Stérilisation à mettre sur le site

Stérilisation à mettre sur le site
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
PREAMBULE
Ces conseils ont pour objet de rappeler succinctement les bonnes pratiques de la manipulation, de la décontamination,
du nettoyage et de la stérilisation des instruments de chirurgie.
Dans ce qui suit, nous mettons en valeur quelques uns des facteurs qui peuvent influer sur la réduction et le contrôle des
coûts de vos instruments. En effet, l’inventaire des instruments constitue un fort investissement. Malheureusement, on ne
donne pas toujours aux instruments de chirurgie les soins requis et, par conséquent, si on les utilise mal ou s’ils sont
soumis à un maniement rude ou à un nettoyage inadéquat, même les instruments de qualité ne peuvent durer dans le
temps ; et un instrument qui fonctionne mal est un risque potentiel en bloc opératoire.
C’est pour toutes ces raisons que nous désirons vous informer sur ce qu’est un instrument de chirurgie, sur la façon dont
il est fabriqué et sur les conditions requises pour une bonne conservation.
FABRICATION DES INSTRUMENTS & ACIER INOXYDABLE
Les fabricants d’instruments s’efforcent de produire des instruments qui soient extrêmement résistants à la corrosion et à
l’oxydation.
Les instruments de chirurgie de grande qualité sont fabriqués en aciers inoxydables spéciaux (qualité chirurgicale).
Ces aciers répondent à des normes strictes de mesure de la qualité établies par l’industrie et les autorités
gouvernementales sanitaires.
Néanmoins, même si l’acier est inoxydable, il peut, sous certaines conditions, s’oxyder, étant donné que n’importe quel
acier exposé à des conditions défavorables (manipulations d’ordre physique, thermique ou chimique) perd ses propriétés.
Ainsi, tout le monde a pu voir des instruments ternis, rouillés, tachés ou même attaqués à certains endroits par la
corrosion. En tenant compte des particularités du matériel et en respectant certains impératifs, l’acier inoxydable devrait
donner toute satisfaction pendant de très nombreuses années aux utilisateurs d’instruments réalisés dans ce matériau.
On choisit la matière première en fonction du type d’instruments à fabriquer. Par exemple, dans le cas de ciseaux, la
finesse et la dureté du tranchant sont prépondérant : on choisira donc un acier inoxydable avec une forte teneur en
carbone (acier martensitique). Par contre, dans le cas d’un blépharostat, la dureté n’est pas de première importance, par
conséquent le fabricant utilisera un acier inoxydable de faible teneur en carbone ou sans carbone (acier austénitique).
Généralement, et bien qu’il y ait des exceptions, plus l’acier contient du carbone, plus il est dur. Cependant c’est
précisément cette teneur en carbone qui peut par la suite présenter un problème d’oxydation et de corrosion (ce qui
explique, que les blépharostats sont plus résistants à la corrosion et à l’oxydation que les ciseaux).
Durant la procédure de fabrication, le métal est laminé, coupé et poli, ce qui altère sa surface. Après la phase finale de
fabrication, l’instrument est exposé à un procédé de polissage afin d’être parfaitement poli : cette opération élimine les
traces de rugosité ce qui accroît la résistance à la corrosion.
SOIN ET MANUTENTION
Des instruments sont prévus à des fins spécifiques : couper, tenir, exposer, … Tout emploi autre que celui pour lequel il
est prévu débouchera inévitablement sur une détérioration ; déformation, désajustement des mors, tranchant abîmé etc…
Des soins suivis et des précautions de bon sens sont nécessaires pour préserver la qualité de vos instruments.
Le soin et l’entretien des instruments de chirurgie doivent se faire selon un processus rigoureux qui commence dès la
réception d’in instrument neuf.
La décontamination, le nettoyage, et la stérilisation des instruments de chirurgie sont des actes fondamentaux
majeurs des plus importants réalisés dans le milieu médical. Il est primordial que l’ensemble de ces
interventions soient effectuées par du personnel professionnel de la santé spécifiquement formé à ces
disciplines et ce sous la responsabilité d’un pharmacien.
Nous vous rappelons qu’il doit être établi pour chaque stérilisation un compte rendu des différentes
interventions effectuées (traçabilité) soit manuel, soit informatique qui serait présenter lors de control.
Version du 30/08/2013
1
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
1- LES INSTRUMENTS NEUFS
1.1 – Réception et stockage
Les instruments neufs sont souvent présentés dans des boîtes ou des sachets en plastique.
Pour éviter la condensation, il est donc recommandé de les déballer puis de les stocker dans une pièce
sèche et propre. Il est souhaitable de ranger les instruments par catégorie (forme et nature du matériau), en
évitant leur empilage, et de les répertorier.
Il ne faut pas stocker les instruments au contact ou à proximité de produits pouvant avoir une action
corrosive.
D’une manière générale, il faut éviter de jeter ou de pousser les instruments les uns contre les autres de
même qu’il ne faut pas les placer sous d’autres instruments plus lourds. Maniez-les de manière individuelle
ou par petits lots ; le poids d’une masse d’instruments ou l’entassement dans une pile hasardeuse peut
causer des dommages aux plus fragiles.
1.2 – Traitement avant mise en service
La plupart des instruments (et particulièrement ceux possédant une articulation) comportent un film de
protection / lubrification qui peut être constitué d’un mélange d’huile et de silicone.
Il est donc impératif de nettoyer en machine les instruments neufs avant la première stérilisation afin
d’éliminer les éléments de lubrification risquant de constituer un film.
Une procédure de nettoyage et de stérilisation doit être établie sur quelques instruments neufs servant de
témoins. La procédure permettant d’obtenir des instruments témoins autoclavés sans trace est ensuite
appliquée à l’ensemble des instruments.
Les instruments articulés, tels que les ciseaux les pinces ou les porte-aiguilles doivent être nettoyés en
position ouverte. Disposez les instruments dans des plateaux ou des paniers adéquats en veillant bien à ce
qu’il n’y ait pas de « zone d’ombre » pouvant rendre le nettoyage inefficace sur certains instruments.
Nous vous conseillons de traiter à part les instruments fragiles demandant une manipulation particulière et de
protéger les parties délicates les plus exposées (tranchants, extrémités …).
Les instruments en bon état ne doivent pas être mêlés à des instruments dont la surface est corrodée ou
abîmée. De même les instruments en métaux différents doivent être traités séparément et ceci afin d’éviter la
corrosion par contact.
2- MANIPULATION DES PRODUITS
Il faut respecter les précautions d’emploi préconisées par les fournisseurs telles que le port des gants, les
conditions de stockage des produits …
Le mélange des produits est à proscrire.
3- EAU A UTILISER POUR LA DECONTAMINATION ET LE NETTOYAGE
La caractéristique fondamentale de l’eau est son pouvoir solvant, ce qui explique qu’elle contienne des sels
minéraux et des gaz dissous.
Malgré la qualité de l’eau potable, il y a possibilité d’une grande concentration d’éléments chimiques pouvant
provoquer la détérioration des instruments lors du nettoyage. En particulier, les fortes concentrations de
chlorure sont à considérer comme dangereuses car elles conduisent à la formation de trous de corrosion. La
teneur en chlorure doit être la plus faible possible. Au-delà de 100mg/l, le risque de corrosion devient très
important.
Par ailleurs, la présence dans l’eau de métaux tels que le fer, le cuivre, le manganèse peuvent provoquer la
formation de coloration et de taches (brunes, bleues, couleurs arc-en-ciel …). Il ne s’agit pas là de corrosion.
Par immersion ou frottement des instruments dans ou avec une solution acide, de produits à base d’acide
citrique, phosphorique ou ascétique (selon les indications du fabricant), ces colorations peuvent disparaître.
Version du 30/08/2013
2
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
Une eau dure inhibe l’efficacité antimicrobienne. Elle peut entraîner des dépôts sur le matériel lors de
l’emploi de certains produits.
4- DECONTAMINATION
C’est le premier traitement à effectuer sur les objets et matériels souillés par des matières organiques dans le but
de diminuer la population de micro-organismes et de faciliter le nettoyage ultérieur.
La décontamination a également pour objet de protéger le personnel lors de la manipulation des instruments. Elle
permet aussi d’éviter la contamination de l’environnement.
4.1 – Préparation du bain
Respectez les concentrations retenues parmi celles ayant prouvé leur efficacité lors des tests ainsi que les
températures préconisées par le fournisseur.
Les décontaminant sont en général dilués dans une eau de pH 7 (une eau dure affecte l’efficacité du
décontaminant), à une température de 30°C/86°F (une eau trop chaude fixe les souillures organiques) durant
un temps d’environ 30 min. (un temps trop long peut favoriser la corrosion).
4.2 – Opérations préliminaires à la décontamination
Les instruments doivent être nettoyés immédiatement après leur utilisation afin d’éviter que du sang ou
d’autres substances organiques sèchent sur la surface ou dans des interstices.
Ainsi, il est indispensable :
- D’éliminer par essuyage, avec une compresse, non tissée pour les instruments de microchirurgie, les
produits antiseptiques (produits iodés) qui peuvent être responsables de corrosion,
- D’éliminer avec l’aide d’un solvant organique les substances collantes (résidus de champs adhésifs …),
- D’aspirer et de rejeter plusieurs fois le liquide décontaminant afin d’évacuer toute substance pouvant faire
obstacle à la pénétration du liquide dans les instruments creux (canules, tuyaux d’aspiration …).
4.3 – Trempage
Il doit être effectué aussitôt après les opérations préliminaires citées précédemment.
Les instruments articulés doivent être largement ouverts ; soit démontés quand ils sont à doigt.
L’instrumentation doit être totalement immergée dans le bain décontaminant.
La durée de trempage retenue est celle correspondant à la concentration définie précédemment.
Une durée de trempage de 15 min. minimum est nécessaire pour être conforme aux normes relatives aux
antiseptiques et désinfectants.
4.4 – Durée de validité du bain
Pour les blocs opératoires, les bains doivent être remplacés après chaque intervention.
4.5 – Nettoyage des bacs de trempage
Les bacs doivent être exclusivement réservés à la décontamination. Ils doivent être nettoyés avec un produit
détergent/désinfectant, après chaque élimination du bain, et séchés avant stockage.
Un détartrage sera réalisé régulièrement, si nécessaire.
4.6 – Rinçage des instruments
Un rinçage à l’eau courante (température inférieure à 30°C/86°F) est indispensable entre la décontamination
et le nettoyage afin d’éviter tout risque d’interférence entre le produit décontaminant et le produit utilisé pour
le nettoyage. Pour éviter toutes tâches d’eau durant la phase de rinçage, il est recommandé d’utiliser une
eau déminéralisée.
Pour certaines machines à laver, le prélavage remplace le rinçage manuel. Il convient de s’assurer qu’aucun
produit n’est libéré au cours de cette phase.
Version du 30/08/2013
3
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
5- NETTOYAGE
5.1 – Par méthode manuelle
Ce mode de nettoyage doit être réservé aux cas où :
- Le lavage en machine n’est pas possible,
- Les instruments restent très souillés malgré une bonne décontamination.
En effet, cette méthode n’est pas toujours performante et de plus, elle entraîne un risque pour le personnel
en raison de la dissémination d’un aérosol contaminant lors du brassage.
On peut utiliser des produits de nettoyage ou des produits combinés de décontamination et de nettoyage.
Leurs conditions d’emploi doivent être scrupuleusement respectées.
L’utilisation de brosses métalliques ou de tampons à récurer est formellement proscrite au profit de brosses
plastiques souples.
In rinçage minutieux et abondant à l’eau (de préférence déminéralisée ou distillée) est indispensable.
5.2 – Par machine à laver par aspersion ou à tambour
Le positionnement des instruments dans la machine à laver doit être étudié en fonction de la machine. Le
procédé de nettoyage en machine à laver doit permettre aux instruments de rester à leur place au moment
du nettoyage, de sorte qu’ils ne puissent ni s’entrechoquer, ni se détériorer.
Le tri des instruments doit être effectué en fonction des masses et des formes :
- Les masses lourdes doivent être placées en bas et les objets creux dans les paniers,
- Il faut éviter les zones d’ombre portée sur les instruments par les grands objets (plateaux,
cupules, etc.),
- Les instruments articulés doivent être en position largement ouverte et, ceux à doigt
doivent être démontés afin de permettre le lavage de tous les interstices de
l’instrument.
Il ne faut pas surcharger les machines, ce qui provoquerait un mauvais lavage.
La température de l’eau de fin de rinçage doit être comprise entre 70°C/158°F et 95°C/203°F (si le matériel
est thermorésistant) afin de favoriser le séchage.
Dans le cas où il n’y a pas de programme de séchage incorporé dans le cycle de la machine à laver, les
instruments de chirurgie doivent être sortis de la machine dès la fin du programme pour être séchés
rapidement et soigneusement, à l’aide d’un linge propre. Cette opération doit être complétée pour les parties
creuses, à l’air comprimé.
Dans certains types de machine à laver, la lubrification est prévue lors du rinçage. Les produits lubrifiants
doivent être compatibles avec l’agent stérilisateur ultérieur. Le film déposé doit être le plus fin possible.
Les machines à laver doivent être maintenues en bon état de propreté. Si vous retrouvez des instruments
sales après le cycle de lavage, il est possible que l’écoulement ait été encrassé par des morceaux de
plastique ou de fils. Il en résulte que les corps étrangers ne passent pas au travers de l’écoulement et se
déposent sur les instruments.
Ce fait doit immédiatement être corrigé pour supprimer tous risques de corrosion.
Vous devez scrupuleusement suivre les recommandations du fabricant pour le nettoyage de la machine.
5.3 – Par ultrasons
Seuls, les instruments dont l’acier inoxydable est de très bonne qualité peuvent être nettoyés par ultrasons
(et même des instruments incorporant des aciers différents comme des ciseaux à vis ne doivent pas être
soumis aux ultrasons).
Prudence : les instruments fragiles peuvent être nettoyés aux ultrasons mais ils seront traités à part ; les
parties les plus altérables doivent être placées de façon à éviter tout frottement.
Version du 30/08/2013
4
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
Avec une température inférieure à 40°C/113°F, l’effet de nettoyage est amoindri et, avec une température
supérieure à 45°C/113°F l’effet des ultrasons est amélioré mais les substances protéiques risquent d’être
coagulées.
Dans un premier temps, l’action des ultrasons provoque un dégazage de l’eau, l’action nettoyante des
ultrasons ne se manifestant que dans un deuxième temps. Pour les machines à réglage naturel, il faut
prévoir ce temps de dégazage à chaque renouvellement de l’eau.
L’emploi d’un produit nettoyant et/ou mouillant approprié est indispensable. Les conditions d’emploi doivent
scrupuleusement respectées. Une durée de cycle de 5 min. (temps de dégazage exclu) peut être considérée
comme suffisante.
Une fréquence des ultrasons comprise entre 25 et 50 kHz est nécessaire (suivre les indications du
fabricant) ; une fréquence trop faible peut éventuellement détériorer les instruments.
Les machines à laver doivent être maintenues en bon état de propreté.
6- SECHAGE
S’il n’est pas inclus dans le cycle de la machine à laver, il peut être réalisé à l’aide d’air comprimé.
En cas de séchage en étuve, il ne faut pas dépasser les températures prescrites par le fabricant.
Quel que soit le mode de nettoyage, les instruments doivent être parfaitement séchés avant d’être
rapidement conditionnés afin d’éviter toute re contamination.
7- LUBRIFICATION MANUELLE
En principe, il est recommandé d’appliquer des produits lubrifiants et protecteurs avant de procéder au
contrôle des instruments. Le plus important est de traiter les articulations et le tranchant des ciseaux afin de
supprimer tous frottements lors de la vérification.
L’application du film lubrificateur devra être la plus fine possible et se fera soit par trempage direct, soit par
vaporisation d’un spray.
Vous devez scrupuleusement suivre les recommandations du fabricant pour l’utilisation d’un lubrifiant.
8- LA VERIFICATION DES INSTRUMENTS
Les instruments doivent être parfaitement propres et exempts de toutes traces organiques ou autres.
Les instruments tachés doivent immédiatement être retirés et soumis ultérieurement à des soins particuliers.
Les instruments ne peuvent être stérilisés correctement que s’ils sont parfaitement propres.
9- LA STERILISATION
Il est nécessaire d’apporter un soin tout particulier aux emballages des instruments devant être stérilisés.
Si les instruments doivent être stérilisés de façon individuelle, il est recommandé d’utiliser du papier jetable
ou des poches en plastiques conçues à cet usage.
Il est important que ces poches soient suffisamment larges pour contenir les instruments en position ouverte.
Sous aucun prétexte vous ne devez stériliser un instrument en position fermée.
Si les instruments sont stérilisés ensembles ou par jeu, les plus grands et les plus lourds doivent être posés
sur la partie inférieure de l’appareil de stérilisation (spécialement dans le cas ou deux couches d’instruments
seraient nécessaires).
L’utilisation d’une boîte de stérilisation adaptée est conseillée.
On ne doit pas surcharger les appareils de stérilisation afin que tous les instruments puissent être
correctement stérilisés.
Version du 30/08/2013
5
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
9.1 – La stérilisation à la vapeur (autoclave)
Cette méthode est la plus efficace et est celle recommandée par les fabricants et les autorités
gouvernementales sanitaires.
La vapeur utilisée pour la stérilisation doit être exempte de toute impureté en suspens.
Une vapeur propre permet d’éviter les traces de corrosion et la formation de taches sur les instruments
originaux.
Le mode d’emploi fourni par le fabricant de l’autoclave doit être parfaitement suivi.
Le temps théorique de stérilisation dans des conditions idéales est de 18 min. à 134°C/273°F
(recommandation du ministère de la Santé).
9.2 – La stérilisation à la chaleur sèche (poupinel)
Le bon fonctionnement des stérilisateurs à air chaud nécessite un chargement correct et le respect des
indications du fabricant. On évite ainsi les risques de détérioration des instruments dus entre autres au
dépassement des températures.
Les instruments de chirurgie dont certaines parties sont en textile ou en caoutchouc ne peuvent pas être
stérilisés au poupinel.
9.3– La stérilisation à l’oxyde d’éthylène (ETO)
Nous vous rappelons que la stérilisation à la vapeur d’eau doit être impérativement utilisée pour tout le
matériel autoclave. Néanmoins, certains instruments sont thermosensibles : ils ne supportent pas une
température de 134°C/273°F avec la vapeur d’eau, mais seulement une température de l’ordre de
60°C/140°F ; cette température est alors compatible avec la stérilisation à l’ETO.
Voici quelques exemples d’instruments devant être stérilisés à l’ETO : instruments présentant un mélange de
matériaux et des composants ayant des taux de dilatation différents, instruments présentant des parties
collées et matériels en matière plastique thermosensible.
Lorsque ce procédé de stérilisation est utilisé, le matériel doit subir toutes les phases spécifiques
préliminaires à ce type de stérilisation et tout particulièrement le prétraitement en température et humidité.
9.4– La stérilisation au désinfecteur à vapeur d’eau (Flash)
Il s’agit d’un appareil de stérilisation temporaire (désinfecteur) à la vapeur d’eau d’instrumentation non
emballée, non poreuse et non creuse, pour une utilisation immédiate après l’ouverture de la porte à proximité
de l’appareil {norme NF S 90-325}
Ce procédé ne doit être utilisé que lorsque l’instrumentation, sortie de son emballage, nécessite une nouvelle
stérilisation en urgence (pour un acte opératoire après « une faute d’asepsie » par exemple) et l’appareil doit
être placé le plus près possible du bloc opératoire.
L’instrumentation doit subir une décontamination et un lavage avant la stérilisation.
Elle doit être placée dans un plateau et pouvoir supporter une stérilisation à la vapeur d’eau saturée à
134°C/273°F ou à 121°C/250°F.
Ce type de stérilisation utilisé en routine, crée des risques de détérioration et d’oxydation liés à l’insuffisance
de nettoyage entre les cycles (rotation rapide des instruments).
9.5– La stérilisation à froid
C’est un procédé qui selon les cas, désinfecte ou stérilise l’instrument. Si vous désinfectez l’instrument
(toutes les bactéries ne sont pas éliminées): immersion de 20mn; si vous stérilisez l’instrument: immersion de
10 heures.
Dans tous les cas, suivez parfaitement les indications du fabricant.
Version du 30/08/2013
6
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
10- NOTE SPECIALE SUR LA MALADIE DE CREUZFELDT-JAKOB
Rappel, pour le France, sur la circulaire N° 100 du 11 décembre 1995 relative « aux précautions à observer
en milieu chirurgical (…) Face aux risques de transmission de la maladie de Creutzfeld-Jakob ».
Les agents responsables de cette maladie sont assimilés à la présence anormale et regroupée sous le nom
« d’agents transmissibles non conventionnels » (ATNC) ou « prions ». Ils sont particulièrement résistants à
de nombreux traitements physiques et chimiques (chaleur jusque 130°C/226°F en milieu humide, au-delà en
chaleur sèche, ultrasons, UV, radiations ionisantes, éthanol, formaldéhyde …).
PROCEDES D’ELIMINATION DES ATNC SUR LE MATERIEL MEDICO CHIRURGICAL
10.1– Le nettoyage
Le nettoyage, première étape de traitement du matériel, associe une action mécanique et une action
chimique. Quel que soit le procédé utilisé (mécanique ou manuel), il sera mis en œuvre par du personnel
formé et protégé (gants, blouse, lunettes) pendant cette opération.
Le matériel utilisé doit d’abord être mis à tremper à part dans un récipient rempli d’un détergent de type
alcalin pendant 15 min. dés la fin de son utilisation. Le matériel est ensuite nettoyé, toujours à part, afin d’être
débarrassé des impuretés comme pourra le vérifier un examen visuel attentif.
L’emploi d’un détergent/désinfectant n’est pas en soi contre-indiqué mais tout produit contenant en aldéhyde
(formol, glutaraldéhyde …) est formellement proscrit car ce dernier a une action protectrice des ATNC vis-àvis des procédures d’inactivation employées ultérieurement. En cas d’utilisation d’un bac à ultrasons, il faudra
bien vérifier la compatibilité du produit.
Aucun traitement particulier des effluents n’est actuellement préconisé. Cette phase de nettoyage est
essentielle car, à elle seule, elle peut réduire notablement la charge infectieuse et elle conditionne l’efficacité
des phases ultérieures. Néanmoins, le matériel nettoyé peut être encore contaminé.
10.2– L’inactivation des ATNC
L’Organisation Mondiale de la Santé retient trois procédés d’inactivation en précisant qu’aucun ne constitue
une garantie absolue, il s’agit de :
• l’autoclave sous certaines conditions (autoclave « pour charge poreuse » entre 134°C/273°F et
138°C/280°F pendant 18 min.),
• la soude (1N pendant 1 heure à 20°C/68°F),
• l’hypochlorite de sodium (à 2% de chlore libre pendant 1 heure à 20°C/68°F).
D’autres produits tels que, par exemple, le Sodium Dodécyl Sulfate (SDS) à 10% (en trempage 30 minutes
entre 60°C/140°F et 100°C/212°F) peuvent diminuer notablement le XX infectieux. L’efficacité de ces
produits, en cours d’expérimentation, nécessite d’être confirmée avant que l’on puisse les recommander en
pratique courante.
• L’O.M.S. distingue les autoclaves à déplacement de gravité (gravity displacement autoclaving), utilisé dans
les pays anglo-saxons, et les autoclaves dits « pour charge poreuse (porous load autoclaving), seuls
autoclaves existants en France.
10.3– L’inactivation chimique
L’inactivation chimique est obtenue par les procédés suivants :
• soit la soude 1N pendant 60mn à 20°C/68°F,
• soit l’hypochlorite de sodium à 6° chlorométrique (eau de javel fraîchement diluée au demi) pendant
60mn à 20°C/68°F.
Cette inactivation convient en général au matériel métallique. n cas de doute ou d’instrument présentant
plusieurs composants, il est nécessaire de vérifier auprès du fabricant si les matériels sont compatibles avec
les produits précédents.
Les conditions de mise en œuvre de cette inactivation (volume, récipient, titrage, précautions d’emploi,
élimination, …) seront étudiées avec le pharmacien, le médecin hygiéniste et l’ingénieur biomédical.
Version du 30/08/2013
7
Il
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
est rappelé que l’utilisation de soude sur de l’aluminium est dangereuse (l’utilisation d’Eau de Javel n’est pas
non plus sans inconvénient). L’étape d’inactivation chimique doit être suivie d’un rinçage soigneux.
10.4– L’inactivation physique
L’inactivation physique nécessite le recours à la chaleur humide. L’opération sera effectuée dans un
autoclave à une température qui ne doit pas être inférieure à 134°C/273°F pendant une durée qui ne doit pas
être inférieure à 18mn.
Ces procédures doivent être appliquées en fonction de l’évaluation des situations à risque (risques
individuels et risques liés à la nature de l’acte).
Afin de suivre ces procédés, nous vous recommandons d’éliminer les instruments de fabrication ancienne,
chromés ou à manche d’aluminium qui peuvent se trouver dans vos boîtes chirurgicales : ces instruments ne
supporteraient pas le procédé recommandé.
Pour les instruments sur manche rond ou plat, datant de plus de cinq ans, nous vous recommandons un
examen détaillé de vos boîtes.
En cas de doute sur le matériau de votre instrumentation, n’hésitez pas à nous consulter en nous
communiquant la composition de vos boîtes.
11- LES 18 RECOMMANDATIONS DE BASE POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE ET LA
STERILISATION DES INSTRUMENTSDE CHIRURGIE
11.1- Manipuler les instruments avec soin tout au long des différentes phases des traitements
11.2- Nettoyer les instruments neufs avant la première utilisation
11.3- Traiter à part les instruments de microchirurgie
11.4- Essuyer minutieusement les instruments en contact avec des produits corrosifs
11.5- Respecter le mode d’emploi fourni par les fabricants d’équipement (machine à laver, à ultrasons,
stérilisateur et autoclave).
11.6- Respecter la concentration et le temps retenu parmi les valeurs ayant prouvé leur efficacité pour les
produits de décontamination, de nettoyage et de lubrification.
11.7- Tremper le plus rapidement possible les instruments souillés par des matières organiques uniquement
dans les solutions décontaminantes.
11.8- Positionner correctement, sans surcharge, les instruments de façon à éviter les zones d’ombre.
11.9- Ouvrir les instruments articulés pour la décontamination et le nettoyage.
11.10- Proscrite l’utilisation de brosses métalliques et de tampons à récurer.
11.11- Rincer minutieusement à l’eau après la décontamination et le nettoyage.
11.12- Procéder au contrôle de propreté et de bon fonctionnement des instruments.
11.13- Trier et retirer du circuit les instruments tachés et détériorés.
11.14- Appliquer sur les instruments des produits, si nécessaire.
11.15- Ne fermer qu’au premier cran les instruments à encoches et à crémaillères pour la stérilisation.
11.16- Choisir le conditionnement adapté aux instruments pour la stérilisation.
11.17- Ne pas utiliser ni restériliser les articles à usage unique (non réutilisable).
11.18- La stérilisation ne remplace pas la décontamination ni le nettoyage. On ne stérilise bien que ce qui est
propre et sec.
Version du 30/08/2013
8
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
12- CORROSION ET TACHES
La corrosion est le résultat de l’action qu’exerce un réactif liquide ou gazeux sur un métal ou un alliage :
rouille du fer exposé à l’air humide.
Le risque de corrosion nécessite donc des actions préventives et des contrôles réguliers pendant la durée de
vie de l’instrument.
12.1– Auréoles et taches d’eau
Les auréoles sont des colorations irisées, superficielles, sans contours bien délimités.
Elles proviennent entre autres de la présence de substances minérales ou d’ions de métaux lourds dans
l’eau ou les vapeurs de stérilisation.
Les taches d’eau sont des phénomènes analogues mais leurs contours sont en général nets. Elles
proviennent de résidus de substances organiques dans l’eau ou alors d’une trop forte concentration de
substances minérales comme le calcaire.
Les dépôts s’éliminent par frottements énergiques ou au besoin en utilisant un nettoyant non abrasif. Le
mieux étant d’éliminer les sels minéraux de l’eau de lavage ou de stérilisation (ou utilisation d’eau distillée ou
déminéralisée pour le rinçage et vapeur d’eau pure pour la stérilisation). Si les dépôts ne sont pas éliminés,
on peut aboutir à une corrosion par piqûres.
Il peut également exister des taches blanchâtres de phosphates caractéristiques de certains produits
nettoyants.
12.2– Résidus superficiels colorés
On considère souvent à tort comme des taches de rouille sur les instruments stérilisés certains résidus jaune
brunâtre jusqu’à brun foncé. Cela se rencontre essentiellement aux endroits les moins accessibles lors du
nettoyage. Là aussi, un frottement énergique ou un produit nettoyant permet de faire disparaître les taches
sans laisser aucune trace. Ces marques sont dues à des résidus qui étaient déjà solidement incrustés et qui
ont résisté au nettoyage et aux stérilisations.
Les instruments conservés dans des solutions désinfectantes renouvelées trop peu souvent peuvent
également se couvrir de dépôts. Lors de la stérilisation, ces dépôts se calcinent et se colorent en brun foncé.
12.3– Oxydation
L’oxydation est normalement inhabituelle pour les instruments de chirurgie sauf en cas de trempage
prolongés de ceux-ci dans des solutions acides concentrées.
L’aspect de surface rouillée apparaît alors sur l’instrument : il s’agit de la formation par endroits d’une
pellicule d’oxyde de fer. Cette oxydation peut rapidement dégénérer pour atteindre le stade de corrosion par
piqûres.
12.4– Corrosion par piqûres
Elle est la plus fréquente et consiste à la formation de trous de faible dimension, mais souvent de profondeur
importante dans un matériau dont la surface n’est pas sensiblement attaquée par ailleurs. Cette corrosion est
surtout provoquée par des ions halogènes (chlorures, iodures, bromures) agissant en surface et provenant
de solutions salines ou autres chlorures, de la teinture d’iode ou de solutions désinfectantes souillées. Même
si le contact avec les halogènes est difficilement inévitable, il convient, pour éviter ce type de corrosion de
nettoyer les instruments dés la fin de leur utilisation.
La corrosion par piqûre est souvent associée à des taches irisées résultant des résidus organiques ou autres
mal éliminés (voir précédemment) ou bien être associés à des plaques isolées de corrosion.
12.5– Corrosion localisée par plaques
Le mécanisme de cette corrosion est analogue à la corrosion par piqûres dont elle est très proche. Elle se
développe notamment sur les surfaces en regard dans les articulations des pinces.
12.6– Corrosion par crevasse ou caverneuse
Elle se développe sur une pièce métallique en contact avec une autre pièce de même métal ou de tout autre
matériau non métallique, l’ensemble étant susceptible de créer une zone occluse : elle se développe souvent
dans les parties cachées de l’instrument.
Version du 30/08/2013
9
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
Elle se manifeste essentiellement par une in floraison de rouille sortant de fentes étroites. Toutefois, elle est
facilement confondue avec les résidus d’opérations ou de produits de nettoyage : une identification précise
n’est possible que par analyse en laboratoire.
12.7– Corrosion par frottements ou inter granulaire
Les aciers inoxydables austénitiques et ferriques peuvent subir une corrosion préférentielle aux joints de
grains, la matrice restant inattaquée et pouvant conduire à la désagrégation totale du métal sans que ce
phénomène puisse être soupçonné.
Elle se produit donc entre les interstices de deux parties en mouvement contraire (ciseaux par exemple). Un
manque de lubrification en est la cause : le frottement à sec de deux pièces l’une contre l’autre produit des
copeaux microscopiques, la couche de passivation est attaquée et la rouille se forme.
12.8– Corrosion par contacts
Cette corrosion provient du contact intime de deux métaux de composition différente en présence d’un
électrolyte, par exemple l’eau. Aux points de contact, apparaissent des traces de rouilles. Elle peut devenir
très importante si des instruments en acier inoxydable sont mélangés à des instruments en acier courant et
dont la protection superficielle est incomplète ou usée (par exemple, de vieux instruments chromés ou
nickelés dont la pellicule de chrome ou de nickel s’est détachée).
12.9– Corrosion par fissuration sous contrainte
En présence de contrainte de diverses origines (soudage, traitement mécanique ou thermique) et du milieu
chloruré, les aciers austénitiques subissent une fissuration transgranulaire sévère : les aciers ferriques sont
moins sensibles à ce type de corrosion.
Pour éviter les dommages, il est indispensable de garder les instruments en position ouverte pendant tout le
processus de nettoyage et pour les instruments à griffes ou à crémaillère, de ne pas dépasser le premier
cran pendant la stérilisation.
Les contraintes produits par la montée en température d’abord puis les refroidissements peuvent provoquer
des fissures ou des détériorations aux articulations.
Il faut toutefois différencier cette fissuration de la fêlure par forçage de l’instrument.
12.10– Corrosion superficielle
Elle est très rare, mais peut être provoquée par le contact des instruments avec des acides forts ou des
solutions caustiques, de même que par le dépôt de rouille environnante ou en suspension.
12.11– Rouille en suspension
Dans certains cas précités, il y a formation de rouille dans les fentes, fissures aux surfaces de contact. Si ces
instruments ne sont pas systématiquement éliminés, la dégradation s’amplifie à chaque nouveau cycle
d’utilisation.
Lors du lavage, la rouille ainsi formée est transmise sur les autres instruments par les produits de nettoyage
ou de stérilisation (rouille en suspension) et provoque sur ces derniers, une corrosion en surface allant en
augmentant.
12.12– Rouille diverse
Un mauvais état des installations de production de vapeur ou de la tuyauterie peut laisser des particules de
rouille en suspension dans la vapeur. Après stérilisation, des précipitations corrosives peuvent apparaître à la
surface des instruments ou sur le conditionnement.
Version du 30/08/2013
10
de 11
CONSEILS POUR LA DECONTAMINATION, LE NETTOYAGE, LA STERILISATION ET LA
MAINTENANCE DES INSTRUMENTS DE CHIRURGIE
TABLEAU RECAPITULATIF DES DIFFERENTES TACHES ET DE LEUR ORIGINE POTENTIELLE
COULEUR DE LA
TACHE
PROBLÈME
Auréoles irisées sans
contours nets
Dépôts de métaux
Taches irisées aux
contours nets
Dépôts de substances
organiques
Taches blanchâtres
Dépôts de phosphates
Couleur jaune à brun
foncé
Dépôts de résidus
Taches noires
Réaction caustique
Taches bleues-noires
Couche métallique ou
XX
Plusieurs couleurs
Excès de chaleur
(oxyde chromatique)
CAUSE POSSIBLE
SOLUTIONS
Présence importante de fer,
cuivre, manganèse… dans
l’eau de rinçage ou la vapeur
utiliser de l’eau distillée
ou déminéralisée
- Solutions nettoyantes
anciennes
- Instrument mal nettoyé
Rincer immédiatement
les instruments après leur
utilisation à l’eau distillée
ou déminéralisée
Vérifier la composition
des solutions nettoyantes
- Changer les bains après
chaque utilisation
- Rincer immédiatement
les instruments après
leur utilisation à l’eau
distillée ou
déminéralisée
Utiliser un détergent
neutre
Détergent avec une faible
teneur en PH (6 et moins)
Des métaux de différents
types ont été stérilisés
ensembles comme par
exemple : acier inoxydable
avec argent, chrome…
L’autoclave ne fonctionne pas
bien, ou il a été réglé à un
degré de chaleur trop élevé
(cela peut faire perdre
quelques propriétés au métal
comme sa résistance, sa
dureté…)
Version du 30/08/2013
Stériliser ensemble les
instruments de métaux
semblables
Corriger la température
de l’autoclave
11
de 11
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising