UNITED NATIONS NATIONS UNIES WORLD HEALTH

UNITED NATIONS NATIONS UNIES WORLD HEALTH
NATIONS UNIES
UNITED NATIONS
ORGANISATION MONDIALE
DE LA SANTÉ
EB5/56
29 décembre 1949
W O R L D
HEALTH
ORGANIZATION
CONSEIL EXECUTIF
Cinquième Session
ORIGINAL : ANGLAIS
RAPPORT DU COMITE D'EXPERTS DE LA PESTE
Le Directeur général a l'honneur de transmettre ci-joint,-aux
membres du Conseil Exécutif, le rapport sur les travaux de la première 工
session du Comité d'experts de P O M S pour la peste (docunsnfc WH0^1agae/]3) •
Le Comité d>experts de la peste remplace le Groupe mixte OIHP/OMS d'études sur la peste qui s'est réuni deux fois, en avril et en octobre 1948.
Le document en question contient les recommandations suivantes
qui appellent une décision du Conseil Exécutif :
1)
Points 3 Д et 3.2
Formation par V 0 Ш d'une équipe unique mais renforcée, composée d'experts de la peste ayant une haute valeur scientifique et
qui serait chargée de mettre en oeuvre, en 1950, le programme de
suppression radicale de la peste dans la zone d'endémlcité pesteuse
en Asie. Cette même équipe se rendrait ultérieurement dans une autre
zone d'endémicité pesteuse faisant partie d'une autre région du globe.
Cette recommandation, si elle est adaptée, modifiera le programme
Q
,
approuvé par la Deuxième Assemblée Mondiale de la Santé
, qui pré-
voyait l'envoi sur place de deux équipes d'experts de la peste, l'une
en Asie et l'autre en Afrique,
Il y a lieu de noter que des crédits à cet effet ont été inscrits au budget supplémentaire de 1950.
2)
Point 9
I^OMS devrait envisager de préparer et de publier un Manuel
de la peste qui tienne compte des renseignements les plus récents
sur la question.
Le Conseil Exécutif désirera peut-être adopter la résolution
suivante :
Le Conseil Exécutif
PREND./ÏÇTE du .Çapuort- sur les travaux de la Première Session du
Comité d'experts de la peste, et
AUTCRISE sa publication.
^
2
Avec les documents à l'appui,ТОО/Plague11 et 12
Actes Off. Org, mond. Santé, 1 8 , 112 et 113
!4丫::1,. r'ATiOnS
NATIONS UNIES
WORLD HEALTH
organization
ORGANISATION MONDIALE
DE LA SANTÉ
CONSEIL EXECUTIF
ЕБ5/56 Add
2 4
Cinquième Session
«janvier 1950
ORIGINAL : ANGLAIS
OBSERVATIONS DU CONSEIL EXECUTIF CONCERNANT LE RAPPORT
SUR LES TRAVAUX DE LA. PREMIERE SESSION
DU COMITE D'EXPERTS DE LA PESTE
Ье Conseil a vivement apprécié les informations complètes
et détaillées contenues dans le rapport, au sujet des méthodes de lutte
contre la peste sur le terrain»
Toutefois, le Conseil s'est montré préoccupé de la suggestiori d'après laquelle l'équipe devrait avoir un caractère plus permanent que les équipes de l'CMS habituellement employées sur le terrain
pour lutter contre d'autres maladies^ demeurer en contact avec les
services locaux et maintenir.en observation^ pendant un certain nombre
d'années, la zone considérée.
Le Conseil a reconnu que la méthode la plus efficace pour
lutter contre les rongeurs consiste à recourir au rodenticide 1080;
il a estimé, toutefois, qu'il était essentiel d'être très prudent
avant de recommander une telle méthode en vue de son application en
1
série et il s .est demandé s'il y avait lieu d’y recourir dans les
pays qui sont dépourvus d'un service antipesteux bien organisé
Ье Conseil a également formulé des observations sur la n.écessité de donner plus d'ampleur à certaines recommandations figurant sous
la rubrique «Mesures pour la protection des villes, des aéroports et des
1
ports maritimes"» II a décidé, en conséquence, que ses observations
devraient être jointes au rapport imprimé»
1
Voir 1'annexe
EE5/43 Add.l
Page
56
ANNEXE
Mesures pour la protection des villes, des aéroports
et des ports maritimes
i)
"Application de DDT en poudre, à 5 艿,tous les six mois ou à des
intervalles compatibles avec le maintien d'un indice pulicidien
inférieur a 2"
Le DDT doit être appliqué dans 3e s bâtiments des ports et
dans les gîtes des rats repérés dans les régions portuaires, d'après la
méthode indiquée dans les annexes*
Il a' été prouvé que les applications de DDT, à des intervalles,
de 6 mois, permettent d'enrayer effectivement la prolifération des puces,
Le maintien, de l'indice pulicidien à un taux inférieur à 2
est une prescription beaucoup plus rigoureuse et qui rentre nettement
dans la limite de 3 (moyenne de trois puces par rat) qui a été acceptée
comme un indice de sécurité par la huitième Conférence sanitaire panaméricaine et auquel se sont conformées, depuis lors, toutes les administrations nationales de la santé des Amériques et de l'Inde,
ii)
"Dératisation systématique》 soit avec le composé I08Q, soit en
recourant a d'autres méthodes de destruction des rongeurs"
Ье Comité d'experts a été pleinement conscient des dangers
inhérents à l'emploi du composé 1080 pour la dératisation, ce qui ne
pas empêché d'en recommander l'usage; il a constaté, en effet, que,
depuis cinq années consécutives, ce composé a été utilisé d'une manière
étendue dans les services d'éradication de la peste de cinq villes au
moins, et dans de vastes régions rurales du Pérou, sans qu»ait été enregistré de ce chef un seul cas d'empoisonnement chez l'homme, Il a été
fait mention de ce que l'emploi du composé 1080 nécessite des précautions
rigoureuses, et que sa manipulation exige un personnel expérimenté, dans
l'Annexe A, page 12, point 4,2,1 du rapport; d^autre part, la méthode
permettant de ltutiliser sans dcinger a été expliquée d'une manière cir一 ’
constanciée dans le paragraphe 3.3 de l'annexe du document WO/Plague/ll,
Méthode d'app^tage avec le composé 1080 s Les mesures suivantes de sécurité font partie intégrante du mode d'emploi courant de ce rodenticide î
1嬸
Le 1080 doit être utilisé par un personnel expérimenté, formé spécialement à cet effet»
EB5/56 Add.l
Annexe
Page 3
2
r
é
3#
Les lieux d appâtage doivent ê'tre soigneusement choisis#
Le poison ne doit pas être départi dans des lieux visibles, accèssibles aux enfants ou aux animaux domestiques; c'est ainsi que les
appâts doivent être disposés dans le sol, les terriers^ les inters
stices des murs, sous les planchers, dans les chambres mansardées,
etc.
4,
Dans les régions rurales, les appâts doivent ^tre utilisés exclusivement dans les terriers et dans les gîtes de rats*
5«
Les appâts, sous forme liquide^ doivent ^tre disposés daçs des
r
cupules en papier portant distinctement une tête de mort, L evaporation du liquide et le caractère périssable.du contenant rendent
improbable la longue conservation des appâts »
6t
1
Le nombre des appâts à distribuer doit être établi d après une
estimation minutieuse de la population, murine •
7.
Dans les habitations où se trouvent des enfants, le poison doit
être réparti tard dans la soirée et retiré dès les premières heures
!
du matin. Il importe d instruire complètement les parents des
dangers que présente le composé 1080, et, s H i s refusent de
ployer dans l'habitation, lUppâtage au poison sera circonscrit
aux environs«
Les stations de pré-appâtage, telles q u e l l e s sorrt utilisées
en Angleterre avec d'autres poisons pour habituer les rats à mordre aux
appâts, sont également entrées dans la pratique. Des méthodes modernes
1
d»emploi de rodenticides ont été élaborées d après une étude très
poussée de l'écologie et des moeurs - des rongeurs, ^et il importe de considérer cet emploi comme un domaine spécialise»
iii) "Protection des marchandises avec une poudre de DDT à 5 窝,ou
par d'autres insecticides efficaces"
Cette recommandation a étô présentée en vue de mettre en évidence le fait qu'un lot de marchandises, notoirement infesté, peut être
désinfecté avec du DDT à 5 % . Il se peut que les méthodes scientifiques
qualitativement efficaces ne soient pas applicables quantitativement•
Leur application en grand peut être impraticable pour des raisons
1
économiques拿 D autre part, leur application'aux denrées, alimentaires.
EB5/56. Add»l
Annexe
,
Page 4
aux céréales et à certaines autres marchandises a été exclue de la pré—
.
‘
.
,*
sente disposition, et çe point a'été recommandé pour supplément d'études
et d'enquêtes sous 6,4 4
iv)
"Traitement des véhicules au moyen de DDT en,poudre, & 5
dans le
cas d'une recrudescence épizootique, dans une région enzootique"
Cette recommandation est applicable à l'intérieur des moyens
de transport venant de régions enzootiques, pour se rendre dans des
régions non infectées, et cela, çonformément aux règlements sanitaires
1
tant nationaux qu internationaux.
Mesures supplémentaires visant les aéroports
i)
"Maintien d'une zone nette dans un rayón de 200 mètres autour des
bâtiments de l'aéroport et du terrain utilisé pour garer les
aéronefs"
L'aménagement d^une zone nette de 200 mètres autour des bâti—
ments de l'aéroport se justifie du fait des habitudes nomades des rongeurs,
et a, d'autre part, pour objet d'éliminer les endroits pouvant leur servir
de gîtes dans cette zone nette,
i v
)
"Inspection des aéronefs t afin (^éviter le transport de rats"
Cette disposition a cté retenue pour donner suite à la recomman—
dation présentée par le Comité d'ejqserts de l'Epidémiologie internationale
et de la Quarantaine, lors de la première session qu^il a tenue en 1948;1
cette recommandation est ainsi conçue j
"Le Comité recommande une inspection périodique des aéronefs analogue
1
à ce^-Ie qui a été, préconisée pour les navires et portant ,sur 1 infestation par 'les insectes et par les rats ainsi que sur les conditions""
sanitaires de l'appareil en général, Un certificat correspcndanb devrait être délivré à la su厂te de cette inspection»"
Il s'agit
* là de l'un des principes qui doivent régir les Règlements sanitaires de l'OMS, approuvés à la -Deuxième Assemblée Mondiale de
la Santé«
Les modalités d«application, de ce principe n'ont p.is é^j exami—
nées par le Coniité, qui a. estirnú que ce pointf était dut ressort du Comité
d'experts de l'Epidémiologie internationale et de
î
Actes off.Org.mond t San^é 19, 11"
Quarantaine.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising