Chayette Horl- 5-2011 - La Gazette de l`Hôtel Drouot

Chayette Horl- 5-2011 - La Gazette de l`Hôtel Drouot
HORLOGERIE
dont la vente aux enchères publiques aura lieu à
DROUOT - RICHELIEU Salle 10
9, rue Drouot - 75009 Paris
lundi 16 mai 2011 à 14h00
par le Ministère de
SARL - SVV Agrément no 2002-365
33, rue du Faubourg-Montmartre - 75009 Paris
Tél. 00 33 [0] 1 47 70 56 26 Fax 00 33 [0] 1 47 70 58 88
e-mail : [email protected]
www.chayette-cheval.com
Expert :
ANTHONY TURNER
Expert CNES
24, rue du Buisson Richard
78600 - Le Mesnil-le-Roi
Tél. 00 33 [0] 1 39 12 11 91 - Fax 00 33 [0] 1 39 62 07 22
Port. 00 33 [0] 6 80 20 44 97
e-mail : [email protected]
EXPOSITIONS PUBLIQUES :
le samedi 14 mai 2011 de 11h à 18h,
le lundi 16 mai 2011 de 11h à 12h.
Téléphone pendant la vente et les expositions : 00 33 [0] 1 48 00 20 10
CONDITIONS DE LA VENTE
L’adjudicataire sera le plus offrant et dernier enchérisseur ; il aura pour obligation de remettre ses
nom et adresse. Les acquéreurs paieront, en sus des enchères, par lot et par tranche :
21,53%. TTC jusqu’à 100.000 € (soit 18% HT + TVA 19,6%)
11,96%. TTC à partir de 100.000 € (soit 10% HT + TVA 19,6%)
Pour les livres :
18,99%. TTC jusqu’à 100.000 € (soit 18% HT + TVA 5,5%)
10,55%. TTC à partir de 100.000 € (soit 10% HT + TVA 5,5%)
La vente est faite expressément au comptant ; en cas de paiement par chèque par l'adjudicataire, le
transfert de propriété de l'objet n'aura lieu qu'après encaissement du chèque.
Les précisions concernant l'aspect extérieur des lots ou leur état ne sont données qu'à titre indicatif.
En effet, les lots sont vendus en l'état où ils se trouvent au moment de l'adjudication.
Les acheteurs ont la possibilité, au cours de l'exposition précédant la vente, de se renseigner sur l'état
et la valeur des lots.
Aucune réclamation concernant l'état des lots ne sera admise une fois l'adjudication prononcée.
L’acquéreur sera déclaré responsable de ses achats dès l’adjudication prononcée, le magasinage des
objets n’engageant en aucun cas la responsabilité des Commissaires-Priseurs.
CONDITIONS DE PAIEMENT
Conformément à la loi, aucun paiement en espèces supérieur à 3000 € par adjudicataire résident en
France ne sera acccepté. Cette limite s’élève à 15000 € pour les autres ressortissants non professionnels.
Aucun lot ne sera remis à l’adjudicataire avant encaissement des sommes dues.
En cas de paiement par Swift, eurochèque ou tout autre moyen entraînant des frais financiers,
l’adjudicataire s’engage à règler son compte net de tout frais bancaire. Par souci de simplification, il
sera perçu une somme forfaitaire de 25 €. par bordereau pour frais financiers.
Les expéditions demandées sont à la charge et sous la responsabilité de l’acquéreur, et d’après ses instructions écrites.
TERMS OF SALE
Buyers pay a commission of 21,53% (VAT included). (18,99% for books) on the hammer price.
Immediate settlement is required for all purchases.
Bids may be left with Chayette & Cheval by those who cannot attend the sale in person.
ORDRES D’ACHAT
Les Commissaires-Priseurs et les Experts se chargent d'exécuter gratuitement les ordres d'achat qui
leur sont confiés, en particulier par les amateurs ne pouvant assister à la vente.
Les personnes désirant nous adresser des ordres d'achat, ou suivre les enchères par téléphone, sont
priées de nous faire parvenir leurs références bancaires au plus tard trois jours ouvrables avant la
vente, faute de quoi elles ne seront pas autorisées à participer aux enchères.
* Les lots indiqués par un astérisque appartiennent à un des associés de la SVV.
2
LIVRES & DOCUMENTS
1
BERTHOUD, Ferdinand. Essai sur l’Horlogerie; dans lequel on traite de cet art relativement à
l’usage civil, à l’astronomie & à la navigation, en établissant des principes confirmés par l’expérience, 2
vol., Paris 1786. In-4°. pl. veau écaille de l’ép. (usé), charnières faibles, coiffes arrachées, dos du tome
2 déchiré, pages de garde marbrées, [4] + liv + [2] +477 + [12]; [4] + viii + 451p. avec 38 planches.
n Baillie 262; Bromley 72; Leroy 105, Panicali 51, Tardy 31.
Relié avec
BERTHOUD, Ferdinand. Eclaircissemens sur l’invention, la théorie, la construction et les épreuves des
nouvelles machines proposées en France, pour la détermination des longitudes en mer par la mesure du
temps..., Paris 1773. In-4°, 164p.
n
2
Baillie, 294; Bromley 70; Leroy 106, Panicali 54, Tardy 31
800 ⁄ 1.200
CASSINI fils. Voyage fait par ordre du Roi en 1768 pour éprouver les montres marines inventées
par M. le Roy...avec le mémoire sur la meilleure manière de mesurer le tems en mer...contenant la descripétion de sa montre à longitude par M. le Roy..., Paris 1770. In-4°, pl. veau écaillé de l’ép. Usé,
coiffes arrachées, p. de garde marbrées, iv + viii + 144 + xxiv (tables horaires) + 60 + [iv, errata et
privilège] avec 1 carte et 3pl. gr. dépl. pour la première partie et 6 pl. gr. dépl. pour le Mémoire de
Le Roy.
2.000 ⁄ 2.500
3
CHAPUIS, Alfred. Pendules neuchateloises: Documents nouveaux, Neuchatel 1931. In-4°, demimaroccain à coins, plats décorés, coiffe supérieure arrachée, charnières faibles, couvertures d’origine imprimées conservées.
200 ⁄ 300
4
CHASTEL, François. Recueil de tables progressives pour les vibrations du régulateur, Genève s.d.
[vers 1818]. In-8°, demi bas. plats en papier marbré, p. de titre à moitié déchirée et remontée, [vi] +
62p.
150 ⁄ 200
5
KING, Henry C. & MILLBURN, John R. Geared to the Stars. The Evolution of Planetariums,
Orreries, and astronomical Clocks, Toronto 1978. In-4°, rel. toile, xviii +442p.
150 ⁄ 200
6
[MONTRES BRACELETS] Catalogues de fabricants (Dubey & Schaldenbrand, Wempe, Genta,
Winston, Roth, Parmigiani, Hublot, Preziuso), années 2005-2008.
40 ⁄ 50
7
PATENTS OF INVENTION. Abridgements of Specifications. Class 139. Watches, Clocks, and
other Timekeepers, 1855-1930. Réédition en 2 volumes, Seattle 1979.
50 ⁄ 80
3
G R AV U R E S
8
8
9
Description de l’Horologe que Messieurs Les Comtes de Lyon ont fait faire dans l’Eglise de St. Jean
l’année 1660, Cordier delineavit J. J. Thourneyser sculsit 1677.
Feuille volante, 403 x 572mm, avec une description en français, gravée autour d’une illustration
centrale, de la très célèbre horloge astronomique de la Cathédrale de Lyon fabriquée par Guillaume
Nourrison. Surface légèrement brunie avec quelques marques d’abrasion, déchirure à la marge droite avec atteinte du texte mais sans manque.
200 ⁄ 300
Voir la reproduction ci-dessus
9
La Sphère automatique / The Automatic or self-moving Sphere... Leyde [1711].
Feuille volante, 405mm x 518mm, avec une description en français et anglais autour d’une illustration gravée centrale, de la très célèbre sphère armillaire copernicienne de l’Université de Leyde dite
‘sphère de Leyde’. La sphère qui a été fabriquée vers 1670 par l’horloger anglais résident à Rotterdam Steven Tracy (‘Thracius’), est actuellement conservée au Museum Boerhaave. Cette feuille fut
éditée en 1711 à l’occasion du placement de la sphère dans la Bibliothèque universitaire ainsi que
d’autres versions en latin et néerlandais.
300 ⁄ 400
n Pour la sphère, voir E. Dekker, The Leiden Sphere, an exceptional seventeenth century
Planetarium, Leyde 1986, avec reproduction de cette planche d’après l’exemplaire conservé
au Museum Boerhaave.
Voir la reproduction ci-dessus
10
VAN DEN DAM, J.’Sphæra Perfecta’ gravure à l’eau-forte sur cuivre par J. C. Philips d’après un
dessin de J. Van den Dam, 1754.
32.7 x 51cm
120 ⁄ 150
4
11
Un simple artisan’, Jan van den Dam fut inspiré par la sphère de Leyde pour l’imaginer un
planétaire semblable mais plus simple et plus petit. Pour promouvoir la vente il édita une plaquette, Korte verklaaring van een op nieuw geinventeerd en gemakt Planetarium, Genaamt
Sphæra Perfecta, vertoond in deeze konstplaat, Amsterdam 1754, pour laquelle la planche présentée ici fut préparée. Nous joignons une photocopie de la version français/anglais de ce texte.
n
11
[EISINGA, Eise]. Suite de trois planches dessinées par K. J. Sannes et gravées à l’eau-forte par B.
W. Dietz, Arnhem, représentant le planétaire réalisé sur le plafond de sa salle de séjour par Eise
Eisinga à Franeker, 1820.
520 x 480mm & 665 (approx) x 520mm.
300 ⁄ 400
n Tirage à part des 3 planches préparées par l’ami d’Eisinga, Klaas Johannes Sannes,et éditées
par la suite dans la deuxième édition de J. H. van Swinden, Beschrijving van een volledg bewegelijke Hemels-Gestel, 1824. La troisième gravure est découpée sur le bas avec manques, mais le
texte est préservé séparement. Qqs pliures et déchirures.
n Voir Planetarium-boek Eise Eisinga (1928), 149-53.
Très rare.
Voir la reproduction ci-dessus
12
REDIER & Cie. Feuille publicitaire pour ses horloges et baromètres anéroïdes, vers 1870.
280 x 382mm.
47
13
30 ⁄ 50
[PORTRAITS]. Edward Becket, Lord Dennison, concepteur de ‘Big Ben’. Caricature par ‘Spy’ en
chromolithographie par Vincent Brooks Day & Son, tirée de Vanity Fair 2 février 1889.
268 x 400mm.
avec deux portraits gravés photographiés et encadrés, l’un d’Alexandre Kaiser (1814-95) verre fêlé,
l’autre d’Andreas Hohwu (1803-85), deux des horlogers néerlandais les plus notables du XIXe siècle,
et une autre gravure.
50 ⁄ 80
5
N U M I S M AT I Q U E
& P H I L AT é L I E D E L’ H OR L O G E R I E
14
15
14
16
Médaille de garantie pour la montre ‘Le Royal’ éditée par l’Union Française des ouvriers horlogers
Besançon. Vers 1920.
30 ⁄ 50
Voir la reproduction ci-dessus
15
Deux jetons du Comté de Bourgogne en bronze, 1725 et 1752, dont un représentant un cadran
solaire.
50 ⁄ 80
Voir les reproductions ci-dessus
16
Deux jetons de la Compagnie des Horlogers de Paris en argent, époque Louis XV
80 ⁄ 120
Voir les reproductions ci-dessus
17
Album d’environ 300 timbres de poste oblitérés à motif d’horlogerie.
50 ⁄ 80
VA R I A
18
Un pantographe ‘Zedru’, deux boussoles de poche, deux calibres, deux compas, deux compas de
proportion, deux rapporteurs, deux règles à calcul, trois tire-lignes gradués, deux règles dépliantes
et une boîte d’instruments à dessiner.
50 ⁄ 80
6
19
Une chambre claire universelle de P. Berville, avec mode d’emploi, dans son écrin avec le nom du
revendeur ‘J. Peter Lyon’.
100 ⁄ 120
20
Petit sablier anglais ou ‘Egg timer’ en laiton et fer d’une durée de 3 minutes marqué ‘Warranted
correct three minutes’ autour d’une scène d’une femme et son enfant donnant à manger aux poules
avec un marque-temps en forme d’équilibriste.
30 ⁄ 40
21
Cadran solaire équinoxial en laiton doré signé ‘Johann Schretteger in Augsburg’ avec son mode
d’emploi imprimé et son étui (usé) ; cadran solaire diptyque en bois et papier imprimé, les deux vers
1800.
2 instruments 300 ⁄ 400
22
Cadran solaire portatif équinoxial en laiton signé ‘L[orentz] Grasl’, Augsburg vers 1800.
Platine octogonale gravée, boussole au centre, anneau équatorial divisé III-XII-IX inclinable sur
l’arc des latitudes, gnomon rabattable.
D. 60mm. Avec son étui d’origine (usé) et son mode d’emploi imprimé.
300 ⁄ 400
23
Un compas de proportion pour horlogers, un outil aux douzièmes avec d’autres outils, clés et
divers.
40 ⁄ 60
24
Une boîte de poids complète de 50gr à 0,01gr signée ‘G. Westphal Celle 4234’ et une lentille
dépliante de laboratoire.
80 ⁄ 120
25
Balance de Roberval dans son coffret à deux tiroirs et une boîte de poids.
26
27
28
29
Petit tour à moteur électrique.
60 ⁄ 90
Petit outillage.
50 ⁄ 80
Quatre tours d’horloger et un outil Jacot.
50 ⁄ 80
Clés de pendule.
50 ⁄ 80
30
Une horloge électrique ‘Junghans’, deux montres-bracelets électriques, un réveil à quartz et un réveil
de voyage dépliant ‘Pater’.
80 ⁄ 120
40 ⁄ 50
31
Un chronographe sports avec trotteuse au centre, fonctions marche/arrêt et ‘flyback’ ; et une montre
bracelet du bicentenaire 1789/1989.
50 ⁄ 80
32
33
Cadran d’horloge en verre, ‘De La Croix, Paris’.
50 ⁄ 60
Partie d’un mouvement de pendule (platine à quatre piliers, barillet et cliquet), signé ‘J. Leonard
Bourgeois AParis’, deuxième quart du XVIIIe siècle.
80 ⁄ 100
34
35
36
37
Quatre mouvements de Comtoise à ancre, dont deux de petit taille.
80 ⁄ 120
Trois mouvements de Comtoise avec frontons.
50 ⁄ 80
Mouvement d’une horloge en bois ‘Forêt noire’ avec cadran peint. A restaurer
50 ⁄ 60
Deux mouvements de pendule en laiton, une horloge Forêt noire récent et un cadran ‘Pantax’,
‘Enregistreur de présence’ de la Sté Générale des Compteurs de Voitures.
100 ⁄ 120
38
Vingt neuf chaînes de fusée pour montre et petites pendules.
7
50 ⁄ 60
39
Trois cadrans de montre en émail polychromé dont un représentant ‘Bonaparte premier Consul’,
vers 1800.
100 ⁄ 150
40
41
42
43
44
45
50 ⁄ 80
Huit cadrans de montre à coq à quantième.
Environ cinquante cadrans en émail blanc de montre à coq.
80 ⁄ 120
Cinq coqs de montre en argent, trois platines ajourées, et deux clés.
40 ⁄ 60
Lot d’environ cinquante coqs de montre, XVIIIe et XIXe siècles.
80 ⁄ 120
Neuf clés de montre décorées et trois coqs de montre dont un à pied.
50 ⁄ 80
Châtelaine à trois branches en acier découpé muni d’un motif en laiton doré avec clé assortie en
forme de boule ajourée.
150 ⁄ 200
L. 16cm.
Voir la reproduction page suivante
46
Châtelaine à cinq branches en acier découpé avec clé ajourée.
L. 14.5cm.
150 ⁄ 200
Châtelaine en laiton doré à cinq maillons avec clé.
L. 15cm.
150 ⁄ 200
48
49
50
Deux châtelaines en laiton doré avec clé et sceau.
250 ⁄ 300
Deux châtelaines en laiton doré avec clé et sceau.
200 ⁄ 300
51
Onze mouvements, ou parties de mouvements de montre XVIIIe et XIXe siècles et une montre à
cylindre en argentan.
Voir la reproduction page suivante
47
Voir la reproduction page suivante
Chaîne de montre en argent à quatre brins avec deux maillons coulissants ornés de plaques de nacre,
tenon de boutonnière formant clé de remontage.
80 ⁄ 120
L. 32.5cm.
50 ⁄ 80
52
Boîte contenant six mouvements à reconstituer (chronographes, phase de la lune, répétition).
53
Boîte à compartiments contenant le mouvement avec cadran d’un chronographe à rattrapante à
reconstituer, le couvercle signé ‘Ecole Nationale d’Horlogerie de Besançon, Guillier André 19241927’.
150 ⁄ 200
150 ⁄ 200
54
Deux boîtes à compartiments contenant des mouvements de montres, dont un du XVIIIe siècle
signé ‘de Belle à Paris’, et des pièces détachées.
150 ⁄ 200
55
56
Quatorze boîtiers de montre en métal, certains décorés
200 ⁄ 300
Fournitures pour montres: clés, bracelets, boucles, carrés.
50 ⁄ 80
57
Mouvement de commande pour automate et deux cylindres à musique de pendule.
58
Réveil de bureau carré.
59
Compteur manuel en laiton avec cadran crème marqué 0-10 avec cumulateurs de 100 et 1.000. Les
unités sont comptées en appuyant sur le pendant, levier de remise à zéro sur la carrure.
D. 44mm.
40 ⁄ 60
30 ⁄ 40
100 ⁄ 150
8
45
47
16
46
9
60
Réveil en forme de pendulette en laiton muni d’un mouvement à pile de ‘Hehchinger W.
Germany’.
H. 19.5cm.
20 ⁄ 30
61
Aiguilles pour pendules
62
Cabinet d’une pendule de bureau en bronze et laiton doré adapté en porte-montre. Deuxième
moitié du XVIIIe siècle. H. 21.3cm. Accompagné d’un mouvement de montre à verge vers 1820.
30 ⁄ 50
800 ⁄ 900
H O R L O G E R I E M I L I TA I R E
63
Pendule de bord de la marine américaine signée ‘Seth Thomas U. S. Navy 92440 ; Made in U. S.
A.’, c. 1950.
Cadran noir à 24 heures, chiffres arabes en blanc, aiguilles blanches, trotteuse au centre, disque de
réglage à 12 heures ; mouvement en laiton à trois platines, barillet, échappement à ancre ; boîtier en
métal noirci.
D. 19.5cm.
200 ⁄ 300
64
Pendule de bord de la marine américaine signée ‘Chelsea Clock Co Boston 590253 U. S. Government
Ser. N°.’, c. 1950.
Cadran noir à 24 heures, chiffres arabes en blanc, aiguilles jaunes, trotteuse au centre en plastique
blanc, disque de réglage à 6 heures ; mouvement rond en laiton, barillet, échappement à ancre,
balancier compensé ; boîtier en métal noirci.
D. 19.3cm.
200 ⁄ 300
65
Pendule de bord de la marine américaine signée ‘Made by Seth Thomas in U. S. A. Mark I - Boat
clock U. N. 7103 1942’.
Cadran noir, chiffres arabes en blanc, secondes à 12 heures, boîtier noir.
D. 123mm.
200 ⁄ 300
66
Montre de bord d’un bombardier américain, signée ‘Elgin 562 U S A, N° 41090625, vers 1944.
Cadran et boîtier noir, chiffres arabes.
D. 60mm.
150 ⁄ 200
67
Montre de bord signée ‘Longines Watch C° Swiss 2977136’, vers 1912.
Cadran argenté marqué ‘Marine N° 7136 S H’, chiffres romains, indicateur de réserve de marche
de 36 heures à 12 heures, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement à trois quarts de
platine en acier poli, quinze rubis, trois ajustements, échappement à ancre, balancier compensé,
remontage et mise à l’heure au pendant ; boîtier avec couvercles à vis en métal chromé inséré dans
une plaque numéroté ‘36’.
D. 68mm.
700 ⁄ 800
10
68
68
69
Montre à ancre signée ‘Longines 5024719 Istituto Idrografico R. Marina’ et ‘S H 864’, vers 1930.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement à
demi-platine en laiton doré, échappement à ancre, levées en rubis, balancier compensé, remontage
et mise à l’heure au pendant (manque la bélière) ; boîtier en acier poli. D. 64mm. Avec son boîtier
de transport en acajou doublé de tissu vert et muni d’une glissière d’inspection, poignée et fermetures en laiton.
127mm x 162mm.
600 ⁄ 700
Voir la reproduction ci-dessus
69
Montre à ancre en argent signée ‘L. Leroy & Cie 16666’, milieu XXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement
empierré à ponts en laiton doré, échappement à ancre, levées en rubis, balancier compensé, remontage et mise à l’heure au pendant ; cuvette en acier bleui, boîtier en argent uni. D. 61mm. Avec son
boîtier de transport en acajou doublé de tissu vert et muni d’une glissière d’inspection, poignée et
fermetures en laiton.
127 x 162mm.
600 ⁄ 700
Voir la reproduction ci-dessus
70
Montre à ancre avec secondes au centre signée ‘Foucher 16664 Marine Nationale 528’, milieu XXe
siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes en rouge pour les secondes, aiguilles en acier bleui, trotteuse
au centre ; mouvement à trois quarts de platine en laiton doré, échappement à ancre, balancier compensé, remontage et mise à l’heure au pendant ; boîtier en acier poli.
D. 64mm.
300 ⁄ 400
11
71
BREGUET, type XX aeronavale, vers 1995.
Cadran noir avec trois compteurs, totalisateur de 12 heurs à 6 heures, totalisateur de 30 minutes à
3 heures, secondes à 9 heures ; mouvement automatique avec ‘flyback’ ; boîtier rond, couronne et
fond vissés, lunette tournante ; boîtier rond en acier, couronne et fond vissés ; bracelet cuir avec
boucle ardillon en acier.
3.500 ⁄ 4.000
D. 40mm. CBM signés.
n Première réédition, étanche à 200 mètres.
Voir la reproduction page suivante
MONTRES-BRACELETs
72
ALEXIS BARTHELEY
Montre automatique en acier et plaqué or, vers 1970.
Cadran blanc, chiffres romains peints,aguilles en acier bleui ; mouvement automatique ; boîtier
rond, fond vissé ; bracelet en crocodile avec boucle ardillon en métal doré.
D. 34mm. CBM signés.
300 ⁄ 500
Voir la reproduction page suivante
73
74
ANONYME
Chronographe en métal plaqué or, cadran argenté. A restaurer.
80 ⁄ 120
AUDEMARS PIGUET
Montre de dame en or jaune model ‘Royal Oak N° 4358’, cadran en or avec dix des heures indiquées par des brillants ; mouvement à quartz.
4.500 ⁄ 5.000
75
76
77
AUDEMARS PIGUET
Montre extra-plat en or (poids brut, 60gr), n° 13331, cadran en or, chiffres
romains, aiguilles en acier bleui, bracelet en or en règle.
BAUME & MERCIER
Montre en acier avec cadran noir, mouvement à quartz.
3.000 ⁄ 4.000
1.200 ⁄ 1.500
BELL & ROSS
Modèle ‘Fonction’ en acier, vers 2009.
Cadran argent avec affichage des heures analogique et digitale, chronographe, réveil, second fuseau
horaire, aiguilles Dauphine noir ; mouv ement quartz ; boîtier rond, fond vissé. CBM signés.
D. 38mm.
650 ⁄ 850
Voir la reproduction page suivante
78
BREITLING
‘Chrono Shark auto’ N° 8415.
Cadran bleu, compteur des minutes à 12 heures, des heures à 6 heures, des secondes à 9 heures,
dateur à 3 heures, aiguilles en acier, lunette tournante ; boîtier et bracelet en acier. CBM signés. Avec
étui et papiers d’origine.
D. 41mm.
1.500 ⁄ 1.800
Voir la reproduction page suivante
12
72
77
78
86
71
13
79
CARTIER
Montre en or gris et acier, modèle ‘Santos’, automatique, cadran blanc à chiffres arabes.
1.500 ⁄ 2.000
80
CHOPARD
Montre de dame ‘Happy Diamonds’ en or jaune, cadran blanc entouré de cinq brillants et deux
émeraudes mobiles en serti clos ; bracelet en cuir vert. Avec une pointe de réglage et l’écrin de la
marque.
1.500 ⁄ 2.000
81
CHRONOSWISS
Chronographe mono-poussoir en or blanc signée, vers 2010.
Cadran crème avec indication des heures par aiguilles à midi - et grande minute centrale, secondes
à 6 heures,, aiguilles en acier bleui ; mouvement automatique calibre C125 ; boîtier rond avec fond
saphir vissé ; bracelet crocodile avec boucle ardillon en or blanc.
D. 37mm. Poids brut 96.8gr. Avec son écrin et ses papiers d’origine.
6.000 ⁄ 7.000
82
DARNE
Montre chronomètre - chronographe breveté en acier, et quatre autres dont une ‘Albion super datomatic’ 1977.
50 ⁄ 80
83
EBEL
Montre carrée en or jaune avec bracelet en lézard noir, vers 1950.
84
EBEL
Dame, ‘Classic Lady mini’ en or jaune et diamants. Cadran doré serti de diamants, boîtier en or
jaune de 18 carats ; carrure, lunettes et bracelet ‘Vagues’ sertis de diamants ronds. Mouvement à
quartz.
Poids brut 67gr.
7.000 ⁄ 8.000
85
ETERNA
Homme en or jaune de 73gr. brut ; cadran satiné, quantième par guichet, à 6 heures,
bracelet tressé avec deux maillons de rechange.
1.500 ⁄ 2.000
86
HEUER
Chronographe modèle ‘Calculator’, vers 1970.
Cadran bleu avec deux compteurs, dateur à 6 heures, aiguilles luminescentes ; mouvement automatique à micro rotor ; boîtier rond, fond vissé, couronne à gauche, lunette tournante bidirectionnelle ; bracelet en acier avec boucle déployant signé.
D. 34mm. CBM signés.
1.400 ⁄ 1.800
87
HEUER
Modèle ‘Jarama’ en acier, vers 1970.
Cadran or avec deux compteurs, dateur à 6 heures ; mouvement à micro rotor ; boîtier de forme
tonneau, fond vissé, lunette or striée ; bracelet en crocodile avec boucle ardillon en métal doré.
D. 399mm. CBM signés.
Voir les reproductions page suivante
800 ⁄ 900
1.200 ⁄ 1.500
88
HEUER
Automatic, chronographe cadran noir. 1997.
89
IWC
Montre automatique en acier, ‘Universal Time Coordinated T2C’. Cadran noir, chiffres arabes, trotteuse au centre, bracelet en acier tressé. 2007. Avec certificat et son écrin blanc signé.
2.500 ⁄ 3.000
90
JAEGER-LECOULTRE
Montre de dame en or jaune duo-plan N° 105621, vers 1950.
Voir les reproductions page suivante
14
800 ⁄ 1.200
87
90
90
91
87
91
JAEGER-LECOULTRE
Montre de dame en or jaune N° 145572, vers 1950
300 ⁄ 400
Voir la reproduction ci-dessus
92
JEAN d’EVE
Montre ‘Sectora’ en or, cadran noir, minutes avec ‘fly-back’, quantième par guichet, mouvement
rond électrique. 1987. Avec étui, écrin et garantie
3.000 ⁄ 3.500
15
93*
LANGE & Sohne
Montre homme en or jaune (en règle) à quantième, signé ‘A. Lange & Sohne Glashütte I/SA’, vers 2.000.
Cadran argenté avec échelles pour l’heure et les minutes à 9 heures, secondes à 5 heures, réserve de
marche de 2 à 4 heures, quantième par double guichet ; mouvement à trois quart de platine en acier,
échappement à ancre, cinquante trois rubis, cinq ajustements ; boîtier en or jaune uni ; bracelet en
crocodile de Gerald Genta ; boucle, mouvement cadran et boîtier signés de Lange.
8.000 ⁄ 9.000
D. 35mm. Avec son étui d’origine signé.
94
LECOULTRE
Montre-réveil en plaqué or avec cadran argenté à double échelle, centre noirci mobile avec index
pour le réveil, chiffres arabes et bâtons, aiguilles dorées, trotteuse au centre, bracelet noir. Vers 1950.
Voir la reproduction page suivante
95
800 ⁄ 900
LECOULTRE
Montre-réveil en plaqué or avec cadran argenté à double échelle, centre mobile avec index pour le
réveil, chiffres arabes et bâtons, aiguilles dorées, trotteuse au centre, bracelet cuir. Vers 1950.
Voir la reproduction page suivante
800 ⁄ 900
96
LIP
Deux montres électriques et une à quartz.
97
OMEGA,
Modèle ‘De Ville’, dame, en or jaune, c.1970.
Boîtier de forme tonneau en or jaune 18 carats, cadran doré, index appliqués et aiguilles bâtons, sur
bracelet cuir. Mouvement mécanique à remontage manuel, calibre 620.
Cadran, boîtier et mouvement signés.
22 x 24 mm. Poids brut :18 g.
150 ⁄ 200
50 ⁄ 80
Voir la reproduction page suivante
98
OMEGA,
Montre de dame, boîtier de forme tonneau en or jaune 18 carats, cadran beige, index appliqués
et aiguilles bâtons ; mouvement calibre 620, échappement à ancre, trous en rubis ; bracelet en or
semi- rigide, cadran, mouvement, boîtier et boucle signé.
400 ⁄ 500
Poids sans le mouvement 47gr.
Voir la reproduction page suivante
99
100
OMEGA
Montre de dame, boîtier rond, chiffres bâton, bracelet en or.
Poids brut 27gr. Avec son écrin en cuir rouge souple de la marque.
1.100 ⁄ 1.200
OMEGA
Montre en or de 67.5 gr. brut, mouvement rond, boîtier carré avec couvercle tressé assorti avec le
bracelet. N° 249872.
2.000 ⁄ 2.500
101
OMEGA
Montre d’ homme en acier automatique, cadran argenté, chiffres romains, bracelet cuir gris. Années
1950.
Voir la reproduction page suivante
102
400 ⁄ 500
OMEGA
Chronographe ‘Chronostop’ en acier, vers 1970.
Cadran bleu, chiffres ‘bâtons’ appliqués, trotteuse orange ; boîtier tonneau, fonds vissé, remontage
à 4 heures. CBM signés.
800 ⁄ 1.200
D. 35mmm.
Voir la reproduction p. 19
16
94
95
97
17
98
101
103
PATEK PHILIPPE
Boîtier de forme tonneau en or jaune N° 288964, lunette cannelée, cadran or jaune, chiffres arabes ;
mouvement rond à demi-platine signé ‘Patek Philippe & Cie Genève N° 201266’, échappement à
ancre type ‘moustache’, levées en rubis ; bracelet ‘Louisiane’ en crocodile. Fabriquée en 1922 et
vendue le 6 novembre 1924.
7.500 ⁄ 8.000
n
104
Avec certificat.
Voir la reproduction page suivante
ROLEX
Dame, ‘Lady-Datejust’ en or jaune, automatique, cadran noir, lunette cerclée de diamants, chiffres
sertis de brillants, bracelet orné de deux lignes de brillants.
Poids brut 120.6 gr.
18.000 ⁄ 20.000
105
106
ROLEX
Dame, ‘Oyster perpetual’ en or jaune, poids brut 56gr.
5.000 ⁄ 6.000
ROLEX
‘Oyster speedking’ en acier. Cadran argenté, chiffres bâton, trotteuse au centre, boîtier et bracelet
en acier.
1.200 ⁄ 1.500
107
ROLEX
‘Oyster Lipton’ en acier, vers 1940.
Cadran en deux tons crème et argent, secondes à 6 heures, chiffres arabes appliqués, aiguilles en or ;
boîtier rond avec coronne et fond vissé.
D. 30mm. CBM signés.
1.200 ⁄ 1.500
Voir la reproduction page suivante
108
TAG HEUER
Modèle pour homme ‘Formula 1’ en acier, cadran noir, bracelet en caoutchou, mouvement à
quartz, cadran, boîtier, bracelet et boucle signés.
200 ⁄ 300
109
TAG HEUER
Modèle ‘Monaco’, chronographe en acier, vers 2009.
Cadran noir avec trois compteurs, secondes à 3 heures, totalisateur à 6 heures, minutes à 9 heures ;
mouvement automatique ; boîtier carré en acier ; bracelet crocodile avec boucle deployante an acier
signée.
40 x 40mm. CBM signés.
2.000 ⁄ 3.000
Voir la reproduction page suivante
110
TAG HEUER
Modèle ‘Carrera’, chronographe en acier, vers 1997.
Cadran noir avec trois compteurs, secondes à 9 heures, totalisateur des à 6 heures, 30 minutes à 3
heures ; mouvement automatique ; boîtier et poussoirs ronds; bracelet cuir avec boucle ardillon en
acier signée.
1.800 ⁄ 2.000
D. 36mm. CBM signés.
Voir la reproduction page suivante
111
TIRET
Grande montre de dame automatique à quantième signée ‘Debonair Tiret New York Swiss made,
N° 00454’. Cadran noir avec décor de fleurs en émail blanc, aiguilles en acier poli, quantième par
guichet ; boîtier carré en acier poli, la lunette sertie de brillants ; mouvement en acier ; bracelet en
cuir blanc.
6.000 ⁄ 7.000
112
TISSOT, chronographe en acier PR516, vers 1970.
Cadran noir avec deux compteurs, lunette rouge et blanche avec échelle tachymétrique ; boîtier
tonneau, fond vissé. D. 36mm. CBM signés.
Voir la reproduction p. 21
18
800 ⁄ 1.200
102
103
107
109
19
110
113
VAN CLEEF & ARPELS
Montre pour femme en or et bois, vers 1970.
Cadran noir, aiguilles bâtons, lunette or et bois ; boîtier coussin, anses type ‘Vendôme’ ; bracelet
cuir avec boucle ardillon.
1.000 ⁄ 1.500
D. 26mm. CBM signés. Poids brut 22.5gr.
Voir la reproduction page suivante
114
VAN CLEEF & ARPELS
Automatique en or et bois, vers 1970.
Cadran brun, aiguilles bâtons, en or lunette or et bois ; boîtier coussin, anses type ‘Vendôme’ ;
bracelet crocodile avec boucle ardillon en or signée ‘VCA’.
1.400 ⁄ 1.800
D. 32mm. CBM signés.
Voir la reproduction page suivante
115
ZENITH
Homme en or, poids brut 80.5 gr, cadran en or guilloché, chiffres arabes et bâtons, boîtier rectangulaire, mouvement quartz, bracelet en or.
1.500 ⁄ 1.800
116
ZENITH
Chronographe ‘Rainbow’ en acier ; vers 2.000.
Cadran noir avec trois compteurs, dateur entre 4 et 5 heures, aiguilles luminescente, lunette tournante ; mouvement automatique avec ‘flyback’ ; boîtier rond, couronne, poussoirs et fond vissés ;
bracelet en acier avec double boucle déployante, signé.
2.500 ⁄ 3.000
D. 40mm. CBM signés.
Voir la reproduction ci-dessous
116bis
117
Lot de montres quartz.
118
Six montres mécaniques.
40 ⁄ 60
Quatres montres de femme, dont une ‘Badu’ en or, et un boîtier vide avec bracelet.
100 ⁄ 200
200 ⁄ 300
116
20
112
113
114
112
21
113
114
MONTRES DE POCHE
119
Montre à verge, dite ‘oignon’, à réveil en argent signée ‘Gosselin à Paris’, vers 1700.
Cadran en émail blanc (fêlures et accident), avec disque de réveil en laiton doré au centre, chiffres
romains pour les heures, arabes pour le réveil, manque l’aiguille ; mouvement en laiton doré, disque
de régulateur en argent, coq ajouré et gravé, échappement à verge, barillet de réveil gravé, piliers
coniques ; boîtier en argent repercé et gravé.
1500 ⁄ 2.000
D. 49mm.
Voir la reproduction page suivante
120
Montre à verge, dite ‘oignon’, à répétition en argent signée ‘Fremery à Saumur’, vers 1700.
Cadran en argent gravé en relief, chiffres romains pour les heures, arabes pour les minutes, deux
aiguilles découpées en fer; mouvement en laiton doré, disque de régulateur en argent avec pont en
‘moustache’, raquette en acier bleui, coq ajouré et finement gravé, échappement à verge, piliers
‘égyptiens’, sonnerie sur timbre par un marteau ; boîtier en argent uni et repercé avec gravure
autour des trous.
2.000 ⁄ 3.000
D. 59mm.
Voir la reproduction page suivante
121
Montre à verge en argent signée ‘Ch[arles]s Le Roy à Paris’, vers 1735.
Cadran en émail blanc (accident), chiffres romains pour les heures, arabes pour les minutes,
aiguilles en laiton doré et ajouré ; mouvement en laiton doré, coq ajouré et gravé en argent, disque
de régulateur en argent, échappement à verge, piliers carrés en argent, pourtour de la platine arrière en argent ; boîtier en argent uni.
D. 51mm. Avec une clé en argent en forme de tête de cheval.
800 ⁄ 900
Voir la reproduction page suivante
122
Montre à verge en argent signée ‘J. Woodford London 8960’, milieu du XVIIIe siècle.
Cadran en émail blanc à arcades (fêlures), chiffres romains pour les heures, arabes pour les minutes,
aiguilles en laiton doré ajouré ; mouvement en laiton doré, coq à pont ajouré et gravé, disque de
régulateur en argent, échappement à verge, piliers carrés ; boîtier en argent uni, double boîtier en
argent gravé et repoussé.
600 ⁄ 800
D. 50mm.
Voir la reproduction page suivante
123
Montre à verge en argent signée ‘Worke London 21466’, milieu du XVIIIe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains pour les heures, aiguilles en laiton doré ajouré (cadran et
aiguilles postérieurs) ; mouvement en laiton doré, coq à pont ajouré et gravé, disque de régulateur
en argent, échappement à verge, piliers carrés ; boîtier en argent uni, double boîtier en argent gravé
et repoussé.
D. 50mm.
400 ⁄ 500
Voir la reproduction page suivante
22
119
120
122
121
123
23
124
Montre à verge en or émaillé signée ‘F[erdinan]d Berthoud à Paris’, troisième quart du XVIIIe
siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aguilles en laiton doré ajouré ; mouvement en laiton doré,
disque de régulateur en argent, échappement à verge, piliers cylindriques ; boîtier en or décoré de
fleurs et feuillages en émail bleu, vert et blanc, le fond guilloché et orné de Cupid tirant à l’arc.
D. 40mm.
800 ⁄ 1.000
Voir la reproduction page suivante
125
Montre à verge en argent signée sur le cadran ‘Muller fils à Rouen’ et sur le mouvement , ‘Foissey
Sauvages à Boulogne s/M’, vers 1800.
Cadran en émail blanc (accidents), chiffres arabes, aiguilles en laiton (accident) ; mouvement en laiton doré, disque de régulateur en argent, coq ajouré et gravé, échappement à verge, piliers carrés;
boîtier en argent uni.
D. 56mm.
150 ⁄ 200
Voir la reproduction page suivante
126
Montre à verge en argent signée ‘Hycinthe Lapret à Paris N° 407’, vers 1800.
Cadran en émail blanc (accidents), chiffres arabes, aiguilles en laiton ; mouvement en laiton doré,
disque de régulateur en argent, coq ajouré, échappement à verge, piliers cylindriques ; boîtier en
argent uni.
D. 44mm.
120 ⁄ 150
127
Montre à verge en argent, début du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc (fêlures), chiffres arabes, aiguilles en laiton ; mouvement en laiton doré,
disque de régulateur en argent, coq ajouré et gravé, échappement à verge, piliers cylindriques; boîtier en argent uni.
D. 52mm.
120 ⁄ 150
Voir la reproduction page suivante
128
Montre à verge en argent, début du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes, aiguilles en laiton ; mouvement en laiton doré, disque de
régulateur en laiton, coq ajouré et gravé, échappement à verge, piliers carrés; boîtier en argent uni.
D. 52mm
300 ⁄ 400
129
130
Montre à verge en argent, début du XIXe siècle.
D. 47mm.
1.000 ⁄ 1.500
Montre à verge signée ‘Leroux à Bourgueil’, vers 1810.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement en laiton
doré, disque de régulateur en argent, échappement à verge, piliers cylindriques, boîtier guilloché.
D. 43mm.
400 ⁄ 500
131
Montre à verge en argent à quantième signée ‘Morton London 24388’, le boîtier portant les
poinçons de Londres pour 1812/13.
Cadran en émail blanc (petit accident), chiffres romains pour les heures, arabes pour les minutes et
le quantième, aiguilles en laiton ; mouvement en laiton doré, coq à pied ajouré et gravé, disque de
régulateur en argent, échappement à verge, piliers cylindriques, câche- poussière ; boîtier
(N° 24388) et double boîtier en argent uni.
D. 64mm.
500 ⁄ 600
24
173
124
125
131
127
25
N I C O L A S M AT T H I E U R I E U S S E C 1 7 8 1 - 1 8 5 2
132
Montre à cylindre en or avec cadran excentré signée ‘Rieussec Hor[lo]ger du Roi à Paris N°1656’,
vers 1820.
Cadran guilloché et argenté, cercle d’heures excentré vers le bas, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ ;
mouvement à ponts, barillet, échappement à cylindre, balancier simple en laiton ; boîtier en or
guilloché.
D. 41mm.
300 ⁄ 400
Voir la reproduction page suivante
133
Chronographe encreur signé ‘ Rieussec H[orlo]ger du Roi Chronographe par B[rev]et d’Invention
A Paris Rue N[euv]e des P[etit]s Champs 13’, vers 1822.
Cadran tournant de forme annulaire en émail blanc, divisé en cinquièmes de seconde, et numéroté
par groupes de 5 secondes, monté sur une plaque en laiton; totaliseur de dix minutes par guichet ;
contrôles par poussoirs pour marche/arrêt et bras encreur en acier, bouton tournant manuel avec
cliquet pour le totalisateur ; mouvement à double platine, grand barillet, échappement à cylindre,
balancier simple en laiton, remontage par derrière ; boîtier en acajou (accidents).
80 x 108mm.
3.000 ⁄ 4.000
n En 1817, l’horloger parisien N. M. Rieussec devient Horloger du Roi ; en 1822 il demande un
brevet pour son chronographe-encreur, qui fut délivré le 9 mars. L’instrument a été imaginé pour
enregistrer les temps de parcours des chevaux dans les courses. Un mois avant, le 9 février 1822,
Fréderic Louis Fatton a reçu un brevet en Angleterre pour une montre ‘by which the time of the
day, the progress of the celestial bodies, as well as carriages, horses or other animals may be correctly ascertained’. Fatton avait travaillé pendant deux ans avec Breguet sur la réalisation de cette
montre (voir notre vente du 16 juin 2005 lot 158 ; Breguet chez Chayette N° 150, p. 166). D’après
H. Chaponnière ; Le Chronographe et ses applications, Bienne & Besançon 1924, p. 84, la seule
différence entre les deux machines fut que celle de Breguet/Fatton posséde ‘une aiguille mobile sur
un cadran fixe, tandis que le dispositif imaginé par Rieussec prévoyait une aiguille fixe au-dessus
d’un cadran mû par un mouvement uniforme de rotation’, ce qui est le cas pour notre exemplaire. A qui doit être attribué le mérite de l’invention reste, pour l’instant, incertain, mais il semble
que c’est bien Rieussec qui a inventé le mot ‘chronographe’. Appareil de toute rareté, peut-être le
tout premier chronographe, dont on ne connaît qu’un seul autre exemplaire qui se trouve au
Musée International d’horlogerie, La Chaux de Fonds.
Voir la reproduction page suivante
26
132
133
27
BREGUET
134
‘Garde temps de poche’, simple, en argent signé ‘Breguet Hor[lo]ger de la Marine Royale N°4365’,
‘Vendue à C[apitai]ne Doret le 7 mars 1827’.
Cadran argenté signé ‘Breguet et Fils’, chiffres romains, secondes à 12 heures, aiguilles ‘Breguet’ en
acier bleui; mouvement en laiton doré à platine entière, échappement à détente de type Earnshaw,
balancier compensé de type Earnshaw à deux bras, spiral hélicoïdal en acier bleui avec courbe
terminale, fusée avec chaîne ; cuvette en laiton doré, signée, boîtier en argent uni par Joly avec
charnières en or.
D. 58mm.
Boîtier d’origine numéroté 493 et 4365, avec couvercle d’inspection et montures en laiton.
93 x 103 x 51mm.
12.000 ⁄ 15.000
Louis Isaac Pierre Hilaire Doret (1789-1866) est né en Charente-Inférieure. Déjà enseigne de
vaisseau en 1812, il propose à Napoléon en 1815 de le transporter aux Etats-unis sur un chassemarée. Sa carrière brisée par cet acte, il passe dans la marine marchande avant d’être réintégré
dans la marine royale après la révolution de juillet 1830. Après une carrière active et distinguée,
il prend sa retraite, mais en 1849 il est nommé Gouverneur de la Réunion (l’Ile Bourbon). Le 4
mars 1853, il reçoit la dignité de sénateur.
n
Voir les reproductions
28
29
135
Trois montres en argent dont deux à verge.
136
Montre à verge à réveil en argent signée ‘Vaucher frères N° 1272’, début du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes, aiguilles en laiton ; mouvement en laiton doré, disque de
régulateur en argent, échappement à verge, piliers cylindriques, sonnerie sur timbre ; boîtier en
argent uni, carrure cannelée.
D. 53mm.
100 ⁄ 150
200 ⁄ 300
137
Montre à verge signée ‘Roux Bordier & Cie’, vers 1820.
Cadran en émail blanc avec échelle d’heures excentrée, chiffres arabes, aiguilles ‘Breguet’ en acier
bleui ; mouvement en laiton doré, balancier orné de strass placé au centre, échappement à verge,
piliers cylindriques, boîtier postérieur en argent, vitré sur les deux faces, carrure cannelée.
D. 52mm.
300 ⁄ 400
Voir la reproduction page suivante
138
Montre à verge signée ‘ Gillet ainé à Clermont N° 4369’, vers 1820.
Cadran en or guilloché avec échelle d’heures au centre entouré d’un guirlande de fleurs appliquée
en ors de deux couleurs, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement en laiton
doré, échappement à verge, piliers cylindriques, boîtier guilloché.
D. 45mm.
600 ⁄ 800
Voir la reproduction page suivante
139
Montre de col savonnette en or avec échappement à verge, et boîtier guilloché et émaillé.
D. 33mm. Vers 1820
200 ⁄ 300
Voir la reproduction page suivante
140
Montre à cylindre en or à répétition des quarts, vers 1830.
Cadran argenté avec le centre guilloché, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en or; mouvement
suspendu, barillet, échappement à cylindre, quatre trous en rubis, répétition sur gong par deux marteaux ; boîtier en or guilloché.
D. 53mm.
800 ⁄ 1.200
Voir la reproduction page suivante
141
142
Montre en argent à répétition des quarts, à restaurer.
D. 53mm.
700 ⁄ 900
Montre à cylindre extra-plat en or signée ‘D. Bachelard & fils 15514 Genève’, vers 1830.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en laiton ; mouvement à ponts extraplat en laiton doré, huit rubis, échappement à cylindre, balancier simple en laiton, barillet ; boîtier
en or finement gravé de feuillages, lunette et bélière gravées.
D. 41mm. Avec sa clé et un verre de rechange, le tout contenu dans son étui d’origine doré avec la
signature.
800 ⁄ 1.200
143
Montre à cylindre en or à répétition signée ‘Coutterez-Brazier à Lyon N° 3144’, vers 1830.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en or; mouvement suspendu, barillet,
échappement à cylindre empierré, quinze trous en rubis, répétition sur gong par deux marteaux ;
boîtier en or guilloché.
D. 49mm.
800 ⁄ 1.200
Voir la reproduction page suivante
30
138
137
139
143
140
31
144
Montre à verge signée ‘Chevrier Davau à Angers N° 18426’, deuxième quart du XIXe siècle.
Cadran en or guilloché avec échelle d’heures au centre entouré d’un guirlande de fleurs appliquée
en ors de deux couleurs, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement en laiton
doré, échappement à verge, piliers cylindriques, boîtier guilloché.
D. 45mm.
600 ⁄ 800
145
Montre à verge avec cadran excentré et heures par guichet, deuxième quart du XIXe siècle.
Cadran en argent guilloché, heures par guichet avec chiffres arabes à 12 heures, cadran excentré
pour les minutes, aiguille en acier bleui ; mouvement en laiton doré, échappement à verge, piliers
cylindriques, boîtier en argent guilloché portant le poinçons de Londres pour 1843.
D. 42mm
400 ⁄ 500
146
Montre à ancre en or, vers 1840.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, secondes à 6 heures (manque l’aiguille), aiguilles ‘Breguet’
en laiton ; mouvement à ponts avec treize rubis, barillet, échappement à ancre, balancier compensé ;
boîtier en or, le fond gravé d’un amoureux avec guitare faisant une sérénade à sa préférée.
D. 45mm.
Voir la reproduction page suivante
147
300 ⁄ 350
Montre à cylindre en or à répétition des quarts, vers 1840.
Cadran en émail blanc (fêlures), chiffres romains, aiguilles en laiton ajouré ; mouvement suspendu,
barillet, échappement à cylindre, quatre trous en rubis, répétition sur gong par deux marteaux ;
boîtier en or guilloché. D. 42mm.
700 ⁄ 800
148
Montre à verge en or, vers 1840.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en or; mouvement en laiton doré,
échappement à verge ; boîtier en or guilloché et ciselé.
D. 38mm.
Voir la reproduction page suivante
149
Montre à cylindre en or à répétition des quarts N° 11756, deuxième quart du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en laiton; mouvement en laiton doré,
barillet, échappement à cylindre empierré, huit trous en rubis, répétition sur gong par deux
marteaux ; boîtier en or guilloché et ciselé.
D. 48mm.
Voir la reproduction page suivante
150
800 ⁄ 1.200
Montre à cylindre en or à répétition des quarts, vers 1830.
Cadran en argent guilloché, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ ; mouvement suspendu en laiton
doré, échappement à cylindre en rubis, balancier simple en laiton, répétition sur gong ; boîtier en
or uni.
51mm.
Voir la reproduction page suivante
151
300 ⁄ 400
1200 ⁄ 1500
Montre à cylindre en or à répétition des quarts, vers 1840.
Cadran en émail blanc (fêlures), chiffres romains, aiguilles en laiton ; mouvement à ponts et à demiplatine en laiton doré, échappement à cylindre, balancier simple en laiton, répétition sur gong ;
boîtier en or guilloché et gravé.
D. 47mm.
800 ⁄ 900
152
Montre à ancre en or à secondes indépendantes, signée ‘G[usta]ve Boutry à La Ferté St Jouarre’,
milieu XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles en or, secondes à repos au centre ; échappement
à ponts en laiton doré, barillets indépendants pour les minutes et les secondes, échappement à
ancre, balancier compensé, parachute, levées et vingt trois trous en rubis ; boîtier en or guilloché et
gravé, carrure ciselée.
D. 45mm.
800 ⁄ 1.200
Voir la reproduction page suivante
32
148
146
154
149
152
156
150
33
153
Montre savonnette en argent signée ‘Bautte et Moynier Genève N° 38523’, milieu du XIXe siècle.
Cadran en argent avec centre guilloché, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ;
mouvement en laiton doré, disque de régulateur en argent, échappement à verge, piliers
cylindriques ; boîtier en argent guilloché.
D. 44mm.
200 ⁄ 300
154
Montre de col à cylindre en or guilloché avec décor d’émail noir.
D. 32mm. Milieu du XIXe siècle.
Voir la reproduction p. 33
200 ⁄ 300
155
Montre de col à cylindre en or marquée ‘Pateck N° 7356’, milieu du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, seconde à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement
à ponts à huit rubis, barillet, échappement à cylindre, balancier simple en laiton ; boîtier en or
guilloché.
D. 32mm.
300 ⁄ 500
156
Montre à cylindre en argent, milieu du XIXe siècle.
Cadran en argent guilloché, chiffres romains, aiguilles en or ; mouvement à ponts en laiton doré,
échappement à cylindre, balancier simple en laiton, quatre trous en rubis ; boîtier en argent
guilloché (usé).
D. 48mm.
400 ⁄ 500
Voir la reproduction p. 33
157
Montre savonnette en or à cylindre, milieu du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement à ponts en
laiton doré, barillet, échappement à cylindre, balancier simple en laiton, huit trous en rubis ;
boîtier en or entièrement ciselé de feuillages, carrure cannelée.
D. 36mm.
400 ⁄ 600
Voir la reproduction page suivante
158
Montre de col en or avec échappement à cylindre, huit trous en rubis et boîtier guilloché et ciselé.
D. 33mm.
Voir la reproduction page suivante
159
200 ⁄ 300
Montre de sac en forme de valise en or émaillé, milieu du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains ; aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement à ponts en
forme de cœur, barillet, échappement à cylindre, balancier simple en laiton ; boîtier savonnette en
forme de valise entièrement ciselé avec courroies émaillées ; chaîne avec clé et cachet émaillés.
31 x 22mm.
Voir la reproduction page suivante
700 ⁄ 800
160
Montre pour le marché chinois en métal argenté signée ‘J & P’, milieu du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles en acier bleui, secondes au centre ; mouvement
suspendu en laiton doré entièrement ciselé, barillet, échappement à ancre, balancier simple en acier ;
boîtier en métal argenté uni.
D. 55mm.
400 ⁄ 500
161
Montre à cylindre en or signée ‘Ricaid à Paris 1840.
Cadran argenté et guilloché, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier ; mouvement plat à ponts,
échappement à cylindre ; boîtier guilloché et gravé de fleurs.
D. 38mm.
400 ⁄ 500
Voir la reproduction page suivante
162
Montre de col en or à cylindre signée ‘L. A. Cunie à Genève’, boîtier guilloché.
D. 30mm.
163
Montre à ancre de type ‘Régulateur’ en métal argenté et doré ; cadran en laiton ciselé avec chiffres
romains sur cartouches en émail.
D. 68mm.
200 ⁄ 250
34
150 ⁄ 200
157
158
167
159
161
168
170 bis
35
164
Montre à ancre de type ‘Régulateur’ en métal chromé avec cadran décoré d’un bateau.
165
Petite montre style régulateur en métal chromé et acier à quantième (à restaurer) et une petite
montre savonnette en acier type ‘Hebdomas’ huit jours.
250 ⁄ 300
200 ⁄ 300
166
167
Montre pour le marché chinois en métal argenté, troisième quart du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles en acier bleui, secondes au centre ; mouvement
suspendu en laiton doré entièrement ciselé, barillet, échappement duplex, balancier simple en acier;
boîtier en métal argenté uni.
D. 55mm.
300 ⁄ 400
Montre à cylindre en or, vers 1870.
D. 42mm.
300 ⁄ 400
Voir la reproduction p. 35
168
Montre à cylindre en or signée ‘Lequesne à Rouen N° 2056’, troisième quart du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles en acier bleui ; mouvement à ponts, barillet,
échappement à cylindre, balancier simple en laiton, remontage et mise à l’heure au pendant ;
boîtier en or guilloché et gravé.
D. 46mm.
900 ⁄ 1.200
n Pour la mise à l’heure, on pousse une glissière sur la carrure vers 12 heures avant de tourner la
couronne.
Voir la reproduction p. 35
169
170
170bis
Montre à cylindre marqué ‘Avertisseur Electrique Breveté SGDG’, vers 1880.
Cadran en émail blanc, échelles en noir et rouge, chiffres romains pour les heures, arabes pour les
minutes, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui, une tige d’acier prolonge l’aiguille des minutes
pour faire contact avec une deuxième tige, plus courte, placée à l’intérieur de la lunette qu’on puisse
tourner ; mouvement en laiton doré, échappement à cylindre, balancier simple en laiton, remontage au pendant ; boîtier en métal poli.
D. 47mm.
150 ⁄ 200
Montre de col en or à cylindre signée ‘Hautelocque Thomas à Nevers’, boîtier guilloché et gravé
d’un monogramme (usé). Fin du XIXe siècle.
D. 30mm.
150 ⁄ 200
Montre à ancre en or signée ‘E Thomas H[orlo]ger de la Marine d’Etat, 10 Rue de la Boetie Paris
N° 47039’, vers 1880.
Cadran en or guilloché, chiffres arabes, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement à
demi-platine et ponts, échappement à ancre, levées en rubis, balancier compensé, remontage au
pendant ; boîtier en or, le fond à décor rayonnant, carrure cannelée.
D. 50mm.
1.200 ⁄ 1.500
Voir la reproduction p. 35
171
Montre à ancre à 24 heures ; montre à affichage digital à restaurer et quatre autres pièces.
172
Montre de col en or à cylindre signée ‘G. Sandoz Horloger de la Marine, Palais Royal 147, Paris,
boîtier uni avec monogramme appliqué. Fin du XIXe siècle.
D. 34mm.
200 ⁄ 250
80 ⁄ 120
Voir la reproduction page suivante
173
Montre à temps multiples signée ‘The Normal Watch’, suisse, fin du XIXe siècle.
Cadran en émail blanc avec six petits cadrans pour Tunis, St Petersbourg, Europe Centrale, Port
Saïd, Tanger, secondes, disposés autour d’un cadran central pour Paris, avec un petit décor en or ;
mouvement à ponts et à demi-platine en laiton, échappement à ancre, balancier compensé, remontage
au pendant ; boîtier en acier uni, bélière en laiton.
D. 50mm.
300 ⁄ 400
Voir la reproduction page suivante
Une montre identique est illustrée dans Jean-Claude Sabrier & George Rigot, Steel Time,
Geneva 2005, p. 129.
n
36
172
173
178
177
174
180
182
37
174
Montre en argent niellé à décor (usé) de feuillages autour d’un lion tenant un blason en or gravé
d’un monogramme ‘SS’, signée ‘Saxonia’, vers 1900.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, secondes à 6 heures, aiguilles en laiton doré ; mouvement
à demi-platine en laiton doré, échappement à ancre, balancier compensé, levées empierrées, remontage
au pendant (manque la couronne).
120 ⁄ 150
D. 48mm.
Voir la reproduction p. 37
175
Deux montres de col en or dont une à clé, l’autre à décor de pivoines, et une montre-bracelet de
dame en métal plaqué avec décor d’émail.
80 ⁄ 120
176
177
Montre boutonnière en acier, vers 1900.
300 ⁄ 400
Montre en argent niellé à décor d’une scène de course de carrosses (usures), signée ‘Tavannes Watch
C°’, vers 1900 .
Cadran en émail blanc, chiffres romains, secondes à 6 heures, aiguilles en laiton ; mouvement à
demi-platine en laiton, échappement à ancre, balancier compensé, levées empierrés, remontage au
pendant. A réviser.
100 ⁄ 150
D. 49mm.
Voir la reproduction p. 37
178
Montre en argent niellé d’arabesques symétriques autour d’un blason en or gravé d’un monogramme
‘JC’, nom du revendeur ‘G. Lemercier Langres’, fin du XIXe siècle .
Cadran en émail blanc (fêlures), chiffres arabes, secondes à 6 heures, aiguilles en laiton ; mouvement à demi-platine en laiton, échappement à ancre, balancier compensé, levées empierrés, remontage
au pendant.
150 ⁄ 180
D. 48mm.
Voir la reproduction p. 37
179
180
150 ⁄ 200
Cinq montres à cylindre en argent en règle.
Montre de col, de forme boule, en or jaune ciselé et sertie de demi-perles, cadran en émail blanc,
chiffres arabes en bleu et rouge.
600 ⁄ 800
D. 18mm.
Voir la reproduction p. 37
181
Lourde montre anglaise en argent à ancre latérale avec boîtier en argent uni, gravé, portant les poinçons
de Birmingham pour 1904 et une montre Waterbury, série J, en métal.
200 ⁄ 300
182
Montre à ancre savonnette extra-plat en or signée ‘C. H. F. Tissot & Fils Locle 348221’, début XXe
siècle.
Cadran en or, chiffres arabes, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement à pont et à
demi-platine, échappement à ancre, balancier compensé, seize rubis, cinq ajustements ; boîtier en
or uni gravé d’un monogramme ‘SR’.
D. 48mm.
Voir la reproduction p. 37
183
800 ⁄ 1.200
Montre de col en or à cylindre signée ‘Crucifix 21 Bd Sebastapol Paris’, avec boîtier gravé d’un
monogramme ‘CA’.
D. 30mm.
150 ⁄ 200
184
Montre à ancre en argent signée ‘Cyma’ avec boîtier ciselé en relief de fleurs et de feuillages ‘Art
nouveau’.
D. 50mm.
150 ⁄ 200
38
187
188
185
Montre savonnette en or à répétition des minutes signée ‘Haas neveux & Cie Genève Paris’, début
XXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes (minutes en rouge), secondes à 6 heures, aiguilles en laiton
doré ajourées ; mouvement à ponts en acier poli, échappement à ancre, balancier compensé, remontage
et mise à l’heure au pendant, répétition par glissière sur la carrure par deux marteaux sur gong ;
boîtier savonnette en or uni gravé d’un monogramme ‘T’.
1.200 ⁄ 1.800
D. 47mm.
186
Montre à ancre savonnette en argent signée ‘Moeris’, commémorant la Fête Fédérale de Gymnastique
Lausanne 1909.
200 ⁄ 300
D. 48mm.
187
Montre savonnette à ancre avec boîtier en plaqué or signé ‘Illinois Watch Case Co Elgin USA’.
Début XXe siècle.
120 ⁄ 150
Voir la reproduction ci-dessus
188
Montre à verge en or signée ‘Patek Philippe & Cie, Genève N° 187994’, 1917.
Cadran doré, chiffres arabes, secondes à 6 heures, aiguilles en acier bleui ; mouvement empierré à
demi-platine et ponts en laiton doré, échappement à ancre de forme ‘moustache’, balancier
compensé, remontage au pendant ; boîtier en or uni (rayé).
1.500 ⁄ 1.800
D. 49mm.
n Montre vendue le 22 mars 1921. Avec son extrait des registres du 28 septembre 2007
Voir la reproduction ci-dessus
189
Deux montres à 24 heures dont une en argent marquée ‘Fabrication spéciale’ avec boîtier décoré
d’une scène de labour, l’autre en métal poli.
100 ⁄ 200
39
190
190
191
Montre savonnette en or ‘Omega’, début du XXe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains pour les heures, arabes, en
rouge, pour les minutes, secondes à 6 heures, aguilles en or ; mouvement
à trois quarts de platine en laiton doré, échappement à ancre, levées en
rubis, remontage et mise à l’heure au pendant : boîtier savonnette en or
monogrammé ‘BC’.
D. 51mm.
300 ⁄ 400
Voir la reproduction ci-dessus
191
Montre savonnette en or en règle signée ‘Longines 1834499’, années
1920.
Cadran en email blanc, chiffres romains pour les heures, arabes pour les
minutes, secondes à 6 heures, aiguilles en laiton doré; mouvement à
demi-platine, échappement à ancre, balancier compensé, remontage et
mise à l’heure au pendant ; boîtier en or uni, le couvercle gravé d’une
scène lacustre avec décor de fleurs appliqué.
D. 50mm.
800 ⁄ 900
Voir la reproduction ci-dessus
192
Montre à ancre en acier avec sa chaîne signée ‘Jaeger-Lecoultre Fabriqué
en Suisse’.
D. 47mm. Avec son écrin.
300 ⁄ 400
193
Montre de sac ‘Ermetoscope’ à quantième, de Movado, gainée de cuir
noir, avec son écrin rouge et noir.
500 ⁄ 800
199
40
MONTRES DE CARROSSE
194
Montre de carrosse à répétition des heures et des quarts, vers 1800.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui ; mouvement de montre
à verge en laiton doré avec disque de régulateur en argent, répétition sur gong par tirage ; boîtier
octogonal en laiton.
D. 108mm.
500 ⁄ 600
195
Montre de carrosse à répétition des heures et des quarts munie d’un mouvement de montre à verge
signé ‘Gudin à Paris N° 381’ (antérieur), vers 1800.
Cadran en émail blanc, chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui, lunette en bronze doré
ciselé de feuilles d’acanthe ; mouvement de montre à verge en laiton doré, disque de régulateur en
argent, répétition par tirage sur timbre ; boîtier en bronze doré uni numéroté 900, carrure cannelée.
D. 101mm.
700 ⁄ 800
196
Montre de carrosse à répétition des heures et des quarts, signée ‘Terrault’ sur le cadran, munie d’un
mouvement de montre à verge signé ‘Bartholony à Paris N° 1194’ (antérieur), vers 1800.
Cadran en émail blanc, chiffres arabes, aiguilles ‘Breguet’ en acier bleui, lunette en bronze doré
guilloché; mouvement de montre à verge en laiton doré, disque de régulateur en argent, répétition
par tirage sur timbre; boîtier en bronze doré, carrure et lunette cannelées.
D.102mm.
800 ⁄ 900
HORLOGERIE éL ECT RIQUE
197
Caisse et mouvement d’un chronomètre de marine de deux jours de réserve de marche, le cadran et
le coffret signés ‘Breguet N° 2198’, le mouvement adapté, par l’enlèvement du ressort moteur, le
balancier, son spiral et d’autres pièces, à une fonctionnement par l’électricité, trois relais ayant été
montés sur la caisse et deux contacts sur le mouvement ; coffret en acajou en parfait état avec
suspension à cardan, couvercle d’inspection, et sa clé à cliquet.
162 x 162 x 165mm
1.200 ⁄ 1.500
Il est probable que cet instrument fut réalisé dans les ateliers Breguet soit comme une pendule
esclave, soit pour les recherches en électricité de Louis Clément Breguet.
n
Voir la reproduction p. 42
198
Caisse et mouvement d’un régulateur électrique (sans balancier), Angleterre, premier moitié du XXe siècle.
199
Montre-bracelet électrique en or signée ‘Lip Electronic’, vers 1958.
Cadran en or guilloché, chiffres ‘bâtons’, aiguilles en or, trotteuse au centre ; mouvement à double
pile avec ‘stator’, contact par bobine fixe, balancier muni d’une tige de fer ; boîtier en or uni ;
bracelet en cuir signé ‘Jaz Paris’.
700 ⁄ 800
1.200 ⁄ 1.500
Voir la reproduction page précédente
41
n
Commencé par Dargier de St
Vaulry, le développement de cette
montre fut continué entre 1948 et 1958
par le département technique, dirigé
par G. J. H. Laviolette, de la société
Lip. Le R27 fut la première montre
électrique fabriquée en Europe, la
deuxième au monde. Trois modèles
furent produits, le ‘Cosmic’ avec
cadran lisse, le ‘Vanguard’ présenté ici,
avec cadran décoré, et le ‘Jupiter’ avec
boîtier en acier.
200
Mouvement d’une montre électrique à
quantième signé ‘Zodiac Ltd 91’, et une
montre bracelet en plastique gris et
acier, ‘Utmost Talking’ watch.
100 ⁄ 200
197
PENDULETTES
201
Pendulette de cheminée en métal émaillé et repoussé muni d’un mouvement de montre à cylindre,
Autriche, XIXe siècle.
800 ⁄ 900
Voir la reproduction page suivante
202
203
Réveil de voyage dépliante en laiton et métal chromé.
14 x 15cm.
50 ⁄ 60
Pendulette de voyage à réveil en laiton, cadran blanc signé ‘Delomel-Leroy Calais’, échappement à
cylindre.
H. 113mm
150 ⁄ 200
204
205
Pendulette de voyage à réveil en laiton, cadran blanc, échappement à cylindre.
H. 108mm.
150 ⁄ 200
Pendulette de voyage à réveil en laiton, cadran blanc signé ‘Delomel-Leroy Calais’, échappement à
cylindre.
H. 111mm.
150 ⁄ 200
42
206
Pendulette de voyage à réveil en laiton de
forme ovale, cadran blanc, échappement
à ancre.
H. 108mm.
200 ⁄ 250
207
Pendulette de voyage à réveil en laiton
doré avec cadran en métal, échappement
à cylindre.
H. 111mm.
300 ⁄ 350
208
Collection de cinquante deux réveils,
années 1950/60.
150 ⁄ 200
201
J A E G E R - L E C O U LT R E
209
Pendulette ‘Targa’ signée ‘Jaeger-Lecoultre
pour Hermes’, fin XXe siècle.
Mouvement squelette en laiton doré
avec seize rubis, grand barillet surmonté
d’un échappement à ancre monté à la
verticale, l’ensemble contenu dans un
coffret en forme d’étrier en acier poli et
doré vitré sur les deux faces.
H. 16cm. Avec son étui d’origine et livret
de garantie.
1.200 ⁄ 1.500
Voir la reproduction
209
43
C A RT I E R
210
Pendulette de bureau signée ‘Cartier 938’, vers 1950.
Cadran argenté et guilloché, chiffres romains, aiguilles en or, lunette émaillée, mouvement en laiton doré incrusté dans un bloc d’onyx noir poli avec cannelure servant de porte-plume.
77 x 110mm.
15.000 ⁄ 18.000
n Modèle extrêmement rare qui ne figure ni dans le catalogue de l’exposition ‘L’Art de Cartier’
Petit Palais octobre 1989 - janvier 1990, ni dans le catalogue de la vente ‘The Magical Art of Cartier’
chez Antiquorum 1994 .
44
PENDULES
212
211
211
Pendule de table à sonnerie, Allemagne du Sud, fin XVIIe ou début du XVIIIe siècle.
Anneau d’heures originalement argenté, chiffres romains pour les heures, une aiguille en laiton
ajouré (remplacement); mouvement en laiton, échappement à verge, fusée avec chaîne, grand coq
à pied (postérieur), sonnerie sur timbre ; caisse en laiton gravé avec quatre fenêtres, pieds à griffes
argenté. Réparations.
105 x 103mm.
2.000 ⁄ 2.500
Voir la reproduction ci-dessus
212
Pendule de table ronde à réveil, suédoise, vers 1700.
Cadran en laiton avec disque de réveil au centre, chiffres romains avec touches, manquent les
aiguilles ; mouvement en laiton à platine entière, grand coq à pont, disque de réglage en laiton ;
boîtier entièrement gravé de feuillages.
800 ⁄ 1.200
D. 103mm.
n Mouvement très oxydé avec changements ; boîtier accidenté. A restaurer.
Voir la reproduction ci-dessus
213
Pendule ‘lanterne’ en fer et laiton avec cadran en étain, deux aiguilles en fer, échappement à ancre.
MANQUE le timbre et le balancier. XVIIIe siècle.
600 ⁄ 700
214
Petite pendule de bibliothèque en bronze orné des attributs de la géométrie et de l’astronomie
munie d’un mouvement ‘Japy’.
150 ⁄ 200
H. 23.5cm.
215
Mouvement avec fronton, balancier et poids d’une pendule comtoise signée ‘Rialland à Redon’.
80 ⁄ 100
45
289
220
216
228
Pendule de cheminée en marbre blanc à restaurer ; un mouvement de pendule à poids avec cadran
en faïence et une pendule à foliot en bois (récente).
200 ⁄ 250
217
Petite pendule en bronze patiné et doré en forme de fontaine munie d’un mouvement de montre à
verge signé ‘N°. 409 Métral à Paris rue St. Mery N. 408’.
H. 26cm.
200 ⁄ 300
218
219
Pendule murale en bois veiné et sculpté signée ‘Made by Tachimoto Clock Co, Tokyo’.
H. 55cm.
100 ⁄ 200
Tableau - horloge encadré, vers 1900.
Huile sur toile, signée en bas à gauche ‘M. Proust’, représentant une allée arborée en automne avec,
en face, la façade d’un château incorporant le cadran de l’horloge. Mouvement rectangulaire en
laiton, deux barillets, échappement à ancre, balancier simple, sonnerie sur gong.
57cm x 71.5cm.
n
600 ⁄ 700
Maurice Proust 1867-1944.
46
220
Horloge de cheminée en forme d’une pendule ‘lanterne’, signée ‘Planchon H[orlog]er au Palais
Royal, vers 1900.
Cadran annulaire en étain, chiffres romains, aiguilles en fer ; mouvement rectangulaire en laiton,
échappement à ancre, roue de compte à l’extérieur, balancier simple, suspension à ressort, sonnerie
sur gong ; caisse en laiton avec fausses portes et faux timbre.
400 ⁄ 500
H. 47.50cm.
n
Matthieu Planchon (d. 1921), le ‘Violet le Duc’ de l’horlogerie créa son propre style en
fabriquant des horloges calquées sur les modèles du Moyen Age tardif, de la Renaissance, et du
XVIIe siècle.
Voir la reproduction page précédente
221
Pendule à gravité en forme de sphère étoilée en
bronze doré qui descend une colonne montée sur
un socle en marbre noir. Mouvement de Ferrier, Bd.
Montmartre. A réviser.
250 ⁄ 300
H. 23cm
222
Pendule à oscillation portée par un angelot en régule
patiné.
H. 30cm.
200 ⁄ 250
223
Pendule murale avec mouvement visible de Farcot.
H. 30cm.
150 ⁄ 200
224
Deux pendules murales dont une de Dumont, Bd St
Germain, l’autre d’Henry-Lepaute , rue de
Lafayette, Paris
200 ⁄ 300
225
Pendule veilleuse avec globe en verre opaline porté
par un angelot en bronze doré, l’ensemble
maintenant monté sur un socle en onyx. Mouvement
à balancier de l’ancienne Maison Pierret, Borel &
Blin.
H. 31cm.
200 ⁄ 250
226
Pendule en forme de kiosque en laiton, balancier
conique, affichage de l’heure par guichet sur le
tambour inférieur. A réviser.
150 ⁄ 200
H. 19cm.
227
Pendule ‘coucou’ en bois sculpté
228
Pendule de cheminée en forme de pendule de parquet hollandais, à phases de la lune, en marqueterie
de bois avec montures en laiton doré, l’ensemble surmonté d’une figure d’Atlas ; mouvement à
ressort en laiton avec échappement à ancre.
600 ⁄ 700
H. 42.5cm.
229
80 ⁄ 120
Voir la reproduction page précédente
229
Pendule squelette en bronze et laiton doré à sonnerie au passage des heures et demies, vers 1830.
Cadran annulaire en émail blanc (fêlures) entouré d’un cercle en bronze doré à décor de fleurs,
chiffres romains, aiguilles ‘Breguet’ en acier ; mouvement rond avec cadrature visible, deux
barillets, échappement à ancre, suspension à fil de soie, balancier simple avec lentille en soleil,
sonnerie sur timbre ; support à demi-cercle en laiton doré à deux étages séparés par des caryatides.
H. 33cm.
800 ⁄ 1.200
Voir la reproduction ci-dessus
47
230
230
231
Pendule de cheminée en forme de temple à sonnerie au passage des heures et demie, signée ‘De
Lafosse Chaussée D’antin’, vers 1810.
Cadran en émail blanc, chiffres romains pour les heures, arabes pour les heures, aiguilles en laiton
doré ; mouvement rond, échappement à ancre, roue de compte à l’extérieur, suspension à fil de soie,
balancier simple avec lentille en soleil ; support en marbre blanc avec appliques en bronze doré, l’ensemble porté sur un socle rectangulaire en marbre noir.
2.000 ⁄ 3.000
H. 47cm.
Voir la reproduction ci-dessus
231
Pendule portique en bois et bronze doré à sonnerie au passage des heures et demies, signée ‘Lecomte
à Paris’, premier quart du XIXe siècle.
800 ⁄ 900
H. 46.3cm.
Voir la reproduction ci-dessus
232
Pendule portique, à sonnerie au passage des heures et demies, en marbre blanc et bronze doré avec
socle et chapeau en marbre rose veiné, signée ‘Cleret fils à Paris’, vers 1820.
900 ⁄ 1.200
Voir la reproduction page suivante
233
Pendule de cheminée en forme de pendule de parquet mouvementée, avec décor en laque du
Japon, montures en bronze, l’ensemble surmonté d’une sphère armillaire. Cadran en émail blanc
signé ‘Crosnier à Paris’ (XVIIIe siècle) ; mouvement rond de Paris avec échappement à ancre.
H. 73mm.
1.000 ⁄ 1.200
Voir la reproduction page suivante
48
232
234
233
Pendule neuchâteloise à sonnerie des quarts
signée ‘A. Kretinger à Sarrgemüden’, deuxième
moitié du XVIIIe siècle.
Cadran en émail blanc (fêlures), chiffres
romains pour les heures, arabes pour les
minutes, aiguilles ajourées et gravées en laiton dorées ; mouvement carré à platines en
laiton et acier, piliers tournés, deux barillets,
échappement à verge horizontal, roue de
compte à l’extérieur, balancier à tige d’acier,
sonnerie sur deux timbres ; coffret de forme
violonée en vernis Martin à décor de roses
avec chapeau et cul-de-lampe assortis.
H. totale 85cm.
Voir la reproduction ci-contre
3.000 ⁄ 4.000
49
235
Régulateur de parquet signé ‘J. B. Du Tertre à Paris’, milieu du XVIIIe siècle.
Cadran en émail blanc, chiffres romains pour les heures, arabes pour les minutes, aiguilles en bronze
doré ajourées, trotteuse au centre ; mouvement à platines, quatre piliers, échappement à chevilles
doublé sur chaque côté de la roue de rencontre, balancier à tige de laiton avec une grande lentille
en laiton, suspension à ressort (modifications, à restaurer), remontage par corde sans fin, poids
cylindrique en laiton ; caisse mouvementée en chêne et acajou plaqué d’amarante et bois de rose en
marqueterie de feuilles.
H. 2,07 m.
8.000 ⁄ 12.000
n Probablement l’œuvre de Jean Baptiste II Dutertre
( mort le 1er octobre 1773).
n
D’après lui-même, l’échappement à chevilles
modifié, ici utilisé par Du Tertre, fut présenté à l’Académie des Sciences en 1753 par J. A. Lepaute. Il le
décrit dans son Traité d’horlogerie (1755, 2e édition
1764). Les deux bras de l’ancre travaillent de chaque
côté de la roue de rencontre qui est munie de chevilles
sur les deux faces. L’avantage de cette disposition, toujours d’après Lepaute, était que les repos et les impulsions se faisaient toujours à distance égale du centre de
l’ancre, ce qui n’était pas le cas pour l’échappement à
chevilles d’Amant.
Voir les reproductions
50
51
236
236
Horloge à bille et plateau basculant, système ‘Congreve’, vers 1900.
Cadre en laiton à quatre colonnes surmontées de sphères à flèches. Force motrice à barillet et fusée
avec transmission au plateau à bille, qui sert d’échappement, par l’axe des secondes. Cadrans annulaires en émail blanc pour les heures (remplacé en papier imprimé), minutes et secondes. Avec sa
vitrine rectangulaire à porte en laiton et verre, sa clé et sa bille.
36.5 x 37.5 x 42cm.
6.000 ⁄ 8.000
L’utilisation du roulement d’une bille sur un plan incliné comme organe réglant pour une
pendule date de la fin du XVIe siècle. Par la suite, elle fut largement étudiée par les savants du
XVIIe siècle à la recherche d’une force aussi constante que possible et un échappement ayant un
minimum d’interférence avec le corps de rouage. Le système présenté ici, à plateau basculant, fut
imaginé, probablement pendant la période 1798 à 1802, par William Congreve (1772-1828), plus
tard Sir William Congreve, inventeur et homme d’affaires connu pour avoir développé les premières fusées volantes militaires mises à l’épreuve pendant le bombardement du port de Boulogne
en 1804.
n
Pour son horloge, Congreve obtient un brevet en 1808 où il souligne le ‘détachement suprême’
dont son système était capable. Performante, et fascinante à regarder, l’horloge à bille de Congreve,
sans jamais avoir été fabriquée en grande quantité, resta populaire, plusieurs fabricants anglais la
recréant pendant les deux siècles suivant son invention.
n
Voir les reproductions.
52
53
54
33 rue du Faubourg Montmartre - 75009 Paris
Fax 00 33 [0] 1 47 70 58 88
Tél. 00 33 [0] 1 47 70 56 26
e-mail : svv. [email protected]
O R D R E
D ' AC H AT
Horlogerie
lundi 16 mai 2011 à 14h00
N°
du catalogue
Prix maximum
frais légaux
non compris
DÉSIGNATION
Afin que votre ordre soit enregistré veuillez joindre votre RIB, ou un chèque à l'ordre de l'Étude.
Date et signature
NOM
Adresse et téléphone
M. ANTHONY TURNER
Expert CNES
24, rue du Buisson Richard
78600 Le Mesnil le Roi
Tél. 00 33 [0] 1 39 12 11 91 - Fax 00 33 [0] 1 39 62 07 22
Port. 33 [0] 6 80 20 44 97
e-mail : [email protected]
55
Imprimé et broché en France
56
Horlogerie
dont la vente aux enchères publiques aura lieu à
Drouot - Richelieu Salle 10
9 Rue Drouot 75009, Paris
lundi 16 mai 2011 à 14.00 heures
par le Ministère de
CHAYETTE & CHEVAL
SVV - SARL. agrément n° 2002-365
SUPPLEMENT
33, rue du Faubourg Montmartre
75009 Paris
Téléphones 00 33 [0]1 47 70 56 26
Fax 00 33 [0]1 47 70 58 88
[email protected]
www.chayette-cheval.com
expert
Anthony Turner
Expert CNES
24, rue du Buisson Richard 78600 Le Mesnil-le-Roi
Tél. 01 39 12 11 91 Fax 01 39 62 07 22 Portable 06 80 20 44 97
[email protected]
Expositions le samedi14 mai 2011 de 11 heures à 18.00 heures
et le lundi 16 mai de 11 heures à midi.
Téléphone pendant la vente et les expositions 01 48 00 20 10
2
L’estimation est 3000/4000.
4
L’estimation est 200/250.
55bis Cinq mouvements de montre vers 1800 et deux timbres.
75
L’estimation est 5000/6000
93
Voir la reproduction.
80/120
102bis Montre-bracelet ‘Omega Seamaster’ automatique avec date par guichet à 3 heures et
secondes au centre. Bracelet en lézard. Années 1960.
700/800
112bis Montre-bracelet d’Ulysse Nardin, automatique en plaqué or avec secondes au centre.
600/700
126bis Montre à verge en or signée ‘Berthoud à Paris’, vers 1800.
Cadran en email blanc (petit accident), chiffres arabes, aiguilles en or ajourées; mouvement en
laiton doré, coq ajouré et grave, disque de régulateur en argent, échappement à verge, piliers
coniques; boîtier en or uni. D. 32mm.
800/1200
174bis Montre maçonnique en argent signée ‘Tempor Watch C° Schwab-Loeille Swiss Brevet
26565’. Mouvement à ponts en acier, échappement à ancre avec levées en rubis. H. 68mm.
1200/1500
180bis Montre boutonnière en acier, vers 1900. Accident au cadran. Avec etui.
200/300
207bis Pendulette de voyage à sonnerie au passage des heures et demie et à réveil en laiton,
cadran blanc, échappement à ancre. H. 114mm. Avec son étui et clé.
300/400
208bis Pendulette de bureau de style ‘Art nouveau’ en bronze doré avec décor de feuillages
en relief, mouvement à trois quarts de platine avec échappement à ancre. H. 173mm. 150/200
233bis Pendule de cheminée à sonnerie des heures au passage, sud de l’Allemagne ou nord de
la Suisse, troisième quart du XVIIIe siècle.
Cadran blanc (plusieurs fêlures et accidents), chiffres romains pour les heures, arabes pour les
minutes, aiguilles en fer ajourées ; mouvement en laiton à deux barillets, échappement à verge
horizontal, balancier simple (suspension modifiée), sonnerie sur timbre ; caisse en bois
sculpté coloré vert et or avec décor de feuillages à l’intérieur (accidents). H. 55.3cm. Avec
socle de forme mouvementé en bois à décor marbré.
2000/3000
Probablement fabriquait dans la Souabe (région de Wurtemberg). Pour deux pendules
semblables voir Peter Heuer & Klaus Maurice, European Pendulum Clocks, West Chester
1988, figs 611 - 612.
234bis, mouvement d’une pendule à réveil signé ‘Joannes Vivaldi Romae 1751’, monté dans
une caisse murale du XIXe siècle.
Cadran en laiton doré avec anneau des heures appliqué et pièces de coins appliquées, chiffres
romains pour les heures, arabes pour le disque de réveil au centre, aiguille en fer découpé ;
mouvement en laiton en doré, piliers balustre, barillet, échappement à verge horizontale,
barillet pour le réveil à 10 heures, balancier simple, suspension à fil de soie, sonnerie sur
timbre par deux marteau ; caisse rectangulaire en acajou (postérieure), vitrée sur trois faces et
avec crochet de suspension. H. 25.8cm.
2000/2500
Une gravure de St Pancrace, martyre, par Luigi Banzo 1863, nous offre, peut-être, une
date pour la mise en caisse de ce mouvement.
235bis Pendule de cheminée à calendrier perpétuel, sonnerie au passage des heures et les
quarts et à réveil sonnant les quarts, signée ‘J. B. Schwilgué 1855’.
Cadran en émail blanc, aiguilles en fer ajourées, chiffres romains, guichets rectangulaires pour
le jour, quantième et mois ; mouvement rond à deux corps de rouage, échappement à ancre,
balancier à tige en bois avec renforcements en laiton, suspension à ressort, sonnerie par râteau
à l’extérieur sur deux timbres, les noms des jours et des mois sont gravés sur les faces de deux
polygones placés au-dessous du mouvement actionnées par des leviers à contre poids
travaillant sur une roue à rochet montée sur l’axe de chaque polygone, les dates sont gravés
sur une disque placée entre les deux, réveil à ressort placé au-dessus du mouvement avec deux
cadrans pour les heures et les quarts (à gauche) ; cabinet en bois de forme classique à pilastres
dont le pédiment se lève sur deux tiges pour révéler les deux cadrans du réveil, le socle
dissimule un compartiment où se loge la clé de remontage. H. 50cm.
35000/50000
Exceptionnelle, et peut-être dernière, production de Jean-Baptiste Schwilgué (18 December 1776 – 1856),
constructeur de la troisième horloge de la cathédrale de Strasbourg.
Né à Strasbourg, en 1796 Schwilgué se marie à Sélestat où il reste jusqu’en 1822; autodidacte en horlogerie et la
mécanique de précision, en 1808 il devient Inspecteur de poids et mesures et, peu après, professeur au collège de
la ville. Fasciné par le comput, en 1816 il imagine une mécanisme pour le représenter qu’il réalise en 1822. En
même temps il fait des recherches sur les balances. En 1827 il retourne à Strasbourg où il s’associé avec Fréderic
Rolle pour créer Les Ateliers Strasbourgeois de Constructions Mécaniques avec une production d’horloges,
balances, presses hydrauliques et des pompes à incendie. Entre 1838 et 1842 il s’occupe de reconstruire
l’horloge astronomique de la cathédrale aidés par son fils et A. Ungerer. En 1847 il reçoit un brevet pour une
horloge de gardien portable. Il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1
Pour une description détaillée de l’horloge voir Alfred Ungerer dans La France Horlogère, 1932.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement