Texte intégral PDF (213 ko)

Texte intégral PDF (213 ko)
« Contraintes et défis du mouvement social »
Pierre Beaudet
Nouvelles pratiques sociales, vol. 21, n° 2, 2009, p. 208-221.
Pour citer ce document, utiliser l'information suivante :
URI: http://id.erudit.org/iderudit/038971ar
DOI: 10.7202/038971ar
Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents
scientifiques depuis 1998.
Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org
Document téléchargé le 16 novembre 2015 08:07
É C H O S
E T
D É B AT S
Contraintes et défis
du mouvement social
Pierre BEAUDET
École de développement international
et mondialisation
Université d’Ottawa
En 2001 se tenait le premier Forum social mondial à
Porto Alegre. Sur le coup, presque personne n’avait
une idée claire de sa signification et de sa portée.
Mais plusieurs avaient l’intuition que quelque chose
était « dans l’air ». L’insurrection de « basse intensité » des zapatistes, les avancements du mouvement social particulièrement en Europe latine et
en Amérique du Sud, les immenses manifestations
antinéolibérales et antiguerre un peu partout sur la
planète secouaient la chape de plomb du capitalisme
« réellement existant » et tournaient en dérision les
« théories » de la fin de l’histoire et du triomphe de
la « civilisation occidentale »1.
1. L’irruption des zapatistes dans le Chiapas mexicain est survenue
au début de 1994 lors de la signature de l’Accord de libre-échange
entre le Mexique, le Canada et les États-Unis. Les mouvements
Contraintes et défis du mouvement social
209
SIX ANS PLUS TARD
Depuis le rassemblement inattendu en 2001 dans la capitale de l’État de Rio
Grande do Sul dans le sud du Brésil à l’initiative des mouvements brésiliens
et avec l’appui de la municipalité pétiste2 , les mouvements sociaux se projettent à travers une intelligibilité compliquée. Ils constatent qu’ils parlent
des « langages » à la fois semblables et différents. Tout en étant en apparence
déconnectés les uns des autres, ils sont en même temps « réseautés », si ce
n’est que par les fils ténus de l’Internet. Ils commencent à saisir, au moins
intellectuellement, un itinéraire de rupture partielle, ambiguë, apparemment
sans horizon clair. Car pour la plupart des organisations, il ne peut être
question de se réclamer d’une « méga-théorie » ou d’une « grande utopie »
comme cela a été le cas avec les mouvements sociaux pendant l’essentiel du
XX e siècle. Sans glisser dans un pragmatisme naïf, la majorité des mouvements pense qu’il faut prendre garde aux projets « tout englobants » et qu’il
est nécessaire, parallèlement à un réinvestissement du social à travers les
résistances et la construction de microalternatives, de redéfinir de nouvelles
identités (au pluriel) du mouvement social.
Au soleil de Porto Alegre donc, une nouvelle expérimentation est
apparue « sur le tas », par de nouvelles grammaires, de nouveaux codes, de
nouvelles expressions. Le mouvement social s’est interpellé lui-même et il a
aussi interpellé les acteurs politiques. Six ans plus tard, qu’en est-il ? Certes on
le sait, six ans dans une temporalité historique, c’est six secondes ! Il faudrait
donc être très arrogants pour proposer des schémas explicatifs globaux.
L’IRRUPTION DES SUBALTERNES
Dans la foulée des succès du FSM et de la ronde très intense des mobilisations
sociales qui continuent de s’amplifier, le mouvement social a donc repris
confiance. C’est une très grande avancée qui s’appuie, sans déterminisme, sur
sociaux se sont réveillés à partir du milieu des années 1990 notamment en France (grèves de
1995), en Bolivie (« guerres de l’eau ») et ailleurs. Enfin de puissantes coalitions se sont mises en
place pour enrayer des conférences et des sommets organisés par des États autour de propositions
néolibérales promues par l’Organisation mondiale du commerce, le projet de création d’une
Zone de libre-échange pour les Amériques et les Sommets du G-8, comme on l’a vu à Seattle,
Göteborg, Gênes, Québec, Johannesbourg et dans plusieurs villes du monde.
2. La ville de Porto Alegre a apporté au FSM un appui considérable en 2001, 2002, 2003 et en 2005.
En 2002, l’État de Rio Grande do Sul alors présidé par le PT a également aidé. En 2003 et en
2005, le gouvernement fédéral sous l’influence du président Lula a en outre apporté un grand
soutien financier.
NPS, vol. 21, no 2
210
Échos et débats
des transformations profondes et de longue durée à l’œuvre dans nos sociétés,
comme l’explique si bien Immanuel Wallerstein3. Le rythme des changements
immédiats est évident et intense en Amérique du Sud, notamment4.
Les classes populaires continuent de répéter basta aux dominants,
dans la rue bien sûr, mais aussi par le vote. Les groupes subalternes, entre
autres les autochtones et les paysans, ne veulent plus, pendant que les élites,
surtout blanches et urbaines, ne peuvent plus.
Plus encore, l’Amérique du Sud est devenue un vaste laboratoire où
s’expérimente un nouveau dialogue entre un approfondissement démocratique et une sorte de « néo-keynésianisme de gauche. Sans cynisme ou désillusion, des masses considérables sont, d’une part, en mouvement pour changer
les termes du pouvoir, sans par ailleurs naïvement espérer un quelconque
miracle qui viendrait d’un « sauveur » par en haut ; d’autre part, elles pressent
les interlocuteurs politiques d’entamer de vastes réformes, de façon à assurer
une certaine redistribution sociale et la protection du bien commun. Est-ce
que ça va marcher ? Les opinions restent très partagées, mais que l’on fasse
partie des optimistes, des pessimistes ou des « optipessimistes », on constate
que la structure du pouvoir est ébranlée.
« Nous sommes la gauche. »
Le nouveau discours des mouvements sociaux notamment en Amérique
du Sud se veut non complaisant face aux partis de gauche, sans cynisme
ni critique abusive, sans sentiment d’infériorité non plus ni fausse gêne.
« Nous sommes la gauche », disent souvent ces mouvements, laissant
entendre que c’est l’ensemble des organisations sociales et politiques
qui participent à la construction de la gauche et du projet de transformation sociale, et non plus une ou des avant-gardes « éclairées ». À
part Cuba, où cette lutte historique doit être comprise dans son propre
langage, les mouvements d’Amérique latine ont fait leur deuil du lourd
héritage du partidisme5, tant dans ses formes exacerbées que dans ses
formes modérées. La question est alors posée, à quoi servent les partis
politiques ? Dans le cas de la Bolivie, l’équation a été renversée, le parti
(MAS) est l’émanation électorale des mouvements. Et non l’inverse.
Cette situation est beaucoup moins claire ailleurs et de ces ambiguïtés
se profilent des conflits ou du moins des incompréhensions.
3. Voir notamment son commentaire sur le FSM : <www.binghamton.edu/fbc/130en.htm>.
4. Les mobilisations n’ont cessé de traverser le continent et la droite pro-américaine a été vaincue
presque partout lors des exercices électoraux, sauf au Mexique où, selon toutes les apparences,
elle s’est maintenue au pouvoir grâce à une fraude monumentale.
5. Approche caractérisée par la domination de la forme « parti » sur d’autres formes organisationnelles. C’est cette vision qui a dominé durant la majeure partie du XXe siècle.
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
211
LA DROITE SOUS LE CHOC
Ailleurs, les secteurs les plus arrogants et les plus agressifs de la droite
subissent de durs revers. C’est le cas en Inde, en Espagne, en Italie et, plus
récemment, aux États-Unis6. Certes le jeu des partis et de l’alternance dans
le cadre des démocraties représentatives a un impact dans ces changements.
Mais est-ce la seule raison ? Des masses en action et des mouvements fluides
jettent sur ces droites un total discrédit, en révélant l’ampleur de la « voyoucratie » qui s’est emparée du pouvoir dans plusieurs pays dits démocratiques.
Des secteurs de plus en plus importants de la population se rendent compte
de l’entreprise qui sape la démocratie, notamment à travers les dérives militaristes, répressives qui criminalisent les classes « dangereuses » en commençant par les « maillons faibles » (immigrés, réfugiés, jeunes).
Un peu partout devant cette réalité s’exprime un formidable NON.
Résultat, le grandiose projet de « réingénierie » du monde promu par les
néoconservateurs notamment (mais pas seulement) aux États-Unis est enrayé
par les résistances des peuples. Il est enrayé par un faisceau complexe et
diversifié de mouvements, d’expressions organisées ou spontanées. Il l’est
aussi par une combinaison de forces politiques, sociales et culturelles dans
un certain « arc des tempêtes » qui traverse le globe de Jakarta à Casablanca
en passant par Kaboul et Bagdad. C’est tout un bouleversement, à peine
quelques années après le déclenchement d’une offensive visant à reconstituer
un « consensus » entre les dominants et à faire basculer les dominés dans
l’impuissance et l’indifférence.
LE TURBO-CAPITALISME ESSOUFFLÉ
Entre-temps, le capitalisme qui affirmait la « fin de l’histoire » après avoir
définitivement « triomphé » du socialisme se heurte à ses propres contradictions. Les turbulences économiques s’accélèrent avec l’intensification des
compétitions à l’intérieur de la « triade » (États-Unis, Union européenne,
Japon), d’une part, et entre celle-ci et certains pays dits « émergents », notamment la Chine, d’autre part. La « bulle » financière états-unienne dopée par
un dollar dopé est fragilisée de plus en plus, sans que l’Union européenne
et même le Japon ne soient en mesure de renverser la tendance profonde à
la décroissance. La cannibalisation incessante des petits par les gros et des
gros par les ultragros concentre la richesse dans un processus de polarisation
6. La droite « dure (le Bharatiya Janata Party [BJP ou Parti du peuple indien]) a perdu les élections en Inde en 2004. Le gouvernement Aznar a été défait contre toute attente en Espagne
par une formidable mobilisation menée par les jeunes. Plus tard, Berlusconi a été vaincu et en
novembre 2006, l’électorat américain a rejeté l’administration Bush et sa politique va-t-en-guerre
lors du renouvellement du Congrès.
NPS, vol. 21, no 2
212
Échos et débats
de classes dont l’évolution avait été prévue par Marx. Jusqu’ici, les scénarios
des dominants de « sortie de crise » se contentent de forcer les dominés à
accepter l’inacceptable, comme cela avait été le cas avant Keynes7. Mais ça
ne passe pas.
Parallèlement, les crashs financiers prolifèrent et s’accélèrent faisant
tomber les uns après les autres les success stories promus il n’y a pas si
longtemps par le FMI (Argentine, Thaïlande, Indonésie, etc.)8. La crise
semi-permanente, la compétition destructrice des outils économiques et des
vies qui les animent, l’effroyable gaspillage des ressources, ne sont pas des
« accidents » ou des « dommages collatéraux », mais des traits constitutifs du
capitalisme qu’aucun « correctif » interne ne saura effacer. Mais contrairement à une autre vulgate (de gauche cette fois), il faut voir que ce processus
d’autodestruction sans fin ne conduit pas nécessairement à la disparition du
capitalisme, au contraire.
UNE (AUTRE) FIN DE L’HISTOIRE ?
À travers toutes sortes de processus, le rapport de forces entre dominants
et dominés chambranle, bifurque, se fragilise et déséquilibre tous les prévisionnistes plus ou moins chevronnés qu’ils soient de gauche ou de droite.
Mais devant ce vide analytique, certains veulent conclure, un peu vite, qu’on
est « au début » d’un grand « retournement ». Le grand soir, le jour J, le point
de rupture, approchent, disent-ils. Pour certains, le déclin du capitalisme
est marqué dans l’histoire. Sous sa forme néolibérale, il entre dans sa phase
« sénile », sans capacité de renouvellement, laissant derrière dévastations,
guerres et affrontements perpétuels. Pour d’autres, des « multitudes » sans
nom s’apprêtent à porter le coup fatal contre le « pouvoir biopolitique »9.
D’une façon ou d’une autre, plusieurs prédisent, à l’encontre des néolibéraux
de Washington, une autre « fin de l’histoire », un happy ending des mouvements sociaux pourvu, précisent certains, que ceux-ci sachent reconnaître
la « ligne juste » et la « tactique juste » qui pourront « capturer » dans une
synthèse époustouflante l’avenir de la contestation sociale.
7. Le génie de Keynes avait été justement de rescaper le libéralisme par la formulation d’un
compromis social où les dominants concédaient une partie de la richesse sociale aux dominés
en échange de stabilité à long terme et de leur acquiescence au capitalisme. Bien sûr, ce grand
compromis a été imposé par le contexte où l’hypothèse d’une rupture révolutionnaire avec le
capitalisme était en vue.
8. Voir Robert BRENNER, The Economics of Global Turbulence, Londres, Verso Press.
9. Antonio NEGRI et Michael HARDT, Multitudes, Paris, Éditions 10/18.
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
213
Altermondialisme citoyen ou antinéolibéralisme ?
Après Seattle et les grandes mobilisations européennes contre le néolibéralisme (Gênes, Göteborg, etc). Les médias ont « découvert » le fait
de la résistance à l’ordre dominant. En partie pour simplifier, ils ont
qualifié ce mouvement d’antimondialisation et cette appellation est
restée dominante (encore aujourd’hui, elle l’est dans l’univers angloaméricain – the antiglobalization movement). Bien que la confrontation
avec ce (dés)ordre soit proéminente, cela fait longtemps que d’autres
ruptures ont été faites. Les apports des mouvements féministes et écologiques ont été à cet égard déterminants. Le refus du néolibéralisme doit
déboucher sur un autre « modèle de société », d’autres valeurs, d’autres
programmes de développement social, d’autres manières d’assurer la
satisfaction des besoins fondamentaux. Il serait abusif d’affirmer que
ce passage de l’anti à l’alter est fermé et définitif, mais le processus est
en cours.
LE LOURD HÉRITAGE DU CATASTROPHISME
On s’en souviendra, ce n’est pas la première fois qu’un mouvement social
grisé par ses succès et par une crise en apparence « terminale » du capitalisme prédit une autre fin de l’histoire. La Deuxième comme la Troisième
Internationale ont incrusté au sein du mouvement social l’idée héritée des
Lumières, selon laquelle la « modernité » et le « progrès », voire le socialisme
dans la version prolétarienne d’une « fin de l’histoire », allaient « nécessairement » triompher, dans un jour plus ou moins proche10 ! La crise, la vraie
crise, la grande crise, la crise avec un C majuscule, allait survenir inéluctablement. Le mouvement social devait agir, soit pour « précipiter » cette
crise inéluctable (par l’insurrection), soit en attendant que le « fruit mûr »
du capitalisme ne tombe de lui-même et ne fasse évoluer la société, par un
processus « naturel », vers le socialisme (social-démocratie). Aussi, ce catastrophisme « de gauche » a accompagné tout au long du XX e siècle, sous une
pluralité de formes, la pensée critique. Par l’attraction de son argumentaire
et la force déployée par toute une génération de mouvements, il s’est ancré
dans une « sociologie » des rapports dominants-dominés qui se reproduit
jusqu’à aujourd’hui.
10. Des dissidents avant l’heure comme Rosa Luxembourg ou Walter Benjamin avaient bien vu le
danger de cette opacité analytique.
NPS, vol. 21, no 2
214
Échos et débats
LE CAPITALISME SE CONSTRUIT PAR LA DESTRUCTION DU CAPITAL
Les crises politiques, sociales, économiques, du capitalisme réellement
existant se multiplient sans nul doute. Elles expriment des processus complexes, contradictoires. Marx, dont la pensée sur cette question comportait
des ambiguïtés, avait tout de même conclu que le capitalisme se nourrit des
crises et se redéploie à travers les crises11. La destruction du capital en assure
sa reproduction. Parallèlement, en dépit d’autres interprétations fermées, le
capitalisme se développe par et à travers la compétition, la concurrence, le
déplacement incessant des acteurs et des forces. Aujourd’hui, le « modèle
néolibéral », qui est évidemment un construit politique – et non une fatalité –
domine et restructure le capitalisme de plusieurs manières. Il se déplace, au
moins partiellement, « géographiquement » vers des parties du « sud global »
qui deviennent de nouvelles zones d’accumulation intensive. Il force des
reconfigurations où les bourgeoisies de la « triade » sont confrontées à des
puissances capitalistes émergentes, la Chine en particulier, sans compter
d’autres pôles en devenir (l’Inde, le Brésil, la Russie). Il « restructure » dans
la destruction les classes populaires et dites « moyennes », au Nord comme au
Sud, en excluant les unes (une bonne partie des salariés « fordistes » qui ont
proliféré à l’époque keynésienne, notamment), en incluant d’autres couches
(10-15 % de la population du Sud global qui est en mesure de rendre l’offre
capitaliste solvable), tout en condamnant à la misère et parfois la mort des
centaines de millions de « non-citoyens » majoritairement paysans. Rien
n’indique que ce modèle n’est pas « durable », sinon par l’épuisement accéléré
des ressources, un phénomène qui reste cependant souvent mal interprété
par un certain écologisme à sa manière catastrophiste.
LES DIFFÉRENTES « GESTIONS » DE LA CRISE
Dans cette évolution, les dominants ont plusieurs « stratégies » et même si
l’édifice de leur hégémonie est lézardé ici et là, les fondations demeurent
solides. Dans une large mesure, la « guerre sans fin » est l’une de ces stratégies, car elle permet de repolariser le monde tout en mettant sur la défensive
les dominés. À travers cette guerre, le but est de redéployer l’empire dans
des formes plus traditionnelles, directement coloniales. Mais le projet se
heurte à de formidables obstacles (le contre-exemple de l’Irak). Les néoconservateurs s’entêtent et pensent de porter cette guerre globale à un niveau
11. « Les crises du marché mondial doivent être vues comme la synthèse réelle et l’aplanissement
violent de toutes les contradictions de cette économie. » Matériaux pour l’économie, 1861-1865,
dans Œuvres, tome ll, Paris, Gallimard, 1968.
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
215
« supérieur », par exemple en utilisant les armes nucléaires12 . Devant eux,
cependant, s’érigent les « néorealpolitiks » qui estiment plus porteuses les
bonnes vieilles méthodes de l’indirect rule à travers des alliances interétatiques et la cooptation d’une partie des élites locales dans la gestion de la
domination. En plus d’être divisés par des interprétations différentes de la
crise et des possibles sorties de crise, les dominants sont tiraillés par une
compétition interimpérialiste croissante. Les États-Unis, pour maintenir
leur domination devant l’Union européenne et les pays émergents, n’ont pas
d’autre choix, rationnellement parlant, que de s’appuyer sur la remilitarisation. Leurs compétiteurs sont moins portés sur la chose, pas parce qu’ils sont
moins « impérialistes », mais parce que les armes de leur domination sont
plus économiques et technologiques que militaires. Il y a un donc un sérieux
problème pour les dominants. Pour autant, il ne faut pas sous-estimer leur
capacité de refaire un certain nombre de consensus, surtout parce qu’ils sont
conscients des menaces que représente un mouvement populaire ascendant13.
LE SOCIAL-LIBÉRALISME COMME PORTE DE SORTIE
Des limites objectives et subjectives se présentent cependant contre ces
scénarios de gestion de crise. Dans ce contexte, les dominants savent qu’il
faut continuer la guerre de position contre les dominés par d’autres moyens.
Une gestion « social-libérale » (le néolibéralisme « à visage humain ») devient
alors une tactique alléchante. En substance, il s’agit d’offrir à une partie
des dominés une redistribution marginale de la richesse sociale ou même,
parfois, de leur garantir que la part qu’ils détiennent déjà ne sera pas amoindrie, pour autant qu’ils acceptent les nouvelles règles du jeu, notamment la
perte des « droits acquis », la flexibilisation du travail et le rétrécissement du
filet de sécurité sociale. On est bien sûr à des années du grand compromis
keynésien qui proposait au contraire une redistribution substantielle et une
amélioration visible des conditions de vie des classes populaires. D’une
façon un peu perverse, la gestion social-libérale joue les pauvres contre les
« ultrapauvres », les classes moyennes prolétarisées contre les paysanneries
exclues en offrant à celles-ci, contre les intérêts des autres, une certaine
garantie qu’ils ne deviendront pas à leur tour des exclus. Encore là, il ne
faut pas sous-estimer l’impact de ces politiques et leurs capacités réelles de
restabiliser l’espace politique au profit des dominants.
12. Au début de 2006, l’administration Bush a sérieusement contemplé la possibilité de tirer des
missiles nucléaires dits de « troisième génération » sur l’Iran. On a jugé en fin de compte que le
projet était « prématuré » et comportait trop de risques.
13. Pendant la grande crise entre les deux guerres, la bourgeoisie européenne qui craignait Hitler
craignait encore plus le mouvement social et l’influence de l’Union soviétique. Les dominants
français notamment avaient inventé cette formule : « Plutôt Hitler que le Front populaire. »
NPS, vol. 21, no 2
216
Échos et débats
LE MOUVEMENT SOCIAL AU DÉFI
Dans plusieurs régions du monde, le mouvement social est fort et il est
faible. Il est fort de plusieurs victoires qui forcent les dominants à reculer ;
il est fort d’avoir imposé ici et là de nouvelles avancées démocratiques. Et le
mouvement social est faible : il est loin d’avoir réunifié les classes populaires
autour d’un projet à la fois utopique et faisable ; il est encore souvent déjoué
par les tactiques de la droite ; il reste englué dans notre passé catastrophiste
et avant-gardiste. Pour certains, le choix est se lancer à l’assaut du ciel et de
forcer la rupture entre notre mouvement social et les dominants, y compris
dans leur appropriation de l’espace politique. Il faut donc que la « gauche de
la gauche », qui repose sur le mouvement social, se projette à l’avant-plan,
quitte à réaliser des ruptures douloureuses14. Pour d’autres, un tel tournant
comporte plus de désavantages que d’avantages. La force du mouvement
social repose sur son extériorité à une certaine temporalité politique, sur sa
définition par l’agir plutôt que sur la base de l’adhésion à un programme de
transformation qui nécessairement délimite l’horizon des luttes15. Il tire sa
force de sa proximité avec la galaxie des revendications et des résistances et
du fait qu’il ne tente pas de les « réduire » ou de les hiérarchiser. Il se redéfinit
perpétuellement par l’inclusion de nouvelles identités de lutte en phase avec
les bouleversements des rapports de force et des cycles du capitalisme. Mais
dans son effort de coaliser ces processus hétérogènes, le mouvement social
parvient parfois à les coaliser et donc à les réunifier sans les aplatir dans des
évolutions nécessairement conjoncturelles, éphémères.
FAIRE DU POLITIQUE OU FAIRE DE LA POLITIQUE
Dans ce contexte, le mouvement social « est » politique, mais ne « fait » pas
de politique. Il exerce son influence dans l’espace politique tel qu’il existe,
pas sur une autre « planète » ou en attendant que le grand soir ne survienne
sur la base de la grande crise16. Dans l’immédiat, cet espace est limité. Il
y a le néolibéralisme militarisé d’un côté et le social-libéralisme de l’autre
qui s’exprime de plusieurs manières. Mais au-delà de ses versions, ce sociallibéralisme qui hérite d’une social-démocratie en lambeaux apparaît comme
un allié par défaut. Les masses en mouvement acceptent, sans beaucoup
d’illusion (et parfois même en se bouchant le nez) de l’appuyer, non pas
comme une capitulation, mais comme une manière de déstabiliser la droite.
14. Daniel BENSAÏD (2004). Une lente impatience, Paris, Stock.
15. Chico WITAKER (2006). Changer le monde, mode d’emploi, Paris, Éditions L’Atelier.
16. Voir John HOLLOWAY (2002). Change the World Without Taking Power, Londres, Pluto Press.
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
217
Au-delà de ces différences tactiques importantes entre ceux qui veulent
avancer directement sur le terrain politique et ceux qui veulent le déterminer
« de l’extérieur », il existe un consensus fort qui s’est réarticulé dans le sillon
des idées du FSM. Tout le monde (ou presque) a intériorisé l’idée qu’il ne peut
plus être question de subordonner le mouvement social à des projets politiques immédiats. La majorité des mouvements accepte le principe qu’il est
inacceptable de censurer des groupes subalternes au nom de la « ligne juste »
ou de la « contradiction principale ». Bref, une idée structurante émerge
depuis quelques années et comme elle continue de faire avancer les choses,
les mouvements sont en général conscients qu’il ne faut pas dévier de l’itinéraire prévu pour stimuler une force populaire consciente, propositionnelle.
Réformisme radical
Plusieurs s’interrogent sur le refus de bien des mouvements sociaux
de se prononcer pour une « grande » perspective de transformation
bien définie, comme cela était le cas pour des générations précédentes
pour lesquelles le projet portait un nom, le « socialisme ». On est interpellés également par le fait que des mouvements semblent satisfaits
de se limiter à un horizon limité et visible de revendications sociales,
comme si le fait de gagner « un peu » au plan de revendications qui font
consensus et qui sont claires est en soi un énorme avancement. Pour
certains, ce réformisme radical reflète l’immaturité du mouvement,
« question de temps » disent d’autres. Pour d’autres encore, cette articulation traduit plutôt le refus de perte d’autonomie et de sens qui
provient souvent des tentatives de « harnacher » le mouvement, de le
discipliner vers une certaine direction. Dans une optique, le mouvement
ne capitule pas parce qu’il ne nomme pas le projet « idéal » ou à long
terme qui sera l’apothéose de ces luttes, mais au contraire, il relance la
contestation et la rébellion sociale d’une manière encore plus accentuée.
LA « GUERRE DE POSITION » JUSTEMENT
On se souviendra du contexte dans lequel Gramsci avait utilisé cette image
dans ses « Lettres de prison ». Le théoricien du Parti communiste italien
alors emprisonné estimait que le mouvement social ascendant en Europe du
XX e siècle était dans une impasse devant le mur d’un capitalisme militarisé
disposant d’une hégémonie sur la société. Le « coup fumant » de la révolution russe, pensait Gramsci, ne pouvait tout simplement pas être répété :
la structure de classe européenne était en mesure de résister aux coups de
boutoir qui avaient achevé le tsarisme en Russie et, par conséquent, la rupture
révolutionnaire n’était pas à l’ordre du jour. Pour Grasmci, la Russie était
l’exception, non la règle, car l’extraordinaire conjonction des forces entre
l’écroulement d’un empire déclinant, la décomposition rapide de son armée
NPS, vol. 21, no 2
218
Échos et débats
et l’éclatement de la paysannerie, couplés à l’émergence d’un mouvement
social dynamique dans les centres capitalistes urbains, ne pouvait pas se
« reproduire ». D’une « guerre de mouvement » offensive et jusqu’au-boutiste
comme l’avaient défini les militants russes, le mouvement devait bifurquer
et passer à une « guerre de position ».
Celle-ci impliquait un mouvement lent, un grignotage des positions de
l’adversaire, une longue série de combats laborieux, épuisants, durs, aussi
bien sur le plan des forces que sur le plan des idées. Dans cette vision, l’État
contrairement à une perception bien ancrée n’était pas un « objet » ou un
« lieu » à capturer tel un « palais d’hiver », mais un rapport multidimensionnel
de forces à transformer. Mais dans le sillon de la révolution d’Octobre et de
l’immense enthousiasme qu’elle avait déclenché, les masses en mouvement
n’étaient pas tentées d’écouter cette perspective et, en conséquence, elles
se lancèrent effectivement à l’assaut du ciel pour aboutir à une série de
catastrophes, comme celle qui survint en Allemagne.
Plus tard, dans les années 1960, la proposition gramscienne est réapparue, mais pour être également marginalisée devant le torrent d’une nouvelle
insurrection tiers-mondiste. Aujourd’hui, une nouvelle exploration du thème
s’impose. Certes, la situation a bien changé. Intuitivement, le mouvement
social sait qu’il doit éviter la défaite et trouver une façon de garder ses
forces, son ascendant moral, et de maintenir ses efforts pour construire une
nouvelle hégémonie.
Action directe, citoyenne, non violente
À part quelques phénomènes résiduels ou des exceptions qui s’expliquent par l’histoire (Colombie, Népal), le mouvement social a laissé
tomber l’attraction importante qu’il manifestait pour la lutte armée, de
type insurrectionnel ou de type « guerre populaire prolongée » qui avait
dans une large mesure influé sur l’agenda politique des années 1960-1970.
Certes, les grandes défaites qui ont été marquées par les dominants
contre cette galaxie de mouvements armés expliquent ce tournant, en
partie au moins. Plus encore, les éléments de réflexion sur cette question
ont permis de dégager un bilan assez critique, établissant des liens entre
avant-gardisme, substitutisme et insurrectionnisme. Aujourd’hui, il
semble clair pour la majorité des mouvements que la lutte de masse par
l’action de résistance non armée est non seulement plus efficace, mais
aussi plus légitime et plus en phase avec les valeurs du mouvement social.
Ce qui ne veut pas dire un tournant « philosophique » de type gandhien,
par ailleurs. L’autodéfense des masses en lutte n’est pas un interdit ni un
tabou. Mais il faut savoir quand, où et comment. Dans ce sens, la dimension militaire des zapatistes, principalement symbolique et appuyée sur
une mobilisation de masse, est peut-être indicative de ce qui s’en vient.
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
219
ENVAHIR LES TRANCHÉES DE L’ADVERSAIRE
Aujourd’hui, aux confins de la planète dans certains pays dont la plupart des
gens ignorent même le nom, se jouent des enjeux considérables. Au Népal
par exemple, un mouvement paysan organisé par un parti qui se définit
comme maoïste est parvenu aux portes du pouvoir. Aux portes seulement,
car son leadership a l’intelligence de constater que la rupture est hors de
portée. Pas seulement sur une base strictement militaire. Mais du fait que
la montée des groupes subalternes (paysans, minorités ethniques, femmes)
que représente cette coalition doit politiquement se négocier un espace avec
une fraction des dominants et une partie des classes populaires urbaines. Les
formidables avancées du mouvement populaire ont réussi en renversant la
dictature à transformer le rapport de forces. Le mouvement des subalternes,
essentiellement composés de paysans armés, ne se présente pas « en ville » les
« mains vides ». Il entoure, tant géographiquement que politiquement, la ville
qui n’est pas seulement une urbanité mais aussi une culture, un rapport social
et une manière de gérer le pouvoir. Il cherche à détacher de cet espace des
classes populaires semi-prolétarisées pour leur proposer une autre utopie.
C’est bien sûr un immense parti qui peut débouler en sens inverse et rien
n’est donné d’avance17.
En Équateur, le mouvement autochtone Pachakuti a renversé le pouvoir
une première fois il y a quelques années sans s’en emparer, estimant que le
rapport de forces ne permettait pas une réelle transformation, et en comptant
sur la force d’un mouvement social extra-parlementaire pour imposer des
changements radicaux. Aujourd’hui, tout en exprimant son extériorité par
rapport au système des partis, il a réussi à faire pencher la balance du
pouvoir vers une nouvelle alliance de centre-gauche autour du président
Rafael Correa.
RUPTURES
Ces luttes dures de longue portée ouvrent un horizon immense au mouvement social qui tente de naviguer sur des eaux turbulentes. Pour cela, une
recherche est en cours pour reconfigurer les mouvements et les structures
qui rendent leurs actions possibles. Le fait n’est plus un secret ni un tabou, les
mouvements de transformation sociale reproduisent les codes et les cultures
qui s’expriment dans les sociétés d’où ils émergent. Comment pourrait-il
en être autrement ? Les humains font leur histoire, mais dans un monde
17. Sur l’insurrection népalaise, lire l’analyste indien Siddharth Varadarajan : <svaradarajan.blogspot.
com>.
NPS, vol. 21, no 2
220
Échos et débats
qu’ils n’ont pas eux-mêmes créé, comme l’a expliqué Marx. Une fois dit
cela, la société change. Des idées nouvelles émergent, à l’encontre des idées
dominantes et ainsi va l’humanité.
Réseaux de réseaux et mouvements de mouvements
Les mouvements sociaux aujourd’hui construisent sans cesse des
réseaux à l’échelle locale, nationale ou internationale. Évidemment,
les nouvelles technologies de l’information sont arrivées au bon moment
pour faciliter ce processus, qui serait survenu tout de même (peutêtre moins rapidement) sans la grande toile. Le grand avantage de
cette mise en réseaux est de pouvoir combiner deux principes jusqu’à
récemment difficilement conciliables : celui de l’autonomie, d’une part,
et celui d’œuvrer ensemble d’une manière stratégique, d’autre part.
Aujourd’hui les formes de médiation politique et intellectuelle ne
peuvent plus, comme avant, rester centralisées. Certes le processus de
coalisation et de définition des stratégies requiert une « médiation »,
ou plus devrait-on dire, un certain type de médiation. En effet, il faut
« tisser le fil », c’est-à-dire élaborer des projections qui doivent non
seulement correspondre aux capacités des mouvements, mais aussi
(et surtout) s’insérer dans les rapports de forces qui existent, pour les
modifier à l’avantage des dominés évidemment. Cette élaboration ne
survient pas « spontanément », elle se construit. Mais contrairement à la
vision qui dominait avant – et où la forme « parti » était celle qui devait
centraliser le processus stratégique –, cette médiation dans les articulations contemporaines devient alors l’œuvre d’une multiplicité d’acteurs,
et non plus d’un seul acteur. Chacun des acteurs en question dispose de
ses propres propositions/stratégies/élaborations stratégiques, même si
celles-ci s’expriment dans des « langages » différents – sans que l’un ne
soit nécessairement plus « avancé » ou supérieur à l’autre. La médiation
en question prend alors la forme d’une « traduction » (selon l’expression
de Boaventura de Sousa Santos), au sens épistémologique du terme.
Elle représente un réel défi théorique, politique, voire « technique ».
C’est cela qui s’est produit ces dernières années dans des situations fort
différentes comme celles observées au Brésil, en Bolivie et au Népal.
Des efforts immenses sont consentis un peu partout pour lutter contre
les hiérarchies qui empêchent les subalternes de s’exprimer. Cela se traduit de
diverses manières, dans l’articulation des revendications et des programmes,
mais aussi dans la manière d’être et d’agir. L’horizontalisme de bien des
mouvements sociaux et à plus grande échelle du FSM, peut parfois apparaître excessive, voire paralysante, mais généralement, c’est le moyen pour
briser le verticalisme, le oui-chef-isme, le je-sais-tout-isme qui ont caractérisé
plusieurs générations des mouvements. Il ne s’agit pas de tergiverser et de
NPS, vol. 21, no 2
Contraintes et défis du mouvement social
221
transformer le mouvement social en une « école de démocratie ». Oui, il faut
passer à l’action, mais sur la base d’une analyse juste du rapport de forces et
avec la modestie qui s’impose. Pas d’aventurisme, mais de l’audace. Pas de
rupture cataclysmique, mais des ruptures multiples qui permettent l’accumulation des forces et la construction d’une nouvelle hégémonie. Aussi, les
mouvements sociaux doivent devenir le centre de gravité dans nos analyses
encore plus explicitement qu’ils ne le sont déjà dans la réalité.
NPS, vol. 21, no 2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising