Laissez-vous conter Lodève

Laissez-vous conter Lodève
Au fil 12 pages
24/02/10
9:46
Page 2
Villes et Pays d’art et d’histoire
Gravure : collection privée
au fil de la ville
laissez-vous
conter
Lodève
24/02/10
Nichée au creux de frontières naturelles
incontestables mais ouvertes, Lodève a été façonnée
à même les rivières et à même les montagnes.
La forme d’une ville
Au fil 12 pages
9:47
Page 3
Loteva figure sur la Table
L’enceinte de la ville qui se composait
Le pont du Mitan ou du Barry permettait de
de Peutinger, inscription sur
de 5 tours, de 7 portes et dessinait avec
franchir la Soulondres vers le faubourg de
parchemin datée du début
ses remparts “la forme d’un violon”
Montbrun qui constituait une agglomération
du IIIe siècle, du géographe
selon l’évêque Plantavit de la Pause
à part, entièrement close
romain Castorius
Une cité au cœur d’un
maillage routier ancestral
La cité épiscopale, la ville
populaire et les faubourgs
Luteva se trouvait sur le
La cité épiscopale s’établit en
faubourg du Barry s’élève au
parcours d’une importante route
dehors du castrum s’organisant
pied de la colline de Montbrun
commerciale qui, en rejoignant
autour de la première cathédrale
dès le XIIe siècle. Par la suite,
la Via Domitia à Saint-Thibéry,
érigée à l’emplacement actuel.
les faubourgs sont peu à peu
la reliait vers le nord à Millau
L’afflux de vie laïque, populaire
désertés, les habitants préférant
puis Rodez, Saint-Flour,
et commerciale se concentre
la sécurité des remparts de la
Clermont-Ferrand, et même
principalement au confluent
ville. En 1351, pendant la
Lutèce. Plusieurs hypothèses
des deux rivières. L’église Saint-
Guerre de Cent Ans, Lodève
demeurent quant à l’emplace-
Pierre (alors construite à
reçoit l’ordre de creuser des
ment exact de la ville romaine
l’emplacement de l’actuelle
fossés et d’édifier une muraille.
fortifiée (castrum). Celle-ci
Halle Dardé) devient le point
La cité populaire trouve alors
a certainement disparu
central du quartier et le point
à s’étendre à l’intérieur de
aux environs du Ve siècle,
de convergence de ces rues typi-
l’enceinte dans un quartier
c'est-à-dire au moment
quement médiévales qui rayon-
jusque là délaissé et qui devient
où l’évêché de Lodève s’est
nent encore aujourd’hui dans la
à partir de ce moment le
développé. Le castrum aurait
partie basse de la ville. Sous la
quartier du Bourg Neuf.
servi de carrière de pierres
pression démographique, la cité
Ainsi, la période de formation
pour l’édification du premier
populaire cherche à s’étendre
de la ville de Lodève s’achève
sanctuaire épiscopal dédié
et des faubourgs voient le jour.
à la fin du XIVe siècle.
à Saint-Geniès d’Arles.
Parmi eux, le très indépendant
Au fil 12 pages
24/02/10
9:47
Page 4
Les hôtels particuliers des marchands
Au XIXe siècle, l’avenue de la
Après un demi siècle de stagnation,
drapiers ayant fait fortune témoignent
République a vu s’élever
Lodève poursuit son extension
encore de la prospérité de ces artisans
les belles demeures d’industriels
urbaine depuis les années 1950
bourgeois
depuis l’Hôtel de Ville
jusqu’à nos jours
jusqu’au pont de Celles
L’époque moderne :
le clivage entre cité
épiscopale et cité populaire
Les XIXe et XXe siècles :
naissance de la ville
moderne et industrielle
Les constructions
de la seconde moitié
du XXe siècle
À partir des XVIe et XVIIe
Avec le XIXe siècle,
De vielles maisons sont
La deuxième moitié du XXe siè-
siècles, les maisons, en s’ados-
l’urbanisation de Lodève
abattues, on installe l’éclairage
cle est marquée par la nécessité
sant aux remparts, commencent
connaît une période faste même
public, on modifie et complète
de loger les nouveaux arrivants.
à les masquer. Les faubourgs
si l’agglomération ne s’étend
le réseau des égouts, on édifie
Dans les années soixante puis
reprennent de l’importance et,
que faiblement. Les boulevards
des lavoirs publics, des bains
quatre-vingt, la ville connaît
la prospérité aidant, la ville est
du tour de ville sont achevés.
douches, on élargit de vieilles
une période de construction
dotée d’hôtels particuliers et de
À la fin du siècle, les boulevards
rues et on refait leur sol…
de logements de type HLM. Les
maisons de maîtres, notamment
du nord et du sud sont reliés
alors que Lodève demeure
grands ensembles de la Cité de
dans l’actuelle rue du Cardinal
directement par la longue
essentiellement une cité indus-
Montifort sont ainsi édifiés en
de Fleury, ou sur l’ancienne
rue de la République.
trielle et industrieuse marquée
1967. La Z.A.C. de Prémerlet
place des Châtaignons.
De nouveaux ponts sont bâtis
par la présence des usines aux
et la Cité Saint-Martin sont
Cependant, le centre ville
(pont Neuf et pont Vinas)
entrées de la ville.
créées dans les années 1980.
ne s’étant pas modifié, l’aspect
ainsi que de nouveaux édifices
Enfin, parallèlement et jusqu’à
de la ville à la veille de la
publics. Au commencement
aujourd’hui – Lodève connaît
Révolution n’est pas des plus
du XXe siècle, d’importants
une extension de l’habitat
agréables.
travaux sont engagés.
résidentiel diffus sur la colline
du Grézac.
Lodève possède l’aura de ces villes de légende
dont les personnages ont façonné l’aspect,
dont les évènements édifiants et épiques
ont émaillé l’histoire.
La ville au fil des siècles
Dolmen entre Lodève
Pied de siège balnéaire de la
Denier d’argent frappé à l’effigie de
et les Plans
deuxième moitié du Ier siècle,
Saint-Fulcran, Musée Languedocien,
mis au jour square Georges
Montpellier, collection de la Société
Auric
Archéologique de Montpellier
Un site de vie très ancien
Le sol lodévois est parcouru
Essor de Luteva
à l’époque Gallo-Romaine
et habité depuis fort longtemps.
Dans son Histoire Naturelle,
L’affirmation du pouvoir
épiscopal et l’émancipation
de la ville au Moyen-Âge
La découverte de grottes au
Pline l’Ancien fait figurer Luteva
L’existence de l’évêché de
lieu-dit de Tréviols révèle la
parmi une liste des oppida latina
Lodève est attestée depuis
présence de l’homme préhistori-
de Gaule : “Lutevani, qui et
le Ve siècle. Au fil des siècles,
que du paléolithique supérieur
foroneronienses”. La notion de
Forum Neronis, suggère la tenue
d’un marché qui aurait été accordée par le père du futur empereur
Tibère. La cité gallo-romaine
aurait bénéficié du droit latin
et du titre de colonie à compter
du règne d’Auguste. Capitale
politique et administrative du
Pays de Lergue, Luteva n’aurait
pas joué fondamentalement un
rôle commercial mais stratégique
entre plaine et montagne
permettant de réaliser l’unité
politique du territoire.
les évêques de Lodève, chefs
sur l’actuelle commune de
Lodève. Des mégalithes
(dolmens et menhirs) retrouvés
en très grand nombre sur
l’ensemble du Lodévois, attestent des pratiques funéraires
importantes au chalcolithique.
On sait également que vers
500 avant notre ère, le Grézac
abrite un oppidum, ou place
fortifiée, dont le rôle apparaît
étroitement lié à sa position
stratégique de lien entre
Causses et plaine, de contrôle
et de commerce.
spirituels du diocèse, ont su
constituer un véritable pouvoir
temporel aux dépens des
seigneurs laïcs. Les évêques,
davantage au contact du peuple,
gagnent petit à petit sa
confiance, une confiance qui
devait être décuplée par un
personnage particulièrement
charismatique : l’évêque Fulcran
(949-1006). Ce n’est qu’à la fin
du XIVe siècle que la commune
retrouve une certaine forme
Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1573,
Lodève fut une ville
En 1997, la réhabilitation de la Halle au
le corps de Saint-Fulcran,
de garnison jusqu’en 1921
cœur de la ville marque le début de la
miraculeusement conservé
mise en œuvre d’une démarche patrimo-
jusqu’alors, est profané
niale et culturelle d’envergure à Lodève
Du chaos à la prospérité :
l’apogée de l’industrie
textile à l’époque Moderne
Le XIXe siècle : Lodève,
capitale textile
Lodève devient alors la capitale
Des crises successives
du XXe siècle à une
attractivité retrouvée
d’autonomie et un véritable
La ville a aussi constitué un
du drap pour la troupe pendant
La population délaisse la ville
pouvoir sur la gestion des
enjeu stratégique des Guerres
près de deux cents ans et atteint
qui n’offre plus autant de
affaires civiles. Enfin, alors
de Religion. En 1573, elle est
son apogée au milieu du XIXe
possibilités d’emplois que par
qu’ils viennent de connaître
prise et pillée par les protes-
siècle. Depuis la formation du
le passé. En 1964, Lodève
quelques siècles de prospérité
tants. Lodève s’est pourtant
Comité Permanent en 1789,
accueille 62 familles de harkis
au cours desquels l’industrie
relevée au lendemain de ces
les fabricants détiennent sans
rapatriées d’Algérie.
textile a pu se développer,
conflits grâce à l’industrie textile
partage le pouvoir municipal
L’installation de l’usine
Lodève et le pays lodévois
existante depuis la Moyen-Âge.
qu’ils gardent durant la plus
COGEMA et l’exploitation
doivent endurer les incursions
En 1726, le Cardinal de Fleury,
grande partie du XIXe siècle.
d’un gisement d’uranium sur la
répétées des routiers et les excès
originaire de Lodève, devenu
Les ouvriers affluent. Pourtant
commune voisine du Bosc entre
des gens d’armes royaux
Premier Ministre de Louis XV,
la production décline et l’indus-
1975 et 1997 constitueront le
pendant la Guerre de Cent ans,
assure à la cité le monopole
trie textile Lodévoise traverse
dernier sursaut industriel
mais aussi les disettes et
de la fourniture en draps pour
plusieurs crises entre la fin du
pour Lodève au XXe siècle.
épidémies de peste des XIV et
la confection des tenues des
XIX et la première moitié du
La municipalité décide alors
XVe siècles.
troupes royales d’infanterie.
XXe siècle jusqu’à la fermeture
d’adopter une nouvelle stratégie
de la dernière usine en 1960.
de développement et ose le pari
e
e
audacieux de la culture comme
levier de développement
touristique et économique.
Au fil 12 pages
24/02/10
9:49
Page 7
La restauration de la
La Salle des mariages, de style
Le Monument aux Morts de Paul Dardé
S
Chapelle Saint-Fulcran
empire, présente l’un des
constitue une synthèse de sculpture et
M
et de ses peintures murales
parquets les plus remarquables
d’architecture monumentale intégrée
de
a permis de retrouver
de l’Hôtel de Ville
dans le paysage
à
le faste recherché
au XIXe siècle
La ville réunit un patrimoine diffus et
omniprésent, témoin d’une opulence
passée et d’un véritable sens
du raffinement.
D’un lieu à l’autre
La cathédrale Saint-Fulcran
L’ancien Palais Episcopal
Deux édifices religieux furent
La cathédrale actuelle offre une
Le Palais Episcopal a été
érigés préalablement sur le site
remarquable abside polygonale.
construit entre 1667 et 1779
de l’actuelle cathédrale.
On pourra également s’attarder
par les derniers évêques de
Le premier vers les V -VI siècles
sur la rosace et les vitraux de
Lodève sur les plans de l’archi-
(crypte en sous sol), le
Mauvernay, les grandes orgues,
tecte Nicolas Desbieures, connu
deuxième, bâti par l’évêque
la Chapelle Saint-Fulcran et
à Pézenas à la fin du XVIIe siè-
Fulcran fut consacré en 975
la Chapelle Saint-Michel, les
cle. Depuis 1809, l’édifice est le
à Saint-Génies. L’actuelle
tableaux du chœur, le maître
siège de l’Hôtel de Ville. Depuis
cathédrale Saint-Fulcran, de
autel, la triple allégorie de la
la cour d’honneur caladée, on
type gothique languedocien,
chaire en bois, le grand lustre
remarque l’harmonie de l’en-
a été édifiée aux XIIe et XIVe
en cristal qui appartint à la
semble, notamment des fenêtres
siècles. D’abord dédiée à
reine Victoria…
et des balcons, la riche toiture
e
e
Saint Génies, elle est associée
en tuiles polychromes vernissées
au nom de Saint-Fulcran
(à l’origine fabriquées à
depuis le XVe siècle. Le cloître
Saint-Jean-de-Fos) et les gar-
fut quant à lui édifié aux XV ,
gouilles qui sont un réemploi.
XVIe et XVIIe siècles.
À l’intérieur, on peut signaler
e
le grand escalier Louis XV ainsi
que les salons de réception.
Au fil 12 pages
24/02/10
9:50
Page 8
Sur le linteau de la Cheminée
Le remarquable pavage
Monumentale, la scène
de galets (calade) est
Montifort datant du XIVe siècle
de la Mère-grand contant
caractéristique des Hôtels
était emprunté par les pèlerins
du XVIIe siècle du nord
de Saint-Jacques de Compostelle
de l’Hérault
allant vers Toulouse
à ses petits enfants
De facture romane, le pont de
Le Monument aux Morts
La Halle Dardé
Le Musée de Lodève
Les ponts
Sur le Parc municipal, le
La Halle a été bâtie en 1819
Le Musée de Lodève est installé
La ville étant enserrée entre
Monument aux Morts sculpté
sur l’emplacement de l’ancienne
depuis 1987 dans l’Hôtel
deux cours d’eau, sept ouvrages
par Paul Dardé et inauguré en
église Saint-Pierre, et inscrite
particulier de la famille Fleury
d’art ont été construits afin d’en
1930, compte parmi les plus
à l’Inventaire des Monuments
où semble avoir vu le jour,
permettre le franchissement.
originaux de cette nature.
Historiques en avril 1994.
le 22 juin 1653, le Cardinal
Quatre ponts sur la Soulondres :
Rompant avec les canons
Sa réhabilitation s’est achevée
André Hercule de Fleury. Édifié
le pont de Montifort, le pont du
traditionnels du soldat vain-
en juillet 1997. La Halle s’ouvre
aux XVIe et XVIIe siècles, puis
Barry, le pont Neuf ainsi qu’une
queur, il représente un poilu,
désormais au public en un lieu
remanié au XVIII siècle, cet
passerelle très récente – et trois
non pas victorieux mais étendu,
original où sont présentées trois
élégant bâtiment s’articule
ponts sur la Lergue : le pont
mort, tandis qu’un groupe de
œuvres du sculpteur lodévois
autour d’une cour centrale
Vinas, le pont de Lergue et le
femmes et d’enfants habillés
Paul Dardé (1888-1963).
de plan carré.
pont de Celles. Ces ponts sont
en costume des années vingt,
Le Christ aux outrages,
un moulage de l’Homme de
Néandertal et la Cheminée
Monumentale. Cette dernière
se distingue par une riche iconographie se référant d’une part
aux origines de l’humanité et
d’autre part à une illustration
des Contes de ma mère l’Oye
de Charles Perrault.
Les collections permanentes
particulièrement représentatifs
du musée s’organisent en deux
des époques diverses de leur
grands départements : beaux-
construction : Moyen-Âge,
arts et géologie, paléontologie,
XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles.
représentant les différentes
couches sociales, assistent
debout, les visages graves,
à la douleur de la veuve.
e
préhistoire, archéologie.
Le Musée accueille également
des expositions temporaires de
niveau national et international.
À Lodève, les métiers sont variés, les matières
éclectiques et les spécialités diverses.
Saveurs et savoir-faire
Le tapis Savonnerie est
Les professionnels des Métiers d’Art sont les
Cabane en pierres sèches
exécuté sur un métier vertical
dépositaires et les gardiens de savoir-faire anciens
sur le Grézac
appelé métier de haute lisse
et novateurs.
De l’atelier de la
Savonnerie de Lodève…
Les constructions
en pierres sèches
Cet Atelier réunit une trentaine
… à l’implantation
des professionnels
des Métiers d’Art
de lissiers. Depuis 1966, il
Aujourd’hui, l’atelier de la
d’épierrage ponctuent les
constitue l’unique annexe en
Savonnerie constitue la figure
paysages du nord de Lodève,
France de la Manufacture
de proue de l’implantation et
au pied des falaises du Grézac
Nationale de Tapis de la
du développement des Métiers
notamment. Afin de pouvoir
Savonnerie et perpétue une
d’Art en Lodévois sur la théma-
tirer meilleur parti de ces parcel-
technique de tissage vieille de
tique de la décoration intérieure.
les difficiles à exploiter, des
près de quatre siècles.
Ainsi, parmi les artisans,
murets horizontaux furent
Sa production est réservée à
les uns s’adonnent à la création,
érigés : ils permirent de
de hauts lieux de l’État français
les autres se spécialisent dans la
stabiliser les éboulis, de bonifier
ou étrangers, et décore les
restauration mettant volontiers
les sols et ainsi de cultiver
cérémonies officielles lors de
leur savoir au service des
quelques légumes ou de créer
rencontres internationales.
Monuments Historiques.
de petits vignobles en terrasses.
Cabanes, puits, murs
On désigne par le terme
Le Mont Grézac et le Puech
“Savonnerie”, un tissu de haute
Montbrun étaient ainsi couverts
laine appartenant à la catégorie
de terrasses.
des velours employés généralement pour réaliser des tapis.
Au fil 12 pages
24/02/10
9:51
Page 10
Défilé de chars en 1898
Le balcon de la maison natale de Cusson présente
trois grands médaillons en cuivre repoussé
Un terroir à découvrir
Les cavalcades
Aux portes de la Méditerranée,
Issue du charivari traditionnel
La mémoire des grands
hommes lodévois
le terroir lodévois offre aux
existant à Lodève comme dans
Outre le Cardinal de Fleury et
Le compositeur Georges Auric,
gourmands les premières
de nombreuses autres villes au
Paul Dardé, de grands hommes
membre du fameux groupe
saveurs du Sud. Parmi elles :
Moyen-Âge, la cavalcade
modernes, personnalités des
des Six et Jean-Louis Conneau
les olives Lucques en forme
conserve sa popularité à Lodève
sciences, de la politique, de la
(André Beaumont), aviateur
de croissant de lune allongé et
depuis 1880. Elle consiste en un
littérature ou des arts, sont nés
et promoteur des grands raids
pointu ; les vins de Pays d’Oc,
cortège de chars imaginés à
à Lodève ou dans le Lodévois
aériens, étaient aussi originaires
les AOC Coteaux du
partir d’un thème et réalisés
et ont marqué leur époque.
de Lodève. Benjamin Cusson,
Languedoc, la Cartagène issus
à l’aide de fleurs de papier.
Michel Chevalier, économiste et
maître ferronnier et chalcogra-
de vignobles millénaires ;
De petits spectacles et numéros
homme d’État, fut négociateur
phe, réalisa de nombreux
le pélardon et son AOC ;
tels que des cracheurs de feu,
et signataire du Traité de
ouvrages pour la Cathédrale
le fameux pain de Lodève
lanceurs de drapeaux, majoret-
Commerce de 1860 instituant
Saint-Fulcran mais aussi la
spécial en raison de sa composi-
tes, chorales et fanfares diverses
le libre échange entre la France
croix du Peyrou à Montpellier.
tion… Autant de goûts et de
accompagnent le cortège. Puis
et l’Angleterre (précurseur
Enfin, le célèbre alpiniste
parfums à retrouver sur le
les spectateurs se retrouvent
du Marché Commun.) Paul
Joseph Vallot, grand savant
marché hebdomadaire du
autour de grandes tablées avant
Leroy-Beaulieu, l’un des fonda-
et mécène de la science, fut
samedi matin.
de rejoindre les bals populaires.
teurs de la science des finances
le fondateur et directeur
et Germain Martin, plusieurs
du premier Observatoire
fois ministre des finances,
du Mont-Blanc.
savant économiste furent
membres de l’Institut de France.
Au fil 12 pages
24/02/10
9:51
Page 11
31
P
15
30
1
17
2
24
32
16
3
4
18
5
•
7
P
6
i
33
8
P
19
20
10
9
11
34
12
23
22
21
25
26
13
16
15
35
14
28
36
27
29
30
Monument aux Morts (MH)
Visites-découvertes,
mode d’emploi
Crédits photographiques
Ancien palais épiscopal
et jardins (MH)
31
Caserne Fouque
Laissez-vous conter Lodève,
© Musée de Lodève
2
Cathédrale Saint-Fulcran (MH)
32
Esplanade et statue
Ville d’art et d’histoire en
© Groupe Archéologique
3
Balcon de Cusson (MH)
de la Maternité
compagnie d’un guide
Lodévois
4
Vestige des remparts
33
Sous-Préfecture
conférencier agréé par le
© coll. M. Carrière
5
Hôtel 8, place Alsace-Lorraine
34
Résidence Prémerlet
ministère de la Culture.
© Sophie Quencez
6
Immeuble Vernet (MH)
35
Montbrun
Le guide vous accueille.
7
Ancien Hôtel de Ville
36
Atelier de la Savonnerie
Il connaît toutes les facettes de
Conception
8
Change du Roi
de Lodève
Lodève et vous donne les clefs
Mission de la diffusion
9
Hôtel de la Prunarède (MH)
de lecture pour comprendre
culturelle ;
10
Hôtel du Cardinal de Fleury
l’échelle d’une place,
LM communiquer :
le développement de la ville
Laurence Mandrelle,
Emmanuelle Robin
Le centre ancien
1
Hors de l’enceinte
i
Office de Tourisme
(MH)
•
Pôle des Métiers d’Art
au fil des quartiers.
P
Parcs de stationnement
1h30 ou un peu plus…
11
Écuries de l’Hôtel de Fozières
12
Hôtel de Fozières (MH)
13
Église Saint-Pierre
14
Maison Dieu
Les visites et animations durent
15
Tour de l’ancien rempart
en moyenne une heure et demie.
16
Lavoir
Le programme est disponible
17
Ancien four à pain
auprès de :
18
Résidence des colonels
Contrepoint
L’Office de Tourisme
du 142 RI
Lodévois et Larzac
19
Maison du Temple (MH)
7, place de la République
20
École César Vinas
34 700 Lodève
21
Halle Dardé (MH)
Tél. : 04 67 88 86 44
22
Hôtel de Salze (MH)
23
Ancienne chapelle
des Pénitents Blancs
Les ponts
24
Pont de Montifort (MH)
25
Pont de Montbrun
26
Pont Neuf
27
Pont Vinas
28
Pont de Lergue
et ancienne porte de la ville
29
Pont de Celles
© Ville de Lodève
Ville d’art et d’histoire…
…en compagnie d’un guide-conférencier agréé par le ministère de la Culture.
Le guide vous accueille. Il connaît toutes les facettes de Lodève et
vous donne les clefs de lecture pour comprendre l’échelle d’une place,
le développement de la ville au fil des quartiers. Le guide est à votre
écoute. N’hésitez pas à lui poser vos questions.
Le service animation du patrimoine
coordonne les initiatives de Lodève, Ville d’art et d’histoire.
Il propose toute l’année des animations pour les Lodévois et pour
les scolaires. Il se tient à votre disposition pour tout projet.
Service animation du patrimoine - Ville d’art et d’histoire
Tél. : 04 67 88 90 90
Si vous êtes en groupe
Lodève propose des visites toute l’année sur réservation.
Des brochures conçues à votre attention vous sont envoyées
à votre demande.
Renseignements, réservations
Office de Tourisme Lodévois et Larzac
7, Place de la République, 34 700 Lodève
Tél. : 04 67 88 86 44
Lodève appartient au réseau national
des Villes et Pays d’art et d’histoire
Le ministère de la Culture et de la Communication, direction
de l’Architecture et du Patrimoine, attribue le label Villes et Pays d’art
et d’histoire aux collectivités souhaitant valoriser leur patrimoine,
favoriser la création architecturale et promouvoir la qualité dans les
espaces bâtis ou aménagés. Cette démarche intègre tous les éléments
qui contribuent à l’identité d’une ville ou d’un pays riche de son
passé et fort de son dynamisme.
Aujourd’hui, un réseau de 146 villes et pays vous offre son
savoir-faire sur toute la France.
En Languedoc-Roussillon,
le réseau compte 5 autres Villes d'art et d'histoire (Perpignan,
Narbonne, Nîmes, Beaucaire, Uzès) et 4 Pays d'art et d'histoire
(Mende et Lot en Gévaudan, Pézenas, Vallée de la Têt et le Pays
transfrontalier des Vallées catalanes du Tech et du Ter).
EMMANUEL DARLEY / Récits-pro-cités, 2003 © Les Imaginayres / Ville de Lodève
Lodève,
« Lodève m’est apparue toute entière formant comme une
avancée arrondie luttant contre les courants mêlés de la
Lergue et de la Soulondres, comme un escargot de pierres
et de tuiles, s’enroulant autour d’un centre imaginaire,
le musée Fleury ou bien la cathédrale Saint-Fulcran. […]
Je suis venu longtemps circuler parmi ses ruelles et ses rues,
toucher du doigt ce qui la rend si ville. »
Laissez-vous conter
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising