Interventions financières et politiques culturelles en région phase 2

Interventions financières et politiques culturelles en région phase 2
MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Inspection Générale des Affaires Culturelles
n° 2014-16
ANALYSE DES INTERVENTIONS FINANCIÈRES
ET DES POLITIQUES CULTURELLES EN RÉGION
PHASE 2
POLITIQUES ET DEPENSES CULTURELLES
DES RÉGIONS
2013
RELATIONS ET PARTENARIATS AVEC
LES DIRECTIONS REGIONALES DES AFFAIRES CULTURELLES
DU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Anne CHIFFERT
Inspectrice générale des
affaires culturelles
Dominique CHAVIGNY
Chargé de mission
d'inspection générale
1
Catherine LE GAL
Auditrice interne
2
SOMMAIRE
Lettre de mission p. 5
Lettre de Madame Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication à
Monsieur Alain Rousset, Député de Gironde, Président du Conseil régional d’Aquitaine,
Président de l’association des Régions de France p. 7
Présentation de la mission p. 9
SYNTHÈSE ET ANALYSE DES POLITIQUES ET DES DÉPENSES CULTURELLES DES RÉGIONS p. 11
I - Les politiques culturelles des Régions sont reliées à leurs compétences d'attribution p. 11
1-1. L'aménagement équilibré du territoire p. 12
1-2. Le développement économique et l'attractivité régionale p. 13
1.2.1. les industries culturelles p. 14
1.2.2. la formation, l’enseignement professionnels et l’emploi p. 16
1.2.3. le tourisme et l'attractivité des territoires p. 18
1-3. Les lycées et l’accès des jeunes à la culture p. 19
1-4. La vitalité et la valorisation des cultures régionales p. 19
II - Le partenariat entre les Régions et les DRAC repose sur un ensemble de dispositifs de
coopération p. 21
2-1. Un dialogue politique et des relations de travail réguliers et organisés p. 22
2-2. Une contractualisation des interventions p. 23
2-3. Les Fonds conjoints et le partage de l’expertise p. 25
2-4. Les agences régionales p. 26
III - Les moyens mis en jeu par les Régions et par l’État traduisent des stratégies et des
priorités différenciées p. 28
3-1. Dépenses des Régions en 2012 et 2013 relevant de la nomenclature budgétaire M71
(Fonction Culture) p. 28
3-2. Estimation des dépenses 2013 des Régions ventilées par domaines p. 29
3-3. Dépenses respectives des Régions et des DRAC par domaines p. 31
3.3.1. le spectacle vivant : domaine partagé et stratégies différenciées p. 31
3.3.2. les arts plastiques : la montée en puissance des Régions p. 32
3.3.3. les patrimoines : le rôle majeur des DRAC p. 33
3.3.4. les industries culturelles : les Régions en pointe p. 34
3
3-4 Les ressources humaines des Régions dans le domaine de la culture p. 35
CONCLUSION p. 37
IV – Dépenses culturelles des Régions par catégories p. 39
ANNEXE : p. 145
- Éléments de méthode sur l'exploitation des données chiffrées p. 147
4
5
6
7
8
PRÉSENTATION DE LA MISSION
Rappel des objectifs
Conformément à la demande du cabinet de la Ministre de la culture et de la communication,
l'objectif de la mission confiée à l'inspection générale des affaires culturelles (IGAC) est d'établir
pour l’année 2013 une consolidation région par région des différentes dépenses du ministère et
de procéder à une estimation des dépenses et des moyens organisationnels que les Régions ont
mis en place pour assurer les politiques culturelles qu'ils ont définies.
Appelée à remettre les résultats de ses travaux en deux temps, l'IGAC a transmis au cabinet de
la Ministre le 16 avril 2014 un rapport de première phase présentant les données quantitatives
relatives aux dépenses du ministère exécutées en région, au titre des crédits déconcentrés et
centraux incluant les opérateurs implantés en région et les opérateurs distribuant des soutiens,
les services à compétence nationale et le secteur de l’audiovisuel.
Le présent rapport, relatif à la deuxième phase de la mission, présente une estimation, des
apports financiers à la culture de chaque Région et propose, en synthèse, une analyse des
principales caractéristiques de leurs politiques culturelles ainsi que de leurs modalités de mise
en œuvre. Il fait un bilan des relations partenariales existantes entre les Régions et les
Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) et s’attache à identifier les axes
convergents ou distinctifs de leurs politiques qui reposent sur un ensemble de dispositifs de
coopération.
Méthode et Sources
Le comité de pilotage interne à l’inspection générale a poursuivi ses travaux lors de la seconde
phase de la mission. Ces travaux ont mobilisé, comme pour le rapport de première phase, les
inspecteurs et les chargés de mission qui ont assuré le suivi des réponses au questionnaire et
rédigé les monographies régionales.
Pour estimer les apports financiers des Régions à la culture et recenser les organisations mises
en place pour mener leur politique culturelle, l’IGAC a fait appel au concours des DRAC,
interrogées par questionnaire sur les aspects qualitatifs et quantitatifs de ces politiques.
À partir des informations dont elles disposaient et de celles qu’elles ont pu recueillir auprès des
services des Régions, il leur a été demandé de fournir des données permettant d’estimer les
moyens consacrés par les Régions en 2013 à la culture. Cela a pu conduire à y intégrer
éventuellement, au-delà des limites imposées par la nomenclature comptable en vigueur pour
les régions (M71), des dépenses imputées sur d’autres comptes et gérés par d’autres services
que le service de la culture.
Cet exercice a été rendu possible grâce à un courrier de la Ministre de la culture et de la
communication adressé au Président de l’Association des Régions de France 1 pour l’informer de
la mission confiée à l’IGAC et de la possibilité que les DRAC prennent l’attache des services des
conseils régionaux afin de compléter ou vérifier les informations dont elles disposent.
1
Lettre de la Ministre à Monsieur Alain Rousset, Député de Gironde, Président du Conseil régional
d’Aquitaine, Président de l’Association des régions de France en date du 24 février 2014.
9
Il ressort de l’analyse des réponses que 22 DRAC sur 26 ont renseigné les tableaux à partir
d’échanges d’informations (plus ou moins approfondis) avec les services des Conseils régionaux,
soit 85 % des réponses.
Leur exploitation a nécessité également de nombreux échanges entre l’IGAC et les DRAC afin de
préciser, de compléter, voire de corriger certaines réponses ce qui a parfois conduit les DRAC à
solliciter à plusieurs reprises leurs interlocuteurs des Régions en vue d’améliorer la cohérence
des données.
Pour autant, comme l’a déjà souligné l’étude de faisabilité de l’enquête sur les dépenses
culturelles des Régions réalisée par le DEPS 2, il existe « des difficultés importantes pour la
plupart des Régions, leurs services financiers et culturels, à reconstituer une information sur
leurs dépenses culturelles selon une nomenclature plus détaillée, faute d’outil informatique
permettant le requêtage et la codification nécessaire en amont ». C’est pourquoi, les données
chiffrées du rapport représentent des estimations de dépenses, des ordres de grandeur qui
visent à apporter un éclairage sur les politiques culturelles des Régions sans prétendre atteindre
une totale exhaustivité.
Composition du rapport de deuxième phase
Le rapport de la deuxième phase de la mission est composé:
1) d'une note de synthèse présentant les orientations des politiques culturelles des Régions, une
analyse de leurs dépenses, les modalités de partenariat avec les DRAC
2) de tableaux pour chaque Région :
- tableau 1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement estimées pour 2013 selon la
nomenclature budgétaire et comptable M71 sur la sous-fonction culture (31)
- tableaux 2 et 2 bis (détail) : Dépenses de fonctionnement et d’investissement ventilées par
domaines d’intervention culturelle estimées pour 2013
- tableau 3 : Moyens en personnel - répartition des emplois de la Région dans le domaine de la
culture en 2013
- tableau 4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou
autres structures régionales en 2013
- tableau 5 : Apports aux labels et réseaux nationaux - montant des subventions de
fonctionnement de la Région et de la DRAC affectées aux labels et réseaux en 2013
3) de trois annexes :
- Monographies régionales établies par les inspecteurs généraux et les chargés de mission
d'inspection générale, selon l'enquête qualitative menée auprès des DRAC
- Éléments de méthode sur l’exploitation des données chiffrées
- Rapport de l’Inspection des patrimoines : « Actualisation 2014 des données sur les transferts
des monuments historiques en l’application de la loi du 13 août 2004 »
2
« Étude de faisabilité pour l’enquête sur les dépenses et recettes culturelles des régions hors Outremer » DEPS – ministère de la culture et de la communication- juillet 2011.
10
SYNTHÈSE ET ANALYSE DES POLITIQUES ET DES DÉPENSES CULTURELLES DES RÉGIONS
I- LES POLITIQUES CULTURELLES DES REGIONS SONT RELIEES A LEURS COMPETENCES
D'ATTRIBUTION
L’analyse des politiques culturelles conduites par les Régions, liées à la compétence
générale en matière de culture dévolue aux collectivités publiques, montre qu’elles
recouvrent ses différents domaines : patrimoine, spectacle vivant, arts plastiques, cinéma et
audiovisuel, livre et lecture, formation et éducation des publics, offrant pour chacun d’eux
un terrain partagé avec les directions régionales des affaires culturelles (DRAC), services
déconcentrés du ministère de la culture et de la communication placés sous l’autorité des
Préfets de Région.
Mais elle met aussi en évidence qu’elles font partie intégrante des stratégies d’ensemble
mises en œuvre par les Régions pour répondre aux missions spécifiques qui leur sont
dévolues de par leurs compétences d’attribution l’aménagement et le développement
équilibré des territoires, le développement économique, la formation professionnelle et les
lycées.
S'exerçant dans les mêmes domaines et s'adressant assez largement aux mêmes réseaux, aux
mêmes acteurs, partenaires professionnels et collectivités territoriales, les interventions des
Régions et des DRAC s'organisent donc selon des stratégies différenciées.
L'articulation de ces interventions a progressivement évolué au fil des dernières décennies
en raison de la montée en puissance des politiques culturelles des Régions, de leurs services
et des agences ou opérateurs dont elles se sont dotées, mais aussi en raison du mouvement
de recentrage effectué par les DRAC sur les politiques et les équipements constitutifs de
l'architecture culturelle nationale, tels que les réseaux labellisés ou les enseignements
supérieurs, ayant eu pour corollaire leur retrait d'autres politiques de proximité qu'elles avaient
précédemment largement soutenues comme les enseignements artistiques, les festivals ou la
pratique amateur, laissant ces champs ouverts à l'action des Régions. Il en va de même dans le
champ des patrimoines où les Régions accompagnent, aux côtés des Départements, la
restauration et la mise en valeur du petit patrimoine non protégé ou celui du patrimoine
immatériel lié, le plus souvent, aux cultures régionales.
La culture est considérée comme un véritable atout par les Régions pour la réalisation de
leurs missions, comme l'illustre cet extrait du rapport annexé au budget primitif 2014 de la
Région Centre: « le développement culturel est une source de plus-value pour la société toute
entière: source d’épanouissement et d’émancipation à la fois collective et des individus,
terreau d’inventivité et d’audace, il est aussi source de plus-value dans tous les secteurs de
l’économie : un effet levier sur le P.I.B. et l’emploi, une matière première pour la créativité
économique et un formidable outil de promotion pour le développement touristique. Le
développement culturel participe à l’attractivité de notre territoire et il est indissociable des
enjeux éducatifs et environnementaux ».
Si la politique culturelle définie par chaque Région est particulière, adaptée aux
caractéristiques culturelles, socio-économiques et à l'identité de son territoire, il se dégage
cependant de grandes tendances dont on propose ici l'analyse.
C'est en effet autour d'objectifs transversaux qu'apparaissent s'organiser leurs politiques en
11
faveur de la culture : l'aménagement équilibré de l'espace régional, le développement
économique et l'attractivité des territoires comprenant les industries culturelles, l’emploi
la formation et l’enseignement professionnels et le tourisme, l’accès des jeunes à la culture
qui se rattache à leur compétence sur les lycées.
A ces objectifs s'ajoutent, pour certaines Régions comme la Bretagne, la Corse, l’Alsace,
l’Aquitaine ou Midi-Pyrénées, des politiques significatives destinées à soutenir la vitalité et
assurer la valorisation des cultures de leurs territoires, notamment dans le domaine de la
langue.
A l’appui de l'analyse ci-dessous, sont proposés des exemples concrets relevés parmi les actions
mises en œuvre par les Régions: ils ont, sauf exceptions signalées, une valeur illustrative des
différents aspects que peuvent revêtir les politiques sur lesquelles se rejoignent la totalité ou
une majorité de Régions.
1-1 L'aménagement équilibré du territoire
La culture comme vecteur d'aménagement et de développement des territoires constitue un
axe politique fort, commun à toutes les Régions.
Cet axe s’est inscrit par anticipation dans le cadre général du schéma régional d'aménagement
et de développement du territoire à nouveau affirmé par la Loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014
de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles « qui définit
notamment les principaux objectifs relatifs à la localisation des grands équipements, des
infrastructures et des services d'intérêt général qui doivent concourir au sein de la Région au
maintien d'une activité de service public dans les zones en difficulté ainsi qu'aux projets
économiques porteurs d'investissements et d'emplois, au développement harmonieux des
territoires urbains, périurbains et ruraux, à la réhabilitation des territoires dégradés et à la
protection et la mise en valeur de l'environnement, des sites, des paysages et du patrimoine
naturels et urbains en prenant en compte les dimensions interrégionale et transfrontalière ».
Dans ce domaine, les stratégies des Régions s'exercent à différents niveaux et selon des
processus divers mais s'inscrivent toujours dans une tension positive entre la dynamique
apportée par les équipements ou institutions structurants et une exigence de proximité.
Bien que de manière inégale, toutes les Régions participent au fonctionnement des
équipements labellisés qui structurent le paysage culturel régional et constituent des outils
de référence à l'intérieur de la région comme au plan national. Ainsi la Région ChampagneArdenne fait-elle inscrire dans chaque préambule des contrats pluriannuels d’objectifs (CPO),
notamment des Scènes nationales et des Scènes conventionnées, la disposition suivante :
« En charge de l’aménagement du territoire, la Région entend soutenir de manière équilibrée
sur l’ensemble de la Champagne-Ardenne les équipements structurants, les festivals et les
centres de ressources. La Région les accompagne dans leurs projets qui peuvent concerner l’une
ou plusieurs des fonctions suivantes : la création, la diffusion, la médiation, la formation et la
promotion.(...) La Région encourage ces structures à initier de véritables plans stratégiques de
conquête des populations de leurs territoires de rayonnement (...) ».
Parallèlement au soutien qu'elles apportent aux grands équipements régionaux, la
préoccupation d'aménagement du territoire s'exprime par une approche beaucoup plus fine
des besoins de leurs différents territoires et de leurs habitants, en milieu rural ou périurbain.
Pour ce faire, plusieurs Régions ont mis en place des dispositifs spécifiques : par exemple, en
Alsace, un « Fonds d’aménagement culturel du territoire » est destiné à densifier et soutenir
12
les équipements culturels de proximité; la Région Auvergne a créé des « Conseils culturels de
territoire », instance de concertation permettant d'opérer des choix sur son soutien à
l'investissement ou au fonctionnement ; la Région Centre a mis en place des « Projets
artistiques et culturels de territoires » qui visent à une meilleure structuration des politiques
culturelles des territoires notamment intercommunaux, en privilégiant la coopération.
L'exigence de proximité se traduit aussi dans la plupart des Régions par l’aide, parfois
massive, qu’elles apportent aux festivals de toutes tailles et de toutes disciplines,
professionnels ou amateurs. Par exemple, la Région Limousin soutient plus de 60 festivals au
titre du maillage territorial, de l'attractivité qu'ils représentent notamment sur le plan
touristique et économique, développant des emplois saisonniers.
De même, dans le secteur du spectacle vivant, les Régions soutiennent les projets de compagnies
ou d'ensembles qui ne répondent pas nécessairement aux critères des comités d'experts
consultés par les DRAC, mais qui leur apparaissent cependant utiles à la vie culturelle locale,
dans ses dimensions artistique et sociale.
En matière d'investissement, les Régions concilient également appui à la construction ou à
l'aménagement des grands équipements régionaux, notamment dans le cadre des Contrats
de projet État/Région (CPER), tout en étant très attentives aux équipements de proximité.
La plupart d'entre elles ont créé des lignes budgétaires spécifiques en vue d’aider les
bibliothèques, les écoles de musique et de danse, les salles de spectacles ou polyvalentes et les
salles de cinéma à se doter du matériel professionnel nécessaire à leur activité. Pour ces
dernières, des plans de numérisation sont souvent développés.
Dans le domaine des patrimoines, l'implication des Régions s'opère d'abord dans le cadre des
CPER qui mobilisent des moyens conséquents en faveur de la mise en valeur des grands sites
patrimoniaux (monuments historiques et sites archéologiques) et des musées. Certaines Régions
contribuent à la restauration des monuments historiques programmée par les DRAC, mais ne
s'engagent que pour les monuments du domaine public et ouverts à la fréquentation du public.
Au-delà du périmètre des monuments inscrits ou classés les Régions interviennent de façon
significative en faveur du Patrimoine Rural Non Protégé que la loi de décentralisation du 13 août
2004 a dévolu aux Départements.
Ainsi les Régions agissent-elles dans le domaine culturel selon une logique d'aménageur,
diversifiée et adaptée à leurs différents territoires, intégrant à la fois pôles structurants et
équipements ou projets de proximité.
1-2- le développement économique et l'attractivité des Régions
Les objectifs de développement des acteurs régionaux de l'économie, du tourisme et de
l'emploi s'inscrivent aussi fortement dans les politiques culturelles des Régions. Par exemple,
la politique culturelle de la Région Poitou-Charentes, structurée autour de quatre thèmes
principaux (politique des « 4 E ») : « Éducation, sensibilisation et formation »; « Emploi
artistique et culturel »; « Économie de la culture »; « Excellence environnementale » fait une
large place au secteur économique.
Dans un rapport publié en décembre 2013, « L'apport de la culture à l'économie en France »,
présenté conjointement par l'inspection générale des finances (IGF) et l’IGAC3, les auteurs ont
mis en évidence la corrélation « plausible » entre le développement par « l'implantation
culturelle » et le dynamisme socio-économique d'un territoire.
3
« L'apport de la culture à l'économie en France » Rapport de Jérôme Itty, Morgane Weill (IGF) et Serge
Kancel (IGAC)- Décembre 2013
13
Même si un véritable lien de causalité entre l'investissement culturel et la performance socioéconomique ne peut être prouvé, l'étude constate qu’un territoire qui investit dans une
implantation culturelle est plus dynamique que d'autres bassins de vie, et donc que la prise
d'initiative dans le champ culturel est sans doute l'une des composantes de la performance
socio-économique.
Les Régions ont parfaitement intégré cette vision et cette conviction en conjuguant
développement économique et développement culturel dans les segments d'activité artistique et
culturel qui recouvrent ces deux axes dans le secteur des industries culturelles, de la formation
et de l’enseignement professionnels mais également en intervenant au plus fin de leur territoire
pour développer durablement son attractivité touristique.
1.2.1. Les industries culturelles s'inscrivent naturellement dans le prolongement de leurs
compétences économiques
De fait, les Régions apportent un soutien très actif au développement des industries
culturelles de leur territoire, principalement dans les secteurs de l'économie du livre, du
cinéma et de l'audiovisuel alors que leur intérêt pour le numérique s'affirme. Dans ces
secteurs le rôle des agences régionales, en lien avec le Centre national du cinéma (CNC) et le
Centre national du livre (CNL), est déterminant. Dans certains cas, une agence unique couvre
l’ensemble de ces politiques, ainsi dans le Centre l’ « Agence régionale pour le livre, l’image et
la culture numérique » (CICLIC) où en Aquitaine l’ « Agence pour l’écrit, le cinéma, le livre et
l’audiovisuel »(ECLA).
L'économie du livre
Toutes les Régions soutiennent l'économie du Livre. Le plus souvent établies en partenariat
avec la DRAC, leurs interventions s'appuient sur un réseau très structuré d'associations ou
d'agences régionales regroupées au sein de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture
(FILL) qui mutualise les démarches, les idées et les initiatives de toutes les « structures
régionales pour le livre », qu’elles soient agences de coopération entre bibliothèques ou qu’elles
interviennent sur l'ensemble de la chaîne du livre pour s'adapter à la réalité de son territoire et
des besoins de ses professionnels.
Elles interviennent principalement sur l'économie du livre et la vie littéraire, mais s’orientent
de plus en plus vers un accompagnement de l'ensemble de l'interprofession : conseil,
accompagnement de projets et des dispositifs régionaux (expertise sur les dossiers de demande
de subvention), organisation de journées d'études, formation, observation.
A titre d’exemples, la Région Basse-Normandie finance le « Fonds d'aide à l'économie du livre »
(FAEL) qui concerne les publications présentées par les éditeurs de la Région ou par des éditeurs
hors-Région, la publication de revues littéraires, la présence d'éditeurs dans les salons
professionnels ou sur les grands salons du livre européens consacrés à la vente de droits à
l’étranger (Francfort, Londres, Bologne) ; la Région Limousin accompagne chaque année, une
trentaine d'ouvrages et le programme éditorial de plusieurs éditeurs et soutient également des
manifestations littéraires portées par des associations sur les territoires, des fêtes, des salons ou
des foires du livre. La Région est très investie dans la démarche du « Contrat de Progrès pour
l’Économie du Livre » dont l'animation est assurée par le Centre régional du livre en Limousin
(CRLL) ; en Aquitaine, la Région finance les programmes éditoriaux des maisons d'édition et les
publications en langue régionale et met en œuvre un programme important de soutien à la
librairie.
Co-financées par les DRAC et les Régions, ces dernières sont devenues les financeurs
14
majoritaires de ces structures régionales. Dans son dernier bilan établi en 2009, la FILL observait
que l'apport des Régions n'avait cessé d’augmenter depuis 2003 jusqu’à représenter les 2/3 de
leur financement global.
L'Image et le Cinéma
Les secteurs innovants que représente le traitement de l'image sous toutes ses formes
offrent des champs d'intervention privilégiés pour les Régions qui, lorsqu’elles s'y
investissent, en deviennent des acteurs majeurs.
Des Régions, en nombre croissant, développent des politiques très actives dans le domaine du
cinéma tant en ce qui concerne la production (fonds de soutien, bureau d'accueil, bureau des
auteurs, résidences d'écriture ou de post production) que l’action culturelle cinématographique
et d’éducation à l'image (festivals, promotion des films soutenus en région) ou le soutien à
l'exploitation (réseaux d’animation des salles de proximité, soutien au titre du passage au
numérique, modernisation des salles...).
La Région Nord Pas-de-Calais mène une politique pour le secteur du cinéma et de l'audiovisuel en
lien avec le numérique. Elle s'appuie sur un « pôle image» liant recherche, cluster et laboratoire
sur trois anciennes friches industrielles dont la plus importante (« La plaine images ») est située
dans la métropole lilloise, où est installée l'association « Pictanovo » à laquelle la Région a
confié le soutien à la création et à la production.
En Poitou-Charentes, la Vallée des Images qui regroupe des activités aussi diverses que
l'audiovisuel, le cinéma, le jeu vidéo, le multimédia, le ludo-éducatif, le design, l'emballage,
l'imprimerie ou le packaging, se déploie sur l'ensemble du territoire. Tirée par le Festival
international de la bande dessinée d'Angoulême et le Futuroscope, la filière Image est une filière
mixte (image-loisir et image-emballage) particulièrement diversifiée : soutien à la création ou à
la reprise d'entreprise dans le secteur de l'Image par la Bourse Régionale Désir d'entreprendre
«créateurs des métiers de l'Image», à ATLANPACK et à l'Institut National du Packaging, Magelis.
Le Fonds d'aide à la production avec le CNC permet d'accueillir des tournages et soutenir chaque
année plus de 160 projets cinématographiques et audiovisuels.
La Région Limousin concentre ses actions vers le cinéma et l’audiovisuel à travers 3 dispositifs
de soutien : aide à l’écriture, aide au développement, aide à la production. Tous les projets sont
examinés par des commissions d’experts qui émettent des avis transmis aux élus régionaux pour
une décision finale. Ce sont des projets de courts et longs métrages, de documentaires et de
fictions télévisées. Chaque année, une quarantaine de projets est soutenue. Le Pôle cinéma de
la Région Limousin assure l'accueil de tournages sur le territoire.
Avec « Rhône-Alpes Cinéma » et le « Fonds de soutien à la création cinématographique et
audiovisuelle », la Région accompagne la création sous toutes ses formes, de l'écriture à la
réalisation. Elle œuvre aussi pour la diffusion des films, la sensibilisation des jeunes au cinéma,
la conservation du patrimoine cinématographique, et contribue à la formation des futurs
professionnels de l'image en soutenant, notamment, l'École de la Poudrière installée à Valence.
En faveur de la production audiovisuelle, la Région Bretagne a mis en place un « Fonds d'aide à
la création cinématographique et audiovisuelle » (FACCA) dont elle a triplé le budget en 10 ans.
Par des aides à l'écriture, au développement et à la réalisation, ce fonds contribue à la
réalisation d'une diversité d'œuvres audiovisuelles et de cinéma (courts et longs-métrages,
documentaires, fictions et animations). La Région a créé par ailleurs un bureau d'accueil des
tournages qui assure un service gratuit aux sociétés de production françaises et étrangères
souhaitant tourner des films en Bretagne : recherche de décors, comédiens ou techniciens (en
2011, 500 jours de tournage de longs et courts-métrages, téléfilms, séries ont eu lieu en
15
Bretagne. Elle soutient les manifestations cinématographiques en les encourageant à développer
les actions favorisant les rencontres entre artistes, professionnels du secteur et habitants et
accompagne les petits cinémas de proximité, indépendants et essentiellement ruraux, ainsi que
les salles d’« Art et essai».
Le numérique
Perçu comme un nouvel outil permettant l'émergence d'offre de services et de ressources
destinées au plus grand nombre, l'intérêt des Régions envers le numérique se développe.
« Face aux mutations, liées notamment au numérique et à ses impacts sur les comportements
tant en matière de création, de production que de diffusion » la Région Centre prend en compte
ces nouveaux enjeux « de manière transversale dans l’ensemble de nos politiques culturelles ».
Cette mission en faveur de la créativité numérique est confiée à l’« Agence régionale du Centre
pour le Livre, l’Image et la Culture Numérique».
La « Banque numérique du savoir » en Aquitaine a d'ores et déjà permis la numérisation des
fonds patrimoniaux les plus significatifs de la Région, (manuscrits médiévaux, Fonds
Montesquieu) et de fonds documentaires concernant le patrimoine protégé ou inscrit au titre de
l'Unesco, ainsi que la mise en place d'un réseau technique inter-métiers régional. Une politique
de médiation en éducation artistique et tourisme culturel a accompagné le développement de
ces différents projets.
Des initiatives pour développer le numérique sont prises par un nombre croissant de Régions.
Enfin, on relève que certaines Régions participent au soutien de la filière du disque ou de
chaînes de radios et de télévisions locales comme l’Aquitaine, la Bretagne ou le Nord-Pas-deCalais.
1.2.2. La formation, l’enseignement professionnels et l’emploi
A côté des agences qui œuvrent à la structuration des filières professionnelles et à la
formation de leurs acteurs dans les secteurs du livre, du cinéma, de l'image ou du spectacle
vivant, les Régions ont développé des initiatives diverses en faveur de la formation
professionnelle et de l'emploi.
La commission emploi-formation de la Commission régionale des professions du spectacle
vivant (COREPS), à laquelle participe la Région Lorraine, s'est attachée à préparer le volet
culturel du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDF)
signé en 2013.
La Région Rhône-Alpes a voté dès 2004 le principe d’une démarche contractuelle emploi
formation dans le secteur du spectacle vivant et de l'image. Cette démarche a donné lieu à la
réalisation de deux Contrats orientation emploi formation (COEF) successifs (le premier signé
en 2007, le second en 2012) entre l’État, la Région et les partenaires sociaux du spectacle vivant
et de l'audiovisuel.
Les COREPS favorisent les collaborations dans le secteur de l'Emploi et de la Formation pour
l'ensemble des secteurs artistiques et culturels comme, par exemple, en Région Languedoc
Roussillon dont les orientations pour le spectacle vivant sont en cours de redéfinition.
La Région Haute-Normandie apporte un soutien aux groupements d'employeurs dans le
domaine de la culture. Elle propose également aux structures culturelles, dans le cadre de
conventions, la création d'emplois-tremplins.
La promotion des artistes dans l'espace régional et hors région contribue non seulement à la
16
valorisation des productions artistiques régionales mais participe aussi au développement
économique et à l'emploi des compagnies ou ensembles.
A titre d'exemple, Les Régions Centre, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Limousin et Bretagne
se sont associées pour assurer une visibilité inter-régionale de leurs artistes dans le cadre des
«Rencontres à l’ouest», opération prolongée par la présentation depuis 2013 de certaines de ces
compagnies pendant le Festival d'Avignon.
Grâce au « fonds culturel transfrontalier et international » la Région Alsace soutient la diffusion
des artistes à l’extérieur de son territoire : en 2013, 7 projets soutenus pour une diffusion Grand
Est, 26 pour le territoire national et 9 pour l’international.
C'est donc un ensemble très diversifié de moyens que mettent en œuvre les Régions pour
consolider l'emploi des entreprises artistiques de leur territoire.
D’une manière générale, les Régions paraissent être réticentes à s'impliquer dans
l'enseignement professionnel initial artistique, comme l’a prévu la loi du 13 août 2004 relative
aux libertés et responsabilités locales, qui dispose dans son article 101 que les Régions doivent
prendre en compte et financer dans leur « schéma de développement de la formation
professionnelle initiale» les cycles d'enseignement professionnel initial (CEPI) dispensé par les
établissements d'enseignement artistique. Dans les faits, ces dispositions légales, dont les
conditions financières de mise en œuvre ont été fortement contestées, ont inégalement été
suivies d'effet.
On citera par exemple les Régions Bourgogne, Poitou-Charentes ou Limousin pour le soutien
qu’elles apportent aux Conservatoires à Rayonnement Régional (CRR), cette dernière Région
appuyant les antennes départementales du CRR.
D’autres Régions apportent des aides pour l'acquisition d'instruments de musique et parfois un
accompagnement financier pour des opérations d'investissement ou des projets spécifiques,
comme les Conservatoires à Rayonnement Régional (CRR) ou encore les écoles d'art : les Régions
Provence Alpes Côte d'Azur ou Rhône-Alpes peuvent être citées à ce titre.
Cependant la forte implication de certaines Régions dans le domaine des enseignements
supérieurs doit être soulignée : c’est le cas notamment de la Région Nord Pas-de-Calais qui
mobilise des crédits importants pour les cycles d'enseignement professionnel initial (CEPI), les
écoles d'art et plus particulièrement l’école du Fresnoy, studio national des arts contemporains.
De manière diverse, les Régions Bretagne, Picardie, Lorraine, Pays de la Loire, Aquitaine et
Poitou-Charentes accompagnent les établissements publics de coopération culturelle (EPCC) qui
se sont constitués pour gérer les nouveaux pôles d'enseignement supérieur dans les domaines de
l'art, du théâtre de la musique et de la danse, et parfois des Centres de formation des
enseignants de danse et de musique (CEFEDEM).
Des Régions insulaires connaissent aussi des situations particulières dans la mesure où l'offre
d'enseignement supérieur procède cette fois de leur propre initiative. Ainsi la Réunion a proposé
un schéma global des enseignements supérieurs en 2003 et s'y investit fortement, tandis que la
Corse, qui dispose depuis 2002 d'une compétence territoriale sur ce domaine, s’est engagée dans
un plan régional musique et danse.
1.2.3 le tourisme et l'attractivité des territoires
La contribution de la culture à l'attractivité des territoires est comprise par les Régions sous
le double aspect de l'enrichissement de la qualité de vie des habitants et de la valorisation
17
de lieux ou de projets emblématiques ou événementiels susceptibles d'attirer un large public
et de concourir à l'essor du tourisme et aux bénéfices économiques qui l'accompagnent.
Ainsi les Régions participent très généralement à la restauration du patrimoine de proximité
non protégé, en milieu rural comme en milieu urbain. Mais elles mobilisent également des
moyens très conséquents pour la valorisation de sites exceptionnels comme le fait, par
exemple, la Région Aquitaine en faveur du Centre international d'Art pariétal de MontignacLascaux qui représente en investissement une somme de plus de 16 M€ répartis sur 3 exercices
budgétaires.
Le domaine de Chaumont-sur-Loire, propriété de la Région Centre, occupe une place importante
dans la stratégie régionale touristique, dont les actions de valorisation, notamment artistiques,
attirent un large public.
Avec le programme «Capitale Régionale de la Culture » (Valenciennes en 2007, Béthune en
2011, Dunkerque en 2013, Maubeuge en 2015) et, dans le prolongement du Louvre-Lens
l’implantation de l’Institut du Monde Arabe à Roubaix, «Versailles à Arras» ou encore le projet
de Centre Pompidou provisoire à Maubeuge, la Région Nord Pas-de-Calais fait de la culture et du
patrimoine un levier stratégique majeur de l'attractivité et du développement de ses territoires.
S'appuyant sur les Fonds des œuvres acquises depuis plusieurs décennies, certains Fonds
régionaux d'art contemporain (FRAC) « nouvelle génération » deviennent de véritables pôles
d'attractivité, confortés par de nouvelles installations, comme le sera prochainement le FRAC
d'Aquitaine sur le site Euratlantique à Bordeaux.
D'autres Régions privilégient de grandes manifestations festivalières, comme la Région HauteNormandie le fait avec «Automne en Normandie» et «Terres de paroles» gérés par un EPCC
fondé par la Région et les deux Départements ou «Normandie Impressionniste», festival triennal
organisé par les deux Normandies et géré par un Groupement d'intérêt public. Elle organise
également des concerts gratuits, très populaires, dans le cadre de l'Armada qui se
renouvelleront en 2014 en saison estivale.
Les publications des services de l'Inventaire transférés en 2007, en application de la loi de 2004,
des DRAC aux Régions participent également à cette dynamique d'attractivité et de mise en
valeur des territoires.
Dans le dernier bilan national de leurs activités publié en 2011 4, on observait que le nombre de
titres parus était en augmentation significative par rapport à 2010 – 35 contre 26 -, et cette
augmentation était le fait des collections nationales : Parcours du patrimoine, Images du
patrimoine, Cahiers du patrimoine (mais aussi hors collections à l'initiative des Régions).
Ces publications embrassent toutes les échelles d'étude : de l'édifice (le théâtre à l'italienne de
Cherbourg, l'institut de sismologie de Strasbourg, l'abbaye de Noirlac) et de l'ensemble (les
fortifications de la rade de Brest, le chemin de fer de Provence), au territoire national
(patrimoine de l'industrie) en passant par la Région (patrimoine hospitalier de Bourgogne), le
département (les églises médiévales du Lot), les vallées (de Munster), pays (de Cambremer),
cantons (Arc-en-Barrois, Vic-sur-Seille), communes et agglomérations.
1-3 Les lycées et l’accès des jeunes à la culture
En s’appuyant sur leurs compétences sur les lycées, toutes les Régions ont mis en place des
actions d'éducation artistique et culturelle pour les lycéens et les apprentis, qui constituent
le cœur de leurs politiques en faveur des jeunes.
4
Bilan national 2011 du Service de l'Inventaire – Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la
culture et de la communication.
18
Outre leur participation à des programmes nationaux, comme « Lycéens et apprentis au
Cinéma », elles participent activement à des opérations régionales élaborées le plus souvent
dans le cadre d'une concertation suivie avec les DRAC et les Rectorats.
La Région Aquitaine a depuis quelques années une politique de soutien en direction des lycées,
de l'éducation nationale comme de l'agriculture, et des centres de formation des apprentis.
Cette politique de soutien, portée initialement par la direction de la jeunesse, est assumée
depuis 2010 de façon transversale par la direction de la culture. Le travail technique de
concertation existant avec les autres institutions a été formalisé en juillet 2013 par la signature
d'une convention associant la DRAC, la DRAAF, le Rectorat et la Région.
La Région Basse Normandie s'est dotée d'un chargé de mission « éducation artistique ». Actualisé
en janvier 2014, un accord cadre État/Région pour une politique d’éducation artistique existe
depuis 2009.
En Poitou-Charentes, la politique d’éducation artistique et culturelle a été consolidée par le
transfert du champ de l’éducation au champ culturel la presque centaine de médiateurs
culturels de lycée, recrutés depuis plusieurs années, par la création d’un service de l’éducation
artistique et culturel et d’un « fonds régional d’initiative locale pour l’éducation artistique et
culturelle » (FRILE EAC).
Les programmes d'éducation artistique et culturelle des lycéens soutenus par les Régions
s'inscrivent dans une approche plus globale en direction des jeunes.
Plusieurs d'entre elles ont mis en place des dispositifs pour faciliter leur accès aux
institutions ou aux manifestations culturelles régionales comme la carte VitaCulture en Alsace
ou le chéquier CLARC en région Centre destiné à faciliter l’accès aux œuvres et biens culturels
des lycéens et des apprentis, permettant l’accès gratuit aux manifestations portées par Culture
O Centre et par le FRAC. En Basse-Normandie, la Région travaille en partenariat avec la
Caisse d’allocations familiales (CAF) avec les Centres de loisirs et a mis en place le dispositif
« cart@too » pour donner aux jeunes de moins de 20 ans un accès gratuit à des œuvres
artistiques.
De même, comme on l'a vu précédemment, les politiques en faveur du numérique intègrent
souvent la préoccupation de faciliter l'accès des jeunes aux biens culturels.
Enfin, les Régions accordent une grande attention aux pratiques artistiques des jeunes,
notamment dans le domaine des musiques actuelles dont les Scènes sont largement soutenues,
par la création de lieux de répétition ou d’enregistrement.
1-4 La vitalité et la valorisation des cultures régionales
Fondées sur des pratiques linguistiques et culturelles spécifiques, sur la mémoire de grands
événements qui ont traversé leur histoire ou encore sur un art de vivre enraciné dans les
traditions locales, certaines Régions œuvrent au maintien et à la valorisation des cultures de
leurs territoires, comme marqueurs de spécificité, d'originalité ou de qualité.
La conservation et la valorisation des différentes langues de France, sous leurs aspects parlés
et documentaires est l'une des premières préoccupations.
La Région Alsace porte une politique ambitieuse en faveur de la langue tant de la culture
19
régionale que du bilinguisme (allemand), traitée dans sa dimension culturelle et sociale,
également favorable à l’emploi transfrontalier.
Créé en 1994 à l’initiative de la Région et essentiellement financé par elle, mais aussi par les
départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, l’Office pour la Langue et la Culture d’Alsace (OLCA
- Elsassisches Sprochàmt), « a pour objet de promouvoir la vitalité de l’identité régionale de
l’Alsace, par la mise en valeur de ses patrimoines et spécificités linguistiques et culturels. Son
action s’inscrit en accompagnement des politiques particulières initiées par la Région et les
deux départements alsaciens». L'OLCA anime une politique de développement de la pratique
dialectale, constitue un centre de rencontre des acteurs culturels et associatifs pour soutenir les
actions en faveur de la langue et de la culture (manifestations, rencontres, etc...), met en
œuvre un observatoire linguistique et un pôle d’information et de documentation spécialisé dans
le domaine de la langue et de la culture régionale.
L'Office public de la langue bretonne - constitué en EPCC avec l’État et 5 Départements - a pour
vocation de traiter, de manière scientifique, les données socio-linguistiques qui se rapportent à
la langue bretonne. Il joue le rôle d’observatoire de la langue bretonne (Arsellva an implijoù
yezh), et conseille les collectivités pour la signalisation bilingue du cadastre. Il est le support de
TermBret, le service coopératif de terminologie qui édite des lexiques par spécialité. Enfin, il
assiste les particuliers, les administrations et les entreprises qui veulent utiliser le breton. Des
diagnostics sur l’état de l’utilisation du breton, pays par pays, sont réalisés à la demande des
collectivités concernées. L’Office participe également à la promotion des cours de breton pour
adultes.
De plus, l'association "Bretagne culture diversité" – assure la gestion d'une plate-forme
numérique (dénommée " Bretania") qui met en réseau les bases de données numérisées sur la
Bretagne ( fonds INA, Dastum...).
En Corse, l'intervention de la collectivité territoriale en faveur de la langue corse s'inscrit dans
son projet politique en faveur de l'enseignement, cependant le secteur de l'audiovisuel est
particulièrement investi dans la valorisation de son identité culturelle. Ainsi, un fonds d'aide
spécifique aux actions et aux programmes d’activités liés à la promotion du secteur audiovisuel
corse est destiné à favoriser l’émergence d’une cinématographie en langue corse, ou inscrite
dans la culture corse, à partir de l’adaptation d’œuvres littéraires préexistantes d’expression
corse, et à encourager la diffusion d’œuvres cinématographiques ou audiovisuelles produites en
Corse pour une exploitation télévisuelle ou cinématographique et/ou une vente sur support DVD.
En Aquitaine, l'Office public de la langue basque (Eurskararen Erakunde Publikoa), qui fait
l'objet d'un GIPC entre l’État, la Région et le Département des Pyrénées-Atlantiques, a pour
objectif l'établissement et la mise en œuvre d'une politique linguistique publique recouvrant un
large ensemble de secteurs comme l'enseignement, la formation adulte, la petite enfance,
l'édition, l'audiovisuel, l'animation, la formation professionnelle ou les services sociaux et les
transports. De plus un soutien spécifique à la culture (création diffusion patrimoine) est
également inscrit au CPER, pour l’Institut Culturel Basque (Euskal Kultur Erakundea). Outre le
financement des activités linguistiques et culturelles occitanes, la Région défend la création d'un
Office public de la langue occitane à caractère interrégional.
En Poitou-Charentes, la promotion des langues régionales et des parlers vernaculaires est l'une
des actions de la Région qui a décidé de mettre en valeur toutes les richesses régionales, y
compris les différents parlanjhes. Ainsi la Région Poitou-Charentes réalise un Calendrier
parlanjhe, des concours d'écriture de textes en langues régionales, ou bien soutient des
manifestations culturelles, comme la Semaine du Parlanjhe, qui permet à des artistes de faire
vivre cette diversité culturelle et de la faire connaître à un large public. Ces actions de
valorisation des langues régionales s'appuient sur les propositions du Groupe de Travail sur les
20
Langues Régionales, regroupant des membres de la vie associative.
La Région Languedoc-Roussillon mène également une politique active de soutien aux langues et
cultures régionales, dont l'occitan avec le « Centre inter-régional de développement de
l'occitan » (CIRDOC) est une structure originale qui rassemble huit régions françaises, une région
italienne et une région espagnole. Le CIRDÒC a ouvert en 2011 une médiathèque numérique,
plate-forme de diffusion multimédia du patrimoine et de la création occitans.
Constitutive de la culture de certaines Régions, la mémoire vive d’événements qui ont marqué
son histoire et celle de leurs habitants est célébrée par des monuments et des centres voués à
leur connaissance et à leur valorisation : à ce titre on citera la construction en voie
d’achèvement par la Région Guadeloupe du Mémorial ACTe, centre caribéen d'expression et de
mémoire de la traite et de l'esclavage ou le Mémorial d’Alsace Moselle et le Centre européen
du résistant déporté du Struthof, dédié à l’histoire de l’Alsace et de la Moselle de 1870 à nos
jours.
II- LE PARTENARIAT ENTRE LES RÉGIONS ET LES DRAC REPOSE SUR UN ENSEMBLE DE
DISPOSITIFS DE COOPÉRATION
Les politiques culturelles des Régions qui se sont développées à partir du milieu des années
1980 sur le fondement de la Loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition de
compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État, se sont insérées
dans un paysage construit de très longue date par l’État, les communes et les départements.
La constitution au fil de l’histoire des services publics de la culture éclaire la position
singulière que les Régions y occupent. On en rappellera très schématiquement les deux
principales séquences au cours desquelles se sont forgées ses trois grandes fonctions : la
protection et la mise en valeur du patrimoine, le soutien à la création et à sa diffusion,
l’éducation et la démocratisation de la culture.
La première séquence, fondatrice de la fonction patrimoniale, s’ouvre à la Révolution en
raison de la nécessité de protéger les collections d’œuvres d'art, de manuscrits, d'imprimés, de
documents divers placés sous « la main de la Nation » à la suite de la confiscation des biens du
clergé et de ceux des émigrés : confiées en large part aux communes, ces collections ont été à
l’origine des archives, des bibliothèques, des musées gérés le plus souvent en régie directe,
dont certains ont ultérieurement été transmis aux départements ou aux intercommunalités.
Des théâtres, des opéras, des conservatoires ou des écoles d'art créés à des périodes diverses,
parfois même antérieures à la Révolution, complètent ce premier socle des institutions de la
culture. Les bibliothèques centrales de prêt, créées comme services de l’État à partir de 1945 et
transférées intégralement aux Départements avec l’acte 1 de la décentralisation, s’inscrivent
dans ce même mouvement.
La seconde, fondatrice des fonctions de soutien à la création et de l’éducation et de la
démocratisation de la culture, s’engage à compter du milieu du XXe siècle, sous l’impulsion des
ministères chargés de la culture porteurs d’une mission novatrice : la décentralisation culturelle,
inspirée du mouvement de la décentralisation dramatique. Elle a donné naissance à une
seconde vague d'institutions, fondée cette fois sur le principe nouveau du partenariat entre
l’État et les collectivités territoriales, autour de projets se voulant innovants et populaires et
dont l'une des préoccupations majeures est de servir la création, dans le domaine du spectacle
vivant comme dans celui des arts plastiques. Il s'agit principalement du réseau des Maisons de la
Culture devenues Scènes nationales, des orchestres permanents de région, des centres
chorégraphiques nationaux, des centres de création musicale, puis plus tardivement des FRAC et
des Scènes de musiques actuelles. Parallèlement sont développés ou revivifiés les réseaux
21
d’enseignement artistique et imaginées les politiques d’éducation artistique et de formation des
publics.
Ne figurant pas parmi les collectivités territoriales « héritières » d’institutions patrimoniales
et ayant été cofondatrices avec l’État du seul réseau des FRAC, les politiques culturelles des
Régions reposent pour l'essentiel sur des partenariats et des coopérations multiples, comme
le montre la structure de leurs interventions financières qui se caractérise par une forte
proportion de subventions. L'étude du DEPS « Les dépenses culturelles des collectivités
territoriales en 2010 : 7,6 milliards d'euros pour la culture » souligne que 85% des dépenses
culturelles de fonctionnement des Régions sont constituées de subventions aux associations, aux
entreprises ou aux individus, alors que ces dernières représentent 41% des dépenses pour les
Départements et 21% pour les Communes.
Ainsi, la nature et les modalités des relations entre les Régions et les DRAC, qui assurent
elles aussi l'attribution de subventions sur le même espace territorial, revêtent un caractère
particulier : elles se caractérisent notamment par un dialogue régulier, le plus souvent
organisé, par une forte contractualisation de leurs interventions, par la gestion de Fonds
communs et le partage de l’expertise et des politiques ou des projets confiés conjointement
aux agences œuvrant dans les domaines du livre et de la lecture, du cinéma et de
l’audiovisuel et du spectacle vivant.
2-1 Un dialogue politique et des relations de travail réguliers et organisés
Condition d'une bonne mise en œuvre des stratégies et des interventions communes, le dialogue
avec les Régions est bien établi au niveau politique, c'est à dire, pour chaque région concernée,
entre le directeur régional des affaires culturelles et les élus, très régulièrement avec le vicePrésident chargée de la culture, et en tant que de besoin avec le Président de la Région.
Avec le Président de la Région, il est souvent convenu, a minima, d'une rencontre annuelle pour
évoquer l'ensemble des politiques culturelles et, le cas échéant, les difficultés rencontrées sur
des dossiers particuliers. L’ensemble de ces contacts est naturellement conduit sous l’autorité
du Préfet de la Région et selon les modalités qu’il a définies.
La négociation du contenu des CPER a également contribué à approfondir les relations
partenariales entre les Régions et les DRAC qui ont additionné leurs interventions financières
pour des objectifs politiques communs. Ces objectifs sont fondamentalement liés à
l'aménagement et à l'attractivité des territoires qui demeurent les thèmes centraux des CPER
successifs et plus particulièrement pour la génération des CPER 2000-2006 et 2007-2014. Les
projets d’équipements dans tous les domaines artistiques et culturels et la mise en valeur des
grands sites patrimoniaux sont les principaux bénéficiaires des CPER.
Ce dialogue politique a évolué de manière singulière dans trois régions qui peuvent préfigurer
des évolutions plus globales sur l'ensemble du territoire national.
Les relations partenariales ont radicalement changé en Corse, à la suite de la décentralisation
culturelle de 2002, sans exclure cependant le principe d'échanges réguliers et une nouvelle
forme de coopération établie dans une convention partenariale conclue en 2006 entre l'État
(DRAC) et la Collectivité territoriale de Corse (CTC), même si sa mise en œuvre a connu des
fortunes diverses. Cependant, on observe que l’État exerce toujours ses compétences
régaliennes dans le domaine des patrimoines, sur la base des lois et règlements, et intervient
toujours, en qualité d'expert, auprès de l'ensemble des collectivités territoriales, y compris la
Collectivité Territoriale de Corse (CTC), dans les autres domaines.
Dans la Région des Pays de la Loire, les relations politiques bi-latérales sont rythmées par les
22
réunions d'une «Conférence régionale pour la culture» au sein de laquelle a été créé un
«Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel». La participation de
l'État à cette dernière instance s'effectue au niveau des commissions sectorielles et
transversales dont elle est dotée.
Enfin en Bretagne, le «Pacte d'avenir» envisage pour la culture de nouvelles relations
partenariales entre l'État et la Région dans un « Conseil des collectivités territoriales pour la
culture», la mise en œuvre d'un diagnostic partagé, ainsi que la perspective de délégations de
compétence de l’État à la Région dans les secteurs du cinéma et du livre. Dans une moindre
mesure, l'existence du « Pacte Lorraine » a également contribué à fluidifier et renforcer la
coopération État/Région dans ce territoire.
Dans tous les cas, les relations partenariales qui s'exercent au niveau politique sont relayées par
des relations de travail nombreuses, également régulières et fructueuses, associant les agents et
les experts des services de la DRAC et ceux de la Région. Ces relations de travail nourrissent et
illustrent concrètement le partenariat qui s'est noué de longue date entre l'Etat et les Régions.
Pour ce qui les concerne, les services respectifs des Régions et des DRAC ont adopté depuis
longtemps des habitudes et des modes de coopération solides et « fluides », pour reprendre
le terme fréquemment employé pour caractériser leurs relations de travail.
Il faut évoquer, bien sûr, leur participation commune aux différents comités de suivi des
institutions co-financées et leur expérience de négociations des différentes conventions qui
s'exercent en Région concernant un grand nombre de secteurs d’activités parmi lesquels le livre
et le cinéma qui sont au premier plan ce qui peut conduire à poser parfois la question de
l’articulation de la DRAC avec les opérateurs nationaux (CNC et CNL).
Le domaine des patrimoines est également concerné par ces relations concertées, même s'il
n'est pas l'objet de conventions formelles ou de travail commun dans des structures pérennes. A
tout le moins, les services des Régions sont régulièrement informés des programmes d'action de
la DRAC.
2-2 Une contractualisation des interventions
Les conventions évoquées ci-dessous sont naturellement signées par les Préfets de Région sous
l’autorité desquels sont placées les DRAC.
Plusieurs types de contractualisation engagent les Régions avec l’État et au-delà avec les autres
collectivités territoriales. En premier lieu, toutes les Régions sont évidemment concernées par
les Contrats de projet État/Région qui demeurent les documents de référence des grands projets
d'aménagement du territoire, y compris dans le domaine culturel ; Les Régions sont également
impliquées dans les nombreuses conventions multipartites qui les lient aux partenaires financiers
des structures labellisées dans le domaine de la création (spectacle vivant, FRAC pour
l'essentiel) : les conventions pluriannuelles d'objectif ; Les fonds communs de financement FRAB,
FRAM, FRAR les impliquent depuis longtemps dans les domaines du Livre et des Musées. De
surcroît, les Régions ont désormais une expérience solide de la contractualisation avec des
opérateurs nationaux et plus particulièrement avec le CNC.
La contractualisation avec les opérateurs nationaux
Toutes les Régions ont contractualisé leurs interventions dans le domaine du cinéma et de
l'audiovisuel avec le CNC pour l'accueil de tournages, la diffusion et les aides aux salles, la
numérisation, la formation et l'éducation artistique... Les DRAC sont partenaires de ces
conventions tripartites et d'autres collectivités locales y sont parfois associées.
23
Dans onze Régions, les interventions dans le domaine du cinéma et de l'audiovisuel représentent
plus de 10% de leur budget culturel : Aquitaine, Bretagne, Corse, Guadeloupe, Ile de France,
Limousin, Midi Pyrénées, Nord pas de Calais, Pays de la Loire, Poitou Charentes, Rhône-Alpes.
Sur la base de leur effort important, deux d'entre elles, Bretagne et Rhône Alpes, demandent
une délégation des compétences de l'État dans ce domaine.
On observe qu'en Franche-Comté, la Région a abandonné la partie consacrée à l'aide à la
production pour l'accueil éventuel de tournages, afin de consacrer ses moyens aux seules
sociétés de production locales. Le cas francomtois est symptomatique des limites financières
que peuvent rencontrer les Régions pour s'engager dans la production cinématographique et
souligne peut-être la nécessité d'une mutualisation entre plusieurs Régions pour atteindre un
bon niveau financier d'intervention.
Pour ce qui concerne le CNL, la plupart des conventions sont conclues entre l'opérateur national
et les agences régionales du livre implantées localement. Ces partenariats peuvent se nouer
autour d'un événement original comme, par exemple, le festival « mode d'emploi » consacré à
l'édition en sciences sociales, en Rhône-Alpes.
Des Régions ont aussi développé des partenariats avec l'Institut Français (Alsace, Réunion, PACA,
Languedoc Roussillon...), le Centre National des Variétés (Poitou-Charentes, LanguedocRoussillon...) ou encore l' Institut National des Métiers d' Art (Lorraine).
En Nord-Pas-de-Calais et en Lorraine, l'ouverture du musée « Louvre Lens » et du « Centre
Pompidou Metz » illustrent des partenariats originaux conclus avec des opérateurs nationaux
prestigieux.
Dans certaines Régions des initiatives partenariales singulières ont été créés
Les exemples de partenariat Région/DRAC évoqués ci-dessous le sont à titre illustratif, leur
recensement ne présente pas de caractère exhaustif pour l'ensemble du territoire national.
En Alsace, un dispositif partenarial « Arts vivants en Alsace » permet de sélectionner trois
projets artistiques par an et d’aider leur production.
La DRAC et la Région Bourgogne se sont associés pour soutenir une vingtaine de théâtres hors
réseau labellisé, ainsi qu'un dispositif intitulé « Lycéens et théâtre contemporain ».
En Rhône-Alpes, les fonds partenariaux spécifiques Région/État couvrent un large champs
d'interventions :
- un fonds Culture/Santé DRAC / Région / Agence régionale de la santé (ARS) qui intervient en
faveur des projets portés par les hôpitaux qui disposent d'un projet culturel et présentent leurs
programmes d'activité devant une commission de sélection.
- un fonds Culture/Justice qui fonctionne selon les mêmes principes et qui est abondé par la
Région, la DRAC, l' Administration pénitentiaire et la Protection Judiciaire de la Jeunesse.
- l'appel à projet « Mémoires du XXe siècle » sélectionne une trentaine de projets de recherche
par an.
- un fonds de soutien à la création artistique numérique soutient les projets des artistes dans
l'ensemble des disciplines mais en privilégiant la pluridisciplinarité.
24
En Aquitaine, un fonds spécifique Culture/Santé (DRAC/Région/Agence régionale de santé)
abonde les projets de ce secteur, renforcé désormais par la création d'un « pôle de
compétence » assurant formations, ingénierie de projets et actions culturelles interhospitalières, en lien avec les institutions artistiques et culturelles du territoire régional. En
2003, l’État et la Région ont lancé, par ailleurs, un premier protocole d'accord en faveur de la
filière du livre, un dispositif distinct et complémentaire par rapport aux aides du CNL. L'agence
régionale ECLA pilote ce protocole régional qui intègre les logiques numériques : édition et
commerce en ligne.
En Franche-Comté, un soutien commun État/Région est apporté au réseau des Musées des
techniques et cultures comtoises.
En Guadeloupe, un dispositif efficace associe l’État et la Région dans le domaine de
l'archéologie qui permet le financement à parité d’opérations mais contribue surtout à
convaincre les autres collectivités territoriales de l'intérêt des fouilles.
En Picardie, les services concernés de la Région et de la DRAC « mutualisent » leurs rencontres
avec les compagnies de danse et de théâtre, et organisent conjointement des déplacements
pour voir des représentations en région.
En Limousin, un travail partenarial singulier, assis sur une convention Etat/Région, s'est noué
autour de la question des petits lieux de diffusion et de résidences des artistes plasticiens. Un
projet de conventionnement autour de la problématique Art Contemporain/ Métiers d'art est
également en cours d'élaboration.
En Basse-Normandie, la Région participe au financement des dispositifs Culture/Justice,
Culture/Santé, Culture/Handicap.
En Champagne-Ardenne, la coopération avec le service de l’Inventaire de la Région se traduit
par la création commune de bases de données et l'organisation de manifestations publiques.
En Lorraine, la Région est très impliquée dans l'élaboration d'un plan de développement de
l’Education artistique et culturelle, au-delà des lycées. Avec la DRAC, elle conduit le partenariat
régional qui entraîne les Départements et l'ensemble des collectivités territoriales.
D'une manière générale, le partenariat État/Région est logiquement amené à se renforcer même
si, dans certains domaines, ce partenariat est encore basé sur une capacité d'expertise inégale
entre l’État et les Régions, singulièrement dans les disciplines qui ne sont pas l'objet d'un travail
régulier d'intervention et de développement confié à des structures régionales. Car, dans ce cas,
les structures ou agences régionales, amplement financées par les Régions, disposent de ces
capacités d'expertise.
2-3 Les fonds conjoints et le partage de l’expertise
Ce qui distingue ces fonds conjoints dans les modes de contractualisation, c'est d'abord leur
ancienneté, et le fait qu'ils ont contribué à la naissance d'un dialogue qualitatif entre les Régions
et les DRAC.
Les fonds d'intervention communs État/Région ont également permis d’établir de solides
relations entre les Régions et les DRAC et sont toujours l'objet d'un partenariat suivi et régulier,
même si certains de ces fonds n'existent pas dans leur totalité dans chacune des régions.
Il s'agit du fonds régional d'acquisition des musées (FRAM) et du fonds régional d'acquisition des
25
bibliothèques (FRAB), souvent complétés par des Fonds de restauration. Il faut souligner que le
retrait financier de l’État ces dernières années, singulièrement du fonds d'intervention pour les
musées, a pu parfois fragiliser ce mode d'intervention partenarial et le rapport de confiance qui
doit exister entre partenaires.
Pour ce qui le concerne, le Fonds Régional d'acquisition dans le domaine de l'Art Contemporain
(FRAC) , établi depuis une trentaine d'années, a connu récemment des évolutions remarquables,
grâce à la forte volonté politique de certaines Régions qui, au-delà des acquisitions, ont
accompagné financièrement le développement de leurs fonctions de diffusion, conférant aux
FRAC un rôle primordial pour le rayonnement de l'art contemporain en région.
Mais ces domaines de partenariat historiquement bien établis (musées, livre, cinéma et art
contemporain) et la participation commune à des comités de suivi d'institutions co-financées ne
sont plus, loin s'en faut, les seules bases d’une coopération fructueuse entre les Régions et les
DRAC.
Dans de nombreux cas, des représentants des Régions sont conviés à assister aux différents
comités d'experts (théâtre, musique et danse) qui sélectionnent les dossiers de demande de
subvention « au projet » reçus par les DRAC.
Les responsables des services ou parfois les élus régionaux qui assistent à ces comités n'ont pas
de droit de vote, voire n'ont pas de voix « consultative », mais cela permet de partager un peu
plus entre l’État et les Régions les informations et les analyses qualitatives qui concernent
l'ensemble de la vie artistique régionale. En contrepartie les Régions invitent fréquemment les
conseillers des DRAC dans leurs propres commissions de sélection d'attribution des aides. Le cas
le plus fréquent concerne les aides à la production cinématographique.
En Bourgogne, la DRAC propose chaque année à la Région de participer aux travaux de la
Commission scientifique interrégionale des Musées de France.
En Bretagne, pour ce qui concerne le théâtre et la musique, les techniciens de la région et des
quatre départements, mais également les experts de l'agence régionale « Spectacle vivant en
Bretagne » sont invités aux travaux des comités d'experts et s'expriment sur les dossiers, sans
prendre part au vote.
En Lorraine, le service régional de l'inventaire, décentralisé en Région en 2004, est
régulièrement associé aux réunions du Pôle patrimoines de la DRAC.
2-4 Les agences régionales
De nombreuses « agences » régionales ou structures d'action et de développement se sont vues
confier des missions opérationnelles par les Régions. Ces structures sont fréquemment le cadre
d'un partenariat politique et financier avec l'État (DRAC ou grands opérateurs nationaux), parfois
avec d'autres collectivités territoriales. Elles couvrent principalement les disciplines du livre, du
cinéma et du spectacle vivant, mais beaucoup d'entre elles ont évolué, par regroupements de
structures, vers des activités pluridisciplinaires, voire vers des interventions plus transversales
au profit de l'aménagement des territoires.
Toutes les Régions disposent au moins d'une structure spécialisée ou pluridisciplinaire. Pour
l'ensemble des Régions, 15 structures sont exclusivement consacrées au développement du
livre ; 12 sont dédiées au développement dans le domaine du spectacle vivant et 6 au
cinéma et à l'audiovisuel ; 11 structures regroupent un ensemble d'activités parmi lesquelles
le livre, les arts vivants et parfois le cinéma trouvent leur place. Deux offices des langues et
26
un centre inter-régional de développement de l’occitan (Bretagne, Alsace, LanguedocRoussillon) ainsi que deux structures d'action dans le domaine patrimonial (muséal en BasseNormandie et immatériel en Bretagne) viennent compléter cet ensemble.
Au total, on peut considérer qu'une cinquantaine de structures agissent comme des opérateurs
au niveau régional fortement financées par les Régions de sorte qu'elles disposent des moyens
nécessaires à une véritable action de développement au profit des disciplines auxquelles elles
sont dédiées.
On distingue par ailleurs une quinzaine d'autres structures que les Régions investissent en qualité
de pôles de structuration ou d'excellence pour des disciplines spécifiques : les « pôles image »
ou les « pôles de ressources des musiques actuelles » sont cités au côté d'autres structures
« phares » : par exemple, Bibracte en Bourgogne ou le Domaine de Chaumont en région Centre.
De manière significative, la plupart des Régions envisagent également les FRAC comme des
acteurs de structuration et de développement au niveau régional. De fait, les « FRAC nouvelle
génération » fonctionnent désormais comme de véritables pôles régionaux qui interviennent
dans la structuration des lieux et des espaces d'exposition sur l'ensemble du territoire régional et
s'investissent tout particulièrement dans l'éducation artistique.
Un mouvement national s'opère à l'heure actuelle qui consiste à regrouper dans une seule et
même structure pluridisciplinaire les anciennes structures spécialisées. C'est ainsi, par
exemple, que les structures du livre ont été regroupé dans des structures d'action plus larges
comprenant les arts vivants et parfois le cinéma. Ce mouvement de concentration est sans
doute dû à la recherche d'économies (sur les fonctions support), mais témoigne aussi de la
volonté de recherche d'une cohérence globale de l'ensemble du développement culturel au
profit du territoire régional.
Tous secteurs confondus, ces structures d'action régionale assument cinq fonctions principales,
classées par rapport aux occurrences dans la présentation de leurs missions.
La première fonction consiste naturellement à Animer et Coordonner les réseaux professionnels
ou l'ensemble d'une même filière dans leur secteur d'activité.
La seconde fonction recouvre l'Information et la Documentation, ou la référence au rôle de
Centre de Ressources, sur la base desquelles vont se déployer des capacités d'Observation et
d'Études.
La troisième fonction consiste à structurer et professionnaliser les pratiques des secteurs
d'activités de la structure par le moyen de la formation.
La quatrième fonction qui s'impose de plus en plus dans les missions conférées aux structures
d'action régionale, et singulièrement depuis le mouvement de regroupement pluridisciplinaire
dans une même structure observé dans plusieurs régions, concerne les activités de conseil,
d'accompagnement et de développement de projets et d'expertise, en faveur des acteurs de la
filière concernée mais surtout des collectivités territoriales. Le thème de l'aménagement du
territoire est donc fréquemment invoqué pour caractériser les objectifs et les missions des
structures d'action régionale.
La cinquième fonction concrétise, en bonne logique, les objectifs d'aménagement du territoire
en soutenant les initiatives territoriales. L'aide à la diffusion, aux manifestations, aux
festivals, aux salons, aux actions d'éducation artistique et culturelle, dans toutes les
disciplines, sont largement pratiquées par les structures régionales. Puis pour certaines, l'aide à
la production est évoquée, dans le secteur cinématographique, en particulier, ou encore l'aide à
27
la création artistique, pour le secteur du livre et des arts vivants.
D'une manière générale, on peut conclure à un double mouvement dans l'évolution des
structures d'action régionale. Les Régions se sont d'abord saisies de ces outils pour
développer leur capacité d'intervention sur toute la chaîne économique et sociale des
secteurs d'activité concernés, puis ont peu à peu élargi leurs missions, en regroupant parfois
des structures spécialisées dans une seule et même entité pluri-disciplinaire, pour en faire
plus largement des outils d'aménagement culturel de leur territoire.
III- LES MOYENS MIS EN JEU
3-1 Dépenses des Régions en 2012 et 2013 relevant de la nomenclature budgétaire M71
(Fonction Culture)
Le rassemblement de données cohérentes concernant les dépenses culturelles des Régions
susceptibles d'apporter un éclairage sur leurs politiques au regard de celles menées par les DRAC
a été l'aspect le plus délicat rencontré lors de la réalisation de la mission.
En effet, les comptes administratifs 2013 des Régions n’étant disponibles auprès des services de
la Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) qu’à l’automne prochain, l’IGAC n’a pu
disposer, pour la réalisation de cette seconde phase de la mission, que des budgets prévisionnels
votés. De ce fait il est apparu utile de se référer aux dépenses de 2012, prévisionnelles et
exécutées.
À la lecture du tableau n°1 on constate le décalage très sensible entre le budget prévisionnel
2012 voté et son exécution qui a atteint 83 % du budget initial.
TABLEAU N° 1 : DEPENSES 2012 SELON LA NOMENCLATURE M71 DES REGIONS
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
BP 2012
en K€
CA 2012
en K€
taux
d’exécution
862 057,0
713 091,0
dont DOM
92 605,0
51 040,0
Source : Direction générale des collectivités locales / Département des études et des statistiques locales
TOTAL
82,72%
55,12%
Dépenses des Régions inscrites au budget prévisionnel 2013
Le budget prévisionnel de 2013, présenté dans le tableau n°2, qui s’élève au total à 824,4M€,
soit un montant inférieur au BP de 2012 (moins 37,6 M€), doit donc être apprécié en fonction
d’un décalage probable à la baisse dans son exécution.
28
TABLEAU N° 2 : DEPENSES PREVISIONNELLES 2013 SELON LA
NOMENCLATURE M71 DES REGIONS PAR FONCTION ET SOUS FONCTION
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
dont DOM
312 – Activités culturelles et artistiques
dont DOM
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
dont DOM
TOTAL
dont DOM
BP 2013
en K€
27 141
19 419
551 635
33 347
245 634
52 687
824 410
105 453
Source : Direction générale des collectivités locales / Département des études et des statistiques
locales
3-2 Estimation des dépenses 2013 des Régions ventilées par domaines
Dans ce contexte, l’IGAC a procédé à une estimation provisoire des dépenses engagées en
2013 par les Régions sur la base d’une enquête auprès des DRAC dont les réponses ont été
recueillies en mars et avril de l’année 2014. La note méthodologique jointe à ce rapport indique
à la fois les processus utilisés et les limites imposées par cet exercice.
Du fait que la nomenclature fonctionnelle des comptes administratifs des Régions est très
agrégée et donne une faible visibilité sur les différents domaines auxquels leurs dépenses sont
affectées, notamment dans celui de la création, l’enquête de l’IGAC auprès des DRAC a consisté
à leur demander de fournir des éléments budgétaires regroupés selon les divers domaines de la
culture, complétés par des données plus précises relatives aux agences, aux structures relevant
des labels et réseaux nationaux et aux emplois.
Le travail complexe de rassemblement et de reconstitution de ces données par les DRAC s’est
appuyé sur leurs propres informations, notamment pour les réseaux, opérations ou fonds cofinancés et s’est également élaboré avec l’appui des Conseils régionaux dans des conditions
d’approfondissement inégales selon les circonstances.
Ces données comprennent, sans qu’il soit possible de les identifier, des dépenses réalisées hors
de la « Fonction 31 Culture », certaines pouvant relever d’autres comptes gérés par d’autres
services que les services dédiés à la culture, comme les budgets des fonctions 2
(Enseignements), 5 (Aménagement du territoire), 7 (Environnement) ou encore 9 (Action
économique).
Il s’agit donc d’un ensemble de données établies sur des bases non homogènes dont la
consolidation au plan national doit être considérée uniquement comme indicative d’ordres
de grandeur. Cette valeur indicative est également à retenir dans la présentation et les analyses
proposées ci-dessous, reliées à un seul exercice budgétaire et non à une série permettant
d’établir plus solidement des tendances.
Le tableau n°3 propose une ventilation des dépenses des Régions par domaines et indique la
part que chacun d’entre eux occupe au regard de la dépense totale qui s’élève, selon l’enquête,
29
à 730,4 M€. Ce montant correspond à 88 % à la prévision budgétaire sur la seule fonction « 31
Culture » de 824 M€.
TABLEAU N° 3 : DEPENSES D’INTERVENTION DES REGIONS VENTILEES PAR DOMAINES
Dépenses
estimées pour
2013
en K€
Secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoines (MH, musées, archéologie, inventaire,architecture....)
Cinéma et audiovisuel
Aménagement du territoire / culture
Pluri-disciplinaire
Arts plastiques
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Livre et lecture
Langues régionales
Education artistique et pratiques amateurs
Autres domaines culturels
Presse et médias
Action culturelle internationale
TOTAL
266 808
124 854
80 232
50 813
44 256
42 880
34 346
32 850
22 883
17 530
6 373
3 618
2 968
730 409
%
36,5%
17,1%
11,0%
7,0%
6,1%
5,9%
4,7%
4,5%
3,1%
2,4%
0,9%
0,5%
0,4%
100,0%
source : IGAC, selon l’enquête auprès des DRAC
Avec près de 267 M€, soit 37 % de leurs dépenses, le domaine du spectacle vivant apparaît
comme le tout premier bénéficiaire des politiques culturelles de Régions auquel elles
consacrent deux fois plus de moyens qu’à l’ensemble de leurs politiques en faveur des
patrimoines qui se situent, avec 125 M€, en seconde place.
Toujours selon une approche par domaines, le cinéma et l’audio-visuel se situent au troisième
rang avec 80 M€, devant les arts plastiques (43 M€) et le livre et la lecture (33 M€).
Les dépenses du secteur « pluridisciplinaires », composé principalement des festivals et des
agences pluridisciplinaires, mais aussi des résidences ou équipements culturels non spécifiés, se
rattachent pour une bonne part au spectacle vivant, au cinéma et à l’audiovisuel, au livre et
à la lecture.
L’enseignement, la formation professionnelle et les aides à l’emploi bénéficient d’un effort
significatif des Régions qui lui affectent 34 M€.
Représentant globalement 71 M€ les politiques transversales rassemblent l’action culturelle
internationale, l’aménagement du territoire, l’éducation artistique, les pratiques amateurs, les
actions envers les publics éloignés ou empêchés.
Mobilisant 23 M€, le soutien aux langues régionales apparaît également substantiel.
Enfin, les « autres domaines culturels » se composent principalement des actions en faveur de
la culture scientifique et technique, du numérique, de communication et d’études.
30
3-3 Dépenses respectives des Régions et des DRAC par domaines
3-3-1. Le spectacle vivant : domaine partagé et stratégies différenciées
Comme le montre le tableau n°4, les dépenses des Régions et des DRAC se situent dans une
fourchette comparable : soit 266,8 M€ pour les Régions et 296,2 € pour les DRAC (avec Île-deFrance et Corse).
Cependant les parts inégales des dépenses affectées par les Régions et les DRAC aux réseaux
labellisés d’une part et aux autres interventions d’autre part, confirment les stratégies
différenciées qu’elles mettent en œuvre dans ce domaine: les Régions affectent
respectivement 43,3 % de leurs moyens aux réseaux labellisés et 56,7 % à leurs autres
interventions alors que les DRAC consacrent 67 % de leurs crédits aux réseaux labellisés et 33 %
aux autres interventions.
Ainsi les Régions réservent plus de la moitié de leurs dépenses pour accompagner les équipes
artistiques, assurer une desserte fine de leurs territoires ou soutenir certaines opérations
attirant un large public, comme les festivals par exemple, alors que les DRAC concentrent les
2/3 de leurs moyens au soutien des réseaux labellisés du spectacle vivant.
TABLEAU N° 4 : DEPENSES D’INTERVENTION DES REGIONS ET DES DRAC DANS LE DOMAINE DU SPECTACLE VIVANT EN 2013
Secteur d’intervention
Dépenses estimées des Conseils régionaux
en K€
Fonctionnement
Spectacle vivant
Dont réseaux labellisés du
spectacle vivant
Part des réseaux labellisés sur les
dépenses de fonctionnement du
spectacle vivant en %
229 501,6
Investissement
Total
37 305,1
Dépenses exécutées des DRAC
en K€
Fonctionnement
266 806,7
Investissement
Total
285 295,6
10 920,3
296 215,9
99 380,8
196 207,0
1 264,0
197 471,0
43,30%
68,77%
11,57%
66,66%
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC et le système d’information Chorus
Outre le financement qu’elles leur apportent, les DRAC assurent un rôle majeur à l'égard de
ces institutions en veillant au respect des cahiers des charges qui conditionnent l'attribution
de leur label.
Ces cahiers des charges, réunis dans une circulaire ministérielle du 31 août 2010, ont établi les
principes auxquels les DRAC ont recours pour établir la rédaction des contrats d'objectifs
pluriannuels de chaque structure et pour la mise en œuvre des règles d'attribution ou de retrait
des labels de l’État, ainsi que pour procéder à la nomination des responsables.
Ces textes ont également clarifié les modalités de travail de l'État avec tous ses partenaires,
après une large concertation menée avec les collectivités territoriales et les milieux
professionnels.
3.3.2. Les arts plastiques : la montée en puissance des Régions
Contrairement au domaine du spectacle vivant, le tableau n°5 montre que les Régions
consacrent au total aux arts plastiques une dépense nettement supérieure (42,9 M€) à celle des
31
DRAC (29,9 M€).
TABLEAU N° 5 : DEPENSES D’INTERVENTION DES REGIONS ET DES DRAC DANS LE DOMAINE
DES ARTS PLASTIQUES EN 2013
Secteur d’intervention
Dépenses estimées des Conseils
régionaux
en K€
Fonctionnement Investissement
Total
Dépenses exécutées des DRAC
en K€
Fonctionnement Investissement
Arts plastiques
34 762,0
Dont FRAC
12 156,8
6 999,3
34,97%
36,41%
4 469,2
6 065,3
12,86%
31,55%
16 626,0
13 064,6
47,83%
67,96%
Part des FRAC dans les dépenses d’arts
plastiques en %
Dont centres d’art
Part des centres d’art dans les dépenses
d’arts plastiques en %
Total réseaux labellisés pour les arts
plastiques
Part des réseaux labellisés sur les
dépenses d’arts plastiques en %
8 118,2
42 880,2
19 225,2
10 679,7
Total
29 904,9
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC et le système d’information Chorus
On observe que les DRAC, comme pour le spectacle vivant, consacrent aux réseaux labellisés des
arts plastiques les 2/3 de leurs dépenses. Pour ce qui les concerne, les Régions augmentent
sensiblement leur ratio observé pour le domaine du spectacle vivant (43,3%), avec un taux de
financement de 47,8 % en faveur des structures relevant des labels et réseaux nationaux d’arts
plastiques de la totalité de leurs dépenses dans le secteur.
Le fait le plus marquant est l’impact décisif produit par la co-fondation des FRAC par les
Régions et le ministère sur leur implication auprès de ce réseau puisqu’elles apportent
globalement à son fonctionnement une contribution de 12,2M€, largement supérieure à celle des
DRAC qui s’élève à 7M€.
En revanche, concernant l’acquisition des œuvres, les résultats de l’enquête ont permis
d’identifier 15 cas apportant une indication sur la diversité des partenariats entre les DRAC et
les Régions : dans trois cas la Région a apporté une subvention supérieure à celle de la DRAC,
dans sept cas leurs subventions sont à parité, dans trois cas l’apport de la Région est inférieur à
celui de la DRAC ; dans 3 cas la Région n’a pas participé aux acquisitions.
32
Enfin on note que les Centres d’art bénéficient également d’un soutien des Régions (4,5M€)
légèrement inférieur à celui des DRAC (6M€).
Les autres dépenses se répartissent en soutien à la création des artistes plasticiens (résidences,
aides au projet, production d’œuvres), soutien à des manifestations diverses, édition d’ouvrages
spécialisés.
Certaines Régions ont créé leurs propres institutions, comme la Région Languedoc-Roussillon
avec le Centre régional d’art contemporain à Sète (CRAC) ou participent à de grandes
réalisations, comme la Région Lorraine avec le Centre Pompidou-Metz.
3-3-3. Les patrimoines : le rôle majeur des DRAC
Dans le domaine des patrimoines, les DRAC apparaissent comme des acteurs essentiels à la
fois par les moyens financiers qu’elles lui affectent mais aussi par les missions de contrôle
scientifique et technique qu’elles exercent en région au titre de l’État.
Comme le montre le tableau n°6, avec une dépense de 287,3 M€ les DRAC apportent une
contribution plus de deux fois supérieure à celle des Régions qui y consacrent cependant des
moyens importants qui se montent à 125 M€, sans qu’il soit possible, compte tenu des résultats
de l’enquête, de distinguer les parts respectives des monuments historiques, des musées, de
l’inventaire, de l’archéologie ou de l’architecture.
TABLEAU N° 6 : DEPENSES D’INTERVENTION DES REGIONS ET DES DRAC DANS LE DOMAINE DES
PATRIMOINES EN 2013
Secteur
d’intervention
Patrimoines
Dépenses estimées des Conseils régionaux
en K€
Fonctionnement
39 858,8
Investissement
84 995,2
Total
124 854,0
Dépenses exécutées des DRAC
en K€
Fonctionnement
53 284,2
Investissement
233 987,1
Total
287 271,3
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC et le système d’information Chorus
Mais au-delà des moyens budgétaires affectés par les DRAC à la restauration et à l’entretien des
monuments historiques, elles assurent au quotidien un contrôle scientifique et technique sur les
modalités de leur conservation.
La circulaire ministérielle adressée aux Préfets de région du 1er décembre 2009,relative au
contrôle scientifique et technique des services de l’État sur la conservation des monuments
historiques classés ou inscrits, y compris sur ceux qui ne lui appartiennent pas, précise que le
contrôle est « destiné avant tout à garantir d’une part que leur conservation est assurée dans
les meilleures conditions et d’autre part que les interventions programmées ou ponctuelles, de
quelque nature qu’elles soient, ne portent pas atteinte à l’intérêt qui a justifié leur
protection, en vue d’en assurer la transmission aux générations futures dans le meilleur état
possible ».
Les services patrimoniaux des DRAC consacrent une part majeure de leur activité à l’exercice de
ce contrôle (vérification régulière de l’état sanitaire des monuments et contrôle des travaux) et
jouent un rôle permanent en matière de conseil et d’expertise à l’égard de leurs propriétaires
publics ou privés.
33
Il faut noter que l’exercice de ce contrôle est indépendant de la procédure d’attribution d’aides
financières par l’État, s’agissant de deux actes juridiques distincts, qui peuvent cependant faire
parfois l’objet d’une instruction parallèle.
De même, la loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France précise que les
musées de France bénéficient, pour l'exercice de leurs activités, du conseil et de l'expertise des
services de l’État et de ses établissements publics et sont soumis au contrôle scientifique et
technique de l’État auquel les DRAC sont étroitement associées.
3-3-4. Les industries culturelles : des Régions en pointe
Le tableau n°7 montre l’importance des moyens accordés par les Régions au cinéma et à
l’audiovisuel et au livre et la lecture. Totalisant 113 M€ cette dépense n’est que faiblement
inférieure à ce que les Régions allouent aux patrimoines (125 M€).
Par comparaison, les crédits déconcentrés aux DRAC, soit 18,2 M€, dont 5,3M€ pour le cinéma
et l’audiovisuel et 12,9M€ pour le livre apparaissent modestes.
TABLEAU N° 7 : DEPENSES D’INTERVENTION DES REGIONS ET DES DRAC DANS LE DOMAINE DES
INDUSTRIES CULTURELLES EN 2013
Secteurs
d’intervention
Dépenses estimées des Conseils régionaux
en K€
Fonctionnement
Investissement
Total
Dépenses exécutées des DRAC
en K€
Fonctionnement
Investissement
Total
Cinéma et
audiovisuel
52 968,1
27 077,9
80 046,0
5 312,7
13,3
5 326,0
Livre et lecture
20 769,9
12 080,0
32 849,9
12 686,6
226,8
12 913,4
Total
73 738,0
39 157,9
112 895,9
17 999,3
240,1
18 239,4
3 617,3
0,4
3 617,7
Presse et médias
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC et le système d’information Chorus
De fait, le soutien du Ministère de la culture et de la communication aux industries
culturelles s’opère principalement par le canal de ses deux établissements publics le CNC et
le CNL.
Le CNL et la centrale de l’édition, qui gère pour le compte du ministère l’aide au transport des
livres dans les DOM, ont apporté au secteur 11,5 M€ (hors Île-de-France qui reçoit 27,3 M€ d’aide
du CNL).
Le CNC a apporté 20,4 M€ dans le cadre des conventions qu’il conclut avec toutes les Régions,
dont les DRAC sont partenaires.
De plus, en dehors de ces conventions, le CNC apporte 72,6 M€ aux Régions, hors l’Ile-de-France
qui reçoit à elle seule 232,5 M€.
34
Même si les DRAC sont parties prenantes des conventions établies entre le CNC et les Régions,
celles-ci apparaissent bien comme des interlocuteurs de premier rang et des acteurs très
actifs du développement de ce secteur professionnel qui contribue à la fois à la dynamique
économique de leur territoire, à sa promotion et à sa visibilité auprès du public.
Dans le domaine du livre, il faut rappeler que l’action des DRAC est largement consacrée au
développement de la lecture par le biais d’une bonne desserte de bibliothèques publiques et
de leur qualité, par des opérations de lutte contre l’illettrisme, ou encore de soutien à
l’écriture et aux auteurs.
Elles assurent la répartition du concours particulier pour les bibliothèques municipales et les
bibliothèques départementales de prêt créé au sein de la dotation générale de décentralisation
(D.G.D.) dont le montant en 2013 s’est élevé à 79,7 M€.
Les DRAC apportent aux collectivités territoriales et aux professionnels l’expertise et
l’accompagnement scientifique et technique nécessaires pour la rédaction du projet culturel
de la bibliothèque, la recherche de qualité des programmes, la diversité des services proposés
ainsi que les préconisations techniques en vigueur relatives à la conservation des collections
patrimoniales ou la qualité architecturale de leurs bâtiments.
3-4 Les ressources humaines des Régions dans le domaine de la culture
TABLEAU N°8 : PERSONNELS DES REGIONS AFFECTES A LA CULTURE EN 2013
Effectifs 2013
Répartition des emplois des Conseils régionaux dans le
domaine de la culture
TOTAL
Emplois des
Services
administratifs
ETP
767,85
Emplois de
l’Inventaire
Total ETP
ETP
318,8
1086,65
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC
L'organisation des Régions pour la mise en œuvre de leurs politiques culturelles fait apparaître
trois caractéristiques principales :
- les services de l'Inventaire transférés des DRAC aux Régions en 2007 constituent le tiers de
leurs effectifs (en ETP) dévolus à la culture. Le dernier bilan réalisé en 2011 par les services de
la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture et de la communication
constatait que « les emplois permanents (titulaires et contrats à durée indéterminée),
particulièrement nécessaires à l'acquisition et au maintien d'une expertise qui s'acquiert
essentiellement par la pratique de terrain, sont majoritaires et stables (autour de 85% des ETP).
Le fait marquant est constitué par la montée en puissance des attachés et des assistants de
conservation.
La structure des emplois combine désormais la situation héritée du transfert de 2007,
notamment les cadres d'accueil des ingénieurs et techniciens territoriaux qui ont absorbé les
ingénieurs d'étude et techniciens de recherche en nombre dans les services de l’État, et celle
qui porte en elle la constitution d'une filière culturelle complète : adjoints, assistants, attachés,
conservateurs.
Néanmoins, il n'y a pas de cloisonnement étanche entre les différentes catégories. Les
35
chercheurs et chargés d'études contribuent à la valorisation par la rédaction de publications, la
tenue de conférences, les gestionnaires et animateurs des centres de documentation par
l'accueil du public, les administrateurs des serveurs de données par l'alimentation des réseaux;
documentalistes, administrateurs de bases de données, photographes ou graphistes participent à
la recherche en fournissant ressources, supports et représentations indispensables à
l'investigation. La grande variété des configurations régionales résulte à la fois de situations
héritées du transfert de 2007 et de recompositions en cours qui accompagnent les projets de
service »5
En matière d'organisation, les services de l'inventaire ont parfois été placés dans certains
organigrammes régionaux au sein des services qui traitent de « l'attractivité » ou de
« l'aménagement des territoires » ( par exemple : l' Auvergne, la Haute Normandie...) , ce qui
dénote une intention manifeste de capitaliser leur travail pour des objectifs opérationnels.
- Les services dévolus à la Culture, hors inventaire, (estimation : 767 ETP), sont le plus
souvent positionnés dans des pôles plus vastes regroupant la jeunesse, l'éducation, le
tourisme, le sport etc... Par conséquent, si la majorité du personnel dédié à la culture est bien
regroupée dans un service distinct, certains agents sont également dispersés dans les différents
services de ces pôles: le tourisme, la jeunesse, l’aménagement...
Pour mémoire, le budget exécuté 2013 du Ministère de la culture et de la communication
fait état de 2 458 ETP affectés dans les DRAC au 31 décembre.
- Le personnel des agences régionales ou autres structures (livre, cinéma, spectacle
vivant...) est pratiquement aussi nombreux ( 724 ETP) que celui des services régionaux
dédiés à la culture, hors inventaire.
TABLEAU N°9 : PERSONNELS DES AGENCES ET AUTRES
STRUCTURES AFFECTES A LA CULTURE EN 2013
Types de structures
Effectifs 2013 en ETP
Agences
Autres structures
TOTAL
682,4
42
724,4
Source : IGAC / selon l’enquête auprès des DRAC
Ce fait est significatif dans la mesure où les agences concentrent un nombre important
« d'experts métier ». La force et le nombre des agences infirment donc en grande partie
l'assertion selon laquelle les Régions ne disposeraient pas de « capacités d'expertise ». En
réalité, ces capacités sont réunies dans les agences, majoritairement financées par les Régions,
et co-financées par les DRAC.
De surcroît, on observe un phénomène de concentration des agences qui regroupent de plus en
plus différentes spécialités ( Musique, Théâtre, Danse, Cinéma et parfois Livre et Lecture...) et
constituent l'outil essentiel des Régions dans la mise en œuvre de leur politique d'aménagement
du territoire dans ces domaines.
Il est donc manifeste que les Régions peuvent s'appuyer sur des structures professionnelles
dont la qualité est avérée dans la perspective du développement de leurs compétences en
matière culturelle.
5
Bilan 2011 du Service de l'Inventaire de la Direction Générale des Patrimoines du Ministère de la
Culture et de la Communication
36
IV CONCLUSION
Au terme des deux phases de sa mission l’IGAC en souligne les constats les plus marquants.
pour les Régions
Bénéficiant de la compétence générale « culture » dévolue aux collectivités territoriales, les
politiques culturelles des Régions apparaissent cependant essentiellement arrimées à leurs
compétences d’attribution.
Ce constat apporte une base de réflexion à partager avec les élus régionaux pour guider les
choix stratégiques sur les modalités d’application au champ culturel de la possibilité de
délégations de compétence prévue par la loi MAPAM. Plus généralement, il pourrait orienter les
réflexions sur l’élargissement des responsabilités qui pourraient leur être confiées dans le cadre
des lois de décentralisation à venir.
Deux domaines relevant de leurs compétences d’attribution actuelles dans lesquels les Régions
se sont fortement engagées, apparaissent devoir être explorés:
- l’économie de la culture en précisant leur rôle et celui des agences régionales au regard du
développement des industries culturelles et de l’emploi ainsi que du tourisme culturel en leur
attribuant clairement une responsabilité dans la valorisation et la promotion des sites
patrimoniaux et des manifestations régionales de diffusion de la création.
- l’aménagement culturel de proximité en leur confiant une mission explicite dans ce domaine
-aujourd’hui en partie confié aux départements pour ce qui concerne notamment le petit
patrimoine non protégé et les pratiques artistiques amateurs- en l’élargissant aux équipements,
manifestations et patrimoine de proximité.
La réduction du nombre des Régions et la perspective d’un transfert progressif en leur faveur de
certaines responsabilités actuellement exercées par les Départements dont la suppression à
terme a été annoncée impliquent pour le ministère, en concertation avec les élus et les
professionnels, de préparer ces grandes mutations.
pour le Ministère de la culture et de la communication
Le fait prééminent reste le poids considérable des dépenses d’intervention du ministère
affectées à Paris et à l’Île-de-France, soit les deux tiers. Cette réalité devrait être une
préoccupation de premier rang dans l’application de la loi MAPAM et dans les réflexions sur la
décentralisation culturelle.
Il faut en effet être attentif à ce que le ministère de la culture et de la communication ne
devienne le ministère des franciliens, voire des parisiens. Du point de vue des rédacteurs de ce
rapport, il apparaît essentiel que le ministère veille à conserver les leviers nécessaires à une
politique nationale en capacité de se déployer sur l’ensemble du territoire.
Patrimoines
Dans le domaine des patrimoines, le ministère dispose de ces leviers. Outre les dépenses
d’investissement qui leur sont consacrées, les politiques nationales en faveur des patrimoines
s’appuient sur un corpus de textes législatifs déjà très structuré et sur l’exercice du contrôle
scientifique et technique assuré en large mesure, sur le terrain, par les DRAC. Par ailleurs, les
37
filières de la fonction publique d’État et de la fonction publique territoriale contribuent à
garantir la qualité professionnelle des agents œuvrant dans les services publics patrimoniaux et
la stabilité de leurs institutions. Cette stabilité autorise des évolutions maîtrisées qui ne
remettent pas en question les fonctions régaliennes de l’État dans ce domaine, objectivement
nécessaires et peu contestées.
Création
En revanche, s’adressant à un secteur fragile, les politiques nationales en faveur de la
création sont loin d’occuper une position symétrique à celles des patrimoines :
- le fonctionnement des réseaux labellisés de création et de diffusion, qui en représente de
manière récurrente la charge la plus lourde, repose sur des partenariats pluripartites entre
l’État, les villes ou les intercommunalités qui en sont les principaux financeurs, les Régions et,
dans une moindre mesure, les Départements,
- la situation de l’emploi des artistes qui relève massivement du régime d’assurance chômage
des intermittents du spectacle est marquée à la fois par l’instabilité et par la précarité de
ceux qui en sont les bénéficiaires,
- l’encadrement réglementaire actuel demeure modeste, dans l’attente d’une loi relative à la
création et au patrimoine, prévue à l’horizon 2015
- l’impossibilité de traduire la notion « d’expertise » en règles normées, rétives par nature à
la prise de risque, à l’inventivité et à l’expérimentation qui prévaut dans les domaines de la
création rend difficile l’établissement d’un système de contrôle sur des réseaux nationaux,
dans l’hypothèse où le ministère n’en serait plus partenaire.
Si des mesures de clarification apparaissent nécessaires, notamment au regard des
responsabilités des différents niveaux de collectivités territoriales et de l’émergence des
grandes métropoles, les contingences propres au domaine de la création et l’importance pour
le ministère de disposer des leviers suffisants à l’exercice de ses missions au plan national
devraient être prises en compte dans les perspectives d’évolution des réseaux labellisés
dédiés à la création et à sa diffusion.
38
DEPENSES CULTURELLES DES REGIONS
PAR CATEGORIES
39
40
ALSACE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
41
42
ALSACE
SYNT HÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC à partir des délib érations pub liées sur le site du Conseil régional
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Total
132,4
786,3
918,7
7 066,2
502,7
7 568,9
7 198,6
1 289,0
8 487,6
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC à partir des délib érations pub liées sur le site du Conseil régional et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Pluri-disciplinaire
Langues régionales
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Action culturelle internationale
Livre et lecture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Autres domaines culturels
Aménagement du territoire / culture
Éducation artistique et pratiques amateurs
Presse et médias
TOTAL
%
3 132,2
2 484,4
2 299,3
1 561,3
1 142,6
608,1
276,0
256,3
142,5
89,6
54,3
18,0
26,0%
20,6%
19,1%
12,9%
9,5%
5,0%
2,3%
2,1%
1,2%
0,7%
0,4%
0,1%
12 064,6
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC à partir des délib érations pub liées sur le site du Conseil régional
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
initiations interculturelles (aménagement culturel du terr.)
Mémoire (patrimoine)
Culture scientifique et technique (autres domaines culturels)
Développement touristique action patrimoine (patrimoine)
Agence culturelle d'Alsace (pluri-disciplinaire)
TOTAL
191,3
70,0
46,4
10,4
3 002,3
608,1
256,3
1 142,6
100,0
18,0
40,0
1 561,3
276,0
54,3
238,1
89,6
135,8
2 043,3
9 883,8
43
investissement
178,2
1 111,2
129,9
2,5
503,0
256,0
2 180,8
total
%
369,5
70,0
1 157,6
10,4
3,1%
0,6%
9,6%
0,1%
3 132,2
608,1
256,3
1 142,6
100,0
18,0
42,5
1 561,3
26,0%
5,0%
2,1%
9,5%
0,8%
0,1%
0,4%
12,9%
276,0
54,3
238,1
89,6
638,8
2 299,3
12 064,6
2,3%
0,4%
2,0%
0,7%
5,3%
19,1%
100,0%
ALSACE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC après échange avec les services du Conseil régional
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
PP
Total ETP*
Services spécialisés
Autres
ETP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
11
11
14
14
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
3
3
charge d'un domaine d'intervention culturelle
14
14
14
TOTAL
14
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
25
0
0
3
28
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC à partir des délib érations pub liées sur le site du Conseil régional et formulaires CERFA de demandes de sub ventions 2013
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence culturelle Alsace
Office pour la langue et la culture d’Alsace
TOTAL
32,0
7
39,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
2 299,0
860,0
3 159,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC à partir des délib érations pub liées sur le site du Conseil régional et des b udgets des structures
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestre
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
850,0
320,0
260,8
90,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 351,6
1 285,0
1 100,8
306,0
42,5
1 043,2
141,9
1 897,0
4 039,1
2 606,5
100,0
319,0
419,0
130,0
60,0
3 215,5
10 121,5
116,0
180,7
296,6
74,0
1 161,7
11 653,8
44
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
391,0
391,0
AQUITAINE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
45
46
AQUITAINE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
754,0
0,0
14 644,0
190,0
433,0
1 851,0
15 831,0
2 041,0
754,0
14 834,0
2 284,0
17 872,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
9 429,0
4 076,0
3 083,0
2 331,0
2 196,0
785,0
754,0
475,0
320,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Cinéma et audiovisuel
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Langues régionales
Pluri-disciplinaire
Livre et lecture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
TOTAL
23 449,0
%
40,2%
17,4%
13,1%
9,9%
9,4%
3,3%
3,2%
2,0%
1,4%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Office artistique de la région Aquitaine (Spectacle vivant)
Ecrit cinéma livre et audiovisuel (pluri-disciplinaire)
Centre François Mauriac de Malagar (patrimoine)
TOTAL
investissement
total
%
2 013,0
2 013,0
8,6%
142,0
142,0
75,0
0,6%
0,3%
807,0
7 850,0
475,0
785,0
4 076,0
754,0
320,0
33,5%
2,0%
3,3%
17,4%
3,2%
1,4%
2 331,0
2 331,0
9,9%
1 579,0
2 196,0
853,0
19 546,0
1 579,0
2 196,0
853,0
23 449,0
6,7%
9,4%
3,6%
100,0%
75,0
7 043,0
475,0
587,0
3 333,0
754,0
320,0
47
198,0
743,0
3 903,0
AQUITAINE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP*
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP*
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
32
32
8
8
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
8
32
32
8
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif ETP
0
0
40
0
0
0
40
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Office artistique de la région Aquitaine
Ecrit cinéma livre et audiovisuel
9
27
36
12
Sous-total agences
Centre François Mauriac de Malagar
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
1 579,0
2 196,0
3 775,0
853,0
TOTAL
48
4 628,0
Le FRAC, initialement mentionné en tableau 4 pour un montant de 640 K€ et 12 ETP, a été retiré du tableau (cf tab 5).
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Aquitaine – Direction de la culture et du patrimoine
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
350,0
192,0
301,0
717,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 850,0
488,0
756,0
880,0
75,0
120,0
1 670,0
100,0
3 525,0
640,0
192,0
4 743,0
183,0
9 092,0
463,0
640,0
463,0
245,0
4 410,00
863,0
10 418,00
48
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
150,0
451,0
601,0
33,0
634,0
AUVERGNE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
49
50
AUVERGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la nomenclature
M71 des régions
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
6 879,0
146,5
7 025,5
Total
415,0
1 900,0
2 315,0
7 294,0
2 046,5
9 340,5
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
3 235,0
2 075,0
1 135,0
950,0
875,0
395,0
385,0
160,0
60,0
19,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Aménagement du territoire / culture
Pluri-disciplinaire
Cinéma et audiovisuel
Éducation artistique et pratiques amateurs
Arts plastiques
Livre et lecture
Langues régionales
Autres domaines culturels
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Action culturelle internationale
Presse et médias
TOTAL
9 289,0
%
34,8%
22,3%
12,2%
10,2%
9,4%
4,3%
4,1%
1,7%
0,6%
0,2%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Projets culturels de pays (aménagement du terr.)
Lieux d'expression culturelle (aménagement du terr)
Numérique (expérimentation) (autres domaines culturels)
Manifestation d'envergure régionale (aménagement du terr)
Le Transfo (pluri-disciplinaire)
Agence des musiques traditionnelles d’Auvergne AMTA (patrimoine oral)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
20,0
860,0
35,0
5,0
1 035,0
%
880,0
35,0
1 040,0
9,5%
0,4%
11,2%
3 235,0
385,0
160,0
875,0
34,8%
4,1%
1,7%
9,4%
395,0
395,0
4,3%
60,0
60,0
0,6%
765,0
250,0
19,0
120,0
950,0
120,0
9 289,0
8,2%
2,7%
0,2%
1,3%
10,2%
1,3%
100,0%
3 225,0
385,0
115,0
785,0
10,0
45,0
90,0
765,0
250,0
19,0
120,0
950,0
120,0
6 999,0
51
total
2 290,0
AUVERGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
7
7
10
10
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
10
TOTAL
7
7
10
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
17
0
0
0
17
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
LIRA (Librairie indépendante en région Auvergne)
AMTA (Agence des musiques et territoires d'Auvergne)
Le Transfo
TOTAL
0,50
8,00
9,00
17,50
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
32,0
120,0
950,0
1 102,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC à partir du site du Conseil Régional d'Auvergne
Types de label ou réseau
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
52
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
136,0
200,0
1 035,8
583,0
80,0
184,0
90,0
1 105,0
780,9
1 611,0
240,0
11,0
251,0
2 583,7
178,3
151,0
329,3
1 862,00
240,0
3 153,03
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
13,6
120,0
45,0
178,6
BOURGOGNE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
53
54
BOURGOGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
1 560,4
8 706,5
3 045,0
410,9
4 471,6
10 677,8
7 516,6
1 560,4
11 751,5
4 882,5
18 194,4
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
8 410,6
4 882,5
1 617,0
1 560,4
1 336,7
808,1
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Arts plastiques
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Cinéma et audiovisuel
Livre et lecture
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Action culturelle internationale
Langues régionales
Éducation artistique et pratiques amateurs
Autres domaines culturels
Pluri-disciplinaire
TOTAL
18 615,2
%
45,2%
26,2%
8,7%
8,4%
7,2%
4,3%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
investissement
1 281,6
115,0
80,0
0,0
1 300,0
126,9
0,0
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Patrimoine PRNP, ethnologie.... (patrimoine)
Château de Châteauneuf (patrimoine)
Prix régional du livre (livre et lecture)
TOTAL
55
total
1 281,6
195,0
1 300,0
126,9
%
6,9%
1,0%
7,0%
0,7%
7 434,2
712,0
409,5
1 163,4
1 560,4
976,4
905,0
330,4
173,2
8 410,6
1 617,0
739,9
1 336,7
1 560,4
45,2%
8,7%
4,0%
7,2%
8,4%
79,0
90,0
68,2
11 758,6
1 800,0
10,0
1 879,0
100,0
68,2
18 615,2
10,1%
0,5%
0,4%
100,0%
6 856,6
BOURGOGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP*
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP*
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
15
15
9
9
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
9
15
15
9
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif ETP
0
0
24
0
0
0
24
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne
Nom de la structure (intitulé complet)
24,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
383,0
122
201,0
706,0
69
115,0
890,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
357,2
376,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 790,0
1 600,0
228,1
365,0
32,9
189,8
1 034,0
108,1
2 326,1
357,2
272,6
629,8
30,0
500,0
3 485,85
220,0
25,0
500,0
125,0
4 625,0
152,0
437,6
589,6
Effectifs 2013 en ETP
Liaison Arts Bourgogne
Centre régional du Jazz
Centre régional du livre en Bourgogne
10,0
4
6,0
20,0
4
Sous-total agences
Maison du patrimoine oral
Bibracte (EPCC)
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bourgogne
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
56
884,0
6 098,60
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
360,0
105
201,0
666,0
50
2 400,0
3 116,0
BRETAGNE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
57
58
BRETAGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
1 093,4
27 311,9
5 950,0
1 175,9
5 900,0
29 581,3
11 850,0
1 093,4
33 261,9
7 075,9
41 431,3
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne et synthèse des données IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
13 045,0
9 019,2
7 542,8
5 119,1
3 492,4
1 665,2
1 644,8
1 217,0
1 093,4
1 030,0
89,9
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Langues régionales (transmission et culture)
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Aménagement du territoire / culture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Presse et médias
Éducation artistique et pratiques amateurs
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Pluri-disciplinaire
Autres domaines culturels
TOTAL
44 958,9
%
29,0%
20,1%
16,8%
11,4%
7,8%
3,7%
3,7%
2,7%
2,4%
2,3%
0,2%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique et pratiques amateurs
Formation professionnelle
Langues régionales – transmission
Langues régionales – culture
Presse et médias
Action culturelle internationale
Aide à l'emploi culturel
Patrimoine culturel immatériel et pratiques culturelles
Aménagement du territoire / culture
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
881,0
5 045,5
161,5
35,0
617,6
98,4
30,0
12 221,0
824,0
2 007,0
1 485,4
1 000,0
30,0
1 974,0
3 145,2
1 093,4
690,2
3 742,8
3 000,0
1 217,0
89,9
954,6
2 150,2
55,2
31 401,2
59
800,0
1 610,0
13 557,7
total
5 926,5
161,5
652,6
98,4
30,0
13 045,0
3 492,4
1 030,0
5 119,1
1 093,4
690,2
3 742,8
3 800,0
1 217,0
89,9
954,6
2 150,2
1 665,2
44 958,9
%
13,2%
0,4%
1,5%
0,2%
0,1%
29,0%
7,8%
2,3%
11,4%
2,4%
1,5%
8,3%
8,5%
2,7%
0,2%
2,1%
4,8%
3,7%
100,0%
BRETAGNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
28
28
20
20
0
0
48
6
34
4
32
20
20
0
0
4
52
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne
Nom de la structure (intitulé complet)
8,0
5,0
7,0
24,8
3,0
10,0
9,0
66,8
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
620,0
232,0
450,0
929,9
205,0
290,0
277,0
3 003,9
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
550,0
380,0
215,0
273,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
4 341,5
2 179,0
500,0
668,0
330,0
1 644,0
125,0
511,5
1 103,0
43,0
3 517,0
650,0
123,0
773,0
155,0
700,0
16,7
5 161,66
9 346,0
650,0
234,0
884,0
90,0
1 104,4
Effectifs 2013 en ETP
EPCC Spectacle vivant en Bretagne
EPCC Livre et Lecture en Bretagne
Association Bretagne Culture Diversité
EPCC Office de la langue bretonne
Accueil des tournages en Bretagne (Comité régional du tourisme)
Cinémathèque de Bretagne
Dastum (collectage, sauvegarde et diffusion du patrimoine oral)
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Bretagne
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
Pôles d’enseignements supérieurs langue bretonne et gallo (DFIN)
TOTAL
60
11 424,38
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
361,0
242,0
143,4
746,4
CENTRE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
61
62
CENTRE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
18 968,0
4 723,0
23 691,0
1 976,0
9 141,0
11 117,0
Total
20 944,0
13 864,0
34 808,0
Tableau n°2: Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
9 928,0
9 258,0
7 186,0
3 232,0
2 051,0
1 688,0
1 120,0
344,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Aménagement du territoire / culture
Pluri-disciplinaire
Éducation artistique et pratiques amateurs
Arts plastiques
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Livre et lecture
Presse et médias
Action culturelle internationale
Langues régionales
Autres domaines culturels
TOTAL
34 807,0
%
28,5%
26,6%
20,6%
9,3%
5,9%
4,8%
3,2%
1,0%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Agence culturelles régionales (pluri-disciplinaire)
Développement territorial de la culture (aménagt cult. Terr.)
Pratiques amateurs
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
2 017,0
2 275,0
%
12,3%
905,0
4 061,0
4 966,0
14,3%
8 575,0
884,0
1 353,0
804,0
9 928,0
1 688,0
28,5%
4,8%
1 120,0
344,0
1 244,0
3,2%
1,0%
3,6%
3 232,0
7 186,0
807,0
34 807,0
9,3%
20,6%
2,3%
100,0%
1 120,0
344,0
1 244,0
3 077,0
4 787,0
738,0
23 691,0
63
total
4 292,0
155,0
2 399,0
69,0
11 116,0
CENTRE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
28
27,4
17
15,6
0
0
43
2
30
2
29,4
17
15,6
0
0
2
45
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence région. pour le livre, l'image et la culture numéri. CICLIC
Culture O Centre
TOTAL
45,8
19
64,8
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
2 670,0
2 297,0
4 967,0
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
Le FRAC et les centres culturels de rencontre de Noirlac et Chaumont, initialement mentionnés en tableau 4 ont été retirés du tableau (cf tab 5).
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Centre
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
730,0
600,0
441,0
724,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 483,5
3 363,9
1 068,0
475,0
1 103,0
548,8
3 598,0
884,0
135,0
1 019,0
2 245,0
38,0
6 900,00
64
6 939,2
788,0
151,0
939,0
2 204,0
508,5
10 590,74
589,7
0,0
589,7
CHAMPAGNE-ARDENNE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
65
66
CHAMPAGNE-ARDENNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Champagne Ardenne – Direction financière
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
10 746,7
470,0
11 216,7
159,6
3 208,6
3 368,2
Total
10 906,4
3 678,6
14 584,9
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Champagne Ardenne et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
6 412,5
3 486,0
1 664,1
1 227,3
627,3
572,6
448,4
62,1
48,0
48,0
30,2
3,1
secteurs d'intervention
Aménagement du territoire / culture
Pluri-disciplinaire
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Spectacle vivant
Autres domaines culturels
Éducation artistique et pratiques amateurs
Cinéma et audiovisuel
Action culturelle internationale
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Presse et médias
Arts plastiques
Livre et lecture
Langues régionales
TOTAL
14 629,6
%
43,8%
23,8%
11,4%
8,4%
4,3%
3,9%
3,1%
0,4%
0,3%
0,3%
0,2%
0,0%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Champagne Ardenne
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Promotion (autres domaines culturels)
Festivals (pluri-disciplinaire)
Soutien centres de ressources (aménagt cult.du territoire)
initiatives artistiques locales (aménagt cult.du territoire)
Résidences (pluri-disciplinaire)
Projets culturels de territoires (aménagt cult.du territoire)
Equipements culturels (pluri-disciplinaire)
Action culturelle (aménagt cult.du territoire)
Patrimoine autre que d'architecture
CPER (aménagt cult.du territoire)
TOTAL
investissement
57,9
%
57,9
280,0
336,0
1 227,3
30,2
3,1
448,4
0,4%
1,9%
2,3%
8,4%
0,2%
0,0%
3,1%
572,6
48,0
572,6
48,0
3,9%
0,3%
48,0
62,1
627,3
867,5
768,1
340,0
167,8
308,1
2 363,1
2 977,0
130,0
60,0
11 261,4
48,0
62,1
627,3
867,5
768,1
340,0
167,8
308,1
2 450,7
2 985,0
990,2
2 011,3
14 629,6
0,3%
0,4%
4,3%
5,9%
5,3%
2,3%
1,1%
1,1%
16,8%
20,4%
6,8%
13,7%
100,0%
280,0
0,0
1 227,3
30,2
0,0
384,5
67
total
336,0
3,1
64,0
87,7
8,0
860,2
1 951,3
3 368,2
CHAMPAGNE ARDENNE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Champagne Ardenne
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP*
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
17
14
7
7
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
7
17
14
7
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif ETP
0
0
21
0
0
21
0
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Champagne Ardenne
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
INTERBIBLY
Pôle régional musiques actuelles de Champagne-Ardenne POLCA
Office régional culturel de Champagne-Ardenne ORCCA
TOTAL
3,0
2
31,0
36,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
73,0
70,0
2 822,0
2 965,0
Arts vivants 52 inscrit par la DRAC dans le tableau 4, et ne bénéficiant d’aucun financement du Conseil régional, a été retiré du tableau.
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations des structures concernées
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
446,0
388,1
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 808,3
1 248,6
182,0
126,0
480,0
210,0
1 142,1
400,0
220,0
620,0
3 746,9
425,0
150,0
575,0
590,5
2 352,65
157,0
4 478,91
68
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
73,0
43,2
116,2
CORSE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
69
70
CORSE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur inform ation de la Collectivité territoriale de Corse
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
3 395,0
641,0
5 008,6
2 966,8
1 303,1
7 349,0
9 706,7
10 956,9
4 036,1
7 975,5
8 652,1
20 663,6
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur inform ation de la Collectivité territoriale de Corse et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
8 654,0
6 788,5
4 036,1
3 995,1
3 045,2
958,3
622,2
secteurs d'intervention
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Langues régionales
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Spectacle vivant
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Pluri-disciplinaire
Autres domaines culturels
Aménagement du territoire / culture
Éducation artistique
Presse et médias
TOTAL
28 099,4
%
30,8%
24,2%
14,4%
14,2%
10,8%
3,4%
2,2%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur inform ation de la Collectivité territoriale de Corse
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement investissement
total
Monuments historiques
5 982,1
5 982,1
Archéologie
90,7
506,8
597,5
Musées
1 063,4
661,0
1 724,4
Inventaire
8,5
8,5
Architecture
Spectacle vivant
3 670,4
324,7
3 995,1
Arts plastiques
383,1
575,3
958,3
Livre et lecture
185,5
436,7
622,2
Cinéma et audiovisuel
745,1
2 300,1
3 045,2
Enseignement
Éducation artistique et pratiques amateurs
3 395,0
641,0
4 036,1
Formation professionnelle
Langues régionales *
2 868,5
3 920,0
6 788,5
Presse et médias
Action culturelle internationale
Activités de valorisation du patrimoine
142,5
199,0
341,5
TOTAL
12 552,7
15 546,7
28 099,4
* Les dépenses relatives aux langues régionales ont été ajoutées par l’IGAC à partir des délibérations budgétaires de la CTC
71
%
21,3%
2,1%
6,1%
0,03%
14,2%
3,4%
2,2%
10,8%
14,4%
24,2%
1,2%
100,0%
CORSE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET M OYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur information de la Collectivité territoriale de Corse
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
137
133
7
7
30
30
144
0
137
0
133
7
7
30
30
0
144
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur information de la Collectivité territoriale de Corse
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
pas d’agence en Corse
TOTAL
La DRAC a fait mention au tableau 4 du Conservatoire de musique et de danse pour un montant de 2 027,3 K€ et 30 emplois (cf tab 2)
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur information de la Collectivité territoriale de Corse
Types de label ou réseau
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
83,6
83,6
83,59
72
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
FRANCHE-COMTE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
73
74
FRANCHE-COMTE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche-Comté – Service culture
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
260,0
6 863,0
1 608,0
714,0
1 385,0
7 837,0
2 993,0
260,0
8 471,0
2 099,0
10 830,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche-Comté – Service culture et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
5 670,0
2 099,0
1 458,0
807,0
352,0
260,0
184,0
30,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Arts plastiques
Cinéma et audiovisuel
Livre et lecture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Éducation artistique et pratiques amateurs
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Autres domaines culturels
Pluri-disciplinaire
TOTAL
10 860,0
%
52,2%
19,3%
13,4%
7,4%
3,2%
2,4%
1,7%
0,3%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche-Comté – Service culture
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
TOTAL
total
%
395,0
1 315,0
1 710,0
15,7%
259,0
60,0
60,0
10,0
319,0
70,0
2,9%
0,6%
4 670,0
1 150,0
352,0
507,0
260,0
184,0
1 000,0
308,0
5 670,0
1 458,0
352,0
807,0
260,0
184,0
52,2%
13,4%
3,2%
7,4%
2,4%
1,7%
30,0
10 860,0
0,3%
100,0%
30,0
7 867,0
75
investissement
300,0
2 993,0
FRANCHE COMTE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche Comté – Service culture
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
14
13,6
10
10
0
0
23,6
1
15
0,25
13,85
10
10
0
0
0,25
23,85
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche Comté – Direction culture
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
néant
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Franche Comté – Direction culture
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
235,0
605,0
187,0
330,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 193,0
2 329,0
471,0
342,0
302,0
100,0
1 659,0
953,0
80,0
1 033,0
226,0
4 435,0
350,0
176,0
526,0
213,0
2 918,00
5 174,00
76
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
GUADELOUPE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
77
78
GUADELOUPE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil régional de Guadeloupe
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
74,0
1 000,0
55,0
1 074,0
74,0
1 055,0
55,0
1 129,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil régional de Guadeloupe et synthèse IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
1 716,0
325,0
265,5
168,0
89,5
secteurs d'intervention
Cinéma et audiovisuel
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit.)
Spectacle vivant
Livre et lecture
Arts plastiques
Langues régionales
Éducation artistique et pratiques amateurs
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
Pluri-disciplinaire
TOTAL
2 564,0
%
66,9%
12,7%
10,4%
6,6%
3,5%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil régional de Guadeloupe
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
TOTAL
79
investissement
150,0
total
%
150,0
150,0
150,0
5,9%
5,9%
25,0
265,5
89,5
168,0
578,6
1 137,4
25,0
265,5
89,5
168,0
1 716,0
1,0%
10,4%
3,5%
6,6%
66,9%
1 276,6
1 287,4
2 564,0
100,0%
GUADELOUPE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Guadeloupe
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
12
12
2
2
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
12
12
2
TOTAL
2
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
6
6
20
6
6
0
20
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Guadeloupe
Nom de la structure (intitulé complet)
Effectifs 2013 en ETP
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
néant
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Guadeloupe
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
80
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
265,5
625,4
265,5
625,4
265,50
625,40
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
GUYANE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
81
82
GUYANE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la nomenclature
M71 des régions
Sources : DRAC
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
2 100,0
2 000,0
500,0
947,4
100,0
5 047,4
600,0
2 100,0
2 500,0
1 047,4
5 647,4
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC - synthèse IGAC
Dépenses
estimées pour
2012 en K€
2 600,0
2 376,2
943,5
186,0
95,0
36,0
22,5
15,0
secteurs d'intervention
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Langues régionales
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
Pluri-disciplinaire
TOTAL
6 274,2
%
41,4%
37,9%
15,0%
3,0%
1,5%
0,6%
0,4%
0,2%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC
Dépenses estimées pour 2012 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées*
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel*
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Pass Culture (éducation artistique et pratiques amateurs)
Bibliothèque
EPCC arts vivants de Guyane * (Spectacle vivant)
Conserv.de musique et de danse Edgar Nibul* (Enseignement, form. Pro.)
TOTAL
* Montants BP 2013
83
investissement
total
%
943,5
943,5
15,0%
376,2
95,0
5,0
186,0
376,2
95,0
5,0
186,0
6,0%
1,5%
0,1%
3,0%
16,0
16,0
0,3%
22,5
22,5
0,4%
20,0
10,0
2 000,0
2 600,0
6 274,2
20,0
10,0
2 000,0
2 600,0
6 274,2
0,3%
0,2%
31,9%
41,4%
100,0%
0,0
GUYANE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Guyane
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
6
6
4
4
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
4
6
6
4
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
10
0
0
0
10
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC
Nom de la structure (intitulé complet)
Effectifs 2013 en ETP
EPCC des arts vivants de Guyane
Sous-total agences
Musée des cultures Guyanaises
Conservatoire de musique et de danse Edgar Nibul
TOTAL
14
14
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
2 000,0
2 000,00
900,0
2 600,0
5 500,00
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC
Types de label ou réseau
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
84
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
706,9
198,9
10,0
716,9
30,0
35,0
233,9
30,0
746,93
263,94
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
198,9
198,94
99,0
109,0
406,94
ILE DE FRANCE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
85
86
ILE DE FRANCE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la nomenclature
M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement
Investissement
4 295,0
61 587,0
23 194,0
586,0
2 404,0
62 173,0
29 893,0
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Total
4 295,0
84 781,0
2 990,0
92 066,0
Tableau n°2: Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
27 798,0
17 844,0
19 291,0
10 602,0
9 690,0
2 988,0
2 351,0
2 288,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Aménagement du territoire / culture
Cinéma et audiovisuel
Livre et lecture
Pluri-disciplinaire
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Action culturelle internationale
Presse et médias
Langues régionales
Autres domaines culturels
TOTAL
92 852,0
%
29,9%
19,2%
20,8%
11,4%
10,4%
3,2%
2,5%
2,5%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Fabrique d'art et de culture (pluri-disciplinaire)
Equipement SV, Arts plastiques, numérique et cinéma (aménag.du terr.)
Autres interventions (pluri-disciplinaire)
TOTAL
603,0
investissement
%
2 385,0
2 988,0
3,2%
27 798,0voir équipt divers
2 351,0voir équipt divers
4 581,0
6 021,0
19 291,0 voir équipt divers
27 798,0
2 351,0
10 602,0
19 291,0
29,9%
2,5%
11,4%
20,8%
2 288,0
2 288,0
2,5%
17 844,0
0,0
28 538,0
1 898,0
17 844,0
7 792,0
92 852,0
2,0%
19,2%
8,4%
100,0%
1 898,0
7 792,0
64 314,0
87
total
ILE DE FRANCE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
29
29
18
18
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
18
TOTAL
29
29
18
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
47
0
0
0
47
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Arts de la scène et de l'image en Ile de France ARCADI
Commission du film
Association régionale d'information et d'action musicale ARIAM
Observatoire du livre et de l'écrit en Ile de France MOTIF
sous-total agences
Chœur Victoria
Festival d'Ile de France
TOTAL
Le FRAC et l’ONDIF indiqués initialement dans le tableau 4 ont été retirés (cf tab 5)
45,0
8,0
18,0
7,8
78,8
3,0
8,0
168,6
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
6 225,0
1 564,0
1 171,0
1 217,0
10 177,0
300,0
1 567,0
22 221,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional d'Ile de France
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
210,0
650,0
16,0
400,0
45,2
161,9
8 200,0
150,0
75,0
9 908,1
958,0
112,0
1 070,0
175,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
11 015,0
9 520,0
11 153,09
26 176,0
88
373,0
403,0
158,0
2 247,0
94,0
23 810,0
242,0
760,0
1 002,0
1 364,0
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
330,0
100,0
430
860,0
LANGUEDOC-ROUSSILLON
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
89
90
LANGUEDOC ROUSSILLON
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon – Direction culture et patrimoine
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
1,5
22 507,0
947,4
3 480,7
14 991,9
25 989,2
15 939,4
1,5
23 454,5
18 472,6
41 928,6
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon – Direction culture et patrimoine et synthèse IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
16 994,1
12 665,9
4 822,8
2 610,6
2 296,0
1 870,6
1 502,4
339,7
300,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Arts plastiques
Langues régionales
Cinéma et audiovisuel
Livre et lecture
Presse et médias
Pluri-disciplinaire
Action culturelle internationale
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Éducation artistique
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
TOTAL
43 402,1
%
39,2%
29,2%
11,1%
6,0%
5,3%
4,3%
3,5%
0,8%
0,7%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon – Direction culture et patrimoine
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
investissement
1 617,0
62,3
78,2
701,3
8 236,8
112,1
1 219,2
639,0
15 762,1
1 232,0
2 335,9
2 091,9
1 318,6
552,0
1 280,4
1 015,6
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Fonds d’aide à l’acquisition d’oeuvre d’art (Arts plastiques)
entretien bâtiments culturels régionaux (Pluri-disciplinaire)
TOTAL
2 501,6
1 235,4
300,0
109,0
267,0
394,9
339,7
27 168,6
91
16 233,5
total
1 617,0
140,5
8 938,1
112,1
1 858,2
16 994,1
4 427,9
1 870,6
2 296,0
2 610,6
1 502,4
300,0
394,9
339,7
43 402,1
%
3,7%
0,3%
20,6%
0,3%
4,3%
39,2%
10,2%
4,3%
5,3%
6,0%
3,5%
0,7%
0,9%
0,8%
100,0%
LANGUEDOC-ROUSSILLON
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET M OYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
58
58
9
9
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
9
58
58
9
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
67
0
0
0
67
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon – direction de la culture et du patrimoine
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Réseau en scène
Languedoc Roussillon cinéma
Languedoc Roussillon livre et lecture
Centre inter-régional de developp.de l’occitan CIRDOC
TOTAL
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
10,3
9,0
5,8
12,6
37,7
695,0
433,0
440,0
500,0
2 068,0
Le FRAC mentionné par la DRAC dans le tableau 4 a été retiré (cf tab 5)
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Languedoc Roussillon – direction de la culture et du patrimoine
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
294,0
1 017,0
604,0
199,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 585,8
2 075,0
682,5
157,0
180,0
160,0
4 000,0
3 154,2
185,0
6 479,0
435,0
494,0
929,0
95,0
207,7
8 022,2
358,2
132,0
490,2
1 500,0
724,3
10 736,77
7 503,00
92
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
428,3
231,25
223,2
25
907,8
LIMOUSIN
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
93
94
LIMOUSIN
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations de la préfecture de région Limousin
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
100,0
8 340,5
1 250,0
1 080,0
150,0
8 590,5
2 330,0
100,0
9 590,5
1 230,0
10 920,5
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Limousin – service culture et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
4 856,0
1 743,0
1 456,0
1 330,0
891,9
295,3
280,5
188,0
85,0
40,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Pluri-disciplinaire
Éducation artistique et pratiques amateurs
Livre et lecture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Langues régionales
Action culturelle internationale
Aménagement du territoire / culture
Presse et médias
Autres domaines culturels
TOTAL
11 165,8
%
43,5%
15,6%
13,0%
11,9%
8,0%
2,6%
2,5%
1,7%
0,8%
0,4%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Limousin – Direction culture
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Festivals et manifestations culturelles (pluri-disciplinaire)
Convention culture / santé (éduc.artist. et pratiques amateurs)
TOTAL
investissement
1 080,0
250,0
%
9,7%
250,0
2,2%
4 856,0
1 456,0
280,5
1 743,0
188,0
245,3
43,5%
13,0%
2,5%
15,6%
1,7%
2,2%
85,0
85,0
0,8%
40,0
891,9
50,0
8 835,8
40,0
891,9
50,0
11 165,8
0,4%
8,0%
0,4%
100,0%
3 606,0
1 456,0
280,5
1 743,0
188,0
245,3
95
total
1 080,0
1 250,0
2 330,0
LIMOUSIN
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
14
14
7
7
14
14
7
7
21
0
0
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Limousin
Nom de la structure (intitulé complet)
6,0
4,0
18,0
28,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
129,1
50,0
48,0
227,1
9,6
9,6
28,0
236,6
129,1
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
302,3
247,1
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 441,8
516,4
70,0
93,0
99,7
185,2
Effectifs 2013 en ETP
Centre régional du livre en limousin CRLL
Pôle cinéma
Agence de valorisation économique et culturelle AVEC
Sous-total agences
Pôles régionaux d’éducation artistique et culturelle (la Borie,
Francophonie, Vassivière)
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Limousin
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
370,0
96
1 089,1
275,0
465,5
740,5
269,5
2 236,4
221,4
509,3
730,7
326,0
2 099,13
3 293,07
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
104,5
69.5
15,0
119,5
0
21
LORRAINE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
97
98
LORRAINE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur information du Conseil Régional de Lorraine (hors personnel)
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
18 435,0
200,0
18 635,0
132,0
4 265,0
4 397,0
Total
18 567,0
4 465,0
23 032,0
hors budget culture : 53 K€ consacrés à des politiques culturelles
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Lorraine et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2012 en K€
9 954,0
4 939,0
4 345,0
1 077,0
864,0
593,0
330,0
86,0
12,0
8,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Arts plastiques
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit….)
Cinéma et audiovisuel
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Langues régionales
Presse et médias
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Éducation artistique et pratiques amateurs
Pluri-disciplinaire
TOTAL
22 208,0
%
44,8%
22,2%
19,6%
4,8%
3,9%
2,7%
1,5%
0,4%
0,1%
0,04%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Lorraine
Dépenses estimées pour 2012 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Animation polyvalente (aménagement du territoire)
Archives (patrimoine)
Divers (autres domaines culturels)
Sciences & techniques & ethnologie (autres domaines culturels)
TOTAL
2,0
196,0
486,0
107,0
9 915,0
4 939,0
330,0
1 014,0
12,0
8,0
86,0
864,0
6,0
432,0
161,0
18 558,0
99
investissement
1 913,0
63,0
total
1 913,0
2,0
1 617,0
629,0
178,0
9 954,0
4 939,0
330,0
1 077,0
3 650,0
12,0
8,0
86,0
864,0
6,0
432,0
161,0
22 208,0
1 421,0
143,0
71,0
39,0
%
8,6%
0,0%
7,3%
2,8%
0,8%
44,8%
22,2%
1,5%
4,8%
0,1%
0,04%
0,4%
3,9%
0,0%
1,9%
0,7%
100,0%
LORRAINE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Lorraine – Direction culture
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
17
15,6
19
19
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
19
TOTAL
17
15,6
19
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
34,6
0
0
0
34,6
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations d’ARTECA
Nom de la structure
6,5
8,0
14,5
Apport estimé du
Conseil régional
En 2012
en K€
223,0
283,0
506,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
800,0
731,0
1 058,0
300,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
2 294,0
1 433,0
1 371,0
350,0
1 775,0
1 325,0
1 501,0
2 845,0
5 989,0
700,0
37,0
4 000,0
4 737,0
9 794,0
380,0
136,0
180,0
10 906,00
256,0
10 566,00
Effectifs 2012 en ETP
EPCC Arteca
Spectacle vivant en Lorraine
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Lorraine
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Centre Pompidou Metz
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
100
516,0
Apport de la DRAC
en 2012
en K€
158,7
237,5
396,2
MARTINIQUE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
101
102
MARTINIQUE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
3 800,0
1 990,0
4 050,0
894,0
480,0
6 684,0
4 530,0
3 800,0
6 040,0
1 374,0
11 214,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
6 040,0
3 800,0
1 374,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Arts plastiques
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Éducation artistique et pratiques amateurs
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Autres domaines culturels
Pluri-disciplinaire
TOTAL
11 214,0
%
53,9%
33,9%
12,3%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
TOTAL
103
investissement
total
%
894,0
480,0
1 374,0
12,3%
1 990,0
3 800,0
4 050,0
6 040,0
3 800,0
53,9%
33,9%
6 684,0
4 530,0
11 214,0
100,0%
MARTINIQUE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
0
0
36
36
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
52
52
TOTAL
36
52
52
36
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif PP
0
0
36
0
0
52
88
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique
Nom de la structure
Effectifs 2012 en ETP
Campus caraibéen des arts
52,0
TOTAL
52,0
Apport estimé du
Apport de la DRAC
Conseil régional
En 2012
En 2012
en K€
en K€
3 800,0
192,0
3 800,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Martinique
Types de label ou réseau
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
830,0
830,0
104
90,0
132,1
90,00
962,10
192,0
MIDI-PYRENEES
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
105
106
MIDI-PYRENEES
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées – Direction culture
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
15 050,0
1 330,0
16 380,0
7 720,0
2 310,0
10 030,0
Total
22 770,0
3 640,0
26 410,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées – Direction culture et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
12 771,1
3 528,3
3 415,9
2 248,6
1 450,0
1 100,0
825,8
535,0
325,0
88,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Langues régionales
Livre et lecture
Aménagement du territoire / culture
Presse et médias
Autres domaines culturels
Action culturelle internationale
Éducation artistique et pratiques amateurs
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Pluri-disciplinaire
TOTAL
26 287,7
%
48,6%
13,4%
13,0%
8,6%
5,5%
4,2%
3,1%
2,0%
1,2%
0,3%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées – Direction culture
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Patrimoine non protégé, divers (patrimoine)
Actions territoriales (aménagt du terr.)
Promotion de la culture, communication, études (autres domaines cult.)
TOTAL
fonctionnement investissement
530,0
1 424,3
107
73,0
463,0
160,0
7 394,6
2 183,6
775,0
961,0
1 450,0
500,0
88,0
36,8
825,8
290,0
15 730,8
510,3
5 376,5
65,0
325,0
2 454,9
35,0
331,0
35,0
10 557,0
total
1 954,3
%
7,4%
583,3
463,0
160,0
12 771,1
2 248,6
1 100,0
3 415,9
2,2%
1,8%
0,6%
48,6%
8,6%
4,2%
13,0%
1 450,0
535,0
88,0
367,7
825,8
325,0
26 287,7
5,5%
2,0%
0,3%
1,4%
3,1%
1,2%
100,0%
MIDI-PYRENEES
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées– Direction culture
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP*
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP*
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
31
31
10
10
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
1
1
32
32
10
10
TOTAL
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif ETP
0
0
41
0
0
1
42
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées– Direction culture
Centre régional des lettres CRLMP
7,8
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
424,0
TOTAL
7,8
424,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
377,0
575,8
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
2 362,0
1 855,0
153,4
28,8
594,8
690,2
350,2
145,0
2 915,3
1 372,0
391,6
1 763,6
333,0
137,0
755,0
1 417,0
1 814,0
371,0
9 044,0
245,0
582,0
827,0
4 678,87
1 462,0
11 333,00
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Midi-Pyrénées – Direction culture
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
108
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
255,0
255,0
NORD PAS DE CALAIS
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
109
110
NORD PAS DE CALAIS
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Fonctionnement Investissement Total
311 – Enseignement artistique
2 800,0
312 – Activités culturelles et artistiques
35 917,6
3 760,2
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
6 146,1
4 290,5
TOTAL
44 863,8
8 050,7
hors budget culture : 12,8 M€ consacrés à des politiques culturelles
2 800,0
39 677,9
10 436,6
52 914,5
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
26 657,5
19 425,6
6 735,5
5 103,8
2 316,0
1 497,3
988,0
604,7
476,8
276,1
202,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Aménagement du territoire / culture
Arts plastiques
Autres domaines culturels
Éducation artistique et pratiques amateurs
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Presse et médias
Langues régionales
Pluri-disciplinaire
TOTAL
64 283,4
%
41,5%
30,2%
10,5%
7,9%
3,6%
2,3%
1,5%
0,9%
0,7%
0,4%
0,3%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Patrimoine, expo et valorisation
Patrimoine, rénovation
Patrimoine, grands projets arts et culture
Capitale régionale de la culture et convention (aménagt du terr.)
Learning centers (autres domaines culturels)
EPCC du Louvre-Lens (patrimoine)
TOTAL
investissement
300,0
3 974,3
51,0
25 546,5
1 059,0
430,0
4 571,5
4 855,6
604,7
248,2
1 111,0
438,3
46,8
2 164,1
202,0
276,1
855,3
3 990,0
2 255,0
1 266,0
200,0
8 000,0
54 395,2
111
1 050,0
788,0
9 888,2
total
%
300,0
0,5%
3 974,3
51,0
6,2%
0,1%
26 657,5
1 497,3
476,8
6 735,5
4 855,6
604,7
248,2
41,5%
2,3%
0,7%
10,5%
7,6%
0,9%
0,4%
202,0
276,1
855,3
3 990,0
2 255,0
2 316,0
988,0
8 000,0
64 283,4
0,3%
0,4%
1,3%
6,2%
3,5%
3,6%
1,5%
12,4%
100,0%
NORD PAS DE CALAIS
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
54
54
10
10
0
0
64
7
61
7
61
10
10
0
0
7
71
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture
PictaNovo – structure de l’audiovisuel en région
20,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
3 342,0
TOTAL
20,0
3 342,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
2 540,6
4 779,5
701,3
383,5
120,0
395,0
5 434,9
1 830,0
130,0
16 314,8
591,0
360,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
2 880,0
4 389,5
970,0
545,0
120,0
290,0
2 445,0
1 156,0
225,0
13 020,5
468,5
165,0
3 276,0
20 541,77
4 063,0
17 717,00
Nom de la structure (intitulé complet)
Effectifs 2013 en ETP
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional du Nord Pas de Calais – Direction culture
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres*
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
* investissement en 2013 région par la direction aménagement durable 922 K€
112
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
46,2
46,2
BASSE-NORMANDIE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
113
114
BASSE-NORMANDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC à partir des délibérations du Conseil Régional de Basse Normandie
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
1 135,5
587,4
14 088,5
6 785,1
1 114,7
875,0
16 338,7
8 247,5
1 722,9
20 873,6
1 989,7
24 586,2
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC à partir des délibérations du Conseil Régional de Basse-Normandie et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
16 083,7
2 062,5
1 989,7
1 722,9
1 275,0
741,5
711,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Livre et lecture
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Éducation artistique et pratiques amateurs
Pluri-disciplinaire
Arts plastiques
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Action culturelle internationale
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Autres domaines culturels
TOTAL
24 586,2
%
65,4%
8,4%
8,1%
7,0%
5,2%
3,0%
2,9%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC à partir des délibérations du Conseil Régional de Basse-Normandie
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Festivals (pluri-disciplinaire)
TOTAL
115
investissement
total
%
1 114,7
875,0
1 989,7
8,1%
9 298,5
741,5
2 062,5
711,0
6 785,1
16 083,7
741,5
2 062,5
711,0
65,4%
3,0%
8,4%
2,9%
1 135,5
587,4
1 722,9
7,0%
1 275,0
16 338,7
8 247,5
1 275,0
24 586,2
5,2%
100,0%
BASSE-NORMANDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC non précisée
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
13
13
10
10
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
10
13
13
10
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif PP
0
0
23
0
0
0
23
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC non précisée
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence musicale régionale Le FAR
Office de diffusion et d'information artistique ODIA
Centre régional des lettres CRL
TOTAL
10,0
10,0
9,0
29,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
392,0
265,0
550,0
1 207,0
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
161,0
61,0
197,0
419,0
note : création en 2014 de l'EPCC muséal et ethnographique doté de 17 ETP et d'un montant de subvention du conseil régional de 929 K€ et de la DRAC 115 K€
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC à partir des dossiers comptab les
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
985,0
203,0
312,0
360,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
2 445,4
980,5
530,0
370,0
216,5
1 785,2
201,5
480,0
3 861,7
350,0
250,0
600,0
198,4
5 007,4
127,0
119,0
246,0
197,4
4 660,11
5 450,80
116
HAUTE-NORMANDIE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
117
118
HAUTE NORMANDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur information du Conseil régional de Haute Normandie à partir des délib érations BP 2013
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
182,0
17 603,1
1 181,5
18 966,6
3 170,0
3 396,6
6 566,6
Total
182,0
20 773,1
4 578,1
25 533,2
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur information du Conseil régional de Haute Normandie à partir des délib érations BP 2013 et synthèse des données IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
15 844,1
4 553,10
2 314,7
1 174,70
929,6
325,00
230,0
210,00
33,8
15,00
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit....)
Cinéma et audiovisuel
Arts plastiques
Pluri-disciplinaire
Livre et lecture
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Autres domaines culturels
Éducation artistique et pratiques amateurs
Presse et médias
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Action culturelle internationale
TOTAL
%
61,8%
17,8%
9,0%
4,6%
3,6%
1,3%
0,9%
0,8%
0,1%
0,1%
25 630,0
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur information du Conseil régional de Haute Normandie à partir des délib érations BP 2013
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Festivals et manifestations culturelles (pluri-disciplinaire)
Concerts de l’Armada (spectacle vivant)
Normandie impressionniste (arts plastiques)
FRIC (fonds régional d’innovation culturelle) (autres domaines cult.)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
149,0
1 916,6
888,0
138,5
6,0
11 989,1
574,7
300,0
2 104,7
182,0
33,8
48,0
119
1 455,0
total
2 065,6
%
8,1%
2 343,0
138,5
6,0
14 849,1
674,7
325,0
2 314,7
182,0
33,8
48,0
9,1%
0,54%
0,02%
57,94%
2,6%
1,27%
9,0%
0,71%
0,1%
0,19%
15,0
15,0
0,06%
929,6
995,0
500,0
210,0
19 063,4
929,6
995,0
500,0
210,0
25 630,0
3,63%
3,9%
1,95%
0,8%
100,0%
2 860,0
100,0
25,0
210,0
6 566,6
HAUTE NORMANDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur information du Conseil régional de Haute Normandie
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en charge d'un
domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
10
10
0
10
0
10
Total ETP*
Services spécialisés
Inventaire
ETP
PP
13
13
Autres
PP
ETP
12,2
0
0
22,2
12,2
0
0
0
22,2
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC à partir des délibérations du Conseil régional de Haute Normandie et documents internes DRAC
Nom de la structure
5,0
20,0
8,4
33,4
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
150,0
860,0
527,0
1 537,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
460,0
1 205,0
240,0
240,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
520,0
3 049,4
615,0
277,7
607,0
580,0
6 000,0
1 100,0
8 752,0
375,0
22,0
397,0
60,7
6 142,1
337,5
24,2
361,7
56,0
1 094,2
7 653,98
Effectifs 2013 en ETP
Agence régionale du livre ARL
Pôle image
Office de diffusion et d’information artistique de Normandie ODIA
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC à partir des délibérations du Conseil régional de Haute Normandie et documents internes DRAC
Types de label ou réseau
Centres dramatiques (théâtre des 2 rives)
Scènes nationales (le Volcan, DSN, SNEL, PQMSA)
Centres chorégraphiques nationaux (LeHavre)
Scènes de musiques actuelles (L’abordage, Tétris et le hangar 106)
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque (Atelier 231 et cirque théâtre d’Elbeuf)
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art (Yvetot – Galerie Duchamp)
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres (Moulin d’Andé)
Pôles d’enseignements supérieurs (CEFEDEM, ESADhaR)
TOTAL
120
9 209,74
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
164,5
314,6
77,0
556,1
PAYS DE LA LOIRE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
121
122
PAYS DE LA LOIRE
SYNT HÈSE DES DÉPENSES ET M OYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la nomenclature
M71 des régions
Sources : DRAC sur inform ations du Conseil Régional des Pays de la Loire
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement Total
300,0
2 080,0
19 437,2
5 941,2
3 644,6
6 365,2
23 381,8
14 386,4
2 380,0
25 378,4
10 009,8
37 768,2
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur inform ations du Conseil Régional des Pays de la Loire et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
14 447,0
5 710,0
3 409,0
2 850,0
1 874,5
1 202,0
959,1
216,3
278,0
96,5
59,0
40,4
34,1
31 175,9
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Livre et lecture
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Autres domaines culturels
Action culturelle internationale
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Presse et médias
Pluri-disciplinaire
TOTAL
%
46,3%
18,3%
10,9%
9,1%
6,0%
3,9%
3,1%
0,7%
0,9%
0,3%
0,2%
0,1%
0,1%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur inform ations du Conseil Régional des Pays de la Loire
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Patrimoine industriel (Patrimoine)
Patrimoine fluvial et maritime (Patrimoine)
Parcs et jardin (Patrimoine)
Patrimoine non protégé (Patrimoine)
Peintures murales (Patrimoine)
Patrimoine immatériel (Patrimoine)
Mise en valeur du patrimoine (Patrimoine)
Patrimoine et jeunesse (éducation artistique et pratiques amateurs)
Autres (autres domaines culturels)
Site Web culture (autres domaines culturels)
Conférence régionale consultative de la culture (aménagement du terr.)
Communication (autres domaines culturels)
Visite de sites (Pluri-disciplinaire)
Pratiques amateurs (éducation artistique et pratiques amateurs)
Pass Culture et sport (éducation artistique et pratiques amateurs)
TOTAL
investissement
2 103,6
58,9
99,5
13 180,5
832,6
1 773,5
1 323,1
300,0
30,4
470,0
59,0
40,4
278,0
20,0
33,5
27,0
99,3
43,6
38,1
53,4
3,5
30,0
96,5
144,5
34,1
168,0
707,3
19 944,6
123
804,4
200,0
1 266,5
369,4
101,0
2 086,0
2 080,0
40,0
164,0
65,0
1 686,9
92,4
32,1
101,6
38,3
11 231,4
total
2 103,6
58,9
804,4
299,5
14 447,0
1 202,0
1 874,5
3 409,0
2 380,0
30,4
470,0
59,0
40,4
278,0
60,0
197,5
92,0
1 786,2
92,4
75,7
139,7
53,4
3,5
68,3
96,5
144,5
34,1
168,0
707,3
31 175,9
%
6,7%
0,2%
2,6%
1,0%
46,3%
3,9%
6,0%
10,9%
7,6%
0,1%
1,5%
0,2%
0,1%
0,9%
0,2%
0,6%
0,3%
5,7%
0,3%
0,2%
0,4%
0,2%
0,0%
0,2%
0,3%
0,5%
0,1%
0,5%
2,3%
100,0%
PAYS DE LA LOIRE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional des Pays de la Loire
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP*
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
14
13,5
21
19,8
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
2
0,5
TOTAL
16
14
21
19,8
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif PP
0
0
33,3
0
0
0,5
33,8
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional des Pays de la Loire
Nom de la structure (intitulé complet)
1,0
1,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
780,4
50,0
830,4
104,0
934,4
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
140,0
400,0
135,0
258,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
1 223,8
2 504,3
1 465,8
766,0
100,0
2 947,1
350,0
145,0
4 475,1
435,0
52,0
487,0
1 316,0
300,0
6 578,13
213,1
2 075,0
1 170,0
Effectifs 2013 en ETP
Projet régional Fontevraud -plate forme régionale d’innovation
Centre de ressources du Livre
Sous-total agences
Bureau d'accueil des tournages
TOTAL
Fontevraud CCO initialement mentionné au tableau 4 a été retiré (cf tab 5)
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional des Pays de la Loire
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
124
9 418,0
540,0
55,0
595,0
130,0
2 686,0
12 828,95
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
0,0
PICARDIE
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
125
126
PICARDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
13 890,3
119,4
14 009,6
4 467,4
5 575,3
10 042,6
Total
18 357,6
5 694,6
24 052,2
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
8 980,5
5 810,6
2 684,7
1 954,4
1 393,6
1 455,0
987,2
508,3
278,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Aménagement du territoire / culture
Autres domaines culturels
Cinéma et audiovisuel
Pluri-disciplinaire
Arts plastiques
Livre et lecture
Action culturelle internationale
Éducation artistique et pratiques amateurs
Presse et médias
Langues régionales
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
TOTAL
24 052,2
%
37,3%
24,2%
11,2%
8,1%
5,8%
6,0%
4,1%
2,1%
1,2%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie
secteurs d'intervention
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Patrimoine historique Patrimoine)
Projets pluri-disciplinaires
CSTI (autres domaines culturels)
Musique (spectacle vivant)
Action culturelle en région (aménagement culturel du terr.)
developpement culturel des territoires (aménagement culturel du terr.)
Etudes (autres domaines culturels)
Autres
TOTAL
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
75,0
%
75,0
0,3%
119,4
5 575,3
5 694,6
23,7%
4 945,7
812,2
508,3
1 051,2
55,0
175,0
5 000,7
987,2
508,3
1 393,6
20,8%
4,1%
2,1%
5,8%
278,0
41,0
1 455,0
5,0
3 979,8
1 504,7
1 180,0
100,0
1 849,4
24 052,2
1,2%
0,2%
6,0%
0,0%
16,5%
6,3%
4,9%
0,4%
7,7%
100,0%
278,0
41,0
60,0
5,0
1 579,8
1 504,7
1 180,0
342,4
1 395,0
2 400,0
100,0
1 849,4
14 009,6
127
total
10 042,6
PICARDIE
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
16
15,5
14
13,2
0
0
28,7
0
16
0
15,5
14
13,2
0
0
0
28,7
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie
Nom de la structure (intitulé complet)
Effectifs 2013 en ETP
Centre régional du livre et de la lecture CR2L
Pôle image Picardie ACAP
TOTAL
7,5
13,0
20,5
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
236,0
568,0
804,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Picardie et tab leau de programmation interne
Types de label ou réseau
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
128
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
56,9
1 885,6
209,2
225,0
75,0
2 954,5
153,0
599,4
271,9
3 567,5
340,0
73,5
413,5
75,0
289,0
3 152,0
310,0
65,5
375,5
40,0
4 056,00
3 567,50
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
160,0
212,2
372,2
POITOU-CHARENTES
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
129
130
POITOU-CHARENTES
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC à partir des délib érations b udgétaires du Conseil Régional de Poitou-Charentes
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
19 350,0
3 335,0
22 685,0
1 250,0
1 930,0
3 180,0
Total
20 600,0
5 265,0
25 865,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC à partir des délib érations b udgétaires du Conseil Régional de Poitou-Charentes et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
7 942,0
3 670,0
3 472,0
1 713,0
1 048,0
972,0
660,0
799,0
190,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Cinéma et audiovisuel
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Livre et lecture
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Aménagement du territoire / culture
Langues régionales
Action culturelle internationale
Presse et médias
Pluri-disciplinaire
Autres domaines culturels
TOTAL
20 466,0
%
38,8%
17,9%
17,0%
8,4%
5,1%
4,7%
3,2%
3,9%
0,9%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC à partir des délib érations b udgétaires du Conseil Régional de Poitou-Charentes
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement investissement
1 418,0
2 023,0
5,0
134,0
70,0
20,0
7 942,0
960,0
12,0
1 028,0
20,0
2 882,0
590,0
1 163,0
649,0
11,0
550,0
190,0
total
%
Monuments historiques
3 441,0
16,8%
Archéologie
5,0
0,02%
Musées
134,0
0,7%
Inventaire
70,0
0,3%
Architecture
20,0
0,1%
Spectacle vivant
7 942,0
38,8%
Arts plastiques
972,0
4,7%
Livre et lecture
1 048,0
5,1%
Cinéma et audiovisuel
3 472,0
17,0%
Enseignement
1 163,0
5,7%
Éducation artistique
660,0
3,2%
Formation professionnelle
550,0
2,7%
Langues régionales
190,0
0,9%
Presse et médias
Action culturelle internationale
Action culturelle territoriales
799,0
799,0
3,9%
TOTAL
17 810,0
2 656,0
20 466,0
100,0%
* les montants des tableaux 2 et 2 bis sont renseignés à partir des délibérations d’exécution du budget 2013 : la différence de 5.4 M€ entre le total
du tableau 1 et celui du tableau 2 s’explique principalement par deux appels à projet initialement budgétés pour le patrimoine (3 M€) et pour les
projets culturels des lycées (1.5 M€) qui n’ont pas été totalement utilisés.
131
POITOU-CHARENTES
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur information des services du Conseil Régional de Poitou-Charentes
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP*
ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres **
ETP
PP*
ETP
PP*
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
21
20,5
15
15
91
91
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
15
91
21
20,5
15
91
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP et 0.5 ETP à 1 PP
** intégration dans le champ culturel de médiateurs culturels de lycée
Sources : DRAC à partir des délibérations budgétaires du Conseil Régional de Poitou-Charentes et synthèse des
informations IGAC
Sources : DRAC sur informations des services du Conseil Régional de Poitou-Charentes
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence culturelle de Poitou-Charentes
Centre du livre et de la lecture
TOTAL
8,6
7,0
15,6
Apport estimé du
Apport de la DRAC
Conseil régional
en 2013
en 2013
en K€
en K€
458,0
300,0
299,0
265,0
757,0
565,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC à partir des délib érations budgétaires du Conseil Régional de Poitou-Charentes
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéra
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
305,0
1 389,0
513,0
289,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
610,0
3 757,0
613,0
641,0
173,0
800,0
150,0
711,0
3 469,0
327,0
165,0
492,0
201,0
1 166,0
5 328,00
6 482,0
255,0
155,0
410,0
155,0
2 771,0
9 818,0
132
Total ETP
126,5
0
126,5
PROVENCE ALPES COTE D’AZUR
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
133
134
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la nomenclature M71
des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Fonctionnement Investissement
922,0
790,0
41 395,0
11 249,0
556,0
8 480,0
42 873,0
20 519,0
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
Total
1 712,0
52 644,0
9 036,0
63 392,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
18 333,2
14 077,4
9 035,9
5 735,0
5 651,0
4 095,8
3 657,6
1 872,0
612,0
322,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Pluri-disciplinaire
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Éducation artistique et pratiques amateurs
Arts plastiques
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Aménagement du territoire / culture
Action culturelle internationale
Presse et médias
Langues régionales
Autres domaines culturels
TOTAL
63 391,9
%
28,9%
22,2%
14,3%
9,0%
8,9%
6,5%
5,8%
3,0%
1,0%
0,5%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Dépenses estimées pour 2013 en K€
secteurs d'intervention
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Régie culturelle régionale et autres mesures transversales (Pluri-disciplinaire)
Politique de la Ville (aménagement culturel du terr.)
Cultures régionales (pluri-disciplinaire)
Publics éloignés et empêchés (éduc.artist.et pratiques amateurs)
Coopération décentralisée (action culturelle internationale)
Formations culturelles (éducation artistique et pratiques amateurs)
TOTAL
135
investissement
total
%
556,4
8 479,6
9 035,9
14,3%
16 347,0
3 452,6
2 235,0
2 162,0
1 986,2
205,0
3 500,0
3 489,0
18 333,2
3 657,6
5 735,0
5 651,0
28,9%
5,8%
9,0%
8,9%
1 872,0
3,0%
12 472,4
612,0
1 604,9
533,2
322,0
3 562,5
63 391,9
19,7%
1,0%
2,5%
0,8%
0,5%
5,6%
100,0%
1 872,0
12 002,4
589,0
1 554,9
493,2
322,0
1 286,1
42 872,7
470,0
23,0
50,0
40,0
2 276,5
20 519,3
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
52
52
21
21
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
0
0
TOTAL
21
52
52
21
* les effectifs en PP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif PP équivaut à un effectif ETP
0
0
73
0
0
0
73
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence des arts du spectacle ARCADE
Régie culturelle régionale
Agence régionale du livre ARL
TOTAL
Le FRAC mentionné dans le tableau 4 a été retiré (cf tab 5)
24.1
39,0
9,0
39,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
853,0
2 662,0
470,0
3 515,0
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
174,0
850,0
770,0
664,5
147,0
399,0
1 276,9
136
110,0
4 391,4
1 101,0
616,0
1 717,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
4 260,0
3 530,0
2 977,0
728,0
840,0
1 238,0
2 365,0
795,0
215,0
16 948,0
710,0
1 296,0
2 006,0
921,5
7 029,85
4 192,0
23 146,0
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
628,0
210,0
838,0
REUNION
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
137
138
REUNION
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de la Réunion
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Fonctionnement Investissement Total
311 – Enseignement artistique
6 749,0
500,0
312 – Activités culturelles et artistiques
1 353,0
370,0
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)*
198,0
7 464,0
TOTAL
8 300,0
8 334,0
* le montant des crédits d’investissement correspond au PRR Médiathèques à hauteur de la dotation 2012
7 249,0
1 723,0
7 662,0
16 634,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de la Réunion et synthèse des informations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
7 499,0
7 426,0
1 723,0
315,0
290,0
236,0
110,0
secteurs d'intervention
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Aménagement du territoire / culture
Spectacle vivant
Action culturelle internationale
Cinéma et audiovisuel
Livre et lecture
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Arts plastiques
Éducation artistique et pratiques amateurs
Presse et médias
Langues régionales
Pluri-disciplinaire
Autres domaines culturels
TOTAL
17 599,0
%
42,6%
42,2%
9,8%
1,8%
1,6%
1,3%
0,6%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Réunion
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
PRR Construction de médiathèques* (aménagement culturel du terr.)
TOTAL
investissement
%
110,0
110,0
0,6%
1 353,0
370,0
1 723,0
9,8%
198,0
280,0
6 749,0
38,0
10,0
500,0
236,0
290,0
7 249,0
1,3%
1,6%
41,2%
230,0
20,0
250,0
1,4%
7 426,0
8 474,0
315,0
7 426,0
17 599,0
1,8%
42,2%
100,0%
315,0
9 125,0
139
total
REUNION
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de la Réunion
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP*
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
40
40
0
0
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
3
3
TOTAL
0
43
43
0
* les effectifs en ETP n’ayant pas été communiqués, il est admis par convention qu’un effectif ETP équivaut à un effectif PP
0
0
40
0
0
3
43
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de la Réunion
Nom de la structure
Effectifs 2013 en ETP
Agence Film Réunion
Pôle régional de musiques actuelles PRMA
TOTAL
4,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
4,0
2 056,0
500,0
2 556,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
300,0
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
776,0
170,0
92,0
470,0
140,0
868,0
132,0
140,0
132,0
1 615,0
2 225,00
200,5
1 200,5
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de la Réunion
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
140
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
239,0
170,0
409,0
RHONE ALPES
DEPENSES CULTURELLES PAR CATEGORIES
141
142
RHÔNE-ALPES
SYNT HÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°1 : Dépenses de fonctionnement et d’investissement par grandes masses issues de la
nomenclature M71 des régions
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône-Alpes
Chapitre Culture – sport – loisir (B 933 et A 903)
Fonction Culture (31)
Sous fonction (311 – 312 – 313)
Dépenses estimées pour 2013
en K€
Fonctionnement Investissement
311 – Enseignement artistique
312 – Activités culturelles et artistiques
313 – Patrimoine (bibliothèques, musées, monuments …)
TOTAL
32 120,0
4 410,0
36 530,0
12 700,0
0,0
12 700,0
Total
44 820,0
4 410,0
49 230,0
Tableau n°2 : Dépenses totales d’intervention regroupées par grands domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône Alpes et synthèse des inform ations IGAC
Dépenses
estimées pour
2013 en K€
20 670,0
8 560,0
3 830,0
3 500,0
3 400,0
2 201,0
2 200,0
2 134,0
1 350,0
892,0
527,0
170,0
50,0
49 484,0
secteurs d'intervention
Spectacle vivant
Cinéma et audiovisuel
Patrimoine (MH, musées, archéo, inventaire,archit...)
Enseignement, formation professionnelle, aide à l’emploi culturel
Pluri-disciplinaire
Livre et lecture
Éducation artistique et pratiques amateurs
Arts plastiques
Autres domaines culturels
Aménagement du territoire / culture
Action culturelle internationale
Langues régionales
Presse et médias
TOTAL
%
41,8%
17,3%
7,7%
7,1%
6,9%
4,4%
4,4%
4,3%
2,7%
1,8%
1,1%
0,3%
0,1%
100,0%
Tableau n°2 bis : Détail des dépenses d’intervention en fonctionnement et en investissement ventilées par domaines
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône Alpes
secteurs d'intervention
Dépenses estimées pour 2013 en K€
fonctionnement
Monuments historiques
Archéologie
Musées
Inventaire
Architecture
Spectacle vivant
Arts plastiques
Livre et lecture
Cinéma et audiovisuel
Enseignement
Éducation artistique
Formation professionnelle
Langues régionales
Presse et médias
Action culturelle internationale
Médiation culturelle sur les territoires éloignés (aménagt cult.du terr.)
Festivals (pluri-disciplinaire)
Culture scientifique et technique (autres domaines culturels)
TOTAL
1 430,0
investissement
2 200,0
200,0
17 570,0
1 945,0
1 793,0
1 860,0
2 500,0
2 200,0
1 000,0
170,0
3 100,0
189,0
408,0
6 700,0
50,0
527,0
892,0
3 400,0
1 350,0
36 837,0
143
12 647,0
total
%
3 630,0
7,3%
200,0
0,4%
20 670,0
2 134,0
2 201,0
8 560,0
2 500,0
2 200,0
1 000,0
170,0
50,0
527,0
892,0
3 400,0
1 350,0
49 484,0
41,8%
4,3%
4,4%
17,3%
5,1%
4,4%
2,0%
0,3%
0,1%
1,1%
1,8%
6,9%
2,7%
100,0%
RHÔNE-ALPES
SYNTHÈSE DES DÉPENSES ET MOYENS DU CONSEIL REGIONAL
PÉRIMÈTRE CULTURE ET COMMUNICATION
Dépenses estimées pour 2013 en K€
Tableau n°3 : Moyens en personnel
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône-Alpes
Effectifs 2013
Répartition des emplois du Conseil régional dans le domaine
de la culture
Services administratifs
PP
ETP
Total ETP
Services spécialisés
Inventaire
Autres
ETP
PP
ETP
PP
Effectif d'agents des services culturels du Conseil régional
35
30
12
12
0
0
42
Effectif d'agents relevant d'autres services du Conseil régional en
charge d'un domaine d'intervention culturelle
TOTAL
0
35
0
30
12
12
0
0
0
42
Tableau n°4 : Moyens budgétaires et en personnel pour les politiques déléguées à des agences ou autres structures
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône-Alpes
Nom de la structure
9,0
4,0
13,0
Apport estimé du
Conseil régional
en 2013
en K€
550,0
544,0
1 094,0
Conseil régional
Crédits de
fonctionnement
estimés pour 2013
en K€
950,0
876,0
345,0
546,0
180,0
100,0
577,0
3 102,8
67,0
6 743,8
450,0
270,0
720,0
310,0
1 955,0
9 728,77
DRAC
Crédits de
fonctionnement
affectés en 2013
en K€
9 718,5
5 421,1
1 227,0
430,0
665,0
160,0
2 950,0
6 043,9
200,0
26 815,5
550,5
475,0
1 025,5
302,0
2 792,8
30 935,8
Effectifs 2013 en ETP
Nouvelle agence culturelle de Rhône-Alpes – NACRE
Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation ARALD
TOTAL
Tableau n°5 : Apports aux labels et réseaux nationaux
Sources : DRAC sur informations du Conseil Régional de Rhône-Alpes
Types de label ou réseau
Centres dramatiques
Scènes nationales
Centres chorégraphiques nationaux
Scènes de musiques actuelles
Centres nationaux de création musicale
Pôles nationaux des arts de la rue / cirque
Orchestres
Opéras
Centre de développement chorégraphiques
Sous-total spectacle vivant
FRAC
Centres d’art
Sous-total arts plastiques
Centres culturels de rencontres
Pôles d’enseignements supérieurs
TOTAL
144
Apport de la DRAC
en 2013
en K€
400,0
340,8
740,8
ANNEXE
145
146
ELEMENTS DE METHODE SUR L’EXPLOITATION
DES DONNEES CHIFFREES
147
148
ELEMENTS DE METHODE SUR L’EXPLOITATION DES DONNEES CHIFFREES
Cette note a pour objet de préciser les obstacles rencontrés pour chiffrer avec précision les
dépenses consacrées par les Conseils régionaux au domaine de la culture en 2013.
1- Le chiffrage des dépenses de la majorité des Régions n’a pas tenu compte du périmètre
budgétaire du budget primitif 2013 fixé par l’enquête et a retenu plus certainement les
estimations de dépenses 2013 connues à la date de l’enquête (mars 2014).
A ce sujet, six régions ont clairement indiqué des montants correspondants à des données
budgétaires différentes du périmètre imposé par le questionnaire : quatre réponses ont été
faites toutes ou parties sur les montants du budget exécuté en 2012 (Guyane, Lorraine,
Martinique et Réunion -PRR Médiathèque ) et trois autres renseignent les montants exécutés en
2013 (Ile-de-France, Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes). Pour les vingt autres régions, la
mission a constaté que les montants des dépenses sur la fonction culture (tableau n°1 des
feuillets régionaux) pouvaient coïncider avec les chiffres transmis par la DGCL pour uniquement
cinq budgets primitifs régionaux 2013. A la lumière de ce constat, il est manifeste que les
dépenses estimées à la date de l’enquête et inscrites dans les tableaux, peuvent aussi bien
correspondre au chiffrage du budget primitif ou du budget exécuté.
Pour la synthèse nationale, les chiffres concernant les DRAC ont été repris des travaux de la
première phase relative à l'exécution budgétaire 2013 du Ministère de la culture et de la
communication.
2- Une absence d’homogénéité dans la présentation des dépenses culturelles des Conseils
régionaux.
Les DRAC ont ventilé le budget des dépenses d’intervention culturelle des Conseils régionaux
selon une liste pré-établie mais non limitée (voir tableau 2 bis des fiches régionales). Le mode
de présentation budgétaire proposé avait pour objectif de dépasser la simple maquette
budgétaire des missions et programmes du ministère de la culture et de la communication, pour
s’adapter aux logiques des présentations budgétaires des stratégies régionales et faciliter ainsi
la collecte des données. Cependant, dans un souci de comparabilité, la liste pré-établie a été
organisée autour de 15 rubriques, qui suivent le découpage du budget du ministère de la culture
et de la communication au niveau de la sous-action et correspondent aux secteurs
d’intervention suivants : monuments historiques, archéologie, musées, inventaire, architecture,
spectacle vivant, arts plastiques, livre et lecture, cinéma et audiovisuel, enseignement,
éducation artistique, formation professionnelle, langues régionales, presse et médias, action
culturelle internationale.
En définitive, seules quatre budgets régionaux se sont inscrits dans le cadre budgétaire prédéfini. Pour les vingt-deux autres régions chaque réponse aux tableaux est particulière. Dans la
149
majorité des réponses, les rubriques initiales ont été respectées (mises à part les dépenses des
secteurs d’interventions patrimoniales qui ont été pour cinq régions globalisées sur une seule
rubrique) et des lignes supplémentaires ajoutées (de une à quinze lignes supplémentaires), dont
les intitulés sont plus près des orientations stratégiques des Régions en matière culturelle. Pour
exemple, à la réponse au tableau 2 de la Région Champagne-Ardenne sont ajoutées les dix lignes
suivantes :
- Promotion
- Festivals
- Soutien centres de ressources
- Initiatives artistiques locales
- Résidences
- Projets culturels de territoires
- Équipements culturels
- Action culturelle
- Patrimoine autres qu’architecture
- CPER
Afin de pallier le manque d’homogénéité des données et pour les besoins de la synthèse, la
mission IGAC a reconstruit le tableau 2 autour de treize secteurs d’intervention : action
culturelle internationale, aménagement du territoire / culture, arts plastiques, autres domaines
culturels, cinéma et audiovisuel, enseignement / formation professionnelle / aide à l’emploi,
langues régionales, livre et lecture, éducation artistique et pratiques amateurs,
patrimoines,pluri-disciplinaire, presse et médias, spectacle vivant.
3- Une visibilité du service de la culture plus ou moins complète des dépenses culturelles
selon l’organisation administrative de la Région
La mission IGAC a relevé de nombreuses incohérences entre le total des dépenses culturelles
ventilées par secteurs d’intervention et le total du budget culture du tableau 1 (reprise des
comptes de la nomenclature budgétaire et comptable M 71) : les deux totaux devant a minima
être égaux, voire supérieur pour le tableau 2, ce dernier pouvant englober des dépenses
financées sur d’autres lignes du budget de la Région.
Après vérification auprès des DRAC, la mission IGAC a procédé à une correction des montants en
intégrant les subventions versées aux agences et autres structures (tableau 4) dans les dépenses
de fonctionnement6 du tableau 2 lorsque celles-ci n’avaient pas été comptées. Cette correction
concerne six régions : Alsace, Aquitaine, Guyane, Ile-de-France, Poitou-Charentes et la Réunion.
Par ailleurs, les DRAC ont indiqué que dans le délai imparti de la mission, la grande majorité des
régions n’a pas été en mesure d’identifier avec précision les dépenses culturelles imputées sur
d’autres budgets de la Région. Le montant des dépenses culturelles des Régions, toutes
imputations budgétaires confondues, pourrait donc être supérieur aux données recensées par la
mission.
Ainsi, la mission IGAC ne peut affirmer qu’il existe une absence effective de dépenses sur un
secteur d’intervention du fait d’une absence de montant indiqué sur la ligne du tableau, la
possibilité de prise en charge de ces dépenses sur une autre ligne budgétaire n’étant pas à
écarter.
6
Le montant de la subvention inscrit au tableau 4 ne permettant pas de distinguer les parts respectives
de la subvention en fonctionnement et en investissement, la mission IGAC a décidé d’inscrire par
convention le montant de la subvention en fonctionnement dans le tableau 2.
150
4- Une fragilité de la nomenclature budgétaire et comptable des Régions concernant les
dépenses de personnel
Comme cela a été montré dans l’enquête conduite par le DEPS « la grande majorité des régions
n’est pas en mesure d’identifier avec précision les dépenses relatives au personnel régional
intervenant dans le domaine culturel ».
Les réponses à l’enquête IGAC n’apportent pas un nouvel éclairage sur ce sujet puisque seule la
DRAC Lorraine indique que les montants du tableau n°1 sont chiffrés hors personnel. Cependant,
les services de la DGCL consultés sur ce point, indiquent que 26 % des régions ont intégré des
dépenses relatives à des comptes de personnel à leur budget primitif 2013 majoritairement sur
la sous-fonction « patrimoine ». En l’absence de chiffrage budgétaire détaillé pour ce type de
dépenses, les données collectées par la mission IGAC permettent néanmoins d’approcher les
moyens consacrés aux dépenses de personnel en mesurant les emplois équivalents temps plein
des Régions affectés au domaine de la culture.
151
152
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising