PETIT JOURNAL DES DEMOISELLES

PETIT JOURNAL DES DEMOISELLES
Ayuntamiento de Madrid
^S^^sX^3
TRA.VAUX
JOURNAL DES DEMOISELLES
RBNFBRMANT
58 Gravures coloriées
200
Pairons et Annexes
ET
OURRIERlDES
ETIT
D'AIQUILL»
et
500 Gravures
interoalées dans le texte
AMES
Réümzs
SSdition Qeb domad aire (Couverture
tfWWVAA/w**--
blanche)
•
ON S'ABONNE A P A R Í S
CHEZ
48, rué Vivienne, 48
LES LIBRAIRES DES DEPARTE MENTS ET
TOUS
POUR LA SUISSE
POUR L'ANGLETERRE
POUR LA RUSSIE
A Londres : HACUBTTB, 18, King William Street,
Strand W. C.
A Londres: ROLA KDI, 20, Berners Street, Oxfort Street.
A Londres: DBLIZX DAYIBS, 1, Finch Lañe Cornliille.
A St-PiHersbourg : MBLLIBR, Pont de Pólice, Maison
de l'Eglisc liollandaise.
A Sl-Pelersbourg : VIOI.I.ET, 28, perpeclive Newsky.
A St-Petersbourg et a Moscou : WOLF, fréres.
A Varsovie : VIOLLBT, 29, ruc des Sénalcurs.
A Londres : SIEGLE.
A Varsovie : SENNEWAI.II.
-cdl»-
Zurich : MEYER ET ZELLER.
Lausannc : BARDBT.
Berna : HUBE» ET C*.
Genúve : STAPELMOHR.
Genéve : CUERBULIP.Z.
Ncuchalcl : BERTIIOUD.
A
A
A
A
A
A
A
A
Gi'-ncs : BRVF.
Turin : BOCCA.
Turin : IÍRERO.
Turin : CASANOTA.
I'Torence : YIBUSSEUX.
Milán : DUMOLARD.
Itomc : BOCCA.
Home : CILLA.
A Moscou : VIOLLBT, Stoleschnikoff pdréoulok.
A Roslolf-sur-Don : VIOLLBT, ruc des Jardins.
A Oilcssa : STADEIMEYER, 18, rué Deribas.
POUR LA HOLLANDE
POUR L'ITAÜE
A Tillis : EVANCOIU.OFF.
A Baloum: NIBOLADZB.
A Amsterdam : FEIKEMA-CAARELSEN.
A Rotterdam : KRAUMERS.
A La Haye : DELINEANTE, fréres.
—«ÍJo—
-OPOUR L'ALLEMAGNE
POUR LA BELGIQUE
Par I'entremise des dirccteurs des postes
de Colognc et de Slrasbourg.
A Bruxc'lles : LEDEGUE, office de publiciti!.
A Bruxelles : ROZEZ, ruc de la Madeleine.
A Bruxclles : RAUELOT.
A Bruxelles : SERMÓN.
A Anvers : SERMÓN.
A
A
A
A
A
A
A Leipzig : MAX ROBE.
A Leipzig : TWIBTUBVBR.
A Leipzig : BBOCBUAUS.
A Genes : CASARETO, fraLclli.
A Berlín : LE SOUDIER, 2, Sppittclmarckt.
A Hambourg : LE SOUDIER, IS, Uec-Sainl-Annen.
A Sluttgard : LE SOUDIER, 7, Post slrassc.
A Ñamar : Bois D'ENOUIEN.
A Francfort-sur-lc-Mein
chenhciinerslr.
A Gand : WUYLSTEKB.
-•©.-
: LE SOUDIER, 5, gr. Es-
P0UR L'ESPAGNE •
A Cadix : Manuel MORILLAS.
A Madrid ; FOBNTBS UT CAPDBVII.LB.
A Barcelouc : CUDOAT ET PIAUET.
A Cadix : IBANEZ.
POUR L'AUTRICHE
—ofllo—
A Vienne : BRAOUCLLBR BT SOIIN.
POUR L'ALSACE
A Strasbourg : AMEL, 1, rae Brúlcc.
A Mulliouse : DUFLED.
A MeU: SIDOT.
PRIX
POUR LE PORTUGAL
A Vienne : LE SOUDIER, 2, Barbaragasse.
A Vienne ; BROCKUAUS.
A Porlo : V. MORE.
A Budapesth : KEVAI, fréres.
A Lisbonne : RODRÍGUEZ.
D E L'ABONNEIYIENT AUX
DIVERSES
ÉDITION
ÉDITION
PAYS POUR LESQUELS ON PEUT RECEVOIR LE JOURNAI
FRANC DE PORT
ÉDITIONS
IIKunOMADAUlE
DLANCIIR
mensuclle
CHAMOIS
biniensuelle
HLEU1Í
bimensuelle
VERTE
1 AN
6 MOIS
3 MOIS
10
14
1G
13
19
24
18
20
22
24
30
25
27
29
35
49
13
14
Ib
18
23
7 »
7 50
11
12
li
IS
8 »
9 50
12 »
Nous ne pouvons accepter de Timbres-poste, méme pour le paiemeni d'UNE PARTÍE
du p r i x d e l'Abonnement
NOUS NE RÉPONDONS QUE DES ABONNEMENTS QUI NOUS SONT DEMANDES DIRELTEMENT
Toute réclamation
et nous pa.
au plus tard api
numero suivant.
PRIX DU NUMERO : 7 5 CENTIMES
y-i
*L*.-3AI..
&#?
Ayuntamiento
de Madrid
(2-ÉbiTioN)
LE
PIANISTE
MODERNE
EN VENTE AU BUREAU DU JOURNAL:
(2-ÉDITION)
Grand volume richement relié et doré sur tranches
Álbum
récréatif
P A R Í S , O fr. — D É P A R T E M E N T S , S fr. franco
contenant
12$ Mélodies ou Thémes choisis de nos meilleurs
SAYOIR-VIYRE
Auíeurs
La musique de toutes les ¿coles et des compositeurs les plus estimes se trouve representes dans cette
belle collectiou qui renferme les fantaisies, morceaux variés et transcriptions de nos operas les plus célebres/
— Adresser un mandat de poste de SIX FRANCS pour París, et de HUIT FRANCS pour la France et
l'Europe, a l'ordre du directeur du Journal des DemoiieUes, 48, rué Vivienne.
DANS LA YIE ORDINVIRE
et dans les eérémonies civiles et religieuses
Par ERMANCE DUFAUX
PRIX DU VOLUME BROCBÉ :
Paria, 3 fr.—Départements et ¿tranger, 3 fr. 5 0 franco
L'ART DE PLIER
J E SXJIS R.EI1TE ID'XJnSTE M A I S O N
SOUVENIRS
D'UNE JEUNE MARIÉE
P a r M " ' F . G E N D I , traiv.it de l'ltalien
Prlx : i franc, franco
Adresser mandat de postea l'ordre deM. FernanaTHIERY,directeur du Journal des Demoiselles
7UU;
4 8 , r o e Vivienne, 4 8
Serviettes de table
Par Mn« AGNÉS VERBOOM
Illustré de 3 5 gravures représentant les modeles les plus nouveaux pour le pliage des serviettes de table, avec détails explicatifs pour l'exécution du travail.
UINIUM LABARRAQUE
P r i x .- 1 f r a n c
L'expédition en provinee se fail eonlre envoi de
i fr. 73 en timbres-poste.
V I N TONIQUE E T DIGESTIF
EN VESTE DANS NOS BURBAUX, 4 8 , R . VIVIENNE, PARÍS
« Le Quinium L a b a r r a q u e est U resume, la conJensation de tous ¡es principes aetifs
du quinquina. Quelques grammes de Quinium produisent le mime effet que plusieurs kilos di
quinquina. »
ROBIQUBT, Professeur á l'école de Pharmacie de Parij.
• L'adminislration du Quinium, continuée pendant quinte jours, un mois et mime plus, seton
U degri de détérioration physique d laquelle les malades étaient parvenus, a produit une toniflcation graduelle, une augmentaron de puissance digestiré et, par suite, un mieux tire si rapide
qu'on ne pouvait douter de l'action du Quinium.
(Annuaire de médecine pratique.)
Prix: la bouteille, 6 fr.; la demi-bouteille, 3 fr. Toutes pharmacies, et, 19, ruó Jacob, Paria.
N O T A . — En raison de son énergie et de la capacité des flacons, ce vin est d'un prix moderé
et moins cher que la plupart des produits similaires. II sutGt, en general, d'en prendre un verre &
liqueur aprés chaqué repas.
LIBRAIRIE
THÉATRALE
14, r u é de Grammont. — P a r í s
L'éditüur, M»« Michaud. cboisit avec intelligence IPS piéces qui luí sont demandées, d'aprés
les indications qui doivent lui Stre données tres
precises.
Ou trouve a la librairie des monologues, cha.
rades, piéces a deux personnages, etc., a jouer
d a n s Íes salons ou dans les pensionnats.
En vente au bureau du Journal:
ttgagasssscsssggcsctxjgapgG
PETIT SOLFÉGE ÉLÉMENTAIRE
Soixante-neuviéma
exac
année
Par H. FOLLET
LE
Professeur de chant dans les écoles de la vllle de Parla
[BROCHE, 1 FR. 2 0 . — CART0.1NK, 1 PR. 5 0
Lepetit solfége progressif est spécialement composé
pour les enfants qui commencmt l'étude de la musique et pourra, je crois, Stre atile aux mamaos qui
guident leurs enfants dans ees prendera pas.
Les petites lecons qui y sont contenues ont élé
groupées et graduées avec beaucoup de soin afín que
les jeunes eleves puissent apprendre aisément a
vaincre les difieren tes difficultés de mesure et d'in tonation et se préparer ainsi d'une facón sérieuse a
l'étude du piano ou k son perfectionnement.
Ajouter 23 centimes pour recevoir franco.
DES ENFANTS
PARAISSANT LK 1 " DB CHAQDB « 0 1 8
Les abonnements partent d'un
mola queleonque pour se terminerfindécembre
,
HISTOIRES, RÉCITS, CONTES, LÉGENDES
JEUX, TRAVAUX
DESSINS, GRAVURES, MODES POUR ENFANTS
PRIX, tm AK :
En Tente aa burean da «Journal des Demoiselles »
48,
ON
Franco.
Etranger .
l a fr.
te a
S'ABONNB
En enTojant par mandat de poite le prix proportlonnel au nombre de numéroa qui reaten! A
pabller.
A l'OTdre de M. F E R N A N D THIÉRY
Direoteur, 48, rué Vivienne, Paria
RUB VIVIENNE, 4 8
MANUEL
DD
JOURNAI DES DEMOISEEIES
MBTUODB POOR LES PRINCIPAUX TRATAÜX DB DAMBS
8° É D I T I O N a u g m e n t e s
Orné de 445 figures et vignettes
PRIX DU VOLUME BROCHÉ :
Paria, 3 f r.—Dépar temen ts et ¿tranger, 3 fr. 5 0 franco
^VIANDE,FERETQUINA^
/ Wl/aliment Mi aux toniques les píos réparateurs^
(kW
vin-
\
-9
•ERRUGINEUX AROÜD
m
SAVON IXORAdeED. PINAUD
ÍSM
QUISA et aux principes solubles de la V14NDK
i ' aa
au OD
e q u i s paraiaUnt, rend la paau bUutftlie,
I j
fin* ét velouté*.
%3Q,Boa
3$¿ Bouler. des Itálicas P A R Í S 37,BouIev. deStrssbourg
m
RÉGÉNÉRATEUR DU SANG
d'un J > a r f u i
flalllt sürement: Coloróse, Ilutan blincb<s, •;
ilItratlonduSiog.
5 fr.—Dípít 6*': J. FBRRÉ, suc ti Aroud,
102, roe Blebelieu, et loutus pbaraacta.
wtpniaements, icpiUTrissen'ou
|
Ayuntamiento de Madrid
L I B R A I R I E
H A G H E T T E
VIENT DE PARAITRE
& G>«
BOULEVARD SA1NT-GERMAIN, 7 9 , PARÍS
En vente
au burean
PETTTE BIBLIOTHÍQÜE DE LA FAHILLE
James
SIITHSON
Vivienne
-TEINTURE INOFFENSIVE
Ilcíiiíaiif
InstOntanément
luí Cheveux leer Couleur Naturelle
PARFUMERIE ORIZA
L. LEGRAND
1 VOLUME
Cent
O l r a r d i n (J.): Le locataire des
demoiselles Rocher.
— Les éf reuves d'Elienne. '
— Les Ihéories du D' Wurlt.
— Miss Sans-Cceur.
— Les braves gens.
Marcel (Mme J.) : Le ClosChantereine.
W i e l e (Mme Van de): Filleul
du roí I
soixante-riuit
11, Place d e la Madelelne, P A R Í S
(Ci-dmm, 207, ras Slint-Honorí) .
gravures
LE " M AGIC-FACIALU
B r o c h é , 1 0 fr. T o i l e , 1 3 fr. A m a t e u r , 1 6 fr.
du Docteur G E S T A T
C o m r n u n l q u e a u telnt Blanohenr
F r a l c h e u r et Veloute, préVlent
ou détrult la rlde, empécne
les tacnés d e rousseur, rend
e t c o n s e r v e a u v i s a g e s a forme
g r a c i e u s e e n falsant
rtlspar a l t r e Bajones et T r i p l e Mentón.—Le M AGIC-FACIAL
donne la beauté naturelle
sans maquinare.
PRODUIT UNIQUE ET GARANTÍ
Flacón & accessoires 3 0 ' franco, mandat.
P A R F U M E R I E CHANTILLY
2 1 , rae ttu 4 Scptembre,
Paria
HISTOIRE
D E LA.
W l t t (Mme de), néc Guizot:
Tout simplemenl.
— Reine et mailresse.
— Un héritage.
— Ceux quínous
aimenl el
eeux que nous aintons.
— Sous tous les cieux.
— A travers pays.
F l e u r i o t K é r i n o u : De fl| en
aiguille.
r.
LE RHONE ; í
F O R M A T P E T I T IN-16
A 2 FR. LE VOLUME
Lareliar,tn ptfcalio. gm pule, Irancbn rouges, lt p«y. «o IUI 50 C,
F l e u r i o t (Mlle Z.): Tómete du
nid.
— Raa^/t&ubry,
chct de famille.
— L'hcriticr de Kerguignon.
— Resida.
— Ces bons Rósale!
— La vie en /amule.
— Le cceur el ¡a lele.
'— Au Galadoc.
— De Irop.
— Le théátre che: soi, comedies el proverbes.
— Sans beaulé.
—» Loyauti.
dujournal,48,
d u Docteur
COIFFÜRE FÉMININE
PAR
NI CHEVEUX BLANDS
La Comtesse Marie de VILLERMONT
D'autres volumes soDt en préparatlon
n i Favoris gris
OUVRAGE ORHB
^..wlithographie,
planches
hors
ROSEE CREME
PARFUMEE
D'une efficacité incomparable
ESSEMTIELLEUENT HYCIENIOUE. BÉSULTATS SURPHENAHIS
ÜARANT1T FRAICHEUR DU T E I N T , COMBAT L E S R I D E S
Souceraine
contre tontea lea
altérations
de la pean en tóate» taitón»,
che* la
femme,
la ftllette et le bebé.
BERTRAND, 35, rué de La Tour-d'Auvergne.
de
texte
í'EAÜ CHARBONNIER
nombreuses
ET D E 600 VIGNETTES
TINCTÓRIAl VEGETAL
rend au tube ctpilUire sa couleur caluro!»,,
bruñe, blondo ou cháliio.
Un magnifique yol. grand in-8* sous ¿legante couvert"
F l a c ó n : 6 fr., 3 F l a c o n s : 1 5 f r .
Broché, 3 0 fr. Amateur, 3 7 fr.
POMMADE TONIQUE
SUCCÉS
arréte la chuté des cheveux,
Us fortifíe, guérit pellicules et
démangeaisons.
Si ce magnifique ouvrage s'adresse a tout le monde,
il s'adresse p l u s p a r t i c u h é r e m e n t aux damas et aux
iersonnes intéressées p a r leur profession a connaitre
es modes feminines e t a l e s inspirer. L a mode t o u r n e
toujours d a n s le mime cercle et la mode d'hier n e
sera-t-elle p a s celta de demain ? Ne serait-il mCme
pas vrai de d i r é qu'aujourd'hui i l n ' y a p l u s de
mode et que le tout p o u r une femme e s t d e se coiffer ou de se vétir d'une facón s e y a n t á so. p e r s o n n e .
Dans l'IKitoire fie la Co'ifíure féminine, fes dames
trouvent p o u r se coilfer, se c o s t u m e r o u se ftire une
tétt u n soir d e bal, u n e mine incpuisable u'idées et
de renseignements ¡Ilustres.
I_E POT i 3 FR. et £> FR.
S0C1ÉTÉ EUBOPÉENNE
8 7 . Boulev. M a g e n t a , F A R I S ,
Í
L'EAU GRECQUE
s
WFRISER&ONDULE&
instantanément
V O S CHEVEUX
Qt d'une facón pnrlnite et durable
e&ns
prójudice
de leur pnrfallc conscrvoilon
lEAU SUEDOISE
Formule du Docteur KINN,
I nui'supntímo'heureuseiuont le f«r«vfrlter.i
remplol pal el pernielcux u la clieveluro.
I Flacón avecmode d'emploi: 5lfr->
I Iranco $ ' 8 5 contre mandat-poste.
1 G** Pariúmerle Unlvcrscllc,
l l.r.du Quatre-Septembre,Paria
ít A v e c l a d o ñ e e
Mixture Épilatoire
d a Docteur P A L O I S
FRISE & ONDULE
DU DOCTEUR
NE FAITES PLUS ARRACHER
D j i * »
TOS d e n t s endommaoées, conservez-les avec
l'Elixir
dentifrice d e s Bénédictins du Mont Majella q u i les
a s s a i n i t et les blanchit. 3 fr. et 6 fr, le flacón franco
contre mandat-poste d e 3 fr. 50 ou de 6 fr. 8S a
i'admini»íraleur E. SEÍIET, Sí, r u é du 4-Septembre,
París.
les damos íonl complétcment dls- .,
psroitre elles-memes en 3 minutos:
B a r b e , mouetaches, d u v e t i m p o r t u n , polis disgracieux 4 la l i g a r e ,
sur b r a s , aux Jambes, etc. Sans oucun
dnnger ni la molndvc «ouffranc* ni le
molndrc réaultot í&cbeux pour
repinarme, memo le plus dcllcat.
qu'elle adouclt et rs)eunlt.
SUCCÉS ABSOLUMENT GARANTÍ
Flacón ar*. mode d'emploi :1fr.
f v 7 , 8 5 contra mandat-poste.
GKAIiDE PABÍDK3UE DHITERSUU
i l.r.du Quatre Septembro, París
^ >Inslancanémen t
les Cheoeux sans fer
SEULE
1EA.U GRECQUE llent les
rcheveuK frises malgrc la
cbaleur ou l'humidité.
EAO GRECQUE nc s í che pas
Lies cheveux, les assouplit.
lEAO ORECQOE ne decolore pus
lies cheveux et les conserve.
|E1D ORECQ0E ne poisse pas.
flacón et Hode d'emploi 5 f. Ir" 6 f. contre mandat
Parfwrurii C H A N T I L L Y
a i , r a od a 4 Stplembre, París
1
_
,,,,,
CHEVEUX CIAIRSEMES S ;
p a r VExtrait
capillaire
des Bénédielim
du JBonl
3f<i;elln, q u i arréte l a chute et retarde l a décoloration. 6 fr. l e flacón, franco contre mandat de 6 fr. 85
a i'odnn'niatrnleur E. SENET, 35,rue du «-Séptembre,
Paris.
1 4 M U S ACTffE
n i V J
•!_'- ,
i
v
|
l
^
^
l
^
F R A 1 S
de I
f
l
V
n
V
B L / I P L U S
™?o*,*%£¿ca m
l * • B u e CaatlBllone, P a r U
M ri^ÉRivmQBii
HUILE'eHOGGF^itMORUE;
u
QARANTI
HOURMSSáHÍE
I
6 PLACONS POUR
2 0
PRAIIOI
P r e s e n t e a u x B a f a n u r a c n i t l a n e s . a u x p e r s o n n e s d é b i l e s e t c o n t r e l e s maladles d e P o l t r i n e . l a T o n » , lea H a r n e a r » , l e s B r n n t t o n s d e l a P e a n , e t c .
En vente
au burean
du JOURNAL
DES
DEMOISELLES,
48, rué
Vivienne
EN ENVOYANT I FR. 5 0 EN MANDAT OU TIMBRES-POSTE A L'ORDRE DE M. FERNAND THIÉRY
OM
RICK'KA
PRA.NCO
DANS
TOUTB
LA F K A N C B
O M B
R O D L E T T E
POTJR
RttLBVKR
LES
PATRONá
LA PATE ÉPILATOIRE DUSSER
Detroit les D I 7 V B T S 3>XBGAA.CXEUX (Barbe,, Moatiocho. etc.), sor le vl&ago dea dames, sanar a u c u n inconvénient
pour la pean, mOme la plus déUcate, 60 ANS de SUCCÉS, de
Hautes Recompenses oux Expositions, les Brevets de Fournisseur de plusieurs Familles régnantes, des Milliers d'Atteslatious ct l'spprobotlon de hnutes
Kotorlctes du Corps Módica!, garantlssent l'efflcacltó
et rinnocultoobsoluo de cette préparatlon (SO fr. la boite, pour le mentón et los Jones; 1/2 botte
:
10
ír
epeclalo
pour
ano
légéro
mouatacbe.
F*6 md".) Lo P I L . I V O R E falt dlspnrnítre toute trace de
>t
polis folleta sur las bras auxqnels 11 ¡communtqne une blancheur
éblouiasante
( F " mútí, SO fr. 86). l>XTSS=tT=ÍTZ. Inventeur,
S u e J e a n - J a c q u e a - T l o u s s e a u , n ° X. P A & X 3 París. — Alcan-Lfivy, imprimeur brevete, 34, r u é Chauchat. - -
Ayuntamiento de Madrid
1M
V*t»r
N" 1.
Soixante-douziéme ar.née.
9 Janvier 1892.
&<E( IPUIP^
Cillera ture,
^eaux-o^rls,
SEhéálres, SÉconomie n)omesliqii3
ODES
A mode est, cette année, charmante
daos ses détails, et je ne sais
vraiment pas pourquoi certaines
d'entre nous semblent vouloir lui
chercher noise. Je me demande
si elles sont bieti sinceres en
agissant ainsi. J'en doute parfois, car, en somme,
ees femmes sont jolies, coquettes, méme avec
m
Coilfure de bal genre grec.
De M. Leathíric, 2)8, ruc Saint-Honoró.
Coilfure basse de bal ou de soiréo.
De M. Lcntlu'ric.
une pointe d'originalité. Mais n'approfondissons
pas. Pour rnoi, je suis peu grondeuse de mon
naturel, fort disposée a l'indulgence et pas du
tout de l'avis, — je vous en préviens, — de
celles qui prétendent, en tout temps, « qu'autrefois tout était mieux qu'á présent.» Je ne suis pas
non plus pour cela une exagérée du présent, mais
je pense que chaqué époque a son charme — ses
défauts aussi — et ce qui se fait est toujours joli,
& de rares exceptions prés, parce que c'est en
harmonio avec tout ce qui nous entoure, comme
avec notre maniere de vivre. La mode n'est ridicule que lorsqu'on Fexagére ou lorsqu'on l'applique á faux. II est certain qu'une femme de guárante ans ne peut porter la toilette d'une jeune
filie de vingt ans, et vice versa. Ou bien, si elle
s'habillc ainsi, ce n'est pas la robe qui est
Ayuntamiento de Madrid
JOURNAL DES DEMOISELLES
ridicule, mais c'est la femme qui le devient sous
cette robe-lá... Le tout est dono de se mettre
suivant son age, sa situation et les circonstances.
Je m'adresse aujourd'hui particuliérement aux
jeunes filies. Ciu'elles veuillent done me permettre un conseil, un bon conseil de sceur ainée,
sinon de maman. Pourbiens'habiller, il n'estpas
nécessaire de dépenser beaucoup d'argent. L'art
de la femme consiste précisément á se mettre
bien, á peu de frais. On voit quelquefois des
jeunes filies charmantes, dont on admire beaucoup la toilette, et qui ne sont pourtant vétues
que d'une simple robe de crépon sans autre garniture qu'une ceinture de ruban nouée autour de
la taille. Mais cette robe est d'une nuance assortie
á leur teint.á leur chevelure; lacoupeen est parfaite, et le tout forme un ensemble ravissant et
plein d'harmonie d'oü s'exhale un charme irresistible, tandis qu'á cote d'eile, telle autre jeune
personne, fort richement vétue, n'arrive á s'attirer que des aniipathies ou des critiques. Tout ce
qui compose sa toilette est tres beau, en soi, trop
beau peut-étre; mais cela manque précisément
de ce qui doit étre avant tout l'apanage de la
jeunesse : La simplicité.
Rien n'est laid comme une femme qui res-semble á une chásse. Evitez done de porter trop
de bijoux á la fois. Un peu, éclaire la toilette, lui
donne un cachet d'élégance supréme; trop, la tue.
Et, pour les jeunes filies, j"ajouterai méme: portez
le moins de bijoux possible. Vous avez la jeunesse. C'est une fleur qui passe vite, helas I et
dont on n'apprécie toute la valeur que lorsqu'elle
est effacée. Parez-vous de vos vingt ans, mesdemoiselles, c'est-á-dire de votre fralcheur, de votre
candeur, et aussi de votre bonté comme de votre
modestie. 11 n'est pas de pierre qui égale cellesla en éclat.
La bonté, voyez-vous, elle est, ou elle devrait
étre, toujours de mode. Et lafemme n'est vraiment
belle que lorsque son ame en est saturée et que
ses traits la reflétent.
Dans le budget, si modeste soit-il, que votre
mere vous alloue pour vos colifichets, sache?
distraire une petite somme. Employez cette reserve & offrir un de ees riens charmants, qui
VISITES
completen! si agréablement une toilette, & une de
vos amies moins fortunée que vous-méme. Vous
vous serez privée, sans doute, mais combien la
joie que vous ressentirez de celle procurée par
vous sera plus grande cent fois que votre privation elle-méme. La proportion n'existe pas en
pareille circonstance. Et je vous affirme, moi, que
vos traits auront gagné en beauté par votre expression justement heureuse, tout ce que votre
toilette aura perdu en ornement superflu.
A propos de ees riens charmants que l'on peut
multiplier et varier & l'infini, je vous recommande
beaucoup les cols-baveties qui se portent en ce
moment. lis se font en dentelle, en guipure, en
mousseline de soie ou en tulle brodé. Leur nom
indique leur forme. Un de ees cois, appliqué sur
un corsage quelconque, lui donne de suite un
petit airde coquetterie charmante. Pour le coneert
ou le théátre, c'est tout á fait commode.
Avec un corsage-veste, on porte davantage les
chemiseties ou bouffants, dont on varié la nuance
á volonté. Le gilet, lui, est ajusté et se fait en
étoffe de soie á ramage ou bien en drap clair. En
satín uni; on le couvre de broderie. Et, si vous
étes coquettes, voilá de quoi utiliser l'adresse de
vos doigts, et oceuper quelques-unes de vos soirées d'hiver.
Ce genre de travail n'est pas du tout absorbant.
11 a done tous les avantages, puisqu'il satisfait
votre coquetterie en augmentant celle de votre
robe, et ne nuit aucunement au plaisir de la conversation.
Ahí la conversation, voilá un art que nous
devrions bien ressusciter I C'est en cela qu'excellaient nos méres. La mode, je ne sais pourquoi,
semblait l'avoir complétement dé'laissé en ees
temps derniers; mais il renait un peu encertains
salons. Et c'est la un effort qu'il faut encourager.
Savoir causer est un don qu'on augmen'e encoré
par la culture de l'esprit et la bienveillance de
ses appréciations. La mode se méle de tout. Eh!
bien, faisons qu'en 1892, elle ait rendu á nos
salons cet art éminemment franjáis.... Et nbus
aurons ainsi fait acte de patriotisme et de bon
goüt.
MARIE-BEHTHE.
DANS LES
Chcz M" Pellotier-Yidal, 19, rué la Puix, so drapent et
s'étalent les plus dolicicuscs étoffes pour robes et costumes
de bal. Des nuances ¡díales, des lissus vaporeux auxq.uel's
suffit une tres simple garaiture. Jugez-en par la description
de quelques modeles entrev.us. Costume en gaze rose thé brodíe de üeuretles camai'eu. La jupe, laillée en plein biais,
posee sur une sous-jupe de la méme coupe garnie de trois
petits volants dechiquetiSs, légers ct mousseui, sur lesquela
repose lebas de la jupe de gaze.
Le corsage djScollcté, drapé de plis qui remontent au mi.
lieu, se pince, en poinle, de quelques fronces; de mime
au dos, dont la fermeture est cachee sous un pl¡. Un dépassant de gaze au décolleté; sur les épaules, des nceuds assez
MAGASINS
volumineux. A la jupe une ceinture drapée relie le corsage,
qui se perd dessous.
Quel gout se montre dans cette facón simple, et quel talant
il faut pour rendre cette simplicité tres elegante 1 C'est le
secrat de M" Pelletier-Vidal.
MAISON LEFÉVRE-CABIN, ANCIENNE MAISON SAJOU
1Í, boulevard Sebastopol
Nous avons parlé derniérement des tapisseries coloriées
sur canevas de la maison Lefévre-Cabin, ancienne maison
*&*
Ayuntamiento
de.•L^mvx*..ip
Madrid
PETIT
C0URR1ER
DES
DAMES
Sajou, 71, buulevard de Sebastopol, qui sont aussi artistiques et raoilleur marché que les tapisseries tramées. Cotte ingínieuse invention oifre
aux acheleuses une réclle óconomie et leur facilite le travail. Quant
á Pnssortimcnt, il cst compté a raison do 8 fr. la livre de bello laine
de Hambourg.
Si nous revenons sur ees renseignements, c'eet que nos lectrices
BOUS ont demandé si l'on peut trouver ainsi colorios des paravenls et
de grandes banquettes de fenétre. Certainement, ees objets do tous les
styies : fauteuils, chaises, tabourets, etc., etc., se trouvent coloriés et
la maison Sajou se charge mime de faire composer et colorier, d'apres
les indications données, des tapisseries selon le genre de style désiré.
Les tapisseries de style de cette maison sont superbes. Que de sujets
varíes, artistement faits I Que de genres divers I Lesfleurs,marides á des
enroulements de ruban, forment des dégringolades naturellcs; les paysages, animes de ruines, de personnages ou d'animaux, sont amusants a
regarder apres avoir amusé a les faire.
La maison Lefevre-Cabin, toujours d'une extreme obligeance, l'est
encoré plus pour nos abonnées.
VELOUTINE
C.
FAY
9, rué de la Paix
Plus de cooperóse, de hale, de rougeurs. La Vcloutine C. Fay, 9, rué
de la Paix, les fait disparattre ou les atténue. Que le teint perde de
son éclat, que la peau se bistre, se ride ou se fane, une application de
Vcloutine dissimule ees ennuis sous son léger duvet transparent, invisible, duvet impalpable, doux et fiatteur au .possible. Cette poudrc
exquise, qui s'adresso a la coquetterie et a l'hygicne, puisqu'une partie
de bismuth entro dans sa manipulation, peut sans s'altérer traverscr
les mers.
La maison Fay l'expédic direetcment s'il ne se trouve pas do dépdt
dans la vi lie que l'on habite.
Elegante veste d'intérieur en soie Louis XVI
bleu pile ct or.
De Múdame Gradoz, 67, rué de Provence.
Explicatiou des Gravures aoires (pages 1 el 3)
C.oiffure de bal genre grec. — Onduler d'abord les cheveux,
les relever ensuite et leur faire former une coque un peu
haute ; derriére la tute, placer autour le petit cercle de bouclettes appelé pembé. Sur le front, un petit pouf frisé tres
léger.
Coi/Ture basse de bul ou de soirée. — Les cheveux ondules et
réunis tous ensemble dans la main, leur fiire former trois
coques et faire sortir du milieu la pointc bouclée des cheveux
ou quelqucs bouclettes grecques. Sur le front, une légére
meche friséo rejetée en arriere el do légeres bouclcs sur le
front.
Elegante veste d'intérieur en soie Louis XVI bleu pále et or.
— Le devant, garni d'un bord tres étroit de zibelinc, ouvre
sur un jabot de dentello créme tombant en spirale un peu a'udessous de la taille. Une grosse ruche de crípe lisso mais
fait le col. La mancha largo cst soulcvée a la saignée par
quelques plisfixéssous un ncoud do ruban gl'acé jaune; un
bord de zibeline garnit le bas.
E x p l i c a t i o n d e la G r a v u r e c o l o r i é e 4 8 6 7
Toilette de réceplion eñ moire antique grise pékinée de salín.
— Jupe collanto tail'lée en biais, garnic, tout au bas, d'un
petit bouillouné que surmontc une lelo de dentelle blauche.
Le corsage est Onement bouiilonné aux entournures pour
former, de chaqué eflté du milieu du devant, une coquille
molle encadrant un jabot de dentelle qui cascado jusqu'au
bas de la taille.
Manches vagues terminées par une dentelle blanche rabsttue.
Botlines en satin gris. Uants de Su6de.
Toilette de diner en veloutine vieux rose. — La jupe, de plein
biais, est orneo au bas d'une haute bande de velours Gxée par
un cache-point ondulé en passementerie mate do mime ton.
La coulure de chaqué lé est convente par un cache-point de
passementerie.
Le corsage se perd sous la jupe et sous la ceinture de velours. Taille en biais devant, froncé a la taille et agrafé derriére, il recoit un empiécement de passementerie.
La manche, taillée en biais et d'un seul morceau, a, pour
faire tourner le coude, trois pedís plis faits au commencement de la coulure, couture qui commence au coude. Elle se
couvrc de passementerie.
Col en velours. Belle passementerie sous la ceinture.
Bas de soie noirs. Souliers en satin noir. Gants do Suóde.
(Patrón découpé du corsage.)
Ayuntamiento de Madrid
ONNE année! Bonne an-
née ! Que de lévres ont
prononcé ees deux mots
il y a tantót dix jours :
lévres d'enfants, caressaptes- et joyeuses; lévres souriantes des jeunes qui espérent; lévres
pensives, ou railleuses,
ou tristes de ceux qui
ff{fa\*p
savent.— se rappelant...
— ce que deviennenttant
de vcfiux prodigues g.énéreusement dans cette aube de l'année commengaute
Comme de coutume, les personnes chargées de
paquels se sont montrées legión l e í " janvier; les
promeneurs ont envahi les boulevards, et les modestes petites boutiques qui s'y dressaient pour
l'instant ont recu des regards admiratifs-, les
cochers n'ont point manqué d'étre intraitables á
souhait; par contre, les concierges se sont montrés d'une amabilité inattendue. Au seuil des
églises, les pauvres sont apparus, dans certaines
paroisses riches, nombreux córame les saulerelles du désert; et il s'est trouvé, gá et lá, des
Jilleltes de seize a dix-huit ans qui, tout en faisant
-l'aumóne á quelque gargonnet, lui ont bien vite
demandé son nom, se souvenant que « le nom du
premier pauvre auquel elles donnent le 1™ janvier, est celui de leur futur époux », dit la
légende... Et chacun sait quelle part de vérité
entre dans les légendes...
Maintenant, la jeune année régne done avec
cette autorité que personne au monde n'aurait
le pouvoir de lui enlever; et elle acommencépar
ouvrir la póriode des réceptions, ainsi qu'une
nouvelle arrivée qui veut se l'aire bien aecueillir,
et marquer gaiement sa venue.
Tout d'abord a été célébrée la Féte des Rois,
qui cree des souverainetés bien éphéméres, mais
que plusieurs apprécient et jugent charmantes.
Seulement, il faut reconnaitre que l'antique féve
se fait de plus en plus rare dans le gáteau traditionnel, et cede la place á de minuscules personnages en porcelaine d'une laideur sans prétentions... Mais cette innovation a pour effet de jeter
des opinions bien erronées dans certains cerveaux enfantins .. Un petit gargon de huit ans.
auquel son professeur demandait ce que c'était
qu'une féve, ne répondit-il pas en la définissant
sans bésitation : « Un petit bebé de porcelaine
pour les galettes des Rois. »
Combien doivent se voiler la face les pátissiers
qui faussent ainsi les idees de leurs jeunes
contemporains, et cela á une époque telle que la
nutre, oü de sages moralistes proscrivent méme
les contes de fées des lectures enfantines, afin
que l'imagination des petits s'attache á la seule
vérité... Ne faut-il point les garantir contre les
réves indécis, mystérieux et charmants dont plus
tard, quand, bon gré mal gré, ils auront appris
la vie réelle, ils aimeraient á se souvenir comme
de ees songes exquis et fugitifs que l'on se rappelle avee un sourire imperceptiblement attendri... II est admis aujourd'hui par plusieurs puissances competentes que rien n'est pueril et pernicieux comme de faire connaitre aux enfants les
belles princesses vétues de robes couleur de
soleil, ou endormies pendant cent années; les
petits souliers dignes de fées que trouvent les
fils de roi; les bottes magiques franchissant des
lieues d'un seul pas ¡ et enfin les marraines
généreuses qui transforment les citrouilles en
carrosses pour le plus grand plaisir des filleules
désolées... Maintenant, on donne aux petits des
livres tout impregnes d'un parfum de science
plus ou moins prononcé, qui les enchante également plus ou moins...
Est-il étonnañt qu'á une époque oü certains
s'efforcent ainsi de faire des enfants des jeunes
éjtres déjá pratiques et nullement disposés á
devenir la dupe de leur imagination ou de leur
sensibilité, il existe une personne tres fiére de
posséder un bijou aussi rare que macabre, un
collier fait de trois" rangées d'yeux humains
enchássés dans une monture d'or vie'rge. Ce collier. unique, il faut l'espérer, est la propriété d'un
richissime négociant américainqui, plein de condescendance pour la curiosité publique, le fera
paraitre a l'Exposition de Chicago. Et maintenant, d'oü viennent ees yeux? D'antiques sépultures des Incas, récemment découvertes au Pérou.
Lá, les momies se rencontrent a profusión; etles
amateurs peuvent les acquérir sans courir le
moindre risque de se ruiner. De lá, l'idée ingénieuse venue á l'explorateur de ees cimetiéres
délaissós depuis des siécles, de creer un collier
tel que n'en aurait jamáis possédé, sans doute,
un mortel civilisé... — diez lessauvages, c'est
une autre afta iré!
•
Et les pauvres yeux oü tant d'impressions ont
peut-étre jeté leur reflet, qui ont peut-étre exprimé tant de choses douees ou terribles, tant
admiré ou tant aimé, recevront de nouveau, dans
une Exposition, la caresse du soleil que leurs
prunelles mortes ne voient plus. Leurs cristallins, que les aro mates employés pour l'embaumement ont nuancós d'étranges teintes orangées,
ne ressemblent plus maintenant qu'á de belles
pierres aux tons irises et changeants... 11 ne
nous reste plus qu'á souhaiter que, á la suité de
l'exhibition de ce collier, la mode ne vienne pas
de porter des bijoux ayant une pareille origine.
Ayuntamiento de Madrid
PETIT COURRIER DES DAMES
Pour l'instant, les Parisiennes ne songent guére
a se parer ainsi ; elles sont absorbées par la serie
des visites que la saison leur rend obligatoires.
Chaqué jour, de trois heures á sept heures et
demie, et méme davantagé, les salons Acuris
comme des jardins, abritant des palmiers et
autres plantes exotiques tout comme des serres,
doucement éclairés par laclarte des hautes lampes
voilées d'abat-jour vaporeux, les salons done
voient se succéder une suite de visiteuses qui ne
sauraient manquer d'étre charmantes, étant donné
qu'avant de sortir toutes se sont eftbrcées — dans
un but purement esthétique — de mettre en
lumiére toute la somme de beauté dont l'excellente nature les agratifiées.
Aussi les visiteurs masculins ont-ils le plaisir
de voir surgir, d'instant en instant, de jolies apparitions bruñes ou blondes, minees dans la
longue robe píate et trainante, la taille affinée par
lampleur des manches bouffantes; quelques-unes
enveloppées dans le petit collet Louis XV de
velours ombré bordé de zibeline, recouvert jusqu'aux épaules par une pélerine de vieille guipure; et toutes emplissant le salón de bruissements soyeux, de parfums subtils, d'un murmure
animé de causeries et de rires, surtout vers la
table de-lunch, oú brille le samovar d'argent, au
milieu d'un parterre de sandwichs etautres dioses
savoureuses destinées á étre dégustées par les
amateurs.
II serait peut-étre audacieux d'affirmer que la
conversation est alors pourvue de qualités transcendantes et digne de prouver á M. Jules Simón,
sceptique sur ce chapitre, que les femmes savent
encoré causer. Mais, á coup sur, elles elHeurent
bien des sujets : réceptions, mariages á venir,
soirées théátrales et méme représentations du
Théátre libre, celles-lá racontées avec des sourires scandalisés et d'expressifs:« Oh 1 ma chére,
c'est une horreur! N'allez jamáis lál... » Par
aventure aussi, quelque jolie mondaine ayant des
prétentions artistiques, émet, tout en mordillant
son pain au foie gras, une opinión sur l-'une des
Expositions qui commencent a foisonner.
Combien en effet, depuis un mois, se sont
ouverts et fermés de ees petits Salons! Dans les
galeries du Théátre d'application, M. Sinet, le
peintre de la tres célebre "Yvette Guilbert, a presenté au publie une serie de pastéis fort parisiens dans lesquels les clubmen, en particulier,
étaient croques partout et dans toutes les attitudes, au théátre, au cercle, au bal, etc.,— et non
pas toujours croques de fagon tres flatteuse.
Puis un artiste étranger a appelé les visiteurs
dans son atelier; c'était le statuaire russe Antocolsky qui jouit de la faveur toute particuliére du
tsar, lequel adéjá acquis un grand nombre de ses
ceuvres. Est-ce parce que, non contení d'étre un
puissant artiste, M. Antocolsky a entrepris do
ressusciter, par le marbre, les héros de son
pays, ou les fondateurs mémes de la patrie russe,
á commencer par Pierre le .Grand...
Pour son compte, la salle de la rué de Séze,
aprés avoir abrité, il y a quelques semaines, une
5
curieuse exposition de faíences, s'est de nouveau
ouverte aux peintres qui participent á l'Exposition internationale. M. Lágarde y a, comme toujours, des effets de soir d'une poésie intense et
voilée; M. Billotte, quelques-uns de ees coins de
banlieue qu'il affectionne ¡ M. Zorn, de dólicieux
effets de lumiére, surtout dans son Soleil de Minuit; M. Dinet, des scénes algériennes et particuliérement une Féte de Nuit qui nous montre
une almée dansant á la lueur de lampions devant
la foule accroupie.
-.1
Jadis les peintres semblaient avoir pour objectif de représenter la beauté ou lalaideur des étres
dans sa forme, sa couleur, son expression. Maintenant ils veulent rivaliser avec les psychologues,
poetes et prosateurs. et exprimer, eux aussi! des
états d'áme. De la, recolé des symbolistes en
peinture qui, s'unissant á celle des impressionnistes, a eu, á son tour, son petit Salón particulier. L'on y a pu voir le symbolisme dans toute
son horreur, revelé par un Effet d'orage, tout &
fait... étrange. Par bonheur, ila revétu une forme
un peu moins extravagante avec le chevaüer de
M. Bernard, s'élancant tout bardé de fer vers des
monstres,- dans un décor fantastique ¡ puis aussi
avec le Motif deffroi de M. Denis qui nous montre deux tetes livides et épouvantées, aux yeux
dilates par la visión intérieure de quelque chose
de terrifiant. Peut-étre les propriétaires de ees
deux tetes se souvenaient-ils de détails effrayants donnés sur un horrible crime quelconque.
11 est pos.itif que la majorité du publie sera déroutée par l'aspect... inattendu de certaines manifestations de l'école symboliste. Mais elles sont
surtout destinées á charmer eeux-lá qui admirent
de confiance et a outrance tous les novateurs,
quels qu'ils soient.
N'existe-t-il pas dans Paris méme, de tres
chauds et tres sinceres admirateurs de cette
Hedda Gabbler que le Théátre libre a représentée
á la grande désolation de M. Sarcey dont l'esprit
bien frangais, épris de boñ sens et de ciarte, ne
peut se faire á certaines ceuvres aussi exotiques
que brumeuses ? Peu ne s'en est fallu, peut-étre,
qu'il ne suivlt l'exemple de ca spectateur qui, assistaut á la représentation d'une piéce de la nouvelle école, se leva, pressa, avec désespoir, son
front entre ses mains en s'écriant: « Je ne comprends rienl Je ne comprends ríen!... ».Puis se
rassit.
Ce qui a été le plus goüté dans la représentation
d'Hedda Gabbler, c'est la conférence de M. J. Lemaltre, qui l'a précédée. A entendre M. Lemattre,
il semblait que rien ne fút plus aisé que de pónétrer le rnécanisme de ees ames scandinaves ;
ir,ais quand les personnages cux-mémes sont
venus exprimer leurs idees, leurs sentiments,
leurs passions, l'horizon des spectateurs s'est
voilé...
Bien autrement simple — en tant que livret —
est la compréhension du nouvel opera Thamara,
qui vient de nous étre donné. L'auteur s'est inspiré du récit de la Bible, concernant Judith; mais
Ayuntamiento de Madrid
JOURNAL DES DEMOISELLES
Toilette de visite en aoie noire á rayures mais,
ornee de guipure noire. — Jupe píate avec demitraine disposant les rayures en A au tablier et en
biais aux les de derriére.
Coraage pris sous la jupe, garni en pointe dans
le haut d'une chemisette de mousseline mais;
rayures en V contrariant celles de la jupe.
Habit en guipure noire, laissant voir les rayures au travers; ouvert, devant, sur le corsage dont
il encadre le gilet.
. Manche en guipure tres large du haut, oü elle
est froncée dans le milieu jusqu'au coude; le
bas, tres collant, estfermé par des petits boutons
noirB.
Petite capote coulissée en tulle noir, bord de
dentelle mais; garniture d'ailes noires et de veJours noir.
Brides étroites en velours noir.
Fcignoir Watteau enflanellefo»lée¿rose pile (devant).
De Madame Galardi, i, boulerard Malesherbes.
Toilette de visite en soie noire a rayures mais ornee de guipure.
De Madama Fellolier-Vidal, 19, rué de la Paix.
Peignoir Watteau en flanelle foulée rose pdle
(dos et devant). Le devant froncé a un empiécement carré est orné, de chaqué cote de la patte
qui cache les boutonniéres, d'un galón créme
brodé d'un point d'épine en soie rose; l'écharpeceinture qui serré la taille regoit la méme garniture, de méme que l'empiécement.
La manche pagode, ouverte intérieurement et
cxtérieurement, est froncée un peu au-dessous
du coude; l'ouverture intérieure marque deux
pointes rabattues.
Le dos du peignoir forme le gros pli Watteau
íixé au col, tombant en coquilles jusqu'au-dessous de la taille oü il s'arréte en pointe; l'écharpe-ceinture le traverse au milieu en passant
par de longues boutonniéres.
Grosse ruche en flanelle, tres haute derriére et
rabattue en pointe devant, bordee ainsi que le pli
Watteau, d'un galón créme.
Ayuntamiento de Madrid
PETIT
COURRIER
DES
DAMES
c h a r m a n t ; on peut la faire également en surah
ou en pongés.
Toilette de visite en veloura de chasse gros
bleu, garniiure
de velours changeant et marabout noir. — Jupe píate en velours gros bleu sans
doublure ni fond de jupe.
Corsage drapé en velours uní changeant rose
et marrón, orné d'un marabout noir dessinant un
corselet; le dos drapé en fichú croisé encadrant
une pointe de velours bleu.
Manche en velours changeant, cloche en velours de chasse bordee de marabout. Ceinture et
col en galón d'or brodó de pierreries.
Chapeau a bord plat, en feutre pelucheux m a r ron, orné d'une toufte de plumes ombrées rose et
marrón. Draperie de velours.
Peignoir Watleau en tlanelle foultie rose pile.
(Vu de dos).
Cache-corset en batiste, orné de dentelle. —
Des bandes de batiste séparées par des entredeux de dentelle font le dos et le devant; la ceinture Hélyett, qui
dessine exactem e n t la taille, est
faite d'étoffe et de
t r o u - t r o u ; au
bas, un léger v o lant de batiste.
Le h a u t e s t g a r ni d'un large cntre-deux de dentelle et d'un troutrou dans lequel
se glisse un r u ban; au-dessus,
dentelle froncée.
L'emmanchure
est g a r n i e de
trou-trou et de
dentelle.
Cache-corset en batiste avec ceinture
trou-trou.
De Madanie Galardi.
Cette jolie nouveauté se fait en
batiste de coton
de toutes coul e u r s , et c'est
Toilette do visite en velours de chasse gros bleu, garnituro
de velours changeant et de marabout noir.
Modelo de Madanie Galardi, i, boulevard Malosherbes»
Ayuntamiento de Madrid
8
JOURNAL DES DEMOISELLES
Thamara n'est cependant point aussi farouche
patrióte que l'hérolne juive¡ elle hesite bien á
frapper, et quand elle l'a fait, elle se tue pour ne
point survivre á sa victime. 11 est vrai qu'eJIe l'aimait; ce en quoi, elle différait de son emule "Judith qui n'était animée d'aucune sympathie particuliere pour le general assyrien.
Thamara a été donnée presque au moment oü
s'ouvrait l'ére vite écoulée des vaeances du Jour
r"ctfej'an. Mais á un opera, si beau qu'il puisse étre,
les jeunes, tres jeunes spectateurs, préféreront
toujours hautement un spectacle-tel que Michel
Strogoff. Et la piéce de MM. Jules Verne et d'Ennery a été plus que jamáis en faveur auprés
d'eux. Entre deux épisodes de léur drame, les auteurs avaient ingénieusement trouvé moyen de
faire apparaitre la flotte francaise... Ce qui aura
certainement eu pour effet de pénétrer de sentiments tout á la fois russophiles et patriotiques
la phalange des collégiens réunis au Chatelet
pour entendre le héros jeter son cri désormais
célebre : « Pour Dieu, pour le tzar et pour la patrie I »
CONSTANCE.
PENSÉES ET MÁXIMES
Le mal dont autrui s'est rendu coupable n'était rien en comparaison de celui que vous faites en le
rapportant.
(AUGUSTA COUPEY.)
Si elevé que soit l'arbre, les feuilles tombent toujours á terre.
(PROVERBE PERSAN.)
Les pauvres qui ne sont point envieux ont toute la vertu qu'on peut exiger des hommes.
(ARMAND HAYÉM.)
La jeuness'e n'a pas assez souffert pour savoir consoler.
(E. LEGOUVÉ.)
COURAGE DE FEMME
depuis plus de
deux heures, la partie
de lawn-tennis a l l a i t
finir. Tantpis vraiment,
car le spectacle était
joli de eesquatre jeunes
f e m m e s , s v e l t e s et
souples, vétues de flanelle blanche, qui couraient, sautaient de droite et de gauche a la poursuite de la baile folie, rasant d'un vol horizontal
la bande rouge du filet.
Et quel cadre a ce vivant tableau! A droite, la
plage de Dinard, toute grouillante de baigneurs ¡
a gauche, la cote dentelée s'étendant depuis SaintIíuogat jusqu'aux lointains brumeux du cap Fréhel ¡ au fond, la grande mer aux lames majestueuses, frangées de blanc, oü le soleil, déjá bas,
mettait un sillón d'or étincelant.
Bien que Frangaises toutes quatre, les joueuses
sacrifiaient a la mode du jour, et, se livrant a un
sport anglais, se croyaient obligées d'employer
des termes anglais. Les flfleen... thirly... foríy...
advanlage... gagned... se croisaient dans l'air. A
peine, entre deux partios, quelques minutes de
repos. Pendant ees courts arréts, ellos s'asseyaient sur un banc étroit, en bois grossier,
OMMENCÉI;
JW.HfJUWW
nn
se'.rées les unes contro les autres. Les pieds
croisés, la raquette á lamain, ápeineessoufflées,
elles causaient, riaient, discutaient les coups.
Une vapeur de1 jeunesse et de santé semblait
planer sur elles. On les sentait vigoureuses, hardies, entralnóes des l'enfance aux exercices violents. Le sang était léger et pur, qui coulait dans.
leurs veines et colorait leur visage, halé par les
brises de mer. Une éducation intelligente, s'inspirant, sans les pousser trop loin, des usages
d'outre-Manche, les avait faites résistantes,
aptes aux combats de la vie. Elles étaient nées á
temps pour profiter de ce goút tres vif pour les
jeux do plein air qui semble s'acclimater chez
nous depuis quelques années, au grand profit
physique des générations futures, mais peut-étre,
assurent quelques esprits timorés, au désavantage de leur développement intellectuel.
Et, en regardant ees belles personnes, bien
plantees sur les hanches, d'une élégance robuste,
colorees de rose par un dernier rayón de soleil,
on ressentaitcomme une impression vague d'antiquité, on concevait une visión fugitive de la
Diane moderne, moins noble mais plus mignonne
que la Diane classique, une .Diane vétue chez
Creed, chaussée chez Helstern, et remplagant
l a t e et les fleches par le choke-bored ou la ra-
! ^ 3 Ayuntamiento
de Madrid
ÍSS23533
nn
PETIT COURRIER DES DAMES
quette de tennis. Le sport! le sport! Tout pour le
sport!
*
Aprés un dernier « jeu » chaudement disputé,
Ja partie était terminée. Vu l'heure tardive, et en
dépit des protestations du camp vaincu réclamant
une revanche immédiate, on quitta le cort et on
descendit vers Dinard, oü la nuit tombait deja.
Elles s'engagérent á la file, dans le sentier
escarpé quiconlourneiafalaisc.Leurspas solides,
cadenees, sonnaient nettement dans le silence,
oü montait le murmure des vagues se brisant en
bas. Bientót les fines silhouettes disparurent une
a une, s'enfoncérent dans l'ombre, tandis que,
pendant quelques secondes encoré, flottaif un
bruit léger de rires frais et de pierres roulantes.
Puis, tout s'éteignit, je deineurai seul...
Et alors, par un contraste étrange, mais logique,
voici que je me mis a penser á tante Herminie.
Oui, certes, le contraste était bizarre, car rien ne
ressemblait moins a ees vigoureuses et alertes
gaillardes que tante Herminie, tante Ninie,
comme nous l'appelions.
Quand je vins au monde, elle était deja fort
ágée, mais elle n'avait jamáis été jeune. Dernier
rejeton d'une famille nombreuse, née de parents
plus que quadragénaires, on ne l'avait élevée
qu'á grand'peine. Toute sa vie elle était restée
fréle et délicate, oppressée á la moindre marche,
exténuée par le moindre eflbrt.
Mon plus lointain souvenir d'enfant me la représente dans son petit appartement, boulevard
Bonne-Nouvelle, en face du Gymnase. Je la yois
assise prés de la fenétre constamment fermée et
garnie d'épais bourrelets, les pieds sur une chaufferette allumée été comme hiver. Pctite, tres
maigre, toujours vétue de noir, elle disparaissait
presque dans le vaste fauteuil a oreilles qui l'cncadrait. Elle parlait peu, d'une voix éteinte, voilée, qui paraissait venir de loin, de tres loin dans
le passé. Ses gestes étaient rares, lents, amortis.
Ses mains pales semblaient se mouvoir dans
l'air comme á regret, par crainte de l'agiter, d'y
creer quelque courant pernicieux. A la voir si
invraisemblablement dóbile et tenue, on se dcmandait par quel prodige cet étre marqué pour
une niort rapídc avait pu arriver á quatre-vingts
ans.
Des soins constants avaient accompli ce miraele. Restée filie volontairement, peut-étre par
quelque instinctive conscience de sa faiblesse,
elle s'était ainsi soustraite aux dangers de la
maternité. Puis, tout le long de son existence,
c'avait été une suite de précautions inflnies, de
craintes exagérées. Un diner en ville, une promenade.unecourse á pied ou en voiture reffrayaient.
Ses seuls et rares voyages avaient été de Corbeil, oü elle était née, a Paris, oü elle est morte.
Et chaqué fois elle avait pensé expirer d'émotion
ou de fatigue. Quant au chemin de fer, elle n'avait
jamáis voulu en entendre parler, et s'étonnait que
d'autres eussent le courage de se conficr á ees
terribles machines.
9
Sa santé était sa grande próoecupation. Filie
d'une ópoque oü l'Iiygiene n'ótait guére connue,
au lieu de rechercher l'aotion tonique de l'exercice et du grand air, elle se confinait dans son
appartement des le plus insignifiant malaise,
se couvrait de tricots et de pelisses, s'inondait
l'estomac de tisanes, de sirops. Pendant les
derniéres années, elle ne sortit plus. Elle avait
a portee de la main une petite bonbonntére en
écaille, pleine de morceaux de jujube, et y puisait
á tous instants. C'était ia seule chose qu'elle offrit
a qui la venait voir, non sans un compliment a
l'adresse du produit« souverain contre le rhume »,
ajoutait-elle. Laseule exception qu'elle fit était en
mafaveur. A peine avais-je mis le pied sur lecarrelage rouge de la piéce d'entrée —je le vois encoré,
ce carrelage ! — qu'avant méme de m'embrasser,
elle prenait sa bourse en maules bleues, tirait
une piéce de deux sous qu'elle remettait sans mot
diré á la vieille Agathe. La servante sortait, pour
remonter quelques minutes aprés, avec uno
tranche de galette chaude dans un papier beurré.
Oh! la galette du Gymnase ! Tante Herminie !...
Comme cela est loin!
Mais ce corps fréle, que toute impression matérielle affectait douloureusement, servait d'enveloppe á une ame généreuse, vaillante, capable
des plus rares dévouements. Une flamme intérieure éclairait encoré, malgró l'áge, les petits
yeii'X bleus au regard alerte, toujours en mouvement dans un visage exsangue et parcheminé.
Cette femme, on le sentait tout de suite, avait*
vécu d'une puissante vie interne; cliez elle, suivant l'expression populaire, la lame avait usé lo
fourreau.'
Non que l'esprit de tante Herminie fút de haut
.vol, loin de lá. Comme pour la plupart des filies
de son époque, son instruction avait été fort négligée, et ses batailles avec l'orthographe étaient
presque toujours des défaites. Mais elle avait des
sentiments bien places, un ardent entliousiasms
pour les nobles causes, un jugement droit, un
seütiment tres netdu devoir. Elle avait su, dans
les moments critiques, faire preuve d'un réel
sang-froid. Elle était de ees étres souffreteux de
corps, mais énergiques d'áme"qui, passant ieur
vie á. cótoyer la mort, en arrivent tout doucement
á so familiariser avec elle et savent, au moment
venu, l'accueillir sans révolte, sans faiblesse,
presque sans surprise, comme une voisine souvent entrevue, dónt la visite est annoncée depuis
longtemps.
Elle avait bien manqué la recevoir, cette visite,
pendant la Terreur, vers sa vingtiéme année. Peu
s'en était fallu que la pauvre tante Ninie ne rendit
á Dieu sa petite ame vaillante. Son courage, son
énergie l'avaient sauvée, et non seulement elle
seule, mais dix hommes avec elle. Dix hommes
sauvés par cet avorton féminin!
A cette époque, en effet, tante Herminie, deja
orpheline de pére et de mere, habitait, prés de
Corbeil, l'abbaye de Mauvoisin désaffectée et devenue bien national. Elle était la avec deux
vieilles dames, M™ Maréchal et Mme Badouillet,
Ayuntamiento de Madrid
10
JOURNAL DES
la premiére grande el séche, la seconde petite,
grosse et borgne. Un soir... Mais mieux vaut laisser la parole a tante Herminie. Aussi bien je
crois l'entendre encoré me contant cette histoire
qui rae passionnait, que je lui faisais répéter sans
cesse. Oh I oui, je l'entends, avec sa voix couverte,
córame ouatée, cherchant souvent ses mots, s'embrouillant dans les noms et dans les souvenirs, et
s'interrorapant de temps en temps pour prendre
dans sa bolte d'écaille un morceau de jujube
qu'elle laissait fondre lentement le long de sa joue
pour le remplacer aussitót fondu...
— ...L'histoire? tu veux que je te la raconte
encoré, l'histoire, mon petit? Eh bien, c'était dans
les temps... Nous étions ce soir-lá prés de la cheminée; Mmo Maréchal et moi, nous causions;
Mme Badouillet s'était endormie. 11 pouvait bien
étre dix heures. Dehors il faisait du vent, un tres
grand vent, avec un bcau clair delune... Oh I je
me souviens bien. Soudain on frappa á la porte...
.11 faut te diré auparavant que, dans la journée,
il était arrivé une troupe de soidats, une centaine
environ. Leur chef, un grand roux, nous avait
montré un papier, un billet de logement. lis
s'étaient installés dans la chapelle et y avaient
passé la journée á boire, á chanter, á jouer aux
cartes. Un tapage infernal. Le soir venu ils
s'étaient calmes et dormaient tous maintenant
péle-méle.
Tu comprends, petit, que ce n'était pas bien
rassurant pour trois femmes seules, ce voisinage-Ja. Le mari de Mme Maréchal était absent, M™ Badouillet était veuve, et moi orpheline. Aussi nous
étions-nous verrouillées dans la petite salle du
rez-de-chaussée, située entre la route et la chapelle. Et c'est lá que nous étions quand on frappa
au dehors, comme je t'ai dit.
Mme Badouillet se réveilla en sursaut, et nous
nous regardámes toutes les trois, droites, avec
des yeux effarés. Au bout d'un moment, on frappa
encoré, plus fort cette fois. Nous étions bien
tentées de faire les sourdes, comme tu penses.
Mais on ne badinait pas alors. En refusant l'hospitalité á des patriotes, on passait pour suspect,
comme ils disaient, et aussitót la guillotine. Ce
n'était pas long I
M"" Maréchal se mit á réciter des priéres ¡
M m Badouillet tremblait de tous ses membres.
D'ailleurs, c'était moi la plus jeune. Je dus aller
ouvrir.
Des hommes étaient lá, couverts de grands chapeaux, faisant un groupe noir sur la route. Ils
semblaient harassés, leurs souliers étaient couverts de poussiére.
Mon premier mouvement fut de leur fermer la
porte au nez: mais l'un d'eux fit un pas, étendit la
niain, et, d'une voix basse, frissonnante :
— Asile, eitoyenne, donnez-nous asile pour la
nuit. Nous mourons de fatigue... Pitiél
Un murmure sortit du groupe :
— Pitiél pitiél
— .Qui étes-vous? demandai-je.
— Des fugitifs
des députés de la Gironde
Onnous poursuit, sauvez-nousl
DEMOISELLES
Des Girondins I
Tu apprendras plus tard, mon enfant, ce qu'on
entendait par ce mot-lá. Sache seulement que
c'étaientde pauvres gens qui s'enfuyaientde Paris,
poursuivis, traques par les Montagnards, c'est-ádire par leurs ennemis.
— Malheureux! leur répondis-je, éloignez-vous
au contraire. La chapelle est pleine de soidats.
Si vous y entrez, c'en est fait de vous l(
lis eurent un moment d'hésitation. Mais un
jeune homme pále, tout mignon, qui s'appuyait
sur le bras de deux de ses camarades, murmura
faiblement:
— Marcher encoré!... Jen'en peux plus... Allez,
allez, mes amis, sauvez-vous et laissez-moi ici.
J'aime mieux mourir!...
C'étaient des gens courageux ees Girondins,
mon ami. L'idée d'abandonner le pauvre jeune
homme ne leur vint pas un moment.
— N'y a-t-il pas un autre endroit que cette chapelle oü nous pourrions nous reposer deux heures?
me demanda celui qui m'avait deja parlé.
— Rien que cette salle, lui répondis-je en
m'écartant un peu. Mais la chapelle n'a pas d'autre issue que cette porte (je lui montrais la porte
du fond) et c'est par ici que les soidats passent
pour entrer et sortir. Qu'ils vous aper$oivent, et
vous étes perdus!...
Un grand découragement se peignit sur les
traits du pauvre homme. Je t'ai dit que la nuit
était claire et qu'on y voyait comme en plein jour.
— Adieu, citoyennes, fit-il simplement. La campagne est pleine de gens qui nous poursuivent.
Priez pour que nous leur échappions 1
Puis, se retournant vers ses compagnons :
— Allonsl murmura-t-il.
Que te dirai-je, mon enfant? J'étais bouleversée.
Cette détresse m'angoissait le cceur. Je comprenais tout ce qu'ils avaient souffert, tout ce qu'ils
souffriraient encoré. Je regardais leurs épaules
courbées, leurs pieds meurtris. Assurément, en
les laissant partirj'écartais tout danger pour nous,
tandis qu'en les retenant je me faisais leur cómplice, je m'exposais et exposais mes deux compagnes. Oui! je comprenais tout cela. Mais que
veux-tu?... La pitié l'emporta sur la prudence,
une sorte de fiévre me prenait, et au moment oü
ils allaient s'éloigner :
— Écoutez, leur dis-je, il y aurait peut-étre un
moyen, un moyen bien hardi, bien téméraire...
Ils s'étaient rapprochés, anxieux. Derriére moi
j'entendais les voix tremblantes de M"wBadouillet
•et de M™ Maréchal qui chuchotaient:
— Qu'est-ce qu'elle dit?... Qu'est-ce qu'elle dit?...
Mais peu m'importait. Je poursuivis :
— Au fond de la chapelle, au-dessus de l'autel,
il y a le grenier á fourrages... Mais pour .y arriver...
— Dites... Dites...
— ... II faut suivre, tout le long du mur, un passage étroit, une sorte de corniche qui surplombe...
et cela, juste au-dessus des soidats endormis.
S'ils entendent le moindre bruit, si l'un d'eux se
róveille pendant votre passage...
Ayuntamiento de Madrid
PETIT COURRIER DES DAMES
— Et qui nous conduira?
— Moil
Je te l'ai dit, petif, j'avais la fiévre, je ne m'appartenais plus. J'agissais comme dans un réve.
Leur salut devenait mon seul but.
lis se consultérent un moment, un moment
tres court, pendant lequel Mm° Maréchal ne cessait de me tirer par les jupes et de murmurer :
« Mais tu es folie! folie 1 »
Oh! je me souvieris de tout cela comme si j'y
étais.
— Merci de votre dévouement, eitoyenne. Nous
acceptons I
Je leur laissai le passage libre, et ils entrérent
silencieusement, sur la pointe du pied. Ils devaient
étre une dizaine. Leur délabrement, leur fatigue,
étaient extremes.
Je dis á mes deux compagnes d'aller faire le
guet á la porte de la chapelle, et, sans perdre une
minute :
— Vous voyez ce's quelques marches qui ménent
á la corniche? dis-je aux fugitifs. Je vais les gravir. Arrivée en haut, j'ouvrirai la porte de comínunication et je regarderai á l'intérieur de la
chapelle. Si tout me paratt tranquille, si l'instant
est favorable, je vous ferai signe. Vous monterez á votre tour et me suivrez tout le long de
la corniche jusqu'au grenier á fourrages. Une
fois arrivés — si Dieu permet que nous arrivions I
— vous vous reposerez. Je viendrai vous chercher quand les soldats seront partis. lis doivent
s'en aller au petit jour... C'est bien compris,
n'est-ce pas?
Cela fut dit á voix basse, rapidement, en moins
de temps que je n'ai mis á te le conter. Dans ees
moments-lá, on vit double. Et puis, positivement,
je me sentáis comme soulevée de terre, comme
poussée par une volonté supérieure. J'éprouvais
pour ees hommes, inconnus quelques instants
auparavant, une commisération profonde, un sentiment de protection qui me grisait, m'exaltáit.
J'aurais été capable, pour les sauver, de me jeter
a la gueule d'un canon, de courir droit sur les
ba'íonnettes... Je ne sentáis plus mon corps. Mon
ame seule agissait, parlait Et il me semblait, a
moi grosse comme une puce, avoir tout á coup
une énergie, une forcé extraordinaires. M"00 Maréchal avaitraison... J'étais folie, positivement.
Je montai les marches, entr'ouvris la porte et
regardai.
Étendus les uns prés des autres, la tete appuyée
aux sacs, les soldats dormaient. Leurs corps
noirs semblaient s'enchevétrer sur les dalles
blanches de la chapelle. Parfois, l'un d'eux s'agi-
lt
tait, se retournait, avec un grognement. Un murmure léger de respirations montait de ce fouillis
humain. Dans les coins, les fusils se dressaient
en faisceaux. Au dehors, le vent faisait rage,. et
tournait en pleurant autour de la voúte. Un rayón
de lune, tombant d'une fenétre latérale, éclairait
un cóté de la nef, tandis que l'autre restait dans
l'ombre. C'est de ce dernier cóté, heureusement,
que se trouvait la corniche. Elle s'allongeait,
étroite et minee, le long de la muraille, a une
vingtaine de pieds au-dessus des dormeurs. A
l'autre bout, la porte du grenier apparaissait
vaguement comme une tache sombre. Pour y
arriver, il suffisait de quelques secondes. Mais
cela me semblait devoir étre long, long, interminable...
A ce moment, j'éprouvai une terrible angoisse.
L'exaltation de la premiére minute était tombée.
Je me voyais face á face avec la réalité. Je comprenais toute la témérité presque enfantine du
projet que j'avais concu. Une envié folie me saisit
de diré aux Girondins que le passage était impossible, que les soldats s'éveillaient, qu'il leur fallait
fuir au plus vite... Mais j'eus honte de malácheté,
et, me retournant vers ees hommes qui me
regardaient d'en bas, le front levé, les yeux
inquiets, je leur ñs signe de monter.
Ils m'obéirent, et bientót le premier d'entre eux
se trouva prés de moi. D'un geste, je leur recommandai le silence... Comme s'ils avaient besoin
de cette recommandation, les pauvres gens I...
Puis je m'engagoai sur la corniche.
Quel passage! Jamáis je ne l'oublierai. Je me
sens encoré, m'avangant sur la pointe des pieds,
frólant de la main gauche la muraille froide, ma
main droite battant le víde, — craignant á tout
moment de perdre l'équilibre ou de heurter
quelque pierre, quelques dóbris, dont la chute
aurait réveillé les soldats, qui dormaient la,
en bas, si prés de nous... et derriére, derriére
moi, je sens encoré la présence muette' de ees
étres qui me suivaient, «isquant leur vie avec la
mienne... qui, pareils á moi, semblaient glisser
comme une suite de somnambules légers, retenant leur souffle, évitant le moindre faux pas, les
yeux de chaoun fixós sur celui qui les précédait,
toute leur volonté tendue vers cette petite porte
qui grandissait a mesure que nous nous approchions d'elle... Et c'était moi, moi qui les conduisais 1
JACQUES NORMAND.
(Extrait des Coates á Madame).
(La fin au prochain numero. I
ANEGDOTE
Louis XV, parlant un jour au Dauphin de Mm° de Pompadour dont la prodigalité coúta plus de cent
millions á la France, s'extasiait sur la facón parfaite dont elle parlait l'allemand.
« C'est vrai, lui répondit en souriant le prince, mais on trouve qu'elle acorche furieusement le Franjáis ».
Ce mot lui valut l'exil á Meudon.
Ayuntamiento de Madrid
JOURNAL DES DEMOISELLES
12
Cosiume pour filletie de 10 a 12 ans. — Se fait en lainage uni
gris fauve. Lajupe s'ouvre en forme de redingote sur un devant
soutaché; les bords sont soulignés d'un marabout de nuance
assortie, lequel se retro uve au bas de la manche, au col et au
corsage, oü il dessine un V rentré sous une draperie fermant a
droite dans'une boucle ciselée. Ledos princesse est enjolivé d'une
longue pointe soutachée, cernee d'un marabout descendant jusqu'a
la taílle. Devant du corsage en chemisette, soutachée comme le
bas de la manche.
A ce numero sont joints la Gravure coloriée 4867
Et le Patrón découpé du Corsage sans pinces et taillé en biais
de la 2o figurine de la Gravure coloriée.
TM*
ÉCONOMIE DOMESTIQUE
CRÉME A TJX OUANGES
Quatre oranges, un citrón, cinq onces et demie de sucre pilé,
quatre ceufs, une demi-once de gélatine. Exprimer le jus des
oranges et du citrón, mettre le sucre pilé, puis les quatre jaunes
d'oeufs; méler le tout en y ajoutantles blancs battus en neige et la
gélatine que l'on aura fait fondre et passer au linge. Mettre dans
un moule et & la cave jusqu'au lendemain.
Pour sortir la créme du moule, le plonger dans l'eau froide.
Cosiume pourfilletiede 10 i\ 42 ans.
Do Machimo Turlc, 9, rué de .Clichy.
DEVINETTES
Voler la demoiselle
Qui se perche au bout des
Laissez la créature
Se balancer dans l'air en , . .
Enfants si vous cassiez son
Vous feriez pleurer Je bon ..
Ne troublez pas les nids de J
Qui sont caches dans les ...
Cette fauvette á la voix
Couve de joyeuses
A cette famille qu'elle . . . . ,
Qu'elle ne dise pas
;
N'étouffez pas ce doux
Vous feriez pleurer le bon ..
Mots en triangle décroissants
I
Ville
célebre dans la guerre de Cent ans. —
2o Au sud de la France.o — 3 o Une ancienneo poésie. — 4° Planche. — 5 Terminaison. — 6 Dans
le sucre.
Fantaisie
Dans l'alphabet tu verras mon premier;
Dans l'alphabet tu verras mon deuxiéme;
Dans l'alphabet cherche mon dernier;
La cuisiniére souvent se sert de mon entier.
o
Arithmétique amusante
Quel est le nom du saint que l'on peut écrire
en quatre chiñres et comment faire ?
Vers á terminer
Quand d'herbes la plaine est . . . •. • • ,
Si vous voyez sur les
Charada
Mon premier dans les bois sonne joycusement.
On regoit mon second avec contentement,
Personne sur ce point ne fera mon troisiéme.
Mon tout nous met parfois dans une gene extreme.
SOLUTION DES DEVINETTES DU NUMERO DU 12 DECEMBRE
MOTS EN CARRÉ ¡
J
U
L
E
P
U
L
E
M
A
L
E
V
I
R
E P
M A
1 R
LE
E R
ANAGRAMME :
DEVISES :
Rome — More — Saint-Omer
— San-Remo.
•' Charles-Quint (elle signifie
Toujours plus loin).
CIIARADE :
ENIGME :
Gui íiiauve.
Le vin de Champagne.
Le Directeur-Gérant.- F.
Perl». — AJcan-Lévy, Imprlmeur brevete, Zl rué Chaucha!.
Ayuntamiento de Madrid
THIÉRY.
1
J)ZoO<* Oc ÉTaxi)
.¿¡S,
ET PETIT COURRIER DES DAMES REUNÍS
^ M ^ f ^ ^ f ^ T H l R I O N •$£ftM>uAU.#*-
JW- DÍU¡*»M* ^8
^^e¿c¿^^LmkG\¡mL.3.^Á.^Á¿á¿i^3^aü>.
)
téóud n&u-o&aua?
Ayuntamiento de Madrid
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising