Leica FW4000 Handbuchtitel
Leica TCS SP5
Leica TCS SP5 X
Manuel d’utilisation
Édité par :
Leica Microsystems CMS GmbH
Am Friedensplatz 3
D-68165 Mannheim (Germany)
http://www.leica-microsystems.com
http://www.confocal-microscopy.com
Responsable du contenu rédactionnel : Leica Microsystems CMS GmbH
Copyright © Leica Microsystems CMS GmbH.
Tous droits réservés.
2
Sommaire
1.
Allgemeines..........................................................................................................9
1.1
Copyright.............................................................................................................9
1.2
A propos de ce mode d'emploi..........................................................................10
2.
Leica TCS SP5 / TCS SP5 X ..............................................................................11
2.1
Aperçu du système TCS SP5 ...........................................................................11
2.2
Aperçu du système TCS SP5 X ........................................................................12
2.3
Utilisation conforme aux prescriptions ..............................................................12
2.4
Conformité ........................................................................................................13
2.5
Brevets..............................................................................................................14
2.6
N° de série ........................................................................................................14
2.7
Spécifications....................................................................................................15
2.7.1
Dimensions .....................................................................................................15
2.7.1.1
TCS SP5 avec microscope inversé ............................................................15
2.7.1.2
TCS SP5 avec microscope droit.................................................................15
2.7.1.3
TCS SP5 X avec microscope inversé.........................................................16
2.7.1.4
TCS SP5 X avec microscope droit .............................................................16
2.7.2
Données de raccordement électrique .............................................................17
2.7.2.1
Données de raccordement électrique de l'unité d'alimentation ..................17
2.7.2.2
Données de raccordement électrique du laser à lumière blanche ............17
2.7.3
Exigences concernant le site ..........................................................................18
2.7.4
Conditions ambiantes admissibles..................................................................18
2.7.5
Dissipation de chaleur par le système et puissance frigorifique requise.........19
2.8
Equipement.......................................................................................................19
2.8.1
Vue d'ensemble des lasers VIS/UV utilisables................................................19
2.8.2
Vue d'ensemble des lasers MP (lasers IR) utilisables ....................................20
2.8.2.1
Lasers picosecondes..................................................................................20
2.8.2.2
Lasers femtosecondes ...............................................................................21
2.8.3
Vue d'ensemble des lasers VIS/UV utilisables avec le TCS SP5 X................22
2.8.4
À quelle classe de laser ce produit correspond-il ?.........................................23
2.8.5
Mesures de sécurité concernant le laser ........................................................23
3.
Les consignes de sécurité et leur signification ..............................................25
3
4.
Consignes de sécurité générales .................................................................... 27
4.1
Classe de laser pour systèmes VIS et UV ....................................................... 27
4.2
Classe de laser pour systèmes MP.................................................................. 27
4.3
Quelles sont les obligations de l'exploitant ?.................................................... 27
4.4
Consignes de sécurité pour l'utilisateur............................................................ 29
4.5
Sécurité de fonctionnement.............................................................................. 29
4.6
Charge électrique maximale du bloc multiprises de l'unité d'alimentation ....... 30
5.
Dispositifs de sécurité...................................................................................... 31
5.1
Disjoncteur ....................................................................................................... 31
5.2
Interrupteur à clé .............................................................................................. 32
5.3
Voyants indicateurs d'émission laser ............................................................... 34
5.4
Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur l'unité d'alimentation électrique35
5.5
Prise de verrouillage à distance sur le laser à lumière blanche ...................... 36
5.6
Prise de verrouillage à distance sur les lasers externes .................................. 38
5.7
Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur le scanneur............................. 38
5.8
Fonction et position des interrupteurs de sécurité............................................ 39
5.9
Dispositifs spéciaux concernant la sécurité laser............................................. 40
5.9.1
Gaine de protection laser et capteur de faisceau ........................................... 40
5.9.2
Protection avec les systèmes MP (lasers IR) ................................................. 41
5.10
Marques de sécurité sur le système................................................................. 42
5.10.1
Microscope inversé DMI 6000 CS .................................................................. 42
5.10.2
Microscope droit DM 5000/6000 CS............................................................... 44
5.10.3
Tête de balayage............................................................................................ 46
5.10.4
Laser à lumière blanche ................................................................................ 47
5.10.5
Laser externe UV ........................................................................................... 48
5.10.6
Unité d'alimentation électrique ....................................................................... 49
5.10.7
Unité de couplage de faisceau MP................................................................. 50
5.10.8
Cache (pour bride de rechange) .................................................................... 51
5.10.9
Boîtier à miroir ................................................................................................ 52
6.
Consignes de sécurité concernant l'exploitation du système...................... 53
6.1
Exigences concernant le lieu d'installation/lieu de stockage ............................ 53
6.2
Consignes de sécurité générales relatives à l'exploitation ............................... 53
6.3
Protection oculaire............................................................................................ 54
6.3.1
4
Système MP avec microscope droit ............................................................... 54
6.3.2
Système MP avec microscope inversé ...........................................................54
6.3.3
Systèmes VIS et UV avec microscope inversé ou droit ..................................55
6.4
Espace propre à l'échantillon ............................................................................56
6.5
Changement des échantillons...........................................................................57
6.6
Changement d'objectif ......................................................................................58
6.7
Changer le boîtier de lampe diascopique .........................................................59
6.8
Boîtier à miroir sur microscope droit .................................................................61
6.9
Changer le bloc de filtres, le répartiteur optique ou le condenseur...................63
6.10
Mise au point piézo-électrique sur microscope droit .........................................64
6.10.1
7.
Changement d'objectif avec une mise au point piézo-électrique ....................65
Mise en service du système .............................................................................67
7.1
Mise en marche du système .............................................................................67
7.2
Exécution de LAS AF........................................................................................72
7.3
Création d'un utilisateur ....................................................................................74
8.
Mise hors circuit du système ...........................................................................75
9.
Introduction au LAS AF.....................................................................................77
9.1
Généralités........................................................................................................77
9.2
Aide en ligne .....................................................................................................77
9.2.1
Organisation de l'Aide en ligne........................................................................77
9.2.2
Appel de l'Aide en ligne...................................................................................78
9.2.3
Recherche globale avec critères de recherche à liens logiques .....................79
9.3
9.3.1
Organisation de l'interface utilisateur ................................................................79
Organisation générale de l'interface utilisateur ...............................................79
9.4
Raccourcis clavier.............................................................................................81
10.
Introduction au travail confocal .......................................................................83
10.1
Préparation .......................................................................................................83
10.1.1
L'objectif ..........................................................................................................84
10.1.2
Microscopie classique .....................................................................................84
10.1.3
Pourquoi faire un balayage ? ..........................................................................87
10.1.4
Comment s'effectue une coupe optique ?.......................................................88
10.2
Enregistrement de coupes optiques .................................................................90
10.2.1
Enregistrement de données ............................................................................90
10.2.2
Éclairage .........................................................................................................92
10.2.3
Division du faisceau lumineux.........................................................................93
5
10.2.4
Bandes d'émission ......................................................................................... 94
10.2.5
Le trou d'aiguille et son effet........................................................................... 95
10.2.6
Section d'image et réglages de la grille.......................................................... 97
10.2.7
Signal et bruit ............................................................................................... 101
10.2.8
Coupes de profil ........................................................................................... 103
10.3
Fluorescence multiparamétrique .................................................................... 104
10.3.1
Éclairage ...................................................................................................... 105
10.3.2
Division du faisceau lumineux ...................................................................... 106
10.3.3
Bandes d'émission ....................................................................................... 106
10.3.4
Crosstalk ...................................................................................................... 106
10.3.5
Enregistrement séquentiel............................................................................ 107
10.3.6
Unmixing ...................................................................................................... 108
10.4
Séries 3D........................................................................................................ 109
10.4.1
Pile z............................................................................................................. 109
10.4.2
Épaisseurs de coupe.................................................................................... 109
10.4.3
Distances...................................................................................................... 109
10.4.4
Quantités de données .................................................................................. 110
10.4.5
Représentations ........................................................................................... 110
10.4.5.1
Galerie ..................................................................................................... 111
10.4.5.2
Films ........................................................................................................ 111
10.4.5.3
Projections orthogonales ......................................................................... 111
10.4.5.4
Projections orientées ............................................................................... 112
10.5
Séries chronologiques.................................................................................... 113
10.5.1
Vitesse de balayage ..................................................................................... 113
10.5.2
Points ........................................................................................................... 113
10.5.3
Lignes........................................................................................................... 113
10.5.4
Surfaces ....................................................................................................... 113
10.5.5
Dimensions (Time-Space) ............................................................................ 114
10.5.6
Mesures FRAP ............................................................................................. 114
10.6
Séries spectrales............................................................................................ 114
10.6.1
Enregistrement et utilisation des données.................................................... 114
10.6.2
Au sujet de la résolution spectrale ............................................................... 115
10.7
6
Combinatorique .............................................................................................. 115
11.
Maintenance et entretien.................................................................................117
11.1
Généralités......................................................................................................117
11.2
Nettoyage du système optique .......................................................................117
11.3
Nettoyage de la surface du microscope..........................................................118
11.4
Maintenance du système de refroidissement du scanneur.............................118
12.
Transport et dépollution .................................................................................119
12.1
Changement de lieu d'installation ...................................................................119
12.2
Élimination des déchets ..................................................................................119
13.
Contact .............................................................................................................121
14.
Glossaire ..........................................................................................................123
15.
Annexe..............................................................................................................129
15.1
Fiches techniques de sécurité des constructeurs tiers ...................................129
15.2
Déclaration de conformité ...............................................................................134
7
8
1. Allgemeines
1.1
Copyright
Les informations contenues dans le présent document représentent l'état actuel de la
technique et des connaissances. Nous avons rédigé ce document (texte et figures) avec le
plus grand soin. Toutefois, nous n'assumons aucune responsabilité, quelle qu'elle soit, pour
l'exactitude du contenu de ce manuel. Si vous souhaitez faire des commentaires sur ce
mode d'emploi ou sur notre documentation en général, nous vous remercions dès
maintenant de nous faire parvenir vos suggestions. Les informations contenues dans ce
mode d'emploi peuvent faire l'objet d'une modification sans préavis.
Leica Microsystems CMS GmbH est détenteur de tous les droits d'auteur de cette
documentation. L'adaptation, la traduction et la reproduction du texte et des figures, même
partielle, par impression, photocopie, microfilm ou autres procédures, dont celles impliquant
des systèmes électroniques, ne sont permises qu'avec l'autorisation expresse et écrite de
Leica Microsystems CMS GmbH.
Les programmes tels que LAS et LAS AF sont protégés par des lois sur les droits d'auteur
(Copyright). Tous droits réservés. Toute reproduction, adaptation ou traduction de ces
programmes est interdite sans autorisation écrite préalable de Leica Microsystems CMS
GmbH.
Le terme Windows peut figurer dans ce document, sans indication spécifique. Il s'agit d'une
marque déposée de Microsoft Corporation. Sinon, même si des noms de marques sont
utilisés sans mention particulière, l'on ne peut en déduire pour autant que leur utilisation est
libre. Tous les autres noms de marque et noms de produit mentionnés dans ce document
sont des marques, marques de prestation, marques de fabrique ou marques déposées des
fabricants respectifs.
fabriqué en République Fédérale d'Allemagne.
© Copyright Leica Microsystems CMS GmbH.
Tous droits réservés.
9
1.2
A propos de ce mode d'emploi
Quand il est question du système ou que le système n'est pas précisé, les remarques,
instructions et informations valent pour le TCS SP5 et le TCS SP5 X.
Le présent mode d'emploi fait principalement état des consignes de sécurité, qui doivent être
strictement observées lors du travail avec le Leica TCS SP5 et le Leica TCS SP5 X.
En outre, ce mode d'emploi vous donne un bref aperçu du principe de fonctionnement de
microscopes à balayage laser. Le manuel vous montre les premiers pas pour le démarrage
et la mise en service du système, et vous fournit des informations très utiles sur le logiciel
Leica Application Suite Advanced Fluorescence (LAS AF).
Le système est livré avec la version actuelle de LAS AF. Afin de maintenir les informations à
l'état le plus récent, il a été sciemment renoncé à la description de fonctions logicielles dans
ce mode d'emploi. À la place, nous renvoyons à l'aide en ligne du logiciel LAS AF, dans
laquelle vous trouverez les explications et instructions les plus récentes concernant les
fonctions logicielles appropriées.
Veuillez lire le chapitre "Introduction au LAS AF" dans ce mode d'emploi, afin de vous
familiariser avec la construction et l'utilisation du produit. Vous trouverez dans l'aide en ligne
des informations complémentaires sur des fonctions précises.
10
2. Leica TCS SP5 / TCS SP5 X
2.1
Aperçu du système TCS SP5
Figure 1 : Composants système du TCS SP5 (vue d'ensemble)
1
2
3
4
5
6
Scanneur du TCS SP5
Pupitre de commande
Station de travail TCS
Unité d'alimentation électrique
Console de commande
Microscope
11
2.2
Aperçu du système TCS SP5 X
Figure 2 : Composants système du TCS SP5 X (vue d'ensemble)
1
2
3
4
5
6
7
2.3
Scanneur du TCS SP5 X
Pupitre de commande
Station de travail TCS
Unité d'alimentation électrique
Console de commande
Microscope
Laser à lumière blanche
Utilisation conforme aux prescriptions
Le système a été développé pour une acquisition d'image à foyer commun (images balayées
au laser) d'échantillons vivants ou fixés, à marquage fluorescent, ainsi que pour la mesure
quantitative dans le domaine des sciences biologiques.
Ce système est prévu pour une utilisation en laboratoire.
Les applications du diagnostic in-vitro, au sens de la loi sur les produits médicaux, sont
exclues de l'utilisation conforme aux prescriptions.
12
Le fabricant décline toute responsabilité pour toute utilisation non conforme aux prescriptions
et aux spécifications de Leica Microsystems CMS GmbH, ainsi que concernant les éventuels
risques en résultant. En pareils cas, la déclaration de conformité perd sa validité.
2.4
Conformité
Cet appareil a fait l'objet de tests et il est conforme aux exigences des normes suivantes :
CEI/EN 61010-1
CEI/EN 60825-1
CEI/EN 61326
"Dispositions relatives à la sécurité des instruments électriques de
mesure, de commande, de réglage et de laboratoire"
"Sécurité des appareils à laser,
partie 1 : classification des matériels, prescriptions et guide de
l'utilisateur"
"Matériels électriques de mesure, de commande et de laboratoire Prescriptions relatives à la CEM" (classe A).
Il s'agit d'un appareil de Classe A pour l'utilisation dans des bâtiments
non habitationnels et pour l'utilisation dans des bâtiments qui ne sont
pas raccordés directement au réseau électrique basse tension qui
alimente les bâtiments habitationnels.
CEI/EN 61000-3-2
"Compatibilité électromagnétique" (CEM) Partie
3-2: Limites - Limites pour les émissions de courant harmonique
CEI/EN 61000-3-3
"Compatibilité électromagnétique" (CEM) Partie
3-3 : limitation des variations de tension, des fluctuations de tension et
du papillotement dans les réseaux publics d'alimentation basse
tension.
La déclaration de conformité pour le système est fournie en annexe à ce mode d'emploi.
Pour l'utilisation aux USA :
CDRH 21 CFR 1040.10:
Laser Products U.S. Food and Drug Administration (FDA)
(”Complies with FDA performance standards for laser products
except for deviations pursuant to laser notice No. 50, dated 26
July, 2001.
Pour les Etats-Unis (zone de compétence des CDRH/FDA (USA), il faut remplacer dans le
texte la désignation Classe de laser 3B par IIIb et la désignation Classe 4 par IV.
13
2.5
Brevets
Le produit Leica TCS SP5 est protégé par les brevets américains :
5,886,784; 5,903,688; 6,137,627; 6,222,961; 6,285,019; 6,311,574; 6,355,919; 6,423,960;
6,433,814; 6,444,971; 6,466,381; 6,510,001; 6,614,526; 6,654,165; 6,657,187; 6,678,443;
6,687,035; 6,738,190; 6,754,003; 6,801,359; 6,831,780; 6,850,358; 6,867,899.
D'autres demandes de brevets ont été déposées.
Le produit Leica TCS SP5 X est protégé par les brevets américains :
5,886,784; 5,903,688; 6,137,627; 6,222,961; 6,285,019; 6,311,574;
6,433,814; 6,444,971; 6,466,381; 6,510,001; 6,567,164; 6,611,643;
6,654,166; 6,657,187; 6,678,443; 6,687,035; 6,710,918; 6,738,190;
6,801,359; 6,806,953; 6,831,780; 6,850,358; 6,867,899; 6,888,674;
6,961,124; 7,005,654; 7,092,086; 7,110,645; 7,123,408.
D'autres demandes de brevets ont été déposées.
2.6
6,355,919;
6,614,526;
6,754,003;
6,898,367;
N° de série
Le numéro de série de votre système est apposé au dos du scanneur :
Figure 3 : Dos du scanneur, étiquette avec le numéro de série
14
6,423,960;
6,654,165;
6,796,699;
6,958,858;
2.7
Spécifications
2.7.1
Dimensions
2.7.1.1 TCS SP5 avec microscope inversé
1400 mm
600 mm
730 mm
2540 mm
1200 mm
Figure 4 : Dimensions du TCS SP5 avec microscope inversé
2.7.1.2 TCS SP5 avec microscope droit
1490 mm
730 mm
600 mm
2400 mm
1200 mm
Figure 5 : Dimensions du TCS SP5 avec microscope droit
15
2.7.1.3 TCS SP5 X avec microscope inversé
Figure 6 : Dimensions du TCS SP5 X avec microscope inversé
2.7.1.4 TCS SP5 X avec microscope droit
Figure 7 : Dimensions du TCS SP5 X avec microscope droit
16
2.7.2
Données de raccordement électrique
L'installation électrique du bâtiment doit comporter trois raccordements au secteur séparés et
pourvus des protections par fusibles suivantes :
• 3 x tension secteur de 100 à 120 V, 20 A
ou
•
3 x tension secteur de 200 à 240 V, 12 - 16 A
Pour avoir des informations techniques sur les lasers placés à l'extérieur du système (tels
que les lasers UV et MP), veuillez consulter la documentation fournie par le fabricant du
laser.
2.7.2.1 Données de raccordement électrique de l'unité d'alimentation
Tension d'alimentation :
100 - 240 V CA ± 10 %
Fréquence :
50/60 Hz
Puissance absorbée:
3200 VA
Catégorie de surtension :
II
2.7.2.2
Données de raccordement électrique du laser à lumière blanche
Tension d'alimentation :
100 - 240 V CA ± 10 %
Fréquence :
50/60 Hz
Consommation de courant :
2,2 A
Catégorie de surtension :
II
Fusibles
2 x T4A, 250 V CA
1
1
Concerne seulement le système TCS SP5 X.
17
2.7.3
Exigences concernant le site
Ne placez jamais le système dans un endroit à courant d'air.
Veillez à ce que le système ne soit jamais installé à proximité de climatisations ou d'autres
systèmes de ventilation. Réfléchissez bien à l'avance à son placement.
Veillez à ce que son environnement présente le moins de poussière possible.
Au sujet de la protection contre les poussières, veuillez lire le chapitre 11 Maintenance et
entretien.
Il est conseillé d'installer le système dans des pièces obscures.
Pour l'installation, la maintenance et le transport du système, il faut prévoir des largeurs
intérieures de porte de 1,00 m.
En ce qui concerne la portance minimale du sol, tenez compte du fait que le système a une
charge statique de 200 kg/m².
Veillez à un environnement à l'abri de secousses.
2.7.4
Conditions ambiantes admissibles
Plage de température admissible pour le
fonctionnement :
+18 à +25 ºC
Plage de température requise pour un
comportement optique optimal :
+22 °C ±1 °C
Humidité relative admissible :
20-80 % (sans condensation)
Vibrations admissibles :
Plage de fréquence [5 Hz - 30 Hz] :
Plage de fréquence [> 30 Hz] :
< 30 μm/s (valeur effective)
< 60 μm/s (valeur effective)
Degré de pollution :
Classe 2
18
2.7.5
Dissipation de chaleur par le système et puissance frigorifique requise
Le système TCS SP5 a une puissance consommée maximale de 3,2 kW pour le système
VIS et de 6,2 kW pour le système MP.
Le TCS SP5 X a une puissance consommée maximale de 3,4 kW.
Pour avoir des informations techniques sur les lasers placés à l'extérieur du système (tels
que les lasers UV et MP), veuillez consulter la documentation fournie par le fabricant du
laser.
2.8
Equipement
2.8.1
Vue d'ensemble des lasers VIS/UV utilisables
Le Leica TCS SP5 contient une combinaison des lasers mentionnés ici.
Type de laser
Longueur
d'onde [nm]
Rendement
lumineux
maximal à la
sortie du laser
[mW]
Rendement
lumineux
maximal dans le
plan focal [mW]
Largeur
d'impulsion
Diode 405
405
< 90
<6
Onde continue
(cw)
Diode 405 p
405
< 5 (puissance
moyenne)
< 0,3 (puissance
moyenne)
Pulsé, 60 ps
DPSS 442
442
< 60
<5
Onde continue
(cw)
Ar
458, 476, 488,
< 200
496, 514
< 30
Onde continue
(cw)
Ar, externe
458, 476, 488,
< 500
496, 514
< 125
Onde continue
(cw)
HeNe
543
< 1,5
< 0,5
DPSS 561
561
< 100
< 12
HeNe
594
<4
<1
HeNe
633
< 15
<5
UV, externe
(OPSL)
355
< 500
< 10
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
Tableau 1: lasers utilisables avec le TCS SP5 (sans MP)
19
Les composants assurant la sécurité laser ne sont installés que pour les variantes
de laser citées.
2.8.2
Vue d'ensemble des lasers MP (lasers IR) utilisables
Le système MP peut en outre contenir des lasers VIS/UV (voir le tableau "Lasers VIS/UV
utilisables").
2.8.2.1 Lasers picosecondes
Rendement
Rendement
Longueur
lumineux à la lumineux dans
Type de laser
d'onde [nm] sortie du laser le plan focal
[W]
[W]
Largeur
d'impulsion
MaiTai ps
780 - 920
< 1,2
< 0,6
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
MaiTai ps
wideband
710 - 950
< 2,5
< 1,2
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
MaiTai ps
broadband
710 - 990
< 2,5
< 1,2
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
MaiTai ps HP
690 - 1040
< 3,0
< 1,9
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
Chameleon ps
Ultra
690 - 1020
<4
< 1,9
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
Chameleon ps
Ultra I
690 - 1040
<4
< 1,9
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
Chameleon ps
Ultra II
680 - 1080
<4
< 1,9
Pulsé 1,0 - 1,5 ps
Tableau 2: lasers MP utilisables avec le TCS SP5 et le TCS SP5 X
20
2.8.2.2 Lasers femtosecondes
Rendement
Rendement
Longueur
lumineux à la lumineux dans
Type de laser
d'onde [nm] sortie du laser le plan focal
[W]
[W]
Largeur
d'impulsion
MaiTai fs
780 - 920
< 1,2
< 0,6
Pulsé 80 fs
MaiTai fs
wideband
710 - 950
< 2,5
< 1,2
Pulsé 80 fs
MaiTai fs
broadband
710 - 990
< 2,5
< 1,2
Pulsé 80 fs
MaiTai fs HP
690 - 1040
< 3,0
< 1,9
Pulsé 100 fs
Chameleon fs
Ultra
690 - 1020
<4
< 1,9
Pulsé 140 fs
Chameleon fs
Ultra I
690 - 1040
<4
< 1,9
Pulsé 140 fs
Chameleon fs
Ultra II
690 - 1080
<4
< 1,9
Pulsé 140 fs
Tableau 3: lasers MP utilisables avec le TCS SP5 et le TCS SP5 X
Les composants assurant la sécurité laser ne sont installés que pour les variantes
de laser citées.
21
2.8.3
Vue d'ensemble des lasers VIS/UV utilisables avec le TCS SP5 X
Le Leica TCS SP5 X contient une combinaison des lasers mentionnés ici.
Type de laser
Longueur
d'onde [nm]
Rendement
lumineux
maximal à la
sortie du laser
[mW]
Rendement
lumineux
maximal dans le
plan focal [mW]
Largeur
d'impulsion
Diode 405
405
< 60
<6
Onde continue
(cw)
Diode 405 p
405
< 5 (puissance
moyenne)
< 0,3 (puissance
moyenne)
Pulsé, 60 ps
UV, externe
355
< 500
< 10
Ar
458, 476, 488,
< 200
496, 514
< 30
488 laser solide
488
< 470
< 70
Laser à
lumière
blanche
470 – 670
< 500
< 80
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
Onde continue
(cw)
pulsé
Tableau 4: Lasers utilisables avec le TCS SP5 X
Les composants assurant la sécurité laser ne sont installés que pour les variantes
de laser citées.
22
2.8.4
À quelle classe de laser ce produit correspond-il ?
Variante
de laser
Plage de longueurs
d'ondes
Configuration
VIS
400 - 700 nm
(rayonnement laser
visible)
Combinaison de lasers du
chapitre 2.8.1 ou 2.8.3
(sans lasers de longueurs
d'onde
350 - 400 nm)
3B / IIIb
UV
350 - 700 nm
(rayonnement laser
visible et invisible)
Combinaison de lasers du
chapitre 2.8.1 ou 2.8.3
(lasers VIS et UV)
3B / IIIb
MP
350 - 1 050 nm
(rayonnement laser
visible et invisible)
Combinaison de lasers du
chapitre 2.8.1 (lasers VIS/UV),
chapitre 2.8.2 (laser IR) ou
chapitre 2.8.3 (lasers VIS/UV)
2.8.5
Classe de
laser
4 / IV
Mesures de sécurité concernant le laser
Respectez les consignes de sécurité concernant le travail avec les appareils à laser de la
classe 3B / IIIb (systèmes VIS et UV) ou de la classe 4 / IV (systèmes MP) conformément
aux lois et aux réglementations en vigueur dans le pays respectif. L'exploitant est
responsable du respect des prescriptions de sécurité laser.
23
24
3. Les consignes de sécurité et leur signification
DANGER
Un tel avertissement signale que vous devez observer et respecter
scrupuleusement un procédé d'utilisation, un processus, une condition ou une
remarque mentionné(e) dans ce mode d'emploi, sous peine de mettre votre vie en
danger.
ATTENTION AUX RAYONS LASER
Un avertissement laser de ce type attire votre attention sur un processus de
fonctionnement, un procédé, une condition ou une instruction qu'il est impératif
d'observer et de respecter, car sinon, il y a un risque de graves blessures
oculaires pour les personnes travaillant avec le système.
MISE EN GARDE CONTRE UNE TENSION ÉLECTRIQUE
Un avertissement de tension de ce type attire votre attention sur un processus de
fonctionnement, un procédé, une condition ou une instruction qu'il est impératif
d'observer et de respecter car sinon, il y a un risque pour l'intégrité physique et la
vie des personnes travaillant avec le système.
MISE EN GARDE CONTRE DES MATIÈRES NOCIVES OU IRRITANTES
Un avertissement de ce type attire votre attention sur une substance nocive pour
la santé.
ATTENTION
Une consigne de sécurité de ce type attire votre attention sur un processus de
fonctionnement, un procédé, une condition ou une instruction qu'il est impératif
d'observer et de respecter strictement car sinon, il y a un risque de graves
dommages matériels pour le système ou de perte de données.
PORTER UNE PROTECTION OCULAIRE
Un symbole d'obligation de ce type vous signale qu'une protection oculaire
appropriée est prescrite de manière obligatoire pour la mise en service et
l'exploitation du système. L'exécution de ces opérations sans protection oculaire
appropriée peut entraîner des blessures graves et irréversibles aux yeux.
25
RESPECTER LE MODE D'EMPLOI
Un symbole d'obligation de ce type vous indique que les consignes de sécurité et
les instructions du mode d'emploi doivent être impérativement respectées afin
d'assurer un fonctionnement sûr et parfait du système. Toutes les personnes
travaillant avec le système doivent respecter le mode d'emploi et en particulier les
consignes de sécurité.
Les remarques contiennent soit des informations complémentaires sur un thème
déterminé soit des instructions particulières concernant le maniement du produit.
26
4. Consignes de sécurité générales
4.1
Classe de laser pour systèmes VIS et UV
Ce système est, conformément à la norme CEI/EN 60825-1, un appareil à laser de classe
3B/IIIb.
Evitez absolument l'irradiation des yeux ou de la peau par un rayonnement direct !
Les rayons laser peuvent causer des blessures oculaires irréparables !
4.2
Classe de laser pour systèmes MP
Ce système est, conformément à la norme CEI/EN 60825-1, un appareil à laser de classe
4/IV.
Evitez absolument l'irradiation des yeux ou de la peau par un rayonnement direct
et indirect ! Les rayons laser peuvent causer des blessures oculaires et cutanées
irréparables !
4.3
Quelles sont les obligations de l'exploitant ?
L'exploitant du produit est responsable du fonctionnement conforme à destination et sûr et
de la maintenance du système effectuée en toute sécurité, ainsi que du respect des
dispositions relatives à la sécurité qui sont en vigueur.
L'exploitant est entièrement responsable de toutes les conséquences résultant d'une
utilisation du système dans d'autres buts que ceux qui sont cités dans le mode d'emploi ou
l'aide en ligne.
Cet appareil à laser ne peut être utilisé que par des personnes ayant été formées
à la manipulation du système et informées du potentiel de risques lié au
rayonnement laser.
Conformément à la norme CEI/EN 60825-1 et aux dispositions légales en vigueur
dans le pays concerné, l'exploitant est tenu de prendre les mesures de sécurité
appropriées et de s'assurer de leur application.
27
Tous les dispositifs, verrouillages et systèmes de sécurité de l'appareil à laser
doivent être en état de fonctionnement.
La désactivation ou la détérioration de ces dispositifs de sécurité ou toute
intervention dans l'un de ces dispositifs de sécurité peut entraîner de graves
blessures oculaires, corporelles ou des dommages matériels. Dans ce cas, Leica
Microsystems CMS GmbH décline toute responsabilité.
L'exploitant est tenu de nommer un responsable de sécurité laser (Laser Safety
Officer) ou un conseiller de protection laser (Laser Protection Advisor)
(conformément à la norme CEI/EN 60825-1: "Sécurité des appareils à laser, partie
1 : classification des matériels, prescriptions et guide de l'utilisateur” et aux
dispositions légales en vigueur dans le pays concerné).
Les réparations et interventions de service après-vente doivent être exclusivement
effectuées par les techniciens de service après-vente agréés de Leica
Microsystems CMS GmbH.
L'exploitant est entièrement responsable de toutes les conséquences résultant
d'une ouverture, d'une maintenance non conforme ou d'une réparation du
système réalisées par d'autres personnes que les techniciens agréés du service
après-vente Leica.
Lors de réparations et d'interventions de service après-vente nécessitant
l'ouverture d'éléments de carter, le séjour dans la pièce où se trouve le système
n'est autorisé qu'aux personnes compétentes, les techniciens du service aprèsvente Leica.
Ne connectez aucun appareil de fabrication extérieure.
Ne peuvent être connectés au produit que les appareils électriques cités dans ce
mode d'emploi. Pour toute question concernant les appareils compatibles,
adressez-vous à votre agence locale de service après-vente Leica ou contactez
directement Leica Microsystems CMS GmbH.
Leica Microsystems CMS GmbH n'est responsable d'aucun dommage résultant du nonrespect des informations citées ci-dessus. Les informations citées ci-dessus ne modifient en
aucune façon, que ce soit implicitement ou explicitement, les clauses de garantie et de
responsabilité contenues dans les Conditions générales de vente de Leica Microsystems
CMS GmbH.
28
4.4
Consignes de sécurité pour l'utilisateur
Lisez et observez les consignes de sécurité contenues dans le présent mode d'emploi et les
marques de sécurité apposées sur le système. Le non-respect de ces consignes de sécurité
peut entraîner des blessures corporelles graves ou des dommages considérables pour le
système ainsi que la perte de données.
Cet appareil à laser est de classe 3B ou 4 (en fonction des lasers utilisés).
Cet appareil à laser ne peut être utilisé que par des personnes ayant été formées
à la manipulation du système et informées du potentiel de risques lié au
rayonnement laser.
Avant d'exécuter pour la première fois des opérations avec le système,
commencez par lire la description correspondante de la fonction dans l'aide en
ligne.
Le sommaire de l'aide en ligne donne une vue d'ensemble des fonctions
individuelles.
On ne peut pas prévoir toutes les situations à risque, c'est pourquoi lors du fonctionnement
du produit, il convient de procéder avec soin en faisant preuve de bon sens et de prendre
toutes les mesures de sécurité appropriées qui sont en vigueur pour les lasers de classe
3B/IIIb ou les systèmes MP de classe 4/IV.
Aucune dérogation aux procédures de fonctionnement et de maintenance fixées n'est
admise.
Toute dérogation a lieu exclusivement aux risques de l'utilisateur et peut le cas échéant
entraîner l'extinction de la garantie.
4.5
Sécurité de fonctionnement
Cet appareil ne doit pas être utilisé en association avec des appareils servant au
maintien de la vie, tels que ceux utilisés par exemple en médecine intensive.
Cet appareil doit être raccordé uniquement à une alimentation électrique équipée
d'une mise à la terre.
Tout contact avec des liquides ou la pénétration de liquides dans le système
doivent en principe être évités.
29
4.6
Charge électrique
d'alimentation
maximale
du
bloc
multiprises
de
l'unité
La consommation de courant totale de tous les appareils connectés au bloc multiprises
(Figure 8)
ne doit pas dépasser 800 VA au maximum.
Les prises sont prévues pour :
•
Ordinateur de contrôle TCS
•
Moniteur 1
•
Moniteur 2
•
Microscope
Figure 8 : Bloc multiprises, panneau arrière de l'unité d'alimentation
30
5. Dispositifs de sécurité
5.1
Disjoncteur
Du côté droit du panneau arrière de l'unité d'alimentation électrique, il y a un disjoncteur
("Main Circuit Breaker") qui assure par couplage la déconnexion électrique du système
(Figure 9).
Le disjoncteur a à la fois la fonction de commutateur et de fusible de sûreté.
Ce disjoncteur ne sert pas à la mise sous et hors tension du système.
L'unité d'alimentation électrique doit être disposée de façon à ce que le disjoncteur soit
toujours librement accessible.
Figure 9 : Unité d'alimentation électrique avec disjoncteur
31
5.2
Interrupteur à clé
L'interrupteur à clé assure une protection contre toute utilisation non autorisée des appareils
à laser ; il est situé sur le pupitre de commande (voir Figure 10).
Figure 10 : Interrupteur à clé pour les lasers internes
L'interrupteur à clé assure une protection contre toute utilisation non autorisée du laser
externe à lumière blanche ; il est situé en façade du laser à lumière blanche (voir Figure 11).
Figure 11 : Interrupteur à clé du laser à lumière blanche
32
L'interrupteur à clé assure une protection contre toute utilisation non autorisée du laser
externe UV ; il est situé en façade du bloc d'alimentation (voir Figure 12).
Figure 12 : Interrupteur à clé du laser externe UV
Pour les autres lasers externes, la position des interrupteurs à clé est indiquée
dans le mode d'emploi fourni par le constructeur du laser.
33
5.3
Voyants indicateurs d'émission laser
L'état de service des lasers situés dans l'unité d'alimentation électrique est signalé par un
voyant indicateur d'émission (Figure 13). Le voyant indicateur d'émission laser est situé audessus de l'interrupteur à clé ; quand il est actif, il brille en jaune.
Le voyant indicateur d'émission laser du laser à lumière blanche est situé en façade du laser
(voir Figure 14) ; il est rouge quand il est allumé.
Dès que le voyant indicateur d'émission laser est allumé, c'est l'indication fonctionnelle qu'il
peut y avoir un rayonnement laser au niveau de l'échantillon.
Figure 13 : Voyants indicateurs d'émission laser sur le pupitre de commande
Figure 14 : Voyant indicateur d'émission laser du laser à lumière blanche
Figure 15 : Voyant indicateur d'émission laser sur le bloc d'alimentation du laser externe UV
34
Le système doit être séparé immédiatement de l'alimentation électrique si :
•
le voyant indicateur d'émission laser ne s'allume pas après une
mise sous tension réalisée au moyen de l'interrupteur à clé
•
ou s'il continue à briller après une mise hors tension réalisée au
moyen de l'interrupteur à clé,
•
ou si après une mise sous tension réglementaire, le balayage de
l'échantillon (faisceau laser au niveau de l'échantillon) ne
commence pas.
Dans un cas comme dans l'autre, il faut informer immédiatement le service aprèsvente Leica !
Pour les autres lasers externes, la position du voyant indicateur d'émission laser
est indiquée dans le mode d'emploi fourni par le constructeur du laser.
5.4
Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur l'unité d'alimentation
électrique
Sur le panneau arrière de l'unité d'alimentation se trouve la prise du verrouillage à distance
"Interlock" (tension nominale 12 V CC, Figure 16).
A cette prise est relié le connecteur de verrouillage à distance comportant un shunt.
Il est aussi possible de connecter des dispositifs de verrouillage à distance associés au local,
à la porte ou à d'autres verrouillages de sécurité qui sont fixes. Si le contact est ouvert, le
trajet du faisceau laser est interrompu.
La longueur totale de la conduction entre les deux broches du connecteur de verrouillage à
distance ne doit pas dépasser 10 m.
35
Figure 16 : Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur l'unité d'alimentation électrique
5.5
Prise de verrouillage à distance sur le laser à lumière blanche
2
Le panneau arrière du laser à lumière blanche comporte la prise de verrouillage à distance
”Interlock” (tension nominale 12 V CC, voir Figure 17) :
Si le laser à lumière blanche fonctionne comme composant du système TSC SP5
X, vous devez utiliser la prise de verrouillage à distance située sur l'unité
d'alimentation (voir le chapitre 5.4) ! Le connecteur de verrouillage à distance
(pontage de court-circuit) doit être branché sur la prise de verrouillage à distance
du laser à lumière blanche.
Si vous faites fonctionner séparément le laser à lumière blanche (sans le
connecter au système TCS SP5), vous devez utiliser la prise de verrouillage à
distance située sur le laser à lumière blanche (voir Figure 17) comme port des
verrouillages à distance !
Il est aussi possible de connecter des dispositifs de verrouillage à distance associés au local,
à la porte ou à d'autres verrouillages de sécurité qui sont fixes. Si le contact est ouvert, le
trajet du faisceau laser est interrompu.
2
Concerne seulement le système TCS SP5 X
36
Figure 17 : Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur le laser à lumière blanche
37
5.6
Prise de verrouillage à distance sur les lasers externes
Pour les lasers externes, veuillez consulter le mode d'emploi fourni par le fabricant
du laser pour connaître la position de la prise de verrouillage à distance.
5.7
Prise de verrouillage à distance (Interlock) sur le scanneur
Sur le panneau arrière du scanneur, se trouve la prise Interlock (tension nominale :
12 V CC, Figure 18).
Pour des raisons de sécurité laser, il ne faut connecter à cette prise que le microscope
inversé ou, en cas d'utilisation d'un microscope droit, le boîtier à miroir. Cela garantit que
l'interrupteur de sécurité du microscope fait partie du circuit Interlock.
Figure 18 : Position de la prise Interlock
38
5.8
Fonction et position des interrupteurs de sécurité
Si l'interrupteur de sécurité se détache, le trajet lumineux du faisceau laser est interrompu.
Figure 19 : Position de l'interrupteur de sécurité du bras d'éclairage diascopique (1) et
commutation du balayage à l'oculaire (2)
Position Est activé par
1
2
Type de
microscope
Est activé si
Fonction
Bras d'éclairage
diascopique
Le bras
Microscope
d'éclairage est
inversé DMI 6000 basculé (p. ex.
CS
pour travailler sur
l'échantillon).
Commutation
motorisée entre le
balayage et
l'oculaire
Bloque la lumière
parasite quand
Pivotement
l'utilisateur
Microscope
motorisé du miroir passe de
inversé DMI 6000
de renvoi vers le l'observation
CS
confocale à
scanneur.
l'observation par
l'oculaire.
Bloque la lumière du
laser pendant le
travail sur
l'échantillon.
39
5.9
Dispositifs spéciaux concernant la sécurité laser
5.9.1
Gaine de protection laser et capteur de faisceau
Le guidage de sécurité du faisceau et le capteur de faisceau sont intégrés aux microscopes
inversés pour la protection contre le rayonnement laser et se trouvent entre la base du
condenseur et le détecteur de diascopie (voir Figure 20).
1
Gaine de protection laser
(laser protection tube)
2
Capteur de faisceau
(cette figure montre le capteur de
faisceau associé au système MP)
3
Base du condenseur
Figure 20 : Microscope inversé
Si vous commandez ultérieurement une base de condenseur (Figure 20, position
3), sachez que la base de condenseur est livrée sans le capteur de faisceau
(Figure 20, position 2).
Vous devez en tout cas remonter le capteur de faisceau (Figure 20, position 2)
existant. Suivez les instructions contenues dans le mode d'emploi livré avec le
microscope.
En cas d'utilisation d'une base de condenseur avec porte-filtre, il faut toujours
veiller à faire pivoter les porte-filtres inutilisés hors du trajet optique et à couvrir le
trajet optique avec la gaine de protection laser.
L'équipement de porte-filtres avec des filtres doit se faire de bas en haut de sorte
que la gaine de protection laser couvre le plus possible le trajet optique. Il ne faut
pas faire pivoter les filtres pendant le balayage.
40
5.9.2
Protection avec les systèmes MP (lasers IR)
La lumière de tous les lasers VIS (plage de longueurs d'ondes 400 - 700 nm, spectre visible)
et lasers UV (plage de longueurs d'ondes < 400 nm, invisible) installés est conduite par un
câble à fibres optiques qui assure une protection intégrale jusqu'à ce que la lumière quitte
l'objectif du microscope et atteigne l'échantillon.
Avec les systèmes équipés de laser à infrarouge (plage de longueurs d'ondes > 700 nm), le
faisceau est conduit par le guidage de sécurité du faisceau et le cas échéant, également par
un câble à fibres optiques (Figure 21). Ainsi, la protection contre le faisceau laser est totale
jusqu'à ce qu'il quitte l'objectif du microscope et atteigne la préparation.
Figure 21 : Guidage de sécurité du faisceau (1) et laser IR (2)
41
5.10
Marques de sécurité sur le système
Les marques de sécurité, en anglais ou en allemand, sont choisies en fonction de la
configuration laser (VIS, UV, MP). Elles sont apposées aux endroits décrits ci-après.
5.10.1
Microscope inversé DMI 6000 CS
Vue oblique arrière sur le côté droit du microscope :
Figure 22 : Autocollant de sécurité pour microscope inversé DMI 6000 CS
42
Vue oblique avant sur le côté droit du microscope :
Figure 23 : Autocollant de sécurité pour microscope inversé DMI 6000 CS
43
5.10.2
Microscope droit DM 5000/6000 CS
Vue oblique avant sur le côté droit du microscope :
Figure 24 : Autocollant de sécurité pour microscope droit DM 5000/6000 CS
44
Vue arrière du microscope :
Figure 25 : Autocollant de sécurité pour microscope droit DM 5000/6000 CS
45
5.10.3
Tête de balayage
Vue oblique avant sur le côté gauche de la tête de balayage :
Figure 26 : Autocollant de sécurité pour le scanneur
46
5.10.4
Laser à lumière blanche
3
Panneau arrière du laser à lumière blanche :
Figure 27 : Autocollant de sécurité sur le panneau arrière du laser à lumière blanche
3
Concerne seulement le système TCS SP5 X.
47
5.10.5
Laser externe UV 4
Figure 28 : Autocollant de sécurité sur le laser externe UV
4
Concerne uniquement les systèmes avec un laser externe UV.
48
5.10.6
Unité d'alimentation électrique
Vue de l'unité d'alimentation électrique :
Figure 29 : Autocollant de sécurité pour l'unité d'alimentation TCS SP 5 (vue avant)
49
5.10.7
Unité de couplage de faisceau MP
Vue oblique avant sur le côté droit de l'unité de couplage de faisceau MP :
Figure 30 : Autocollant de sécurité pour l'unité de couplage de faisceau MP (dessus)
50
5.10.8
Cache (pour bride de rechange)
Vue avant sur le cache:
Figure 31 : Cache pour bride de rechange
Si la bride de rechange pour la diascopie n'est pas équipée d'un sous-ensemble fonctionnel
(module d'éclairage, par exemple), l'orifice doit être fermé avec un cache en raison de la
sécurité laser.
51
5.10.9
Boîtier à miroir
Vue avant sur le boîtier de miroir :
Figure 32 : Autocollant de sécurité pour le boîtier de miroir (dessus)
52
6. Consignes de sécurité concernant l'exploitation
du système
6.1
Exigences concernant le lieu d'installation/lieu de stockage
Cet appareil a été conçu pour une utilisation dans les laboratoires et il ne doit pas
être utilisé en association avec des appareils servant au maintien de la vie, tels
que ceux utilisés par exemple en médecine intensive.
Cet appareil a été conçu pour être connecté à une prise mise à la terre. La prise
mise à la terre est une fonction de sécurité importante.
Pour éviter les risques tels que les chocs électriques ou les dommages matériels,
cette fonction ne doit pas être désactivée.
Pour éviter les risques tels que les incendies et les chocs électriques, l'appareil ne
doit jamais être exposé à la pluie ou à l'humidité.
N'ouvrez le carter en aucun cas. Il ne doit jamais y avoir pénétration de liquides
dans
le carter du système et les composants électriques ne doivent pas entrer en
contact avec des liquides. L'appareil doit être complètement sec avant un
branchement sur l'alimentation électrique ou une mise sous tension.
6.2
Consignes de sécurité générales relatives à l'exploitation
Ne regardez pas dans les oculaires pendant le balayage.
Ne regardez pas dans les oculaires pendant la commutation de trajet optique sur
le microscope.
Ne regardez jamais directement un faisceau laser ou une réflexion de faisceau
laser. Evitez tout contact avec le faisceau laser.
53
Ne désactivez jamais les dispositifs de protection contre les rayons laser. Lisez
intégralement le chapitre "Dispositifs concernant la sécurité laser" pour vous
familiariser avec les dispositifs de sécurité du système.
Ne placez aucun objet réfléchissant dans le trajet optique.
Observez impérativement le mode d'emploi du microscope joint à la livraison.
6.3
Protection oculaire
6.3.1
Système MP avec microscope droit
Le port d'une protection oculaire (n° de commande : 156502570) est prescrit de
manière obligatoire. Une protection oculaire correspondant au rayonnement laser
IR est livrée avec le système. Cette protection oculaire ne protège pas du
rayonnement laser visible (VIS)!
Pendant le balayage, toutes les personnes présentes dans la pièce doivent porter
les lunettes de protection.
Le faisceau laser IR peut être réfléchi ou dispersé sur l'échantillon ou les objets
qui ont été mis dans l'espace propre à l'échantillon. Il n'est donc pas possible d'exclure
complètement un risque oculaire dû au rayonnement laser IR.
La protection oculaire fournie n'offre une protection sûre que pour les lasers à infrarouge
fournis par Leica Microsystems CMS GmbH.
6.3.2
Système MP avec microscope inversé
Le port d'une protection oculaire n'est pas nécessaire. Lors d'une utilisation conforme à
destination et respectant les consignes de sécurité, la limite de rayonnement laser est
respectée, ce qui exclut tout risque oculaire.
54
6.3.3
Systèmes VIS et UV avec microscope inversé ou droit
Le port d'une protection oculaire n'est pas nécessaire. Lors d'une utilisation conforme à
destination et respectant les consignes de sécurité, la limite de rayonnement laser est
respectée, ce qui exclut tout risque oculaire.
55
6.4
Espace propre à l'échantillon
La lumière de tous les lasers VIS (plage de longueurs d'ondes 400 - 700 nm,
spectre visible) et lasers UV (plage de longueurs d'ondes < 400 nm, invisible) installés est
conduite par un câble à fibres optiques qui assure une protection intégrale jusqu'à ce que la
lumière quitte l'objectif du microscope et atteigne la préparation. La divergence du faisceau,
en fonction de l'objectif utilisé, est d'au maximum 1,16 rad.
Figure 33 : Espace propre à l'échantillon sur microscopes droit et inversé
Dans l'espace propre à l'échantillon du microscope laser à balayage, le
rayonnement laser est librement accessible pendant le balayage après la sortie de
l'objectif.
Cet état de fait exige une attention et une prudence particulières. Tout contact
oculaire avec le rayonnement laser peut causer de graves blessures oculaires.
C'est pourquoi il est indispensable d'agir avec circonspection dès qu'un ou
plusieurs des voyants indicateurs d'émission laser sont allumés.
En cas d'utilisation conforme à destination et de respect des consignes de
sécurité lors du fonctionnement du système, il n'y a aucun risque pour l'utilisateur.
Respectez une distance de sécurité d'au moins 20 cm entre vos yeux et
l'ouverture de l'objectif.
56
6.5
Changement des échantillons
Ne changez jamais les préparations pendant un balayage.
Pour faire un changement de préparation, procédez comme suit :
Microscope droit
Microscope inversé
Mettez fin au balayage.
Mettez fin au balayage.
Assurez-vous qu'il n'y a plus aucun
Assurez-vous qu'il n'y a plus aucun
rayonnement laser dans l'espace propre à rayonnement laser dans l'espace propre à
l'échantillon.
l'échantillon.
Basculez le bras de diascopie en arrière.
Vous pouvez alors changer la
préparation.
Placez correctement l'échantillon dans le
porte-échantillons.
Changez de préparation.
Placez correctement l'échantillon dans le
porte-échantillons.
Basculez le bras de diascopie pour le
ramener en position de travail.
57
6.6
Changement d'objectif
Ne changez pas d'objectif pendant un balayage.
Pour faire un changement d'objectif, procédez comme suit :
1. Mettez fin au balayage.
2. Eteignez le laser interne en utilisant l'interrupteur à clé.
3. Eteignez le laser externe éventuel avec son interrupteur à clé, en suivant les
indications contenues dans le mode d'emploi du fabricant du laser.
4. Tournez le revolver à objectifs de sorte que l'objectif à changer pivote hors du
trajet optique et pointe vers l'extérieur.
5. Changez alors d'objectif.
Toutes les positions inoccupées dans le revolver à objectifs doivent être fermées
avec les capuchons fournis.
Pour les systèmes MP, les objectifs à sec (objectifs aériens) avec une ouverture
numérique supérieure à 0.85 ne doivent pas être utilisés. Ceci ne s'applique pas
aux objectifs à immersion (huile, eau).
Si votre système est équipé d'une mise au point piézo-électrique, respectez aussi
les consignes de sécurité relatives au changement d'objectif avec mise au point
piézo-électrique (voir 6.10.1).
58
6.7
Changer le boîtier de lampe diascopique
Si aucun boîtier de lampe diascopique n'est connecté, l'ouverture (Figure 35 ou Figure 36)
doit être bien fermée avec le cache fourni avec le système (Figure 34) pour assurer une
protection contre une éventuelle sortie de rayonnement laser.
Figure 34 : Cache
Si aucun boîtier de lampe n'est connecté au microscope ou en l'absence de
cache, il ne faut pas mettre les lasers en marche à cause du risque de
rayonnement laser.
Figure 35 : Connexion du module d'éclairage diascopique sur le microscope inversé
59
Figure 36 : Connexion du module d'éclairage diascopique ou du boîtier à miroir sur le
microscope droit
Si votre microscope dispose d'un module d'éclairage diascopique que vous voulez
remplacer, procédez comme suit :
1. Désactivez les lasers.
2. Débranchez le module d'éclairage de l'alimentation électrique.
3. Enlevez le module d'éclairage.
4. Réalisez sur le module d'éclairage les actions souhaitées.
5. Quand vous avez terminé, revissez le nouveau module d'éclairage sur le
microscope.
60
6.8
Boîtier à miroir sur microscope droit
Si aucun boîtier à miroir n'est connecté au microscope droit, pour assurer une protection
contre une éventuelle sortie de rayonnement laser, il faut bien fermer l'ouverture avec le
cache fourni (Figure 37).
Figure 37 : Cache
Si aucun boîtier à miroir n'est connecté au microscope ou en l'absence de cache,
il ne faut pas mettre les lasers en marche à cause du risque de rayonnement
laser.
Si votre microscope droit dispose d'un boîtier à miroir, tenez compte les instructions
suivantes :
•
Si vous démontez le boîtier à miroir, vous devez obturer le port sur le
microscope (Figure 36) à l'aide du cache (Figure 37).
•
La prise Interlock située sur le boîtier de miroir (Figure 38, flèche 1) doit
toujours être reliée à la tête de balayage.
•
La sortie inutilisée du boîtier à miroir doit être fermée à l'aide du cache fourni
(Figure 38, pos. 3).
61
Au moment de monter le cache (Figure 38, pos. 3) veillez à ce que le palpeur
(Figure 38, pos. 2) soit actionné par le cache.
Figure 38 : Boîtier à miroir sur microscope droit
62
6.9
Changer le bloc de filtres, le répartiteur optique ou le condenseur
Ne changez pas de bloc de filtres ou de répartiteur optique pendant un balayage.
Dans LAS AF, réglez la tension nominale de tous les détecteurs externes sur 0 V
et éteignez-les au moyen de la case à cocher. Si les détecteurs sont encore sous
tension, le contact avec la lumière ambiante peut les endommager.
Pour faire un changement de bloc de filtres ou de répartiteur optique, procédez comme suit :
Microscope droit
Microscope inversé
Mettez fin au balayage.
Mettez fin au balayage.
Dans LAS AF, réglez la tension nominale
de tous les détecteurs externes sur 0 V.
Dans LAS AF, réglez la tension nominale
de tous les détecteurs externes sur 0 V.
Enlevez le cache du
module de fluorescence (voir le mode
d'emploi du microscope).
Retirez le module de fluorescence.
Enlevez le bloc de filtres ou le répartiteur
optique.
Enlevez le bloc de filtres ou le répartiteur
optique.
Installez le bloc de filtres ou le
répartiteur optique souhaité.
Installez le bloc de filtres ou le
répartiteur optique souhaité.
Remettez en place le cache du module de
fluorescence.
Réinstallez le module de fluorescence.
Ne retirez jamais de câble à fibres optiques.
Ne séparez jamais le scanneur du microscope en cours de fonctionnement.
Avant le retrait du scanneur, il faut avoir mis hors tension tout le système.
N'utilisez pas de condenseur de microscope S70. En raison de la grande distance
de travail et de la faible ouverture numérique du condenseur de microscope S70,
le rayonnement laser pourrait s'avérer dangereux. N'utilisez donc que les
condenseurs de microscope Leica S1 et S28.
63
6.10
Mise au point piézo-électrique sur microscope droit
Figure 39 : Mise au point piézo-électrique sur le revolver à objectifs
Si votre système est équipé d'une mise au point piézo-électrique, veuillez respecter les
consignes de sécurité ci-dessous :
Avant d'allumer le système ou d'exécuter le logiciel LAS AF, positionnez la platine
aussi bas que possible et enlevez le porte-objet/l'échantillon de la platine.
Sinon, l'initialisation de la mise au point piézo-électrique risque d'endommager ou
de détruire l'échantillon et le porte-objet pendant le démarrage du système/logiciel
!
La course de l'objectif est limitée à 150 µm vers le haut ou le bas. La course totale est de
300 µm.
Affichage sur le contrôleur de la mise au
point piézo-électrique :
Position haute :
350 µm
Position moyenne :
200 µm
Position basse :
50 µm
Zone de balayage xz :
250 µm
Figure 40 : Contrôleur de la mise au point
piézo-électrique
Ne modifiez aucun réglage sur le contrôleur, celui-ci ayant été réglé de manière
optimale par Leica.
64
Figure 41 : Douille-entretoise sur l'objectif
Notez que la position de focalisation d'un objectif avec une mise au point piézoélectrique est 13 mm plus basse qu'avec les objectifs ordinaires. Pour assurer que
le plan de mise au point soit le même, une douille-entretoise est installée sur tous
les autres objectifs (Figure 41).
6.10.1
Changement d'objectif avec une mise au point piézo-électrique
Ne pas effectuer le changement d'objectif automatiquement ! Le mouvement
automatique risquerait d'endommager le câble de la mise au point piézoélectrique !
Avant de changer l'objectif associé à la mise au point piézo-électrique, vous devez
en plus de la procédure normale (voir le chapitre 6.6) abaisser le plus possible la
platine et enlever de la platine le porte-objet ou l'échantillon. Sinon, l'initialisation
de la mise au point piézo-électrique risque d'endommager ou de détruire
l'échantillon et le porte-objet pendant le démarrage du système/logiciel !
Après un remplacement de l'objectif sur la mise au point piézo-électrique, déclarez
le nouvel objectif dans le logiciel LAS. Suivez attentivement les instructions
contenues dans le mode d'emploi du microscope.
65
66
7. Mise en service du système
7.1
Mise en marche du système
Avec la platine motorisée (156504145) pour le DMI 6000 (inverse) :
Puisque la platine motorisée est initialisée et pour éviter d'endommager le
condenseur, le bras d'éclairage du microscope inverse doit être pivoté vers
l'arrière avant le démarrage du système ou de LAS AF.
Avec la platine motorisée (156504155) pour le DM 6000 (droit) :
La platine doit être positionnée en position basse avant le démarrage du système
ou avant la mise en marche du LAS AF, car elle pourrait toucher le revolver à
objectif pendant l'initialisation et endommager les objectifs.
1. Sur le pupitre de commande, allumez la station de travail (commutateur PC).
Figure 42 : Mise en marche de l'ordinateur de contrôle
Le système d'exploitation démarre automatiquement, dès que vous allumez la
station de travail. Attendez la fin de la procédure de démarrage.
2. Connectez-vous au système d'exploitation. Appuyez simultanément sur les
touches Ctrl, Alt et Suppr pour demander l'ouverture de la boîte de dialogue
Login Information.
67
Si vous avez un compte d'utilisateur, utilisez celui-ci. Ceci offre l'avantage de
pouvoir enregistrer et réutiliser les paramètres personnalisés. Si l'administrateur
système n'a pas encore créé votre compte, connectez-vous en utilisant le nom
d'utilisateur "TCS_User". Un mot de passe n'est pas nécessaire.
Une fois que vous vous êtes enregistré avec votre code utilisateur, vous pouvez
modifier votre mot de passe. Pour cela, appuyez simultanément sur les touches
Ctrl, Alt et Suppr.
Cliquez ensuite sur Change password. Une boîte de dialogue s'ouvre : Change
password.
3. Vérifiez que le microscope est sous tension. Quand le voyant de disponibilité
(Figure 43, position 1) est allumé sur le boîtier électronique, cela signifie que le
microscope est en marche. Si le voyant de disponibilité est éteint, il faut actionner
l'interrupteur à bascule (Figure 43, position 2) du boîtier électronique.
Figure 43 : Mise sous tension du microscope
68
4. Sur le pupitre de commande, mettez en marche le scanneur.
Figure 44 : Mise sous tension du scanneur
5. Sur le pupitre de commande, mettez les lasers en marche.
Figure 45 : Mise sous tension du laser
Les blocs d'alimentation et les ventilateurs du système démarrent.
69
Le bloc d'alimentation du laser à lumière blanche démarre quand l'interrupteur
principal situé sur le panneau arrière du laser à lumière blanche est en position
"On“ (Allumé).
6. Pour la mise en circuit des lasers dans l'unité d'alimentation électrique, actionnez
l'interrupteur à clé du pupitre de commande (voir Figure 46).
Figure 46 : Actionnement de l'interrupteur à clé
7. Pour la mise en marche du laser à lumière blanche, actionnez l'interrupteur à clé
situé en façade du laser à lumière blanche (voir Figure 47) 5.
Figure 47 : Interrupteur à clé du laser à lumière blanche
À partir de ce moment, il peut y avoir un rayonnement laser dans l'espace propre
à l'échantillon du microscope laser à balayage. Observez les consignes de
sécurité du chapitre Consignes de sécurité concernant l'exploitation du système6.
5
Concerne seulement le système TCS SP5 X.
70
Si la température ambiante est supérieure à 40 °C, le laser à lumière blanche se
met hors circuit. L'écran du laser à lumière blanche affiche un message d'erreur.
La température de la pièce doit redevenir normale pour que la remise en marche
du laser à lumière blanche soit possible.
Si le laser à lumière blanche est exposé à des secousses, l'écran du laser peut
afficher un message d'erreur. Dans ce cas, éteignez le laser à lumière blanche et
remettez-le en marche 10 secondes après.
8. Pour la mise en marche du laser externe UV, actionnez l'interrupteur à clé situé en
façade du laser à lumière blanche (voir) 6.
Figure 48 : Interrupteur à clé du laser externe UV
À partir de ce moment, il peut y avoir un rayonnement laser dans l'espace propre
à l'échantillon du microscope laser à balayage. Observez les consignes de
sécurité du chapitre 6Consignes de sécurité concernant l'exploitation du système.
Pour éteindre le système, respectez les indications fournies au chapitre 8 Mise hors circuit
du système.
6
Concerne uniquement les systèmes avec un laser externe UV.
71
7.2
Exécution de LAS AF
Avec la platine motorisée (156504145) pour le DMI 6000 (inverse) :
Puisque la platine motorisée est initialisée et pour éviter d'endommager le
condenseur, le bras d'éclairage du microscope inverse doit être pivoté vers
l'arrière avant le démarrage du système ou de LAS AF.
Avec la platine motorisée (156504155) pour le DM 6000 (droit) :
La platine doit être positionnée en position basse avant le démarrage du système
ou avant la mise en marche du LAS AF, car elle pourrait toucher le revolver à
objectif pendant l'initialisation et endommager les objectifs.
1. Démarrez le logiciel en cliquant sur l'icône LAS AF du bureau :
Figure 49 : Symbole LAS AF sur le bureau
2. Choisissez si le système doit être utilisé en mode résonant ou non résonant.
Figure 50 : Fonctionnement résonant ou non
72
3. A présent, démarrez le programme LAS AF en cliquant sur le bouton "OK".
Figure 51 : Fenêtre de démarrage LAS AF
A présent, vous vous trouvez dans la vue de base de LAS AF.
Figure 52 : Vue de base LAS AF 7
7
L'affichage peut varier selon la configuration système.
73
7.3
Création d'un utilisateur
Le nom d'utilisateur standard du système est ”TCS_User”. Un mot de passe par
défaut n'est pas défini. Il est recommandé de créer une ID utilisateur spécifique
pour chaque utilisateur du système (en utilisant l'administrateur de système). Des
répertoires personnels sont créés, qui ne peuvent être ouverts que par l'utilisateur
concerné. Comme le logiciel LAS AF est basé sur la gestion des utilisateurs du
système d'exploitation, des fichiers particuliers sont aussi créés pour la gestion
des profils spécifiques aux utilisateurs du logiciel LAS AF.
1. Enregistrez-vous en tant qu'administrateur. Utilisez le nom d'utilisateur (ID) :
"Administrator" et le mot de passe : "Admin"
2. Ouvrez le gestionnaire des utilisateurs (User-Manager). Sélectionnez : Start /
Programs / Administrative Tools / User Manager.
3. Définissez un nouvel utilisateur. A cette fin, entrez dans la boîte de dialogue
ouverte au minimum les indications suivantes :
•
Nom d'utilisateur
•
Password (doit être entré une deuxième fois pour confirmation dans la ligne
suivante)
4. Sélectionnez les deux cases à cocher suivantes :
•
User must change password at next logon (afin que le nouvel utilisateur
puisse définir son propre mot de passe pour l'enregistrement).
•
Password never expires (le mot de passe reste valable jusqu'à ce qu'il soit
modifié dans User Manager ou effacé par l'utilisateur).
5. Sélectionnez l'option Profiles dans la partie inférieure de la boîte de dialogue. A
présent, indiquez dans le champ Local path le chemin d'accès suivant pour
l'enregistrement du fichier spécifique à l'utilisateur : d:\users\username
("username" est un paramètre substituable. A cet endroit, il faut en effet entrer un
nom d'utilisateur défini.)
Les disques durs montés en atelier sont livrés avec deux partitions (C:\ et D:\). Le
répertoire utilisateur doit se trouver sur la partition D:\ .
74
8. Mise hors circuit du système
Respectez impérativement la séquence de mise hors circuit ! Le non-respect de la
séquence de mise hors circuit mentionnée ci-après peut endommager les lasers !
1. Enregistrement des données-images : Sélectionnez dans la ligne de menu : File
→ Save as pour enregistrer l'enregistrement de données.
2. Fermez l'application LAS AF : Dans la barre de menu, sélectionnez File → Exit.
Fermez le logiciel LAS AF.
3. En actionnant l'interrupteur à clé (Figure 56, position 2) du pupitre de commande,
mettez les lasers hors tension dans l'unité d'alimentation électrique. Le voyant
indicateur d'émission laser (Figure 56, position 1) s'éteint.
4. Arrêtez le laser à lumière blanche avec l'interrupteur à clé (voir Figure 53) situé en
façade du laser. Le voyant indicateur d'émission laser s'éteint. 8
Figure 53 : Interrupteur à clé du laser à lumière blanche
5. En actionnant l'interrupteur à clé (voir Figure 54), mettez le laser externe UV hors
tension. Le voyant indicateur d'émission laser s'éteint. 9
Figure 54 : Interrupteur à clé du laser externe UV
8
9
Concerne seulement le système TCS SP5 X.
Concerne uniquement les systèmes avec un laser externe UV.
75
6. Arrêtez à présent l'ordinateur. Dans la barre d'outils, sélectionnez Start
→ Shutdown pour arrêter l'ordinateur de contrôle du TCS.
Figure 55 : Arrêt de l'ordinateur
7. Sur le pupitre de commande, mettez en position d'arrêt les interrupteurs de
l'ordinateur de contrôle TCS (Figure 56, position 5), du scanneur (Figure 56,
position 4) et des lasers (Figure 56, position 3).
Figure 56 : Pupitre de commande (1 = voyant indicateur d'émission laser,
2 = interrupteur à clé, 3 = interrupteur des lasers, 4 = interrupteur du scanneur, 5 =
interrupteur de l'ordinateur)
8. Eteignez le microscope et les éventuelles lampes fluorescentes allumées.
Si votre système dispose de lasers externes (laser IR, laser UV, etc.), vous devez
les mettre hors tension en suivant les instructions contenues dans les manuels
d'utilisation fournis par le fabricant du laser.
76
9. Introduction au LAS AF
9.1
Généralités
Le logiciel LAS AF sert à la commande de l'ensemble des fonctions système, et d'interface
aux différents composants matériels.
Le "concept d'expérience" du logiciel permet de gérer en commun les données combinées
logiquement entre elles. L'expérience est visualisée sous forme d'arbre dans le logiciel et
dispose de fonctions d'exportation permettant d'ouvrir des images individuelles (JPEG, TIFF)
ou des animations (AVI) dans une application externe.
9.2
Aide en ligne
9.2.1
Organisation de l'Aide en ligne
L'Aide en ligne est scindée en 4 chapitres :
Manuels
Contenu
Généralités
Contient les notes légales et les informations générales
sur LAS AF.
Aide en ligne LAS AF
Contient des informations générales sur l'Aide en ligne
LAS AF.
Descriptions des boîtes de
dialogue
Contient une description détaillée des boîtes de
dialogues de l'interface utilisateur LAS AF.
Informations complémentaires
Contient des informations complémentaires sur le LAS
AF et des thèmes relatifs aux applications, par exemple
le traitement d'image numérique et la séparation des
colorants (Dye Separation).
77
9.2.2
Appel de l'Aide en ligne
L'appel de l'aide en ligne peut s'effectuer de trois manières différentes :
Dans le contexte respectif (contextuel)
Par le menu Help
Via la combinaison de touches CTRL + F1
Dans le contexte respectif (contextuel)
Cliquez sur le point d'interrogation se trouvant dans l'angle supérieur droit de chaque boîte
de dialogue.
L'aide en ligne s'ouvre sur la description de la fonction correspondante.
Par le menu Help
Cliquez dans la barre de menus sur la commande Help. Le menu s'ouvre vers le bas et
présente différentes options de recherche, dont :
Contents
Ce champ de dialogue comprend un sommaire arborescent, qui peut
être agrandi ou réduit.
Double-cliquez sur une entrée du sommaire afin d'afficher les
informations correspondantes.
Index
Entrez le terme que vous voulez chercher. L'aide en ligne vous indique
le mot clé qui se rapproche le plus du critère mentionné.
Sélectionnez un mot clé. Pour afficher la page d'aide correspondant au
mot-clé recherché, double-cliquez sur le mot-clé ou cliquez sur le bouton
Display.
Search
Entrez le terme ou l'expression à rechercher et cliquez sur le bouton
LIST TOPICS (afficher les sujets). A présent, une liste de rubriques à
structure hiérarchique s'affiche.
About
Ouvre la boîte de dialogue User Configuration où vous pouvez, entre
autres, sélectionner la langue dans laquelle l'aide en ligne sera
présentée.
78
9.2.3
Recherche globale avec critères de recherche à liens logiques
En cliquant dans l'onglet Search sur le triangle à droite de la boîte de saisie, vous faites
afficher les opérateurs logiques.
1. Sélectionnez l'opérateur souhaité.
2. A la suite de l'opérateur, entrez la deuxième clé de recherche liée au premier par
l'opérateur :
Exemples
Résultats
diaphragme
and découpes
Cette expression recherche les rubriques d'aide contenant à la fois le mot
"diaphragme" et le mot "découpes".
diaphragme or
découpes
Cette expression recherche les rubriques d'aide contenant soit le mot
"diaphragme", soit le mot "découpes", ou les deux.
diaphragme
near découpes
Cette expression recherche les rubriques d'aide, dans lesquelles le mot
"diaphragme" et le mot "découpes" sont à une certaine distance l'un de
l'autre. En outre, la fonction recherche aussi les mots ayant une
orthographe similaire.
diaphragme not Cette expression recherche les rubriques d'aide contenant le mot
découpes
"diaphragme", mais pas le mot "découpes".
9.3
Organisation de l'interface utilisateur
9.3.1
Organisation générale de l'interface utilisateur
L'interface utilisateur de l'application LAS AF est scindée en cinq zones :
79
Figure 57 : Interface utilisateur du logiciel LAS AF
1
Barre de menus : la barre de menus contient les menus qui servent à exécuter les
fonctions.
2
Symboles flèches : étapes de travail avec les différentes fonctions. Ces étapes de
travail reflètent le déroulement typique d'une acquisition d'image et du traitement
d'image consécutif. Les fonctions ont été regroupées selon ces étapes de travail.
80
•
Configuration
•
Acquire
•
Process
•
Quantify
•
Application
3
Onglets : A chaque étape de travail (symbole flèche) appartiennent différents
onglets, dans lesquels il est possible d'effectuer les réglages pour l'expérience.
Acquire
Experiments : Arbre des répertoires des fichiers ouverts
Setup : Paramétrages matériels pour l'expérience actuelle
Acquisition : Paramétrages pour l'acquisition d'image
Process
Experiments : Arbre des répertoires des fichiers ouverts
Tools : Arbre des répertoires avec toutes les fonctions disponibles dans
l'étape de travail respective
Quantify
Experiments : Arbre des répertoires des fichiers ouverts
Tools : Onglets avec les fonctions disponibles dans cette étape de travail
Graphs : Représentation graphique de valeurs mesurées figurant dans les
régions d'intérêt (ROI)
Statistics : Affichage des valeurs statistiques, qui ont été déterminées
dans les régions d'intérêt (ROI) présentes
4
Zone de travail : Dans cette zone est disponible la boîte de dialogue Beam Path
Settings, dans laquelle se trouvent les éléments de contrôle pour le réglage des
paramètres d'acquisition.
5
Fenêtre Viewer : Sert à l'affichage des images acquises. Dans le paramétrage
standard, la fenêtre Viewer est composée de la fenêtre d'image au centre et des
boutons pour le traitement d'image (5a) et l'affichage du canal (5b).
9.4
Raccourcis clavier
Pour accélérer l'exécution des fonctions logicielles récurrentes, vous pouvez également
utiliser les combinaisons de touches suivantes :
CTRL + N
Ouvre une nouvelle expérience
CTRL + O
Ouvre la boîte de dialogue Open permettant d'ouvrir un fichier existant.
81
82
10. Introduction au travail confocal
10.1
Préparation
Ces chapitres décrivent les gestes de base qui permettent d'effectuer la plupart des tâches
rendues possibles par cet appareil.
a) Microscope droit
1 Objectif
2 Couvre-objet
3 Étanchement
4 Porte-objet
5 Stage-Focus
b) Microscope inversé
1 Enrobage
2 Échantillon
3 Immersion
4 Lens-Focus
Figure 58 : Disposition du couvre-objet et de la préparation dans un microscope droit (a) et un
microscope inversé (b). En cas d'utilisation d'objectifs équipés d'une correction du couvreobjet, vous devez veiller à ce que le couvre-objet (donc le dessus des préparations enrobées)
pointe vers le bas.
Des informations complémentaires sont fournies afin de vous aider à comprendre la raison
d'être et le but des divers réglages à réaliser. Il ne s'agit donc pas d'une simple description
des fonctions et boutons de l'appareil et de l'interface graphique utilisateur, mais d'une
information complète sur les tâches essentielles. Cette information est régulièrement mise à
jour au fur et à mesure des rééditions ou améliorations.
83
Bien sûr, il faut commencer par placer une préparation dans le microscope. Lors de la pose
de la préparation dans un microscope inversé, veillez à ce que les objets fixés sur les porteobjets avec le couvre-objet soient dirigés vers le bas (Figure 58). C'est une cause fréquente
d'erreur, qui rend la préparation introuvable ou empêche un réglage correct.
10.1.1
L'objectif
Sélectionnez l'objectif qui servira à examiner la préparation.
Indice de
réfraction
Milieu
Tableau 3
Eau
Imm
1,333
PBS
Enr
1,335
Glycérol 80 % (H2O)
Imm
1,451
Vectashield
Enr
1,452
Glycérol
Imm
1,462
Moviol
Enr
1,463
Glycérol gélatiné selon
Kaiser
Enr
1,469
Verre
Mat
1,517
Huile
Imm
1,518
Baume du Canada
Enr
1,523
Tableau des divers milieux d'immersion
En cas d'utilisation d'objectifs à immersion, vérifiez que le milieu d'immersion présent entre la
préparation et la lentille frontale de l'objectif est en quantité suffisante. L'eau, la glycérine à
80 % et l'huile d'immersion sont utilisées comme milieu d'immersion (tab. 3). Appliquez-en
généreusement. Toutefois, dans le cas des microscopes inversés, veillez à ce que le liquide
ne s'infiltre pas dans le statif.
10.1.2
Microscopie classique
Pour voir la préparation de la façon classique, c'est-à-dire directement dans les oculaires, il
faut que le mode de fonctionnement soit réglé sur "VISUAL". "SCAN" est le mode
d'enregistrement par balayage laser. Recherchez ensuite une position appropriée et faites
une mise au point de la préparation.
84
1 Bloc de filtres
2 Échantillon
3 Lentille d'objectif
4 Obturateur
5 Lampe
6 Oculaire
Figure 59 : Schéma de fluorescence en lumière réfléchie : la lumière provenant d'une lampe au
mercure est collimatée avec un filtre d'excitation et la sélection spectrale est dirigée vers
l'échantillon au moyen d'un miroir chromatique. Un obturateur permet d'obscurcir la
préparation. L'émission (d'une longueur d'onde supérieure à celle de l'excitation) est rendue
visible dans l'oculaire grâce au miroir chromatique et à un filtre d'émission. Le filtre
d'excitation, le miroir chromatique et le filtre d'émission sont réunis dans un bloc de filtres.
Les coupes optiques sont produites en lumière réfléchie. Votre échantillon doit donc être
réfléchissant ou fluorescent. Dans la plupart des cas, les préparations sont fluorescentes.
Souvent, il s'agit d'examiner un échantillon aux colorations multiples. Mais les préparations
réfléchissantes donnent elles aussi des résultats intéressants.
Si vous voulez observer la préparation dans les oculaires en vision simple, il est nécessaire
de faire pivoter dans le trajet optique les blocs de filtres (Figure 59) appropriés pour les
fluorescences. Pour la sélection des blocs de filtres de fluorescence, consultez la brochure
Leica consacrée à la fluorescence ou demandez conseil à votre chargé de clientèle Leica. Le
tableau 4 de ce document présente une sélection de blocs de filtres.
Du fait que la fluorescence de la préparation peut décolorer rapidement, veillez à ce que
l'obturateur placé devant la lampe à vapeur de mercure soit toujours fermé quand vous ne
regardez pas dans le microscope.
Pour commuter en mode Balayage (Scan), appuyez sur les touches correspondantes du
microscope ou activez la fonction de commutation du logiciel. La commutation peut varier en
fonction de la motorisation du microscope. Si vous avez des questions, consultez l'Aide.
85
Bloc de
filtres
Filtre
d'excitation
Miroir
dichroïque
Filtre
d'émission
a.
BP 340-380
400
LP 425
B/G/R
BP 420/30
415
BP 465/20
B/R
420/20;530/45
435;565
465/30;615/70
BFP/GFP
BP 385/15
420
BP 460/20
CFP
BP 436/20
455
BP 480/40
D
BP 335-425
455
LP 470
E4
BP 436/7
455
LP 470
FI/RH
BP 490/15
500
BP 525/20
G/R
BP 490/20
505
BP 525/20
GFP
BP 470/40
500
BP 525/50
H3
BP 420-490
510
LP 515
I3
BP 450-490
510
LP 515
K3
BP 470-490
510
LP 515
L5
BP 480/40
505
BP 527/30
M2
BP 546/14
580
LP 590
N2,1
BP 515-560
580
LP 590
N3
BP 546/12
565
BP 600/40
Y3
BP 545/30
565
BP 610/75
Y5
BP 620/60
660
BP 700/75
YFP
BP 500/20
515
BP 535/30
Tableau 4
Sélection de quelques blocs de filtres pour les microscopes de recherche
Leica et spécifications de filtres associées.
86
10.1.3
Pourquoi faire un balayage ?
Afin d'obtenir une véritable image confocale (ce qui est la seule façon de créer des coupes
optiques vraiment minces), il faut éclairer la préparation sur une zone qui soit la plus petite
possible.
On y parvient quand la tache éclairée est limitée par diffraction et qu'il n'est donc plus
possible de la diminuer physiquement. Le diamètre d'une tache ainsi limitée par diffraction
est dB=1,22*ë/NA, où ë est la longueur de l'onde d'excitation et NA l'ouverture numérique de
l'objectif utilisé (Figure 61).
Figure 60 : Esquisse graphique du balayage. Au moyen de deux miroirs, le spot est déplacé audessus de l'échantillon, ligne par ligne sur le plan (x, y) de façon à pouvoir reconstruire la
totalité de l'image en parallèle.
Pour assembler une image bidimensionnelle, il faut maintenant déplacer ce spot sur toute la
surface et enregistrer point par point le signal associé.
Cela s'effectue lors d'un balayage très semblable à celui des microscopes électroniques à
balayage ou des tubes à faisceau électronique, comme ceux qui sont encore utilisés pour les
moniteurs d'ordinateurs ou les téléviseurs (Figure 60). Dans un microscope confocal avec
balayeur point par point, le déplacement est réalisé avec deux miroirs qui sont montés sur
des galvanomètres. Ces scanneurs sont montés comme des moteurs électriques de sorte
que le rotor ne se déplace pas librement, mais qu'il soit solidement fixé au carter par la base.
Si l'on applique une tension, l'axe tourne et la rotation s'arrête quand les forces de torsion et
la force électromagnétique sont en équilibre. Ainsi, l'application d'une tension alternative
permet de faire bouger le miroir vers la droite selon un angle déterminé.
87
Figure 61 : Spot limité par la diffraction et dont la diminution n'est plus possible (tache d'Airy).
En bas, profil d'intensité.
Pour imager une ligne, il faut déplacer le miroir x au-dessus du champ de vision et décaler
un peu le miroir y. Puis, le miroir x passe à la ligne suivante. Les signaux provenant de
l'échantillon sont mémorisés de façon synchrone, ce qui permet de les représenter sur le
moniteur.
10.1.4
Comment s'effectue une coupe optique ?
La désignation "confocal" est purement technique ; elle ne décrit pas les effets de cette
disposition. Nous allons les rappeler ici.
Comme cela a déjà été décrit à la section 10.1.3, la préparation est toujours éclairée sur la
plus petite tache lumineuse possible, d'où la désignation "focal". La disposition confocale
prévoit aussi une observation punctiforme. L'on obtient cette "répartition de la sensibilité"
punctiforme du détecteur en focalisant la lumière de l'échantillon sur une très petite
ouverture, appelée "trou d'aiguille". Ce trou d'aiguille permet d'éliminer l'information qui ne
provient pas du plan de mise au point (Figure 62).
88
1
Défocalisé
Mise au point
2
Focalisé
3 Diaphragme
(trou d'aiguille)
Figure 62 : Création d'une coupe optique en lumière réfléchie. La lumière qui ne provient pas
du plan de mise au point est séparée au moyen d'un filtre spatial (ici, un "trou d'aiguille").
Seule l'information focalisée peut atteindre un détecteur.
Le diaphragme agit donc comme un filtre spatial, bien sûr seulement si l'éclairage est
correct, c-à-d. punctiforme.
En principe, la coupe optique devient de plus en plus mince au fur et à mesure que le trou
d'aiguille devient de plus en plus petit. A proximité de la longueur d'onde de la lumière
utilisée, cet effet diminue et pour un trou d'aiguille de diamètre "zéro", on obtient l'intersection
optique théoriquement la plus mince pour la longueur d'onde et l'ouverture numérique
utilisées. Apparemment, il existe une plage d'env. 1 Airy qui, il est vrai, ne génère pas encore
les intersections optiques les plus minces, mais qui n'est que très peu éloignée de la limite
théorique. Du fait que l'intensité de la lumière admise augmente à peu près de façon
quadratique avec le diamètre du trou d'aiguille, il est pertinent de ne pas trop fermer le trou
d'aiguille afin d'éviter le parasitage des images. 1 Airy est un très bon compromis, que le
Leica TCS SP5 règle automatiquement pour vous. Si vous souhaitez un diamètre plus petit
ou plus grand, une boîte de dialogue est prévue à cet effet. Cela vaut la peine d'essayer les
divers paramètres pendant une heure creuse et d'observer leurs effets.
89
10.2
Enregistrement de coupes optiques
Figure 63 : L'enregistrement de données s'effectue dans toutes les applications Leica LAS AF
grâce à la touche fléchée "Acquire".
Du fait que le Leica TCS SP5 offre de très nombreuses possibilités d'application, l'interface
utilisateur contient toutes sortes de fonctions. Pour rendre le travail avec l'appareil encore
plus efficace et simple, les fonctions momentanément superflues sont masquées. Dans le
bord supérieur, il y a à cet effet une rangée de touches fléchées qui permettent de
sélectionner les actions possibles. L'enregistrement de données (qui est le thème de ces
chapitres) s'effectue avec le bouton "Acquire" (Figure 63). L'aide en ligne contient la
description des fonctions individuelles.
Dans ce chapitre, nous allons maintenant décrire les éléments indispensables du réglage
des principaux paramètres d'enregistrement et ce qu'il faut prendre en compte.
10.2.1
Enregistrement de données
L'enregistrement de données commence par l'activation de la touche "Live" (Figure 64). Les
données sont transférées en continu à la mémoire vidéo et représentées sur le moniteur.
Mais les données ne sont pas archivées tout de suite, de façon à être disponibles.
Figure 64 : Dans toutes les applications Leica LAS AF, la touche "Live" permet de démarrer
l'enregistrement de données.
Il s'agit donc d'un mode Aperçu (Preview). Les réglages de l'appareil sont faits dans ce
mode. Quand l'enregistrement des données est terminé, le balayage s'arrête aussitôt, même
si la représentation de l'image est incomplète.
90
Il y a aussi la possibilité d'acquérir une image unique. Cette image est archivée dans
l'expérience d'où il est possible de la rappeler ultérieurement ou de l'enregistrer sur le
support de son choix. Cet enregistrement d'une image unique a l'avantage de ne solliciter
l'échantillon qu'une fois mais son utilisation est plus compliquée s'il faut encore procéder à
des réglages. Si le réglage de tous les paramètres est correct, on peut ainsi enregistrer
l'image résultante. Des fonctions telles que l'accumulation ou la pondération sont
applicables.
La troisième situation d'enregistrement des données est l'enregistrement d'une série pour
laquelle les paramètres sélectionnés au préalable sont modifiés incrémentiellement entre les
enregistrements individuels. Il est ainsi possible de créer des séries z, des séries
chronologiques ou des séries lambda (Figure 65).
Piles Z
Série chronologique
Série lambda
Figure 65 : Enregistrement par lot pour les séries 3D, les séries chronologiques et les séries
lambda
Si l'appareil fonctionne en "LiveDataMode", toutes les images enregistrées sont
automatiquement mémorisées avec l'heure correspondante. Par conséquent, il n'y a pas de
"Preview-Mode" (Figure 66).
Ce procédé convient très bien pour les objets vivants, quand l'on désire observer l'objet
pendant un certain temps et entre-temps, modifier le milieu environnant, réaliser des
stimulations électriques ou des modifications déclenchées par la lumière.
91
I (t)
t
Figure 66 : En LiveDataMode, on peut enregistrer des données en continu tout en modifiant les
paramètres de réglage, manipulant la préparation ou réalisant des séquences de décoloration.
Le suivi chronologique porte sur l'intégralité de l'expérience et il est possible d'avoir une
représentation graphique en ligne des modifications d'intensité dans les sites d'intérêt.
Les paramètres de réglage pour l'enregistrement d'une unique coupe optique sont décrits et
discutés ci-après. Ces réglages sont identiques pour toutes les tâches réalisées avec
l'appareil. Dans le cas de situations typiques pour les préparations, des jeux de paramètres
préréglés sont archivés dans le logiciel. Il est également possible d'enregistrer et de rappeler
des jeux de paramètres personnalisés. La description qui suit prend pour hypothèse que
vous utilisez une préparation du type de la préparation standard jointe. La préparation
standard est une coupe de rhizome de muguet pourvue d'une coloration fluorescente
histologique. Cette préparation peut être utilisée pour de très nombreux problèmes
fondamentaux et elle a l'avantage de ne presque pas décolorer.
10.2.2
Éclairage
Pour l'éclairage, il est possible de sélectionner les lignes laser appropriées pour l'excitation
de la fluorescence. La régulation de l'intensité s'effectue en continu au moyen du coulisseau
associé à la ligne laser. Quand le coulisseau est tout en bas, la ligne est désactivée. Le
coulisseau permet de sélectionner en continu le réglage de l'intensité réalisé au moyen d'un
filtre acousto-optique (AOTF). Pour préserver la préparation, il faut faire des essais et
déterminer l'intensité suffisante pour que l'objet produise une image exempte de bruit. Cela
dépend du colorant fluorescent et de la ligne utilisée, de la profondeur de la coloration de la
préparation, du lieu et de la largeur de la bande d'émission choisie, de la vitesse de balayage
et du diamètre du trou d'aiguille d'émission.
92
Figure 67 : Sélection de l'intensité d'éclairage (position 1) par filtre acousto-optique (AOTF,
position 2) et sélection de la bande d'émission dans le détecteur SP (position 3).
Quand vous sélectionnez le jeu de paramètres "FITC", la ligne Argon 488 nm et une bande
adéquate de 490 nm à 550 nm sont réglées.
L'interface utilisateur fournit la représentation graphique de l'intégralité du trajet optique. Du
côté de l'émission, vous trouvez une bande spectrale avec des possibilités de réglage pour
les bandes d'émission. Dès qu'une ligne laser est activée, cette ligne est visible à l'endroit
approprié du spectre. Quand vous regardez l'échantillon au microscope : quand vous
actionnez le coulisseau, vous voyez la lumière de la couleur choisie s'éclaircir ou
s'assombrir. En cas d'utilisation conforme et de respect des consignes de sécurité, il n'y a
aucun risque pour les yeux de l'utilisateur. Respectez une distance de sécurité d'au moins 20
cm entre vos yeux et l'ouverture de l'objectif. A cet effet, veuillez aussi lire les consignes de
sécurité données dans le présent mode d'emploi.
Si tous les réglages sont en ordre, on peut voir sur le moniteur des images plus claires et
plus sombres en actionnant le coulisseau de l'éclairage.
10.2.3
Division du faisceau lumineux
Dans le cas le plus simple, on sélectionne une ligne laser pour exciter un colorant
fluorescent qui est presqu'au maximum du spectre d'excitation de ce colorant. Cela permet
d'obtenir le meilleur rendement. En général, les lasers fournissent beaucoup plus de lumière
qu'il n'est nécessaire et une diminution de 10 % est habituellement suffisante pour obtenir de
bonnes images (cela dépend évidemment très fortement de la coloration de la préparation).
Ainsi, l'on peut également exciter la fluorescence du côté bleu avant le maximum
d'excitation, ce qui présente l'avantage qu'une bande plus large est disponible pour la
collecte de l'émission (Figure 68).
93
Figure 68 : Spectre d'excitation d'un colorant fluorescent (bleu) et spectre d'émission (rouge).
Si l'on excite au maximum (Exc1), on ne peut collecter qu'une bande étroite du côté de
l'émission (Em1). Lors de l'excitation dans la région bleue, où l'intensité du laser peut être
élevée sans dommage, on peut utiliser une bande d'émission nettement plus large (Em2).
Cela vaut la peine de faire quelques essais. L'utilisation d'un répartiteur acousto-optique
(Acousto Optical Beam Splitter, AOBS®) permet de faire très confortablement la mise en et
hors circuit de toutes les lignes laser disponibles, sans avoir à se soucier des
caractéristiques du répartiteur ou de la distance des lignes.
10.2.4
Bandes d'émission
Après que la lumière d'excitation ait atteint l'échantillon par l'intermédiaire de l'AOBS® et de
l'objectif, l'excitation crée dans les molécules fluorescentes une émission dont la lumière est
décalée vers des longueurs d'ondes plus longues (donc "rouges"). Ce décalage est appelé
"Stokes Shift" ; il dépend du fluorochrome. Habituellement, les spectres d'excitation et de
désexcitation des colorants fluorescents se recoupent et le Stokes Shift est la distance du
maximum d'excitation au maximum d'émission. Quand le Stokes Shift est très élevé, cela
favorise la séparation et le rendement. Les colorants typiques ont un Stokes Shift de 10 à 30
nm. Mais on peut avoir des valeurs supérieures à 100 nm, par exemple avec la chlorophylle
naturelle, qui est un colorant extraordinaire pour les expérimentateurs curieux.
La représentation graphique de la bande spectrale fournie par l'interface utilisateur affiche
les courbes d'émission des colorants. Il est donc très simple de sélectionner où une bande
d'émission doit commencer et où elle doit finir. Si une courbe d'émission n'est pas
mémorisée, on peut également l'enregistrer directement avec le système et l'archiver.
Une barre réglable sous la bande spectrale est attribuée à tout détecteur confocal. Les
limitations à droite et à gauche de ces barres indiquent les limites pour la bande d'émission
sélectionnée.
94
Exc1
Exc2
Em 1
Em 2
Exc
Refl
Em
Figure 69 : Possibilités de réglage du détecteur SP pour 2 fluorescences avec des excitations
différentes (haut) ou pour la fluorescence et la réflexion lors d'une excitation (bas).
L'on peut facilement faire glisser toute la barre dans un sens comme dans l'autre afin de
régler la fréquence centrale. Tout comme l'on peut simplement déplacer les limitations. Il est
ainsi très pratique de s'orienter par rapport aux lignes d'excitation et aux courbes d'émission
affichées et d'adapter la bande d'émission avec le système de détection Leica SP®. Ceci est
aussi possible pendant la capture d'images. C'est pourquoi l'on voit immédiatement l'effet du
réglage sur l'image et cela permet de régler empiriquement les valeurs qui conviennent
(Figure 69).
Dès que la bande d'émission croise sous la ligne d'excitation, la lumière d'excitation réfléchie
est également représentée dans l'image. Ce n'est évidemment pas souhaitable pour la
fluorescence, mais cela permet de créer très facilement une image de réflexion. La bande la
plus étroite fait 5 nm et pour des mesures de réflexion, l'on règle en général cette bande de 5
nm en dessous de la ligne d'excitation.
Pour supprimer le brouillage de la lumière d'excitation réfléchie, il suffit en général de
commencer le début de la bande d'émission à environ 3 - 5 nm du côté rouge de la ligne
d'excitation. Cela dépend bien sûr beaucoup des propriétés réfléchissantes de la
préparation. Pour cette raison, l'on doit également garder une plus grande distance quand
l'on fait la mise au point à proximité de la surface en verre. Cela vaut tout particulièrement
pour les préparations enrobées dans un milieu aqueux. Il faut s'attendre à une réflexion
d'autant plus gênante que l'indice de réfraction du matériau d'enrobage s'écarte de 1,52.
Ainsi, les préparations contenant un assez grand nombre de vésicules lipidiques ont besoin
d'être traitées avec un soin particulier.
10.2.5
Le trou d'aiguille et son effet
L'utilisation des microscopes confocaux a pour raison d'être qu'ils permettent de créer des
coupes optiques minces sans qu'un traitement mécanique de la préparation soit nécessaire.
La partie principale de l'appareil qui crée ces coupes est un petit diaphragme placé devant le
détecteur, appelé trou d'aiguille (Pinhole), et décrit précédemment au paragraphe 10.1.4.
Dans l'idéal, le diamètre de ce trou d'aiguille est aussi petit que voulu, mais un trou trop petit
ne laissera plus passer la lumière et de ce fait, aucune image ne pourra être générée. Mais
si le trou d'aiguille a une trop grande ouverture, l'effet est perdu et de nombreuses parties de
95
l'image issues des régions de l'objet ou situées au-dessus ou au-dessous du plan de mise au
point manquent de netteté.
La dépendance de l'épaisseur de la coupe optique par rapport au diamètre du trou d'aiguille
est linéaire pour les grands diamètres ; avec de petits diamètres, elle se rapproche d'une
valeur limite et elle est donc presque constante à proximité de zéro (Figure 70). La valeur
limite dépend de la longueur d'onde de la lumière et de l'ouverture numérique. Du fait que
l'ouverture du trou d'aiguille n'entraîne qu'une faible modification de l'épaisseur de coupe
mais que la lumière admise augmente quadratiquement avec le diamètre, il est opportun de
ne pas utiliser de diamètres trop petits.
Figure 70 : Rapport entre l'épaisseur de coupe optique (axe y) et le diamètre du trou d'aiguille
(axe x).
Il y a un bon compromis quand la limite de diffraction (dépendance constante) se transforme
en limitation géométrique (dépendance linéaire). Le trou d'aiguille a à cet endroit, quand on
le reproduit sur le plan de la préparation à peu près la taille du disque de lumière limité par
diffraction d'un rayon focalisé. On appelle ce diamètre diamètre du disque d'Airy. Le diamètre
du disque d'Airy se calcule facilement à partir de l'ouverture et de la longueur d'onde. Si l'on
donne ainsi au trou d'aiguille la taille de la tache lumineuse limitée par diffraction, l'on obtient
des coupes optiques nettes avec un bon rapport signal-bruit (S/N)
(Figure 71).
Bien sûr l'appareil peut calculer et régler tout seul cette valeur. L'objectif utilisé est connu des
appareils entièrement automatiques et il est possible de le régler avec les systèmes
manuels. Les lignes d'excitation utilisées sont également connues du système.
96
Figure 71 : Coupes optiques réalisées avec différents diamètres de trou d'aiguille (objectif
63x/1,4). Diamètre du trou d'aiguille, d'en haut à gauche à en bas à droite : 4 AE; 2 AE; 1 AE; 0,5
AE; 0,25 AE. Permet de repérer une forte perte de luminosité à de très petits diamètres et un
arrière-plan important à de très grands diamètres.
C'est pourquoi un diamètre de trou d'aiguille de 1 Airy est toujours réglé en standard. En cas
de changement d'objectif, le diamètre du trou d'aiguille est modifié d'autant
automatiquement.
Dans les cas où l'échantillon n'est que faiblement fluorescent ou sensible à l'éclairage, l'on
peut aussi agrandir le trou d'aiguille simplement en utilisant le coulisseau de l'interface
utilisateur. De petits diamètres de trou d'aiguille sont bien sûr possibles quand la préparation
est très claire. En particulier avec des échantillons réfléchissants, l'on peut fermer le trou
d'aiguille jusqu'à un cinquième ou même un dixième d'unité Airy (AU) et créer des coupes
aussi minces que possible.
10.2.6
Section d'image et réglages de la grille
Le microscope classique montre en fonction de l'objectif utilisé un cadrage circulaire de la
préparation. Le diamètre de ce cercle, multiplié par l'échelle de reproduction de l'objectif est
l'indice de champ. C'est donc un indice du microscope indépendant de l'objectif et il permet
toujours en faisant l'opération inverse de calculer les dimensions de la préparation observée.
Un scanneur observe toujours des cadrages carrés ou rectangulaires. Quand un carré de ce
type est circonscrit par le champ de vision, la diagonale est à nouveau exactement l'indice de
champ et l'on peut voir sur le moniteur l'image agrandie sans limitations.
Mais le scanneur peut, à la différence de l'œil humain ou d'un appareil habituel de prise de
vues, être aussi réglé simplement sur un angle plus petit. Alors, un cadrage du champ de
97
vision s'affiche sur le moniteur avec un agrandissement supérieur. Sans autre optique, il est
également possible de zoomer sur les détails. Du fait que les angles de balayage peuvent
être très rapidement réglés en continu sur un champ plus large, il est possible d'obtenir un
grossissement plus élevé, jusqu'à près de 40x, par un simple déplacement d'un coulisseau.
Bien sûr, comme toujours avec les microscopes, le grossissement global doit être pertinent
et il ne faut donc ni sous-évaluer ni surévaluer le grossissement requis si l'on veut obtenir
des images réussies. Pour les aperçus et lors d'expériences avec décoloration, d'autres
règles sont importantes.
Etant donné que l'on peut facilement se tromper en interprétant les données capturées, vous
trouverez ci-dessous un exemple vous expliquant comment calculer le grossissement total
requis et vous indiquant les informations fournies automatiquement par le logiciel à
l'utilisateur :
Zoom
Pan
fov 15,1
fov 21,2
Figure 72 : Champs de vision pour le scanneur classique (auparavant : 21,2 mm, aujourd'hui :
22 mm) et le scanneur à résonance (15,1 mm). Un angle de balayage plus petit augmente le
grossissement (zoom) et un décalage de balayage a pour effet de décaler la section d'image à
l'intérieur du champ de vision (Pan).
La longueur d'arête du champ représenté avec le scanneur classique est de 15 mm, en
l'absence de grossissement d'objectif (échelle 1x). Cela permet d'exploiter un indice de
champ de 21,2 ou 22 (Figure 72).
Ceci convient pour la plupart des microscopes de recherche de bonne qualité. Combien de
points sont donc effectivement résolus par voie optique dans cette dimension ? Cela dépend
de l'ouverture numérique de l'objectif et de la longueur d'onde selon la formule d'Ernst Abbe :
deux points peuvent encore être perçus séparément si la distance est au moins égale à d
=ë/2*NA. Il s'ensuit qu'une ligne contient au plus 15 mm/d de points résolus (appelés
resolved elements, "Resel"). Si nous prenons un objectif réel, p. ex. plan apochromatique
10x/0,4, la longueur d'arête est de 1,5 mm (15 mm/10) et d = 0,625 μm avec une lumière
bleu vert d'une longueur d'onde de 500 nm. Cette image contient donc dans la direction x et
la direction y 1 500/0,625 = 2 400 éléments résolus optiquement.
Pour transférer cette résolution dans une image matricielle composée numériquement de
pixels, les données doivent être enregistrées avec une résolution deux fois plus élevée, afin
d'éviter les pertes (théorème de Nyquist). L'image aurait donc 4800 x 4800 pixels. Les
98
puristes attendent même un triple "oversampling", donc 7200 x 7200 pixels, ce que l'on
spécifie aujourd'hui par 52 mégapixels. Le format d'image se règle pour x et y avec une très
grande finesse de graduations et indépendamment l'un de l'autre ; avec le Leica TCS SP5,
des formats d'enregistrement jusqu'à 64 mégapixels sont possibles (8000 x 8000 points)
(tab. 5).
Grossissement
63
40
10
Ouverture numérique
1,4
1,25
0,4
Résolution optique (400 nm)
μm
0,14
0,16
0,5
intermediate Image (Edge)
mm
15
15
15
Field (Edge)
μm
238
375
1500
Resel (Field / Resolution)
1667
2344
3000
Double Oversampling
3333
4688
6000
Triple Oversampling
5000
7031
9000
Tableau 5
Tableau des pixels résolus à 400 nm pour divers objectifs, observés sur
l'intégralité du champ de balayage. On voit ici que 64 mégapixels (8000x8000 pixels)
conviennent tout à fait pour une microscopie de grande valeur.
Avec ce réglage, l'on peut vraiment transférer en une seule image toute l'information de
l'objet dont le microscope peut gérer la résolution. Cela crée bien sûr de grandes quantités
de données, ce qui n'est pas souhaitable en particulier pour les mesures dont la haute
résolution prend du temps. Ici, le zoom est la solution qui convient. Si l'on enregistre les
données au format standard 512 x 512, pour éviter une perte d'informations, l'on doit comme
dans l'exemple donné ci-dessus se limiter à un champ 10 à 15 fois plus petit. Avec un facteur
de zoom de 10x et plus, l'on reçoit des données qui sont encore agrandies utilement mais
avec des champs de vision très petits. Il s'agit ici de faire un compromis en fonction de
l'information souhaitée.
Cette image est tout d'abord un cadrage au milieu du champ de balayage. Ceci n'est pas
toujours souhaitable car un centrage aussi précis des structures intéressantes est difficile.
C'est pourquoi l'on peut encore décaler sur tout le champ de balayage la zone effectivement
utilisée pour le balayage ; ce procédé s'appelle "panning".
99
Figure 73 : Section d'image identique avec différentes résolutions de pixels. L'on constate
souvent que le support d'impression est incapable de reproduire les résolutions. C'est
pourquoi il vous sera probablement difficile de voir une différence dans les deux images du
haut. Cependant, les différences relatives à la résolution optique sont énormes. C'est un
élément à prendre en compte lors des publications.
Le plus simple est de combiner les deux procédés avec la fonction appelée "Zoom-In". Elle
consiste à sélectionner sur le moniteur une case qui circonscrit les structures intéressantes
et l'appareil règle alors automatiquement les valeurs Zoom et Pan adéquates. C'est très
rapide et préserve ainsi la préparation. La fonction "Undo-Zoom" permet de revenir à l'état
initial et de se concentrer rapidement par ex. sur un autre endroit du champ de vision.
Les dimensions des espacements de grille utilisés figurent parmi les informations sur les
images. Sous la désignation "Voxelsize", il y a la distance des pixels en x, y et z. Les images
calculées plus haut avec un zoom 1 auraient donc un espacement de grille compris entre
200 et 300 nm. Des distances plus grandes entraîneraient des pertes de résolution avec un
objectif ayant une ouverture de 0,4 (Figure 73).
Pour les taux d'enregistrement d'images plus élevés, il importe d'avoir des formats
rectangulaires. Un autre paramètre de réglage est ici nécessaire : la rotation du champ de
balayage. Du fait que dans le Leica TCS SP5, la rotation du champ s'effectue de façon
optique, les rotations de +/- 100 °sont sans effet sur la vitesse et les formats de grille
possibles (Figure 74).
100
Figure 74 : Exemple présentant simultanément Zoom, Pan et Rotation.
Pour finir, il ne faut pas oublier de mentionner dans ce chapitre qu'une bonne image
microscopique dans un contexte scientifique contient toujours une graduation. La graduation
peut figurer simplement sur l'image et il est possible d'en adapter la forme, la couleur et la
taille. Pour plus de clarté, la graduation a été omise dans ce document.
10.2.7
Signal et bruit
Lors de l'enregistrement de données, l'amplification du système d'enregistrement doit être
adaptée à l'intensité du signal. Les intensités du signal varient sur plusieurs ordres de
grandeurs et cette adaptation est nécessaire pour garantir une dynamique élevée lors de
l'enregistrement. Le but est de répartir toute la plage des différences d'intensité sur les
valeurs de gris utilisées. Lors d'enregistrements réalisés avec une numérisation de 8 bits,
l'image reconnaît 256 valeurs de gris différentes (de 0 à 255). Quand le réglage de
l'amplification est trop faible, l'on ne trouve le signal proprement dit que peut-être que sur 5
niveaux de gris, ce qui a pour effet que l'image affiche effectivement ces niveaux. Si le
réglage de l'amplification est trop élevé, des parties du signal sont "découpées", c'est-à-dire
qu'elles sont toujours représentées par la valeur de gris 255 bien qu'à l'origine il y ait eu des
101
différences et que ce signal contenait bien une information. Cette information s'est perdue
(Figure 75).
Il est de plus important de déterminer correctement le point zéro. À cet effet, l'on éteint la
lumière avec l'AOTF et l'on règle le signal sur le point zéro au moyen du réglage "Offset".
S'il y a alors un nouveau réglage de la lumière, on peut régler le renforcement de façon à
éviter la saturation.
Pour pouvoir réaliser plus facilement ces réglages, des tableaux chromatiques spéciaux sont
très utiles. Ainsi, "Glow-over/Glow-under" est un tableau chromatique qui utilise en premier
lieu le jaune et le rouge pour les intensités, avec des nuances pour représenter l'intensité du
signal. La valeur de gris zéro est représentée en vert et la valeur de gris 255 est représentée
en bleu. Ces deux valeurs sont ainsi immédiatement reconnaissables. Le réglage du point
zéro est correct si, lorsque la lumière est éteinte, près de la moitié des pixels ont la valeur
zéro, et sont donc représentés en vert. Pour plus de sûreté, l'on peut élever l'offset d'une ou
deux valeurs de gris afin que le signal ne soit pas coupé vers le bas. La perte de dynamique
est négligeable (environ 0,4 % par valeur de gris à 8 bits).
Figure 75 : En haut à gauche, prise de vues à 8 bits (256 niveaux de gris). À droite, le même
objet avec une dynamique bien moindre. Sur l'image en fausses couleurs du bas, l'on discerne
6 niveaux de gris. C'est moins que 3 bits.
Les écarts électroniques par rapport au point zéro sont généralement insignifiants mais
toutefois, il est pertinent de contrôler le réglage de temps en temps. Mais la signification
spécifique du réglage de la valeur Offset est qu'une fluorescence non spécifique ou propre à
la préparation peut être masquée dès l'enregistrement. Pour ce faire, l'on règle le décalage
de façon à ce que la fluorescence d'arrière-plan disparaisse. Veuillez noter que des signaux
contenant des informations risquent alors d'être coupés.
Ce réglage doit toujours être associé à un contrôle précis du résultat.
102
L'amplification du signal doit être effectuée après la correction de l'offset. Avec le tableau
chromatique décrit, c'est très simple : en régulant la haute tension du photomultiplicateur,
veillez à ce que les pixels bleus ne soient plus visibles. Il est recommandé de garantir par
une focalisation que ce sont vraiment les signaux les plus clairs du champ d'image observé
qui sont mis à contribution par le réglage. C'est ici le moment qui convient pour vérifier que la
lumière d'excitation est correctement réglée. Pour réduire le bruit dans l'image, il est possible
d'élever l'intensité de l'éclairage en réglant l'AOTF. Il faut toujours prendre en compte qu'une
intensité d'éclairage plus forte endommage la préparation plus rapidement. Avec des
échantillons très sensibles, et si l'on est particulièrement intéressé par de rapides
changements d'intensité dans les objets vivants, on est volontiers prêt à accepter une image
parasitée. Toutefois, le compromis dépend de l'échantillon et de l'application.
Outre l'intensité lumineuse, il y a encore d'autres possibilités d'influencer le rapport du signal
au bruit : la vitesse d'enregistrement des données. Autant la vitesse de balayage à
proprement parler, qui se règle avec la fréquence de lignes (de 1 à 1 400 Hz, seulement
avec les scanneurs classiques), que le moyennage sont ici des possibilités d'améliorer le
signal. La modification de la vitesse de balayage elle-même entraîne un moyennage des
pixels car l'enregistrement des données sur chaque pixel prend du temps. Lors du
moyennage des lignes, la même ligne est enregistrée plusieurs fois et le résultat du
moyennage est représenté. Lors du moyennage de l'image, il y a toujours enregistrement
d'une image complète et compensation au même endroit avec l'image suivante.
Tous les procédés ont, comme toujours, des avantages et des inconvénients : pour les
objets mobiles, la corrélation temporelle est importante, donc un balayage plus lent est
affiché. Par ailleurs, les phénomènes de triplet jouent en faveur de longs intervalles entre les
moyennages, donc pour le moyennage d'images complètes. Le moyennage des lignes est
un compromis. Le moyennage d'images complètes est le procédé qui a le plus grand effet de
préservation mais il a toutefois pour inconvénient que l'on ne voit pas immédiatement la
qualité du résultat, dont il est plus facile de faire l'évaluation avec d'autres procédés. Par
ailleurs, lors du moyennage d'images, il est également possible de l'interrompre de façon
interactive si on a l'impression que la qualité est suffisante. Il n'y a pas de recette valable
pour toutes les applications. Il convient de trouver le procédé le plus approprié en faisant des
essais et en se basant sur l'expérience acquise.
10.2.8
Coupes de profil
Nous avons jusqu'ici toujours pris pour hypothèse que les images sont enregistrées
parallèlement au plan de mise au point. C'est également juste et pertinent pour la
microscopie classique. Mais un système confocal de balayage point par point offre aussi de
nouvelles possibilités d'enregistrement des données qui sont intéressantes. Si le
déplacement du spot s'effectue toujours sur une seule et même ligne et si, au lieu d'un
déplacement y incrémentiel entre les lignes, il y a déplacement du plan focal (par ex. avec la
platine SuperZ de mise au point fine commandée par galvanomètre, qui est rapide et
précise), l'on obtient à l'écran une coupe de profil de l'échantillon qui est à peu près
comparable avec une entame de gâteau. Les systèmes basés sur des appareils de prise de
vues ("confocaux" eux aussi) permettent de calculer ces profils seulement à partir de piles
entières (Figure 76).
103
Figure 76 : Coupe de profil dans l'échantillon de muguet (Convallaria). L'épaisseur est
d'environ 30 µm.
10.3
Fluorescence multiparamétrique
Dans de nombreux cas, on utilise aujourd'hui des préparations qui ont plus d'une coloration
fluorescente. Les colorations multiples sont obtenues par hybridation avec des fragments
aux couplages différents (hybridation fluorescente in situ, FISH), au moyen d'anticorps aux
marquages différents ou avec des protéines fluorescentes ayant des propriétés spectrales
différentes. Même les colorations fluorescentes classiques issues de l'histologie et
l'autofluorescence sont des paramètres utilisables (Figure 77).
Figure 77 : Enregistrement simultané de 2 fluorescences qui ne sont excitées dans ce cas
qu'avec une seule ligne laser. La représentation en vert et rouge est arbitraire.
104
10.3.1
Éclairage
Pour un échantillon aux colorations multiples, il est en général nécessaire de l'éclairer
simultanément (ici, avec des lignes laser) avec plusieurs couleurs. Mais cela ne se passe
pas toujours ainsi : il y a bien sûr aussi des colorants d'émissions différentes qu'il est
pourtant possible d'exciter avec la même longueur d'onde. Un exemple marquant est par
exemple une préparation botanique ayant une coloration FITC excitée dans le bleu. On peut
alors voir l'émission d'isothiocyanate de fluorescéine dans la zone bleu vert du spectre. Mais
cette même excitation agit simultanément sur la chlorophylle dont l'émission est mise en
évidence dans la zone rouge foncé.
Figure 78 : Enregistrement simultané de 2 fluorescences qui ne sont excitées dans ce cas
qu'avec une seule ligne laser. La représentation en vert et rouge est arbitraire.
La représentation simultanée d'images fluorescentes et de réflexion est également possible.
Avec une excitation supplémentaire, l'on doit à cet effet observer seulement une seconde
"bande d'émission" qui est située sous la ligne laser.
Mais normalement, il y a utilisation de colorants qui nécessitent des longueurs d'ondes
d'excitation différentes. Dans ce but, divers lasers sont normalement intégrés à l'appareil.
105
Pour activer une ligne d'excitation additionnelle, il suffit de régler, selon la description faite
pour l'excitation simple au paragraphe 10.2.2 en plus le coulisseau souhaité pour la seconde
longueur d'onde. Il est tout aussi facile d'activer d'autres longueurs d'ondes d'excitation. Pour
les expériences avec décoloration décrites plus bas, il est parfois utile d'activer plusieurs des
lignes Ar, même si on n'enregistre pas de signal ou si on enregistre un signal seulement
dans un canal. Il est ainsi possible d'élever l'intensité en plus.
Il est toujours intéressant d'essayer plusieurs combinaisons de laser. Constatation est
souvent faite que quelques-unes des lignes sélectionnées pour les colorants sont inutiles.
Ou bien une autre ligne s'avère être un meilleur compromis. Pour la plupart des
combinaisons typiques de colorants, des préréglages de l'éclairage et de la division du
faisceau lumineux ainsi que le réglage des bandes d'émission sont proposés et accessibles
dans une liste.
10.3.2
Division du faisceau lumineux
Dans les systèmes AOBS®, la description de la division du faisceau lumineux est très simple
car il est inutile de s'en soucier. L'AOBS active automatiquement pour les lignes
sélectionnées une bande étroite de façon à ce que l'excitation atteigne l'échantillon. Ces
bandes ont une largeur d'à peu près 2 nm. Tout le reste est disponible pour l'enregistrement
de l'émission.
Avec les appareils équipés de répartiteurs optiques classiques, l'on doit sélectionner le
répartiteur optique adéquat. Il est important de savoir qu'il existe non seulement des
répartiteurs optiques simples, mais aussi des doubles et des triples. (DD et TD pour double
dichroïque et triple dichroïque).
Les lignes adjacentes ne sont pas utilisables avec des répartiteurs dichroïques. Ainsi, il n'y a
pas sur le marché des répartiteurs utilisables pour l'utilisation simultanée de lignes HeNe de
594 nm et 633 nm. L'AOBS est ici un net avantage : avec les bandes très étroites (d'1 à 2
nm), il permet d'activer les deux lignes pour l'excitation et même d'enregistrer encore une
bande d'émission de 35 nm avec le détecteur SP.
10.3.3
Bandes d'émission
Les mêmes conditions de compatibilité que celles décrites au paragraphe 10.2.4 valent bien
sûr pour les bandes d'émission - à la différence près que maintenant pour tous les colorants
jusqu'aux plus rouges d'entre eux, deux lignes laser délimitent la bande et qu'il faut donc
vérifier en conséquence que la lumière d'excitation n'atteint pas le détecteur. De plus, l'effet
négatif du crosstalk peut influer fortement sur le choix des limites de fréquence. Le chapitre
suivant explique cela en détail. Le réglage des bandes est expliqué au chapitre 10.2.
10.3.4
Crosstalk
Les spectres d'émission des colorants (même des colorants responsables de
l'"autofluorescence") ont typiquement une allure très simple, avec un maximum d'émission et
une inclinaison plus abrupte sur le flanc bleu que du côté rouge. L'émission se poursuit
encore loin des deux côtés, mais une amplitude très faible. C'est le côté rouge qui pose
surtout un problème. Crosstalk ("diaphonie" ou "Bleed-through") signifie que l'émission d'un
colorant contribue au signal non seulement dans un canal, mais aussi dans les autres
canaux de détection. C'est bien sûr à éviter dans une expérience car ce crosstalk fait
106
s'afficher à l'écran des résultats incorrects et fausse les calculs de corrélation. Tout comme
l'évitement du crosstalk, un autre sujet d'importance consiste à rendre sûre la séparation.
Il est possible de prendre en compte plusieurs paramètres pour y parvenir : intensité
lumineuse, sélection du laser, enregistrement séquentiel, bandes d'émission et procédé
d'Unmixing. Nous nous occupons maintenant des paramètres d'éclairage et d'émission.
Souvent, le crosstalk est dû au fait que les concentrations des fluorochromes utilisés sont
très différentes. Avec un éclairage homogène, le colorant le plus concentré produira un très
bon signal mais il causera aussi très probablement des perturbations dans l'autre ou les
autres canaux. Pour y remédier, on peut régler les diverses intensités de laser de sorte que
le colorant peu concentré soit excité avec une intensité élevée et que le colorant très
concentré le soit avec une faible intensité. Un tel équilibrage permet souvent d'éliminer un
problème de diaphonie conséquent. À l'aide du réglage en continu de l'intensité offert par
l'AOTF, on peut suivre le résultat directement à l'écran et faire ainsi un réglage en ligne
pertinent en fonction des informations reçues.
Afin d'avoir une latitude suffisante pour le réglage des bandes d'émission, cela vaut la peine
de faire des essais d'excitation avec des lignes laser différentes. Pour l'équilibrage, il est
également possible d'utiliser ce paramètre : quand un colorant est très dominant, en
choisissant une autre ligne d'excitation, on peut réduire l'intensité de cette coloration (et
améliorer ainsi la séparation par rapport à l'autre colorant) et agrandir simultanément la
distance par rapport à l'autre excitation, ce qui permet d'avoir des bandes d'émission plus
grandes et accroît ainsi la sensibilité. Toute amélioration dans cette direction permet de
réduire encore l'énergie de l'excitation, ce qui entraîne une moindre décoloration.
Une autre possibilité de réglage pour éviter la diaphonie consiste bien sûr à choisir des
bandes d'émission adéquates. Les courbes d'émission des colorants utilisés sont
représentées dans l'interface utilisateur et on gagne déjà beaucoup en limitant les bandes
d'émission aux régions sans chevauchement, tout au moins dans le graphique affiché à
l'écran. Évidemment, une courbe gardée en réserve ne correspond pas forcément à
l'émission effective car de nombreux facteurs (p. ex. valeur pH, polarité, métabolites)
peuvent décaler ce spectre. Mais là aussi, il est possible de modifier et d'optimiser les
réglages pendant l'enregistrement de données.
10.3.5
Enregistrement séquentiel
Une autre possibilité de réduire la diaphonie consiste à enregistrer les informations pour les
divers colorants non pas simultanément, mais successivement. Cela présente deux
avantages : quand il y a utilisation de lignes laser différentes pour l'excitation (ce qui se
produit en règle générale), un enregistrement séquentiel permet d'obtenir une séparation
nettement meilleure car en premier lieu un seul colorant est excité et l'émission ne provient
donc que de ce colorant, indépendamment de la région du spectre où le signal a été
enregistré. C'est bien sûr le cas idéal, souvent l'autre colorant est un peu excité lui aussi
mais la séparation est nettement meilleure qu'avec un enregistrement simultané. On peut
ainsi la plupart du temps éviter le crosstalk presque complètement.
Un autre avantage du procédé séquentiel est qu'il permet de faire un réglage étendu des
bandes d'émission des colorants. Cela a pour effet d'améliorer la sensibilité et de préserver
la préparation.
107
Un inconvénient manifeste est qu'avec deux colorants, l'enregistrement dure deux fois plus
longtemps, mais cet inconvénient est compensé par les avantages précités.
10.3.6
Unmixing
Comme dans la plupart des cas, il y a aussi une solution logicielle pour la diaphonie, quand
la séparation physique n'est plus possible. Il est toutefois recommandé de faire avec des
moyens instrumentaux une séparation aussi étendue que possible (voir 10.3.4et 10.2.5) et
de n'utiliser les solutions informatiques que si le résultat obtenu est encore insatisfaisant.
Le procédé d'Unmixing ("démixage") détermine les portions d'émission d'un colorant qui sont
réparties dans les divers canaux d'enregistrement. On procède pareillement avec les autres
colorants. Il en résulte l'obtention d'une matrice de répartition que l'on peut utiliser pour
redistribuer les intensités de signal en fonction des colorants respectifs. La méthode est
expliquée pour deux colorants dans les figures ci-contre mais elle vaut pareillement pour un
nombre quelconque de colorants. La condition préalable est que le nombre de canaux
utilisés est au moins aussi grand que le nombre de colorants impliqués. Ainsi, les méthodes
simples des systèmes d'équations linéaires permettent de faire une redistribution correcte
des portions.
Mais la tâche essentielle d'un bon démixage consiste à déterminer les coefficients de la
matrice. Là encore, le logiciel Leica met divers procédés à la disposition des utilisateurs. Afin
de déterminer le procédé adapté à la tâche fixée, il est pertinent de faire quelques essais.
Puisque toutes les données de mesure sont affectées d'une certaine marge d'erreur et d'un
pourcentage de bruit, il n'y a pas de recette miracle permettant de trouver l'ultime vérité.
Le plus simple pour l'utilisateur consiste à déterminer les coefficients à partir des données
statistiques des images enregistrées. Ce procédé détermine les coefficients avec des
méthodes statistiques à partir des diagrammes de dispersion des deux canaux. Il incombe
alors à l'utilisateur de déterminer la puissance d'activation de la séparation. Il existe deux
procédés de séparation : un "souple" et un "dur".
Quand les coefficients sont connus suite à d'autres expériences, on peut entrer
manuellement les données dans une matrice. Ce procédé convient également pour les
tentatives manuelles d'amélioration, quand il faut compenser manuellement les perturbations
d'arrière-plan ou les autofluorescences.
Le procédé qui donne les résultats les plus corrects est la "Channel Dye Separation". Ici, les
répartitions des colorants spécifiques dans les divers canaux sont déterminées directement
avec des données de référence colorées individuellement. Il est important que les
paramètres réglés sur l'appareil ne soient plus modifiables, car bien sûr l'intensité du laser et
l'amplification sur le photomultiplicateur influent sur ces coefficients.
Le procédé "Spectral Dye Separation" a recours aux spectres d'émission des colorants
utilisés, qu'ils soient connus de par la littérature ou mesurés directement sur l'appareil, afin
de calculer l'intensité relative des colorants. Ce procédé convient particulièrement quand les
colorants ne modifient pas considérablement leur émission in situ et quand les données sont
bien connues.
108
10.4
Séries 3D
S'il y a déplacement de la position du foyer entre deux enregistrements, l'on peut enregistrer
une série complète de coupes optiques qui représentent la structure dans un bloc de
données tridimensionnel. Bien sûr, il n'est pas possible de regarder directement cette
"image" tridimensionnelle mais elle contient l'information spatiale des structures examinées
et, en cas de colorations multiples, leur lien spatial.
10.4.1
Pile z
Pour enregistrer ces séries 3D ("piles z"), on détermine simplement les limites supérieure et
inférieure en procédant ainsi : déplacement manuel au-dessus de la préparation, marquage
de cet endroit, déplacement au-dessous de la préparation et marquage de la position. Il suffit
alors de déterminer le nombre de coupes à enregistrer entre ces deux positions et l'appareil
s'occupe du reste.
10.4.2
Épaisseurs de coupe
Comme il a été décrit aux sections 10.1.4 et 10.2.5, l'épaisseur de la coupe optique dépend
de la longueur d'onde et de l'ouverture numérique de l'objectif. Et bien sûr, du diamètre du
trou d'aiguille. Le lien entre ces paramètres est établi par la formule décrite ici. Pour créer de
bonnes coupes (c'est-à-dire minces), il faut que l'ouverture soit la plus grande possible. C'est
pourquoi en microscopie confocale, on n'utilise que des objectifs à ouverture élevée. La
longueur d'onde de l'émission est en général comprise entre 450 nm et 600 nm, ce qui
correspond grosso modo à 500 nm. Si l'on choisit le diamètre de trou d'aiguille d'1 Airy, on
obtient des épaisseurs de coupe comprises entre 0,5 μm et 2,5 μm pour des ouvertures de
0,7 à 1,4. Dans la pratique, ce sont des valeurs typiques. Dans la littérature, en particulier
dans les matériaux publicitaires, on indique souvent une épaisseur nulle pour des coupes en
réflexion avec un diamètre de trou d'aiguille, cette valeur est bien plus petite et fait donc
"meilleur effet" mais elle n'est pas pertinente pour la pratique en microscopie de
fluorescence.
10.4.3
Distances
Pour l'enregistrement dans une pile z, l'épaisseur des coupes optiques joue un rôle. Si les
distances entre les enregistrements sont trop grandes (supérieures à l'épaisseur de coupe),
le bloc de données présente des lacunes et il y a une perte d'informations. Il n'est alors plus
possible de calculer correctement une reconstruction. D'un autre côté, il n'est pas
raisonnable d'enregistrer autant de coupes que l'on veut parce qu'avec de très petites
distances, les différences d'information d'une coupe à l'autre sont toujours plus petites et il y
a ainsi production de nombreuses données inutiles. Cela se passe sur l'axe z exactement
comme avec le "grossissement vide" du microscope usuel. Pour un enregistrement épais
sans lacunes, mais aussi sans oversampling indésirable, l'on utilisera des distances entre les
enregistrements qui sont environ la moitié ou le tiers de l'épaisseur de coupe optique. Dans
la pratique, cela représente 0,7 - 0,2 μm. Il y a donc enregistrement d'1 à 5 coupes par
micromètre en z, essentiellement en fonction de l'ouverture de l'objectif utilisé.
109
10.4.4
Quantités de données
Lors de l'enregistrement de séries, il faut par ailleurs tenir compte du fait que dans certaines
circonstances, de très grandes quantités de données sont produites, qui ne peuvent être
traitées que très lentement. Une image "normale" de 512 x 512 pixels et un canal occupe
avec la résolution en niveaux de gris standard de 8 bits un volume de 0,25 Mo. Des
centaines de ces images (soit à peu près une préparation d'une épaisseur de 20 μm à haute
résolution), occupent déjà 25 Mo, ce qui était il y a quelques années à peine une quantité de
données très difficile à gérer. Si maintenant il y a enregistrement en parallèle de 5 canaux et
si le format d'image est de 1000 x 1000 pixels, cette pile fait déjà 500 Mo, soit presque la
capacité d'un CD courant. Avec une profondeur des niveaux de gris de 16 bits et 8000 x
8000 pixels, on obtient un bloc de données de 64 Go, ce qui reste indigeste pour la plupart
des ordinateurs actuels. Il convient donc de faire preuve d'esprit critique quant aux
paramètres d'enregistrement des données.
10.4.5
Représentations
Figure 79 : Galerie d'une série z. Cette "collection de timbres-poste" convient particulièrement
pour les publications monochromes.
Comme il a été mentionné précédemment, la représentation d'une image tridimensionnelle
sur un moniteur bidimensionnel n'est pas vraiment possible. C'est pourquoi il existe plusieurs
procédés permettant de présenter ces informations.
110
10.4.5.1 Galerie
Le plus simple consiste à ranger toutes les coupes d'une série dans une galerie, tout comme
on le ferait d'une collection de timbres-poste (Figure 79). L'on peut ainsi analyser les
changements de coupe en coupe et les représenter dans un journal.
10.4.5.2 Films
Actuellement, de nombreuses publications sont également proposées sur Internet sous
forme électronique et on publie aussi des films dont le déroulement des séquences s'effectue
à une vitesse agréable. Le spectateur a ainsi l'impression de faire directement au
microscope la mise au point de la préparation. Ces deux procédés conviennent aussi bien
pour les enregistrements monochromes (noir et blanc) que pour ceux réalisés sur plusieurs
canaux.
10.4.5.3 Projections orthogonales
Une autre façon de comprimer la totalité de l'information (avec perte d'information) à deux
dimensions consiste à calculer les projections à partir de la série entière. Le procédé le plus
connu s'appelle la projection maximum. On cherche ici à déterminer la valeur la plus claire
pour chaque pixel le long de l'axe z et on l'entre à cet endroit dans l'image résultante. On
obtient ainsi une image composée uniquement de valeurs correspondant à un réglage d'une
grande netteté et cela même, sur toute la distance de l'enregistrement en direction z.
Cette opération a donc permis d'augmenter la profondeur de champ sur toute la hauteur de
la pile z. C'est pourquoi l'on nomme ces projections des images à "profondeur de champ
étendue" ("extended depth of focus"). Avec ce procédé, il est également possible de traiter
les enregistrements sur plusieurs canaux.
Si l'on colore maintenant chaque coupe différemment, en reproduisant l'arc-en-ciel sur l'axe z
par exemple, il est possible de lire immédiatement à partir de cette projection la position en z
des structures. Cela ne fonctionne bien sûr qu'avec un canal car la couleur est utilisée pour
la hauteur. Cette représentation s'appelle "Profondeur de champ étendue par un codage en
couleur de la hauteur" (height-color coded extended depth of focus) (Figure 80).
111
Figure 80 : Profondeur de champ étendue par un codage en couleur de la hauteur pour la série
représentée ci-dessus.
Le procédé SFP (simulated fluorescence projection) utilise des approches plus complexes
qui donnent des images très impressionnantes contenant des ombres portées. De toute
façon, il faut ici toujours faire un contrôle précis de la quantification.
10.4.5.4 Projections orientées
Figure 81 : Image stéréo des mêmes données 3D. Un peu de pratique est nécessaire mais cet
investissement est rentable pour tout adepte de la microscopie confocale.
Dans les procédés décrits à la section 10.4.5.3, il est supposé en premier lieu que la
projection s'effectue le long de l'axe visuel. Mais étant donné que les données informatisées
ont une homogénéité spatiale, l'on peut aussi créer des projections à partir des directions de
son choix.
Dans le plus simple des cas, il est ainsi possible de représenter côte à côte deux projections
qui ont été calculées avec une petite différence d'angle et que l'on superpose par défaut
d'alignement angulaire ("unaided fusion"). Le cerveau humain crée à partir de là une image
en relief, comme il le fait avec tous les objets perçus par les deux yeux (Figure 81).
En cas d'utilisation d'un canal unique, l'on peut également représenter les deux vues avec
différentes couleurs et les observer ensuite avec des lunettes équipées de filtres
chromatiques (" anaglyphe rouge-vert"). Cette méthode est plus simple pour la plupart des
observateurs mais elle n'est pas utilisable avec des données multiparamétriques.
Tout comme les coupes elles-même, il est aussi possible de calculer des séries de
projections avec un angle progressif et d'en faire un film. Ces films 3D sont actuellement la
forme la plus courante et la plus convaincante de représentation des données en relief.
112
10.5
Séries chronologiques
Un microscope confocal à balayage laser enregistre les images comme un appareil de prise
de vues. Pour cette raison, il permet aussi d'enregistrer des séries temporelles, pour ainsi
dire une pile z sans changement de z. De telles expériences Time-Lapse représentent un
outil très important dans les secteurs de la physiologie et de la biologie du développement,
dans lesquels les processus dynamiques sont d'un intérêt primordial.
10.5.1
Vitesse de balayage
Bien sûr lors de procédures dynamiques, en particulier lors d'examens cinétiques de
processus biophysiques cellulaires, la résolution temporelle est un paramètre important. Mais
il y a malheureusement des limites : d'une part la vitesse mécanique des scanneurs et la
largeur de bande des lignes de transmission de données ; d'autre part tout simplement la
quantité de photons que l'on peut espérer de la préparation pendant la période
d'observation. Il y a en principe des solutions aux problèmes mécaniques et informatiques d'autant plus que de grands progrès ont été réalisés ces dernières années - mais la limitation
par la lumière reste un obstacle insurmontable. Une faible luminosité donne un mauvais
rapport signal-bruit et donc des images trop mauvaises (dont la résolution est également
mauvaise). C'est pourquoi il faut revérifier les paramètres à mesurer. Une différence très
importante entre les diverses mesures est la dimensionnalité qui essaie de compenser les
limitations mécaniques.
10.5.2
Points
On peut obtenir la résolution temporelle la plus haute en ne bougeant pas du tout le
mécanisme du scanneur. On mesure ainsi le changement d'intensité lumineuse sur un point
fixe sélectionné au préalable. Avec le Leica TCS SP5, cela s'effectue avec une résolution
temporelle de 40 MHz (correspondant à 25 ns). Bien sûr, on doit aussi tenir compte du fait
qu'à ce point la préparation se décolore très rapidement.
10.5.3
Lignes
La limitation aux images provenant d'une seule ligne est moins rapide, mais elle convient
toutefois pour de nombreux processus à la dynamique élevée. Les données sont
représentées en une image xt, où la première dimension est le lieu (la ligne sélectionnée) et
la seconde dimension, le temps. Avec un scanneur à résonance de 8 kHz, il est ainsi
possible en mode bidirectionnel d'avoir une résolution 16 kHz (63μs).
10.5.4
Surfaces
Le cas standard est l'enregistrement d'images xy en tant que série t. Ici, la résolution
temporelle dépend de la vitesse du scanneur et du nombre de lignes par image. En se
limitant à une image linéaire de 16 lignes, il est ainsi possible d'enregistrer avec un scanneur
à résonance jusqu'à 200 images par seconde (5 ms).
Cette procédure d'enregistrement habituelle (généralement avec 512 x 512 pixels) est
également utilisée pour les expériences de longue durée au cours desquelles
113
l'enregistrement de la préparation s'effectue sur de longues périodes, pendant des heures,
voire même des jours, afin de suivre le développement des embryons ou des cultures
cellulaires. Ici, les limitations de vitesse d'origine mécanique et photonique ne jouent qu'un
rôle secondaire, c'est pourquoi le système doit être très stable, exempt de dérive et climatisé.
10.5.5
Dimensions (Time-Space)
Le développement tridimensionnel des structures en biologie présente évidemment un grand
intérêt. Ici, le grand domaine d'application de la microscopie 4D s'est entre-temps implanté.
Les piles z sont enregistrées séquentiellement et servent à faire des films "3D-temps".
L'avenir nous réserve dans ce domaine passionnant de nombreuses innovations et des
résultats captivants.
10.5.6
Mesures FRAP
Un tout autre domaine d'application de la microscopie à balayage laser est celui des
examens dynamiques où un système est mis en déséquilibre par une perturbation et où l'on
examine ensuite comment s'effectue la mise en place d'un nouvel équilibre. Le procédé
FRAP (fluorescence recovery after photobleaching) est très connu, où une partie de la
préparation est décolorée par un éclairage puissant et où l'on mesure ensuite la
redistribution de la fluorescence dans ce secteur.
Ces expériences permettent de déduire la perméabilité des membres, la vitesse de diffusion
et le comportement de liaison des molécules. L'enregistrement de séries temporelles est
toujours associé à une mesure de ce type.
10.6
Séries spectrales
La section 10.2.4 décrit comment le détecteur Leica SP® peut sélectionner des bandes
d'émission réglables en continu. Ici aussi, il est possible de faire un enregistrement en série
en utilisant le déplacement incrémentiel de la bande d'émission. Le détecteur Leica SP® a
donc été le premier appareil permettant d'enregistrer des séries d'images spectrales dans un
microscope confocal. La technologie utilisée a fait ses preuves et s'est avérée être la plus
efficace. En effet, tous les autres microscopes spectraux apparus entre-temps sur le marché
présentent de nettes faiblesses eu égard au rapport signal-bruit.
10.6.1
Enregistrement et utilisation des données
L'enregistrement d'une série Lambda ne diffère pas fondamentalement de celui d'une série z
ou d'une série chronologique. On détermine la bande d'émission pour le début et la fin de la
mesure et stipule combien de coupes le spectromètre doit réaliser pour mesurer la région
entrée.
Des régions de l'image sont sélectionnées de façon interactive pour l'évaluation ; leur
intensité moyenne est ensuite représentée dans un graphe en tant que fonction de la
longueur d'onde. C'est un spectre à l'endroit sélectionné.
114
10.6.2
Au sujet de la résolution spectrale
Il y a eu dernièrement en relation avec les séries spectrales une discussion portant sur la
technologie qui offre la meilleure résolution spectrale et permet donc de révéler les
modifications les plus fines survenues dans le spectre. De fait, l'on peut déplacer avec le
TCS SP5 les bandes d'émission par pas d'1 nm, ce qui donne une résolution formelle d'un
nanomètre. La résolution spectrale optique dépend de toute façon de la longueur d'onde ;
elle est d'environ 0,5 nm dans le bleu et 2 nm dans le rouge. Cette résolution est bien
supérieure aux exigences requises dans la pratique : dans les préparations typiques, de
consistance liquide à gélatineuse à température ambiante, la netteté des émissions de
fluorescence ne dépasse guère 20 nm.
10.7
Combinatorique
L'association de bon nombre des procédés décrits plus haut est possible, ce qui ouvre de
nouvelles perspectives en biologie, autant sur les préparations fixées que sur les
préparations vivantes. De cette combinatorique est né le concept de "microscopie
multidimensionnelle". De toute façon, il est facile de constater ici une certaine inflation. Il ne
suffit pas de multiplier les dimensions (paramètres de mesure) pour faire une bonne
expérience et encore moins obtenir un bon résultat. La synthèse de nombreuses mesures
est souvent difficile et requiert l'intervention de l'intelligence humaine, afin d'éviter
l'accumulation de données inutiles et les conclusions erronées.
115
116
11. Maintenance et entretien
11.1
Généralités
Vous trouverez dans le mode d'emploi du microscope des informations sur la maintenance et
l'entretien du microscope.
Les instructions et les informations supplémentaires concernant les composants du système
à foyer commun sont résumées ci-dessus.
Protégez le microscope de la poussière et de la graisse.
Lorsque vous n'utilisez pas le système, recouvrez-le toujours d'une housse (comprise dans
la livraison) ou d'un tissu en coton propre. Le système doit être activé dans un
environnement aussi exempt de poussière et de graisse que possible.
Si aucun objectif ne se trouve dans le revolver à objectifs, les emplacements des objectifs
doivent être pourvus de leur cache anti-poussière.
Utilisez les produits chimiques agressifs avec grande précaution.
Soyez extrêmement prudent lorsque vous utilisez en cours de travail des acides, des
solutions alcalines ou d'autres produits chimiques agressifs. Prenez garde à ce que ces
substances n'atteignent pas les composants optiques et mécaniques du système.
11.2
Nettoyage du système optique
Le système optique du microscope doit toujours être nettoyé. Il ne faut en aucun cas toucher
les composants optiques avec les doigts ou quelque chose de sale ou de gras.
Eliminez la poussière à l'aide d'un pinceau fin et sec. Si cela ne suffit pas, vous pouvez
utiliser un chiffon non pelucheux, imbibé d'eau distillée.
Les saletés tenaces déposées sur la surface du verre s'enlèvent avec de l'alcool pur ou du
chloroforme.
Si une lentille d'objectif a été contaminée accidentellement par de l'huile d'immersion non
adaptée ou par l'échantillon, veuillez vous adresser à votre agence Leica la plus proche. On
vous y donnera des conseils sur certains solvants à utiliser pour le nettoyage.
Laissez-vous conseiller dans le choix du solvant adapté, car certains solvants peuvent
dissoudre la colle utilisée pour fixer la lentille.
N'ouvrez jamais les objectifs pour les nettoyer !
Les lentilles d'immersion doivent être jetées directement après leur utilisation dans l'huile
d'immersion.
117
Enlevez l'huile d'immersion ensuite avec un chiffon propre. Une fois que vous avez enlevé
une grande partie de l'huile d'immersion, placez un tissu fin adapté aux lentilles sur la face
d'immersion de la lentille. Faites tomber une goutte du solvant que l'on vous a conseillé et
frottez doucement avec le tissu sur la surface de la lentille. Répétez la procédure jusqu'à ce
que la lentille soit absolument propre. Utilisez à chaque fois un nouveau morceau de tissu
propre.
11.3
Nettoyage de la surface du microscope
Utilisez un chiffon non pelucheux en coton ou une peau de chamois (humecté d'alcool) pour
nettoyer la surface du boîtier de microscope ou du scanneur (pièces peintes).
Ne jamais utiliser d'acétone, de xylol ou de diluant nitré car ces produits attaquent
la peinture !
Tous les composants et systèmes Leica ont été fabriqués soigneusement selon les
méthodes de production les plus modernes. Si vous rencontrez des problèmes avec votre
appareil, n'essayez pas de réparer vous-même l'appareil ou les composants, mais adressezvous à votre représentation Leica.
Avant tout déplacement du système confocal, il faut le nettoyer minutieusement.
Ceci concerne particulièrement les systèmes, qui se trouvent dans les laboratoires
de recherche biomédicale.
Ceci est nécessaire afin d'éviter une éventuelle contamination et de faire courir un danger à
d'autres personnes. Prenez garde non seulement à la surface mais aussi aux ventilateurs et
climatiseurs, car ces appareils sont de véritables nids à poussière.
11.4
Maintenance du système de refroidissement du scanneur
Le scanneur du système est équipé d'un liquide de refroidissement.
Suivez les instructions de la feuille de données de sécurité du fabricant Innovatek
concernant le réfrigérant utilisé (elle est en annexe).
Le refroidissement du scanneur doit faire l'objet tous les deux ans d'une
maintenance par le service après-vente de Leica ou le service agréé par Leica.
En cas d'émergence de liquide de refroidissement, le système doit être
immédiatement
mis
hors
tension
!
Informez-en immédiatement le service après-vente de Leica ou le service agréé
par Leica.
Le liquide de refroidissement est mélangé à une substance irritante. Evitez tout
contact avec les yeux et la peau.
118
12. Transport et dépollution
12.1
Changement de lieu d'installation
Avant tout déplacement du microscope laser à balayage, il faut le nettoyer à fond.
En cas d'enlèvement des pièces du système, il faut les nettoyer à fond. Ceci
concerne particulièrement les systèmes, qui se trouvent dans les laboratoires de
recherche biomédicale.
Cela est nécessaire pour supprimer toute contamination éventuelle et éviter ainsi le
déplacement de substances dangereuses et d'agents pathogènes et la mise en danger de
personnes.
Prenez garde non seulement à la surface mais aussi aux ventilateurs et
climatiseurs, car ces appareils sont de véritables nids à poussière.
12.2
Élimination des déchets
Pour toute question concernant l'élimination des déchets, veuillez vous adresser
directement à votre point de vente local Leica (voir chapitre 13 ).
119
120
13. Contact
Pour toute autre question concernant votre système, veuillez vous adresser directement à
votre succursale Leica. Vous trouverez l'adresse de contact concernée dans la liste de nos
représentations locales dressée ci-dessous.
Si votre pays n'est pas mentionné dans la liste, veuillez consulter la rubrique "Area Selector"
sous le site Internet http://www.leica-microsystems.com.
Pays
Ville
Téléphone
Télécopie
Australia
Gladesville
+61 2 9879 9700
+61 2 9817 8358
Austria
Vienna
+43 1 486 80 50 0
+43 1 486 80 50 30
Canada
Richmond Hill
Ontario
+1 905 762 2000
+1 905 762 8937
Denmark
Herlev
+45 4454 0101
+45 4454 0111
France
Rueil-Malmaison
+33 1 473 285 85
+33 1 473 285 86
Germany
Wetzlar
+49 6441 29 0
+49 6441 29 2590
Italy
Milan
+39 0257 4861
+39 0257 40 3273
Japan
Tokyo
+ 81 3 5421 2800
+81 3 5421 2896
Korea
Seoul
+82 2 514 65 43
+82 2 514 65 48
Netherlands
Rijswijk
+31 70 4132 100
+31 70 4132 109
PRC
Hong Kong
+852 2564 6699
+852 2564 4163
Portugal
Lisbon
+351 21 388 9112
+351 21 385 4668
+65 6779 7823
+65 6773 0628
Singapore
Spain
Barcelona
+34 93 494 95 30
+34 93 494 95 32
Sweden
Sollentuna
+46 8 625 45 45
+46 8 625 45 10
Switzerland
Glattbrugg
+41 1 809 34 34
+41 1 809 34 44
United Kingdom
Milton Keynes
+44 1908 246 246
+44 1908 609 992
USA
Bannockburn/
lllinois
+1 847 405 0123
+1 847 405 0164
121
122
14. Glossaire
Achromate
Classe de correction d'un objectif. Pour les objectifs de ce type, l'aberration chromatique est
corrigée pour deux longueurs d'onde. D'habitude, un tel objectif est corrigé pour une
longueur d'onde sous 500 nm et au-dessus de 600 nm. En outre, la relation des sinus pour
une longueur d'onde est respectée. La courbure de champ n'est pas corrigée.
Disque d'Airy
On appelle disque d'Airy le cercle interne clair (entouré d'anneaux de diffraction
alternativement foncés et clairs) de l'image diffractée composée d'une source de lumière
ponctuelle. Les disques de diffraction de deux points d'objet situés l'un à côté de l'autre se
superposent partiellement ou totalement et limitent ainsi le pouvoir séparateur spatial.
Aliasing
Erreur de construction générée par un taux de balayage trop faible par rapport à la
fréquence du signal.
AOTF
(Acousto-Optical Tunable Filter) Le filtre acousto-optique réglable est un cristal transparent
optiquement, avec lequel on peut régler en continu l'intensité et la longueur d'onde de la
lumière incidente. Dans le cristal, un champ à ondes ultrasonores, dont la longueur d'onde
peut être réglée à volonté, est produit. Perpendiculairement au champ d'ondes ultrasonores,
la lumière incidente se diffracte comme sur un quadrillage.
Apochromate
Classe de correction d'un objectif. Avec les objectifs de ce type, l'aberration chromatique est
corrigée pour trois longueurs d'ondes (la plupart du temps 450 nm, 550 nm et 650 nm) et la
relation des sinus est respectée pour au moins deux couleurs. La courbure de champ n'est
pas corrigée.
Distance de travail
Distance de la lentille frontale d'un objectif pour la mise au point. Pour une distance de travail
variable, il faut indiquer l'éloignement entre la lentille frontale de l'objectif et le couvre-objet
ou l'échantillon non couvert. La plupart des objectifs possédant une grande distance de
travail présentent une faible ouverture numérique, en revanche les objectifs de grande
ouverture présentent une faible distance de travail. Pour un objectif présentant une grande
ouverture et une grande distance de travail, le diamètre de la lentille de l'objectif doit être
grand, en correspondance. Il s'agit pour la plupart d'optiques faiblement corrigées, car le
respect des précisions de fabrication extrêmes pour un grand diamètre de lentille ne peut
être atteint qu'au prix d'un grand effort.
123
Enregistrement de paramètres de prise de vue
Un enregistrement de paramètres de prise de vue (IPS : Instrument Parameter Setting) est
un fichier contenant tous les réglages matériels spécifiques à une technique de prise de vues
donnée. Les abréviations FITC/TRITC désignent par exemple les réglages pour un
enregistrement dans deux canaux avec les deux couleurs fluorescentes FITC et TRITC. Un
enregistrement de paramètres de prise de vue permet d'enregistrer des configurations de
matériel optimisées dans un fichier et de les charger ultérieurement simplement au moyen
d'un double clic. Les enregistrements de paramètres mis en évidence par la lettre "L" sont
prédéfinis par Leica et ne peuvent pas être modifiés. Les enregistrements définissables par
l'utilisateur se trouvent dans l'arborescence sous la lettre "U" (User).
Courbure de champ
La surface courbée, sur laquelle est représentée nettement une image microscopique, est
appelée courbure de champ. Elle est produite par la convexité de la lentille et se manifeste
comme une erreur à cause des faibles distances focales pour les objectifs microscopiques.
Ainsi l'objet ne peut pas ainsi être représenté de façon nette à la fois au centre et à la
périphérie. Les objectifs qui présentent une correction par rapport à la courbure de champ
sont appelés objectifs plans (plan = champ d'image plan).
Indice de réfraction
Facteur pour lequel la vitesse de la lumière dans un milieu optique est inférieure à celle dans
le vide.
Aberration chromatique
Erreur de construction optique provoquée par la réfraction différente des rayons lumineux de
diverses longueurs d'onde sur une lentille. De ce fait, les rayons lumineux avec une longueur
d'onde plus courte présentent une distance focale plus longue que les rayons lumineux avec
une longueur d'onde plus longue.
Dichroïte
Les filtres dichroïques sont des filtres d'interférence pour un angle d'incidence de la lumière
de 45°. La transmitivité ou la réflexivité des dichroïtes dépend d'une certaine longueur d'onde
de la lumière. Pour un filtre passe-bas RSP 510 (reflection short pass) par exemple, la
lumière d'excitation inférieure à 510 nm est réfléchie et elle est transmise lorsqu'elle est
supérieure à cette valeur. Les valeurs de transmission se trouvent généralement entre 80%
et 90%, les valeurs de réflexion entre 90% et 95%.
Filtre numérique respectant les phases
Un filtre numérique se compose d'une règle de calcul, selon laquelle des données d'image
peuvent être modifiées. Pour les filtres, on essaye toujours d'éloigner des composants
d'image parasites. Un filtre respectant les phases garantit que les tailles quantifiables
d'image demeureront inchangées par le filtrage et est ainsi une condition pour des méthodes
de mesure standardisées (par ex. caractérisation de surfaces selon ISO).
Double dichroïte
Les filtres double dichroïques sont des filtres d'interférence pour un angle d'incidence de la
lumière de 45°. La transmitivité ou la réflexivité des dichroïtes doubles dépend de deux
longueurs d'onde de la lumière fixes. Pour une dichroïte double DD 488/568 par exemple, la
lumière d'excitation est réfléchie à 488 nm et 568 nm et transmise au-delà de ces valeurs.
Les valeurs de transmission se situent généralement autour de 80%, les valeurs de réflexion
entre 90% et 95%.
124
Experiment
Fichier au format Leica spécifique (*.lei), pouvant comporter plusieurs images individuelles
ou des séries d'images. Cela permet de réunir des images prises selon des paramètres de
balayage différents ou des images qui ont été traitées.
Colorant fluorescent
Colorant utilisé pour l'analyse, qui réagit à l'excitation de l'énergie lumineuse en émettant une
lumière d'une longueur d'onde différente (loi de Stokes). Par exemple : fluorescéine,
rhodamine, éosine, diphénylamine (DPA).
Microscopie par fluorescence
Procédé de contraste d'optique lumineuse pour représenter des structures fluorescentes.
Les échantillons autofluorescents disposent d'une fluorescence dite primaire. Ils n'ont pas
besoin d'être enrichis par des substances fluorescentes supplémentaires. Des substances
fluorescentes secondaires doivent en revanche d'abord muter grâce à des colorants
adaptés, appelés fluorochromes. Des teintures spécifiques permettent ainsi de localiser
exactement les éléments de structure colorés d'un objet. La microscopie par fluorescence
permet aussi bien d'exécuter un potentiel d'examens morphologiques que d'effectuer des
examens dynamiques sur un plan moléculaire.
Objectif au fluor
Classe de correction d'un objectif. Les objectifs au fluor sont semi-apochromatiques, c'est-àdire que par le degré de correction, ils se situent entre les objectifs achromatiques et
apochromatiques.
Frame (cadre)
Un cadre correspond à un enregistrement d'une coupe optique individuelle. Si on enregistre
par exemple une coupe optique individuelle 4 x (pour faire la moyenne des données et
éliminer les bruits), alors quatre cadres (frame) sont produits pour cette coupe optique.
Objectif à immersion
Objectif microscopique qui a été développé sous la condition d'utiliser des milieux
d'immersion. Utiliser aucun ou un mauvais milieu d'immersion avec un objectif à immersion
peut conduire à des pertes de résolution et des détériorations de la correction.
Laser IR
Laser d'une longueur d'onde > 700 nm, rayonnement laser invisible (infrarouge).
Sous-méthodes confocales
Ces méthodes dérivées des méthodes de contraste classiques (fond clair, contraste
interférentiel, contraste de phase, polarisation) servent à examiner les microstructures en
association avec un système confocal. Ces méthodes définissent chaque fois une
configuration déterminée d'éléments optiques (bloc de filtres, prismes ICT, anneaux de
phase). Certaines d'entre elles dépendent en outre de l'objectif sélectionné.
125
Confocalité
Alors que le concept optique d'un microscope classique assure une détection identique des
composants de l'image, quelle que soit leur netteté, le principe confocal élimine les
structures situées hors du plan de mise au point de l'objectif du microscope. C'est à cela que
servent les diaphragmes, placés sur des lieux de conjonction optique sur le trajet optique. Ils
fonctionnent comme une source lumineuse ponctuelle (diaphragme d'excitation) et comme
détecteur de points (diaphragme de détection). Le diamètre du diaphragme de détection
détermine la longueur d'onde et l'ouverture numérique de l'objectif utilisé, mais aussi
l'étendue axiale d'une coupe optique (résolution optique).
Filtre passe-bas
Les filtres passe-bas sont des filtres d'interférence qui transmettent la lumière à ondes
courtes et reflètent en revanche la lumière à ondes longues. Le filtre optique passe-bas est
caractérisé par l'indication d'arête de longueur d'onde, sur laquelle le filtre passe de la
transmission à la réflexion (seuil de 50%).
Série lambda
Pile composée d'images individuelles d'un plan optique unique, qui sont détectées chaque
fois avec une longueur d'onde déterminée.
Filtre passe-haut
Les filtres passe-haut sont des filtres d'interférence qui réfléchissent la lumière à ondes
courtes et sont transparents en revanche pour la lumière à ondes longues. Le filtre optique
passe-haut est caractérisé par l'indication d'arête de longueur d'onde, sur laquelle le filtre
passe de la transmission à la réflexion (seuil de 50%).
Grossissement à vide
Grossissement sans autre gain d'information. On parle de grossissement à vide, dès que des
distances inférieures au pouvoir séparateur sont représentées. Les grossissements à plus
grande échelle que celle du grossissement à vide ne mettent à jour aucune autre information
sur l'objet et ne font qu'altérer la netteté d'image et le contraste.
Laser MP
Multiphoton désigne un laser IR (laser infrarouge) caractérisé par un important flux de
photons (produit par un laser à impulsions).
Filtre neutre
Les filtres neutres sont des petites plaques de verre partiellement recouvertes d'un miroir. Ils
servent à répartir le trajet optique indépendamment de la longueur d'onde. La lumière
incidente est partiellement réfléchie et partiellement transmise. Les filtres neutres sont
normalement placés à un angle de 45° dans le trajet du faisceau. Les données assignées
d'un filtre neutre se rapportent au rapport de la réflexion sur la transmission. Pour un filtre
neutre RT 30/70 par exemple, 30% de la lumière d'excitation sont réfléchis et 70% sont
transmis.
Ouverture numérique
L'ouverture est le sinus de l'angle d'ouverture dans lequel la lumière entre dans la lentille
frontale d'un objectif microscopique ; Symbole NA. A côté de la luminosité, l'ouverture
influence aussi le pouvoir séparateur d'une optique d'objectif. Comme il peut exister plusieurs
milieux entre l'objectif et la préparation (par ex. le milieu encastrant la préparation),
l'ouverture numérique est d'habitude (NA = n * sina) utilisée comme unité de mesure pour
l'intensité lumineuse et le pouvoir séparateur.
126
Blanchiment optique
Destruction de colorants fluorescents, appelés fluorochromes, par un éclairage intensif. Dans
la microscopie par fluorescence, les fluorochromes sont excités à l'aide de la lumière laser
dans un haut état d'énergie, le niveau singulet. Si les molécules excitées retombent à leur
état de base, un signal fluorescent est émis. En cas d'excitation avec une intensité trop
élevée, les molécules de colorants peuvent passer par intercroisement d'un état de singulet
à un état de triplet. En raison de la durée de vie bien plus longue des états de triplet
(phosphorescence), ces molécules excitées peuvent réagir chimiquement avec les acides
triplets et sont perdues pour une autre excitation de fluorescence.
Visualisation des phases
Le principe de visualisation des phases, utilisé par Leica, est une méthode alternative
optimisée par rapport aux représentations ratiométriques. Le domaine d'application principal
est la mesure de concentrations ioniques en physiologie. La visualisation des phases obtient
au contraire du procédé ratiométrique plus d'informations sur l'échantillon. C'est pourquoi ce
procédé permet d'adapter la représentation des données physiologiques à la dynamique de
l'œil humain. Vous pouvez demander des informations détaillées sur le principe de
visualisation des phases directement auprès de Leica Microsystems CMS GmbH.
Pixel
Mot issu des termes anglais picture et element. Un pixel est le plus petit élément d'image
indivisible dans un système à deux dimensions. Dans ce document, on désigne par pixel
aussi bien un spot analyseur dans la préparation qu'un point d'image.
Objectif plan
Classe de correction d'un objectif. Pour les objectifs de ce type, la courbure de champ est
corrigée. L'élimination de cette erreur requiert une lentille très concave et à forte densité
médiane. Selon le type d'aberration supplémentaire chromatique corrigée, on distingue les
objectifs planachromatique, planapochromatique et plan au fluor
ROI
Cette abréviation signifie "Region of Interest / Région d'intérêt". Une ROI comprend une
région sur laquelle sera effectuée une exploitation de mesure. Une ROI peut de plus
caractériser la région d'intérêt d'un échantillon devant être balayée (balayage ROI).
Rapport signal/fumée
Rapport des signaux, qui sont détectés dans la préparation, par rapport aux signaux
indésirables, qui proviennent des divers composants optiques et électroniques et qui sont
aussi captés par le détecteur.
Aberration sphérique
Aberration optique due au fait que des rayons lumineux de longueur d'onde identique et
parallèles à l'axe ne sont pas à la même distance de l'axe optique. Les rayons lumineux, qui
traversent la zone extérieure de la lentille, présentent une distance focale plus courte que les
rayons qui traversent le milieu de la lentille (axe optique).
La loi de Stokes
La loi de Stokes est un concept central de la microscopie par fluorescence. Si les molécules
fluorescentes sont excitées avec une lumière d'une certaine longueur d'onde, elles émettent
une lumière d'une autre longueur d'onde, plus longue. Cette différence entre lumière
d'excitation et lumière fluorescente est appelée la loi de Stokes. Sans la loi de Stokes, il ne
serait pas possible dans un microscope par fluorescence de séparer la lumière d'excitation
de forte intensité des signaux fluorescents de faible intensité.
127
Triple dichroïte
Les filtres triple dichroïques sont des filtres d'interférence pour un angle d'incidence de la
lumière de 45°. La transmitivité ou la réflexivité des dichroïtes triples dépend de trois
longueurs d'onde de la lumière fixes. Pour une dichroïte triple TD 488/568/647 par exemple,
la lumière d'excitation est réfléchie à 488 nm, 568 nm et 633 nm et transmise au-delà de ces
valeurs. Les valeurs de transmission se situent généralement autour de 80%, les valeurs de
réflexion entre 90% et 95%.
Objectif sec
Objectif microscopique utilisé sans milieu d'immersion. Entre la lentille d'objectif et la
préparation se trouve de l'air.
Laser UV
Laser d'une longueur d'onde < 400 nm, rayonnement laser invisible.
Laser VIS
Laser ayant une plage de longueurs d'ondes comprise entre 400 et 700 nm, rayonnement
laser visible.
Voxel
Mot issu des termes anglais volume et pixel. Un voxel est le plus petit élément de volume
indivisible dans un système à trois dimensions. Dans ce document, on désigne par voxel
aussi bien un élément de volume dans la préparation qu'un point d'image en 3D.
Laser à lumière blanche 10
Laser avec lequel on peut sélectionner simultanément jusqu'à 8 bandes de longueurs d'onde
dans la plage de longueurs d'onde de 470 à 670 nm.
Piles z
Les piles z se composent d'images bidimensionnelles qui ont été prises avec différents plans
de mise au point et sont représentées en trois dimensions.
10
Concerne seulement le système TCS SP5 X.
128
15. Annexe
15.1
Fiches techniques de sécurité des constructeurs tiers
Le scanneur est équipé d'un liquide de refroidissement.
Vous trouverez ci-après les fiches techniques de sécurité du fabricant Innovatek pour le
réfrigérant utilisé.
129
130
131
132
133
15.2
134
Déclaration de conformité
135
Leica Microsystems CMS GmbH Tél. : +49 (0)621 7028 - 0
Am Friedensplatz 3
Fax : +49 (0)621 7028 - 1028
D-68165 Mannheim (Germany) http://www.leica-microsystems.com
Copyright © Leica Microsystems CMS GmbH • All rights reserved
N° de commande : 156500003 | V08
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement