L`apprentissage

L`apprentissage
UNION
PROFESSIONNELLE
DES MÉTIERS
DE LA FINITION
VIE SYNDICALE
« Avec la charte Pro Rev’, nous voulons
changer l’image du peintre » > p.4
TECHNIQUE
ITE et modénatures à Deauville > p.30
FORMATION
LA REVUE DES MÉTIERS DE LA PEINTURE ET DU REVÊTEMENT DE SOL
L A R E V U E D E S P E I N T R E S E T D E S S O LI E R S
PAGE
20
Compte personnel de formation (CPF)
Comment l’utiliser ? > p.42
L’apprentissage
un parcours semé d’embûches
actualité
INFORMATIQUE
FAUT-IL ACHETER
DES LOGICIELS ?
PAGE
12
TECHNIQUE
LASURES BÉTON
DÉCORER
ET PROTÉGER
PAGE
32
162
janvier
2015
ÉDITORIAL
CLUB ALLIANCE
Mes chères consœurs,
mes chers confrères,
Fabricants de produits, de matériels ou prestataires de service,vous constituez l’environnement
professionnel de l’entrepreneur de finition. Le Club Alliance est un lieu privilégié entre les entreprises
membres de l’Union professionnelle des métiers de la finition et leurs fournisseurs partenaires.
D
ans une conjoncture défavorable, nous avons réussi à
nous unir. On peut dire que l’Union des peintres et des
soliers est une réussite exemplaire. N’hésitez pas à
utiliser les services qu’elle met à votre disposition.
Marc Ciolfi
© MANU MOVIES
En revanche, les perspectives économiques de 2015 ne sont
guère encourageantes.
Depuis 2008, plus de 100 000 emplois ont été perdus dans le
bâtiment avec un tiers d’apprentis en moins. A cela s’ajoutent
de nouvelles contraintes gouvernementales qui vont alourdir
nos tâches quotidiennes : le compte pénibilité - obligatoire
au 1er janvier 2016 - ingérable en l’état,
l’introduction de représentants syndicaux
contraintes sur l’investissement locatif et la réduction
au sein de nos PME, l’obligation faite au
de 30% sur les travaux d’économie d’énergie. Ces
dirigeant qui veut céder son entreprise
mesures sont certes positives mais elles mettront du
d’avertir ses salariés. Autre sujet
temps à produire leur effet.
impactant directement nos entreprises,
Malgré les difficultés que traverse notre secteur, les
la concurrence déloyale de ceux qui ne
entrepreneurs que nous sommes doivent continuer
respectent pas les règles.
à former des jeunes par l’apprentissage. Source de
La FFB ne cesse de se battre sur tous les
progrès et d’évolution, la formation assurera l’avenir
fronts et obtient des avancées sur des
des jeunes et de nos métiers et la pérennité de nos
sujets comme le recalibrage du prêt à taux
entreprises.
zéro, l’allègement de la fiscalité sur les
En ce début d’année 2015, investissons dans l’avenir
plus-values immobilières, l’allégement des
et engageons-nous résolument dans cette voie.
Président
de l’Union
professionnelle
des métiers
de la finition
Je vous adresse mes vœux les meilleurs pour
que cette nouvelle année soit, pour vous et votre
entreprise, la plus sereine possible.
Pensez-y !
Reflets & Nuances
est consultable en
version numérique
DOSSIER
n
www.cluballiancepeintures.com
P.
20
L’apprentissage : un parcours semé d’embûches p.20
TECHNIQUE
P.
24
Les bois et ses dérivés en revêtements de sol p.24
Jeux de couleurs en lieu public p.26
n ITE et modénatures à Deauville p.30
n Lasures béton : décorer et protéger p.32
VIE SYNDICALE P.
n La gloire recouvrée du Gloria Mansions p.36
n La vie des sections « Avec la charte Pro Rev’,
n L’UPMF-FFB répond à vos questions
nous voulons changer l’image du peintre» p.4 > 2 ingénieurs à votre service p.38
n Conseil d’administration de l’UPMF-FFB p.8
n Carnet syndical p.9
FORMATION P.
SOMMAIRE
n
Si vous souhaitez adhérer au Club Alliance
Contactez Yves Labbé : contact@cluballiance.fr
n
4
ACTUALITÉ
P.
10
Véhicules utilitaires - Renault Trafic
décryptage p.10
n Informatique - Faut-il acheter
des logiciels ? p.12
n La peinture « purifiante »
qui fait gagner des marchés p.14
n Prévention - Risques électriques p.18
n
42
Compte personnel de formation (CPF) :
comment l’utiliser ? p. 42
n Un titre pour tous les soliers p. 46
n Worldskills compétition p. 50
n
À NE PAS MANQUER
n
n
P.
52
Les nouveautés p.52
La bibliothèque UPMF-FFB p.58
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 3
La vie des sections
Pascal Capdevila est le président du syndicat professionnel
VIE
SYNDICALE
de peinture, revêtements de sol et finition de Haute-Garonne.
Sous son impulsion, le syndicat vient de lancer une initiative
positive, la Charte Pro Rev’ qui réunit les peintres et soliers
qui souhaitent valoriser leur professionnalisme et apporter
des garanties sur la conduite des chantiers.
Une initiative qui ne demande qu’à s’étendre.
Reflets & Nuances Pouvez-vous nous présenter
le syndicat peinture, sol et finition de HauteGaronne ?
Pascal Capdevila Notre syndicat de Haute-Garonne
rassemble une cinquantaine de sociétés, ce qui
représente plus de 1 000 emplois. Nous comptons
environ 10 % de grandes PME de plus de 50 salariés,
30 % de PME entre 10 et 30 salariés et une majorité
de petites PME et d’artisans. Le nombre d’adhérents
est stable avec des entreprises affiliées depuis des
décennies mais aujourd’hui, grâce aux actions que nous
menons, notamment le lancement de la charte Pro Rev’
(voir encadré), nous en attirons de nouveaux !
R&N Justement, pouvez-vous nous parler de
cette charte Pro Rev’ que vous venez de lancer ?
PC La Charte Pro Rev’, lancée en novembre dernier,
répond à trois objectifs : valoriser le professionnalisme
de nos entreprises, promouvoir l’image du peintre et
attirer de nouveaux adhérents. D’ailleurs depuis le
lancement, 2 ou 3 grandes entreprises toulousaines se
sont rapprochées de nous ! Nous souhaitons montrer
avec cette charte que notre syndicat départemental est
4 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
très dynamique et a mis en place une démarche positive
en réponse aux demandes de nos clients. Aujourd’hui,
nos clients nous demandent d’être plus professionnels,
de limiter la sous-traitance, d’être attentifs à
l’environnement, d’embaucher des personnels qualifiés
et locaux… Notre rôle à la fédération est de répondre à
cette demande.
R&N Pouvez-vous détailler les deux premiers
objectifs de cette charte ? Valoriser notre
professionnalisme et promouvoir notre image ?
BF Les signataires de la charte Pro Rev’ s’engagent
sur 10 points concrets que l’on peut regrouper en trois
familles : le professionnalisme de nos entreprises et
salariés, l’organisation de chantier et l’éthique de nos
entreprises signataires. Pour nos clients, c’est un véritable repère ; le gage de notre professionnalisme. Ce
label leur signale les professionnels qui peuvent se prévaloir de bonnes pratiques en matière de conduite de
chantiers, de sécurité, de respect de l’environnement…
Un autre objectif de la charte est de changer cette image
de « barbouilleur » que peuvent avoir nos compagnons.
Aujourd’hui, le peintre est un élément majeur de la
© G&A
« Avec la charte
Pro Rev’, nous
voulons changer
l’image du peintre »
bonne réussite d’un chantier en apportant son expertise,
son savoir-faire. Il est capable d’apporter des réponses
concrètes et novatrices aux problématiques essentielles
que sont les dépenses énergétiques, l’acoustique, la
qualité de l’air et bien entendu l’esthétisme ! C’est un professionnel capable de travailler dans différents milieux :
une maison de retraite, un site nucléaire, un particulier…
R&N Comment voyez-vous votre rôle de président
de ce syndicat?
PC Aujourd’hui, la conjoncture est difficile et nos clients
La charte des professionnels
de la peinture, sols et finition
LA CHARTE PRO REV’
La Charte Pro Rev’ réunit les entreprises de peinture,
revêtements de sol et finition qui souhaitent
valoriser leur professionnalisme. Les signataires
s’engagent de manière concrète sur 10 points,
en apportant des garanties sur la conduite des
chantiers. Les entreprises signataires s’engagent à :
qétablir une offre économiquement responsable
et un prix juste, correspondant aux standards de
qualité et de compétences délivrées ;
sont de plus en plus demandeurs. Il faut trouver des
éléments communs de réponse, nous avons tous les
mêmes difficultés. Mon rôle est de fédérer ces éléments.
Tous nos adhérents ne profitent pas des moyens mis
à leur disposition par la fédération, de ce qu’elle peut
offrir. Mais on sent que les entreprises se rapprochent de
nous car elles savent que la fédération peut leur apporter
des conseils juridiques et administratifs, appréciables en
temps difficiles.
qfournir l’ensemble des assurances
professionnelles obligatoires pour la sécurisation
des projets des donneurs d’ordre ;
R&N Est-ce difficile d’animer, de motiver ?
PC On s’aperçoit que ce sont toujours les mêmes entre-
qrespecter l’ensemble des engagements pris
dans le cadre des marchés (délais, qualité,
qualifications), et au besoin à adapter en cours de
chantier les moyens humains et techniques pour
la tenue des délais jusqu’à la réception ;
preneurs qui s’impliquent et s’engagent ! Nous organisons des réunions 4 fois par an pour décider avec les
adhérents des thématiques sur lesquelles nous travaillerons. Quand un thème est défini, nous créons des commissions dans lesquelles les adhérents qui le souhaitent
se réunissent tous les 15 jours durant 3 à 4 mois pour travailler sur cette problématique. Les réunions ont lieu de
11h à 13h, c’est le moment où il est le plus facile de réunir
le plus de monde. Nous terminons par un déjeuner, cela
permet de libérer la parole autour d’un verre !
R&N Quels sont les projets sur lesquels
vous travaillez ?
PC Nous travaillons sur 3 thèmes : la formation avec la
mise en place des formations de chef de chantier ; la
sous-traitance avec la rédaction d’un contrat de sous-traitance en collaboration avec notre service juridique et
l’élargissement de la démarche Pro Rev’. Peut-être au
niveau régional et national, à d’autres corps d’état...
Il faut la faire vivre ! n
qcontribuer à la protection de l’environnement
pendant et après le chantier : traitement et
valorisation des déchets de peinture, composés
organiques volatils, processus d’intervention en
milieu sensible… ;
qfaire bénéficier nos clients/donneurs d’ordre de
notre expertise et de nos retours d’expérience
sur les différentes solutions techniques et ce, en
totale indépendance vis-à-vis des fournisseurs ;
qmettre en place un personnel d’encadrement
identifié, qui constitue pour la maîtrise d’ouvrage
un interlocuteur compétent, disponible et réactif ;
qintervenir avec un personnel formé et qualifié, qui
œuvre dans la stricte observation des règles de
l’art (respect des DTU), ainsi que des normes de
sécurité, d’hygiène et de prévention ;
qgarantir pour ses personnels des conditions
d’emploi et de travail légales et conformes aux
prescriptions professionnelles ;
qprivilégier au maximum l’emploi local avec un
personnel disposant de la carte d’identification du
BTP délivrée par la Caisse des Congés Payés ;
qlimiter la sous-traitance à un seul niveau,
celle-ci étant, le cas échéant, exercée en totale
transparence avec une demande d’agrément
auprès du maître d’ouvrage.
Elle regroupe plus de 30 entreprises signataires.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 5
La vie des sections
ISÈRE
© FFB 38
Assurances et prévention
Une réunion commune d’information sur les
problématiques d’assurance des métiers de la finition
a rassemblé, le 23 octobre, les sections peinture,
plâtrerie, carrelages/sols souples et menuiserie de
la Fédération BTP Isère. A cette occasion, les juristes
de l’Auxiliaire sont intervenus pour exposer aux
entrepreneurs, sous forme d’un quizz convivial, un
rappel exhaustif sur la décennale, la faute inexcusable,
les risques intermédiaires, la sous-traitance, les sinistres
et l’expertise, la location de matériels et d’engins, le
groupement momentané, la délégation de pouvoir, etc.
Le 20 novembre, la section peinture a organisé une
autre réunion avec l’intervention de l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du BTP) sur les travaux de peinture en cas de présence
d’amiante et les peintures au plomb, à laquelle ont participé de nombreuses entreprises. Au cours de cette réunion, Benoît Charpentier a été
élu président de la section peinture, succédant ainsi à Bruno Fiard arrivé à la fin de son second mandat de 3 ans.
ILLE-ET-VILAINE
C’est le 7 novembre à la Maison du Bâtiment de Rennes que Christian Corbe,
président de la section peinture, a réuni ses confrères pour faire le point sur
deux sujets d’actualité : le NF DTU 59.1 et les stations de lavage de brosses
et rouleaux qui permettent aux professionnels de respecter la réglementation
déchets. Pour aider les entreprises de peinture bretonnes à s’équiper,
la Fédération régionale a négocié auprès de l’Agence de l’eau une aide
exceptionnelle pour l’année 2015. Selon la taille de l’entreprise, la
subvention à l’achat est de 50%, 60% ou 70% (pour les entreprises de
moins de 50 salariés). Pour découvrir le fonctionnement de ces machines,
les entreprises sont invitées à participer à des réunions de démonstration
organisées dans les quatre départements bretons, en présence de
distributeurs et fabricants : le 28 janvier à Vannes, le 29 janvier à Lorient,
le 30 janvier à Brest, le 4 février à Saint-Brieuc et le 5 février à Rennes.
C’est le moment de vous équiper !
MORBIHAN
© FFB 56
La section peinture finitions du Morbihan
s’est réunie le 6 novembre à Auray. Aides
financières pour l’acquisition d’une station
de lavage de brosses, NF DTU 59.1 et calepin
de chantier peinture, accessibilité et travaux
de peinture, mémoire technique peinture
finitions, autant de thèmes abordés sous
forme d’échanges et de débats. Le fabricant
de peinture Felor (Vern-sur-Seiche) a ensuite
présenté la gamme Algo, une peinture
biosourcée à 98% (à base d’algues). C’est à
l’occasion de cette réunion qu’a été élu le
président de la section, Patrice Lomenech,
dirigeant de l’entreprise Sovapeic à Vannes.
© FFB 35
Election du président
de la section
GPPF
La Nuit des métiers peinture & finition
5 février 2015 à Paris
Initiée par le GPPF (Groupement des professionnels de la peinture et de la finition
- FFB Grand Paris), la Nuit des métiers peinture & finition est un événement dédié
à la profession qui se tiendra le 5 février 2015 dans la salle Wagram à Paris. Cette
nuit permettra aux partenaires, adhérents, fournisseurs, maîtres d’œuvre et maîtres
d’ouvrage de se rencontrer et d’échanger. Elle offrira des moments forts avec la
remise des trophées du 1er Grand prix de la peinture et de la finition qui mettra à
l’honneur des chantiers terminés en 2014 et des animations autour d’un cocktail
dînatoire dans un lieu prestigieux.
Ne manquez pas cette soirée événementielle innovante !
Pour en savoir plus : lanuitpeinturefintion.com
YVELINES
Peintres et carreleurs : réunion commune
Les sections professionnelles peinture et carrelage ont tenu, le 16 octobre à la FFB des Yvelines au Chesnay, une réunion commune sous la
présidence de Christian Lacour et Pascal Gigandet. A l’ordre du jour, des questions juridiques et fiscales, notamment le permis à points et ses
incidences sur le contrat de travail, savoir défendre ses prix et des questions économiques. Autres sujets abordés : la démarche RGE (Reconnu
garant de l’environnement), en insistant sur la nécessité d’être RGE pour les entreprises qui interviennent chez les particuliers et dans le
domaine de la rénovation énergétique, et comment vendre un devis RGE. Le point a également été fait sur les peintures au plomb, le processus
de retrait et les stages de formation.
6 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Stations de lavage des brosses :
une aide exceptionnelle
SEINE-MARITIME/ROUEN-DIEPPE
Une Saint Luc très réussie
Comme tous les ans, la chambre de peinture finitions de Seine-Maritime/
Rouen-Dieppe, présidée par Paul Hubert, n’a pas manqué de fêter la
traditionnelle Saint Luc.
C’est au Casino de Deauville, le 4 octobre, que les entrepreneurs de peinture
se sont retrouvés dans une ambiance chaleureuse, profitant de l’occasion
pour renforcer les liens avec leur personnel également présent.
Bien sûr, rendez-vous est d’ores et déjà pris pour la Saint Luc 2015 !
SECTIONS DÉPARTEMENTALES
À L’ACTION
Au cours du 4e trimestre 2014, les sections professionnelles
des départements suivants ont tenu des réunions techniques
dont le thème principal était le NF DTU 59.1
« Travaux de bâtiment - Revêtements de peinture en feuil
mince, semi-épais ou épais » animées par l’UPMF-FFB :
S Loire-Atlantique (2 octobre),
S Oise (8 octobre),
S Sarthe (21 octobre),
S Côtes d’Armor (6 novembre),
S Drôme-Ardèche (14 novembre),
S Dordogne (19 novembre),
S Puy-de-Dôme (24 novembre),
S Seine-et-Marne (18 décembre).
© AFECBAT
VIE
SYNDICALE
CONGRÈS
UNECB-FFB 2014
Tours ensemble : objectif atteint
C’est au Vinci centre de congrès de Tours, les 30 et
31 octobre 2014, que l’ensemble de la profession
s’est réuni pour le traditionnel rendez-vous biennal
de l’UNECB-FFB. 400 participants se sont retrouvés sur
une journée et demie pour échanger et aborder des sujets
d’actualité : mieux travailler ensemble, nouveaux outils
informatiques et formation.
Le 30 octobre après-midi a eu lieu l’inauguration
des stands des cinquante partenaires qui exposaient
leurs produits et innovations. Michel Droin, président
de l’UNECB-FFB, a ouvert officiellement le congrès
le 31 octobre en remerciant partenaires et congressistes
de leur présence à cet événement fédérateur de la
profession.
S’en est suivie la table ronde sur le thème « Mieux
construire ensemble », à laquelle ont participé de
nombreux intervenants, avec la présentation du BIM
(building information modeling) ou maquette numérique,
outil de conception et de construction qui se développe
dans l’ensemble du secteur, et du Lean construction,
méthode de management d’entreprise et de gestion
de flux de chantier permettant de faire apparaître
les points d’amélioration d’une société.
Les échanges de l’après-midi avaient pour thème
« Les jeunes, notre avenir ! ». Les entrepreneurs ont
exprimé leurs exigences au niveau de la qualité
du potentiel des élèves et de la formation afin
qu’elle soit en adéquation avec les besoins réels
des entreprises. La table ronde s’est terminée par l’accueil
du jeune carreleur médaillé de bronze aux Olympiades des
métiers de Leipzig en 2013. Tout au long de la journée,
les participants ont pu apprécier « l’excellence en action »
avec notamment une présentation passionnante
du concours « Un des meilleurs ouvriers de France »
et la réalisation en direct par un mosaïste d’art
d’un « QR code » en carrelage qui renvoyait sur le blog
www.esprit-carreleur.fr!
La soirée clôturant le congrès 2014 a eu lieu à la
prestigieuse Grange de Meslay. Au menu, huîtres,
mets de qualité, vins du terroir et bel canto !
UNECB-FFB
Nouvelle appellation
et nouvelle présidence
L’Union nationale des entrepreneurs céramistes du bâtiment
est devenue l’Union nationale des entrepreneurs de carrelage
du bâtiment. Maryse De Stefano a été élue, à l’unanimité
du conseil d’administration réuni le 5 décembre 2014,
présidente de l’UNECB-FFB en remplacement
de Michel Droin. Elle a pris ses fonctions le 1er janvier 2015.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 7
VIE
SYNDICALE
5 novembre 2014
CARNET
SYNDICAL
De gauche à droite : Christophe Waubant, président
de l’UNEEF-FFB, Marc Ciolfi, président de l’UPMF-FFB
et Bruno Lucas, vice-président de l’UPMF-FFB.
HAUTES-ALPES
© UPMF
CHRISTOPHE GHEBBANO
Réuni le 5 novembre,
le conseil d’administration
de l’UPMF-FFB a accueilli
Christophe Waubant,
président de l’Union nationale
des entrepreneurs d’enduits
de façade (UNEEF-FFB)
membre du Groupement
isolation thermique par
l’extérieur (GITE) de la FFB.
Compte rendu.
sujet évoqué : la réglementation incendie (IT) 249, en
pleine mouvance actuellement, la technique d’ITE PSE
enduit mince pouvant être amenée à être interdite par
le ministère de l’Intérieur (sauf enduit mince ignifugé
n’existant pas encore sur le marché), à la suite d’essais
LEPIR 2 non concluants. La commission intérieurdécoration, pilotée par Pascal Pawlaczyk, a examiné
la pertinence d’une étude de vulgarisation sur les
peintures dépolluantes qui permettrait d’appréhender
la façon de vendre ce type de peintures en présentant
au client, ses qualités autres que décoratives (santé,
environnement,…). La commission a ensuite évalué la
récurrence de certaines questions techniques posées
par les adhérents aux ingénieurs de l’UPMF, dont la
majorité résulte d’une méconnaissance des NF DTU. Le
projet de révision du NF DTU 53.1 « Travaux de bâtimentRevêtements de sol textiles » qui date de 2001, a été le
sujet principal de la commission sol.
Conseil
d’administration
de l’UPMF-FFB
M
arc Ciolfi, président de l’UPMF-FFB, remercie
Christophe Waubant d’être présent à ce
conseil d’administration « afin d’échanger
sur les questions relatives à l’isolation thermique par
l’extérieur dans l’intérêt de nos professions » précise le
président.
Constitué de professionnels des Unions de métiers dont l’UNEEF et l’UPMF - concernées directement ou
indirectement par l’isolation thermique par l’extérieur,
le GITE présidé par des représentants de la filière
sèche (bardage) et de la filière humide (enduits sur ITE)
« accompagne les entreprises face à l’essor de l’ITE, en
élaborant des outils techniques pour les entreprises, et
en développant le champ de la formation continue et
initiale » rappelle Christophe Waubant. Il souligne tout
l’intérêt de fédérer les Unions au sein du groupe et
rappelle la volonté de la FFB d’ouvrir le GITE à toutes
les Unions de métiers de l’enveloppe.
Sont présentés ensuite les projets d’animation
collégiale que souhaite mener le GITE. Parmi ceux-ci,
l’organisation de réunions d’information régionales
pour les adhérents avec la participation des partenaires
industriels, sous forme de conférences et d’ateliers. Un
projet fédérateur qui devrait être mis en place courant
février 2015.
Le GITE propose également un nouveau parcours de
formation, qui se déroulerait sur deux jours. Un salarié
détaché par une entreprise serait formé et repartirait
A l’ordre du jour de la commission communication
présidée par Alain Montourcy : présentation du planning
rédactionnel 2015 de Reflets &Nuances et réflexion sur
les moyens de communiquer vers les jeunes pour les
attirer vers les métiers de la finition.
avec des outils pédagogiques qui lui permettraient de
former ses collègues pour la partie théorique avec une
grande souplesse au niveau du planning.
Enfin le groupement souhaiterait que soit désigné
un représentant régional ITE, quel que soit son corps
d’état, qui fasse remonter les informations, assisté par
les animateurs métiers. Cette démarche aurait pour but
de créer un lien direct avec les régions sans pour autant
créer une nouvelle structure.
Quant à la commission gestion, pilotée par Philippe Borne
en l’absence de son président Thierry Fougeray, elle a
proposé un modèle de mémoire à présenter au client
afin que l’entreprise puisse chiffrer sa perte suite à une
minoration de marché (calcul de la perte de marge, de
frais généraux etc.). Un rappel de la loi a ensuite été fait
concernant le traitement et la modification des situations
de travaux. n
Commissions : les travaux en cours
La réunion s’est poursuivie par les comptes rendus des
travaux des commissions qui se sont tenues le matin,
par leur président respectif.
Après avoir abordé certains points de la réforme de
la formation professionnelle, la commission formation,
présidée par Rachel Pellé, a essentiellement travaillé à
la préparation de la révision du BP « peintre applicateur
de revêtements » qui débutera en janvier 2015. A cette
occasion, ont été conviés deux formateurs de CFA
(centre de formation pour apprentis) qui ont notamment
abordé les relations entreprises/formateurs.
La commission façades/ITE, présidée par Frédéric
Poggia, a traité de la surconsommation des enduits
en ITE prévoyant une seconde rencontre avec les
industriels concernés afin de commenter les résultats
de la recherche menée par le CNEES (Centre national
d’expertise de l’enveloppe et de la structure). Autre
Prochain conseil d’administration : le 5 mars 2015
dirigeant de la société
Ghebbano Peinture à Gap,
a été élu président de la
chambre professionnelle
peinture des Hautes-Alpes.
GPPF
BERTRAND DEMENOIS
PDG du Groupe BDSA à
Colombes (92) a été élu à la
présidence du Groupement
des professionnels de la
peinture et de la finition
(GPPF). Il succède à Thierry
Servant et prendra ses
fonctions le 5 février 2015.
ISÈRE
BENOÎT CHARPENTIER
gérant de l’entreprise
2R Dauphine à Saint Martin
d’Hères, succède à Bruno Fiard
à la présidence de la section
peinture finition d’Isère.
MORBIHAN
PATRICE LOMENECH
dirigeant de l’entreprise
Sovapeic à Vannes, a été
élu président de la section
professionnelle peinture
du Morbihan.
HAUTE-NORMANDIE
NADINE MARCHAND
dirigeante de la société
Marchand Nadine à Saint
Jacques sur Darnetal (76), a
été élue présidente régionale
UPMF de Haute-Normandie.
PAYS-DE-LA-LOIRE
Bon à savoir !
Les comptes rendus des conseils d’administration
et commissions technique, formation, communication
et gestion de l’UPMF sont consultables sur :
www.upmf.ffbatiment.fr espace adhérent/
Vous informer/Comptes rendus des réunions
ALAIN RICHARD
dirigeant de RE PE RE
à La Montagne (44), remplace
Thierry Tijou à la présidence
régionale UPMF des Pays
de la Loire.
RONNEMENT
RESPECT DE L'ENVI
IQUE
GUIDE PRATCTIF
I SÉLE
DU TRTURE
POUR LA PEIN
SOUPLES
ENTS DE SOL
ET LES REVÊTEM
Nouveau Guide pratique du tri sélectif
Réalisé par l’UPMF-FFB, le « Guide pratique du tri sélectif » est destiné au personnel de chantier auquel il est remis
à son arrivée à l’entreprise. Des illustrations très colorées présentent clairement la façon de trier les déchets non dangereux
non inertes et les déchets dangereux pour respecter l’environnement et la réglementation. De petit format (110 x 210 mm),
il est facilement manipulable.Téléchargeable sur www.upmf.ffbatiment.fr ou à commander à l’UPMF-FFB.
(voir bon de commande en p. 58).
ils de Gabrielle
Suivez les conse
8 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 9
UNION
NELLE
PROFESSION
DES MÉTIERS
DE LA FINITION
19/11/14 11:23
dd 1
TRI_110x210-V5.in
véhicules utilitaires
Renault Trafic décryptage
Vedette du marché français, le Trafic vient de faire
ACTUALITÉ
• Le trafic joue les
bureaux d’appoint. On
trouve des supports
pour Smartphone
ou tablette. Rabattu,
le dossier du siège
passager intègre un
écritoire amovible.
• D’innombrables
espaces rangements et
vide-poches ponctuent
l’habitacle.
• Le siège conducteur est
réglable en hauteur, tout
comme le volant.
• Des configurations
deux ou trois places sont
disponibles.
• Le levier de vitesse
suspendu dégage le
plancher. Les pieds
bénéficient de plus
d’espace.
peau neuve. Voilà, une bonne occasion de le passer
au crible. In fine, les améliorations apportées
méritent-elles que l’on casse sa tirelire ?
Les cotes du
compartiment arrière
évoluent peu avec
des largeur et
hauteur identiques
notamment.
Globalement, le
style beaucoup
plus consensuel
qu’auparavant, s’avère
très proche des
Mercedes Vito ou Ford
Transit Custom.
Le porte-à-faux
arrière gagne
une dizaine
de centimètres.
Du coup, le volume
utile progresse
de quelques dm3.
© RENAULT
Downsizing oblige, c’est
un petit 1,6 l dCi qui
officie en 3 niveaux de
puissance. Avec le Stop
& Start, il consomme
moins de 6 l/100 km.
R
GONFLEZ VOS PNEUS !
Rien n’est plus dangereux
que de rouler sous-gonflé.
6% des accidents mortels
seraient ainsi, liés à des
pneumatiques manquant
d’air ou détériorés. Des
députés souhaitent donc
imposer dans toutes les
stations-service y compris
celles de grandes-surfaces,
la présence de dispositifs
de gonflage gratuits.
D’après les statistiques
78 % des automobilistes
conduisent des autos aux
enveloppes mal gonflées.
Ils ne manquent pas d’air !
10 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
enault a marqué l’année passée de la sculpture de son pneu.
Le leader du marché du VUL en
Europe depuis 1998 s’est en effet fendu
d’un tout nouveau Trafic, appelé à devenir rapidement une star du secteur. L’Opel
Vivaro, son frère jumeau, a bénéficié des
mêmes améliorations et de tarifs équivalents. Reste que son réseau de concessionnaires en France n’est pas aussi
étoffé que celui du Losange.
Quels progrès
pour le Trafic ?
Le style extérieur légèrement “baroque”
de la précédente génération est bel et
bien enterré. Plus consensuelle, la dernière mouture rentre dans le rang. Ainsi,
le bossage de toit si particulier disparaît.
Ce faisant on ne remarque plus le VUL de
l’ex-Régie dans la circulation. La vedette
de Renault a droit à une cabine repensée, garantissant une bonne position de
conduite grâce aux nombreux réglages
du siège conducteur et de la colonne de
Grâce à une trappe dans
la paroi de séparation,
les objets jusqu’à 3,75 m
trouvent place
à l’intérieur du
nouveau Trafic.
CLAUDE
DESPREZ
GÉRANT DE
L’ENTREPRISE
ILE DE FRANCE
PEINTURE (02)
direction. Quatorze rangements additionnels totalisent 90 litres supplémentaires.
Le plancher apparaît totalement dégagé
du levier de vitesses installé sur la
planche de bord. L’on se glisse à trois de
front dans un confort digne d’un VP. Plus
encore, l’habitacle se voit équipé comme
un bureau roulant avec des supports pour
téléphone, un siège central rabattable qui
accueille une tablette, un espace pour
ordinateur ou encore un écritoire amovible. Gain de temps assuré pour le professionnel. En revanche, attention de ne
pas attirer la convoitise des voleurs avec
tous ces objets connectés.
Volume utile en hausse
La soute de chargement progresse
de quelques dm3, alors même que la
longueur gagne 11 cm. En revanche,
Renault a eu la bonne idée de conserver
les points d’ancrages de l’ancienne
génération, ce qui permet de réutiliser
les aménagements intérieurs. Par ailleurs,
une trappe pratiquée dans la cloison de
séparation autorise le transport d’objets
très longs jusqu’à 3,75 m. La gamme de
motorisations comprend trois niveaux de
puissance : 90, 115 et 140 ch.
Des mécaniques moins gloutonnes qui
ingurgitent en moyenne un bon litre au
cent de moins. Enfin, le Stop & Start, bien
agréable dans les embouteillages, fait
son apparition. Il est accompagné d’une
foultitude d’aides à la conduite. Conduire
un Trafic est devenu presqu’aussi aisé
que de mener une Twingo. Ainsi, un
système de clefs mains-libres, comme sur
un VP, fait son apparition. Fini le stress en
côte, avec l’aide au démarrage qui évite
de “massacrer” le véhicule de derrière.
Enfin, un ingénieux miroir prévenant
l’angle mort est intégré au pare-soleil
passager. Quant aux tarifs, ils progressent
de 400 euros seulement, comparés au
modèle précédent. Et à équipement égal,
les prix sont même en baisse.
Le Renault Trafic 2014 a progressé,
c’est indéniable. Preuve de ces progrès
le magazine L’Argus lui a décerné son
Trophée “Utilitaire de l’année 2015”.
« Les VUL d’aujourd’hui ont fait
de très gros progrès. En matière de
consommation notamment, on est passé
de 10 à 12 l aux cent, à 7 litres aujourd’hui.
Le passage à la traction a rendu leurs
comportements plus sûrs. Les habitacles
ont aussi progressé avec notamment les
leviers de vitesse surélevés qui n’entravent
plus l’espace au plancher. Les passages de
roues empiètent moins sur le compartiment
arrière, souvent mieux adaptés au transport
d’échafaudages. Quant aux tarifs, ils sont
stables et les remises conséquentes.
Chez Fiat notamment on propose 30 % alors
qu’avant, avec 7 % il fallait s’estimer heureux.
Bref, tout cela donne envie de changer de
véhicules. Mais, pour nous, ce n’est pas un
investissement très raisonnable, d’autant que
nos 9 utilitaires roulent finalement peu. Il
s’agit de variantes longues rehaussées pour
que mes employés puissent se tenir debout à
l’intérieur ce qui facilite leur travail ».
DES VUL TOUT COMPRIS,
CHEZ MERCEDES
Sur le marché très
concurrentiel des utilitaires,
l’Etoile entend se démarquer
par l’après-vente. Mercedes
inclut en effet dorénavant
l’entretien dans le prix de vente
de ses VUL. Pour le moment,
les prestations recouvrent
le premier niveau d’offre de
services. La marque proposera
plus tard des packs de services
avec notamment une option
“Assurance mobilité totale”.
LE DAILY L’EMPORTE
À NOUVEAU
Déjà victorieux en 2000,
de l’élection “International
Van of the Year”, la dernière
mouture de l’Iveco Daily
décroche à nouveau ce titre
pour 2015. L’utilitaire a été
élu par un jury composé de
23 journalistes internationaux
spécialisés. La nouvelle
génération du véhicule
italien, fabriqué à 2,6 millions
d’unités depuis ses débuts,
est commercialisée depuis juin
dernier.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 11
ACTUALITÉ
calculs de métrés, permettent d’importer les
tarifs des fournisseurs ou encore d’exporter
les données vers le logiciel de comptabilité
de l’entreprise.
© FOTOLIA
Deux outils gratuits ont également retenu
l’attention : Kafeo et Dolibarr ERB & CRM.
Certes moins connus ou moins évolués que
certains produits d’éditeurs du commerce, ils
contribuent néanmoins à simplifier la gestion
de l’entreprise et à limiter le nombre
d’erreurs.
Faut-il acheter des logiciels ?
Informatique
Les entrepreneurs ont longtemps réalisé leurs devis à partir de tableurs
en utilisant de simples fichiers de tarifs. Il existe aujourd’hui une offre très
diversifiée de logiciels sur le marché, tant pour gérer les devis et les factures
que pour le suivi du métré. Pour autant, faut-il en choisir un à tout prix ?
Existe-t-il des solutions web ?
«U
WINBAT PRO
DE FIDUCIAL
(ENVIRON 500 E HT)
Winbat Pro est un logiciel
de gestion globale des
projets d’entreprises du
bâtiment. Il permet la
gestion des affaires (devis,
factures, avoirs, gestion
TVA, calculs métrés,
approvisionnements), le
suivi des clients (historiques
documents, traitement des
relances), des règlements
( journaux de vente, édition
de bordereaux de remise
en banque, en-cours de
trésorerie), des articles et
des ouvrages (calcul des
ouvrages en prix de revient,
imports de catalogues
fournisseurs, intégration de
bibliothèques d’ouvrages).
Il assure également le suivi
de chantier.
n bon ouvrier se sert de
toute sorte d’outils », dit-on.
Et si l’outil est bien choisi,
le travail en sera d’autant plus aisé. Un
principe valable pour les logiciels de
gestion. Or, les applications permettant
de réaliser les devis, factures, tableaux
de bord et prévisionnels sont légion. Tout
semble à portée de main, simple, sécurisé
et disponible d’un simple clic. Encore
faut-il faire un choix…
La sélection dépendra en premier lieu
des besoins, des objectifs, de la taille de
l’entreprise et bien sûr du budget. Les
attentes doivent être clairement définies
en amont : gérer les interventions,
les contrats de maintenance, le suivi
des chantiers ou encore les factures
d’avancement. Ou bien encore suivre
la saisie horaire des salariés, intégrer
une bibliothèque de prix ou permettre
aux techniciens de saisir leurs bons
d’intervention sur tablette avec signature
numérique du client.
Choisir la bonne solution informatique
implique donc de s’interroger sur ces
12 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
questions qui ponctuent le quotidien du
professionnel. Cela dit, on peut dire qu’il
existe aujourd’hui quasiment une offre
adaptée à chaque cas.
Tour d’horizon des offres
Le marché est inondé de solutions
payantes toutes plus attractives les unes
que les autres, recelant des fonctionnalités
censées en optimiser l’efficacité et in
fine faciliter l’augmentation du chiffre
d’affaires. Parmi ces outils, quelques-uns
sont gratuits et proposent d’honorables
services.
Au chapitre des incontournables du
marché, citons Winbat Pro de Fiducial,
Ebp devis et facturation Bâtiment 2015,
Sage Batigest ou encore Sage Multi
devis 100. Le prix de ces logiciels varie de
100 à 1000 € HT environ. Certains éditeurs
comme Sage accompagnent aujourd’hui
plus de 100 000 entreprises du bâtiment.
La plupart des logiciels offrent un socle
commun de fonctionnalités : devis,
facture, suivi des clients et gestion de la
TVA. D’autres proposent, en outre, les
e-btp, une solution
tout-en-un pour
les professionnels
du bâtiment
e-btp est le premier portail
internet de services réservé
aux artisans et entrepreneurs
de la FFB et de la FNTP. Il facilite le
pilotage de l’entreprise, autorise
l’accès en toute sécurité et de partout à de
nombreuses solutions professionnelles.
Première surprise par rapport aux offres
précédentes, aucun investissement au
démarrage, aucune installation matérielle ni
logicielle puisque l’ensemble des outils est
disponible en ligne sur le portail e-btp.com.
Simple d’utilisation, il n’est pas nécessaire
d’être un expert de la gestion et de
l’informatique pour faire ses premiers pas avec
e-btp, comme en témoigne cette utilisatrice :
« Avec e-btp, je peux oublier l’informatique et
je me concentre sur mon cœur de métier ! »
Petit bémol, seule une partie des modules est
gratuite. Il reste alors à choisir les services
payants : gestion des devis, des factures, suivi
de chantier, paie externalisée, sauvegarde
distante, géolocalisation ou encore envoi
de mails certifié et dématérialisation des
documents. A noter que tous les services
gratuits (tableau de bord, visionneuse de
fichiers, actualité, espace e-prévention…)
s’installent automatiquement sur le bureau
virtuel. Pour les autres, il faut passer une
commande sécurisée.
Il n’y a donc pas un choix unique pour
l’entreprise. Les solutions de gestion en ligne
dispensent des mises à jour et facilitent les
sauvegardes en toute sécurité. Malgré tout,
l’offre logicielle gratuite ou à petits prix saura
séduire les entreprises au budget limité ou
en recherche d’un outil simple et fonctionnel.
Donc, rien ne sert de courir, il faut cliquer à
point !
EBP DEVIS ET
FACTURATION
BÂTIMENT 2015
[ENVIRON 140 E HT]
Cet outil permet de suivre
l’activité (tableau de bord
avec documents de vente,
devis et relances à réaliser),
la rédaction de devis et de
factures professionnels. Il
propose, en outre, un fichier
de données propre au
métier (tarifs, marges, unités
de vente, import de tarifs
fournisseurs…). L’utilisateur
organise la présentation de
son devis selon son souhait.
Fonctionnalité intéressante
également : un échange
simplifié avec la
comptabilité grâce à un
export de données.
DOLIBARR ERP & CRM
SAGE APIBÂTIMENT
BATIGEST
[ENVIRON 400 E HT]
Logiciel métier intuitif et
efficace pour les entreprises
du bâtiment, Batigest permet
de gérer les devis et factures
d’avancement clients, achats,
bibliothèques d’articles et
d’ouvrages, intégration des
tarifs fournisseurs... Avec ce
logiciel de gestion puissant et
paramétrable, il est possible
de réaliser les études de
prix, la gestion avancée des
chantiers, la chaîne complète
des achats et de la soustraitance.
Une référence sur le marché.
KAFEO
[GRATUIT]
[GRATUIT]
Dolibarr ERP & CRM est
un logiciel libre et gratuit. Il
s’installe et s’utilise comme
une application autonome
ou en ligne sur un serveur
mutualisé (ou dédié), afin d’y
accéder quelle que soit la
localisation. Ce logiciel peut
gérer un catalogue de produits
et de services, les stocks,
les comptes bancaires, les
commandes ou encore les
propositions commerciales.
Dolibarr dispose de fonctions
d’emailing en masse vers les
clients et prospects, ainsi que
d’un annuaire des prospects,
clients et fournisseurs.
Kafeo est un logiciel de
facturation simple et gratuit
pour gérer les devis, les
factures, les contacts, l’activité
et le planning. La prise en
main du logiciel est rapide et
son utilisation ne nécessite
aucune connaissance
informatique.
MICHEL RENAUD
GÉRANT DE L’ENTREPRISE
CHIAVAZZA À MONÉTEAU (89)
L’entreprise de Michel Renaud est spécialisée dans la peinture
(neuf et rénovation) ainsi que dans l’isolation thermique extérieure.
« Au départ, j’utilisais Excel. Nous sommes passés à e-btp depuis un an
et demi, afin d’utiliser le service Batigest. Nous avons connu e-btp par
la FFB. Nous souhaitions sécuriser nos informations. Nous avions reçu
les représentants de trois solutions de gestion proposées par e-btp,
avant de retenir finalement Batigest. Aujourd’hui, nous utilisons cette
application pour réaliser nos devis, nos factures et leur suivi. Les accès
sont partagés par l’ensemble des collaborateurs administratifs (assistante
de direction, secrétariat, métreur). C’est sécurisé puisque nos fichiers sont
externalisés. L’outil permet de faire moins d’erreurs qu’avec Excel, car tout
est paramétré. Ainsi, nous cumulons des gains de temps et de rigueur, de
présentation des documents et surtout nous pouvons basculer simplement
le devis en situation de travaux. A noter que nous avons mis en place l’outil
progressivement. Nous avons d’abord utilisé Batigest pour les devis et, à
présent, nous gérons également le suivi des chantiers pour l’analyse. »
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 13
© D. GASTINE
ACTUALITÉ
« cette peinture
dépolluante est devenue
aujourd’hui une vraie
tendance et plusieurs
grands fabricants ont
développé leur propre
L’entreprise
Hardy peinture couvre
tout type de clientèle.
La peinture « purifiante »
qui fait gagner des marchés
»
© D. GASTINE
© D. GASTINE
solution.
déclinée en mat, satin, et velours, « aspect très à la
mode ». Et cerise sur le pot : « elle est lessivable en dépit
d’un taux de brillance très bas ». Néanmoins, il tient à
rappeler qu’elle se conserve mal une fois le fût ouvert.
Les délais du fabricant doivent donc être respectés.
Reste qu’applicable en neuf comme en rénovation, elle
affiche un rendement de 11 m2/litre. Alors pour David
Gastine, toutes ces qualités lissent la valeur ajoutée
d’environ 20 % « d’autant qu’avec un bon ratio mètre
carré prix, elle permet une bonne productivité ». Pour un
chantier gagnant-gagnant pour l’entreprise et pour son
client.
David Gastine
DIRIGEANT D’HARDY PEINTURE
À SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY (76)
Assainissante, cette peinture dépolluante présente une réelle innovation.
Sans sacrifier aux qualités intrinsèques d’une peinture. Résultat :
en dépit d’une valeur ajoutée qui se traduit dans le prix, sa fonction
d’assainissement de l’air intérieur fait la différence.
«A
lors que nous étions plus chers que
la concurrence, nous avons remporté
l’appel d’offres pour traiter les 900 m2
de murs à peindre de l’Université de Rouen », dévoile
David Gastine, à la tête de l’entreprise Hardy Peinture
à Saint-Étienne-du-Rouvray (76). Comment ? En
préconisant une peinture acrylique dépolluante,
écolabel et classée A + - le meilleur classement - au
niveau des émissions de composés organiques volatils
(COV). En quelques heures, cette peinture capte et
détruit les molécules de formaldéhydes. « Elle les fixe et
assainit l’air intérieur via un principe actif ». Son secret
de fabrication qui tient dans les matières premières est
bien gardé. Mais il ne s’agit ni de nanomatériaux ni de
photocatalyse souvent décriés.
Une clientèle toujours plus sensible
à la qualité de l’air intérieur
Si cette peinture dépolluante est proposée sur le marché
depuis au moins deux ans, « elle est devenue aujourd’hui
une vraie tendance et plusieurs grands fabricants ont
développé leur propre solution », relève David Gastine.
Plus qu’un phénomène de mode, « l’aspect dépolluant
prend de plus en plus d’importance auprès de ma
14 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
clientèle. Traditionnellement, celle qui était attentive à ce
type de produit se composait de personnes allergiques
sensibles à leur environnement ». Leur demande ? « De
la peinture bio. Mais ça ne veut rien dire. Du coup, je les
oriente vers cette peinture dépolluante, et de manière
générale, je m’aperçois que les clients sont de plus en
plus sensibles à la qualité de l’air intérieur ». Certes,
le produit est récent et il demande encore à se faire
connaître. « Mais elle se vend déjà très bien », constate le
chef d’entreprise qui réalise en ce moment 1 200 m2 de
murs, plafonds et boiseries pour le compte d’une banque
basée à Rouen. D’autant que cette peinture dépolluante
présente de bonnes qualités de mise en œuvre.
Une acrylique presque identique
à une glycéro
« Je n’utilise plus que cette peinture qui assainit l’air
intérieur parce qu’elle présente des qualités proches
d’une glycéro », confie David Gastine. Elle cumule
un bon pouvoir opacifiant à un bel aspect tendu. Elle
sent aussi moins fort qu’une glycéro ». Par rapport à
d’autres peintures acryliques, « elle ne nécessite pas
de reprise ». Si le peintre concède regretter qu’elle
ne « couvre pas un peu plus, il apprécie qu’elle soit
À la reconquête des clients
On a eu envie de lui demander son secret. Avec un chiffre d’affaires réalisé en 2013 de 1,3 million
d’euros et une croissance l’an passé de + 15 %, qui devrait être autour de + 10 % cette année,
David Gastine a la réussite modeste. D’abord, il n’hésite pas à proposer des solutions innovantes
à l’instar de cette peinture dépolluante qu’il préconise depuis deux ans à ses clients.
« Avec les peintures magnétiques ou à effet ardoise, la nouveauté a été purement décorative. Comme
de manière générale, il n’y a pas souvent d’évolutions dans le domaine de la peinture, j’ai trouvé
que ce produit dépolluant méritait qu’on s’y intéresse de près », explique le dirigeant de cette PME
qu’il tient à définir comme familiale. « Le fond de commerce créé en 1846 a été racheté par la famille
Hardy en 1912, puis par mon père en 1972. Après une formation initiale en gestion des Ressources
humaines et de nombreux chantiers passés à ses côtés, j’ai décidé de lui racheter l’entreprise en
2009 », se souvient David Gastine. « À la belle époque, il a eu jusqu’à 60 salariés et il a été le premier
ravaleur de la région. Mais au moment de la reprise il n’avait plus que 9 salariés ». Aujourd’hui,
administratif compris et en dépit de la crise, Hardy Peinture compte 16 salariés. « Nous avons relancé
la machine en retournant voir les clients. Nous avons fait du démarchage, de la publicité, nous avons
réinvesti dans des véhicules logotypés aux couleurs de la société ». Le bouche à oreille a également
fonctionné. « Il a fallu relancer le relationnel que mon père avait peut-être perdu à la longue. Nous
couvrons ainsi tout type de clientèle, du particulier aux marchés publics, en passant par l’industrie
et les professions libérales. Nous avons aussi étendu notre zone d’intervention de manière plus
large autour de Rouen ». Résultat : David Gastine est devenu un partenaire privilégié de réseaux
bancaires lancés dans la rénovation de leurs agences depuis deux ans. Car pour elles la crise est
résorbée. « Nous en réalisons entre 10 et 15 par an, ce qui explique en partie notre croissance l’an
passé ». Le chef d’entreprise a aussi décidé de se diversifier en embauchant un plaquiste. « Étant
donné que nous sommes agréés auprès de compagnies d’assurance, nous faisons beaucoup de
remises en état après sinistre et nous nous retrouvons de plus en plus à réaliser des réparations
partielles ou complètes de cloisons ou faux plafonds ». Cependant il ne souhaite pas s’attaquer à de
nouveaux marchés qui ne sont pas dans son cœur de métier. « L’isolation thermique par l’extérieur,
par exemple, demande de la technique, une équipe spécialisée et des formations adaptées. Comme
nous ne réalisons plus de ravalement de grands immeubles, je n’ai pas voulu nous lancer dans ce
métier à part. Je préfère que nous restions concentrés sur ce que nous savons faire ». Et croître mais
pas trop. « J’ai pour objectif d’atteindre 20 salariés dans l’entreprise, et pas plus, car c’est le bon
équilibre pour arriver à un niveau de marge bien meilleur qu’avec 50 salariés ». Le chef d’entreprise
compte donc bien continuer à se développer, mais en douceur.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 15
ACTUALITÉ
© FFB- HARALD GOTTSCHALK
Mardi 8h, un client me demande
si mon entreprise et mes salariés
sont bien protégés.
Risques
électriques
PRÉVENTION
J’ai plusieurs assureurs, cela va être compliqué.
Je n’ai pas vu mon assureur depuis 5 ans : je suis perdu.
Je reste serein : mes conseillers SMABTP et SMAvie sont là, ils ont tout prévu !
Chaque année, des centaines d’accidents graves d’origine électrique sont recensés,
tous secteurs confondus. Si pour prévenir ce risque, la réglementation impose
que toutes les personnes intervenant sur des installations électriques ou dans
leur voisinage bénéficient d’une formation et reçoivent une habilitation délivrée
par l’employeur, l’application de principes généraux de prévention
n’en demeure pas moins indispensable pour assurer la sécurité
des personnes sur les chantiers. Rappel.
Prévention des contacts
directs et indirects
Les nouvelles dispositions du Code du
travail rendent la formation et l’habilitation
électrique des opérateurs obligatoire mais
ils ne doivent pas pour autant négliger
l’application des principes généraux de
prévention pour se prémunir du risque
électrique.
Une seconde solution consiste en
l’interposition d’écrans de protection
comme, par exemple, des gaines isolantes
sur les lignes aériennes en conducteurs
nus (effectuée par l’exploitant du réseau).
C’est le cas fréquemment rencontré par
les entreprises de peinture qui utilisent
La première règle avant d’intervenir sur un
chantier consiste à supprimer le risque à la
source, donc à opérer sur des installations
hors tension. Le moyen le plus sûr est
donc de procéder ou de faire procéder
à la coupure d’alimentation en énergie
électrique de l’appareil ou de l’installation.
Cette manœuvre est appelée consignation
électrique. Elle répond à une procédure
très précise : séparation, condamnation,
identification, vérification d’absence de
tension, mise à la terre et en court-circuit.
Lorsque la mise hors tension n’est pas
possible, pour des raisons de continuité
de service par exemple, une première
solution consiste à respecter une distance
de sécurité. Il s’agit de l’éloignement. Il
doit être suffisant pour éviter tout contact
direct même avec un outil manipulé par le
travailleur.
>>>
Franck et Sophie, conseillers en assurance
SMABTP et SMAvie
Quand un problème arrive à l’un de nos
clients, ce n’est jamais celui qu’il imaginait !
Heureusement, notre expérience nous permet
de réagir vite et d’apporter le meilleur conseil
aussi bien en assurance construction qu’en
assurance de personnes. Ensemble, nous
répondons à tous les besoins de nos assurés.
HABILITATION
ÉLECTRIQUE
DÉLIVRANCE DU CARNET
DE PRESCRIPTIONS
L’employeur doit remettre
à chaque opérateur habilité
BS un carnet
de prescriptions.
Afin de répondre à cette
obligation réglementaire,
l’OPPBTP (Organisme
professionnel de prévention
du BTP) a conçu un carnet
destiné au personnel
non-électricien (peintres,
plombiers, chauffagistes,
menuisiers…).
Depuis plus de 150 ans, SMA assure les professionnels du BTP. Son expérience en fait un acteur
incontournable qui vous accompagne à chaque instant.
SMA vous apporte des solutions performantes pour l’exercice de votre métier, pour votre protection et celle
de vos salariés, avec des interlocuteurs proches de vous et toujours disponibles !
Notre métier : assurer le vôtre
Retrouvez-nous sur
Téléchargeable sur :
www.preventionbtp.fr
www.groupe-sma.fr
16 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Activité Responsabilité décennale - Responsabilité civile
Dommages en cours de travaux - Protection juridique
Biens
professionnels
Engins de chantier - Locaux - Véhicules
DirigeAnts Couverture des engagements sociaux - Épargne
etsAlAriés
Prévoyance - Retraite collective et individuelle
SMABTP, société d’assurance mutuelle à cotisations variables, entreprise régie par le Code des assurances
RCS PARIS 775 684 764 - 114 avenue Emile Zola - 75739 PARIS Cedex 15
SMAvie BTP, société d’assurance mutuelle à cotisations fixes, entreprise régie par le Code des assurances
RCS PARIS 775 684 772 - 114 avenue Emile Zola - 75739 PARIS Cedex 15
Crédits photos : Fotolia - ©Leo - ©Jeanette Dietl - Gettyimages ® - ©Troels Graugaard / Novembre 2014-pB0837-
A
vec des réseaux électriques
omniprésents, les interventions
dans les bâtiments ou sur le
domaine public exposent les opérateurs
au risque électrique, quel que soit le
corps d’état auquel ils appartiennent.
Depuis le 5 mai 2012 (arrêté du
26 avril 2012), l’habilitation électrique
concerne tous les métiers du bâtiment,
toute personne de l’entreprise confondue.
Les non-électriciens sont nombreux à être
impliqués par cette évolution, en particulier
les peintres, les plombiers, les menuisiers
et tous ceux que l’on qualifie de poseurs
divers. Les peintres sont concernés par la
pose et la dépose d’appareillage électrique,
de prises… Ils peuvent être amenés à
exécuter des travaux non électriques à
proximité de pièces nues sous tension
ou sur des installations électriques mises
hors tension, par exemple des travaux de
peinture dans un local électrique.
CONCURRENCE
DÉLOYALE
FORMATIONS
à la prévention des
risques électriques
L’OPPBTP (Organisme professionnel de
prévention du BTP) a mis en place deux
formations dédiées à l’habilitation électrique
des non-électriciens pour répondre à la
réglementation et protéger les ouvriers :
> LA FORMATION BS (2 jours)
concernant tout salarié (ou employeur)
non-électricien effectuant des interventions
élémentaires (dépose, repose d’appareillages,
d’équipements, de raccordements sur
des circuits dédiés) et devant être titulaire
d’une habilitation électrique BS.
> LA FORMATION B0-H0-H0V (1,5 jour)
s’adressant à tout salarié non-électricien
opérant dans des zones de voisinage et à qui
l’employeur doit délivrer une habilitation
électrique B0, H0 ou H0V.
La norme NF C 18-510 accorde aux
entreprises une phase transitoire allant
jusqu’au 1er juillet 2015 pour habiliter toutes
les personnes concernées.
Visuel réservé aux
marchés régis par le code
Visuel réservé aux
marchés privés.
DÉLAIS DE PAIEMENT
RAPPEL VISUEL DU DÉLAI
MAXIMUM DE PAIEMENT
Alors que les délais de paiement
des factures de fournisseurs se
réduisent, les entreprises de
bâtiment éprouvent toujours
des difficultés pour se faire
payer à la bonne date. La FFB
recommande à tous ses adhérents
d’insérer des visuels sur leurs
devis et demandes de paiement
adressés aux clients publics ou
professionnels privés. L’objectif
de ce message visible et répétitif
est de sensibiliser les maîtres
d’ouvrage publics et privés et les
maîtres d’œuvre sur la volonté
des entreprises d’être payées aux
échéances prévues, dans la limite
du délai maximum de paiement
fixé par la réglementation.
Visuels disponibles sur le site
www.upmf.ffbatiment.fr/adhérents/
Vous informer/Actualité ou
sur le site de votre fédération
départementale.
CESSION D’ENTREPRISE
>>>
des échafaudages pour intervenir sur les façades.
L’interposition d’obstacle peut être également
obtenue via des armoires fermées à clé, des
barrières, etc. L’isolation doit être adaptée à la
tension et aux conditions extérieures.
Concernant la prévention des contacts indirects, des
précautions sont à prendre : les appareils à carcasse
conductrice (classe 1) doivent être mis à la terre
et un dispositif différentiel haute sensibilité 10 ou
30 mA prévu pour détecter une éventuelle fuite et
couper automatiquement l’alimentation électrique.
Par ailleurs, un transformateur de séparation permet
de séparer les circuits et d’obtenir une très basse
tension.
Pour plus d’information : www.preventionbtp.fr
Article réalisé en collaboration
avec Préventionbtp
18 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
LE DROIT D’INFORMATION
DES SALARIÉS
Depuis le 1er novembre 2014,
l’information préalable des
salariés avant la cession de leur
entreprise est devenue obligatoire.
Les travailleurs d’entreprises de
moins de 250 salariés doivent
être instruits de la volonté de
vendre de leur employeur au plus
tard deux mois avant la date de
cession. Les pouvoirs publics ont
mis en ligne un « mode d’emploi
» sur www.economie.gouv.fr.
Bien que fermement opposée
à ce nouveau dispositif, la FFB
souhaite que cette publication d’un
guide pratique soit connue le plus
largement possible, pour aider au
mieux les entreprises concernées
par cette obligation. Rappelons
que la sanction de l’inobservation
de cette obligation d’information
peut aller jusqu’à l’annulation de
la cession envisagée initialement.
LA CARTE D’IDENTIFICATION
PROFESSIONNELLE
OBLIGATOIRE
Grâce à sa persévérance, la FFB
a obtenu du ministère du Travail,
en octobre 2014, des mesures
pour lutter contre la fraude au
détachement de travailleurs.
Ces dispositions prévoient
notamment :
• l’obligation de la carte
d’identification professionnelle
pour tous les salariés, quel que
soit leur statut ;
• le renforcement des moyens
de contrôle de l’inspection du
travail des abus de détachement
en créant une unité régionale de
lutte contre le travail illégal ;
• l’aggravation des peines et la
possibilité d’arrêter les travaux
effectués sur un chantier où une
infraction est constatée.
GEPI
*
LES RENCONTRES DE LA
PEINTURE ANTICORROSION
Peinture purificatrice d’air
Une gamme «Eco-Active»
pour un environnement plus sain !
HYGIO’AIR est une peinture dépolluante et
assainissante qui capte et détruit durablement
jusqu’à 84 % des formaldéhydes
présents dans l’air intérieur.
HYGIO’AIR, disponible en finition mate et
veloutée, répond parfaitement
aux exigences des chantiers HQE®.
Organisée par le Cefracor (Centre
français de l’anticorrosion) et
l’OHGPI (Office d’homologation
des garanties de peinture
industrielle), cette nouvelle
édition des « Rencontres
de la peinture anticorrosion »
se déroulera le 2 avril 2015
au Parc floral de Paris.
Cette journée qui sera l’occasion
pour les entreprises de peinture
industrielle de rencontrer
leurs clients et fournisseurs,
aura cette année pour thème
« Peinture anticorrosion et autres
fonctionnalités associées ».
Pour plus d’information :
c.kalita@ohgpi.com
des entrepreneurs
*deGroupement
peinture industrielle
TARKETT
ACQUISITION DE DESSO
Tarkett, un leader mondial des
solutions de revêtements de
sol et surfaces sportives, a fait
l’acquisition de Desso, un des
leaders européens des moquettes
principalement à usage
professionnel. Basé aux PaysBas, Desso a réalisé en 2013 un
chiffre d’affaires de 202 millions
d’euros, emploie environ
820 personnes et dispose de trois
sites de production en Europe.
« Grâce à l’acquisition de Desso,
le groupe Tarkett accélère sa
stratégie de croissance profitable,
en ciblant le marché européen
des moquettes à forte valeur
ajoutée pour des applications
professionnelles et résidentielles,
ainsi que le segment des surfaces
sportives » explique Michel
Giannuzzi, Président
du directoire de Tarkett.
www.soframap.com
« On a failli perdre
la notion de l’entreprise
qui forme. Il faut
absolument que
les entreprises
se réapproprient
l’apprentissage.
»
© FOTOLIA
DOSSIER
Eric Gilot
L’apprentissage :
un parcours semé
d’embûches
Depuis janvier 2014 le gouvernement fait de la relance de l’apprentissage
une de ses priorités et affiche l’objectif de 500 000 apprentis d’ici à 2017.
Malgré de nouvelles mesures en faveur des entrepreneurs, on constate
sur le terrain qu’il reste encore de nombreux obstacles à lever.
F
rançois Hollande a annoncé le 19 septembre
dernier de nouvelles mesures pour favoriser
l’apprentissage, applicables immédiatement. La
prime de 1 000 euros pour l’embauche d’un apprenti,
jusque-là réservée aux entreprises de moins de
50 salariés, concerne désormais les entreprises de
moins de 250 salariés. Elle est également cumulable
avec la prime du même montant versée par les conseils
régionaux pour les entreprises de moins de 11 salariés.
De bonnes nouvelles mais qui restent toutefois
insuffisantes. « En Picardie la région a réduit
considérablement les aides, explique Eric Gilot,
entrepreneur dans la Somme et administrateur des
CFA (centres de formation pour apprentis) de Picardie.
Pour les grandes entreprises c’est difficile mais pour
les artisans cela signe l’impossibilité de prendre des
apprentis. » Mais les freins à l’apprentissage ne sont pas
uniquement financiers.
Un fossé entre le monde de l’école
et les entreprises
Des formations en CFA pas toujours adaptées à la réalité,
des apprentis qui coûtent trop cher, un cadre législatif
trop contraignant, des lourdeurs administratives... les
griefs des chefs d’entreprise envers l’apprentissage sont
nombreux. « Le système est au bout du rouleau, affirme
Armel Le Compagnon, président de la commission
nationale de formation de la FFB. Nous nous apercevons
qu’il y a un désengagement des entreprises par rapport à
l’apprentissage, notamment parce que les cours ne sont
pas en adéquation avec les besoins des entreprises. »
En effet, les entrepreneurs constatent tous les jours le
fossé qui existe entre l’école et le monde du travail. Dès
le début de leur formation, les apprentis doivent intégrer
le respect des horaires, les exigences de rentabilité et
de rapidité de leur entreprise d’accueil mais aussi des
conditions de travail plus difficiles qu’au CFA.
[ENTREPRISE CATY PEINTURES
À RIVERY (SOMME)]
Cet apprentissage se fait plus ou moins rapidement et
met parfois les patrons à rude épreuve. Le coût financier
d’un apprenti s’avère trop élevé pour de nombreux
entrepreneurs puisque ce compagnon en formation
participe très peu au chiffre d’affaires de l’entreprise
qui l’accueille. Il doit être encadré et cela demande un
investissement en temps important, sans que les résultats
soient immédiatement au rendez-vous.
Un objectif de 90 000 apprentis
en 2016
« Au moment de la reprise économique dans le domaine
du BTP, il faudra bien que l’on ait des jeunes capables
de répondre aux besoins des entreprises, rappelle
Armel Le Compagnon. On a failli perdre la notion
de l’entreprise qui forme. Or rien ne se fera sans les
entrepreneurs. On constate cependant qu’ils ne viennent
plus dans les CFA. Il faut absolument que les entreprises
se réapproprient l’apprentissage. » L’accord du
24 septembre dernier entre le patronat et les partenaires
sociaux engage le secteur du BTP vers de profonds
changements pour relancer ce mode de formation.
En plus de la réforme du financement de l’apprentissage
il fixe un objectif ambitieux : 90 000 apprentis d’ici à la fin
de l’année 2016.
Mais pour atteindre ce chiffre, il faut alléger les
contraintes auxquelles les entrepreneurs font face.
« Quand j’ai embauché pour la première fois un apprenti,
j’ai trouvé cela très compliqué, raconte Luc Papavoine,
entrepreneur de peinture à Saint-Fargeau-Ponthierry
(Seine-et-Marne). Il y a beaucoup de paperasses et de
contraintes. C’est dommage car les apprentis sont les
salariés de demain et il est important de les former. »
© UPMF
« L’idéal serait que
l’apprentissage puisse
remplir les clauses
d’insertion »
« Parmi les freins majeurs à l’apprentissage,
il y a la clause d’insertion appliquée aux marchés
publics. Elle oblige à employer un certain nombre de
personnes éloignées de l’emploi, comme par exemple
des chômeurs de longue durée. Seulement, ce type
de clauses ne prend pas en compte les candidats à
l’apprentissage en situation scolaire. C’est illogique :
on ne peut pas attendre que le jeune soit en difficulté
pour l’embaucher ! L’idéal serait que l’apprentissage
puisse remplir les clauses d’insertion mais tant que
cela n’est pas fait, le nombre d’apprentis va continuer
à diminuer. En Picardie, il y a cette année 1 800 jeunes
répartis dans trois CFA, soit 200 de moins que l’année
dernière. Cette baisse va également entraîner six
licenciements sur l’ensemble des formateurs car il
n’y avait pas assez d’élèves. Pourtant l’apprentissage
est essentiel selon moi. Dans mon entreprise, nous
embauchons chaque année deux à quatre apprentis
après une sélection très sérieuse. En effet, il est très
difficile de mettre fin à un contrat d’apprentissage.
Nous devons donc faire rapidement le bon choix.
Nous nous assurons que le jeune est motivé mais
aussi soutenu par ses parents. Ensuite on utilise la
période d’essai d’un mois pour tester sa motivation,
vérifier qu’il va bien en cours et qu’il respecte les
règles, aussi bien au CFA que dans l’entreprise.
Grâce à ce type de formation, nous avons pu aider de
nombreux jeunes en grande difficulté sociale. »
>>>
20 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 21
DOSSIER
L’apprentissage :
un parcours
semé d’embûches
« Nous sensibilisons
les entreprises sur
l’évolution des besoins
»
>>>
ENTREPRISE PAPAVOINE À
SAINT-FARGEAU-PONTHIERRY,
[SEINE-ET-MARNE]
« Devenir maître
d’apprentissage demande
beaucoup trop
de paperasses »
« Je prends beaucoup de stagiaires, en
découverte professionnelle en 3e, des jeunes
en lycée pro ou des adultes en reconversion
professionnelle issus de l’AFPA (Association
nationale pour la formation professionnelle des
adultes). Pour la première fois j’ai pris un apprenti
en septembre 2013. Je l’avais rencontré à l’occasion
d’une formation. Il venait d’obtenir son CAP
et je lui ai conseillé de poursuivre par un brevet
professionnel. Comme il avait du mal à trouver un
employeur, je l’ai embauché. Je n’imaginais pas
combien les démarches administratives étaient
compliquées. Devenir maître d’apprentissage
demande beaucoup trop de paperasses. Sans
compter que l’aide de 1 000 euros venait d’être
supprimée ! Ajoutez à cela une charge de salaire
en plus alors que mon chiffre d’affaires avait
un peu diminué cette année-là... j’étais loin de
gagner de l’argent. Cependant je trouve qu’il est
très intéressant d’avoir un apprenti. Il faut l’aider
à développer ses connaissances et son habileté.
Cela permet d’échanger, d’établir un dialogue et de
transmettre son savoir-faire et ses connaissances.
Mon apprenti a mis fin à son contrat mais je
n’ai pas de regrets. Je lui ai transmis la passion
d’entreprendre et c’est le plus important. Pour le
moment je ne souhaite pas recruter un nouvel
apprenti, du fait de la conjoncture économique
défavorable et des contraintes lourdes qui pèsent
encore sur l’apprentissage (par exemple,
les limitations de ports de charge, de temps
de travail). Mais si je trouve la perle rare
dans le cadre d’un stage et que les finances
le permettent, je me tournerai à nouveau
vers le tutorat. »
22 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Le président de la République a reconnu cette difficulté
et a promis en septembre dernier de simplifier les
démarches administratives et assouplir le cadre juridique.
Cependant peu de mesures concrètes pourront être
appliquées d’ici à la rentrée 2015.
Des difficultés non résolues
L’épineux problème des nombreuses limitations
auxquelles sont confrontés les apprentis mineurs n’est
toujours pas résolu alors que la plupart des acteurs
de l’apprentissage, du côté des patrons comme des
enseignants en CFA, reconnaissent la nécessité de
modifier ces règles. L’interdiction d’effectuer certaines
tâches qui font partie du quotidien des compagnons
représente un coût important en temps et en main
d’œuvre. Sans compter le respect, pour certains trop
strict, des 35h qui ne correspond pas à la réalité d’un
secteur dans lequel les professionnels ne comptent pas
leurs heures.
Du côté des jeunes, il est parfois difficile de trouver une
entreprise. « Le pourcentage d’entreprises formatrices
reste faible dans notre pays, explique Daniel Munoz,
directeur de la formation du réseau CCCA-BTP*. Une
entreprise sur deux ne connaît pas les CFA près de chez
elle ni les aides qui existent. Le point positif est que nous
avons une marge de manœuvre importante. Du coup
nous avons mis en place des actions de développement
pour encourager les entreprises à prendre des apprentis.»
Daniel Munoz
Un chantier qui implique
tous les acteurs de la filière
Relancer ce mode de formation passe aussi par la
pérennisation des carrières des compagnons tout
juste diplômés. « Il faut travailler avec le ministère de
l’Education nationale pour faciliter l’entrée dans
l’apprentissage mais aussi la sortie, estime
Armel Le Compagnon. Beaucoup trop d’apprentis qui
restent dans leur domaine d’activité après leur diplôme,
en sortent au bout de trois ans.» Une aberration si l’on
considère l’investissement que représente la formation
d’un jeune. La loi du 5 mars 2014 va dans le bon sens
en « sécurisant » le parcours de l’apprenti en renforçant
le rôle des CFA dans l’accompagnement et en ouvrant
la possibilité de conclure un CDI avec une période
d’apprentissage. Mais sur le terrain, les entrepreneurs
restent sceptiques et attendent des résultats concrets.
« L’ensemble des acteurs de la filière, des enseignants
aux patrons, en passant par les fournisseurs,
doivent participer à ces changements, insiste
Armel Le Compagnon. On a monté un système
d’apprentissage très performant qui a fait croire aux
entrepreneurs qu’ils n’avaient plus de rôle à jouer. Il
faut redynamiser tout ça en valorisant l’excellence. » En
attendant l’application de mesures concrètes fortes pour
surmonter les obstacles, le chantier de la relance de
l’apprentissage ne fait que commencer.
* Comité de concertation et de coordination
de l’apprentissage du BTP
POUR EN SAVOIR PLUS
© CFA ST-BRÉVIN
Luc Papavoine
© UPMF
[DIRECTEUR
DE LA FORMATION
AU CCCA-BTP * ]
© B.CHARPENEL/CCCA-BTP
d’anticiper.
© FFB-CHRISTINE TOURNEUX
en main d’oeuvre dans
l’avenir et l’importance
« Près de la moitié
des entreprises ne sont
pas assez informées
sur l’apprentissage »
« La situation de l’apprentissage BTP
est difficile. Nous connaissons une baisse
historique du nombre d’apprentis depuis 2008 au
sein de notre réseau de CFA, avec près d’un tiers
d’apprentis en formation en moins. Cela est dû
au contexte économique défavorable que nous
traversons et qui ne favorise pas le recrutement
d’apprentis. Les entreprises ne sont pas non plus
toujours suffisamment informées sur ce mode de
formation. Notre volonté est de communiquer plus
encore auprès des entreprises sur l’importance
de former des jeunes par l’apprentissage, sur la
nécessité d’investir dans l’avenir, celui des métiers
et des entreprises. Nous menons ce travail de fond
depuis plusieurs années et devons continuer. Les
techniques et les technologies évoluent rapidement
dans notre secteur. Les besoins en compétences
aussi. C’est pourquoi il est important de continuer
à former et à développer les qualifications des
salariés pour répondre aux nouveaux enjeux de
l’éco-construction. Les mesures annoncées dans
le cadre du plan de relance de l’apprentissage
en septembre dernier vont dans le bon sens,
mais leurs effets ne se feront sentir qu’en 2015.
Il est notamment primordial de simplifier la
réglementation du travail concernant les apprentis
mineurs, qui concerne une majorité des jeunes
en CAP dans notre secteur. Nous espérons que le
plan de relance portera ses fruits. Nous sommes
d’ores et déjà très engagés et mobilisés auprès des
entreprises pour développer l’apprentissage. »
1 www.ccca-btp.fr
2 www.eduscol.education.fr
3 www.education.gouv.fr
4 www.ffbatiment.fr
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 23
Faits d’essences nobles
comme le parquet massif
L’imitation des essences bois
n’est pas la seule alternative
pour le sol stratifié.
et le contrecollé ou
composites à partir
TECHNIQUE
de mélamine et de dérivés
de sol évoquant le
matériau naturel ont
un fort pouvoir attractif
pour le consommateur
et le prescripteur.
Le revêtement de sol stratifié peut reproduire le matériau bois
dans ses moindres détails.
Le bois et ses dérivés
en revêtements de sol
U
tiliser le bois dans la construction remonte sans
doute aussi loin dans le temps que l’existence
des arbres. Cela se justifiait par l’abondance
et la proximité de la matière première autant que par la
facilité de travailler le matériau et la solidité de certaines
essences. Pour se protéger du froid et de l’humidité,
le bois s’avère également un excellent isolant tout en
offrant un aspect chaleureux pour décorer un intérieur.
S’en servir pour revêtir et embellir les sols est donc
une nouvelle impulsion dans les années 60 avec
l’arrivée du contrecollé, un multi plis composé d’une
couche d’usure, d’une âme en latté et d’un contre
parement qui stabilise l’ensemble. Avec l’avantage, en
termes de mise en œuvre, de pouvoir être installé en
pose flottante. Dans les années 1990, le développement
du revêtement de sol stratifié va remettre en cause
l’avenir du parquet proprement dit. Mais sans nuire à la
tendance en faveur des aspects bois.
une vieille tradition comme l’attestent de nombreuses
L’attrait du bois
bâtisses historiques. Sur le long terme, le parquet massif
Le bois, ou ce qui peut lui être assimilé en raison de
l’aspect, a toujours bénéficié d’une cote d’amour. Il
évoque le luxe, le raffinement, un art de vivre, un matériau
vivant, socialement valorisant. On le qualifie volontiers
d’authentique, naturel, sain, chaleureux, hygiénique. La
vogue écologique et le besoin de retour aux sources et
aux valeurs sûres ont conforté le goût du consommateur
et des aménageurs pour les revêtements de sol évoquant
le bois.
est un revêtement économique puisque la longévité de
certaines essences peut être de plusieurs décennies.
Avec, en plus, la possibilité de rénovation par simple
ponçage, une opération renouvelable en fonction de
l’épaisseur des lames.
Un peu d’histoire
Avec la période majestueuse des châteaux et hôtels
particuliers 17e et 18e siècles, puis l’arrivée en force dans
les intérieurs bourgeois du 19e siècle, le parquet, qui n’est
alors que massif, se dote d’une image de revêtement
noble et luxueux. L’industrialisation de la production au
cours du siècle dernier va populariser ce revêtement qui
connaîtra son apogée avec le parquet mosaïque à coller,
le fameux « parquet Noël », de la période de reconstruction
d’après-guerre. Le marché français du parquet connaît
24 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Si on aborde les questions, incontournables aujourd’hui,
de l’environnement et du développement durable, le
parquet a des arguments sérieux à faire valoir. Certes,
le problème de la déforestation et de l’épuisement des
ressources se pose pour la matière première qu’est
le bois mais la prise de conscience est réelle et le
label PEFC, par exemple, est là pour certifier que le bois
utilisé provient d’une forêt gérée durablement.
La production française de parquet est à une écrasante
majorité réalisée avec des essences locales (chêne,
châtaignier, hêtre, pin). Issu de bois locaux, un parquet
réclame peu de transformation et de transport et son
bilan énergétique est compris entre 180 et 240 kWh m3
(450 à 500 kWh/m3 pour un béton ordinaire). Autre
préoccupation actuelle : la santé des individus et la
qualité de l’air intérieur.
Provenant directement d’une matière première naturelle,
les éventuels composés organiques que peut émettre un
parquet ne sont que les composants naturellement émis
par les arbres. Peu transformé, le parquet ne demande
que peu d’adjuvants chimiques. Ceux qui sont utilisés
pour les traitements ou les panneaux de sous face sont
faiblement émetteurs de COV. Pour la pose, les industriels
de la colle ont mis au point des gammes qui émettent peu
de formaldéhyde. Soit un bilan global nettement positif.
Faux parquet mais bon revêtement
Matériau utilisé depuis de longues années pour des
applications en agencement et aménagement intérieurs,
le stratifié est devenu au milieu des années 80 un
revêtement de sol, grâce à Perstorp. De faible épaisseur
(entre 7 et 10 mm), c’est un revêtement composite, dur,
multicouches : en surface, une résine forme la couche
d’usure transparente qui donne au revêtement sa
résistance à l’usure et à l’abrasion. Elle recouvre un
papier décor qui confère son aspect visuel au produit.
Les technologies actuelles d’impression numérique
permettent des reproductions d’un extrême réalisme.
Ces deux couches reposent sur un panneau HDF haute
densité lui-même traité en sous-face par une résine
synthétique formant contre-balancement pour assurer la
stabilité dimensionnelle de l’ensemble.
S’il ne présente pas les avantages que son origine
naturelle confère au parquet, le sol stratifié peut se
targuer de lui ressembler « comme deux gouttes d’eau ».
Le produit a largement profité des nouvelles techniques
d’impression et les industriels peuvent proposer une
grande variété de décors, reproduire toutes les essences
existantes et les interpréter à leur gré. Structures,
nervures, nœuds, marques et blessures du temps,
tout peut être reproduit. Les gammes s’adaptent en
permanence en fonction de l’évolution des tendances
de la décoration. Et bien sûr, les personnalisations sont
possibles si l’on passe sur des volumes plus importants.
Les créateurs peuvent également exprimer leurs idées
en sortant des sentiers battus de la reproduction des
essences de bois.
Hormis son mimétisme avec le bois,
le sol stratifié peut aussi mettre en
avant des avantages fonctionnels
qui le font échapper à l’image de
parent pauvre du parquet. Ainsi,
c’est un revêtement que sa minceur
rend particulièrement utile en
rénovation. Economiquement plus
intéressant qu’un parquet sur le
court terme, il se pose et se dépose,
se transporte et se manipule
facilement. Il est moins sensible
La longévité de certaines essences
aux rayures, au poinçonnement peut être de plusieurs décennies.
ou à l’abrasion. Il s’entretient à
la serpillère et n’impose pas le renouvellement de
traitements comme une vitrification ou un huilage.
© DOC PARQUETS MARTY
© DOC PARADOR
© DOC KRONOTEX
du bois, les revêtements
Enfin, les innovations techniques des industriels ont
aussi largement contribué au développement de ce
revêtement. Et tout particulièrement, la révolution, dans
les années 90, des systèmes de clips qui ont supprimé
le collage en rainure et languette initialement utilisée
pour la pose flottante. Des systèmes qui ont d’ailleurs
été souvent adaptés au parquet. Par ailleurs, les performances du sol stratifié ont été largement améliorées au fil
des années en termes d’usure et de poinçonnement mais
aussi en matière d’acoustique avec des sous-couches
intégrées ou des procédés d’hydrofugation permettant
des applications en pièces humides.
Un ensemble d’éléments qui expliquent que la
consommation en volume de revêtements de sol
stratifiés soit, en France, trois fois supérieure à celle
des parquets.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 25
FICHE CHANTIER
MAÎTRE D’OUVRAGE
Ville de Bordeaux
MAÎTRES D’ŒUVRE
Emmanuelle Poggi
et Maryline Bricaud
ENTREPRISE
Entreprise Miner (47)
MOQUETTE
Vorwerk
La pose en damier souligne la structure bouclée de la moquette
Jeux de couleurs
en lieu public
D
euxième bibliothèque de France
par la taille, la bibliothèque centrale de Mériadeck, à Bordeaux,
reçoit plus de 700 000 visiteurs par an.
Construit à la fin des années 80, le bâtiment de 27 000 m2 a fait l’objet d’une rénovation en plusieurs phases depuis 2008
afin de limiter les désagréments pour les
utilisateurs. La requalification portait sur la
mise en accessibilité de l’auditorium et des
toilettes, la mise à niveau ou le changement d’équipements techniques et le renforcement de la convivialité et du confort
du public. Au programme sur ce dernier
point : renouvellement des luminaires, des
revêtements de sol, de la signalétique,
diversification des ambiances, amélioration de l’acoustique.
Au travers de cette opération de modernisation, la municipalité et les responsables
de la bibliothèque, entendaient faire de
cet établissement public un lieu accueillant où chacun trouve sa place et puisse se
divertir, apprendre, naviguer sur Internet,
emprunter des livres, des magazines, des
films ou des disques. Mais également que
chacun s’y sente comme chez soi, pour
des pratiques culturelles les plus variées :
regarder un film, lire le journal, écouter,
Pour plus
d’informations
scannez ce QRcode
à l’aide de votre
smartphone
télécharger de la musique, boire un café
ou se restaurer rapidement.
A nouveaux services…
Les niveaux 1 à 4 présentent une esthétique nouvelle, faisant place à la lumière
et à la couleur, un code-couleur par étage
accompagné d’une signalétique facilite le
repérage dans l’ensemble du bâtiment.
Sur chaque plateau, la présentation des
collections a été affinée et une nouvelle
identité visuelle complète la signalétique
et s’applique à l’ensemble du réseau des
bibliothèques. Au niveau 1, « le Studio »
offre un espace insonorisé pour la pratique musicale amateur.
On y trouve également un salon d’écoute
musicale et un de visionnage de films, de
nombreux points d’écoute. Au niveau 3,
le salon de lecture est doté de fauteuils,
canapés ou transats. A chaque étage, des
banques de renseignements accueillantes
facilitent l’échange entre le public et les
bibliothécaires.
Et tout cela s’accompagne d’un volet
important de recours aux technologies
numériques : salon de lecture de la presse
sur tablettes ou ordinateurs, mise à disposition de 100 postes multimédias pour
>>>
26 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
*
MSP 200
la colle confort
grande largeur !
CoLLe MS PoLyMèreS hauteS PerforManCeS touS ParquetS..
Parquets massifs jusqu’à 200mm.
Sans solvant, sans isocyanate, sans phtalate.
Très faibles émissions de COV : A+ et EC1.
www.bostik.fr
*les adhésifs intelligents
Au terme d’un
ambitieux
programme de
modernisation,
cette bibliothèque
bordelaise a
profondément
changé d’aspect
grâce à un travail
sur la couleur
des revêtements
de sol concocté
par l’équipe
d’architectes en
charge du projet.
©Luc Bachélerie
TECHNIQUE
Jeux de couleurs
en lieu public
profiter des ressources électroniques
acquises par la bibliothèque, connexion
Wifi, automates de prêt sur chaque
niveau.
Un calepinage ludique pour l’espace des enfants
… nouvelle esthétique
Couleur dynamique dans les
zones de circulation et plus calme
pour les zones de lecture.
©Luc Bachélerie
Cette modernisation des équipements
comme des services proposés au public
s’inscrit dans une nouvelle ambiance
intérieure dont la mise en scène a été
confiée aux architectes Emmanuelle
Poggi et Maryline Bricaud, du cabinet
Poggi-Garrigue (Bordeaux). Leur intervention ne concernait pas la structure
du bâtiment, à l’exception de la transformation de l’auditorium, et portait
essentiellement sur les sols, les plafonds
et la lumière afin de « revitaliser » l’ensemble. Tout en portant un regard respectueux sur l’architecture initiale, elles
ont introduit de la modernité par le biais
de touches de couleurs fortes s’inscri-
iQolor – intelligent Color
les peintures de façade signées Sto
Une gamme qui allie diversité et performances.
vant dans des ensembles aux teintes
plus calmes mais chaleureuses. Cette
démarche chromatique a porté essentiellement sur un « travail au sol ».
« Nous étions confrontés à l’impossibilité de traiter l’acoustique par le plafond,
explique Maryline Bricaud. En effet, lors
de la première phase de rénovation, la
détection incendie a été installée au-dessus des plafonds et il ne fallait pas bloquer
le passage des fumées vers ces détecteurs. D’où l’installation de résilles métalliques et une solution absorbante au sol
pour compenser l’effet réverbérant des
vitrages de la façade mur-rideau et des
cloisons revêtues de vinyle ». Des prototypes de plafonds ont été réalisés avec le
bureau de contrôle pour s’assurer que les
fumées montaient vers les extincteurs. De
même pour la proposition de moquettes
au sol afin que la maîtrise d’ouvrage et les
futurs utilisateurs puissent juger de l’effet
rendu sur des prototypes de 10 m2. Trois
types produits étaient présentés : des
dalles de moquettes Vorwerk, le revêtement floqué Flotex en lé et le PVC tissé
Bolon. Ce dernier fut écarté car trop peu
absorbant. En dépit de ses qualités en
termes de facilité d’entretien et de tenue
à l’usage, le Flotex n’a pas été retenu par
les utilisateurs qui ont trouvé le roulage
de chariots lourdement chargés moins
facile que sur la moquette. Ce sont donc
les dalles textiles Vorwerk qui ont été
choisies.
Des couleurs repères
Au-delà de ce consensus sur les avantages fonctionnels de la moquette, la
créativité dont a fait preuve le cabinet
d’architectes quant au choix des couleurs
a emporté l’adhésion : majoritaire, le ton
chocolat recouvre les espaces de lecture,
28 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
©Luc Bachélerie
>>>
TECHNIQUE
de consultation et de présentation des
livres et autres documents. L’originalité
du projet réside dans sa dimension chromatique qui permet d’identifier chaque
niveau grâce à des couleurs réalisées
sur-mesure : fuchsia, vert, bleu ou rouge
accueillent le visiteur en haut des escalators et le conduisent jusqu’à sa destination. « La tonicité de ces couleurs et le
dynamisme qu’elles procurent à l’espace
l’ont emporté sur les quelques craintes
qui pouvaient être émises à l’égard de la
salissure, explique Maryline Bricaud. On
se rend d’ailleurs compte après quelques
mois d’usage que les gens sont plus respectueux lorsque les lieux sont attrayants.
Bien sûr, les taches accidentelles sont
inévitables mais le personnel d’entretien
intervient tous les jours et un protocole
de nettoyage en profondeur est prévu
deux fois par an. Enfin, le concept même
de dalle amovible permet de changer
facilement des éléments qui seraient trop
endommagés ».
Ces différentes couleurs ont été réalisées avec la qualité Nandou, un tissé
bouclé formant une structure horizontale très dense, par le jeu de deux fils de
chaîne, qui est conçu pour les locaux à
utilisation extrême. La pose en damier
des dalles 60x60 cm, sur 7600 m2, met
bien en valeur le côté épuré de cette fine
structure. Sur la zone de 600 m2 dédiée
aux enfants, au niveau 1, le cabinet Poggi
fait un clin d’œil ludique avec le concept
Vorwerk Scale de dalles trapézoïdales,
calepinées dans un camaïeu de trois
coloris qui se marie parfaitement avec les
couleurs très vives du mobilier.
La réussite du résultat final est servie
par la qualité de la mise en œuvre qui
a été réalisée par l’entreprise Miner
(47 Damazan).
StoColor Silco et sa base de résines
siloxanes favorise une imperméabilité
à l‘eau de pluie, une très bonne
perméabilité à la vapeur d‘eau et une
forte résistance à l‘encrassement.
StoColor X-black et sa technologie
NIR (Near Infrared Reflection) autorise
l‘utilisation de teintes foncées et soutenues
en façade.
StoColor lotusan® participe activement
à garder les façades propres et sèches
grâce à la fonction autonettoyante de
l‘effet lotus®.
Construite sur la presqu’île de la Touques, cette résidence BBC
de 36 logements préfigure de ce que sera ce nouveau quartier
de Deauville entre mer et centre ville.
ITE et modénatures
à Deauville
D
eauville (14) s’agrandit mais dans
le respect de l’architecture traditionnelle
d’inspiration
normande
et haussmannienne - les architectes des
bâtiments de France y veillent. La toute
nouvelle résidence de l’Horloge sur la
presqu’île de la Touques n’échappe pas
à la règle. Pour autant, si ces immeubles
de logements collectifs hauts de gamme,
conçus par les architectes du cabinet Urbi
& Orbi, reprennent les codes esthétiques
du XIXe siècle, ils n’en sont pas moins
des bâtiments du XXIe siècle… Avec tout ce
que cela implique en matière de respect de
la réglementation thermique 2012.
Chantier technique
FICHE CHANTIER
MAÎTRE D’OUVRAGE
Faubourg Immobilier (75)
MAÎTRE D’ŒUVRE
Urbi et orbi architecture (14)
ENTREPRISE
Entreprise Marteau (76)
30 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Cette exigence entraîne un travail important
d’isolation de l’enveloppe des bâtiments
avec une chasse implacable aux ponts
thermiques. Pour y parvenir, l’équipe de
maîtrise d’œuvre a choisi de recourir à
l’isolation thermique par l’extérieur (ITE).
Résultat : un chantier très technique
qui marie ITE sous enduit et vêtures en
panneaux de brique de terre cuite,
l’ensemble étant harmonisé par des éléments
décoratifs : corniches filantes soulignant les
étages, chaînages d’angles démarquant les
façades, encadrements de baies ou encore
consoles de balcon.
Le tout avec une contrainte supplémentaire
inhérente à la vie de chantier : « Les délais
étaient très courts, se souvient Christophe
Klinuski, chef d’agence régional de
l’entreprise Marteau en charge du chantier.
Avec la mise en place de l’échafaudage,
nous n’avions pas plus de six mois. Le
traitement des 2 200 m2 de façade aura duré
quatre mois en tout et pour tout ». Outre une
organisation sans faille, l’entreprise a dû
mobiliser jusqu’à 25 salariés sur le chantier
pour répondre au calendrier.
Vêture et enduit
Au chapitre technique, les concepteurs ont
sélectionné deux types de système d’ITE.
Lesquels ont été mis en œuvre sur la structure
béton des constructions : l’isolation des
façades du bâtiment A a été exécutée avec
© ENTREPRISE MARTEAU
Quatre éléments d’ornement des façades ont été mis en
place : 651 ml de corniche filante, 887 ml de chaînage d’angle,
135 ml d’appui de fenêtre, le tout en résine polyuréthane et
887 ml d’encadrement de baies en matériau composite.
un procédé sous enduit en finition talochée organique
blanche, grain de 1,5 mm. L’isolation ayant été au préalable
réalisée avec un PSE graphité de 160 mm d’épaisseur,
permettant d’obtenir une résistance thermique R de
5,00 kW/m2. Les façades du bâtiment B, quant à elles, ont
reçu un double système : panneaux isolants polyuréthane
de 100 mm d’épaisseur recouverts d’une vêture constituée
de panneaux de brique de terre cuite sur fond de mousse
polyuréthane (ép. 40 mm). L’ensemble apportant là aussi
une réponse aux exigences de l’étude thermique : « Avec
la vêture, nous sommes même au-dessus », précise
Christophe Klinuski.
Méthodologie
UN GROS POINT
SINGULIER :
LES BALCONS
Pour éviter le pont thermique à
la liaison plancher et balcon, les
concepteurs ont désolidarisé ces
derniers de la façade. Les balcons
sont donc « posés » sur des
consoles (corbeaux), lesquelles
sont fixées directement dans la
structure béton. L’isolant passe
alors au dos de la dalle du balcon
sans en être solidaire. Problème :
comment gérer cette interface ?
Sachant qu’il y a risque de
ruissellement des eaux de pluie
entre les deux, donc risque de
salissures à ce niveau.
L’entreprise a proposé un
dispositif qui comprend une
bavette aluminium avec goutte
d’eau et un chéneau adapté
d’une barbacane pour assurer
l’évacuation des eaux de pluie.
Un caillebotis vient couvrir ce
complexe.
De même un module de corniche
a été spécialement conçu pour
venir épouser le balcon et
permettre la pose filante des
corniches.
En plus d’un double encollage,
les corniches ont été fixées
mécaniquement tous les 400 mm
à l’aide de pattes équerres.
De cette complexité et mixité des systèmes et
modénatures découle une mise en œuvre très
méthodique. Première étape : la mise en place des
corniches filantes : « Cela demande évidemment
énormément de soin, la résine est fragile lors de la coupe.
Il y avait aussi beaucoup de détails de liaison ; il nous
fallait donc à chaque fois trouver des solutions ». Après
la pose des corniches, vient le tour des isolants et de la
finition : « A chaque étage, nous sommes repartis avec
des rails de départ ». Les modénatures au niveau des
menuiseries demandent aussi une attention particulière :
« Elles ont été fixées mécaniquement et collées. Nous
avons aussi prévu à ce niveau des joints Compribande. »
Et bien sûr : « pour respecter les
recommandations feu définies
Christophe Klinuski, chef d’agence entreprise Marteau
dans l’IT 249, nous avons mis
en place sous les corniches et
« Nous avons préparé un solide carnet de détails »
les balcons une bande de laine
« Ce chantier est une référence exceptionnelle, ce n’est pas tous les jours que l’on travaille
de roche. Nous l’avons fait à
une façade en ITE avec autant de modénatures. Cela nous a demandé un important travail
chaque étage, à la demande
préparatoire pour définir la méthodologie à appliquer à l’ensemble du chantier et pour chaque
point singulier. Nous avons notamment travaillé avec des prototypes pour trouver des solutions
du bureau de contrôle, car les
de liaison au niveau des corniches et des balcons. Nous avons aussi beaucoup échangé avec
corniches étaient saillantes ». Au
les fabricants pour établir les plans de calepinage de la vêture, des corniches ou encore des
final rien ne laisse paraître que
descentes d’eau. Concertation également avec les autres corps d’état, notamment le métallier
et le couvreur pour les descentes d’eau et le barreaudage des balcons. Nous avons préparé
les bâtiments ont été isolés par
un solide carnet de détails et tout a été validé par le bureau de contrôle. L’autre difficulté du
l’extérieur.
chantier, surtout au début, a résidé dans la coactivité avec les charpentiers et les couvreurs, qui
impliquait le partage de l’échafaudage ».
© ENTREPRISE MARTEAU
© ENTREPRISE MARTEAU
Qui a dit que
l’isolation thermique
par l’extérieur
faisait mauvais
ménage avec les
façades aux décors
traditionnels ?
Réalisé par
l’entreprise Marteau
à Deauville, ce
chantier est la
preuve qu’ITE n’est
pas incompatible
avec constructions
patrimoniales.
© ENTREPRISE MARTEAU
TECHNIQUE
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 31
TECHNIQUE
© LACOUR ENTREPRISE
Renov’mat
MAT ISOLANT
Collège Victor Hugo à la Celle Saint-Cloud (78). Après la
mise en place d’un régulateur de fond, la lasure extérieure a
été diluée à 100% pour laisser apparaître le béton structurel.
Lasures béton :
décorer et protéger
Système de décoration et de protection des
surfaces, les lasures pour béton apportent couleurs
et transparence. Des produits qui demandent une
préparation sans faille des supports pour que la mise
en œuvre tienne ses promesses.
T
endance du moment : utiliser la surface des
matériaux bruts comme élément décoratif.
La mise en valeur peut se faire par une
coloration qui permet, dans le même temps, de
conserver par transparence les effets de surface. Le
béton n’échappe pas à la règle et, en ce sens, les
lasures pour béton apportent une nouvelle portée
décorative à ce qui n’était jusqu’alors qu’une volonté
technique de protection. D’autant que, depuis
quelques années, le béton regagne ses lettres de
noblesse. Ce, grâce à la qualité des éléments utilisés
pour sa fabrication (ciment, agrégats, adjuvants…) et
les techniques de mise en œuvre via des coffrages
aux aspects de surface très variés. Aujourd’hui, on le
laisse volontiers à l’état brut, à l’image du bois, afin
de lui donner une certaine forme d’authenticité, sa
surface devenant un plus sur le plan décoratif.
Effet de transparence
Les lasures pour béton, apparues pour les premières
il y a une bonne vingtaine d’années, sont des
systèmes décoratifs à part entière, adaptés aux
bétons bruts de décoffrage ou architectoniques. A la
différence d’une peinture dont l’apparence, uniforme
et homogène, modifie l’aspect du support, ces
32 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
produits contiennent moins de pigments et surtout
moins de charges. D’où un effet de transparence,
le produit appliqué n’étant pas ou peu opacifiant.
Ici l’aspect est homogène, mais pas uniforme. Les
produits entrant dans la formulation des lasures étant
identiques à ceux employés en peinture, on retrouve
donc des aspects de surface semblables : mat,
satiné ou brillant, et dans tous les coloris. Les limites
dépendant bien sûr des résines utilisées et des
contraintes techniques. Si l’on retient d’abord leurs
qualités décoratives, les lasures béton n’en restent
pas moins des produits destinés à la protection des
surfaces : certaines d’ailleurs, totalement invisibles,
ne remplissent que cette fonction.
Barrière au CO2 et SO2
Concrètement, ces produits de classe D1, conformes
à la norme NF P 84-403 qui classifie les revêtements
de façade à base de polymères, forment un léger
film imperméable microporeux, tout en imprégnant
le support. Elles assurent une barrière étanche
et durable contre la pénétration des eaux de
ruissellement et offrent une protection contre les
salissures. Certaines garantissent également une
protection antigrafitti. Cependant, on ne saurait
Peinture opacifiante sans tension
acrylique en phase aqueuse
www.onip.com
www.peinture-depolluante.fr
TECHNIQUE
Lasures béton :
décorer et protéger
Fabrice Lacour
Lacour Entreprise (78)
« La phase de réception
du support est importante »
« Je remarque que les lasures pour béton sont de plus en plus souvent
prescrites. Je vois trois raisons à cela : leur coût attractif si on doit les
comparer aux systèmes enduits plus peinture ; leur aspect décoratif
qui permet de mettre en valeur les bétons ; leur facilité d’application
qui autorise une application rapide. J’ai pu constater aussi qu’elles
sont de meilleure qualité qu’auparavant, notamment du point de vue
de la durabilité qui, selon la qualité des produits, est de 10 à 20 ans.
Concernant l’application, la phase de réception du support est
importante. C’est au maître d’œuvre qu’il revient d’en apprécier la
qualité et de s’assurer qu’elle est conforme à sa demande ».
les considérer comme des produits
d’imperméabilité.
Il
peut
être
nécessaire d’appliquer en amont
un traitement de surface hydrofuge
invisible, notamment s’il y a risque
d’efflorescences. Selon les produits,
leur formulation contribue tout
de même à l’hydrofugation des
surfaces. Elles constituent ainsi, sur
le long terme, une barrière étanche
aux CO2 et SO2 responsables de la
carbonatation des bétons, cause
première de la détérioration des
supports.
tout particulier doit donc être apporté
à la conception des bétons pour avoir
les qualités requises ; des conditions
que l’on retrouve le plus souvent avec
des bétons préfabriqués, en raison
d’une plus grande maîtrise de la
fabrication. Mais ce résultat peut être
aussi obtenu avec un béton coulé en
place… à condition que l’entreprise
de gros œuvre soit rigoureuse et
utilise, pendant toute la durée du
chantier, le même ciment, les mêmes
agrégats, le même sable…
Rigueur dans la méthode
Pour être parfaitement adhérents et
offrir toutes les garanties attendues,
les fonds doivent être propres, secs,
sains, dégraissés et sans trace d’huile
de décoffrage. Pour les bétons
anciens, le lavage à haute pression
s’impose, suivi éventuellement d’un
brossage ou d’un sablage, puis
à nouveau de plusieurs rinçages
afin de retrouver l’aspect d’origine.
Problème : il est difficilement
envisageable, en cas de rénovation,
de procéder à un ragréage. En
effet, l’aspect de surface serait alors
Produit décoratif par excellence,
la lasure exige une préparation
impeccable du support. Une réflexion
doit être menée en amont de la
construction. En effet, choisir une
lasure comme élément de finition
décoratif, c’est travailler d’abord sur
la qualité du support béton. Ainsi
la surface idéale aura une planéité
correcte, sera exempte de rayures
et de taches; le béton, gris ou blanc,
aura, lui, une couleur homogène sans
être totalement uniforme. Un soin
34 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Essais de couleur
© LACOUR ENTREPRISE
dirigeant
A l’intérieur, le taux de dilution est
très faible pour un pouvoir couvrant
plus important.
différent entre les parties ragréées et
les fonds non ragréés. Si toutefois le
ragréage ne peut être évité, il doit être
réalisé le plus proprement possible
en respectant la peau et la couleur du
béton. Mais avec le risque d’obtenir,
au final, une couleur inesthétique par
rapport au support. C’est l’une des
raisons qui explique que les lasures
sont utilisées le plus souvent dans le
neuf (dans 80% des cas).
De même, il est recommandé au
démarrage des travaux de procéder
à l’exécution de surfaces de
référence (NF DTU 59.1 « Travaux de
bâtiment - Revêtements de peinture
en feuil mince, semi-épais ou épais » Paragraphe 7.3.1 - Juin 2013). En effet,
la teinte finale dépend en grande
partie de la nature du support.
C
M
J
CM
MJ
CJ
CMJ
N
La gloire recouvrée
du Gloria Mansions
© DR
© DR
© DR
L’escalier central
à cage elliptique, rénové
© DR
TECHNIQUE
Joyau de l’Art Décoratif, l’immeuble Gloria Mansions à Nice
fait l’objet d’une vaste réhabilitation intérieure et extérieure
Reprise des fissures
Atténuation des reprises à l’éponge
Joyau de l’Art Décoratif, l’immeuble Gloria Mansions à Nice est en pleine
renaissance. Cet immeuble en béton armé, inscrit à l’inventaire des Monuments
Historiques, vient de faire l’objet d’une vaste opération de restauration extérieure
et intérieure. Les enduits colorés et nacrés de sa façade ont été nettoyés
et réparés afin de rendre au bâtiment son flamboiement originel.
I
FICHE CHANTIER
MAÎTRE D’OUVRAGE
ASL Gloria Mansions
Intégrande
MAÎTRE D’ŒUVRE
Bernard Heams
ENTREPRISE GÉNÉRALE
GCC Sud-Est
BUREAU D’ÉTUDES
Cinfora
FAÇADES ET BÉTONS COLORÉS
AD Affresco
PRODUITS
Licef
36 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
nscrit en totalité (intérieur et extérieur,
chose
rarissime)
à
l’inventaire
supplémentaire
des
Monuments
Historiques, l’immeuble Gloria Mansions
à Nice, a subi 24 mois d’importants
travaux. Il s’agissait à la fois de le
mettre aux normes actuelles (électricité,
chauffage, incendie…) et de restaurer le
bâtiment d’origine construit entre 1932 et
1934 par le duo d’architectes arméniens
Garabed Hovnanian et Kevork Arsenian,
formés aux États-Unis. Son style
Art déco s’inspire d’ailleurs du
modèle typiquement américain des
« appartements-hôtel » fréquents à
New York dans les années 1900 et
1910. Construit en béton armé, c’est
un immeuble de rapport résolument
moderne dans sa conception (parking
en sous-sol, ascenseurs, chauffage et
eau chaude centralisés). Il se caractérise
également par la diversité de ses
matériaux : enduits colorés et nacrés,
ferronneries, pates de verre formant des
tableaux pointillistes, stucs, luminaires,
menuiseries stylisées, cassons formant
carrelage chamarré… Gloria Mansions est
situé au centre de Nice, entre la rue de
France et la promenade des anglais, à
proximité du très célèbre Hôtel Negresco.
Il s’inscrit dans son environnement
méditerranéen avec de nombreuses
allégories aux végétaux et à la mer.
C’est l’entreprise générale GCC SudEst qui a relevé le défi, en encadrant
21 entreprises et plus de 70 ouvriers en
permanence et en présence de quelques
locataires. L’entreprise AD Affresco,
spécialisée
dans
la
restauration
du patrimoine, a été chargée de la
restauration des façades et des bétons
colorés.
Un protocole pour
les bétons colorés
« Nous avons relevé 8 bétons colorés
différents sur l’immeuble », explique
Pierre Testud, gérant de l’entreprise
AD Affresco. Ces mortiers, à base d’un
liant type ciment gris ou ciment blanc,
étaient localisés sur le soubassement
de la cour intérieure, sur l’édifice, en
encadrement des stucs, sur les pergolas
des terrasses… Ils étaient chargés de
pigments naturels (comme le Vert de
Vérone) de teintes différentes et des
nacres d’Ormeaux avaient été ajoutées
pour attirer la lumière, offrant un rare
exemple de l’emploi de nacre dans des
enduits colorés. « Nous avons réalisé
les analyses dans notre laboratoire de
chantier, à partir de prélèvements. Après
analyse visuelle, les prélèvements ont
fait l’objet d’analyses chimiques afin de
retrouver les couleurs d’origine et les
pigments utilisés. Nous avons également
pratiqué des analyses pour déterminer la
présence de sels comme les chlorures,
nitrates, sulfates et la présence de
carbonatation », raconte Pierre Testud. Les
études ont montré que la dégradation des
enduits était due essentiellement à une
porosité structurelle des fissures accrues
par l’oxydation des armatures de béton
qui augmentaient considérablement leur
volume provoquant la rupture du support.
Les sels présents sur les fers oxydés
ont été lavés à l’eau minéralisée puis
les fers passivés et les façades ont été
fermées par un mortier de réparation. Les
parties altérées ont été reconstituées à
l’identique avec les mêmes constituants
que d’origine. « Nous avons utilisé le
même liant, le même sable, la même
granulométrie et les mêmes pigments
qu’à l’origine, poursuit Pierre Testud.
Le maître d’ouvrage voulait retrouver le
scintillant des façades originelles. »
Respect de l’environnement
Au préalable des travaux de restauration,
un nettoyage des façades en béton a été
réalisé avec, comme maître mot le respect
de l’environnement (des hommes et des
matériaux). Les techniques abrasives
étant proscrites afin de minimiser l’impact
sur les supports, ce sont les produits
Licef qui ont été retenus. Les bétons
extérieurs et l’escalier monumental
intérieur en béton coloré ocre ont été
traités à l’aide de Soluroc (application,
brossage manuel et rinçage) et
sur certaines parties teintées, un
décapant biodégradable (Feltor) a été
utilisé. « Le choix des produits était
essentiel, confirme Pierre Testud.
Les produits retenus devaient tous
être biodégradables et aucunement
nocifs pour l’environnement et les
professionnels. Licef a une gamme
spécifique qui répond à ces critères et
un service de suivi de chantier qui nous
a accompagnés. »
Cette étape a été suivie d’une phase
de raccordement des enduits. Des
injections d’un coulis hydraulique, à
base de chaux, à été réalisé à l’aide
d’une seringue pour combler les
fissures et les parties manquantes ont
été reconstituées. « Nous avons ensuite
procédé à un ‘maquillage’, poursuit
Pierre Testud, c’est-à-dire que nous
avons atténué l’aspect neuf de ces
reprises à l’aide d’une éponge. »
Enfin, un hydrofuge oléofuge a été
appliqué sur le bâtiment. « Il évite
l’accrochage de l’eau et de la graisse
et permet au bâtiment de respirer. Il ne
modifie pas la porosité du support »,
explique Pierre Testud qui a mobilisé
une équipe de 12 personnes durant
15 mois pour redonner une seconde vie
à ce joyau de l’Art Décoratif. « Le résultat
est impressionnant. Aujourd’hui, Gloria
Mansions scintille sous le soleil », se
félicite l’entrepreneur.
JANVIER 2015 Reflets & Nuances l 37
TECHNIQUE
L’UPMF-FFB
répondààl’UPMF-FFB
vos questions
Vos questions
1
DEUX INGÉNIEURS
RÉPONDENT AUX
QUESTIONS DES
Le NF DTU 23.1 « Murs en béton banché » renvoie au NF DTU 21 « Travaux de bâtiment - Exécution
des ouvrages en béton » dont l’article 7.2.1 présente les tolérances de planéité des parois latérales en
fonction des parements. A noter que si l’ouvrage en extérieur est destiné à recevoir une peinture, le
parement doit être soigné.
ENTREPRISES DE
L’UPMF-FFB
Mélinda Routier
au 01 40 69 57 04
JE DOIS PROCÉDER À L’ACCEPTATION D’UN SUPPORT EXTÉRIEUR EN BÉTON BANCHÉ
POUR LA MISE EN ŒUVRE D’UNE PEINTURE DÉCORATIVE D3. QUELLES SONT
LES TOLÉRANCES POUR CE SUBJECTILE ?
2
J’INTERVIENS SUR UNE OPÉRATION DE DÉPLOMBAGE. QUELLES SONT LES FORMATIONS
NÉCESSAIRES POUR MES COMPAGNONS ?
La seule formation obligatoire au titre du Code du travail est la formation plomb opérateurs, dont le
contenu est défini à l’article R 4412-87 (formation pour toute exposition à un agent CMR (cancérigène,
mutagène et reprotoxique) dont le plomb). Elle peut être délivrée par toute personne compétente
désignée par l’employeur ou par un organisme de formation qui n’est pas tenu d’être certifié.
Pierre Couque
au 01 40 69 57 08
3
JE DOIS POSER UN SOL PVC SUR UN DALLAGE SUR TERRE-PLEIN SURFACÉ.
QUELLES SONT LES TOLÉRANCES DE PLANÉITÉ DE CE TYPE DE DALLAGE ?
On retrouve les tolérances de planéité des dallages dans le NF DTU 13.3 « Dallages - Conception,
calcul et exécution ». Les tolérances des dallages surfacés sont de 10 mm à la règle de 2 m et 3 mm à
la règle de 20 cm. Cependant, dans le cas d’un revêtement de sol collé ou scellé, désolidarisé ou sur
sous-couche isolante, les tolérances de planéité sous règles de 2 m et 0.20 m sont respectivement
de 7 mm et 2 mm.
4
JE RÉPONDS À UN APPEL D’OFFRE POUR LE LOT REVÊTEMENTS DE SOL DANS LEQUEL
ON ME DEMANDE D’ÊTRE QUALIFIÉ RGE (RECONNU GARANT DE L’ENVIRONNEMENT).
QUE DOIS-JE FAIRE ?
Il est possible d’obtenir une qualification RGE seulement pour certains types de travaux cités dans
le décret du 16 juillet 2014. Les travaux de revêtements de sol ne garantissant pas de performance
énergétique, ils ne font pas partie de la liste des travaux. Vous devez contacter le maître de l’ouvrage
afin de lui opposer le décret du 16 juillet 2014 et de l’impossibilité de répondre à cette demande dont
le fondement est inexistant.
5
LORS DE LA POSE DE PAPIERS PEINTS DANS DES LOCAUX OÙ LES PLAQUES DE PRISES
ET DES INTERRUPTEURS ONT ÉTÉ RETIRÉES POUR LES TRAVAUX (SANS PARTIE NUE
SOUS TENSION ACCESSIBLE DIRECTEMENT), UN PEINTRE DOIT-IL ÊTRE HABILITÉ BS ?
Oui, car la pose de papiers peints se fait avec de la colle qui, à tout moment, pourrait pénétrer dans
l’appareillage resté en place. De plus, il est difficile d’imaginer que pour des travaux de peinture ou
de pose de revêtements muraux, un peintre ne soit pas dans l’obligation de déposer un équipement
électrique tel que : convecteur, prise, interrupteur ou autres, opérations pour lesquelles l’habilitation
est obligatoire. Si, au contraire, un peintre n’intervient que dans des locaux ou le matériel est étanche
et qu’il « tourne » autour sans y toucher, il n’a pas besoin d’habilitation. L’OPPBTP conseille donc
l’habilitation BS pour l’ensemble des peintres d’intérieur.
6
SUITE À L’INTERVENTION D’UNE ENTREPRISE DE DÉSAMIANTAGE AYANT RETIRÉ LES DALLES
AMIANTÉES, JE DOIS POSER UN REVÊTEMENT DE SOL PVC. LE SUPPORT M’EST LIVRÉ SANS
AMIANTE, MAIS EN MAUVAIS ÉTAT ET ENTRAÎNE UNE SURCONSOMMATION DE RAGRÉAGE.
QUE PUIS-JE FAIRE ?
Si rien n’est précisé dans les DPM (Documents particuliers du marché) concernant le lot
désamiantage, il n’y a pas de tolérance de planéité à suivre, ni de contrainte concernant l’état du
support après désamiantage (planéité, trous …). Pour être sûr de travailler sur un support en état
correct ou de pouvoir facturer la surconsommation d’enduit de sol, il faut faire préciser des conditions
d’acceptation du support dans les DPM lors de la rédaction du marché.
38 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
L’UPMF-FFB répond à vos questions
TECHNIQUE
7 À VOTRE
ÉCOUTE…
Mélinda Routier
au 01 40 69 57 04
J’AI SOUS-TRAITÉ DES TRAVAUX POUR LESQUELS J’AI DEMANDÉ DES SURFACES PRÊTES
À PEINDRE. POUR MOI, CELA INCLUT LA PRÉPARATION DU SUPPORT ET L’IMPRESSION.
LE SOUS-TRAITANT REFUSE DE FAIRE L’IMPRESSION. QU’EST-CE QU’UNE SURFACE
PRÊTE À PEINDRE SELON LE NF DTU ?
Le NF DTU 59.1 « Travaux de bâtiment - Revêtements de peinture en feuil mince, semi-épais ou
épais » ne définit pas ce qu’est une surface « prête à peindre ». Il faut anticiper le plus possible avec
dans ce cas précis un devis détaillé et une surface de référence.
Notre contribution pour réduire votre
temps de travail
Ponceuse autoportée à rallonges PLANEX LHS 225 et aspirateur CLEANTEX AC
Pierre Couque
au 01 40 69 57 08
8
EN RÉNOVATION, LORS DE LA POSE D’UN REVÊTEMENT PVC DANS L’ESCALIER
D’UN BÂTIMENT D’HABITATION COLLECTIF, QUELLE SONT LES DISPOSITIONS
À PRENDRE VIS-À-VIS DES NEZ-DE-MARCHE?
Les bâtiments d’habitation collectifs étant soumis aux règlementations d’accessibilité,
il est nécessaire de mettre en place un nez-de-marche contrasté visuellement par rapport au
reste de l’escalier, non glissant et ne présentant pas de débord excessif par rapport à la
contremarche. Les dispositions concernant la règlementation accessibilité sont à retrouver
sur le site http://www.accessibilite-batiment.fr/.
9
SUR UN CHANTIER, LE MAÎTRE D’ŒUVRE ME DEMANDE DE REBOUCHER LES TROUS ET LES
FISSURES SUR DES HUISSERIES ET DES PORTES. CES TRAVAUX RELÈVENT-ILS DU PEINTRE ?
Le paragraphe 3.2 « Travaux ne faisant pas partie du marché » du CCS (Cahier des clauses
administratives spéciales types) du NF DTU 59.1 stipule (sauf dispositions contraires des Documents
particuliers du marché) que les travaux ne comprennent pas « la mise en œuvre de mastics ou
d’armatures pour raccords d’étanchéité (traitement des fissures) ou de matériaux (e. g. liaisons
huisseries/bâtis - parois/doublages) ».
De plus, le paragraphe 3.3 « Travaux spéciaux » précise que « les travaux rectificatifs ou
complémentaires, du gros œuvre ou de tout autre corps d’état, nécessaires pour mettre les subjectiles
dans l’état défini à l’article 5 du NF DTU 59.1 P1-1 (CCT) » doivent faire l’objet d’un supplément de
marché se référant à des spécifications particulières pour être exécutés par l’entreprise. Tous travaux
de ce type doivent faire l’objet d’un devis pour travaux supplémentaires.
10
POUR UNE POSE DE LINOLÉUM COLLÉ SUR CHAPE DÉSOLIDARISÉE, ON ME DEMANDE
DE METTRE EN ŒUVRE UNE BARRIÈRE ANTI-HUMIDITÉ DE TYPE RÉSINE ÉPOXY,
EST-CE NÉCESSAIRE ?
Le CPT (Cahier des prescriptions techniques) 3703 « revêtements de sol linoleum collés » dans
le paragraphe 5.1.2.2 spécifie qu’une chape désolidarisée fait partie des solutions techniques
recommandées et validées comme barrière anti-remontée d’humidité. L’application d’une résine
époxy n’est donc pas nécessaire.
11
SUR UN DEVIS EN INTÉRIEUR, J’AI INDIQUÉ « PEINTURE DES BOISERIES BRUTES ».
ON ME DEMANDE UNE MOINS-VALUE POUR NE PAS AVOIR PEINT DES ÉLÉMENTS MÉLAMINÉS.
COMMENT PUIS-JE JUSTIFIER QUE CELA NE FAIT PAS PARTIE DES BOISERIES BRUTES ?
L’annexe B « Spécifications types sur les matériaux et produits » du NF DTU 35.1 « Travaux de
bâtiment - Cloisons amovibles et démontables » définit les finitions suivantes : « peinture, tissu
vinylique, tissu d’ameublement, bois, stratifié, mélaminé, etc. ». Donc, on fait bien la différence entre
la finition « peinture » et les finitions « stratifié » ou « mélaminé » car ces deux derniers produits ne
doivent pas recevoir de peinture. Par conséquent, le mélaminé est une finition en soi et ne fait pas
partie des bois bruts.
12
LORSQUE LE MENUISIER OU LE CARRELEUR POSE DES PLINTHES, LE JOINT ENTRE LE MUR ET
LA PLINTHE EST-IL OBLIGATOIRE EN FONCTION DE LA FINITION A, B OU C ?
Le joint ne fait pas partie des critères d’évaluation de l’état de finition dans le NF DTU 59.1. Le
paragraphe 3.2 du CCS stipule que cela n’est pas compris dans les travaux faisant partie du marché
du peintre.
40 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Mieux en système !
Développée pour vous apporter confort et performances, la ponceuse autoportée à
rallonges est extrêmement efficace en toute situation. Idéale pour les travaux de
rénovation et d’isolation, elle permet un rendement exceptionnel avec une
abrasion de 30 kg par heure. L’aspirateur CLEANTEX a spécialement été conçu
pour travailler avec la PLANEX. Il dispose d’une turbine haute performance pour
un parfait contrôle de l’aspiration, d’un filtre plat pour encore plus de capacité de
volume de cuve et d’un décolmatage automatique réglable (AUTOCLEAN) pour
une capacité d’aspiration constante.
Résultats parfaits jusqu’ à une hauteur de 5 m, en un temps record.
Venez découvrir la PLANEX chez votre revendeur spécialisé ou sur www.festool.fr
Les outils de toutes les exigences
www.festool.fr
© FOTOLIA
Depuis le 1er janvier 2015,
le compte personnel de
formation (CPF) remplace
le droit individuel à la
formation (DIF). Il s’agit
d’un compte qui suit chaque
individu dès son entrée sur
le marché du travail,
à partir de 16 ans et ce,
jusqu’à la retraite.
Présentation du dispositif.
FORMATION
COMPTE PERSONNEL
DE FORMATION (CPF)
PEINTURE DÉPOLLUANTE
Comment l’utiliser ?
La peinture d’un nouvel air
LES CONDITIONS D’OUVERTURE DU CPF
LES
BÉNÉFICIAIRES
q Un compte personnel de
formation est ouvert :
• à toute personne
âgée d’au moins 16
ans en emploi ou à la
recherche d’un emploi
ou accompagnée dans
un projet d’orientation et
d’insertion professionnelle;
• aux jeunes d’au moins
15 ans qui signent un
contrat d’apprentissage
après leur classe de
troisième.
Le DIF n’était ouvert
qu’aux salariés ayant un
an d’ancienneté et n’était
pas ouvert aux salariés en
contrat d’apprentissage ou de
professionnalisation.
L’ACQUISITION
DES HEURES
LES ABONDEMENTS
DU CPF
q Le CPF peut être
alimenté au moyen
d’abondements
complémentaires (par
exemple si la durée de la
formation envisagée par
le titulaire du compte est
supérieure au nombre
d’heures inscrites
sur son CPF).
Ces heures
Le DIF permettait au salarié d’acquérir 20 heures q complémentaires peuvent
par année d’ancienneté, sans pouvoir dépasser
notamment être financées
un plafond de 120 heures.
par le titulaire du CPF,
q La personne garde et alimente son
l’OPCA (organisme
compte personnel de formation tout au
paritaire collecteur
long de sa vie professionnelle.
agréé), le Fongecif (fonds
Les heures de formation inscrites sur le
de gestion du congé
compte demeurent acquises en cas de
individuel de formation),
changement de situation professionnelle
les régions ou encore par
ou de perte d’emploi de son bénéficiaire.
vous-même.
Par ailleurs, la période d’absence du
q Dans les entreprises
salarié pour un congé de maternité,
de 50 salariés et plus qui
de paternité, d’adoption, de présence
parentale, de soutien familial ou un congé n’auraient pas respecté
les nouvelles dispositions
parental d’éducation est intégralement
prévues pour les
prise en compte pour le calcul de ces
entretiens professionnels
heures. La loi ne vise pas expressément
les cas d’absence pour accident de travail obligatoires, le CPF est
abondé de 100 heures à
et maladie professionnelle.
titre de sanction.
Nous vous recommandons cependant
de les comptabiliser également comme
q Le CPF peut encore être
des temps de présence.
abondé par un accord
d’entreprise
q Le CPF n’est fermé qu’au départ
ou de branche.
à la retraite du salarié.
q Le CPF est comptabilisé en heures
et non pas en euros. Chaque salarié
acquiert 24 heures de formation par
année de travail à temps complet, jusqu’à
l’acquisition d’un crédit de 120 heures, puis
12 heures par année de travail à temps
complet, dans la limite d’un plafond total
de 150 heures. Les salariés à temps partiel
acquièrent des heures au prorata
de leur temps de travail.
DÉTRUIT
JUSQU’À
L’INFORMATION
SUR LES HEURES
80 %
DE POLLUANTS
q Depuis le 5 janvier 2015,
il est de la responsabilité
de chacun des salariés
de reporter eux-mêmes
leur solde de DIF sur leur
nouveau CPF en accédant
à leur espace personnalisé
sur le site dédié au compte
personnel de formation
ACTIVE
www.moncompteformation.gouv.fr.
Vous devez informer chaque
salarié par écrit, avant le 31
janvier 2015, du nombre total
d’heures acquises au titre du
DIF au 31 décembre 2014 et non
utilisées.
DÈS L’APPLICATION
q Excepté cette
communication sur le solde
des droits à DIF, l’employeur
est dégagé de toute autre
information sur la gestion
du CPF, désormais prise en
charge par la caisse des
dépôts et des consignations.
EFFICACE PENDANT
7 À 20 ANS
SELON LE NIVEAU
DE POLLUTION
En conséquence, les contrats de
travail, lettres de licenciement et
certificats de travail n’ont plus à
mentionner d’information relative
au DIF ni au CPF.
er
woze
Depuis le 1 janvier 2015, les heures acquises
par les salariés au titre du DIF sont inscrites
sur leur CPF et pourront être utilisées pendant
six ans dans les conditions du CPF, jusqu’au
31 décembre 2020.
*
Source : Bâtiment Actualité n°6 et 22 - Avril et décembre 2014
42 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
En savoir plus sur
: www.peinturepourlaqualitedelairinterieur.fr - tollens.com
LES CONDITIONS D’UTILISATION DU CPF
CapaZen
FINANCEMENT
q Le CPF est mobilisé par la personne, qu’elle soit
salariée ou à la recherche d’un emploi, afin de suivre,
à son initiative, une formation. Lors de l’entretien
individuel, vous pouvez discuter avec le salarié
de son choix de formation.
Le compte ne peut être mobilisé qu’avec l’accord de
son titulaire. Dans le cas d’une formation pendant le
temps de travail, le salarié doit en principe requérir votre
accord.
q Vous avez la possibilité de refuser un CPF pendant le
temps de travail. Vous devez le faire par écrit 30 jours
calendaires au plus après la demande.
q Il y a quatre exceptions. Le salarié peut imposer
une formation pendant le temps de travail en cas :
• de formation sur le socle commun de connaissances
ou de compétences professionnelles ;
• de VAE (validation des acquis de l’expérience) ;
• de formation financée par l’abondement-sanction
de 100 heures pour non-gestion du parcours ;
• d’accord d’entreprise ou de branche.
Il aura droit au maintien de sa rémunération.
Dans le cas d’une formation hors temps de travail, le
salarié n’a pas à demander votre accord, puisque vous
n’avez pas à lui verser d’allocation formation.
q Les formations éligibles au
CPF sont strictement limitées.
Les formations permettant
d’acquérir le socle commun
de connaissances ou de
compétences professionnelles
ainsi que la VAE en font partie.
Formation pendant le temps de travail
Formation hors temps de travail
q L’OPCA de la Construction prend en
charge les frais de formation du salarié. Vous
n’avez pas à verser d’allocation formation.
q Vous pouvez décider, par accord
d’entreprise, de consacrer au moins
0,2 % du montant des rémunérations
versées pendant l’année de référence au
financement du CPF de vos salariés et à son
abondement. Votre contribution formation
continue à l’OPCA de la Construction sera
alors réduite d’autant. Dans ce cas, vous
n’obtiendrez pas de participation de la part
de l’OPCA pour les dépenses relatives au
CPF, puisque vous le gérerez en direct.
Source : Bâtiment Actualité n°6 et 22 - Avril et décembre 2014
Solutions santé
aux performances
certifiées par un
organisme
indépendant
Zen
RESPECTU
X DE
EU
Les actions de formation dans le cadre du DIF hors temps de
travail entraînaient le versement par l’employeur au salarié
d’une allocation formation égale à la moitié de son salaire net.
q Les autres formations
doivent figurer sur une liste
définie par les instances de
branche (commission paritaire
nationale de l’emploi (CPNE)
ou interprofessionnelles, et
permettre soit d’acquérir un
socle de connaissances ou
de compétences, soit être
certifiantes, soit viser l’obtention
d’un certificat de qualification
professionnelle (CQP).
q Vous maintenez le salaire et les charges
du salarié et prenez en charge ses frais de
formation, c’est-à-dire le coût de l’inscription
au centre de formation plus les frais
annexes.
q Vous pouvez demander à l’OPCA de la
Construction une prise en charge des frais
de formation du salarié, et du salaire et des
charges mais qui sera forfaitisée.
Une gamme innovante au service de la santé
MENT
NE
FORMATIONS ÉLIGIBLES
CAPA
MISE EN ŒUVRE
NVIRON
L’E
FORMATION
NATURELLEMENT PRO
ElectroShield
Le primaire bloquant les
ondes électromagnétiques
Capasan Actif
La peinture intérieure
antibactérienne
Caparol Sensitiv
La peinture intérieure
sans allergène
44 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
BTP BANQUE AP 190x135_ok.indd 1
12/07/13 16:02
www.caparol.fr
FORMATION
PORTRAIT
human nature
© E.GUENNEC
Un titre
pour tous les soliers
Portraits croisés
Depuis 2011, le titre de solier
(niveau IV) est officiellement
reconnu et inscrit au
répertoire national des
certifications professionnelles.
Depuis sa création, 500 jeunes
ont suivi les 18 mois de
formation et reçu leur
diplôme. Face à ce succès,
ce titre a été renouvelé
pour cinq ans en 2014.
Contrairement aux apparences,
il concerne aussi les soliers
expérimentés. Rencontre avec
Emeric Guennec, solier depuis
plus de dix ans, qui l’a obtenu
par validation des acquis
de l’expérience (VAE).
A
près un apprentissage sur le terrain avec son
père, Emeric Guennec reprend l’affaire familiale
avec son frère.
Installée à Lamothe Landerron en Gironde, leur entreprise
spécialisée dans le revêtement de sol et de murs compte
aujourd’hui 23 compagnons. Il y a deux ans Emeric décide
de passer le diplôme de solier. « C’était une nécessité pour
moi, affirme-t-il, je souhaitais être plus crédible, auprès de
mes clients comme de mes collaborateurs. »
Cependant, il n’était pas question pour Emeric de se lancer
dans 18 mois de formation pour apprendre un métier qu’il
connaissait déjà ! « Grâce à la VAE, j’ai passé un examen
pratique qui a duré deux jours, se souvient l’entrepreneur.
J’ai dû réaliser le concept douche, la pose de linoleum avec
incrustations et la pose de dalle à remontée en plinthe. »
Des thèmes classiques qui n’ont posé aucun problème à
ce solier chevronné qui prépare désormais le concours du
Meilleur ouvrier de France.
>>>
46 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
™
une collection de dalles textiles skinny planks
LE TITRE DE SOLIER
Un tremplin
pour l’avenir
A seulement 25 ans Indy Rochel
a déjà connu plusieurs vies. Après
avoir travaillé tous les étés avec son
père, lui-même solier, il s’oriente vers
l’électronique avant d’opérer un retour
vers l’une de ses passions, l’athlétisme
de haut niveau, qu’il pratique depuis
sept ans. Suite à une blessure, le jeune
sportif se trouve contraint d’envisager
un autre métier. Il décide alors de
revenir à celui de solier. Quand il
a dû construire ce nouveau projet
professionnel, Indy n’a pas hésité
une seconde: « Il y a tellement de
compétences théoriques et pratiques
dans ce métier qu’on est obligés de
passer par une formation. »
Il a donc étudié au Technocentre Gerflor
de Tarare (Rhône Alpes) en contrat
de professionnalisation. Grâce à ses
formateurs, il trouve un patron chez
lequel il passe deux à trois semaines
par mois. Le reste du temps, il alterne
enseignements pratiques et cours
théoriques au Technocentre. « Les cours
sont plus que complets et comme nous
étions un bon groupe, nous avons pu
aborder des points qui n’étaient pas au
programme.
Bien sûr il nous reste quelques
compétences pratiques spécifiques à
acquérir par la suite, par exemple la
mise en œuvre de la moquette tendue,
mais d’un point de vue théorique nous
avons tout le savoir nécessaire. » Selon
lui le point fort de la formation reste le
contact avec les formateurs. « Ils étaient
très compétents, très pédagogues et
avec beaucoup d’expérience.
Il y a eu beaucoup d’échanges entre
nous et je suis toujours en contact avec
certains d’entre eux. »
Preuve de l’efficacité de cette
formation : Indy a été embauché par
son patron dès sa sortie de l’école.
SÉLECTION DE LA NATURE
Trouver l’espace pour réussir.
Tout ecosystème est formé d’un ensemble d’espèces dont on peut tirer
des leçons de design. Chez Interface, nous recherchons les connexions
existantes dans notre système vivant afin d’apporter une responsabilité
environnementale dans les espaces de toute taille.
C’est l’innovation harmonieuse.
La Collection Human Nature™ par Interface®.
Le Fondement d’une Belle Pensée.
Interface.com
diribat
Réussir la transmission de son entreprise de bâtiment !
Une approche méthodologique
comprenant notamment des conseils
très pratiques en matière de fiscalité,
de gestion patrimoniale, de droit des
successions, d’évaluation, de négociation…
Monique SANDRIN
coach et formatrice
spécialisée dans
l’accompagnement des
dirigeants du bâtiment.
Un titre pour tous les soliers
1
CHAPITRE
>>>
LANCER
LA RÉFLEXION
SUR LA
TRANSMISSION
DE SON
ENTREPRISE
2
CHAPITRE
PRÉPARER LA
TRANSMISSION
3
CHAPITRE
TRANSMISSION
FAMILIALE
6-14 rue La Pérouse
75784 Paris cedex 16
www.sebtp.com
Une formation efficace
Selon lui, les professionnels qui ont obtenu ce diplôme
sont plus pointus sur certaines techniques. « Ils font un
travail plus précis et plus propre que s’ils n’avaient pas
fait la formation, explique-t-il. Ils ont eu l’occasion de
travailler plusieurs sortes de matériaux différents et de
prendre du temps pour apprendre les gestes, alors que
sur un chantier on travaille souvent très vite. Ils ont également pu échanger des techniques avec les formateurs
et les autres élèves qui exercent chacun dans des entreprises différentes et c’est très enrichissant. »
Cette année, Emeric Guennec s’est retrouvé de l’autre
côté de la barrière et a présidé le jury de l’examen final
de six jeunes compagnons. « Je leur ai expliqué que la
formation n’était que le début de leur parcours. Ils seront
amenés à voir des choses plus compliquées sur les
chantiers. » L’occasion pour Emeric de rappeler que pour
devenir un bon solier, il faut en moyenne sept à huit ans
de pratique.
SOLIER
AU TOP 10 DES AUGMENTATIONS SALARIALES
TRANSMISSION
NON
FAMILIALE
5
CHAPITRE
APRÈS LA
TRANSMISSION
TESTS, CAS
PRATIQUES,
EXEMPLES
ET CONSEILS
OPÉRATIONNELS
COMPLÈTENT
LES APPORTS
ET APPORTENT
UN INTÉRÊT
SUPPLÉMENTAIRE
À L’OUVRAGE.
ISBN 978-2-35917-035-1
EAN 9782359170351
Prix public TTC : 32 e
AUTEURS
MONIQUE SANDRIN
CLAUDE MAIRE
Réussir la
transmission
de son entreprise
de bâtiment !
Lever les blocages personnels
Choisir les bonnes solutions juridiques, patrimoniales et fiscales
Mener avec succès la négociation, la vente, l’accompagnement du repreneur
OUVRAGE COLLECTIF
SOUS LA DIRECTION
DE DOMINIQUE CHAPELAIN
OUVRAGE COLLECTIF
SOUS LA DIRECTION
DE DOMINIQUE CHAPELAIN
RÉUSSIR LA
TRANSMISSION
DE SON ENTREPRISE
DE BÂTIMENT !
Destiné aux dirigeants
d’entreprise de bâtiment,
cet ouvrage traite la question
de la transmission d’entreprise
sous deux approches :
• une approche méthodologique
comprenant notamment
des conseils très pratiques
en matière de fiscalité,
de gestion patrimoniale, de droit
des successions, d’évaluation,
de négociation… ;
• une approche plus personnelle
soulignant principalement
les difficultés à en parler
à ses proches et à ses salariés,
à accompagner le repreneur
dans sa prise de fonction comme
chef d’entreprise et à quitter
sa vie de dirigeant pour
se réinvestir autrement.
A commander
auprès de la SEBTP
Au format « papier » [32 e] :
http://librairie.sebtp.com
Au format « E-BOOK » [22 e]:
http://edibatsebtp.com
BATISSIEL 2015
ACCOMPAGNER
L’ENSEIGNEMENT
DE LA TECHNOLOGIE
BALSAN, créateur de sols textiles.
La 11e édition du concours
Batissiel est lancée. Ce concours
s’adresse aux élèves des classes
de 5e, 3e générale, aux élèves de
SEGPA (section d’enseignement
général et professionnel
adapté) et de DP 6 (découverte
professionnelle) ainsi qu’aux
classes de Bac STI DD. Mené
par la FFB en partenariat avec
le ministère de l’Education
nationale, Batissiel récompense
la production collective d’une
équipe d’élèves autour d’un sujet
qui concerne la construction
d’un bâtiment ou d’un ouvrage
de travaux publics. Les élèves
sont jugés sur leur démarche, le
résultat et la restitution de leurs
travaux.
Les établissements informés
du concours par leur rectorat
peuvent s’inscrire sur
www.batissiel.informationeducation.org jusqu’au
18 janvier 2015.
© GL
Selon le baromètre Randstad des salaires non cadres,
le métier de solier connaît l’une des plus fortes augmentations salariales
dans les métiers du BTP en 2014, avec une augmentation de 3%.
Les métiers qui ont des hausses de salaire bien supérieures
à la moyenne nationale sont le plus souvent des métiers demandant
des qualifications très spécifiques ou très recherchées.
A noter que le BTP offre aux non-cadres le meilleur salaire moyen
tous secteurs confondus (1 617 $ bruts).
4
CHAPITRE
© Conception Lenox/Photos Fotolia/2014
Une approche plus personnelle
soulignant principalement les difficultés
à en parler à ses proches et à ses salariés,
à accompagner le repreneur dans sa prise
de fonction comme chef d’entreprise
et à quitter sa vie de dirigeant
pour se réinvestir autrement.
Claude MAIRE
conseil et formateur
dans le domaine de la
transmission d’entreprise.
diribat
diribat
FORMATION
Destiné aux dirigeants d’entreprise
de bâtiment, cet ouvrage traite
la question essentielle de la
transmission d’entreprise
sous deux approches :
Sous la direction de
Dominique CHAPELAIN
ancien Directeur de l’Ecole
Supérieure des Jeunes
Dirigeants du Bâtiment (ESJDB),
cet ouvrage est rédigé par
deux auteurs spécialistes des
questions de transmission
d’entreprise de BTP.
Un demi-siècle
dans la même entreprise
Roger Leroy entouré d’Aurore et Philippe Bertolani
C
’est l’histoire de Roger Leroy qui a accompli un parcours exceptionnel de cinquante années dans l’entreprise de peinture
Bertolani. Durant ce demi-siècle, Roger et l’entreprise Bertolani ont grandi ensemble, se sont qualifiés, se sont adaptés
aux techniques et au marché. Cinquante ans de confiance réciproque et d’assistance mutuelle pour franchir des étapes,
réussir des chantiers, travailler dans toute l’Europe.
A l’âge de 14 ans, Roger est embauché dans une entreprise de peinture pour effectuer un apprentissage. Il côtoie Ange Bertolani,
fondateur de l’entreprise, travaille sous la direction d’Antoine Bertolani, fils d’Ange, puis sous la direction de Philippe Bertolani,
petit-fils d’Ange, et depuis 2014 sous la direction d’Aurore Bertolani, arrière-petite-fille d’Ange. Ce long chemin a été célébré
par tout le personnel de Bertolani SAS au siège de la société à Heillecourt (54). Un arrêt sur image dans ce monde en
perpétuel mouvement, pour saluer la constance et l’engagement dans une voie toute tracée, et rendre hommage à Roger.
Il a reçu l’accolade de son tuteur d’apprentissage, Ali Kadem, - 82 ans dont plus de 40 ans au service de l’entreprise -, de ses
collègues dont certains formés par lui, et de Philippe et Aurore Bertolani. Tradition et modernité, une alliance bien ancrée dans
l’entreprise Bertolani SAS.
2, Corbilly - 36330 ARTHON
Tél. +33 2 54 29 16 00 / Fax. +33 2 54 36 79 08
48 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
www.balsan.com
www.balsan-inspiration.com
© B. CHARPENEL/CCCA/BTP
© TIENLI CHEN
FORMATION
BP PEINTRE
APPLICATEUR
DE REVÊTEMENTS
LA RÉVISION EST
LANCÉE
EUROSKILLS LILLE 2014
MÉDAILLE D’OR POUR LA FRANCE EN PEINTURE DÉCORATION
La 4e édition des Euroskills s’est déroulée à Lille du 2 au 4 octobre 2014. Ce
concours européen des métiers a rassemblé 450 jeunes venus de 25 pays
différents qui ont confronté leurs compétences dans 41 métiers. Composée
de 34 jeunes concourant dans 29 métiers, l’équipe de France s’est classée en
2e place parmi les 25 pays en compétition. Une fois de plus, l’équipe du BTP
s’est particulièrement distinguée. En peinture décoration, le candidat français
Baptiste Gabiot, originaire de la région Bourgogne, a remporté la médaille d’or.
L’édition 2016 du concours se déroulera à Göteborg en Suède.
WORDLSKILLS COMPÉTITION 2015
FINALES NATIONALES À STRASBOURG
Les finales nwationales de la 43e Worldskills competition auront lieu
à Strasbourg du 28 au 31 janvier 2015. Trois jours d’épreuves pleins
de suspens… Les lauréats de ces finales intégreront l’équipe de
France et défendront les couleurs de la France lors de la compétition
internationale du 10 au 16 août 2015 à Sao Paulo (Brésil). Les « centres d’excellence
Worldskills France » accueilleront les jeunes sélectionnés ainsi que leurs experts
afin de les préparer, dans des conditions optimales, aux épreuves internationales.
Le candidat peintre suivra la formation technique (trois semaines non consécutives
de 35 heures chacune) au lycée Pierre-Joël Bonte à Riom (Puy-de-Dôme).
www.worldskills-france.org
WORDLSKILLS COMPÉTITION 2019
LANCEMENT DE LA CANDIDATURE DE LA FRANCE
La candidature a été officialisée le 18 décembre au ministère du Travail, en
présence notamment de François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi, de la
Formation professionnelle et du Dialogue social, de Michel Guisembert, président de
WorldSkills France et du chef étoilé Alain Ducasse, parrain de la candidature 2019.
Michel Guisembert est heureux de constater un réel intérêt au plus haut niveau français
et une vraie volonté de porter cette candidature : « dans un contexte économique
actuel qui reste difficile, le meilleur atout des jeunes est d’avoir un métier. On peut
perdre parfois son emploi, mais jamais son métier.»
Dans le cadre de la 3e phase
du calendrier de rénovation
des BP (brevets professionnels)
du secteur du BTP prévu
par l’Education nationale,
les travaux de réécriture du
référentiel du BP « peintre
applicateur de revêtements »
vont démarrer. La première
réunion du groupe de travail
chargé de cette révision aura
lieu le 15 janvier 2015. Les
représentants de l’UPMF-FFB
seront Rachel Pellé, présidente
de la commission formation
de l’UPMF et Luc Papavoine,
membre de la commission.
DIMA
UN TREMPLIN VERS
L’APPRENTISSAGE
Un jeune voulant entrer
en apprentissage peut
demander à accéder à un
« dispositif d’initiation aux
métiers en alternance »
(DIMA). Cette formation
d’un an, gratuite pour le
jeune et non rémunérée, lui
permet de découvrir une
activité professionnelle tout
en demeurant sous statut
scolaire. L’élève est suivi de
façon personnalisée par un
tuteur pédagogique (au CFA)
et un tuteur professionnel
(dans l’entreprise d’accueil).
Ce dispositif est ouvert aux
jeunes atteignant 15 ans avant
la fin de l’année civile et
ayant terminé leur classe de
troisième.
CFA DE SAINT
HERBLAIN
UNE NOUVELLE
FORMATION
Pensez-y !
Reflets & Nuances
est consultable en
version numérique
www.cluballiancepeintures.com
50 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Un BTS « Enveloppe du
bâtiment : façades étanchéité »
a démarré en septembre 2014
au BTP CFA de Saint Herblain
(Loire-Atlantique). Cette
formation de deux ans en
alternance balaye les domaines
techniques de l’acoustique, du
thermique et de l’étanchéité.
Son ouverture a été soutenue
par les organisations
professionnelles et les
entreprises de la région.
Choisir
la bonne couleur
en un clic !
G8.30.40
G8.40.60
H2.40.70
“ Mes clients visualisent
leurs choix couleurs en temps réel
et moi je peux me consacrer
plus vite à la mise en peinture. “
Téléchargez l’application gratuitement
Nouvelle applicatioN
sikkeNs FR
techNologie
exclusive à Réalité
augmeNtée
accès aux Fiches
techNiques pRoduits
NOUVEAUTÉS
SIGMA CLEAN MAT
DE SIGMA COATINGS
Une solution mate en phase
aqueuse pour la décoration
des murs intérieurs
MARSALA : COULEUR
DE L’ANNÉE 2015
Une nouvelle entrée dans la
Collection inspired by Pantone®
de Tollens
HUMAN NATURETM
D’INTERFACE :
UNE COLLECTION QUI
STIMULE TOUS LES SENS
Une gamme de dalles de
moquette au format Skinny
Plank (25 cm x 100 cm)
FESTOOL RÉINVENTE
LE PONÇAGE
Une ponceuse excentrique
ETS EC 150
Riche de 1 170 teintes, Sigma
Clean Mat se destine aux murs
intérieurs en neuf ou en entretien.
Elle assure les chantiers de qualité,
aux finitions soignées (état de
finition A). Dotée d’une haute
résistance au lustrage en blanc, en
tons pastel, vifs ou profonds, cette
peinture peut s’appliquer dans les
locaux à forte circulation, où existent
les risques de frottements.
Tél. 01 57 61 00 00
www.sigmacoatings.fr
A mi-chemin entre un vieux rose
et un terracotta, la couleur Marsala
tire son nom de la ville sicilienne
éponyme, réputée pour sa liqueur.
Née d’une alchimie complexe
de pigments, elle joue avec les
variations de lumières, apparaissant
tantôt rose, tantôt brune. A la fois
raffinée et corsée, la couleur de
l’année 2015 s’harmonise avec
tous les intérieurs. La Collection
inspired by Pantone® de Tollens
est disponible en 42 teintes prêtes
à l’emploi, en format d’un litre.
Peinture monocouche multisupports
satinée, aux résines acryliques
en phase aqueuse pour murs et
boiseries, elle s’adapte à toutes les
pièces de la maison.
Tél. 01 41 27 64 20
www.tollens.com
E-CLAIR DE SEMIN :
ENDUIT TOUT EN UN
Cette
nouvelle
collection
rappelle les matériaux, les textures
et les tons que l’on trouve dans
le monde naturel : des stries de
la pierre ou de l’écorce ou qui
imitent les conceptions et le travail
de l’Homme comme des pavés de
béton.
Tissées et découpées en forme de
planche, ces dalles de moquette
sont constituées de matériaux à
50% recyclés. Pour une meilleure
qualité de l’air, Interface réduit
les émissions de COV (composés
organiques volatils) de tous ses
produits finis en concevant le
système d’installation sans colle
Tac Tiles.
Tél. 01 58 10 20 20
www.interfaceflor.fr
Un enduit assurant trois
actions : sous-couche enduisage - finition
Tél. 01 60 06 64 30
www.festool.fr
E-clair est un enduit de lissage
semi-épais 2 en 1. Il bénéficie de
deux fonctions : enduit et finition
pour travaux en intérieur et évite la
mise oeuvre d’une sous-couche au
préalable. Très couvrant et de rendu
mat profond, il s’utilise en intérieur
sur supports plaques de plâtre.
Tél. 03 82 83 53 57
www.semin.com
52 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
Pour poncer en hauteur sans
fatigue, au-dessus de la tête, le
ponçage précis de chants, de
plinthes ou de cadres, la nouvelle
ponceuse excentrique ETS CE 150
Festool apporte précision, endurance et confort.
Cette ponceuse à une main est plus
petite, plus légère et plus compacte
que les ponceuses à charbon. Elle
bénéficie d’un fonctionnement
silencieux et d’un système de
contrôle de vibration et d’aspiration
efficace. La nouvelle ETS EC 150 est
commercialisée dans le réseau de
distributeurs spécialisés Festool.
SIGMA CLEAN MAT
NOUVEAUTÉS
CAPAROL PROTÈGE
LES BÉTONS
résiste au lustrage quelle que soit la couleur
Disbocret 535 : une lasure
transparente pour béton
STO LANCE STOSILO
MINIBOX O
Un silo à usage unique
optimise la mise en œuvre
de l’ITE sous enduit
Mettant l’accent sur la mécanisation,
le
concept
permet
d’améliorer le rendement des
équipes en accélérant l’application
des enduits et en simplifiant
les opérations annexes. Le silo
compact en carton livré prêt à
l’emploi sur palette est facile à
transporter et rapide à raccorder
à la pompe. Pesant à vide 5 kg,
le nouveau StoSilo Minibox O
simplifie
considérablement
la
gestion des déchets.
Contenant un traitement
contre les algues et mousses, elle
apporte une protection renforcée
des supports contre les salissures.
Dotée d’une bonne perméabilité
à la vapeur d’eau et d’une faible
perméabilité à l’eau liquide,
elle laisse respirer les supports.
Disbocret 535 forme également
une protection efficace contre le
CO2, à l’origine de la dégradation
des bétons. D’aspect mat et facile
à mettre en œuvre grâce à son
séchage rapide, elle est résistante
aux intempéries et aux UV. Teintable
avec le système ColorExpress®,
la nouvelle lasure de Caparol est
disponible en seau de 12,50 L.
MARMOLEUM MODAL
DE FORBO : LA SOLUTION
NATURELLE POUR
LES SOLS
GUITTET PRÉSENTE
SINTRA
Un revêtement décoratif
en phase aqueuse
pour murs intérieurs
Tél. 03 22 38 39 40
www.caparol.fr
MOQUETTE URBAINE
DE BALSAN
Une collection
de moquettes résolument
citadine et design
Tél. 01 34 34 57 29
www.sto.fr
Balsan présente un modèle
phare de la Gamme Office, spécialement pensée pour les espaces
professionnels. Balsan suit la
tendance graphique et propose une
palette de tons uniques à twister.
Ces dalles carrées 50 x 50 cm en
velours bouclé offrent une quantité
infinie de combinaisons. 100% polyamide teint dans la masse, envers
bitume.
Le design et la modularité
de la LVT* associés
au naturel du linoléum
Répondant aux attentes des
professionnels en matière de
performances techniques, de design
et de mise en œuvre, Guittet met
en lumière une peinture à effets
décoratifs sublimant les intérieurs,
en neuf ou en entretien, et adaptée
à de nombreux secteurs : habitats
privés,
commerces,
bâtiments
d’enseignement, tertiaires, lieux
de santé, hôtellerie & loisirs,
pièces humides... Résistant, facile
d’entretien
et
tendance,
ce
revêtement décoratif à l’aspect
lisse et soyeux est disponible en
conditionnement de 3 litres et prêt
à l’emploi.
Ce linoléum modulaire présente
un large éventail d’avantages :
102 références pour des combinaisons infinies de couleurs et de
formats, une robustesse pour les
locaux classés U4, la facilité et la
rapidité de la pose, sans oublier la
dimension écologique d’un produit
fabriqué à partir de matériaux
naturels et un tarif attractif.
Grâce à ses quatre formats de
dalles inédits de 25 x 25 cm,
25 x 50 cm, 50 x 50 cm
et 50 x 75 cm, le revêtement
linoléum Marmoleum Modal autorise des combinaisons infinies et
une signature esthétique personnalisée.
* Luxury Vinyl Tile (tuile en vinyl de
luxe)
Tél. 01 57 61 00 00
www.guittet.com
Tél. 03 26 77 86 35
www.forbo-flooring.fr
Un mat destiné à la décoration
des murs intérieurs des chambres,
des pièces à vivre, mais aussi
des entrées, des magasins, des bureaux...
Tél. 02 54 29 16 00
www.balsan.com
sigmacoatings.fr
54 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
NOUVEAUTÉS
PAULINE DE CHATARD :
UN NOUVEAU GILET
DE SAISON
Une solution
fonctionnelle pour chantier
et sa logistique
SOFRAMAP
PRÉSENTE ULTI’SATIN
De l’or sous vos pieds
Une peinture satinée opacifiante
et garnissante répondant
aux multiples exigences
des chantiers
Venant compléter la gamme Ulti’
de peintures décoratives en phase
aqueuse pour travaux courants,
Ulti’Satin, disponible en 4 L et
15 L en blanc et teintes pastel, est
destinée aux surfaces intérieures,
en travaux neufs, de rénovation ou
d’entretien. Facile à travailler, elle
présente un temps de séchage
réduit qui la rend recouvrable dans
la journée. Lessivable, elle permet
un entretien aisé. Respectueux
de l’environnement, ce produit
contient moins de 1 g/L de COV
(composés organiques volatils),
bénéficie d’un classement A+ en
réponse aux préoccupations sur la
qualité de l’air intérieur et offre une
grande polyvalence de chantiers,
notamment HQE®.
Tél. 04 92 02 66 72
www.soframap.com
LA NOUVELLE
APPLICATION WÜRTH
CLIC & SHOP
HUOT PARQUETS
LANCE SA PÉPITE
Huot parquets crée la surprise en
lançant sur le marché haut de gamme
sa Pépite, un nouveau matériau
résultant de l’alliance de deux
produits purs et naturels : le chêne
et l’or. Après avoir soigneusement
sélectionné les lames qui constituent
ce parquet, l’entreprise y dépose de
l’or 24 carats.
En alliant innovation et tradition,
le produit permet de jouer sur
les contrastes de structure et de
luminosité. Egalement exploitable
sur les sols chauffants, ce parquet
est constitué de lames de 15 mm
d’épaisseur et de 160 mm de largeur.
Une offre multicanal
toujours à portée de main
C’est en observant de nombreux
personnels de chantier que
Chatard a mis au point le nouveau
gilet « reporter ». Confortable et
garantissant une grande liberté de
mouvement, ce gilet souple et chaud
n’offre pas moins de 10 poches.
Son tissu haute-visibilité en fait
un complément indispensable.
L’absence de manches et les détails
étudiés de la coupe apportent
aisance et liberté de mouvements.
Son dos long et des serrages
élastiqués empêchent les entrées
d’air froid.
Tél. 04 77 69 02 09
www.roanpanchos.com
GUIDE DES SOLUTIONS
MASTICS DE BOSTIK
Tél. 03 25 49 69 40
www.huot-parquets.com
Abrasif
Chevillage
Electricité
Equipement d’atelier
et de chantier
Levage - Arrimage
Equipement de Protection Individuelle...
Produits
Magasins
Réserver
Bostik présente son dernier
Guide des solutions Mastics,
une gamme complète pour les
professionnels de la construction
et de la décoration. Complet et
didactique, le guide est divisé en
chapitres contenant des mastics
de fixation, mastics 2 en 1, mastics
d’étanchéité, produits d’isolation et
accessoires. Les fiches systèmes
précisent un descriptif technique de
chaque produit, son appartenance
à un système et ses impacts
environnementaux et sanitaires.
WÜRTH - CLIC & SHOP
Plus qu’une application,
un service pratique.
Messages
Téléchargez
Würth - Clic & Shop
Würth vient de compléter sa
boutique en ligne eshop.wurth.fr en
déployant sa première application
mobile. Elle permet aux clients
de réserver des produits en ligne
et de les récupérer dans le magasin
Proxi le plus proche.
Dotée d’une fonction de géolocalisation, l’application permet de
localiser les différents magasins,
consulter leurs stocks disponibles sur
les 4 500 références. L’application
Würth Clic & Shop est compatible
avec smartphones et tablettes et
disponible au téléchargement sur
les plateformes App Store (iOS) et
Google Play (Androïd).
Tél. 03 88 64 72 45
www.wurth.fr
Tél. 01 64 42 12 29
www.bostik.fr
56 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
PRODUITS
Mot-clé ou Art. N°
ou rechercher par catégories
BIBLIOTHÈQUE
UPMF-FFB
Vous souhaitez accéder aux documents de l’UPMF-FFB ?
Vous les commandez
PVC
Ils sont accessibles en version papier ou en version numérique
Vous les téléchargez
par e-mail
sur le site
contact@upmf.ffbatiment.fr
www.upmf.ffbatiment.fr
>espace adhérents>médiathèque
>publications>publications de l’UPMF
par fax
01 40 70 01 74
HETEROGENE
TAPIFLEX
ET ACCZENT
EXCELLENCE
Merci de cocher votre sélection
NOUVEAU
22 DÉCORS
BOIS
NNEMENT
RESPECT DE L'ENVIRO
S
LES ENCARTS TECHNIQUE
UE
GUIDE PRATIQ
ECTIF
DU TRI SÉL
RE
POUR LA PEINTU
SOUPLES
MENTS DE SOL
ET LES REVÊTE
Gestion
des déchets
Guide pratique du tri sélectif
Format 110x210, 11 pages
Suivez les conseils
de Gabrielle
ANCE
RECONNAISS
NEUFS
DES FONDS EN INTÉRIEUR
reconnaissance
des travaux, la
à la bonne exécution
eur et fait partie
Action essentielle
lité de l’entrepren
la responsabi
de finition
des fonds engage
L’entrepreneur
planning du chantier.
subjectiles.
intégrante du
les défauts des
ne doit pas reprendre
aux
les outils utiles
en intérieur.
met à votre disposition
e des fonds neufs en œuvre des
élaboré par l’UPMF-FFB
la mise
une bonne reconnaissanc
Le présent document
et horizontales,
textiles.
pour réaliser
en parois verticaleset des revêtements de sol
étapes à respecter
travaux de peinture
aux travaux,
de sol souples
Il concerne les
pour procéder
par
muraux, des revêtements ou par l’ordre de service
la conformité
revêtements
pour en vérifier
le marché
p.2 et 3).
date prévue par une reconnaissance des fonds ils relèvent (tableaux en
l Avant la
effectuera
les NF DTU dont
récapitulative
l’entrepreneur
que définissent
é dans une fiche
non-conformit
rapport aux tolérances
et les cas de
en p.4).
en intérieur (fiche
les défauts constatés
es nécessaires.
l Il note
e des fonds neufs
des travaux supplémentair
début
de reconnaissanc
cas, la nature
qui, avant tout
dans chaque
son représentant
, après un examen
l Il mentionne,
d’ouvrage ou
maître
l’entrepreneur
le
avec
écrit,
éventuelle,
par
en accord
conformité
l Il en avise,
travaux décidera, intéressés, de la mise en proroge le délai d’exécution
d’état
d’exécution des
de service
avec les corps
service. Cet ordre pu normalement s’effectuer.
contradictoire
d’un ordre de
auraient
laquelle fait l’objetdate à laquelle les travaux
la
en fonction de
mais
n’est pas contractuel
Ce document
en votre faveur.
d’arguments
en cas de désaccord,
il constituera
une trace écrite
Reconnaissance
des fonds neufs en intérieur
+ DE 100 DÉCORS
& COULEURS
Concerne les travaux de peinture,
la mise en œuvre des revêtements
muraux, de sol souples et textiles.
Format A4, 4 pages
UNION
PROFESSIONNELLE
DES MÉTIERS
DE LA FINITION
UNION
PROFESSIONNELLE
DES MÉTIERS
DE LA FINITION
19/11/14 11:23
V5.indd 1
Attention à ne pas confondre présence de plomb
et accessibilité au plomb. La présence de plomb dans
un ouvrage entretenu n’a pas d’incidence sur la santé.
Il n’y a pas d’obligation de supprimer la présence
de plomb sur le support quel qu’il soit.
Il y a obligation de supprimer le risque de l’accessibilité
au plomb, présente lorsque l’ouvrage se dégrade.
Les particules de plomb libérées lors de la dégradation
du support sont dangereuses par leur ingestion ou
l’inhalation. A partir du moment où il y a des travaux sur
un mur (percement, perforation, fixation…) recouvert de
peinture au plomb, le risque d’exposition au plomb existe.
Dans ce cas si l’accessibilité au plomb est supprimée,
le plomb et le risque restent en place.
Les dates clés
l
l
l
l
La fiche individuelle
de pénibilité
l
Arrêtédu30janvier2012
relatifaumodèledefiche
prévuàl’articleL.4121-3-1
ducodedutravail.Lestravaux
surpeintureauplombdoivent
êtreconsignésdansunefiche
individuelledesuivi.
Lafichedepénibilitéest
communiquéeauservice
desantéautravailquila
transmetaumédecindu
travail.Ellecomplètele
dossiermédicalensantéau
travaildechaquetravailleur.
l
l
Décret48-2034du30/12/1948
relatifàl’interdictiond’emploi
deproduitsplombifèreset
cérusedanstouslestravaux
depeintureenbâtimentpour
l’ensembledesprofessionnels
Arrêtédu01/02/1993relatif
àl’interdictiondelamise
surlemarchéetdel’emploi
decertainessubstanceset
préparationsdangereuses
Décretdu19/03/1993fixant,
enapplicationdel’article
R.237-8ducodedutravail,
lalistedestravauxdangereux
pourlesquelsilestétablipar
écritunplandeprévention
Arrêtédu07/08/1998relatif
auxlimitationsdemisesur
lemarchéetd’emploide
certainsproduitscontenant
dessubstancesdangereuses
(dontcertainespeinturesau
plomb)pourlegrandpublic
Décret2001-97du01/02/2001
ditdécretCMR(agents
chimiquescancérogènes,
mutagènesoutoxiques
pourlareproduction)
Décret2003-1254du
23/12/2003relatifàla
préventiondurisquechimique
L’entreprise de peinture
et son assurance
S’il est vrai qu’à chaque métier, il faut son assurance, il est aussi vrai qu’à chaque entreprise,
il faut une assurance adaptée à sa taille, à ses spécialités et au chef d’entreprise. Ce document vous
permettra de vérifier si vous êtes bien assuré et de faire le nécessaire pour vous protéger au mieux.
LE DéCAPAGE CHIMIQUE
DES FAçADES
Qualification des travaux de peinture
QUOI DE NEUF DEPUIS JUIN 2012 ?
Ce document a pour objet d’informer
les professionnels sur l’évolution des produits
de décapage chimique des revêtements
de façade, suite à la modification
de la réglementation dans ce domaine.
Il existe aujourd’hui de nombreux décapants
ne contenant pas de dichlorométhane (DCM).
Ces produits sont-ils efficaces ?
Comportent-ils toujours des dangers ?
Nécessitent-ils des changements d’organisation
pour les professionnels concernés ?
Comment choisir le décapant le mieux adapté,
en tenant compte des paramètres
efficacité/sécurité/coût ?
Autant de questions qui sont abordées
dans le présent document.
DISPONIBLE EN
COMPACT
ET ACOUSTIQUE
PEINTURES DÉCORATIVES INTÉRIEURES-EXTÉRIEURES
REVÊTEMENT D’IMPERMÉABILITÉ
ANTI-CORROSION
ISOLATION THERMIQUE PAR L’EXTÉRIEUR
Ne constituent pas un ouvrage relevant
du régime décennal
Peut constituer un ouvrage relevant
du régime décennal
Responsabilités en fonction des travaux
La distinction des responsabilités a été précisée au fur et à mesure des décisions prises par les tribunaux
pour les travaux de peinture.
Rappel de la
nouvelle législation
TRAVAUX
NEUF OU RÉNOVATION
Les décapants de peinture
contenant du dichlorométhane
à une concentration égale ou
supérieure à 0,1% en poids,
ne doivent plus être utilisés
par les professionnels
depuis le 6 juin 2012.
Cette décision n°455/2009/ CE
du Parlement européen et
du Conseil du 6 mai 2009 a
été motivée par l’existence
d’une forte suspicion d’effet
cancérigène du dichlorométhane,
constituant principal de la plupart
des décapants chimiques de
façade jusqu’à aujourd’hui.
Les employeurs sont tenus de
prendre les mesures nécessaires
pour assurer la sécurité et
protéger la santé des salariés.
Le non respect de ces obligations
peut entraîner des sanctions
pénales. En cas d’accident, la
faute inexcusable peut être
recherchée.
q Peintures intérieures
q Peintures extérieures
q Revêtements décoratifs
GARANTIE
Durée : 10 ans à compter
de la réception
=
j’ai un contrat (marché)
pour des travaux
q Revêtements
d’imperméabilité I1, I2
Garantie légale de 10 ans
à compter de la réception
=
q Revêtements
d’imperméabilité I3, I4
je construis un ouvrage
q Isolation thermique
par l’extérieur
Bâti neuf en service*
q Spécifiques
Garanties particulières
Les engagements spécifiques
de l’entreprise envers son
client engagent sa responsabilité
dans les conditions prévues au
contrat. Par exemple : engagement
de bonne tenue
Attention de ne pas reprendre
les engagements des fabricants
dans le contrat.
DÉSORDRES/DOMMAGES
CONTRAT
Quel que soit le désordre :
responsabilité contractuelle
de droit commun
Désordres esthétiques qui
n’atteignent ni la solidité ni la
destination de l’ouvrage
Contrat
Faute de l’entreprise retenue
« tous fondements »
Responsabilité pour
désordres intermédiaires
de préférence
Dommages affectant
la solidité de l’ouvrage
ou le rendant impropre
à sa destination
Responsabilité décennale
Mise en jeu de cette garantie
par le client
Cas particulier
(Voir votre assureur)
*Cass. Civ. 3e
18/01/2006, N°0417.888, qui considère
que ces travaux ne sont
pas pris en compte par
la garantie décennale
mais relèvent de
la responsabilité
contractuelle de droit
commun.
80% DE
NOUVEAUTÉS
1
Peintures au plomb
Peintures au plomb : que faut-il
savoir en matière de réglementation,
prévention et sécurité ?
Format A4, 4 pages
Façades
Le décapage chimique
des façades : quoi de neuf
depuis juin 2012 ?
Format A4, 4 pages
Mémoire technique
Guide de rédaction d’un
mémoire technique pour les
entreprises de peinture
Format A4, 3 volets
Bâtir avec
l’environnement
L’entreprise de peinture
écoresponsable
Format A4, 4 pages
Assurance
L’entreprise de peinture
et son assurance
Format A4, 4 pages
Les 2 documents
ci-contre existent
uniquement en
version numérique,
téléchargeables sur
www.upmf.ffbatiment.fr
Chantier
Isolation thermique
par l’extérieur
5 Fiches techniques
Format A4, recto/verso
Réussir son chantier : Conditions
d’exécution et modalités de
fonctionnement des travaux
d’aménagement et finition
Format A5, 24 pages
Pour recevoir gracieusement les ouvrages
de votre choix, merci de compléter ce bulletin
Accessibilité
Guide des bonnes pratiques
de mise en couleur
Format A4, 16 pages
UNION
PROFESSIONNELLE
DES MÉTIERS
DE LA FINITION
Entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . Sol
19 fiches pratiques
techniques
Format A4
AVEC EXCELLENCE, CRÉEZ UN ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR
ADAPTÉ, INSPIRANT ET UNIQUE !
La nouvelle collection Tapiflex & Acczent Excellence a été développée pour
préserver la qualité de l’environnement intérieur grâce à deux éco-innovations
majeures :
MAGAZINE ÉDITÉ PAR CLUB ALLIANCE
9, rue La Pérouse 75784 Paris cedex 16 l Tél. 01 40 69 53 73 l
Fax 01 40 70 01 74 l E-mail : contact@cluballiance.fr l
N° ISSN : 1764-0709 l Président du Club Alliance - Directeur
de la publication : Philippe Bertolani l Rédacteur en chef : Yves
Labbé l Rédactrice en chef adjointe : Frédérique Foncelle l
ONT COLLABORÉ AU NUMÉRO 162 : Luc Bachélerie, Corinne
Bailly, Philippe Cluzeau, Nicolas Dembreville, Stéphanie Lacaze,
Didier Le Gorrec, Stéphane Miget, Yona Ong, Lucile Torregrossa,
Michaela Tumpach l Publicité : Club Alliance l Maquette : Lenox l
Impression : Corlet l Photo couverture : Fotolia/Lenox l La revue
Reflets & Nuances est distribuée gratuitement.
Tarkett a choisi une technologie sans phtalate
en adoptant un nouveau plastifiant.
< 10 µg/m
Meilleure Qualité
d’Air Intérieur
*TVOC À 28 JOURS
3
COVT < 10μg/m3 après 28 jours, taux 100
fois inférieur aux exigences de l’étiquetage
sanitaire A+.
Date : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 l Reflets & Nuances JANVIER 2015
*
* Une expérience unique du revêtement de sol
Ce document a pour objet de rappeler à la maîtrise
d’ouvrage et aux entreprises leurs obligations
en matière de réglementation, prévention et sécurité
en cas de présence de peintures au plomb.
Les encarts techniques
PEINTURES AU PLOMB
QUE FAUT-IL SAVOIR EN MATIèRE
DE RéGLEMENTATION, PRéVENTION
ET SéCURITé ?
© IREF
© SARL PILLION
Les encarts techniques
TRI_110x210-
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising