Monique Denyer

Monique Denyer
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
08:56
Página 1
GUIDE
PÉDAGOGIQUE
Monique Denyer
3
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
08:56
Página 2
Table des matières
2
I
Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3
I
Dynamique des unités
....................................................
4
Unité 1
I
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
Unité 2
I
MARCHANDS DE RÊVES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15
Unité 3
I
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20
Unité 4
I
À VOS PLUMES ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
28
Unité 5
I
POINT À LA LIGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
35
Unité 6
I
ROUGE PASSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
43
Unité 7
I
MERCI DE VOTRE ATTENTION ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
50
Unité 8
I
LES BONS PLANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
56
Unité 9
I
SALUTATIONS DISTINGUÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
65
Unité 10
I
AU REVOIR ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
71
I
REGARDS CROISÉS SUR LES TEXTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
75
I
Transcription des enregistrements (Livre de l’élève) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
91
I
Transcription des enregistrements (Cahier d’exercices) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
105
I
Solutions du Cahier d’exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
118
Guide pédagogique
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
08:56
Página 3
Avant-propos
LA PERSPECTIVE ADOPTÉE
Vous avez entre les mains la première méthode FLE qui adopte la
perspective d’apprentissage par les tâches recommandée par le
Cadre européen commun de référence pour les langues. Ce cadre
est un document essentiel qui recueille, après dix ans de recherche, les conclusions des spécialistes les plus reconnus au niveau
international dans les domaines de la linguistique, de la pédagogie et de la didactique. Son objectif est d’unifier les modalités
d’enseignement et les critères d’évaluation des langues dans les
pays européens.
Chaque unité de la présente méthode propose donc à l’apprenant
la réalisation d’une tâche. Il doit, par exemple, rédiger des définitions, créer un slogan, écrire et interpréter une scène de film,
écrire un poème, prononcer un discours, défendre son opinion
dans un conflit, etc. Pour pouvoir effectuer cette tâche, il a évidemment besoin de ressources lexicales et grammaticales que le
manuel lui fait acquérir, lui apprend à comprendre, d’abord, à utiliser, ensuite. Confronté à la nécessité de mener la tâche à bien,
l’étudiant mesure l’utilité des ressources et accepte l’effort indispensable à leur assimilation.
Bref, l’objectif de la perspective adoptée par ce manuel, suite aux
recommandations du Cadre européen, est de proposer des
tâches, intéressantes pour l’étudiant et sources d’un apprentissage linguistique autant que communicatif.
UN APPRENTISSAGE PAR LES TÂCHES :
POURQUOI ?
Pour créer des conditions d’apprentissage proches des conditions
de pratique réelle de la langue :
o L’approche par les tâches favorise l’installation de processus
authentiques de communication dans des échanges semblables à ceux de la vie quotidienne.
o Elle entraîne du même coup un usage et une description d’une
langue authentique et non de dialogues artificiels.
o Elle provoque enfin l’adhésion de l’étudiant dont le vécu, les
connaissances préalables et les centres d’intérêt sont non
seulement pris en compte mais servent même de point de
départ.
o L’approche par les tâches transforme ainsi la classe en un
espace où la communication est aussi vivante que dans le
monde extérieur, où les échanges d’expériences entre les
apprenants sont constants parce que proches de la réalité
quotidienne, où naît une véritable dynamique de groupe.
L’intérêt et la motivation des élèves s’en trouvent tout naturellement décuplés.
DES RESSOURCES CONSIDÉRÉES COMME DES
OUTILS
Si les ressources linguistiques, lexicales et grammaticales, travaillées dans chaque unité sont celles que l’étudiant devra utiliser
dans la réalisation de la tâche finale, à rien ne sert de les installer
en dehors de tout contexte, déconnectées de tout but et de toute
pratique de communication. L’apprentissage par les tâches
repense l’enseignement grammatical : finis les exercices répétitifs, aussi ennuyeux que mécaniques et décontextualisés. Les
drills font place ici à de petites activités de communication, ludiques, interactives et finalisées ; leur réussite communicative
dépend de l’emploi efficace de la ressource linguistique, grammaticale ou lexicale, dont l’apprentissage est précisément visé.
Quant aux ressources culturelles — et textuelles dans le Livre de
l’élève 3 —, elles sont abordées dans une perspective comparative et
réflexive : les élèves sont amenés à mettre les particularités des
modes de vie, des aspects culturels et des genres textuels qu’ils
découvrent en parallèle avec ce qui y correspond dans leur propre culture des textes, des pratiques de vie, des données historiques, etc.
DES ÉLÈVES CONSIDÉRÉS COMME DES
DÉCIDEURS ET DES GESTIONNAIRES
Pour réaliser les tâches ciblées de chaque unité, pour acquérir les
ressources linguistiques et culturelles nécessaires à leur réalisation, il est clair que les élèves doivent négocier et s’organiser. La
classe devient un espace plus proche de la réalité où il faut prendre des décisions et mettre en commun avec le reste des apprenants des expériences personnelles, des opinions et des projets.
Qu’il s’agisse de la réalisation de la tâche, des activités d’acquisition des ressources linguistiques ou des activités interculturelles,
l’interaction est le maître-mot des dispositions pédagogiques.
L’autonomie en est un autre, car une fois les acquisitions indispensables à la réalisation de la tâche faites, c’est à l’élève de
convoquer ses nouveaux savoirs et d’établir la synergie pour
atteindre un but communicatif.
UN PROFESSEUR CONSIDÉRÉ COMME UN
« COACH »
Si l’élève lui-même se trouve désormais au centre de son propre
apprentissage, il ne peut plus être question pour le professeur
d’occuper tout l’espace de parole : au lieu d’être le dispensateur
des savoirs, il devient l’organisateur des interactions, le coach.
Dès lors, si le livre de l’élève s’adresse directement à l’apprenant et
lui propose de mener à bien diverses activités de communication
langagière, le guide pédagogique concerne le professeur, à qui il
indique comment étayer, guider et faciliter l’apprentissage de
l’élève.
En effet, pour chaque activité, il énonce d’abord brièvement le but
à atteindre et développe ensuite les cinq rubriques suivantes :
Les Remarques préliminaires décrivent les objectifs de l’activité,
objectifs linguistiques (vocabulaire à acquérir ; morphologie et
structures grammaticales à appliquer), mais aussi communicatifs
(pratique langagière à mener à bien).
Avant de commencer indique comment introduire l’activité auprès
des élèves pour qu’elle prenne son sens à leurs yeux, non seulement par rapport aux autres activités de l’unité, mais aussi par
rapport aux activités langagières de tous les jours ; elle propose
également des « pré-activités » ou « activités d’échauffement »
qui permettent aux élèves de mobiliser tout ce qu’ils savent ou
savent déjà faire pour aborder le nouvel apprentissage dans les
conditions les plus favorables.
La Démarche décrit les phases de l’activité, le mode de regroupement des élèves, le type d’intervention professorale… C’est en
quelque sorte le « mode d’emploi » de l’activité.
Après explique comment jeter un regard en arrière sur ce qui vient
de se passer dans l’activité pour synthétiser et formaliser l’apprentissage réalisé, voire l’installer plus profondément par l’une
ou l’autre activité d’entraînement supplémentaire ; c’est un
moment de « métacognition », ou de « savoir sur le savoir ».
Pour aller plus loin suggère une ou plusieurs activités similaires
à celle qui vient d’être réalisée, mais à un niveau de difficulté
très légèrement supérieur ; c’est une sorte « d’activité de perfectionnement » qui peut être proposée à chacun ou seulement aux
meilleurs, ou qui peut servir pour les contrôles ou les examens.
Guide pédagogique
3
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
08:56
Página 4
DYNAMIQUE DES UNITÉS
Dans ce troisième niveau, les dix unités du livre de l’élève sont organisées en trois doubles pages qui apportent progressivement aux apprenants le lexique et les ressources grammaticales nécessaires à la réalisation
d’une tâche de communication finale, la tâche ciblée.
EN CONTEXTE
Cette rubrique présente d’abord les objectifs, les contenus linguistiques de l’unité et la
tâche que vos élèves devront réaliser sous la rubrique Tâche ciblée. Elle les met ensuite
en contact pour la première fois avec les contenus thématiques et le vocabulaire de l’unité, généralement sous la forme de documents contenant des images, des textes écrits et
des compréhensions orales. En contexte illustre le fonctionnement de la langue dans sa
réalité.
COMMENT TRAVAILLER CETTE
RUBRIQUE ?
o Exploitez tous les éléments graphiques susceptibles d’éveiller l’attention de vos élèves.
o Profitez des images pour introduire
du vocabulaire nouveau.
o Travaillez en priorité les activités de
compréhension ; à ce stade, les élèves ne doivent pas travailler la production.
o Réemployez les ressources linguistiques déjà apprises dans les unités
précédentes, quand elles sont adaptées au travail demandé dans cette
rubrique.
o Utilisez l’approche habituelle des
documents pour permettre une adéquation entre la compréhension de
l’image et du contexte.
o Mobilisez également les pratiques
didactiques nécessaires à la réalisation et à la vérification de la compréhension des textes écrits ou oraux.
o La production des apprenants sera
facilitée par les exemples proposés
qui peuvent être utilisés et complétés,
en introduisant quelques variations
de vocabulaire.
o N’oubliez pas que ces ressources linguistiques seront à nouveau travaillées
et approfondies dans les trois rubriques :
— Formes et ressources.
— Les activités du Livre de l’élève.
— Le Mémento grammatical.
4
Dynamique des unités
L’image joue ici un rôle primordial :
elle aidera vos élèves à comprendre
les textes et le vocabulaire.
Dans cette colonne, on présente d’abord la
tâche que les apprenants devront réaliser
dans la troisième rubrique de chaque unité ;
ensuite, les objectifs communicationnels
spécifiques de cette tâche ; enfin, les ressources grammaticales et lexicales indispensables à sa réalisation.
Les élèves devront essentiellement
effectuer des activités de réception
et de compréhension, en utilisant
pour ce faire leur intuition et leurs
connaissances préalables.
QUELLES SERONT VOS PRINCIPALES
FONCTIONS PENDANT LE COURS ?
o Motiver les apprenants à travailler ces
thèmes.
o Diriger les activités.
o Préparer et vérifier la compréhension.
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
08:56
Página 5
FORMES ET RESSOURCES
Cette rubrique aide à systématiser les aspects de la grammaire et du
vocabulaire nécessaires à la réalisation de la tâche ciblée.
COMMENT TRAVAILLER CETTE RUBRIQUE ?
♦ Les élèves disposent d’une colonne centrale d’explication grammaticale, l’Encart grammatical.
Il s’agit d’un outil important et clair, prêt à être utilisé par vos élèves.
♦ En général, toutes les activités sont indépendantes. Il est cependant conseillé de respecter l’ordre suivi par le
livre.
♦ Grâce au Mémento grammatical situé à la fin du livre et aux activités du Cahier d’exercices, vous pourrez, dès
que vous le jugez nécessaire, développer et approfondir les thèmes de cette rubrique.
♦ N’oubliez pas que le Cahier d’exercices propose aussi de nombreux exercices de compréhension et de production, et amène vos étudiants à développer leurs stratégies d’apprentissage et d’utilisation de la langue.
Certaines activités exigent de réfléchir
sur le fonctionnement d’une structure
et de l’analyser. Ce travail de réflexion
aidera aussi les apprenants à mieux
comprendre certaines règles de grammaire.
Les activités de cette rubrique proposent souvent un travail en groupe qui
permet de développer les capacités
d’interaction en français des apprenants.
Les activités de compréhension orale
sont accompagnées
du pictogramme.
Toutes les ressources linguistiques mises en pratique sont
regroupées dans cette colonne centrale, ou Encart grammatical.
QUELLES SERONT VOS PRINCIPALES FONCTIONS
PENDANT LE COURS ?
♦ Préparer et contrôler la production.
♦ Expliquer et éclaircir certains points linguistiques.
Dynamique des unités
5
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
3/7/07
TÂCHE CIBLÉE
08:56
Página 6
Cette rubrique mobilise toutes les ressources linguistiques travaillées dans les rubriques
précédentes. Les apprenants vont réaliser la tâche annoncée au début de l’unité et pour
cela, travailler en petits groupes ou tous ensemble.
COMMENT TRAVAILLER CETTE RUBRIQUE ?
♦ Les apprenants doivent être conscients que l’aisance et l’efficacité communicationnelles sont ici essentielles. Pour cela, à ce stade de l’unité, il est important de leur rappeler en quoi consiste la tâche qu’ils
devront réaliser dans cette unité.
♦ Vos élèves vont réaliser une tâche de communication : ils vont résoudre un problème, échanger des
informations et des opinions, négocier des solutions, élaborer des textes, etc.
♦ Pour cela, ils auront besoin de discuter avec les membres de leur groupe à propos de la manière de réaliser la tâche et pourront aussi solliciter ponctuellement votre aide.
♦ La phase de préparation est d’ailleurs très importante. C’est l’occasion de mobiliser efficacement ce que les
apprenants ont appris. Mais c’est aussi l’occasion de les encourager à se montrer créatifs et autonomes.
Pour cela, ils doivent être capables d’évaluer leurs besoins ponctuels en vocabulaire et en grammaire.
♦ Comme dans le reste de la méthode, vos apprenants trouveront d’ailleurs encore ici des échantillons de
langue qui leur seront utiles dans leurs productions écrites ou orales.
P O RT F O L I O
Ce pictogramme
indique les activités
à classer dans le
Portfolio européen
des langues.
L’antisèche est une petite
fiche qui fournit de nouvelles
ressources langagières utiles à
vos apprenants.
6
Dynamique des unités
Les textes en rouge
offrent à vos élèves
des exemples qui les
aideront à construire
leurs propres productions orales.
Les textes en bleu
sont des modèles de
productions écrites.
QUELLES SERONT VOS PRINCIPALES
FONCTIONS PENDANT LE COURS ?
♦ Donner aux élèves la responsabilité d’accomplir
la tâche.
♦ Coordonner la réalisation des activités.
♦ Être attentif aux problèmes qui peuvent surgir,
tant au niveau de l’organisation de la tâche que
de la langue utilisée.
♦ Relever les points linguistiques non acquis ou
peu assimilés, sur lesquels vous souhaitezez
revenir à la fin de la tâche. Vous pouvez utiliser
différentes ressources : le Mémento grammatical, les unités précédentes du Livre de l’élève et
le dictionnaire vous seront très utiles.
001-007_Rp3_Gp_primeries.qxd
5/7/07
09:55
REGARDS CROISÉS
SUR LES TEXTES
Página 7
Cette rubrique vise à faire découvrir à vos élèves des textes francophones de niveau élevé. Elle leur donnera accès à des données culturelles quotidiennes mais
aussi historiques et géographiques, ainsi qu’aux caractéristiques textuelles des
productions en langue française. Présentées de façon à favoriser la comparaison et
la réflexion, les activités de cette partie du livre entraîneront également vos apprenants à approfondir, du même coup, leur propre culture.
COMMENT TRAVAILLER CETTE RUBRIQUE ?
♦ Les images ont pour but d’inciter vos élèves à évoquer leur
propre vécu et leurs propres connaissances.
♦ Il est en effet capital que vous les poussiez à mobiliser toutes leurs ressources : linguistiques, sans aucun doute,
mais aussi, culturelles, historiques, géographiques et textuelles.
♦ Les thèmes abordés étant souvent nouveaux, ils peuvent
désarçonner l’apprenant : c’est pourquoi un travail préalable de préparation, susceptible de créer la motivation pour
en découvrir plus, facilite l’entrée dans les textes euxmêmes.
Certains documents pourront sembler complexes à vos élèves.
Rassurez-les en leur expliquant
qu’il s’agit « d’échantillons » culturels et textuels qui sont là pour leur
montrer une réalité de la culture
française et qu’il ne s’agit donc pas
de les reproduire.
Ces encadrés résument les caractéristiques textuelles du
genre traité dans les
unités ; ils sont
l’équivalent textuel
des encarts grammaticaux.
QUELLES SERONT VOS PRINCIPALES FONCTIONS PENDANT LE
COURS ?
♦ Préciser les objectifs culturels et textuels de la rubrique.
♦ Aider à la compréhension des thèmes
et des textes en insistant sur les informations les plus significatives pour
vos élèves.
MÉMENTO GRAMMATICAL
♦
♦
À la fin du livre, ce mémento réunit et développe tous les contenus
abordés dans chaque unité, notamment ceux présentés dans l’Encart
grammatical, de la rubrique Formes et ressources.
Vos élèves pourront consulter cet outil à tout moment de leur apprentissage.
Il les aidera dans les activités centrées sur la découverte et la conceptualisation d’aspects formels et
sera un appui pour le développement de leur autonomie.
Dynamique des unités
7
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
3/7/07
09:18
Página 8
Unité 1
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
EN CONTEXTE
1. EMPRUNTÉ AU PROVENÇAL
Émettre des hypothèses sur le sens actuel de quatre
mots, en s’appuyant sur les articles correspondant du
dictionnaire historique d’Alain Rey et sur des interviews
de francophones natifs ; définir soi-même d’autres mots.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture, d’écoute et d’expression écrite et
orale confronte vos élèves à la compréhension de définitions et les entraîne à en créer eux-mêmes.
■ AVANT DE COMMENCER
En guise d’introduction à cette unité, demandez à vos élèves s’ils savent ce que signifient les mots bagnole, goujat,
ciseaux et grève. Si certains mots sont connus et bien définis, laissez-les de côté : vous y reviendrez ensuite.
■ DÉMARCHE
A. Pour ce qui est des autres, suggérez à vos élèves de lire,
à deux ou trois, les articles de dictionnaire de la page 6,
mais stipulez bien qu’il s’agit d’articles extraits d’un dictionnaire historique de la langue française et que donc,
c’est en se fondant sur l’histoire des mots qu’ils en découvriront le sens actuel.
B. Ne discutez pas les hypothèses des différents groupes, mais suggérez plutôt l’écoute de plusieurs personnes francophones, expliquant le sens actuel des mots
recherchés. Mettez alors seulement en commun les solutions. Profitez-en aussi pour demander si les quatre mots
dont on discute s’utilisent tous avec les mêmes personnes et dans les mêmes conditions ? (Déduisez-en avec eux
les niveaux standard et familier ou populaire.)
C. Vos élèves connaissent-ils d’autres mots qu’ils croient
familiers ou populaires ? Faites le relevé de leurs propositions, en les classant le cas échéant en standard, familier et
soutenu.
Enfin, confiez chacun des mots du C. à des groupes de deux
élèves pour qu’ils aillent en chercher la (ou les) signification(s) dans un dictionnaire courant ou sur Internet et l’/les
explique(nt) ensuite à la classe.
■ APRÈS
Faites ensuite remarquer à vos élèves que durant le travail
qu’ils viennent d’effectuer, ils ont déjà utilisé au moins deux
types de dictionnaires : lesquels ? (Dictionnaire historique,
dictionnaire d’usage courant, traductif ou non.) En connais-
8
« Pantalon » vient de l’italien
sent-ils d’autres ? (dictionnaire de synonymes, étymologique, dictionnaire de l’argot ; dictionnaire des locutions et
proverbes, des citations, philosophique, médical…) Lesquels leur paraissent les plus utiles pour leur propre pratique ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves les définitions suivantes et demandez-leur s’il y en a de fausses camouflées dans l’ensemble
(comme ils devront le faire lors de la tâche finale). Par ailleurs, demandez-leur de détecter d’où vient la pluralité des
définitions :
demoiselle
• Jeune fille noble ou femme mariée de petite noblesse
• Femme célibataire
• Nom courant de la libellule
• Outil de paveur
• Pièce de bois tourné qui sert à ouvrir les doigts des
gants neufs
(Toutes vraies, mais la première jusqu’au xviiie siècle ; les
autres relèvent de la polysémie du terme et de sa spécialisation.)
chat
• Trou d’aiguille par où passe le fil
• Petit mammifère à poil doux et yeux oblongs et brillants, à oreilles triangulaires
• Instrument à griffes (syn. : grappin)
• Sexe de la femme
• Mot persan désignant le souverain de la Perse
(Toutes vraies, mais la première s’écrit chas, la dernière
shah, chah ou schah, et la quatrième est populaire.)
assiette
• vaisselle plate dans laquelle on sert de la nourriture
• position, manière d’être assis
(Toutes vraies, la deuxième étant historiquement antérieure
à la première mais se maintenant dans l’expression « ne
pas être dans son assiette » ou en équitation « avoir une
bonne assiette ».)
Faites déduire les origines possibles des variations de
sens : époque, niveau de langue, orthographe, domaine
d’utilisation…
2. L’HISTOIRE DES MOTS
Comprendre à l’audition l’origine des mots poubelle,
toubib et thé, expliquée à la radio par un historien des
langues.
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
3/7/07
09:18
Página 9
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de compréhension sélective à l’audition (par
remplissage des cases d’un tableau) vise à faire distinguer
à vos élèves les différentes composantes d’une définition
historique de mots.
■ DÉMARCHE
Faites alors repérer dans le tableau du bas de la page 7 les
catégories dégagées de l’analyse précédente et les nouvelles ; et faites remarquer à vos élèves qu’ils vont devoir les
repérer dans l’interview radiophonique d’un historien de la
langue française à propos des mots poubelle et toubib.
Assurez-vous, préalablement à l’audition, que tous vos élèves connaissent le sens de ces deux mots.
■ APRÈS
Réalisez une correction collective, et, plutôt que d’intervenir vous-même, repassez une seconde fois l’enregistrement
si des cases du tableau restaient vides.
Mot
la nuit tous les chats sont gris
1. dans l’obscurité, on confond les choses, les personnes
2. la nuit, on ne voit rien
3. dans des affaires douteuses, on ne reconnaît pas le vrai
du faux
à bon chat bon rat
1. un brave chat ne trouve que des bonnes souris
2. la défense, la réplique vaudra l’attaque
3. un bon chat chasse bien les rats
(2 ; 2 ; 1 ; 2)
B. Pour dire qu’une personne est folle, que dit-on ?
a) qu’elle a une chauve-souris dans le soliveau.
b) qu’elle a une écrevisse dans la tourte.
c) qu’elle a une araignée au plafond.
nom du
Préfet
auteur de
l’ordonnance
français
standard
Solutions :
c). a) et b) sont des expressions inexistantes en français. On
peut dire en revanche qu’une personne est une tourte pour
dire qu’elle n’a rien dans la tête.
colonisation
des pays
d’Afrique
arabe
familier
Dutsh East
Company commercialise la
boisson en
Europe
vient des standard
dialectes
chinois du
Sud via le
néerlandais
Circonstances
liées à l’introduction de ce
mot
Origine
du mot
1880
ordonnance
obligeant les
Parisiens à
déposer leurs
ordures dans
des récipients
en tôle avec
couvercle
2.
au
toubib milieu
du xixe
siècle
3.
thé
début
xviie s.
prendre un chat dans un sac
1. attraper un chat par surprise
2. acheter sans examiner l’objet qu’on acquiert
3. camoufler une mauvaise action
Registre
de langue
Époque
où ce
mot est
apparu
1.
poubelle
donner sa langue au chat
1. s’avouer vaincu
2. s’avouer incapable de trouver une solution
3. donner à manger au chat
UNITÉ 1
■ AVANT DE COMMENCER
Revenez tous ensemble à une lecture analytique des articles du dictionnaire historique de la page 6 et, à propos de
bagnole par exemple, essayez de dégager les différentes
parties d’un tel type d’article (nature et genre, époque d’apparition, origine linguistique et évolution).
Faites faire la même analyse, par groupes, sur les trois
autres articles.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
A. Demandez à vos élèves d’associer un sens parmi les
diverses significations proposées ci-dessous aux expressions suivantes :
Cahier d’exercices : 4, 5, 6, 7, 8
FORMES ET RESSOURCES
3. LE JEU DU BACCALAURÉAT
Trouver le plus vite possible des mots commençant par la
même lettre et désignant différentes classes de réalités
(métiers, villes, prénoms, …).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité ludique contraint vos élèves à mobiliser le
plus vite possible leur lexique mental, en y entrant par le
classement alphabétique.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que, dans toutes les cultures, il existe
des jeux simples, qui ne nécessitent pratiquement aucun
ustensile et qui se transmettent de génération en généra-
« Pantalon » vient de l’italien
9
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
23/1/08
10:27
Página 10
tion, avec le même plaisir : c’est un de ces jeux-là que vous
leur proposez aujourd’hui. Existe-t-il dans leur pays ?
UNITÉ 1
■ DÉMARCHE
Formez des équipes de trois ou quatre personnes. Faites
reproduire par chaque équipe, sur une simple feuille, le
tableau de l’activité 3. Puis, ouvrez le dictionnaire au
hasard et annoncez la lettre sur laquelle vous êtes tombé ;
vos élèves ont deux minutes (ou plus, ou moins : à vous de
juger) pour essayer de remplir toutes les cases du tableau
(sans consulter le dictionnaire, bien entendu !). Chaque mot
correct vaut un point et chaque équipe note son score pour
chaque lettre.
Renouvelez l’opération autant de fois… que l’alphabet français compte de lettres ! et comptez le total de chaque
équipe.
■ APRÈS
Vous pouvez ensuite laisser plus d’autonomie à vos élèves
et les laisser jouer chacun pour leur compte à l’intérieur
d’équipes de trois ou quatre.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves de jouer à nouveau mais en changeant les catégories de réalités à nommer : par exemple,
animaux, plantes, objets, aliments, titres d’œuvres, hommes/femmes célèbres…
besoin de prépositions : avec, sur, au moyen de... Faites
repérer et lister dans l’encart grammatical de droite, toutes
les prépositions qui apparaissent dans les quatre définitions et faites dégager la construction :
Préposition + lequel / laquelle / lesquels / lesquelles.
■ APRÈS B
Faites remarquer que la contraction qu’ils connaissent déjà
pour l’article (de + le = du, de + les = des ; à + le = au,
à + les = aux) se produit ici aussi et faites-la construire :
duquel, desquels, desquelles / auquel, auxquels, auxquelles. Insistez sur le fait que, ici aussi, seul le féminin singulier échappe à cette contraction.
Faites, par ailleurs, varier le relatif lui-même en genre et
nombre : lequel / lesquels / laquelle / lesquelles, car ces
formes peuvent surprendre.
Préposition
Pronom relatif
dans
lequel (masculin singulier)
dans
laquelle (féminin singulier)
dans
lesquels (masculin pluriel)
dans
lesquelles (féminin pluriel)
Cas spéciaux (avec à et de)
auquel (masculin singulier)
4. C’EST UNE CHOSE GRÂCE À
LAQUELLE…
Trouver les mots correspondant à quatre définitions
données par étapes successives.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de devinettes continue à confronter vos élèves
à des définitions mais les familiarise également avec l’emploi des relatifs composés (auquel, grâce auquel…).
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de confronter vos élèves aux quatre devinettes,
faites-leur remarquer qu’on peut définir une réalité en
décrivant les caractéristiques (v. 2e définition de ciseaux,
v. goujat, v. grève — faites souligner la partie descriptive
de ces définitions dans le premier texte de l’unité) mais
aussi en expliquant le fonctionnement ou l’usage (v. 1re définition de bagnole, v. 1re définition de ciseaux, v. fin de la
définition de grève — faites également souligner).
Dites-leur que ce sera le cas dans l’exercice qu’ils vont
faire.
■ DÉMARCHE
A. Engagez alors vos élèves à lire les quatre définitions et à
deviner les quatre réalités définies.
10
à
laquelle (féminin singulier)
auxquels (masculin pluriel)
auxquelles (féminin pluriel)
duquel (masculin singulier)
de
laquelle (féminin singulier)
desquels (masculin pluriel)
desquelles (féminin pluriel)
■ DÉMARCHE
C. Faites chercher d’autres prépositions encore pour compléter la colonne gauche du tableau : à côté de, derrière,
devant, entre, … (lieu) ; pendant, après, avant, durant, …
(temps), suivant, selon, … (manière), etc. Surtout ne vous
contentez pas de faire citer les prépositions, mais faites
créer des phrases de façon à forcer à l’usage du relatif.
D. Enfin, regroupez vos élèves par trois et incitez-les à l’invention de deux définitions par l’usage ou le fonctionnement, et aussi à l’emploi de relatifs composés (refusez les
qui ou les que qui pourraient surgir). Corrigez frontalement.
Solutions : la voiture, la statue de la liberté, les chaussettes, les sectes
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Proposez à vos élèves la grille de mots croisés suivante
dont la première définition est :
B. Corrigez et faites tout de suite remarquer que pour définir par l’usage ou le fonctionnement, on a bien souvent
• Casque : couvre-chef avec lequel les motocyclistes se
protègent d’une chute éventuelle.
« Pantalon » vient de l’italien
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
5/7/07
09:47
Página 11
À eux de rédiger les autres, par groupes de trois. Vous comparerez ensuite toutes les définitions frontalement et choisirez les meilleures. Attention : seul l’emploi des relatifs
composés est une obligation.
♦ À partir du mot casque, dynamite ou de n’importe quel
autre que vous leur imposerez, demandez-leur de
construire eux-mêmes un mots croisés, dont ils rédigeront
les définitions en utilisant obligatoirement des relatifs composés et qu’ils soumettront ensuite à la sagacité de leurs
camarades. Mieux vaut travailler par trois.
5. BISTROT
Choisir, parmi diverses propositions, l’origine la plus plausible du mot bistrot.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture de différentes définitions d’un mot
sensibilise vos élèves aux doutes qui existent parfois — souvent ? — quant à l’origine des mots et les pousse, par ailleurs, à réfléchir aux valeurs et aux raisons d’emploi du pronom on.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 5, expliquez-leur
qu’il n’est pas toujours possible d’être certain de l’origine
d’un mot. C’est le cas du mot bistrot dont trois explications
sont proposées dans le Dictionnaire historique de la langue
française d’Alain Rey, dont ils ont déjà lu des articles au
début de l’unité 1.
■ DÉMARCHE
A. Engagez-les alors à lire les trois définitions du haut de la
page 9 et à en dégager les trois explications.
Solutions :
• vient du russe en 1814 : signifierait « rapidement »
• vient du poitevin « bistraud » qui signifie « aide du marchand de vin »
• vient d’un patois du Nord de la France « bistouille » qui
signifie « mauvais alcool »
B. Faites-les choisir l’une des trois explications et se prononcer sur les raisons de leur choix.
xixe s. quand l’armée de Napoléon Bonaparte est battue par
les troupes alliées (Prussiens + Russes). Ils semblerait en
effet que les soldats russes, voulant obtenir rapidement leur
consommation dans les cafés de Paris, criaient « bystro » !
C. Engagez-les ensuite dans la réflexion proposée dans
cette section, sur l’antécédent des différents on du texte.
UNITÉ 1
s
a
c a s q u e
o
d y n a m i t e
n o m
r
m
e p é e
i
d
p i e d
o
r
n i d
Solutions :
1. b. On est fréquent dans un texte scientifique (ici, un
ouvrage de linguistique) où il renvoie tout d’abord à la
communauté scientifique (ici les linguistes). Mais bien
entendu, on inclut toute personne, linguiste ou non,
qui possède cette connaissance.
2. c. On dans la phrase « ils auraient demandé qu’on les
serve », renvoie aux gens qui travaillent dans les cafés.
3. b.
D. Faites enfin déduire les raisons d’emploi du on
(v. page 9, Encart grammatical).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Si on est généralement utilisé pour préserver l’anonymat de
l’agent de l’action, il arrive qu’on l’utilise de préférence à
une autre personne ; laquelle et pourquoi ?
Incitez vos élèves à répondre à ces deux questions à propos
des phrases suivantes, qui sont d’usage courant :
1.
• De quoi on va avoir l’air si on sort habillées comme ça ?
• Allez, salut ! On n’est plus là pour personne, hein… »
• Je vous jure, Monsieur, qu’on n’a rien fait !
• On se sent assez bête, tu sais, dans une telle situation !
2.
• Alors, Monsieur Machin, on a bien dormi cette nuit-ci ?
• Bon, mon petit chat, maintenant on éteint la lumière et on
dort…
• Alors, il paraît qu’on n’est pas d’accord avec les notes des
examens ?
• Allez, allez, Messieurs, Dames ! On dégage ! »
• Oh la, Mme La Belette,
que l’on déloge sans trompette
ou je vais avertir tous les rats du pays » (La Fontaine)
1. on = nous ou je, mais un « nous » assez indéterminé
(tout le monde présent ou pas… rien n’est certain)
2. on = vous ou tu, mais on n’a pas le culot d’affronter l’autre ou on préfère l’indéterminer parce qu’il est… vieux,
très petit, trop nombreux ou trop fort…
Attention ! Faites remarquer (phrase 1) que si on est de la
troisième personne du singulier, l’adjectif qui s’y rapporte
s’accorde selon le sens : féminin pluriel d’habillées.
6. NON VÉRIFIÉ
Suggestion de solution : Le mot français (bistrot ou bistro)
viendrait du russe « bystro » qui signifie « vite ». Cet
emprunt daterait de l’occupation russe à Paris au début du
Associer des titres de presse et des chapeaux d’articles et
se prononcer sur le degré de vérité accordée par l’auteur
aux informations qu’il fournit.
« Pantalon » vient de l’italien
11
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
5/7/07
09:47
Página 12
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture entraîne vos élèves dans une
réflexion sur la valeur modale d’incertitude exprimée par le
conditionnel.
UNITÉ 1
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans cette activité, expliquezleur comment les journalistes travaillent : ils obtiennent
leurs informations de diverses sources (les agences de
presse, les rumeurs, les gens qu’ils interviewent, etc.).
Leurs informations ne sont donc pas toujours, à leurs propres yeux, fiables, et il leur arrive de vouloir le signaler à
leurs lecteurs. Comment faire pour y parvenir ? C’est précisément ce dont traite l’activité 6.
■ DÉMARCHE
A. Invitez d’abord vos élèves à associer les titres (a, b, c, d)
aux chapeaux (1, 2, 3, 4). En journalisme, un chapeau est un
bref résumé de l’article situé entre le titre et l’article. Il permet au lecteur d’avoir un aperçu du contenu de l’article et,
donc, de décider s’il va le lire ou non.
Solutions : a.4, b.3, c.1, d.2
B. Ensuite demandez-leur de repérer les informations
selon si elles sont certaines ou non.
Solutions :
• Les titres de c et d font penser que l’information présentée est certaine (présent de l’indicatif et aucune mention
de la source : prise en charge par le journaliste). Le chapeau de c nuance l’information (conditionnel, « selon la
presse »). Ce recours (titre affirmatif mais information
incertaine) est courant dans la presse à scandale.
• Le titre de a est une phrase nominale suivie d’un chapeau
au passé composé. Le journaliste relate un fait certain.
• Le titre de b est au conditionnel passé et le chapeau précise la source (d’après des recherches menées par
Oxfam) : le journaliste rapporte l’information sans forcément l’assumer.
C. Faites alors souligner les temps utilisés pour marquer
cette distance et demandez d’expliquer la différence entre
le conditionnel présent et le conditionnel passé.
Conditionnel présent :
serait (candidat)
(1)
présent parce que se déroulant
au moment de l’énonciation
Connditionnel passé :
auraient été tuées
(b)
passé parce qu’antérieur au
moment de l’énonciation
D. Regroupez ensuite vos élèves par deux ; invitez-les à
songer aux événements récents, aux informations qu’ils
ont eux-mêmes entendues, aux rumeurs qu’ils ont per-
12
« Pantalon » vient de l’italien
çues dans l’école, aux hypothèses qui ont couru, aux rêves
qu’ils ont faits… et demandez-leur de choisir celles qu’ils
pourraient relater en n’en assumant pas la vérité ; qu’ils
rédigent alors par deux un petit chapeau d’article possible. Qu’ils les lisent ensuite à l’ensemble de la classe.
■ APRÈS
Incitez les auditeurs à juger de la pertinence du choix de ne
pas assumer les informations relatées par leurs camarades : quelles sont les informations les plus pertinemment
susceptibles d’être relatées au conditionnel ? Suggérez
l’élection des cinq meilleures.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à imaginer qu’
• ils arrivent à l’école…
• ils rentrent chez eux…
• ils retrouvent un camarade en ville…
• ils entrent dans un magasin…
•…
et inventent un bobard* dont ils prennent la précaution de
ne pas assumer la responsabilité : « Dis, tu ne sais pas ?!!
Le professeur de maths serait nommé ministre de l’éducation !! ». « Dis, tu ne sais pas ?!! … »
Laissez-les s’en donner à cœur joie !
* bobard : propos fantaisiste et mensonger qu’on imagine par
plaisanterie pour tromper ou se faire valoir (Le Petit Robert).
Cahier d’exercices : 5, 6, 7, 8, 13
TÂCHE CIBLÉE
7. DEPUIS LE MOYEN ÂGE
Répondre aux questions d’un test de connaissances.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Ce quizz est une préparation à ce qui attend vos élèves lors
de la tâche finale (puisqu’il s’agit de jouer avec le vrai et le
faux) et, aussi, un prétexte pour les sensibiliser à l’emploi
des marqueurs temporels (en 1976, au xviie s., etc.) et aux
gallicismes de mise en relief (c’est/ce sont… qui/que…).
■ AVANT DE COMMENCER
Expliquez à vos élèves que, dans la tâche finale qui s’approche, ils auront à proposer des définitions de trois mots,
mais des définitions vraies et des fausses : les joueurs
devront détecter les indices du plausible et ceux de l’invraisemblable, pour s’en sortir. De façon à les entraîner, annoncez-leur que, dans l’activité 7, ils vont aussi devoir faire la
part du vrai et de l’invraisemblable, mais à propos d’informations (et non de définitions).
■ DÉMARCHE A
A. Regroupez-les donc par deux et demandez-leur d’essayer de répondre aux questions de la page 10. Faites
ensuite une correction frontale.
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
5/7/07
09:47
Página 13
Solutions : 1. c ; 2. a ; 3. a ; 4. b ; 5. c.
■ DÉMARCHE B
B. Ensuite, incitez les groupes de deux à imiter le quizz et
à préparer des questions (et leurs trois réponses, dont une
seule juste) d’intérêt général. Le dictionnaire peut bien
entendu être utilisé, voire une encyclopédie.
■ APRÈS
Affichez toutes les productions de chaque journal dans des
endroits distincts de la classe ou mieux faites-les reproduire : les équipes de chaque journal se réuniront et, après
lecture attentive — crayon rouge à la main — de toutes les
productions, se mettront d’accord pour aboutir à un seul
article commun. Reproduisez à nouveau pour tous les deux
articles d’aboutissement. Cette étape constitue ainsi une
sorte d’hétéroévaluation formative.
Enfin, vous opposerez tous ensemble les articles issus des
deux journaux et vérifierez :
• la similitude des contenus
• les variations de formulation (et de positionnement correspondant)
■ APRÈS B
Réalisez une correction frontale (la classe étant soumise au
quizz de chacun), suivie d’une appréciation de la qualité de
chaque test, voire d’une évaluation et de l’élection (ou de la
fabrication par morceaux choisis) du meilleur.
Au passage, notez toutes les formulations de temps et les
emplois des gallicismes de mise en relief, et faites formuler
les règles reprises dans l’encart grammatical.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves d’être attentifs à tout ce qui se
passe dans l’école pendant la semaine, de façon à présenter un bref journal parlé reprenant les nouvelles de la
semaine écoulée, en faisant bien la différence entre ce qui
est vrai et donc assumable, et ce qui est douteux et qu’il
vaut mieux ne pas pendre en charge : incitez-les en outre à
remplir le tout de fausses nouvelles, hardiment présentées
comme vraies ou non assumées.
8. À LA UNE
9. TRAVAIL, CROISSANT ET CHANDAIL
Rédiger un article pour un journal rigoureux ou pour un
journal à sensation à partir de quatre dépêches d’agences.
Écrire deux articles dans le style du Dictionnaire historique de la langue française.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture complexe contraint vos élèves à
mobiliser bon nombre de ressources installées dans
l’unité 1 (usage du on, du conditionnel, des structures passives ou impersonnelles…) et les entraîne du même coup à
une production fort proche de celle de la tâche finale.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Voici vos élèves arrivés à la tâche finale de cette première
unité : à leur tour d’écrire un article de dictionnaire, semblable à ceux qu’ils ont lus dans la toute première activité de
l’unité. Théoriquement, ils sont armés pour y parvenir
puisqu’ils ont lu et écouté des modèles, puisqu’ils se sont
entraînés au maniement des ressources nécessaires à la
rédaction d’un tel écrit : définition par la description ou par
l’usage (d’où l’emploi de relatifs composés), conditionnel
de la non prise en charge, on de l’anonymat, marqueurs
temporels, gallicismes de mise en relief, etc. À eux de mobiliser tout cela maintenant, en toute autonomie.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves qu’ils vont réaliser un travail qui,
pour un journaliste, est monnaie courante, à savoir : rédiger
un article à partir des envois des agences de presse. La première étape de ce type de rédaction est donc de repérer les
éléments à retenir dans les différents textes-sources, mais
ensuite — deuxième étape — de rédiger selon le style, voire
la position éthique, du journal : leur mode de textualisation
devra donc respecter le profil du journal pour lequel ils vont
écrire. Or, deux types de journaux leur sont proposés : faites-leur lire la description de Notre terre et de
L’Evénement, en haut de la page 11.
Faites-les même réfléchir aux outils linguistiques que l’un
et l’autre journaux vont privilégier ; puis faites-leur choisir
celui pour lequel ils vont écrire.
■ DÉMARCHE
Ensuite seulement, formez des équipes de rédaction de
deux personnes et laissez-les travailler.
UNITÉ 1
■ APRÈS A
Puisqu’ils devront s’y frotter ensuite, faites observer chaque question du quizz à vos élèves de façon à ce qu’ils y
détectent les mauvaises réponses qui sont susceptibles
d’induire en erreur : que présentent-elles de particulier ?
(Une apparence de sérieux, due à des données temporelles,
des exemples, du concret, de la cohérence mais de l’invraisemblance : la fusée à vapeur ! invraisemblable ! ou l’interdiction… gouvernementale ! de manger avec les doigts !,
etc.)
Insistez pour qu’ils distinguent bien les deux étapes de circonscription du contenu et de rédaction proprement dite.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez donc à vos élèves qu’ils sont engagés pour poursuivre la rédaction du Dictionnaire historique de la langue
française et que les articles qui leur incombent sont chandail, travail et croissant… ! À eux d’en choisir deux sur trois
et d’en rédiger l’article correspondant, sur le modèle de
ceux de la page 1 de l’unité.
Avant de les mettre au travail, assurez-vous qu’ils connaissent bien les réalités désignées par ces trois mots ; au
besoin, expliquez-les, voire montrez les réalités en question.
■ DÉMARCHE
A. Regroupez vos élèves par deux en fonction des mots
« Pantalon » vient de l’italien
13
UNITÉ 1
008-014_Rp3_Gp_u1.qxq
3/7/07
09:18
Página 14
choisis et laissez-les travailler tranquillement, en toute
autonomie.
B. Quand chacun a terminé son travail, faites recopier toutes les définitions sur des feuilles de format standard que
vous distribuez et ramassez ; regroupez toutes les définitions de chaque mot, formant ainsi trois tas auxquels vous
ajoutez alors la vraie définition, de Rey, que vous aurez
écrite sur le même format de feuille. Numérotez les feuilles
de chaque tas.
Travail
Le mot latin trepalium désigne un instrument de torture
composé de trois pieux. « Travailler » a signifié jusqu’au xiie
siècle « faire souffrir », « torturer ». Ce n’est qu’au xvie siècle que le mot « travailler » a pris son sens moderne.
(Adapté du Dictionnaire historique de la langue française,
sous la direction d’Alain Rey, éditions Le Robert)
Chandail
Au xixe siècle, les vendeurs de légumes des marchés ne
criaient pas « marchands d’ail » mais tout simplement
« …chands d’ail ». Par analogie, on donna ce nom aux tricots épais qu’ils portaient traditionnellement. Le mot a
ensuite été repris par le marchand Gamard, à Amiens, qui
fabriquait ces vêtements.
(Adapté du Dictionnaire historique de la langue française,
sous la direction d’Alain Rey, éditions Le Robert)
Croissant
n. m. (v. 1180) s’est, par ses sens modernes, détaché de
croître dont il est le participe présent substantivé.
À l'origine, le mot désigne le temps qui s’écoule entre la
nouvelle lune et la pleine lune, sens aujourd’hui disparu.
Dès le xiiie s. (1223), il désigne l’aspect que prend la partie
visible de la Lune, au début et à la fin de son développement, substituant l’idée d’un aspect formel défini à celle
d’un processus en cours. À partir de là, il a développé quelques sens analogiques (v. 1260), désignant en particulier
l’emblème de l’Empire turc (1674) et de la religion musulmane (le Croissant rouge correspondant à la Croix-Rouge
des pays chrétiens). Son usage en pâtisserie est récent
(attesté 1863) : croissant traduit alors l’allemand Hornchen,
de Horn « corne » (du groupe indo-européen de corne), nom
donné à des pâtisseries faites à Vienne après la victoire sur
les Turcs en 1683. D’abord pâtisserie viennoise, le croissant
est devenu rapidement typique du petit-déjeuner français.
Par analogie, le mot désigne aussi un objet ou un espace
qui, par sa forme, rappelle le croissant de lune, dans les
domaines de l’horticulture, de la géographie, de l’optique,
14
« Pantalon » vient de l’italien
etc. Quelquefois, il indique un groupe de maisons disposées en demi-lune, traduisant l’anglais crescent de même
sens : rare en français, il fournit au Canada le terme normalisé.
C. Vous allez à présent lire toutes les définitions de chaque
mot, vos élèves ayant pour consigne d’essayer de repérer la
seule définition exacte.
■ APRÈS
Pour chaque mot, livrez-vous tous ensemble à une discussion sur les indices de vrai et de faux des définitions et donnez, évidemment, la solution. Épinglez aussi quelques bonnes « fausses » définitions et examinez-en les qualités.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
L’activité suivante, directement inspirée du « Jeu des dictionnaires » (émission à succès de la première chaîne de
radio belge francophone) consiste à construire des pastiches de définitions, ce qui présuppose une maîtrise parfaite
de la définition elle-même, exercée dans la tâche ciblée.
Regroupez vos élèves par trois et confiez à chaque groupe
un mot inconnu ou mal connu, à deuxième sens inconnu ou
bizarre… mais qui prête aux jeux de mots (dressez-vous une
liste). Chaque groupe créera trois ou quatre définitions : la
bonne et deux ou trois autres bobards mais aux allures très
sérieuses : bref des pastiches de définitions correctes.
Chaque groupe soumettra ses trois ou quatre définitions à
la classe, laquelle devra retrouver la seule bonne.
Par exemple :
Conifère : nom masculin qui vient de cône (solide à base circulaire, terminé en pointe) et fer (métal blanc grisâtre, très
résistant) ; désigne un projectile utilisé au moyen âge du
haut des tours des châteaux forts, qui fendait l’air comme
une fusée et allait se planter, pointe la première, dans la
poitrine de l’ennemi.
Conifère : nom féminin désignant une fille irrémédiablement stupide ; « conne » quoi, mais qu’y faire ?
Conifère : nom masculin originaire du latin conus (cône) et
fere (porter, comme dans mammifère) : désigne une plante
qui porte des cônes et des chatons, l’un et l’autre en étant
les organes reproducteurs femelles et mâles… et c’est la
bonne définition !!!
Cahier d’exercices : 5, 6, 7, 8, 13
015-019_Rp3_Gp_u2.qxq
3/7/07
09:30
Página 15
Unité 2
MARCHANDS DE RÊVES
Caractéristiques du bon slogan
EN CONTEXTE
1. SLOGAN GAGNANT
Prendre conscience des caractéristiques d’un bon slogan
publicitaire.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale vise à sensibiliser vos élèves à ce qu’est un slogan publicitaire, à ses
caractéristiques et au fonctionnement du domaine de la
pub.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant même d’entrer dans l’unité, envoyez vos élèves à la
recherche de slogans publicitaires (en français, s’ils vivent
dans un milieu plus ou moins francophone, dans leur langue maternelle, si ce n’est pas le cas). Faites-leur afficher la
récolte au tableau ou sur les murs de la classe et demandez-leur de justifier pourquoi ils considèrent les textes retenus comme des slogans (autrement dit, quels sont à leur
avis les caractéristiques d’un slogan ?). Notez au tableau
sans réagir.
Slogan : formule concise et frappante, utilisée par la publicité et la propagande politique.
■ DÉMARCHE A ET B
A. Ensuite, proposez la lecture des caractéristiques énumérées dans le A. de l’activité 1 (haut de la page 13) et
demandez d’y repérer celles qu’ils viennent d’épingler
(même si la formulation n’est pas la même).
Les caractéristiques restantes leur paraissent-elles pertinentes, d’une part, et applicables à leurs propres slogans,
d’autre part ? Si non, qu’ils expliquent et démontrent pourquoi ils ne sont pas d’accord. Si oui, pourquoi n’y ont-ils
pas pensé ?
B. Incitez ensuite chacun à lire silencieusement le texte de
Philippe Delerm (page 12) ; indiquez préalablement que
l’épisode raconté se déroule dans le monde de la pub, lors
d’une réunion ayant pour objectif la recherche d’un nouveau slogan ; demandez-leur de souligner, au cours de leur
lecture, les caractéristiques du slogan attendues par le PDG
(Attention ! Ces caractéristiques sont souvent à inférer).
■ APRÈS
Invitez ensuite vos élèves à comparer ce qu’ils viennent de
souligner dans le texte et la liste des affirmations du A
(page 13) : opposition ou accord ?
1. Il doit évoquer la tradition (faux) : « sans tomber dans les
stéréotypes grand-mère, verger, vie d’autrefois ».
2. Il doit suivre toutes les règles grammaticales (faux) :
« L’absence d’article, très importante l’absence d’article ».
3. Il doit évoquer les caractéristiques du produit (vrai) : « c’est
juste ça ! Ça arrive sur la table, produit du
marché, couvert de rosée, ça n’a transité nulle part »
4. Il doit indiquer toutes les caractéristiques du produit
(faux) : « du contracté ».
5. Il doit correspondre à la vérité (vrai) : « du vrai ».
6. Il doit évoquer ce que l’on connaît (faux) : « trop convenu,
trop banal, vu cent fois ».
7. Il doit être simple (vrai) : « du contracté ».
8. Il doit faire deviner une idée (faux) : « pas d’elliptique.
On s’adresse à un grand public ! ».
9. Il doit être court (vrai) : « du contracté ».
10. Il doit être clairement compris (vrai) : « pas d’elliptique.
On s’adresse à un grand public ! »
Revenez également sur certains mots du texte utilisés pour
caractériser les slogans et invitez à en expliciter le plus clairement possible le sens : stéréotypes, ringard, convenu,
contracté, elliptique…
■ DÉMARCHE C
C. Lancez ensuite vos élèves dans la discussion, par groupes de trois ou quatre, des idées proposées dans le C. de
l’activité 1 :
Est-il normal de consacrer beaucoup d’argent à la pub ?
Est-il normal qu’un publicitaire gagne plus qu’un
romancier ?
Qu’un rapporteur par groupe expose les opinions
— consensuelles ou contradictoires — de chaque groupe à
la totalité de la classe.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves d’observer les affiches publicitaires
de la double page 12-13 et faites-les analyser de façon à
remplir les cases du tableau suivant :
Marchands de rêves
15
015-019_Rp3_Gp_u2.qxq
Pub pour
quoi ?
3/7/07
09:30
Página 16
Quel en est le Facile à comslogan ?
prendre ?
Plaît ?
UNITÉ 2
Faites mettre en commun.
2. PETIT À PETIT…
Comprendre le sens de proverbes en les associant à de
brèves conversations.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de perception à l’audition de l’essentiel d’un
dialogue vise à sensibliser vos élèves à l’expression brève
et percutante d’une idée, caractéristique du slogan comme
du proverbe.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant toute utilisation de l’activité 2, demandez à vos élèves ce que c’est, pour eux, qu’un proverbe (formule elliptique et imagée exprimant un conseil de sagesse populaire et
pratique), et invitez-les à en énoncer un, dans leur langue,
ou, pourquoi pas ?, en français. Notez-les tous au tableau et
faites démontrer pourquoi ce sont des proverbes.
Ensuite, proposez de lire silencieusement, chacun pour soi,
les proverbes de la page 13. Que chacun souligne ceux qu’il
connaît et dont le sens est clair et marque d’un point d’interrogation ceux qu’il croit comprendre. Qu’on laisse tomber les autres.
Mettez en commun. Reste-t-il des proverbes incompris ?
■ DÉMARCHE
Indiquez ensuite à vos élèves que vous allez leur proposer
l’audition de cinq petites conversations dont le sens global
correspond à cinq des 14 proverbes de la liste : à eux de les
retrouver. Après audition, confrontez les réponses, et faitesles discuter (autrement dit, faites ressortir l’essentiel de
chaque dialogue).
Solutions : 1. Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. 2. Les bons comptes font les bons amis. 3. Il faut
de tout pour faire un monde. 4. Quand on n’a pas ce que
l’on aime, il faut aimer ce que l’on a. 5. Mieux vaut tard que
jamais.
■ APRÈS
Ensuite seulement, faites réentendre les dialogues, complets cette fois : vos élèves sont-ils d’accord avec la conclusion que représente le proverbe ? Sinon, pourquoi ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Rassemblez d’autres proverbes (v. dictionnaire ou propositions ci-dessous) et dressez-en une liste que vous photocopiez.
Regroupez vos élèves par trois et donnez un proverbe par
groupe (au besoin, son sens peut être élucidé par le dictionnaire et/ou par des exemples que vous donnerez).
16
Marchands de rêves
Chaque groupe aura à créer un petit dialogue similaire à
ceux de l’activité 2, illustratif de son proverbe.
Mélangez tous les dialogues et redistribuez-les de façon à
ce que chaque groupe se retrouve face à un autre dialogue
que le sien. Distribuez aussi la liste des proverbes : à chaque groupe de découvrir celui qui convient au dialogue qu’il
vient de recevoir.
Propositions de proverbes
Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.
Qui va à la chasse perd sa place.
Pierre qui roule n’amasse pas mousse.
A défaut de grives, on mange des merles.
Aux innocents les mains pleines.
La nuit, tous les chats sont gris.
À malin, malin et demi.
À tout seigneur, tout honneur.
On ne prête qu’aux riches.
Après la pluie, le beau temps.
Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.
Aux grands maux les grands remèdes.
Chassez le naturel, il revient au galop.
Il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre.
La nuit porte conseil.
Cahier d’exercices : 2, 4, 7, 8
FORMES ET RESSOURCES
3. CONSEILLONS ? CONSEILLEZ !
Associer diverses formulations de quatre conseils à leurs
destinataires, socialement déterminés.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de production réduite et
contrainte vise à entraîner vos élèves à choisir un mode
d’expression du conseil pertinent pour l’interlocuteur.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 3, faites-les réfléchir à la fonction des slogans et des proverbes : pousser à
agir/acheter dans l’immédiat (slogans) ou donner des
leçons de vie (proverbes). Bref, faites remarquer que l’un et
l’autre se présentent comme détenteurs d’un savoir ou
d’une sagesse, que le récepteur devrait appliquer : ils
« conseillent ».
■ DÉMARCHE
Signalez donc à vos élèves que l’activité 3 joue sur les différents modes d’expression du conseil et que chaque formulation s’adapte plus particulièrement à un interlocuteur
qu’à un autre.
A. Faites d’abord lire rapidement toutes les phrases du A
de l’activité 3 et demandez à vos élèves d’y repérer quatre
messages, pas un de plus, pas un de moins, sous différen-
015-019_Rp3_Gp_u2.qxq
5/7/07
09:52
Página 17
À un ami très
proche /
quelqu’un
de la famille
Message
niveaux
familiarité
de langue
À un inconnu À un supé- À un sub/ quelqu’un rieur hié- ordonné
que l’on
rarchique au travail
connaît mal
Aux consommateurs
(message
publicitaire)
pas de familiarité
généralité
supériorité politesse
déférence
Adv. modificateurs
Adv. modalisateurs
peut-être
2.
heureusement
brutalement
lentement
UNITÉ 2
tes formulations (ne pas se faire de souci ; se dépêcher ; ne
pas trop manger ; se reposer).
Invitez-les ensuite à noter dans le tableau les cinq différentes manières de dire chaque message en fonction de la personne à qui l’on s’adresse ; pour ce faire, analysez préalablement avec eux les rubriques de chaque colonne et faites
faire des hypothèses sur ce que chaque destinataire implique. Enfin, faites classer les différentes phrases dans les
colonnes adéquates.
3. intelligemment
sûrement
sincèrement
curieusement
probablement
4.
minutieusement
intensément
1
16
15
4
13
14
2
18
2
11
19
10
3
1
12
20
3
7
4
17
9
5
6
8
B. Regroupez vos élèves par deux et invitez-les à formuler
les quatre conseils énumérés en B de manières différentes,
de façon à les adresser aux cinq types mentionnés en A.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
L’encart grammatical signale que la publicité, généralement
porteuse d’un message à valeur générale, essaie de se rapprocher de son destinataire potentiel pour mieux l’atteindre : il le traite comme un proche. Faites réexaminer les publicités travaillées jusqu’à présent ou apportez-en d’autres
(voire faites visionner des publicités télévisuelles) et faites
juger du degré de familiarité introduit par les publicitaires.
4. TOUT EN NUANCES
hélas
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Mettez vos élèves au défi d’expliquer les différences de sens
(et de fonction) des adverbes suivants, selon le contexte :
Vraiment, je ne te crois pas.
(Je t’assure que je ne te crois pas ; adv. de phrase.)
Je ne te crois pas vraiment.
(Je ne te crois pas tout à fait ; adv. du verbe.)
Il m’a salué curieusement.
(Il m’a salué de façon bizarre ; adv. du verbe.)
Curieusement, il m’a salué.
(Ce n’est pas normal qu’il m’ait salué ; adv. de phrase.)
Malheureusement, il s’est blessé en jouant.
(Il est regrettable/C’est dommage qu’il se soit blessé en
jouant ; adv. de phrase.)
Il s’est malheureusement blessé en jouant.
(Il s’est blessé malencontreusement ; adv. du verbe.)
Expliquer le sens des adverbes.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’explicitation contraint vos élèves à comprendre en profondeur le sens des adverbes.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de travailler sur le sens des adverbes de l’activité 4,
demandez à vos élèves de vous rappeler à quoi se rapporte
un adjectif (nom) et à quoi se rapporte un adverbe (adjectif,
autre adverbe, verbe ou phrase). Pour chaque cas, exigez
un exemple.
■ DÉMARCHE
Invitez ensuite vos élèves à paraphraser le sens des adverbes apparaissant dans l’activité 4 (2, 3, 4) comme le fait
l’exemple 1. Travaillez et corrigez frontalement.
■ APRÈS
Pour chacun des trois exemples, demandez à vos élèves de
classer les adverbes dans les deux colonnes suivantes.
Elle leur a exposé franchement la triste situation.
(Elle a exposé en toute franchise ; adv. du verbe.)
Franchement, je ne peux accepter cette situation.
(À vrai dire, je ne peux… ; adv. de la phrase.)
5. POUR FAIRE COURT
Condenser de l’information.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’appariement sensibilise vos élèves aux
divers moyens linguistiques qui permettent de s’exprimer
brièvement.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves les activités 1 et 2 de l’unité et faitesleur remarquer que slogans et proverbes tirent leur force de
leur brièveté, la mémoire de travail pouvant les retenir facilement. Comment donc arriver à dire beaucoup en peu de
mots… c’est précisément l’objectif de l’activité 5.
Marchands de rêves
17
015-019_Rp3_Gp_u2.qxq
3/7/07
09:30
Página 18
UNITÉ 2
■ DÉMARCHE
A. Demandez-leur donc, individuellement, d’apparier les
formulations longues de la colonne de gauche avec les formules courtes, mais synonymes, de droite.
Réalisez une correction collective, et surtout faites examiner ce qui, linguistiquement parlant, s’est produit :
formulations longues
formulations courtes
A. nom + 2 propositions relatives
nom + déterminatif
B. nom + proposition relative
nom (dont le sens reprend
information de la relative)
C. nom + 2 propositions relatives
nom (reprenant le sens d’une
relative) + adjectif
• lequel écrit un nom et un adjectif, plie la feuille et la passe
à son voisin,
• qui écrit un adverbe.
Dans un premier temps demandez que le verbe soit transitif et profitez-en pour rappeler cette notion.
B. Récoltez tous les « cadavres » et redistribuez-les : chacun devra, à partir de ce qu’il reçoit, créer un slogan publicitaire.
Pour faciliter l’exercice, suggérez l’outil d’analyse suivant
avec ces exemples :
Pour quel produit ? Pour quelle qualité Quelle image ?
du produit ?
nom (reprenant le sens des 2
relatives)
1.
des chaussures
E. nom + 2 propositions relatives
nom (reprenant le sens des 2
relatives)
2.
F.
nom (reprenant le sens des 2
relatives) + adjectif
environnement
/arbre/… écologie
3.
poubelle
D. nom + 2 propositions relatives
nom + 2 propositions relatives
Conclusion ? Évitons les relatives dans les slogans, au profit du choix judicieux des noms et adjectifs.
légèreté
enfant sautillant
sur un stade
paysage biblique
tri
terre désertée ou
renouvelée
Cahier d’exercices : 5, 6, 9, 11
Solutions : A. 4 ; B. 6 ; C. 1 ; D. 5 ; E. 3 ; F. 2.
B. Proposez ensuite l’exercice inverse à vos élèves : expansion de groupes nominaux succincts.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites apporter en classe une série de magazines (ou
apportez-les vous-même ; ou encore référez-vous aux
regards croisés de la page 73) et faites examiner la densité
de l’information des slogans trouvés.
6. COMME DANS LA PUB
Réaliser un cadavre exquis minimaliste et l’appliquer au
champ publicitaire.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture collective, réduite et ludique, vise à
renforcer les moyens de l’expression brève.
■ AVANT DE COMMENCER
Expliquez à vos élèves que la technique du cadavre exquis,
qu’ils ont déjà utilisée dans les niveaux précédents de cette
méthode, était le moyen utilisé par les poètes surréalistes
pour faire surgir spontanément la poésie — voire la
vérité — du hasard : de fait, leur première production collective spontanée avait donné comme résultat : « le cadavre
exquis boira le vin nouveau », ce qui signifiait — de toute
évidence ! — que la vieille poésie, condamnée, allait se
nourrir d’une inspiration nouvelle… Le but est, ici, différent
puisqu’il s’agit de « dire percutant » en « peu de mots ».
■ DÉMARCHE
A. Réexpliquez donc la démarche :
• chacun écrit un sujet et un verbe, plie sa feuille et la
passe à son voisin,
18
Marchands de rêves
TÂCHE CIBLÉE
7. SLOGANS CACHÉS
Associer des slogans à des pages de publicité et évaluer
la transparence du rapport au produit.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse d’images et de slogans incite vos
élèves à apprécier le rapport entre un texte et une image
publicitaires et son efficacité commerciale.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves sur l’activité 7, demandez-leur
d’expliquer comment ils réagissent devant une publicité qui
ne se laisse pas déchiffer du premier coup : abandonnentils la partie ou la difficulté les stimule-t-elle ? Se souviennent-ils pour autant du nom du produit vanté ? Demandezleur de rapporter des exemples d’expériences de ce genre.
■ DÉMARCHE A
A. Proposez-leur ensuite d’examiner les pages publicitaires des pages 16 et 17 et d’y associer le plus rapidement
possible les slogans énumérés en haut de la page 16,
• en indiquant d’un point d’interrogation celles qui leur
résistent,
• en soulignant dans le slogan et la pub ce qui leur a permis d’établir le rapport.
Corrigez frontalement.
B. Incitez ensuite vos élèves à se prononcer sur la transparence du message : le produit vanté est-il évident ? Et le rapport entre ce produit et les caractéristiques énoncées dans
la publicité ?
015-019_Rp3_Gp_u2.qxq
3/7/07
09:30
Página 19
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Incitez maintenant vos élèves à examiner les diverses publicités de la double page et à élire, chacun pour soi, celle
qu’ils préfèrent, en se justifiant. Faites mettre en commun
et, du même coup, faites ressortir d’autres critères d’appréciation que le seul critère de la transparence.
UNITÉ 2
(ou détestent) particulièrement et de dire pourquoi.
Proposez-leur ensuite les noms de parfums suivants (en
leur expliquant, si besoin en est, que la parfumerie est l’une
des industries françaises les plus florissantes) ; qu’ils élisent ceux qui leur paraissent les plus efficaces d’un point
de vue publicitaire et expliquent pourquoi. Sur quels affects
jouent-ils ?
8. LE NAMING , C’EST IN
Se représenter ce que la publicité actuelle appelle le
naming à travers l’explication orale qu’en donne un directeur de publicité, et se prononcer sur sa pertinence.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et d’interaction orale vise à informer
vos élèves de ce qu’est l’opération publicitaire de naming et
à solliciter leur opinion à ce propos.
■ AVANT DE COMMENCER
Expliquez, avant toute utilisation de l’activité 8, qu’avant
même de préparer les affiches et les slogans, le concepteur
d’un produit pratique l’opération appelée aujourd’hui du
nom anglais de naming : qu’est-ce que cela peut bien représenter ? Interrogez-les là-dessus.
■ DÉMARCHE
A. Ensuite, signalez-leur qu’ils vont pouvoir vérifier leurs
hypothèses grâce à l’écoute d’un directeur de naming : passez une première fois l’enregistrement et discutez ensemble pour que le concept soit clair pour chacun.
Dans un deuxième temps, examinez avec eux les rubriques
de la fiche du bas de la page 17 et demandez-leur de la compléter lors d’une deuxième écoute.
Définition : création de noms de marques
Importance : grande importance, affaire de spécialistes (car
créativité, complexité, aspects juridiques)
Étapes : • fixer les objectifs du nom à créer
• création exploratoire
• débat sur une première proposition
• création ciblée (vers une nouvelle base de noms)
• validation (anticipation des problèmes)
• sélection : le client choisit parmi 5 propositions
• dépôt de marque
Critères : • recherche sur le net pour voir si le nom existe déjà
• étude sur le sens et la compréhension
• étude sur la perception consciente ou inconsciente
• étude sur la prononciation et l’écriture
Avenir du naming : prometteur : déjà beaucoup de demandes d’entreprises de renom
B. Regroupez vos élèves par deux et demandez-leur s’ils
recourraient aux services d’une telle entreprise, en cas de
création d’un nouveau produit. Pourquoi oui/non ? Que
chaque groupe s’explique ensuite devant les autres.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves de citer des noms de produits typiquement français (ou de produits de chez eux) qu’ils aiment
Attraction Diorissimo J’adore
Chance
Angel
Ô de
Obsession Insolence
Poison
Lancôme Hypnôse* Cinéma
Allure
Opium
N°5
Kenzoki
Dune
(Chanel)
Intuition
Trésor
Armani
Code
Fidji
* L’orthographe correspond aux marques déposées.
9. INÉDIT !
Voilà vos élèves arrivés à la tâche finale de l’unité 2 qui
consiste à inventer un nom, un slogan et une publicité
pour un objet réel ou inventé de leur choix.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant toute opération linguistiquement publicitaire,
demandez-leur de rappeler les caractéristiques d’un bon
slogan, leur faisant ainsi mobiliser toutes les ressources
installées dans l’unité.
■ DÉMARCHE
Ensuite, regroupez-les par trois et invitez-les à :
• se mettre d’accord sur un produit à promouvoir (attention : cette décision ne peut s’éterniser).
• trouver un nom pour le(s) produit(s)
• trouver un slogan
• créer une page publicitaire
Laissez-les travailler en toute autonomie, tout en restant à
leur disposition comme personne-resssource.
■ APRÈS
Faites afficher les pages publicitaires comme s’il s’agissait
d’une exposition.
Demandez à vos élèves d’élaborer une fiche d’évaluation et
laissez-les circuler et examiner librement.
Ensuite, procédez à une délibération de façon à élire l’affiche qui remporte le plus de suffrages : par la même occasion, vous leur ferez comparer leurs différentes fiches
d’évaluation : les jurys artistiques se réfèrent-ils aux
mêmes valeurs ? Pourquoi ne pas les inviter ensuite à élaborer une seule fiche consensuelle ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
En définitive, leurs fiches personnelles, ou la fiche de la
classe, correspond(ent)-elle(s) aux exigences du PDG de
Delerm (v. activité 1, page 12) ?
Cahier d’exercices : 8, 9, 10
Marchands de rêves
19
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 20
Unité 3
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
EN CONTEXTE
1. ON KIFFE LE HIP-HOP
Comparer les informations d’un article de presse sur le
mouvement hip-hop à celles obtenues par l’écoute d’une
interview.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette double activité de lecture d’un texte écrit en langue
soutenue et d’écoute de réponses en langue familière
contraint vos élèves à repérer des informations similaires
ou opposées malgré des formulations différentes et, donc,
les sensibilise —encore inconsciemment— aux différents
registres de la langue française.
■ AVANT DE COMMENCER
(1re partie : lecture) Signalez d’abord à vos élèves que vous
allez leur soumettre un article critique d’un concert de D’or
et Jin, groupe hip-hop fictif ; demandez-leur de n’observer
d’abord que le paratexte de ce document (titre, sous-titre,
rubrique, illustrations et note de bas de page). Quelles
informations en retirent-ils sur le hip-hop ?
Demandez-leur en même temps d’exprimer tout ce qu’ils
savent sur ce mouvement, en général. Notez toutes les
informations au tableau, en tentant de les structurer.
■ DÉMARCHE
(1re partie : lecture) Proposez ensuite à vos élèves de lire
l’article, chacun pour soi, silencieusement, avec pour seul
objectif d’en dégager les grands types d’informations ;
dans ce but, demandez-leur de noter quelques sous-titres
possibles et leur contenu essentiel : origine du hip-hop
(imitation par les jeunes immigrés français d’un mouvement issu, au début des années 70, des milieux noirs et hispano-américains new-yorkais) ; caractéristiques du hip-hop
(parler-chanter pessimiste et déstructuré, danse athlétique,
vêtements trop larges) ; prouesse de D’or et Jin à Suresnes
(Kamel, break dance, DJ, taggeur).
■ APRÈS
(1re partie : lecture) Faites verbaliser les sous-titres et leurs
contenus respectifs et, si nécessaire, résolvez les divergences. Faites ensuite rapprocher les informations extraites de
l’article des connaissances de vos élèves notées au
tableau : complémentarité ? discordances ? Pour l’instant,
contentez-vous de les faire remarquer.
20
C’est comme ça qu’on parle
■ AVANT DE COMMENCER
(2e partie : écoute) Annoncez maintenant que vous allez
leur faire entendre une interview de Kamel, le chanteur du
groupe D’or et Jin : incitez vos élèves à l’écouter en gardant
sous les yeux article, notes personnelles et notes du
tableau.
■ DÉMARCHE
(2e partie : écoute) Passez maintenant l’enregistrement et,
dans les interviews de Kamel, faites relever les trois points
de divergence par rapport aux informations précédentes.
■ APRÈS
Avec vos élèves, repérez très précisément dans l’article les
points avec lesquels Kamel se trouve en contradiction puis
comparez la formulation des informations divergentes.
Solutions :
La journaliste écrit
Kamel dit
les textes pessimistes et
destructifs
Cela peut paraître pessimiste.
Mais, dans leurs chansons, il y a
aussi un message d’espoir, de
refus de la violence, de respect et
de solidarité
imitation du
mouvement hiphop né dans les
ghettos newyorkais au début
des années 70
Les hip-hoppeurs français ne sont
pas des imitateurs. Ils créent,
transforment, inventent. D’Or et
Jin dit être un groupe de hiphoppeurs français du xxie s. et
non un groupe de hip-hoppeurs
new-yorkais des années 70.
le break dance
(technique de
danse au sol) de
P’tit Mic et Lili Style
P’tit Mic est un breakeur mais Lili
Style fait du tetris.
Livrez-vous à une première appréciation, encore imprécise,
des deux registres de langue.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites remarquer à vos élèves que le paratexte de l’article
de presse est à l’image de la langue soutenue utilisée par
l’auteur : caractères d’imprimerie sobres, images classiques, titres structurés et sobres, peu de jeu sur les couleurs
et les formes…
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 21
Demandez-leur maintenant d’imaginer que l’interview de
Kamel est publiée dans un journal spécialisé en hip-hop et
d’en élaborer un paratexte… à l’image de la langue de
Kamel !
2. TITEUF
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de décodage et de compréhension de textes
et d’images vise à confronter vos élèves à quelques caractéristiques du langage oral familier et à les leur faire classer,
très consciemment cette fois.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves qu’après l’article de journal très
sérieux et correctement rédigé, après l’interview orale de
Kamel, en langage familier voire argotique, vous allez leur
proposer une planche de BD très connue dans le monde
francophone. Dites-leur que son auteur, Zep, est suisse…
Invitez-les ensuite à repérer Titeuf, personnage principal :
c’est le petit bonhomme à la somptueuse banane de cheveux blonds érigée sur la tête ; l’autre, c’est son copain.
Incitez alors vos élèves à observer seulement les dessins
(couleurs, formes, monde dessiné…) et à donner leur première impression : j’aime ou je n’aime pas, parce que…
■ DÉMARCHE
A. Ensuite seulement, invitez-les à lire, chacun pour soi,
silencieusement, les « bulles » ou phylactères de la BD ;
répondez à toutes les questions susceptibles de faciliter la
compréhension (v. correction du tableau ci-après).
• Faites-leur dégager le message du texte : critique des
groupuscules extrémistes racistes qui manifestent pour
l’expulsion des étrangers, alors qu’ils sont incapables d’orthographier correctement les messages écrits dans leur
propre langue. Ne seraient-ils pas étrangers eux-mêmes à
leur propre culture ?
• Faites-leur dégager la source du comique.
Solutions :
Confusion absurde des deux enfants entre deux problématiques actuelles sans rapport entre elles : la diminution de
la couche d’ozone et l’exclusion des étrangers et la causalité absurde de la calvitie, abusivement expliquée par les
trous de la couche d’ozone.
B. Faites ensuite remarquer à vos élèves que Titeuf et son
copain parlent plus souvent comme Kamel que comme l’auteur de l’article de presse (ce qui a d’ailleurs dû entraver
leur compréhension) et invitez-les à relire attentivement les
bulles pour y repérer les caractéristiques de ce langage oral
familier et remplir les cases du tableau de la page 19.
PRONONCIATION VOCABULAIRE
GRAMMAIRE
• t’as pour tu as
• chais pô pour je
ne sais pas
• t’es pour tu es
• ouais pour oui
pôv pour pauvre
• y’a pour il y a
• faut pour il
faut
• chais pas :
suppression
du ne
• cramer pour brûler
• tifs pour cheveux
• types pour individus
• moche pour laid
UNITÉ 3
Comprendre la critique sociale implicite véhiculée par une
planche de Titeuf, BD suisse à succès.
Solutions :
■ APRÈS
Cette activité incitant vos élèves à prendre conscience des
caractéristiques du langage oral, incitez-les à passer du
« métalinguistique » au « métadiscursif » : engagez-les à
discriminer ce qui rapproche les deux types de production
artistique travaillés jusqu’à présent (le hip-hop et la BD de
Titeuf ).
• Du point de vue du contenu : qu’abordent-ils, l’un et l’autre ?
• Du point de vue de leur double forme (texte + danse ou
dessin) : en quoi sont-ils l’un et l’autre transgressifs ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves s’il existe dans la littérature (ou
paralittérature) de leur pays des personnages qui, à l’instar
de Titeuf, jettent un regard faussement naïf sur la réalité
sociale qui les entoure ; si oui, qu’ils en rédigent une brève
description et expliquent le monde qui fait l’objet de leur
critique.
♦ Dans les années 1960, le personnage naïf de la paralittérature française était « le petit Nicolas » : lui aussi voyait le
monde des adultes de son point de vue d’enfant et s’exprimait dans un langage bien à lui, mais… quelle évolution
entre Nicolas et Titeuf ! Engagez vos élèves à la détecter,
tant en ce qui concerne le contenu social abordé (relations
familiales, scolaires et non sociales) et le langage utilisé
(transcription des modes d’expression des différents personnages par le petit garçon, en plus de son propre langage, enfantin non argotique).
♦
On a fait le marché avec papa
Après dîner, Papa a fait les comptes du mois avec Maman.
— Je me demande où passe l’argent que je te donne, a dit
Papa.
— Ah ! J’aime bien quand tu me dis ça, a dit maman, qui pourtant n’avait pas l’air de rigoler ; et puis elle a expliqué à Papa
qu’il ne se rendait pas compte de ce que coûtait la nourriture et
que s’il allait faire le marché, il comprendrait et qu’on ne devait
pas discuter devant le petit.
Papa a dit que tout ça c’était des blagues, que si lui s’occupait
d’aller acheter des choses, on ferait des économies et on mangerait mieux, et que le petit n’avait qu’à aller se coucher.
(…)
Le matin, j’ai demandé à Papa si je pouvais l’accompagner et
Papa a dit que oui, que c’étaient les hommes qui faisaient le
marché aujourd’hui. Moi, j’étais drôlement content, parce que
C’est comme ça qu’on parle
21
UNITÉ 3
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 22
j’aime bien sortir avec mon Papa, et le marché, c’est chouette. Il
y a du monde et ça crie partout, c’est comme une grande récré
qui sentirait bon. Papa m’a dit de prendre le filet à provisions et
Maman nous a dit au revoir en riglolant.
On fait quoi
dimanche ?
Qu’est-ce qu’on
fait dimanche ?
Extrait de Joachim a des ennuis,
Sempé et Goscinny, Denoël, 1964
T’aimes les
huîtres ?
Est-ce que tu
Aimes-tu les
aimes les huîtres ? huîtres ?
Faut attendre
combien de
temps ?
Combien de temps combien de
est-ce qu’il faut
temps faut-il
attendre ?
attendre ?
Cahier d’exercices : 4, 5, 6, 7, 8
FORMES ET RESSOURCES
3. TU FAIS QUOI ?
Dans une soupe de phrases interrogatives, reconnaître et
regrouper celles qui posent la même question de façons
différentes et les classer selon leur registre ; en poser
d’autres à son tour, en faisant varier les registres.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Maîtriser les différentes formes que peut prendre l’interrogation, selon les registres de langue.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 3, rappelez-leur
qu’ils ont déjà détecté dans la BD de Titeuf diverses caractéristiques de la langue orale familière : ainsi, en grammaire, ils ont pu constater la suppression fréquente du pronom sujet impersonnel. Signalez-leur que les diverses formes que peut prendre l’interrogation relèvent aussi des
registres de langue et que c’est l’objet de cette activité.
■ DÉMARCHE (A et B)
A. Demandez-leur donc, dans la soupe de phrases interrogatives du début de l’activité, de repérer et — pour faciliter
la réalisation de l’exercice — de souligner de la même couleur celles qui posent la même question (il leur faut six couleurs différentes, six informations différentes étant demandées).
B. Ensuite, qu’ils disposent les phrases de même couleur
dans les colonnes adéquates du tableau de la page 20 ou
qu’ils les réécrivent dans leur cahier, selon leurs registres
de langue respectifs.
Solutions :
Registre familier Registre standard Registre soutenu
22
T’es né où ?
Où est-ce que tu
es né ?
Où es-tu né ?
Ça coûte combien ?
Combien est-ce
que ça coûte ?
Combien cela
coûte-t-il ?
Il s’appelle
comment ?
Comment est-ce
qu’il s’appelle ?
Comment s’appelle-t-il ?
C’est comme ça qu’on parle
Registre familier Registre standard Registre soutenu
Que fait-on
dimanche ?
■ APRÈS
Corrigez avec eux et, avec eux, construisez les règles suivantes :
Registre familier : le mot interrogatif se trouve en fin de
phrase, place principale —et donc logique—* pour une
information nouvelle.
Registre standard : le mot interrogatif occupe le début de la
phrase (deuxième place importante dans une phrase, à
défaut de la fin) mais il n’y a pas d’inversion pour autant
+ « est-ce que ».
Registre soutenu : le mot interrogatif occupe le début de la
phrase mais il y a inversion du sujet.
* Les approches dites « communicationnelles » de la langue,
appellent « rhème » l’information nouvelle apportée par une
phrase et « thème » les informations déjà connues ou partagées ; elles signalent qu’en français, les rhèmes se situent généralement en fin de phrase, ou, à défaut, en début.
■ DÉMARCHE
C. Faites-leur pratiquer à leur tour, en exigeant l’analyse
des formulations.
Solutions :
1. Tu habites où ? (familier)
Où habites-tu ? (soutenu)
2. C’est qui, ce jeune homme ? (familier)
Qui est ce jeune homme ?* (soutenu)
3. Ils arrivent quand ? (familier)
Quand arrivent-ils ? (soutenu)
4. Nous mangeons quoi ce soir ? (familier)
Que mangeons-nous ce soir ? (soutenu)
5. Tu as dit quoi ? (familier)
Qu’as-tu dit ? (soutenu)
6. Tu as vu le dernier film de Lecomte ? (familier)
As-tu vu le dernier film de Lecomte ? (soutenu)
* « Est-ce que » est impossible à utiliser en même temps que
« qui » sous peine d’arriver à un imbroglio du type « qui est-ce
que c’est ce jeune homme », vraie forme familière, mais rare.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
On ne passe pas indifféremment d’un registre de langue à
l’autre. On en privilégie un plutôt que les autres en fonction
de :
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 23
• la personne à qui l’on s’adresse,
• qui on est et qui est l’autre,
• dans quel lieu physique et institutionnel on s’adresse à
l’autre.
4. (TRÈS ÉMU)
Dire un seul et même texte avec des intonations différentes, traductrices de divers sentiments.
■ DÉMARCHE
Lancez-les alors dans la réalisation de l’activité 4 comme le
préconise la consigne, mais demandez à chaque « auditeurspectateur » de préciser sur quels indices paraverbaux et
non verbaux il fonde sa réponse.
■ APRÈS
À la suite de l’activité, vos élèves auront sans doute pu
observer l’importance d’autres composantes du para- et du
non verbal : faites-leur donc compléter la liste embryonnaire élaborée lors de l’étape initiale. À titre d’exemple :
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’oralisation d’un texte court vise à sensibiliser vos élèves à l’information émotionnelle que peut transmettre l’intonation et à la leur faire mobiliser.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la réalisation de l’activité,
rappelez-leur qu’à la fin de l’unité, ils auront à écrire et
interpréter une scène de film ; c’est la raison pour laquelle
vous leur avez fait travailler, jusqu’à présent, les caractéristiques lexicales et grammaticales de l’oral.
Mais ces caractéristiques peuvent aussi se retrouver dans
des écrits non formels tels que des courriers électroniques,
des textos, des billets, voire des lettres. C’est que la différence entre l’oral et l’écrit se trouve aussi ailleurs : demandez-leur donc de réfléchir à ce que l’oral et l’écrit ont en
commun et à ce qui fait la différence entre eux.
Notez ce qu’ils vous disent au tableau, de telle sorte que s’y
trouvent regroupés en deux catégories distinctes :
• ce qui relève du paraverbal : ton, intonation, débit, articulation, etc.
• ce qui relève du non verbal ; gestes, mimiques, etc.
Expliquez-leur que l’on nomme paraverbal tout ce qui renvoie à l’utilisation de la voix, et non verbal, tout ce qui
relève de l’utilisation du corps, l’un et l’autre étant difficilement dissociables. Alors que l’écrit ne passe que par le verbal (les signes de la langue), l’oral passe aussi par la voix et
les gestes (para- et non verbal).
Dans un deuxième temps, incitez-les à s’interroger sur l’apport particulier du verbal et du non verbal : Que communiquent « en plus » ces deux « médias » ? Essayez de leur
faire dégager ce que la voix et le corps peuvent apporter de
plus par rapport aux signes de la langue écrite (différence
entre l’apport strictement informationnel d’un message et
son apport émotionnel supplémentaire.)
Au besoin, faites-leur une démonstration en oralisant le
texte suivant
Non verbal
Paraverbal
gestes
mimiques
regard
sourire
posture
situation dans l’espace
…
timbre de voix
volume
articulation
intonation
mélodie
pauses
hauteur de voix
…
UNITÉ 3
Formez donc des groupes de trois élèves et distribuez à
chaque groupe une des informations demandées dans l’activité 3, A ou C (lieu de naissance, prix, identité, projet,
goût, durée, domicile, heure d’arrivée, etc.) ; chaque
groupe devra trouver trois contextes (lieux géographiques
ou institutionnels et interlocuteurs) appropriés pour les
trois registres et en faire part aux autres.
de façon à exprimer la tristesse ou la satisfaction (!) et
demandez-leur à quels indices ils ont reconnu l’une et l’autre émotions.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Pour entraîner au non verbal (gestuelle), proposez à vos
élèves d’écrire un court message, qu’ils « joueront » (avec
leur corps), mais sans le « vocaliser » (ils peuvent articuler
mais aucun son ne doit sortir de leur gorge, comme s’ils
étaient sourds-muets). Aux autres de deviner les sentiments exprimés, voire la teneur du message.
♦ Proposez à vos élèves de dessiner une planche de BD avec
des personnages (trois, maximum quatre) très typés exprimant des sentiments forts (colère, surprise…) ainsi que
d’écrire les textes des bulles.
Pour les entraîner au paraverbal, demandez à vos élèves de
jouer les acteurs qui enregistrent les textes des dessins animés, par exemple, et « font les voix » de divers personnages, en modulant leurs voix selon les physiques, les caractères et les émotions. Expliquez-leur que certains acteurs
ont mené des carrières complètes de la sorte.
♦ Enfin, invitez vos élèves à s’interroger sur l’expression des
émotions par la voix et le corps dans leur propre culture :
Est-ce permis / interdit, favorisé / mal supporté ? Comment
voient-ils les autres cultures à ce propos ? Donnez un exemple de stéréotypes chez les Japonais ou les Italiens.
♦
5. J’AI UN PROBLÈME
Répondre à un courrier des lecteurs, comme si on était le
psychologue du journal, et examiner les caractéristiques
de la prononciation du locuteur.
Ma belle-mère est morte hier.
C’est comme ça qu’on parle
23
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 24
UNITÉ 3
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture contraint vos élèves à multiplier les
structures d’expression du conseil et, dans un deuxième
temps, à repérer les élisions de l’oral.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que, lors de la tâche finale, ils se trouveront fort probablement en situation de donner des
conseils à un ami en plein désarroi amoureux. C’est ce que
font généralement les psychologues qui s’occupent du
courrier du cœur dans les magazines, et c’est ce que vous
allez leur demander de faire dans l’activité 5. Mais pour
bien conseiller, il faut d’abord bien écouter ou lire : c’est ce
qu’on appelle l’empathie.
■ DÉMARCHE A
A. Invitez donc vos élèves à lire le courrier de Lucas, au bas
de la page 20, et à y repérer :
• les données du problème (fou amoureux d’une fille avec
laquelle il vit depuis un an ; d’où vacances ensemble
prévues)
• la source de la souffrance (elle veut des vacances en solitaire, parce qu’a besoin de liberté)
• la demande (que faire, étant donné qu’il ne veut pas la
perdre ?)
Ensuite, suggérez-leur de rédiger, à deux, une réponse :
qu’ils se mettent d’abord d’accord sur la teneur du message
à rédiger, puis qu’ils l’écrivent.
■ APRÈS A
A. Tout en corrigeant les différents messages, notez au
tableau, en les organisant, les différentes façons d’exprimer un conseil listées dans l’encart grammatical, et faites
ensuite faire des variations sur les différentes productions
pour que vos élèves s’habituent à varier les expressions du
conseil.
Mais sont-elles toutes aussi pertinentes dans tous les
contextes ? Faites réfléchir vos élèves là-dessus et profitezen pour expliquer quelques nuances : il faut ou tu n’as
qu’à… apparaissent plus comme des devoirs que pourquoi
ne pas … ? (suggestion) ou tu devrais, véritable conseil.
■ DÉMARCHE B
B. Dans un deuxième temps, invitez vos élèves à écouter la
relation orale que fait Lucas du même problème et faitesleur comparer cette oralisation avec la version écrite : quels
sont les sons qui ne sont pas prononcés ? Faites-les barrer
dans le texte de la page 20.
■ APRÈS B
B. Faites déduire les règles reprises dans l’encart grammatical.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Il y a quelques années, la psychologue Françoise Dolto a
notamment établi sa célébrité sur une émission de radio
durant laquelle elle répondait aux divers problèmes d’auditeurs.
24
C’est comme ça qu’on parle
Invitez vos élèves à l’imiter : à deux, ils exposeront oralement une difficulté et y répondront comme s’ils étaient la
fameuse psy. Ils peuvent enregistrer leur performance.
6. SI JE VOUS DISAIS CE QUE JE
PENSE !
Compléter les phylactères de dessins montrant des situations diverses dans lesquelles les pensées réelles des
personnages ne correspondent pas exactement à ce qu’ils
expriment.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture lacunaire vise à sensibiliser vos élèves à la (non) pertinence de la sincérité et à les entraîner à
l’expression de l’intensité exclamative.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de commencer l’activité proprement dite, demandez
à vos élèves si certaines choses les ont déjà agacés ce
matin, avant votre cours, et ce qu’ils ont pensé en leur for
intérieur ; sans doute s’exprimeront-ils en langue maternelle, mais peu importe : profitez-en et demandez-leur
comment ils auraient pu penser la même chose en français… « Ah là là ! Quel temps ! Oh zut, qu’est-ce que je n’ai
pas envie d’aller à l’école aujourd'hui ! Ce que j’ai mal
dormi… » Vos élèves disent-ils toujours tout cela à haute
voix ? Ou bien se contentent-ils de le penser ? Pourquoi ?
Faites-les discuter là-dessus, de façon à amorcer le thème
de la sincérité, pertinente ou non.
Ne relevez que ce qui est pertinent pour la réalisation de
l’exercice et, le cas échéant, réalisez déjà un classement
des modes d’expression au tableau.
Concluez sur les caractéristiques de la classe : sont-ils, ou
non, très expressifs ? Disent-ils tout ce qui leur passe par la
tête ou exercent-ils une censure sur leurs propos ?
■ DÉMARCHE
A. Lancez-les ensuite dans la réalisation de l’activité 6 :
demandez-leur d’observer les dessins de la page 21 et de
compléter les bulles en se référant aux différentes possibilités proposées. Ensuite, invitez-les à vérifier leurs hypothèses en écoutant l’enregistrement.
Solutions : 1. c ; 2. d ; 3. b ; 4. e ; 5. a
B. Demandez-leur ensuite de classer les expressions qu’ils
viennent d’utiliser, en fonction de leurs structures :
• quel + adjectif (épithète) : Quelle jolie fille !
nom : Quel crétin !
• comme / qu’est-ce que / ce que + verbe et adverbe,
verbe copule et attribut :
Comme / qu’est-ce qu’ / ce qu’ il nage bien !
Comme / qu’est-ce qu’ / ce qu’ elle est belle !
C. Demandez ensuite à vos élèves de compléter la dernière
bulle en utilisant l’une de ces structures.
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 25
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Faites remarquer à vos élèves que les adolescents d’aujourd’hui — et peut-être même les jeunes adultes… ? — ont
tendance à préférer la sincérité à la délicatesse. Quelle est
l’opinion de vos élèves là-dessus ? Demandez-leur d’en discuter et d’examiner leur propre comportement concret :
aujourd’hui par exemple, se sont-ils souvent « mordu la langue » pour ne pas blesser leur interlocuteur ou… y sont-ils
allés joyeusement ?
♦ Demandez à vos élèves de réaliser un test, qu’ils soumettront ensuite à leurs camarades, pour déterminer dans
quelle mesure ils expriment leurs sentiments et s’exclament beaucoup : « Êtes-vous quelqu’un qui s’exclame
beaucoup face aux choses de la vie ? »
C’est là une façon d’obliger vos élèves à réutiliser les
expressions de l’exclamation vues, et d’en vérifier l’emploi
quotidien.
Qu’avez-vous déjà dit aujourd’hui ?
1. • Ce que j’ai pas envie de me
lever !
• Comme c’est chouette de se
lever par ce soleil !
OUI
NON
(a)
(b)
TÂCHE CIBLÉE
7. RÉMI ET MAMIE
Comprendre un message écrit à l’intention d’une personne déterminée et y apporter les modifications
nécessaires pour l’adresser à une autre personne.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de réécriture amène vos élèves à
prendre conscience de la surdétermination qu’exerce le
contexte —et plus particulièrement le destinataire— sur les
choix lexicaux et grammaticaux pratiqués lorsque l’on parle
ou écrit.
■ AVANT DE COMMENCER
À ce stade de l’unité et à quelques encablures de la tâche
finale, il devient important de sensibiliser vos élèves aux
facteurs qui leur permettent de décider du lexique (familier,
standard ou soutenu) qu’ils vont employer et des caractéristiques grammaticales (voire paraverbales et non verbales) de leur production, orale ou écrite. Avant de les lancer
dans l’activité 7, revenez donc sur l’article de presse du
début de l’unité, sur l’interview de Kamel et sur Titeuf et
demandez-leur pourquoi, à leur avis, certains s’expriment
en langue soutenue et d’autres en langue familière, voire
argotique. Contentez-vous, pour l’instant de noter leurs
réponses, en précisant que l’activité 7 va permettre d’y voir
plus clair.
■ DÉMARCHE
A. Invitez vos élèves à lire le message de l’activité et, après
lecture, à remplir les deux premières colonnes du tableau
suivant :
2. • Quelle patience elle a, ma mère ! (b)
• Ce qu’elle me pompe, ma mère ! (a)
3. • Quelle boîte à sardines, ce bus ! (a)
• Ce qu’il est rapide ce bus, quand (b)
même !
4. …
• Vous êtes expressif ou non (v. nombre de oui/non sur le
nombre total de phrases).
• Vous êtes positif ou négatif (v. nombre de (a) et (b) sur le
nombre total de phrases).
Notez que dans la mesure où les expressions de la vie quotidienne s’expriment en langage familier, vous pouvez autoriser vos élèves à s’en donner à cœur joie !
Cahier d’exercices : 5, 6, 7, 8, 13
UNITÉ 3
■ APRÈS
Invitez ensuite vos élèves à réfléchir aux raisons pour lesquelles les personnages n’ont pas dit ce qu’ils pensaient :
quels effets auraient produit leurs véritables pensées et
pourquoi ? (Le premier est un refus ; les autres cas sont des
critiques. Refus et critiques sont des actes de langage qui
agressent l’autre dans son ego et le blessent ; deux solutions alors sont possibles : se taire et dire autre chose
— activité 6 —, ou adoucir ce que l’on dit — v. Pour aller
plus loin de l’activité 7.)
Qui écrit ? À qui ? (A) À qui ? (B)
Âge
Sexe
Statut (égal, supérieur, inférieur)
Rôle (collègue, ami,
parent…)
Contexte de communication (interpersonnel, institutionnel…)
Type de message
(du moins au plus
formel, qu’il
s’agisse d’écrit ou
d’oral)
C’est comme ça qu’on parle
25
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 26
UNITÉ 3
Demandez-leur ensuite de souligner dans le message les
termes ou les tournures qui se justifient par les éléments du
tableau.
Solutions :
Luc a choisi de s’adresser à son copain de façon familière.
Remarquez le lexique —salut, appart, vachement, sympa,
bouffe, peinard, trucs, cata, crevaient, a +— et certaines
tournures grammaticales —je suis pas, faudrait—, puisque
ce dernier est un ami, de son âge et de son sexe, apparemment proche et qu’il écrit une sorte de lettre ou de petit mot
(écrit très peu formel), dans un contexte interpersonnel et
non officiel ; néanmoins, il garde certaines caractéristiques
de l’écrit formel, par exemple dans la structuration de son
message : d’abord…, ensuite…
B. Dans un deuxième temps, invitez vos élèves à compléter
la troisième colonne du tableau si, comme le suggère la
consigne, c’est finalement à sa grand-mère que Luc adresse
son message. Ensuite, regroupez-les par deux ou trois et
faites-leur modifier le message en conséquence.
■ APRÈS
Discutez tous ensemble des choix effectués dans chaque
groupe, de façon à vérifier s’ils sont pertinents par rapport
au destinataire et à la situation de communication, interpersonnelle dans ce cas.
Revenez à l’article de presse, à l’interview de Kamel et aux
conversations de Titeuf avec son copain et réexaminez-les
en fonction des caractéristiques du contexte mises en évidence dans cette dernière activité, préalable à la réalisation
de la tâche finale.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
De façon à bien installer la conscience de l’importance du
contexte, demandez à vos élèves de rédiger une troisième
fois le texte pour… la femme de ménage de la maman de
Rémi, dame de 50 ans, très correcte mais peu cultivée, qui
a accepté de passer à l’appartement.
♦ Règles de la courtoisie ou de la politesse
Que le destinataire du billet soit la grand-mère ou la femme
de ménage, Luc se trouve en position de donner des ordres
—ou tout au moins d’adresser une demande précise— à
deux personnes d’un âge supérieur au sien : ce type d’acte
de parole constitue une sorte d’agression verbale à l’égard
de l’interlocuteur, ce que la culture francophone ne peut
tolérer et tente donc d’atténuer : expliquez à vos élèves que
c’est ce que la linguistique désigne par l’appellation de
politesse ou de courtoisie. Être « communicativement courtois », cela signifie respecter ce que l’on appelle les
« faces » de l’autre (et les siennes), c’est-à-dire son territoire et son ego. Or, quand on donne un ordre, quand on
donne un conseil, quand on adresse une demande, quand
on insulte, quand on est indiscret, quand on critique ou
refuse, etc., on agresse le territoire ou la face de l’autre. Il
faut donc prendre des précautions oratoires telles que :
♦
26
C’est comme ça qu’on parle
• des formules pour « désarmer » : « je peux te poser une
question / te donner un conseil / te dire ce que je
pense … ? »
• des formules pour « amadouer » : « sois gentille / sympa
/ un ange, et donne-moi… »
• des formules pour « minimiser » : « donne-moi un petit
coup de main », « j’ai juste une petite remarque à te
faire »
• des formules pour « réparer » : « excuse-moi de te le dire,
mais ce travail n’est pas bon »
8. DES AMOURS ET DES AMIS
Rédiger l’une des scènes d’un film et l’interpréter.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité finale regroupe des moments de lecture, d’audition, de production écrite et orale ; comme toute tâche
finale, elle exige également la mobilisation de toutes les
ressources installées dans l’unité : prise en compte des
caractéristiques de la situation de communication et mobilisation pertinente des spécificités de l’oral.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves qu’ils sont arrivés au stade
final de l’unité et disposent de toutes les ressources nécessaires pour la réaliser. Néanmoins, et seulement si cela
vous semble nécessaire, réalisez avec eux une analyse
préalable de la tâche.
A. Il s’agit ici de déterminer les caractéristiques des personnages : contentez-vous de suggérer l’utilisation du
tableau de l’activité 7 (âge, sexe, statut, rôle, contexte de
communication, type de message).
B. Pour cette étape, renvoyez vos élèves à l’activité 4 et
insistez pour qu’ils tiennent bien compte du caractère de
chaque personnage, car rappelez que c’est de ce caractère
que découlent les émotions, lesquelles devront se concrétiser, dans la dernière phase de la tâche finale, par le non verbal et le verbal.
C. Cette étape de la tâche renvoie à l’activité 5, c’est-à-dire
à l’élaboration de conseils, qu’il faudra ensuite mettre dans
la bouche de Laure ou de Vincent. Attention : ces conseils
doivent rester pertinents par rapport au caractère de ces
personnages et être formulés au moyen des outils linguistiques adéquats.
■ DÉMARCHE
Et maintenant, lâchez-les seuls dans l’arène, par groupes
de trois, pour la réalisation, en deux temps, de la tâche
finale :
• Rédaction du dialogue, durant laquelle vous pouvez rester une personne-ressource et répondre aux demandes.
• Répétition de la scène et représentation, où vous vous
effacez.
■ APRÈS
L’idéal serait de filmer les scènes et, ensuite, de les repasser pour en faire l’évaluation. Incitez vos élèves à élaborer
une grille d’évaluation… En voici une possible :
020-027_Rp3_Gp_u3.qxq
5/7/07
10:02
Página 27
1. Texte
1.1 choix lexicaux
1.2 choix grammaticaux
2. Représentation
présence/absence justesse aisance
2.1 Gestuelle
postures
mimiques
regards
gestes
2.2 Voix
volume
articulation
prononciation
intonation
(non) suffisant
B. Faites écrire mille et une variations de cette scène, variations qui vont jouer
• sur la retenue des personnages,
• sur leur caractère explosif,
• sur leur soif mutuelle de vengeance,
• sur… (à vos élèves de laisser voguer leur imagination)
UNITÉ 3
(non) pertinents par rapport
à la situation de communication : caractéristiques des
personnages, y compris
caractère et émotions, et
type de texte (conversation).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
A. Faites jouer la scène entre Gilles et Linda de la section
C. : elle est remplie d’émotions et de gestes ; c’est un véritable récital pour les doués du paraverbal et du non verbal.
Puis, ils joueront ce qu’ils auront écrit.
Cahier d’exercices : 5, 6, 7, 8, 13
suffisant
C’est comme ça qu’on parle
27
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 28
Unité 4
À VOS PLUMES !
EN CONTEXTE
Le ciel est par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.
1. SAGESSE
Manifester sa compréhension d’un poème de Verlaine par
le dessin, la transcription et l’explicitation des émotions
exprimées ; relier au contexte historique de création.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de production (iconique, orale et
écrite) plonge vos élèves dans le monde des émotions et de
leur expression poétique.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’unité 4, écrivez en grand,
au tableau, le mot poésie et encouragez vos élèves à exprimer spontanément tous les mots auxquels celui de poésie
les fait penser. Écrivez ces derniers en étoile autour de poésie, puis entourez ou soulignez ceux qui, à première vue,
appartiennent au même champ (par exemple, le champ des
émotions, celui des images, celui des rythmes, celui des
contraintes… à vous de voir en fonction du matériau brut qui
vous arrive). Vous obtiendrez ainsi les représentations de
vos élèves à propos du genre littéraire particulier qu’est la
poésie et pourrez y revenir régulièrement pour le modifier,
le confirmer, l’amplifier ou le nuancer, tout en dotant vos
élèves de ressources plus strictement linguistiques.
■ DÉMARCHE
A. Annoncez-leur alors que vous allez leur faire écouter un
poème de Verlaine et récoltez leurs éventuelles connaissances à propos de ce poète ; amplifiez-les un petit peu, mais
à peine puisqu’ils auront l’occasion ensuite de revenir au
texte biographique de la page 24.
Invitez-les alors à se munir de quoi dessiner ce qu’ils vont
entendre. Éventuellement, accordez deux auditions.
Faites ensuite comparer et discuter les dessins, de façon à
vérifier l’exactitude de la compréhension, d’une part, mais
aussi les variations de réception, d’autre part. Profitez-en
pour faire remarquer quel est le sens prioritairement sollicité dans chaque strophe.
B. Demandez ensuite que, lors d’une nouvelle audition, ils
essaient de transcrire complètement le poème ; préalablement à cette performance, notez déjà au tableau ce qu’ils
ont retenu des deux premières strophes ; il n’y aura ainsi
plus qu’à compléter.
28
À vos plumes !
La cloche dans le ciel qu’on voit
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.
Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là,
Vient de la ville.
— Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?
Paul Verlaine, Sagesse, 1881
C. Une fois tout le poème noté, invitez vos élèves à identifier
les sentiments exprimés par Verlaine dans les deux dernières
strophes et laissez la discussion s’installer, le cas échéant, mais
avec des références au texte à l’appui des affirmations (voir les
propositions de sentiments de la page 25).
D. Suggérez ensuite à vos élèves de lire silencieusement
(et globalement) le long texte biographique des pages 2425, pour y trouver des éléments d’interprétation du poème
qu’ils viennent d’analyser : notamment, où a sans doute été
conçu ce poème, à quoi fait-il référence, etc. Ce qu’ils retirent de leur lecture leur permet-il de réinterpréter le texte ?
Comment ?
■ APRÈS
Invitez maintenant vos élèves à exprimer leurs sentiments à
propos du poème de Verlaine lui-même : leur plaît-il ou
non ? pourquoi ?
En quoi ce texte correspond-il ou non a l’image qu’ils ont de
la poésie en général et qu’ils ont exprimée « avant de commencer » ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Pour aller plus loin, proposez-leur un autre poème célèbre
de Verlaine, « Chanson d’automne », extrait des Poèmes
saturniens, et demandez-leur s’ils y reconnaissent la patte
et la sensibilité de Verlaine ; s’ils éprouvent eux-mêmes le
même type de ressenti que pour « Sagesse », pourquoi ?
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 29
sions qui pourraient leur servir et qu’il serait souhaitable
qu’ils mémorisent.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure
Théo : Ben non / Ben qu’est-ce tu veux
Martine : mais c’est pas vrai !…
Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà
Pareil à la
Feuille morte.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à récolter durant quelques jours, dans
leur entourage francophone, s’ils en ont un ou dans leur
langue maternelle, à défaut, les expressions de sentiments
qu’ils entendent. Examinez ensuite tous ensemble la
récolte : au besoin, traduisez-la et faites-y puiser un certain
nombre de ressources à mémoriser.
Sophie : Ah ! Bon, non je savais pas. / C’est pas vrai ! / Et
ben ça alors, j’en reviens pas !
Yves : Ouais, ouais, mais je peux te dire que je suis super /
rudement / vachement content.
Sandrine : Oh là là, Marc si tu savais ce qui … m’arrive /
Emmanuel : ben… il en a de la chance, ton mari. / Ah oui, tu
l’as dit / c’est pas pour dire mais quand même / y’en a
qui sont vernis !
UNITÉ 4
Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Bercent mon cœur
D’une langueur
Monotone
2. ELLE A LE CAFARD !
Identifier les émotions exprimées dans trois petites
conversations et évoquer les conditions dans lesquelles
on les a soi-même éprouvées.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et d’expression orale incite vos élèves à l’acquisition et à la réutilisation du lexique des émotions ; il les contraint en outre à la narration brève des circonstances de ces émois.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que les poètes ne sont pas les seuls à
éprouver des sentiments et des émotions, ni à les exprimer : certes, dans les conversations quotidiennes, on s’exprime plus simplement… Comment ? C’est ce que vous leur
proposez maintenant de déterminer.
■ DÉMARCHE
A. Invitez-les donc à écouter trois conversations de la vie
de tous les jours et demandez-leur d’identifier les sentiments exprimés dans chacune.
Solutions :
1. Sophie : surprise. Yves : content
2. Théo : a le cafard. Martine : déçue
3. Sandrine : peur de ce qui va se passer. Emmanuel : jaloux
B. Regroupez ensuite vos élèves par deux et incitez chacun
à expliquer à son partenaire dans quelles circonstances il a
éprouvé l’un et/ou l’autre des sentiments antérieurement
évoqués.
■ APRÈS
Donnez une copie de la transcription de cet enregistrement
à chaque apprenant et invitez-les ensuite à y souligner systématiquement les passages qui marquent les différents
sentiments éprouvés. Invitez-les ensuite à noter les expres-
Cahier d’exercices : 3
FORMES ET RESSOURCES
3. THOMAS RIME AVEC CHOCOLAT,
SAMUEL AVEC CARAMEL
Se livrer à des associations libres de mots et y repérer des
rimes potentielles.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de brainstorming lexical vise à sensibiliser
vos élèves aux associations libres de mots, propres à la
poésie (et à la chanson), et à la notion de rime.
■ AVANT DE COMMENCER
On associe souvent poésie et rime (vos élèves l’ont-ils fait
en début d’unité ?) ; on le fait aussi pour la chanson. Mais
qu’est-ce qu’une rime, au fond ? Demandez à vos élèves
d’essayer de définir ce terme et recueillez les différentes
propositions. Y a-t-il à leurs yeux, parmi les listes de mots
de l’activité 3, des mots qui riment entre eux ? Lesquels ?
Pourquoi ? Sinon, peuvent-ils en trouver eux-mêmes ?
(v. Antisèche de la page 29. La rime est la reprise, à la fin
d’un vers, d’un son ou d’une série de sons)
Faites-leur repérer les rimes des poèmes de Verlaine.
■ DÉMARCHE
A. Regroupez ensuite vos élèves par trois et, avec l’aide
éventuelle d’un dictionnaire, demandez-leur de noter tous
les mots qu’ils associent à ceux des listes présentées en
haut de la page 26.
B. Demandez-leur à nouveau d’observer leurs listes décuplées et, frontalement, trouvez des mots qui riment les uns
avec les autres.
À vos plumes !
29
UNITÉ 4
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 30
C. Enfin, par deux, incitez vos élèves à trouver des mots qui
riment avec leurs prénoms respectifs comme caramel rime
avec Samuel.
Mais peut-être que Samuel n’aime guère cette association
d’un caramel avec son prénom ! Incitez donc vos élèves à
discriminer les associations qui leur plaisent le plus et
qu’ils les lisent ensuite à la classe en justifiant éventuellement leurs choix.
■ APRÈS
Signalez à vos élèves que la poésie française est fort attachée à la rime, ce qui n’est pas le cas, par exemple, de la
poésie anglaise. Elle y est même tellement attachée qu’elle
distingue :
• différents types de rimes
– la rime féminine (répétition d’une syllabe contenant un
e muet non accentué) et la rime masculine (répétition
d’une syllabe accentuée)
– la rime pauvre (répétition d’une seule voyelle), la rime
suffisante (répétition de consonne et voyelle), la rime
riche (consonne + voyelle + consonne) et la rime léonine (consonne + voyelle + consonne + voyelle)
• et différents arrangements de rimes
– les rimes plates : a a b b
– les rimes croisées : a b a b
– les rimes embrassées : a b b a
– et toutes les sophistications possibles… !
Incitez vos élèves à observer de plus près la versification de
Verlaine, qui a la réputation d’écrire des textes faciles d’accès… Qu’en pensent-ils du point de vue de la « métrique » ?
Pourquoi alors dit-on que la poésie de Verlaine est facile ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Expliquez à vos élèves qu’on appelle acrostiche un poème
ou une strophe dont les initiales de chaque vers, lues dans
le sens vertical, composent un mot ou plus encore. En voici
un, coquin, de Musset à Georges Sand, sa maîtresse. Vos
élèves arrivent-ils à le décrypter ? (Dans ce cas, il ne s’agit
pas des premières lettres mais des premiers mots).
Quand je mets à vos pieds un éternel hommage
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un cœur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin, de mes vers, lisez les premiers mots
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.
Réponse de la coquine au coquin :
Cette insigne faveur que votre cœur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
4. DRÔLE D’HISTOIRE
Identifier le sens de divers adjectifs en fonction de leur
position.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’appariement de positions syntaxiques et de
significations sensibilise vos élèves à la polysémie de certains adjectifs, levée, en contexte, par leur position ante- ou
postnominale.
■ AVANT DE COMMENCER
Choisissez dans le contexte connu de vos élèves un personnage célèbre, de haute taille et de prestige, et dites-leur
qu’on peut dire de cette personne que c’est un « grand
homme » et « un homme grand » (exemple : le général de
Gaulle). Peuvent-ils expliquer en quoi on dit ainsi deux choses différentes sur la même personne ? En revanche, citezleur quelqu’un qu’ils connaissent, grand mais pas particulièrement remarquable, que dira-t-on de lui ? Et d’un personnage célèbre, mais petit de taille (Gandhi, par exemple)
Concluez en leur signalant qu’un certain nombre d’adjectifs
changent ainsi de sens selon qu’ils précèdent ou suivent le
nom qu’ils caractérisent.
■ DÉMARCHE
Regoupez ensuite vos élèves par deux et demandez-leur de
relier chaque exemple de la colonne de gauche avec la
signification qui lui correspond dans la colonne de droite.
Solutions : 1. c ; 2. h ; 3. d ; 4. e ; 5. g ; 6. a ; 7. f ; 8. k ; 9. l ;
10. b ; 11. i ; 12. j.
■ APRÈS
Demandez ensuite à vos élèves de réemployer ces adjectifs
dans des phrases qu’ils créeront, montrant ainsi qu’ils ont
bien assimilé les sens de chacun.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Par extension, demandez-leur ce que l’on dira, à leur avis,
dans les cas suivants :
• C’est une bien curieuse histoire / histoire bien curieuse
que l’on raconte à propos du vieux Grégoire.
• Méfie-toi, c’est un drôle de type / type drôle.
• Dis-moi que ce n’est pas vrai et que c’est une mauvaise
blague / C’est une blague mauvaise.
• C’est gentil de me proposer ta voiture, mais j’utiliserai
mon propre véhicule / mon véhicule propre.
• On a été reçus comme des minables avec un maigre
repas / repas maigre et même pas de dessert.
• Qui c’est, ce bonhomme ? Un ancien commandant / un
commandant ancien de l’armée, je crois.
Que veut dire « pauvre » dans l’expression un peu étonnante : « Pauvre petite fille riche ! » ou dans « Pauvre de
moi ! »
(Quand voulez-vous que je couche avec vous ? Cette nuit)
5. CHEZ NOUS, ON EST COMME ÇA !
Proposez-leur ensuite de rédiger un acrostiche à partir des
lettres de leur prénom ou du prénom d’un(e) camarade… ou
plus, si affinité.
30
À vos plumes !
Repérer dans les paroles d’une chanson, les caractéristiques attribuées aux habitants de Toulouse (sud-ouest de
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 31
la France) et les traduire par un adjectif ; caractériser à
son tour les habitants d’une ville de son choix.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que vous allez leur donner à lire les
paroles d’une chanson des Fabulous Trobadors, groupe
toulousain formé de Claude Sicre (auteur des paroles et
chanteur) et d’Ange B (capable d’imiter tous les sons possibles au seul moyen de sa bouche) ; leur musique est fondée
sur le folklore occitan et les rythmes du brésilien de la
région du Nordeste. C’est un groupe qui ne manque pas
d’humour.
■ DÉMARCHE
A. Cette mise en situation faite, regroupez vos élèves par
deux et demandez-leur de souligner dans le texte tous les
passages se rapportant au caractère des Toulousains, puis,
dans leur cahier, de trouver un adjectif qui traduise le trait
de caractère correspondant à ce comportement, voire l’antonyme :
Les Toulousains ne sont pas…
grégaires, moutonniers
soumis, obéissants
crédules
perdants
méprisants, suffisants
rancuniers
craintifs, pleutres
conscients de leur valeur
impolis, discourtois, goujats
mauvais, méchants
cupides
utopistes
sont… :
indépendants
autonomes
battants
polis, courtois
gentils, bons
réalistes
B. Ensuite, faites dresser la liste des négations utilisées
dans le texte et, toujours par groupes, faites écrire six phrases négatives relatives aux habitants du pays, de la ville ou
de la région de vos élèves. Corrigez par une mise en commun.
■ APRÈS
Signalez à vos élèves que la critique a qualifié cette chanson de « faux hymne chauvin » : peuvent-ils expliquer pourquoi ? (L’ironie se note en finale : « on n’est pas chauvin »,
alors que tout le texte démontre le contraire, de même que
le refrain autosatisfait « Acum aco », « c’est bien ».)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Un Toulousain célèbre, très amoureux de sa ville aussi, était
le chanteur et poète Claude Nougaro ; il a immortalisé
Toulouse dans une superbe chanson dont nous reproduisons les paroles ci-dessous. Encouragez vos élèves à y
Qu’il est loin mon pays, qu’il est loin
Parfois au fond de moi se ranime
L’eau verte du canal du Midi
Et la brique rouge des Minimes
UNITÉ 4
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture contraint vos élèves à inférer le
caractère des Toulousains à partir de leurs comportements
et à traduire ces inférences grâce à des adjectifs adéquats ;
elle incite en outre au repérage des négations.
repérer les fragments de l’image de Toulouse vue par
Nougaro. Est-ce la même que celle des Trobadors ? Ensuite
demandez-leur d’y repérer un passage qui leur plaît (ou
déplaît) particulièrement ; pourquoi ?
Ô mon pays, ô Toulouse, ô Toulouse
Je reprends l’avenue vers l’école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne
Ô mon pays, ô Toulouse
Un torrent de cailloux roule dans ton accent
Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes
On se traite de con à peine qu’on se traite
Il y a de l’orage dans l’air et pourtant
L’église St Sernin illumine le soir
Une fleur de corail que le soleil arrose
C’est peut-être pour ça malgré ton rouge et noir
C’est peut-être pour ça qu’on te dit Ville Rose
Je revois ton pavé, ô ma cité gasconne,
Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
Est-ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
Ou serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz ?
Voici le Capitole, j’y arrête mes pas
Les ténors enrhumés tremblent sous leurs ventouses
J’entends encore l’écho de la voix de papa
C’était en ce temps-là mon seul chanteur de blues
Aujourd’hui les buildings grimpent haut
À Blagnac, tes avions ronflent gros
Si l’un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles ?
Ô mon pays, ô Toulouse, ô Toulouse
Si vous pouviez leur faire écouter la chanson ensuite… ce
serait évidemment tout le soleil du Midi qui surgirait d’un
coup !
6. J’AI HORREUR DES SERPENTS
Associer le ressenti de diverses émotions avec des objets,
des personnes, des situations.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’expression orale et écrite contraint vos élèves à l’utilisation du lexique verbal des sentiments et des
émotions et à leurs constructions.
À vos plumes !
31
UNITÉ 4
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 32
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entamer cette activité, signalez à vos élèves que si
les traits de caractère ou les émotions peuvent se traduire
dans des comportements, eux-mêmes qualifiables par des
adjectifs (v. Verlaine, les conversations de l’activité 2 ou les
Trobadors), ils peuvent aussi s’exprimer par des verbes tels
que ceux listés en bas de la page 27. Mais faites d’emblée
remarquer les deux constructions différentes : verbe +
source de l’émotion en objet ou source de l’émotion en
sujet + verbe, en donnant vous-même un exemple : J’aime
le jazz ou Le jazz m’agace.
■ DÉMARCHE
A. Regroupez ensuite vos élèves par deux et demandezleur d’évoquer l’un pour l’autre les aspects de leur environnement qui provoquent, chez eux, les émotions évoquées
par les verbes des deux listes.
B. Ensuite, que chacun pour soi réalise, par écrit, une sorte
d’auto-portrait en reprenant (voire en amplifiant) les informations qu’il/elle vient de donner à son/sa camarade.
■ APRÈS
De façon à sensibiliser et à entraîner à la contrainte du subjonctif après les verbes de sentiment, exigez que chacun
reprenne six des phrases qu’il/elle aura dites ou écrites et
en transforme l’objet ou le sujet en proposition subordonnée infinitive ou subjonctive :
J’ai horreur du thé à la menthe
→ J’ai horreur que l’on me serve du thé à la menthe.
→ J’ai horreur de boire du thé à la menthe.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites voir à vos élèves le début du film Le Fabuleux destin
d’Amélie Poulain et demandez-leur de réaliser à leur tour
une sorte d’auto-portrait en collage ou vidéo où ils exposeront de façon humoristique leurs petites émotions quotidiennes cachées, en utilisant un maximum de variations linguistiques dans l’expression des sentiments, des préférences ou des rejets.
Cahier d’exercices : 1, 2, 4, 6, 7, 8, 9, 13, 14, 15
TÂCHE CIBLÉE
7. LA RECETTE DU BONHEUR
Écrire, à l’intention d’un(e) camarade, une recette du bonheur personnalisée.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture incite à la reprise des informations
relatives aux émotions potentielles du/de la destinataire
et, à partir de là, à la créativité poétique.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves qu’ils s’approchent de la réalisation
de la tâche finale où il s’agira d’écrire un poème, un pam-
32
À vos plumes !
phlet ou une chanson. Vous leur proposez donc déjà de
s’essayer à l’écriture d’un petit texte complet, en vers
libres, plein d’émotions.
■ DÉMARCHE
Expliquez-leur aussi les contraintes de ce texte :
• il doit s’adresser au/à la camarade avec lequel/laquelle
ils ont réalisé l’exercice précédent et à partir des informations obtenues lors de ce travail ;
• il doit prendre la forme d’une recette, mais ne doit pas
expliquer comment réaliser un plat, mais bien comment
agir pour être le plus heureux possible.
Laissez-les travailler seuls, mais restez évidemment à leur
disposition pour les aider.
■ APRÈS
Devant la classe, que chacun adresse ensuite à sa/son partenaire sa recette de bonheur et que le partenaire, avant de
se livrer à la même lecture, réagisse aux conseils reçus : la
recette lui semble bonne ou pas ; il/elle va essayer ou non
et pourquoi.
8. BEAU COMME UN DIEU, BELLE
COMME LE JOUR
Comparer les images d’expressions idiomatiques françaises (en comme) avec l’équivalent en langue maternelle.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de comparaison vise à doter vos élèves d’un
certain nombre d’expressions imagées usuelles susceptibles de caractériser quelqu’un.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que la poésie, ce sont des sentiments
ou des émotions, ce sont des rimes, mais apprenez-leur que
ce sont aussi des images figées ou nouvelles : des comparaisons ou des métaphores inusitées ou devenues des
expressions usuelles.
■ DÉMARCHE
A. Encouragez donc vos élèves à lire les différentes expressions de l’activité 8 A, à en comprendre le sens (utilisez-les
vous-même dans un contexte plausible pour éviter à coup
sûr toute équivoque), puis demandez-leur l’équivalent dans
leur langue maternelle : s’agit-il de la même comparaison ?
Sinon, la traduction serait-elle acceptable en français ?
Menez cette activité frontalement.
B. Regroupez ensuite vos élèves par deux ou trois, et incitez-les à compléter les comparaisons énumérées dans cette
section. Attention, il s’agit là d’expressions tout aussi
figées que les précédentes ; il faut donc retrouver le terme
de comparaison habituellement utilisé.
Solutions :
laid comme un pou / un singe / les 7 péchés capitaux
sourd comme un pot
blanc comme un linge / cachet d’aspirine
noir comme le jais / de l’encre / du charbon
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
3/7/07
10:09
Página 33
blond comme les blés
solide comme un roc
nu comme un ver
droit comme la justice
raide comme un piquet / un pieu
■ POUR ALLER PLUS LOIN
L’étrangeté des deux petits textes suivants de Jacques
Sternberg provient de l’accumulation d’expressions figées
et du sens détonnant qui en découle : demandez à vos élèves de repérer toutes les expressions figées accumulées et
de saisir le comique de la totalité.
Leur rencontre fut banale. Et pourtant…
Elle perdit la tête quand elle le vit : il en perdit la parole.
Fait paradoxal : ils firent un enfant de tête qui n’avait
qu’une parole.
Contes glacés
D’abord, il prit ses jambes à son cou. Il mit le cœur sur
la main. Donna sa langue au chat. Jeta ses cheveux au
vent. Eut l’estomac dans les talons. Comprit qu’il avait
les yeux dans les poches. La tête à l’envers. Le ventre à
terre. Un pied bien ancré dans les réalités et l’autre dans
la tombe. En voyant le nœud qu’il formait ainsi, il se souvint qu’il avait en effet décidé de se tuer.
Contes glacés
L’étrangeté du poème énumératif intitulé « Cortège », de
Jacques Prévert, provient de la dislocation de mots composés figés, grâce au chiasme (croisement des déterminations). Incitez vos élèves à retrouver les expressions initiales.
Un vieillard en or avec une montre en deuil.
Un serpent à café avec un moulin à lunettes.
Un compositeur de potence avec un gibier de musique.
Un contrôleur à la croix de bois avec un petit chanteur
d’autobus.
Un chirurgien terrible avec un enfant dentiste.
9. DANS MA VILLE
Compléter les trois premières strophes d’un poème en
inventant la quatrième.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de création poétique entraîne vos élèves à la
tâche finale en exigeant d’eux à la fois créativité et respect
de contraintes poétiques, formelles et sémantiques.
UNITÉ 4
■ APRÈS
La poésie, c’est aussi la liberté de créer des expressions
inhabituelles et personnelles.
Encouragez donc vos élèves à reprendre les adjectifs de
l’activité 8 et à les compléter à leur façon en utilisant des
images étranges, nouvelles, étonnantes… Par exemple,
« Elle était rouge comme un coquelicot au milieu d’un
champ de blé » ou, pire, « La terre est bleue comme une
orange », disait Eluard… !
■ AVANT DE COMMENCER
A. Annoncez à vos élèves que vous allez leur proposer un
poème tronqué de sa dernière strophe ; leur travail consistera à le terminer. Comme ils ont bien compris que très souvent la poésie est faite de créativité à l’intérieur de contraintes, proposez-leur de découvrir les contraintes sur lesquelles repose ce poème-ci et faites-leur observer le texte pour
qu’ils en découvrent les régularités :
• de forme : – incipit de chaque strophe (« dans » + lieu de
la ville, de plus en plus limité : ville → quartier → rue…)
– de construction : premier 4e et 5e vers répétés
– même rime en 2e et 3e vers, mais changeant à
chaque strophe
– alternance de notre/mon au 1er vers
• de sens
• énumération des composantes de la ville, en grand nombre.
Ceci fait et discuté, demandez-leur d’écrire ce qui ne pourra
dès lors probablement pas subir de modifications dans la 4e
strophe :
Dans mon/ma …, il y a
…
…
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.
Puisque la poésie est aussi subversion, si certains de vos
élèves souhaitent, en finale de poème, faire sauter le carcan, laissez-les exprimer leurs idées (« mon cœur qui bat…
pour toi / …).
■ DÉMARCHE
A. Laissez-les ensuite travailler à l’invention de la dernière
strophe, seuls, s’ils le veulent ; à deux, s’ils préfèrent.
Quand chacun a terminé sa version, faites-les toutes écouter et apprécier spontanément.
B. Donnez ensuite à entendre le texte original et faites
exprimer une appréciation comparative : chacun aura une
préférence pour sa propre version ou pour celle du poète.
Néanmoins, faites exprimer les sentiments que la version
de Charpentrau évoque en chacun et … pourquoi.
Dans cette école, il y a
Des oiseaux chantant tout le jour
Dans les marronniers de la cour.
Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
Est là.
J. Charpentreau, « L’école »
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves un autre poème évoquant le monde
tout simple de notre environnement le plus immédiat, dans
des termes courants, selon une structure allant du large au
réduit et jouant d’une autre façon sur les contraintes et les
variations ; faites repérer tout cela.
À vos plumes !
33
028-034_Rp3_Gp_u4.qxq
5/7/07
10:06
Página 34
Il était une feuille
UNITÉ 4
Il était une feuille avec ses lignes
Ligne de vie
Ligne de chance
Ligne de cœur.
Il était une branche au bout de la feuille
Ligne fourchue signe de vie
Signe de chance
Signe de cœur.
Il était un arbre au bout de la branche.
Un arbre digne de vie
Digne de chance
Digne de cœur.
Cœur gravé, percé, transpercé
Un arbre que nul jamais ne vit.
Il était des racines au bout de l’arbre.
Racines vignes de vie
Vignes de chance
Vignes de cœur.
Au bout des racines il était la terre.
La terre tout court
La terre toute ronde
La terre toute seule au travers du ciel
La terre.
Robert Desnos, Fortunes (1934)
10. À VOS PLUMES !
Écrire les quatre strophes d’un poème descriptif sur un
thème de libre choix.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture constitue la tâche finale de
l’unité 4 : elle oblige vos élèves à mobiliser tout ce qu’ils ont
appris concernant la poésie (évocation sensuelle de la réalité, expressions de sentiments ou d’émotions ; utilisation
d’images, figées ou nouvelles, versification, etc.).
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que les voilà arrivés en fin de parcours poétique et que c’est maintenant à eux de se transformer en poètes ! Invitez-les donc à revenir au début de
l’unité et à la feuilleter de façon à refaire l’exercice initial :
associer une série de mots au mot poésie, mais cette fois en
connaissance de cause. Si besoin est, proposez les mots
suivants et demandez-leur s’ils sont pertinents et quand /
où, les ont-ils mis en en œuvre dans la séquence :
description/rythme/rime/contraintes/sensations/émotions/images…
Ils auront ainsi remobilisé, de façon synthétique et théorique, toutes les ressources installées dans l’unité et n’auront plus qu’à se lancer dans l’arène de l’écriture !
■ DÉMARCHE
A. Regroupez-les alors par trois ou quatre et exposez-leur
les contraintes et les libertés de la tâche :
• liberté du sujet et du ton : évocation d’une réalité au
choix, réelle ou imaginaire, de quelque point de vue que
ce soit, sur un ton humoristique ou non.
• contraintes de forme : quatre strophes dont les deux premières descriptives (par les sens) et rimées.
Incitez-les d’abord à se mettre d’accord sur le thème de leur
poème/chanson et sur le ton (sérieux ou humoristique),
voire sur le contenu, avant de passer à la textualisation.
■ APRÈS
Sans autre forme de réaction ou de correction, rassemblez
les productions, organisez-les par simple ordre alphabétique des noms de famille et réalisez un recueil que vous
offrirez à chacun. Chacun pour soi, vos élèves liront, tranquillement chez eux, les œuvres de leurs camarades et en
éliront une au nom d’une ou plusieurs bonnes raisons,
qu’ils exposeront à la classe lors d’une leçon suivante.
Les critères d’appréciation peuvent être les suivants, mais
mieux vaut, d’abord, laisser réagir les lecteurs spontanément.
• Le contenu
– la description : la perception par les sens est
particulièrement évocatrice, originale…
– les émotions sont nombreuses, vraies, transmises
avec originalité, délicatesse…
• La structure du texte
– Les contraintes imposées sont respectées
– Les parallélismes et les différences de strophe à strophe sont subtils et signifiants
– La versification est correcte, voire subtile
– Le rythme est travaillé, intéressant…
• Les images
– sont originales, émouvantes, ….
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à jouer cette fois à l’éditeur et à proposer
une organisation du recueil : demandez-leur de regrouper les
textes non plus par ordre alphabétique des noms d’auteurs,
mais selon un tout autre ordre dont ils décideront (thématique, esthétique,…) et qu’ils manifesteront par une table des
matières explicite. Faites comparer ensuite les propositions.
Cahier d’exercices : 14
34
À vos plumes !
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 35
Unité 5
POINT À LA LIGNE
EN CONTEXTE
1. Y’A UN PROBLÈME ?
Expliquer la démarche d’un personnage de roman face à
une faute d’orthographe, tant d’un point de vue psychologique que sociologique.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale incite vos élèves à prendre position la fonction sociale de l’orthographe
française.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entamer l’unité 5, interrogez vos élèves sur l’importance et la difficulté de l’orthographe dans leur langue
maternelle et en français : éprouvent-ils les mêmes difficultés dans les deux langues ? Pourquoi oui ou non ? Le respect de l’orthographe leur paraît-il important ? Pourquoi ?
■ DÉMARCHE
A. Annoncez-leur ensuite que toute l’unité 5 porte sur la
correction de la graphie (ortho-graphe) et suggérez-leur de
lire, silencieusement et chacun pour soi, le texte de la
page 30, en spécifiant préalablement qu’une faute d’orthographe est le centre du récit, parce qu’elle est aussi le révélateur des relations conflictuelles entre une jeune étudiante
française en droit (personnage principal qui raconte) et la
patronne du magasin de vêtements où elle travaille pour se
faire de l’argent de poche.
Demandez-leur d’essayer de comprendre :
• quelle est la nature des tensions entre les deux femmes
(les tensions relèvent d’une lutte de pouvoir entre les
deux femmes, l’une détenant l’autorité dans le magasin
puisqu’elle est gérante alors que la narratrice n’est
qu’employée, mais l’autre détenant le savoir — droit
/ orthographe — que la gérante n’a pas du tout ; jalousie
de classes sociales, donc !).
• pourquoi le conflit éclate à l’occasion d’une faute d’orthographe (l’orthographe est la marque de la supériorité
intellectuelle de la narratrice sur la gérante : la faute est
donc l’occasion d’abaisser la gérante, qui impose généralement cruellement sa loi, intellectuellement et aussi
socialement, l’orthographe bénéficiant d’une reconnaissance sociale).
Faites-les réfléchir à ces deux questions à deux ou à trois et
confirmez que l’orthographe française continue à occuper
une large part du temps de la scolarité des petits franco-
phones, car elle est difficile pour eux aussi, d’une part, et
parce qu’elle est toujours socialement requise, d’autre
part.
B. Demandez ensuite en quoi consiste la faute d’orthographe ? Qu’aurait-il fallu écrire et pourquoi se trompe-t-on
facilement dans ce cas ? Quel est le « truc » expliqué par la
narratrice pour éviter l’erreur ?
Solutions :
La faute : écrire l’infinitif « fermer » au lieu du participe
passé « fermé ». Le truc pour éviter l’erreur consiste à remplacer par un verbe du troisième groupe le verbe qui pose
problème, quand on ne sait pas s’il faut l’écrire à l’infinitif
ou au participe passé.
C. Marianne, la narratrice, considère que sa maîtrise de
l’orthographe lui confère une supériorité intellectuelle,
voire culturelle et sociale, sur sa patronne : demandez à vos
élèves s’ils partagent cet avis ? Pourquoi ? Quelle attitude
ont-ils eux-mêmes par rapport à leur propre orthographe ?
■ APRÈS
♦ Invitez ensuite vos élèves à relire le texte pour vérifier si
Marianne fait preuve des mêmes exigences en matière de
vocabulaire qu’en matière d’orthographe… Autrement dit,
faites-leur examiner le niveau de langue du personnage
narrateur (v. unité 3, « C’est comme ça qu’on parle ») et soulignez le paradoxe : Marianne exige une orthographe correcte de sa patronne, mais considère normal de s’exprimer
dans un langage familier, voire argotique (ok / vous
connaissez ? / sans blague / avec ça, j’arriverai pas / ça me
tue / un truc / comment elle parle / c’est nul / connes /
intello / chier / y’a / c’est un participe que / …).
♦ Ce type de langage s’explique par le dispositif d’énonciation choisi par l’auteur : vos élèves le perçoivent-ils ? La narratrice est-elle l’auteur, Anna Gavalda, ou un personnage ?
Et quelles sont les caractéristiques de ce personnage ? (v.
unité 3 : langage jeune, branché, maintenu quel que soit
l’interlocuteur… en l’occurrence, nous tous !, à qui d’ailleurs elle s’adresse comme s’il s’agissait d’une simple
conversation entre « potes », ce qui fait le charme et le succès du roman).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Le personnage principal d’Anna Gavalda est respectueux
de l’orthographe et très désinvolte par rapport aux normes
lexicales. Faites comparer son attitude avec celle du témoin
suivant (opposé, mais sous-tendu par la même conscience
de l’impact du poids social) :
Point à la ligne
35
UNITÉ 5
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 36
Malgré qu’on est femme de service, quand on se trouve en
contact avec un professeur, ben on fait plus attention comment on parle, de pas parler patois, parce qu’on trouve qu’il
est plus élevé que nous, alors on veut pas se faire voir plus
petite qu’une autre (…) Mon mari, il parle beaucoup plus
patois que moi, il va se trouver devant le Président, n’importe
qui, il va pas changer sa façon de parler, moi je fais attention.
■ APRÈS
Enfin, distribuez les corrigés et discutez tous ensemble
tous les aspects qui continuent à créer des difficultés.
Extrait de N. Gueunier, Les Français devant la norme, cité
dans Parcours et références, langue, référentiel,
Bruxelles, DeBoeck, 2003
(Orthographes difficiles)
7. beaucoup ; 8. davantage, aujourd’hui ; 9. magasin ;
10. magazine.
Vos élèves s’identifient-ils à la femme de service ou à son
mari ? À Marianne ou à la femme de service ? Ou encore, ne
sont-ils respectueux de rien, ou de tout ?
♦ Voici les variations orthographiques, historiquement successives, d’une même phrase :
• fin xve : ie di a ma maniere que c’estoit ung pouure homs
qui avoit huict enfans
• fin xviie : je di à ma manière que c’estoit un pauvre
homme qui avoit huit enfans
• fin xviiie : je dis à ma manière que c’étoit un pauvre
homme qui avoit huit enfans
• milieu xixe : je dis à ma manière que c’était un pauvre
homme qui avait huit enfants
Faites d’abord observer et comprendre les variations.
Demandez ensuite à vos élèves quelle aurait été leur époque — orthographique ! — de prédilection et pourquoi.
2. TESTEZ VOTRE ORTHOGRAPHE
Tester certains points d’orthographe : accords, distinction
des homophones, accentuation, majuscules, formation
des adverbes, etc.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Ce test permet à vos élèves d’évaluer leur maîtrise de l’orthographe française : il constitue en quelque sorte une évaluation diagnostique préalable aux activités de structuration de l’unité et à la tâche finale de la dictée.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire dans tous les
pièges de l’orthographe française, signalez à vos élèves que
l’activité qu’ils vont réaliser n’est qu’un test : rien encore
n’est joué ; ils vont simplement détecter leurs lacunes, et
toute l’unité va leur permettre d’y remédier avant d’arriver à
la tâche finale, qui consistera en une dictée.
■ DÉMARCHE
A. Donnez-leur alors le temps de réaliser, individuellement
et sans aide, les différents items du test.
B. Demandez-leur ensuite, toujours individuellement, de
surligner les cas dont ils doutent ou qu’ils ne peuvent résoudre : octroyez alors un moment de discussion avec l’un ou
l’autre compagnon de classe, capable de les éclairer.
36
Point à la ligne
Solutions du test :
(Participes passés, infinitifs, ce/ses. etc.)
1. d ; 2. a ; 3. c ; 4. d, d ; 5. c, a ; 6. c, d.
11.
occasion
passion
exception
bruit
➞
➞
➞
➞
occasionnel
passionnel
exceptionnel
bruyant
➞
➞
➞
➞
occasionnellement
passionnellement
exceptionnellement
bruyamment
12. à, a dû, a souvent du mal à concilier, votre, le vôtre.
13.
Le professeur m’a demandé gentiment :
– Comment vous appelez-vous ?
– Je m’appelle Ciru, lui ai-je répondu poliment.
– Et comment ça s’épelle ?
– C.I.R.U.
– Asseyez-vous au premier rang, Ciru. Vous savez écrire ?
– Oui, mon père m’a enseigné l’écriture et la lecture. Et je
sais aussi compter.
– Excellent, excellent !
– Il avait l’air très étonné.
14.
Selon un article de Paul-Henri Vermont publié récemment
dans le journal Management, les Allemands et les Français
ont une conception différente du temps : le temps français
est plus élastique, approximatif alors que le temps allemand est plus exact. Par exemple, si deux hommes d’affaires, l’un allemand et l’autre français, ont rendez-vous à 11
heures, le premier arrivera normalement cinq minutes avant
tandis que le deuxième se permettra souvent un retard de
cinq minutes.
15. préparé, envoyer ; Nos professeurs, leur ; les enfants se
baignaient, nous rentrions fatigués mais contents.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à chacun de vos élèves de revenir sur sa performance personnelle et de dresser un tableau diagnostique
de sa maîtrise actuelle des points testés :
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
5/7/07
10:09
Página 37
OK
+/–
!!!!
participes/infinitifs
ce/ses
orthographe difficile
FORMES ET RESSOURCES
ø], [εε] OU [ee] ?
3. [əə] ET [ø
Dinstinguer auditivement, gestuellement et graphiquement les sons [ə], [ø], [ε], [e].
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette triple activité d’écoute, d’observation de la bouche
d’un locuteur francophone et de graphie vise à sensibiliser
vos élèves à la distinction entre des sons très proches et à
la multiplicité potentielle de leurs transcriptions graphiques.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de proposer tout exercice à vos élèves, rappelez-leur
que l’une des difficultés du français, en matière d’orthographe d’usage, est la non-correspondance systématique
entre les sons et les graphies : un même son peut s’écrire
de différentes façons (demandez-leur des exemples : eau,
ô, au, ot) ; en outre, pour certains apprenants, certains sons
peuvent paraître tellement proches qu’ils n’en perçoivent
pas la distinction. C’est le cas du e prononcé tantôt [e], tantôt [ε], tantôt [ə] ou encore [ø] !
Annoncez-leur que vous allez essayer de mettre un peu
d’ordre là-dedans ! Et prononcez-leur, très distinctement, la
phrase : « Ce thé est un peu amer » ; demandez-leur combien ils distinguent de prononciations différentes du e dans
cette phrase et donnez-en la transposition en alphabet phonétique : [ə] [e] [ε] [ø] [ε].
■ DÉMARCHE
A. Une fois que la différence entre les différentes prononciations vous paraît plus ou moins perçue, proposez à vos
élèves d’écouter le premier enregistrement de l’activité 3 et
de classer les mots entendus dans les trois colonnes du
premier tableau. Faites remarquer, si vous le jugez bon, que
la différence entre le e et le eu — peu perceptible pour un
Parisien, et jugée non pertinente dans cette méthode — est
évidente pour un Belge, par exemple. À vous de voir si vous
trouvez nécessaire de la faire noter (auquel cas vous pouvez
dédoubler la première colonne.)
Réalisez une correction collective au moyen d’éventuelles
nouvelles écoutes.
[e]
dé
[ε]
ceux
eux
zed
blé
creu
très
bled
rez
me
mes
elfe
N.B. : Pour un
Belge, un
Suisse ou un
Canadien, mes,
tes, ses se prononcent [ε].
UNITÉ 5
Cahier d’exercices : 1, 2
[ə] [ø]
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Lors de la correction, chaque fois qu’une erreur aura été
commise, accentuez la prononciation et faites-la observer
sur votre visage :
• é : bouche étirée horizontalement mais lèvres proches
• è : même position horizontale mais lèvres ouvertes
• e : bouche refermée et arrondie
• eu : idem mais plus arrondie encore et avancée
B. Faites repérer ces différentes positions dans cette partie
de l’activité et faites associer un son à chaque image.
Solutions : 1. [e] ; 2. [ε] ; 3. [ə] /[ø].
C. Proposez la deuxième audition de l’activité et, de la
même façon qu’en A, faites classer les sons perçus dans les
trois colonnes.
[ə] [ø]
le
de
queue
eux
feu
appelons
[e]
étude
régler
chez
les
ces
et
[ε]
crêpe
terre
chèque
j’appelle
règlement
muet
Ici encore, un dédoublement de la première colonne est
acceptable et mes, tes, ces peuvent être classés dans la
colonne [ε].
D. Invitez enfin vos élèves à procéder en sens inverse,
c’est-à-dire du son vers sa graphie, et demandez-leur d’examiner tous les mots travaillés durant l’exercice pour répertorier les différentes graphies des sons.
• [ε] :
• [e] :
• [ə] [ø] :
Point à la ligne
37
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
23/1/08
10:38
Página 38
UNITÉ 5
L’encart grammatical peut les aider à s’ y retrouver. Mais, en
fait, [ə] et [ø] ne posent jamais de problèmes ; en revanche
[e] et [ε] acceptent une série de graphies différentes ([e]
peut s’écrire é, er, es, et, ez, ai ; et [ε], è, aie, ais, ait).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves de prononcer les phrases suivantes
en distinguant clairement les différentes prononciations du
e, voire en les exagérant.
•
•
•
•
•
Cette plaie se refermera très vite.
Mes études m’énervent profondément.
Je perds toujours mes étuis à lunettes.
Je te défends de me traiter de manière aussi méprisante.
Tu veux un œuf ou deux œufs ?
4. LA RECETTE DU CAROULET
Orthographier correctement les mots (inventés) d’une
recette de cuisine, comportant des e, des é et des è.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’écoute entraîne vos élèves à
distinguer, tant auditivement que graphiquement (accentuation), les é des è ou des e.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que vous allez leur faire lire le texte
d’une recette de cuisine assez particulière : elle est truffée
de mots inexistants dans la langue française (mais ils ont
une consonance bien française) et débouche sur un plat
imaginaire, le « caroulet » !
Le but, en effet, n’est pas culinaire, mais ne le leur découvrez pas tout de suite…
■ DÉMARCHE
A. Faites-leur donc d’abord lire le texte de la recette (haut
de la page 33) et proposez-leur de repérer les mots inventés, voire de les remplacer par un mot existant. Pour ce
faire, laissez-les travailler à deux puis mettez en commun.
Solutions :
papéléré, tafère, baffé, trépaler, trépalé, clapètement, platesse, aclètetés, cadrets, parpette, cèles, baffer.
■ APRÈS
Comme lors de l’activité précédente, faites repérer les différentes orthographes des sons [e], [ε], [ə]/[ø]. ([ə] : toujours e. [e] : é ou er. [ε] : généralement è mais aussi e quand
suivi d’une double consonne, platesse ou arlette.)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à rédiger un message secret qu’ils glisseront ensuite à un camarade : à l’image de la recette, ce message doit être rempli de mots inventés, lesquels comprendront les sons [e], [ε], [ə]/[ø], mais non accentués. Le camarade destinataire du message essaiera d’accentuer correctement les mots sibyllins et se corrigera éventuellement
après lecture par l’auteur.
5. REVOIR CONTINUELLEMENT, C’EST
APPRENDRE SÛREMENT !
Repérer 11 adverbes dans une grille de mots mêlés ;
retrouver les adjectifs dont ils proviennent et en déduire
la règle de construction des adverbes.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de réflexion grammaticale vise à
sensibiliser vos élèves à l’orthographe des adverbes en
-ment.
■ DÉMARCHE
A. Regroupez vos élèves par deux et invitez-les à trouver
tous les adverbes cachés dans la grille de la page 33 : il y en
a 11. Corrigez collectivement.
Solutions :
Solutions :
Mots inventés (entre parenthèses proposition de mots qui
pourraient les remplacer) : papelere (préféré), tafere (aime),
baffe (mangé), trepaler (préparer), clapetement (très), parpette (casserole), tu celes (laisses), baffer (manger).
Les mots platesse, acletetes et cadrets peuvent être en réalité n’importe quels ingrédients. Il n’y a donc pas une vraie
recette derrière que l’on puisse reconnaître. Toute proposition d’ingrédient est donc valable !
B. Faites ensuite remarquer que tous les mots inventés
comprennent un e (ou un é ou un è) et que c’est bien là le
but de l’activité : les orthographier correctement. Annoncez
donc que vous allez leur faire entendre l’enregistrement de
cette conversation : à eux d’accentuer, individuellement, les
mots inventés en concordance avec la prononciation.
Réalisez une correction collective.
38
Point à la ligne
L
T
B. Ensuite, faites remarquer à vos élèves que tous les
adverbes de la grille se terminent par -ment (ce qui n’est
pas le cas de tous les adverbes, évidemment !). Comment
savoir comment les construire et les orthographier ? Incitez
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 39
vos élèves à rechercher les adjectifs dont sont issus ces
adverbes et à déduire leur règle de construction et d’orthographe (v. encart grammatical de la page 32).
C. Dans la liste qui vient d’être établie, demandez à vos
élèves de repérer les adverbes dont la terminaison se prononce [mã] et ceux dont la terminaison se prononce [amã].
Pourquoi ?
Solutions :
[amã] : récemment, innocemment, intelligemment, prudemment, patiemment. Le masculin singulier se termine par le son [ã].
[mã] : joyeusement, totalement, légèrement, agressivement, sûrement
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Comme rien n’est jamais parfait en matière de grammaire,
soumettez à vos élèves les cas suivants : en quoi dérogentils à la règle qui vient d’être construite ?
gentiment • immensément • vraiment • poliment
• brièvement
Vos élèves sont-ils capables de compléter la règle de base
par les ajouts nécessaires ? (Faites vérifier dans le Mémento
grammatical, page 119.)
Cahier d’exercices : 12, 14
TÂCHE CIBLÉE
6. SAVEZ-VOUS PONCTUER ?
Distinguer, à l’audition, les phrases assertives, interrogatives et exclamatives, et les discours introducteurs ou rapportés directement. Ponctuer un texte.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de transcription écrite confronte
vos élèves à plusieurs problèmes relatifs à la ponctuation.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de proposer l’activité 6 à vos élèves, expliquez-leur
que la ponctuation n’a pas toujours existé (il y a même une
■ DÉMARCHE A
A. Ensuite proposez-leur l’écoute du A sans autre commentaire ou introduction et laissez-les ajouter la ponctuation
manquante dans les phrases listées.
■ APRÈS A
Quelle est la fonction de la ponctuation dans tous ces cas ?
UNITÉ 5
1. joyeusement : joyeux/se
2. totalement : total/e
3. légèrement : léger/ère
4. lentement : lent/e
5. agressivement : agressif/ve
6. récemment : récent/e
7. innocemment : innocent/e
8. intelligemment : intelligent/e
9. prudemment : prudent/e
10. patiemment : patient/e
11. sûrement : sûr/e
époque où les mots étaient attachés les uns aux autres) :
cette invention leur paraît-elle utile et à quoi ? Que traduitelle ? Intonation ? Pauses ? Sens ? Laissez-les discuter pour
autant qu’ils donnent des exemples.
Solutions :
1. Il est parti en Chine.
2. Qu’est-ce qu’il mange !
3. Elle est venue ce matin !
4. Elle a aimé le film ?
5. Elle ne t’a encore rien dit ?
6. Jean dort encore.
7. Ils sont bien arrivés.
8. Les filles ne sont pas rentrées ?
9. Que veux-tu ?
10. Il est lent !
Invitez vos élèves à oraliser chaque phrase en lui donnant
les trois formes (et donc intonations) possibles. Certaines
résistent-elles ? Si oui, pourquoi ? (La 2 est interrogative ou
exclamative : impossible de la rendre assertive à cause de
« qu’est-ce que ».)
■ DÉMARCHE B
B. Procédez de même qu’en A.
■ APRÈS B
La fonction de la ponctuation est-elle la même en A qu’en
B?
Solutions :
1. Il lui a dit : « Viens à 9 heures lundi matin ».
2. Je lui ai expliqué que je ne pouvais pas arriver aussi tôt.
3. Jean-Christophe prétend que c’est un film « absolument
extraordinaire » mais, en réalité, c’est un vrai navet !
(Attention : les guillemets marquent ici que le locuteur
ne prend pas à sa charge les propos de JeanChristophe ; il lui en laisse la responsabilité.)
4. J’ai demandé poliment à une dame : « Pouvez-vous m’indiquer le chemin pour aller à la gare ? ». Et elle m’a
accompagné.
■ DÉMARCHE C
Invitez enfin vos élèves à ponctuer le texte du C.
• Quels cas du A et du B y repèrent-ils ?
• Y rencontrent-ils de nouveaux problèmes (par exemple,
les deux points pour introduire une explication) ?
Point à la ligne
39
UNITÉ 5
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 40
Solutions :
Il m’arrive chaque année la même chose : j’étais bien tranquillement en train de bronzer sur une magnifique plage
des Caraïbes quand j’ai reçu un appel de mon chef qui exigeait que je rentre immédiatement à Paris pour résoudre
une affaire selon lui « de la plus haute importance ». Quelle
erreur d’avoir un portable en vacances !
■ APRÈS C
Le texte comprend en outre des majuscules. Demandez à
vos élèves de les repérer et de les justifier.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Envoyez vos élèves lire l’encart grammatical des pages 3233 et invitez-les à rédiger, seuls, un petit texte qui reprenne
tous les cas de ponctuation (ou presque). Qu’ils échangent
ensuite leurs propositions et s’entrecorrigent. La discussion est possible…
Qu’est-ce que j’apporte ?
Ce que tu veux.
❍ Un gâteau au chocolat. Ça va ?
● C’est mon dessert favori :-)
❍ C’est bien ce qu’il me semblait. Xxx
❍
●
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Poursuivez la révision de l’orthographe des homophones.
Demandez à vos élèves si l’orthographe des mots suivants
est la seule possible ; sinon, quelle est l’autre ? et quel est
le sens du mot dans ce cas ?
• on se voit
• on se retrouve où ?
• Ses parents sont là ?
Et dans quels cas orthographie-t-on les mots suivants de
telle ou telle façon : On/ont ? A/à ? Quel/qu’elle ?
8. ACCORDS EN CHAÎNE
7. TEXTOS, FORUMS ET CLAVARDAGES
Remplacer toutes les abréviations d’un chat par les mots
complets correspondants.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité lacunaire de réécriture est en fait un
prétexte à travailler l’orthographe des homophones
(ces/ses/c’est et ce/se).
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans cette activité, demandezleur comment ils écrivent leurs messages sur leurs téléphones portables ? Utilisent-ils des abréviations ? Pourquoi ?
Lesquelles ?
Signalez-leur qu’en français, on fait de même et que c’est
un message de ce type que vous allez leur proposer. Invitezles à lire d’abord silencieusement, puis à haute voix, le
texto du bas de la page 34 de façon à le comprendre.
■ DÉMARCHE
A. Demandez-leur ensuite, chacun pour soi, de remplacer
tous les c et tous les s des messages par le mot complet,
correctement orthographié…
Faites une correction commune et, surtout, profitez-en pour
faire justifier l’orthographe (ses, possessif ; ces, démonstratif ; c’est, gallicisme de mise en évidence ; se, pronominal ; ce, démonstratif ).
B. Dans un deuxième temps, faites accentuer les mots du
chat.
Solutions :
● Salut ma belle. On se voit ce soir avec les copains. Tu es
libre ?
❍ OK, on se retrouve où ?
● Chez Christophe pour fêter ses 20 ans.
❍ Ses parents sont là ?
● Non, ils sont partis en week-end.
❍ Ces gens-là sont toujours en vacances !
● C’est normal, ils sont à la retraite.
40
Point à la ligne
Percevoir auditivement les marques des accords au singulier ou au pluriel et les retranscrire.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et d’écriture réduite vise à rendre vos
élèves conscients des manifestations orales et écrites de
l’accord en nombre.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la tâche finale de la dictée
qui s’annonce, reconnaissez avec eux que l’un des problèmes que pose la dictée est, parfois, l’absence de distinction, à l’oral, du singulier et du pluriel : il mange/ils mangent se disent de la même façon ; ce n’est pourtant pas la
majorité des cas, des indices clairs manifestant, auditivement, le singulier ou le pluriel. Annoncez donc que dans
l’activité suivante, il va falloir repérer, à l’audition, les marques du singulier ou du pluriel et les transcrire.
■ DÉMARCHE
A. Avant toute écoute, invitez vos élèves à lire les 7 phrases
de l’activité 8. Ensuite seulement, passez-leur l’enregistrement et demandez-leur de noter les singuliers ou les pluriels, en se fiant à la prononciation. Dans les cas de doute,
invitez-les à noter un grand point d’interrogation.
Procédez ensuite à une correction collective, dans laquelle
la discussion aura une large place.
Solutions :
1. Ces garçons vendent des journaux le samedi et le dimanche.
2. Mes sœurs venaient tous les lundis.
3. Elles passaient toutes leurs vacances chez leursamies
anglaises.
4. Le professeur de mathématiques nous donnait toujours
trop de devoirs.
5. Le passager refusait d’embarquer parce qu’il disait avoir
vu un individu suspect en train d’enregistrer un bagage.
6. Elle/s connaissait/aient très bien les petits sentiers
forestiers qui mènent au lac.
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 41
7. Ilsavaient toujours peur de se baigner à cause des
méduses.
Incitez alors vos élèves à construire une démarche d’accord
par paliers :
1. l’accord à l’intérieur de chaque groupe nominal ; tous
les composants (c’est à dire les noms, les adjectifs, les
articles) du groupe doivent porter la marque du singulier ou du pluriel : à vérifier systématiquement.
2. l’accord entre sujet et verbe (plus éventuellement, dans
la forme verbale, l’accord du participe passé).
Elles
passaient
toutes leurs vacances
chez leursamis anglais
C. Par groupes de deux, invitez enfin vos élèves à préparer
quatre phrases — bien difficiles — qu’ils dicteront à un
autre groupe, et vice-versa.
Une fois la double performance réalisée et corrigée entre
toutes les paires d’élèves, demandez à chaque groupe de
quatre d’évaluer les difficultés auxquelles ils ont été soumis : était-ce vraiment difficile (ou non) et pourquoi ? Ils
prendront ainsi encore davantage conscience des sources
de difficultés potentielles.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à examiner les phrases suivantes, à y
détecter les erreurs d’accord et, surtout, à en expliquer les
causes probables :
• Caché derrière le fauteuil, les enfants se sentaient en
sécurité. (le mot à accorder précède le mot donneur d’accord ; on oublie donc de revenir en arrière)
• Ces candidates, dont on m’avait dit le plus grand bien
mais dont le dossier n’était pas très bien construit, me
paraissait bien peu suceptible de l’emporter. (les mots à
accorder sont très éloignés du donneur d’accord)
• Le nombre de jours de congé ne cessent d’augmenter. (un
mot s’insère entre le mot à accorder et le donneur d’accord)
• Madame D., vous serez payé dans les deux jours. (il faut
remonter en arrière, par deux fois, pour trouver le donneur d’accord)
• J’espère que le séjour à la mer t’as retapé. (insertion du te
entre le donneur d’ordre et le mot à accorder)
9. DICTÉE
Voilà vos élèves arrivés à la tâche finale de l’unité, une
dictée, type d’exercice qui, après avoir été mis aux bans
de la pédagogie, retrouve aujourd’hui un regain d’engouement à cause de concours télévisés comme celui de
Bernard Pivot. Comme toutes les compétitions, ce type de
performance place la barre très haut, de façon à départager plus facilement les candidats et à faire émerger des
champions. La réalité linguistique quotidienne est plus
banale et le texte que vous allez proposer à vos élèves
aussi.
UNITÉ 5
B. En effet, pour que l’exercice soit porteur, faites souligner tous les indices de singulier ou de pluriel (ici, indiqués
en gras) : articles, adjectifs démonstratifs ou possessifs,
liaisons, désinences verbales audibles.
Certains cas sont plus subtils que d’autres, par exemple,
dans la phrase 3 :
• Quel est l’indice du pluriel du sujet dans cette phrase ?
(leurs indique qu’il y a plusieurs « possesseurs » des
vacances, sinon on dirait « ses » vacances, à elle.)
• Leur est-il un indice de pluriel ? (Non : il indique qu’il y a
plusieurs « possesseurs » mais n’indique pas s’il y a plusieurs « possessions » : leurs vacances / leur week-end.)
Bref, tous les mots situés à droite du mot donneur d’accord
s’accordent plus facilement que ceux situés à gauche,
puisqu’on écrit de gauche à droite ; et plus le donneur d’accord est éloigné du mot à accorder, plus le risque d’erreur
est grand.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de dicter à vos élèves le texte de Marie-Claire Pasteur,
signalez-leur qu’il traite de l’éducation d’hier comparée à
celle d’aujourd’hui en ce qui concerne le moment d’émancipation et de responsabilisation des jeunes, et que, théoriquement, ils sont armés pour y faire face. Le texte ne tend
pas de pièges particuliers sinon l’orthographe des nombres que vous pouvez autoriser, à écrire en chiffres, puisque leur accord n’a donné lieu à aucune révision particulière. Faites-leur donc rappeler tous les aspects de l’orthographe auxquels ils devront consacrer une attention
— voire une relecture — particulière : accentuation, accords, distinction des homophones, majuscules, voire
ponctuation, si vous décidez de ne pas la donner.
■ DÉMARCHE
A. Dictez ensuite le texte de la dictée, par morceaux, lentement et en répétant, chacun travaillant évidemment individuellement. Une variante plus moderne mais peut-être choquante pour certains quoique plus formative, pourrait
consister à travailler d’abord tous ensemble le texte pour
en repérer et élucider les difficultés et à ne le dicter que le
lendemain ou surlendemain.
B. Regroupez ensuite vos élèves par deux ou trois et laissez-leur 20 minutes pour retravailler ensemble et déboucher sur un texte commun….parfait !
C. Faites échanger ces textes et demandez à chaque
groupe de corriger la production qui lui arrive, selon le
barème prévu au bas de la page 35. À ce stade, l’usage
d’outils de références est à préconiser (grammaire, dictionnaires). Faites afficher les résultats, mais n’oubliez pas de
vérifier vous-même les travaux et leurs corrections.
■ APRÈS
Lors de votre propre correction, établissez une typologie
des erreurs et prévoyez une séance de correction, texte original distribué à chacun. Faites expliquer le pourquoi des
erreurs les plus fréquentes et donnez (ou faites rappeler)
les moyens de les éviter, car à rien ne sert de constater des
dégâts ; mieux vaut considérer l’exercice comme une occasion d’évaluation formative.
Point à la ligne
41
UNITÉ 5
035-042_Rp3_Gp_u5.qxq
3/7/07
11:48
Página 42
Les temps changent
La naisssance d’une petite sœur
Le jour de mes quatorze ans, mon père m’a dit :
« Maintenant que tu es grande, tu dois gagner ta vie» et
je suis partie travailler à cent cinquante kilomètres de
chez moi.
L’éducation était très différente à l’époque : les adultes étaient réellement sévères avec les enfants et ceuxci supportaient très jeunes des responsabilités d’adultes sans en avoir les privilèges.
Les choses ont bien changé : j’ai lu récemment un article paru dans le magazine Notre Époque où l’on explique que les jeunes Français restent confortablement
chez leurs parents jusqu’à leur trentième année tout en
gérant leur vie —argent, loisirs, amours— de manière
indépendante.
L’évolution est frappante : les jeunes d’aujourd’hui,
contrairement aux générations précédentes, ont les privilèges des adultes sans en assumer les responsabilités.
Eh bien ! je ne suis pas sûre que cela soit mieux !
Méfiant, surpris et déjà soupçonneux, voici le grand
frère devant le nouveau bébé.
Elle l’a un peu dérangé, cette intruse ! Comment expliquer à celui qui était l’objet de toutes les tendresses,
qu’il faudra désormais les partager ?
Finalement, les repas auxquels il a assisté, le bain
qu’on a donné au nourrisson l’ont averti d’une présence
qui serait maintenant journalière.
Au fil des jours, une complicité est née. Une nouvelle
compagne de jeux, que le plus grand a d’abord crainte,
pourrait bien être une compagne agréable.
En grandissant, ils feront la paire et partageront les
bons et les mauvais moments qui émailleront leur vie
commune.
La solidarité fraternelle que beaucoup ont éprouvée
prendra racine et les deux enfants, ensemble, feront un
bout de chemin.
Le miroir, accessoire indispensable
Marie-Claire Pasteur
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Lors de chaque production écrite ultérieure, laissez un
temps déterminé pour la vérification de l’orthographe et
demandez à vos élèves de se donner une note d’autoévaluation, qu’ils feront figurer sur leur texte.
♦ Voici aussi quelques textes de la dictée dite du Balfroid,
du nom de l’institutrice belge, émule de Bernard Pivot, qui
organise chaque année une grande rencontre orthographique entre adolescents (Pivot regroupe des adultes). Il
s’adresse à des enfants de 12 ans, francophones. Peut-être
pourriez-vous tester vos étudiants de façon plus raisonnable que par des textes de championnats (dont vous trouverez des exemples dans les Regards croisés sur les textes
correspondant à cette unité, pages 80-82). Sinon, visitez le
site de la dictée du Balfroid, www.lebalfroid.be, où les textes des anciennes éditions du concours sont disponibles
depuis 2004.
42
Point à la ligne
Qu’ils soient placés dans la salle de bain, dans le hall
ou ailleurs, les miroirs font partie de notre quotidien.
Qui pourrait aujourd’hui s’en passer ? Sans eux, la
barbe serait sans doute mal rasée et le maquillage indiscutablement raté.
Le miroir ne sert pas qu’aux coquettes. S’il est absent,
on se rend vite compte qu’il manque quelque chose à
l’ameublement.
Ceux que vous avez enlevés pour remettre à neuf une
pièce où ils trônaient seront au plus tôt raccrochés à leur
place.
La suppression des glaces compromettrait votre mise
correcte pour sortir. Vous ne pourriez pas arranger votre
coiffure, redresser votre col ou encore examiner soigneusement votre visage. Ce serait plus que gênant.
Cahier d’exercices : 2, 3, 4, 5, 11, 13, 14, 15
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 43
Unité 6
ROUGE PASSION
EN CONTEXTE
Symbolisme
Effet psychologique
ROUGE
le cœur, le sang
l’amour, la charité, le
meurtre
ORANGE
le fruit, le feu,
le soleil
la chaleur, la lumière,
la splendeur, la gloire
JAUNE
l’or, la lumière
la puissance, la
richesse
VERT
la nature, la vie
l’espérance
BLEU
le ciel, l’eau,
l’espace
l’inaccessible, le merveilleux, la sagesse, la
liberté, l’immortalité
VIOLET
le deuil, l’évêque
la pénitence
BLANC
la neige, la propreté
la pureté, la propreté,
la vertu, l’innocence
NOIR
la nuit, la mort, le
néant, l’enfer
la mort, la fin
ROSE
la couleur extérieure, la femme, l’idéal, la
la féminité
beauté
BRUN
la couleur la plus
calme
GRIS
la couleur de la sensibilité
1. DES COULEURS QUI RÉCHAUFFENT
Exprimer ses connaissances et/ou ses hypothèses sur les
valeurs attribuées aux couleurs (répondre à un questionnaire/remplir un tableau) et comparer ses réponses avec
l’avis d’experts (article, tableau).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de production orale et écrite sensibilise vos élèves à l’impact des couleurs sur nos comportements et les dote, du même coup, de lexique et d’expressions usuelles relatifs aux couleurs.
■ AVANT DE COMMENCER
♦ Avant de lancer vos élèves dans la première activité de
cette nouvelle unité, demandez-leur de vous dicter tous les
noms de couleurs qu’ils ont acquis jusqu’à présent, et, de
façon à en vérifier la compréhension, faites-leur désigner
chaque couleur nommée dans leur environnement. Éventuellement, sollicitez cet environnement pour amplifier et
nuancer ce lexique : orangé, verdâtre, clair/foncé…
♦ Ensuite, faites un bref relevé statistique des goûts de vos
élèves en notant une barre devant les couleurs notées au
tableau chaque fois qu’un élève exprime sa préférence pour
elle.
♦ Annoncez alors que certains spécialistes prétendent qu’il
existe une symbolique des couleurs et une action psychologique des couleurs sur les individus. Si vos élèves ont déjà
un avis là-dessus, recueillez-le.
■ DÉMARCHE
A. Poursuivez cette discussion en leur demandant d’essayer de répondre aux questions énumérées dans le quizz
de la première activité de l’unité.
Quand ils auront terminé, suggérez-leur la lecture du texte
de la page 36, de façon à y vérifier leurs réponses (attirez
leur attention sur le fait que les réponses sont éparpillées
dans le texte, en désordre) :
Solutions :
A. rouge ; B. bleu/vert (fraîcheur) ; C. rouge-orangé (couleur
chaude) ; D. pureté/propreté ; E. rouge/blanc ; F. pouvoir ;
G. bleu.
B. Invitez-les ensuite à compléter le tableau de la page 37,
à l’intuition. L’union faisant la force, l’exercice trouverait
tout profit à être réalisé par deux ou trois élèves : regroupez
donc leurs forces. Fournissez ensuite le corrigé suivant et
recueillez les éventuelles divergences d’opinion… !
la philosophie
—
C. Demandez-leur ensuite, individuellement mais devant
le groupe-classe, de citer la couleur qu’ils aiment porter.
Cela a-t-il, à leur avis, un rapport avec ce qu’ils viennent
d’apprendre ? Faites-les s’exprimer là-dessus, mais délicatement car c’est en lien étroit avec la personnalité et le
vécu.
D. Faites-leur enfin associer les expressions du D (colonne
de gauche) avec les significations proposées (colonne de
droite).
Solutions :
1. h ; 2. d ; 3. g ; 4. a ; 5. i ; 6. e ; 7. f ; 8. c ; 9. b
■ APRÈS
Rappelez à vos élèves que, comme ils l’ont lu dans le texte,
la symbolique des couleurs n’est pas universellement partagée. Les expressions varient aussi.
• Incitez-les donc à retrouver l’équivalent des expressions
de l’activité D dans leur langue maternelle et à vérifier si
Rouge passion
43
UNITÉ 6
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 44
celle-ci utilise aussi des couleurs pour traduire le même
sens ? Si oui, est-ce la même couleur ?
• S’ils connaissent d’autres langues, qu’ils procèdent de
même dans ces langues. Par exemple, être un bleu serait
« être un vert » en anglais.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que s’il est un domaine qui
exploite les effets de l’image sur le public, c’est bien celui
de la publicité… dans l’intention de faire consommer évidemment ! (V. unité 2.)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Apprenez à vos élèves que même — ou surtout — les poètes sont sensibles à l’effet des couleurs (et des sons). Ditesleur que Rimbaud, appelé le « voyant », a écrit un poème
célébrissime qui associe voyelles, couleurs et images : « Le
sonnet des voyelles ».
Avant de le leur donner, invitez-les à remplir le tableau suivant pour réaliser le même type d’associations que
Rimbaud :
■ DÉMARCHE
A. Proposez-leur alors d’écouter l’interview d’un spécialiste et, en cours d’écoute, de remplir la fiche de la page 37.
Voyelles
a
e
i
o
u
Couleurs
Images
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes ;
A noir corselet velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d’ombre ; E, candeur des vapeurs des tentes,
Lanciers des glaciers fiers, rois blancs, frissons
[d’ombelles ;
I, pourpre, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;
U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides,
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;
Solutions :
Nom de l’invité : Gilles Leblond
Profession : directeur d’une entreprise de publicité et
conseiller en communication
Thème : solliciter les cinq sens du consommateur pour le
pousser à l’achat
1er exemple : bornes olfactives de la bière Heineken qui diffusent des odeurs de bière dans les rayons des
boissons alcoolisées
2e exemple : parfums de cuir et de bois pour pousser à
l’achat de voitures haut de gamme
Résultats : à verifier avec le temps, car en phase d’essai
B. Correction faite, incitez vos élèves à échanger leurs avis
sur le fonctionnement de la publicité et du marketing : nous
manipulent-ils ou pas ? Incitez vos élèves à ne pas discuter
dans le vide, mais en se fondant sur des exemples concrets
et des expériences vécues.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à apporter une publicité ou à en photographier une qui leur semble particulièrement manipulatrice. Que chacun explique ensuite où se trouve la manipulation et sur quoi elle joue chez le consommateur.
Cahier d’exercices : 1, 2, 3, 4
O, suprême Clairon plein de studeurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses yeux !
Inutile de vouloir épuiser ce poème, ni même d’en faire
comprendre l’essentiel ! Mieux vaudrait faire valoir la splendeur et l’étrangeté des images et leur demander d’en choisir une et d’expliquer pourquoi ils l’aiment ou la détestent.
3. POUR OU PAR ?
Associer une série d’exemples d’emploi de pour et par à la
liste de leurs fonctions grammaticales.
Comprendre à l’audition la conception du marketing développée par un publicitaire et en discuter.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’appariement (exemples/règles) vise à fournir à vos élèves des repères d’usage des prépositions pour
et par.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de production orale incite vos élèves à prendre une position personnelle par rapport aux
effets de l’image dans nos sociétés.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que, lors de la tâche finale, ils auront
à décrire une photo, laquelle a toujours nécessairement un
créateur dont on ne parle qu’en deuxième lieu comme l’au-
2. UN PROFESSIONNEL DE LA
COMMUNICATION
44
FORMES ET RESSOURCES
Rouge passion
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 45
teur, l’agent de l’œuvre : « cette scène a été photographiée
dans telles circonstances par… »
C’est donc le moment de revoir les emplois, un peu compliqués, de par et de pour qui ont été abordés antérieurement
au gré des besoins particuliers.
Phrase Fonction
num.
4
1
7
9
10
3
6
5
2
12
11
8
Pour ➤ suivi d’un substantif ou d’un pronom indique
le bénéficiaire d’une action.
➤ suivi d’un infinitif passé exprime la cause.
➤ suivi d’un complément de temps indique un
but temporel ou un laps de temps.
➤ suivi d’un infinitif indique le but d’une action.
➤ suivi d’un complément de lieu indique une
destination ou un but spatial.
➤ exprime un échange, une équivalence.
Par ➤ suivi d’un substantif sans article exprime une
« force » qui va conditionner ou motiver une
action.
➤ indique la distribution.
➤ suivi d’un substantif avec ou sans article indique le moyen.
➤ introduit l’auteur d’une action.
➤ indique un passage, un lieu que l’on traverse.
➤ indique la distribution dans le temps ou la
fréquence temporelle.
■ APRÈS
Faites ensuite remarquer à vos élèves que, pour ne pas
s’encombrer la mémoire d’un trop grand nombre de règles,
ils pourraient regrouper un certain nombre de cas sous des
catégories plus englobantes :
• Pour : but, destination — de lieu (10), de temps (7), de
personne (4), d’action (9) — et cause quand remplaçable par « parce que» avant infinitif ou nom (1).
• Par : moyen (2, 11), agent, c’est à dire, moyen humain
(12), cause (6) et distribution dans le temps ou pour
les personnes (5, 8).
UNITÉ 6
■ DÉMARCHE
Invitez donc vos élèves à associer les douze exemples d’emplois de par/pour présentés dans l’activité 3 avec les règles
qui leur font face dans l’encart grammatical. Cette activité
peut se faire par groupes de deux.
5. L’organisation distribuera un sandwich et une bouteille
d’eau par individu / participant / affilié / …
6. Il s’est marié avec Marie par soumisssion / convenance
/ bêtise / …
7. Ce travail doit être prêt pour dans un mois / la veille de
Pâques / demain / … / avant-hier !
8. Tu travailles combien d’heures par semaine / mois /… ?
9. Elle travaillait le week-end pour rembourser sa maison /
soutenir ses vieux parents / le plaisir / …
10. Je pars pour le Vietnam / l’école / l’aéroport / Barcelone
/…
11. Les voleurs se sont enfuis par le jardin / la porte de derrière / le soupirail…
12. La Joconde a été peinte par …
♦ Faites reconnaître les différents cas d’emploi des prépositions dans les phrases suivantes, et éventuellement… incitez à l’imitation !
1. En reconnaissance pour mes travaux, je pars pour
Strasbourg, pour y donner une conférence pour le Conseil
de l’Europe et dois envoyer mon résumé pour la semaine
prochaine.
2. La police a été avisée par portable — il y a un portable
par agent — qu’un malheureux avait été assassiné par sa
femme par jalousie : elle a été emmenée par fourgon cellulaire mais a réussi à s’échapper par une porte latérale
du commissariat.
♦ Maintenant, faites créer des phrases en toute autonomie
et corrigez frontalement.
4. IL S’AGIT DE…
Se représenter une photo à partir de la description qu’en
font des camarades de classe ; en faire un dessin et en
deviner la nature et l’intention.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de production orale, d’écoute et de dessin
met vos élèves en situation d’observer et de décrire le
contenu d’un message iconique et d’en discriminer la
nature et les intentions.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Faites reprendre les mêmes phases et varier le complément :
■ AVANT DE COMMENCER
Apportez en classe autant de photos que vous avez d’élèves… divisé par trois ! Ne les choisissez pas trop complexes
ou touffues mais bien typées, et variez leur nature et leur
origine : publicités, photos d’art, photos de reportage, affiches de film, reproductions de peintures…
1. On lui a retiré son permis pour avoir conduit en état
d’ivresse/conduite en état d’ivresse. (L’infinitif étant la
forme nominale du verbe, il est logique que pour puisse
être suivi d’un nom.)
2. Tu as envoyé le budget par mail / taxi-post / avion / …
3. /
4. Tu savais que James travaillait pour Texaco / le professeur Tournesol / la CIA / …
■ DÉMARCHE
A. Regroupez vos élèves par trois et ne donnez une photo
qu’à deux d’entre eux, sans que le troisième puisse voir le
document. Ce troisième devra essayer de dessiner ce que
représente la photo à partir de la description que vont lui en
faire ses camarades : autant dire que ces derniers devront
apprendre à observer et à décrire avec précision s’ils ne
veulent pas laisser leur camarade en plan.
Rouge passion
45
UNITÉ 6
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 46
Pendant le travail, servez de personne-ressource de vocabulaire (situation dans l’espace de l’image, positions des
corps…) et notez ce que vous donnez.
B. Une fois la « reproduction » réalisée, demandez à tous
les « dessinateurs » d’émettre une hypothèse sur :
• le contenu de leur œuvre : qu’est-ce que cela représente ?
• la nature de l’œuvre originale : c’est une photo, une affiche, une peinture…
• son but ou intention : cela veut nous informer, nous faire
réfléchir, nous charmer, nous émouvoir, nous choquer,
nous provoquer…
• son message éventuel : qu’est-ce que cela dit ?
• son effet : cela provoque une sensation de…
Les deux « descripteurs » de chaque groupe peuvent alors
montrer leur document au « dessinateur » et, ensemble,
discuter des hypothèses émises par ce dernier.
Procédez, pour terminer, à une mise en commun des discussions de tous les groupes.
■ AVANT DE COMMENCER
Expliquez à vos élèves que les guides d’exposition ou les
audioguides procèdent souvent à la description des œuvres
que l’on a pourtant sous les yeux, car ils mettent ainsi en
évidence des points forts que le public pourrait ne pas avoir
perçus. Mais pour décrire, il faut pouvoir disposer du lexique adéquat ; c’est cette acquisition que vise l’activité 5.
■ DÉMARCHE
A. Incitez donc vos élèves à observer la scène et les acteurs
du bas de la page 38, et, au fur et à mesure qu’ils écouteront les indications scéniques de Xavier, photographe de
théâtre, à y dessiner Simon, Jan, Madeleine et Tom à l’endroit et dans la posture attendus. Faites ensuite comparer
les dessins en guise de correction et, au besoin, faites
réécouter.
S0lution :
■ APRÈS
A. Essayez, après toutes ces discussions, de faire préciser,
et même définir, les termes suivants, nécessaires tant au
décryptage d’une image qu’à celui d’un texte :
• nature : genre de document
• intention : but poursuivi par le créateur (informer ou faire
réfléchir si reportage, émouvoir si art,…)
• effet : action produite de fait sur le spectateur, qui peut ne
pas correspondre à l’intention (le spectateur peut être
choqué alors que le créateur voulait informer, par exemple ; c’est toute la distance qui peut exister entre le producteur et le récepteur)
• message : le sens ou la signification de l’œuvre
C. Rappelez à vos élèves le vocabulaire dont ils ont eu
besoin et que vous leur avez donné et faites-le noter, voire
même réutiliser.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Cette fois, demandez à vos élèves de trouver eux-mêmes,
où ils veulent, une image percutante.
• Qu’ils en dressent la fiche signalétique : nature, contenu,
intention, message, effet sur eux-mêmes et contexte dans
lequel ils l’ont trouvée ;
• et qu’ils la soumettent ensuite à l’analyse d’un camarade
ou de la classe, qui confrontera son interprétation à la
leur.
5. ON FAIT DES PHOTOS SOUVENIR ?
Écouter les indications scéniques exprimées par un photographe et les exécuter par le biais d’un dessin ; en donner
soi-même ensuite et les faire exécuter.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de dessin incite vos élèves à
acquérir tant le lexique des positions que celui de la situation dans l’espace, et à réutiliser l’impératif.
46
Rouge passion
B. Regroupez maintenant vos élèves par trois et demandez-leur de réaliser le schéma possible d’une photo de
classe (signalez que l’utilisation d’accessoires est possible : table, chaises, escaliers, rebords de fenêtre…). Incitez
ensuite vos dessinateurs à passer à l’action… ce qui constituera, en soi, une forme d’évaluation !
■ APRÈS
Pendant la préparation de chaque photo de groupe, notez
les formules de localisation et de postures utilisées et, en
finale, dressez-en la liste, que vous ferez noter par vos élèves, en favorisant l’utilisation de synonymes et en amplifiant le lexique au maximum.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Apportez en classe des marionnettes (ou de petits mannequins articulés ou des poupées de chiffons…) : par groupes de deux, les élèves les manipuleront en se donnant
mutuellement des ordres et en les exécutant au mieux.
♦ Apportez en classe un bric-à-brac d’objets utiles pour réaliser une vitrine imaginaire : par groupes de deux, les élèves
les emploieront pour réaliser une vitrine, l’un (devant la
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 47
vitrine) donnant des indications scéniques à l’autre (s’activant dans la vitrine).
6. VOS SENS À L’ÉPREUVE
Réaliser un test d’acuité sensorielle.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que vous allez leur proposer un test,
mais demandez-leur d’abord quel est, à leur avis, leur sens
le plus développé et celui qu’ils aimeraient le moins perdre.
Que chacun le note sur un bout de papier, confidentiellement.
■ DÉMARCHE A
A. Laissez-les ensuite répondre individuellement aux questions du test . Théoriquement, ils peuvent tout comprendre
sans appeler au secours, sauf pour les termes « rugueux »
et « visqueux » ; expliquez-les en donnant des exemples
concrets. Quand chacun a terminé, regroupez-les par deux
de façon à ce qu’ils comparent leurs sensibilités respectives
et émettent, d’avance, une hypothèse sur leurs résultats, et
donc, sur leur sens préférentiel.
■ APRÈS A
Fournissez-leur alors la « grille d’interprétation » suivante
et faites-leur calculer leurs scores ; quel est leur sens préférentiel, selon le test ? Cela correspond-il à leur sentiment
personnel, énoncé avant de commencer ?
Grille d’interprétation
La vue. 1. a), 5 points.
2. Si la réponse est correcte, 5 points.
Total : … /10
L’ouïe. 3. a) ou b), 1 point
c) 1 réponse, 1/2 points ; 2 réponses, 1 point ; plus
de 2 réponses, 3 points.
4. a) ou b), 1 point
c) 1 réponse, 1/2 points ; 2 réponses, 1 point ; plus
de 2 réponses, 3 points
5. a) ou b), 1 point
c) 1 réponse, 1/2 points ; 2 réponses, 1 point ; plus
de 2 réponses, 3 points
Total : … /9
L’odorat. 6. a), 1 point ; b) 1 réponse, 1/2 point ; 2 réponses,
1 point ; plus de 2 réponses, 4 points
7. a) 1 point ; b) 1 réponse, 1/2 point ; 2 réponses,
1 point ; plus de 2 réponses, 4 points
Total : … /8
Le goût. 8. a) 5 points ; b) 2,5 points
9. a), 5 points
Total : … /10
■ DÉMARCHE B
Invitez ensuite vos élèves à essayer de remplir le tableau du
bas de la page 39 ; l’exercice n’étant pas simple, regroupezles par deux et conseillez-leur l’usage du dictionnaire…
dans lequel d’ailleurs ils feront peut-être d’autres trouvailles (expressions, par exemple).
UNITÉ 6
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de recherche de vocabulaire vise
à rendre vos élèves conscients de leur propre acuité sensorielle et à amplifier leur lexique des cinq sens.
Le toucher. 10. Si vous n’avez rien énuméré, 0 points
Si vous avez énuméré entre 1 et 4 choses,
4 points
Si vous avez énuméré plus de 4 choses,
10 points
Total : … /10
■ APRÈS B
Corrigez frontalement. Et faites utiliser des exemples, pour
chaque vocable.
ADJECTIF
SUBSTANTIF
VERBE
paisible
paix
pacifier
jaune
–
jaunir
clair/e
clarté
éclaircir/éclairer
rouge
rougeur
rougir
rose
–
rosir
agaçant/e
agacement
agacer
angoissant/e
angoisse
angoisser
évocateur/trice
évocation
évoquer
salé/e
sel
saler
amer
amertume
–
rugueux/euse
rugosité
–
visqueux/euse
viscosité
–
doux/ce
douceur
adoucir
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Remplissez un sac d’objets usuels plus ou moins exotiques
et invitez vos élèves, à tour de rôle, à y plonger la main et à
y saisir quelque chose. Ils ne pourront sortir l’objet
qu’après l’avoir décrit (au toucher) et avoir essayé de deviner de quoi il s’agit.
Le même type d’exercice peut se faire sur des odeurs ou des
saveurs (parfums, fleurs, aliments) mais en jouant les yeux
bandés.
Cahier d’exercices : 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11
Rouge passion
47
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 48
8. EXPOSITION DE PHOTOS
TÂCHE CIBLÉE
7. ON DIRAIT UN CLOWN
UNITÉ 6
Identifier et interpréter une tache.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Inspiré du test de Rorschach, cette activité de production orale
vise à doter vos élèves des expressions nécessaires à une
identification douteuse (« on dirait », « ça ressemble à… »).
■ AVANT DE COMMENCER
Avant tout travail, expliquez à vos élèves qu’en psychologie
clinique, il existe un test dit de Rorschach, du nom de son
auteur, qui consiste à soumettre à l’interprétation libre de
patients une série de formes symétriques relativement
indéterminées (des « taches ») mais facilement évocatrices
de diverses réalités, variables selon les patients. Bien qu’il
soit très contesté, dites à vos élèves que l’on va jouer au
test de Rorschach, mais sans aucune intention diagnostique ; mais plutôt avec une volonté pédagogique car comme
on n’est jamais sûr de ce que l’on voit exactement, on ne
pourra rien affirmer : il faudra donc nuancer sa pensée et
trouver les moyens d’exprimer ses réserves ou ses doutes.
■ DÉMARCHE A
A. Proposez-leur alors de se regrouper par trois et d’observer la tache de l’activité 7. Qu’y voit chacun ? Laissez-les
élucubrer et exprimer leurs impressions, d’abord à l’intérieur du groupe restreint, ensuite devant la classe.
■ APRÈS A
Avant de passer au B, faites un relevé des expressions qui
auront été utilisées et amplifiez leur champ : « moi, j’ai l’impression que, il me semble que … », « on dirait que », «ça
ressemble à », « c’est une sorte / une espèce de… », « il est
possible que ce soit… ».
■ DÉMARCHE B
Reformez ensuite les groupes du début et demandez-leur,
cette fois, de créer des eux-mêmes tâches, selon la
méthode artisanale décrite dans le petit encart, et incitezles à la formulation de nouvelles interprétations, bien nuancées d’expressions de doute.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Reproduisez sur transparents quelques taches authentiques de Rorschach (trouvables sur Internet) et refaites
l’exercice à l’envi, l’objectif étant non seulement — et non
prioritairement — de s’amuser mais, surtout, de faire varier
les expressions du doute.
♦ Proposez à vos élèves de jouer aux « voyants extralucides » et de se prédire mutuellement leur avenir dans… ce
qu’ils veulent, par exemple, dans du sable que leur consultant manipulera de façon à lui donner une vague forme ou
tout autre matériau.
48
Rouge passion
Réaliser une partie de l’audioguide d’une exposition de
photos.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette tâche est l’aboutissement de l’unité 6 et vise donc à
faire mobiliser toutes les ressources installées au cours de
celle-ci : lexique des genres iconiques, des couleurs, des
positions, des localisations dans l’œuvre, expression du
doute, de l’effet, du jugement…
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que les voilà arrivés à la tâche finale
qui consistera à réaliser une partie de l’audioguide d’une
exposition de photos et que, théoriquement, ils sont capables de réaliser cette tâche en toute autonomie puisque
toute l’unité les a outillés pour ce faire.
■ DÉMARCHE
A. Proposez-leur alors d’observer les trois photos des
pages 40 et 41 et d’en choisir une sur la base des informations fournies par leurs supposés auteurs — sauf l’interview
à Pascal Colrat, vrai nom de l’auteur, qui a été inspiré d’une
interview qu’il a donnée (www.exporevue.com/magazine/
fr7interview_colrat.html) — que vous leur faites écouter.
B. Ensuite, invitez-les à rédiger, individuellement, le commentaire relatif à la photo qu’ils auront choisie, commentaire destiné à être enregistré. Faites éventuellement rappeler le contenu souhaitable d’un tel commentaire : identification du document ; description de l’œuvre, axée sur les
points forts de celle-ci (v. activités 4 et 5) et interprétation
possible du message, de l’intention et de l’effet (v. activités
4 et 7).
Théoriquement, vos élèves sont armés pour rédiger leur
commentaire tout seuls : laissez-les donc travailler individuellement, en leur accordant le temps raisonnablement
nécessaire et en intervenant le moins possible.
C. Quand le travail arrive à son terme, regroupez par deux
les élèves qui ont choisi les mêmes photos et faites-les
confronter leurs travaux, tant du point de vue des contenus
que des formulations. Au bout du compte, exigez un texte
commun pour deux. Cette activité est en fait une activité
d’hétéroévaluation formative : ce sont vos élèves euxmêmes qui jettent un regard critique sur leurs productions
respectives de façon à les peaufiner avant de les soumettre
à l’évaluation certificative : ultime manière de progresser
avant le jugement final ! Ne vous en mêlez donc pas non
plus !
■ APRÈS
Avant de corriger vous-même les commentaires, faites réfléchir vos élèves sur les exigences du produit qui leur était
demandé, exigences sur lesquelles va évidemment porter
votre correction : autrement dit, élaborez avec eux une grille
possible d’évaluation. En voici une, à titre d’inspiration…
043-049_Rp3_Gp_u6.qxq
3/7/07
11:55
Página 49
GRILLE D’ÉVALUATION
2. Identification – Description
Le contenu de l’œuvre peut-il s’imaginer facilement ?
• position des objets/personnes dans l’espace de
l’œuvre les uns par raport aux autres
• postures des personnes
• couleurs
3. Interprétation
• l’interprétation est-elle compréhensible et
plausible ?
• l’impression est-elle clairement exprimée ?
4. Correction linguistique
• le vocabulaire est-il précis et adéquat ? (localisation/couleurs/formes)
• l’orthographe est-elle correcte ?
• les structures grammaticales sont-elles correctes ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Transposez cette tâche à l’oral (ce qui la rend encore plus
difficile) et demandez à vos élèves de :
• recueillir plusieurs œuvres d’un même peintre, photographe, publicitaire, graphiste… Chacun s’en choisira une ;
• chacun préparera ensuite le commentaire oral qu’il ferait
s’il était guide dans cette exposition et s’y livrera sans
aide-mémoire (les guides n’ont pas de pense-bête ; ils
coûtent plus cher que les audioguides, mais sont aussi
plus communicatifs !).
La grille d’évaluation de cette variante de la tâche devra prévoir des critères spécifiques de ce type d’oral (assez formel).
Voir l’unité 3 et, à titre d’exemple, les critères suivants :
non verbal
posture
gestuelle
mimiques
regard
9. LA MEILLEURE IMAGE DE L’ANNÉE
Trouver et présenter oralement une image de magazine
particulièrement percutante pour la mettre en compétition
avec d’autres.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’expression orale est une variante de la
tâche ciblée : elle exige la mobilisation des mêmes ressources mais en les concrétisant par le canal de l’oral.
UNITÉ 6
1. Structure globale
Les différentes parties du commentaire sont-elles bien
présentes ?
• identification du document,
• description,
• interprétation
paraverbal
prononciation
volume
articulation
débit
■ DÉMARCHE
A. Demandez à vos élèves de feuilleter divers magazines
de façon à y trouver une image qui leur paraît particulièrement remarquable.
Qu’ils en préparent ensuite la présentation aux autres (v.
tâche ciblée : identification, description, appréciation) en
mettant particulièrement l’accent sur l’appréciation de ses
caractéristiques remarquables, qui peuvent être d’ordres
différents : beauté, message, intention… Il s’agit ici de
convaincre l’auditoire de la prévalence de son image sur les
autres… Attention ! La présentation doit sembler la plus
spontanée possible : gare à une lecture ânonnante du texte
préparé !
B. Quand chacun aura défendu son produit, la classe élira
l’image la meilleure !
■ APRÈS
Cela vaudrait peut-être la peine, une fois l’élection faite,
d’interroger chacun sur les raisons de son choix. On serait
peut-être étonné (ou non) de l’hétérogénéité des motifs…
Cahier d’exercices : 8, 12
Rouge passion
49
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 50
Unité 7
MERCI DE VOTRE ATTENTION !
EN CONTEXTE
1. UNE CONFÉRENCE
Repérer les différentes parties d’un exposé sur les méfaits
de la société de consommation et réagir à la position
défendue par l’intervenant.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute, de prise de notes et d’expression
orale confronte vos élèves à la réception critique d’un premier exposé et les sensibilise au plan d’un tel type d’intervention.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves qu’à la fin de l’unité, ils auront à
prendre la parole pour exposer leurs avis sur un thème qui
les intéresse. Comme ce n’est pas un exercice facile, suggérez-leur d’écouter d’abord l’exposé de quelqu’un d’autre,
intervention qui pourrait leur servir de modèle.
■ DÉMARCHE A
A. Pour situer vos élèves, signalez-leur que l’intervenant
qu’ils vont entendre prend la parole dans le cadre d’un
séminaire sur la défense des consommateurs… Mais
consommateurs de quoi ? Faites donc écouter la piste 42 de
l’enregistrement de l’activité 1 et demandez-leur d’essayer
de déduire le sujet de l’intervention. L’exercice n’étant pas
facile, suggérez-leur tout d’abord de relever des mots précis qui leur permettront ensuite d’émettre des hypothèses
sur le thème de l’intervention et notez-les au tableau. Si
des divergences apparaissent, tentez d’en découvrir l’origine. Faites ensuite écouter le début de la piste 43 en guise
de correction, et revenez sur les termes de l’introduction
qui permettent de confirmer ou d’infirmer leurs hypothèses
(territoire = corps ; dictature de la perfection).
Solution :
Il s’agit d’un exposé sur la consommation abusive (et donc
les risques) de tous les produits et techniques susceptibles
d’assurer la perfection physique.
■ APRÈS A
• Faites remarquer le caractère attrayant de la présentation
du thème : En quoi l’est-il ? (devinette) et faites réfléchir sur
la pertinence énonciative de cette manière d’entrer en
matière. Est-elle souhaitable pour tous les exposés et tous
les publics ?
50
Merci de votre attention !
• Dans le passage que vous avez fait entendre apparaissent
d’autres éléments de l’introduction de l’exposé que l’annonce du thème : lesquels ? Faites-les relever et noter sur le
plan incomplet de l’auditeur de la page 43 (Salutations).
■ DÉMARCHE B
B. Avant de poursuivre, faites découvrir à vos élèves, plus
en profondeur, les deux « plans » de la page 43 : quels en
sont les auteurs ? Quelles en sont les parties ?
Ensuite, passez la totalité de l’enregistrement et demandez
de compléter les « notes de l’auditeur » (plan de droite).
L’exercice est difficile : autorisez donc plusieurs écoutes
et/ou faites écouter par morceaux (ce qui constitue une
précieuse aide au repérage des parties) ; ou encore, faites
relever les différentes parties annoncées dans le plan et faites-les repérer dans le développement.
Solutions :
1e Conférence
1.3. D’abord, bond en arrière dans notre préhistoire pour
montrer que le corps est depuis toujours l’objet d’une
vive attention.
Ensuite, analyse des critères de beauté de la société
occidentale d’aujourd’hui qui poussent les personnes à
mettre leur santé en danger.
Puis, mise en évidence des vrais bénéficiaires de cette
dictature du corps.
1.4. Le but de cet exposé est de démontrer que ces critères
de beauté sont en réalité entretenus par le consumérisme et sont donc un produit de notre société capitaliste.
2.1. Depuis toujours, on modifie son aspect physique pour :
• séduire, afficher son statut social, bref pour s’insérer
socialement.
• effrayer l’ennemi.
2.2. Mais aujourd’hui les modifications physiques nuisent
gravement à la santé.
2.3. En premier lieu, la minceur (par médication ou chirurgie) peut entraîner des problèmes de mémoire, l’anorexie, voire la mort (cas Schiavo).
En deuxième lieu, le bronzage entraîne le vieillissement de la peau voire le cancer.
• Ensuite, la musculation parfois par hormones est un
vrai dopage.
• Enfin, pourquoi ces critères de beauté ? Parce qu’ils
permettent le développement d’un marché juteux.
3. Conclusion : oui à la beauté, mais pas aux dépens de la
santé.
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 51
■ APRÈS B
Confrontez les performances en corrigeant partie par partie : fournissez la transcription et profitez-en pour faire
repérer les organisateurs textuels qui scandent l’organisation de l’exposé et constituent des points de repère bien
utiles.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Pour poursuivre dans la recherche de modèles d’exposés,
demandez à vos élèves de recenser (laissez-leur jusqu’au
cours suivant pour le faire) les différents types d’exposés
qu’ils auraient entendus récemment — une présentation
électorale, un reportage, un documentaire, un audioguide,
une revue de presse, etc. Faites-leur remplir, pour chacun,
les rubriques suivantes : exposé, lieu, public, média, thème.
Faites remarquer qu’il existe bien des types d’exposés différents.
FORMES ET RESSOURCES
2. BUT OU CONSÉQUENCE ?
Distinguer but et conséquence et acquérir les moyens
d’expression de l’un comme de l’autre (marqueurs et
modes).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de discrimination sensibilise vos élèves à la
différence logique entre le but et la conséquence et leur en
inculque les moyens d’expression.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 2, indiquez-leur
simplement que vous leur suggérez de lire, par fragments,
une petite histoire.
■ DÉMARCHE
A. Proposez alors la lecture des différentes phrases de l’activité 2 et invitez-les à en déduire le thème.
Avant de poursuivre, soumettez à vos élèves l’exemple suivant (ou tout autre équivalent) :
Les ouvriers ont travaillé jour et nuit
a) pour que le personnel de l’entreprise puisse occuper
les nouveaux bureaux à la date prévue.
b) si bien que le personnel de l’entreprise a pu occuper
les nouveaux bureaux à la date prévue.
Et demandez-leur :
• Dans lequel de ces deux cas les bureaux ont été terminés
à temps ?
Faites-en déduire que le but est un résultat recherché et la
conséquence un résultat obtenu ; c’est la raison pour
laquelle le premier exige le subjonctif (mode du non actualisé) et la deuxième l’indicatif (mode de l’actualisé).
ont travaillé
ont travaillé
UNITÉ 7
■ DÉMARCHE C
C. Une fois les arguments bien repérés grâce à la correction de la compréhension, faites-en rechercher d’autres à
l’appui de la thèse de l’orateur ou du contraire. Profitez-en
pour faire assimiler la différence entre arguments et exemples.
• Dans lequel des deux cas pourrait-on ajouter « mais un
problème technique de dernière minute a obligé à reculer
le déménagement d’un mois » ?
pour que → puisse (subjonctif)
si bien que → a pu (indicatif)
B. Revenez ensuite à l’activité 2 et faites distinguer les
phrases qui expriment un but de celles qui expriment une
conséquence et faites justifier.
Solutions :
But : 1, 4, 5, 8, 10
Conséquence : 2, 3, 6, 7, 9
C. Attirez l’attention sur les modes qui suivent les marqueurs de but et ceux qui suivent ceux de conséquence :
est-ce logique ? (Le but étant par définition ce qui est poursuivi, il ne peut s’actualiser à l’indicatif mais doit rester au
subjonctif, alors que la conséquence ne peut en devenir une
que si l’indicatif l’actualise.)
D. Enfin, faites noter les marqueurs susceptibles d’exprimer aussi bien le but que la conséquence, la différence
n’étant alors marquée que par le mode.
■ APRÈS
Demandez à chacun de vos élèves d’écrire une phrase quelconque sur un bout de papier. Chacun dira sa phrase et le
premier qui arrivera à lui adjoindre une conséquence et un
but gagne 2 points ; si seul l’un des deux est exprimé, l’auteur gagne 1 point. Au bout du compte gagne celui qui totalise le plus de points. Il est évident que conséquence et but
doivent être plausibles et non tirés par les cheveux ; toutefois, l’humour est permis.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Ajoutez la cause au but et à la conséquence. La cause n’est
pas un résultat mais une raison, un motif.
Les ouvriers ont travaillé jour et nuit
parce qu’ils avaient déjà pris un retard considérable.
Formez des groupes de trois ou quatre élèves auxquels
vous proposer les listes d’objets ci-dessous. Chaque
groupe doit se mettre d’accord pour emporter un seul objet
de chaque liste sur une île déserte… Ils doivent justifier leur
choix au moyen de bonnes raisons, c’est-à-dire de causes
(« parce que cela permet de… ») ou de buts (« moi j’emporterais… pour… ») ou de conséquences (« moi j’emporterai…
nous aurons ainsi de quoi tenir pendant… »).
Dans un deuxième temps, chaque groupe ayant exposé ses
choix et ses raisons, toute la classe doit arriver, pour chaque liste, à un consensus.
Merci de votre attention !
51
UNITÉ 7
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 52
des lampes électriques
des allumettes
des lampes à huile
de l’huile
des piles
un ouvre-boîtes
une trousse de
secours
des oreillers
des sacs de couchage
une tente
des draps
des couvertures
des manteaux
des vêtements de
rechange
de l’eau
de la limonade
du café
des jus de fruits
de la bière
du whisky
du thé
du sel
de la farine
du lait en poudre
du sucre
des tablettes
désinfectantes
des arcs et des flèches
des couteaux
un fusil
des cartouches
de la corde
de la viande surgelée
des fruits secs
des légumes séchés
des fruits frais
des boîtes de
haricots
3. OR, C’EST PRATIQUE !
Déduire d’exemples la valeur sémantique de or.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de réflexion à partir d’exemples contraint vos
élèves à essayer de comprendre le sens et les conditions
d’emploi du connecteur or.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de faire examiner les phrases de l’activité 3 par vos
élèves, signalez-leur qu’elles concernent une bien curieuse
— et pourtant fréquente — conjonction de coordination
française : or. Bien difficile d’en donner le sens exact ou les
conditions d’emploi. Mettez donc vos élèves au défi d’y arriver…
■ DÉMARCHE
Pour cela, regroupez-les par deux ou trois et demandez-leur
d’examiner les trois textes de la page 44, puis de communiquer leur avis au reste de la classe. Dressez une synthèse
des hypothèses.
■ APRÈS
Faites remarquer à vos élèves les deux points suivants :
• Du point de vue du sens : or pourrait être l’équivalent de
l’expression familière « Eh ben, pas du tout ! », parce qu’il
marque une forte opposition (« pas du tout ») à une affirmation, une thèse qu’on a d’abord acceptée (« eh ben ! »).
Or présuppose donc toujours quelque chose d’antérieur,
que la suite contredit totalement.
• Du point de vue de la construction syntaxique : or ne relie
que des phrases — et non une subordonnée à une principale — voire même une phrase à un discours antérieur. Il est
donc toujours précédé d’une ponctuation forte : un point ou
un point-virgule. Il est aussi souvent suivi d’une virgule.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à chacun de vos élèves d’écrire sur un bout de
papier un fait ou une opinion ; chacun lira sa phrase et le
premier qui pourra s’y opposer radicalement en introduisant sa contradiction par or gagnera un point. Le gagnant
est celui qui totalise le plus de points.
52
Merci de votre attention !
Le climat belge a une réputation épouvantable. Or, ça fait
deux mois qu’il fait délicieux (très beau).
4. RELATIONS LOGIQUES
Compléter un texte au moyen de divers connecteurs (de
cause, de conséquence, de temps, de concession…).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture (d’abord lacunaire, ensuite libre)
contraint vos élèves à inférer les relations logiques qui unissent les diverses propositions d’un texte et à les expliciter
au moyen des connecteurs logiques pertinents.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la réalisation de l’activité 4,
qui exige potentiellement la connaissance de diverses relations logiques et de leurs marques respectives, proposez à
vos élèves de remplir les trous de l’exercice suivant.
Attention, ne vous y trompez pas, ce n’est pas facile : acceptez donc d’abord n’importe quel connecteur, pour autant
qu’il convienne au sens de la phrase ; dans un deuxième
temps, faites observer le mode de la subordonnée et faites
un tri en fonction de ce dernier.
• Le directeur avait appelé le gamin
il passe aux
aveux.
• La chaleur était étouffante
tout le monde suffoquait.
• On lui avait offert de boire quelque chose
il
avait l’air un peu réconforté.
• Le directeur n’avait guère d’espoir d’aboutir
il
savait que le gamin était (…) buté
une mule.
• De fait, le gosse s’était tu
son silence en disait
plus long que toute parole.
• Soudain, il s’est enfui
personne n’ait pu réagir.
Au fur et à mesure que vous travaillez ensemble, remplissez
le tableau suivant qui constituera peu à peu la boîte à outils
des divers connecteurs de coordination ou de subordination (voire même des prépositions). Les mots qui apparaissent dans le tableau sont donnés à titre d’exemple : rien ne
vous oblige à être aussi exhaustif, « car qui trop embrasse,
mal étreint ».
Marquent une connecteurs
relation de
(coordination)
connecteurs
(subordination)
cause
car
comme, puisque,
parce que, vu que,
étant donné que
conséquence
donc, aussi, du
coup,
de façon que, de
sorte que, de manière
que, si bien que,
tellement que
opposition
mais, or, cepen- alors que, tandis que,
dant, pourtant
pendant que
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 53
connecteurs
(subordination)
temps
lorsque, quand,
dès que, aussitôt
que, comme, tandis
que, pendant que,
après que, avant que
but
pour que (pour + inf.),
afin que (afin de + inf.),
de manière que, de
façon que
condition
si, à condition que,
pourvu que
concession
quoique, quoi que,
bien que
comparaison
comme, de même
que, ainsi que,
autant que, plus que,
d’autant plus que
à cause de, grâce à, malgré : sont des prépositions
■ DÉMARCHE A
A. Maintenant que vos élèves disposent d’un certain nombre d’outils pour réaliser l’exercice, laissez-les lire le petit
texte de la page 45 et, à deux, demandez-leur de s’interroger sur les relations implicites manifestées par les
« trous » du texte ; ensuite, qu’ils choisissent des organisateurs, des connecteurs ou des prépositions susceptibles de
les expliciter (plusieurs sont possibles).
Solutions :
D’abord, les deux personnages sont très différents si bien
qu’ / de sorte qu’ils ne peuvent pas danser ensemble.
C’est pourquoi l’un deux essaie de se transformer mais
sans succès. Par conséquent / Donc / Dès lors / Du coup,
l’autre suggère de mettre leurs efforts en commun de
manière à / de façon à / afin de / pour se transformer
mutuellement. Finalement, ils y arrivent et grâce à leur
sens de l’entraide, ils peuvent danser ensemble.
■ DÉMARCHE B
B. Dans un deuxième temps, demandez à vos élèves (par
groupes de trois ou quatre) de rédiger la totalité des légendes des dessins du B, en y introduisant les connecteurs
nécessaires pour que les relations logiques y soient limpides. Faites ensuite lire et apprécier tous les textes.
Solution possible :
D’abord, deux carrés et deux triangles habitent ensemble
dans leur communauté jaune, mais, pas loin de là, en pleine
banlieue, il y a un rond qui habite tout seul, mais qui souhaite appartenir à la communaute jaune, comme les autres.
Afin de lui faire plaisir, la communauté jaune élargit son territoire et l’inclut. Cependant, à cause de la pollution, les
deux carrés et le triangle vert décident de déménager hors
du jaune, de sorte qu’il n’y a que le rond et le triangle bleu
qui restent. Finalement, le triangle bleu rejoint les autres
tandis que le rond reste tout seul, à nouveau, dans le jaune.
UNITÉ 7
Marquent une connecteurs
relation de
(coordination)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Soumettez à vos élèves la tâche suivante : une maison de
jeunes, installée dans un quartier assez populaire et
modeste, recherche un responsable qui sera tenu d’assurer
une permanence cinq jours par semaine de 16 à 23 heures
et qui sera aidé par deux adjoints travaillant chacun trois
soirs par semaine. Parmi les candidatures suivantes, quelle
est celle que chacun soutient et pourquoi ?
Demandez à chacun un petit argumentaire de quelques
minutes, présenté oralement et bien scandé par des organisateurs pertinents.
STERN, David ; 30 ans, français d’origine juive
• assistant social
• célibataire
• joue dans une équipe de basket
• bégaie quand s’énerve.
MOREL, Geneviève ; 45 ans, française
• sociologue. A travaillé dans divers pays en voie
de développement
• veuve avec un enfant marié
• auteur de travaux sur les loisirs des jeunes
• très introduite dans les mileux officiels
Faites ensuite comparer les résultats (et, le cas échéant, faites compléter les solutions ci-dessus).
FIERTS, Justin ; 28 ans, français
• instituteur
• marié, trois enfants
• guitariste
• légèrement handicapé par un accident de voiture
■ APRÈS A
De façon à amplifier la boîte à outils de vos élèves avant de
les inciter à aller de l’avant, consultez avec eux la rubrique
grammaticale de la double page 44-45 et complétez le
tableau que vous avez commencé à élaborer ; assurez-vous,
en incitant à la création d’exemples, que tous ces connecteurs soient bien compris.
HACHIMI, Myriam ; 35 ans, libanaise immigrée
• puéricultrice
• a dirigé une maison de jeunes au Liban
• divorcée, deux enfants
• parle couramment le français
• passé un peu douteux (drogue ?)
• actuellement animatrice d’un foyer d’immigrés
Merci de votre attention !
53
UNITÉ 7
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 54
RUIZ, Anselmo ; 37 ans, espagnol immigré
• célibataire. Vit avec une femme divorcée.
• très engagé politiquement (gauche)
• comédien amateur de grand talent
• parle couramment le français
• actuellement employé au CPAS (Centre public
d’action sociale, en Belgique)
5. L’AUGMENTATION OU LA
RÉDUCTION
Détecter les thèmes de questions posées par la presse à
un ministre.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de compréhension à l’audition et de production réduite est prétexte à amplifier le lexique nominal et
verbal de vos élèves.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de commencer, signalez simplement à vos élèves
qu’ils vont entendre des journalistes interroger un ministre
et demandez-leur de noter, pour chacun des cas, le thème
de la question posée, ce qui les obligera à « nominaliser ».
■ DÉMARCHE
A. Lancez l’audition et laissez vos élèves se débrouiller
pour noter, sous forme de nom, le thème de la question.
B. Ensuite, faites compléter la partie B de l’activité.
Solutions :
1re colonne. augmenter, une augmentation ; abandonner, un
abandon ; réduire, une réduction ; voler, un vol ; retarder, un
retard ; louer, une location.
2e colonne. offrir, une offre ; faire, un fait ; disparaître, une
disparition ; rompre, une rupture ; agir, une action ; investir,
un investissement.
3e colonne. partir, un départ ; revenir, un retour ; lier, un
lien ; refuser, un refus ; payer, un paiement.
■ APRÈS
Regroupez vos élèves par deux : un journaliste et un ministre… ! et faites-les utiliser les mots précédents dans une
imitation de conférence de presse (l’un devant utiliser un
nom, ou un verbe, et l’autre devant répondre par un verbe,
ou un nom).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Signalez à vos élèves que les titres de presse jouent beaucoup avec les nominalisations. Apportez en classe quelques journaux et distribuez-les à vos élèves, regroupés par
trois au quatre : faites découper une quinzaine de titres et
faites-les classer en deux tas selon qu’ils utilisent un verbe
ou un nom ; ensuite, faites transposer (par ex. « le gouvernement renonce à » ou « renoncement de … par le gouvernement » ; etc.).
Cahier d’exercices : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
54
Merci de votre attention !
TÂCHE CIBLÉE
6. ARMES À L’ÉCOLE
Réagir aux positions prises par l’auteur d’un article relatif
à l’augmentation de la violence à l’école.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture suivie d’interaction orale et d’expression écrite argumentatives incite vos élèves à exposer
— en réponse à l’opinion d’autrui — leur propre avis de
façon structurée.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la lecture du texte de l’activité 6, signalez-leur que l’auteur y traite de la violence
actuelle dans les écoles françaises et de mesures éventuelles à prendre. Demandez-leur ce qu’ils savent (non encore
ce qu’ils pensent) de ce problème, en France mais aussi
dans leur propre pays ou dans le monde (États-Unis, par
exemple). Apportez vous-mêmes d’éventuelles informations.
■ DÉMARCHE A
A. Invitez ensuite vos élèves à lire le texte, silencieusement, chacun pour soi, afin d’en détecter les différentes
parties et d’en paraphraser les propositions (faites une
mise en commun des produits de la lecture avant de poursuivre). Puis, regroupez vos élèves par trois et incitez-les à
discuter des mesures de lutte contre la violence proposées
par l’auteur de l’article. Avec lesquelles sont-ils d’accord ?
Avec lesquelles, non ? Pourquoi ? Ont-ils d’autres suggestions à faire ? Cette fois, on est en pleine argumentation.
■ APRÈS A
Quand vous constatez que les groupes s’essoufflent, interrompez les discussions et demandez à chaque groupe de
faire la synthèse de leurs avis, de façon à la transmettre
ensuite aux autres, les idées se multipliant ainsi d’autant
pour alimenter la suite de l’activité.
■ DÉMARCHE B
Priez ensuite chaque groupe de coucher par écrit, sous
forme de courrier aux lecteurs du journal, leur position
commune. Mieux vaudrait, préalablement à l’écriture proprement dite, rédiger un plan de la réponse à l’article, l’encart du bas de la page 46 pouvant servir de modèle, de
même que le plan de l’exposé de l’activité 1.
Faites d’ailleurs réfléchir vos élèves à ce qui correspondra,
dans le cas présent, aux trois parties de l’exposé.
Introduction
• salutations
• annonce du thème
• plan
• prise de position
oui + présentation de soi
oui
non
oui
050-055_Rp3_Gp_u7.qxd
3/7/07
12:23
Página 55
non : vient d’être fait
oui
oui
…
Conclusion
• résumé
• positionnement
• ouverture
facultatif (car écrit court)
oui
oui
Notez cette comparaison au tableau.
■ APRÈS
♦ Faites échanger les textes de façon à ce que chaque
groupe se retrouve devant un courrier autre que le sien, le
tableau comparatif précédent sous les yeux. Demandez à
chacun de repérer dans le texte d’autrui ce qui pourrait
améliorer le sien, en l’adaptant si nécessaire.
♦ Laissez-leur ensuite le temps d’améliorer encore leur
propre texte au moyen des trouvailles qui viennent d’être
faites.
♦ Demandez-leur de noter sur leur texte final de quel ordre
sont les emprunts faits :
• idées
• structure
• formulations
■ POUR ALLER PLUS LOIN
De façon à sensibiliser aussi vos élèves aux caractéristiques
de l’oral — caractéristiques qu’ils devront mettre en œuvre
lors de la tâche finale qui suit —, demandez-leur de faire
part de leur avis par le biais d’un coup de téléphone fictif à
une émission qui défendrait le point de vue du journaliste
(jouez vous-même le journaliste).
De l’écoute de différents intervenants, faites déduire les
qualités orales nécessaires à ce type d’intervention (débit,
articulation, mélodie, pauses, accent, …).
7. EXPOSER ET ÉVALUER
Préparer et réaliser un exposé sur un thème au choix, et
évaluer les interventions de ses condisciples.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’expression orale constitue la tâche finale de
l’unité 7 et exige donc de vos élèves la mobilisation de toutes les ressources installées au cours de cette dernière :
structure d’un exposé, arguments et exemples, relations
logiques et marqueurs, organisateurs textuels, nominalisations…
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que le moment crucial de leur propre
prise de parole est arrivé et qu’ils vont donc devoir réaliser
un petit exposé de trois minutes maximum sur un thème
conflictuel qui les passionne, mentionné ou non dans la
liste de la page 47. Avant de les lancer dans l’action,
demandez-leur donc de se projeter dans la réalisation de
cette intervention et de réfléchir au paraverbal (tout ce qui
relève de la voix) et au mimo-gestuel (visage et corps) de ce
type d’intervention…
• Comment faut-il parler dans le cas d’un exposé ? À quel
rythme ? Sur quel ton ? Avec quel volume ? Quelle articulation ?
• Comment et où faut-il se tenir ? (posture, gestuelle, supports, aisance, …) Que faire de son visage ? (regards, sourire, …)
UNITÉ 7
Développement
• positionnement principal
• argument 1 +ex
• argument 2 + ex
•…
■ DÉMARCHE
A. Lancez-les ensuite, seuls ou en groupe (à eux de choisir,
mais en cas de travail en groupes, à eux de bien calibrer les
interventions de chaque participant et l’organisation du
tout), dans la préparation de l’exposé. Ne les laissez pas
perdre trop de temps pour choisir la thématique ; que ceux
qui veulent travailler seuls se retirent d’emblée et que les
autres se trouvent un ou deux partenaires maximum.
Insistez seulement sur :
• la nécessité d’un plan
• la nécessité d’une répétition « à blanc »
• l’éventualité de supports
Puis laissez-les travailler en autonomie — principe même
de la tâche finale —. Restez seulement à leur disposition
comme personne ressource et surveillez l’organisation.
B. Une fois chacun et chaque groupe prêts, invitez à utiliser la fiche d’évaluation de la page 47 pour apprécier les
différents exposés. L’idéal serait évidemment de filmer chaque performance…
■ APRÈS
Ensuite, mettez en commun les différentes évaluations et
tentez de déboucher sur un consensus. Attention : chaque
critère doit s’appuyer sur des indices précis de la prestation.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à chacun de vos élèves de choisir l’un des exposés
de leurs camarades et d’y répondre de façon contradictoire,
soit par un autre exposé soit par un article.
Cahier d’exercices : 5, 9
Merci de votre attention !
55
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 56
Unité 8
LES BONS PLANS
EN CONTEXTE
1. JE CRAQUE POUR…
En se fondant sur l’avis de critiques, décider de visiter une
exposition de sculptures au bord de la mer ou d’écouter
un disque d’Arno chez soi.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture d’articles critiques et de défense
orale d’une décision vise à sensibiliser vos élèves à l’usage
de ce type d’écrit, qu’ils devront, par ailleurs, réaliser euxmêmes lors de la tâche finale.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la lecture de ces deux articles de critique journalistique, assez touffus, parlez-leur
d’abord de la Belgique, petit pays situé au Nord de la
France, et francophone pour sa moitié sud. Indiquez-leur
sur la carte de la page 64 de ce guide (que vous pouvez
agrandir et reproduire ou projeter) que depuis la naissance
officielle du pays en 1830 jusqu’à pratiquement nos jours,
la partie nord, néerlandophone ou flamande, parle cependant aussi français pour des raisons touristiques ou historiques (la bourgeoisie du xixe siècle exerçant ses diverses
professions en français mais utilisant le flamand comme
langue véhiculaire avec les serviteurs, par exemple).
Signalez-leur que le chanteur Arno, originaire du Nord
(d’Ostende) est parfaitement bilingue mais parle le français
avec un énorme accent flamand dont il joue pour assurer
son succès : cela plaît beaucoup.
■ DÉMARCHE
A et B. Avant de demander à vos élèves de se prononcer
pour l’une ou l’autre production culturelle, invitez-les à lire
le premier article et à situer sur la carte de la côte belge
chacune des sculptures mentionnées par le texte : ils se
feront ainsi une représentation plus claire de chaque sculpture et de la promenade à effectuer.
Solutions (B) :
ballerine (image 2), Duinbergen ; morceau de ciel (image
4), Nieuport ; montagne sacrée (image 3), Zwin ; énorme
araignée sur tombe de James Ensor (image 5), Mariakerke ;
éléphants (image 6), La Panne ; statue de Dirk Frimout
(image 1), toit du casino d’Ostende.
Invitez-les ensuite à lire l’article relatif à Arno et à en retirer
cinq adjectifs susceptibles de caractériser la production
d’Arno : ils s’en feront ainsi une idée globale.
56
Les bons plans
Solutions possibles :
• vrai : spontané, sincère, pas semblant, pas grandiloquence
• éclectique : mélange traditionnel/contemporain, Tom
Waits /Jacques Brel
• rudesse + douceur : bloc de pierre/fusion/érodé, doux
• émouvant : prend tripes, secoue, émotion en barre, sentiments en direct
• mélange simplicité/travaillée : légèreté, fraîcheur/carrée,
sophistication
Invitez ensuite vos élèves à se décider pour l’exposition
Beaufort ou pour Arno, et demandez-leur de justifier brièvement leur choix.
C. Épinglez vous-mêmes quelques expressions imagées
(en fait métaphoriques) dans les deux textes : laissez vos
élèves choisir le texte qu’ils préfèrent et, par deux, demandez-leur d’expliquer les images suivantes
Beaufort
• la poésie déferle
• stations balnéaires (...)
balayées par un courant
d’art
• un fragment de ciel
échoué
• la symphonie des vagues
Arno
• un bloc de pierre compact, rendu doux par la
mousse
• en fusion en son centre
• ça secoue
• sa voix rocailleuse prend
aux tripes
■ APRÈS
Rappelez à vos élèves les mécanismes de fonctionnement
de la métaphore et de la comparaison :
Comparaison
objet + comme + objet
un aspect commun
Métaphore
objet + aspect d’un
autre objet sans comme
• La poésie est comme une
• La voix d’Arno est
vague qui déferle.
adoucie comme un
• Les stations sont balayées
bloc de pierre rendu
par l’art comme elles le
doux par la mousse.
sont par le vent.
• La voix est comme un
• Un morceau de ciel gît
bloc de pierre en
comme un bateau échoué.
fusion en son centre.
• Frimout dirige le son des
vagues comme si elles
étaient écrites sur une partition et comme s’il avait un
pouvoir sur elles.
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 57
2. AVEZ-VOUS DES OPINIONS BIEN
ARRÊTÉES ?
Répondre aux questions d’un test susceptible de déterminer si l’on pense de façon autonome et stable.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture d’un test et de discussion orale de
ses résultats amène vos élèves à réfléchir sur leur propre
autonomie en matière de construction et de défense d’une
opinion.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans la lecture du test, demandez qui, dans la classe, lors de l’activité précédente :
• a éprouvé des difficultés à choisir entre Beaufort et Arno ?
• s’est décidé sans aucun problème ?
• en a /aurait volontiers discuté avec ses voisins ?
Demandez si cette réaction correspond à une attitude générale ou est occasionnelle, et notez rapidement un petit
relevé statistique des attitudes de la classe en matière de
construction d’opinions.
■ DÉMARCHE
A. Invitez alors vos élèves à cocher l’une des propositions
du début de l’activité 2, une fois pour eux-mêmes et une
fois pour un camarade, sans en faire part à personne.
B. Laissez ensuite chacun répondre tranquillement aux
questions, établir son score et prendre connaissance de ses
résultats.
Enfin, favorisez la discussion de ces résultats entre les élèves qui auront émis des hypothèses réciproques au début
de l’activité.
■ APRÈS
♦ Qu’ils prennent le test au sérieux ou non, incitez vos élèves à essayer de l’analyser de façon à distinguer ses divers
objectifs ; pour les guider, signalez-leur que les questions
peuvent être regroupées de la façon suivante :
a et c : construire son propre avis
b et d : attitude + formulation verbale
e et f : réagir à un avis contradictoire
Quel est le rapport, à leur avis, avec la tâche finale qu’ils
auront à élaborer ?
♦ Engagez une discussion sur :
• la facilité/difficulté à se construire une opinion
• la facilité/difficulté à la maintenir face à un avis opposé
Si nécessaire, la langue maternelle peut intervenir, car les
nuances ont toute leur importance quand il s’agit de discuter d’attitudes ; par ailleurs, soyez très délicat, car les personnalités sont ici en jeu.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Signalez encore à vos élèves que l’expression d’une opinion
se trouve facilitée si l’on dispose des mots pour s’affirmer
et amplifiez avec eux le répertoire esquissé dans cette activité :
• Pour annoncer une opinion : selon moi, pour ma part,
quant à moi, à mon avis, je pense que, je crois que, il me
semble que, je suis persuadé que, je suis convaincu que,
j’ai la conviction que, etc.
• Pour partager une opinion : (je suis) d’accord avec toi, je
partage ton avis/opinion, sans aucun doute, c’est certain, tout à fait (vrai), ok, …
• Pour accepter une opinion adverse mais la réfuter / nuancer : sans doute mais, certes mais, je peux comprendre
que … mais, je peux admettre que … mais, je vous
entends bien mais, etc.
UNITÉ 8
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites remarquer à vos élèves que la caractéristique de
Beaufort, c’est de placer des objets dans un cadre insolite,
ce qui oblige le spectateur à créer un sens à partir de ce
contraste incongru : c’est le principe même du surréalisme,
dont la Belgique est très friande (montrez si possible des
œuvres de Magritte ou Delvaux).
Demandez-leur de trouver sur le Net ou de créer eux-mêmes
(ce serait encore mieux) un montage surréaliste et d’en
faire une brève description explicative (avec ou sans métaphore) à la manière des paragraphes de la critique de
Beaufort. La production écrite ne doit pas excéder un paragraphe.
Faites employer ces termes dans des phrases, ou mieux,
pour discuter du problème suivant : qui faut-il sacrifier dans
le cas de licenciement suivant ?
La boulangerie industrielle Craquotte
À l’attention de tous les membres du conseil
d’administration
Objet : Réduction du personnel
Jérôme Backer Directeur du personnel, 53 ans
Entré chez Craquotte très jeune, il a toujours obtenu de bons états de service.
Peut-être est-il un peu âgé pour ce
poste. Sa femme est atteinte d’un cancer.
Franck Farein Directeur technique 28 ans
Universitaire, très efficace ; bon potentiel pour l’entreprise : en trois ans, il a
augmenté la productivité de 25%.
Myriam Evian Directrice technique adjointe, 35 ans
Dix ans de service ; compétente mais
souvent absente en raison de sa mauvaise santé.
Mère célibataire d’un jeune enfant.
Victor Janson Contremaître et responsable syndical,
30 ans
Très souvent absent ; capable de
déclencher une grève si son emploi est
menacé.
Les bons plans
57
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
UNITÉ 8
Sabine Petit
12:31
Página 58
Contremaître adjointe 46 ans
Dans la société depuis 25 ans ; toujours
eu d’excellents états de service ; très
efficace et appréciée de la direction
comme du personnel.
Votre décision :
Cahier d’exercices : 2
FORMES ET RESSOURCES
3. LA FICHE
Compléter les fiches signalétiques de diverses productions culturelles.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture lacunaire invite vos élèves à s’interroger sur les caractéristiques identitaires de divers types de
produits culturels et à s’en approprier le lexique.
■ AVANT DE COMMENCER
Demandez à vos élèves quelles informations sur euxmêmes ils fournissent quand on leur demande de s’identifier lors d’une inscription dans une école, dans un hôtel, à
la police… Croient-ils que ces données soient valables pour
identifier une production culturelle (livre, expo, film, disque…) ? Discutez-en ensemble.
■ DÉMARCHE
Ensuite, invitez-les à :
A. compléter les fiches lacunaires du haut de la page 50.
B. à identifier de quel type de production il s’agit dans les
quatre cas.
Livre
film*
expo
spectacle*
titre
titre
titre
titre
auteur
réalisateur
commissaire auteur
éditeur
producteur
scénographe metteur en
scène
lieu de
publication
lieu de projection
lieu (salle
d’expositions)
date de
publication
date de pro- dates
duction et
dates de
projection
dates
+ acteurs*
+ acteurs
/interprètes*
lieu (salle de
spectacle)
* dans ces deux cas, il y a représentation (et donc interprétation ou recréation) d’une œuvre déjà préalablement
produite.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves d’apporter en classe trois DVD (ou
trois livres, ou…) dont ils auront préalablement rédigé la
fiche signalétique ; regroupez toutes les fiches de la classe,
mélangez-les et étalez les DVD sur les tables. Chaque élève
tirera ensuite, sans les regarder, trois fiches et devra retrouver le plus rapidement possible les DVD correspondants.
Gagne le plus rapide… pour autant que ses appariements
soient corrects.
Demandez ensuite à chaque élève de vérifier la qualité des
fiches qu’il a en main.
4. SE FAIRE UNE PETITE IDÉE DE…
Solutions (B) : livre, film, expo, one woman show
C. et à rédiger à leur tour la fiche signalétique d’un disque.
■ APRÈS
De façon à les amener à comparer les fiches signalétiques
des diverses productions culturelles qu’ils pourraient
devoir commenter, incitez vos élèves à inscrire dans le
tableau suivant les aspects signalétiques de chaque production :
58
Les bons plans
Reconnaître un livre et une exposition à travers leurs présentations radiophoniques et réaliser celle d’un film.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette double activité d’écoute et de production orale sensibilise vos élèves au fait que pour amener un public à
consommer des biens culturels, il faut non seulement les
faire connaître à ce public en les identifiant, mais aussi les
mettre en évidence en les décrivant et en les appréciant.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que ce n’est pas parce que la
police ou le gérant d’un hôtel a vu leur carte d’identité qu’ils
savent qui ils sont, quel est leur caractère ou même leur
aspect physique ; il en va de même pour une œuvre. Pour se
décider à aller voir un spectacle, un film, une expo, on aime
en savoir un peu plus : d’où peuvent venir ces renseignements ? Demandez à vos élèves d’où ils les tirent généralement (amis, articles, affiches, émissions, …).
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 59
■ DÉMARCHE
A. Ensuite, proposez-leur d’écouter l’enregistrement d’une
émission de radio qui présente deux des œuvres dont ils
ont complété la fiche technique lors de l’activité précédente
et invitez-les à les retrouver.
3. Cette sobre sonate mortuaire nous donne
un grand moment d’émotion, sans jamais
flirter avec les violons du mélo facile.
B. Repassez ensuite l’enregistrement et demandez cette
fois de noter toutes les informations nouvelles apportées.
Solutions :
Oscar : • l’incipit ou début du livre
• la structure du roman : douze lettres
• les personnages (enfant condamné par une maladie incurable ; une visiteuse pleine de tendresse ;
Dieu : destinataire des lettres)
• lieu : hôpital
• ton : drôle, émouvant, poétique
Une peau : • parcours à travers divers matériaux
• parcours à travers diverses époques
• parcours à travers diverses parties du corps
• effet : étonnant
C. Enfin, invitez vos élèves à compléter la fiche de Le fabuleux destin d’Amélie Poulin (ou de tout autre film) par le
même type d’informations supplémentaires (contenu +
effet) que celles fournies dans l’émission.
■ APRÈS
♦ Incitez vos élèves à synthétiser ce qu’une présentation
médiatique ajoute à la simple fiche signalétique d’une
œuvre (contenu minimal, (dé)plaisir potentiel).
♦ À leur avis, quelles seront donc les parties nécessaires au
texte de critique qu’ils auront à écrire lors de la tâche
finale (présentation, contenu minimal, appréciation) ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves de placer les morceaux épars des
trois critiques suivantes dans les cases du tableau qui leur
correspondent :
œuvre 1
œuvre 2
œuvre 3
Présentation
Contenu
Appréciation
1. Rodin, la rétrospective. Royal Academy.
Picadilly. Londres. Du 23 septembre au 14
janvier. Tous les jours de 10 h à 18 h.
4. Intéressante exposition, qui nous permet de voir éclore un talent dont on ne
connaît généralement que la maturité.
UNITÉ 8
Solutions :
Oscar et la dame rose ; Une peau si profonde
2. Ce livre reprend 60 chansons de
Souchon, dont six tirées de La vie
Théodore. Il livre à chaque fois les circonstances dans lesquelles ces titres sont
nés, leur inspiration ou leur message.
5. Alain Souchon, une vie à travers ses
chansons, Le Seuil, 192 p., 265 photos en
couleurs, 29 euros.
6. Avant d’être reconnu à Paris, c’est à
Londres, en 1882, qu’Auguste Rodin
connaît ses premiers succès. Cette rétrospective réunit donc, outre les chefs-d’œuvre de Paris, les pièces anglaises.
7. Le temps qui reste, de François Ozon,
avec Melvil Poupaud, Jeanne Moreau,
Valérie Bruni-Tedechi. 85 mn.
8. Très beau livre, original, superbement mis
en pages, avec des illustraions remarquables.
9. François Ozon traque dans ce film les
derniers jours d’un jeune homme (Melvil
Poupaud, parfait) condamné par un cancer fulgurant.
5. LES MOTS DU SPECTACLE
Associer des mots du spectacle et leurs définitions ; créer
soi-même des définitions.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’appariement et de production écrite lacunaire de définitions vise à faire acquérir le lexique minimal,
nécessaire à la critique de productions culturelles, et à systématiser l’emploi des démonstratifs.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves qu’à toute réalité correspond un lexique spécifique : ainsi, dans le Livre de l’élève 1, ils ont
acquis, au moment d’aller faire leurs courses ou d’aller au
restaurant, le lexique spécifique de la nourriture. Il s’agit
maintenant d’acquérir un minimum de vocabulaire relatif
aux champs des productions culturelles : théâtre, expo,
livres, disques…
Les bons plans
59
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 60
UNITÉ 8
■ DÉMARCHE A
A. Invitez donc vos élèves à travailler par deux pour associer les définitions de l’activité 5 aux mots énumérés au
début.
Solutions :
1. intrigue ; 2. œuvres ; 3. personnages 4. réalisateur ; 5.
jouer un rôle ; 6. dialogues ; 7. portée ; 8. metteur en scène
■ APRÈS A
Avant de les lancer dans la partie B, réalisez avec eux une
synthèse de l’emploi des pronoms démonstratifs. Faitesleur observer les définitions de A et déduire la morphologie
et la construction de ces pronoms (v. encart grammatical) :
pas d’emploi seul ; variation en genre et nombre.
■ DÉMARCHE B
B. Ensuite seulement, demandez à vos élèves de rédiger les
définitions correspondant aux noms listés en B. Non seulement ils acquerront le vocabulaire en question, mais ils
manieront les pronoms démonstratifs.
Solutions :
• C’est celui / celle qui écrit les paroles et la musique d’une
chanson.
• C’est celui / celle qui assure la présentation matérielle et
visuelle (la mise en scène) des œuvres d’une expo.
• C’est celui / celle qui fournit l’argent nécessaire à la fabrication d’un film.
• C’est ceux / celles qui s’occupent des lumières.
• C’est celui /celle qui s’occupe de tous les documents
nécessaires à un tournage et vérifie que tout se passe
bien.
• C’est celui/celle qui supervise la réalisation d’une expo et
en a la responsabilité.
• C’est ce qui constitue la réalisation matérielle d’une pièce
(direction des acteurs, de l’éclairage, du son, des
décors…).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
À tour de rôle, faites évoquer par vos élèves une production
culturelle qu’ils connaissent, mais en abordant obligatoirement un aspect mentionné dans l’exercice ou un autre que
vous leur apprendriez à nommer, amplifiant ainsi leur vocabulaire.
6. SI TU VEUX MON AVIS…
Discriminer des mots neutres (porteurs d’informations) et
des mots subjectifs (porteurs d’appréciation personnelle)
ou « modalisateurs ».
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de discrimination vise à sensibiliser vos élèves à l’existence de mots neutres et à celle de mots porteurs d’une opinion (ou modalisateurs).
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que pour faire passer un avis, une opinion, il ne faut pas toujours un long discours : il suffit par-
60
Les bons plans
fois d’un mot, porteur de cette opinion. Ainsi, traiter quelqu’un de « salaud » ou d’« ordure », c’est dire qu’il est
quelqu’un de mauvais sur le plan moral et donner une opinion négative à son propos.
Mais dire que cette même personne est « mariée », c’est
seulement fournir une information objective à son propos.
Tous les mots ne véhiculent donc pas une opinion ; mais
ceux qui le font sont bien pratiques quand il s’agit de rédiger un article critique… !
■ DÉMARCHE
Proposez donc à vos élèves de distinguer, dans les quelques phrases de l’activité 6 les mots neutres et les modalisateurs ou mots porteurs d’opinion.
Solutions :
criard (A), cerise (N), vulgaire (A)
ténor (N), émouvante (A), mozartien (N), chaude (A)
deux heures (N), longue (D), insupportable (A)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Demandez à vos élèves de reprendre le premier texte de
l’unité (Beaufort) et de choisir de relire l’évocation d’une
des œuvres évoquées : la ballerine, les éléphants, etc.
Invitez-les à y repérer les termes informatifs neutres et les
modalisateurs.
♦ Si vous le pouvez, apportez en classe la page cinéma de
plusieurs journaux français et demandez à vos élèves d’y
repérer les publicités ou affiches qui fonctionnent par
modalisateurs et celles qui se contentent d’informer : qu’ils
découpent, fassent deux tas et se justifient.
7. UNE BANDE DE COPAINS
Remplacer les noms (ou pronoms) d’un texte par des pronoms personnels ou démonstratifs, de façon à supprimer
répétitions et ambiguïtés.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de substitution de mots vise à familiariser vos
élèves à l’utilisation des anaphores ou mots de reprise d’informations antérieures (pronoms personnels, démonstratifs, …).
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que la langue française est allergique
aux répétitions : tout bon professeur de français, langue
maternelle, souligne en rouge la répétition des mêmes
mots à quelques lignes de distance. Les pronoms personnels sont donc extrêmement précieux et utilisés mais, malheureusement, ils peuvent parfois se trouver à l’origine
d’ambiguïtés et l’utilisation d’un démonstratif s’avère alors
efficace. Dites-leur que c’est ce qu’ils vont constater dans la
première section de l’activité 7.
■ DÉMARCHE A
A. Élucidez alors avec eux, tous ensemble, les équivoques
des phrases 1 à 7, en mettant bien en évidence la difficulté
à trouver à coup sûr un antécédent aux différents pronoms
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 61
personnels. Par exemple, dans la phrase 1, qui est partie :
Isabelle ou Christine ? Selon le sens, Christine, mais selon
la grammaire Isabelle, car un pronom personnel reprend
théoriquement le sujet antérieur.
■ APRÈS A
Faites donc déduire les règles qui se trouvent reprises dans
la rubrique « Anaphores » de l’encart grammatical de la
page 50 :
• Les pronoms personnels il(s)/elle(s) reprennent les
sujets antérieurs
• Les pronoms démonstratifs celui/ceux/celle(s)-ci reprennent les derniers mots cités.
■ DÉMARCHE B
B. Mais un texte est un ensemble de phrases et une répartition harmonieusement équilibrée des noms, pronoms
personnels ou démonstratifs y est indispensable : ce n’est
pas toujours facile ; or le français est exigeant sur ce plan.
Invitez donc vos élèves à réaliser la partie B de l’activité en
gardant en tête ce souci d’équilibre harmonieux.
Solutions :
Paul : il a d’abord ; Christine : mais elle ;
Julien : mais celui-ci
Paul : Puis il (mais la répétition de Paul serait ici acceptable)
Isabelle : elle, cette dernière
Paul : il, notre malheureux ami
Hugo : mais celui-ci, ce copain
■ APRÈS B
Profitez de la correction pour ajouter d’autres outils de
substitution à la panoplie de vos élèves, outils qui leur permettront d’être stylistiquement plus légers, car un texte
rempli de celui-ci est tout aussi laid qu’un texte rempli de la
répétition d’un même nom.
Faites-leur donc dresser un résumé complet des anaphores
existantes :
• pronoms personnels (sujets ou compléments)
• pronoms démonstratifs ou synonymes (par ex. ce dernier)
• tous les substituts lexicaux, c’est à dire, les synonymes
du mot à remplacer (par ex. : Sarkozy = le président)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Indiquez à vos élèves que l’on appelle « perles » les erreurs
involontaires mais comiques que l’on trouve dans les
copies d’élèves ou les lettres administratives. Proposezleur les suivantes, dues à de mauvais emplois de pronoms :
faites-les élucider et corriger.
UNITÉ 8
Solutions :
1. Qui ? Isabelle ou Christine ? ; 2. OK, Laure ; 3. Il ? Sylvain
ou son frère ? ; 4. OK, Paul ; 5. Ils ? Sylvie et Didier ou
Florian et Valérie ? ; 6. OK, parents ; 7. De qui ? De Nathalie,
de sa mère ou de sa grand-mère ?
• Le biberon doit être gardé propre : quand le bébé a bu, on
le dévisse et on le place sous le robinet.
• Le président du tribunal disparaît sous le plancher : il était
pourri.
• Le dentier de ma grand-mère ne tenant plus, faut-il vous
l’envoyer à la consultation ?
• Le fugitif a trouvé refuge dans un arbre. Il était vieux de
200 ans et avait perdu plusieurs branches.
• Le conducteur a laissé le véhicule au beau milieu de la circulation. Il était en panne sèche.
Cahier d’exercices : 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8, 9
TÂCHE CIBLÉE
8. QUEL NAVET !
Classer des modalisateurs selon l’avis dont ils sont porteurs (positif ou négatif ), et selon les types de valeurs
auxquelles ils renvoient (morale, esthétique, de véracité,
etc.).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de classement de modalisateurs fait suite à
l’activité 6 et vise à sensibiliser vos élèves à l’orientation
donnée à la critique par le choix des mots (orientation positive ou négative) et au nom de quelles valeurs (éthiques,
esthétiques, etc.) ces jugements sont posés.
■ AVANT DE COMMENCER A
Signalez à vos élèves que le propre d’une critique, c’est de
marquer une position, qu’elle soit favorable ou non ; c’est
d’ailleurs pourquoi les artistes les craignent tant : va-t-on
les « éreinter » ou les « porter au pinacle » ? Mais un journaliste n’a généralement pas le temps de développer une
argumentation semblable à une dissertation ou un essai : il
utilise donc des mots (noms et adjectifs, le plus souvent)
qui, par leur sens, disent tout de suite si c’est bon ou mauvais. Rappelez-leur le travail déjà fait dans l’activité 6.
■ DÉMARCHE A
Invitez donc vos élèves à classer les mots de l’activité 8 en
deux cases : chef d’œuvre ou navet.
Il est clair que s’ils ne connaissent pas le sens de ces mots,
ils ne pourront pas se prononcer. Si nécessaire, placez-les
donc vous-même dans un contexte, autre que celui de la
production culturelle (par ex. : « cette fille est vraiment
ravissante, même si sa tenue est extrêmement sobre, sans
aucun détail inutile »).
■ AVANT DE COMMENCER B
Avant de faire faire cette partie de l’exercice à vos élèves,
écrivez au tableau les cinq jugements suivants, relatifs à
Oscar et la dame rose :
Les bons plans
61
UNITÉ 8
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 62
Cette histoire est :
• superbement construite en douze lettres correspondant à
douze jours de la vie de l’enfant
• extrêmement émouvante : j’ai pleuré à chaque page
• invraisemblable : c’est exagéré ; on n’y croit pas
• édifiante : elle fait réfléchir à l’attitude à adopter face à
des enfants condamnés par une maladie
Dites à vos élèves que dans un cas, le jugement porté sur
l’œuvre l’est par rapport aux valeurs morales (bien, mal),
dans un autre, par rapport aux sentiments, ou encore par
rapport aux valeurs esthétiques (beau, laid), ou enfin, par
rapport à la vraisemblance (vrai, faux). Et demandez d’apparier.
■ DÉMARCHE B
B. Une fois ces notions bien en place, incitez vos élèves à
classer les différents mots listés dans les différentes cases.
Si les mots ne sont pas connus, mettez-les dans différentes
phrases et contextes pour en faire percevoir le sens.
Dans un deuxième temps, invitez vos élèves à affecter chaque mot d’un + ou d’un – selon que le jugement est positif
ou négatif. (Certains peuvent évoquer divers jugements
selon le contexte).
Solutions :
Esthétique Éthique
Affectif
laid
pédant
bouleversant plausible
dépouillé
courageux
émouvant
invraisemblable
ravissant
osé
drôle
douteux
sobre
scabreux
effrayant
certain
Véracité
magnifique dérangeant comique
splendide
arrogant
hilarant
profond
étonnant
injuste
intense
douteux
fascinant
discrimina- désopilant
toire
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Invitez vos élèves à relire le texte initial relatif à l’exposition Beaufort 2006 et :
• à y repérer les modalisateurs ;
• à les classer en positifs (+) et négatifs (–) ;
• à indiquer le type de valeurs auxquelles ils renvoient.
♦ Faites faire de même pour les deux textes proposés dans
la rubrique « pour aller plus loin » de l’activité suivante, la 9
(critiques de Cosi fan tutte, truffées de modalisateurs).
62
Les bons plans
9. LES GOÛTS ET LES COULEURS ?
MAIS SI, ÇA SE DISCUTE !
Discriminer à l’audition les divergences d’opinion de
quatre personnes à propos du film Titanic et exprimer la
sienne.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette double activité d’écoute et d’expression orale vise à
sensibiliser vos élèves à la relativité des opinions, à la
nécessité de les fonder sur des arguments et donc à se
construire un répertoire d’aspects appréciables d’une
œuvre.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que le propre d’une opinion, c’est
d’être personnelle et que l’on peut donc rencontrer des avis
divers à propos d’un même objet. Expliquez-leur que c’est
le cas des spectateurs qu’ils vont entendre et qui sortent de
la projection de Titanic.
Pour prouver vos dires, demandez qui dans la classe a aimé
ce film et qui non, et notez la proportion des oui et des non
au tableau.
■ DÉMARCHE
A. Ensuite, invitez à l’écoute de l’enregistrement et insistez
pour que vos élèves distinguent bien l’avis général — qu’ils
notent le(s) mot(s) qui l’exprime(nt) — et les différents
aspects du film retenus (les mots qui marquent l’avis relatif
à ces différents aspects sont aussi à noter et sont autant
d’arguments à l’appui de l’avis général).
B. Pour se prononcer eux-mêmes, que vos élèves soulignent les données de leurs notes avec lesquelles ils sont
d’accord et que, éventuellement, ils les complètent : la synthèse des aspects retenus correspond-elle bien à l’avis
général qu’ils avaient exprimé avant l’audition ? Autrement
dit : leur raisonnement est-il cohérent ?
Solutions :
1. merveilleux histoire
émouvante, bouleversante
acteurs
beaux
personnages naïfs, tendres
Bref : affectif + esthétique : positif
2. pas terrible images
moyens techniques
histoire
superbes
impressionnants
gnangnan, édulcoré,
sucré
Bref : esthétique + affectif : négatif
3. navet triomphal histoire
dégouline de bons
sentiments, corde,
sensible
clichés
personnages
néant
idées
néant
effets spéciaux réussis mais excessifs
Bref : esthétique + affectif : négatif
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 63
4. merveille acteurs
exceptionnels, beaux
histoire
romantique ; émouvant, suspens
musique fabuleuse
décors
éblouissants
Bref : esthétique + affectif : positif
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Signalez que les divergences d’opinion relatives à des productions culturelles ne s’expriment pas que dans des
conversations ou des interviews, et proposez-leur d’appliquer les notes de l’exercice qu’ils viennent de réaliser à la
critique journalistique et au blog suivant, sérieusement
plus complexes que les quelques opinions des spectateurs
de Titanic.
Analyse faite, dans un deuxième temps, retirez-en d’autres
aspects possibles pour analyser d’une œuvre, éventuellement utiles pour la réalisation de la tâche finale.
Un Cosi éblouissant pour l’anniversaire de son créateur
L’opéra de Bruxelles nous a gratifié hier soir d’un Cosi fan tutte
hors normes : une éblouissante révélation, un merveilleux
cadeau pour le 250e anniversaire de la naissance de Mozart,
fêté, comme on sait, dans toute l’Europe cette année.
Rappelons brièvement aux lecteurs qui l’ignoreraient que le
thème est celui de la trahison amoureuse féminine, Cosi fan
tutte signifiant en italien, « elles font toutes pareil » ; entendez
« elles trompent toutes leurs amoureux dès qu’un autre beau
mâle se présente ». C’est en tout cas la thèse défendue par le
précepteur des jeunes gens, un vieux barbon aigri et revenu de
toute illusion.
Deux couples donc, très amoureux, mais dont les garçons
vont prétendre, à l’instigation du vieux précepteur, devoir partir
à la guerre ; ce n’est en fait qu’un subterfuge, car ils reviennent
sous un déguisement, pour tenter de séduire l’amoureuse de
l’autre et prouver ainsi que, comme ils en sont convaincus, leur
amie leur est fidèle et ne fait pas comme toutes les autres…
Hélas, après diverses tentatives, et plus lentement sans doute
pour l’une que pour l’autre, elles succombent ! Conclusion
donc : « cosi fan tutte ! »
La toute première qualité de cette représentation qui fascine,
c’est la mise en scène : imaginez-vous, au milieu de la totalité
du plateau, une immense verrière, surplombée par un grand
arbre : un théâtre dans le théâtre, car des scènes peuvent se
dérouler dedans, en toute innocence, par certains personnages,
ignorant qu’on les observe de l’extérieur à travers les vitres. Un
UNITÉ 8
■ APRÈS
♦ Faites comparer les données de leurs notes : en définitive,
sur quoi portent les divergences des spectateurs interrogés ?
• sur les aspects retenus ? lesquels ? (affectif de l’histoire)
• sur l’appréciation de ces aspects ? en quoi ? (on marche
ou on ne marche pas, parce que jugé excessif ou non)
• sur l’impression qui en découle ?
♦ À partir de l’observation des données rassemblées, faites
réaliser une liste de critères utilisables pour apprécier un
film.
♦ À quelles valeurs prioritaires se réfère chaque jugement ?
(esthétique, éthique, affective…)
dispositif expérimental idéal pour ces hommes qui jouent avec
les jeunes femmes comme des chats avec des souris prises au
piège. Superbe, par ailleurs quand le soleil filtre dans les branches ou se reflète dans les vitres, émouvant quand le soir
tombe.
Et des costumes de Christian Lacroix, mêlant les froissés et
les bouillonnés du xviiie siècle avec des détails d’avant-garde ;
le tout dans de ravissants tons pastels, symbolisant l’innocence
peut-être. Un régal pour l’œil.
Mais pour l’oreille aussi, car si les chanteurs sont tout jeunes
(et tant mieux pour la vraisemblance car on en a un peu assez
de ces vieilles rombières jouant les jeunes premières), ils ont
des voix éblouissantes et les utilisent presque toujours parfaitement.
Leur jeu est par ailleurs désarmant de naturel : on croit à chacun de leur geste ; ils réagissent comme dans la vie.
Et pour clôturer le tout, l’ambiance générale est d’une drôlerie absolue ; c’est un Cosi très léger que nous propose le metteur en scène. On rit beaucoup, ce qui, vous me l’avouerez,
chers lecteurs, n’est pas souvent le cas à l’opéra.
À ne manquer sous aucun prétexte.
Nicolas Montblanc
Ah, Nicolas, vous m’avez bien eu ! Si je me suis précipité voir
Cosi, c’est à cause de votre critique. Or, j’en suis revenu quelque
peu déçu, moi qui suis un inconditionnel de Mozart. Sans doute,
la mise en scène est-elle superbe : rien à dire contre cette
magnifique verrière, ces légers et doux costumes pastels virevoltant dans le vent, ni sur la plastique des acteurs : tous de
beaux jeunes gosses.
Mais là où je ne vous suis plus, mon cher ami, c’est en ce qui
concerne les déplacements : personne n’arrête deux minutes de
bouger là-dedans : on entre, on sort sans arrêt, on saute sur les
murs, on en redescend, on grimpe même sur la verrière pour y
faire de la voltige, et, sommet, on fracasse même les vitres en
fonçant comme des fous, tête baissée, dans des portes en
verre !! Vous appelez cela se comporter comme dans la vie,
vous ! (sans compter ce que cela coûte !!) Trop, c’est trop ! On
est au cirque ou à l’opéra ?
Autre chose, de plus grave : c’est bien de faire rire la salle,
mais le thème de l’œuvre est-il franchement si drôle que cela ?
Le thème de la fidélité ne reste-t-il pas d’actualité et ne méritet-il pas mieux qu’une comédie ? Il faut tout de même bien reconnaître que l’intrigue elle-même (tu cèdes ou tu ne cèdes pas ;
allez, va ! cède), étalée sur plus de trois heures, manque de suspens et les personnages, d’épaisseur. Alors, si le sens même de
la pièce est léger, le sens véhiculé par la mise en scène d’hier
l’est carrément : les relations entre hommes et femmes ne sont
qu’un jeu. Peu moral, peu réconfortant et peu profond, tout de
même !
Ne vous en déplaise donc, cher ami critique, je conclurai
donc : « Un Cosi très drôle, très joli et bien chanté, mais un
grand Cosi, non. »
Un amoureux de Mozart déçu
10. LES BONS PLANS
Rédiger un article de critique à propos d’une production
culturelle au choix.
Les bons plans
63
UNITÉ 8
056-064_Rp3_Gp_u8.qxd
3/7/07
12:31
Página 64
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité finale est une production écrite individuelle,
doublée d’une activité de remédiation/médiation par un
camarade, et suivie d’une lecture et d’une discussion.
Elle exige la mobilisation de toutes les ressources installées tout au long de la séquence : expression d’une opinion
(étayée par divers arguments), au moyen d’un lexique adéquat, d’anaphores correctes et selon une structure complète.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que les voilà arrivés à la fin de la
séquence et qu’il s’agit maintenant de mobiliser tout ce
qu’ils ont appris pour rédiger un article critique relatif à une
œuvre qu’ils choisiront eux-mêmes. Leurs différents articles
constitueront un petit recueil semblable aux guides culturels et de loisirs que l’on trouve dans toutes les grandes villes (Pariscope, Kiosque à Bruxelles, etc.) et qui permettra à
leurs camarades de construire leur programme culturel de
la semaine à venir.
■ DÉMARCHE
A. Demandez d’abord à vos élèves de dresser, individuellement, la liste des livres, films, expositions, disques… qu’ils
ont récemment découverts.
B. Écrivez au tableau le recensement prévu au point B, afin
que chacun puisse prendre connaissance des intérêts de la
64
Les bons plans
classe et choisir une œuvre assez peu connue de la majorité.
C. Ensuite, lancez chacun dans la rédaction individuelle et
autonome de son article.
D. Une fois chacun arrivé au bout de son travail, faites
échanger les productions et invitez à l’examen de l’article
reçu à la lumière de la grille d’évaluation fournie dans le
manuel. Attention, il ne s’agit pas seulement d’émettre un
avis vague, mais d’épingler des problèmes précis, d’en
expliquer l’origine et de proposer une aide. Que chacun
récupère ensuite son œuvre et la mène à terme.
E. À vous alors de regrouper les divers articles en un petit
volume que vous distribuerez à tous : chacun élira une
œuvre autre que la sienne et se cherchera un partenaire de
loisirs.
■ APRÈS
Si nécessaire, invitez vos élèves à discuter librement des
difficultés ou facilités qu’ils ont éprouvées lors de la réalisation de cette tâche, de façon à éventuellement revenir sur
des points qui resteraient déficients.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Chaque fois que vous exigerez de vos élèves la lecture
d’une œuvre complète, renvoyez-les aux ressources et aux
critères d’évaluation de cette unité, quitte à éventuellement
en développer certains aspects (par exemple, la rédaction
d’un résumé de récit qui ne supprimerait pas tout suspens).
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 65
Unité 9
SALUTATIONS DISTINGUÉES
2. TROUVEZ LE TON JUSTE
EN CONTEXTE
1. LE TRAVAIL ET MOI
Répondre aux questions d’un test relatif aux problèmes
quotidiens de la vie en entreprise.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale vise à sensibiliser vos élèves aux types de problèmes et de comportements que l’on peut rencontrer dans le travail en entreprise
et, par conséquent, au vocabulaire afférent.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entrer dans l’unité 9, annoncez à vos élèves qu’en
finale, ils vont devoir rédiger une lettre adressée au directeur d’une entreprise qui se délocalise, pour lui faire part
des inquiétudes du personnel. Demandez-leur donc s’ils
disposent d’une expérience quelconque des tracas que l’on
peut vivre dans une entreprise, ou s’ils peuvent les imaginer. Notez au tableau les types de problèmes soulevés.
■ DÉMARCHE
♦ Invitez ensuite vos élèves à réaliser le test de la page 54
en leur indiquant qu’il mettra en évidence leurs réactions
face aux types de problèmes soulevés. Le test étant long et
chaque item touffu, incitez vos élèves à repérer les mots (ou
passages) clés et à se focaliser sur le sens global (vous anticiperez déjà ainsi sur l’objectif de prise de notes de la fin de
l’unité).
♦ Une fois le test terminé, regroupez vos élèves par deux
pour qu’ils comparent leurs réactions à chaque item.
♦ Mettez ensuite en commun en demandant à chaque
groupe de communiquer ses positions.
■ APRÈS
Le test ne tire pas de conclusion ; demandez à vos élèves de
le faire en se déterminant, à travers leurs réponses, un profil : le rouspéteur, le conciliant, le faux-cul, … Puis faites des
groupes de types dans la classe… !
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à dresser le « lexique des problèmes professionnels », autrement dit, à relever tous les termes utiles
pour évoquer les situations professionnelles.
(harcèlement psychologique, tire-aux-flancs, démissionner,
syndicats, diminution des bénéfices, licencier du personnel, mesures drastiques, diminution de salaire, comité
d’entreprise, procéder à un vote, faires des heures supplémentaires, donner un avertissement, chômage, …)
Examiner une lettre de réclamation et en apprécier
l’efficacité potentielle.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale sensibilise
vos élèves aux caractéristiques et aux effets du ton.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant toute utilisation de l’activité 2, demandez à vos élèves d’énumérer les types de lettres que l’on peut envoyer
ou recevoir dans le cadre professionnel d’une entreprise :
lettre de commande, de réclamation, devis, etc. ; quelle est
la fonction de chacune ?
Invitez-les ensuite à lire, rapidement, la lettre de l’activité 2
pour la situer dans leur nomenclature. Est-ce un type de lettre facile à écrire ? Pourquoi ? (lettre qui agresse nécessairement l’interlocuteur et qui, pourtant, lui adresse une
demande)
■ DÉMARCHE
♦ Invitez-les ensuite à relire attentivement la lettre de façon
à en dégager :
• l’objet exact (sur quoi porte la réclamation ?) : mauvaise
qualité de l’enseignement du chant,
• le but (que veut obtenir l’auteur ?) : remboursement des
frais d’inscription et du paiement du premier trimestre.
♦ Demandez à vos élèves ce qu’ils feraient s’ils recevaient
cette lettre-là. Pourquoi leur réaction ?
■ APRÈS
Discutez ensuite avec eux du « ton » de la lettre, notion
assez floue qui renvoie, dans le cas présent, à la courtoisie.
À ce propos, rappelez-leur les notions de « face », d’« ego »
et de « territoire », vues dans l’unité 3, page 26 de cet
ouvrage.
Invitez vos élèves à se regrouper par deux et à souligner
systématiquement, dans le texte, les termes agressifs pour
l’ego ou pour le territoire de la directrice.
Agression de l’ego
• mécontent de
• n’apprécie pas
• désagréable
• incompétent
• étant donné l’attention
que vous portez
Agression du territoire
• trouver au plus vite
• comme par hasard occupée
• j’exige que
• immédiatement
• porter plainte
Faites observer les caractéristiques formelles de la lettre :
références de l’expéditeur, date, références du destinataire,
Salutations distinguées
65
UNITÉ 9
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 66
formule d’adresse, salutations et formule de politesse. De
même que le découpage en paragraphes : exposé de la
situation, objectif, conclusion. Puis, faites déduire ce qui
équivaut au contenu de l’antisèche de la page 59.
Solutions :
1. prévenir que (assertion) ; 2. rappelez-moi (ordre) ; 3. estce que (interrogation totale) ; 4. qu’est-ce que (interrogation partielle).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
De façon à les préparer à la production finale — qui les placera dans une situation assez similaire — demandez à vos
élèves de réécrire la lettre en maintenant aussi bien l’objet
que le but et, bien entendu, la forme, mais en modifiant le
ton : proposez une réécriture « courtoise».
C’est peut-être aussi le moment d’expliquer à vos élèves le
procédé de la litote, figure de rhétorique par laquelle on dit
moins pour faire entendre plus et qui adoucit les propos
sans les changer :
Invitez-les ensuite à observer ce que sont devenues ces
marques dans les notes de la secrétaire, et faites vérifier
ensuite dans l’encart grammatical du haut de la page 56.
mécontent : guère satisfait
n’apprécie pas : quelque peu déçu
désagréable : peu amènes
incompétent : sans doute pas à leur place
Etc.
Cahier d’exercices : 1, 2, 11, 15
FORMES ET RESSOURCES
3. LAISSEZ VOTRE MESSAGE APRÈS
LE BIP SONORE
Observer le fonctionnement de la transmission indirecte
d’un message et la pratiquer.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse, d’écoute et de production écrite
contrainte entraîne vos élèves à la pratique de la parole rapportée (indirectement).
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 3, faites-leur
remarquer qu’il arrive souvent, dans la vie quotidienne, que
l’on serve d’intermédiaire entre un locuteur et son destinataire, incapables d’entrer en contact sinon par notre biais ;
demandez-leur des exemples (transmettre des salutations,
un message, une invitation d’une connaissance commune ;
écrire le compte-rendu d’une conférence pour des lecteurs ;
transmettre un message laissé par téléphone à son destinataire, prendre des notes pour les absents à un cours, etc.).
C’est d’ailleurs ce que le Cadre commun de référence
appelle la « médiation ».
■ DÉMARCHE
A. Invitez alors vos élèves à lire les messages laissés sur un
répondeur et les notes qu’a prises la secrétaire.
Demandez-leur d’abord sous quelle forme grammaticale
(question, ordre, assertion) les messages ont-ils été formulés et quelles en sont les marques.
66
Salutations distinguées
Solutions :
1. dit que ; 2. demande de ; 3. savoir/demander si ;
4. demander ce que.
B. Faites ensuite endosser le rôle de la secrétaire par vos
élèves et demandez-leur de transcrire à sa place les autres
messages du répondeur :
Solutions :
5. M. Delors dit qu’il n’a pas encore reçu le dossier APO et il
vous demande de le lui envoyer en express car il doit le
présenter après-demain.
6. Mme Leroux de la Société Gobelin dit qu’il y a une grève
des transporteurs et qu’ils ne pourront pas livrer les
parasols avant 15 jours.
7. Mme Lépine demande s’il serait possible de lui livrer les
meubles jeudi 10 au lieu de vendredi 11.
8. Lemercier demande ce que vous avez dit au client russe.
Il paraît qu’il a l’air furieux.
■ APRÈS
♦ Rapporter indirectement les paroles de quelqu’un n’implique pas que des problèmes de verbes introducteurs et de
mots de liaison ; les pronoms et les repères spatio-temporels peuvent subir des modifications. Invitez vos élèves à
examiner les phrases suivantes, reprises au mémento
grammatical des pages 138-139, et demandez-leur d’en
tirer les règles :
● J’ai rencontré ta sœur il y a deux jours devant chez moi.
Il dit que…
Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous récupérerez votre
sac demain ; le lycée est fermé maintenant.
Il m’a demandé…
❍
♦ Les verbes introducteurs peuvent en outre apporter des
nuances multiples : demandez à vos élèves de classer les
verbes suivants dans les catégories énumérées plus bas.
murmurer, susurrer, grommeler, répondre, affirmer,
douter, hurler, zézayer, ronchonner, rétorquer,
prétendre, préférer
Marqueurs d’intensité :
Marqueurs de la qualité de la voix :
Marqueurs de qualité + attitude :
Marqueurs du tour de parole :
Marqueurs d’évaluation :
Marqueurs d’opinion :
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 67
♦ Enfin, faites rappeler et pratiquer (v. Cahier d’exercices)
la concordance des temps.
Et défiez-les d’expliquer la différence de sens entre :
Galilée soutint que la terre tournait/tourne
Par exemple :
1r : « Quand M. le Directeur peut-il me recevoir ? »
Le 2e note : « Il/Elle demande quand le directeur/on peut le
recevoir ».
Et le 3e : « Lundi à 15 h » / « Mais qui doit le recevoir ? »…
Faites examiner, dans chaque groupe, où la chaîne de la
retransmission casse éventuellement et pourquoi, puis faites mettre en commun.
■ APRÈS
Faites comparer les hypothèses de façon à mettre en évidence les variantes : quelle est leur origine ?
L’une des copines a dû s’exprimer avec plus d’affectivité
que les autres ; quel est l’indice qui permet de l’affirmer ?
(supplié). Vos élèves ont-ils fait « supplier » Dania ?
Comment ?
UNITÉ 9
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves de préparer cinq coups de téléphone (en variant les formes grammaticales). Ensuite,
regroupez-les par trois : le premier énoncera son message
à l’oreille du second, qui le transcrira et passera ses notes
au troisième, lequel répondra au premier… qui pourra juger
de la pertinence de la réaction.
Solutions possibles :
Marie-Pierre a dit : « J’ai acheté deux entrées pour Corsaires
des Caraïbes 4 ; je t’invite / tu m’accompagnes ? »
Inès a dit : « Tu fais quoi ce soir ? »
Sarah a dit : « T’es libre ce soir, pour aller voir Corsaires des
Caraïbes 4 avec moi ? »
Dania a dit : « Allez ! Viens au théâtre avec moi ce soir ! Je
t’en prie. »
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à chacun d’écrire un discours indirect et de l’envoyer à un camarade : celui-ci restituera les paroles initiales, une fois de façon neutre, une autre fois de façon affective.
4. DANIEL L’IRRÉSISTIBLE !
Lire un courriel, y répondre et faire des hypothèses sur la
forme initiale des paroles rapportées.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Comme dans l’activité précédente, cette activité de lecture,
d’analyse et d’interaction orale contrainte, entraîne vos élèves à la pratique de la parole rapportée, mais cette fois pour
remonter à la source.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de proposer l’activité 4 à vos élèves, demandez-leur
s’ils croient que l’on peut retrouver les paroles exactes de
quelqu’un à partir d’un discours rapporté indirectement et
de justifier leur avis.
Proposez-leur ensuite le discours indirect suivant : Claude a
dit qu’il en avait assez de son directeur. Et demandez-leur
auquel des discours suivants il correspond :
❍ Bon sang de bonsoir ! J’en ai plein les bottes de ce
salopard de dirlo !
❍ Si tu savais ce que j’en ai assez de ce directeur !
❍ Je suis un peu excédé par le Directeur.
… et bien aussi bien à l’un qu’aux autres ! En effet, faites
remarquer qu’un discours rapporté indirectement porte
généralement peu de marques d’affectivité, d’une part ; et
qu’il peut aussi bien rester très proche des paroles rapportées que les résumer, voire les reformuler ou les transformer.
■ DÉMARCHE
A. Proposez néanmoins l’activité 4 : demandez à vos élèves
de lire le mail de Daniel et d’y répondre.
B. Ensuite, regroupez vos étudiants par deux et invitez-les
à écrire ce que chacune des amies de Daniel a probablement dit.
5. LE TÉLÉPHONE ARABE
Transmettre un message de bouche à oreille, d’un camarade à l’autre jusqu’à arriver au bout d’une chaîne
humaine.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de répétition de l’entendu fait prendre
conscience à vos élèves de toutes les modifications que
peut subir la parole quand elle est simplement répétée.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que dans l’activité 3, ils se sont interrogés sur ce que devenait la parole quand elle était rapportée indirectement ; dans l’activité 4, ils se sont demandé
quelle pouvait bien être la forme de la parole d’origine
lorsqu’ils la recevaient sous forme de rapport indirect. Cette
fois, ils vont essayer de ne rien « rapporter » mais de simplement répéter ; cela supprime-t-il les altérations ? On va
bien voir…
■ DÉMARCHE
Invitez-les donc à s’asseoir tous en cercle : chacun prépare
une question, un ordre ou une affirmation et la murmure à
l’oreille de son voisin de droite, lequel fait la même chose
avec ce qu’il vient de comprendre, et ainsi de suite. Il est
interdit de se faire répéter le message : il faut répéter ce que
l’on a compris, tel quel. On fait ainsi le tour du cercle,
jusqu'à ce que chacun retrouve son message d’origine…
pour autant qu’il le reconnaisse (!). Surveillez donc la circulation.
En bout de chaîne, chaque élève redit ensuite son message
dans l’état (souvent lamentable !) où il le reçoit et le reformule dans son état initial… Bon amusement !
Salutations distinguées
67
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 68
UNITÉ 9
■ APRÈS
Tentez avec vos élèves d’analyser les modifications produites et d’en détecter l’origine.
Faites réfléchir vos élèves aux situations où la répétition
exacte des paroles d’autrui peut être décisive (tribunal,
témoignage à la police…).
6. LE TEST DE L’ÉPOUSE INFIDÈLE
Endosser le rôle de plusieurs personnages d’une histoire
pour réagir à leur place et se prononcer sur la responsabilité de chacun.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute, d’écriture lacunaire et d’interaction
orale contraint vos élèves à manier les différents types de
systèmes conditionnels.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez d’abord et avant tout à vos élèves que vous abandonnez momentanément la parole rapportée pour vous
consacrer aux hypothèses. En effet, quand une entreprise
connaît des problèmes (ce qui sera le cas dans la tâche
finale), les imaginations se déchaînent et toutes les hypothèses sont émises. Comment émet-on une hypothèse en
français ? Faites-les exprimer leurs connaissances éventuelles dans ce domaine et notez-les.
■ DÉMARCHE
A. Invitez vos élèves à écouter la première partie d’une histoire et à compléter le schéma de la page 57 en y indiquant
les lettres des maisons et les emplacements ou déplacements des personnages.
Ensuite, incitez-les à s’identifier d’abord à la jeune femme,
puis à l’ami pour exprimer comment ils auraient réagi à leur
place. Corrigez, sans en avoir l’air, la grammaticalité des
systèmes conditionnels qui vont être utilisés.
Solution :
B
A
C
B. Faites entendre ensuite la fin de l’histoire et demandez
à vos élèves de compléter les phrases de la page 57 qui la
commentent. Cette fois, faites conscientiser l’emploi des
plus-que-parfaits et conditionnels passés, et amplifier l’explication à l’ensemble des systèmes conditionnels (v.
encart et mémento grammaticaux).
68
Salutations distinguées
Solutions :
1. Si le mari n’était pas si souvent absent elle ne se sentirait pas délaissée.
2. Si la femme ne s’était pas sentie délaissée elle aurait
résisté au séducteur.
3. Si le séducteur ne s’était pas intéressé à elle rien ne se
serait passé.
4. Si son amant était venu chez elle au lieu du contraire,
c’est lui qui aurait été tué par le fou.
5. Si elle avait eu 100 euros, elle aurait pu traverser le
fleuve en bateau.
6. Si le passeur avait accepté de la faire traverser sans
payer, elle ne serait pas morte.
7. Si le fou n’avait pas bloqué le pont, la jeune femme
serait rentrée chez elle sans ennuis.
8. Si l’amoureux platonique lui avait pardonné sa frivolité,
il lui aurait prêté 100 euros pour payer le passeur.
C. Enfin, créez des groupes de trois et faites déterminer les
diverses responsabilités. Réalisez une mise en commun.
■ APRÈS
Invitez vos élèves à préparer deux quarts de feuille : sur le
premier, chacun note la première partie d’une proposition
conditionnelle de son choix (« si… ») ; sur le deuxième, la
proposition principale correspondante.
Ramassez toutes les feuilles avec les phrases subordonnées et redistribuez-les dans le désordre ; faites de même
pour les feuilles avec les phrases principales.
Chaque élève lira à voix haute le système conditionnel que
le hasard lui attribue et la classe se prononcera sur sa
grammaticalité d’une part et sur sa plausibilité sémantique,
d’autre part.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves le synopsis du film Nue-propriété
avec Isabelle Huppert et les frères Régnier ; ou, mieux, faites-le visionner par morceaux choisis.
Ensuite, demandez à vos élèves comment ils auraient réagi
à la place de la mère, du père, de l’amant de la mère et de
l’un et l’autre frères.
Qui, à leur avis, porte une responsabilité dans la mort d’un
des frères ?
Thierry et François, jeunes adultes, l’un aux études et l’autre oisif, vivent encore avec leur mère, dans la maison familiale laissée à leur usage par le père lors du divorce et de
son remariage. François est collé à sa mère, dont il prend
régulièrement la défense et qu’il rassure sur son charme ;
Thierry joue le maître des lieux, imposant ses décisions
avec une agressivité presque permanente, voire de la violence.
Lors d’un souper, la mère révèle sa liaison avec le voisin
célibataire et son envie de vendre la maison pour monter
une petite entreprise avec son amant. Stupeur des frères
qui s’opposent violemment, chacun à sa façon, si bien que
l’amant se retire du jeu, invitant la mère à régler d’abord
ses problèmes familiaux.
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 69
Cahier d’exercices : 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12, 13, 14
TÂCHE CIBLÉE
7. PRENDRE DES NOTES
Résumer un texte relatif aux conséquences du départ à la
retraite des « papy-boomers ».
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de réécriture contraint vos élèves
à extraire l’essentiel de l’information textuelle et à la transcrire sous forme de notes.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que quand on parle de discours rapporté, on parle le plus souvent de phrase ou de
groupe de phrases. Mais il arrive que l’on doive rapporter
un discours complet ou un texte : dans ce cas, il n’y a pas
trente-six solutions, il faut laisser tomber des morceaux
entiers pour ne retenir que l’essentiel. Le produit ainsi
obtenu peut prendre deux formes : une forme complètement rédigée, le résumé ou compte-rendu, ou une forme
télégraphique, la prise de notes.
Avant même d’ouvrir le livre à la page 58, demandez-leur
comment ils procèdent quand ils prennent des notes et
notez vous-mêmes au tableau leurs stratégies.
Invitez-les alors à comparer ce que vous aurez écrit avec
l’antisèche de la page 58, et discutez-en si nécessaire.
■ DÉMARCHE
Proposez-leur alors de résumer sous forme de notes le
texte sur le papy-boom (en expliquant au préalable, le cas
échéant, que papy-boom désigne la génération actuelle des
60 ans, née en masse après la guerre et appelée, à ce
moment-là, le baby-boom).
Laissez chacun travailler calmement, à son rythme, et seul.
■ APRÈS
Comparez très systématiquement les productions : qu’estce qui a été retenu ? Qu’est-ce qui a été abandonné ?
Ensuite, invitez chacun à cocher dans l’antisèche les stratégies qu’il a utilisées.
8. CORREL, LE ROI DE LA GLACE,
DÉMÉNAGE
Prendre des notes à l’écoute d’un discours relatif à la
délocalisation d’une entreprise et les comparer avec
l’information fournie par la presse.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute, de lecture et de prise de notes
confronte à nouveau vos élèves à la nécessité d’extraire
l’essentiel d’une information, mais, cette fois, à partir d’un
oral autant que d’un écrit.
UNITÉ 9
La mère craque et part se reposer chez une amie, demandant au père de surveiller la maisonnée en son absence :
refus de ce dernier, occupé par son nouveau mariage et un
nouvel enfant.
Thierry profite de l’absence maternelle pour inviter sa propre petite amie dans la maison et narguer son frère en flirtant ostensiblement sous ses yeux : la tension monte tellement entre les deux frangins qu’elle dégénère en altercation, puis en bataille rangée… Thierry pousse violemment
François, qui s’écroule malencontreusement sur une table
en verre… et in ne s’en relèvera plus.
Alerté, le voisin arrive, mais trop tard. Le père et la mère ne
reviendront que pour constater le décès.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entamer l’activité 8, informez vos élèves qu’ils vont
entendre prononcer un discours d’un directeur d’entreprise, relatif à la délocalisation de celle-ci. Quelles questions se pose le personnel dans ce type de situation : invitez-les à y réfléchir et notez leurs réponses au tableau.
Ensuite, demandez-leur si ces réponses correspondent à
l’énumération du bas de la page 58 : qu’ont-ils oublié ou
ajouté ?
■ DÉMARCHE
A. Passez ensuite l’enregistrement et invitez vos élèves à
écrire, individuellement et sous forme de notes (donc pas
sous forme de phrases ou de texte), les informations apportées par le directeur sur chacun de ces points.
Mettez en commun pour corriger (quitte à repasser une fois
le discours).
Solutions :
Motivations : développement et diversification des activités ; d’où réduction de l’espace de travail.
Objectifs : maintien de la croissance continue ; d’où transfert de la production.
Lieu d’implantation : Fleury-les-Choux (à 80 km).
Secteurs affectés : transfert limité aux activités de production.
Caractéristiques des nouvelles installations : modernité,
automatisation, 20 000 m2, usine, hangar de stockage,
restaurant, parking (200 places pour tous).
Accessibilité : par gare de Fleury (inauguration début année
prochaine).
Date de mise en service : dans 3 ans.
B. Regroupez ensuite vos élèves par deux et faites-les
rechercher les contradictions entre le discours du directeur
et les informations de l’article de presse du haut de la
page 59.
Solutions :
Informations fautives de la presse :
Date de mise en service : dès cette année (printemps prochain ! et juillet).
L’ensemble des activités sera affecté.
Motivation : à cause d’un besoin de modernisation.
Caractéristiques : parking de 70 places, destiné aux seuls
cadres.
Salutations distinguées
69
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 70
UNITÉ 9
Locaux pour direction, administration et commercial.
Accessibilité : suspension des travaux de la gare.
■ APRÈS
Invitez vos élèves à relire les caractéristiques de la prise de
notes, énumérées dans l’antisèche de la page 58, et à examiner leur travail de ce point de vue : quels outils ont-ils utilisé ? auraient-ils pu en utiliser d’autres ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Suggérez à vos élèves d’adresser une lettre de protestation
au journal, pour faire rectifier les informations erronées. Ils
mobiliseront ainsi les acquis de l’activité 2 et se prépareront à la tâche finale qui s’approche.
9. LETTRE AU DIRECTEUR
Voici vos élèves arrivés à la tâche finale de l’unité 9, théoriquement prêts à l’accomplir puisqu’ils ont manipulé le
discours rapporté sous ses diverses formes, les systèmes
conditionnels et les divers genres de lettres. Vous les laisserez donc travailler en toute autonomie, leur servant
éventuellement, comme d’habitude, de personneressource ou de coach.
■ AVANT DE COMMENCER
Néanmoins, avant de commencer, annoncez-leur qu’ils vont
devoir simuler une assemblée générale (A.G.) de l’entreprise Correl, au cours de laquelle ils feront part de tous les
soucis et interrogations que suscite pour eux la délocalisation de l’entreprise, et, à partir de ce qui se sera dit, rédiger
une lettre à l’attention du directeur.
■ DÉMARCHE
Scindez donc la tâche en trois temps :
70
Salutations distinguées
• par groupes de deux ou trois, faites surgir toutes les
questions que se pose le personnel administratif et commercial ;
• regroupez tout le monde et laissez toutes les inquiétudes
s’exprimer, quitte à jouer vous-même le représentant syndical pour diriger quelque peu l’assemblée ; demandez à
deux élèves de jouer les secrétaires et de noter au tableau
tout ce qui se dit ;
• enfin, recréez des groupes de deux, qui rédigeront une
lettre au directeur, porteuse de la substantifique moelle
des opinions émises en assemblée.
■ APRÈS
Une fois les lettres à peu près terminées, autorisez leurs
échanges (disons trois fois) de façon à permettre à chaque
paire d’élèves de repérer, chez autrui, trois « réussites »
qu’ils intégreront dans leur propre production, en les soulignant pour marquer l’emprunt. Vous favoriserez ainsi, une
fois de plus, l’hétéroévalution formative.
Enfin, ramassez toutes les productions et évaluez-les. Mais
avant de communiquer les résultats de votre évaluation,
photocopiez les différentes lettres pour les soumettre à
l’assemblée générale… qui élira la meilleure, à ses yeux…
qui ne sont peut-être pas les vôtres… mais « ça se discute » !
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves de rédiger la réponse du directeur.
Attention, dans ce cas, il ne s’agit plus de demander ou de
réclamer : qu’aura donc cette réponse en commun avec la
lettre du personnel ou celle de l’activité 2 ? et qu’aura-t-elle
de différent ?
Cahier d’exercices : 1, 2, 9
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 65
Unité 9
SALUTATIONS DISTINGUÉES
2. TROUVEZ LE TON JUSTE
EN CONTEXTE
1. LE TRAVAIL ET MOI
Répondre aux questions d’un test relatif aux problèmes
quotidiens de la vie en entreprise.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale vise à sensibiliser vos élèves aux types de problèmes et de comportements que l’on peut rencontrer dans le travail en entreprise
et, par conséquent, au vocabulaire afférent.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entrer dans l’unité 9, annoncez à vos élèves qu’en
finale, ils vont devoir rédiger une lettre adressée au directeur d’une entreprise qui se délocalise, pour lui faire part
des inquiétudes du personnel. Demandez-leur donc s’ils
disposent d’une expérience quelconque des tracas que l’on
peut vivre dans une entreprise, ou s’ils peuvent les imaginer. Notez au tableau les types de problèmes soulevés.
■ DÉMARCHE
♦ Invitez ensuite vos élèves à réaliser le test de la page 54
en leur indiquant qu’il mettra en évidence leurs réactions
face aux types de problèmes soulevés. Le test étant long et
chaque item touffu, incitez vos élèves à repérer les mots (ou
passages) clés et à se focaliser sur le sens global (vous anticiperez déjà ainsi sur l’objectif de prise de notes de la fin de
l’unité).
♦ Une fois le test terminé, regroupez vos élèves par deux
pour qu’ils comparent leurs réactions à chaque item.
♦ Mettez ensuite en commun en demandant à chaque
groupe de communiquer ses positions.
■ APRÈS
Le test ne tire pas de conclusion ; demandez à vos élèves de
le faire en se déterminant, à travers leurs réponses, un profil : le rouspéteur, le conciliant, le faux-cul, … Puis faites des
groupes de types dans la classe… !
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à dresser le « lexique des problèmes professionnels », autrement dit, à relever tous les termes utiles
pour évoquer les situations professionnelles.
(harcèlement psychologique, tire-aux-flancs, démissionner,
syndicats, diminution des bénéfices, licencier du personnel, mesures drastiques, diminution de salaire, comité
d’entreprise, procéder à un vote, faires des heures supplémentaires, donner un avertissement, chômage, …)
Examiner une lettre de réclamation et en apprécier
l’efficacité potentielle.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’interaction orale sensibilise
vos élèves aux caractéristiques et aux effets du ton.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant toute utilisation de l’activité 2, demandez à vos élèves d’énumérer les types de lettres que l’on peut envoyer
ou recevoir dans le cadre professionnel d’une entreprise :
lettre de commande, de réclamation, devis, etc. ; quelle est
la fonction de chacune ?
Invitez-les ensuite à lire, rapidement, la lettre de l’activité 2
pour la situer dans leur nomenclature. Est-ce un type de lettre facile à écrire ? Pourquoi ? (lettre qui agresse nécessairement l’interlocuteur et qui, pourtant, lui adresse une
demande)
■ DÉMARCHE
♦ Invitez-les ensuite à relire attentivement la lettre de façon
à en dégager :
• l’objet exact (sur quoi porte la réclamation ?) : mauvaise
qualité de l’enseignement du chant,
• le but (que veut obtenir l’auteur ?) : remboursement des
frais d’inscription et du paiement du premier trimestre.
♦ Demandez à vos élèves ce qu’ils feraient s’ils recevaient
cette lettre-là. Pourquoi leur réaction ?
■ APRÈS
Discutez ensuite avec eux du « ton » de la lettre, notion
assez floue qui renvoie, dans le cas présent, à la courtoisie.
À ce propos, rappelez-leur les notions de « face », d’« ego »
et de « territoire », vues dans l’unité 3, page 26 de cet
ouvrage.
Invitez vos élèves à se regrouper par deux et à souligner
systématiquement, dans le texte, les termes agressifs pour
l’ego ou pour le territoire de la directrice.
Agression de l’ego
• mécontent de
• n’apprécie pas
• désagréable
• incompétent
• étant donné l’attention
que vous portez
Agression du territoire
• trouver au plus vite
• comme par hasard occupée
• j’exige que
• immédiatement
• porter plainte
Faites observer les caractéristiques formelles de la lettre :
références de l’expéditeur, date, références du destinataire,
Salutations distinguées
65
UNITÉ 9
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 66
formule d’adresse, salutations et formule de politesse. De
même que le découpage en paragraphes : exposé de la
situation, objectif, conclusion. Puis, faites déduire ce qui
équivaut au contenu de l’antisèche de la page 59.
Solutions :
1. prévenir que (assertion) ; 2. rappelez-moi (ordre) ; 3. estce que (interrogation totale) ; 4. qu’est-ce que (interrogation partielle).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
De façon à les préparer à la production finale — qui les placera dans une situation assez similaire — demandez à vos
élèves de réécrire la lettre en maintenant aussi bien l’objet
que le but et, bien entendu, la forme, mais en modifiant le
ton : proposez une réécriture « courtoise».
C’est peut-être aussi le moment d’expliquer à vos élèves le
procédé de la litote, figure de rhétorique par laquelle on dit
moins pour faire entendre plus et qui adoucit les propos
sans les changer :
Invitez-les ensuite à observer ce que sont devenues ces
marques dans les notes de la secrétaire, et faites vérifier
ensuite dans l’encart grammatical du haut de la page 56.
mécontent : guère satisfait
n’apprécie pas : quelque peu déçu
désagréable : peu amènes
incompétent : sans doute pas à leur place
Etc.
Cahier d’exercices : 1, 2, 11, 15
FORMES ET RESSOURCES
3. LAISSEZ VOTRE MESSAGE APRÈS
LE BIP SONORE
Observer le fonctionnement de la transmission indirecte
d’un message et la pratiquer.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse, d’écoute et de production écrite
contrainte entraîne vos élèves à la pratique de la parole rapportée (indirectement).
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de lancer vos élèves dans l’activité 3, faites-leur
remarquer qu’il arrive souvent, dans la vie quotidienne, que
l’on serve d’intermédiaire entre un locuteur et son destinataire, incapables d’entrer en contact sinon par notre biais ;
demandez-leur des exemples (transmettre des salutations,
un message, une invitation d’une connaissance commune ;
écrire le compte-rendu d’une conférence pour des lecteurs ;
transmettre un message laissé par téléphone à son destinataire, prendre des notes pour les absents à un cours, etc.).
C’est d’ailleurs ce que le Cadre commun de référence
appelle la « médiation ».
■ DÉMARCHE
A. Invitez alors vos élèves à lire les messages laissés sur un
répondeur et les notes qu’a prises la secrétaire.
Demandez-leur d’abord sous quelle forme grammaticale
(question, ordre, assertion) les messages ont-ils été formulés et quelles en sont les marques.
66
Salutations distinguées
Solutions :
1. dit que ; 2. demande de ; 3. savoir/demander si ;
4. demander ce que.
B. Faites ensuite endosser le rôle de la secrétaire par vos
élèves et demandez-leur de transcrire à sa place les autres
messages du répondeur :
Solutions :
5. M. Delors dit qu’il n’a pas encore reçu le dossier APO et il
vous demande de le lui envoyer en express car il doit le
présenter après-demain.
6. Mme Leroux de la Société Gobelin dit qu’il y a une grève
des transporteurs et qu’ils ne pourront pas livrer les
parasols avant 15 jours.
7. Mme Lépine demande s’il serait possible de lui livrer les
meubles jeudi 10 au lieu de vendredi 11.
8. Lemercier demande ce que vous avez dit au client russe.
Il paraît qu’il a l’air furieux.
■ APRÈS
♦ Rapporter indirectement les paroles de quelqu’un n’implique pas que des problèmes de verbes introducteurs et de
mots de liaison ; les pronoms et les repères spatio-temporels peuvent subir des modifications. Invitez vos élèves à
examiner les phrases suivantes, reprises au mémento
grammatical des pages 138-139, et demandez-leur d’en
tirer les règles :
● J’ai rencontré ta sœur il y a deux jours devant chez moi.
Il dit que…
Qu’est-ce que vous faites ici ? Vous récupérerez votre
sac demain ; le lycée est fermé maintenant.
Il m’a demandé…
❍
♦ Les verbes introducteurs peuvent en outre apporter des
nuances multiples : demandez à vos élèves de classer les
verbes suivants dans les catégories énumérées plus bas.
murmurer, susurrer, grommeler, répondre, affirmer,
douter, hurler, zézayer, ronchonner, rétorquer,
prétendre, préférer
Marqueurs d’intensité :
Marqueurs de la qualité de la voix :
Marqueurs de qualité + attitude :
Marqueurs du tour de parole :
Marqueurs d’évaluation :
Marqueurs d’opinion :
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 67
♦ Enfin, faites rappeler et pratiquer (v. Cahier d’exercices)
la concordance des temps.
Et défiez-les d’expliquer la différence de sens entre :
Galilée soutint que la terre tournait/tourne
Par exemple :
1r : « Quand M. le Directeur peut-il me recevoir ? »
Le 2e note : « Il/Elle demande quand le directeur/on peut le
recevoir ».
Et le 3e : « Lundi à 15 h » / « Mais qui doit le recevoir ? »…
Faites examiner, dans chaque groupe, où la chaîne de la
retransmission casse éventuellement et pourquoi, puis faites mettre en commun.
■ APRÈS
Faites comparer les hypothèses de façon à mettre en évidence les variantes : quelle est leur origine ?
L’une des copines a dû s’exprimer avec plus d’affectivité
que les autres ; quel est l’indice qui permet de l’affirmer ?
(supplié). Vos élèves ont-ils fait « supplier » Dania ?
Comment ?
UNITÉ 9
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à vos élèves de préparer cinq coups de téléphone (en variant les formes grammaticales). Ensuite,
regroupez-les par trois : le premier énoncera son message
à l’oreille du second, qui le transcrira et passera ses notes
au troisième, lequel répondra au premier… qui pourra juger
de la pertinence de la réaction.
Solutions possibles :
Marie-Pierre a dit : « J’ai acheté deux entrées pour Corsaires
des Caraïbes 4 ; je t’invite / tu m’accompagnes ? »
Inès a dit : « Tu fais quoi ce soir ? »
Sarah a dit : « T’es libre ce soir, pour aller voir Corsaires des
Caraïbes 4 avec moi ? »
Dania a dit : « Allez ! Viens au théâtre avec moi ce soir ! Je
t’en prie. »
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Demandez à chacun d’écrire un discours indirect et de l’envoyer à un camarade : celui-ci restituera les paroles initiales, une fois de façon neutre, une autre fois de façon affective.
4. DANIEL L’IRRÉSISTIBLE !
Lire un courriel, y répondre et faire des hypothèses sur la
forme initiale des paroles rapportées.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Comme dans l’activité précédente, cette activité de lecture,
d’analyse et d’interaction orale contrainte, entraîne vos élèves à la pratique de la parole rapportée, mais cette fois pour
remonter à la source.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant de proposer l’activité 4 à vos élèves, demandez-leur
s’ils croient que l’on peut retrouver les paroles exactes de
quelqu’un à partir d’un discours rapporté indirectement et
de justifier leur avis.
Proposez-leur ensuite le discours indirect suivant : Claude a
dit qu’il en avait assez de son directeur. Et demandez-leur
auquel des discours suivants il correspond :
❍ Bon sang de bonsoir ! J’en ai plein les bottes de ce
salopard de dirlo !
❍ Si tu savais ce que j’en ai assez de ce directeur !
❍ Je suis un peu excédé par le Directeur.
… et bien aussi bien à l’un qu’aux autres ! En effet, faites
remarquer qu’un discours rapporté indirectement porte
généralement peu de marques d’affectivité, d’une part ; et
qu’il peut aussi bien rester très proche des paroles rapportées que les résumer, voire les reformuler ou les transformer.
■ DÉMARCHE
A. Proposez néanmoins l’activité 4 : demandez à vos élèves
de lire le mail de Daniel et d’y répondre.
B. Ensuite, regroupez vos étudiants par deux et invitez-les
à écrire ce que chacune des amies de Daniel a probablement dit.
5. LE TÉLÉPHONE ARABE
Transmettre un message de bouche à oreille, d’un camarade à l’autre jusqu’à arriver au bout d’une chaîne
humaine.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de répétition de l’entendu fait prendre
conscience à vos élèves de toutes les modifications que
peut subir la parole quand elle est simplement répétée.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que dans l’activité 3, ils se sont interrogés sur ce que devenait la parole quand elle était rapportée indirectement ; dans l’activité 4, ils se sont demandé
quelle pouvait bien être la forme de la parole d’origine
lorsqu’ils la recevaient sous forme de rapport indirect. Cette
fois, ils vont essayer de ne rien « rapporter » mais de simplement répéter ; cela supprime-t-il les altérations ? On va
bien voir…
■ DÉMARCHE
Invitez-les donc à s’asseoir tous en cercle : chacun prépare
une question, un ordre ou une affirmation et la murmure à
l’oreille de son voisin de droite, lequel fait la même chose
avec ce qu’il vient de comprendre, et ainsi de suite. Il est
interdit de se faire répéter le message : il faut répéter ce que
l’on a compris, tel quel. On fait ainsi le tour du cercle,
jusqu'à ce que chacun retrouve son message d’origine…
pour autant qu’il le reconnaisse (!). Surveillez donc la circulation.
En bout de chaîne, chaque élève redit ensuite son message
dans l’état (souvent lamentable !) où il le reçoit et le reformule dans son état initial… Bon amusement !
Salutations distinguées
67
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 68
UNITÉ 9
■ APRÈS
Tentez avec vos élèves d’analyser les modifications produites et d’en détecter l’origine.
Faites réfléchir vos élèves aux situations où la répétition
exacte des paroles d’autrui peut être décisive (tribunal,
témoignage à la police…).
6. LE TEST DE L’ÉPOUSE INFIDÈLE
Endosser le rôle de plusieurs personnages d’une histoire
pour réagir à leur place et se prononcer sur la responsabilité de chacun.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute, d’écriture lacunaire et d’interaction
orale contraint vos élèves à manier les différents types de
systèmes conditionnels.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez d’abord et avant tout à vos élèves que vous abandonnez momentanément la parole rapportée pour vous
consacrer aux hypothèses. En effet, quand une entreprise
connaît des problèmes (ce qui sera le cas dans la tâche
finale), les imaginations se déchaînent et toutes les hypothèses sont émises. Comment émet-on une hypothèse en
français ? Faites-les exprimer leurs connaissances éventuelles dans ce domaine et notez-les.
■ DÉMARCHE
A. Invitez vos élèves à écouter la première partie d’une histoire et à compléter le schéma de la page 57 en y indiquant
les lettres des maisons et les emplacements ou déplacements des personnages.
Ensuite, incitez-les à s’identifier d’abord à la jeune femme,
puis à l’ami pour exprimer comment ils auraient réagi à leur
place. Corrigez, sans en avoir l’air, la grammaticalité des
systèmes conditionnels qui vont être utilisés.
Solution :
B
A
C
B. Faites entendre ensuite la fin de l’histoire et demandez
à vos élèves de compléter les phrases de la page 57 qui la
commentent. Cette fois, faites conscientiser l’emploi des
plus-que-parfaits et conditionnels passés, et amplifier l’explication à l’ensemble des systèmes conditionnels (v.
encart et mémento grammaticaux).
68
Salutations distinguées
Solutions :
1. Si le mari n’était pas si souvent absent elle ne se sentirait pas délaissée.
2. Si la femme ne s’était pas sentie délaissée elle aurait
résisté au séducteur.
3. Si le séducteur ne s’était pas intéressé à elle rien ne se
serait passé.
4. Si son amant était venu chez elle au lieu du contraire,
c’est lui qui aurait été tué par le fou.
5. Si elle avait eu 100 euros, elle aurait pu traverser le
fleuve en bateau.
6. Si le passeur avait accepté de la faire traverser sans
payer, elle ne serait pas morte.
7. Si le fou n’avait pas bloqué le pont, la jeune femme
serait rentrée chez elle sans ennuis.
8. Si l’amoureux platonique lui avait pardonné sa frivolité,
il lui aurait prêté 100 euros pour payer le passeur.
C. Enfin, créez des groupes de trois et faites déterminer les
diverses responsabilités. Réalisez une mise en commun.
■ APRÈS
Invitez vos élèves à préparer deux quarts de feuille : sur le
premier, chacun note la première partie d’une proposition
conditionnelle de son choix (« si… ») ; sur le deuxième, la
proposition principale correspondante.
Ramassez toutes les feuilles avec les phrases subordonnées et redistribuez-les dans le désordre ; faites de même
pour les feuilles avec les phrases principales.
Chaque élève lira à voix haute le système conditionnel que
le hasard lui attribue et la classe se prononcera sur sa
grammaticalité d’une part et sur sa plausibilité sémantique,
d’autre part.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves le synopsis du film Nue-propriété
avec Isabelle Huppert et les frères Régnier ; ou, mieux, faites-le visionner par morceaux choisis.
Ensuite, demandez à vos élèves comment ils auraient réagi
à la place de la mère, du père, de l’amant de la mère et de
l’un et l’autre frères.
Qui, à leur avis, porte une responsabilité dans la mort d’un
des frères ?
Thierry et François, jeunes adultes, l’un aux études et l’autre oisif, vivent encore avec leur mère, dans la maison familiale laissée à leur usage par le père lors du divorce et de
son remariage. François est collé à sa mère, dont il prend
régulièrement la défense et qu’il rassure sur son charme ;
Thierry joue le maître des lieux, imposant ses décisions
avec une agressivité presque permanente, voire de la violence.
Lors d’un souper, la mère révèle sa liaison avec le voisin
célibataire et son envie de vendre la maison pour monter
une petite entreprise avec son amant. Stupeur des frères
qui s’opposent violemment, chacun à sa façon, si bien que
l’amant se retire du jeu, invitant la mère à régler d’abord
ses problèmes familiaux.
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 69
Cahier d’exercices : 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12, 13, 14
TÂCHE CIBLÉE
7. PRENDRE DES NOTES
Résumer un texte relatif aux conséquences du départ à la
retraite des « papy-boomers ».
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et de réécriture contraint vos élèves
à extraire l’essentiel de l’information textuelle et à la transcrire sous forme de notes.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que quand on parle de discours rapporté, on parle le plus souvent de phrase ou de
groupe de phrases. Mais il arrive que l’on doive rapporter
un discours complet ou un texte : dans ce cas, il n’y a pas
trente-six solutions, il faut laisser tomber des morceaux
entiers pour ne retenir que l’essentiel. Le produit ainsi
obtenu peut prendre deux formes : une forme complètement rédigée, le résumé ou compte-rendu, ou une forme
télégraphique, la prise de notes.
Avant même d’ouvrir le livre à la page 58, demandez-leur
comment ils procèdent quand ils prennent des notes et
notez vous-mêmes au tableau leurs stratégies.
Invitez-les alors à comparer ce que vous aurez écrit avec
l’antisèche de la page 58, et discutez-en si nécessaire.
■ DÉMARCHE
Proposez-leur alors de résumer sous forme de notes le
texte sur le papy-boom (en expliquant au préalable, le cas
échéant, que papy-boom désigne la génération actuelle des
60 ans, née en masse après la guerre et appelée, à ce
moment-là, le baby-boom).
Laissez chacun travailler calmement, à son rythme, et seul.
■ APRÈS
Comparez très systématiquement les productions : qu’estce qui a été retenu ? Qu’est-ce qui a été abandonné ?
Ensuite, invitez chacun à cocher dans l’antisèche les stratégies qu’il a utilisées.
8. CORREL, LE ROI DE LA GLACE,
DÉMÉNAGE
Prendre des notes à l’écoute d’un discours relatif à la
délocalisation d’une entreprise et les comparer avec
l’information fournie par la presse.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute, de lecture et de prise de notes
confronte à nouveau vos élèves à la nécessité d’extraire
l’essentiel d’une information, mais, cette fois, à partir d’un
oral autant que d’un écrit.
UNITÉ 9
La mère craque et part se reposer chez une amie, demandant au père de surveiller la maisonnée en son absence :
refus de ce dernier, occupé par son nouveau mariage et un
nouvel enfant.
Thierry profite de l’absence maternelle pour inviter sa propre petite amie dans la maison et narguer son frère en flirtant ostensiblement sous ses yeux : la tension monte tellement entre les deux frangins qu’elle dégénère en altercation, puis en bataille rangée… Thierry pousse violemment
François, qui s’écroule malencontreusement sur une table
en verre… et in ne s’en relèvera plus.
Alerté, le voisin arrive, mais trop tard. Le père et la mère ne
reviendront que pour constater le décès.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entamer l’activité 8, informez vos élèves qu’ils vont
entendre prononcer un discours d’un directeur d’entreprise, relatif à la délocalisation de celle-ci. Quelles questions se pose le personnel dans ce type de situation : invitez-les à y réfléchir et notez leurs réponses au tableau.
Ensuite, demandez-leur si ces réponses correspondent à
l’énumération du bas de la page 58 : qu’ont-ils oublié ou
ajouté ?
■ DÉMARCHE
A. Passez ensuite l’enregistrement et invitez vos élèves à
écrire, individuellement et sous forme de notes (donc pas
sous forme de phrases ou de texte), les informations apportées par le directeur sur chacun de ces points.
Mettez en commun pour corriger (quitte à repasser une fois
le discours).
Solutions :
Motivations : développement et diversification des activités ; d’où réduction de l’espace de travail.
Objectifs : maintien de la croissance continue ; d’où transfert de la production.
Lieu d’implantation : Fleury-les-Choux (à 80 km).
Secteurs affectés : transfert limité aux activités de production.
Caractéristiques des nouvelles installations : modernité,
automatisation, 20 000 m2, usine, hangar de stockage,
restaurant, parking (200 places pour tous).
Accessibilité : par gare de Fleury (inauguration début année
prochaine).
Date de mise en service : dans 3 ans.
B. Regroupez ensuite vos élèves par deux et faites-les
rechercher les contradictions entre le discours du directeur
et les informations de l’article de presse du haut de la
page 59.
Solutions :
Informations fautives de la presse :
Date de mise en service : dès cette année (printemps prochain ! et juillet).
L’ensemble des activités sera affecté.
Motivation : à cause d’un besoin de modernisation.
Caractéristiques : parking de 70 places, destiné aux seuls
cadres.
Salutations distinguées
69
065-070_Rp3_Gp_u9.qxq
3/7/07
12:39
Página 70
UNITÉ 9
Locaux pour direction, administration et commercial.
Accessibilité : suspension des travaux de la gare.
■ APRÈS
Invitez vos élèves à relire les caractéristiques de la prise de
notes, énumérées dans l’antisèche de la page 58, et à examiner leur travail de ce point de vue : quels outils ont-ils utilisé ? auraient-ils pu en utiliser d’autres ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Suggérez à vos élèves d’adresser une lettre de protestation
au journal, pour faire rectifier les informations erronées. Ils
mobiliseront ainsi les acquis de l’activité 2 et se prépareront à la tâche finale qui s’approche.
9. LETTRE AU DIRECTEUR
Voici vos élèves arrivés à la tâche finale de l’unité 9, théoriquement prêts à l’accomplir puisqu’ils ont manipulé le
discours rapporté sous ses diverses formes, les systèmes
conditionnels et les divers genres de lettres. Vous les laisserez donc travailler en toute autonomie, leur servant
éventuellement, comme d’habitude, de personneressource ou de coach.
■ AVANT DE COMMENCER
Néanmoins, avant de commencer, annoncez-leur qu’ils vont
devoir simuler une assemblée générale (A.G.) de l’entreprise Correl, au cours de laquelle ils feront part de tous les
soucis et interrogations que suscite pour eux la délocalisation de l’entreprise, et, à partir de ce qui se sera dit, rédiger
une lettre à l’attention du directeur.
■ DÉMARCHE
Scindez donc la tâche en trois temps :
70
Salutations distinguées
• par groupes de deux ou trois, faites surgir toutes les
questions que se pose le personnel administratif et commercial ;
• regroupez tout le monde et laissez toutes les inquiétudes
s’exprimer, quitte à jouer vous-même le représentant syndical pour diriger quelque peu l’assemblée ; demandez à
deux élèves de jouer les secrétaires et de noter au tableau
tout ce qui se dit ;
• enfin, recréez des groupes de deux, qui rédigeront une
lettre au directeur, porteuse de la substantifique moelle
des opinions émises en assemblée.
■ APRÈS
Une fois les lettres à peu près terminées, autorisez leurs
échanges (disons trois fois) de façon à permettre à chaque
paire d’élèves de repérer, chez autrui, trois « réussites »
qu’ils intégreront dans leur propre production, en les soulignant pour marquer l’emprunt. Vous favoriserez ainsi, une
fois de plus, l’hétéroévalution formative.
Enfin, ramassez toutes les productions et évaluez-les. Mais
avant de communiquer les résultats de votre évaluation,
photocopiez les différentes lettres pour les soumettre à
l’assemblée générale… qui élira la meilleure, à ses yeux…
qui ne sont peut-être pas les vôtres… mais « ça se discute » !
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves de rédiger la réponse du directeur.
Attention, dans ce cas, il ne s’agit plus de demander ou de
réclamer : qu’aura donc cette réponse en commun avec la
lettre du personnel ou celle de l’activité 2 ? et qu’aura-t-elle
de différent ?
Cahier d’exercices : 1, 2, 9
071-074_Rp3_Gp_u10.qxq
3/7/07
13:20
Página 71
Unité 10
AU REVOIR !
EN CONTEXTE
1. MERCI
Contextualiser et apprécier un discours d’adieu.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de lecture analytique incite vos
élèves à relever et à apprécier les ressources linguistiques
d’un discours d’adieu.
■ AVANT DE COMMENCER
N’ouvrez pas le livre, mais annoncez à vos élèves que vous
allez leur faire entendre un discours.
■ DÉMARCHE
A. Tout de suite, demandez-leur simplement de noter de
quel type de discours il s’agit : qui parle, à qui, à quelle
occasion et dans quel but ? Faites noter quelques indices
qui permettent de répondre.
Solutions :
Qui parle/occasion : un professeur qui part à la retraite
(« après 38 ans de carrière dans cette école »)
À qui : s’adresse à ses collègues et à la Directrice (« vous
voir tous réunis ici… merci à notre Directrice »)
But : pour les remercier et leur dire au revoir
B. Invitez-les ensuite à exprimer les sentiments que leur
inspire ce discours : quels adjectifs choisissent-ils pour
qualifier ce discours ?
C. Faites alors ouvrir le livre à la page 61 et faites lire le discours, pour le faire analyser selon les différents aspects
suggérés dans le C de l’activité 1. Afin de ne pas surcharger
vos élèves, vous pouvez confier chacun de ces points à un
ou deux groupes de deux à quatre élèves. Dans chaque cas,
faites souligner dans le texte, systématiquement.
Pour corriger, faites comparer les résultats des différents
groupes attelés à la même tâche.
D. Enfin — et c’est le plus important —, demandez à tous
quel est l’impact de chacun des aspects analysés :
• présence du locuteur/de l’interlocuteur : par définition, le
discours, c’est l’adresse d’une parole orale à autrui ; les
marques de celui qui parle et celles de ceux auxquels il
s’adresse sont donc fondamentales ;
• tonalité du discours : elle dépend évidemment du contenu
du discours, du lieu institutionnel où il se prononce et des
liens qui unissent locuteur et interlocuteurs ;
• le conditionnel marque ici des hypothèses qui deviennent
immédiatement réalité, procédé rhétorique sophistiqué
mais fréquent dans les discours (v. « je ne vous dirai pas
que », mais ce faisant, je vous le dis… !) ;
• l’inversion sujet/verbe, quand la phrase ne commence
pas par le sujet, est la marque d’un niveau de langue soutenu. Toutefois, faites remarquer que cette inversion n’est
pas constante dans le texte, les relations entre les collègues étant assez amicales.
■ APRÈS
Demandez à vos élèves d’évoquer les discours qu’ils ont
déjà eu l’occasion d’entendre et de les déterminer en fonction du locuteur, des interlocuteurs, du lieu institutionnel
où ils avaient lieu, à quelle occasion et dans quel but ? Et
quelle a été leur impression ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Envoyez vos élèves aux pages 95 à 97 des « Regards croisés » : ils y trouveront trois discours d’époques différentes,
l’un du roi Louis XVI, l’autre du général de Gaulle et le troisième de Zola. Confiez chacun des discours à trois groupes
différents et demandez-leur simplement d’indiquer à qui
parle chacun des orateurs et s’il s’agit d’un discours
d’adieu. Qu’ils justifient leurs réponses.
Cahier d’exercices : 3, 4
FORMES ET RESSOURCES
2. VARIEZ LES STRUCTURES !
Faire varier la structure de phrases.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de réécriture oblige vos élèves à retravailler
un texte pour y éviter la répétition mécanique de la structure grammaticale de base sujet + verbe + compléments.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves qu’un discours étant généralement
prononcé en je, le risque est grand de voir se répéter la
structure Je + verbe + complément, ennuyeuse à la longue.
■ DÉMARCHE
Proposez-leur donc de faire varier la structure des phrases
du petit texte de l’activité 2 : pour ce faire, regroupez-les
par deux.
Au revoir !
71
UNITÉ 10
071-074_Rp3_Gp_u10.qxq
5/7/07
10:13
Página 72
■ APRÈS
♦ Faites énoncer systématiquement chaque proposition
différente pour chaque phrase et appréciez-en ensemble la
grammaticalité et l’élégance. Attention cependant : comme
la monotonie ou les variations ne peuvent s’observer qu’en
prenant en compte la totalité du texte, prenez un moment
pour faire lire les diverses propositions textuelles.
♦ Faites ensuite consulter l’encart grammatical de façon à
y faire repérer et utiliser des tournures auxquelles personne
n’aura pensé.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Faites revenir vos élèves au texte du discours de l’activité 1 (ou envoyez-les aux discours des « Regards croisés
sur les textes » de l’unité 10) et confiez chaque paragraphe
à un groupe d’élèves : demandez-leur d’y observer la variation des structures de phrases… Quelle est leur conclusion ?
♦ Maintenant, il est bon de nuancer, car parfois, la répétition devient elle-même un procédé de style (v. paragraph 3,
1re ligne du discours du professeur : « je pourrais vous +
inf. »). Mais dans ce cas, elle joue sur la répétition de la
forme elle-même et crée un rythme.
3. SOUVENIRS, SOUVENIRS
Raconter des anecdotes.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écoute et de production orale entraîne vos
élèves à la narration d’anecdotes.
■ AVANT DE COMMENCER
♦ Avant de lancer vos élèves dans l’activité 3, demandezleur de relire encore une fois le discours de l’activité 1 et de
dresser le schéma de sa structure :
• introduction : remerciements + objet du discours
• évocation des aspects légèrement négatifs de la carrière
• développement d’anecdotes amusantes (faux pot de vin
du premier avril, deux chaussures différentes du collègue,
échange involontaire de cartables)
• conclusion : remerciements
♦ Ensuite, demandez-leur ce qu’est une anecdote ; quels en
sont les ingrédients nécessaires (récit ; fait curieux, mais
sans importance cruciale, d’où « anecdotique »).
■ DÉMARCHE
A. Faites-leur alors entendre les trois histoires de l’enregistrement et en résumer le « fait curieux » ;
B. Regroupez-les ensuite par trois et faites-leur inventer
six anecdotes dont ils seraient les protagonistes (attention : ce doit donc être bref et étonnant) ;
C. Puis, faites narrer une de ces anecdotes, choisie au
hazard au moyen d’un dé, à chaque groupe.
■ APRÈS
Faites élire la meilleure anecdote, en en faisant surtout
expliquer les raisons (structure ? originalité ? façon de
raconter…).
72
Au revoir !
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Demandez à vos élèves quelles différences ils font entre
un fait divers, une anecdote et un résumé.
Fait divers
Anecdote
Résumé
écrit
oral
oral ou écrit
narratif
narratif
e
re
e
peut être narratif
3 personne
1 ou 3
3e (ou 1re)
journalistique
conversationnel
partout
court
court
court
peut être dramatique amusant
de tous ordres
♦ Demandez à vos élèves de raconter une anecdote d’enfance (la leur ou non).
4. ÉVITEZ LES RÉPÉTITIONS !
Éviter les répétitions dans une série de phrases.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture lacunaire entraîne une fois de plus
vos élèves à utiliser tous les types d’anaphores possibles
pour éviter les répétitions.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans l’unité 8, ils ont déjà travaillé les phénomènes de reprise et faites-leur se remémorer les différents moyens linguistiques permettant de
reprendre une information antérieure : répétition pure et
simple, mais aussi pronoms personnels, démonstratifs,
voire possessifs et indéfinis. Ajoutez, si nécessaire, les
substituts lexicaux : « la pomme combat efficacement l’excès de mauvais cholestérol ; ce fruit… ».
■ DÉMARCHE
Faites ensuite compléter les neuf phrases de l’activité 4
puis corrigez frontalement.
Solutions :
1. Ce condiment
2. c’est
3. celle de
4. Ce fait
5. le sien
6. un truc
7. Cette proposition
8. ce qui
9. ce dernier/celui-ci
■ APRÈS
Faites aussi classer les différents moyens de reprise ou anaphores, en plaçant tous ceux qui auront été utilisés dans les
colonnes suivantes :
071-074_Rp3_Gp_u10.qxq
3/7/07
13:20
Pronoms
Página 73
Substituts
personnels démonstratifs possessifs synonymes génériques imagés
Apparier diverses propositions principales comprenant
des verbes de sentiment et des compléments (noms,
infinitifs, propositions).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’appariement a pour but de faire travailler
les différentes classes de compléments des verbes de sentiment et acquérir le lexique des émotions.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves qu’un discours d’adieu est
généralement porteur de beaucoup d’affectivité. Les verbes
de sentiments permettent d’exprimer des émotions ; mais
lesquelles exactement ? et comment ?
■ DÉMARCHE
Proposez donc à vos élèves de faire le maximum d’appariements possibles entre les verbes de la colonne gauche de
l’activité 5 et les compléments de la colonne de droite.
Solutions :
• Je suis touché(e) que nous réalisions ce projet.
tu te sois souvenu de mon anniversaire.
vous veniez avec moi.
• J’aurais tant aimé que nous réalisions ce projet.
tu te sois souvenu de mon anniversaire.
vous veniez avec moi.
• Je regretterai votre gentillesse.
ce qui s’est passé entre nous.
nos sorties du jeudi soir.
votre attention.
• Comment pourrais-je oublier votre gentillesse !
ce qui s’est passé entre nous !
nos sorties du jeudi soir !
votre attention !
• J’ai beaucoup apprécié votre gentillesse.
ce qui s’est passé entre nous.
nos sorties du jeudi soir.
votre attention.
• Je suis ravi(e) de votre gentillesse.
nos sorties du jeudi soir.
te revoir.
travailler avec vous.
votre attention.
• C’est avec une profonde tristesse que je vous dis adieu.
■ APRÈS
♦ Faites-leur déduire les différentes règles de construction :
Verbe + que
subjonctif
Verbe + de
infinitif
Verbe + ø
noms/pronoms
UNITÉ 10
5. PRÊT À L’EMPLOI
• C’est avec beaucoup de plaisir que nous nous reverrons.
j’accepte votre invitation.
je vous dis adieu !
• Merci infiniment de votre gentillesse.
votre attention.
• Comment vous remercier pour votre gentillesse ?
ce qui s’est passé entre nous ?
nos sorties du jeudi soir ?
votre attention ?
• J’espère que nous nous reverrons
♦ Faites inventer, par chacun et pour chaque proposition
principale, un complément, sous quelque forme que ce soit,
pertinent pour l’heure. (Je suis touchée par la patience de
notre professeur…)
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites relever, dans le discours de l’enseignante (activité 1),
tous les verbes ou expressions de sentiments et faites-les
classer selon le sens (gratitude, regret, soulagement, etc.).
En outre, faites remarquer leur construction.
Cahier d’exercices : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 12
TÂCHE CIBLÉE
6. NOTRE COURS
Apprécier — positivement ou négativement — les différents aspects du cours qui se termine.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture lacunaire et d’expression orale
incite vos élèves à faire à la fois un bilan de leur cours et à
utiliser les verbes d’opinion et de sentiments.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que, quand on arrive au bout d’une
carrière comme le professeur de l’activité 1 ou comme eux,
au bout de leur cours, on fait généralement un bilan, un
résumé des aspects positifs et des aspects négatifs.
Indiquez-leur que c’est précisément ce que vous allez leur
demander à propos du cours que vous avez vécu ensemble.
■ DÉMARCHE
A. Invitez-les donc d’abord, à titre individuel, à compléter
les phrases de la fiche du haut de la page 64.
B. Sortez ensuite de la classe pour leur permettre d’échan-
Au revoir !
73
071-074_Rp3_Gp_u10.qxq
3/7/07
13:20
Página 74
UNITÉ 10
ger leurs avis en les regroupant dans les quatre cases du
bas de la même page, que vous aurez préalablement reproduites au tableau.
C. Revenez ensuite parmi eux et faites-vous commenter les
notes du tableau. Exprimez votre propre avis.
■ APRÈS
L’ultime tâche de cette méthode demande à vos élèves de
rédiger un discours d’adieu : il faudra, plus que jamais, leur
laisser une autonomie totale, d’autant qu’ils auront appris
à conter des anecdotes, à résumer des avis, à faire varier les
structures des phrases et les anaphores, etc.
7. UN BEAU DISCOURS
Écrire un discours d’adieu à la classe.
■ AVANT DE COMMENCER
Dites-leur donc que, arrivés à la fin du cours, vous n’allez
pas vous séparer comme cela ! Il serait normal et courtois
de vous dire au revoir un peu solennellement… par exemple
74
Au revoir !
en rédigeant un discours d’adieu, sur le modèle de celui de
l’activité 1, mais en faisant le bilan de leurs propres expériences (v. le plan proposé en page 65).
■ DÉMARCHE
Regroupez-les par trois ou quatre et éclipsez-vous : c’est
leur affaire, ce produit final, et ils vous en feront cadeau.
■ APRÈS
Affichez — et même enregistrez ou filmez — tous les discours et octroyez une médaille d’or, d’argent et de bronze…
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Expliquez à vos élèves qu’il est assez fréquent, dans les
écoles supérieures ou les universités, que les étudiants
montent des « revues » où ils imitent leurs professeurs pour
épingler leurs défauts… Suggérez une revue de discours
des différents professeurs de leur école ou lycée, dont ils
imiteront la façon de parler, le lexique, les phrases, les attitudes, etc.
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 75
Regards croisés
sur les textes
Unité 1
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
1. HISTOIRE D’UNE LANGUE
Retrouver dans un récit relatif à l’évolution de la langue
française les traits communs à tous les récits historiques,
et utiliser à son tour ce type de texte pour relater l’évolution de sa propre langue.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture, d’analyse et de production écrite
vise à sensibiliser vos élèves aux caractéristiques de tout
récit, et plus particulièrement à celles du récit historique.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans l’unité 1, ils ont beaucoup
travaillé sur l’histoire des mots et utilisé un dictionnaire historique. Proposez-leur maintenant d’acquérir une vision
plus générale de l’évolution du français.
■ DÉMARCHE
A. Invitez-les donc à lire le texte des pages 68 et 69, une
première fois d’une traite, seuls et tranquillement.
Recueillez ce qu’ils en ont retenu et prenez des notes au
tableau en vous efforçant de faire apparaître un ordre chronologique.
B. Ensuite, regroupez-les par deux ou trois, et demandezleur de retrouver dans le texte les caractéristiques de tout
récit historique mentionnées dans l’encadré du bas de la
page 69. Préalablement, soulignez tous ensemble, dans cet
encadré, les mots-clés de chaque trait — présent historique, marqueurs de temps, introduction et conclusion, évolution temporelle par paragraphes, registre soutenu — et
corrigez frontalement.
Solutions :
1. À partir du ve siècle, le gallo-romain subit une forte
influence des envahisseurs germaniques.
Au cours du xiie siècle, on commence à utiliser le français
à l’écrit.
Pendant les xive et xve siècles, la langue est en pleine
mutation.
Entre le xviie et le xviiie siècles, le français connaît une
période de gloire et de diffusion internationale
2. Il y a 2000 ans
À partir du ve siècle
Jusqu’au ixe siècle
Hugues Capet, élu et couronné roi de France en 987
Pendant le Moyen Âge
Au cours du xiie siècle
Au xve siècle
A la fin du xvie
Entre le xviie et le xviiie siècles
Au moment de la Révolution française
3. Introduction : La naissance la langue française / Les
ancêtres du Français / Les origines de la langue française
Conclusion : Le français tel que nous le connaissons ; Le
résultat de toute une évolution
4. Paragraphe 1 – Il y a 2000 ans
Paragraphes 2 et 3 – Du ve au ixe siècle
Paragraphe 4 – Le xe siècle
Paragraphe 5 – Le Moyen Âge (xi–xiii siècles)
Paragraphe 6 – Les xive et xve siècles
Paragraphe 7 – Le xvie siècle
Paragraphe 8 – Les xviie et xviiie siècles
Paragraphe 9 – Fin xviiie siècle (La Révolution française)
Parapraphe 10 – Le xixe siècle
5. Vers la fin du ive siècle, le contact entre ces langues et le
latin avait été tel que l’on peut nommer gallo-roman le
type de latin vulgaire que l’on entendait en Gaule.
(Ton objectif donné par la structure argumentative,
absence du locuteur.)
Au cours du xiie siècle, on commence à utiliser le français
à l’écrit, particulièrement dans l’administration qui l’employait parallèlement au latin.
(Utilisation des adverbes caractéristiques d’un registre
soutenu.)
Au même moment, l’essor de l’imprimerie, inventée
depuis peu, favorise une plus large diffusion du français
(choix lexical caractéristique d’un registre soutenu)
Devenu aussi langue de communication internationale,
c’est un symbole de supériorité sociale : connaître le français, c’est faire preuve de modernisme, d’instruction et
de culture parmi les élites européennes.
(Topicalisation, choix lexical, caractéristiques d’un registre soutenu, absence du locuteur, ton objectif.)
C. Toujours par trois — ou même plus —, invitez ensuite
vos élèves à préparer un texte qui raconte l’histoire de leur
propre langue et qui, bien entendu, fasse la part belle au
langage soutenu, à une succession marquée et chronologiquement cohérente de paragraphes, comprenant une introduction et une conclusion.
■ APRÈS
Faites reproduire tous les textes et redistribuez-les : examinez-les tous ensemble et tentez d’aboutir à un seul texte
commun, complet du point de vue informatif et parfait du
point de vue textuel et linguistique.
« Pantalon » vient de l’italien
75
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 76
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Faites remarquer à vos élèves que le texte est accompagné de deux illustrations : à quels paragraphes exacts renvoient-elles ?
♦ Proposez-leur ensuite diverses cartes, en désordre, de
l’évolution de la langue et quelques personnages importants, comme par exemple, Hugues Capet. Demandez-leur
ensuite de les placer dans le texte, exactement après le
paragraphe qu’elles concernent. Vous pouvez trouver ces
matériaux sur le Net dans des sites tels que www.tlfq.ulaval.ca/axl/francophonie/histlngfrn.htm ou dans Wikipedia
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_langue_française), parmi d’autres sites, ou même à travers des ouvrages de spécialistes tels qu’Henriette Walter, parmi d’autres.
♦ Encouragez-les enfin à trouver des illustrations pour le
récit relatif à l’évolution de leur propre langue.
2. LA LANGUE FRANÇAISE
AUJOURD’HUI
Répondre à un quizz portant sur le sens de mots ou d’expressions émanant de différents pays de la francophonie.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Ce test vise à sensibiliser vos élèves aux différences géographiques du français.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que, dans l’activité précédente, ils ont acquis une vision historique de l’évolution du
français ; mais la vision géographique vaut le détour aussi…
■ DÉMARCHE
Proposez-leur donc de l’acquérir par essais et erreurs en
essayant de répondre aux diverses questions du quizz de la
page 70 ; indiquez-leur préalablement qu’il s’agit d’y comprendre le sens de mots ou d’expressions propres à certains pays de la francophonie.
Regroupez-les par deux ou trois : ce sera plus comique…
■ APRÈS
Proposez-leur ensuite frontalement les solutions et faitesles juger de la pertinence de ces expressions (par exemple,
« tombaliste » renvoie, en toute logique, à « pierre tombale »).
Solutions :
1. c ; 2. a ; 3. a ; 4. b ; 5. b ; 6. c ; 7. c ; 8. b ; 9. a ; 10. c.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Rappelez à vos élèves que, dans le Livre de l’élève 1, ils ont
déjà travaillé la carte de la francophonie : reprenez-la, mais
devenue muette, et demandez-leur d’y replacer les pays
dont il vient d’être question… et les autres !
Demandez-leur en outre de rappeler où la langue française
est langue maternelle, et où elle est langue officielle ou
administrative (v. Livre de l’élève 1, page 14).
76
Marchands de rêves
Unité 2
MARCHANDS DE RÊVES
1. ÊTES-VOUS PUBLIVORE ?
Réfléchir aux raisons de réussite ou d’échec d’une
publicité.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture complexe et d’interaction orale
incite vos élèves à prendre conscience des différents facteurs intervenant dans l’efficacité d’une publicité.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entrer dans cette activité, rappelez simplement à
vos élèves que, dans l’unité 2, ils ont travaillé les slogans et
les publicités.
■ DÉMARCHE
A. Demandez-leur ensuite s’ils sont sensibles ou indifférents à la publicité. Se souviennent-ils d’une publicité ?
Pourquoi ne l’ont-ils pas oubliée ? La raison est-elle d’ordre
psychologique, esthétique, idéologique, humoristique ?
B. Ensuite, signalez-leur qu’une publicité internationale
doit presque toujours subir des variations selon les pays.
Pourquoi ? Peuvent-ils trouver deux raisons à ces différences dans le texte des pages 71 et 72 (valeurs culturelles
locales ; sujets tabous : religion, politique ; coexistence
d’idéologies différentes relatives à la fonction de la pub
elle-même et à son rapport avec la réalité).
Le texte étant complexe, ce n’est pas la peine, à ce stade,
d’attendre une compréhension fine de la fin : vous le ferez
dans l’activité 2.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Cherchez une publicité quelconque qui a dû être retirée de
la voie publique (dans un pays différent de celui de vos élèves) suite à des protestations et montrez-là à vos élèves.
Comprennent-ils ces réactions, à titre personnel ? En auraitil été de même dans leur pays, d’un point de vue culturel ?
Quel élément historiquement culturel sous-tend cette
publicité ?
2. LA PUB À LA TÉLÉ
Chercher des exemples de publicités télévisuelles, les
classer selon leur fonction et selon leur efficacité potentielle nationale.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse et d’interaction orale vise à sensibiliser vos élèves aux idéologies relatives à la fonction de la
publicité et à leur efficacité culturelle.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites relire la fin du texte des pages 71-72 pour que vos élèves associent le tableau de la page 72 aux quatre catégories
décrites dans le texte ; faites souligner les mots-clés du
texte et vérifiez que chacun ait bien compris.
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 77
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Le publicitaire de Benetton a régulièrement provoqué le
scandale (souvenez-vous de la pub avec l’image du mourant du sida, un prêtre et une nonne s’embrassant sur la
bouche, ou celle de deux enfants : un noir et l’autre blanc,
etc. ?). Choisissez-en trois sur le Net et demandez à vos élèves quelle(s) est/sont celle(s) qui les choque(nt) aussi et
pourquoi ?
3. UN MONDE MEILLEUR (?)
Reconnaître et classer des slogans, et leur adjoindre du
son et des images.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture vise à nouveau à sensibiliser vos
élèves aux idéologies relatives à la fonction de la publicité.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que vous allez leur proposer un
curieux extrait d’un roman de Frédéric Beigbeder, écrivain
français contemporain, qui a aussi travaillé dans la publicité
et à la télévision et qui mène une vie un peu débridée de
dandy moderne.
■ DÉMARCHE
A. Demandez-leur donc de parcourir l’extrait de la
page 73 : ils se rendront vite compte qu’il s’agit d’une
kyrielle de slogans publicitaires mis bout à bout ; invitez-les
à essayer de les séparer. Pour ce faire, faites-les travailler
par quatre.
Solutions :
Carte Noire, un café nommé désir
J’en ai rêvé, Sony l’a fait
Gap, tout le monde en cuir
SNCF, le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous
France Télécom, bienvenue dans la vie.com
EDF, nous vous devons bien plus que la lumière
Renault Scénic, à ne pas confondre avec une voiture
Roche Bobois, la vraie vie commence à l’intérieur
Nissan, made in qualité
Société générale, conjuguons nos talents
SFR, le monde sans fil
Crédit Lyonnais, nous vous devions une nouvelle banque
Vous n’imaginez pas tout ce que Citroën peut faire pour
vous
Carrefour parce qu’on se construit chaque jour
Nestlé, c’est fort en chocolat
BNP, parlons d’avenir
Nokia, connecting people
Nivea, la plus belle façon d’être moi
Adecco, ça ne change pas le monde mais ça y contribue
L’Oréal, parce que je le vaux bien
Galeries Lafayette, la planète désir entre dans votre vie
Gaz de France, ici, là-bas, pour vous, pour demain
Liberty surf, accédez librement aux richesses de demain
Caroll, il fait beau tous les jours
Enjoy Coca-Cola. Fraîcheur de vivre
Hollywood chewing-gum World on
Une, freedom of movement, United Colours of Benetton
Barilla, on est tous un peu italien quelque part
RATP, un bout de chemin ensemble
Télé 2, pourquoi continuer à téléphoner trop cher ?
Oenobiol, tout mon corps rêve d’une peau plus jeune
IBM, solutions pour une petite planète
Club Med, être-re
Peugeot 206, on peut encore être ému à notre époque
Adidas vous rend meilleur
Tropicana, en vous la vie s’éveille
Hermès an 2000, premiers pas dans le siècle
Yoplait, c’est tellement meilleur quand c’est bon
Air France, faire du ciel le plus bel endroit de la Terre
Givenchy, un peu plus loin que l’infini
Rhône Poulenc, bienvenue dans un monde meilleur
REGARDS CROISÉS
■ DÉMARCHE
A. Demandez ensuite à vos élèves, regroupés par trois, de
décrire quelques spots publicitaires télévisuels actuels,
français ou de chez eux (ou d’ailleurs), puis de les classer
dans l’une et/ou l’autre des quatre catégories.
B. Que chacun dise ensuite quel type de pub l’attire le plus
et pourquoi. Y a-t-il des catégories de consommateurs bien
tranchées dans votre classe ?
C. Envoyez ensuite vos élèves à la recherche de publicités
télévisuelles françaises sur le Net ou la télé : faites-leur
décrire leur trouvaillw et faites-les se prononcer sur l’efficacité potentielle de ces publicités françaises dans leur propre pays ; pourquoi oui/non ?
D. Enfin, invitez-les à choisir un spot publicitaire français
ou de chez eux et à en découvrir les éléments culturels.
B. Toujours par groupes, invitez vos élèves à sélectionner
dix slogans dans la liste qu’ils viennent de constituer et de
les classer dans une des idéologies de la fonction publicitaire ; que les autres réagissent à ces propositions.
C. Chaque fois qu’un slogan est ainsi traité, demandez à ce
qu’il soit associé à un son et à une image : toutes les idées
sont bonnes à recueillir et à discuter.
D. Enfin, invitez vos élèves à lire la présentation que l’auteur fait de son livre : demandez-leur quelle vision il y
donne de la publicité ; ont-ils envie de lire le livre ?
Pourquoi ?
Solutions :
Pour Beigbeder, la publicité est une affaire inutile, perverse
et anachronique, car elle fait dépenser « des milliards de
francs pour donner envie à des gens qui n’en ont pas les
moyens d’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin ».
Marchands de rêves
77
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 78
Unité 3
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
1. LE « CÉFRAN »
Associer différents facteurs d’évolution de la langue,
énumérés dans un texte, à leurs manifestations dans des
exemples.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’analyse vise à sensibiliser vos
élèves aux causes — autres que géographiques ou historiques — d’évolution de la langue.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans l’unité 1 des « Regards croisés », ils ont travaillé sur l’évolution historique du français
et sur ses variantes géographiques. Mais il y a d’autres facteurs, tout à fait modernes, qui peuvent provoquer des
modifications du vocabulaire et même de la syntaxe ;
demandez-leur s’ils en connaissent certains et notez au
tableau ce qu’ils disent.
Invitez-les ensuite à lire le texte de la page 74 et à noter les
facteurs d’évolution qui y sont cités. Correspondent-ils à ce
qu’ils avaient proposé ?
■ DÉMARCHE
Invitez-les alors à parcourir très rapidement les pages 75 et
76 et à identifier les textes qui y figurent de A à G (textos,
blogs, chat, chanson, communiqué, article de presse, pub).
Demandez-leur ensuite quels facteurs d’évolution de la langue ces différents discours illustrent et exigez des preuves.
Pour ce faire, faites-les travailler à deux.
Solutions :
• A, B et C illustrent le facteur 1, l’adaptation à de nouveaux
supports et médias ;
• D illustre le facteur 5, la créativité littéraire ;
• E illustre le facteur 2, car il s’agit d’un exemple du politiquement correct ;
• F correspond au facteur 4, à l’utilisation maximale de
sigles donc, à la dynamique interne de la langue ;
• G illustre le facteur 3, puisqu’il donne des exemples d’anglicismes entrés dans la langue, donc d’une évolution
dépendant des facteurs sociaux externes, tels que les
effets de mondialisation.
■ APRÈS
Comment vos élèves réagissent-ils face à ces facteurs
d’évolution ? Certaines personnes, par exemple les Québecois, luttent contre l’introduction des anglicismes en
français. Et eux, qu’est-ce qui les agace ou pas ? Pourquoi ?
Menez une discussion.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites entrer vos élèves plus avant dans les différents textes
et demandez-leur, par exemple :
78
• De réécrire en « français normal » les textes du portable,
du blog et les textos.
• De décrypter tous les jeux de mots de la chanson.
• De traduire les sigles de l’article de presse.
À vos plumes !
Unité 4
À VOS PLUMES !
1. LE PLAISIR DES MOTS
Repérer les traits communs à plusieurs poèmes francophones d’origines diverses.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture comparée vise à sensibiliser vos
élèves à l’un des aspects de la poésie — le lyrisme —, à propos d’un thème fondamental dans toute existence :
l’amour.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans l’unité 4, ils ont appris à
exprimer des sentiments et des sensations, et qu’ils ont
analysé l’expression particulièrement réussie qu’en donnait Verlaine. Dites-leur que vous allez les immerger complètement dans l’univers de la poésie et invitez-les à se laisser porter.
■ DÉMARCHE
A. Suggérez-leur donc d’abord de lire, individuellement et
pour eux-mêmes, tranquillement, tous les poèmes proposés par les pages 77 à 79. Puis, regroupez-les par trois et
demandez-leur de revenir sur les textes pour leur découvrir
un ou plusieurs traits communs. Comparez les résultats en
guise de correction… et demandez-leur aussi quel est leur
poème préféré et pourquoi.
B. Incitez-les ensuite à apporter en classe toutes les illustrations possibles pour ces poèmes et demandez-leur de se
mettre d’accord sur une illustration par texte (ce qui constituera une nouvelle manière d’approfondir le sens de ces
textes).
■ APRÈS
Invitez vos élèves à regrouper les textes selon des sous-thématiques, comme s’ils devaient décider de leur placement
dans une anthologie. Par exemple, la chambre : Cendrars,
Foulon ; l’absence : Bille, Federman, M’Baye d’Erneville… Il
est évident que ça se discute…
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Les poèmes proposés sont toujours signés, mais pas nécessairement datés ni situés. Demandez à vos élèves de mener
une petite recherche sur Internet pour déterminer qui sont
ces différents poètes qui écrivent en français.
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Époque
Autres
Léopold Sédar
Senghor
Albert Ferland
Kiné Kirama Fall
Blaise Cendrars
Paul Eluard
Roger Foulon
Annette M’Baye
d’Erneville
Et que rien ne les empêche de ramener dans leurs filets de
recherche quelques autres beaux poèmes…
2. MAINTENANT… À VOS PLUMES !
Se livrer à l’un des jeux poétiques de l’Oulipo.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture hypercontrainte entraîne vos élèves
à jouer avec la langue selon des règles précises, cependant
susceptibles de générer sens et émotion.
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez simplement à vos élèves que vous allez leur proposer d’autres jeux similaires au précédent.
■ DÉMARCHE
A. Invitez tout d’abord vos élèves à s’informer sur ce qu’est
un centon en lisant la définition qu’en donne l’encadré de la
page 79. Faites-leur ensuite retrouver les emprunts faits
aux différents poèmes. Puis, invitez-les à se livrer au même
jeu, avec un souci de sens global.
Faites reproduire tous les poèmes obtenus et affichez-les :
faites élire le meilleur.
B. Suggérez-leur aussi de modifier tous les substantifs du
poème de Cendrars, de façon à ce qu’ils restent cohérents
avec l’un ou l’autre changement de titre : « Avenue de la
plage » ou « Grand centre de loisirs ».
C. Enfin, faites remplacer tous les noms et adjectifs du
poème de Federmann par des synonymes trouvés dans un
dictionnaire… et voyez l’effet. Quels sont les mots que vos
élèves ne peuvent que garder et pourquoi ?
REGARDS CROISÉS
Pays
Página 79
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Proposez à vos élèves le « calligramme » suivant et demandez-leur :
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves que, dans l’activité 1, ils se
sont centrés sur le sens des poèmes ; mais la poésie n’est
pas que signification ; plus que tout autre genre littéraire,
elle joue avec les mots, parfois pour eux-mêmes, accordant
une place prépondérante au signifiant (au moins autant
qu’au signifié). Rappelez-leur le jeu du « cadavre exquis »
des surréalistes, déjà maintes fois utilisé dans ce manuel,
et annoncez-leur que vous allez leur proposer un autre jeu
sur les mots qui fait la part belle à la fois aux contraintes et
au hasard.
■ DÉMARCHE
Invitez-les à lire la règle du « jeu poétique » énoncée dans
la consigne de l’activité 2. Faites-les travailler par deux sur
le poème de Foulon et veillez à ce que chaque groupe ait
bien choisi une combinaison différente.
Ensuite, faites comparer les résultats et élire le plus satisfaisant… Que pensent vos élèves de ce type de pratique
poétique ?
3. JOUONS ENCORE AVEC LES MOTS
Se livrer à d’autres jeux avec les mots (cohérence sémantique, synonymie…).
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de créativité poursuit le même objectif que
l’activité précédente : jouer avec la langue selon des règles
précises, cependant susceptibles de générer sens et émotion.
• sur quoi porte le jeu ici ?
• ce qu’est un calligramme à leur avis ?
Invitez-les à mener une petite recherche sur Internet pour
vérifier leurs hypothèses.
Suggérez-leur la rédaction d’un calligramme personnel.
À vos plumes
79
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 80
Unité 5
POINT À LA LIGNE
1. CAILLOUX ET BIJOUX
Analyser une dictée de Pivot.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture critique rend vos élèves conscients
des extrêmes que peut atteindre l’orthographe française et
du plaisir qu’y prennent certains.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves l’image de la page 35 de l’unité 5, qui
renvoie à l’un des nombreux concours d’orthographe fleurissant actuellement en francophonie. Demandez-leur s’ils
en connaissent et proposez-leur d’examiner l’une des dictées de Bernard Pivot, auteur et présentateur de la fameuse
émission télévisuelle « Apostrophes » et d’un concours
d’orthographe télévisé tout aussi célèbre.
■ DÉMARCHE
A. À moins que vos élèves ne veuillent s’y frotter pour de
bon, suggérez-leur d’examiner le texte et d’en évaluer la
difficulté en soulignant tous les mots qui leur auraient posé
problème… Alors, difficile ou pas ?
B. Ensuite, demandez-leur leur avis sur l’existence de mots
affectivement chargés ; invitez chacun à énoncer un mot
« moelleux, âpre, détestable… ».
Solutions :
• Mots moelleux : moelleux, onctueux, douceur
• Mots âpres : épargner, vociférer, refuser
• Mots de réputation détestable : hargne, haine, grincheux
• Mots vifs : mirobolant, voile, torrent
• Mots lourds : criminel, dégoûtant, désespoir
• Mots discrets : vite, joie, jadis
• Mots m’as-tu-vu : synergie, maximal, enjeux
C. Enfin, invitez vos élèves à jouer leur propre petit Pivot en
inventant une dictée piégée, qu’ils se dicteront mutuellement ; mieux vaut les faire travailler par deux, voire plus.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Signalez à vos élèves que l’obsession de l’orthographe
remonte bien plus loin que la dictée de Pivot et proposezleur la fameuse dictée de Mérimée, proposée à Napoléon III
durant un séjour à Fontainebleau … non pour la faire (vous
ne leur voulez pas de mal) mais pour l’examiner aussi.
La dictée de Mérimée
Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Saint-Adresse, près du
Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins
de très bons crus, les cuisseaux de veaux et les cuissots de chevreuils prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.
Quelles que soient, quelques exiguës qu’aient pu paraître, à
côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données à maint et maint fusilier subtil la douairière ainsi que le
80
Point à la ligne
marguillier, il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers
jumeaux et mal bâtis et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne
songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires.
Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un
contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau
et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur
son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés, une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie et l’imbécillité du malheureux
s’accrut.
« Par St Hipollyte ! quelle hémorragie ! » s’écria ce bélître ! A
cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de
bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière.
Nombre de fautes : l’empereur : 75 ; l’impératrice : 62 ;
Alexandre Dumas : 24 ; le prince de Metternich, ambassadeur d’Autriche : 3.
♦ Plus raisonnablement, proposez-leur le repérage des fautes volontaires commises par René Thimonnier, auteur
d’une proposition de réforme de l’orthographe française,
dans le texte suivant (ou tout au moins un extrait) :
Les Français disputent à l’envie de leur orthographe. Qu’elle
ait fâcheuse réputation, on n’en saurait douter. Qu’on n’en
conclue pas pour autant qu’elle est illogique. Quelques problèmes qu’elle pose (et ils sont nombreux), quelles que soient
les difficultés qu’elle soulève, quelque embrouillées qu’en
paraissent les règles, elle n’exige qu’un peu de travail et de
méthode. Les grammairiens ne se sont pas seulement donnés
la peine de la codifier : ils se sont plu à la rendre accessible.
Quoi qu’on ait pu dire, le travail auquel ils se sont astreinds n’a
pas été inutile. Les efforts qu’il a coûtés, les recherches qu’il a
nécessitées ne doivent pas être sous-estimés. Que ce soit
ignorance ou laisser-aller, beaucoup trop d’élèves tombent
sans remords dans les traquenards de l’écriture. […]
Solutions :
à l’envi, ne se sont pas seulement donné, astreints.
2. MONSTRE ? SACRÉ ? OU NI L’UN NI
L’AUTRE ?
Réagir au positionnement d’un linguiste par rapport aux
difficultés de l’orthographe française.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’expression orale incite vos élèves à prendre conscience des positions contradictoires des
francophones vis-à-vis de l’orthographe.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans la dictée de l’activité 1,
Pivot évoque la possibilité de jouer avec les mots.
Demandez à vos élèves si leur langue maternelle donne
facilement lieu à des jeux de mots ; peuvent-ils en citer ?
Invitez-les ensuite à reconnaître les calembours de l’encadré du haut de la page 81 (faire un tube : avoir du succès ;
or un gazoduc contient un gros tuyau ou tube ; se faire des
soucis : la grippe … s’agrippe ; mousquetaires/moustiquai-
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 81
■ DÉMARCHE
• Invitez-les alors à lire le texte du linguiste Jean-Marie
Klinkenberg : y parle-t-il d’orthographe ? Uniquement ?
Qu’en dit-il ? Y est-il hostile ? Pourquoi ?
• Vos élèves comprennent-ils en quoi consiste l’inventivité
graphique de Queneau, mentionnée par l’auteur ? (« doukipudonktan », transcription écrite de « d’où qu’il pue donc
tant ? »)
■ APRÈS
Demandez à vos élèves quels sont les rapports des locuteurs de leur propre langue avec l’orthographe. Qu’en pensent-ils ? Et que pensent-ils de celui des Français ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Les Francophones se livrent régulièrement à un jeu fondé
sur l’homophonie. Le voici :
M. et Mme Enfaillite ont une fille ; comment s’appelle-telle ? (Mélusine : mets l’usine en faillite … !!!)
M. et Mme Manfroid ont un fils ; comment s’appelle-t-il ?
(Gérard : j’ai rarement froid)
M. et Mme Terieur ont des jumeaux... Alain et Alex (à
l'intérieur et à l'extérieur)
M. et Mme Baele… Jean (J’emballe) : en plus c’est vrai et
il est déménageur...
M. et Mme Quiroule... Pierre (pierre qui roule n’amasse
pas mousse)
M. et Mme Don… Guy (guidon)
3. ORTHOGRAPHE ET FAITS DIVERS
Découvrir et comprendre le rôle crucial joué par l’orthographe dans un procès pour crime.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture complexe sensibilise une fois de
plus vos élèves à l’importance sociale de l’orthographe en
français.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’annoncer quoi que ce soit à propos de cette activité, demandez simplement à vos élèves d’ouvrir leur livre à
la page 82 et laissez un instant de silence s’installer. Si personne ne bronche, entamez directement l’activité, sinon,
discutez de l’orthographe du titre et faites-en chercher l’explication dans la lecture du texte.
■ DÉMARCHE
A. Faites lire individuellement le texte et faites-le expliquer
ou résumer, car il est long et passablement complexe.
Ensuite seulement, demandez l’avis de vos élèves à propos
de l’argument utilisé par la défense pour disculper Omar.
B. Engagez enfin vos élèves à mener une recherche sur
Internet sur cette affaire pour en savoir éventuellement plus.
REGARDS CROISÉS
res). Faites remarquer que la possibilité des calembours
tient souvent à la non-correspondance typique du français
entre les sons et les graphies.
■ APRÈS
Demandez à vos élèves en quoi cette affaire marque, autant
que l’extrait de Gavalda (unité 5, activité 1), l’importance
sociale de l’orthographe.
Unité 6
ROUGE PASSION
1. LA MER ÉTAIT CALME
Émettre des hypothèses sur le genre de document dont
sont extraites cinq descriptions d’un même paysage ; en
relever les composantes et les indices de subjectivité.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture analytique vise à sensibiliser vos
élèves à la structure-type de toute description et aux variations de textualisation particulières au contexte de leur
publication.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant toute activité, resituez ce « Regard croisé » par rapport à l’unité 6 où il s’agissait de décrire une image et
d’analyser son message (page 41) ou, si vous utilisez ces
pages de façon indépendante, expliquez à vos élèves que
tous les textes de la page 84 sont censés décrire un même
paysage, mais de façons différentes parce qu’ils émanent
de documents de genres différents qui ne poursuivent pas
le même but.
■ DÉMARCHE
A. Formez alors des groupes de quatre ou cinq élèves et
confiez un texte à chaque groupe : chacun aura à relever les
composantes du paysage décrit par son texte comme s’il
devait le dessiner ensuite, et émettre une hypothèse sur le
genre de document dont il a probablement été extrait. Si
l’activité ne vous paraît pas trop lourde ainsi, vous pouvez
demander en plus le relevé des termes de subjectivité ;
dans le cas contraire, reportez-la pour un deuxième temps.
Une fois ce travail fait, le porte-parole d’un groupe énonce
lentement les composantes du paysage de son groupe et
les autres vérifient si leur propre texte comprend bien aussi
cette composante.
B. En conclusion, les paysages décrits sont-ils les mêmes
on non ?
■ APRÈS
Cette activité peut donner lieu à des résultats qui vont du
plus au moins, selon que le schéma de la séquence descriptive (v. encadré théorique de la page 83) aura été préalablement travaillé ou non.
Dans tous les cas, discutez-les avec les élèves, car plusieurs
solutions sont possibles.
Solutions :
• Résultats en fonction d’une recherche libre :
1. côte du nord et sud ; sentiers ; l’air salé ; le vent ; le
silence ; vagues ; la Chaumière (guide touristique)
Rouge passion
81
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:26
Página 82
2. mer, l’horizon foncé, les nuages ; les vagues douces,
rochers ; la large bande de sable fin ; les dunes ; la plage,
clôtures (roman ; poèmes en prose)
3. la mer, le ciel, le sable, la clôture, les plantes, l’horizon
(manuel de peinture)
4. large bande de sable, vent froid, gris foncé, nuages,
dunes, clôtures (journal intime)
5. dépression ; température, pluie, neige, vague (bulletin
météo spécialisé)
• Résutats en fonction de l’application du schéma :
1. Un guide touristique
Caractéristiques
Thème : chez nous, balades
Qualités : de quoi satisfaire leurs passions bien légitimes
Parties : nord et sud, l’air, le vent, le silence
Relations : la Chaumière
Eléments de subjectivité
Substantifs affectifs : amateurs, passions, corps et âme
Adjectifs valorisants : légitimes passions, rien de plus
relaxant, espace magique, bon feu de cheminée, un
silence bercé de vagues
Verbes affectifs : satisfaire, chasser, imprégner, embaument
2. Un roman
Caractéristiques
Thème : la mer en hiver
Qualités : lumière du soleil couchant
Parties : l’horizon, les nuages ; les vagues, la large bande
de sable fin ; les dunes ; la plage
Relations : liberté, solitude, répit
Eléments de subjectivité
Choix d’adjectifs subjectifs : les vagues se font douces ; la
large bande de sable fin ; cette surface si lisse ; un espace
vierge ; clôtures simples ; éternel combat ; la plage est
vide et déserte
Les figures de style : comparaisons (comme des taches
noires)
Les phrases nominales : promesse de liberté. De solitude
aussi. Un moment de répit dans le tourbillon du temps.
3. Un manuel de peinture
Caractéristiques
Thème : implicite
Qualités : les couleurs
Parties : la mer, le ciel, le sable, la clôture, les plantes,
l’horizon
Relations : le silence
Eléments de subjectivité
Le commentaire final, avec l’utilisation de l’impératif pluriel (laissons) et la personnification du silence, qui bercera
la scène
4. Un journal intime
Caractéristiques
Thème : la plage où nous nous sommes aimés
Qualités : crépitait de rires, vide
Parties : la large bande de sable, les nuages, les dunes
82
Rouge passion
Relation : mes larmes
Eléments de subjectivité
Présence explicite du locuteur qui s’adresse à un interlocuteur : un texte à la première personne (je marche, nous
nous sommes aimés ; me fait frissonner ; comme moi ; me
protéger ; vais-je survivre ; je marche ; je sens, mes
larmes) où le tu es présent (nous nous sommes aimés ; tu
es parti)
Le choix des verbes : la large bande de sable crépitait ;
leur gris de plomb se noie
L’opposition passé (chaleur, lumière et joie : … sable doré
par le soleil ; rires, chansons, feu) et présent (froid, grisaille, tristesse : le vent froid ; leur gris de plomb, larmes)
2. IMAGES DE FRANCE
Rédiger deux descriptions d’une même image représentative de la France, mais dont les intentions (et donc les
caractéristiques formelles) sont différentes.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’écriture contraint vos élèves à s’approprier
la structure type de la description (v. schéma de la page 83)
et ses variations de textualisation en fonction d’une intention (et d’un contexte de publication).
■ AVANT DE COMMENCER
L’analyse des textes de la page 84 faite, à quelque niveau
que ce soit, annoncez à vos élèves qu’ils vont devoir se
livrer à leur tour à ce type de variation d’écriture à propos
d’une des photos de la page suivante.
■ DÉMARCHE
A. Tous ensemble, incitez-les donc à examiner ces photos
et à exprimer d’abord en quoi elles ont, à leurs yeux, un rapport avec la France.
B. Ensuite, demandez-leur d’en choisir une et, individuellement (laissez-leur le temps nécessaire), d’en rédiger deux
descriptions différentes, sur le modèle des textes de la
page antérieure.
■ APRÈS
Regroupez les descriptions en fonction de leur objet (six
photos différentes) et confiez chaque paquet à un groupe
d’élèves :
• demandez-leur d’abord de les classer selon leurs intentions et leurs contextes
• ensuite, faites-leur élire la meilleure (de toutes ou de chaque intention/contexte).
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Pour réaliser la production qui suit avec plus de facilité,
invitez vos élèves à réfléchir à la présence des caractéristiques suivantes dans les différents textes qu’ils viennent
d’analyser :
• présence/absence du locuteur
• présence/absence de l’interlocuteur
• présence/absence de lyrisme
(expression de sentiments personnels)
• présence/absence d’images (métaphores, comparaisons, …)
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 83
REGARDS CROISÉS
Vous renverrez vos élèves à cette liste quand ils se mettront
à écrire dans la section B de l’activité 2.
Unité 7
MERCI DE VOTRE ATTENTION !
1. ON REPÈRE !
Appliquer à l’exposé de l’unité 7 les règles de passage de
l’écrit à l’oral.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse vise à sensibiliser vos élèves aux
différences entre un exposé écrit et un exposé oral.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entamer les « Regards croisés » de l’unité 7,
demandez à vos élèves si un exposé est, à leur avis, un texte
écrit ou un texte oral. Recueillez les opinions et faites-en
une synthèse. Puis, invitez vos élèves à lire l’encadré
« L’exposé : de l’écrit à l’oral » en focalisant bien leur attention sur le tableau.
■ DÉMARCHE
Remettez-leur ensuite la transcription de la conférence de
l’activité 1 de l’unité 7 et demandez-leur de l’examiner sous
le critère des différents aspects cités dans le tableau.
■ APRÈS
Invitez vos élèves à consulter les 2e et 3e règles (structuration et aide-mémoire). Puis demandez-leur de réaliser un
diaporama (avec Power point par exemple) qui pourrait
accompagner la conférence qu’ils viennent d’analyser (ils
réaliseront ainsi une sorte de résumé ou d’aide-mémoire).
Faites-les travailler par deux, puis comparez les propositions et faites faire des choix justifiés. Faites-leur enfin
appliquer à leur propre production les conseils du bas de la
page 87 : ce sera là une forme d’évaluation formative, car il
vous faut leur permettre de modifier leurs textes, s’ils le
jugent nécessaire à la suite de leur lecture.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Voici un diaporama relatif à une conférence sur la méthode
d’enseignement utilisée dans cette méthode : demandez à
vos élèves de résumer cette conférence à partir de ces diapositives.
2. « EXPOSEZ-VOUS »
Préparer un diaporama pour l’exposé réalisé en tâche
finale de l’unité 7.
Merci de votre attention !
83
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 84
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de préparation et d’utilisation d’un diaporama
sensibilise vos élèves à la structuration et à la présentation
visuelle d’un exposé.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves qu’ils vont maintenant s’appliquer à
eux-mêmes l’analyse qu’ils viennent de réaliser sur la
conférence de l’activité 1 de l’unité 7.
■ DÉMARCHE
A. Demandez-leur donc de reprendre le texte de leur propre exposé et d’en réaliser le diaporama.
B. Invitez-les ensuite à refaire l’exposé en s’appuyant sur
ce diaporama et en suivant les conseils de l’encadré
« Réalisation » de la page 88.
■ APRÈS
Après chaque exposé, invitez les auditeurs à relever trois
points forts de la présentation et trois points faibles.
Unité 8
5. Roman. « Une histoire d’amour bouleversante. »
6. Roman. « Une chronique des passions enfouies. »
B. Incitez ensuite vos élèves à associer résumés ou synopsis et titres (page 90).
Solutions :
1. Nos jours heureux. Réalisé par Éric Toledano, Olivier
Nakache (film français).
2. Un couple parfait. Réalisé par Nobuhiro Suwa (film
franco-japonais).
3. Mes amis Mes amours (Éditions Robert Laffont), roman
de Marc Lévy.
4. L’Iceberg. Réalisé par Dominique Abel, Fiona Gordon,
Bruno Romy (film belge).
5. Seras-tu là ? (Éditions Xo), roman de Guillaume Musso.
6. La Cantatrice (Éditions Gallimard), roman de Christophe
Mercier.
C. Et enfin, faites-leur rendre à chaque production son affiche ou sa couverture.
Solutions :
LES BONS PLANS
1. FILMS OU ROMANS ?
Distinguer des productions cinématographiques et des
productions littéraires à partir de leurs synopsis ou résumés, de leurs titres et de leurs couvertures ou affiches.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture et d’appariement vise à sensibiliser
vos élèves aux différences de « paratexte » des films et des
livres.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves qu’un journaliste qui écrit la critique
d’un film ou d’un roman (comme ils ont appris à le faire
dans l’unité 8) donne d’abord une idée du contenu du film
ou du roman : il en fait un résumé ou, tout au moins, un
résumé qui doit mettre l’eau à la bouche.
Demandez à vos élèves s’ils savent ce qu’est un synopsis et
quelle différence ils font entre un synopsis et un résumé.
Recueillez les réponses, puis renvoyez-les à l’encadré du
haut de la page 89 pour vérifier leurs hypothèses.
■ DÉMARCHE
A. Ensuite, invitez-les à lire tous les textes de la page 89 et
à distinguer les synopsis (de films) des résumés (de livres).
Sur quels indices se sont-ils fondés ? Corrigez frontalement.
Solutions :
1. Film. Action assez chargée, détails sur les personnages et
le contexte.
2. Film. Synopsis très dense d’une situation initiale.
3. Roman. « Une histoire d’amitié, des histoires d’amour. »
4. Film. Situation initiale et complication, promettant une
suite d’événements ; effet de suspense.
84
Les bons plans
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Invitez vos élèves à préparer la même activité (titre,
résumé/synopsis, couverture/affiche) pour quatre productions récentes de chez eux et à les proposer à leurs
camarades.
2. COMPTEZ LES ÉTAPES
Apparier un résumé/synopsis de livre/film avec un
schéma narratif.
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 85
■ DÉMARCHE
Demandez-leur ensuite d’en écrire le synopsis (s’ils en font
un film) ou le résumé (s’ils en font un livre), en respectant,
bien entendu, les étapes du schéma narratif.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites remarquer à vos élèves qu’un article de critique cinématographique ou littéraire a pour but d’attirer (ou de
repousser !) le consommateur potentiel. Le résumé de l’œuvre présente donc des particularités que vous leur proposez
de découvrir.
■ APRÈS
Affichez tous les textes ou reproduisez-les pour que chacun
puisse en disposer. Faites examiner la correspondance avec
le schéma, d’une part, et, d’autre part, l’intérêt. Qui va aller
voir/lire quoi ? Pourquoi ?
■ DÉMARCHE
Engagez-les donc à (re)découvrir le schéma propre à toute
narration de l’encadré de la page 91 (si nécessaire, appliquez-le à un conte classique) :
• situtation initiale : un roi avait une fille
• complication : un jour, on la retrouva muette, sans possibilité de la guérir
• résolution : le roi comprit que sa fille se mourait d’amour
et convoqua tous les prétendants, etc.
L’un d’entre eux provoqua un émoi si profond chez la
jeune fille qu’elle en poussa un cri et recouvra la parole
• situation finale : ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, etc.
Puis, regroupez vos élèves par deux ou trois et confiez un
résumé/synopsis de la page 89 à chaque groupe.
Demandez-leur d’identifier les étapes manquantes et d’expliquer pourquoi.
Solution :
Les étapes qui manquent sont toujours celles de la résolution et de la situation finale : il faut créer des effets de suspense pour donner au lecteur/spectateur l’envie de
lire/voir…
■ POUR ALLER PLUS LOIN
♦ Suggérez à vos élèves de créer un synopsis d’un possible
dessin animé à partir de la situation initiale suivante : « Il
était une fois un malheureux crayon gris qui avait bien mauvaise mine, car il considérait qu’il était le crayon le plus
moche du pot. Or, un jour… »
♦ Demandez-leur ensuite de rédiger la critique de ce dessin
animé en en rédigeant d’abord un synopsis adéquat.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites créer une couverture ou une affiche pour les titres
choisis.
REGARDS CROISÉS
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse de résumés/synopsis vise à faire
découvrir à vos élèves les caractéristiques d’un
résumé/synopsis de critique.
4. CINÉPHILES OU LITTÉRAIRES
Rédiger le synopsis/résumé du film/livre de sa vie.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de production écrite et de présentation orale
vise toujours l’appropriation du schéma narratif.
■ AVANT DE COMMENCER
Avant d’entrer dans la dernière activité, demandez à vos
élèves si certaines œuvres ont joué un rôle important dans
leur vie ou les ont marqués ; ou bien s’ils font leur vie avec
d’autres moyens que les œuvres d’art et lesquels (ceci
pourrait donner lieu à une discussion préalable sur le rôle
des œuvres d’art dans la vie de vos étudiants et en général).
■ DÉMARCHE
A. Ensuite (si la réponse à la question précédente a été
positive, et seulement si !), faites le recensement des
œuvres qui ont marqué vos étudiants.
B. Puis demandez-leur de tomber d’accord par trois ou
quatre sur une œuvre et qu’ils en rédigent le synopsis/
résumé.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Suggérez à vos élèves de monter une émission sur l’histoire
récente de la littérature ou du cinéma : l’un jouera le journaliste présentateur de l’émission et les autres exposeront, de
manière radiophonique, leur histoire. Répétez l’opération
pour que chacun puisse s’exprimer et qu’une comparaison
soit possible.
3. RÉSUMONS
Écrire le synopsis/résumé d’un film/livre imaginaire.
Unité 9
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de production écrite incite vos élèves à s’approprier la mise en œuvre du schéma narratif.
SALUTATIONS DISTINGUÉES
■ AVANT DE COMMENCER
Engagez vos élèves à parcourir les titres (fictifs) de productions (tout aussi fictives) cinématographiques ou romanesques de la page 91 (activité 3). Quels sont ceux qui les attirent ? Par groupes de deux ou trois, qu’ils en choisissent un.
1. STUPEURS
Réagir à la lecture d’extraits du roman Stupeurs et tremblements, d’Amélie Nothomb, relatif à la vie professionnelle dans une entreprise japonaise.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de lecture vise à compléter la vision de la vie
en entreprise donnée dans l’unité 9, en y ajoutant une
dimension culturelle.
Salutations distinguées
85
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 86
■ AVANT DE COMMENCER
Signalez à vos élèves que les conflits en entreprise sont
parfois cause de stress, voire de burn-out, quand la pression est trop forte. Qu’en est-il alors quand il s’agit d’aller
travailler à l’étranger et de s’adapter, en plus, aux différences culturelles éventuelles ? C’est pourtant de plus en plus
souvent le cas. Vos élèves ou leur entourage ont-ils vécu
des expériences de cet ordre ? Demandez-leur de les évoquer brièvement.
■ DÉMARCHE
A et B. Proposez-leur ensuite la lecture des extraits de
Stupeurs et tremblements, de l’auteur belge Amélie
Nothomb, fille de diplomate, et de remplir les cases du
tableau de la page 93 en repérant dans le texte les passages concernés.
Solutions A :
L’ôchakumi
[Monsieur Saito] ne me demandait rien, sauf de lui apporter
des tasses de café.
Rien n’était plus normal, quand on débutait dans une
compagnie nippone, que de commencer par l’ôchakumi :
« la fonction de l’honorable thé ». Je pris ce rôle d’autant
plus au sérieux que c’était le seul qui m’était dévolu.
Cette humble tâche se révéla le premier instrument de ma
perte.
[…]
J’entrai chez monsieur Omochi avec mon grand plateau et
je fus plus que parfaite : je servis chaque tasse avec une
humilité appuyée, psalmodiant les plus raffinées des formules d’usage, baissant les yeux et m’inclinant. S’il existait
un ordre du mérite de l’ôchakumi, il eût dû m’être discerné.
Plusieurs heures après la délégation s’en alla. La voix
tonitruante de l’énorme monsieur Omochi cria :
Le rapport sur le beurre allégé
Arriva alors monsieur Tenshi, qui dirigeait la section des
produits laitiers […] il me demanda :
— Vous êtes belge, n’est-ce pas ?
— Oui.
— Ça tombe bien. J’ai un projet très intéressant avec votre
pays. Accepteriez-vous de vous livrer pour moi à une étude ?
Je le regardai comme on regarde le Messie. Il m’expliqua
qu’une coopérative belge avait développé un nouveau procédé pour enlever les matières grasses du beurre.
— J’aurais besoin d’un rapport complet, le plus détaillé
possible, sur ce nouveau beurre allégé.
Non seulement il m’accordait ma chance, mais en plus il
ne me donnait aucune instruction : il me laissait donc carte
blanche, ce qui, au Japon, est exceptionnel. Et il avait pris
cette initiative sans demander l’avis de personne : c’était un
gros risque pour lui.
[…] je ressentis d’emblée pour monsieur Tenshi un
dévouement sans bornes […] j’étais prête à me battre pour
lui jusqu’au bout, comme un samouraï.
Je rédigeai le rapport du siècle.
86
Salutations distinguées
Le lendemain, j’arrivai chez Yumimoto avec deux heures
d’avance pour dactylographier le rapport et le remettre à
monsieur Tenshi […]
Il [monsieur Tenshi] me félicita avec toute la chaleur que
lui permettaient sa politesse et sa réserve respectueuses.
Solutions B :
L’ôchakumi
Le rapport sur le beurre
allégé
Ce qui se
passe
Amélie sert le café
comme une vraie
japonaise
Monsieur Tenshi laisse
carte blanche à Amélie
pour rédiger un rapport
sur le beurre allégé
Réactions
d’Amélie
Elle en est toute fière Elle en éprouve une
immense gratitude ; elle
travaille avec passion et
acharnement
Réactions
Ils en sont furieux
de ses supérieurs
Ils en sont furieux : ils
traitent Amélie et M.
Tenshi de tous les noms
■ APRÈS
A. Demandez à vos élèves quelles sont, à leur avis, les
valeurs nipponnes sous-jacentes qui expliquent les réactions — décevantes pour la jeune fille — des dirigeants
japonais ?
B. Comment se fait-il qu’Amélie Nothomb connaisse aussi
bien la vie en entreprise au Japon ? Envoyez vos élèves sur
Internet, par groupes de deux ou trois, et comparez les
informations obtenues.
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Suggérez à vos élèves de lire la totalité du roman d’Amélie
Nothomb (ou faites visionner le film qui a été tiré de ce
roman), d’en extraire un autre épisode culturellement marqué et de se l’expliquer mutuellement.
2. DES STYLES TRÈS DIFFÉRENTS
Repérer les types de discours rapportés utilisés dans un
extrait de roman et les utiliser soi-même pour raconter un
incident du même ordre.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse et de production orale ou écrite
invite vos élèves à s’impliquer dans l’interculturel et à s’approprier les différents types de discours rapporté.
■ AVANT DE COMMENCER
Rappelez à vos élèves que, dans l’unité 9, ils ont utilisé le
discours rapporté pour restituer la parole réelle d’autrui ;
faites-leur remarquer que, dans les romans (par exemple
celui d’Amélie Nothomb), les auteurs ne cessent d’utiliser
les différentes formes de discours rapporté pour faire parler
leurs personnages, fictifs.
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 87
Solutions :
Phrase en discours rapporté
Type
Introducteur
Monsieur Saito me signala que le
vice-président recevait dans son
bureau une importante délégation
d’une firme amie…
indirect Me signala
explicite que…
— Café pour vingt personnes.
direct
le tiret (—)
explicite
Phrase en discours rapporté
Type
Introducteur
Mon compagnon d’infortune et moi Indirect
nous fîmes traiter de tous les noms : Implicite
nous étions des traîtres, des nullités,
des serpents, des fourbes et — sommet de l’injure — des individualistes.
l’obèse lui dit : — Vous n’avez
jamais eu d’autre but…
direct
explicite
lui dit : —
— Monsieur Tenshi n’a pas voulu…
direct
explicite
le tiret (—)
— Je vous en supplie, ne lui en veuil- direct
lez pas…
explicite
le tiret (—)
— En effet, vous, vous n’avez aucune direct
excuse ! hurla l’obèse
explicite
le tiret (—)
et « hurla
l’obèse »
— Si grands soient mes torts…
direct
explicite
le tiret (—)
— Là n’est pas la question !….
direct
explicite
le tiret (—)
— Il était en voyage d’affaires.
direct
explicite
le tiret (—)
— Il fallait attendre son retour.
direct
explicite
le tiret (—)
— Mais je ne parle pas si mal, Saito- direct
le tiret (—)
san !
explicite
— Mais monsieur Saitama…
direct
explicite
le tiret (—)
— Taisez-vous. De quel droit vous
défendez-vous…
direct
le tiret (—)
explicite
— Taisez-vous. Ce pragmatisme
odieux est digne d’un occidental.
direct
explicite
le tiret (—)
— Pardon ?
direct
le tiret (—)
explicite
— Vous ne connaissez plus….
direct
le tiret (—)
explicite
— C’est impossible….
direct
le tiret (—)
explicite
— Il y a toujours moyen….
direct
le tiret (—)
explicite
avant de reprendre :
— le cerveau japonais….
direct
reprendre :
explicite —
— Essayez quand même…
direct
le tiret (—)
explicite
il me demanda :
— Vous êtes belge
direct
Il me deexplicite manda : —
— Oui
direct
le tiret (—)
explicite
— Ça tombe bien
direct
le tiret (—)
explicite
Il m’expliqua qu’une coopérative
belge avait développé un nouveau
procédé…
direct
Il m’expliexplicite qua que
— J’aurais besoin d’un rapport…
direct
le tiret (—)
explicite
La voix tonitruante de l’énorme mon- direct
Cria : —
sieur Omochi cria :
explicite
— Saito-san !
Il me parla avec une colère qui le
direct
Me parla … :
rendait bègue :
explicite —
— Vous avez profondément indisposé la délégation de la firme amie !
Vous avez servi le café avec des formules qui suggéraient que vous parliez le japonais à la perfection !
REGARDS CROISÉS
■ DÉMARCHE A
A. Demandez-leur alors de repérer, dans les extraits des
pages 92 et 93, toutes les paroles rapportées et d’indiquer
comment elles le sont et par quels marqueurs d’introduction.
■ APRÈS
Corrrigez tous ensemble, puis faites examiner la totalité du
tableau : quel type de discours prrédomine ? Est-ce une
façon classique de rapporter les paroles de personnages ou
Amélie Nothomb fait-elle preuve de modernité ?
■ POUR ALLER PLUS LOIN
Faites comparer la façon d’écrire les paroles de personnages d’Amélie Nothomb avec celles de l’extrait suivant — en
italique : discours indirect libre (avec modification des
temps) ; le reste : discours direct non introduit (sinon par
« rappela ») :
Elle le rappela. C’est Marguerite Muir à l’appareil. Elle
appelait de son cabinet. Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi. Il se souvenait d’elle. Je suis venue vous
voir à propos d’un. Il se souvenait très bien. Vous avez
bonne mémoire. Oui, enfin.
Christian Gailly, L’accident, cité dans Parcours et références. Référentiel de langues, Denyer, Rosier, Thyrion,
Bruxelles, De Boeck, 2003.
■ DÉMARCHE B
B. Invitez enfin vos élèves à raconter à leur tour une expérience interculturelle, professionnelle ou non, mais difficile,
oralement ou — mieux — par écrit ; attirez leur attention
Salutations distinguées
87
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 88
sur l’usage des différents discours rapportés… Rien ne les
empêche d’innover.
Reproduisez les textes et faites-les apprécier et commenter.
Unité 10
AU REVOIR !
1. DEUX DISCOURS
Déterminer les caractéristiques énonciatives de deux discours célèbres (celui de Louis XVI et celui du Général de
Gaulle) et les situer historiquement.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité de recherche documentaire, de lecture et
d’analyse vise à montrer à vos élèves l’impact que peut parfois produire un discours sur des interlocuteurs et l’importance historique qu’il peut parfois revêtir.
■ AVANT DE COMMENCER
Faites rappeler à vos élèves quel type de discours ils ont travaillé dans l’unité 10 (qui parle, à qui et pourquoi ?) et
annoncez-leur que les « Regards croisés » leur proposent
deux discours qui se différencient sensiblement de celui-là,
car :
• ils sont prononcés par des personnalités historiques ;
• dans des circonstances cruciales ;
• ce ne sont pas des discours d’adieu ;
• ils ne reposent pas sur des anecdotes ;
• leur niveau de langue est très soutenu.
Leur compréhension exige donc non seulement la connaissance de ce qu’est un discours, mais aussi une bonne maîtrise de la langue et un certain nombre de connaissances
historiques.
■ DÉMARCHE
A. Invitez-les donc à les lire ; ces textes étant longs et difficiles, confiez le premier à une demi-classe et le second à
l’autre moitié.
Demandez d’abord à chaque groupe de situer historiquement chaque discours : pourquoi ce discours ? quel en est
le but ? dans quel contexte historique est-il prononcé ? par
qui ? (Faites faire une recherche dans des ouvrages de référence ou sur Internet.)
Solutions A :
Le premier discours fut prononcé par Louis XVI à l’ouverture
des États généraux, au début de la Révolution française.
Le règne de Louis XVI est marqué par de nombreuses tentatives de réformes économiques et institutionnelles.
L’égalité devant l’impôt est une réforme qu’il poursuit
avec persévérance, mais il se heurte toujours à l’opposition de la noblesse et d’une partie du clergé. Or Louis XVI
est un légaliste et il n’entend jamais excéder les pouvoirs
que lui donnent les lois fondamentales du royaume. Il
doit donc faire avaliser ses réformes. La convocation des
États généraux, où il espère pouvoir faire plier en toute
88
Au revoir !
légalité les deux ordres qui le bloquent, est le dernier épisode de cette confrontation feutrée. […] » Mais les États
généraux échappent assez vite à son contrôle.
Après la prise de la Bastille (le 14 juillet 1789), le roi se
rend de son plein gré à Paris, le 17 juillet, où il est accueilli
par le maire de la nouvelle municipalité, Bailly. Le roi
accepte la cocarde bleue et rouge (aux couleurs de la ville
de Paris) que lui offre Bailly et la place sur son couvrechef orné de blanc. Par cette visite et ce geste, le roi entérine ainsi les conséquences de la journée révolutionnaire
du 14 juillet. Dès lors, l’abolition des privilèges est votée
dans la nuit du 4 août, et le 26 août la Déclaration des
Droits de l’Homme et du Citoyen est adoptée. Toutefois,
ce n’est que le 5 octobre que le roi accepte de signer les
décrets consacrant les décisions prises en août, à la suite
de quoi, le peuple de Paris venu à Versailles exige le
transfert de la famille royale au Palais des Tuileries.
Le 14 juillet 1790, lors de la fête de la Fédération, sur le
Champ-de-Mars, le roi, La Fayette et le peuple de Paris
(260 000 Parisiens et 14 000 Fédérés) prêtent serment
« d’être à jamais fidèles à la nation, à la loi et au roi » et
le 21 octobre de la même année, le drapeau tricolore remplace le drapeau blanc.
Mais en avril 1791, les événements entraînent la fuite du
roi à Varennes. Une manifestation l’empêche physiquement de se rendre au château de Saint-Cloud. Les révolutionnaires supposent en effet qu’il s’apprête à faire ses
Pâques avec un prêtre réfractaire à la constitution civile
du clergé. Le roi se décide alors à quitter la ville de Paris
le 20 juin avec sa femme, sa sœur et ses deux enfants,
Marie-Thérèse et Louis-Charles. Il est arrêté à Varennesen-Argonne le 21 juin malgré la présence de 60 hussards*
de Lauzun.
Louis XVI est suspendu par l’Assemblée le 10 août 1792,
et détrôné lors de la première séance de la Convention
nationale qui décrète, le 21 septembre 1792 que « la
royauté est abolie en France » et que « l’An I de la
République française » partira du 21 septembre 1792.
Il est déclaré coupable de « conspiration contre la liberté
publique et la sûreté générale de l’État » par la
Convention nationale (auto-instituée en tribunal) lors
d’un premier vote le 15 janvier 1793, par 707 voix pour sur
718 votants.
Puis, avec une majorité étroite, condamné à mort au
manège du château des Tuileries, à la suite de la « séance
permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 janvier 1793 »
et du scrutin rectificatif du 18. Le 21 janvier 1793, le roi est
guillotiné.
* hussard : soldat de cavalerie.
Texte repris de Wikipédia
Le deuxième discours, de Charles de Gaulle, est connu sous
le nom de l’Appel du 18 juin.
L’Appel du 18 Juin est le nom donné au discours prononcé
par le Général de Gaulle à la BBC sur Radio Londres le 18
juin 1940 (enregistré vers 18 heures, diffusé le jour même
à 22 heures et rediffusé le lendemain vers 16 heures).
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 89
nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure
• j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent
en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver,
avec leurs armes, ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique, ou qui viendraient à s’y trouver à se mettre en rapport avec moi
C. Le message des deux discours est un message d’espoir :
faites-en repérer les marques dans les deux textes. Mais
espoir de quoi ? La situation est-elle la même ?
REGARDS CROISÉS
Depuis ce jour, cette allocution demeure l’une des plus
célèbres de l’histoire de France.
Ce discours est un appel à la résistance du peuple français qui s’est fait battre puis envahir par l’Allemagne
nazie ; c’est également une réaction à la demande d’armistice de Pétain du 17 juin 1940.
Un discours à faible auditoire, mais fondateur et emblématique : il va permettre à Charles de Gaulle de se placer
en chef de la France libre, face au régime collaborationniste de Vichy. Le cabinet britannique tenta de s’y opposer, car la situation vis-à-vis de la France et de
l’Allemagne n’était pas éclaircie, mais Churchill le soutint. »
Ce discours marqua ainsi le début de la Résistance organisée du peuple français, qui mena à la Libération de la
France, en 1945.
Solutions C :
Tous les deux gardent l’espoir en période de crise et veulent
faire partager cet espoir à leurs interlocuteurs ; tous deux
croient à un changement.
Texte repris de Wikipédia
B. Faites ensuite analyser les caractéristiques énonciatives
de chaque texte :
• interlocuteurs
• mentions de ces interlocuteurs dans le texte : faites-les
souligner ;
• qu’ont en commun les interlocuteurs des deux textes ?
Solutions B :
Interlocuteurs : le premier discours est adressé aux
Membres des États généraux ; le deuxième au Peuple français (surtout à ceux qui n’acceptaient pas la soumission à
l’envahisseur allemand).
Mentions de l’interlocuteur
1.
« Messieurs, […]
• C’est dans cette confiance, Messieurs, que je vous ai rassemblés
• mais une assemblée des représentants de la Nation
n’écoutera sans doute que les conseils de la sagesse et de
la prudence. Vous aurez jugé vous-mêmes, Messieurs,
qu’on s’en est écarté dans plusieurs occasions récentes ;
mais l’esprit dominant de vos délibérations répondra aux
véritables sentiments d’une Nation généreuse ; tout ce
qu’on peut demander à un Souverain, le premier ami de ses
peuples, vous pouvez, vous devez l’espérer de mes sentiments.
• Puisse, Messieurs, un heureux accord régner dans cette
assemblée Mon Garde des Sceaux va vous expliquer plus
amplement mes intentions ; et j’ai ordonné au Directeur
général des finances de vous en exposer l’état »
2.
• Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause
et vous dis que rien n’est perdu pour la France.
• Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire
venir un jour la victoire.
• tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos
ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique,
Marqueurs sémantiques de ce message d’espoir :
1.
• Ce jour que mon cœur attendait depuis longtemps est
enfin arrivé,
• un usage dont le royaume peut tirer une nouvelle force, et
qui peut ouvrir à la Nation une nouvelle source de bonheur.
• C’est dans cette confiance, Messieurs, que je vous ai rassemblés, et je vois avec sensibilité qu’elle a déjà été justifiée par les dispositions que les deux premiers Ordres ont
montrées à renoncer à leurs privilèges pécuniaires.
L’espérance que j’ai conçue de voir tous les Ordres réunis
de sentiments concourir avec moi au bien général de l’État,
ne sera point trompée.
• une assemblée des représentants de la Nation n’écoutera
sans doute que les conseils de la sagesse et de la prudence.
l’esprit dominant de vos délibérations répondra aux véritables sentiments d’une Nation généreuse,
• ils ont fait la gloire et l’éclat de la France ; je dois en être
le soutien, et je le serai constamment.
• Mais tout ce qu’on peut attendre du plus tendre intérêt au
bonheur public, tout ce qu’on peut demander à un
Souverain, le premier ami de ses peuples, vous pouvez,
vous devez l’espérer de mes sentiments.
Puisse, Messieurs, un heureux accord régner dans cette
assemblée, et cette époque devenir à jamais mémorable
pour le bonheur et la prospérité du royaume ! C’est le souhait de mon cœur, c’est le plus ardent de mes vœux, c’est
enfin le prix que j’attends de la droiture de mes intentions
et de mon amour pour mes peuples.
2.
• Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et
vous dis que rien n’est perdu pour la France.
Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir
un jour la victoire.
Car la France n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui
tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme
Au revoir !
89
REGARDS CROISÉS
075-090_Rp3_Gp_RC.qxd
5/7/07
10:27
Página 90
l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des
États-Unis.
• Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances
n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers tous les moyens
nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés
aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre
dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin
du monde est là.
• Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne
doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.
• Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la radio de
Londres. »
Conclusion
Les deux locuteurs sont convaincus qu’ils pourront changer
le présent grâce à l’aide de leurs interlocuteurs. Ils sont
tous deux obstinés, persistants, courageux et refusent de
baisser les bras face aux problèmes.
D. Invitez vos élèves à parler à leurs camarades d’un discours historique de leur propre pays (au besoin, laissezleur effectuer une nouvelle recherche). Leurs camarades
devront apprendre
• qui était le locuteur de ce discours ;
• à qui il était adressé ;
• dans quelles circonstances historiques ;
• éventuellement dans quel endroit ;
• quel en était l’objectif ;
• et s’il a eu un effet.
2. NOUS SOMMES TOUS ZOLA
Analyser les caractéristiques d’un discours de Zola en
hommage à Maupassant et se l’approprier en en déclamant une partie.
■ REMARQUES PRÉLIMINAIRES
Cette activité d’analyse et d’oralisation vise à faire réviser à
vos élèves les caractéristiques d’un discours et — objectif
nouveau — à le faire oraliser.
■ AVANT DE COMMENCER
Annoncez à vos élèves que le discours que vous leur proposez de lire est écrit par Zola en hommage à Maupassant.
C’est presque un discours d’adieu puisqu’il est prononcé au
cimetière Monceau en 1897 à l’occasion de l’inauguration
d’un monument en hommage à Maupassant, décédé.
Indiquez donc à vos élèves qu’ils vont y retrouver les
mêmes caractéristiques que celles qu’ils devaient concrétiser dans leur propre discours : s’ils ne s’en souviennent
plus, renvoyez-les à l’antisèche de la page 65.
■ DÉMARCHE
A. Invitez-les alors à se regrouper par deux ou trois et à
souligner dans le texte les cinq points de l’encadré.
90
Au revoir !
Solutions :
1. Il n’offense personne ; il évoque des souvenirs et des
expériences vécues en commun.
2. Les parties de son discours sont très variées, mélangeant
habilement structures narratives, descriptives et argumentatives.
3. Il est émouvant (v. commentaires ci-dessous).
4. Il ne raconte pas les souvenirs en détail ; il les évoque.
5. Le discours dépasse quand même les 5 minutes !
• C’est un ami qui parle, pas un admirateur : on sait donc
qu’il va parler avec son cœur rempli d’une émotion personnelle et profonde ; il raconte des souvenirs personnels. Il
parle de Maupassant comme d’un homme, pas comme d’un
héros ; il s’adresse à lui directement ; c’est finalement une
déclaration d’amitié.
B. Regroupez ensuite vos élèves par sept et invitez-les à se
répartir les 7 paragraphes du discours ; laissez-les préparer
leur oralisation du texte, comme s’ils étaient Zola au cimetière Monceau.
Faites déclamer les sept premiers élèves, puis faites-leur
exprimer les difficultés rencontrées ; demandez aussi l’avis
des autres élèves et aboutissez à l’élaboration de critères
d’évaluation non seulement du paraverbal (déjà travaillé
dans le cahier d’exercices, unité 4 page 53) mais aussi du
non verbal ou gestuel , important pour un discours.
À titre d’exemple :
paraverbal
hauteur
intensité ou volume
articulation
prononciation
débit
intonation
accentuation
pauses
débit
articulation
accent
…
non verbal
gestuelle
regard
posture/attitude
rapport au texte
…
Les autres groupes tâcheront de tenir compte des différents
points de cette grille.
■ APRÈS
Sachant que Zola et Maupassant appartiennent au mouvement réaliste, invitez vos élèves à approfondir leurs biographies. Qui était le plus âgé des deux ? Comment se fait-il
que ce soit Zola qui prononce un discours funèbre en hommage à son ami ? Lancez vos élèves dans une recherche de
plus.
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 91
Transcription
des enregistrements
Livre de l’élève
Cahier d’exercices
Unité 1 « PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
Activité 1 ■ Pistes 1-2. Emprunté au provençal . . . . . . . . . 92
Activité 2 ■ Pistes 3-5. L’histoire des mots… . . . . . . . . . . 92
Unité 1 « PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
Activité 5 ■ Piste 1. Qu’est-ce que l’intercompréhension . .
Activité 7 ■ Pistes 2-7. Sans décoder ! . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 10 ■ Piste 8. Allez, devine… . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 16 ■ Pistes 9-14. Une vérité pour deux mensonges
Unité 2 MARCHANDS DE RÊVES
Activité 2 ■ Pistes 6-15. Petit à petit… . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Activité 8 ■ Piste 16. Le naming, c’est in . . . . . . . . . . . . . . 94
Unité 3 C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
Activité 1 ■ Piste 17. On kiffe le hip-hop . . . . . . . . . . . . . .
Activité 5 ■ Piste 18. J’ai un problème . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 6 ■ Piste 19. Si je vous disais ce que je pense ! .
Activité 8 ■ Pistes 20-23. Des amours et des amis . . . . .
95
95
95
96
Unité 4 À VOS PLUMES !
Activité 1 ■ Pistes 24-25. Sagesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Activité 2 ■ Pistes 26-28. Elle a le cafard ! . . . . . . . . . . . . . 96
Activité 9 ■ Piste 29. Dans ma ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Unité 5 POINT À LA LIGNE
Activité 3 ■ Pistes 30-31. [ə] et [ø], [ε] ou [e] ? . . . . . . . .
Activité 4 ■ Piste 32. La recette du caroulet . . . . . . . . . . . .
Activité 6 ■ Piste 33. Savez-vous ponctuer ? . . . . . . . . . . .
Activité 8 ■ Piste 34. Accords en chaîne . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 9 ■ Pistes 35-36. Dictée ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
97
97
98
98
98
Unité 6 ROUGE PASSION
Activité 2 ■ Piste 37. Un professionnel de
la communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Activité 5 ■ Piste 38. On fait des photos souvenir ? . . . . . 98
Activité 8 ■ Pistes 39-41. Exposition des photos . . . . . . . . 99
Unité 7 MERCI DE VOTRE ATTENTION !
Activité 1 ■ Pistes 42-43. Une conférence . . . . . . . . . . . . . 100
Activité 5 ■ Piste 44. L’augmentation ou la réduction . . . 101
Unité 8 LES BONS PLANS
Activité 4 ■ Piste 45. Se faire une petite idée de … . . . . . 101
Activité 6 ■ Pistes 46-49. Les goûts et les couleurs ?
Mais si, ça se discute ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
Unité 9 SALUTATIONS DISTINGUÉES
Activité 3 ■ Pistes 50-53. Laissez votre message
après le bip sonore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Activité 6 ■ Pistes 54-55. Le test de l’épouse infidèle . . . 102
Activité 8 ■ Piste 56. Correl, le roi de la glace,
déménage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Unité 10 AU REVOIR !
Activité 1 ■ Piste 57. Merci . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Activité 3 ■ Pistes 58-60. Souvenirs, souvenirs . . . . . . . . 103
105
105
106
106
Unité 2 MARCHANDS DE RÊVES
Activité 8 ■ Piste 15. Pas glamour pour deux sous… . . . . 107
Activité 10 ■ Pistes 16-18. Coup de pub . . . . . . . . . . . . . . . . 108
Unité 3 C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
Activité 2 ■ Pistes 19-21. Vraiment sincères ? . . . . . . . . . .
Activité 7 ■ Pistes 22-24. Zapping radio . . . . . . . . . . . . . .
Activité 8 ■ Pistes 25-28. En famille . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 9 ■ Piste 29. « Ce qui qu’a le plus
d’anglicismes ? » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 10 ■ Piste 30. Pur arabica . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 11 ■ Pistes 31-36. Ce qui fait « l’accent » . . . . . . .
Activité 12 ■ Pistes 37-38. Savoir ou pouvoir ? . . . . . . . . . .
108
109
110
110
110
110
110
Unité 4 À VOS PLUMES !
Activité 5 ■ Piste 39. Virelangues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 8 ■ Piste 40. Y’a pas que la poésie qui rime ! . . .
Activité 10B ■ Piste 41. Lions, liez . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 19 ■ Piste 42. Quand l’art et la rue
se rencontrent… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Unité 5 POINT À LA LIGNE
Activité 2 ■ Piste 43. L’artiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 9 ■ Piste 44. Un et un font deux . . . . . . . . . . . . . .
Activité 12 ■ Piste 45. É-ER-EZ-ET-ES… . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 13 ■ Piste 46. Comment ça finit ? . . . . . . . . . . . . . .
Activité 18 ■ Piste 47. Le français, langue… . . . . . . . . . . . . .
111
111
111
111
112
112
112
112
112
Unité 6 ROUGE PASSION
Activité 2 ■ Piste 48. Le pouvoir suggestif des couleurs . 113
Activité 3 ■ Piste 49. Seriez-vous un bon
chromothérapeute ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Unité 7 MERCI DE VOTRE ATTENTION !
Activité 10 ■ Pistes 50-53. Accroches efficaces . . . . . . . . . . 114
Unité 8 LES BONS PLANS
Activité 3 ■ Piste 54. L’exception culturelle . . . . . . . . . . . 114
Unité 9 SALUTATIONS DISTINGUÉES
Activité 3 ■ Piste 55. Voisinage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Activité 7 ■ Piste 56. T’as pas 20 euros ? . . . . . . . . . . . . .
Activité 10 ■ Piste 57. Affaire d’empoisonnement . . . . . . . .
Activité 13 ■ Piste 58. Hier, ils ont dit… . . . . . . . . . . . . . . . .
115
115
116
116
Unité 10 AU REVOIR !
Activité 3 ■ Piste 59. Neg-otium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
Activité 9 ■ Piste 60. Ce qui ou ce que ? . . . . . . . . . . . . . . . 117
Tr a n s c r i p t i o n d e s e n r e g i s t r e m e n t s
91
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 92
TRANSCRIPTIONS
Livre de l’élève
❍
Unité 1
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
Unité 1. Activité 1 (Pistes 1-2)
1.
● Dis-moi, Séverine, je t’entendais tout à l’heure parler au
téléphone et… t’as dit bagnole… Qu’est-ce que ça veut
dire bagnole ?
❍ Alors, bagnole, attends que je t’explique : bagnole, ben si
tu veux, c’est une voiture… mais seulement une voiture…
Enfin, je veux dire par là que tous les engins à moteur, tu
vois, qui roulent, ce sont pas forcément des bagnoles…
Par exemple, pour que tu comprennes un peu mieux, tu
vois le bus eh ben on peut pas, on peut pas appeler un
bus une bagnole.
● D’accord…
❍ Alors sinon, t’as les petites bagnoles, comme la mienne,
et puis t’as les grosses bagnoles… Mais bon, attends, fais
attention aussi à ça, parce que tu ne peux pas dire
bagnole à tout le monde…
● Ah non ?
❍ Non, non, tu vois ?, parce que c’est plutôt familier… À ton
chef, par exemple, tu dirais plutôt voiture…
● Ah, d’accord…
●
❍
2.
●
❍
●
2.
●
❍
●
❍
●
❍
Et… et l’autre jour, dans un débat à la télé, y avait une
femme qui, qui traitait un type de goujat. J’ai bien compris que c’était pas un compliment, mais, mais qu'est-ce
que ça veut dire goujat ?
Alors attends, laisse-moi chercher, alors un goujat, ben
c’est un type, enfin c’est plutôt un homme quoi… je crois
pas qu’on puisse dire ça d’une femme… Attends… goujate ? goujate ? Non, jamais entendu… Alors, donc c’est
un homme, mais qui est vraiment pas... pas élégant du
tout, quoi … enfin c’est quelqu’un qui sait pas se comporter, surtout pas avec les femmes : il est grossier, il est mal
élevé, il parle mal… Bref, c’est un type infect…
Ah, d’accord. Et… c’est de l’argot, c’est un mot familier ?
Euh, non, non, c’est pas de l’argot, c’est pas un mot que
tout le monde utilise, si tu veux, mais... mais que tout le
monde comprend.
Ah, d’accord.
Unité 1. Activité 2 (Pistes 3-5)
1.
● Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue une fois de plus
dans notre émission, dans laquelle nous accueillons
aujourd’hui l’historien de la langue française Jacques
Duprez qui vient nous parler de l’origine de certains mots
qui font partie de notre quotidien. Monsieur Duprez, bonjour !
❍ Bonjour.
● Et bien, pour commencer, il y a un personnage célèbre
dont j’aimerais que vous nous parliez : il s’agit d’Eugène
René Poubelle qui est né en 1831.
92
Livre de l’élève
Oui, euh Monsieur Poubelle a été un grand préfet de la
Seine, c’est-à-dire de Paris, et c’est lui qui est à l’origine,
donc, de l’ordonnance qui a obligé les habitants des maisons à déposer leurs ordures uniquement dans des récipients solides en tôle, là, exactement de la taille de ceux
de maintenant, mais en tôle galvanisée et avec un couvercle. Alors, ça a été une révolution énorme jusque dans
les années 1880. Eh, y’a… y’a un peu plus de 100 ans, on
posait les ordures au bas de l’immeuble telles qu’elles
étaient et les rats bien entendu prospéraient…, enfin,
quand je dis les rats, les rats, les chiens, les mouches et
je vous en passe. Ça a donc été pour Paris le passage de
quelque chose qui avait déjà de... de l’écologie... Ça
tenait à l’écologie et à l’hygiène.
Et donc, si je comprends bien, c’est son nom qui est
devenu un mot de de la langue française.
Tout à fait, son patronyme, donc, est devenu un mot de la
langue standard.
●
❍
Et quelle est l’histoire du mot toubib ? Est-ce qu’il y a eu
un Monsieur Toubib ?
Ha ha, non, pas que je sache… En réalité toubib, qui est
une manière familière de désigner le médecin
aujourd’hui, vient de l’arabe.
Ah bon, de l’arabe !?
Oui, toubib vient de l’arabe maghrébin tbib qui signifie
« le médecin, le savant, le sage » et son introduction dans
la langue française est relativement récente.
Et… est-ce que cela est lié à la colonisation des pays de
l’Afrique du Nord ?
Tout à fait. C’est un mot qui est passé dans la langue française au milieu du xixe et dans dans le contexte, en fait,
de l’armée coloniale d’Algérie. Eh… les soldats arabes de
l’armée coloniale appelaient ainsi le médecin militaire. Et
ensuite, ben… ce mot s’est répandu dans l’usage familier
avec le sens actuel qu’il a de de « médecin ».
3.
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
C’est fascinant, hein ! Et est-ce qu’il y a d’autres mots de
notre langue qui viendraient aussi d’une langue très éloignée ?
Oui bien sûr, et puis des mots très très courants comme
par exemple le mot… le mot thé, hein, cette boisson
chaude si appréciée par nos amis anglais.
Ah ! Ah ! Et de quelle langue vient le mot thé ?
Et bien, c’est un mot qui vient très probablement des dialectes chinois du sud.
Ah, c’est un mot chinois ? C’est une surprise, hein ?!
Oui, oui, des dialectes chinois du sud ; c’est important de
le préciser car vous savez qu’il existe beaucoup, hein, de
langues chinoises.
Oui, oui, bien sûr…
Mais en réalité, ce mot… a vraiment été introduit en français via le néerlandais.
Via le néerlandais… comment ça, « via le néerlandais » ?
Quelle relation il y a entre les Hollandais et le thé ?
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
14:11
Página 93
Et bien, la relation, elle est tout simplement commerciale, puisque c’est la Dutch East Company qui donc au
début du xviie, si je me souviens bien, a commercialisé
cette boisson en Europe et ben... c’est ainsi que ce mot
s’est introduit dans notre langue.
Unité 2
MARCHANDS DE RÊVES
Unité 2. Activité 2, A et B (Pistes 6-15)
1.
● Allô, Jérôme ?
❍ Salut Michèle, ça va ma belle ? Je t’attends toujours pour
ce week-end ?!
● Ben, justement, je t’appelais pour te dire que…
❍ Me dis pas que tu peux pas !
● Eh bien, non ! Une fois de plus, ça ne va pas être possible… Mon patron m’a demandé d’assurer notre présence
à un salon à Bordeaux, et donc, je ne pourrai pas venir te
voir comme prévu.
❍ Oh, là, là, je suis super déçu !
● Ouais, je sais. Je suis désolée… En plus, c’est la troisième
fois que je dois annuler notre week-end presque à la dernière minute ! Tu ne m’en veux pas trop ?
❍ Écoute, qu’est-ce que tu veux que je te dise ? C’est pas de
ta faute… Et puis à toi, je te pardonne tout !
● Je te promets, on va trouver une autre date !
❍ Tu crois qu’on arrivera à se le faire, ce week-end tous les
deux ?
● Oh, tu sais…
B. il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.
2.
Dis-moi, Cécile, je t’ai payé ma part du cadeau de
mariage de Claudine ?
❒ Non, mais, c’est pas un problème, hein ? Je peux attendre.
■ Ah non, non… Hors de question, hein ! Je veux absolument te payer aujourd’hui.
❒ T’es sure ? Tu préfères pas attendre à la fin du mois ?
■ Ah, non, non, non, non. Tout de suite, c’est mieux. Euh...
je te dois combien ?
❒ Ben… le frigo a coûté 350 euros… On était cinq, donc ça
fait…
■ Ça fait 70 euros chacune ?
❒ Eh ben, oui, c’est ça, exactement ça.
■ Je peux te faire un chèque ? J’ai pas de liquide sur moi.
❒ Ben évidemment, mais y’a pas d’urgence… Tu peux me
payer plus tard, quand tu veux, hein, quand t’auras de
l’argent sur toi.
■ Ah, non, non, non, moi, je tiens à régler ma dette tout de
suite. Je suis de celles qui croient fermement que…
B. les bons comptes font les bons amis.
■
Oui, je l’ai vu, et alors ?
Non, mais t’as vu sa nouvelle cravate rouge avec des grenouilles jaunes ?
▼ Oui, oui, et puis quoi ?
▲ Ben écoute, il faut quand même avoir super mauvais goût
pour porter un truc pareil…
▼ Ouais, Ok… C’est un peu criard, mais après tout, chacun
ses goûts !
▲ Moi, j’appellerais ça plutôt un crime esthétique !
▼ Oh, écoute ! T’y vas un peu fort, quand même !
▲ Ouais, mais enfin ! Il pourrait faire un peu plus attention
à son look, quand même ! Il est ridicule, là !
▼ Mais qu’est-ce que ça peut bien te faire ? Si ça lui plaît,
après tout…
▲ Ouais, mais t’avoueras qu’il pourrait tout de même avoir
meilleur goût, non ?
▼ En tout cas, moi, ça ne me gêne pas ! Tu préférerais quoi ?
Que tout le monde s’habille pareil, peut-être ?
▼ Je dis pas ça… J’ai rien contre le fait que chacun s’exprime
à sa manière… mais bon y’a des limites !
▲ T’es vraiment trop intolérante, ma vieille ! Tu sais…
B. il faut de tout pour faire un monde.
▼
▲
4.
Tiens, Christian, c’est bien toi ?
Ah ! Jean-Paul, mais ça fait un bail, dis-moi !
◗ Ah ouais ! Au moins trois ans qu’on s’était pas vus ! Dismoi, t’as l’air en pleine forme, toi !
◆ J’ai pas à me plaindre… J’ai un boulot qui me plaît…
◗ Ouais, t’as réussi à entrer comme tu voulais dans cette
grosse boîte ? C’était quoi déjà ?
◆ Tu te rappelles de ça, toi ? C’était Souchez, une grande
agence de pub.
◗ Ah, ouais, Souchez, c’est ça. Et alors, tu bosses chez eux,
maintenant ?
◆ Non, malheureusement, ils ont changé d’avis à la dernière minute et finalement ils m’ont pas embauché.
◗ Ah ! T’as dû être trop déçu !
◆ Oui, au début, oui… Puis j’ai cherché ailleurs et j’ai trouvé
un poste dans une boîte de coaching professionnel.
◗ Ben, ça n’a rien à voir avec ce que tu voulais faire, ça !
◆ C’est vrai, mais maintenant, je m’y sens très très bien, tu
sais…
B. quand on n’a pas ce que l’on aime, il faut aimer ce
qu’on a.
◗
◆
5.
★
✰
★
✰
★
✰
3.
▲
★
Dis, t’as vu Jacques aujourd’hui !? Il est vraiment trop, ce
mec !
TRANSCRIPTIONS
❍
3/7/07
✰
★
Alors, j’en ai vraiment une bonne à te raconter !
Ah bon ? Vas-y, raconte !
Tu te rappelles de Hugues ? Mais si, mais si, tu sais... le
gars avec qui je sortais l’année dernière ?
Oui, celui qui a disparu d’un coup et qui t’a plus donné de
nouvelles ?
Voilà, tout à fait. Celui-là !
Et alors ?
Et ben, figure-toi qu’il m’a téléphoné ce midi !
Pour te dire ?
Pour s’excuser de... de son silence…
Livre de l’élève
93
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 94
Une bonne excuse, j’espère !
Alors apparemment, il a été appelé au Mali d’urgence,
comme volontaire.
✰ Quand même, il aurait pu te prévenir !
★ Ben, il m’a dit qu’il avait dû prendre sa décision du jour
au lendemain et qu’il n’avait pas su comment m’en parler.
✰ Ah ! Les hommes ! On ne les comprendra jamais !
★ Alors, ça t’as raison, hein ? Mais au moins, maintenant,
ben je sais ce qui s’est passé…
✰ Enfin, comme on dit,…
B. mieux vaut tard que jamais !
✰
●
★
Unité 2. Activité 8A (Piste 16)
Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue une fois de plus
dans notre espace « Entreprises », où nous allons nous
intéresser aujourd’hui à une nouvelle discipline du marketing que l’on appelle le naming. Et pour nous aider, j’ai
le plaisir de recevoir dans nos studios Monsieur Pierre
Langlois, directeur d’une agence de naming. Monsieur
Langlois, bonjour !
❍ Bonjour.
● Alors, la première chose que j’aimerais que vous nous
expliquiez, c’est en quoi consiste exactement le naming.
❍ Et bien, le mot naming, qui est bien sûr d’origine
anglaise, comme la plupart des disciplines du marketing,
se réfère tout simplement à la création de noms de marques, produits et services.
● Attendez… Mais c’est une activité qui a toujours existé !
J’imagine que toutes les entreprises ont eu un jour à pratiquer le naming pour baptiser leurs produits. Alors,
pourquoi en faire une activité spécifique ?
❍ Et bien, tout le monde sait que la création d’une marque
pour un nom de produit, un service, une entreprise ou un
événement, est un véritable challenge. Comme vous le
disiez, les entreprises l’ont toujours pratiqué, comme par
exemple les petits commerçants lorsqu’il s’agit de décider d’une enseigne à placer au-dessus de leur vitrine. Il
est donc devenu très difficile de trouver un nom original,
celui que tout le monde adopte immédiatement pour
identifier un produit…
● Votre travail rejoint donc celui des créatifs publicitaires ?
❍ C’est en effet une affaire de créativité qui fait partie intégrante du processus de communication des entreprises,
mais c’est aussi un travail qui demande une grande
rigueur : le nom parfait que j’évoquais à l’instant n’est
pas si évident à dénicher… Sans parler des questions juridiques, puisqu’il faut à chaque fois s’assurer que ce nom
n’est pas déjà attribué et qu’il obéit aux normes des différents pays où le produit sera commercialisé.
● Et comment trouvez-vous vos clients ?
❍ Et bien, ce sont les clients qui viennent vers nous pour
notre expertise et pour l’efficacité de notre travail. Il faut
dire qu’en général, chez certains de nos concurrents, la
durée de ce processus peut varier d’une semaine à plusieurs mois. Notre agence est plus rapide, grâce à une
équipe de consultants très réactifs. Nous travaillons de
plus avec un support informatique puissant et efficace.
❍
●
❍
●
94
Livre de l’élève
●
❍
●
❍
C’est donc le mélange des capacités humaines et de l’ordinateur qui constitue la base de votre travail ?
On peut résumer ça comme ça, oui. C’est en tout cas
notre option de travail et les résultats nous encouragent
à continuer dans cette voie.
Pouvez-vous nous donner plus de détails sur un processus complet de naming ?
Pour résumer, je dirais que nous travaillons en sept étapes : tout d’abord, il faut constituer un brief, c’est-à-dire
un document qui fixe les objectifs du nom à créer ;
ensuite, vient la phase exploratoire de création où nous
étudions différentes stratégies d’appellation pour voir ce
que cela donne en terme de noms ; dans une troisième
phase, nous nous réunissons pour débattre des premières propositions et identifier les orientations à approfondir ; il s’ensuit la phase de création ciblée, où la recherche doit évoluer vers une nouvelle base de noms possibles ; dans la cinquième étape, celle de la validation, les
noms candidats sont analysés pour anticiper des problèmes de tout genre (juridiques, linguistiques, phonétiques, esthétiques, etc.) et finalement, dans la réunion de
sélection, nous présentons au client cinq appellations
motivées et argumentées. Une fois le choix du client établi, il ne reste plus, en dernière étape, qu’à déposer la
marque dans toutes les zones et les classes juridiques
nécessaires. Comme je vous le disais, c’est un long travail
appliqué et méthodique.
En effet, oui. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y avait
autant de travail derrière le nom d’un produit… ça éveille
ma curiosité ! Mais quels sont, plus concrètement, vos
critères pour trouver le nom magique ?
Notre travail repose en fait sur plusieurs critères : tout
d’abord, nous effectuons une recherche sur Internet pour
savoir si l’appellation a déjà été utilisée et comment ;
ensuite, une étude sur le sens et la compréhension est
confiée à des experts en linguistique pour appréhender
le sens des appellations proposées dans différentes langues et les idées qui y sont associées ; vient ensuite une
recherche psychosociologique de manière à prévoir comment sera perçu, de manière consciente ou inconsciente,
le nom proposé ; et finalement, une étude sur l’écriture et
la prononciation pour anticiper de possibles difficultés à
l’international. Nous faisons finalement une grande synthèse de ces quatre critères de façon à identifier les
atouts et les faiblesses de chacun des noms proposés…
et donc choisir.
C’est en effet très complet. Pour terminer, Pierre
Langlois, diriez-vous que le naming est un métier d’avenir ?
Je n’en ai pas le moindre doute. À l’heure du zapping et
d’Internet, les entreprises ont de plus en plus de mal à se
singulariser pour se démarquer de leurs concurrents. Il
est donc logique de penser qu’ils feront de plus en plus
appel à de vrais experts pour ce genre d’activité. J’en
veux pour preuve le succès de notre entreprise : la liste
de nos clients ne cesse d’augmenter et de très grandes
marques y figurent…
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 95
❍
●
❍
●
Unité 3
❍
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
Unité 3. Activité 1 (Piste 17)
Et pourquoi ce nom D’or et Jin ?
❍ Très simple. C’est un jeu d’mots. Dans not’ groupe, y’a
des gens qui viennent des quatre coins du monde. On a
tous grandi dans la banlieue d’Paris mais nos parents, ils
sont d’ailleurs. Moi, chuis d’origine algérienne. Lili Style
et P’tit Mic, ils sont camerounais ; Julius, lui, il est de la
Guyane. Jonathan, c’est le seul qu’est né en France.
● Un groupe multi-ethnique, donc ?
❍ Ouais et multi-culturel aussi. C’est not’ richesse à nous,
notre identité.
● Vous donnez très peu d’interviews et on ne sait pas
grand-chose de vous cinq.
❍ Ouais, c’est vrai, on parle que dans nos chansons. Mais
faut écouter nos textes !
● Justement, est-ce que t’as lu l’article paru dans Le
Quotidien, ce matin ? Qu’est-ce que tu penses de ce qui
est dit à propos des thèmes de vos chansons ? Je cite : «
les textes pessimistes et destructifs qui caractérisent le
“ parler-chanter ” du rap ».
❍ Ben, celle qu’a écrit ça, elle a rien compris à la culture
hip-hop ! Je m’explique. Y’a deux choses à comprendre :
Un, not’ réalité qu’est pas géniale. On est des mômes de
banlieue. Y’a pas d’avenir pour nous dans la société.
C’est ce qu’on décrit dans nos chansons. Alors, ça peut
paraître pessimiste mais c’est not’ réalité. Deux, not’
message. On veut changer cette réalité. C’est pour ça
qu’on chante, qu’on danse, qu’on tague. On chante l’espoir, le r’fus d’la violence, le respect, quoi. Faut écouter
nos textes !
● Et vos références musicales ? Vous aimez quoi ? Vous
aimez qui ?
❍ Ça dépend. Moi, je kiffe la funk et la soul, mais Julius, lui,
notre DJ, mixe du jazz, de la world musique. Il kiffe les
Sixun et Henri Salvador. Tu vois, on est très hétéroclites.
● Humhum, je vois… Mais bon, votre groupe, c’est vraiment
une copie des groupes hip-hop américains, comme le
suggère l’article ?
❍ J’crois pas qu’on puisse dire ça. Encore une fois, l’auteur
de l’article s’est mal informée. C’est pas parce que le hiphop est né aux States y’a plus de trente ans qu’on est des
imitateurs. Non, nous, on est des artistes hip-hop, man.
On crée, on transforme, on invente en s’appuyant sur not’
vécu, not’ sensibilité, nos désirs. On est des hip-hoppeurs français du xxie. Pas des hip-hoppeurs new-yorkais
des années 70 !
● Mais bon, ça existe vraiment un hip-hop français ?
●
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
Bien sûr, y’a un hip-hop français bien vivant. D’ailleurs, la
France est considérée comme la deuxième nation hip-hop
après les States.
Alors, cite-moi des groupes français que tu aimes.
Ben y’en a plein. La liste est trop longue mais, par exemple, je kiffe Afrodiziac, Jango Jack, l’Algerino…
Et maintenant que votre spectacle au théâtre de
Suresnes se termine, c’est quoi vos projets ?
On part en tournée aux States. D’abord New York, Détroit,
la côte ouest. Tu vois, le hip-hop français s’exporte en
Amérique ! C’est marrant, hein ?
Ouais, c’est c’est trop fort ! (…) Bien, on arrive à la fin de
notre entretien, est-ce que tu veux ajouter un dernier
mot ?
Oui, si tu permets, j’ai encore une rectif’ à faire à propos
de ce qui est écrit dans l’article.
Et ben, vas-y. On t’écoute !
Ouais, ouais, c’est à propos de nos danseurs.
P’tit Mic et Lili Style ?
Ouais, ouais. P’tit Mic est bien un breakeur, mais Lili
Style, elle, elle fait plus du tetris pas du break !
Ben, qu’est-ce que c’est la différence ?
Et ben, le break, ça se danse au sol. P’tit Mic, il tourne sur
la tête, sur une main. Très acrobatique, quoi. Par contre,
le tetris c’est beaucoup plus stylisé. Ça se danse debout.
Les bras et les mains font des gestes qui rappellent des
peintures égyptiennes. Ça a rien à voir avec le break.
Chais pas si la meuf qu’a écrit ça, elle a bien vu not’ spectacle !
Ouais, mais... c’est une super promo cet article !
Ouais, ouais, chuis bien content mais tout le monde a
droit à l’erreur. Respect man !
TRANSCRIPTIONS
Monsieur Langlois, je vous remercie pour toutes ces
explications.
❍ Merci à vous de m’avoir invité.
● Radio RP, il est midi pile !
(Interview fictive, inspirée des informations trouvées sur
www.enekia.com)
●
Unité 3. Activité 5B (Piste 18)
Bonjour, j’ai 23 ans et je m’appelle Lucas.
J’ai un problème avec la fille avec qui je vis. On est
ensemble depuis presque un an et je suis fou amoureux
d’elle. Je pensais que cet été on partirait en vacances
ensemble et jusqu’à la semaine dernière, elle était d’accord pour aller 15 jours en Grèce. Mais maintenant, elle
parle de passer les vacances seule de son côté. Elle dit
qu’elle a besoin de liberté. Pour moi, c’est terrible car je
vis mal le fait qu’elle ne veuille pas être avec moi cet
été. Est-ce que je suis un romantique ringard ? Je ne sais
pas quoi faire, car j’ai peur de la perdre.
Unité 3. Activité 6A (Piste 19)
1.
● Chérie, c’est mon collègue Jean Dupont. Sa femme et lui
nous invitent chez eux pour voir le match.
❍ Comme c’est gentil ! [Qu’est-ce que je vais m’ennuyer !]
Livre de l’élève
95
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 96
2.
■
❒
Ah, ce qu’il est bon, ce vin ! Allez, encore un petit verre
s’iou plaît !
Bien, Monsieur. [Qu’est-ce qu’il boit !]
3. Quelle jolie robe ! Elle te va vraiment bien !
[Ce qu’elle est moche, sa robe !]
4. Ce n’est rien, ce n’est rien ! Ne vous en faites pas…
[Quel maladroit celui-là !]
5.
Ben alors, tu me fais pas la bise, ce matin ?
Ah ouais, excuse-moi !
[Ce qu’il peut m’agacer, ce type !]
▲
▼
Unité 4
À VOS PLUMES !
Unité 4. Activité 1A (Piste 24)
Le ciel est par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.
La cloche dans le ciel qu’on voit
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.
Extrait de Sagesse. Paul Verlaine
Unité 3. Activité 8B (Pistes 20-23)
1. Gilles : Je suis quelqu’un de plutôt timide, réservé. Je
doute beaucoup de moi et c’est pour ça que je m’entoure
d’amis. Je suis assez fragile sentimentalement et je me
réfugie dans mes livres, ma librairie.
Ce qui caractérise ma manière de parler dans le film ? Je
viens d’un milieu social petit-bourgeois et je parle d’une
manière plutôt standard, mais comme je suis de Paris,
j’en ai l’accent. C’est mon charme ! Je mange les syllabes : vous voulez une petite démonstration ? Chmapelle
Gilles, chuis timide, et chais pas quoi faire.
La cloche dans le ciel qu’on voit
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.
2. Linda : Ben, moi dans le film je suis canadienne comme
dans la vraie vie d’ailleurs ! Et donc, ben évidemment, j’ai
l’accent québécois. Je joue le rôle d’une femme indépendante, très cérébrale, qui gère sa carrière comme une
vraie femme d’affaires. Ma carrière, c’est ce qu’il y a de
plus important pour moi. Quand j’ai rencontré Gilles, ben,
je suis sortie avec lui pour le fun. Ah, c’est un très bel
homme, hein, mais il est pas mal timide, alors je me suis
amusée à le séduire ! Donc, au début, c’était juste une
distraction, mais je suis tombée vraiment en amour avec
lui, vraiment, profondément en amour.
Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là,
Vient de la ville.
3. Vincent : Ben, moi, j’joue le rôle du meilleur pote de
Gilles. Ah, on est vachement différents. Gilles, c’est un
mec plutôt réservé alors que moi j’ai peur de rien. Chuis
audacieux, plutôt dévergondé, même très excentrique
dans mon look et ma façon d’être. Enfin, chparle d’une
manière très populaire. Ça contraste avec Gilles. Moi,
j’emploie beaucoup de mots familiers, d’argot, j’ mange
toutes les syllabes…
Unité 4. Activité 2A (Pistes 26-28)
1.
● Eh Sophie ! Tu sais que je suis allé voir M. Barthélémie
vendredi ?
❍ Ah ! Bon ? Non, je savais pas… Et qu’est-ce tu lui as dit ?
● Ben, je lui ai dit que ça faisait longtemps que j’avais pas
été augmenté et que depuis janvier j’avais plus de travail
puisque Simon était parti… Alors voilà, je lui ai proposé
de réviser mon salaire…
❍ C’est pas vrai ! Y’a vraiment que toi pour faire un truc
pareil… Et il a accepté comme ça, sans discuter !
● Ouais, ouais, cinq minutes après, j’étais sorti de son
bureau avec la promesse qu’il allait jeter un coup d’œil
sur mon salaire.
❍ Ça alors, j’en reviens pas ! Barthélémie qui fait des
concessions… C’est bien la première fois que ça lui
arrive !
● Ben oui, peut-être… mais je peux te dire que je suis rudement content.
4. Laure : Alors, moi, je joue la B.C.B.G de la bande, hein. Je
suis un petit peu maniérée. Je viens d’une bonne famille ;
j’ai reçu une excellente éducation. Alors, je parle un français très raffiné. C’est à dire que, par exemple, je prononce toutes les syllabes, je ne parle pas argot, surtout
pas, et je fais toutes les négations complètes. Bref, je
parle comme un livre et j’en suis presque ridicule, parfois ! À part ça, je suis une romantique. Je crois en l’amour
et, bien sûr, je suis depuis toujours secrètement amoureuse de Gilles. Mais ça, il ne faut surtout pas le lui dire !
96
Unité 4. Activité 1B (Piste 25)
Le ciel est par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.
Livre de l’élève
Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?
Paul Verlaine, Sagesse, 1881
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 97
■
❒
■
❒
■
❒
■
❒
Alors Théo, tu lui as parlé ?
Ben non… pas encore…
Ah, non, mais c’est pas vrai, quoi… T’es trop bête, c’était
une super occasion… Mais, pourquoi tu lui as pas dit
quelque chose ?
Ben, je sais pas… Écoute, la dernière fois, elle m’a envoyé
balader…
Ah, tu veux que je te dise un truc ? T’es vraiment pas courageux, quoi… Enfin, mais tu vas où comme ça, quoi ?
Remets-toi, il faut lui parler, je sais pas, elle a peut-être
changé d’avis…
Ben ouais, mais qu’est-ce que tu veux ? Après ce qu’elle
m’a dit l’autre jour… C’est dingue… Elle a aucune raison
de me faire ça, je l’aime moi… pourquoi elle ne veut pas
de moi… hein ?
Allez, mais bon, c’est pas encore perdu… tu as encore des
possibilités. Tu prends rendez-vous avec elle et tu lui
expliques…
Ouais. T’as peut-être raison… mais je sais pas si je vais
pouvoir.
Dans les marronniers de la cour.
Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
Est là.
Jaques Charpentreau, L’école
Unité 5
POINT À LA LIGNE
Unité 5. Activité 3A (Piste 30)
[ə] [ø]
1.
▼
▲
▼
▲
▼
▲
▼
▲
▼
Oh là là, Manu, si tu savais ce qui m’arrive… !
Ben alors qu’est-ce qui y’a… tu as l’air toute retournée…
Ben, j’ose pas trop te le dire…
Ben, dis-moi !
Figure-toi que Paul est envoyé à Hong-Kong !
Hein ?! Et ben dis-donc, il en a de la chance, ton mari !
Oui, oui, je sais… surtout que… enfin toi…
Oui, moi ?
…tu méritais peut-être ce poste un peu plus que lui…
Et ben, j’te le fais pas dire ! Ça fait trois ans que je
demande à partir à Hong Kong, et en plus, je suis arrivé
dans la boîte avant lui, moi… Franchement, il y en a vraiment qui ont du bol !
Dans notre rue, il y a
Des autos, des gens qui s’affolent,
Un grand magasin, une école.
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.
Dans cette école, il y a
Des oiseaux chantant tout le jour
ceux
3.
eux
zed
5.
blé
creu
7.
très
8.
bled
9.
10.
rez
me
11.
mes
12.
elfe
Unité 5. Activité 3C (Piste 31)
Unité 4. Activité 9B (Piste 29)
Dans notre ville, il y a
Des tours, des maisons par milliers,
Du béton, des blocs, des quartiers,
Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.
Dans mon quartier, il y a
Des boulevards, des avenues,
Des places, des ronds-points, des rues,
Et puis il y a mon cœur, mon cœur qui bat
Tout bas.
2.
6.
[ε]
dé
4.
3.
▲
[e]
TRANSCRIPTIONS
2.
[ə] [ø]
[e]
[ε]
appelons
de
eux
feu
le
queue
ces
les
étude
chez
et
régler
crêpe
chèque
j’appelle
muet
règlement
terre
Unité 5. Activité 4 (Piste 32)
Moi, mon plat papéléré, c’est la ratatouille !
❍ Ah non, moi je tafère mieux le caroulet.
● J’ai jamais baffé de caroulet, c’est vraiment bon ?
❍ C’est délicieux et en plus c’est facile à trépaler.
● T’as déjà trépalé un caroulet ?
❍ Oui, c’est clapètement facile. Il faut 4 tomates, 2
oignons, de la platesse (1 kilo), 300 grammes de petits
pois, 100 grammes d’aclètetés et une boîte de petits
cadrets. Tu mets tous les ingrédients dans une grande
parpette, tu cèles bouillir pendant 10 minutes et voilà,
c’est prêt ! Y’a plus qu’à baffer !
●
Livre de l’élève
97
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 98
Unité 5. Activité 6 (Piste 33)
1. Il est parti en Chine.
2. Qu’est-ce qu’il mange !
3. Elle est venue ce matin !
4. Elle a aimé le film ?
5. Elle ne t’a encore rien dit ?
6. Jean dort encore.
7. Ils sont bien arrivés.
8. Les filles ne sont pas rentrées ?
9. Que veux-tu !
10. Il est lent !
Unité 5. Activité 8 (Piste 34)
1. Ces garçons vendent des journaux le samedi et le dimanche.
2. Mes sœurs venaient tous les lundis.
3. Elles passaient toutes leurs vacances chez leurs amies
anglaises.
4. Le professeur de mathématiques nous donnait toujours
trop de devoirs.
5. Le passager refusait d’embarquer parce qu’il disait avoir
vu un individu suspect enregistrer un bagage.
6. Elles connaissent très bien les petits sentiers forestiers
qui mènent au lac.
7. Ils avaient toujours peur de se baigner à cause des méduses.
Unité 5. Activité 9 (Pistes 35-36)
LES TEMPS CHANGENT
Le jour de mes quatorze ans, mon père m’a dit :
« Maintenant que tu es grande, tu dois gagner ta vie »
et je suis partie travailler à cent cinquante kilomètres de
chez moi.
L’éducation était très différente à l’époque : les adultes
étaient réellement sévères avec les enfants et ceux-ci
supportaient très jeunes des responsabilités d’adultes
sans en avoir les privilèges.
Les choses ont bien changé : j’ai lu récemment un article
paru dans le magazine Notre Époque où l’on explique
que les jeunes Français restent confortablement chez
leurs parents jusqu’à leur trentième/30e année tout en
gérant leur vie — argent, loisirs, amours — de manière
indépendante. L’évolution est frappante : les jeunes
d’aujourd’hui, contrairement aux générations précédentes, ont les privilèges des adultes sans en assumer les
responsabilités. Eh bien ! je ne suis pas sûre que cela
soit mieux !
Marie-Claire Pasteur
98
Livre de l’élève
Unité 6
ROUGE PASSION
Unité 6. Activité 2 (Piste 37)
Gilles Leblond, vous gérez une grande entreprise de
publicité et vous êtes, à ce titre, conseiller en communication auprès de nombreuses personnalités du monde
politique, je crois…
❍ C’est exact, oui…
● Alors, dites-nous, en quoi consiste votre métier.
❍ Et bien, les publicitaires sont des communicateurs à la
base et donc notre métier consiste à annoncer des produits, à vanter leurs qualités pour donner envie au
consommateur de les acheter.
● Et comment vous y prenez-vous ? Allez, révélez-nous
quelques secrets de votre profession.
❍ Mais volontiers, et vous verrez que c’est en fait assez
simple ! En fait, nous stimulons les cinq sens du consommateur.
● Les cinq sens ?
❍ Oui, oui, oui, absolument !
● Un exemple ?
❍ Et bien, est-ce que vous avez entendu parler du « marketing olfactif » ?
● Euh… non, et en quoi est-ce que cela consiste ?
❍ Eh bien, c’est un principe assez simple : en fait, vous attirez l’attention du client et son réflexe d’achat au moyen
des odeurs. C’est une technique qui actuellement est très
très à la mode.
● Vraiment ?
❍ Oui, par exemple, la plupart des marques de bière diffusent des odeurs de bière justement dans les magasins
grâce à des bornes olfactives, et bien sûr elles sont placées à des endroits stratégiques.
● Oui ? Et si vous détestez l’odeur de la bière ?
❍ Alors évidemment, ces bornes olfactives, comme je l’ai
dit, se trouvent dans le rayon des boissons alcoolisées, le
but étant donc d’inciter l’amateur de bières à en acheter.
● Euh… vous avez d’autres… d’autres exemples ?
❍ Oui, tout à fait, le marketing olfactif, par exemple, intéresse les fabricants de voitures. Il est possible de renforcer l’image d’un modèle haut de gamme avec des des
parfums de de cuir ou de bois, par exemple.
● Alors, le marketing olfactif, est-ce que ça marche ?
❍ Eh bien, c’est une technique de marketing qui est relativement récente, hein, qui est donc encore en phase d’essai, mais le temps et l’expérience, eh bien, nous diront si
elle est efficace…
●
Unité 6. Activité 5 (Piste 38)
Madeleine, assieds-toi sur la chaise et croise les jambes,
oui, la première chaise… oui comme ça, très bien, très
joli, très élégant ! Simon !
❍ Oui !
● Reste debout derrière Madeleine et pose tes deux mains
sur ses épaules.
❍ Comme ça ?
●
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
■
●
14:11
Página 99
Bien, parfait ! Jan, mets-toi à genoux devant Madeleine et
tends les bras vers elle. Oui, parfait ! Ne bouge plus.
Tom ! Tom ? Ha ! Où est Tom ?
Oui ! J’arrive !
Bon, Tom, appuie-toi contre le mur en face et croise les
jambes et les bras. Regarde en direction du groupe.
Unité 6. Activité 8A (Pistes 39-41)
1.
● Amandine Valmer, vous êtes la plus jeune photographe
de cette exposition. J’aimerais savoir : qu’est-ce qui vous
a amené à la photographie ?
❍ J’ai fait les Beaux-Arts à Toulouse et je suis arrivée à la
photo eh bien… tout simplement, après avoir gagné deux
concours proposés par le salon des arts graphiques.
● Vous auriez pu en rester là, non ? Et vous consacrer à la
peinture qui, je crois, est votre premier choix.
❍ Oui, c’est vrai, mais… voyons… par la suite, j’ai eu plusieurs commandes, dont celle d’une association écologique… pour laquelle j’ai fait cette photo d’ailleurs… et puis
voilà… je me suis lancée complètement dans la photo et…
en fait, tout ça s’est fait de façon assez naturelle…
● Cette photo de de cet homme dans une rivière est l’une
de vos premières réalisations. Dans dans quelles conditions l’avez-vous prise ?
❍ Je l’ai faite, il est vrai, dans des conditions assez difficiles. J’avais peu de matériel et comme je vous l’ai dit…
heu… c’était une commande pour une campagne. On voulait montrer que nous étions en train de détruire nos rivières… j’aurais pu… heu… faire quelque chose de plus
impactant… comme montrer des rivières souillées… Mais,
je voulais faire sentir aux gens le contact de l’eau sur la
peau… Il fait froid et l’homme qui se baigne est mon compagnon… il avait vraiment froid ; je n’ai pas triché ; il n’y
avait pas de photo montage ici, parce qu’on ne peut pas
tricher avec quelque chose d’aussi sérieux.
● Cette photo est donc un engagement aussi bien professionnel que personnel ?
❍ Absolument ! C’est un engagement sur les deux plans. Je
milite dans une association écologique, et avec cette
photo, je voulais parler de l’élément qu’est l’eau, de son
importance… D’ailleurs, vous voyez qu’il n’y a pas de
texte. La photo parle d’elle-même et j’espère qu’elle
interpellera tous les visiteurs de cette expo.
● Eh bien, je vous remercie pour toutes ces précisions et
j’espère que…
2.
Pascal Colrat est le vrai nom de l’auteur. Cet enregistrement
a été inspiré d’une interview qu’il a donnée (www.exporevue.com/ magazine/fr7interview_colrat.html).
●
■
●
Pascal Colrat, bonjour.
Bonjour.
Vous êtes plasticien, photographe et graphiste, vous
approchez donc l’image sous différents angles et travaillez avec des supports très variés. Qu’est-ce qui vous a
amené à l’affiche ?
■
●
■
●
■
●
Bien… j’y suis venu au départ tout simplement pour donner un support de diffusion à mon travail. L’affiche permet une plus grande ouverture et traite de sujets très très
variés dans des domaines très différents.
On a eu l’occasion de voir vos travaux sur les pays de l’Est
ou sur l’Inde et aujourd’hui vous exposez cette affiche
que vous avez créée en 2000 pour l’association Act-Up,
une association qui lutte contre le sida. Pourquoi avezvous accepté ce travail ?
Bien, tout d’abord parce que personne ne peut rester
insensible à cette terrible maladie. C’est donc au départ
l’homme que je suis qui a pris les devants et puis… heu…
nous sommes noyés dans un flux d’images. Alors, comment se définir, se se construire vis-à-vis de cette
masse… Je voulais utiliser mon talent pour autre chose
que pour faire des pochettes de CD ou autres… Pour moi,
un acte graphique, c’est c’est vraiment avant tout un acte
chargé de sens, un acte signifiant.
L’image que vous proposez est aussi claire que le titre :
« C’est aussi simple que cela ». Ne va-t-on pas vous
reprocher cette simplicité ?
C’est possible, oui… Mais, mais je ne le prends pas
comme un reproche. Pour répondre à une commande, il y
a toujours en amont un grand travail de réflexion qui est
indispensable. Alors, je voulais permettre une réflexion
vraiment sur notre quotidien, et ma photo devait accompagner un texte qui qui est extrêmement clair… donc mon
image devait l’être aussi.
Merci Pascal Colrat et… et à bientôt j’espère.
TRANSCRIPTIONS
●
3/7/07
3.
●
❒
●
❒
●
❒
●
❒
●
Monique Deschamps, qui qui est donc cette jeune femme
qui joue aux échecs ?
Ben, chais pas…
S’agit-il d’une image volée ?
Pas du tout, j’ai demandé à la jeune femme et au vieux
monsieur si je pouvais les prendre en photo, puis ils ont
dit oui. Cette photo, en fait, elle semble ben naturelle
mais bff, y’a rien de naturel là-dedans, parce que je leur
ai demandé la permission…
Euh… Madame Deschamps, on ne sait pas grand-chose
de vous. Vous êtes pourtant une photographe de longue
date ?
Oui, c’est vrai, je fais de la photo depuis plus de 20 ans.
Mais je suis en fait architecte de formation.
Ah, ah bon ? Et et comment l’architecte est-elle devenue
photographe ?
Ben, j’ai toujours eu une passion pour l’image. Quand
j’étais petite, c’est moi qui faisais les photos de famille,
tu sais… les mariages, les baptêmes, etc. J’étais le photographe officiel de la famille… Puis finalement… ben, pour
moi, y’a pas eu beaucoup de différences entre l’architecture puis la photo… tu sais, dans les deux cas, on
construit.
Revenons un peu à la photo que vous exposez
aujourd’hui. Que fait-elle ici parmi toutes ces photos que
l’on peut dire « engagées » ? La vôtre ressemble plutôt,
j’ sais pas moi, à une photo de vacances !
Livre de l’élève
99
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
❒
●
❒
●
3/7/07
14:11
Página 100
Ouais, c’est vrai. Mais il faut pas oublier qu’elle a été
prise dans le cadre d’une fête organisée pour les personnes âgées. L’idée des organisateurs était de rapprocher
les générations pour qu’elles transmettent mutuellement
leur savoir. Ma photo est celle d’un vieux monsieur qui
joue aux échecs avec une jeune femme. Le jeu rapproche
ces deux personnages qui sont pourtant séparés par le
temps.
Une dernière chose : pourquoi avez-vous choisi cet angle
de vue ?
Ben, j’aurais pu photographier le visage de la jeunesse et
le dos de la vieillesse. Mais j’ai préféré faire le contraire
pour souligner la beauté du visage du grand-père et
parce que la jeunesse, hein, n’a pas besoin d’être vue de
face… parce qu’elle rayonne même de dos !
Et bien, bonne chance Monique et j’espère…
Unité 7
MERCI DE VOTRE ATTENTION !
Unité 7. Activité 1A (Piste 42)
Mesdames et Messieurs, bonjour et merci de votre présence.
C’est au bout d’un territoire que nous connaissons tous
très bien que je voudrais vous emmener aujourd’hui. Un territoire qui appartient à chacun de nous, qui est unique,
mais qui a ses limites et auquel nous livrons une guerre
sans merci pour le modeler à notre façon, pour qu’il
réponde à nos exigences et à celles que notre société nous
impose.
Unité 7. Activité 1B (Piste 43)
Ce territoire, c’est notre « corps ». Un corps de plus en
plus gouverné par une dictature, celle de la perfection.
D’abord, nous ferons un bond en arrière dans notre préhistoire et je montrerai que le corps est depuis toujours
l’objet d’une vive attention. Ensuite, j’analyserai les critères
de beauté de la société occidentale d’aujourd’hui et nous
verrons que ces critères de beauté poussent les personnes
à mettre leur santé en danger. Puis, j’expliquerai qui sont en
fait les vrais bénéficiaires de cette dictature du corps et le
but de cet exposé est de démontrer que ces critères de
beauté sont en réalité entretenus par le consumérisme et
sont donc un produit de notre société capitaliste.
Paraître beau est une exigence de toute société humaine,
et ça depuis le néolithique, comme les fouilles préhistoriques l’ont révélé. Depuis cette époque ancestrale, l’être
humain est conscient de son corps et il a toujours cherché à
modifier son aspect à l’aide de bijoux, de peintures, de
tatouages afin de séduire, bien sûr, mais aussi pour afficher
son statut au sein d’un groupe ou encore effrayer l’ennemi
dans une bataille. Aujourd’hui comme hier, donc, nous attachons beaucoup d’importance à notre aspect physique.
Être beau, c’est important pour être accepté socialement.
Par exemple, chez les Karas d’Éthiopie, un membre de la
tribu qui ne prendrait pas soin de son aspect physique
pourrait en être chassé.
100
Livre de l’élève
Le concept de beauté change selon les cultures, mais
aussi au fil du temps, au sein d’une même culture. Ainsi, en
Europe, au début du xxe siècle, une « belle » femme avait
des rondeurs, une taille fine mais des hanches larges et une
poitrine généreuse comme l’attestent les photos de mode
des années 30.
Je ne vais donc pas remettre en question l’exigence de
beauté de l’humanité, mais je crois que les canons de
beauté de la société actuelle sont irréalistes et s’appuient
sur un mensonge : l’association faite entre la beauté et la
santé. Il faut aujourd’hui être mince, bronzé et musclé pour
paraître en bonne santé et être considéré « beau ». C’est ce
mensonge, savamment entretenu et subtilement divulgué
par un certain secteur de l’économie, que je veux dénoncer
dans mon exposé. Je pense que nous devrions traiter notre
corps avec douceur puisque c’est de lui que dépendent
notre santé et notre bien-être. Or, il n’en est rien, comme je
vais le démontrer à présent.
En premier lieu, l’exigence d’être mince provoque des
accidents de santé qui peuvent avoir des conséquences tragiques. Ouvrez un magazine quelconque à cette époque de
l’année et vous y trouverez des adresses d’instituts de
beauté qui vous garantissent de perdre votre surpoids en
quinze jours grâce à des pilules miracles et des crèmes
amincissantes. Et si cela ne marche pas, alors vous pourrez
toujours avoir recours à la chirurgie pour supprimer les
petits bourrelets inesthétiques. On observe que les résultats sont toujours garantis par des soi-disant professionnels de la santé. Pourtant, qui ne connaît pas le cas de Terry
Schiavo, cette jeune femme tombée dans le coma à cause
d’un régime amincissant ? Terry n’est pas un cas isolé et
l’obsession pour être mince entraîne bon nombre de jeunes
filles dans l’anorexie. Pour ressembler aux top-modèles,
ces jeunes filles refusent de s’alimenter. Certaines en meurent — ce sont les cas extrêmes —, mais toutes ont des
séquelles car cela affecte leur scolarité. Comment, en effet,
peut-on étudier et mémoriser si le cerveau ne reçoit pas la
quantité de sucre dont il a besoin pour fonctionner ?
En deuxième lieu, l’exigence d’être bronzé inflige un
stress important à notre corps et peut avoir de graves
conséquences à long terme. Être bronzé, c’est avoir bonne
mine et pour cela on s’expose excessivement au soleil au
risque de développer vingt ans plus tard un carcinome ou
un mélanome, c’est-à-dire un cancer de la peau. Dans tous
les cas, l’exposition au soleil provoque un vieillissement
prématuré de l’épiderme.
Enfin, l’exigence d’être musclé pousse de plus en plus de
gens à adopter des comportements à risque. Une étude
récente a montré que la fréquentation des salles de musculation avait considérablement augmenté ces dix dernières
années et qu’elles étaient de plus en plus fréquentées par
les femmes. Le body-building est à la mode chez les hommes comme chez les femmes. Une donnée très inquiétante
est le développement du marché des anabolisants, vous
savez, ces hormones synthétiques qui imitent la testostérone et par conséquent font saillir les muscles et permettent une performance physique ponctuelle, mais qui provoquent aussi de graves problèmes et des accidents de santé.
Eh bien, contrairement à ce que l’on croit, le dopage n’est
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
3/7/07
14:11
Página 101
Unité 7. Activité 5 (Piste 44)
1.
● Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous dire si le pétrole
va augmenter dans les prochains jours ?
♦ Eh bien c’est un fait, le pétrole va effectivement augmenter et, pour faire face à ce problème important, le gouvernement met déjà en place des mesures destinées à soulager les professions les plus affectées. Je pense notamment aux transporteurs, aux routiers…
2.
Monsieur le Ministre, beaucoup de jeunes sortent de
l’école sans savoir lire correctement. À votre avis, faut-il
abandonner la méthode globale ?
♦ Eh bien, les dernières études menées dans notre pays et
à l’étranger sont formelles : la méthode globale ne fonctionne pas et, par conséquent, nous pensons sérieusement l’abandonner au profit d’une autre méthode…
❍
3.
Monsieur le Ministre, votre gouvernement va-t-il réduire
les impôts comme vous l’aviez promis ?
♦ C’est un dossier sur lequel nous travaillons actuellement.
■
4.
Monsieur le Ministre, il a été dit dans les journaux que
plus de 15 millions d’euros ont disparu des caisses de
l’État pour subventionner une partie de votre campagne
électorale. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
♦ Écoutez, les tribunaux étudient actuellement cette
affaire. Nous attendrons donc que la justice se prononce.
❒
5.
▲
Monsieur le Ministre, est-il vrai que le Ministre de
l’Intérieur va démissionner ?
♦ C’est absolument faux ! Il s’agit là d’une rumeur sans
aucun fondement et j’ajouterai que Monsieur le Ministre
de l’intérieur a toute ma confiance.
6.
Monsieur le Ministre, le pouvoir d’achat des Français a
considérablement baissé depuis l’entrée en vigueur de
l’Euro. Que compte faire votre gouvernement ?
♦ Eh bien, mon gouvernement va mettre en place dès l’automne prochain une série de mesures en faveur des
familles les plus affectées par la baisse de leur pouvoir
d’achat.
▼
TRANSCRIPTIONS
plus une pratique réservée aux sportifs de haut niveau mais
se développe de plus en plus dans le grand public.
Alors, on peut se demander à qui profite réellement la dictature du corps. Même s’il est impossible de nommer un
coupable, il est évident qu’un marché considérable s’est
développé et consolidé pour répondre à la demande
anxieuse d’un corps mince, bronzé et musclé, supposé être
la preuve d’une bonne santé.
En conclusion, je dirais que la beauté est importante pour
être socialement accepté, mais les canons esthétiques de la
société occidentale soumettent les personnes à une dictature qui met leur santé en danger. J’affirme que cette dictature est habilement entretenue de façon à soutenir un marché extrêmement prospère. L’exigence et le désir d’être
mince, bronzé et musclé garantit des consommateurs prêts
à payer le prix fort pour atteindre cet idéal. C’est pourquoi
des associations de consommateurs se sont organisées de
façon à alerter l’opinion publique et ainsi faire prendre
conscience des manipulations dont nous sommes tous victimes. On peut espérer qu’à l’avenir, les personnes mieux
averties réagiront et ne se laisseront plus tromper par de
fausses promesses qui mettent leur vie en danger.
Unité 8
LES BONS PLANS
Unité 8. Activité 4 (Piste 45)
Et maintenant la parole est à Olivier qui nous présente
deux succès de la semaine.
❍ « Cher Dieu, je m’appelle Oscar, j’ai dix ans, j’ai foutu le
feu au chat, au chien, à la maison… » Voilà comment
débute la première des douze lettres écrites à Dieu
depuis son lit d’hôpital par Oscar, le héros du dernier
roman d’Eric-Emmanuel Schmitt. Douze lettres retrouvées par Mamie Rose, la « dame rose », qui vient rendre
quotidiennement visite aux enfants malades ; douze lettres qui évoquent douze jours de la vie d’Oscar, jours
cocasses et poétiques, pleins de personnages drôles et
émouvants, douze derniers jours de tendresse avec
Mamie Rose. L’ouvrage est publié chez Albin Michel et
rencontre un succès considérable.
À ne pas manquer non plus « Une peau si profonde ». Que
découvre-t-on dans cette exposition du musée de
Valenciennes, qui emprunte son titre à Paul Valéry « la
peau est ce qu’il y a de plus profond » ? Eh bien, tout un
parcours où la peau est de lin, de papier, de pierre ou de
caoutchouc ; un parcours mêlant l’ancien (Rubens,
Watteau) au moderne ou au contemporain (Man Ray,
Tapies, Louise Bourgeois) ; un parcours qui va de l’ensemble du corps aux infimes détails comme cette paupière immense signée Penone, ou ce visage filmé sous
une bulle de savon. Bref, la peau se fait paysage. Étonnant et peu banal.
●
Unité 8. Activité 9A (Pistes 46-49)
1.
● Ah moi, j’ai trouvé ce film merveilleux ! Je suis encore
sous le charme… ça se voit, non ?
❍ C’est le moins que se puisse dire, oui, mais pourquoi êtes
vous dans cet état d’euphorie ?
● Ben, parce que c’est une histoire qui prend aux tripes : on
est complètement envoûté ; en plus, c’est très émouvant,
c’est bouleversant… Et puis, les acteurs sont tellement
beaux ; ah, les personnages tellement mignons, naïfs,
tendres… Ah, il faudra absolument que je le revoie, quoi,
❍ Bien, ben, merci et… bonne nuit !
Livre de l’élève
101
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
●
❍
3/7/07
14:11
Página 102
Bon, ben… Bonne nuit… ! Ciao !
Ciao et faites de beaux rêves… !
3.
Allô Franckie, c’est Lemercier. Qu’est-ce que vous avez dit à
notre client russe ? Il a l’air furieux.
Et vous, Madame, est-ce que je peux vous demander ce
que vous pensez du film que vous venez de voir ?
Écoutez, je suis venue pour faire plaisir à ma fille et bof !
C’est franchement pas terrible !
Ah, vous êtes déçue ?
Ben, oui et non… Je reconnais qu’il y a de superbes images et que les moyens techniques sont impressionnants.
Mais l’histoire ne vaut pas un clou, hein ! C’est gangnan,
édulcoré, sucré à vous donner la nausée. Mais bon, sans
doute n’est-ce plus de mon âge !…
Bien, merci beaucoup, Madame !
4.
Bonjour, c’est Mme Leroux de la Société Gobelin. C’est à
propos de votre commande de parasols. Nous sommes vraiment désolés du retard, mais il y a une grève des transporteurs et nous n’allons pas vous pouvoir vous les livrer avant
quinze jours. J’espère que ce retard ne va pas vous poser
trop de problèmes. Au revoir.
2.
❍
■
❍
■
❍
3.
❍
❒
❍
❒
Et vous, Monsieur, puis-je vous demander votre avis sur
le film ?
Ah, il vaudrait peut-être mieux pas, mon cher ami, car
pour moi, ce film est un navet triomphal, qui, sans la pub
qu’on lui a faite, aurait disparu de l’écran tout de suite.
Mais, qu’est-ce qui vous à déplu au juste ?
Ça dégouline de bons sentiments, ça accumule les clichés… Une course au spectaculaire avec plein d’effets
spéciaux — réussis, je vous l’accorde —, mais ni histoire,
ni personnages, ni idées : du bluff. Enfin, bref, on vous en
met plein la vue et on joue sur la corde sensible… Tout
cela pour des millions ! Pitoyable ! Allez, bonne nuit.
Unité 9. Activité 6A (Piste 54)
Dans la maison A, une jeune femme. Elle est mariée à un
homme qui travaille beaucoup et elle se sent délaissée.
Un soir où son mari part encore en voyage, la jeune femme
rencontre un irrésistible séducteur qui habite en B, de l’autre côté de la rivière.
Le séducteur invite la jeune femme chez lui… La jeune
femme accepte et passe la nuit dans la maison B.
Le matin, elle se sauve, car son mari va rentrer. Hélas, le
pont est maintenant tenu par un fou qui tue tous ceux et
celles qui s’en approchent. La jeune femme fait demi-tour et
suit la rivière pour trouver un passeur. Elle le trouve, mais
celui-ci exige de l’argent et la jeune femme n’en a pas.
Elle court alors chez son amant, lui explique la situation et
lui demande de l’argent. L’amant refuse.
La dame se rappelle avoir un ami, un amoureux platonique,
qui habite en C. Elle lui explique tout : sa nuit, le fou, l’argent.
4.
▲
❍
C’est honteux ce que vient de dire cet homme ! Moi, je dis
à tous les jeunes de se précipiter et d’aller voir cette merveille ! Les acteurs sont exceptionnels ! Di Caprio est
beau à se damner ; c’est romantique, émouvant ; il y a un
suspens qui vous cloue au fauteuil ; et la musique… fabuleuse, la musique ! Les décors… géniaux ! Allez-y !! Il faut
y allez !
Eh bien, voilà en tout cas quelqu’un qui a l’air sous le
charme ! Ah, voici un jeune homme qui m’a l’air posé…
Monsieur !
Unité 9
SALUTATIONS DISTINGUÉES
Unité 9. Activité 3B (Pistes 50-53)
1.
Bonjour Madame Germain, M. Delors à l’appareil. Je n’ai
pas encore reçu le dossier APO. Envoyez-le-moi en express,
s’il vous plaît, car je dois le présenter après-demain.
2.
Bonjour, c’est Madame Lebœuf, c’est à propos des meubles
de jardin que je vous ai commandés. Est-ce qu’il serait possible de me les livrer jeudi 10 au lieu de vendredi 11 ? Bien,
merci, j’attends votre réponse.
102
Livre de l’élève
Unité 9. Activité 6B (Piste 55)
L’amoureux platonique refuse de l’aider : il est trop déçu
par la conduite frivole de son amie.
La dame essaie à nouveau de convaincre le passeur, mais
en vain. Alors, elle fonce sur le pont et le fou la tue.
Unité 9. Activité 8 (Piste 56)
Chers collaborateurs, chers collègues,
Je vous ai réunis aujourd’hui pour vous présenter un projet qui, une fois réalisé, signifiera une amélioration considérable de nos conditions de travail…
❍ Une augmentation de salaire ?
● Non, il ne s’agit pas d’une augmentation de salaire, mais
vous verrez que c’est tout aussi positif.
■ S’il vous plaît, s’il vous plaît, un peu de silence !
● Bien, comme vous le savez, nos activités se sont développées et diversifiées ces dernières années et ceci nous a
permis d’embaucher du personnel. Mais, et vous le
constatez chaque jour, notre espace de travail est de plus
en plus réduit du fait de cette augmentation d’activités.
Aussi, afin de permettre que cette croissance continue,
nous avons cherché de nouveaux espaces où transférer la
production et nous avons trouvé un site qui répond à nos
besoins à 50 kilomètres d’ici, à Fleury-les-Choux.
Dans l’immédiat, nous conservons le site actuel et seules
les activités de production seront transférées sur ce nouveau site. Les travaux ont déjà commencé et l’usine sera
●
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
●
■
●
14:11
Página 103
mise en service dans trois ans. Nous construisons une
usine moderne, totalement automatisée, qui permettra
de multiplier par quatre notre production de glaces.
J’aimerais maintenant vous donner un peu plus de détails
sur les installations : nous occuperons au total une surface de 20 000 m2 — c’est donc très grand ! —, sur lesquels seront répartis l’usine de fabrication, un hangar de
stockage, un restaurant d’entreprise et un parking de
200 places accessible à tout membre du personnel,
quelle que soit sa catégorie professionnelle.
200 places de parking sont prévues, donc, pour ceux qui
ont une voiture, il n’y aura aucune difficulté de stationnement. En plus, le site sera très bien desservi d’ici peu. En
effet, l’inauguration de la gare de Fleury-les-Choux est
prévue au début de l’année prochaine.
Et quand est-ce que l’usine va ouvrir ?
Comme je vous l’ai dit, les travaux ont déjà commencé et
l’usine sera mise en service dans trois ans exactement.
Vous avez bien dit que seules les activités de production
seront transférées à Fleury-les-Choux, non ?
Oui, je répète car c’est important : les autres
services (administratifs, commerciaux, distribution et
marketing ainsi que la direction) sont en principe maintenus sur le site actuel.
Bien, vous pourrez consulter une maquette du projet
dans l’annexe du bureau du chef du personnel, M.
Enjalbert. Ah, j’oubliais, nous avons prévu une visite du
nouveau site samedi prochain et je vous invite tous à y
participer. Bien, je passe la parole à M. Enjalbert qui va
vous donner à présent les détails de cette visite…
Unité 10
AU REVOIR !
Unité 10. Activité 1 (Piste 57)
Je pourrais aussi évoquer les heures perdues à faire la
queue devant la photocopieuse ou les week-ends consacrés à corriger des devoirs et le nombre de perles que j’ai
ainsi amassées… Mais non, je préfère évoquer quelques
merveilleux moments passés avec vous.
Vous vous rappelez le jour où Martine, le professeur de
philosophie, m’a fait croire qu’un de ses élèves, afin d’obtenir une bonne note, avait glissé dans sa poche une enveloppe contenant de l’argent ?
Mon indignation et la réunion d’urgence que j’ai exigée à
Madame Delloye avant de me rendre compte du petit sourire en coin de tous les collègues et de réaliser que nous
étions le 1r avril ?
Vous vous rappelez le jour où Bertrand, notre extraordinaire collègue de chimie, dont la réputation de distrait n’est
plus à faire depuis bien longtemps, est arrivé avec une
chaussure noire et l’autre marron ?
Le fou rire général dans la salle des professeurs pendant
que je faisais le tour de l’établissement pour lui trouver une
paire de rechange. Et le jour où Nicole, le professeur d’anglais, et moi avons, sans nous en rendre compte, échangé
nos cartables un vendredi soir ! Nous étions bien embêtées,
d’autant plus que nous habitions assez loin l’une de l’autre
et que tous les examens à corriger étaient à l’intérieur !
Combien avons-nous ri ! Combien d’autres anecdotes
comme celles-ci pourrais-je vous raconter ? Quand mes
enfants étaient petits, la première chose qu’ils me disaient
en me voyant rentrer était : « Alors Maman, raconte ce qui
s’est passé aujourd’hui dans ton école. »
Quels magnifiques moments ai-je vécus avec vous ! Pour
tous ces excellents souvenirs et tous ces fous rires, vous me
manquerez ! Mais je promets de nous voir assez souvent
pour les évoquer encore ensemble. Mon dernier mot sera
pour tous les enfants qui sont passés par ce lycée et qui ont
été le moteur de ma vie professionnelle.
Il n’y a pas de plus grande joie pour un professeur que de
les savoir jeunes adultes bien armés pour affronter la vie. À
eux et à vous tous, je veux dire un grand merci.
TRANSCRIPTIONS
❍
3/7/07
Mes chers amis,
C’est un grand honneur et une immense joie de vous voir
aujourd’hui tous réunis. Merci d’être là, merci à notre directrice, Madame Delloye, d’être venue ; j’en suis profondément touchée. Je suis émue en face de vous comme si
c’était mon premier jour de classe. Aussi vous demanderaije de me pardonner si je bafouille à cause de l’émotion.
Je vais vous quitter et ce sera pour moi extrêmement difficile de ne plus entendre les dizaines de bonjour que nous
échangions chaque matin. Je vous dois tellement d’excellents moments en trente-huit ans de carrière dans cette
école qui est pour moi comme une deuxième maison.
Bien sûr, je pourrais vous parler de mon trac systématique au moment d’entrer en classe, trac, soit dit en passant,
que je n’ai jamais réussi à contrôler malgré mes années
d’expérience ! Je pourrais vous évoquer tous les élèves que
j’ai eu la chance de rencontrer et ceux que j’ai eu la chance
de ne pas rencontrer.
Unité 10. Activité 3 (Pistes 58-60)
1.
● Dis, tu te souviens de ce jour-là ?
❍ Ah m’en parle pas, j’en ris encore…
● Dans le bus…
❍ Ah ouais, ah ouais, on revenait d’acheter de la peinture.
● Ah, oui, de la peinture bleue pour repeindre la chambre et
voilà-t-il pas que tu montes dans le bus et que tu te casses la figure !
❍ Ah, ouais, ah, ouais, et le pot de peinture par terre qui
s’ouvre et plaf…
● Arrête !
❍ De la peinture partout !
● La tête du chauffeur…
❍ Ah, et les passagers aussi pliés, mais pliés de rire…
● Ah, non, mais heureusement que personne n’a été taché
mais alors toi… mais alors toi, je te dis pas dans quel état
tu étais… complètement bleue… une vraie schtroumphette !
Livre de l’élève
103
TRANSCRIPTIONS
091-104_Rp3_Gp_transcrip_LdE
❍
●
❍
14:11
Página 104
Ah tu l’as dit… Ah, puis après tout le monde qui descend
et nous… oh, la honte, obligées d’aller jusqu’au terminus
pour nettoyer…
Oh la honte… la honte !
La honte !
3.
▲
▼
▲
▼
2.
■
❒
■
❒
■
❒
104
3/7/07
▲
Tu t’en souviens ?
Oui je m’en souviens… On était sur le boulevard avec
maman.
On rentrait de courses et toi tu voulais absolument des
bonbons et maman voulait pas et elle s’énervait « non,
non et non tu n’auras pas de bonbons maintenant, c’est
l’heure de manger ! »
Ouais, maman elle voulait jamais nous en acheter des
bonbons.
Je te vois encore prendre ta casquette… et te mettre à
crier aux passants : « Je suis un enfant pauvre et abandonné… donnez-moi de l’argent… ! ». Et tous les gens qui
te regardaient… et la tête de maman !
Oh là là, m’en parle pas ! Je crois qu’elle m’en veut
encore…
Livre de l’élève
▼
▲
▼
▲
▼
▲
▼
▲
Dis donc, tu te rappelles le coup de la glace…
Mmmm, non… le coup de la glace ?
Si, un jour, dans le parc à côté de la maison, le type qui
s’est assis sur ta glace.
Ah ouais je me souviens. Quelle rigolade !
Tu te rappelles, on était assis sur un banc en train de
manger une glace…
Et ce pauvre type qui était venu s’asseoir à côté de nous…
Et toi, qui fais tomber la boule de glace sur le banc juste
au moment où il s’assoit…
Et le type qui s’assoit dessus et qui s’en rend pas
compte !
Ouais, il s’assoit, il ouvre son journal tranquillement ; il
se met à lire…
On était bouche bée !
Ah, ouais, on osait rien dire ; on est parti l’air de rien !
Au chocolat, au chocolat, c’est ça ! La glace, elle était au
chocolat…
Ouais, ouais, au chocolat…
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 105
Cahier d’exercices
Unité 1
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
Unité 1. Activité 5 (Piste 1)
● Les beaux jours arrivent, et comme chaque année vous
commencez certainement à planifier vos vacances.
Guides touristiques, sites Internet et agences de voyages… tout est là pour vous aider à réussir votre voyage,
que vous soyez seul ou en famille. Tout, ou presque, car
selon une enquête menée par l’une des plus grandes
chaînes d’agences de voyage, il semblerait que les
Français éprouvent de la difficulté à comprendre et à se
faire comprendre quand ils voyagent à l’étranger. Nous
sommes pourtant nombreux en Europe à partager des
origines latines, mais il semblerait que nous ayons perdu
les codes qui autrefois nous permettaient de communiquer entre nous. Pour en savoir plus, nous recevons dans
nos studios le professeur Céfran, sociolinguiste spécialiste des langues romanes. Monsieur Céfran, bonjour !
❍ Bonjour.
● Alors, vous travaillez actuellement pour l’Union
Européenne, dans le cadre d’un programme de recherche
sur l’intercompréhension des langues latines. Alors, la
première chose que l’on a envie de vous demander, professeur Céfran, c’est de nous expliquer ce qu’est l’intercompréhension.
❍ Eh bien, l’intercompréhension est un principe de communication qui consiste à parler dans sa langue maternelle
avec un locuteur d’une autre langue, qui comprend le
message et répond à son tour dans sa propre langue.
● Oh, ça… ça me semble difficile. Comment deux personnes
de langues différentes pourraient-elles se comprendre ?
❍ C’est une question d’entraînement. Pour que cette intercompréhension soit possible, il faut tout d’abord prendre
les différents idiomes dans leur globalité. Les langues
latines, dont les racines sont très proches, peuvent permettre la communication de nombreux locuteurs dans
des langues d’une même famille telles que l’italien, l’espagnol, le portugais ou le français. C’est ce qu’on appelle
la « latinité », exactement comme on parle de « francophonie ».
● Vous pouvez me donner quelques exemples s’il vous
plaît ?
❍ Alors, les expériences d’intercompréhension sont plus
probantes à l’écrit qu’à l’oral, la langue orale variant
considérablement selon la voix de son locuteur, son
accent, et son débit, mais essayons quand même. Vous
parlez espagnol ?
● Pas du tout.
❍ Eh bien, laissez-moi vous prouver le contraire… Commençons d’abord par les gallicismes, c’est-à-dire les
mots directement empruntés au français par les autres
langues. Eh bien, dans le cas de l’espagnol par exemple,
nous allons trouver mesón, hotel, ou encore des expressions comme un « déjà vu », un « je ne sais quoi », ou
encore le fameux « ménage à trois ».
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
D’accord, d’accord, mais là, il ne s’agit pas d’intercompréhension, non ? Mais de reconnaître des mots français
dans l’accent d’un étranger.
Vous avez tout à fait raison, mais l’existence des gallicismes participe à l’intercompréhension. Cherchons d’autres exemples… Prenons les verbes espagnols au futur.
Si je vous dis iré…
J’irai !
Très bien ! et maintenant, vendré.
Je viendrai…
Parfait, et encore un autre seré.
Je serai.
Eh bien parfait ! Vous venez de prendre conscience de
votre première expérience d’intercompréhension.
Et quelles sont les applications de l’intercompréhension ?
Celles que chacun en fait… Les voyages, comme vous
avez dit en début d’émission, mais aussi les réunions de
travail des entreprises internationales ou pourquoi pas,
le zapping sur les chaînes du satellite… Je ne vois vraiment pas de limites à la pratique de l’intercompréhension. Pour nous linguistes, vous savez, elle permet même
d’accélérer les apprentissages en ne considérant plus les
apprenants comme des débutants complets mais comme
de faux débutants et ainsi accélérer le processus. On peut
encore comparer les structures linguistiques pour procéder par analogies dans les explications grammaticales…
TRANSCRIPTIONS
●
Unité 1. Activité 7 (Pistes 2-7)
1.
■ Alors, finalement, ce CDI, tu l’as eu ?
❒ Hélas ! Non. J’ai pourtant eu un long entretien avec la
direction du personnel, au cours duquel j’ai expliqué
combien il était important pour moi de justifier d’un
emploi stable pour obtenir un prêt immobilier… mais
sans succès. Ce n’est pas cette année que l’on me fera un
contrat fixe.
■ Dommage ! Et qu’est-ce que tu comptes faire ?
Ben, j’ai accepté de signer un nouveau CDD, pour un an
de plus, mais je ne te cache pas que je me considère à
nouveau en recherche d’emploi. Alors, si tu entends parler de quelque chose autour de toi… n’hésite pas à me le
dire s’il te plaît.
2.
●
❍
●
❍
J’suis vraiment désolée d’être en retard... hein, mais le
RER est encore tombé en panne.
Encore ? Mais c’est la troisième fois cette semaine !
Je sais, mais entre les travaux de la nouvelle gare, et la
connexion avec le métro, la fréquence des trains est de
plus en plus perturbée.
Voilà ce qui arrive quand on habite en banlieue, et que
l’on est tributaire des transports en commun !
3.
■
❒
Alors, on se voit ce soir ?
OK, ben… pas de problème. À plus… !
Cahier d’exercices
105
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
■
3/7/07
15:52
Página 106
D’accord ! À tout à l’heure !
4.
●
❍
●
Et dans votre boîte, vous êtes passés aux 35 heures ?
Une partie du personnel, oui. Les autres, on va se contenter des RTT. Remarque, c’est pas mal non plus…
Puisqu’on reste à 39 heures hebdomadaires, comme ça,
on accumule quatre heures sup’ par semaine… Sur l’année, ça fait plusieurs semaines de vacances en plus !
C’est vrai que c’est pas mal… Hein ! Ben… Finalement, je
me demande si je ne préfère pas les RTT aux 35 heures.
5.
■
❒
■
❒
■
❒
❍
●
❍
❍
●
❍
Unité 1. Activité 16 (Pistes 9-14)
1. Connaissez-vous l’étymologie du mot week-end ?
En fait, ce mot est d’apparition assez récente en Europe, et
pour une fois ce sont les Québécois qui l’ont exporté vers le
vieux continent, surtout grâce à nos chanteurs. Notre français est très imprégné d’anglicismes. On dit par exemple
« tomber en amour », fall in love, alors que les Français parlent de « tomber amoureux ». On a vite adopté « week-end »
pour son côté facile à prononcer, et sa rapidité par rapport
à « la fin de semaine ». C’est qu’on aime en parler nous aut’
souvent, du week-end…
Comment tu la trouves, toi, Patricia ? Elle est sympa,
non ?
Mouais, un peu trop BCBG pour moi… Écoute, elle est là,
avec ses petits tailleurs super chics.
T’as raison, et t’as vu sa voiture ? On n’peut plus classe !!!
Cela dit, c’est vrai que quand tu te donnes la peine de la
connaître, tu vois, c’est plutôt une nana sympa. Mais au
premier abord, qu’est-ce qu’elle peut faire snob !
2. Connaissez-vous l’étymologie du mot week-end ?
Il s’agit en réalité d’une coïncidence phonétique. Week-end
est une contraction d’un slogan publicitaire des années
soixante. La loterie nationale faisait alors la promotion d’un
nouveau jeu, appelé la « Quinte », qui consistait à choisir 5
numéros sur 40. Le tirage avait lieu le samedi soir, et ce slogan disait « Oui, quinte ! ». Le jeu de mots était facile avec
le week-end anglais, et le mot a très vite été adopté par l’ensemble des Français.
Unité 1. Activité 10 (Piste 8)
Tu sais ce que Raoul m’a offert pour mon anniversaire ?
❍ Euh chais pas… une bague ?
● Non pas du tout. Allez je te donne des pistes, on va voir si
tu trouves… c’est pas un truc dont on se sert tous les
jours, tu vois… voyons, voyons… Avant, par exemple,
c’était galère : je partais en rando, et je devais toujours
demander à quelqu’un du groupe qu’il me passe le sien.
Maintenant, c’est cool et le sac à dos est plus léger !
Alors, tu vois ce que c’est ?
❍ Ben non, pas du tout ! Tu parles, dans le genre description floue, c’est réussi !
● Bon, je t’aide un peu… alors, c’est un objet avec lequel tu
peux faire des choses différentes…
❍ Ah ouais, je vois… ben… avec ça, tu parles, ça m’aide
vachement !
● Non, mais attends, je précise… c’est un objet grâce
auquel je peux ouvrir une boîte sans me couper.
❍ Ah... Fastoche ! Un ouvre-boîte ?
● Mais non ! Je continue… c’est un objet qui est en métal ou
●
106
●
Tu sais ? Depuis que Béa a inscrit son fils chez les scouts,
il est encore plus adorable qu’avant… Toujours prêt à
aider.
C’est bien vrai ce que tu dis ! Faut dire qu’ils insistent tellement sur les B.A., là-bas… Un coup j’organise une fête
pour les petits vieux, un coup j’collecte des vêtements
pour les plus démunis…
Oh ! Écoute, l’autre jour, il est même descendu pour m’aider à monter mes courses à la maison, moi !
Ha ! Comme la petite vieille du troisième !
Eh ben, c’est exactement ce que je lui ai dit. Et tu sais ce
qu’il m’a répondu ?
Scout toujours ! Il faut toujours que je fasse ma B.A. quotidienne !!!
6.
●
❍
en bois, assez petit, et sur lequel tu peux mettre une étiquette avec ton prénom… Alors, j’vais quand même pas
de dire le nom ! Tu trouves pas ?
Ben, non, j’sais pas moi… ah ! une montre en or immersible et ouvre-boîte à la fois ?
Elle est bonne ! Je continue donc ?
Woooui !
Bon, là si tu trouves pas, t’es nase, alors fais un effort :
c’est un objet à l’aide duquel je peux couper le fromage,
le pain, et avec lequel je peux décapsuler une bouteille
de bière, que je peux mettre dans une poche et qui est
pliable.
Ah ouais, trop facile ! J’ai compris. Pas super romantique
comme cadeau mais utile, surtout pour toi qui passe tous
les week-ends en… en montagne ! Non ?
Cahier d’exercices
3. Connaissez-vous l’étymologie du mot week-end ?
Ce terme est entré dans la langue française au début du xxe
siècle. Il est directement lié à une habitude britannique que
l’on appelait la « semaine anglaise », qui consistait à prendre un congé hebdomadaire qui comprenait le samedi
après-midi et le dimanche. Même si le week-end est
aujourd’hui passé à deux jours complets, le terme weekend est à tout jamais ancré dans le langage des Français qui
sont incapables de dire « fin de semaine ».
4. À votre avis, quelle est l’origine du mot Café ?
Pour ce que j’en sais, ce mot est d’origine arabe. D’ailleurs,
avec l’immigration, il est repassé dans sa langue d’origine
puisque mes amis français parlent toujours d’aller « prendre un kahwa ». On dit d’ailleurs que les meilleurs cafés
sont les purs arabica !
5. À votre avis, quelle est l’origine du mot café ?
Voilà un mot qui ne peut faire que l’unanimité. Le café n’est
pas un mot italien, comme on pourrait le penser, mais un
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 107
6. À votre avis, quelle est l’origine du mot café ?
Une fois de plus, ce terme devenu international trouve son
origine dans la langue française. C’est même l’un des précurseurs du verlan puisque café vient en fait de « fait cas »,
par allusion au rituel de courtoisie à l’époque de Louis XIV,
qui consistait à recevoir ses amis autour d’un café pour leur
témoigner de notre amitié, leur « faire cas » en quelque
sorte.
●
❍
●
■
Unité 2
●
MARCHANDS DE RÊVES
Unité 2. Activité 8 (Piste 15)
● Mesdames et messieurs bonjour, et bienvenue, comme
tous les vendredis dans notre espace entreprise consacré
aujourd’hui à un secteur particulier du marketing, puisque nous recevons dans nos studios des cadres qui sont
souvent gênés lorsqu’il s’agit de parler de leur profession. Alors, nous allons commencer par Anne-Cécile
Dulac, responsable de la marque Ouatine. Madame
Dulac, bonjour !
❍ Bonjour.
● Alors pouvez-vous déjà préciser quelle est la principale
activité de votre société ?
❍ Eh bien voilà, notre société est spécialisée dans l’élaboration de produits adressés aux personnes qui souffrent
d’incontinence.
● J’imagine que ce ne doit pas toujours être facile de parler
de votre activité.
❍ Effectivement, dans un premier temps on ne sait pas trop
comment expliquer en quoi consiste notre travail, mais je
crois que les choses ont beaucoup évolué. Je sais que
c’est un sujet parfois délicat mais finalement l’incontinence concerne beaucoup plus de personnes qu’on ne le
pense et donc proposer des produits qui rendent plus
facile la vie des personnes qui en souffrent, est, à mon
avis, quelque chose de particulièrement positif pour la
société.
● On a d’ailleurs été étonnés de voir que vous aviez même
fait une pub à la télé ?
❍ Eh bien oui, l’idée m’est venue en réunion avec l’équipe
chargée de la communication. Notre produit étant utile à
la société, pourquoi doit-il être présent seulement dans
les pharmacies ? Et puis en parler, même si ce n’est qu’à
travers une publicité, cela permet de vulgariser un sujet
qui demeure encore tabou pour beaucoup d’entre nous.
● Et c’est un marché qui a de l’avenir à votre avis ?
❍ Vous savez, arrivées à certain âge, l’incontinence n’est
pas un phénomène isolé. Or, il y a quelques années, les
gens, à partir de la cinquantaine, restaient chez eux et
personne ne voulait se pencher sur la question.
Maintenant, être cinquantenaire, soixantenaire ou plus,
■
●
■
●
■
●
■
●
❒
●
❒
●
❒
c’est synonyme de sorties, de voyages, etc. Et il faut donner à ces personnes la possibilité de le faire sans se soucier de ces petits tracas de la vie… Donc pour répondre à
votre question, c’est clair, le marché est en pleine croissance.
Mais enfin vous-même vous préférez parler de « petits
tracas » ou de « faiblesses intimes » plutôt que d’incontinence ?
Certes, parce que, comme je vous le disais, il y a encore
des tabous par rapport à la question et la communication
passe mieux à travers des métaphores. Mais nous
n’avons pas à avoir honte de ce que nous faisons…
Eh bien merci Mme Dulac. Et je me tourne à présent vers
M. Christian Lenet. Monsieur Lenet, bonjour !
Bonjour !
Alors là encore, je dirais que c’est un sujet un peu particulier… Alors tout d’abord, laissez-moi vous présenter,
vous êtes publicitaire et vous êtes l’auteur de la première
publicité pour un laxatif.
Vous savez, et je crois que tous les professionnels de la
pub seront d’accord avec moi, peu importe le produit, ce
qui est important pour nous, c’est de savoir trouver la
manière d’atteindre un public cible qu’on a préalablement défini avec notre commanditaire.
Mais ce ne doit pas être facile de traiter certains sujets…
Vous avez mentionné la pub que j’ai faite d’un laxatif. Eh
bien justement, là est tout le défi… Savoir faire passer le
message même si le produit en question peut a priori
provoquer une certaine gêne.
D’où l’humour, j’imagine ?
D’où l’humour par exemple… Parce qu’il est plus facile de
faire passer certaines choses sur le ton de la comédie.
Imaginez un sujet délicat et en plus vous l’abordez de
façon solennelle. On fait de la pub, pas le journal de 20
heures !
En tout cas, vous avez su séduire vos collègues qui ont
décidé de vous décerner le prix au meilleur spot de l’année. Félicitations !
Merci bien.
Et maintenant, nous allons passer à notre dernier invité,
il s’appelle Didier Lejeune et occupe les fonctions de…
Directeur du marketing et des ventes des Pompes funèbres du Midi.
Alors Monsieur Lejeune, comment abordez-vous la question de votre métier dans vos dîners en ville ?
Le plus directement possible, en toute franchise. Alors, il
est vrai, qu’au début, j’avais du mal, car la mort reste,
surtout dans nos sociétés, un vrai sujet tabou. Et puis,
avec le temps, j’en ai eu assez de fuir les questions sur
ma profession, et j’ai donc décidé de l’annoncer, si je
peux m’exprimer ainsi, « froidement ».
Et comment réagissent les gens, en général ?
Eh bien, on pourrait résumer ça à deux types de réactions. Lors des dîners, par exemple, ou bien les gens
m’accablent de questions, fascinés par l’étrangeté de
mon métier, ou bien ça les refroidit carrément et ils ne
m’adressent plus un mot jusqu’à la fin de la soirée.
Cahier d’exercices
TRANSCRIPTIONS
mot que les Espagnols ont ramené de leur conquête de
l’Amérique du Sud, après avoir goûté à ce breuvage que les
tribus amazoniennes consommaient à longueur de journée.
107
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
●
❒
●
❒
●
3/7/07
15:52
Página 108
Alors, j’imagine qu’on vous accuse aussi de gagner votre
vie sur la douleur des autres ?
Parfois oui… mais en même temps, la mort est inéluctable et nous apportons un service impeccable qui, je vous
l’assure, soulage les familles dans des moments si difficiles. Je me sens très fier de mon travail. Cela tient certainement, au risque de me répéter, à la très grande qualité
de nos services qui fait que je ne me suis jamais senti
coupable de « profiter », comme certains m’ont dit parfois, du malheur des autres.
J’imagine, qu’on a dû vous donner pas mal de surnoms ?
Bien sûr, le « croque-mort », ça, c’est facile ! Et en plus
avec mon nom de famille, j’en ai entendu de toutes les
couleurs !… Je préfère prendre ça avec humour, mais lorsque les commentaires deviennent trop agressifs, les
prendre de très haut en leur parlant du niveau de vie que
m’a permis ma profession qui, soit dit en passant, ne
connaît pas de baisses de marchés.
Anne-Cécile Dulac, Christian Lenet et Didier Lejeune, je
vous remercie de vos témoignages. Radio Sud, il est
midi ! Bon appétit, s’il vous en reste…
Unité 2. Activité 10 (Pistes 16-18)
1.
Plonger dans les eaux bleues des Maldives… Découvrir la
nature sauvage en parcourant les pistes africaines…
Naviguer et découvrir les secrets des îles grecques… Les
agences Évasion vous emmènent au bout du monde. Rêvez,
et toutes vos envies d’évasion seront comblées.
Et en ce moment, votre agence Évasion de Toulouse offre
500 bons de remise de 50 euros aux premiers visiteurs.
Vous trouverez notre agence au 56, rue d’Alsace Lorraine à
Toulouse. Évasion voyages, le créateur de rêves !
conseiller, qui connaît parfaitement vos préoccupations.
Nos horaires sont flexibles, jusqu’à 18 h 45 le jeudi. Plus
de pertes de temps, ni d’argent.
Ouvrez un compte chez ProxyBank ! De vous à moi, ça
change la vie !
Unité 3
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
Unité 3. Activité 2 (Pistes 19-21)
1.
● Alors, comment tu la trouves ?
❍ Ouais, pas mal… peut-être un petit peu trop courte.
● Mais, elle m’arrive en bas du genou. J’ai pas de belles
jambes, c’est ça ?
❍ Mais, pas du tout ! Qu’est-ce tu vas-tu imaginer ? Je
trouve juste que puisque c’est une coupe ample et
qu’elle est plissée, elle serait un peu plus jolie plus longue, comme les robes provençales.
● Mais elle n’a rien à voir du tout avec une robe provençale ! Moi, je pensais la porter au travail !
❍ Ah oui ? Moi, je la voyais plutôt pour les week-ends à la
campagne, tu vois… Remarque, d’un autre côté, tu travailles toute seule dans ton bureau. J’ai pas cette chance,
moi !
● En gros, t’es en train de me dire que tu la trouves horrible.
❍ Non, j’ai pas dit ça non plus. Et puis, la couleur te va très
bien au teint. C’est juste que personnellement, je préfère
les modèles un tout petit peu plus serrés…
2.
●
2.
●
❍
●
❍
●
❍
■
❍
Ah !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Aïe, aïe, aïe ! La douche !
Cette douche commence vraiment à me taper sur le système !
Surprise ! Habille-toi ma chérie, et on va chez Brico
House. Je t’offre une cabine de douche hydro-massante à
8 jets, c’est pas merveilleux ?
Crésus, mais refais tes comptes, on a pas les moyens !
199 euros, ma Princesse, 199 euros chez Brico House. Et
le meuble de salle de bains avec lavabo à 299 euros.
C’est vraiment pas cher !
Brico House. Ça réveille les économies, et la paix des
ménages !
●
Oui, bonjour, je suis Monsieur Dupont. Je voudrais avoir
la position de mon compte ! Mon numéro de compte ?
XP568439. Non ! X, mademoiselle, X ! Passez-moi mon
conseiller ! Passez-moi mon conseiller ! Comment ça,
vous pouvez pas ?
Ça énerve, n’est-ce pas ? Chez ProxyBank, on préfère l’efficacité. Chez nous, vous parlez directement à votre
●
3.
●
❍
108
❍
●
❍
●
❍
●
Alors, comment tu la trouves ?
Beurk… Bon, c’est vraiment pas du tout ça.
Mais t’aimes pas quoi ? La coupe ? La couleur ?
Boufff… la couleur, tu sais … J’aime pas trop le vert, mais
bon, toi, t’en portes souvent… Non, c’est pas ça…
Ben alors, c’est quoi ?
Ben… c’est que ça te va comme un sac à patates. Écoute,
regarde-toi !
Ah oui, bon, c’est sûr, c’est pas très sexy, mais bon, je la
trouve sympa quand même ! Et puis, le style champêtre,
ça revient cette année.
Tu confonds rural et champêtre, ma chérie. Là, t’as vraiment l’air d’une campagnarde. Tu rajoutes un sac en peau
de vache comme accessoire et tu seras parfaite !
Bon, d’accord. J’ai compris…
3.
Cahier d’exercices
❍
●
❍
Alors, comment tu la trouves ?
Ouais… elle est pas mal, je… j’aime assez ! C’est assez
ton style.
Mais tu la trouves pas un tout petit peu courte ? Tu sais
moi… j’ai pas de très jolies jambes.
Mais arrête, qu’est-ce que tu dis là ? Elles sont très bien,
tes jambes.
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
❍
●
❍
●
❍
●
❍
15:52
Página 109
Oh, j’suis sûre qu’ tu dis ça pour me faire plaisir.
Mais pas du tout. Je le pense, je t’assure. En tout cas,
cette robe, elle te les met bien en valeur.
Et la couleur ? Tu ne trouves pas que ça me donne un petit
peu mauvaise mine ?
Mais bon, c’est vrai le vert a plutôt tendance à faire… blafard, mais tu seras toute bronzée quand tu la porteras en
vacances !
Ah ? Mais moi, je pensais la porter dès maintenant pour
aller au boulot.
Ah bon, tu crois ? Je ne suis pas tout à fait sûre que c’est
exactement le style de ta boîte hein.
Mais elle te plaît pas ou quoi ?
Mais si, si…
❍
●
■
●
■
●
Unité 3. Activité 7 (Pistes 22-24)
1.
Phénomène plus commercial qu’artistique, Ophélie Winter
est l’idole des jeunes. Un peu touche-à-tout (télé, ciné,
musique), c’est un personnage incontournable de la vie
publique hexagonale et ceci, en dépit d’une carrière très « à
l’américaine ».
Née le 20 février 1974 à Paris, Ophélie est la fille du chanteur David Alexander Winter qui connut son heure de gloire
dans les années 70 sous le titre sirupeux « Oh Lady Mary ».
Sa mère, Catherine Kleerekoper, est à l’époque mannequin.
Après le départ de son père pour les États-Unis lorsqu’elle
a trois ans, Ophélie et son frère Michael sont élevés par leur
mère. Ophélie grandit dans le monde du show-business.
Très jeune, elle découvre donc les méandres du milieu artistique.
À six ans, elle enregistre un 45 tours en duo « Bob et
Ophélie ». À douze ans, elle sort un premier 45 tours en
solo, « Poil de carotte ». Après quelques années de scolarité
au lycée Saint-James de Neuilly dans la banlieue parisienne
la plus chic, Ophélie quitte l’école pour se lancer à son tour,
dans la mannequinât. Parallèlement, elle fait un premier
pas dans la chanson en enregistrant trois CD simples sur le
label Carrère.
Un premier album est prévu en 1994, mais suite à sa rencontre avec l’artiste anciennement connu sous le nom de
Prince, Ophélie annule la sortie du disque et part pour
Minneapolis, aux États-Unis. Avec le musicien nordaméricain, elle enregistre quelques titres qui ne verront
jamais le jour. La même année, elle commence à travailler à
la télévision, sur M6, et se fait connaître en présentant
l’émission « Hit Machine », puis « Dance machine ». […]
En 1995, sort le simple Dieu m’a donné la foi qui se vend à
500 000 exemplaires. Entourée d’un service de promotion
solide, Ophélie devient alors une star internationale. On la
voit partout, dans la presse et sur les plateaux de télévision. Quelques mois plus tard, en mars 96, le simple est
suivi de l’album No Soucy…
2.
●
■
●
3.
●
❒
●
▲
■
●
▲
❒
●
▲
●
▲
❒
[…] Mais alors, elle est française ou hollandaise,
Ophélie ?
Ben, les deux, parce qu’elle a d’abord habité en
Hollande, et qu’après elle est arrivée en France quand
elle avait deux ans, quand ses parents ont divorcé quoi.
Et pour toi, elle est plus quoi ? Chanteuse, actrice, présentatrice ou mannequin ?
Mais elle a tout c’te meuf ! Elle est super belle et bourrée
de talent. Ah, j’kiffe à mort !
Ouais, mais elle est pas toujours sympa, moi, j’trouve.
Non, c’est vrai quoi… Ok, elle est super belle… tout ce que
vous avez dit avant, j’suis d’accord, mais elle est pas
sympa comme meuf !
Oh ! Ce gros nul… Pas sympa, Ophélie. Et quand elle a
joué dans la parodie de 2001 avec Leslie Nielsen, elle
était pas top cool dans ce film ?
J’te dis pas qu’elle est mauvaise actrice. Mais dans les
interviews et à la téloche, j’la kiffe pas du tout. J’ai l’droit,
non ? On est en démocratie, oui ou non, quoi ?
Oh là, qu’il est relou lui, quand on le chauffe. Ok, elle est
pas sympa, mais j’men fous. C’est bon comme ça ?
Oui, on se calme. On se calme… Allez, on va se détendre
un coup en écoutant Ophélie. « Dieu m’a donné la foi »,
souvenez-vous, c’était en 1995.
TRANSCRIPTIONS
●
3/7/07
Et alors, toi, Magali, comment tu es devenue fan
d’Ophélie Winter ?
Eh bien en fait, ça remonte à ma mère, puisque j’étais
toute petite déjà quand elle faisait sa gym sur la chanson
« Dieu m’a donné la foi ».
Ha ha, je vois. C’est héréditaire en quelque sorte. Et vous
l’avez déjà rencontrée ?
Oui, toutes les deux. Et puis moi, comme je suis présidente de son fan-club, enfin de mon… du fan-club de ma
région, ben j’ai pu la rencontrer dans sa loge quand elle
est venue en concert. Ah, et puis, bien sûr j’ai amené
Magali, hein ?
Oui, c’était vraiment trop sympa.
Et c’est vrai ce qu’on dit qu’elle est devenue plus froide
depuis qu’elle s’est séparée d’Mc Solaar ?
Ah mais non, mais non, pas du tout. Mais Ophélie, c’est
une fille super cool quoi. Mais ce qu’y a, c’est que y’a eu
une époque où la presse eh ben… l’a harcelée alors elle
est comme devenue plus sèche quoi. Mais en réalité elle
est super gentille ! Et puis elle nous écrit pour nos anniversaires…
Et ouais t’oublies que cette année, elle nous a même
envoyé un cadeau !
Eh bien, dites donc… Et alors, quels avantages propose le
fan-club ?
Eh bien d’abord, on reçoit régulièrement une newsletter.
Une lettre d’informations en français…
Oui, oui, excusez-moi. Une lettre, donc… et puis… et puis
on est les premiers à connaître les dates de concerts pour
acheter des places.
Et puis en plus y’a plein de photos, des extraits des
albums en MP3 qu’on peut écouter si on navigue sur sa
biographie ou sa discographie…
Cahier d’exercices
109
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 110
Unité 3. Activité 8 (Pistes 25-28)
1.
● Qu’est-ce qu’on achète à Marie ?
❍ Ben chais pas… un bouquin par exemple.
● Un bouquin ? Tu parles, elle lit jamais.
❍ Alors, un truc pour sa chambre.
[…]
● Et pour Thomas ?
❍ Ben si on lui achetait des fringues? J’avais pensé à un
pull-over, par exemple.
● Ah, c’est pas une mauvaise idée !
●
❍
●
❍
●
2.
■
❒
■
❒
■
Tu sais pas qui j’ai rencontré l’autre jour dans la rue ?
Notre prof d’histoire-géo, celui qu’on avait en 5e !
C’est pas vrai ! Ça fait un bail que je l’ai pas vu, lui.
Qu’est-ce qu’on était vaches avec lui !
Tu te souviens le jour où on avait mis de la colle sur sa
chaise ?
Tu parles si je m’en souviens ! Des vrais gosses qu’on
était, hein ?
Faut dire qu’on était encore des mômes à l’époque.
Unité 3. Activité 10 (Piste 30)
Qu’est-ce que tu fais à la pause ? Ça te dit qu’on descende prendre un petit khawa ?
❍ Ah, je dis pas non… Surtout que j’ai pas beaucoup dormi
cette nuit. Par contre, faudra faire fissa parce que j’ai un
rendez-vous avec un client à 11 h 30.
●
●
3.
●
❍
●
❍
Alors : cette bouffe hier soir chez les parents de ta
copine ?
Oh, arrête, j’ai vachement bien bouffé ! Le père de Fatiha,
il cuisine comme un chef, je t’assure.
Et vous êtes sortis avec eux après ?
On aurait bien aimé, mais on était tellement crevés qu’on
a préféré rentrer à la maison. On est allés tout de suite
pieuter.
❍
●
❍
●
❍
●
❍
4.
▲
▼
▲
Ah dis donc, si tu avais vu les pompes que se sont achetées Sandrine et Karine ! Je sais pas d’où elles sortent le
fric pour toujours avoir les derniers trucs à la mode.
Mais c’est qui Sandrine et… ?
…Karine ? Mais si tu les connais, c’est les frangines de
Thomas, tu sais bien… On avait passé une soirée ensemble, à l’anniversaire de Bob je crois que c’était.
Unité 3. Activité 9 (Piste 29)
Ben, on s’voit tantôt ou en fin d’semaine ?
❍ Cette fin de semaine ? Tu dis pas week-end, toi ?
● Est-ce qu’tu m’niaises, avec ton week-end. Tu m’prends
pour une anglophone ou quoi ? Pourquoi veux-tu dire ça
en anglais alors qu’on peut l’faire en français ? Ah, c’est
incroyable, vous qui critiquez toujours not’ manière de
parler, la quantité d’anglicismes que vous avez en
Europe.
❍ Oh, là là ! J’ai touché LE sujet tabou : le français du
Québec.
● Ben on voit ben qu’vous-aut’ avez pas à vous bat’ pour
vot’ langue, comme nous-aut’.
❍ Non, mais attends… j’peux pas t’laisser dire ça, quand
même. J’ suis allé au Québec… et puis on s’connaît pas
d’hier. Alors côté anglicismes, ça manque pas chez vous
non plus.
●
110
Cahier d’exercices
Moins qu’chez vous-aut, en tout cas, j’suis sûr(e) de ça !!
Ah tu crois ça, toi ? Et alors, quand vous dites, euh…
Comment… « j’ai eu ben du fun » ou euh… « check don’
voir si t’as rien oublié dans ta chambre », c’est français,
ça ?!?
Ben, en tout cas, nous-aut’, on fait pas d’« shopping »,
nous-aut’ on magasine ! Puis quand on y va, on met pas
not’ auto au « parking ». Franchement, « parking », c’est
frenchie au boutte, ça !
Hummmm… j’vois qu’j’ai encore perdu une occasion de
me taire, moi…
Anyway. C’qui est clair, c’est qu’ le français s’dégrade un
peu plus chaque jour et qu’il faudrait qu’on y fasse plus
attention si on veut pas finir par parler tous l’anglais…
●
Où tu préfères qu’on aille, au Café Richelieu ou Chez
Péponne ?
Comme tu veux. Le Richelieu, Chez Péponne, c’est kif-kif.
Le café est aussi bon chez l’un que chez l’autre.
Je te rajoute un peu de lait ?
Juste un chouïa. Voilà, merci.
Alors, comment ça se passe avec ta nouvelle chef ?
Ah, elle est super ! On a un super contact.
Tu vas essayer de redemander un poste de responsable.
Ben ouais. Parce que mon salaire actuel, même avec le
treizième mois, c’est pas bézef.
Ben, écoute. Je te le souhaite, en tout cas. On remonte ?
Unité 3. Activité 11 (Piste 31-36)
(1 canada, 2 suisse, 3 belge, 4 parisien, 5 midi de la France
6 neutre)
Étape incontournable des pèlerins du chemin de SaintJacques de Compostelle, située en plein cœur de celle qu’on
surnomme la ville rose, la basilique Saint-Sernin est l’un
des joyaux de l’histoire de l’art. Ne manquez pas de la visiter lors de votre prochain passage à Toulouse.
Unité 3. Activité 12 (Piste 37)
B.
● Interbanque, bonjour, Gilles Ravin à votre écoute. Que
puis-je faire pour vous ?
❍ Bonjour, Monsieur, Monsieur Vandener à l’appareil. Je
suis client de votre service depuis peu et j…
● Quel est votre numéro de client, monsieur ? Monsieur…
excusez-moi, mais pourriez-vous me répéter votre nom,
je vous prie ?
❍ Je suis monsieur Vandener, et mon numéro de compte,
c’est le zéro huit, septante-trois, quarante-huit, vingtsept, soixante-six.
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
15:52
Página 111
Alors, zéro huit, soixante-treize, quarante-huit, vingtsept, soixante-six… et la clé, je vous prie ? Ce sont les
deux chiffres qui suivent votre numéro de compte.
Heu… le nonante-trois.
Alors, quatre-vingt-treize… Voilà, j’ai votre fiche sous les
yeux. En quoi puis-je vous aider, Monsieur ?
Eh bien, j’essaie depuis hier d’effectuer depuis votre portail le paiement d’une facture de trente-sept euros septante-six, et je ne sais pas le faire.
Je vous explique ça tout de suite, Monsieur.
Je n’ai pas besoin que vous m’expliquiez comment faire,
puisque je vous dis que j’ai déjà essayé plusieurs fois.
Est-ce que vous sauriez le faire pour moi ?
L’intérêt de notre service, Monsieur, c’est que vous puissiez faire toutes les opérations vous-même et c’est pour ça
que je vous propose de vous expliquer pas à pas comment…
Mais arrêtez de me prendre pour un idiot, Monsieur…
puisque je vous dis que j’ai déjà suivi les instructions de
votre mode d’emploi plusieurs fois et que ça ne marche
pas ! Je ne sais pas faire ce paiement. C’est quand même
incroyable que vous ne sachiez pas aider vos clients
quand votre système ne marche pas !
Ne vous énervez pas, Monsieur. Vous allez voir que c’est
en fait très facile. Il vous suffit de…
Monsieur ?… Monsieur ?… Allô ?…
D. (Piste 38)
Septante, septante et un, septante-deux, septante-trois,
septante-quatre, septante-cinq, septante-six, septantesept, septante-huit, septante-neuf, nonante. Nonante et
un, nonante-deux, nonante-trois, nonante-quatre,
nonante-cinq, nonante-six, nonante-sept, nonante-huit,
nonante-neuf.
Unité 4
À VOS PLUMES !
Unité 4. Activité 5 (Piste 39)
1. Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?
2. Tintin est très content. Il boit du bon vin blanc dans une
guinguette.
3. Je vais chez ce cher Serge qui pèche la seiche au chalut.
4. De gros grêlons dégradent Grenade.
5. Chasseurs qui chassez, sachez chasser sans chien !
6. Zazie causait avec sa cousine en cousant.
7. Je veux et j’exige d’exquises excuses de ce juge.
8. Trente-trois tortues trottaient tristement sur trois toits
étroits.
9. Ton thé t’a-t-il ôté ta toux tenace ?
10. C’est combien ces six saucissons-ci ? C’est six sous ces
saucissons-ci.
11. Cette taxe fixe excessive est fixée exprès par le fisc.
12. Patrice a le pastis pas triste.
13. Les chaussettes de l’archiduchesse sont sèches et archisèches.
14. François froisse fébrilement une feuille de frêne.
15. Le scout mange son casse-croûte cru.
16. Si ce secret se sait d’ici ce soir, ce complot sera sans
succès.
Unité 4. Activité 8 (Piste 40)
1. étoiles ; 2. avoir ; 3. cimes ; 4. rêves ; 5. retrouvé ; 6. lit ;
7. aujourd’hui ; 8. abîme ; 9. orbite ; 10. lendemain ; 11. mal ;
12. demain ; 13. limites ; 14. gloire ; 15. partis ; 16. grimpé ;
17. soir ; 18. crève ; 19. nuit ; 20. vie.
Unité 4. Activité 10 (Piste 41)
1. certaines idées
2. Où est-elle ?
3. Vous êtes charmant.
4. je suis allé
5. tout entier
6. Les héros sont fatigués.
7. un homme
8. Vous êtes russes ?
9. les haricots verts
10. C’est idiot.
11. Pierre et Isabelle
12. les États-Unis
13. chers enfants
14. mes amis
15. une poire et une banane
TRANSCRIPTIONS
●
3/7/07
Unité 4. Activité 19 (Piste 42)
● Vous écoutez Radio RP ; il est 18 h 15, l’heure des « Idées
week-end » avec Églantine. Bonsoir, Églantine.
❍ Bonsoir Pierre.
● Alors, dites-moi où vous nous emmenez ce week-end.
❍ Eh bien ce week-end, on met le cap sur le sud puisque je
vous emmène au Festival des Arts de la Rue de Ramonville-Saint-Agne.
● C’est un nouveau festival ?
❍ Pas du tout, puisqu’il existe depuis 1988. C’est une initiative de la ville de Ramonville-Saint-Agne et de l’association ARTO qui ont voulu organiser un festival autour des
Arts de la Rue.
● Au programme de ce festival, du théâtre de rue, je suppose ?
❍ Entre autres, oui… mais pas uniquement. En fait, ce festival souhaite faciliter la rencontre des créations artistiques avec le public. Alors, quoi de mieux que la rue pour
toucher un maximum de personnes ? Et puis, c’est aussi
l’occasion d’ouvrir des lieux publics à l’art. C’est donc un
festival varié, où les artistes font de véritables échanges
avec le public, qui en prenant part aux spectacles enrichit
les œuvres. C’est, en quelque sorte, la rencontre entre la
création artistique et l’imaginaire urbain.
● Une thématique particulière pour cette édition ?
e
❍ Alors, oui, pour ce 19 festival, nous partirons à la redécouverte de notre patrimoine culturel européen, à travers
de grandes figures universelles comme Ulysse, Molière
ou Don Quichotte.
● On ne dira plus que les artistes de rue sont des gens sans
culture.
Cahier d’exercices
111
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
❍
●
❍
●
❍
3/7/07
15:52
Página 112
Je ne vous le fais pas dire, Pierre. Cette édition explorera
donc des répertoires d’œuvres célébrissimes dans leur
pays et sera l’occasion de porter un nouveau regard, et je
cite Didier Kimmoun, directeur artistique du festival,
« sur des écritures riches de leurs différences, mais partageant un même idéal fait de liberté, de paix et de respect […]. L’Europe […] de la création, du rêve, de la générosité, celle qui nous rassemble et permet d’échapper à
l’égoïsme et à la peur qui gangrènent notre société. »
Voilà un objectif fort louable et tout plein de sagesse.
Alors, rendez-vous à Ramonville-Saint-Agne, ce weekend ?
Eh bien à Ramonville mais aussi sur plusieurs communes
de l’agglomération du Sud-est toulousain où se décline
ce festival annuel depuis 2003. Et si vous me permettez
une dernière chose, Pierre, j’aimerais signaler aussi que
l’association ARTO soutient de nombreuses initiatives
dans le domaine du théâtre amateur, notamment le
contemporain, pour favoriser des passerelles avec le
monde professionnel, c’est donc important d’aller les
encourager ce week-end.
Merci Églantine pour ce bon plan et à la semaine prochaine.
Au revoir, Pierre.
Unité 5
POINT À LA LIGNE
Unité 5. Activité 2 (Piste 43)
Hier au soir, en sortant de scène, un monsieur me dit « Je
me félicite de votre succès ». Je lui dis « mais vous n’y êtes
pour rien » et puis à la réflexion je me suis dit… qu’il y était
tout de même pour quelque chose, alors j’ai rectifié. Je lui ai
dit : « Monsieur je vous félicite de mon succès ».
Unité 5. Activité 9 (Piste 44)
Trente et un, cent vingt-sept, deux cent quatre, soixante et
onze, cinq cent vingt et un, neuf cent huit, deux mille cinquante et un, quatre-vingt-onze, cinquante-trois, quatre
cent soixante et un.
Unité 5. Activité 12 (Piste 45)
1. aile
2. allez
3. bête
4. ces films
5. changé
6. charcutier
7. danger
8. des pommes
9. donné
112
10. elle
11. aime
12. est
13. et
14. été
15. aimer
16. juillet
17. laid
18. les chocolats
Cahier d’exercices
19. mère
20. mes enfants
21. parler
22. partez
23. serre
24. tes livres
25. travailler
26. laide
27. nez
Unité 5. Activité 13 (Piste 46)
1. Qu’est-ce qu’il est exigeant !
2. Les enfants parlent.
3. Le tabac coûte cher.
4. Les montagnards ne craignent pas le froid.
5. C’est choquant ce que tu racontes !
6. Il est négligent dans son travail.
7. Il y a de tout sous ce hangar.
8. Ils adorent se balader en forêt.
9. Le policier l’a surpris en flagrant délit.
10. C’est trop pour moi.
11. Les gens vivent comme des égoïstes.
12. La salle de bain est au fond.
13. Il est muet comme une carpe.
14. J’ai réduit mon budget.
15. Il n’a aucun remord.
16. Tu chantes.
17. C’est une magnifique soirée.
18. Après il réfléchira.
19. Change les draps.
20 Elle écrit.
Unité 5. Activité 18 (Piste 47)
Combien y a-t-il de francophones dans le monde et quel est
le rayonnement de la langue et de la culture françaises à
l’étranger ? Tout de suite, un point sur toutes ces questions…
Bien que le français soit la deuxième langue de communication internationale présente sur les cinq continents, il ne se
situe qu’à la neuvième place des langues parlées dans le
monde.
On compte aujourd’hui un peu plus de 131 millions de francophones à travers le monde, répartis essentiellement en
Europe, en Afrique subsaharienne, dans le Maghreb et en
Amérique du Nord.
Il convient par ailleurs d’y ajouter les quelque 110 millions
de personnes qui, dans le monde entier, apprennent ou ont
appris le français et continuent de le pratiquer. Il y a, enfin,
un peu plus de 80 millions d’élèves qui apprennent le français dans un cadre scolaire ou de formation continue, avec
l’aide de 900 000 professeurs. En effet, le français est, avec
l’anglais, la seule langue qui soit enseignée dans toutes les
régions du monde ; il est ainsi la langue étrangère la plus
largement apprise après l’anglais.
L’action des enseignants de français, dont beaucoup sont
regroupés au sein de la Fédération Internationale des
Professeurs de Français, est soutenue par le réseau très
dense des services culturels des Ambassades de France à
l’étranger avec des établissements culturels répartis dans
170 pays, qui proposent eux-mêmes de nombreux cours de
français. On assiste également au développement du français de spécialité dans des cadres professionnels comme
l’hôtellerie, le tourisme, ou encore les affaires…
Le français est langue officielle et de travail de la plupart
des organisations internationales, comme l’ONU, l’UNESCO
ou encore le Conseil de l’Europe. Il a été longtemps la lan-
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 113
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
Unité 6
❍
ROUGE PASSION
Unité 6. Activité 2 (Piste 48)
● Tiens, je vais te faire un test sur les couleurs. Alors, de
quelle couleur il est ce mur ?
❍ Ce mur ? Blanc.
● Et mes baskets ?
❍ Euh… blanches.
● Euh… la neige ?
❍ Blanche.
● Et ta robe de mariée ?
❍ Ben, blanche.
● La voiture de ton père ?
❍ Blanche !
● Et qu’est-ce qu’elle boit, la vache ?
❍ Ben, du lait !
● Perdu ! La vache, elle boit de l’eau ! Pas mal mon test
non !?
Unité 6. Activité 3 (Piste 49)
Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue une fois de plus
dans notre magazine Biosphère, consacré cette semaine
aux médecines douces et naturelles.
Après l’homéopathie et la phytothérapie, dont nous
avons longuement parlé hier, c’est aujourd’hui le tour de
●
●
❍
●
❍
la chromothérapie, car les couleurs, si vous l’ignoriez, ont
semble-t-il de grandes vertus curatives. Et comme il se
doit, nous recevons dans nos studios Claudette Morange,
chromothérapeute.
Oui, depuis trois ans déjà. Bonjour à tous.
Alors,… J’avoue que j’avais jamais encore entendu parler
de la chromothérapie. S’agit-il d’une nouvelle discipline ?
Pas du tout, cela fait des siècles, voire des millénaires
qu’on attribue des vertus thérapeutiques et des propriétés médicinales aux couleurs.
Et comment ça fonctionne ? On a tous une couleur préférée, par exemple. Ça a quelque chose à voir ?
Ça va bien plus loin que ça. En fait, le principe de base
veut que toutes les parties du corps répondent et réagissent aux vibrations lumineuses d’une couleur en particulier. Les couleurs sont donc considérées comme des
médicaments qui peuvent agir sur le corps humain là où
d’autres remèdes, chimiques par exemple, ont échoué.
Mais, les maladies sont pourtant bien physiques ?
Certes, pour la plupart, mais vous savez bien qu’on
découvre tous les jours de nouvelles maladies dont on
ignore la cause. Notre approche n’est pas biologique,
mais physique. Le corps est un champ magnétique naturellement équilibré, où chaque organe ou partie du corps
émet sa propre fréquence d’ondes dans un ensemble harmonique. L’apparition de la maladie correspond à un déséquilibre ou à une absence d’harmonie dans l’organisme.
Les vibrations d’un corps malade sont dissonantes et
incohérentes. Nos confrères homéopathes partagent
d’ailleurs les mêmes théories sur les vibrations du corps
humain.
Mais quel est le rapport avec les couleurs ?
Ah, ah, j’en appelle à vos souvenirs d’étudiant. Vous avez
certainement appris que les couleurs sont des ondes
lumineuses, et que chacune correspond à une fréquence
déterminée. Eh bien, qui dit ondes dit énergie ! Il suffit
donc, par le biais d’ondes de couleurs, d’insuffler à l’organe malade l’énergie qui lui fait défaut pour le soulager
des maux ou des problèmes dont il souffre.
Excusez-moi, mais je reste sceptique.
Et je vous comprends, car je l’étais moi aussi lorsque j’ai
découvert la chromothérapie. Mais il n’y a vraiment
aucune crainte à avoir, puisque vous ne risquez rien. On
ne va rien vous faire avaler, ni même vous toucher. Votre
seul risque, c’est d’avoir à admettre que ça marche, et
que vous êtes incapable d’expliquer pourquoi !
Pourquoi pas en effet, et alors, si on veut essayer, par où
faut-il commencer ?
Contrairement à de nombreuses autres techniques de
guérison, la chromothérapie ne demande pas de connaissances savantes… mais si vous décidez de l’expérimenter, il faut à tout prix que vous connaissiez bien les effets
et les fonctions de chacune des couleurs et surtout que
vous ayez appris à ressentir les vibrations qu’elles émettent. Et ça, c’est précisément ce que nous enseignons
dans nos stages, où nous proposons aux participants…
Cahier d’exercices
TRANSCRIPTIONS
gue de travail la plus utilisée dans les institutions de
l’Union européenne et s’y trouve aujourd’hui à égalité avec
l’anglais : un document sur deux est directement rédigé en
français. Le français est aussi la langue officielle de la plupart des grandes organisations non gouvernementales et
en particulier des Jeux olympiques.
Au-delà de ces chiffres, ce qui est important, c’est le message sur lequel peut s’appuyer la diffusion du français dans
le monde. En effet, face à la mondialisation économique et
à l’uniformisation culturelle et linguistique qui l’accompagne, seul un engagement résolu en faveur de la diversité
culturelle et linguistique offre une alternative crédible et
opérationnelle. De nombreux intellectuels, de nombreux
créateurs à travers le monde, dans d’autres pays européens
et sur d’autres continents, ne se sont pas trompés sur le
nouveau message d’universalité que porte la langue française, qui est celui de la diversité et du partage, et ont
adopté le français comme langue d’expression et de création. Ainsi, le français demeure langue de culture, langue de
liberté, langue d’expression de la démocratie.
La promotion et la diffusion du français dans le monde sont
en effet indissociables d’une action en faveur du plurilinguisme à mener aussi bien en France et dans l’Union
Européenne que dans les organismes internationaux et les
nouveaux réseaux de communication, tel l’Internet. Œuvrer
pour le plurilinguisme, c’est œuvrer pour le maintien de la
diversité linguistique et culturelle qui est l’une des richesses du patrimoine de l’humanité et aussi le garant de la
tolérance et du pluralisme dans le monde.
113
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 114
Unité 7
MERCI DE VOTRE ATTENTION !
Unité 7. Activité 10 (Pistes 50-53)
1.
« Un jour, un représentant du gouvernement est venu sur
notre île et il nous a donné un billet en nous disant de partager cet argent entre nous. Nous l’avons coupé en morceaux et chaque famille a reçu sa part… Nous ignorions ce
que l’argent était… Je ne veux pas que mes enfants soient
aussi ignorants que moi, c’est pourquoi je les ai envoyés à
l’école… » Ce sont les paroles de Teoreun, chamane
Mentawaï et ces mots résument le drame que vit son peuple actuellement. Les Mentawaï habitent l’île de Siberut, à
150 kilomètres au large de Sumatra, en Indonésie. Ils vivent
au cœur de la forêt en harmonie avec la nature, c’est pourquoi ils embellissent leur corps de feuilles et de fleurs…
Mais leur mode de vie est menacé car depuis l’indépendance de l’Indonésie en 1945, le pouvoir vise l’unité et la
modernisation de tout le pays. Des ambitions qui provoquent l’éradication méthodique des cultures traditionnelles
jugées arriérées. Ne manquez pas ce rendez-vous avec ceux
qu’on appelle les « hommes-fleurs ».
2.
Saviez-vous que les Québécois ne partent pas en week-end
mais pour la fin de semaine ? Qu’ils portent des camisoles
et non des T-shirts ? Et que tous les panneaux de signalisation sont en français ? Par exemple, pour l’international
stop, au Québec, on met arrêt.
Vous l’avez compris, les Québécois font attention à franciser au maximum et d’ailleurs, il y a une loi pour ça. On
invente des mots pour la nouvelle technologie, on ne dit
pas un mail mais un courriel ou du clavardage pour du chat.
De même, les titres de films et des séries télévisées sont
systématiquement traduits en français. Cependant, dans la
vie de tous les jours les Québécois utilisent aussi beaucoup
de mots anglais : on dit par exemple « Hé check ce bonhomme ! » pour dire « Regarde ce type », ou bien ils francisent des tournures anglaises comme, par exemple, quand
on dit « de rien », au Québec on dit « bienvenue », de l’anglais « you’re welcome »…
3.
« Qui vole un œuf, vole un bœuf ». C’est ainsi que nombre
de personnes justifient la lourdeur des peines infligées aux
mineurs délinquants. Dans le reportage de ce soir, nous
allons découvrir comment vivent ces enfants dans les quartiers qui leur sont réservés. Quels sont leurs rêves, leurs
peurs et quelles possibilités de réinsertion offre ce confinement et cet éloignement de leur famille parfois pour plusieurs années.
4.
On le craint depuis des temps immémoriaux et pour cette
raison, il occupe une place essentielle dans les contes traditionnels car il symbolise la ruse et la cruauté. Dans La
114
Cahier d’exercices
petite chèvre de monsieur Seguin, ses yeux obliques brillent dans l’obscurité juste avant de se jeter sur la jolie
petite chèvre pour la dévorer. Dans Les trois petits cochons,
Les sept chevreaux et Le petit chaperon rouge, il sort du
fond des bois pour tromper et dévorer ses proies innocentes. Mais cet animal, qui avait pratiquement disparu dans
les années 80, victime de la haine des hommes, repeuple
aujourd’hui les montagnes et les forêts d’Europe occidentale car il est maintenant protégé… Ce soir, dans Natura,
nous vous offrons un document exceptionnel sur le loup…
Unité 8
LES BONS PLANS
Unité 8. Activité 3 (Piste 54)
● Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue comme chaque
semaine dans « Tribune libre », votre espace de libre
expression sur Radio RP. Toutes vos questions concernant nos émissions sont les bienvenues ; vous pouvez
nous les laisser sur notre répondeur ou par courriel, nous
tenterons d’y répondre, comme toujours, du mieux possible… Et… comme de coutume, je ne suis pas seul dans les
studios où j’ai le plaisir de recevoir aujourd’hui Ludivine,
notre directrice des programmes qui va m’aider à répondre à la première question du jour laissée sur notre
répondeur et qu’on écoute tout de suite.
❍ Bonjour Pascal, et bonjour à tous les auditeurs de Radio
RP. Alors, j’m’appelle Sophie et j’ai 19 ans. Alors tout
d’abord, j’voudrais vous féliciter… hein… pour vos
débats sur la vie universitaire, ils sont vraiment géniaux
et je les manque jamais. Mais aujourd’hui, ma question
porte en fait sur votre programmation musicale. En fait,
voilà… je trouve qu’on entend un peu trop de chanteurs
français, quoi, et pas assez d’artistes internationaux. J’ai
rien contre, hein… mais bon, faut avouer quand même
qu’y a pas mal de bonne musique ailleurs aussi quoi… et
que ça changerait un peu si on leur faisait une petite
place. Bon, j’vous embrasse tous hein. Ciao !
● Bises à toi aussi Sophie. Alors, Ludivine, tout d’abord
bonjour — je ne t’avais pas encore saluée…
■ Bonjour Pascal.
● Alors, il me semble que tu es la personne la plus à même
de répondre à cette question de notre amie Sophie. Je te
cède donc la parole.
■ Merci Pascal. Alors, oui, c’est vrai, nous avons reçu plusieurs messages sur le même sujet, qui mérite explication. En fait, si Radio RP diffuse plus de musique française qu’américaine, bon, c’est d’abord un choix, bien
sûr…, pas uniquement le mien, mais celui de l’ensemble
des personnes qui travaillent à la programmation avec
qui nous nous réunissons chaque semaine. Mais il faut
savoir que nous avons aussi des obligations légales en
matière de programmation. Il existe une loi du Ministère
de la Culture, qui date de 1994, qui impose des quotas
minimums de programmation française sur les principaux médias : radio, télévision…
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
❍
●
15:52
Página 115
C’est ce qu’on appelle l’exception culturelle, n’est-ce pas ?
C’est en effet une des nombreuses mesures prises dans
le cadre de ce qu’on appelle l’exception culturelle française. Alors, le but, c’est évidemment de protéger la culture francophone des phénomènes de mondialisation en
lui assurant une plus grande diffusion sur les ondes.
Alors, on le sait tous : le marché de la langue anglaise
est, on peut dire, mondial, alors que la chanson francophone doit encore se développer pour que les producteurs nationaux puissent investir sur de nouveaux talents
dont la diffusion est moindre.
Et ces quotas sont importants ?
Eh bien, les textes imposent une programmation d’au
moins 40% de musique francophone sur les radios et
60% de musique européenne.
Tu as dit francophone, ça veut dire que des artistes
comme Céline Dion ou Corneille entreraient dans ces
quotas ?
Quand ils chantent en français, oui. Alors, ça ne veut
absolument pas dire que les radios, en tout cas je parle
pour la nôtre, ferment leurs portes aux cultures étrangères auxquelles il reste quand même 40%, mais nous
avons, c’est vrai, une préférence francophone. Et
puisqu’il est question de notre programmation, eh bien si
Sophie aime la musique internationale, je lui suggère,
par exemple, d’écouter tous les soirs notre « HitRP », qui
propose les 10 meilleures ventes du jour, toutes nationalités confondues. On peut écouter tous types de musique, de Madonna aux artistes européens, comme par
exemple l’espagnole Bébé qui fait un triomphe cette
année.
Et alors, tu nous disais tout à l’heure que les quotas de
programmation n’étaient pas la seule mesure des lois
d’exception culturelle.
C’est vrai ! Il y en a beaucoup d’autres, mais un peu plus
complexes dans leurs applications. Pour la télévision, par
exemple, il existe des quotas similaires à ceux de la
radio… mais on oblige en plus les différentes chaînes,
publiques ou privées, à investir dans la production ou la
coproduction de fictions françaises et européennes.
Grâce à ces mesures, d’ailleurs, on peut dire que le
cinéma français est aujourd’hui financé à près de 40%
par les chaînes de télévision.
D’autres exemples ?
Oh ! Eh bien, toujours dans le cadre des mesures d’aide à
la production nationale, sachez, par exemple, qu’une
partie du prix des billets de cinéma part directement
dans un fonds national d’aide à la création, et qu’il est
reversé ensuite sous forme de subventions.
On ne risque pas de nous accuser de protectionnisme ?
Je crois qu’on le fait assez souvent, notamment les multinationales discographiques… Mais, très sincèrement, je
pense que c’est un mal nécessaire et qu’il est important
de défendre notre culture, si on ne veut pas se faire
engloutir. Quand je traverse nos frontières et que j’écoute
la bande FM chez nos voisins, eh bien, je m’aperçois que
nos amis européens ne sont pas…
Unité 9
SALUTATIONS DISTINGUÉES
Unité 9. Activité 3 (Piste 55)
Dites-moi, Monsieur Gallo, hier soir vous avez fait du
bruit, hein… enfin, j’veux pas faire de scandale… mais
franchement…
❍ Excusez-moi, mais j’organisais une petite fête pour mon
anniversaire et…
● Oh, oui, oui, d’accord d’accord, d’accord… mais vous
aviez la musique et puis quelle musique… enfin bon… et
puis, elle était à fond jusqu’à bien tard.
❍ Minuit, pas plus parce que je…
● Oui, oui, oui, enfin bon, mais le bruit des gens qui montent et descendent sans arrêt et puis, avec tout ça, vous
avez laissé la porte ouverte hein… et votre chat est
encore venu me faire ses saletés sur le palier ! Vous comprenez que ça… hein… ça va pas hein ! c’est… c’est dégoûtant !
❍ J’suis désolé… Enfin excusez-moi… mais vous savez, les
gens rentraient, sortaient, et puis j’ai pas fait attention
que Virgule était sorti, enfin… Voilà…
● Oui, oui, ben oui, mais c’est pas tout hein… Y’avait du
monde, hein, sur votre balcon hein, et les mégots de cigarette que j’ai trouvé ce matin, en me levant… sur ma terrasse… ? Il a bien fallu que je nettoie, moi… ils sont pas
propres, vos copains, hein…
❍ Écoutez, je vous promets que ça se reproduira plus, mais
c’est que… enfin… comprenez… quoi, c’est…
● Oui, oui, je comprends, je comprends, hein… mais moi
j’en ai un peu marre d’un voisin comme vous, vous savez
quand madame Dutronc habitait où vous êtes… et ben
c’était pas comme ça, ah non alors… Ça… on avait jamais
d’ problème…
❍ Je comprends, m’enfin il faut quand même pas…
●
TRANSCRIPTIONS
❍
3/7/07
Unité 9. Activité 7 (Piste 56)
A.
M’man, t’as pas 20 euros, s'il te plaît ?
M’man, Julien il a appelé ?
M’man, il est où mon jean ? Tu l’as repassé ?
M’man, mais pourquoi tu me réponds pas ?
B.
Tu veux vraiment savoir pourquoi j’ne te réponds pas ? Eh
bien, voilà comment on demande les choses quand on a un
petit peu de savoir-vivre.
On ne dit pas : « Maman, t’as pas 20 euros ? ». Mais plutôt :
« Pourrais-tu me donner 20 euros, s'il te plaît ? ». Et :
« Maman, Julien a appelé ? ». On dit : « Sais-tu si Julien a
appelé ? ». Ou : « Maman, il est où mon jean ? tu l’as
repassé ? ». Non, on dit : « Sais-tu où est mon jeans et estce que tu as eu le temps de le repasser ? ». Voilà comment
il faut que tu me parles, si tu veux que je te réponde.
Cahier d’exercices
115
TRANSCRIPTIONS
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
3/7/07
15:52
Página 116
Unité 9. Activité 10 (Piste 57)
● Madame Germain, vous êtes bien la propriétaire du restaurant Comme chez soi ?
❍ Oui, depuis 15 ans.
● Monsieur Janson a déjeuné chez vous le mercredi 12,
n’est-ce pas ?
❍ Oui, c’est exact ; il avait l’habitude de déjeuner ici tous
les jours de la semaine ; son bureau est à deux pas d’ici.
● Et est-ce qu’il mangeait seul ?
❍ Généralement non. Il venait presque toujours accompagné de collaborateurs ou de clients.
● Mais ce mercredi était-il seul ?
❍ Justement non, il y avait trois autres personnes avec lui.
● Vous les connaissiez ?
❍ Absolument pas. Il y avait deux hommes plus ou moins
de son âge, la cinquantaine quoi… et une femme beaucoup plus jeune, la trentaine environ.
●
❍
Unité 9. Activité 13 (Piste 58)
1.
● Dis donc Jamel, tu sais que demain la réunion aura lieu à
15 heures et pas à 17 heures comme prévu ?
❍ Oui, oui je sais, j’en ai pris note et j’ai averti tout le
monde hier avant de sortir du bureau. Je me suis mis
d’accord avec Jeannine pour préparer l’ordre du jour cet
après-midi.
● Ah bon, très bien, c’est parfait. Tu es super organisé !
2.
■
●
●
Isabelle, tu sais si mardi prochain, le projet sera complètement terminé ?
Oui, je crois. J’ai entendu monsieur Lafond en parler ce
matin.
■
3.
●
❍
●
❍
En ce moment, j’ai un boulot fou.
M’en parle pas, moi c’est pareil surtout depuis avanthier, j’ai encore un rapport à terminer, je sais plus où donner de la tête, parce que, tu comprends, je veux tout finir
avant de partir en week-end.
Tu as de la chance parce que moi, après demain, je dois
partir à Berlin pour le salon annuel…
Ah oui, c’est vrai ! J’te souhaite bien du courage parce
que…
●
■
●
Unité 10
AU REVOIR !
Unité 10. Activité 3 (Piste 59)
Comment voyez-vous le travail ? Est-ce que le travail
compte beaucoup dans votre vie ou bien vous le voyez
comme une activité obligée ? Oui, Madame…
❍ Alors moi… je pense que… bon… On entend quand même
souvent dire que le travail est une valeur sociale, hein…
et, c’est vrai… parce que par exemple la société ne montre pas beaucoup de considération pour les personnes
qui se retrouvent au chômage ou qui sont sans emploi.
❒
●
116
Cahier d’exercices
●
❒
Hein, et puis aussi, j’sais pas moi… On voit certains hommes politiques démagogues (bon, là je vais nommer personne, hein…) qui pendant qu’ils sont en campagne électorale s’écrient : « La France au travail ! » Mais moi, franchement, moi je pense que le travail abrutit trop souvent
les gens. Le travail stresse et quand vous rentrez chez
vous, j’sais pas moi… vous avez du mal à supporter votre
conjoint… ou vos enfants…
Donc, vous considérez que le travail n’est pas une bonne
chose.
Bon, c’est pas tout à fait cela, hein enfin… Ce que je veux
dire, c’est que le travail tel…, tel qu’il est organisé dans
notre société c’est… un peu mauvais pour notre équilibre
mental. Parce que franchement, si vous calculez bien,
vous passez quand même vot’vie à travailler. Mon grandpère, par exemple, il a travaillé très dur toute sa vie. Il a
jamais pris de vacances et, quand il est arrivé à la
retraite, eh ben, il s’est senti soudainement inutile, et tellement inutile qu’il a commencé à déprimer. Ben oui,
j’sais pas moi, il avait jamais eu l’occasion de développer
un hobby, une passion… j’sais pas moi… d’avoir des loisirs… Et en fait, il savait pas quoi faire de son temps. Et…
tristement… eh ben… il est mort deux ans après son
départ en retraite. Eh bien moi je sais… que ce sont des
cas fréquents, et que ces gens qui ont passé toute leur
vie à travailler et ben ils savent pas faire autre chose
quoi ! Et moi, je trouve ça vraiment mais vraiment triste.
[…]
Mais, nous ne vivons-nous pas dans une société de loisirs, justement ?… Oui, ce monsieur-là, vous voulez prendre la parole ?
Oui, vous dites une société de loisirs ! Vous plaisantez !
C’est ce qu’on nous a fait croire dans les années 80-90 :
l’avènement d’une société de loisirs dans laquelle on travaillerait peu et on passerait notre temps à se distraire…
Mais la réalité, c’est que nous ne sommes pas dans une
société de loisirs, nous sommes dans une é-co-no-mie de
loisirs… Je veux dire que notre société est de plus en plus
basée sur la consommation de loisirs et pour pouvoir se
payer les super vacances aux Seychelles, l’abonnement
au club de tennis, la semaine à la neige, on bosse comme
des dingues presque onze mois sur douze !
Alors, vous, vous trouvez qu’on travaille trop ?
Oui, je crois que notre société est trop orientée vers le
travail.
Alors pour vous personnellement, qu’est-ce que le travail
représente ?
Eh bien… pour moi le travail c’est juste un moyen de
gagner ma vie. Chuis pas un fou du travail. Il paraît que ça
existe des gens qui adorent leur travail et ils s’ennuient
le week-end à la maison… des gens qui attendent le lundi
avec impatience. Moi, si je pouvais me le permettre, je ne
travaillerais pas, je vivrais comme un citoyen romain
libre. Ce serait une vraie société de loisirs !
Oui, la dame là-bas en rouge qui a levé la main… à la
table au fond là… vous voulez intervenir ?
Euh oui, eh bien je voulais dire que je suis peut-être ce
que Monsieur, là-bas appelle une folle du travail car
105-117_Rp3_Gp_transcrip_CE
❒
●
❒
●
❒
15:52
Página 117
j’aime mon travail. Travailler est pour moi un moyen de
me réaliser, d’être reconnue socialement, de me sentir
utile, productive et surtout, surtout, d’être indépendante.
Pour moi, le travail c’est la liberté !
Et vous travaillez beaucoup ?
Je travaille en moyenne dix heures par jour, ça ne me
dérange pas. Si c’est nécessaire, le week-end, je vais au
bureau pour finir un dossier urgent…
Et si ce n’est pas indiscret, on peut vous demander quelle
est votre profession ?
Je suis avocate, je travaille dans un bureau d’avocats spécialisé en droit des affaires.
Et est-ce que vous êtes ce qu’on appelle aux États-Unis
une workaddict ?
Une workaddict ou « une folle du travail » comme
Monsieur le disait tout à l’heure ! Eh bien, c’est ce que
mon petit ami me dit parfois… mais, je ne crois pas être
une « accro » ou une « folle » du travail car j’aime aussi
beaucoup partir en vacances, rencontrer mes amis le
week-end… Je n’ai pas encore d’enfants mais quand j’en
aurai, je sais que mes enfants seront bien plus importants que mon travail.
Unité 10. Activité 9 (Piste 60)
1. Je regrette ce qui s’est passé.
2. J’apprécie que tu me dises la vérité.
3. Je ne sais pas ce que veut dire ce mot.
4. Explique-nous ce que tu as fait.
5. Je trouve dommage que tu ne sois pas venu.
6. Tout ce qui est dans le livre est juste.
7. Tu verras qu’il fera beau demain.
8. Dis-moi ce qu’il faut faire.
9. J’aimerais savoir ce que tu en penses.
10. Tu regrettes qu’ils soient partis.
Cahier d’exercices
TRANSCRIPTIONS
●
3/7/07
117
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 118
Solutions
CAHIER D’EXERCICES
Unité 1
« PANTALON » VIENT DE L’ITALIEN
1. UN HOMME HUMAIN ?
A.
solaire, 14 (le soleil) ; lacrymal, 9 (la larme) ; hebdomadaire, 1 (la
semaine) ; domestique, 3 (la maison) ; buccal, 5 (la bouche) ;
matrimonial, 8 (le mariage) ; lunaire, 15 (la lune) ; lacté, 4 (le lait) ;
oculaire, 6 (l’œil) ; aquatique, 2 (l’eau) ; corporel, 13 (le corps) ;
vocal, 7 (la voix) ; manuel, 10 (la main) ; terrestre, 11 (la terre) ;
maritime, 12 (la mer) ; humain, 16 (l’homme).
B.
le système solaire
les voies lacrymales
une revue hebdomadaire
un animal domestique, une
tâche domestique
un soin, un spray buccal
le régime matrimonial
une éclipse lunaire
la voie lactée/un dessert lacté
le globe oculaire
un parc aquatique
une lotion corporelle
un message vocal
des travaux manuels
le globe terrestre
le musée maritime
l’être humain
2. HISTOIRE DE VACANCES
vacant adjectif : au féminin, vacante. Qui n’est pas occupé (un
logement ou un poste).
vacataire nom : désigne une personne qui occupe un poste durant
une période déterminée, généralement pour remplacer un titulaire.
3. MAIS QUE PEUVENT BIEN SEMER CES
VANDALES ?
A.
• emprunté : qui vient d’une autre langue… (sens figuré)
• un sens : signification (sens propre)
• un outil : un moyen (sens figuré)
• se lance : commence une nouvelle activité (sens figuré)
• candidate : postulante, prétendante (sens propre)
• fêter : célébrer (sens propre)
• semé : répandre (sens figuré)
• au terme : au bout, à la fin (sens propre)
• gisement : concentration d’un minéral, mine (sens propre)
• composé : fait de (sens propre)
B.
• Plus tard, ce terme a pris un sens très général / spécifique.
• Ce mot désigne un outil en métal (sens propre) / de communication (sens figuré).
• Le célèbre joueur de football se lance dans la politique (se risquer à, oser) (sens figuré).
• Mme Laroche sera candidate aux élections municipales / à l’investiture / aux législatives.
• Il y a avait une cinquantaine de jeunes venus fêter le nouvel an
/ la victoire de leur équipe / la fin des examens.
• Les vandales ont semé la terreur (sens figuré) / les forces de
polices (prendre de la distance) (sens figuré).
118
Cahier d’exercices
• Les premiers jeux ont eu lieu au terme d’une sélection draconienne / du programme / de longues négociations.
• Les scientifiques ont trouvé des gisements préhistoriques /
d’un composant encore inconnu / de pétrole.
• Il s’agit d’un minéral composé de dioxyde de silicium / 40 % de
matières organiques / carbone.
* De par la « s0lidarité lexicale », certains mots sont souvent associés et
forment des expressions figées. Ces associations limitent les possibilités
d’ajout de complément, dans la mesure où elles imposent le sens des
mots associés (sens propre ou figuré).
4. L’ACCENT CIRCONFLEXE : UN TRACEUR ÉTYMOLOGIQUE
A.
Définition : l’accent circonflexe vient « coiffer » les voyelles a, e, i,
o et u. Etymologiquement, il indique la disparition d’un s encore
présent dans d’autres langues latines ou d’autres mots dérivés
(noms, verbes, adjectifs, etc.).
La règle d’utilisation de l’accent circonflexe : voyelle + s disparu,
devant une consonne.
B.
• être : en espagnol estar
• vêtement : vestimentaire
• tempête : intempestif
• abîme : abismal
• côte : intercostale
• prêt : preste
• château : castel
• maître : mestre
• coûteux : en anglais to cost, en italien costare
• île : isle
• impôt : imposture
• le vôtre : en italien vostro, en catalan vostre
• enquête : en espagnol encuesta
• hôtel : hostellerie
• bête : bestial, bestiaire
5. QU’EST-CE QUE L’INTERCOMPRÉHENSION ?
C. Voici quelques exemples de transparence :
Charrette : char s’emploie au Canada, car (anglais), carro (en
espagnol d’Amérique latine, signifie aussi voiture)
Véhicule : vehículo (espagnol), vehicle (anglais)
Confortable : comfortable (anglais)
Armée : army (anglais), armata (italien), armada (espagnol)
Manières : maners (anglais), maneras (espagnol), Manieren (allemand)
Siècle : século (portugais), siglo (espagnol)
Ciseaux : scissors (anglais)
Extrémité : extremity (anglais), extremidad (espagnol),
Extremitäten (allemand)
Sculpter : esculpir (espagnol), sculpt (anglais), scolpire (italien)
Fer : ferro (portugais, italien, catalan)
Place : place (anglais), plaza (espagnol, portugais), piazza (italien), platz (allemand)
Unité 1
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 119
• Conditionnel présent : conseil, suggestion, reproche, incertitude
• Conditionnel passé : reproche, regret, incertitude
6. LE DICO
A. chef : 7 ; chemin : 5 ; boute-en-train : 6 ; dame : 2 ; hotte : 4 ;
dessous-de-plat : 1 ; trombone : 3.
10. ALLEZ, DEVINE…
A. un couteau suisse
B. 1. dont ; 2. avec lequel ; 3. grâce auquel ; 4. sur lequel ; 5. à
l’aide duquel ; 6. avec lequel ; 7. que ; 8. qui.
B. Ça ne te dirait pas… ; changerait… ; tu aurais pu… ; tu n’aurais
pas préféré… ; si je n’aurais pas mieux fait… ; tu ferais mieux…
B.
Fonction dans Remplace Féminin
la relative
ou
singulier
reprend
Féminin
pluriel
Masculin
singulier
Complément support
circonstanciel
de lieu
sur
laquelle
sur lesquelles
sur lequel sur lesquels
Complément femme
indirect /
verbe prépositionnel régi
par à
à laquelle auxquel- auquel
les
Complément
d’une locution
prépositionnelle
grâce à
laquelle
grâce
grâce
auxquel- auquel
les
grâce
auxquels
Complément agrafe
d’une locution
prépositionnelle/moyen
à l’aide
de
laquelle
à l’aide à l’aide
desquel- duquel
les
à l’aide
desquels
Complément ouvrage
d’une locution
prépositionnelle
à l’intérieur de
laquelle
à l’inté- à l’intérieur
rieur
desquel- duquel
les
à l’intérieur desquels
Complément voie
indirect / prépositionnel
par
laquelle
par lesquelles
dans
laquelle
dans lesquelles
celles
qui
celui qui
ceux qui
Représente un personne celle qui
antécédent
sujet animé
Complément
du nom
celle dont celles
dont
auxquels
celui dont ceux dont
Sujet du verbe personne
qui
Complément
d’objet direct
qu’
panier
Masculin
pluriel
7. SANS DÉCODER !
1. CDD, CDI : contrat a durée déterminée / indéterminée
2. RER : réseau express régional, trains de la banlieue parisienne
3. OK : all correct, en anglais ; affirmation, confirmation
4. À + : à plus tard, à tout à l’heure
5. RTT : réduction du temps de travail
6. B.A. : bonne action, terme utilisé par les boyscouts
7. BCBG : bon chic bon genre, snob
9. AUTRES USAGES DU CONDITIONNEL
A. 1. incertitude ; 2. suggestion ; 3. conseil, reproche ; 4. incertitude ; 5. reproche ; 6. suggestion ; 7. incertitude ; 8. conseil ; 9.
regret ; 10. reproche ; 11. regret
Unité 1
11. PRONOMS RELATIFS SIMPLES
(Réponses possibles)
• Les mots que je préfère sont papillon, bandit et cependant.
• Les langues qui me séduisent sont le russe et le japonais.
• Les gens que je trouve plus intéressants sont les artistes.
• Les pays où on parle le plus sont ceux où on écrit le moins.
• Les accents qui me semblent plus difficiles sont les accents
régionaux.
SOLUTIONS
Actuel : actual (anglais, espagnol), attuale (italien), atual (portugais)
Emploi : employment (anglais), empleo (espagnol), emprego (portugais), impiego (italien)
Apparaître : appear (anglais), aparecer (espagnol), apparire (italien)
12. DÉFINITIONS
A. (Réponses possibles)
• Les grèves sont des interruptions de travail que les employés
d’une entreprise entreprennent pour protester.
• Une voiture est un moyen de transport dont on se sert pour se
déplacer rapidement.
• Des ciseaux sont des outils qui permettent de couper et de
découper différentes matières comme le papier ou le tissu.
• Un bistrot est un établissement où l’on peut boire un café, manger un morceau.
• Une base lunaire est une construction que les Hommes ont
construit sur la lune.
• Une fourchette est un couvert dont on se sert pour prendre les
aliments et les porter à sa bouche.
B. (Réponses possibles)
• Les grèves sont des interruptions de travail au moyen desquelles les employés d’une entreprise protestent.
• Une voiture est un moyen de transport grâce auquel on peut se
déplacer rapidement.
• Des ciseaux sont des outils à l’aide desquels on peut couper et
découper différentes matières comme le papier ou le tissu.
• Un bistrot est un établissement dans lequel on peut boire un
café, manger un morceau.
• Une base lunaire est une construction sur la lune sur laquelle la
Nasa espère installer des Hommes en 2018.
• Une fourchette est un couvert grâce auquel on peut manger
sans se salir les mains.
13. LES FAUX AMIS
A. (a) dont, (b) qui, (c) qu’, (d) qui, (e) dont, (f ) qui, (g) qui
B. A. (a) de laquelle ; (e) duquel ; (b) laquelle ; (f ) , lesquels ;
(g) , lequel
C. L’utilisation des pronoms relatifs composés est plus fréquente
dans le langage soutenu.
14. DES EXPLICATIONS COMPLEXES…
L’étymologie est une science grâce à laquelle on peut expliquer
l’origine des mots.
Le spécialiste chez lequel je vais d’habitude est en vacances.
Le roumain est une langue latine dans laquelle de nombreux
Européens peuvent reconnaître des mots.
Il y a des organismes auxquels les jeunes sans emploi peuvent
demander de l’aide.
Cahier d’exercices
119
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 120
SOLUTIONS
J’ai extrait cette information d’un site Internet dans lequel les
données sont très souvent actualisées.
Le spectacle auquel nous devions aller mercredi soir a été
annulé.
Le Scrabble est un jeu à partir duquel on peut enrichir son vocabulaire.
15. LES MOTS À LA CON
B. Synonymes de florilège : extraits, morceaux choisis, recueil,
sélection
C. Métrosexuel : métro (métropolitain urbain) et sexuel
(l’homme dans le contexte de séduction et d’attirance sexuelle).
16. UNE VÉRITÉ POUR DEUX MENSONGES
A. week-end : 3 ; café : 1
17. QUI SONT-ILS ?
1. On est identifiable, il correspond à nous, il a le sens d’une habitude.
2. On est anonyme, il correspond à « la population, les gens, les
scientifiques ».
3. On est anonyme, il correspond à « l’Homme, l’humanité, nous
tous ».
4. On est identifiable, il correspond à « la police, les enquêteurs ».
18. « ON » ? C’EST QUI « ON » ?
A.
On, souvent utilisé dans les proverbes, revêt un sens impersonnel ; il généralise.
On pense que est remplaçable par une tournure impersonnelle
du type « il est probable que ». Il pourrait aussi désigner « les
linguistes ».
On s’exprime désigne ici les gens, la population, ceux qui font
usage de l’argot et du verlan.
Quand on parle d’argot, c’est-à-dire quand on fait référence à
l’argot, soit quand il est question de l’argot (tournure impersonnelle).
Lorsqu’on est vieux énonce une généralité désignant tout le
monde, les gens.
On l’a souvent dit ne désigne personne en particulier, il a été dit
que…
On a vu désigne les gens, ici les observateurs de l’évolution du
langage chez les jeunes.
B.
• Il vaut mieux se servir soi-même.
• Le mot serait un dérivé du mot « fricot ».
• Les gens s’expriment de manière codée soit par nécessité, lorsque pour une raison quelconque ils ne veulent pas être compris
par les non-initiés, ou bien par jeu. À ces deux fonctions, il faut
en ajouter une autre, celle de la connivence au sein d’un groupe.
• Lorsqu’il est question d’argot et de verlan, il est impossible de
ne pas évoquer…
120
Cahier d’exercices
19. PRÉFIXES ET SUFFIXES
A. exemples
préfixe
atypique
mécontent, mésaventure
décomposé, désespoir
postopératoire
prénom
réapparaître, rechute
suralimenter, survêtement
sous-vêtement
transpercer
encercler
entracte
B. nom
campagne
confort
forme
nom
lait
théorie
dent
propreté / propriété
roman / romantisme
amédé-/déspostpréré-/resursoustransenentr-(e-)
adjectif
campagnard(e)
confortable
formel
nominal
laitier (-ère)
théorique
dentaire
propre
romantique
adjectifs
rouge
égal
patient
formel
verbes
rougir
égaler / égaliser
patienter
formaliser
adjectif
normal
patient
nominatif
formel
élégant
adverbes
normalement
patiemment
nominativement
formellement
élégamment
verbes
créer
encadrer
obliger
(se) promener
supposer
nager
sentir
adjectifs
beau
vieux
rentable
noms
création
encadrement
obligation
promenade
supposition
nageur / nageuse
senteur / sentiment
noms
beauté
vieillesse
rentabilité
C.
• Le suffixe -ard/e sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -able sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -el/le sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -inal/e sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -ier/ère sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -que sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Le suffixe -aire sert à former un adjectif à partir d’un nom.
• Les suffixes -er, -iser et -ir servent à former des verbes à partir
d’un adjectif.
• Les suffixes -ment, -emment et -amment servent à former des
adverbes à partir d’un adjectif féminin.
• Le suffixe -tion ajouté à un verbe sert à former des noms.
• Le suffixe -ment ajouté à un verbe sert à former des noms.
• Le suffixe -ade ajouté à un verbe sert à former des noms.
• Le suffixe -eur/euse ajouté à un verbe sert à former des noms.
• Le suffixe -té ajouté à un adjectif sert à former des noms.
Unité 1
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 121
• Le suffixe -esse ajouté à un adjectif sert à former des noms.
• Le suffixe -ilité ajouté à un adjectif sert à former des noms.
B. (Proposition de stratégie)
• Identifier la nature du mot en le décomposant, essayer de distinguer s’il s’agit d’un adverbe, d’un nom ou d’un adjectif en
dégageant le préfixe et/ou le suffixe.
• Essayer de trouver d’autres mots proches que je connais afin
d’en déduire le sens.
• Voir si dans ma langue ou dans d’autres langues que je connais,
ce mot est proche.
Unité 2
MARCHANDS DE RÊVES
1. PUBLICISTE OU PUBLICITAIRE ?
A. Publiciste : désigne un spécialiste du droit public (juridique).
Publicitaire : désigne un professionnel de la publicité.
B. 1, 4, 5, 7, 8 : publicitaire
2. LA PUB, CRÉATIVE OU LUCRATIVE ?
A. Mots clés :
1r texte : transmettre des informations persuasives, marchés,
communication, support payant
2e texte : fausses sciences, incitation, vente, contenu informatif
pauvre
3. BESOINS RÉELS OU FICTIFS ?
A. (De bas en haut) : besoins physiologiques ; besoin de sécurité ;
besoin d’appartenance ; besoin d’estime ; besoin de s’accomplir.
4. FILS DE PUB
A.
• Trois vogues d’avance : trois modes d’avance, en avance de trois
saisons
• Vous faire baver, tel est mon sacerdoce : mon but c’est de vous
donner envie
• Ma cible, c’est vous : mon objectif, c’est de vous faire dépenser
plus
B. Le consumérisme ne répondrait à aucun besoin réel, ledit
besoin serait créé par le publicitaire.
Unité 2
beaucoup
peu
Il y a beaucoup / peu d’enfants dans le parc.
bien
mal
En ce moment, je dors bien / mal.
dehors
dedans
Je préfère rester dehors / dedans.
dessus
dessous
Où l’as-tu mis ? regarde, là, juste dessous /
dessus.
devant
derrière
Il est arrivé devant / derrière tout le monde.
jamais
parfois /
toujours
Je (ne) dis jamais / parfois / toujours la
vérité.
loin
près (de)
La maison est loin / près de la plage.
moins
plus
J’en voudrais un peu moins / plus.
partout
nulle part Avec eux, je (ne) veux aller nulle part / partout.
SOLUTIONS
20. DÉCOUPER POUR MIEUX COMPRENDRE
A.
éloignement
é-loigne (loin)-ment
mécontentement
mé-content(e)-ment
expropriation
ex-propria (propriété)-tion
immanquablement
im-manqu(er)-able-ment
raccordement
r(e)-accorde(r)-ment
raccourcissement
r(e)-accourcisse (verbe de court)- ment
radoucissement
r(e)-adousisse (verbe de doux)-ment
replâtrage
re-plâtr(e)-age
enjoliveur
en-joli-(v)-er
embranchement
em-branche(r)-ment
émiettement
é-miette-ment
empoignade
em-poign (poing)-ade
prélèvement
pré-lève (lever)-ment
préméditation
pré-médita (méditer)-tion
anticonstitutionnellement anti-constitution-(n)elle-ment
5. UN ADVERBE POUR CHAQUE CHOSE
A.
rapidement lentement Avec cette voiture on avance rapidement /
lentement.
silencieuse- bruyamment
ment
Il est entré silencieusement / bruyamment.
tard
Vous pourriez arriver plus tard / tôt la prochaine fois ?
tôt
B.
1. guère : à peine, peu
2. présentement : actuellement
3. sans doute : sûrement, probablement
4. seulement : exclusivement, uniquement
5. tout à fait : absolument
6. environ : approximativement, plus ou moins
6. LA PLACE DE L’ADVERBE
A.
1. Tu parles (couramment) français (couramment) ?
2. C’est un professionnel (extrêmement) compétent.
3. Les publicitaires ont (souvent) recours aux sciences humaines
dans les études de marché.
4. C’est une catastrophe : notre dernière campagne est (presque)
passée (presque) inaperçue.
5. Cette campagne est (remarquablement) réussie.
6. Nous nous sommes (immédiatement) aperçus (immédiatement) de notre erreur de cible.
7. Pour être à la pointe, il faut (constamment) surveiller
(constamment) l’évolution des marchés (constamment).
8. Ce n’est pas (très) grave, nous ferons mieux la prochaine fois.
9. Avez vous (bien) informé notre client des dernières modifications ?
10. Nous avons (enfin) trouvé un nom pour leur nouveau produit.
11. Il faut (absolument) trouver un nom facile (absolument) à prononcer dans tous les pays.
12. Passez (tout de suite) ce dossier à Sylvie (tout de suite).
13. Regarde bien (là-bas), je l’ai vu (là-bas) tout à l’heure (làbas).
14. Après un long voyage, ils sont (enfin) arrivés.
15. (Aujourd’hui) Il est venu me voir (aujourd’hui).
16. Pas de soucis, le colis express est (bien) arrivé.
17. Après l’échec de cette campagne, j’ai (radicalement) changé
(radicalement) ma manière de voir les choses.
18. Je pense que nous avons (trop) insisté sur l’aspect (trop) ludique de la campagne.
Cahier d’exercices
121
25/1/08
11:29
Página 122
SOLUTIONS
B. La place de l’adverbe dans la phrase
au début ; à la fin, avant, après ; après ; après ; entre, après ; entre,
entre, entre.
10. COUP DE PUB
A.
Spot
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
Marque produit Slogan
Ton du
message
Evasion voyages Evasion voyaSensuel,
Agence de voya- ges, le créateur plaisant
ges
de rêves !
Public visé
7. SAGESSE ET IMPERTINENCE
1. f ; 2. g ; 3. b ; 4. c ; 5. a ; 6. d ; 7. e
1
8. PAS GLAMOUR POUR DEUX SOUS…
A.
2 Brico House
Ça réveille les
Dynamiqu Jeunes couples,
économies et la e, drôle
personnes voulant
paix des ménafaire des travaux à
ges !
petit prix
3 ProxiBank
De vous à moi,
ça change la
vie !
Professionel et
fonction
Aptitude à
parler de son
métier
Problèmes
rencontrés
Solutions
apportés
Anne-Cécile Dulac Parle ouverte• Responsable de ment
la marque Ouatine
• Produits spécialisés pour personnes
souffrant d’incontinence
Sujet tabou et
intime, avant les
gens restaient chez
eux et ne trouvaient
ce produit que dans
les pharmacies
Selon elle, la communication passe
mieux à travers les
métaphores.
L’idée de faire une
pub à la télé permet de vulgariser
le tabou.
Christian Lenet
Publicitaire, auteur
d’une publicité
pour un laxatif
L’important est
de savoir faire
passer le message
Sujet tabou et
intime, mais pour
lui peu importe le
produit.
Selon lui, l’humour est la clé de
la réussite.
Didier Lejeune
Directeur du marketing et des ventes des Pompes
funèbres du midi.
Parle ouvertement, est très
fier de son
métier
Sujet grave et tragique (la mort).
Les gens le fuient
ou sont intrigués
par l’aspect morbide de sa profession
Certains lui reprochent de gagner sa
vie sur le dos des
morts.
Services impeccables de bonne
qualité permettant
un soulagement
aux familles.
Bon niveau de vie
et marché qui ne
souffre jamais de
baisse.
Enjoué
Voyageurs, touristes, aventuriers…
Clients déçus des
services bancaires
virtuels habituels
B. 1r monologue alterné ; 2e et 3e dialogue + voix-off
11. ÇA PASSE MIEUX !
(Proposition de corrigé)
1. Et si tu m'accompagnais à ce dîner ?
2. Tu ne voudrais oublier un peu les autres et penser plus à nous ?
3. Puis-je d'abord terminer le rapport que vous m'avez demandé
de vous remettre avant ce soir ?
4. Si tu étais plus tolérant, je t'assure que tu serais moins seul(e).
5. Ne t'inquiète pas. Je m'en occupe.
6. CalorPlus. Les meilleurs radiateurs d'une entreprise de
confiance.
7. Tu devrais commencer des démarches ; je suis sûr(e) que tu
trouverais rapidement un nouveau travail.
8. Je te recommande leur magret de canard, il est délicieux !
9. Le meilleur endroit où vous détendre.
10. Plus besoin de souffrir pour être beau/belle.
12. LES MÉTAMORPHOSES D’UNE PATATE
GÉANTE
B. (Annonce authentique publiée par PFG dans la presse)
Conseillers commerciaux H/F
Groupe international,
Leader sur son secteur d’activité recrute
Votre mission : accueillir, conseiller et accompagner nos clients au
sein de nos agences ; valoriser notre large gamme de services
auprès d’une clientèle exigeante ; assurer la réalisation et le
suivi de notre service.
Profil : doté d’un grand sens de l’écoute et du service, soucieux de
répondre aux attentes des clients, votre maturité fera la différence. Vous cherchez un premier emploi ou vous souhaitez
reprendre une activité professionnelle.
Notre proposition : après une année de formation à nos méthodes,
à notre culture d’entreprise et nos services, vous intégrez une
équipe à taille humaine. Nombreuses opportunités de carrière
dans un marché en croissance.
122
Cahier d’exercices
Art. Ton de
l’article
Fidélité des
informations
Choix lexicaux
Type de publication
2
Revendi- moyennement
catif
fidèle à la
dépêche, suppositions subjectives
« Petit cultivateur, Journal à tentravail et courage, dance commusans doute serait-il niste
heureux de… » Effet
de dramatisation
3
Grave
« le secteur agricole français, rendre leurs productions compétitives
sur les marchés
européens »
4
Sensation- Non fidèle.
naliste
Détails inventés et rajoutés
5
Fier
Fidèle, mais
l’argument est
détourné
Presse spécialisée dans l’agriculture ou article
d’économie politique sur ce
thème dans un
autre journal
« 52 ans, père de 5 Presse gratuite
enfants, 63 cm de ou sensationcirconférence »
naliste
Moyennement « joyaux de notre
fidèle, exagéra- beau pays, ferme
tions, chauvin défenseur de nos
produits nationaux,
notre chère République… » style
emphatique et ton
patriote
Peut-être un journal à tendance
républicaine ou
nationaliste
Unité 2
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 123
Unité 3
C’EST COMME ÇA QU’ON PARLE
B. (Propositions)
2. Quel style ! Ça te va à merveille cette nouvelle coupe.
3. Quelle plume talentueuse ! Chapeau, je l’ai dévoré !
4. Comme je suis content/e de te revoir ! Tu n’as pas changé/e !
5. Quelle chance ! Bravo, je vous envie !
6. Quelle silhouette de sirène ! Tu es resplendissant/e !
2. VRAIMENT SINCÈRES ?
A. Dialogue 1 : diplomate
B. Expressions : peut-être, un tout petit peu, puisque c’est …, elle
serait un peu plus jolie…, Ah oui ? Moi, je la voyais plus…, Non,
j’ai pas dis ça non plus…, c’est juste que personnellement, je
préfère…
A. Dialogue 2 : sincère
B. Expressions : ça te va comme…, regarde- toi…, tu as l’air de…,
A. Dialogue 3 : hypocrite
B. Expressions : pas mal, j’aime, assez, qu’est-ce que tu dis là ?,
pas du tout, je le pense, je t’assure, Ah bon, tu crois ?, Mais si,
mais si…
SOLUTIONS
1. MES COMPLIMENTS !
A. (Propositions)
2. Salut Catherine ! Merci pour l’invitation et félicitations ! Compte
sur moi. À samedi !
3. Félicitations aux jeunes mariés. Avec tous nos vœux de bonheur.
4. Bravo, bien joué ! Fêtons ça la semaine prochaine !
6. POUR TOUT SAVOIR
A. (Réponses possibles)
1. standard : Pouvez-vous m’indiquez… ?
2. standard : À quelle heure est prévu le vol ?
soutenu : Pourriez-vous me dire à quelle heure notre vol est
prévu, s’il vous plaît ?
familier : Le vol, il est à quelle heure ?
3. standard : Et qu’est-ce que t’en penses ?
familier : Et t’en penses quoi ?
soutenu : Qu’en penses-tu ?
4. soutenu : Sauriez-vous me dire s’il pense venir bientôt ?
standard : Est-ce qu’il pense venir bientôt ?
familier : Il vient ou quoi ?
B. Copain : Tu pourrais me dépanner de 50 euros ?
Grand-mère : Est-ce que tu pourrais me prêter 50 euros ?
Voisine : Excusez-moi de vous déranger, mais voilà, j’ai absolument besoin de 50 euros et je me demandais si, étant voisins, vous pourriez…
7. ZAPPING RADIO
Fragment 1 : soutenu ; biographie artistique ; en dépit de, le titre
sirupeux…
Fragment 2 : familier ; débat entre deux auditeurs ; elle est pas
sympa comme meuf, qu’il est relou lui, quand on le chauffe…
Fragment 3 : standard ; interview témoignage d’une fan de la
chanteuse ; en quelque sorte, en réalité elle est super gentille,
et puis…
8. EN FAMILLE
1. A/c B/b ; 2. A/a B/b C/c ; 3. A/b B/c C/c D/b ; 4. A/c B/c C/b.
4. APOCOPES
O
R
D
I
P
C
A
H
B
A
P
M
Y
S
O
R
O
C
I
F
K
P
P
A
R
F
L
O
B
M
A
I
F
N
E
R
A
J
S
P
D
R
T
R
O
C
O
E
G
G
Y
M
D
S
T
H
S
U
L
N
S
T
I
T
E
L
E
T
C
A
T
A
Z
P
O
A
R
T
X
E
5. QUESTION DE REGISTRE
A. et B.
1re phrase : situation 2 (6 mois et 6 ans : familier)
2e phrase : situation 3 (6 ans : familier)
3e phrase : situation 1 (6 mois et 6 ans : familier)
4e phrase : situation 4 (6 mois et 6 ans : familier)
5e phrase : situation 5 (6 mois : familier)
6e phrase : situation 6 (6 semaines : familier)
7e phrase : situation 8 (6 ans : familier)
8e phrase : situation 17 (6 mois et 6 ans : familier)
9e phrase : situation 9
10e phrase : situation 10
11e phrase : situation 11 (6 mois et 6 ans : familier)
12e phrase : situation 12 (6 ans : familier)
13e phrase : situation 7
14e phrase : situation 14
15e phrase : situation 13 (6 mois : familier)
16e phrase : situation 15 (6 mois : familier)
17e phrase : situation 16
Unité 3
9. « CE QUI QU’A LE PLUS D’ANGLICISMES ? »
A. week-end, fun, check, faire du shopping, parking, anyway
B. fin de semaine, amusement, vérifier, magasiner, stationnement,
c’est pas grave.
10. PUR ARABICA
pas bezef : pas beaucoup, pas grand-chose ; khawa : café ; un
chouïa : un peu ; kif-kif : pareil, idem ; fissa : vite.
11. CE QUI FAIT « L’ACCENT »
1) Canada, 4) Paris, 5) Midi, 2) Suisse, 3) Belgique, 6) neutre.
12. SAVOIR OU POUVOIR ?
A.
Le problème de communication vient de l’emploi du verbe savoir
par l’interlocuteur belge qui a le sens de pouvoir en Belgique mais
pas en France.
B. Réplique de M.
Vandener
J’aurais Je n’aurais J’aurais plutôt dit…
utilisé pas utilisé
savoir savoir
Je ne sais pas le faire.
X
Je ne peux pas le faire.
Est-ce que vous sauriez le faire pour
moi ?
Je ne sais pas faire ce
paiement !
X
Est-ce que vous pourriez le faire pour moi ?
X
Je ne peux pas faire ce
paiement.
(X)
C’est incroyable que
vous ne puissiez pas
aider… / que vous ne
soyez pas capables…*
C’est quand même
incroyable, que vous
ne sachiez pas aider
vos clients…
X
Cahier d’exercices
123
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 124
SOLUTIONS
* Dans la dernière phrase du dialogue, l’usage de pouvoir ou savoir ne
constitue pas un belgicisme mais dépend du sens que l’on veut donner
à la phrase.
C. Belgicisme : particularité linguistique du français parlé en
Belgique.
Autres belgicismes entendus : les phénomènes phonétiques (le u
et le r), et les nombres en base 10 (septante, nonante-trois, etc.).
13. SILENCE, ON TOURNE !
A. (1) regard sur Agnès ; (10) elle le voit ; (13) il lui coupe la
parole ; (14) Agnès se penche vers lui ; (9) Frédéric avise son
verre vide ; (12) au barman ; (7) il se retourne vers Agnès ;
(8) Agnès le regarde comme si elle n’en croyait pas ses oreilles ; (2) Agnès le regarde ; (11) impressionnée aussi ; (5)
Frédéric sourit ; (3) Agnès baisse les yeux ; (4) elle hoche la
tête ; (6) le regard dans le vague
B. (Dans ce contexte)
Censément : nécessairement, assurément
Rentrer dans le rang : se plier aux exigences et aux normes pour
faire « comme tout le monde »
Mettre la clé sous la porte : mettre fin à une activité commerciale, déposer le bilan
Prendre un pli : adopter une habitude
Rentrer dans le moule : s’adapter aux normes établies
Une borne : un point d’attache solide, un pilier
À quoi bon : équivalent de « pourquoi faire un effort inutile voué
à l’échec »
Être barré dans son truc : se replier / réfugier dans une activité
Inatteignable : qui ne peut être atteint, invulnérable
Un truc qui remplit : une activité d’autoréalisation
Y’a : contraction orale de « il y a »
14. CAP SUR L’AUTHENTICITÉ
A. et C.
lire la presse française sur Internet
lire des romans écrits en français
écouter la radio RFI sur Internet
me faire des amis francophones
voyager dans des pays francophones
écouter de la musique française
vrai/faux
1. « le ministre signe aujourd’hui une circulaire sur la gram- faux
maire dans une école, accompagné de Bernard Pivot »
2. « les cours bien spécifiques et structurés intégrés aux
heures habituelles consacrées au français »
vrai
3. « commencer par la grammaire de phrase, apprendre ce faux
qu’est un verbe, un complément, un adjectif, avant de
les découvrir au hasard des textes »
4. « sans la connaissance des mots, de leur orthographe,
c’est la pensée elle-même qui est menacée ». La grammaire structure l’esprit.
124
Cahier d’exercices
AUTOÉVALUATION 1-2-3
1. HISTOIRE DES MOTS FRANÇAIS : LES ANIMAUX DE LA BASSE-COUR
crient, découvrirez, représente, doivent ; a été introduite, a appelé,
ont été abrégés ; a également porté, ornent ; ne connaît pas, aurait
subsisté ; aimerions, n’a jamais été, est due.
2. DÉSIR, INCERTITUDE, POLITESSE OU CONSÉQUENCE IMPROBABLE ?
Désir : 4. Politesse ou prudence : 2, 3, 6. Incertitude, doute : 5, 7, 10
Conséquence improbable d’une condition iréelle : 1, 8, 9.
3. publiciste, vacataire, lucratif, besoin, snobisme, aveugle,
essayage, cramer, heureusement.
4. (Solutions possibles)
1. Avec ma frangine, on est allées au resto et on a très bien bouffé.
2. Tu as fini l’exo de maths que la prof a donné ?
3. On fait quoi ce week-end ?
4. Vous savez où sont les renseignements, s’il vous plaît ?
5. T’aurais pas vu mon dico de poche, par hasard ?
6. Faut / on doit vraiment faire ça ?
5. SI J’ÉTAIS TOI…
Eh bien, si j’étais toi, à ta place je ferais, je te conseille de, tu
devrais…
15. RETOUR VERS LE FUTUR ?
1. socle : base, support
dévolu : réservé, consacré
jargonnant : un langage affecté, excessivement recherché, hermétique et spécifique d’un groupe d’initiés.
sublimer : magnifier. Idéaliser quelqu’un ou quelque chose en
le purifiant de tout élément matériel ou imparfait, impur ou
étranger.
2.
Justification
3. Par exemple, la formation du pluriel. Si on connaît la règle pour
former le pluriel de mots qui finissent en -al en -aux, alors
quand un nouveau mot de même structure apparaît dans un
texte, on peu appliquer la règle et faire le pluriel en -aux, même
si c’est la première fois qu’on le rencontre.
4. Par exemple, « les notions de passé, de présent et de futur permettent de se situer dans le temps ».
5. Pour calculer, par exemple, les prix, pourcentages, etc.
6. Parce qu’il remet au goût du jour des méthodes anciennes.
vrai
Unité 4
À VOS PLUMES !
1. PARTIRERONDIMANCHE
1. … TIRER – ROND – ON – DIMANCHE – MANCHE
2. AMI – À – MILLE – LETTRE – RENCONTRE – CONTRE – TREMBLELEVRE/S – LE – SON – SONNETTE – CONTE – CONTEMPLE –
TEMPLE – PLEURE/ES – RESIGNE/R – SIGNER – PLU – PLUIE
3. TOI – ETOILE – LE – TOILE – LEVANT – ANTI – TIENT – ENTENDU –
TENDU – DU – DUPE/S – SU – SUA – ADÉQUAT – ATTENTIF –
FAILLE – AIL – LE – LEXIQUE – TERRE – NOUVEAU – VEAU
4. SYNONYMES
vielle : ancienne
désaffectée : inoccupée, inactive
brave : gentil, bon
long : élancé
maigre : mince, fin
pauvre : misérable
simple : naïve
dévouée : fidèle
maigres : modestes
certain âge : âgé, d’âge mûr
grand : important
petit : pas grand, de petite
taille
bavard : causeur, disert
triste : abattu, maussade
curieuse : bizarre, étrange
pauvre : démuni, sans-le-sou
drôle : surprenant, étonnant,
étrange, curieux
pauvre : malheureux
Unité 4
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 125
6. ADJECTIFS MUTANTS
1. bien-aimés ; 2. onéreuses ; 3. incarnée ; 4. identiques ; 5. vieux
6. ex ; 7. grand de taille, haut ; 8. important, illustre ; 9. ultime ;
10. passée ; 11. impeccable, net ; 12. il est lui-même le chef ;
13. total ; 14. véridique ; 15. facile ; 16. pas uniquement ; 17. démunis ; 18. malheureux ; 19. en solitaire ; 20. l’unique.
10. LIONS, LIEZ
exemples la liaison se fait il n’y a pas de liaison
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
7. LA PLACE DE L’ADJECTIF
A. 1. les premiers jours ; 2. jolie veste marron ; 3. nouvel appareil,
d’excellentes images ; 4. dernier train, troisième gare ; 5. livre intéressant, affaire passionnante ; 6. dernier film, grande actrice, un
énorme talent / un talent énorme.
11
12
13
14
15
x
x
x
x
B. (Propositions)
1. une vieille femme malade
2. un petit chien triste
3. un nouveau chemisier bleu
4. une grande fête royale
12. RIEN, JAMAIS, PERSONNE
1. C / F ; 2. A / H ; 3. A / H ; 4. G ; 5. C ; 6. I ; 7. H / K ; 8. J ; 9. D ;
10. E ; 11. A / H / B.
8. Y’A PAS QUE LA POÉSIE QUI RIME !
A.
13. NON, NON ET NON !
A.
[ε̃]
[ev]
[al]
[e]
[i]
Place de la négation dans la phrase
lendemain
rêves
étoiles
grimpé
vie
À l’infinitif
Ne pas + verbe
demain
crève
mal
retrouvé
lit
Aux temps simples
Sujet+ ne + verbe + pas / 2e élément de négation
[it]
[im]
[war]
nuit
Aux temps composés Sujet + ne + auxiliaire + pas + participe passé
limites
cimes
gloire
partis
À l’impératif
orbite
abîme
soir
aujourd’hui
avoir
B.
étoiles
mal
limites
orbite
grimpé
cimes
retrouvé
abîme
vie
lit
nuit
vie
partis
lendemain
aujourd’hui
demain
avoir
gloire
soir
rêves
crève
9. LE PREMIER VERS
Mon rêve familier
Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.
La chevelure
Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,
Vous me rendez l’azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m’enivre ardemment des senteurs confondues
De l’huile de coco, du musc et du goudron.
Unité 4
SOLUTIONS
5. VIRELANGUES
1. le son [s] ; 2. les nasales [ε̃], [ɔ̃] et [ɑ̃], et [b]/[v] ; 3. les sons
[ʃ] et [] ; 4. les sons [r] et [d] ; 5. les sons [ʃ] et [s] ; 6. le son
[z] ; 7. les sons [ks], [z] et [] ; 8. les sons [t] et [tr] ; 9. le son
[t] ; 10. le son [s] ; 11. les sons [ks] et [sk] ; 12. les sons [tris] et
[tis] ; 13. les sons [ʃ] et [s] ; 14. les sons [f] et [fr] ; 15. les sons
[sk], [k] et [kr] ; 16. le son [s].
Ne + verbe + pas / 2e élément de négation
B.
1. Je n’ai aucun doute sur les capacités de ce candidat.
2. Le directeur ne prend jamais le temps de nous expliquer l’importance des nouveaux projets
3. Ne le répète à personne !
4. Désolé/e, je n’ai plus de temps à vous consacrer.
5. J’ai eu beau chercher, je n’ai retrouvé ce dossier nulle part.
6. Allume la lumière, on n’y voit rien !
C.
1. Mon âge est autre que vingt ans.
2. J’ai plus que vingt ans.
3. J’ai seulement vingt ans.
4. J’ai un âge inférieur à vingt ans.
5. Je n’atteindrai pas l’âge de vingt ans.
D.
1. Tu fais toujours du ski ?
2. As-tu retrouvé tes clés ?
3. Tu pourrais m’aider à écrire ce projet ?
4. Je voudrais parler au responsable du service technique.
5. Tu es passé chez le cordonnier ?
6. Je n’ai pas très bien compris ce qu’il a voulu dire, et toi ?
7. Et si Marc venait avec nous voir ce film ?
E. 1. c, f, j ; 2. h ; 3. d, g ; 4. k ; 5. b ; 6. e ; 7. a, c ; 8. i
Cahier d’exercices
125
SOLUTIONS
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 126
14. RÈGLEMENTS ET NORMES
Au personnel
3. Ne pas laisser sortir les élèves en dehors des horaires.
4. Ne laisser aucun élève sans surveillance.
5. N’appeler les parents qu’en cas d’urgence.
Aux élèves
3. Ne pas se bousculer à la sortie.
4. Ne jamais sortir de l’établissement sans permission.
5. Ne pas faire de bruit devant les salles d’examens.
15. PAS POUR TOUT LE MONDE
A. 1. seuls ; 2. ne … que ; 3. sauf ; 4. il vous suffit de… ; 5. juste ;
6. uniquement ; 7. ne… que ; 8. seulement
B.
2. Non, j’y vais juste quand ils jouent des films d’auteur.
3. Non, seulement quand je suis de mauvaise humeur.
4. Non, il te suffit de suivre les instructions.
5. Non, ils ne sont que pour les commerciaux.
6. Non, prends juste une veste en laine.
7. Non, seuls les riverains le peuvent.
C. Adverbes : seulement, juste, uniquement…
Au lexique : sauf, il suffit de, excepté…
19. QUAND L’ART ET LA RUE SE RENCONTRENT…
1. 2 ; 2. 2 ; 3. 3 ; 4. 1 ; 5. 3 ; 6. 2.
Unité 5
POINT À LA LIGNE
1. COMMENT ÇA S’ÉCRIT ?
A.
1. AUJOURD’HUI ; 2. DOS ; 3. VERS ; 4. FILS ; 5. BEAUCOUP ;
6. VIEUX ; 7. S’ASSEOIR ; 8. ESSAYER ; 9. REZ-DE-CHAUSSÉE ; 10.
LAID ; 11. MESSIEURS ; 12. LYCÉE ; 13. LONGTEMPS ; 14. VOLONTIERS
2. L’ARTISTE
Hier au soir, en sortant de scène, un monsieur me dit :
— Je me félicite de votre succès.
Je lui dis :
— Mais vous n’y êtes pour rien.
Et puis, à la réflexion, je me suis dit qu’il y était tout de même pour
quelque chose ! Alors, j’ai rectifié.
Je lui ai dit :
— Monsieur je vous félicite de mon succès.
126
4. Être sans réserve : entier, sans restriction. Être sans le sou, sans
emploi.
5. Tirer à sa fin : être sur le point de finir, de terminer. Tirer au
flanc, tirer au clair.
4. POINT D’INTERROGATION
2. a. Marcel attache un collier au cou de son chien.
b. Marcel, à la différence des autres, met un collier à son chien.
3. a. On voudrait que Sam joue.
b. On s’étonne que Sam joue de la guitare.
4. a. Sur le quai, le type salue un voyageur qui est dans le train.
b. Le type est dans le train, c’est de là qu’il salue le voyageur.
5. a. On demande si Paul pourra accompagner la personne.
b. On confirme, on assure que Paul pourra accompagner la personne.
5. « S » OU « X » ?
A.
Hôpitaux
Bisous
Plateaux
Bijoux
Taux
Bras
Couteaux
Bureaux
Fils
Cailloux
Pois
Corps
Croix
Idéaux
Cous
Eaux
Dos
Généraux
Fous
Trous
Gaz
Maux
Genoux
Travaux
Jeux
Jumeaux
Morceaux
Nez
Ours
Coraux
Voix
B.
Pluriel en -x
Généralement les noms qui se terminent par au ou eau mais aussi
certains noms terminés par ou tels que bijou, caillou, genou.
Le pluriel des noms en -al et en -ail termine habituellement en
-aux.
Ne varient pas
Les noms qui se terminent par -s, -x ou -z.
6. ABRÉGEONS !
2e
25 °
8h
Dr.
apr. J.-C.
Ex.
av. J.-C.
kg
av.
km
cm
Le xvie s.
cf.
Mme
Mlle
Me
Mmes
MM
mm
min
M.
3. TOUS PAREILS MAIS SI DIFFÉRENTS
A.
1. a, b ; 2. b, a ; 3. b, a ; 4. b, c, a ; 5. b, a ; 6. b, a ; 7. a, d, c, b ; 8. b,
a ; 9. a, b ; 10. a, b ; 11. b, c, a ; 12. d, a, c, b ; 13. a, b ; 14. a, b, c ;
15. a, b ; 16. c, b, a ; 17. a, b ; 18. b, a ; 19. a, b ; 20. b, a.
7. SAVOIR COU-PER
1. Syllabe
bon-bon
cha-peau
par-tir
pro-blème
li-vre
ta-ble
lam-pe
li-berté
jar-din
voi-ture
B.
1. Poser un problème/une question : soumettre à quelqu’un un
problème, une question. Poser sa candidature, poser sa voix,
poser une carte (jeu).
2. Compter sur quelqu’un : s’attendre à un comportement favorable. Compter sur ses amis.
3. Recevoir/donner/porter un coup : mouvement rapide qui vient
heurter un corps. Faire un bon coup, préparer son coup.
2. Consonnes
syl-labe
mis-sion
nais-sance
nouvel-le
bal-lon
Cahier d’exercices
N.B.
nº
p.
P.-S.
1r
colon-ne
ar-rivée
person-ne
ton-ne
lais-ser
Unité 5
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 127
9. UN ET UN FONT DEUX
a. trente et un ; b. cent vingt-sept ; c. deux cent quatre ;
d. soixante et onze ; e. cinq cent vingt et un ; f. neuf cent huit ;
g. deux mille cinquante et un ; h. quatre-vingt-onze ; i. cinquantetrois ; j. quatre cent soixante et un.
10. HISTOIRE DE VOYELLES
A.
1. l’hôtel ; 2. a-t-il ; 3. ton amie ; 4. vieil homme ; 5. bel appartement ; 6. j’aime ; 7. nouvel exercice ; 8. n’écoutes ; 9. partira-t-il,
cet été ; 10. mon aventure ; 11. parle-t-elle ; 12. m’appelles ; 13.
qu’est-ce qu’ils s’aiment, c’est fou ! ; 14. qu’ils s’en vont ; 15. j’ai
beaucoup d’admiration pour cet artiste ; 16. Il faut que je l’aide,
n’arrivera ; 17. son opposition ; 18. qu’il t’aime.
B.
1. phrases : 2, 9, 11
2. On doit élider : que, ne, je, me, te, se, le, la, ce, de devant une
voyelle ou un h muet. Phrases : 1, 6, 8, 12, 13, 14, 15, 16, 18.
3. On change l’adjectif possessif féminin singulier pour un adjectif
au masculin singulier devant une voyelle ou un h muet.
Phrases : 3, 10, 17.
4. Certains adjectifs changent de forme au masculin singulier
quand ils sont suivis d’une voyelle ou d’un h muet. Phrases : 4,
5, 7.
11. « A » OU « À » ?
A.
1. croit ; 2. croît ; 3. a ; 4. là ; 5. la ; 6. du ; 7. ou ; 8. mur ; 9. sur ;
10. à ; 11. où ; 12. tache ; 13. dû ; 14. mûr ; 15. sûr ; 16. tâche.
B.
1. Demain, je vais à Paris.
2. Il a pris le train ce matin.
1. C’est une tâche extrêmement difficile.
2. Cette tache ne partira jamais !
1. Tu veux aller où ?
2. Tu veux aller au cinéma ou au théâtre ?
1. Il est là, sur la table, regarde.
2. Tu es sûr qu’il viendra ?
Unité 5
12. É-ER-EZ-ET-ET
[ε] : aile ; bête ; elle ; aime ; est ; aimer ; juillet ; laid ; mère ; serre ;
laide
[e] : allez ; ces films ; changé ; charcutier ; danger ; des pommes ;
donné ; et ; été ; aimer ; les chocolats ; mes enfants ; parler ;
partez ; tes livres ; travailler ; enchanté
13. COMMENT ÇA FINIT ?
1. Qu’est-ce qu’il est exigeant !
2. Les enfants parlent.
3. Le tabac coûte cher.
4. Les montagnards ne craignent pas le froid.
5. C’est choquant ce que tu racontes !
6. Il est négligent dans son travail.
7. Il y a de tout sous ce hangar.
8. Ils adorent se balader en forêt.
9. Le policier l’a surpris en flagrant délit.
10. C’est trop pour moi.
11. Les gens vivent comme des égoïstes.
12. La salle de bain est au fond.
13. Il est muet comme une carpe.
14. J’ai réduit mon budget.
15. Il n’a aucun remord.
16. Tu chantes.
17. C’est une magnifique soirée.
18. Après il réfléchira.
19. Change les draps.
20. Elle écrit.
SOLUTIONS
8. MAJUSCULES ET MINUSCULES
1. J’habite 13 rue H. Balzac à Toulouse.
2. Depuis lundi je suis couchée, j’ai la grippe et je me sens très
fatiguée ; il faut dire que j’ai fait la fête tout le week-end et je
crois que j’ai attrapé froid.
3. Mais que c’est beau ! J’arrive pas à croire que c’est pour moi.
4. J’ai acheté : du fromage, du jambon, des œufs et des chocolats.
5. Les Français vivant à Londres forment une grande communauté.
6. Où siège l’Académie française ?
7. Elle vient d’un pays scandinave mais je ne sais pas lequel.
8. Il a acheté une petite Renault et il en est très content.
9. Qu’est-ce que tu fais à Noël ?
10. On vient d’étudier la période de la Révolution française et, en
même temps, le Candide de Voltaire ; c’était vachement intéressant.
11. L’État français doit trouver au plus vite des solutions pour les
problèmes des banlieues.
14. SAVANT/SAVAMMENT
Adjectif
Adverbe
Adjectif
Adverbe
savant
savamment
poli
poliment
violent
violemment
absolu
absolument
modéré
modérément
gentil
gentiment
prudent
prudemment
aveugle
aveuglément
joyeux
joyeusement
commode
commodément
nouveau-nouvel nouvellement
énorme
énormément
petit
petitement
immense
immensément
singulier
singulièrement
uniforme
uniformément
vrai
vraiment
intense
intensément
15. LES VACANCES CHEZ MAMIE
• s’appelle
• allez
• ses
• chez
• loué
• déjà
• plu
• raconter
• balade
• mieux
• j’oubliais
• montée
• demain
• c’était
• baigner
• tombée
•
•
•
•
•
•
•
m’acheter
hyper
rentrer
chercher
peux
fais
tous
16. UN OU DEUX « P » ?
1. abbattre (abattre) ; 2. acumuler (accumuler) ; 3. addapter (adapter) ; 4. afolant (affolant) ; 5. aggacer (agacer) ; 6. éllire (élire) ; 7.
nomer (nommer) ; 8. patrone (patronne) ; 9. envelope (enveloppe) ; 10. courier (courrier) ; 11. désaler (dessaler) ; 12. atitude
(attitude).
Cahier d’exercices
127
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 128
SOLUTIONS
17. L’ORDRE DES LETTRES
A. Selon une étude de l’Université de Cambridge, l’ordre des lettres dans un mot n’a pas d’importance, la seule chose importante est que la première et la dernière soient à la bonne place.
B. dernières, animées, adorent, vraie, passion, fois, randonnées,
premiers, joué, troisième, pu, balades, faisait, alors, organisé,
uns.
18. LE FRANÇAIS, LANGUE DE COMMUNICATION
INTERNATIONALE
1. Un peu plus de 131 millions.
2. C’est la seule langue enseignée dans toutes les régions du
monde.
3. Europe, Afrique subsaharienne, Amérique du nord, Maghreb.
4. ONU, UNESCO, Conseil de l’Europe, JO.
5. Par l’enseignement de la langue et de la culture dans plus de
170 pays.
6. Il fait allusion aux multinationales américaines qui tendent à
uniformiser les habitudes de consommation (y compris culturelles) et impliquent une omniprésence de la langue anglaise.
7. Message de la diversité, du partage, de la culture et de la liberté
8. Le chinois, l’anglais et l’espagnol sont les langues les plus parlées en raison de la densité de population de leurs pays, mais
le français est, avec l’anglais, la plus largement apprise.
9. Dans le cadre professionnel, on enseigne un français dit de spécialité, comme par exemple dans les secteurs du tourisme ou de
l’hôtellerie.
10. Il s’agit du maintien de la diversité culturelle et linguistique, de
la richesse du patrimoine de l’humanité garant de tolérance et
de pluralisme dans le monde.
11. Optimiste.
Unité 6
ROUGE PASSION
1. LE DICTIONNAIRE CHROMATIQUE
A.
1. Rouge : sang, tomate
2. Jaune : citron, canari
3. Vert : bouteille, olive, caca d’oie, pomme, émeraude
4. Gris : métal, délavé
5. Bleu : turquoise, azur, marine, ciel
6. Rose : pastel, bonbon, saumon
2. LE POUVOIR SUGGESTIF DES COULEURS
A. Il procède par répétition d’une seule couleur (le blanc) pour
que la personne visualise ladite couleur, associant ainsi la couleur blanche au lait et non à l’eau.
3. SERIEZ-VOUS UN BON CHROMOTHÉRAPEUTE ?
A. Il s’agit d’une médecine alternative qui considère les couleurs
comme des médicaments ; le corps réagit aux énergies des couleurs qui ont alors une fonction curative, thérapeutique.
B.
1. Faux. Elle n’a que trois ans d’expérience.
2. Faux. Le magazine s’y est intéressé cette semaine seulement.
3. Vrai.
128
Cahier d’exercices
4. Faux. La chromothérapie ne demande pas de connaissances
savantes, un stage suffit.
5. Vrai.
6. PLAN LARGE SUR LE BAR
• Gros plan de profil d’une femme qui pourrait être la patronne,
derrière le comptoir, bras levé, poing de l’autre bras serré.
Devant elle, une pile de livres. Elle semble très énervée, elle crie
sur le serveur.
• Gros plan de face sur une cliente assise qui a l’air d’attendre
quelqu’un. Devant elle, 6 cafés et un bouquet de fleurs.
• D’en haut, plan large sur le bar, la femme crie sur le serveur qui
se tient en face de l’autre côté du comptoir, elle lui a lancé un
torchon avec force.
7. EXPRESSIONS CORPORELLES
A.
11. yeux / ventre
1. tête
12. dos / cul
2. tête
13. pieds
3. cœur / cœur
14. coude
4. main
15. langue
5. yeux
16. tête
6. langue
17. doigts
7. dents
18. tête
8. pied
19. tête
9. nerfs
20. sang
10. cheveux
21. nez
22. reins
23. sang
24. cœur / cœur
25. la moelle / os
26. cul
27. cul / cul
28. pieds
29. mains / pouces
30. yeux
8. :-) SOURIEZ !
A.
:-)
pour dire que je souris
:-D
pour dire que je ris
:-*
pour dire que je fais un bisou
;-)
pour dire que je fais un clin d’oeil
:-X
pour dire que je garderai le secret
:-P
pour m’excuser d’un lapsus
:-I
pour dire que ça m’est égal
:-(
pour dire que je ne suis pas content et que je fronce les
sourcils
:’(
pour dire que je pleure
:-o
pour dire que je suis stupéfait
0:-)
pour dire que je suis un saint
>:->
pour dire que je suis un « démon » ou que mon interlocuteur l’est
:->
pour dire que je suis sarcastique
>;->
pour faire un clin d’oeil démonique, en signe de complicité
B.
1. ;-)
2. :-D
3. >;->
4. :-*
5. :-(
9. POUR ENTRER, PASSEZ PAR LA PYRAMIDE
A. Exemples
Valeurs de pour et par
pour faciliter
POUR
pour l’entretien
POUR
par une porte latérale
PAR
par la lumière
PAR
par une équipe
PAR
Unité 6
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
Página 129
13. pour
période
14. par
motif
15. par
agent
16. pour
durée
17. pour
cause
18. pour
but
19. pour/pour
cause / destination
20. par
passage
21. pour
but
22. pour
cause
23. pour
destinataire
B. pour, par, par, pour, par
AUTOÉVALUATION 4-5-6
1. TOUT PETIT PETIT
A. 1. maisonnette ; 2. grassouillette ; 3. clochette ; 4. garçonnet ;
5. fillette ; 6. chansonnette.
B. 1. petite boule ; 2. petit agneau ; 3. mignon ; 4. camion ; 5. banc.
2. PAR OÙ COMMENCER ?
1. Ni l’école ni le travail ne l’intéressent, il n’aime que faire la fête.
2. Il n’y a que son père qui sache le calmer.
3. Je ne comprends, et je crois que je ne comprendrai jamais rien
aux ordinateurs.
4. Elle n’aime ni les bonbons ni le chocolat.
5. La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie.
3. DICTÉE DE MÉMOIRE
A.
Cet après-midi il aurait voulu sortir mais il faisait trop chaud. « Tu
ne viens pas? » lui avait demandé Julie. Mais il avait répondu que
par un temps comme celui-là les personnes sensées restaient
chez elles, à l’abri du soleil. Il avait donc passé cinq heures devant
la télé, accablé de chaleur, à regarder tout et n’importe quoi. Il ne
se rappelait pas grand-chose. Il avait seulement le vague souvenir
d’avoir vu une de ces émissions où les gens se disputent.
4. ACCORD OU PAS ACCORD
1. Oui, nous l’avons trouvée intéressante.
2. Oui, nous savons les écrire.
3. Non, nous ne les avons pas toutes comprises.
4. Oui, nous les avons trouvés difficiles.
5. Nous l’espérons.
5. LE CIEL ET BEAU ET TOI LAID. PARDON…
1. a. affaire, b. à faire ; 2. a. quelle, b. qu’elle ; 3. a. on, b. ont ;
4. a. quand, b. quant ; 5. a. quelquefois, b. quelques fois ;
6. a. amandes, b. amendes ; 7. a. d’avantages, b. davantage ;
8. a. pattes, b. pâtes ; 9. a. ris, b. riz ; 10. a. saoûl, b. sous.
6. PLAINTE CONTRE X
(Proposition de réponse)
Sur l’étagère en face du lit, il y avait une vingtaine de DVD et mon
appareil photo numérique.
Dans l’armoire, à gauche du canapé, il y a avait une boîte à bijoux
contenant deux bracelets en or et une bague avec un petit dia-
Unité 7
mant. Sur le bureau, entre le canapé et la télé, il y avait un mp4 et
un agenda électronique. À l’intérieur du tiroir de la table de nuit, à
côté du lit, il y avait un portefeuille, dans lequel il y avait 50 euros
environ et deux cartes de crédit, et une montre.
7. LE CODE DE LA ROUTE
2. Vous ne pouvez pas tourner à droite
3. Vous devez continuer tout droit
4. Vous devez vous arrêter au prochain stop
5. Faites bien attention à laisser le passage, vous n’avez pas la
priorité
SOLUTIONS
10. POUR OU PAR ?
A.
1. pour
prix
2. par
unité
3. par
moyen
4. par
cause
5. par
auteur
6. par
distribution
7. par
passage
8. par
moyen
9. pour
but
10. par
moyen
11. par
passage
12. pour
prix
11:29
Unité 7
MERCI DE VOTRE ATTENTION !
1. DÉFINITIONS
A. 14. alerter ; 4. beauté ; 7. bien-être ; 3. bond ; 6. mensonge ;
9. obsession ; 2. perfection ; 8. pilule ; 16. promesse ;
10. séquelle ; 15. tromper ; 11. vieillissement ; 13. consommateur/
trice ; 5. danger ; 12. donnée ; 1. exigence.
B.
NOM
VERBE
ADJECTIF
la perfection
perfectionner
parfait/e
le bond
bondir
---------
la beauté
embellir
beau/belle
le danger
------------
dangereux/euse
le mensonge
mentir
menteur/euse
l’obsession
obséder
obsédé/e
le vieillissement
vieillir
vieux/vieille
le consommateur
consommer
consommateur/trice
l’alerte
alerter
------------
l’exigence
exiger
exigent/e
la promesse
promettre
prometteur/euse
la tromperie
tromper
trompeur/euse
C.
• mensonge : mensonge d’état, petit mensonge
• alerte : alerte au gaz, état d’alerte, messages d’alerte
• tromper : se tromper de route, tromper son mari/sa femme
• bond : bond en avant, en arrière, faire faux bond
• consommer : consommer une bière, le mariage
2. ON EST MIEUX CHEZ SOI !
1. pour, 2. parce que / car, 3. à cause des, 4. grâce aux, 5. étant
donné qu’ / puisqu’
3. BUT OU CAUSE ?
1. pour (C) ; 2. pour ne pas (B) ; 3. pour (C) ; 4. pour (C) ; 5. pour
(B) ; 6. pour (C) ; 7. pour ne pas (B) ; 8. pour ne pas (B) ; 9. pour
(C).
4. CONSÉQUENCES POSITIVES OU NÉGATIVES
1. à cause des, 2. grâce aux, 3. à cause du, 4. à cause d’une,
5. grâce à l’, 6. à cause des, 7. à cause de, 8. à cause d’une
Cahier d’exercices
129
SOLUTIONS
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 130
5. CHANGEMENT CLIMATIQUE ?
A. (Propositions de réponses)
1. … qu’on n’a plus besoin de chauffage à la maison.
2. … le continent européen sera recouvert par la mer.
3. … qu’on ne sait plus comment s’habiller.
4. … certains hôtels ont été contraints de fermer.
5. … qu’il est impossible de faire des prévisions exactes.
B.
1. Les hivers sont devenus si doux…
2. Selon certains experts, d’ici un siècle, le niveau des eaux aura
tant/tellement augmenté que…
3. Les températures changent tant dans une même semaine que…
4. Il y a eu si peu de neige…
5. … qu’il est si difficile de mesurer … et que tant d’autres facteurs
interviennent…
C. 1. si, tellement ; 2. si, tellement ; 3. tellement ; 4. si,
tellement ; 5. tellement, tant.
6. OR
A.
• Je suis en vacances vendredi, or avec Pauline, on n’a pas encore
décidé où aller.
• Ça fait quinze ans qu’il vit à Londres, or il déteste la grisaille.
• Les Brésiliens étaient considérés comme les grands favoris, or
ils ont été éliminés en quart de finale.
• Les enfants sont toujours très turbulents à cet âge-là, or celui-là
est sage comme une image.
7. J’AI BEAU CHERCHER, JE NE TROUVE PAS !
A. 1. a, 2. b, 3. c.
B.
2. Il y a beau avoir du soleil, il fait très froid.
3. Vous avez beau être très perspicace, vous ne devinerez jamais
la fin de l’histoire.
4. J’ai beau adorer le fromage, je n’en mange pratiquement jamais.
5. La maison a beau être grande, on ne peut pas inviter autant de
monde.
6. J’ai eu beau lui expliquer, il n’a toujours rien compris.
7. Jeanne a beau avoir la grippe, elle a travaillé toute la journée.
8. Charles est quelqu’un de très hypocrite ; il a beau être très
aimable avec moi, je me méfie de lui.
8. ALERTE AUX OGM
B. 1. car, 2. pourtant, 3. cependant, 4. de telle façon que, de sorte
que, 5. par conséquent, 6. aussi peut-on introduire, 7. parce qu’ /
puisqu’, 8. afin qu’.
10. ACCROCHES EFFICACES
B.
• 20.45 : France 2. Les Mentawaï, ou hommes-fleurs, en
Indonesie.
• 20.15 : France 3. Vous parlez québécois ?
• 22.25 : Arte. Les prisons de mineurs délinquants.
• 21.30 : Arte. Le loup.
2. Registre familier
Marques de ce registre : omission des premières particules de
négation (ne) ; emploi de on dans le sens de nous, en principe
réservé à la langue orale ; présence d’apocopes ; tutoiement du
lecteur ; mots des registres familiers et argotiques ; exclamations
familières (Bas les pattes !) ; phrases incomplètes ; emploi fréquent du pronom ça ; omission du pronom sujet (Faut les voir de
près)…
3. (Propositions de réponses)
• Faire un tabac : triompher, réussir, avoir un gros succès
• Une théorie qui décoiffe : un point de vue insolite, inédit, surprenant, choquant…
• Ne pas tenir debout : n’avoir aucun sens
• Un exutoire : dérivatif ou échappatoire à un sentiment violent
• En douce : discrètement, sans que personne ne s’en aperçoive
4.
Objection
1.
Réponse anticipée
« […] il ne connaît rien au foot. Il Il a joué au foot dans sa jeun’y comprend rien. »
nesse et le suit à la télé.
2. « Vous ne me croyez pas ? Vous C’est indéniable : il n’y a jamais
trouvez que je délire grave ? »
de violence dans les sports où
l’on joue au ballon avec les
mains.
3. « J’entends l’objection : s’il n’y
Le football américain a autant
a pas de violence dans les
de supporters que l’européen et
autres sports, c’est parce que le ne connaît jamais de violence
foot est le seul à attirer 40 000 dans les gradins.
spectateurs. »
5. A, 2, 3 ; B, 2, 3 ; C, 1 ; D, 3 ; E, 1, 4.
6. Selon l’auteur, le foot crée des frustrations parce qu’on ne peut
pas toucher le ballon avec les mains. Le ballon est un outil
pensé pour être touché avec les mains alors qu’au foot c’est
interdit, par conséquent les joueurs doivent se retenir, ce qui
amène à la frustration et à l’explosion de violence.
7. Dans le quatrième paragraphe. La forme du ballon donne envie
de le toucher avec les mains, ce qui au football crée une frustration. Selon l’auteur, la violence serait l’exutoire de cette frustration.
8. (Exemple d’un avis personnel)
Le concept du sport synonyme de santé et de bien-être est relativement récent dans nos sociétés. En effet, les romains se réunissaient bel et bien pour voir des jeux de cirque où la violence
faisait partie intégrante de l’évènement. Si les Jeux Olympiques
existaient avant leur première formation académique au xixe
siècle, ils étaient surtout liés aux pratiques militaires et à la
notion du combat. Les idées de santé et de bien-être sont étroitement liées aux loisirs et à l’apparence physique que l’homme
doit avoir aujourd’hui s’il veut vivre longtemps et dans de bonnes conditions physiques. Or, la foule a besoin de « lâcher » une
certaine pression que la société lui fait subir. N’oublions pas de
distinguer spectateur et sportif, car ce dernier a la plupart du
temps en tête les notions de compréhension mutuelle, de fairplay et de solidarité.
11. FRUSTRANT, LE SPORT ?
1. (Proposition de réponse)
Il s’agit d’une langue orale et d’un argumentaire d’opinion, alors
qu’un article a généralement un caractère informatif. L’auteur
interpelle directement les lecteurs qu’il tutoie.
130
Cahier d’exercices
Unité 7
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 131
Unité 8
LES BONS PLANS
B.
• La biennale réunit cette année d’éminents artistes visuels,
architectes et concepteurs urbains…
• La journée nationale de commémoration et d’action contre la
violence aura lieu le …
• Comme tous les ans, le festival des cultures basque, corse et
catalane, au travers de trois villes, Calvi, Ciboure, Collioure sera
au centre des activités culturelles…
• Ce site a été créé en hommage à Barbara, la célèbre chanteuse
disparue…
• Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles présente une rétrospective majeure de l’œuvre de Théo van Rysselberghe.
2. AUTREMENT DIT
A.
Texte 1 : contemporain, international, mystérieux, naturel, architectural, inoubliable, sceptique, culturel, unique, artistique,
incompatible, superbe, impressionnant, poli, ostendais, nonagénaire, phénoménal, étrange, sarcastique, grimaçant, fantastique, époustouflant, sud-africain, nostalgique, photographique.
Texte 2 : spontané, sincère, incapable, traditionnel, compact,
doux, rocailleux, électrique, travaillé, rythmique, discret, pur,
vrai.
3. L’EXCEPTION CULTURELLE
1.
f
quotas de programmation française
2.
v
Loi de 1994
3.
v
Elle ne manque jamais l’émission
4.
v
Pour la télévision […], il existe des quotas similaires
5.
v
Mondialisation de la culture, anglais dominant
6.
nsp
7.
v
Les chaînes financent 40% du cinéma français
8.
v
Les entreprises discographiques surtout
9.
f
Principalement mais pas eclusivement
Choix de la radio
10.
v
Car diffusion moindre
4. ANAPHORES
A.
• il = Christophe Mali
• ne lui dites pas = Ne dites pas à Christophe Mali
• celles de = les chansons de
• qui l’a invité = Bénabar a invité Christophe Mali
• comme lui = comme Bénabar
• qui a déjà travaillé = Edith Fambuena
• à qui il dédie = il dédie à Jacques Higelin
B.
1. ils, ceux, ceux qui, ceux-là, les premiers
2. laquelle, celle-ci, celle-là, elle, ils, leur, eux
Unité 8
SOLUTIONS
1. GÉNÉRATIONS, CÉLÉBRATIONS ET
ANNIVERSAIRES
A. 1. c, 2. g, 3. e, 4. b, 5. a, 6. f, 7. d.
C.
1. Les anaphores grammaticales
• Pierre joue la guitarre tous les jours, mais il préfère chanter.
Marie aime le poulet mais elle déteste l’agneau.
Les filles sont en retard, elles ont encore raté le bus !
• Celui, celle, ceux, celles.
> celui-ci/celui-là, celle-ci/celle-là, ceux-ci/ceux-là, cellesci/celles-là
La manifestation a bloqué la rue ; celle-ci a due être fermée
par les policiers.
La police a retrouvé les deux adolescents sains et saufs.
Ceux-ci avaient disparu depuis lundi.
Toujours pas de traces des deux voleuses de l’avenue Foch.
Selon les enquêteurs, celles-ci auraient pu quitter le territoire.
> Celui de, celle de, ceux de, celles de :
Le copain de Martine est beaucoup plus sympa que celui de
Chris.
Quelle rive de la Senne tu préfères celle de droite ou celle de
gauche ?
J’adore les chocolats, mais ceux de Belgique sont incontestablement les meilleurs.
Les lunettes de Monique sont plus jolies que celles de
Martine.
> Celui qui/que, dont, celle qui/que, dont, ceux qui/que, dont,
celles qui/ que, dont :
J’aime bien ce chanteur québécois, tu sais, celui qui est en
concert cette semaine au Zénith.
Bien sûr que tu la connaîs Corinne, c’est celle qui t’avait
demandé de lui passer tes notes de chimie.
Les films d’action sont ceux que je préfère.
Les théories de Fabrice sont celles dont son frère s’est inspiré
pour sa thèse.
PRONOMS POSSESSIFS
Masculin singulier Féminin singulier
le mien
la mienne
le tien
la tienne
le sien
la sienne
le nôtre
la nôtre
le vôtre
la vôtre
le leur
la leur
Masculin pluriel
Féminin pluriel
les miens
les miennes
les tiens
les tiennes
les siens
les siennes
les nôtres
les vôtres
les leurs
• le, la, l’, les, lui, leur
Elle est fan de cet acteur. Elle est allée le voir au théâtre plusieurs fois.
Hier, il est allé chercher sa voiture à la fourrière, heureusement
il l’a récupérée en bon état.
Il a les clés ? Non, il les a perdues.
À l’occasion du mariage de Marion et Manu, Jean-Paul leur a fait
un beau cadeau.
Martine voulait rentrer en octobre au Canada, mais son chef lui
a demandé d’attendre la fin de l’année.
2. Les anaphores lexicales : générique, nominalisation.
Cahier d’exercices
131
SOLUTIONS
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 132
5. « COMME AU CINÉMA »
histoires, gros plans, images floues, scénario, mise au point, plans
serrés, musique d’ambiance, séquence, projecteurs, acteurs,
image, star, rôle, critiques, coupez moteur, caméras.
7. Les journalistes discutent pendant qu’ils attendent les participants à la conférence de presse.
8.Les biographes parlent de mort naturelle, sans toutefois exclure
le suicide.
6. LE GOÛT DES AUTRES
++ : 1, 2, 3, 4, 5 , 6, 8
+:7
1. en état de grâce = sublimes, inspirés
met du baume au cœur = réjouit, fait du bien
etreindre = prendre dans ses bras
• « Drôle en surface, bouleversant dans le fond » : drôle d’apparence mais émouvant dans le propos
2. un coup de maître = un chef d’œuvre
tout sonne juste = le bon ton, pas d’excès, crédibilité
• Synonymes: drôle, amusant ; désinvolte, frivole ; moqueur,
blagueur ; tendre et sensible, humain ; vibrant, éclatant ; incisif,
caustique ; souple, leste ; énérgique, dynamique.
3. ciselés, peaufinés = parfait, soigné, travaillé
tisse sa toile = œuvre, joue, fait
• L’auteur utilise des métaphores artistiques, des domaines de
la sculpture, de l’orfèvrerie.
4. si = tellement plein de
Si est ici remplaçable par tellement, qui a beaucoup de qualités
5. d’une justesse sidérante = d’un réalisme époustouflant
esprit inimitable = qu’on ne peut imiter, unique
transpire = transmet
6. gagné en finesse = est devenu plus fin
galerie d’acteurs déconcertants de justesse = casting de très
bons acteurs
7. jouer avec le feu = être à la limite
stéréotypes = clichés
• Registre de langue. Connivence presque familière : « ses
lunettes de vue, son voisin, jouer avec le feu ».
8. humainement important = traite de sujets concernant l’homme
sans le prendre à la légère = sérieusement
apparence théâtralement enjouée = l’air drôle, comique, enjoué
11. « DOUBLAGE OR NOT DOUBLAGE ? »
1. 4
2. 2
3.
Arguments pour :
• Certaines personnes refuseront d’aller voir un film qui ne soit
pas traduit dans leur langue (2).
• La plupart des studios proposent une qualité de doublage plus
qu’acceptable (2).
• Les supports et moyens de transmission permettent à chacun de
choisir sa version (2).
• La lecture des sous-titres ne permet pas de profiter pleinement
du film (2).
• Certains doublages améliorent l’interprétation d’acteurs médiocres (2).
• Le doublage est indispensable dans le cas de fictions très
ancrées dans leur culture d’origine (2).
Arguments contre :
• La VOST aurait un effet positif sur l’acquisition des langues
étrangères. Certains pays ne doublent pas les fictions, et leurs
habitants parlent généralement plusieurs langues (1).
• L’immersion dans la langue d’un pays permet une meilleure
compréhension de sa culture (1).
• La VO permet de respecter les œuvres de fiction et leurs interprètes. Le doublage dénature le texte original (1).
• La VOST permet d’améliorer la vitesse de lecture et la maîtrise
du français (1).
• Les personnes sourdes et malentendantes apprécient les soustitres (1).
• Le sous-titrage est un procédé plus rapide et moins onéreux que
le doublage (1).
• Les doublages sont parfois mauvais (2).
7. LE PARTICIPE PRÉSENT
2. Les jeunes passant par cette école ont leur avenir sur les planches assuré.
3. Un journaliste écrivant de la poésie n’est pas un fait habituel.
4. Les artistes plasticiens sachant s’adapter aux nouvelles technologies ont un bel avenir devant eux.
5. Les chansons occupant la tête des ventes sont souvent de purs
produits commerciaux.
6. Il est marié à une actrice portugaise s’appelant Maria.
7. Sachant qu’elle était québécoise, il avait décidé de lui écrire en
français.
8. Parmi les spectacles s’étant produits durant ce festival de cirque, mon préféré reste celui des cracheurs de feu.
9. Elle observait patiemment la statue de Colomb montrant du
doigt la Méditerranée.
4. « Certes, je suis d’accord pour dire que certains doublages sont
parfois mauvais. »
5. 2, 3
6. « Les spectateurs qui ne sont reliés ni au câble ni au satellite
sont donc privés d’une source d’apprentissage des langues
variée, gratuite, et accessible à tous. »
7. 1, 3
8. 2
10. Dans le cas des séries télévisées du type Simpsons, en raison
des références culturelles.
8. LE GÉRONDIF
2. Quand elle a réalisé ce film avec ce film grâce à ce film, elle a
voulu montrer une nouvelle facette de sa personnalité.
3. Auteur d’essais, c’est grâce à son roman policier qu’il est
devenu célèbre.
4. Pour montrer leur mécontentement, les spectateurs ont hué les
musiciens.
5. Quand les visiteurs ont vu certaines photos de l’exposition Jean
Dart, ils se sont scandalisés
6. Pour payer ses dettes, elle a vendu sa collection de tableaux
impressionnistes.
132
Cahier d’exercices
Unité 9
SALUTATIONS DISTINGUÉES
1. LE LEXIQUE DE L’ENTREPRISE
A. A. démissionner, B. embaucher, C. gaspiller, D. harceler, E. la
direction, F. le chômage, G. le personnel, H. les frais, I. licencier,
J. le congé, K. le contrat, L. le poste, M. le rapport, N. le syndicat
O. la subvention, P. le salaire.
C. le salaire, gaspiller, embaucher, les frais, licencier
3. VOISINAGE
A. Le chat, le bruit, le type d’invités, le va-et-vient des gens, les
mégots de cigarettes, le type de musique.
Unité 9
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 133
B. … elle m’a reproché d’avoir fait du bruit, elle a dit qu’elle en
avait assez d’avoir un voisin comme moi, qu’elle regrettait l’ancienne voisine…
5. D’ACCORD OU PAS D’OPINION
1. Il m’a dit qu’il voulait pouvoir rentrer plus tard le samedi soir
2. Il m’a dit qu’avec une moto, ce serait plus rapide pour lui d’aller
au lycée.
3. Il m’a dit qu’il était sûr qu’en ne partageant pas sa chambre avec
son frère, il étudierait mieux.
4. Il m’a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi l’école était obligatoire jusqu’à 16 ans.
5. Il m’a dit qu’il aimerait partir en vacances avec Fredo l’été prochain.
6. Il m’a dit qu’il aimerait que je lui prête la maison de campagne
pour fêter son anniversaire avec les copains.
7. T’AS PAS 20 EUROS ?
A. B.
1. Pourrais-tu me donner 20 euros s’il te plait ?
2. Sais-tu si Julien a appelé ?
3. Sais-tu où est mon jean ?
4. Est-ce que tu as eu le temps de le repasser ?
C. 1. c, 2. d, 3. a, 4. b.
12. REGRETS
2. J’avais malheureusement complètement oublié l’anniversaire de
ma grand-mère ; j’aurais dû le noter dans mon agenda.
3. Au lieu d’acheter une maison neuve, j’ai préféré en arranger une
en ruine ; je n’aurais pas dû car je suis dans les travaux depuis
deux ans.
4. Si j’avais été plus économe, je n’aurais pas dépensé tout mon
salaire ; j’aurais dû faire attention.
5. J’aurais dû m’y prendre plus tôt car je n’ai pas pu tout finir.
6. Je me suis retrouvé dans les embouteillages pendant des heures ; j’aurais dû prendre le train.
7. Il est immangeable ; j’aurais dû suivre la recette.
8.Maintenant il est trop tard ; si j’avais déménagé à temps, j’aurais un bel appartement à bon prix ; j’aurais dû écouter tes
conseils !
SOLUTIONS
4. SOURD COMME UN POT
• Il te demande si tu as pris ton cachet qu’il avait mis à côté de ta
serviette.
• Il raconte qu’ils sont allés à Rome ; il dit que c’était bien et que
les Romains étaient très sympas.
• Il dit qu’ils se sont bien amusés et qu’il espère qu’ils y retourneront parce qu’il a fait…
• Il te demande si tu te rappelles que le docteur a dit qu’il passerait te voir demain.
• Elle te rappelle qu’il faut que tu prennes tes médicaments
je vous serait reconnaissant/e, avec mes remerciements anticipés, l’expression de ma profonde gratitude, je vous serait reconnaissant de bien vouloir…
Pour informer : j’ai passé commande, je vous présente ma démission…
Pour s’excuser : je regrette tellement…
Pour demander des informations : je vous serais reconnaissant/e
de bien vouloir m’adresser…
Pour se plaindre : (jamais commandé) des délais raisonnables
13. HIER, ILS ONT DIT QU’AUJOURD’HUI…
A.
1. demain, 15 heures, 17 heures, hier, après-midi.
2. mardi prochain, ce matin.
3. avant-hier, week-end, après-demain.
B. a. 6, 7, 3 ; b. 5, 8 ; c. 1, 4, 2.
9. KIDNAPPING DE BARBIES
A.
• La disparition de tout un rayon de jouets a surpris les employés.
• Les poupées Barbie et leurs accessoires saturent le magasin en
cette période de Noël.
• Des photos de femmes remplaçaient les poupées.
• Un groupe proféministe serait auteur de cette manœuvre.
• Un voisin aurait aperçu une camionnette blanche.
10. AFFAIRE D’EMPOISONNEMENT
A.
Comme d’habitude, déjeuner presque toujours accompagné de
collaborateurs ou de clients. Ce mercredi, il était avec 3 autres personnes : 2 hommes dans la cinquantaine et une femme, la trentaine environ.
11. CHER AMI
A.
Pour qui ?
1. un/e fonctionnaire de la CRAM ; 2. le Directeur ; 3. Mme
Luminier ; 4. Sa petite-fille ; 5. un service-clients.
Pourquoi ?
1. Demande de documentation ; 2. Démission ; 3. Remerciement ;
4. Anniversaire ; 5. Réclamation.
14. INTERROGATIONS
(Propositions de corrigé)
a. Je me demande s’il a rencontré quelqu’un.
b. Je me demande si elle est intéressée par son argent.
c. Je me demande ce qu’il peut bien faire entre temps.
d. Je me demande ce qu’il me veut.
e. Je me demande si son téléphone fonctionne bien.
15. LETTRES OUVERTES
• Afin de constituer…
• Vous vous êtes trompé…
• Cher Yvan…
• Pour la dernière fois…
• Vous remerciant …
• J’ai besoin…
• Après une lecture…
• Je vous demande…
• Je vous demande de bien…
• Tous les jours…
• Votre chien…
• Nous venons..
• Mille mercis…
A
D
D
F
A
D
F
A, F
F
F
D
A
A
B.
Pour se présenter : employé en tant que…
Pour remercier : un grand merci, je vous suis très reconnaissant/e,
Unité 9
Cahier d’exercices
133
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 134
SOLUTIONS
AUTOÉVALUATION 7-8-9
1. POT-POURRI
A. (Proposition de réponses)
1. malgré le mauvais temps
2. à cause des grèves de transports
3. bien qu’il ait envoyé de nombreux C.V.
4. Pourtant la météo avait annoncé une baisse de 5 degrés
5. pour ne pas réveiller les enfants
6. pour avoir fait l’idiot / pour ne pas avoir fait ses devoirs
7. Du coup, on ira chez le chinois
8. afin que le conservatoire lui décerne le prix du jury
9. afin de rester auprès de sa fiancée
10. tellement que nous écourterons nos vacances
11. tandis que l’autre équipe fait des heures supplémentaires
12. je me réveille encore fatigué
B.
1. …
2. à cause de + nom : la cause
3. bien que + subjonctif : la restriction
4. pourtant + sujet (phrase) : l’opposition
5. pour ne pas + verbe à l’infinitif : le but
6. pour + infinitif + pp : la cause
7. du coup + sujet (phrase): la conséquence
8. afin que + sujet (phrase) au subjonctif : le but
9. afin de + verbe à l’infinitif : le but
10. tellement que + + sujet (phrase) : la conséquence
11. tandis que + sujet (phrase): l’opposition
12. avoir beau + verbe à l’infinitif : la restriction
2. QUESTIONS-RÉPONSES
A.
1. g ; 2. i ; 3. e ; 4. c ; 5. b ; 6. f ; 7. h ; 8. a ; 9. j ; 10. d.
B.
1. Tu me prêtes ta moto ?
2. Je peux t’emprunter ce livre ?
3. Elle pense encore à son divorce ?
4. Marc et Jeanne ont changé de voiture ?
5. Qu’est-ce que je vais faire de ce vieux canapé ?
6. Oui, nous l’avons déjà fait.
7. Non, je ne l’ai pas encore préparé.
8. Tu peux m’en garder deux, un pour moi, un pour Julien.
9. Non, j’y vais dans deux semaines.
10. Oui, elle les a données à Patrick hier.
3. LES PARTICIPES PASSÉS
A. 1. c, 2. a, 3. b, 4. b, 5. b, 6. a, 7. c, 8. b
B. 1. assis, 2. acquis, 3. aperçu, 4. couvert, 5. mort, 6. parvenu, 7.
reçu, 8. suivi, 9. surpris
C. suivi ; reçu ; mort ; couverts ; acquis ; parvenus ; surprise ;
aperçu.
4. ON M’A DIT QUE…
(Propositions de corrigé)
• On m’a dit que cette coupe m’allait très bien.
• On m’a répondu que je ne pouvais pas demander de prêt.
• Il a prétendu l’avoir fait mais je ne le crois pas.
• On m’a fait remarquer que les places étaient réservées.
134
Cahier d’exercices
• On m’a fait savoir que le contrat serait bientôt signé.
• Il a voulu savoir si tu étais célibataire.
• Elle nous a invité à regarder le film chez elle demain.
• On m’a conseillé de ne rien dire.
• Vous êtes autorisés à sortir dix minutes avant la fin de l’examen.
• Je lui ai demandé de suivre le règlement.
• Il m’a demandé ce qu’elle t’avait raconté. / ce qui c’était passé.
• La directrice nous a ordonné de sortir de la salle.
5. AVEC DES « SI »
(Propositions de réponses)
1. si les gens faisaient plus de vélo
2. si on s’exprimait plus clairement
3. si on cessait de produire des armes
4. si l’emploi était plus accessible
5. si on se respectait davantage
6. si les loyers étaient moins chers
7. si les femmes l’étaient aussi
8. si la science pouvait faire des miracles
6. EMPLOI DU TEMPS
(Proposition de réponse)
Si j’étais un roi de France, j’habiterais à Versailles, je me lèverais à
midi le lundi, je recevrais mes conseillers en pyjama le jeudi, je
ferais des balades en montgolfière le dimanche…
Unité 10
AU REVOIR !
1. LIEU OU BIEN TEMPS ?
A. 1. le bâtiment, le jour ; 2. la première fois, un endroit ; 3. l’été/
l’année ; 4. Au moment ; 5. la boîte ; 6. l’époque ; 7. l’heure
B.
Où exprime le temps : le jour, l’époque, au moment, l’été, la première fois, l’heure
Où exprime l’espace : le bâtiment, la boîte, l’endroit
2. QUELQUES DATES POUR L’HISTOIRE
Mai 1945 : je crois que c’est le mois où l’armistice de la deuxième
guerre mondiale a été signée.
10 décembre 1948 : c’est le jour où la déclaration universelle des
droits de l’homme a été rédigée
9–10 novembre 1989 : c’est le jour où le mur de Berlin est tombé.
1992 : C’est l’année où on a signé le traité de Maastricht.
3. NEG-OTIUM
B.
1. Travailler est plutôt négatif : valeur sociale du travail, manque
de considération pour les sans-emploi, stress, mauvais pour
l’équilibre mental …
2. Travailler est plutôt négatif : société basée sur la consommation
des loisirs, trop de temps passé au travail, le travail c’est juste
un moyen de gagner sa vie…
3. Travailler est plutôt positif : se sent utile, indépendante, productive, se réalise dans son activité, aime y consacrer du temps
même si cela empiète sur sa vie privée…
4. EXAGÉRER POUR MIEUX S’EXPRIMER
A.
Je veux : 3, 13 ; Au revoir : 1, 15 ; Merci ! : 6, 10 ; Faites ça ! : 7, 9 ;
Dommage : 5, 11 ; Promis ! : 8 ; Désolé ! : 4, 12 ; Non ! 16 ; Super ! :
2, 14.
Unité 10
118-136_Rp3_SolutionsCE.qxq
25/1/08
11:29
Página 135
5. CIRCONSTANCES SPÉCIALES
1. Non, il vraiment, c’est trop ! Il ne fallait pas, tu es trop généreux,
je suis surpris d’un tel cadeau, ça a dû te coûter très cher.
2. Je suis très honoré de vous présenter M. Possot qui va nous
offrir cette conférence…
3. Au nom de tous, nous allons vivement regretter ton départ…
6. INDICATIF, SUBJONCTIF OU INFINITIF ?
A. 1. a ; 2. a ; 3. a ; 4. a ; 5. a ; 6. b ; 7. a ; 8. a ; 9. a ; 10. a.
B.
Quand
• vrai : j’espère que vous passerez me voir de temps en temps.
• vrai : je souhaite aller en Normandie.
• faux : il regrette ce qui s’est produit.
La forme
• vrai : on aurait bien aimé qu’elle vienne (ils viennent au présent
de l’indicatif ).
• vrai : nous souhaitons que vous vous entendiez bien.
• faux : être, avoir, savoir, faire, vouloir…etc.
• faux : auxiliaire au subjonctif présent + participe passé : elle
regrette que tu n’aies pas accepté sa proposition.
7. LES MARQUES DE POLITESSE
B. (+) 8 - 1 - 9 - 3 - 4 - 5 - 2 - 6 - 7 - 11 - 10 (–)
C.
• Pourriez-vous : énoncé le plus poli
• Pourriez-vous : le conditionnel suggère ici « si vous avez le
temps, l’amabilité… »
D. 1. b ; 2. b
E. Je suis vraiment navré de ne pouvoir aller à ce dîner / je
regrette vivement mais j’ai déjà un rendez-vous à cette date /
je suis sincèrement désolé de ne pouvoir accepter votre invitation
Unité 10
8. VOUS NOUS… NOUS VOUS…
1. informons, prions ; 2. a, demande / demanderais, remercie ; 3.
reçu, envoyé, contacterons ; 4. écris, empêchent, demandé,
demandons, prie
9. CE QUI OU CE QUE ?
1. ce qui ; 2. que ; 3. ce que ; 4. ce que ; 5. que ; 6. ce qui ; 7. qu’ ;
8. ce qu’ ; 9. ce que ; 10. qu’
11. PRONOMS ANAPHORIQUES
A. celui avec qui / avec lequel ; avec lui ; l’ ; il ; lui
B.
• Pronom tonique : lui
• Pronom COD : l’ (le)
• Pronom COI : lui
• Pronom démonstratif : celui
SOLUTIONS
B.
2. Nous sommes vraiment ravis d’apprendre savoir que vous arrivez demain !
3. J’aimerais tellement que vous m’accompagniez.
4. Nous sommes profondément désolés de ne pas pouvoir venir à
la fête que vous organisez.
5. J’aurais tant aimé rester parmi vous !
6. On est si touchés par votre gentillesse.
7. Merci de m’envoyer ces documents rapidement.
8. Je n’oublierai pas de vous donner prochainement de mes nouvelles.
9. N’oubliez surtout pas d’arroser les plantes pendant mon
absence.
10. Sincèrement, merci d’êtres venus si nombreux.
11. Je regretterai vivement votre compagnie.
12. Je regrette profondément ce qui s’est produit.
13. J’espère impatiemment vous revoir bientôt.
14. C’est un grand plaisir de vous accueillir chez moi.
15. C’est avec une profonde tristesse que je vous quitte.
16. Nous regrettons vivement de ne pas pouvoir satisfaire votre
demande.
C. ceux avec qui / avec lesquels, avec eux, les, ils, leur
D.
Pronom sujet : il, ils, elle, elles
Pronom tonique : lui, eux, elle, elles
Pronom COD : le / l’, les, la / l’, les
Pronom COI : lui, leur, lui, leur
Pronom démonstratif : celui, ceux, celle, celles
12. L’AFFAIRE ROSWELL
A. Engin spatial, Ovni, Navette spatiale.
B.
• La nouvelle, information
• Les débris, ceux, ceux, vestiges, ceux
13. SOLIDARITÉ LEXICALE
A.
• Semer la terreur
• Évoquer des souvenirs
• Attirer l’attention
• Se montrer sceptique
• Faire confiance
•
•
•
•
•
Prendre des mesures
Rechercher le grand amour
Se faire du souci
Faire grève
Soigner la présentation
•
•
•
•
•
•
Souhaiter bonne chance
Faire la bise
Poser des questions
Suivre un régime
Toucher un salaire
Faire part d’une opinion
•
•
•
•
•
•
Se consacrer à la politique
Résoudre un problème
Mettre en évidence
Dévoiler un secret
Obtenir un emploi
Se mettre d’accord
Cahier d’exercices
135
136_Rp3_Gp_crèdits.qxq
25/1/08
09:45
Página 136
GUIDE PÉDAGOGIQUE 3
Auteur
Monique Denyer
Édition
Eulàlia Mata Burgarolas
Correction
Yves-Alexandre Nardone
Conception graphique
A2-Ivan Margot
Couverture
A2-Ivan Margot ; illustration : Javier Andrada
Mise en page
Carme Muntané
Illustrations et images
© illustrations et images. Toutes les illustrations ont été réalisées par Javier Andrada sauf :
P. 46, García Ortega. P. 64, Digiatlas. P. 68, David Revilla. P. 84 (de gauche à droite et de haut
en bas) affiche du film L’Iceberg/Courage mon amour Films/RTBF/FAG Prod ; couverture du
roman Serais-tu là ? de Guillaume Musso, XO Éditions, France ; affiche du film Un couple parfait/Masa Sawada/Michiko Yoshitake/ARTE France ; couverture du roman Mes amis Mes
amours © Photo12.com-Alamy et Royalty-Free/Corbis, reproduit avec l’aimable autorisation
des Éditions Robert Laffont et Susanna Lea Associates ; couverture de La Cantatrice © Éditions
Gallimard et transit.design ; affiche du film Nos jours heureux/La Petite Reine/La Région
Poitou Charente/M6 Films/Quad Films/SND/TPS Star.
© L’auteur et Difusión, Centre de Recherche et de Publications de Langues, S.L.
Barcelone, 2008
Réimpressions : janvier 2008
ISBN : 978-84-8443-391-0
Dépôt légal : B-36004-2007
Imprimé en Espagne par Tallers Gràfics Soler, S.A.
136
Au revoir !
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising