Panorama des projets

Panorama des projets
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
PANORAMA DES PROJETS 2009
Mot d’Erik Orsenna
J
e ne suis pas architecte, je ne suis pas
urbaniste, je ne suis pas sociologue, je ne suis
pas maire. En un mot, je n’aménage rien et je
ne décide pas.
Mais je voyage. Et je regarde les êtres humains exister.
Je regarde les villes grandir. Je regarde des hommes et
des femmes heureux dans leurs quartiers.
Et je regarde, ailleurs, des entassements sans âme, des
malheurs programmés, des gâchis indignes.
C’est dire si j’ai accepté d’enthousiasme la présidence de
ce jury. Je savais que j’y pourrais dialoguer avec ceux
qui, bien avant moi, ont réfléchi à cette question
déterminante : comment vivre ensemble, de plus en plus
nombreux, dans des espaces de plus en plus restreints ?
J’ai voyagé, vous disais-je. Partout j’ai vu les villes
s’étendre et grignoter la terre. Je sais maintenant que
l’alternative est claire : ou nous réussirons à bâtir de
l’urbanité, je veux dire une civilisation de l’urbain, ou
nous créerons des bombes, sociales et sanitaires, qui ne
manqueront pas de nous éclater au visage.
Grâce à ce jury, grâce aux projets que nous avions à
juger, je me suis promené dans mon pays de France.
J’y ai vu des banalités, bien sûr, mais aussi des ambitions
et des obstinations. J’y ai vu des cohérences. J’y ai vu de
belles fidélités à la mémoire des lieux. J’y ai vu des
audaces, les seules qui vaillent, celles qui sont sans
gratuité, destinées à servir les habitants futurs et non
l’ego du créateur d’un jour. J’y ai vu tout sauf un modèle.
J'y ai vu l’expression d’une formidable diversité. Des
milliers de gens à l’œuvre, tous métiers confondus, pour
que s’améliore la vie (j’ai cru, un temps, qu’elle pouvait
changer ; je sais qu’il n’en est rien).
Tant et tant reste à faire, pour tant de gens.
Mais si ce jury avait pu montrer qu’on peut plus et mieux
qu’on ne croit, et pas plus cher ; si, sans vouloir en rien
écrire je ne sais quel « manuel de l’architecture durable »,
il avait balisé quelques pistes, identifié certains écueils,
et, surtout, agrandi l’idée du possible ; alors, il n’aurait
pas perdu son temps.
Et mériterait de se réunir à nouveau l’année prochaine.
ERIK ORSENNA
Pierre Sallenave
Directeur général de l’ANRU
Une démarche et des projets
qui relèvent du développement durable
repérer et diffuser les savoir-faire ainsi que les bonnes
pratiques en matière de développement durable;
Près de quatre millions d’habitants et quelque
500 quartiers sont concernés par le programme
national de rénovation urbaine. C’est une mobilisation unique, une dynamique nouvelle pour penser,
organiser et gérer la ville dans une perspective
« durable ».
Désenclaver et rendre attractifs les quartiers, leur
apporter une nouvelle qualité résidentielle et urbaine,
rechercher de nouveaux équilibres économiques et
sociaux sont les objectifs majeurs de la rénovation
urbaine. « Refaire la ville sur la ville » grâce à la mobilisation des collectivités locales et l’utilisation du
potentiel des quartiers constitue une alternative à la
périurbanisation, consommatrice de ressources foncières et cause de déplacements contraints.
Les amorces de cette démarche sont inscrites dans
les dossiers présentés depuis 5 ans par les collectivités locales et les maîtres d’ouvrage à l’ANRU et ses
partenaires pour la signature des conventions pluriannuelles ou de leurs avenants.
rendre visibles les avancées et mettre en lumière les
démarches des précurseurs ;
La montée en puissance
des savoir-faire locaux
L’ampleur des investissements réalisés, ou projetés,
rend possible la création de savoir-faire nouveaux
indispensables à l’essor du développement durable
dans notre pays. Ils permettent de progresser dans la
conduite de projets originaux et de rechercher les
transversalités indispensables à la réussite d’un
aménagement durable.
Valoriser les initiatives, les capitaliser, les faire partager et ainsi contribuer à créer un réseau
d’échanges est essentiel.
C’est pourquoi, avec nos partenaires, nous avons
décidé de proposer aux collectivités locales, équipes
projet, bailleurs, délégations territoriales de l’ANRU,
prestataires…, un cadre de mobilisation et d’actions
qui s’inscrivent dans la durée.
L'ANRU et la CDC ont ainsi lancé un appel à projets
« Rénovation urbaine et urbanisme durableS » auprès
des collectivités locales et maîtres d'ouvrage concernés par la rénovation urbaine, afin de :
créer un réseau d’échanges pour amplifier les dynamiques locales innovantes et progresser dans ce
domaine.
Un partenariat qui vise à mettre
en place des rendez-vous réguliers
de la rénovation urbaine durable
57 villes, agglomérations et bailleurs ont répondu à
cet appel à projets.
Les remontées du terrain ont montré une grande
richesse et diversité des démarches d’urbanisme
durable. Toutefois, les 57 réponses n’ont pas été
homogènes. Chaque ville ou agglomération a développé sa propre approche sociale, environnementale
et économique du développement durable.
Un jury d’experts européens a sélectionné 10 lauréats qui illustrent à la fois des démarches globales
engagées depuis un certain temps mais aussi des
démarches plus ponctuelles ou encore en gestation.
La création de centres de ressources spécifiques, la
mobilisation d’experts qui pourraient être mis à la
disposition des maîtres d’ouvrage et des collectivités
locales est envisagée.
Les suites à ce premier Rendez-vous
L’appel à projets constitue la première étape d’une
démarche globale d’échanges autour des actions
d'urbanisme durable conduites dans le cadre de la
rénovation urbaine.
Ces premiers « Rendez-vous » prendront toute leur
dimension lors des journées nationales d’échanges de
la rénovation urbaine des 8 et 9 juin 2009 à
Bordeaux. À cette occasion, les lauréats se verront
remettre un prix sous la forme d’un appui d’ingénierie et de formation financé par la Caisse des dépôts.
Les personnalités réunies au sein du jury de l’appel à
projets constitueront un groupe d’experts destinés à
enrichir le jugement des membres du comité d’engagement de l’ANRU, tout en affinant les fondamentaux
du PNRU.
© Jean-Marc Pettina / Caisse des Dépôts
© Hamilton / Réa
Edito à deux voix
Philippe Braidy
Directeur du développement territorial
et du réseau de la Caisse des Dépôts
Pourquoi la Caisse des Dépôts
et l’ANRU s’implique-t-elle
dans le développement durable ?
Dans le cadre d’un travail avec l’ensemble des partenaires du conseil d’administration de l’Anru, la
Caisse des Dépôts a contribué à la rédaction du
volet du règlement général qui porte sur l’intégration du développement durable à la démarche de
projet. De ce travail en commun a émergé l’idée
d’engager une action de capitalisation des expériences. Cette démarche appliquée aux projets
de rénovation urbaine est intitulée « Rendez-vous
de la rénovation urbaine et de l’urbanisme
durables ». Les travaux des comités opérationnels
post-Grenelle de l’environnement ont conforté cette
démarche visant à favoriser les économies d’énergie
et la production de quartiers durables. Cette
démarche s’inscrit dans le cadre du plan stratégique
Elan 2020 que la Caisse des Dépôts a lancé en
2008 : la Caisse des Dépôts s’est assigné un objectif de promotion et de soutien des actions de lutte
contre le changement climatique, de développement
des énergies renouvelables et de conservation de la
biodiversité. Tous les métiers de la Caisse des
Dépôts prennent en compte les enjeux du développement durable.
Pourquoi avoir organisé un appel
à projets ?
Il nous a semblé important de débattre de l’urbanisme durable dans la rénovation urbaine sur des
bases concrètes. Pour cela, nous devions partager
des objectifs et des critères d’appréciation. Nous
souhaitions également repérer des bonnes pratiques. Nous sommes partis des expériences
locales en cherchant à identifier des exemples
français et leur faire jouer un rôle pédagogique,
pour « agrandir le champ des possibles » en matière de développement durable dans le renouvellement urbain. Nous voulons mettre en avant des
éléments de valorisation d’un quartier, et de fierté
pour ses habitants.
Quelles ont été les surprises des
projets présentés ?
La mobilisation des porteurs de projet et des
maîtres d’ouvrage sur le sujet a dépassé nos
attentes : 57 dossiers ont été déposés ! Cet enthousiasme a été partagé aussi bien par les équipes
techniques que par les élus.
La diversité des réponses nous a également surpris.
Nous avons trouvé :
Des projets de grande surface et de faible profondeur qui couvrent un large territoire, parfois même
la majeure partie des quartiers urbains (et donc
des habitants) avec un effet d’amélioration très
large pour toute la population.
Des projets innovants de faible surface et de
grande profondeur, mais qui lancent une conception novatrice d’un thème du projet.
Quelles seront les suites
des « Rendez-vous de la rénovation
urbaine et de l’urbanisme durableS » ?
La production du présent ouvrage s’inscrit déjà
dans la suite de l’appel à projets. Toutes les équipes
et porteurs de projet qui se sont impliqués dans
cette démarche, je l’espère, s’y reconnaîtront. Ils en
sont les acteurs et les auteurs.
Par ailleurs, les « Rendez-vous » seront des événements périodiques. Il est important d’amplifier et
d’accompagner la dynamique enclenchée par l’appel
à projets et de mettre en avant les évolutions de ces
opérations d’aménagements au fur et à mesure de la
mise en œuvre du PNRU. Cette valorisation se fera à
la fois à une échelle nationale et régionale afin de
soutenir la mise en réseau des directeurs de projet.
Le jury
Petite histoire de l'appel à projets
LES MEMBRES
Erik Orsenna (Ecrivain) - Président, François Grether
(architecte) – Co-président, Pierre Sallenave (ANRU),
Patrick Michel (Caisse des Dépôts)
Représentants des partenaires : Christian Chevé
(Foncière Logement – représentant de l’UESL),
Anne Douvin (DIV), Bernard Gindroz (ADEME),
Dominique Roussel (DGALN –DHUP), Pierre Quercy
et Béatrix Mora (USH)
LE JOUR J
Experts français et européens : Hans Thoolen (Breda),
Juan Rubio Del Val (Saragosse), Jean Haëntjens
(Agence pour le Développement Durable de la Région
Nazairienne), Marie-Hélène Bacqué (sociologue),
Alain Marguerit (paysagiste), Jean-Pierre Orfeuil
(chercheur – économie des transports), Christian Garnier
(Vice-président de France Nature Environnement),
Camel Alidra (entrepreneur-lauréat d’un prix «Talents des cités»)
L’appel à projets
s’est déroulé en 3
1
temps :
La mobilisation des acteurs
locaux autour de leur projet
structurée par 4 thèmes :
Mixité et diversité,
Conception et gestion durable des quartiers,
Économie des ressources et modes de consommation responsables,
Mobilité urbaine durable.
2
La capitalisation et
l’expertise des projets
Les dossiers ont été analysés grâce à des lectures croisées d’experts,
de la Caisse des Dépôts, de l’ANRU et des autres partenaires pour
constituer une synthèse technique pour le jury.
Ce dernier s’est réuni autour d’Erik Orsenna et François Grether
(2 experts européens, 7 experts français et 7 représentants des
partenaires), a examiné les projets et a choisi d’en distinguer 10.
3
Le partage
d’expérience
Les « Rendez-vous de la rénovation urbaine et de l’urbanisme durableS »
seront l’occasion de débattre des fondamentaux de l’urbanisme durable,
mais également d’aborder des sujets techniques et, pour les villes,
de partager leur réflexion et leur expérience de mise en œuvre
de ces opérations.
Le mode d’emploi
Sommaire
Le guide est organisé autour de 5 chapitres
Les projets globaux
Il s’agit des projets qui, en plus
d’avoir présenté des opérations dans
tous les thèmes, ont mis en avant
l’innovation, le mode de gouvernance
et la cohérence de leur projet.
12
Les 4 thèmes
de l’appel à projets
Un thème principal a été choisi
qui permet de les intégrer dans
un chapitre. Les autres thèmes
sont cités à la fin de la fiche.
12 La rénovation
urbaine pour un
projet global
La rénovation urbaine pour un projet global
14 Méthode et pistes
d’actions
16
58
La rénovation urbaine pour la ville
des mixités et de la diversité
Bègles / Yves Farge - Terres Neuves
42
La reconquête du vallon
44
Garges-lès-Gonesse / La Muette
Du grand ensemble au quartier
durable
24
Lyon / La Duchère
46
Vénissieux / Les Minguettes
Transformer le quartier contre
l’exclusion sociale et spatiale
48
Villepinte / Fontaine-Mallet
Désenclaver et redynamiser
49
80
28
Maurepas se prépare à l’arrivée
du métro
32
La rénovation urbaine pour une ville
108 économe des ressources et aux modes
de consommation responsables
Rennes / Maurepas
36
38
La rénovation urbaine
40
50
Bourges
Vers une ville plus équilibrée
51
Chambéry / Biollay
Favoriser les mobilités
Trignac / Certé
Un écoquartier de mixité sociale lié
au centre-ville
52
Fort de France / La Savane / Bon Air
Réconcilier la ville avec son identité
Dunkerque / Jeu de Mail Carré de la Vieille / Banc Vert /
Quartiers anciens
Une intégration urbaine portée avec
les habitants
53
Hérouville Saint-Clair
Redynamiser le centre-ville
et rajeunir les quartiers
54
Louviers / Maison-Rouge
Devenir la centralité d'un pôle urbain
d'entrée de ville
55
Orléans / La Source
Rétablir l’équilibre
56
Reims / Croix de Sud
Grenoble Alpes Métropole /
5 communes
Vers une agglomération mieux
partagée et plus fluide
126 pour une mobilité urbaine durable
Bobigny / Grand quadrilatère
Vers une nouvelle urbanité
Au-delà des barres, La Duchère
La rénovation urbaine pour une nouvelle
conception et gestion durable des quartiers
Strasbourg / Neuhof
Redynamiser le Neuhof, un quartier
en marge
Généraliser les solutions alternatives
20
Nantes / Le Vallon des Dervallières
Mâcon / Marbé
Valoriser le patrimoine bâti
et végétal
Le tramway inspire le remodelage
urbain
Sommaire
58 La rénovation
urbaine pour la ville
des mixités
et de la diversité
60 Méthode et pistes d’actions
62
Creil / Gournay-lès-Usines
Vers la création d'un écoquartier
centre d'agglomération
66
68
105
80 La rénovation
urbaine pour
une nouvelle
conception
et gestion
durables
des quartiers
Rénover pour fédérer
82 Méthode et pistes d’actions
Colombelles / Centre-ville - Cité-libérée
84
Paris 18e / Château Rouge
74
92
Tourcoing / Belencontre
Transformer une barre en « vitrine
énergétique »
107
Les Mureaux / Cité Renault /
122
Ile-de-France-Bougimonts / la Vigne
blanche / les Musiciens / Grand ouest
Une cité-jardin
contemporaine
Troyes / Les Sénardes
Réseau de chaleur et chaufferie
biomasse
123
Neuilly-sur-Marne / Les Fauvettes
Repenser et développer un quartier
inachevé
96
Bassens-Cenon-Floirac-Lormont
urbaine
pour une ville
économe des ressources
et aux modes de
consommation
responsables
Angers / multisite
Auxerre
98
Grand Nancy / multisite
L'alliance de l'urbain et de l'humain
110 Méthode et pistes d’actions
Lille / Lille sud
112
Concertation, participation,
communication
101
Metz / Borny
Développement social et recomposition
urbaine
Aulnay-sous-bois / Quartier nord
116
102
Poitiers / Saint-Cyprien
De nouveaux modes de vie pour
régénérer Saint-Cyprien
72
118
Saint-Brieuc / Balzac - Europe - Ginglin
- La Croix Saint-Lambert
Basse conso et biogaz
Bagneux / Quartier des Tertres
et des Cuverons
L'implication des habitants au service
de la mixité
Pierrelatte / Quartier Roc
119
104
Bastia / Cité Aurore
Revaloriser la Cité Aurore
126 La rénovation
urbaine pour une
mobilité urbaine
durable
128 Méthode et pistes d’actions
130
Dammarie-lès-Lys / La Plaine du Lys
Relier les habitants au reste de
l’agglomération
131
Allonnes / Chaoué
Saint-Étienne / Desjoyaux Crêt de Roc
Une requalification respectueuse du
patrimoine du site
Des déchets hors la vue
103
Mulhouse / Cité Wagner /
Bourtzwiller / Quartiers anciens
Trois ZUS dans une dynamique
durable
La Rochelle / Mireuil
Une friche militaire transformée en Parc
des Cordeliers
108 La rénovation
Priorité aux commerces de proximité
78
Soyaux / Champ de manœuvre
Exploiter le « poumon vert »
Un écoquartier en lisière de campagne
inscrit dans le paysage
Choisy-le-Roi / Quartier Briand
Pelloutier
Retrouver une urbanité cohérente
et vivante
124
Réunir la ville
100
77
121
Roubaix
Lier les territoires pour créer une
nouvelle attractivité
Charleville-Mézières /
Ronde Couture
Un fonctionnement urbain harmonieux
et évolutif
76
Romainville / Cité Marcel-Cachin
Vers un quartier plus urbain et plus
traditionnel
125
88
Meaux / Pierre Collinet - Beauval
Réinsérer le quartier dans le reste
de la ville
75
106
Reconstruire la ville sur la ville
Lorient / Kervenanec
Remodeler le quartier
Montreuil / Bel Air – Grands Pêchers
Participer au développement solidaire
Plaine Commune / Cristino Garcia Landy
Château Rouge réhabilité et redynamisé
73
120
Un jardin d'agrément et éducatif
Reconfigurer le centre-ville
70
Carcassonne / Ozanam
Affirmer la centralité de Chaoué
Aix-les-Bains / Sierroz-Franklin
Requalifier un quartier en limitant
l'impact environnemental
132 Index / Lexique
Guingamp / Roudourou-Gourland
133 Crédits
Valoriser l’eau et la présence
végétale
134 Remerciements
Les orientations de principe de mixité et diversité, mobilité,
économie des ressources, conception durable ne peuvent pas
être considérées comme les seules lignes directrices d’un projet
univoque, qui s’appliquerait indifféremment dans toutes les
situations. Loin d’être l’addition de diverses réalisations, chaque
projet d’aménagement urbain est à concevoir comme une démarche
d’ensemble, dont les composantes interagissent. « On reconnaît les
villes comme les humains, à leur démarche » (Robert Musil, dans
« L’homme sans qualités »).
La rénovation urbaine est à mon sens un grand projet de politique
urbaine, un projet global, fait de mille projets singuliers, d’autant
d’aventures et d’histoires locales, dans le mouvement général
des villes.
François Grether, co-président du jury
La rénovation urbaine
pour un projet global
Comment
l’approche globale
permet-elle d’innover et
de rester
cohérent
tout au long
d’un projet ?
L
a globalité ne vient pas uniquement du fait d’avoir présenté des
opérations qui concernent les 4 thèmes de l’appel à projets, mais
plutôt d’avoir pris en compte et valorisé une démarche de projet qui
intègre la recherche d’innovation, un mode de gouvernance et la cohérence
des opérations entre elles.
L’innovation peut concerner des opérations techniques ou une action
de formation à la gestion durable des espaces.
Les modes de gouvernance sont adaptés à chaque projet et ont
des caractéristiques communes : la mobilisation de tous les acteurs,
une déclinaison opérationnelle à partir d’un projet partagé, l’implication
des habitants et des usagers en amont et au cours du projet.
La cohérence du projet peut s’apprécier par la complémentarité
des opérations à toutes les échelles par leur effet pédagogique, etc.
Innovation
Des démarches diversifiées au profit de l’insertion professionnelle et de l’emploi :
maison des langues, ateliers locatifs pour les artisans, bourse aux stages.
La formation interbailleur des gardiens au développement durable, sensibilisation des
habitants aux enjeux environnementaux, plan « économies d’énergie » dans les copropriétés
L’intégration dans la conception des bâtiments d’objectifs de bien-être et de santé, la
production de logements évolutifs.
Une gestion raisonnée des déchets (conteneurs enterrés) et des espaces verts.
Gouvernance
PISTES D’ACTIONS
de la rénovation urbaine
Une implication des habitants par leur expertise d’usage, partagée avec les techniciens et
les élus.
Des ateliers variés : ateliers de concertation, ateliers mémoire, ateliers vie de quartier.
L’organisation d’événements : actions de convivialité urbaine (bivouac urbain, pique-nique
de chantier), recherche d’usages provisoires sur les sites en travaux, manifestations
culturelles et artistiques dans les espaces publics.
Cohérence
La conception intégrée de la mobilité (raccordement du quartier à l’agglomération par un
TCSP) et des espaces publics (maillage écopaysager entre les quartiers).
La gestion du temps: prise en compte des phases transitoires de l’aménagement.
La création d’outils méthodologiques partagés (cahier de prescriptions de l’espace public).
➜
16
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Bègles
2009
/ Yves Farge - Terres Neuves
Généraliser les solutions alternatives
Station de tramway Terres Neuves: espace rotule appelé à devenir un nouveau pôle de vie.
EN CHIFFRES
BEGLES
Bègles est l'une des
7 agglomérations de la
communauté urbaine
de Bordeaux
• 1 088 ha dont
• 55 d'espaces verts publics
• 24 000 habitants
• 1 250 entreprises
• 32,5% d'habitat social
LA CITÉ YVES FARGE
448 logements
des années 60
1 440 habitants
sur 17 hectares,
soit 14% du parc social
de la ville
4 tours de 14 étages
3 bâtiments bas
de 5 niveaux
Plus de 30 % de chômage
PROJET DE RÉNOVATION
URBAINE
286 logements sociaux
démolis puis reconstitués
950 constructions neuves
162 réhabilitations
de logements sociaux
2 stations de tramway.
Depuis 1989, la ville de Bègles
a engagé l’élaboration d’un projet
social et urbain original prenant
appui sur l’identité communale
(ouvrière, paysanne et structurée
par l’estuaire) et environnementale,
tenant compte de la diversité des
problèmes locaux et mobilisant le
tissu associatif autour du lien social.
Aujourd’hui, le projet de
rénovation urbaine du quartier
Yves Farge - Terres Neuves porte
une dimension plus ambitieuse
avec la création d’un quartier
durable qui redéfinit les enjeux
de toute une ville.
ontexte
Friches, perte
d’attractivité des
logements et précarité
et permettant une ouverture du quartier
sur le reste de la ville. La restructuration
d'une friche militaire en pôle économique
et culturel (Terres Neuves) et le
renforcement de l'offre commerciale.
Le quartier Yves Farge-Terres Neuves,
situé entre deux axes structurants de
Le projet fait l’objet d’une convention
l'agglomération (les boulevards et la voie
de rénovation urbaine signée avec l’ANRU
sur berges), sans accroche avec le tissu
en 2005, d'une charte de développement
environnant, est un quartier prioritaire
durable et s’appuie sur un Plan
de la politique de la ville.
de déplacements, un Agenda 21
Le départ des activités dans les
et un Plan climat communautaire.
années 70 a laissé de nombreuses
friches. La cité, composée de tours
et barres des années 60, offrait un
produit-logement dégradé, en perte
d'attractivité et en rupture avec
la forme d'habitat dominante aux
alentours composée de maisons
individuelles. La population y est
jeune et parfois précaire, mais la
cité garde une vie collective.
Le quartier, faisant l’objet du projet
de rénovation urbaine, est en cours
de restructuration dans un objectif
de développement durable avec :
un programme de renouvellement
et de diversification de l'habitat,
Au premier plan, la friche militaire. Sur la droite, un bâtiment rénové
un programme d'aménagement
(orange et blanc) qui héberge des radios locales. Au second plan, des
et de liaisons rapides et douces qui
logements neufs.
s'appuie sur le passage du tramway
En haut à gauche, vue aérienne du quartier en 2002. En bas à gauche, friche militaire aujourd'hui : ouverture sur le passage du tramway,
esplanade à la place des bâtiments centraux. Au centre, la démolition de la tour E ouvre le quartier. A droite, quartier projeté en 2011.
bjectifs
olutions de Bègles
Inscrire le devenir du quartier
dans un renouveau d'activités,
de mode de vie et d'habitat
Construire un quartier ouvert à de nouveaux usages
et de nouvelles populations.
Replacer le projet à l’échelle
plus large de la ville et dans
une dimension prospective
de long terme de transformation
des quartiers.
Développer une mobilité
alternative en favorisant les
circulations douces et l'intermodalité
autour de la station de tramway
Terres Neuves, espace appelé
à devenir un nouveau pôle de vie et
de centralité.
Gérer rationnellement les ressources naturelles,
l'eau, l'énergie et les déchets.
Favoriser l'écoconstruction.
L’exploration de solutions
alternatives pour passer
de l'expérimentation
à la banalisation
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
Faire avec
l'héritage
du passé,
le territoire,
les personnes.
ET DE LA DIVERSITÉ
Mise en œuvre d'une politique de forte
diversification de l'habitat avec la
production de logements locatifs privés
et d’accession à la propriété.
Création en cours du pôle économique
et culturel Terres Neuves : transformation
d'une friche militaire acquise en 2002
en pôle d'activités pour l’implantation des
équipements culturels au cœur du quartier et pour
développer des activités tertiaires (une cinquantaine
d'entreprises sont déjà installées avec l’ouverture
prochaine d'un pôle image et d'un pôle musique).
17
18
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Bègles / Yves Farge-Terres Neuves
Généraliser les solutions alternatives
Développement d'activités et de commerces autour
du nouveau pôle de vie de la place des Terres Neuves
et de la station de tramway avec le projet de création
d'une pépinière de micro-entreprises par des
responsables de projet issus de quartiers défavorisés.
Projet de recomposition des espaces publics :
création d'une nouvelle entrée de ville (Barrière
des Terres Neuves) sur les boulevards, d'une place
(lieu d'échanges pour les utilisateurs du tramway),
augmentation des espaces verts (parcs urbains,
promenades et jardins) et aménagement en concertation
avec les habitants.
Insertion (économique) par l'emploi (actions réalisées
ou en cours) : clause d'insertion portée à 7 % des heures
travaillées des travaux d’investissement financés
par l’ANRU, chantier de formation « découverte
des métiers du bâtiment », régie de quartier.
Mobilisation des habitants et accompagnement
des transformations tout au long du projet :
Atelier de concertation pour lutter contre
le sentiment d'insécurité des habitants pendant les
travaux et proposer des projets d'amélioration de la
qualité de vie dans le quartier ; atelier mémoire et vie
de quartier pour comprendre les mutations passées
et préparer celles à venir (réalisation de courts
métrages, de pièces de théâtre, d’expositions,
d’apéros mémoire, etc.).
Voyages à la rencontre d'autres expériences
pour s'informer et se former ensemble.
Outils d'information (journal, affichette,
guide du relogement, etc.).
Actions de convivialité urbaine pour
se réapproprier le quartier (bivouac urbain, atelier des
aménagements temporaires réalisables sur le chantier,
pique-nique de chantier, etc.).
En projet :
Logements passifs d’une consommation
inférieure à 15 kwh/m2/an : matériaux de
construction à faible impact sanitaire ou
recyclables, études thermiques, éclairage,
réducteurs de débit pour économiser l'eau.
Chaufferie collective au bois, après étude
comparative des solutions énergétiques sur le
quartier.
Gestion des eaux pluviales avec la création
d'une zone submersible pour ralentir l'écoulement
des crues.
Free session skate au cœur du quartier Terres Neuves.
Récupération de l'eau des toitures pour
l'arrosage, toitures végétalisées sur les nouveaux
bâtiments.
publics) pour lutter contre l'exclusion, favoriser
Plateforme de tri sélectif et valorisation auprès
l'insertion professionnelle et sociale.
des filières de recyclage locales obligatoires pour
Qualités de confort et d'usage dans les bâtiments
les déchets de chantier et d’un dispositif de
associés à une réduction des contraintes
conteneurs enterrés pour les déchets ménagers.
de maintenance.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET UNE GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Stratégie d'aménagement de la ville
qui anticipe les mutations prévisibles en s'appuyant
sur la réalisation d’une étude démographique
et d’un observatoire communal.
Politique d'acquisition et de recyclage fonciers.
Densification et production en cours de nouvelles
formes urbaines et d'habitat (compactes,
plus structurées, plus étalées, plus hautes)
le long du corridor du tramway.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE
DURABLE
Arrivée du tramway au cœur du quartier en
2008 avec un prolongement prévu. Projet d’une
avenue plantée avec stationnement et larges
trottoirs.
Aménagements cyclables en cours
et stationnement résidentiel prévu.
Auto-partage récemment mis en œuvre :
location automobile de courte durée.
Projet de création de «La maison de la
mobilité»: lieu d'information et d'animation sur
la mobilité alternative.
ENVIRONNEMENT
énéfices attendus
ÉCONOMIE
Insertion par l'emploi (micro-entreprises, clause
d'insertion, chantier de formation, régie de quartier,
auto-réhabilitation). La moitié des bénéficiaires
du chantier « Découverte des métiers du bâtiment »
a un emploi et 10 % une formation qualifiante.
Réduction des charges des usagers par la sobriété
des consommations.
Dynamique de création et de diffusion
interdisciplinaire favorisée par la création du pôle culturel.
SOCIAL
Création d'une vie de quartier en journée et en soirée
autour de Terres Neuves.
Dynamisation des parcours individuels
par la valorisation du lieu de vie et l'appropriation
des logements (auto-réhabilitation).
Adaptation du relogement aux besoins
de chaque famille, intégration dans la vie de quartier.
Mobilisation, écoute, dialogue, implication et solidarité
(auto-réhabilitation par exemple).
Accessibilité de tous à la mobilité (réflexion
démarrée en 2008 pour compléter l'offre des transports
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Prise en compte des chartes développement durable, biodiversité - dans
toutes les opérations d'aménagement
d'espaces publics et voiries, de constructions
neuves et de réhabilitations,
et dans les concours d'architecture.
Système de management des opérations
intégrant les cahiers des charges, le suivi
et l’évaluation par le renseignement
d’indicateurs.
Retour des activités jour et nuit : une cinquantaine d'entreprises déjà implantées
dans ce pôle économique en cours de réhabilitation. En haut, local de la
Croix-Rouge. En bas, restaurant.
Labellisation HPE 2005 obligatoire pour tous
les maîtres d'ouvrages qui interviennent dans
le cadre du projet de rénovation urbaine.
2009
Logements neufs au cœur des friches militaires.
Traitement différencié des pollutions historiques
des sites réalisé en fonction de leur usage futur.
Qualité environnementale des projets immobiliers
neufs et de réhabilitation (charte du développement
durable, managements des opérations, charte
de biodiversité, etc.)
Limitation des nuisances sanitaires, sonores
et olfactives par la gestion des déchets en conteneurs
enterrés et le recyclage des déchets de chantiers.
le + durable
UNE CHARTE DE LA BIODIVERSITÉ
DE LA VILLE
Suite à un bilan du patrimoine naturel de la commune,
de ses politiques et actions menées en faveur de la
biodiversité, la ville de Bègles a rédigé une charte de
la biodiversité avec des pistes d'actions prioritaires.
Elle permet de donner un cadre aux services municipaux, aux aménageurs et aux citoyens pour la prise en
compte des sensibilités faunistiques et floristiques
des sites et de diffuser des pistes d'actions concrètes
pour l'entretien et l'aménagement écologique des
espaces publics, jardins et parcs.
Quelques principes :
Biodiversité positive (un projet doit permettre
d'obtenir une biodiversité supérieure à celle
d'origine).
Chantier respectueux de l'environnement.
Intégration des projets à une matrice existante
(urbaine, prairiale, corridors écologiques, etc.)
Transparence des ouvrages permettant la
circulation de la faune.
Végétalisation des façades, toitures,
stationnements...
Préférences aux espèces végétales locales.
Aménagements et entretiens écologiques
pour favoriser l'accueil de la faune et la flore.
19
20
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Garges-lès-Gonesse
2009
/ La Muette
Du grand ensemble au quartier durable
ue
du
Pa
risis
(pr
oje
t)
bjectifs
Rompre avec la ville nouvelle
autarcique des années 70 pour
un quartier durable
La quartier de la Muette - Vue aérienne.
EN CHIFFRES
GARGES
40 000 habitants
25% des Gargeois
sont sans diplôme
10% de ménages
vivent avec le RMI
35% des habitants
ont moins de 20 ans
LE QUARTIER
DE LA MUETTE
4 000 habitants
1 291 logements dont
94 % sont collectifs et
80 pavillons
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
687 logements seront
démolis sur les
1 291 existants
604 logements sociaux
seront reconstitués
sur site
148 logements de
copropriétés dégradés
seront démolis en 2011
775 logements neufs
(45 % de logements
sociaux et 55 % de
logements privés)
en 2012.
Logements collectifs et individuels locatifs sociaux
Equipements publics
Installation sportive
Aire de jeux collective / Espaces libres sables
Logements collectifs en copropriété
Bureaux, commerces et services
Mail pietonnier structurant
Espaces libres engazonnés
La quartier de la Muette - Etat projeté 2012.
La Muette est un quartier emblématique des années 50-70
fait de tours, de barres, d'espaces extérieurs
indifférenciés... et de difficultés sociales associées.
La ville s'est engagée dans la rénovation urbaine et la mise
en œuvre de pratiques sociales et urbaines novatrices
pour changer le fonctionnement et l'image du quartier
et améliorer le cadre de vie des habitants.
ontexte
Un quartier stigmatisé
Garges-lès-Gonesse, commune
de 40 000 habitants, située au sud
du département du Val d'Oise, fait partie
des communes les plus pauvres d'Ile-de-France
avec d’importants dysfonctionnements urbains
et une population très fragilisée.
Le parc de logement est composé
de 6 700 logements sociaux, soit 54 %
des résidences principales, et de
3 800 logements en grandes copropriétés,
pour la plupart classées « en difficultés ».
Le projet de rénovation urbaine porte sur trois
quartiers, les Doucettes, la Dame Blanche
ouest et la Muette, qui regroupent 44 % du
parc social de la ville et 46 % des logements
les plus dégradés. Le quartier de la Muette est
le plus fragile et le plus stigmatisé, malgré une
réhabilitation en 1985 : sans lien avec
son environnement, le bâti est librement
dispersé, séparé par des espaces non
aménagés, sans lieu de rencontre
ni d'animation. 1 300 logements côtoient
300 entreprises sans interaction.
Depuis les années 1980, une dynamique
de rénovation urbaine a été engagée dans
le cadre de la politique de la ville : contrat
de ville, Grand projet de ville (GPV) et Zone
franche urbaine (ZFU).
La Convention de rénovation urbaine La Muette
a été signée avec l’ANRU en 2005.
le + durable
EMPLOI-INSERTION-FORMATION
Tous les acteurs se sont mobilisés et des démarches
diversifiées sont mises en place au profit de l’emploi, l’insertion, la formation : maison des langues, service amorçage pour créateurs d’entreprises, formation initiale aux
métiers du bâtiment depuis 2007 (« Projet jeunes bâtisseurs » AFPA), bourse aux stages, participation à un projet européen de développement économique en zone
urbaine en difficulté « In’Europe »… Le volet de gestion
urbaine de proximité est très structuré pour faire remonter la parole et gérer les difficultés rencontrées.
Donner une nouvelle identité au quartier, le rendre
attractif à l'échelle du citoyen.
Valoriser le patrimoine environnemental.
Renouveler et diversifier l’offre d’habitat
et accompagner les relogements.
Désenclaver le quartier, améliorer sa desserte
et favoriser les modes de transports doux.
Conforter le développement économique et social
(ZFU) et affirmer une diversité fonctionnelle du quartier.
Maintenir le niveau démographique du quartier.
Croiser la dimension urbaine
et économique avec l'équité
sociale et l'exigence
environnementale
pour réinterroger
certaines pratiques
de l'intervention urbaine.
olutions de Garges
Mixité fonctionnelle,
gestion urbaine
de proximité,
desserte du quartier
et bâtiments durables
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Intervention lourde de démolition,
reconstruction, réhabilitation des
logements sociaux sur la durée des
conventions (2005-2012) : architecture
contemporaine, reconstructions plus basses
(R+4), pour des logements plus petits, une
offre diversifiée en location et en accession
à la propriété.
Accompagnement au relogement engagé :
mise en œuvre d’une charte de relogement
et organisation complète
autour du relogement pour respecter
au mieux les souhaits des habitants.
Immeubles réhabilités
et résidentialisés en 2008.
Remodelage des espaces publics pour
un « mieux vivre ensemble » (zones paysagées, parking,
cheminements, aires de jeux dans chaque unité
résidentielle, etc.). Projet de restructuration
et requalification de la place Mandela qui doit devenir
un espace de centralité, lieu de vie et de rencontre du
quartier, avec de nouveaux logements, des commerces et
des services publics ou privés en rez-de-chaussée.
Développement économique (projets réalisés) : hôtel
d’entreprises (2 300 m2 bureaux),
ateliers locatifs d’artisans
(6 cellules et services partagés),
permanences emploi
hebdomadaires à la Maison
de l’Emploi (orientation,
information, aide à la recherche
d'emploi, etc.), bourse aux stages.
Affirmation de la diversité
fonctionnelle : refondation
globale des équipements
commerciaux de proximité avec la
création prévue de plus de
1 000 m2 de surfaces
commerciales, l’extension
et l’aménagement en cours
de la ZFU sur 8 hectares et le
développement d'activités
tertiaires (aujourd'hui
300 entreprises, bureaux
et services) et la recherche d'une
plus grande connexion avec le
Aires de jeux pour les 6-13 ans.
reste du quartier.
21
22
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Garges-lès-Gonesse / La Muette
Du grand ensemble au quartier durable
Renfort de la dynamique de changement
et amplification des conditions d'un développement
social urbain en s'appuyant sur le tissu associatif
et les intervenants sociaux :
Ateliers, collectifs ou individuels, pour
l'embellissement des appartements
(instaurés fin 2008).
Dispositif « logement passerelle pour l'emploi »
(novembre 2008) : mise à disposition de 24 baux
associatifs pour les moins de 25 ans en parcours
d'insertion.
La maison des langues, projet d’un guichet unique
de la formation linguistique pour favoriser la maîtrise
de la langue française, indispensable à l'insertion sociale,
avec accueil des enfants pour libérer les parents.
équipements. En projet : l’aménagement de la coulée
verte, le réaménagement du parc du Fort de Stains, des
jardins familiaux en parcours paysager dans la vallée
du petit Rosne.
Renfort d'une dynamique sociale dans le cadre
d’une gestion sociale de proximité à travers :
Des lieux : permanence hebdomadaire
« Garges demain » à la Maison du projet pour informer
les habitants sur l'avancée de travaux ou la Gestion
urbaine de proximité.
Des supports : la Lettre d'information municipale
dédiée au quartier et au projet, chartes de bon
voisinage, du relogement, fiche de veille technique, etc.
Des démarches de concertation (réunions
publiques, ateliers d’urbanisme sur l’aménagement
d’espaces publics, ateliers de concertation sur les
réhabilitations et les travaux de résidentialisation),
diagnostic en marchant mensuel pour repérer
les dysfonctionnements, analysés ensuite
en réunion de coordination des gestionnaires.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Certification THPE pour les constructions neuves,
avec 2 bâtiments BBC expérimentaux, et label « Habitat
& environnement » pour les réhabilitations. En appui :
cartographie et diagnostic du patrimoine végétal.
Limitation des coûts d'entretien et des répercussions
environnementales (machines, bruits, sols...)
lors du réaménagement des espaces verts.
Fonctionnement de la collecte des ordures
ménagères et du tri sélectif repensés, en
concertation avec les habitants.
Construction du centre social gérée en « chantier vert »
(une charte est annexée au Dossier de consultation des
entreprises).
ÉCONOMIE
Atelier recyclage lors de la semaine
du développement durable.
Décohabitation favorisée par des logements adaptés
à la taille des ménages.
Retissage du lien social grâce aux lieux
de sociabilisation (espaces publics, tissu associatif, etc.).
Parcours résidentiels facilités : prix de sortie
des logements en accession fixés préalablement
avec les promoteurs privés.
L’usage des deux roues favorisé avec le projet
de mise en place d'un réseau de pistes cyclables,
d'un parc de stationnement à la gare RER, et d'un
local sécurisé dans les immeubles rénovés et neufs.
ET UNE GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Maillage écopaysager entre les quartiers d'habitat
et la trame paysagère pour qu'elle devienne un élément
déterminant de l'attractivité résidentielle et qu’elle
structure la ville avec les espaces publics et les
Une desserte en transport en commun renforcée
avec une fréquence augmentée, trajet au cœur du
quartier, pour des actions en partie réalisées.
ENVIRONNEMENT
Création en 2008 d'une liaison multimodale à
l'ouest du quartier : nouvelle entrée de ville, liaison
avec le quartier Dame blanche, la gare, l'hypermarché,
le parc d'activités, etc.
Anticipation de la réalisation prochaine du
tramway Saint-Denis-gare de Garges-Sarcelles
(2011) et réaménagement de la plateforme
multimodale...
Mesures fiscales et sociales de la ZFU favorisant
l'emploi et le développement d'activité.
Le quartier devient le point d'entrée dans la ville
depuis les pôles d'emploi du tertiaire. Il est ainsi
« reconnecté » aux principaux bassins d'emploi.
Insertion par et pour l'emploi avec l’adéquation entre la
formation et le marché local de l'emploi (cf. le + durable).
SOCIAL
Renforcement de tous les modes de desserte
du quartier, place aux modes doux et transports
en commun :
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
Mise en place par la ville d'événements
de sensibilisation ou inscription dans
des démarches nationales et européennes :
énéfices attendus
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Maisons individuelles, résidentialisées, parking, cheminement.
Chaufferies individuelles en remplacement du réseau
de chaleur existant, jugé peu économe du fait de
déperditions (projet).
En projet : une formation interbailleurs des gardiens
à l'environnement et au développement durable,
le recrutement de deux ambassadeurs du tri.
Des projets culturels : réalisation par les
habitants de documents audiovisuels sur la mémoire
du quartier dans le cadre d'ateliers vidéo,
de fresques, travail de mémoire à partir
de photographies, spectacle de théâtre forum
sur la rénovation du quartier à partir des ateliers
de paroles.
Des moments festifs : « En chantier de vous
connaître » (visites d'appartements témoins,
ateliers de plantation, concours photos sur le thème
de la transformation, concours de graff, etc.)
Action pédagogique bi-annuelle sur le tri
des déchets à destination des enfants
(ramassage des détritus dans la ville et animation
autour de la gestion des déchets et du tri sélectif).
La semaine « Petits et grands sur la piste des
déchets », la semaine du développement durable,
la semaine européenne de la mobilité, etc.
Des actions : suivi du Plan d'implantation de chantier
pour la sécurité et la propreté aux abords des
chantiers, sensibilisation au geste environnemental
(gestion des ordures ménagères, tri sélectif
et encombrants) et au respect du cadre de vie.
Logements neufs avec jardin ou balcon pour chacun.
Au premier plan, construction en cours. Au second plan,
logements neufs. En arrière plan, immeuble réhabilité.
Extension de la crèche Françoise Dolto en 2008
permettant un doublement de sa capacité d'accueil.
Image du quartier renouvelée par l'amélioration
de l'interface entre la zone d'activité, le grand paysage
et le quartier.
La valorisation et la requalification des sites verts
existants contribuent à fournir un cadre de vie agréable.
Réduction des dépôts sauvages d'ordures
et pacification des relations entre habitants avec
la généralisation du tri sélectif dans des locaux
propres et correctement dimensionnés.
Économie d'énergie avec les logements THPE et BBC.
23
24
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Lyon
25
2009
/ La Duchère
Au-delà des barres, La Duchère
Le quartier de la Duchère
nécessite une
restructuration qui passe
par des actions valorisant
ses potentiels
géographiques, historiques,
patrimoniaux et sociaux.
La vocation populaire
du quartier doit être
préservée en tant
que richesse, tout en
attirant de nouveaux
habitants, venus d’autres
horizons. Le désenclavement
passe également par une
diversification des activités
afin de transformer
une cité de « barres »
en quartier dynamique,
générateur d’emplois.
EN CHIFFRES
LYON
1 300 000 habitants
pour l’agglomération
21 % de logements
sociaux
LA DUCHERE
12 500 habitants
(20 000 en 1970)
5 300 logements sur
une centaine
d’hectares
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
1 500 logements
sociaux démolis
(1 600 reconstitués
à l’échelle de la ville)
1 150 logements
sociaux réhabilités
21 îlots conçus pour la
1ère phase
(4 opérations livrées,
7 en chantier, 5 sur le
point de démarrer).
olutions de Lyon
Ouvrir le quartier vers les villes
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Restructuration et diversification de l’offre
de logements : démolition de 742 logements,
reconstruits à l’échelle de la ville pour un rééquilibrage
spatial de l’offre locative sociale. Réhabilitation de
1 150 logements. Diversité des typologies de logements
(accession, locatif libre ou intermédiaire, logement
social, logement étudiant). Résidentialisation.
Adaptation des logements à la taille de la famille.
Charte de relogement.
La Duchère, horizon 2015.
ontexte
Des barres
imposantes et une
population isolée
La Duchère, située sur une colline de
Lyon dans le 9e arrondissement,
constitue un promontoire entre les
plateaux de l’ouest lyonnais et la vallée
de la Saône. Ce potentiel
environnemental de qualité nécessite
d’être revalorisé. Les circulations
organisées dans les années 1960 pour
le déplacement automobile ont divisé
le quartier en sous-secteurs
autonomes. À cette époque, la
demande croissante de logements avait
imposé l’implantation en urgence
d’immeubles de grande hauteur,
Fresque arc en ciel réalisée par les habitants sur la barre
des 220 avant démolition.
construits en rupture avec la
topographie. Ce bâti exclusivement
constitué de barres d’immeubles, et la
fragilisation socio-économique de ses
habitants ont accentué sa
marginalisation par rapport au reste de
la ville.
La Duchère fait partie du Grand projet
de ville du Grand Lyon, convention
signée avec l’ANRU en 2005 et avenant
en 2008, avec Rillieux-la-Pape, Vaulxen-Velin et Vénissieux.
bjectifs
Construire un
quartier pour tous
et avec tous
Placer le patrimoine et l’histoire au
cœur du projet urbain.
Mettre en valeur le site paysager.
Diversifier les fonctions urbaines
et les types de logements.
Retendre les liens avec
l’agglomération et favoriser les
déplacements.
Concilier développement
économique et valorisation de
l’environnement.
Partager le projet et construire un
dialogue avec les habitants.
Dynamiser le quartier par la culture
et la création artistique.
Améliorer le cadre de vie et la
tranquillité dans le quartier.
Recherche de mixité fonctionnelle à
l’échelle des îlots : nouveaux
commerces intégrés aux îlots
de logement, recomposition du centre
commercial. Démolition et
reconstruction de deux écoles
et réhabilitation des autres, nouveaux
services pour la réussite scolaire des
enfants, construction d’une résidence
étudiante (livrée fin 2008).
Établissements pour la petite enfance,
les services sociaux, le sport (gymnase
livré en 2008) répartis entre les îlots.
Adaptation de l’offre en services publics : la place AbbéPierre devient le nouveau lieu de centralité, avec une
bibliothèque, les services sociaux et techniques du
département, une future halle d’athlétisme, des
commerces de proximité.
Stratégie en matière d’implantations d’entreprises
en lien avec l’accès à l’emploi : inscription en ZFU
depuis 2006 et extension prévue (Greenopolis) d’ici fin
2011. Construction de 10 000 m2 pour les PME. Environ
15 000 m2 de SHON à vocation économique créés le
long des axes structurants (650 emplois). Implantation
en 2007 d’une Maison de la création d’entreprise
au cœur du quartier et d’un pôle de service de la
Maison de l’emploi et de la formation en 2008. Recours
à des structures d’insertion pour les travaux (et clauses
d’insertion dans les marchés publics).
Renouvellement des usages urbains et des liens
sociaux : « lieux d’accueil parents » créés dans toutes
les écoles. Manifestations culturelles et artistiques pour
animer les espaces publics (cf. « Le + durable »). De
nouveaux équipements à l’échelle d’agglomération pour
contribuer à attirer de nouveaux usagers du quartier.
Modes de gestion et d’occupation
alternatifs (entretien des jardins
familiaux du Château
et de la Sauvegarde par les habitants).
Passer d'un site
de grands
ensembles à un
quartier vivant,
fier de son
patrimoine et
de sa créativité.
le + durable
ARTS ÉPHÉMÈRES
POUR EFFETS DURABLES
En 2005, la Compagnie « Là Hors De » a été missionnée par les partenaires du GPV pour accompagner la concertation sur la transformation du
territoire. Il s’agit de faire participer les habitants à la période des chantiers : création et
échange à travers des initiatives artistiques sur
les palissades de chantiers ou l’installation d’un
musée éphémère dans une barre vouée à la
démolition, par exemple.
Plus globalement, la Charte de coopération culturelle de Lyon invite les principales institutions
à être présentes à la Duchère (bibliothèque
municipale, antenne du Conservatoire de Lyon,
expositions hors les murs du Musée d’art
contemporain…).
POUR UNE NOUVELLE
CONCEPTION ET GESTION
DURABLE DES QUARTIERS
Renouveler les formes urbaines en
renouant avec la ville : quartier
recomposé en lien avec la topographie,
autour de trois entités : le boulevard
est-ouest, l’esplanade du Plateau, le
vallon des cerisiers et le versant des Balmes. Strates
architecturales complexes et variées en réponse
à la démolition des barres. Analyse de la cohérence
des projets entre eux jusqu’à la livraison des immeubles.
Dialogue entre îlots pour une échelle plus humaine et
plus urbaine. Maintien et transformation de la densité
(passage d’une densité verticale à une densité
horizontale). Liaisons entre le quartier et les quartiers
voisins. Capacité de mutation et de réversibilité à
l’échelle des îlots.
Ilot 2 - carré Anaïs. 50 logements en accession à la propriété,
livrés fin 2008. Au premier plan, silos enterrés intégrant le tri sélectif
des déchets.
26
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Lyon / La Duchère
Au-delà des barres, La Duchère
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Désenclavement du plateau et amélioration
de la desserte interne : création d’un axe est / ouest
vers l’échangeur A6 et Lyon Vaise. Requalification
de la voirie et polarisation des éléments de centralité
(équipements et commerces) le long d’une esplanade
en ligne de crête pour améliorer la circulation interne
dans le quartier et réduire les déplacements.
Place Abbé-Pierre qui deviendra un nouveau lieu de centralité.
À la place des grues s'érigera la bibliothèque.
Renforcement de la gestion de proximité : gestion
sociale et urbaine des espaces de proximité initiée
depuis 1999 (avec « Commissions cadre de vie en
marchant »). Dispositif de concertation « Pour moi,
La Duchère », en 2004-2005. Nombreux outils de
dialogue entre acteurs du projet et habitants (ateliers,
journal, exposition, maquette, site Web). Enquête
« Écoute habitants » (depuis 2002).
Valorisation du patrimoine bâti
et environnemental : valorisation du site paysager,
avec vue dégagée par la démolition des barres.
Travail sur la mémoire avec les habitants (ateliers
d’écriture, conteur, site internet). Mise en valeur de
l’ancien fort et des remparts, des vestiges d’anciennes
propriétés bourgeoises, de constructions remarquables
des années 60 (tour panoramique de Cottin, immeuble
des Érables de Dubuisson, etc.). Préservation de la
trame verte.
Commissions cadre de vie en marchant (dans le cadre de la GSUP).
Développement des transports en commun
et des déplacements doux : rétablissement d’un lien
piéton avec le centre-ville via un parc offrant un lieu
de nature aux habitants. Offre cyclable avec des voies
distinctes et mieux reliées entre elles, mise à
disposition de vélos (Vélo’v) et d’un parc relais
à l’entrée de quartier pour permettre l’échange avec
des déplacements automobiles. Locaux vélos et aires
de stationnement résidentiel en souterrain imposés
par le PLU.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Un cadre de vie allégé, clarifié, avec vues
panoramiques sur le paysage. Un patrimoine
revalorisé. Une gestion optimale des
ressources dans la conception du bâti et le
traitement des espaces naturels.
Aide aux personnes à mobilité réduite : grilles
d’arbres spécifiques pour ne pas entraver la circulation
des fauteuils roulants et des poussettes.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Conception HQE® des constructions : performances
HPE et THPE (à partir d’un référentiel partagé à l’échelle
de la ville) pour logements et bureaux et intégration des
retours d’expérience sur les réalisations de ZAC.
Obligation de raccordement au réseau de chauffage
urbain (biomasse) imposé aux opérateurs-constructeurs.
Panneaux solaires pour l’eau chaude sanitaire.
Exigences de performance thermique supérieures à la
RT2005 dans le Référentiel pour la qualité
environnementale (RQE).
Toitures végétalisées (bâtiments de la ZAC) pour
minimiser l’amplitude thermique et récupérer les
eaux de pluie. Panneaux photovoltaïques (exemple :
toiture de la future halle d’athlétisme). Plan
économies d’énergie dans les copropriétés faisant
appel à la chaufferie rénovée en 2003, qui alimente
la ville (chaleur basse pression utilisant la biomasse
et le gaz naturel), ce qui permet une réduction de
87 % des émissions de CO2.
ÉCONOMIE
Développement des modes de déplacement doux avec notamment
la mise à disposition de vélos (Vélo'v).
Conception intégrée des eaux pluviales :
réaménagement du parc avec remise à l’air libre du
ruisseau qui servira d’exutoire pour les eaux de pluie.
Aménagement de bassins de rétention.
Gestion optimisée des déchets et réduction des
risques de pollutions : silos enterrés de grande
contenance pour les déchets permettant de réduire la
fréquence de ramassage et donc les nuisances sonores
(efforts importants pour limiter les nuisances).
Une dynamisation par l’implantation de nouvelles
entreprises. La diversification des activités,
source de nouveaux emplois. Une mise en relief
de la créativité des habitants et de leur esprit
d’initiative.
SOCIAL
Une pacification et un épanouissement
des relations entre riverains. De nouveaux liens
sociaux apportés par la diversification des usages
urbains et les événements créés par le projet.
Une image plus positive. Une meilleure
connexion aux autres quartiers.
Gestion raisonnée des espaces
verts : service espaces verts certifié
ISO 14001. Aucun traitement
herbicide, fongicide ou insecticide.
Espaces fauchés plutôt que tondus.
Temps d’arrosage des espaces verts
adapté aux conditions météo.
Surface minimum d’espaces
végétalisés à développer à la
parcelle, imposé par le PLU.
Gestion des phases transitoires
de l’aménagement : espaces
inoccupés entre deux chantiers
plantés avec de la luzerne (nourriture
des animaux du parc de la Tête d’or).
Le réaménagement du Vallon permettra une meilleure gestion des eaux pluviales.
Optimisation des ressources
naturelles : éclairage naturel
des parties communes.
Groupe scolaire les Bleuets démoli puis entièrement reconstruit selon
une logique développement durable privilégiant les économies d'énergies.
27
28
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Rennes
/ Maurepas
Maurepas se prépare
à l’arrivée du métro
Rennes a programmé, pour 2018, la création d’une deuxième ligne de métro
afin de désenclaver plusieurs quartiers qui bénéficieront ainsi d’une liaison
au centre-ville. C’est le cas du quartier Maurepas. Le projet de rénovation
urbaine de Maurepas-Le Gast prépare dès aujourd’hui la nouvelle configuration
du quartier en renforçant son attractivité grâce à des usages diversifiés et un
cadre de vie renouvelé. À Maurepas, la priorité est donnée à l’anticipation de
l’arrivée du métro en renforçant l’attractivité du quartier par la diversification
de l’habitat, l’amélioration de l’offre, la restructuration des circulations et la
requalification des espaces extérieurs.
bjectifs
Valoriser durablement le quartier
Renforcer l’attractivité du quartier avec la
requalification du cadre de vie et de l’activité commerciale
dans le secteur du Gast pour rééquilibrer l’intervention
publique par rapport à ce qui a été réalisé au Gros Chêne.
Préparer l’arrivée du métro : réorganiser
les espaces publics et intégrer le schéma de déplacement
basé sur des modes doux et sur l’intermodalité
dans une nouvelle économie spatiale.
Apporter une mixité urbaine, sociale et fonctionnelle
pour enrayer le début d’isolement.
le + durable
UNE GESTION DIFFÉRENCIÉE
DES ESPACES VERTS DANS
L’ENSEMBLE DE LA VILLE
Rennes pratique depuis 25 ans la gestion différenciée de ses jardins sur une totalité de
820 hectares d’espaces verts. Le cahier de prescriptions générales de l’espace public, le référentiel d’aménagement durable et le guide de
maintenance des espaces publics regroupent les
recommandations permettant de définir différentes catégories de jardins (du plus horticole au
plus sauvage, en fonction de leur histoire), et de
leur appliquer des modes de gestion spécifiques.
EN CHIFFRES
RENNES
206 194 habitants
Cinq quartiers en ZUS,
créés dans les années 50
à 70, qui comprennent
50 000 habitants
23 % de logements
sociaux
820 ha d’espaces verts
MAUREPAS
75 % des 4 700 logements
sociaux de la ville
9 500 habitants
40 % de familles
monoparentales
3 fois plus de RMIstes
que la moyenne
communale
PROJET DE RÉNOVATION
URBAINE
1 100 logements
nouveaux (au regard
des 4 700 existants)
4 parkings relais
(soit 1 600 places)
pour le pôle intermodal
180 km d’itinéraires
cyclables (dans la ville
de Rennes)
15 à 20 boutiques et
150 m de vitrines dans le
centre commercial rénové
8 000 m2 de SHON
de nouveaux locaux
tertiaires dans le cœur
de quartier du Gast.
2009
Opération d'accession Solaris, démarche exemplaire de développement durable
(orientation, confort d'usage, architecture/paysage).
ontexte
Un quartier
d’habitat social
Le quartier Maurepas, situé au nord-est de la
ville, est divisé en deux secteurs, Gros Chêne
et Le Gast, séparés par l’avenue de Rochester.
Le projet urbain qui concerne Le Gast fait
suite à celui engagé précédemment pour Gros
Chêne et répond au projet de création de la
ligne B du métro, qui doit relier en 2018
les ZUS Maurepas et Cleunay au centre-ville.
Maurepas est le plus ancien quartier d’habitat
social de la ville et présente, comme les
autres ZUS de Rennes, une image dévalorisée
d’un quartier vieillissant alors même que ses
habitants l’apprécient, notamment pour les
typologies variées des logements et la
modulation des loyers appliqués.
Cet avantage, par comparaison aux prix
des logements sociaux neufs créés dans
l’agglomération, risque pourtant de se
retourner contre ces quartiers en les
spécialisant peu à peu dans l’accueil d’une
population en difficulté, le dynamisme des
marchés dans l’agglomération accélérant la
dévalorisation du parc social ancien.
Une Convention de rénovation urbaine
a été signée avec l’ANRU en mars 2007 pour
un projet qui s’appuie sur le Programme local
de l’habitat (PLH), le Plan de déplacement
urbain (PDU), la Charte pour l’Environnement,
le Plan Climat et l’Agenda 21. Deux ZAC
(Gayeulles Rochester et Guy Ropartz) ont
été créées en 2008 pour favoriser la mise
en œuvre rapide du projet.
Rennes peut s’appuyer sur une longue
expérience en matière de conception et de
gestion durables, sur une politique
volontariste de transports alternatifs,
de circulations douces et de gestion
différenciée des espaces naturels,
qui ont donné lieu à des outils de partage
de connaissances déjà en application.
Plan masse du projet de rénovation urbaine du Gast.
olutions de Rennes
Clarifier et diversifier
les usages urbains
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Diversification de l’habitat et du peuplement :
diversification des formes urbaines, de leur morphologie
et des typologies de logements (locatifs à loyer
intermédiaire, accession à la propriété aidée, logements
à loyer libre, en complément de l’offre sociale existante
réhabilitée). Travaux prévus pour 2010-2012.
Dynamisation du cœur de quartier pour une mixité
fonctionnelle et de nouveaux liens sociaux :
restructuration du centre commercial du Gast
(opération tiroir de construction-démolition), en y
associant des activités tertiaires, un pôle culturel autour
de la salle Ropartz, des équipements sociaux, la place du
marché requalifiée en cœur de quartier (place
plurifonctionnelle) autour de laquelle des commerces
s’installeront en rez-de-chaussée, un programme
de logements et de bureaux dans ce nouveau centre ;
création de nouveaux équipements sportifs de détente en
pied d’immeubles et de jardins partagés dans la coulée
verte à l’usage des riverains.
29
30
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Rennes / Maurepas
Maurepas se prépare à l’arrivée du métro
(choix d’espèces vivaces à la place du gazon,
d’espèces rustiques locales limitant les besoins
en arrosage) ; reconquête d’espaces perméables
(noues plantées) ; plafonnement des sols
imperméables dans le PLU ; préservation des
arbres existants ; utilisation in situ des terres
issues de terrassement ; évaluation des sols
pollués et travaux de dépollution ; protection
contre les bruits routiers et action de médiation
pour les bruits du voisinage ; charte signée entre
la ville et les acteurs de téléphonie mobile pour la
gestion des ondes.
Le centre commercial du Gast voué à être complètement restructuré pour retrouver une mixité fonctionnelle et sociale
(place publique, supermarché, commerces, locaux tertiaires et habitat).
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Économie et densification des espaces : respect
des principes de densité et de compacité des formes
urbaines affirmés dans le Plan local d’urbanisme et des
principes d’économie du foncier (reconquête de friches
urbaines, recyclage de certaines emprises viaires
pour de nouveaux usages).
Maintien et revalorisation des ceintures vertes,
« coulée verte » autour de zones urbanisées en créant
des continuités d’espaces plantés pour tracer
de nouveaux cheminements et en prolonger d’autres
(lieux de vie et d’activités reliés de manière douce,
tout en favorisant les équilibres biologiques).
Hiérarchisation des espaces publics tout en suivant
un traitement homogène à l’échelle de la ville grâce
à des outils méthodologiques partagés (cahier de
prescriptions générales de l’espace public applicable
dans tous les quartiers, référentiel d’aménagement
durable à disposition des chargés d’opérations,
guide de maintenance des espaces publics).
Gestion différenciée des espaces plantés
appliquée à l’ensemble des espaces verts de la ville
(pratique ancienne de 25 ans).
Le projet de Maurepas-Le Gast
bénéficie de la capitalisation
des précédentes actions de
développement durable dans
la ville.
Partage d’expertises des habitants, des
techniciens, des élus : conseil de quartier et
commission cadre de vie (réunissant 30 à 40 habitants)
pour recueillir l’expertise d’usage des habitants,
notamment sur la requalification des espaces publics ;
concertation de proximité entre bailleurs et locataires
avant la réhabilitation des immeubles ; prise en compte
de la mémoire collective par une enquête
« La mémoire et le renouvellement urbain », réalisation
de diagnostic « en marchant » (rencontres-visites d’îlots
avant la résidentialisation des immeubles) ; information
large des habitants à chaque étape des projets
(réunions publiques pour présenter la création des deux
ZAC sur le secteur du Gast, exposition organisée par la
Direction de quartiers).
Pédibus.
de la voiture en surface ; valorisation du réseau des
circulations douces (parcours piétons et cyclables
sécurisés, selon des itinéraires internes au quartier
mais aussi vers l’extérieur), complétée par un dispositif
Pédibus pour le déplacement des enfants vers les écoles.
Prise en compte de l’accessibilité dans tous
les programmes.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Maîtrise de l’énergie : étude d’ensoleillement
pour chaque opération et double orientation
systématique des logements ; labellisation de toutes les
constructions neuves à un niveau THPE (Très haute
performance énergétique) ; prise en compte, dans le
montage technique des projets de réhabilitation, du
passage de 240 à 88 kWhEP/m2/an après travaux.
Préservation de l’environnement et de la santé,
gestion des risques : pas de recours aux produits
chimiques, enrichissement de la biodiversité locale
ENVIRONNEMENT
Ambiance sonore améliorée par la « pacification »
de la circulation routière.
Maîtrise du risque d’inondation par des noues
plantées et la limitation de l’imperméabilisation
des sols.
Maîtrise des risques de pollutions.
Amélioration du cadre de vie et des circulations dans
le quartier.
Meilleure gestion énergétique.
ÉCONOMIE
Nouvelle vitalité économique grâce à la rénovation
du cœur de quartier, une diversification des activités,
l’afflux de nouveaux usagers dans le quartier.
SOCIAL
Meilleure mixité sociale, amélioration de l’image
du quartier, désenclavement du quartier, gisement
d’emploi généré par les nouvelles activités
commerciales et tertiaires, création de nouveaux
liens sociaux.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Création d’un pôle de transports multimodal (station
de métro pour ligne B, gare de bus, parking relais), en lien
avec l’objectif du Plan de déplacement urbain (PDU) de
désenclaver les quartiers d’habitat social ; tarification
unique avec le TER et le réseau des cars du département.
Intermodalité au Gast.
Développement d’un urbanisme prenant appui sur
les modes de transport alternatifs : restructuration
de la trame viaire routière (réduction de l’emprise
des quatre voies de l’avenue Rochester, requalifiée en
boulevard urbain), agrandissement des voies piétonnes ;
requalification des espaces publics pour limiter la place
La coulée verte, aménagement majeur du projet, doit relier de manière
douce et harmonieuse lieux de vie et d'activités en favorisant les
équilibres biologiques.
Locaux socio-sportifs en pied d'immeuble Solaris.
Façade en gabions.
31
32
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Trignac
2009
/ Certé
Un écoquartier de mixité sociale lié au centre-ville
Le projet de Trignac est de faire
du quartier de Certé un
écoquartier dans un esprit
de solidarité intercommunale.
Il s'agit de modifier profondément
ce quartier déstructuré
où 216 logements seront
démolis pour être reconstruits
autrement.
Le projet repose sur une démarche
globale d’économie et de
préservation des ressources du
quartier : foncier, caractéristiques
naturelles du site, gestion
intégrée de l’eau, biodiversité
en ville. La démarche s’appuie
sur une forte implication des
habitants, recherchée comme
facteur de réussite du projet.
bjectifs
D'un territoire enclavé
à un territoire intégré
Raisonner la consommation foncière,
réutiliser des friches industrielles, assainir
le foncier pollué.
Créer des logements pour tous.
Réintroduire des lieux ouverts à tous.
Mettre en œuvre le projet social.
Privilégier les déplacements sans voiture.
Maîtriser la circulation des eaux de pluie.
Construire des bâtiments économes en énergie.
Favoriser le tri sélectif pour les futurs habitants.
Préserver les ressources naturelles précieuses.
Voie cyclable et passerelle reliant le quartier de Certé et le centre commercial.
olutions de Trignac
EN CHIFFRES
TRIGNAC
7 000 habitants
1 438 ha
Taux de
chômage :17,5 %
LE QUARTIER
DE CERTÉ
625 logements
dont 278 logements
sociaux
2 700 habitants
Taux de chômage :
20 %
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
2 tours de
216 logements
démolies
62 logements
sociaux réhabilités
et résidentialisés
500 nouveaux
logements produits.
Il s'agit de :
ontexte
Un quartier déconnecté
Trignac, commune de 7 000 habitants limitrophe
de Saint-Nazaire, est une ville ouvrière qui a
développé au XXe siècle un tissu urbain très
hétérogène et déstructuré (zones d’activités,
friches, infrastructures et habitat populaire).
Le quartier de Certé est une ZUS composée de
625 logements, dont 278 logements sociaux et d’un
tissu lâche de logements pavillonnaires où résident
2 700 habitants.
Son enclavement par de grandes
infrastructures routières et ferroviaires
s'accompagne d'une totale déconnexion
du cœur de ville.
passer d'un territoire enclavé à un territoire
intégré à la dynamique urbaine de l'agglomération ;
proposer une intervention urbaine de qualité ;
favoriser la mise en œuvre d'une réelle mixité
sociale à l'échelle du quartier ;
développer un projet social de territoire adapté
aux besoins des habitants.
La convention de rénovation urbaine de Trignac
a été signée avec l’ANRU en 2007 et s'appuie sur
une charte de développement durable et solidaire,
un projet de territoire et un projet éducatif local.
L'intervention urbaine et sociale
programmée dans le cadre du projet de
rénovation urbaine s'inscrit dans une
stratégie de développement de
l'agglomération de Saint-Nazaire
depuis la gare ferroviaire jusqu'au
quartier de Certé. Ce projet en
constitue l'une des étapes de
développement, notamment
par sa vocation résidentielle.
Chemin piéton pour un accès facilité aux équipements (école, gymnase,
terrain multisports).
Place du collège en cours de requalification.
Diversification des usages et de la fréquentation
scolaire prévue par la restructuration du groupe
scolaire après recueil des besoins et finalisation d'un
programme concerté, la création d'une médiathèque
et d'un centre médico-social.
Le travail sur l’emploi, au travers de la mise en œuvre
de la charte d’insertion, s’appuie sur une cellule de
recrutement mise en place en lien avec les entreprises
du BTP. Elle recense les demandes et les besoins
des entreprises, les anticipe, recherche les candidats,
assure l'accompagnement et le suivi des salariés.
Conforter les espaces
publics et créer des
polarités de services
et de commerces au sein
d’un quartier aujourd’hui
monofonctionnel
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Démolition de 216 logements sociaux
(sur 278), reconstitués sur l'ensemble des
communes de l'agglomération de Saint-Nazaire,
réduisant ainsi la concentration de logements
sociaux sur le quartier. Cette opération (en cours
de réalisation) intègre un travail inter-bailleurs
et des validations communales.
Accompagnement au relogement des ménages
concernés par les opérations de démolition
(actions programmées entre 2006 et 2009) :
charte du relogement, accompagnement individuel
comprenant la résolution des impayés de loyer,
des actions d’information (lettre du relogement,
réunions publiques) et l’animation continue
entre acteurs du relogement et la population
(visite de quartier, atelier ludique et pédagogique
« déménagement en pratique », décoration
et exposition des anciennes boîtes aux lettres).
Occupation actuelle de la friche industrielle. Partie nord occupée
par d'anciens bâtiments industriels et blockhaus désaffectés,
la partie sud étant toujours en exploitation par une activité
de ferraillage, stockage et broyage de métaux.
33
34
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Trignac / Certé
Un écoquartier de mixité sociale lié au centre-ville
La communauté
d'agglomération s'est
engagée dans la
préparation d'une charte
de développement durable
et solidaire pour rendre
plus lisible son
action auprès
des habitants et recevoir
la reconnaissance de ses
partenaires.
Friches industrielles. Secteur de curetage et dépollution des sols.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET UNE GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Augmentation et valorisation de l'espace foncier
par l'utilisation du site de deux tripodes démolis
et de terrains environnants (délaissés, fonds de jardins
négociés avec le propriétaire, etc.) et le projet
d'aménagement de friches industrielles après la
dépollution des sols en collaboration avec l'ADEME.
Anticipation de la maîtrise foncière publique
conduite depuis plusieurs années et poursuivie à
travers la passation d’une concession publique
d'aménagement.
Limitation de la consommation foncière visant
une ville plus compacte avec des formes urbaines
économes en énergie. Recherche de logements
passifs, de modes de constructions alternatifs
comme l'auto-construction, etc.
Adaptation des réponses urbaines aux sites
« verts » (Le Croissant, La Roselière, le Parc urbain),
pour les rendre plus efficientes et durables. Travail en
cours sur l'implantation, l'orientation des logements
(individuels, collectifs et intermédiaires) pour rendre
le quartier plus attractif : mise en retrait des
voisinages, facilité d'accès au logement et aux
équipements, intégration dans le paysage
et les espaces verts, etc.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Affirmation de la centralité du quartier avec le projet
de compléter la polarité existante par l'apport de services
et commerces pour privilégier les courtes distances et
réduire le recours à la voiture.
Organisation d'un réseau interne de liaisons douces
à partir des réflexions des habitants reccueillies au sein
d'ateliers urbains menés pendant une année : priorité
au déplacement piéton et aux deux roues (en cours),
sécurisation d'espaces et de liaisons, requalification
de la place du collège pour plus de convivialité,
fonctionnalité, sécurité.
Le projet de raccordement à l'agglomération par un
transport en commun en site propre doit permettre
de renforcer l'attractivité résidentielle du quartier rénové.
Le déploiement d’un réseau de fibres optiques,
facteur d’une dynamique entre habitants, institutions et
prestataires de services, peut devenir un élément fort
d’attractivité.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Des équipements publics conçus dans le cadre
de l'Approche environnementale de l'urbanisme :
le projet de médiathèque vise le label BBC ; le centre
médico-social est conçu dans une démarche HQE®
(de plain-pied pour éviter les ascenseurs, avec
Centre médico-social HQE®.
Évolution de l'ossature en haut. Centre achevé, en bas.
une isolation renforcée, des appareils électriques
et luminaires économes en énergie, des toitures
végétalisées, etc).
Intégration des caractéristiques naturelles du
site (marais, topographie, paysage) et des
ressources associées : gestion des eaux pluviales
en lien avec les espaces publics plantés ou
naturels, biodiversité en ville (restauration d'un
écosystème et préservation d'une espèce
protégée, le triton palmé), et projet de valorisation
d’une ressource locale, le roseau-énergie.
Projet de mise en œuvre d'un réseau de chaleur
bois combiné gaz.
SOCIAL
énéfices attendus
ÉCONOMIE
Construire plus, mieux et moins cher à proximité
des centres urbains. Constitution de réserves foncières
et encadrement du marché immobilier local par des prix
de références.
Économie d'énergie avec l'objectif de logements BBC.
le + durable
Réduction des inégalités territoriales et sociales
en répartissant le parc de logements sociaux dans toutes
les communes de l'agglomération de Saint-Nazaire.
Dispositif éducatif performant avec une école mieux
intégrée au quartier et le développement d'une nouvelle
offre culturelle axée sur la lecture publique.
Construction de parcours d'insertion professionnelle
en adéquation avec le marché local de l'emploi
(cellule de recrutement).
Parcours résidentiel répondant aux besoins,
respectueux des situations sociales (emploi, scolarité,
relation de voisinage, etc.).
Accès au logement à des prix adaptés avec
le développement d’une offre diversifiée : large gamme,
thermiquement performants, confortables,
en accès (social ou banalisé) à la propriété ou en
locatif (social ou privé).
Développement du lien social (espaces de
convivialité, désenclavement, etc.) et des échanges
numériques.
LE ROSEAU ÉNERGIE
La Communauté d'agglomération de la région
nazairienne et de l'estuaire (CARENE) cherche à
valoriser énergétiquement une ressource locale :
le roseau de Brière. Le roseau présente en effet
un pouvoir calorifique très satisfaisant, égal à
plus de 3/4 de celui du bois et ne rejette pas plus
de CO2 qu'il n'en a absorbé lors de sa croissance.
5 400 hectares de roselières pourraient être disponibles pour une valorisation énergétique.
Une étude de faisabilité est menée par la CARENE
en partenariat avec la Région, le Conseil général,
l'ADEME et le Parc naturel régional.
ENVIRONNEMENT
Ateliers urbains et vide-greniers.
Valorisation de fonciers désaffectés.
Traitement des pollutions industrielles.
Choix de la ville compacte par des espaces publics
qualitatifs.
Protection des espaces à valeur écologique
et aide à la formation de nouveaux biotopes.
Préservation de la ressource en eau et maîtrise
de la circulation des eaux de pluie.
Rationalisation des déplacements et limitation
de l'usage de la voiture.
Limitation des émissions de CO2, utilisation des
énergies renouvelables (projet de réseau de chaleur
bois).
35
36
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Dunkerque
/ Jeu de Mail - Carré de la Vieille / Banc Vert /
Quartiers anciens
Une intégration urbaine portée avec les habitants
Depuis 2007, un vaste
projet de rénovation
urbaine est engagé dans
trois territoires de la ville
de Dunkerque, souffrant
d’exclusion sociale et de
morcellement urbain.
Objectif : leur redonner
une unité à l’échelle de
l’agglomération et une
cohésion sociale basée
sur une identité partagée.
le + durable
Valorisation des espaces naturels : l’action (en cours)
« Portrait nature » (découverte des écosystèmes urbains)
aide à prendre conscience du rôle des canaux pour la
biodiversité et à accepter une politique de gestion
différenciée des espaces naturels.
Intégration, dans la conception urbaine et
architecturale, des objectifs de bien-être et de santé
développés par le réseau « Ville santé OMS » dont
Dunkerque est membre, notamment grâce au référentiel
HQE® (acoustique et isolation, par exemple).
La place du piéton et du cycliste est ainsi réaffirmée.
Valorisation du patrimoine : conservation, sur le Jeu
de Mail, d’une ancienne filature, organisation de la fête
« Au fil des canaux » dans les quartiers anciens.
Les canaux font partie de l’identité dunkerquoise. Des actions ont été menées pour
qu’ils soient perçus comme un atout et non comme des entraves.
ontexte
Trois territoires morcelés
et marginalisés
Les trois territoires concernés sont morcelés par de grandes
infrastructures (canaux, voies ferroviaires).
Le territoire du Jeu de Mail – Carré de la Vieille, qui a fait
l’objet d’une convention de rénovation urbaine signée avec
l’ANRU en 2007, accueille une population précarisée et doit
acquérir un « statut » de quartier populaire, ordinaire et ouvert
sur la ville.
Le quartier du Banc Vert, conçu sous forme de ZAC, pensé
comme une presqu’île, dont la convention de rénovation
urbaine est en cours de préparation, doit tisser des relations
avec les quartiers environnants.
Les quartiers d’habitat ancien : Basse-Ville, Soubise, Gare
(convention de rénovation urbaine en cours de préparation).
Dernières racines d'avant-guerre, ils recèlent un patrimoine
paysager inexploité et un fort potentiel de développement,
mais regroupent des logements très
dégradés et occupés par des
populations fragilisées.
logique d’agglomération génératrice de cohésion sociale.
Pérenniser les bénéfices du projet (promotion du bien-être
et de la santé, gestion durable des ressources).
olutions de Dunkerque
Réhabiliter et pérenniser
le patrimoine social
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Création de polarités de quartier avec une offre élargie
de services à portée d’agglomération : réalisation en cours
d’un Pôle santé privé, d’une maison des services publics,
de locaux à vocation tertiaire et d’un équipement culturel.
Qualification des entrées de quartier et de l’espace
public : réalisation d’une esplanade comme nouveau lieu
de rencontres et de promenades.
bjectifs
Politique de peuplement
et d’accompagnement social : création
d’Ateliers de vie de quartier (AVQ) dans les
trois territoires pour informer les habitants,
favoriser l’interconnaissance et faciliter,
en lien avec les Maisons de quartier, l’arrivée
de nouveaux habitants.
Renforcer l'identité
du territoire
par des quartiers plus
attractifs
et équilibrés
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
Créer des quartiers socialement
plus équilibrés et attractifs
et enrayer la discrimination.
Affirmer et valoriser l’identité de
chacun des quartiers dans une
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Requalification des espaces publics :
restructuration réalisée de la place du Palais
de justice menée par la Maison de quartier,
création d’un square.
Amélioration et diversification
de l’offre de logement : opérations
programmées en matière
de démolition/reconstitution de logements
et réhabilitations de logements sociaux.
Place du Palais de justice.
Valorisation du paysage urbain oublié.
37
2009
CRÉATION DE LA PLACE DU PALAIS
DE JUSTICE AVEC LES HABITANTS
La place du Palais de justice a été créée avec une
réelle action de concertation qui a vocation à se
décliner dans d’autres sites.
Une « Commission Environnement/Cadre de vie »,
initiée par la Maison de quartier Soubise et composée d’habitants, a choisi de requalifier la place
du Palais de justice en véritable espace public de
rencontres et d’animations, valorisant le paysage
urbain oublié. Validé par les élus, concrétisé par
un bureau d’étude, cet aménagement a démontré
les atouts d’une démarche s’appuyant sur l’expertise d’usage des habitants.
Valorisation de l’espace disponible par l’utilisation des
surfaces en « pleine terre » : projet d’activités ornementales
ou potagères au bénéfice des habitants, création d’un pôle
multimodal (parking relais et interface de modes) près
de la gare pour réduire la place de la voiture. Une meilleure
gestion de l’espace public dans les quartiers anciens.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Reconquête du maillage des canaux : projet de navigation
fluviale.
Nouvelle identité du centre
d’agglomération : la réhabilitation
du Jeu de Mail comme quartier
« prioritaire » vise à être l’élément
moteur d’une nouvelle dynamique
d’agglomération, en particulier avec la
commune voisine, CoudekerqueBranche (pôle commercial en cours
de construction dans une zone
limitrophe).
Désenclavement : réalisation d’un
mail est-ouest pour articuler le BancVert au secteur Louis XIV.
Requalification des voiries (rue Louis
Neuts) pour faciliter les dessertes.
Liaisons entre quartiers réaffirmées
(passerelle sur le Canal de Bourbourg).
Pistes cyclables s’intégrant dans un
vaste schéma de circulations douces.
Cheminements piétons utilisant des
enrobés avec liant végétal.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES ET AUX
MODES DE CONSOMMATION
RESPONSABLES
Performances énergétiques et
gestion des ressources : référentiel
HQE® pour l’habitat (objectif : 30 %
de réduction des charges et factures
d’énergie des locataires, meilleure
gestion de l’eau et des déchets).
Pôle santé privé.
EN CHIFFRES
DUNKERQUE
80 000 habitants
500 logements
sociaux sur
les 3 quartiers
(1/3 des
résidences
principales)
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
Démolition de
209 logements
sociaux
247 logements
sociaux
reconstitués
sur site et
126 logements
sociaux hors site
240 logements
sociaux
réhabilités
Objectif de
réduction de 30 %
des charges et
factures
énergétiques pour
les locataires.
Généralisation à tous les quartiers du réseau de
chaleur alimenté par la chaleur résiduelle des activités
industrialo-portuaires. Chantiers verts.
Pédagogie urbaine sur l’écocitoyenneté :
valorisation et diffusion des pratiques, à accentuer
par une pédagogie urbaine grand public.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Réconciliation des habitants avec leur ville,
canaux comme atout et non plus comme entrave,
cadre de vie amélioré et diversifié, meilleure
connaissance de l’écosystème urbain.
ÉCONOMIE
Attractivité du quartier du Jeu de Mail influant
sur les quartiers voisins (diversification des activités
commerciales et des services).
SOCIAL
Cohésion sociale grâce à des expériences
communes (projet de rénovation urbaine,
sensibilisation à l’écocitoyenneté, fêtes).
Constitution d’une identité commune basée
sur des atouts (environnementaux et patrimoniaux)
et non plus sur des failles (relégation sociale).
38
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Grenoble Alpes Métropole
2009
/ 5 communes
Vers une agglomération mieux partagée et plus fluide
Grenoble Alpes Métropole développe
des projets de rénovation urbaine
visant à devenir un modèle local de
construction et de développement
durables. Impliquant fortement les
habitants, ils doivent apporter un
rééquilibrage des fonctions des
quartiers des communes composant
l’agglomération, une meilleure
connexion aux centralités urbaines,
un renforcement de l’attractivité
des territoires et l’amélioration de
leur gestion.
Gestion urbaine et sociale de proximité : le Relais
du Grand Châtelet, appartement destiné à retisser
des liens de confiance entre habitants et institutions ;
la « maison de l’habitant » (à Pont-de-Claix),
pôle-ressource d’agglomération qui met en réseau des
acteurs de la Gestion urbaine et sociale de proximité
(GUSP). Association des habitants d’Échirolles
à la conception du projet Village II.
Formation au diagnostic « en marchant » des agents
de terrain pour mieux cibler les priorités (Villeneuve).
L’AGGLOMÉRATION
GRENOBLOISE
390 000 habitants
MISTRAL
1 080 logements
sur 10 ha
CHÂTELET
1/3 des ménages
sont des gens
du voyage
sédentarisés
LE PROJET
MISTRAL
280 démolitions ;
41 000 m2 SHON
logements à réaliser
3 200 m2 de
services publics
ÉCHIROLLES
211 logements
sociaux démolis
60 % de ménages
relogés dans des
logements sociaux
neufs (objectif)
HENRI-WALLON
450 m2 de capteurs
solaires thermiques
le + durable
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Extension du réseau de tramway, maillage pour
une meilleure densité urbaine (en fonction des études
prospectives démographiques).
Gestion des eaux pluviales - Parc Ouagadougou.
ontexte
EN CHIFFRES
Quartier Henri-Wallon, immeuble réhabilité en 2005, primé par l'ADEME.
Une agglomération dynamique
avec des quartiers fragiles
Deuxième agglomération de Rhône-Alpes, Grenoble
Alpes Métropole a connu une urbanisation, liée aux Jeux
olympiques d’Hiver de 1968, devenue obsolète :
quartiers en difficulté, pour partie en ZUS, logements
sociaux et copropriétés
fragiles, voire dégradées.
Deux conventions ont été
signées avec l’ANRU, en
2006 et en 2008 pour
répondre
aux dysfonctionnements
de quartiers
des communes
de Grenoble,
Saint-Martin-d’Hères,
Saint-Martin-le-Vinoux,
Échirolles et Fontaine nécessitant d’être redynamisés
à échéance de 15 ou 20 ans .
Une
agglomération
et des villes
qui n’excluent
pas, plus
fluide et
confortable.
bjectifs
Diversifier, désenclaver
pour une nouvelle urbanité
Renforcer l’attractivité du territoire pour une ville
partagée par tous.
Créer un lieu de centralité par secteur, relier
les quartiers à la ville.
Promouvoir la qualité de vie (une agglomération
et des villes plus fluides, ludiques et confortables).
Assurer une qualité de traitement des habitats,
des espaces publics et des espaces verts.
olutions des
communes de Grenoble
Alpes Métropole
Des quartiers plus attractifs,
avec des fonctions mieux
réparties
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Offre de logements neufs aux plus modestes :
loyers PLUS-CD minorés, diminution du reste à charge
des locataires par l’économie d’énergie (projet Village II
d’Échirolles), et relogement tenant compte du
vieillissement de la population.
Vente HLM avec un accompagnement social et des
actions pédagogiques portant sur les copropriétés.
Revitalisation par l’économie : réalisation de trois
pépinières d’entreprises (en voie d’achèvement) ; charte
pour l’emploi et l’insertion professionnelle (2006)
visant 60 % des habitants des quartiers prioritaires ;
« chantiers-écoles » en cours de finalisation.
Création de l’axe Cargo-Campus pour reconnecter
les quartiers du GPV aux centralités urbaines et aux pôles
de développement.
Reconquête d’espaces urbains délaissés grâce
aux circulations douces : aménagement des berges
du Drac (projet Bastille à Fontaine).
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES ET
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Gestion alternative des eaux pluviales : les eaux du parc
Ouagadougou collectées sur les espaces publics et toitures,
traitées avec des roselières, rejoignent une zone humide
d’infiltration et irriguent des squares-jardins thématiques
initiant les enfants à la gestion de l’eau. À Saint-Martind’Hères (place Lucie Aubrac), matériaux perméables pour les
sols et îles végétales humides. Gestion des eaux pluviales
sur équipements publics (gymnase de Saint-Martin-leVinoux) avec toiture végétalisée, bassins de rétention, puits
perdus, noues drainantes, stationnements perméables.
Amélioration de la qualité du tri au quartier Henri-Wallon,
depuis fin 2007.
Réhabilitation primée par l’ADEME en 2005 (quartier
Henri-Wallon) : énergie solaire passive et active, amélioration
de l’enveloppe globale du bâti (avec serres), réduction
de la consommation de chauffage, d’eau chaude sanitaire
et d’électricité.
Lutte contre l’évasion scolaire : réalisation en 2004
d’un partenariat entre le lycée professionnel Argouges,
une entreprise et le Centre chorégraphique national MC2.
DÈS LA CONCEPTION DU PROJET
En 2005, autour de la Maison de la solidarité et des
initiatives citoyennes d’Échirolles, onze ateliers de
concertation ont porté sur l’intérieur des logements et
les parties communes, les espaces extérieurs et aménagements, la vie sociale et les équipements. Une
Charte de relogement, négociée avec les habitants, a
été signée en juillet 2007. En 2008, un Guide de déménagement du Village a été conçu par les habitants
avec le CCAS, la Ville et le bailleur, et publié sous forme
de jeu. La concertation doit se poursuivre durant la
phase opérationnelle du projet entre 2009-2012.
Opération « chantier vert » portant sur des opérations de
démolition (la Plaine), récupération des déchets par des
ateliers de réinsertion.
Constructions neuves rattachées aux labels THPE ou
BBC, cahier des charges environnemental et livret utilisateurs
établi avec des habitants.
Requalifiquation des réseaux de chaleur, développement
de nouveaux réseaux : le « quartier durable » de Fontaine,
avec valorisation des ressources locales.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Mise en valeur du patrimoine naturel sur les berges
du Drac.
Continuité spatiale entre quartiers plus affirmée.
Meilleure gestion des risques inondation et pollutions.
Gestion économe des énergies et plus d'énergies
renouvelables.
ÉCONOMIE
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Réflexion sur le concept des projets urbains : mise
en œuvre de marchés de définition caractérisant en
amont les propositions spatiales (densité et qualité,
retour à l’îlot). Exemple avec le plan masse de Teisseire
pour une expérience pilote qui nourrit les autres
résidentialisations.
ASSOCIER LES HABITANTS
Plus grande attractivité des territoires, source d’emplois.
Pérennisation des jeunes entreprises.
SOCIAL
Iles végétales.
Meilleure appropriation des projets par les habitants.
Nouveaux liens sociaux.
Diminution des incivilités.
Insertion professionnelle favorisée.
39
40
PROJET GLOBAL
Mâcon
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
/ Marbé
Valoriser le
patrimoine bâti
et végétal
les emplois existants (pôle commercial et services) et en
déplaçant certains commerces dispersés vers ce qui
deviendra le cœur de quartier.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
Parallèlement à ses activités
industrielles, Mâcon a su préserver
son patrimoine végétal et souhaite
aujourd’hui renforcer son image de
« ville verte ». Une stratégie
transversale d’amélioration continue
du cadre de vie amène la ville
à revaloriser le quartier Marbé,
selon un système d’écoquartier,
en lien avec l’agglomération.
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Approche géographique du site et diagnostic
global des ressources permettant de tirer parti
du patrimoine naturel grâce à une gestion préventive
(cf. « Le + durable »). Renforcement d’une « coulée verte »,
développée avec prairies et aires de jeux. Préservation
du patrimoine bâti.
Conception d’îlots cohérents et lisibles qui
permettront des évolutions d’usage et de densité,
avec des mutations à long terme.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Intégration d’un schéma directeur de déplacements
doux, dans chaque nouvelle opération, qui dessert
les équipements et relie le quartier au centre-ville.
ontexte
Coulée verte avec prairie et aire de jeux qui reliera
le quartier au centre-ville.
Un emplacement stratégique
olutions de Mâcon
Ville de 36 000 habitants, Mâcon bénéficie d’une proximité
avec la métropole lyonnaise. Elle dispose ainsi d’un accès
aux infrastructures ferroviaires et autoroutières de l’axe
Valoriser le patrimoine
Paris-Lyon-Marseille, ce qui lui a permis de développer une
par des approches transversales
importante activité de logistique ainsi que des industries
liées à la métallurgie. Mais cet atout se révèle
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
être une contrainte pour le quartier Marbé,
ET DE LA DIVERSITÉ
qui souffre d’un certain enclavement, enserré par
EN CHIFFRES
Diversifier
les fonctions urbaines
l’A6 et les voies SNCF. Une convention a été
du quartier : reconstruire 10 % de logements
MACON
signée avec l’ANRU en 2008 dont les objectifs
sociaux sur le reste de l’agglomération.
36 000 habitants
sont de reconnecter le quartier Marbé à la ville
Politique de maillage d’équipements sportifs
(communauté
haute et de le diversifier.
(stades, centre nautique, parcours de mise
d’agglomération
en forme, promenades sur les berges
de 61 000 habitants)
de Saône) et culturels (multiplexe près
41 % de logements
du théâtre existant, projet de salle
sociaux
de spectacle). Transformation d’un ancien
réservoir en futur lieu d’animation
Désenclaver et valoriser
MARBÉ
et d’exposition ; château transformé en pôle
4
000
habitants
le quartier
social. Création de jardins familiaux favorisant
90 % de logements
Rééquilibrer l’offre d’habitat entre le quartier
les échanges entre voisins et avec les écoles.
sociaux
Marbé et la ville et diversifier les fonctions
Surfaces d’utilité collective en cours de
13 % de personnes
urbaines.
développement en pied d’immeubles.
de plus de 65 ans
Créer une nouvelle centralité.
Aide aux parcours résidentiels positifs
Ouvrir le quartier vers le centre-ville et les
PROJET DE
pour les plus modestes, grâce à de nouvelles
bords de Saône.
RÉNOVATION
typologies d’habitat (accession à la propriété).
Garantir le maintien du patrimoine bâti
URBAINE
Prise en compte du vieillissement du quartier
et végétal et optimiser la gestion des ressources
492 logements
(projet de 32 logements pour personnes âgées).
naturelles.
sociaux démolis puis
Volonté d’évoluer progressivement
reconstitués dont
Volonté de création d’une nouvelle
vers un écoquartier.
244 hors site.
centralité de quartier, en confortant
Plan de recalibrage des voiries : hiérarchisation
des voiries, en valorisant les espaces publics, l’entrée
du quartier et en donnant un traitement urbain aux voies
de transit.
Désenclavement : ouverture du quartier vers le
centre-ville au sud et les bords de Saône à l’est ;
amélioration de la desserte par bus (en cours
de finalisation) et intégration dans le plan
de déplacement communal avec un parking relais,
des navettes, un pôle d’échange.
Une approche raisonnée
du végétal qui sert de fil
conducteur pour aller
vers une ville verte.
le + durable
GESTION RAISONNÉE DES
RESSOURCES EXISTANTES
Dès les années 1980, Mâcon a pratiqué une gestion préventive des arbres et arbustes grâce à
des outils de diagnostic qui ne cessent d’évoluer.
La ville développe parallèlement une large palette
d’approches raisonnées de l’environnement (gestion de l’eau, suppression des produits phytosanitaires, sélection d’espèces, gestion différenciée
des espaces naturels) qui contribue à la cohérence globale du projet d’écoquartier.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
ET AUX MODES DE CONSOMMATION
RESPONSABLES
Gestion optimale du cycle de l’eau : gestion alternative
des eaux de pluie (à la parcelle) avec un programme global
dans les espaces publics (noues).
Évolution vers un système d’écoquartier :
réalisation de 10 maisons passives en 2009
(consommation énergétique globale inférieure à
42 kWh/m2/an) ; gestion raisonnée des ressources
végétales, des déchets, des nuisibles, prévention des
risques environnementaux, éclairage public économe
(appareillages basse consommation, panneaux
photovoltaïques), étude de l’orientation des bâtiments,
anticipation des impacts coûts travaux/gestion. Réduction
des nuisances sonores grâce à une lisière boisée.
Système de management environnemental : il définit
un niveau de performance des bâtiments, avec un cahier
des charges HQE® (qui reste à développer) ; charte
chantier propre.
propre.
bjectifs
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Réduire les pollutions liées à la voiture ; amplifier
et diversifier la gestion du patrimoine végétal ; optimiser
l’utilisation des ressources énergétiques ; prévenir
les risques environnementaux ; améliorer le cadre de vie.
ÉCONOMIE
Diversifier les activités économiques ; développer l’emploi.
SOCIAL
Château transformé en pôle social.
Apporter une mixité sociale et générationnelle ;
créer des liens sociaux autour de nouvelles activités ;
mettre en valeur l’histoire du quartier inscrite dans
le patrimoine bâti.
41
42
PROJET GLOBAL
Nantes
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
/ Le Vallon des Dervallières
La reconquête du vallon
Le Vallon des Dervallières est la partie
basse du quartier nantais de
Dervallières-Zola. La rénovation urbaine
en cours doit apporter une image
valorisante et un nouveau cadre de vie,
s'appuyant sur un environnement
vallonné et verdoyant. Équipements,
espaces publics, nouveaux modes de
déplacements, permettront, à l’horizon
2009, de changer durablement le Vallon
des Dervallières. La réussite éducative
constitue également un axe fort
du projet.
ontexte
Un micro-quartier enclavé
dans un quartier
Situé à l'extrémité ouest de la ville de Nantes,
le quartier Dervallières-Zola est le plus peuplé
des onze quartiers nantais avec 5 200 habitants,
2 500 logements répartis sur 62 hectares, classés
en ZUS. Il est divisé en deux parties : la partie
haute a fait l'objet d'une rénovation importante
dans les années 90 lui permettant de retrouver
une réelle attractivité. La partie basse, au nord,
le Vallon des Dervallières, est un micro-quartier
composé d'un parc d'habitat social dégradé,
avec une population paupérisée et des difficultés
en matière éducative.
L'environnement est exceptionnel : parc de
16 hectares, plaine centrale, nombreux arbres
bicentenaires classés, la Chézine qui coule au nord...
Le projet de rénovation urbaine dont la convention a
été signée avec l’ANRU en 2007 vise à compléter les
interventions des années 90 et faire de ce quartier
l'un des cinq écoquartiers en projet sur la ville.
Le pôle multiaccueil Chlorophylle agrandi
dans un écrin de verdure.
Développement économique et insertion : création d’un
pôle d’activité économique de 2 500 m2. Les habitants du
quartier bénéficient de 9 % des heures réalisées dans
le cadre des chantiers d’insertion.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Gestion économe de l'espace et définition d'un potentiel
de densification ultérieure : remplacement des grands
ensembles par une trame urbaine régulière (îlots ouverts
et diminution de l'emprise des voiries).
Réaménagement du bassin de la Chézine.
Reconstruire
l'espace-cité
avec les
habitants.
EN CHIFFRES
NANTES
Métropole
590 000 habitants
dont 290 000 résidants
en centre-ville
+10 % d'habitants
les 10 dernières années
2 habitants
sur 3 ont moins
de 40 ans.
Population active : 46 %
LE VALLON DES
DERVALLIÈRES
394 logements
40 % des habitants
ont moins de 25 ans
35 % de la population
bénéficie du RMI.
PROJET DE
RÉNOVATION URBAINE
313 démolitions
de logements sociaux
dont 28 pavillons
378 reconstitutions
sur site
420 logements sociaux
réhabilités.
bjectifs
Tendre vers un écoquartier
Modifier l'image et assurer une mixité sociale.
Désenclaver le quartier par une
meilleure connexion des axes structurants.
Valoriser les atouts naturels du site et créer
des espaces publics de qualité.
Favoriser l'appropriation des espaces
et des équipements.
olutions de Nantes
Un développement urbain
et éducatif équilibré
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Renouvellement profond du parc de logement
pour une offre diversifiée : démolition et
reconstitution (sur site ou ailleurs) de 313 logements
(logements sociaux, locatif à loyer libre, accession à
la propriété sociale et abordable), réhabilitation de
420 logements sociaux.
Accompagnement au relogement via une charte
partagée entre bailleurs et la ville, appuyée par une
MOUS relogement, depuis juin 2005.
Restructuration de l'offre éducative :
agrandissement du multiaccueil « Chlorophylle »
pour favoriser la formation et l'accès à l'emploi
des femmes ; restructuration du groupe scolaire
Dervallières-Chézine ; ouverture d'un pôle
des sciences et de l’environnement
(cf. le + durable).
Valorisation du paysage naturel : restauration
de la vallée de Chézine, du parc, du bassin (alimentation
par un système de récupération des eaux pluviales réalisé en 2008) et aménagements des berges naturelles,
sentiers, ponton (avril 2009). Projet de création de
jardins d'usage : lieux de convivialité, jeux pour enfants,
jardin scolaire, etc. L'affectation précise des jardins,
avec les habitants, est en cours.
Gestion innovante des déchets.
Action sur la mémoire du quartier : le dépliant
« Laissez-vous conter Nantes » met en valeur
bâtiments, végétations, évolutions du quartier à travers
trois parcours de promenades.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Création de cheminements doux et paysagers,
accessibles aux personnes à mobilité réduite et ouverture
de la vallée de la Chézine vers le centre-ville à pied
ou à vélo, en complément des réalisations des années 90,
de zone 30 et de transports en commun qui desservent
les équipements nouveaux.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION
RESPONSABLES
Cahier des recommandations environnementales
« Objectifs écoquartiers » annexé au Programme local
de l’urbanisme (PLU).
Prescription de cibles en matière d'énergie, de
gestion des eaux pluviales et de chantiers à faibles
nuisances dans les cahiers des charges des consultations
de promoteurs.
Rénovation du réseau de chaleur (1 848 logements
déjà connectés soit 90 000 m2 chauffés) et projet
de connexion des nouvelles constructions.
Gestion de eaux pluviales par une réduction
(de 44 % à 38 %) des surfaces imperméables ; création
de noues paysagères et augmentation des espaces verts.
Développement du compostage par une pédagogie
auprès des enfants, une collecte des déchets organiques
(cantines et marché), des animations pour les habitants.
Deux constructions HQE® ou THPE : l'extension du pôle
multiaccueil et le pôle des sciences et de l'environnement.
Construction HQE® du pôle scientifique et environnemental,
adossé au collège.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Amélioration du cadre de vie, diversité d’ambiances
(espaces publics, jardins d’usage).
Limitation de l'impact des chantiers sur l'environnement.
Démarche HQE® voire THPE dans les constructions.
ÉCONOMIE
Attirer des promoteurs immobiliers par la mise
en valeur du quartier.
Création d’une Association pour le maintien
d’une agriculture paysanne (AMAP).
SOCIAL
Intégration des nouveaux habitants facilitée
(découverte patrimoniale avec le groupe mémoire
du quartier).
Développement social avec l'offre éducative,
la vie associative, la petite enfance, les lieux
de convivialité, l'emploi et les clauses d'insertion.
le + durable
LE PÔLE SCIENCES ET ENVIRONNEMENT,
UN OUTIL ÉDUCATIF INNOVANT
Dès septembre 2009, cet outil d’excellence éducative ludique doit accueillir écoles, centres de
loisirs, associations, habitants du quartier et de
Nantes autour de la pratique des sciences, en
lien notamment avec le thème des jardins et de
l’environnement. À la fois pôle d'animation (ateliers d'éveil, de découverte, « classes ville », etc.)
et pôle ressource (outils pédagogiques itinérants, espace documentaire, etc.), il doit permettre de mobiliser les familles autour de la
culture scientifique, de valoriser les établissements scolaires du quartier, d'offrir des prestations éducatives attractives. Ce projet implique
de nombreux acteurs publics, privés et associatifs : écoles, collège, École des Mines, Petits
Débrouillards, pôle informatique, etc.
Le projet architectural prend en compte 11 des
14 cibles de la démarche HQE® dans le domaine
de l’écoconstruction, de l’écogestion, du confort
et de la santé.
43
44
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Strasbourg
/ Neuhof
le + durable
Redynamiser le Neuhof, un quartier en marge
Si Strasbourg bénéficie de l’aura d’une
capitale européenne, le Neuhof
est un quartier souffrant d’une réputation
difficile. Les diverses politiques
d’accompagnement de ces dernières
décennies ont été renforcées par une
profonde rénovation urbaine, impulsée
par l’implantation du tramway.
UN AMBITIEUX PROGRAMME
DE JARDINS FAMILIAUX
La Communauté urbaine de Strasbourg gère déjà
4 600 jardins familiaux, dont 300 au Neuhof. Le
service des espaces verts pilote une politique de
sauvegarde et d’extension de ces jardins. Tout
jardin supprimé lors d’un chantier est reconstitué
sur le quartier. Par ailleurs, un projet d’aménagement de jardins est en cours sur des friches au
milieu d’îlots d’habitat, pour faire découvrir cette
pratique à de nouveaux habitants.
olutions de Strasbourg
Performance énergétique des bâtiments d'activités :
les bureaux de la SCI RMT (assureurs).
De nouveaux pôles
autour du tramway
Construction de 54 logements en duplex THPE
avec entrée indépendante et espace extérieur privé.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Renouveler l’habitat dégradé et réhabiliter le parc
existant : création de nouveaux logements sociaux, locatifs
à loyer libre, accession sociale et privée, d’ici 2011.
Offrir un habitat décent et économe en énergie
pour les « gens du voyage » sédentarisés.
ontexte
Le Neuhof, un quartier déséquilibré
Le Neuhof est un quartier d’habitat
social jouxtant le port industriel du
Rhin. Enclavé, il manque d’équipements
de proximité et d’activités
économiques, ce qui aggrave ses
problèmes sociaux. L’extension du
tramway a donné lieu à de profonds
réaménagements, dont environ la moitié
est réalisée. Une étape d’évaluation est
en cours. La convention de rénovation
urbaine a été signée avec l’ANRU en
2005 avec un avenant en 2008.
bjectifs
Retrouver une
urbanité harmonieuse
Mettre en valeur les richesses
environnementales : espaces naturels
et patrimoine.
Rééquilibrer le fonctionnement
social du quartier et rompre
l’isolement des habitants.
Transformer la trame urbaine pour
impulser un développement économique.
Désenclaver le quartier : rénovation
en profondeur axée autour du tramway.
2009
EN CHIFFRES
STRASBOURG
263 941 habitants
(450 000 pour la CUS)
70 % des logements
sociaux de la CUS
24 % de logements sociaux
LE NEUHOF
20 000 habitants
800 hectares
4 865 logements sociaux
PROJET
DE RÉNOVATION URBAINE
731 logements sociaux
démolis
922 logements sociaux
reconstitués dont 70
en accession sociale
383 logements sociaux
réhabilités
974 logements sociaux
résidentialisés
7 km de voiries
supplémentaires
33 000 m2 d’espaces verts
aménagés.
Renforcer l’offre de services et d’équipements :
amélioration d’équipements publics (Centre médico-social,
écoles primaires, centre social et culturel, maison de l’insertion)
et création de nouveaux lieux (gymnase, terrains de sport,
maison de l’enfance, résidence pour personnes âgées).
Projet de pôle médical. Carrefour Reuss : square, centre
commercial (2008), nouvelle mairie et pôle culturel (2009).
Aires de jeux, commerces et services de proximité.
Favoriser les espaces de rencontre : espaces publics
aménagés avec aires de jeux. Jardins familiaux
(cf. « Le + durable »). Restructuration de la place du Hautefort.
Donner une impulsion à l’emploi : développement
économique dans le cadre de la Zone franche urbaine (ZFU)
avec 309 emplois entre 2004 et 2006 et 33 entreprises
créées depuis 2007. Chantier école (2007), clauses
d’insertion dans les marchés publics (trois fois supérieur
pour les heures travaillées aux objectifs de la charte
nationale d’insertion).
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION ET GESTION
Intervention, dès la conception, des futurs
gestionnaires : politique de concertation (micro-trottoirs,
déambulations, forum), d’information et de formation
des habitants.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Désenclavement par l’arrivée du tramway en 2007
et les nouvelles liaisons inter-quartiers : création
de liaisons est-ouest coupant l’axe
historique nord-sud : elles apportent
des carrefours brisant une
configuration trop linéaire.
Gestion optimisée des ressources du site et
limitation de la pollution : raccordement du réseau
de chaleur à l’usine d’incinération du port du Rhin,
sensibilisation des habitants par un « kit tri sélectif ».
Chantiers « propres ». Écomatériaux (en particulier le
bois). Démarche zéro produit phytosanitaire pour lutter
contre la pollution de la nappe phréatique.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Un patrimoine végétal et architectural préservé et
enrichi, une limitation des sources de pollution, une
meilleure maîtrise des consommations énergétiques.
Un quartier
enclavé inscrit
dans une nouvelle
dynamique
pour un retour
à l’équilibre.
Développement des circulations
douces et de l’intermodalité :
renforcement des liaisons bus ;
liaison transports en commun/vélos
grâce à des parcs à vélo sécurisés
aux stations ; intermodalité
tram/bus ; création d’un réseau
cyclable maillé avec celui de
l’agglomération. Aménagement de voiries qui facilite les
circulations piétonnes et améliore l’accessibilité des
personnes à mobilité réduite (PMR).
ÉCONOMIE
Un bassin d’emplois dynamisé, de
nouvelles activités implantées et un effort
de réinsertion par l’emploi.
SOCIAL
Une image du quartier et de ses
habitants revalorisée, de nouveaux
liens sociaux, une meilleure
appropriation du cadre de vie.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DURABLE DES QUARTIERS
Développer de nouvelles centralités : structurer
le quartier selon le nouvel axe du « cours de la Forêt »,
et donner une nouvelle identité au carrefour Reuss.
Urbanisation des franges du Neuhof.
DES RESSOURCES AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Améliorer la performance énergétique des
logements : mise à niveau thermique progressive
des logements existants, les constructions nouvelles
étant au niveau THPE.
Valoriser les ressources du site : traitement végétal des
programmes très développé (franges, forêt, toitures, etc.). Mise
en lumière des berges. Optimisation du foncier par des projets
architecturaux travaillant la densité. Préservation du
patrimoine bâti (cité-jardin du Stockfeld).
Améliorer la performance énergétique des
équipements : dépôt de bus avec la création d’une
toiture photovoltaïque pour la production d’électricité ;
bâtiments « basse consommation » (pôle culturel, bureaux
de la SCI RMT).
Carrefour Reuss. Pôle culturel basse consommation en cours
de construction, autour du tramway.
45
46
PROJET GLOBAL
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Vénissieux
/ Les Minguettes
Transformer le quartier contre l’exclusion
sociale et spatiale
La démarche globale conduite sur le
plateau des Minguettes et Max-Barel est
construite sur la volonté de réunir les
habitants, relier des quartiers isolés et
améliorer la qualité de partenariat entre
les différents acteurs locaux,
ville, bailleurs et habitants.
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Désenclavement du plateau vers le centre-ville et
restructuration d’un maillage viaire interne :
renforcement de la fonction centrale sur l’axe J. Cagne et
recherche d’une densification le long du tramway. Création
de trois axes structurants pour recoudre le tissu urbain.
Démarche de gestion urbaine de proximité
engagée depuis 2006 par l’association interbailleurs
(cf. « Le + durable »).
Les Minguettes, un plateau isolé
Au sud-est de Lyon, dans un vaste territoire construit dans
les années 50, Vénissieux se compose de quartiers
monofonctionnels d’habitat ou d’activités. La ZUP des
Minguettes lutte depuis plus de 20 ans contre des difficultés
sociales croissantes, aggravées par un manque de lien
avec la dynamique
d’agglomération.
Le projet des Minguettes et de
EN CHIFFRES
Max-Barel doit répondre en
priorité à la dispersion des
VÉNISSIEUX
activités économiques, à une
57 000 habitants
carence des activités de services,
(Grand Lyon :
à une dégradation du cadre de vie
1 300 000 habitants)
pour des habitants isolés et à un
fort taux de chômage.
LES MINGUETTES
La convention de rénovation
ET MAX-BAREL
urbaine a été signée avec l’ANRU
23 000 habitants
en mai 2005, un avenant en
10 % de population
septembre 2008.
a moins de 10 ans
95 % des logements
en habitat collectif
bjectifs
Établir des liens
sociaux
et spatiaux
Requalifier et diversifier
l’urbanisme et le bâti.
Créer de nouvelles dynamiques
d’activités et favoriser l’emploi.
Renforcer le « vivre ensemble »
et sensibiliser les habitants
au respect et à la gestion du cadre
de vie.
Relier le plateau des
Minguettes à la ville
et à l’agglomération.
Maîtriser la consommation
énergétique au quotidien.
Améliorer la gestion
du quartier autour d’un
partenariat fort et de
l’implication des habitants
et usagers.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ontexte
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
780 logements
sociaux démolis et
reconstitués
(dont 245 hors site)
1 770 logements
sociaux réhabilités
3 000 logements
sociaux
résidentialisés
11 tours et
516 logements
bénéficient d’une
réhabilitation
énergétique
220 ha concernés
par le GPV.
2009
Bioforce - Institut de formation à l’humanitaire en lien avec le
quartier. Brise-soleil en bambou.
Implantation d’un institut de formation à
l’humanitaire en lien avec le quartier (pôle solidarité
locale de Bioforce).
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Tours réhabilitées avec un programme d’eau chaude
solaire (on distingue les panneaux sur la toiture) et
panneaux photovoltaïques en façade.
le + durable
DÉMARCHE DE GUP INTERBAILLEURS
Une Gestion sociale et urbaine de proximité territorialisée a été établie selon un mode pluriannuel (3 ans). Les bailleurs développent une
culture commune de gestion, partagée avec les
habitants. Par une approche globale du site, elle
propose des actions évaluées en continu : reconfiguration des prestations de nettoyage, préparation à la résidentialisation, coopération entre
bailleurs et référents locataires, etc.
olutions
de Vénissieux
Ligne de tramway T4 (2009) reliant l’ensemble du
quartier au 8e arrondissement de Lyon, avec, en phase 2,
l’accès à la gare TGV de la Part Dieu.
Diversifier les activités
Renforcement du pôle multimodal avec réseau de
tramway doublé de voies réservées piétons et cycles,
création d’un parc relais extensible.
Utilisation d’écomatériaux (briques, tuiles en terre
cuite, charpente bois, brise-soleil en bambou…).
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
Réhabilitations exemplaires sur le plan
énergétique : 11 tours ont fait l’objet de travaux à la
Darnaise entre 2003 et 2006 avec un programme d’eau
chaude solaire et de panneaux photovoltaïques.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Développement d’emplois pérennes pour
les habitants : offre de locaux commerciaux avec la
création d’un parc d’activités en grande partie réalisée
et un accompagnement pour les créateurs d’entreprise.
Un dispositif de Zone franche urbaine (ZFU) a été mis en
place depuis 2004 animé par deux chargés de mission.
Projet de développement social et d’insertion
socio-professionnelle (boutique de l’Initiative, plateforme
PLIE pour l’insertion des habitants, utilisation des
clauses d’insertion).
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Application du référentiel HQE® sur toutes les nouvelles
constructions (logement, cité scolaire Jacques Brel).
Équipements bioclimatiques systématisés dans
la construction neuve (puits canadien, double toiture,
puits de lumière…).
énéfices attendus
Accueil de nouvelles fonctionnalités
et redynamisation du quartier : école de musique
(2006), projet d’agrandissement du cinéma (2009),
Maison des services publics créée (2001), projet
de centre de recherche et de formation (2009),
gymnase, équipements sociaux et éducatifs,
projet de requalification du centre commercial (2013),
construction d’un pôle hospitalier (fin 2008).
Diversification de l’habitat : les logements démolis
seront reconstitués hors site et remplacés par des
logements en accession à la propriété, en location
à loyer libre, ou en accession sociale. Plan de
sauvegarde pour les immeubles en copropriété en
difficulté. Amélioration des dispositifs d’attribution
et réponse aux besoins de publics spécifiques
(jeunes, personnes âgées, foyers d’hébergement).
Démarche Approche environnementale de
l’urbanisme (AEU) développée par l’ADEME dans le
quartier Armstrong autour des thèmes énergie, eau,
bruit, végétalisation.
ENVIRONNEMENT
Une gestion énergétique raisonnée et des choix
de construction respectueux de l’environnement,
des circulations douces facilitées.
ÉCONOMIE
De nouvelles sources d’emploi, une dynamisation
du secteur commercial et des services, des charges
diminuées grâce aux économies d’énergie.
Des opportunités d’insertion socio-professionnelle.
SOCIAL
Le tramway a changé le quartier. En arrière plan, le cinéma
récemment agrandi.
Une nouvelle identité du quartier favorable
aux habitants, une meilleure appropriation
de la gestion du cadre de vie.
47
48
PROJET GLOBAL
Villepinte
49
PROJET GLOBAL
PALETTE VÉGÉTALE :
LES ARBRES
/ Fontaine-Mallet
Bobigny
/ Grand Quadrilatère
Désenclaver et redynamiser
Vers une nouvelle urbanité
Au nord-est de Paris, Villepinte comprend de
nombreux grands ensembles, notamment dans le
quartier de la Fontaine-Mallet. Ce secteur, marqué
par des caractéristiques socio-démographiques
dégradées, fait l’objet d’une convention signée
avec l’ANRU en 2008, pour approfondir une
rénovation urbaine globale, initiée en 2004.
En partie construite dans les années 50 et 60,
à 10 km de Paris, la ville de Bobigny a engagé
deux phases de rénovation urbaine en 2007.
La première vise à remodeler le centre-ville,
conçu sur un modèle fonctionnaliste
aujourd’hui obsolète. La seconde concerne
le désenclavement du Grand Quadrilatère.
Construction de 24 logements et commerces
au cœur de la cité Jean Grémillon (qui fait partie
du Grand Quadrilatère). Le label Bâtiment passif
est visé. Livraison prévue pour fin 2010.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES ET
bjectifs
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Stopper les dysfonctionnements
du quartier
Favoriser la mixité sociale et diversifier les typologies d’habitat.
Désenclaver le quartier.
Aider les habitants à s’approprier leur quartier rénové.
olutions de Villepinte
Homogénéiser le fonctionnement
urbain
Développement des circulations douces.
Amélioration des transports en commun.
Prise en compte de l’accessibilité pour les personnes
à mobilité réduite.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Isolation thermique lors des réhabilitations et certification
« Habitat et environnement » pour les constructions nouvelles.
Rénovation complète du réseau de chauffage urbain.
Éclairage public avec matériels à haut rendement.
Gestion des eaux pluviales et imperméabilisation des sols.
Matériaux à faible impact environnemental ; chantiers propres.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Offre variée de logements (accession sociale à la propriété et
locatif privé, transitions entre pavillonnaire et collectif...) ;
réhabilitation des logements sociaux ;
résidentialisation des îlots.
Création d’un espace central autour
EN CHIFFRES
d’une avenue regroupant des services publics
déplacés, des locaux associatifs et
VILLEPINTE
revitalisation des commerces de proximité.
35 800 habitants
Création de jardins et d’aires de jeux.
1 037 hectares
Nombreuses actions d’insertion
par l’emploi des habitants.
FONTAINE-MALLET
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Câblage du quartier en fibre optique
de télécommunication très haut débit.
Modification du réseau viaire pour
désenclaver le quartier et définir de nouvelles
emprises constructibles.
Projets de développement social et citoyen
(conseils de quartiers, habitants relais, Gestion
urbaine de proximité autour de
l’écocitoyenneté, etc.).
Adhésion à la Charte régionale de la
biodiversité (ville) et à une Charte du
développement durable pour la qualité
environnementale (bailleurs).
Conservation des grands arbres liés à
l’histoire du quartier, sélection d’espèces
végétales adaptées (cf. « Le + durable »).
1 972 habitants
550 logements sociaux
21 % de ménages
de 6 personnes et +
41 % de moins
de 20 ans
42 % de non diplômés
parmi les 15 ans et +
PROJET DE
RÉNOVATION URBAINE
259 logements
sociaux démolis
259 logements
sociaux reconstitués
292 logements
sociaux résidentialisés
292 logements
sociaux réhabilités.
énéfices attendus
bjectifs
Rompre avec l’urbanisme de dalle
Rechercher une nouvelle forme urbaine, plus dense, autour d’îlots.
Créer un parcellaire mutable à terme.
Créer un quartier social et universitaire.
Proposer des solutions de déplacement alternatives.
o
olutions de Bobigny
De nouvelles circulations
et des usages variés
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
Meilleure gestion énergétique.
Réduction des pollutions et des risques.
Préservation de la biodiversité.
ET DE LA DIVERSITÉ
Diversification des logements,
équipements, services et commerces.
Extension de l’université Paris 13
et projet d’implantation d’un centre de
formation des apprentis en 2009.
ÉCONOMIE
POUR UNE NOUVELLE
ENVIRONNEMENT
Apport de nouvelles activités et d’emplois.
SOCIAL
Meilleure appropriation des espaces privés
et publics par les habitants.
Amélioration de la sécurité.
Enrayement des mécanismes de paupérisation
du quartier.
Multiplication des liens sociaux.
le + durable
UNE APPROCHE LOCALE DU VÉGÉTAL
Les végétaux sont choisis selon la biodiversité
et leur potentiel allergisant. Les essences sont
sélectionnées pour leur adéquation avec la
nature du sol et le climat, afin de réduire l’arrosage spécifique. Les arbustes demandant
peu de taille et d’entretien sont privilégiés.
CONCEPTION ET GESTION
DURABLE DES QUARTIERS
Maillage et unification du
territoire par un réseau d’espaces
publics et la valorisation du
patrimoine paysager.
Démolition de la dalle et «retour
au sol naturel », réalisée à partir
d’une recomposition foncière pour
permettre une mutabilité foncière
sur le long terme.
Densification du tissu urbain.
Forte concertation avec les
habitants.
POUR UNE MOBILITÉ
URBAINE DURABLE
Mobilité douce (cf. « Le + durable »)
et hiérarchisation du réseau viaire
pour déverrouiller un urbanisme
de dalle.
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Restructuration des réseaux, rénovation du réseau de
chaleur.
Développement d’une politique d’écoconstruction
(foyer pour personnes handicapées en 2006).
Projet d’EcoZac sur le bord du canal de l’Ourcq
(pôle d’excellence pour les activités environnementales),
labellisée ISO 14001, avec des bâtiments HQE®.
Meilleure gestion énergétique : réduction des coûts fixes dans
les bâtiments collectifs et label HPE pour les nouveaux logements.
Économie de foncier : réhabilitation des parkings souterrains
sous-exploités et réutilisation des locaux désaffectés.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
EN CHIFFRES
BOBIGNY
45 000 habitants
57 % de logements
sociaux
Diminution des coûts énergétiques par la réhabilitation
des bâtiments obsolètes et l'amélioration de leur gestion.
Optimisation de l’espace disponible.
Développement des espaces verts.
Réduction des pollutions (atmosphérique, sonore…).
ÉCONOMIE
GRAND
QUADRILATÈRE
59 % de logements
sociaux
Redynamisation de la ville autour de sa vocation universitaire
et développement de nouvelles activités. Relance des activités
commerciales.
PROJET DE
RENOVATION
URBAINE
428 logements
sociaux démolis
425 logements
sociaux reconstitués
635 logements
sociaux
résidentialisés
et réhabilités
Création de 1 000
nouveaux logements
étudiants
Programmation
de 940 logements
intermédiaires privés.
De nouveaux liens sociaux et des animations locales.
Une meilleure cohabitation entre les habitants et les autres
usagers de la ville (étudiants, etc.).
SOCIAL
le + durable
DES SOLUTIONS DE DÉPLACEMENT
ALTERNATIVES
Une interconnexion sera instaurée entre tous les itinéraires doux pour réduire le « tout automobile » : trajets
de bus modifiés à l’intérieur du quartier, itinéraires
cyclables (communaux et départementaux) et pédestres
développés. Un projet de navette fluviale en partenariat
avec Bondy, Noisy-le-Sec et Romainville est à l’étude.
50
PROJET GLOBAL
51
PROJET GLOBAL
Bourges
Chambéry
Vers une ville
plus équilibrée
Favoriser les mobilités
Rocade verte pour vélos et piétons.
Depuis 2005, Bourges renouvelle
un parc de logements sociaux
devenu obsolète, qui contribuait
à une désaffection de la population.
Parallèlement, les circulations dans
la ville sont repensées pour créer
de nouveaux liens entre quartiers.
Les enjeux environnementaux et
économiques sont très présents
dans le choix des opérations.
bjectifs
Stopper les départs de population
Diversifier et mieux répartir l’offre de logements dans la ville
et en améliorer la qualité.
Favoriser l’accueil des entreprises et l’insertion par
l’économie.
Hiérarchiser le réseau viaire et repenser les liaisons
interquartiers.
Conforter le lien social et mieux prendre en compte les
attentes des habitants.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Liaisons interquartiers : passerelles et amélioration
du réseau viaire.
Réseau de pistes cyclables.
Projet de rocade verte (pour vélos et piétons) irrigant
les quartiers faisant l’objet du PRU.
Réaménagement du pôle gare, mieux relié aux quartiers nord.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Projet de 16 maisons passives et d’un gymnase HQE® ;
projet d’écoquartier.
Chaufferie à énergie majoritairement renouvelable
et nouveau réseau primaire (à partir de 2009).
Traitement des eaux de pluie et réaménagement de la
Plaine du Moulon, avec le retraitement des berges de la rivière
et la reconstitution de la ripisylve (forêt bordant la rivière).
Utilisation de matériaux renouvelables pour les
interventions sur les voiries.
Modes alternatifs de désherbage, gestion différenciée de
l’éclairage public, véhicules de chantier roulant au diester
(bio-diesel).
énéfices attendus
Limitation des pollutions (déchets, gaz à effet
de serre…) et des risques (inondations).
olutions de Bourges
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Nouveaux commerces et services de proximité,
équipements culturels et locaux d’activités
tertiaires.
Diversification et amélioration de l’habitat.
Renforcement des actions d’insertion.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Concertation avec habitants et commerçants :
création de conseils de quartiers et convention
de GUP (2008).
Requalification des espaces publics et des
stationnements, création d’îlots plus petits,
plantations.
Création d’un nouveau pôle de centralité,
avec déplacement des commerces sans interruption
d’activité.
Charte d’éco-aménagement (2007).
Situé au sud de Chambéry, le quartier Biollay
est enclavé. Les berges de Hyères
correspondent à un îlot du quartier sur lequel
se concentre le projet de rénovation urbaine
depuis 2005, basée sur une meilleure
cohabitation sociale et générationnelle et un
habitat en harmonie avec l’environnement.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
bjectifs
Reconquérir un espace sensible
Favoriser la mixité sociale et générationnelle.
Moderniser et développer les équipements et les commerces.
Favoriser l’emploi des publics prioritaires.
Modifier la forme urbaine du quartier.
Désenclaver le quartier et déployer des circulations douces.
Proposer un habitat de qualité respectueux de l’environnement.
olutions de Chambéry
AUX MODES DE CONSOMMATION
RESPONSABLES
Construction respectant les normes (HPE, THPE, Habitat
et environnement, label délivré par le CERQUAL, etc.).
Opération de logements sociaux intégrés dans une
pente naturelle et utilisant du chauffage urbain et un
complément solaire, des toitures végétalisées, des façades
monomatériau isolantes, du béton cellulaire pour le
confort acoustique.
Plan économie d’énergie (consommation à 80 KwH/m2/an
pour chaque logement) dans le locatif social en habitat
intermédiaire.
Conteneurs semi-enterrés sur une opération.
Créer un cadre de vie harmonieux
ENVIRONNEMENT
Relier et dynamiser
les quartiers
Un habitat intermédiaire écologique
et parfaitement intégré au site.
/ Biollay
EN CHIFFRES
ÉCONOMIE
BOURGES
72 000 habitants
105 000 habitants
pour l’agglomération
Mixité fonctionnelle.
Création d’emplois.
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
2 214 logements
sociaux démolis
1 537 logements
sociaux reconstitués
1 414 logements
sociaux résidentialisés
3 065 logements
sociaux réhabilités
2 600 m2 de surface
commerciale
3 000 m2 de bureaux
1 500 m2 de locaux
d’activités
8 000 m2 de surface
tertiaire.
SOCIAL
Renouvellement des liens à l’échelle de la ville,
entre les quartiers.
Amélioration du sentiment d’appartenance à la ville.
Réduction de la précarité.
le + durable
UN « ÉCO-LOGIS » ET UNE
MAISON DU CHAUFFAGE URBAIN
Un appartement témoin « éco-logis » a été
ouvert pour sensibiliser aux enjeux énergétiques, environnementaux et créer des
réseaux d’habitants relais… Une maison
du chauffage urbain complète cette
démarche, en lien avec la nouvelle chaufferie de la ville.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Établissement d’hébergement pour
personnes âgées dépendantes.
Construction d’un EHPAD, de
logements sociaux accessibles aux
personnes à mobilité réduite, de
logements en accession sociale, d’une
maison de l’enfance, de logements
semi-collectifs. Chantiers
d’insertion.
POUR UNE NOUVELLE
CONCEPTION ET GESTION
DURABLE DES QUARTIERS
Densification du bâti et création d’un
parc (cf. « Le + durable »).
Démarche participative développée
depuis longtemps et actions de
gestion urbaine de proximité.
Vigilance sur le taux d’effort
financier des locataires.
POUR UNE MOBILITÉ
URBAINE DURABLE
Création de chemins piétons,
de pistes cyclables et de
stationnements pour vélos.
Renforcement des transports
en commun.
Stationnement des véhicules
recentré dans un seul lieu.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
EN CHIFFRES
CHAMBERY
Chiffres
120 480 habitants
pour l’agglomération
Valorisation du potentiel naturel du site.
Découverte de nouveaux parcours dans le quartier
et dans la ville.
Économies d’énergie. Réduction des nuisances sonores.
Limitation des risques de pollutions.
ÉCONOMIE
LE QUARTIER
BIOLLAY
5 200 habitants
2 650 logements
dont 70 % de
logements sociaux
28 % des
demandeurs d’emploi
de la commune
PROJET DE
RENOVATION
URBAINE
557 logements
sociaux démolis
636 logements
sociaux reconstitués
dont 232 hors site
1 852 logements
résidentialisés et
1 735 réhabilités.
Insertion par l’emploi favorisée par les chantiers
et la création de nouveaux équipements dans le quartier.
Réduction des risques financiers pour les locataires
et les bailleurs par une meilleure anticipation des coûts.
SOCIAL
Mixité générationnelle et sociale et cohabitation
améliorée entre des habitants aux modes de vie différents.
le + durable
CRÉER DE L’ESPACE DISPONIBLE POUR
UN PARC URBAIN
Les nouvelles constructions sont conçues selon
un principe de réduction de l’emprise au sol pour
permettre la construction d’un parc urbain qui
s’appuie sur la déclivité naturelle du terrain.
52
PROJET GLOBAL
Fort de France
/ La Savane / Bon Air
Réconcilier la ville avec son identité
Chef-lieu de la Martinique,
Fort-de-France souhaite enrayer la
dévitalisation économique et sociale
dont elle souffre. La réhabilitation
de la Savane, en centre-ville, et la
création d’un écoquartier caribéen
à Bon Air doivent favoriser les
conditions d’une réconciliation
urbaine, basée sur une meilleure prise
en compte de l’environnement.
bjectifs
Redonner une attractivité à la ville
Mixité et diversité
Améliorer et diversifier l'offre de logements.
Revivifier le centre-ville par l'attraction du parc de la Savane.
Générer du lien social grâce aux espaces publics.
Conception et gestion durable
Requalifier les espaces publics et les relier entre eux.
Réaliser un « écoquartier » caribéen à Bon Air.
Mobilité urbaine durable
Favoriser circulations douces et
transports collectifs, réduire les
distances entre espaces publics,
habitats, commerces et services.
Économie des ressources
Valoriser les ressources locales, prendre
en compte les risques sismiques
et cycloniques.
olutions
de Fort de France
Requalification,
redynamisation et
effort énergétique
CRÉER UN ÉCOQUARTIER
À BON AIR
Construction de 400 logements selon
un principe de compacité, de limitation
des hauteurs, de logements pour
personnes âgées non dépendantes,
garderie, crèche, locaux associatifs,
square, place, services et commerces de
proximité. Étude de faisabilité
de logements évolutifs (sociaux collectifs).
53
PROJET GLOBAL
Poursuite du programme ECODOM (ECS individualisée,
production d’électricité). Optimisation de l’orientation,
la ventilation, l’isolation des bâtiments neufs.
Recours à l’énergie solaire.
RÉINVESTIR LA SAVANE ET REDYNAMISER
LE CENTRE-VILLE
Réaménagement du parc de la Savane (équipements
culturels, ludiques et sportifs), « ouvert » sur la façade
maritime, mieux relié au reste de la ville et sécurisé
(éclairage).
Relance de l’attractivité économique et touristique
du centre par une circulation plus fluide, des « carbets »
d’artisanat local, un centre commercial, un pôle d’affaires…
Revalorisation des sites patrimoniaux.
Développement du photovoltaïque et matériel basse
consommation pour l’éclairage.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
EN CHIFFRES
FORT-DE-FRANCE
100 000 habitants
LE QUARTIER
DE BON AIR
62 % de ménages
âgés, composés
d’une ou deux
personnes
51 % des habitants
résident dans
le quartier depuis
35 ans
LE PROJET
D’ÉCOQUARTIER
400 logements
neufs : 140 à 180
en collectifs
sociaux, 150 à
200 collectifs en
bande dont 100 en
accession privée,
50 à 80 pour
personnes âgées
non dépendantes.
Hérouville Saint-Clair
Redynamiser
le centre-ville et
rajeunir les quartiers
Considérée comme une « ville nouvelle »
expérimentale dans les années 1960,
Hérouville résiste globalement bien
à une conjoncture économique difficile
en Basse-Normandie. Néanmoins,
son parc d’habitat social a vieilli
et son centre-ville nécessite
d’être redynamisé.
Diversifier l’offre d’habitat pour favoriser la mixité des quartiers.
Restructurer l’espace public pour redynamiser l’image de la ville.
Développer les fonctions urbaines pour un centre-ville réinvesti.
Améliorer les services à la population et l’accessibilité
aux transports.
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Extension du réseau de chauffage urbain existant
(lié à l’usine d’incinération de l’agglomération)
aux constructions neuves.
Charte environnementale en préparation.
Préservation des espaces naturels dans les quartiers.
EN CHIFFRES
Des fonctionnalités
mélangées et un
centre densifié
le + durable
DIMINUER LA DÉPENDANCE
ÉNERGÉTIQUE DE L’ÎLE
Installation de 2 000 unités de ECS par an et de
3 ha de panneaux photovoltaïques sur les toits
de logements sociaux, dont 5 310 m2 pour Fortde-France, selon le modèle de l'expérience du
quartier de Floréal.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
ÉCONOMIE
Nouvelles valeurs d’usage pour les quartiers réhabilités,
promotion du secteur associatif et culturel, insertion
par l’emploi et meilleur accès aux soins et à la prévention.
DURABLE DES QUARTIERS
Proposition de locaux modulaires aux étages bas
des constructions (cf. « Le + durable »)
Diversifier et rééquilibrer
olutions
d’Hérouville
SOCIAL
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION ET GESTION
Modification des voiries autour de la Grande Cavée, suite
à l’arrivée du tramway (achevé), avec plan de circulations
douces et de parkings souterrains (en projet).
bjectifs
Gestion compacte du foncier, circulation fluide
et écologique, meilleure gestion des risques sismiques
et cycloniques, énergies renouvelables.
Attractivité touristique retrouvée, création d’emplois,
de services et commerces de proximité, gestion
énergétique plus rationnelle.
Création de boxes modulaires pour les commerces.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Regroupement de services,
emplois et transports
en centre-ville pour diversifier
les activités à l’échelle
de l’agglomération.
Diversification du centre-ville,
avec la reconstruction (en cours)
d’îlots urbains denses le long de la
Grande Cavée et par l’urbanisation
des franges non bâties des terrains
dédiés aux équipements.
Relance d’une offre économique
en appui sur la Zone franche
urbaine (ZFU) : renforcement des
fonctions commerciales en centreville et diversification des commerces
de proximité ; création de couveuses
et de pépinières d’entreprises.
HÉROUVILLE
SAINT-CLAIR
23 000 habitants
(230 000 habitants
pour l’agglomération
Caen la Mer)
47 % de logements
sociaux
78 % de logements
collectifs
QUARTIERS EN ZUS
10 % de population
en moins en 10 ans
PROJET DE
RÉNOVATION URBAINE
15 % de densité
en plus dans la ville
630 logements
sociaux démolis
504 logements
sociaux reconstitués
959 logements sociaux
résidentialisés
290 logements
sociaux réhabilités
17 000 m2 de surfaces
d’activités.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Une économie de foncier permettant de ménager
les espaces verts existants.
L’optimisation des ressources locales de chauffage.
La réduction des nuisances liées à l’automobile.
ÉCONOMIE
Une redynamisation du commerce et de l’emploi.
Une attractivité à l’échelle de l’agglomération pour les services.
SOCIAL
De nouveaux habitants attirés par la diversification
des logements et des activités. De nouveaux liens sociaux.
le + durable
DES « BOXES » MODULABLES
Les nouveaux bâtiments implantés en centre-ville
comprennent des volumes souples appelés
« boxes », modulables selon les besoins, pour
accueillir des commerces, des services ou des logements spécifiques. Ils s’inscrivent dans la durée en
s’adaptant à la demande.
54
PROJET GLOBAL
Louviers
/ Maison-Rouge
Devenir la centralité d'un pôle urbain
d'entrée de ville
Maison-Rouge est un quartier stigmatisé de Louviers,
en Haute-Normandie. Ses dysfonctionnements
urbains, environnementaux et sociaux l'excluent
d'autant plus que le reste de l'agglomération
est en plein dynamisme. La ville de Louviers et
la communauté d'agglomération Seine Eure souhaitent
inverser la tendance et faire de Maison-Rouge
un quartier pilote de développement durable.
bjectifs
Intégrer les habitants et leur
quartier au reste de la ville
Désenclaver le quartier et le relier à la ville centre.
Améliorer la mixité sociale et rechercher la mixité des fonctions.
o
olutions de Louviers
Donner à Maison-Rouge un statut,
une identité et une vie de quartier
La ville de Louviers présente cinq actions « phares »
qui répondent, à l'échelle du quartier Maison-Rouge,
aux enjeux du développement durable.
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Projet de création d'un restaurant associatif solidaire
interculturel (cf. le + durable) géré par des
femmes du quartier. Démarrage des travaux
projetés en 2010, pour une mise en service
EN CHIFFRES
fin 2011.
LOUVIERS
19 000 habitants
MAISON-ROUGE
1 850 habitants
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
Démolition de
4 immeubles
Réhabilitation de
486 logements
sociaux
Création de
5 équipements
publics.
55
PROJET GLOBAL
/ La Source
Rétablir l’équilibre
La Source est un quartier d’Orléans des
années 60 qui représente un pôle
attractif à l’échelle de l’agglomération,
bien relié au centre-ville avec de
nombreux atouts paysagers, des
équipements de recherche, un campus
universitaire. Une dégradation des
conditions de vie s’est pourtant
amorcée dans les années 80, ce qui a
nécessité d’engager, en 2004,
un projet de rénovation urbaine
pour rétablir l’équilibre.
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Création en cours d'un pédibus reliant sur un même
itinéraire domicile-école, enfants et parents de deux parcs de
logement, créant ainsi un lien social entre les locataires de
ces deux parcs. Mise en service en 2009.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Optimisation de la cogénération en élargissant le réseau
à l'échelle de constructions nouvelles ou existantes du
quartier et en optant pour une source d'énergie
renouvelable (le bois). Études opérationnelles en 2009.
énéfices attendus
bjectifs
Résorber la dégradation
d’une partie de La Source
Améliorer les conditions de vie des habitants du quartier.
Favoriser l’arrivée de nouvelles populations.
Revivifier la démocratie locale.
olutions
d’Orléans
200m2 de panneaux photovoltaïques sur le
toit d’un groupe scolaire.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION ET GESTION
DURABLE DES QUARTIERS
Convention de GUP, avec ateliers thématiques, actions
spécifiques avec les habitants et les écoles, événements créant
du lien social et de la convivialité, etc.
Meilleure gestion du végétal (coulées vertes, protection
des arbres existants, jardins familiaux, plantation d’espèces
aromatiques).
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Promotion des circulations douces, avec création
de pistes cyclables et d’itinéraires piétons.
Promotion des commerces de proximité pour réduire
les déplacements.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Isolation thermique et individualisation du chauffage
dans le cadre des réhabilitations.
Démolition sélective avec désamiantage et séparation
des matériaux.
Démarche HQE® pour les nouveaux bâtiments publics
avec toitures végétalisées, installation de deux pompes
à chaleur sur la médiathèque et panneaux photovoltaïques
sur une école (cf. « Le + durable »).
Utilisation de matériaux recyclés pour les voiries.
énéfices attendus
Equité et qualité
EN CHIFFRES
ENVIRONNEMENT
ENVIRONNEMENT
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
Réduction de l'empreinte écologique (pédibus).
Utilisation du bois : ressource locale, renouvelable et peu
émettrice de CO2 (objectif de division des émissions par 7).
ET DE LA DIVERSITÉ
Diversification de l’habitat,
avec la création de logements en
accession à la propriété et en
locatif à loyer libre.
Offre nouvelle d’activités
(services à la personne, activités
culturelles, commerce équitable…),
et d’espaces publics (square,
place publique, mail).
Développement ou amélioration
d’équipements publics
(construction d’équipements
culturels, sportifs, associatifs,
scolaires ; reconstruction de
l’hôpital prévue en 2015).
Signature d’une charte locale
d’insertion et implantation
d’une Maison de l’emploi
dans le quartier, travail sur la
valorisation des compétences.
Accessibilité améliorée
des bâtiments et des voiries pour
les personnes à mobilité réduite.
ORLEANS
113 126 habitants
29 % de logements
sociaux
Meilleure gestion énergétique.
Amélioration du cadre de vie.
Préserver les espèces végétales existantes et en développer
de nouvelles.
ÉCONOMIE
Réduction des charges de chauffage.
Insertion sociale et professionnelle (restaurant interculturel).
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
SOCIAL
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Mutualisation des équipements (sociaux
et sportifs) pour réaliser des économies de
ressources foncières, de gestion (exploitation,
maintenance), d’investissement (construction et
énergie) et de moyens humains (halls d’accueil
commun). Démarrage des travaux projeté fin
2009 pour une mise en service début 2011.
Création de lien et de cohésion sociale, dynamisation
de la vie de quartier, lien intergénérationnel et interculturel
entre communautés différentes.
le + durable
PROJET DE RESTAURANT SOLIDAIRE
Dispositif de gestion urbaine et sociale
de proximité sur la base d'un diagnostic
partagé du quartier et de l’atelier cadre de
vie pédagogique (association des habitants
au projet et formation à leur nouvel
environnement).
Orléans
INTERCULTUREL
Situé à proximité de jardins familiaux, le projet prévoit l'utilisation de leur production avec une évolution
envisagée vers une culture « bio » et ainsi l'élaboration d'un menu « bio » deux à trois fois par semaine.
LA SOURCE
700 ha (à + de 10 km
du centre-ville)
21 500 habitants
(8 000 pour la ZUS
concernée
par le projet)
36 % des ménages
ont 4 enfants et plus
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
513 logements
sociaux démolis
589 logements
sociaux reconstitués
1 800 logements
sociaux résidentialisés
1 200 logements
sociaux réhabilités.
ÉCONOMIE
Insertion par l’emploi. Apport de nouvelles activités.
SOCIAL
Meilleure intégration des habitants au reste du quartier
et à la ville. Afflux de nouveaux arrivants.
Résorption de la précarité.
Convivialité et nouveaux comportements citoyens.
le + durable
ÉCOLE SOLAIRE
Un groupe scolaire a été équipé de 200 m2 de panneaux
photovoltaïques, encastrés dans les toitures. Cette installation doit produire 25000 kWh/an (pour 16500 kWh
nécessaires), l’énergie sera rachetée par EDF.
56
PROJET GLOBAL
Reims
/ Croix-du-Sud
Le tramway inspire le remodelage urbain
Reims a signé une convention de
rénovation urbaine avec l’ANRU
fin 2004 pour les secteurs Croix Rouge
et Wilson. Dans ce contexte, le
quartier Croix-du-Sud, situé en limite
du tissu urbain et agricole, doit être
entièrement repensé d’ici 2011 pour
mettre à profit l’arrivée du tramway
et redynamiser les activités, dans
un environnement plus harmonieux.
bjectifs
Un cadre attrayant pour un quartier
plus actif
POUR UNE MOBILITÉ URBAINE DURABLE
Un tramway en 2011.
Hiérarchisation de la trame viaire et développement
des circulations douces.
Étude d’un parking aérien végétalisé en entrée de quartier.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Conception du bâti soucieuse des économies d’énergie :
exposition sud des pièces à vivre, avec larges ouvertures
et bow-windows, isolation thermique, logements basse
consommation, norme Effinergie.
Logements sociaux réhabilités avec isolation thermique
par l’extérieur, installation de cellules photovoltaïques
sur les garde-corps (cf. « Le + durable »)
et réfection des installations de chauffage urbain.
Toitures végétalisées et récupération des eaux de pluie.
Faire de Croix-du-Sud un pôle d’innovation urbaine attractif.
Réintégrer le quartier dans la trame existante tout en
l’ouvrant sur la nature proche.
Développer un habitat durable, sain et économe
en charges locatives.
EN CHIFFRES
Encourager et valoriser le comportement citoyen.
olutions de Reims
Une périphérie entièrement
repensée
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Renouvellement de l’offre de logements (diversité,
qualité architecturale et environnementale).
Création d’un pôle médical à proximité du CHU.
Maintien des cités-jardins en lien avec une
association d’insertion.
Création de bureaux et/ou de logements
au-dessus des commerces de proximité.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION
ET GESTION DURABLE DES QUARTIERS
Préparation de l’arrivée du tramway en 2011 :
nouvelle trame viaire, étude sur l’accessibilité du pôle
commercial et le regroupement du pôle de services.
Concertation avec les commerçants pour relocaliser
services et commerces près du tramway, étude
du déplacement de l’hippodrome.
Étude de la restructuration des campus
universitaires.
Fiches « Agir tous ensemble » pour les locataires.
Insertion paysagère en utilisant les reliefs naturels
du site.
énéfices attendus
REIMS
185 000 habitants
(230 000 pour
l’agglomération)
43 % de logements
sociaux
93 % du parc social
de l’agglomération
(dont 35 % en ZUS)
CROIX-DU-SUD
1 632 logements
sociaux
23 % du parc locatif
social
4 000 habitants
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
1 262 logements
sociaux démolis
876 logements
sociaux
reconstitués
664 logements
sociaux
résidentialisés
894 logements
sociaux réhabilités.
ENVIRONNEMENT
Environnement redessiné, plus fluide, mieux
inséré dans la ville tout en étant ouvert sur la
campagne proche.
Insertion du végétal dans les formes
architecturales.
Économies d’énergie.
ÉCONOMIE
Dynamisme commercial.
Apport de nouveaux emplois.
SOCIAL
Meilleure accessibilité des services.
Mixité résidentielle.
Maintien des équilibres sociaux.
Encouragement à la solidarité et au
comportement citoyen.
le + durable
DU SOLAIRE À REVENDRE
La réhabilitation de 451 logements sociaux (îlot Degas-Rodin),
en 2009, prévoit l’installation de
cellules photovoltaïques sur les
garde-corps et les brise-soleil.
L’énergie solaire produite sera
revendue à EDF.
Toute transformation de la ville devrait prendre part à une
démarche d’urbanité favorable à l’entrecroisement des catégories sociales, à la rencontre des générations, à la pluralité des
modes de vie. Les secteurs défavorisés qui regroupent aujourd’hui
la plus grande part d’immigrés et de chômeurs sont aussi riches
d’espaces disponibles, de populations jeunes, d’habitants en attente
de changements.
C’est là, dans ces quartiers abusivement homogènes, partout semblables de Lille à Marseille, trop souvent considérés comme un tout,
que s’impose à l’évidence une double exigence de diversité. Promouvoir la mixité des fonctions urbaines, la variété des lieux et des
ambiances, la pluralité des cultures et des modes de vie doit se
conjuguer avec la mise en valeur de la singularité de chaque quartier et
de chaque situation locale. Plus encore, répondre à ces ambitions
suppose que ces quartiers dépréciés deviennent progressivement
attractifs pour l’installation d’entreprises et pour l’accueil de
nouveaux habitants.
F. Grether
La rénovation urbaine
pour la ville des mixités
et de la diversité
En quoi la rénovation
E
lle peut jouer le rôle d’un levier économique mis au service
de la mixité fonctionnelle. De nouveaux espaces d’activités
et une offre plus adaptée en équipements, en commerces de
proximité, peuvent être introduits dans ces opérations d’aménagement.
Ces dernières contribuent à soutenir l’emploi, grâce aux chartes
d’insertion ou aux chantiers expérimentaux qu’elles peuvent engendrer.
De même, la mixité sociale est encouragée à travers une offre diversifiée
de logements, une vie de quartier requalifiée, des espaces publics,
des cheminements et des équipements qui favorisent les rencontres
intergénérationnelles et interculturelles.
La mixité fonctionnelle
L’insertion économique par l’emploi pour des actions réalisées ou en cours :
clause d’insertion, chantiers de formation, auto-réhabilitation.
Le développement d’emplois pérennes pour les habitants : offre de locaux
commerciaux avec parc d’activités, accompagnement pour les créateurs d’entreprises,
dispositif ZFU.
La création de polarités de quartier avec une offre élargie de services à portée
d’agglomération.
La diversification
PISTES D’ACTIONS
urbaine peut-elle être
le support d’une ville
des mixités et de la
diversité ?
La mise en œuvre d’une politique de diversification de l’offre d’habitat.
La diversification des formes urbaines.
Démolition, reconstruction et réhabilitation de logements sociaux.
Des logements sociaux de qualité (neufs ou acquis et améliorés, certifiés « Habitat et
Environnement »), le soutien de la diversité sociale : création de logements étudiants,
d’une résidence pour personnes âgées dépendantes, d’un foyer pour migrants âgés, etc.
La mixité sociale
La restructuration de l’offre éducative.
Le projet de création d’une « école-logique », ouverte sur la ville, respectueuse de
l’environnement, en concertation avec les partenaires de l’école.
La concertation avec les locataires, diagnostics partagés lors des travaux de
résidentialisation.
La création d’espaces de rencontre : espaces publics aménagés avec aires de jeux,
jardins familiaux.
➜
62
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Creil
63
2009
/ Gournay-lès-Usines
Vers la création d'un écoquartier centre d'agglomération
Le projet développé
par la communauté
d’agglomération creilloise
est de faire du quartier
de Gournay-lès-Usines
un écoquartier au centre
de l'agglomération en
développant mixité
fonctionnelle avec
l’accueil d’activité
et d’habitat et diversité
sociale en s’appuyant
sur une action
de requalification
environnementale.
Îlot Lucille-rue Chapelle du Marais.
Le projet prévoit la démolition de l’ensemble,
la création d’une rue à la place de l’actuelle
cour, un jardin jouxtant l’école
et des logements de l’autre côté.
Rue des Usines
à réaménager pour
accueillir la passerelle
d’accès à la gare qui
enjambera les voies
ferrées. L’usine de clous
(bâtiment à droite)
devra être relogée.
Légende
Périmètre des opérations d’infrastructures
sous maîtrise d’ouvrage CAC
Les projets de rénovation urbaine de l’agglomération creilloise
obéissent à une cohérence d’ensemble.
Périmètre de la ZAC (Opérations
d’Aménagement OA) sous maîtrise d’ouvrage
SODEDAT93
Équipement futur
Tertiaire
Activités
Logement
Commerces
ontexte
Les mutations industrielles
en héritage
Gournay-lès-Usines est un quartier enclavé,
imbriqué dans les territoires de trois villes
(Creil, Montataire et Nogent-sur-Oise) se rejoignant
pour former un espace commun de 150 ha, isolé
des centres-villes par des coupures urbaines
ou naturelles importantes. Malgré un bon réseau
de transports publics, la population se sent
enclavée.
Secteur privilégié d'implantation d'activités industrielles
pendant des décennies, il se caractérise
aujourd'hui par un tissu urbain morcelé et déséquilibré :
imbrication de grandes emprises industrielles,
de petites parcelles d’habitat individuel ancien
(dont l'architecture devra être conservée et mise en
valeur) et de nombreux logements précaires,
indécents voire insalubres. Cela occasionne des conflits
d'usage et nuit à la valorisation du quartier.
Ce contexte industriel, ancré dans la conscience
collective, est indissociable de l'avenir du quartier.
À la suite du dispositif Grand projet de ville (GPV), une
convention de rénovation urbaine portant sur le
quartier de Gournay a été signée avec l’ANRU en 2007.
L’agglomération donne à ce projet un rôle clé
de développement d'un cœur de villes et de création
d'une logique de solidarité entre les communes
riveraines.
bjectifs
Redonner une cohérence
urbaine à une agglomération
fragmentée
Reconquérir des espaces en friche, délaissés
ou sous valorisés, pour rééquilibrer, réhabiliter
et diversifier le parc de logement.
Favoriser les déplacements inter-quartiers et utiliser
les coupures naturelles ou humaines comme des atouts
pour la reconstruction de l'espace urbain.
Promouvoir le développement économique
au sein du nouveau cœur d'agglomération.
Ancien lycée de Gournay destiné à être transformé
en habitations, locaux d’activités et commerces
de proximité.
olutions de Creil
Des espaces de vie propices
à la diversité des usages
et des publics
Projet de mise en place d'une ZAC multisite
composée de sept sous-secteurs d'aménagement
pour une intervention progressive dans le quartier.
Recherche d'une mixité fonctionnelle :
commerces de proximité, équipements, tertiaire...
en vue de la création de 400 emplois.
Projet de passerelle au-dessus de l’Oise reliant
le quai et l’île.
Requalification du pont Y, véritable entrée de quartier,
et création de liaisons douces vélo et piétonnes.
64
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Creil / Gournay-lès-Usines
le + durable
Vers la création d'un écoquartier centre d'agglomération
Projet de réhabilitation du parc individuel,
développement d'une première offre de 750
logements diversifiés (25 % de logements sociaux, 25 %
de logements locatifs à loyer intermédiaire et 50 % de
logements privés en location ou en accession à la
propriété), et performants énergétiquement (objectifs
thermiques 20 % en deçà de ce que prévoit la
réglementation actuelle). Ouverture du parc aux ménages
des autres quartiers et à de nouvelles populations.
Création d’une nouvelle centralité d’agglomération
à proximité de la gare de Creil.
Réalisation d’une « charte d’aménagement de
voirie » qui doit édicter des normes d'aménagement
communes aux villes de l’agglomération.
Assistance à maîtrise d’ouvrage (pour la
collectivité et les bailleurs sociaux) dans une
« démarche de qualité environnementale » dont
l'objectif final est la mise en place d'un système de
management de l'opération.
Réalisation d'une étude de préconisations
pour des déplacements durables. Réalisation
d’une étude de faisabilité sur la création d’un
réseau de chaleur.
Projet de recyclage foncier et valorisation du
patrimoine industriel pour reconstruire la ville sur la
ville : projet de réhabilitation de l'ancienne usine de
fabrication de coffres-forts destinée à devenir un lieu
d'accueil des associations culturelles et sportives ;
démolition de l'ancien lycée technique professionnel,
dépollution du sol et construction de 150 logements
et locaux pour des activités tertiaires et des commerces
de proximité.
Mise en place d'ateliers participatifs regroupant
service de l’État, collectivités, acteurs privés
et habitants autour des trois thèmes de la création
d'un pôle éducatif et culturel, de la gare de Creil
et du développement économique.
Coordination de tous les intervenants par une mission
interne de l'agglomération entièrement dédiée au projet.
Projet de création ou réhabilitation d'équipements
publics : école de 16 classes, agrandissement de l'école
actuelle pour accueillir 400 nouveaux enfants, structure
d'accueil petite enfance, équipements sportifs
de proximité.
Projet de création d'une « école-logique », ouverte
sur la ville, respectueuse de l'environnement,
en concertation avec les habitants, les parents d'élèves,
le corps enseignant, l'Inspection académique, la CAF
et les collectivités.
Projet d’amélioration des liens inter-quartiers
par une nouvelle conception de l'espace public, avec la
priorité donnée aux circulations douces et la limitation
du transit en cœur de quartier :
projet de réalisation d’une « agrafe urbaine »
nord-sud entre quartiers, faite de passerelles et de
jardins, pour rompre les coupures topographiques
(le coteau, les voies ferrées, l'Oise),
d’une voie plurimodale est-ouest, d’un pôle
éducatif, culturel et sportif sur le quai d’Aval.
La reconquête des espaces
urbains sous utilisés,
constitués de friches
industrielles situées en
cœur d'agglomération,
représente l'axe prioritaire
de développement
durable pour
l'agglomération creilloise.
65
2009
énéfices attendus
Une ingénierie d’accompagnement des projets
complète, dédiée aussi bien aux collectivités, à
l’aménageur responsable de la ZAC multisite
qu’aux constructeurs.
Une approche ciblée sur la solidarité territoriale (intercommunalité, expérimentation sur la
valorisation des villes moyennes (DIACT) dans le
maillage du territoire français).
Le développement de partenariats novateurs (synergies développées entre habitants
des trois communes, monde économique, rectorat, Réseau ferré de France, etc.) pour ouvrir et
diversifier le quartier.
Une convention d’objectifs avec la Région
Picardie pour faciliter la démarche écoquartier
(calcul de la densité, promotion du réseau de
chaleur, exclusion du chauffage électrique, utilisation de l’eau issue des puits artésiens…).
Évolution et enrichissement des méthodes
de travail des bailleurs et autres maîtres
d’ouvrage grâce à l'échange avec un expert
extérieur dans le cadre de l'AMO.
Création et diffusion d’une culture de projet
nouvelle et commune au sein des bailleurs, mais
aussi des services des villes et de leurs élus.
ÉCONOMIQUE
L’ancienne usine Fichet, aujourd’hui en friche, offre des opportunités
pour le développement d’un projet pédagogique et culturel à
proximité de la future école de 16 classes du quartier Gournay.
Mise en commun, envisagée avec la Zone franche
urbaine voisine, de moyens humains et de terrains
à viabiliser pour promouvoir l'emploi.
Mise en œuvre de la charte d'insertion sociale
(13 500 heures d'insertion réalisées en un an avec
17 entreprises pour des travaux d’investissements
financés par l’ANRU).
Une approche économique volontariste pour un
quartier à recycler en totalité (faciliter la création
d’emplois industriels en ZFU, projet de pépinière
d’entreprises, adaptation des aménagements du quai à
la reprise de transports fluviaux…).
Création prévue de 400 emplois.
Adéquation entre les formations et le marché local de
l'emploi (Institut de formation des métiers de la ville).
Recherche d’un équilibre financier entre fonds
publics et fonds privés grâce à la mise en œuvre
d'une ZAC multisite.
Insertion sociale par l'emploi local.
Projet de création d'un institut de formation
aux métiers de la ville (logement, aménagement,
construction, eau, assainissement, énergie, propreté,
environnement, transport public, travaux publics…
et management de projet urbain) : formation initiale
et continue pour les ouvriers, les techniciens et les cadres.
Construction d'un partenariat à long terme
avec les groupements d'entreprises locales.
Création d'un parcours
résidentiel pour les habitants,
le logement correspondant à
leurs besoins selon leur âge,
leurs ressources,
la composition de la famille.
Appropriation de « l'écolelogique » par les habitants,
fréquentation ouverte et
diversifiée du bâtiment.
Création de lien social par
la création de lieux de vie
aux accès faciles.
Appropriation directe du
projet par les habitants dans
des groupes qui commencent à
s’autoréguler et à affirmer
leur vision du projet.
ENVIRONNEMENT
Limitation du rejet des eaux pluviales dans le réseau
public par un schéma d’assainissement très
contraignant qui va être annexé au Plan local
d’urbanisme (PLU) des communes, et par une
ré-urbanisation plus perméable des friches industrielles.
Des dispositifs d'ingénierie mis en place pour
accompagner les acteurs du projet, assurer la cohérence
entre l’ensemble des intervenants, capitaliser sur les
études réalisées et ouvrir des passerelles entre elles :
SOCIAL
Projet de démolition de l’ensemble pour créer une place
publique et des logements. La passerelle reliant le quai
d’Aval à l’ïle arrivera au niveau du panneau « stop ».
Assainissement des sols,
préservation des espaces
naturels et paysagers
périphériques, introduction
de surfaces végétales sur
des sites minéralisés
permettant une meilleure
infiltration des eaux de pluie.
EN CHIFFRES
CREIL
30 671 habitants
pour une population
en baisse
30,8 % de la population
a moins de 20 ans.
LE QUARTIER DE
GOURNAY-LES-USINES
2 676 habitants
1 239 logements dont
70,4 % sont des
maisons individuelles
(type maisons
ouvrières)
27 % des habitants
ont moins de 20 ans
LE PROJET
Reconstitution de
223 logements sociaux
sur 729 prévus en ZAC.
1 120m2 de SHON
réservée au tertiaire,
5 440m2 aux activités
et 2 400m2
aux commerces.
66
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Plaine Commune
2009
/ Cristino Garcia Landy
Rénover pour fédérer
Ces vingt dernières années, la Plaine
Saint-Denis a engagé un vaste projet de
renouvellement urbain, économique et
social qui témoigne de sa forte capacité
de mutation. Repris aujourd’hui par
la communauté d’agglomération Plaine
Commune, le projet de rénovation
urbaine déjà très avancé, évolue
du « raisonné » vers le « durable »
et lie concrètement démarches sociale
et environnementale.
Traitement des espaces publics pour favoriser le lien
social : le parc Eli Lotar (2001) préfigure le futur ensemble
paysager du parc canal ouvert, assurant la liaison avec les
autres parcs et les quartiers.
Plan communautaire pour l’activité et l’emploi :
diagnostic et lancement d’actions (Charte entrepriseterritoire, Rencontres pour l’emploi, Maison de l’emploi,
développement de la formation initiale et continue,
implantation d’activités diversifiées sur tout le territoire).
Recomposition d’une centralité avec un réseau
rénové d’entreprises, de commerces et
d’équipements : installation du CNAM à Saint-Denis
depuis 2005 qui accueille 500 étudiants ; construction
d’une école HQE® et d’un commissariat en 2006.
Maison Haute qualité durable (HQD) destinée à l’accession à la propriété
et au locatif social, réalisée avec du bois issu d’une filière locale.
ontexte
Un territoire industriel
en transition
EN CHIFFRES
PLAINE COMMUNE
660 hectares
360 000 habitants
CRISTINO GARCIA
LANDY
22 hectares
5 000 habitants
(2 000 avant
rénovation)
47 % de la
population sans
qualification
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
24 sites de
rénovation urbaine
conventionnés
35 000 m2
de locaux dans
un immeuble dédié
aux commerces
1 500 m2 de pôle
commercial
de proximité
300 logements
(40 % social ;
60 % en accession)
10 000 m2 de parc.
Territoire intercommunal entre Saint-Denis
et Aubervilliers, la Plaine Saint-Denis est une
grande zone industrielle qui fut fragilisée par la
disparition, dans les années 70, des grandes
entreprises qu’elle accueillait. Il fallut alors initier
un projet d’envergure pour rénover des quartiers
en profonde mutation économique. Le quartier
Cristino Garcia Landy est à la fois constitué de
friches industrielles et artisanales et d’habitat
privé, souvent vétuste et insalubre près de la gare
RER du Stade de France. Surnommé « la petite
Espagne », il porte la mémoire de l’immigration
liée à l’industrialisation (en 1890 et 1935).
Une convention a été signée en 2007 entre l’ANRU
et les communes d’Aubervilliers et de Saint-Denis,
avec un avenant en 2008.
Remodelage foncier précis permettant
l’accession sociale dans un habitat durable :
suppression de l’habitat indigne en assurant
le relogement sur place des ménages ;
accompagnement des parcours résidentiels avec
MOUS (Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) et
projet d’une AMO PRU durable.
Construction de logements HQD®
(cf. « Le + durable ») comme modèles
à développer avec les habitants ; réalisation
de logements collectifs (constructions en BBC),
d’espaces publics et d’équipements durables.
bjectifs
Faire de Cristino Garcia Landy
un modèle à suivre
Résorber l’insalubrité, conforter et développer
l’habitat dans un objectif de mixité sociale.
Renforcer le tissu économique en harmonie
avec la fonction résidentielle du quartier.
Vivifier la vie sociale avec les nouveaux espaces
publics et équipements.
Développer les bonnes pratiques déjà
expérimentées pour la rénovation du quartier
et les diffuser au reste de l’agglomération.
Fédérer des acteurs
autour d’objectifs
communs
de développement
durable.
olutions
de Plaine Commune
Valoriser les richesses
humaines
Aménagement du square des Droits de l’Enfant
(59 logements sociaux livrés en 2006 ; 46 logements
en accession livrés en 2006).
Renforcer la mixité urbaine et dynamiser l’activité par une offre
tertiaire : ces 6 000 m2 de bureaux accueillent 300 salariés.
Rendu du diagnostic social réalisé avec les habitants
afin de les faire participer aux transformations liées
au PRU sur leur quartier.
le + durable
DES MAISONS HQD
Un projet test de quatre maisons Chênelet HQD
(haute qualité durable), accessibles aux plus
modestes, vient de s’achever. Les élus et les
habitants souhaitent sa reproduction dans les
autres opérations d’aménagement du quartier.
Ces maisons accolées, destinées à l’accession à la
propriété et au locatif social, sont conçues avec
du bois, des briques de terre compressée, une toiture végétalisée, un système de récupération
d’eaux de pluie, etc. Le chauffage installé utilise
une très faible quantité de bois de récupération
(cageots). Elles sont réalisées dans une démarche
de solidarité impliquant les habitants, une association pour l'insertion des jeunes en rupture
sociale ou situation d'exclusion (Apij Bat), sous
maîtrise d’ouvrage d’un bailleur social (Logirep).
Un montage financier et juridique adapté (bail
emphythéotique pour le bailleur social et bail à
long terme pour les accédants) doit permettre de
pérenniser la démarche.
Préservation du patrimoine du site et de la
mémoire collective : travail sur la culture espagnole
du quartier ; conservation de la halle Eiffel et
d’habitations vernaculaires.
Association des habitants au projet de
rénovation : balades urbaines (avec élus,
techniciens et habitants) ; démarches quartiers
(actions participatives animées par les
maisons de quartier) ; conseils de quartier présidés
par les habitants ; boutiques de quartier animées
par des coordonnateurs.
Diversification des outils d’information :
gazette, ateliers de projets, cahier d’urbanisme,
film et photos.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Pérennisation et valorisation des atouts
du quartier (coexistence dynamique de l’habitat
et des activités économiques). Respect de
l’environnement et gestion raisonnée des ressources
dans les choix de construction (HQE® et HQD).
ÉCONOMIE
Renouvellement de la dynamique commerciale,
encouragement à l’implantation de nouvelles
entreprises.
SOCIAL
Valorisation de l’expertise d’usage des habitants,
de leur patrimoine culturel.
67
68
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Colombelles
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
/ Centre-ville - Cité-libérée
Reconfigurer le centre-ville
Le projet de la ville
de Colombelles repose
sur une volonté
de recomposition
du parc immobilier
et de l’offre, menée
dans le cadre
du Programme local
de l’habitat (PLH)
d’agglomération
articule la démolition
de la majeure partie
des immeubles d’aprèsguerre du quartier
centre et la
construction d’une ville
nouvelle sur une partie
du site industriel
limitrophe libéré.
olutions
de Colombelles
Une reconfiguration urbaine
autour de la place de l'Hôtel
de Ville
Recomposition du maillage viaire desservant
les équipements publics et liaison avec les nouveaux
quartiers ; création d'un réseau de liaisons douces,
passerelle traversant la route de Cabourg, accueil d'une
ligne de TSCP.
Au premier plan : place de l'Hôtel de Ville avec la halle polyvalente ; derrière, Cité-Libérée
avec la démolition-reconstruction de logements sociaux.
bjectifs
ontexte
Une ville ouvrière divisée
Au sein de la Communauté d’agglomération
« Caen la Mer », Colombelles comprend
6 000 habitants sur un territoire bouleversé :
une ville rasée par les bombardements de la
dernière guerre mondiale, puis la fermeture et
démolition dans les années 90 du site
sidérurgique qui faisait vivre l’économie
locale. 160 hectares de friche sont
aujourd’hui libérées.
Leur reconversion est en cours, pour
la création d'un pôle agro-alimentaire
d’un centre de recherche et développement
NXP (mobilité interactive) et la création
de deux zones d’aménagement concerté
de 1 200 logements.
Ville ouvrière, Colombelles a vu partir la
population « mobile » et subit une fracture
entre la « ville nouvelle » portée par
l’agglomération, et la « ville ancienne »,
le centre-ville, où sont concentrés les
ménages en difficulté dans des immeubles
collectifs (Cité-Libérée et Hôtel de Ville)
aux allures de grand ensemble.
La ville a signé avec l’ANRU une convention
de rénovation urbaine en 2005.
EN CHIFFRES
COLOMBELLES
5 844 habitants, 31 %
ont moins de 20 ans
et 18 % plus de 60 ans
52 % logements
sociaux
CENTRE-VILLE /
CITÉ-LIBÉRÉE
73 % de logements
sociaux en centre-ville
LE PROJET
Démolition /
reconstitution de
227 logements sociaux
Reconstitution de
123 logements sur site
(le reste, réparti
sur les deux ZAC)
Construction de
50 logements privés
Place de l'Hôtel de Ville
et de 27 logements
Cité-Libérée
Résidentialisation
de 2 groupes
d'immeubles.
Faire une ville solidaire
Développer une mixité urbaine et sociale,
avec une offre d’habitat plus variée, appuyée sur
un foncier recomposé et des espaces hiérarchisés.
Favoriser les parcours résidentiels.
Désenclaver l’îlot Cité-Libérée.
Affirmer la centralité autour de l’Hôtel de Ville
par la requalification des équipements publics
et commerciaux.
Revitalisation du centre par de nouveaux
équipements (place publique centrale avec halle
polyvalente), relocalisation d'équipements sur
la centralité (bibliothèque-médiathèque, relais
d'assistantes maternelles), offre commerciale améliorée
et complétée (démolition de commerces en pied
d'immeubles du groupe « Hôtel de Ville », reconstruction
de surfaces plus grandes).
Mixité sociale favorisée par la
démolition-reconstruction des deux tiers du bâti
existant permettant d'offrir un panel très large de
logements tout en maintenant une offre bon marché.
Meilleure répartition des logements sociaux
sur la commune pour briser la concentration actuelle
en centre-ville.
Parcours résidentiel positif pour les familles, assuré
notamment par la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale
(MOUS) « grands logements » interbailleurs : relogement
des familles nombreuses dans des logements adaptés.
Concertation des
locataires, diagnostics
partagés lors des
travaux de
résidentialisation.
Expression des souhaits
d'aménagement des
habitants sur
une maquette. Chaque
habitant a été
photographié avec sa
maquette, l'exposition
photo favorisant
dialogue
et réflexion collective.
le + durable
UNE VOLONTÉ DE RESPECTER
L'ENVIRONNEMENT
En termes de qualité urbaine et architecturale, le
projet de rénovation urbaine s'appuie sur des
impératifs à prendre en compte dans les constructions de logements :
Performances HPE
Économies d'énergie, de gestion, d'entretien
et de maintenance
Acoustique : NRA, label confort acoustique
Recours à des matériaux résistants, durables,
auto-lavables, anti-graffitis, ne nécessitant
pas un lourd entretien
Tri sélectif dans les projets de résidentialisation.
Démolition-reconstruction
pour offrir un panel très large
de produits logement.
Mise en place de
chantiers d'insertion
qualifiants tremplins
pour acquérir
des compétences
techniques diversifiées
Place publique centrale avec la halle polyvalente pour accueillir
le marché hebdomadaire.
(en bâtiment et travaux publics). Objectif : pallier
l'inadéquation entre l'offre et la demande constatée
lors de la mise en œuvre des clauses d'insertion.
Action spécifique PLIE/AFPA de pré-qualification
des publics candidats pour un accès facilité et plus rapide
à l'emploi dans le BTP.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Amélioration du cadre de vie, de la fluidité
de la circulation et du stationnement. Réduction des
nuisances sonores. Économies d'énergie.
ÉCONOMIE
Redynamisation commerciale du centre-ville.
Logements adaptés au budget des locataires.
Réduction des frais de gestion, d'entretien
et de maintenance.
SOCIAL
Equilibre sociologique à l'échelle de la commune.
Lien social favorisé par la création de lieux
de rencontre et insertion économique encouragée.
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
UNE CONCEPTION ENVIRONNEMENTALE
DES NOUVEAUX QUARTIERS PAR :
Une gestion différenciée des espaces verts avec une différenciation des zones ouvertes, une gestion douce du patrimoine
arboré, le respect du biotope et la préférence aux plantations
d'espèces locales... Sensibilisation de la population au respect
des espaces verts.
Une gestion des eaux pluviales à la parcelle, par la création
de noues enherbées et plantées, et par la création d'un jardin filtrant (ouvrages à ciel ouvert permettant de repérer les anomalies ou pollutions et de sensibiliser les habitants).
Un projet de réseau de chaleur à partir d'un forage existant
dans la nappe phréatique.
69
70
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Paris 18
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
71
2009
e
/ Château Rouge
Château Rouge réhabilité et redynamisé
La réhabilitation de Château Rouge
doit générer une nouvelle attractivité
par une mixité de l’habitat et des
usages dans le respect de sa diversité
sociologique, une offre commerciale
renouvelée et une offre culturelle tout
en développant l’accès aux droits,
l’accompagnement social et le soutien
éducatif des populations. Le projet
doit permettre d’améliorer les
conditions de logements par une offre
de logements sociaux, faisant suite
à des opérations de requalification
Square Léon réhabilité.
des immeubles les plus dégradés,
et soutenant la diversité du
peuplement. Des méthodes de chantier
innovantes ont facilité
une rénovation « à la parcelle »
préservant le tissu faubourien
EN CHIFFRES
et visant à garantir sécurité et
PARIS 18
protection de l’environnement.
184 581 habitants
E
15 % de logements
sociaux
ontexte
Un habitat ancien dégradé
Au cœur du 18e arrondissement, le quartier de la
Goutte d’Or présente des caractéristiques
d’enclavement (entre Butte Montmartre, boulevard
Barbès et Hôpital Lariboisière) qui, si elles lui
donnent une identité propre, contribuent à une
forte ségrégation spatiale. C’est à la fois l’un des
quartiers parisiens les plus peuplés et qui
concentre le plus de difficultés sociales avec un
parc privé « social de fait », souvent très dégradé
voire insalubre.
La convention de rénovation urbaine signée avec
l’ANRU en 2007 qui complète l’Opération
d’amélioration de l’habitat dégradé comprend trois
secteurs d’interventions :
L’opération Goutte d’Or Sud
L’opération Château Rouge, confiée à la
SEMAVIP, est en cours de réalisation
L’opération « Emile Duployé »
Le projet de rénovation urbaine s’inscrit dans les
politiques de développement durable de la ville de
Paris (Plan Climat, Agenda 21).
CHÂTEAU ROUGE
22 000 habitants
13 000 logements de
qualité hétéroclite
20 % des résidences
principales appartiennent
à un parc privé « social de
fait » souvent très dégradé
voire insalubre
LE PROJET
11,5 ha de surface
d’aménagement
52 immeubles privés
très dégradés à acquérir
31 opérations de
construction neuve ou de
réhabilitation très lourde :
359 logements sociaux dont
57 logements étudiant,
34 locaux à créer en pied
d’immeubles
15000m2 de voiries
à réaménager (12 rues, dont
4 déjà réaménagées fin 2008)
36 locaux déjà maîtrisés
par l’aménageur.
énéfices attendus
Les interventions
sur ce territoire
complexe sont
respectueuses
du tissu urbain
et du mode de vie
des habitants.
6-18 Laghouat :
14 logements neufs
et 1 local.
Amélioration du cadre de vie : intervention sur la qualité
urbaine et l’espace public (verdissement, square Léon rénové,
aires de jeux, ruelle pavée, réduction des étalages alimentaires
sur la voie publique).
bjectifs
Une nouvelle
attractivité par
une mixité de l’habitat
et des usages
Diversifier et requalifier l’habitat
et l’espace public dans le respect
du tissu existant.
Redynamiser l’activité économique.
Renforcer les liens sociaux.
o
olutions
de Paris 18e
Améliorer le cadre
de vie et implanter
de nouvelles activités
Logements sociaux de qualité :
offre de logements sociaux neufs
ou acquis améliorés, certifiés « Habitat
et Environnement ».
Soutien de la diversité sociale :
création de 80 logements étudiants,
d’une résidence pour personnes âgées
dépendantes, d’un foyer pour migrants
âgés, de locaux pour activités tertiaires,
du centre culturel Fleury.
Renouvellement de l’offre commerciale et des services :
maintien et création de commerces en pieds d’immeubles
et création de 3 000 m2 de locaux sur deux rues pour des
commerces et services, instauration d’une veille commerciale
veille commerciale et de concertation avec les commerçants
(création de deux associations de commerçants, choix d’un
aménageur unique et partenariat sur la durée avec un opérateur
AMO spécialisé en développement économique) dans un
dispositif global de schéma d’orientation commerciale.
Baux emphytéotiques (garantissant à la collectivité un contrôle
de la nature des activités locatives successives). Soutien
financier pour locataires de baux commerciaux en contrepartie
d’exigences de qualité de service et d’insertion sociale.
Equipements de proximité : ouverture d’un café social pour
migrants âgés, d’un point d’accès au droit, d’un local
d’information sur le projet et le relogement, d’une entreprise
d’insertion, d’un local mutualisé de gardiennage.
Insertion des habitants : réserve de 7 % des heures travaillées
sur les chantiers de démolition à des emplois d’insertion
légèrement supérieurs aux objectifs fixés par la charte nationale
d’insertion votée par le conseil d’administration de l’ANRU.
le + durable
SYSTÈME DE MANAGEMENT
ENVIRONNEMENTAL
La SEMAVIP, aménageur certifié ISO 14001, a mis en
place un système de management environnemental
des opérations sur un tissu urbain fragile et dense, qui
permet l’évaluation en continu des actions. Les 12
objectifs fixés pour chaque opération concernent la
gestion des eaux pluviales, du végétal, des déchets, la
réduction des nuisances et pollutions, ainsi que l’insertion par l’économique et la participation des riverains.
ENVIRONNEMENT
Résorption de l’habitat insalubre, amélioration
du cadre de vie (ambiance urbaine rénovée).
ÉCONOMIE
Dynamisation économique (nouveaux commerces
et services et aide apportée à ceux déjà implantés).
Diversification des activités dans le respect
de l’identité du secteur.
SOCIAL
Liens sociaux renforcés, nouvelles opportunités
d’emploi.
Le projet de Paris 18e porte aussi sur
le thème «conception et gestion durables»
OBJECTIF : UNE CONCEPTION ET GESTION
DURABLE D’UN TISSU URBAIN CONTRAINT
Maîtriser les risques et respecter l’environnement lors
des chantiers de rénovation dans le cadre d’un secteur
urbain dense, avec un sous-sol délicat (risque de dissolution
de gypse antéludien) et de l’habitat dégradé (risque
d'effondrement, d'incendie).
SOLUTIONS : UN MODE INNOVANT
DE GESTION DE CHANTIER
Charte environnementale de « chantiers de démolition à faibles nuisances » intégrée aux DCE : dossier de
consultation des entreprises (DCE) préservation des ressources naturelles, gestion différenciée des déchets,
réduction des pollutions et des nuisances, information du
personnel et des riverains.
Démarche de rénovation à la parcelle et au cas par
cas pour répondre à la complexité des chantiers et respecter l’histoire du quartier.
Technique de micropieux par injection de résine
expansée pour consolider les fondations (rapidité,
meilleur rendement environnemental). Technique innovante et moins onéreuse.
Confinement des poussières par brumisation (« Mur
d’Eau® ») le long des façades des immeubles démolis
pour éliminer les poussières, faisant depuis l’objet d’un
dépôt de brevet.
Gestion des friches et parcelles lors des phases transitoires de rénovation du quartier: aménagement de jardins partagés sur les emprises des bâtiments démolis;
utilisation d’autres friches lors de manifestations culturelles.
La vidéosurveillance pour pallier les risques d’effondrement : le système de surveillance de structures
S3® mesure par vidéosurveillance les évolutions physiques des fissures des bâtiments grâce à des caméras
logées au droit des fissures des immeubles à démolir.
BÉNÉFICES ATTENDUS
Réduction des risques (personnes et biens), faible
nuisance des chantiers et gestion facilitée, meilleure
acceptation des travaux par les habitants.
72
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
73
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Bagneux
/ Quartier des Tertres et des Cuverons
La mobilisation des habitants
au service de la mixité
Le quartier des Tertres et des Cuverons,
situé au sud de Bagneux et à 3 km
de Paris, est construit sur un site
exceptionnel. Mais les tours et les
barres qui s’échelonnent dans la pente
créent des difficultés de circulation et
d’accrochage au tissu urbain
environnant. S'y associent faiblesse
économique du quartier, difficultés
sociales et obsolescence des logements.
ZAC de la Fontaine Gueffier - Opération de rénovation urbaine.
le + durable
Lorient
/ Kervenanec
Remodeler le quartier
Le quartier de Kervenanec, situé
au sud-ouest de la ville de Lorient, souffre
d’une image dévalorisée, de difficultés
sociales et d'une vacance croissante
du parc. Il présente pourtant des
atouts indéniables avec des équipements
et services de proximité, près du centreville et des plages, une population très
impliquée dans la réussite du projet.
Le projet de rénovation urbaine vise à
utiliser ces potentialités pour remodeler
le quartier.
DES OUTILS D'ÉVALUATION
bjectifs
Requalifier le quartier en profondeur
Favoriser l'émergence d'une mixité sociale durable
et enrayer la tendance à la paupérisation et à la spécialisation
du quartier.
Accompagner le processus de transformation urbaine
du quartier par des initiatives socioculturelles impliquant les habitants.
Redynamiser le quartier et favoriser
l'implantation d'activités économiques.
EN CHIFFRES
olutions
de Bagneux
Construction d'un
projet urbain, social
et économique
Répartition homogène du logement
social sur la commune avec un plan
de démolition/reconstitution sur site et
hors site favorisant une mixité sociale
et modifiant l'image du quartier.
Reconstruction HQE® du centre
social et culturel de la Fontaine
Gueffier favorisant la vie associative
et culturelle, la concertation et la
sensibilisation aux problématiques
de développement durable.
Implication des habitants
dans les transformations du quartier :
Réalisation d'actions culturelles :
expression des habitants via le projet
« visage de quartier » mené par les
BAGNEUX
37 433 habitants
sur 419 ha
QUARTIER
DES TERTRES
ET DES CUVERONS
4 000 habitants
sur 21 ha
36 % a moins
de 25 ans
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
273 logements
sociaux démolis
113 logements
reconstitués sur
site et 160 hors site
Programme de
diversification
avec 85 logements
en accession à la
propriété sur site
et 53 logements
(loyer libre
et intermédiaire).
Plusieurs observatoires sont mis en œuvre pour assurer
le suivi régulier des dysfonctionnements, évaluer les
actions menées et connaître la perception des habitants
sur leur quartier : tableaux de bord, observatoire de gestion de véhicules épaves, observatoire social, observatoire spécifique aux secteurs en travaux, etc.
habitants en collaboration avec une compagnie de théâtre,
des associations et le collège ; création d'un théâtre
éphémère de poche dans un appartement d'une barre
vouée à la démolition.
Création d'une régie de quartier impliquant les habitants
dans une démarche d'éducation populaire.
Mise en place d'un programme de réussite éducative,
et d'actions de prévention et d'éducation à la santé :
mise en œuvre de 11 actions pour renforcer les liens entre
les écoles du quartier et les équipements culturels.
Création d'une dynamique économique : développement
d'emplois et parcours d'insertion via la régie de quartier ;
charte locale d'insertion ; maintien d'activités dans le quartier
avec la reconfiguration des services commerciaux de proximité
(en particulier le centre commercial Sarrail) ; amélioration
de la desserte en transport en commun facilitant l'accès
aux zones d'activités et d'emploi.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Amélioration du cadre de vie et de la sécurité et tranquillité
des habitants.
ÉCONOMIQUE
Redynamisation économique, création d'emploi, parcours
d'insertion pour les habitants.
SOCIAL
Création de liens sociaux, dynamisation d'une vie
de quartier. Accès aux soins et prévention de la délinquance.
bjectifs
Changer durablement l'image
du quartier
Mettre en œuvre des formes urbaines variées, économes
en espace, porteuses d'identité et portées par les habitants,
comme acteurs du changement.
o
olutions
de Lorient
Recomposition
du quartier
et renforcement
du lien social
Remodelage foncier pour optimiser
l'espace constructible : réduction
d'emprise des voiries internes, libération
d'espaces pour créer des logements,
liaisons interquartiers, connexions
piétonnes et cyclables.
Diversification, suivant un référentiel
« développement durable », des produits
logement (petits collectifs, semiindividuels et individuels privé et public,
en locatif ou accession) pour une plus
grande mixité de peuplement.
Création et requalification des
espaces publics, aménagements de lieux
de détente et de rencontre pour favoriser
l'intégration des populations
et l'amélioration de la qualité de vie :
projet de parc urbain, lieu de promenade
pour les Lorientais, reliant le quartier
Musée éphémère : création des habitants dans les
appartements d’une tour avant démolition.
à l'embouchure de la rivière Le Ter ; square du Bâteau avec
jeux pour enfants, terrain multisport, aire de pique-nique avec
barbecue ; voies piétonnes ; arrivée du Transport en commun
en site propre (TCSP) au cœur du quartier, le rapprochant du
centre-ville et du centre commercial.
Requalification d'équipements et services publics :
extension du gymnase, restructuration de l'école
du Bois Bissonnet, création d'une maison des services publics
maintenant sur place des services de proximité
et des emplois, création d'une salle de quartier
pour la diffusion artistique.
Dynamisation du pôle économique et de l'emploi :
rénovation du centre commercial, construction de 1 500 m2 de
locaux tertiaires en pied d'immeuble, chantier de formation et
d'insertion, ouverture programmée d'un accueil emploi.
Forte implication et prise en compte des habitants
dans les domaines de la culture, de la sécurité (« Musée
éphémère », fonds de soutien des initiatives des habitants,
contrat local de sécurité, alphabétisation, accompagnement des
jeunes par des professionnels, mission locale, point cyber...).
EN CHIFFRES
LORIENT
62 000 habitants
énéfices attendus
KERVENANEC
10 000 habitants
dont une ZUS de
5 000 habitants
2 078 logements
collectifs 1/4 des logements
sociaux de la ville
ENVIRONNEMENT
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
589 logements
sociaux démolis
697 logements
sociaux reconstruits
dont 245 hors
quartier
411 logements
sociaux réhabilités
600 logements
sociaux
résidentialisés.
le + durable
Amélioration du cadre de vie et de l'image du quartier.
ÉCONOMIE
Dynamisation du quartier et création d'emploi.
SOCIAL
Renforcement du lien social.
LE MUSÉE ÉPHÉMÈRE
L'une des tours du quartier vouée à la démolition a
été transformée en musée pour tous. Pendant deux
mois, habitants du quartier ou d'ailleurs, écoles,
associations, artistes... ont pu investir ces lieux
désertés pour en faire des œuvres d'art au gré de
l'inspiration. Le musée a ouvert ses portes aux visiteurs de décembre 2007 à mars 2008.
74
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Meaux
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Charleville-Mézières
/ Pierre Collinet - Beauval
Réinsérer le quartier
dans le reste de la ville
Meaux est composée d’une ville
historique, résidentielle et dynamique
d'un côté, et, de l'autre, d’un grand
ensemble déstructuré, la PierreCollinet et Beauval. Le projet de
rénovation urbaine cherche à réduire
les inégalités sociales et urbaines du
territoire pour retrouver diversité des
fonctions urbaines, mixité sociale et
respect de l’environnement.
Enrayer la spirale de dégradation
Réinscrire le quartier dans les dynamiques d'agglomération
pour retrouver une mixité sociale.
Restructurer le tissu urbain.
Relancer une activité économique.
Aménagement d’espaces verts publics.
des questions de sécurité publique dans l’aménagement de
l’espace (vidéosurveillance, amélioration de l’éclairage
public…).
Aménagement des espaces publics : création d'un maillage
viaire adapté, résidentialisation, espaces publics verts
(parc Chenonceau, square de l'Ourcq) au cœur des secteurs
de renovation urbaine.
Nouvelle offre d’habitat diversifiée : nouvelle mixité grâce à
la reconstitution de 1 239 logements (petits collectifs, maisons
de ville, en accession sociale à la propriété, locatifs, etc.).
ENVIRONNEMENT
Amélioration du cadre de vie et de l'image du quartier,
valorisation des milieux naturels et mise en cohérence
avec les politiques locales de développement durable.
ÉCONOMIE
Accès à l'emploi facilité par les chantiers d'insertion.
olutions de Meaux
Requalification urbaine
et dynamisation commerciale
Désenclavement par la constitution
de jonctions entre la ville
traditionnelle et les quartiers de
Beauval et Pierre Collinet :
requalification de l'avenue
Henri-Dunant, aménagement d'un
espace naturel de 150 ha en milieu
urbain pour les habitants de
l'agglomération, mobilisation
d'importantes emprises foncières
pour l'aménagement (ZAC).
Redynamisation du centre
commercial principal de la Verrière,
nouvelles zones d'accueil pour les
entreprises dans la Zone franche
urbaine (ZFU), confortation des pôles
commerciaux de proximité.
Développement et adaptation des
équipements : services de
proximité ; équipements scolaires,
sportifs, culturels et
multifonctionnels à l’échelle de
l’agglomération ; prise en compte
SOCIAL
Renforcement de la cohésion sociale entre territoires
et générations.
Parcours résidentiel adapté et décohabitation favorisée.
le + durable
La crise de la métallurgie
qui a frappé les Ardennes a touché
Charleville-Mézières et ses quartiers
d’habitat social, en particulier
la Houillère, Ronde Couture
et Manchester, qui font l’objet
d’un projet de rénovation urbaine
depuis 2006. En 2008, l’accent a été
mis sur Ronde Couture, qui peine
à conserver ses habitants.
bjectifs
Enrayer la déprise
démographique
et relancer les
activités
PIERRE
COLLINET/BEAUVAL
25 000 habitants
sur 250 ha
7 600 logements sociaux
PROJET DE RÉNOVATION
URBAINE
1 107 logements sociaux
démolis
1 300 logements
reconstitués dont
435 logements sociaux
143 logements sociaux
réhabilités.
DES OUTILS DE MOBILISATION
INNOVANTS
Plusieurs outils innovants ont été mobilisés pour
favoriser la participation des habitants et des
usagers au projet de territoire :
l'« Observatoire des quartiers » :
concertation et information sur l’avancement
du projet, l’accueil des nouveaux habitants,
la prise en charge des enfants après l’école,
l’animation et la gestion des quartiers...
la gestion urbaine de proximité : conseils
de concertation locative et de vigilance ;
consultations régulières des locataires pour
apprécier leur adhésion aux différents projets
de réhabilitation et de résidentialisation ;
et aussi, un « point information travaux »,
des chantiers d’insertion, un conseil
de développement durable.
le + durable
UNE BOÎTE À OUTILS DE GOUVERNANCE
À chaque stade du projet correspondent des outils de
partage d’expertise entre les acteurs publics et privés,
ainsi qu’avec les habitants : chartes, cahier de recommandations et de prescriptions architecturales et paysagères, convention d’occupation des logements
locatifs, guide de gestion différenciée, notice de présentation, fiche de lots...
Favoriser des liens
de convivialité
entre les hommes
de ce territoire :
ceux qui l’habitent
et les acteurs de
sa transformation.
Adapter l’offre de logements
sociaux aux besoins
de l’agglomération avec la
diminution de l’offre du quartier en logements sociaux et une
offre nouvelle mieux adaptée aux besoins actuels.
Renouveler les équipements et les repositionner
dans l’agglomération.
EN CHIFFRES
Contribuer au développement social des
populations en difficulté.
CHARLEVILLEEnrayer les départs de population.
MÉZIÈRES
55 000 habitants
EN CHIFFRES
MEAUX
50 000 habitants
dont 50 % en ZUS
/ Ronde Couture
Un fonctionnement urbain harmonieux
et évolutif
énéfices attendus
bjectifs
75
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
olutions
de Charleville-Mézières
Revaloriser et dynamiser
Une forte transformation du parc de logements
sociaux : dédensification, revalorisation du bâti
ancien et diversification de l’offre pour permettre
des parcours résidentiels positifs.
Adaptation de l’offre d’équipements de proximité
(sportifs et sociaux).
Pépinières d’entreprises en pieds d’immeubles,
nouvelles zones d’activités, nouveaux commerces.
Recomposition des espaces publics et création
d’une centralité affirmée (activités culturelles,
équipements, services).
Actions d’insertion par l’emploi.
Projet de réussite éducative à destination
des écoliers et collégiens.
RONDE COUTURE
10 889 habitants
4 180 logements
77 % de logements
sociaux
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
1 273 logements
sociaux démolis
894 logements
sociaux
reconstitués
1 464 logements
sociaux
résidentialisés
3 104 logements
sociaux
réhabilités.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Un cadre de vie plus attractif et plus fonctionnel.
ÉCONOMIE
Dynamisation des activités et retombées
économiques favorables (emploi, maintien
du commerce).
SOCIAL
Une mixité sociale accrue, de nouveaux liens
entre habitants, des aides aux personnes en
difficulté.
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
OBJECTIFS : PERMETTRE L’ÉVOLUTION DE
L’ESPACE URBAIN
Mettre en cohérence la trame viaire avec la recomposition projetée de l’espace public et des assiettes
foncières.
Assurer la gestion du quartier rénové dans la durée
au-delà du temps de projet.
SOLUTIONS : UNE RÉFLEXION À LONG TERME
Outils de régénération et de recyclage de l’espace
urbain pour optimiser le foncier.
Outils de contractualisation (cf. «Le+durable»).
Appropriation du projet par les habitants : expositions, maquettes numériques, promenades urbaines…
BÉNÉFICES ATTENDUS
Une meilleure anticipation des besoins, en fonction
des mutations économiques et sociales ; une adhésion
plus forte des habitants à la vie de quartier ; une gestion du quartier plus rigoureuse et pérenne.
76
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Choisy-le-Roi
/ Quartier Briand Pelloutier
Retrouver une urbanité cohérente et vivante
Choisy-le-Roi a connu une rénovation
radicale de son centre dans les années
60-70. Aujourd’hui, la commune
cherche à mieux relier des secteurs
disparates de son territoire.
Le quartier Briand Pelloutier fait
l’objet d’une convention de rénovation
urbaine signée avec l’ANRU en 2008
qui vise à assurer une meilleure mixité
sociale et fonctionnelle.
le + durable
LES AMBASSADRICES
DÉVELOPPEMENT DURABLE
Une formation d’ambassadrices développement
durable est proposée à certaines femmes du
quartier. Elles occupent un emploi à temps partiel
pour sensibiliser les habitants aux économies
d’eau et d’énergie pour diminuer les charges.
Renouveler les échanges
entre habitants
ENVIRONNEMENT
Reconstruire un urbanisme dense, avec des formes urbaines
plus favorables au lien social.
Recomposer et mieux gérer les infrastructures.
Diversifier l’offre commerciale du centre.
ÉCONOMIE
o
olutions
de Choisy-le-Roi
Favoriser l’emploi
et les liens sociaux
quotidiens
Clauses d’insertion dans les marchés,
chantier d’insertion auprès
d’un appartement pédagogique
de découverte des métiers du bâtiment.
Réalisation d’un centre commercial
de proximité et création de voiries
reliées à celles des quartiers voisins.
Création d’une crèche parentale
éducative.
Projet d’accompagnement à l’emploi basé
sur les technologies de l’information
et de la communication.
Formation « ambassadrices
développement durable ».
(cf. « Le + durable »).
Mise en œuvre d’une gestion urbaine
de proximité (GUP) avec des outils
participatifs (blog, film, « journaux
des projets »).
Aulnay-sous-bois
Les quartiers nord d’Aulnay-sous-bois
souffrent d’enclavement et d’une
dégradation importante du cadre de vie.
Pour contribuer à résoudre ces problèmes,
l’aménagement de la ZAC des Aulnes a été
pensé autour d’un concept « Point.courses ».
Point.courses, un pôle de commerces de proximité,
de services à la personne et d'équipements publics
inscrits dans une démarche de développement durable.
EN CHIFFRES
CHOISY-LE-ROI
37 000 habitants
34 % de
logements sociaux
20 % du territoire
communal en
espaces verts
QUARTIER BRIAND
PELLOUTIER
494 logements
sociaux
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
494 logements
sociaux démolis
(6 immeubles)
494 logements
sociaux
reconstitués
sur site
420 logements
reconstitués
hors site.
SOCIAL
Des relations renouvelées entre les habitants. Une
réinsertion sociale par la valorisation des compétences.
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
OBJECTIFS : RETROUVER DES FORMES
URBAINES MUTABLES DANS LA DURÉE
Recomposer le centre-ville autour d’un pôle intermodal
de transports.
SOLUTIONS : UN URBANISME D’ÎLOTS
Usage raisonné et durable du foncier par la création d’un
urbanisme plus dense, avec de petits îlots ouverts.
Différentiation des espaces publics et collectifs pour
une meilleure gestion.
Cahier de prescriptions environnementales remis aux
constructeurs.
Étude d’ensoleillement préalable au plan masse.
Projet de mission d’une « AMO HQE® » pour former certains agents des services municipaux.
BÉNÉFICES ATTENDUS
Un quartier renouvelé, apte à faire face aux mutations à venir, plus ouvert sur le reste de la ville et plus
agréable à vivre au quotidien. Un habitat conforme aux
exigences actuelles environnementales.
énéfices attendus
Relancer les activités du quartier
ENVIRONNEMENT
Dédensifier le quartier.
Insuffler un nouveau dynamisme économique.
Créer un cœur de quartier aux fonctions diverses.
Améliorer le cadre de vie et l’image du quartier.
Favoriser l’insertion des habitants et l’accueil de nouveaux
habitants et usagers du quartier.
Meilleure lisibilité de l’espace urbain avec accessibilité améliorée.
Des espaces publics et privés rationalisés et rénovés.
De nouvelles activités, génératrices d’emplois.
Un commerce dynamisé.
/ Quartiers nord
Priorité aux commerces de proximité
bjectifs
énéfices attendus
bjectifs
77
/ MOBILITÉ
ÉCONOMIE
Développement des activités commerciales et des services.
Aide à la création d’entreprise et à l’insertion par l’emploi.
SOCIAL
Meilleure disponibilité des services publics. Amélioration de la
vie quotidienne.
o
olutions
d’Aulnay-sous-bois
Le projet porte aussi
sur le thème « mobilité
urbaine durable »
Un nouveau pôle de centralité
EN CHIFFRES
Projet commercial de la ZAC des Aulnes avec bâtiment
multifonction comprenant des commerces de proximité et
des services à la personne.
Reconfiguration du marché de la Rose des vents.
Commerces en pieds d’immeubles.
Charte d’insertion sociale, lien emploi-formation.
Maison de l’entreprise et de l’emploi ; création d’une
pépinière d’entreprises.
Installation de services publics (mairie annexe,
commissariat, transfert de la Poste sur le site, PMI, centre
de planification).
Nouveaux équipements (école, médiathèque,
école de danse, centre régional d’éveil artistique).
Réhabilitation et résidentialisation de 1 800 logements
sociaux, avec requalification des espaces extérieurs.
Deux parcs urbains.
AULNAYSOUS-BOIS
81 200 habitants
1 620 hectares
OBJECTIFS : APAISER
QUARTIER NORD
ZAC DES AULNES
22 000 habitants
pour la zone
de chalandise
correspondante
SOLUTIONS : CRÉATION DE
le + durable
ÉVITER LES RUPTURES D’ACTIVITÉ
PENDANT LES TRAVAUX
Les commerçants dont les locaux seront déplacés
vont être installés dans des locaux commerciaux
pré-équipés afin de permettre la poursuite de leur
exploitation sans interruption.
PROJET DE
RENOVATION
URBAINE
800 logements
sociaux démolis
puis reconstitués
1 615 logements
sociaux réhabilités
1 595 logements
sociaux
résidentialisés
11 000 m2 de
logements neufs
dont 30 %
en accession
à la propriété.
LA CIRCULATION
Ouvrir le quartier à la ville.
Améliorer l’accessibilité et la fluidité des
circulations.
NOUVELLES LIAISONS
Renforcement des liaisons avec le centreville.
Réaménagement de la RN2 en boulevard
urbain et déplacement du centre commercial
sur la RN2.
Création de pistes cyclables et de circulations douces.
Parkings paysagers intégrés aux espaces
verts.
Amélioration de l’accessibilité et de la
proximité des transports en commun (et
projet d’amélioration de la desserte).
BÉNÉFICES ATTENDUS
Flux de circulation des voitures mieux
réparti, avec vitesse réduite et amélioration de la sécurité.
78
MIXITÉS ET DIVERSITÉ
/ ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Poitiers
/ Saint-Cyprien
De nouveaux modes
de vie pour régénérer
Saint-Cyprien
Saint-Cyprien est une composante
du quartier des Trois cités de la
ville de Poitiers. Sa population,
en baisse, est vieillissante
et paupérisée. Une convention
de rénovation urbaine
est en préparation pour trouver
un fonctionnement urbain plus
harmonieux et attractif.
Projet de réhabilitation d’un immeuble en résidence
intergénérationnelle.
le + durable
MIXITÉ ET SOLIDARITÉ
L’exploration des potentialités d’échange de services et de
création d’emploi autour de l’amélioration des conditions
de vie des personnes âgées et autres (pôle de services
entraide et échanges de savoir entre générations…).
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
bjectifs
Revaloriser un quartier vieillissant
Valorisation de l’habitat et de l’environnement des bâtiments.
Créer de nouveaux pôles
d’attractivité autour de la mixité
sociale, fonctionnelle
EN CHIFFRES
et générationnelle.
olutions
de Poitiers
Favoriser les
échanges entre
habitants
Résidentialisation et
valorisation des espaces publics.
Diversification de l’offre
commerciale et projet de soutien
aux nouvelles entreprises.
Actions d’aide à l’insertion
par l’emploi.
Concertation avec les habitants
autour de la rénovation du quartier.
Offre diversifiée de logements,
avec une offre en accession sociale à
la propriété et construction de « villas
berlinoises » (logements
intermédiaires de type THPE).
Projet d’une résidence
intergénérationnelle.
Ouverture d’une Maison relais
(hébergement accessible aux
personnes à mobilité réduite).
POITIERS
83 448 habitants
(125 300 pour
l’agglomération)
QUARTIER
DES TROIS CITÉS
87 % de logements
sociaux
40 % des familles
perçoivent un
minimum social
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
36 logements sociaux
démolis
22 bâtiments de
logements sociaux
à réhabiliter avec
l’objectif d’obtention
de la classe B ou C
pour l’énergie
14 logements HQE®
pour la Maison relais
5 « villas berlinoises »
comprenant
60 logements
intermédiaires THPE.
Meilleure lisibilité et un usage facilité des espaces publics.
Amélioration de la sécurité des bâtiments.
ÉCONOMIE
Création d’emplois et afflux de nouveaux usagers du quartier.
SOCIAL
Solidarité encouragée, valorisation des compétences de chacun,
meilleure connaissance des modes de vie des habitants,
amélioration de la vie quotidienne.
Le projet est aussi développé sur le thème
« économie des ressources »
OBJECTIFS : RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS
ÉNERGÉTIQUES
Améliorer le confort de vie dans les logements et maîtriser les charges.
LES SOLUTIONS DE POITIERS :
RATIONALISER LA GESTION DES ÉNERGIES
ET FORMER LES HABITANTS
Réhabilitation de 22 bâtiments de logements sociaux en classe
énergétique B ou C, avec des matériaux écoresponsables, la création de pièces tampon pour isoler les façades, des panneaux
solaires avec télécontrôles, l'isolation extérieure et des sous-sols,
des économies d’eau et de chauffage, des études acoustiques.
Construction de logements individuels et collectifs en THPE au
minimum.
Concertation avec les habitants autour des comportements
écocitoyens, avec implication des enfants.
Économie de foncier : construction de logements en duplex sur le
toit dans le cadre de la résidence intergénérationnelle (réhabilitation).
BÉNÉFICES ATTENDUS
Optimisation des ressources, réduction des charges, confort de
vie, réduction des nuisances.
Alors qu’en France se multiplient les « écoquartiers » en projet, il
est temps de considérer dans toute son ampleur la ville existante,
sous l’angle des enjeux sociaux, économiques et environnementaux. La plupart des quartiers d’habitat social résultent
d’une première étape d’urbanisation, issue d’un même modèle et
longtemps figée dans sa forme initiale. Leurs manques et leurs
déficiences restent importants.
La rénovation urbaine est à regarder dans une optique de progressivité
continue de l’urbanisation, à actualiser sans fin. Il ne peut s’agir
d’inventer, encore une fois, un modèle unique de ville achevée ou de
quartiers finis. Cas par cas, lieu par lieu, des avancées multiples,
foisonnantes et cumulatives, sont à imaginer et à réaliser sous les
différents angles du développement durable. En ce sens, conception
de projet urbain et gestion des espaces, étroitement associées,
doivent prendre en considération les différentes dimensions de
territoire, du coin de rue, d’un secteur, d’un quartier, de la ville.
F. Grether
La rénovation urbaine
pour une nouvelle conception
et gestion durables des quartiers
En quoi la rénovation
E
lle est l’occasion d’accroître l’attractivité et la qualité des
territoires en s’appuyant sur les potentialités de chaque site
- le patrimoine bâti et naturel, la mémoire des lieux…-, et en
valorisant des espaces jusqu’alors enclavés ou relégués. L’enjeu est
de recomposer les territoires et de racommoder leurs coupures urbaines.
De nouvelles formes urbaines peuvent être proposées, à toutes
les échelles : il s’agit de réfléchir à des typologies d’habitats variés,
de débattre sur les densités du bâti, pour promouvoir la compacité,
les économies foncières, les courtes distances… Mais le temps de la
rénovation est long, il est donc important d’anticiper l’adaptation
et la réversibilité des territoires en prévoyant la mutabilité foncière,
en favorisant l’évolutivité des formes urbaines et d’habitats,
en capitalisant les expériences en cours.
L’attractivité et la qualité des territoires
Des démarches partagées : charte de la qualité globale et de développement durable,
charte d’insertion, charte de lutte contre les discriminations, charte de gestion urbaine
de proximité.
L’action sur la mémoire du quartier : mise en valeur du patrimoine bâti et végétal à
travers des parcours de promenade.
La reconquête des espaces en friche, délaissés ou sous-valorisés, pour rééquilibrer,
réhabiliter et diversifier le parc de logements.
Le désenclavement du quartier et la restructuration d’une trame viaire interne.
De nouvelles formes urbaines à toutes les échelles
PISTES D’ACTIONS
urbaine peut-elle
être un outil de
valorisation et de
gestion durable
des villes et
des quartiers ?
L’économie et la densification des espaces : principes de densité et de compacité
affirmés dans le Plan local d’urbanisme.
Un maillage écopaysager entre les quartiers d’habitat et la trame paysagère qui
structure la ville.
La recherche de nouvelles centralités.
Le développement de maisons en bois avec jardins collectifs.
L’intégration, dans la conception urbaine et architecturale, des objectifs de bienêtre et de santé prônés par l’OMS.
L’adaptation et la réversibilité des territoires
L’anticipation de la maîtrise foncière en utilisant des moyens adaptés.
Une politique d’acquisition et de recyclage foncier, alliée à la réalisation d’une étude
démographique et d’un observatoire communal.
➜
84
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Roubaix
2009
/ Quartiers anciens / Trois Ponts
Reconstruire la ville sur la ville
La ville de Roubaix est
constituée aux 3/4 de zones
urbaines sensibles.
Pour garantir une dynamique
de développement urbain
dans les quartiers, elle
concentre son intervention
sur les secteurs
stratégiques. Le projet de
rénovation urbaine porte
en parallèle sur un quartier
d'habitat social type, les
Trois Ponts, et des quartiers
anciens, le Nouveau Monde,
dans une logique de
complémentarité d'offre
et de rééquilibrage
de peuplement.
Le quartier des Trois Ponts aujourd'hui. Tous les immeubles (barres) qui longent l'avenue Brame sont voués à la démolition.
Seules les tours au fond restent et sont réhabilitées (réhabilitation thermique).
bjectifs
Réparer les séquelles du passé
et générer un développement
urbain durable
Vue aérienne de Roubaix avec mention des zones d'intervention de rénovation urbaine.
EN CHIFFRES
ROUBAIX
98 000 habitants
48 % des habitants
ont moins de 25 ans
38 000 logements
et 7 331 habitants au km2
LE QUARTIER
DES TROIS PONTS
5 000 habitants, 20 ha
92 logements par ha
59 % des habitants
ont moins de 30 ans
44 % sans scolarisation
et sans diplôme
LES QUARTIERS
ANCIENS
10 % de la population vit
exclusivement des aides
publiques
3 500 logements au
confort insuffisant dont
1 000 insalubres.
ontexte
Une ville aux trois
quarts inscrite ZUS
Roubaix est une ville de 98 000 habitants
marquée par un passé d’industrie textile qui
a façonné un tissu imbriqué de bâti
industriel et résidentiel de forte densité au
sol. Le programme de résorption
des courées insalubres (logements ouvriers),
lancé dès l’après-guerre, a donné naissance
à des quartiers d’habitat social mêlés
au tissu ancien.
Pour enrayer la violente dégradation socioéconomique de ses quartiers (les trois
quarts de son territoire sont inscrits en
ZUS), la ville a engagé, à la fin des
années 90, une politique ambitieuse dite
« Ville renouvelée », dans le cadre du Grand
projet urbain (GPU) puis du Grand projet de
ville (GPV), qui a mobilisé 700 M€
d’investissement en 7 ans, en équipements,
commerces et espaces publics.
La ville a signé en 2007 une convention de
rénovation urbaine avec l’ANRU, spécifique au
quartier des Trois Ponts et aux quartiers anciens
qui diffèrent par leur urbanisme d'origine.
Le quartier des Trois Ponts est un produit
de l'urbanisme des années 60. Il en présente
toutes les caractéristiques : chômage, population
jeune, sur-représentation du logement social,
grands bâtiments collectifs, densité apparente
élevée, appareil commercial obsolète, mais aussi
des atouts à mettre en valeur : quartier vert,
nombreux équipements collectifs, foncier
disponible, etc.
Le quartier d'habitat Nouveau Monde est
emblématique d'une situation difficile de l'habitat
roubaisien privé ancien dégradé, voire insalubre.
Mais il bénéficie d'une bonne desserte et de
réalisations exemplaires de la collectivité sur
le parc du Nouveau Monde, le réaménagement
des berges du canal et sa remise en navigabilité.
Reconquérir les sites en déshérence pour affirmer
un caractère résidentiel et de services urbains en
s'appuyant sur une réalisation majeure, le parc
du Nouveau Monde.
Restaurer les quartiers anciens par une architecture
et un environnement de qualité.
Tendre vers un écoquartier (Trois Ponts), valoriser
le quartier et renforcer son attractivité en s'appuyant
sur ses atouts, le relier à l'ensemble de la ville.
olutions de Roubaix
Reconquête urbaine
et restructuration des quartiers
Réalisation d'un cahier des charges
de prescriptions urbaines et environnementales
adaptées à chaque site, et annexées à l’acte de cession
des terrains aux opérateurs pour recomposer la trame
urbaine en économisant l’espace, et garantir
la possibilité d’évolution à moyen et long terme
de certains îlots clés.
Missions d’expertise et études de faisabilité
(depuis 2007) dont les conclusions sont progressivement
mises en œuvre dans les opérations du PRU
construction et réhabilitation des logements sociaux
en bâtiment passif, transformation du réseau de chaleur,
scénario d’optimisation énergétique des logements,
récupération des matériaux valorisables avant démolition,
chantier sûr et propre, etc.
Promotion d'une gestion des espaces résiduels
des îlots d’habitat anciens restructurés et des espaces
dégagés par la recomposition parcellaire des
Trois Ponts, avec des jardins privés ou collectifs.
Recomposition de l'espace en limitant l'étalement
urbain : recomposition de la trame urbaine du
Nouveau Monde en s'alignant sur les constructions
et en prolongeant les axes existants ; densité
maximale compatible avec une volumétrie à échelle
humaine (R+2 à R+3) et offrant des espaces verts
importants (Nouveau Monde) ; redécoupage du quartier
des Trois Ponts en îlots plus petits (6 îlots aujourd'hui,
14 demain).
Solutions adaptables et réversibles (Nouveau
Monde) : adaptabilité des logements à l'évolution
familiale (possibilité de créer une pièce supplémentaire
dans les logements en accession) ; hauteurs
en conséquence pour les immeubles susceptibles
d'accueillir des activités en rez-de-chaussée.
Écoconception des bâtiments : dans les quartiers
anciens, écomatériaux privilégiés dans les
constructions ; construction et réhabilitation
des logements sociaux en bâtiments passifs,
et optimisation énergétique des logements
(charte habitat durable THPE, carnet de prescriptions
énergétiques par îlot, largeur maximale de 14 m pour
85
86
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
2009
Roubaix / Quartiers anciens / Trois Ponts
Reconstruire la ville sur la ville
Une démarche globale et
l'articulation de toutes les
échelles du projet et de sa
gouvernance pour
garantir la cohérence
d’ensemble et conforter
chacune des initiatives.
Le quartier des Trois Ponts au terme de sa rénovation.
les bâtiments, lumière naturelle dans les logements,
isolation maximale de l'enveloppe, énergie solaire).
Opération pilote de réhabilitation passive menée
sur le groupe scolaire Buffon avec des objectifs
de chauffage de 25 kWhEP/m2 (énergie primaire)
sur la partie réhabilitée et 15 kWhEP/m2 sur la partie
neuve (en cours).
Au Trois Ponts, étude « réhabilitation passive »
pour accompagner les bailleurs dans cette démarche :
réhabilitation de 3 immeubles déjà réalisée par l'un
des bailleurs avec objectifs de performances thermiques
type THPE 2005 et intégration de 260 m2 de panneaux
solaires thermiques ; modernisation du réseau de
chaleur, intégrant des énergies renouvelables, avec une
perspective de raccordement obligatoire des nouveaux
bâtiments inscrite au programme local d’urbanisme.
Création d'un pôle multiaccueil petite enfance HQE®.
Valorisation des espaces naturels et des ambiances
extérieures : le parc Nouveau Monde relié aux cœurs
d'îlots, aux places alentour et à l'école Buffon via de
nouvelles voies traversantes (la venelle du Nouveau
Monde traverse l'îlot, prolonge la trame verte de la ville
et la relie au canal, connecte le parc et la place de la
Nation) ; cadre de vie agréable et biodiversité en
milieu urbain (essences locales, espèces à faible
pouvoir allergisant, toitures végétalisées, gestion
différenciée des espaces verts, etc.) ; projet
d'implantation d'un jardin pédagogique ou
communautaire pour sensibiliser les habitants,
géré par des associations locales d'insertion.
Projet d'implantation d'un verger pour la conservation
des fruitiers en voie d'extinction (Trois Ponts) ;
structuration de la trame paysagère en donnant
le statut d'axe vert à l'avenue Kennedy (au centre
du quartier Trois Ponts), desservant les équipements
publics et cœur d'îlot sans voiture (parkings enterrés
ou semi-enterrés).
Reconnexion du quartier avec le tissu urbain
environnant en favorisant la mobilité douce :
recomposition de la trame viaire (passage de 5
à 12 voies), quartier en zone 30, création d'une ligne
de transport en commun à haut niveau de service pour
un accès plus facile au centre-ville et au métro
(Trois Ponts).
Conforter les activités économiques existantes
et anticiper leur développement : maintien du
commerce fragile existant alentour, surélévation
des rez-de-chaussée des immeubles à 3,5 mètres en
vue d'accueillir une activité, réaménagement de la place
de la Nation pour le marché (Nouveau Monde).
Gestion urbaine : plusieurs points de collecte au
Nouveau Monde, système de pré-tri sélectif intégré
Maquette pôle multiaccueil petite enfance HQE®.
dans les cuisines, site de compostage volontaire créé ;
gestion intermédiaire des surfaces « chantiers » en jardin ;
5 axes retenus aux Trois Ponts : mise en place du tri
sélectif, gestion et amélioration du stockage et des
collectes des encombrants, sécurisation de l'espace public
et privé, sécurité et propreté aux abords des chantiers.
Projet éducatif 2009-2013 avec le centre social
pour sensibiliser et éduquer les différentes tranches d'âge
à l'environnement, engendrer évolution des comportements
et adhésion de la population aux aménagements
écologiques en cours ou à venir (Trois Ponts).
énéfices attendus
Réduction de la production de déchets finale,
par l’introduction du tri sélectif (mi-2008)
ou l’installation de zone de compostage.
Revalorisation de l'image : moderne, qualitative
et attractive.
Appropriation par la population des enjeux
et des solutions pour la durabilité.
ÉCONOMIE
Maîtrise des coûts d’entretien et de fonctionnement
pour les usagers, les bailleurs, les acteurs économiques
et les pouvoirs publics, en systématisant l’analyse en
coût global.
Réintroduction de la fonction productive
et économique dans les quartiers et mixité
fonctionnelle (par ex : introduction d’agriculture
urbaine, étude économique).
SOCIAL
Groupe scolaire Buffon aujourd'hui, sur lequel une opération
pilote de réhabilitation passive sera menée.
Réduction des charges par une construction HQE®
ou bâtiments passifs.
Amélioration de la santé, du confort et du bien-être
des populations par la réduction des nuisances sonores,
matériaux non nocifs pour la santé, etc.
Sécurité grâce à l’appropriation des espaces publics
par la population et la promotion des modes
de déplacements alternatifs à l’automobile.
Accessibilité et mixité sociale par une offre
de logements diversifiée et de haute qualité.
Susciter une génération d’écocitoyens
et des initiatives locales.
ENVIRONNEMENT
Parc du Nouveau Monde, réalisation majeure du projet.
Réduction de l’empreinte écologique et la production
de gaz à effet de serre.
Diminution des risques d’inondations grâce
à une gestion de l’eau pluviale par des techniques
alternatives et paysagères (toitures végétalisées,
infiltration, bac de récupération…).
Qualité écologique des sites, par l’usage de végétaux
et la création d’espaces présentant une valeur
patrimoniale et biologique.
le + durable
UNE INGÉNIERIE DÉDIÉE
AU DÉVELOPPEMENT DURABLE
Un poste de chargé de mission Développement
durable/ANRU est créé au sein de la ville en
2007 pour développer ce volet dans le projet de
rénovation urbaine roubaisien. Sa mission est
d’accompagner les services de la ville et les
acteurs extérieurs à intégrer la dimension
Développement durable dans les projets et les
études. Il doit apporter une veille juridique, une
expertise technique, une aide au montage financier. Il aide à mener des projets innovants ou
accompagne leur mise en œuvre. Ce poste est
subventionné par l’ANRU dans le cadre du PRU et
les études spécifiques sont financées sur le budget fonctionnement du service avec des contributions régionales, communautaires et européennes.
87
88
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
89
2009
Bassens-Cenon-Floirac -Lormont
Lier les territoires pour créer une nou velle attractivité
Le projet de rénovation urbaine
des communes de Bassens,
Cenon, Floirac et Lormont vise à
modifier l'image de la rive droite
de la Garonne pour gagner
en attractivité économique
et sociale. Il s'appuie sur le tracé
du tramway, le parc des Coteaux
de Garonne, un pôle d’échange
SNCF multimodal dans le bas
Cenon (gare Pont rouge)
et d’importants équipements de
services publics d’agglomération,
en attendant l’ouverture
de deux nouveaux ponts.
Restructuration urbaine par le tramway.
ontexte
Une image dégradée mais des
atouts remarquables
Au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux qui
compte 660 000 habitants, les communes
de Bassens, Cenon, Floirac et Lormont forment
un chapelet le long de la rive droite de la Garonne :
les Hauts de Garonne. Elles témoignent d’une histoire
commune et d’une convergence de situations sociales.
Leur développement exponentiel
avec l’industrialisation depuis les
années 30, puis la construction
EN CHIFFRES
des ZUP dans les années 60
LA COMMUNAUTÉ
les ont transformées. Ces villes de
D'AGGLOMÉRATION
l’estuaire sont ainsi devenues une
DE BORDEAUX (CUB)
banlieue de Bordeaux qui cumule
660 000 habitants
aujourd’hui les difficultés sociales.
Le parc social de ces quartiers,
LES HAUTS DE GARONNE
avec plus de 13 000 logements
64 000 habitants
locatifs, représente la moitié des
(Bassens : 7 000
logements des quatre communes.
Cenon : 20 000
Les réserves foncières importantes
Floirac : 16 000
laissent présager une forte
Lormont : 21 000)
augmentation – à anticiper –
du nombre d'habitants et
LE PROJET DE
d'implantations d’activités
RENOVATION URBAINE
économiques dans la présente
2 712 démolitions
décennie. D'autant que, longtemps
1 496 constructions
considéré comme enclavé
527 réhabilitations
par un manque de liaisons
1 052 résidentialisations.
et de franchissements, ce secteur
est aujourd'hui l'un des sites les mieux desservis de toute
l'agglomération bordelaise.
Enfin, ce territoire bénéficie d'une qualité paysagère
remarquable bien que le coteau constitue une rupture
géographique et visuelle entre les villes hautes
et basses des quatre communes.
bjectifs
La rive droite,
véritable choix de vie
Revitaliser la rive droite, lui redonner une attractivité
économique, résidentielle et sociale.
olutions de BassensCenon-Floirac-Lormont
L'éco-environnementalité
comme facteur d'attractivité
UN TERRITOIRE IRRIGUÉ, QUI PRIVILÉGIE
LES MODES DOUX, POUR RASSEMBLER LES
QUARTIERS DANS UNE MÊME DYNAMIQUE ET
LES RELIER AU RESTE DE L'AGGLOMÉRATION
Réaménagement du réseau viaire sur la rive droite :
entrées de ville repoussées le plus loin possible
des centres, circulations douces et transports
en commun favorisés. Rupture fonctionnelle
des trafics et des transits marquée
par ces nouvelles portes urbaines,
avec une limitation de la vitesse
de circulation à 50 km/h. En aval,
retraitement des voies en boulevards
urbains avec multiplicité des trafics
et modes de déplacement.
Priorité aux transports en commun
et réseau TSCP existant : création
d'une gare en 2007 Cenon / Pont
rouge pour renforcer la desserte
et le trafic des TER vers la presqu'île
et le Cubzacais avec la consolidation
d'un pôle intermodal. Six parcs de
rabattement sont réalisés ou en cours
d'aménagement avec une capacité
augmentée au fur et à mesure de
l'ouverture des extensions de lignes.
Une stratégie
de développement
d’agglomération
sur la rive droite,
qui mobilise le lien
environnemental
comme facteur
d’attractivité
économique
et d’identité
des quartiers.
Tramway : extension vers Bassens
centre et Carbon-Blanc, création d'un
lien entre la gare de Cenon/Pont
rouge et Ravezies via un futur pont programmé
en 2016.
UNE OFFRE DE LOGEMENTS,
DE BUREAUX ET DE LOCAUX
D'ACTIVITÉS ADAPTÉE
Dynamique foncière et
immobilière qui permet
de développer une nouvelle offre
d'habitat, de bureaux et d'activités
afin d'attirer habitants et
entreprises.
Recyclage de fonciers
importants dans la commune
de Floirac, entre la voie ferrée
désaffectée et les quais : il doit
permettre de répondre à la
demande (économique et
résidentielle) selon un rythme
permettant d'éviter une hausse
incontrôlable des prix.
Création d'une ligne de type busway du nord au sud
de la plaine de Garonne qui formera un espace urbain
d'animation et de convivialité autour duquel un
chapelet de projets urbains et d'équipements publics
devra se greffer.
Anticipation des besoins spécifiques en matière
de logement : la création d'une université à La Bastide
et l'extension du tramway vont générer une demande
spécifique de logements pour étudiants ; les évolutions
démographiques et le vieillissement de la population
nécessiteront une adaptation des logements
en rez-de-chaussée.
Système de navettes fluviales en cabotage envisagé
sur la rive droite.
LE PAYSAGE ET L'ENVIRONNEMENT
À l'échéance 2016, deux ponts supplémentaires
renforceront le lien urbain entre les deux rives
de la Garonne.
Logements neufs et activités commerciales en pied d’immeuble.
Développement d'une nouvelle offre d'activité permettant d'attirer
les entreprises. Ici, organisme de formation.
Renforcement de polarités : confortation du centre
commercial des Quatre pavillons et du commerce de
proximité, en lien avec le développement de l'habitat et
le tracé du tramway, colonne vertébrale du projet.
COMME ARMATURES DU DÉVELOPPEMENT,
DE LA COOPÉRATION INTERCOMMUNALE
ET DE L'ATTRACTIVITÉ RÉSIDENTIELLE
Mise en œuvre d'une démarche environnementale
autour du port comme facteur d'attractivité économique
et sociale des quartiers : projet de village
éco-entreprises du BTP.
90
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
2009
Bassens-Cenon-Floirac-Lormont
Lier les territoires pour créer une nouvelle attractivité
L'armée verte de Génicart : action d'incitation à l'adoption des pratiques
écocitoyennes menée par la Ville de Lormont en partenariat avec les
classes scientifiques du collège Montaigne de Lormont.
Logements neufs avec jardin pour les
rez-de-chaussée, balcon pour les autres.
énéfices attendus
ÉCONOMIE
Attirer des entreprises du tertiaire et des activités
commerciales tout en conservant un tissu mixte et de PME.
Développer le commerce de proximité.
SOCIAL
Plan guide - Projet de territoire (2007-2018).
Réalisation du parc des Coteaux : liaison,
du nord au sud, de douze parcs et jardins
thématiques des quatre communes (exotique,
floralies, jardins d'eau, jardins du monde, des
cyprès, etc.). C'est un lien vert physique
(continuité piétonne et cyclable) et emblématique
(signalétique et mobilier urbain communs
permettant d'identifier de manière évidente
le parc des Coteaux comme un ensemble).
Destination de promenade, de loisirs,
de découverte du panorama de la vallée
de la Garonne depuis le promontoire
de la carrière recyclée.
Attention particulière portée aux matériaux
employés, au maintien des perméabilités des sols,
au choix des essences, à l'eau, au choix des produits
phytosanitaires, etc. Action expérimentale
d'entretien par le biais d'une équipe d'insertion.
Décohabitation favorisée par une offre de logement
adaptée.
La rive droite ambitionne de devenir un secteur de
véritable choix de vie et d’implantation avec une qualité
de vie (dynamique économique et commerciale, habitat
rénové et adapté, espaces naturels remarquables, lieux
de loisirs, promenades, rencontres, etc.)
Favoriser l'emploi sans discrimination (chartes
d'insertion et de lutte contre les discriminations).
ENVIRONNEMENT
Création du parc des Coteaux (le lien vert).
Un territoire attractif et durable (cf. la charte
de qualité globale de développement durable
et le laboratoire de développement durable).
Valorisation des liaisons paysagères et des
cheminements doux est/ouest : continuité du
parc des Coteaux avec le parc des Berges, sur la
commune de Bordeaux, création de promenades
sur les quais.
Maintien de la qualité des espaces verts
de proximité : renforcement de la trame plantée
sur les espaces publics et les espaces privés
non bâtis pour embellir le paysage et lui rendre
sa cohérence.
Structuration du bâti travaillée en rapport avec
les grandes composantes paysagères (fleuve,
coteau, continuité paysagère, valorisation
du patrimoine naturel et urbain).
Parc des Coteaux. Lien vert physique, continuité piétonne et cyclable de 12 parcs
et jardins dans les quatre communes.
Education à l'environnement et actions
d'animation pour l'ensemble de la population.
Logements individuels en accession.
le + durable
DES PRINCIPES PARTAGÉS PAR TOUS
La démarche est articulée autour de quatre
chartes définies comme références pour la
conception et la gestion de projet, principes, fils
conducteurs et fédérateurs du projet :
Charte de qualité globale et de
développement durable (inspiration
HQE2R®) : composer des séquences
cohérentes et harmonieuses de paysage
urbain au fil des opérations, sur la « ville des
jardins », la « ville de proximité » et la « ville
d'une architecture choisie ».
Charte d’insertion, notamment dans
les domaines de la construction et de
l'aménagement d'espaces verts et paysagers.
Charte de lutte contre les discriminations
« ethnico-raciales » à l'emploi signée par
les quatre communes des Hauts de Garonne,
Amabarès-et-Lagrave, Bordeaux, le Centre
national de la Fonction publique territoriale,
l'État.
Charte de Gestion urbaine de proximité :
chaque ville élabore une charte de GUP
adaptée à son territoire structurée autour
de principes communs aux quatre villes.
Le laboratoire de l’aménagement durable
(HQE® pour zones d'activités, quartiers construits
ou rénovés) : il a chiffré et évalué les expériences
reproductibles. Un référentiel général de préconisation est mis en place, décliné de manière détaillée par site opérationnel.
91
92
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Angers
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
93
2009
/ multisite
Réunir la ville
Angers bénéficie d’un cadre de vie harmonieux qu’elle sait préserver.
Néanmoins, les quartiers périphériques participent mal
à la dynamique globale. Autre handicap : la ville dispose de peu
d’opportunités d’extension. Un projet d’envergure est donc engagé :
il mise sur la stratégie foncière comme axe de la restructuration
des quartiers dans la durée, et sur la concertation avec les habitants.
ontexte
Un intérêt confirmé
pour l’environnement
Cœur de Roseraie. Espace du Bien Vieillir Robert Robin (102 logements T2 pour personnes
âgées autonomes et pôle gérontologique au rez-de-chaussée). Abords en cours de travaux.
Place Jean XXIII, cœur du quartier Roseraie.
Angers est une métropole de confluence, assise
sur le Val de Loire (quatre rivières et un fleuve
la traversent), dotée d’une forte identité
environnementale. L’équilibre entre le
développement économique et la qualité de vie
transparaît fortement dans les paysages
urbains. Depuis 2006, la ville a développé son
Agenda 21 par plans successifs et son
engagement de longue date pour
le développement durable a été remarqué
au niveau national. Angers s’est dotée, en 1999,
d’une mission Développement durable intégrée
à la Direction générale, ce qui facilite le travail
transversal. Par ailleurs, une première ligne de
tramway doit être livrée fin 2010 et le projet
d’une deuxième ligne en cours concernera
les quartiers périphériques.
Les cinq grands quartiers périphériques
(Belle-Beille, Grand Pigeon-Croix Branchais,
Roseraie, Monplaisir, Verneau) accueillent près
du tiers des habitants de la ville, mais ne sont
pas associés au dynamisme de l’agglomération.
Les quatre premiers quartiers ont fait l’objet,
en 2002, d’une convention d’ORU (Opération
de renouvellement urbain). La convention
de rénovation urbaine, signée avec l’ANRU
fin 2004, couvre le territoire de l’ORU et le
quartier de Belle-Beille. Le projet de rénovation
urbaine vise à mieux intégrer les quartiers
au reste de la commune et à renouveler
ces territoires en termes de mixité sociale,
qualité du bâti, du cadre de vie, d’apport
d’activités, de développement social.
Le projet en cours met l’accent sur quatre
initiatives représentatives de la vision de
l’urbanisme durable, appliquées aux quartiers
périphériques, ainsi que sur une action
présentée par le CCAS d’Angers, l’association
Passerelle et la mission CUCS.
Secteur LOPOFA et Daguenet : au premier plan, immeubles réhabilités d’Angers Habitat.
Au 2e plan, constructions neuves en cours (Angers Habitat). Au 3e plan, derniers
bâtiments à démolir (démolis à ce jour). Sur la droite : îlot Daguenet, où un groupe
scolaire a été démoli (remplacé par un neuf plus loin dans la ZAC), trois constructions
neuves vont voir le jour : l’une de logement social avec un centre commercial au
rez-de-chaussée (Angers Habitat), la deuxième de locatif privé (La Foncière Logement),
la troisième d’accession à la propriété (promoteur privé).
bjectifs
Pérenniser
la cohésion sociale
et économique
Développer une politique foncière
au service de l’urbanisme durable.
Diversifier l’habitat et améliorer
sa qualité, pour une meilleure
mixité sociale.
Redynamiser le quartier
de la Roseraie par de nouveaux
usages urbains.
Responsabiliser les locataires
sur l’entretien de leur logement
et favoriser leur insertion sociale.
Retrouver une cohérence entre
espaces publics et privés, en lien
avec les circulations dans la ville.
L’objectif est de
favoriser la
reconstruction
de la ville
sur elle-même,
en privilégiant
l’aménagement
du foncier
existant.
EN CHIFFRES
ANGERS
157 000 habitants
7 900 logements sociaux
LES QUARTIERS
13 000 habitants
à Belle-Beille
16 964 habitants
à La Roseraie
4 471 logements
sociaux à La Roseraie
PROJET DE RENOVATION
URBAINE
25 000 logements
concernés par le projet,
dont 14 000 logements
sociaux, comprenant :
980 logements
déconstruits
+ de 1 000 logements
sociaux reconstruits
5 064 logements sociaux
réhabilités
8 000 logements
résidentialisés
155 fiches foncières
créées depuis 2005
(15 nouvelles prévues/an)
94
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / ÉCONOMIE DES RESSOURCES
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Angers / multisite
Réunir la ville
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Opération d'auto-réhabilitation, menée par l'association Passerelle.
Densité de foncier favorisée par une prospective
minutieuse.
thèmes, pour alimenter le diagnostic social, économique
et urbain commandé par la ville ; en 2002, concertation
préalable pour l’ORU.
ÉCONOMIE
Gestion de l’attente pendant les travaux et entre
les phases du projet : pôle de proximité (Roseraie)
pour une présence soutenue de l’administration
communale ; systématisation d’appartement témoin
(pour aider au choix de matériaux) ; maquettes
(Roseraie, Grand-Pigeon) pour faciliter les échanges
avec les habitants.
SOCIAL
Meilleure anticipation budgétaire
pour les acquisitions foncières de la ville.
Appropriation par les habitants de l’évolution
urbaine de leur quartier. Convivialité de voisinage
favorisée ainsi que la lutte contre les incivilités
grâce aux travaux de résidentialisation.
Responsabilisation des locataires, incitation
à retrouver une autonomie et à s’insérer socialement.
Travail sur la mémoire collective : photographies
« Pour la mémoire du quartier », projet de film
documentaire sur la base de témoignages
(Grand-Pigeon).
Tour Chaptal en cours de réhabilitation (Soclova).
olutions d’Angers
Une stratégie foncière
et d’habitat à long terme
Un outil de stratégie foncière (opérationnel depuis
2005, cf. « le + durable »), couplé à une hiérarchisation
des opérations en termes d’opportunité,
donne à la ville les moyens d’une vision à long terme
et la possibilité d’acquérir progressivement le foncier
nécessaire aux grands projets urbains : équipements
et liaisons douces.
Résidentialisation d’immeubles et réaménagement
d’espaces publics (exemple de la Roseraie) :
redécoupage foncier pour constitution d’îlots cohérents ;
réaménagements par des architectes et des paysagistes
pour redonner une identité spécifique à chaque îlot,
tout en maintenant une cohérence d’ensemble, des liens
avec le réseau de circulation et une mutabilité future ;
aménagements favorisant les relations entre les
habitants (espaces de jeux). (Chantiers démarrés en
2008).
Consultation des habitants permettant de les
impliquer dans la phase de conception des espaces
résidentialisés : commission Cadre de vie avec les
habitants et les associations puis conseil consultatif
de quartier pour favoriser un lien entre habitants
et élus ; cahier de doléances dès 1999, structuré par
Accompagnement de l’auto-réhabilitation :
Rénov’espoir permet à des locataires d’Angers Habitat
de remettre en état leur logement avec l’aide d’un
moniteur de travaux. Le locataire participe
physiquement aux travaux et à leurs coûts et ne
s’engage que sur devis. Si besoin, un référent social
aide à solliciter de l’aide auprès de l’entourage. Cette
action est menée par l’association Passerelle, le CCAS et
les bailleurs et concerne un parc rénové il y a quelques
années (Monplaisir, la Roseraie et Belle-Beille).
le + durable
Immeuble réhabilité d’Angers Habitat, îlot Est, vu depuis le cœur d’îlot
résidentialisé.
UN OUTIL DE « STRATÉGIE FONCIÈRE »
Trois éléments composent l'outil de prospective
à moyen et long terme : une base de données
(« atlas des terrains mutables »), des éléments
prospectifs (programmation des grands projets
urbains), des éléments techniques (degré de
mutabilité des parcelles communales). Cet outil
appuie des actions du projet de rénovation
urbaine (diversification, résidentialisation,
restructuration des espaces publics, équipements et liaisons douces) et prépare la suite du
renouvellement des quartiers. Simple d’usage, il
est généralisable pour l’agglomération. Chaque
îlot dispose ainsi d’une fiche récapitulative,
d’une étude de faisabilité de principe et d’une
prise en compte des enjeux communautaires et
locaux (PLU, PLH, PDU) mais aussi des
contraintes.
Le projet porte aussi sur les thèmes
« mixité et diversité » et « économie
des ressources »
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Label « Habitat Angers » (créé en mars 2007) pour
une diversification de l’habitat dans les quartiers, par
l’accession à la propriété : négociation construite
avec les promoteurs dans le cadre de la stratégie de
valorisation foncière menée par la ville, qui exige un
prix de vente maîtrisé des logements en contrepartie
de conditions favorables de cession de foncier.
Huit programmes labellisés « Habitat Angers » sont
ainsi déjà contractualisés.
Création d’une centralité au cœur du quartier
Roseraie : amélioration de la qualité résidentielle
(forte recomposition du foncier et cohérence avec le
traitement de l’espace public) ; développement de
nouvelles fonctions urbaines autour de la place
Jean XXIII par la restructuration de l’équipement
Jean Vilar (centre socio-culturel, piscine, nouvelle
salle de sport), la rénovation d’écoles, la restructuration du centre commercial. Le traitement de l’avenue principale permet la construction de l’Espace
Bien Vieillir Robert Robin (hébergement pour personnes âgées et pôle gérontologique). L’arrivée du
tramway au cœur du quartier favorise son rattachement au reste de la ville. Mi-2008, environ 80 % des
réhabilitations sont réalisées et 176 chantiers ont
démarré (il reste environ 10 % des logements à
démolir, 50 % des logements à reconstituer).
Mixité par le développement pour l’emploi sur la
Zone franche urbaine Belle-Beille : + 20 % d’entreprises installées en deux ans et objectif de
+ 600 emplois dans 5 ans.
POUR UNE VILLE ÉCONOME
DES RESSOURCES AUX MODES
DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Réduction de l’imperméabilisation des sols (de
12 % à 25%) au moyen de pavés à joints drainants
pour les espaces publics.
Démultiplication des réseaux de Transport en
commun, en particulier le tramway : construction de
deux lignes, dont une livrée fin 2010.
BÉNÉFICES ATTENDUS
Constructions en cours et achevées sur rue.
Amélioration et diversification de l’habitat favorisant
une mixité sociale. Multiplication des usages
urbains favorisant une mixité générationnelle et de
nouveaux liens sociaux. Connexion entre les
quartiers et le centre d’Angers. Dynamisation des
commerces et de l’emploi.
Une diminution des nuisances liées à la circulation
automobile, un désenclavement des quartiers.
Une meilleure gestion des sols.
95
96
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Auxerre
le + durable
Un écoquartier en lisière
de campagne inscrit dans le paysage
Vue aérienne des Brichères.
bjectifs
ontexte
Un cadre attractif,
avec des prémisses d’exclusion
EN CHIFFRES
AUXERRE
40 000 habitants
(agglomération)
28 % des Auxerrois
vivent en ZUS
LES BRICHÈRES
1 650 habitants
40 % de la population
habitent les 287
logements sociaux
22,6 hectares
consacrés au projet
de rénovation
urbaine, dont plus
de la moitié acquis
par la ville
LE PROJET DE
RENOVATION
URBAINE
147 logements
démolis pour
300 reconstitués
84 jardins familiaux
redynamisés.
Situé dans l’une des deux ZUS
d’Auxerre, à l’ouest de la ville,
le quartier des Brichères nécessitait
un profond réaménagement en raison
de son obsolescence architecturale
et urbaine. Le programme
de démolition et de reconstruction
de logements, mais aussi de création
d’équipements, de jardins et d’espaces
publics avec des aménagements
paysagers innovants, s’est inscrit
dans une démarche HQE® donnant
naissance à un « écoquartier »,
en bordure de campagne.
Au cœur de la région viticole de Bourgogne,
Auxerre a accueilli de nouveaux habitants
pendant les Trente Glorieuses, attirés par un
cadre de vie agréable et un contexte
économique favorable.
Encore actuellement, le taux de chômage est
inférieur à la moyenne nationale. Néanmoins,
la dégradation du cadre de vie dans les ZUS
laisse apparaître des prémisses d’exclusion,
ce qui a incité la ville à engager en 2002
une démarche de renouvellement urbain.
La rénovation du quartier de Brichères
en est le premier acte avec la signature
d’une convention de rénovation urbaine
avec l’ANRU en 2005.
Le projet d’écoquartier des
Brichères, mis en chantier
en 2004 et presque achevé
(réalisé à 90 % fin 2008),
tient compte des réalités
morphologiques du site
et se veut un exemple pour
la rénovation des autres
quartiers. Les Brichères
doivent accueillir des habitants
venus des quartiers voisins
lors de prochaines démolitions
de tours.
Un écoquartier HQE® pour 2008
Changer l'image du quartier et développer des formes
urbaines innovantes, respectueuses des spécificités du site.
Révéler et revaloriser le potentiel naturel d’un site de
frange urbaine par des aménagements d’espaces naturels
très liés au quotidien des habitants.
olutions d’Auxerre
Redonner de la cohérence
au site
Diversification des Brichères : 300 logements construits
(200 locatifs sociaux, 45 locatifs à loyer libres et 55 en
accession à la propriété).
Implantation d’une maison
de quartier à l’emplacement
de la première tour démolie
(avec centre social, garderie,
équipements pour adolescents
et personnes âgées). Utilisation
des fouilles archéologiques
(site gallo-romain) comme point
d’accroche du projet.
Requalification et sécurisation
de boulevards qui desservent
les Brichères. Extension du réseau
de transport en commun.
La question des
relations entre
les individus
et la nature est au
centre du dessein
environnemental
du quartier
des Brichères.
2009
UNE GESTION ÉVOLUTIVE, DIFFÉRENCIÉE
ET RÉACTIVE DES ESPACES NATURELS
Choix de développements paysagers basés sur
un relevé botanique annuel. Suppression des
produits phytosanitaires et des exportations de
déchets verts, pas d’intervention sur nuisibles
sauf en cas de péril. Dispositif zéro pesticide et
zéro CO2. Fertilisation agréée Agriculture biologique. Tondeuses permettant le recyclage des
déchets.
Au premier plan, logements individuels reconstruits, superposés, de deux
étages avec accès privé, terrasse et jardin. En arrière plan, barre réhabilitée.
Économie de foncier grâce à un habitat compact :
système de logements individuels superposés de deux
étages, avec garage, accès privé, terrasse ou jardin,
regroupés autour de placettes : 100 logements ont ainsi
été livrés entre 2005 et 2007. Friche de jardin
à désamianter pour récupérer du foncier.
Revalorisation du potentiel naturel et paysager
du site de frange urbaine : aménagements paysagers
autour d’espaces en lien avec l’histoire du site
(captation de la source Sainte-Geneviève donnant lieu
à un parcours de l’eau sur tout le site), respect des
reliefs naturels pour l’urbanisation du site, mise à jour
de continuités écologiques (prairie reliant les chênaies).
Choix des zones constructibles en fonction
des zones (humides) non-constructibles
pour que le « vide » non construit constitue le centre
du nouveau quartier, formé de vastes espaces naturels.
Création de liens durables entre les habitants
et leur environnement :
Redynamisation de 84 jardins familiaux
(gérés par une association, réaménagés avec
récupération des eaux pluviales) et création de jardins
maraîchers d’insertion, Les « Jardins du Cœur »,
en lien avec « Les Restos du Cœur ».
Aménagement des espaces publics :
passerelles, voie ferrée désaffectée
dédiée à la promenade,
voie cyclable nord-sud.
Maisons construites dans un îlot
de verdure : prairie, bois, vergers
de pommiers et poiriers, cerisaie.
Démocratie participative sur les
usages du site et fonctionnalités
à venir.
sur les matériaux de construction et d’aménagement,
les essences végétales, la gestion réactive des espaces
naturels (formation des jardiniers de la ville à la gestion
différenciée des espaces naturels et au conseil
aux habitants), nombreux espaces verts conçus
pour se régénérer seuls.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Une continuité restaurée des milieux naturels,
propice à la diversité biologique, à la faune et à la flore.
Des « corridors biologiques » créés par les noues,
le lit du ruisseau, la continuité des espaces plantés.
Des « événements » visuels programmés
par les floraisons et les variations de feuillages.
ÉCONOMIE
Insertion de personnes en difficulté grâce notamment
aux Jardins du Cœur.
Meilleure gestion des ressources naturelles
(capteurs solaires, eaux pluviales, choix des matériaux
de construction, jardins familiaux).
Pérennité du paysage et
moindres coûts d’entretien
(sélection des espèces végétales
selon leur résistance à l’humidité,
responsabilisation des habitants
dans l’usage du quartier).
Désenclavement du quartier
(transport en commun) mais aussi
meilleure gestion de proximité.
SOCIAL
Programme de sensibilisation
des habitants aux questions
environnementales avec la mise
en œuvre de l’écoquartier
et des jardins familiaux
(depuis septembre 2008).
Démarche HQE® pour l’ensemble
du projet : recherche de solutions
écologiques et durables
L'eau parcourt le quartier,
site de promenade et de jeux.
Paysage et architecture utilisés comme
vecteurs de relations sociales.
Habitants garants du fonctionnement
de leur écoquartier (par la démocratie
participative, des programmes
de sensibilisation, usage des espaces).
Appropriation de l’histoire du site
(source Sainte-Geneviève,
fouilles archéologiques valorisées).
97
98
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Grand Nancy
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
/ multisite
L'alliance de l'urbain et de l'humain
Depuis 25 ans, la Communauté
urbaine du Grand Nancy
constitue un terrain privilégié
d’expérimentation nationale
en matière d’habitat.
Le projet de rénovation urbaine,
réparti dans neuf communes,
vise à requalifier les principaux
quartiers d’habitat social par de
nouvelles formes urbaines, plus
sensibles à l’environnement
et au bien-être des habitants.
réutilisation des carrières Solvay pour construire
un « morceau de ville » aux fonctions diversifiées,
laissant apparaître la nature en milieu urbain. Plan de
déplacement intégrant des liaisons douces (création
de 16 km d’itinéraires cyclables et de 15 km de voiries
requalifiées avec une trame paysagère).
Développement de maisons en bois avec jardins
collectifs : 30 logements en bois déjà réalisés,
dont 15 adaptés aux personnes à mobilité réduite
(et 15 autres adaptables), du T2 au T5.
Pelouses transformées en jardins potagers collectifs
et évolutifs, à coût de gestion optimisé (gestion
par la ville puis appropriation par les habitants).
Le projet, livré en février 2008, a reçu le label Qualitel.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
EN CHIFFRES
COMMUNAUTÉ URBAINE
DU GRAND NANCY
20 communes
270 000 habitants
QUARTIERS
39 175 habitants concernés
et 13 786 logements
(soit 50 % du parc social)
PROJET
2 230 logements sociaux
démolis (16 bâtiments de
grande hauteur)
7 765 logements sociaux
réhabilités
3 442 logements sociaux
améliorés en qualité
de service
7 961 logements sociaux
résidentialisés
1 760 logements constitués,
répartis sur les 20 communes
(16 % au cœur des quartiers
démolis et 84 % dans les 20
communes de l’agglomération)
Plus de 200 personnes ont
déjà accédé à un emploi par la
clause d’insertion, pour
82 245 heures travaillés, soit
des résultats supérieurs aux
5 % demandés dans le cadre
de la charte d’insertion
190 entreprises implantées
dans la ZFU avec la création
de 1 200 emplois.
Maisons en bois avec jardins collectifs (label Qualitel).
Derrière, la plus grande barre d'Europe qui sera raccourcie (hors PRU).
ontexte
Une agglomération
à rééquilibrer
Le projet de rénovation urbaine du Grand
Nancy concerne sept sites (Plateau de Haye,
les Nations, la Californie, Saint-Michel Jéricho,
Mouzimpré, Jartom, Haussonville) répartis sur
9 des 20 communes de l’agglomération.
L’objectif est de réduire la densité des zones
d’habitat social à requalifier et de mettre en
place une gestion raisonnée de la
consommation énergétique des logements et
des équipements. Une convention a été signée
avec l’ANRU en janvier 2007.
bjectifs
Une image valorisante
et une urbanité plus
qualitative
Requalifier les quartiers d’habitat social
de l’agglomération pour en améliorer le
fonctionnement et l’image, et les répartir
de manière équilibrée sur le territoire.
Développer un nouvel urbanisme fondé
sur l'harmonie.
Relancer les
mécanismes qui
fondent la vie en ville :
la mixité sociale,
la trame urbaine, la
diversité des fonctions,
l’équilibre avec les
éléments naturels.
Meilleure alliance entre les fonctions urbaines
et les éléments naturels. Cadre de vie plus agréable
et facile à pratiquer. Optimisation de l’espace pour
de nouveaux usages.
le + durable
BAISSE ÉNERGÉTIQUE ÉTENDUE À L’ÉCHELLE
TERRITORIALE
Baisse de la production de CO2 de 80 % et baisse des
dépenses énergétiques par l’intervention globale sur
l’habitat (bilan carbone et diagnostic énergie généralisé dans l’ensemble des opérations puis travaux sur
12 958 logements) et un réseau de chaleur bois/gaz se
substituant au charbon (sites du Plateau de Haye et des
Nations). Le bilan énergétique est étendu à l’échelle territoriale et par secteurs d’activités (résidentiel, tertiaire
et transports).
Le projet porte aussi sur les thèmes « mixités
et diversité » et « économie des ressources »
ÉCONOMIE
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Attractivité des quartiers renforcée
grâce à une diversification des fonctions.
Changements d’usage d’immeubles situés dans la ZFU pour héberger des regroupements de micro-entreprises à vocation sociale.
Rééquilibrage des « produits » proposés en matière de
logement : accession à la propriété, locatif privé moyen et haut
de gamme.
Création de cœurs de quartiers attractifs : revitalisation commerciale avec quatre centres commerciaux de proximité modernisés.
Amélioration et renouvellement des espaces publics : modernisation des services publics de proximité, aménagements d’espaces verts, création d’équipements sportifs.
Relance d’une dynamique de retour à l’emploi : soutien à l’implantation économique ; requalification économique des tissus
urbains ; mise en œuvre de la ZFU sur le Plateau de Haye et
Nations ; Charte d’engagement pour l’insertion et l’emploi.
SOCIAL
Réappropriation des quartiers par leurs habitants
et afflux de nouveaux usagers.
olutions
du Grand Nancy
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Réduction des dépenses énergétiques (diagnostics - cf.
«Le +durable»).
Sensibilisation des habitants aux économies d’énergie : le
« Défi pour l’énergie » (octobre 2007 - janvier 2008), mené dans le
quartier Californie, sera généralisé aux autres quartiers. Présence
des « agents de proximité » de l’association Réciprocité dans les
zones de chantier du PRU depuis 2008.
Une requalification
massive de l'habitat
Rencontres régionales de la rénovation
urbaine avec « Un mouvement durable pour la
ville, une école de la proximité » : regards
croisés sur les pratiques exemplaires (dans la
région, en France et en Europe) pour associer
les habitants à la dynamique de projet.
Création de nouvelles formes urbaines plus
sensibles à l’environnement : schéma directeur
du Plateau de Haye basé sur une recomposition
massive du parc de logements et sur la
Nouveau partage foncier, embellissement des pieds d'immeuble,
amélioration de la trame urbaine et désenclavement par des
liaisons vertes et piétonnes.
BÉNÉFICES ATTENDUS
Cité des Nations. Cœur de quartier attractif
et aménagement d'espaces verts.
Mixité sociale et fonctionnelle des quartiers, amélioration de
l’insertion par l’emploi, dynamisme commercial redéployé, meilleure
gestion énergétique et réduction des coûts afférants, réduction
des nuisances polluantes sur l’environnement.
99
100
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Lille
Metz
/ Lille sud
Concertation, participation, communication
Concertation avec les habitants sur le projet d’espaces publics
à Maene-Bie en avril 2009.
Le projet de Lille, qui court
jusqu’en 2011, est mis en œuvre
pour et avec les habitants : leur
participation et leur adhésion
sont essentielles à sa réussite.
Le dispositif de gouvernance
intègre totalement cette
participation des habitants via
des actions et des supports
spécifiques, bientôt enrichis
par la réalisation d’une maquette
interactive sur le volet
« développement durable »
du projet.
bjectifs
Rendre le projet pédagogique
Favoriser la compréhension et l’appropriation du projet
urbain par tous les habitants via une présentation ludique
et vivante.
Une maquette interactive
Réalisation d’une maquette interactive au 1/1 000e sur le
thème du développement durable, actualisable chaque année,
fabriquée à partir de matériaux écologiques
(encre végétale, diodes, éclairage par panneau
photovoltaïque ou dynamo…).
EN CHIFFRES
Une série d’animations doit mettre en exergue
les thématiques opérationnelles du
LILLE
développement durable dans le projet.
212 597 habitants
LILLE SUD
20 016 habitants
7 771 logements
61,4 % du parc HLM
LE PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
Démolition de
800 logements
sociaux
Reconstitution
de 208 logements
sociaux sur site
et de 550 hors site.
Permettre à des publics ne maîtrisant pas
toujours l’écrit et/ou le français d’appréhender
les thèmes du développement durable dans
les projets.
Permettre une meilleure appropriation
par les habitants des changements à toutes
les échelles du projet.
Constituer un support de débat concret
pour les réunions publiques et des ateliers
de découverte urbaine.
/ Borny
Développement social
et recomposition urbaine
Le quartier Borny, situé au sud-est de
Metz, a souffert, depuis sa création
dans les années 70, d'un enclavement
progressif par des infrastructures
routières et une zone industrielle
ainsi que d'une spécialisation dans
l'accueil des populations en difficulté.
Le projet de rénovation urbaine vise
la mise en œuvre d'un programme
complet de développement social et
de recomposition urbaine du quartier.
bjectifs
Améliorer le cadre de vie
des habitants
le + durable
LA PARTICIPATION DES HABITANTS
olutions de Lille
101
À TOUS LES STADES
La maquette interactive souhaitée par la ville est un
outil qui s’intègre dans une démarche complète et
très structurée de participation des habitants. Elle
comprend trois volets principaux :
L’information et la communication :
publications, films, sites internet et extranet,
événement Vivre les Villes, relations presse,
réunions publiques, expositions permanentes
sur le GPU dans les structures de proximité,
bornes interactives en mairie de quartier,
panneaux projet sur site, stand d’information
GPU lors d’événements de quartier,
prévisualisation 3D, réunions d’information
dans les relais de quartier.
La consultation des habitants et projets
participatifs : tables rondes, diagnostic « en
marchant » (balades urbaines réunissant des
habitants du quartier et quelques techniciens
pour repérer les points positifs et négatifs du
cadre de vie et proposer des solutions),
animations de quartiers et projets participatifs,
rencontres avec les locataires, etc.
La coproduction : organisation d’ateliers
urbains de proximité pour se donner le temps
de construire le projet avec les habitants
(présentation du projet, recueil des points de
vue, synthèse et propositions concrètes).
Désenclaver le quartier, concevoir un nouvel habitat
et valoriser le cadre paysager.
olutions de Metz
Une restructuration
autour de la notion
de jardin habité
Désenclavement du quartier,
promotion des modes alternatifs de
transport et reconquête des espaces
publics : nouvel accès routier, ligne de
transport en commun en site propre
(TCSP), maillage de pistes cyclables
intégrées dans le schéma directeur du
PRU, diminution de la place de la
voiture au profit d’espaces paysagers
dévolus à l’usage social dans le cadre
de la résidentialisation (mutualisation
des stationnements entre les bureaux
et les équipements, redistribution des
stationnements pour libérer le sol en
pied de bâtiment, gestion de chantier
autorisant le stationnement provisoire,
parking souterrain, etc.).
Cahiers de prescriptions
architecturales et paysagères
de l’urbaniste remis aux opérateurs
pour la conception du village de
bureaux (les permis de construire
lui sont soumis à validation).
EN CHIFFRES
METZ
128 000 habitants
BORNY
18 412 habitants
40 % de la
population a moins
de 20 ans
6 000 logements
dont 4 000
logements sociaux
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
448 logements
sociaux démolis
60 logements
sociaux
reconstitués dont
388 hors site
651 logements
sociaux réhabilités.
Valorisation d'une friche temporaire : production
du végétal pour le site futur sur le site actuel.
Politique énergétique : collecte sélective des ordures
ménagères par création de points d'apports volontaires,
projet de mutualisation des chaufferies pour l’extension
du réseau de chaleur.
Gestion de l'espace paysager : gestion différenciée
des prairies, actions sur la perméabilité des espaces
publics, réduction des produits d’entretien
phytosanitaires et projet de pépinière impliquant
les habitants pour valoriser de façon temporaire
le terrain issu d’une démolition (production du nombre
d'arbres nécessaires à l'aménagement végétal
de la cité-jardin, plantés au fur et à mesure
de la libération des terrains ou de leur aménagement).
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Valorisation du paysage et du cadre de vie :
jardin habité, point central du projet.
Préservation de la biodiversité.
Réduction des émissions de CO2.
ÉCONOMIE
Développement par l'implantation d'activités
commerciales et tertiaires.
SOCIAL
Cadre plus agréable, image du quartier revalorisée.
Implication des habitants et des enfants.
le + durable
ACCESSIBILITÉ À TOUT ET POUR TOUS
Le service Mission Handicap a été consulté aux
différents stades d’étude des projets sur l'accessibilité des cheminements piétons (revêtements de sol, pente, etc.), des immeubles, des
socles, des aires de jeux, et aussi sur le choix
des mobiliers et leur détection par les personnes déficientes visuelles, sur l'implantation
des emplacements réservés aux personnes handicapées. En phase travaux, le service valide les
choix d'aménagements retenus.
102
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Pierrelatte
Saint-Brieuc
/ Quartier Roc
Balzac - Europe - Ginglin - La Croix Saint-Lambert
Des déchets hors la vue
Dans le quartier Roc de
Pierrelatte, comment optimiser
la collecte des déchets ménagers
et encourager le tri sélectif ?
La mise en place de conteneurs
enterrés est apparue comme étant
la solution la plus adaptée
et durable. Plus globalement
une mission AEU (Approche
environnementale de l'urbanisme)
est projetée comme « approche
développement durable du projet »
avec la gestion du réseau de
chaleur, des déplacements,
du réseau viaire, de l'éclairage
public, la qualité paysagère mais
aussi la gestion de l'eau pluviale
et des déchets.
bjectifs
Optimiser la collecte
des déchets
Favoriser l’accessibilité aux lieux de collecte
et différencier le tri des ordures ménagères
et des emballages ménagers recyclables.
Redéfinir les lieux de collecte
correspondant aux unités résidentielles
(deux à trois points de collecte).
Changer les comportements des habitants.
Augmenter la quantité de tonnage
en recyclage.
Inciter à l’élimination des encombrants
par dépôt en déchetterie.
olutions
de Pierrelatte
Les conteneurs enterrés
Enterrer 45 conteneurs de récupération
des déchets solides, de grande capacité,
esthétiques, accessibles à tous et identifiés
afin de faciliter et optimiser le tri sélectif.
103
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
le + durable
SENSIBILISATION DES HABITANTS AU TRI
DES DÉCHETS ET À CE NOUVEAU MODE DE
FONCTIONNEMENT
Dans le cadre des actions de Gestion urbaine de proximité (GUP) : campagne de communication sur la propreté urbaine, nouveau guide de la propreté et du tri
sélectif, sensibilisation des propriétaires de chiens,
ambassadeurs du tri pour intervenir dans les écoles et
auprès des habitants du quartier, semaine du développement durable, visite du centre de tri, etc.
Basse conso et biogaz
Le projet de rénovation urbaine
engagé dans les quartiers de la Croix
Saint-Lambert et de Balzac, Europe
et Ginglin à Saint-Brieuc vise une
recomposition urbaine, un
rééquilibrage des fonctions urbaines
et une diversification de l’offre en
logements en veillant à l’articulation
des problématiques environnementales,
économiques et sociales.
Conception d'une piscine HQE ® alimentée au biogaz.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Pas de nuisances visuelles ni olfactives.
Prévention des risques sanitaires grâce au
ralentissement du processus de décomposition (effet
cave à 12 °C) et donc du développement des bactéries.
Bonne intégration de ces points de collecte dans
l’environnement.
Augmentation du tonnage recyclable.
Baisse des nuisances sonores et des rejets de CO2
dans l’atmosphère grâce à une
diminution du nombre de tournées de
collecte hebdomadaire (de quatre à
EN CHIFFRES
une).
PIERRELATTE
11 943 habitants,
25 % ont moins de 19
ans
5 293 logements
18 % de chômage
QUARTIER DU ROC
1 647 logements
(dont 70 % de
logements sociaux)
3 582 habitants
(1/3 de la population
de la commune)
27 % de chômage
PROJET
222 logements
sociaux démolis
222 logements
sociaux reconstruits
dont 134 hors site
423 réhabilitations
et résidentialisations.
ÉCONOMIE
Optimisation du circuit des engins
de collecte.
Meilleure gestion des déchets
grâce à une collecte sélective facilitée.
Diminution du nombre de collectes
grâce au plus grand volume de
remplissage.
Baisse des coûts d’entretien.
SOCIAL
Réappropriation du quartier par les
habitants et réinvestissement du cœur
de quartier.
Amélioration du confort de vie.
Insertion professionnelle de jeunes
du quartier grâce au groupe de travail
« insertion économique » du dispositif
de gouvernance et grâce à la mise en
place de chantiers de résidentialisation
et de réhabilitation.
Obligation des entreprises
d’embaucher ces jeunes.
bjectifs
Recycler l’existant et être
performant énergétiquement
Construire des bâtiments économes en énergie.
Créer des espaces publics de qualité et gérer les eaux
pluviales pour atteindre le « zéro tuyau ».
Utiliser le biogaz issu de la station d’épuration.
EN CHIFFRES
SAINT-BRIEUC
46 089 habitants
15,8 % de chômage
24 912 logements
dont 20 % HLM
et 59,3 % collectifs
LA CROIX
SAINT-LAMBERT
EUROPE/BALZAC/
GINGLIN
10 000 habitants
4 900 logements
82 % de logements
sociaux à la Croix
Saint-Lambert
50 % à Balzac
Europe Ginglin
LE PROJET
633 logements
démolis et 633
reconstitués sur
site et hors site
1 026 logements
réhabilités et
1 497 réhabilités.
olutions
de Saint-Brieuc
Logement basse
consommation,
gestion des eaux,
utilisation du biogaz.
Réalisation de 45 logements
sociaux basse consommation,
orientés, avec capteur photovoltaïque,
chauffe-eau solaire, ventilation double
flux, baie occultable, pour une
consommation limitée à 55 kwh/m2/an.
Mise en place d’une gestion des eaux
pluviales en mode alternatif
« zéro tuyau » avec une limitation
des sols imperméabilisés,
un acheminement différencié selon
les besoins – stockage pour arrosage,
évaporation ou infiltration sur site
grâce à un réseau de noues.
Reconstruction d’une piscine HQE®
alimentée au biogaz : recyclage de
l’eau chaude résultant de l’utilisation
du biogaz dans un réseau de chaleur
vers la nouvelle piscine.
Grâce à la construction de logements HQE®, l'utilisation du
biogaz pour chauffer une piscine HQE®, la création
d'espaces publics de qualité s'appuyant sur une gestion
différenciée des eaux pluviales.
ÉCONOMIE
Réduction de la facture énergétique dans les logements
et la piscine. Pas d'installation de chaufferie pour la piscine
(économie).
SOCIAL
Développement de l’écoute, de l’échange
et de la concertation par la mise en œuvre d'espaces
de proximité dans les quartiers et de conseils de proximité
dédiés à la démocratie participative.
le + durable
GOUVERNANCE : UNE CONCEPTION
« INTÉGRÉE » D'UN PROJET
DE L'URBAIN À L'HUMAIN
Un cahier des charges des prescriptions
architecturales et urbaines réalisé en
concertation avec la population (ateliers
urbains) : base du projet de rénovation
urbaine, il permet de conserver les intentions
initiales du projet ANRU dans la durée
(orientations principales, tracés créés, trame
végétale, modifications des îlots et de leur
occupation).
Un dispositif d'accompagnement du projet
qui s'appuie notamment sur des espaces
de proximité (formalités administratives,
informations juridiques et administratives,
accompagnement à la recherche d'emploi).
La réalisation en cours d'un projet de
territoire en concertation avec les habitants.
104
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / ÉCONOMIE DES RESSOURCES
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Bastia
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Carcassonne
/ Cité Aurore
Revaloriser la Cité Aurore
Esquisse du projet de jardin partagé.
Les espaces publics amenagés autour du mail.
Revaloriser l’image du quartier. Relier la Cité Aurore au reste de
la ville et rompre l’isolement du quartier. Implanter des
équipements restructurants. Développer la Cité Aurore comme
centre d’un pôle urbain secondaire reliant les quartiers sud.
Redécoupage foncier et aménagement
des espaces publics : cahiers de prescriptions
architecturales et urbaines. Redéfinition des
domanialités et des usages avant les travaux de
résidentialisation. Cheminements piétons
protégés. Mail défini comme « colonne
vertébrale », avec des « respirations »
et des « séquences ».
Diversification des fonctions urbaines :
structuration des commerces et services,
renforcement des équipements.
Mise en valeur des ressources naturelles
et patrimoniales du site.
Conception HQE® d’un groupe scolaire.
Élargissement de l’action à tout le secteur sud.
Gestion urbaine de proximité, qui vise à
revoir l’organisation fonctionnelle des services
au bénéfice d’une approche transversale menée
avec l’équipe de cohésion sociale, les bailleurs
sociaux et les acteurs de terrain, en faisant
participer les habitants à la gestion et à
l’entretien de leur quartier, recueil de la
mémoire du quartier et présentation
pédagogique des projets.
Mise en place d’un COS Énergie avec bonus
de 20 % de surface maximale de construction
si les énergies renouvelables sont préférées.
Les projets économes en foncier seront privilégiés.
EN CHIFFRES
BASTIA
42 900 habitants
(56 000 pour
l’agglomération)
98 % des
logements sociaux
de l’agglomération
LA CITÉ AURORE
arboretum
de 7 000 m2
7 groupes
scolaires
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
234 logements
locatifs sociaux
démolis et
reconstitués
(dont 74 sur site
et le reste hors
de la ZUS)
180 logements
sociaux réhabilités
(809 dans la
zone Sud)
320 logements
résidentialisés.
bjectifs
UNE IMPLICATION MULTIPARTENARIALE
Désenclavement, amélioration du cadre de vie, pérennisation
du patrimoine.
Valoriser l'espace vacant
ÉCONOMIE
Améliorer le cadre de vie par la mise en place d'une opération
durable intégrable au projet final.
Dynamisation du commerce et de nouveaux emplois.
SOCIAL
Diminution des difficultés sociales et revalorisation de l’image
du quartier.
olutions de Bastia
Une restructuration
en profondeur
ENVIRONNEMENT
le + durable
PROSPECTIVE PAYSAGÈRE
À partir d’un plan de préservation du patrimoine végétal
existant, Bastia amorce une prospective paysagère : inventaire, analyse de valeur des végétaux, gestion ciblée de
boisements par l’ONF, replantations à moyen et long terme.
Le projet porte aussi sur le thème
« mixités et diversité » et « économie
des ressources »
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Habitat, commerces et équipements diversifiés.
Implantation du centre des sciences expérimentales dans un
groupe scolaire qui développera une plate-forme pédagogique sur les
énergies renouvelables à l’attention de toutes les écoles de la région.
Mission Lien social.
POUR UNE VILLE ÉCONOME DES RESSOURCES
AUX MODES DE CONSOMMATION RESPONSABLES
Valorisation de la biomasse.
Optimisation des ressources (solaire passif, exposition des
constructions, utilisation de l’eau souterraine, développement de
la biodiversité, bassin de rétention, noues drainantes).
Démarche HQE®.
Schéma directeur d’aménagement lumière.
Le projet de réhabilitation du
quartier d'Ozanam à Carcassonne
prévoit la démolition de l'immeuble
Saint-Vincent-de-Paul. Cette friche
est vouée à rester vide pendant trois
ans avant reconstruction. Comment
éviter l'image négative d'un terrain
vague au cœur du quartier ?
le + durable
énéfices attendus
Désenclaver et redynamiser la Cité
Aurore et la zone sud
/ Ozanam
Un jardin d'agrément et éducatif
Bastia bénéficie d’une croissance
régulière, fondée sur des activités
marchandes et portuaires.
Les quartiers sud, accueillant la très
grande majorité des logements sociaux,
souffrent d’enclavement. La Cité Aurore,
au bâti très dégradé, doit diversifier
ses fonctions et dynamiser son image.
bjectifs
105
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ
olutions de Carcassonnes
o
Transformer la friche en jardin
temporaire
Création d'un jardin partagé (projet 2009) de 600 m2 qui se
conçoit, se construit et se cultive collectivement, divisé en trois
aires : un espace pédagogique pour les enfants des écoles
voisines avec bacs de culture et matériel pour les sensibiliser
à la botanique et l'écologie ; un espace détente, d'agrément
et de petites cultures de plantes aromatiques, voire de légumes ;
un espace de jeux pour les tout-petits.
EN CHIFFRES
CARCASSONNE
43 937 habitants
sur 6 546 ha
OZANAM
696 habitants
sur 5 ha
238 logements
sociaux
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
223 démolitions
reconstructions,
dont 162
reconstructions
hors site.
Aménagement et entretien en
fonction des besoins et des impératifs
environnementaux : plantations
de variétés locales, adaptées au climat,
simples d'entretien ; utilisations de
produits naturels, tri sélectif, aire de
compostage, utilisation raisonnée de
l'eau, matières premières locales ; choix
de matériaux écologiques ou de
récupération pour l'aménagement,
lampadaires solaires, etc.
Sécurisation de chaque espace
(clôture, portillon fermé, éclairage des
espaces, accès voitures et scooters
évités).
Recrutement d'un animateur jardinier :
entretien, gestion, animation, appuyé
par la régie de quartier.
Concertation avec les habitants :
réunions de quartiers, sollicitation en
porte-à-porte, groupe de travail.
Des nombreux partenaires s'impliquent dans la réalisation du projet : le Centre intercommunal d'action
sociale pour l'animation du jardin avec les groupes de
sociabilisation et d'éducation à la parentalité ; la
régie de quartier pour l'entretien et le nettoyage
avec le public du chantier d'insertion ; la Caisse d'allocations familiales pour la communication et la sensibilisation de son public ; les écoles Pech Mary et
Jean Macé pour des séances de sensibilisation, l'association des aînés d'Ozanam pour la tenue d'un local
de prêt de matériel de jardinage, la Police municipale
pour la surveillance ponctuelle du lieu, les médiateurs
de quartier pour impulser une dynamique de respect
et l'association GEE Aude en appui des interventions
de l'animateur jardinier.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Sensibilisation, éducation au développement durable.
Création d'une biodiversité, contrôle de l'utilisation
des ressources.
ÉCONOMIE
Création d’emploi valorisant (animateur jardinier).
SOCIAL
Modification du rapport des habitants avec leur quartier,
développement du lien social.
Le projet porte aussi sur le thème
« mixités et diversité »
LIEU DE RENCONTRE ET DE CONVIVIALITÉ
Le jardin est proposé comme lieu de rencontre de générations,
d’animation et d’éducation. Le plan et l’organisation sont
conçus de façon à faire se côtoyer les différentes populations,
dont les écoles voisines, tout en permettant des appropriations variées par des espaces spécifiques.
106
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Romainville
CONCEPTION ET GESTION DURABLES
/ Cité Marcel-Cachin
Vers un quartier plus urbain
et plus traditionnel
Le cœur de ville de Romainville,
située à 3 km au nord-est
de Paris, est coupé en deux :
un bourg préservé et, sans
transition, la cité HLM MarcelCachin des années 60. Malgré
plusieurs initiatives, la cité est
restée enclavée, les habitants
se nommant “ Cachinois ”
plutôt que Romainvillois.
Il s'agit donc pour le projet
de rénovation urbaine de
réintégrer “ Marcel-Cachin ”
au reste de la ville.
bjectifs
Prise en compte de la dimension
environnementale : construction HQE® de la Maison
des retraités avec un puits canadien et l’implantation
de cellules photovoltaïques ; économiseurs d’eau
(sanitaires) ; études de faisabilité d'une collecte
des déchets par pneumatique (cf. le + durable)
à Romainville et Les Lilas (en cours).
Charte de relogement : respect de
l'environnement par une implication en amont
des futurs locataires (visite des lieux futurs,
choix esthétiques, etc.), accompagnement,
déménagements clés en main.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Nouvelle voirie nord-sud intégrée
au contrat « Réseau Vert »
avec la région Ile-de-France
pour la création de zones 30.
Espace urbain plus pratique et plus accueillant.
Implication des habitants dans la gestion et le
respect de leur environnement.
ÉCONOMIE
Les Mureaux
Cité Renault / Ile-de-France-Bougimonts /
la Vigne blanche / les Musiciens / Grand ouest
Les quartiers sud des Mureaux sont
constitués de grands ensembles
d'habitat social, construits pour
répondre aux besoins de main d'œuvre
de l'usine Renault-Flins. Lieux de
relégation depuis les années 80, ils
constituent une opportunité de
développement urbain. Ces cinq
quartiers font l'objet d'une convention
de rénovation urbaine signée avec
l'ANRU en 2006.
SOCIAL
Ré-urbaniser les quartiers sud
et les rendre attractifs
Faire de la cité Marcel-Cachin un espace urbain intégré au centreville, urbanistiquement, socialement, et sur le plan des équipements.
Création de lien social avec davantage d'espaces
de vie et de rencontre.
Restaurer des conditions résidentielles et urbaines convenables.
Modifier le paysage urbain et les usages de l'espace public.
Des principes d'aménagements
respectueux de l'histoire et du vécu
Recomposition d'une morphologie
urbaine classique intégrée au centreville : îlots de reconstruction, intégrés
au tissu du centre ancien et mieux
répartis dans le quartier ;
résidentialisation des immeubles
et gestion par unités résidentielles.
Désenclavement par le remodelage
de la voirie et la création de nouvelles
attractivités: nouvelle voirie nord-sud
intégrée au contrat «Réseau Vert» avec
la région Ile-de-France pour la création
de zones 30; mail reliant la cité au
secteur de proximité, au centre de santé
municipal et à l'école ; projet de trois
places avec commerces; restructuration
et création d'équipements publics
(médiathèque, maison de l'enfance, centre
de santé, extension de l'école de musique,
gymnase...).
EN CHIFFRES
ROMAINVILLE
24 025 habitants
sur 344 ha
CITE MARCEL-CACHIN
2 400 habitants
1 128 logements sociaux
PROJET
DE RÉNOVATION
URBAINE
423 logements sociaux
démolis
691 logements sociaux
reconstitués sur site et
611 hors site
706 logements sociaux
réhabilités.
PROJET DE COLLECTE DES DÉCHETS
PAR PNEUMATIQUE
Une borne de collecte à proximité du logement de chaque
usager sera reliée à un système enterré de réseaux, dans
lequel les déchets seront aspirés, conduits vers une unité
centrale, où ils seront compactés puis enlevés: suppression
des déchets sur la voie publique, de la circulation des
camions et des locaux poubelles et des nuisances associées.
Le projet porte aussi sur le thème
« mixités et diversité »
DÉMOLITION DE 40% DES LOGEMENTS SOCIAUX
Logement social et privé, mixité petits immeubles-maisons de
ville dans le centre-ville.
MIXITÉ SOCIALE ET LIEN SOCIAL : cage d'escalier composée
selon les personnalités, besoins et contraintes individuels des
habitants (réflexion entre gestion locative et gardien). Maison des
retraités : rencontre, loisirs et accompagnement des seniors.
Plaine centrale : espace de vie avec la médiathèque et la maison
de l'enfance. Ateliers urbains.
UN CAHIER DE VOCABULAIRE
DES ESPACES VERTS
Conçu à partir de la nouvelle trame
urbaine, ce cahier de vocabulaire liste
l’ensemble des matériaux, plantations,
mobiliers à utiliser pour minimiser les
coûts d’entretien en fonction des objectifs de gestion de la ville.
Conception des espaces verts pour en minimiser
l'entretien : tirer parti de l'étagement du paysage, créer
des connexions paysagères...
Gestion intégrée des eaux pluviales par les techniques
alternatives conçues avec les bailleurs et les constructeurs
(noues, structures drainantes).
énéfices attendus
bjectifs
Relance de l'activité économique.
olutions de Romainville
le + durable
Une cité-jardin
contemporaine
Réduire la fracture entre
Marcel-Cachin et le centre-ville
le + durable
107
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / MOBILITÉ
ENVIRONNEMENT
Diminution de la présence de l’automobile.
Recomposition et valorisation de la trame paysagère,
préservation des biotopes.
Mutabilité foncière.
ÉCONOMIE
Revitalisation économique des quartiers.
olutions
des Mureaux
De nouvelles formes
sur le modèle de la
cité-jardin
contemporaine
Évolution de l'offre immobilière et
restructuration résidentielle :
démolitions/reconstitutions combinant
des typologies de petits immeubles plots
et maisons individuelles groupées.
Résidentialisation durable
par la redéfinition des domanialités
(mutabilité) et l'articulation des espaces.
Redéfinition de la composition
urbaine du coteau – haut de Vigne
blanche (création de jardins, logements
sur parc, mixité de formes urbaines,
stationnement privatif...) dans une
approche bioclimatique (cibles
inscrites dans le Plan local d’urbanisme).
EN CHIFFRES
LES MUREAUX
32 000 habitants
40% de moins
de 25 ans
LES QUARTIERS SUD
15 000 habitants
3 916 logements
sociaux
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
1 075 logements
sociaux démolis
488 logements
sociaux reconstitués
sur site, 150 hors
site et 438 dans le
département des
Yvelines
1 454 logements
sociaux réhabilités.
SOCIAL
Désenclavement et rayonnement des quartiers, mixité
sociale.
Le projet porte aussi sur les thèmes
« mixité diversité » et « mobilité durable »
POUR LA VILLE DES MIXITÉS
ET DE LA DIVERSITÉ
Redéfinir l'espace, transformer la composition socioéconomique , hiérarchiser les espaces publics et privés par la
pluralité des fonctions urbaines : résidentielles, environnementales (diversité des biotopes), économiques, commerciales, équipements.
Création d'un domaine public : diversification fonctionnelle
et sociale.
POUR UNE MOBILITÉ DURABLE
Désenclaver les quartiers par un maillage de voies et cheminements piétons : hiérarchisation et remaniement des
voiries incluant circulations douces et réseau de bus ; infrastructures adaptées aux cyclistes, parc à vélos à l'échelle
des îlots ; déplacements piétons favorisés dans les quartiers.
En dépit des difficultés qu’ils concentrent, les secteurs de
renouvellement urbain comportent des qualités certaines pour
leur densité relative, par l’importance de leurs espaces ouverts et
des sols non imperméabilisés, avec un patrimoine bâti important,
bien que d’inégale valeur, des équipements et souvent d’autres
avantages particuliers selon chaque situation (commerces, réseau de
chaleur, trame verte, ensoleillement, etc.).
Il importe d’identifier et de considérer ces acquis comme des points
d’appui, des ressources à mettre en valeur pour leur renouvellement.
Cependant, comme partout, les transformations urbaines à engager
doivent répondre à de nouveaux critères. Thème prépondérant, la
consommation d’énergie est à réduire en jouant de l’orientation, de
l’isolation, de la ventilation des bâtiments et de la modernisation des
différents matériels… Bien d’autres progrès, utiles et sensibles, sont à
développer sous de nombreux aspects par les divers intervenants et
surtout par les habitants, mieux informés.
F.Grether
La rénovation urbaine
pour une ville économe
des ressources et aux modes
de consommation responsables
Comment la rénovation
modes de consommation
responsables ?
E
n intégrant les espaces verts et naturels dans les projets
d’aménagements, elle permet de préserver la diversité biologique
tout en augmentant la qualité des opérations (récupération
des eaux pluviales, noues, limitation de l’imperméabilisation, toiture
végétalisée). En valorisant les potentiels locaux d’énergie, en évaluant
le coût environnemental, social et économique de chacun, en favorisant
le développement des énergies renouvelables, elle contribue à préserver
les ressources. Un projet de rénovation urbaine est l’occasion
de restructurer l’offre énergétique à l’échelle du quartier : il est alors
possible de requalifier l’existant en prenant en compte les niveaux
de consommation des logements, d’intégrer la question de l’énergie dans
la production de l’offre nouvelle (habitat à faible consommation,
valorisation des énergies renouvelables, conception bioclimatique) ou
d’encourager la durabilité des investissements et l’économie de charges
pour les habitants.
Préserver la diversité biologique
La préservation de l’environnement : pas de recours aux produits chimiques,
enrichissement de la biodiversité locale, etc.
La gestion des eaux pluviales : réduction des surfaces imperméables, création de noues, etc.
La prise en compte des chartes (développement durable, diversité) dans toutes les
opérations d’aménagement d’espaces publics et de voiries, de constructions neuves et
de réhabilitations.
PISTES D’ACTIONS
urbaine peut-elle promouvoir
une ville économe
des ressources et aux
Préserver les ressources
L’amélioration de la performance énergétique des équipements : dépôts de bus
avec la création d’une toiture photovoltaïque, raccordement du réseau de chaleur à
l’usine d’incinération.
Restructurer l’offre énergétique à l’échelle du quartier
Une approche diversifiée des énergies renouvelables : chaufferies bois-géothermie,
panneaux solaires en toiture, promotion de la filière bois locale.
Des équipements bioclimatiques systématisés dans la construction neuve.
Le fonctionnement de la collecte des ordures ménagères et du tri sélectif repensé
en concertation avec les habitants.
➜
112
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Mulhouse
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
/ Cité Wagner / Bourtzwiller / Quartiers anciens
Trois ZUS dans une dynamique durable
Pour pallier les
conséquences de
la désindutrialisation :
pollutions, reconversion
de friches, chômage,
etc., l'agglomération
mulhousienne s'est engagée
dans les années 80 dans un
projet de développement
durable : charte de l'écologie,
Agenda 21, Plan climat
territorial. Ces engagements
ont fortement orienté le
projet de rénovation urbaine
qui porte aujourd'hui sur
trois quartiers aux
problématiques différentes.
ontexte
Une ville industrielle
en perte d'attractivité
Mulhouse, structurée par le développement
urbain et l'explosion démographique de la
révolution industrielle (tissu urbain enclavé,
morcelé par les emprises industrielles,
composition sociale déterminée par les besoins
en main d'œuvre de l'époque, etc.), a été
confrontée à une perte d'attractivité, une baisse
de population, un accroissement de la pauvreté
et la dégradation du parc de logement social et
privé. La ville a ainsi mobilisé les différents
de nouvelles populations et à mettre à niveau
des équipements de quartier pour développer
l’accompagnement social, l’accueil périscolaire, les loisirs et
le retour à l’emploi.
Constructions cité Wagner.
bjectifs
Valoriser les quartiers grâce
au développement durable
La cité Wagner, en bordure immédiate
du centre ancien de Mulhouse, construite dans
les années 56-58 et dont la rénovation a
débuté en 2001.
Bourtzwiller, ancienne commune rattachée à
Mulhouse en 1947, mais séparée de la ville par
la triple barrière du rail, de l'autoroute et de la
rivière Doller.
Les Quartiers anciens (Briand, Franklin
et Vauban Neppert), partie nord du centre-ville,
réelle barrière géographique et sociologique
avec un habitat privé fortement dégradé,
le tissu urbain le plus dense de la ville avec 114
logements/ha, une spécialisation sociale et une
forte spéculation immobilière.
Réhabilitation à Bourtzwiller.
Inscrire
les actions
locales dans
une vision
globale, c'est
la notion de
solidarité
planétaire.
Quartiers anciens. Place entièrement rénovée.
dispositifs de la politique de la ville pour
intervenir sur le bâti obsolète, la concertation,
la médiation et l’insertion professionnelle.
Le Grand projet de ville (GPV) a permis, en 2002,
d’initier la rénovation des quartiers anciens.
Aujourd'hui, le projet de rénovation urbaine
couvre trois quartiers d’habitat social et trois
quartiers d’habitat ancien dégradé qui
ne sont pas confrontés aux mêmes
problématiques. 40 % de la population communale
est concernée.
Le PRU vise à reconstruire des tissus urbains de
qualité reliés à la ville, avec le tram-train comme
colonne vertébrale, à offrir une mobilité
résidentielle aux habitants des quartiers, à attirer
Préserver la cité-parc
Wagner, valoriser
sa qualité paysagère et
amorcer une
restructuration urbaine
en profondeur
de sa partie nord. Bâtir
de façon cohérente
grâce à un cahier des
charges intégrant les
principes
environnementaux
et paysagers.
Mettre en œuvre un
projet de développement
durable dans le quartier Bourtzwiller avec l'appui
de l'institut Eifer sur le logement et l'énergie, les
déplacements, la trame verte et l'insertion économique.
Diminuer la consommation énergétique et les émissions
de gaz à effet de serre par la rénovation de l'habitat privé.
Créer un écoquartier (Zac Neppert en quartiers anciens).
EN CHIFFRES
MULHOUSE
110 141 habitants
sur 22 km2
51 893 logements, dont
10 % vacants et 23 % des
résidences principales en
locatif public
LE QUARTIER
DE BOURTZWILLER
13 425 habitants sur 3 km2
4 888 logements dont 5 %
vacants et 63 % des
résidences principales en
locatif public
LE QUARTIER DE WAGNER
4 027 habitants sur 1 km2
1 723 logements dont 7 %
vacants et 69 % des
résidences principales en
locatif public
LES QUARTIERS ANCIENS
Habitat privé à 95 %
Une forte densité avec
114 logements/ha
16 713 habitants
(15 % de Mulhouse).
olutions de Mulhouse
Rénover et transformer
autour d'un label basse énergie
Développement d'un label « basse énergie » qui vise, par
couplage avec une construction passive, à diviser par 4 les
charges locatives. Ce label est applicable aux constructions
neuves, il est adapté et obligatoire dans les restructurations
par les investisseurs dans les quartiers anciens.
Rénovations basse énergie encadrées par un cahier
des charges (triple vitrage des menuiseries, isolation
complète du bâtiment, VMC double flux avec récupération
de chaleur, capteurs solaires sur certains bâtiments en
fonction de l'orientation) et réalisation assistée de l'ALME
et d'Enertech : définition des projets et intégration des
contraintes énergétiques, formation de l'équipe à des techniques
innovantes, accompagnement dans la consultation des
entreprises, suivi du chantier, information des locataires,
suivi des consommations sur un an. En juin 2008,
7 immeubles sont livrés et mis en location, 3 immeubles sont
en travaux et 8 en démarrage (quartiers anciens).
Conception climatique passive et préférence
aux énergies renouvelables : gestion de la chaleur
avec approche bioclimatique (implantation du bâtiment,
orientation des façades principales, choix des
matériaux, etc.), création d'une enveloppe performante
(compacité, surface vitrée, qualité thermique des
vitrages, ponts thermiques, isolation extérieure, etc.),
végétalisation des toitures, de certains murs, des
terrasses ou structures pour protéger des vents,
de la chaleur, chauffage efficace (collectif, réseaux de
distribution courts, etc.), réduction de la consommation
d'eau chaude sanitaire ; gestion de l'électricité avec
réduction de la consommation dans les parties
privatives et communes (éclairage naturel, détecteur
de présence dans les parties communes par exemple) ;
le + durable
INFORMATION, SENSIBILISATION
ACCOMPAGNEMENT
DE TOUS LES ACTEURS
Sensibilisation, information et formation des professionnels du bâtiment
aux énergies renouvelables
(en projet). Accompagnement
des propriétaires d'habitat
privé (démarche, information
sur les économies possibles
et subventions) dans leur
travaux de rénovation pour
réduire au maximum leur
consommation d'énergie et
les orienter vers l'utilisation
des énergies renouvelables :
pompe à chaleur, chauffage
solaire, fenêtres et ventila- Le chantier enchanté,
tion performantes, maté- projet Wagner.
riaux isolants (Bourtzwiller).
Un agent de développement durable conseille
les habitants sur les gestes durables au quotidien.
Le « Chantier enchanté » sensibilise les habitants
au respect de l'environnement par la création
artistique collective. Lieu de rencontres et
d'échange, il questionne le rôle du participant dans
son environnement (« quelle place j'occupe dans
mon quartier, comment je nourris mon environnement et comment celui-ci me nourrit ? ») (Wagner).
113
114
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Mulhouse / Cité Wagner / Bourtzwiller / Quartiers anciens
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
Trois ZUS dans une dynamique durable
BOURTZWILLER : UN QUARTIER PILOTE
PLAN DE RENOUVELLEMENT DE BOURTZWILLER
Rénovation
des Quartiers
anciens.
infiltration des eaux de pluie par puits percés dans la couche
d'argile (Wagner).
Démarche chantier vert pour toutes les opérations :
démolition sélective, récupération, tri et recyclage des
matériaux par une filière d'insertion professionnelle
(à l'étude).
Déplacements doux favorisés (piétons, cyclistes,
stationnements réorganisé, zone 30, etc.). Le tram-train est
la colonne vertébrale du PRU.
conforts thermiques
et acoustiques (protections
solaires, végétalisation, matériaux
absorbants, etc.) ; panneaux solaires
pour la production d’eau chaude
sanitaire.
Bourtzwiller : 420 constructions
bioclimatiques projetées
en 2009. Définition d'un plafond
de consommation pour les
logements à 50 kWh/m2/an.
Projet de réseau de chaleur
avec alternative chaudière gaz/bois,
chaufferie avec réversibilité
du choix énergétique.
Cité Wagner : reconstruction
de 168 nouveaux logements
HQE®.
Quartiers anciens, Zac Neppert :
mise en œuvre d'un écoquartier.
Réalisation du programme
« Les Villas du parc »
encadré par des prescriptions
environnementales et orienté
bâtiments à faible
consommation d'énergie.
Contrat de performance
énergétique : financement des
travaux par une entreprise, les
économies sur factures énergétiques
seront partagées entre la ville et
EN CHIFFRES
(SUITE)
LE PROJET DE RÉNOVATION URBAINE
WAGNER
227 logements sociaux améliorés
193 logements sociaux construits
450 m2 de surface d'activités
5 équipements socio-éducatifs créés
ou restructurés
BOURTZWILLER
420 logements sociaux et un foyer
de 140 chambres démolis
180 logements sociaux
et une résidence sociale
de 120 chambres reconstitués sur site
240 logements sociaux reconstitués
hors site
77 logements locatifs privés
30 logements en accession
15 000 m2 d'espaces verts
réaménagés dont création d'un parc
public de 8 000 m2
QUARTIERS ANCIENS
1 754 logements privés rénovés
entre 2002 et 2006 (429 immeubles)
Objectif : 1 000 logements privés
rénovés entre 2007 et 2012
dont 1/3 avec travaux liés
aux économies d'énergies.
l'entreprise pendant la durée du
contrat. À l'issue, la ville profite de
la totalité des économies et peut
ainsi plus facilement rénover ses
bâtiments. Opération pilote
sur l'école Victor-Hugo
(Bourtzwiller).
Préférence aux matériaux
renouvelables et locaux
(ossature et menuiseries bois,
maçonnerie en brique monomur
porotherme à forte inertie
thermique pour une régulation
hygrodermique optimale et un
confort d'été, matériaux recyclés,
espèces végétales, etc.) (Wagner).
Le recours au bois pour les
huisseries est une condition
d'obtention des aides (quartiers
anciens – Zone de protection
patrimoniale, architecturale,
urbaine et paysagère (ZPPAUP).
Gestion des eaux de pluies :
toitures végétalisées (Bourtzwiller
et quartiers anciens), limitation de
l'imperméabilisation des sols, noues
paysagères et dispositif
de rétention, récupération des eaux
de pluie à la parcelle (Bourtzwiller)
ou pour l’arrosage du parc (quartier
Vauban-Neppert) ; rivière sèche,
2009
Gestion des espaces verts et plantation d'essences
locales créant ou recréant une biodiversité (Wagner).
énéfices attendus
ÉCONOMIE
Rénovation durable facilitée par les contrats
de performance énergétique permettant à la ville de réaliser
des économies.
Diminution des factures énergétiques (locataire,
propriétaire et ville).
SOCIAL
Qualité résidentielle privilégiant tranquillité, espaces de
détente paysagers, modes de déplacement doux.
Implantation des résidences avec préservation de lieux
d'intimité, espaces de convivialité et espaces extérieurs
privatifs (jardins, terrasses ou balcon).
Création de lien avec « le Chantier enchanté » (Wagner).
Renverser la tendance de la dégradation urbaine et de
la paupérisation des habitants (Zac Neppert).
EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
Réalisation en 2005 d’une étude des scénarii d'évolution du quartier Bourtzwiller associant la ville et le GIE
EDF/Université de Karlsruhe : bilan partagé avec les acteurs
de la situation, construction d'un modèle énergétique, de
scénarii basés sur les bâtiments, le bouquet énergétique,
la mobilité, les fonctions économiques, la maîtrise de
la demande d’énergie et l’impact sur l’environnement.
Préconisation de choix énergétiques réversibles.
Interventions sur les espaces publics : création de
nouvelles voiries (printemps 2009), aménagement de
15 000 m2 d'espaces verts dont un poumon vert de
8 000 m2 (en 2011), prolongement de la ligne 1 du tramway et création de trois nouvelles stations en 2009.
Sensibilisation des enfants au développement durable
par le programme « l'Aventure citoyenne » pour qu'ils
deviennent à leur tour ambassadeurs auprès d'autres
enfants et adultes du quartier.
Étude acoustique (voie rapide et autoroute) pour envisager les solutions de protections adaptées.
WAGNER : LA CITÉ-JARDIN DURABLE
Concrétisation de l'idée de parc habité : chemins piétons
favorisés, espaces de détente paysagers, modes de déplacements doux (vélo, marche, etc.), écran végétal.
Nouvelles constructions (logements, parking silo et
bureaux) protégées des vents dominants, orientées pour
favoriser les apports solaires passifs, surfaces collectives
minimisées.
Recherche sur l’adaptabilité des espaces intérieurs dans
le temps.
QUARTIERS ANCIENS : CHANGEMENT D'IMAGE
ZPPAUP, ZAC (pour l'aménagement de 4 jardins publics
habités), opération de restauration immobilière portant sur
les immeubles les plus dégradés, opération de rénovation
du bâti en partenariat avec les bailleurs sociaux (recyclage
avec la réutilisation d'immeubles les plus dégradés), mise à
disposition d'aides financières à la rénovation avec l'opération programmée d'amélioration de l'habitat (OPAH RU).
Mobilisation forte des propriétaires privés et partenariats avec des nouveaux investisseurs.
Recomposition d'une ancienne friche militaire de 5 ha
(Zac Lefebvre) avec la réhabilitation en 108 logements du
bâtiment principal de l'ancienne caserne, création d'espaces publics de qualité, végétalisés, notamment un parc
urbain d'environ 10 000 m2.
ENVIRONNEMENT
Diminution des émissions de gaz à effet de serre par
l'accompagnement des propriétaires d'habitat privé dans
leur rénovation.
Réduction des consommations eau et énergie.
Qualité paysagère et insertion urbaine.
Amélioration de la perméabilité du site, diminution des
ruissellements d'eaux pluviales, recharge de la nappe par
l'augmentation des espaces verts (Jardins Neppert).
Préservation de la santé par le choix des matériaux de
construction et rénovation.
Friche de la caserne Lefebvre dont le bâtiment principal
sera recomposé en 108 logements.
115
116
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
Saint-Étienne
2009
/ Desjoyaux - Crêt de Roc
Une requalification respectueuse du patrimoine du site
PLAN MASSE FUTUR
La restructuration des
quartiers historiques vétustes
de Saint-Étienne doit
permettre d’enrayer le départ
des habitants du centre-ville
vers la périphérie. La ZAC
Desjoyaux, qui concerne le
quartier du Crêt de Roc, opère
une mutation en quartier
résidentiel tout en préservant
ses atouts environnementaux
et son identité.
Plan masse du projet, avec répartition des futurs acquéreurs (association Foncière
logement, société coopérative d’auto-construction, promotion privée), et des autres
destinations (espaces publics, stationnements…).
FORMATION AUX PRATIQUES
DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
Depuis 2007, dans chacune des directions de la
ville, des agents référents en matière de développement durable sont chargés d’évaluer en
continu les réalisations dans ce domaine et de
définir les améliorations prioritaires. En 2008,
ces agents sont devenus formateurs de « l’école
des métiers » développée par la DRH de la ville,
avec la mission de former au développement
durable les 4 000 agents municipaux et des
bailleurs sociaux.
Création de la ZAC Desjoyaux en 2006, avec une phase
projet en 2007-2008, et mise en œuvre opérationnelle
à partir de 2009.
ontexte
Un quartier historique à rénover
Intimement liée à l’industrie (mines, sidérurgie,
armement), Saint-Étienne a subi, il y a 50 ans, le déclin
de ses activités principales. Un tissu
économique diversifié de PME et PMI a
été recomposé. La ville n’a toutefois pas
su maîtriser le départ d’une partie de sa
population (10 %) et cherche aujourd’hui
à attirer de nouveaux habitants. Dans les
quartiers anciens, qui jouxtent le cœur de
ville, il est nécessaire de recréer une
attractivité résidentielle pour ralentir les
déménagements vers les communes
périphériques des ménages solvables.
Site d’une ancienne carrière, le secteur
Desjoyaux mutera en secteur résidentiel de qualité
en valorisant ses atouts tels que sa localisation, la
présence forte du végétal (masses boisées en pied
de colline) et sa position en « creux » dans le paysage
urbain, qui en font un secteur calme à l’écart des
nuisances circulatoires.
Le quartier du Crêt de Roc se
distingue par une architecture
variée, mais il doit répondre à une
vacance prononcée de son habitat
et des logements vétustes.
Le quartier se situe à proximité
immédiate des places emblématiques
du centre-ville stéphanois, des gares
de Chateaucreux et de Carnot, et de
deux lignes de tramway.
Requalifier
la vocation
résidentielle
du quartier tout
en valorisant
son patrimoine.
EN CHIFFRES
SAINT-ÉTIENNE
180 000 habitants
(400 000 pour
l’agglomération)
DESJOYAUX - CRÊT DE ROC
7 700 habitants
4 400 logements
3,5 hectares
Vue aérienne de la ZAC Desjoyaux.
le + durable
PROJET DE RÉNOVATION
URBAINE
155 logements démolis
220 logements construits
800 logements réhabilités.
bjectifs
Redynamiser la fonction
résidentielle du quartier
Valoriser le patrimoine urbain et topographique de colline.
Développer l’usage d’énergies renouvelables.
o
olutions
de Saint-Étienne
Valoriser les atouts naturels
du site
Respect de la topographie et gestion des eaux
pluviales : le schéma urbain respecte les courbes de
niveau et ne crée pas de nouvelles voiries (le site est très
sensible au ruissellement), mais propose une récupération
optimale des eaux par les toitures végétales et les jardins
grâce à un drainage en surface (caniveaux et noues
aériennes) et à une canalisation en pied de colline.
Bois en pied de colline. Distinction entre jardins humides
et jardins secs définie pour les espaces publics afin
d’ajuster les besoins en arrosage.
Réduction des nuisances et des pollutions : charte
verte ; désherbage « zéro phytosanitaire » ; traçabilité
du parcours des produits achetés ; chantier propre.
Approche diversifiée des énergies renouvelables :
chaufferies bois couplées à de la géothermie (ou
Vue perspective de l’impasse Desjoyaux, avec au nord (à gauche)
les futurs logements et au sud (à droite) des boxes
de stationnements éloignés des logements.
stockage inter-saisonnier) ; panneaux solaires en toiture
pour couvrir 50 % des besoins en eau chaude solaire (ECS) ;
double orientation nord/sud des bâtiments ; objectif de
réduction de 50 % des gaz à effet de serre. Promotion de la
filière bois locale (en cours).
Économie de foncier : recyclage de terrains en friche
(carrières, friches industrielles, logements vétustes)
pour construire une centaine de logements neufs.
Habitat dense mais limité en hauteur (R+3 max.).
Habitat individuel superposé pour un projet en cours.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Valorisation des atouts naturels du site, limitation
du risque d’inondation, des pollutions et des nuisances.
Économie de foncier et optimisation des ressources
énergétiques locales. Formation des agents territoriaux
et des agents des bailleurs sociaux aux questions
du développement durable.
ÉCONOMIE
Économies réalisées par la gestion raisonnée des
ressources. Meilleure attractivité du quartier offrant
un potentiel d’arrivée de nouveaux usagers.
SOCIAL
Renouvellement de l’image du quartier et meilleure mixité
sociale. Nouveaux liens sociaux impulsés par des
expérimentations gérées en commun par les habitants
(autoconstruction).
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
RECYCLAGE DE FONCIER ET AUTOCONSTRUCTION
Transformation de friches industrielles et artisanales en une
opération résidentielle exemplaire d’une centaine de logements :
diversité de l’offre propre à attirer de nouvelles populations et les
ménages âgés du quartier, avec des logements intermédiaires
contemporains de qualité environnementale (en cours de réalisation).
Projet d’autopromotion/autoconstruction (coopérative de
construction - Castors) pour 6 à 15 logements, avec la mutualisation d’espaces extérieurs et de moyens, dans un esprit de
convivialité et d’entraide. Douze familles volontaires puis extension possible du projet (en cours de conception).
117
118
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Aix-les-Bains
/ Sierroz-Franklin
Requalifier un quartier en limitant
l'impact environnemental
Aix-les-Bains bénéficie d'une image
positive de ville thermale mais sa situation
sociale est très contrastée. Le quartier
Sierroz-Franklin, extension urbaine des
années 60, enclavé entre une route
départementale, un cours d'eau et une
zone pavillonnaire, fait l'objet d'un projet
de rénovation urbaine qui vise à le
requalifier en profondeur et à améliorer
son intégration dans la ville.
bjectifs
Un habitat social à faible
consommation
Réhabiliter le parc de logement sociaux et produire un habitat
diversifié, THPE, de formes architecturales variées.
olutions
d’Aix-les-Bains
La rénovation
urbaine cadrée
par une charte
environnementale
Application d’une charte
de l’environnement aux
constructions et réhabilitations
des logements sociaux à tous
les stades du projet de
rénovation urbaine.
Gestion de l'énergie et
intégration des énergies
renouvelables : bâtiments
neufs THPE, isolation
extérieure, absence de
climatisation, production d'eau
chaude solaire (50 %),
ventilation double flux, réflexion
sur couplage avec un puits
canadien. Étude sur une
chaufferie collective bois
énergie et sur un réseau de
chaleur associé (objectif d’une
diminution des émissions de gaz
à effet de serre de 91 %).
119
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
EN CHIFFRES
Photo aérienne du périmètre ANRU. Au centre, tour la
Vigie dont les équipements seront envoyés au Maroc.
Gestion de l'eau : équipements économes en eau potable,
récupération des eaux de pluie pour l’arrosage des parties
végétalisées et d’autres usages en réflexion (alimentation des
sanitaires, lave-linge, nettoyage des parties communes, etc.),
revêtements perméables favorisés, toitures terrasses
végétalisées, bassin de rétention.
Choix des matériaux de constructions après analyse
de leur cycle de vie : filière locale, durée de vie longue,
processus de fabrication peu polluant favorisés.
Management environnemental des opérations
(AMO, cahiers de charges, etc.).
Gestion des déchets ménagers et de chantier : tri sélectif,
conteneurs enterrés, expérimentation de compostage sélectif
des déchets organiques pour une utilisation dans les jardins
familiaux, tri des déchets de chantier et valorisation des
matériaux issus des démolitions (cf. le + durable).
Sensibilisation, information, implication des habitants :
constitution d’un groupe « ressource », fiches
environnementales et classeur de l’écocitoyen, animations…
énéfices attendus
AIX-LES-BAINS
28 837 habitants
dont 22 % résident
au sein de logements
sociaux répartis sur
5 quartiers.
ENVIRONNEMENT
QUARTIER
SIERROZ-FRANKLIN
2 000 habitants,
755 logements HLM
(OPAC de Savoie) : 96 %
de l’habitat du périmètre
SOCIAL
PROJET DE
RÉNOVATION URBAINE
300 logements sociaux
démolis
300 logements locatifs
sociaux reconstitués
dont 196 hors site
Construction de
82 logements
en accession sociale
à la propriété
422 logements sociaux
réhabilités et
résidentialisés.
Diminution des gaz à effet de serre (à terme : -2 331 tonnes
de CO2/an rejetées).
ÉCONOMIE
Diminution des charges des locataires.
Amélioration du cadre de vie et du confort.
le + durable
UNE APPROCHE « DÉCHETS DE CHANTIER »
TRÈS DÉVELOPPÉE
Compte inter-entreprises pour inciter les entreprises à
réduire leur production de déchets (elles ne financent que le
traitement des déchets qu'elles produisent réellement).
Valorisation des matériaux issus des démolitions: réutilisation locale des déchets inertes, recyclage, valorisation énergétique par incinération couplée à un réseau de chaleur, etc.
Démarches de solidarité avec un partenariat « NordSud » : récupération de matériaux et équipements (de type
menuiseries et sanitaires) en bon état et envoi au Maroc
pour aider à l’amélioration de l’habitat précaire.
Guingamp
Roudourou-Gourland
Valoriser l’eau
et la présence
végétale
Le projet de rénovation urbaine
du quartier Roudourou-Gourland,
situé dans un cadre paysager,
repose sur deux points forts :
la prise en compte du patrimoine
naturel dans les aménagements
et l’accompagnement des
habitants dans la gestion de leur
consommation énergétique.
Berges du Trieux. Projet de nettoyage par des chantiers d’insertion.
de compostage collectifs, intervention d’un jardinier
spécialisé, distribution de bio-seaux.
Aménagements pour la gestion de l’eau :
création de noues, d’une zone végétalisée et d’un système
de filtration en sous-sol (puisard), mise en place
de récupérateurs d’eau de pluie notamment pour
les jardins familiaux écologiques.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
bjectifs
Économiser les ressources
Réduire les déperditions d’énergies.
Valoriser le patrimoine naturel.
Mettre en place des aménagements permettant gestion
de l’eau et développement d’initiatives écologiques.
olutions de Guingamp
Matériaux
écologiques,
pédagogie
énergétique,
et valorisation
de la nature
Accompagnement
des habitants dans leur
consommation énergétique
(cf. le + durable).
Restructuration
de l’espace public
en concertation avec les
habitants : remise en état
de la plage de Roudourou,
nettoyage collectif des
berges du Trieux par des
chantiers d’insertion.
Développement de jardins
familiaux écologiques :
engrais biologiques, bacs
EN CHIFFRES
GUINGAMP
23 000 habitants
ROUDOUROU-GOURLAND
830 logements dont
519 loctifs sociaux
(sur 1 400 pour
la commune)
21 % des habitants
de la ville
LE PROJET
Démolition de
301 logements sociaux
Reconstitution de
156 logements sociaux
dont 101 hors site
137 résidentialisations
et réhabilitations.
Économie d’eau potable, gestion des eaux de pluie,
des déchets et compost, chantier à faible nuisance.
Qualité des ambiances intérieures et extérieures.
ÉCONOMIE
Construction et réhabilitation pour des bâtiments
économiquement performants.
Production des jardins familiaux (consommation
de légumes frais facilitée à moindre coût).
SOCIAL
Accompagnement pédagogique pour une bonne gestion
individuelle de la consommation énergétique.
Lien social à travers les rencontres entre utilisateurs
des jardins familiaux et lors des actions de préservation
du patrimoine naturel.
le + durable
ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUALISÉ DES
HABITANTS POUR UNE CONSOMMATION
ÉNERGÉTIQUE ÉCLAIRÉE
Consignes pour l’utilisation rationnelle des énergies (chauffage, ventilation, etc.) lors de visites à
domicile, rencontres individuelles ou actions collectives.
État des lieux du parc d’appareils électroménagers des familles relogées, accompagnement
individualisé dans le choix et l'achat des matériels électroménagers énergétiquement performants et prise en charge du surcoût.
120
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Montreuil
121
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
/ Bel Air – Grands Pêchers
Participer au développement solidaire
Les quartiers est du Haut Montreuil
concentrent des dysfonctionnements
sociaux et urbains. Malgré une réelle
qualité des espaces et des équipements
publics, malgré les initiatives de la
politique de la ville conduites depuis les
années 90, le quartier reste enclavé
et stigmatisé. Le projet de rénovation
urbaine et sociale signé avec l’ANRU
vise à créer les conditions d'une
nouvelle attractivité par une médiation
entre préservation des ressources
et amélioration du cadre de vie.
bjectifs
Concilier amélioration du cadre
de vie et environnement
Proposer un cadre et des conditions de vie plus agréables
aux habitants et usagers et revaloriser l'image du quartier.
Améliorer la qualité environnementale et la performance
énergétique du bâti afin de diminuer les charges des habitants
dans les bâtiments neufs et réhabilités.
Valorisation des espaces naturels et promotion
de la biodiversité (cf. le + durable).
Le Parc des Beaumonts (zone de protection Natura 2000) ;
Projet de réaménagement de la mare Bris (espace boisé
classé) pour la rendre accessible au public (mise en sécurité
des abords et une réhabilitation du bassin), et ainsi
bénéficier de ses potentialités (densité végétale, fraicheur,
apport accoustique, etc.) et favoriser la biodiversité.
Le jardin école, patrimoine environnemental et paysager
depuis 1920. Actions à développer pour sensibiliser les
enfants.
Les Murs à Pêches, classé site naturel à caractère
pittoresque et historique.
Gestion raisonnée de la ressource en eau : prise en
compte de la présence historique de l'eau (mares, puits,
château d'eau, eau des parcs, etc.) dans la composition
des espaces ; prévention des risques d'inondation par une
gestion hydraulique efficace (ruissellements, infiltration,
limitation du rejet des eaux de pluie dans le réseau
d'assainissement avec toitures terrasses, noues, bassin de
rétention...) ; récupération pour arrosage ; création
de conditions favorables à la biodiversité (interface entre
ruissellement et écologie).
Étude de faisabilité pour un projet, à ce stade seulement
esquissé, de réutilisation de l’ancien château d’eau
de Bel Air (panneaux photovoltaïques pour chauffer l’eau
de 5 000 m2 de logements).
Gestion des déchets avec des points d'apport volontaire
enterrés permettant le tri sélectif.
EN CHIFFRES
olutions de Montreuil
Préservation des ressources
naturelles et promotion
des énergies renouvelables
Optimisation du foncier disponible et du choix des
démolitions.
le + durable
PROMOTION DE LA BIODIVERSITÉ
Dans les espaces publics, les plantations monospécifiques sont interdites afin de favoriser les
potentialités d'accueil de la faune et de la flore
indigènes. Les grands arbres sont préservés et les
nouvelles constructions moins hautes pour faciliter les déplacement de l'avifaune très présente.
Les produits phytosanitaires sont interdits.
Une charte paysagère et environnementale des
espaces extérieurs est en cours d'élaboration.
MONTREUIL
102 400 habitants
43 000 logements
dont 1/3 d'habitat
social
BEL AIR – GRANDS
PÊCHERS
5 000 habitants
2 000 logements
dont 86 % en
habitat collectif
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
Démolition de
291 logements
sociaux
Reconstitution
de 208 logements
sociaux sur site et
83 hors site
Réhabilitation de
1 219 logements
sociaux.
Choix des matériaux pour les espaces publics
selon des critères environnementaux
(esthétique et économique).
Promotion des économies d'énergie :
amélioration de la performance énergétique
des bâtiments neufs et réhabilités (objectif
BBC minimum pour les constructions neuves
avec des préconisations de construction
bioclimatique).
Tourcoing
Transformer une barre
en « vitrine énergétique »
Le secteur Belencontre
de Tourcoing porte les traces
de la désindustrialisation
des années 70, avec un bâti
obsolète. La barre Euclide fait
l’objet d’une réhabilitation
par le groupe CMH, axée
principalement sur la rationalisation
de la consommation énergétique
et le réaménagement
extérieur de l’îlot.
Réduction de l'empreinte écologique des
habitants.
Réduction des risques d'inondation.
Respect de la faune et de la flore.
ÉCONOMIE
Diminution des charges pour les habitants.
SOCIAL
Amélioration du cadre de vie et du confort.
classe C), diminution des gaz à effet de serre de 50 %
si apport d’énergies renouvelables, et projet de réduction
de charges d’environ 40 % (à confirmer après finalisation
du projet technique). Volonté d’obtenir le label HQE®
pour les équipements.
Ventilation hygro B (voire double-flux).
Plan éclairage sur le quartier.
Réduction de l’imperméabilité des sols et interventions
favorisant la rétention des eaux à la parcelle.
Charte « chantier vert » pour la déconstruction de la partie
centrale de la barre.
Préservation du capital végétal de la parcelle.
Développement de la biodiversité.
énéfices attendus
bjectifs
ENVIRONNEMENT
Assurer le « retraitement
énergétique » de la barre Euclide
Mettre aux normes le bâtiment (en particulier pour l’électricité).
Rationaliser la gestion énergétique.
Améliorer le cadre de vie des habitants de l’immeuble,
à l’intérieur comme à l’extérieur.
Meilleure maîtrise de l’énergie. Limitation des risques
et nuisances. Un cadre de vie intérieur et extérieur
renouvelé, adapté aux nouveaux modes de vie,
avec une meilleure accessibilité.
ÉCONOMIE
Un quartier plus attractif, susceptible d’attirer de nouvelles
activités.
SOCIAL
olutions
o
de Tourcoing
Allier économie des
ressources et qualification
paysagère
Réalisation en 2007 d’un diagnostic du bâtiment
associé à une étude de faisabilité technique.
ENVIRONNEMENT
/ Belencontre
Réalisation en 2008 d’une étude énergétique
intégrant les énergies renouvelables (en lien avec la
chaufferie urbaine multiénergie, étude pour une
chaufferie mixte gaz/bois).
Projet de traitement architectural des façades
(étude de positionnement des panneaux
photovoltaïques en brise-soleil, isolation thermique
rapportée). Remplacement de la toiture terrasse et
de l’ensemble des menuiseries extérieures par des
menuiseries PVC DV peu émissif et PVC SV pour
la loggia et les portes palières.
Objectifs de consommation énergétique inférieure
à 110 KwHEP/m2/an (passage de la classe D à la
EN CHIFFRES
TOURCOING
92 000 habitants
(1 100 000 pour
l’agglomération)
BELENCONTRE
2 500 habitants
700 logements
sociaux (3 barres
et 5 tours)
PROJET
66 logements
sociaux démolis
dans la partie
centrale de la
barre
102 logements
sociaux
maintenus
et réhabilités
dans la barre.
Valorisation du quartier et de ses habitants.
Économie sur les charges locatives à long terme.
le + durable
DÉVELOPPER L’ÉVALUATION
DES RÉSULTATS
Plusieurs outils et démarches sont prévus,
pendant et après la phase travaux, pour assurer la pérennité des choix énergétiques du
projet : suivi de garantie des résultats solaires
par l’ADEME, observation in vivo de la mise en
œuvre des solutions techniques, vérification
des gains réels par des campagnes de mesure
sur deux périodes de chauffe, participation à
l’expérimentation « Réhabilitation » conduite
par le PREBAT, contrats de maintenance pour
les énergies renouvelables.
122
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
Troyes
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
La ville de Troyes réfléchit
à un réseau de chaleur biomasse
dans le quartier des Sénardes,
en lien avec les orientations
d’aménagement durable déjà
prises : traitement naturel des
eaux de voirie, traitement
paysager soigné des espaces
publics intégrant des conteneurs
semi-enterrés, construction
d’une maison de quartier HQE®,
réhabilitation d’immeubles
et construction de logements.
bjectifs
Chauffer durablement
Améliorer l’image du quartier en diminuant les charges
énergétiques des utilisateurs.
Apporter une solution énergétique durable à l’ensemble
des équipements publics, d’habitat social ou privé,
nouvellement créés ou réhabilités dans le cadre du projet
de rénovation urbaine.
olutions de Troyes
Projet de déploiement d’un réseau de chaleur
allié à une chaufferie biomasse, raccordé au réseau
existant.
énéfices attendus
EN CHIFFRES
TROYES
130 000 habitants
LE QUARTIER
DES SÉNARDES
1 500 habitants
600 logements
locatifs sociaux.
Neuilly-sur-Marne
/ Les Sénardes
Réseau de chaleur
et chaufferie
biomasse
123
/ CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Le cycle du bois-énergie
H 2O
CO2 atmosphérique
CO2
Energie
solaire
Chaufferie
bois
Rémanents
H2O
+
minéraux
Cendres
/ Les Fauvettes
Repenser et développer un quartier
inachevé
Recours à des énergies renouvelables (solaire, géothermie,
À 18 km de Paris, Neuilly-sur-Marne
vent, bois, biomasse…).
est une ville située en bordure
Économie de foncier en recyclant les emprises de l’A103
de campagne. Le quartier
pour le réseau de transport en commun et la ZFU, en utilisant
d’anciens parkings pour la cité artisanale et des constructions
des Fauvettes souffre d’une
à hauteur graduée sur des terrains de l’hôpital.
urbanisation inachevée et obsolète
qu’un projet de rénovation urbaine
doit remodeler, mais l’ouverture
énéfices attendus
du foncier pour des activités
ENVIRONNEMENT
économiques amène à adjoindre au
Réduction des émissions de CO2.
projet une opération complémentaire,
ÉCONOMIE
dans le secteur de l’Est nocéen.
Rationalisation des coûts de production énergétique.
ENVIRONNEMENT
Valoriser les énergies renouvelables
(réseaux de chaleur).
Lutter contre le réchauffement climatique
(objectif de production de CO2 en baisse de 20 %
par rapport à l’équivalent en chaudières individuelles).
Projet d’exploiter les ressources locales,
de développer une filière bois contribuant à diversifier
l’approvisionnement énergétique à l’échelle régionale.
SOCIAL
Mettre en valeur le quartier des Sénardes.
Améliorer la propreté : sans bruit, sans odeur,
sans émission gazeuse sur les lieux d’utilisation
(décentralisation de la production).
Réduire les risques d’accidents : absence
de chaudière dans les habitations, limitation
des rejets polluants et des risques de légionellose.
Simplifier l’utilisation : pas d’entretien de chaudière
ni de contrôle de combustion, pas de ramonage
de cheminée, plus de chaufferie en sous-sol.
le + durable
ÉCONOMIE
UNE ÉTUDE THERMOGRAPHIQUE
Dans le quartier des Sénardes,
l’économie d’exploitation est
estimée à 30 % par rapport à une
solution de référence en gaz naturel :
maîtrise des charges dans le temps
grâce au bouquet énergétique (différents
systèmes et combustibles peuvent être
utilisés). Un raccordement au réseau
existant devrait permettre d’éviter des
investissements importants.
PRÉALABLE
Elle a permis d’évaluer les déperditions de chaleur par les toitures grâce à la thermographie
aérienne (utilisation d’un scanner infrarouge) et
de reporter les résultats sur une cartographie de
l’ensemble des toits de la ville. Bien que la
méthode présente des limites et des difficultés
d’interprétation, une déperdition thermique forte
était visible dans le quartier des Sénardes.
SOCIAL
bjectifs
Meilleure qualité de vie.
Rationaliser la consommation
des ressources
Définir un schéma énergétique pour le nouveau
quartier de l’Est nocéen.
Rénover le réseau de chaleur des Fauvettes.
Limiter l’urbanisation pour préserver des espaces
paysagers.
EN CHIFFRES
olutions
o
de Neuillysur-Marne
Mutualiser
les solutions
Mise en œuvre d’une centrale
géothermique pour alimenter
les deux quartiers, avec la
rénovation (puis la disparition
programmée) du réseau de
chaleur actuel des Fauvettes.
Construction d’un réseau
enterré sous l’Est nocéen et de
sous-stations primaires
d’échange ainsi que d’une
antenne d’alimentation pour
les Fauvettes.
Révision de l’isolation, de la
ventilation et du chauffage
des bâtiments publics
et logements.
Gestion alternative des eaux
pluviales.
NEUILLYSUR-MARNE
32 755 habitants
16 % de logements
sociaux
LES FAUVETTES
58 % des
logements sociaux
de Neuilly s/m
1/3 de la population
de la commune
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
349 logements
sociaux démolis
507 logements
sociaux
reconstitués
2 119 logements
sociaux
résidentialisés
684 logements
sociaux réhabilités.
Le projet porte aussi sur le thème
« conception et gestion durables »
OBJECTIFS : AMÉLIORER LA LISIBILITÉ
ET LE FONCTIONNEMENT DU QUARTIER
Faire évoluer l’ouvrage de la dalle (resté inachevé) et réintégrer
un schéma de fonctionnement classique.
Améliorer la lisibilité et le fonctionnement des espaces extérieurs et des services publics.
SOLUTIONS : DÉFINIR UNE NOUVELLE STRATÉGIE
D’AMÉNAGEMENT
Transformer la ZRU (Zone de revitalisation urbaine) des Fauvettes
en Zone franche urbaine (ZFU) sur l’ensemble du secteur permet de créer du foncier aux Fauvettes, pour développer des activités économiques.
Projet d’écoquartier dans l’Est nocéen, avec de l’offre locative
sociale et de l’accession à la propriété, animé par de vastes
espaces verts et des liaisons douces avec le centre-ville
(cf. « Le + durable »).
BÉNÉFICES ATTENDUS
Mise en valeur du site, nouvelles activités et nouveaux habitants.
le + durable
UNE TRAME VERTE POUR UN « PARC HABITÉ »
Le projet d’écoquartier de l’Est nocéen s’appuie sur le
concept de « cité-jardin contemporaine », en valorisant
les atouts patrimoniaux et paysagers du tissu urbain
existant (Ville Evrard, bords de Marne jusqu’au lac de
Maison Blanche, Parc de la Haute Île, etc.). Ce nouveau
paysage s’intégrera au patrimoine urbain et paysager
existant.
124
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ / CONCEPTION ET GESTION DURABLES
Soyaux
ÉCONOMIE DES RESSOURCES
La Rochelle
/ Champ de manœuvre
Exploiter le « poumon vert »
La rénovation urbaine du Champ
de Manœuvre, quartier en déclin
de Soyaux, à l’est d’Angoulême, doit
non seulement répondre aux difficultés
sociales rencontrées par les habitants,
améliorer leur quotidien, mais aussi
révéler les atouts d’un site considéré
comme étant le « poumon vert »
de l’agglomération, avant d’être abîmé
par une urbanisation mal maîtrisée.
École maternelle en cours de construction selon le principe de la HQE
(non labellisé) et avec un objectif en fonctionnement THPE.
énéfices attendus
bjectifs
Redéployer les atouts du quartier
Révéler les atouts paysagers du site.
Proposer un habitat diversifié, confortable et respectueux
de l’environnement. Reconnecter le quartier au reste de la
ville. Amplifier les activités de commerce et service.
EN CHIFFRES
SOYAUX
10 177 habitants
CHAMP DE
MANŒUVRE
4 568 habitants
soit 45 % de la
population
communale vivant
sur 8 % du territoire
2 058 logements
dont 2008 HLM
70 % des chômeurs
de la commune
91 % des
bénéficiaires du RMI
(chiffres de 2004)
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
332 logements
sociaux démolis
185 logements
sociaux reconstitués
dont 110 hors site
104 logements
sociaux réhabilités
1 219 logements
sociaux
résidentialisés.
olutions
de Soyaux
Valorisation paysagère
et écoconstruction
Mise en valeur du potentiel
environnemental : respect de la topographie ;
analyses paysagères et gestion différenciée
des espaces verts ; cahier de préconisations
architecturales et paysagères.
Optimisation des ressources naturelles :
réhabilitation d’une friche militaire pour
économiser du foncier ; parkings semi-enterrés
éclairés en lumière naturelle.
Énergies renouvelables : pompes à chaleur ;
chauffage urbain ; capteurs solaires à eau.
Contrat local d’initiative climat : maîtrise
des rejets de CO2.
Gestion optimale de l’eau : à la parcelle ;
récupération des eaux de pluie pour
constructions neuves.
Développement du tri sélectif : conteneurs
enterrés ; sensibilisation des habitants.
Principes d’écoconstruction et
d’écogestion basés sur le référentiel
HQE® : maisons superposées ; recours à des
écomatériaux ; chantiers propres ; orientation
des bâtiments ; confort hygrométrique,
hygrothermique, acoustique et olfactif.
ENVIRONNEMENT
Performances énergétiques et optimisation des ressources
naturelles. Limitation des pollutions et nuisances.
ÉCONOMIE
Réduction des coûts afférant à la consommation énergétique.
SOCIAL
Meilleur confort de vie, cadre plus agréable, image du quartier
revalorisée.
le + durable
RESTRUCTURER L’OFFRE ÉNERGÉTIQUE
DU QUARTIER
Le réseau est alimenté par des chaudières à gaz, et
une cogénération le complète depuis 2000. Une extension de ce réseau est prévue pour 2012 afin de desservir les équipements publics et les nouveaux
logements. Une étude envisage d’appliquer ce réseau à
l’eau chaude sanitaire.
Le projet porte aussi sur les thèmes « mixités et
diversité » et « conception et gestion durables »
POUR LA VILLE DES MIXITÉS ET DE LA DIVERSITÉ
Offre de logements redéployée dans l’agglomération.
Diversification des constructions neuves.
Création et requalification d’équipements publics et commerciaux de quartier.
Charte de promotion de l’insertion et de l’emploi dans les marchés publics.
POUR UNE NOUVELLE CONCEPTION ET GESTION
DURABLE DES QUARTIERS
Recherche de cohérence avec les quartiers voisins au niveau de
l’urbanisme pavillonnaire.
Résidentialisation (2006) avec hiérarchisation des espaces verts.
Comités locaux de concertation.
125
/ MIXITÉS ET DIVERSITÉ
/ Mireuil
Une friche militaire transformée
en Parc des Cordeliers
®
Une friche militaire, située près du
centre-ville de La Rochelle, a été
requalifiée en zone d’habitat THPE,
animée par des commerces et
services. Elle peut ainsi accueillir à
travers la reconstitution de l’offre
sociale démolie une partie des
habitants d’un quartier de Mireuil qui
bénéficie d’un projet de rénovation
urbaine depuis 2008.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Un habitat répondant aux normes d’exigence
environnementale et répondant à de nouveaux modes
de vie. Une gestion optimisée des ressources.
ÉCONOMIE
Une vitrine du développement durable pouvant inspirer
d’autres projets dans la ville.
SOCIAL
Un confort de vie au quotidien.
bjectifs
Requalifier un site militaire
en préservant l’environnement
Reloger les habitants de logements sociaux démolis dans
le quartier de Mireuil sur un site associé (reconstitution des
logements sociaux hors site), dans un souci d’économie de foncier.
Requalifier une friche et la gérer de façon à économiser les
ressources et respecter l’environnement.
olutions
de La Rochelle
Des constructions THPE
Opération du Parc des Cordeliers
avec la réalisation de bâtiments THPE
(labels Habitat & Environnement
2005 et Qualitel HPE 2000).
Chantier propre supervisé par un
« homme vert » recruté pour
la durée des travaux.
Système de comptage différencié
pour suivre les consommations
de chauffage et d’eau chaude,
consultable à distance grâce à un accès
internet par courant porteur en ligne.
Jardin central conçu de façon à
minimiser l’entretien et l’arrosage.
Éclairage collectif basse
consommation, généré par des
panneaux photovoltaïques en
toiture, avec revente à EDF du
surplus de production.
Eaux de pluie collectées pour
l’arrosage des jardins.
Locaux à vélos ; branchements pour
véhicules électriques.
le + durable
DÉCOUVRIR L’INTÉRÊT D’UN HABITAT
COLLECTIF À QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE
Les habitants du quartier Mireuil devant être relogés
ont été invités à découvrir l’intérêt d’habitats collectifs conçus selon une haute exigence environnementale. Cela leur a permis de faire leur choix de
relogement en toute connaissance de cause, quitte à
renoncer à leur souhait de maison individuelle.
Le projet porte aussi sur le thème
« mixités et diversité »
EN CHIFFRES
OBJECTIFS : DÉVELOPPER DE NOUVEAUX LIENS
LA ROCHELLE
77 000 habitants
(140 000
habitants pour
l’agglomération)
ENTRE LES HABITANTS
Répondre aux besoins de logement en favorisant la mixité
sociale et générationnelle.
Améliorer les conditions de vie des habitants.
MIREUIL
70 % de
logements sociaux
ET ATTRACTIF
Construction de logements à typologie multiple: locatif social,
locatif intermédiaire, logements de promotion privée, avec une unité
architecturale pour ne pas différencier les logements sociaux.
Construction d’équipements et espaces publics.
Rénovation du centre commercial et d’une école.
Développement des services et commerces de proximité.
Sensibilisation des habitants au projet et aux thèmes de la
mixité d’occupation et des démarches environnementales.
PARC DES
CORDELIERS
13 000 m2 de
terrain sur la
friche militaire
requalifiée
PROJET
ANCIENNE FRICHE
158 logements.
SOLUTIONS : UN HABITAT PLUS VARIÉ
BÉNÉFICES ATTENDUS
Une convivialité entre habitants ; l’encouragement à des comportements écocitoyens.
La notion de quartier ne peut plus être celle d’un voisinage
contraint. Les facilités de déplacement et de communication
constituent des réseaux ouverts qui changent les distances, les
rapports au territoire, les accès à l’emploi, aux services, aux loisirs.
Reste cependant beaucoup trop d’espaces de banlieue éloignés,
enclavés ou mal reliés et tout autant difficiles à traverser. L’accès à
ces réseaux est maintenant indispensable.
C’est un enjeu déterminant pour toute agglomération que d’assurer
son irrigation et sa vitalité par la continuité des espaces publics, par le
maillage des transports publics et par la mise en relation de toutes ses
composantes. Plus que prévu, dans quelques villes, la création de
lignes de tramway a produit, au-delà des seules liaisons pratiques, des
effets urbains et sociaux particulièrement significatifs.
À travers les quartiers délaissés, où l’automobile est trop souvent le
seul recours, les développements nécessaires concernent l’ensemble
des systèmes de mobilité. Il convient de coordonner en premier lieu
l’organisation et la qualification des voies publiques, puis la circulation
par les modes doux et la desserte par les lignes de transport en
commun, enfin l’accès aux télécommunications, mais aussi, l’offre de
logements favorisant les parcours résidentiels.
F. Grether
La rénovation urbaine
pour une mobilité urbaine durable
Comment la
E
lle est tout d’abord l’occasion d’enclencher une réflexion à toutes
les échelles. Pour l’agglomération, il s’agit de penser le projet
d’aménagement en relation avec les infrastructures de transports,
de cerner les flux, les besoins et les pratiques des habitants. À l’échelle du
quartier, il s’agit d’initier un nouveau partage de l’espace, de proposer des
pratiques de mobilité variées (pédibus, bus fluvial, etc.) et des espaces
publics qui intègrent les circulations douces. La rénovation urbaine peut
favoriser l’accessibilité pour tous, la « mobilité choisie » : en adaptant les
transports collectifs aux besoins des habitants non motorisés (jeunes,
personnes âgées, à mobilité réduite), elle est un moyen de lutte contre
l’exclusion sociale et les coupures spatiales. Elle peut être le moteur d’une
réflexion sur les nouvelles mobilités : dépasser la logique du « tout
automobile », soutenir les transports collectifs, encourager la ville des
« courtes distances », l’intermodalité, les déplacements doux.
Une réflexion à plusieurs échelles
PISTES D’ACTIONS
rénovation urbaine
peut-elle conduire
à une mobilité
durable ?
La prise en compte de l’accessibilité dans tous les projets.
Le renforcement du pôle multimodal.
La reconquête du maillage des canaux : projet de navigation fluviale.
L’accessibilité pour tous : la mobilité choisie
Le désenclavement par l’arrivée du tramway et par de nouvelles liaisons inter-quartiers.
Le projet de raccordement à l’agglomération par un transport en commun
en site propre.
La création de cheminements doux, paysagers, accessibles aux personnes
à mobilité réduite.
Les nouvelles mobilités
La création d’une ligne de busway, système de navettes fluviales, cheminements doux, etc.
➜
130
MOBILITÉ
131
MOBILITÉ / MIXITÉS ET DIVERSITÉ
Dammarie-lès-Lys
/ La Plaine du Lys
Relier les habitants au
reste de l’agglomération
Dammarie-lès-Lys a connu une
désindustrialisation brutale dans les
années 80. La Plaine et l’Abbaye du Lys ne
se sont pas adaptées aux mutations de
la ville et souffrent d’enclavement, avec
une forte densité de population. Le projet
de rénovation urbaine, initié en 2007,
doit ouvrir ce secteur au reste
de l’agglomération.
Allonnes
/ Chaoué Chaoué
Affirmer la centralité de Chaoué
Des innovations ont été mises en place pour permettre
aux personnes à besoins spécifiques de se déplacer dans
le quartier. Par exemple, la pose d'une bande podotactile
de trois pavés dans tout le quartier de la plaine du Lys.
Deuxième ville de
l’agglomération du Mans,
Allonnes est une commune dont
les trois quarts des habitants
vivent en ZUS. Chaoué,
concerné par la Convention
de rénovation urbaine signée
avec l’ANRU en 2007,
est un quartier mal structuré,
qui doit être recomposé
en profondeur et désenclavé.
Projet d’aménagement de la place du Mail.
le + durable
RATIONALISER L’USAGE DE LA VOITURE
bjectifs
Réaménagement du parc de l’Abbaye du Lys et création d’un mail
piéton rue du Bas Moulin, en lien avec les liaisons douces
Désenclaver le quartier
existantes ou à créer.
et encourager la mobilité
Dédensification du quartier avec démolition de logements sociaux
vétustes et reconstitution en partie hors site.
Améliorer l’accès au centre-ville et relier le quartier
Création de liaisons interquartiers et d’une liaison vers les
à l’agglomération.
zones d’activité des berges de la Seine.
Favoriser les déplacements des habitants.
Travail sur l’accessibilité des personnes à mobilité réduite :
Inciter les habitants à la mobilité sociale (nouveaux
trottoirs aménagés, tapis podotactiles pour les personnes
emplois, mode de vie amélioré) en rompant leur isolement.
malvoyantes, création de plateaux traversants pour sécuriser les
carrefours et les abords des écoles, projet d’itinéraire de ramassage
scolaire piéton.
Intégration de pistes cyclables au Plan de déplacement urbain
de l’agglomération.
Amélioration des transports en commun :
modification des lignes de bus et des cheminements
internes aux résidences pour faciliter l’accès aux arrêts.
Multiplier les circulations
EN CHIFFRES
Projet d’un pôle gare RER.
Réaménagement du mail de pénétration
DAMMARIE-LÈS-LYS
du centre-ville et de ses abords.
20 659 habitants
Requalification du maillage viaire (9 voies créées
(104 800 habitants
et 10 modifiées), des places et des espaces privés.
pour l’agglomération)
Réorganisation et augmentation du stationnement
1 019 hectares
résidentiel et public.
ENVIRONNEMENT
olutions de
Dammarie-lès-Lys
énéfices attendus
52 % de logements
sociaux
le + durable
UN CAHIER DES CHARGES
« DÉVELOPPEMENT DURABLE »
Une démarche de développement durable
a été définie pour tous les acteurs du
projet de rénovation urbaine. Elle s’appuie sur cinq volets : environnement climatique et choix énergétiques ;
hydrologie, hydrogéologie et gestion de
l’eau ; environnement sonore ; gestion
des déchets et chantiers à faibles nuisances ; paysage et diversité biologique.
PLAINE DU LYS
ET ABBAYE DU LYS
3 818 logements
PROJET DE
RÉNOVATION
URBAINE
885 logements
sociaux démolis
1 003 logements
sociaux reconstitués
1 455 logements
sociaux
résidentialisés
1 815 logements
sociaux réhabilités.
Réduction des nuisances sonores et des émissions
de CO2 liées à l’automobile.
Revalorisation de la diversité du paysage urbain et
ouverture de nouvelles perspectives visuelles.
Réduction des risques liés aux déplacements.
ÉCONOMIE
Développement de relations commerciales et
afflux de nouveaux usagers dans le quartier.
Création d’emplois.
SOCIAL
Revalorisation de l’image du quartier.
Insertion sociale grâce aux nouvelles activités.
Meilleure appropriation du quartier par les
habitants.
Une vie quotidienne simplifiée pour les personnes
à mobilité réduite.
bjectifs
Révéler les atouts du quartier
Améliorer les relations au sein du quartier et avec
le reste de la ville.
Ouvrir le quartier sur la forêt et la rivière.
Clarifier l’organisation urbaine du quartier
en travaillant sur les statuts fonciers.
Requalifier la place du Mail et affirmer sa vocation
de centre-ville.
Résorber le stationnement automobile.
olutions d’Allonnes
Tracer des axes structurants
Hiérarchisation des voies pour
désenclaver le quartier.
Ouverture du quartier sur la
Sarthe et la forêt (bois de la
Foresterie), avec un projet de parc
comme porte d’entrée sur la forêt
et le développement des lieux
de loisirs.
Transformation de la rue Bizet en
mail urbain pour constituer un
axe structurant jusqu’à la rivière,
ce qui rendra plus visibles les
équipements publics implantés
dans ce secteur.
Raccordement du quartier à un
réseau de circulations douces
(« le boulevard nature ») conçu
dans un souci d’accessibilité
pour tous (concertation
avec les associations d’usagers).
Réorganisation et diminution
du nombre de places
de stationnement
(cf. « Le + durable »).
Le projet de Chaoué insiste sur la limitation et la gestion mutualisée du stationnement, en libérant la place
du Mail des voitures, en faveur d’espaces publics plantés. L’utilisation partagée des parkings situés dans les
immeubles ou entre les commerces et les logements,
sera privilégiée.
énéfices attendus
ENVIRONNEMENT
Réduction des nuisances liées à la circulation automobile.
Développement de la présence végétale dans le quartier.
ÉCONOMIE
Meilleure attractivité pouvant favoriser l’afflux de nouveaux
usagers.
SOCIAL
Amélioration du cadre de vie et des liens sociaux.
EN CHIFFRES
ALLONNES
11 340 habitants
(194 138 pour
l’agglomération
du Mans)
CHAOUÉ /
PERRIÈRES
9 499 habitants
65 % de
logements
sociaux
PROJET
228 logements
sociaux démolis
et reconstitués
625 logements
sociaux
réhabilités.
Le projet porte également sur le thème
« mixités et diversité »
OBJECTIFS : RETROUVER DE L’ATTRACTIVITÉ
Assurer le développement économique et culturel du quartier.
Améliorer l’habitat du quartier en assurant qualité et diversité.
Revaloriser l’image du quartier et redynamiser les activités.
SOLUTIONS : MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE
HISTORIQUE ET CULTUREL DU QUARTIER
Aménagement d’un site archéologique et réhabilitation d’un
ancien foyer en centre de ressources archéologiques.
Création d’un centre culturel théâtral, restructuration d’un
espace culturel et associatif.
Chantiers d’insertion par l’emploi.
BÉNÉFICES ATTENDUS
Accroissement de la mixité fonctionnelle, attractivité à l’échelle
de l’agglomération, développement des pratiques culturelles et
artistiques.
132
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
133
2009
Index
Crédits photographiques
Aix-les-Bains / Sierroz-Franklin
••
Angers / multisite • • •
•
Allonnes / Chaoué
Aulnay-sous-bois / Quartier nord
Auxerre
•
••
Bagneux / Quartier des Tertres et des Cuverons
Bassens-Cenon-Floirac -Lormont
Bastia / Cité Aurore
•••
•
Bobigny / Grand Quadrilatère
Carcassonne / Ozanam
Chambéry /
Biollay
•
••
Louviers / Maison-Rouge
131
Lyon / La Duchère
•
•
Projet Global
•
Mixités et diversité
Meaux / Pierre Collinet - Beauval
96
Metz / Borny
72
Montreuil / Bel Air – Grands Pêchers
88
Mulhouse / Cité Wagner / Bourtzwiller /
Quartiers anciens
40
•
•
74
101
•••
•
16
Grand Nancy / multisite
50
Nantes /
49
Neuilly-sur-Marne / Les Fauvettes
51
•
24
77
75
••
Choisy-le-Roi / Quartier Briand Pelloutier • •
76
Colombelles / Centre-ville - Cité-libérée • •
68
Creil / Gournay-lès-Usines •
62
Dammarie-lès-Lys / La Plaine du Lys •
130
Dunkerque / Jeu de Mail - Carré de la Vieille /
36
Banc Vert / Quartiers anciens •
Fort de France / La Savane / Bon Air •
52
Garges-lès-Gonesse / La Muette •
20
Grenoble Alpes Métropole / 5 communes •
38
Guingamp / Roudourou-Gourland •
119
Hérouville Saint-Clair •
53
La Rochelle • •
125
Les Mureaux / Cité Renault / Ile-de-France-Bougimonts / 107
la Vigne blanche / les Musiciens / Grand ouest • • •
Lille / Lille sud •
100
Lorient / Kervenanec •
73
•
54
Mâcon / Marbé
105
Charleville-Mézières / Ronde Couture
•
•
•
92
104
Bègles / Yves Farge - Terres Neuves
Bourges
•
•
118
••
•
•
42
••
••
Pierrelatte / Quartier Roc •
Paris 18 / Château Rouge
70
102
Plaine Commune / Christiano Garcia Landy
Poitiers / Saint-Cyprien
•
Rennes / Maurepas •
••
•
56
28
Romainville / Cité Marcel-Cachin
Saint-Brieuc
••
106
84
•
103
Saint-Étienne / Desjoyaux - Crêt de Roc
Soyaux / Champ de manœuvre
Strasbourg / Neuhof
•
Tourcoing / Belencontre
Troyes / Les Sénardes
Trignac / Certé
•
•
•••
••
44
•
121
122
32
•
Villepinte / Fontaine-Mallet •
•
116
124
Vénissieux / Les Minguettes
Conception et gestion durable
66
78
Reims / Croix de Sud
•
123
55
e
Roubaix
112
Couverture
Sylvie Thenard - Fotolia / Incidences
98
Le Vallon des Dervallières
Orléans / La Source
120
Crédits photographiques :
Caisse des Dépôts - ANRU - Photographes - Villes citées dans l’ouvrage.
Économie des ressources
46
48
•
Mobilité durable
LEXIQUE
ZFU : zone franche urbaine | HPE : haute performance énergétique - correspond à une consommation
conventionnelle d’énergie inférieure de 10 % à la consommation conventionnelle de référence de la
réglementation | THPE : très haute performance énergétique - correspond à une consommation
conventionnelle d’énergie inférieure de 20 % à la consommation conventionnelle de référence de la
réglementation | HQE® : haute qualité environnementale | ECS : eau chaude solaire | EP : eaux de
pluie | TCSP : transport en commun en site propre | GUP : gestion urbaine de proximité | PLU : plan
local d’urbanisme | HQD : haute qualité durable
Sur chaque page, de gauche à droite et de haut en bas
P.06 : Louis Henry / Caisse des Dépôts
Annie Taïola / ANRU
P.12-13 : Peeter Viisimaa - Istockphoto ;
Une terre d'images
P.16 : Michel Dessenne
P.17 : Créham (plan) ; Michel Dessenne
P.18 : Michel Dessenne
P.19 : Bruit du Frigo (photo 1) ;
Michel Dessenne (photo 2)
P.20 : Ville de Garges-lès-Gonesse
P.21 : Michel Dessenne
P.22 : Michel Dessenne
P.23 : Michel Dessenne (photos 1 et 3) ;
Ville de Garges-lès-Gonesse (photo 2)
P.24 : Asylum-SERL ; Michel Dessenne
P.25 : Michel Dessenne
P.26 : Michel Dessenne ; Ilex-Agnäs Canu
P.27 : Mission Lyon La Duchère – Laurence Danière
(photos 1 et 2) ; Michel Dessenne (photos 3)
P.28 : Michel Dessenne
P.29 : TGT&associés architectes-urbanistes /
Mutabilis paysagiste.
P.30 : Michel Dessenne (photo 1) ; TGT&associés
architectes-urbanistes / Mutabilis paysagiste
(schéma 2 et image 3).
P.31 : D.Gouray / Ville de Rennes (photo 1) ;
Michel Dessenne (photos 2 et 3).
P.32 : Michel Dessenne
P.33 : Michel Dessenne (photo 1) ; BD Ortho® I.G.N.
2004 mise à disposition par le Conseil général
de Loire-Atlantique (vue aérienne)
P.34 : Michel Dessenne
P.35 : Frise en haut et photo CMS – DLW
architecte/Stéphane Chalmeau ; Bruit de Frigo
(photo 3) ; Ville de Trignac (photo 4)
P.36 à 47 : Michel Dessenne
P.49 : Ville de Bobigny
P.50 : Ville de Bourges
P.51 : Patey architectes
P.53 : Ville de Hérouville Saint-Clair
P.55 : Ville d'Orléans
P.58-59 : Karina Tischlinger - Istockphoto ;
Skater Culture - Fancy
P.62 : Communauté d'agglomération creilloise (CAC)
P.63 : Agence Lacau (plan) : Michel Dessenne
(photos 1, 2, 3 et 5) ; CAC (photo 4)
P.64 et 65 : Michel Dessenne
P.66 : Michel Dessenne
P.67 : Michel Dessenne (photo 1) ;
Plaine Commune (photo 2)
P.68 : M. Leharivel
P.69 : Michel Dessenne
P.70 et 71 : Michel Dessenne
P.73 : ANRU / Ville de Lorient
P.74 : PIT - Ville de Meaux
P.77 : FON.COM-promoteur/investisseur et
gestionnaire / architectes Dusapin-Leclercq,
Michel Guthmann et Périphériques
P.78 : Sipea-Habitat
P.79 : Ville de Bagneux
P.80-81 : Bill Noll - Istockphoto ;
Galina Barskaya - Fotolia
P.84 : LMCU - Ville de Roubaix
P.85 : Ville de Roubaix
P.86 : Michel Dessenne
P.87 : Agence Lalou et Lebec Architectes
P.88 et 89 : Michel Dessenne
P.90 : A'urba (plan guide) ; Michel Dessenne (photo 2)
P.91 : Mairie de Lormont (photo 1) ;
Michel Dessenne (photos 2 et 3)
P.92 à 95 : Jean-Patrice Campion / Ville d'Angers ;
Association Passerelle
(photos auto-réhabilitation P.94)
P.96 à 99 : Michel Dessenne
P.100 : Julien Sylvestre, SCIM, ville de Lille
P.101 : GIP Metz-Borny
P.103 : TNA/Cabri/Ville de Saint-Brieuc.
P.104 : Atelier Pellegri-Architectes-Urbanistes,
ADP Architectes, Alexandra SchmidtArchitecte paysagiste
P.105 : Marie Bertrand, paysagiste / SAAHLM
P.106 : Ville de Romainville
P.108-109 : Laurence Bouvier - Fotolia ;
Skater Culture - Fancy
P.112 : Michel Dessenne
P.113 : Michel Dessenne ; Ville de Mulhouse
P.114 : Mulhouse Habitat
P.115 : Michel Dessenne
P.116–117 : SEDL-Ville de Saint-Étienne
P.118 : Ville d'Aix-les-Bains
P.119 : Hélène Biton - Mairie de Guingamp
P.122 : Ville de Troyes – Incidences
P.124 : Cabinet d’architecture Bertrand Genaud.
P.126-127 : Kevin Russ - Istockphoto ;
Martine Coquilleau - Fotolia
P.130 : Ville de Dammarie-les-Lys
P.131 : Charles Dard paysagiste ;
Guillaume Belus & Adrien Hénocq,
architectes.
134
LES RENDEZ-VOUS DE LA RÉNOVATION URBAINE ET DE L’URBANISME DURABLES
2009
Nous remercions pour leur participation :
Gaëlle Barbe | DAC communication
Marie-Laure Beaufils | IFACEs Développement
Natacha Berlin | ADAGE Environnement
Elisabeth Broge | ANRU
Carole Chaboud | Chargée de mission Ville et Habitat
Audrey Charluet | Caisse des Dépôts
Ute Cornec | ANRU
Marie-Alexandra Coste | Caisse des Dépôts
Julie Courbin | Groupe RE-Sources Ville et Habitat
Jean-Pierre Decourcelle | Caisse des Dépôts
Marie Defay | ANRU
Nadège Didier | RE-Sources
François Ghisleri | Caisse des Dépôts
Sylvie Harburger | Caisse des Dépôts
Stanislas Henrion | ANRU
Louis Henry | Caisse des Dépôts
Julien Lange | Atelier ACT Urba
Yannick Le Corre | Atelier Espace Temps Architecture
Eric Le Marec | Caisse des Dépôts
Sophie Lebreton | RE-Sources
Dominique Leguy | ADAGE Environnement
Antoine Mougenot | ANRU
Guillemette Pincent | Caisse des Dépôts
Laurence Quercy | ANRU
Pascale Rieu | ANRU
Annie Taïola | ANRU
Jean-Pierre Troche | Groupe RE-Sources Ville et Habitat
Gilles Vrain | DAC communication
Ainsi que les 57 villes et leur direction de projet qui se sont
mobilisées pour répondre à l’appel à projets et nous apporter
les éléments nécessaires à la réalisation de ce document.
Mai 2009
Conception éditoriale et graphique, rédaction, réalisation :
Avec la collaboration de Ville et Habitat et de DAC communication pour l’appel à projets.
Ce guide est fabriqué chez un imprimeur respectueux de l'environnement.
Les encres utilisées pour l'impression sont d'origine végétale.
Ce guide est imprimé sur du papier certifié FSC sources mixtes
garant d'une bonne gestion forestière.
Document non contractuel.
Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine
69, bis rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél : 01 53 63 55 00
Fax : 01 45 44 95 16
www.anru.fr
Caisse des Dépôts
72, avenue Pierre Mendès France
75013 Paris
Tél : 01 58 50 00 00
www.caissedesdepots.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement