à l’ensemble du groupe un cycle de trois visites.
Les centres pour l’alphabétisation et des associations contre l’illétrisme
Proches des enjeux de l’insertion et de la réinsertion sociale et professionnelle, des associations -parfois les mêmes- conduisent des actions d’alphabétisation ou de lutte contre
l’illétrisme. Confrontés à la complexité du rapport au savoir et à l’apprentissage de la
langue du pays d’accueil ou d’habitation pour des adultes, les formateurs trouvent dans
la venue au musée une autre voie pour traiter des apprentissages.
1. Une opération “Jeunes-Musées” destinée à 120 jeunes de 18 à 25 ans, a été mise en œuvre en mars 1986 par la
Délégation à la Formation Professionnelle et le ministère de la Culture.
2. destinés à “remobiliser” les jeunes vers une démarche professionnelle.
3. Artémisia, “Objets recommandés”, 1994-1995.
4. jeunes en formation d’opérateurs polyvalents en reprographie.
5. se reporter à la fiche d’analyse de l’action.
10
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES RÉSEAUX D’APPUI
Au Louvre, où une collaboration avec des centres d’alphabétisation pour adultes se développe, la venue au musée est inscrite en amont et en aval, au sein des modules de formation proposés aux stagiaires.
LES FÉDÉRATIONS D’ASSOCIATIONS
Dans cette recherche des interlocuteurs, la notion de réseau prime. Informer et proposer des programmes aux associations à travers leurs fédérations offre tant une légitimation au musée qu’une façon de pouvoir démultiplier son action tout en restant au
plus près des réalités des partenaires et des relais.
Le musée d’Art Moderne de Villeneuve d’Asq s’attache ainsi à structurer son action
auprès de centres sociaux autour d’une fédération locale de ces centres. C’est alors la
fédération qui informe et sensibilise ses adhérents. Le musée du Louvre a emprunté un
chemin identique avec une fédération d’œuvres sanitaires et sociales.
Il semble que cette ouverture soit plus difficile avec les grandes associations caritatives
et les associations de bénévoles. L’éventail des relais -permanents, élus et bénévoles-,
leur mobilité compliquent la diffusion de l’information et l’ancrage des projets. Toutefois
certains peuvent s’inscrire dans la durée comme cela a été le cas avec le musée des Beauxarts de Lyon. Un projet de médiation entre un groupe de personnes en grande précarité et le musée a ainsi vu le jour et s’est déroulé avec les mêmes interlocuteurs pendant
trois années.
Les fédérations de l’Éducation Populaire
Excepté Peuple et Culture qui sert de lien entre trois centres d’art du Limousin1 et des
groupes de personnes défavorisées, le réseau de l’Éducation populaire est malheureusement presque absent des actions en direction du musée. Des visites ponctuelles sont
probablement organisées, mais sûrement en petit nombre. L’enquête sur les actions culturelles des FOL en 1997, n’en recense aucune dans ses grands secteurs d’action.
1. Meymac, Vassivière, le musée départemental de Rochechouart.
11
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES RÉSEAUX D’APPUI
En pourcentage
La répartition par secteur des actions culturelles des FOL en 1997
19,63
19,34
12,63
12,64
10,59
7,19
4,18
3,98
0,68
1,65
1,46
0,97
1,55
0,49
1,85
1,17
0
Diffusion
spectacles,
spectacle,
expositions
Science
Lutte
contre l’illétrisme
et l’echec scolaire
Culture
et tourisme
Education
artistique
Cinéma,
audio,
photo
Actions
Services
Lecture,
conte,
écriture
Formation
du citoyen
Formation
Musique,
chant,
chorale
Théâtre
Pluridisciplinaire
Danse
Arts
plastiques
Développement
social,
urbain
Source : D’après Enquête sur les actions culturelles des FOL, édition 1997, Ligue de l’Enseignement
Les opérateurs culturels
Les opérateurs culturels sont essentiellement tournés vers le spectacle vivant, les arts de
la rue et vers l’accompagnement des expressions artistiques urbaines.
Musique et Danse forment l’essentiel des projets en Lorraine et Rhône-Alpes tandis qu’il
s’agit davantage du Théâtre en Haute-Normandie et dans le Limousin. Toutefois des
projets liés aux arts plastiques apparaissent. Ils sont surtout axés sur la création avec des
résidences d’artistes (en Aquitaine, dans le Limousin, en Haute-Normandie). Une mise en
relation avec le musée pourrait être envisagée par cet intermédiaire. “L’Art sur la Place”,
projet culturel de quartier pour Lyon, a ainsi permis à quinze groupes venus de quartiers
défavorisés la découverte de la quatrième Biennale d’Art Contemporain autour de réalisations plastiques.
Les associations liées aux musées
Certaines sociétés d’Amis de Musée pourraient s’engager dans des actions en direction
de publics en difficulté. Preuve en est, celles qui se sont déjà impliquées dans ce sens :
12
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES RÉSEAUX D’APPUI
prise en charge financière d’activités pour des classes défavorisées1, soutien logistique2,
conduite d’actions.
La Société des Amis du musée national de la Voiture et du Tourisme, en liaison avec le
musée a conçu un projet de restauration de voitures anciennes auquel seront associées
des classes en ZEP. Quant à la Société des Amis de Musée de Chambéry, elle a commencé une action avec un quartier de Chambéry en contrat Ville. Elle est, de plus, à l’initiative de la réunion d’un comité local autour du Maire-adjoint, du centre socio-culturel,
de la bibliothèque annexe, d’éducateurs , d’animateurs ainsi que de peintres du quartier. L’objectif est de créer des médiations entre ce quartier et les musées de Chambéry.
Les fédérations de musées et les Associations régionales des conservateurs s’inscrivent
elles aussi dans des opérations et des politiques en direction de publics, elles représentent par ailleurs un espace privilégié de confrontation et de maturation des projets3.
1. Société des Amis du musée Guimet.
2. Société des Amis du musée de l’Hospice Comtesse à Lille pour le projet “Découvre ton quartier, ta ville, ta région”.
3. En Alsace “Musées sans frontières” regroupant six musées techniques et industriels a mis en place l’opération
”Musées-Musique” destinée à diversifier le public, en particulier le public des jeunes.
Fédération régionale des Amis de musée et Association régionale des conservateurs pour des actions en direction
des publics mal-voyants, dans la région Nord-Pas-de-Calais.
13
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES DÉMARCHES : LA CONVERGENCE DES VOLONTÉS
3. Les démarches : la convergence des volontés
LA PARTICIPATION DU MUSÉE
À LA LUTTE CONTRE L’EXCLUSION DANS LE CADRE
DE LA POLITIQUE DE LA VILLE
En Alsace, la DRAC en liaison avec les municipalités, a mis en place une politique en
direction de publics en difficulté qui commence depuis la petite enfance. Le renouvellement des projets est envisagé dans le cadre de conventions ou jumelages permettant
d’accroître ou d’élargir leur impact tandis qu’un rôle phare est ménagé aux actions
pilotes.
Initier et compléter l’action des porteurs de projet
La DRAC île-de-France a pour sa part systématisé des partenariats tant avec d’autres
directions sectorielles du ministère de la Culture qu’avec des préfectures de région et
de département. Des projets avec les musées ont été envisagés dans le cadre de dispositifs politique de la ville ainsi que dans celui des Conventions de Développement
Culturel.
Les comités de pilotage des dispositifs politique de la ville réunissent des partenaires
ayant des fonctions et donc des priorités différentes. Ceci rejaillit sur la conception des
finalités accordées à la culture et l’opposition entre socio-culture et culture est souvent
sous-jacente. L’alternative mise en place par la DRAC île-de-France dans le cadre du dispositif Ville Vie Vacances (VVV) apparaît intéressant à double titre. La DRAC a initié1
douze opérations VVV en 1996. Responsabilité a été donnée à des intervenants (photographes, architectes, urbanistes, écrivains, opérateurs culturels) de conduire les projets. La DRAC a ainsi suscité des actions en direction des musées dans un dispositif qui,
perçu comme à “caractère extrêmement social”, est parfois délaissé. Le Château-musée
de Fontainebleau, le Louvre et le MAAO ont ainsi pu accueillir ces visiteurs pour des activités en atelier2.
1. en partenariat avec les Mission Ville de préfectures de région et la CNMHS.
2. se reporter au tableau récapitulatif des actions menées par les musées nationaux.
14
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES DÉMARCHES : LA CONVERGENCE DES VOLONTÉS
Mise en réseau du musée avec un établissement de proximité
A l’échelle du musée municipal, la convergence des volontés peut se révéler être une
coopération étroite ou une indifférence complète qui laisse le musée sans beaucoup de
recours. En revanche le musée municipal engagé dans une politique volontariste à côté
d’autres établissements, bénéficie de la lisibilité de l’offre culturelle de la ville. Les municipalités demandent parfois explicitement aux musées de participer à l’accès à la culture de publics défavorisés ou d’accompagner la venue de publics ne venant jamais au
musée. Ponctuelle ou inscrite dans la durée, la collaboration mobilise des ressources
importantes et a un impact sur la perception du musée par les habitants.
Didier Cry
Si la mise en réseau des établissements structurants avec des équipements de proximité
est l’une des réponses apportées, en particulier pour agir efficacement dans le cadre de
la politique de la ville, c’est le plus souvent le domaine du spectacle vivant et des arts de
la rue qui est concerné. L’exemple du musée de Picardie à Amiens est particulièrement
intéressant à ce titre. Il démontre, puisque c’est nécessaire, que le musée a tout à fait sa
place dans une politique d’aménagement culturel du territoire.
Centre Guynemer, salle de l’exposition
”Objets insolites”, 1996.
Le musée sort de sa réserve, Musée de Picardie.
Dans le cadre de la politique de la ville, la ville
d’Amiens a entrepris une action directe et incitative. Le musée de Picardie, sollicité pour un
partenariat avec un établissement culturel de
proximité, a choisi le centre Guynemer. Celuici, géré par la ville, abrite entre autres activités un centre d’art et la présence d’interlocuteurs appropriés pour le musée était avérée.
Le musée a décidé de s’engager dans une collaboration étroite avec le centre Guynemer,
avec la réalisation, symboliquement forte,
d’une exposition au sein du centre. Tant pour
la sécurité des collections, que pour la sensibilisation d’un large public incité à se déplacer
du centre ville vers le quartier pour voir des
œuvres qui ne sont pas présentées habituellement, les collections ont été sorties des
réserves avec une thématique fédératrice1.
1.“Le musée sort de sa réserve”, expositions en 1994, 1995, 1996.
15
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
Didier Cry
LES DÉMARCHES : LA CONVERGENCE DES VOLONTÉS
Figures humaines, France XVIè, XVIIè siècle, extrémité
sculptée d’une solive. Bois.
Musée de Picardie, Amiens.
Cette opération, maintenant reconduite
chaque année, se structure autour de l’équipe
scientifique et de l’action culturelle du musée,
de celle du Centre Guynemer et de l’équipe
municipale. Des améliorations techniques sont
apportées au Centre Guynemer, le financement de l’exposition est pris sur le budget des
expositions du musée. L’intégration d’Amiens
au dispositif des projets culturels de quartier
a permis de mettre à disposition en 1996 un
budget supplémentaire et de solliciter ainsi
des muséographes.
La mise en réseau du musée avec les acteurs locaux
Dans certains cas, et nous évoquerons celui de Reims précisément, la mise en réseau du
musée avec les acteurs locaux bénéficie de l’infrastructure du Contrat Ville en termes à
la fois financiers et méthodologiques. A Reims, l’agent de développement culturel1 a
été à l’articulation entre le musée et des structures sociales et de formation2 : mise en
relation des professionnels, inscription des projets dans une dimension de développement culturel et dans la gestion administrative du contrat ville. Une opération initiée
en 1995, autour de la reconstitution d’une mosaïque gallo-romaine, se prolonge avec les
mêmes partenaires en 1997/1998, cette fois avec les techniques de l’apprentissage de la
fresque.
LA PARTICIPATION DU MUSÉE
À LA LUTTE CONTRE L’ÉCHEC SCOLAIRE :
le travail avec des établissements de Zone d’éducation Prioritaire
Si le travail avec le milieu scolaire relève du dialogue entre ministère de la culture et
Éducation nationale, la nature des objectifs et la réalité des situations amènent l’intervention d’interlocuteurs multiples : partenariats pour la gratuité du transport, aide au
financement et à la logistique par la municipalité … La séparation entre milieu scolaire
et non scolaire peut alors devenir ténue tant les passerelles sont nombreuses avec l’environnement social.
1. Les agents de développement culturel sont rattachés à l’équipe de la maîtrise d’œuvre urbaine et sociale, à Reims il
y a un double rattachement au service culturel de la ville et à la M.O.U.S.
2. Centre de formation pour des jeunes en insertion professionnelle, foyer d’éducation spécialisé.
16
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES DÉMARCHES : LA CONVERGENCE DES VOLONTÉS
Aussi les propositions effectuées pour les conventions de jumelage ZEP-Musées renforcent et s’intègrent parfois aux objectifs définis localement. C’est le cas pour le jumelage entre la ZEP d’Empalot et le Musée Labit. Autour de la familiarisation avec l’environnement culturel, le jumelage est devenu un projet culturel pérennisé par la ville1 :
des expositions ont été organisées dans plusieurs équipements sociaux ou culturels de
proximité. Le fait que l’ensemble du projet soit subventionné par l’Éducation Nationale,
la DRAC, la ville de Toulouse et une Convention de Développement culturel a permis de
reconduire cette action d’une année sur l’autre2.
Hors convention, le service culturel du musée national Picasso a proposé à une centaine de classes de l’enseignement primaire une sensibilisation au musée pendant deux
années consécutives en liaison avec la direction des affaires scolaires de la ville
d’Aubervilliers. Les prolongements en terme d’impact sur l’environnement culturel local
sont comparables avec ceux de la ZEP D’Empalot.
Quant au musée des Granges de Port-Royal, il a accueilli des classes de pratique artistique, dans un contexte scolaire avec une association pour maître d’œuvre et ceci dans
la perspective d’une production de festival3. On mesure, avec ces exemples, la limite des
définitions en même temps que l’on perçoit d’autres logiques à l’œuvre, qui relèvent
de l’action culturelle.
LES CONVENTIONS DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL
L’implication des musées dans le tissu social s’incarne également dans les conventions
de développement culturel, signées entre État et collectivités territoriales. Des articles de
la convention, peuvent alors porter soit sur le partenariat avec des structures sociales de
la ville, soit sur des actions d’élargissement des publics.
Le château-musée d’Annecy a entrepris dans ce cadre des actions en partenariat avec des
structures sociales de la ville : centres de formation, missions locales, associations…
L’événement de la célébration de l’anniversaire du Château d’Écouen a bénéficié de la
convention de développement culturel signée avec la ville. Une manifestation a pu se
réaliser au cœur du tissu associatif de la ville, mobilisé pour l’organisation d’une “fête
de la Renaissance”. Le jour de la fête lui-même, environ cinq mille visiteurs de proximité, dont certains ne connaissaient pas auparavant l’existence du musée, ont participé à
cette journée.
1. autour des objectifs du Contrat Ville.
2. Bilan du jumelage de la Zone d’Éducation Prioritaire du Quartier d’Empalot et du Musée Labit à Toulouse.
3. se reporter à la fiche d’analyse de l’action.
17
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L A M É D I AT I O N A U M U S É E E T A U X C O L L E C T I O N S
4. La médiation au musée et aux collections
S’ADRESSER AUX HABITANTS
Comment l’information sur les activités proposées par le musée peut-elle parvenir à des
habitants non accoutumés à s’y rendre ? Des pratiques d’invitations personnelles se développent, et avec elles de nouveaux médiateurs et des modes de communication qui
modifient complètement le rapport à la manifestation.
Le musée de Bretagne à Rennes, en liaison avec un Office Public de HLM, a invité les
habitants de plusieurs quartiers pour des visites conduites par le conservateur.
Le musée des Beaux-arts d’Orléans, coupé de son public orléanais, décide en 1992, dans
le cadre de l’Invitation au musée, de sensibiliser non pas un public mais les habitants.
Plutôt que procéder par catégorie socio-professionnelle, il fait appel au Service des
Affaires administratives et des élections pour obtenir le fichier des électeurs d’Orléans,
soit environ cinquante six mille noms. Les invitations, envoyées conjointement par le
maire et le conservateur du musée, sont adressées personnellement aux habitants. Ceuxci sont ensuite reçus pour une visite gratuite assurée par le conservateur et l’équipe du
service culturel. Le musée a accueilli ce mois-là trois fois plus de visiteurs que pour la
même opération l’année précédente. Vraisemblablement beaucoup d’entre eux
n’avaient jamais franchi le seuil du musée1.
Les expositions du musée de Picardie au centre Guynemer ont donné lieu à une communication de proximité très forte. Une habitante du quartier dans lequel est situé le
centre culturel a été engagée par la municipalité pour démarcher, appartement par
appartement, les locataires ; les informer de l’exposition et les sensibiliser à ce qui y était
présenté. Mille personnes environ ont ainsi été prévenues de cette manifestation, avant
et pendant sa durée.
RAPPROCHER L’ŒUVRE DES PUBLICS :
LES ACTIONS HORS LES MURS
L’idée que c’est le musée “temple de l’art” qui représente un obstacle majeur aux œuvres
pour les publics non-acquis, la prise en compte d’un éloignement géographique relatif
tant à des milieux ruraux en proie à la désertification qu’à une distance spatiale sym-
1. Source : Bilan de l’Opération Musées en Tête, octobre 1992, Véronique Galliot-Rateau, musée des beaux-arts d’Orléans.
18
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L A M É D I AT I O N A U M U S É E E T A U X C O L L E C T I O N S
boliquement infranchissable pour des publics pour lesquels la mobilité est extrêmement
difficile, sont à l’origine des actions hors-les-murs. Celles-ci ont évolué vers de nouvelles
formes. Là encore le partenariat y imprime la marque de la diversité. On en prendra
pour exemple les Espaces-Rencontres avec l’Œuvre d’Art (EROA), tels qu’ils ont été mis
en place dans la région Nord-Pas-De-Calais.
Les espaces de rencontres avec l’œuvre d’art
Les EROA, création conjointe du rectorat de l’académie de Lille et de la direction régionale des affaires culturelles du Nord-Pas-De-Calais sont intéressants à deux titres : ils
s’adressent à des grands adolescents -public généralement délaissé- et ils sont le lieu de
partenariats multiples.
Les EROA sont nés du constat que moins de 5% des élèves de la région, scolarisés dans
l’enseignement secondaire allaient au musée1. Quarante EROA ont donc été aménagés au
sein de collèges, lycées professionnels et lycées de la région. Ils ont été implantés prioritairement en zone rurale, en zone éloignée de tout équipement culturel d’importance,
en zone sensible (ZEP, DSQ-DSU)2. Ces espaces-rencontres avec l’œuvre d’art ne sont pas
seulement des lieux spécifiques permanents aménagés pour la présentation d’œuvres3 ils
constituent, autour de la réunion d’une équipe pédagogique pluridisciplinaire, un projet
de sensibilisation à l’œuvre d’art contemporain. Des artistes, théoriciens et critiques d’art
sont également invités. Les équipes éducatives s’engagent pour trois ans.
L’EROA est ouvert sur le quartier, la commune et donc à un public non scolaire. Il est en
lien avec les différentes possibilités régionales et nationales d’accès aux collections que
celles-ci soient publiques ou privées. Celles-ci ont été répertoriées dans un guide des ressources afin d’en faciliter l’exploitation4.
Le coût des Espaces de Rencontre avec l’Œuvre d’Art
Environ 3000F à 5000F par EROA sont à la charge de la DRAC,
l’Éducation nationale prend en charge les heures supplémentaires des équipes éducatives, les collectivités locales l’aménagement des lieux (sauf exceptions) l’assurance et le
transport des œuvres. Le budget total s’élève à 10.000F à 20.000F par EROA.
1. enquête menée par le rectorat.
2. 2/3 sont installés dans la région Nord, 1/3 dans le Nord-Pas-De-Calais.
3. La DRAC a participé à l’aménagement de quinze de ces lieux. L’effort est essentiellement porté sur leur éclairage et
sur la préparation des murs.
4. Source : cahier des charges relatif à l’aménagement et au fonctionnement des EROA, DRAC Nord-Pas-de-Calais.
19
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L A M É D I AT I O N A U M U S É E E T A U X C O L L E C T I O N S
LA MÉDIATION AUX COLLECTIONS À L’INTÉRIEUR DU MUSÉE
La nécessité d’élaborer des stratégies de médiation au musée pour les publics en difficulté est ressentie très vivement. Non qu’un incident ou un autre soit à déplorer pendant
les visites, aucun n’est signalé en particulier, mais de nombreuses interrogations portent
sur les modes de familiarisation possibles au musée.
Ceux-ci s’organisent autour de deux notions : celle de projet, celle de valorisation des
actions. De plus en plus fréquemment la durée, des expositions et des manifestations
associant les participants et les partenaires sont comprises comme des éléments constitutifs des projets, permettant des rencontres significatives autour de l’œuvre1. Le bienfondé de ces pratiques n’est plus à démontrer, mais il place le musée face à des choix
nouveaux : le musée a-t-il des exigences dans la réalisation finale d’une exposition ou
d’une réalisation, ou cela appartient-il en propre aux partenaires et aux relais ? Que faitil valoir, le cas échéant ?
Le discours sur l’œuvre fait lui aussi l’objet de multiples interrogations : certaines collections sont-elles par nature plus difficiles à transmettre que d’autres, soit à cause d’une
iconographie “savante” ou religieuse, soit par le rapport intime qu’elles entretiennent
avec une période historique aujourd’hui mal connue ?
Qui doit parler des œuvres, quelqu’un du musée ou quelqu’un “d’autre” (artistes, historiens, accompagnateurs des groupes …) l’approche est-elle une approche d’histoire
de l’art , d’histoire de la vie sociale, de la vie économique, de l’architecture et de l’urbanisme ? Les abords du musée ne sont-ils pas des lieux de loisirs à exploiter, une visite
des collections un moment de loisirs parmi d’autres ?
Quels supports pédagogiques utiliser, faut-il en exclure certains ? Faut-il envisager de
réduire la durée des visites guidées, ou d’en adapter la forme ?
Le public des adultes
Il n’est pas possible de ne pas distinguer le public des adultes, de celui des jeunes.
Le public des adultes en difficulté est moins reçu au musée que celui des jeunes, et beaucoup plus diversifié, on peut en prendre pour exemple :
• un groupe d’adultes en situation de précarité sociale et économique, accompagné par
ATD quart monde pendant trois années au musée des beaux-arts de Lyon pour une
sensibilisation à l’art et aux arts plastiques ,
1. Se reporter aux fiches d’analyse des actions.
20
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L A M É D I AT I O N A U M U S É E E T A U X C O L L E C T I O N S
• des groupes d’adultes suivant des cours d’alphabétisation ou en situation d’illétrisme
accompagnés par leurs formateurs au musée pour de nouveaux apprentissages.
• un groupe d’adultes venus d’un quartier “à risques ” de Nantes pour visiter le musée
des beaux-arts dans le cadre d’une politique de prévention d’accidents psychiatriques.
Les objectifs des professionnels à l’initiative de la venue au musée sont prégnants et
déterminent, en coopération avec le musée, les bases de la médiation.
Le problème du public des jeunes
Le problème du public des jeunes en difficulté se pose très différemment de celui des
adultes. Il n’est pas séparable des pratiques culturelles de l’ensemble des jeunes vis-à-vis
du musée. Ceux-ci sont à la fois les plus nombreux et les moins disposés à venir pendant
leurs loisirs. Le musée “ne les intéresse pas” et ils y vont “parce que c’est obligatoire”1.
Un comportement faussement désinvolte, bruyant ou mal adapté, peut alors s’installer
pendant la visite. Parfois les chocs culturels sont forts entre l’univers de jeunes en difficulté et celui des œuvres et de leur transmission. Sont alors relevées l’effervescence des
jeunes, leur manque de concentration, la fatigue occasionnée par ces groupes qui
demandent une plus grande attention que les autres. A l’inverse, c’est le plaisir de travailler avec eux qui peut prédominer : ces groupes, bien préparés, étonnent par leur
grande curiosité, ils sont communicatifs dans leur plaisir à découvrir cet univers une fois
que les premiers obstacles ont été surmontés et se montrent d’une grande sensibilité.
Leurs résistances au musée n’étant pas fondamentalement d’une autre nature que celle
de leurs pairs, c’est plutôt la question de la médiation pour ces publics jeunes qui est
posée au musée2.
L’IMPLICATION DES PROFESSIONNELS DE MUSÉE
DANS L’ACCUEIL DES PUBLICS EN DIFFICULTÉ
Au musée des beaux-arts à Orléans et à Lyon, au Château-musée de Pau et au musée du
Louvre, les professionnels se sont mobilisés pour l’accueil de ces publics.
A Orléans, la municipalité a initié une formation à l’accueil des publics en difficulté pour
tous les établissements culturels, les agents de surveillance y ont participé.
Les services de la surveillance du Château-musée de Pau et du musée du Louvre, sen-
1. Un nouveau regard sur les musées, DEP, 1994.
2. Conditions de l’accueil du public adolescent dans les musées d’art, Michèle Protoyerides, DEA de muséologie, Université
Jean Monnet, Saint-Étienne.
21
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L A M É D I AT I O N A U M U S É E E T A U X C O L L E C T I O N S
sibles à l’accueil de ce public, ont souhaité prendre part aux réflexions menées dans ce
sens. Au château de Pau, un groupe d’agents désireux de concevoir des visites thématiques, a bénéficié d’une formation mise en place par la DMF. Au musée du Louvre, des
membres du service de la surveillance ont été conviés à des réunions organisées pour les
partenaires et à la conduite d’une partie des visites destinées aux publics du secteur
social.
Au musée des beaux-arts de Lyon, l’ensemble du personnel a réfléchi à la lutte contre l’exclusion. Pendant trois à quatre mois des débats ont été organisés et des films projetés.
LES POLITIQUES TARIFAIRES
Exonérations du droit d’entrée et des prestations sont très largement pratiquées par
l’ensemble des musées pour les publics en difficulté. Le musée des beaux-arts de Lyon a
conçu pour “l’atelier art” avec ATD quart monde une carte gratuite d’accès à toute la
programmation du musée, à partir de la deuxième année du projet.
Une carte d’adhésion annuelle, comme la carte Louvre Jeunes, qui s’adresse aux jeunes
en même temps qu’aux professionnels exerçant des fonctions auprès d’eux (enseignants
mais aussi travailleurs sociaux, animateurs…) représente un outil pour le développement
de projets dans la durée qu’ils soient de découverte des collections ou de formation.
Pour les publics et les acteurs concernés, les conditions d’accès aux musées sont ignorées. La gratuité accordée par les musées nationaux aux jeunes de moins de 18 ans, aux
personnes à la recherche d’un emploi, aux bénéficiaires du RMI, n’est pas connue. Le
musée d’Orsay a édité une affiche afin de diffuser ces renseignements. Toutefois, il faut
souligner que les représentations attachées à l’image du musée -et ce pour la majorité
des publics -sont prègnantes et l’idée de la gratuité s’accommode mal de la perception
du musée, lieu “inaccessible” ou “élitiste”.
22
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
DÉMARCHES ET PERSPECTIVES
5 . Démarches et perspectives
Ce sont actuellement les modalités du déroulement des projets qui caractérisent l’action des musées en direction des publics en difficulté sociale. On remarque différentes démarches à l’œuvre qui pourraient devenir significatives pour des développements ultérieurs :
• Certains musées répondent à une demande par nature aléatoire, ce qui laisse augurer d’un risque de discontinuité dans la réalisation de projets,
• D’autres ont, à l’inverse, une démarche volontaire qui les amène à inscrire cette préoccupation en priorité dans leur politique de publics pour l’établissement,
• Des musées interviennent en liaison avec les différents acteurs et réseaux, approfondissant ainsi leurs capacités d’action à devenir un lieu dans la ville.
L’importance numérique des actions sera à examiner en relation avec ces trois modes
quand ces politiques de publics seront moins récentes.
Entre sensibilisation, démarche volontaire et politique de publics, quelle place le musée
souhaite t-il accorder au développement de tels projets ?
• caractère de mobilisation sociale pour répondre à des demandes isolées mais lui paraissant significatives de l’un des volets de ses missions ?
• volonté de diversifier une fréquentation répondant à des critères socio-professionnels
variant peu ?
• Développement d’une politique de publics susceptible de représenter une source d’innovations à la croisée entre intégration par la culture et élargissement des publics ?
La dynamique de l’ensemble de ces actions est une conjugaison entre partenariat et
médiation. C’est cette double relation qui est la position à partir de laquelle le musée
peut se situer vis-à-vis des demandes -multiples- de ces partenaires et d’un champ avec
lequel il n’a pas encore une longue habitude de travail : le musée, acteur culturel dans
la ville, avec quelles spécificités, quels projets pour quels enjeux ?
C’est, là encore, l’inscription dans la durée, et avec elle le renouvellement -ou pas-, la
diffusion -ou non- des projets qui permettra de dire si le musée est engagé dans une
action à la fois sociale, culturelle et économique.
D’ores et déjà, on s’aperçoit que se systématise, dans des logiques identiques aux communications de proximité que nous avons décrites, un travail de «proche en proche», de
réseau.
23
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
DÉMARCHES ET PERSPECTIVES
L’information et la formation se trouvent alors, semble t-il, au cœur de la mise en
œuvre des actions.
L’information parce que le choix de travailler dans le champ social nécessite d’être bien
identifié et de se faire connaître, la formation parce qu’il peut lui être dévolu la tâche
d’articuler la convergence des volontés vis -à- vis de la multiplicité des partenaires, grâce
à :
• l’identification de ressources, de partenaires,
• la sensibilisation des réseaux d’appui,
• la lisibilité d’autres logiques, la systématisation ou la modélisation des actions porteuses,
• l’accompagnement des professionnels de la culture et du champ social dans ces transformations qui pour certaines d’entre elles cherchent à s’inscrire dans le quotidien ,
• l’émergence de nouveaux médiateurs, partenaires de demain …
Autour des questions posées ici, des acteurs, des réseaux d’appui et des démarches pourrait s’élaborer un guide méthodologique. Deux axes sont envisageables : l’un concernant la conception d’ une information regroupant les offres d’accès à l’ensemble des
musées pour ces publics, l’autre la mise en perspective des objectifs et des réalités par
l’intermédiaire de groupes de travail des professionnels intéressés. Ainsi la réalisation
de ce guide pourrait-elle représenter la première pierre dans la réflexion et la production d’outils communs.
24
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L E S M U S É E S N AT I O N A U X
Les musées
nationaux
25
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
SENSIBILISATION DES MUSÉES NATIONAUX À L’ACCUEIL DES PUBLICS EN DIFFICULTÉ
1. La sensibilisation des musées nationaux
à l’accueil des publics en difficulté
LA NATURE ET LES MODALITÉS DES ACTIONS
Est-il possible de parler de sensibilisation des musées nationaux ? Si c’est le cas comment
celle-ci s’est-elle produite ?
Les musées nationaux, de par l’importance des établissements, la nature de la fréquentation, l’implantation géographique, des moyens humains et des modes de gestion dissemblables, forment un ensemble particulièrement hétérogène. Sont-ils concernés au
même titre ?
Catégories retenues pour l’analyse
Plusieurs catégories ont été retenues pour l’analyse :
• les milieux auxquels les actions pouvaient être subordonnées : milieu scolaire, périscolaire, hors cadre scolaire.
• Les dispositifs au sein desquels les projets étaient susceptibles d’être rattachés.
• Les publics intéressés : c’est soit le niveau de scolarisation, soit l’âge, soit la situation
qui ont été pris en compte. Les formes du handicap ne font pas fait l’objet de notre
enquête.
• La période de référence de la mise en œuvre des actions dans ce sens, leur importance numérique, les politiques tarifaires qu’elles ont occasionnées.
• L’existence d’un poste pour l’animation culturelle.
Musées nationaux et géographie prioritaire de la ville
Certains musées seraient-ils d’emblée éloignés de la préoccupation des publics en difficulté, par leur situation géographique ?
La géographie prioritaire de la Ville est particulièrement dense en île de France et en
Picardie et des Contrats Ville ont été institués pour les villes de Nice, d’Ajaccio, de Pau
et de Limoges 1
1 - Document pédagogique : repères historiques. Délégation Interministérielle à la Ville. - 38 f. dactyl. : juin 1996.
26
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
SENSIBILISATION DES MUSÉES NATIONAUX À L’ACCUEIL DES PUBLICS EN DIFFICULTÉ
Seules deux des agglomérations dans lesquelles sont implantés des musées nationaux
échappent à cette concentration de problèmes qui justifie ailleurs une action gouvernementale : Mouilleron-en-pareds et les Eyzies de Tayac. Toutefois les musées des DeuxVictoires et de la Préhistoire évoquent des actions de proximité réalisées ou potentielles.
Par ailleurs certains groupes se déplacent depuis les régions Rhône-Alpes et Ile-de-France,
en général pour des “classes vertes” pendant lesquelles une visite au musée est programmée.
L’EFFET ATTÉNUÉ DE CERTAINES VARIABLES
Les modes de sensibilisation à la conduite d’actions en direction de publics en difficulté, parce qu’ils sont inscrits dans une démarche de projet des initiateurs des actions, relativisent l’influence de la situation géographique de l’établissement, de sa taille , du type
de collections qu’il présente.
L’importance numérique des musées concernés et des actions
La mise en œuvre -ou pas- par le musée de politiques culturelles en direction de publics
choisis reste néanmoins déterminante. Les musées qui ont accueilli des groupes du secteur social 1 et socioculturel sont ceux qui sont engagés dans une dynamique de
recherche de publics.
Le nombre de ces groupes varie de 1 à 150 pour la période concernée, les chiffres
“hauts” correspondant à l’accueil de groupes-classes. L’ensemble des activités, quel
qu’en soit le cadre, s’adresse en majorité à des jeunes de moins de 14 ans. Des politiques
tarifaires ont été envisagées pour répondre aux demandes qui étaient exprimées. Elles
portent sur des exonérations du droit d’entrée et sur la gratuité de prestations.
De petits groupes sont accueillis dans le flux habituel des visiteurs de certains musées, il
n’est pas possible de les dénombrer. Toutefois la connaissances des pratiques culturelles
de la grande partie de ces publics et des professionnels chargés de leur encadrement
permettent de penser qu’ils sont peu nombreux.
S’il n’est pas possible, à l’heure actuelle, d’effectuer un recueil statistique des actions,
leur faiblesse numérique n’ayant pas incité à la mise en place d’outils communs, il est
toutefois possible de donner des ordres de grandeur. Ceux-ci sont davantage significatifs de modes de sensibilisation.
1. Sur les 33 musées nationaux presque la moitié : 15 musées sur 33 entre 1992 et 1997,
se reporter au tableau récapitulatif.
27
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
M O D E S D E S E N S I B I L I S AT I O N E T P U B L I C S
• Entre 1992 et 1997, l’Aquarium du MAAO a signé autant de conventions avec les ZEP
que le musée d’Orsay (5 conventions). Le musée Magnin a reçu autant de classes défavorisées en visite accompagnée que le musée d’Orsay et davantage que le musée
Guimet 1. A la réserve près que le musée d’Orsay a probablement reçu plusieurs classes
défavorisées qui n’ont pas été identifiées comme telles, ce qui n’est pas le cas du musée
Magnin.
• Le musée des Granges de Port-Royal, le musée du Louvre, le musée National de la
Voiture et du Tourisme ont chacun pu être le creuset de riches partenariats autour de
projets liés respectivement à un Domaine, à une collection de beaux-arts, à une collection de voitures anciennes 2.
2. Modes de sensibilisation et publics
LA PÉRIODE DE RÉFÉRENCE
Les entretiens avec les professionnels des musées de l’île de France ont fait émerger une
période de référence : celle des activités proposées à l’occasion d’une “Saison en banlieue”, contribution du Ministère de la Culture au dispositif gouvernemental des
Opérations Prévention Été.
Il semble que ces opérations aient permis de communiquer une réalité tangible à la
notion abstraite de “publics en difficulté”. On peut avancer que les jumelages
ZEP/Musées ont eu un effet similaire, même si cela apparaît moins directement dans les
propos.
La période retenue commence en 1992, date de la deuxième édition d’une “Saison en
banlieue” pour laquelle un bilan chiffré est disponible. Cette période de référence a été
conservée, par défaut, pour l’ensemble des musées, qu’ils se situent en île de France ou
en région parce qu’elle était suffisamment large pour observer la reconduction éventuelle de projets. Pour le MAAO qui initie des actions depuis 1983, c’est cette date qui
a été retenue.
1. musée d’Orsay, 1996/1997 : 20 classes pour la ZEP d’Épinay, musée Guimet 1993/1995 : 18 classes.
2. se reporter aux fiches d’analyse des actions.
28
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
M O D E S D E S E N S I B I L I S AT I O N E T P U B L I C S
LE MILIEU SCOLAIRE ET PÉRISCOLAIRE
Les conventions de jumelage ZEP/Musées
Que les jumelages soient ou pas officialisés par une convention, une pratique ZEP/Musées
est effective pour 1/5 des musées nationaux .
Le travail mené entre la ZEP d’Épinay et le musée d’Orsay est l’exemple d’un partenariat fructueux. La ZEP d’Épinay qui souhaitait créer une dynamique en arts plastiques a
développé en collaboration avec le musée, une série d’actions qui a permis pendant trois
années, l’accueil d’une cinquantaine de classes en visites guidées, une formation au
musée de plus d’une soixantaine d’enseignants, la création d’évènements (invitation au
musée des parents dans le cadre de l’opération ”l’Invitation au musée”1. La responsabilité de la formation a été partagée entre le musée et l’Éducation Nationale (un professeur d’IUFM et une conseillère en arts plastiques), permettant ainsi à chacune des
parties en présence de réaliser ses objectifs.
Les centres aérés et de loisirs
La volonté de proposer aux enfants des activités culturelles diversifiées et de les mettre
en relation avec une culture artistique sont à l’origine des projets avec les centres aérés.
Les initiatives, quand elles sont individuelles, restent très ponctuelles : les centres aérés
et de loisirs ne sont pas particulièrement familiarisés avec des sorties au musée, le personnel d’animation est un personnel temporaire qui n’est pas forcément sensibilisé d’une
année sur l’autre2. Néanmoins, si un partenaire est clairement identifié un réseau peut
se tisser. Un opérateur culturel 3, travaillant à l’articulation entre musées et centres aérés
depuis trois ans réussit à renouveler son action auprès des centres ou des animateurs.
Ceux-ci se manifestent maintenant régulièrement, parfois d’ailleurs à la demande des
enfants qui ont pris plaisir à l’activité. Le musée d’Orsay, qui pour sa part, a signé une
convention avec la Direction des affaires scolaires de la ville de Paris, accueille ainsi environ 40 groupes par an.
1. se référer à la fiche descriptive de l’action.
2. Des jeunes au musée, Sophie MANCEAU Ministère de la culture et de la francophonie,1994.
3. Association Artémisia
29
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
M O D E S D E S E N S I B I L I S AT I O N E T P U B L I C S
LE HORS CADRE SCOLAIRE
Centres de formation pour jeunes adultes et adultes, foyers d’éducation spécialisée,
représentent l’éventail des structures avec lesquelles des projets sont réalisés, à strictement parler en dehors du cadre scolaire. Toutefois le cadre n’en reste pas moins éducatif avec des prescripteurs pour lesquels la venue au musée s’inscrit dans des objectifs
d’apprentissages multiples, depuis celui d’un langage jusqu’à celui d’un métier.
Au Louvre, où une collaboration avec des centres d’alphabétisation pour adultes se développe, la venue au musée est inscrite en amont et en aval, au sein des modules de formation proposés aux stagiaires. Au MAAO et dans treize autres musées parisiens, des
jeunes en stage d’insertion professionnelle avec l’APSV, ont mobilisé leur savoir-faire
technique 1.
Un autre type d’actions relève de questions d’intégration par la culture. L’action culturelle envisagée comme une alternative à l’exclusion apparaît alors en liaison avec le
milieu associatif et plus généralement avec le tissu social. Le musée se voit alors confronté à des structures ayant une fonction et des enjeux dans la ville : animation (centres
sociaux, maisons des jeunes et de quartiers, centres culturels), insertion sociale (équipes
de prévention d’un quartier). La définition de la politique de publics de l’établissement,
entre musée national ou “ pôle culturel de proximité ”, n’est pas toujours simple.
Convaincre, impliquer : le rôle des dispositifs
Les dispositifs peuvent dans ce cas jouer un rôle de déclencheur pour le musée. Sa participation à des programmes définis en collaboration entre plusieurs services, pour des
habitants davantage que pour des publics, est susceptible de favoriser une familiarisation.
Deux de ces dispositifs, Ville Vie Vacances (VVV) et l’opération École Ouverte, ont permis d’amorcer une collaboration avec les musées pendant les périodes estivales, temps
fort de mobilisation pour la “prévention”. Avec l’extension de ces dispositifs à d’autres
périodes de vacances et aux jours de congé, une dynamique est susceptible de se mettre
en place. On peut en prendre pour exemple le musée du Louvre qui a reçu un groupe
dans le cadre de VVV l’été 1996, cinq l’été 1997 et projette maintenant de prolonger
cet accueil les mercredis.
1. Se reporter aux fiches d’analyse des actions.
30
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
E L A B O R E R D E S S T R AT É G I E S P O U R M I E U X A C C U E I L L I R
3. Élaborer des stratégies
pour mieux accueillir
LES MOYENS FINANCIERS ET EN PERSONNEL
L’apport de financements différents de ceux du ministère de la Culture apparaît sous
forme de subventions, de mécénat ou de convention.
Le MAAO a bénéficié du soutien du FAS pendant plusieurs années pour son travail en
direction des populations issues de l’immigration.
Des budgets supplémentaires sont également attribués pour des actions intégrées à des
dispositifs pouvant profiter à des publics en difficulté, même s’il ne s’agit pas de leur
vocation première. Le Château- musée de Pau a ainsi pu mener à bien, dans le cadre du
Plan de site, l’édition d’un “Abécédaire du musée national du Château de Pau”, résultat du travail avec des classes de cours préparatoire, dont certaines étaient défavorisées.
Abécédaire du musée
national du château de Pau Plan de site 1994-1995
Ecole élémentaire Paul Fort
à Lescar, musée national
du château de Pau.
Les moyens en personnel
L’existence d’un poste pour l’animation culturelle conditionne la réalisation, bien souvent soulignée comme coûteuse en temps, de projets avec ces nouveaux publics. Les
exceptions, comme celle du musée des Granges de Port-Royal, s’expliquent par le fait
que les partenaires ont été les organisateurs principaux tant du projet que de son évolution, tandis que la direction du musée a, pour sa part accepté de s’impliquer dans une
31
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ENJEUX
participation active qui n’entre pas dans ses attributions professionnelles.
Les châteaux-musées de Pau et Fontainebleau ont pu, par l’intermédiaire du plan de
Site obtenir des heures de vacation pour l’animation culturelle.
Certains musées bénéficient de la présence d’appelés du contingent effectuant un
Service National Ville. Outre le fait qu’ils soient en partie chargés d’accroître les relations avec les publics en difficulté, certains jouent un rôle de médiateur précieux.
LA MÉDIATION AU MUSÉE ET AUX COLLECTIONS
La même remarque vaut pour les étudiants venant effectuer un stage au musée. Au
Louvre et à Orsay, des liens étroits sont tissés avec les lieux d’enseignement des futurs
professionnels du secteur social et socioculturel en partie grâce à une démarche d’accueil de stagiaires animateurs ou éducateurs. La formation au musée de ces futurs professionnels, comme celles que le Louvre a engagées depuis 1996, représente un autre
aspect de ces échanges à l’issue desquels plusieurs d’entre eux sont revenus avec des
groupes dont ils avaient la responsabilité.
4. Les enjeux
LE MUSÉE, PÔLE CULTUREL À LA CROISÉE DE L’ÉLARGISSEMENT
DES PUBLICS ET DE L’ACTION CULTURELLE
Si les actions en direction des publics en difficulté relèvent effectivement des politiques culturelles, l’enjeu principal de leur extension serait la possibilité pour le musée
de devenir un acteur dans la ville et d’être pleinement associé à l’ensemble de la vie
culturelle et sociale.
Trois voies sont empruntées par le musée dans ce sens :
1. Identifié comme lieu-ressources, il représente un lieu de référence pour le secteur
associatif qui vient y chercher des informations et des conseils,
2. Il devient un pôle culturel déterminant aux côtés de différents partenaires dans le
cadre d’une action dans laquelle il s’implique,
3. A la croisée de l’élargissement des publics et de l’action culturelle, il développe une
collaboration avec le milieu local.
32
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ENJEUX
Le musée Lieu-ressources
Le MAAO, favorable aux co-productions avec les associations culturelles lorsque le lien
avec les expositions présentées peut être fait, est fortement identifié comme lieu-ressources. Recevant de multiples propositions pour l’organisation de festivals, d’expositions il oriente les associations culturelles vers des équipements correspondant à leur
demande. Ce rôle le place au cœur de plusieurs réseaux.
Le musée du Louvre qui, suite à la création d’un poste de relations avec le secteur social,
a réalisé plusieurs cycles de rencontres avec des professionnels du champ social et socioculturel, s’est vu octroyer un rôle similaire.
L’Aquarium du MAAO est devenu le partenaire d’organismes aussi variés que l’Éducation nationale, l’administration pénitentiaire, les centres hospitaliers et les maisons de
retraite avec l’installation d’aquariums 1.
Au château-musée de Pau et au Musée national de la Voiture et du Tourisme, les centres
de documentation du musée s’ouvrent aux participants des projets occasionnant ainsi de
multiples échanges entre le musée et ces visiteurs privilégiés.
LE MUSÉE, LIEU DE PARTENARIATS MULTIPLES
Le musée, à travers la volonté de participer à des actions significatives en direction de
publics soit défavorisés, soit non accoutumés à venir au musée, devient le fer de lance
de partenariats avec des secteurs d’activités de la ville.
Ainsi le musée National de la Voiture et du Tourisme, sur le point de recevoir en donation une collection de voitures anciennes, a conçu un projet de restauration en liaison
avec des établissements scolaires dont certains sont en ZEP. Sont associés pour l’élaboration du cahier des charges et pour le pilotage de l’action des partenaires privés diversifiés : artisans, industriels, collectionneurs.
Au château-musée de Pau, une équipe pluridisciplinaire s’est réunie autour de la réalisation d’un CD-ROM dans le cadre du plan de Site de 1995-1996. Des jeunes, deux de
leurs enseignants, des industriels, des universitaires et le conservateur ont travaillé
ensemble pendant une année. Cette collaboration a donné lieu à :
• l’ouverture aux jeunes d’un lieu de documentation et de recherche au musée ainsi que
nous venons de l’évoquer,
1. se reporter aux fiches d’analyse des actions.
33
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
LES ENJEUX
• un intérêt des professionnels du musée vers les procédés technologiques du multimédia, des jeunes vers l’œuvre et le document historique,
• une mise en réseau des entreprises locales qui a permis à celles-ci d’expérimenter le fait
qu’elles avaient suffisamment de ressources pour produire l’ensemble de la fabrication (excepté le pressage, fait à Paris),
• La conception, par le lycée et l’entreprise, d’une nouvelle formation, élaborée suite à
cette action entre le Lycée et l’entreprise concernés1.
Il faut imaginer l’impact de la diffusion du CD-ROM par les jeunes, à l’occasion des salons
du Livre de Pau et de Bordeaux, de la Foire de Pau, dans la galerie commerciale du distributeur Leclerc et savoir que l’un des jeunes, ayant pu faire valoir la qualité de son travail, a trouvé un poste dans une entreprise de la région.
Dans ce projet, le musée a joué un rôle essentiel à l’articulation de l’Enseignement, de
l’Entreprise, de la Formation, du monde du Travail.
LE MUSÉE NATIONAL ENTRE ÉTAT ET COLLECTIVITÉS LOCALES :
LES CONVENTIONS DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL
Nous avons évoqué les possibilités de partenariats dans le cadre de dispositifs spécifiques
à la politique de la ville (VVV et École ouverte). L’implication des musées nationaux dans
le tissu social peut, de façon durable, s’incarner dans les conventions de développement
culturel. Le musée, en liaison avec la collectivité locale, s’inscrit alors dans une recherche
de nouveaux publics et de partenaires. Le château-musée d’Ecouen s’est impliqué dans
l’une de ces conventions2.
1. une Mention Complémentaire en un an de Maîtrise des Techniques Multimédia destinée aux titulaires d’un BTS
ou d’un DUT du Secteur Industriel
2. voir supra p.17
34
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
L E S AT T E N T E S D E S M U S É E S N AT I O N A U X V I S - À V I S D E L A D M F
5. Les attentes des musées nationaux
vis-à-vis de la DMF
Les attentes en direction de la DMF portent sur une demande d’organisation et d’impulsion d’un réseau, envisagée en trois points :
1. Un rôle d’expert
2. La mutualisation de certaines ressources
3. la formation
Le rôle d’expert de la DMF est envisagé autour d’une aide à la constitution de fichiers
dans le champ social et socio-culturel et d’une mise en relation avec le réseau des partenaires. Un accompagnement pour l’organisation d’activités pendant les périodes de
vacances est vivement souhaitée par certains musées.
Les problèmes de gestion sont également abordés : est-il possible de trouver, pour ces
actions qui nécessitent une grande dynamique, des solutions de rémunération rapide
des intervenants ? Des alternatives à l’augmentation des tarifs des prestations peuventelles être examinées de façon spécifique pour ces publics ?
La mutualisation des ressources est évoquée pour la constitution d’un fichier de partenaires en direction desquels une stratégie concertée de diffusion d’une information
serait construite. L’ensemble des propositions des musées nationaux en direction de ce
secteur social et socioculturel pourrait ainsi être non seulement rassemblée mais également identifiée par les interlocuteurs.
Une mise à disposition des projets et de l’analyse des pratiques apparaît comme déterminante pour leur extension. Deux suggestions sont faites : l’organisation de journées
d’études ainsi que la constitution d’une base de données pour les actions concernant ce
secteur.
Les services culturels souhaiteraient une formation qui leur permette d’intervenir en
meilleure connaissance de cause tant sur les aspects organisationnels que sur ceux de la
médiation au musée pour ces publics.
35
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
TABLEAU
RÉCAPITULATIF
TA B L E A U R É C A P I T U L AT I F
ACCUEIL DE PUBLICS
EN DIFFICULTÉ SOCIALE
DANS LES MUSÉES NATIONAUX
ENTRE 1992 ET 1997
Ce tableau est le résultat d’entretiens téléphoniques ou de rencontres avec les professionnels des musées nationaux.
Le bilan chiffré “d’une Saison en banlieue”
pour 1992 y a été introduit.
Pour les actions se déroulant dans le cadre
de dispositifs particuliers, ceux-ci sont indiqués en italique.
Les musées nationaux sont présentés selon
les trois groupes habituels : Paris, environs
de Paris (y compris la Picardie) et autres
régions.
36
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
FICHES D’ANALYSE D’ACTIONS
MENÉES EN DIRECTION
DE PUBLICS EN DIFFICULTÉ
Ces fiches d’analyse s’appuient sur les
données recueillies lors des rencontres et
des entretiens téléphoniques menés
auprès des musées nationaux. Elles ne
sont pas exhaustives de l’ensemble des
actions conduites.
La rubrique “production” ne prend pas
en compte la réalisation de parcours des
collections.
42
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
43
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
44
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
45
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
46
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
47
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
48
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
49
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
50
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
51
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
52
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
53
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
54
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
FICHES D’ANALYSE
D’ACTIONS
F I C H E S D ‘ A N A LY S E D ’ A C T I O N S
55
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
P E R S O N N E S C O N TA C T É E S O U R E N C O N T R É E S
Personnes contactées ou rencontrées (*)
MUSÉES NATIONAUX
Louvre : Jean Galard*, chef du service culturel , Isabelle Vieiville-Noury* chargée des relations avec les relais du
secteur socio-culturel
MAAO Afrique et Océanie : Philippe de la Rosa* responsable du service culturel, Monsieur Bozon* pour l’action éducative
MAAO aquarium tropical : Michel Hignette* directeur de l’Aquarium, Corinne Loiseau-Glénaz* chargée de
l’action culturelle
ATP : Elisabeth Loison*, chargée de l’action culturelle
Musée national du Moyen Age : Elisabeth Clavé* responsable du service culturel
Musée Eugène Delacroix : agent de surveillance
Musée D’Ennery : Béatrix Fouillet* responsable du service culturel
Musée Guimet : Béatrix Fouillet* responsable du service culturel
Musée Hébert : Madame Gohel, documentaliste
Musée Jean-Jacques Henner : Arlette Périchou, agent de surveillance
Musée Gustave Moreau : Madame Lacambre, conservateur
Musée d’Orsay : Nadine Hodcent* responsable de l’action éducative pour le primaire, Gilles Candar* responsable
de l’action éducative pour le secondaire, Joëlle Bolloch* responsable de la documentation
Orangerie des Tuileries : Madame Menegaux, secrétaire générale
Musée Picasso : Jean-Pierre Chauvet*, responsable du service culturel
Musée Rodin : Frédérique Leseur*, responsable du service culturel
Château-musée de Versailles : Yvonne Jourden responsable des groupes en visites libres.
Saint-Germain-en-Laye : Joëlle Brière*, responsable du service d’action culturelle
Sèvres : Madame Pelloso, resposable du service culturel
Château-musée de Compiègne : Liliane Kléber responsable du service culturel
Jean-denis Devauges* : conservateur chargé du musée national de la Voiture et du Tourisme
Granges de Port-Royal : Véronique Alemany Dessaint, directeur du musée
Château de Blérancourt : Lydie Fouilloux, assistante et chargée d’action culturelle
Château-musée de Fontainebleau : Madame de Jabrun*, responsable de l’action culturelle
Musée national des Châteaux de Malmaison et Bois-Préau : Monsieur Chevallier*, directeur du musée,
Christine Lancestremere*, conservateur et Marion Pourtout* secrétaire générale
Château d’Écouen : Michael Erwin, chargé de l’action culturelle
Château-musée de Pau : Cécile Latour*, secrétaire générale du Château -musée ; Claude Menges*, chargée de
commissariats d’exposition, ; M. Dérouet*, lycée Saint Cricq ; M. Chevalier* entreprise Harry & Co international,
Cyril Carrasco*
Musée Chagall : Sandra Mathieu, chargée de l’action culturelle
Musée Magnin : Guy Dessaillen, secrétaire général, Laurent Bourdereau, vacataire pour l’action culturelle
Musée des Deux-Victoires de Mouilleron-en-Pareds : Jean-François Bourasseau, chargé de l’action culturelle
Musée National Adrien Dubouché : Roseline du Manoir, chargée des relations extérieures
Musée de la Préhistoire des Eyzies de Tayac, : Jacqueline Angot-Westin, chargée de l’action culturelle
Personnes contactées ou rencontrées (*)
56
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
P E R S O N N E S C O N TA C T É E S O U R E N C O N T R É E S
DRAC
Alsace : Evelyne Schmitt pour les musées
Aquitaine : Jean-luc Tobie pour les musées, Catherine Lajus pour le milieu scolaire,
Bourgogne : Pascale Harasse, affaires intersectorielles et intérim pour les musées
Bretagne : Pascal Aumasson pour les musées
Centre : Jean-Paul Mercier-Baudrier* pour les musées, Jérôme Normand* pour la politique de la ville,
Champagne-Ardennes : Marc Vaudey pour les arts plastiques, les musées et l'architecture,
Corse : Jean-François Mozziconacci, directeur régional
Haute-Normandie : Madame Duval-Mauger* assistante pour les musées, Fabrice Morio* pour l'action culturelle et le cinéma.
Ile de France : Blanche Grinbaum-Salgas et Armand Amman* pour les musées, Moncef Ben Othman* pour la
politique de la ville
Limousin : Madame Cantié pour les musées ; M. Landré pour l’action culturelle et la politique de la ville
Lorraine : François Derruder pour la politique de la ville (musique et danse)
Nord-Pas-De-Calais : Geneviève Becquart* pour les musées ; Jean-Marie Potriquet* et Didier Troussard* pour la
politique de la ville ; Éric Le Moal pour l'Éducation
Picardie : Norbert Duffort pour les musées
Pays de la Loire : M. Arné pour les musées
Rhône-Alpes : Roland May* pour les musées, Benoît Guillemont* pour l'action culturelle
MUSÉES EN RÉGION
Centre : Eric Moinet*, conservateur et directeur, Isabelle Klinka*, conservateur, Véronique Galliot-Rateau*, chargée de l’action culturelle, musée des beaux arts d’Orléans.
Champagne-Ardennes : Catherine Delot*, conservateur responsable du service animation, musée des beaux-arts
de Reims, Monsieur Tourneu conservateur chargé du musée des Ardennes
Ile de France : Véronique Hahn* responsable de l'action pédagogique du musée national d'art moderne du
Centre Georges Pompidou,
Annick Couapel, chargée des relations publiques du musée de la musique de la Villette
Wardia Oussedik*, responsable de l'action éducative ; Soufiane Bencharif* chargé du développement des publics ;
Marie-Pierre de Liège* chargée du secteur Rencontre et Dialogue, Institut du Monde Arabe.
Nord-Pas-De-Calais : Sylvie Férey* et Arnaud Ceglazski* responsables du service culturel pour le musée de
Villeneuve d'Asq
Picardie : Matthieu Pinette*, directeur des musées d'Amiens ; Christelle Martin-Leverbe* directeur-adjoint ;
Jacqueline Pringarbe*, responsable de l'accueil et de l'administration
Rhône-Alpes : Catherine Férey*, service des publics du musée d'Art contemporain de Lyon, Laurence Tilliard*
conservateur responsable du service culturel du musée des Beaux-Arts de Lyon.
Personnes contactées ou rencontrées (*)
57
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
P E R S O N N E S C O N TA C T É E S O U R E N C O N T R É E S
PARTENAIRES, ACTEURS CULTURELS ET SOCIAUX
Partenaires institutionnels
DIV : Claude Renard*, chargée de mission
DDF, département de l’éducation et du développement artistique :
Annie Dehayes, Claudie Tabet*, chargées de mission
Direction de l'administration pénitentiaire, sous-direction de la réinsertion :
Thierry Dumanoir, chargé du développement culturel
EDUCATION NATIONALE
Institut National de Recherche Pédagogique, Centre Alain Savary :
Alain Bourgarel*
Rectorat de la région Rhône-Alpes : Josie Sabatier* conseillère pédagogique en arts plastiques
ZEP de Compiègne : Madame Hérin*, coordonnatrice de la ZEP
PRÉFECTURE
Sous-préfecture à la ville : Marc-Étienne Pinauldt sous-préfet à la ville de la Seine Saint-Denis
COLLECTIVITÉS LOCALES
Direction des affaires culturelles et sport de la ville d'Amiens : Jean-Pierre Marcos*, directeur
Direction des affaires culturelles de la ville de Reims : Alain Patrolin*, agent de développement culturel
ACTEURS CULTURELS ET SOCIAUX
Article 27 Vias Unesco : Ahmed Debbouze*, directeur
Association Artemisia : Rémi Calzada* et Didier Schwechlen*
Conférenciers : André Avril*, artiste plasticien au musée national d'art moderne du Centre Georges Pompidou
URIOPSS Ile-de-France : Christophe Boyer*, conseiller technique,
Société des Amis de Musée de Chambéry, Pierre Riccó*, vice-président
Personnes contactées ou rencontrées (*)
58
L’ A C C U E I L D E P U B L I C S E N D I F F I C U LT É S O C I A L E D A N S L E S M U S É E S
DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE
Documents de référence
ACTEURS MAGAZINE - Magazine interne de l’administration sanitaire et sociale de l’état. - La lutte contre l’illetrisme. - n° 18, mai 1997, P.7 -10
APSV - Fragments d’un paysage amoureux - 1e éd. - France : Actes Sud, décembre 1995 - 90 p. - (Art et Nature.)
DDF, 100 aventures culturelles pour les jeunes, dossiers Direct, février 1997
DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE. - Document pédagogique : repères historiques. - 38 f. dactyl. : juin
1996
D.E.P. , un nouveau regard sur les musées, n° 105 - octobre 1994
MINISTÈRE DE LA CULTURE, DIRECTION DES MUSÉES DE FRANCE DÉPARTEMENT DES PUBLICS
• Une saison en banlieue : ASSOCIATION ARTEMESIA - 16 f. dactyl. - 1992
• Une saison en banlieue : observations de groupes. - BRENAC (Nicole), VIROUX (Pierre) - 9 f. dactyl. - 1992
• Une saison en banlieue - BOURRET (Michèle).
• Des jeunes au musée. - MANCEAU (Sophie). - 17 f. dactyl. - 1994
• Recensement des actions menées en direction de publics en difficulté- 38 f. dactyl. : juin 1996
MINISTÈRE DE LA CULTURE, MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE - Les services éducatifs des musées : éléments de réflexion stratégique sur leur devenir. - BROCHIER (Denis), PIETTRE (François), LITTOZ-BARITEL (Maurice) :
Octobre 1995
MINISTÈRE DE LA CULTURE, DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE HAUTE-NORMANDIE. Récapitulatif des projets culturels menés dans le cadre de la politique de la ville - 1994-1995-1996
MINISTÈRE DE LA CULTURE, DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE HAUTE-NORMANDIE. Politique de la ville et culture : pourquoi ? - Comment ?. - Rouen - 17 novembre 1995
MINISTÈRE DE LA CULTURE, DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES D’ILE DE FRANCE.
Politique de la ville et culture : BEN OTHMAN Moncef, POPOVICS Christophe (assistant), SCHWEIG Emmanuelle
(assistante). - 25 f. dactyl.
MAQUETTE :
GRAPHIQUE : 01 53 41 00 43
LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT - Enquête sur les actions culturelles des FOL. - édtition 1997 -
59
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising