Voir - Les Afriques

Voir - Les Afriques
BOURSE
Le journal de la finance africaine
Hebdomadaire
www.lesafriques.com
Le platinum plombe l’indice
AI40.
Page 9
Vers une nouvelle recapitalisation du Douala Stock
Exchange.
Page 9
BANQUES, ASSURANCES
La finance islamique en
Afrique : un potentiel encore
inexploité.
Page 8
Charles Kié prend les commandes de la Banque Atlantique.
Page 5
Maroc Leasing : l’histoire
d’un come back réussi.
Page 7
Cameroun : les établissements de la microfinance en
lutte contre la pauvreté.
Page 12
PRODUITS DE BASE
Diamant : les pays africains
veulent polir sur place.
Page 8
L’Algérie ne veut pas être un
simple fournisseur de gaz
pour l’Europe.
Page 21
ENTREPRISES ET MARCHÉS
Riz : le Sénégal veut s’autosuffire.
Page 11
ECONOMIE
La subvention des produits
pétroliers coûte cher à l’Etat
guinéen.
Page 12
Financement alternatif du
développement : 30 milliards
en plus pour l’Afrique.
Rédaction
: Alger,
DP World vient de passer à la troisième place au niveau des activités
portuaires mondiales. En Afrique,
l’entité a engagé des millions de
dollars à Djibouti, à Dakar et à
Maputo (Mozambique). Sur le
premier pays, le groupe est en
train de finir la construction
d’un nouveau terminal d’une
Page 15
Sénégal : nouveau code des
marchés publics.
Page 17
L'Afrique et le modèle chinois : les leçons à tirer.
capacité de 1,5 million de m3 qui
fera du port de Djibouti le terminal portuaire le plus perfectionné en Afrique. Pour le directeur exécutif de DP World,
Mohamed Sharaf, le groupe est
un faiseur de profits et non un
preneur de profits : « En général,
ces preneurs font des profits et dis-
Jaloul Ayed, DG de BMCE Bank,
Président du directoire de BMCE
Capital et Vice-Président de
MediCapital Bank.
Courant 2007, la BMCE Bank a
conforté sa présence au niveau africain avec l’acquisition de 35% du
capital de Bank Of Africa. Ce rachat,
qui intervient après une série d’opérations au niveau régional et l’implantation d’une banque d’affaires à
Londres, fait de l’institution présidée par Othman Benjelloun un vecteur d’union du Maghreb arabe et
d’intégration du continent africain.
En dépit des obstacles politiques qui
La Bourse d’Alger
attend toujours
Page 19
Partenariat : sommet IndeAfrique.
Page 13
POLITIQUE
La frontière algéro-marocaine, otage de la politique,
en dépit du bon sens.
Page 20
Un Barcelone II au lieu de
l'UM.
Page 20
Le pouvoir local, enjeu de la
guerre inter-chiites en Irak.
Page 23
N
o
23
:
3
au
9
avril
2008
paraissent. Ils ne s’intéressent
aucunement à ce qui se passe derrière eux et ne développe aucune
ressource humaine. A l’opposé,
nous, nous misons sur le long
terme. Nous faisons des profits et
nous les réinvestissons sur place. »
Lire en page 3
La BMCE Bank appelle à une
monnaie unique maghrébine
Cote d’Ivoire : 75,9 milliards
pour satisfaire des engagements nouveaux.
Page 15
Dakar
DP World entame la
métamorphose de Djibouti
Page 13
Programme d’urgence contre
le déficit énergétique en
Afrique de l’Ouest.
Casablanca,
Neuf ans après son démarrage, la bourse d’Algérie
peine toujours à convaincre
les entreprises du secteur
privé de venir à la cote. Une
situation paradoxale selon
Ali Sadmi, président de la
Commission de surveillance
des opérations de bourse : « La
Bourse d’Alger est condamnée
à se développer, sous peine de
disparaître. Elle doit se
moderniser et être alimentée
pour devenir une plaque tournante de l’investissement. Il
faut s’inscrire dans le cours de
l’histoire des bourses émergentes qui se développent, qui se
modernisent. Si on reste à la
traîne, on ne voit pas l’utilité
d’une bourse qui ne finance
rien et qui ne participe pas à
la restructuration de l’industrie algérienne. Les banques ne
peuvent pas tout financer ».
Lire en page 10.
La City captivée par
l’Afrique
En cette période de morosité
économique et financière, le
continent africain exerce un
attrait croissant sur la City.
Analyse d’un phénomène
nouveau en page 5.
retardent la construction des grands
ensembles, les banquiers, et particulièrement ceux qui dirigent cette
banque marocaine, pensent que le
défi d’un Maghreb financier uni et,
au-delà, d’une monnaie unique
commune aux Etats de cet ensemble
sous-régional, est bel est bien possible. Explications de Jaloul Ayed,
administrateur directeur général de
la BMCE Bank.
Mohamed Sharaf, DG de DP World.
L’OMVS lance
un programme
d’urgence
Confrontés à un déficit énergétique qui bloque leur essor économique, le Sénégal, le
Mali, la Mauritanie et la Guinée viennent de
lancer deux programmes de grande envergure pour résoudre les nombreux délestages
du courant électrique.
Lire en page 7
Lire en page 15
Kadhafi entame la distribution
directe des revenus pétroliers
à 3 millions de Libyens
Dans un discours prononcé le
2 mars dernier à Syrte, le colonel Kadhafi a appelé à verser
directement aux Libyens l’argent du pétrole. Ces verse-
ments mensuels seront de l'ordre de 5000 dinars (4150 $)
pour 500 000 familles libyennes ou 1000 dinars (830$)
par individu. Trois millions
de Libyens en profiteraient.
« Prenez votre argent et lancez
vos activités dans l'industrie,
l'agriculture, la santé… », a-t-il
lancé.
Lire en page 3
Al Ahly n’arrive plus à garder
ses footballeurs
Le premier club de football africain, Al Ahly, du
Caire, était toujours parvenu, depuis 1907, à garder ses meilleurs joueurs. Aujourd’hui c’est fini.
Après la victoire égyptienne à la CAN, les clubs
européens sont venus faire leur marché…
80 000 familles, abonnées au club social le plus
populaire du monde arabe, assistent, dépitées,
au départ programmé de leurs idoles, attirées
par les salaires de la riche Europe. Lire en page 14
Afrique CFA 1500 FCFA. - Belgique 1,9 a... - Luxembourg 1,9 a. - Maroc 15 DH. - France 1,9 a. - Suisse CHF 3,80. - Tunisie 2,3 DT - Canada 3,3 $ CAD.
2
AFRIQUE
DU SUD
Vodafone en pourparlers
pour acheter des parts à MTN
Vodafone Group Plc est en
pourparlers pour l'achat
d'une participation dans les
opérations internationales de
MTN Group Ltd. Ces discussions interviennent après que
le gouvernement s’est opposé
à une plus grosse participation de Vodafone dans
Vodacom Group Ltd, dont il
est actionnaire avec Telkom
South Africa. La proposition
de traiter avec MTN n'inclura
pas ses activités en Afrique du
Sud, où il est en concurrence
avec Vodacom.
Le gouvernement appuie
l’augmentation des tarifs
demandée par Eskom
Le gouvernement déclare
appuyer le principe d'augmentation des tarifs de l’électricité
introduit par Eskom. La compagnie nationale veut aller audelà des 14,2% approuvés précédemment par le gouvernement, et réclame une hausse de
l’ordre de 60% afin de couvrir
les coûts de carburant, financer
les programmes de développement et freiner la consommation pour assurer l’approvisionnement de l’industrie. Des
économistes considèrent toutefois qu’une telle hausse pourrait
stimuler l'inflation et pousser à
une hausse des taux d'intérêt.
Alimentation électrique en
zone rouge
L’approvisionnement en électricité a atteint la « zone
rouge » le 20 mars dernier,
selon la compagnie Eskom qui
a dû recourir à des coupures
dans plusieurs villes du pays
après une vague anormale de
froid et de pluie qui a stimulé la
demande.
ALGÉRIE
Plus de 12 milliards de dollars de recettes
Sonatrach a exporté pour plus
de 12 milliards $ de pétrole
durant les deux premiers mois
de 2008. « Ces recettes sont liées
aux cours élevés et non à une
augmentation des volumes
exportés », a expliqué le PDG
de la compagnie. Sonatrach a
versé au Trésor public plus de
2700 milliards de dinars en fiscalité pétrolière en 2007.
900 millions $ d’investissements turcs à l’étude
L’ambassadeur turc à Alger,
Ercümend Ahmet Enç, a
déclaré que des projets d’investissements pour un montant de
900 millions $ sont à l’étude
actuellement. Les échanges
commerciaux entre les deux
pays ont triplé en 4 ans, passant
de 1,3 à plus de 3 milliards $, et
devraient dépasser les 4 milliards $, selon le diplomate. En
2007, le montant des investissements turcs s’est élevé à 310
millions $, contre 40 millions
$ en 2004. Environ 165 entreprises turques sont installées
en Algérie.
Un institut de travaux publics
financé par les Chinois
10 millions d’euros, c’est
le montant qui sera dépensé
par le groupement chinois
Citic/CRCC, chargé du tronçon
centre et ouest de l’autoroute
Est Ouest, pour la réalisation,
dans 18 mois, d’un Institut
supérieur de gestion des grands
projets (ISGGP). L’Institut, qui
sera construit sur 10 hectares au
niveau du pôle technologique
de Sidi Abdellah, générera glo-
CONDENSÉ
balement 900 emplois, dont
700 algériens, et 110 enseignants, dont 70 Algériens.
… et un accord de coopération nucléaire à des fins civiles
Un accord a été signé avec la
Chine en matière de collaboration avec l’autorité chinoise
de l’énergie atomique dans le
domaine de la recherche
scientifique et de la sûreté
nucléaire, ainsi que la formation du personnel travaillant
dans ce secteur.
Algex lance « Optimexport »,
un programme de développement des exportations
L'Agence nationale de promotion du commerce extérieur
(Algex) a élaboré un programme spécial portant sur
l’accompagnement d'une cinquantaine d'entreprises exportatrices, la création d'un fonds
de soutien aux exportateurs, et
le soutien des entreprises algériennes à participer aux foires
internationales. Les entreprises
seront sélectionnées parmi les
secteurs à forte capacité exportatrice comme l’agroalimentaire, les produits agricoles et
certains produits manufacturés.
20 millions $ pour le développement de la météorologie
Une enveloppe de 20 millions $
a été allouée au développement
des activités de l’Office national
de météorologie (ONM). Le
projet prévoit l’extension des
applications et des données de
l’Office afin d’englober les activités agricoles, les travaux
publics et les opérations d’urbanisme et d’aménagement.
Hausse des prix des matériaux de construction
La hausse vertigineuse des prix
de certains matériaux de
construction serait due à la spéculation, selon le ministre de
l'Habitat, qui considère que le
problème se pose au niveau de
la distribution. Le ministre
n’exclut pas le recours à des
« mesures coercitives », pouvant
aller jusqu’au retrait du registre
de commerce, et l’instauration
de la « traçabilité des matériaux
importés ». Pour le rond à
béton, les autorités sont prêtes à
subventionner une hausse des
prix justifiée par l’augmentation des cours internationaux.
La cimenterie de Bouira
reprend la production
La cimenterie de Sour El
Ghozlane (Bouira) a repris ses
activités après 55 jours d’arrêt
pour le renouvellement partiel
de son four vieux de 24 ans.
Le nouveau four en spirale de
89 mètres, qui a coûté 200
millions DA, permettra à
l’usine de produire 3200 tonnes de ciment par jour.
Privatisation
Le Conseil des participations de
l’Etat (CPE) a donné son
accord pour la poursuite des
négociations et la finalisation
des opérations de privatisation
totale de 7 entreprises relevant
des secteurs du BTPH, dont des
bureaux d’études, de l’équipement professionnel, et la transformation des métaux. 4 opérations de reprise par les salariés
ont été approuvées. Le CPE a
étudié l’ouverture du capital de
la Banque de développement
local (BDL) et du portefeuille
de la Société de gestion des participations (SGP) Construmet
(construction métallique).
4,4% de hausse des prix à la
consommation
De février 2007 à février 2008,
le niveau moyen d’augmenta-
tion des prix à la consommation a atteint 4,4%, selon
l’Office national des statistiques (ONS). La plus forte
hausse a été enregistrée dans
les biens alimentaires (+8,6%),
avec +4,1% pour les produits
agricoles frais et +13,5% pour
les produits alimentaires
industriels.
Dettes des collectivités locales
L’Etat a décidé d’éponger les
dettes des communes déficitaires. Bien que l’évaluation soit
toujours en cours, le montant
ne devrait pas s’éloigner de 22
milliards DA. Pour améliorer
les recettes des collectivités
locales, le ministre de
l’Intérieur a annoncé l’augmentation des taxes sur l’immobilier et de la taxe du séjour.
Exportations : un portail
électronique
L’Agence nationale de promotion des exportations
(ALGEX) prévoit de lancer
un site Web dédié au commerce extérieur et à la promotion des exportations
hors hydrocarbures, dans
lequel des informations
seront mises à la disposition
des opérateurs. Ce portail
électronique devrait voir le
jour d’ici la fin de l’année.
Plus de 105 000 femmes disposent d’un registre de commerce
Selon les statistiques du Centre
national du registre de commerce (CNRC), à la fin 2007,
plus de 105 255 femmes étaient
inscrites au registre de commerce, soit une hausse de 4%
par rapport à 2006. Les femmes
représentent 8,9% du total des
commerçants dont le nombre
est estimé à plus d’un million.
Parmi les chefs d’entreprise,
elles ne sont que 3228, soit une
proportion de 2,15%. Plus de
50% des femmes inscrites au
RC ont entre 29 et 48 ans.
Risques pour les affaires de la
First Calgary Petroleums Ltd
La First Calgary Petroleums
Ltd a demandé à ses actionnaires de rejeter une motion
de 2 actionnaires dissidents –
Finance & Investment Ltd et
Midocean Holdings Ltd –
contre le PDG Richard
Anderson. La motion est soumise au vote le 8 avril prochain. Dans une lettre aux
actionnaires, elle défend la
stratégie de l'entreprise qui
est « passée de start-up à une
société pétrolière engagée dans
un important projet de développement dans le bloc 405b en
Algérie ». La lettre met en
garde sur le fait que les changements proposés par les dissidents risquent de « saper les
relations entre l'entreprise et le
gouvernement algérien, ainsi
qu’avec la compagnie pétrolière publique Sonatrach. »
A nouveau du rififi sur le
Medgaz ?
La plainte déposée par
l’Espagnole Gas Natural
contre la suppression des
contraintes imposées par la
Commission nationale de
l’énergie espagnole à l’entrée
de Sonatrach dans le marché
ibérique pourrait créer des
problèmes
au
gazoduc
Medgaz où l’entreprise publique algérienne est actionnaire
majoritaire. « Nous n’avons pas
été informés officiellement de
cette plainte. On l’a appris par
le biais de la presse. Toutefois,
nous nous tenons prêts à riposter et à relever le défi », a indiqué le ministre algérien de
l’Energie M.Chakib Khelil.
CAMEROUN
La CAMAIR a repris ses vols
Cameroon Airlines (CAMAIR)
a repris ses vols samedi 22 mars,
soit une semaine après la décision du gouvernement camerounais de la suspendre
momentanément. « La situation au sein de la CAMAIR évolue, et la compagnie va reprendre
normalement ses activités », a
annoncé un communiqué du
gouvernement.
Baisse du coût de l’électricité
La société nationale d'électricité AES-Sonel annonce qu’à
partir du 1er avril le prix du
kilowatt va coûter 50 FCFA
pour la tranche de consommation allant de 0 à 110 KWh, et
75 FCFA pour les usagers
consommant au-delà de 110
KWh. 62% des usagers, dont
des PME (320 000 des 522 000
abonnés), sont concernés par
cette mesure. Les consommateurs de la première tranche
verront leurs factures diminuer de l'ordre de 46,43%,
contre une baisse de 9,74%
pour les seconds.
154e place dans le classement
« Doing Business 2008 »
Pour la 2e année consécutive, le
Cameroun occupe le 154e rang
sur les 178 pays du classement
général « Doing Business
2008 » établi par la Banque
mondiale. En matière de création d’entreprises, les lenteurs
sont telles qu’il faut 13 étapes
pendant 37 jours avant de
débuter une activité. Pour la
construction d’un entrepôt, les
procédures sont au nombre de
15, soit une durée de 426 jours
pour l’obtention des licences,
les permis nécessaires, et les raccordements d’eau, de téléphone
et d’électricité.
Plus de 100 milliards de FCFA
pour un barrage hydroélectrique à Lom-Pangar
Sur le montant de 140 milliards
FCFA nécessaire à la construction du barrage hydroélectrique de Lom-Pangar, la contribution des bailleurs de fonds va
atteindre 100 milliards FCFA.
Parmi eux : l’Agence française
de développement (AFD),
la Banque arabe pour le développement économique en
Afrique (BADEA), la Banque
de développement économique de l’Afrique centrale
(BDEAC), la Banque européenne d’investissement (BEI),
la Banque islamique de développement (BID), le Fonds
koweitien de développement
(FKD), l’Exim bank de Chine
(EBC) et le Groupe value analytics d’Afrique du Sud.
CONGO
Total investit 30 milliards de
FCFA pour le champ pétrolier de Moho Bilondo
Total a signé un contrat de 30
milliards FCFA pour l’exploitation du champ pétrolifère de
Moho Bilondo. Ce contrat prévoit la construction, en 18 mois,
des installations devant faciliter
l’acheminement et le traitement du pétrole brut, ce qui
générera près de 500 emplois.
L’entrée en production de ce
nouveau champ contribuera à
l’augmentation de la production congolaise autour de
90 000 barils/jour.
Un nouvel opérateur de téléphonie mobile
Warid Congo, le nouvel opérateur de téléphonie mobile, a
lancé ses activités et connaît
déjà un grand succès grâce à ses
prix attractifs. La compagnie
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
appartient au Groupe Warid
télécom, filiale de Wateen
Télécom de Sheikh Nahayan
Mabarak Al Hahayan, des
Emirats arabes unis. A l’international, Warid Congo est très
concurrente avec 90 FCFA la
minute, contre 150 et 400 FCFA
pour les autres opérateurs. Le
capital de Warid Congo est de
10 milliards FCFA.
Un prêt de 2 milliards FCFA
de la Chine
La Chine a octroyé un prêt sans
intérêt de 2 milliards de FCFA,
remboursable en dix ans, destiné
à financer des projets à caractère
socioéconomique, dont la
construction d’une bibliothèque
moderne à l’Université Marien
Ngouabi, de trois écoles primaires, d’un hôpital et d’un château
d’eau à Oyo.
CONGO RDC
Des changements proposés
au contrat minier de
Freeport-McMoRan
Une commission gouvernementale recommande d’apporter des changements au
contrat minier avec la compagnie Freeport-McMoRan
Copper & Gold Inc et Lundin
Mining Corp. La proposition
prévoit une réduction de la
participation de ces deux
compagnies dans le projet
Tenke Fungurume de cuivre et
de cobalt, et d’augmenter la
part de la société publique
Gecamines de 17,5 à 45%.
Oriental Iron va investir 7
milliards $
La compagnie Oriental Iron,
dirigée par le diamantaire israélien Dan Gertler, va investir 7
milliards $ dans un projet de
minerai de fer situé au nord du
pays, dans un site où il y a sept
dépôts contenant 700 millions
de tonnes de fer.
EGYPTE
Aramex ouvre un centre
logistique au Caire
Le fournisseur mondial de
solutions de transport Aramex
a ouvert un nouveau centre
logistique qui va élargir sa
chaîne d'approvisionnement de
réseaux de transport dans le
pays. « Aramex s'est engagé à
fournir à nos clients en Égypte
des réseaux de transport efficaces
et une logistique d’infrastructures de classe mondiale qui répond
aux besoins locaux et accompagne la croissance économique
rapide », a déclaré Samer
Gharaibeh, le chef de la direction Afrique d’Aramex.
Danieli remporte le contrat
d’un mini-moulin
L’équipementier
italien
Danieli
&
Compagnia
Editeur : Editions Financières du
Sud Eurl, 11 rue de Bassano – F75116 Paris. Gérant : Koly Keita.
Filiale à 100% de Les Afriques
Edition et Communication SA.
Genève. Administrateurs :
Abderrazzak Sitail (Président),
Michel Juvet, François-Eric
Perquel, Dominique Flaux (Adm.
délégué, directeur de la publication). Comité des Fondateurs :
Philippe Séchaud (Président).
Editeurs partenaires : Atlas
Publications (Maroc). Avenir
Communication (Sénégal) et
Syscomtech (Cameroun).
Directeur de la rédaction et
rédacteur en chef Finance :
Adama Wade (Casablanca).
Rédacteur en chef Economie et
politique : Ihsane El Kadi
(Alger). Rédacteur en chef
Gestion publique et coopération :
Officine Meccaniche a remporté un contrat de 260 millions d’euros pour la
construction d’un mini-moulin pour le compte de la compagnie Suez Steel. Le moulin
intégré produira 2 millions
de tonnes d'acier par an et
sera construit en 30 mois.
L'investissement global dans
le complexe égyptien sera de
550 millions d’euros.
Alcotexa vend 100 tonnes de
coton en une semaine
L’Association des exportateurs de coton d'Alexandrie
(Alcotexa) a déclaré avoir
vendu 100 tonnes de coton
durant la semaine qui a pris
fin le 22 mars. Un nouvel
engagement d’Alcotexa porte
sur l'exportation de 128 956,5
tonnes de coton pour une
valeur de 266,21 millions de $
au cours de cette saison, qui a
débuté en septembre dernier.
La banque Audi discute
d'une éventuelle fusion avec
EFG-Hermes
La banque Audi a étudié une
éventuelle fusion avec la banque régionale d'investissement
EFG-Hermes Holdings. Les
discussions sont à un stade
« très préliminaire » et un
éventuel accord « devrait être
subordonnée à l'obtention
d'approbations des organismes
de réglementation et des actionnaires, y compris le consentement de la Banque centrale de
Londres », indique un communiqué d’Audi Bank.
Sharm Dreams augmente de
98% son capital souscrit
La compagnie Sharm Dreams
d'investissement dans le tourisme indique que 99,8% des
13 millions d'actions mises
sur le marché ont été achetées, ce qui a permis de soulever un montant de 129,75
millions LE (23,68 millions
$). Les 25 136 actions restantes seront proposées à nouveau, après l'approbation de
l'Autorité des marchés des
capitaux et des actionnaires
actuels. Cette offre publique
fait suite à l'augmentation du
capital de Sharm Dreams
Holding qui est passé de 400 à
700 millions de LE.
Les actionnaires de CIB
approuve un dividende de 1
LE l’action
Les actionnaires de la
Commercial International
Bank (CIB) ont approuvé un
dividende de 1 LE (0,18 $)
par action pour 2007. Le
dividende en espèces sera
mis en paiement le 3 avril.
En février, la banque a affiché une hausse de 51% de
son bénéfice net en 2007,
soit 1,29 milliard de LE.
Chérif Elvalide Seye (Dakar).
Rédaction : Louis S. Amédé
(Abidjan), Mohamed Baba Fall
(Casablanca), Said Djaafer
(Alger), Amadou Fall (Dakar),
Daikha Dridi (Le Caire),
Charles A. Bambara (Londres).
Ont également participé à ce
numéro : Lazhar Djeziri (Alger),
Ougna Camara (Conakry), Sana
Harb (Alger), Robert Adandé
(Dakar), Fayçal Metaoui (Alger),
Aliou Diongue (Dakar), Anne
Guillaume-Gentil (Paris),
Mamadou Lamine Diatta
(Dakar), Achille Mbog Pibasso
(Douala), Robert Adande
(Dakar), avec le concours
d’African Investor - AI40
(Londres) et de CommodAfrica
(Paris).
Abonnements : Les Afriques, 19
rue de Veyrier, CH-1227 Carouge
Genève. Tél : +41 22 301 96 15.
Fax : +41 22 301 96 10.
abos@lesafriques.com ou formu-
Découverte de gaz naturel
dans les zones de BP et ENI
Les compagnies BP et IEOC,
une filiale de la compagnie italienne ENI, ont annoncé avoir
découvert du gaz naturel dans
une zone offshore, à 22 000
pieds de profondeur, contrôlée
par les deux sociétés. La découverte pourrait contenir un milliard de m3 de réserves.
Le PDG de la CIB dirige la
CICH
Dans le cadre du processus
de fusion-intégration progressive, le PDG de Commercial
International Bank (CIB),
Hicham Ezz Al Arab, assumera,
en plus de ses responsabilités
actuelles, la présidence de la
Commercial
International
Capital Holding (CICH), en
remplacement de Sahar El
Sallab.
HDB augmente son capital
La Housing and Development
Bank (HDB) a annoncé que la 2e
phase de la souscription pour
l’augmentation de son capital a
été couverte par la vente de 72
464 actions (pour un montant
de 724 640 LE), représentant
296,6 fois la partie non couverte.
L’Egypte rejoint l'OCDE
L’Egypte est devenue le premier
pays arabe et d'Afrique du
Nord à adhérer à l'Organisation
pour la coopération et le
développement économiques
(OCDE). L'organisation est
une plate-forme pour les décideurs politiques et le secteur
privé. Elle fournit des statistiques comparables, surveille les
tendances, l'évolution économique et les changements
sociaux ou des projets de
recherche en évolution des
modes dans le commerce, l'environnement, l'agriculture, la
technologie et la fiscalité.
Pourparlers avec Gazprom
Des discussions sont en cours
pour l’entrée du géant gazier
russe Gazprom dans des projets
énergétiques en Égypte.
L'inflation ne va pas décourager les investisseurs
Selon la Banque centrale, l’accélération de l’inflation ne va pas
décourager les investisseurs
internationaux. L'inflation a
atteint 12,1% en février, contre
10,1% en janvier, en raison de la
hausse des prix des marchandises comme le blé.
Renforcement de la coopération énergétique avec la Chine
L’Egypte souhaite renforcer la
coopération bilatérale avec la
Chine dans le domaine de
l'énergie, en particulier dans la
promotion des échanges de
technologies, le raffinage, et
l’exploration.
laire sur www.lesafriques.com
Maquette : Jérémie Flaux.
Webmaster : Christian Zanardi.
Imprimé en France : Imprimerie
Nouvelle, 93, avenue Denis Papin 45800 - Saint Jean de Braye.
Imprimé au Sénégal (Avenir
Communication) et au Cameroun
(Sopecam). Diffusion : NMPP,
Sapress, Le Quotidien,
Messapresse.
Régie publicitaire : Sequence
Media SA, 19 rue de Veyrier, CH 1227 Carouge Genève (+41 22 301
96 15). Bureau de Genève :
Benjamin Flaux (+41 78 758 77 09
benjamin.flaux@lesafriques.com).
Bureau de Casablanca : Atlas
Publication: Khadija El
Hajoui (+212 22 23 34 77
khadija@lesafriques.com).
Dépôt légal : Février 2008
© Reproduction interdite sans
l’accord écrit de l’éditeur
3
ACTUALITÉ
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Kadhafi entame la distribution
directe des revenus pétroliers
à 3 millions de Libyens
Changement
à minima
Cela a les allures d’une révolution : le colonel Mouamar Kadhafi a décidé d'abolir l'essentiel du gouvernement et de verser 4150 dollars mensuellement à 500 000 ménages libyens afin qu’ils lancent leurs activités.
Par Sana Harb, Alger
Dans un discours prononcé le 2 mars dernier, le colonel Kadhafi a peut-être donné
un coup d'accélérateur à la privatisation des
activités économiques dans le pays en appelant à l'abolition de l'ensemble de l'appareil
administratif du pays, qualifié de « pieuvre
vorace » en raison de l'incapacité des secrétariat généraux (ministères) à gérer les res-
« Cette pieuvre qui absorbe
les ressources financières,
c'est fini, votre argent
vous parviendra sans
intermédiaire. »
sources financières qui leur sont affectées.
C'était à Syrte, à l'occasion du 31e anniversaire de la naissance des Comités et congrès
populaires. Plutôt que de laisser la « pieuvre » dispendieuse mésuser des revenus
pétroliers, le colonel a demandé à ce que
l'argent soit directement versé aux Libyens.
Ces versements mensuels seront de l'ordre
de 5000 dinars (4150 $) pour 500 000
familles libyennes ou 1000 dinars (830 $)
par individu. Trois millions de Libyens en
profiteraient. « Prenez votre argent et lancez
vos activités dans l'industrie, l'agriculture, la
santé… Faites ce que vous voulez avec votre
argent qui baissera ou augmentera en fonction du prix du pétrole… Cette pieuvre qui
absorbe les ressources financières, c'est fini,
votre argent vous parviendra sans intermédiaire », a-t-il lancé. Tous les ministères
(secrétariats généraux) devraient disparaî-
tre à l'exception des domaines de souveraineté comme les Affaires étrangères, la
Défense et l'Intérieur. Le gouvernement a
entamé rapidement la mise en œuvre des
directives. Le Ministère de la jeunesse a
disparu tandis que les autres ministères
sont maintenus au maximum jusqu'à la
fin de l'année.
Un fonds de « redistribution de
richesses » de 3,8 milliards de dollars
Cette redistribution directe couplée à l'abolition des ministères pourrait être l'amorce
d'une privatisation accélérée du secteur
public et une incitation forte aux Libyens
de constituer leurs propres entreprises.
Seuls les grands projets stratégiques (fleuve
artificiel, route panafricaine) relèveront de
l'Etat. Pour le colonel Kadhafi, au-delà des
personnes, les structures existantes (comités populaires, secrétariats) ont échoué
alors que le pays a dépensé 37 milliards de
dollars par an au cours de ces dernières
années. Le gouvernement libyen a entrepris
de mettre en application ces directives en
créant un fonds pour la distribution de la
richesse pétrolière dans le cadre du budget.
Ce seront plus de 3,8 milliards de dollars
qui seront affectés au chapitre IV du budget
sous l'intitulé « distribution des richesses ». L'opération devrait permettre un
dégraissage en douceur de l'administration, qui doit passer de 93 000 employés
à 600 000. Le budget 2008 est de 49,47
milliards dinars (40,8 milliards dollars)
contre 31 milliards de dinars en 2007. A
cela s'ajoutent 150 milliards de dinars en
dépenses d'infrastructures.
Attaque frontale contre le pouvoir
économique de la bureaucratie
Le colonel Kadhafi répond à une demande
de la population qui estime ne pas voir les
bienfaits des revenus pétroliers. « Le pétrole
a dépassé les 100 dollars, il ne doit plus être
laissé aux gouvernements », a lancé le colonel en prédisant que les pays pétroliers, en
raison justement du gonflement des revenus, pourraient connaître des problèmes de
contestation populaire. Le changement de
cap annoncé pourrait dépasser la simple
redistribution de la rente pétrolière et aller
dans le sens des réformes libérales prônées
par Seïf Al Islam Kadhafi. En réduisant la
bureaucratie et le rôle économique du gouvernement, la démarche devrait booster
l'activité du secteur privé en Libye.
Saad Djebbar, avocat algérien établi à
Londres et grand connaisseur du système
libyen, croit que le tournant est sérieux.
« Les gens veulent la fin de la corruption, de
l'absence de reddition de comptes et de
l'inefficience qui existe partout dans les services publics, l'éducation, les transports, la
santé », a-t-il déclaré à l'agence Reuters.
« Le pays a besoin de gros changements et le
seul homme capable de le faire est
Kadhafi ». Reste à savoir si cette « redistribution » va booster l'activité économique privée avec un rôle régulateur de
l'Etat au lieu de se traduire par un rush
consumériste. La décision de Kadhafi est
en tout cas une attaque frontale contre le
pouvoir économique de la bureaucratie
en Libye. De quoi donner des idées ou des
ennuis à d'autres pays pétroliers…
Adama Wade, Casablanca
C’est le premier changement
majeur du FMI depuis 1944.
Mais ce n’est pas une révolution. L’aménagement des
droits de vote en faveur des
pays en développement est
certes acquis, mais à
minima. Les nations développées devront céder tout
au plus 1,6 point de pourcentage de leur vote au profit
de leurs homologues du Sud.
Avant la réunion de vendredi
dernier, la cinquantaine
toujours deux administrateurs même si, souligne le
texte de l’amendement, ces
deux représentants auront «
des pouvoirs plus importants » que ceux de leurs
homologues qui siègent
pour moins de pays. Le pouvoir de décision reviendra
toujours au Nord qui comptera 57,9% des voix contre
59,5% dans le schéma ancien.
Le Sud comptera toujours
42%. Ce n’est qu’après l’as-
Le pouvoir de décision reviendra toujours
au Nord qui comptera 57,9% des voix
contre 59,5% dans le schéma ancien.
d’Etats africains étaient
représentés par deux administrateurs, moins que la
petite Belgique. Qu’en
sera-t-il après ? L’ordre
mondial hérité de Yalta, et
qui était maintenu en vie
artificielle au sein de cette
vénérable institution de
Bretton Wood depuis 70
ans, va-t-il finalement disparaître ? Les experts sont
divisés. Des organisations
comme Oxfam trouvent que
l’équilibre n’est pas encore
atteint. L’Afrique gardera
semblée du printemps, à la
fin avril, que le Nord acceptera ou non de renoncer a à
ses points. C’est assez dire
sur la précarité de ce rééquilibrage, fait au détriment de
la France, de la GrandeBretagne, de la Russie et de
l’Arabie Saoudite. Le FMI qui
n’a vu arriver ni les dragons,
ni les tigres, encore moins
les BRIC, ne veut pas rater
l’ère des nouveaux « 13 ».
Désormais, tous les cinq ans,
le conseil d’administration
sera réajusté à l’air du temps.
DP World : « L’Afrique a besoin de faiseurs
de profit non pas de preneurs de profit »
Dubaï Port World est un puissant groupe, présent dans 23 pays dans le monde, et qui gère 44 ports sur tous les continents. Aux dernières nouvelles,
il vient de passer à la troisième place au niveau des activités portuaires mondiales. Les Afriques a rencontré Mohamed Sharaf, directeur exécutif.
Propos recueillis
par Charles Bambara, Londres
Les Afriques : Où êtes-vous présents sur le
continent africain ?
Mohamed Sharaf : Nous sommes à Djibouti, à
Dakar et à Maputo.
LA : Commençons par Djibouti, votre première expérience africaine. Comment a commencé ce partenariat avec le port de Djibouti ?
MS : Au début nous avions une présence plutôt
discrète, parce que c’était notre premier contact
avec cette région. Nous avons travaillé d’abord
pour changer les structures de management du
port et cela nous a pris six à sept ans. Les premiè-
« Que ce soit à Djibouti ou au
Sénégal, notre objectif est de
former les gens. Car c’est aussi
leur responsabilité de prendre
par la suite la relève. »
res années, nous avons apporté les meilleures pratiques en termes de gestion portuaire, nous avons
formé le personnel et nous avons même organisé
des cours d’anglais, la langue des affaires. Nous
avons ensuite entrepris des études de faisabilité
sur l’avenir du port de Djibouti et, en même
temps, nous avons construit un terminal por-
tuaire, non loin du terminal pétrolier. C’était une
zone très polluée et, avec l’aide du gouvernement,
nous avons entrepris de la nettoyer. A l’heure
actuelle, nous sommes en train de finir la
construction d’un autre terminal, toujours au
port de Djibouti, d’une capacité de 1,5 million de
m3, et ce sera sans doute le terminal portuaire le
plus perfectionné en Afrique.
LA : Quels sont les montants investis à
Djibouti par DP World ?
MS : Pour nous, Djibouti est le fleuron de notre
présence en Afrique. Au niveau du port nous
avons investi quelque 300 millions de dollars.
Mais ce n’est pas notre seule action dans ce pays.
Au niveau du groupe Dubaï World, nous investissons presque 1,2 milliard de dollars à Djibouti.
Nous avons, par exemple, construit dans ce pays
la première chaîne hôtelière de 5 étoiles, nous
avons construit une zone franche, dont la gestion
nous est confiée, nous avons aussi la gestion de
l’aéroport et nous avons entrepris la construction
d’infrastructures routières, en tout onze kilomètres de routes, pour relier le port au reste de la
ville et du pays avec beaucoup plus de fluidité.
LA : Quel est l’impact de tous ces investissements sur le niveau de vie des Djiboutiens ?
MS : La différence est frappante si je prends ma
première visite dans ce pays en 2001 et
aujourd’hui en 2008. Djibouti est un petit pays
Mohamed Sharaf.
très pauvre. Mais depuis que nous avons commencé nos activités, la croissance économique
annuelle du pays n’est pas très loin des 10%. Le
PIB a doublé. Il y a une nette amélioration des
routes, les télécommunications s’améliorent, les
infrastructures aéroportuaires s’améliorent également, tout s’améliore en réalité à Djibouti.
L’environnement des affaires est en net progrès, et
le pays veut plus d’investisseurs parce qu’il a vu
comment en quarante ans nous avons transformé Dubaï. Djibouti souhaite également faire le
même parcours. La population va en tirer profit,
tout comme le gouvernement. Et j’insiste pour
dire que notre approche est avant tout celle d’un
partenariat avec le gouvernement.
Suite page 22
4
D’autres manifestations d’intérêt pour la 2e licence de téléphonie fixe
L’Autorité de régulation des
télécommunications (NTRA)
entend faire passer à 8 (contre 6
actuellement) le nombre d’entreprises intéressées par la 2e
licence de téléphonie fixe,
dont l’ouverture des plis de
l’appel d’offres est prévue
pour le 19 juin.
Vente de permis d’exploration de pétrole et de gaz dans
le sud
Des permis d’exploration
pétrolière et gazière dans 12
régions du sud du pays, situées
dans la mer Rouge, le golfe de
Suez ainsi que l'est et l'ouest du
désert, seront mis en vente dès
le 1er avril, selon le site Web de
la compagnie Ganoub ElOued Petroleum Company
(Ganope). Les offres doivent
être soumises d'ici la mi-juillet.
Le pays prévoit d’accroître sa
production de pétrole de
100 000 à 800 000 barils par
jour d’ici la fin 2008.
Coopération nucléaire avec
la Russie
Un accord de coopération
dans le domaine de l’énergie
nucléaire à des fins pacifiques
a été signé avec la Russie.
L’accord permettra à des
compagnies russes de participer à un appel d’offres pour
la construction de centrales
nucléaires en Egypte.
L’Egypte participera à Gitex
2008 à Riyad
L’Agence de développement de
l'industrie de la technologie de
l'information (ITIDA) prendra
part au Salon Gitex d’Arabie
saoudite qui se tiendra du 20 au
24 avril à Riyad. L’Agence procure un soutien aux entreprises
de technologies de l’information et de la communication
(TIC) dans le cadre du plan
stratégique d’accroissement des
exportations des produits et
services. Le marché saoudien
est l'un des marchés régionaux
ciblés par l'Égypte.
GUINÉE-BISSAU
Difficulté d’accès à l’eau
potable
Près de 60% de la population
rurale n’a pas accès á l’eau potable contre seulement 32% il y a
dix ans, selon le ministre des
Ressources naturelles et de
l’Environnement. La situation
ne diffère pas beaucoup dans
les zones urbaines et semiurbaines où environ 45% de la
population n’a pas accès à l’eau.
Deux facteurs contribuent à
cette situation : la vétusté du
réseau de distribution d’AEP et
l’augmentation de la population urbaine. En ce qui
concerne l’assainissement, 54%
de la population utilise des
latrines traditionnelles.
KENYA
1,12 milliard $ de recettes
d’horticulture
En 2007, le secteur horticole a
été le premier pourvoyeur en
devises, dépassant celui du tourisme. Ainsi, les recettes des
exportations des produits de
l’horticulture ont atteint 1,12
milliard $ en 2007 (soit une
augmentation de 63% par rapport à 2006), contre 1,04 milliard $ pour le tourisme.
Objectif de croissance à la
baisse
Le ministre des Finances,
M. Amos Kimunya, a révisé à la
baisse les prévisions de croissance : elles passent à 6% après
CONDENSÉ
avoir été de 7%. Cette révision à
la baisse est due aux effets des
violences post-électorales qui
ont affecté des secteurs clés de
l’économie. L’annonce intervient alors que le secteur touristique annonce des pertes de
plus de 15 milliards de shillings
du fait de la crise.
Poussée inflationniste
Selon la CBK's Monthly
Economic Review, l’inflation
est passée de 18,2% en janvier à
19,1% février en raison principalement de la crise post-électorale. Les violences ont touché
les réseaux de transports et de
distribution des produits de
consommation entraînant une
hausse des prix du carburant et
des biens et services. Selon
CBK’s, l’inflation moyenne au
cours des 12 derniers mois est
passée de 10,5% à 11,6%.
LIBYE
Carthago Ceramic installe
une unité de production
Carthago Ceramic, filiale du
groupe Poulina, a inauguré une
seconde unité de production
utilisant des technologies de
pointe. Quatre autres unités
seront installées dans différents
secteurs. La TPR du groupe
Bayahi vise également la
construction d’une unité de
profilés d’aluminium.
MADAGASCAR
Accord de services aériens
avec Madagascar
Le Maroc et Madagascar ont
signé un accord de services
aériens. Il s’agit d’un cadre
général, nécessaire avant toute
forme d'exploitation du ciel,
qui servira aux éventuelles coopérations entre les deux pays en
matière de transport aérien. Il
prévoit la libre détermination,
par les compagnies désignées,
de leur capacité et de leurs
tarifs, ainsi que la possibilité
de conclure des accords de
coopération dans le domaine
commercial.
MALAWI
Standard Bank, bénéfices en
hausse de 80%
La Standard Bank du Malawi,
filiale de la Standard Bank
Group Ltd, annonce une
hausse de 80% de ses bénéfices en raison d’une augmentation des prêts accordés. Le
bénéfice net s'est élevé à 1,3
milliard de kwachas (9,3 millions $), contre 721 millions
de kwachas en 2006.
Une prévision de croissance
de +7% du PIB, selon le FMI
Selon les prévisions du Fonds
monétaire international (FMI),
la croissance du produit intérieur brut (PIB) du pays
devrait atteindre 7% en 2008.
Le FMI considère que ces performances économiques ont
été possibles grâce à une meilleure gestion des dépenses
publiques, une bonne récolte,
qui ont permis de baisser le
taux d’inflation de 15% en juin
dernier à 8% en février de cette
année, et la hausse des recettes
et des prix du tabac.
MALI
Des mesures pour atténuer
la cherté du riz
A partir du 1er avril, le gouvernement accorde des exonérations, pour une durée de six
mois et sans limite de quantité, aux importations de riz,
afin de pallier à la cherté du
prix de ce produit.
MAROC
120 millions $ pour un zoo
Les travaux de construction
d’un nouveau zoo débuteront
en juillet prochain à Rabat,
pour un montant global de 120
millions $. La mise en service
du zoo, dont la superficie est de
50 hectares, est prévue en 2010.
Quelque 730 spécimens de 98
espèces animales africaines
peupleront le zoo qui sera également doté d’une forêt tropicale, et d’un safari disposant de
27 espèces animales. Le projet
table sur un million de visiteurs
par an et des recettes de plus de
50 millions de dirhams.
Equipements automobiles :
Faurecia s’installe à Kenitra
Faurecia, le 2e équipementier
automobile européen, va ouvrir
un site de production de coiffes
de sièges automobiles à Kénitra.
L’investissement est estimé à
10 millions d’euros et devrait
permettre l’emploi de plus de
650 personnes. La nouvelle
usine, « Faurecia Equipements
Automobiles Maroc », fournira
les sites de production de
Renault-Nissan et du groupe
Volkswagen en Europe.
21,4% de hausse des revenus
fiscaux en 2007
Les recettes fiscales de 2007 sont
en hausse de 21,4% par rapport
au précédent exercice, soit un
apport supplémentaire de 15,9
milliards de DH. Les impôts
directs, qui ne représentaient
que 34,1% en 2002, atteignent
39,1% en 2007. La part de
l’impôt sur les sociétés (IS)
passe de 14,7% à 20,3%. La
part de la TVA totale croît de
27,3 à 33,2%.
Une enseigne Levi’s à
Marrakech
Après son magasin de
Casablanca, la société Bogart
SA, franchisée de la marque
Levi’s, prévoit d’étendre son
réseau par l’ouverture, en juin
prochain, d’une nouvelle enseigne à Marrakech.
Autoroute Port Tanger-Med :
mise en service de 52 km
Un tronçon de 52 km de l’autoroute reliant le complexe portuaire Tanger-Med aux différents pôles économiques du
pays a été ouvert à la circulation. Une enveloppe de 4 milliards de dirhams (plus de 500
millions $) a été allouée à cet
axe autoroutier qui a nécessité
au total 152 000 km2 de béton
et 11 990 tonnes d’acier. Le coût
du km, considéré comme le
plus élevé sur le plan national,
est de 74 millions DH.
7,5 millions de touristes en
2007
En 2007, le Maroc a accueilli
près de 7,5 millions de touristes, en hausse de 13% par rapport à 2006, générant quelque
59 milliards de DH de recettes
(+12%). L’amélioration de la
fréquentation a bénéficié à l'ensemble des destinations touristiques du royaume.
Les plus grosses fortunes à
Marrakech pour parler de
chasse
Marrakech accueillera la 55e
assemblée générale du Conseil
international de la chasse
(CIC), auquel prendront part
quelque 500 VIP parmi les plus
grosses fortunes du monde.
Baisse de la dette publique
L'encours de la dette publique
du Maroc a terminé l'année
2007, pour la première fois de
son histoire, avec une baisse
estimée à 1 milliard de dirhams
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
(1 dollar = 7,5 dirhams), pour
se fixer à 330,1 milliards contre
331,1 milliards en 2006, a indiqué le directeur du Trésor et
des Finances extérieures,
Zouhair Chorfi. Cet encours
représente 54,9% du PIB
marocain, en baisse de 3
points par rapport à l'année
2006, a ajouté M. Chorfi.
lancer une joint-venture, nommée Mocamgalp, pour le lancement d’un projet de transformation d’oléagineux et autres
produits de base pour la production de biocarburant destinée à l'exportation vers le
Portugal.
Accord de coopération avec
la Chine
Le Maroc et la Chine ont signé
à Rabat, un accord de coopération économique et technique,
portant sur un don d'environ
33 millions de dirhams (30 millions de yuans), et un échange
de lettres portant sur un don
d'environ 11 millions de dirhams (10 millions de yuans)
pour la fourniture de matériel
d'enseignement.
Baisse du prix du riz
Le gouvernement a pris la décision de baisser, de l’ordre de
2500 à 3000 FCFA, les prix du
riz grâce à la suppression, pour
une durée de 3 mois, de l’ensemble des droits et taxes à l’importation de ce produit. Le sac
de riz de 50 kg coûtera entre
15 150 et 17 650 FCFA selon
qu’il soit vendu à Niamey,
Tillabéry, Dosso, Maradi ou
Zinder. La différence des tarifs
entre les régions se justifie par
les coûts de transports.
IDE : plus de 4,5 milliards de
dollars en 2007
Les Investissements directs
étrangers (IDE) au Maroc ont
franchi le seuil des 4,5 milliards
de dollars, a indiqué le ministre
de l'Industrie, du Commerce et
des Nouvelles technologies,
M. Ahmed Chami. Entre 2000
et 2006, le Maroc a drainé plus
de 13 milliards de dollars, soit
l'équivalent de deux milliards $
par an, selon M.Chami.
MAURITANIE
Les critères de performance
ont été atteints en 2007
Selon une mission du Fonds
monétaire international (FMI),
le pays a atteint les critères de
performance pour l’année
2007. Le FMI note que les évolutions macroéconomiques au
quatrième trimestre de l’année
précédente ont été globalement
conformes aux objectifs du
programme et que la croissance
du PIB, hors hydrocarbures, a
atteint presque 6% au cours
du même exercice. La croissance est due essentiellement
à la production agricole et au
développement de nouveaux
projets miniers.
La Chine accorde 14 millions $
La Chine a accordé un don de 7
millions $, ainsi qu’un prêt sans
intérêt du même montant.
MOZAMBIQUE
Réhabilitation routiere
Un programme de réhabilitation routière d’un coût de 300
millions $ sera lancé cette
année, a annoncé le directeur
exécutif de l’Autorité routière
nationale (ANE), Francisco
Pereira La route nationale
reliant les régions nord et sud
du pays sera rénovée en priorité.
A noter qu’en 2007, une enveloppe de 200 millions $ a été
débloquée pour reconstruire un
réseau routier de 800 km.
Campagne pour attirer les
investisseurs miniers
Une vaste campagne a été lancée pour attirer des investisseurs pour l’exploitation, la
transformation et la commercialisation des ressources
minières du pays, dont le charbon, les métaux de base, l’uranium, l’or et le cuivre. La stratégie vise à faire passer de 5 à 15%
la contribution du secteur
minier dans le PIB. Les investissements dans le domaine de
l’exploration et du développement sont passés de 24 à 227
millions $ entre 2002 et 2007.
Galp et Visabeira vont développer des projets de biocarburant
Les compagnies portugaises
Galp Energia et Visabeira vont
NIGER
NIGERIA
RT Briscoe annonce une
hausse de 15% de ses bénéfices
RT Briscoe Plc, spécialiste dans
l’automobile, les tracteurs et la
machinerie industrielle, a
annoncé une augmentation de
15% de ses profits en 2007, ce
qui équivaut à environ 609,7
millions de nairas (5,22 millions
$), contre 531,8 millions de nairas un an plus tôt. Le chiffre d’affaires de l’entreprise est passé de
13,2 à 16,2 milliards de nairas.
OUGANDA
Un don japonais de 1,5 million $ pour des projets rizicoles
Le gouvernement japonais
accordera une subvention de
1,5 million $ pour accroître la
production du riz dans le pays,
contribuant à améliorer la sécurité alimentaire et à générer des
revenus à environ 10 000 fermiers. Les riziculteurs recevront
également des semences de
bonne qualité, de l’engrais et de
petits tracteurs. L’Ouganda
importe environ 70 000 tonnes
de riz par an.
Expérimentation
d’une
variété de maïs résistant à la
sécheresse
L’Ouganda, et trois autres pays
africains (Kenya, Tanzanie et
Afrique du Sud), ont été choisis
par la Fondation africaine pour
la technologie agricole (AATF)
pour développer une variété de
maïs qui résiste à la sécheresse.
Doté d’un montant de 45 millions $, le projet est financé par
la Fondation Bill et Melinda
Gates et la Fondation Howard
Buffet.
SÉNÉGAL
Un prêt koweitien de 16,3
milliards FCFA pour des travaux routiers
Le Fonds koweitien pour le
développement a accordé un
prêt de 16,3 milliards FCFA
pour le financement des travaux routiers complémentaires
dans le cadre du programme
d’amélioration de la mobilité
urbaine et de réhabilitation des
routes à Dakar. Estimé à environ 35 millions $, le prêt est
remboursable en 25 ans. Cette
enveloppe porte à 325 millions
$ (170 milliards FCFA) la
contribution du Fonds depuis
1976.
TUNISIE
L’Allemand Zollner s'implante
La
compagnie
Zollner
Elektronik
AG
(Zandt,
Allemagne), spécialisée dans
l'industrie électronique, a
annoncé l’installation de sa 13e
usine à Beja. Le démarrage de la
production est prévu pour mai
2008. Une vingtaine d’emplois
seront créés au lancement.
L’autoroute Msaken-Sfax
ouverte à la circulation
L’autoroute reliant le sud de la
ville de Sousse à Sfax est opérationnelle après un retard de
deux années attribué à la
hausse des prix des matières
premières comme le ciment et
le fer à béton. Les accès à l'autoroute au niveau de Msaken,
Mahdia, El Borgine et El Jem
devront toutefois être finalisés.
Des sociétés financières du
Golfe acquièrent 27% des
actions d’ARTES
Des sociétés financières saoudiennes, émiraties, koweïtiennes et du Bahreïn ont acquis
27% des actions de la société
Artes, le premier concessionnaire d’automobile, nouvellement introduit à la Bourse de
Tunis. Le montant des transactions est estimé à 263 millions
DT. L’introduction d’Artes en
bourse représente la plus forte
capitalisation depuis dix ans.
Mise en vente de plusieurs
licences de téléphonie fixe
en juin
Un appel d'offres international sera lancé en juin pour
l’attribution de licences d'installation et d'exploitation des
réseaux publics de télécommunications fixes. Une grande
concurrence est attendue
entre les opérateurs déjà présents comme Orascom ou
Digcom, et d’autres opérateurs européens qui souhaitent investir le marché tunisien des télécommunications.
Un stade de foot à Sfax en
2010
La ville de Sfax aura son stade
de football. Un avis d'appel
d'offres pour l’élaboration
d’une étude technique d'une
ville sportive a été lancé
récemment. Le budget prévu
pour cette étude est de 2,8
millions DT. Les travaux,
dont le début est prévu en
2009, se dérouleront en trois
étapes. Le stade sera doté
d’une capacité de 30 000
spectateurs, soit le 3e en
Tunisie, après ceux de Rades
et El Manzah.
Convention de coopération
bancaire
Amen Bank a signé avec
Banca
Agrileasing
une
convention de coopération
portant sur la mise en place
d'un réseau d'assistance et de
conseil ainsi qu'une offre de
services aux entreprises italiennes désirant s'installer en
Tunisie. L'accord prévoit
aussi l’octroi de conditions
avantageuses pour la mobilisation de l'épargne des résidents tunisiens en Italie à travers le produit « Watani »,
pour l’achat de logement, qui
offre une exonération totale
des frais bancaires et un libre
rapatriement des fonds en
devises.
Etiquetage en arabe obligatoire
A compter du 29 mars, tout
produit, d’importation ou
de fabrication locale, mis à
la consommation dans le
pays, est soumis à une obligation d’étiquetage en
arabe. L’emballage doit comporter des indications claires
en arabe sur la nature du
produit, sa composition, les
dates de fabrication, d’expi-
ration et d’emballage, le
poids net, le pays d’origine,
le pays d’exportation et le
mode d’emploi.
Eurogas va investir 5 millions $ en 2008
La société Eurogas Corporation
a annoncé son intention d’investir 5 millions $, au cours
de l'année 2008, pour des
forages d’exploration à Ras el
Besh, à Sfax.
Emirates Airline renforce ses
activités
La compagnie Emirates Airline
prévoit de renforcer ses activités
et ses services sur la desserte
Tunis - Dubaï.
Le capital des sociétés régionales d'investissement porté
à 66 millions DT
Le chef de l'Etat a décidé de
doubler le capital des sociétés
régionales d'investissement
pour le porter à 66 millions de
dinars, ce qui devrait élargir les
opportunités de financement
des petits et moyens projets
dans les zones du développement régional.
Subventions aux produits de
base
Les dépenses de compensation
pour les produits de base
devraient atteindre au cours
de l'année 2008 environ 960
millions de dinars, si les prix
des produits de base, à l'échelle
internationale, se maintiennent à leur niveau actuel,
contre une somme de l'ordre
de 700 millions de dinars prévue par la loi de Finances
2008. L’annonce a été faite par
M. Ridha Touiti, ministre du
Commerce et de l'Artisanat à
la chambre des députés.
L’hôtel Abou Nawes Tunis
endosse l'enseigne Kempinski
La chaîne de l'hôtel Abou
Nawes Tunis, dont 60% des
actions détenues par l'Etat tunisien et koweitien ont été acheté
par la Libye, va se mettre sous
l’enseigne de la chaine hôtelière
de luxe Kempinski. La Libye a
confié à Kempinski la gestion
de plusieurs hôtels en Afrique,
dont le Mali, Djibouti et la
Tanzanie.
ZAMBIE
Les coupures d’électricité
seraient réduites d’ici juin
La compagnie de production
d’énergie du pays, ZESCO, prévoit de finaliser la première
phase des activités d’extension
de deux stations de production
d’énergie d’ici la fin du mois de
juin. La seconde phase des travaux devrait être effectuée en
février 2009, ce qui ajoutera une
capacité totale de 200 MW.
ZIMBABWE
Imposer la baisse des prix à
la consommation
Le gouvernement a ordonné
aux entreprises privées de
réduire les prix à leur niveau du
18 mars dernier, sous peine
de voir leurs sociétés prises
de force par l’Etat. La
Confédération des industries
du Zimbabwe (CZI) affirme
qu’elle va se conformer à cette
décision, mais l’on craint que
cela entraîne une pénurie sur
le marché. Le pays a connu au
cours des semaines précédentes une hausse sans précédent
des prix des denrées de première nécessité, dont certains
sont passés du simple au double en l’espace d’une semaine.
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
La City captivée par l’Afrique
En cette période de morosité économique et financière, le continent africain exerce de plus en plus un
attrait particulier sur la City. Analyse d’un phénomène nouveau.
Par Charles Bambara, Londres
Nouvelle donne
Ils sont nombreux les fonds spécialisés, les
banques d’investissement, les private equity
qui se tournent vers l’Afrique, non pas pour
des tournées d’évaluation, de prise de
contacts, mais avec des milliards de dollars
ou de livres sterling à la recherche d’opportunités d’investissement. Les grandes banques internationales qui, pendant longtemps, boudaient le continent, ou laissaient
stagner leurs affaires sans ambitions réelles
de développement, ont tous annoncé leur
Association, organise à tour de bras chaque
mois un, deux voire trois séminaires sur des
pays ciblés avec un parterre d’investisseurs
potentiels. Mieux, en trois mois, un financier de la City, Jamie Allsopp, a réussi à
mobiliser 50 millions de livres sterling
pour créer son fond d’investissement sur
l’Afrique, la « New Star Heart of Africa
Fund ». L’objectif initial était de lever 100
millions de livres sterling en deux ans.
Ce qui démontre l’engouement pour
l’Afrique. HSBC, Barclays Bank, Lehman
and Brothers, Merill Lynch et toutes les
autres banques internationales ont engagé,
ou prévoient de le faire très bientôt, une
relecture de leur stratégie pour l’Afrique.
nombre de conflits, et à une meilleure stabilité politique. On pourrait indéfiniment
poursuivre cette liste en disant, entre autres,
que les taux d’inflation ont été dans l’ensemble maîtrisés à quelques exceptions près,
le Zimbabwe par exemple.
Les prix élevés des matières premières
minières et agricoles ont été un facteur
déterminant pour plusieurs pays. L’once
d’or a battu des records historiques. Il en
est de même pour le prix du platine. Et
nous savons que les réserves continentales
sont considérables : l’Afrique détient 60%
du diamant mondial, et 30% des réserves
d’or. Et la boulimie des BRIC (Brésil,
Russie, Inde et Chine) pour les matières
premières sera soutenue pour de nombreuses années encore.
En trois mois, un financier
de la City, Jamie Allsopp,
Pourquoi maintenant ?
Des facteurs internes et externes expliquent
a réussi à mobiliser
cette vitalité de l’offre d’investissement en Même Jim O’Neil !
50 millions de livres sterling Afrique. Un exemple : sept des vingt écono- On comprend donc que tous ces facteurs
mies ayant les croissances les plus fortes au font que l’Afrique s’installe pour longpour créer son fond
monde sont en Afrique. Certaines sources temps au cœur de l’attention des investisd’investissement sur l’Afrique. annoncent un taux de croissance en Angola seurs de la City. Ce n’est toutefois pas
volonté de changer la donne. Il y a, à la City,
comme une compétition qui ne dit pas son
nom, et la discrétion est de règle sur les stratégies, les approches et les pays ciblés.
Relecture de l’Afrique
David Damiba, chef d’un fonds d’un milliard de dollars pour l’Afrique sous la coupole de Renaissance Capital, nous confiait
récemment : « Je voyage beaucoup, je suis
toujours sur le terrain ». Mais il n’est pas le
seul de la City sur le terrain en Afrique.
MediCapital Bank, qui se fait discret, ne
manque aucune opportunité pour rencontrer les ministres africains de passage à
Londres. WABA, la West Africa Business
de l’ordre de 27% cette année. Un taux
record, rarement enregistré dans le monde.
Ces six dernières années, les taux de croissance ont tourné autour de 5, 6 voire 7% par
an au plus. Ces bonnes perspectives économiques ne concernent pas seulement les
pays pétroliers. Les 38 pays non pétroliers
du continent connaîtront, à des degrés
divers, une croissance de leurs économies.
On prévoit pour l’Ethiopie un taux de croissance de 9,5% cette année. Il y a, ici et là, une
amélioration de l’environnement des affaires, les politiques macroéconomiques sont
plus volontaristes, la libéralisation économique a été soutenue par une réduction sensible de la dette de plusieurs pays. Par ailleurs,
on a assisté à une diminution drastique du
la première fois qu’une telle ruée sur
l’Afrique se manifeste. Il y a eu, au cours
des quarante dernières années, de tels épisodes qui ont fait naître beaucoup d’espoirs. Mais il y a aujourd’hui un consensus sur la révolution économique en cours
en Afrique, comme l’affirme Stephen
Jennings, directeur général du groupe
Renaissance. Même le très sévère, mais
respecté chef du département de recherche économique globale à la Goldman
Sachs de Londres, Jim O’Neill, qui avait
annoncé plusieurs mois à l’avance la
récession économique américaine, est
positif : « Les perspectives économiques en
Afrique sont bonnes. Il est donc temps d’être
présent en Afrique et d’investir ».
Charles Kié prend les commandes
de la Banque Atlantique
Le groupe bancaire, né en Côte d’Ivoire il y a une trentaine d’année sur les cendres de la Barclay’s, a
décidé d’étendre sa toile régionale dans un sillage déjà exploité de longue date par le groupe Ecobank.
Par Louis S. Amédé, Abidjan
Pour les actionnaires du groupe Banque
Atlantique, et notamment l’actionnaire
principal, Compagnie financière ivoirienne
(CFI), les enjeux sont on ne peut plus
clairs : se développer et accroître sa part de
marché. Et le créneau pour y faire face est
tout trouvé : le business régional. Segment
de marché plutôt délaissé par les filiales
africaines des grands groupes bancaires
internationaux qui, sur le continent, consacrent et concentrent toutes leurs attentions
sur les multinationales qui y opèrent.
Pêche au gros
La stratégie arrêtée est donc tournée principalement vers les PME/PMI présentes dans
l’espace régional. Et pour accélérer l’entrain
de la régionalisation qu’il a entamée depuis
trois ans déjà, mais surtout pour mener à
bien la nouvelle stratégie de développement
de son activité, le groupe bancaire n’hésite
pas à aller à la pêche aux gros poissons du
paysage financier régional. Dernière capture, et non des moindres, Charles Kié, qui,
jusqu’à fin février 2008, était encore PDG
de Citibank Afrique de l’Ouest.
Il y a bien longtemps que le groupe Banque
Atlantique pêche dans les effectifs bien formés d’autres grands groupes. Et le faire à un
niveau aussi élevé de responsabilité consacre, y soutient-on, la profondeur de l’engagement à relever le défi. Challenge qui ne
5
BANQUES ET ASSURANCES
serait pas hors de portée de Charles Kié,
coopté pour chapeauter l’ensemble du pool
bancaire et financier du groupe. En effet,
dans ses fonctions antérieures au sein de
Citigroup, cet ancien pensionnaire de
l’Ecole supérieure de commerce d’Abidjan
(ESCA) et titulaire d’un DESS en restructuration et redressement des entreprises,
obtenu à Clermont-Ferrand (France), a
déjà été confronté à un tel positionnement
stratégique. Citi, son ancien employeur
dans un passé encore très récent, ayant
choisi, en Afrique, de se focaliser sur le secteur de l’entreprise et ayant développé des
initiatives dans ce sens, dont justement des
guichets PME.
Régionalisation
Le nouveau directeur général du groupe est
un adepte de l’intégration et de la régionalisation, sur lesquelles parie le groupe
Banque Atlantique déjà représenté dans 7
pays avec huit établissements - dont deux
en Côte d’Ivoire : la BACI et la COBACI.
Pour Charles Kié, « à l’échelle de chacun de
nos pays, notamment la Côte d’Ivoire, le
Mali, le Sénégal… il n’y a pas forcément la
masse critique pour faire des choses intéressantes » et, en infère « qu’il y a nécessité de
régionalisation ». Plus de 20 milliards de
FCFA (30,48 millions d’euros) ont déjà été
investis dans le cadre de cette régionalisation. Mais « il en faudra beaucoup plus pour
tenir le pari », reconnaissent les actionnaires
et les cadres dirigeants du groupe. Qui ne
cachent pas qu’ils sont à la rechercher de
partenaires financiers pour leur apporter
les ressources nécessaires.
Optimisme
Pour l’heure, les différentes filiales du
groupe tentent, tant bien que mal, de s’intégrer dans les marchés où elles sont présentes. Grignotant des espaces sur un terrain
longtemps exploité par le groupe Ecobank.
En Côte d’Ivoire, les deux établissements
bancaires du groupe font partie du top
10 en ce qui concerne les opérations (ressources et emplois) avec les sociétés privées aux côtés de leur principal concurrent sur ce segment de marché, le groupe
Ecobank. Au 28 février 2008, leurs parts
de marché des ressources, par rapport à
cette cible spécifique, étaient respectivement de 11,6% et 8,3%, contre 10,6%
pour Ecobank-Côte d’Ivoire. Pour ce qui
est des emplois, ces parts de marché ont
été de 7,6% pour la BACI et 4,9% pour la
COBACI, là où Ecobank-Côte d’Ivoire
affiche un peu plus de 11%.
« Le créneau trouvé, la stratégie inscrite dans
la durée, les énergies sont orientées vers une
bonne efficacité opérationnelle », assure-t-on
de source proche du groupe Banque
Atlantique… non sans un brin d’optimisme. Convaincu qu’on y est d’avoir
trouvé le chef d’orchestre idoine pour mettre en musique la partition.
La BIA, toujours en cession
D’après la Belgolaise, le processus de cession de ses différentes
affiliations africaines encore en portefeuille est dans une phase
avancée. Cela vaut particulièrement pour le cas de la BIA Niger
dont les négociations avec de potentiels repreneurs finaux sont
en voie d’aboutissement. La Belgolaise a déjà cédé plus de 50%
de ses affiliations africaines.
La BAD accorde
15,3 millions de dollars
à Madagascar
La Banque africaine de développement a accordé 15,3 millions
de dollars à Madagascar pour financer des projets d'irrigation
dans la Grande Ile, a-t-on appris mardi à Nairobi. Selon un
communiqué de la banque, la vice-présidente pour les opérations sectorielles, Zeinab El-Bakri, et la ministre malgache des
Finances et du Budget, Haja Nirina Razafinjatovo, ont signé un
accord en ce sens prévoyant un prêt de 14,82 millions et un don
de 480 000 dollars. Le montant doit couvrir plus de 82% du
coût total du projet qui est destiné à 48 000 bénéficiaires, a précisé le communiqué.
Ecobank élue meilleure
banque de marché émergent
Selon une étude qui sera publiée dans l’édition de mai 2008 du
magazine Global Finance, Ecobank est la meilleure banque de
marché émergent. La rédaction de Global Finance, avec le
concours d’analystes économiques, de hauts cadres et des
consultants du secteur bancaire, a choisi Ecobank sur plusieurs
critères, incluant la croissance des revenus, le profit et les résultats, les alliances et partenariats stratégiques, la qualité du service à la clientèle, la compétitivité et l’innovation.
Le nouveau gouverneur
de la BECEAO plaide
pour le renforcement
des fondamentaux
Le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique
de l’Ouest, (BCEAO), M. Philippe-Henri Dacoury-Tabley, a
exhorté le 27 mars 2008 à Dakar, lors du conseil d’administration de cette institution, à « œuvrer inlassablement à la
saine préservation et au renforcement des fondamentaux des
économies des Etats membres ». Les Etats de l’UEMOA
demeurent confrontés « à la faiblesse de la croissance économique, à la hausse continue des cours du baril de pétrole, au
renchérissement des produits alimentaires de grande consommation et à la précarité des conditions de vie des populations », a-t-il déclaré.
La BEAC prévoit une
croissance de 6,2%
pour la CEMAC
Selon le comité de politique monétaire de la BEAC (Banque
des Etats de l’Afrique centrale), la croissance économique des
pays membres de la Communauté économique et monétaire
de l'Afrique centrale (CEMAC) est estimée à 6,2% contre
4,1% en 2007. Les tensions inflationnistes qui affectent le
pouvoir d’achat des populations de ces pays devront à terme
être maîtrisées.
Maroc : le PNB de la société
de crédit Acred en hausse
A l’issue de la première année de son plan stratégique baptisé CAP 2009, Acred affiche un accroissement de 13% de
son encours net à 1040,7 millions de dirhams, recouvrant
une évolution de 44,9% de la production globale des crédits
distribués en 2007 à 701 millions de dirhams. Sous l’effet
conjugué d’une amélioration de 8% des produits d’exploitation bancaires et d’une optimisation des coûts de refinancement, le PNB d’Acred signe une hausse de 9% à 99,1 millions de dirhams. Cependant, les frais généraux s’alourdissent de 14% à 49,1 millions de dirhams, subissant le poids
des investissements destinés au développement de l’activité.
Compte tenu d’une progression moindre du PNB comparativement au niveau des charges, le coefficient d’exploitation
de l’établissement se détériore, passant de 47,6% à 49,5% au
31 décembre 2007.
6
Le Private equity en bref
Citigroup acquiert 20%
du capital d’ABCH
Citi Venture Capital International, la filiale de Citigroup spécialisée en private equity, a acquis 20% du capital de la compagnie
ABC Holdings (ABCH) basée au Botswana pour 25 millions de
dollars. En plus de ce pays, ABCH est présent au Mozambique, en
Tanzanie, en Zambie et au Zimbabwe. A noter que l’année dernière la Société financière internationale (SFI) a acquis 10% du
capital d’ABCH pour 20 millions de dollars.
L’ICB et la Standard
autorisés à lancer
1 milliard de dollars
La Standard Bank (Afrique du Sud) et la Banque commerciale de
Chine (ICBC) ont obtenu le feu vert des autorités sud-africaines
pour lancer un fond d’un milliard de dollars. Cette structure sera
dédiée aux investissements dans les mines, l’énergie et les matières
premières en Afrique et en Chine. Chacun des partenaires mettra
200 millions de dollars dans le fonds. C’est le premier chantier
suite à l’acquisition par ICBC de 20% du capital de la Standard
Bank, processus finalisé en mars dernier. La Standard Bank dispose de 1501 agences dans 18 pays africains.
Capital Trust lance le fonds
EuroMena II
Capital Trust vient d’annoncer le projet de lancement du fonds
EuroMena II, qui sera dédié aux investissements dans la zone
Moyen-Orient et Afrique du Nord. Le fonds aura une taille allant
de 200 à 250 millions de dollars. A noter que les 63 millions de dollars mobilisés durant la première initiative, EuroMena I, ont été
investis dans l’Intercontinental Bank du Liban, la Bourse de
Palestine et, entre autres, une société pharmaceutique de la région.
Afrique du Sud : la MCE
change de main
La Nedbank Capital Private Equity et Matasis, une holding
d’investissement sud-africaine, ont acquis la société d’équipements miniers MCE pour 16,2 millions de dollars. Basée à
Johannesburg, MCE fournit des véhicules utilitaires, du matériel lourd, des tracteurs et du matériel de forage.
ePlanet Ventures investit
dans Friendi Mobile
L’opérateur américain de private equity ePlanet Ventures vient de
faire une acquisition dans Friendi Mobile, opérateur émirati de
téléphonie mobile. Les formes et les montants de la transaction
ne sont pas encore dévoilés. ePlanet dispose de représentations à
New Delhi, Bangalore, Singapour, Shangai et Pekin. Pour sa part,
Friendi est présent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
Aureos achète des parts
dans Sandbox
Aureos Capital a acquis 30,4% de la société sud-africaine de high
tech Sandobox Holdings pour un montant de 4,1 millions de dollars. L’acquisition s’est faite indirectement, à travers le fonds
Aureos de 50 millions de dollars dédié à l’Afrique australe.
GroFin lance un fonds
dédié à l’Afrique
Le Sud-Africain GroFin est en train de lever un fonds destiné à l’investissement dans les petites et moyennes entreprises en Afrique
subsaharienne. Cette structure aura une taille comprise entre 130 et
150 millions de dollars. Quelque 500 entreprises en bénéficieront.
Amwal al-Khaleej prospecte
pour un troisième fond
Le Saoudien Amwal al-khaleej prévoit de lancer la troisième version de son fonds, avec un objectif de 500 millions de dollars, ce qui
portera le total des montants sous gestion à 1 milliard de dollars.
La première version du fonds Amwal, lancée en 2005, a été investie
dans diverses entités dont la banque Audi au Liban. Le deuxième
fonds a permis l’acquisition de 9% du capital de la Saoudienne
Zohoor al-Reef (cosmétiques) en février dernier et également 57%
du capital de la société égyptienne de crédit automobile Contact
Car Trading, pour 22 millions de dollars en janvier dernier.
BANQUES ET ASSURANCES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
« Un Maghreb financier uni
est possible »
Jaloul Ayed est administrateur directeur général en charge de la Wholesale Bank chez BMCE Bank.
Dans l’entretien qui suit, il explique les différentes motivations qui ont conduit la BMCE vers un
développement régional et international.
Entretien réalisé
par Adama Wade, Casablanca
Les Afriques : BMCE Bank préside
aujourd’hui aux destinées de l’Union
des banques maghrébines, plateforme
centrale de l’intégration financière de la
région. Où en est aujourd’hui cette intégration ?
Jaloul Ayed : L’UBM porte en effet le projet ambitieux d’une intégration maghrébine et a lancé, dans ce cadre, plusieurs initiatives dont on ne perçoit pas encore les
retombées concrètes. Cela dit, l’un des projets phares et structurants pour lesquels
s’est engagée cette Union concerne la création d’une monnaie unique. M. Othman
Benjelloun, président de l’UBM et du
groupe BMCE Bank, a été le premier à lancer cette idée qu’il défend avec ferveur. Une
étude circonstanciée sur les tenants et
aboutissants d’une telle initiative est en
cours d’élaboration par des comités spécialisés, et c’est aujourd’hui le chantier qui
concentre l’essentiel des efforts. Je tiens à
« L’un des projets phares et
structurants pour lesquels
s’est engagée cette Union
concerne la création d’une
monnaie unique. »
rajouter, pour ma part, que le groupe
BMCE Bank œuvre, en parallèle, très activement à l’édification d’un Maghreb financier uni. Notre engagement est confirmé
par plusieurs projets lancés dans la région,
tels la création d’AXIS Capital en Tunisie, la
création imminente d’une entité de banque
d’affaires en Mauritanie et la soumission
pour un agrément bancaire en Algérie. Un
projet similaire à celui de l’Algérie est en
cours d’étude en Libye également.
LA : Finalement, le Maghreb des finances ne risque-t-il pas d’être pris en
otage par la stagnation du Maghreb
politique ?
JA : De par les nombreux échanges que
nous avons eus avec les autorités et les opérateurs des autres pays du Maghreb, il me
semble qu’il existe aujourd’hui un consensus sur la séparation des intérêts économiques et des enjeux politiques, quand il s’agit
de faire avancer le processus d’intégration
financière. L’une des meilleures preuves de
cet accord tacite me semble être l’évolution
marquée des investissements transfrontaliers dans les domaines industriel et commercial entre les différents pays maghrébins. Et nous sommes convaincus que l’intégration du système financier régional
propulsera ces investissements à des
niveaux encore plus importants.
LA : Le lancement par BMCE Capital du
premier fonds commun de placement
maghrébin n’est-il pas un pari audacieux compte tenu des importantes restrictions de circulation des capitaux
entre pays maghrébins ?
JA : Je pense que le facteur innovation
doit prévaloir dans toute initiative tendant vers l’intégration financière au
Maghreb, et préparer ainsi le terrain
pour la mise en place d’un programme
global et exhaustif, dont l’objectif serait
de rapprocher les systèmes financiers
de tous les pays du Maghreb.
LA : Depuis l’année dernière avec l’en-
trée dans le capital de la BOA, vous êtes
devenus un acteur de premier plan en
Afrique subsaharienne. Quel rôle cette
banque est appelée à jouer dans le développement de la BMCE dans la région ?
JA : BMCE Bank a décidé de devenir un
« BMCE Bank a décidé de
devenir un acteur financier
africain de référence, avec
une couverture géographique
étendue sur la majeure partie
du continent africain à
l’horizon 2015. »
acteur financier africain de référence, avec
une couverture géographique étendue sur
la majeure partie du continent africain à
l’horizon 2015. Le partenariat que nous
avons conclu avec le groupe BOA est ainsi
une pièce maîtresse de cette stratégie : elle
vient compléter notre réseau d’implantation en Afrique, lequel est appelé à se développer davantage au cours des deux prochaines années en englobant les marchés
algérien, mauritanien, ivoirien, gabonais,
kinois, angolais, etc. Le groupe BOA devrait
constituer un réseau d’origination important pour notre filiale bancaire basée à
Londres, MediCapital Bank. Ces deux entités devraient coopérer en parfaite synergie
pour asseoir le positionnement des groupes
BMCE/BOA sur le continent, conformément à la stratégie tracée.
LA : En tant que banquier, quelles sont,
dans les champs législatifs et financiers,
les réformes que vous jugez urgentes
pour favoriser le développement du
secteur bancaire africain ?
JA : Les réformes que nous jugeons prioritaires pour assurer le développement du
système financier au Maghreb et en Afrique
subsaharienne notamment incluent :
1. La promotion du financement de l’habitat (social en particulier). Le cadre légal est
souvent défaillant sur ce plan dans la plupart des pays africains, et demande à être
significativement renforcé.
2. Le développement des nouveaux métiers
de la finance, à l’image de l’expérience
marocaine réussie au cours des 15 dernières
années. Cette ouverture devrait favoriser
l’émergence des activités de marchés des
capitaux, de gestion d’actifs, d’intermédiation boursière et de conseil.
3. Le déploiement de la bancassurance, segment où le potentiel africain reste énorme
et souvent sous-exploité.
4. Le développement du private equity, à
travers le lancement de fonds généralistes de capital investissement, mais également spécialisés en immobilier, en infrastructures, etc.
Nous croyons qu’un développement durable passe par l’implication effective du secteur privé dans la promotion de l’ensemble
de ces activités.
LA : Dans quelles mesures le lancement
de MediCapital Bank à Londres servirat-il à drainer des capitaux en Afrique ?
JA : Le rôle assigné à notre filiale
MediCapital Bank (MCB) est de permettre
aux opérateurs africains d’avoir accès au
marché international des capitaux, pour
financer leurs projets d’investissement et de
développement. Le rôle de MCB est aussi
celui d’introduire les investisseurs étrangers
sur le continent et de leur présenter les
opportunités extraordinaires qu’il recèle.
MCB sera ainsi, de par sa présence en
Europe, sur le plus grand marché financier du monde (Londres), mais aussi
dans le Golfe, en Asie et aux USA. C’est
un véhicule de canalisation du capital
international vers l’Afrique.
Enfin, cette filiale aura pour objectif de
développer parallèlement les échanges et la
coopération Sud-Sud, en tirant profit de
l’implantation géographique étendue du
groupe BMCE en Afrique.
LA : Au-delà du potentiel que recèle
l’Afrique, n’y a-t-il pas lieu de craindre
une élévation importante du coût du
risque, lié à l’expansion régionale,
comme l’ont averti certaines agences
internationales de notation ?
JA : Je pense qu’il est important de faire une
distinction claire entre le risque d’implantation, ou « business risk », et le risque transactionnel. Cette distinction, quand elle est
bien établie et assimilée, doit conforter les
observateurs, même les plus prudents,
quant à l’exposition réelle de notre groupe
induite par son expansion internationale.
Notre « business risk » se mesure par rapport au capital investi dans nos filiales à
l’étranger. Le niveau de ce capital, qui ne
dépasse guère aujourd’hui 5% du total de
nos fonds propres consolidés, devrait rester
« Le rôle assigné à notre filiale
MediCapital Bank (MCB) est
de permettre aux opérateurs
africains d’avoir accès au
marché international des
capitaux, pour financer leurs
projets d’investissement
et de développement. »
limité. Il ne devrait pas non plus subir d’àcoups importants, d’abord au vu du niveau
de résistance éprouvé aux chocs du système
bancaire, et ensuite grâce à la diversification
géographique de nos implantations, avec
une présence escomptée de notre groupe
dans 15 pays à fin 2008.
Pour ce qui est du risque transactionnel
pris par BMCE Bank et MCB, je tiens à
préciser que notre groupe a élaboré, dans
le sillage de son développement en
Afrique, une politique très rigoureuse de
risk management. Cette politique privilégiera en particulier une rotation judicieuse de nos actifs, et un niveau de liquidité tel que ces derniers pourraient faire
l’objet d’un placement sur les marchés.
LA : Pour finir, quelles synergies doivent être mises en place pour coordonner vos filiales européennes, maghrébines et africaines ?
JA : Pour résumer la configuration cible de
notre groupe, je dirais que dorénavant le
réseau de banque retail sera géré à partir du
siège BMCE Bank. L’activité de wholesale
banking incluant le corporate et l’investment
banking sera portée, elle, par MCB sur les
marchés africain, européen et dans le reste
du monde. Enfin, une troisième filière
devrait connaître une montée en force et se
déployer efficacement au niveau régional :
le private equity, où notre groupe justifie
aujourd’hui d’un positionnement de leader
sur le marché marocain.
8
BANQUES ET ASSURANCES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
La finance islamique en Afrique :
un potentiel encore inexploité
Le potentiel du marché de la finance islamique en Afrique est estimé à 235
milliards de dollars. En 2007, l’intermédiation bancaire islamique n’atteignait pas 20 milliards.
Par Adama Wade, Casablanca
En trois décennies de développement, la
finance islamique s’est implantée dans les
pays du Golfe et de l’Asie du Sud-Est.
Depuis le début des années 2000, la tendance a gagné les places fortes de l’Occident
et des pays nouvellement arrivés dans le
club des nations les plus industrialisées. Si
le Japon et le Royaume-Uni redoublent
d’ingéniosité en termes de législation et de
conception des produits financiers conformes à la sharia, la Chine est un acteur relativement récent, mais qui compte bien faire
Le ministre algérien
de l’Energie
favorable à une
OPEP du gaz
La création d’une OPEP du gaz n’est plus à écarter. Les Etats membres du Forum des pays
exportateurs de gaz (FPEG) se réuniront le 24
juin prochain à Moscou pour donner un cadre
plus officiel à cette organisation, a annoncé le
ministre de l’Energie et des mines. Chakib Khelil
estime qu’une telle organisation « s’avère nécessaire car le gaz est commercialisé à des prix dérisoires, surtout depuis 2005, alors qu’ils devraient
suivre les cours du pétrole ».
Accord entre l’Egypte
et Israël pour
l'approvisionnement
de Gaza en électricité
Des officiels du ministère israélien de la défense
affirment avoir élaboré un projet d’accord pour
que l'Egypte devienne le principal fournisseur
d'électricité dans la bande de Gaza. L'Egypte prévoit de construire une ligne électrique de 150
MW à cet effet.
BP, RWE, Shell vont
investir 950 millions $
Les compagnies BP Plc, RWE AG et Royal Dutch
Shell vont investir 950 millions $ dans l'exploration pétrolière et gazière au large de l'Egypte. Ces
sociétés exploreront conjointement deux zones
en eau profonde au nord d'Alexandrie et dépenseront 800 millions $ pour le forage et l'arpentage. Shell va dépenser pas moins de 45 millions
$ dans l'exploration au nord de Damiette. Les
trois entreprises verseront, lors de la signature de
l'accord, une prime totalisant 105 millions $ au
gouvernement. Le pays vise à doubler ses exportations de carburant pour atteindre les 35 milliards m3 par an d'ici 2011.
Le commerce
égyptien avec Russie
a progressé de 50%
en 2007
Les échanges commerciaux avec la Russie ont
progressé de 50% en 2007, atteignant à 2,1
milliards $. 1,5 million de Russes ont visité
l'Égypte l'année dernière.
jeu égal avec ses devanciers pour attirer
cette manne islamique.
Loin du compte
L’Afrique ne fait pas exception à la règle, avec
un environnement potentiellement réceptif à
la finance islamique. Selon un récent rapport
du Moody’s Investors Services, les activités
bancaires africaines représentent au moins
50% du PIB total en moyenne produit par la
population musulmane du continent. « Les
musulmans du continent noir, qui représentent
la deuxième population musulmane la plus
importante au monde, ont réalisé une production économique de 469 milliards de dollars
l’année dernière », déclare Anouar Hassoune,
l’analyste de Moody’s auteur du rapport. « Ce
montant n’est pas négligeable puisqu’il égale le
PIB cumulé de l’Arabie saoudite et des Emirats
arabes unis, deux des principales économies du
monde musulman », ajoute-t-il.
Le potentiel du marché de la finance islamique
pourrait atteindre 235 milliards de dollars.
Pour le moment, l’on est encore loin de ce
chiffre et loin du dynamisme observé au
Moyen-Orient et en Malaisie, chef de file du
pôle de la finance islamique en Asie du SudEst. A la fin 2007, l’intermédiation financière
conforme à la sharia s’établissait à 18 milliards
de dollars, ce qui représentait une part de marché inférieure à 8% de sa taille potentielle.
L’on note par ailleurs une répartition spatiale
La fatwa de l’Université
d’Al Azhar du Caire concluait,
en 2005, à l’impossibilité
d’assimiler le taux d’intérêt
au fameux « riba », ou taux
usurier interdit par l’islam.
différente de l’Afrique du Nord à l’Afrique
australe en passant par l’Afrique subsaharienne. Le secteur reste fortement concentré
avec plus de la moitié des actifs au Soudan. Ce
pays, qui a émis les premières obligations islamiques (sukuk) en 2007, devance largement
l’Egypte. « Si la croissance de l’Afrique se poursuit à son rythme actuel, le plus soutenu depuis
des décennies, la création supplémentaire de
richesse devrait faciliter le développement des
services financiers islamiques, non seulement
dans le domaine de la banque d’affaires, mais
également dans les secteurs de l’assurance, de
l’investissement et de la micro-finance », indique Anouar Hassoune.
Mosquée à Nouakchott.
comme la zone ayant le potentiel de développement le plus élevé. Le Maghreb, en particulier,
accuse un retard par rapport à l’Egypte, à cause
de l’absence d’incitations et de dispositions particulières pour la finance islamique. De plus,
contrairement au Moyen-Orient, les foyers
maghrébins ne montrent pas de rejet particulier
au système des taux d’intérêt, largement toléré.
La fatwa de l’Université d’Al Azhar du Caire, en
2005, concluant à l’impossibilité d’assimiler le
taux d’intérêt au fameux « riba », ou taux usurier interdit par l’islam, abonde dans le même
sens. Il faut ajouter à ces facteurs les hésitations
des autorités maghrébines à ouvrir les portes à
un système symboliquement et politiquement
assez marqué. Notons toutefois que les flux islamiques sont intenses entre le Mashreq et le
Maghreb à l’instar des 1,4 milliard de dollars
investis au Maroc en 2006 par le Bahreini Gulf
Finance House. Le même investisseur a procédé
courant 2007 au lancement d’une zone financière offshore en Tunisie d’un montant global de
3 milliards de dollars. Résolument décidé à
investir tout le Maghreb, Gulf Finance House a
annoncé courant 2008 un investissement de 3
milliards de dollars dans différents projets en
Algérie et de 3,8 milliards en Libye. Autre opérateur intéressé par le Maghreb, la KFH (Kuwait
Finance House), sur le point de mettre en place
une entité financière au Maroc et en Algérie
pour investir dans le BTP. Quant à Abu Dhabi
Islamic Bank, l’une des rares institutions islamiques à être notées (A2/P-1/D, stable), elle était
récemment à la tête d’un consortium pour l’acquisition de la National Bank en Egypte.
Trois pôles géographiques de la finance
islamique en Afrique
La niche de l’Afrique subsaharienne
Sur l’Afrique du Nord, l’ouverture aux produits islamiques est, pour le moment, graduelle. Les banques islamiques relativement
modestes y ont pour nom Al Baraka (groupe
Dalla Al Baraka), présente en Algérie, la
Banque égypto-saudienne (ESFB) et la
Banque Et-Tamweel Al-Tunisi-Al-Saudi. Les
actifs de la banque Al Baraka en Afrique sont
estimés à 3 milliards de dollars, essentiellement concentrés en Egypte, ce qui en fait un
leader en Afrique. En Tunisie, la filiale de la
banque Al Baraka est la seule banque islamique en activité. En Algérie, Al Salam Bank
vient d’obtenir une licence et devrait être opérationnelle en 2008. Sur l’Egypte, deux institutions islamiques se partagent le marché.
A ce stade de développement de l’industrie de la
finance islamique, l’Afrique du Nord apparaît
En Afrique subsaharienne, la situation est plus
contrastée. Parmi les institutions présentes, l’on
note la Banque Al Wava mauritanienne islamique, filiale de Dalla Al Baraka, formée par une
joint-venture avec des investisseurs locaux.
Contrairement au Maghreb, les autorités bancaires de l’Afrique subsaharienne se montrent
plus flexibles dans la délivrance de licences pour
banques islamiques. Malgré cette souplesse, on
ne compte pas plus d’un opérateur par pays
dans les sept Etats passés en revue par Moody’s.
L’agence note que les sukuk pourraient représenter une véritable alternative de financement,
comme l’a expérimenté le cimentier soudanais
Soudan Berber Cement l’année dernière.
L’émission s’est élevée à 130 millions de dollars
pour le financement d’une usine de ciment en
bordure du Nil. Les Etats africains qui ont à
cœur la gestion de leurs dettes extérieures s’engouffreront-ils dans la brèche ?
A noter qu’actuellement le système bancaire
soudanais est divisé entre le Nord, réceptif aux
banques islamiques (avec 22 institutions pour
un total des actifs évalué à 14 milliards de dollars), et le Sud-Soudan, dont le gouvernement
local a opposé une fin de non recevoir aux
banques halal.
Les experts pensent que le Nigeria présente
toutes les qualités pour prendre le relais, fort
d’une population musulmane de 68 millions
d’habitants, d’un système bancaire développé
et d’institutions financières habituées à traiter
avec le marché des Eurobond. Le lien entre la
finance islamique et le système financier subsaharien pourrait se faire aussi à travers la
microfinance (marché potentiel de 500 millions de dollars) compte tenu du niveau de
développement (PIB/habitant = 900 dollars).
Quant à l’Afrique australe, avec une population
L’agence Moody’s note que
les sukuk pourraient représenter
une véritable alternative
de financement.
musulmane n’excédant pas 10% de la population, soit 30 millions de personnes (la moitié vit
en Tanzanie), elle présente un potentiel commercial certain pour les banques islamiques. On
y retrouve Al Baraka, à travers sa filiale sud-africaine Al Baraka Bank, qui dessert une population musulmane estimée à entre 700 000 et 1
million d’habitants. Des banques conventionnelles sud-africaines ont aussi ouvert des fenêtres islamiques suivant une tendance toute british. D’autres institutions envisagent de sauter le
pas et d’émettre des sukuk dans le cadre de leurs
politiques de diversification des ressources.
Reste le Kenya, où deux institutions soutenues
par des actionnaires des pays du Golfe, en l’occurrence la Gulf African Bank et la First
Community Bank, se sont installées en 2007 en
ciblant le potentiel de la population musulmane
(4 millions). L’Ile Maurice et la Tanzanie suivent
aussi la tendance. Le premier a amendé sa loi en
2004 pour autoriser l’intermédiation bancaire
islamique. Le deuxième, handicapé par un
PIB/habitant encore faible (360 dollars), attend
encore que la demande devienne plus importante pour basculer dans la finance verte.
9
BOURSES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Le platinum plombe
l’indice AI40
La Banque du canal
de Suez vend ses parts
dans la Compagnie Suez
La plupart des valeurs minières sud-africaines ont enregistré des chutes record sur la semaine boursière du 21 mars. D’où le retour de l’AI40 vers la ligne de résistance des 200 points.
La course vers les sommets de
l’indice AI40 connaît sa première inflexion depuis environ
un mois avec un recul de 4,04%
sur la semaine boursière du 21
mars 2008. L’indicateur du
cabinet londonien African
Investor ramène sa performance annuelle à 5,47% pour
un total points de 201,66%.
Ai40
avec 2,2% à 0,47 dollar,
montrent tout leur pouvoir
de résistance dans un marché peu animé. En outre,
une autre valeur bancaire, la
Kenya Commercial Bank,
clôture l’indice AI40 avec une
progression de 2,2% à 0,4
dollar. « La plupart des blue
chips (la KCB incluse) ont
rebondi suite à la formation du
gouvernement de coalition
entre l’opposition et le gouvernement. Les institutionnels
achètent massivement la
valeur KCB pour rattraper le
train des dividendes », explique Snehal Shah de Kestrel
Capital Kenya.
Minières en baisse
Les raisons des faibles performances de l’AI40 viennent en grande partie du
marché sud-africain, où les
fév. 08
mars 08
jan. 08
oct. 07
déc. 07
nov. 07
sep. 07
juil. 07
grandes valeurs ont reculé
de façon spectaculaire. C’est
le cas de l’Impala Platinum
en chute de 18,4% à 34,44
dollars, de l’Anglo American
(-16,5%), de Sasol (-11,85%
à 46,67 dollars), de l’Anglo
Platinum (-10,5% à 144,87
dollars). Cette correction
intervient en particulier sur
les entreprises minières qui
profitent depuis cinq mois
de la hausse ininterrompue
des cours. Pour les analystes,
les chutes record enregistrées à Johannesburg marquent le désengagement de
quelques spéculateurs qui
ont préféré encaisser leurs
bénéfices. Il s’agit donc
d’une correction technique
qui n’affecte en rien la qualité des papiers en question.
De même, la clôture du marché dérivé, le jeudi, a provo-
août. 07
juin. 07
avr. 07
mai. 07
fév. 07
mars. 07
jan. 07
déc. 06
oct. 06
nov. 06
sep. 06
juil. 06
août. 06
juin. 06
avr. 06
mai. 06
fév. 06
mars. 06
Ai100
jan. 06
Dans ce climat morose, la
plus grande hausse dans le
groupe des 40 premières capitalisations boursières africaines, réalisée par l’opérateur
de téléphonie Sonatel, est de
seulement 2,4% contre une
moyenne habituelle dépassant les 5 points. Leader à la
Bourse régionale des valeurs
mobilières d’Abidjan, le
groupe sénégalais cote à
449,82 dollars. Les raisons de
la hausse viennent du regain
d’intérêt suscité par les performances de Sonatel qui a
augmenté son résultat net de
10% en 2007 à 381,7 millions
de dollars, pour un chiffre
d’affaires de 1,112 milliard de
dollars. Sur le marché nigérian, Lafarge West African
Portland Cement réalise la
deuxième performance hebdomadaire de l’AI40 avec une
croissance de 2,4% à 0,56 dollar. « L’intérêt particulier
des investisseurs à long terme
a boosté le cours de cette
valeur », explique Wole
Famurewa de PHB Asset
Management Limited. Sur
les troisième et quatrième
marches du podium, la
Guaranty Trust Bank, avec
une croissance de 2,3% à
0,32 dollar, et la First Bank,
Vers un IPO record
au Kenya
Ai40 and Ai100 since inception (base = 100)
220
218
216
214
212
210
208
206
204
202
200
198
196
194
192
190
188
186
184
182
180
178
176
174
172
170
168
166
164
162
160
158
156
154
152
150
148
146
144
142
140
138
136
134
132
130
128
126
124
122
120
118
116
114
112
110
108
106
104
102
100
En hausse
qué un effet volume sur le
marché réel et le top 40 de la
bourse sud-africaine en particulier. Le platinum est,
rappelons-le, coté à 1845
dollars l’once, en chute de
57 dollars, ce qui ne pouvait
pas être sans conséquences
sur les valeurs Anglo
Platinum, Anglo American
ou encore Impala Platinum
qui présentent toutes une
forte exposition sur cette
matière. Pour sa part, Sasol
paye sans doute les spéculations sur un retrait du
pétrole de son niveau de 100
dollars, explique-t-on à
Legae Securitites. L’Egyptien
Mobinil, qui a perdu 8,3%
à 36,92 dollars, signe la
dernière contreperformance
majeure de l’AI40 de cette
semaine.
A.W
Vers une nouvelle recapitalisation
de la bourse nationale
L’assemblée générale des actionnaires de la Douala Stock Exchange (DSX) qui aura lieu en avril 2008
pourrait insuffler plus de dynamisme au marché financier camerounais dont une seule entreprise est
cotée en bourse, deux ans après le début des opérations de cotations.
Par Achille Mbog Pibasso, Douala
La Bourse nationale des valeurs mobilières
du Cameroun, la DSX, qui a du mal à
prendre de l’envol depuis le début des opérations de cotations en juin 2006, s’achemine peut-être vers de nouveaux horizons
avec la tenue, dans les prochains jours, de
l’assemblée générale des actionnaires.
Selon les responsables du marché financier camerounais, les prochaines assises
seront, entre autres, dominées par le projet
de recapitalisation de la bourse, question
de donner à la DSX une nouvelle impulsion en prélude à la célébration, le 30 juin
2008, du deuxième anniversaire du début
des cotations. L’arrivée probable d’autres
titres devrait, avec celle de la Société des
eaux minérales du Cameroun (SEMC),
donner plus de visibilité au marché financier national.
trouve à Libreville, au Gabon ; Ecobank
development Corporate, filiale du
groupe bancaire Ecobank spécialisé dans
Statut
La DSX est une société anonyme au capital de 1,8 milliard de francs CFA dont
63,7% des actions sont détenues par dix
banques commerciales privées, le Crédit
foncier du Cameroun et le FMO hollandais, 23% par des intérêts publics et
13,3% par des compagnies d’assurances
privées. Elle compte, depuis le mois de
décembre 2007, trois nouveaux prestataires de services d’investissement (PSI).
Il s’agit, en l’occurrence, de la Société
financière africaine (SFA), par ailleurs
premier prestataire de services d’investissement à la Bourse des valeurs d’Afrique
centrale (BVMAC) dont le siège se
La Banque du canal de Suez a vendu sa participation dans la
Compagnie du canal de Suez avec un excédent de bénéfices de
457,2 millions LE. La banque utilisera ce surplus pour soutenir
ses provisions pour le premier trimestre 2008.
L’arrivée probable d’autres
titres devrait, avec celle
de la Société des eaux
minérales du Cameroun
(SEMC), donner plus
de visibilité au marché
financier national.
les opérations d’investissement, et la
United Bank of Africa (UBA), une banque à capitaux nigérians à vocation
internationale.
Le président kenyan, Mwai Kibaki, a lancé personnellement vendredi la vente par l'Etat d'un quart du capital de la plus grande
société de téléphonie mobile du pays, Safaricom, en dépit d'une
controverse sur l'un des actionnaires. Safaricom est la société la
plus rentable d'Afrique centrale et orientale, avec un bénéfice
avant impôts de 235 millions d'euros en 2007, et ses actions
devraient être prochainement introduites en bourse à 7,5 cents
US l'unité. Cette offre gouvernementale, pour un total de 50 milliards de shillings (495 millions d'euros), ramènera la part publique du capital de 60% à 35%. Les 40% restants sont détenus par
le groupe britannique Vodafone et, à hauteur de 10%, par
Mobitelea, une société enregistrée à Guernesey et dont les propriétaires restent à identifier, en dépit des enquêtes effectuées par
les autorités kenyanes et britanniques.
Le Togo met en place
une cellule d’information
financière
Le gouvernement togolais a décidé, mardi en Conseil des ministres,
la création d'une Cellule nationale de traitement des informations
financières (CENTIF) pour lutter contre le blanchiment de capitaux dans le pays, a appris l'Agence Xinhua de sources officielles. La
CENTIF a pour mission de « recevoir, d'analyser et de traiter les renseignements propres à établir l'origine des transactions ou la nature
des opérations faisant l'objet de déclaration de soupçon auxquelles
sont astreintes les personnes physiques ou morales assujetties ».
Johannesburg marque le pas
La bourse sud-africaine a marqué une pause vendredi dernier,
et ce après une semaine de forte reprise. L’indice Top 40 a chuté
de 0,49% (à 27 798,70 points), dans la même proportion que
l’indice composite (-0,44 points). La plus grande capitalisation
boursière, Anglo American, a perdu 0,57% à 485 rands, alors
que son rival minier, BHP Billiton, s’est apprécié de 0,55% à
238,01 rands. A noter que la monnaie sud-africaine, qui
s’échange à un ratio de 1 dollar/huit unités, a encore perdu du
terrain par rapport à la devise américaine.
Contraction à la Bourse
de Casablanca
Sur les 5 séances de la semaine boursière achevée le vendredi 28
mars 2008, la Bourse de Casablanca s’est contractée, à travers
l’indice général de toutes les valeurs cotées, le MASI, en recul de
0,49%, et l’indice des valeurs cotées en continu, le MADEX
(-0,55). Par rapport au début de l’année, les deux indicateurs
ont gagné respectivement 15,31% et 15, 62%. Le volume global
des transactions s’est établi pour sa part à 8,8 milliards de dirhams dont environ 3 milliards sur le compartiment actions et
5,8 milliards via le marché de bloc. Les cinq valeurs les plus
actives de la semaine sont celles de la BMCE Bank, de Maroc
Télécom, du groupe Addoha, de l’ONA et de la Sonasid.
Le Tunindex retrouve
la pente ascendante
L’indice Tunindex de la Bourse de Tunis a progressé de
0,17% sur la semaine du 28 mars 2008. La journée du vendredi aura été particulièrement animée avec un retournement haussier qui a concerné 25 valeurs contre 11, d’après
l’analyse de Tustex. Le volume des échanges (3701 millions
de dinars) a été alimenté par les bancaires et Amen Bank
(+2,89% ; 28,8 DT) en particulier. Cette valeur a drainé
30% du volume total engagé sur le marché central grâce à
une transaction importante en milieu de matinée.
10
BOURSES
117 millions de FCFA
échangés à la Bourse
d’Abidjan
La BRVM a clôturé sa séance de cotation du vendredi 28
mars 2008 en hausse par rapport à la séance précédente.
L’indice BRVM Composite est passé de 231,39 à 231,82
points ; soit une progression de 0,19%. L’indice BRVM 10,
pour sa part, a gagné 0,18% à 263,86 points contre 263,38
précédemment. La valeur des transactions s’établit à 117,56
millions FCFA contre 48,38 millions FCFA, réalisés jeudi
dernier. La négociation a porté sur 17 sociétés pour un total
de 38 inscrites sur le marché des actions. Le nombre de
titres échangés s’est élevé à 29 381. Par ailleurs 15 sociétés
de bourse (sur 20 agréées), dont 8 hors Côte d’Ivoire, ont
participé au marché.
Standard & Poor’s
confirme les notes
de la Tunisie
Standard & Poor’s confirme les notes, en devise étrangère
BBB/A-3 et en monnaie locale A/A-1, attribuées à la
République de Tunisie. La perspective est stable. Les notes
de la Tunisie reflètent l’engagement des autorités à conduire
une politique macroéconomique prudente et à poursuivre
leur effort de réformes structurelles. Ces réformes ont soutenu un taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant supérieur à 4% au cours de la dernière décennie ; elles
ont également permis le maintien d’un déficit primaire
modéré, inférieur à 1% du PIB. Cette performance a contribué à la baisse régulière de la dette de l’État, estimée à 49%
du PIB à la fin de 2008, contre 56% en 2005.
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Maroc Leasing : l’histoire
d’un come back réussi
2007 aura, à coup sûr, été l’année de la consolidation chez Maroc Leasing.
L’entreprise fondée en 1965 et introduite
en bourse en 1997, avant d’entrer dans
une zone de turbulence début 2000, du
fait de la défaillance de son actionnaire
majoritaire de l’époque, l’ex BNDE
(Banque nationale pour le développement économique), est désormais en
voie de reconquérir son rang perdu.
Jusqu’à la fin des années 90, Maroc
Leasing contrôlait en effet 20% des parts
de marché. Ces parts se sont peu à peu
évaporées avant que la cession de 75% de
la BNDE à la CDG (Caisse de dépôt et de
gestion), intervenue en 2003, ne change
la donne.
Passé soldé
Dans la foulée, en 2004, un plan de
restructuration est adopté avec une provision de 90 millions de dirhams pour
faire face aux créances en souffrance.
C’est le début de la remontée de la pente,
confirmée une année plus tard, en 2005,
par l’entrée à hauteur de 10% de la
Société arabe d’investissement dans le
capital de Maroc Leasing. En 2007, l’entité solde définitivement son passé en
adoptant une nouvelle identité visuelle.
Parallèlement, un plan de renouvellement des effectifs est adopté. « Environ
deux tiers des effectifs actuels sont nouveaux », explique Ali Harraj, PDG de
Maroc Leasing.
Fin 2007, la production totale de la
société de crédit bail atteignait 1,68
milliard de dirhams, en augmentation
de 31,2% sur une année. A titre
de comparaison, en 2004, ce chiffre
était de 200 millions de dirhams.
L’entreprise a surperformé le marché
marocain du crédit bail, dont le chiffre
d’affaires en 2007 était de 12,4 milliards
de dirhams, en progression de 18%. En
prime, la part de marché s’est améliorée,
s’établissant à 13,5%. L’assainissement
du portefeuille clients et une meilleure
gestion des risques, couplée au contrôle
interne, ont été à la base de ce résultat.
L’adoption de différentes mesures
comme le rattachement de l’audit au
conseil d’administration et la cotation
du portefeuille avec un système de scoring contribueront à une meilleure
maîtrise du risque. Le coefficient d’exploitation ressort quant à lui à 36%,
soit la moyenne du secteur.
Alliance forte
Ces différents efforts impactent positivement le ROE passé de 12% en 2005
à 17,22% aujourd’hui. Seule ombre
au tableau, la faible progression du
titre Maroc Leasing à la Bourse de
Casablanca. Le management, qui ne
veut d’aucune manière se substituer
aux analystes financiers, est persuadé
que le PER particulièrement bas de
Maroc Leasing, à savoir 12%, l’un des
plus faibles du marché, peut jouer un
rôle catalyseur dans la remontée du
cours. Les perspectives 2008 de l’entreprise, qui compte redevenir un acteur
de référence au Maroc, convaincront
probablement les investisseurs. En
attendant, Maroc Leasing s’est fixée
comme objectif la barre de 2 milliards
de dirhams. Ne restera plus, pour passer à une autre étape, qu’une alliance
forte (à défaut d’une intégration) avec
une banque locale, comme par exemple Crédit Agricole avec qui les synergies sont naturelles.
AW
« Les banques ne peuvent pas tout financer »
Neuf ans depuis sa création, la Bourse d’Alger n’a pas atteint sa taille critique. Ali Sadmi, président de la Commission de surveillance des opérations de bourse, dresse un état des lieux.
qui va le financer et lui permettre de se
restructurer afin d’affronter la concurrence
des sociétés étrangères. La bourse contribue à
la restructuration des entreprises, comme cela
se passe un peu partout dans le monde.
Propos recueillis par Lazhar Djeziri, Alger
Les Afriques : Au bout de neuf années d’existence, on parle toujours de « relance » de la
Bourse d’Alger. S’agit-il de relancer ou de
démarrer ?
Ali Sadmi : La Bourse d’Alger a démarré, mais
nous n’avons pas su la consolider en donnant
de la consistance au marché, en y introduisant,
de manière continue, de nouvelles entreprises.
Des sociétés de premier rang, celles qui comptent dans l’économie algérienne, et qui peuvent donner confiance au public. Le marché
n’a pas encore atteint sa taille critique. Un
acheteur a besoin de retrouver rapidement, et
sans coût, la liquidité du titre qu’il détient.
LA : Ce n’est pas le cas actuellement ?
AS : Entre 2002 et 2005, ce n’était pas possible,
en raison d’une demande supérieure à l’offre.
Les investisseurs qui voulaient se défaire de
leurs titres ne trouvaient pas preneur. A un
moment donné, on avait instauré les contrats
de liquidité permettant à un intermédiaire
d’intervenir en tant que contrepartiste pour
acheter, au profit de l’émetteur et moyennant
rémunération, des titres qui ne trouvaient
pas preneur. Les émetteurs ont, ensuite,
décidé de mettre fin à ces contrats de liquidité, en raison de leur coût, ce qui a ralenti le
marché. Depuis le début 2008, le marché est
devenu acheteur, mais les titres sont mis en
vente en quantités limitées.
LA : Quels sont les titres qui sont offerts ?
AS : Après la suspension du titre d’EriadSétif en 2006, il reste l’action de l’hôtel ElAurassi, très demandée et dont le coût est
supérieur à celui d’introduction, et le titre
de Saïdal, qui a perdu près de la moitié de
sa valeur initiale. Nous avons, en plus, les
obligations de trois sociétés (Air Algérie,
Sonelgaz et Algérie Télécom) qui sont achetées en grandes quantités, mais plus par les
institutionnels que par les petits porteurs.
Et tout récemment, il y a eu cotation des
obligations assimilables du Trésor (OAT)
LA : Ne pensez-vous pas aussi qu’il y a un
déficit de communication, pour dissiper les
craintes du privé ?
AS : La communication, ce n’est pas notre
point fort. Mais existe-t-il aujourd’hui beaucoup d’entreprises privées susceptibles d’être
cotées en bourse ? C'est-à-dire des entreprises
La Bourse d’Alger.
qui ne peuvent, pour le moment, être acquises par les particuliers.
LA : A quoi répond l’introduction des OAT en
bourse ?
AS : Il s’agit de redonner confiance aux investisseurs. C’est une manière de dire que l’Etat soutien la bourse, qu’elle a un avenir, parce qu’on
avait l’impression, à un moment, qu’elle avait été
lâchée. C’est aussi pour donner de la profondeur
au marché et permettre ainsi aux intermédiaires
(IOB) et aux spécialistes en valeurs du Trésor de
négocier des produits en bourse.
LA : Introduire en bourse des entreprises privatisables, cela aurait été plus concret
comme soutien, non ?
AS : Les obligations peuvent constituer, pendant un temps, une alternative pour faire revenir la confiance, et pour permettre aux acteurs
du marché d’apprendre le métier. Ceci dit,
c’est vrai, la bourse ne peut pas se passer de
l’introduction d’entreprises. L’indice boursier
étant construit avec des titres de propriété et
non pas des obligations.
LA : Qu’attend l’Etat pour coter les entreprises privatisables, d’autant que la bourse
existe depuis bientôt neuf ans ?
AS : J’espère que l’introduction des OAT à la
Bourse d’Alger sera rapidement suivie par
celle d’entreprises publiques importantes.
D’autant plus que nous sommes en train de
travailler sur un programme de modernisation qui va doter la bourse des instruments les
plus modernes de négociation, qui ont une
grande capacité de traitement.
LA : Est-ce vraiment nécessaire de moderniser vu qu’il n’y a pas beaucoup de titres à
négocier ?
AS : Non, il s’agit de se mettre aux normes
internationales qui garantissent un maximum
de sécurité pour les opérations boursières. La
modernisation, c’est également pour améliorer l’attractivité de la bourse.
LA : On reproche aux entreprises privées de
ne pas investir la bourse. C’est peut-être dû à
un manque de confiance ?
AS : A partir du moment où l’Etat place ses
titres, c’est un signe suffisant pour faire
confiance à la bourse.
LA : Mais, actuellement, la bourse n’est pas
vraiment un lieu de cotation de titres d’entreprises mais plutôt d’obligations.
AS : Le secteur privé a un comportement un
peu moutonnier. Il n’est venu sur le marché
obligataire qu’à partir du moment où il y a eu
suffisamment de titres publics sur ce marché.
A mon avis, le privé ne doit plus attendre pour
apporter sa contribution dans la construction
d’un marché financier solide. C’est ce marché
« Existe-t-il aujourd’hui beaucoup
d’entreprises privées susceptibles
d’être cotées en bourse ?
C'est-à-dire des entreprises
qui divulguent l’information,
qui tiennent leur comptabilité
selon les normes, et qui sont
suffisamment transparentes ? »
qui divulguent l’information, qui tiennent leur
comptabilité selon les normes, et qui sont suffisamment transparentes ? Elles ne sont pas
nombreuses…
LA : Comment voyez-vous l’avenir de la
Bourse d’Alger ?
AS : La Bourse d’Alger est condamnée à se
développer, sous peine de disparaître. Elle doit
se moderniser et être alimentée pour devenir
une plaque tournante de l’investissement. Ce
sont là les exigences de l’Organisation internationales des commissions de valeur (OICV),
qui va évaluer notre fonctionnement et notre
performance. Il faut s’inscrire dans le cours de
l’histoire des bourses émergentes qui se développent, qui se modernisent. Si on reste à la
traîne, on ne voit pas l’utilité d’une bourse qui
ne finance pas et qui ne participe pas à la
restructuration de l’industrie algérienne. Les
banques ne peuvent pas tout financer.
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Diamant : les pays africains
veulent polir sur place
Le marché du diamant se porte si bien que les pays producteurs africains exigent de développer une industrie locale de polissage et de taillage. Une pression qui a fait plier le premier producteur mondial De Beers.
Par Anne Guillaume-Gentil, Paris
A l’instar des autres commodities, les prix du
diamant progressent depuis 6 mois. Si le
prix d’un diamant varie très fortement en
fonction de la qualité, on observe néanmoins une hausse des prix lors des enchères
de diamants « exceptionnels ».Ainsi, un diamant de 10 carats D (couleur blanc exceptionnel) peut maintenant se vendre à environ $ 155 000 le carat, contre $ 110 000 il y
a six mois. Selon le premier producteur
« L’africanisation de
l’industrie de transformation
du diamant n’est pas
une menace pour l’Inde
mais une grande opportunité
que nous allons saisir
avec vigueur. »
mondial De Beers, les prix du diamant brut
ont augmenté de 7,5% depuis le second
semestre 2007, une augmentation qui
devrait se poursuivre en 2008. Une hausse
entretenue par la spéculation, mais pas seulement. La demande est soutenue. La croissance rapide dans les économies émergentes
comme la Chine, l’Inde et les pays du Golf a
multiplié le nombre de multimillionnaires,
dont certains sont prêts à payer des prix très
élevés pour des bijoux exceptionnels et des
pierres rares. Le mois prochain, sur les
enchères en Asie, un diamant extrêmement
rare de 72,22 carats pourrait être cédé à $ 13
millions, soit $ 180 005 le carat, un niveau
de prix jamais atteint sur ce continent.
La demande reste soutenue malgré la
récession qui se profile aux Etats-Unis et
qui pourrait affecter le premier marché
mondial de la bijouterie. En effet, les
compagnies minières n’ont fait aucune
découverte majeure.
De Beers a annoncé qu’elle allait continuer d’investir environ $ 100 millions
par an en Afrique pour développer l’offre,
mais pour qu’une mine soit opérationnelle, il faut plusieurs années. De même,
le Russe Alrosa, qui contrôle 97% de la
production russe de diamant, a annoncé
qu’il allait investir $ 800 millions en
Afrique, dont $ 300-400 en Angola.
Plus de valeur ajoutée en Afrique
Si ces dernières années on a observé une
multiplication des centres de taille et de
polissage, notamment en Asie (Inde, Chine,
Thaïlande...), aux côtés des traditionnels
que sont Anvers, Tel Aviv et New York, peu
se situent dans les pays producteurs de diamant. Les gouvernements africains mettent
la pression sur les producteurs de diamant
importants, y compris De Beers, pour qu’ils
vendent les pierres à des tailleurs et polisseurs locaux plutôt que de les exporter brutes directement vers l’Asie et l’Europe. Et le
projet avance. Après l’Afrique du Sud et la
Namibie, le Botswana, premier producteur
mondial de diamant, a lancé mi-mars la
Diamond Trading Company Botswana
(DTCB), une joint-venture à 50% entre De
Beers et le gouvernement botswanais.
DTCB table sur la vente de $ 360 millions
de diamants bruts aux 16 entreprises de
taille locales en 2008. En Namibie, où a été
créée en janvier 2007 la Namibia Diamond
Trading Company (NDTC), joint-venture
à 50% entre le gouvernement namibien et
De Beers, l’Américaine Julius Kelin Group
(JKG) et son partenaire namibien Dinamo
Group ont procédé mi-mars à l’ouverture
officielle de la nouvelle usine de transformation de diamant JKD Namibia (Pty) Ltd.
L’Inde veut réduire les intermédiaires
L’Inde, le premier importateur mondial de
diamants bruts et le premier exportateur
mondial de diamants polis et taillés, veut
aussi changer d’approche vis-à-vis de
l’Afrique en achetant directement le diamant brut dans les pays producteurs. Une
initiative qui a été portée par le ministre
indien du Commerce et de l’Industrie
Shri Jairam Ramesh, lors de son voyage
en Angola et en Namibie fin mars. Il
devrait aussi se rendre dans les prochains
mois en Afrique du Sud et au Botswana.
« L’africanisation de l’industrie de transformation du diamant n’est pas une menace
pour l’Inde mais une grande opportunité
que nous allons saisir avec vigueur », a
estimé Shri Jairam Ramesh, précisant
que l’Inde, faisant face à une difficulté
pour obtenir des diamants bruts, démontrera aux pays africains qu’elle coopérera
activement pour les aider à s’élever dans
la chaîne de valorisation et les assister
pour créer de la valeur dans leurs pays.
Riz : le Sénégal veut s’autosuffire
Le Sénégal veut parvenir à l’autosuffisance en riz, la base de son alimentation. L’Inde vient de lui
accorder 13,5 millions de dollars.
Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar
Le Sénégal a relancé, à New Delhi, à l’occasion de la quatrième réunion Inde-Afrique
sur le partenariat économique, son projet
d’autosuffisance en riz. L’Inde a accordé
13,5 millions de dollars à un programme de
réhabilitation de 60 000 hectares d’aménagements précaires dans la vallée du fleuve et
d’équipement en matériel agricole et d’irrigation, devenu obsolète. Le pays s’est fixé
2012 pour atteindre l’autosuffisance en riz.
Ce n’est pas la première fois qu’un tel objectif est fixé sans avoir jamais pu être atteint.
Le riz est devenu une question centrale en
raison de la volonté du pays d’avoir un
minimum de souveraineté alimentaire, en
ne dépendant pas totalement de l’étranger
pour l’approvisionnement de la base de son
alimentation, et surtout en raison du coût
croissant des importations de riz. En 2007,
environ 700 000 tonnes de riz ont été
importées pour une valeur de 140 milliards
de FCFA, 213 millions d’euros. Cela a
coûté 2,5% de croissance à l’économie
nationale, estime le ministre sénégalais de
l’Agriculture, Amath Sall, qui a pris part à la
réunion de New Delhi.
Paradoxes et survivances
Paradoxalement, le Sénégal, qui ne produit
que 100 000 tonnes de riz, a des rendements plus élevés, toujours selon le ministre, que les pays d’où il importe, comme la
Thaïlande. Le rendement moyen serait de 6
tonnes à l’hectare au Sénégal contre une
moyenne mondiale de 3,4 t.
Le Sénégal a la paradoxale et rare situation
11
PRODUITS DE BASE
de devoir importer la base de son alimentation, le plat national, le thiebou dieune, le
riz au poisson. Si le poisson est encore
pêché dans les eaux poissonneuses, en
revanche, le riz lui vient de l’ExtrêmeOrient. Une survivance de la colonisation
française. Elle avait spécialisé ses colonies
selon ses besoins. Le Sénégal, aux terres et
climat particulièrement adaptés à la culture
Le Sénégal avait la
charge d’approvisionner
les huileries françaises.
Pour nourrir les Sénégalais,
la Cochinchine avait
les atouts et les bras
nécessaires à la
culture du riz.
de l’arachide, avait la charge d’approvisionner les huileries françaises. Pour nourrir les
Sénégalais, la Cochinchine, comme on
disait à l’époque, avait les atouts et les bras
nécessaires à la culture du riz. Le Sénégal
utiliserait donc ses terres et ses bras pour
faire de l’arachide pour la métropole et
mangerait le riz venu de Cochinchine. Pas
même le riz, mais ses brisures alors, pratiquement sans valeur commerciale.
L’indépendance venue, le Sénégal ne modifie pas les termes de cette répartition des
rôles. La France continue à lui acheter l’arachide à un prix subventionné supérieur au
cours mondial et les brisures de riz sont bon
marché. Mais la conjoncture a fini par tourner. La naissance de la Communauté écono-
mique européenne sonne la fin des subventions à l’arachide et le prix des brisures de riz
ne cesse d’augmenter avec l’accroissement
de la demande asiatique. Disposant, avec les
barrages, de nouvelles potentialités, le
Sénégal a entrepris d’encourager la production dans la vallée du fleuve Sénégal pour
augmenter la production de riz traditionnel
en Casamance, et dans les mangroves du
Saloum pour atténuer des importations
croissantes. Mais le riz irrigué de la vallée du
fleuve revient plus cher que le cours mondial des brisures de riz. Et comme l’ajustement structurel imposé au Sénégal dès le
milieu des années 80 commence par la
chasse aux subventions, le riz national est
laissé à lui-même. Ni les aménagements
agricoles pour exploiter les 240 000 hectares
de terres irrigables grâce aux barrages de
l’Organisation pour la mise en valeur de la
vallée du fleuve Sénégal, OMVS, ni la culture du riz ne font l’objet d’un réel engagement des pouvoirs publics. Le pays continue
donc à importer de plus en plus de riz. Avec
des difficultés croissantes.
Bonne qualité
Cette conjoncture devrait profiter au riz
local. Sa qualité est reconnue bonne, son
rendement intéressant. Il faut toutefois
résoudre l’équation des coûts encore élevés
des aménagements de la vallée du fleuve, de
l’énergie ainsi que l’organisation adéquate
de la commercialisation. Le programme
financé par l’Inde, spécialiste de la culture
rizicole, pourrait être enfin celui qui permettra aux Sénégalais de savourer le riz
local au poisson local.
Maroc : Fertima dans
l’escarcelle de Charaf
Corporation
Les trois actionnaires principaux de la société de conditionnement et de commercialisation.
d’engrais minéraux Fertima céderaient leur participation au
groupe Charaf Corporation. Ces trois actionnaires sont le
groupe Holmarcom (30%), le groupe ADP Intern et Adubos
Portugal (25%) et la Mutuelle agricole marocaine d’assurances
(23,17%). Si l’information se confirme, le groupe Charaf
Corporation trouve là une alternative intéressante à la reprise
ratée des ICS du Sénégal, il y a quelques mois.
Le Cameroun suspend
16 exploitants du bois
Le ministre camerounais des Forêts et de la Faune, Elvis Ngolle
Ngolle, a suspendu jeudi soir 16 sociétés exerçant dans l'exploitation du bois au Cameroun pour non justification de l'origine de
leur bois, a-t-on appris vendredi matin sur la radio nationale du
Cameroun. Un communiqué du ministère précise que d'autres
suspensions vont suivre. Le ministère avait sanctionné 27 opérateurs pour des motifs similaires en février dernier. L'Etat du
Cameroun milite en faveur de l'exploitation durable des forêts,
depuis 2004, en collaboration avec des ONG internationales et les
bailleurs de fonds.
RDC : 7 milliards de dollars
nécessaires pour investir
dans les mines de Banalia
Sept milliards de dollars américains sont nécessaires pour
investir dans l'exploitation des gisements de fer à Banalia, territoire situé à 125 km de Kisangani, province orientale (nordest de la RDC), a révélé jeudi le ministre congolais des Mines,
Martin Kabwelulu, à l'issue de sa visite mercredi au chef-lieu de
la province orientale. La compagnie Oriental Iron company
(ORICO), qui s'occupe de cette exploitation, est une multinationale constituée principalement de capitaux israéliens. Selon
le ministre, les gisements de Banalia révèlent des minerais
d'une grande valeur.
La flambée du pétrole se
répercute sur l’accessibilité
de l’eau en Afrique
La flambée du prix du baril sur le marché international constitue un
obstacle à l'accès à l'eau potable en Afrique, a estimé mercredi à
Tunis Loïc Fauchon, président du Conseil mondial de l'eau (CME),
un organisme non gouvernemental basé à Marseille. « Nous avons
besoin de l'énergie pour produire de l'eau potable. Et si nous ne pouvons pas disposer de cette énergie à cause d'un baril de pétrole trop cher,
nous ne pouvons pas assurer l'eau potable aux populations », a-t-il dit
à l'ouverture de la première Semaine africaine de l'eau. Prenant
l'exemple du Bénin, M. Fauchon a démontré que dans de nombreux pays africains les populations ont été contraintes de procéder
à des économies d'énergie à cause de la flambée du prix du pétrole.
L’horticulture kenyane
retrouve des couleurs
Les recettes des exportations d'horticulture kenyanes ont
atteint 1,12 milliard de dollars en 2007, enregistrant une augmentation de 63% par rapport à l'année précédente, a annoncé
la Banque centrale kenyane. Le secteur a dépassé en revenus
celui du tourisme (environ 935 millions de dollars), devenant
le premier pourvoyeur de devises du pays. La plus large proportion de ces revenus provient des exportations des fleurs coupées avec 64% du total de ces recettes.
Sur 20 ans, le pétrole a
rapporté 300 milliards
de dollars au Nigeria
Le ministre d'Etat nigérian pour l'énergie, Odein Ajumogobia,
a fait savoir jeudi que le pétrole et le gaz naturel avaient rapporté au Nigeria 300 milliards de dollars entre 1988 et 2008. Les
dépenses de l'industrie pétrolière ont aussi augmenté, passant
d'un milliard de dollars par an dans les années 1980, à 12 milliards pendant les cinq dernières années, a-t-il précisé, ajoutant
que plus de 5000 km d'oléoducs ont été construits.
12
La CEA estime la croissance
de l’Afrique insuffisante
L'Afrique a enregistré une croissance économique légèrement en progrès en 2007, mais le continent est encore loin
d'être entré dans une dynamique susceptible de lui permettre de réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d'ici l'année 2015, a-t-on appris du secrétaire
exécutif de la Commission économique des Nations unies
pour l'Afrique (CEA), Abdoulie Janneh. « Il faudrait que les
taux de croissance de l'Afrique augmentent à plus de 7% si l'on
veut que le continent réalise les OMD, mais le risque d'une
récession mondiale continue de peser », a encore expliqué mercredi, à Addis-Abeba, M. Janneh.
Tata Motors acquiert
Jaguar et Land Rover
Le groupe Tata Motors s'apprête à acheter les prestigieuses firmes automobiles Jaguar et Land Rover. La branche automobile
du géant indien Tata a fait savoir qu'elle vient de signer le
contrat de cession avec le constructeur américain Ford et que
l'annonce du rachat de deux des constructeurs les plus chers au
monde devrait intervenir au cours de la semaine sans préciser
les montants des transactions conclues. Mais les milieux d'affaires croient savoir que près de 3 milliards de dollars ont été
mobilisés par Tata Motors pour ce rachat auprès d'un consortium constitué de grandes banques comme la JP Morgan
Chase, Citigroup, BNP Paribas et les banques indiennes State
Bank of India et Standard Chartered.
Le FMI fait le point sur
la croissance en Mauritanie
Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé que la
Mauritanie a réalisé une croissance de près de 6% du PIB
non-pétrolier en 2007, en bénéficiant du rebond de la production agricole et du développement de nouveaux projets
miniers. Selon une déclaration du FMI publiée mardi à
Nouakchott, le niveau des réserves extérieures a dépassé légèrement les objectifs fixés en 2007, ajoutant que les autorités
mauritaniennes continuent de réaliser des progrès au niveau
des réformes structurelles. Cette déclaration intervient à l'issue d'une mission du FMI en Mauritanie concernant les
consultations de l'année 2008 dans le cadre du Programme
triennal appuyé par la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FPRC) couvrant la période octobre 2006-septembre 2009.
L’industrie pétrochimique
sud-africaine s’ouvre à
la population noire
Le groupe sud-africain de l'industrie pétrochimique a
annoncé, mardi, son intention de céder 10% de ses parts à des
actionnaires noirs pour un montant de 25,9 milliards de
rands (3,19 milliards USD). Cette transaction, la plus grande
jamais réalisée en Afrique du Sud dans le cadre de la politique
du Black Economic Empowerment (BEE), concerne la cession
de 63,1 milliards de parts, devant porter à 19,7% le taux des
parts contrôlées par des actionnaires noirs au sein de la compagnie. « La transaction est destinée à assurer des bénéfices à
long terme pour un large groupe de noirs, particulièrement
parmi les employés de Sasol et des groupes avec des moindres
revenus, notamment les femmes », explique la compagnie dans
un communiqué. Décidée en septembre dernier, cette opération se répartit, selon ses bénéficiaires, entre le public noir
(3%), les investisseurs noirs (1,5%), les employés de la compagnie (4%) et la Fondation Sasol Inzalo (1,5%).
Le Nigeria soucieux
du devenir du bassin
du Lac Tchad
Le président nigérian Umar Yar'Adua a appelé les parties prenantes de la Commission du bassin du Lac Tchad à réexaminer
leurs stratégies afin d'atteindre efficacement les objectifs en
faveur du développement durable de l'étendue d'eau subsaharienne. M. Yar'Adua, représenté par le ministre nigérian des
Affaires étrangères, Ojo Maduekwe, a lancé cet appel à Abuja,
lors de la cérémonie d'ouverture de la 54e session du Conseil
des ministres et la session préparatoire du 12e sommet de la
commission. Il a insisté sur l'importance de cet appel, du fait
que le lac est menacé aujourd'hui par une série de changements
climatiques et d'activités humaines.
ENTREPRISES ET MARCHES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Afrique centrale :
la microfinance en
lutte contre la pauvreté
Les établissements de microfinance participent à la réduction de la pauvreté parce qu’ils aident les
populations pauvres à monétiser leurs activités.
Par Achille Mbog Pibasso, Douala
Relèvement de crédits
Depuis une dizaine d’années, les établissements de microfinance connaissent une évolution rapide en Afrique
centrale, et participent aux cotés des
banques classiques, au financement de
l’économie sous régionale, avec une
ancrage sur la promotion des petites et
moyennes entreprises, avec les méthodes de fonctionnement généralement
plus allégées. Leur nombre a dépassé le
cap de 700 en mars 2008 selon la
Commission bancaire de l’Afrique
centrale (COBAC). Cette évolution qui
s’observe notamment sur le nombre
d’établissements et sur la quantité de
crédits distribués, fait la microfinance,
« un instrument de lutte contre la pauvreté ».
Selon Mahamat Mustapha, le secrétaire
général de la COBAC « la microfinance est
un service de proximité, où tout le monde a sa
place, puisqu’elle va chercher les clients qui ne
peuvent pas accéder aux services réguliers des
banques classiques. C’est une impulsion qui
permet une meilleure fourniture de l’économie en produits agricoles en en micro-entreprises en ce qui concerne les investissements
sur les petits secteurs d’activité », a-t-il souligné. La COBAC qui estime que l’économie
régionale pourrait difficilement se développer sans la microfinance, a noté fin mars
2008, un relèvement de crédits de plus de
150 milliards de francs CFA, tandis que les
dépôts ont atteint 250 milliards de francs
CFA pour les six pays de la Communauté
économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).
Classés en trois catégories, entre autres, les
mutuelles, les micro-banques dont les activités sont basées sur les dépôts et l’octroi de
crédits, puis la troisième catégorie tournée
essentiellement vers le financement de petits
projets, les établissements de la microfinance « aident les populations pauvres à
monétiser leurs activités ». Ils se présentent
de plus en comme des acteurs incontournables du développement, depuis que la
restructuration, enclenchée il y a bientôt dix
ans par la COBAC, a permis d’organiser ce
secteur qui génère environ 150 000 emplois
directs et indirects. La COBAC se dit d’autant plus optimiste pour l’avenir des établissements de la microfinance dans la sous
région, que ceux-ci appliquent des taux
d’intérêts bas, en moyenne 8% là où les banques classiques appliquent des taux d’intérêt
autour de 22%.
Les produits pétroliers coûtent
trop cher à l’Etat guinéen
L’Etat guinéen a déboursé 14,5 millions d’euros sur le premier trimestre 2008 pour soutenir les prix
des produits pétroliers.
Par Ougna Camara, Conakry
L’Etat guinéen subventionne l’achat des
produits pétroliers pour maintenir le
prix du carburant à la pompe à un
niveau raisonnable. Cette politique, qui
dure depuis des années, pèse à présent
sur l’économie nationale et commence à
faire grincer les dents.
tue une réelle préoccupation pour le gouvernement eu égard aux conséquences négatives que cela pourrait engendrer sur la poursuite du programme que le gouvernement a
réussi en si peu de temps grâce aux reformes
entreprises », déclare le ministre du
Commerce, de l’Industrie, du Tourisme et
de l’Artisanat, Mamady Traoré.
Poids de la dette
Respecter l’accord
Pour le premier trimestre 2008, le Ministère
du commerce évalue la charge à 98 milliards de francs guinéens, soit 14,5 millions d’euros. Ce déficit se traduit, soit par
la subvention faite en espèce aux sociétés
en charge de l’importation des carburants, soit par un renoncement à une partie des recettes sur les taxes pétrolières. En
l’espace d’un an, le total cumulé avoisine
l’ordre de 169 milliards de francs guinéens, soit 25 millions d’euros.
Le but de cette « option stoïque » est de
respecter l’idée d’un accord dit du 27 janvier 2007. Pour rappel, il s’agit d’un accord
signé l’année dernière pour sortir le pays
d’une crise sociale qui stipule que le prix
du carburant à la pompe doit être de l’ordre de 4300 francs guinéens. « Cela consti-
A cette situation déjà alarmante s’ajoute
aussi une dette antérieure qui se chiffre à
260 milliards de francs (38,5 millions d’euros), endossée à travers la subvention des
produits pétroliers que Conakry rembourse
Le litre d’essence coûte 728
FCFA au Sénégal et 417
FCFA en Guinée.
par trimestre à hauteur de 30 milliards.
Aujourd’hui, sommées de payer cette addition qui commence à être salée, les autorités menacent de supprimer la subvention.
Malgré la crise du carburant qui a
emmené plusieurs pays à ajuster leurs
prix à la pompe, la Guinée a opté pour la
subvention dans le seul but d’amoindrir
le coût et de rester fidèle à son fameux
accord. Ainsi, à titre d’exemple, alors que
le litre d’essence coûte 728 FCFA au
Sénégal, et 615 FCFA en Cote d’Ivoire, il
est vendu à environ 417 FCFA en Guinée.
Un choix qui laisse cours aujourd’hui à la
spéculation et au trafic en direction de
certains pays frontaliers. Les informations font état de 30% du pétrole
importé par la Guinée qui traverseraient
la frontière guinéo-malienne. Soucieux
de maintenir le « calme » dans la cité, le
gouvernement a dit, il y a une semaine,
ne pas envisager la suppression de cette
subvention qui pourtant commence à
faire du mal à une économie déjà mal en
point. « A ce jour, aucune décision d’augmentation de prix des produits pétroliers à
la pompe n’a encore été décidée par le gouvernement, dont la préoccupation majeure
demeure l’amélioration des conditions de
vie », avait rassuré le ministre.
Une seule chose est sûre. A Conakry,
même si le pouvoir refuse de se prononcer clairement sur la question, le prix du
baril, qui a dépassé le seuil des 100 dollars, laisse croire aux observateurs de
l’économie guinéenne à une imminente
répercussion sur le marché local.
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Partenariat : sommet Inde-Afrique
Après le Japon et la Chine, c’est au tour de l’Inde, d’accueillir un sommet avec l’Afrique, courtisée par
les économies émergentes.
Par Robert Adande, Dakar
Les 8 et 9 avril prochain, New Delhi, la capitale indienne accueillera le premier sommet
Inde-Afrique. 14 chefs d’Etat africains y
sont attendus. Après le Japon, avec le
TICAD, et la Chine qui a abrité en 2006 son
premier sommet sino-africain, c’est au tour
de l’Inde de manifester ses bonnes dispositions à l’égard du contient africain.
Le Sommet a été préparé par la quatrième conférence sur le Projet de partenariat Inde-Afrique 2008, qui s’est tenu
du 19 au 21 mars dernier à New Delhi.
Plus de 900 participants du public et du
privé, ministres, hommes d’affaires,
représentants 33 pays africains y ont participé. Les secteurs économiques concernés ont été l’énergie, les ressources
humaines, l’agriculture et la technologie.
Intérêt franc
C’est Kamal Nath, ministre indien du
Commerce et de l’Industrie, qui a ouvert
les travaux en rappelant fortement la
volonté indienne de diversifier et d’élargir ses relations avec l’Afrique.
Au nombre des secteurs qui pourraient
intéresser plus particulièrement l’Inde,
l’agriculture et la transformation des
produits alimentaires, qui devraient être
les domaines privilégiés de cette coopération, parce que « les deux parties sont
toutes en proie à des insuffisances de vivres
et souffrent, par ailleurs, de l’absence de
diversification des cultures et d’une productivité agricole relativement faible ».
« C’est avec un intérêt franc et une détermination plus probante que l’Inde envi-
« Les deux parties sont toutes
en proie à des insuffisances
de vivres et souffrent, par
ailleurs, de l’absence de
diversification des cultures et
d’une productivité agricole
relativement faible. »
sage des rapports privilégiés avec l’Afrique,
pour une prospérité mutuelle », a ajouté le
ministre. Les objectifs communs aux
deux régions, en matière de lutte contre
la pauvreté, de développement humain
et de croissance économique pourraient
trouver des débuts de solution à travers
des projets communs, a-t-il poursuivi.
D’ores et déjà, selon l’Agence panafricaine de presse, plus de 130 projets intéressant les secteurs de l’agriculture, de
l’énergie, de la technologie et des res-
sources humaine, pour une valeur globale de plus 6 milliards de dollars américains, ont été conclus pendant le forum.
Outre les Etats, des communautés économiques régionales africaines ont participé
à la rencontre. L’Inde entend en effet
conclure des accords multilatéraux avec
ces institutions.
Le forum a été initié par la Confédération
des Industries Indiennes (CII) et le Banque
EXIM. Moins remarquée que la Chine,
l’Inde a amorcé un formidable développement économique qui accroît ses besoins
de matières premières. En matière de fer,
Mittal, fait figure de géant mondial qui
cherche à contrôler des mines en Afrique.
Elle a remporté la concession pour le minerai de fer du Sénégal oriental.
Comme avec le Japon et la Chine,
l’Afrique a à gagner dans ce partenariat
qui lui évite le tête-à-tête avec l’Occident,
qui n’est plus en situation de monopole.
Grand hic, ces nouveaux partenaires
viennent avec un agenda précis, des
besoins, un plan d’action. En face,
l’Afrique paraît encore bien dispersée et
semble s’en tenir aux schémas qui lui
sont proposés, sans réelle réflexion sur
une stratégie propre, définie en fonction
de ses besoins et priorités.
Financement alternatif du
développement : 30 milliards
en plus pour l’Afrique
Bons de la diaspora et titrisation peuvent permettre de mobiliser 30 milliards de dollars pour
l’Afrique. Autant que l’aide au développement reçue par le continent.
Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar
Le financement du développement en
Afrique est mobilisé à travers deux
canaux : l’aide publique au développement (ADP) ou l’investissement direct
étranger. L’APD en faveur du continent a
augmenté au cours des dernières années.
En 2005, elle a atteint 30 milliards de
dollars. Elle est toujours la première
source de financement extérieur du
développement africain. En termes de
transferts, cette source tend en réalité à
baisser puisque les remises de dettes y
sont comptabilisées.
L’investissement direct étranger, deuxième
source de financement, est également en
augmentation, mais le continent en reçoit
encore moins que les autres économies en
développement.
Public privé
Cette structuration du financement du
développement du continent n’est pas
adéquate. Elle laisse encore trop de place
au secteur public alors même, estime Uri
Dadush, directeur du Groupe d’études des
perspectives de développement de la
Banque mondiale, que « c’est le secteur
privé qui doit être le moteur de la croissance
et de l’emploi dans les pays pauvres. Les initiatives d’aide publique doivent jouer un
rôle catalyseur en faisant émerger des solutions de financement innovantes destinées à
accroître les flux du privé vers le privé ».
C’est pourquoi au cours d’une réunion
tenue en 2007 à Nairobi, au Kenya, les
pays africains avaient demandé à la banque d’étudier des moyens alternatifs de
financement, autres que l’aide publique
13
ENTREPRISES ET MARCHES
au développement. Les résultats de cette
étude, qui viennent d’être délivrés par
l’équipe de la banque, conduite par l’économiste en chef Dilip Ratha, établissent
que l’Afrique peut mobiliser 30 milliards
de dollars par an, soit autant que l’APD,
grâce à d’autres produits jusque-là ignorés en Afrique et qui ont pourtant fait
fortune ailleurs.
Diaspora
Bien que l’Afrique soit devancée par les
autres régions en développement, les
envois de fonds de la diaspora sont en
augmentation. Individus et institutions
d’Afrique subsaharienne, Afrique du Sud
non comprise, ont transféré 13,9 milliards
de dollars en 2005 contre 7,2 milliards en
2000. Ces envois sont probablement limités par le montant coûteux des transferts.
En 2006, indique le rapport, « envoyer 200
dollars de Londres vers Lagos coûte 29 dol-
Des ressources
supplémentaires peuvent
être mobilisées auprès
de la diaspora grâce à des
« bons de la diaspora ».
lars et envoyer la même somme du Bénin
vers Lagos coûte plus de 34 dollars. La
réduction de ces coûts de moitié (un objectif
pas si difficile à atteindre) pourrait favoriser des flux additionnels d’envois de fonds
vers l’Afrique subsaharienne équivalant à
2,5 milliards de dollars ».
Outre les transferts, des ressources supplémentaires peuvent être mobilisées
auprès de la diaspora grâce à des « bons
de la diaspora ». Ces bons seraient des
titres de créance émis par un pays ou
même par une institution infranationale
ou une société privée auprès des membres de la diaspora.
Ces titres auraient de grandes chances de
les attirer vu qu’ils sont « plus enclins à
investir dans leurs pays d’origine non seulement pour des raisons patriotiques, mais
aussi parce qu’ils ont probablement une perception moins négative du risque-pays par
rapport aux investisseurs internationaux »,
soutient le rapport. A titre d’exemple, il
cite les sommes mobilisés par les diasporas
indienne et israélienne, respectivement 11
milliards de dollars et 25 milliards de dollars au cours des dernières décennies. En
Afrique, révèle-t-il, le Ghana a mis en
vente le bon d’épargne Golden Jubilee
pour sa diaspora ghanéenne installée en
Europe et aux Etats-Unis.
Titrisation
Dernière source alternative, la titrisation.
Les remises de fonds, les recettes touristiques et les recettes escomptées sur les produits d’exportation pourraient être titrisées, les comptes à recevoir en devises
étant gagés auprès d’une entité qui ouvre
une ligne de crédit pour les pays. Ces titres,
estime le rapport, ont une cote d’évaluation d’investissements plus élevée que les
cotes de crédit souverain jugées généralement peu favorables aux pays d’Afrique
subsaharienne. Ces cotes plus élevées rendraient plus intéressantes les opérations de
marché vers la région. Le rapport estime à
17 milliards de dollars les fonds que pourrait rapporter la titrisation.
Les pays de la SADC
en conclave
Les pays de la Communauté pour le développement de
l'Afrique australe (SADC) ont tenu jeudi une réunion à
Johannesburg sur la réforme agraire de la région. Objectif, examiner les progrès enregistrés dans l'établissement d'un mécanisme sur la réforme agraire régionale. La réunion a été présidée par le ministre zambien des Terres, Bradford Machila.
Jet 4you augmente ses
fréquences vers le Maroc
La compagnie Jet 4You, première compagnie low cost privée
marocaine, a annoncé, mardi 25 mars à Casablanca, l'augmentation de ses fréquences de vols vers le Maroc par l'élargissement de
sa flotte et l'ouverture de trois nouvelles lignes, à partir du 24 mai
prochain. La nouveauté de cette expansion du rayon de vols de Jet
4You à destination du Maroc est la desserte, pour la première
fois, de la ville de Rabat, qui sera ainsi liée à l'aéroport Paris-Orly
par une rotation de quatre vols par semaine, a indiqué M. Jawad
Ziat, directeur du directoire de la compagnie.
Les pays producteurs
de pétrole africains se
solidarisent avec les
non producteurs
La programmation d'actions 2008-2011 de l'Association des
producteurs de pétrole africains (APPA) devra inclure la
recherche des mécanismes susceptibles d'alléger la facture
énergétique des pays du continent, a annoncé lundi un dirigeant de cette organisation. Adolphe Moudiki, plénipotentiaire du Cameroun et président en exercice de l'APPA, a fait
cette remarque lors d'un point de presse à la veille de la
XXVe session du Conseil des ministres de l'APPA, qui se tiendra vendredi à Yaoundé et adoptera la programmation d'actions de 2008 à 2011.
Forte augmentation
de la demande nigériane
en ciment
Le ministre nigérian du Commerce et de l'Industrie, Charles
Ugwu, a estimé que dans quelques années la demande annuelle
en ciment au Nigeria passerait de 18 millions de tonnes à 40
millions, a rapporté dimanche l'agence de presse nigériane. Il a
fait cette remarque samedi à Bauchi, chef-lieu de l'Etat de
Bauchi (nord), lors d'une rencontre avec le gouverneur de
l'Etat, Isa Yuguda. Selon M. Ugwu, le Nigeria a une capacité
annuelle de 10 millions de tonnes actuellement, mais ne produit que 6,5 millions de tonnes.
15 soumissionnaires pour
la future centrale nucléaire
civile en Egypte
Une quinzaine de sociétés de consultance ont répondu à l'appel
d'offres pour choisir le site de la première centrale nucléaire
égyptienne, a annoncé dimanche le ministre égyptien de
l'Electricité et de l'Energie, Hassan Younes. Les 15 candidats
internationaux et locaux recevront les données complètes de
l'offre à la fin de ce mois, a rapporté l'agence de presse officielle
égyptienne MENA. L'offre, lancée par l'Egypte le mois dernier,
couvre une évaluation des programmes de la technologie et de
la sécurité nucléaire, la formation des employés, la gestion de la
construction et des travaux d'ingénierie, a indiqué le ministre.
La Tunisie se prépare pour
le tourisme spatial
La Tunisie se prépare pour le tourisme spatial via l'aéroport
international de Tozeur, qui devrait accueillir dès 2009 des vols
paraboliques en apesanteur et des vols suborbitaux à partir de
2012, a rapporté dimanche le journal tunisien Le Quotidien.
Planet Oasis, un centre événementiel international situé près
de l'aéroport international de Tozeur, a été choisi comme l'une
des plates-formes de lancement des vols paraboliques en apesanteur à partir de 2009 et des vols suborbitaux, trois années
après. Le centre événementiel international Planet Oasis a été
créé en 2001 par Daniel Greff, homme d'affaires français passionné d'aéronautique.
14
L’Algérie réalise un excédent
commercial en forte hausse
L'Algérie a réalisé un excédent commercial de 7,53 milliards de
dollars durant les deux premiers mois de 2008, a annoncé
dimanche le Centre national de l'informatique et des statistiques (CNIS). Pendant cette période, les exportations ont atteint
12,66 milliards de dollars, en hausse de 50,26% par rapport aux
deux premiers mois de l'année écoulée, tandis que les importations ont connu une augmentation de 20,29% pour atteindre
5,13 milliards de dollars. Les exportations d'hydrocarbures
continuaient à représenter l'essentiel des ventes de l'Algérie vers
l'étranger durant cette période, avec 98,19% du volume global.
Vers une construction d’une
nouvelle centrale électrique
en Zambie
Une compagnie américaine a procédé aux études de faisabilité sur l'investissement dans la construction d'une centrale
électrique en Zambie, pour répondre aux besoins croissants
des entreprises minières, rapporte dimanche le quotidien
Times of Zambia. Une délégation de la Cummis Power
Generation Company est actuellement en visite en Zambie
pour des consultations avec les parties intéressées, précise le
journal. Cette entreprise américaine entend établir une centrale électrique et une usine d'assemblage de voitures en
Zambie, ciblant le secteur minier et l'industrie du transport,
ajoute Times of Zambia. La Zambie souffre depuis décembre
dernier de la coupure répétée d'électricité, face à un déficit
électrique de 150 à 300 MW.
Zollner Elektronik s’établit
à Béja
La société spécialisée dans l'industrie électronique Zollner
Elektronik AG (Zandt, Allemagne) a décidé de s'implanter
dans la ville de Béja, en Tunisie, a rapporté samedi le quotidien tunisien Le Temps. « Les conditions favorables de la
région ainsi que sa proximité de l'Europe ont été des facteurs
décisifs dans le choix de l'implantation en Tunisie », a précisé
Le Temps. Le démarrage de la production de la 13e usine de
la société Zollner en Tunisie, qui dispose de 450 mètres carrés de surface au sol et prévoit d'employer vingt fonctionnaires, est prévue pour mai 2008. La société Zollner
Elektronik AG possède des usines en Allemagne, en
Hongrie, en Roumanie et en Chine.
Adoption du projet
de loi sur le développement
des mines et minéraux
en Zambie
Le projet de loi sur le développement des mines et minéraux en Zambie a été adopté jeudi soir en troisième lecture
au Parlement, a rapporté samedi le journal Times of
Zambia. Le projet de loi sera désormais présenté au président Levy Mwanawasa, pour obtenir son consentement, et
la loi devrait entrer en vigueur en avril 2008, a indiqué le
journal. D'après ce projet de loi, la taxe exceptionnelle sur
les bénéfices sera de 25% lorsque le prix du cuivre est entre
2,5 et 3 dollars américains les 500 grammes, 50% lorsque le
prix est entre 3 et 3,50 dollars, 75% lorsque le prix est audessus de 3,50 dollars. En janvier, la Zambie a annoncé un
nouveau plan de réforme pour les taxes sur les activités
minières, qui élève sa taxe moyenne de plus de 15 points de
pourcentage à 47%.
La croissance économique
d’Ouganda atteindra
7% en 2008
L'économie de l'Ouganda se développe « à un pas rapide »,
a déclaré vendredi le Fonds monétaire international (FMI)
dans un communiqué publié au terme d'une mission dans ce
pays africain pour évaluer son développement économique.
« Avec une forte performance de recettes, l'expansion rapide du
crédit et une forte demande en importation, la croissance économique de l'Ouganda en 2007-2008 doit être autour de 7% »,
indique le communiqué. La mission du FMI a effectué une
visite de dix jours en Ouganda pour évaluer son programme
économique de trois ans soutenu par le FMI. L'impact des
troubles au Kenya voisin sur l'économie ougandaise a été
très limité, estime le FMI.
ENTREPRISES ET MARCHES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Al Ahly sous la pression des
salaires du football européen
Vaisseau amiral du football égyptien, Al Ahly est victime du succès des pharaons à la CAN en février
dernier. Il doit s’aligner sur le professionnalisme européen pour garder ses meilleurs joueurs. Un défi
qui ne fait pas peur au club le plus populaire d’Afrique.
qualité de leur jeu, mais surtout dans le fait
qu'ils réussissaient à demeurer suffisamment attractifs aux yeux de leurs meilleurs
joueurs pour qu'ils ne les abandonnent
pas pour l'Europe.
Par Daikha Dridi, Le Caire
On ne tourne pas le dos à Al Ahly impunément. Club de football égyptien parmi
les plus grands d'Afrique, et certainement
le plus populaire du Moyen-Orient, « Al
Ahly au-dessus de tous » disent les
Egyptiens, dans un pays où l’on ne badine
pas avec le foot. Pas impunément, même
lorsqu'on est une légende vivante, un
héros national adulé, vénéré presque.
Même lorsqu'on se nomme Essam El
Hadary et que 80 millions d'Egyptiens
vous appellent avec amour et admiration « El Sadd el Aly », le Haut Barrage,
allusion au célèbre barrage d'Assouan,
construit par le président Nasser dans les
années 60. Sacré meilleur gardien de but
Victime de son succès
Aujourd'hui, le syndrome Hadary
révèle peut-être un changement de
donne, où le football égyptien serait
victime de son propre succès. « Jusquelà, Al Ahly, Zamalek, ont réussi à garder
leurs joueurs, mais après la prestation
exceptionnelle de l'Egypte à la dernière
Coupe d'Afrique, il y a eu flambée des
prix, les offres faites aux joueurs égyptiens
deviennent difficilement refusables »,
explique Fouad Mansour, directeur de la
rédaction d'Al Ahram Hebdo et spécialiste de foot.
Les grands clubs égyptiens sont des
monuments dont la moyenne d'âge
oscille entre 80 et 100 ans. Ils ont passé
des années à bâtir, à tisser et à investir
dans un environnement qui a su retenir
leurs joueurs. Né en 1907, Al Ahly était à
l'origine une initiative nationaliste d'étudiants désireux de créer un club social
pour les Egyptiens, exclus des clubs
anglais. Al Ahly est donc, à ce jour, un
club social, comme Zamalek, le Sporting
Club, etc., une attraction majeure en
Egypte des couches moyennes aisées. Il
compte 80 000 familles membres qui
renouvellent chaque année leur abonnement pour pouvoir profiter d'un espace
de verdure et de calme, de cafés et restaurants, d'une piscine et de 18 autres activités sportives. Ces clubs sont aussi, souligne Fouad Mansour, « les seuls espaces
en Egypte où s'exerce une vraie activité
démocratique, les milliers de membres élisant librement le président, le conseil d'administration au terme de véritables campagnes électorales » et où, donc, détail
crucial, rendre des comptes pour la gestion du club n'est pas qu'une formalité.
Jusqu'à il y a quelques années de cela, Al
Ahly réussissait à garder ses joueurs
grâce aux hommes d'affaires qui
payaient pour neutraliser les offres des
clubs européens. Même chose du côté de
Zamalek ou Ismailiya, les hommes d'affaires égyptiens ont ainsi, pour des questions de prestige ou par adulation du
foot, largement contribué à faire sédimenter la professionnalisation et l'excellence dans leur pays.
« Les seuls espaces en
Egypte où s'exerce une vraie
activité démocratique, les
milliers de membres élisant
librement le président,
le conseil d'administration
au terme de véritables
campagnes électorales. »
d'Afrique, considéré comme l'un des
meilleurs au monde, Essam El Hadary est
aujourd'hui détesté, honni, méprisé dans
son club, Al Ahly, et donc par ricochet, par
des millions de fans égyptiens. Atterrés
que leur idole, à peine accueillie triomphalement de retour du Ghana, ait songé
quitter Al Ahly par la petite porte pour
s'enfuir vers un pays, la Suisse, plus
connue pour son chocolat que pour son
football, et désormais porter le maillot du
FC Sion, « un inconnu au bataillon des
grands clubs », persiflent avec dépit presse
et supporters.
Depuis, pas un jour ne passe sans que la
presse ne fasse état de nouveaux rebondissements dans la bataille El Hadary-Al Ahly.
Flambée des offres
Mais le choc et la consternation des
Egyptiens ont quelque chose de totalement unique en Afrique. Dans n'importe
quel autre pays africain, qui serait surpris
par le départ des meilleurs joueurs vers la
richissime Europe ? Pendant des années, la
singularité des grands clubs de football
égyptiens ne résidait pas seulement dans la
80000 familles abonnées.
Un budget annuel de 45 millions de
dollars
Aujourd'hui, affirment les experts, un
club comme Al Ahly est suffisamment
riche pour ne plus devoir recourir aux
donations extérieures. Le budget annuel
d'Al Ahly est de 250 millions de livres
égyptiennes (plus de 45 millions de dollars) et le club cueille les fruits, selon son
directeur, Mouharam El Raghab, d'une
stratégie d'investissements initiée il y a
plus de dix ans pour diversifier les sources de revenus. Les rentrées d'argent arrivent de toutes parts : droits de diffusion
sur les chaînes de télévision, participation du club aux compétitions africaines
et mondiales, publicités. Les ventes du
maillot du club ont fait rentrer l'année
dernière 20 millions de livres égyptiennes, ce qui laisse rêveur lorsqu'on entend
son directeur affirmer qu'à ce jour Al
Ahly ne touche pas d'argent sur la vente
des produits dérivés… produits pirates
en réalité! Car il faut le voir pour le
croire, Le Caire devient ville rouge, couleur du Ahly, à chaque veillée d'armes du
club, les vendeurs des produits faussement estampillés Ahly envahissant toutes
les artères et carrefours de la mégalopole.
Toutes raisons pour lesquelles Captain
Mouharam El Ragheb, comme l'appellent
les Ahlaouis, sympathique sexagénaire et
ex-champion d'Egypte de natation, ne
semble pas du tout craindre les retombées
de la Coupe d'Afrique sur son club. Il sait
que, s'il a perdu un Hadary hier, il a les
moyens demain d'en acheter d'autres. « A
Al Ahly, nous sommes des générations et des
générations qui planifions pour rester les
champions », dit-il, calme comme une
pyramide dans son vaste bureau grouillant comme une ruche.
OUI, je souscris dès aujourd’hui un abonnement au tarif « abonné fondateur »
Afrique
Europe
130 a
115 a
Autres pays
WEB uniquement
Nom
Prénom
Société ou institution
Fonction
Adresse
Code postal
185 a
50 a
BP
Ville
Pays
Tél.
E-mail
Je règle la somme de
a
Par chèque ci-joint à l’ordre de « Editions Financières du Sud »
Dès réception de la facture sur mon adresse e-mail.
Coupon à poster à Editions Financières du Sud, 11 rue de Bassano, F-75116 Paris ou à faxer au +41 22 301 96 10
L’abonnement par carte bancaire est possible sur www.lesafriques.com
Pour les abonnements multiples, contacter abos@lesafriques.com
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Programme d’urgence contre
le déficit énergétique en Afrique
de l’Ouest
En attendant l’énergie hydroélectrique, l’OMVS a lancé un programme d’urgence pour atténuer le
déficit énergétique des pays membres.
Par Mamadou Lamine Diatta, Dakar
Confrontés à un déficit énergétique qui
bloque leur essor économique, le Sénégal, le
Mali, la Mauritanie et la Guinée viennent
de lancer deux programmes de grande
envergure pour résoudre les nombreux
délestages du courant électrique.
Interconnexion
Réunis depuis 1988 au sein de
l’Organisation pour la mise en valeur du
fleuve Sénégal (OMVS), ces quatre pays
veulent trouver des solutions d’urgence
par l’interconnexion entre le Mali et la
Côte d’Ivoire qui sera opérationnelle
La solution définitive est
toutefois dans la mise en
service des programmes
de production nationale en
cours d’exécution, notamment
au Sénégal, mais surtout
dans la mise en construction
des centrales hydroélectriques
de Félou et de Gouin.
avant fin 2009, affirme avec conviction
Saloum Cissé, le directeur général de la
Société de gestion de l’énergie de
Manantali (SOGEM) dont le siège se
trouve dans la capitale malienne.
Cette interconnexion se fera, non seulement grâce à la participation financière
de l’OMVS, mais aussi avec l’intéressement au financement des sociétés miniè-
15
GESTION PUBLIQUE
res du Mali se trouvant le long du tracé
de la ligne. Ce grand programme est
considéré comme un programme OMVS
parce que sa réalisation permettra de
libérer, en partie, le quota d’énergie du
Mali du projet Energie de Manantali au
profit de la Mauritanie et du Sénégal, les
deux pays les plus touchés par le déficit
énergétique. Les études déjà réalisées par
le Mali ne seront pas refaites. Elles seront
prises en compte par l’OMVS qui a donc
entamé la recherche du financement de
l’interconnexion auprès de ses partenaires traditionnels. Elle envisage aussi, en
cas d’insuccès, de lancer dans les plus
brefs délais un emprunt obligataire dans
la sous-région.
Solution coûteuse
L’interconnexion s’ajoute à une première solution déjà mise en œuvre par
l’organisation. Il s’agit de la location de
centrales montées sur barge. Deux ont
été louées par l’OMVS à Aggreco, une
multinationale gérée par des privés londoniens et basée à Dubaï. C’est le Hautcommissaire de l’OMVS, Mohamed
Ould Merzoug, qui avait proposé, en
décembre 2005, d’installer deux barges
de 60 à 120 mégawatts dans l’urgence.
Une première centrale d’une capacité de
production de 40 mégawatts a été installée au large de Dakar. Une autre barge
devrait être fonctionnelle en août prochain à Nouakchott. Elle offrira la possibilité de faire l’échange d’énergie si les
besoins peuvent être définis par chaque
société d’électricité.
Cette option a l’avantage de la rapidité.
La préparation du site est très courte
parce que les opérations de génie civil
sont minimes. L’exploitant qui fournit
les groupes assure la production convenue contractuellement dans un strict
cahier des charges. Les spécialistes de
l’énergie jugent cette option coûteuse,
mais elle a l’aval de la Banque mondiale
qui ne voit pas d’autre possibilité de
réduire très rapidement le grave déficit
qui a coûté des points de croissance aux
économies de la région.
Hydroélectricité
La réduction considérable des coupures
intempestives d’électricité dans les pays
OMVS est réelle. La solution définitive
est toutefois dans la mise en service des
programmes de production nationale
en cours d’exécution, notamment au
Sénégal, mais surtout dans la mise en
construction des centrales hydroélectriques de Félou (60 mégawatts) et de
Gouina (140 mégawatts), en territoire
malien. L’électricité produite à Félou
sera raccordée au poste de Kayes sur le
réseau 225 kilovolts en provenance de
Manantali jusqu’aux centres de consommation du Mali, de la Mauritanie et du
Sénégal. Le coût du projet de Félou est de
l’ordre de 115 millions de dollars. Il sera
financé par la Banque mondiale (75 millions) et la Banque européenne d’investissement (40 millions). La mise en service
est prévue en 2011.
Le projet hydroélectrique de Gouina se
fera dans la foulée de Félou. Globalement,
pour les pays de l’OMVS, l’aménagement
hydroélectrique combiné de Félou et
Gouina va nécessiter la définition et la
mise à niveau du système de transport
haute tension. La puissance installée passant de 200 à 400 mégawatts.
L’Association internationale
de la sécurité sociale
s’engage sur l’Afrique
L’Association internationale de la sécurité sociale (AISS) a
annoncé qu'elle va entreprendre, avec le soutien du gouvernement de la République d’Afrique du Sud, une série d’initiatives destinées à favoriser l'extension de la couverture de la
sécurité sociale dans la région Afrique. C'est au cours d’une
conférence internationale organisée par le Département du
développement social de la République d’Afrique du Sud que
le secrétaire général de l’AISS, M. Hans-Horst Konkolewsky,
a fait part de ce projet. L’AISS, qui compte en Afrique 79
organisations membres dans 43 pays, organisera le Forum
mondial de la sécurité sociale à Cape Town, en Afrique du
Sud, du 21 au 27 novembre 2010.
Protocole d’accord entre
la Mauritanie et la Chine
Les gouvernements de la Mauritanie et de la République
populaire de Chine ont signé, mardi après-midi, un protocole d’accord relatif à l’octroi à l'Etat mauritanien d’un don
de 50 millions de yuans, soit 7 millions de dollars américains, et d’un prêt sans intérêt équivalant au même montant.
Le protocole d'accord a été signé à l’occasion d’une audience
accordée par le Premier ministre mauritanien, Zeine Ould
Zeidane, à une délégation chinoise conduite par Li
Changchung, membre du comité permanent du Bureau
politique du Parti communiste chinois, en présence de plusieurs membres du gouvernement mauritanien, indique
l'Agence mauritanienne d'information (AMI). La délégation
chinoise est arrivée à Nouakchott mardi en début d’aprèsmidi pour une visite d’amitié et de travail de 4 jours.
L’Angola se tourne vers
la Corée du Nord
L'Angola cherche à commencer une nouvelle ère de sa
coopération avec la République populaire démocratique
de Corée (RPDC), afin de promouvoir la croissance économique et sociale des deux pays, a déclaré mardi à
Luanda le Premier ministre angolais Fernando da Piedade
Dias dos Santos. M. dos Santos a tenu ces propos lors d'un
entretien avec la délégation coréenne dirigée par Kim Yong
Nam, président du présidium de l'Assemblée suprême de
la RPDC, qui effectue une visite de quatre jours en Angola.
Il a souligné la nécessité de réactiver les activités de la
commission bilatérale dans le but de stimuler la coopération dans divers domaines.
Cote d’Ivoire : 75,9 milliards pour satisfaire
des engagements nouveaux
Précédemment à 2129,1 milliards de FCFA, l’enveloppe budgétaire de l’Etat de Côte d’Ivoire pour
l’exercice 2008 a subi une modification à la hausse pour faire face aux coûts financiers découlant des
accords (politiques) complémentaires de Ouagadougou.
Par Louis S. Amédé, Abidjan
« Responsable dans ses objectifs
et volontaire dans ses choix ».
C’est ainsi que le ministre ivoirien de l’Economie et des
Finances, Charles Koffi Diby,
qualifiait lorsqu’elle était encore
un projet la feuille de route
chiffrée de l’action du gouvernement pour la gestion 2008.
L’est-elle encore à 2205 milliards de FCFA ? Le Conseil des
ministres du 27 mars 2008 a
approuvé une revalorisation
de 75,9 milliards de FCFA
de cette enveloppe budgétaire.
Réajustement qui s’expliquerait
essentiellement, selon l’argentier de l’Etat, par « les modifications induites par la mise en
œuvre des accords complémentaires de Ouagadougou, le coût
financier des engagements de la
dette intérieure, le regain d’acti-
vité attendu du secteur pétrolier… » Des raisons qui, pour
être complètes, tiennent également d’une série de défections
des partenaires au développement. En effet « les dons programmes correspondant aux
contributions des bailleurs de
fonds aux dépenses de sortie de
crise enregistrent une baisse de
13,5 milliards pour n’être fixés
maintenant qu’à 78,8 milliards
de FCFA, les appuis budgétaires initialement prévus à 58,4
milliards de FCFA se chiffrent
(désormais) à 49, milliards de
FCFA. » La Banque mondiale,
le FMI et l’Union européenne
ont chacun revu à la baisse leurs
promesses d’appui financier.
Sortie de crise
Les ressources additionnelles
nécessaires pour faire face à la
donne nouvelle, le gouverne-
ment compte les trouver en
interne. « Les recettes fiscales
enregistrent une hausse de 19
milliards de FCFA à 1595,2 milliards, les recettes non fiscales ont
augmenté de 24,1 milliards et les
emprunts sur les marchés monétaires et financiers sont revalorisés à 124,6 milliards contre 95,4
de FCFA. Pour le reste, comme
les années précédentes, le budget 2008 reste encadré par les
dépenses liées à la recherche de
la paix, la réunification et la
reconstruction du pays. Elles
ont absorbé l’essentiel des
1819,6 milliards de FCFA
mobilisées (au lieu des 1843,2
Pour son enveloppe budgétaire nouvelle,
projetée à 2205 milliards de FCFA, le
gouvernement ivoirien table sur un quasidoublement du taux de croissance, à 2,9%.
milliards initialement prévus ».
Ce rabiot budgétaire servira
principalement à financer le
service de la dette intérieure qui
passe de 181,5 milliards à 190,3
milliards, et les dépenses d’investissement en hausse de plus
de 32 milliards à 385,3 milliards
milliards prévus) en 2007. Et il
en va de même cette année avec
en prime des élections générales devant permettre au pays de
sortir définitivement (?) de la
crise. Les perspectives sont
conséquemment bloquées sur
l’aboutissement du processus
de sortie de crise et la mise en
œuvre de la reconstruction.
Pour ce faire, « les actions prioritaires retenues dans l’ordonnance portant budget de l’Etat
pour l’année 2008 portent sur le
désarmement, la réinsertion économique et sociale, la réhabilitation communautaire, l’identification de la population, l’organisation des élections, le service
civique et la constitution de la
nouvelle armée… »
Effets conjugués
Pour son enveloppe budgétaire
nouvelle, projetée à 2205 milliards de FCFA, le gouvernement ivoirien table toujours sur
un quasi-doublement du taux
de croissance, à 2,9% (contre
1,5% en 2007), sous les effets
conjugués de la reprise de la
production du secteur primaire
et la progression des secteurs
secondaire et tertiaire. Ainsi,
l’Etat compte bien tirer des ressources supplémentaires des
revenus du pétrole (7 milliards), de l’impôt foncier (2
milliards), de la TVA (5 milliards), des patentes et licences
(2 milliards), des droits et taxes
d’importation (10 milliards),
des reversements de dividendes
de la Petroci (15 milliards) et de
la Société ivoirienne de raffinage (5 milliards)… Mais plus
encore, il espère, avec les institutions de Bretton de Woods
avec lesquelles il s’est rabiboché,
s’en tirer avec « un futur programme triennal soutenu par la
Facilité pour la réduction de la
pauvreté et pour la croissance
(FRPC) » qui devra permettre
au pays d’atteindre ce fameux
point de décision de l’initiative
PPTE – qui lui échappe toujours d’un doigt depuis 1999.
16
Des magistrats camerounais
en session de formation
Des magistrats de juridictions camerounaises suivent, depuis ce
lundi à Yaoundé, une formation en coopération contre le terrorisme, sous l'égide des experts de l'Office des Nations unies contre la
drogue et le crime. L'objectif de cette formation de trois jours est de
faire connaître aux magistrats camerounais des normes juridiques
mises en place par les Nations unies pour statuer sur les cas de terrorisme. Les magistrats auront à réfléchir sur des études de cas afin
qu'ils ne s'égarent pas devant une procédure relative au terrorisme.
Le gouvernement marocain
limite la marge des
industriels de l’huile à 7%
Dans le but d’atténuer la flambée des prix de l’huile de table au
Maroc, pays importateur de 98% de ses besoins en matières oléagineuses, le gouvernement a décidé de plafonner la marge du secteur
à 7%. Signalons que ce produit de première nécessité non-subventionné par l’Etat a évolué durant les dernières années dans un environnement marqué par l’envolée des prix des matières premières,
avec une hausse de 70% des prix sur le territoire national et une
hausse 150% des cours mondiaux entre 2006 et début 2008. Selon
les analystes, ce retour à l’intervention gouvernementale devrait
impacter négativement les producteurs nationaux, qui aspirent à
élargir leurs marges, notamment après une bataille commerciale de
plus de deux ans et dans un contexte de flambée mondiale des prix
des graines oléagineuses et des huiles brutes.
Vers le statu quo à l’Asecna
L'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique
et à Madagascar (Asecna), en crise depuis les retraits annoncés
du Sénégal et de Madagascar, est « en train de s'éloigner de la
zone de turbulences », a déclaré, mardi à Dakar, Dieudonné
Mouiri Boussougou, ministre gabonais des Transports et de
l'Aviation civile, lors d'une réunion du conseil d'administration
de l'Asecna ouverte lundi à Dakar. « Nous pensons que du côté
du Sénégal, les choses se sont calmées. »
Accord de libéralisation
du transport aérien entre
le Maroc et la Sierra-Leone
Le Maroc et la Sierra-Leone ont signé, jeudi à Rabat, un accord de
libéralisation du transport aérien dans le but de moderniser le cadre
juridique, améliorer la qualité des services, réduire les tarifs, accroître le flux des touristes dans les deux sens et contribuer au développement économique et social des deux pays. Signé par le ministre
marocain du Transport, Karim Ghellab, et la ministre sierra-léonaise des Affaires étrangères et de la Coopération internationale,
Zainab Hawa Bangura, cet accord vise également à renforcer la
concurrence loyale entre les opérateurs de transport aérien, a-t-on
appris de source officielle jeudi à Rabat. Cet accord ambitionne, en
outre, de libéraliser le transport aérien entre les deux pays en ce qui
concerne la fréquence des liaisons et le type d’avions utilisés.
Les Sénégalais appelés
à consommer ce qu’ils
produisent
Les Sénégalais doivent consommer ce qu'ils produisent pour éviter de continuer de subir la hausse répétée des prix des produits
de base, comme le riz, le lait et le blé, dont la plupart sont importés, a déclaré mercredi le ministre sénégalais chargé du
Commerce. « Nous sommes le seul pays au monde qui consomme
ce qu'il ne produit pas. Il faut sortir de ce modèle de consommation
extraverti », a dit Abdourahim Agne, également ministre de
l'Aménagement du territoire et de la Coopération décentralisée,
au cours d'une conférence de presse.
Maroc : Les investissements
étrangers atteignent
4,5 milliards de dollars
Les Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc ont franchi le seuil des 4,5 milliards de dollars en 2007, a indiqué mercredi le ministre marocain de l'Industrie, du Commerce et des
nouvelles technologies, Ahmed Chami. Durant la période
2000-2006, le Maroc a drainé plus de 13 milliards de dollars,
soit l'équivalent de deux milliards de dollars par année, a rappelé M. Chami, lors d'une réunion de la Commission des
Finances et du développement économique.
DROIT, FISC, DOUANES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Sénégal : nouveau Code des
marchés publics
Le nouveau Code des marchés publics du Sénégal proscrit les ententes directes et institue un plan
annuel des marchés.
Par Aliou Diongue, Dakar
Transparence
Le nouveau code adopté par décret
présidentiel le 25 avril 2007 supprime
les ententes directes. Aucune urgence
ne pourra plus être invoquée pour justifier le recours à la pratique de l’entente directe. Le décret se réfère, immédiatement après la Constitution, à
l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage pris en application du Traité du
17 octobre 1993 relatif à l’OHADA,
ainsi qu’à deux directives de l’Union
économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).
Dakar était pressé depuis plusieurs
années par ses partenaires au développement de réformer profondément son
système de passation des marchés
publics, gangrené par une pratique
excessive des ententes directes, ou « marchés de gré à gré ». Peu de statistiques
sont disponibles, mais on estime qu’en
1993, les ententes directes ont représenté
51% des contrats de l’administration
(CNCA) et 59% de leur coût global.
La pratique des ententes directes a survécu
au changement de régime intervenu en
mars 2000 et s’est même amplifiée. Les
partenaires au développement avaient fini
par faire de l’amélioration des procédures budgétaires, et notamment de la
réforme du système de passation des
marchés publics, une condition pour le
déboursement accru, sous forme d’appui
budgétaire, de l’aide publique au développement (APD), dont le Sénégal était
le deuxième plus grand récipiendaire de
la sous-région après le Ghana, avec 440
millions de dollars en 2005.
Le peu d’empressement du gouvernement à améliorer la transparence de ses
procédures de passation des marchés
publics avait maintenu à un faible niveau
la part des appuis budgétaires dans le
volume de l’APD : 5% seulement contre
25% pour le Ghana.
A l’approche de la signature, prévue en
2007, d’un programme de financement
avec le FMI, plusieurs bailleurs de fonds
bilatéraux avaient augmenté la pression
sur les autorités de Dakar en liant clairement le décaissement de leurs financements à la conclusion effective d’un
accord avec le FMI.
Le 3 octobre 2007 à Paris, le gouvernement et le Fonds monétaire signaient un
protocole d’accord technique, à la suite
de la présentation par le ministre des
Finances d’un mémorandum de politiques économiques et financières pour la
période 2007-2010.
Dans ce mémorandum, le gouvernement
annonçait que, dans le but « d’inverser la
tendance à la hausse du recours aux marchés
par entente directe au cours des trois dernières années », il avait décidé de mettre en
œuvre un certain nombre de mesures,
notamment « la limitation de la part des
marchés publics passés par entente directe à
20% de l’ensemble des marchés publics, y
compris ceux signés par les agences ».
Conscient que l’écart peut être grand
entre l’adoption d’une réforme et sa
mise en œuvre, le gouvernement a tenu
à se prémunir contre les éventuels stratagèmes. Toutes les institutions publiques seront désormais tenues de se
conformer à un plan annuel de passa-
tion des marchés préalablement adopté,
accompagné d’une évaluation du montant total de ces marchés. Un modèle
type de plan de passation des marchés
sera élaboré par l’Organe chargé de la
régulation des marchés publics.
Réduction des coûts
Le gouvernement n’entend pas s’arrêter
en si bon chemin. Au-delà de la rationalisation et de la transparence du système de passation des marchés publics,
l’option est clairement affichée de
réduire la pression sur les finances
publiques par une stratégie visant à
faire baisser le coût des prestations de
services sollicitées par l’administration
et les collectivités locales.
Comment s’assurer que les dispositions innovantes de la réforme seront
effectivement appliquées ? Le ministre
a institué, au département des
Finances, un système de suivi qui permette d’identifier les obstacles et de les
lever progressivement. Ce cadre d’évaluation et de suivi sera maintenu
jusqu’au mois de juin prochain, au
plus tôt. Le retrait de ce dispositif
dépendra de l’absence avérée de difficultés à la lumière de l’évaluation.
Le secteur privé et les bailleurs de
fonds ont salué la réforme du système
de passation des marchés publics.
Mais tout le monde reste convaincu
que le défi à relever reste l’application
effective du nouveau Code des marchés ainsi que la formation des acteurs
qui ont la responsabilité de cette mise
en œuvre.
Zimbabwe : au-delà des résultats
et du suspens
Apurer le dossier de la réforme agraire, redresser l’économie et renouer avec l’Occident. Telle est la
feuille de route naturelle de celui qui sortira gagnant d’un scrutin présidentiel aux enjeux multiples.
Par Mohamed Baba Fall, Casablanca
A l’heure où nous mettions sous presse, un
suspens inédit régnait sur le Zimbabwe.
L’ex Rodhesie britannique, devenue indépendante en 1980, n’a connu jusque-là
Sur le plan diplomatique, le
Zimbabwe, qui n’a admis
comme observateurs que les
Africains, les Chinois, les
Russes, les Iraniens, ou
encore les Vénézuéliens,
aura fort à faire pour
renouer avec l’Occident.
qu’un seul chef d’Etat, le révolutionnaire
Robert Mugabe, 84 ans, bête noire des
anglo–saxons, candidat à sa propre succession. Mais, contrairement aux autres scrutins, souvent sans enjeux, celui du dimanche 30 mars paraissait incertain, ce qui a
justifié sans doute le retard mis par la commission électorale dans la publication des
résultats. Un retard qui a alimenté toutes les
rumeurs dans Hararé et qui a encouragé le
Secrétaire Général du Mouvement pour le
Changement démocratique (MDC), principale formation d’opposition, à proclamer
sa victoire. Quitte à défier les forces de l’ordre déployées en masse dans les principales
villes du pays. Au-delà de cette bataille du
pouvoir, les observateurs qui ont à c?ur,
sans doute, l’exemple kenyan, entrevoient
dans tous les cas, et quelque soit l’issu du
scrutin, une phase post électorale difficile
pour ce pays. Réussir à faire admettre aux
uns et aux autres les résultats officiels s’annonce un exercice délicat.
Réforme agraire
Le pouvoir issu des urnes devra sans
doute s’atteler aux problèmes économiques, à commencer par le dossier explosif
de l’expropriation des fermiers blancs, la
relance d’une économie à genoux et le
retour dans le concert des nations. Sur le
premier point, aucun des deux candidats
favoris, à savoir le président Mugabe et
Morgan Tsvangirai ne semblaient prêt à
revenir sur les expropriations, sujet électoralement porteur. C’est d’ailleurs dans les
zones rurales concernées par le mouvement de redistribution des terres que le
président sortant était le plus populaire,
Harare s’étant rangé selon les résultats
partiels dans l’opposition.
Sur le
deuxième point, l’économie, il faudra au
futur président sortir le pays des sévères
sanctions prises par l’Occident en 2002,
deux ans après une réforme agraire qui a
abouti selon les détracteurs du régime
Mugabe à une redistribution des terres à la
seule nomenclature.
Scrutin régulier
Ce « blocus » serait aujourd’hui responsable d’une inflation record de plus de
100 000% et d’un taux de chômage qui
concerne 4 adultes sur cinq. Le blocus aura
mis à genoux l’économie du pays, provoqué une crise sociale sans précédent ; mais
en rien il n’aura entamé un régime qui a
même su faire convertir l’apathie de
l’Occident en une redoutable arme de propagande en Afrique. Ce n’est pas par hasard
que cela soit les observateurs de la SADC
(Communauté des Etats de l’Afrique
Australe) qui publient les premiers un
communiqué jugeant le scrutin régulier.
L’ANC qui gouverne l’Afrique du Sud est
parvenue jusque-là à ménager la chèvre et
le chou en refusant, d’une part, de se plier
aux injonctions du Commonwealth et en
tentant, d’autre part, de faire entendre raison au président Mugabe. Sur le plan diplomatique, le Zimbabwe, qui n’a admis
comme observateurs que les Africains, les
Chinois, les Russes, les Iraniens, ou encore
les Vénézuéliens, aura fort à faire pour
renouer avec l’Occident. Une mission à
priori perdue si Mugabe se succède à luimême pour la sixième fois.
18
Microsoft lance trois
nouvelles solutions
en Zambie
Microsoft a lancé trois nouvelles solutions logicielles sur le
marché zambien afin de marquer un tournant pour que les
grandes compagnies et le gouvernement utilisent et gèrent
leurs réseaux d'ordinateurs, a rapporté lundi le journal
Zambia Daily Mail. Le lancement de Windows Server 2008,
Visual Studio 2008 et SQL Server 2008 fait partie d'un événement mondial que Microsoft est en train d'annoncer comme
l'un des plus grands dans son histoire. Le directeur général de
Microsoft pour l'Afrique orientale et australe, Louis Otieno,
a indiqué dans un communiqué publié à Lusaka que le lancement aura un intérêt particulier pour les professionnels, les
directeurs, les cadres et les responsables publics supérieurs de
la technologie de communication et d'information, et aussi
pour les personnels qui développent les applications de logiciels en Zambie.
Réduction de 30% des tarifs
abonnements au Cap-Vert
La société CVMultimedia, l'unique fournisseur d'accès Internet
au Cap-Vert, a annoncé qu'elle réduira à partir du 1er avril les
tarifs d'abonnement à l'internet de près de 30%, a-t-on appris
vendredi de bonne source à Praia. Selon le directeur de
CVMultimédia, Rui Fortes, en plus de la réduction sur les prix,
la deuxième en 2008, les clients bénéficieront des services de
connexion à haut débit. D'après l'Agence nationale des communications (ANAC), vers la fin de l'an dernier, il n'y avait au
Cap-Vert que 6308 abonnés à Internet, dont la majorité utilise
le service dial-up, soit une liaison à travers le téléphone, jugée
très lente. L'entité qui régule le secteur des communications au
Cap-Vert attribue cette faible adhésion des Cap-Verdiens à l'internet au fait que les « prix établis ne sont pas à la portée des
consommateurs ».
L’usurpation d’identité
atteint un niveau record
L'usurpation de noms de domaines sur Internet a atteint l'an
dernier des niveaux sans précédent dans le monde, a estimé
jeudi l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle
(OMPI), qui a reçu 18% de plaintes de plus pour « cybersquattage ».
L'OMPI, qui gère un Centre d'arbitrage et de médiation
des noms de domaines, a reçu l'an dernier 2156 plaintes
contre 1824 en 2006, a déclaré devant la presse le vicedirecteur général de l'organisation, Francis Gurry. « Cette
hausse confirme que le cybersquattage reste un problème
important pour les titulaires de droits », a-t-il observé. Les
« domaineurs », ou spéculateurs en noms de domaines,
sont aux aguets de l'actualité, prêts à enregistrer une
adresse dès lors qu'ils perçoivent que celle-ci a des chances
d'être revendue à bon prix.
Connecteo cède 49% de son
capital à Monaco Telecom
Les fondateurs du groupe Connecteo, fournisseur de services satellite, data et Internet aux entreprises et opérateurs
mobiles en Afrique, présent au Bénin, au Burkina Faso, au
Cameroun, en Guinée, au Niger et au Sénégal, ont cédé 49%
de leurs participations à l’opérateur Monaco Telecom,
filiale de Cable & Wireless. Connecteo déploie une gamme
complète de services de transmissions de données et d’accès
à Internet dans les zones géographiques non desservies par
le haut débit filaire.
Orange installe le haut débit
à Madagascar
Orange, groupe France Télécom, annonce qu'il va réaliser
un câble sous-marin en fibre optique permettant à
Madagascar de bénéficier du haut débit. Baptisé LION, ce
câble de 1800 km reliera, dès mi 2009, Madagascar au câble
dénommé Sat3-Wasc-Safe, déjà existant dans la région.
LION reliera Madagascar au reste du monde via La
Réunion et l'Ile Maurice, qui constituent les deux points de
connexion au câble Sat3-Wasc-Safe, reliant lui-même
l'Europe à l'Asie, en passant par le sud de l'Afrique. Cet
investissement sera réalisé par « un consortium réunissant
Orange Madagascar, Mauritius Télécom et France Télécom
qui opérera ce câble. Le consortium pourrait être élargi ultérieurement à d'autres partenaires », précise le groupe.
TECHNOLOGIES
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
Nouvelles solutions innovantes
pour le stockage des données
En ces temps où les établissements crédits
mettent les bouchées doubles pour parachever leurs systèmes de plan de continuation, la sécurisation du stockage des données devient incontournable. Cela d’autant
qu’avec les dispositions de Bâle II, relatives
au risque opérationnel, il n’est pas superflu
d’attendre du régulateur une injonction
envers les banques et tous les dépositaires
de l’épargne afin que ceux-ci prennent des
mesures efficaces pour protéger leurs bases
de données. Le problème du stockage des
bases de données ne se pose pas qu’aux
seuls établissements financiers. Tous secteurs confondus, on assiste à une explosion
des données numériques en entreprise. Ces
données se sont accrues de 36 fois depuis
1997. Pour y remédier les développeurs
sont à pied d’œuvre. Ainsi, la division HP
pour le Maroc, l’Afrique du Nord et de
l’Ouest a présenté, fin mars à Casablanca,
des solutions innovantes pour le stockage
des données informatiques. Destinée spécialement aux PME, cette baie de stockage
dont la capacité peut atteindre jusqu’à 96
To permet de faire face à la croissance
rapide du volume des données. L’offre
appelée « Entreprise virtual Array », en
anglais, comporte des fonctions de virtualisation et de provisionning jusque-là réservées aux grandes entreprises.
Pour les responsables de HP, l’intérêt pré-
senté par la baie de stockage s’exprime aussi
en termes de gains de temps : « les responsables informatiques consacrent jusqu’à
75% moins de temps à administrer la baie
EVA que les solutions courantes », assuret-on. Côté sécurité, la baie dispose de composants pouvant être remplacés à chaud
comme les disques. De plus, l’utilisateur
peut répliquer des données, localement ou
à distance. La compatibilité et la facilité
d’intégration avec les applications courantes comme Microsoft Exhange, Oracle et
Sap, sont assurées. Cette solution de
stockage en réseau est adaptée à divers systèmes d’exploitation comme Windows,
Hp-Linux, OVMS, etc.
Stockvis veut faire rouler les
voitures chinoises au Maroc
Premier rendez-vous, lundi 24 mars 2008,
des dirigeants de Stockvis Nord Afrique
avec la presse depuis son introduction en
bourse par augmentation de capital en
décembre dernier. La première entreprise
marocaine certifiée par le label social de la
Confédération générale des entrepreneurs
du Maroc (CGEM) se porte plutôt bien.
Avec un chiffre d’affaires établi à 565 millions (au dessus des engagements pris avec
les autorités de la Bourse de Casablanca),
soutenu par la fourniture d’engins de travaux publics et par l’agriculture. Ces deux
pôles représentent 90% de l’ensemble des
facturations de la société. Au-delà des résultats, le distributeur de marques de matériel
agricole et de BTP a placé l’année 2008 sous
le signe de la diversification. L’importation
des véhicules chinois pour les particuliers
figure en bonne place dans l’agenda de
Pacific Motors, filiale dédié, focalisée jusque-là sur la distribution des véhicules pick
up et Suv chinois. Le contrat de partenariat
avec la firme chinoise Anhui Changfeng
Yangzi Motor Manufacturing trace la route
pour les voitures chinoises au Maroc.
Toutefois, la marge de compétitivité de ces
voitures au Maroc risque, notons-le, d’être
entamée avec la levée des droits de douane
sur les automobiles importées d’Europe,
prévue entre 2010 et 2012. Autre ajustement annoncé, l’orientation de Komcat
vers la location des engins et du matériel
agricole. Dans ce sens, un premier contrat a
été signé avec Altadis Maroc et concerne la
location de 40 chariots élévateurs. Ne restait
plus aux dirigeants de cette entreprise cotée
à la Bourse de Casablanca que de pousser
leur stratégie de diversification vers l’informatique. Un pas franchi avec la mise en
place de CIOA MA, plateforme de e-business orientée B to B. Autant de paris qui
expliquent les perspectives de Stockvis
tablant sur une croissance de 30% de son
chiffre d’affaires en 2008 et une progression
du résultat net de 50%.
Cegelec Maroc s’engage sur
la voie de l’export
Filiale d’un groupe international présent
dans plus de 30 pays avec 1200 implantations, Cegelec Maroc a récemment dévoilé
sa stratégie de développement lors d’une
conférence de presse. Le groupe fournisseur
de solutions et de services techniques
compte sur son leadership dans le marché
marocain pour se positionner comme le
partenaire idéal de clients potentiels sur les
marchés voisins. En tout, ce sont tous les
métiers arrivés à maturité sur le marché
marocain qui sont susceptibles d’être déve-
loppé sur l’export. Entre autres, le transport
d’énergie (lignes et postes 400
kv/225kv/60kv), la transformation et la distribution de l’énergie (électrification rurale
et urbaine), le pompage (stations de traitement, l’électrification ferroviaire). En
jouant la carte de l’export vers les pays limitrophes. Ce sera, précise le management, à
travers une approche groupe, et d’autre
part à travers la dynamique d’ouverture du
Maroc sur l’international. Après des opérations réussies au Sénégal et en Mauritanie,
le groupe vise de manière plus large le
Maghreb, l’Afrique de l’Ouest et le MoyenOrient. Sur l’Europe, la filiale exporte déjà
le savoir-faire de ses équipes dans le
domaine de l’ingénierie dans des activités
classiques comme la distribution de l’électricité, mais aussi dans des domaines de
pointe comme les protections et contrôle, la
commande des process industriels, etc.
Cette ouverture à l’international devrait
s’accélérer au cours de l’année 2008.
MBF
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
L'Afrique et le modèle chinois
Le processus de transition économique en Chine est très instructif dans la mesure où il peut fournir
un certain nombre d’enseignements intéressants et importants pour d'autres économies en transition, quant à la stratégie de réforme à poursuivre.
L’état initial de l’économie à réformer
détermine laquelle de l’approche graduelle ou de la thérapie de choc est la
stratégie de réforme la plus appropriée.
Ainsi, la Chine a commencé son processus de réforme dans une position relativement avantageuse. En effet, même si
l'économie ne fonctionnait pas efficacement en raison des distorsions générées par le système de planification, il
n’en demeure pas moins qu’elle affichait une croissance positive, une inflation et des déficits faibles, une épargne
élevée et un faible endettement extérieur. C’est la raison pour laquelle
l’économie chinoise n’avait pas besoin
de commencer sa transition avec un
programme de stabilisation macroéconomique. Par ailleurs, la Chine a maintenu le contrôle politique centralisé
entre les mains du parti communiste, à
Dans le secteur industriel, la
Chine possède un ingrédient
unique et dynamique : les
Entreprises des communes et
des villages, qui contribuent
de façon majeure aux
exportations et au
développement de
l’économie de marché.
la différence des autres économies de
transition en Europe qui ont vu la fin
de leurs Etats communistes. Pour la
Chine la réforme politique n'était pas à
l'ordre du jour. Ainsi, le point de départ
de la réforme économique en Chine
résidait dans une relative stabilité économique et politique.
Production agricole
D’autre part, la réforme a été initialement focalisée sur un secteur de l’économie qui offrait les plus fortes chances de
réussite. Dans le cas de la Chine, c'était le
secteur agricole. Il s’agit d’un secteur clé
en termes d'emploi, qui a été sacrifié
pendant la période de planification centralisée. Etant donné le potentiel considérable et la probabilité de réussite de sa
réforme, il représentait un bon tremplin
pour la mise en œuvre de réformes ultérieures. Sa croissance rapide, pendant la
première période de réformes, a amélioré considérablement la productivité à
travers la réallocation des ressources, la
croissance de la production et l’augmentation du revenu des paysans. Cette dernière a généré une épargne rurale considérable et, donc, des fonds pour l'investissement dans les entreprises des communes
et des villages, qui allaient constituer la
composante dynamique majeure du secteur non étatique. Suite à ce premier succès, la cible des réformes est devenue le
secteur industriel, au milieu des années
1980, où l’accent a été mis sur une plus
grande autonomie des entreprises.
Industrialisation du monde rural
Dans le secteur industriel, la Chine possède un ingrédient unique et dynamique : les Entreprises des communes et
des villages (ECV). En effet, les ECV
contribuent de façon majeure aux exportations, au développement de l’économie
de marché, elles ont créé environ 100
millions de nouveaux emplois depuis le
début du processus de réforme et favorisé l’industrialisation du monde rural.
Bien que les aspects du phénomène ECV
soient spécifiques à la Chine, leur expérience fournit des enseignements intéressants pour les autres économies en
transition, notamment l'importance de
la libéralisation des marchés et de la
concurrence, la nécessité de soumettre
les entreprises à la sanction de la
contrainte financière, et le besoin d’incitations appropriées pour les collectivités
locales.
Intégration dans l’économie mondiale
Depuis le début de la réforme économique, la Chine s’est progressivement
ouverte et intégrée dans l’économie
mondiale, ce qui s’est traduit par une
augmentation de son commerce extérieur et des flux d’investissements directs
étrangers en sa faveur. Il faut souligner
ici que le choix, par le gouvernement chinois, de l’ouverture et de l’intégration
économique a été en grande partie inspiré par les expériences de ses voisins
régionaux dynamiques. Un choix payant
puisqu'en moins de deux décennies la
part de la Chine dans les exportations
mondiales a presque triplé. La politique
d’ouverture a permis à la Chine d’accéder à la technologie et aux idées occidentales par le biais des investissements
directs étrangers (IDE), lesquels ont joué
un rôle clé dans son processus de développement économique. Par ailleurs, la
Chine jouit d’une position avantageuse
grâce à ses liens culturels, familiaux et
historiques avec Hong-Kong et Taïwan.
Enfin, avec une main-d'oeuvre relativement bon marché, qualifiée et flexible, la
Chine restera une destination attractive
pour les IDE, notamment ceux portant
sur les industries à forte intensité en
main d’œuvre.
James Kathuri, enseignant à l’Université
Kenyatta. En collaboration avec African
Executive et www.UnMondeLibre.org
Pétrole : le bonheur des uns
et le malheur des autres
Certains pays africains se frottent les mains tandis que les importateurs pourraient voir l’annihilation
des effacements de dette.
Par Robert Adandé, Dakar
140 décideurs de banques centrales, économistes, représentants des Ministères de
l’énergie et des finances, dirigeants de sociétés pétrolières, représentants d’industries à
forte consommation en pétrole se sont réunis récemment à Washington sur le thème :
« Volatilité des prix du pétrole, impact économique et gestion financière ».
Ampleur surprenante
Selon Shane Streifel, économiste senior de
la Banque mondiale, « le prix du pétrole a
grimpé beaucoup plus que prévu ». Les raisons qui pourraient justifier un tel état de
fait sont multiples : l’affaissement du dollar,
qui attire en masse les investisseurs vers les
marchés des matières premières, la perte de
la capacité excédentaire du pétrole, l’augmentation décevante de l’offre des pays non
membres de l’OPEP, la hausse des coûts de
production, et la diminution de la production de l’OPEP de l’ordre de 1,5 million de
barils en 2006 et 2007.
Cette combinaison de facteurs pourrait,
selon la même économiste, expliquer la
hausse et porter un sérieux coup à la stabilité de l’économie mondiale. Même si
19
MEDIAS - REFLEXION
un autre regard offre à cette situation des
opportunités reluisantes pour certains
pays africains.
Aubaine
Louis Kasekende, économiste en chef de la
BAD, révèle que la hausse des revenus
pétroliers constitue une excellente perspective économique pour les pays exportateurs
de pétrole. Seulement, de nombreux défis
devraient être relevés afin de bénéficier de
ces avantages. Pour l’expert de la BAD,
« … les pays exportateurs nets de pétrole,
ainsi que les exportateurs de métaux
devraient bénéficier d’un afflux massif de
revenus extérieurs, qu’ils pourraient consacrer à leur action de développement, comme
par exemple l’accélération du rythme de mise
en œuvre des stratégies de réduction de la
pauvreté et la réalisation des Objectifs du
millénaire pour le développement (OMD). »
Mais cette aubaine reste tout de même subséquente à la préservation en valeur de l’accroissement des réserves générées par la
hausse des cours. Chose bien difficile, car
les actifs sont en dollars.
Les effets de la percée du brut sur le marché
mondial varient suivant la nature des pays.
La récente flambée pourrait avoir des
conséquences dramatiques sur les pays
importateurs, prévient Louis Kasekende. 38
pays africains sont importateurs nets de l’or
noir, et la flambée des cours pourrait annihiler les effets de l’allégement de dette dont
ils ont pu bénéficier au cours des ces dernières années.
Chute du billet vert
Toutefois, la chute du billet vert face aux
principales devises africaines renforce le
pouvoir d'achat des investisseurs disposant d'autres monnaies que le dollar.
85% des exportations des pays africains
se réalisant hors du continent, en l’occurrence dans des pays où la monnaie
s’est appréciée par rapport au dollar,
l’exportation en dollars rend les produits
africains plus concurrentiels, générant
ainsi plus de possibilités de revenus, avise
l’économiste en chef de la BAD. Mais,
poursuit-il, si l’essentiel des réserves des
pays africains, qui est assurément constitué en dollars, devait fondre, les pays
subiraient de sérieux désagréments lorsque viendra le moment de convertir
leurs avoirs dans d’autres devises telles
que l’euro, par exemple.
250 000 enfants sénégalais
élisent les champions des
droits de l’enfant
Près de 250 000 enfants sénégalais sont appelés à se rendre aux
urnes, du 25 au 28 mars, pour choisir l'individu ou l'organisation
qui a accompli des actes exceptionnels afin de défendre les droits de
l'enfant dans le monde, a appris Xinhua samedi de sources officielles. Environ 800 écoles sénégalaises participeront au vote mondial
pour le Prix des enfants du monde pour les droits de l'enfant, initié par l'Organisation éducation et développement de l'enfant
(EDEN), avec l'appui de l'ONG Save the Children Suède et des
deux ministères concernés (éducation et famille). Les trois finalistes retenues pour l'édition 2008 sont Josefina Codori (Pérou),
Agnes Stevens (Etats-Unis) et Somaly Mam (Cambodge).
Le Gabon veut rénover son
système éducatif national
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, a présidé, à
la cité de la démocratie de Libreville, la cérémonie d'ouverture
de cette rencontre qui réunit de nombreux responsables et
experts du secteur éducatif du pays. Organisées par le Ministère
de l'éducation nationale et de l'instruction civique, ces assises
visent à rénover en profondeur le système éducatif, puis à le
faire tendre vers l'excellence. La réflexion devrait de ce fait porter sur la pédagogie en milieu scolaire et le management, qui
prendra en compte le fonctionnement, les outils d'aide à la
décision, le contrôle administratif et financier.
L’avenir d’Al-Jazeera
International en équation
L'avenir de la chaîne Al-Jazeera International, l'équivalent en
langue anglaise de la célèbre chaîne de télévision qatarie, semble en jeu avec la défection de plusieurs de ses journalistes et
présentateurs, rapportent mercredi des médias londoniens.
Selon des sources proches d'Al-Jazeera International, 15 journalistes et présentateurs ont quitté la chaîne sur fond de plaintes au sujet du manque de visibilité et de disputes autour des
contrats liant les journalistes à l'administration.
Fès déclarée capitale
méditerranéenne
de la philosophie
Les chercheurs réunis à Fès dans le cadre de la 7e rencontre internationale « Printemps de la philosophie » ont décidé de déclarer la cité
idrisside capitale méditerranéenne de la philosophie en 2008. Dans
une déclaration finale, signée par un parterre de chercheurs et d'intellectuels représentant l'Allemagne, la Bulgarie, l'Egypte,
l'Espagne, la France, l'Italie, la Jordanie, le Maroc, la Tunisie et la
Syrie, il a été proposé de déclarer Fès capitale de la philosophie dans
le pourtour méditerranéen au titre de l'année 2008.
Six mois de prison pour
un journaliste égyptien
Un célèbre journaliste égyptien, Ibrahim Eissa, a été condamné
mercredi à six mois de prison pour avoir fait état de rumeurs
sur la santé du président Hosni Moubarak. Le verdict contre le
rédacteur en chef du magazine d'opposition al-Destour a été
prononcé par le tribunal correctionnel du Caire, présidé par le
juge Chérif Kamel Moustapha, qui siégeait dans une banlieue
nord-est, selon un correspondant de l'AFP. M. Eissa, 43 ans, a
été reconnu coupable de « diffusion de fausse information » nuisible « à l'intérêt général et la stabilité du pays ».
La presse privée tchadienne
forme une alliance
Les principaux titres de la presse privée tchadienne, qui ont
cessé de paraître mi-février suite aux restrictions draconiennes imposées avec l'état d'urgence, se sont regroupés pour
publier vendredi, avec le soutien de RSF, un journal en commun. « Le Journal des Journaux », 12 pages conçues par les
journalistes de six médias (N'Djamena Hebdo, Le Temps,
Notre temps, l'Observateur, Le Miroir et la radio FM-Liberté),
paraîtra vendredi à N'Djamena et sera tiré à 10 000 exemplaires. L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a
financé l'impression de ce journal qui vise à « présenter un
front commun pour interpeller le gouvernement tchadien sur la
disparition de la presse privée », selon Léonard Vincent, responsable de RSF pour l'opération.
20
POLITIQUE - ÉCONOMIE
L’Afrique du Sud refoule
8000 Mozambicains
Orlando Cossa, chef des services de l'immigration à
Ressano Garcia, a déclaré qu'au moins 8017 Mozambicains
illégaux ont été rapatriés à travers le poste frontière depuis
le début de ce mois-ci. En février, au moins 3577
Mozambicains illégaux avaient été rapatriés. Par ailleurs,
M. Cossa a déclaré que les officiels mozambicains de l'immigration ont également explusé 16 Sud-Africains qui
habitaient illégalement au Mozambique.
Le gouvernement
de Lagos investit dans
le transport urbain
Le gouvernement d'Etat du centre économique du
Nigeria, Lagos, a déclaré qu'il augmenterait la flotte de
son projet de transit rapide d'autocar (Bus Rapid Transit
- BRT) de 500 bus supplémentaires l'année prochaine,
ont rapporté vendredi les médias locaux. Ahmed
Omisore, un haut responsable du gouvernement local, a
révélé cette initiative à l'agence de presse nigériane vendredi à Lagos. M. Omisore a déclaré que les bus supplémentaires permettront de satisfaire le nombre croissant
de passagers. Ce responsable n'a pas révélé le coût des
autocars, mais a expliqué qu'aucun montant ne serait
trop élevé pour rendre le transport plus facile pour les
habitants de Lagos.
Les Etats-Unis exhortent le
gouvernement et les rebelles
ougandais à faire la paix
Les Etats-Unis ont exhorté vendredi le gouvernement
ougandais et la rébellion de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) à conclure un accord de paix, afin de mettre
un terme à la guerre civile. « Nous appelons les parties à
signer l'Accord de paix final au plus tard à la fin mars pour
montrer leur engagement en faveur de la paix et pour
envoyer un signal fort de cet engagement, à la fois à la communauté internationale et aux Ougandais du nord », a
déclaré le porte-parole du département d'Etat amércain,
Sean McCormack. Les représentants du gouvernement
ougandais et la LRA ont signé plus tôt ce mois un accord
visant à prolonger le cessez-le-feu conclu à Juba, dans le
sud du Soudan, où les négociateurs des deux parties ont
entamé des négociations de paix depuis 2006. La prolongation du cessez-le-feu expirera le 28 mars.
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
La frontière algéro-marocaine,
otage de la politique, en dépit
du bon sens
Fermée par Alger depuis 1994, suite à l'instauration unilatérale du Maroc d'un visa d'entrée, la
frontière algéro-marocaine, territoire de contrebande en tout genre, attend sa réouverture à l'orée
de chaque été.
Par Nadia Hachelaf, Alger
Des économistes à contre-courant …
Un appel du Ministère des affaires étrangères marocain à la « normalisation » et à
la réouverture de la frontière avec
l'Algérie a été lancé le 21 mars dernier.
L'appel a suivi une déclaration du président algérien Abdelaziz Bouteflika à
l'agence Reuters, estimant que la réouverture des frontières était « tout à fait
envisageable » et que c'était un « souhait », mais que cela demeurait tributaire
« des conditions liées à sa fermeture », et
que devraient être « levés tous les obstacles qui l'empêchent actuellement ».
L'appel marocain a suscité une réponse
négative du ministre de l'intérieur, Yazid
Zerhouni, qui a estimé que « le problème
de la circulation (des biens et des personnes) aux frontières ne peut être dissocié
d'une approche globale de ce que nous
voulons faire de notre Maghreb ». A
Alger, ceux qui défendent la réouverture de la frontière regrettent que le
Maroc ait fait le choix de l'interpellation publique. Le recours au communiqué public, au lendemain de l'échec
d'un nouveau round de négociations
entre Rabat et le Polisario, comportait
le risque d'être interprété comme une
simple opération de marketing politique. « A priori, une telle décision
devrait être mise à la disposition du
partenaire avant d'être rendue publique, si elle avait pour objectif réel de
régler un conflit. Il semble que ce ne fut
pas le cas » regrette Abed Charef dans
un article intitulé « Petites combines
contre Grand Maghreb ».
Mais la péripétie a tout de même poussé
des économistes algériens à contester
une idée reçue, à nouveau avancée dans
la presse algérienne, selon laquelle
l'Algérie n'aurait rien à gagner à l'ouverture des frontières. C'est une thèse
absurde, estime Ghazi Hidouci, l'ancien
ministre de l'Economie. « La frontière
est ouverte avec la Tunisie pour les mêmes
produits, en quoi cela nuirait-il à l'économie algérienne qu'elle soit ouverte avec le
Maroc ? » A contre-courant de la thèse
dominante dans la presse, il estime que
l'Algérie y gagne autant que le Maroc.
« C'est une évidence, notre marché ne
produit pas pour nos besoins. Nous
importons du monde entier, en devises
fortes, avec les coûts de transports intégrés
dans les prix commerciaux. Rien ne
devrait nous empêcher d'ouvrir notre
marché aux voisins qui ont des productions consommées par notre population.
Le problème principal en cette période de
crise mondiale est de contrôler les prix des
produits de grande consommation. Les
produits qui proviennent des voisins
seront moins chers car les coûts de transports sont moindres, les coûts de stockage
aussi… » Si on faisait preuve d'un
minimum d'adaptation, estime-t-il, on
devrait conclure des accords de paiements pour faciliter les transactions
entre opérateurs des deux côtés de la
frontière et réduire les volumes de
transferts de fonds. Selon cet économiste, le maintien de la fermeture de la
frontière ne bénéficie qu'aux contrebandiers et aux trafiquants.
De vieux arguments devant une réalité nouvelle
Les arguments des opposants à l'ouverture de la frontière terrestre entre
l'Algérie et le Maroc ne se sont pas
beaucoup renouvelés à Alger depuis
1994, date de leur dernière fermeture.
La migration massive de produits
algériens « bon marché » au profit des
Marocains est le plus cité, avec le
risque d'une explosion du trafic de
cannabis provenant du Maroc. Or les
prix intérieurs, de l'agroalimentaire
notamment, se sont très sensiblement
rapprochés depuis dix ans entre les
deux pays avec la quasi-suppression du
soutien public aux prix en Algérie. Le
carburant algérien continue de passer
clandestinement au Maroc et le cannabis – désormais plantés dans le sudouest algérien – n'a pas besoin de
frontière ouverte pour passer. La normalisation des rapports frontaliers
devrait profiter à l'économie et aux
populations des deux pays. Pour rappel, les échanges inter-maghrébins ne
dépassent pas 3% des échanges de chacun des pays concernés. Reda Hamiani
avait estimé, en 2006, que les coûts du
non-Maghreb équivalent, à chacun des
pays, à 1 à 2 points de croissance en
moins chaque année. Certaines études
chiffrent même le coût à près de 3% de
manque à gagner en croissance du PIB.
Avec seulement 1%, ce serait une
valeur ajoutée de 10 milliards de dollars par an pour les cinq pays.
Un Barcelone II au lieu de l'UM :
mieux, pas mieux, sans opinion…
L'UE va travailler dans les prochaines semaines à donner un contenu nouveau au mariage du processus euro-méditerranéen de Barcelone avec l'initiative de l'Union de la méditerranée devenu « pour la
méditerranée ». Les pays du Sud observent…
Bruxelles est de retour en Méditerranée. Le sommet européen du 13-14 mars dernier a donc
remis la main sur l'initiative française de lancer
une Union de la Méditerranée en la « dissolvant »
dans un processus de Barcelone rénové. Le sommet du 13 juillet prochain à Paris réunira donc les
pays du Sud Méditerranée et les 27 de l'Union
européenne autour d'un agenda encore à déterminer. Plusieurs conséquences sont induites par
le compromis franco-germanique du 3 mars dernier qui ouvre la voie à l'Union pour la
Méditerranée, celles qui assurent une continuité
avec le passé et celles qui marquent un tournant.
tenaires nord-européens, l'Allemagne en tête.
L'ambassadeur français auprès du projet Union
de la Méditerranée (UM), M Alain de Roy, n'avait
jamais réussi à être tout à fait tranchant sur le
solde des financements du projet lancé par le président Sarkozy. Officiellement, les projets librement retenus par les pays des deux rives seraient
financés par eux-mêmes. Officieusement, «
l'aide » de Bruxelles n'a jamais été exclue. La
chancelière allemande Angela Merkel a fait infléchir le président français le jour où elle a opposé
un non catégorique à tout usage de fonds européens pour aider au développement d'un projet,
l'UM, dans lequel l'Union européenne n'était pas
impliquée en tant que telle.
Méditerranée comme une administration qui
traîne un boulet budgétaire ; le contenu dynamique est perdu de vue. Or l'UM de Sarkozy voulait
redonner, par la proximité des voisinages, ce
« supplément de destin » qui manquait au proces-
Continuité
Ce qui va tout de même changer
Dans la première catégorie, le processus de
Barcelone, lancé en 1995 pour créer par « l'intégration de marché » une zone de « co-prospérité »
sur les deux rives, se poursuivra. Il implique que
des fonds communautaires continueront à être
utilisés par Bruxelles dans la zone Méditerranée,
non plus parallèlement à une nouvelle initiative
(UM) mais au sein même de celle-ci. C'était là le
point de friction principal entre Paris et ses par-
La fusion de Barcelone et du projet de l'UM
implique la fin de deux concepts clés dans l'initiative française : « la géométrie variable » des participants aux projets et leur « adhésion volontaire ».
C'est donc le « bahut » administratif des 27 qui se
plante à nouveau dans le décor. Or, une grande
partie de la critique faite au processus de
Barcelone à l'occasion de ses dix ans, en novembre 2005, vient de là : Bruxelles traite le Sud
sus de Barcelone. Les pays du Maghreb et du
Proche-Orient ne savent pas vraiment s'ils doivent se réjouir du compromis européen qui réintroduit la machine des 27 dans le jeu. Un tête à
tête avec les seuls pays du sud de l'Europe promettait d'être plus dense, même si son contenu
finalement minimaliste – approche par projets –
n'a jamais réussi à soulever l'enthousiasme, de
Rabat au Caire. La nouvelle mouture qu'annoncent les cinq lignes en annexe du communiqué de
Par Ihsane El Kadi, Alger
C’est la fin de deux concepts
clés dans l'initiative française :
« la géométrie variable » et
l’« adhésion volontaire ». C'est
donc le bahut administratif
des 27 qui se plante à nouveau
dans le décor.
Bruxelles du 14 mars va cependant conserver
quelque chose de la « vision » de l'Union de la
Méditerranée : la parité dans la direction, l'animation et le financement des projets qui feront la
substance du nouveau cours euro-méditerranéen. Dès le sommet de juillet prochain, l'institution qui sera désignée pour coiffer Barcelone –
Union pour la Méditerranée devra réfléchir à une
co-présidence tournante.
Le nord de l'Europe voulait en être …
En définitif, le bras de fer entre Paris et Berlin sur
l'architecture de la politique européenne vers son
voisinage sud n'a pas permis de bien comprendre
l'enjeu. L'Union de la Méditerranée initiale était
présentée par ses promoteurs, notamment le
conseiller présidentiel Henry Guaino, comme la
réponse à un besoin pour l'Europe de développer
son Sud pour mieux bénéficier d'un retour d'effet de croissance, comme c'est le cas pour les
Etats-Unis avec l'Amérique centrale et du Japon
avec l'Asie de l'Est et du Sud. L'Europe du Nord a
tout fait pour en être. L'avenir dira si c’était pour
mieux en profiter ou pour mieux contrôler ce qui
est encore perçu, à Bruxelles, comme un poste de
dépense à fonds perdus.
Processus de réconciliation
en marche en Somalie
La revue de presse africaine de Londres
Au moment où nous mettions sous presse,
les Zimbabwéens s’apprêtaient à élire un
nouveau président de la République. Et,
dans son ensemble, la presse britannique a
focalisé sa couverture sur tous les aspects
de la vie politique et économique de ce
pays, dirigé par le vétéran Robert Mugabe,
84 ans, dont vingt-huit au pouvoir.
Des élections controversées
Newstatesman donne la parole à Rose
Benton, une activiste zimbabwéenne qui
vit à Londres depuis une quarantaine d’années, qui est coordinatrice d’un comité
d’action contre le pouvoir en place et qui,
chaque semaine, manifeste devant l’ambassade zimbabwéenne à Londres depuis
2002. Rose Benton affirme qu’en 2001 une
livre sterling valait 100 dollars zimbabwéens. Et maintenant, la même livre vaut
au taux officiel 130 millions de dollars zimbabwéens. La débâcle économique milite
contre Mugabe à cette élection, mais il
n’est pas certain que son parti voudrait le
sanctionner. Mme Benton affirme au
Newstatesman qu’elle est certaine que les
élections seront encore cette fois truquées.
Le quotidien The Times a reçu un reportage de son correspondant à Harare, Jan
Raath. Il affirme que la couverture de la
campagne a été biaisée en faveur du candidat Mugabe. Le président sortant aurait
reçu en un mois une couverture des structures médiatiques d’Etat de 202 minutes,
alors que l’opposant Morgan Tsvangirai
n’a eu que 9 minutes. Le journal rappelle
que l’inflation est à 100 000% et qu’il y a
quatre mois la plus grosse coupure d’argent était de 200 000 dollars zimbabwéens,
alors qu’aujourd’hui il y a des coupures de
dix millions de dollars zimbabwéens en
circulation. Un autre correspondant du
journal à Harare précise que les coûts
d’enterrements sont devenus si élevés qu’il
est presque impossible à certaines familles
d’enterrer leurs morts.
The Economist, lui, parle de la défaite
annoncée de Robert Mugabe, si le scrutin
est libre et juste. Le journal précise que,
pour la première fois depuis 1980, il y a
une chance réelle pour qu’il puisse être
21
POLITIQUE - ÉCONOMIE
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
battu. Et les chances d’un second tour sont
probables. Mais The Economist, dans son
analyse, précise que les chefs de l’armée, de
la police et des services de prisons ont réitéré leur soutien ferme à Robert Mugabe,
ajoutant même qu’ils n’accepteraient pas
une défaite du président sortant. Et,
comme pour montrer la couleur, le président de la Commission électorale du
Zimbabwe a annoncé que les bulletins
seront décomptés au siège de la
Commission électorale, et non dans les
bureaux de vote. Et les policiers seront
admissibles à l’intérieur de ces bureaux.
Le Guardian titre « L’opposition menace
d’organiser des manifestations post-électorales ». Le journal, qui cite Morgan
Tsvangirai, le leader de l’opposition et
président du MDC, indique que l’opposition zimbabwéenne mettra à genoux le
gouvernement du président Mugabe
dans le style de ce qui s’est passé au
Kenya. Ce journal de centre gauche
annonce que l’opposition aurait déjà
décelé des noms suspicieux sur les listes
de 28 circonscriptions électorales.
Le Financial Times, quant à lui, titre « Des
électeurs fantômes prendront part au scrutin
au Zimbabwe ». Le FT donne l’exemple de
Theresa Mankone, député du MDC, qui
dit avoir déjà découvert une circonscription fantôme. Le journal des milieux financiers de Londres, qui a interrogé Morgan
Tsvangirai, donne comme un avertissement au président sortant : « Truque le
scrutin à tes risques ». Dans cette interview,
le chef du MDC, le principal parti de l’opposition, ne lance pas franchement un
appel à la désobéissance civile, mais il
affirme que les populations zimbabwéennes devraient prendre leurs responsabilités.
Le MDC, a-t-il ajouté, ne se contentera
plus, comme lors de la dernière élection, de
porter plainte devant les tribunaux. Les
Zimbabwéens devront protéger leurs
choix, poursuit-il.
Limogeages au Nigeria
Au Nigeria, le FT rapporte que le président Yar’Adua a limogé deux ministres
suspectés d’être mêlés à des détourne-
ments de deniers publics. Il s’agit du
ministre de la Santé Adenike Grange et
de Gabriel Aduku, vice-ministre de la
Santé. Selon des informations rapportées par la presse nigériane, le Ministère
de la santé aurait dépensé en cadeaux de
Noël et autres contrats pour environ 2,7
millions de dollars américains. Cette
démission, selon la présidence nigériane,
permettra aux deux suspects de se disculper devant la Commission pour les
crimes économiques et financiers.
Débarquement allié à Anjouan
C’est encore le FT qui évoque la reprise de
l’île d’Anjouan par les forces comoriennes,
appuyées par les troupes de l’Union africaine. Apres le débarquement des troupes
africaines alliées sur l’île d’Anjouan, le chef
autoproclamé d’Anjouan Mohamed Bacar
s’est réfugié à Mayotte avant d’être évacué
sur l’Ile de la Réunion.
Le Botswana modèle
The Economist évoque les succès remportés
par le Botswana, surtout après un passage
de témoin entre le président sortant Festus
Mogae et son dauphin Ian Khama. Le journal précise qu’il est toujours rare, encore de
nos jours en Afrique, de voir un président
renoncer à son fauteuil et passer la main à
son successeur sans velléité de changer la
Constitution pour un énième mandat. The
Economist précise qu’avec 5 900 dollars
américains de revenu par tête d’habitant, le
pays devance la Malaisie. Cela a été possible
à cause de la richesse du pays en diamant,
mais surtout parce que cette richesse a été
bien utilisée dans les infrastructures du pays
et non placée dans des banques à l’étranger.
Cher football
Enfin, The Voice nous fait découvrir cette
information : « Les coûts de l’organisation
de la Coupe du monde de football sont en
constante augmentation pour atteindre
aujourd’hui un total de 3,7 milliards de
dollars US ». Au moment où l’Afrique du
Sud présentait sa candidature, on estimait le coût total de ces jeux à 295 millions de dollars.
Le Premier ministre somalien Nur Hassan Hussein, après avoir
rencontré dimanche le conseil du clan Hawiye, le plus important en Somalie, a fait savoir que ce dernier participerait au
processus de réconciliation du gouvernement. Lors d'une
conférence de presse après la rencontre tenue au siège de la
mission de maintien de la paix de l'Union africaine (UA) à
Mogadiscio, M. Hussein et Mohamed Hassan Haad, chef du
conseil de l'unité et de la culture du clan Hawiye, ont déclaré
qu'ils étaient prêts à travailler ensemble pour pacifier le pays.
L’ancien président de la
Sierra Leone, émissaire
de l’ONU au Zimbabwe
L'ancien président sierra-léonais Ahmad Tejan Kabbah a dirigé la
mission d'observation de l'Union africaine (UA) à l'occasion des
élections générales du 29 mars au Zimbabwe. Peu avant son départ
pour le Zimbabwe lundi soir, M. Kabbah a estimé que sa nomination « est un signe évident que la Sierra Leone et les Sierra-Léonais
n'étaient plus associés aux guerres et aux affrontements meurtriers,
mais (plutôt) vus comme de véritables praticiens de la démocratie ».
Un opposant tunisien
proteste
L’opposant tunisien Ahmed Néjib Chebbi, candidat du Parti
démocratique progressiste (PDP, légal) à l'élection présidentielle de
2009, a dénoncé mardi une manœuvre des autorités visant à empêcher la validation de sa candidature. « La réforme constitutionnelle
modifiant les conditions de candidature à la présidentielle est une
manœuvre visant à écarter le seul candidat opposant déclaré », a
affirmé M. Chebbi lors d'une conférence de presse. Le président
tunisien Zine El Abidine Ben Ali avait annoncé vendredi un amendement de la Constitution permettant, à titre exceptionnel pour la
prochaine présidentielle, aux premiers responsables des partis
d'opposition légaux élus depuis deux ans au moins de déposer leur
candidature à la présidence de la République.
Nigeria : deux membres
du gouvernement révoqués
Le président nigérian Umaru Yar'Adua a révoqué mardi deux
membres de son gouvernement, accusés de ne pas avoir retourné
au Trésor public les fonds alloués à leur département au titre du
budget 2007 et non-utilisés. Le ministre en charge de la Santé,
Adenike Grange, et son secrétaire d'Etat Gabriel Aduku, ont démissionné, selon Olusegun Adeniyi, porte-parole du président. Mais
des sources anonymes à la présidence ont précisé qu'ils ont en fait
été révoqués car soupçonnés de corruption.
L’Algérie ne veut pas être un simple
fournisseur de gaz pour l’Europe
Alger pose ses conditions à Bruxelles pour conclure un mémorandum d'entente sur l'énergie.
Par Fayçal Metaoui, Alger
L'Algérie et l'Union européenne (UE), déjà liés
par un accord d'association, entameront en
avril des discussions exploratoires pour préparer la signature d'un mémorandum d'entente
sur l'énergie. Bruxelles le souhaite depuis longtemps pour renforcer la sécurité énergétique
du continent. L'Algérie est le troisième fournisseur de gaz de l'Europe après la Russie et la
Norvège. La crise gazière entre la Russie et
l'Ukraine en 2005 avait avivé les craintes de
Alger ne veut pas se contenter
d'une pure logique commerciale.
« L'Algérie veut passer à une
logique de partenariat avec
l'Union européenne ».
l'Europe, qui voit aussi d'un mauvais œil la
possibilité de la création d'une Opep du gaz.
Le mémorandum d'entente prend ainsi une
grande importance. « L'Algérie cherche un
marché fiable et l'UE cherche un fournisseur
sûr », a déclaré, début mars à Alger, Benita
Ferrero-Waldner, commissaire européenne
aux Affaires extérieures. Fin 2006, lors de sa
première visite à Alger, le commissaire européen à l'Energie, Andris Pielbalgs, avait clairement annoncé que l'UE souhaitait établir
« un nouveau partenariat stratégique » avec
l'Algérie, « un acteur important sur le marché
mondial de l'énergie », qui a l'Europe comme
« principal marché ». Un « bon point de
départ » pour renforcer la coopération, avait-il
souligné. Même si l'Algérie n'est que le 13e
fournisseur de l'Europe en pétrole, l'arrivée de
gros consommateurs d'énergie comme la
Chine, l'Inde, le Brésil et l'Indonésie qui sollicitent, à des niveaux différents, l'Algérie et la
Libye, est suivie de près à Bruxelles.
pas abordé profondément la question de
l'énergie. Alger ne veut pas se contenter d'une
pure logique commerciale. « L'Algérie veut
passer à une logique de partenariat avec l'Union
européenne », a souligné M. Medelci.
A Alger, les résultats de l'accord d'association,
signé en 2002 et entré en vigueur en 2005, sont
jugés peu satisfaisants. Les opérateurs économiques algériens rencontrent trop d'embûches
pour pénétrer le marché européen alors que
l'accord est censé créer, à long terme, une zone
de libre-échange. A titre d'exemple, Sonatrach,
la principale firme algérienne d'hydrocarbures, a des difficultés à pénétrer le marché espagnol. Il est vrai que l'Algérie n'est pas encore
membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), ce qui l'empêche d'accéder à
certaines faveurs. Les négociations pour adhérer à l'OMC sont à leur dixième round.
Lenteurs…
Les experts européens estiment toutefois que
les choses évoluent lentement. Le troisième
conseil d'association, réuni le 10 mars 2008 à
Bruxelles et qui a été présidé par Benita
Ferrero-Waldner et par Mourad Medelci,
ministre algérien des Affaires étrangères, n'a
L'obstacle de la double taxation gazière
Cependant, ces pourparlers avec l'UE, passage
obligé avant cette adhésion, buttent sur plusieurs aspects dont celui relatif à la double
taxation gazière. L'Algérie ne veut pas être
brusquée. Dans un climat d'inflation galo-
pante, une libéralisation non étudiée fera
exploser les prix des produits pétroliers et
gaziers. Peter Mandelson, commissaire européen au Commerce, est venu à Alger début
février 2008 pour tenter de rassurer sur les
intentions de Bruxelles. Selon Mandelson,
l'adhésion à l'OMC est « une première priorité
commerciale de l'Algérie ». « Il reste encore du
chemin à parcourir et j'invite l'Algérie à redoubler d'efforts pour atteindre cet objectif ». Peter
Mandelson a reconnu les carences dans l'application de l'accord d'association. « Je pense
qu'il faudrait le revoir d'ici 2010 pour que
l'Algérie puisse en tirer plus d'avantages », a-t-il
noté. En avril, les discussions exploratoires
devront préciser les grands axes de coopération énergétique. Déjà, il y a l'achèvement du
projet du Medgaz, le gazoduc qui doit relier
l'Algérie à l'Espagne, prévu en 2009. Il sera
suivi du Galzi, autre gazoduc devant passer
par l'Italie. Les deux gazoducs auront une
capacité initiale de 20 milliards de mètres
cube/an. L'Algérie, qui devra fournir à
l'Europe l'énergie électrique, attend de l'UE
une aide pour la promotion des énergies
renouvelables pour préparer l'après pétrole.
22
Le Congo préside l’association
des producteurs de pétrole
africains
Jean-Baptiste Tati Loutard, ministre d'Etat, ministre des
Mines, de l'Energie et des Hydrocarbures du Congo, a été élu
à la tête de l'Association des producteurs de pétrole africains
(APPA) vendredi lors de la XXVe session ordinaire du
Conseil des ministres de cette organisation. M. Tati Loutard
est élu président pour l'exercice 2008/2009 de cette organisation intergouvernementale créée en 1987 à Lagos, au Nigeria,
pour servir de plateforme de coopération, de partage des
connaissances et des compétences entre les pays africains
producteurs de pétrole.
Le président Wade satisfait
du sommet de l’OCI
Le président sénégalais Abdoulaye Wade s'est réjoui de « la
parfaite organisation et de la réussite » du 11e sommet de
l'Organisation de la conférence islamique (OCI), tenue à
Dakar les 13 et 14 mars, avant de préconiser la mise sur pied
d'une commission de conseillers du président en exercice de
l'OCI, une charge qu'il assume pour une durée de trois ans
depuis l'ouverture de ce sommet. Selon le président Wade,
cité par un communiqué du Conseil des ministres, la commission de conseillers du président en exercice de l'OCI
devrait refléter dans sa composition le monde de la Ummah
et pourrait se réunir « périodiquement autour des questions
de paix et des problèmes économiques qui interpellent le
monde islamique ».
Nouvelles dessertes
Alger-Istanbul
La Turkish Airlines inaugure le 30 mars de nouvelles dessertes Alger-Istanbul à raison d’un vol quotidien. Plus de 4000
Turcs travaillent et investissent en Algérie dans différents
domaines, ce qui encourage de plus en plus l’ouverture de
nouvelles dessertes.
POLITIQUE - ÉCONOMIE
Suite de la page 3
LA : Quelles sont vos ambitions pour le
Sénégal ? Votre contrat est-il déjà opérationnel ?
MS : Depuis le 1er Janvier, nous sommes opérationnels au Sénégal, et, si
vous demandez aux autorités sénégalaises, elles semblent déjà très satisfaites et impressionnées par nos performances sur le terrain. La productivité
s’est déjà améliorée. D’ici fin avril,
nous allons apporter de nouveaux
équipements qui amélioreront les
capacités et l’efficacité du port.
D’autres seront acheminés d’ici l’année prochaine car, en tout, nous
comptons investir quelque sept cent
millions de dollars uniquement sur le
port de Dakar. De plus Dubaï Group a
signé un contrat qui permettra de
développer une zone franche à Dakar,
et nous avons notre groupe immobilier qui compte investir dans la
construction de la nouvelle capitale,
un investissement très important.
LA : Et puis les Djiboutiens que vous
aviez formés sont eux-mêmes en train
de former les Sénégalais ?
MS : Oui. Que ce soit à Djibouti ou au
Sénégal notre objectif est de former les
gens. Car c’est aussi leur responsabilité
de prendre par la suite la relève. Dans
n’importe quel pays où nous sommes
invités à investir, ma première question
est la suivante : êtes-vous prêts vousmêmes à investir dans votre pays ? Si la
réponse est non, je suspends moi aussi
ma participation. Car si tu n’as pas foi
en ta propre économie, comment, moi
l’étranger, je pourrais y travailler ?
Djiboutiens et Sénégalais parlant tous
français, c’était plus facile de les faire
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
travailler ensemble. Il n’y a pas de honte
à voir des Djiboutiens former des
Sénégalais. Nous sommes une organisation de 13 000 employés présents dans
23 pays, et les opportunités de collaboration son immense.
LA : Parlons à présent du Mozambique.
Que faites-vous exactement aujourd’hui
au port de Maputo ?
MS : Le Mozambique est une petite
économie située non loin d’une grande
et puissante économie en Afrique australe. Comme vous le savez, en Afrique
du Sud les ports sont encombrés. Aussi
nous envisageons de développer le
port de Maputo avec nos partenaires
pour accroître les capacités de ce port,
afin de pouvoir faire face aux perspectives de croissance, non seulement du
Mozambique, mais aussi de l’Afrique
du Sud.
LA : Quels sont les montants investis au
Mozambique ?
MS : Autour de 100 millions de dollars
dans une première phase.
LA : Vous avez par le passé présenté DP
World comme étant un faiseur de profits non pas un preneur de profits.
Expliquez-nous ce concept.
MS : Il y a une différence entre les
deux concepts. Beaucoup d’investisseurs sont des preneurs de profits. En
général, ces gens font des profits et
disparaissent. Ils ne s’intéressent
aucunement à ce qui se passe derrière
eux et ne développent aucune ressource humaine. Cette catégorie d’investisseurs fera tout pour avoir de gros
profits et ils disparaîtront. A l’opposé,
nous, nous misons sur le long terme.
Nous faisons des profits et nous les
réinvestissons sur place. Prenez le cas
de Djibouti. Est-ce que Djibouti est
une économie qui nous rapportera un
milliard de dollars de profit en sept
ans ? Non. Mais nous avons investi un
milliard de dollars dans ce pays.
Pourquoi ? Parce que je regarde le long
terme, nous voulons développer les
« Ma première question est
la suivante : êtes-vous prêts
vous-mêmes à investir dans
votre pays ? Si la réponse
est non, je suspends moi
aussi ma participation. »
infrastructures, parce que les infrastructures constituent la colonne vertébrale de toute économie. Et c’est
pourquoi nous privilégions l’approche
du partenariat public-privé.
LA : Vous croyez réellement en
l’Afrique ?
MS : Laissez-moi vous dire que mon
parcours d’investisseur sur le continent a commencé en 1995. Je suis toujours sur ce continent et j’y serai pendant longtemps. L’Afrique est très
riche en ressources, mais manque
cruellement d’expertise en management. L’Afrique a besoin de partenaires et non pas d’assistance. En tant
que citoyens de ce monde, nous voulons apprendre à pêcher et non donner du poisson. C’est la meilleure
approche. Pourquoi ces Africains
émigrent-ils ? Parce qu’ils veulent de
meilleures conditions de vie. Ils
voient ce qui se passe ailleurs et ils
aspirent à cela.
Le monde face au casse tête
chinois des jeux
C’est le thème qui va émailler l’actualité mondiale d’ici à l’ouverture des jeux le 6 août 2008.
Comment ne pas se rendre complice de la répression de Pékin sans s’aliéner l’accès au marché le
plus prometteur du monde ?
Par Ihsane El Kadi, Alger
Les grands pays industrialisés sont
confrontés à un sérieux dilemme : faut il
utiliser le déroulement des jeux olympiques cet été en Chine pour obtenir de
Pékin le début d’une « glasnost » et le
desserrement de son étau sur le Tibet ?
Membre exemplaire
En attribuant les jeux à Pékin, battue une
première fois par Sidney dans le vote de
1994, le CIO a voulu rendre la pareille à
« un état membre exemplaire dans l’animation de son mouvement ». Sans calcul politique. Toutes les grandes cités d’Etats émergents y ont eu droit, sans égards pour le
contexte: Mexico en 1968, année d’une sanglante répression anti-étudiante, Séoul en
1988 où la sortie du régime autoritaire
Parkiste était loin d’être achevée, ou encore
Barcelone en 1992 en plein tension de l’autonomisme basque. A la place des grands
décideurs de l’OCDE, les victimes tibétaines et chinoises de l’autoritarisme brutal de
Pékin, elles, vont bien répondre au
dilemme : les jeux olympiques sont une
occasion sans pareille pour obtenir une
avancée démocratique en prenant le
monde à témoin. Les mois qui nous séparent du début des jeux, le 6 août prochain,
annoncent une montée de la contestation
intérieure. Sans compter les incidents
qui vont émailler le parcours mondial de
la flamme olympique, la cérémonie agitée de son départ du site antique
d’Olympe ayant déjà annoncé la couleur
aux yeux d’une planète, soudain plus
attentive à l’absence de liberté en Chine.
Dès lors le débat éthico-politique sur
l’attitude à adopter vis-à-vis des jeux de
Pékin promet de s’enflammer.
Vers un boycott limité de la cérémonie d’ouverture
Une première ligne se dessine. Ne pas boycotter les jeux mais seulement leur temps
fort symbolique, la cérémonie d’ouverture.
L’idée est venue du pays de Pierre de
Coubertin. Elle veut tenir compte de l’air
du temps : le boycott pénalise des athlètes
qui ont travaillé très dur pendant quatre
ans au moins pour être prêts à ce rendez
vous sacré des Olympes. En Europe, les
anciens Etats socialistes de l’est veulent se
souvenir de leur histoire. La plupart de
leurs chefs d’Etat ou de gouvernement ont
déjà annoncé leur absence à la cérémonie
d’ouverture. Ceux de l’Europe de l’ouest
sont plus nuancés. L’affaire est délicate.
Gordon Brown, pour la Grande Bretagne, a
dit que son pays ne boycottera pas la cérémonie d’ouverture. Un instant plus véhément, Nicolas Sarkozy se contente de ne pas
écarter l’éventualité du boycott. Son statut
de président en exercice de l’Union européenne en août prochain lui donne un bel
alibi pour la pondération « je dois consulter,
je représente l’Europe ». Les partisans de la
participation aux jeux y compris à leur
cérémonie d’ouverture, ont trouvé chez le
Dalaï Lama une caution morale. Sa sainteté
veut séparer la question des jeux olympiques de celle du respect des droits nationaux des Tibétains. Ce n’est pourtant pas le
point de vue du premier ministre en exil du
Tibet, mais qu’importe. Il existe des voies
plus audibles que d’autres.
De l’efficacité du boycott
Les partisans opposants au boycott pensent tenir d’autres arguments : le recours
au boycott des jeux de Moscou de 1980
par une partie des Etats occidentaux n’a
pas donné les résultats escomptés.
L’URSS n’est pas sortie d’Afghanistan,
envahi une année plus tôt, et la situation
des refuzniks, les opposants à la dictature,
ne s’était pas améliorée, pas plus que les
libertés publiques.
Les Africains peuvent avoir un point de vue
différent sur la question. En 1976, ils ont
exigé – pour une grande partie d’entre eux
– l’exclusion de la Nouvelle Zélande du
CIO à cause de sa relation sportive suivie
avec l’Afrique du Sud de l’Apartheid. Ils ont
du boycotter les jeux olympiques de
Montréal pour se faire entendre. Et ils ont
obtenu un embargo plus complet sur
Prétoria. Aujourd’hui, l’organisation des
jeux olympiques est devenue un tel enjeu
commercial qu’il se trouve peu de leaders
politiques pour proposer d’en faire usage
pour faire avancer des revendications justes
comme la démocratie, la fin d’une occupation étrangère ou l’abolition d’une discrimination révoltante. Des voix françaises
Au moins trois cents morts en
six jours, des centaines de blessés et des violences qui s'étendent à l'ensemble du pays, et
notamment à Bagdad où le
couvre feu a été imposé. La
bataille pour Bassorah, engagée
le 25 mars par le premier ministre irakien, Nouri Al Maliki
contre le mouvement Sadr,
tourne à la guerre civile interchiite. Son enjeu est le pouvoir
au sein de la communauté
majoritaire en Irak. Le premier
ministre irakien agit sous
influence des américains qui
exigent depuis des années le
désarmement du seul mouvement chiite irakien qui prône la
Progrès
« Des changements politiques et économiques (en Irak), moins
visibles, sont en cours, qui vont de l'adoption d'ensembles de lois
très importantes à de simples signes de normalité. Ces progrès ne
sont pas très “glamour”, mais ils sont importants. »
George Bush, au Musée national de l'US Air Force à Dayton,
dans l'Ohio.
trouvaient même que la position de
Ségolène Royal en faveur du boycott des
jeux de Pékin était le point le plus faible de
sa campagne présidentielle au printemps
2007. C’est dire si le sujet devient lourd.
Innocence
« Une enquête sérieuse démontrera mon innocence (...)
Même si je dois aller à La Haye (siège de la CPI), vous verrez
qu'il n'y a rien contre moi. »
Le chef rebelle tutsi congolais, Laurent Nkunda, dans un entretien
accordé au quotidien néerlandais Trouw, paru mercredi.
Pendaison
« Une force étrangère a occupé un pays arabe et pendu son
président et nous assistions en spectateurs. »
Mouammar Kadhafi, au sommet de la Ligue arabe à Damas.
Principe de réalité
Il n’existe pas de jurisprudence morale
dans le maniement des jeux olympiques
en politique. Des gestes forts durant les
jeux ont parfois servi leur cause bien plus
qu’un boycott : le poing de noir ganté du
« black power » de Smith et Carlos à
Mexico ou la référence à la souffrance
aborigène de Cathy Freeman à Sydney.
En l’occurrence, les intérêts décident.
Affaiblir une Chine en plein essor, toujours dirigée par un parti communiste,
est une tentation réelle en Occident audelà du soutien aux revendications de
liberté des démocrates chinois et des
indépendantistes tibétains. Mais le principe de réalité est plus fort : est-il nécessaire de décliner la Chine – quatrième
importateur mondial en 2007 – en chiffre d’affaires et en promesse d’achat ?
motive cette soudaine fermeté
gouvernementale à l'égard de la
milice sadriste. Prendre le pouvoir local à Bassorah, ce grand
port pétrolier dans le sud de
l'Irak, est l'assurance d'un vrai
disposent également de milices.
C'est quasiment la lutte de classes au sein de la communauté
chiite, le gouvernement d'AlMaliki jouant, sans convaincre,
sur le fait que le mouvement
Prendre le pouvoir local à Bassorah, ce
grand port pétrolier dans le sud de l'Irak, est
l'assurance d'un vrai pouvoir économique.
Lutte de classes
Le paradoxe est que cette flambée de violence intervient alors
que la trêve unilatérale décidée
en août dernier par le chef du
mouvement, Moqtada Al-Sadr,
a permis de réduire les violences de manière très sensible.
C'est bien l'approche des élections locales – en octobre – qui
Responsabilité
« Ce serait une trahison immorale, une tache sur la grandeur
de notre pays, si nous nous détournions du peuple irakien et
le livrions à une violence terrible, au nettoyage ethnique et
peut-être au génocide qui suivraient un retrait imprudent,
irresponsable et prématuré. »
John McCain, candidat républicain à la présidentielle américaine.
Réformes
« Le FMI peut se transformer en un système d'alerte contre les
crises. La Banque mondiale peut devenir une banque qui finance
des projets pour l'environnement et le développement. »
Gordon Brown, dans une interview publiée mercredi 26 mars par
Le Monde.
La « charge du chevalier », c'est le nom donné par le gouvernement irakien à une opération de
grande envergure destinée à désarmer l'armée du Mehdi, le bras armé du mouvement Sadr qui résiste.
résistance à l'occupation et
réclame un échéancier pour le
retrait des troupes étrangères.
Al Maliki, qui joue son va-tout
dans l'opération, n'a pas hésité
à accuser les hommes de l'armée du Mehdi « d'être pires que
les extrémistes d'Al-Qaïda ». La
pire des insultes pour les chiites
irakiens.
Ils ont dit,
cette semaine
En 1976, les Africains ont
exigé – pour une grande
partie d’entre eux –
l’exclusion de la Nouvelle
Zélande du CIO à cause
de sa relation sportive suivie
avec l’Afrique du Sud
de l’Apartheid.
Le pouvoir local, enjeu de la
guerre inter-chiites en Irak
Par Said Djaafer, Alger
23
INTERNATIONAL
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
pouvoir économique. Or, le
mouvement sadriste, soutenu
par les déshérités et les classes
populaires, a de très fortes
chances de l'emporter face aux
mouvements plus « bourgeois »
du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak
(CSRII) et de la Daawa qui
Sadr soit accusé par les sunnites
d'être derrière les escadrons de
la mort qui les ciblent.
Partie remise
Le mouvement Sadr considère
que c'est son existence politique qui est en cause et que sa
résistance acharnée a provo-
Totalitaire
« Il faut attaquer les comités olympiques parce qu'il faut quand
même que la Charte olympique soit respectée et que l'on ne
donne pas les JO à des pays totalitaires comme c'est le cas, parce
qu'on se retrouvera toujours avec le même problème. »
Le député européen Daniel Cohn-Bendit (Verts) sur France 2.
Style
« Alors, s'il y a un problème de style, j'espère que vous apprécierez l'habit que j'ai fait faire pour la soirée royale. »
Le président Sarkozy répondant aux journalistes britanniques à la
question de savoir si les Français l’ont sanctionné pour son style
peu présidentiel.
Conscience
« Il n'est pas dans nos habitudes de frauder aux élections (...).
Ma conscience ne me laisserait pas en paix si j'avais triché. »
Robert Mugabe, president du Zimbabwe, candidat à sa propre
succession.
Film
« La primaire démocrate ressemble à un bon film... avec
trente minutes de trop. »
Barak Obama, au début de sa campagne à l’investiture en
Pennsylvanie.
Fouille
« J'ai été dépouillée de tous mes effets personnels, y compris du
foulard que je porte sur la tête! On m'a dit que je pouvais m'en
servir pour m'étrangler ou bien pour agresser les policiers. »
L'avocate Fatimata M'Baye, présidente de l'Association mauritanienne des droits de l'homme (AMDH), lors d’un passage mouvementé à l’aéroport de Roissy (France).
qué, à Sadr City, à Bagdad, des
défections au sein de l'armée
régulière. Cette résistance a
contraint les Américains et les
Britanniques à entrer dans la
bataille en apportant une couverture aérienne aux troupes
gouvernementales et en engageant aussi des troupes spéciales au sol. De quoi conforter les
sadristes quant à la « trahison »
du chef du gouvernement. La
bataille a été qualifiée de
« moment crucial » par le président George W. Bush. Est-ce
un tournant en Irak ? Rien
n'est moins sûr. Le chef du
mouvement, Moqtada, a offert,
dimanche, de retirer les miliciens des rues de Bassorah et
des autres villes contre une cessation des « raids illégaux et
aveugles ». Le gouvernement a
salué l'annonce de Moqtada en
la qualifiant de « positive »,
comme s'il cherchait une sortie. C'est que le chef du mouvement Sadr n'a pas cédé sur la
question du désarmement de
l'armée du Mehdi, l'objectif
proclamé de la « charge du chevalier ». La guerre civile au sein
de la communauté risque,
dans le meilleur des cas, de
n'être que reportée.
24
L’AFRICAIN DE LA SEMAINE
Le champion de la
bonne gouvernance
Le Botswana est une exceptionnelle réussite, politique et économique. Son président se retire du
pouvoir en avril.
Par Chérif Elvalide Sèye, Dakar
En avril prochain, le président de la
République du Botswana, l’ancien protectorat britannique du Bechuanaland, Festus
Gontebanye Mogae, abandonnera volontairement le pouvoir qu’il détient depuis
1998. Lui succèdera son actuel vice-président, Seretse Ian Khama, qui dirigera le
pays jusqu’en octobre 2009 avant de se soumettre au suffrage universel.
Courageuse politique
C’est un remake d’un scenario joué dix ans
auparavant. Les rôles n’ont pas changé.
Tout au plus, l’un des acteurs a-t-il été
remplacé. Le président de la République
s’appelait alors Ketumile Masire. En
novembre 1997, il annonce son départ
volontaire de la vie politique. Au pouvoir
depuis dix-sept ans, il entendait « donner
sa chance à une nouvelle génération de dirigeants ». Le départ est prévu pour mars
1998 et l’élection présidentielle en 1999.
Pour terminer le mandat, un bref bras de
fer oppose les deux hommes forts du
régime, le président du parti au pouvoir, le
Parti démocratique du Botswana, Pona
Tshego Kediltilwe, et le vice-président du
gouvernement et ministre des Finances,
Mogae. C’est lui qui remporte la mise, aidé
par les bons résultats de sa courageuse
politique de rigueur économique.
La rivalité en moins, l’année prochaine, le
vice-président Seretse Ian Khama, après
avoir assuré l’intérim, sera aussi élu. Le procédé peut paraître peu démocratique.
Surtout qu’il prolonge le règne du parti qui
est au pouvoir depuis l’indépendance du
« Toutes craignaient
que nous ne donnions
naissance à un paradis
fiscal. Or, ce n’est pas
le cas, même si la fiscalité
ne dépasse pas 15%. »
pays en 1966. Les partis d’opposition et la
presse ne manquent pas de le souligner. Ils
dénoncent, tous deux, l’absence de toute
assistance financière du gouvernement.
Ensemble, ils ont obtenu que le nombre de
mandats soit limité à deux pour fermer
définitivement la parenthèse du long règne,
17 ans, de Masire.
Mogae se défend. « En temps normal,
notre pays compte cinq ou six partis, mais
en période électorale, on voit se former de
nouveaux partis d’opposition. Leur nombre peut alors augmenter jusqu’à dix ou
onze, ce qui est tout à l’avantage du parti
au pouvoir car, si l’opposition ne parvient
pas à s’imposer, c’est en raison de sa propension à se fragmenter ».
Le pays peut s’enorgueillir d’avoir ainsi
changé de président, de tenir les élections à
date échue, tous les cinq ans, sans violence,
sans trouble. Dans la sérénité qui semble
être la marque de fabrique de ce pays.
Prix Mo Ibrahim
Le prochain prix Mo Ibrahim lui semble
dévolu par avance. Comment pourrait-il
échapper à Festus Gontebanye Mogae.
Comme le premier lauréat, Joaquim
Chissano, il quittera volontairement le pou-
voir. Mais bien mieux que lui, il a fait de son
pays un exemple de réussite économique.
Né le 21 août 1939 à Serowe, Mogae, après
des études d'économie à l'Université
d'Oxford, a rejoint très tôt le Fonds monétaire international où il finit directeur pour
l’Afrique anglophone. C’est là qu’il est
repéré et rappelé au pays pour diriger la
Banque du Botswana. En 1989, il est
nommé ministre des Finances et de la
Planification du développement, puis viceprésident à partir de 1992.
Ce parcours lisse et exceptionnel en aurait
enivré plus d’un. Pas lui. Aujourd’hui
encore, alors que son bilan à la tête du pays
est des plus flatteurs, il ne se départit pas de
sa modestie.
Le Botswana, avec un PIB par personne de
7800 dollars en 2001, est une vraie réussite.
Pendant longtemps, sa croissance économi-
Les filles sont désormais les
plus nombreuses sur les
bancs de l'université.
que a été la plus rapide au monde. En 42
ans, le pays pauvre et désertique qui s’étend
sur 600 000 kilomètres, pour près de deux
millions d’habitants, est devenu un Etat
prospère. Il a certes été particulièrement
doté par la nature. Son sous-sol regorge de
diamants, dont il est le premier exportateur
au monde. Outre les diamants qui représentent 33% du produit intérieur brut et
50% des revenus publics, le Botswana produit également du cuivre, du nickel, du
charbon, du sel, de la soude, du fer et de
l’argent. Mais il est connu que les ressources
minières ne font pas toujours, bien au
contraire, le bonheur des peuples.
Le Parti démocratique du Botswana (PDB)
a toujours été au pouvoir et sa politique
libérale, qui fait du secteur privé le moteur
de la croissance économique et limite les
interventions de l’Etat dans l’économie, ne
s’est jamais démentie bien que les services
sociaux, l’éducation, la santé... soient presque tous gratuits et que le pays offre pensions de retraite et allocations de pauvreté.
« Le Botswana a su construire une prospérité réelle par une gestion vertueuse du
processus de développement. Le Botswana
a aujourd’hui un PIB par habitant parmi les
plus hauts d’Afrique. Un produit intérieur
brut au service de sa population par le biais
d’investissements dans les trois secteurs prioritaires de l’éducation, de la santé et de l’action sociale », explique le principal artisan.
Le taux de scolarisation au primaire et au
collège est de 100%. Les filles sont désormais les plus nombreuses sur les bancs de
l'université. Le taux d'alphabétisation des
femmes est également plus élevé que chez
les hommes.
Le pays ne dort toutefois pas sur ses lauriers. Il regarde déjà l’avenir bien que persuadé qu’avec le diamant, le cuivre et le
nickel, il peut voir venir. Mogae vient de
doter le pays d’un centre international de
services financiers dans une démarche,
comme toujours, marquée de la plus
grande prudence. « Lorsque nous étions
dans sa phase de conception, nous avons pris
conseil auprès des principales autorités de
réglementation d’Europe, de la Banque
d’Angleterre, de la Réserve fédérale américaine, etc. Toutes craignaient que nous ne
Les Afriques - N° 23 - 3 au 9 avril 2008
L’agenda
Forum sur le capital investissement en Afrique
Togo : 8 avril 2008, Lomé, Hôtel Mercure Sarakawa. Côte d’Ivoire : 11 avril
2008, Abidjan, Hôtel Sofitel. Contact : figue@fourtrust.com
Forum sur les investissements dans les pays de la rive
Sud (Accord d’Agadir)
8 avril à Bruxelles. Contact : www.agadiragreement-events.org
Salon Djazagro
14 au 17 avril à Alger
Contact: veronique.dupassage@adepta.com
L’Afrique de la créativité
16 avril à Paris à l’ENA, 2 Avenue de l’Observatoire (6e).
Contact : 01.43.48.14.67, encade@wanadoo.fr
3e édition de Carte d’Afrique (monétique)
17 et 18 avril 2008 à Marrakech (Maroc). Organisateur : I-conférences
(Groupe Success Publication)
Festus Mogae décoré par Nicolas Sarkozy.
donnions naissance à un paradis fiscal. Or, ce
n’est pas le cas, même si la fiscalité ne dépasse
pas 15%. » Le Botswana n’est pas encore le
Luxembourg, mais il devrait attirer de plus
en plus de fonds.
Graves défis
Au pays de Mogae, tout n’est toutefois
pas rose. Le pays fait face à de graves
défis. Un tiers de la population vit sous le
seuil de pauvreté et un quart est au chômage. Et surtout, le taux de prévalence
du sida est l'un des plus élevés au monde,
24% selon l'Onusida.
Le président le reconnaît. « Le VIH/SIDA
constitue une grande menace. Il anéantit les
progrès que nous avons réalisés au cours de
ces dernières décennies. Nous perdons trop de
concitoyens, et ce sont notamment des concitoyens qui avaient étudié à l’étranger à
grands frais. Actuellement, 800 jeunes
Botswanais étudient au Royaume-Uni, ils
sont autant aux Etats-Unis et en Australie et
environ 5000 en Afrique du Sud. Nous
payons tout pour eux. Lorsque des
Botswanais comme ceux-là meurent, nous
« Lorsque des Botswanais
comme ceux-là meurent,
nous perdons des parents,
des amis, mais c’est aussi
toute l’économie du pays
qui en souffre. »
perdons des parents, des amis, mais c’est aussi
toute l’économie du pays qui en souffre. »
Le sort des Basarwas, une tribu indigène,
reste aussi une préoccupation. Les organisations des droits de l’homme ont critiqué
le gouvernement pour les avoir sortis des
réserves. Mogae ne comprend pas ces critiques. « Quand ils étaient dans la réserve, on
nous accusait de ne rien faire pour eux.
Maintenant, nous les avons installés en
dehors de la réserve, où nous avons construit
des dispensaires et des écoles. Nous les avons
aidés à se sentir bien dans leur nouveau lieu
de vie... Certes, il y a eu des imperfections,
mais notre but était d’améliorer leurs conditions de vie ».
Alors qu’il s’apprête à jouir d’une retraite
bien méritée, Mogae peut professer à l’intention de ses pairs les vérités qui ont fait
du Botswana la « Suisse » de l’Afrique. « La
paix est une condition sine qua non de la
réussite, et la démocratie et la bonne gouvernance sont des conditions sine qua non de
la paix. Il n’y a pas de secret au succès du
Botswana, si ce n’est qu’il faut faire les choses correctement, publiquement, et du
mieux possible ».
Cycles des salons de Med It 2008
22 et 23 avril 2008 : Med-IT @ Alger, Algérie. 18 et 19 juin 2008 :
Med-IT @ Casablanca, Maroc. 22 et 23 octobre 2008 : Med-IT @ Tunis,
Tunisie. 25 et 26 novembre 2008 : Med-IT @ Dakar, Sénégal
Organisateur : XCOM. Contact : Tel. +33 442 70 95 10 - Fax.
+33 (0)4 42 70 91 89
Forum Elit’2008
23 avril 2008 à Paris. 79, Avenue de la République
Contact : African Business Club ESCP-EAP (abc_entreprises@yahoo.fr )
Salon Siagrim
23 au 28 avril 2008 à Casablanca. Contact : racheline.levi@adepta.com
Deuxième forum euro-méditerranéen du capital
investissement
24 et 25 avril 2008 à Tunis.
Contact : www.euromed-capital.com
Mobil Expo
Premier salon euro-méditerranéen des solutions de la mobilité et de l‘informatique embarquée.
9 au 11 mai 2008 à Tunis.
www.mobile-expo-tunisia.com
4e Forum international de la finance
13 et 14 mai 2008 à Alger - Contact : www.fif-alger.com
BPO Africa Conference - Current trends and best practices
15 et 16 mai 2008 à Cape Town, International Convention Center
Contact: Vantage Conference Productions - Tel : 021 554 1087
Séminaire sur l’Algérie
Les marchés publics & comment répondre aux appels d’offres, 16 mai
2008 – Marseille.
Contact : Laurence Hautefeuille, laurence.hautefeuille@ubifrance.fr
Premier salon international sur le gaz
20 au 23 mai 2008 à Abuja, à l’International Conference Center.
Contact : nigeria-gas.com
2e Convention d’affaires franco-sino-africaine
21 et 22 mai 2008 à Paris. Contact : 00 33 1 46 94 69 09.
http://www.cicp.biz
eLearning Africa
28 au 30 mai à Accra, Ghana
Contact: Rebecca Stromayer, +49.30.310.18.18.0, info@elearning-africa.com
Troisième Festival mondial des arts nègres
1er au 22 juin 2008 à Dakar. Coordinateur : Alioune Badara Gueye
www.fesman.org
IPAD, Infrastructure Partnership for African Development
7 au 9 octobre 2008 : RDC. 26 au 28 novembre 2008 : Nigeria. 11 décembre 2008 : Angola. Contact: Jean-Tite Oloumoussié, +27.21.700.3508,
jeantite.oloumoussie@spintelligent.com
Chad International Oil and Mining (CIOME)
8 au 10 octobre 2008 à Ndjaména (Palais du 15 janvier).
www.cubicglobe.com
African Investor & NYSE Forum
15 septembre 2008 à New York
Contact : www.africa-investor.com/awards/aiindexawards/home.htm
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising