Pholia n°6 - DDL

Pholia n°6 - DDL
P
H
O
L
I
A
1991
volume 6
Laboratoire de Phonétique et Linguistique Africaine
CRLS - Université Lumière - Lyon 2
PHOLIA
Volume 6 - (1991)
ISSN 0992-4396
Publié par
le Laboratoire de Phonétique et Linguistique Africaine
Centre de Recherches Linguistiques et Sémiologiques
Université Lumière - Lyon 2
Membres de l'équipe :
Enseignants-chercheurs :
Jean A. Blanchon
Louise V. Fontaney
Jean-Marie Hombert
François Nsuka-Nkutsi
Gilbert Puech
Lolke Van der Veen
Chercheur CNRS :
Naïma Louali
Etudiants-chercheurs :
Paulin Alo
Pierre Bancel
Jocelyne Dieng
Rachid Hamdi
Pither Medjio
Médard Mouele
Patrick Mouguiama
Gisèle Teil-Dautrey
Toute correspondance est à adresser à :
Jean Blanchon
LAPHOLIA-CRLS, Université Lumière-Lyon 2
C.P. 11 - 69676 BRON cedex (FRANCE)
Adresse électronique: pholia@cism.univ-lyon1.fr
Prix du numéro : 60 francs (+ frais de port pour l'étranger)
Payable par chèque établi à l'ordre de : Madame l'Agent comptable de l'Université Lyon 2
à envoyer à l'adresse ci-dessus.
PHOLIA
PHOLIA (ISSN 0992-4396) est une publication annuelle qui rassemble des
contributions consacrées à la PHOnétique et à la LInguistique Africaine. Elle
contient des articles écrits en français ou en anglais par les membres du Laboratoire
de Phonétique et Linguistique Africaine (LAPHOLIA) ou par des chercheurs dont
les travaux sont directement liés aux projets du laboratoire. Cette équipe, implantée à
l'Université Lumière-Lyon 2, fait partie du LACITO (Laboratoire des Langues et
Civilisations à Tradition Orale, UPR 3-121 du CNRS) et collabore avec le GRECO
Communication Parlée. Les thèmes de recherche de l'équipe sont :
- l'analyse interne et comparative des langues bantu ;
- la phonétique expérimentale comme aide à la décision phonologique :
application aux systèmes synchroniques et diachroniques ;
- l'utilisation de l'informatique dans l'étude des langues africaines : traitement de
la parole, bases de données et systèmes experts .
La collecte des données s'effectue en laboratoire à Lyon avec des informateurs
de langues africaines ou sur le terrain ; elle peut occasionnellement concerner
d'autres zones linguistiques.
Parmi les contributions incluses dans PHOLIA, certaines sont dans leur
version définitive, d'autres constituent une version préliminaire.
Directeur de la publication: Jean-Marie Hombert
SOMMAIRE
BLANCHON, J. A. - Faire un dictionnaire d'une langue bantoue
sur Macintosh avec HyperCard 2.0.
BLANCHON, J.A. - Le pounou (B 43), le mpongwè (B 11a),
et l'hypothèse fortis / lenis
DEMOLIN, D.- Les consonnes labio-vélaires du mangbétu
GREGOIRE, C. - Premières observations sur le système tonal
du myènè-nkomi, langue bantoue du Gabon (B 11e)
HOMBERT, J-M. M.MOUELE & L.W. SEO - Outils informatiques
pour la linguistique historique bantu
HOMBERT, J-M. - Quelques critères de classification des parlers fang
JANSSENS, B. - Doubles réflexes apparents en ewondo, ou les
chassés-croisés de la dérivation
TEIL-DAUTREY, G.- Conditionnement tonal de certains "doubles
réflexes" en basaa (A 43a)
VAN DER VEEN, L.J. - Etude dialectométrique et lexicostatistique
du groupe B 30 (Gabon)
VAN DER VEEN, L.J. - Le système tonal du ge-via (Gabon)
7
49
85
107
131
145
155
181
191
219
Pholia 6-1991
7
FAIRE UN DICTIONNAIRE D’UNE LANGUE BANTOUE
SUR MACINTOSH AVEC HYPERCARD 2.0.
Jean A. BLANCHON
Abstract
This article examines most of the problems encountered in devising a
computerized dictionary of a Bantu language with the help of HyperCard 2.0.
Practical solutions are offered wherever possible and the adequacy of the
programme to the task is tentatively assessed.
1. INTRODUCTION
Faire un dictionnaire a longtemps consisté à établir des fiches sur des cartes
en bristol (une fiche par entrée), à les classer dans l’ordre alphabétique de la langue
considérée, à les dactylographier bout à bout pour obtenir un document unique,
enfin à composer ce document en vue de l’impression. Quant à la consultation, elle
impliquait la manipulation physique des fichiers et de leurs fiches ou des volumes et
de leurs pages, ce qui était toujours lent et parfois athlétique. Ces temps sont
heureusement révolus. En effet, de nombreux logiciels pour micro-ordinateurs
gèrent des fiches (métaphoriques), les trient dans l’ordre voulu, font toutes les
recherches qu’on leur demande avec la rapidité de l’électronique, et permettent
même d’imprimer, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un traitement de
textes.
Sur les micro-ordinateurs Macintosh, qui équipent de plus en plus
fréquemment les Universités et Centres de Recherche, on dispose de plusieurs
programmes de ce genre, dits “gestionnaires de bases de données”, tels que
Quatrième Dimension et FileForce de ACI, Omnis 5 de Blyth Software, FoxBase de
Fox Software, ADN de Initiative ADN, Double Helix de Odesta Corporation,
FileMaker et FileMaker Pro de Claris, etc. Apple distribue aussi avec ses machines
8
Pholia 6-1991
un programme hybride très original, HyperCard, qui possède un certain nombre de
fonctions analogues à celles des programmes déjà énumérés, ce qui le rend apte,
malgré certaines limitations, à remplir à peu près les mêmes tâches.
Bien sûr, aucun de ces programmes n’a été conçu en fonction des besoins
particuliers du lexicographe, mais il est en général possible, avec un peu d’astuce, de
les utiliser dans un but non spécifiquement prévu par le concepteur. Ayant moimême confectionné un dictionnaire d’une langue bantoue1 en utilisant HyperCard
1.2., puis HyperCard 2.0. (version américaine), je me propose de préciser ci-dessous
le mode d’emploi de cette dernière version à l’intention de ceux qui, tentés de suivre
le même chemin, se désespéreraient de ne pas trouver les renseignements
nécessaires dans les manuels. J’essaierai ensuite de tirer quelques conclusions de
cette expérience.
2. PRINCIPES GÉNÉRAUX
Avant de se lancer dans l’élaboration de ce qui sera en somme une application
artisanale, il convient de se pénétrer des trois principes suivants :
2.1. Premier principe
HyperCard, ou un gestionnaire de bases de données, n’est en aucune façon
un système expert qui puisse prendre des décisions à la place du linguiste. Si l’on
veut par exemple que le programme sache pour chaque entrée où se situent les
frontières entre préfixe et thème ou entre radical et extension (ou extensions), il faut
soit lui fournir une méthode automatique de segmentation, c’est à dire écrire un petit
“script”, soit, si ce n’est pas possible, prévoir une méthode de saisie directe de ce
genre de renseignements.
1. Il s’agit du pounou (B 43 ipunu) parlé dans le sud du Gabon et en particulier à Tchibanga.
Les exemples et illustrations du présent article ont été puisés dans ce dictionnaire (inédit).
Pholia 6-1991
9
2.2. Deuxième principe
La forme à donner à l’application dépend de ce que l’on veut lui faire faire. Il
faut donc analyser soigneusement au départ tous les besoins prévisibles. Par
exemple, dans une langue bantoue, on aura peut-être besoin d’étudier l’existence de
phénomènes d’harmonie vocalique progressive et/ou régressive. Cela implique que
l’application soit conçue de telle façon que l’on puisse identifier et manipuler
facilement la voyelle radicale, les suffixes et la voyelle finale. Certes, si l’on
découvre à l’usage un besoin non prévu jusque là, il sera toujours possible de
modifier l’application ; mais le processus est en général laborieux et il vaut mieux
faire en sorte de ne pas avoir à le faire.
2.3. Troisième principe
La forme à donner à l’application dépend évidemment aussi des particularités
de l’outil utilisé pour la créer et il convient donc de se familiariser d’abord avec
HyperCard et son langage de programmation HyperTalk autant qu’on le peut. On
s’aperçoit assez rapidement, par exemple, que les fonctions de recherche
d’HyperCard ne distinguent pas toujours les caractères accentués des inaccentués2.
Même pour une langue où le type tonal se lit directement, grâce aux accents, dans
l’orthographe du mot en isolation, il faudra donc saisir ce type tonal sous une autre
forme dans un champ réservé à cet usage, afin que l’application puisse l’utiliser
dans tous les cas.
3. ETABLIR LES CHAMPS INDISPENSABLES
A la différence des gestionnaires de bases de données, qui proposent des
modèles de fiches différents (les “formats”) pour la saisie des données et pour
divers types de consultation, HyperCard n’en utilise en principe qu’un seul, lequel
2. Cela tient au fait que tous les caractères accentués ne sont pas obtenus de la même façon.
Pour certains, la frappe de deux touches appelle un caractère unique comportant un accent, tandis
que pour d’autres deux caractères viennent se superposer.
10
Pholia 6-1991
sert à presque tout et en particulier à la saisie, un peu comme dans le cas de fiches
sur bristol. Il est donc important de le confectionner avec soin, c’est à dire de prévoir
correctement tous les champs dont on aura besoin pour saisir et manipuler les
données.
3.1. Le champ “Entrée”
De nombreux lexiques présentent comme entrées uniquement des thèmes,
précédés d’un tiret pour indiquer qu’on les a amputés de leur préfixe. Ceci est peutêtre commode et rapide pour le spécialiste, mais totalement artificiel pour tous les
autres, y compris le locuteur natif de la langue. Dans la mesure où l’on veut
constituer un véritable dictionnaire, il me semble que devrait y figurer dans un
champ “Entrée” un mot complet accompagné éventuellement de son pluriel ou de
ses pluriels, dans l’orthographe courante si elle existe déjà, ou dans une orthographe
susceptible d'être un jour généralement adoptée, caractères spéciaux indispensables
et signes diacritiques de tonalité inclus.
ex.
dib”afi2 / mab”afi2
dufi&omb3utsu / k&omb3utsu
u∫éts3Kfi2
Ceci implique l’utilisation dans ce champ d’une police phonétique, de
préférence “laser” afin d’obtenir une impression de bonne qualité.
Pour les langues où la tonalité du mot varie selon sa position dans l’énoncé
on choisira sans doute la tonalité fournie spontanément par les locuteurs pour le mot
en isolation, ou, s’il se trouve qu’il y a trop de neutralisations dans cette position, la
forme la plus tonalement distinctive.
Remarquer qu’il n’y a aucun problème à placer singulier et pluriel(s) dans un
même champ puisque HyperTalk permet de manipuler séparément n’importe quel
“mot” d’un champ grâce à des scripts tels que : the first word of field
"Entrée", word 3 of field "Entrée", etc.
Pholia 6-1991
11
3.2. Le champ “Genre”
Dans ce champ seront saisis les numéros des classes (sg. et éventuellement
pl.) dans lesquelles apparaît l’entrée. Afin de faciliter l’utilisation du dictionnaire
pour la comparaison entre les langues, il semble naturel que la numérotation utilisée
soit autant que possible celle des classes de la proto-langue, même s’il arrive que la
disparition des réflexes de quelques classes dans la langue considérée produise une
série discontinue.
Ex.
5/6
pour l’entrée
9 / 6n, 2n
15
pour l’entrée
pour ud&afi2 et n’importe quel infinitif
dib$ub2 / mab$ub2
nd&afiu / m&andafiu, b&&andafiu
Les mots qui n’entrent pas dans cette classification (noms multiclasses ou
“adjectifs”, présentatifs, idéophones, etc.) pourront être numérotés 0 (zéro).
Le contenu de ce champ sera bien sûr très redondant par rapport à l’entrée
correspondante puisqu’elle est munie de son préfixe ou de ses préfixes de classe.
On pourrait donc penser qu’il est superflu. Cependant, dans la mesure où la
prévision de la classe nominale est rarement possible à 100% d’après la forme de
l’entrée, et compte tenu de la nécessité de sélectionner et/ou trier les fiches selon
cette classe, ce champ se révèle en fait indispensable.
3.3. Le champ “Type Tonal”
Ce champ se présentera sous la forme BB, BH, HB, etc. Comme il a été
signalé ci-dessus, ce renseignement doit être saisi même si la tonalité apparaît sous
forme d’accents dans le champ “Entrée”, car, pour HyperCard a, &a, à 3a, â,
$a,… sont souvent équivalents. D’autre part, pour beaucoup de langues la tonalité de
l’entrée n’a souvent qu’un lien très indirect, bien que systématique, avec le type
tonal.
Ex.
dib$a÷l2 / bab$a÷l2
5/2
BB
12
Pholia 6-1991
Enfin, comme précédemment, on aura besoin de sélectionner et trier les fiches
selon ce critère.
3.4. Le champ “Thème”
Si dans la plupart des cas il suffit, pour obtenir le thème, d’ôter le préfixe, on a
des problèmes, parfois difficiles à trancher, dans au moins trois cas :
- l’entrée commence par une consonne nasale suivie d’une consonne orale et
il faut décider si la nasale est synchroniquement un préfixe ou intégrée au thème.
- il y a une alternance consonantique à l’initiale de thème entre sg. et pl. , au
moins pour certains genres, et il faut décider quelle forme de base adopter.
- il y a élision ou amalgame entre la voyelle préfixale et une initiale de thème
vocalique et il faut rétablir les voyelles sous-jacentes.
Ces renseignements doivent donc être saisis, ce qui rend le champ “Thème”
indispensable, surtout si l’on désire classer les entrées du dictionnaire par ordre
alphabétique à partir de l’initiale de thème plutôt que de l’initiale de mot.
3.5. Le champ “Analyse”
Les frontières internes au thème sont intéressantes à noter pour pouvoir
manipuler le radical d’une part et les extensions d’autre part. De plus divers
phénomènes d’harmonie peuvent obscurcir l’identité de certains suffixes. En
pounou (B 43 ipunu) par exemple, l’applicatif est d’ordinaire -il- mais a n au
lieu de l si C2 du radical est une nasale (harmonie consonantique progressive) et
u au lieu de i si la voyelle finale est -u (harmonie vocalique régressive). On a
donc les formes observables : -il-, -in-, -ul-, -un-. On saisira donc
dans ce champ la forme de base -il- dans tous les cas.
Ex.
-tòfi + il + ù
pour l’entrée
itofi&ulu / bitofi&ulu
Pholia 6-1991
13
On pourra alors trouver tous les mots à radical -tòfi-, ou à suffixe applicatif,
ou à voyelle finale -u, en cherchant -tòfi, ou + il ou encore + u dans le
champ en question. Et comme on a pris la précaution d’insérer des espaces afin de
déterminer des “mots” pour HyperCard, on pourra manipuler le radical dans un
script au moyen de la description : the first word of field "Analyse".
Puisqu’un thème peut en général être reconstitué facilement à partir de son
analyse, ce champ peut sembler rendre inutile le champ “Thème”. Mais comme ce
n’est pas toujours le cas (il faut connaître par exemple des règles d’assimilation qui
peuvent être assez compliquées), et comme il est beaucoup plus facile de faire des
tris et des recherches d’entrées en utilisant le thème non analysé, il sera bon de
conserver les deux champs.
3.6. Le champ “Structure”
Indépendamment de la nature exacte des phonèmes concernés, il peut être utile
d’avoir accès à la structure du thème de chaque entrée en termes de types de
segments tels que voyelles (V), glides (G), consonnes orales (C), consonnes nasales
(N), etc. Cela peut se faire dans un champ “Structure” où l’on saisira par exemple :
-VC-CVNC+VC-CVNC+ VC+VC-
pour le thème analysé
pour le thème analysé
pour le thème analysé
-`Kl + à
-fùnd + ifi + à
-fùnd +ul + il + à
En cherchant -VC dans ce champ on pourra obtenir tous les thèmes à initiale
vocalique ; en cherchant +VC, tous les thèmes ayant au moins une extension ; en
cherchant +VC+VC-, tous ceux qui ont exactement deux extensions, etc.
3.7. Le champ “Voyelle Radicale”
Vu l’existence de thèmes et de radicaux de structures diverses, il est difficile
de repérer automatiquement la voyelle radicale. Si c’est le deuxième caractère d’un
radical -VC- ou -VNC- (le tiret étant le premier caractère), c’est par contre le
14
Pholia 6-1991
troisième d’un radical -CVC- ou -CVNC- et le quatrième d’un radical -CGVC- ou
-CGVNC-. Pour y avoir accès facilement le plus simple est de saisir cette voyelle
dans un champ “Voyelle Radicale”. Un script tel que Find u in field
“Voyelle radicale”
trouvera alors toutes les entrées dont le radical a la voyelle
en question.
Cependant, il faut savoir que la commande Find… d’Hypercard a la
particularité de ne pouvoir chercher que dans un seul champ ou dans tous les
champs d’une carte, de sorte que, si l’on désire par exemple trouver toutes les
entrées ayant la voyelle radicale u et au moins une extension, il est impossible
d’utiliser un script tel que : Find u in field "Voyelle radicale" +VC in
field "Structure". Supprimer la mention des champs permettra à HyperCard de
chercher dans tous les champs, mais alors le programme trouvera tous les u de
chaque carte et non seulement les u radicaux. La solution consiste à saisir à la
suite de la voyelle radicale un symbole spécial quelconque l’identifiant comme telle
et réservé à cet effet, par exemple ≥ . Le script : Find u ≥ +VC fournira alors
le résultat recherché.
3.8. Le champ “Etymologie”
Il me semble aller de soi que l’étymologie doit figurer dans un bon
dictionnaire, du moins lorsqu’elle est à peu près certaine. Le champ “Etymologie”
comportera donc pour le premier mot d’une famille un extrait des reconstructions
du bantou commun de Malcolm Guthrie. Dans un dictionnaire en français il sera
bon de traduire la glose anglaise le plus exactement possible.
Ex.
uf&uk32m2CS 1261
dib$a÷l2 ps 0010
*-k&Çukam*-bàkàdà
être à genoux
mâle, homme
Pour les autres mots de la famille, l’étymologie ne sera pas répétée mais
remplacée par un renvoi à la première entrée, où figure l’étymologie en question.
Pour les mots d’emprunts on pourra saisir à la place des choses telles que :
Pholia 6-1991
15
(pour l’entrée : t”os3Kni)
< angl. thousand
(pour l’entrée : &Kkol2)
< fr. école, etc.
Un blanc ou un ? pourra signaler les étymologies inconnues.
3.9. Le champ “Sens”
Le dernier champ absolument indispensable est aussi le plus évident. Il s’agit
du corps même de la rubrique, lequel comportera des sens classés formulés en
français et des exemples accompagnés de leur traduction. A la différence des
versions précédentes, la version 2.0 d’HyperCard permet l’utilisation de plusieurs
polices de caractères dans un même champ. On peut donc utiliser une police
“normale” pour tout ce qui est en français et une police “phonétique” pour les
exemples. On peut aussi jouer sur les styles : gras, italique, etc. On s’inspirera de la
pratique des meilleurs dictionnaires imprimés.
Le contenu de ce champ peut varier énormément quant à sa longueur d’une
fiche à une autre, ce qui n’était pas le cas pour les champs examinés jusqu’ici. On
choisira donc un champ “à défilement”, qui fonctionne à peu près comme la fenêtre
d’un traitement de texte : on peut faire défiler un texte trop long pour être
entièrement visible dans le cadre affiché à l’écran au moyen d’un ascenseur situé
sur son bord droit. Cette possibilité est l’une de celles qui rendent HyperCard
particulièrement attrayant pour ce genre de réalisation. Les gestionnaires de bases de
données n’en sont en effet pas tous pourvus.
4. AJOUTER QUELQUES CHAMPS FACULTATIFS
Outre les champs déjà mentionnés, dont il semble difficile, voire impossible,
de se passer, on peut concevoir d’autres champs facultatifs que l’on peut ajouter en
vue d’atteindre quelques buts supplémentaires. Je me contenterai d’en suggérer
trois.
16
Pholia 6-1991
4.1. Le champ “Inverse”
Nous venons de voir que le champ “Sens” pouvait être fort long. Pour un
travail purement morphologique on peut avoir besoin de n’en conserver que
l’essentiel. Il est donc souhaitable de placer dans un champ particulier le genre de
traduction approximative en un ou deux mots que l’on trouve dans les lexiques
élémentaires. En classant les fiches temporairement selon le contenu de ce champ on
obtiendra très rapidement l’ébauche d’un lexique inverse français-langue africaine.
En y cherchant des mots fréquents tels que les noms “manioc” ou “chique” ou les
verbes “tomber”, “casser”, etc. on pourra recenser les quasi-synonymes et essayer
de préciser ce qui les distingue les uns des autres là où cela n’a pas encore été fait
assez clairement. Cela peut permettre aussi d’ajouter des renvois d’une fiche à une
autre sans en oublier. Enfin, en cherchant des mots du français de base on pourra
éventuellement détecter des lacunes accidentelles dans la documentation et essayer
de les combler.
4.2. Le champ “Thématique”
Si l’on envisage d’imprimer des lexiques thématiques ou de rédiger un
manuel pour l’apprentissage systématique du vocabulaire, il peut être utile de définir
une liste de mots clefs, un pour chaque thème ou chapitre envisagé, et de disposer
d’un champ où les saisir. Pour une entrée très polysémique on pourra évidemment
avoir besoin de saisir plusieurs mots clefs dans ce champ.
Voici un exemple d’une telle liste : corps, qualité, quantité, espace,
météorologie, temps, mouvement, végétaux, animaux, chasse, pêche, agriculture,
élevage, poterie, vannerie, nourriture, construction, fer, vêtement, commerce, violence,
parenté, social, surnaturel, médecine, psychologie, communication, musique, jeux.
Cette liste n’est pas parfaite : en particulier le champ sémantique “mouvement” est
trop vaste et mériterait d’être scindé. Chacun devra l’adapter à ses besoins.
Pholia 6-1991
17
Pour que l’on puisse obtenir sans erreur toutes les entrées correspondant à un
certain domaine thématique en cherchant le mot clef correspondant il faut qu’à la
saisie on ait utilisé uniquement les mots de la liste (et non des synonymes) et en les
écrivant toujours de la même façon.
4.3. Le champ “Autres parlers”
Si l’on envisage des travaux de dialectologie on peut créer un champ où l’on
placera, pour chaque entrée, les mots correspondants de ce que l’on considère
comme les autres dialectes de la même langue.
Si l’on s’intéresse à la distribution régionale du vocabulaire on pourra étendre
le contenu de ce champ à d’autres langues géographiquement contiguës. Il faudra
sans doute alors choisir un champ à défilement comme pour le champ “Sens”.
5. SAISIR ET TRIER LES FICHES
Tous les champs doivent être placés dans le “fond” (background), pour
qu’ils apparaissent sur toutes les fiches. On les disposera de la façon qu'on estimera
la plus lisible et la plus esthétique. Si l’on veut que les noms des champs apparaissent également, il faut les écrire sur le fond avec l’outil A. Vu les dimensions
réduites de l'écran de 9 pouces, il vaut mieux utiliser des caractères plus petits et plus
étroits que le Geneva 12 pt proposé par défaut, par exemple Helvetica 9pt3. Pour
cela, il faut arracher la palette d'outils du menu Tools, et cliquer deux fois sur l'outil
A. Une boite de dialogue apparaît alors, dans laquelle on peut choisir la police et la
taille.
5.1. La saisie
Pour que la saisie soit facile il faut que l’on puisse passer d’un champ déjà
saisi à celui qui doit être saisi immédiatement après par une simple pression de la
touche Tabulateur. Cela se fait en créant les champs dans l’ordre où ils seront saisis,
3.
Voir le modèle de fiche figurant en annexe du présent article.
18
Pholia 6-1991
ou à défaut en les ordonnant au moyen des commandes Bring Closer
(Rapprocher) et Send Farther (Eloigner) du menu Edit (voir le manuel).
Les fiches peuvent être saisies soit dans l’ordre, si l’on transpose un fichier
sur cartes en bristol, soit dans le désordre. Dans ce deuxième cas, il faut se prémunir
contre la saisie multiple d’une même fiche. A la différence de certains gestionnaires
de bases de données, HyperCard ne permet pas de formater un champ (par ex. le
champ “Entrée”) comme devant avoir un contenu “unique”. Il faudra donc, avant
de saisir une fiche, rechercher l’entrée dans les fiches déjà établies et ne procéder à
la saisie que si cette recherche donne un résultat négatif.
Afin de faciliter la saisie on pourra aussi utiliser un utilitaire générateur de
macro-commandes tel que MacroMaker, qui est fourni par Apple avec le Système
du Macintosh. D’un seul clic de la souris dans le menu MacroMaker on entrera
alors par exemple les 16 caractères de : B 44 (loumbou M) , qui désigne la variété de
loumbou (yilu÷mbu) parlée à Mayumba (Gabon), ou bien l’on passera à
l’intérieur d’un même champ d’une police “normale” à une police phonétique ou
vice-versa. Outre la rapidité, cela a l’avantage de toujours écrire une même référence
de la même façon, ce qui assure par la suite le bon fonctionnement des tris et des
recherches.
5.2. Particularités du tri dans HyperCard
Le tri dans HyperCard a la particularité d’ordonner réellement les fiches sur le
disque : il est donc assez lent. Néanmoins, comme on a l’habitude de voir les
dictionnaires présenter leurs entrées dans un ordre alphabétique fixe, et même de les
consulter souvent de façon séquentielle, en particulier pour examiner successivement
les mots d’une même famille, il conviendra sans doute de trier les fiches dans cet
ordre le plus tôt possible et de les y maintenir en re-triant fréquemment après ajout
de nouvelles fiches. Accessoirement, cela a l’avantage de détecter les fiches
comportant des erreurs de saisie au niveau des champs utilisés pour le tri. Ces fiches
se trouvent en effet regroupées en tête du fichier où l’on peut procéder à leur
correction avant de retrier pour qu’elles aillent s’insérer à leur place correcte.
Pholia 6-1991
19
Le tri dans HyperCard a deux autres caractéristiques : il ne prend en compte
qu’un seul critère à la fois et il est stable, c’est à dire qu’un tri sur un deuxième
critère ne détruit pas le résultat du premier mais s’ajoute à lui. On peut ainsi, en
faisant des tris successifs, simuler un tri multi-critères à condition de procéder dans
l’ordre inverse de la hiérarchie des critères4
5.3. Choisir les critères de tri
On peut discuter de l’ordre à adopter pour les entrées d’un dictionnaire car
plusieurs solutions sont théoriquement possibles. Personnellemnent je préfère poser
comme principe qu’il vaut mieux regrouper autant que possible les mots d’une
même famille. Pour une langue bantoue cela signifie que le critère de tri le plus
important sera l’identité segmentale du radical. Trop de dictionnaires ont par le
passé classé à l’européenne, ce qui revient à trier sur le mot (préfixe inclus), et
produit un ordre sans intérêt. Le tri devra plutôt se faire sur le radical c'est à dire sur
le premier “mot” du champ “Analyse”. Ainsi, par exemple, tous les mots de
radical -bab- viendront avant tous les mots de radical -bad-, quel que soit le
préfixe qui les précède.
Cependant, -bab- et -bad-, ou tout autre radical segmental, correspondent
en fait le plus souvent chacun à deux radicaux, de sens en général totalement
différent, selon que le ton est haut ou bas, et il convient de ne pas mélanger les
dérivés de l’un avec ceux de l’autre. Le critère immédiatement subordonné au
premier sera donc le ton du radical ; et comme B précède H dans l’ordre
alphabétique, il est naturel de classer le radical bas avant le radical haut pour obtenir
par ex. : -bàb-, b&ab-, -bàd-, -b&ad-. Ce tri se fera donc selon le premier
caractère du champ “Type tonal”.
Sous chaque radical intoné il paraît naturel de classer les mots selon la
longueur croissante du thème et, à longueur égale, selon l’ordre alphabétique de la
langue concernée. Le tri, à ce niveau, se fera donc selon le contenu du champ
“Thème”.
4.
Voir l’exemple en 5.3. ci-dessous.
20
Pholia 6-1991
Enfin, si deux thèmes sont absolument identiques, il paraît commode de les
ordonner selon l’ordre croissant des numéros de leurs préfixes. Le tri se fera donc
au dernier niveau selon le premier caractère du champ “Genre”, c’est à dire selon le
préfixe singulier (ou l’unique préfixe pour les genres monoclasses).
Une amélioration facultative peut être apportée ici. En effet, dans une langue
bantoue la dérivation est très majoritairement déverbale, de sorte que l’on peut
souhaiter placer les infinitifs (en général en classe 15) avant le nom ou les noms
dérivés. Comme le Macintosh ne placera jamais 15 avant 1, il faut avoir recours à un
petit stratagème. On créera un champ auxiliaire, (que l’on pourra cacher sous un
champ non transparent si l’on ne veut pas encombrer inutilement l’écran), appelé
par exemple “ClSg”, et on placera dans le script du champ “Genre” la procédure
(handler) suivante :
on close field
if word one of me is 15 put A into field "ClSg"
if word one of me is 1 put B into field "ClSg"
if word one of me is 3 put C into field "ClSg"
-- etc.
end close field
A la saisie, ce champ auxiliaire se remplira tout seul et c’est lui que l’on
utilisera pour le tri sur la classe du singulier à la place du champ “Genre”.
Pour effectuer le tri sur les quatre critères qui viennent d’être définis on
pourra créer un bouton “Tri” et placer dans son script la procédure suivante :
on mouseUp
sort by field "ClSg"
sort by field "Thème"
sort by first character of field "Type tonal"
sort by first word of field "Analyse"
end mouseUp
Pholia 6-1991
21
Si l’on préfère, on pourra créer un item de menu applé Sort (trier) en
utilisant le même texte mais placé cette fois dans le script de création du menu5.
5.4. Le problème de l’ordre alphabétique
HyperCard trie selon l’ordre de l’alphabet américain dérivé de l'alphabet latin.
Pour une langue bantoue l’ordre souhaité a peu de chances d’être le même parce
qu’il y a parfois des symboles spéciaux tels que E, O, fi, ∫, etc…, et que certaines
séquences de consonnes telles que : mp, mb, mf, nd, nz, ts, etc. peuvent être
des digraphes représentant chacun un seul phonème. Il faut donc déterminer pour
chaque langue l’ordre alphabétique qui lui est propre.
Pour les voyelles, l’habitude est plutôt de placer les symboles spéciaux à la
suite du symbole “normal” le plus proche, donc E après e et O après o.
Considérant que dans l'ordre alphabétique a, e, i, o, u, les voyelles d’avant précèdent
les voyelles d’arrière et que, dans chaque série, les voyelles se présentent dans un
ordre croissant de fermeture, je préfère personnellement faire l’inverse et placer E
avant e et O avant o, d’où : a, E, e, i, O, o, u. Cependant cela n’a pas
une importance énorme, puisqu’il s’agit d’une pure convention.
Pour les consonnes, il faut prendre des décisions analogues. Si l'on n’a que
fi et ∫, comme c’est le cas pour le pounou, et comme Ng est un seul phonème,
on peut placer fi à la place de g et ∫ à la place de v. Cela donne par exemple
un ordre tel que :
a, b, d, E, e, f, fi, i, j, k, l, m, mb, mv, n, nd, Ng, nz, O,
o, p, r, s, t, ts, u, ∫, w, y.
Comment forcer HyperCard à trier par exemple sur le champ “Thème”, ou
sur le premier mot du champ “Analyse”, selon cet ordre ou tout autre du même
genre ? En principe, ce n'est pas possible. On peut cependant tourner la difficulté,
comme on l’a déjà fait pour placer la cl.15 avant la cl.1. On créera un champ
5.
On trouvera ce script ci-dessous à la fin du § 6.4.2.
22
Pholia 6-1991
auxiliaire, disons : “Thème aux”, où l'on stockera une transposition du champ
“Thème” selon un système de correspondances simple tel que :
a b d
e f fi i j k l m mb mv n nd etc.
A B C D E F G H I J K L M N O P
E
Si le nombre des phonèmes de la langue est supérieur à 26 il faudra utiliser
des nombres, en prenant soin de spécifier 01, 02,...09, pour les 9 premiers phonèmes
car, en l’absence du zéro, Hypercard place les nombres de 11 à 19 entre 1 et 2.
Ce champ pourra lui aussi être caché sous un champ non transparent. Pour le
remplir automatiquement, il conviendra de placer dans le script du champ “Thème”
une procédure telle que :
on closeField
set cursor to 4
repeat with i= 1 to 12 -- ou davantage s’il y a des mots
de plus de 12 caractères.
get character i of field "thème"
if it is "-" then
put " " after field "thème aux"
end if
if it is "a" then
put 01 after field "thème aux"
end if
if it is "b" then
put character (i-1) of field "thème" into labiale
if labiale is "m" then
end if
if labiale is not "m" then
put 02 after field "thème aux"
end if
Pholia 6-1991
23
end if
if it is "d" then
put character (i-1) of field "thème" into dentale
if dentale is "n" then
end if
if dentale is not "n" then
put 03 after field "thème aux"
end if
end if
if it is "e" then
put 04 after field "thème aux"
end if
if it is "f" then
put character (i-1) of field "thème" into labiale
if labiale is "m" then
end if
if labiale is not "m" then
put 05 after field "thème aux"
end if
end if
fi
if it is " " then
put 06 after field "thème aux"
end if
if it is "i" then
put 07 after field "thème aux"
end if
if it is "j" then
put 08 after field "thème aux"
end if
if it is "k" then
24
Pholia 6-1991
put 09 after field "thème aux"
end if
if it is "l" then
put 10 after field "thème aux"
end if
if it is "m" then
put character (i+1) of field "thème" into labiale
if labiale is "b" then
put 12 after field "thème aux"
end if
if labiale is "f" then
put 13 after field "thème aux"
end if
if labiale <> "f" and labiale <> "b" is true then
put 11 after field "thème aux"
end if
end if
if it is "n" then
put character (i+1) of field "thème" into suivante
if suivante is "d" then
put 15 after field "thème aux"
end if
if suivante is "g" then
put 16 after field "thème aux"
end if
if suivante
is "y" then
put 17 after field "thème aux"
end if
if suivante is "z" then
put 18 after field "thème aux"
Pholia 6-1991
25
end if
if suivante <> "d" and suivante <> "g" and¬
suivante<> "y" and suivante <>"z" is true then
put 14 after field "thème aux"
end if
end if
if it is "o" then
put 19 after field "thème aux"
end if
if it is "p" then
put 20 after field "thème aux"
end if
if it is "r" then
put 21 after field "thème aux"
end if
if it is "s" then
put character (i-1) of field "thème" into dentale
if dentale is "t" then
end if
if dentale is not "t" then
put 22 after field "thème aux"
end if
end if
if it is "t" then
put character (i+1) of field "thème" into sifflante
if sifflante is "s" then
put 24 after field "thème aux"
end if
if sifflante is not "s" then
put 23 after field "thème aux"
26
Pholia 6-1991
end if
end if
if it is "u" then
put 25 after field "thème aux"
end if
∫
if it is " " then
put 26 after field "thème aux"
end if
if it is "w" then
put 27 after field "thème aux"
end if
if it is "y" then
put character (i-1)
of field "thème"into nasale
if nasale is "n" then
end if
if nasale is not "n" then
put 28 after field "thème aux"
end if
end if
if it is "z" then
end if
if it is "#" then
put " " after field "thème aux"
end if
end repeat
end closeField
Pholia 6-1991
27
Le tri devra donc s'effectuer désormais en utilisant les champs auxiliaires, là
où il y en a, à la place des champs saisis correspondants, ce qui donne :
on mouseUp
sort by field "ClSg"
sort by field "Thème aux"
sort by first character of field "Type tonal"
sort by first word of field "Analyse aux"
end mouseUp
6. UTILISER LE DICTIONNAIRE
HyperCard, nous dit la publicité, est destiné à permettre à tout un chacun de
“naviguer dans l'information”, c'est à dire de consulter facilement telle fiche ou tel
groupe de fiches et d’aller à volonté d’une fiche à une autre. Pour cela, plusieurs
commandes sont disponibles telles que : Go, Find…, Mark Cards, etc., et elles
peuvent être mises en œuvre de diverses façons. Nous allons voir comment les
utiliser pour effectuer les tâches considérées comme essentielles par le linguiste.
6.1. Consultation séquentielle
Ouvrir la “pile” (stack) dictionnaire amène automatiquement à la première
fiche. A partir de là, les items Next et Prev du menu Go permettent de se
déplacer de fiche en fiche dans un sens ou dans l'autre. Comme il est plus rapide de
cliquer sur un bouton que de dérouler un menu on peut placer dans le fond sur un
bord de l’écran, s'il n'est pas encore trop encombré, les deux boutons les plus utiles :
la flèche à droite et la flèche à gauche avec dans leurs scripts respectifs les
procédures :
on mouseUp
go next card
end mouseUp
on mouseUp
go previous card
end mouseUp
28
Pholia 6-1991
Pour les fanatiques du clavier, on peut aussi obtenir le même résultat en tapant
Commande 3 et Commande 2 respectivement. On dispose ainsi de trois méthodes
équivalentes pour aller à la fiche suivante ou à la fiche précédente.
Comme on ne lit pas un dictionnaire d’un bout à l'autre, ce type de
consultation peut paraître inutile, mais combiné avec d'autres il est en fait
indispensable.
6.2. Consultation ponctuelle
L’utilisation la plus évidente d’un dictionnaire est de “chercher un mot”.
Pour se rendre à la fiche correspondante on peut ouvrir la boîte à messages en
cliquant sur Find… dans le menu Go, ou en tapant Commande F. Elle contient
déjà Find “ ”, et le point d’insertion clignote entre les guillemets. Il faut taper le mot
ou le thème à chercher, puis cliquer en dehors des guillemets fermants et taper
encore : in field "Entrée", ou in field "Thème", selon le cas de façon à limiter la
recherche à un seul champ et accélérer ainsi quelque peu le processus. Lorsque l'on
presse les touches Entrée ou Retour, le programme amène à l’écran la fiche voulue.
Si l'on s’intéresse à toute une famille de mots on pourra taper à la place le
radical suivi de : in field "Analyse". La fiche du premier mot de la famille sera
affichée, après quoi de nouvelles pressions sur Entrée ou Retour amèneront
successivement les autres mots de la famille.
Enfin, si l'on ignore la forme exacte du mot à chercher on peut essayer de
partir de la glose française avec : Find "<glose>" in field "Inverse". S’il y a plusieurs
mots correspondant à cette glose unique, des pressions sur Entrée ou Retour les
amèneront successivement à l’écran.
On peut aussi rendre la consultation ponctuelle plus agréable en utilisant des
boutons de fond placés sur un bord de l’écran. Un clic sur le bouton affichera une
boîte de dialogue avec la question "Quel <item> chercher ?" accompagnée d’un
cadre où taper la requête et de deux boutons : Cancel et OK. Après avoir tapé
Pholia 6-1991
29
uniquement le thème, le radical6, ou la glose voulue, selon le bouton, un clic sur OK
amène la fiche cherchée. Pour obtenir ce résultat, il faut placer dans le script du
bouton Th (thème) la procédure :
on mouseUp
ask "Quel thème chercher ?"
if it is empty then
exit mouseUp
end if
find it in field "Thème"
doMenu Find...
put " in field Thème" after message box -- avec un espace
entre " et in.
hide message box
end mouseUp
La même procédure, avec les modifications qui s'imposent (Quel radical ?
et " in field Analyse" pour le bouton Rad ; Quelle glose ? et " in field
Inverse" pour le bouton Inv) devra être placée dans le script des deux autres
boutons.
Il y a cependant un problème. L’éditeur de scripts et la boîte à messages
n’utilisent que la police système Geneva. Les symboles spéciaux que l'on y tapera
éventuellement s’afficheront donc de façon illisible, ce qui rend difficile le contrôle
visuel de la frappe. Malgré cela, les scripts fonctionnent et la recherche s’effectue
correctement.
6. Si on a organisé les champs comme il a été dit ci-dessus et tels qu’on peut les voir sur la
fiche exemple en annexe, il faudra taper les thèmes sous leur forme segmentale (sans accents) mais
les radicaux sous leur forme intonée (avec accent).
30
Pholia 6-1991
6.3. Références croisées
Les rubriques d’un dictionnaire bien fait comportent de nombreux renvois à
d’autres rubriques. Ainsi, si l'on veut ne faire figurer qu'une fois une racine
reconstruite, sans doute dans le champ “Etymologie” du premier mot de la famille,
toutes les autres fiches de la famille comporteront dans ce champ la mention : Voir,
ou V., suivie de l’entrée de ce premier mot. Pour se déplacer automatiquement
jusqu’à la fiche en question et y lire la racine, on peut utiliser un bouton transparent
placé sur le renvoi et comportant dans son script :
on mouseUp
push card
go card ID <n° d'identification de la carte7>
end mouseUp
Pour revenir à la carte de départ on peut utiliser Back du menu Go, taper pop
card dans la boîte à messages affichée par Commande M, cliquer sur la flèche
incurvée à gauche de la palette de navigation, ou encore cliquer sur un bouton Flèche
incurvée à gauche que l’on aura placé dans le fond sur un bord de l’écran avec dans
son script la procédure :
on mouseUp
pop card
end mouseUp
Quelle que soit la méthode utilisée, le retour est instantané.
Noter que l’on peut même aller consulter ainsi une fiche d’une autre pile,
donc en dehors du dictionnaire proprement dit. Supposons par exemple que nous
ayons créé une pile “Guthrie” comportant une fiche pour chaque reconstruction du
7. Le numéro d’identification d’une carte s’obtient pendant qu’elle est affichée à l’écran en
consultant Card Info... du menu Objects.
Pholia 6-1991
31
bantou commun, et sur chaque fiche un champ de fond “CS” contenant la racine
reconstruite et sa référence, et un champ de fond “Réflexes” contenant les formes
correspondantes dans les langues bantoues les plus diverses. A partir d’une fiche du
dictionnaire dont le champ “Etymologie” contient une reconstruction avec sa
référence, on pourra se transporter à la fiche de la pile “Guthrie” comportant la
même reconstruction et la même référence et y lire les formes correspondantes dans
toutes les langues qui y sont répertoriées. Pour cela il suffit d’un bouton de fond
CS comportant dans son script la procédure suivante :
on mouseUp
get word 1 of field "Etymologie" && word 2¬
of field "Etymologie"
push card
go stack "Guthrie"
find it in field "CS"
end mouseUp
On reviendra à la carte de départ comme précédemment.
Un problème particulier se pose lorsque l’on a affaire à un champ à
défilement. C’est le cas notamment pour le champ “Sens”, qui comporte
nécessairement de nombreux renvois à des quasi-synonymes ou antonymes ainsi
qu’à des mots utilisés dans les exemples. Placer un bouton transparent sur chaque
renvoi est inefficace, dans ce cas, car ces boutons sont fixes alors que le texte est
mobile. Dès que l’on a fait défiler le texte, si peu que ce soit, les renvois ne
coïncident plus avec les boutons et, comme ces derniers sont transparents, on ne sait
même plus où ils se trouvent. Depuis l’apparition de la version 2.0 d’HyperCard on
peut heureusement résoudre ce problème par d'autres moyens. Le texte du champ à
défilement doit cependant être verrouillé afin de recevoir le message on mouseUp, ce
qui a l'inconvénient d’obliger à le déverrouiller chaque fois que l’on veut y
32
Pholia 6-1991
introduire une modification ou ajouter une nouvelle fiche. On place dans le script de
ce champ la procédure :
on mouseUp
push card
find the clickText in field "Entrée"
end mouseUp
En principe, il devrait alors suffire de cliquer sur le texte du renvoi pour se
transporter à la fiche voulue. En pratique, il faut encore résoudre un autre problème,
lié à l'utilisation d’une police phonétique. Dans une police “normale”, une
séquence de caractères ne contenant aucun espace, trait d'union, ou marque de
ponctuation, constitue un seul mot pour HyperCard. Si on fait un double-clic en un
point quelconque d’un tel mot dans un champ non verrouillé, le mot est sélectionné
en entier ; et si on clique une fois en un point quelconque d’un tel mot dans un
champ verrouillé, la nouvelle fonction the clickChunk renvoie le mot entier. Avec
une police phonétique les choses se passent différemment. En effet, certains
caractères doivent être frappés en utilisant la touche Option, ou la combinaison
Majuscule Option, conjointement avec une touche de caractère. Or il se trouve que le
recours à la touche Option crée souvent des frontières de mot . Par exemple, si dans
le mot dib&afi2 , le caractère fi se frappe au moyen de Option g, HyperCard voit
là trois mots : dib&a, fi, et 2. La fonction the clickText renverra donc l’un ou
l’autre de ces fragments selon l’endroit exact où l’on aura cliqué et la procédure
indiquée ci-dessus ne permettra jamais de retrouver la fiche comportant le mot
complet. Heureusement, HyperCard 2.0 permet de regrouper une suite de mots en
une seule unité au moyen de la nouvelle commande Group du menu Style Les
renvois fonctionneront donc toujours correctement dans les champs à défilement
verrouillés si on a pris la précaution d’attribuer systématiquement à ces renvois le
style Group.
Pholia 6-1991
33
6.4. Sous-sélection
Une utilisation plus sophistiquée du dictionnaire consiste à rechercher non
pas telle fiche particulière, identifiée par son entrée, mais un sous-ensemble des
fiches répondant à certains critères. Selon le degré de complexité des critères et le
type de consultation désirée (à l’écran ou sur papier), on pourra avoir recours à
l’une ou l’autre des deux méthodes suivantes.
6.4.1. La commande “Find…”
Soit à trouver tous les mots du dictionnaire contenant au moins une extension
et dont la voyelle finale est -u. On ouvre la boîte à messages au moyen de
Commande F, ou au moyen de l'item Find… du menu Go, et on y tape du texte
pour obtenir : Find "+VC + u". On appuie ensuite sur Entrée ou Retour. La première
fiche contenant à la fois +VC (nécessairement dans le champ “Structure”), et + u
(nécessairement dans le champ “Analyse”), ne tarde pas à s’afficher à l’écran. De
nouvelles pressions sur les touches Entrée ou Retour affichent successivement
toutes les autres fiches répondant aux mêmes critères. On sait que toutes les fiches
ont été trouvées lorsque l’on revient à la première. C’est simple et assez rapide8.
Cette méthode souffre cependant de plusieurs limitations. Il est par exemple
impossible de savoir quel est le nombre de fiches trouvées sauf à les compter au fur
et à mesure qu'elles s’affichent, avec tous les risques d’erreur que cela comporte. Il
est impossible de trier le résultat de la recherche : les fiches trouvées s’affichent
dans l’ordre qui était celui de l’ensemble du fichier au moment où l’on a lancé la
recherche, c’est à dire normalement l’ordre alphabétique du dictionnaire, ou un
ordre quelconque si l’on n’a pas trié depuis longtemps. Enfin, il est impossible
d’imprimer la sous-sélection afin d’en conserver une trace.
De façon générale, cette méthode ne peut être appliquée que si l’on a pris la
précaution de concevoir le dictionnaire spécialement pour elle. Dans l'exemple
8. Si la procédure nécessaire excède une ligne, il vaut mieux la taper dans le script d'un bouton
Select qui se comportera alors comme une boîte à messages de plus grande capacité.
34
Pholia 6-1991
utilisé, c’est seulement parce que l’on a créé un champ “Structure” contenant des
éléments tels que +VC que la recherche a été possible selon cette première méthode.
Prenons un autre exemple. Avec un dictionnaire organisé comme il a été
proposé plus haut, la commande Find… permet de trouver tous les mots de genre 5/6
et de type tonal HB grâce à : Find "5/6 HB" ; mais si l’on veut tous les mots de genre
5/6 dont le radical est H, quelle que soit la tonalité de la finale, la procédure Find
"5/6 H" trouvera en fait toutes les fiches où figurent à la fois 5/6 et la lettre H ou h.
Comme il est pratiquement certain que des champs tels que “Inverse” et “Sens”,
qui contiennent beaucoup de français, comporteront pour la plupart des fiches au
moins une fois H ou h, la recherche ne donnera pas le résultat escompté. Pour
l’obtenir il faudra soit faire deux recherches successives, l’une avec HH et l’autre
avec HB, soit modifier le dictionnaire en prévoyant un champ auxiliaire “Ton
radical”, où le premier symbole du champ saisi “Type tonal” viendra s’inscrire
automatiquement, accompagné d’un signe diacritique, par exemple °H ou °B. La
recherche Find "5/6 °H" donnera alors le bon résultat.
Il y a pourtant des cas où, même en ayant pris toutes les précautions possibles,
on ne peut pas utiliser cette méthode. Cela tient au fait que l’espace qui sépare les
critères de sélection (entre "+VC" et "+ u" ou entre "5/6" et "HB") représente en fait
l’opérateur booléen AND, et qu’HyperCard n’accepte à la place ni OR ni la
négation, ni une combinaison d’opérateurs. Ainsi par exemple, il est impossible
d’exclure les infinitifs d’une sous-sélection obtenue par cette méthode car pour cela
il faudrait soit énumérer : 1/2 OR … 3/4 …OR … 5/6, etc. sans mentionner 15,
soit exclure expressément 15, ce qui exigerait le recours à la négation.9
9. Avant la version 2.0. HyperCard ne possédait pas d’autre moyen de recherche que la
commande Find… et l’on était obligé de remédier à ses insuffisances en utilisant Reports (de
Farallon). Mais s’agissant d’un programme annexe, la mise en œuvre en était assez longue et
laborieuse.
Pholia 6-1991
35
6.4.2. La commande “Mark cards…”
Depuis la sortie de la version 2.0. d'HyperCard, on dispose d'une autre
méthode pour effectuer une sous-sélection de fiches : la commande Mark cards,
qui se présente sous deux variétés :
- 1ère variété :
Mark cards by finding <string> [in field <field name>]
Cette procédure est relativement rapide mais n’est utilisable, comme la commande
Find…, que si l’on n’a pas besoin de mentionner plus d’un champ dans les critères
de sélection. Elle n’est donc pas très intéressante.
- 2ème variété :
Mark cards where <Boolean expression>
Elle peut utiliser les opérateurs booléens AND, OR, NOT, les opérateurs textuels IS
IN et CONTAINS, ainsi que les opérateurs logiques <, >, =, <=, >=, et <> ou ≠. On
peut ainsi demander par exemple :
Mark cards if field "Type tonal" is HB or field "Type tonal"¬
is HH and field "Structure" contains "-NC" and field "genre" ≠ 15
Ceci marquera toutes les fiches des nominaux à radical haut, commençant par
une prénasalisée (ou séquence consonne nasale + consonne orale), en excluant les
infinitifs. Il faut faire attention à l’ordre des opérateurs, qui ont un ordre de priorité
intrinsèque (voir un manuel du langage HyperTalk). Ainsi l’expression ci-dessus
est équivalente à la parenthétisation :
(field "Type tonal" is HB or field "Type tonal " is HH) and etc.
et non à :
36
Pholia 6-1991
field "Type tonal" is HB or (field "Type tonal " is HH and etc…)
On peut entendre “Mark cards” (marquer les fiches) au sens littéral. En effet,
lorsqu’une fiche marquée est à l’écran, la commande Card Info… du menu
Objects révèle qu’une case Marked est effectivement cochée pour cette fiche.
Malheureusement, lorsqu’un dictionnaire comporte plusieurs milliers de fiches, qui
doivent être examinées et éventuellement marquées une à une, la machine met
beaucoup de temps à effectuer ce travail.
Une fois qu’un sous-ensemble de fiches a été marqué on peut le manipuler et
en particulier le trier grâce à la commande Sort marked cards. Mais, comme on
l’a vu ci-dessus en 5.2., le tri dans HyperCard est stable, de sorte que ce nouveau tri
n’abolira pas le dernier tri effectué sur la totalité du dictionnaire mais y ajoutera
simplement un ou plusieurs critères. Si par exemple le dictionnaire a été trié selon
les 4 critères examinés en 5. 3., demander :
Sort marked cards by last character of field "Type tonal"
placera bien, dans la sous-sélection, tous les nominaux HB avant tous les HH, mais,
à l’intérieur de chacun de ces deux groupes, la classification générale du dictionnaire
restera en vigueur. Compte tenu de ce fait, il est peu probable que l’on ait souvent
besoin de trier les fiches marquées sur plus d’un critère, ce qui est heureux car le tri
prend du temps. Le plus souvent on n’aura même pas à trier du tout.
Pour consulter la sous-sélection, triée ou non, on ne peut guère utiliser la
commande Show marked cards car alors toutes les fiches marquées défilent à
l’écran à une vitesse telle que l’on n’a pas le temps de lire quoi que ce soit… Par
contre Go to first marked card et Go to next marked card permettent de
consulter les fiches de la sous-sélection une à une dans l’ordre où elles se trouvent
classées. On n’a pas besoin de les compter car à tout moment la fonction the
number of marked cards peut fournir le renseignement voulu.
Pholia 6-1991
37
On peut aussi consulter un grand nombre de fiches à la fois grâce à l’item
Print Report… du menu File, à condition de cocher la case Marked cards
dans la boîte de dialogue et de disposer, dans son dossier système, d’un petit
programme intitulé Preview (de Design), qui n’est rien d’autre qu’une imprimante
fictive permettant d’imprimer… à l’écran. Comme n’importe quelle imprimante, il
faut la choisir au moyen du Sélecteur dans le menu Pomme. Pour ce genre de
visualisation, il est bon d’avoir confectionné un format d’impresssion plus simple
que la fiche passe-partout du dictionnaire. On y placera par exemple uniquement les
champs “Entrée”, “Genre”, “Type tonal” et “Inverse”10. On peut avoir ainsi un
grand nombre d’entrées sur une seule page. Une “loupe” est disponible pour lire
plus facilement les fiches imprimées page par page à l’écran.
Si, au lieu de choisir Preview dans le Sélecteur, on choisit une véritable
imprimante reliée à l’ordinateur, on peut imprimer réellement la sous-sélection et la
conserver.
Après avoir fait une sous-sélection avec Mark cards il est indispensable
d’utiliser la commande Unmark all cards avant d’en faire une nouvelle qui
marquera des fiches différentes. Et comme tout tri dans HyperCard modifie l’ordre
physique des fiches, si l’on a trié une ou plusieurs sous-sélections il est nécessaire
de remettre tout le dictionnaire en ordre en le retriant totalement en fin de séance.
Cela demande malheureusement pas mal de temps.
Curieusement, la plupart de ces nouvelles commandes, pour nous si
précieuses, ne figurent dans aucun des menus déroulants d’HyperCard 2.0. Pour les
mettre en œuvre on peut les taper, dans la boîte à messages chaque fois que l’on en
a besoin ; mais pour ceux qui n’aiment pas la dactylographie c’est assez fastidieux.
On peut aussi les placer dans le script de plusieurs boutons et les déclencher par un
simple clic de la souris ; mais un écran de 9 pouces risque de devenir ainsi
rapidement très encombré. La solution la plus élégante est sans doute de les placer
10.
Voir ci-dessous § 8.1. pour la façon de procéder.
38
Pholia 6-1991
dans un menu déroulant Special, créé de toutes pièces au moyen de l’utilitaire
MenuMaker livré avec le programme, et qui vient s'ajouter à droite de la barre des
menus. Cela donne par exemple la procédure suivante à placer dans le script de la
pile :
on createSpecial
if there is a menu "Special" then exit createSpecial
create menu "Special"
put createSpecialItems() into menu "Special"¬
with menuMsg createSpecialMsgs()
end createSpecial
function createSpecialItems
return "Mark" & return & ¬
"NumberMC" & return & ¬
"NextMC" & return & ¬
"Unmark" & return & ¬
"Sort" & return & ¬
"Sort MC" & return
end createSpecialItems
function createSpecialMsgs
return "" & return & ¬
"put the number of marked cards" & return & ¬
"go to next marked card" & return & ¬
"unmark all cards" & return & ¬
"Dictionary" & return & ¬
"" & return
end createSpecialMsgs
on dictionary
Pholia 6-1991
39
sort by field "ClSg"
sort by field "Thème aux"
sort by first character of field "Type tonal"
sort by first word of field "Analyse aux"
end dictionary
Afin de déclencher l'affichage du menu Special à chaque ouverture de la pile il
faudra encore placer en tête de son script la procédure :
on openStack
createSpecial
end openStack
7. EMBELLIR LA PILE
J’examinerai ici très rapidement quelques compléments qu’il est possible
d’apporter à la pile-dictionnaire pour en rendre l’utilisation plus attrayante.
7.1. Graphisme
HyperCard possède des outils de dessin à la MacPaint et la possibilité de
copier/coller des images point par point (bitmap). On peut donc décorer le jeu de
fiches selon son goût et créer une page de titre élégante. Il importe cependant de ne
pas donner dans la surcharge.
7.2. Illustrations
A condition de disposer d’images numérisées, il est possible d’illustrer
certaines fiches dans des champs de carte qui n’apparaissent que lorsqu’on le désire
et qui n’encombrent donc pas l’écran. Cela semble particulièrement intéressant pour
les entrées concernant la faune, la flore, l’artisanat traditionnel, etc. Des dessins au
trait peuvent être lisibles même s'ils sont de petites dimensions et n'occupent pas
trop de place sur le disque.
40
Pholia 6-1991
7.3. Sonorisation
Grâce à un boîtier de numérisation tel que MacRecorder (de Farallon)
accompagné de la pile HyperSound, il est théoriquement possible de sonoriser tout
le dictionnaire, un clic sur un bouton déclenchant par exemple la restitution sonore
de chaque entrée. Le problème pratique est que le stockage de sons numérisés
demande un espace considérable sur le disque. Un calcul rapide montre que
sonoriser ainsi un dictionnaire de 5000 entrées exigerait à peu près 150 000 K
(contre 2 500 K pour le texte seul), ce qui est actuellement rédhibitoire. Cela pourra
changer bientôt avec le développement des disques optiques réinscriptibles.
Cependant, rares sont les langues bantoues qui présentent de grosses difficulté de
prononciation. Par conséquent on peut se contenter de consacrer quelques cartes de
la pile, sur un “fond” (background) particulier, à l’illustration sonore des
principales difficultés.
8. IMPRIMER LE DICTIONNAIRE
Il est possible grâce à la commande Print Stack… du menu File
d’imprimer la pile en disposant de 1 à 32 fiches sur chaque page. Cependant les
fiches apparaissent alors chacune telle qu’on peut la voir à l'écran, barre des menus
et boutons compris, et au delà d’un certain nombre de fiches par page leur taille est
si réduite qu’elles deviennent illisibles. On ne voit pas très bien quel intérêt cela
pourrait avoir dans le cas d’un dictionnaire. Heureusement, il y au moins deux
autres façons de procéder.
8.1. La commande “Print Report…”
Comme pour l’impression d’une sous sélection, déjà mentionnée ci-dessus en
6. 4. 2., on utilise la commande Print Report… du menu File. La boîte de
dialogue permet de fixer très facilement la dimension de chaque fiche imprimée, le
nombre de colonnes, et par conséquent le nombre théorique de fiches par pages : par
exemple 3 colonnes de 8 fiches chacune soit 24 fiches. Il importe de cocher la case
Pholia 6-1991
41
Dynamic Height, de façon à adapter la mise en page à la longueur variable des
fiches du dictionnaire : cela évite d’avoir des lignes blanches ou au contraire du texte
tronqué provenant des champs à défilement .
En choisissant Report Items dans le menu Edit on confectionne un
format d’impression adapté à la présentation souhaitée pour les entrées. Il semble
raisonnable de ne pas inclure tous les champs figurant sur les fiches : on laissera de
côté les champs auxiliaires, le champ “Inverse”, qui ferait double emploi avec le
champ “Sens”, et sans doute le champ “Autres parlers”. Cela donnera par
exemple quelque chose comme :
Bien entendu la largeur des colonnes et celle des champs à imprimer doivent
être ajustées l'une à l'autre, ce qui nécessite quelques va-et-vient entre Print
Report et Report Items. On peut choisir une en-tête, mais pas de pied de
page. Pour le dictionnaire envisagé il semble judicieux de placer dans l’en-tête le
titre courant “Dictionnaire langue africaine-français” ainsi que le numéro de page.
Une fois le format au point, il peut être enregistré afin d’être disponible à tout
moment.
L'impression s’opère comme pour n’importe quel document Macintosh. Le
résultat obtenu est tout à fait présentable : en particulier, les changements de police à
l’intérieur des champs sont totalement respectés. La qualité n’atteint cependant pas
les normes de l’édition, essentiellement parce qu’il n’est pas possible de justifier le
texte, ni d’ajuster la largeur des champs automatiquement, ni d’ajouter des signes de
ponctuation ne figurant pas sur les fiches. Les contenus des différents champs
42
Pholia 6-1991
juxtaposés apparaissent donc séparés par des blancs de largeur variable, comme
dans l’exemple ci-dessous :
ub`Knd&2m2
15
BB -b`Knd+am+à
CS 0126 *-b`Knd- tresser
1/ (d'un local) Être fermé à clef, cadenassé :
nd&afiu jib”Knd2m2, maison fermée
à clef.
2/ (d'un vêtement) Être boutonné.
Afin d’éviter que des espaces indésirables n’apparaissent entre les fiches
imprimées, il faut placer dans le script de la pile ou du fond la procédure suivante,
qui élimine automatiquement les retours superflus :
on openCard
repeat until last char of field Sens ≠ return
delete last char of field Sens
end repeat
end openCard
Une entrée peut cependant se trouver isolée en bas d’une colonne alors que le
texte correspondant se trouve en haut de la suivante, et je ne connais pas de solution
à ce problème.
Pour toutes ces raisons il paraît souhaitable de réserver ce type d’impression à
la réalisation de documents de travail et d’exemplaires provisoires plutôt qu’à la
publication définitive.
Pholia 6-1991
43
8.2. Exporter un fichier “Text only”
L’autre solution consiste à exporter un fichier Texte et à l’ouvrir au moyen
d’un traitement de texte performant tel que Word 4 de Microsoft. A l’exportation il
est possible de rajouter automatiquement toute la ponctuation désirée. Voici par
exemple le script d’un bouton apte à faire cela :
on mouseUp
ask "Nom du fichier :" with "Fichier<nom du fichier>"
if it is not empty then
put it into fichier
open file fichier
repeat with i=2 to the number of cards -- la 1ère carte
est la page de titre.
go card i
write field "Entrée" & return to file fichier
write "Cl." && field "Genre" && ";" && "tt." &&¬
field "Type tonal" && ";" && field "Analyse" & "."¬
& return to file fichier
write field "Etymologie" & return to file fichier
write field "Sens" & return & return to file fichier
end repeat
close file fichier
end if
end mouseUp
Si l’on ne veut pas encombrer l’écran d’un bouton rarement utilisé on peut
placer cette procédure, ou toute autre analogue, dans le script de la pile en
remplaçant on mouseUp par on exporter et end mouseUp par end exporter. Il
faudra alors taper exporter dans la boîte à messages et appuyer sur Entrée pour
lancer l’exportation du fichier.
44
Pholia 6-1991
L’exportation une fois terminée, on ouvre le fichier avec le traitement de texte
et l’on s’aperçoit que tout ce qui doit être en caractères phonétiques est maintenant
du charabia. De même les styles gras et italiques ont été ramenés au style standard.
C’est qu'un fichier “Text only”, comme son nom le suggère, ne conserve ni les
changements de police ni les changements de style. Il faudra donc passer un temps
considérable à rétablir manuellement polices et styles et à effectuer toutes les
opérations de toilettage que l’on voudra. Mais à ce prix on pourra obtenir, sur une
imprimante laser, une présentation proche de la typographie. On réservera donc cette
méthode à la publication finale.
9. BILAN ET CONCLUSION
Avec la version 2.0. d'HyperCard, il est donc parfaitement possible pour un
non-informaticien de réaliser un dictionnaire d’une langue bantoue susceptible
d’être utilisé aussi bien comme base de donnée sur micro-ordinateur Macintosh que
sous forme d’ouvrage de référence imprimé. Les problèmes que l’on rencontrait
dans une telle entreprise avec les versions 1. ont en effet pour la plupart reçu des
solutions. Est-ce à dire cependant que ce soit désormais l’outil idéal ?
Nous venons de voir qu’en ce qui concerne l’impression les possibilités ne
sont pas encore tout à fait suffisantes et que le passage par un traitement de textes
est encore souvent nécessaire et toujours laborieux. Cela revient à dire que si l’on
vise essentiellement à obtenir une version imprimée on peut avoir intérêt à travailler
directement avec un bon traitement de texte : le classement selon un ordre
alphabétique inconnu du logiciel sera évidemment moins facile et devra faire
beaucoup appel au Couper/Coller, mais au moins on n’aura à mettre en forme le
texte qu’une seule fois. Bien sûr, si un jour une nouvelle version d’HyperCard en
arrivait à permettre d’exporter des fichiers en conservant les indications relatives aux
polices et aux styles, ce jugement pourrait être révisé. Mais rien de tel n’a été
annoncé pour le moment.
J’ai également signalé plusieurs fois que certaines opérations fréquentes :
marquage des cartes, tri, recherches diverses, sont assez lentes avec HyperCard,
Pholia 6-1991
45
beaucoup plus lentes que dans un gestionnaire de bases de données. Cela tient à une
différence fondamentale entre les deux types de logiciels. Dans un gestionnaire de
bases de données les fiches sont stockées sur disque dans un ordre fixe, que
l’utilisateur n’a pas à connaître, et toutes les opérations de tri et de recherche ont lieu
en mémoire vive, ce qui peut être très rapide. Avec HyperCard, par contre, tout tri
modifie l’ordre physique de stockage sur le disque, ce qui est nécessairement
beaucoup plus lent. A ce propos, la façon dont semblent avoir été mises en œuvre
les nouvelles commandes Mark cards, Sort marked cards, etc…, est très
révélatrice. Le marquage attribue à chaque carte répondant aux critères de sélection
un numéro spécial qui permet de repérer sa place par rapport aux autres cartes. Si
l’on trie la sous-sélection au moyen de Sort marked cards, les cartes marquées
sont alors extraites de leur place, triées, renumérotées par redistribution entre elles de
leurs numéros, et enfin réinsérées sur le disque dans les places vides que ces
numéros permettent de retrouver. La méthode est très astucieuse, mais tout cela
prend beaucoup de temps et au bout du compte la pile est un entrelacement de deux
classements différents, l’un pour les cartes marquées, l’autre pour les cartes nonmarquées. L’ordre linéaire global de la pile ne signifie donc plus rien, si bien que
l’on est obligé de retrier constamment la totalité des fiches si l’on veut retrouver
l’ordre du dictionnaire, et cela est encore plus long. Ce problème étant structurel, il
n’y a aucune chance qu’il puisse jamais être éliminé. Pour qui envisage surtout
d’utiliser le dictionnaire sur l’ordinateur en tant que base de données il semble
qu’un gestionnaire de bases de données relationnelles tel que Quatrième Dimension
offre beaucoup plus de souplesse et surtout de rapidité.
Il reste pourtant quelques solides atouts à HyperCard, et d’abord son prix.
Alors que les bons SGDB sont chers, surtout en France, tout utilisateur d’un
Macintosh a accès à HyperCard ou peut se le procurer à bon compte. En effet,
HyperCard 2.0. est distribué gratuitement avec tous les Macintosh récents et n’est
pas protégé. Contrairement aux apparences cette version n’est pas non plus
“bridée” : il suffit de taper Set user level to 5 dans la boîte à messages pour
avoir un produit en tous points identique à celui qui est vendu plus de 1500 FF dans
46
Pholia 6-1991
le commerce. Le deuxième atout d’HyperCard est sa relative simplicité : bien que
l’écart tende à se combler, il reste beaucoup plus facile de s’initier tout seul à
HyperCard et à son langage, HyperTalk, qu’à la plupart des autres programmes et
langages de programmation. On peut mentionner aussi sa souplesse d’emploi : si
l’on rencontre un problème très spécifique, et c’est fréquemment le cas pour les
linguistes, auxquels les concepteurs de logiciels ont rarement pensé, il y a presque
toujours moyen de bricoler une solution acceptable. Enfin la diffusion d'un
dictionnaire sous HyperCard est grandement facilitée : il suffit de lui joindre la
police phonétique si elle est, comme souvent, de fabrication artisanale et de
distribution confidentielle, et n’importe quel utilisateur de Macintosh peut installer le
dictionnaire sur sa machine.
BIBLIOGRAPHIE
D.(1990), The Complete HyperCard 2.0. Handbook, 3rd edition, New
York: Bantam Books
STODDARD J. (1988), HyperCard Scripting, Renton WA: Computer Co-op Books
GOODMAN
Pholia 6-1991
Fiche tirée d’un « dictionnaire pounou » (inédit) réalisé avec Hypercard
47
LE POUNOU (B 43), LE MPONGWE (B 11a)
ET L'HYPOTHESE FORTIS / LENIS
Jean A. BLANCHON
Abstract
The present article examines two languages of the North West
order to determine whether they provide any support for the
hypothesis. Although it offers two complete series of reflexes for the
Proto-Bantu, Mpongwè is shown to provide no support at all. As
evidence it provides is shown to be much less convincing than
believed.
Bantu area in
fortis / lenis
consonants of
for Punu, the
was formerly
1. INTRODUCTION
Au vu des données disponibles en 1980 sur le pounou (ip$unu, B 43)
François Nsuka1 a constaté, après Malcolm Guthrie, que ce parler présentait deux
réflexes différents pour certaines consonnes du proto-bantou. En particulier, les
occlusives sourdes se présentent comme suit :
PB
réflexe fort
réflexe doux
*p
p
∫
*t
t
r
*k
k
fi
A cette époque, Hélène Van Leynseele et John Stewart2 venaient tout juste
d'examiner le tunen (A 44) et de proposer une hypothèse, dite "hypothèse fortis /
lenis", selon laquelle il conviendrait de reconstruire pour le proto-bantou non pas
une mais deux séries de consonnes : une série lenis (* 'p, * 't, * 'k, etc.) et
1.
2.
Nsuka-Nkutsi F. (1980).
Van Leynseele H. & J.M. Stewart (1980).
50
Pholia 6-1991
une série fortis (*p,
etc.) ; il était donc tentant, en l'absence de
conditionnement évident pour ces "doubles réflexes", de considérer que les deux
séries du pounou étaient les héritières des deux séries de la proto langue. Ce fut
effectivement la conclusion de Nsuka (1980), de sorte que depuis cette date le
pounou a été plusieurs fois invoqué, au même titre que le tunen, pour démontrer le
bien-fondé de l'hypothèse fortis / lenis3.
Dix ans ont passé, au cours desquels j'ai pu me constituer une base de
données informatisée sur le pounou qui compte actuellement autour de 5000 entrées,
étudier les principaux autres parlers du groupe B 40, avec quelques incursions du
côté des groupes B 10, B 20, B 30, B 50, et H 10, fréquenter les autres chercheurs
de l'Université Lumière-Lyon 2, qui travaillent sur les langues du Gabon, en
conséquence de quoi il me semble que le moment est venu de réexaminer
entièrement ce problème. C'est ce que je me propose de faire ci-dessous.
*t, *k,
2. LES THÈMES NOMINAUX DU POUNOU : CONSONNES INITIALES
2.1. L'initiale des thèmes en cl. 9 / 10
La première position que j'examinerai, où le pounou présente les consonnes p,
t, k, est l'initiale des thèmes qui se trouvent en cl. 9 avec pluriel en cl. 10, 2n, ou
6n. On observe par exemple :
p”o÷nzi
t$ab2
k&abi
p”o÷nzi ou map”o÷nzi
t$ab2 ou bat$ab2
k&abi ou b&akabi
"hotte"
"chèvre"
"guib harnaché"
Lorsque le nominal de cl. 9 commence par autre chose qu'une occlusive sourde, il
s'agit presque toujours d'une mi-nasale :
3.
La dernière étude en date, et la plus importante, est sans doute Stewart (1989).
Pholia 6-1991
mb&ari
mf&ul2
nd&afiu
nd$eki
51
mbari, m&ambari, b&ambari
mf&ul2, m&amful2, b&amful2
nd&afiu, mándafiu, b&andafiu
nd$eki, band$eki
"palmier"
"pluie"
"maison"
"tisserin gendarme"
Les seules exceptions sont des emprunts tels que : b”K÷ru (< bureau) ou
dollar), et ne nous intéressent pas pour la reconstruction.
d&oli
(<
Diachroniquement on a donc tout intérêt à dire, comme on le fait d'ordinaire,
que les minasales s'expliquent par la présence à date ancienne d'un préfixe non nul
qui était une nasale homorganique. Le simple désir de régulariser la description
conduit alors à postuler l'amuïssement de cette nasale devant les occlusives sourdes,
et ceci est confirmé par exemple par les langues voisines du groupe H (kongo) où la
nasale est encore présente :
p”o÷nzi
p$uni
t$ab2
t&umbu
kábi
k”uru
"hotte"
"assassin"
"chèvre"
"aiguille"
"guib harnaché"
"scorpion"
H 12 (vili)
H 12 (vili)
H 11 (beembe)
H 10 (kongo)
H 12 (vili)
H 10 (kongo)
mpØô÷nzi
mpØ&uni
nt&aba
ntumbu
nkØabi
nkutu4
Il est donc clair qu'à l'initiale de tous les thèmes de cl. 9/10, p, t, k, ne
peuvent être considérés comme les réflexes d'une série d'occlusives fortis du protobantou, mais seulement comme les réflexes de *mp, *nt, et *Nk. Cette
conclusion n'est d'ailleurs rejetée par personne : proposée à l'origine par Guthrie, elle
a été reprise depuis par tout le monde, y compris Nsuka et Stewart. Si elle est
rappelée ici avec quelque insistance, c'est parce que j'espère l'étendre à des
4. Les données proviennent de Jacquot (1981) pour le beembe, de Bentley (1887) pour le
kongo, et de mes notes personnelles pour le vili. Dans cette dernière langue la nasale initiale est
dévoisée, de sorte que l'aspiration est l'indice pricipal da la présence d'un préfixe de cl. 9. En
l'absence de données personnelles, j'ai conservé partout l'orthographe des auteurs cités.
52
Pholia 6-1991
contextes qui n'ont pas été examinés jusqu'ici et si possible à toutes les positions où
le pounou présente des occlusives sourdes.
2.2. L'initiale des thèmes en cl. 11 / 10
Des exemples avec minasale à l'initiale de thème au pluriel, tels que :
dub&&ol3o÷ngu/mb&ol3o÷ngu
dufw&K÷lu/mfw&K÷lu
dul&Kmi/nd&Kmi
"aubergine"
"mort"
"langue"
et des exemples avec occlusive sourde dans la même position tels que :
du∫&Knd2/p&Knd2
dur&angu/t&angu
dufi$andu/k$andu
"arachide"
"nombre"
"interdiction"
montrent que la cl. 11 est appariée à la même classe que la cl. 9, et donc que les
occlusives sourdes apparaissant au pluriel ont la même origine. Ceci est confirmé
encore une fois par les langues voisines où l'on a, avec les mêmes sens que cidessus :
H 12 (vili)
l&umpØind2/s´KmpØind2
H 10 (kongo)
lutangu/ntangu
H 10 (zoombo)
nkha&andu5
Au pluriel donc p, t, k, dérivent là encore de *mp, *nt, et *Nk. Le corollaire
est que, en cl. 11, ∫, r, fi, doivent être considérés, pour le moment au moins,
comme les réflexes "normaux" de *p, *t, *k, et non d'une hypothétique série
lenis du proto-bantou.
5. L'exemple zoombo provient de Carter H. (1980), Consolidated Kongo-English Vocabulary,
lequel, malgré son titre, ne concerne que ce seul dialecte.
Pholia 6-1991
53
Cependant, on trouve aussi des mots avec initiale de thème
p, t, k,
en
cl. 11, où il n'y a théoriquement pas de nasale structurelle :
dup”o÷ndu
dup$epi
dut$olu
dut$atu
duk”an2
duk$inzu
"chaussure"
"vent"
"rossignol" (français local)
"lamentation"
"gale"
"respect", etc.
Est-ce à dire que ces occlusives-là au moins, pourraient être des réflexes d'une série
fortis du proto-bantou et non de *mp, *nt, *Nk?
Dans certains de ces exemples il est manifeste que le singulier a été refait sur
le pluriel car on a :
dup”o÷ndu/bap”o÷ndu
duk”an2/bak”an2
ou
ou
du∫”o÷ndu/p”o÷ndu
dufi”an2/k”an2
Dans d'autres exemples, pour lesquels on ne dispose pas de variante avec
alternance à l'initiale de thème, il est probable que le sg. de cl. 11 est un singulatif
créé de toutes pièces sur un pluriel de cl. 10 dont le sg. était à l'origine en cl. 9. C'est
sans doute le cas pour le nom de l'oiseau grégaire et bavard dut$olu (pl. t$olu)
appelé localement "rossignol" et qui est sans doute un guêpier. On sait que
beaucoup de noms d'animaux étaient autrefois, et la plupart du temps sont encore, en
cl. 9/10. Or, selon Bentley, le kongo de San Salvador avait la forme ntoyo pour
l'oiseau en question.
Dans le cas de dup$epi/p$epi, "vent", l'étymologie n'est pas absolument
certaine. CS 1489 *-pèèp- , "blow, winnow" convient pour la tonalité et le sens
mais non pour la quantité vocalique, et CS 1493 *-pépo, "wind" convient pour le
sens et la quantité mais non pour la tonalité. On observe cependant que tous les
réflexes du second fournis par Guthrie sont en cl. 9/10 ou 11/10 et qu'au moins
quelques réflexes du premier le sont aussi, en particulier dans les zones les plus
54
Pholia 6-1991
proches de celle qui nous concerne ici : C 71,
lOpEpE,
et H 16b,
mpee∫e.
Là
aussi, donc, il y a toutes chances pour que p provienne de *mp.
Parfois on peut reconstituer une histoire encore plus compliquée. Ainsi
dut$atu/t$atu "lamentation" est formé sur ut$at2 "se lamenter". Or, pour
l'équivalent en kongo de San Salvador, Bentley a recueilli l'explication
suivante :"crier tata, c'est-à-dire papa". Le verbe en question serait donc un
dénominatif formé sur un nom de parenté, qui s'avère convenir pour la tonalité, et qui
est en général en cl. 1a. Quand on sait que les mots de cette classe étaient autrefois
en cl. 9 on comprend que là aussi il y a un *nt sous-jacent. 6
Bien sûr, il reste quelques cas tels que duk$inzu "respect" inexpliqués pour
le moment, mais ils sont souvent formés sur des verbes (v. 5. plus bas). Plus
souvent qu'on ne le souhaiterait aussi l'étymologie est inconnue et l'on ne peut donc
rien prouver ni dans un sens ni dans l'autre. J'en ai cependant assez dit pour montrer
que p, t, k, à l'initiale des thèmes de cl. 11 non synchroniquement dérivables de
verbes ont presque autant de chances de dériver de *mp, *nt, *Nk, que dans
ceux de cl. 10, et dans ce dernier cas il s'agit de 100%.
2.3. L'initiale de thème aux autres classes
Nous avons vu au passage ci-dessus que les pluriels des mots de cl. 9 ont
souvent reçu en pounou un préfixe supplémentaire de cl. 2 ou 6 (ils remontent donc
à °ba+N- ou °ma+N-), et que les sg. de mots en cl. 10 ont souvent été refaits en cl.
11 et remontent ainsi à °du+N-. En fait, le phénomène est beaucoup plus général
que cela puisque l'on observe des séquences préfixe CV+minasale sonore dans
toutes les classes nominales. On a par exemple :
1/2
6.
ng&uji/b&anguji
ngébi/b&angebi
"mère"
"petit enfant"
François Nsuka me suggère qu'il pourrait toutefois s'agir d'une étymologie populaire.
Pholia 6-1991
55
3/4
m&umbing2/m´Kmbing2
mung$Knd2/ming$ind2
m&ungongu/m&Kngongu
"échasse"
"toile d'araignée"
"arc musical"
5/6
dind$omb2/mand$omb2
d&Kmbung2/m&ambung2
ding$ib2/mang$ib2
"mouton"
"turbulence"
"vin de palme"
7/8
&Knd3angu/b&Knd3angu
ing”Kdi/bing”Kdi
ing”itsi/bing”Ktsi
"chique"
"sanza"
"tabou"
14
b&undumb2
bung$a÷ng2
bunz”umbi
"puissance, gloire"
"médecine traditionnelle"
"débrouillardise"
Quelques chiffres donneront une idée de l'ampleur du phénomène, qui est
seulement illustré ci-dessus. Pour les appariements 3/4, 5/6, 7/8, et les genres
monoclasses 6 et 14, je dispose actuellement de 177 entrées avec CV-b… pour 87
entrées avec CV-mb… Le rapport est en gros de deux à un. Puisque CV-mb…
provient de l'adjonction d'un préfixe CV- à un thème originellement à initiale -b…
mais qui a incorporé un préfixe nasal, cela signifie que parmi les thèmes
originellement à initiale b… et se trouvant actuellement dans des appariements à
préfixe CV-, un sur trois a d'abord fait un détour par une classe à préfixe N-. C'est
une proportion considérable.
Si les thèmes commençant par une occlusive sonore se sont comportés ainsi,
il n'y a aucune raison pour que ceux qui commençaient par une occlusive sourde
n'en aient pas fait autant. Mais si l'on se souvient que les nasales se sont amuies
devant occlusive sourde, on peut a priori désespérer de jamais arriver à le prouver.
Fort heureusement, le pounou présente une particularité tonale qui le distingue à
l'intérieur du groupe B 40. Lorsqu'un préfixe CV- figure devant un thème à radical
56
Pholia 6-1991
°H commençant par une minasale, un ton haut apparaît, dans la forme d'isolation, qui
est aussi celle qui suit immédiatement un verbe, non pas sur la voyelle radicale
comme c'est ordinairement le cas, mais sur le préfixe :
mub&amb2/mib&amb2
m&umbas2/m&Kmbas2
"var. de serpent"
"piquant d'athérure"
Cette corrélation entre ton haut préfixal et présence d'une nasale incorporée à
l'initiale de thème ne connaissant pas d'exception, on peut l'utiliser pour détecter une
éventuelle nasale amuïe. Or, que constate-t-on ? Tous les thèmes °HH et °HB
commençant par p, t, k, et non synchroniquement dérivables d'un verbe par
affixation productive, ont en pounou un ton haut préfixal. La seule explication
possible est que pour les noms de ces deux types tonals la proportion de ceux qui
ont fait autrefois un détour par une classe à nasale préfixale n'est pas de un sur trois,
mais bien de trois sur trois, ou, en d'autres termes, que pour les thèmes °HH et °HB
purement nominaux, les initiales p, t, k, proviennent à 100% de *mp, *nt, et
*Nk.
On peut maintenant pousser le raisonnement encore plus loin. Dans le cas de
thèmes commençant par une occlusive sonore et ayant fait un détour par une classe
à préfixe nasal, on trouve aussi bien des radicaux °B que des radicaux °H :
dind$omb2/mand$omb2
ing”Ktsi/bing”Ktsi
´Knd3angu/b&Knd3angu
múngongu/m&Kngongu
"mouton"
"tabou"
"chique"
"arc musical"
°BB
°BH
°HB
°HH
Cela prouve que l'adjonction d'un préfixe CV- n'est en aucune façon
conditionnée par le type tonal du thème. Donc si tous les noms commençant par
CVp…, CVt…, CVk… non-dérivables synchroniquement de verbes proviennent de
thèmes à minasale dans les types tonals °HB et °HH, il n'y a aucune raison qu'il en
aille autrement dans les types °BB et °BH ; c'est à dire que tous les p, t, k, à
Pholia 6-1991
57
l'initiale des thèmes purement nominaux devraient provenir de
*mp, *nt, *Nk,
respectivement, quel que soit le type tonal.
Malheureusement, pour les °BB et °BH, il n'existe aucun phénomène tonal
révélateur. D'autre part, on manque le plus souvent d'étymologie assurée. On peut
cependant citer quelques cas qui suggèrent que la conclusion ci-dessus doit être la
bonne. On a ainsi dip”api / map”api "aile". Guthrie reconstruit *-pàp&a
(CS 145) et signale correctement que ce thème est en général en cl. 5/6. Il mentionne
cependant trois langues où il est en cl. 11/10 : A 31c au nord-ouest du domaine,
E 32a au nord-est , et S 21 tout au sud — et il y en a sans doute d'autres. Une telle
distribution laisse ouverte la possibilité que *-pàp&a se soit trouvé beaucoup plus
généralement en cl. 11/10 à date ancienne, donc avec une nasale préfixale au moins
au pluriel. Dans d'autres cas, on peut trouver dans une langue voisine un mot
apparenté qui possède la nasale seulement soupçonnée pour le pounou. Ainsi, à
it”K÷mb2 / bit”K÷mb2, °BH, 7/8, "pipe", correspondait ntimpu "pipe pour
fumer le chanvre" en kongo de San Salvador selon Bentley ; à buk”ulu, °BH, cl. 14,
"oseille de Guinée" correspond le beembe (H 11) kink&ulu, selon Jacquot
(1981) ; à dik”undu/mak”undu, °BH, cl. 5/6, "organe spécial supposé être
possédé par les sorciers", et ik$utu/bik$utu, °BB, cl. 7/8, "vêtement",
correspondent l&KnkØûndu, et c&KnkØ&utu en vili (H 12), selon mes notes
personnelles, etc. Le dépouillement d'autres lexiques existants, ou à défaut
l'élicitation systématique dans certaines langues peu ou pas explorées permettrait
sûrement de trouver de nouvelles confirmations.
Pour terminer, jetons un coup d'œil aux emprunts du pounou au français. Des
exemples tels que :
d&Kpit2/m&apit2
&Kk3ol2/b&Kk3ol2
k&omand2/b&akomand2
m&akanisi
7.
V. Kwenzi Mikala J.T. (1989).
"député
"école"
"commandant"
"mécanicien"7
58
Pholia 6-1991
montrent que les initiales de thème
ont été traitées comme si elles
provenaient de *mp, *nt, *Nk, puisque tous ces mots ont un ton haut préfixal.
Pour être indirect, l'argument n'en est pas moins fort : les locuteurs actuels se
comportent comme s'ils attribuaient la même origine à toutes les occlusives sourdes
dans cette position.
p, t, k,
2.4. Conclusion pour les thèmes nominaux du pounou
En ce qui concerne la position initiale des thèmes nominaux du pounou nous
sommes forcés de conclure que, quels que soient le type tonal et la classe nominale,
il y a toutes chances pour que tous les p, t, k, proviennent de *mp, *nt,
*Nk. Il serait donc très imprudent d'utiliser cette position pour étayer l'hypothèse
fortis / lenis.
3. LES THEMES NOMINAUX DU MPONGWÈ
3.1. Les deux séries de consonnes
Le mpongwè (B 11a) est un parler du nord-ouest du domaine bantou
(Libreville) appartenant au groupe myènè (B 10) et donc de la même zone que le
pounou (B 43). Il présente lui aussi certains phénomènes qui pourraient inciter à
l'utiliser pour étayer l'hypothèse fortis / lenis. On a par exemple les réflexes suivants
du bantou commun de Guthrie :
CS 1450
CS 1602
*-pàp&a
*-pùNg-
"wing"
"blow"
i∫a∫a
gopunzina
"aile"
"souffler"
CS 1813
CS 1831
*-t&u&ÇK
*-t&um-
"ear"
"send"
oroyi
goto~wa
"oreille"
"envoyer"
CS 1178
*-k&uéd`K
"moon"
ogweli
"lune"
Pholia 6-1991
CS 1045
59
*-kèt-
"cut"
gokera
"partager"8
On remarque que les deux séries synchroniques sont les mêmes qu'en
pounou : p, t, k, et ∫, r, g, la seule différence étant que la vélaire de la série
douce est l'occlusive g alors que c'est la fricative fi en pounou. Le phénomène est
même encore plus étendu en mpongwè puisqu'à la série forte on pourrait ajouter au
moins b, d, et s, et à la série douce w, l/n, et z.
Instruits par l'expérience, regardons-y cependant de plus près.
3.2. L'initiale des thèmes en cl. 9/10a
Voici un échantillon de ce que l'on trouve dans cet appariement :
mpono/impono
ntono/intono
Nkola/iNkola
mboni/imboni
nsenge/insenge
"chemin"
"poitrine"
"escargot"
"chèvre"
"sable"
CS 1578
CS 1822
CS 1109
CS 185
CS 325
*-p&on*-t&udò
*-k&od&a
*-b&udÇ`K
*-cèNgà
"escape"
"chest"
"snail"
"goat"
"sand"
On observe que seuls les réflexes forts des consonnes du bantou commun
apparaissent après nasale. Le conditionnement par l'ancien préfixe N- des classes 9
et 10 suffit donc, comme en pounou, à expliquer le phénomène.
3.3. L'initiale des thèmes en cl. 11/10b
Le pluriel de la cl. 11 est en mpongwè une classe en tous points semblable
(accords compris) à celle qui sert de pluriel à la cl. 9, sauf que l'on n'y trouve pas la
nasale initiale de thème. Guthrie, suivi par André Jacquot9, a considéré qu'il
s'agissait là d'une cl. 19. Au vu des seules données fournies par ces auteurs, j'ai déjà
eu l'occasion d'écrire qu'il n'en est sans doute rien et qu'il s'agit en fait d'une variété
8. Les données sur le mpongwè proviennent de Gautier J.M. (1912) et de MouguiamaDaouda P. (1990).
9. V. Jacquot A. (1976 et 1983).
60
Pholia 6-1991
de la cl. 10 où la nasale s'est amuïe10. On a par exemple :
o∫oza∫oza/ipoza∫oza
orembo/itembo
ogoni/ikoni
owela/ibela
olega/idega
ozono/isono
"canine"
"rivière"
"bois de chauffage"
"fosse de chasse"
"biscuit"
"brindille"
On observe que la cl. 10b pluriel de la cl. 11 a systématiquement une initiale
de la série forte. L'amuissement d'une nasale en rend compte automatiquement.
Encore faut-il expliquer cet amuïssement. J'ai proposé ailleurs11 que certaines
langues bantoues de la région ont appliqué aux appariements 9/10 et 11/10 une sorte
de "principe de symétrie" selon lequel l'initiale des noms tend à acquérir la même
structure au singulier et au pluriel. Ainsi le massango (B 42) a systématiquement
rajouté une nasale à la cl. 11 et un préfixe CV- à son pluriel, ce qui produit la
symétrie CVN- / CVN-. Nous avons vu ci-dessus que le pounou (B 43) faisait
parfois la même chose, mais de façon moins systématique. La chute de la nasale en
cl. 10b du mpongwè rend de même l'appariement 11/10b symétrique et l'aligne sur
la plupart des appariements de ce parler avec V- / V-.
La présence exclusive de la série douce en cl. 11 montre d'autre part qu'il s'agit
là, comme en pounou, des réflexes "normaux" des consonnes du bantou commun
lorsquelles n'étaient pas précédées de nasales. On a donc eu pour le mpongwè :
*p> ∫, *t> r, *k> g, *c> z, *b> w, d'une part, et *mp >
(m)p, *nt> (n)t, *Nk> (N)k, *c > (n)s, *mb> (m)b, d'autre
part, avec nasale présente en surface en cl. 10a mais absente en cl. 10b. Les deux
séries s'obtiennent ainsi sans qu'il soit nécessaire de dédoubler les consonnes du
bantou commun en fortis et lenis.
10.
11.
Blanchon J.A. (1987), p. 15.
Ibid. p. 20.
Pholia 6-1991
61
3.4. L'initiale des thèmes en cl. 3, 4, et 6
Les classes 3, 4, et 6, présentent en mpongwè la particularité d'avoir le plus
souvent, comme on s'y attendrait, une initiale de thème de la série douce, mais
parfois une nasale suivie d'une consonne de la série forte. Pour certains de ces mots
on pourrait soupçonner un détour par l'appariement 9/10, par exemple lorsqu'il s'agit
d'un nom d'animal :
omboma/imboma
ompene/impene
"python"
"vipère"
cf. B43 : mb$om2/bamb$om2, 9/2n
cf. B43 : p&Kli/b&apili, 9/2n12
Cependant ces noms sont trop nombreux et de sens différents pour que cela
soit la seule explication. Surtout, on observe un phénomène de distribution
complémentaire : à l'initiale des thèmes qui ont la série forte on ne trouve que mb et
mp (c'est à dire m+b et m+p), et dans ceux qui ont la série douce on ne trouve
jamais les consonnes correspondantes : w et ∫. Cela montre que les consonnes
labiales ont reçu un traitement spécial. 13
Pour comprendre ce qui s'est passé il faut remarquer que devant thème à
initiale consonantique les groupes augment+préfixe nominal du mpongwè se sont
apparemment réduits au seul augment, lequel fait maintenant fonction de préfixe. On
a eu ainsi : *aba> a en cl. 2, *odo> o en cl. 11, *obo> o en cl. 14. Ce
qu'il y a de commun aux cl. 3, 4, et 6, que nous examinons ici, c'est que leur préfixe
comportait dès l'origine une nasale labiale : cl. 3 : *omo, cl. 4 : *imi, cl. 6 :
*ama. On peut donc supposer que dans ce cas la réduction du préfixe n'a pas
toujours été complète et que la nasale a été conservée devant occlusive labiale à cause
de l'identité du point d'articulation. 14
12. Le passage en cl. 3/4 rend également symétrique un appariement qui ne le serait pas en 9/10
où l'on aurait : °mboma/°imboma et °mpene/°impene, ainsi que me le fait remarquer
Thilo Schadeberg (communication personnelle).
13. Claire Grégoire me signale que c'est un phénomène relativement fréquent. En kwanyama,
par exemple, VmV + C labiale > Vm + C labiale, alors que VmV reste inchangé si la consonne
initiale de thème est une dentale ou une vélaire.
14. C'est la solution retenue par Mouguiama-Daouda (1990).
62
Pholia 6-1991
Si cette hypothèse est correcte, la distribution actuelle de la série forte et de la
série douce s'explique encore une fois à partir d'une seule série du proto-bantou qui
a évolué différemment en fonction de la présence ou de l'absence d'une nasale
préfixale.
3.5. Les thèmes ayant changé de classe
La réduction subie par les préfixes nominaux en mpongwè les a rendus moins
distinctifs. Ainsi, les préfixes de cl. 3, 11, et 14, ont tous abouti à o-, et ceux de
cl. 5, 8, 10a et 10b ont tous abouti à i-, avant que celui de cl. 8 ne disparaisse
complètement. Il est particulièrement remarquable que les appariements 3/4 et
11/10b ont aujourd'hui tous deux o-/i-, de sorte que, pour les thèmes à initiale
consonantique au moins, seuls les accords des pluriels permettent de les distinguer :
cl. 4 : y, cl. 10b : s. On comprend que dans ces conditions il ait été facile à un
thème consonantique quelconque de passer d'un appariement à l'autre. Or, on a par
exemple :
otango/itango
3/4
"compte"
CS 1673
*-t&aNg-
"count"
Avant de dire que le *t du proto-bantou n'est pas devenu r comme il
l'aurait dû, vu l'absence de nasale après chute des préfixes mo- et mi- devant
consonne non-labiale, et que cela prouve l'existence d'un t fortis opposé à un 't
lenis en proto-bantou, il faut penser à la probabilité du passage de ce mot par une
classe à préfixe nasal. Effectivement, on trouve dans les langues voisines :
B 43 (pounou)
H 12 (vili)
dur&angu/t&angu
l&utangu/s&KntØangu
11/10
11/10
"compte"
"compte"
On a donc dû avoir autrefois : °orango/itango, 11/10b. Le pluriel a
changé d'accords sans changer de forme en passant en cl. 4, après quoi le singulier a
été refait en cl. 3 de façon à éliminer l'alternance consonantique qui n'existe pas dans
l'appariement 3/4.
Un raisonnement analogue est valable pour :
Pholia 6-1991
63
onE~wE/inE~wE3/4
"langue"
CS 572
*-d&KmÇ`K
comme en témoignent les parallélismes suivants :
B 41, 43 (eshira, pounou)
dul&Kmi/nd&Kmi
H 11(bembe)
lud&Kma/nd&Kma
"tongue"
11/10
11/10
On a dû avoir autrefois : °olE~wE/inE~wE, 11/10b. La réalisation n de
*nd est due à l'application de la règle de Meinhoff. Comme dans les exemples
précédents, après passage à l'appariement 3/4, le singulier a été refait sur le thème du
pluriel.
On a aussi, avec consonne forte :
ipundju
isinda
5
5
"cerveau
"sang-froid"
Mais le dialecte galwa du myènè a , avec les mêmes sens :
ovundzu /ipundzu
nsinda
11/10b
9
de sorte que le passage par une classe à préfixe nasal est une quasi-certitude15.
Avant la chute du préfixe de cl. 8, dont Gautier avait apparemment trouvé des
traces avant 1912, le passage était également facile entre la cl. 10b et la cl. 8, toutes
deux avec préfixe i- et valeur de pluriel. Alors que les thèmes en cl. 8 ont
normalement, vu l'absence de nasale dans le préfixe, une consonne initiale de la série
douce, on trouve par exemple avec consonne forte :
etErE/tErE
7/8
"calebasse"
15. Ces exemples ont été collectés auprès de locuteurs du galwa à Lambaréné par Patrick
Mouguiama-Daouda. Je lui suis très reconnaissant de me les avoir communiqués.
64
Pholia 6-1991
esala/sala
7/8
"queue d'oiseau"
Là aussi, les parallélismes avec les langues voisines sont éloquents :
B 43 (pounou)
B 41 (eshira)
B 44 (loumbou)
H 12 (vili)
duréri/téri
dus&al2/ts&al2
dus&al2/ts&Ktsal2
l&usal2/s&Ksal2
11/10
11/10
11/10
11/10
"pépin de calebassier"
"plume"
"plume"
"plume"
Il est clair que là où une consonne forte apparaît dans ces parlers elle est due à
la présence de la nasale du préfixe de cl. 10. On a donc dû avoir en mpongwè :
°orErE/itErE
°ozala/isala
11/10b
11/10b
Ensuite, les pluriels sont passés de la cl. 10 à la cl. 8 en changeant simplement
d'accords, et un singulier de cl. 7 a été refait afin d'éliminer l'alternance. Enfin le
préfixe de cl. 8 a disparu comme il l'a fait devant toutes les consonnes.
3.6. Conclusion pour les thèmes nominaux du mpongwè
Nous arrivons donc à la même conclusion que pour le pounou : il est
pratiquement certain qu'aucune initiale de thème nominal du mpongwè ne peut être
invoquée pour argumenter en faveur de l'hypothèse fortis / lenis.
4. LES VERBES DU MPONGWÈ
En mpongwè les radicaux verbaux qui ne commencent pas par une nasale ont
à l'initiale tantôt une consonne de la série douce, tantôt une consonne de la série
forte, selon le tiroir de la conjugaison considéré. En particulier, l'impératif a la
consonne douce et l'infinitif, la consonne forte correspondante :
∫anda
"monte"
gopanda
"monter"
Pholia 6-1991
renda
gamba
65
"trace
"parle"
gotenda
gokamba
"tracer"
"parler"
Si l'on examine les radicaux et thèmes à initiale vocalique on aperçoit
clairement un parallélisme entre l'infinitif et les noms de cl. 10b :
yena
oyembo
"vois"
"chant" (cl. 11)
godyena
idyembo
"voir"
"chants" (cl. 10b)
Gautier (1912), qui ne fournit pas d'infinitifs avec préfixe go-, faisait
remarquer que les infinitifs du mpongwè sont en réalité des noms d'action de
cl. 10b. Après avoir cité : idyanza, "travailler", idyivira, "croire",
ipikilya, "penser", il ajoutait (p. 22) : "Ces infinitifs, pris substantivement,
signifient à proprement parler action de… travailler, de croire, de penser, etc.". La
remarque est judicieuse et je dirai donc que les infinitifs en go- relevés par Patrick
Mouguiama sont sans doute formés sur le nom d'action de cl. 10b par adjonction
d'un préfixe go-.
S'il en est ainsi, les infinitifs du mpongwè, et les tiroirs de la conjugaison
formés sur l'infinitif, comportent le préfixe nasal de cl. 10b, lequel s'est amuï devant
consonne comme on l'a vu ci-dessus non sans avoir préalablement imposé le réflexe
fort de la consonne en question. Pas plus que les noms, les verbes du mpongwè ne
sauraient donc servir à montrer la nécessité de l'hypothèse fortis / lenis.
Mais les infinitifs du mpongwè sont intéressants de façon beaucoup plus
générale. On ne peut manquer d'être frappé par la similitude qu'ils présentent avec
ceux de l'anglais moderne. On sait que ces derniers dérivent non de l'infinitif anglosaxon mais du "gérondif" formé de la préposition t"o suivie d'un nom verbal au
datif :
vieil-anglais
forZiefan
t"o forZiefenne
"pardonner"
"pour pardonner"
anglais moderne
to forgive
"(pour) pardonner"
66
Pholia 6-1991
L'infinitif est sémantiquement une forme virtuelle du verbe et la préposition
qui marque un mouvement vers quelque chose est suivie d'un groupe nominal
exprimant un but non encore atteint. Il y a ainsi congruence entre le sens d'une telle
préposition et celui de l'infinitif, congruence qui la prédestine à servir de marque
formelle à ce dernier. C'est ce qui est arrivé en anglais, et je propose de considérer
qu'un phénomène analogue s'est produit en mpongwè. Cela signifie que le préfixe
actuel serait le réflexe du préfixe *ku- de cl. 17, la deuxième classe
"locative" du proto-bantou, laquelle est effectivement reconstruite avec le sens voulu.
go16
Gautier (1912) ne mentionne pas l'infinitif avec go-, et l'on sait que le
mpongwè a emprunté du vocabulaire aux missionnaires et commerçants
anglophones de Libreville au siècle dernier (dolE < dollar, satate <Saturday,
oresi < rice, etc.) d'où ils sont souvent passés ensuite dans les autres langues du
Gabon. On pourrait donc être tenté de voir dans cet infinitif une influence de
l'anglais. Pourtant, à propos de la "préposition" go Gautier donne (p. 162)
l'exemple suivant :
awè ore go pakilya
"c'est à toi de commencer"
où l'on peut très bien voir un infinitif plutôt qu'un groupe prépositionnel. Il est donc
probable que l'infinitif avec go- est, malgré Gautier, une forme ancienne.
S'il en est ainsi, le mpongwè nous fournit peut-être une clef de la formation de
l'infinitif dans les langues du nord-ouest, et peut-être même dans les langues
bantoues de façon générale. On considère d'ordinaire que l'infinitif est formé d'un
préfixe *ku- de cl. 15 suivi directement d'un thème verbal à finale -a. Il se
pourrait fort bien que la formule ait été en fait préfixe de cl. 17 (fonctionnant comme
une préposition) + nom verbal de cl. 10. Il suffirait alors de reconstruire un seul
préfixe *ku- et non deux préfixes homophones comme on le fait
16. Claire Grégoire aboutit, tout à fait indépendamment, à la même conclusion pour le dialecte
nkomi (B 11e). Voir ici même, "Premières observations sur le système tonal du myènè-nkomi".
Pholia 6-1991
67
ordinairement. Cette proposition ne va pas sans quelques difficultés, mais la
question mérite néanmoins d'être poursuivie.
5. LES VERBES DU POUNOU
5.1. Le problème
Les thèmes verbaux du pounou paraissent au premier abord beaucoup plus
prometteurs que les thèmes nominaux en ce qui concerne l'hypothèse fortis / lenis.
On a en effet, par exemple :
CS 1405
CS 1409
*-pàc*-p&ad-
"split"
"scrape"
up$as2
u∫&al2
"fendre"
"raboter"
CS 1700
CS 1741
*-ték*-t&K&Kn-
"draw water"
"fear, run away"
utéfi2
ur&K÷n2
"puiser de l'eau"
"s'enfuir"
CS 1159
CS 2136
*-kòt*-k&ot-
"come/go in"
"warm oneself"
uk$ot2
ufi&or2
"entrer"
"se chauffer"
En l'absence de conditionnement évident, on pourrait penser que l'on tient là la
preuve de l'existence de deux séries fortis et lenis dès le stade du proto-bantou.
Nous allons voir cependant que ce n'est pas tout à fait aussi sûr que l'on pourrait
croire.
5.2. Les doublets
A condition de disposer de suffisamment de données, on peut observer en
pounou un nombre non négligeable de doublets dont un terme a l'initiale forte et
l'autre l'initiale douce correspondante. On trouvera ci-dessous les 22 paires que j'ai
recensées pour le moment :
u∫afi&ul2
upafi&ul2
"venir en aide à quelqu'un"
"offrir (sacrifice, cadeau); payer (impôt)"
68
Pholia 6-1991
u∫&ap3ul2
up&ap3ul2
u∫&as3ul2
up&as3ul2
"déchiqueter"
"déchiqueter"
"faire de la place dans un lieu encombré"
"quitter les lieux"
u∫é∫2
upé∫2
"dériver au fil de l'eau"
"dériver au fil de l'eau"
u∫y&ung2
upy&ung3Ks2
"osciller, se balancer"
"faire des signes en hochant la tête"
ur&afi3ul2
ut&ak3ul2
"gratter avec les pattes (poule)"
"faire ses premiers pas (enfant)"
ur&and2
ut&anz32m2
"enfler, gonfler"
"rebondir, être secoué"
ur$ek2
utek&ul2
"rire"
"se moquer, ridiculiser"
urw$as2
utw$as2
"frapper, giffler"
"frapper, giffler"
ufiab&ul2
ukab&ul2
"diviser"
"faire les parts, distribuer"
ufi$afi2
ukafi&ul2
"obstruer, barrer"
"retenir, empêcher"
ufi&ambu
uk&amb2
"manquer de quelque chose"
"être réduit à l'impuissance"
Pholia 6-1991
69
ufi&and2
uk&and2
ufias&ul2
ukas&ul2
"empêcher la pluie de tomber (magie)"
"protéger"
"casser avec les dents"
"casser avec les dents"
ufiéb3ul2
ukéb32n2
"attirer l'attention de quelqu'un"
"faire attention"
ufiél3us2
ukél3ul2
"retourner quelque chose"
"faire pivoter"
ufi&Kr3ufi2
uk&Kt3ufi2
"faire preuve d'agilité, se métamorphoser (magie)"
"se transformer"
ufiob&ul2
ukob&ul2
"délivrer, libérer"
"décrocher, détacher"
ufi&om3Kn2
uk&om2
"cheviller, clouer"
"fixer la calebasse au palmier"
ufiond&ufi2
ukond&ufi2
"contourner, faire un détour"
"zig-zaguer"
ufiulum&ufi2
ukulum&ufi2
"descendre une pente, dévaler"
"ruisseler"
On ne saurait évidemment dire que les initiales douces de ces thèmes verbaux
dérivent d'une série lenis du proto-bantou et que les initiales fortes dérivent d'une
série fortis car alors il faudrait que la synonymie ou quasi-synonymie entre les
termes de chaque paire soit le fruit du hasard.
70
Pholia 6-1991
5.3. La dérivation dénominale
Si l'on rejette l'explication par l'hypothèse fortis / lenis il faut trouver une autre
explication à l'existence de ces doublets et plus généralement à l'existence de deux
séries, forte et faible, à l'initiale des verbes du pounou. Pour rester dans le droit fil du
présent article, il faudrait pouvoir montrer que le deuxième terme de chacun des
couples ci-dessus est dérivé du premier par un processus qui comporte l'adjonction
d'une nasale. Il serait même souhaitable de trouver des raisons de soupçonner la
présence d'une nasale devant tout thème verbal commençant par p, t, ou k,
qu'il ait un doublet ou non.
Le pounou connaît actuellement plusieurs types de dérivation déverbale en
classe 9/10. Avec voyelle finale -a, on obtient librement des noms d'action qui
s'emploient surtout avec un numéral pour compter les réalisations :
"parler"
u∫$os2
&atsi∫”os2 (m)pos&217 b$eji
"il a parlé deux fois"
"vomir"
ul&ufi2
&ats&Klufi2 nd&ufi2 iryeru
"il a vomi trois fois"
Avec suffixe
-il+u > ulu,
ub&Kfi2
ul&amb2
um$at2
17.
18.
"prédire"
"cuisiner"
"grimper"
on obtient un nom de manière ou de résultat :
mb&Kfi3ulu
nd&amb3ulu
mbat&ulu
"prédiction"
"façon de cuisiner"
"façon de grimper"18
Pour la plupart des locuteurs, la nasale tombe toujours devant une occlusive sourde.
Synchroniquement N+l > nd et N+m > mb.
Pholia 6-1991
71
A date plus ancienne, il semble que le nom de résultat ait pu se contenter de la
voyelle finale -u, à moins que la forme actuelle ne soit le résultat d'une contraction
ou abréviation :
-ulu > -u.
ub$Kng2
"chasser"
"produit de la chasse"
mb$Kngu
Parfois, le pluriel, le singulier, ou les deux ensemble, sont passés ensuite dans
des classes à préfixe CV- :
ufiw&ang2 "abattre"
ngw&angu/m&angwangu "bâton"
ufi$afi2
"obstruer"
dufi$afiu/k$afiu
"barrage"
ufi$ab2
"partager"
dik$abu/mak$abu
"parts"
D'autres procédés de dérivation en cl. 9 ou 10 ont certainement existé, même
s'ils ne sont plus productifs, comme en témoigne par exemple le couple : ufi$om2,
°B,"faire entrer de force, forcer", k”omi/bak”omi, 9/10, °BH, "coup de poing
donné verticalement sur la tête d'un inférieur pour le rappeler à l'obéissance".
A partir de noms dérivés en cl. 9/10, on a sans doute parfois créé de nouveaux
verbes qui se trouvent alors être des sortes de doublets du verbe initial mais avec une
intitiale de thème forte exigée par la nasale du préfixe nominal. Il semble bien que ce
soit le cas par exemple pour :
ufi$afi2 "obstruer"
ufi$ab2 "partager"
u∫é∫2 "dériver"
u∫afi&ul2 "donner"
ufi$om2 "forcer"
>
>
>
>
>
k$afiu "barrages"
(ma)k$abu "parts"
&Kpe∫u "flotteur"
p$afiu "dons"
k”omi "coup"
>
>
>
>
>
ukafi&ul2 "empêcher"
ukab&ul2 "distribuer"
upé∫2 "dériver"
upafi&ul2 "venir en aide"
ukom&Kts2 "contraindre"
Malheureusement, on n'arrive pas à expliquer ainsi les initiales fortes de tous
les doublets. Cela tient peut-être à ce que les noms intermédiaires entre les deux
verbes n'ont pas toujours été recueillis ou qu'ils ont disparu de la langue actuelle.
Cela peut être dû aussi à l'intervention d'autres paramètres.
72
Pholia 6-1991
5.4. Les thèmes à minasale
Le pounou possède au moins une douzaine de verbes fort curieux dont le
thème commence par une minasale.19 Ce sont :
umb$amb2
umb&amb2
umb&omb3ul2
umborum&un2
umb&ur3ul2
umfw$eb2
umfwéfi32m2
umfwéfi3Kfi2
umfwend&2m2
und&Kng32m2
ung&&ar3ul2
ungeng&2m2
ungwéng2
"se jeter sur (nourriture, boisson, travail)"
"passer dans les fourrés"
"abattre tous les arbres d'une plantation"
"écraser (sous son poids), broyer (sous la dent)"
"croquer (un os)"
"fléchir, ployer, se déhancher"
"être secoué, rebondir"
"secouer, faire rebondir"
"se redresser, se carrer"
"être en équilibre instable, vaciller"
"croquer (un os)"
"gronder"
"frapper, piquer (abeille)"
Si de tels verbes existent, il n'y a aucune raison qu'il n'y en aient pas eu
d'autres avec nasale + occlusive sourde. Hélas, ils sont indétectables aujourd'hui du
fait de l'amuïssement des nasales dans cette position. Notons simplement qu'en
présence d'une occlusive sourde à l'initiale de thème on ne peut pas être certain qu'il
n'y a jamais eu là de nasale.
L'origine de ces verbes est obscure. Toutefois, nous avons vu que le mpongwè
construisait ses formes verbales tantôt directement sur le radical (par exemple à
l'impératif) tantôt sur un nominal de cl. 10b dérivé (par exemple l'infinitif). L'un au
moins des verbes à minasales du pounou pourrait suggérer l'existence de quelque
chose d'analogue dans ce parler. Il s'agit de umb$amb2, "se jeter sur", que l'on peut
19. Cinq d'entre eux figuraient déjà dans le lexique pounou du P. Bonneau (1956) et ont été
signalés dans Fontaney L. (1980), p. 54.
Pholia 6-1991
73
rapprocher de
ub$amb2, "suivre quelqu'un partout". Tous deux semblent en effet
dérivés de la même racine : CS 37, *-bàmb-, "become or put near", le premier
avec nasale, le deuxième sans nasale. A la différence du mpongwè, le pounou aurait
reconstitué une conjugaison complète, soit sur chacune des deux bases en les
spécialisant dans des sens voisins mais distincts, d'où certains doublets, soit sur une
seule base à initiale forte ou douce, l'autre étant abandonnée, d'où un certain nombre
de verbes à initiale forte bien que les douces soient les réflexes "normaux" des
consonnes du proto-bantou.
5.5. L'influence des langues de la zone H
Le pays pounou, situé à l'intérieur du Gabon, mais à faible distance de la côte
a toujours été, pour autant qu'on puisse le savoir, un lieu de transit pour les
marchandises entre la côte et l'intérieur. Sans qu'il soit nécessaire de remonter à
l'époque des migrations qui ont sans doute vu venir les Bapounou du Congo, on
peut dire qu'ils sont depuis longtemps en relation d'échange avec les Bavili de la
côte, c'est à dire autrefois avec le royaume de Loango, directement ou plus
probablement par l'intermédiaire des Loumbou. J'ai montré ailleurs20 que le
loumbou de Mayumba (B 44), parler très proche du pounou (B 43) par certains
côtés, a emprunté au vili (H 12) jusqu'à environ 40% de ses verbes les plus courants.
Il n'est pas exclu que certains verbes aient pénétré de là jusqu'en pounou. Or, si le
vili a apparemment deux réflexes de *p (p et v), ce qui mériterait une étude, il
n'en a qu'un pour *t (t), et pour *k (k, avec une réalisation palatalisée c
devant i ), et l'on constate que les doublets du pounou répertoriés ci-dessus
concernent souvent les initiales fi et k. La forme avec k est parfois identique à
celle du vili, ce qui peut être une simple coïncidence comme ce peut être un
emprunt :
B 43
20.
ufiab&ul2/ukab&ul2
ufi&ambu/uk&amb2
Voir Blanchon (1984).
H 12
k&uk&abul2
k&ukambu
74
Pholia 6-1991
5.6. Conclusion concernant les verbes du pounou
La dérivation de certains verbes du pounou à partir de thèmes nominaux de cl.
9 ou 10, et une influence exercée par le vili de Loango, sont évidemment de simples
hypothèses. Cependant, l'existence des verbes à minasale et des doublets tend à leur
donner un certain degré de vraisemblance. C'est pourquoi il est pour le moins
dangereux d'invoquer même l'initiale des verbes du pounou à l'appui de l'hypothèse
fortis / lenis.
6. LES CONSONNES NON- INITIALES
Le mpongwè ne connaît en C2 que les consonnes de la série douce et les
minasales sonores.21. L'absence des minasales sourdes s'explique par le fait que ce
genre de segment a été reconstruit dans cette position en très petit nombre et qu'il n'y
a apparemment aucun réflexe en mpongwè. Cela explique aussi l'absence des
consonnes sourdes de la série forte puisqu'elles proviennent. toujours de la même
source que les minasales sourdes, mais avec amuïssement de la nasale. Enfin
l'absence des consonnes sonores de la série forte se comprend si l'on suppose que
les minasales sonores n'ont jamais perdu leur nasalité dans ce contexte.
6.1. Le problème des C2 du pounou
En pounou, par contre, la situation est très différente, comme on peut le voir
dans le tableau ci-dessous :
p : 49 / 109 = 45 %
t : 184 / 339 = 54,25 %
k : 275
/ 643 = 42,75
∫ : 60 / 109 = 55 %
r : 155 / 339 = 45,75 %
fi : 368
/ 643 = 57,25
%
%
21. Mouguiama-Daouda (1990) ne signale que deux exceptions : ibaku/abaku, 5/6, "pierre
d'achoppement" et ipoku/apoku, 5/6, "aveugle", qui sont irréguliers aussi bien pour C 1 que
pour C2 et qui pourraient être des emprunts.
Pholia 6-1991
75
Pour ∫ et fi, le pourcentage n'est qu'à peine supérieur à la moité, et pour r il est
même inférieur. D'où peuvent bien provenir tous ces p, t, k, s'ils ne proviennent
pas d'une série fortis de la proto-langue ?
6.2. Les minasales sourdes reconstruites
Guthrie ne reconstruit qu'une dizaine de *nt, encore moins de Nk, et pas du
tout de *mp. Le seul réflexe connu en pounou d'une minasale sourde en position
C2 est : mufié÷tu / bafié÷tu, °HB, 1/2, "fille, femme". Ce mot remonte à
CS 1041 *-kéntù, et au-delà sans doute à CS 1022 *-ké "wife" ou
CS 1023 *-ké "small", et CS 1798 *-ntù "person". Le n s'est amuï devant
sourde, comme il l'a fait dans m$u÷tu / b$a÷tu, °BB, 1/2, "personne", en imposant
le réflexe fort de l'occlusive.
6.3. Les minasales sourdes non reconstruites
Un examen rapide du lexique de quelques langues de la zone H (zone kongo)
révèle la présence en C2 de minasales sourdes qui n'ont pas été retenues dans les
reconstructions. On trouvera ci-dessous celles dont j'ai pu trouver l'équivalent en
pounou :
H 10
B 43
(kongo) manta
um$at2
"monter"
(laadi)22 so÷ntama
us&ot32m2
"s'accroupir"
(kongo, laadi) tunta
ud$ut2
"tirer"
(kongo) vempa
uv$ep2
"gratter"
Quelle que soit la raison de l'apparition de ces nasales, s'il s'agit, comme cela
semble être le cas, d'un phénomène de zone, le pounou a fort bien pu se trouver dans
l'aire d'extension du phénomène. En effet, les locuteurs de cette langue viennent
certainement du Congo, et les linguistes de Tervuren considèrent depuis longtemps
qu'il vaudrait sans doute mieux la rattacher, avec tout le groupe B 40, à la zone H. Là
22. Les données laadi proviennent de Jacquot (1982).
76
Pholia 6-1991
aussi, l'amuïssement de la nasale a pu imposer le réflexe fort de
ou de *t ; et
après cet amuïssement, qui peut dire au juste combien de mots ont été concernés ?
*p
6.4. Les minasales sonores
Certaines reconstructions suggèrent que les minasales sonores de la protolangue, reconstruites en très grand nombre, se sont parfois assourdies. On a ainsi :
CS 61
CS 1716
CS 325
*-b&aNg&a
*-téNgam*-cèngà
"jaw"
"become leaning"
"sand"
mub&ak2
urék32m2
isy$ek2
"machoire"
"pencher"
"sable"
La comparaison avec les langues de la région va dans le même sens :
(kongo)
(wanzi)23
(punu)
nenga
munEngE
mun$ek2
"œuf d'insecte"
"lente"
"œuf de chique"
(kongo)
(punu)
zambu
uts$ap2
"branche permettant de sauter d'un arbre à un autre"
"sauter d'un arbre à un autre"
Après le dévoisement, la nasale s'est amuïe devant l'occlusive sourde, comme en 6. 3.
ci-dessus, en laissant une occlusive de la série forte.
6.5. La réduplication
La réduplication partielle du thème nominal est un phénomène assez fréquent.
On a par exemple :
ik&uk3umu
ik&ok3osi
23.
"petite savane"
"prunelle de l'œil"
cf.
cf.
k&umu
k&osi
cl. 9, "savane"
cl. 9, "statuette fétiche"
D'après le lexique inédit de Médard Mouélé. Le liwanzi appartient au groupe B 50.
Pholia 6-1991
77
Dans ces deux cas, il s'agit de la trace d'un procédé de dérivation diminutive24
qui a dû être productif autrefois. Parfois la réduplication est plus probablement
iconique, comme dans certains idéophones, par exemple pour : dik”uk&uli ou
dikw”Kkw&Kli, cl. 5, "papillon", qui suggère des battements d'ailes.
Dans un cas au moins la réduplication semble s'être appliquée plusieurs fois à
un même mot. Le kongo a ekonko, "criquet", qui pourrait provenir d'une
réduplication totale °nko-nko suivie d'un changement de classe. Le pounou a, avec
le même sens dik””ok&oku, qui est clairement la réduplication partielle de
°dikoku, inexistant, mais qui serait l'équivalent exact de ekonko. Dans ce cas
ce sont donc sans doute les trois consonnes fortes qui remontent à *Nk.
Certes, dans tous les cas où l'on a la même consonne forte en C1 et C2, on ne
peut être certain qu'il y a eu réduplication mais on peut souvent le soupçonner. On a
par exemple :
t”a÷t2 / bat”a÷t2
d&Kkeki / m&akeki
"papa"
"futilité"
CS 1686
CS 1034
*-tààt&a
*-kééké
"father"
"small"
Le premier appartient au langage enfantin, qui procède souvent par réduplication de
monosyllabes. Quant au second, il faut se souvenir que Guthrie reconstruit aussi CS
1023 *-ké "small". Or les deux mots avaient une nasale initiale de thème puisque
le premier vient de la cl. 9 et que le second a un ton haut préfixal. La réduplication
du thème, nasale incluse, explique donc que l'on ait deux réflexes forts identiques.
On a aussi d&Kkak2 / m&akak2, "main", où le ton H préfixal est une fois
de plus la trace d'un préfixe nasal de cl. 9 ou 10. Guthrie ne fournit pas de
reconstruction, mais Meeussen propose *-ka, d'après Bourquin, et *-kanca,
d'après Homburger. On peut soupçonner *nk&a-nk&a comme origine du mot
pounou et de son équivalent dans une bonne partie des langues du Sud Gabon.
24.
On se voit en réduction, comme une statuette, dans la prunelle de l'interlocuteur.
78
Pholia 6-1991
Dans le cas de mots tels que :
dip”api / map”api, 5/6,
°BH, "aile",
CS 145 *-pàp&a "wing", j'ai déjà montré ci-dessus que le thème a dû passer par
une classe à préfixe nasal, d'où p < *mp initial. Rien ne prouve qu'il y ait eu
réduplication, mais les ailes sont des membres soumis à des mouvements alternatifs,
ce qui favorise une réduplication iconique, comme on l'a vu pour le nom du papillon.
Le verbe dérivé upap2l&2n2 signifie d'ailleurs "bafouiller", ce qui implique une
itération non plus périodique mais convulsive. Même si la réduplication n'est pas
vraiment étymologique, il se pourrait que, du fait de son sens, le mot ait été réanalysé
comme rédupliqué, ce qui revient exactement au même.
Ce raisonnement est valable aussi pour : dup$epi / p$epi, 11/10, "vent", et
upep2l&2n2, "tituber", car le vent souffle par rafales et un homme ivre se déplace
par à-coups. Quant à k&oku /b&akoku, cl. 9/2n, CS 1126 *-k&okò, "chicken", il
a pu, lui, être perçu comme un redoublement onomatopéique. Il est difficile de savoir
quelle a pu être l'extension de tels phénomènes.
6.6. La métathèse
Il arrive que dans tel mot particulier deux syllabes aient été interverties. C'est
le cas, à ma connaissance, pour le mot "homme, mâle" dans les langues téké qui ont
balaga comme réflexe de ps. 10 *-bàkàdà et pour le verbe "accom-pagner"
du massango (B 42), qui a comme réflexe de CS 1463 *-pédikid-,
&u∫efiits2 alors que le pounou (B 43) a u∫éts3Kfi2. Si l'interversion concerne
une syllabe initiale de thème ayant intégré une nasale préfixale, celle-ci se retrouvera
à l'intérieur du nouveau thème. Il y a vraiment peu de chances que cela se produise
mais, cependant, la comparaison de :
(massango)
(pounou)
&ukafi2°HB
ufi$ak2°BB
"mordre"
"mordre"
Pholia 6-1991
79
suggère que quelque chose de ce genre a bien pu se produire, bien que le
changement de type tonal reste inexpliqué.
6.7. L'influence des langues voisines
Le phénomène des doublets concerne C2 tout autant que C1. On a par
exemple pour le couple faible / fort r / t :
ib”ari
"sorte de pagne"
mub”ati
mukw&ar2
mur$eri
B 41 "machette"
"panier de porteur"
m&ukwa÷ti
mut$eti
ut&ur2
bidw&a÷ru
"transporter"
vêtements"
ut&ut2
mivw&a÷tu
"cache-sexe"
(vili) c&Kb&ati
(kongo) mbati
"machette"
(vili) &nkwa÷ti
"commerce" (vili) &ntéti
(nzèbi) mutEtE
"tout prendre" (kongo) tuta
"vêtements"
(vili) m&Kvwa÷tu
Il est clair que dans ces mots du pounou t a la même origine que r,
puisque l'étymologie est la même. Pour quelques-uns d'entre eux l'emprunt est la
raison la plus probable de l'existence de doublets. Cela est certain pour muvw&a÷tu
"vêtement", qui n'est pas accepté par tous les locuteurs et qui ne dérive d'aucun verbe
du pounou alors qu'il correspond visiblement au verbe k&uvwa÷t2 du vili et
d'autres langues kongo. Il est aussi probable que la forme proprement B 40 du nom
le plus courant de la machette est représentée par l'eshira (B 41) mukw&ar2. En
effet, seules les populations pounou et loumbou en contact avec les vili ont la forme
m&ukwa÷ti, identique au vili &nkwa÷ti, à la voyelle du préfixe de cl. 3 près. De
même, si les Bapounou servaient d'intermédiaires entre les Bavili d'un côté et les
Banzabi de l'autre, quoi de plus naturel que le mot pour "commerce" soit la forme
qui correspond à "panier de porteur" dans les langues de ces deux ethnies ? Pour
beaucoup de mots cependant on ne peut raisonnablement parler d'emprunt. On sait
toutefois que la communication entre locuteurs de langues génétiquement très
proches amène à faire des concessions plus ou moins importantes aux habitudes
linguistiques de l'autre. Seule cette influence diffuse a sans doute joué un rôle dans
80
Pholia 6-1991
la plupart des cas, mais il est bien difficile aujourd'hui de déterminer à coup sûr
l'importance du phénomène.
6.7. Conclusion pour les consonnes non initiales
Le nombre de mots du pounou pour lesquels j'ai pu véritablement montrer que
la consonne forte en C2 s'expliquait très naturellement autrement que par un recours
à l'hypothèse fortis / lenis est, tout compte fait, assez limité. Eu égard aux chiffres
cités en 6. 1. ci-dessus (49 p, 184 t, et 275 k) cela peut paraître négligeable.
Cependant, les mécanismes explicatifs invoqués peuvent en réalité avoir affecté au
total un nombre considérable de mots et, à la limite, la totalité des cas recensés. Le
problème est que cela est très difficile à prouver. Il faudra être patient et attendre des
travaux plus précis sur le lexique du pounou et des langues de la région. En tous
cas, il est désormais prouvé que l'on ne peut tout simplement pas raisonner comme
suit : il ne peut pas y avoir de nasales de cl. 9 ou 10 devant une occlusive sourde en
C2 et par conséquent les doubles réflexes p/∫, t/r, k/fi, ne peuvent
s'expliquer que par la présence de deux séries de consonnes dans la proto-langue.
En fait , dans la plupart des cas il a pu fort bien y avoir une nasale, y compris de
classe 9 ou 10 à l'origine et, s'il n'y en a jamais eu, l'occlusive peut provenir d'une
langue ou t et k au moins sont les seuls réflexes de *t et *k du protobantou.
C ONCLUSION GÉNÉRALE
Il serait certes beau que l'hypothèse fortis / lenis fût exacte car elle permettrait
de mieux expliquer comment les langues bantoues d'une part et les langues kwa
d'autre part descendent d'un ancêtre commun dit "proto-Volta-Congo". Néanmoins,
du côté des langues bantoues, on est bien forcé de constater que les arguments
avancés jusqu'ici ne font pas vraiment le poids et ce pour deux raisons :
— les inventaires sur lesquels on a essayé de fonder le raisonnement ont
toujours été beaucoup trop réduits ; souvent quelques dizaines de mots à peine.
Pholia 6-1991
81
— on a systématiquement négligé ou minimisé un certain nombre de
conditionnements pas toujours faciles à identifier mais pourtant bien réels qui, par
leur intervention combinée, peuvent suffire à expliquer nombre de cas de doubles
réflexes et rendre inutile le recours à l'hypothèse fortis / lenis. 25
En ce qui concerne le mpongwè (B 11a), il apparaît au terme de la présente
étude que les consonnes y ont évolué différemment selon qu'elles se trouvaient à
l'intervocalique ou précédées d'une nasale. Cette différence contextuelle suffit à
expliquer pratiquement tous les cas de doubles réflexes dans cette langue, et le
mpongwè ne saurait donc fournir aucun argument en faveur de l'hypothèse fortis /
lenis malgré une double série de consonnes particulièrement remarquable.
En ce qui concerne le pounou (B 43), il apparaît que ce même
conditionnement par les nasales y a joué un rôle beaucoup plus considérable qu'on
ne l'avait imaginé jusqu'ici, en C2 comme en C1. Ce conditionnement est cependant
loin d'être une explication suffisante, et il me semble qu'il faut faire intervenir
essentiellement comme autre facteur l'influence des langues des groupes voisins,
surtout H 10 et peut-être B 50, qui devront être étudiées avec soin dans cette
perspective. En attendant, il reste possible d'utiliser le pounou pour argumenter en
faveur de l'hypothèse fortis / lenis, mais il faudra désormais le faire avec beaucoup
de circonspection.
BIBLIOGRAPHIE
BENTLEY W.H.
(1887), Dictionary and Grammar of the Kongo Language, As
spoken at San Salvador […], Baptist Missionary Society & Trübner and Co.
BLANCHON J.A. (1980), "La numération", in NSUKA-NKUTSI (ed.), Éléments de
description du punu, pp. 33-50, CRLS, Université Lyon 2.
25.
Voir ici même les articles de Baudoin Janssens et Gisèle Teil-Dautrey.
82
BLANCHON J.A.
Pholia 6-1991
(1984), "Présentation du Yi-Lumbu dans ses rapports avec le YiPunu et le Ci-Vili à travers un conte traditionnel", Pholia, vol. 1, pp. 7-35,
CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
BLANCHON J.A. (1987), "Les classes 9, 10, et 11, dans le groupe bantou B 40",
Pholia, vol. 2, pp. 5-22, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
BONNEAU J. (1956), Grammaire pounoue et lexique pounou-français, Mémoire de
l'Institut d'Etudes Centrafricaines n° 8.
CARTER H. (1980), Consolidated Kongo-English Vocabulary, University of
Wisconsin, Madison [polycopié].
FONTANEY L. (1980), "Le verbe lexical", in NSUKA-NKUTSI (ed.), Éléments de
description du punu, pp.52-67, CRLS, Université Lyon 2.
GAUTIER J.M. (1912), Grammaire de la langue mpongwée, Libreville, Mission
Catholique & Paris, Procure des PP. du Saint-Esprit.
GREGOIRE C. (1991), "Premières observations sur le système tonal du myènènkomi, langue bantoue du Gabon (B 11e)", Pholia, vol. 6, pp. , CRLS,
Université Lumière-Lyon 2.
GUTHRIE M. (1957-70), Comparative Bantu, Gregg Publishers.
JACQUOT A. (1976), "Étude de phonologie et de morphologie myene", in Études
bantoues II (myene et laadi), pp. 13-78, SELAF, Paris.
JACQUOT A. (1981), Études Beembe (Congo), Travaux et Documents de
l'ORSTOM n° 133.
JACQUOT A. (1982), Lexique laadi (Koongo), Oralité-Documents 3, SELAFORSTOM, Paris.
JACQUOT A. (1983), Les classes nominales dans les langues bantoues des groupes
B.10, B.20, B.30, (Gabon-Congo), Travaux et Documents de l'ORSTOM n°
157.
JANSSENS B. (1991), "Doubles réflexes apparents en ewondo ou les chassés-croisés
de la dérivation", Pholia, vol. 6, pp. , CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
MOUGUIAMA-DAOUDA P. (1990), "Esquisse d'une phonologie diachronique du
mpongwè", Pholia, vol. 5, pp. 121-146, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
Pholia 6-1991
83
MOUELE M. (1990), Lexique wanzi (inédit).
NSUKA-NKUTSI F. (1980), "Quelques réflexes du proto-bantou en punu", in NSUKANKUTSI (ed.), Éléments
de description du punu, pp. 33-50, CRLS, Université
Lyon 2.
STEWART J.M. (1989), "Fortis/lenis and Vowel Length in Proto-Bantu", JALL, 11,
n° 1, pp. 45-88.
TEIL-DAUTREY G. (1991), "Conditionnement tonal de certains doubles réflexes en
basaa", Pholia, vol. 6, pp. , CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
VAN LEYNSEELE H. & J.M. STEWART (1980), "Harmonie consonantique en prénen", in L' Expansion bantoue, Actes du Colloque de Viviers, éd. par L.
Bouquiaux, pp. 421-433, SELAF, Paris.
LES CONSONNES LABIO-VELAIRES DU MANGBETU1
Didier Demolin
Abstract
This article presents an analysis of the labiovelar stop consonants [kp] and
[gb] in Mangbetu. It clearly shows that the labial stop is released a little before the
velar, thus producing a degree of succion which accounts for the resemblance with
implosives and with clicks.
Les occlusives labio-vélaires sont parmi les sons à double articulation les plus
répandus dans les langues du monde. On les rencontre dans plusieurs familles
linguistiques différentes et en particulier dans les langues de l'Afrique centrale. En
Niger-Kordofan, elles existent, entre autres, en yoruba, en idoma, en liko, en nyali et
en zande. Dans la famille soudanaise centrale, ces consonnes sont très courantes.
Elles existent dans les systèmes phonologiques de toutes les langues du groupe
moru-mangbetu et dans la plupart des langues du groupe sara-bongo-baguirmi. Des
sons de ce type se rencontrent aussi dans quelques langues de Nouvelle-Guinée.
Le statut phonologique des consonnes labio-vélaires du mangbetu est établi à
l'aide des oppositions suivantes :
pygmée
sorte de lézard
naka
naga
os
nk
fumée
nakpa
nagba
esclave
nkp
fourche d'un arbre
napa
naßa
père
laisser
1. Je remercie Bernard Teston, qui m'a permis de réaliser les mesures aérodynamiques au
laboratoire de phonétique de l'Université d'Aix-en-Provence. Les données acoustiques ont été
traitées au laboratoire de phonétique de l'Université Lumière-Lyon 2. Je remercie également
Nembunzu Mambolingwe et Danga Kyesu pour leur collaboration, ainsi que Jean-Marie Hombert
pour ses commentaires et suggestions.
86
Pholia 6-1991
[kp] et [gb] peuvent précéder toutes les voyelles aussi bien antérieures que
postérieures. Sauf pour quelques mots invariables, les labio-vélaires ne se trouvent
jamais en syllabe initiale d'un mot. On les rencontre aussi en C2 dans les radicaux
redoublés.
mngbangba
nkpkp
rouge
tambour à fente
Afin d'établir sans ambiguïté le statut de ces consonnes, nous avons cherché à
identifier les caractéristiques phonétiques qui les distinguent d'une articulation
simple et d'une séquence de segments qui ont chacun un lieu d'articulation différent.
Un facteur important pour distinguer une articulation simple d'une articulation
double est la durée du segment.2 En mangbetu, les occlusives à articulation double
ont une durée comparable à celle des occlusives et des nasales à articulation simple,
comme le montre le tableau 1.
p
225
k kp
ß
g
187.5 190.5 175
174
gb m
N
181.2 168.7 171.8
Tableau 1 : Durée moyenne, en ms, des occlusives et des nasales (n=20).
Etant donné cette durée comparable des labio-vélaires et des autres segments
simples, on peut s'interroger sur la manière d'articuler de tels sons.
Les deux occlusions paraissent se recouvrir pendant la plus grande partie de
leur réalisation, mais il semble quand même que le début de la fermeture vélaire
précède d'un bref instant le début de la fermeture labiale, comme l'indique le schéma
1 qui suit, adapté de Maddieson et Ladefoged (1989).
2. Maddieson et Ladefoged (1989:119) adoptent un raisonnement identique.
Pholia 6-1991
87
Schéma 1 :
début
fermeture
ouverture
[kp]
k______________k
p_______________p
[gb]
g______________g
b_______________b
On remarquera en outre, que Maddieson et Ladefoged introduisent un bref
décalage temporel entre le relâchement de la vélaire et celui de la labiale. Si leur
description est correcte, la présence des deux occlusions est détectable sur un
spectrogramme. Les caractéristiques labiales doivent dominer le relâchement, et les
caractéristiques vélaires doivent dominer le début de l'occlusion : les transitions, vers
et en dehors de l'occlusive labio-vélaire, au lieu d'être des images-miroirs doivent être
différentes l'une de l'autre. L'examen des transitions formantiques et de leurs
spectres confirme partiellement cette hypothèse.
L'examen des transitions CV de la consonne sourde [kp], indique que les
labio-vélaires ont un comportement similaire à celui des labiales simples. Les
transitions sont cependant plus pentues après une labio-vélaire, le locus est plus bas
et elles sont en général plus intenses. Des faits identiques ont été remarqués par
Connell (1991) et Dogil (1988) en ibibio et en baule. Les transitions VC sont, quant
à elles, plus variables. Elles ressemblent à celles des vélaires mais, parfois aussi, aux
transitions labiales.
Les figures 1, 2 et 3 montrent des spectrogrammes avec le signal et le
fondamental des mots nakpa "esclave", nkp "cache-fesses" et nkp "os". Le
spectrogramme de nakpa est comparé à ceux de naka "pygmée" et napa "père".
Les transitions des formants qui précèdent et qui suivent la labio-vélaire sont
similaires à celles qu'on observe avant la vélaire sourde [k] et après la labiale sourde
[p].
88
Pholia 6-1991
Une légère différence entre [kp] et [p] se marque au relâchement de
l'occlusion. On peut observer un petit VOT positif avec [p]. Ce VOT positif ne se
réalise pas avec la labio-vélaire sourde, celle-ci, a plutôt tendance à présenter un léger
prévoisement, avant le relâchement. Ce prévoisement est assez variable, il n'est pas
toujours bien marqué dans les données. Dans les figures 1, 2, 3, nakpa présente un
prévoisement évident, nkp ne paraît pas prévoisé et nkp présente une très
petite trace de prévoisement.
Les figures 4 et 5 montrent les spectres FFT (large et étroit) des transitions de
formants au début et à la fin de la labio-vélaire pour les mots nakpa et nkp. La
valeur du F2 est indiquée pour les deux spectres. Cette valeur est calculée au point
où se trouve la barre du curseur (indiqué par une flèche) sur le spectrogramme qui
accompagne les spectres. Le curseur est placé aux points où commence et où se
termine la consonne. Sur la figure 4, la valeur du F2 est de 1445 Hz immédiatement
avant [kp] et de 937 Hz immédiatement après la consonne. La valeur nettement plus
basse de F2 au relâchement indique son caractère labial, et la valeur plus élevée au
moment de l'occlusion est la marque de son caractère vélaire. Le même phénomène
est visible sur la figure 5 où [kp] se trouve entre deux réalisations de la voyelle [E].
La différence entre les transitions du F2 avant (1757 Hz) et après (1171 Hz) [kp]
confirme le caractère vélaire du début de l'occlusion et labial du relâchement.
En ce qui concerne la réalisation temporelle des deux gestes articulatoires, les
transitions asymétriques indiquent de manière consistante un relâchement labial et
une certaine variabilité dans la réalisation du début de l'occlusion.
L'examen de l'énergie présente dans le spectre de [kp] au relâchement semble
confirmer les analyses de Connell (1991) qui indique que l'énergie est surtout
présente dans deux zones : en dessous de 1.2 kHz et dans une zone comprise entre
2 et 4 kHz. L'énergie présente sous 1.2 kHz pourrait être le reflet du relâchement
labial et l'énergie située entre 2 et 4 kHz, le reflet du relâchement vélaire.
Pholia 6-1991
89
Pour la consonne sonore [gb], l'examen des transitions CV indique aussi que
les labio-vélaires ont un comportement similaire à celui des labiales simples. Comme
pour les consonnes sourdes, les transitions sont plus pentues, elles ont un locus plus
bas et sont en général plus intenses. Les transitions VC de [gb] ont un
comportement nettement plus variable que celui de [kp].
Les figures 5, 6 et 7 montrent chacune un spectrogramme avec le signal et le
fondamental des mots nagba "sorte de lézard", naga "fourche d'arbre" et naßa
"laisser". Les transitions de formants qui précèdent et qui suivent [gb] indiquent
une forte labialisation de part et d'autre de la consonne. Les transitions sont assez
semblables à celles qu'on observe sur la figure 8 avec [ß]. Une différence
importante entre [gb] et [ß] est le caractère implosif de [ß], qui est visible sur le
signal où l’on peut constater que l'amplitude du voisement augmente
progressivement jusqu'au relâchement. Cette augmentation du voisement est une
caractéristique des implosives (cf. Demolin en préparation).
La figure 9 montre les spectres FFT des transitions de formants pris au début
et à la fin de la labio-vélaire dans le mot nagba. Pour les deux spectres, la valeur de
F2 est indiquée. Cette valeur est calculée aux points où se trouve le curseur (indiqué
par une flèche) sur le spectrogramme qui accompagne les spectres. Le curseur est
placé aux points où commence et où se termine la consonne. Les transitions de F2,
1132 Hz avant l'occlusion et 1015 Hz au relâchement ont des valeurs très proches
l'une de l'autre, ce qui confirme le caractère labialisé de [gb]. La nette labialisation
avant l'occlusion n'est pas toujours aussi présente avec les labio-vélaires sonores. La
figure 10 montre le spectrogramme, le signal et le fondamental du mot ngb
"cache-fesses". Les spectres FFT sont pris au début et à la fin de la consonne. On
peut constater une nette différence dans les valeurs de F2, 1875 Hz avant l'occlusion
et 1093 Hz au relâchement. La valeur de F2 avant l'occlusion indique son caractère
vélaire.
La réalisation temporelle des deux gestes articulatoires montre d'une manière
consistante que le relâchement est labial et qu'on observe une très grande variabilité
90
Pholia 6-1991
en ce qui concerne la première occlusion qui peut présenter soit un caractère labial,
soit un caractère vélaire.
L'examen de l'énergie présente dans le spectre au relâchement de [gb] dans
les mots nagba et ngb, indique qu'elle est présente dans une zone en dessous
de 1.2 kHz et entre 2 et 4 kHz. Le spectre pris au début de l'occlusion de [gb] dans
les mots nagba et ngb présente un aspect très différent : pour nagba, le
spectre ressemble à ceux qu'on obtient au relâchement labial et pour ngb, le
spectre présente un autre aspect. L'énergie se trouve dans une zone sous 0.6 kHz et
entre 1.6 et 4 kHz. Le fait que le spectre du début de l'occlusion de [gb], qui
présente un aspect vélaire nettement marqué, et l'absence d'énergie entre 0.6 kHz et
1.2 kHz, paraît confirmer l'hypothèse de Connell (1991) que c'est l'énergie présente
dans la zone entre 2 et 4 kHz, qui est le reflet du caractère vélaire dans le
relâchement. Dans les spectres où l'aspect labial domine, il y a toujours de l'énergie
dans une zone en dessous de 1.2 kHz.
Le comportement non synchronisé des occlusions peut-être observé à partir
de données articulatoires et aérodynamiques. Maddieson et Ladefoged (1989:122)
mentionnent des données cinéradiographiques, collectées avec un locuteur idoma,
dans lesquelles l'abaissement de la langue, qui marque la fin du contact vélaire
précède de manière caractéristique le relâchement des lèvres d'une frame. Connell
(1987) discute des données aérodynamiques qui indiquent que le relâchement
vélaire se fait plus tôt pour [kp] en ibibio.
Nos données aérodynamiques permettent de distinguer clairement les labiovélaires des occlusives à articulation simple. Pour [kp] et [gb], la pression d'air
buccale se raréfie entre les deux occlusions, un peu comme dans la réalisation d'un
clic, comme le montre la figure 11. Les mouvements précis des articulateurs sont
hypothétiques puisque nous ne disposons pas de données cinéradiographiques pour
les décrire. La similarité des données aérodynamiques et acoustiques avec d'autres
descriptions basées sur des données cinéradiographiques nous permet de penser
que les mêmes mouvements sont à l'oeuvre ici. La consonne sourde [kp] qui
Pholia 6-1991
91
contraste avec [k] et [p], se réalise de la manière suivante : après la réalisation des
deux occlusions, il y a un mouvement descendant de la mâchoire, et un mouvement
vers l'arrière du point de contact de la langue et du palais mou. Ces mouvements ont
pour effet de provoquer une chute de pression à l'intérieur de la bouche. Si la
fermeture labiale se relâche avant la vélaire, une occlusive ingressive, produite par la
succion vélaire est réalisée. Cela signifie qu'une initiation d'air différente est
employée après le relâchement labial. L'effet produit est une implosive aux lèvres,
suivie d'une explosive, conséquence du relâchement vélaire, puisqu'au moment des
relâchements, il y a de l'air qui se répand dans la bouche de deux directions
différentes. La consonne sonore [gb] se réalise avec les mêmes mouvements
articulatoires que ceux de la sourde [kp] pour produire la succion vélaire.
Les figures 12 et 13 montrent des réalisations des deux labio-vélaires [kp] et
[gb] dans le même environnement vocalique [A]. Ces figures présentent aussi des
contrastes entre les labio-vélaires et les occlusives [p] et [g] toujours dans le même
environnement vocalique. Les tracés montrent les enregistrements du signal (1), de
l'électroglottogramme (2), du débit oral (3), de l'énergie nasale (4), du débit nasal (5),
de la pression pharyngale (6) et de l'intensité (7). La chute du débit oral (tracé 3) au
moment du relâchement de l'occlusion labiale est nettement plus importante pour les
sourdes que pour les sonores (moy. 15,4 lm pour les sourdes et 7,7 lm pour les
sonores). Cela indique que la chute de pression à l'intérieur de la bouche est plus
importante pour les sourdes que pour les sonores. Cet état est prévisible puisque le
débit oral est nettement plus important pour les sons non voisés. Ceci peut aussi se
constater sur le tracé (6) qui montre que le pression dans le pharynx est plus
importante pour [kp] que pour [gb]. Une constatation du même ordre peut se faire
au moment du relâchement de l'occlusion de [[p] et [g] où l'augmentation de
pression du débit oral est nettement plus importante pour la labiale sourde que pour
la vélaire sonore.
Maddieson et Ladefoged (1989:122) soulignent que l'asynchronie des
fermetures est une question de précision phonétique. Cette asymétrie donne un
solide indice phonétique de la présence de deux occlusions dans le segment. Les
92
Pholia 6-1991
figures 12 et 13 indiquent qu'il y a aussi un paramètre aérodynamique qui distingue
les labio-vélaires des occlusives simples en mangbetu. C'est la succion vélaire qui est
détectable sur le tracé (3) dans les figures. Mais comme le mécanisme d'initiation est
la succion vélaire, cela veut dire que l'occlusion labiale est relâchée avant la vélaire et
que la réalisation temporelle est comme le montre le schéma 2 qui suit, et non
comme dans le schéma 1.
Schéma 2 :
[kp]
k__________k
p______p
[gb]
g_________g
b_____b
Maddieson et Ladefoged (1989:125) remarquent que les clics sont des
exemples extrêmes de l'emploi de flux d'air séparés pour signaler la présence de
deux occlusions à des lieux différents. Le lieu de l'occlusion postérieure pour un clic
est indiqué par les transitions sur le flux pulmonaire. Le lieu de l'occlusion
antérieure est apparent à partir du relâchement qui implique la succion (cf. Traill
1985). C'est aussi ce qui se réalise ici et qui permet d'expliquer que malgré la
réalisation temporelle qui est montrée au schéma 2, il y a une différence dans les
transitions des formants avant et après une labio-vélaire. Le relâchement est dominé
par le caractère labial parce que c'est l'ouverture des lèvres avant celle de la région
vélaire qui provoque la succion. Maddieson et Ladefoged (1989:121) notent encore
que si la durée d'une occlusion est contenue à l'intérieur de la durée de l'autre,
comme cela est représenté dans le schéma 2, l'articulation la plus brève pourrait bien
n'avoir que des conséquences acoustiques minimales aussi longtemps que le
mécanisme d'initiation pulmonaire est impliqué. De plus, sa présence ne peut
probablement pas être détectée. Mais si le mécanisme d'initiation est la succion
vélaire, un indice différent et fort est trouvé pour les articulations complexes et la
réalisation temporelle est comme le montre le schéma 2 qui précède.
En résumé, les investigations phonétiques permettent d'isoler quelques
caractéristiques importantes des labio-vélaires. Les deux gestes articulatoires ne
Pholia 6-1991
93
sont pas complètement simultanés, pas plus qu'ils ne sont tout à fait synchronisés.
En accord avec les résultats obtenus en ibibio par Connell (1987, 1991) et avec les
données mentionnées par Maddieson et Ladefoged (1989) en idoma, le relâchement
vélaire ne précède pas le relâchement labial en mangbetu. De manière consistante,
c'est le relâchement labial qui précède, ce qui provoque un mécanisme de succion
vélaire. La réalisation temporelle des deux gestes articulatoires est assez variable.
Ces variations se manifestent dans les données d'un même locuteur et entre
locuteurs. Les sourdes sont plus stables que les sonores au niveau des transitions de
formants, et particulièrement en ce qui concerne les transitions VC dont le caractère
vélaire n'est pas toujours évident avec les sonores. Il y a un certain degré de
voisement qui est perceptible avec la sourde [kp]. Il se manifeste par un VTT et par
un prévoisement qui est assez variable.
Selon Larochette (1958) il existe en mangbetu, en plus de [gb], une consonne
labio-vélaire implosive [fib]. Aucune opposition ne permet cependant de montrer
qu'il s'agit de deux phonèmes distincts dans ses données. Le corpus que nous avons
collecté montre clairement qu'il n'y a qu'une seule labio-vélaire sonore, et qu'elle est
non-implosive. Il est probable que Larochette a confondu l'implosion du
relâchement des lèvres de [gb] avec une implosive. Il est aussi possible que le degré
de cette implosion varie selon le contexte et les locuteurs et qu'il est plus ou moins
perceptible selon son importance. Ladefoged (1964:14) remarque qu'en soso, il y a
une labio-vélaire sonore [gb] qui tend vers l'implosive. Les deux faits ne sont peutêtre pas à rapprocher directement, mais la similarité des phénomènes donne à penser
que si le relâchement implosif est plus important que la normale, une confusion est
tout à fait possible dans la perception de ces sons.
Notons enfin que dans un jeu de langage pratiqué par certains locuteurs du
mangbetu, dont la plupart ne sont pas alphabétisés, les consonnes labio-vélaires sont
traitées comme des unités (cf. Demolin 1991). Les locuteurs alphabétisés traitent
aussi ces consonnes comme des unités et non comme des séquences de segments.
Les locuteurs alphabétisés traitent différemment les labio-vélaires et les
94
Pholia 6-1991
prénasalisées ; ces dernières sont considérées comme des séquences et non comme
des unités. Cela donne une justification supplémentaire à la distinction que fait
Sagey (1986) entre ces deux types de segments, en appelant les prénasalisées des
segments modulés et les labio-vélaires des segments complexes.
REFERENCES
CONNELL B.
(1987), "Temporal aspects of labiovelar stops", in Work in Progress,
20, pp. 53-60.
CONNELL B. (1991), "Accounting for the reflexes of labial-velar stops", in Actes du
XIIème congrès des sciences phonétiques, Aix-en-Provence, pp. 110-113.
Université de Provence.
DEMOLIN D. (1991), "L'analyse des segments, de la syllabe et des tons dans un jeu
de langage mangbetu", in Langages, 101, pp. 30-50.
DEMOLIN D. (en préparation), Le mangbetu : étude phonétique, phonologique et
comparative.
DOGIL G. (1988), "On the acoustic structure of multiply articulated stop consonants
(labio-velars)", in Wiener linguistische Gazette, 42-43, pp. 3-55.
LADEFOGED P. (1964), A Phonetic Study of West African Languages: an auditoryinstrumental survey., Cambridge, CUP.
LAROCHETTE J. (1958), Grammaire des dialectes mangbetu et medje, Annales du
Musée Royal du Congo Belge, Tervuren.
MADDIESON I. & P. LADEFOGED (1989), "Multiply articulated segments and the
feature hierarchy", in UCLA Working Papers in Phonetics, 72, pp. 116-138.
SAGEY E. (1986), The Representation of Features and Relations in Non-Linear
Phonology, Ph. D. dissertation, M.I.T., Cambridge, Mass.
TRAILL A. (1985), Phonetic and Phonological Studies of !Xóõ Bushman, Hamburg,
Helmut Buske.
Pholia 6-1991
95
FIGURES
96
Pholia 6-1991
Pholia 6-1991
97
98
Pholia 6-1991
Figure 4. Spectres FFT des transitions VC et CV de nakpa
« esclave »
Pholia 6-1991
Figure 5. Spectres FFT des transitions VC et CV de nkp
99
« bijou »
100
Pholia 6-1991
Pholia 6-1991
101
Figure 9. Spectres FFT des transitions VC et CV de nagba « sorte de
lézard »
102
Pholia 6-1991
Figure 10. Spectres FFT des transitions VC et CV de ngb « cache-fesses »
`
Pholia 6-1991
Figure 11. Initiation vélaire des consonnes labio-vélaires.
103
104
Pholia 6-1991
Pholia 6-1991
105
PREMIERES OBSERVATIONS
SUR LE SYSTEME TONAL DU MYENE-NKOMI, LANGUE
BANTOUE DU GABON (B 11e)
Claire GRÉGOIRE
Abstract
Nothing has so far been published on the suprasegmentals of any of the dialects of
the Myènè group of Bantu languages (B 10). The present article, a report on work in
progress on the tone system of Nkomi (B 11e), reveals that, although this dialect still
distinguishes several tone classes for adjectives and numerals, most nouns and verbs
have fallen together into a single tone class and that tone patterns are now used by the
grammar to distinguish between definite, indefinite, and predicative. This very unusual
situation clearly calls for further research.
1.
1.1.
Extrêmement complexe, le système tonal du myènè, langue bantoue du Gabon
classée par Guthrie en B 10, n'a pas encore été étudié et il n'est sans doute pas identique
dans les divers dialectes qui relèvent de cette langue. L'étude que nous sommes en train de
mener porte sur le système propre au myènè-nkomi (B 11e)1 . Elle est très loin d'être
achevée. Il nous a cependant paru utile de publier quelques-unes des premières
observations que nous avons pu effectuer, même s'il s'agit seulement d'un ensemble
d'hypothèses qu'une étude plus exhaustive ne confirmera pas nécessairement. Nous
n'envisagerons ici que la tonalité des substantifs canoniques de thème dissyllabique et celle
1 . Nous utilisons le terme "myènè-nkomi pour désigner le parler étudié plutôt que le terme "nkomi"
qui désigne exclusivement un groupe ethnique dont le parler est appelé "myènè". L'acception de ce dernier
terme est cependant trop générale puisqu'il s'applique indistinctement aux diverses variantes dialectales de
l'ensemble B10.
108
Pholia 6-1991
des syntagmes dans lesquels ces substantifs interviennent. Le myènè-nkomi possède un
grand nombre de substantifs de thème monosyllabique (cf. &ofè, pl. &Kfè "le voleur",
&Kkè, pl. &akè "l'oeuf", &ogà, pl. &agà "le roi, le chef", etc.), dont la tonalité se ramène
assez aisément à celle des substantifs de thème dissyllabique ; il possède également un
nombre considérable de substantifs dont le thème a plus de deux syllabes (cf. èz&aNgòmò,
pl. z&aNgòmò "la lettre", òr&ambàkà, pl. ìr&ambàkà "la racine", `Nk&ambìn&K "la
manière de parler", èw&omàrùNgùlù, pl. w&omàrùNgùlù "le gecko", etc.). La tonalité
de ces substantifs n'a pas encore été étudiée de façon systématique. Cette partie du travail
reste à faire, de même d'ailleurs que l'étude détaillée des formes verbales.
1.2.
Le myènè-nkomi utilise trois tonèmes simples : le tonème haut (H), le tonème bas
(B), et le tonème haut-abaissé (Ab.). Les tons modulés sont rares dans les énoncés ; par
contre, les suites d'abaissements et les terrasses tonales y sont très fréquentes. Le système
se caractérise d'autre part par le fait qu'un très grand nombre d'unités lexicales et,
notamment, la quasi-totalité des formes nominales et adjectivales, sont dotées d'une initiale
vocalique. Or, lorsque la voyelle finale d'un mot entre en contact avec la voyelle initiale du
mot suivant, la langue applique de manière systématique des règles de semi-vocalisation ou
des règles d'élision qui touchent le plus souvent la première des deux voyelles mais parfois
aussi la seconde. L'application de ces règles a des conséquences tonales. Des exemples
comme :
àdy&Enà àw&anà > àdy&En'àw&anà
àg&a &aw&an&K > àg'&aw&an&K
`nt&aNg&o &an&agà > `nt&aNgw'&an&agà
"il a vu les enfants"
"ce sont deux chefs"
"beaucoup de gens"
montrent que, quand les deux voyelles ont le même ton, le ton de la voyelle élidée ou
semi-vocalisée n'est pas représenté. Des exemples comme :
Pholia 6-1991
z&Kn&O èp&a > z&Knw'&ep3a
òmp&endè &Kw`E > òmp&end3e w`E
èz&aNgòmò &Kz`E > èz&aNgòm&o z`E
z&Kn&O èz&Omb&Ol&O &ez&Onà >
z&Knw'&ez3Omb&Ol'&ez&Onà2
109
"c'est un os"
"sa jambe"
"sa lettre"
"ceci, c'est un nouveau balai"
montrent que, si les deux voyelles qui entrent en contact portent des tons différents, le ton
de la voyelle semi-vocalisée ou élidée est maintenu. Ce ton influence les tons suivants si la
règle d'élision ou de semi-vocalisation touche la première voyelle; il influence les tons
précédents si la règle d'élision touche la seconde voyelle. On constatera également que ce
genre de phénomène peut être à l'origine de l'apparition du ton haut-abaissé ou des
terrasses tonales.
Les règles de ce type ne sont pas particulièrement difficiles à identifier ou à
formuler, mais leur application peut rendre malaisée l'identification précise de certains
schémas de tonalité et compliquer ainsi le travail du descripteur. "Un petit serpent" se dira
par exemple òmàmb'&omw&aNg&o dont la représentation phonologique pourrait refléter
aussi bien òmàmbà &omw&aNg&o que òmàmb&a &omw&aNg&o puisque &v > ‚ / -- ≠
&v et que $v > &v / `v (≠) -- . Mais ce ne sont pas là les problèmes essentiels
que pose l'analyse du système tonal.
1.3.
Si l'on considère les exemples :
àré n'ìlònd&a g&otònd&o w`E
àdy&Kv'ìl&ondà
m&az3el&e n'&&Kl&ond&a
m&er&et`Ond'ìlòndà yìn`O
"il a des fruits dans son panier"
"il a cueilli les fruits"
"je n'ai pas de fruits"
"je n'aime pas ces fruits-ci"
2 . La graphie de type …c3vc&vc&v… note la terrasse tonale constituée d’une série de tons hauts
abaissés de même niveau. La graphie … c3vc3vc3v …note par contre une succession dans laquelle chaque
ton est abaissé par rapport au ton qui le précède immédiatement.
110
`Nk&aNg&o y'&Kl&ondà
àyìv'&Klòndà
ìl&ond&a ndè y&ebùt&o w`E
g&or'&Klònd&a g&oncè
Pholia 6-1991
"c'est un parfum de fruits"
"il avait cueilli les fruits"
"quels fruits veux-tu ?"
"il y a des fruits par terre"
on voit qu'un même substantif de thème dissyllabique (+londa 3,4 "fruit") peut avoir au
moins huit représentations tonales distinctes en énoncé, c'est-à-dire l'ensemble des
représentations qui sont théoriquement possibles sur trois syllabes si l'on utilise deux
unités tonales, le tonème haut et le tonème bas. Il ne s'agit là que d'un exemple parmi
d'autres et l'on n'a pas tenu compte des réalisations du même substantif où figure un
tonème haut-abaissé.
Le myènè-nkomi est donc une langue où la tonalité des unités lexicales est
extrêmement variable et, comme pour toutes les langues de ce type, il faut déterminer
quelle est la tonalité structurelle propre à ces unités lexicales et quels sont les paramètres
qui entraînent les modifications qu'elle subit. Même s'il est difficile de donner dès
maintenant une solution complète à chacune de ces questions, on peut faire à leur sujet un
certain nombre de constatations qui ne manquent pas d'intérêt.
2.
2.1.
La première constatation est que, contrairement à ce qui se produit dans beaucoup de
systèmes dits "à types ou à cas tonals", la tonalité du substantif ne varie pas de façon
systématique, en myènè-nkomi, d'après la fonction que cet item exerce dans l'énoncé ou
d'après la place qu'il y occupe. Un substantif peut, par exemple, avoir la même
représentation tonale lorsqu'il est employé comme sujet, comme premier ou comme second
objet du verbe. On peut avoir par exemple :
àd&Omb`E w&Kt3Ond'àg&ondyò
àn&omè w&ady&on'àd&Omb`E
"les moutons aiment l'herbe"
"les hommes ont tué les moutons"
Pholia 6-1991
111
w&av&en'àw&an'àd&Omb`E
"ils avaient donné les moutons
aux enfants"
2.2.
Il paraît assez clair qu'il existe divers types tonals structurels parmi les adjectifs
qualificatifs et numéraux. Ceux-ci ne se comportent en effet pas tous de la même manière
dans les mêmes emplois et / ou les mêmes environnements. Si l'on se limite aux
déterminants adjectivaux de thème dissyllabique, on a par exemple :
àw&an'3avòlò w&awyénì
àw&an'3aw&aNgò w&awyénì
àw&an'3an3ayì w&awyénì
"les gros enfants étaient venus"
"les petits enfants étaient venus"
"les quatre enfants étaient venus"
Ces trois déterminants ont donc des tonalités structurelles distinctes. Nous
considérons actuellement qu'elles s'établissent de la manière suivante :
+HH
+BB
+HB
+v&ol&o "grand, gros", +r&ar&o "trois", etc.
+àngò "petit", +m`Orì "un", +wànì "deux", etc.
+n&ayì "quatre"
Si cette hypothèse est correcte, la tonalité structurelle des adjectifs est représentée de
manière directe dans trois cas :
<
a. quand l'adjectif qualificatif est employé après le verbe "être" (ex. : wér'&av3ol&o
wéré àv&ol&o "ils sont gros" ; wér'&awàNgò < wéré àwàNgò "ils sont petits")
b. pour les numéraux, dans la numération absolue ( cf.
n&ayì...)
m`Orì, `mbànì, `nc&ar&o,
c. dans certains types de syntagmes "substantif + adjectif", comme par exemple
dans :
112
Pholia 6-1991
"…par de gros enfants"
"…par trois enfants"
"…par deux enfants"
"…par de petits enfants"
"…par quatre enfants"
n'&aw&an'àv&ol&o
n'&aw&an'àr&ar&o
n'&aw&an'àwànì
n'&aw&an'àwàNgò
n'&aw&an'àn&ayì
2.3.
Il existe divers types de syntagmes comprenant un substantif et un adjectif
qualificatif ou numéral. Ces divers types de syntagmes se distinguent non seulement par
leur tonalité mais aussi par leur sens et l'on peut donner raison à A. Jacquot (1983, pp.1617) lorsqu'il écrit que "l'opposition défini / indéfini paraît - cela n'a pas pu encore être
systématiquement vérifié - être signifiée par le schème suprasegmental dans les langues du
groupe B 10". Il est clair en effet que les différences sémantiques qui existent entre les
diverses représentations tonales du syntagme "substantif + adjectif" ont un rapport avec
l'expression du degré de définition. Toutefois, les choses ne sont pas simples. On a en
effet quatre représentations tonales distinctes de ce type de syntagme, comme en témoigne
le tableau suivant où figurent les représentations possibles des syntagmes formés à l'aide
du substantif +ana 2 "enfants" et des adjectifs +àNgò "petit", +v&ol&o "grand, gros",
+wànì "deux", +r&ar&o "trois" et +n&ayì "quatre" :
I
II
àwàn'&aw&aNg&o
àwàn'&av&olò
àw&an'&aw&aNgò
àw&an'&av&olò
àw&an'&aw&aNg&o
àw&an'&av&olò
àw&an'3aw&aNgò
àw&an'3avòlò
àwàn'&aw&an&K
àwàn'&ar&arò
àwàn'&an3ayì
àw&an'&aw&an`K
àw&an'&ar&arò
àw&an'&an3ayì
àw&an'&aw&an&K
àw&an'&ar&arò
àw&an'&an&ayì
àw&an'3aw&anì
àw&an'3ar&arò
àw&an'3an3ayì
On peut affirmer que :
III
IV
Pholia 6-1991
113
a. La structure tonale qui figure dans la colonne IV est propre au défini ("les petits
enfants", "les gros enfants", "les deux enfants", etc.). Il est intéressant de noter qu'elle
comporte très probablement un pronom connectif réduit au ton flottant haut (ce qui se
produit du reste aussi, en myènè-nkomi, dans certains syntagmes déterminatifs). Par
exemple, la tonalité de àw&an'3an3ayì "les quatre enfants", semble difficile à expliquer
sans postuler l'existence d'un ton flottant haut. Elle paraît provenir de àw&anà & àn&ayì
> àw&anà &an$ayì > àw&an' $an$ayì > àw&an'3an3ayì. On verra par la suite qu'il en
est de même de la tonalité des autres syntagmes qui relèvent de la même série3 .
b. La structure tonale qui figure dans la colonne III est propre au prédicatif ("ce sont
de gros enfants", "ce sont de petits enfants", etc.). Cette structure tonale se caractérise par
le fait qu'elle utilise une sorte de pont tonal qui amène des tons hauts sur toutes les
voyelles à l'exception de la première et de la dernière, sauf si le déterminant est entièrement
bas, auquel cas la dernière voyelle est également haute. On pourrait supposer que cette
structure comporte également un pronom connectif réduit à un ton flottant haut puisqu'elle
est tonalement parallèle à certaines représentations du syntagme déterminatif qui
contiennent un pronom connectif et dont le sens est aussi de type prédicatif (ex. : z&Kn&O
ndè? èb&and&a z'&om&ambà "qu'est-ce que c'est ? c'est une peau de serpent",
`nt&aNgw'&an&ag&a "c'est un grand nombre de gens", etc.).
c. Les structures tonales qui figurent dans les colonnes I et II sont propres à
l'indéfini et seront appelées respectivement "indéfini I" et "indéfini II" dans la suite du
3 . Dans le présent article nous ne donnons aucune dérivation à proprement parler. les diverses étapes
que nous proposons ici ou dans les pages qui suivent sont de niveau hybride. Elles ont uniquement pour
but de montrer au lecteur que la tonalité d’un mot peut s’expliquer par la présence d’un ton haut qui
n’appartient pas à la structure tonale normale du mot qui le précède. Les substantifs et les adjectifs qui
interviennent dans ces exemples sont cités avec la tonalité qui leur est conférée par leur emploi au défini, à
l’indéfini ou au prédicatif, et non sous leur forme tonale de base.
114
Pholia 6-1991
présent article. Il n'est pas aisé de les caractériser sémantiquement l'une par rapport à
l'autre ou de définir la seconde par opposition à la structure tonale III du prédicatif avec
laquelle elle alterne fréquemment au sein des énoncés, quoiqu'il y ait des cas où,
apparemment, cette alternance ne soit pas acceptable.
Voici quelques exemples d'énoncés où figurent les différentes représentations
tonales que l'on vient d'énumérer :
àk&ol&Kz'àlàs'&am&aNg&o n'àlàs'&amp&olò (I)
"il a vendu de petites oranges et de grosses oranges"
àl&as'&amb&anì m&ab&Onì (II)
"deux oranges sont pourries"
àl&as'&amb&an&K m&ab&Onì (III)
"deux oranges sont pourries, il y a deux oranges qui sont pourries"
àl&as'3amb&anì m&ab&Onì (IV)
"les deux oranges sont pourries"
àw&an'3an3ayì w&ady&on'òm&amb'&omw&aNg&o (IV et III)
"les quatre enfants ont tué un petit serpent"
òm&amb'3om`O àdy&on'àw&an'&aw&an&K(IV et III)
"le même serpent a tué deux enfants"
De manière générale, ce bref examen des représentations tonales propres au
syntagme adjectival fait apparaître qu'en myènè-nkomi, la tonalité dépend, au moins, de
deux facteurs : la tonalité structurelle des unités lexicales et l'expression d'un système
complexe de valeurs sémantiques relatives au degré de définition.
3.
3.1.
On a vu que les adjectifs qualificatifs et numéraux attestent plusieurs types de
tonalité structurelle. Il est intéressant de se demander si la même chose peut être dite
Pholia 6-1991
115
des substantifs. L'observation superficielle des faits donne l'impression que la quasitotalité des substantifs de thème dissyllabique présentent le même comportement tonal
dans tous leurs emplois, mais qu'il y a tout de même un petit nombre d'exceptions. Ainsi,
par exemple, la plupart des syntagmes déterminatifs ou des syntagmes constitués d'un
substantif et d'un pronom possessif ont une structure tonale analogue à celle qui figure par
exemple dans :
ìNg&Oyì s'&awànà4
àn&omè w'&KNkàlà
ìdy&avì s'&erèrè
"les chemises des enfants"
"les hommes du village"
"les feuilles des arbres"
et dans :
òmw&an'3Kw&amì
àmbw&ar'3Km&anì
ìk&on'3is&az`O
"mon enfant"
"vos pirogues"
"nos bûches"
Toutefois, on aura :
èz&Omb&K z'&on&omè
ìg&om&K ny'&Kr&erè
èr&en&e z'&Kny&arè
òz&on&e w'&Kny&arè
`Nk&am&a y'&ambw&ar`O
"la soeur de l'homme"
"une dizaine d'arbres"
"un morceau de viande"
même sens
"une centaine de pirogues"
ou, sans représentation segmentale du pronom connectif :
`nt&aNgw'&an&agà
"beaucoup de gens"
4 . Une réalisation dans laquelle la dernière voyelle du substantif complété est dotée d'un ton haut
abaissé existe également. Elle est préférée par l'un des informateurs qui produit cependant les deux
réalisations de manière spontanée. Actuellement, nous ne pouvons pas expliquer cette alternance : elle
devra faire l'objet d'une recherche particulière.
116
Pholia 6-1991
et, avec le pronom possessif cette fois :
"ma soeur"
"mes pères"
"mes grands-parents"
èz&Omb'&Kz&amì
àrèr'&Ks&amì
àkàg'&Ks&amì
où se trouvent attestées, de plus, deux représentations tonales distinctes puisque le
substantif pour "soeur" est le seul qui ait, dans cet emploi, un schème tonal de type B +
HH.
3.2.
On pourrait donc supposer que la plupart des substantifs de thème dissyllabique ont
la même tonalité structurelle mais qu'il existe quelques substantifs exceptionnels dont la
tonalité est différente. On remarquera cependant que :
a. la plupart des syntagmes déterminatifs dont la représentation tonale est
particulière paraissent avoir une signification qui peut être aisément conçue comme
normalement indéfinie (dizaine de, grand nombre de, centaine de, morceau de, etc.)
b. si la stucture tonale attestée dans àn&omè w'&KNkàlà par exemple est celle que
l'on obtient le plus souvent dans les énoncés courants, on peut aussi relever une autre
représentation tonale du syntagme déterminatif qui s'oppose à la première parce qu'elle est
dotée d'un sens de type prédicatif ou indéfini. On a ainsi :
ìdy&uwà s'&omwànà w&Kn&O ìg&amb'&Kwè
"la mort de cet enfant est une chose triste"
ìdy&uw&a s'&omw&an'ìg&amb'&Kwè
ìdy&uw&a s'&omw&anà
"une mort d'enfant est une chose triste"
"c'est une mort d'enfant"
Pholia 6-1991
117
àk&ol&Kz'èb&andà z'&omàmbà
"il a vendu la peau du serpent"
àk&ol&Kz'èb&and&a z'&om&ambà
"il a vendu une peau de serpent"
z&Kn&O ndè? èb&and&a z'&om&ambà
"qu'est-ce que c'est ? c'est une peau de serpent"
c. dans les syntagmes déterminatifs de type ìg&om&&K ny'&Kr&erè, èr&en&e
z'&Kny&arè, etc., l'introduction d'un déterminant dont le sens postule que le substantif soit
défini fait apparaître une représentation tonale identique à la structure tonale courante. On
a ainsi, par exemple :
ìg&omì ny'&Krèrè y&Kn&O &Knyàmì
"cette dizaine d'arbres est à moi"
èz&Omb'3em`O z'&&onòmè w&Kn&O àdy&uwì
"l'unique soeur de cet homme est morte"
èr&enè z'&Knyàrè z&akòl&o w`E z&ab&Onì
"le morceau de viande que tu as acheté est pourri"
v&a y'èr&enè z'&Knyàrè z&Kb3amb&Kz&o y`E
"donne-lui le morceau de viande qu'il demande"
v&a y`E nt&aNg3o y`E y'&Knyàrè
"donne-lui sa part de viande"
Il apparaît donc que les substantifs pour "soeur", "dizaine", "grand nombre",
"centaine", "morceau", etc. n'ont pas une tonalité structurelle différente de celle des autres
substantifs. Il faut plutôt admettre qu'à cause de leur signification, ils s'intègrent de façon
préférentielle dans la structure propre au prédicatif ou à l'indéfini II et qu'ils ne peuvent
être intégrés dans la structure définie qu'en présence d'une détermination explicite.
118
Pholia 6-1991
3.3.
On peut montrer qu'il en est de même des substantifs signifiant "père" ou "grandparent". La représentation tonale qu'ils ont dans les syntagmes comportant un pronom
possessif est toutefois celle qui caractérise l'indéfini I. Elle est en effet analogue à celle que
l'on a dans àwàn'&av&olò "de gros enfants". Le sens exprimé de manière normale est
donc dans ce cas "des pères à moi", "des grands-parents à moi".
On remarquera que les substantifs dotés d'un comportement tonal spécial dans leurs
emplois les plus courants sont généralement des substantifs qui expriment la
quantification ou des substantifs qui désignent des membres de la parenté. Il est peut-être
intéressant de noter que la société nkomi étant matrilinéaire, la soeur est pour ego un
membre particulièrement important de la famille. Ce n'est donc peut-être pas par hasard
que le terme pour "soeur" a un comportement tonal qui s'oppose à la fois à celui des
termes pour "enfant" ou "mari" et à celui des termes pour "pères" ou "grands-parents".
3.4.
Si l'on considère, de manière générale, les représentations tonales qui caractérisent
les substantifs complétés dans les exemples cités en 3.3. ci-dessus, on peut observer que le
substantif de thème dissyllabique est B + HB au défini, B + HH au prédicatif et à
l'indéfini II, B + BH ou B + BB à l'indéfini I. Conformément à ce que l'on attend, c'est le
schéma B + HB du défini qui apparaît en présence des pronoms démonstratifs (ex. :
èp&El`E z&Kn&O "cette assiette-ci", àn&omè w&On&O "ces hommes-là", òg&onì w&On&Og&O
"cette bûche là-bas", etc.). Avec les mots interrogatifs par contre, le substantif a le schéma
B + BB de l'indéfini I ou le schéma B + HH qui caractérise l'indéfini II ou le prédicatif
(ex. : ìlòndà nd&e y3ebùt&o w`E ? "quels fruits veux-tu ?", àw&an&a ndè w&ekòk&o
w`E ? "quels enfants appelles-tu ?").
Pholia 6-1991
119
4.
4.1.
L'ensemble des observations qui ont été faites jusqu'ici concerne des substantifs qui
sont précédés d'un ton bas, d'une pause ou d'une limite de phrase. Il est nécessaire
maintenant d'envisager quelle est la réalisation tonale des substantifs qui sont précédés
d'un ton haut.
En comparant des couples d'énoncés comme :
èf&al'ìd&Omb`E (èf&alà...)
àvàl'&Kd`Omb`E (àvàl&K...)
"il abandonne la chèvre"
"il avait abandonné la chèvre"
àt&ok'àm&embà g&oncè (àt&okà...)
àròk'&amèmbà g&oncè (àr`òk&K...)
"il a creusé les trous dans la terre"
"il avait creusé les trous dans la terre"
v&a y'èr&enè z'&Knyàrè z&Kn&O(v&a y`E...)
"donne-lui ce morceau de viande"
v'&erèn`è z'&Knyàrè z&Kn&O g&or3e mbwà(v&a...)
"donne ce morceau de viande au chien"
b. Indéfini II :
wèb&ut'ìt&ond&o ndè?(wèb&utà...) "quels paniers veux-tu ?"
wèb&eb3ONg'&Kt&ondònd&e?(wèb&eb3ONg&a...)
"quels paniers prendras-tu ?"
v&a y'èr&en&e z'&Kny&arè(v&a y`E...)
"donne-lui un morceau de viande"
v'&er&enè z'&Kny&arè g&or3e mbwà(v&a...)
"donne un morceau de viande au chien"
àl&as'&amb&anì m&ab&Onì
gòl'&al&as'3amb&anì(g`òl&a...)
"deux oranges sont pourries"
"achète deux oranges"
120
Pholia 6-1991
gòl'&al&as'àmbànì(g`òl&a...)
même sens
on peut établir les correspondances tonales suivantes :
Défini :
Indéfini II :
Après B ou •
Après H
B + HB
B + HH
H + BB
H + HB
La réalisation H + BB observée au défini après un ton haut est toutefois en
concurrence, dans certains cas du moins, avec une réalisation H + Ab.B résultant de la
simple application des règles de contact vocalique (ex. : àn&omè w'&KNk3alà ou àn&omè
w'&KNkàlà "les hommes du village"). L'utilisation de ces deux réalisations devra être
envisagée de manière approfondie afin de déterminer s'il s'agit de variantes ou si leur
apparition répond à des conditionnements précis.
4.2.
L'établissement de ces correspondances entre schémas tonals est très intéressant
puisqu'il permet de comprendre :
a. les représentations tonales qui caractérisent le substantif précédé du pronom
connectif. A l'indéfini II, le substantif complément précédé du ton haut qui caractérise ce
pronom est en effet doté d'un schéma tonal H + HB correspondant au schéma B + HH
observé dans les autres contextes (ex. : ìg&om&K ny'&Kr&erè < ìg&om&K ny&a ìr&er&e
"une dizaine d'arbres"). Au défini, le substantif complément est doté d'un schéma tonal H
+ BB correspondant au schéma B + HB observé dans les autres contextes (ex. :
ìNg&Oyì s'&awànà < ìNg&Oyì s&a àw&anà "les chemises des enfants").
Pholia 6-1991
121
b. les représentations tonales propres aux locatifs, le préfixe nominal locatif étant
généralement haut mais pouvant aussi être bas dans des circonstances qui devraient être
précisées. On a en effet :
Défini :
èk&Endà g&okìlì (<g&o=`òk&Klì)5
"il marche sur le chemin"
vèl'éz`Omà z&Kn&O g&otòndò (<g&o=òt&ondò)
"mets cette chose dans le panier"
mais, avec un préfixe locatif dont le ton est bas :
ìv&Knyà ny&a gòNk&alà(<gò=`Nk&alà)
"lors du retour au village"
Indéfini II :
wàk&Endà g&&KNk&alà y&a ndè?(<g&o=ìNk&al&a)
"tu es allé dans quels villages ?"
c. les représentations tonales propres à certains substantifs spéciaux qui sont utilisés
pour exprimer des sens comme "hier", "demain", etc. Ces substantifs sont (H +) HB après
un ton haut mais (B +) HH après un ton bas et ils ont donc les tonalités propres à
l'indéfini II. On a ainsi :
àgàmb&K dy&awò
w&ag&ambì dy&aw&o
"il avait parlé hier"
"ils avaient parlé hier"
5 . Le signe = qui sépare le préfixe nominal locatif du substantif suivant note une limite spéciale de
morphème qui détermine l’application de règles de contact vocalique particulières et l’application de règles
tonales analogues à celles qui s’appliquent au contact de mots. Nous l’employons ici afin que le lecteur ne
s’étonne pas en constatant que les règles tonales propres au contact de mots s’appliquent dans un ensemble
morphologique noté sans espacement dans la graphie courante.
122
Pholia 6-1991
àn&omè w&Kn&O wébék3amb'ém&En`E
"ces hommes-ci parleront demain"
òt&ond&o ndè w&Kbèk&ol&o w`E m&En&E ?
"quel panier achèteras-tu demain ?"
4.3.
Enfin, on peut constater que les représentations tonales propres à certains adjectifs
qualificatifs paraissent répondre au même type de fonctionnement. Le qualificatif de thème
+v&ol&o a, en effet, les représentations :
a. B + HH : dans une structure de l'indéfini où le substantif lui-même précédé d'un
ton haut atteste un ton bas final (ex. : n'&aw&an'àv&ol&o "par de gros enfants")
b. H + HB : dans les structures propres au prédicatif et dans la plupart des
structures de l'indéfini où il est apparemment précédé soit d'un pronom connectif réduit à
un ton flottant haut soit d'un substantif dont le ton final est haut (ex. : àw&an'&av&olò "ce
sont de gros enfants", àwàn'&av&olò "de gros enfants", n'&aw&an'3av&olò "par de gros
enfants"6 , etc.).
c. H + BB (ou H + Ab.B) : dans les structures du défini où l'adjectif est très
probablement précédé d'un pronom connectif réduit à un ton haut flottant (ex. : àw&anà &
àv&olò > àw&anà & &avòlò > àw&anà &avòlò > àw&an'3avòlò "par les gros
enfants")
Il est très intéressant de noter que, dans àw&an'3avòlò "les gros enfants", le
substantif et l'adjectif qualificatif attestent un schéma tonal caractéristique du défini tandis
que dans àw&an'3ar&arò "les trois enfants", le substantif atteste le schéma tonal du défini
mais le numéral atteste un schéma H + HB qui est caractéristique d'un non-défini précédé
6 . La structure tonale n’àw&an’3av&olò et la structure tonale n’&aw&an’àv&ol&o citée en 2;2.c. et 4.3.a.
relèvent l’une et l’autre de l’indéfini, mais la seconde est jugée “insistante” par les informateurs. Une
traduction plus exacte serait peut-être “par des enfants, des gros”.
Pholia 6-1991
de ton haut (àw&anà
123
& àr&ar&o > àw&anà &
&ar&arò > àw&anà &ar&arò >
àw&an'3ar&arò). Ainsi, la différence de comportement tonal qui existe entre les qualificatifs
et les numéraux dont la tonalité structurelle est identique semble être due au fait que
l'adjectif numéral est difficilement compatible avec la structure tonale propre au défini.
Celle-ci n'apparaît, d'après nos données, que dans les syntagmes où une forme du numéral
précédée du pronom connectif est utilisée pour exprimer l'équivalent de l'ordinal (ex. : v&a
m'3ibà ny'&Kràrò < v&a mì &Kbà ny&a ìr&arò "donne-moi la troisième mangue").
5.
5.1.
Si l'analyse qui précède est fondée et si la tonalité structurelle que nous avons
attribuée aux autres adjectifs se trouve confirmée par les recherches ultérieures, on peut
estimer que les syntagmes adjectivaux donnent l'opportunité d'étudier les représentations
tonales propres aux adjectifs de thème + BB (+àngò "petit", +wànì "deux") et de
thème + HB (+n&ayì "quatre") lorsqu'ils sont précédés d'un ton haut.
Voici les constatations qui ont pu être faites à ce sujet :
1° le numéral de thème + HB a toujours une représentation B + HB sauf au
prédicatif où il est H + HB. On a en effet :
a. Indéfini I :
àwàn'&an3ayì < àwàn&a (& ) àn&ayì
ou : àwànà & àn&ayì
"quatre enfants"
b. Indéfini II :
àw&an'&an3ayì < àw&an&a (& )àn&ayì
"quatre enfants"
124
Pholia 6-1991
c. Défini :
`aw&an'3an3ayì < àw&anà & àn&ayì
"les quatre enfants"
d. Prédicatif :
àw&an'&an&ayì
"ce sont quatre enfants"
2° le qualificatif et le numéral de thème + BB ont une représentation H + HH à
l'indéfini I et au prédicatif mais ils ont une représentation H + HB à l'indéfini II et au
défini. On a ainsi :
a. Indéfini I :
àwàn'&aw&an&K
àwàn'&aw&aNg&o
"deux enfants"
"de petits enfants"
b. Prédicatif :
àw&an'&aw&an&K
àw&an'&aw&aNg&o
"ce sont deux enfants"
"ce sont de petits enfants"
c. Indéfini II :
àw&an'&aw&anì
àw&an'&aw&aNgò
"deux enfants"
"de petits enfants"
d. Défini :
àw&an'3aw&anì
àw&an'3aw&aNgò
"les deux enfants"
"les petits enfants"
Le numéral +wànì et le qualificatif +àngò ont le même comportement tonal au
défini lorsque le substantif est précédé d'une limite de phrase ou d'un ton bas. C'est
Pholia 6-1991
125
uniquement lorsque le substantif est précédé d'un ton haut que se manifeste une différence
analogue à celle qui a été observée plus haut entre le qualificatif +v&ol&o et le numéral
+r&ar&o. On a en effet :
mais :
n'&aw3an'&aw&anì
n'&aw3an'&aw3aNgò
"…par les deux enfants"
"…par les petits enfants"
5.2.
On peut ainsi constater que les représentations tonales propres au syntagme
adjectival se modifient lorsque le substantif est lui-même précédé d'un ton haut. Elles se
modifient également lorsque le syntagme comprend deux déterminants adjectivaux utilisés
conjointement (ex. : àw&an'3av3ol'&aw&anì "les deux gros enfants" mais :
n'&aw3an'&av&ol'3aw&anì "…par les deux gros enfants" ). Enfin, une étude exhaustive des
représentations tonales du syntagme adjectival devrait également tenir compte des
substantifs et des adjectifs dont le thème n'est pas dissyllabique. On voit que cette étude
exige que soit réunie une documentation extrêmement vaste, analogue à celle que nécessite
l'étude des langues dites à types ou à cas tonals, ce que le myènè-nkomi n'est pourtant pas
à proprement parler.
6.
6.1.
Il convient également de se demander quelles sont les représentations tonales que
prend le substantif employé à l'indéfini I et au prédicatif lorsqu'il est précédé d'un ton haut.
Pour ce qui est de l'indéfini I, on observera tout d'abord les énoncés suivants :
ìtònd'ìmy&a y3ibèl&o w`E?
g&or'&Ktònd'ìmy&a g3ig3alà?
"tu veux combien de paniers ?"
"il y a combien de paniers dehors ?"
126
ou :
g&or'&KntòNgò g&oncè
g&or&e sìntòNgò g&oncè
ou :
g&or'&KntòNg&o g&oncè
g&or&e sìntòNg&o g&oncè
Pholia 6-1991
"il y a des bâtons par terre"
même sens (?)
Ces exemples montrent de manière claire qu'à l'indéfini I, le substantif peut avoir un
schéma tonal B + BB ou un schéma tonal B + BH. Il semble qu'il s'agisse là de variantes
dont l'emploi n'exprime aucune différence sémantique nette. Ces schémas apparaissent
aussi bien après un ton haut qu'après un ton bas et, dans le premier cas, ils se modifient
uniquement dans la mesure où s'appliquent les règles de contact vocalique, le ton haut final
du mot précédent remplaçant le ton bas initial du substantif.
Toutefois, si l'on observe les énoncés :
àt&ok'àmémbà g&oncè
"il a creusé les trous dans le sol"
ou :
àt&ok'&amèmbà g&oncè
àt&ok'&amèmb&a g&oncè
"il a creusé des trous dans le sol"
ou:
w&ar&ok'àm&embà g&oncè
w&ar&ok'&amèmbà g&oncè
w&ar&ok'&amèmb&a g&oncè
"ils avaient creusé les trous dans le sol"
"ils avaient creusé des trous dans le sol"
on constate que la finale du verbe est basse devant un substantif qui a le schème B + HB
du défini, mais qu'elle devient haute devant un substantif qui a le schème B + BB ou B +
BH de l'indéfini I. C'est bien la finale verbale seule qui devient haute dans ce cas puisque
l'on peut avoir, avec un augment de type CV- en cl.10 :
àdy&on&a sìnyàmà g&ob3aNgà
"il a tué des animaux ce matin"
Pholia 6-1991
127
Il semble donc qu'à certains temps du moins, une règle de type métatonique
s'applique à la finale verbale en présence d'un substantif complément doté des schémas
tonals B + BB et B + BH de l'indéfini I. Il est curieux de constater que, dans ce cas,
l'application, des règles de contact confère au substantif un schème H + BB qui est, dans
d'autres contextes, caractéristique du substantif utilisé au défini.
6.2.
Pour ce qui est du prédicatif, on observera les exemples suivants :
a.
ou :
b.
ou:
èz&aNg&a
"c'est du sel"
z&Knw'&ez3aNg&a
z&Knw'&ez&aNg&a
"ceci, c'est du sel"
wàk&Endà g&KNk3al&a s&a w&am`Endè?(....g&o=`KNk&al&a...)
wàk&Endà g&KNk&al&a s&a w&am`Endè?(...g&o=&KNk&al&a...)
"c'est dans les villages de qui que tu es allé ?"
c.
àròk'&am&emb&a g&oncè
"ce sont des trous qu'il avait creusés dans le sol"
d.
g&or'&Knt3oNg&o g&oncè(g&or&e `Knt&oNg&o...)
"ce sont des bâtons qu'il y a par terre"
g&or'&Kg3om&K ny'&Kr&erè v&On&O(g&or&e ìg&om&K...)
"c'est une dizaine d'arbres qu'il y a là"
On voit que, dans certains cas, le schème B + HH qui caractérise le prédicatif
précédé d'une limite de phrase ou d'un ton bas apparaît également après un ton haut et ne
se trouve modifié que par l'application des règles de contact vocalique, alors que dans
d'autres cas, le schéma tonal du substantif employé au prédicatif après un ton haut devient
entièrement haut. Les deux réalisations sont admises après le démonstratif ou après le
préfixe nominal locatif (ex. a. et b.). Seule la réalisation entièrement haute est attestée après
128
Pholia 6-1991
un verbe au passé éloigné dont la finale est haute (ex. c.), mais c'est la réalisation B + HH
qui figure après g&or&e "il y a" (ex. d.). Nous ne pouvons pas encore expliquer ces
particularités et c'est certainement l'un des points sur lesquels la recherche doit être
poursuivie. De même, une enquête spécifique devra être menée à propos des schémas
tonals particuliers qui apparaissent après les verbes négatifs.
7.
Il est impossible de préjuger de ce qu'apporteront la poursuite de l'enquête et
l'analyse plus approfondie des données. Toutefois, le système tonal du myènè-nkomi
paraît se caractériser par le fait qu'il a uniformisé la tonalité structurelle des thèmes
nominaux monosyllabiques et dissyllabiques ainsi que la tonalité des radicaux verbaux.
Comme la langue n'a conservé aucune distinction tonale sur les deux catégories lexicales
majeures du système, il peut sembler très étonnant qu'elle atteste des schèmes tonals
distincts pour les adjectifs qualificatifs et numéraux.
En ce qui concerne les substantifs et, de manière plus générale, les syntagmes
nominaux, la langue paraît avoir réinterprété complètement les fonctions essentielles de la
tonalité en utilisant celle-ci pour exprimer un ensemble complexe de valeurs sémantiques
et grammaticales qui opposent indéfini, prédicatif et défini. Même s'il est relativement
courant que les langues bantoues qui possèdent un augment distinguent dans une certaine
mesure l'indéfini du défini, et même si elles le font parfois en recourant à des oppositions
tonales, le système propre au myènè-nkomi paraît se différencier assez radicalement de
tous ceux que l'on a décrits jusqu'ici.
Le présent article est essentiellement descriptif. Au cours d'une étape ultérieure de la
recherche, on tentera d'analyser les faits de manière plus élaborée. Nous essayerons
notamment de voir si les représentations tonales diverses qui caractérisent les syntagmes
nominaux peuvent être expliquées à partir de différentes tonalités propres aux séquences
préfixales. On cherchera à déterminer quelle pourrait être la tonalité de base la plus
convenable pour les thèmes nominaux ou pour les radicaux verbaux.
Pholia 6-1991
129
Les problèmes posés sont intéressants parce qu'ils sont très peu classiques et qu'à ce
titre, ils nécessiteront sans doute une relative indépendance par rapport aux modèles
théoriques courants. Enfin, il est important d'insister une nouvelle fois sur le caractère
provisoire et hypothétique de ce qui a été avancé dans les pages qui précèdent. Seule
l'absence regrettable de toute étude relative au fonctionnement de la tonalité dans les
langues bantoues de l'ensemble B 10 justifiait la publication d'un premier document de
travail portant sur cette question.
REFERENCES
GAUTIER J.M. (1912), Grammaire de la langue mpongwée, Paris, 250 p.
GREGOIRE C .& J.P. REKANGA
(sous presse), "Les réflexes consonantiques du myènènkomi et le problème des doubles réflexes", in Africana Linguistica XI, Tervuren :
MRAC.
JACQUOT A. (1976), "Etude de phonologie et de morphologie myènè", in Etudes Bantoues
II, Paris : SELAF, pp. 13-78.
JACQUOT A. (1983), Les classes nominales dans les langues B 10, B 20, B 30 (Gabon,
Congo), Travaux et Doc. de l'ORSTOM, n °157, Paris, 360 p.
MOUGUIAMA-DAOUDA P. (1988), Eléments de description du mpongwè. Phonologie,
morphologie du système nominal et pronominal, Mémoire de l'Université Omar
Bongo, Libreville.
MOUGUIAMA-DAOUDA P. (1990), "Esquisse d'une phonologie diachronique du mpongwè
(B 10)", Pholia 5, CRLS, Université Lumière Lyon 2, pp. 121-146.
OGOUAMBA P. A. (1990), Etude morpho-syntaxique du verbe en mpongwè, parler B 11 du
Gabon, Mémoire de l'Université Omar Bongo, Libreville.
REKANGA J.P. (sous presse), "Les réflexes du proto-bantou en myènè-nkomi (Gabon, B
11e)", Africana Linguistica XI, Tervuren : MRAC.
TEISSERES U. & V. DUBOIS (1957), Méthode pratique pour apprendre l'omyènè, 2e éd.
revue et augmentée, Paris : Société des Missions évangéliques, 93 p.
131
Pholia 6-1991
OUTILS INFORMATIQUES POUR LA LINGUISTIQUE HISTORIQUE
BANTU
Jean-Marie HOMBERT, Médard MOUELE et Lai-Won SEO
Three computer tools useful for doing comparative linguistics are presented. They
have been developed on MacIntosh and are applied to Bantu languages. They deal with
the presentation of a linguistics atlas (including audio data), the organization of a protobantu lexicon and testing of diachronic rules.
1. INTRODUCTION
L'étude des changements phonétiques fait appel à deux types de données :
données réellement diachroniques pour les langues (ou groupes de langues ) pour
lesquelles nous disposons de documents écrits couvrant une période historique
suffisamment importante et des données de type dialectologique qui nous permettent de
faire des hypothèses diachroniques à partir d'une coupe synchronique.
Dans les deux cas le comparatiste est amené à manipuler (collecter,dupliquer,trier)
une quantité souvent impressionnante de données avec les contraintes inhérentes à ce
genre d'exercice: perte de temps et dégradation de la fiabilité au cours des manipulations
successives. Il est évident que l'informatique peut trouver ici un champ d'application
idéal puisque l'essentiel du travail consiste à faire des tâches répétitives sur des volumes
importants de données.
L'utilisation de l'informatique permettra donc de "gagner du temps"(au moins si
l'on omet de comptabiliser l'investissement initial nécessaire à la saisie informatique des
données et à la mise au point du logiciel de traitement de ces données) mais surtout elle
amènera une plus grande rigueur et une plus grande fiabilité. Certains comparatistes ont
très tôt pris conscience de ces avantages puisque dès le début des années soixante-
132
Pholia 6-1991
époque préhistorique des cartes perforées- des comparatistes américains
(Naim,1962;Swadesh,1963) proposaient un système automatisé de comparaison.
Depuis cette époque ,un grand nombre de projets comparatistes ont été développés (cf.
bibliographie), très différents les uns des autres quant à leurs ambitions (allant de la
simple mise en forme des données à la production de formes reconstruites), aux zones
linguistiques concernées (amérindienne, indo-européenne, sino-tibétaine, nilo-saharienne
et niger-congo)et à l'état d'avancement des travaux(variant de simples propositions
méthodologiques à la réalisation de logiciels (quasi) commercialisables
Dans notre laboratoire nous nous intéressons à cette problématique depuis 1986.;
d'abord sous forme d'une réflexion méthodologique sur un petit groupe de langue bantu
(Bancel, 1986) puis par la mise en oeuvre d' une approche de type système
expert(Bancel et al,1988) avec une première implémentation de la phase préliminaire de
mise en forme des données sur Micromega32(programmation en C). Nous nous sommes
également intéressés aux problèmes posés par le codage informatique des segments
(Bancel, 1988 ; Puech, 1988); l'utilisation d'un codage adapté étant évidemment un
élément essentiel permettant la prise en compte de classes naturelles lors de l'étape de
formalisation des règles diachroniques. Plus récemment les spécificités des matériels
compatibles PC et Macintosh (Coûts,rapidité,convivialité) nous ont amenés à
poursuivre des développements en parallèle sur ces deux types de matériel; un premier
projet,sous la responsabilité de J.M. Hombert, tente d'exploiter au profit du
comparatiste les avantages du monde Macintosh (ergonomie,applications
multimédia..);l'autre projet sous la responsabilité de G. Puech est développé sur
compatible PC avec le SGBBD Oracle. Une interface écrite en langage C est développée
de manière à rendre transparente par un linguiste la saisie et l'interrogation des données
sans obliger l'utilisateur à l'apprentissge du langage SQL qui tout en étant simple de
conception, se révèle délicat à manier pour les requêtes complexes.
133
Pholia 6-1991
Le second aspect du projet porte sur la formalisation de règles de reconstruction à
partir d'une exploitation systématique des termes "comparables"contenus dans la base
de données
. Les réalisations présentées dans cet article ne concernent que les travaux
effectués dans le cadre du premier projet; une présentation du second projet fera l'objet
d'un article dans le prochain numéro de cette revue
2. PRESENTATION DES LOGICIELS
2.1. Atlas linguistique parlant
Les atlas linguistiques constituent une source de données extrêmement importante
sur les changements phonétiques. Malheureusement sous leur forme traditionnelle, ils
sont difficilement utilisables (difficulté de manipuler ces ouvrages volumineux et de
produire de nouvelles cartes synthétiques). Nous avons développé un logiciel permettant
un traitement informatique des données lexicales collectées dans le cadre du projet
ALGAB (Atlas Linguistique du Gabon) ; pour cela nous avons utilisé quatre logiciels
disponibles commercialement : Carto 2D, FileMaker, HyperCard et Signalyze. Carto 2D
permet de digitaliser les fonds de cartes nécessaires ; les données lexicales sont
structurées grace à FileMaker, la présentation des cartes linguistiques se fait sous
HyperCard et enfin des mesures acoustiques peuvent être effectuées à l’aide du logiciel
Signalyze.
Une liste de mots cartographiés est présentée à l’utilisateur (voir Carte 1). A partir
de cette liste, il peut sélectionner la carte de son choix. Apparaît alors à l’écran l’ensemble
de la zone linguistique étudiée avec la localisation des points d’enquête et pour chacun de
ces points, la transcription phonétique du mot cartographié (voir Carte 2). En cliquant sur
l’une quelconque de ces transcriptions, on peut alors entendre la forme sonore
correspondante (préalablement digitalisée). Si une information phonétique plus précise est
souhaitée, l’utilisateur peut alors faire appel au logiciel Signalyze (voir Bouton en bas, à
droite de Carte 2) afin d’obtenir des mesures de fréquence ou de durée (voir Carte 3).
134
Pholia 6-1991
Ce logiciel permet au comparatiste de déterminer avec précision la distribution
géographique d’un changement phonétique donné, d’identifier les éventuels contre
exemples et surtout de pouvoir accéder — et comparer — avec une grande rapidité aux
formes sonores correspondant aux différents points d’enquête.
2.2.
Lexique Proto-Bantu (PBLEX)
Les reconstructions du Proto Bantu proposées par Guthrie sont classées en fonction
de la consonne initiale. Il est par conséquent difficile d’accéder à des formes lexicales
proto bantu lorsque le critère de tri ne concerne pas cette position initiale. A l’aide du
logiciel FileMaker, nous avons saisi l’ensemble des formes proto bantu reconstruites par
Guthrie en décomposant l’information contenue dans chacune des entrées de Guthrie en
23 rubriques : "Numéro", "mot", "C1", "V11", "V12", "C2", "V21", "V22", "C3", "V3",
"C4", "V4", "Ton11", "Ton12", "Ton2", "Ton3"; "Ton4", "Classe sg", "Classe pl",
"appariement", "Traduction française", "Traduction anglaise" et "Commentaire".
Un exemple de présentation d’une fiche type est donné ci-dessous.
135
Pholia 6-1991
Cette division en rubriques nous permet de faire des requêtes combinant des
informations contenus dans l’une quelconque de ces rubriques. Ainsi, la fiche présentée
résulte d’une interrogation de PBLEX des entrées contenant la voyelle a en position V11,
la voyelle o en position V21, ayant le schème tonal HH et appartenant au genre 1/2. Il
s’agit ici d’une application qui n’a impliqué aucune programmation complémentaire ; les
facilités offertes par FileMaker étant suffisantes pour atteindre l’objectif recherché.
3. Reconstruction Assistée par Ordinateur (RAO)
Il est important pour un comparatiste de pouvoir tester de manière systématique
les règles d’évolutions phonétiques qu’il propose. Le logiciel RAO, réalisé avec
HyperCard permet de tester les règles de passages du proto bantu vers une langue bantu
actuelle. L’utilisateur est d’abord confronté à un écran présentant des formes proto bantu
(avec leur traduction) et des formes attestées dans la langue bantu moderne choisie (voir
Carte 1). Il peut créer des règles lui permettant de passer de l’une à l’autre. A titre
d’exemple, la Carte 2 illustre la création de la règle : consonne initiale p devenant
consonne initiale f. Cette règle est alors appliquée à l’ensemble du corpus et ses effets
apparaîssent dans une nouvelle colonne (voir T Fang dans Carte 3). La comparaison des
données provenant de l’application des règles (colonne T Fang) et des données réelles
permet au comparatiste de proposer et de tester de nouvelles règles afin d’obtenir des
formes aussi semblables que possible dans ces deux colonnes.
Ce logiciel permet donc de tester à la fois la régularité des changements phonétiques
mais aussi l’ordre d’application des règles.
Le choix du logiciel HyperCard a permis une réalisation rapide de cette application ;
en contrepartie, sa faible vitesse d’exécution limite son utilisation à des corpus de faible
volume.
136
Pholia 6-1991
BIBLIOGRAPHIE
BANCEL P.(1986) Etude comparée des langues du groupe fang pour la création d'une
base de données bantu; Mémoire de maîtrise, Université Lumière Lyon2, 65p ,
annexes
BANCEL P.(1988) "A bon A.P.I. bon C.P.I.(pour un codage phonétique vraiment
international)" Pholia 3, p 27--36
BANCEL P., P. DUPONT, J.M. HOMBERT, A.M. MORTIER et G. PUECH (1988)
"An expert system for comparative linguistics: Application to bantu languages"
Communication présentée à la 19ème African Linguistics Conference,Boston
University, 14-17 Avril
EASTLACK C.L.(1977)"Iberochange: A program to simulate systematic sound change
in Ibero-romance" Computers and the humanities 11 p81-88
GREFENSTETTE G.(1987) "An expert system for philologists" Actes des 7ème
journées internationales sur les systèmes experts et leurs applications, Avignon,
13-15 Mai, p 1251-1269,,
HEWSON J.(1974)"Comparative reconstruction on the computer" in Historical
Linguistics. Proceedings of the First International Conference on Historical
Linguistics, Anderson J.M. and C. Jones (eds),North Holland, Amsterdam, p 191197.
HOMBERT J.M.(1988) "Mammals in the languages of Gabon: a step towards the
reconstruction of proto-bantu fauna",Communication présentée à la 19ème
African Linguistics Conference,Boston University, 14-17 Avril
HEWSON J.(1977) "Reconstructing prehistoric languages on the computer: the triumph
of the electronic neogrammarian" Proceedings of the international conference on
computational linguistics, Pise, 27 Aout-1 Septembre 1973, p 263-273
JOHNSON M. (1985)"Computer aids for comparative dictionnaries" Linguistics 23 p
285-302.
LOWE J.B. et M. MAZAUDON (1989)"Computarized tools for reconstruction for
Tibeto-Burman" Proceedings of the annual Meeting of the Berkekey Linguistics
Society, 15, p 367-378.
MANIET A.(1980) "Recherche par ordinateur sur la phonologie diachronique du latin"
Communication présentée au 16ème International Congress of Romance
Linguistics, Palma de Mallorca.
MAZAUDON M. et J.B. LOWE (à paraître) "Du bon usage de l'informatique en
linguistique historique",Bulletin de la Société Linguistique de Paris
137
Pholia 6-1991
NAIM C.M.(1962)"A program for partial automation of comparative reconstruction"
Anthropological Linguistics,4 (9), p1-10.
NICOLAI R. (1989) "Diffusion lexicale en zone sahelo-saharienne" Projet de recherche
présenté au 4th Nilo-Saharan Colloquium, Bayreuth.
PUECH G.(1983) "Codage de l'Alphabet Phonétique International", Pholia 3, p 227-246
PSHENICHNOVA N.N. et G.A.CHERKASOVA (1986) "An automated data base for
dialectology and the history of Russian" Communication présentée
au
Symposium on Formalization in Historical Linguistics, Tallinn, 24-26 Novembre.
REMMEL M.(1980) "Computers in the historical phonetics and phonology of BaltoFinnic languages: problems and perspectives" Communication présentée au 5th
International Finno-Ugric Congress, Turku.
SWADESH M (1963) "A punchcard system of cognate hunting" International Journal
of American Linguistics 29 p 282-288
WANG W.S.Y.(1970)"Project DOC: its methodological basis" Journal of the Oriental
Society 90,1, p 57-66
138
Pholia 6-1991
Carte 1. Liste de mots cartographiés
139
Pholia 6-1991
Carte 2. Présentation de la carte linguistique du mot « animal ».
140
Pholia 6-1991
Carte 3. Représentation du signal et du sonagramme du mot « animal » : tst
(parler de Medouneu)
141
Pholia 6-1991
Carte 4. Corpus sans règle.
142
Pholia 6-1991
Carte 5. Illustration de la création des règles.
143
Pholia 6-1991
Carte 6. Corpus avec application de la règle f1.
145
Pholia 6-1991
QUELQUES CRITERES DE CLASSIFICATION DES PARLERS
FANG
Jean Marie HOMBERT
An internal classification of the fang language (Bantu, A70) into two subgroups is
presented. This classification is based on word-lists of about 300 items collected from 15
different dialectal locations. Seven criteria are used to arrive at this subdivision between
Northern and Southern fang dialects.
1. INTRODUCTION
Le fang (langue bantu A 70 parlée au Gabon, au Sud-Cameroun et en Guinée
Equatoriale) est généralement présenté comme regroupant un ensemble de 6 dialectes : le
ntumu, l’okak, le mêkE, l’atsi, le nzaman et mvEı. Les critères permettant de
justifier linguistiquement cette repartition n’ont jamais été étudié de manière
systématique. De plus, bon nombre de locuteurs fang ne se reconnaissent dans aucune de
ces appelations, leur préférant une dénomination plus géographique telle que fang du
Woleu-Ntem, de l’Estuaire, des lacs...
Le but de la présente étude est de proposer des critères linguistiques permettant une
classification interne des parlers fang.
2. COLLECTE DES DONNEES
Les données sur lesquelles reposent les critères présentés dans le tableau 1 ont été
collectées au cours de quatre enquêtes sur le terrain (effectuées entre 1987 et 1991). Elle
concernent quinze points d’enquête : Bitam, Mendoung, Oyem, Nkola Bona, Avazock,
Mitzic, Evinayong, Bata, Cocobeach, Medouneu, Donguila, Ayem, Junckville, Ekowong et
Minvoul (voir carte 1).
146
Pholia 6-1991
Ces enquêtes ont été faites auprès de locuteurs natifs soit dans leur village d’origine,
soit à l’Université Omar Bongo de Libreville. En ce qui concerne les parlers de Bitam et
de Junckville, les enquêtes ont été poursuivies à Lyon avec Mrs Mejo Mve Pither et
Angoué Cyril. Notre liste comparative sur l’ensemble de ces parlers comporte environ 300
mots ; toutefois les listes concernant les parlers situés hors du Gabon (Bata et Evinayong)
sont plus brèves (environ 150 mots) et des études phonétiques et phonologiques plus
approfondies — lexique de plus de 1500 mots — sont en cours sur les parlers de Bitam,
Junckville, Medouneu et Minvoul (voir carte 1).
3. ANALYSE DES DONNEES
L’étude de ces données lexicales permet de mettre en évidence deux zones
dialectales à l’intérieur du domaine fang (voir carte 2) : Nord et Sud. La zone nord couvre
le ntumu et l’okak ; la zone sud comprenant les quatre autres sous-groupes : mêkE,
atsi, nzaman et mvEı. Cette classification interne en deux zones est justifiée par une
liste de 7 critères présentés dans le tableau 1. Des exemples illustratifs sont proposés dans
les tableaux 2 (parlers du Nord) et 3 (parlers du Sud). Bien entendu, pour les parlers
frontaliers, certains critères les font apparaître comme des parlers du Nord alors que
d’autres les apparenteraient plutôt aux parlers du Sud. On remarquera que le parler de
Minvoul par exemple aurait aussi bien pu être classé dans une zone que dans l’autre. Le
tableau 4 recapitule la détermination de l’appartenance à l’une de ces zones des 15 points
d’enquête en fonction des 7 critères considérés.
Une discussion approfondies de critères permettant une classification plus fine de
ces parlers, ainsi que les implications historiques de cette classifications feront l’objet
d’un prochain article.
147
Pholia 6-1991
BIBLIOGRAPHIE
(Ne sont cités ici que les travaux récents ou en cours de réalisation provenant de
notre laboratoire, pour une bibliographie plus complète voir Hombert (en préparation)).
HOMBERT J.M. (1990), “Contraintes segmentales et réalisations tonales en fang”,
communication présentée aux Journées d’Etudes sur la Parole, Montréal, Mai.
HOMBERT J.M. (1991), “Etude de la variation dialectale fang : une application de
cartographie informatisée”, communication présentée au 21e Colloque de
Linguistique Africaine, Leiden, Septembre.
HOMBERT J.M. (en préparation), “Eléments de dialectologie fang”.
HOMBERT J.M., MEDJO P. et NGUEMA R. (1989), “Les Fang sont-ils bantu ?”,
Pholia, Vol. 4, pp. 133-147, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
MEDJO MVE P. (1991), Mémoire de DEA.
MEDJO MVE P. (en préparation), Lexique des parlers fang de Minvoul et Medouneu.
148
Pholia 6-1991
Carte 1. Localisation des 15 points d’enquêtes.
149
Pholia 6-1991
Carte 2. Répartition géographique des deux zones linguistiques fang.
150
Pholia 6-1991
Tableau 1. Critères permettant de différencier les deux zones linguistiques fang.
151
Pholia 6-1991
152
Pholia 6-1991
153
Pholia 6-1991
Tableau 4. classification des 15 points d’enquête en fonction de 7 critères.
DOUBLES REFLEXES APPARENTS EN EWONDO OU
LES CHASSES-CROISES DE LA DERIVATION *
Baudouin Janssens
Abstract
Ewondo, a North-West Bantu language, is known to possess two or more
reflexes for each of the stops reconstrructed for Proto-Bantu. The present article
shows that those reflexes can be explained without modifying Guthrie's or
Meeussen's reconstructions. In other words, although the language does not
actually disprove the fortis / lenis hypothesis, it does not provide any positive
evidence in its favour.
0. INTRODUCTION
0. 1.
De nombreuses langues bantoues du nord-ouest attestent un phénomène
connu sous le nom de "doubles réflexes consonantiques". A une consonne donnée,
reconstruite en PB 1 et attestée dans les langues centrales, correspondent, sans
conditionnement apparent, deux réflexes (ou plus) dans le nord-ouest. Mis à part le
fait que l'expression "doubles réflexes" est en soi contradictoire, ce phénomène ne
peut avoir que deux sortes d'explications. Ou bien le système consonantique, que
Meinhof, Meeussen et Guthrie ont reconstruit pour le PB, s'est dédoublé en tout ou
en partie dans les langues du nord-ouest sous l'effet d'un conditionnement qui nous
échappe, ou bien ce système était plus complexe que ce qu'on avait cru et les
soi-disant "doubles-réflexes" représentent la trace de cette ancienne complexité.
Guthrie a emprunté la première voie en soutenant que, dans le nord-ouest, les
* Je remercie Yvonne Bastin, Claire Grégoire et Pascale Hadermann, qui ont relu cet article et
m'ont fait part de leurs observations, ainsi que John Stewart pour les nombreuses et enrichissantes
discussions que j'ai eues avec lui.
1. Proto-bantou.
156
Pholia 6-1991
consonnes du PB avaient subi des évolutions divergentes selon que la voyelle
suivante était longue ou brève. Les progrès accomplis au cours de la dernière
décennie ont montré que cette explication ne tenait pas (Van Leynseele et Stewart
1980, Nsuka-Nkutsi 1980, Janssens, 1986). Van Leynseele et Stewart (1980) ont
emprunté l'autre voie en suggérant que les "doubles réflexes" représenteraient la
trace d'un ancien contraste Fortis/Lenis qui, en proto-Volta-Congo2, affectait les
consonnes sonores et sourdes.
Récemment, Stewart (1989) a raffiné l'hypothèse Fortis/Lenis en proposant
un modèle d'évolution qui intègre la relation supposée par Guthrie entre la longueur
vocalique et l'articulation des consonnes. On résumera ici l'hypothèse de manière
très schématique.
Partant de l'observation que, dans certaines langues
contemporaines, la distinction Fortis/Lenis est caractérisée par de la longueur plus
que par tout autre trait articulatoire, l'auteur suggère qu'à un stade intermédiaire entre
le proto-Volta-Congo et le PB, les voyelles qui précédaient une consonne [+fortis]
en position C2 seraient devenues longues par assimilation régressive. L'assimilation
aurait ensuite neutralisé le contraste Fortis/Lenis en position C1 en attribuant la
spécification [+fortis] aux consonnes qui précédaient une voyelle longue et [-fortis]
à celles qui précédaient une voyelle brève. Le PB aurait hérité de ce système où les
deux contrastes: Fortis/Lenis et quantité vocalique, étaient redondants l'un de l'autre.
Dans les langues bantoues centrales, seul le contraste vocalique aurait été conservé.
Les langues du NW auraient connu une évolution inverse. Elles auraient confondu
les voyelles longues et brèves, mais préservé le contraste consonantique. Les
"doubles-réflexes" et l'harmonie consonantique, que certaines langues paraissent
manifester, représenteraient la trace de cette évolution et le modèle a le mérite de
fournir une même explication pour les deux phénomènes.
2. Ancêtre des langues Kwa et Benue-Congo.
Pholia 6-1991
157
0. 2.
P. Bancel (1988) a montré l'existence de "doubles réflexes" dans les langues
du groupe A70, notamment en ewondo, bulu et fang. Le phénomène se manifeste
pour l'alvéolaire sonore du PB et pour les trois sourdes *p, *t et *k. A l'initiale des
thèmes nominaux, on l'observe à toutes les classes dont le préfixe est syllabique, que
ce préfixe ait une structure (C)V- ou qu'il soit une nasale syllabique. Par contre on
ne l'observe jamais à l'initiale des thèmes de classe 9 dont le préfixe est non
syllabique 3. Travaillant exclusivement sur l'ewondo à partir des données lexicales
de Heepe (1926), Tsala (non daté) et Essono (thèse en préparation), j'obtiens des
résultats similaires à ceux de Bancel:
Tableau I : réflexes en position C1 dans les thèmes nominaux
*b
PN
(C)`v

`ı + 
ı +
b
b
v
*d
d/y,(l)
d/y,(l)
d
*g
*p
*t
k
k
g
v, f
b, f
f
l,t
l,t
t
*k
y/w, ‚, k
g, k
k
NB. Les réflexes séparés par des barres obliques ont un conditionnement
phonologique. Les réflexes entre parenthèses sont rares.
Un matériel lexical, probablement plus abondant que celui dont disposait
Bancel, permet de montrer qu'en position C1 les "doubles réflexes" de l'ewondo ne
sont qu'apparents et qu'ils sont explicables en termes d'évolutions conditionnées à
partir du système consonantique reconstruit par Meinhof, Meeussen et Guthrie.
Ceux de l'alvéolaire sonore *d ont un conditionnement phonologique qui est lié à
l'aperture de la voyelle suivante. Ceux des trois sourdes *p, *t et *k, ont un
3 Aux classes 1 et 3, le préfixe est une nasale tonale homorganique de la consonne initiale du
thème. Aux classes 9 et 10, il se réalise comme une nasale non tonale lorsque la consonne initiale
du thème est sonore et comme Ø lorsque l'initiale est sourde. A toutes les autres classes, le préfixe
a une structure (C)V-.
158
Pholia 6-1991
conditionnement morphophonologique qui est lié à la présence d'un préfixe nasal de
classe 9 ou 10. En outre, la lexicalisation d'anciennes alternances, jointe aux
procédés normaux de dérivation, entraîne un dédoublement des réflexes dans le
lexique. Je me limiterai ici à exposer quelques exemples de chacun de ces
mécanismes.
Dans les séries de correspondances qui suivent, les voyelles du PB ont été
transcrites en caractères API. Les reconstructions proviennent de Meeussen (1969)
et de Guthrie (1967-1971). Certaines formes, qui proviennent des fichiers de
Tervuren ou des séries comparatives de Guthrie et qui n'ont pas nécessairement le
statut de reconstruction en proto-bantou, ont également été prises en considération.
Elles ne sont utilisées qu'à titre de confirmation et les zones où elles sont attestées
sont éventuellement indiquées entre parenthèses. Le signe diacritique ° marque une
forme intermédiaire hypothétique. Le sigle (-T) signale une tonalité non reconstruite.
1. CONDITIONNEMENT PHONOLOGIQUE : LES RÉ FLEXES DE
*d
1. 1.
Lorsqu'ils ne sont pas précédés d'un PN 9 ou 10, les réflexes *d > d et
*d > y sont conditionnés par le degré d'aperture de la voyelle suivante. Le réflexe
direct est représenté devant les voyelles maximalement fermées du PB et le réflexe
palatalisé devant les autres voyelles :
(1)
*-d&Km*-d`Kb*-d`Kt`O
*-dùt*-dùb-
(s') éteindre
boucher
lourd
tirer
tremper
>
>
>
>
>
-d&Km
-d`Kb
è-d`Kd
-dùdù
-dù
7
Pholia 6-1991
*-dèd*-d&Emà
*-d&amb*-d`Ogù
*-d&ok-
159
pleurer
7 infirme
cuire
6 vin
vomir
>
>
>
>
>
-y`K
è-yêm
-y&am
m`2-y`Og
-y&o
7
6
Le même conditionnement intervient derrière un préfixe nasal syllabique,
comme le montrent les correspondances qui suivent :
(2)
*-d`K
*-dà
3 racine
13 intestin(s)
>
>
`n-d`K
`n-yà
3
3
Par contre, derrière la nasale non-syllabique du PN 9, le réflexe est toujours direct,
quelle que soit l'aperture de la voyelle suivante :
(3)
*-d&Km-à
*-d&amb*-d&ong&o
9 cécité
cuire
9 poivre
>
>
>
nd&Km
nd&am
nd&oN
9
9 festin
9
On peut donc rendre compte de toutes les correspondances observées par une
seule règle :
(4)
*d>y/§+syllçPN+ *V§-feç
On ne trouve à cette règle qu'une seule exception, où le réflexe direct est
attesté devant une voyelle moyenne du PB : *-dé- "manger" > -dí. Mais cette
irrégularité s'explique aisément si l’on suppose que la voyelle radicale a été fermée
d'un degré en position prévocalique ( * -dé-a > -dí-a ) avant que la règle (4) ne
devienne productive.
160
Pholia 6-1991
1. 2.
Synchroniquement, le morphophonème ⁄ y ⁄ est représenté par une nasale
lorsqu'il est précédé d'un préfixe nasal syllabique et suivi d'une consonne nasale en
position C2 :
(5)
y≥n/`ıçPN+  VN
Cette règle s'applique à la semi-consonne palatale, quelle qu'en soit
l'étymologie, et engendre des alternances régulières dans la langue :
(6)
*-d&om`E
*-d&amb*-k&Eng`K
*-k&ang-
1 époux
cuire
1 visiteur
rôtir
>
>
>
>
`nn&om
`nn&am
`nn&2N
`nn&aN
1
3 mets cuisiné
1
3 odeur de brûlé
plur. b`2y&om
≤-y&amcuire
plur. b`2y&2N
≤-y&aNrôtir
La règle n'est toutefois plus productive, puisqu'elle ne s'applique pas aux
dérivés agentifs en classe 1 : -y&am , "cuire" ≥ `ny&am 1, "cuisinier" (voir
ci-dessous : 4.1.).
1. 3.
Outre ces évolutions prévisibles, on trouve une petite série de cinq
correspondances qui attestent, sans conditionnement apparent, une consonne liquide
comme réflexe de *d.
(7)
*-d`Kng-ed*-d`Ed*-d`Ong`O
*-d&Ob-
se fâcher (JL)
bercer
3 rangée
pêcher
>
>
>
>
*-d&om-
mordre, piquer
>
-l`KNàn
-l`E M -yèl`2
`n-l`ON M `n-n`ON 3
-l&Ob pêcher
`n-l&Ob 3 hameçon
-l&om
Pholia 6-1991
161
En regard des quarante-sept correspondances qui attestent les évolutions
conditionnées qu'on a décrites plus haut, cette série paraît beaucoup trop marginale
pour qu'on puisse y voir une manifestation des "doubles réflexes". De plus, on
constate que deux de ces cinq correspondances sont des doublets de réflexes
réguliers. Face à -l`E "bercer", on trouve -yèl`2 avec le même sens. Face à
"rangée", on trouve `nn`ON. Il est donc possible que l'intrusion de la liquide,
comme réflexe de *d, soit le résultat d'emprunts à des langues ou à des dialectes
voisins, sans qu'on puisse préciser lesquels.
`nl`ON
2. CONDITIONNEMENT MORPHOPHONOLOGIQUE :
LES RÉ FLEXES DE *k
2. 1.
A l'initiale des thèmes nominaux, la vélaire sourde du PB présente cinq
réflexes dont des exemples sont présentés dans les séries (8.1) à (8.5) :
(8.1)
*-k&aj&K
*-k`ò`òg&O
*-k`òc`ò
5, 11 feuille
3 canne à s.
9 perroquet
> ò` -k&Ké
> N` -k&og
> k`òs
11 feuille de bananier
3
9Ø
(8.2)
*-k&ad&K
*-k&am-
1 femme
presser
> N` -g&al
> N` -g&am
Mè-y&am
1
3
7
(pl. b`2y&al)
> à-yélè
> b`2-y&2N
5
2
saut
(sg. `nn&2N)
> à-wôm
> m`2-w&ul
5
6
(8.3)
*-kédok- franchir
*-k&Eng`K 1 visiteur
(8.4)
*-k&om`K
*-k&utà
dix
6 huile
tourteau
162
(8.5)
Pholia 6-1991
*-k&Obù 5 nombril
*-kudok- partir (-T)
> d-^Ob
> d-ùlù
5
5
(pl. m^Ob)
voyage (-wùlù, voyager)
Le réflexe direct *k>k (8.1) est représenté dans les trois contextes
envisagés, c'est-à-dire derrière un préfixe syllabique, qu'il soit vocalique ou nasal, et
à l'initiale des thèmes de classe 9 dont le préfixe a une réalisation Ø devant les
consonnes sourdes. Les quatre autres réflexes sont en distribution complémentaire.
Le réflexe *k>g (8.2) n'est représenté que derrière un préfixe nasal syllabique
et il alterne avec une semi-consonne à l'intervocalique. Les deux réflexes
semi-consonantiques (8.3 et 8.4) ne sont représentés qu'à l'intervocalique et sont en
outre conditionnés par les spécifications de la voyelle suivante pour le trait arrondi.
La palatale [y] est représentée devant les voyelles non arrondies et la labiale
[w] devant les voyelles arrondies. Enfin le réflexe Ø (8.5) n'est représenté que
derrière l'allomorphe consonantique du PN 5 4 et il alterne avec une semi-consonne
à l'initiale du verbe. Cette distribution complémentaire permet de réduire l'ensemble
des réflexes à deux selon le schéma présenté en (9) : un réflexe "fort", qui est le
réflexe direct, et un réflexe "doux" qui a quatre réalisations différentes selon le
contexte :
(9)
réflexe "fort"
réflexe "doux"
*k>k
*k> g/`ı+
S §αroç /(C)V + V §α roç
‚/dçPN5+
A l'initiale des thèmes de classe 9, par contre, on ne trouve que le réflexe fort :
(10)
*-k&Kng&O
9 cou
> k&KN
9Ø
*-k&ak&a
9 pangolin >
k&a
9Ø
*-k&Ond`E
9 haricot
> kôn
9Ø
4. Dans la langue contemporaine, le PN 5 a trois allomorphes principaux: à devant les
initiales de thème consonantiques et semi-consonantiques et d ou dz devant les initiales
vocaliques.
Pholia 6-1991
*-k&udù
163
9 tortue
>
kûl
9Ø
etc.
Et les deux réflexes, le "fort" et le "doux", alternent régulièrement dans la
dérivation :
(11)
*-k&ang-
rôtir
>
`n-y&aN
k&aN
1 rôtisseur (≤ -y&aN)
9Ø grillé, rôti
*-k&ad&K
1 femme
9 sœur
>
`N-g&al
k&al
1 femme
9Ø tante paternelle
*-k&Omb-
racler
>
è-wôm
k&omàn
7 racloir
9Ø rabot
*-k&um-
être riche
>
d-&&um&a
k&umà
5 gloire
9Ø richesse(-w&um,
être riche)
2. 2.
Les alternances, présentées en (11), s'expliquent mal dans le cadre théorique
défendu par Stewart. On pourrait bien sûr soutenir qu'à l'initiale des thèmes de
classe 9, le contraste Fort/Doux a été neutralisé au contact du préfixe nasal. Mais,
appliquée à l'ewondo, cette hypothèse aurait des implications contradictoires. A
l'initiale des thèmes nominaux, elle impliquerait, en raison du nombre et de la
régularité des alternances observées, que le contraste ait été conservé jusqu'à une
époque récente. Par contre, à l'initiale des verbes - où, comme on le verra plus loin
au paragraphe 3.1, les réflexes "fort" et "doux" peuvent être représentés en variantes
- il y aurait eu confusion des deux classes de consonnes. Il est beaucoup plus
simple d'adopter une hypothèse inverse qui consiste à supposer que l'évolution a
entraîné un affaiblissement de l'articulation à l'intervocalique, l'articulation occlusive
n'étant maintenue qu'à l'initiale des thèmes de classe 9. La majorité des
164
Pholia 6-1991
correspondances peut alors s'expliquer par une évolution en cinq étapes dont la
première est une règle de spirantisation à l'intervocalique. L'articulation occlusive est
ensuite rétablie derrière un préfixe nasal syllabique et, enfin, la fricative sonore est
réduite à Ø.
(12)
S1
S2
S3
S4
S5
*k
*m`ò
°fi
°fi
‚
>
>
>
>
>
°fi/*CV +  V
`ı/ çPN + C
g/`ı+ 
‚/(C)V +  V
S§α roç/(C)V + V §αroç
Comme l'articulation vélaire de la consonne a été conservée derrière un préfixe
nasal syllabique, il faut supposer que le réflexe Ø et les deux semi-consonnes sont
issus de développements postérieurs à la chute de la voyelle des PN 1 et 3. Comme
en outre, l'articulation des semi-consonnes est conditionnée par les spécifications de
la voyelle suivante, on peut également supposer qu'elles se sont développées à
l'intervocalique comme des semi-consonnes d'appui à partir du réflexe Ø, qui n'a été
conservé que derrière les préfixes consonantiques des classes 5 et 6. La réduction
des PN 5 et 6 à une simple consonne a dû se produire après S4 5.
Dans cette séquence de règles, la fricative vélaire sonore représente un stade
intermédiaire hypothétique qui n'est plus attesté dans la langue. L'hypothèse n'est
cependant pas entièrement "ad hoc" puisqu'en ewondo, l'occlusive vélaire en position
C2 a un allophone fricatif à l'intervocalique et que, dans de nombreuses langues de
zone B, la vélaire sourde du PB a pour réflexe une fricative sonore. D'autre part, la
règle de spirantisation (S1) doit nécessairement avoir précédé la chute de la voyelle
des PN 1 et 3. Autrement dit, on ne pourrait intervertir l'ordre des étapes S1 et S3,
sans qu'il en résulte une confusion des réflexes de *k et de *g qui ne s'est pas
produite en ewondo. En effet, en position initiale, le trait sonore de *g n'a été
5. Le mécanisme de cette réduction n'est pas envisagé ici.
Pholia 6-1991
165
conservé que derrière un PN 9. Dans tous les autres contextes
*g
(13)
9
7
36
aboutit à une
occlusive vélaire sourde, y compris derrière un préfixe nasal syllabique :
*-g`Omà
*-g`Eg`O
*-gàngà
*-gàb-
9 tambour
7 molaire
3 racine
partager
>
>
>
>
Ng`Om
è-k`2g
`N-k$$aN
-kàb
Supposons maintenant, pour les réflexes de
chronologique comme en (14) :
(14)
S(a)
S(b)
S(c)
*m`ò
*k
*k
>
>
>
*k,
un enchaînement
ı` /çPN + C
g/`ı+
°fi>‚/(C)V+ V
Si le changement *g>k s'était produit avant S(a) — à une époque où
par hypothèse les réflexes de *k avaient toujours une articulation occlusive — il
aurait dû en résulter une confusion générale des réflexes de *g et *k. Si ce
changement était postérieur à S(a), il aurait dû en résulter une confusion des vélaires
sourdes et sonores derrière un préfixe nasal syllabique. Comme aucune de ces deux
confusions ne s'est produite, il faut nécessairement en conclure que la sourde avait
déjà perdu son articulation occlusive à l'époque où la sonore a été dévoisée, et que
les deux changements : spirantisation des sourdes et dévoisement des sonores, ont
précédé la chute de la voyelle des PN 1 et 3. Cette chronologie s'accorde d'ailleurs
bien avec le modèle d'une chaîne de traction (Martinet,1955 : 59-62), où la
spirantisation des sourdes permet aux sonores de prendre leur place en se dévoisant.
Cet enchaînement est similaire à la règle connue sous le nom de "règle du luyia" en
bantou interlacustre. Dans la plupart des langues luyia, la vélaire sourde du PB a été
spirantisée et la sonore a été dévoisée : *k>x, *g>k. La corrélation
entre les deux changements est manifeste, puisqu'en logooli — qui est la seule
6. Une variante tonale BH est attestée pour ce thème en zone A.
166
Pholia 6-1991
langue du groupe où la sourde n'a pas été spirantisée —*g est demeurée sonore
(Mould, 1981: 190-197).
2. 3.
Telle quelle, cette hypothèse correspond à peu de choses près au schéma que
proposait Stappers (non daté) pour rendre compte de l'évolution des consonnes dans
les langues centrales. A l'intervocalique, les consonnes du bantou central auraient
subi
un
affaiblissement
articulatoire
progressif
du
type
:
occlusif > fricatif > semi-consonantique > Ø. En ewondo, l'hypothèse d'un
affaiblissement à l'intervocalique paraît d'autant plus convaincante que, lorsque le
réflexe "fort" est représenté derrière un préfixe syllabique — là où selon les règles
on attendrait le réflexe "doux" — cette irrégularité peut presque toujours être
expliquée par le fait que le thème a eu anciennement un préfixe nasal. Les séries
(15.1) à (15.3) comprennent toutes les exceptions rencontrées.
(15.1)
*-k&Eng&Ed&E
*-k&angà
*-k&atà
*-k`òàd&E
*-k`Ob&E
*-k&aj&K
7, 9 cloche
9 pintade
9 coussinet
9 perdrix
9, 11 boîte
11 feuille
>
>
>
>
>
>
`N-k&2N
`N-k&aN
è-kàd
`ò-kp$$al
`N-k$$Ob
`ò-k&Ké
3 grelot
3
7 rouleau, couronne
11 7
3 carquois
11 feuille de bananier
(15.2)
*-k`Ond`E
*-Nk`Ond`O
5 banane
>
è-k`On
7 plantain
7. La règle
(impératif).
kù≥kp/a
est synchronique:
-kù
"tomber"
≥ §kp$$agç
Pholia 6-1991
7 peau
>
è-k`òg`òl`ò
7 pelure 8
3 canne à s.
>
`N-k&og
3
*-k&ad(-an)- contredire >
`N-k&al
3 plaidoierie
*-k&ot`O
*-Nk&ot`O
*-k`ò`òg&O
(15.3)
167
Les correspondances citées en (15.1) n'appellent pas de commentaires. Il
s'agit soit d'anciens thèmes de classe 9, soit de thèmes de classe 11 dont le pluriel en
classe 10 peut expliquer la stabilisation du réflexe. Blanchon (1987) a en effet
montré que de nombreuses langues de zone B avaient réduit l'alternance
consonantique à l'initiale des thèmes du genre 11/10 par alignement du singulier sur
le pluriel. Dans la série (15.2), les faits sont plus opaques, mais peuvent s'expliquer
d'une manière analogue. Pour "banane" et "peau", de nombreuses langues des zones
C et H attestent une nasale incluse au thème. Ces attestations ont amené Guthrie à
poser, pour ces deux thèmes, des variantes à nasale initiale en bantou commun:
*-Nk`Ond`O "banane" (CS 1146a) et *-Nk&ot`O "peau" (CS 1241a). En outre le
réflexe de *-k`Ond`E "banane" appartient à la classe 9 en ndengese (C81), nyoro
(J11) et bemba (M41) et, en tsogo (B31), il relève du couple flexionnel 11/10. Le
même raisonnement vaut pour "canne à sucre", puisqu'en bobangi (C32) le thème a
une nasale initiale et qu'en ntomba (C35) il appartient à la classe 9. On ne peut donc
exclure que ces reconstructions aient anciennement eu un préfixe nasal. Comme
toutes les correspondances irrégulières, sauf une, permettent cette interprétation, il
semble qu'à l'initiale du thème nominal, ce soit principalement le reclassement
d'anciens thèmes de classe 9 ou 10 qui a engendré des anomalies qu'un examen trop
superficiel pourrait nous faire prendre pour des doubles réflexes.
8. Le réflexe implique le redoublement de la première syllabe du thème et le voisement de la
vélaire en position C 2 . Le redoublement de la première syllabe est relativement fréquent dans la
langue.
168
Pholia 6-1991
3. LES " DOUBLES RÉ FLEXES " A L'INITIALE DES VERBES
3. 1.
A l'initiale des verbes, par contre, on trouve indifféremment les réflexes "forts"
ou "doux", comme le montrent les exemples en (16).
(16)
*-kéd(-od)*-k`Eng*-k&Odod*-k&ong-
(dé)passer
couper
tousser
assembler
>
>
>
>
-k^K
-k`2N
-k&O`K
-k&oN
passer par
raser
*-kéék*-k&od*-k&um*-k&u-
obstruer
devenir fort
être riche
mourir
>
>
>
>
-y&2g
-w&ol`ò
-w&um
-w&u
construire un barrage
fortifier
coudre
etc.
Au vu de ces attestations on pourrait conclure à la réalité des "doubles
réflexes". Mais ce serait une conclusion hâtive puisqu'un examen attentif du lexique
révèle l'existence de très nombreux doublets où les deux réflexes, le "fort" et le
"doux", alternent. Bien qu'ils ne soient pas toujours identiques, ces doublets sont
suffisamment proches, par la forme et le sens, pour qu'on puisse leur attribuer une
étymologie commune.
(17)
*-kéng-
mettre en travers
> -yéNàn
-kéNàn
mettre en travers
être ou mettre en biais
*-kédok-
sauter par dessus
> -yélè
-kélè
sauter
sautiller
*-k&ad-
appeler, résonner
> -yàlà
-kàlàn
répondre
répondre au tambour
Pholia 6-1991
169
sécher (-T)
*-kot-
> -wôb`ò
-k&od
se dessécher 9
sécher
Il est bien sûr possible que ces variantes soient dues à des emprunts, mais ni
Tsala, ni Heepe ne les perçoivent comme telles, bien que leurs dictionnaires fassent
de nombreuses références aux langues et dialectes voisins. L'hypothèse de l'emprunt
est également peu compatible avec l'abondance de ces doublets et avec leur caractère
systématique. Dans le dictionnaire de Tsala, j'en ai relevé plus de quatre-vingts
exemples et Blanchon (1991) fait en punu des observations similaires. D'autre part,
quelle qu'en soit l'étymologie, les alternances consonantiques que l'on observe à
l'initiale des doublets verbaux sont toujours identiques à celles qu'entraîne la
présence d'un préfixe de classe 9 à l'initiale des thèmes nominaux.
(18)
*b > b, v
*-bùd*-bèg&a
être nombreux
9 pot
> -bù`K
> ò-b$e$
être nombreux,
11 petite marmite,
-vùàn se multiplier
m-v$$e 9 marmite
*d > y, nd
*-dànd*-d&om`E
étendre
1 mari, 9 frère
> -yàn&a être exposé,
> b`2-y&om 2 maris,
-ndàn&a être déployé
n-d&om 9 frère
*g > k, Ng
*-geb-(-T)
*-gàb-
être attentif
partager
> -kè être sur ses gardes, -Ngè même sens
> à-kàb 5 générosité, N-gàb 9 part, portion
*p > v, f
*-p&a*-p&Ong&O
donner
5, 9 graisse
> -v^2 donner,
> à-v&ON 5 graisse,
9. La consonne en position C 2 peut être élidée
-wúlàn "embrasser" -wúbàn "s"embrasser mutuellement".
≥
-f&a
f&ON
devant
faire un présent
9Ø moëlle
le
suffixe
-Vb-:
170
Pholia 6-1991
*t > l, t
*-t`Ok(Ot) - bouillir
> -l`Og
gargouiller,
-t`Og
gargouiller,
t&Kgà
9Ø legs
bouillir
*-t&Kg-
abandonner
> è-l&Kg
7 ancien village ,
Plutôt que d'emprunts, les doublets verbaux paraissent donc être issus d'un
ancien système grammatical qui, dans un état antérieur de l'ewondo, impliquait la
présence d'un morphème nasal devant une des deux variantes du verbe.
3. 2.
Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver de tels systèmes dans les
langues contemporaines. Plusieurs langues des zones B et C ont un système très
productif qui permet de former des substantifs de classe 9 à partir de verbes.
J. Blanchon en donne des exemples pour le punu (B43) et des mécanismes
analogues sont attestés dans de nombreuses langues de zone C, notamment en leke,
en bolia et en boa :
(19)
leke (C00)
bolia (C35)
boa (C44)
-k`Ot- abattre
-d&uk- pagayer
-l&al- coucher
-s&al- travailler
≥
≥
≥
≥
nk`Ot&K
nd&uk&K
nd&al&K
ns&al&E
9
9
9
9
abattage
manière de pagayer
le fait de coucher
le fait de travailler
On peut alors supposer, comme le fait Blanchon, qu'à partir de ces formes
nomino-verbales, on a redérivé d'autres verbes qui ont constitué des variantes à
initiale forte des verbes d'origine. Cette hypothèse est confirmée par les faits
observables en ewondo et l'exemple suivant ne peut pas être expliqué autrement :
(20)
ewondo (A72)
-vèg
penser
≥ fèg
9Ø intelligence
≥
-fèg`2b`2
devenir intelligent
Pholia 6-1991
171
Mais il y a un autre mécanisme qui a pu intervenir. Plusieurs langues de zone
C forment directement l'infinitif verbal avec un préfixe nasal. En tetela (C71),
l'infinitif est en classe 9 et en ombo (C69), il prend un préfixe de classe 9 ou 10 et
détermine dans la phrase des accords de classe 10 ou 17 (Meeussen, 1952). Le cas
du ombo est particulièrement intéressant puisqu'il permet d'établir une relation avec
le myènè-nkomi (B11e). On sait qu'en myènè-nkomi, l'initiale du radical verbal
présente des alternances de type "Fort/Doux", tant dans la conjugaison que dans la
dérivation nominale déverbative :
(21)
myènè-nkomi (B11e)
Initiale forte
-fiamb-
"parler"≥
Initiale douce
fi&ok&ambà
fiàmb&a
infinitif
impératif
m&ak3ambà
màfiàmb&K
passé récent
passé éloigné
`Kk&ambà s&Kn&O
`Kfi&&ambà ny&Kn&O
10bis "ce fait de parler"
5 "cette conversation"
C. Grégoire et J.P. Rekanga (sous presse) ont montré que l'infinitif du nkomi
comportait en séquence, un préfixe locatif de classe 17 et un préfixe sous-jacent de
classe 10bis qui serait issu d'une ancienne séquence "augment + préfixe" *dì-n-.
Des données comparatives aussi géographiquement dispersées que celles des
langues B30 (Van der Veen, 1991) et du tswana (Creissels, 1991) confirment
amplement cette reconstruction et lui confèrent une ancienneté certaine. En
myènè-nkomi, l'initiale forte qu'on observe à l'infinitif aurait donc été conditionnée
par la nasale du préfixe sous-jacent et, dans la conjugaison, l'alternance
consonantique pourrait s'expliquer par un alignement progressif du paradigme sur le
modèle de l'infinitif. Dans la langue contemporaine, l'initiale forte est représentée à
tous les tiroirs sauf quatre qui ont l'initiale douce : impératif, passé éloigné,
172
Pholia 6-1991
subjonctif affirmatif et subjonctif négatif. Si cette tendance se poursuivait et que le
paradigme en venait à être entièrement unifié, la relation entre le verbe §fiókámbàç
"parler" et son dérivé §ìfi&ambàç "conversation" pourrait devenir opaque et on
aboutirait à une situation analogue à celle du tunen (A44) où, à un radical verbal à
initiale forte °-t&Kk-° "abandonner", réflexe de *-t&Kg- en PB, correspond un
dérivé de classe 7 à initiale douce §`Kl&Kk&2ç "veuf". Une étape supplémentaire
consisterait alors à dériver des substantifs §`Kfi&ambàç et §`Kl&Kk&2ç de nouveaux
radicaux verbaux à initiale douce qui signifieraient, par exemple, "bavarder" et "être
veuf". On ne dispose pas d'exemples permettant d'affirmer que le nkomi et le tunen
ont franchi ce pas, mais le duala l'a fait, puisqu'au radical °-t&ul-°, qui signifie
"marteler", correspond un dérivé nominal de classe 1 §mùl&ul`Kç "forgeron" dont
a été redérivé un nouveau radical à initiale douce et à sens spécialisé : °-l&ul-°
"forger" :
(22)
duala (A24)
*-t&udmarteler
>
-t&ulmarteler
>
mù-l&ul`K >
-l&ul-
1 forgeron
forger
Il suffirait ensuite que certains éléments de ces chassés-croisés dérivationnels
viennent à disparaître de la langue, ou à ne pas être recueillis par le linguiste, pour
que les faits deviennent entièrement opaques et pour que nous puissions conclure
erronément à l'existence de doubles réflexes non conditionnés.
4. SUCCESSION DE RÈ GLES , LEXICALISATIONS ET RÉ SIDUS
4. 1.
Un troisième facteur, susceptible de générer des "doubles réflexes" apparents,
est la présence dans le lexique de résidus d'anciennes règles qui ont cessé d'être
productives. En ewondo, la vélaire sourde *k a trois aboutissements différents
dans le même contexte :
Pholia 6-1991
(23)
173
*-k&am*-k&&Eng`K
*-k&ang-
presser
1 visiteur
rôtir
>
>
>
`N-g&am
`n-n&2N
`n-y&aN
3 tourteau
1
1 rôtisseur
Le réflexe g de *k s'est figé à une époque où la consonne avait encore le
trait vélaire. L'évolution *k>n est plus tardive. On a vu au paragraphe 1.2.
que l'alvéolaire sonore *d aboutissait aussi à une nasale dans le même contexte.
De toute évidence, cette évolution ne résulte pas d'une application ancienne de la
règle de Meinhof, puisque les consonnes d'origine ont été conservées à l'initiale des
thèmes de classe 9 : *-d&amb-"cuire" > §nd&amç 9 "festin" et
*-k&ang-"rôtir" > §k&aNç 9Ø "grillé". Ne s'appliquant que derrière les PN 1 et
3, la règle y≥n, citée en (5), est nécessairement postérieure à la chute de la
voyelle de ces préfixes et elle était encore productive à l'époque où les réflexes de *k
et *d ont été confondus en ⁄y⁄. Mais synchroniquement elle ne l'est plus
puisque, dans les dérivés agentifs qui peuvent librement être formés à partir des
verbes, la semi-consonne palatale a une représentation directe derrière le PN 1. Il
s'agit donc d'une règle relativement tardive, qui n'a été productive que pendant une
période limitée de l'histoire de la langue, et c'est la succession dans le temps de
règles différentes qui a multiplié les réflexes.
4. 2.
Les réflexes de l'occlusive labiale sourde *p fournissent un autre exemple
de ce mécanisme. A l'initiale des thèmes nominaux, *p a trois réflexes qui sont
conditionnés par la nature du préfixe :
(24)
*-p&Ok&O
"un, autre"
mv&uf&Og
éb`òdb`2v&Og
ém`òd`mb&Og
>
cl. 9
cl. 2
cl. 1
"un chien"
"d'autres personnes"
"une autre personne"
174
Pholia 6-1991
Il paraît évident que l'alternance première a été une alternance
f/v, qui était
du préfixe, et que le réflexe *p>b
conditionnée par la structure N- ou CVrésulte d'un développement postérieur à la chute de la voyelle du PN1. L'occlusive
labiale sourde aurait donc connu une évolution parallèle à celle qu'on a postulée pour
la vélaire sourde :
(25)
S1
S2
S3
S4
*p
f
*m`ò
v
>
>
>
>
f
v/*CV +  V
`ı/] PN + C
b/`ı+ 
Le premier changement est une règle de spirantisation non conditionnée. La
fricative sourde, issue de ce changement, est ensuite voisée à l'intervocalique et, enfin,
le trait occlusif de la consonne est rétabli derrière un préfixe nasal syllabique. Dans
les thèmes nominaux, la fricative sourde ne s'est donc maintenue qu'à l'initiale des
thèmes de classe 9. A l'initiale des verbes, le réflexe le plus fréquent est la fricative
labiale sonore, mais on trouve aussi la sourde en variante :
(26)
*-p`Kp*-pàc-
sucer
séparer
> -v`KàgM-f`Kàg
> -vàsM-fàs
sucer bruyamment
enlever, ôter
Synchroniquement, les règles d'alternance ne sont plus productives et les deux
fricatives labiales issues de *p peuvent être représentées derrière tous les types de
préfixes :
(27)
*-p&ot&a 9Ø blessure > f&ol 9Ø blessure ≥ `mf`òf&ol 3 blessé
*-pad- (-T) monter > -f&a croître
≥ èf&aè 7 repousse, rejet
*-p`Knd- être noir > -v`Kn être noir ≥ mv`KNg`On 9 tout noir
C'est donc la lexicalisation de l'alternance qui a dédoublé les réflexes au
niveau morphophonologique. Lorsque cette lexicalisation se conjugue avec les
mécanismes de dérivation déverbative et dénominative, elle produit un effet "boule de
Pholia 6-1991
175
neige" dans le lexique, où il devient difficile de débrouiller l'écheveau de la causalité.
Les dérivations qui suivent sont hypothétiques :
(28)
*-pèèp- souffler >
-v`2b`2
≥
respirer
3 respiration
f`2b
≥
9Ø haleine
*-p&a-
donner
-v^2
donner
°è-ı-f&a
9
`mv`2b`2
-f`2b`2
souffler
≥
`mf`2b
3 souffle, vent
>
≥
mvàgà
9 présent
≥
èf&a
7 cadeau
≥ -f&a
faire un présent
Pour chacun de ces exemples, le point de départ semble avoir été une ancienne
alternance, où la fricative sonore était représentée à l'initiale du verbe et la sourde à
l'initiale d'un nominal de classe 9. Dans le paradigme issu de *-pèèp-, un verbe
signifiant "souffler" aurait été dérivé du nominal de classe 9 et, ensuite, un nouveau
nominal de classe 3 aurait été formé à partir du verbe. Ce type de dérivation en
chaîne n'est pas inhabituel, puisqu'à partir du verbe -fèg`2b`2 "devenir intelligent",
lui-même dérivé de §fègç 9Ø "intelligence" (exemple 20), a été formé un nouveau
nominal §`mfèfégç 3 "intelligent". Dans le paradigme issu de *-p&a-, le
nominal de classe 9 n'existe plus en tant que tel, mais il n'est pas exclu que §èf&aç
7 "cadeau" en soit issu par réanalyse de l'augment de classe 9 comme un PN 7,
après la chute de la nasale. La même évolution est attestée dans la correspondance
*-k&atà 9 "coussinet de portage" >§èkàdç 7 "rouleau, couronne". Quelles
qu'aient pu être leurs histoires particulières, chacune de ces correspondances
témoigne en tout cas des potentialités de la dérivation comme facteur multiplicateur
des réflexes. Une fois que les règles cessent d'être productives, chaque terme de
l'ancienne alternance engendre sa propre descendance dans le lexique.
176
5.
Pholia 6-1991
C ONCLUSION
5. 1.
Les réflexes de l'alvéolaire sonore ont été dédoublés sous l'effet d'un
conditionnement phonologique clair. En ce qui concerne les sourdes, ce sont
principalement la lexicalisation d'anciennes alternances morphophonologiques et les
mécanismes de dérivation qui ont dédoublé les réflexes en position C1. Je n'ai pas
traité de l'alvéolaire sourde du PB, mais les deux réflexes : [ l ] et [ t ], qui en sont
issus, ont clairement été engendrés par une évolution semblable à celle qui a été
montrée pour *k et *p. Le point de départ de cette évolution réside apparemment
dans une règle d'alternance, qui opérait à l'initiale des thèmes nominaux :
(29)
____
*[ + occlusif ] > [ - occlusif ç/*CV + [ - sonore ] V
C
Sous cette forme, ou son inverse, cette règle est commune en bantou. En
ewondo, le contexte en est devenu opaque en raison du reclassement d'anciens
thèmes de classe 9, dans d'autres classes dont les préfixes étaient issus de structures
*-CV-. Ces confusions ont dû être favorisées par la chute de la nasale du PN 9
devant les consonnes sourdes et par la réduction des anciennes séquences
*(C)V-C(V)- (augment + préfixe) à des marqueurs de classe peu différenciés qui,
dans la langue contemporaine, ne sont plus constitués que d'un seul segment au
singulier. L'ancien conditionnement étant devenu opaque, les deux termes de
l'alternance ont été lexicalisés et les mécanismes de la dérivation nominale
déverbative et verbale dénominative les ont ensuite multipliés dans tous les contextes,
y compris à l'initiale des verbes. Ce type d'évolution, que J. Blanchon relève
également en mpongwè et en punu, n'est pas exceptionnel en bantou. Il est proche de
celui que P. Dickens (1984) a montré pour le tswana, où la succession
chronologique de règles différentes et la lexicalisation des "outputs" de ces règles
ont engendré dans la langue contemporaine des alternances dont il est difficile de
Pholia 6-1991
177
rendre compte par des conditionnements naturels 10. En ewondo, en raison du
morcellement linguistique et dialectal qui prévaut au sud du Cameroun, on peut
s'attendre à ce que ce processus ait encore été renforcé par l'emprunt et par des
influences latérales dont je n'ai pas tenu compte ici.
5. 2.
Les données disponibles montrent donc qu'en ewondo, il n'est pas nécessaire
de modifier les reconstructions pour expliquer les réflexes consonantiques à l'initiale
des thèmes et radicaux. Il serait prématuré d'en conclure que cette découverte infirme
ipso facto l'hypothèse "Fortis/Lenis". Il conviendra d'étudier les réflexes en position
C2 avec d'autant plus d'attention que c'est justement à partir de cette position
qu'aurait été déclenché, selon Stewart (1989), le mécanisme qui a conduit à la
situation présente. Pour ce faire, il sera nécessaire d'avoir une aussi bonne
compréhension que possible du processus de réduction syllabique dans les thèmes
nominaux et de l'évolution des morphèmes post-radicaux dans les verbes.
Enfin, il faudra résoudre le problème soulevé par l'harmonie consonantique.
Dans certaines langues, une majorité d'items aurait en position C1 et C2, soit deux
réflexes forts, soit deux réflexes doux. Cette distribution particulière est
indissolublement liée à l'hypothèse "Fortis/Lenis" puisque, jusqu'à présent, on n'a
pas pu établir de correspondances régulières entre les consonnes [fortis] et [lenis]
des langues Volta-Congo non bantoues et les réflexes "forts" et "doux" du bantou
du NW. Un raisonnement qui se limiterait à reconstruire un ancien contraste à partir
des "doubles-réflexes", pour ensuite expliquer ces mêmes "doubles-réflexes" à
partir de ce contraste, serait donc entièrement tautologique. Seule l'harmonie
consonantique, dans la mesure où elle serait le témoin de l'ancien contraste, permet
de briser cette circularité. On se trouve dès lors devant une difficulté, puisque Bancel
(1988) soutient précisément que l'ewondo présenterait des traces d'harmonie.
10. Je remercie D. Creissels d'avoir attiré mon attention sur l'article de Dickens.
178
Pholia 6-1991
Le problème est complexe. Tout d'abord, l'harmonie qu'on observe dans les
langues contemporaines est toujours statistique. On trouve une plus grande
proportion d'items harmoniques que d'items dysharmoniques. Il sera donc
nécessaire de déterminer, avant tout, si les proportions observées sont
statistiquement pertinentes. Dans l'affirmative, il faudra ensuite déterminer si ces
proportions reflètent un système ancien ou si elles représentent une tendance en voie
de développement dont il y aurait alors lieu de décrire le fondement phonétique.
5. 3.
Deux remarques pour terminer. De telles études ne peuvent être menées à bien
si l'on ne dispose pas d'un matériel lexical suffisant. Seul un dépouillement
exhaustif des dictionnaires ewondo a permis de relever les alternances qui
expliquent les "doubles-réflexes" en position C1. De même en punu, c'est
l'abondance des données récoltées qui permet à J. Blanchon d'aboutir à des
conclusions similaires. Notre compréhension de l'histoire des langues du nord-ouest
dépend donc de la constitution de banques de données d'une certaine ampleur.
Les faits de l'ewondo nous incitent aussi à réfléchir sur le principe de
régularité univoque tel qu'il est énoncé par la théorie néo-grammairienne. Comme l'a
rappelé Wang (1969), un changement est un phénomène qui se déroule dans le
temps et qui a une certaine durée. Il n'envahit pas le lexique du jour au lendemain,
mais au contraire, s'y diffuse progressivement. Si sa diffusion est contrecarrée par
un changement concurrent, il peut ne pas atteindre tous les items auxquels il est
susceptible de s'appliquer. On conçoit donc qu'on puisse rencontrer des situations
complexes où plusieurs régularités différentes s'entrecroisent. C'est bien ce qui
paraît s'être produit en ewondo et dans une langue comme le tswana, située à l'autre
extrémité du domaine bantou.
Pholia 6-1991
179
BIBLIOGRAPHIE
BANCEL P.
(1988), "Double Reflexes in Bantu A70 Languages", Pholia , Vol.3,
pp.7-16, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
BLANCHON J.A. (1987), "Les classes nominales 9, 10 et 11 dans le groupe bantou
B40", Pholia , Vol.2, pp. 5-22, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
BLANCHON J.A. (1991), "Le pounou (B43), le mpongwè (B11a) et l'hypothèse
fortis/lenis", Pholia , Vol.6, CRLS, Université Lumière-Lyon 2.
CREISSELS D. (1991), "Esquisse de la langue tswana", texte provisoire.
DICKENS P. (1984), "The History of So-called Strengthening in Tswana", JALL, 6,
n°2, pp.97-125.
ESSONO J.M. (s.d.), "Description de l'ewondo", Thèse de doctorat en préparation.
GREGOIRE C. & J.P. REKANGA (sous presse), "Les réflexes consonantiques du
myènè-nkomi et le problème des doubles réflexes", Africana Linguistica XI,
Tervuren.
GUTHRIE M. (1967-1971), Comparative Bantu, Gregg.
HEEPE M. (1926), Jaunde-Wörterbuch, Hamburg.
JANSSENS B. (1986), "Eléments de phonologie et de morphologie historique du
basaa, (Bantou A43a)", Africana Linguistica X, Tervuren.
MARTINET A. (1955), Economie des changements phonétiques, Traité de
phonologie diachronique, Berne.
MEEUSSEN A.E. (1952), "Esquisse de la langue ombo", Tervuren.
MEEUSSEN A.E. (1967), "Bantu Grammatical Reconstructions", Africana Linguistica III, Tervuren.
MEEUSSEN A.E. (1969), "Bantu Lexical Reconstructions", Tervuren.
MOULD M. (1981), "Greater Luyia", dans T. H. HINNEBUSCH, D. NURSE & M.
MOULD, "Studies in the Classification of Eastern Bantu Languages", SUGIA,
Beiheft 3, Hamburg.
NSUKA-NKUTSI F. (1980), "Quelques réflexes du protobantou en punu", dans F.
Nsuka-Nkutsi (éd.) Eléments de description du punu, pp.129-178, CRLS,
Université Lyon 2
180
STAPPERS L.
Pholia 6-1991
(non daté), "Principes de linguistique historique bantoue", document
dactylographié, Tervuren.
STEWART J.M. (1989), "Fortis/Lenis and Vowel Length in Proto-Bantu", JALL, vol.
11, n°1, pp.45-88.
TSALA T. (s.d.), Dictionnaire ewondo-français, Lyon.
VAN DER VEEN L. (1991), "Etude comparée des parlers du groupe okani B30
(Gabon)", Thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon 2.
VAN LEYNSEELE H. & J.M. STEWART (1980), "Harmonie consonantique en prénen", dans L. BOUQUIAUX (éd.), L'expansion bantoue, actes du colloque
international de Viviers, tome II, SELAF, Paris
WANG S-Y. (1969), "Competing Changes as a cause of Residue", Language, Vol.
45, n° 1.
Pholia 6-1991
181
CONDITIONNEMENT TONAL DE CERTAINS "DOUBLES
REFLEXES" EN BASAA (A 43a)1
Gisèle TEIL - DAUTREY
Abstract
This article demonstrates that the appearance of zero reflexes of Proto-Bantu
initial consonants in Bàsà&a (A 43a) is tonally conditioned, a type of conditioning
that had not been mentioned so far in the literature. As a result, all cases of
"double reflexes" of Proto-Bantu consonants in Bàsà&a can now be shown to have
been conditioned in one way or another, so that this language offers no support for
the fortis / lenis hypothesis.
INTRODUCTION
Le Bàsà&a, parlé dans le sud-ouest du Cameroun, est une langue bantu de la
zone Nord-Ouest, classée A 43a par Guthrie. Or, pour les langues bantu de cette
zone il existe un problème particulièrement intéressant qui est celui des doubles
réflexes consonantiques. En effet, pour une même occlusive reconstruite, on constate
l'existence de plusieurs réflexes dans les langues actuelles, et toute la question est
alors de savoir si on peut expliquer ce phénomène à l'aide de conditionnements
divers ou s'il convient de supposer, au niveau de la proto-langue, un système
consonantique plus complexe, comme l'ont fait Van Leynseele et Stewart (1980) à
partir de l'analyse d'une langue proche du Bàsà&a, le tunEn (A 44).
Qu'en est-il pour le Bàsà&a ? B. Janssens (1982) a publié une analyse
diachronique de cette langue au terme de laquelle il infirme à la fois l'hypothèse de
Guthrie selon laquelle le choix du réflexe serait lié à la longueur de *V1 et celle de
Van Leynseele et Stewart en montrant que l'opposition fortis / lenis qui régirait,
1 Je remercie vivement Jean Blanchon pour ses précieux conseils lors de l'élaboration de cet
article.
182
Pholia 61991
selon eux, le choix du réflexe de C1 et de C2 n'est pas probante dans cette langue.
Nous nous proposons ici de compléter l'étude de Janssens en examinant plus
particulièrement le cas du réflexe zéro des occlusives.
1. LES REFLEXES CONSONANTIQUES EN C 1
Nous allons tout d'abord voir comment se comportent, en
occlusives du proto-bantu lorsqu'elles figuraient en position initiale :
*p
>
*t
>
*k
>
*b
>
*d
>
*g
>
h (16)
t (18)
k (14)
B (33)
l (19)
k (22)
p ‘(10)
t (2)
k (4)
b (10)
d (3)
g (9)
‚
‚
‚
tS (2)
kw (3), w (2)
gw (3)
dZ (4), y (4) ‚
tS(3), kw(1) ‚
Bàsà&a,
les
(3)
(18)
(11)
(13)
(3)
Tableau des réflexes de *C1. Entre parenthéses figure le nombre de correspondances dont
nous disposons pour chacun des réflexes.
— Dans la première colonne de ce tableau se trouve le réflexe non
conditionné pour chacune des occlusives de la proto-langue.
— Dans la deuxième colonne figure le réflexe soumis à un conditionnement
morphophonologique pour les thèmes appartenant aux classes 9 et 10. Dans ce
genre, on trouve le réflexe direct pour les voisées et les non voisées. De plus, on
remarquera que les occlusives voisées n'apparaissent que dans ce contexte .
— Dans la troisième colonne nous trouvons le réflexe soumis à un
conditionnement phonétique en relation avec le timbre de *V1:
. le réflexe semi vocalisé de la dentale voisée : *d > y / -i, Çi
. le réflexe palatalisé de la vélaire voisée : *g > tS / - Çi
Pholia 6-1991
183
Les autres conditionnements vocaliques s'entendent dans le cadre d'une suite
de deux voyelles, il s'agit alors :
. du réflexe affriqué des dentales : *t > tS, *d > dZ / - V-ouverte
. du réflexe labio-vélaire des vélaires et de la bi-labiale voisée : *k > kw, w,
*g > kw, *b > gw / - u, Çu.
Ces deux types de conditionnement, morphophonologique et vocalique, ont
été proposés par Janssens (1982).
— Enfin dans la dernière colonne on voit que certaines occlusives du protobantu (*p, *t, *k, *d, *g) s'amuïssent assez fréquemment en Bàsà&a.
Toutefois, les conditionnements vocalique et morphophonologique évoqués cidessus ne permettent pas d'en rendre compte. C'est donc ce problème que nous
allons aborder maintenant en examinant de plus près la totalité des réflexes zéro
trouvés dans notre corpus.2
2 . LE CONDITIONNEMENT DES REFLEXES ZERO
Les exemples sont des radicaux verbaux ou des thèmes nominaux appartenant
aux différents genres utilisés par la langue, à l’exception des classes 9 et 103. En
*V1, les timbres vocaliques sont largement représentés sauf /Çi/4.
2.1. Amuïssement des occlusives non voisées
2.1.1. Réflexes ‚ de *p :
*p´Kà, y´Kà
*pákùd*púté
2.
3.
4.
> h-èé, 19/13
> h-$ak, 19/13
> dZ-$Or, 5/6
feu
castré
furoncle
Le corpus sur lequel nous avons travaillé comporte 330 correspondances.
Le rôle stabilisateur du préfixe nominal de classe 9 et 10 est discuté au paragraphe 3.2 .
Le rôle de cette voyelle super-fermée est discuté au paragraphe 3.1 .
184
Pholia 61991
Les exemples d'amuïssement de la bilabiale non voisée sont peu nombreux.
On verra au paragraphe 2.2.1. que, pour la bilabiale voisée, il n'y a même aucun cas
attesté de réflexe zéro. .
2.1.2. Réflexes ‚ de *t :
*t´K
>
*t´Kmà >
*téndé >
*táp >
*tátù >
*tádè >
*támb >
*támbò >
*táNg >
ÉÉ, 7/8
`N-Ém, 3/4
l`K-én, 5/6
áp
áà
l`K-áá, 5/6
ámb
ámb, 7/8
áNg
arbre
coeur
palmier à huile
puiser
trois (numéral)
rocher
chasser
piège
lire, compter
*tàNgò
*tóndò
*túm
*túNg
*tú
*tú,túé
*t´Çud
*t´Çum
*t´Çukù
>
>
>
>
>
>
>
>
>
h-àNgáá, 19/13soleil
`N-´Ond,3/4 faîtage
´Om
envoyer
´ON
construire
`N-´O, 3/4 tête
óó, 9/6 oreille
óó
forger
óm
piquer
ú, 9/6
nuit
2.1.3. Réflexes ‚ de *k
*k´Kdà
*kátà
*kád`ÇK
*kád&a
*káyá
*kúbÇù
>
>
>
>
>
>
Nw-$El, 3a/6
dZ-àrá, 5/6
Nw-àá, 1a/2
dZ-àlá,5/6
h-$ay, 19/13
dZ-$op,5/6
queue
coussinet de tête
épouse
crabe
feuille
nombril
*kúmÇ`K >
*kù&a >
*k´uNgù >
*k´Çum >
*k´Çumb&a >
*kÇ&utà >
dZ-$om, 5/6 dix
y-ò&o, 7/8 igname
dZ-$oN, 7/8 houe
y-$Om, 7/8 richesse
dZ-$Omp,5/6 charge
m-ò&o, 5/6 huile
Au vu de ce corpus, un conditionnement apparaît puisque l'on constate que
l'amuïssement des occlusives non voisées ne se produit que devant une voyelle
portant un ton haut .
Il n'y a, sur l'ensemble du corpus, que deux exceptions à cette régle :
*tàNgò5 > h-àNgáá, 19/13 "soleil", correspondance pour laquelle on attendrait
un maintien de *C1 devant voyelle à ton bas. Toutefois, celle-ci présente un réflexe
5. Guthrie et Meeussen proposent une autre reconstruction pour "soleil" avec un schème tonal
*H-B : *j&ubà
Pholia 6-1991
185
tonal irrégulier, car la réalisation BH, pour les thèmes à initiale vocalique, est, en
Bàsàá, attendue à partir de *HB ou *HH, mais non à partir de *BB. En ce qui
concerne *kùá > y-òó, 7/8, "igname", cette correspondance est la seule du
corpus trouvée à partir d'un *CVV de type *BH, et il est donc difficile de savoir si
nous nous trouvons face à une correspondance régulière ou irrégulière.
Pour les étymons à initiale *k, on remarquera l’absence de radicaux verbaux.
Ceci est certainement à mettre en relation avec le réflexe w, qui n'est présent que
devant une voyelle à ton haut. On peut supposer qu'après la chute de *k devant
voyelle à ton haut, la voyelle du préfixe infinitif de classe 15 (*ku) a été
réinterprétée comme initiale de thème et a subi l'évolution phonétique décrite au
paragraphe 1 (*u, *Çu > w / -V).
2.2. Amuïssement des occlusives voisées
2.2.1. Réflexe ‚ de *b
On remarque l' absence de réflexe ‚ pour la bilabiale voisée, ce que l'on peut
peut-être expliquer par la forte présence du réflexe implosif /B/.
2.2.2. Réflexes ‚ de *d :
*d`ÇKtù
*d`Kd
*d`Kdó
*dànd
*dàp
*dòg
*dògÇù
>
>
>
>
>
>
>
èr
`E`E
mà-èá, 6
àndàl
àp
`Ok
mà-`Ok, 6
être lourd
pleurer
deuil
ramper
être long
maudire
vin
*dùNgò
*dÇùt
*dÇùm
*dÇùb
*dÇùmbí
*dÇùndè
>dZ-òNgà, 5/6 articulation
> òr
tirer
> òm
gronder
> ù∫`E
tremper
> òôm, 7/8 averse
> `Ond, 7/8 nuage
2.2.3. Réflexes ‚ de *g :
*gìyé > y-ìì, 7/8 oeuf couvé
*gàmbò > dZ-àm, 5/6 affaire
*gàNgà > y-àN, 7/8
médicament
186
Si on ne constate que trois cas d'amuïssement de
Pholia 61991
*g, on
remarque parallèlement un grand nombre de réflexes présentant une désonorisation : *g > k.
Après l'examen des correspondances présentées ci-dessus il devient clair que,
pour les occclusives voisées, l'amuïssement ne se produit que devant une voyelle à
ton bas, et ce dans tous les cas. Qu'il s'agisse des occlusives sourdes ou des
occclusives voisées, le contexte qui conditionne l'amuïssement est donc toujours
d'ordre tonal.
2.3. Tons et consonnes
L'interaction consonnes-tons a des effets connus mais seule, jusqu'à présent,
l'influence de la consonne sur le ton a été retenue. Voici un très bref rappel de ce que
l'on sait sur la question :
- En diachronie, une perte de distinction segmentale de type voisée / non
voisée peut générer une opposition tonale de type bas / haut6 .
- En synchronie, différentes études montrent que le type de consonnes
intervient pour bloquer soit une règle d'extension tonale7 — par exemple en ngizim,
les occlusives non voisées bloquent l'extension du ton bas, tandis qu'en bade les
occlusives voisées bloquent celle du ton haut — , soit une règle d'assimilation tonale
comme en ewe, où un ton bas porté par la syllabe initiale d'un thème devient moyen
lorsqu'il est suivi par un ton haut sauf si la consonne initiale est une occlusive
voisée.
Dans le cas qui nous intéresse, si on reste bien dans une relation occlusive
non voisée - ton haut et occlusive voisée - ton bas, le fonctionnement diffère puisque
c'est le ton qui conditionne l'évolution de l'occlusive.
6
7
Voir Haudricourt (1971), Hombert (1976, 1984).
Voir Schuh (1978).
Pholia 6-1991
187
3. CONTEXTES NEUTRALISANTS
Si tous les cas d'amuïssement font bien référence à un contexte tonal en
relation avec le degré de sonorité de l'occlusive, ce même environnement tonal n'est
pas toujours efficace puisque un certain nombre de correspondances conservent un
réflexe direct. Nous allons étudier ces correspondances et voir à quels autres
conditionnements elles sont soumises.
3.1. *V1 = i
Ç
*t´ÇKm > tém
*t´ÇK´ÇKtú > t´Kr´K, 7/8
*t´ÇKnd`K > t´KK´ nd`K, 7/8
creuser
animal
talon
*k´ÇKNgò > h`K-k´KN, 19/13
*d`ÇKb
> yììp
cou
fermer
Quand *V1 = Çi la langue conserve un réflexe direct, ou un réflexe palatalisé
dans le cas de la dentale sonore. Le rôle de cette voyelle a été largement illustré en
linguistique bantoue.
3.2. Classe 9, 10
*túdò
*kódá
*kéédò
*kúndè
*k´Çubà
>
>
>
>
>
tól, 9/10
k´O´O, 9/10
kÉl, 9/6
kón, 9/10
kóp, 7/8
poitrine
escargot
jour
fêve
poulet
*kákà
*k´ÇudÇù
*d`ÇiNg
*dùdù
>
>
>
>
ká, 9/10
kúl, 9/10
n-dèNg, 9/10
n-dùrù, 9/10
pangolin
tortue
amour
amertume
Aux classes 9 et 10 le réflexe est toujours direct. Le mot pour "poulet" n'est
sans doute pas une exception puisque l'étymon a été reconstruit en classe 9/10 et
qu'il semble avoir subi un transfert récent en classe 7/8. En effet, il est encore
188
Pholia 61991
employé en 9/10 par les babimbis8 (cf Lemb et de Gastines 1973). On peut donc
justifier le réflexe direct par l'ancien PN à nasale homorganique des classes 9 et 10.
3.3. Lieu d'articulation de *C2 :
*tédàm
*tád`K
*tón`ÇK
*t´Çu´Çut´Çu
*k´KNg
>
>
>
>
>
téé
`n-tÉl, 3/4
l`K-t´On, 5/6
l`K-túr, 5/6
kéN
dresser
longueur
tache
bosse
protéger
*káNgà
*dèd
*dàdà
*dùt
>
>
>
>
`N-kwáN, 3/4
l`El
`n-làl, 3/4
l`O`O
pintade
bercer
petit-fils
dépasser
Les exemples ci-dessus sont reconstruits avec, en position C2, une occlusive
appartenant au même lieu d'articulation que *C1. Ce contexte a pu être stabilisateur
pour *C1.
3.4. Autres cas
Un exemple mérite une explication particulière :
*t&a > gw-èr, 8
guerre
On était en mesure d'attendre un amuïssement de la dentale non voisée
puisque la voyelle radicale est reconstruite avec un ton haut, or tel n'est pas le cas.
Etant donné le timbre de V1 et la réalisation tonale basse, il est possible d'analyser
V1 = /e/ comme correspondant à l'ancienne voyelle du PN de classe 8 qui a été
reconstruit sous la forme *bi , et de supposer que *V1 = /&a/ est tombée9 avant
d'avoir influencé *C1.
8. Mboui (1967) distingue 3 parlers en Bàsà&a mbènè : celui des montagnards babimbi, celui
des bikok et celui des likol. Il existe entre ces 3 parlers des variations phonétiques et
morphologiques qui permettent de situer l'origine d'un locuteur. Notre corpus a été recueilli auprés
d'un locuteur likol, tandis que le dictionnaire de Lemb et de Gastines(1973) et l'étude de Janssens
(1982) reposent sur le parler babimbi.
9. Ce fonctionnement n'est pas isolé car d'autres items de la langue ont suivi la même
évolution : *d&a > y-èl 7/8 pou
*ntù > m-ùr / B-òr 1/2 homme.
,
;
,
Pholia 6-1991
189
Enfin, il nous reste 8 correspondances :
*támb´K>
*t´Çub >
*kádà >
*kódè >
támb, 7/8
tóp
kálàk, 7/8
`N-k`Ol, 3/4
chaussure
percer
charbon de bois
captif
*dìmbò
*dòNgò
*dù
*dà
>
>
>
>
yìmb`E, 7/8
l`ON, 7/8
dZ`O
`n-là, 3/4
signe
peuple
se battre
intestin
On notera :
- que : *támb´K est reconstruit en classe 11/10. Il se peut qu'un ancien PN
nasal non syllabique soit responsable du maintien de *t , d'autant que dans les
langues du groupe A 70 les correspondances pour cet étymon fonctionnent dans le
genre 9/6 ou 9.
- que le mot pour "captif" a un réflexe tonal irrégulier et que celui pour
"charbon de bois" a en C3 une consonne identique à C1.
Pour les autres cas, nous n'avons pas à l'heure actuelle d'explication
satisfaisante.
C ONCLUSION
D'après ce que nous venons de décrire, il apparaît qu'un nouveau type de
conditionnement, d'ordre tonal, est responsable de l'amuïssement des occlusives
initiales en Bàsà&a puisque, tous les réflexes zéro des occlusives non voisées
proviennent d'une racine portant un ton haut sur *V1, et tous les réflexes zéro des
occlusives voisées proviennent d'une racine portant un ton bas sur *V1.
D'autre part, comme la grande majorité des réflexes se répartissent en réflexe
direct et réflexe zéro, le fait de proposer un nouveau conditionnement pour tous les
cas d'amuïssement de *C1 permet de dire qu'il est désormais possible d'expliquer
l'évolution des phonémes de cette langue sans qu'il soit nécessaire de supposer un
dédoublement du système consonantique de la proto-langue.
190
Pholia 61991
REFERENCES
DIEU M.
& P. RENAUD (1983), Atlas linguistique du Cameroun, Yaoundé - Paris :
CERDOTOLA - ACCT
GUTHRIE M. (1967-70), Comparative Bantu, 4 vol., Gregg International Publishers.
HAUDRICOURT A. G. (1971), "L'apparition des registres des langues à tons
ponctuels", Actes du 7ème congrès international des sciences phonétiques,
Montréal, pp 895-896.
HOMBERT J. M. (1976), "Consonant Types, Vowel Quality, and Tone", in Tone : a
Linguistic Survey, edited by V. A. Fromkin, Academic Press, pp. 77-104.
HOMBERT J. M. (1984), Phonétique expérimentale et diachronie : application à la
tonogénèse, Thèse d'état, 2 vol., Aix-en-Provence.
JANSSENS B. (1982), "Eléments de phonologie et de morphologie historique du
basaa (bantou A.43a)", Africana Linguistica VIII, pp. 148-211, Tervuren :
Musée royal de l'Afrique centrale.
LEMB P.& F. DE GASTINES (1973), Dictionnaire Basaa-Français, Collège
Libermann, Douala, 538 p.
MBOUI J. (1967), Mbog Liaa, le pays de la grotte ou le savoir social du peuple
Basa, textes et documents Basa (sud-Cameroun), thèse de doctorat de 3ème
cycle, 2 vol., Université de Bordeaux.
MEEUSSEN A. E. (1969), Bantu Lexical Reconstructions, Tervuren.
SCHUH R. G. (1978), "Tone Rules", in Tone : a Linguistic Survey, edited by V.A.
Fromkin, Academic Press, pp 221-254.
VAN LEYNSEELE H. & J. STEWART (1980), "Harmonie consonantique en pré-Nen",
L'Expansion Bantoue, tome 2, pp. 421-433, Paris : SELAF.
191
Pholia 6-1991
ETUDE DIALECTOMETRIQUE ET LEXICOSTATISTIQUE
DU GROUPE B 30 (GABON)
Lolke J. Van der Veen
Abstract
This dialectometrical and lexicostatistic study of the B 30 language group
reveals that there exists a well-defined subgroup consisting of three very closely
related languages, that there is a more marked distance between it and the other
languages, and that fie-tsOfiO occupies a central position. This confirms earlier
observations, based upon a comparative study of the phonology and the
morphology of the languages of this group.
1. INTRODUCTION
La comparaison des différents lexèmes recueillis pour les six parlers du
groupe B 30 (groupe linguistique du Gabon décrit plus précisément dans VAN DER
VEEN (1991))1 et l'étude dialectométrique et lexicostatistique que je présenterai ici
permettront tout d'abord d'avoir une idée un peu plus précise de la distance relative
entre les parlers en question, mais aussi de procéder à l'élaboration d'une sousclassification pour ce groupe.
2. ETUDE DIALECTOMETRIQUE ET LEXICOSTATISTIQUE
Pour ce qui est de la partie dialectométrique de cette étude, je m'inspire au
moins partiellement d'un article de MOUS et BREEDVELD (1986) où la méthode
dialectométrique2 est appliquée aux langues bantoues des groupes A 40 à A 60,
parlées au Cameroun. Je suivrai ici une démarche semblable. Il s'agira de mesurer la
1
Le groupe comprend le fie-tsOfiO (T), le fie-∫ia (Vi),
pinzi (P), l' o-kande (K) et le fie-himba (H).
2
Voir MÖHLIG (1977 et 1978).
le
fie-∫o∫e (Vo),
le
fie-
Pholia 6-1991
192
distance entre les six parlers à travers une comparaison systématique, ayant pour
objectif l'élaboration d'une matrice de similarité regroupant des pourcentages
pondérés dont on peut assumer qu'ils sont représentatifs du degré de ressemblance
entre les parlers concernés.
Une telle étude n'est de toute évidence pas une fin en soi. Elle doit s'insérer
dans le cadre d'une analyse plus vaste, dépassant largement le simple plan lexical.
Mais elle peut être intéressante dans la mesure où elle peut confirmer ou, au
contraire, contredire des observations faites dans d'autres domaines telles que la
phonologie et la morphologie comparées. La procédure suivie est simple. Les
quelques commentaires qui suivent l'expliciteront.
Comme pour certaines entrées du corpus3 (voir annexe I) je ne disposais pas
de suffisamment de données, j'ai d'abord réduit le nombre d'entrées de 159 à 138
pour toutes les paires de parlers où l’o-kande (K) ne figurait pas. Pour les paires
faisant intervenir K (les paires x/K), il était difficile d'aller au-delà de 92. Bien
évidemment j'ai tenu compte de cela dans les calculs. J'ai ensuite calculé le
pourcentage pondéré de similarité pour chaque paire de parlers. Voici les détails de
ce calcul. J'ai attribué, en suivant MOUS et BREEDVELD (1986) :
- 4 points si pour une entrée donnée les lexèmes étaient identiques ou s'ils ne
différaient que par des correspondances phonétiques régulières ;
- 3 points si les lexèmes présentaient une différence morphologique (changement
de classe, intégration de la voyelle préfixale à la base nominale, etc.) ;
- 2 points s'il y avait une différence phonologique (essentiellement en cas de
correspondances irrégulières) ;
- 1 point si les lexèmes présentaient deux différences à la fois (morphologique
et/ou phonologique) ;
- 0 point s'il s'agissait de deux racines différentes.
Le tableau présenté dans l'annexe II de cet article présente l'ensemble des
valeurs attribuées, qui ont servi d'entrées au calcul des pourcentages pondérés. Les
3
Il s'agit de listes de mots mises au point pour l'élaboration d'un Atlas linguistique du
Gabon (projet ALGAB de LAPHOLIA).
Pholia 6-1991
193
numéros des entrées figurant dans la colonne de gauche du tableau renvoient aux
entrées du corpus présenté dans l'annexe I.
Après avoir calculé la somme des valeurs obtenues pour chaque paire (voir
tableau 1 ci-dessous), j'ai divisé cette somme par la valeur maximale, c’est-à-dire soit
552 (138x4), soit 368 (92x4) pour les paires x/K.
T
349
Vi
Vo 310
330
Vo
P
326
257
243
P
K
237
172
169
298
K
H
357
275
267
474
303
Vi
Tableau 1.
Matrice de valeurs servant au
calcul des pourcentages de
similarité.
Les résultats multipliés par 100 donnaient enfin le pourcentage de similarité
pour chaque paire de parlers :
valeur totale obtenue pour les 138 (ou 92) entrées
------------------------------------------------------------------ x 100 = x % de similarité
valeur maximale (552 ou 368)
Pholia 6-1991
194
Voici la matrice de similarité obtenue :
T
Vi 63,2
Vi
Vo 56,2 59,8
%
Vo
P
59,1 46,6
44,0
K
64,4 46,7
45,9 81,0
H
64,7
48,4
Tableau 2.
49,8
P
85,9
K
82,3
Matrice des pourcentages
de similarité obtenus.
Ces pourcentages font apparaître :
(a) que les parlers fie-pinzi (P), o-kande (K) et fie-himba (H) sont
clairement séparés du reste et forment un sous-groupe bien distinct, défini
par des pourcentages allant de 81 à 85,9 % ;
(b) qu'à l'intérieur de ce sous-ensemble, P et H se ressemblent le plus avec un
taux de similarité de l'ordre de 86 % ;
(c) que le pourcentage le plus élevé par lequel le sous-groupe K(P/H) est relié
aux autres parlers atteint à quelques points près les 65 %. Il s'agit du fietsOfiO (T) qui apparaît donc comme le plus proche des trois parlers restants ;
(d) qu'ensuite le fie-∫ia (Vi) s'avère être le plus proche de T (63, 2 %)4 ;
(e) que le fie-∫o∫e (Vo), qui se situe à 59,8 % par rapport à Vi et à 56,2 % par
rapport à T, est le plus éloigné de K(P/H) (entre 44 et 48,4 %) ;
4
Face à cela, il est tout de même assez surprenant que T appartienne à l'ensemble K(P/H) à
un niveau de 59 à 65 % et Vi à un niveau de 46,5 à 50 % seulement!
195
Pholia 6-1991
(f) que par rapport au sous-ensemble défini ci-dessus les trois autres parlers se
rapprochent proportionnellement le plus de H et le moins de P, alors que H
et P apparaissent comme très proches entre eux ;
(g) que T, enfin, se trouve pratiquement à mi-chemin entre Vi d'une part et
K(P/H) d'autre part et occupe ainsi une position assez centrale.
Afin de visualiser les résultats, il est possible de suivre plusieurs méthodes de
regroupement et de faire appel à plusieurs types de représentations, chacune ayant à
la fois des avantages et des inconvénients. Aucune d'entre elles n'est à elle seule
entièrement satisfaisante. J'opterai ici d'abord pour quelques représentations
arborescentes5. La première est construite selon le principe du voisin le plus proche
(Nearest Neighbour : NN), la deuxième selon le principe du voisin le plus éloigné
(Furthest Neighbour : FN) et la troisième selon le principe de la moyenne des
distances entre les différentes branches (Branch Average : BA)6.
Voici les résultats de l'analyse des regroupements (Cluster Analysis) sur
lesquels les différentes représentations arborescentes présentées ci-après (figures 1
à 3) s'appuient :
NN
FN
BA
1g_x : 1g_y ; 1/1000
1g_x : 1g_y ; 1/1000
1g_x : 1g_y ; 1/1000
regroupement #1
4 : 67 ;
8598
4:6;
859
4:6;
859
regroupement #2
4:5;
823
4:5;
810
4:5;
817
regroupement #3
1:4;
647
1:3;
632
1:3;
632
regroupement #4
1:3;
632
1:2;
562
1:2;
580
regroupement #5
1:2;
598
1:4;
440
1:4;
508
5
Même si stricto sensu une étude dialectométrique n'aboutit pas à une représentation de ce
genre. Les résultats de l'étude dialectométrique (sous forme de matrice de similarité dialectométrique) servent ici d'entrée aux calculs lexicostatistiques.
6 Je remercie Thilo SCHADEBERG, professeur à l’Université de Leiden, d'avoir mis à ma
disposition son programme de calcul lexicostatistique.
7 Lire 1=T, 2=Vo, 3=Vi, 4=P, 5=K et 6=H. N.B. au deuxième niveau 4 = le regroupement
(4 : 6), au troisième niveau 4 = le regroupement ((4 : 6) : 5). Et ainsi de suite.
8 Pour obtenir les pourcentages correspondants, diviser par dix.
Pholia 6-1991
%
100
T
P
H
K
Vi
Vo
90
80
70
60
50
Figure 1.
%
100
Représentation arborescente construite à l'aide des
pourcentages de ressemblance calculés pour les parlers
du groupe B 30 et selon le principe du voisin le plus
proche (Nearest Neighbour).
T
Vi
Vo
P
H
K
90
80
70
60
50
40
Figure 2.
Représentation arborescente construite à l'aide des
pourcentages de ressemblance calculés pour les parlers
du groupe B 30 et selon le principe du voisin le plus
éloigné (Furthest Neighbour).
196
Pholia 6-1991
%
100
T
Vi
Vo
P
H
197
K
90
80
70
60
50
Figure 3.
Représentation arborescente construite à l'aide des
pourcentages de ressemblance calculés pour les parlers
du groupe B 30 et selon le principe de la moyenne des
distances entre les différentes branches (Branch Average).
Les trois représentations précédentes font toutes apparaître deux branches
principales. Toutefois leur nature ainsi que la profondeur à laquelle elles sont reliées
varient d'une représentation à l'autre. Pour le premier "arbre" (fig. 1), la première de
ces deux branches a trois sous-branches (T, P/H/K et Vi), dominées par un noeud
qui se situe à un niveau de 65% environ, alors que la seconde (Vo) n'en a pas. Les
branches principales sont reliées à un niveau de profondeur de 60% environ. Dans
le second schéma arborescent (fig. 2), les deux branches principales sont reliées à
un niveau de 45% environ et n'ont pas la même configuration que dans la
représentation précédente. Chacune d'elles possède deux sous-branches : T/Vi et Vo
pour la première branche principale et P/H et K pour la seconde. Le noeud qui
domine les sous-branches P/H et K se situe autour de 80%, comme dans les autres
représentations. Pour les sous-branches T/Vi et Vo le noeud se situe à environ 55%.
La troisième représentation (fig. 3) ne se distingue de la précédente que par le fait
que le noeud qui domine les sous-branches T/Vi et Vo s'y situe autour de 60%. Les
Pholia 6-1991
198
deux branches principales y sont reliées à un niveau de profondeur de 50%
environ9.
L'un des inconvénients de cette forme de représentation est qu'elle ne fournit
aucune information précise sur la distance entre par exemple Vo et H, et cache en
quelque sorte la complexité des rapports. La situation des parlers du groupe B 30 et
de bien d'autres parlers du Gabon est celle évoquée par Hock (1986) :"In short, the
linguistic relationship between neigbouring dialects of the same language very
commonly cannot be stated in terms of tree diagrams. This is a consequence of the
fact that these speech varieties remain mutually intelligible, stay in close contact,
and therefore continue to interact with each other on a day-to-day basis, with
shifting realignments as political and social circumstances change. It is therefore
unrealistic to expect clear, 'tree-diagram' splits in such dialect continua." Même si
pour tous les parlers du groupe B 30 les contacts ne sont plus forcément de l'ordre
du quotidien, la situation attestée dans la zone en question n'est pas moins complexe,
ne serait-ce qu'à cause de l'interaction relativement importante10 avec des parlers
appartenant à d'autres groupes linguistiques.
Un deuxième moyen graphique de représenter le degré de similitude fait
apparaître de façon un peu plus précise la complexité des rapports. Il s'agit du
diagramme (ou cartogramme) suivant, qui se fonde sur des trous dans la séquence
des pourcentages de similarité :
9
Si pour le calcul de la matrice de similarité on prend en compte la totalité des 159 entrées
du corpus et si l'on ignore les irrégularités phonétiques et morphologiques, les résultats sont
légèrement différents. Dans l'arbre construit selon le principe NN, T apparaît comme plus proche
de P/H/K (même sous-branche). Dans une représentation de type BA, T, Vo et Vi constituent trois
sous-branches de la première branche principale. Th. SCHADEBERG, communication personnelle.
10 Par exemple les mariages inter-ethniques.
199
Pholia 6-1991
T
Vo
K
P
H
Vi
81,0 - 85,9 %
56,2 - 64,7 %
absence de tracée
Figure 4.
44,0 - 49,8 %
Autre représentation graphique des degrés de similitude calculés pour
les parlers du groupe B 30. Celle-ci rend mieux compte de la
complexité des rapports. Des trous dans la séquence des pourcentages
sont à la base de la construction de ce diagramme.
Ce schéma fait ressortir la position centrale de T par rapport à l'ensemble
P/H/K d'une part et par rapport aux parlers Vi et Vo d'autre part. Il ne permet pas
par contre d'avoir une idée plus précise des degrés de proximité à l'intérieur de
chaque réseau défini.
3. CONCLUSION
Malgré ses imperfections, cette étude à la fois dialectométrique et lexicostatistique a livré des résultats qui confirment en très grande partie ce que j'ai déjà
observé dans les domaines de la phonologie et de la morphologie (Voir VAN DER
VEEN (1991)), en particulier la grande similarité entre les parlers P, K et H, formant
très clairement un sous-groupe bien défini, cohérent et homogène, l'éloignement
relatif des trois autres parlers et la position centrale du parler T. Dans la mesure où
les résultats obtenus ici peuvent nous renseigner sur l'évolution historique du
groupe, tout donne à penser que les parlers P, K et H se sont séparés les uns des
Pholia 6-1991
200
autres le plus récemment et qu'ils constituent en fait trois variantes dialectales très
proches d'un même parler11.
Pour ce qui est des autres parlers, les données sont moins claires. La
comparaison des trois représentations arborescentes présentées ci-dessus, fait
apparaître que la nature du rapport de ces parlers avec l'ensemble P/K/H est
beaucoup plus difficile à cerner et qu'il y a, à cause de ce flou et à cause des écarts
faibles, des raisons pour les considérer comme deux ou trois branches séparées. Si
l'on considère que des écarts inférieurs à 10 % sont insuffisants pour établir des
branches séparées -vu la situation géolinguistique en question, un tel point de vue se
justifie à mon avis- on arrive à une représentation arborescente ayant quatre
branches, dont une comporte trois sous-branches se séparant à un niveau de 80 %
environ. Les quatre branches se rejoignent à une profondeur de 45 %. L'arbre
présenté à la figure 1 se rapproche le plus d'une telle représentation et en plus rejoint
largement les faits dégagés antérieurement dans les domaines de la phonologie et de
la morphologie comparées.
REFERENCES
HOCK H.H. (1986), Principles of Historical Linguistics, Berlin : Mouton de Gruyter.
MÖHLIG W. J. G.
(1977), "Dialektgrenzen und Dialektkontinuen im Bantusprachgebiet von Kenia : Zum Problem der Grenzfindung und Grenzgewichtung",
communication faite lors du 'Internationales Symposion - Zur Theorie des
Dialektes - à Marburg en 1977 (paru dans les Actes de ce Symposium).
MÖHLIG W. J. G. (1978), "Versuch einer historischen Gliederung der nordöstlichen
Bantusprachen auf lautvergleichender Grundlage", Afrika und Uebersee, 61,
pp. 175-198.
MOUS M. et A. BREEDVELD (1986), "A dialectometrical study of some Bantu
languages (A.40 - A.60) of Cameroon", in La méthode dialectométrique,
11
Dans ma thèse, ce dernier a reçu l'appellation Okani Nord. A ce propos, je tiens à rappeler
une fois de plus que le choix du terme Okani est largement arbitraire. Il ne fait pas l'unanimité des
locuteurs de ce groupe linguistique. D'autres termes existent pour le désigner, tel que Mbèmbè.
Pholia 6-1991
201
appliquée aux langues africaines, GUARISMA G. et W.J.G. MÖHLIG (éd.),
Sonderdruck, Berlin : Dietrich Reimer Verlag, pp. 177-241.
VAN DER VEEN L. J. (1991), Etude comparée des parlers du groupe Okani -B 30
(Gabon), Thèse de doctorat d'Université, Université Lumière-Lyon 2.
Pholia 6-1991
202
ANNEXE I
Corpus principal de cette étude. Il s'agit de listes de mots mises au point pour
l'élaboration d'un Atlas linguistique pour le Gabon (projet ALGAB de LAPHOLIA).
Pholia 6-1991
203
Pholia 6-1991
204
Pholia 6-1991
205
Pholia 6-1991
206
Pholia 6-1991
207
Pholia 6-1991
208
Pholia 6-1991
209
Pholia 6-1991
210
Pholia 6-1991
211
ANNEXE II
Tableau des valeurs attribuées, ayant servi d'entrée au calcul des pour-centages
pondérés. Les numéros des entrées figurant dans la colonne de gauche du tableau
renvoient aux entrées du corpus principal présenté dans l'annexe I. T = fie-tsOfiO,
Vi = fie-∫ia, Vo = fie-∫o∫e, P = fie-pinzi, K = o-kande et H = fiehimba.
Pholia 6-1991
212
Pholia 6-1991
213
Pholia 6-1991
214
Pholia 6-1991
215
Pholia 6-1991
216
Pholia 6-1991
217
Pholia 6-1991
219
LE SYSTEME TONAL DU GE-VIA (GABON)
Lolke J. Van der Veen
Abstract
The fiè-∫&Kà language belongs with five other languages to the B 30 bantu
group and is spoken in merely one village situated on the right bank of the river
Ngounié, opposite Fougamou, in Gabon. The most outstanding characteristic of its
tone system is tone spreading : the underlying high and low tones spread to the
right. This tone spreading is conditioned by the nature of the following underlying
tone. High tone bridges occur on domains defined by spread tones. The apparent
absence of spreading and high lowering observed in certain cases can be explained
by the presence of underlying floating tones.
1. INTRODUCTION
L’esquisse que Colette MARCHAL-NASSE (1979) a proposée de la phonologie
et de la morphologie du fie-tsOfiO ainsi que mes propres travaux sur le fie-∫o∫e
(VAN DER VEEN, 1986 et 19871) font apparaître que les parlers du groupe B 30 ont
connu au moins deux évolutions différentes du point de vue tonal. Le fie-∫o∫e,
très innovateur dans sa syntaxe, se montre très conservateur pour ce qui est des tons
: les tons du Proto-Bantou ont des réflexes directs dans l’écrasante majorité des cas
et les tons sous-jacents ne font l’objet d’aucun déplacement. Quatre schèmes
principaux sont attestés pour l’ensemble des lexèmes nominaux : /H/, /B/, /HB/ et
/BH/, et deux grandes classes tonales pour les verbes. Ces mêmes classes (quatre
pour les noms et deux pour les verbes) se retrouvent en fie-tsOfiO, mais ici,
d’après l’analyse de MARCHAL-NASSE, les tons sous-jacents, les bas comme les
hauts, font l’objet d’un report : ils se déplacent de façon régulière et systématique
vers la droite.
1. Le nom pouvi utilisé dans les titres des travaux indiqués désigne l’ethnie plutôt que la langue.
Pholia 6-1991
J’ai voulu savoir ce qu’il en est du
220
fie-∫ia, un parler en voie de disparition
qui du point de vue lexical se trouve à distance égale entre les deux parlers
mentionnés ci-dessus mais qui a été fortement influencé par l’eshira, langue
appartenant à un groupe linguistique avoisinant, le B 40. Un court article de Jean
BLANCHON (1988) sur le fie-∫ia montre à travers un nombre réduit de contextes
que le système tonal est toujours en place, mais les données font entrevoir que celuici ne livrera pas aussi facilement ses secrets. On retrouve les quatre schèmes pour
les noms et les deux grandes classes pour les verbes, mais les tons ne se trouvent
pas à leur place du point de vue diachronique. Les choses ne sont donc pas aussi
limpides qu’en fie-∫o∫e. Alors le fie-∫ia est-il à rapprocher du fie-tsOfiO,
avec lequel il partage de nombreux traits syntaxiques ? Ou bien possède-t-il un
troisième type de système tonal, se rapprochant davantage de celui de l’eshira ?
Lors d’un séjour au Gabon, j’ai pu étudier ce système de plus près en
examinant un plus grand nombre de contextes avec plusieurs locuteurs. Je me
propose ici de présenter l’essentiel de ce travail et de dégager les grandes lignes du
système.
L’analyse se poursuit actuellement. Quelques problèmes mineurs, ne mettant
pas en cause les grandes lignes présentées ici, restent à résoudre. Pour des raisons
pratiques, je traiterai d’abord des lexèmes nominaux dissyllabiques et des verbes
(ainsi que des rapports entre ceux-ci dans l’énoncé). Les autres types de lexèmes
nominaux seront discutés ensuite.
2. INVENTAIRE DES RÉALISATIONS TONALES
J’ai relevé les réalisations suivantes : [H], [HB] (haut descendant), [B] (bas
stable), [B\] (bas tombant), [BH] (bas montant). L’apparition de certaines d’entre
elles est clairement conditionnée par le contexte. Le ton bas tombant n’apparaît
qu’en finale absolue et le ton bas montant ne figure que devant une pause à
l’intérieur de l’énoncé. Ils contribuent ainsi à la structuration de l’énoncé. C’est tout
ce qui peut être dit pour l’instant à leur sujet. Leur fonctionnement exact ne pourra
être élucidé que par une étude de textes.
Pholia 6-1991
221
Les autres réalisations aussi peuvent apparaître devant pause, mais leur
apparition n’est pas directement conditionnée par celle-ci. Elles apparaissent aussi
ailleurs. Pour ce qui est du ton haut descendant par exemple, il n’existe dans la
chaîne qu’un seul autre endroit où il puisse apparaître, à savoir l’avant-dernière
syllabe d’un énoncé. Ceci sera illustré par la suite.
3. ÉTUDE SYNTAGMATIQUE
L’analyse des tons étant assez complexe, elle sera présentée en plusieurs
étapes. Les tons des nominaux dissyllabiques et des verbes serviront de point de
départ. Ensuite l’analyse sera étendue aux nominaux monosyllabiques, trissyllabiques et ainsi de suite. Je terminerai cet article par une remarque sur les tons
des emprunts.
3.1. Contextes et profils
Seront présentés d’abord les principaux contextes étudiés avec les profils
tonals qu’on y relève.
3.1.1. Contextes étudiés pour les noms
Les lexèmes nominaux que j’ai retenus pour cette étude et dont mon
expérience des autres langues du groupe me permettait de présumer qu’ils pouvaient
être représentatifs des quatre classes tonales habituelles et a priori probables pour
les lexèmes dissyllabiques, sont les suivants (précédés de leur marque de classe) :
/BB/
/HH/
/mo-∫efia/
/e-bobe/
/koso/
‘esclave’
/mo-kwele/
/e-kondo/
/tsoso/
‘veuve’
/BH/
‘araignée’
‘perroquet’
‘carpe’
‘poule’
/HB/
/mo-fiEnda/
/o-papa/
/Ngando/
‘étranger’
/mo-fiEtO/
/fie-boto/
/mw-ana/
‘femme’
‘aile’
‘crocodile’
‘vieillard’
‘enfant’
Pholia 6-1991
222
/kema/
‘singe’
Voici les contextes avec les profils observés :
(a) en isolation (formes d’élicitation) :
-un seul profil :
B-BB
Aucune différenciation n’est observée donc.
(b) position sujet2 :
-deux profils :
B-BB (pour les présumés /BB/, /HH/ et /BH/)
B-BH (pour les présumés /HB/)3
(c) position complément unique4 :
-trois profils :
H-BB (/HH/ et /HB/)
B-HB (/BB/)5
B-HBB (/BH/)6
(HB = ton haut descendant)
N.B. La finale du verbe porte un ton haut devant des lexèmes à ton radical
/H/ dont le préfixe est /Ø-/ ou du type /CS-/ (préfixe non syllabique).
Exemples : §nàtòm&a mwànàç ‘j’envoie un enfant’ et §nàp`Ek&a
tsòsòç ‘je saisis une poule’.
(d) position premier complément :
-deux profils :
H-HH (/HH/ et /HB/)
H-HB1 (/BB/ et /BH/)
2. Cette position ne concerne que les nominaux et pas les préfixes pronominaux sujets.
3. Chez certains locuteurs on relève dans cette position les profils suivants : B-HB pour /HB/ et BBH pour /B/, /BH/ et /H/. Ce sont ces derniers profilss qu’on trouve dans BLANCHON (1988).
4. Voir aussi le corpus présenté sous 2.2.
5. Le ton du préfixe nominal est haut si celui-ci est précédé d'un autre haut en surface. Ex.
§àm&at&om&a m&o∫&efiàç 'il vient d'envoyer un esclave'.
6. Le ton du préfixe nominal est haut si celui-ci est précédé d'un autre haut en surface. Ce profil est
également relevé pour le fie-tsOfiO dans exactement la même position (voir MARCHAL-NASSE
(1979), annexe des énoncés dont l'analyse pose des problèmes).
Pholia 6-1991
223
N.B. Le premier profil est également possible pour les lexèmes nominaux
/BH/, lorsque ceux-ci sont suivis d’un lexème nominal à préfixe /Ø-/ ou de
forme CS et à ton radical sous-jacent haut.
(e) position deuxième complément :
-quatre profils :
B-BB (possible pour les quatre types examinés)
B-HB (/BB/)
B-HBB (/BH/)
H-BB (/HH/ et /HB/)
prem. compl.
/HB/
/BB/
/HH/
/BH/
fi&eb&ot&o
m&o∫&efià7
m&okw&el&e
m&ofi&Endà6
deux. compl.
deux. compl.
deux. compl.
deux. compl.
/BB/
/BH/
/HH/
/HB/
òpàpà
òpàpà
&opâpà
òpâpà
èkòndò
èkòndò
&ekòndò
&ekòndò
mòtèmà
mòtèmà
m&otèmà
m&otèmà
èbòbè
èbòbè
&eb&obè
èb&obè
Tableau 1. Vue d’ensemble des profils tonals obtenus dans le cas où
deux compléments suivent le verbe.
(f) syntagme complétif (N1 nominatif d’accord+connectif N2):
N1=/HB/
sg.
pl.
§mòfi`Et&O à fièbòtòç
§wàfi`Et&O wà fi&ebòtòç
N1=/BB/
sg.
pl.
N1=/HH/
sg.
pl.
§mòkwèlè &a fièbòtòç
§wàkwèlè wà fi&ebòtòç
§mò∫èfià à fièbòtòç
§wà∫èfià wà fi&ebòtòç
N1=/BH/
sg.
pl.
§mòfi`Endà &a fièbòtòç
§wàfi`Endà wà fi&ebòtòç
7. Le ton du préfixe nominal se réalise bas si celui-ci est précédé en surface d'un autre bas, et haut
si le préfixe nominal est précédé d'un autre haut phonétique.
Pholia 6-1991
224
On constate que le ton du morphème connectif est bas s’il est précédé d’une
base /HB/ ou /BB/, et haut s’il est précédé d’une base /HH/ ou /BH/. Le ton qui
se réalise sur le connectif est donc identique au ton sous-jacent de la finale des
noms. La tonalité des noms en position de complété (N1) est ici identique à celle
attestée en position sujet, mais dès que le syntagme complétif se trouve en
position de premier ou de deuxième complément, la tonalité change en fonction
de ces contextes. Ceci est illustré par l’exemple suivant :
§àm&at&om&e&a m&ofi&Et&O à fièbòt&o s&e mwànàç
‘il vient d’envoyer un enfant à la femme du vieillard’
On obtient les mêmes profils tonals pour N2 si on remplace le nom /fieboto/ par des représentants de chacun des trois autres types présumés, pourvu
que ceux-ci aient la même structure morphologique (lexème dissyllabique
précédé d’un préfixe syllabique).
Si un nom à préfixe /Ø-/ ou non syllabique et à ton radical /H/ occupe
cette dernière position, les tons se comportent de la manière suivante :
N1=/HB/
sg.
pl.
§kèm&a à mwànàç
§kèm&a dy&a mwànàç
N1=/BB/
sg.
pl.
N1=/HH/
sg.
pl.
§tsòsò &a mwànàç
§tsòsò dy&a mwànàç
§kòsò à mwànàç
§kòsò dy&a mwànàç
N1=/BH/
sg.
pl.
§Ngàndò &a mwànàç
§Ngàndò dy&a mwànàç
Si par contre le ton radical de N2 est /B/, on observe :
sg.
pl.
§mwàn&a à kòsòç
§wàn&a wà k&osòç
sg.
pl.
§mwàn&a à Ngàndòç
§wàn&a wà Ngândòç
Pholia 6-1991
(g) dans le cadre
§yò∫&e&÷_______e÷ç
225
(‘voici les ____’) :
-trois profils :
B-BB (/BB/)
B-HB (/HB/)
B-BH (/BH/ et /HH/)
Ce contexte qui semble être le seul où le profil B-HB apparaisse est très
intéressant mais devra être étudié à part pour au moins deux raisons :
-tonalité moyenne plus élevée que dans les autres contextes ;
-similitudes avec les nominaux en apposition (pas traités ici).
Nécessitant de plus amples investigations, cette étude sera faite ultérieurement.
contextes
isolation
position sujet
compl. unique
/HB/
B-BB
B-BH
H-BB
B-HB
/HH/
B-BB
B-BB
H-BB
B-BH
/BB/
B-BB
B-BB
B-HB
B-BB
/BH/
B-BB
B-BB
B-HBB
B-BH
yo∫ee___ee
schèmes
Tableau 2. Tableau récapitulatif des profils tonals attestés dans les
contextes autres que ceux indiqués dans le tableau 1 et
celui du syntagme complétif.
Pholia 6-1991
226
Figure 1. Les courbes mélodiques présentées ci-dessus illustrent la différence
entre une séquence (B)- HBB ( [òpâpà] ‘aile’) et une séquence (B)-HB ([eb&obè ]
‘araignée’) attestées toutes en fin d’énoncé.
Pholia 6-1991
227
3.1.2. Contextes étudiés pour les verbes
Pour ce qui est des verbes, j’ai examiné les contextes suivants :
(a) verbes à l’infinitif (c.-à-d. des bases verbales précédées du préfixe nominal
e- de classe 5) en isolation :
-un seul profil pour tous les verbes, à savoir B-BB (cf. les noms en isolation).
(b) verbes à l’infinitif comme complément de verbe :
-deux profils :
H-BB (verbes présumés /H/ tels que /e-fiena/
‘danser’8)
B-HBB (verbes présumés /B/, comme /e-suma/ ‘descendre’)
§àt`Ond`O &efiènàç
‘il aime danser’
§àt`Ond`O èsûmàç
‘il aime descendre’
Ceci rappelle ce qui s’observe pour les noms /HH/, /HB/ et /BH/ en position
de complément unique.
(c) bases verbales précédées d’un morphème de temps, d’aspect, de négation ou
de personne. Voir le corpus présenté sous 3.2. A titre d’exemple :
-morphème de l’imminent :
§àm&afiènàç
‘il vient de danser’
§àmàsûmàç
‘il vient de descendre’
3.2. Remarques préliminaires et observations
Les contextes présentés ci-dessus permettent de faire quelques remarques
préliminaires :
(a) les réalisations tonales varient selon les contextes. Y a-t-il un conditionnement grammatical ou cette variation est-elle liée à un système de
déplacement tonal ? ;
8. Verbe à radical sous-jacent haut dans les langues voisines.
Pholia 6-1991
228
(b) les lexèmes nominaux dissyllabiques se répartissent en quatre grandes
classes (/HH/, /BB/, /HB/ et /BH/) et les radicaux verbaux en deux (/H/ et
/B/) ;
(c) quant aux lexèmes nominaux, aucun des contextes étudiés ne permet à lui
seul de différencier les quatre schèmes sous-jacents. Il faut au moins deux
contextes, par exemple b+c (position sujet et position complément unique),
pour vérifier leur existence ;
(d) les ressemblances entre verbes et noms observés dans certains contextes
amènent à penser qu’au moins pour le deuxième type de verbe (/-suma/
‘descendre’), la finale est sous-jacent haute.
Le corpus suivant ainsi que les contextes présentés sous 3.1.1. serviront
maintenant de point de départ pour décrire plus en détail le comportement des tons
du fie-∫ia. Pour les types tonals présumés des nominaux utilisés, voir 3.1.1. Pour
ce qui est des verbes utilisés, le verbe ‘envoyer’ se comporte comme ayant un ton
radical sous-jacent haut et le verbe ‘saisir’ comme ayant un ton radical sous-jacent
bas.
A.
(1a)
(1b)
(2a)
(2b)
(3a)
(3b)
(4a)
(4b)
B.
(1a)
(1b)
(2a)
(2b)
§w&at&om&a m&ofi`Et`Oç
§w&at&om&a mwànàç
§w&at&om&a m&o∫&efiàç
§w&at&om&a k&osòç
§w&at&om&a m&okwèlèç
§w&at&om&a tsòsòç
§w&at&om&a m&ofi^Endàç
§w&at&om&a Ngândòç
§àtòmà m&ofi`Et`Oç
§àtòm&a mwànàç
§àtòmà mò∫&efiàç
§àtòmà k&osòç
‘ils envoient une femme’
‘ils envoient un enfant’
‘ils envoient un esclave’
‘ils envoient un perroquet’
‘ils envoient une veuve’
‘ils envoient une poule’
‘ils envoient un étranger’
‘ils envoient un crocodile’
‘il envoie une femme’
‘il envoie un enfant’
‘il envoie un esclave’
‘il envoie un perroquet’
Pholia 6-1991
(3a)
(3b)
(4a)
(4b)
C.
(1a)
(1b)
(2a)
(2b)
(3a)
(3b)
(4a)
(4b)
D.
(1a)
(1b)
(2a)
(2b)
(3a)
(3b)
(4a)
(4b)
E.
(1)
§àtòmà m&okwèlèç
§àtòm&a tsòsòç
§àtòmà mòfi^Endàç
§àtòmà Ngândòç
§wàp&Ekà m&ofi`Et`Oç
§wàp&Ek&a mwànàç
§wàp&Ekà mò∫&efiàç
§wàp&Ekà k&osòç
§wàp&Ekà m&okwèlèç
§wàp&Ek&a tsòsòç
§wàp&Ekà mòfi^Endàç
§wàp&Ekà Ngândòç
§àp`Ekà m&ofi`Et`Oç
§àp`Ek&a mwànàç
§àp`Ekà mò∫&efiàç
§àp`Ekà k&osòç
§àp`Ekà m&okwèlèç
§àp`Ek&a tsòsòç
§àp`Ekà mòfi^Endàç
§àp`Ekà Ngândòç
§àtòmà m&okw&el&e n&a mò∫èfiàç
229
‘il envoie une veuve’
‘il envoie une poule’
‘il envoie un étranger’
‘il envoie un crocodile’
‘ils saisissent une femme’
‘ils saisissent un enfant’
‘ils saisissent un esclave’
‘ils saisissent un perroquet’
‘ils saisissent une veuve’
‘ils saisissent une poule’
‘ils saisissent un étranger’
‘ils saisissent un crocodile’
‘il saisit une femme’
‘il saisit un enfant’
‘il saisit un esclave’
‘il saisit un perroquet’
‘il saisit une veuve’
‘il saisit une poule’
‘il saisit un étranger’
‘il saisit un crocodile’
‘il envoie une veuve et un
esclave’
(2)
§àp`Ek&K mòfi`Et&O nà kòsòç
‘il a saisi une femme et un
perroquet’
F.
(1a)
(1b)
(2a)
(2b)
(3a)
(3b)
§àmàp`Ekà k&os`oç
§àmàp&Ekà k&osòç
§wàmàp&Ekà k&osòç
§w&am&ap&Ekà k&osòç
§àsàp&Ekà k&osòç
§wàsàp&Ekà k&osòç
‘il a saisi un perroquet’
‘il vient de saisir un perroquet’
‘ils ont saisi un perroquet’
‘ils viennent de saisir etc.’
‘il ne saisit pas etc.’
‘ils ne saisissent pas etc.’
Pholia 6-1991
(4a)
(4b)
(5a)
(5b)
(6a)
(6b)
(7)
(8)
G.
(1)
(2)
(3)
(4)
§àkòp&Ekà k&osòç
§wàkòp&Ekà k&osòç
§àNg&ap`Ekà k&osòç
§wàNg&ap`Ekà k&osòç
§àn`Kp&Ek`Eà k&osòç
§wàn&Kp`Ek`Eà k&osòç
§àp`Ek&K kòsòç
§ònàk&ap`Ekà k&osòç
§mòfi`Et&O àmàp`Ek`Edyàç
§mò∫èfià àmàp`Ek`Edyàç
§mòkwèlè àmàp`Ek`Edyàç
§mòfi`Endà àmàp`Ek`Edyàç
230
‘il est en train de saisir etc.’
‘ils sont en train de saisir etc.’
‘il saisira etc.’
‘ils saisiront etc.’
‘il me saisit etc.’
‘ils me saisissent etc.’
‘il a saisi etc. (récemment)’
‘tu ne dois pas saisir etc.’
‘une femme a fait saisir’
‘un esclave a fait saisir’
‘une veuve a fait saisir’
‘un étranger a fait saisir’
Abstraction faite d’un certain nombre d’abaissements se produisant en fin
d’énoncé et quelques autres particularités décrits ci-après, les exemples du corpus
font apparaître de façon générale que les tons sous-jacents (les hauts et probablement aussi les bas) se propagent ou se déplacent à droite s’ils sont suivis d’un
ton sous-jacent bas. Autrement dit, les tons se recopient sur la (les) syllabe(s)
suivante(s), à condition que celle(s)-ci ai(en)t une tonalité structurelle basse. Dans la
grande majorité des exemples, un /H/ venant du verbe9 se propage sur le nom qui se
trouve en position de complément. Des exemples des sections C et D nous pouvons
conclure que les verbes à ton radical /B/ ont également une finale sous-jacent haute,
qui, si cela est possible, se propage ou se reporte sur le mot suivant.
Le même type de propagation se produit lorsque le nom en position de
deuxième complément est précédé d’un autre nom (en position de premier
complément) et que ce dernier a une finale sous-jacent haute (cf. 3.1.1. tableau 1).
Les exemples font également apparaître que tout ton sous-jacent ne pouvant se
propager (à cause de la présence d’un /H/ immédiatement à droite) se réalise
9. La finale du verbe n’est pas toujours /H/ comme l’indique l’énoncé
n’ai pas vu le compte’.
§ts&K&En&a òtàNgòç ‘je
Pholia 6-1991
231
directement sur sa propre syllabe. Voir les exemples de la section A où le /H/ du
préfixe verbal sujet ne pouvant se propager à cause de la présence d’un /H/
immédiatement à droite se réalise directement sur sa propre syllabe, et les exemples
D. (1b) et (3b) où le /H/ de la finale du verbe ‘saisir’ ne peut se propager à cause du
/H/ de /mw-&anà/ et du /H/ de /ts&os&o/).
On observe ensuite (sections B et C en particulier) que seul le dernier d’une
série de hauts reste après un ton sous-jacent bas (par exemple le ton bas du préfixe
/à-/) ou en tête d’énoncé (ou plus généralement après une pause importante). Les
autres hauts s’abaissent systématiquement. Exemple :
§àtòmà mò∫&efiàç
‘il envoie un esclave’ (B. (2a))
D’autres abaissements se produisent, à savoir en fin d’énoncé et en position
sujet. En position de fin d’énoncé tout haut sous-jacent sera systématiquement
abaissé. C’est la seule position où un ton haut descendant peut apparaître,
particularité propre à la voyelle de la pénultième pour les bases /BH/ comme le
montrent les exemples suivants :
§àmàp^Ekàç
§àmàp&Ek`Edyàç
‘il vient de saisir’
‘il vient de faire saisir’10
En position sujet (voir les exemples de la section G), tout /H/ sera abaissé sauf les
hauts radicaux (donc pour les bases nominales à tonalité /HB/) Ces derniers se
reporteront sur la voyelle finale du nominal. Ces phénomènes d’abaissement
montrent entre autres que les tons fonctionnent en bloc et qu’il est plus exact de
raisonner en termes de schèmes. J’y reviendrai plus bas (3.3.).
Pour la position sujet on relève une autre particularité : entre le nominal sujet
et le verbe prédicat il existe une sorte d’imperméabilité tonale. En d’autres termes :
aucun ton du nominal sujet ne se propage sur le verbe. Que se passe-t-il ici ? La
présence d’un ton bas flottant entre le sujet et le prédicat abaissant tout haut
10. Pour des raisons qui apparaîtront plus bas, la tonalité sous-jacente de la marque de l’imminent
/-ma-/ doit être posée comme étant haute.
Pholia 6-1991
232
précédent (sauf les hauts radicaux qui s’en trouvent séparés par un bas) pourrait
fournir une explication de ce qui se produit dans cette position. A ce propos il est
intéressant de noter que MARCHAL-NASSE (1979) signale qu’en fie-tsOfiO le
verbe conjugué doit être analysé comme étant généralement précédé d’un ton bas
flottant.
La portée de la propagation n’est pas illimitée. Les exemples le montrent
clairement. Elle s’arrête dès que le ton qui se propage rencontre un ton sous-jacent
haut (exemples A. (1a et b) et (3a et b) où le haut venant de gauche ne se propage
pas plus loin que la voyelle préfixale). De plus, elle ne se fera jamais au-delà de la
voyelle radicale de l’unité lexicale suivante (exemples A. (2a et b), B. (2a et b), etc.).
Pour les bases nominales à tonalité /HB/, le haut ne se propage jamais au-delà de la
finale (exemple E. (2) où le /H/ de la base /-fi&Et`O/ ne se propage pas jusqu’au
mot suivant bien que celui-ci soit sous-jacent bas comme le montre l’exemple E.
(1))11. Une deuxième frontière de mot s’avère constituer une autre limite (exemple
E. (1) où le /H/ du lexème /-kw&el&e/ ne se propage pas plus loin que la voyelle de
la particule /nà/).
De nombreux exemples mettent en évidence la formation de ponts tonals pour
les bases à ton radical /H/. Ceux-ci s’expliquent par la propagation d’un ou de
plusieurs tons hauts. Leur apparition est mieux illustrée encore par les deux énoncés suivants, le premier comportant un plateau de tons hauts ou pont tonal (souligné)
et le second pas :
§wàm&at&om&edy&a m&o∫&efiàç
§wàmàp&Ek`Edyà mò∫&efiàç
‘ils ont fait envoyer un esclave’
‘ils ont fait saisir un esclave’12
L’exemple E. (2) et bon nombre d’exemples de la section F (de (3a) à (8))
font apparaître d’autres particularités. On y relève des abaissements inattendus ainsi
11. Voir la section 3.3., où je propose une explication pour ce problème de limites.
12. Pour des raisons qui apparaîtront plus bas, la tonalité de la marque du passé éloigné
doit être posée comme étant basse.
/-ma-/
Pholia 6-1991
233
que parfois l’absence de propagation. Les exemples (3a) et (4a) de la section F nous
apprennent que la tonalité propre des marques /-sa-/ et /-ko-/ est haute. Ce
ton haut se propage à droite et seul le dernier reste, comme prévu (supra). Mais
comment expliquer l’abaissement du ton haut de la marque de personne sujet
(/w&a-/) dans les exemples (3b) et (4b) de la même section ? Cet abaissement a
également lieu devant la marque du futur et devant le préfixe objet. Et comment
expliquer le non-déplacement du ton haut de cette dernière marque (exemples (6a et
b)) ? La marque du futur /-Nga-/ peut nous fournir des éléments de réponse.
Dans les parlers fie-tsOfiO et fie-∫o∫e, appartenant tous les deux au groupe
B 30, la voyelle de cette marque porte un ton bas et la marque elle-même est
précédée d’un ton haut flottant (Voir MARCHAL-NASSE (1979) et VAN DER VEEN
(1991)). Nous avons déjà vu que les abaissements qui se produisent en position de
sujet sont vraisemblablement dus à la présence de tons flottants. Tout donne à
penser que la marque du futur a la même tonalité sous-jacente et que l’abaissement
du ton haut de la marque /w&a-/ devant cette marque peut également s’expliquer
par la présence d’un ton flottant. Après avoir abaissé le ton haut en question, ce ton
haut flottant se reporte sur la voyelle de la marque et ne va pas plus loin
(propagation restreinte, caractéristique des présumés tons flottants). Adoptant
l’hypothèse des tons flottants, je propose l’analyse suivante des formes figurant
dans les exemples (3a) à (8) de la section F :
/`-s&a-/13
marque de négation
/`-k&o-/
marque du duratif
/&-Ngà-/
marque du futur
/&-n`K-/14
marque du pronom objet (1 p.sg.)
13. Le même type d’abaissement se produit devant cette marque en i-nzEbi de Lebamba décrit
par MARCHAL-NASSE (1989). Elle parle de règle de réaménagement tonal (RAT4) : pp. 210, 418
et 463.
14. La représentation tonale des marques pronominales d’objet (identique pour toutes les formes
attestées) pose quelques problèmes. La tonalité indiquée ci-dessus est celle qu’on trouve après un
ton sous-jacent haut. Les marques se comportent dans ce cas comme la marque du futur. Mais après
un ton sous-jacent bas la tonalité est différente : elle est haute. Les deux représentations tonales
sont donc en distribution complémentaire.
Pholia 6-1991
234
marque du passé récent
marque de l’impératif négatif
Les tons flottants auxquels je fais appel pour l’analyse de ce système tonal ont donc
deux particularités :
(a) qu’ils soient hauts ou qu’ils soient bas, ils abaissent tout /H/ les précédant
immédiatement (ou éventuellement aussi à distance, voir 3.3.) ;
(b) ils se reportent sur la voyelle se trouvant immédiatement à leur droite et ne se
propagent jamais au-delà de cette voyelle.
Restent enfin à décrire les particularités tonales du syntagme complétif (voir
section 3.1.1. (f)). On relève tout d’abord des abaissements pour N1, comparables à
ceux décrits pour la position sujet. Dans certains cas (lorsque le connectif se trouve
précédé d’un préfixe pronominal de classe 1 ou 9 : /ò-/ ou /è-/, formes souvent
réduites à zéro), un haut venant de N1 peut se reporter sur la voyelle du connectif.
Ceci montre que le ton du connectif est sous-jacent bas. Sinon le report serait exclu.
D’où vient alors le ton haut qu’on observe tantôt sur le connectif lui-même, tantôt
sur la voyelle préfixale de N2 ? Il ne peut venir que des préfixes pronominaux autres
que ceux mentionnés ci-dessus. Ayant une structure (C)V, leur ton haut se reporte
sur la voyelle du morphème relateur avant que la voyelle du préfixe pronominal ne
disparaisse ou ne se semivocalise : C&V + à -> C&a ou CS&a. C’est dans ces cas
précis qu’on observe aussi des abaissements pour N1 avec impossibilité de report.
Ces abaissements sont curieux car un /H/ devrait normalement se réaliser
directement sur sa propre syllabe devant un autre /H/, ici devant le /H/ du préfixe
pronominal (cf. exemple B. (1b)). Faut-il une fois de plus soupçonner la présence
d’un ton flottant, apparaissant quelque part au cours de la dérivation ? J’y reviendrai
plus bas. Une dernière remarque reste à faire. Le ton haut du préfixe pronominal
reporté sur la voyelle du connectif peut se reporter (ou se propager) sur le mot
suivant. Seulement, il n’ira jamais au-delà de la voyelle du préfixe nominal15. Ceci
indique qu’il existe une limite quantitative pour la propagation, à savoir un
/&-`K/
/(-n&a-)&-kà-/
15. Si le préfixe nominal a la forme /Ø-/, le ton se placera sur la première voyelle qu’il
rencontre, à condition que la tonalité de cette dernière soit basse bien sûr.
Pholia 6-1991
235
maximum de deux pas. Cette limite n’est pas une limite théorique, elle ressort tout
simplement des données.
Les observations précédentes permettent de dresser un premier bilan avant de
passer à l’analyse proprement dite :
(a) les tons se propagent en fie-∫ia. Mais cette propagation est conditionnée
(b)
(c)
(d)
(e)
par la nature du ton sous-jacent immédiatement à leur droite. La propagation
ne peut avoir lieu que si le ton sous-jacent suivant est bas. Après un /B/ ou
après pause majeure (initiale d’énoncé), seul le dernier d’une série de hauts
est maintenu. Si la propagation ne peut se faire, le ton sous-jacent se réalise
directement sur sa voyelle ;
la propagation connaît un certain nombre de limites bien définies. Elle
s’arrête dès que le ton qui se propage rencontre un /H/. Toutefois un ton qui
se propage n’ira jamais au-delà de la voyelle radicale de l’unité lexicale
suivante, ni au-delà d’une seconde frontière de mot. Pour les bases /HB/ le
/H/ ne se propage jamais au-delà de la voyelle finale. Ces restrictions
paraissent toutes subordonnées à une restriction quantitative de deux pas ;
des ponts tonals se forment pour les bases à ton radical haut. Ceux-ci
résultent de la propagation de /H/ ;
des abaissements se produisent en finale et aussi dans d’autres types de
contextes. Dans ces derniers cas, les abaissements observés peuvent
s’expliquer par la présence d’un ton sous-jacent flottant ;
les tons sous-jacents flottants ne peuvent se reporter que sur la voyelle
suivante (propagation/report limité à un pas).
3.3. Analyse
Je présenterai ici une analyse plus approfondie des règles tonales du fie-∫ia
dans la perspective de la phonologie non linéaire telle qu’elle se trouve définie dans
GOLDSMITH (1990). Comme dans un certain nombre de cas les règles décrites ciaprès font appel au contexte morphologique et syntaxique, je me servirai, au niveau
Pholia 6-1991
236
de la formalisation, des crochets utilisés en phonologie lexicale (cf. PULLEYBLANK
(1986)), même si leur utilisation introduit une certaine lourdeur dans la présentation.
3.3.1. Les tons au niveau lexical
Les tons du fie-∫ia, considérés ici comme des autosegments, s’associent de
gauche à droite. Ils ne peuvent s’associer qu’à des voyelles. Certains tons sont
marqués comme inertes dans le lexique16 (voir 3.3.3.) : ils n’interviennent que plus
tard dans la dérivation.
Chaque voyelle, à l’exception de celle qui se trouve être le noyau de la
pénultième (voir 3.3.5.), ne doit s’associer qu’à un seul ton (nombre minimal et
maximal à la fois). Si au cours de la dérivation le maximum est dépassé, le ton
associé par règle sera maintenu et le ton bas sous-jacent à la voyelle concernée sera
soit automatiquement dissocié et supprimé soit dissocié et réassocié (ou supprimé)
ultérieurement, pour que la condition de bonne formation (well-formedness
condition ou WFC) soit remplie à nouveau. Si par application des règles le
minimum n’est plus atteint, la langue fera appel à d’autres stratégies de réparation
(voir 3.3.4.). Cette contrainte lexicale propre au fie-∫ia constitue à la fois une
stratégie d’évitement de tons modulés et une stratégie d’évitement de failles tonales.
Un seul ton par contre peut s’associer à plusieurs voyelles17. Voici quelques
cas de figure d’associations multiples :
VVVV
VVVV
VVVV
VVVV
H
B
HB
BH
16. GOLDSMITH (1990:27).
17. Le fonctionnement en bloc des tons hauts de la base verbale ou des suffixes verbaux, mis en
évidence par des énoncés tels que §àm&at&om&edy&a k&osòç ‘il vient de faire envoyer un perroquet’,
§àmàtòmèdyà k&osòç ‘il a fait envoyer un perroquet (il y a longtemps)’ et §àmàp&Ek̀Edyà
k&osòç ‘il vient de faire saisir un perroquet’ ainsi que par la règle d’abaissement formulée plus bas
(on n’a pas *§àm&at&omàç mais §àm&atòmàç), et l’impossibilité d’avoir des formes telle que
*§àmàt&om&a tsòsòç où un ton /H/ radical se réaliserait haut devant le /H/ de la finale (ce qui
serait le comportement normal s’il y avait deux tons /H/ successifs), m’amènent à opter pour ce
type de traitement.
Pholia 6-1991
237
Les données dont je dispose actuellement font penser que le nombre maximal de
voyelles auxquelles un ton peut s’associer s’élève à cinq.
3.3.2. La propagation
Un ton sous-jacent /T/18 ne se propagera à droite que s’il est immédiatement
suivi d’un ton sous-jacent bas :
V
V
T
B
Une précision doit être fournie concernant tout /H/ qui se propage. Si le /H/ est
précédé d’un /B/ ou d’une pause majeure (frontière de début d’énoncé symbolisée
par le signe #), celui-ci se dissocie :
#
V
V
B
H
B
Dans de tels contextes, seule la dernière d’une série de lignes d’association sera
maintenue pour un /H/ qui se propage. Voir l’exemple /wàm&at&om&a k&osò/ ‘ils
ont envoyé un perroquet’ donné ci-dessous.
Afin d’expliquer, selon les cas, la présence ou l’absence d’un pont tonal, je
propose une analyse en termes de maintien et de suppression des /B/ : certains /B/
seront automatiquent dissociés et supprimés, d’autres non. Ces derniers se
maintiendront provisoirement. Seront dissociés et supprimés en règle générale les
/B/ préfixaux et les /B/ des proclitiques (Vnr : voyelle non radicale)19 :
18. J’assumerai ici qu’en règle générale les sous-jacents bas se propagent de la même façon que les
sous-jacents hauts, bien que ceci soit extrêmement difficile, voire impossible à prouver pour le
moment.
19. On peut éventuellement avancer l’hypothèse que les formes préfixées et les proclitiques en
question n’ont pas de ton sous-jacent du tout. Ceci simplifierait un certain nombre de choses.
Pholia 6-1991
238
(1) V
V
(2) V
V
V
T
B
T
B
B
Ø
Ø
Le premier cas de figure est illustré par l’exemple /wàm&at&om&a k&osò/ ‘ils ont
envoyé un perroquet’ présenté ci-dessous. Le second cas de figure est illustré par
les exemples /tsòsò &a mò∫èfià/ ‘la poule d’un esclave’ présenté sous 3.3.3. et
/tsòsò n&a kòsò d`Ksûmà/ ‘une poule et un perroquet descendent’ présenté
sous 3.3.4.
Seront provisoirement maintenus les /B/ radicaux (1) et les /B/ précédés d’un
/H/ à l’intérieur d’un seul et même lexème (2) ou morphème (3 et 4)20 :
V
V
(1)
V
V
(2)
___
V
(3)
H
___
V
(4)
H
___
H
___
ou plus simplement encore, les /B/ figurant dans les contextes suivants :
___
H___
H___
Ces derniers types de /B/ seront dissociés à un stade plus avancé de la dérivation et
supprimés s’ils n’ont pu s’associer à aucune autre voyelle. Cette règle étant une
stratégie pour rétablir le nombre maximal de tons admis pour une voyelle, sera
appelée WFCmax (voir exemple de dérivation complète présenté sous 3.3.6.). La
suppression a lieu dans le contexte suivant :
V
V
V
V
H
B
H
H
Ø
20. Les autosegments placés dans un cercle sont des éléments non associés.
Pholia 6-1991
239
En règle générale tout ton sous-jacent ne pouvant s’associer sera supprimé en fin de
dérivation.
Les exemples suivants montrent en quoi le maintien provisoire de certains /B/
est important :
#
wa
ma
toma
koso
B
H
B
H
B
#
->
Ø
... ->
#
wa
ma
pEka
B
H
B
B H
wàm&at&om&a k&osò
koso
'ils ont envoyé un perroquet'
#
->
B
Ø
... ->
wàmàp&Ekà k&osò
'ils ont saisi un perroquet'
Dans ces deux exemples il y a des hauts qui se propagent. Mais on n’observe pas
les mêmes effets. Le /H/ de la finale du verbe /-pEka/ se comporte comme si un
/B/ le précédait : il se propage sur la voyelle radicale du lexème suivant et est
dissocié de sa voyelle de départ. Il n’y a pas de pont tonal. Le /B/ de /-pEka/
s’associera ensuite à la voyelle de la finale, privée de spécification tonale, (WFCmin,
voir plus bas) et, au stade suivant, se dissociera de sa voyelle de départ (WFCmax).
Le /H/ du verbe /-toma/ se comporte par contre comme si un autre /H/ le
précédait : il se propage et ne se dissocie pas. Un pont tonal apparaît. La
suppression automatique des /B/ préfixaux et le maintien (provisoire) des /B/
radicaux permettent d’expliquer ces différences de comportement.
En principe les /B/ maintenus marquent la limite d’une propagation. Mais
cette dernière peut également être déterminée par d’autres facteurs plus ou moins
indépendants les uns des autres :
Pholia 6-1991
240
(a) la présence d’un /H/ à droite :
V
V
V
T
B
H
Voir les exemples A. (1a) et (3a) et l’exemple./wàm&at&om&a
envoyé un perroquet’ présenté ci-dessus.
(b) la présence d’une seconde frontière de mot :
V
V
V
T
B
B
k&osò/ ‘ils ont
Ø
Voir l’exemple E. (1) et l’exemple /tsòsò n&a kòsò d`Ksûmà/ ‘une
poule et un perroquet descendent’ présenté sous 3.3.4.21.
(c) le nombre de pas maximalement admis, à savoir deux. Cf. les syntagmes
complétifs (3.3.3.).
3.3.3. Les tons flottants
Il existe plusieurs raisons de croire que le fie-∫ia possède des tons
structurels flottants, spécifiés lexicalement. Mon analyse y fait appel pour expliquer
un certain nombre de particularités propres à la position sujet, aux marques
grammaticales de la négation, du duratif, du futur, du passé récent, aux pronoms
personnels objets et au syntagme complétif. Leur première particularité est de
dissocier et de supprimer un /H/ précédent :
21. Des exemples tels que /tà &op`Ekà k&osò/ ‘si tu saisis un perroquet’ (où le haut sous-jacent
de la particule /t&a/ se propage sur la marque du sujet sans aller plus loin) et /mbòrà &enwà
nz^Efi`O/ ‘l’endroit où boit la panthère’ (où le /H/ de /mb&or&a/ ne se propage pas plus loin que la
marque du sujet) montrent que la marque pronominale sujet (MPs) est probablement à réinterpréter
comme un élément proclitique, détaché du verbe, donc comme §MPsç §base verbaleç et non pas
comme §MPs§base verbaleçç. J’y reviendrai dans une étude ultérieure.
Pholia 6-1991
241
V
H
T
Ø
Cette règle de suppression s’appliquera lors de la propagation, dès que le
contexte l’exigera. Ceci est le cas dans l’exemple suivant :
#
a ma dyOkO
tsoso
#
->
H
B
Ø
...
B
H
B H
Ø
->
tsòsò àmàdy^Ok`O
'une poule vient de partir'
La deuxième particularité des tons flottants est qu’ils ne peuvent s’associer
qu’à la voyelle se trouvant immédiatement à leur droite : ils ne se déplaceront pas
plus loin. Ceci s’explique par le maintien provisoire du /B/ de la voyelle adjacente.
Voici un exemple de dérivation contenant la marque du futur. La dérivation s’y fait
en trois étapes : propagations (1) et stratégies de réparation (2) et (3).
Pholia 6-1991
(1)
#
wa
Nga
pEka
koso
242
#
->
B
H
H B
B H
B
Nga
pEka
koso
H B
B H
B
Nga
pEka
koso
Ø
(2)
#
wa
#
->
B
(3)
#
wa
#
->
B
H B
B H
B
'ils saisiront un perroquet'
wàNg&ap`Ekà k&osò
Le comportement des tons est plus complexe à l’intérieur du syntagme
complétif, au moins pour ce qui est des formes d’élicitation. Dans ce contexte
spécifique les abaissements observés pour N1 font penser à la présence d’un ton
flottant situé entre N1 et le morphème connectif. Mais comme les abaissements ne
se produisent pas toujours (supra), la question se pose de savoir où intervient ce ton
flottant. Je propose l’analyse suivante de la construction indice pronominal +
connectif22 :
CV
V
H
B
CV
->
V
CØ
V
->
B
H
B
H
Au lieu de la suppression de la voyelle de l’indice pronominal on peut aussi avoir
une semivocalisation de cette voyelle. C’est le cas des voyelles préfixales fermées et
des voyelles préfixales mi-fermées, à condition que ces dernières soient précédées
d’une consonne. Selon cette analyse, le /B/ du connectif se déplace jusque devant le
22. A l’exception des constructions comprenant les indices pronominaux de classe 1 et de classe 9,
ces derniers étant sous-jacent bas.
Pholia 6-1991
243
préfixe pronominal et devient ainsi flottant. Cette règle s’applique avant les règles de
propagation. Ce déplacement paraît lié à la rencontre de deux voyelles ((C)V+V)
ainsi qu’aux processus de réduction que cette rencontre va déclencher. Les deux
dérivations suivantes23 montrent dans quel contexte la règle de déplacement
s’applique :
#
tsoso
e
a
mo
∫efia
B
B
B
B
e
a
mo
∫efia
B
B
B
B
Ø
Ø
Ø
a
mo
∫efia
B
B
mo
∫efia
B
B
#
->
H
#
tsoso
#
->
H
#
tsoso
#
->
H
#
tsoso
Ø
a
#
->
B
H
... ->
tsòsò &a
mò∫èfià
'la poule d'un esclave'
Dans l’exemple précédent la règle de déplacement ne peut s’appliquer, puisque les
conditions ne sont pas remplies. Elle peut s’appliquer par contre dans la construction suivante :
23. L’analyse conduit à une parenthétisation différente de celle qu’on propose habituellement pour
ce genre de construction : [N1] [pp+connectif] [N2] plutôt que [[N1][pp+connectif[N2]]]. Ceci n’est
pas sans intérêt pour l’étude des structures morpho-syntaxiques.
Pholia 6-1991
#
tsoso
244
di
a
mo
∫efia
H
B
B
B
di
a
mo
∫efia
B
B
#
->
H
#
tsoso
#
->
H
B
H
Ø
#
Ø
tsoso
dy
a
mo
∫efia
#
->
B
B
H
tsòsò
B
dyà
m&o∫èfià
'les poules d'un esclave'
Cette règle ne s’applique donc que pour les formes d’élicitation (formes
prises en isolation) et probablement pas dans les autres contextes, comme le montre
l’exemple suivant où le syntagme complétif se trouve en position de complément du
verbe. Le ton haut sur le connectif exclut la présence d’un ton bas flottant.
Il est clair que le syntagme complétif devra faire l’objet de plus amples
investigations par la suite.
V
ma ∫ONgO
ma
a
e
bo
H
B
B
H
ma
a
e
bo
H
B
B
H
#
->
H
V
B
H
ma ∫ONgO
#
->
H
B
Ø
H
Ø
Pholia 6-1991
V
ma ∫ONgO
m
a
245
e
bo
B
H
#
->
H
...
H
H
->
...m&a∫&ONg&O m&a êbò
'...les genoux des animaux'
3.3.4.
Les voyelles privées de spécification tonale lors de la pro-pagation
Par l’application des règles de propagation une voyelle peut en cours de
dérivation se trouver privée de spécification tonale. En gros deux stratégies existent
pour remédier à cette violation de la WFC. Elles constituent une règle que
j’appellerai WFCmin (rétablissement du nombre minimal de tons pour chaque
voyelle). Premièrement la voyelle peut recevoir le ton qui se trouve immédiatement à
sa gauche, par simple propagation. Deuxièmement elle peut recevoir un ton bas par
l’application d’une règle d’insertion de /B/ par défaut. Cette dernière stratégie ne
s’applique en principe qu’en début d’énoncé, si l’énoncé en question n’est pas
précédé d’un ton bas flottant. Voici les différents cas de figure :
(1)
V
T
V
(2)
#
V
B
(3)
V
T
Le premier cas de figure est illustré par le dernier exemple de la section
précédente et par l’exemple suivant :
Pholia 6-1991
#
wa
ma
ni
pEka
B
H
H
H B
B H
ni
pEka
H B
B H
246
#
->
Ø
#
wa
B
H
ma
#
->
...
->
w&am&an&Kp`Ekà
'ils viennent de me saisir'
Curieusement le /H/ ne se dissocie pas de la voyelle de départ dans ce
contexte.
La règle d’insertion de /B/ par défaut s’applique pour l’énoncé suivant :
#
tsoso
na
koso
H
B
B
di
suma
H
B H
di
suma
H
B H
di
suma
H
B H
#
->
B
Ø
#
tsoso
na
koso
#
->
H
#
B
tsoso
na
B
koso
#
->
B
...
H
->
B
B
tsòsò n&a kòsò d`Ksûmà
'une poule et un perroquet
descendent'
Pholia 6-1991
247
3.3.5. La position de fin d’énoncé
Deux points précis méritent notre attention : les particularités tonales de la
voyelle de la pénultième et l’abaissement des /H/ de la dernière unité lexicale ou
grammaticale de l’énoncé.
La pénultième est la seule position où une double association du type
V
T1
T2
puisse se maintenir jusqu’au bout de la dérivation. Mais elle n’est maintenue que si
le ton sous-jacent suivant T2 est haut et si T1 est /H/ et T2 /B/ (cf. le dernier exemple
de la section précédente). Même un /B/ préfixal - automatiquement supprimé ailleurs
- se maintient dans ce contexte (cf. le dernier exemple de la section 3.3.3.). Le /B/
maintenu bloque la propagation24. La règle se présente ainsi :
V
V
V
H
B
H
#
Elle s’applique bien évidemment avant l’abaissement des /H/ finaux dont il sera
question ci-après. Dans les dérivations présentées dans cet article la voyelle qui
figure en position de pénultième a été marquée d’un astérisque. J’ignore pour le
moment pourquoi cette position engendre de telles particularités. Cette position estelle marquée du point de vue intonationnel ?
Pour ce qui est de l’abaissement des /H/ en fin d’énoncé, on peut formuler la
règle suivante qui s’applique après toutes les autres règles :
H
->
B
___
#
24. Ceci signifie qu’un /H/ qui se propage ne peut dans ce cas précis atteindre la voyelle radicale.
Voir aussi la section 4.
Pholia 6-1991
248
Elle n’affecte donc que les tons /H/ sous-jacents à l’unité lexicale ou grammaticale
se trouvant en position finale. Les tons reçus par propagation ne la subissent pas.
Elle est illustrée par la dérivation suivante :
#
wa toma
#
#
wa toma
#
->
B
H
H
->
B
H
B
Ø
w&atòmà
'ils envoient'
Dans le cas des bases nominales redoublées (voir aussi la section 6.) des
interprétations différentes de la structure lexémique donnent lieu à des réalisations
tonales différentes. Les deux dérivations qui suivent illustrent ceci. Au bout de la
première la base tout entière porte des tons bas. Au bout de la seconde seule la
deuxième moitié de la base subit l’abaissement.
V
fie
fiEtO fiEtO
#
->
H
B
H B
H B
Ø
V
fie
fiEtO fiEtO
#
->
H
H B
H B
Pholia 6-1991
V
fie
fiEtO fiEtO
249
#
->
H
H B
H B
Ø
V
fie
fiEtO fiEtO
#
->
H
B B
...fi&efi`Et`Ofi`Et`O '...une grande
femme'
B
V
fie
fiEtO
fiEtO
H
B
H B
H B
fiEtO
fiEtO
H B
H B
fiEtO
fiEtO
H B
H B
#
->
Ø
V
fie
#
->
H
V
fie
#
->
H
Ø
V
fie
fiEtO
fiEtO
#
-> ...fi&efi&Et&Ofi`Et`O
H
H B
B
'...une grande
femme'
3.3.6. Ordre des règles dégagées et exemple de dérivation complète
Les règles décrites ci-dessus s’ordonnent de la manière suivante :
(a) règle de déplacement tonal (pour les syntagmes complétifs en isolation) ;
(b) règle de propagation ;
(c) WFCmin ;
Pholia 6-1991
250
(d) WFCmax ;
(e) règle d’abaissement (pour les hauts sous-jacents se trouvant en fin d’énoncé).
Reste à préciser que lors de la propagation des tons les /B/ préfixaux et les /B/ des
proclitiques sont automatiquement supprimés et qu’après un /B/ ou une pause
majeure seule la dernière d’une série de lignes d’association sera maintenue pour un
/H/ qui se propage. La règle de suppression des /H/ devant un ton flottant sousjacent bas ou haut s’applique également lors de la propagation, quand le contexte
l’exige.
Pour conclure cette analyse, voici à titre d’exemple une dérivation complète :
propagations (étapes (1)), WFCmin (étape (2)), WFCmax (étape (3)) et abaissement
du /H/ final (étape (4)).
#
mo fiEnda
a Nga toma
mo kwele
Ngando
#
->
B
#
B
H
B
mo fiEnda
B
HB
H
a Nga toma
B
H
mo kwele
B
H
Ngando
#
(1)
->
B
B
H
B
Ø
#
B
HB
H
Ø
mo fiEnda
B
H
B
H
Ø
a Nga toma
mo kwele
Ngando
(2)
#
->
B
B
B
HB
H
H
B
H
Pholia 6-1991
#
mo fiEnda
a Nga toma
251
mo kwele
Ngando
#
(3)
->
B
#
B
B
mo fiEnda
HB
H
a Nga toma
H
mo kwele
B
H
Ngando
(4)
#
->
B
B
B
HB
H
mòfi`Endà àNg&atòmà m&okw&el&e Ngândò
H
B
B
'un étranger enverra un crocodile
à une veuve'
4. LEXÈMES NOMINAUX MONOSYLLABIQUES
Le nombre de lexèmes monosyllabiques est très restreint en fie-∫ia. Ceci
complique quelque peu leur étude. Pour les fins de l’analyse, les items suivants ont
été retenus en fonction de leur tonalité sous-jacente présumée :
/H/
/eto/ ‘oreille’
/B/
/munwa/ ‘bouche’
/HB/
/tsE/ ‘côté’
/BH/
-
L’examen des courbes mélodiques dans les principaux contextes définis plus haut a
permis d’observer les profils suivants :
(a)
B-B
(aucune différenciation)
(b)
B-B
(données peu sûres et insuffisantes)
(c)
H-B
(/B/)
HB-B
(/H/ et /HB/)
Pholia 6-1991
(d)
H-H
H-H
(e)
H-B
HB-B
252
(/H/ et /HB/ ; devant /H/)
(/B/ ; devant /H/ ; mais B-H si précédé d’un bas
phonétique)
(/B/ ; après /H/))
(/H/ et /HB/ ; après /H/)
B-B
(pour tous les schèmes, après /B/)
On remarque que dans le contexte (c) les lexèmes monosyllabiques précédés d’un
préfixe nominal de forme /CV-/ ou /V-/ se comportent comme s’il s’agissait de
lexèmes dissyllabiques /B/ ou /BH/ à préfixe /Ø-/. Ceci s’explique par le fait que
le /B/ préfixal se trouve en position de pénultième. Un /H/ ne pourra jamais se
propager jusqu’à la voyelle radicale dans ces conditions.
Etant donné que la différence entre H-B et HB-B est parfois difficile à
entendre, le contexte (d) s’avère très utile du moment qu’on tient compte des tons
apparaissant sur le lexème suivant :
&V
V
e-to mo-fiEtO
->
&et&o m&ofi`Et`O
H
B
H
B
Ø
H B
Ø
V
mu-nwa mo-fiEtO
H
B
B
B
Ø
V
tsE
H
H
->
&V
m&unw&a mòfi`Et`O
->
&V
ts&E
H B
Ø
mo-fiEtO
B
B
mòfi`Et`O25
H B
Ø
Avec ces quelques données l’existence d’au moins trois schèmes se vérifie : /H/,
/HB/ et /B/. Dans les contextes étudiés, le schème /BH/ a vraisemblablement été
25. Pour ces trois dérivations je n’ai présenté que la structure de départ et la forme phonétique à
laquelle on aboutit. Ceci bien sûr pour des raisons de concision.
Pholia 6-1991
253
confondu avec le schème /H/. Pour l’identifier ultérieurement il faudra faire précéder
les lexèmes d’un ton sous-jacent bas et les faire suivre par un ton sous-jacent haut.
D’après mes prévisions, les lexèmes /H/ se réaliseront hauts dans ce cas et les
lexèmes /BH/, s’il y en a, se réaliseront bas (le /H/ resté flottant ne pouvant
s’associer).
Le schème /HB/ est intéressant. Le /B/ est marqué comme inerte pour le
lexème en question. Seul le /H/ est associé au départ. L’exemple donné ci-dessus
montre en plus qu’à l’intérieur d’une seule et même base lexicale le ton flottant ne
supprime pas le /H/ précédent.
5. LEXÈMES NOMINAUX TRISSYLLABIQUES
L’étude des profils attestés pour les lexèmes trissyllabiques fait apparaître
l’existence d’au moins trois schèmes :
position sujet
position compl. unique
/H/
[B-BBB]
[H-BBB]26
/B/
[B-BBB]
[B-HBB]27
/HB/
[B-BBH]
[H-BBB]28
Comme pour les monosyllabes, l’existence d’un quatrième schème reste en
suspens. Il se peut que j’aie confondu les /B/ et les /BH/, étant donné que pour les
lexèmes ayant plus de deux syllabes il n’y a pas de distinction en finale absolue.
Ceci peut être illustré à l’aide des formes verbales suivantes :
§àmàp&Ek`Edyàç ‘il vient de faire saisir’ au lieu de : *§àmàp^Ek`Edyàç
La seule façon de vérifier l’existence du schème /BH/ pour les trissyllabes est de
voir s’il y a report d’un /H/ ou pas. Il faudra systématiquement reprendre tous les
lexèmes identifiés comme /B/ et les placer soit en position de premier complément
soit dans un cadre du type/______ nà mò∫èfià/ ‘______ et (avec) un esclave’.
26. Exemple : /e-∫EpErE/ ‘poussière blanche’.
27. Exemple : /pafiasa/ ‘buffle’.
28. Exemple : /fie-boeo/ ‘concasseur’.
Pholia 6-1991
254
Il se peut aussi que ce schème ne soit tout simplement pas atttesté pour les
trissyllabes. Toutefois, le numéral /-mwàt&at&a/ ‘un/une’ /BH/ ainsi que les
nombreux infinitifs /BH/ suggèrent que son existence n’est pas à exclure.
6. LEXÈMES NOMINAUX REDOUBLÉS
On constate pour ce type de lexèmes nominaux non pas quatre schèmes
globaux mais un redoublement du schème tonal parallèle au redoublement de la base
:
position sujet
position compl. unique
/H/+/H/
[B-BHBB]
[H-HHBB]29
/HB/+/HB/
[B-BHBH]
[H-HHBB]
/B/+/B/
[B-BBBB]
[B-HBBB]
/BH/+/BH/
[B-BBHB]
[B-HBHBB]
Les profils relevés obéissent aux règles de propagation définies plus haut. Voir
aussi la section 3.3.5.
7. LEXÈMES NOMINAUX COMPOSÉS
L’analyse des tons des lexèmes composés soulève de nombreux problèmes.
Curieusement les profils relevés pour les lexèmes nominaux composés ressemblent
à ceux qui sont attestés pour les lexèmes redoublés (voir ci-dessus). J’ignore
pourquoi. Une étude plus approfondie s’impose. Bien que la réalité soit plus
complexe, je les placerai provisoirement en quatre grandes classes en fonction des
profils observés :
/H/(/H/)
/HB/(/HB/)
/B/(/B/)
/BH/(/BH/)
/fie-baNgambale/
/mo-boatso∫a/
/fie-tsifiambudi/
/tsofioloto/
‘acanthe épineuse’
‘espèce d’arbre’
‘espèce d’arbre’
‘aisselle’
29. Aussi [H-BBBB]. La même variante est attestée pour le type suivant.
Pholia 6-1991
255
Une vérification ultérieure de ce type de lexèmes devrait également permettre de
trouver une réponse plus sûre concernant la nature lexicale de ces composés.
8. EMPRUNTS
On observe deux cas de figure : les emprunts non intégrés au système qui se
réalisent toujours de la même façon (un ton haut sur la pénultième) et pour qui
aucun report n’est observé, et les emprunts intégrés au système (dont la tonalité
donnée ici correspond à celle qu’on relève en position de complément unique) :
(a) non intégrés :
§bàl&et`Kç
‘ceinture’ (Angl. “belt”)
‘baptême’
§bàt&Em`Eç
§kàmèr&onàç
§kàsèr&Ol`Eç
§kàt`Ks&Ksèç
§k`Ob&Ot`Eç
§kùr&usùç
§kyàp&Knd`Kç
§kyàr`Ks&en`Kç
§m`Er&Kk`Kç
§òfiòy&afièç
§p`En&Efùç
§p`Kt&al`Kç
§s`Kfiàr&et`Kç
(b) intégrés :
§f&ar`Kn`Kç
§f&Kr`Km`Kç
§k&abàlàç
§k&avàlàç
§kàfàç
§s&atàd`Kç
§s`Efùç
‘Cameroun’
‘casserole’
‘catéchiste’
‘placard’ (Angl. “cupboard”)
‘croix’
‘charpentier’ (Angl. “carpenter”)
‘essence’, ‘kérosène’
‘américain’
‘goyave’
‘couteau de poche’ (Angl. “pen-knife”)
‘hôpital’
‘cigarette’
/B/
‘farine’
/B/
‘firme’
/B/
‘cheval’ (Portugais)
/B/
‘cheval’ (Portugais)
/H/
‘café’
/B/
‘samedi’ (Angl. “saturday”)
/HB/
‘chef’
Pholia 6-1991
§s&El`Emàn`Kç
/B/
256
‘marin’ (Angl. “sailor man”)
La grande majorité de ces noms ont un ton radical sous-jacent bas. J’ai relevé
quelques variations inter-locuteurs : certains lexèmes sont non intégrés chez les uns
et intégrés chez les autres.
9. CONCLUSION
Le système de propagation tonale décrit dans cet article rapproche donc le
fie-∫ia du fie-tsOfiO, tout en lui réservant une certaine originalité : celle de la
nature conditionnée de la propagation. Le fie-∫ia et le fie-tsOfiO ne sont pas les
seuls parlers du Gabon qui connaissent une propagation des tons. Le système du
fie-∫ia présente aussi un certain nombre de ressemblances avec celui de l’inzEbi de Koulamoutou30 et avec ceux d’autres parlers du groupe B 50, tels que le
li-duma et le li-wanzi31.
Il n’est pas exclu que du point de vue tonal le Gabon connaisse en gros deux
types de parlers : ceux où du point de vue historique les tons se sont maintenus en
place et ceux où les tons se déplacent selon des règles précises. Le fait d’avoir les
deux types de systèmes (conservateur comme celui du fie-∫o∫e et innovateur
comme les systèmes du fie-∫ia et du fie-tsOfiO) à l’intérieur d’un seul et même
groupe linguistique, le B 30, montrent que les frontières entre ces deux types de
systèmes ne coincident pas forcément avec les frontières des groupes linguistiques.
REFERENCES
BLANCHON J. (1988), “Une langue mixte en voie de disparition :
le geviya”, Pholia,
3, CRLS, Université Lumière-Lyon 2, pp. 53-69.
GOLDSMITH J. A. (1990), Autosegmental and Metrical Phonology, Oxford : Basil
Blackwell.
30. D’après Gilbert PUECH, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2. Communication personnelle.
31. PUECH (1990).
Pholia 6-1991
MARCHAL-NASSE C.
257
(1979), Esquisse de la langue tsogo : phonologie,
morphologie, Mémoire de Licence, ULB.
__________________ (1989), De la phonologie à la morphologie du NZEBI,
langue bantoue (B52) du Gabon, thèse de doctorat en deux volumes,
Université Libre de Bruxelles.
PUECH G. (1990), “Upstep in a Bantu Tone Language”, Pholia, 5, CRLS,
Université Lumière-Lyon 2, pp. 175-186.
PULLEYBLANK D. (1986), Tone in Lexical Phonology, Dordrecht : D. Reidel
Publishing Company, 249 p.
VAN DER VEEN L. J. (1986), Notes en vue d'une description phonologique et
morphologique de la langue pouvi (Gabon), Mémoire de Maîtrise en
Linguistique africaine, Université Lyon 2.
___________________(1987), De l'espace vocalique et des tons en pouvi : notes
descriptives, Mémoire de DEA en Linguistique africaine, Université LumièreLyon 2.
___________________(1991), Etude comparée des parlers du groupe Okani (B
30), Thèse de doctorat (nouveau régime), Université Lumière-Lyon 2.
SOMMAIRE DES NUMEROS PHOLIA
VOL. 1 (1984)
BLANCHON J.A.- Présentation du Yi-Lumbu dans ses rapports avec le YiPunu et le Ci-Vili à travers un conte traditionnel. BLANCHON J.A. & F. NSUKA
NKUTSI - Détermination des classes tonales des nominaux en Ci-Vili, I-Sangu, et
I-Nzèbi. FONTANEY V.L.- Notes towards a description of Teke (Gabon).
HOMBERT J.M.- Phonétique expérimentale et diachronie: application à la
tonogénèse (résumé). - Tonogenesis re-visited. - Réflexion sur le mécanisme des
changements phonétiques. - Les systèmes tonals des langues africaines: typologie
et diachronie. HOMBERT & A.M. MORTIER - Bibliographie des langues du
Gabon. HOMBERT J.M., F. NSUKA NKUTSI & G. PUECH - Pour l'application
au swahili des techniques de traitement automatique de la parole. HOMBERT J.M.
& G. PUECH - Espace vocalique et structuration perceptuelle: application au
swahili. MARAVAL, R. POINT & G. PUECH - Conversion digitale-analogique
pour la synthèse de la parole sur mini-ordinateur. NSUKA NKUTSI F. - Formatifs
et auxiliaires dans les langues bantoues: quelques critères de détermination.
PUECH G.- Explaining certain vowel and tonal harmony processes by echo. - Le
traitement de la parole au laboratoire de phonétique installé au CRLS.
Vol. 2 (1987)
BLANCHON J.A. - Les classes 9, 10 et 11 dans le groupe bantou B.40. - Les
voyelles finales des nominaux en i-nzèbi (B.52). BLANCHON J.A. et L. de
NADAILLAC - Malcolm Guthrie et latonalité des nominaux en nzèbi. HOMBERT
J.-M. et R. POINT - Contribution à l'étude des systèmes vocaliques : le cas du viri
(Sud Soudan). HOMBERT J.-M. - Phonetic conditioning for the development of
nasalization in teke - Conditions d'apparition des voyelles nasales dans les langues
bantu de la zone nord-ouest (Résumé). HOMBERT J.-M., F. NSUKA NKUTSI et
G. PUECH - Quelques perspectives pour la linguistique historique bantu. KWENZI
MIKALA J.T. - Contribution à l'inventaire des parlers bantu du Gabon. MAYER R.
- Langues des groupes pygmées du Gabon : un état des lieux. PUECH G.Production et perception des voyelles brèves du maltais gozitain. - La longue marche
des ndumu - Tons structurels et tons intonationnels en teke.
Vol. 3 (1988)
BANCEL P. - Doubles reflexes in Bantu A.70 languages. - Réflexions sur la
méthode de calcul en lexicostatistique. - A bon A.P.I. bon C.P.I. (pour un Codage
Phonétique vraiment International). BLANCHON J.A. - Tonalité des nominaux à
thème dissyllabique dans le groupe bantou B 20. - Une langue mixte en voie de
disparition : le geviya. - Relèvements tonals en eshira et en massango : Première
approche d'une tonologie comparée du groupe bantou B 40. FONTANEY L. Mboshi : Steps toward a Grammar : Part I. HOMBERT J.M. - Tonper, un test de
perception pour langues tonales: Application au bulu (Sud-Cameroun). HOMBERT
J.M. et M. MOUELE - Eléments de phonologie diachronique du wanzi (langue
bantu du Gabon - groupe B 50). KWENZI MIKALA J.T. - Quelques remarques
sur la transcription des textes oraux en langues africaines. LOUALI N. et J.M.
HOMBERT - Contribution à l'évolution des occlusives dentales du proto-berbère.
PUECH G. - Codage de l'Alphabet Phonétique International.- Augment et préfixe
nominal en ngubi. ALEKO H. et G. PUECH - Notes sur la lagune ngové et les
Ngubi. VAN DER VEEN Lolke - Caractéristiques principales du groupe B 30
(Gabon).
Vol. 4 (1989)
ALO P. O. – Phonetic Aspects of Nasalization in Tsabe (Yoruba). BANCEL
P. – EBENE : Un emprunt de l'égyptien ancien à une langue négro-africaine au
3ème millénaire av. J.-C.. BLANCHON J. A. – Le Wumvu de Malinga (Gabon) :
Tonalité des nominaux. DEMOLIN D. – Production et perception des voyelles en
Mangbetu. FONTANEY L. – MBOSHI Steps towards a Grammar - Part 2.
HOMBERT J.-M., P. MEDJO et R. NGUEMA – Les Fangs sont-ils Bantu ?
HOMBERT J.-M., M. MANFOUMBI et J.-L. MBONGO – Notes sur la
phonologie diachronique du sakè. KWENZI-MIKALA J. T. – Contribution à
l'analyse des emprunts nominaux du yipunu au français. MAYER R. – Inventaire et
recension de 130 récits migratoires originaux du Gabon. PUECH G. – Les
Constituants suprasyllabiques en S&Kw&2 (Bantu A 80). VAN DER VEEN L. –
Doubles réflexes dans quelques langues du groupe okani (Gabon).
Vol. 5 (1990)
ALO. P - Interaction between segments and tone in Tsabe. BLANCHON J.A.
-The Great *HL-Split in Bantu Group B40. BLANCHON J.A. - Noms composés
en massango et en nzèbi de Mbigou (Gabon). BLANCHON J.A. & L. VAN DER
VEEN - La forge de Fougamou : deux versions en langues vernaculaires.
DEMOLIN D. – Les trilles bilabiales du mangbetu. DISSARD P. & P. BANCEL Etude psycho-linguistique et phonétique acoustique sur un cas de détermination
analogique dans le langage. HOMBERT J.M. - Réalisations tonales et contraintes
segmentales en fang. KWENZI-MIKALA J.T. - L'anthroponymie chez les Bapunu.
MOUGUIAMA P. - Esquisse d'une phonologie diachronique du mpongwè.
NSUKA NKUTSI F. - Note sur les parlers téké du Zaïre. PUECH G. - Upstep in a
Bantu Tone Language.
Vol. 6 (1991)
BLANCHON J. A. – Faire un dictionnaire d’une langue bantoue sur
Macintosh avec HyperCard 2.0. - Le pounou (B 43), le mpongwè (B 11a) et
l’hypothèse fortis/lenis. DEMOLIN D. – Les consonnes labio-vélaires du
mangbetu. GREGOIRE Cl.- Premières observations sur sur le système tonal du
myènè-nkomi, langue bantoue du Gabon (B 11e). HOMBERT, J-M., M. MOUELE,
& L.W. SEO - Outils informatiques pour la linguistique historique bantu.
HOMBERT, J-M.- Quelques critères de classification des parlers fang. JANSSENS
B. - Doubles réflexes apparents en ewondo, ou les chassés-croisés de la dérivation.
TEIL-DAUTREY G.- Conditionnement tonal de certains doubles réflexes en basaa
(A 43a). VAN DER VEEN L. – Etude dialectométrique et lexicostatistique du
groupe B 30 (Gabon). Le système tonal du ge-via (Gabon). -
Vol. 7 (1992)
BLANCHON J. A. – Nouvel examen de la tonalité des noms en laadi de
Brazzaville (H 16f). BLANCHON J. A. et M. ALIHANGA – Notes sur la
morphologie du lempiini de Eyuga. DEMOLIN D., J.M. HOMBERT, P. ONDO,
C. SEGEBARTH - Etude du système vocalique Fang par résonance magnétique.
HOMBERT, J-M.- Terminologie des odeurs dans quelques langues du Gabon.
KWENZI-MIKALA J.T. - Présentation géo-linguistique de Libreville. LOUALI
N. - Le système vocalique touareg. LOUALI N. & G. PUECH - Les consonnes
"tendues" du berbère : indices perceptuels et corrélats phonétiques. MABIALA
J. N.- La situation linguistique de la région du Kouilou (Congo). VAN DER VEEN
L. J. – Rencontres et salutations en Galoa (B 10, Gabon).
Vol. 8 (1993)
BLANCHON, J. A. & J-N. MABIALA - Défini, Référentiel, et Générique en
kiyoombi (H 12b) : étude synchronique. BODINGA-BWA-BODINGA & L. VAN DER
VEEN - Plantes utiles des Evia : Pharmacopée. IDIATA-MAYOMBO, D. F. - Eléments
de phonologie diachronique du isangu (B 42). KWENZI-MIKALA, J. T. - La
gestualité et les interactions dans la narration d'une épopée : l'exemple de
Mumbwanga. LOUALI, N. - Les voyelles touarègues et l'alphabet tifinagh : évaluation
de quelques propositions récentes. MEDJO, P. - Etude sur la phonologie du parler
fang de Medouneu. MWELE, M. - Les idéophones en wanzi : étude préliminaire.
Vol. 9 (1994)
VAN DER VEEN, Lolke - Introduction. VAN DER VEEN, Lolke Présentation du projet. VAN DER VEEN, Lolke - Perception de la maladie.
LOUALI, Naïma - Perception de la maladie chez les Touaregs (Niger). MABIALA,
Jean-Noël - Perception de la maladie chez les Bayoombi (Congo). MEDJO, Pither Perception de la maladie chez les Fang (Gabon). IDIATA, Daniel-Franck Perception de la maladie chez les Masangu (Gabon). MOUGUIAMA, Laurent Perception de la maladie chez les Eshira (Gabon). MOUELE, Médard - Perception
de la maladie chez les Wanzi orientaux (Gabon).
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising