Téléchargez le dossier de presse - Midi

Téléchargez le dossier de presse - Midi
Le contexte
p3
Le contexte régional
p4
Les treize entreprises accompagnées par Midi-Pyrénées Expansion
au Mobile World Congress 2013 de Barcelone
p4
Alsett
Hitech Software
Jidelec
LevelUp Studio
LivingObjects
MyFeelback
M-target
Parsimony
Pole Star
Snow Engineering
Spacer
Ubleam
Unitag
p6
p8
p 11
p 12
p 14
p 15
p 17
p 19
p 21
p 25
p 26
p 27
p 29
Midi-Pyrénées, une région leader en France dans les TIC
et notamment en informatique
p 16
2
Le contexte
Selon les prévisions de l’institut d’études de marché et de conseil MarketsandMarkets
relayées par TechCrunch, le marché concernant le secteur des applications mobiles devrait
atteindre les 25 milliards de dollars en 2015, contre 6,8 milliards en 2010.
Pour MarketsandMarkets, l’Europe est amenée à devenir le premier marché avec un revenu
global estimé à 8,4 milliards de dollars. Parmi les facteurs de cette croissance, on trouve
bien entendu des ventes exponentielles de smartphones, les progrès des technologies
réseau et la baisse du coût des données mobiles.
MarketsandMarkets prédit qu’Apple se taillera une belle portion de ce gâteau avec environ
20,5% de parts de marché. Rappelons que la plate-forme d'Apple est sur le point de
connaître son dix-milliardième téléchargement. (Eureka Presse)
Dans ce contexte, le Mobile World Congress est l'un des événements les plus attendus au
monde par l'industrie des télécoms, les fabricants électroniques et les éditeurs de contenus.
Les grandes marques du secteur, comme Nokia, Sony Ericsson, Samsung, Orange,
Vodafone ou encore Microsoft profitent de cette occasion pour annoncer leurs stratégies.
Deux exemples d’innovations qui devraient être présentées lors de l’édition 2013 :
x
« Le full HD pour les écrans de smartphones haut de gamme semble se profiler comme
l’une des tendances techniques de 2013. D’après les informations du site coréen MK
News, cité par Cnet.com, LG et Samsung ont dans leurs cartons des modèles équipés
d’écrans full HD 1080p avec une densité dépassant celle de l’iPhone 5 (326 points par
pouce).
Ils devraient être lancés durant le premier
probable que ces smartphones jouent les
Congress. HTC a devancé ses rivaux en
définition de 1920 x 1080 pixels avec une
commercialisé au Japon en décembre.»
x
semestre 2013 et il apparaît donc assez
vedettes lors du prochain Mobile World
dévoilant son J butterfly qui affiche une
densité de 440 points par pouce. Il sera
« Après une présentation de l'iPhone 5 en demi-teinte, Samsung commence à se
replacer sur le devant de la scène. Un "officiel" de la marque a confié au Korea Times
que "Samsung [était] prêt à dévoiler le futur smartphone Galaxy - le Galaxy S4 - au
Mobile World Congress de Barcelone". Salon qui débutera le 25 février 2013. Il se
pourrait même que l'appareil soit commercialisé dans la foulée, courant mars. »
Plébiscité par les professionnels et journalistes du secteur, le MWC est le salon
incontournable de l’industrie mobile et le plus sélectif de la profession. Il a regroupé 1 700
exposants et 67 000 visiteurs de haut niveau lors de la dernière édition.
3
Le contexte régional
Un secteur en plein développement
Le marché des applications mobiles connaît une croissance exponentielle, tiré par une
demande des usagers, tant professionnels que grand public, et accompagné par les progrès
technologiques et l’évolution des terminaux.
Riche d’un tissu industriel historique, d’instituts de recherche réputés et d’écoles d’ingénieurs
spécialisées, forte de son leadership européen en matière d’applications spatiales et d’une
expertise reconnue en matière de technologies informatiques et électroniques, MidiPyrénées a tous les atouts pour réussir dans les applications mobiles.
Si les applications mobiles sont transversales avec des applications dans des secteurs
variés (domotique, médical, imagerie, transport, etc.), les acteurs du secteur doivent
capitaliser et renforcer leurs synergies autour de projets de recherche ou commerciaux, en
lien avec les autres secteurs phares de la région. « Des télécoms satellites aux télécoms
cellulaires, il n’y a qu’un pas ». Aussi, à l’initiative de quelques entreprises et avec le soutien
de Midi-Pyrénées Expansion, l’Agence de développement économique de la région MidiPyrénées, l’idée est de créer un véritable écosystème, lisible et visible, jouant sur la forte
dynamique locale autour des applications et solutions mobiles.
Midi-Pyrénées au Mobile World Congress de Barcelone
Stand E100 - Hall 5 - Pavillon France
Pour la troisième année consécutive, MPE organise pour le compte de la Région et dans le
cadre d’International Midi-Pyrénées, la présence d’une délégation d’entreprises régionales
sur le Mobile World Congress à Barcelone du 25 février au 28 février 2013. Le MWC, qui doit
afficher cette année 1 700 entreprises inscrites, est l’événement le plus important du secteur.
Le Mobile World Congress est dédié aux technologies mobiles et aux télécommunications. Il
rassemble les fabricants de matériel, outils et services associés, infrastructures et réseaux,
fournisseurs de service, éditeurs de logiciels et applications innovantes.
Midi-Pyrénées et ses entreprises auront des arguments à faire valoir sur le salon qui attend
70 000 visiteurs. Cette ambition est en tout point conforme à l’objectif des acteurs régionaux
des applications mobiles, qui, en mixant les expertises des TIC et des autres secteurs de
l’économie régionale (aéronautique, spatial, logistique, agro-industries, etc), constituent un
vivier d’entreprises innovantes, souvent leader sur leur marché. Treize d’entre elles (contre 6
en 2011) font partie de la délégation midi-pyrénéenne, dont 8 entreprises issues du Réseau
de Pépinières d’Entreprises de Midi-Pyrénées, exposent sur l’espace régional organisé par
MPE aux côtés du Rezopep.
En 2013, pas moins de 23 entreprises de la région seront présentes sur le salon. Deux
d’entre elles, Forsk SAS et Phonitive disposeront de leur propre stand, cette dernière ayant
testé l’intérêt du salon en 2011 sur le stand régional. 10 sociétés exposeront sur le Pavillon
France, espace Midi-Pyrénées et 3 seront présentes sur le stand en tant que visiteurs).
Enfin, 8 entreprises participeront à la convention d’affaires « brokerage event 2013 » :
Adelya, Angeo Technology, Datarmine, Formell, MobiRider, Time To Consult, Nav On Time
et Delair-Tech.
4
La délégation Midi-Pyrénées sur le Pavillon France – E100 - Hall 5 :
Alsett
Hitech Software
Jidelec
LevelUp Studio
LivingObjects
MyFeelback
M-Target
Parsimony
Pole Star
Spacer
Snow Engineering,
Ubleam
Unitag
5
Améliorer la performance des réseaux
En 1999, Rodrigue Germany, spécialiste de l’optimisation des réseaux chez Orange, décide
de quitter l’entreprise et de travailler chez d’autres opérateurs et équipementiers. « J’ai
exercé comme consultant indépendant en Europe, Australie, Asie et Afrique. », raconte t’il.
« A mon retour, en août 2010, j’ai créé Alsett, entreprise de services dans le domaine de
l’ingénierie cellulaire et filaire des réseaux de télécommunications. »
« Les réseaux cellulaires évoluent rapidement : 2G, 3G, 4G et plusieurs s’additionnent,
obligeant les opérateurs et équipementiers à sous-traiter une partie de leurs activités
d’expertises en ingénierie, optimisation et analyse de performance, explique Rodrigue
Germany. « Les activités d’Alsett se situent dans ce créneau. Nous effectuons, entre autres,
des mesures à partir des données fournies par les opérateurs, réalisons un diagnostic et
proposons des correctifs. Nous pouvons aller jusqu’à leurs mises en œuvre lorsqu’il s’agit
d’un paramétrage spécifique. »
Basée à Labège, l’entreprise de 19 personnes est organisée en trois pôles : le pôle ATS (Alsett
Telecoms Solutions), qui propose des prestations de mesure, d'ingénierie, d'optimisation, de
maintenance et de conseil ; le pôle Formation ATC (Alsett Training Center), créé à partir du
constat qu’il est désormais indispensable, pour les opérateurs et équipementiers, de rester
en contact avec les évolutions technologiques, et enfin le pôle ARD (Alsett R&D). « Le monde
de demain sera constitué d’objets communicants. Notre cœur de métier, la communication
de réseaux cellulaires, nous permet de nous positionner dans le domaine du « machine to
machine » ou encore l’internet des objets. La France est couverte de réseaux : radio, 2G, 3G,
LTE, etc. Nous souhaitons utiliser ces réseaux pour réaliser de la prise de mesure
automatique en utilisant des objets communicants. Les applications sont multiples comme la
télé-relève pour les compteurs d’eau, la télésurveillance, la sécurité industrielle, le télétravail
ou l’e-santé. », s’enthousiasme Rodrigue Germany.
Alors que le pôle ATS représente 90% du chiffre d’affaires, le pôle Formation se développe à
l’international. En 2011, Alsett, qui s’appuie sur la qualité de ses formations en français pour
s’exporter vers d’autres territoires, commence à travailler en Nouvelle-Calédonie. En 2012,
ce sont plus de 300 jours de formations produits, théoriques et protocolaires qui se sont
déroulés notamment à Nouméa. « Nous avons pour ambition de devenir à moyen terme l’un
des acteurs majeurs au niveau international, avec des prestations pouvant être proposées
sur les divers continents, aussi bien en français qu’en anglais. », explique Rodrigue Germany.
Enfin, le pôle R&D est boosté en 2012 avec l’entrée au capital d’Alsett du Groupe Alsatis,
opérateur exploitant de réseaux IP, fournisseur de services d’accès Internet et de téléphonie
pour le grand public et les PME, spécialiste des problématiques de fracture numérique. Ce
6
rapprochement permet un partenariat stratégique entre les deux acteurs par la
mutualisation de moyens et de compétences autour de deux activités fondamentales :
l’ingénierie et la R&D pour le secteur des télécommunications mobiles et wireless.
Toujours en 2012, Alsett se rapproche de Mentum, le leader mondial des logiciels de
planification de réseau sans fil, un partenariat qui permet à Alsett de proposer une nouvelle
offre de services clés en main en termes d’optimisation de réseaux.
Parmi les clients d’Alsett, outre Mentum, il faut citer Ericsson, le leader mondial des réseaux
télécoms, Ibwave, société canadienne d’outils de planification indoor, ou des entreprises
locales comme Ekito et Livingobjects, explique Rodrigue Germany.
Pour Rodrigue Germany, il est impensable de ne pas être présent au Mobile World Congress.
« C’est le lieu de référence pour les sociétés de télécoms. Nous y allons pour rencontrer des
partenaires et bâtir des relations. C’est au MWC que nous avons rencontré Ibwave et
Mentum l’an dernier. Il est important pour nous d’y participer afin d’avoir un aperçu du
marché au niveau mondial notamment pour orienter notre R&D », conclut-il.
www.alsett.net
7
L’informatique au service des loueurs de véhicules,
de matériels et des gestionnaires de parc.
« Nous avons créé l’entreprise en 1986, avec l’aide d’un actionnaire prestigieux, Walter
Spanghero, confie Philippe Passade, Président d’Hitech. Avec mon associé de l’époque, nous
travaillions dans une entreprise informatique qui réalisait du développement à façon. Nous
avions pour client l’entreprise de location de Monsieur Spanghero et il nous semblait qu’il y
avait là un gisement à exploiter. Notre entreprise ne souhaitant pas développer ce marché,
nous avons pensé créer notre propre affaire et sommes allés le rencontrer pour recueillir
son avis. Non seulement il nous a bien reçu, mais il a souhaité investir dans la société ! ».
Aujourd’hui, le célèbre rugbyman s’est retiré de la société. Mais Hitech est devenue, en
l’espace de 26 ans, le spécialiste des logiciels de gestion destinés aux entreprises de location
et de négoce de véhicules et de matériels, qu’il s’agisse de franchisés ou de loueurs
indépendants. Implantée à Toulouse et à Madagascar, l’entreprise peut se prévaloir de 350
clients et de plus de 1 500 postes installés dans le monde, principalement en France, en
Belgique, en Suisse, en Espagne et dans les Dom-Tom, lieux touristiques par excellence où la
demande de voitures de location est forte.
Multi sites et multi sociétés, le progiciel rentcar permet aux loueurs de véhicules de gérer un
nombre illimité de véhicules et de postes de travail et de maîtriser la totalité de l’activité de
location de véhicules, qu’il s’agisse d’une location de courte ou de longue durée : entretien
des véhicules, comptabilité, coûts et taux d’utilisation des véhicules, gestion des sinistres,
réservations en ligne, risques client, état des lieux sur tablette tactile. Des fonctionnalités
que l’on retrouve chez le logiciel cousin Harmony, destiné aux loueurs et négociants de
matériels. Parmi les références de la société, France Cars, avec l’équipement de 80 agences
et le suivi de 10 000 véhicules, Ucar (280 agences et 25 000 véhicules), le loueur de matériels
pour entreprises et particuliers Locatoumat ou encore l’entreprise Loc +, spécialiste de la
location, de la vente et de la réparation de
matériel pour le BTP et les espaces verts.
« C’est la première fois que nous serons au
MWC », explique Philippe Passade. « Nous
souhaitons y valider notre projet de
développement d’applications mobiles pour
téléphones et tablettes, mais également
rencontrer des contacts pour évaluer les
possibilités d’implantation de marché à
l’étranger».
www.hitech.fr
8
Communiqué de presse – février 2013
9
10
Plus de traçabilité et d’intelligence via les mobiles
Relever à distance les consommations d’eau en zone rurale et détecter les fuites, suivre
l’acheminement et le dispatching de conteneurs à bagages, faciliter les rapports d’activité de
personnels nomades, tracer en temps réel les collectes et le transport de prélèvements
biologiques tout en contrôlant la température des contenants, vérifier les opérations de
maintenance sur les avions, préparer des commandes et gérer des stocks, détecter les
contrefaçons ou encore régler le livreur de pizza à domicile , tout cela avec son mobile… Les
applications sont infinies, pourvu que l’on ait de l’imagination et de l’expertise.
« Afin de répondre aux exigences de traçabilité des entreprises, nous concevons des logiciels
mettant en œuvre l’ensemble des technologies d’identification automatique (RFID, code à
barres, NFC, QR code, biométrie…). Nos solutions, personnalisables ou sur mesure,
s’intègrent à l’environnement existant pour répondre aux besoins spécifiques de nos
clients. », explique Jérôme Delorme, Gérant de la société Jidelec. « Nous nous positionnons
comme des concepteurs et intégrateurs de solutions. Nos clients maîtrisent leur métier,
nous disposons de la technologie ! Ces logiciels, qui fonctionnent sur des terminaux
industriels mobiles, peuvent fonctionner sur des smartphones. Cela permet d’intervenir
directement dans l’entrepôt ou depuis le village de montagne ! », ajoute-t’il.
En 2012, le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon a retenu l’entreprise pour la mise en
place d’un nouveau système de billetterie. Outre l’émission des titres de transport, le logiciel
Psibus.net permet de suivre les 15 lignes de bus, de géolocaliser les véhicules et de vérifier
leur ponctualité, ou encore d’éditer des statistiques de fréquentation. Toutes ces opérations
sont effectuées à partir des terminaux mobiles des chauffeurs, formés en une seule journée.
Créée en 1986, l’entreprise Jidelec rassemble une vingtaine de personnes à L‘Union, siège de
l’entreprise. En 2012, elle a réalisé 3,5 M€ de chiffre d’affaires. Parmi ses prestigieux clients,
citons Air France, Cegelec, SPIE, Thales et Vinci… Depuis moins d’une dizaine d’années,
Jidelec a déployé plus de 3000 terminaux sur le terrain pour les métiers de l’industrie, de la
logistique, de la santé, du transport de voyageurs, de l’eau et de l’environnement. C’est la
première fois que l’entreprise participera au Mobile World Congress. « Nous observons des
phénomènes intéressants sur le marché de la mobilité : il y a à la fois des convergences (le
marché du smartphone grand public est à « touche touche » avec certains marchés
professionnels), et de profondes différences dans certaines caractéristiques. Nous y allons
pour voir ce qu’il s’y passe. », conclut Jérôme Delorme.
www.jidelec.com
11
Les surdoués des « widgets »
Moyenne d’âge : 28. Avantages : salle de jeux, horaires flexibles, boissons gratuites, parking.
C’est accompagnée de ces arguments que Levelup Studio diffuse ses offres d’emplois.
En 2008, son fondateur Ludovic Vialle est conquis par le nouveau système d’exploitation
open source Android et passe son temps extra-professionnel à concevoir des applications. Il
lance bientôt deux applications phares que sont Touiteur (qui deviendra Plume) et Beautiful
Widgets, et fort de leur réussite, crée fin 2009 sa micro-entreprise à Grenade sur Garonne,
non loin de son domicile. La même année, Ludovic Vialle s’illustre en remportant un prix à
l'Android Developer Challenge 2 organisé par Google. Aujourd’hui, l’entreprise est installée à
Castelnau d’Estretefonds. Avec 1,5 millions de téléchargements, Beautiful Widgets figure
depuis trois ans dans le top 5 des applications payantes de Google Play Store.
« Nous proposons des widgets personnalisés, comme l’horloge, la météo, ou l’information
sur l’état de la batterie », explique Julien del Rio, Responsable R&D, rentré dans la société en
2011. « Notre particularité est que nous proposons plus de 1700 thèmes gratuits différents,
contre une vingtaine pour nos concurrents. En effet, une fois que notre application a été
téléchargée, les utilisateurs ont la possibilité de personnaliser eux-mêmes leur portable. Ce
sont eux qui ont créé tous ces thèmes, mais évidemment, il y a du bon et du moins bon »,
regrette Julien del Rio. « L’entreprise travaille actuellement à l’évolution de son modèle
économique. Nous souhaitons proposer des thèmes « premium » de très haute qualité, que
nous commercialiserons », explique t-il. Levelup Studo réfléchit à deux scenarii : soit
l’utilisateur aura la possibilité de payer directement Google, soit il pourra acquérir de la
monnaie virtuelle (des points qu’il gagnera par exemple) auprès du fournisseur qui facturera
ensuite Levelup.
La société développe aussi des jeux pour appareils mobiles comme Peti the puzzle Game
(Peti pour People for the Ethical Treatment of Invaders) compatible Android et iOS. « Les
widgets et la personnalisation n’étant pas disponibles sur iOS, nous avons décidé de décliner
Beautiful Widgets en applications météo et nous développons actuellement pour cette
plate-forme. », précise Julien del Rio.
L’entreprise de 10 personnes réalise 75% de son chiffre d’affaires aux USA, 15% en Europe
(dont seulement 2 à 3% en France), 5% en Corée du Sud et au Japon et 15% dans le reste du
monde. Elle mise beaucoup sur sa présence au Mobile World Congress. « Il nous paraît
essentiel de participer au plus grand salon mondial de la mobilité. Nous avons l’intention
d’utiliser la référence Google, qui nous considère comme des « top développeurs » pour les
applications mobiles, pour proposer nos services à de nombreux clients. Nous y allons aussi
12
pour trouver des distributeurs, qu’il s’agisse de petits distributeurs alternatifs à Google ou
des distributeurs nous permettant de nous développer au Brésil ou dans le Sud-Est asiatique.
Enfin, nous souhaitons rencontrer des partenaires comme les fournisseurs d’informations
météorologiques. », conclut Julien del Rio.
www.levelupstudio.com
13
Les logiciels pour le management de la performance des réseaux
En juillet 2009, Bertrand Le Marec et David Maisonneuve, respectivement Directeur
Technique Régional et Directeur Régional de l’Ingénierie de SFR, créent Livingobjects, une
spin-off du groupe spécialisée dans la performance des réseaux. « Nous concevons et
développons des solutions logicielles intelligentes de management et d’optimisation de la
performance de réseaux télécoms fixe, mobile et satellite. », explique Sylvain Dupuis. « Les
premières briques logicielles ont été conçues chez l’opérateur par les deux fondateurs car ils
n’existaient pas d’outil adapté sur le marché répondant finement aux enjeux quotidiens
d’exploitation de réseau. »
L’enjeu des solutions de LivingObjects est de superviser les réseaux télécoms et de détecter
rapidement les sources d’optimisation de la qualité de service offerte aux utilisateurs.
L’innovation de LivingObjects ? Des logiciels truffés d’algorithmes « haute-performance »
travaillés depuis la création de l’entreprise en partenariat étroit avec le LAAS-CNRS.
L’entreprise mise en effet beaucoup sur la recherche et développement en « Intelligence
Artificielle » et « Mathématiques Décisionnels ».
Les clients de la société sont essentiellement des opérateurs de télécommunication et après
tout juste 3 ans d’existence, les équipes de LivingObjects sont composées de plus de 30
ingénieurs réseaux, ingénieurs informatique et docteurs.
« Nos solutions ont deux avantages », précise Sylvain Dupuis, « elle sont multi-technologies
puisqu’elle peuvent analyser des réseaux 2G, 3G, 4G, IP, multi-constructeurs… et d’autre
part, elle permet de collecter les informations directement sur le réseau en s’affranchissant
de sondes externes, contrairement à certains de nos concurrents. ».
C’est la seconde année que LivingObjects se rend au Mobile World Congress, le plus grand
salon du domaine des télécoms en Europe. « C’est pour nous un salon incontournable qui
nous permet, en l’espace de quelques jours, de rencontrer nos clients actuels et futurs tout
comme de tisser des partenariats stratégiques dans le cadre de notre développement
international. »
www.livingobjects.com
14
En cinq clics, l’envoi de SMS par milliers dans le monde
Stéphane Faugeras et Frédéric Musso, deux anciens d’une société de télécoms, démarrent
leur aventure en fondant Mtarget en 2006 avec six personnes. Aujourd’hui, Mtarget, expert
en solutions mobiles et opérateur télécoms, compte plus de 100 collaborateurs à travers ses
filiales à l’international, dont 22 personnes à Labège, siège social de l’entreprise.
La société est directement raccordée à plus de 700 opérateurs et couvre 280 destinations
dans le monde. Elle conçoit des solutions de communication via SMS, MMS, Internet mobile
et vocal sur tous supports mobiles. Les solutions proposées s’adressent aux entreprises ou
administrations désireuses d’optimiser leur communication avec des solutions mobiles :
MMS, SMS couponing, développement d’applications, opérations d’alertes, notifications par
SMS ou MMS. Mais aussi aux médias, TV, radios et journaux qui souhaitent monétiser leur
audience à travers des produits dédiés : tchat, voting, jeux …
Pour répondre à ces deux marchés, la société est organisée autour de deux pôles. Le pôle
VAS (Value Added Services), qui propose des services aux opérateurs et média basés en
France, en Europe et en Afrique, et un pôle BtoB, proposant les besoins en marketing mobile
couvrant des domaines aussi variés que le marketing santé.
« Nous couvrons déjà 10 pays en Afrique dans lesquels nous développons des partenariats
dans différents secteurs, notamment la mobile-santé. Nous avons activement participé à la
création et la mise en place du projet Pedacom aux côtés du groupe pharmaceutique Sanofi
et du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) afin d’améliorer la
surveillance épidémiologique du paludisme en Côte d’Ivoire. Au Cameroun, nous menons
des campagnes de prévention contre le sida au côté des Médecins Sans Frontières »,
explique Raphaël Rigacci, responsable du pôle B2B.
Mtarget propose deux modes de connexion : soit en direct, en interfaçant les solutions au
système d’information de l’entreprise (mode API), pour des actions récurrentes comme les
relances automatiques, les alertes, soit en se connectant à l’interface Mtarget (mode SaaS)
via son ordinateur, sa tablette ou son mobile.
« Notre marché se situe à 40% en France et à 60 % à l’international. Toutes les équipes
techniques sont basées à Toulouse, mais nous avons établi 15 filiales dans le monde, dont 10
en Afrique. Notre prochaine étape, au 1 er trimestre 2013, sera de s’attaquer au marché
asiatique. Nous allons prochainement ouvrir un bureau de représentation au Vietnam, au
Laos et en Malaisie », annonce Stéphane Faugeras, Président du groupe MTarget.
C’est la première fois que la société se rendra au Mobile World Congress en tant
qu’exposant. « Nous y sommes allés deux fois en tant que visiteur, mais la proposition de
Midi-Pyrénées Expansion nous a paru intéressante. Le MWC sera pour nous l’occasion de
chercher des partenaires techniques, de nouveaux fournisseurs, des opérateurs ou des
15
agrégateurs comme nous. Ce sera bien évidemment l’occasion de démarcher les marques ou
les revendeurs de SMS qui ne bénéficient pas forcément de notre couverture ou de notre
technicité. Enfin, nous explorerons les nouvelles tendances. Nous essayons de pousser le
pôle BtoB et souhaitons pour cela recruter prochainement quatre personnes sur des profils
aussi bien techniques que commerciaux. L’objectif est de consolider les parts de marché sur
lesquelles nous sommes. », ajoute Raphaël Rigacci.
www.mtarget.fr
16
La relation clients en temps réel
Porté sur les fonts baptismaux le 23 décembre 2011 par Stéphane Contrepois, Président,
Julien Hourrègue et Aurore Beugniez, co-fondateurs, avec la bénédiction de deux associés
prestigieux, Marc Reeb, co-fondateur de Viadeo et de Caramail, et Marc Rougier, le créateur
de Scoop.it, MyFeelBack avait tout pour réussir… et réussit ! En un an, la start up spécialiste
de l’acquisition et l’analyse de données clients contextualisés, a séduit plus de 50 grands
comptes et est commercialisée sur 3 continents (Afrique, Europe, Amérique).
Pour MyFeelBack, deux arguments justifient cette réussite : la baisse des coûts d’acquisition
et de traitement de données clients et la simplicité de mise en œuvre. « En 30 minutes, créez
et diffusez votre dispositif mobile d’écoute client sans compétence technique ! » avance le
site de la société. En effet, le mode d’emploi, en six étapes, paraît accessible à tous :
personnalisation de l’outil d’édition, élaboration du formulaire, création des points de
connexion uniques pour tracer le retour client, déploiement du dispositif sur l’ensemble des
supports de communication web et print, lancement de la campagne, récolte des
statistiques et analyses des données clients géolocalisées.
Autant de clients, autant d’utilisations. Grâce à la mise en place de QR codes sur l’ensemble
de ses supports de communication, le voyagiste FRAM reçoit des retours instantanés et
géolocalisés de ses clients. Un sérieux gain en réactivité et productivité comparé aux
précédentes enquêtes faites via d’autres canaux !
La Direction des Ressources Humaines du CNRS offre aux lecteurs des quotidiens nationaux,
après scan d’un QR code, la possibilité de s’inscrire pour recevoir automatiquement les
offres d’emplois adaptées. De plus, grâce aux 20 QR codes uniques présents sur ses
annonces, l’organisme de recherche peut analyser la performance de chacun des supports
choisis.
Par l’intermédiaire d’un QR code collé sur les chaudières, Gaz de Bordeaux permet aux
usagers de faire remonter une réclamation ou un besoin d'intervention. « Notre application
permet aussi de fluidifier le planning des agents de maintenance», précise Aurore Beugniez.
Autre application, plus ludique : la possibilité de rendre des événements interactifs. Des
clients comme Reed Exhibitions ou TeD, spécialistes de l’organisation de conférences,
expérimentent la participation du public via leurs mobiles, avec affichage des statistiques en
temps réel dans la salle.
« L’intérêt de notre service, c’est aussi sa flexibilité.», précise Aurore Beugniez. « Quand
l’enquête clients est terminée, vous pouvez organiser un jeu concours qui vous permettra
d’identifier de nouveaux prospects. », poursuit-elle.
Nous sommes actuellement en discussion avec trois investisseurs nationaux et
internationaux, dont un identifié à Midinvest. Les demandes du marché international
17
croissent et nous devons nous structurer rapidement pour garder notre avance.», déclare
Stéphane Contrepois.
Aujourd’hui, la société cible l’international. « Nous avons conclu des accords avec neuf
distributeurs, en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. Ce sont ces deux derniers marchés
que nous souhaitons prospecter en priorité avec deux implantations en 2013, en GrandeBretagne et aux USA. C’est aussi dans cette optique que nous nous rendons au Mobile World
Congress avec Midi-Pyrénées Expansion. », conclut Aurore Beugniez.
www.myfeelback.com
18
L’éloge de la simplicité au service du web
En sciences, le principe de parcimonie, encore appelé rasoir d’Ockham parce qu’il « coupe
tout ce qui dépasse », consiste à n’utiliser que le minimum de causes élémentaires pour
expliquer un phénomène. Pour Benoît Lorillot et Julien Gras, co-fondateurs de Parsimony,
start-up spécialisée dans le développement d’une plate-forme AMS (Application
Management System) open source pour la conception d'applications web, il peut se résumer
en une phrase beaucoup plus triviale : pourquoi faire compliqué quand on peut faire
simple ?
« Lorsque nous avons développé notre solution, nous sommes partis du constat qu’il
n’existait pas, à l’époque, d’outils adaptés, qui d’une part, permettent de développer
facilement des applications de plus en plus complexes, répondant aux différents besoins du
marché et d’autre part, qui soient compatibles avec la multiplicité des écrans » : les
ordinateurs, tablettes et smartphones aujourd’hui, la télévision connectée demain… Notre
solution, que nous souhaitons la plus intuitive possible, répond à la problématique « multiplateforme » et « multi-applicatif », expliquent les deux développeurs.
Ainsi, plus besoin de réaliser plusieurs sites web distinctifs : avec Parsimony AMS, il suffit de
concevoir un seul projet et de le déployer sur plusieurs supports. Cette solution s’adresse à
tout type de sites, du blog à la plate-forme d’e-commerce, en passant par la Gestion
Electronique des Documents (GED) ou encore la CRM....
En ce qui concerne le business model, Parsimony a opté pour l’open source, qui permet de
se faire connaître rapidement, en direct ou via des influenceurs, et propose ensuite trois
types de service pour ceux qui veulent aller plus loin : la licence, qui permet à la société
cliente d’acquérir des droits d’auteur et donc de ne pas publier ses propres
développements ; le support technique, qu’il s’agisse de conseils prodigués en amont,
notamment pour des développements multi-applicatifs, ou en aval, sous forme d’une
intervention en réponse à des difficultés rencontrées ; et enfin, une place de marché en
cours de finalisation, qui permettra à des entreprises d’acheter des modules de
développement pré-créés.
Créée en décembre 2012, la société basée dans la pépinière de Toulouse Métropole,
rencontre un franc succès à l’export. « Nous avons lancé nos solutions en France et à
l’étranger et paradoxalement, c’est l’international qui marche le mieux ! Nous avons des
clients en Grande-Bretagne, en Espagne, en Chine et en Russie. », s’étonne Benoît Lorillot. La
plate-forme de Parsimony existe en anglais, allemand et en chinois. Elle sera bientôt traduite
en russe et espagnol.
« Contactés par le Réseau de Pépinières d’Entreprises de Midi-Pyrénées via MPE qui en
assure l’animation, nous allons au Mobile World Congress pour montrer tout ce dont nous
sommes capables ! Nous y présenterons en avant-première la version 3 de notre plateforme, plus simple, plus intuitive, plus performante. »
www.parsimony.mobi
19
20
La géolocalisation à l’intérieur des bâtiments
Créée en 2002 à Toulouse par Christian Carle, Président Directeur Général, et Jean
Chenebault, Directeur Général Délégué, tous deux issus du monde du spatial et des
télécoms, Pole Star, labellisée deux ans plus tard Jeune Entreprise Innovante par le Ministère
de la Recherche, connaît aujourd’hui le succès prémonitoire porté par son nom. En 2013,
avec sa technologie brevetée NAO-Campus®, compatible avec 80% du parc de smartphones
mondial, Android et iPhones, Pole Star peut s’enorgueillir d’être le leader mondial de la
géolocalisation indoor. Alors que le GPS procure une précision à 20 à 30 m, NAO-Campus®
permet de localiser des personnes à l’intérieur des bâtiments avec une précision de
quelques mètres seulement, même dans des milieux complexes où le GPS ne fonctionne pas.
Ces dernières années, tout semble s’être accéléré pour la start up. En avril 2008, lors de la
1ère édition du Toulouse Space Show, elle présente la version Beta de NAO-Campus®. En
décembre de la même année, la solution, intégrée dans des terminaux mobiles, est livrée
aux pompiers de Chongqing (Chine), pour assurer leur sécurité pendant les interventions
dans les bâtiments à risques. En juin 2009, elle est déployée dans un parking souterrain pour
le Service départemental d’Incendie et de Secours de Haute Garonne, à Toulouse. Puis vient
2010, l’année de la conquête des Etats-Unis, avec la couverture des premiers centres
commerciaux et l’invitation par Google à présenter NAO-Campus® à la communauté des
développeurs Android à Mountain View, en Californie. Aujourd’hui, plus de 4 millions de m 2
sont couverts par le service de localisation indoor de Pole Star dans le monde, avec un
service disponible sur Android et iPhone. L’application intéresse les centres d’exposition, les
aéroports, les gares, les centres commerciaux, les hôpitaux, ou tout autre site accueillant de
nombreux visiteurs.
Parmi les clients prestigieux : l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. En septembre 2012, le 1er
aéroport français décide d’étendre NAO Campus®, déjà présent sur 200 000 m 2, à la majorité
de ses terminaux, à sa gare SNCF et aux parkings aériens, soit sur 600 000 m2 et quatre
niveaux. Le système, qui permet aux 61 millions de voyageurs de se localiser avec une
précision moyenne de 1,5 m à 5 m en fonction des zones, facilite leurs déplacements en
mettant à leur disposition un plan d’accès interactif en 3D où chaque terminal, porte ou
commerce est indiqué sur la carte, un guidage pas à pas en anglais et français, ainsi qu’un
accès personnalisé pour les personnes à mobilité réduite par exemple. Les utilisateurs sont
également informés du temps dont ils disposent pour se rendre à l’embarquement « Au-delà
du confort des passagers, l’application mobile géolocalisée est une source de revenus
complémentaires pour nos clients qui peuvent la monétiser auprès de sociétés ou marques
souhaitant communiquer sur ce nouveau support marketing temps réel », explique Christian
Carle. « L’intérêt est de rentrer en contact avec la personne, en lui envoyant le bon message,
au bon endroit et au bon moment. Nous venons de signer un contrat avec la Cité des
21
Sciences et de l’Industrie de la Villette qui souhaite proposer un guidage personnalisé et des
animations géolocalisées en fonction de la typologie des visiteurs ou de leur centre d’intérêt.
Autre type de lieu, mais même objectif, Unibail Rodamco, la première foncière commerciale
européenne, a également choisi Pole Star depuis 2011 pour équiper ses premiers centres
commerciaux en France, Les 4 temps à Paris la Défense, Les Halles et son tout nouveau
prestigieux centre 4 étoiles à Levallois-Perret, So Ouest. Le principal objectif étant pour
l’instant de guider les visiteurs vers les boutiques en attendant de passer à de la publicité
géolocalisée. Fin 2012, Pole Star a lancé sa propre application « Mall Buddy » dans 9 des
principaux centres commerciaux de la Baie de San Francisco aux Etats-Unis. Mall Buddy est
un « laboratoire vivant » pour la société qui souhaite accélérer l’adoption de la
géolocalisation indoor en démontrant les usages et la capacité de sa technologie à s’étendre
dans de nombreux lieux en quelques semaines Outre des fonctions de guidage outdoor qui
permettent de faciliter l’accès aux centres commerciaux et d’accompagner l’utilisateur une
fois à l’intérieur vers son magasin ou restaurant préféré, l’application permet aux marques
de rentrer en contact avec le client potentiel. « Les boutiques rêvent d’avoir des interactions
personnalisées en temps réel avec les clients qui se trouvent à quelques mètres d’eux. »,
explique Christian Carle. « Notre technologie permet de mettre en œuvre des services
contextuels pour faire entrer les clients dans un magasin en croisant par exemple la
localisation avec les pages consultées dans l’application mobile ou le profil du visiteur. Nous
permettons d’interagir intelligemment, et de manière non-intrusive lorsque le
consommateur est sur le lieu de vente. », conclut-il.
En 2011, Pole Star s’est implanté en Californie, à Palo Alto. « Je souhaitais me rapprocher
des acteurs majeurs du web et des télécoms pour attaquer le marché américain au niveau
commercial, mais aussi pour faire de la veille. C’est là-bas qu’il faut être pour détecter les
nouvelles technologies », confie Christian Carle. « Le benchmark est primordial dans nos
métiers. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle nous serons présents du 25 au 28 février
2013 avec Midi-Pyrénées Expansion au Mobile World Congress, à Barcelone. Nous
souhaitons y rencontrer les acteurs principaux de notre écosystème : opérateurs mobiles,
fabricants d’infrastructures, agences mobiles…etc. »
www.polestar.eu/fr/
22
Communiqué de presse – février 2013
23
24
Snow Engineering
La mobilité au pays de l’aligot
« C’est alors que nous étions bloqués dans la tempête de neige que nous avons eu l’idée du
nom de la société », explique Elie Pichon, 23 ans, co-directeur de Snow Engineering avec
Maxime Delcher, 25 ans. L’un est ingénieur informatique, l’autre concepteur multimédia, un
« serial gamer » comme l’appelaient déjà ses amis de lycée. Tout juste sortis de leurs études
à Rodez et Toulouse, ils décident de « rentrer au pays », à Decazeville, pour y créer leur
entreprise. « Nous sommes passionnés de nouvelles technologies et persuadés que les
smartphones ne sont pas seulement des gadgets permettant de surfer sur Internet, mais des
outils aux capacités insoupçonnées pouvant répondre aux besoins des entreprises. Le
marché des smartphones et des tablettes est en train d'exploser et toutes les prévisions
montrent que les terminaux mobiles remplaceront très vite une grande partie des
ordinateurs. Ces appareils s'imposeront non seulement chez les particuliers, mais également
dans les entreprises, où l'accessibilité de l'information peut s'avérer cruciale.», poursuit-il.
Les grandes entreprises ont depuis longtemps compris l'intérêt qu'elles avaient à investir
dans des systèmes de gestion complets - les ERP ou PGI - pour gagner en productivité.
Aujourd'hui, l'offre est segmentée entre les ERP, adaptés aux Grands Groupes, et les logiciels
de gestion destinés aux artisans et aux micro-entreprises. Le créneau de Snow Engineering,
c’est la création d’un système de gestion adapté aux PME, facile d’utilisation, qui combine
application mobile et géolocalisation. Les débouchés sont multiples : suivi de marchandises
ou de véhicules, optimisation des déplacements, automatisation des commandes...
La pépinière Chrysalis, membre de Rezopep, le réseau de pépinières d’entreprises financé
par la Région Midi-Pyrénées, accueille les deux créateurs depuis mai 2012. « C’est par
l’intermédiaire de Midi-Pyrénées Expansion, qui anime Rezopep et organise la mission au
Mobile World Congress, que nous allons à Barcelone. Seuls, nous n’en aurions eu ni les
moyens, ni même l’idée ! Nous avons saisi cette opportunité et comptons bien la mettre à
profit », avoue Elie Pichon. Et de conclure : « Le salon nous permettra notamment de
rechercher des partenaires et d’effectuer de la veille ».
Aujourd’hui, l’entreprise travaille déjà pour deux clients : la société de BTP Rouquette, à
Decazeville, qui a confié à Snow Engineering la gestion de ses commandes, depuis le chantier
jusqu’à la livraison, et la start up parisienne Kelmenu.com, pour laquelle les deux associés
adaptent le site web d’évaluation des restaurants au mobile.
www.snow-engineering.com
25
Insuffler la vie dans les réseaux
« Avec mon jeune frère Nordine, nous avons toujours travaillé ensemble. Malgré nos
diverses missions en France et à l’international, nous ne nous sommes jamais quittés. »,
reconnaît Najid Atif, Président et co-fondateur de la société Spacer.
En juin 2012, après plus de 10 ans d’expérience commune dans les télécoms et la téléphonie
mobile, Najid et Nordine Atif créent donc ensemble Spacer (Solutions Prestations Audits
Conseils Equipements Réseaux), spécialisée dans la prestation de service des équipements
réseaux. Le parcours des deux frères commence en 1999 chez Sagem, à Montauban, où ils
gèrent tout le parc informatique. « Nous injections les softs dans les mobiles », explique
Najid Atif. Ensuite, ils enchaînent les expériences : un passage à l’agence toulousaine de
Directique, puis chez SFR, Orange, ainsi que chez différents prestataires comme AFD Techno,
AS+, LCC à Paris, Dalkia, Graniou, Circet. « Lorsque nous avons quitté Orange, nous nous
sommes installés comme consultants indépendants via un système de portage. Puis, en août
2010, j’ai accompagné une société dans sa croissance comme Directeur commercial. Mon
frère Nordine a continué ses missions de consultant. », résume t’il.
La spécificité de Spacer réside dans l’accompagnement technique des équipementiers et
intégrateurs. « Nous intervenons dans la mise en services, l’optimisation et la maintenance
des réseaux d’accès fixe et mobile. Cela comprend l’ingénierie multidisciplinaire et le
développement de solutions personnalisées », explique Najid Atif, qui conclue : « Notre
métier, c’est la vie du réseau ! ».
Après quelques mois de création seulement, Spacer travaille déjà pour de prestigieux
opérateurs et clients : par le biais du Groupe Circet, Gobé, pour l’opérateur Orange avec
l’équipementier Ericsson ainsi que Graniou pour SFR avec l’équipementier Huawei.
Depuis l’origine, l’entreprise est installée dans le quartier Purpan de Toulouse. Elle ne
compte aucun salarié mais rassemble 13 consultants externes, bientôt 15. « Nous identifions
des ressources qualifiées, que nous intégrons dans une société de portage salarial et
« vendons » ensuite ces compétences à nos clients », explique Najid Atif. « Cela nous permet
de mieux gérer nos coûts de fonctionnement, en prenant moins de risques. Mais ce n’est pas
toujours facile de trouver des ressources qualifiées. Le travail est là, mais nous manquons
encore de personnel. Nous recherchons actuellement des profils en ingénierie
d’optimisation, ainsi que des techniciens télécoms et fibre, notamment pour l’opérateur
free. Nous n’embaucherons qu’à partir de juillet, quand notre développement sera
consolidé », poursuit Najid Atif.
La société, qui escompte un chiffre d’affaires de 600 000 €, a décroché deux partenariat à
l’international : au Maroc et en Suisse, pour de l’ingénierie et des études techniques. Ce sera
la 3e fois que Najid Atif se rendra au World Mobile Congress, accompagné par MPE. « J’y
étais déjà allé en tant qu’exposant pour une autre société. Cette fois-ci, j’ai fait le choix de
26
m’y rendre en tant que visiteur, pour aller à la rencontre des équipementiers, fournisseurs
de mobilité et solution logiciels. De plus, nous avons développé une « Académie de la
Créativité et de l'Innovation », ajoute-t-il. « Le MWC nous permettra de tester nos idées et
de voir si nous sommes en phase avec le marché. C’est un salon incontournable, qui permet,
en un seul endroit, d’être en relation avec l’écosystème mondial de la mobilité.
Plus d’information sur : www.spacer.fr
27
Ubleam ouvre son standard de tag visuel aux éditeurs
Après le code barre, après le QR code, voilà le bleam, un tag 3D nouvelle génération créé par
la start-up toulousaine Ubleam. Inséré sur les produits sous forme de logo ou de visuel, ce
tag rond donne accès à tout type de services en le scannant sur smartphone : information
produit, achat, recommandation, instant gagnant … Les marques, les agences de
communication, mais aussi des industriels comme Airbus s’intéressent à cette drôle de
petite pastille qui peut être apposée sur tous types de supports (papier, textile, verre…) et
scannée de biais, de loin, dans la pénombre.
« Nous avons créé la société à partir d’un constat simple : les technologies, comme le QR
code, intéressantes parce qu’elles permettent de connecter la réalité au monde digital, sont
trop limitées d’un point de vue technique. En nous rapprochant d’experts en vision
artificielle, nous avons pu développer ce nouveau tag. Grâce aux algorithmes que nous avons
fait breveter, l’application mobile détecte et positionne le bleam précisément pour décoder
l’information présente dans l’image. », expliquent Samuel Boury et Olivier Mezzarobba, les
deux fondateurs d’Ubleam, tous deux issus du monde des télécoms et du spatial
« Nos marchés se situent dans la grande consommation, l’événementiel, les médias, le
tourisme, mais aussi l’industrie. Notre atout principal réside dans les avancées techniques
proposées par notre produit. », argumentent-ils. Décodable à 2m, soit cinq fois plus loin
qu’un QR code, le bleam peut être en effet utilisé pour de l’affichage urbain. La lecture de
scan est performante quel que soit l’angle de vue pour faciliter l’utilisation. Pouvant être
miniaturisé, il reste lisible jusqu’à des tailles de quelques millimètres seulement, ce qui le
rend pratique pour les petits packagings. Il est compatible avec des supports souples : même
déformé, le bleam reste lisible sur un T-Shirt, une bouteille, un spot TV… Enfin, il est évolutif.
« Nous proposons des offres, comme la réalité augmentée, le filigranage, ou bientôt la
géolocalisation, au fur et à mesure des développements. La technologie permet de sécuriser
l’expérience : un bleam est égal à un contenu. ».
Parmi les clients, la société lotoise Solev (groupe Pochet), spécialiste mondial du flaconnage
de parfums pour grandes marques qui a intégré un bleam sur le flacon lui-même. Ou Iddoo,
« l’entreprise militante contre la perte des doudous », qui permet aux parents de retrouver
l’objet fétiche en un temps record : le récepteur déclenché par les parents localise, dans un
rayon de 15m et grâce à un signal sonore, l’émetteur fixé sur le doudou. Si le doudou est
perdu plus loin, le passant pourra rentrer en relation avec les parents via un bleam et un
code d’accès unique. La société lance le même concept adapté à la perte des clés.
Ubleam vient également de remporter l’appel d’offres d’Airbus dans le domaine des serious
games. La commande ? Permettre aux ouvriers, depuis le hall d’assemblage, d’indiquer
28
qu’un outillage est disponible une fois le travail terminé. Aujourd’hui, les ouvriers équipés de
mobiles, scannent les bleams et l’information est diffusée à tous.
Ubleam propose également une plate-forme, Bleam Manager, qui permet à ses clients de
gérer leurs campagnes promotionnelles, d’accéder à des statistiques détaillées en temps réel
et de personnaliser les bleams. Lauréat d’OSEO Midi-Pyrénées en 2011, la société poursuit sa
croissance avec une levée de fonds de 550 000 € en décembre dernier. Après avoir permis
aux utilisateurs de générer gratuitement leur bleam et proposé des abonnements à l’année,
Ubleam cherche, en 2013, à développer son réseau de partenaires.
A l’occasion du Mobile World Congress 2013, Ubleam lance une solution complète (API-SDK)
pour les éditeurs souhaitant intégrer la technologie bleam dans leurs solutions web et
mobile. « Nous ciblons aujourd’hui les éditeurs et intégrateurs. C’est pour cette raison que
nous avons participé au salon Big Retail Show et pour cette raison que nous allons, avec
Midi-Pyrénées Expansion, au Mobile World Congress de Barcelone. », concluent les deux
fondateurs.
www.ubleam.com
29
Les experts du QR code
« Tu adapteras la taille de ton QR code », « Tu t’assureras d’un réseau téléphonique
adapté », « Tu offriras de la valeur ajoutée », « Tu mèneras ton QR code sur un site
mobile » : voilà quatre commandements parmi les dix édictés par Unitag, start up
toulousaine qui veut « rendre le monde cliquable ».
Créée en avril 2011 par 5 co-fondateurs dès la sortie de leurs études, Unitag met à
disposition des particuliers et professionnels une plate-forme permettant de créer
gratuitement, en quelques clics, des QR codes personnalisés et colorés ainsi qu’une page
web adaptée au format des smartphones.
Des philanthropes ? Non, juste une façon de faire un peu de pédagogie et de promouvoir
leurs services. Car tout l’intérêt des QR codes est bien de décupler une campagne classique
d’affichage ou une annonce presse en permettant au consommateur d’accéder à du contenu
supplémentaire. Par exemple pour proposer une vidéo ou une offre promotionnelle,
envoyer un e-mail, inscrire un événement dans son agenda ou encore téléphoner.
L’annonceur pouvant quant à lui mesurer et analyser l’impact de sa publicité. Unitag
propose également des services complémentaires selon la formule retenue : création de QR
codes haute résolution, génération en grande quantité, possibilité d’édition, mesure des
scans en temps réel, géolocalisation des scans, etc.
Le nouveau service proposé par la startup et présenté au Mobile World Congress permet de
créer facilement et rapidement un site web mobile vers lequel pourra rediriger le QR Code.
La plate-forme Unitag intègre ainsi tous les outils pour permettre aux professionnels
d'utiliser le mobile pour proposer du contenu à leurs utilisateurs.
A ce jour, Unitag a séduit 700 clients, dont 45% à l’international, principalement aux EtatsUnis et en Espagne. Parmi les clients prestigieux, Cacharel, qui vient de lancer sa nouvelle
gamme de parfum « Catch Me » avec un QR Code conçu par Unitag sur les annonces et le
packaging. Conçu sur mesure pour l’opération, le QR Code propose l’accès à un site mobile
dédié permettant à l’utilisateur de découvrir l’univers du parfum, de participer à un jeu
Facebook et de visionner un film. Cacharel a également bénéficié des derniers outils de suivi
et d’analyse mis à disposition par la start up.
Dans un autre secteur, la plateforme Unitag a été retenue par la régie publicitaire du groupe
« Le Monde » pour gérer ses prochaines campagnes de communication. Ainsi, l’ajout d’un
QR Code sur les offres d’emplois du célèbre journal permet au lecteur d’accéder directement
à la présentation de la fiche de poste.
Enfin, Unitag a récemment réalisé la partie QR Code de la campagne AFAT Voyage /
Selectour. 522 QR Codes personnalisés ont ainsi été créés et diffusés dans les agences du
groupe partout en France. Ils permettent aux consommateurs d’accéder à un mini-site
exposant les dernières offres promotionnelles, de rappeler directement l’agence ou de la
contacter par mail sur son mobile.
30
« C’est la première fois que nous nous rendons au Mobile World Congress », déclare Alexis
Laporte, l’un des fondateurs. « Notre objectif principal est de chercher des partenaires pour
poursuivre notre développement à l’international. Nous serons aussi attentifs aux nouvelles
technologies qui pourraient être intéressantes à intégrer dans notre plate-forme ! »,
explique t’il.
www.unitag.fr
31
32
Midi-Pyrénées, une région leader en France dans les TIC
et notamment en informatique
Avec plus de 50 ans d’expérience dans la recherche en informatique, Midi-Pyrénées
constitue un pôle majeur d’enseignement et de recherche.
Le développement de l'aéronautique et du spatial a été un levier déterminant pour la
croissance des secteurs de l'informatique, de l'électronique et des télécommunications.
Aujourd'hui, avec plus de 5 300 entreprises et 34 500 emplois, la région Midi-Pyrénées est,
en France, un acteur majeur dans le développement des TIC.
Fort de ce socle commun, nos grands industriels et nos équipes de recherche ont su
anticiper de nouveaux usages et services, et se diversifier vers des domaines tels que : la
simulation et la réalité virtuelle ; l’informatique temps réel ; l’interaction homme-système ; le
Grid computing ; les systèmes embarqués critiques, etc. Autant de compétences-clés
développées par des entreprises régionales reconnues à l'international. Ce dynamisme a
permis l'émergence d'une filière transversale de maîtrise de la complexité qui prend appui
sur les grands systémiers de l'automobile (Continental), du ferroviaire (Alstom), de
l'aéronautique et de l'espace (Airbus, Aerolia, Daher Socata, Thales Alenia Space, Astrium,
etc.)
Î 1ère région française pour les TIC et la filière informatique (hors Ile-de-France)
Î 1ère région française pour l’édition de logiciels applicatifs, la programmation
informatique, la fabrication d’équipements électriques et électroniques
Î 2ème région française pour le conseil en systèmes et logiciels, les télécommunications
filaires, les télécommunications par satellites
Î Région leader dans les systèmes embarqués avec un positionnement transversal
unique en France
Les TIC représentent 5 300 entreprises, 34 500 emplois, un CA de 2,7 milliards d’€
33
x
Midi-Pyrénées, la vitalité du secteur informatique
4 593 entreprises – 19 900 salariés
Quatre grands domaines d’activités représentent 65 % du secteur informatique :
Î 29 % : conseil en systèmes informatiques - 1 276 entreprises (Cap Gemini, CSSI,
Altem, Eurogiciel, etc.)
Î 30 % : programmation informatique – 1 300 entreprises (Celad, Artal, Cogeser, etc.)
Î 6 % : traitement de données - 264 entreprises (Atos Origin, Edokial, Lyra Network,
etc.)
Î 5 % : édition de logiciels - 237 entreprises (Cameleon Software, IGE +XAO, etc.)
x
Midi-Pyrénées, l’électronique en lumière
Un secteur de haute technologie qui emploie 8 000 personnes dans 374 entreprises :
Î micro/nano-électronique (Freescale, Rockwell Collins, Nexter Electronics, etc.)
Î opto-électronique (Nexeya, Alcen, Sogeclair, etc.)
Î fabricants d’équipements professionnels (Ineo SCLE, Fem Aero, Rockwell Collins,
etc.)
Î conseil et ingénierie (Noval France, Isicod, etc.)
Midi Pyrénées, la plus forte concentration académique et scientifique de l’électronique
de puissance de France
x
Midi-Pyrénées, les télécommunications, un secteur dynamique
365 entreprises et 7 100 emplois
Î conseil et ingénierie (Alyotech, Nextiraone, QoS Design, etc.)
Î fournisseurs d’équipement (Motorola, Actia, Elta, etc.)
Î maîtrise d’œuvre (Scopelec, Spie Communication, Graniou, etc.)
Î opérateurs (Alsatis, Fullsave, Completel, Onde Numérique, etc.)
34
La mise en place d’un nœud d’échanges numérique « GIX » :
Les autoroutes de l’information sont essentielles au dynamisme des territoires. Pour
développer les TIC, des Global Internet eXchange (GIX) ont émergé depuis plusieurs
années. Nœud d’échanges régional Internet, le GIX Touix (Toulouse Internet eXchange) est
né en 2005. Aujourd’hui, il veut rassembler plus largement les acteurs des TIC. L’essentiel
des connexions entre opérateurs passe par Paris, et l’enjeu est de rapatrier les échanges
Internet sur le noeud toulousain. Ces nœuds permettent à la fois d’interconnecter les
réseaux entre eux, de générer du trafic pour faire baisser les prix et de dynamiser l’économie
de l’Internet local. Il faut pérenniser le service en améliorant la GTR (Garantie de Temps de
Rétablissement), véritable indicateur de qualité du service. Il importe aussi de rassembler au
moins une quarantaine de membres et de fédérer plus largement les acteurs régionaux, sur
le modèle lyonnais. Les TIC ont une incidence sur la dynamique globale du territoire, la
visibilité de la métropole toulousaine à l’international et sa capacité à attirer les entreprises.
MPE souhaite, en 2012, donner un coup de pouce au GIX et construire des passerelles vers
Bordeaux et Lyon, mais également Montpellier et Barcelone, via l’Eurorégion.
L’association TOUIX a été créée pour initier les conditions techniques, réglementaires et
économiques nécessaires à l’émergence d’une place de marché numérique en MidiPyrénées. Elle compte parmi ses membres des spécialistes des télécoms, chefs
d'entreprises et représentants de réseaux publics.
Communiqué de presse MPE pour Touix Mai 2012
A l’occasion de l’édition 2012 de la Mêlée Numérique, le salon « TIC n°1 du Sud-Ouest »
organisé par l’Association la Melée, TOUIX, le Global Internet eXchange (GIX) de la région MidiPyrénées, a remporté le Trophée de l’Economie Numérique 2012 dans la catégorie
« Développement Local ».
Manifestation régionale désormais incontournable, les Trophées de l'Economie Numérique mettent à
l'honneur le savoir-faire et les initiatives des entreprises dans le développement des solutions et
applications numériques au sein de leur activité. Ce concours annuel souhaite mettre en avant les
initiatives locales, valoriser la filière TIC, favoriser l'intégration des TIC par le plus grand nombre
d'entreprises et contribuer au financement de projets innovants.
TOUIX a été récompensé par le trophée de l’économie numérique qui a fêté cette année sa
dixième édition. Le GIX de la grande région toulousaine a reçu ce trophée dans la catégorie
« Développement Local » qui distingue une initiative ou une solution exploitant les TIC pour favoriser
le développement économique local.
C’est la relocalisation au niveau régional des flux qui a donné l’avantage à TOUIX car son utilisation
permet d’optimiser au maximum le trafic Internet et donc d’augmenter la rapidité d’échange. En effet,
« l’essentiel des connexions entre opérateurs passe par Paris, et l’enjeu est de rapatrier les échanges
Internet sur le nœud toulousain », a annoncé Hugues Brunel, président de TOUIX.
Ce système permet de dynamiser l’économie de l’Internet local, comme a expliqué Bernard Plano,
président de Midi-Pyrénées Expansion : « Les TIC ont une incidence sur la dynamique globale du
territoire, sur la visibilité de la métropole toulousaine à l’international et sur sa capacité à attirer les
entreprises. C’est donc un enjeu majeur pour la région.»
Après avoir créé une passerelle avec LYONIX (GIX de la région lyonnaise), TOUIX souhaite
développer dans le futur des passerelles vers Bordeaux, Montpellier et Barcelone afin d’augmenter la
rapidité d’échange avec ces villes et cela grâce, notamment, au soutien de Midi-Pyrénées Expansion.
35
x Les principales entreprises informatiques de la région (effectif
régional)
Akka Technologies - Ingénierie et conseil en technologies (2 000 personnes)
Sopra Group - Edition de logiciels applicatifs (1 000 personnes)
Capgemini - Intégrateur, ingénierie et services (1 000 personnes)
Assystem- Ingénierie et conseil en innovation (850 personnes)
Atos Origin - Ingénierie informatique (700 personnes en Midi-Pyrénées)
Altran - Intégrateur - Informatique technologique et scientifique, réseaux (700 personnes)
CS - Concepteur, intégrateur et opérateur de systèmes critiques. Leader européen des
systèmes de transport intelligent (675 personnes)
Stéria - Intégrateur – logiciels, gamme complète de services (630 personnes)
IBM - Vente de produits et services informatiques (650 personnes)
Sogeti - Systèmes et logiciels, essais et simulation numérique, ingénierie industrielle (570
personnes)
Thales - Intégrateur – logiciels, gamme complète de services (7 000 personnes –
données 2010)
Berger Levrault - Leader de l’édition de logiciels pour les collectivités (400 personnes données 2010)
Eurogiciel - Ingénierie système et logiciel (250 personnes)
IGE XAO - Concepteur de logiciels de CAO/DAO électriques (355 personnes - données
2010)
x Des compétences de premier plan dans les TIC :
Simulation : Alyotech, Fitting Box, Oktal
Imagerie et réalité virtuelle : Realix Technologies, Beta Tech
Interaction homme-système : Acapela
Grid computing : Alsett, Intesens
Ingénierie dirigée par les modèles : Upetec, M3 Systems, Tectosages
Sûreté de fonctionnement : ISIT, Nav On Time, Serma
Architecture et ingénierie logicielle : Artal Technologies
Traitement du signal : Magellium, M3 Systems
Instrumentation scientifique et technique - Delta Tech, Intespace,
Microtec
M2M - open source : Coverlink
36
x Des formations couvrant toutes les thématiques de
l’informatique
Près d'une centaine de cursus diplômants sont proposés en informatique, dont près de
60 au niveau bac +5 et ingénieurs, plus de 40 au niveau bac +3 et bac +4 et près de 20
au niveau bac 2.
Les domaines : ingénierie des systèmes informatiques, informatique et mathématiques
appliquées, génie électrique, ingénierie des systèmes et micro/nano-systèmes
embarqués, systèmes intelligents, systèmes de télécommunications et réseaux
informatiques, management de l’entreprise en réseau, MIAGE, Statistiques et
informatique décisionnelle.
Des formations en mathématiques et informatique stricto sensu :
19 000 étudiants et 100 cursus diplômants et la maîtrise de langages prisés par les
entreprises : Java, J2E 1.4 et 1.5, C++, J2SE, ADA, Servlets, JSP, EJB, XML, Java
Script, SQL, HTML, PHP, ASP, VB, C.Net, Apache, Taglibs, Python, UML, CVS,
Sharepoint, Struts, XML, Spring, Tomcat, Weblogic, CVS, SVN, Ant, Winmerge, etc
Des établissements d’enseignement spécialisés dans l’informatique :
UPS : Université Paul Sabatier
ENSEEIHT : École Nationale d'Électrotechnique, d'Électronique, d'Informatique,
d'Hydraulique et de Télécommunications
INSA : Institut National des Sciences Appliquées
ISAE : Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace.
ENIT : École Nationale d'Ingénieurs de Tarbes
ENSTIMAC : École Nationale Supérieure des Techniques Industrielles des Mines d'AlbiCarmaux
ENSIACET : École Nationale Supérieure des Ingénieurs en Arts Chimiques et
Technologiques
SUPINFO : implantée depuis 2006, SupInfo Toulouse est l’école la plus importante en
termes d’effectifs (hors Paris) avec 300 étudiants et des formations du Bachelor au
Master 2 (Bac+5) en informatique.
EXIA-CESI : implantée depuis 2004 à Toulouse, elle rassemble120 étudiants avec des
formations allant de Bac+1 (analyste programmeur) à Bac+5 (Management des systèmes
d’information)
EPITECH : implanté depuis 2007, le site de Toulouse est le second centre Epitech
français avec 200 étudiants. Elle propose une formation d’expert en technologies de
l’information (Bac+5)
37
x
Midi-Pyrénées, 50 ans d’expérience en recherche informatique
La région rassemble une concentration de laboratoires fédératifs qui cultivent l’innovation
et font fructifier l’héritage de FERIA (Fédération de Recherche en Informatique et
Automatique), un pionnier des laboratoires mixtes français.
2 600 chercheurs sont dédiés aux STIC et aux sciences pour l’ingénieur dans les
laboratoires publics
Pour mémoire, 4 400 chercheurs sont dédiés à l’aéronautique.
Une des 1ères régions françaises pour le nombre de publications (4 107)
Et aussi :
x
Une concentration de scientifiques
-
LAAS-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes TIC),un
positionnement unique en France
-
Le plus grand laboratoire propre du CNRS (640 personnes)
-
IRIT (Institut de Recherche en Informatique de Toulouse), l'un des plus forts
potentiels de recherche en informatique en France (600 personnes)
-
ONERA (Office National d’Etudes et de Recherches Aérospatiales), 1er acteur
français de la recherche aéronautique et spatiale (420 personnes)
-
Aerospace Valley, un pôle de compétitivité mondial Midi-Pyrénées et Aquitaine
38
Mais aussi :
-
3 écoles doctorales fédératives : Mathématiques Informatique
Télécommunications ; Systèmes ; Aéronautique, Astronautique,
-
le LATTIS (Laboratoire Toulousain de Technologie et d’Ingénierie des Systèmes),
-
l’institut Mathématique de Toulouse, etc.
-
Les principales entreprises informatiques : 163 unités de recherche explorent les
thèmatiques de cette filière
x
une tradition collaborative qui fait éclore des projets, des innovations, des
start-ups
-
Le Laboratoire TeSA , une structure unique dans les communications avec les
mobiles, la navigation et la localisation, le multimédia - 120 projets de R&D menés
depuis 1998
x
-
TOPCASED -> Projet Atelier « Open source » de développement de systèmes et
applications critiques => Retombées aujourd’hui : services de développement de
logiciels, maintenance et formation – CA : 12M€
-
VORTEX, Visual Object: from Reality To Expression, des projets fédérateurs
sur la réalité augmentée, la réalité virtuelle, les objets mixtes, les images 3D,
2D.
des réseaux d’affaires
April : association pionnière en France pour la promotion et la défense du logiciel libre
Club Affiliés du LAAS : structure d’intelligence scientifique et technologique
FniLL : Fédération nationale de l’Industrie du Logiciel Libre
JESSICA : association dédiée à la diffusion de l’innovation par l’électronique
communicante, la rfid, la mécatronique
JEInnov : association de JEI pour la formation, le réseau, le financement, le lobbying
La Mêlée : association fédératrice des acteurs de l’économie numérique en MidiPyrénées
Toulibre : association d’utilisateurs et de développeurs de logiciels libres de la région
toulousaine
Clusir : Club de la Sécurité des Systèmes d’Information Régionaux, association pour la
maîtrise des risques des systèmes d'information
Sensing Valley : cluster orienté "capteurs sans fils"
39
TIC Valley : association regroupant un ensemble de startups et PME innovantes autour
de valeurs et d’ambitions communes.
Digital Place : cluster TIC labellisé « grappes d’entreprises »
x
Un cluster TIC labellisé : Digital Place
Labellisé « Grappes d’entreprises » par l’Etat en 2011, DigitalPlace a pour objectif de fédérer
les TPE/PME TIC de la région Midi-Pyrénées. Le but est de développer la filière, de mettre
en œuvre des projets collectifs pour permettre aux entreprises de se saisir de l’ensemble des
leviers de croissance, d'aider ses adhérents à franchir des caps en matière de taille (CA et
emplois) et d’accès à de nouveaux marchés.
Aider les entreprises dans leur développement commercial
DigitalPlace est le cluster d’entreprises numériques de la Région Midi-Pyrénées. Sa mission,
axée autour de l’accompagnement des entreprises digitales de tous métiers, s’articule autour
de 4 axes : Le développement commercial, le développement de l’innovation sous toutes ses
formes, le développement international et l’accès au financement. Labellisé par l’Etat et la
Région, DigitalPlace compte plus de 130 adhérents.
Une stratégie d'appui aux entreprises sur 3 axes
Le développement de l’innovation sous toutes ses formes pour rapidement prendre
des positions de leaders sur des secteurs en croissance ;
L’accès à des nouveaux secteurs, particulièrement adapté dans le domaine
diffusant des TIC (e-santé ; e-agro ; filières industrielles classiques) ;
Le développement international, élément essentiel pour démultiplier les marchés des
entreprises et accélérer leur croissance.
Une stratégie de partenariats avec les investisseurs régionaux et nationaux
Le Club des investisseurs :
Ce Club a pour objectif d’informer les investisseurs sur les potentiels du secteur et des
40
entreprises TIC régionales, de les sensibiliser au dynamisme du secteur IT en Midi-Pyrénées,
et de faciliter l’accès des porteurs de projets aux sociétés d’investissements régionales et
nationales. Ce Club facilite la rencontre et le dialogue entre PME et investisseurs afin d’offrir
des financements adaptés aux attentes de chacun.
Le Label DigitalPlace Croissance
Ce label atteste du bon niveau de préparation des porteurs de projets et du potentiel
économique d’un projet innovant.
Il atteste que les porteurs de projets sont bien préparés à répondre aux questions suivantes
:
9
9
9
9
9
9
9
A qui vais-je vendre pour répondre à quel besoin ?
Quel produit ou service avec quelle différenciation ?
Comment, quand et où vais-je vendre?
Avec quel business model ?
Quelle équipe dois-je constituer pour réussir ?
Quelles sont les prévisions d’exploitation à 3, 4 ou 5 ans ?
Quel est mon besoin en financement et à quoi va-t-il servir ?
Derniers chiffres et actualités
9
9
9
9
9
9
9
9
9
135 adhérents
20 % de start-ups䯠
69 % des entreprises adhérentes ont moins de 20 salariés䯠
5 commissions créés : Innovation, Cloud, Financement, International & Télécom䯠 䯠
Création du Fonds d'investissement DP Invest en octobre 2012 䯠
Création d'un service de Relations Presse 䯠 en septembre 2012
Création de 4 workshops d'accompagnement stratégique
Organisation de la Journée du financement le 18 avril 2013
Accompagnement du consortium de PME créé avec Airbus Innovation Cell
Pour tout renseignement complémentaire, besoin de visuels et/ou demande d’interview,
n’hésitez pas à nous contacter.
Contact Presse : Allison Duffourd – Chargée de Relations Presse
05 34 31 41 99 - allison.duffourd@digitalplace.fr
Visitez notre site : www.digitalplace.fr
Suivez nous sur twitter : https://twitter.com/DIgitalPlaceICT
41
Ils accompagnent les entreprises régionales :
Le Réseau de Pépinières d’Entreprises de Midi-Pyrénées est l’un des réseaux de
pépinières les plus structurés de France. Créé à l’initiative de la Région il y a près de 20 ans,
il est animé par MPE. Devenu un des acteurs majeurs de la création et du développement
d’entreprises en Midi-Pyrénées, il fédère 20 pépinières d’entreprises labellisées représentant
27 sites d’accueil, d’hébergement et d’accompagnement des créateurs d’entreprises répartis
sur les principaux bassins d’emplois de la région. Les pépinières offrent aux créateurs un
environnement privilégié, dans le but de faciliter le démarrage et le développement de leurs
entreprises. Par la mise en place de son programme d’actions, le Réseau de Pépinières
d’Entreprises a pour principal objectif de garantir : une offre homogène de services aux
entreprises sur l’ensemble des territoires de Midi- Pyrénées, l’harmonisation de pratiques et
l’augmentation du niveau de performance de toutes les pépinières, la mise en œuvre
d’actions servant l’intérêt général des jeunes entreprises sous contrat avec les pépinières
d’entreprises du Réseau.
Depuis leur création, les pépinières membres du Réseau ont accompagné plus de 1
200 entreprises qui ont contribué à la création de plus de 7 200 emplois.
www.rezopep-midipyr.com
Créée et financée par la Région Midi-Pyrénées, Midi-Pyrénées Expansion,
l’Agence de Développement Economique, joue un rôle essentiel dans l’accompagnement de
la politique économique régionale. MPE favorise la création d’emplois autour de cinq
problématiques :
Contact Presse MPE : Anabelle Califano – a.califano@midipyr.com – 05 61 12 57 17
42
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising