Giovanni Fusetti AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE CLOWN

Giovanni Fusetti AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE CLOWN
Giovanni Fusetti
AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE CLOWN
Le voyage du clown entre Art, Gestalt et Thérapie
« Au commencement était le Clown » by Giovanni Fusetti is licensed under
Vous êtes libres de reproduire, distribuer et communiquer cette création au
public selon les conditions suivantes :
Paternité. Vous devez attribuer cette ouvre à Giovanni Fusetti, avec le link
www.giovannifusetti.com
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cettecréation à
des fins commerciales.
Pas de Modification. Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou
d'adapter cette création.
A chaque réutilisation ou distribution de cette création, vous devez faire apparaître clairement au public
les conditions contractuelles de sa mise à disposition. La meilleure manière de les indiquer est un lien
vers la page www.giovannifusetti.com. Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez
l'autorisation du titulaire des droits sur cette œuvre. Plus d’information légales sur
http://creativecommons.org.
UNE NOTE DE L’AUTEUR SUR LES DROITS D’AUTEUR
Vous pouvez utiliser ces textes sans autorisation préalable de ma part. Je crois à la libre circulation du
savoir et à la quête collective de la connaissance. La vérité n'a pas des propriétaires. Mais je crois aussi
à la pratique de reconnaître et honorer nos maîtres et nos sources. Donc, si vous voulez citer des parties
de ces textes, je vous demande de citer l'auteur: (Giovanni Fusetti, 1999).
La référence bibliographique est la suivante :
Fusetti, Giovanni : Au commencement était le Clown. Le voyage du Clown, entre Art, Théâtre et
Thérapie. Memoire de fin formation à l’Ecole Parisienne de Gestalt, Paris, 1999.
Il est possible de télécharger directement cette ouvre en version digitale sur le site
www.giovannifusetti.com. Cette ouvre est disponible gratuitement. Si vous appréciez son contenue et
vous voulez soutenir ma recherche et mon travail pédagogique vous pouvez envoyer une contribution
de 10€, via paypal, à l’adresse email: giofusetti@tiscali.it. Cette somme va soutenir les frais de
traduction et de diffusion de mes écrits. Je vous remercie pour le soutien.
Giovanni Fusetti
AU
COMMENCEMENT
ÉTAIT
LE CLOWN
Le voyage du clown
entre Art, Gestalt et Thérapie
École Parisienne de Gestalt, 1999
SOMMAIRE
I ntroduction : le clown est une gestalt ……………………………………………
4
1. LE CLOWN
Une brève histoire du clown………………………………………………
Mon histoire de clown : de la rue à la pédagogie…………………………
Ma recherche pédagogique : le stage à la découverte de son clown……...
L’ échauffement…………………………………………………………..
Imitation de la démarche personnelle ……………………………………
L’entrée…………………………………………………………………..
Le rôle de l’animateur/Monsieur Loyal………………………………….
Un exemple de séquence d’entrée……………………………………….
Les différents clowns…………………………………………………….
Uno nessuno centomila clowns………………………………………….
Un exemple d’évolution d’un clown…………………………………….
Les principes fondamentaux de l’art du clown………………………….
8
12
15
20
21
21
27
29
31
33
34
35
2. LE CLOWN ET LA GESTALT
La pratique du clown vue par l’approche de la gestalt…………………..
Clown et self……………………………………………………………..
La psychose, la névrose et le clown……………………………………...
Clown et cycle du contact………………………………………………..
Clown et résistances……………………………………………………...
Clown et rétroflexion……………………………………………..
L’introjection……………………………………………………..
Introjections masculines et féminines…………………………….
Deux exemples de travail sur l’agressivité……………………….
Clown et sexualité………………………………………………..
La confluence…………………………………………………….
2
38
39
40
43
45
46
50
51
53
55
60
Clown et psychopathologie………………………………………………..
Transfert et contre-transfert dans la relation entre le clown et le Monsieur
Loyal……………………………………………………………….
Clown et awareness……………………………………………………….
Le clown au service de la Gestalt ou la Gestalt au service du clown ?.......
62
66
67
68
3. LE CLOWN ENTRE L’ART ET LA THÉRAPIE
Le paradoxe du clown…………………………………………………….
Le trickster et le lâcher prise fondamental………………………………..
La guérison par le rire : l’effet thérapeutique du ridicule…………………
Le clown et l’enfance……………………………………………………..
Le clown et la folie………………………………………………………..
Clown et contraintes existentielles………………………………………..
Le clown dans la rue………………………………………………………
Le clown entre l’art et la thérapie…………………………………………
Le clown dans la vie………………………………………………………
Un regard évolutif sur le travail du clown : l’initiation……………………
Pour terminer, avant de reprendre le chemin………………………………
70
73
76
78
81
83
84
87
89
91
94
ANNEXES*
Bibliographie des ouvrages consultés…………………………………….. 97
Bibliographie référentielle sur le clown…………………………………... 98
* Dans la photo de la premiè page : Harry Langdon (1884-1944), un auguste du cinéma muet.
3
INTRODUCTION
Le clown est une forme. Une forme qui émerge du fond.
Le fond est le vide : la piste vide, la scène vide.
Le comédien seul, au milieu de la piste, en face du public, avec rien. Rien du
tout.
Il ne fait rien, il ne dit rien; pas d’objet, pas de costume, pas de texte, rien d’externe à lui
à quoi s’accrocher. Le vide. Sur son visage, un nez rouge, le plus petit masque du
monde.
Et, dans ce vide, s'il accepte de l’assumer, quelque chose arrive : une émotion,
un geste, un mouvement, un regard. Un état. Tout d’un coup le mystère du rire se
manifeste. Le public rit. On ne sait pas encore pourquoi, mais il rit.
Ça c’est le don du clown : le rire. Le don le plus fragile et éphémère. Comme
une rafale de vent. Elle est là et comme elle est arrivée, elle s’en va.
Le clown fait rire le public et en même temps se nourrit de ce rire : une
mystérieuse alchimie se produit sur scène.
Quand on touche le ridicule absolu, on touche quelque chose de l’ordre de la
vérité. Et on ne peut faire rien d’autre que rire.
Mais le public est sévère : seulement ce qui est vrai est comique. On ne triche
pas avec le nez rouge. Si on perd le contact on est perdu. Mais si on accepte d’être
perdu on est sauvé.
Même plus, on est guéri.
C’est ça le clown : être là, dans le vide, dans le rien, et se laisser tomber dedans.
Dans ce vide il y a le plus grand danger pour le comédien : le bide. La chute, se casser
la gueule, le numéro raté, l’exploit cassé, le trou, la gaffe, la honte, la faillite, le rejet...
Mais, follement et paradoxalement, le clown commence là où le trou arrive, là
où le comédien laisse percer son imperfection, son ombre, tout ce que normalement il
cherche soigneusement à cacher au public, au cher public1.
1
La pratique du clown est une étape difficile et terrifiante pour le comédien. Jacques Lecoq, un veritable
maître dans la pédagogie théâtrale, a placé le travail sur le clown à la fin du programme de son école, qui
se deroule pendant deux ans.
4
Mon histoire avec le clown dure depuis neuf ans. J’ai commencé sans rien savoir
ni rien comprendre, avec une valise rouge au milieu du Piazza del Campo à Siena :
c’était mon premier numéro dans la rue. C’était nul. Mais j’avais essayé. Un long
chemin a commencé à ce moment-là, un chemin qui m'a conduit à parcourir le voyage
du clown, le voyage du théâtre et parallèlement le voyage de la thérapie. L’animation
théâtrale, le théâtre de rue, la formation, la découverte de mon clown, l’École Lecoq, les
spectacles de théâtre, mes premièrs stages, la pédagogie, et le retour à l’Ecole comme
assistant pédagogique et puis comme professeur d’improvisation.
Et parallèlement c’etait la rencontre avec moi même pendant un long travail
thérapeutique : la découverte de la psychothérapie, la descente dans mon coeur secret, la
Gestalt, le Rebirth, la Bioenergie, la synthèse entre le théâtre et le développement
personnel, jusqu’à mes premières expériences comme thérapeute.
Dans ce voyage j’ai trouvé beaucoup plus que ce que je cherchais. Chaque pas
m’a ouvert à des dimensions de moi et de l’existence qui m’ont laissé étonné,
bouleversé, émerveillé, parfois blessé et terrifié : certainement de plus en plus vivant et
de plus en plus en contact avec moi-même et la vie.
Ce mémoire est l’élaboration de ce voyage : pour la première fois j'essaie
d’organiser mes impressions, tracer des lignes, trouver la forme de mon voyage pour
mieux le comprendre. Dans le sens latin du mot : cum prendere, prendre avec moi.
Suivre les pourquoi et les comment, les questions qui m’ont habité pendant ces
années folles et magnifiques. Retourner aux notes de travail de mes animations,
spectacles, stages, mes notes d’élève et de pédagogue. Et laisser émerger une forme,
œuvre écrite qui décrit une tranche de mon existence et devient transmissible à d’autres
personnes.
Ce n’est qu’un bref essai, mais c'est le mien.
Le propos de ce mémoire est d’analyser le travail du clown avec un regard
gestaltiste : faire une synthèse entre deux pratiques, deux arts, qui, avec des origines et
des propos très différents, présentent des similitudes très profondes par rapport au
processus sur lequel elles se fondent.
5
J'oserais dire que la pratique du clown c’est de la Gestalt à l’état pur2. Tellement
pur qu'il n’a plus besoin d’aucune explication.
Le clown est un révélateur du plein contact. Quand l’énergie passe, le public rit.
La première partie du mémoire se concentre sur le clown. Je commence en
traçant une brève histoire du clown et de mon expérience avec le clown, du théâtre de
rue jusqu’à la mise en scène et à la pédagogie. J'aborderai après une analyse détaillée
des principes fondateurs de l’art du clown, en prenant comme point de repère mon
travail pédagogique, et notamment un stage à la découverte de son clown.
Dans la deuxième partie je vais analyser l’art du clown avec les outils
gestaltistes, pour découvrir qu'il y a des similitudes profondes et étonnantes avec
l’approche de la Gestalt, qui nous permet de comprendre très profondément la
dimension émotionnelle du travail du clown.
Dans la partie finale je tracerai des réflexions et des hypothèses d’évolution, qui
relient le travail artistique au travail thérapeutique.
Ce mémoire est une élaboration de mon expérience. Je tiens ici à remercier
toutes les personnes qui m’ont nourri dans ce long chemin.
Mon initiateur et véritable maître, Jacques Lecoq, et les magnifiques professeurs
que j’ai rencontrés dans son école. Entre eux en particulier Alain Gautré qui m’a aidé à
comprendre la nature sublime du ridicule.
Mes copains de rue et de scène, Alison et Sebby, avec qui j’ai partagé la joie du
jeu et de l’improvisation.
Paola, précieuse collaboratrice et chère amie, partenaire de la vision du clown, la
seule créature capable de nous sauver. Pendant ces deux dernières années, les stages en
co-animation et les nombreuses conversations avec elle ont été indispensables à la
rédaction de ce mémoire.
Les participants à mes stages à la découverte du clown, qui m’ont permis de
mieux comprendre les étapes du voyage et m’ont révélé ma passion pour la pédagogie.
Tous les inconnus qui ont ri pendant mes spectacles et mes délires de rue, tout au
long de ma picaresque carrière de clown de rue.
2
Peut-être que le vice-et-versa est vrai aussi : la Gestalt c’est du clown à l’état pur. La question se pose.
Voir à ce propos mes réflexions dans le troisième chapitre.
6
Les âmes de tous les clowns, tricksters et bouffons qui, j’en suis sûr, ont
toujours été là, avec moi, à rire, quand personne d’autre ne riait.
Et la multitude de pères et de mères thérapeutes, qui m’ont montré le chemin et
aidé à sentir que l’identité existe : Frà Luca, Lucia, Jacques, Pol et Imanou.
Et bien évidemment tous les formateurs de l’EPG, notamment Brigitte et
Patrick, qui, depuis le début de la formation, ont reconnu cette dimension de moi en lui
donnant valeur, et mes copains de promotion, qui ont toujours regardé avec intérêt et
tendresse mon monde artistique. Un remerciement spécial à Cyrille, il mio fratello
Leone, pour son soutien, et sa présence pleine de force et de tendresse.
Un remerciement existentiel à Serge, qui un jour lointain de 1993, lors d’une
journée contact à l’EPG, m’a “eu” complètement. À lui va mon énorme merci pour
avoir fondé avec Anne un lieu si riche de vie et de folie comme l’EPG.
Et je tiens enfin à remercier Brigitte, les membres de l’association Un Génie
dans la Cafetiere et Valerie, pour leur précieuse consultation orthographique et
linguistique3.
3Note linguistique
Ma langue maternelle est l'italien.
Ma formation théâtrale et gestaltiste est en français.
Ma pratique de gestaltiste est en italien, ainsi que ma pratique de clown.
Ma vie pédagogique se joue dans les deux langues parallèlement.
Si on ajoute qu'une partie très importante de mes sources est en anglais, le cadre est complet.
Le résultat de ce mélange systématique, est que ma pensée est un métissage linguistique, dans
lequel je me balade constamment entre une langue et l'autre, en choisissant le mot qui traduit le mieux
mon awareness de l'instant.
Le lecteur m'excusera donc si mon langage écrit porte en lui quelque chose de bizarre. Les
nombreuses couches de correction, soit par des mains humaines soit par la stupidité performante de
l'ordinateur, n'ont pas réussi à neutraliser cette danse du fond.
Je la confie au lecteur français en espérant en sa compréhension et, peut-être, en sa complicité.
7
Chapitre 1
LE CLOWN
Une brève histoire du clown
La naissance du clown est liée au cirque. Même s'il appartient à un génie de
personnages grotesques et dérisoires qui se perd dans la nuit des temps de l’humanité, le
clown comme on l’imagine aujourd’hui est une créature du cirque moderne4.
Le cirque moderne apparaît dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.
Descendants des mimes gréco-latins, de jongleurs médiévaux et de compagnies de
Commedia dell’Arte, les premiers cirques se constituent autour des compagnies
d’acrobates et funambules, qui s’exhibent à ciel ouvert sur la place publique dans les
foires. En 1767 le premier cirque équestre apparaît à Paris, créé par l’anglais Bates.
Quelques années après, un autre anglais, Philip Astley, véritable père du cirque
équestre, développe à Londres la forme de spectacle éclectique qu'on connaît encore
aujourd'hui : mélange de voltige à cheval, danse, acrobatie, funambules et sauteurs.
La tension créée par le risque permanent induisit Astley à introduire un élément
comique, le clown, pour soulager le public. Les premiers numéros de clown furent donc
des voltiges grotesques à cheval. Le clown devint bientôt le contrepoint des acrobates,
et prit le semblant d’un paysan : chevalier d’occasion, écuyer qui par hasard se trouve
en piste et cherche à faire des exploits acrobatiques inévitablement ratés.
Selon certains auteurs la naissance du clown est liée à l’accident : un acrobate
qui se casse la gueule pour de vrai et le public rit. L’imprésario reprend la situation et
crée un numéro de la voltige ratée. Ou le palefrenier qui rentre pour attraper un cheval
emballé et se produit sans le vouloir dans des voltiges formidables5. Ou bien les
ouvriers, qui dans le ménage de la piste entre un numéro et l’autre, créent une multitude
d’accidents drôles.
4
Voir à propos de l’histoire du clown et du cirque : Simon, Alfred : La planète des clowns. Lyon, La
Manufacture, 1988.
5
Charlie Chaplin dans le film Le Cirque, reprend ce thème avec le personnage de Charlot qui crée par
hasard un numéro formidable .
8
Le rôle d'intermédiaire du clown est certain : quelqu’un qui apparaît entre un
numéro et l’autre, créature qui remplit un trou, personnage marginal destiné à devenir
rôle central du spectacle.
Et certaine est aussi l’origine anglaise de ce personnage : “le mot clown
déformation de clod, le colon, désigne un paysan balourd, et entre dans la langue
française en 1813 pour nommer le pitre du cirque à l’anglaise qui exécute, à pied ou à
cheval, des exercices d’équilibre ou de souplesse destinés à faire rire. Grimace et
cabriole sont les deux bases de son art” (Alfred Simon).
Très important fut aussi l’influence du comédien anglais Joey Grimaldi,
considéré souvent comme étant le premier clown de l’histoire : farceur, mime,
saltimbanque, acrobate d’origine italienne, il créa un personnage comique dont le
costume rouge et blanc et le maquillage laissèrent ses traces dans les deux siècles
suivants.
La présence des clowns dans les cirques se développe pendant tout le XIXe
siècle, et subit une transformation progressive : du clown-sauteur au clown-parleur. “Le
clown, jusque-là solitaire, cherche un ou plusieurs partenaires pour créer un nouveau
type d’équipe comique” (Alfred Simon). Les entrées deviennent de véritables brèves
histoires comiques, les clowns travaillent souvent en couple ou en trio, des rôles
commencent à se définir.
Le couple Clown Blanc-Auguste se structure dans un duo comique qui va
beaucoup influencer le monde du spectacle contemporain. Ce duo représente
l’opposition perpétuelle entre l’autorité et la rébellion, l’ordre et le chaos, l’adulte et
l’enfance, le maître et le serviteur, l’intelligence et la bêtise, la tête et le corps.
L’Auguste fait échouer tous les projets du clown blanc, il désobéit à l’autorité, est en
contre-rythme constant, toujours décalé. L’élégance austère du clown blanc avec son
costume brillant et plein de paillettes, s’oppose au costume chaotique et irrésolu de
l’Auguste, où il y a toujours quelque chose en trop, des harmonies qui ne se font pas.
Parfois il y a un deuxième Auguste, intermédiaire entre les deux, souvent dit
Auguste de piste, ou Auguste de soirée.
La liaison entre les clowns et le reste du spectacle est souvent gérée par un autre
personnage, le Monsieur Loyal : à l'origine directeur du Cirque Loyal (vers 1830), il
devient après un personnage de la piste. “Celui qui, placé à l’entrée des artistes, côté
piste, veille au bon déroulement du spectacle, dirige les manutentions d’accessoires et
par ricochet la barrière (c'est-à-dire le personnel affecté à cette tache), annonce certains
numéros, en souligne les points forts, donne les répliques aux clowns et augustes, tient à
9
l’occasion la chambrière pour quelques évolutions équestres, intervient lors des
incidents ou accidents” (Adrian).6
À partir des années 1880, les clowns italiens prennent la suprématie sur les
clowns anglais et marquent cette transformation du clown acrobate en clown comédien.
On rentre dans l’âge d’or du cirque et l’art clownesque touche son apogée.
Paris devient la capitale du clown, et un cirque, le cirque Medrano, devient le
berceau d’une multitude de clowns de formidable talent .
Footit et Chocolat, Dario, Bario, Rhum, Porto, Grock, les Fratellini, Alex, Pipo,
Charlie Rivels ne sont que des exemples de noms qui sont restés dans l’histoire.
Le cirque commence son déclin à partir des années cinquante. D’autres formes
de spectacle se développent et le public est de moins en moins attiré par le chapiteau.
Relégué progressivement à un spectacle marginal, pour un public marginal, comme par
exemple les enfants, le cirque résiste comme témoin d’une époque finie, simulacre d’un
art en voie de disparition. Et les clowns suivent ce chemin de décadence et d’abandon.
Sorti de la piste du cirque, le clown suit deux voies différentes d’évolution : la
rue et la scène. À partir des années soixante une multitude d’artistes de rue, par
différentes vagues, traversent les rues d’Europe et d’Amérique du Nord sur les traces
des anciens saltimbanques. Souvent ils mélangent différents arts : jonglage, acrobatie,
pantomime, musique. Le maquillage et le costume d’auguste laissent des traces partout,
ainsi que le visage blanc de Pierrot, rendu célèbre par son évolution plus moderne,
Marcel Marceau.
Sur l’autre voie, certains grands clowns, comme Dimitri ou les frères
Colombaioni, se produisent indifféremment au cirque et au théâtre, et d’autres artistes
transforment le clown en être de scène et nourrissent avec l’état clownesque leur travail
de comédiens. Jango Edwards, Boleslav Polivka, Pierre Byland, Yves Lebreton, sont
des exemples dans cette direction
C’est dans ce phénomène de transformation du clown que s’inscrit le travail de
Jacques Lecoq. On est dans les années soixante, le cirque et en train de mourir7, le
clown abandonne la piste et il se cherche ailleurs : dans son école à Paris, Jacques
Lecoq a l’intuition d'aller à la redécouverte du clown. En croisant son expérience de la
Commedia dell’Arte et ses types masqués, avec ce qui reste du clown de cirque, il ouvre
un nouveau chapitre dans l’histoire du clown. Le suisse Pierre Byland, élève puis
6
Adrian : Dictionnaire des clowns et farceurs, partie de l’ouvre : Jacques Fabbri et André Sallée (sous la
direction de) : Clown et Farceurs, Paris, Bordas, 1982.
7Le
cirque Medrano termine sa programmation en 1963. Il sera transformé en salon à bière pendant
quelques années, pour être en suite détruit par les bulldozers en 1973. Aujourd’hui il n'y a plus que le
Cirque d’Hiver à nous rappeler les gloires du passé.
10
enseignant de l’Ecole Lecoq, introduit le nez rouge, qui, véritable masque, révèle l’état
clownesque.
Le nez rouge simplifie l’Auguste à son essence : nez rouge devient synonyme
d’auguste, et auguste synonyme de clown. Le clown devient état de jeu, étape
pédagogique dans la formation du comédien, révélateur de la présence comique de
chacun.
Le clown perd son maquillage et son costume extrêmes et se simplifie, en
devenant un état comique de base, un état d’être plutôt que de faire, qui constitue la
base de toutes les évolutions successives de la recherche du comique. Le travail de
Lecoq devient une référence pour tous ceux qui s’intéressent au clown.
C’est ainsi que j’ai rencontré le clown et c’est comme ça que j’en suis tombé
amoureux.
Fig.1. Henri Matisse : “ Le Clown” (1943/44).
11
Mon histoire de clown : de la rue à la pédagogie
Mon histoire avec le clown pourrait avoir comme titre : la reconquête du plein
contact.
Mon intérêt pour le clown est arrivé sans aucun préavis. Pendant mon enfance et
mon adolescence, je ne me suis jamais intéressé au théâtre. Au contraire, j’ai un
souvenir très désagréable des spectacles vus à l’école : je m’emmerdais, je trouvais les
comédiens faux et très ennuyants.
Par contre je me souviens d’une véritable fascination pour les contes et les
conteurs : une vague nostalgie pour quelque chose que je sentais avoir perdu, quelque
part, dans un temps lointain. Maintenant je sais ce que j’avais perdu : le contact. Mais à
l’époque je ne le savais pas.
Il y a un trou d’émotions entre mon enfance et mes vingt ans : si je pense à mon
enfance et à ma jeunesse je sens beaucoup de froid. En surface tout allait bien, mais,
dans le fond, j’étais très loin. J'habitais tout seul dans mon monde, protégé à distance
par ma famille, qui ne me touchait pas. Trop de mamma et pas assez de papá, dans une
famille où la discrétion et le silence étaient les principes fondateurs des relations
humaines. Pour compléter le cadre, une formation très catholique a assuré le froid avec
ses interdits, et avec sa méfiance et sa peur du corps.
Je lisais beaucoup, j’étais très engagé dans le sport et dans le social, j’étais en
apparence très bien.
J’avais 22 ans quand pour la première fois j’ai entendu quelqu’un me demander
comment ça va? Bien évidemment plein de monde me posait tout le temps cette
question. Mais je ne la sentais pas. C’était un frère franciscain, qui allait devenir mon
père spirituel, une personne de grande sensibilité et avec un grand cœur, et surtout une
personne capable de contact avec mes émotions. En effet, je n'allais pas très bien. Mais
c’était la première fois que je rencontrais quelqu’un que je sentais me voir vraiment.
Cette personne devint pour moi un point de référence, un père et une mère, non
seulement spirituellement mais dans mes tripes. Dans son accueil sans jugement il me
révélait le visage amoureux de l’expérience spirituelle et, en même temps il me révélait
à moi même. Il était thérapeute sans le savoir et sans le vouloir, en relation avec moi
avec son cœur, et je l’aimais profondément.
C’était lui ma première expérience d’accueil dans l’âge adulte. Et après quelques
années de relation régulière avec lui, précisément à l’age de 24 ans, j’ai commencé une
psychothérapie individuelle.
12
À l’époque j’étais étudiant d’agronomie, à l’université de Padoue. La prise de
conscience avec mon monde émotionnel fut tellement forte que finalement je sentais de
l’énergie qui poussait. Je me sentais capable de me demander vraiment : qu’est-ce que
je veux faire de ma vie? Et c’est là que le clown est apparu.
Je crois que j’ai aimé le clown avant de le comprendre : l’image qui m’attirait
c’était l’artiste de rue. Conteur, marionnettiste, gitan sans domicile, voyageur poétique,
aimé par tout le monde, pacifique et fou de la sainte folie.
C’était une fenêtre ouverte sur un monde dont je ne connaissais rien du tout mais
que je sentais être pour moi.
Neuf ans sont passés depuis mon premier essai avec un vrai public. Une
gestation. J’ai commencé avec rien : une valise rouge au milieu du Piazza del Campo à
Siena8, sous les yeux plus qu’étonnés d’un copain. Le visage blanc, j’ai essayé le
numéro du dompteur de puces, grand classique du répertoire du clown de cirque9.
C’était nul, seulement deux ou trois enfants sont restés, avec leurs parents, et à la fin
j’avais 2.500 lires (8 FF) dans mon chapeau.
La nullité de mon spectacle était largement compensée par la joie de l’avoir
essayé.
C’était le premier pas d’un long chemin de théâtre de rue, pendant lequel, d’une
façon sauvage et complètement autodidacte, j’ai découvert la joie profonde du jeu du
clown.
L’envie et l’urgence de jouer étaient tellement fortes que j’ai commencé à
croquer toutes les expériences qui me semblaient capables de nourrir et développer cette
envie. Mon premier contact avec le théâtre avait été un atelier de marionnettes, où
j’avais touché pour la première fois la joie de m’exprimer. Loin de la rigueur technique
et poétique que j'aurais à découvrir par la suite, j’avais touché un état de grâce que
j’avais perdu depuis des années. Derrière la baracca10, en jouant avec mes mains et ma
voix j’avais touché une liberté nouvelle. Qui me faisait beaucoup de bien.
Mais c’était la rue qui m’attirait le plus.
Ce que j’avais trouvé c’était, tout simplement, une voie d’accès à un état ou
j’étais complètement libre d’exprimer, dans l’instant, tout ce que je ressentais. Avec
8
C’était le mois d’août 1989.
9
Grand classique du répertoire du cirque, a été rendu célèbre au grand public par Charlie Chaplin dans
son film Limeligh, où, le personnage de Calvero joue Phillis and Henry: performing flees.
10 Le
mot italien qui décrit la structure derrière la quelle on joue les marionnettes.
13
mon maquillage, ma valise, au milieu de la rue, j’étais libre, et je touchais une intensité
et une pureté émotionnelle dont je n'avais aucun souvenir préalable.
C’était comme recommencer à marcher après des années de fauteuil roulant.
Dans ma vie j’étais loin de la liberté de mon clown, mais l’énergie que je touchais se
diffusait en moi, et je sentais qu’à l’intérieur de moi tout bougeait.
J’ai commencé à suivre des stages : mime et pantomime, clown, une école de
théâtre avec une compagnie de Padoue. Mais j’avais très faim et j’en voulais plus. Ce
n’est que lorsque j’ai rencontré l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à
Paris, grâce à d’anciens élèves, que j’ai senti que j’étais arrivé à une source à la hauteur
de ma soif.
J’ai donc étudié à Paris avec Jacques Lecoq et ses professeurs entre 26 et 28 ans
et après ce fut un véritable épanouissement de ma vie. L’École m’avait donné les
instruments techniques et la compréhension pédagogique de ce que je cherchais et que
j’aimais. Elle m’avait mis en contact avec Jacques Lecoq, un véritable maître artistique,
qui avec sa force, son intuition et sa rigueur m’avait appris des principes fondateurs du
travail artistique, et de la vie même. Je sortais avec une puissance nouvelle et j’étais
libre de vivre cette vie. Très rapidement je gagnais assez bien ma vie et je sentais une
énergie formidable.
De la rue je suis passé au théâtre. Avec deux autres copains de l’École, j’ai
fondé une troupe et on a joué dans la rue et au théâtre.
Parallèlement à cette démarche artistique je continuais la thérapie et la Gestalt
me donnait la possibilité d'intégrer les formidables énergies bougées par mon travail. Je
commençais à donner des mots et des formes à ma souffrance émotionnelle, et à
m’apprivoiser en m’écoutant dans une relation moins sévère avec moi même. J’étais fou
mais je pouvais faire quelque chose avec. J’étais dans un triangle d’énergies qui
tournaient : mon travail théâtral, ma vie, la thérapie. Une spirale d’évolution.
Même sur le plan de mon travail thérapeutique j’en voulais plus. J’ai commencé
à envisager une formation et la Gestalt me semblait répondre à mes besoins et désirs.
J’ai choisi la Gestalt à l’EPG et je me suis engagé à suivre le deuxième cycle. Et là j’ai
découvert pourquoi, parmi d’autres approches psychologiques ou thérapeutiques, je me
sentais plus attiré vers l’approche de la Gestalt. À mon avis c’est une approche
fondatrice et formatrice, qui ouvre le chemin à beaucoup de synthèses et d’évolutions.
Le modèle qu’elle propose pour décrire le fonctionnement de l’être humain dans le
monde, me semble, jusqu’a présent, le modèle qui s’approche le plus de la vie, et donc
qui me convient le plus et qui me fait plaisir dans ma recherche de compréhension du
monde, de moi-même et de l’être humain dans son mystère.
14
Ma recherche pédagogique : le stage à la découverte de son clown
Après un peu plus de sept ans depuis ma première sortie dans la rue, j’ai animé
mon premier stage sur le clown. Le nez rouge : stage théâtral à la découverte11 de son
clown.
Jusqu’à aujourd’hui, en deux ans, j’ai animé quatre stages de week-end (deux
jours), deux en week-end long (trois jours) et deux stages résidentiels d’une semaine. Et
deux groupes continus de recherche sur le clown viennent de démarrer en novembre de
cette année12.
Le travail de ce mémoire est une élaboration de cette expérience, qui a intéressé
92 stagiaires d’âge compris entre 22 et 50 ans, avec un âge moyen de 28-30 ans. Le
nombre des participants a varié de 7, au minimum, à 15, au maximum. Plusieurs
stagiaires ont répété le stage plusieurs fois. Donc, le nombre réel de personnes qui ont
fait ce travail avec moi est de 50, dont 28 femmes et de 22 hommes.
Il s’agit d’un stage théâtral, qui a comme propos la découverte du clown que
chacun a en soi même. Il n’y a pas de séquence de travail thérapeutique. Et le matériel
émotionnel qui émerge est traité en fonction du clown. On ne quitte donc jamais le
cadre donné par le nez rouge. Je vais retourner sur ce thème délicat dans la troisième
partie du mémoire, à propos de la relation entre l’art et la thérapie.
Ici je me limite à souligner le cadre théâtral du stage : les participants ne
viennent pas avec une demande explicite de thérapie, et, d’ailleurs, le stage ne la
propose pas.
Cela dit, il arrive parfois que la personne touche des émotions fortes qui
débordent le jeu théâtral. Dans ce cas j'interviens pour rassurer la personne, en lui disant
que c’est tout à fait normal dans ce genre de travail, j'interromps l’exercice et je la
soutiens afin de dégager la pression émotionnelle, en donnant des mots au processus.
Par exemple en expliquant que le clown a touché des couches émotionnelles où il y a
des souffrances : et que donc ce n’est pas possible, pour l’instant, de jouer avec ces
couches, parce que la blessure est encore trop vive. Et que seulement dans un cadre
thérapeutique on peut la toucher. Mais je ne rentre pas dans une séquence thérapeutique.
11
Je me suis longuement débattu entre les deux mots recherche et découverte du clown. Aujourd’hui je
préfère le deuxième : on découvre ce qui est déjà là, quelque part. Et comme Pablo Picasso disait : “Je ne
cherche pas, je trouve”.
12 Au
mois de novembre 1998.
15
Je pense que c’est un point clef : c’est à ce point-là que l’on peut changer de
cadre et créer des mélanges entre le clown et la thérapie. Mais seulement si c’est préétabli dans le contrat avec le groupe. Donc, pas de thérapie sauvage.
Tous les stages ont une même structure. Le stage d’une semaine arrive plus loin
dans le chemin, mais le processus reste le même.
L’itinéraire que j’ai créé est une élaboration de ma propre formation et de mon
expérience de clown. Le point de référence le plus important reste le travail que j’ai fait
à l’École Lecoq. L’approche au nez rouge comme masque vient de cette école, et s’est
répandu dans le monde grâce à des anciens élèves et professeurs.
À l’École le travail sur le clown fait partie du troisième trimestre de la deuxième
année. Il dure environ trois semaines, avec une moyenne de trois heures de cours par
jour. Il commence après une semaine dite “le grand déconnoir”, ou on joue à se
déguiser et à être cons, sans aucune intention théâtrale, sauf celle de s’amuser à être
libres de faire n’importe quoi tous ensemble13. En suite, le travail avec le nez rouge
commence, en passant par l’entrée clownesque, le numéro, le bide, le cirque, les clowns
dans la vie quotidienne. Le propos est, bien évidemment, de comprendre les lois d’un
langage théâtral, pour pouvoir en jouer dans les métiers de comédien, auteur et metteur
en scène : donc, faire du théâtre. La génialité et la richesse de ce travail sont rendues
très difficiles par sa vitesse, par le peu de temps disponible et le nombre élevé d’élèves.
Une fois sorti de l’école, quand j’ai commencé ma propre recherche, j’ai
rapidement compris ce qui, à l’école, m’avait enthousiasmé et ce qui, par contre,
m’avait frustré. J'ai ainsi commencé ma démarche d’autonomisation par rapport à mon
“maître”.
D’abord il y a les élèves : il y a une différence pédagogique fondamentale entre
mon travail et la démarche de l’École Lecoq. Les élèves qui arrivent au clown chez
Lecoq sont passé à travers deux ans d’école, ils ont une technique qui les soutient mais,
surtout, ils sont habitués à se montrer sur scène14. Dans mes stages il y a parfois des
gens qui ne sont jamais montés sur scène de leur vie.
Ensuite il y a la relation pédagogique : je voulais un plus grand contact, plus de
temps disponible, et la présence d’un pédagogue plus engagé dans la relation avec
l’élève.
13 Lecoq
14
Jacques : Le corps poétique. Arles, Actes Sud, 1997. Page 155.
Lecoq, Jacques : (op. cit) page 158.
16
Et, bien évidemment, la structure du travail ne pouvait pas être la même : une
école a des formes et des rythmes complètement différents par rapport à un stage.
J’ai donc longuement réfléchi et j’ai apporté certaines variations fondamentales
par rapport au voyage que j’avais fait moi-même. Elles concernent le propos du travail,
le rôle du pédagogue, et le travail corporel.
Une grande différence dans la démarche c’est que, pour moi, le propos initial du
travail n’est pas de faire rire le public et trouver donc un théâtre comique, mais plutôt de
trouver l’état clownesque. Le rire vient après, comme un plus qui arrive
nécessairement quand l’élève est dans son état clownesque. Au début donc on ne
cherche pas à faire rire le public, mais simplement à être vrai sur scène. Le nez rouge
fait le reste. Il y a donc un travail de sensibilité d’abord. Ici je vois l’influence de la
Gestalt en moi, avec son principe d'abandonner toute intentionnalité15.
Seulement dans le stage d’une semaine le groupe arrive à se confronter avec la
mise en scène d’un bref spectacle/démonstration de fin stage : mais toujours avec la
conscience que c’est d’abord l’état clownesque qui compte, l’être vrai dans l'ici et
maintenant. La technique et l’écriture peuvent s’ajouter à ça mais pas le remplacer.
C’est un travail difficile et exigeant. Je crois que le temps d’une semaine est
encore trop bref. Je réfléchis sur une formule de deux semaines, avec la première
semaine dédiée à la recherche de l’état clownesque et la deuxième à la recherche de la
dimension théâtrale et spectaculaire du clown, donc avec un virage vers l’écriture
artistique/poétique. La dernière évolution de cette recherche est un groupe continu de
recherche sur le clown, qui vient de démarrer : huit stages de deux jours dans huit mois,
avec un même groupe de gens, qui s’engage pour toute l’année. J'attends avec curiosité
de voir les spécificités de cette nouvelle formule.
Une deuxième grande différence est le contact entre l’élève et le pédagogue,
qui, dans ma pratique, est très présent. Dans les différents exercices sur l’entrée j’ai
amplifié le rôle du pédagogue. Il intervient plus souvent et donne des pistes de travail :
non seulement il indique les problèmes et les blocages, mais il propose aussi des pistes
d’évolution en travaillant avec l’élève. Le nombre réduit d’élèves (12-15) et le travail
intensif du stage, rend la dimension individuelle du clown très importante, ainsi que la
relation entre l’élève et le pédagogue. Je peux donc me permettre de rester avec l’élève
15
Jean Van Pavenage : “L’awareness est l’abandon de toutes intentionnalités”. Notes personnelles
pendant un stage de formation.
17
dans de longues séquences de travail, faire répéter des passages, nourrir le processus
pendant qu’il se passe, et non plus seulement avec un feedback à la fin du travail.
Le dernier élément est le travail corporel. Tout au long du chemin, le travail
théâtral est mêlé à des exercices de mouvement, jeux et danses, qui maintiennent haute
l’énergie du groupe, et créent une variation rythmique à l’intérieur du chemin. Je vois
que surtout les jeux ridicules et les danses libèrent les élèves et leur rappellent que le
moteur fondamental de cette recherche est le plaisir, et que c’est là qu'il faut rester
ancrés.
J’ai donc élaboré ma propre démarche, et maintenant chaque fois que je répète le
travail j’apporte des variations. Je sens que le processus devient de plus en plus précis et
solide. Le cadre de la page suivante trace les étapes du processus, dans la forme du
stage.
Je maintenant peux aborder une analyse plus détaillée du travail. Je ne vais pas
analyser la totalité du stage, mais seulement le début, jusqu’à l'exercice de l’entrée. Cela
est suffisant pour découvrir le travail du clown et ses principes, avant de les regarder
sous la lumière de la Gestalt, dans le deuxième chapitre du mémoire.
Fig.2. Les Fratellini: Paul, Albert et François
18
STAGE À LA DÉCOUVERTE DE SON CLOWN
déroulement d’un stage type
•
Présentation des participants et du cadre.
•
Échauffement.
•
Imitation de la démarche personnelle.
•
L’entrée avec le nez rouge : découverte de l’état clownesque.
•
Reprise de la démarche personnelle avec le nez rouge, et travail sur le corps du
clown.
•
Choix d’un chapeau.
•
Choix d’un objet du clown.
•
Entrée avec l’objet : découverte du jeu du clown avec l’objet, dans la relation avec
le public.
•
La relation entre clowns : entrée à deux et à trois.
•
La hiérarchie entre clowns : groupes de clowns et familles.
•
Exercices collectifs en clown : le cours de gymnastique et la soirée de danse.
(Fin du stage de week-end)
•
Découverte du costume.
•
La recherche de la voix du clown : du son, à la chanson, à la voix.
•
•
•
•
•
•
•
Improvisations :
numéro avec un objet;
audition de chant folklorique, individuel et à deux;
audition individuelle de poésie;
audition de poésie : poète, mime, et bruiteur;
audition d’acrobatie;
exploit du clown.
•
Sortie en clown : les clowns visitent la ville.
•
Choix des meilleures improvisations et répétitions.
•
Mise en scène d’un spectacle/démonstration, pour un public invité.
19
L’échauffement
Le stage commence avec la présentation des participants, la présentation du
cadre et des règles pratiques du travail (horaires, le lieu, le paiement...), quelques mots
sur les attentes avec lesquelles chacun arrive au stage. L’échauffement peut ensuite
commencer.
D’abord c’est l’équilibre de l’espace : tout le monde marche dans la salle, avec
la consigne d'occuper l’espace d’une façon homogène. Il s’agit donc d’un mouvement
collectif, ou chaque vide qui se crée est rempli par quelqu’un. Je propose l’image d’un
radeau, qu’il faut occuper sans créer de concentration du poids, pour ne pas le renverser
ou le défoncer.
Cet exercice permet de porter l’attention à l’extérieur de soi, en commençant à
sentir l’importance de la réaction plutôt que de l’action.
Après, en gardant la règle de l’espace, j’ajoute des consignes :
•
Nom et geste : je dis le nom d'un des participants et lui va faire un geste,
accompagné par un bruit. En suite, chaque fois que je répète ce même nom tout le
groupe refait ce geste. On peut arriver jusqu’à 7-8 noms et gestes différents.
•
Phrase : quand je dis le mot phrase, le groupe se réunit en cercle, comme les
joueurs de football américain, et répète une phrase, y en ajoutant chaque fois un
mot. La phrase que j'utilise est : les clowns sont arrivés en piste. Qui donc devient :
les, les clowns, les clowns sont, les clowns sont arrivés...
• Courtes improvisations : j’arrête le mouvement collectif avec un claquement des
mains, j'indique deux ou plusieurs personnes, et je donne un thème, pendant que les
autres regardent. Les thèmes mimo-dynamiques fonctionnent très bien : les gens, en
prenant des formes autres qu'eux même, commencent à jouer avec leur corps d’une
façon plus libre. Voilà quelques thèmes : chiens, chats, abricots, vagues de la mer,
gouttes de pluie, radiateurs, flocons de neige... Chaque thème peut évoluer dans un
crescendo de plus en plus délirant. Par exemple, un groupe de cinq reçoit le thème :
pêches sur l’arbre. Je fait évoluer le thème : pêches mures, plus mures, pêches qui
tombent, pêches tombées, joyeuses, en colère, pêches écrasées au sol qui chantent du
hard rock.
20
Techniquement je suis le chemin :
•
•
•
Identification mimique complète avec le thème (je suis la pêche) : le thème amène
un état.
Amplification de l’état.
Transfert humain : je propose des émotions humaines, jusqu’à une situation
humaine.
Le fait d'avoir un appui sur un élément physique (la pêche ou n’importe quoi),
permet au comédien de quitter un jeu psychologique, basé sur des idées, pour rentrer
dans un jeu purement corporel, où il peut suivre des sensations ou des images
sensorielles16. C’est exactement ce qu'on ira chercher après, pendant l’exercice de
l’entrée.
Le rythme est fondamental pour rentrer dans le jeu : il n’y a pas de temps pour
se rendre compte du ridicule absolu de certains thèmes, pas de temps pour les juger ou
pour se juger. Le comédien reçoit une provocation, réagit dans son corps, les autres
regardent, quelque chose arrive, on change. La surprise permet de ne pas réfléchir avant,
ne pas préparer une idée ou une intention.
L’échauffement dure environ une heure, c’est très engageant et épuisant
physiquement, et cela laisse le groupe dans un état d’hilarité épuisée, très homogène.
C’est un état d’ouverture et de disponibilité à ce qui va arriver après.
Imitation de la démarche personnelle
C’est un autre exercice d’échauffement, mais il est individuel. C’est le premier
contact avec sa propre unicité. Je divise le groupe en deux sous groupes, un qui observe,
l’autre qui se balade, le plus neutre possible, dans la salle. Pas de problème, pas
d’urgence ni de fatigue, aucun conflit, aucune intention. On se balade, c’est sa propre
démarche naturelle.
Chacun dans le groupe des observateurs reçoit un petit papier avec le nom de
quelqu’un dans le groupe des observés : la consigne est d’observer attentivement, et
sans se faire découvrir, la façon de marcher de l’observé, pour en suite l’imiter.
16
Pour en savoir plus sur l’approche mimo-dinamique, lire Lecoq, Jaques : (op.cit.) page 53-57.
21
La démarche est un véritable évènement dynamique, il y tant des variables que
l’observation pourrait durer des heures. Ici on se limite aux éléments principaux :
ampleur des pas, largeur des appuis, fréquence des pas, ondulation des bras, façon de
poser les pieds au sol, position de l’axe du corps (vertical, vers l’avant, vers l’arrière),
dominance de certaines parties du corps dans l’espace (c’est la tête qui tire, le bassin qui
pousse, la poitrine qui est tirée...). Il s’agit d’une observation dynamique du corps en
mouvement, et pas d’un jugement de la personne qui marche ou de son caractère. On
reste à un niveau purement mécanique, en cherchant la série de mouvements qui sont
typiques de chaque personne.
Par exemple on a souvent l’impression que quelqu’un est tiré ou poussé dans
l’espace, ou bien qu’il monte vers le haut ou plutôt qu’il est écrasé vers le bas (en
fauteuil). La variable pousser/tirer, ou monter/être écrasé, nous donne donc beaucoup
d’informations précieuses sur le corps clownesque.
Après l’observation, qui dure environ cinq minutes, le groupe des observateurs
présente une imitation de la personne qui a été observée, laquelle, assise sur le banc,
cherche à deviner qui est son imitateur.
Une fois que tous les couples se sont découverts, un travail individuel d’analyse
des mouvements commence. Chacun prend conscience des éléments typiques de sa
propre démarche, pour pouvoir en jouer dans le clown.
Il s’agit de la découverte de son propre corps. Il n'y pas de corps neutre : notre
corps c’est notre vie. Et il a inscrit tous nos conflits, plus ou moins conscients et plus ou
moins résolus. Ces conflits sont la structure du corps de notre clown. Avec l’aide de
l’imitateur et du pédagogue, le comédien identifie les éléments typiques de sa
démarche, et, ensuite il peut les amplifier, pour révéler la démarche de son clown.
Il y a différentes étapes du processus :
•
•
•
prise de conscience;
amplification;
caricature.
Pour le clown l’amplification est suffisante. Dans d’autres styles théâtraux,
comme le théâtre de masque, et notamment la Commedia dell’Arte, ou pour les bandes
dessinées, on peut aller jusqu’à la caricature.
Quand, à la fin de l’analyse, le comédien fait un dernier passage avec sa
démarche amplifiée, on découvre un principe fondamental du travail du clown.
22
Si c’est vrai le public rit, et quand le public rit cela veut dire qu' y il a
quelque chose de vrai, quelque part.
Je suis convaincu que c’est un principe fondateur de l’art clownesque : dans cet
exercice les élèves le rencontrent pour la première fois avec clarté. Il sera encore plus
évident lors de l’entrée.
Il y a deux difficultés à l’exercice.
• Quand la personne ne sent pas ce que le public voit, donc n’arrive pas à l’assumer.
• Et quand, dans l’amplification, elle perd le contact avec le fond vrai de sa démarche
et le travail devient mécanique.
Quand le jeu devient mécanique on tombe dans une composition stérile où la
personne n’est plus présente. Et le public ne rit pas. Par contre, quand le contact avec le
fond physique est conservé on peut aller très très loin dans la caricature, jusqu’à de
véritables dessins animés vivants.
Et voilà un autre principe fondamental du clown : être vrai, toujours, garder le
contact avec sa propre vérité.
Dans cet exercice on touche aussi un autre aspect fondateur de la pratique du
clown : jouer avec ce qu’on est. Il ne s’agit pas de corriger ses déformations physiques,
ses déséquilibres, ses conflits corporels, mais plutôt de les sentir, les assumer et jouer
avec. Véritable célébration du corps névrotique, le corps du clown transforme et
transpose le corps humain.
On commence donc à saisir les étapes du chemin du clown : sentir, prendre
conscience, assumer, jouer avec.
À la fin de l’exercice les élèves ont une sensation physique de leur corps de
clown, ou au moins de certains éléments. Ils sont maintenant prêts pour l’exercice
fondamental, le point fixe du travail du clown : l’entrée.
Fig.3. Divers types de maquillage de clown blanc
23
L’ Entrée
L’origine du thème de l’entrée est au cirque. Quand le clown a commencé à
apparaître entre un numéro et l’autre, les artistes ont tout de suite compris que la
première image que le clown donnait au public était son entrée en piste, et c’était la plus
importante.
Donc, dans l’évolution du travail du clown du cirque, l’entrée est devenue
synonyme de numéro. Le clown rentre en piste, vit quelque chose et s’en va. À l’origine
de clown on retrouve donc l’idée du vide, d’un trou où le clown apparaît, une dilatation
du rien.
Le premier acte de l’entrée du clown est donc sa simple présence, son être en
piste, au centre du monde, seul. Avant de se demander quoi faire, on se demande
comment être. C’est à cause de cela que, pédagogiquement, l’entrée demeure comme le
premier et, à mon avis, le plus important geste du comédien en quête de son clown.
C’est une véritable initiation au vide, à un niveau de jeu où on est complètement ouvert
à soi et à l’extérieur de soi-même, dans une fluidité du contact.
L’entrée est donc un point fixe de tout le travail du clown, une sorte de point de
repère où retourner chaque fois qu'on a des doutes sur son propre clown, une source
d’énergie et de contact.
Dans mon travail l’entrée a pris une importance extrême : je passe souvent
beaucoup de temps avec les élèves sur cet exercice, afin qu'une véritable ouverture du
corps et du cœur leur permet de rentrer dans les phases successives du travail en gardant
le contact avec leur propre état. Techniquement il s’agit d’explorer un état d'être sans
faire, pour trouver le neutre de chaque clown. C’est à dire la forme fondamentale que le
clown prend dans une personne, l’état de fond où on peut rester dans le calme entre une
histoire et l’autre.
Voici les étapes de l’exercice.
Le comédien est derrière une porte, avec son nez rouge. Le pédagogue est assis
au milieu du public et joue le rôle du Monsieur Loyal. Le comédien frappe, le Monsieur
Loyal lui dit de rentrer et il rentre. Et après...rien. Il n’y a rien sur scène et le comédien
n’a rien avec lui. Et il y a une contrainte très importante : on ne peut pas parler. On peut
par contre émettre des bruits ou des sons, mais jamais de véritables paroles.
Le propos de cet exercice magnifique et terrifiant est de contacter sa propre
présence clownesque, qui se manifeste quand le comédien accepte de ne rien faire mais
tout simplement de rester là, dans l’ici et maintenant. On trouve, ou mieux, on laisse
24
sortir, l’état neutre du clown. “Laissez faire à la nature, et surtout ne faites
rien“ .(Jacques Lecoq).
L’animateur peut intervenir de deux façons : dans le rôle de Monsieur Loyal, en
parlant avec le clown. Et en tant que pédagogue, en parlant avec le comédien. Dans ce
cas, je demande d’abord de lever le nez.
Il y a plusieurs pièges dans lesquels on peut tomber. La difficulté fondamentale
est d’accepter le vide. La plus grande peur de tous les comédiens et de toute personne.
Voilà une collection de pièges, que j’ai recueillis pendant mon travail : ils sont
tous des mécanismes qui empêchent le comédien de toucher son état de clown.
Une première typologie de pièges est liée à l’intention du comédien de faire
quelque chose qu’il a déjà décidé avant de rentrer (pièges d’intention) :
• entrer avec une action ou un état déjà choisis;
• avoir une idée préétablie sur son propre clown et chercher à l'imposer;
• imiter le clown de quelqu’un d’autre, qui a bien fait rire tout le monde.
Une deuxième typologie de pièges est liée à une manque de contact (pièges de
contact) :
• absence : on a l’impression que la personne n’est pas là, comme si elle était sous
l'effet d’une anesthésie;
• ne pas écouter ses propres émotions dans le présent; l’énergie baisse jusqu’à la
paralysie;
• ne pas écouter son propre corps et tous ses mouvements automatiques, et perdre
donc l’appui corporel ;
• ne pas écouter M. Loyal;
• ne pas écouter les réactions du public;
• écouter intellectuellement et pas emotionellement, donc ne pas écouter dans le
corps;
• flotter dans un état léger et sympathique, en souriant au public, en cherchant à lui
faire plaisir : se renverser dans le public.
Donc, en général, il s’agit de ne pas sentir l’effet de tout ce qui se passe et être
coupé de l’environnement, interne et externe.
Une autre typologie très importante de pièges est liée a une rupture de l’écoute
(pièges d’interruption). Si les deux premières typologies sont typiques du début de
25
l’entrée, cette troisième typologie peut se manifester à n'importe quel moment du travail
:
• perdre le rythme organique et accélérer ou ralentir en suivant une idée;
• prendre ce qui fonctionne et le refaire techniquement, sans plus de vie; se sécher ;
• avoir un jugement sur le type de clown qui sort : ne pas accepter ce qui se passe
parce que "c’est pas bon" (par exemple un clown agressif);
• couper les réactions à ses propres émotions par peur de se laisser aller et perdre le
contrôle;
• couper une piste par honte ou gêne de ce qui peut arriver. C’est souvent le cas quand
le clown amène le comédien dans des territoires liés à la sexualité, qui peuvent
conduire le travail dans un registre obscène17;
• se figer dans un état, ou un geste, et ne plus rester dans la fluidité du changement;
• ne pas oser suivre l’impulsion de manière autonome, en attendant toujours que ce
soit à Monsieur Loyal de le faire jouer (jeu trop dépendant envers Monsieur Loyal);
• syndrome du bon gars : faire ce que fait plaisir au public sans écouter son propre
plaisir : vouloir bien faire, bien comprendre. Se sentir en devoir de bien faire quand
on a le nez.
Il y a ensuite des pièges liés au temps de réaction (pièges de réaction). Le
comédien ne prend pas le temps de sentir ce qui se passe en lui et il réagit trop vite :
• réagir avant de sentir;
• cinéma muet : faire des gestes qui remplacent les mots, dans un jeu explicatif. Ça
reste un commentaire intellectuel où le comédien explique ce qu’il ne ressent pas,
souvent en suivant une idée de ce que serait, en théorie, la réaction juste à cette
action.
L’entrée est une véritable radiographie de la personne. On voit sa façon d'être au
monde, et la disponibilité à rester ouverte ou non à la réalité au tour de soi. Le clown est
d’abord un état de disponibilité, ouverture, vulnérabilité. Si on n'arrive pas à toucher ça,
on ne peut pas avancer aux étapes suivantes.
Souvent des gens qui ont beaucoup d’expériences théâtrales très structurées,
avec textes, décors, costumes et pas d’improvisation, se trouvent en grande difficulté
pendant l’entrée. Ils n’arrivent pas à laisser la place au vide, et ils s’accrochent à des
actions pensées et pas senties. Mais le public, qui ne rit pas du tout les aide à toucher le
17
Obscène dans le sens étymologique du mot : du latin ob scenum, hors de la scène. Quelque chose que
donc on ne montre pas en public. Il s’agit souvent de thèmes liés à la sexualité, ou aux fonctions
corporelles en général.
26
bide : ça ne marche pas. C’est seulement dans l’acceptation du bide et de la faillite
qu’ils touchent quelque chose de vrai et que le clown apparaît.18
Le rôle de l’animateur/Monsieur Loyal
Pendant l’exercice de l’entrée le pédagogue joue le rôle du Monsieur Loyal. Le
propos de cette présence est de faciliter l’émergence du clown en jouant avec lui.
Au début le Monsieur Loyal ne dit rien. Le clown reste seul sur piste et on attend
que quelque chose se passe. Après un certain temps, après que certaines traces m’aient
donné des points de repère, je peux commencer à parler directement au clown. Lui, de
son côté, ne peut pas me répondre en mots.
Dans cette phase je travaille en faisant une confiance totale à mon intuition. Il y
a deux grandes directions pour stimuler le clown : la critique et la valorisation. Souvent
j'essaie les deux, mais chaque entrée est différente et pour chaque personne il y a une
clef d’accès différente aux zones sensibles.
En effet, la fonction du Monsieur Loyal est de provoquer chez le comédien des
réactions, qui, filtrées par le nez rouge, commencent à définir la nature de son clown.
Tout se joue dans la réaction : la question fondamentale pour le comédien est :
qu’est ce que ça me fait ce que le Monsieur Loyal me dit?
Il y a plusieurs interventions possibles : voilà quelques exemples.
• Encourager
Je suis très content que Vous soyez là monsieur, ça faisait
plusieurs mois que je désirais vous rencontrer, on a
beaucoup entendu parler de vous...
• Critiquer
Vous n’êtes pas très élégant monsieur, vos chaussures sont
très laides...
• Dévaloriser
On s’attendait à quelqu’un de plus haut.
18Je
me souviens, à ce propos, d’un comédien professionnel qui, après avoir haussé son nez et écouté ma
critique par rapport au fait qu'il était en train de tout contrôler, a fait une longue pause. Et après, avec un
éclair dans les yeux, a dit : C’est vrai, je fais tout pour éviter la mort sur scène.
27
• Menacer
Si vous continuez à bouger vos pieds comme ça, je serai
obligé de vous mettre à la porte.
• Faire des compliments Vous êtes très beau...
• Se scandaliser
Mais c’est pas possible, est-ce que vous vous rendez compte
de la façon dont vous êtes habillé?
• Parler avec les voisins
Il est bien n'est-ce pas? Il se porte bien...
• Se fâcher pour quelque chose que le clown porte ou fait
Vous n’avez pas le droit de vous présenter ici habillé comme
ça, c’est inacceptable!
Dans un troisième temps, si le clown a bien réagi aux provocations, je peux
pousser le jeu jusqu’à proposer une véritable situation dramatique. Souvent c’est dans le
thème de présenter quelque chose que le clown sait faire, ou qu'on a entendu dire de lui.
On s’approche de l’idée du numéro, qui va être travaillé dans la suite du stage.
Voici quelques exemples :
Je sais madame que vous est très célèbre pour votre numéro de danse du ventre...
On cherche un garde du corps pour notre directeur général et on nous a parlé de vous,
comme d’un vrai dur...
Mademoiselle, on cherche quelqu’un pour présenter notre nouvelle collection de
manteaux en fourrure...
On est très en colère avec vous, parce qu'on nous a communiqué que vous mangez des
chips en cachette pendant votre heure de travail, et que votre bureau est plein de
paquets de chips vides.
Bien évidemment il s’agit de thèmes complètement improvisés, que le comédien
reçoit dans la surprise totale. Et c’est justement là, en acceptant la proposition, qu'il
découvre des facettes nouvelles de son clown.
28
Un exemple de séquence de travail d’entrée.
Une femme de 27 ans, Maria, frappe à la porte et rentre sur scène. Elle reste
plantée au milieu de la scène, complètement immobile. Au début, il ne se passe rien.
Elle ne respire presque pas, tout son corps est figé. Les yeux sont très ouverts. La
bouche serrée. Je laisse passer quelques minutes.
Giovanni : Monte ton nez. Tu sens que ta respiration est complètement bloquée et
ton corps très rigide?
Maria :
Ah oui? Je ne le sentais pas du tout.
Giovanni : Tu va refaire ton entrée et tu cherche à relâcher ton corps et à respirer
Elle sort, frappe à la porte, rentre. Après quelques instants de blocage, elle
commence à suivre mes consignes. Tout de suite son visage commence à changer. Le
public commence à rire. Elle est complètement étonnée par ce rire, mais elle continue à
s’ouvrir. Je me lève et, sans rien dire, je lui fais de signes avec la bouche ouverte. Elle
comprend et ouvre complètement la bouche. Le public éclate de rire. Maria commence
à vibrer, elle respire maintenant très fort, la bouche ouverte. Les yeux commencent à
briller, le public est en sanglots.
M. Loyal : Vous savez mademoiselle que vous êtes très belle
Maria ouvre les yeux encore plus et est sur le point de craquer elle même.
M. Loyal : Oui, très très belle
Maria ne croit pas à ce que je lui dis, elle ne le reçoit pas, elle fait non avec la
tête, comme pour nier ce que je lui dis.
Giovanni : Lève le nez. Je vais dire des choses au clown maintenant. Mais si Maria
dit non, le clown dit oui. Fais confiance au clown. C’est un être du
présent, il y croit, il dit oui. Cherche simplement à recevoir ce que je dis,
dans cet état d’excitation où tu es et à ressentir l’effet qu’il te fait.
Appuie-toi sur la respiration, elle te permet de rester en contact. Laisse
les choses rentrer jusqu’à tes pieds, avant de nous redonner l’effet
qu'elles te font.
M. Loyal : J'ai rarement vu une femme aussi belle que vous.
Maria respire très fort, on voit que son corps est vivant. Les yeux bien ouverts,
un regard malin commence à apparaître. Le haut du corps est de plus en plus relâché.
Des mouvements très étranges commencent à se manifester. Je la laisse faire et
j'attends. Le pied gauche avance vers moi et la tête se place un peu en oblique. Le corps
propose une légère torsion entre le haut et le bas. Je ne comprends pas encore la nature
du mouvement. Maria le retient.
29
Giovanni :
Monte le nez. Laisse ton corps faire, amplifie les mouvements. Quoi qu’il
arrive, suit ton corps. Amplifie.
Maria reprend son nez et tout de suite les mouvements reviennent.
Giovanni : Amplifie, amplifie.
Le public rit. Et moi finalement je commence à voir : elle se montre. Des
mouvements très coquins arrivent. Elle se montre, elle me drague. Tout d’un coup je
vois son clown arriver. C’est le moment de le traquer avec le Monsieur Loyal :
M. Loyal : Vous êtes très belle et élégante mademoiselle. Vous avez une très belle
présence. J’ai lu votre lettre de présentation et je vois que vous avez
beaucoup d’expérience dans le métier.
Je laisse encore la piste ouverte : plusieurs thèmes peuvent être bons pour son
clown. Top model, danseuse, relations publiques, actrice, vedette du cinéma.... J'attends
que ses réactions me guident. Maria est visiblement surprise, pour quelques instants on
voit la lutte interne entre elle, qui a peur de perdre le contrôle et s’embarquer dans qui
sait quelle histoire, et son clown qui a envie de jouer. Mais elle arrive toute seule à
laisser la place au clown. Ses yeux brillent et elle amplifie les mouvements avec la tête,
les gestes s’organisent autour d’une véritable danse, de plus en plus sensuelle.
M. Loyal : On cherche justement une danseuse pour notre cabaret, pour un numéro
de danse du ventre.
Maria craque et commence à rire
Giovanni : Reste avec ça, accepte le rire, mais transforme-le, reste en contact. Tu es
en train de franchir des limites. Et quand c’est trop on décroche avec le
rire. Respire dans le rire et va au-delà.
Maria commence à danser une danse du ventre complètement ridicule. Par
moments, dans les gestes plus grands, elle craque de rire, mais ensuite elle continue. Le
numéro devient de plus en plus délirant. Elle nous fait des gestes sensuels avec les
mains, la bouche, les pieds. Le public est mort de rire. Je la laisse s’amuser jusqu’au
moment ou je sens que l’énergie commence à baisser.
M. Loyal : Très très bien mademoiselle. On vous engage sûrement. Vous pouvez
aller chez ma secrétaire pour les formalités administratives. Merci
beaucoup, c’était un plaisir de vous rencontrer.
Maria sort, très légère et très fière. La séquence a duré environ 20 minutes.
Dans le deuxième chapitre je vais retourner sur cet exemple, pour analyser le
processus de lâcher prise avec une approche gestaltiste.
30
Les différents clowns
Quand on parle du clown, on découvre très vite qu'il y a une multitude de clichés
et stéréotypes autour de cette créature. Pour la plupart des gens, clown ça veut dire
personnage gentil et sympathique, qui fait rire les enfants et sourire avec paternalisme
les adultes, qui quelque part est triste, avec sa petite larme de maquillage sous les yeux.
Et, derrière son maquillage incongru, il se cache un comédien raté, qui n’a trouvé rien
de mieux pour joindre les deux bouts, ou, au mieux, un samaritain du travail avec les
enfants.
Rien n’est plus loin de la réalité, même si je ne nie pas qu'il y a beaucoup de
faux clowns comme ça. Le travail du nez rouge révèle un clown du présent, qui peut
montrer une multitude de visages différents. Et derrière il y a un travail d’acteur
extrêmement difficile, qui demande concentration, sensibilité et rigueur technique.
En effet chaque personne révèle un clown unique. Mais il y a des clowns qui
appartiennent au même monde. J’ai pu voir dans ma pratique un certain nombre de
types clownesques qui reviennent. Et voici une sorte d’échantillonnage des différents
types de clowns.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
le clown bête et naïf, l’auguste de la tradition du cirque, celui qui rate le coup, qui
est toujours décalé par rapport à l’événement, le pitre qui cherche à bien faire mais
tout ce qu’il fait est nul;
le clown chef et intelligent, le clown blanc de la tradition du cirque, celui qui a le
pouvoir, qui fait bien et qui fait travailler les autres, l’autorité;
le clown chef et bête;
le clown sous-chef : le sous-directeur, celui qui travaille dans l’ombre en attendant
son moment de gloire, un peu orgueilleux et un peu modeste;
le clown macho, prétentieux;
le clown agressif : il engueule tout le monde tout le temps;
le clown dur : le rambo de la piste, qui se brise mais ne se plie pas;
le clown transgressif : il est contre, il s’en fout, il ne respect pas l’autorité;
le clown sadique : qui s’amuse à mettre les autres en difficulté;
le clown beau et élégant;
le clown dragueur;
le clown bosseur : il bosse tout le temps, c’est toujours lui qui fait les boulots les
plus durs;
le clown vedette : qui se montre tout le temps, toujours en représentation de lui
même;
31
•
•
•
•
•
•
•
le clown qui souffre, le clown tragique : toutes les situations le dépassent, il a déjà
raté avant même de commencer, il est vaincu dès le départ;
le clown peureux, qui n’ose pas, timide, coincé;
le clown hyperactif : il bouge tout le temps, il ne peut pas se calmer;
le clown qui, si cela dépendait de lui, ne serait pas là; il a été obligé;
le clown râleur : j'accepte mais je ne suis pas d’accord;
le clown gai : quoi qu’il arrive, tout va bien;
le clown honnête et content : ça y est, je suis là...
On pourrait continuer encore longtemps, car chaque personne amène un clown
diffèrent, une forme très particulière de l’état clownesque.
Et en plus, chaque clown présente plusieurs facettes : à chaque partie correspond
toujours une partie complémentaire. Par exemple le clown timide et coincé, un moment,
perd complètement le contrôle et, dans une bascule complète de situation, peut faire des
choses formidables. Et le clown chef et sadique peut perdre la tête pour des gâteaux,
devenir complètement bête et faire tout ce qu’on lui demande de faire.
C’est une notion de polarités qui demeure très importante dans la recherche
théâtrale : on la retrouve dans les personnages, dans les masques, dans l’écriture
dramatique.
Fig.4. Bario, Dario et Rhum.
32
Uno, nessuno, o centomila19 clowns
Combien de clowns il y a t-il dans une personne? C’est une question que je me
suis posée très souvent et que, très régulièrement, les stagiaires me posent .
Aujourd’hui, à la lumière de mon expérience en tant que clown et en tant que
pédagogue, je suis arrivé à la réponse suivante : dans l’ici et maintenant du moment
qu'on met le nez rouge, dans l’instant, il n y a qu’un clown. Mais, dans l’évolution de sa
propre recherche artistique et personnelle il y en a plusieurs.
Même dans l’ici et maintenant il y a une multitude de clowns dans chacun. Mais
il y en a un qui est plus urgent que les autres. Qui surgit d’une figure très précise du self
de la personne dans le présent.
Cette observation se fonde surtout sur la découverte que j’ai faite moi-même
dans ma recherche individuelle, où, dans différents moments de ma vie, j’ai découvert
avec clarté au moins quatre clowns différents.
Le premier, celui que j’ai rencontré dès que j’ai commencé à jouer, c’est un
auguste très bête, sans aucune autorité, qui tend à diverger dans tout ce qu’il fait : très
enfantin, il respecte l’autorité mais il fait plein de bêtises.
Le deuxième, que j’ai touché très brièvement quand j’étais à l’École, mais que je
ne connais presque pas du tout, c’est un clown très beau, macho et prétentieux, très bien
habillé et vaniteux, qui s’amuse à faire le dragueur.
Le troisième que j’ai rencontré, lors de la création d’un spectacle l’année passée,
c’est un animal : très bas, très proche de la terre, il s’exprime par de grognements,
mange beaucoup et n’a aucun respect envers les plus élémentaires règles de
comportement. Cheveux longs, très proche d’un loup, il s’habille avec un long manteau
de cuir noir et il habite sous un lit, avec un bordel épouvantable autour de lui.
Le dernier, le plus récent, c’est le Signor Lamberto, que j’ai rencontré pendant
un stage sur le clown : il est le sous-directeur du cirque. Il présente plusieurs des
facettes des clowns précédents, mais articulées différemment. Il y a un coté qui dit : je
suis le meilleur mais les autres ne le comprennent pas, heureusement que je suis là
sinon... Un peu prétentieux et en même temps sincèrement engagé dans les choses qu’il
considère importantes. Obsessionnel dans son désir de bien faire, comme un animateur
19
Titre d’un roman de Luigi Pirandello. Un, personne, ou cent mille.
33
du club med, mais qui peut se perdre complètement quand les situations le dépassent, en
touchant une poésie de la vulnérabilité. Et qui peut aussi devenir complètement bête
quand il se laisse aller dans son humour.
Si je regarde ma vie pendant ces dernières années, je vois des parallèles très
clairs avec mes clowns. À chaque étape importante de la vie il y a peut-être un clown
qui est témoin de ce passage, une transposition poétique d’une partie de soi qui se joue
dans la vie.
Et une fois que les formes sont apparues, le travail artistique permet de choisir
sur quelle forme on veut s’appuyer. Si la personne reste toujours dans le présent, le
comédien peut aller chercher dans le passé des clowns qui étaient vrais et urgents à une
époque mais qui maintenant font partie du passé. Et il peut donc jouer avec eux, les
transformer en des créatures plus proche d’un personnage, tout en gardant les règles
fondamentales du jeu du clown.
Mais il est important de traverser toutes les étapes : j’ai en effet remarqué qu’il
est impossible de trouver un autre clown si on ne passe pas à travers le clown que l’on
rencontre dans le présent.20
Un exemple d’évolution d’un clown
Et je vais raconter le cas d’une jeune femme de 29 ans, Monica, qui a suivi avec
moi quatre stages sur le clown, et qui a fait aussi un bref itinéraire de développement
personnel avec moi. Je connais donc un peu son cheminement personnel.
Son premier clown était un râleur, très agressif, même violent. En colère avec
tout le monde, qui s’exprime comme un chien aboyant. Lors du premier stage elle n’a
pas accepté ce clown, elle s’est battue contre lui, en cherchant à jouer un clown naïf et
sympathique, qui était complètement faux pour elle.
Pendant le deuxième stage elle a accepté la rencontre avec ce clown et elle s’est
permis de jouer avec lui. C’était génial. Un clown absolument insupportable, qui
engueulait tout le monde, toujours fâchée, une chef épouvantable. Mais hilarante.
20
The only way to go beyond is to go through. La seule façon d'aller au-delà c’est d'aller à travers (Fritz
Perls).
34
Et déjà vers la fin du stage on voyait que des facettes plus gentilles
commençaient à sortir : le chef qui aime bien les gâteaux, qui perd la tête pour une robe
très kitsch...
Et, lors du troisième stage, un autre clown est apparu. Ou, peut-être, le
complémentaire du premier. De toute façon, l’urgence de Monica ce n’était plus de
sortir sa colère, mais d'être ouverte et disponible envers le monde. Et un clown
complètement naïf et bête est arrivé. Vrai et très différent du premier.
Elle continue à travailler avec moi maintenant. Elle confirme son clown naïf de
base, mais qui peut monter des colères effrayantes. C’est la comédienne maintenant qui
prend le relais, pour organiser le matériel disponible et écrire son clown, tout en partant
des éléments qu'elle a découverts dans le jeu.
Fig.5. L’auguste Charlie Rivels: seul et en couple avec le clown blanc Polo Rivels, son frère.
35
Les principes fondamentaux de l’art du clown
Avant de rentrer dans la deuxième partie de ce mémoire, où je vais regarder l’art
du clown à la lumière de la Gestalt, je voudrais faire ici une synthèse des permanences
que je retrouve dans ma pratique artistique et pédagogique. Ce sont les éléments
fondateurs du travail, les règles d’or.
Être dans le présent
Le clown est un être du présent, tout se joue dans l’ici et maintenant, dans la
relation entre lui et le monde. Il n y a pas de passé ni de futur : la vie c’est maintenant,
au centre de la piste.
Dire oui
Oui à soi-même, oui aux autres clowns, oui au public. Le clown accepte de
réagir en direct avec la vie, avec tout ce qui se passe, il ne retient rien pour lui, il ne
commente pas, il reçoit et réagit. Si on reste dans le présent tout devient important, tout
a énormément de valeur.
La présence du clown
Travailler le clown c’est travailler sur la notion de présence : saisir le geste, le
mot, l’action la plus présente et urgente parmi les mille possibles. C’est laisser émerger
la forme où l’énergie pousse le plus . Et c’est, aussi, la nécessité d’être présent, de se
laisser être, d'être là, au centre de la piste, dans l’urgence de faire rire le public, avant
qu'il s’ennuie.
Le vide et le rien
Le clown c’est le poète du rien, qui joue dans le vide, avec le rien qui se passe.
Tout est important, chaque geste, chaque détail, chaque bruit.
Le bide et l’émergence du clown
Le clown arrive là où le comédien accepte ce qu’il est, sans plus s’accrocher à la
volonté de réussir. En se laissant tomber dans le bide, il touche l’état de grâce qui
origine le clown.
36
Le pouvoir du centre
Le clown est un antihéros parce qu'il accepte la chute, mais il reste un héros
parce qu'il prend le pouvoir d'être au centre et de jouer avec sa propre chute. Le clown
c’est prendre le pouvoir d’oser être ce qu’on est.
La vérité du rire
Le rire est le signe certain que quelque chose de vrai est en train de ce passer. Si
le comédien craque c’est parce qu'il est à la marge d’un territoire nouveau, inconnu et
effrayant : donc il n’arrive pas à soutenir l’énergie qui se dégage. Et si le public rit, c’est
parce que le clown en piste est vrai, et que tout le monde peut se reconnaître en lui.
Le nez rouge comme révélateur de l’état clownesque
Le nez rouge est “un masque qui démasque” (Paola Coletto). Il garantit le cadre,
pose des limites, pousse le comédien à transformer en langage poétique tout ce qu’il
ressent . C’est un traducteur poétique, qui transpose la vie en poésie.
Le clown est un état alchimique
L’état du clown permet de récupérer de l’énergie et de la transformer. L’énergie
qui est bloquée dans un effort constant de se cacher, peut se libérer grâce au lâcher prise
qui se passe en acceptant le bide. C’est une énergie brute, qui se diffuse dans tout le
corps du comédien, et que lui fait briller les yeux. On a l’impression qu’il commence à
rayonner.
Et, enfin, je synthétise tout ça dans une définition du clown, la plus simple parmi
plusieurs que j’ai trouvées ou inventées : le clown est une transposition poétique de
soi même, par l’aide d’un masque, le nez rouge.
37
Chapitre 2
LE CLOWN ET LA GESTALT
La pratique du clown vue par l’approche de la gestalt
Le propos de cette partie du mémoire est d'analyser la pratique du clown avec
l’approche de la Gestalt.
Je crois en effet que la Gestalt permet de comprendre très profondément la
dimension émotionnelle du travail du clown, et de donner une awareness très précieuse
du processus. Elle explique aussi pourquoi le travail du clown a des effets
thérapeutiques si évidents, rapides et persistants sur les gens qui le pratiquent, même si
pendant le travail il n’y a aucune élaboration du vécu, explication ou interprétation
psychologique du processus. Les personnes, tout simplement, changent de visage
pendant le stage.
Ça fonctionne tout seul, et souvent les stagiaires partagent à la fin du stage une
sensation d’étonnement envers la “magie” du processus. Je crois personnellement que la
magie est une partie très réelle de la vie. La magie est, à mon avis, la rencontre avec les
énergies subtiles qui bougent les processus de la vie. Quand on les touche, tout semble
se transformer : et la rapidité et la facilité de la transformation nous font utiliser le mot
magie.
J’ai participé très souvent à ce processus magique dans l’art et dans la thérapie :
en tant que clown dans la rue et sur scène, stagiaire des stages de théâtre ou de thérapie,
et animateur moi même des stages de théâtre ou de développement personnel. Il y a des
énergies vitales qui se libèrent et qui transforment : font changer de forme.
Et voilà qu'on retrouve la Gestalt, dans sa signification littéraire de forme.
Le comédien avec le nez rouge se transforme : il change de gestalt. On a souvent
l’impression qu'il change de corps, que son corps rayonne, qu’il est plus grand que son
propre corps. Le nez rouge, comme tous les masques, transforme le corps de celui qui le
porte, en révélant quelque chose de caché.
On pourrait dire que l’aura du clown est beaucoup plus grande que celle du
comédien.
Et l’élément stupéfiant est que c’est le rire qui nous donne les clefs pour rentrer
dans l’état clownesque. Sous le masque du nez rouge, tous les actes vrais sont
38
comiques. Il y a ici un parallèle paradoxal avec la thérapie : si dans la thérapie le contact
avec sa propre vérité amène souvent les larmes, dans le clown il amène le rire. Voici un
des premiers paradoxes du clown.
Clown et self
Qu’est-ce qui arrive quand le comédien met le nez?
À mon avis il y a une simplification de son fonctionnement : le masque
transpose et simplifie sa nature, en faisant sortir les attitudes fondamentales.
En termes de self de la personne, on peut dire que le comédien dans son moi,
joue avec le matériel que le ça lui propose, pour construire la personnalité de son
clown.
Analysons cette phrase plus en détail.
La fonction ça “concerne les pulsions internes, les besoins vitaux et, notamment,
leur traduction corporelle (...) Il fonctionne dans mes actes automatiques...” (Ginger)21.
Quand le comédien est en clown le ça est la multitude d’émotions et de mouvements qui
lui arrivent pendant son entrée. En terme de dynamique, c’est la multitude d’excitations
du fond qui créent une multitude de formes. Ce qui Perls et Goodman appellent organic
excitations (Perls-Goodman-Hefferline)22 .
Si le comédien est conscient, aware, de ces excitations, il peut les reconnaître et,
dans sa fonction moi, décider quoi faire avec eux.
“La fonction moi constitue un fonctionnement actif de choix ou de rejet délibéré
: il s’agit de ma responsabilité propre de limiter ou d’accroître le contact, de manipuler
mon environnement à partir d’une prise de conscience de mes besoins et de mes désirs
(Ginger)23. C’est dans ce mode de fonctionnement que le comédien intègre dans son jeu
les notions techniques : le timing, l’articulation des gestes et des attitudes, les réactions
différées, le jeu du masque avec le public, et l’utilisation d’autres arts comme le chant,
la musique ou le jonglage pour traduire des états dramatiques. Ce sont toutes des façons
21 Ginger, Serge : La Gestalt, une therapie du contact. Paris, Hommes et Groupes Editeurs, 1987. Page
217.
22 Perls, Goodman, Hefferline : Gestalt Therapy, London, Souvenir Press, 1972; page 378.
23 Ginger, Serge : (op.cit.) page 217.
39
que le comédien trouve pour manipuler les excitations du ça et de son environnement, et
suivre ses propos artistiques.
Si le mode du moi peut fonctionner dans le temps, une série d’expériences de
contact avec l’environnement va constituer l’image de soi de la personne : c’est la
fonction personnalité qui est en jeu.
“La fonction personnalité est la représentation que le sujet se fait de lui même,
son image de soi (...) Elle assure l’intégration de mes expériences antérieures,
l’assimilation de mon vécu tout au long de mon histoire, c’est elle qui construit mon
sentiment d’identité” (Ginger)24.
Pour le comédien la personnalité c’est l’image et l’expérience qu’il a de son
clown. C’est la forme du personnage clown, que lui et le public reconnaissent, dans une
série d’attitudes qu'on retrouve à chaque improvisation ou chaque spectacle, des façons
d’être au monde et de réagir, avec des gestes typiques, une voix et une façon de parler.
Le clown s’enrichit avec l’expérience théâtrale, en découvrant de nouvelles facettes
chaque soirée, de la même façon que la personnalité de la personne s’enrichit avec les
expériences de la vie. La définition que Perls et Goodman donnent de la personnalité,
“une sorte d’ensemble d’attitudes, comprises par la personne, qui peuvent être utilisées
dans toutes sortes de relations interpersonnelles” (Perls-Goodman-Hefferline)25, est une
définition dynamique très exacte du clown, comme forme que le comédien peut utiliser
dans son travail artistique.
La psychose, la névrose et le clown
Si la “santé se caractérise par un processus permanent d’homéostasie interne et
d’ajustement externe aux conditions de l’environnement” (Ginger)26, une sorte de
fluidité entre les modes de fonctionnement, qui permet à l’organisme un contact
satisfaisant avec son environnement, la psychose et la névrose ont leur origine dans des
perturbations du self.
24
Ginger, Serge : (op.cit.) page 217.
25
“a kind of framework of attitudes, understood by oneself, that can be used for every kind of
interpersonal behavior”. Perls, Goodman, Hefferline : (op.cit.) page 372.
26
Ginger, Serge : (op.cit.) page 218.
40
Pour la psychose la perturbation concerne la fonction ça, alors que la névrose est
une perturbation du moi (Goodman)27.
Si on retourne à l’exercice de l’entrée avec cette notion de mode de
fonctionnement et de perturbation, on peut comprendre plus à fond les typologies des
pièges28. Les différentes natures des pièges sont en effet liées à différentes perturbations
du self.
On peut dire toute de suite qu'il y a des pièges d’ordre névrotique et des pièges
d’ordre psychotique. Les pièges psychotiques se manifestent immédiatement dans
l’entrée, dès que le comédien passe de la porte, et ils rentrent tous dans la typologie que
j’ai appelée pièges de contact.
On assiste à une véritable coupure avec l’environnement. Ce qui apparaît comme
une “absence” de la personne, qui n’est pas en contact, peut avoir deux origines
différentes : névrotique ou psychotique. On peut détecter très rapidement dans quelle
situation est la personne en travaillant au niveau de la respiration. Normalement la
respiration est bloquée, et la personne à l’impression de ne rien sentir. Si avec
l’amplification de la respiration l’énergie commence à circuler, la personne se
décontracte, retrouve le contact avec son environnement, externe et interne et que des
gestes commencent à sortir, alors on est dans un fonctionnement névrotique. C’est à dire
que la personne ressent des choses mais elle les bloque avec des mécanismes de
résistance. La paralysie est donc dû à la peur qui est tellement forte qu’elle bloque
toutes les autres fonctions. Je vais analyser les mécanismes de résistance dans les
prochains paragraphes.
Mais si avec l’amplification de la respiration rien ne se passe, ou que la personne
commence à partir dans tous les sens, comme si elle flottait sur une multitude de gestes
sans corrélation, on est en face d’un fonctionnement psychotique, où la personne a une
perception altérée ou fortement perturbée d’elle même, et donc de l’environnement.
Dans ce cas le travail est beaucoup plus difficile et souvent l’état du clown ne peut pas
être touché. Dans ma pratique, j’ai travaillé seulement deux fois avec des personnes que
j’ai repéré comme psychotique29. La sensation que je ressens très clairement,
27
Cité in Ginger, Serge : (op.cit.) page 218.
28
Voir page 25.
29
Le nombre si bas de stagiaires avec des traits psychotiques dérive à mon avis du fait que dans la
brochure d’information du stage le travail se présente très engageant au niveau émotionnel. Mots comme
vide, bide, lâcher prise, contact, sont très présents. Peut-être ils font-ils très peur, ou bien ne disent-ils
rien du tout ?
41
physiquement, dans le bas de mon ventre, c’est qu'ils sont à côté d’eux même. Les
gestes qui sortent d’eux même sont détachés de leur corps, ils se multiplient en créant
un éclatement des formes qui partent dans tous les sens, comme si entre leur énergie et
la forme qu'elle prend il y avait une fracture. Même en travaillant la respiration et
l’amplification des gestes l’état clownesque n’arrive pas, parce que les gestes, quelque
part, ne sont pas vrais, dans le sens artistique du terme. Le public ressent
immédiatement cette rupture, avec un malaise qui est perceptible, une sort de silence
énergétique. Et le fait que le public ne rit pas du tout, rend l’exercice encore plus dur, et
le stage peut devenir pour la personne un vrai cauchemar.
On ne peut pas transposer et transformer quelque chose de soi si on n'est pas en
contact avec. Pour pouvoir jouer avec soi, il est nécessaire avoir une perception de soi
suffisamment claire, pour créer le jeu30 : cette sorte de schizophrénie typique de l’art,
qui permet à l’artiste de projeter quelque chose de lui hors de lui, en créant une forme
artistique. Dans ce cas-là, le clown. Donc, si ce contact avec soi-même manque, la
catalyse à travers le nez rouge ne se fait pas.
Le problème est que, à la différence des névrotiques, les psychotiques ne sont
pas conscients de cette rupture, et donc ils ne peuvent pas avancer dans l’exercice sans
faire les choses par volonté. Pour eux il serait nécessaire de faire un autre travail, plus
simple, sans la médiation du masque, un travail thérapeutique de base, pour rétablir le
contact fondamental avec leur propre monde émotionnel.
La plupart des pièges que j’ai identifiés, sont d’ordre névrotique. Le troisième
type, les pièges de rupture, sont typiquement liés à une rupture du cycle du contact et
sont clairement liés à la fonction moi. C’est le comédien qui, en sentant des émotions ou
des gestes qui poussent en lui, coupe l’énergie et interrompt le contact. Il s’agit donc de
pièges d’ordre névrotique, que le travail du clown met en évidence en manière
spectaculaire et qui, d’ailleurs, peuvent se débloquer d’une manière aussi spectaculaire.
Je peux donc déjà tracer quelques indications pédagogiques par rapport à
l’accessibilité du travail du clown. S'il permet de démasquer très efficacement plusieurs
mécanismes de nature névrotique, comme je vais le développer dans les prochains
30
Parmi les plusieurs sens du mot jeu, on retrouve : “Mouvement aisé, régulier d'un objet, d'un organe,
d'un mécanisme. Espace ménagé pour la course d'un organe, le mouvement aisé d'un objet. Ex. : Jeu du
cylindre, entre le piston et le couvercle”. (Le Petit Robert) Et, pour nous, le jeu entre le comédien et son
clown! C’est dans cet espace que le plaisir habite.
42
paragraphes, il me semble être un travail très difficile et, par certains aspects,
impossible quand il s’agit de perturbations psychotiques31.
Clown et cycle du contact
Je vais donc approfondir la recherche autour des mécanismes de résistance
névrotiques dans la recherche de l’état clownesque.
L’état du clown existe seulement dans le plein contact. Si le comédien n’est pas
en contact avec lui-même et avec le public32 , il ne touche pas son clown.
Mais avec quoi peut-il entrer en contact ? Avec tout ce qui se passe dans l’ici et
maintenant : la joie d’être en face du public, l’excitation, l’envie de se montrer, mais
très souvent sa peur, sa gêne, sa honte, ses conflits, sa bêtise personnelle, ses
contradictions, ses maladresses. Plus techniquement, ses névroses. Mais si on utilise un
langage gestaltiste et que l’on appelle les névroses ruptures du contact, on trouve un
sublime paradoxe du clown.
Le clown existe quand le comédien est un plein contact avec sa façon d’être au
monde. Donc soit sa façon d’être en contact, soit sa façon de couper le contact.
Plein contact avec les ruptures du contact.
Voila qu'on rentre dans la schizophrénie sacrée du clown : le décalage entre soimême et son propre clown.
En effet, il faut bien comprendre la différence entre le cycle du contact du
comédien et celui du clown.
Si pour le comédien le contact se joue avec l’environnement, pour le clown le
contact est avec la façon du comédien d'entrer en contact avec l’environnement. Il y a
un décalage entre la personne et son clown. L’état de clown se présente donc comme un
état de médiation, de passage, entre le comédien et le monde externe (Fig. 6, page
suivante).
Être en clown signifie rentrer en contact avec sa propre façon personnelle de
vivre le cycle du contact, c’est-à-dire son être au monde.
31
Clown et psychiatrie? Je me demande, dans la suite de ces pensées plutôt délirantes, si un clown
psychotique n’aurait pas un grand succès avec un public psychotique. Mais qui va faire cette expérience?
Si vous qui lisez ce mémoire avez des idées ou intuitions sur ce sujet, mettez-vous en contact avec moi.
32
“On ne fait pas le clown avec le public, on joue avec lui”. Lecoq, Jacques : (op. cit.) page 156.
43
Et le simple fait d’être au monde est déjà clownesque.
Le clown se révèle à partir de là où on est, et seul le plein contact avec ses
émotions permet au comédien d'avoir accès à l’état du clown. Toutes nos
“problématiques” personnelles, ainsi que notre bêtise personnelle ou notre naïveté,
deviennent source inépuisable du jeux clownesque.
ORGANISME
( comédien)
ENVIRONNEMENT
ORGANISME
CLOWN
ORGANISME
( comédien)
ENVIRONNEMENT
Fig.6. En haut, le comédien et son environnement. Les flèches symbolisent
les différents mécanismes névrotiques. En bas, le cercle plus grand
visualise l’état de clown, où le comédien assume sa façon d’être au monde
et en joue avec.
Artistiquement, plein contact veut dire que le clown réagit à tout, toujours en
direct, toujours dans l’ici et maintenant33. C’est une loi de l’improvisation, que à l’École
Lecoq on appelle la loi du oui. Dire toujours oui à ce qui se passe.
33
Lecoq, Jacques : (op. cit. ) page 156.
44
Un exemple extrême de ce plein contact perpétuel est mon expérience de théâtre
de rue. Le clown dans la rue joue avec tout ce qui est autour de lui, il devient une
“éponge à émotions”, dans les mots d'Ariane Mnouchkine. Dans mon histoire je peux
dire que c’est dans la rue que j’ai touché les émotions les plus fortes de toute ma vie, de
véritables moments d’extase.
Clown et résistances
L’entrée est l’exercice le plus important de tout le travail du clown. Comme on
l’a vu dans le premier chapitre, c’est le point de départ. L’entrée marche quand le
comédien est en contact avec ce qui se passe en lui même, dans sa relation avec le
public. C’est une loi que j’ai vérifiée à chaque entrée.
Donc en termes gestaltistes, il devient intéressant d’analyser en détails les
ruptures du contact qui portent à ne pas "réussir” l’exercice.
Je reprends ici la question que Goodman se pose34 par rapport au moment du
cycle où l’interruption se manifeste. Il arrive à définir les différentes résistances en
relation aux différents moments d’interruption du cycle.
•
•
•
•
•
Avant la nouvelle excitation initiale : confluence;
pendant l’excitation : introjection;
au moment de faire face à l’environnement : projection;
pendant le conflit et la destruction : rétroflexion;
pendant le contact final : égotisme.
En réalité toutes ces résistances peuvent se manifester à d’autres moments du
cycle. Mais la question reste intéressante par rapport au cycle du contact du clown
pendant l’exercice de l’entrée : à quel moment de l’entrée arrive l’interruption?
Les premières ruptures arrivent avant même que le comédien rentre sur scène.
Ce sont les pièges d’intention. Le comédien, qui part avec l’idée de faire quelque chose
de bien, de réussir, de nous faire rire, se plante complètement. Il n’est pas disponible au
présent et au contact avec le public. En effet le cycle n’est même pas commencé. Ici il y
a, à mon avis, des perturbations de la fonction personnalité, où l’identité du comédien
est mise en jeu. La perturbation s’exprime à travers plusieurs introjections : il ne faut
34Goodman
: (op.cit.) page 450.
45
pas avoir peur, il faut que je sois drôle, il faut que je montre que je suis un bon
comédien, en synthèse, il faut réussir.
Une fois franchie la porte, il y a toute la série des pièges de contact qui arrive.
Dans le paragraphe précédent je me suis arrêté sur les pièges psychotiques. Ici je vais
concentrer mon attention sur les pièges névrotiques, qui vont continuer à traquer le
comédien pendant tout l’exercice de l’entrée et pendant tout le travail de recherche de
son clown.
J’ai constaté que les mécanismes de résistances plus présents dans le travail du
clown sont, en ordre d’importance, la rétroflexion, l’introjection et la confluence.
Clown et rétroflexion
Le dénouement des mécanismes de rétroflexion est le principal processus
évolutif qui se passe pendant l’entrée, et il est aussi le plus important des effets
thérapeutiques du travail du clown.
“La rétroflexion consiste à retourner contre soi même l’énergie mobilisée”
(Ginger). C’est à dire que le comédien qui ressent une excitation interne, ne lui permet
pas de s’exprimer à l’extérieur. La rétroflexion agit directement sur l’état du jeu, en
empêchant à l’énergie de l’excitation de se transformer en acte expressif. Donc l’énergie
disponible diminue, jusqu’à la paralysie, parce que le comédien dit non à ses
impulsions.
Une personne qui est habituée à des mécanismes de rétroflexion, trouve avec le
nez rouge une voie pour faire sortir d’elle même l’énergie que normalement elle
réprime. Grâce aux sollicitations qui lui viennent du fait d'être en face d’un public, son
état émotionnel devient très riche : si le comédien arrive à laisser libre la voie des
émotions vers l’extérieur, il rentre directement dans l’état clownesque.
Il s’agit de rétablir la fluidité des réactions : le comédien accepte d'exprimer
l’émotion ou la pulsion qu'il ressent.
C’est un véritable ré-apprentissage des émotions fondamentales : joie, peur,
colère, tristesse (Lowen). Dans le jeu le comédien réagit en direct à tous les contacts, en
laissant sortir ses émotions. Dans ce cas le rôle du pédagogue c'est de stimuler les
réactions, et faire pousser le jeu : l’amplification devienne la règle du jeu.
46
À ce niveau du processus, le rôle du Monsieur Loyal est fondamental. Toutes ses
interventions sont des appelles à la vie pour le clown. Il cherche à stimuler les émotions
fondamentales :
•
•
•
•
la joie d’être accepté,
la peur du rejet,
la colère,
la tristesse suite au rejet.
Et il peut aller plus loin en provocant des pistes plus complexes :
•
•
•
•
la jalousie (les autres sont meilleurs que toi),
la honte (vous vous rendez compte que votre tenue est très laide?),
la fierté ou la vanité (vous êtes très beau, très très beau),
l’orgueil (vous êtes vraiment le plus beau entre tous ceux qu’on a vu).
Le jeu du Monsieur Loyal c’est de voir sur quelle piste le clown réagit le plus,
pour donner au comédien une trace de travail.
Le processus se bloque lors que le comédien ne reçoit pas le mots du M. Loyal :
il coupe le contact avec lui et surtout avec ses émotions. Mais, très souvent, il reçoit
mais il ne réagit pas : il y a donc un blocage de l’émotion, qui, jugée non exprimable,
est refusée. On voit ici que le mécanisme de rétroflexion est souvent originée par des
introjections. On aperçoit très clairement que l’énergie ne circule pas, et le public ne rit
pas.
Le travail du pédagogue consiste à faire remarquer les micro gestes qui révèlent
où l’émotion est enfuie, et pousser l’amplification. Par fois il s’agit d’un geste presque
imperceptible, mais présent. J’ai rencontré très rarement des comédiens où il n'y avait
rien. Dans ce cas, ou on est en face d’un comédien avec un noyau psychotique, ou, plus
simplement, la peur est tellement forte que tout le corps est paralysé, et rien d’autre ne
peut percer cette carapace de terreur35. La personne maîtrise totalement le corps. Mais
normalement, même dans la terreur la plus totale, le corps témoigne cette émotion avec
des tensions et des vibrations qui sont très visibles par un oeil entraîné.
Dans ma pratique j’ai remarqué, sur moi-même comme chez mes stagiaires, qu'il
y a des mouvements-clefs très communs.
35
Souvent la personne qui se bloque dit qu’elle ne sent rien. Régulièrement je suggère que, peut-être, elle
a simplement très peur, où qu’elle a tellement peur qu'elle ne sent plus rien d’autre. Très souvent la
réponse est : Ah oui? (pause, rire..) Oui, c’est vrai. Et après le travail se débloque.
47
•
•
•
•
•
La respiration qui se bloque.
La bouche fermée, avec les mâchoires serrées et tendues.
Les jambes qui vibrent.
Les mains inquiètes.
Les yeux écarquillés.
Ma façon de travailler est de faire prendre conscience au comédien des
mouvements, et ensuite de lui proposer de les amplifier. Tous les gestes vrais sont
importants, il suffit de les reconnaître et de les laisser s’exprimer. L’exemple de la
séquence d’entrée de Maria36 est une description précise de ce processus.
Les gestes amplifiés commencent à donner la forme du clown de chacun, sa
façon tous à fait unique d’être au monde.
Quand la rétroflexion est renversée, la personne retrouve la fluidité du contact
avec le présent. Il y a un symptôme de cette amplification du contact, ce sont les yeux
qui commencent à briller. Au début j’étais très étonné par cet étrange phénomène, mais,
en me souvenant de mes propres expériences dans la rue, et surtout de mon expérience
avec le rebirthing, j’ai commencé à comprendre qu'il s’agit d’une légère
hyperventilation, qui, “en mettant en sommeil des fonctions corticales de contrôle (...)
favorise l’expression des couches sous -corticales libérées” (Ginger). La personne
s'ouvre vers l’intérieur d’elle-même et de son corps, en accès avec une énergie
émotionnelle brute qui monte jusqu’aux yeux et est responsable de cet effet de
rayonnement du comédien que tous les gens du théâtre connaissent. C’est aussi à cause
de ça qu'on a l’impression que la personne change de visage : des énergies normalement
réprimées se libèrent et provoquent une transformation, un changement de gestalt.
Stanislav Grof à propos de la respiration holotropique, parle des “états de
conscience non-ordinaires”, amenés par la respiration37. Aujourd’hui je peux affirmer
que l’état de jeu est un état de conscience non-ordinaire.
L’état de jeu amène le comédien dans un état de grâce, où tout rayonne autour de
lui, la réalité devient parfaite, tous les gestes sont justes, et il a l’impression non pas
d'être lui-même la source du jeu mais, au contraire, d'être porté par le jeu, pris par une
36Voir
page 29.
37 Grof, Stanislav : The Holotropic Mind. San Francisco, Harper, 1993.
48
énergie plus grande que lui même38. Bien, à mon avis, tout cela est un état de
conscience non-ordinaire.
Une question s’impose : sont-ils des états non ordinaires, ou est-ce notre état
ordinaire qui est tristement très loin de notre potentiel?39
Le travail sur la respiration reste donc à mon avis le premier et le plus important,
parce qu'il déclenche d’autres éléments du processus : respirer c’est sentir, retrouver le
contact avec ses émotions40. Je donne parfois la consigne de continuer à respirer, la
bouche ouverte et le nez rouge sur le visage, pendant quelques minutes. L’effet comique
est assuré et la personne ressent une véritable vague d’énergie qui l’envahit.
Souvent la personne prend peur de cette puissante montée d’émotion, et coupe le
jeu en craquant, soit dans le rire, soit dans les larmes, soit en passant par les deux. Dans
ce cas je la soutiens à aller à travers, mais sans quitter le nez rouge, de sentir et de
amplifier, tout en restant fluide entre l’interieur et l’exterieur. Ça peut devenir pour elle
une expérience formidable et très marquante41.
En effet la personne craque, en pleurant ou en riant, “par habitude”, parce
qu'elle ne sait pas quoi faire d’autre. Il ne s’agit pas de larmes de souffrance ou de
douleur. Mais d’une énergie brute, qui, en ne sachant pas où aller, prend le chemin des
yeux. Dans le langage gestaltiste on pourrait parler de déflexion, définie par Ginger
comme “ détournement de l’énergie de son objectif primitif, manoeuvre inconsciente de
diversion ”42
38
Les shamans amerindiens disent que “ce n’est pas toi qui chante une chanson : c’est la chanson qui te
chante”. Peat F. David: Blackfoots Phisics : a journey into the Native American Universe. Rourth Estate,
London, 1995.
39Pour
moi-même, je peux dire qu'après dix ans de ce chemin, je me sens beaucoup moins ordinaire
qu'avant, que les moments de grâce sont de plus en plus présents dans ma vie, et que tous les états, les
hauts comme les bas, sont amplifiés.
40“Le
souffle est le monde extérieur qui pénètre dans notre corps. Avec la pulsation du coeur, avec
laquelle il est toujours en harmonie, le souffle est la source de notre sens intérieur du rythme. Le souffle
est l’esprit, l’inspiration. L’expiration, rendue sonore , produit les signes avec qui notre espèce
communique. Quand certaines émotions s'emparent du corps, on devient un cylindre d’air qui vibre, tout
entier”. Snyder, Gary : Earth House Hold. New York, New Directions, 1972. Traduction personnelle de
l’anglais.
41Une personne, âpres avoir vécu une expérience pareille m’a dit : J’ai avancé plus dans ces 20 minutes
qu'en cinq ans de psychanalyse. Je doit avouer que le clown-gestaltiste (ou gestaltiste-clown ?) qui habite
en moi a eu un sursaut de joie et de satisfaction difficile à rétrofléchir.
42Ginger,
Serge : (op.cit). page 234.
49
C’est justement à ce niveau que le travail d’amplification corporelle peut être
extraordinaire : si la personne trouve ses façons à elle de diffuser cette énergie dans son
corps, elle change de forme, elle ouvre des circuits physiques nouveaux, et elle
rencontre son clown.
C’est à cause de ce phénomène magnifique, qui pour les néophytes semble
magique, que je parle du clown comme d’un état alchimique. Dans le sens archaïque du
mot : transformation d’énergie et de matière, changement d’état.
L’introjection
J’ai pu constater que c’est rare que la rétroflexion se manifeste à son état pur.
C’est à dire que la rétroflexion décrit le comment d’une résistance, mais pas le
pourquoi. Les causes d’un comportement rétroflexif sont liées très souvent à des
introjections. Chronologiquement, l’introjection vient plus tôt, elle est déjà là quand la
personne commence à rétroflechir. Et souvent c’est la cause de la rétroflexion. Dans le
travail du clown on pourrait dire qu'on rétroflechit une émotion à cause d’une
introjection autour de cette émotion.
Perls nous dit : “L’introjection est le mécanisme névrotique avec qui nous
incorporons idée, habitudes, façons d’être et de penser, qui ne sont pas vraiment à
nous”. Elle fonctionne comme un “corps étranger, un parasite qui s’installe à l’intérieur
de nous même (...) L’homme qui introjecte, perd l’opportunité de développer sa propre
personnalité, parce qu'il est complètement occupé à surveiller les corps étrangers logés
dans son système. (...) Il transforme sa personnalité en un champ de bataille”43.
Donc, dans la rétroflexion je ressens quelque chose que je n’ose pas exprimer, et
dans l’introjection je n’ose même pas sentir parce que des présences étrangères en moi
ne m’autorisent pas à exister. Dans la dynamique du clown la rétroflexion agit sur l’état
du jeu, l’introjection influence le thème du jeu.
Très souvent derrière les pièges d’interruption il y a des introjections, qui
empêchent la personne de rentrer dans certains territoires émotionnels et expressifs.
À mon avis il y a une introjection fondamentale qu'on touche avec le travail
théâtral en général : il ne faut pas se montrer, il faut rester petits, se cacher. Elle
43Perls,
Fritz : The Gestalt Approach & Eye Witness to Therapy. New York, Bantam Books, 1973.
Traduction personnelle de l’anglais.
50
fonctionne dans une multitude de formes; toutes empêchent la personne d’expérimenter
son propre amplitude et sa propre beauté en face d’un public qui regarde. Et, derrière
cette introjection fondamentale il y en a une autre : si je me montre comme je suis, les
autres ne vont pas m’accepter. C’est à cause de ça que toutes les activités expressives
sont très utiles au niveau du développement personnel, parce qu'elles aident la personne
à développer l’estime de soi et l’assertivité.
Et parmi les activités théâtrales et expressives, le travail du clown se situe d’une
façon très spécifique et originale par rapport à ce thème de l’assertivité. Il ne s’agit pas
seulement de se montrer sur scène, mais de se laisser voir dans ses zones les plus
fragiles et vulnérables : dans ses faiblesses, contradictions, émotions cachées par peur
ou par honte. C’est à ce niveau-là que le comédien qui commence la traversée avec son
nez rouge, rencontre une multitude de messages de nature introjective qui lui coupent le
chemin vers le plein contact.
La plus importante introjection que le comédien rencontre c’est que il ne faut
pas montrer, et sur tout pas exprimer, certaines émotions. Il faut les rétrofléchir parce
que elles sont négatives, pas bonnes, pas justes, pas acceptables, méchantes. On
retrouve ici des couches très anciennes, qui se sont structurées très tôt pendant le
développement de l’enfant.
Ce processus est particulièrement visible dans le cas de la peur, de l’agressivité
et de la sexualité.
Introjections masculines et féminines
Je vais ouvrir une parenthèse liée à un thème que je n’ai pas encore abordé dans
ce mémoire : est-ce qu'il y a des différences importantes entre les hommes et les
femmes dans l’expérience qu’il vivent pendant la découverte de leur clown ? Ma
réponse est : non par rapport au processus, oui par rapport aux contenus. Et c’est
justement dans les introjections qu'on remarque des différences importantes entre les
hommes et les femmes.
Les hommes coupent souvent le contact quand ils s’agit de lâcher la peur ou la
fragilité. On retrouve des introjections au tour du thème de ne pas montrer sa propre
faiblesse. Le fait qu'un homme peut se sentir perdu, peut avoir peur et montrer un côté
très vulnérable de lui même, qui le ramène à un état enfantin de fragilité et d’ouverture.
51
La perte du contrôle est vécue comme perte de pouvoir plutôt que comme gain
d’émotion.
Un autre thème du jeu lourdement encombré par les introjections chez les
hommes est la gentillesse, la délicatesse voire la vulnérabilité : le côté vraiment naïf de
chacun. Se laisser aller dans des choses vraiment ridicules, dans les gestes, les mots, les
états : l’introjection qui dit qu'il faut être sérieux reste très puissante dans le fond.
C’est évident que pour le pédagogue/Monsieur Loyal c’est un vrai luxe de
travailler avec quelqu’un qui “coince” à ce niveau là. Surtout parce que tant d’années
d’efforts pour cacher sa propre folie ont distillé une bêtise absolument superbe. Donc
quand les gens lâchent, ils y vont carrément, pour la joie d’eux-mêmes et du public.
Chez les femmes j’ai retrouvé très souvent un véritable blocage autour de
l’agressivité44. Plusieurs stagiaires femmes ont dû beaucoup travailler avant de laisser
percer à la surface un clown agressif, ou méchant, chef, irascible, casseur. L’idée qu'il
faut être gentille et faire plaisir aux autres, et donc que le clown aussi doit être gentil et
sympathique, arrivait tout le temps à couper le travail.
Fig. 7. Marc Chagall : “Clown” (1956).
44
Dans le sens étymologique original du mot : ad gredire, aller vers. Repris par Perls et Ginger. Sur la
confusion entre agressivité et destructivité, voir l’oeuvre de Daniele Novara et de l’approche éducative
qui en Italie a pris le nom de Educazione alla Pace.
52
Deux exemples de travail sur l’agressivité
La deuxième entrée que je propose pendant le stage c’est avec un objet. Le
comédien le choisit avant de commencer l’exercice, en fouillant dans une énorme valise
aux objets qui fait partie de la dotation du stage. La consigne pour le choix c’est de faire
choisir l’objet au clown et pas au comédien. La consigne pour l’entrée c’est de rentrer
sur scène et d’être en contact avec l’objet, en laissant le clown jouer avec lui, en face du
public. Il s’agit d’un jeu à trois : le clown, l’objet, le public. Ce qui est important ce
n’est pas ce que le clown fait avec l’objet, mais l’effet que ces actions lui font. La règle
du jeu clownesque est de donner ces réactions au public.
D’un point de vue technique, l’objet fait partie du clown, c’est quelque chose
que le clown porte toujours avec lui, c’est une partie du costume, qui, en jouant avec lui,
lui permet de révéler des parties de lui même. Certains objets sont justes pour le clown,
d’autres non, parce qu'ils ne viennent pas du clown, mais d’ailleurs.
Emilia, une jeune femme de 30 ans, rentre sur scène avec une petite casserole, et
commence à faire des gestes de ménage et des sourires. Je sens tout de suite que l’objet
n’est pas juste. Il vient d’une idée de clown sympathique qui va tout à fait contre les
premières traces qu'on a trouvées pendant sa première entrée, qui a révélé un clown
transgressif qui avait envie de déconner plutôt que d’être sage.
Giovanni :
Monte ton nez. Je pense que cet objet ne t’aide pas. Est-ce qu'il y
avait d’autres objets qui t’ont touchée, à part la casserole?
Emilia :
Oui, le requin en gomme. Mais je n’ai pas osé le prendre.
Giovanni :
Très bien! Va le chercher et refais l’entrée avec lui.
Dans ma malle aux objets il y a un requin en gomme, de 25 centimètres de
longueur, avec des dents très grosses, qui lui font une gueule très agressive et en même
temps très ridicule. Emilia le prend et rentre sur scène : tout de suite elle commence à
nous montrer son poisson féroce avec un plaisir qui devient de plus en plus enfantin. Le
public éclate de rire et elle rentre dans un jeu de représentation de son requin, où on
voit, au même temps, sa fierté et son plaisir. Et à un moment, elle s’arrête et commence
à imiter le requin, en sortant ses dents et en bougeant elle-même comme un requin dans
l’océan. Elle mord dans l’espace et tourne en rond comme pour chasser une proie.
L’effet est complètement ridicule : je n’ai même pas besoin d’intervenir. Elle se lance
dans un délire formidable où elle fait des bruits et de gestes de requin, avec une gueule
pas possible, toutes ses dents dehors et les yeux qui brillent de plaisir. Le public éclate
de rire.
Giovanni :
Vas-y! Rentre encore plus dans le jeu, laisse-toi aller.
53
Elle commence à taper par terre et sur les murs en gueulant, en utilisant le
poisson de gomme comme un bâton, en le tenant par la queue. Elle termine épuisée,
ouverte et très excitée. Dans le bref partage qui suit l’exercice elle nous dit :
Ça fait long temps que je travaille sur mon agressivité, que j’ai toujours
réprimée. Mais je n’avais jamais pris autant de plaisir à montrer ma force et mon
envie de me battre et de mordre.
Le clown lui a permis de toucher une énergie qui était bloquée par son histoire,
et l’objet lui a servi de miroir pour projeter cette énergie et la faire sortir.
Une séquence de travail du même type est arrivée avec Piera, 29 ans.
Lors de la première entrée, elle a du mal à ressentir où elle est. Elle se coince
dans des formes de clown sympathique et gentil, mais je n’arrive pas à voir ce qu'il y a
derrière.
Pour l’entrée avec objet elle choisit un petit balai. Elle rentre avec des gestes
gentils. Ça ne marche pas. Au bout d’un moment, sa frustration commence à monter et
sa façon d’utiliser le balai change. Des gestes forts arrivent par moments et tout d’un
coup elle jette le balai par terre. Une expression de plaisir apparaît sur son visage. Elle
le refait. Le bruit que le balai fait en tombant par terre semble lui plaire beaucoup. Ça y
est, je vois la figure. Je lui propose de prendre un objet plus fort : le grand seau en
plastique.
Piera prend le seau et commence à le lancer par terre, avec un plaisir de plus un
plus visible. Ses gestes commencent à changer : elle passe du lancer au taper. Elle tape
le sol avec le seau, en faisant un bruit très fort. Le bruit lui donne du plaisir.
Elle est en train de mobiliser une énergie agressive. Au fur et à mesure qu'elle
bouge, sa forme se précise. Je lui propose de changer le balai et de prendre une grosse
canne de promenade, pour faire encore plus de bruit en tapant contre le seau. J'ajoute la
valise vide des objets et je lui propose d'essayer de se laisser vraiment aller dans le
tapage. Son envie ce n’est pas seulement de taper et faire de bruit, mais de casser : une
énergie destructrice apparaît de plus en plus clairement. Mais ses gestes sont encore
retenus, après avoir tapé elle regarde le bâton et la valise, pour vérifier qu'elle ne les a
pas abîmés.
Tout d’un coup elle a une intuition, elle quitte la scène et va prendre la boîte de
métal où je range mes nez rouges. Elle ne fait pas partie des objets du jeu mais c’est un
objet personnel à moi. J’ai un frisson de peur pour ma boîte : dans l’instant suivant je
vois la figure de son travail. Non seulement il s’agit d’une énergie agressive et de
destruction, mais de destruction transgressive. Son clown veut déranger l’autorité (moi-
54
même) en cassant quelque chose qu'elle sait être important pour moi. Je décide de
sacrifier ma boîte rouge à la cause et je lui dis de l’écraser à coups de bâton.
Ici Piera se bloque : elle dit qu'elle ne veut pas casser ma boîte, qu'elle peut
prendre quelque chose d’autre. C’est elle qui parle, ayant coupé la sublime intuition de
son clown. Je lui dis que la boîte est mienne, que je tiens à elle et que c’est important
qu'elle casse cette boîte-là et pas une autre.
Le travail n’avance pas, elle est bloquée. J’ai une intuition et je fais quelque
chose de nouveau : j'interviens dans le jeu. Pas comme animateur, ni comme Monsieur
Loyal mais comme clown. Je mets un nez et je suis sur scène avec Piera45. Je prends le
bâton et je le tiens avec elle. Je guide en peu le mouvement comme pour lui apprendre à
taper. On touche la boîte, très doucement. Je lui laisse le bâton, elle tape en peu plus
fort. Je l’accompagne encore, un peu plus fort. Tout d’un coup elle donne un coup
formidable à la valise à coté, à ma valise, et dans mon état de clown j’ai un sursaut de
douleur. Elle tape encore une fois, toute contente de me voir souffrir. Et tout de suite
après, avec deux coups bien placés, elle défonce complètement la boîte des nez. Ça y
est!
Je la laisse sur scène, j’enlève le nez et je lui propose de terminer le travail en se
déchaînant contre la boîte. Mais pas contre la valise. Piera réduit la boîte à un amas de
métal tordu. Pendant la suite du stage Piera travaillera son clown casseur et sadique,
avec des bottes noires et un manteau de cuir noir, en touchant une formidable énergie et
en changeant de visage. À la fin du stage elle est une autre femme : plus relaxée,
rayonnante et sensuelle.
Il me semble important de souligner le dernier mot : la mobilisation de l’énergie
agressive mobilise aussi l’énergie sexuelle. Je l’ai remarqué régulièrement : à la fin d’un
travail sur l’agressivité les femmes sont pas seulement plus belles, mais plus sexy. Mon
contre-transfert à ce propos est infaillible. Et ma collègue Paola confirme que c’est
pareil pour les hommes.
Clown et sexualité
L’autre thème autour duquel il y a des différences remarquables entre les
hommes et les femmes, est la sexualité.
45
C’était la première fois que j'expérimentais un véritable accompagnement en clown de la personne, en
portant moi-même le nez rouge. C’est une évolution très intéressante de la relation élève/pédagogue.
55
Parler de la sexualité des clowns c’est un peu comme parler du sexe des anges. Il
y a d’abord la question toute simple : est-ce que les clowns ont une sexualité? Ma
réponse est : bien sûr que oui. Mais ce n’est pas du tout comme à la sexualité réelle : je
l’appelle une sexualité poétique. C’est à dire que le clown, qui est un être poétique,
transpose tous ses actes dans un langage poétique, y compris sa sexualité.
“Les clowns couchent tous ensemble dans le même lit, enlacés les uns avec les
autres”46. Ils semblent donc plus près des enfants que des adultes. Mais en même temps
ce n’est pas complètement vrai, parce que certains clowns peuvent rentrer
tranquillement dans des thèmes du jeu où la sexualité et même la génitalité sont très
explicites. D’autres clowns, par contre, vont rester dans un niveau de sexualité diffuse,
très enfantin. Et les deux sont vrais, justes et poétiques. C’est dans son état que le clown
est proche de l’enfant, et non pas dans le thème qu'il aborde. Comment donc s'orienter
dans ce domaine qui reste quand même important, voire fondamental?
J’ai une hypothèse personnelle, qui dérive de ce que j’ai vécu dans ma
recherche, et en tant qu’acteur et en tant que pédagogue. Le clown est une transposition
poétique de soi-même, dans le présent de l’ici et maintenant. Tout ce qu’on est peut
nourrir le clown, mais il faut que ce soit donné complètement et généreusement au
public, traduit par le nez rouge. Et chaque personne porte en soi une multitude de désirs
et de peurs, d’âges et de visages. Le clown est la transposition poétique de la forme de
moi-même qui est la plus présente et urgente dans le présent : ça implique que différents
clowns en face de la même situation vont donner des réponses complètement
différentes. Par rapport à la sexualité, chacun a la sienne, avec des désirs et des urgences
très différents. C’est comme s'il y avait une multitude des sexualités différentes, avec
couleurs, odeurs et âges différents, uniques pour chaque personne.
J’ai vu des clowns arriver à se toucher les mains avec toute l’intensité
émotionnelle qu'on peut imaginer dans une nuit d’amour, des clowns femmes
improviser des danses érotiques complètement délirantes, folles et sensuelles, un clown
homme faire un demi streap-tease sensuel, poétique, touchant et tragique au même
temps, un couple de clowns jouer l’histoire entière de l’homme et de la femme
simplement dans leur façon de jouer avec leur deux chapeaux. Et je pourrais continuer
encore longtemps avec d’autres images profondément poétiques, parce que
profondément humaines, qui m’ont accompagné pendant mon voyage.
46
Mitchelson, Mitch : notes personnelles pendant un stage sur la Comedie et le rire, Padova, janvier
1992.
56
Le clown vit dans le présent, et demande à la personne d’être complètement
vraie et de ne rien garder pour elle, mais de tout donner au public. Il ne reste donc
aucune place à la vulgarité, qui à mon avis est une pensée sur la sexualité, une attitude
où, en n’ayant pas la liberté de toucher directement ce thème, on l’approche avec un
langage indirect, manipulateur et allusif. Au contraire, l’honnêteté et la vulnérabilité du
clown transposent tout en poésie.
Personne ne se scandalise des enfants tous nus à la plage. Est-ce peut-être parce
qu'on reconnaît chez eux un état d’innocence que les adultes souvent ne retrouvent
plus? Je pense que cette innocence est la même qu'on retrouve chez le clown, qui
découvre tout pour la première fois, qui ne réfléchit pas, qui vit ses émotions en les
laissant sortir sans rien prendre pour lui. Il fait confiance à la vérité de chaque geste. Et
tout est tellement important, tout a tellement de valeur, qu'une caresse devient énorme,
un regard nous dit tout, un toucher c’est presque trop. C’est donc très rare que les
clowns arrivent à la sphère de la génitalité, parce que c’est tellement énorme pour eux
que ça ne serait pas soutenable.
Je me suis posé souvent la question : comment les clowns font l’amour? Et ma
réponse est un sourire plein de tendresse et de curiosité. Je ris parce que j’ai
l’impression que peut-être ils n’arriveraient même pas à se déshabiller, tellement serait
grande l’émotion de la rencontre.
D’un point de vue théâtral on assiste ici à une transposition du thème dans des
symboles : le clown nous parle de sexualité en jouant quelque chose d’autre, des objets
peuvent être chargé des sens érotiques. Et le clown ne le sait pas, il le vit : c’est le
comédien en dessous qui en est conscient.
Normalement je pose le cadre qu'on peut tout faire et tout dire sauf passer à
l’acte, en matière de sexualité et d’agressivité violente. Mais je n’ai jamais du intervenir
pour faire respecter ces consignes.
Mes interventions sont souvent dans le sens contraire, c’est à dire d'encourager
les gens à oser dépasser ses limites, perdre le contrôle, prendre le risque de se laisser
aller. Et ici je retrouve la question initiale des différences entre les introjections des
hommes et des femmes par rapport à la sexualité.
Le désir de se montrer sensuellement est un thème qui revient souvent dans le
travail des femmes sous nez rouge. Je dirais qu'il est aussi fréquent que l’agressivité, et
parfois les deux vont ensemble.
Mais accepter ses impulsions exhibitionnistes et se laisser tomber dedans, c’est
très difficile et cela demande une grande liberté personnelle : une multitude
d’introjections bloquent le chemin. Une femme qui prend du plaisir à se montrer c’est
57
une pute. C’est une synthèse du thème de base, avec toutes les variations que chacune
peut apporter. Il y a un grand travail à faire, dans l’exploration des zones de désir
frustré, et le nez rouge est un révélateur formidable de la direction où le désir pousse.
En plus, il y a les objets du jeu et le costume qui peut aider beaucoup à amplifier cette
recherche.
Dans chaque stage il y a régulièrement au moins une clown femme de Tarzan,
avec le maillot peau de léopard, une clown en manteau et bottes de cuir noir qui gueule
par tout, une clown en minijupe et décolleté “tellement trop qu'on rit”, une clown cowboy qui se promène avec le corps d’un marin du vieux port, qui crache par terre et
touche les fesses des mecs qu’elle rencontre.
Et, bien évidemment, les femmes qui jouent ces clowns sont dans la vie réelle
tout à fait à l’opposé de ces formes.
Parfois la personne veut essayer d’explorer son clown mais elle n’y arrive pas.
D’autres fois, le clown qui émerge est tellement loin de l’image qu'elle a d’elle-même,
que la personne le refuse avec décision, parfois en m’accusant de vouloir pousser le jeu
trop loin. Heureusement je ne suis pas seul à suggérer une piste, parce que je m’appuie
aussi sur le public, qui ne se trompe jamais et rit seulement si on est dans la vérité.
La chose formidable c’est que, quand la personne met le nez rouge et ne fait
rien, il y a des images et des pistes qui arrivent toutes seules, comme si elles étaient
prêtes à sortir, à la première bonne occasion.
Je voudrai citer ici, à titre d’exemple, le cas de Carla, une jeune femme qui, dès
qu’elle est rentrée sur scène avec le nez rouge, a déclenché une réaction de rire
formidable du public. Après littéralement cinq secondes, je me suis tourné vers ma
collègue Paola, qui coanimait le stage avec moi, on s’est regardé et on a dit, presque en
même temps : pornostar. Les mouvements de son corps, ses gestes complices avec la
bouche et la tête, son regard mou et cajoleur étaient tellement sensuels, impudents et
généreux que seulement une porno-star aurait pu soutenir ce niveau du jeu. On a
cherché à l’accompagner tranquillement à prendre conscience de la qualité d’énergie
qu’elle était en train de nous montrer, mais quand elle a compris où le travail allait, elle
a commencé à couper, à changer de pistes, à prendre d’autres états qui évidemment
n’étaient pas vrais pour elles, jusqu’à refuser de continuer à jouer. Elle ne voulait pas du
tout aller à la rencontre de son clown, qui était tout à fait inacceptable pour l’image
qu'elle avait d'elle-même. Dans la vie elle était une femme très engagée dans le social,
avec un métier d’aide vers les autres, une position de responsabilité dans un mouvement
58
pacifiste et non-violent d’inspiration catholique. Et son clown, tout d’un coup, l’amenait
dans un état qui ne rentrait pas du tout dans son projet de vie!47
Malheureusement pour elle, le public adorait cette clown sensuelle, honnête,
ouverte et ridicule, qui ne se savait pas absolument irrésistible, et qui, dans sa naïveté,
aurait fait tourner la tête à tous les hommes du pays.
Rarement j’ai rencontré un décalage aussi grand entre la personne et son clown :
la différence énergétique dans le corps de Carla entre les deux états était étonnante. Elle
changeait de couleur, de rythme, de matière, elle s’ouvrait. L’effet qu'elle avait sur moi
était complètement diffèrent : je pouvait sentir dans mon corps si elle était dans son
clown parce que l’homme qui est en moi, le mec basique, s’allumait immédiatement, et
mon désir donnait au Loyal les indications artistiques à suivre.
Fig. 8. Toulouse-Lautrec : “La Clownesse Cha-u-Kao” (1895).
47
On a tendance à croire que la rencontre avec son clown est toujours agréable. Mais ce n’est pas
toujours le cas. On peut même avoir beaucoup du mal à accepter cet étrange personnage qui nous habite
et qui peut révéler des côtés obscurs de nous-mêmes. Deux témoignages de stagiaires nous expliquent très
bien cette relation pas toujours facile :
“Moi je suis végétarien, mais mon clown mange des panini au salame”.
“Moi je suis de gauche, mais mon clown vote Front National. Il est un raciste terrible”.
59
Mais si Carla n’a pas voulu aller à la rencontre de son clown, d’autres ont profité
à fond de la folie du stage, pour s’exhiber dans des numéros formidables.
Si pour les femmes sous nez rouge la rencontre avec la sexualité est très souvent
la rencontre avec un côté exhibitionniste de leur propre désir, pour les hommes il y a
d’autres formes qui émergent, notamment le clown dragueur et le clown voyeur, voire
obsédé.
Dans les entrées individuelles, c’est le clown dragueur qui peut arriver : la
personne rencontre un désir de se montrer et de séduire le public, en rentrant dans des
clichés pas possibles d’homme macho ridicule, qui n’a pas honte de montrer son désir
dans des formes complètement ringardes.
Et, dans les entrées à deux ou trois, j’ai vu des clowns voyeurs, dont un en
particulier, Mario, ne pouvait pas enlever les yeux d’une clown grande, belle et sauvage.
Il était complètement fasciné par elle, et il ne cherchait pas de dissimuler cette
attraction. Au contraire, il allait dedans, dans l’amplification, jusqu’à arriver à des
formes et des gestes, qui, s'il n'avait pas le nez rouge, auraient évoqué un maniaque
violeur et psychopathe.
Voici qu’on retrouve la voie du clown, qui permet d'aller au-delà des
introjections qui nous disent “qu'il ne faut pas regarder les fesses des femmes, il ne faut
pas se faire voir quand on regarde quelqu’un, montrer le désir est mauvais, un homme
qui regarde une femme inconnue avec désir est un violeur...", et plein d’autres.
La confluence
“Quand l’individu ne ressent aucune frontière entre soi-même et
l’environnement, quand il sent que lui et l’environnement sont une entité unique, il est
en confluence avec l’environnement. (...) Il ne sait pas où il termine, et où les autres
commencent. Puisqu’il n’est pas conscient de la frontière entre soi-même et les autres, il
ne peut pas prendre contact avec eux, et il ne peut non plus se retirer. En effet il ne peut
même pas entrer en contact avec lui-même. (Perls)48
48
Perls, Fritz : The Gestalt Approach & Eye Witness to Therapy. New York, Bantam Books, 1973.
Traduction personnelle de l’anglais.
60
La confluence est une résistance qui peut se manifester dans le travail du clown,
surtout au début de l’entrée. C’est le moment dans la quelle le comédien n’est pas
encore en contact avec son clown, et il est encore dans une phase d’indifférenciation. La
confluence se manifeste avant même de prendre contact avec l’expérience de l’entrée.
Le comédien se renverse dans le public et n’écoute plus rien d’autre que le public. Mais
il ne reçoit pas le contact, et est donc incapable d’une véritable réaction. Il est dans un
état de symbiose avec le public, et il ne prend pas la responsabilité de laisser les choses
entrer en lui. Dans la dynamique de l’exercice on voit que la confluence se manifeste
dans l’incapacité à réagir à l’environnement, avec qui le clown n’est pas en vrai contact.
On retrouve la confluence dans certains des pièges du contact, au début de
l’entrée. Dans ce cas c’est très important d'arrêter tout de suite l’exercice, parce que la
personne ne va rien trouver si elle ne prend pas conscience de ce mécanisme.
L’impression très forte est que la personne est “hors d’elle”, qu’elle a quitté le centre, le
lieu où il y a le pouvoir, et qu’elle s’est assise sur les genoux du public. La différence
avec un piège psychotique c’est que dans la confluence le comédien se renverse dans le
public, avec lequel il établit un contact, superficiel, mais quand même pertinent. Par
contre, dans un fonctionnement psychotique on a l’impression que le comédien est par
tout, déconnecté, éclaté dans un désordre des formes qui n’arrivent nulle part.
Le travail pédagogique du Monsieur Loyal consiste à proposer une gamme de
contacts différents, pour aider la personne à s’identifier, à saisir ses propres réactions.
La personne confluente prend souvent un air très gentil, très léger, comme celui
d'un petit enfant qui cherche à stimuler la compassion de ceux qui le regardent. Il y a un
faux clown charmeur et fragile qui se manifeste, et il faut être très vigilant pour saisir
tout de suite le processus.
Pour le comédien c’est un travail douloureux, parce qu'il s’agit de prendre le
risque de réagir à quelque chose, et en faisant ça il peut rencontrer ce que le confluent
craint le plus : le rejet. Le refus du public.
Le syndrome du bon gars, que j’ai décrit dans les pièges d’interruption, dérive
aussi d’un mécanisme de confluence. Le comédien arrête de sentir ses réactions au
public et, une fois qu'il a compris ce que le public aime, il commence à lui faire plaisir,
en se centrant sur le plaisir du public et non pas sur le sien.
61
Fig. 9. Un personnage du film “ I Clown”, de Federico Fellini (1970).
Clown et psychopathologie
Les troubles de la personnalité dans une perspective gestaltiste seraient ”des
mécanismes de défense et d’adaptation, permettant la survie à un moment donné de
l’existence” (Ginger)49. Il s’agit des réactions de l’organisme face à une situation de
stress, des réactions qui lui permettent d'éviter des dégâts plus graves. Si on pousse cette
hypothèse plus loin, on peut arriver à dire que les pathologies sont des réactions
saines d’un organisme sain, face à un environnement averti comme menaçant. On
choisit donc une névrose pour éviter quelque chose de pire. Bien évidemment ces
mécanismes “deviennent encombrants quand ils sont systématiques et surtout
anachroniques” (Ginger).
La première conséquence de cette approche est que la maladie devient un choix
et non plus une fatalité. C'est-à-dire que c'est l'organisme qui, face à une situation
dangereuse, choisit une solution pour se protéger, donc pour rester dans le bien-être,
voire dans le plaisir. Elle est une stratégie de vie.
Très souvent il ne s'agit pas d'un choix conscient, mais plutôt d'une réponse
inconsciente de l'ensemble de l'organisme.
49Ginger,
Serge : La Gestalt : l’art du contact. Alleur, Marabou, 1995.
62
Et voici que la notion de plaisir revient : à son origine, la maladie est une
recherche du plaisir. Une forme énergétique qui permet à l'organisme de vivre. Il y a
donc quelque part, dans chaque pathologie, un plaisir. C'est là que le travail du clown
s’enracine : la personne re-contact le plaisir qui est à la racine de ses propres
pathologies. C'est une libération d'énergie et une nouvelle awareness émotionnelle et
corporelle50.
La deuxième conséquence de cette vision de la psychopatologie est de
considérer que la personne a le droit d’être ce qu’elle est, et a le droit à ses pathologies.
D’un point de vue existentialiste, chaque personne est unique, et sa façon d’être au
monde aussi. Il n’y a pas des personnes anormales, mais des fonctionnements différents.
Et le propos de la thérapie n’est pas de normaliser les gens en éliminant les traits
dysfonctionnels, mais de travailler sur la notion d’équilibre. Permettre à la personne de
mieux vivre avec ce qu'elle est, et augmenter ses ressources. Pour arriver à “être dans la
bonne pathologie au bon moment”51. (Ginger)
Dans la roue des psychopathologies de Ginger, on trouve les notions d’axe et de
polarités : l’approche de Ginger vis-à-vis d’une pathologie n’est pas de l'éliminer, mais
plutôt de l’équilibrer, en travaillant sur la polarité opposée ou complémentaire, pour
rééquilibrer le système.
Ginger propose cinq étapes dans le traitement thérapeutique des
psychopathologies :
1. repérage des symptômes et des traits;
2. amplification;
3. acceptation;
4. exploration des polarités complémentaires;
5. expérimenter d’autres pistes.
Il m’apparaît clair que, et la roue et le chemin en cinq étapes, nous révèlent le
potentiel formidable que le travail du clown présente.
On a vu que le clown est une transposition poétique de soi-même. Il transpose,
dans un langage poétique, sa propre façon d’être au monde. Le modèle gestaltiste du
cycle du contact et des mécanismes de résistance nous aide à comprendre le
50Comme dans
l'exercice de l'imitation de la démarche individuelle, la prise de conscience de sa propre
imperfection libère le jeu et la célébration.
51Ginger,
Serge : notes personnelles pendant un stage de formation.
63
fonctionnement dynamique de la personne qui va à la recherche de son clown. Le profil
psychopathologique de Ginger nous permet d'avoir un regard d’ensemble sur la forme
clownesque de la personne, et de faire des liaisons entre les différents types de clown et
les différents axes psychopathologiques. En effet il y a un parallèle très précis entre les
étapes du traitement thérapeutique de Ginger et l’itinéraire qu'une personne fait pendant
la recherche de son clown.
Le nez rouge transpose la forme plus présente et urgente pour la personne : on
pourrait dire sa façon d’être au monde dans l’ici et maintenant. Cela peut être la polarité
ou la personne est plus présente dans sa vie réelle, ou une polarité opposée, ou
complémentaire, ou sous-jacente. En termes énergétiques il n’y a aucune différence. Il
s’agit des états où la personne a l'urgence d’aller, des états où l’énergie a besoin de
circuler. Le travail sur le clown n’est pas un travail sur l’effort, mais sur le lâcher prise :
le clown tombe vers le bas, et le comédien, grâce au nez rouge, peut laisser l’énergie
circuler là où elle est attirée. Dynamiquement le clown est donc une transposition d’un
conflit, d’un déséquilibre, d’un décalage entre des parties de soi. Et dans un conflit il y a
une opposition, donc une relation dynamique.
Une des énonciations du troisième principe de la thermodynamique est que
“l’énergie cherche une forme plus stable”. En se laissant tomber vers une forme plus
stable, le comédien touche le plaisir. Il quitte le grand effort d'être différent de ce qu’il
est, pour toucher le grand jeu d'être soi même. Et jouer c’est jouir.
Il se peut que, avec le nez rouge, le comédien explore une polarité qu’il connaît
très bien dans sa vie réelle, et dans ce cas on est dans la phase deux du trajet de Ginger.
Ou bien le nez lui fait ressortir une polarité qui, dans sa vie, est plutôt réprimée; et on
retrouve ici la phase quatre de Ginger.
Mais comment décide-t-on où la personne va avec son clown? C’est le nez qui
me dit dans quelle direction aller, et pas un projet que je peux avoir sur la personne.
Quand le comédien est là, sur scène, dans le vide, avec son nez rouge, ces sont ses
gestes, ses vibrations, ses riens qui m’indiquent la direction du travail.
Par exemple, si j’ai la perception d’une personne qui est visiblement dans un axe
sado-masochiste, ce n’est pas à moi de décider dans quelle polarité son clown va la
pousser. Ça se voit tout seul.
On rentre ainsi dans un processus d’auto-guérison, où, par l’amplification des
symptômes, le corps sait où aller pour équilibrer la maladie.
64
Comme je l’ai fait remarquer dans le premier chapitre, le clown de chacun
évolue dans le temps. Les personnes qui ont répété le stage plusieurs fois ont révélé des
formes clownesques très différentes. À la lumière de ce qu’on vient de dire sur les
polarités, je comprends que le passage entre les différentes formes est une véritable
exploration de son propre profil psychopathologique. Dans le cas de Monica52, son
premier clown râleur est un clown paranoïaque, et quand elle accepte de le rencontrer
c’est le coté sadique qui s’amplifie. Pendant les stages suivants elle bascule
complètement de l’autre coté, dans un clown hystérique, avec son plaisir de rencontrer
tout le monde ouvertement et naïvement; et il y a aussi des traits masochistes, dans le
sens de faire plaisir aux autres en étant très à l’écoute et très sympathique.
Si je reviens à l’analyse du travail de différents stagiaires avec ces nouveaux
repères psychopathologiques, je retrouve beaucoup d’exemples de travail sur les
polarités:
•
•
•
•
•
un
une personne avec tendance masochiste qui travaille un clown chef et de pouvoir
(sadique);
une personne avec tendance schizoïde qui travaille un clown beau et charmeur
(hystérique);
une personne avec des traits masochistes et dépressifs qui travaille un clown
animal et sauvage (sadique, maniaque);
un obsessionnel qui travail un clown pitre, naïf qui fait n’importe quoi en foutant
le bordel par tout (hystérique);
une personne avec une timidité qui approche des phobies sociales, qui travaille
auguste charmeur et tendre (hystérique).
Et je pourrai continuer encore longtemps. Le trait commun est que ce n’est pas à
l’individu de décider avec sa volonté quel clown jouer, mais c’est son corps, ses gestes
et ses mouvements qui me disent où il a besoin d’aller. Le comédien ne prend pas son
clown, il le reçoit.
Il me semble que ce processus nous parle de quelque chose de fondamental dans
tout chemin thérapeutique : chacun a en soi-même la clef de son bien-être, et les
médicaments pour sa guérison. Mais pour les toucher il ne s’agit pas d’un effort de
52Voir
page 34.
65
volonté, mais d’un acte de capitulation, un lâcher prise envers la vie. Ce que le poète
Rilke exprime ainsi : “Laissez faire à la vie : elle a toujours raison”53.
Où va-t-il, ce travail ? On pourrait dire que la personne sans aucune pathologie
est le clown total. Qui, en compensant tous les conflits revient au masque neutre. Tous
les “poussées” et les “tirées” s’équilibrent, dans un état de calme. On ne rigole plus du
tout, et on ne pleure pas non plus.
Heureusement, le neutre n’existe pas dans la réalité. Un bon mélange de conflits
et des pathologies rend la vie intéressante.
Transfert et Contre-Transfert dans la relation entre le clown et le Monsieur Loyal
Dans le premier chapitre54 j’ai parlé de l’importance que prend, dans mon style,
la relation entre le pédagogue et l’élève. Maintenant, après cette longue balade
gestaltiste à travers le monde du clown, je peux profiter des notions de Transfert et de
Contre-Transfert pour aller un peu plus loin dans la compréhension de cet aspect du
travail.
Ce qui m’apparaît intéressant et spécifique au travail théâtral c’est la présence
constante et définitive d’un public. Même le mot théâtre, dans son étymologie ancienne,
nous parle de ce phénomène fondamental qui est être regardé.
Le théâtre existe quand il y a un public qui regarde quelqu’un qui représente
quelque chose. La dimension de “l’être regardé” me semble donc définir l’expérience
émotionnelle du comédien d’une façon très forte. Chaque fois qu’on monte sur scène,
on rentre en contact avec le besoin, voire l'envie, d'être regardé, vu, applaudi, approuvé,
aimé. Et, dans cette expérience très forte, on retrouve une dynamique d'approbation qui
nous ramène à la relation parentale.
À mon avis donc il y a un transfert toujours présent dans la relation entre le
comédien et le public : les parents sont toujours un peu présents dans la salle.
Dans le travail du clown, ce transfert se définit encore plus clairement dans la
figure du Monsieur Loyal, qui joue le rôle de l’autorité, du pouvoir, de celui qui peut
approuver ou non le clown. Un père tout puissant se cache derrière le costume élégant
du directeur de la piste.
53
Rilke, Rainer Maria : Lettre a un jeune poète. Gallimard, poésie.
54Voir
page 17.
66
L’Auguste avec le nez rouge se soumet à ce pouvoir en traversant une multitude
d’émotions. C’est seulement grâce à cette importance énorme donnée au regard du
Monsieur Loyal que ce rôle devient si riche à jouer. En effet, quand je joue le rôle du
Loyal, je deviens une éponge qui absorbe tout ce que le clown vit, et tous les effets que
je ressens en moi me guident dans mon rôle pédagogique.
Donc, le jeu du Loyal se fonde sur une utilisation constante et massive du
contre-transfert. C’est à dire de tous les effets que me font les émotions du clown en
face de moi. En Gestalt on parle de Contre Transfert pour définir tout ce que le
thérapeute ressent dans la relation avec le client, et non seulement la réaction au
transfert du client. Dans le thème de l’implication du thérapeute, si importante et
caractéristique de la Gestalt, la relation clown/Loyal, est un exemple très clair de cet
engagement constant du gestaltiste dans le contact.
J’ai déjà parlé à propos de psychose, agressivité et sexualité, de l’importance de
mes réactions émotionnelles pendant le travail. C'est grâce à elle que je peux rester en
contact avec ce qui se passe pour la personne en face de moi, et c’est seulement en leur
faisant une confiance complète, que je peux avancer et permettre à l’autre d’avancer
aussi.
Très loin de la neutralité bienveillante du psychanalyste, le Monsieur Loyal
gestaltiste ouvre tout ses pores pour amplifier au maximum le contact, et soutenir la
révélation de l’autre à travers le clown.
Clown et awareness
Le chemin de la recherche de son clown vise à la liberté de jouer dans la forme
de l’état du clown. Un état qui, avec le langage de la Gestalt, corresponde à un état de
fluidité entre la personne et son environnement, dans un mode moyen où le comédien
danse entre ses trois modes (ça, moi, personnalité), dans une harmonie qui libère le
plaisir.
Jouer viens du mot latin jocum, qui, avant de signifier blague, amusement,
plaisanterie, signifiait geste55. Le jeu engage nécessairement le corps, et jouer et jouir se
situent au même endroit, dans le corps.
55
La racine jocum dans le sens de geste, est restée dans le mot joculator, celui qui fait des gestes, d’où le
français jonglage.
67
Le comédien est en plein contact avec son clown, et le clown est en plein contact
avec le monde. La personne en état de clown est donc dans l’awareness, en plein contact
avec la vie en elle et au tour d’elle, sans intentions ni projets. Elle vit en réaction au
monde, libre de suivre ses impulsions et ses désirs, toujours transposés dans un langage
poétique par le nez rouge.
Dans cet état de jeu, le comédien est dans le plaisir. Il est porté par le jeu, avec
une impression de grâce en lui et autour de lui, qui lui donne une sensation de plénitude.
Dans les mots de plusieurs artistes qui en ont fait l’expérience, dont moi-même, cette
plénitude est une expérience d’extase.
Le clown au service de la Gestalt ou la Gestalt au service du clown ?
Pour terminer ce chapitre je voudrais résumer ici certaines réflexions autour de
la relation entre le travail du clown et la Gestalt. Et me poser une question : qu’est-ce
que ces deux arts peuvent se donner l’une à l’autre? Mon expérience me dit qu’ils
peuvent grandement s’enrichir dans cette rencontre.
Tout ce mémoire montre que la Gestalt donne au pédagogue du clown des outils
supplémentaires pour soutenir la découverte du clown : en particulier par rapport aux
différents mécanismes de résistance que le comédien trouve en allant à la recherche de
l’état clownesque. Des outils gestaltistes sont rentrés dans ma pratique de clown et de
pédagogue, et ils font maintenant partie de ma forme professionnelle. Pour nommer
seulement les principaux :
•
l’amplification;
•
l’awareness émotionnelle et corporelle;
•
l’awareness du pédagogue à différents niveaux, donc une plus grande habilité à
manipuler l’énergie du processus, à travers le contact;
•
reformulation : par image ou paradoxal;
•
le contact avec le comédien et l’engagement du pédagogue avec sa propre
sensibilité, jusqu’à une utilisation constante et très riche du contre-transfert .
Et le clown au service de la Gestalt? En ce moment je travaille autour de cette
inversion : un stage de Gestalt Thérapie où on utilise le travail du clown. Je sais qu’il y
a déjà des expériences dans cette direction56, et apparemment cela fonctionne. Je suis en
56 Rosine Rochette à l’EPG, Cyrille Bertrand dans le cadre des groupes de parole avec de demandeurs
d’emploi (Atelier a la journée de l EPG 1998, 10.10.98), les Bataclowns...
68
train de projeter quelque chose dans ce sens, mais je me pose encore beaucoup des
questions , et je sens que, quelque part, la question fondamentale tourne autour du
propos du travail.
Dans ce mémoire j’ai analysé le clown avec un regard gestaltiste, et cela m’a
permis de mieux comprendre certaines dimensions émotionnelles de cet art. Mais la
recherche du clown et la Gestalt Thérapie sont deux itinéraires qui ont des propos
différents.
Et si on inventait une troisième voie? Si on les mettait ensemble? Faire un
croisement complet, les marier dans un chemin unique où le but n’est ni le clown ni la
thérapie, mais un voyage artistique où il y a de la place pour tout ce qui appartient à la
personne. Un travail sur l’humanité et le développement de notre beauté qui pourrait
nous amener dans un véritable chemin d’initiation.
Voici que mon prochain chapitre apparaît à l’horizon.
Fig. 10. Les frères Dario et Bario en orphelinat et en hôpital (années ‘30).
69
Chapitre 3
LE CLOWN
ENTRE L’ART ET LA THÉRAPIE
Le paradoxe du clown
À ce point de mon travail et de ma recherche, la Gestalt m’a donné énormément
d’awareness, par rapport au processus de la recherche du clown. Je comprends mieux
pourquoi il est un travail qui a des effets thérapeutiques si clairs et nets. Et cette
awareness me pousse à m’interroger sur la nature de ma pratique : qu’est ce que je fais?
Quel est mon propos? Qu’est que je propose aux gens qui travaillent avec moi? Où sont
les limites entre le clown et la Gestalt? Et, d’abord, qu’est que je veux dire avec le mot
Gestalt? Gestalt-Thérapie ou Gestalt art du contact?
Par rapport à cette question je me trouve tout à fait d’accord avec Serge Ginger
qui affirme que “ au-delà d’une simple psychothérapie, la Gestalt se présente comme
une véritable philosophie existentielle, un art de vivre, une manière particulière de
concevoir les rapports de l’être vivant au monde”57.
L’étymologie du mot thérapie, nous parle de médiation entre les hommes et les
dieux, entre la terre et les cieux, entre la matière et l’esprit58. Le thérapeute étant
d’abord un serviteur de la vie. Donc, à l’origine, la thérapie n’est pas simplement une
guérison des maladies, mais un service aux processus de la vie, dont la maladie en est
un.
Mais c’est vrai que aujourd’hui le mot thérapie fait référence tout de suite à la
notion de maladie, et souvent le premier contact que les gens ont avec la Gestalt c’est
dans une quête de guérison de leur troubles psychiques.
Donc ma question initiale s’éclaircit : où sont les limites entre la recherche du
clown et la psychothérapie59?
57Ginger,
58Cité
59Pour
Serge : La Gestalt, une therapie du contact. Paris, Hommes et Groupes Editeurs, 1987.
in Ginger, Serge, op. cit.
brièveté d’exposition, dorénavant je vais utiliser le mot thérapie dans le sens de psychothérapie.
70
Dans ce mémoire j’ai décrit le travail du clown avec un langage artistique;
ensuite le langage gestaltiste m’a guidé pendant le deuxième chapitre. Ici je voudrais
reprendre le thème de ce mémoire dans une perspective existentialiste. Mon désir est de
tracer une série de réflexions autour de l’art du clown et du chemin thérapeutique, pour
arriver peut-être à faire des hypothèses sur l’évolution de mon travail.
Il me semble ici important de commencer cette réflexion existentielle avec le
mot paradoxe60 : la nature du travail du clown est profondément paradoxale; et
notamment en relation avec la thérapie.
Dans la thérapie, de n’importe quelle école, et dans la Gestalt thérapie bien
évidemment, on garde, dans le fond de tout le processus, l’intention d'aller mieux.
Le thérapeute et le client partagent un même désir, c'est à dire que le client
puisse être mieux avec soi-même. Même si on abandonne les projets que en tant que
thérapeutes on peut avoir sur le client, et on arrive à travailler avec lui dans le contact
dans l’ici et maintenant, l’intention de réduire la souffrance reste dans la nature même
de la thérapie. Prendre conscience d’où on est pour essayer autres choses, dans le cadre
sécurisant et nourrissant de la relation client/thérapeute. Il s’agit d’un travail
d’évolution, avec une partie circulaire, la relation, et une partie linéaire, le propos
thérapeutique.
Dans le clown on est en face de quelque chose de tout à fait différent : on ne
cherche pas à toucher nos propres ombres et blessures pour les guérir, ni pour les
changer. Mais pour jouer avec elles. Assumer complètement et amplifier au maximum
nos disfonctionnements, qui, sous le nez rouge, deviennent de la pure poésie. Je me
rends compte ici de la folie de ce que j’écris, mais, aussi bizarre que cela puisse
apparaître, les meilleurs clowns arrivent quand le comédien accepte complètement où il
est et ce qu’il ressent, sans aucune volonté de changer. Véritable célébration du
présent et célébration des névroses et de toutes les imperfections plus on moins graves
de notre propre personne, le clown transforme l’ombre en lumière, sans rien vouloir
changer.
En allant un peu plus loin on retrouve la notion de plaisir : jouer c’est d’abord
être dans le plaisir61. Jouer avec mes névroses en face d’un public qui rit, donc qui non
60
L’étymologie vient du grec paràdoxos. Parà : à coté, contre; et doxa, opinion. Donc “une assertion
contraire aux opinions acceptées universellement comme vraies (Pianigiani); “opinion qui va contre
l'opinion communément admis (Le Petit Robert); assertion contradictoire, en opposition, absurde, qui se
situe à coté, qui renverse les points de repère.
71
seulement les voit, mais les accepte, et encore plus, en est heureux et en veut plus.
Sentir cette énergie et la faire entrer en moi, amplifier encore plus mes formes
névrotiques jusqu’au délire, la mienne et celle du public. Tout cela est une expérience
qui transforme profondément le corps et le coeur.
C'est-à-dire que le fait d'avoir joué à fond et sans plus rien garder en soi, des
parties très lourdes et blessées de soi, les a transformées et, quelque part, guéries, en
laissant la place pour des expériences nouvelles. De la même façon qu'un clown laisse
la place à un autre, une fois qui il a été joué jusqu’au fond.
Et le paradoxe continue, parce que, comme souvent j’ai remarqué, l’abandonne
de toutes intentions de guérison amène, presque automatiquement...la guérison.
Le clown est un acte d’amour envers soi même. Seule l’acceptation complète et
l’amour permettent la guérison et la transformation : mais pas par volonté, mais par
nécessité intime, inévitable conséquence évolutive d’un acte amoureux!
Il y a une deuxième dimension du paradoxe du clown. Il s’agit du plaisir
d’exprimer les émotions. À partir de mon expérience, je peux affirmer avec certitude
que l’expression d’une émotion amène le plaisir. Même les émotions jugées
“négatives”, quand elles sont laissées libres de circuler et de sortir du corps, amènent le
plaisir.
Dans le clown j’ai retrouvé certains des principes de la bioénergie62, et
notamment la notion de libération de l’énergie et de circulation. Le corps du comédien
sur scène est une éponge à émotions, et toutes peuvent être exprimées. La relation de jeu
entre la personne et son clown permet de sentir une émotion dans le corps, l’amplifier et
la laisser sortir dans le jeu.
La tristesse, la colère, la joie, la peur, et aussi la honte, la gêne, ou l’orgueil :
tout peut être joué et amplifié jusqu'à de véritables danses de cette émotion, qui libèrent
la personne de la tension de la rétroflexion et amènent un plaisir profond.
Le plaisir de se mettre en colère, de pleurer, d'être triste, d'être content, de se
sentir abandonné. Le plaisir se situe donc à un autre niveau que les émotions. Il est dans
la circulation de l’énergie vitale, peut importe dans quelle forme d’émotion l’energie se
manifeste.
Toutes les émotions, quand elles sont exprimées, libèrent le plaisir. Le plaisir
d’être vivant.
61Le
Petit Robert, pour le mot jeu: “Activité physique ou mentale purement gratuite, qui n'a, dans la
conscience de la personne qui s'y livre, d'autre but que le plaisir qu'elle procure”.
62Lowen,
Alexander : La joie retrouvée. Dangles Psychosoma.
72
Le trickster et le lâcher prise fondamental
Le mot clown dérive de l’anglais clod, dans le sens de colon, fermier, paysan
rustre et balourd, qui fait rire dans les foires paysannes. Mais en effet, la signification
originale c’est motte, morceau de terre.63
Le clown donc ramène l’homme à la terre64. La sagesse du clown est celle du
carnaval65. “Elle ramène l’homme à la matérialité de son corps, de ses tripes et de ses
excréments”.66
Le clown, homme de terre, est une évolution d’Adam, fait de terre, le premier
homme. Le clown est une gestalt, une forme, une forme de terre, création de chair, le
premier homme, l’homme parfait dans ses imperfections.
La poétique du clown est donc une poétique horizontale : elle se place dans le
conflit entre l’effort de se tenir debout et la capitulation de se laisser tomber par terre.
L’Auguste cherche sincèrement à bien faire, mais il rate inévitablement. Si le héros
tragique se tient debout, le clown se laisse tomber par terre.
En suivant ce chemin paradoxal il y a un personnage très ancien qui apparaît
dans mon discours : le trickster de la tradition des peuples natifs américains. Mot
impossible à traduire en français, il est un ancêtre du bouffon. Le mot est
étymologiquement proche de tricher mais il porte une dimension différente. Dans le
mot français, tricher se réfère à un individu qui utilise son astuce pour tromper
quelqu’un d’autre, en violant des règles : il poursuit donc son propre intérêt. Par contre,
le trickster, personnage sacré de la mythologie amérindienne, “tricks” un individu ou la
tribu entière, pour lui apprendre quelque chose de fondamental sur les lois de
l’existence.
On retrouve le personnage du trickster sous plusieurs noms dans différentes
traditions : Hopi, Napi, Coyote67, Wakdjunkaga, sont les personnages de longues
63
À propos de l’étymologie du mot clown, voir : Fellini, Federico : I clown. Bologna, Cappelli Editore,
1988, page 35; et Simon, Alfred : (op. cit.) page 27. C’est intéressant de noter que la traduction italienne
du mot clown, pagliaccio, qui a son équivalent dans le français, paillasse, conserve sa nature paysanne et
terricole, en dérivant de paglia, paille.
64Très
souvent je remarque que, pendant l’entrée, le simple fait de garder le contact avec la terre, grâce
aux jambes et aux pieds, permet de ressentir beaucoup plus et de s’appuyer sur ses propres émotions.
65Carnaval, du
latin, carne levare : ôter (levare) la chair (carne). (Pianigiani).
66Simon,
Alfred : (op. cit.) page 93. Et on retrouve cet relation basique avec la terre dans le thème plus
simple et fondamentale du clown : la chute.
73
récoltes de contes et légendes. Ils ont tous un commun le côté sacré de leurs tricks. Dans
certaines histoires c’est Dieu même, le Grand Esprit, qui, dans l’apparence du trickster,
bouleverse les règles individuelles et sociales pour amener les humains à d’autres
niveaux de conscience, ou, avec un mot gestaltiste, d’awareness.
Glenn Mazis, dans son livre The Trickster, Magician and Grieving Man68 nous
donne une compréhension très précieuse de cet ancêtre du clown
“Le don ultime du Trickster c’est d'aider les autres à se libérer de l’aliénation de
se prendre trop au sérieux.” 69 (Mazis)
Symboliquement le trickster s’oppose à le héros de la tradition guerrière,
“...qui insiste que le plus important c’est d'avancer vers le but ou la victoire.(...) Mais la
tendance opposée est aussi vitale : le mouvement errant vers le désordre, flâner, et la
simple affirmation d’être sans obtenir aucun résultat particulier.(...)
Pour le trickster, les détours de la vie ne sont pas négatifs, comme quelque chose
qu'il faut éviter; mais ils sont plutôt délicieux et font partie de la merveille d’être vivant.
Le fait qu'on a failli parce que le monde n’était pas comme on l’avait imaginé, n’est pas
cause de colère, désespoir ou frustration, mais de joie, de rire et d’étonnement. Dans son
éthique d’antihéros, le trickster représenté le défi de l’humour au sérieux, de la
fascination d’aller en cercle à l’attraction du progrès linéaire (...).
À différence du héros qui travaille d’en haut, gagne du pouvoir et l’utilise sur les
autres en cherchant la grandeur, le trickster montre le pouvoir transformateur du monde
humble, des régions les plus basses et l'arrivée de la joie.(...) Plutôt que de vivre dans le
détachement du héros, qui bouge dans le monde avec un propos défini, le trickster est
pris par les détails les plus petits du monde, avec toutes les créatures, et peut
transformer en aventures les évènements les plus insignifiants. Son jeu n’est pas détaché
ou protégé, mais il a la qualité enfantine d'être ouvert et vulnérable. (...) L’humour est le
défi à la vie sèche du héros. Les humeurs étaient des fluides, fluides corporels. En effet
la racine du mot humeur signifie se mouiller. Se permettre de rentrer dans un monde
67Wily,
le Coyote du dessin animé Bip Bip, est un descendent de ce même personnage, qui est victime de
sa propre maladresse mais qui s’en sort toujours.
68Mazis,
Glenn A. : The Trickster, Magician and Grieving Man. Santa Fe, Mexico, USA, Bear and
Company Publishing, 1993.
69
La traduction de l’anglais efface malheureusement certains détails du discours. Je vais donc citer le
texte original, pour permettre aux lecteurs qui sont à l’aise avec la langue anglaise de goutter la saveur
des mots. “This is always the trickster’s ultimate gift : to help others to free themselves from the
alienation of taking themselves too seriously”.
74
d’humeurs c’est se permettre de se mouiller. Avec l’humour la sécheresse de la vie s'en
va et le sérieux est emporté loin”.70
Jung dit que le trickster nous amène à l’arrière, dans un monde qu'on a perdu
avec le progrès. C’est un monde caractérisé par les émotions, la vitalité du corps, la
réponse libre, la créativité et le chaos. Suivre la voie du trickster ou du clown, c’est
retourner à une dimension plus élémentaire de la vie, où on est notre corps, vivant dans
les multiples relations avec l’environnement qui nous entoure.
Anti-héros par excellence, le clown comme le trickster, arrête le grand effort,
pour rentrer dans le grand jeu. En laissant Hercule, Achille, Jules César, Napoléon,
Garibaldi, De Gaulle, Rambo et toute la race de héros guerriers de notre mythologie,
classique, historique ou hollywoodienne, continuer dans son chemin de solitude, de
blessures et de destruction. Et lui, tout simplement, il capitule.
Il laisse le chemin du pouvoir sur les autres, pour retrouver le chemin de la
puissance, et le pouvoir de dire oui à la vie dans toutes ses formes.
Donc, le paradoxe total, le lâcher prise fondamental, la suprême humilité71 du
clown c’est de reconnaître que tout va bien comme il est. Que la vie, dans l’ici et
maintenant, est vraie, juste, parfaite. Ou, tout simplement, elle est72.
70
“...who insists that to push toward the goal or victory is most important. (...)Yet the opposite tendency
is also vital: the erratic movement toward disorder, wandering, and the sheer affirmation of just being
without achieving anything in particular.(...). For the trickster the detours of life are not negative or to be
overcome, but rather delightful and part of the wonder of being alive. The fact that we have failed
because the world was not the way we thought it was, is not a cause of rage, despair or frustration, but for
mirth, laughter, and a bit of wonder. In its anti-heroic ethos, it is the challenge of humor to seriousness, of
the charme of going in circles to the appeal of liner progress. (...) The trickster, – unlike the hero who
works from above, gains and uses power over others, and seeks greatness –, shows the transforming
power of the humble, of the lower regions and the attainment of mirth. (...) Rather than the detachment of
the hero, who moves trough the world with a set purpose, the trickster is caught up in all the smallest
details of the world, with all its creatures, and can make adventures of seemingly insignificants events.
His trickery is not detached or defended; it has the childlike quality of being open and vulnerable .
(...) Humor is the challenge to dry life of the hero. The humors were fluids, bodily fluids. In fact
the root meaning of word humor means to be wet. To allow ourselves to enter into a humorous world is
allowing ourselves to become wet. With humor the dryness of life is overcome and the seriousness is
washed away.
71
Mot qui encore nous ramène vers le bas, l’humus, le sol, dans le sens organique, agricole, fertile du
terme.
72
À ce niveau-là, le clown quitte la pensée dualiste, qui, depuis Platon et à travers toute la tradition
judéo- chrétienne, a opposé le corps à l’esprit, la raison à l'instinct, le bien et le mal. La réalité, avant
d’être bonne ou mauvaise, est.
75
La guérison par le rire : l’effet thérapeutique du ridicule
La conséquence première de ce lâcher prise fondamental c’est le rire.
Le rire qui se déclenche à l’intérieur de soi-même est un rire que j’appelle
alchimique73, dans le sens qu'il est le révélateur d’une transformation profonde, dans la
quelle la personne reprend contact avec une partie refoulée de elle-même, parfois depuis
longtemps. Et le fait de la montrer tout de suite au public est tellement “trop” qu'il y a
un lâcher prise. La personne rit, et le public aussi. Le don du clown est délivré.
Dynamiquement ce phénomène est parallèle au pleur qui se déclenche dans une
séquence de thérapie : la personne touche quelque chose qui est retenu à l’intérieur, et le
lâcher prise amène les larmes.
On meurt de rire à l’intérieur du ventre, une joie d’une intensité unique prend le
corps entier, et donne une sensation de plaisir et d'intégrité profonde. Parmi les
différentes images pour décrire cette sensation il y en a une, qui me parle beaucoup :
avoir des papillons dans le ventre (Paola Coletto)74. Il suffit que la personne laisse le
processus aller et il y a une transformation énergétique qui donne un immense plaisir.
Dans une transformation chimique, la présence d’un catalysateur, est nécessaire :
il peut être la chaleur du système, ou un composé spécifique. Dans le clown la
catalysation est donnée par l’énergie du public qui regarde, et par le pédagogue qui peut
la concentrer et manipuler. Ce processus de transformation serait impossible sans le
public (Fig.11).
CLOWN
PUBLIC
PEDAGOGUE
Fig.11. Schéma de la relation énergétique entre le clown, le public et le
pédagogue. Les flèches symbolisent les différents contacts.
73Voir
page 37.
74Coletto,
Paola : conversation informelle pendant la coanimation d’un stage sur le clown. Paola est une
chère amie et collègue de travail : avec elle je partage cette recherche pédagogique et existentielle du
clown.
76
Jacques Lecoq, à propos du rire, parle du déséquilibre75. La situation est
poussée jusqu’au moment où on sent que l’on touche une limite. Un pas de plus et on rit
: on est dans le déséquilibre. Si l’effet thérapeutique se déclenche à ce moment, l’art va
encore plus loin : il demande de sentir ce déséquilibre, sentir cette envie de rire mais de
transformer l’énergie en jeu. C’est là que le clown ne rit pas, même si le comédien
meurt de rire à l’intérieur de soi. Le comédien en état de clown traverse ce déséquilibre
qui provoque une libération d’énergie et, en ne riant pas, la donne au public, qui
évidemment s’écroule de rire.
Alain Gautré76 exprime ainsi cette transformation : “Il faut trouver un traducteur
qui transforme le rire en jeu : il se situe à la bouche de l’estomac. Dedans on meurt de
rire, mais on le traduit en jeu”.
A travers le clown donc, le comédien peut rire des ses propres faiblesses. Et
quand le public le voit, il rit aussi, parce qu'il se reconnaît en lui. En ayant le courage de
les assumer et les montrer, le clown se sauve lui-même, et le public est sauvé avec lui. Il
s’agit d’un processus de guérison double : chez le clown et chez le public.
Le cirque est le monde du clown, la piste est une métaphore du monde, et le
public est l’humanité toute entière. En se sauvant lui-même, le clown sauve le monde.
Le rire devient ainsi rituel collectif de renouvellement, véritable catharsis77 et
purification.
Jacques Lecoq dit encore que “le clown est une partie de notre liberté”, et Tom
Robbins ajoute : “Le clown c’est une créature du chaos : son apparition est un affront à
notre sens de la dignité, ses actions se moquent de notre sens de l’ordre”78.
Et Federico Fellini : “l’Auguste est l’enfant qui se chie dans les culottes, qui se
rebelle à l’autorité, se roule par terre et anime une contestation perpétuelle”.
Le clown Bario, star du cirque des années entre les deux guerres, témoigne dans
sa vieillesse : “Faire le clown fait du bien à la santé. Fait du bien parce qu'on peut
finalement faire ce qu’on veut : tout casser, déchirer, brûler, se rouler par terre. Et il n’y
75Voir
a ce propos : Bergson, Henri : Le rire. Essai sur la signification du comique, Paris, 1924.
76Auteur,
comédien et metteur en scène, il intervient à l’École Lecoq en tant que professeur, pendant la
période du clown.
77
Catharsis : en grec purification et libération. Une étymologie controversé fait dériver le mot du grec
kathairi : libérer le pays des monstres. Cité dans Chatwin, Bruce : The songlines, 1987.
78Robbins,
Tom : Another Roadside Attraction, 1971.
77
a personne qui te le reproche. Au contraire, ils t’applaudissent... Et les enfants
voudraient tous faire comme toi : c'est pour ça qu’ils t’aiment”79.
C’est justement à cause de cette liberté que le clown se prend envers toutes les
règles et les conventions, que dans la recherche du clown on évoque souvent deux
territoires de l’existence qui symboliquement nous rappellent la liberté : l’enfance et la
folie.
Fig. 12. Giulietta Masina, dans le rôle de Gelsomina, l’auguste
enfantin et touchant du film “La Strada”, de Fellini.
Le Clown et l’enfance
Un jour Isabelle, la petite fille de trois ans de ma collègue Paola, m’a vu sortir
tout nu de la douche. Elle s’est approchée, elle a regardé mon pénis avec curiosité, l'a
pris dans ses mains et l’a tiré quelques instants . Après elle m’a regardé, et elle s'en est
allée continuer ses jeux dans une autre pièce. Elle venait de me montrer un acte
poétique de beauté extrême.
Dans son geste il n’y avait aucune intention intellectuelle, ni projets, ni jeux de
pouvoir, ni volonté. Pas d’arrière-pensées. Totale fluidité du contact et nécessité
intérieure. Et moi, adulte, j'étais doublement à poil : littéralement et symboliquement,
renvoyé à toute mon histoire, et à ma relation avec la sexualité tout entière. J’ai vu tous
les thèmes de ma vie sexuelle défiler devant moi et traverser mon corps en quelques
minutes. Complètement renvoyé à moi même. Et évidemment sans qu'elle l’ait voulu.
79Cité
dans Fellini, Federico (op. cit.).
78
Elle était simplement intéressée par ma nudité, par la forme et consistance de mon
pénis. Une fois qu'elle avait satisfait sa curiosité, sa vie la poussait ailleurs.
Voilà un clown naturel, voilà que, encore une fois, le monde de l’enfance80 nous
rappelle les lois du clown.
Le clown n’est pas conscient d’être sexy : il est sexy.
Il ne pense pas à aimer : il aime.
Il ne t’aime pas pour avoir ton amour en retour : il t’aime et basta.
Il “collectionne les instants” (Heinrich Böll)81. C’est un chercheur d’émotions et
non pas de sens. Pour lui chaque jour est l’anniversaire du monde. Il est toujours
partant, il dit toujours oui. À la linéarité intentionnée de l’adulte, il préfère la circularité
désordonnée de l’enfant82.
Dans le langage gestaltiste on retrouve la notion de fluidité du contact. Sans
idéaliser l’état de l’enfance comme état d’or de l’individu, il m’apparaît évident que
l’expérience de l’enfance est fortement caractérisée par la spontanéité de ses réactions
émotionnelles. Le contact avec le monde est multiple et changeant, et les émotions
fondamentales comme la peur, la joie, la colère et la tristesse se déroulent avec fluidité.
L’enfant joue toujours en direct, exprime ce qu’il ressent , il est disponible au contact,
touché par tout ce que lui arrive. Et la dynamique fondamentale de l’attraction et de la
répulsion est bien plus clairement ressentie et exprimée que chez les adultes moyens de
notre époque civilisée.
Artistiquement et pédagogiquement, retrouver le contact avec son état d’enfance
est une étape fondamentale de cette recherche. Sans l’ouverture, la sensibilité et les
80
Les enfants sont souvent dans des actes de pure beauté. Les gens du théâtre le savent bien et ils se
gardent bien d'aller sur scène avec un tout-petit, parce que il est sûr et certain que le public va se
concentrer complètement sur lui : ses gestes, ses rythmes, sa vitalité et imprévisibilité est beaucoup plus
intéressante que la pièce jouée. Le même phénomène arrive avec les animaux sur scène.
81Böll,
Heinrich : Grimace. Le Seuil, Points.
82Le
poète Henry Michaux dans Les commencements. Dessins d’enfants, essais d’enfants. (Editions Fata
Morgana, 1983) écrie :
Cercles. Désirs de la circularité.
Place au tournoiement.
Au commencement est la
RÉPÉTITION (...)
C’est l’age où l’enfant ressent pour tout ce qui tourne un plaisir sans pareil, où rien n’est
plus désiré que de chevaucher des chevaux de bois qui tournent , en s’élevant et s’abaissant
rythmiquement, l’âge où quasi magique est le cerceau, le ballon. (...) Et vient l’ivresse, de
toutes la plus naturelle, l’ivresse de la répétition, première des drogues. (...) Joie gestuelle
désordonnée.
79
blessures de l’enfant, on est coupé d’une partie essentielle de notre énergie vitale. Le
clown est donc l’adulte guéri qui, en étant dans l’awareness, peut retrouver son état
d’enfance pour jouer avec. Et l’awareness est l’étape première de la guérison.
Un autre élément qui rapproche le clown de l’enfant, est son contact avec la
réalité sensorielle et corporelle de la vie. Cette qualité que notre culture civilisée a
toujours reproché aux peuples “primitifs” et “sauvages”. L’anthropologie moderne nous
a ouverts à une autre compréhension de cet univers primitif, où on découvre que le
processus d’évolution a suivi une direction autre que celle de notre civilisation. Voici
que l’enfance de l’individu nous rapproche de l’enfance de l’humanité.
Gary Snyder, poète et anthropologue américain, écrit à ce propos :
“On definie primitives un ensemble de sociétés qui sont restées sans système
politique et écriture, en expérimentant au même temps une évolution dans des directions
que les sociétés civilisées ont fondamentalement ignorées. En ayant moins d’outils,
aucune préoccupation pour l’histoire, une tradition orale vivante au lieu d’un savoir
accumulé dans les bibliothèques, aucun but social à attendre, une liberté sexuelle et
intérieure considérable, ces sociétés vivent essentiellement dans le présent. Leur réalité
quotidienne est faite d’un tissu d’amitiés et de parentés, de ce champ d’énergie et de
sensation qui est le corps, de la terre sur laquelle elles posent leurs pieds et du vent qui
caresse leurs cheveux : et d’une multiplicité de niveaux d’awareness”83.
Comme nos ancêtres, le clown nous ramène à notre corps, et nécessairement à la
nature et à la terre. On retrouve chez lui le geste, que tous les enfants font, de se laisser
tomber par terre, souvent par le simple plaisir de jouer, d’autres fois comme le seul
moyen de s’opposer à la verticalité oppressive des adultes, qui veulent toujours les
amener quelque part à faire quelque chose.
83Snyder,Gary
: Earth House Hold. New York, New Directions, 1972.
80
Fig. 13. “Weary Willie”, le clown-clochard crée dans les années vingt
par le plus célèbre des clowns américains : Emmett Kelly
Le clown et la folie
Le clown se laisse tomber là où tout le monde cherche à se tenir debout.
Il accepte la faillite là où tout le monde cherche la réussite. Il transforme ses
larmes en rire. Il accepte le bide, qui est une métaphore de la mort.
Et c’est à ce niveau-là que le clown touche des dimensions profondes et
archaïques de l’humanité. L’anthropologie et l’histoire du théâtre nous permettent de
rencontrer de nombreux personnages qui jouent à cette frontière entre la vie et la mort.
Les satires grotesques du théâtre grec, qui entraient sur scène après la tragédie,
en se moquant des dieux et des humains; les démons de plusieurs traditions orientales;
les clowns sacrés de certaines cérémonies funéraires africaines, le fou du roi, le bouffon,
le jongleur84, le trickster, etc. Dans toutes les cultures, on retrouve la fonction sacrée du
grotesque : le rire qui exorcise la mort, qui permet de tout dire, même la vérité.
84Simon,
Alfred : op.cit.
81
Le fou c’est celui qui peut tout dire, tout faire, protégé par les rois, aimé par les
foules, il se balade au delà de toutes règles : il transgresse, il passe à travers, sans
aucune intention de le faire. Et c’est grâce à ça qu’il est si puissant.
“La folie devient métaphore du monde, et comme telle double du théâtre, luimême double de la vie. Dans le théâtre du monde le comédien est le fou, (Alfred
Simon), et dans le théâtre, représentation du monde, c’est le clown qui est le fou.
Dans cette dynamique de la polarité entre le roi et le fou : “le roi et son bouffon
forment le couple de la vie saisie dans sa totalité”85.
Totalité humaine que Shakespeare nous raconte dans le Roi Lear, où, dans un
monde de fous, le fou est le seul sage.
Seule le fou est à côté du Roi Lear quand, seul, vieux et déchiré par la trahison
de ses filles et la perte de la fille bien-aimée à cause de son propre orgueil, il hurle son
chagrin aux éléments naturels déchaînés sur la lande, dans une nuit d’hiver.
KENT
But who is with him?
GENTLEMAN
None but the Fool, who labours to out-jest
his heart-struck injuries86.
Le Fou devient point de répère pour le Roi Lear, qui trouve en lui le seul point
fixe dans un univers bouleversé par les passions humaines.
“Il a conscience d’être fou et cesse donc de l’être”(Alfred Simon)87.
Chaque folie connaît sa guérison. Et la folie assumée c’est le génie, c’est l’être
humain dans son mystère formidable et sa puissance extraordinaire.
85Simon,
Alfred : (op.cit.), page 92.
86William
Shakespeare, King Lear, III.I, 16-17. Traduction personnelle.
KENT
GENTILHOMME
87Simon,
Mais qui est avec lui?
Personne. Sauf le Fou,
qui cherche à transformer en rire
les blessures qui lui ont cassé le coeur.
Alfred : (op. cit.) page 100.
82
La guérison c’est un équilibre entre les forces. Comme dans le masque neutre,
où le pousser et le tirer s’équilibrent, il n’y a plus de passé ni de futur et l’Homme et la
Femme sont en contact direct avec la réalité, sans plus de conflits internes.
Voilà que la Gestalt est complètement présente, avec le plein contact, l’ici et
maintenant et la roue des psychopathologies, qu’on pourrait appeler plus poétiquement,
la roue des folies.
Clown et contraintes existentielles
Dans sa nature paradoxale le clown nous bouleverse. Avec son courage de
capituler complètement il nous apprend que la vie, avant d’avoir un sens, a une valeur88.
Que, si on accepte de tout lâcher, l’absurde se transforme en rire, jusqu’au
paradoxe du plaisir du bide. Qui, en effet, est le plaisir de mourir. Le clown ne cherche
pas des sécurités mais des émotions. Il se nourrit de désir et non pas de sens.
On peut aller très très loin dans le symbolisme lié au clown.
Il y a le Christ, celui qui prend sur lui les péchés du monde : le clown qui
assume les contradictions et imperfections de l’homme et accepte de les montrer au
public. Dans le rire, le public rit de soi-même et de tous les hommes, et exorcise
l’angoisse de la faillite : le rire devient la transformation de la mort. On rit toujours de
soi. On rit de sa propre mort. Voilà un bon trick89 pour la finitude!
Quoi de plus responsable qu'assumer sa propre unicité, géniale, blessée et
contradictoire, et prendre le centre de la piste? Le clown ne va pas contre son destin,
mais il s’y laisse tomber dedans; et pas passivement, mais en jouant avec. Il ne prévient
pas les erreurs, mais il les vit, et il nous apprend à traverser la vie avec l’intensité qui
nous vient de l'être toujours dans le présent.
Et si le bouffon rit du public en gardant une partie de son pouvoir dérisoire dans
ses intentions, le clown vit dans la vulnérabilité complète, et ne garde rien pour lui90.
C’est le public qui rit de lui. Le clown au centre de la piste, qui est symboliquement le
88Robbins,Tom
89Le
: op. cit.
trick est le jeu du trickster : blague, geste ou act.
90“On
rit du clown et le bouffon rit de nous“. Voilà comme Jacques Lecoq parle de la différence
fondamentale entre ces deux personnages, qui définissent deux théâatres très différents, fondés sur deux
relations différentes avec l’espace.
83
centre du monde, célèbre chaque soirée un sacrifice, dans le sens étymologique du
terme : rendre sacrée. Mais, c’est seulement dans sa solitude la plus complète qu’il
peut toucher le pouvoir du centre.
La contrainte de perfection se dissout dans l’idée même du bide : le clown c’est
le triomphe de l’imperfection, des conflits et des contradictions91.
Mais l’angoisse de la réussite peut revenir, en poussant le comédien à chercher à
être parfait dans son imperfection. Mais là encore il est nécessaire de rester libre et de
ne pas chercher à s’approprier le clown. Comme une fleur de coquelicot, le clown perd
sa vie dans l’instant même où on le cueille. Il se transforme dans une idée, une
technique, une formule, et il est perdu.
Là est la plus grande difficulté pour le comédien qui veut jouer son clown
professionnellement : répéter chaque soirée la même entrée, le même numéro, le même
spectacle. Garder toujours la vérité et la nouveauté de l’instant, c’est le vrai talent de
l’artiste. Mon amie et collègue Paola Coletto dit : “dans l’art chaque jour est nouveau et
le soleil se lève toujours pour la première fois”. En paraphrasant Elsa Morante, on
pourrait dire que pour le clown le monde est toujours sur le point de commencer92.
Je comprends donc mieux ma joie débordante lors de mes premières sorties de
clown dans la rue, joie qui n’a jamais diminuée pendant toute mon expérience de théâtre
de rue. Et cette même joie est revenue chez les stagiaires lors de leur première sortie
dans la rue, pendant le travail “les clowns visitent la ville”.
Le clown dans la rue
Vers la fin du stage d’une semaine, je propose aux clowns naissants une
expérience forte : les clowns visitent la ville. Il s’agit d’une sortie des stagiaires en état
de clown. On arrive dans le centre-ville le plus proche et, pendant un temps limité d’une
heure, les personnes sont laissées libres d'explorer la ville en état de clown. Les
consignes sont de rester en état de clown, de rester dans un état de silence, donc ne pas
parler, et de ne pas “faire” quelque chose : ce n’est pas un spectacle ni une parade.
91Lecoq, Jacques
: (op. cit.) page 157.
92Elsa,
Morante : Il mondo salvato dai ragazzini. L’original dit : “pour l’enfant le monde est toujours sur
le point de commencer”.
84
Il s’agit d’une expérience très forte, qui révèle une fois de plus la richesse de
l’état du clown. Ce qu’on a vu et vécu des centaines de fois et qui dans la vie
quotidienne n’a plus aucun intérêt, devient tout d’un coup, très important. La réalité
montre ses visages cachés. J’ai été témoin d’une multitude d’images d’intense beauté,
où les clowns, avec leur passage transformaient la ville, de la même façon que la
présence d’un enfant transforme n’importe quel lieu avec une touche de pureté.
Un clown qui tombe amoureux d’un lampion, d’un sémaphore, de la publicité
d’un gâteau, du tuyau d’échappement d’une voiture, qui prend peur d’une grosse
personne qui se balade, ou qui rayonne de joie à la vue de quelqu’un qu'il n'a jamais vu
avant. Moi-même, j’ai vécu cette magie de la rue pendant plusieurs années de travail
plus ou moins fréquent en tant que clown de rue : et j’ai un souvenir très fort de
l’intensité du contact qu'on touche dans cet état.
Après la sortie, on prend un temps de partage sur l’expérience; et les questions
ou les histoires des participants, ensemble avec mes propres réflexions et observations,
m’ont beaucoup appris à propos de ce travail fragile et précieux. Notamment sur le
thème de la dimension poétique du travail.
La difficulté principale de cette expérience est de rester en état de clown. Cela
signifie ne jamais quitter le niveau poétique : ressentir et transposer constamment, en
purifiant les intentions que le comédien adulte peut avoir sur ce qu’il ressent.93
Si on n'arrive pas à ce niveau, on triche avec la nature intime du clown. C’est
l’adulte qui se défoule, qui fait “de l’expression corporelle et non pas du théâtre”,
comme Jacques Lecoq rappelle souvent à ses élèves. Le comédien quitte l’état poétique
et tombe dans un personnage, un déguisement, derrière lequel il peut s’exprimer et se
défouler, en répétant des formes qu’il connaît déjà, ou des formes transgressives, elles
aussi déjà connues : les formes de l’adulte.
L’intention fait tomber le niveau du jeu, avec le besoin d’attraper un instant et le
manipuler. On s’accroche à l’instant et on le tue, en perdant le contact avec le moment
présent.
Dans ce défoulement, il y a une violence qui peut sortir, une violation du public
et de son espace, une pollution du contact que le public, plus ou moins consciemment,
ressent. Parce que le comédien quitte le contact pour prouver quelque chose à lui même,
et suivre l’intentionnalité de sa propre volonté. Et la volonté est abusive : dans le sens
où elle abuse de la réalité.
93
Ici j’ai vu clairement la dimension zen du travail du clown. Dans la méditation zen on laisse surgir nos
pensées mais on les laisse passer : on ne les prend pas avec nous, on ne les attrape pas.
85
Pendant cette sortie dans la rue, le public réagit de façons les plus diverses : la
surprise, l’accueil, la méfiance94, la critique, l’ironie, le sarcasme, et même la moquerie
et l’insulte. Mais j’ai constaté que plus les comédiens sont ancrés dans leur état poétique
du clown, moins ils reçoivent de réactions hostiles de la part du public. Parce que, en
quittant la dimension poétique on risque d’être envahissant, violent dans le sens littéral
de violer.
C’est étonnant et pourtant c’est une observation qui se répète à chaque sortie.
C’est seulement dans la pureté de l’état du clown qu’on retrouve l’innocence qui
désarme l’autre. Quel que soit le type de clown joué, le public ressent ce profond
respect et ce profond silence, qui le met en face de lui même. Comme dans mon
expérience de la douche.
Si dans le contact entre le clown et le public il y a de la violence, cela vient du
public. Mais, s'il accepte ce vide désarmé, des rencontres profondes, touchantes et très
émouvantes peuvent arriver. Un clown dans la rue, dans son état de pureté, peut devenir
une présence révolutionnaire, dans le sens où provoque les gens à un contact total avec
le présent.
Mais rester à ce niveau de pureté est extrêmement difficile. Parce que l’intensité
de l’émotion est telle qu'on a besoin de nouvelles voies pour la transformer : c’est là que
la danse, les sons, le chant, la mimo-dynamique, le mouvement abstrait, peuvent arriver.
Un autre langage qui soit capable de porter cette intensité, et qui permette des
rencontres profondes et éternelles.
C’est là peut-être la réponse aux questions que les comédiens, rentrés de la sortie
en ville, me posaient, en pleine nuit, avec les yeux allumés par une énergie débordante :
Comment on peut aimer toutes les femmes de la place sans leur sauter dessus?
94
Pendant une sortie dans la rue, un de clowns est tombé amoureux du tuyau d’échappement d’une
voiture, et il s’est planté à le regarder. Le propriétaire, en pensant tout de suite à une mauvaise intention
s’est mis en colère. Les clowns ont la consigne de ne pas parler, et de rester en état clownesque, et ça a
fait monter ultérieurement la rage du monsieur. Je suis donc intervenu pour expliquer la nature théâtrale
de notre expérience et les bonnes intentions du clown en question. Voilà la conversation qui a suivi :
Giovanni :
Monsieur :
Giovanni :
Monsieur :
On fait une expérience de improvisation théâtrale, dans le cadre
d’un stage sur le clown.
Je m’en fous
Est-ce que vous connaissez les clowns? Comme dans le cirque...
Pas du tout, et ça ne m’intéresse pas. Il a l’air de quelque chose de gauche.
86
Comment exprimer la joie que j’ai éprouvée quand j’ai vu les rues de la ville se
transformer en lumières, formes et couleurs? J’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Mais
j’étais si contente...
J’aurais voulu prendre avec moi la plante du jardin, tellement elle était belle et
tellement elle me faisait du bien.
Je sais que cela paraît très bizarre, mais j’ai la nostalgie de la poubelle verte de
la place. Elle me manque beaucoup.
Comment rester distant quand tu veux embrasser tout le monde?
Le clown entre l’art et la thérapie
Et j’arrive donc à la question fondamentale de tout ce travail : art ou thérapie?
Je voudrai essayer de tracer ici la frontière entre ces deux travaux, en
m’appuyant sur la notion de transposition.
La thérapie est expression.
L’art est transposition poétique.
Dans la thérapie je vais à la rencontre de mon monde intérieur, des émotions, et
des blessures, pour les ressentir et permettre une évolution des gestalts inachevées. Dans
l’art aussi, mais il y a un passage de plus : la transposition. Qui est d’abord trouver le
langage juste pour donner une forme à l’énergie. Une forme qui soit transmissible aux
autres.
Le piège c'est donc d'utiliser le clown comme voie de développement personnel,
de défoulement, d’expression, sans jamais se poser des questions artistiques. Le clown
ce n’est pas seulement sentir, mais sentir et transposer dans un langage poétique : le
jeu masqué du nez rouge.
C’est ça à mon avis la frontière entre ces deux mondes, qui est d’abord une
frontière entre deux langages : expressif le premier, poétique le second.
Le clown, en étant une transposition de moi même, a besoin de se nourrir de mes
propres énergies : donc la descente dans l’obscurité de mes zones d’ombre est un
passage fondamental, sans lequel on appauvrit le travail et on perd des perles d’une
beauté rare.
Mais si cette énergie brute n’est pas traitée, c’est à dire transposée, traduite en
langage poétique, on n’est pas dans la poésie, mais dans l’acting out de ses propres
émotions, passage nécessaire, voir fondamental, mais incomplet.
87
À ce point du développement de mon travail de pédagogue du clown, je vois que
plusieurs personnes participent à mes stages “parce que ça leur fait du bien” et non
parce qu'ils veulent jouer en clown. En suivant une urgence expressive et pas une
urgence poétique. Certaines arrivent même à me dire que pour eux c’est thérapeutique.
Très bien! Mais...
Je comprends profondément cette motivation, mais quelque chose en moi ne
veut pas sacrifier la dimension artistique du travail. Donc j'insiste, je souligne, je répète
que “ça c'est un travail artistique”.
Je me suis profondément et systématiquement interrogé sur ce point. Pourquoi
j’insiste? Pourquoi pour moi est-ce si important? Pourquoi ai-je du mal à entendre le
mot clown-thérapie? Est-ce parce que j’ai peur de rentrer dans le gros ventre collectif et
être submergé par les larmes autrui? Est-ce par paresse ou manque de vrai intérêt pour
les gens?
Ma réponse d’aujourd’hui est différente. Le mot clown-thérapie est un
contresens, un hybride, une trahison du clown, qui a été, est, et toujours sera une
créature spectaculaire, sa vocation étant de s’exhiber au milieu de la piste du cirque.
Le clown est un acte poétique, et la caractéristique commune de tous les actes
poétiques est la beauté. Trop souvent j’ai souffert intimement dans des stages d’artthérapie, ou de Théâtre de l’Opprimé, du fait que les animateurs ou thérapeutes ne
maîtrisaient pas du tout la technique théâtrale, ou, pire, qu’ils en n'avaient même pas :
l’art était complètement absent.
Et j’ai autant souffert quand, dans le travail théâtral, les personnes géraient les
émotions, les leurs ou celles des autres, avec une insensibilité, une maladresse, voire
une violence épouvantables. Un moment j’en ai eu assez, et je me suis dit : pour faire de
l’art ou de la thérapie, et, peut-être les deux, il faut être suffisamment bon dans les deux
champs. Et, à cause de cet insight, je me suis lancé dans un itinéraire formatif et
professionnel sur deux voies parallèles.
Les deux choses ne sont pas séparées, mais elles ont besoin d’être intégrées dans
des formes nouvelles, honnêtes, et vraies, qui respectent la nature intrinsèque de chaque
outil.
Il me semble que si le travail est de nature artistique, on peut utiliser tout ce
qu’on veut pour récupérer l’énergie de la vie, mais il ne faut pas perdre l’objectif du
parcours, qui est l’oeuvre d’art.
Et si le propos du travail est un chemin thérapeutique, on peut aussi utiliser
différentes techniques pour nous aider à rentrer dans notre coeur et notre corps, mais il
faut savoir que certains outils ou langages artistiques ne révèlent leurs cadeaux que si on
88
les parcourt jusqu’au bout. Jusqu’à se confronter avec la rigueur d’une technique et la
frustration du vide, pour pouvoir arriver à l’extase de la forme poétique : synthèse et
beauté.
C’est là que le travail du clown s’enracine : dans ce silence fondamental, dans
l’humilité et l’abandon de la volonté. Qui permet de passer du défoulement à la poésie,
à travers un travail de traitement de l’énergie. Changement de forme, changement de
gestalt dans un processus alchimique qui crée la transposition artistique.
L’individuel est transposé dans l’universel.
En allant jusqu’au fond de ma propre individualité, je touche l’universalité, où
chacun peut se reconnaître.
Le clown dans la vie
Si le clown est une partie de notre liberté, pourquoi ne pas vivre sa vie comme
un clown? Pourquoi ne pas se transférer tout court dans cet état de conscience allumée
qui est le clown?
Voici une question fondamentale, qui revient à la fin de chaque stage.
La plupart des participants sont bouleversés par l’expérience. Tout à coup ils sont
conscients d’un état d’être, l’état du clown, où la vie prend un volume émotionnel
beaucoup plus riche que leur vie quotidienne.
Les gens qui ont déjà une expérience du théâtre peuvent être moins bousculés
par l’expérience, mais souvent leur expérience a été de faire du théâtre et non pas d'être
sur scène.
À la fin du stage, dans un temps de feed-back et d'assimilation avant le départ,
des peurs apparaissent souvent. Comment retrouver cet état hors du stage? Et quoi faire
avec les énergies qui se sont débloquées? Et une question commune : mais alors, c’est
qui le clown? C’est moi ou non?
C’est un moment qui, pédagogiquement, demande un accompagnement et la
consigne d’un mode d’emploi pour l’après-stage.
Le clown se révèle comme un hôte intérieur, qui, s'il monte dans la cabine de
pilotage de ma vie, peut avoir des envies tout à fait autres que les miennes. Le clown
réveille des désirs qui peuvent amener très loin. C’est une partie de ma liberté, mais il
faut l’assumer avec modération. Intégrer la liberté du clown dans la vie quotidienne
n’est pas le travail d’un jour ni d’une semaine.
89
À la fin du stage, je mets donc en garde les participants des risques de
décompensation. Ma structure humaine et émotionnelle n’est pas prête à vivre en état de
clown tout le temps, dans la vie quotidienne. C’est un niveau d’énergie insoutenable. Et
en plus, il y a des risques de rupture avec mon environnement.
Dans le clown il y a le nez rouge et le costume qui établissent un cadre, une
convention artistique, sans laquelle on rentrerait dans un territoire qui peut très
facilement être discriminé, en étant très près de la folie ou de la marginalité sociale
grave. Des états où seulement les enfants et les malades mentaux peuvent entrer sans
subir une condamnation sociale.
Le passage du clown à la vie est donc lent et graduel. Je suis mon clown, c’est
un passage un peu trop sec. Je suis aussi mon clown, c’est plus soutenable. Le clown est
un état de création et de libération, une partie de moi où découvrir la dimension de mes
désirs et récupérer de l’énergie, qui ensuite peut être transférée à ma vie.
Il y a des intégrations à faire. La typologie de clown qui est sortie me donne des
indications sur quelles dimensions de ma vie ont besoin de célébrer un lâcher prise. Des
petits actes d’évolution commencent quand, dans une situation quelconque de ma vie, je
me pose la question : qu’est-ce que mon clown ferait à ma place?
Le costume aussi donne des indications précises : je dis toujours aux participants
d'intégrer dans leur propre garde-robe des éléments de leur costume de clown. C'est un
petit acte de guérison.
Cela dit, je ne veux pas empêcher que les gens suivent les intuitions que le
clown leur donne. C’est un travail artistique qui nous rende plus humains. Et parfois
dans un chemin d’évolution personnelle le clown catalyse des véritables révolutions
existentielles. J’ai reçu des nouvelles des stagiaires qui ont changé de boulot, d’autres
qui ont quitté leurs partenaires, d’autres encore qui sont partis pour Paris pour suivre
l’Ecole Lecoq.
Quant à moi-même d’ailleurs, la rencontre avec le clown a été la rencontre de
ma vie.
Des mêmes risques de décompensation peuvent arriver aux comédiens, qui
veulent utiliser artistiquement le “style “ du clown tout de suite après le stage.
D’un point de vue artistique la recherche de son clown est un travail
pédagogique, dans le sens qu’il est propédeutique à tout ce qui vient après dans la
formation du comédien. Je considère que c’est un travail fondateur95, pour révéler au
95Ensemble
avec le travail sur le masque neutre. Si le clown représente le neutre individuel, le masque
neutre nous amène dans le neutre collectif. Voir Lecoq, Jacques : Le Corps Poétique.
90
comédien la dimension de l’être sur scène. Mais rester à ce niveau et écrire un théâtre
sous nez rouge, est extrêmement difficile et demande beaucoup de travail et des années
de pratique.
Il faut donc être conscient des risques artistiques du clown, et ne pas se lancer
avec un vrai public sans être suffisamment solide dans cet état de jeu qui est le nez
rouge. Le risque étant de se casser la gueule gravement .
Un regard évolutif sur le travail du clown : l’initiation
Ce mémoire arrive à sa fin et ma question reste toujours posée : comment
s’appelle ce que je fais?
Pendant ce travail de réflexion sur ma pratique, j’ai découvert que le clown c’est
de la Gestalt à l’état pur, Gestalt appliquée à l’art. Et que la Gestalt m’explique le travail
émotionnel du clown avec clarté et efficacité. Les deux sont fondées sur l’awareness :
absence d’intentionnalité et fluidité du contact avec l’environnement. “Intimement nonviolentes, parce que sans pensées sur les choses” (Krishnamurti).
Donc peut-être que, tout simplement, les deux chemins sont vrais et sont des
chemins qui amènent au développement de l’homme dans son potentiel. Pourquoi donc
les mettre en opposition? La séparation entre art et thérapie est peut-être un faux
problème.
Et moi, qui suis-je?
Artiste, gestaltiste, comédien, clown, pédagogue, thérapeute...?
Le mot initiateur m’apparaît comme une synthèse de tout ça : le chemin de
recherche du clown que je propose a la forme d’un itinéraire d’initiation. Dans le sens
que les participants sont initiés à la compréhension d’autres niveaux de la réalité.
Pendant plusieurs années je faisais du théâtre et je suivais une thérapie. Après je
donnais des cours de théâtre et parallèlement j'animais un groupe de développement
personnel avec des techniques théâtrales. Jacques Lecoq me répétait : “il faut surtout ne
pas mélanger les deux choses”. Dans la pratique j’étais d’accord avec lui, mais à
l’intérieur de moi les deux choses se mélangeaient très bien. La Gestalt me donnait une
liberté et un équilibre dans mon travail artistique, et le théâtre me nourrissait
d’inspiration et de techniques expressives dans mon travail éducatif.
91
Je suis donc arrivé, peut-être, au moment de la réunification : pas seulement à
l’interieur de moi, mais dans la pratique aussi.
Et c’est peut-être le temps d'introduire consciemment et d’une façon déclarée, la
Gestalt comme outil thérapeutique dans le travail de découvèrte du clown. Travail qui
devient un chemin initiatique d’évolution personnelle, à travers l’art96.
Il s’agit d’un chemin où le Clown donne le cadre de la recherche artistique et la
Gestalt donne l’awareness pour élargir la recherche à la personne dans sa globalité.
Dans un multiple processus d’aller et retour entre le fond (l’émotion), la forme (le
clown) et le langage poétique (la technique théâtrale). Le schéma suivant synthétise ce
processus.
GESTALT
CLOWN
awareness du déroulement
du cycle du contact
état de jeu dans un cadre
théâtral défini par le nez rouge
THÉRAPIE
ART
accès aux blessures de la
personne pour récupérer lʼénergie
dimension poétique:
transposition
synthèse
beauté
Fig.14. Les differents elements du travail du clown.
Le clown, en ne se posant pas avec l’intention d’être thérapeutique, le devient
encore plus que la thérapie. Et la raison c’est le lâcher-prise. Une des difficultés qui par
96Dans
la culture anglophone un nouveau mot a été crée pour définir ce chemin : heartist mélange entre
heart (coeur) et art (art). L’équivalent en français (coeurist) et en italien (cuorista) ne marche
évidemment pas du tout : mélange entre un chanteur du choeur et un médecin cardiologue. Mais on ne
sait jamais.
92
moments rendent le chemin thérapeutique lent et inefficace, est qu'on s’accroche à notre
propre identité blessée et on a du mal à se séparer de cela. C’est là que le clown nous
oblige à faire un lâcher-prise de nous-même, et dans l’absence de toutes intentionnalités
donner une sorte de détachement au processus. La conséquence pratique c’est que les
gens posent des choses très profondes d’eux mêmes et les remettent en cause beaucoup
plus vite que dans un chemin thérapeutique classique. L’énergie disponible dans le
cadre est très élevée et le corps est mis en jeu dans une amplification constante et
progressive. La nature alchimique de ce travail se traduit donc dans une véritable
accélération de l’évolution de la personne.
Si le travail du clown est un processus initiatique, l’animateur de cette initiation
est lui-même en état de clown, même sans nez rouge. En faisant une confiance complète
au processus et à l’énergie qui est bougée, il n’a aucune intention sur le résultat du
travail, ni sur le contenu. Il participe à un rituel de transformation, comme garant du
cadre et accompagnateur. Mais lui aussi fait partie du cercle. Il n’est pas dans une
neutralité directive, mais dans un engagement en plein contact avec les clowns, en
facilitant la fluidité du contact et l’augmentation de son intensité. Son awareness est son
instrument fondamental.
Comme le comédien clown qui joue avec le public son lâcher-prise fondamental
face à la vie, l’initiateur travaille dans un abandon total de sa propre volonté. Il touche
ainsi quelque chose d’ordre chamanique : il se situe à la rencontre entre l’homme et les
dieux, entre la dimension visible et l’invisible. Il est quelqu’un qui rétablit constamment
le cercle sacré de l’existence.
S'il a un enseignement commun dans tous les chemins spirituels dans toutes les
époques, c’est le lâcher-prise. Laisser la volonté, la tête, l’intention, et obéir à l’ordre
universel des choses, au grand processus du mouvement perpétuel de la vie.
D’abord obéir à son propre destin d'être humain, vivre jusqu’au fond son propre
chemin dans son corps, et dans son temps. Obéir à sa propre nature et la respecter. Aller
jusqu’au fond de ses blessures. Suivre ses propres urgences et désirs, avant même de
comprendre pourquoi et comment.
Et comme le comédien-clown, l’initiateur au clown, pédagogue, artiste,
gestaltiste, devient lui même un chaman, qui sert l’évolution de la vie dans un chemin
fondé sur le plaisir. Alchimiste du jeu, médiateur entre le visible et l’invisible, il danse
l’extase du trickster.
93
Pour terminer, avant de reprendre le chemin
La vie et l’art ne sont pas séparés. L’art est une transposition de la vie. Même
l’art abstrait est possible seulement quand il est ancré dans la réalité de la vie. Sinon on
est dans le délire.
Je rêve d’un art qui soit capable d'intégrer en lui les polarités de l’homme : son
désir, son corps et son génie, mais aussi sa blessure, son enfance et sa folie. Est-il
possible, dans un même chemin, de travailler globalement?
Rentrer dans la folie, la sainte folie, mais aussi dans la pathologie et la blessure,
et en sortir pour monter sur scène avec ce que Jung appelait les perles?
Plusieurs ont essayé de faire ce mélange délicat et plein de pièges. Le risque est
d’un côté perdre la poésie, de l’autre violer les émotions97.
Le centre de ce chemin reste l’être humain avec son mystère profond.
Peu importe si l’on travaille vers l’art et la beauté ou vers la thérapie et le bienêtre. C’est important de le savoir dans la pratique, pour être conscient de ce qu’on fait et
ce qu’on propose.
Mais au fond, ce qui compte c’est qu’on travaille sur la vérité de l’être humain :
le connaître mieux et plus en profondeur, et contribuer à son évolution et à
l’épanouissement de son potentiel.
Dans le mystère de l’être humain en évolution.
Ou, peut-être, dans le Mystère de l’Être Humain.
Et, après tout cela, n’oublions pas Lao Tseu, qui nous dit :
Dès que tu as fabriqué
une pensée
ris d’elle.
97En
exemple c’est le travail de Grotowsky, où le travail émotionnel est fait sans vraie
écoute, d’une façon idéologique, et l’énergie émotionnelle touchée n’est pas assumée
mais défoulée contre le public.
94
Au commencement était le clown
Je suis né de mon nez
Tout ce que je ressens je l’exprime
Entre le dedans et le dehors
tout bouge
Je ne suis pas un enfant
mais je m’en souviens très bien
Je n’ai rien à perdre
parce que je suis déjà perdu
Dans ce lâcher prise
j’existe
Je n'obéis à aucun pouvoir
sauf à ce que je ressens
C’est ça ma révolution
recommencer à évoluer
Mon nez est la seul arme que j’ai
avec lui je traverse des océans de désirs,
de peur et de nostalgie
Je suis le rire qui guérit
le pleur qui purifie
le souffle qui transforme
Je suis un homme
Je suis une femme
Être de terre
qui à la terre va retourner
Je suis le poète du rien
l’explorateur du tout
Je vis au centre de la piste
je vis au centre du monde
et dans ce centre
je ris
Par mon rire
le monde est sauvé
Ha ha ha
Giovanni Fusetti
Paris, le 29 novembre 1998
95
Fig.15. L’auteur à la recherche de son clown. Venise, 1995.
POST SCRIPTUM
J’étais plongé dans les corrections finales de ce mémoire, quand Jacques Lecoq, mon père artistique et
grand inspirateur, est mort, le 19 janvier 1999, à l’age de soixante-dix-sept ans.
Il a été toujours très en alerte avec mes errances dans le monde de la thérapie. “Ne fait pas de confusion”,
il me répétait souvent, “ici on fait du théâtre”. Le désaccord arrivait parfois au contraste déclaré, mais j’ai
toujours senti que, derrière la méfiance, il cachait, parfois très soigneusement, une grande attirance. Je
regrette qu’il soit parti avant de recevoir la copie du mémoire que je préparais pour lui. Je suis sûre qu’on
se serait bien amusé à se confronter sur mes positions pédagogiques “très impliquées avec les élèves”.
À lui je dédie ce memoire, avec mon merci infini, mon estime et ma tendresse d’élève et d’être humain.
Bon voyage au maître des clowns.
96
BIBLIOGRAPHIE
DES OUVRAGES CONSULTÉS
Bergson, Henri : Le rire. Essai sur la signification du comique, Paris, 1924.
Böll, Heinrich : Grimace. Le Seuil, Points.
Cela, Paola : Psicologia e nonviolenza, EGA, Torino.
Chatwin, Bruce : The songlines, 1987.
Fabbri, Jacques et Sallée, André (sous la direction de) : Clown et Farceurs. Paris, Bordas, 1982.
Ginger, Serge : La Gestalt, une thérapie du contact. Paris, Hommes et Groupes Éditeurs, 1987.
Ginger, Serge : La Gestalt : l’art du contact. Alleur (Belgique), Marabout, 1995.
Grof, Stanislav : The Holotropic Mind. San Francisco, Harper-Collins, 1993.
Fellini, Federico : I clown. Bologna, Cappelli Editore, 1988.
Lecoq, Jacques : Le corps poétique. Arles, Actes Sud, 1997.
Lowen, Alexander : La joie retrouvée. Dangles Psychosoma.
Mazis, Glenn A. : The Trickster, Magician and Grieving Man. Santa Fe, Mexico, USA, Bear and
Company Publishing, 1993.
Michaux, Henry : Les commencements. Dessins d’enfants, essais d’enfants. Editions Fata Morgana, 1983.
Novara, Daniele : Scegliere la pace. Guida metodologica, Torino, EGA, 1989.
Peat, F. David : Blackfoots Phisics: a journey into the Native American Universe. Rourth Estate, London,
1995.
Perls, Fritz : The Gestalt Approach & Eye Witness to Therapy. New York, Bantam Books, 1973.
Perls, Goodman, Hefferline : Gestalt Therapy, London, Souvenir Press, 1972.
Rilke, Rainer Maria : Lettre à un jeune poète. Gallimard, poésie, 1993.
Robbins, Tom : Another Roadside Attraction,.1971.
Shakespeare, William : Re Lear, (traduzione italiana con testo originale a fronte), Milano, Oscar
Mondadori, 1976. (Titolo Originale: King Lear).
Simon, Alfred : La planète des clowns. Lyon, La Manufacture, 1988.
Snyder,Gary : Earth House Hold. New York, New Directions, 1972.
97
Pour les références étymologiques
Pianigiani, Ottorino : Vocabolario etimologico della lingua italiana. Genova, I Dioscuri, 1988.
Le Petit Robert, Version électronique du Nouveau Petit Robert. Paris, Dictionnaires Les Roberts, 1996.
Sources photographiques
Toutes les illustrations ont été tirées de :
Fellini, Federico : I clown. Bologna, Cappelli Editore, 1988.
Fabbri, Jacques et Sallée, André (sous la direction de) : Clown et Farceurs. Paris, Bordas, 1982.
BIBLIOGRAPHIE RÉFÉRENTIELLE
SUR LE CLOWN
Textes en langue française
Bergson, Henri : Le Rire Essai sur la signification du comique. Paris, 1924.
Centre Culturel de L’Yonne : Quand passent les clowns. Paris, Éditions Syros Alternatives, 1990.
Fabbri, Jacques et Sallée, André (sous la direction de) : Clowns e Farceurs, Paris, Bordas, 1982.
Ferla, Patrick (présenté par) : Dimitri clown, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel FAVRE, 1979.
Fratellini, Annie : Destin de clown, Lyon, La Manufacture, 1989.
Lecoq, Jacques (sous la direction de) : Le théâtre du geste : mimes et acteurs, Paris, Bordas, 1987.
Lecoq, Jacques : Le Corps Poétique. Arles, Actes Sud, 1997.
Simon, Alfred : La planète des clowns. Lyon, La Manufacture, 1988.
Textes en langue italienne
Balsimelli Rossano-Negri Livio : Guida al mimo e al clown. MilanoRizzoli, 1982.
98
De Marinis, Marco (a cura di) : Mimo e mimi: parole e immagini peer un genere teatrale del Novecento.
Milano , La casa Usher, 1980.
Fellini, Federico : I Clown, Bologna, Cappelli Editore, 1988.
Fo, Dario : Manuale minimo dell'attore, Torino, Einaudi, 1987.
Fo, Jacopo : Guarire ridendo, Milano, Mondadori, 1997.
Galante Garrone, Alessandra : Alla ricerca del proprio clown: le tecniche di movimento nell’esperienza
di una scuola, Firenze, La casa Usher, 1980.
Ragazzi ed Educatori di Arese : Teatro, un modo di vivere. Editrice ELLE DI CI, Torino 1985.
Rémy, Tristan (a cura di) : Arrivano i Clowns: le più belle comiche del circo raccolte da Tristan Rémy.
Edizioni Il Formichiere, 1974.
Pour contacter l’auteur:
Giovanni Fusetti
SCUOLA INTERNAZIONALE DICREAZIONE TEATRALE
Via Della Chiesa 36-rosso
501325 FIRENZE
ITALIE
Tel: +39-055-0118416
e-mail: giovanni.fusetti@helikos.com
http://www.giovannifusetti.com
http://www.helikos.com
POST POST SCRIPTUM
Cette œuvre a été publiée en 1999, et son contenu est lié aux premières années de ma
pratique pédagogique. Elle contient les fondations de mon hypothèse de travail. Depuis,
j’ai beaucoup avancé sur cette approche, et j’ai approfondi le travail clownesque, à la
fois dans le jeu théâtral et dans la thérapie. Pour avoir des renseignements sur le
niveau actuel de mon travail, je vous suggère de consulter mon site. Une révision et
réécriture de cette œuvre est en chantier, et elle est prévue de sortir, en langue anglaise,
à fin 2012. Bon voyage clownesque.
Giovanni Fusetti, Mars 2012.
99
Giovanni Fusetti
AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE CLOWN
Le voyage du clown entre Art, Gestalt et Thérapie
« Au commencement était le Clown » by Giovanni Fusetti is licensed under
Vous êtes libres de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
selon les conditions suivantes :
Paternité. Vous devez attribuer cette ouvre à Giovanni Fusetti, avec le link
www.giovannifusetti.com
Pas d'Utilisation Commerciale. Vous n'avez pas le droit d'utiliser cettecréation à
des fins commerciales.
Pas de Modification. Vous n'avez pas le droit de modifier, de transformer ou
d'adapter cette création.
A chaque réutilisation ou distribution de cette création, vous devez faire apparaître clairement au public
les conditions contractuelles de sa mise à disposition. La meilleure manière de les indiquer est un lien
vers la page www.giovannifusetti.com. Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez
l'autorisation du titulaire des droits sur cette œuvre. Plus d’information légales sur
http://creativecommons.org.
UNE NOTE DE L’AUTEUR SUR LES DROITS D’AUTEUR
Vous pouvez utiliser ces textes sans autorisation préalable de ma part. Je crois à la libre circulation du
savoir et à la quête collective de la connaissance. La vérité n'a pas des propriétaires. Mais je crois aussi à
la pratique de reconnaître et honorer nos maîtres et nos sources. Donc, si vous voulez citer des parties de
ces textes, je vous demande de citer l'auteur: (Giovanni Fusetti, 1999).
La référence bibliographique est la suivante :
Fusetti, Giovanni : Au commencement était le Clown. Le voyage du Clown, entre Art, Théâtre et
Thérapie. Memoire de fin formation à l’Ecole Parisienne de Gestalt, Paris, 1999.
Il est possible de télécharger directement cette ouvre en version digitale sur le site
www.giovannifusetti.com. Cette ouvre est disponible gratuitement. Si vous appréciez son contenue et
vous voulez soutenir ma recherche et mon travail pédagogique vous pouvez envoyer une contribution de
10€, via paypal, à l’adresse email: giofusetti@tiscali.it. Cette somme va soutenir les frais de traduction
et de diffusion de mes écrits. Je vous remercie pour le soutien.
100
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising