Les niveaux de compétences

Les niveaux de compétences
Éducation
1. Département
universitaire
d’enseignement
et de recherche
en médecine générale, université Paris-Est
Créteil.
2. Département
universitaire de médecine générale, université de Bretagne occidentale,
Brest.
3. Département
universitaire de médecine générale, université d’Angers.
4. Département
universitaire de médecine générale, université de
Lille.
5. Département
universitaire de médecine générale, université de
Paris-Descartes.
6. Département
universitaire de médecine générale, université
Claude-Bernard,
Lyon.
7. Département
universitaire de médecine générale, université de Paris Île-de-France
Ouest.
Mots-clés
Médecine
générale
Niveaux de
compétences
Consensus
Key words
General
practice
Competency
scales
Consensus
156
Compétences
Les niveaux de compétences
Laurence Compagnon1, Philippe Bail2, Jean-François Huez3, Bertrand Stalnikiewicz4, Christian Ghasarossian5, Yves Zerbib6, Claude Piriou7, Émilie Ferrat1, Samuel Chartier1, Julien Le Breton1, Vincent Renard1, Claude Attali1
exercer 2013;108:156-64.
laurence.compagnon@yahoo.fr
Background. The tasks and functions of the general practitioners are known and published. We have
previously described the 6 competencies required to actually perform these tasks. The description of a model
for empowerment and indicators of level for these competencies are still lacking. The literature suggests to start
with a theoretical framework developed by experts in the field and then to validate it with students.
Objectives. To describe, for each of the competencies, the levels that should be acquired during the third
cycle of general practice training.
Method. A research group of teachers from several departments of general practice has been created. Its members
met quarterly. Each member had the task of coordinating a research local research around one competency. The
national group worked through consensus from the data provided by the regional groups and by the literature.
Results. 3 levels have been described for the third cycle of general practice training: novice, intermediate
and competent. For each of the six competencies, 3 levels were analyzed which resulted in several descriptors. Each descriptor has itself been explained by several indicators.
Conclusion. Our work has precisely described three levels for each of the competencies that should be
acquired during the post graduate curriculum of general medicine. For each level, we gave descriptions of
the attributes, in order to allow general practice departments to create internal assessment tools
Introduction
Les rôles et fonctions du médecin généraliste français
ont été définis et publiés dans différents travaux des
médecins généralistes européens et français, et pour
partie intégrés dans la loi (dite HPST)1-6. Le référentiel
métier des médecins généralistes (MG) a permis de
préciser leurs compétences, rôles et tâches à partir
de situations prototypiques7. Les six compétences du
MG et leur contenu ont été précédemment décrites8.
Il manquait à cette étape l’identification des apprentissages critiques9, les niveaux de compétences correspondants et les critères définissant ces niveaux afin de
suivre le processus d’acquisition des compétences et
d’être en mesure de certifier ces dernières.
Les différents auteurs qui s’intéressent aux compétences en parlent comme d’un savoir-agir complexe, un
savoir-intégrer, qui ne peut se développer qu’au contact
de situations-problèmes au sein de familles de situations et au travers d’un parcours de développement9,10.
Ce dernier comporte les étapes parcourues de l’amorce
du développement de la compétence jusqu’à l’expertise10.
Tardif insiste sur l’importance de mener des recherches
rigoureuses ayant pour but de préciser et de décrire
ces modèles de développement, car ils constituent la
référence pour rendre compte des parcours de formation. Il propose de construire des modèles théoriques à
e x e r c e r la revue française de médecine générale
partir de l’expérience professionnelle et de l’observation
quotidienne, puis de valider ces conceptualisations au
fur et à mesure de leurs usages auprès de plusieurs
groupes d’étudiants.
Faisant suite à ces propositions, les objectifs principaux de notre travail étaient les suivants : déterminer
les étapes de développement des six compétences
pour exercer la médecine générale à partir de leurs
définitions, utiliser ensuite ces étapes pour définir des
niveaux de compétences au cours du troisième cycle de
médecine générale afin de décrire ce qui est attendu
des internes.
Les objectifs secondaires étaient d’identifier puis de
valider les critères d’évaluation permettant de juger
du niveau de compétence attendu de l’interne aux
différents moments de sa formation initiale.
Méthode
Consensus non formalisé d’experts, réalisés en deux
étapes.
Première étape : constitution d’un groupe national
d’experts (GNE) en vue de décrire les compétences du
médecin généraliste et leurs composantes, puis de faire
des hypothèses sur leur modèle de développement. Les
détails sur la constitution et la méthode de travail du GNE
ont été décrits dans un précédent article8. Trois premiers
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8
Compétences
Éducation
séminaires du GNE ont permis de clarifier les concepts
et de nommer les compétences transversales génériques
nécessaires à l’exercice de la médecine générale, d’écrire
une définition précise pour chaque compétence et d’identifier les composantes de chacune d’entre elles8.
Les quatre séminaires suivants ont permis d’identifier des
niveaux documentant le parcours de développement de
chaque compétence, de les décrire et d’en donner des
indicateurs.
Deuxième étape : constitution de groupes de travail
régionaux (GTR) pour enrichir la réflexion du GNE,
groupes détaillés précédemment8. Les GTR avaient
notamment pour objectifs d’initier l’élaboration de
niveaux pour chaque compétence et de proposer des
descripteurs et des indicateurs de ces niveaux.
Les différentes étapes ont ainsi permis de proposer, de
nommer et de décrire les composantes des compétences génériques transversales, les niveaux génériques
du développement de la compétence en médecine
générale, puis les niveaux pour chaque compétence
transversale, et enfin les indicateurs de ces niveaux.
Parallèlement, les GTR ont mis en place des recherches
qualitatives par focus groupes d’internes pour obtenir une
validation des propositions du GNE. La phase de validation
des données sur les indicateurs de niveaux ainsi obtenues
doit passer par une dernière étape d’analyse qualitative
du verbatim de discours d’internes des différents niveaux
obtenus au cours des focus groupes. Cette phase est
encore en cours à l’heure actuelle.
Niveau générique
Résultats
Les niveaux génériques
Cette recherche a défini quatre niveaux disciplinaires
génériques. Novice, intermédiaire, compétent et
expert. Ce dernier, qualifiant le professionnel expérimenté, sortait du cadre de ce travail, car son évaluation ne dépend pas du troisième cycle de médecine
générale mais relève de la formation continue. Les
attributs attendus des internes pour chacun des
niveaux ont été décrits de même que la temporalité
attendue pour chaque niveau (tableau 1). Cette
étape a permis ensuite de construire les niveaux pour
chaque compétence.
Les niveaux de compétence
Ce travail a ensuite permis de préciser comment évoluait chaque compétence en fonction des trois niveaux
au cours du cursus de troisième cycle de médecine
générale. Ces niveaux pour chaque compétence sont
décrits dans les tableaux 2 à 7.
Le parcours de développement de chaque compétence, dont la définition est rappelée, est divisé en
trois niveaux : novice, intermédiaire et compétent,
correspondant aux trois niveaux attendus au cours du
cursus de troisième cycle de médecine générale.
Pour chaque niveau sont déclinés trois à dix descripteurs précisant ce qui est attendu de l’interne.
Attribut des internes
• Possède des notions sur les spécificités de la discipline et les compétences nécessaires à acquérir pour
exercer la MG
• Accepte a minima le projet proposé
L’interne novice
De l’entrée dans le DES
à la moitié du stage de
niveau 1
• À conscience qu’il opère sur l’être humain
• Est apte à supporter une part d’incertitude
• À conscience de la difficulté (complexité) des problèmes auxquels il va être confronté
• Envisage qu’il va devoir couvrir l’ensemble du champ de la discipline (champ et fonctions)
• Montre un début de questionnement sur sa pratique antérieure et actuelle
L’interne intermédiaire
De la moitié du stage de
niveau 1 au milieu du
SASPAS
• Est en mesure de faire le lien entre théorie enseignée et la pratique observée et /ou exercer (identifie
les capacités, connaissances, habiletés nécessaire à l’exercice de la compétence)
• À pris conscience de ce qui est demandé et participe activement à son propre développement
• Améliore sa capacité d’autonomie en s’appuyant sur une meilleure confiance en soi (prenant
progressivement de l’assurance)
Dans les situations courantes :
L’interne compétent
Fin de cursus/après le
SASPAS
• Agit en autonomie et assume ses responsabilités
• Collabore efficacement avec les autres intervenants
• Possède une approche centrée patient
• S’interroge sur sa pratique
Tableau 1. Les niveaux génériques des compétences en médecine générale
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8 e x e r c e r la revue française de médecine générale
157
Éducation
Compétences
Chaque descripteur est explicité par des indicateurs
sous la forme « On attend qu’il … » décrivant ce
qui devra être recherché dans les performances
observées et rapportées ou dans les traces écrites
d’apprentissage pour inférer le niveau de compétence.
Ces indicateurs seront publiés ultérieurement lors d’articles consacrés à chaque compétence. À titre d’illustration,
voici un exemple dans la compétence « Éducation, prévention, dépistage, santé individuelle et communautaire ».
L’un des descripteurs du niveau « novice » est : « Se sent
responsable de la gestion de la santé du patient ».
Définition : capacité à construire une relation avec le patient, son entourage, les différents intervenants de santé ainsi que les
institutionnels, en utilisant dans les différents contextes les habiletés communicationnelles adéquates, dans l’intérêt des patients.
Niveau
Description du niveau
• Accepte l’idée qu’il doit entrer en relation avec le patient pour exercer la médecine générale
• Connaît quelques fondements théoriques de la communication, la différence entre relation et communication
• Connaît les caractéristiques fondamentales de la relation médecin-malade
Niveau novice
• Identifie les difficultés inhérentes à la mise en pratique des habiletés relationnelles et
communicationnelles et repère que l’acquisition des compétences et des capacités dans le domaine
de la relation et de la communication doit faire l’objet d’une formation
• Mène un entretien directif, interprète les données avec une grille de lecture majoritairement de nature
« biomédicale », y perçoit des limites en termes de perception et de compréhension de la situation clinique
• Utilise principalement une communication verbale
• Explique les décisions et espère obtenir l’adhésion du patient
• Communique avec l’entourage des patients à partir de ce qu’il pense être important pour le patient
• Communique avec différents intervenants en utilisant différents médias
• Identifie les données communicationnelles et relationnelles qui participent à la démarche décisionnelle
• Dans l’analyse d’une consultation, peut utiliser certaines notions de psychologie médicale afin de
mieux comprendre le patient et le sens de ses réactions (voir aussi approche globale et complexité)
• Dans les situations courantes, construit une relation en s’appliquant à utiliser les habiletés d’une
communication centrée patient
Niveau intermédiaire
• Accepte l’idée que l’on ne peut pas tout aborder et tout régler dans le temps d’une seule
consultation
• Repère et exprime ses difficultés relationnelles et communicationnelles
• Communique avec l’entourage du patient, en utilisant les mêmes habiletés qu’avec le patient, en
étant attentif au secret médical
• Met en œuvre une relation avec les intervenants (y compris paramédicaux et médicosociaux) en
adaptant les moyens de communication et d’information à la situation et à l’intervenant avec lequel
il communique
• En dehors des situations très complexes, mène en autonomie un entretien centré patient et structure
ce dernier
• Dans les conditions habituelles, de complexité modérée, est capable de gérer les émotions, de rester
empathique et respectueux
• Dans les conditions habituelles, de complexité modérée, est capable de mettre en place une relation
de soutien, à effet psychothérapeutique bénéfique pour le patient
Niveau compétent
• Lors de situations et/ou de relations qui posent problème (agressivité, séduction, sympathie, rejet,
etc.) construit et tente de maintenir la relation tout en se questionnant sur la nature de celle-ci
• Communique sur ses erreurs en tenant compte de l’avis du patient et en acceptant d’être remis en
cause
• Dans les conditions habituelles, réfléchit à sa capacité communicationnelle avec le patient et son
entourage
• Met en œuvre, avec les intervenants médicaux, médicosociaux et l’entourage du patient, une relation
opérationnelle dans l’intérêt du patient
Tableau 2. Niveaux de la compétence « Relation, communication, approche centrée patient »
158
e x e r c e r la revue française de médecine générale
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8
Compétences
Éducation
Ses indicateurs sont les suivants :
On attend qu’il :
• tente d’assumer la responsabilité de la santé du patient
sans respecter son autonomie et sans lui laisser cette
responsabilité ;
• mette en avant les risques pour le patient de devenir
malade plutôt que les avantages attendus pour la
qualité de vie et la promotion de la santé.
Discussion
Notre travail a permis de décrire trois niveaux de compétences attendus au cours du cursus de DES de médecine
générale. Ces niveaux débutent à l’entrée du troisième
cycle de MG par le niveau « novice », suivi, après le stage
ambulatoire de MG, par le niveau « intermédiaire » et
aboutissant en fin de cursus au niveau « compétent ».
Dans chaque niveau, des descriptions des attributs attendus sont proposés. Ces descripteurs pourront permettre
aux départements de médecine générale (DMG) de
créer des outils d’évaluation des internes aux différents
moments de leur cursus. Ils permettront de préciser les
objectifs de formation par compétence à inclure dans les
programmes. Cela devrait faciliter la bascule des DMG
dans le paradigme de l’apprentissage par compétences
proposé par le CNGE.
Un certain nombre de limites persistent. Ce travail a utilisé la méthode du consensus d’experts non formalisé
selon la méthode décrite plus haut pour chaque étape
du développement du modèle ; il reste à valider ces
Définition : capacité à mettre en œuvre une démarche décisionnelle centrée patient selon un modèle global de santé (EBM, Engel,
etc.) quel que soit le type de recours de soins dans l’exercice de médecine générale.
Niveau
Description du niveau
• Explore certains aspects de la situation clinique en les segmentant de façon analytique et en
privilégiant l’aspect biomédical aux dépens des aspects psychosociaux
• Utilise le temps de la consultation et de l’examen clinique pour le recueil des données principalement
biomédicales
Niveau novice
• Entrevoit qu’il existe des données psychosociales, culturelles, éthiques, juridiques et administratives
dans la démarche décisionnelle et qu’il est nécessaire de les prendre en compte
• Accepte l’idée que s’occuper du patient ne se réduit pas à se centrer sur sa maladie, mais que cette
démarche n’est pas évidente pour lui
• Cherche à améliorer ses connaissances pour trouver la bonne réponse à une situation
• À conscience qu’une situation clinique ne peut pas se réduire au diagnostic médical et qu’il est
nécessaire d’intégrer d’autres aspects pour comprendre et gérer cette situation clinique
• Tente de passer du diagnostic médical à un diagnostic qui intègre une partie du contexte sans pour
autant qu’il s’agisse d’un diagnostic de situation (voir le référentiel métier compétence)
• Lors d’une consultation, il peut utiliser certaines notions de psychologie médicale afin de mieux
comprendre le sens de ses propres réactions et celles du patient dans le but d’aider ce dernier
Niveau intermédiaire
• Est en mesure de réévaluer une situation, de changer d’analyse de cette situation lors des recours
suivants pour intégrer de nouvelles données après réflexion
• Change de registre pour comprendre mieux la situation et modifie sa posture initiale si besoin
• À conscience qu’il existe des temporalités différentes entre le médecin et le patient dans toutes les
situations, en particulier en cas de discordance (temps nécessaire à chaque patient)
• Accepte l’idée qu’il existe plusieurs réponses acceptables en fonction des différentes analyses
possibles. De ce fait, prend en compte une partie de la complexité en situation. Reconnaît la place de l’incertitude dans la démarche décisionnelle
• Dans les situations habituelles, tient compte des données émanant de plusieurs champs et de plusieurs sources, tente de les intégrer dans une décision centrée patient
• Prend le temps nécessaire et suffisant pour explorer une situation. Laisse le temps au patient de métaboliser
• Gère simultanément plusieurs problèmes de nature différente en les hiérarchisant
Niveau compétent
• Utilise le temps comme allié, comme une aide à la décision en adéquation avec la situation du patient
• En fonction des situations, est en mesure de modifier sa posture
• Dans les conditions habituelles, de complexité modérée, est capable de mettre en place une relation
de soutien, à effet psychothérapeutique bénéfique pour le patient
• Fait la différence entre incertitude personnelle et incertitude professionnelle
Tableau 3. Niveaux de la compétence « Approche globale, prise en compte de la complexité »
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8 e x e r c e r la revue française de médecine générale
159
Éducation
Compétences
données par des travaux complémentaires. C’est ce qui
a été entrepris en réalisant des focus groupes d’internes
de chaque niveau pour chacune des six compétences.
Au total, près de cinquante focus groupes ont eu lieu,
à raison de deux ou trois focus par niveau pour chaque
compétence. Cette importante base de données est
actuellement en cours d’analyse par le biais de travaux
de thèses dans chaque GTR. L’analyse des verbatims
devrait permettre de vérifier si les internes renseignent
leur niveau de compétence de la même manière que
cela a été postulé par les experts.
Nous avons trouvé très peu de données dans la littérature
en rapport avec notre travail. C’est pourquoi nous avons
utilisé un consensus d’experts, habituellement utilisé
lorsqu’il n’existe pas de données valides et stables dans
la littérature concernant le sujet étudié. Notre méthode
de travail est un peu différente de celles proposé par la
HAS11. Nous avons fait appel à la mise en commun de
la réflexion des experts, non anonymisée, par discussion
successive des points apportés par les GTR afin de gagner
en pertinence, sans utiliser de méthode Delphi, ni de
groupe nominal qui présentent des limites lorsqu’il s’agit
de décrire des phénomènes complexes12.
Notre démarche est cohérente avec l’idée de Jacques
Tardif qui défend que lorsqu’il n’existe pas de données
permettant l’élaboration et la stabilisation d’un modèle
d’apprentissage des différentes compétences, il est
nécessaire de construire des modèles théoriques à
partir de l’expérience professionnelle et de l’observation
quotidienne. Il ajoute qu’il faut ensuite planifier de
confirmer ces conceptualisations au fur et à mesure de
leur usage auprès de plusieurs groupes d’étudiants.
Une des difficultés a été de délimiter la temporalité
des niveaux. Cela a été particulièrement ardu pour le
niveau « novice » : devait-on le faire débuter à l’entrée
du troisième cycle ou bien l’envisager se poursuivant
jusqu’au stage ambulatoire de premier niveau ? Les
propositions d’indicateurs du niveau « novice » doivent-elles être simplement observationnelles (décrivant
le niveau actuellement observable en fin de deuxième
cycle) ou bien prescriptives (décrivant ce que l’on souhaite obtenir quand ils atteignent ce niveau, et donc
proposant des prérequis à délivrer dans le deuxième
cycle) ? Le choix de la position du curseur peut être
laissé aux utilisateurs à partir des données produites.
Notre recherche a permis d’aboutir à un modèle proche d’un modèle de développement de la compétence,
décrivant un parcours qui inclut les étapes de novice,
intermédiaire et compétent. Tardif propose comme échelle
de développement une échelle à six niveaux : débutant,
Définition : capacité à accompagner le patient dans une démarche autonome visant à maintenir et améliorer sa santé, prévenir
les maladies, les blessures et les problèmes psychosociaux dans le respect de son propre cheminement, et donc à intégrer et à
articuler dans sa pratique l’éducation et la prévention.
Niveau
Description du niveau
• Accepte la place et l’importance des différentes composantes de cette grande compétence dans
l’activité du généraliste
• Définit ce que recouvrent les trois niveaux de prévention de l’OMS, primaire, secondaire et tertiaire
Niveau novice
• Possède des notions de ce que recouvre l’éducation du patient avec ses trois niveaux d’activité, du
plus général au plus spécifique : l’éducation pour la santé du patient, l’éducation du patient à sa
maladie et l’éducation thérapeutique du patient (se reporter aux définitions dans le mode d’emploi)
• Se sent responsable de la gestion de la santé du patient
• Argumente ses propositions dans le but d’obtenir l’adhésion du patient, par une approche logique
centrée sur son propre raisonnement et sans tenir compte des représentations du patient
• Réalise des consultations dédiées à la prévention en les intégrant aux soins à partir de la demande du patient et de ses contraintes de médecin
• Réalise les démarches et gestes de prévention dans les situations les plus simples
Niveau intermédiaire
• Repère et exprime ses difficultés à changer de posture de soignant
• Cherche la collaboration et le soutien de l’entourage familial pour aider le patient
• Travaille avec d’autres intervenants impliqués dans la prévention et l’éducation du patient
• Intègre couramment dans son activité de soins et dans la durée des moments dédiés à la prévention
individuelle, au dépistage organisé et à l’éducation du patient
Niveau compétent
• Accompagne le patient dans une démarche d’éducation à sa santé (posture d’éducateur)
• Clarifie les tensions entre enjeux individuels et collectifs de la prévention pour rechercher l’adhésion
du patient
• Collabore activement avec d’autres intervenants impliqués dans la prévention et l’éducation du patient
Tableau 4. Niveaux de la compétence « Éducation, prévention, dépistage, santé individuelle et communautaire »
160
e x e r c e r la revue française de médecine générale
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8
Compétences
Éducation
alors donner des exemples de tâches, de contextes et
de ressources à mobiliser, définir les profils de compétence et le niveau « acceptable » (comportements/performances attendus) pour chaque niveau, afin de créer
des échelles d’appréciation ou grilles d’évaluation. Nos
descripteurs pourront donner lieu à la création d’outils
d’évaluation de la mobilisation des ressources. Notre
travail débouche sur un modèle qui devrait permettre
aux DMG d’entreprendre des recherches-actions pour
évaluer la faisabilité et vérifier, en les utilisant, la validité
des outils. Tardif nous indique que, idéalement, tout
modèle cognitif de l’apprentissage d’une compétence
devrait émerger de recherches visant à comprendre,
décrire et documenter le développement du domaine
concerné.
Il existe peu de travaux cherchant à définir des
niveaux de compétences en médecine générale.
Allen et al. ont développé une méthode pour défi-
novice, intermédiaire, compétent, maître, expert, qui
s’étendent sur l’ensemble du parcours de formation10 ;
le choix de nos trois niveaux correspond aux objectifs
du troisième cycle, en postulant que le niveau débutant
se situe dans le deuxième cycle des études tandis que
les niveaux « maître » puis « expert » ne pourront être
observés qu’au cours du parcours professionnel postuniversitaire. Le choix des trois niveaux s’est fait compte
tenu d’une part de la bascule dans l’acquisition de ces
compétences au cours ou en fin de stage ambulatoire de
premier niveau, d’autre part de la définition attendue à
l’entrée et la sortie du cursus. Il nous semble que le terme
de « compétent » reflète bien ce qu’on attend du jeune
médecin au sortir de sa formation initiale.
L’analyse de la formation à la compétence comme le
propose Monique Chaput13 nécessite, après la création
du modèle de développement, de définir les étapes
d’acquisition et leur étalement dans le cursus. Il faut
Définition : capacité à gérer avec la personne les problèmes de santé indifférenciés, non sélectionnés, programmés ou non, selon
les données actuelles de la science, le contexte et les possibilités de la personne, quels que soient son âge, son sexe, ou toutes autres
caractéristiques, en organisant une accessibilité (proximité, disponibilité, coût) optimale.
Niveau
Description du niveau
• Accepte toutes les plaintes qui lui sont faites, en particulier du champ biomédical
Niveau novice
• Évoque et identifie les grandes urgences vitales et sait prévenir les structures d’urgences pour les adresser dans les services adéquats
• Prend conscience de l’amplitude du champ d’activités possibles en exercice ambulatoire et s’interroge sur ses capacités à y faire face
• Recueille, accepte sans rejeter et analyse les demandes explicites les plus fréquentes, tente de les
gérer en repérant la demande réelle en essayant de les hiérarchiser dans une vision centrée maladie
plus que patient et tenant compte des prévalences liées au contexte
• Fait des tentatives de repérer la demande réelle derrière la plainte alléguée, en essayant d’intégrer
les antécédents et le contexte de vie du patient ; mais peine à élargir sa vision centrée maladie et a
besoin de soutien sous la forme de supervision pour se centrer patient
Niveau intermédiaire
• Décide sans avoir systématiquement obtenu un diagnostic de maladie et accepte d’en parler au
patient
• Accepte l’idée que les demandes urgentes recouvrent aussi des urgences ressenties
• Étend peu à peu le champ de ses capacités interventionnelles et fait bénéficier de façon pertinente les
problèmes ou situations de patients qui nécessitent une intervention extérieure
• Élargit le contenu de la consultation à la prise en compte d’autres problèmes de santé
• Fait face aux plaintes les plus prévalentes de premier recours en mobilisant des ressources internes et
externes permettant leurs résolutions
• S’organise pour faire face aux plaintes les plus prévalentes de premier recours en participant aussi à la
permanence de soins
• Fait des diagnostics de situation
Niveau compétent
• Évoque les stades précoces des maladies et en dehors des situations d’urgence se donne le temps (cf.
suivi)
• Évoque la possibilité de symptômes biomédicalement inexpliqués (SBI)
• Élargit le champ de la consultation aux autres dimensions de la consultation et aux autres problèmes
de santé en programmant éventuellement des actions de prévention en accord avec le patient
• Gère les urgences ressenties par le patient
• Collabore avec les autres intervenants et assume ses responsabilités
Tableau 5. Niveaux de la compétence « Premier recours, urgences »
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8 e x e r c e r la revue française de médecine générale
161
Éducation
Compétences
nir un niveau de compétence suffisant pour la
certification des jeunes médecins généralistes
canadiens 14. Leur équipe a travaillé à partir d’un
consensus d’experts selon une méthode Delphi
modifiée, en partant des données recueillies par
questionnaire auprès d’un groupe randomisé de
praticiens participant aux examens de certification du Collège de médecine de famille du Canada.
Dans le travail d’Allen, 163 questionnaires ont été
analysés et codés par deux groupes d’experts. Le
premier groupe se concentrait sur les situations et
problèmes que le jeune médecin devait être capable
de résoudre. L’autre groupe d’experts se centrait
sur la définition des dimensions de la compétence.
Ces dimensions étaient au nombre de six, cinq
concernant les attitudes et la sixième la phase de
rencontre clinique. Si les auteurs ont donné des
éléments pour circonscrire le domaine d’activité,
ils n’ont pas proposé de méthode pour évaluer les
performances au sein des situations proposées ou
dans les six domaines retenus.
Notre proposition définit de manière plus approfondie des niveaux intermédiaires durant le cursus
et propose des descripteurs de niveaux. Nous avons
choisi de définir des niveaux au sein des compétences et non de la complexité des situations. Il est
théoriquement possible, pour définir un niveau, de
former l’étudiant à des situations de complexité
croissante, en vérifiant l’évolution des performances répétées en fonction de la complexité. Dans un
système d’évaluation authentique, il est difficile de
maîtriser les situations d’évaluation bien que les
situations d’apprentissage et d’évaluation soient
les mêmes, car elles restent floues et complexes.
Nous avons cependant tenu compte des degrés de
complexité des situations en notant par exemple :
Définition : Capacité à assurer la continuité des soins et la coordination des problèmes de santé du patient engagé dans une relation
de suivi et d’accompagnement.
Niveau
Description du niveau
• Accepte l’idée qu’il va être amené à revoir les patients
• Utilise le dossier médical
• Fait volontiers appel à d’autres intervenants sur des critères décisionnels centrés sur le biomédical et le médecin
Niveau novice
• Transmet les informations nécessaires à la continuité des soins
• Utilise et prend en compte les informations des autres intervenants
• Met en place une relation médecin-malade fondée sur une posture expert « haute » et perçoit ses limites
• Se rend disponible pour la permanence des soins
• Utilise le temps dans la démarche décisionnelle dans certaines situations
• Prend en compte les problèmes et les plaintes afin d’organiser le suivi
• Construit une relation dans le temps en essayant de faire participer le patient à la décision et à la démarche
Niveau intermédiaire
• Utilise et renseigne le dossier médical dans une optique de suivi
• Fait le lien entre les différents moments ponctuels de recours
• Met en œuvre une relation avec les intervenants, en particulier paramédicaux et médicosociaux, en
adaptant les moyens de communication et d’information à la situation et à l’intervenant avec lequel il
communique (cf. communication)
• Conçoit que le patient a une histoire personnelle et une vie qui déterminent ses traits de caractère et
qui influencent le type de suivi
• Hiérarchise les plaintes et les problèmes et établit un suivi centré patient
• Utilise le temps comme allié, comme une aide à la décision en adéquation avec la situation du patient
Niveau compétent
• Choisit les intervenants en accord avec le patient selon des critères bio-psycho-sociaux
• Analyse les avis des différents intervenants, les synthétise pour prendre une décision centrée patient
• Utilise le dossier médical pour programmer un suivi dans une perspective de promotion de la santé au
niveau individuel et collectif, de prévention et de dépistage
• Collabore à la continuité et la coordination du maintien à domicile
• Participe à l’organisation de l’accessibilité aux soins, y compris lors de ses absences
Tableau 6. Niveaux de la compétence « Continuité, suivi, coordination des soins autour du patient »
162
e x e r c e r la revue française de médecine générale
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8
Compétences
Éducation
« dans des situations prévalentes/habituelles » ou
« des situations de complexité modérée ». Au-delà
de l’évaluation des performances en situation de
soins, cette approche cognitivo-comportementale
permet d’inférer les apprentissages à partir des
interactions avec les enseignants mais aussi à partir des traces écrites des apprentissages réalisées
d’après des situations vécues en stage. C’est ainsi
par exemple que les propositions « l’interne accepte
de… », en particulier chez le novice, pourront être
inférées à partir des entretiens et/ou des travaux
qu’il produira.
Les niveaux de chaque compétence ont été décrits
après que nous ayons déterminé le contenu de niveaux
dits « génériques ». Ces derniers tentaient de définir les contours des capacités de l’interne à chaque
niveau, pour la médecine générale. Cela a structuré
notre recherche ultérieure en permettant de relire de
façon transversale et longitudinale nos hypothèses de
niveau de compétence pour vérifier qu’elles étaient
cohérentes avec les niveaux génériques.
Perspectives
Il aurait été possible de pousser la recherche plus loin en
proposant pour chaque descripteur les situations possibles d’évaluation auxquelles pouvait être confronté
l’interne, dans le cadre de tâches intégratrices. Il nous
a paru plus opportun de laisser le loisir aux responsa-
bles de l’évaluation des DMG de créer leurs outils en
décidant des situations les mieux adaptées pour évaluer
les niveaux de compétences. Toutefois, des projets de
recherches-actions pourront être initiés a posteriori
après expérimentation de notre référentiel de niveaux.
Ces recherches pourraient délimiter les situations les
plus propices. Un travail national sur les situations de
soins est proposé par ailleurs dans ce numéro afin
de définir quelles situations ou familles de situations
sont les plus représentatives ou prototypiques de la
profession15.
Conclusion
Notre modèle, construit comme un modèle théorique à partir de l’expérience professionnelle et pédagogique des experts, est la première étape de cette
recherche. L’étape suivante, à partir d’une recherche-action, consistera à documenter le modèle. Il
faut donc valider auprès des internes ce modèle
théorique. Cela peut être fait à la fois en situation
de soins mais aussi à partir de la lecture des traces
écrites d’apprentissage.
Il serait intéressant pour la profession de décrire les
niveaux de maître et d’expert afin de permettre à
la FMC d’avoir des objectifs de qualité. Cela permettrait aux médecins de s’approprier l’idée que la
construction de leur compétence se poursuivra tout
Définition : capacité à assurer l’engagement envers la société et à répondre à ses attentes, de développer une activité
professionnelle en privilégiant le bien-être des personnes par une pratique éthique et déontologique, d’améliorer ses
compétences par une pratique réflexive dans le cadre de la médecine fondée sur des faits probants, d’assumer la responsabilité
des décisions prises avec le patient.
Description du niveau
• Entrevoit un projet professionnel
Niveau novice
• Accepte son rôle d’interne
• Présente un engagement altruiste envers le patient
• Participe aux formations théoriques et pratiques du DES
• Manifeste un engagement pour la médecine générale
• S’occupe du patient avec altruisme, honnêteté, dans le respect des règles déontologiques
Niveau intermédiaire
• Prend conscience du besoin d’acquisition permanente de nouvelles connaissances afin d’améliorer ses compétences
• Définit des objectifs de formation en fonction de son projet professionnel
• Organise son temps de travail
• Assume sa responsabilité envers le patient et la société
• Collabore avec les autres soignants
Niveau compétent
• Organise son outil et son temps de travail
• Améliore ses compétences
• Prend en charge le patient avec altruisme
• S’implique dans le rayonnement de la discipline
Tableau 7. Niveaux de la compétence « Professionnalisme »
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8 e x e r c e r la revue française de médecine générale
163
Éducation
au long de leur vie professionnelle. En attendant,
il importe de pouvoir certifier la compétence des
médecins au niveau « compétent ». Le CNGE se soucie de cette certification depuis plusieurs années16.
Pour y parvenir, il faudra déterminer les procédures à
Compétences
mettre en place pour permettre sa mise en œuvre17,
« mettre en place des outils d’évaluation et d’autoévaluation permettant une évaluation authentique
des compétences qui serviront à la procédure de
validation » et s’en donner les moyens.
Résumé
Contexte. Les tâches et fonctions des médecins généralistes sont connues et publiées. Les six compétences permettant de les réaliser efficacement sont décrites. Il manque encore la description d’un modèle de développement de ces compétences et des indicateurs de niveau. La littérature propose de commencer par
faire élaborer un parcours théorique par les experts de la discipline puis de le faire valider en l’utilisant
avec les étudiants.
Objectifs. Décrire des niveaux pour les compétences à acquérir au cours du troisième cycle de médecine générale.
Méthodes. Consensus non formalisé d’experts. Un groupe de recherche national issu de plusieurs départements de médecine générale a été créé. Ses membres se sont réunis trimestriellement. Chacun des
membres avait pour tâche de coordonner les recherches d’un groupe régional autour d’une compétence. Le groupe national a travaillé en recherchant un consensus à partir des données proposées par
les groupes régionaux et les données de la littérature.
Résultats. Trois niveaux ont été décrits dans le troisième cycle de médecine générale : novice, intermédiaire et compétent. Pour chacune des six compétences, les trois niveaux ont été déclinés en descripteurs à l’issue de leur analyse. Chaque descripteur a lui-même été explicité par plusieurs indicateurs.
Conclusion. Ce travail a permis de décrire précisément trois niveaux de compétences attendus au cours du
cursus de DES de médecine générale. Dans chaque niveau, des descriptions des attributs ont été proposées. Elles pourront permettre aux départements de médecine générale de créer des outils d’évaluation
des internes.
Références
1. Allen J, Gay B, Crebolder H, Heyrman J, Svab I, Ram P. La
définition européenne de la médecine générale–médecine de
famille. Wonca Europe, 2002. Disponible sur : http://www.
woncaeurope.org/sites/default/files/documents/WONCA%20
definition%20French%20version.pdf.
2. Wainsten JP, Bros B, Dufour C, Huas D. Introduction aux fonctions du médecin généraliste. exercer 1992;16:4-6.
3. Gay B. Les bases théoriques de la médecine générale. exercer 1995;
30:4-7.
4. Pouchain D, Attali C, de Butler J et al. Médecine générale - Concepts
et Pratiques. Paris : Masson,1996.
5. http://www.sante.gouv.fr/la-loi-hopital-patients-sante-et-territoires.html.
6. MG Form. Un référentiel professionnel pour le médecin généraliste.
Paris : Osmose, 1999.
7. CNGE, CNOSF, CASSF, CNGOF. Référentiels métiers et compétences. Médecins généralistes, sages-femmes et gynécologuesobstétriciens. Paris : Berger-Levrault, 2010.
8. Compagnon L, Bail P, Huez JF, et al. Définition et description
des compétences en médecine générale. exercer 2013;108:
148-55.
9. Scallon G. L’évaluation des apprentissages dans une approche par
compétence. Québec : éditions du Renouveau pédagogique, 2004.
164
e x e r c e r la revue française de médecine générale
10.Tardif J. L’évaluation des compétences. Montréal : éditions de
la Chenelière, 2006.
11.Haute autorité de santé. Recommandations par consensus
formalisé. Fiche méthodologique. Paris : HAS, 2010.
12.Schön D. À la recherche d’une nouvelle épistémologie de la pratique et de ce qu’elle implique pour l’éducation des adultes, in :
Savoirs théoriques et savoirs d’action. Paris : PUF, 1996:201-22.
13.Chaput M. Déclinaison commune de la compétence de la collaboration. In Congrès de la SIFEM : Grenoble, 2009.
14.AllenT, Brailovsky C, Rainsberry P, et al. Defining competencybased evaluation objectives in family medecine. Dimensions
of competence and priority topics for assessmemt. Can Fam
physician 2011;57:e31-40.
15.Attali C, Huez JF, Valette T, Lehr-Drylewicz AM. Les grandes
familles de situation clinique en médecine générale. exercer 2013;
108:165-9.
16.Attali C, Ghasarossian C, Bail P, et al. La certification de la compétence des internes de médecine générale : mode d’emploi.
exercer 2005;74:96-102.
17.Ghasarossian C, Chevallier P, Bail P, et al. Comment faire en pratique pour mettre en place dans les départements de médecine
générale une pédagogie centrée sur les apprentissages et une
procédure de certification ? exercer 2005;74:103-5.
Vo l u m e 2 4 N ° 1 0 8
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising