N°7 - Office International de l`Eau

N°7 - Office International de l`Eau
O f f i c e
International
de l'Eau
N°7
3 ème TRIMESTRE
1
9
9
5
E D I T I O N
FRANÇAISE
SOMMAIRE
Actualités Nationales
Formation
Stages à venir
Elus Locaux
Documentation
Réseau National
des Données sur l’Eau
P2
P4
P6
P6
P8
P9
Actualités Internationales
Afrique
Europe Centrale
Asie
Amérique Latine
Méditerranée
Questionnaire F.N.H.
P 10
P 12
P 14
P 16
P 17
P 18
P 20
ACTUALITÉS NATIONALES
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
DE L’OIEAU
ÉLECTION DU NOUVEAU CONSEIL
D’ADMINISTRATION
L’Assemblée Générale Ordinaire de
l’OIEau s’est réunie le 8 mars 1995 à
Paris et a élu ou renouvelé pour un
mandat de 3 ans les nouveaux membres
du Conseil d’Administration et du
Bureau :
Président :
M. RENARD (Conseil Général du
GREF et Agence de l’Eau ArtoisPicardie)
Présidents d’honneur :
MM. TORRE (Ancien Ministre,
Sénateur, Président du Conseil Général
de l’Ardèche et du Comité de Bassin
Rhône-Méditerranée-Corse), CHERET
et DELAY, respectivement Anciens
Présidents du CEFIGRE et de la
Fondation de l’Eau
Vice-Présidents :
MM. HADLER
(WRC/Grande
Bretagne), MARTINEZ MATINEZ
(CEDEX / Espagne), GUERRERO
VILLALOBOS (CNA/Mexique),
COLLIOT
(SAUR),
DEJOIE
(Assemblée des Présidents de Conseils
Généraux), GRANGE (Conseil
Général des Ponts et Chaussées/Agence de l’Eau Loire-Bretagne)
et SAUNIER (SAFEGE/Lyonnaise des
Eaux).
Trésoriers :
MM. FUNKEN (Pont-A-Mousson /
CISE) et HERISSON (Sénateur /
Association des Maires de France)
Secrétaires :
MM. EL-HABR (PNUE) et ROSSI
(Compagnie Générale des Eaux)
Autres membres du Bureau :
MM. GAUDRIOT (Chambre des
Ingénieurs Conseils), GUILHAUDIN
(CNR), MECLOT (EDF) et MOINET
(FNCCR) ainsi que les représentants de
l’UADE (Afrique), ACQUA (Brézil),
APELE ROMANE (Roumanie),
l’ONEP (Maroc), l’OVF (Hongrie)
parmi les Membres Associés
Internationaux.
Autres membres du Conseil
d’Administration :
Les Agences de l’Eau Adour-Garonne,
Rhin-Meuse, Rhône-MéditerranéeCorse,
Seine-Normandie,
le
NAN.C.I.E., les Régions Limousin et
Provence-Alpes-Côte d’Azur, le
Département des Alpes-Maritimes ainsi que la BERD, la Commission
Européenne (DG XI) et la GTZ
(Deutsche Gesellschaft Für Technische
Zusammenarbeit).
LE CONSEIL SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE (CST)
DE L’OIEAU
L’Assemblée plénière du CST a été accueillie le 4 avril 1995 à Nancy par le
NAN.C.I.E. et a réuni plus de soixantedix participants français et une douzaine de représentants étrangers.
Le thème abordé cette année était celui
des réseaux internationaux de coopération scientifique et technique. Cette
journée a permis la présentation des réseaux européens (TECHWARE,
DG XI, Agence Européenne de
l’Environnement, EURAQUA) et internationaux (Réseau International des
Organismes de Bassin, IPTRID dans le
domaine de l’irrigation et du drainage,
coopération décentralisée, Réseau
Méditerranéen de l’Eau) et un riche
échange d’informations mais aussi de
points de vue et d’expériences.
La journée s’est déroulée sous la forme
de deux tables rondes animées l’une
par le Professeur Jean CASE, Président
du Conseil Scientifique du
NAN.C.I.E., l’autre par Monsieur Yves
LE BARS, Président du Conseil
Scientifique et Technique de l’Office
International de l’Eau et Directeur
Général du CEMAGREF.
2
Monsieur Pierre ROUSSEL, Directeur
Adjoint de l’Eau au Ministère de
l’Environnement, en a tiré les conclusions.
La Commission “Aménagement et gestion intégrés des bassins versants” s’est
réunie le 20 juin sous la présidence de
M. Claude LEFROU, Directeur au
BRGM, pour une journée d’échanges
d’informations. Elle a donné lieu à la
présentation de l’état d’avancement
des programmes d’études :
- du Service de la Recherche et des
Affaires Economiques du Ministère de
l’Environnement,
- du GIP-Hydrosystèmes,
- ainsi que sur le 4ème Programme
d’études inter-Agences (1992-1996) et
ses nouvelles orientations et en particulier ses thèmes C “Connaissance et caractérisation des milieux aquatiques” et
D “Gestion globale des milieux aquatiques - Mise en oeuvre des SAGE”.
Les membres de la Commission ont
confirmé leur vif intérêt pour ce type de
prestation qui leur permet de rencontrer
l’ensemble des interlocuteurs impliqués dans des travaux sur des thèmes
communs.
PROGRAMME
ENVIRONNEMENT
DÉTERGENTS
-
Les Ministères de l’Environnement et
de la Recherche, en liaison avec les milieux universitaires, scientifiques et
professionnels, ont décidé, à la suite
des controverses concernant l’impact
des composants des lessives sur l’environnement, de lancer un important programme triennal de recherche intitulé
“Environnement-Détergents”.
Ce programme de recherche vise un
triple objectif :
● évaluer l’impact de tous les produits
de lavage domestique sur les milieux
naturels grâce notamment à une
meilleure connaissance des mécanismes d’eutrophisation,
● examiner les études d’impact sur
l’environnement réalisées par les industriels de la lessive préalablement à
la mise sur le marché de nouvelles formulations,
● mettre au point une méthodologie reconnue et fiable de normalisation des
tests permettant d’apprécier l’impact
des lessives sur l’environnement.
La convention de recherche correspondante a été signée le 21 avril 1994.
Pour la première année d’application
de cette convention, la contribution des
différents partenaires financiers s’élève à 6,7 millions de francs dont les
deux tiers proviennent des Ministères
de l’Environnement et de la Recherche
et le solde des partenaires privés
(Association des Industries des Savons
et des Détergents, Union des Industries
Chimiques, Compagnie Générale des
Eaux, Compagnie de Service et
d’Environnement - Lyonnaise des
Eaux - Société d’Aménagement
Urbain et Rural).
L’Office International de l’Eau est
chargé d’assurer la cohérence scientifique, technique et financière du programme. A ce titre, il doit notamment
collecter les contributions financières
des différents partenaires - privés ou
publics - et assurer le conventionnement des laboratoires chargés de procéder aux recherches en fonction des
orientations arrêtées par un comité de
coordination scientifique.
Ces laboratoires relèvent d’Universités, par exemple Paris VI, Metz ou
Rouen I, d’établissements publics tels
que l’INERIS ou le CEMAGREF ou
des sociétés distributrices d’eau ou de
bureaux d’études, Beture Setame par
exemple.
Les premiers résultats des recherches
ainsi entreprises seront disponibles au
second semestre de 1995.
EVALUATION
DE PROJETS
Eau potable en Guyane
A la demande de la Direction
Départementale de l'Agriculture et de
la Forêt de Guyane et des mairies de
Saint Georges de l'Oyapock et de
Mana, deux ingénieurs de l’OIEau ont
assuré du 2 au 9 avril 95, une mission
d’expertise sur site sur les installations
de potabilisation.
L'objectif était d'apporter des solutions
techniques pertinentes dans le cadre de
2 projets de réhabilitation d'usines de
traitement d’eau potable sur des petites
communes, compte tenu de la qualité
de l'eau locale et des contraintes techniques liées aux sites. En effet, l'eau
distribuée ne répond pas encore complètement aux exigences de la réglementation (aluminium, THM, ...).
Ile de La Réunion
Audit du projet de transfert des
eaux de Mafate et Salazie
Le Conseil Général du Département de
La Réunion a désigné, après appel
d’offres, l’Office International de
l’Eau pour réaliser l’audit du projet de
transfert d’eau à partir des cirques de
Mafate et Salazie, de l’est de l’île vers
la côte ouest.
Ce projet vise à transférer en année
moyenne 141 millions de m3 d’eau
d’est en ouest, afin de permettre l’irrigation à terme de 8 650 hectares et
l’alimentation en eau potable des villes
de La Possession, Le Port, Saint-Paul,
Trois-Bassins et Saint-Leu.
Le coût estimatif 1991 du projet était
de 1,959 milliards de FF., programmé
au titre du Plan de Développement
Régional.
La mission des experts internationaux
de l’OIEau, composée de MM. DONZIER, Directeur Général de l’Office,
DESPAS, Ingénieur Général du GREF
et LAZENBY - Sir GIBB and Partners,
s’est rendue à La Réunion du 19 au 30
juin 1995 pour étudier le dossier et rencontrer l’ensemble des organismes
réunionnais concernés à quelque titre
que ce soit par le projet.
Le rapport de mission sera remis fin
août et présenté le 13 septembre 1995
devant la Commission “ad hoc” du
Conseil Général qui disposera ainsi
d’un avis “extérieur et indépendant”
pour l’éclairer sur les décisions à
prendre pour la suite du projet.
ACTUALITÉS NATIONALES
IV
PROGRAMME D’ETUDES
INTER-AGENCES
ÈME
Le Directeur de l’Eau et les Directeurs
des six Agences de l’Eau ont décidé
d’actualiser les priorités du IVème
Programme des Etudes inter-Agences
selon quatre orientations principales :
❶ maîtriser l’eau dans la ville,
❷ gérer les bassins versants et
préserver les milieux aquatiques,
❸ dépenser de manière pertinente,
❹ prendre en compte l’aspect
international.
Dix thèmes principaux ont été retenus
en tenant compte de ces priorités :
A Réseaux d’assainissement et
dépollution par temps de pluie
Agences pilotes : Rhin-Meuse et SeineNormandie
B Epuration des eaux résiduaires
urbaines
Agence pilote : Loire-Bretagne
C Connaissance et caractérisation
du fonctionnement des milieux
aquatiques
Agence pilote : Rhône-MéditerranéeCorse
D Gestion globale des milieux
aquatiques
Mise en oeuvre des SDAGE
et des SAGE
Agence pilote : Adour-Garonne
E Ecotoxicologie
Agence pilote : Rhin-Meuse
F Pollutions accidentelles
Agence pilote : Rhin-Meuse
G Eau et Agriculture
Agence pilote : Artois-Picardie
H Economie et sociologie de l’Eau
Agence pilote : Seine-Normandie
I Déchets et transferts de pollution
Agence pilote : Rhin-Meuse
K Santé publique et distribution
d’eau potable
Agence pilote : Adour-Garonne
La maîtrise d’ouvrage du IVème
Programme est assurée par un Comité
de Direction réunissant le Directeur de
l’Eau et les six Directeurs d’Agences
de l’Eau.
Les Directeurs ont chargé l’Office
International de l’Eau d’une mission
d’assistance à la mise en oeuvre de ce
Programme en tant que force d’expertise, d’évaluation et de proposition.
La maîtrise d’oeuvre du Programme
est assurée par un Comité Exécutif
composé d’un représentant de la mission inter-Agences et de 6 “Directeurs
de projets” désignés par les Agences.
Un groupe de Valorisation constitué
des chargés de communication des 6
Agences et de la Direction de l’Eau est
chargé de l’élaboration de la stratégie
globale de communication interAgences et de proposer les actions de
valorisation des études du Programme.
Du mois de janvier au mois de juin
1995, le Comité Exécutif a approuvé
le lancement de 24 nouvelles études
dans le cadre du IVème Programme
ainsi réactualisé.
Contact :
M. Philippe GUETTIER
Ministère de l’Environnement
Direction de l’Eau
Tél. : (1) 42 19 20 21
Fax : (1) 42 19 12 35
INVENTAIRE NATIONAL DES ÉTUDES
ET RECHERCHES EN COURS
Jusqu’ici, du fait du grand nombre de
donneurs d’ordres ou de prestataires,
il était difficile d’avoir une vue synthétique des efforts publics et privés
d’études et de recherches en France.
A la fin du premier semestre 1995,
1573 études ou titres de recherche
ont été répertoriées par l’Office
International de lEau après enquête
auprès de l’ensemble des organismes
français concernés et de la commission européenne (DG XI et XII).
1040 études ont déjà fait l’objet
d’une fiche d’information individuelle détaillée.
650 premières fiches seront directement accessibles par MINITEL sur
le 36-17 ou le 36-14 EAUDOC dès
le 2ème semestre 1995.
L’OIEau est aussi en mesure de réaliser une recherche par thèmes ou
par programme d’études (ex. : EUREKA, ...) sur son nouveau fichier à
la demande.
Contact :
Nicole TREILLARD
OIEau
Direction de la Documentation
et des Données
Rue Edouard Chamberland
87065 LIMOGES
Tél : (33) 55.11.47.80
Fax : (33) 55.77.72.24
ENQUÊTE SUR LES BESOINS D’ÉTUDES
ET DE CONNAISSANCES NOUVELLES
L’OIEau a conduit une enquête sur les
priorités des élus locaux et de la communauté professionnelle en matière de
thèmes d’études et de recherche sur la
gestion de l’eau.
Celle-ci s’est fondée sur les réponses à
un questionnaire portant à la fois sur
les domaines techniques, économiques
et financiers, mais aussi administratifs
et juridiques, qui a été adressé à un panel représentatif :
- de collectivités locales (communes,
syndicats de communes, conseils généraux, conseils régionaux)
- de services territoriaux de l’Etat
(DRAF et DDAF, DIREN, DRE et
DDE, DRIRE et DDASS)
- de bureaux d’études et d’organismes
professionnels.
Les 200 réponses reçues ont montré
que les thèmes prioritaires les plus largement souhaités sont :
- la connaissance, la caractérisation de
la qualité et la mobilisation des ressources en eau
- l’assainissement (techniques d’épuration, assainissement et dépollution de
temps de pluie, l’utilisation des boues
des stations d’épuration)
- le traitement de l’eau potable
- le prix de l’eau
- la gestion financière des services municipaux
- l’intauration des périmètres de protection.
Cette enquête permettra de fournir aux
organismes prescripteurs d’études ou
de programmes de recherches, des informations sur les attentes des différents partenaires publics ou privés
intervenant dans tous les différents
secteurs de la gestion de l’eau.
NOMINATIONS
DIRECTION
DE LA COOPERATION
INTERNATIONALE
M. Alain BERNARD
Ingénieur de l’Industrie et des Mines, a
rejoint la Division Bassins Versants. Il
a travaillé précédemment en DRIRE
(Direction Régionale de l’Industrie,
Recherche et Environnement) et à
l’Agence de l’Eau Seine-Normandie,
où il s’occupait plus spécialement des
pollutions industrielles.
M. Jean-Paul LECOMTE
Ingénieur des Travaux Publics de
l’Etat, a été nommé Chef de la Division
“Services urbains d’eau potable et
d’assainissement”. Conseiller à
l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne auprès des collectivités locales, il s’occupait notamment des domaines de la
gestion de services municipaux.
M. François HARAMBAT
Ingénieur diplômé de l’Institut
National Agronomique - Paris - Grignon est chargé du programme de coopération avec le Kenya. Il s’était
occupé d’un projet de développement
au Burundi avant de rejoindre
l’Ambassade de France en Hongrie.
DIRECTION
DE LA DOCUMENTATION
ET DES DONNÉES
M. David FARINA
Ingénieur INSA, est venu compléter
l’équipe du Réseau National des Données
sur l’Eau (RNDE). Il prend en charge
l’ensemble des tâches d’exploitation informatique de la Banque Nationale des
Données sur l’Eau (BNDE).
M. Jean-Claude NOËL
Ingénieur chimiste et Docteur ès-science, a rejoint l’OIEau en tant que délégué auprès du Centre Thématique pour
les Eaux Continentales de l’Agence
Européenne de l’Environnement. Basé
au Water Research Center près de
Londres, il assure le suivi des tâches
menées par l’OIEau dans le cadre du
Centre Thématique. Il a auparavant
exercé ses responsabilités au sein de
l’Agence de l’Eau Artois-Picardie.
Melle Jennifer LEONARD
Diplômée des Universités d’Oxford et
Newcastle. Avec l’appui technique de
l’IFEN, elle participe à l’élaboration
d’un inventaire environnemental des
grands lacs réservoirs européens réalisé
par l’OIEau dans le cadre du programme du Centre Thématique Européen.
3
FORMATION
ANALYSE DES DÉCHETS,
CNFPT PREMIÈRE !
Le Centre National de la Fonction
Publique Territoriale (CNFPT) cherchait à mettre sur pied un stage sur
l’analyse des déchets, pour les personnels des laboratoires publics d’analyse
des eaux.
valorisation des boues de station, méthodes d’échantillonnage, test normalisé
de lixiviation, démonstration au
Laboratoire Régional d’Analyse des
Eaux de la Ville de Limoges, un partenaire de choix !
La Délégation Limousin du CNFPT a
eu l’idée de se tourner vers l’Office
International de l’Eau, à la fin de l’année 94.
Nos invités
Il s’en suivit des contacts multiples, documents techniques, lois et normes à
digérer, ... et le 10 avril 95 s’ouvre à
Limoges la première session test.
Au final : essai validé
Au menu
Législation, modes de gestion des déchets industriels en décharge de classe 1,
STAGE “AGENT
DE L’ENVIRONNEMENT
INDUSTRIEL”
ASFO / OIEau
Pour la troisième année consécutive,
l’OIEau organise en collaboration avec
l’ASFO une formation d’Agents de
l’Environnement Industriel. La promotion 1995 compte 10 stagiaires, en
Contrat de Qualification, Allocation
Formation Reconversion ou Congé
Individuel de Formation, qui ont débuté un cycle de 9 mois, dont 3 mois en
stage dans une entreprise.
L’objectif est de former ces jeunes
gens, de niveau Bac, au métier d’exploitant de systèmes de dépollution
tant urbains, qu’industriels. Pour cela,
de multiples compétences sont requises. Notamment des sujets aussi variés que l’analyse, le traitement
physico-chimique ou biologique des
effluents, la débitmétrie, les prélèvements, la maintenance mécanique et
électro-mécanique, le traitement des
boues résiduaires, le traitement et la
gestion des déchets seront abordés.
L’expérience des promotions précédentes nous montre que ce profil charnière entre l’opérateur et l’agent de
maîtrise est recherché aussi bien par
les industriels que les sociétés fermières.
La prochaine promotion débutera en
janvier 96. Cette formation est en cours
d’homologation au niveau IV (Bac)
auprès du Ministère de la Formation
Professionnelle.
En 1993 et 1994, 15 et 12 stagiaires ont
déjà suivi avec succès cette formation.
4
Laborantins venus de Reims, de l’Oise,
de l’Eure, des Côtes d’Armor, de
Corrèze et du Limousin.
Une deuxième session est programmée
en septembre 1995. Elle durera 3 jours
et aura un programme analytique plus
étoffé.
Déjà, le CNFPT Limousin engrange
des inscriptions pour 1996.
E.N.A. :
SÉMINAIRE
D’ADMINISTRATION
COMPARÉE
Cette année, le séminaire d’administration comparée de l’Ecole Nationale
d’Administration (ENA) a porté sur les
politiques environnementales dans les
pays de l’Union Européenne.
Dans ce cadre, M. DONZIER,
Directeur Général de l’Office
International de l’Eau a été chargé
d’animer, pendant douze semaines,
d’avril à juillet, à Strasbourg, les travaux du groupe d’élèves ayant choisi
le thème de la gestion des ressources
en eau.
Des conférences ont permis des
échanges particulièrement intéressants
avec MM. LAURENT, Directeur de
l’Eau, VERLON, Directeur de
l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse,
LOUDIERE, Directeur de l’ENGEES,
BARAQUE du LATTS ainsi que MM.
NOAIN, Président de la Confédération
Hydrographique du Tage en Espagne
et MUNZINGER, Docteur à la
Direction de l’Environnement du Land
de Nordrhein Westfalen en Allemagne.
Les élèves ont également visité plusieurs pays, Grande-Bretagne,
Hollande, Scandinavie, Italie,
Espagne, Allemagne, où ils ont rencontré les responsables des administrations chargées de l’eau.
Le rapport de ce séminaire, qui devrait
donner une vue originale sur la politique française de l’eau comparée à
celles des différents pays de l’union
Européenne, sera publié cet automne.
CAISSE DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS
Une collaboration exemplaire avec la SCET
L'Office International de l'Eau a été
sollicité par la SCET pour participer à
un programme de sensibilisation à
l'Environnement des agents des
Sociétés d'Economie Mixte.
De juin 94 à mai 95, 5 sessions ont été
organisées à Vaux en Velin (RhôneAlpes), à Gemenos (Provence-AlpesCôte d'Azur), Angers (Pays de la Loire,
Bretagne), Pointe à Pître (Antilles
Guyane), Limoges (Limousin, Centre).
Une sixième session est envisagée dans
le Nord-Pas de Calais.
125 personnes ont participé au total à
ces journées : Directeurs de SEM et
Adjoints chargés d'opération, les directions régionales de la SCET et de la
Caisse des Dépôts et Consignations, financeur du programme.
Les sessions comprennent deux modules de deux jours sur les thèmes suivants :
Module n°1 : compétences des collectivités locales dans le domaine de l'environnement, gestion des déchets et
friches industrielles.
Module n° 2 : compétences des collectivités locales dans les domaines de
l'eau, de l'assainissement et de la gestion des espaces naturels.
C'est sur le second module qu'intervient l'Office International de l'Eau,
prenant en charge une journée intitulée
"l'Eau et l'Assainissement : un enjeux,
un marché" dont les objectifs sont
ELF AQUITAINE
PRODUCTION
Sensibilisation
à la protection
du milieu récepteur
Depuis une dizaine d’années, l’Office
International de l’Eau réalise, en direction des opérateurs de fabrication de la
Société ELF AQUITAINE PRODUCTION à Lacq, une action de sensibilisation aux impacts que pourrait avoir
l’activité de l’usine sur le milieu récepteur en cas d’accidents.
Au rythme de 3 sessions de 2 journées
et demie par an, un formateur de
l’Office International de l’Eau leur enseigne quelle méthode de travail utiliser au sein de leurs ateliers pour éviter
des pollutions accidentelles, et quelle
incidence celles-ci pourraient avoir.
En 1995, 3 sessions ont été réalisées en
février, juin et octobre.
d'une part, de présenter aux stagiaires
les enjeux que représentent l'eau et l'assainissement pour les collectivités locales compte tenu de leurs nouvelles
responsabilités et d'autre part, d'envisager le positionnement des SEM dans ce
contexte.
La matinée est consacrée d’une part, à
la présentation des aspects stratégiques
du secteur de l’eau : l’organisation institutionnelle, contexte juridique, mécanismes financiers, enjeux économiques
à moyen terme, et d’autre part, aux responsabilités des collectivités en matière de distribution d’eau potable, en
particulier la mise en place des périmètres de protection.
L’après-midi est dédiée à l’analyse des
conséquences de la directive européenne et des textes nationaux relatifs à
l’assainissement pour les collectivités
locales et à la gestion des services
d’eau et d’assainissement.
La journée est clôturée par une discussion sur le positionnement des SEM sur
le marché de l’eau et de l’assainissement et l’aide qu’elles peuvent apporter aux collectivités locales dans ce
domaine.
Il est envisagé de poursuivre ce programme par l’organisation de stages de
formation qui permettront aux stagiaires d’approfondir certains des
thèmes qui les concernent très directement dans leur activité traditionnelle.
LABORATOIRE
D’ÉPIDÉMIOLOGIE
ET D’HYGIÈNE DU
MILIEU - RÉUNION
L’Office International de l’Eau a réalisé au mois d’avril dernier, une session
de formation d’une semaine à l’intention du personnel de ce laboratoire sur
la bactériologie des eaux potables situé
à Saint Denis de la Réunion.
Cette formation s’est déroulée en deux
temps. Après un rappel des connaissances et une remise à jour des méthodes
utilisées, il a été procédé à une présentation des nouvelles normes et méthodes en
vigueur ainsi que du nouveau matériel.
Cette session s’inscrit dans le cadre
d’un cycle de formation initié en 1994
par un stage sur les analyses physicochimiques des eaux potables et qui se
poursuivra en 1996 par une session
ayant trait aux analyses des eaux usées.
FORMATION
GESTION ET MAÎTRISE DES EAUX PLUVIALES
Deux actions pour répondre à ces nouveaux enjeux
FLYGT
Journées “Cercles d’Eau”
sur la Maîtrise des Eaux
Pluviales.
Face à l'importance des défis soutendus
par l’application de la loi sur l’eau, et aux
besoins d'information des prescripteurs et
des exploitants, la Société FLYGT a organisé une série de journées “Cercles
d’Eau” portant sur la Maîtrise des Eaux
Pluviales et réparties sur une quinzaine de
zones géographiques. Il s’agit de présenter les nouvelles générations d’équipements facilitant les opérations de
mélange des eaux polluées stockées et de
nettoyage des bassins.
FLYGT a fait appel à l’OIEau pour
présenter et discuter les facettes réglementaires, techniques, conceptuelles et
pédagogiques requises par cette problématique.
Devant le succès remporté par l'organisation de ces “Cercles d’Eau”, ce sont
finalement 15 journées qui auront été
réalisées sur la période de mars 1995 à
juin 1995 réunissant entre 40 et 85 participants par session.
CNFPT
“Réconcilier l’Eau et la Ville” ...
Un partenariat efficace avec le
CNFPT de Troyes
La conjugaison, depuis 3 décennies environ, d’une augmentation considérable
des surfaces réceptrices des eaux pluviales desservies par un réseau d’évacuation, et le raccourcissement associé des
CURSUS “EAU ET
ASSAINISSEMENT”
POUR LA CFSP
A la suite d’une première action de formation engagée en 1994 par la
Compagnie Fermière de Service
Public (CFSP) (filiale du groupe
Compagnie Générale des Eaux) à destination des exploitants de stations
d’épuration, l’OIEau, cette année, a
bâti une action similaire sur l’eau potable à l’intention des fontainiers.
Il s’agit d’actions de formation de
courte durée délocalisées dans les différentes agences de la CFSP (Tours, Le
Mans, Dieppe et Bernay). Les thèmes
abordés sont le maintien de la qualité
de l’eau et la désinfection. Ces actions
auront touché environ 120 agents de la
CFSP en 1994 et 1995.
L’OIEau va réaliser des formations
complémentaires sur “l’Entretien des
Réseaux Eaux Usées et Dysfonctionnement des Stations d’Epuration”
comme second degré d’un cursus cohérent sur l’assainissement conçu de
façon pluriannuelle pour les agents de
la CFSP.
temps de concentration des flux, provoque aujourd’hui des inondations plus
fréquentes et/ou plus graves. L’évolution
historique des cités, qui conduit souvent à
disposer de réseaux “en étoile” aggrave
encore les difficultés.
Cette problématique qui devient un véritable souci pour les municipalités, a
conduit le CNFPT de la région
CHAMPAGNE-ARDENNE à développer une action d'information et de
formation pour les Directeurs ou
Responsables de Services Techniques
des collectivités sur les possibilités alternatives de gestion des eaux pluviales, regroupées sous la terminologie
de “Solutions compensatoires”.
Pour présenter les aspects spécifiques et
novateurs de ces solutions, le CNFPT a
fait appel à l'OIEau et à des intervenants
tels que M. BOURGOGNE, Directeur
Adjoint des Services Techniques de la
Ville de Bordeaux, qui ont exposé les
nombreuses solutions compensatoires
réalisées par la Communauté Urbaine,
ainsi que les outils réglementaires organisant et facilitant leurs utilisations.
Devant le succès de cette initiative
(18 stagiaires à la session de 3 jours
réalisée en avril à Troyes, 45 demandes d'inscription), le CNFPT
CHAMPAGNE-ARDENNE a décidé
de faire figurer cette session dans son
catalogue national. Une autre session
aura donc lieu en décembre 1995.
“STRATÉGIE EAU” : 20 STAGES
EN 1996 POUR FAIRE LE POINT SUR ...
Présenté à la rubrique R du catalogue
des stages “Services Municipaux” de
l’OIEau, ce cursus a été spécialement
conçu pour répondre aux préoccupations des responsables de projets au
sein de collectivités territoriales, services départementaux et bureaux
d’études.
8 stages d’une journée étaient déjà proposés en 1995. Ils ont permis de faire le
point sur des thèmes précis tels que le
nouveau cadre législatif de l’assainissement et sa méthodologie d’approche,
la gestion de la procédure de mise en
place des périmètres de protection, la
sécurité de la distribution de l’eau potable et la gestion des déchets.
Il s’agit d’un outil d’aide à la décision très performant qui, pour chaque
thème traité, présente l’évolution juridique, la méthodologie à mettre en
oeuvre, les incidences socio-économiques. L’après-midi est en général
consacré à l’étude de cas concrets.
Outre les apports de connaissance,
c’est dans les échanges entre participants et intervenants que ces journées
sont intéressantes. Le public est composé en majeure partie d’agents des
services déconcentrés de l’Etat et des
collectivités territoriales et de bureaux
d’études. Les débats se trouvent ainsi
enrichis du point de vue et de l’expérience des participants, et des institutions qu’ils représentent.
A la lumière des premiers stages qui se
sont déroulés en 1994, un effort a été
fait en 1995 pour multiplier le nombre
d’intervenants très qualifiés ou à
l’initiative d’une démarche originale :
Experts du Ministère de l’Environnement, Présidents de Syndicats
Intercommunaux, Directeurs des
Services, etc.
Par ailleurs, une des caractéristiques de
“Stratégie Eau” est d’évoluer avec la
réglementation, pour prendre en compte les nouveaux enjeux.
En 1996, cette rubrique du catalogue
présente 20 stages portant notamment
sur la gestion de l’assainissement autonome, la maîtrise des eaux pluviales, le
télécontrôle des ouvrages, les plans
d’assurances qualité ou encore le management environnemental.
Cette méthodologie permet aux participants de choisir un cursus “à la carte”
qui doit répondre parfaitement à leurs
attentes professionnelles.
LES STAGES “STRATÉGIE EAU” EN 1996
Réf.
96.R.01
96.R.02
96.R.03
96.R.04
96.R.05
96.R.06
LES GÉOMÈTRES
96.R.07
SE FORMENT À
LA LOI SUR L'EAU
96.R.08
Après plusieurs journées de formation
organisées en 1993, l'Atelier de
Ruralisme et d'Urbanisme des
Géomètres Experts de la Région de
Lyon (ARUGEL) a confié à l’OIEau la
nouvelle mission en 1995 de former
une trentaine de géomètres experts aux
nouvelles obligations de déclaration et
d'autorisation pour les ouvrages d'assainissement pluvial.
La première journée a permis d'étudier
les nouveaux textes et de développer
les aspects pratiques de leur application.
La deuxième, plus technique, a abordé
la conception, le dimensionnement, la
mise en oeuvre des techniques compensatoires pour la gestion des eaux
pluviales et plus particulièrement dans
le cadre d'aménagement de nouvelles
zones résidentielles ou industrielles.
96.R.10
96.R.09
96.R.11
96.R.12
96.R.13
96.R.14
96.R.15
96.R.16
96.R.17
96.R.18
96.R.19
96.R.20
Titre
Le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux
Les périmètres de protection des captages
L’aménagement et la gestion des cours d’eau
Le Schéma Directeur d’Assainissement
L’assainissement individuel - Comment le réussir ?
Assainissement
Les procédures d’autorisation et de déclaration
Autosurveillance et assainissement
Obligations et procédures
Les plans d’assurance qualité
Une garantie pour les collectivités
Maîtrise des eaux pluviales et réglementation
Enjeux et stratégie
Les solutions compensatoires en assainissement pluvial
Une nouvelle approche pour les aménageurs
Réutiliser les eaux usées urbaines en irrigation
La sécurité des installations de distribution d’eau potable
La gestion des réseaux de distribution
au service de la qualité de l’eau
L’automatisation et le télécontrôle des ouvrages
d’alimentation en eau et d’assainissement
Usagers, consommateurs et clients - Les attentes
Services d’eau et d’assainissement - Les réponses
Informatisation d’un service d’eau et d’assainissement
Stratégie et solutions
Suivi et contrôle des activités des services d’eau
et d’assainissement
Gestion des déchets et qualité de l’eau
Friches industrielles et risques de contamination
des eaux souterraines
La réhabilitation des sites contaminés
La maîtrise des déchets et des effluents
Un pas vers le management environnemental
Dates
les 29/05 ou 01/10/96
les 30/05 ou 02/10/96
les 31/05 ou 03/10/96
les 06/02 ou 29/10/96
les 07/02 ou 31/10/96
les 08/02 ou 31/10/96
les 10/04 ou 30/10/96
les 11/04 ou 31/10/96
les 14/05 ou 01/10/96
les 15/05 ou 02/10/96
le 30/04/96
les 28/05 ou 28/10/96
les 29/05 ou 29/10/96
le 22/05/96
les 27/02 ou 03/10/96
les 28/02 ou 04/10/96
les 29/04/96
les 29/04 ou 15/10/96
les 30/04 ou 16/10/96
le 14/11/96
Renseignements : Mme Vilatte - Tél. : 55 11 47 73 - Fax : 55 77 71 15
5
ELUS LOCAUX
AIDER À LA PRISE DE DÉCISION
POUR UNE MEILLEURE GESTION
DE L’EAU
Depuis trois ans, l’Office International
de l’Eau a développé des outils d’aide
à la décision particulièrement adaptés
aux besoins d’élus locaux (Conseillers
Généraux, Maires, Présidents de syndicats intercommunaux) pour faciliter leur
compréhension de la gestion des services de l’eau, de l’assainissement ou
des déchets, notamment en zone rurale.
Avec les élections municipales de
1995 qui ont vu l’arrivée de beaucoup
de nouveaux élus, il était nécessaire de
renforcer le dispositif dès la rentrée de
septembre :
De l’information
à la formation
Les élus locaux trouveront désormais
auprès de l’OIEau une réponse appropriée à chacun de leur besoin sous des
formes très souples :
➨ “Les journées de l’eau des élus”
Il s’agit d’actions d’information-sensibilisation décentralisées dans chaque
département intéressé.
Ce programme pluriannuel d'aide à la
prise de décisions municipales pour
une meilleure gestion de l'eau a été développé dans le cadre des conventions
pluriannuelles conclues entre le Fond
National de Développement des
Adductions d'Eau et les Conseils
Généraux depuis 3 ans (1993/94/95).
Il s'agit d'une démarche collective
des élus d'un département dont l'initiative revient aux Conseils
Généraux et aux Associations
Départementales des Maires.
Les Départements qui s'engagent dans
cette démarche bénéficient d'une subvention du FNDAE (40%) et des
Agences de l'Eau (20%).
En trois ans l'Office International de
l'Eau a travaillé avec 26 Conseils
Généraux avec lesquels il a réalisé 42
sessions thématiques organisées dans
70 arrondissements pour 5033 élus locaux.
Une vingtaine de départements envisagent de réaliser des "Journées de l'Eau
des Elus Locaux" avant la fin de l'année 1995 pour permettre aux nouvelles
équipes municipales d'être informées
rapidement de leurs compétences et
responsabilités dans le domaine de
l'eau et de l'assainissement.
Le calendrier complet de ces
“journées” peut être consulté sur minitel par le 36 17 EAUDOC (2,23F/min)
ou en conctatant :
Office International de l’Eau
Mlle Katia BITTNER
53 Rue Royale - 59000 LILLE
Tél. : 20 13 11 86 - Fax : 20 13 11 86
➨ De nouvelles sessions
de formation
Le catalogue 1995 de formation des
élus locaux offre aux élus la possibilité
d'approfondir une thématique précise
sur une ou deux journées.
Il s'agit d'une démarche individuelle
de formation qui s'inscrit dans le
cadre de la loi du 3 février 1992
concernant le statut des élus locaux.
Cette formation a pour objectif d'aider
les élus locaux à mieux exercer leurs
nouvelles compétences qui, dans le domaine de l'eau et de l'assainissement,
sont lourdes de conséquences financières tant pour la collectivité que pour
les usagers.
Comme l’Office International de l’Eau
a été agréé en juillet 1994 par le
Ministère de l’Intérieur pour dispenser
de telles formations, les stages peuvent être partiellement pris en charge par les collectivités à la demande
des élus intéressés.
Le catalogue “Elus locaux” 1995 est
disponible sur simple appel téléphonique au 55 11 47 73 ou par fax au
55 77 71 15.
DATES ET LIEUX DES 8 STAGES “ELUS LOCAUX” 1995 À L’OIEAU
Titre
Lieu
La loi sur l’eau et les directives européennes :
Paris
quelles compétences pour les collectivités territoriales ?
6
Réf.
Date
95.RT.30
14/11/1995
La gestion des services municipaux : méthodologie
Paris
95.RT.31 15-16/11/1995
La délégation de services publics
Paris
95.RT.32
17/11/1995
L’eau, un coût, un prix !
Paris
95.RT.33
21/11/1995
Les ressources en eau :
vers une gestion globale et équilibrée
Paris
95.RT.34
22/11/1995
L’assainissement : une approche stratégique
Paris
95.RT.35
23/11/1995
La sécurité de la distribution de l’eau potable :
une priorité, une nécessité
Paris
95.RJ.03
8/11/1995
La gestion des déchets ménagers en zone rurale :
organisation territoriale - choix d’une filière
Paris
95.RJ.04 28-29/11/1995
INSTITUT POUR LA FORMATION
DES ELUS TERRITORIAUX (IFET)
Des stages à la carte
Cinq stages réalisés par l'Office
International de l'Eau sont proposé
dans le catalogue de formation de
l'IFET sur les thèmes suivants :
- l'Eau et l'assainissement : des compétences nouvelles pour les collectivités
territoriales.
- La gestion financière des services
d'eau et d'assainissement.
- La ressource en eau : la nécessité
d'une gestion efficace.
- L'assainissement : une nouvelle
approche.
- Sécurité de la distribution d'eau potable.
Ces stages, d'une durée d'une journée
sont proposés soit sous forme de regroupement interdépartemental à Paris
ou en province, soit dans un département à la demande du Conseil Général.
IFET
6 rue Duguay-Trouin
75006 Paris
Tél. : 45 49 60 20
Fax : 45 49 60 50
STAGES À VENIR
Les stages professionnels de l’OIEau
au 4ème trimestre 1995
Titre
Maîtrise de la qualité des eaux
en cours de distribution
Réf.
95.B.07
Date
Du 13 au 17/11/95
Recherche de fuites :
méthodes traditionnelles (module 2)
95.C.09
Du 28 au 30/11/95
Préparation de l’habilitation
à la maintenance des disconnecteurs
95.C.11
Du 13 au 15/11/95
Habilitation à la maintenance
des disconnecteurs
95.C.12
Du 04 au 07/12/95
Mettre en oeuvre un système
de télégestion : installation
paramétrage - liaison avec un Automate
Programmable Industriel - maintenance
95.D.01
Du 20 au 24/11/95
Protection des équipements de télégestion
et d’automatismes contre les parasites
et la foudre
95.D.05
Du 11 au 14/12/95
Hydrologie urbaine et calcul d’un réseau
unitaire ou séparatif pluvial
95.E.03
Du 20 au 24/11/95
Maîtriser les bases du fonctionnement
hydraulique des réseaux
et de la mesure des débits
95.E.05
Du 06 au 10/11/95
Hydraulique appliquée aux réseaux
d’eau potable (niveau II)
95.C.18
Du 06 au 10/11/95
Critères de conception
et règles de dimensionnement
95.F.08
Du 11 au 15/12/95
Les stations de pompage en réseaux
d’assainissement : conception,
exploitation, protection
95.H.04
Du 04 au 08/12/95
La gestion technique d’un service des eaux
95.K.01
Du 11 au 15/12/95
La nouvelle loi sur l’eau
et ses décrets d’application :
mise à jour et mode d’emploi
95.K.04
Du 28 au 30/11/95
La qualité au quotidien et la prévention
des pollutions accidentelles
95.N.05
Du 06 au 10/11/95
Traitements de surface :
exemples de technologies propres
95.N.07
Du 13 au 17/11/95
Exploitation d’une station d’épuration
95.N.11
Du 11 au 15/12/95
Traitement et stockage des déchets spéciaux
95.N.13
Du 04 au 08/12/95
Les catalogues 1996
de l’Office International de l’Eau
e
l
i c ona
f f ati
O tern E a u
In l '
de
e
l
i c ona
f f ati
O tern E a u
In l '
de
lles
es
trie opr
9 6 Indus ies Pr
9
g
x
o
1
Eau hnol
Tec ets
1
ch
Dé
CE
NT
RE
NA
T
N
IO
AL
DE
FO
RM
I
AT
ON
AU
X
ME
E
TI
RS
DE
L'E
AU
A travers deux catalogues différents, “Services
Municipaux” et “Eaux Industrielles”, la Direction de
la Formation et des Etudes propose désormais une
offre personnalisée :
● Le catalogue “Services Municipaux”,
à destination des exploitants et gestionnaires
des services d’eau et d’assainissement,
regroupant 124 modules de formation.
ux
ipa
nic
Des nouveautés complètent notre gamme
u
6
sM
9 9 ervice table ent
et le large éventail des stages Stratégie Eau
S
po sem
(outils d’aide à la prise de décision)
Eau ainis
s
As chets
l’enrichit.
Dé
●
Le catalogue “Eaux Industrielles”, à destination des industriels, consommateurs d’eau et
producteurs de déchets liquides ou solides. Là encore,
une offre différenciée de 34 modules pour décideurs
et techniciens.
CE
NT
RE
NA
O
TI
Demandez ces catalogues
par téléphone au : 55 11 47 73
ou par fax au :
55 77 71 15
NA
E
LD
FO
R
T
MA
IO
N
AU
X
M
I
ET
ER
E
SD
L'E
AU
Le détail des formations
est accessible par minitel sur le
36 17 EAUDOC (2,23 F/min)
7
DOCUMENTATION
“JURI’EAUDOC”
UN CD-ROM SUR L’EAU : EAUDOC
Nul n’est censé ignorer la Loi !
Le droit de l’eau :
un droit difficile
à appréhender
En France, l'information juridique sur
l'eau est souvent dispersée parce qu'elle concerne différents ministères et administrations mais aussi différentes
activités.
Dans ce contexte, il est délicat de repérer le chaînage des textes, d'en extraire
la réglementation réellement en vigueur et d'opérer la veille juridique nécessaire.
Enfin, les avancées juridiques et les
problèmes d'interprétation et d'application des textes sont souvent tirés de la
pratique contentieuse et de la jurisprudence et celles-ci sont souvent méconnues par les usagers s’ils ne sont pas en
même temps des "professionnels" du
droit de l'eau.
Les bases de données juridiques actuelles sont globales et ne concernent
pas spécialement l'eau.
Pourquoi ?
Après enquête, il s'avère que les collectivités locales, les industriels, les associations, les administrations, les
particuliers et usagers de la ressource
"eau" recherchent un accès facile à l'information juridique que ce soit pour les
textes législatifs et réglementaires,
mais aussi pour les documents permettant leur interprétation, leur compréhension et leur positionnement dans la
pratique.
La volonté de créer un outil performant
afin de fournir à tous ses usagers une
information rapide et complète a
conduit la Direction de la Documentation et des Données de l’OIEau à
produire une base juridique commentée s'appuyant sur :
● les textes législatifs et réglementaires sur l'eau issus du Journal Officiel
de la République Française et des
Communautés Européennes. Le dépouillement de ces journaux est ainsi
assuré dès réception et les textes analysés dans les 2 à 3 semaines suivantes.
● des commentaires : sélectionnés à
partir d'ouvrages de synthèse récents
ou de revues périodiques juridiques, ils
expliquent et permettent de mieux
comprendre les textes.
● les jurisprudences : les plus intéressantes seront ainsi intégrées au fur et à
mesure pour montrer comment les tribunaux règlent des problèmes concrets
d'application des textes dans le domaine de l'eau. L’Office sera particulièrement attentif aux décisions des
juridictions civiles et pénales notamment pour résoudre les problèmes liés
à la police de l'eau et à la responsabili-
8
té civile et pénale en cas de pollution
des milieux aquatiques.
La base articulée autour des trois fichiers contenant ces différents types de
documents est accessible par Minitel.
Comment ?
Chaque document est analysé par des
lecteurs spécialisés et fait l'objet d'une
indexation par mots-clés et d'un résumé
pour cibler rapidement son contenu ;
les références des textes modifiés par le
document sont indiquées s'il y a lieu,
ainsi bien sûr que leurs dates de signature et de parution, et la source (ministères,...).
Une recherche est envisageable par la
date (année, mois, jour), le thème (tous
les sujets ayant trait à l'eau sont couverts), la source, les mots-clés et le type de textes (décret, directive,...) ou de
commentaires (livre, articles, ...).
Un chaînage est réalisé entre les textes,
les commentaires et les jurisprudences
ce qui permet de transiter directement
de l'un à l'autre : par exemple, si un
texte donne lieu à des commentaires
approfondis dans un ouvrage ou dans
une revue juridique, vous avez accès
immédiatement aux références de ces
documents en passant dans le fichier
"commentaires". Il en est de même
pour les jurisprudences si certaines
d'entre elles ont trait à ce texte législatif ou réglementaire.
Vous pouvez aussi suivre un chemin
inverse en passant des commentaires
ou des jurisprudences vers les textes de
base auxquels ils font référence.
Le CD-ROM s’impose aujourd’hui
comme l’une des principales technologies de l’information. C’est un nouveau support pour les bases
documentaires avec des capacités importantes de stockage (plusieurs dizaines de milliers de pages).
Il est par ailleurs facile à manier, à
transporter et prend très peu de place
(environ 12 grammes et 15 centimètres
de diamètre pour quelques millimètres
d’épaisseur).
Pour l’usager, l’autonomie de la
recherche en local sur son microordinateur équipé d’un lecteur
Le logiciel d’interrogation permet
d’effectuer une recherche aussi bien
par l’année, l’auteur, les mots du titre
ou les mots clés attribués, etc.
Une fois sa recherche effectuée, l’utilisateur du disque peut commander les
documents à l’OIEau.
Pour se procurer ce disque dont la mise
à jour est annuelle :
- Jusqu’au 31 octobre 1995, tarif promotionnel de 600 F H.T. pour le disque
et de 1 500 F H.T. pour l’achat du
disque et d’un lecteur de disque double
vitesse compatible audio.
Universités francophones - Nouveaux supports - DC MEF
EauDoc
Banque de données sur le monde
d e
l ' e a u
e t
l e s
d é c h e t s
Cette "navigation" assistée nous permet bien de parler de base juridique
“commentée” sur l'eau.
Les documents sélectionnés par l'usager en fonction de sa requête peuvent
être commandés à l'Office International de l'Eau. La quasi totalité des
documents est en effet numérisée ou
archivée.
Après réception de votre commande, la
Direction de la Documentation et des
Données vous les fait parvenir par
courrier ou télécopie suivant vos souhaits.
A titre expérimental
JURI’EAUDOC est encore à tester,
c’est pourquoi l'Office International de
l'Eau, dans un premier temps, propose
à ses usagers de l'utiliser gratuitement
(hors commande de documents qui reste aux tarifs habituels) sur une période
de 4 mois, charge à eux de l’aider à
adapter la base par leurs remarques et
critiques.
CD-ROM le libère de la pression du tarif horaire de l’interrogation en ligne et
les bases documentaires intégrées sur
CD-ROM sont accessibles par un langage d’interrogation ne nécessitant que
très peu d’apprentissage.
- A partir du 1er novembre 1995, tarif
non abonné pour le disque :
1 200 F H.T et 600 F HT pour les
abonnés à la revue “Information
Eaux”.
C’est donc un outil d’une convivialité
et d’une ergonomie extrêmes.
La Direction de la Documentation et
des Données de l’Office International
de l’Eau a ainsi jugé utile d’éditer en
collaboration avec l’AUPELF-UREF
le CD-ROM EAUDOC.
Avec 30 000 références extraites de la
base documentaire EAUDOC sur ces six
dernières années, ce disque compact est
réalisé avec le logiciel documentaire
CDS/ISIS (Unesco 1993) au sein de la
collection "Universités Francophones Nouveaux supports" de l’AUPELF.
Pour disposer d'un code d'accès
à JURI’EAUDOC ou du CD-ROM,
contactez :
Mme Nicole TREILLARD
Office International de l’Eau
Direction de la Documentation
et des Données
Rue Edouard Chamberland
87065 LIMOGES CEDEX
Tél. : 55.11.47.80
Fax : 55.77.72.24
RÉSEAU NATIONAL DES DONNÉES SUR L’EAU
UNE NOUVELLE
RÉALISATION DU
SANDRE
Des formats d'échanges
disponibles pour les
données sur les eaux
de surface
Les travaux du Service d’Administration Nationale de Données sur
Relatives à l’Eau (SANDRE) pour harmoniser les données dans le domaine
de la qualité et de la quantité des eaux
de surface sont arrivés à terme.
RNDE
l'état de l'assainissement des grandes villes
Une plaquette accompagnée d'une carte grand format présente la situation de
l'assainissement des agglomérations
françaises de plus de 10.000 habitants.
Présentée en avril 95 à la presse, elle
s'appuie sur les données de l'année
1993 et met l'accent sur l'efficacité des
systèmes de collecte et d'épuration.
Un dictionnaire de données très complet peut être désormais obtenu sur demande à l'OIEau.
Une application micro-informatique a
été également réalisée, qui permet aux
utilisateurs de consulter sur leur écran
ce dictionnaire de données ainsi que
leurs nomenclatures nationales.
Région Ile-de-France
La banque de données "Qualité des
eaux" de l'Observatoire a adopté le format SANDRE pour l'organisation de
ses données et ses échanges avec ses
nombreux partenaires.
Une plaquette intitulée “Rivières
propres d’Ile-de-France - Banque de
Données “Qualité des eaux” et le format SANDRE”, vient d’être publiée
récemment et est disponible auprès de
la Région Ile-de-France. Elle décrit les
procédures suivies pour aboutir à la
conformité au format SANDRE.
250 mots pour parler le même langage
Les SDAGE (Schéma Directeur
d'Aménagement et de Gestion des
Eaux) sont en cours d'élaboration et les
documents qui les présenteront dans les
différents bassins devront être compréhensibles par tous les acteurs du
domaine de l’eau.
Pour interpréter de la même manière
les termes employés dans ces documents SDAGE, un glossaire commun
aux six bassins s'avérait nécessaire.
Un groupe inter-bassins composé des
DIREN de Bassin, des Agences de
l'Eau, du Conseil Supérieur de la Pêche
et de la Direction de l'Eau a été constitué pour rédiger ce glossaire et en a
confié la réalisation à l'Office.
Après validation par le groupe d'experts,
ce glossaire sera annexé aux documents
SDAGE en illustrant leurs propos, en
fournissant des références et des explications précises pour les termes "difficiles"
de façon à ce qu'aucune ambiguïté ne
soit possible à leur lecture.
Ainsi, c'est de l'ordre de 250 mots qui y
sont définis, traitant aussi bien d’aspects juridiques et législatifs (les principales directives sont résumées tout
comme des termes spécifiques tels que
dispositions, déclaration, etc.) que de la
pollution des eaux, l'hydrologie, l'hydrobiologie et bien sûr la gestion des
bassins versants (objectifs de qualité et
de quantité, carte départementale d'objectifs, point nodal, etc).
La version définitive de ce glossaire sera prête pour le second semestre 1995
et mise à disposition des élus, du public, des industriels, des usagers des
ressources en eau, ... .
VIENT DE PARAÎTRE
Enfin, des formats d'échanges informatisés viennent d'être publiés et sont utilisés par exemple pour l'alimentation
de la Banque Nationale des Données
sur l'Eau (BNDE).
OBSERVATOIRE
“RIVIÈRES PROPRES”
LE GLOSSAIRE DES SDAGE
Le nouveau cahier technique
de l’Office International de l’Eau
Le traitement des données fournies par
les Agences de l'Eau a été réalisé par la
Banque Nationale des Données sur
l'Eau, dont l'OIEau assure l'exploitation.
Rappelons que la collection des publications du RNDE comprend également :
- Cartes 1993 de qualité des cours
d’eau - Objectifs - Etat actuel Secteurs dégradés.
- Carte 1993 de la pollution des cours
d’eau par les métaux.
- Débits des cours d’eau - Synthèse sur
200 stations de mesures en France 1984 - 1993.
- Qualité des cours d’eau - Synthèse
sur 150 stations de mesures en France 1984 - 1993.
- Cinq exemples d’évolutions de populations piscicoles.
La surpression est un sujet difficile qui nécessite préalablement de bonnes connaissances de base en hydraulique des pompes et des réseaux. En doutiez-vous ?
C’est aussi une technique qui a pris une dimension nouvelle. Aujourd’hui le choix est
large et se situe entre le surpresseur traditionnel équipé de contacteurs manométriques qui commandent une simple cascade de pompes et le surpresseur dernier cri
constitué de pompes à vitesse variable contrôlées par régulateur électronique.
Vaste programme ! Mais la surpression doit-elle être pour autant une affaire de spécialistes, ou doit-on limiter son choix à tel ou tel mode de régulation, par habitude,
par manque d’informations ? Non bien sûr, il faut donc être formé et informé.
L’Office International de l’Eau , en collaboration avec la Société Grundfos, a relevé
le défi en réalisant cet ouvrage inédit, accessible à tous et agréable à lire.
MODERNISATION DE “HYDRO”
HYDRO est une banques de données
thématiques qui relèvent de Comités de
Pilotage présidés par le Ministère de
l'Environnement. Cette banque fait actuellement l'objet d'un important programme de modernisation.
Issue de la banque ARHMA créée par
le Ministère de l'Agriculture en 1971,
elle nécessite une refonte totale pour
suivre l'évolution des techniques et apporter plus de confort et de service aux
producteurs et utilisateurs de données.
La banque HYDRO rassemble les données hydrométriques de plus de 3000
stations de mesures en France, et offre
à ses utilisateurs une gamme variée de
traitements statistiques sur les débits.
Ce vaste chantier qui doit durer dixhuit mois, est entrepris dans le cadre du
Réseau National des Données sur l'Eau
avec l'appui technique de l'OIEau.
Commandes à adresser à
Eau & Développement
international
ESTER TECHNOPOLE
87069 LIMOGES Cedex
Tél. : 55 42 60 30
Fax : 55 42 60 31
9
ACTUALITÉS INTERNATIONALES
RÉSEAU INTERNATIONAL DES ORGANISMES DE BASSIN - RIOB
Vers les premières activités collectives
La seconde réunion du Bureau de Liaison du RIOB s’est tenue à Gdansk du 9
au 11 mars 1995 sous la présidence de
M. OSTOJSKI, Directeur Général de
la RZGW de la basse Vistule.
Mme SERBU et M. LASCU
(Roumanie) et MM. BENEVIDES
(Brésil),
NOAIN
(Espagne),
CHIROUZE, KACZMAREK et
DUCHEIN (France), MESTRE
(Mexique) et WALCZYKIEWICZ
(Pologne) participaient à cette réunion
ainsi que M. DONZIER (OIEau) au
titre du secrétariat du Réseau, MM.
BAGINSKI, Directeur de l’Eau au
Ministère polonais de l’Environnement, PLAZYNSKI, Voïvode de
Gdansk et les Directeurs de chacune
des 7 Agences de l’Eau (RZGW) de
Pologne.
Le Bureau de Liaison a pris connaissance avec beaucoup d’intérêt de la
présentation des 7 RZGW polonaises
ainsi que des perspectives du projet de
loi polonais sur l’eau en cours d’examen à la diète.
Le premier numéro expérimental de
“La Lettre du Réseau”, édité à plus
de 3 500 exemplaires en langues
française, espagnole et anglaise a été
un franc succès et a démontré la forte
mobilisation et l’intérêt de l’ensemble
des organismes membres du RIOB. Le
Bureau a chargé le secrétariat d’engager la préparation d’un deuxième numéro publié fin septembre 1995 et
d’ores et déjà d’un troisième numéro
prévu pour mars 1996.
Le Bureau a également étudié le projet “AQUADOC-INTER” visant à
l’échange de documentation institutionnelle sous des références harmonisées entre les organismes de
bassin.
La première étape du projet, qui s’appuiera sur des professionnels du traitement documentaire, doit être la
désignation de “Centres Documentaires Relais Nationaux” (CDRN).
D’ores et déjà ont été désignés :
l’Office International de l’Eau
(France), le CEDEX (Espagne), Apele
Romane (Roumanie), l’Institut
National de Météorologie (Pologne), le
FICEI -Lerma-Chapala (Mexique) et
le Centre de documentation de la
DNAEE (Brésil). Il s’agit de créer les
conditions d’échanges au sein d’un réseau harmonisant les systèmes de référence, les modalités de requête et les
mises à disposition des copies, donc de
rendre transparent pour les utilisateurs
l’accès aux informations qu’ils souhaitent, quelle qu’en soit la source.
Le Centre Documentaire Relais
National servira dans chaque pays de
“facilitateur” dans les relations entre
les “usagers” (organismes ministériels
ou de bassin de son pays) et l’information mobilisée de façon collective au
sein du RIOB et sera en fait le “guichet” servant de relais entre les utilisateurs nationaux, les bases spécialisées
nationales et le réseau.
Enfin, le Bureau a retenu le principe
de l’organisation d’un colloque international sur le thème de “l’information nécessaire à la prise de
décision”.
Ce colloque doit permettre de réfléchir
aux solutions à mettre en oeuvre pour
développer des réseaux de mesures et
d’analyse, optimiser la collecte des
données nécessaires, créer de véritables “observatoires de bassin” synthétisant l’information utile tant pour
la planification, que la fixation de rede-
Le schéma de fonctionnement d’AQUADOC-INTER serait le suivant :
U
t
i
l
i
s
a
t
e
u
r
point
focal
national
Base
spécialisée
associée
U
t
i
l
i
s
a
t
e
u
r
"AQUADOCINTER"
point
focal
national
Ce schéma a d’ores et
déjà été testé avec
succès en France dans
le cadre du projet
“Fontaine” qui associe
dans un seul et même
réseau d’échange harmonisé de leur documentation l’Office
International de l’Eau
(SNIDE), le Ministère
de l’Environnement,
et les six Agences de
l’Eau
Base
spécialisée
associée
Base
spécialisée
associée
U
t
i
l
i
s
a
t
e
u
r
point
focal
national
FONTAINE
FRANCE
Base
spécialisée
associée
Agence
de l'Eau
Adour-Garonne
Agence de
l'Eau
Artois-Picardie
Agence de
l'Eau
Loire-Bretagne
Agence
de l'Eau
Rhin-Meuse
vances et le suivi des programmes
d’intervention prioritaires.
La restitution des données sous des
formes facilement compréhensibles et
accessibles aux Autorités comme aux
membre des Comités de bassins est également une question très importante.
Les membres du Réseau ont été sollicités par le secrétariat pour rédiger leurs
contributions pour le colloque afin de
constituer un dossier de référence qui
sera particulièrement utile.
Le colloque international sur “l’information nécessaire à la prise de
décision” se tiendra au Mexique au
OIEau
SNIDE/EAUDOC
FONTAINE
Ministère
de
l'Environnement
Agence
de l'Eau
Seine-Normandie
Agence
de l'Eau
Rhône-MéditerranéeCorse
cours de la prochaine Assemblée
Générale du RIOB, initialement prévue en septembre 1995, et décalée en
mars 1996.
Renseignements :
SECRETARIAT DU
RESEAU INTERNATIONAL
DES ORGANISMES DE BASSIN
Office International de l’Eau
Tél. : 33 / (1) 44 90 88 60
Fax : 33 / (1) 40 08 01 45
Les membres du bureau de liaison se sont réunis à Gdansk en mars 1995
10
ACTUALITÉS INTERNATIONALES
SÉMINAIRE DE LA BANQUE MONDIALE
SUR LES RESSOURCES EN EAU
L’Office International de l’Eau, représenté par M. MANCEL, Directeur
de la Coopération Internationale, a
participé au séminaire annuel de la
Banque Mondiale sur les ressources
en eau. Le principal thème abordé a
été “Mise en application de la politique de la Banque Mondiale dans le
domaine des ressources en eau”. Cette
politique s’articule autour du document de politique générale intitulé
“Gestion des ressources en eau” publié en 1993.
Le séminaire a rassemblé des professionnels de la Banque Mondiale et des
représentants des pays emprunteurs et
des agences de financement. Dans
l’ensemble, 250 personnes, dont 85
extérieures à la Banque y ont participé
les 13 - 15 décembre 1994 à Lansdowne, Virginie, USA.
FAO ET LA FORMATION
Le 23 mai 1995, l’OIEau a participé
au siège de la FAO à Rome à une
journée de présentation des organismes français spécialisés dans les
problèmes de formation sur la gestion
durable des forêts, la gestion intégrée
de l’eau et les systèmes d’information
géographique.
Cette journée avait été organisée par
la SFERE et avait pour cible les responsables d’Asie et d’Amérique, ainsi que des divisions techniques de
l’Organisation.
M. TALEC a présenté les différents
champs d’intervention de l’OIEau et
nos actions de formation institutionnelles ainsi que le CD-ROM sur la
gestion intégrée des bassins versants.
ATELIER TECHWARE
Evolution de la formation continue en Europe
TECHWARE, réseau européen de coopération - Universités - Entreprises
dans le domaine de l’eau, a organisé du
20 au 22 avril dernier à Bruxelles un
atelier de réflexion sur l’évolution de la
formation continue dans le secteur.
commandations à destination de la
Commission Européenne sur les
orientations souhaitables en matière
d’éducation et de formation continue
(Continuing Education and Training
for Water Resources Engineering).
Ce séminaire, auquel a participé
Gilles NEVEU, Directeur de la
Formation et des Etudes de l’OIEau, a
permis d’une part de rassembler diverses contributions sur la situation de
la formation continue dans les pays
d’Europe Occidentale et Centrale, et
d’autre part de rédiger un projet de re-
Lors de l’Assemblée Générale de
TECHWARE qui s’est tenue à Nancy
les 1er et 2 juin 1995, l’Office
International de l’Eau et le
NANC.I.E. ont proposé d’étudier
conjointement les conditions d’ouverture d’un Bureau Régional de TECHWARE pour la France.
CONSEIL DE CONCERTATION SUR L’EAU
POTABLE ET L’ASSAINISSEMENT
Suite à la réunion plénière de Rabat en
septembre 1993, la France a chargé
l’OIEau de participer plus particulièrement au groupe “Institutional
Management Option”.
A ce titre, l’Office a représenté les
Ministères concernés et la CFD à la
réunion des animateurs des différents
groupes de travail du Conseil de
Concertation qui s’est tenue à Genève
du 20 au 22 octobre 1994.
La prochaine réunion plénière du
Conseil de Concertation se tiendra à La
Barbade du 30 octobre au 3 novembre
1995.
11
AFRIQUE
DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET ENVIRONNEMENT :
OUVERTURE SUR L’AFRIQUE
CAMEROUN
Séminaire
sur les modalités
de gestion de l’eau
dans le Monde
Ce séminaire, qui s’est déroulé à
Yaoundé du 28 février au 1er mars
1995, organisé conjointement par la
Caisse Française de Développement
(CFD) et le Ministère camerounais des
Mines, de l’Eau et de l’Energie, a présenté diverses expériences dans le domaine de la gestion de l’eau potable
afin d’aider le Gouvernement camerounais dans son choix du mode de
gestion déléguée à appliquer aux trois
services publics (électricité, eau, téléphone) dont il souhaite confier l’exploitation à des structures privées.
Les deux exposés présentés par M.
CASIMIR, expert OIEau ont insisté
sur :
● les problèmes rencontrés le plus souvent dans la gestion des ressources en
eau,
● la dualité des systèmes d’adduction
d’eau potable et d’assainissement,
● la propriété du patrimoine,
● les objectifs de gestion,
● la formalisation des relations entre
l’autorité concédante et les services délégués,
● les investissements et le fonctionnement.
Mission d’expertise
à la Société Nationale
des Eaux du Cameroun
(SNEC)
20 février - 3 mars 1995
La dévaluation du Franc CFA a rendu
la situation de la plupart des opérateurs
africains du secteur de l’eau potable
plus précaire. C’est le cas notamment
de la SNEC qui a demandé un
concours financier important à la CFD.
Celle-ci a proposé au préalable une
étude institutionnelle sur le type de
gestion le mieux adapté au secteur de
l’eau au Cameroun.
Pour accompagner les autorités camerounaises dans cette démarche, la CFD a
chargé l’Office International de l’Eau :
● d’organiser un séminaire d’une journée destiné à informer les différents intervenants du secteur en replaçant le
cas de la SNEC dans un cadre général,
● de contribuer à l’élaboration des
termes de références et au lancement
de la consultation de cabinets spécialisés,
● de participer à l’ouverture des offres
et à leur analyse.
12
L’Office International de l’Eau a conçu
et réalisé le programme du séminaire
“traitement des eaux propres et des
eaux usées”, organisé par l’ACTIM du
22 novembre au 9 décembre 1994,
pour le compte de l’ONUDI
(Organisation des Nations Unies pour
le Développement Industriel) et du
Gouvernement Français (Ministère des
Affaires étrangères).
Durant ces 3 semaines, une vingtaine
de spécialistes africains s’est familiarisé avec les technologies françaises de
traitement des effluents industriels.
Face à un public diversifié, tant par
l’origine géographique (Algérie,
Cameroun, Kenya, Maroc, Nigéria,
Sénégal, Tunisie, Zimbabwe) que par
leurs activités (agents de Ministères et
agences publiques, experts de centres
techniques ingénieurs en entreprise industrielle), le programme se devait
d’être large, sans perdre toutefois sa
cohérence.
Il comprenait :
● l’exposé du contexte institutionnel
de gestion de l’eau et des techniques de
traitement des effluents,
● la présentation par des spécialistes
des technologies d’épuration dans divers secteurs industriels,
● des visites de stations d’épuration industrielles et de centres de recherche
appliquée illustrant ces exposés.
En privilégiant les échanges et le dialogue, ce séminaire a permis aux participants d’actualiser ou de conforter
leurs connaissances théoriques et de
s’ouvrir de leurs problèmes à nos experts professionnels qui ont pu apporter
des réponses concrètes à leurs préoccupations.
Les participants ont notamment souligné la nécessité de telles actions pour
sensibiliser les décideurs de leurs pays
à intégrer l’environnement dans la stratégie industrielle. La technologie présentée a positivement impressionné les
participants très soucieux d’actualiser
leur connaissance de l’état de l’art, même si les évolutions récentes ne leur
semblent pas toujours immédiatement
utilisables dans le contexte de leur
pays.
Un classeur pédagogique ainsi que des
documents remis par les entreprises et
institutions qui les ont reçus, permettent aux stagiaires d’approfondir les relations établies durant le séminaire et
de diffuser autour d’eux ces informations.
La capacité du Service National
d’Information et de Documentation sur
l’Eau (SNIDE) à répondre “en temps
réel” aux demandes spécifiques exprimées durant le séminaire, a renforcé
encore sa réussite.
Programme
de formation
La première partie de ce programme
est déjà commencée avec :
- le stage de M. POONYTH sur l’exploitation et la gestion des installations
d’évacuation et de traitement des eaux
usées qui s’est déroulé dans notre
centre de Limoges du 15 mai au 30 juin
1995,
- le stage de M. IP SION THOO sur l’exploitation et la maintenance des réseaux
et stations d’épuration qui s’est déroulé
du 19 au 30 juin à Limoges et continue à
Bordeaux à la Lyonnaise des Eaux.
La seconde partie comprenant des modules sur l’hydrogéologie et la modélisation est prévue au deuxième
semestre 1995.
Projet d’assistance
technique
pour la formation
dans le cadre
du North-South Carrier
La visite en France en 1994 d’une délégation botswanaise a permis de valider les actions prévues à l’issue des
missions qui se sont déroulées en 1994
sur la définition et l’identification des
besoins en formation du secteur eau au
Botswana, et de confirmer particulièrement le besoin en renforcement de la
capacité de formation locale.
Deux experts M. CASIMIR pour
l’OIEau et M. HARVEY de la
Lyonnaise des Eaux se sont rendus sur
place du 2 au 12 mai 1995 pour déterminer avec les autorités botswanaises
les grandes lignes du protocole et le
budget dont la demande de financement a été déposée début juillet auprès
de la DREE (Ministère français de
l’Economie).
Voyage d’étude
Mme RAMALOHLANYE, Directrice
du Centre de Formation du WUC
(Water Utilities Corporation) a fait un
voyage d’étude en France du 16 au 20
mai 1995. Le programme était principalement axé sur la visite du Centre
National de Formation aux Métiers de
l’Eau de l’OIEau à la Souterraine et
celle du Centre International pour le
Développement et la Formation de la
Lyonnaise des Eaux.
Formation
de formateurs
ILE MAURICE
Un programme de coopération pour la
gestion des ressources en eau et la préservation de leur qualité a été engagé
par le Gouvernement français (Fonds
d’Aide et de Coopération) auprès du
Gouvernement de la République de
Maurice.
L’intervention de l’OIEau comporte
deux volets :
BOTSWANA
Appui institutionnel
Le Ministère de l’Environnement, les
Agences de l’Eau et l’Office
International de l’Eau apporteront leur
contribution à l’organisation institutionnelle du secteur de l’eau sous la
forme de missions d’experts, pour la
mise au point de textes législatifs et réglementaires adaptés, en liaison avec
les experts du Gouvernement mauricien.
M. DONZIER, Directeur Général de
l’OIEau, a rencontré à Port-Louis le 14
juin 1995, le Premier Secrétaire et les
principaux responsables du secteur de
l’eau du Ministère mauricien de
l’Energie, des Ressources en Eau et de
la Poste : cette visite a été l’occasion
d’une conférence sur les expériences
de divers pays en matière de réorganisation institutionnelle de leur gestion
de l’eau en présence de M. MONCHALIN, Conseiller technique de la coopération française auprès du “Comité sur
les Ressources en Eau”.
Six formateurs botswanais dont 4 du
“Department of Water Affairs” et 2 du
“Water Utilities Corporation” ont suivi
une formation à la Direction de la
Formation et des Etudes de l’OIEau du
26 juin au 7 juillet 1995. Elle était principalement axée sur les connaissances
techniques dans les domaines du traitement de l’eau, de l’exploitation et
maintenance des réseaux d’eau et d’assainissement, de la détection des fuites,
et de la télégestion des stations de
pompage et l’entretien des installations.
ZAMBIE
A la demande du Conseiller Culturel et
de Coopération Scientifique et
Technique de l’Ambassade de France à
Lusaka, M. CASIMIR de l’OIEau a
étudié, du 3 au 7 mai 1995, avec les autorités zambiennes du secteur de l’eau
le contenu d’une action de formation
sur le thème “Water Policy” à l’intention des cadres supérieurs du Ministère
de l’Eau.
AFRIQUE
NIGER
Mission d’évaluation
de la base de données
“Inventaire des Ressources
Hydrauliques” (IRH)
Depuis le début des grands programmes d’hydraulique villageoise en
Afrique de l’Ouest (fin des années 70),
le Ministère français de la Coopération
a financé des systèmes informatiques
destinés à stocker et à gérer les informations sur les points d’eau.
Le Ministère français de la Coopération a confié à l’Office International de l’Eau le soin de mener un
audit de la base de données IRH
(Inventaire des Ressources Hydrauliques) du Niger afin d’en avoir une vision générale.
Cette expertise a été menée du
19 au 30 juin 1995 au Niger par
M. HAENER.
Conformément aux termes de référence, l’objectif principal de cette mission
était de dresser un bilan :
● du contexte institutionnel et organisationnel dans lequel est gérée la base IRH,
● de la qualité et de la quantité des
données disponibles,
● des capacités et des modalités d’utilisation du logiciel de gestion et de
traitement financé par la coopération
française.
DJIBOUTI
Mission d’évaluation
des systèmes
informatiques relatifs
à la gestion
des ressources en eau
Le Ministère de l’Agriculture et du
Développement Rural de la
République de Djibouti a sollicité le
Ministère français de la Coopération
pour une expertise de la banque de
données “ressource en eau” du Service
de l’Hydraulique. Celle-ci a été
confiée à l’Office International de
l’Eau et réalisée par M. HAENER du
18 au 28 octobre 1994.
Conformément aux termes de référence, il s’agissait d’établir un bilan/diagnostic des systèmes d’information en
place et de présenter des propositions
concrètes d’évolution.
Les recommandations ont porté sur la
création et la mise en application d’un
réel outil de gestion des données, une
définition précise des responsabilités
et des procédures de collecte, de saisie
et de vérification, une mise à niveau du
matériel informatique et des logiciels,
un renforcement de l’encadrement et
des formations appropriées du service
informatique.
KENYA
AFRIQUE DU SUD
L’OIEau a été chargé par le Ministère
français des Affaires Etrangères d’organiser, du 26 au 30 juin 1995, un programme de visites techniques destiné à
12 responsables du Ministère sud-africain de l’Eau et de la Forêt.
Etant donné la diversités des centres
d’intérêt, cette délégation a été scindée
en trois sous-groupes :
❶ Institutions et finances avec la participation de la Compagnie du BasRhône-Languedoc, de la Direction
Régionale de l’Environnement d’Aixen-provence et de l’Agence de l’Eau
Rhône-Méditerranée-Corse.
❷ Qualité de l’eau : ce groupe, reçu à
la Direction de la Coopération
Internationale de l’OIEau à Sophia
Antipolis, a abordé les questions d’ob-
Projet expérimental
de l’Athi River
jectifs de qualité des cours d’eau et de
protection des captages et a pu visiter
des installations de traitement réalisées
par Degrémont, la Compagnie
Générale des Eaux, la SAUR et suivre
des exposés à la Direction de
l’Environnement du Conseil Général
des Alpes Maritimes.
❸ Ressources humaines : ce sujet a
été traité au Centre National de
Formation aux Métiers de l’Eau de
l’OIEau à Limoges et à La Souterraine.
Ce programme comportait également
des entretiens à la Direction de l’Eau
du Ministère de l’Environnement, au
Ministère des Affaires Etrangères, à la
SAGEP (Société Anonyme de Gestion
des Eaux de Paris), au C.I.R.S.E.E.
(Lyonnaise des Eaux) et à la SAUR.
UNION AFRICAINE DES DISTRIBUTEURS
D’EAU (UADE)
Assemblée Générale
La tenue de l’Assemblée Générale de
l’UADE au centre de formation de
l’ONEP (Office National de l’Eau
Potable) à Rabat (Maroc) les 13 et 14
mars 1995 a été l’occasion d’un resserrement des liens entre l’OIEau et
l’UADE : l’UADE participera à présent en tant que membre associé international aux réunions du Conseil
d’administration de l’OIEau.
Séminaires
Un séminaire s’est tenu en octobre
1994 à Abidjan, avec l’appui de la CFD
et de l’EDI, sur l’impact de la dévalua-
ORGANISATION POUR LA
MISE EN VALEUR DU
FLEUVE SÉNÉGAL (OMVS)
Du 9 au 13 mai 1995, M. MANCEL
s’est rendu à Dakar pour faire le point
sur l’avancement du projet d’assistance et d’appui à la mise en place de
l’Agence de Gestion des Ouvrages
Communs (AGOC) : redéfinition des
différents thèmes d’intervention et du
planning des experts, aspects logistiques, ...
Des réunions de travail ont eu lieu avec
les responsables de l’OMVS : le
Secrétaire Général M. DEMBELE, le
Directeur de la Cellule Provisoire
d’Exploitation des Barrages M.
LAKH, le Conseiller Technique M.
GALLOIS, ainsi que le Conseiller à la
Mission Française de Coopération M.
COURTANT.
tion du franc CFA sur la gestion des sociétés africaines d’eau et d’assainissement. Suite au séminaire, les membres
de l’UADE ont souhaité voir s’organiser d’autres séminaires sur la gestion
déléguée de l’eau potable et de l’assainissement.
Deux séminaires sur ce thème seront
organisés conjointement par l’OIEau et
l’UADE, avec le soutien de la Caisse
Française de Développement, de
l’Institut
de
Développement
Economique de la Banque Mondiale,
respectivement en novembre 1995 à
Cotonou (BENIN) et en mars 1996 à
Nairobi (KENYA).
CÔTE D’IVOIRE
Une réunion de travail a eu lieu à la
Direction Générale de l’OIEau le 6 février 1995 avec M. Auzeni DJOUKA,
Directeur de l’Eau au Ministère de
l’Equipement de Côte d’Ivoire, pour
envisager les modalités d’un programme de coopération visant à introduire
dans le pays une organisation administrative plus déconcentrée prenant en
compte la réalité hydrographique des
bassins versants.
La Côte d’Ivoire participe déjà au
Bureau de Liaison du Réseau
International des Organismes de
Bassin (RIOB), dont elle est membre
fondateur.
L’objectif défini consiste à étudier et
organiser à titre expérimental la gestion intégrée de la ressource en eau sur
le bassin de l’Athi River.
Parallèlement, il est prévu d’assurer un
transfert de compétences pour rendre
autonome l’équipe kenyane mise en
place sur ce bassin (Task Force).
L’expérience ainsi acquise sera ensuite
étendue à d’autres bassins.
Ce projet est mené en collaboration
entre l’OIEau, pour la partie institutionnelle et la formation, et le
BCEOM, auquel sera confiée l’expertise technique.
La mission réalisée en janvier 1995 par
MM. JAMPIERRE (BCEOM) et BERNARD (OIEau), sur financement du
Ministère français de l’Environnement, a permis de définir un programme d’actions 95 et de déterminer
les termes de référence de la Task
Force kenyane.
Programme
de Développement
des Ressources
Humaines
Il consiste à appuyer une équipe kenyane, regroupant aussi bien des responsables de l’État que des
professionnels de l’eau, pour élaborer
puis réaliser un Plan d’Action de développement des ressources humaines
dans le secteur de l’eau.
A partir d’une analyse des besoins, ce
plan d’action visera à développer les
capacités de formation locales.
Une mission, financée par le Ministère
de l’Environnement et réalisée en janvier 1995 par MM. CASIMIR et HARAMBAT de l’OIEau, a permis de
finaliser les Termes de Références de
cette première phase (année 1995).
Grâce au soutien du Ministère français
des Affaires Etrangères, la Task Force
kenyane sera accompagnée dans l’élaboration de ce Plan d’Action de
façon permanente par l’Office
International de l’Eau au cours du
deuxième semestre 1995. A cet effet,
M. HARAMBAT a rejoint Nairobi le
1er juillet pour une durée de 5 mois.
Séminaire ACTIM
Un colloque sera organisé par
l’ACTIM du 17 au 19 octobre 1995 à
Nairobi sur la gestion de l’eau. Les
thèmes abordés seront tant institutionnels que techniques. De nombreuses
sociétés françaises y participeront.
L’OIEau exposera pour sa part la politique de développement des ressources
humaines dans le secteur de l’eau en
s’appuyant sur le projet en cours au
Kenya. Le public, essentiellement kenyan, comprendra également une dizaine d’invités des autres pays
d’Afrique de l’Est.
13
EUROPE CENTRALE
POLOGNE
GDANSK
FONDATION DE L’EAU DE
La Fondation qui a vocation de devenir
le Centre National Polonais de
Formation et de Documentation sur
l’Eau, a été enregistrée officiellement
auprès du Tribunal de Varsovie le 19
mai 1995.
Ses partenaires européens sont l’Office
International de l’Eau, la Région
Limousin en France et le Fresh Water
Centre du Danemark dans le cadre du
Programme LIFE - Baltique.
Création d’une cellule
technique
Une cellule technique a été constituée
en février 1995. Elle est dirigée par
Mme KOZAK, par ailleurs Directrice
du Département de Protection de
l’Environnement de la Voïvodie de
Gdansk, assistée de M. ROUZEAU,
Directeur Adjoint représentant l’OIEau
et M. SROCZYNSKI, Responsable des
Programmes.
Programme d’activités :
démarrage des premières
formations
Les activités engagées au premier semestre 1995 comprennent :
● une série de 7 séminaires en relation
avec les RZGW (Agences Régionales
de l’Eau) de différentes régions
(Gdansk, Szcezcin, Cracovie,
Katowice, Wroclaw et Varsovie) qui
ont rassemblé au total 300 élus et dirigeants des services des eaux et d’assainissement sur les questions
d’organisation des services et du financement des investissements,
● une première session de formation de
3 jours sur les mêmes thèmes destinée
aux responsables municipaux et directeurs de services s’est déroulée du 26
au 28 avril et a réuni 22 participants à
Gdansk,
● une deuxième session de formation
de 3 jours sur le traitement des boues
des stations d’épuration a été réalisée
du 20 au 22 juin en collaboration avec
le Fresh Water Centre de Copenhague.
Plate-forme technique
La construction de la plate-forme technique est en cours sur le site de la station d’épuration de Gdansk. La mise en
service des pilotes pédagogiques pour
l’eau potable et l’épuration est programmée d’ici fin 1995. La SNG
(SAUR Neptun Gdansk) assure la
conduite d’opérations sur place.
Au cours d’une mission du 19 au 24
mai 1995, M. BERNARD (OIEau) a
rencontré les autorités responsables du
secteur de l’eau afin de mieux appréhender les besoins et souhaits en matière de coopération. Trois actions ont été
clairement identifiées :
l’organisation d’un séminaire, destiné aux responsables et décideurs des
différents ministères concernés, sur le
●
14
Gestion globale des ressources en eau :
Les Autorités roumaines ont souhaité
que les coopérations institutionnelles
avec la France se poursuivent au travers d’un appui administratif à l’élaboration de deux projets de grande
envergure et très complémentaires :
❶ le plan national d’alerte contre les
inondations et les risques,
❷ le programme national de formation
à la gestion de l’eau, dont les activités
seront étendues aux pays de la région
du Danube et de la mer Noire.
Ce deuxième projet a d’emblée suscité
l’intérêt de l’Unité de Coordination du
Programme Danube (Vienne) et a donné lieu à une première mission d’identification en mars 1995.
M. Jean-Luc LAURENT, Directeur
français de l’Eau, s’est rendu à son tour
en Roumanie, accompagné de M.
DONZIER de l’OIEau, à l’invitation
de M. STADIU, Secrétaire d’Etat roumain chargé de l’eau, les 23 et 24 août
dernier.
Cette réunion a permis de préciser les
grands axes d’un programme de coopération pluriannuel entre les deux
pays.
Commission
aux programmes
Le 28 juin s’est tenue la première réunion de la Commission aux
Programmes sous la Présidence de M.
SZYMKIEWICZ, Professeur à l’Ecole
Polytechnique de Gdansk.
Les suggestions formulées au cours des
travaux sur les thèmes des cours, le public concerné et les modalités d’intervention de la Fondation ont permis de
finaliser le programme de formation
1995.
Conseil
d’Administration
Le Conseil d’Administration de la
Fondation s’est réuni le 29 juin 1995 et
a élu M. SOBOCINSKI à l’unanimité
au poste de Directeur. Il est spécialiste
en génie chimique et en génie de l’environnement. Il a assuré des fonctions
managériales dans des structures administratives régionales chargées de l’environnement ainsi que dans le secteur
privé.
BULGARIE
La loi sur l’eau sera discutée au
Parlement bulgare dans les prochains
mois. Les Autorités bulgares expriment
une forte volonté de s’inspirer du modèle français pour ce qui est de l’organisation institutionnelle, et en
particulier le système des Agences de
l’Eau.
ROUMANIE
thème de la “gestion de la ressource en
eau par bassin versant”,
● la réalisation d’une expertise des
principaux textes juridiques et réglementaires en cours d’élaboration,
la visite en France d’une délégation
bulgare afin d’approfondir les différents aspects de la gestion de la ressource.
●
Une recherche de financement est en
cours auprès du Ministère français des
Affaires Etrangères et du Programme
PHARE bulgare. Nous rappelons que
la prochaine réunion des Ministres européens de l’Environnement se tiendra
à Sofia en octobre 1995.
La délégation roumaine a été reçue à la Direction de l’Eau
Dès le mois de juin, une délégation roumaine de haut niveau conduite par M.
LASCU, Directeur Général d’APELE
ROMANE, est venue étudier les modes
de gestion de l’eau et les systèmes de
formation continue mis en place en
France et aux Pays-Bas. Le voyage a été
cofinancé par le PNUD et les autorités
roumaines. Il a été organisé avec l’appui de l’Office International de l’Eau,
qui a également accompagné la mission, permettant ainsi de cerner l’expertise française dans les domaines de
l’eau potable, l’assainissement, la gestion de la ressource, et la protection
contre les risques. La mission a ainsi pu
visiter le Centre National de Formation
aux Métiers de l’Eau de l’Office
International de l’Eau à Limoges, le
centre de formation d’Electricité de
France à la Perrolière (gestion des ouvrages hydrauliques), le centre de gestion des barrages de l’EPALA
(Etablissement Public d’Aménagement
de la Loire et de ses Affluents) et son réseau de mesures, la Compagnie
Nationale du Rhône (aménagement et
exploitation à buts multiples d’un fleuve) et le Ministère de l’Environnement.
Le Comité National
des Distributeurs d’Eau
Roumains adhère
à l’OIEau
Les 31 régies autonomes de production
et distribution d’eau de Roumanie ont
décidé lors de leur réunion du 15 juin
dernier de créer le Comité National des
Distributeurs d’Eau Roumains (CNPDAR) et ont porté à sa présidence M.
Costin BEREVOIANU, Directeur
Général de la Régie des Eaux de
Bucarest.
Suite à la visite qu’avait précédemment
effectuée
en
France
M. BEREVOIANU du 27 au 31 mars
1995, qui lui avait permis une rencontre approfondie avec le Directeur
de l’OIEau et une visite du Centre
National de Formation aux Métiers de
l’Eau de Limoges/La Souterraine, en
liaison avec le Cabinet français Alpha
et Oméga, Conseil en formation, le
CNPDAR a décidé d’adhérer comme
membre associé international de
l’Office International de l’Eau.
EUROPE CENTRALE
RÉPUBLIQUE
SLOVAQUE
Des discussions sont en cours avec le
Ministère de l’Environnement et l’Agence slovaque de l’Environnement pour
créer à Bratislava un Institut Régional
des Techniques de l’Environnement pour
l’ensemble des pays d’Europe Centrale.
Ce projet a déjà fait l’objet d’un intérêt
de principe des services de la
Commission Européenne et a été présenté par les Autorités slovaques à la réunion
annuelle (sept. 94) du Comité de Liaison
pour l’Environnement chargé de la préparation des programmes PHARE régionaux et sera finalisé pour décision à
l’automne 1995.
Le Gouvernement Slovaque a chargé l’OIEau
des études préliminaires de ce dossier.
ARMÉNIE
A la demande de l’Ambassade de France
en Arménie, MM. DJAVADIAN, ViceMinistre de l’Agriculture, KODJOYAN,
Directeur des Services Hydrométéorologiques et SARKISSIAN, Hydrologue en chef, ont effectué en juin 95 un
voyage d’étude du secteur de l’eau en
France.
Une série de rencontres et de visites de
terrain, organisées par l’OIEau, leur a
permis de découvrir le savoir-faire français, aussi bien en matière de gestion de
la ressource qu’en ce qui concerne l’utilisation de l’eau à des fins agricoles ou domestiques.
RUSSIE
CCI de Versailles,
en direct
avec Petersbourg
Gestion Urbaine et du VODOKANAL
de Petersbourg ainsi que des experts
russes de l’Université Technique de la
ville.
A l’initiative de M. J.F. MARMEY,
Directeur des Relations Internationales
de la Chambre de Commerce et
d’Industrie (CCI) du Val d’Oise Yvelines, une liaison en téléconférence
expérimentale (Duplex) de deux
heures a été organisée avec l’appui de
MATRA et France-Télécom, le
11 avril 1995 entre Versailles et SaintPetersbourg.
Outre l’intérêt de cette formule de vidéo
conférence, tous les participants ont
conclu sur l’intérêt de telles rencontres
et sur la nécessité de poursuivre le dialogue ainsi amorcé ... parce que deux
heures c’est finalement très court !
Cette téléconférence a porté sur le thème de la gestion municipale de l’eau et
a été animée en direct par
M. DONZIER, Directeur Général de
l’Office International de l’Eau, du côté
français et M. SEMINE, Directeur de
l’Institut de Recherche Scientifique de
l’Académie de Gestion Urbaine de
Petersbourg, du côté russe.
MM. ZYBINE et TCHERNIAIEV,
respectivement Directeur des
Relations Internationales du Comité
Russe de l’Eau (ROSKOMVOD) et
Directeur de l’Institut de l’Eau de
Iekaterinbourg (ROSNIIE) sont venus
en France du 28 février au 3 mars 1995
dans le cadre du projet d’un centre de
formation aux métiers de l’eau en
Russie.
Un dialogue très animé a pu s’instaurer
entre les spécialistes français présents
sur le plateau - Agence de l’Eau SeineNormandie, SAGEP, DDAF des
Yvelines, OTV et les responsables du
secteur de l’eau du Comité de la
Centre de Formation
de Iekaterinbourg
Cette visite s’insère dans la phase initiale du projet. Ils ont eu l’occasion de
visiter diverses entreprises françaises
(SAGEP, DEGREMONT, PONT-AMOUSSON) et le Centre de formation
de l’Office International de l’Eau à
Limoges/La Souterraine.
A cette occasion, un protocole d’intention a été signé entre le ROSKOMVOD et le ROSNIIE, le Ministère
français de l’Environnement et
l’OIEau.
Séminaire sur la gestion
de l’eau pour
35 responsables russes
Ce séminaire, destiné à 35 experts de
l’Institut Central de la Formation
Continue (CINO), s’est déroulé à Paris
du 14 au 21 mai 1995. Le programme,
organisé par l’OIEau, comprenait des
conférences sur l’expérience française,
notamment sur le contrôle et les
normes de qualité des eaux distribuées,
le système de gestion de l’eau, les technologies d’épuration, le dispositif réglementaire de protection des eaux et
l’exploitation des ouvrages. Elles ont
été suivies de visites techniques (station d’épuration d’Achères, Agence de
l’Eau Seine-Normandie).
15
ASIE
CHINE
➨ Sept experts chinois du Ministère
des Ressources en Eau ont effectué une
visite en France organisée par la
Compagnie Nationale du Rhône
(CNR) dans le cadre d’un financement
international destiné à des recherches
sur la gestion des bassins versants.
Ces experts ont été accueillis le
22 mars à la Direction Générale de
l’OIEau par F. ARCANGELI et
J.F. TALEC qui leur ont présenté l’action de l’Office et le système français
d’organisation de bassin.
➨ L’ACTIM a accueilli du 23 mars au
1er avril 1995 une délégation de 6 responsables de la province de Ningxia,
en République Populaire de Chine,
dans le cadre du projet “Ningxia China
Northern Irrigation Project” financé
par la Banque Mondiale.
Ces responsables ont marqué leur intérêt concernant :
● l’aspect institutionnel de la gestion
de l’eau en France,
les process et technologies françaises dans le domaine de l’irrigation.
●
L’Office International de l’Eau a été
sollicité pour présenter le 24 mars ses
différentes activités en particulier dans
le domaine de la formation aux métiers
de l’eau.
16
INDONÉSIE
Séminaire de formation
sur la gestion
des ressources en eau
par bassin hydrographique
Ce séminaire, destiné à une vingtaine
de responsables de la Direction
Générale de l’Aménagement des
Ressources en Eau du Ministère indonésien des Travaux Publics, s’est tenu
à JAKARTA en septembre 1995.
Initiée par l’Office International de
l’Eau, avec l’appui du Ministère français de l’Environnement et des Agences
de l’Eau, cette formation abordera des
thèmes importants tels que l’approche
écosystémique nécessaire pour répondre aux objectifs de développement
durable, la nécessité d’une volonté politique et de disposer des capacités législatives et réglementaires, les suites de la
Conférence de RIO, l’application des
principes “pollueur-payeur” et “usagerpayeur”, la mise en place d’une politique de gestion de l’eau décentralisée
par bassin hydrographique.
Cette session de formation sera organisée conjointement avec la coopération
canadienne (ACDI), avec la participation de l’Ambassade de France en
Indonésie et le soutien du Ministère
français des Affaires Etrangères.
Rappelons que l’Indonésie fait partie
des pays fondateurs du Réseau
International des Organismes de
Bassin (RIOB).
INDE : Appui à la Central Water Commission
pour la mise en oeuvre d’une politique de l’eau
A la suite du séminaire franco-indien
consacré à la gestion de l’eau par bassin hydrographique qui s’est tenu à
New Delhi du 12 au 15 décembre
1994, un programme pour la mise en
oeuvre d’une gestion intégrée des ressources en eau en Inde a été élaboré et
proposé pour son inscription au protocole franco-indien 1995.
Quatre thèmes principaux sont apparus
comme sujets potentiels de coopération :
❶ l’organisation institutionnelle à
l’échelle de bassins versants pilotes,
❷ la formation aux métiers de l’eau,
❸ les réseaux de mesures et les banques de données,
❹ la pollution industrielle.
L’année 1995 constitue une période transitoire avec un double objectif: préparer
le protocole et lancer les premières actions sur les thèmes prioritaires. Une
mission préparatoire en Inde de
MM. TALEC et HAENER de l’OIEau
s’est déroulée du 29 mai au 9 juin 1995
afin d’examiner les points suivants :
● aspects institutionnels : une première
analyse de la situation et la mise en place
d’une commission mixte de pilotage
franco-indienne. L’objectif prioritaire de
la Commission sera de sélectionner un
bassin-pilote et ensuite d’établir un programme d’appui et de progression dans
la structure institutionnelle du pays,
● banque de données : analyse de la situation actuelle au niveau central et identification des objectifs à atteindre dans le
cadre de la création d’observatoires de
bassin (systèmes d’information sur l’eau)
concernant le bassin pilote et éventuellement 2 autres bassins versants indiens,
● formation : identification des besoins prioritaires en formation professionnelle dans le secteur de l’eau.
CORÉE : PRÉSENTATION DU SYSTÈME FRANÇAIS
DE GESTION DE L’EAU
Une commission de 35 responsables de la
gestion de l’eau en Corée, notamment
dans le secteur des services municipaux,
a été reçue le 15 juillet 1995 au Service
des Relations Internationales du Ministère de l’Environnement à Paris par Mme
VERBRUGGE, Responsable du secteur
“Asie”. M. NICOLAZO, de la Direction
de l’Eau a présenté l’organisation admi-
nistrative française du secteur de l’eau et
M. DONZIER, de l’OIEau, les modalités
de gestion des services municipaux de
l’eau potable et de l’assainissement.
Les visiteurs coréens ont été particulièrement intéressés par la gestion déléguée
aux entreprises privées, le prix de l’eau et
la tarification, la recherche de fuites sur
les réseaux et la formation du personnel.
AMÉRIQUE LATINE
VÉNÉZUELA
ICLAM - Pour une gestion
intégrée du bassin du Lac de Maracaibo
A l’invitation du Dr. HERRERA,
Président de l’Institut pour la
Conservation du Lac de Maracaibo
(ICLAM), M. DONZIER s’est rendu
au Vénézuela du 29 mars au 3 avril
1995, afin de participer à une conférence sur les moyens et structures à mettre
en oeuvre pour améliorer la protection
de l’environnement et la qualité des
eaux dans le bassin du Lac de
Maracaibo.
Cette conférence qui réunissait autour
de l’équipe de direction de l’ICLAM
des experts vénézuéliens du droit de
l’environnement et de la gestion par
bassin, et des consultants spécialisés
d’Amérique su Sud, a permis d’analyser les possibilités juridiques prévues
dans le décret de création de l’ICLAM
qui fixe ses compétences et missions et
de définir les grands axes d’un plan
d’actions pluriannuelles coordonnées,
en liaison éventuelle avec les autorités
colombiennes, pour le haut bassin de
l’ouest.
Outre l’intérêt de recherches sur le
fonctionnement hydraulique et biologique du lac et de ses affluents, les réflexions ont notamment mis en
évidence la nécessité pour l’ICLAM de
pouvoir organiser une banque d’information réunissant et synthétisant de façon harmonieuse les données
disponibles sur les différents paramètres décrivant l’état de l’environnement et notamment des ressources en
eau avec les usages et les rejets.
L’idée également d’élaborer un “livre
blanc” sur le bassin versant, débouchant sur la définition des programmes
pluriannuels d’interventions à engager
en priorité a été esquissée.
Durant son voyage au Vénézuela,
M. DONZIER a également pu rencontrer Son Excellence l’Ambassadeur de
France à Caracas et ses principaux collaborateurs pour faire le point de la coopération franco-vénézuélienne dans
le domaine de l’eau et, entre autre, du
projet d’organisation du bassin du Lac
de Valencia, conduit par l’Agence
D.B.E., sur financement communautaire.
Une entrevue avec le Président
Directeur Général d’HYDROVEN a
permis d'évoquer les possibilités de
formation pour les employés des services municipaux de l’eau potable.
BRÉSIL
Session de formation
sur la gestion de l'eau
par bassin
hydrographique
Un cours sur la gestion des eaux continentales a été organisé à Rio de
Janeiro, du 30 janvier au 10 février
1995 conjointement par le Programme
des
Nations
Unies
pour
l'Environnement (PNUE), l'Institut
ACQUA (Brésil) et l'Office
International de l'Eau, avec le soutien
du
Ministère
brésilien
de
l'Environnement, des Ressources en
Eau et de l'Amazonie Légale, du
Ministère français de l'Environnement
et des Agences françaises de l'Eau.
Il a rassemblé 23 participants de
l'Administration centrale et de la plupart des Etats brésiliens concernés :
Bahia, Ceará, Espirito Santo, Goias,
Minas Gerais, Parana, Pernambuco,
Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul,
Santa Caterina and São Paulo.
Cette session a permis une large prise
de conscience de l'intérêt de l'approche
intégrée de la gestion de l'eau par bassin hydrographique et, notamment, de
la possibilité d'appliquer au Brésil les
principes "usager-payeur" et "pollueur-payeur".
ENVIROTHECH’ 95
Rio de Janeiro
M. TALEC, Responsable de la
Division bassins versants de l’OIEau, a
été invité à participer au Forum et à la
Table Ronde sur la Dépollution des
Baies et des Fleuves qui se sont tenus
lors de l’exposition Envirotech’ 95 du
19 au 23 juin 1995 où trente pays
étaient représentés.
Vers une coopération
avec l’Etat du Ceará
Suite
aux
entretiens
entre
M. MACEDO, Secrétaire d’Etat pour
les Ressources Hydriques, et M. DONZIER à l’OIEau en octobre 1994,
M. Francisco Ariosto HOLANDA,
Secrétaire d’Etat pour la Science et la
Technologie du Gouvernement de
l’Etat de CEARÁ à Fortaleza, a demandé à l’Office d’organiser du 14 au
23 août 1995 le stage en France de
Mme BARREIRA-UCHOA, Conseiller pour la formation professionnelle,
afin de déterminer les termes de référence d’un programme de coopération
entre la France et son pays pour la formation aux métiers de l’eau.
MEXIQUE
Formation des cadres
de la Comisión Nacional del Agua (CNA)
Dans le cadre de la coopération qui
s’est développée depuis plusieurs années avec le Mexique, 13 cadres
mexicains de la CNA, futurs responsables des “Agences de l’Eau” mexicaines, en cours de création, sont en
formation en France sur le thème de
la gestion de l’eau par bassin hydrographique.
et BOUFFARD) et du Ministère
français de l’Environnement
(M. SIRONNEAU).
Depuis le mois de juin 95, dix de ces
cadres effectuent un stage “d’immersion” de 3 mois dans les 6 Agences
françaises de l’Eau.
L’ensemble de cette opération se déroule sur financements mexicains.
Ils sont accueillis pour une durée de
13 mois à l’Ecole Nationale des
Travaux Publics de l’Etat (ENTPE).
L’Office International de l’Eau leur a
dispensé une formation spécifique
d’une semaine sur la gestion par bassin versant.
Cette session a été animée par M.
BERNARD avec la participation de
plusieurs spécialistes de l’Agence de
l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse
(MM. LASCOMBE, GAUTHIER
17
MÉDITERRANÉE
ALGÉRIE
Projet “Protection de la Mitidja
contre la pollution”
Ce projet, financé par le Ministère
français des Affaires Etrangères, vise à
mettre en oeuvre un programme de
surveillance et de protection des eaux
de la plaine de la Mitidja qui alimente
la ville d’Alger.
La convention initiale prévoit les
lignes d’action suivantes :
● organisation des réseaux de mesure,
● surveillance de la qualité des oueds,
● définition d’un protocole de surveillance de la qualité des eaux du barrage alimentant Alger sous l’angle de
l’eutrophisation,
● optimisation du réseau qualité des
aquifères souterrains,
● élaboration d’un document d’orientation pour la gestion de la Mitidja :
objectifs de qualité.
Les activités du projet ont démarré au
cours du deuxième semestre 1994 et
ont d’ores et déjà permis l’achat de
matériels et l’organisation de stages de
formation et de recherche.
Volet formation :
● 10 - 25 novembre 1994 : indices biotiques et indice d’eutrophisation ; étude de la macro-faune invertébrée
(Université de Toulouse).
● 14 - 25 novembre 1994 : analyse des
hydrocarbures et pesticides par chromatographie en phase liquide ou gazeuse à la SAGEP.
● 5 - 16 décembre 1994 : étude des
moyens préventifs : pollutions accidentelles par les hydrocarbures
(SAGEP).
● 5 - 16 décembre 1994 : système de
concentration de micro-polluants : traitement statistique des données (SAGEP).
● 20 mars - 1er avril 1995 : analyse des
hydrocarbures par chromatographie en
phase gazeuse (SAGEP).
Volet recherche :
● 21 novembre - 16 décembre 1994 :
modélisation mathématique des eaux
souterraines du bassin de la Mitidja
(Société GEOLAB - Sophia
Antipolis).
Institut National de Perfectionnement
de l’Equipement
L’Institut National de Perfectionnement de l’Equipement (INPE) de
Rouiba en Algérie et l’Office ont signé
un accord de coopération sous les auspices de l’Ambassade de France en
Algérie.
Cet accord de coopération porte sur le
développement conjoint des activités
de perfectionnement des cadres du
Ministère de l’Equipement et de
l’Aménagement du Territoire, dans le
domaine de l’eau pour 1995 et 1996.
Des sessions de formation seront organisées en France et en Algérie sur diverses thématiques telles que :
● l’alimentation en eau potable,
● l’assainissement des agglomérations,
● l’évaluation des projets,
● ou l’ingénierie pédagogique.
Ces formations seront complétées par
des échanges entre le Centre
Documentaire de l’INPE et la Direction
de la Documentation de l’Office, par la
fourniture de kits pédagogiques pour les
formateurs de l’INPE et enfin, par une
assistance à l’acquisition d’outils et de
supports pédagogiques (bancs didactiques, pilotes de traitement des eaux,
équipements industriels).
D’ores et déjà, une formation de deux
semaines pour dix cadres de
l’Equipement a été organisée à Limoges
du 18 au 29 septembre sur le thème de
l’assainissement des agglomérations.
Un second stage est programmé du 20
au 30 novembre prochain sur l’alimentation en eau potable des agglomérations, de même qu’une mission à
Limoges des responsables de la documentation de l’INPE, également au
mois de Novembre.
GRÈCE
Formation d’ingénieurs grecs à l’exploitation
de stations d’épuration
La Grèce a lancé un important programme de construction de stations
d’épuration pour se rapprocher des
normes édictées par l’Union
Européenne.
A la demande de l’Agence Hellénique
pour le Développement Local et les
Gouvernements Locaux (EETAA),
18
l’Office International de l’Eau a organisé un stage de formation à l’exploitation et à la gestion de stations
d’épuration des eaux usées qui s’est déroulé à Sophia Antipolis et à Limoges
du 18 au 24 Novembre 1994 et a permis de former 10 ingénieurs, futurs responsables de stations d’épuration dans
différentes régions de Grèce.
MAROC
Contacts avec
les administrations
marocaines
M. MANCEL, Directeur de la
Coopération Internationale de
l’OIEau, s’est rendu au Maroc courant
mars 1995 pour faire le point sur
l’avancement de différents dossiers
proposés au financement de la coopération française, parmi lesquels :
● pollutions industrielles, dont les tanneries sur la zone de Fez,
● audit du Schéma Directeur National
d’Assainissement en appui à la
Direction de l’Eau et de
l’Assainissement du Ministère de
l’Intérieur,
● formations des élus et techniciens
municipaux, à réaliser en liaison avec
l’ONEP, sur l’eau potable et l’assainissement.
Agences de Bassin
Suite à une demande exprimée par le
Ministère marocain des Travaux
Publics, trois hauts responsables sont
venus en France du 19 au 23 juin 1995
afin d’approfondir leur connaissance
des Agences de l’Eau :
- M. Mustapha MOUDDEN, Ingénieur
Général, membre du Conseil Général
de l’Equipement,
- M. Noureddine BOUTAYEB, Ingénieur en Chef, Inspecteur Général du
Ministère,
- M. Mokhtar BZIOUI, Ingénieur en
Chef, Directeur de la Recherche et de
la Planification de l’Eau à la Direction
Générale de l’Hydraulique.
L’Ambassade de France a chargé
l’Office International de l’ Eau d’organiser ce voyage d’études. Les experts
ont été accueillis par les Agences
Adour-Garonne, Seine-Normandie,
Rhône-Méditerranée-Corse ainsi que
par le Ministère de l’Environnement,
le Ministère des Affaires Etrangères et
l’Organisation Interdépartementale
des Barrages-Réservoirs de la Seine.
TURQUIE
Un colloque a été organisé par l’Office
International de l’Eau les 4, 5 et 6 septembre 1995 à Ankara sur le thème de
la gestion des ressources en eau par
bassin versant à l’initiative conjointe
des Ministères français et turc de
l’Environnement avec l’appui de
l’Ambassade de France à Ankara.
Les autorité turques souhaitent vivement profiter de l’expérience française
des Agences de l’Eau. La session, qui a
réuni plus de 100 participants représentant 28 organismes turcs concernés
et a été honorée de la présence du
Ministre turc de l’Environnement, a
permis d’envisager les axes prioritaires
d’un programme de coopération durable avec ce pays.
ÉGYPTE
Formation à la recherche
de fuites pour le réseau
d'alimentation en eau
potable du Caire
Dans le cadre d’un contrat passé entre
le bureau d’études SEURECA et
l’Egypte, l’OIEau s’est vu confier la
formation de 5 Ingénieurs chargés de
la Distribution de l’Eau du Caire, sur le
thème “Recherche de fuites”.
Les formateurs ont procédé à des rappels
sur le comptage, le diagnostic de réseaux.
Des travaux pratiques en vraie grandeur
sur le réseau pilote enterré de recherche
de fuites du Centre National de
Formation aux Métiers de l’Eau à
Limoges ont permis aux stagiaires de découvrir les matériels utilisés en France et
d’acquérir le savoir-faire nécessaire à la
maîtrise de ces problèmes en Egypte.
Ce réseau pilote de formation pour
la recherche de fuites est un outil
nouvellement créé par l'Office
International de l’Eau. Grâce à un ensemble enterré de 350 m de tuyaux de
toute nature et d'une vingtaine de
vannes, les formateurs peuvent placer
les stagiaires en situation réelle et travailler avec eux à la recherche des canalisations, à la quantification des
fuites, à l'isolement des tronçons
fuyards et finalement à la localisation
des fuites (fuites réelles qui existent
sur notre réseau et que les stagiaires
doivent retrouver).
PORTUGAL
Conférence internationale
sur les dimensions
institutionnelles
de la gestion
des ressources en eau
M. LE LOURD de l’OIEau a assisté du
10 au 12 juillet 1995 à Lisbonne à cette conférence au cours de laquelle ont
été présentés les résultats du projet de
recherche européen EUROWATER.
Ce projet qui a 2 ans, vise à mieux comprendre le cadre institutionnel de la gestion de l’eau en Europe, son évolution
et ses perspectives. Sous la conduite de
l’Instituto Superior Técnico (Portugal),
il a réuni quatre autres partenaires : le
Laboratoire Technique de l’Ecole
Nationale des Ponts et Chaussées
(France), l’Institut für Europaïsche
Umweltpolitik (Allemagne), le River
Basin Administration Centre de
l’Université Technique de Delft (PaysBas) et le Water Research Centre
(Royaume-Uni)
La conférence a aussi permis d’élargir
le débat à la comparaison des approches de l’Union Européenne et des
Etats-Unis. L’ensemble des communications constitue une véritable somme
de documentation de référence disponible sur EAUDOC.
MÉDITERRANÉE
PROCESSUS DE PAIX AU PROCHE-ORIENT
Formation
de 13 responsables
des services des eaux
Dans le cadre du processus de paix au
Proche-Orient, l’Office International
de l’Eau, à la demande des
Ambassades de France en Jordanie,
Egypte et Israël, ainsi que du Consulat
Général de France à Jerusalem, a organisé sur ses sites de Limoges, La
Souterraine et Paris, une formation de
deux semaines, du 13 au 24 mars derniers sur le thème de la réhabilitation
des systèmes de distribution d’eau des
municipalités.
Treize participants : 5 Palestiniens, 2
Israéliens, 4 Jordaniens, 2 Egyptiens,
ont suivi ce cursus, au cours duquel ils
ont pu découvrir “the French way of
operating” des services d’eau.
Ils ont rencontré des exploitants
(SAGEP usine d’Ivry, Lyonnaise des
Eaux usine de Morsang, Eau&Force
usine du Mont-Valérien) et des représentants de l’industrie française
(Sociétés FORACO, KSB, ETERNIT)
et de bureaux d’études (SAFEGE et
LYSA).
Gageons que cette opération soit la
première d’un cycle de perfectionnement des exploitants de cette région où
une gestion appropriée des ressources
en eau est une première nécessité.
De très nombreux besoins restent en
effet à couvrir et la gestion des aquifères ou l’exploitation des systèmes
d’assainissement ne sont pas le
moindre des problèmes de tous les
Pays du Proche-Orient.
Création d’un comité
de pilotage des activités
“bases de données”
du Groupe de Travail
Multilatéral sur les
Ressources en Eau
Le Groupe de Travail sur les
Ressources en Eau a engagé une réflexion visant à développer la coopération régionale à moyen et à long terme
par l’amélioration de la connaissance
des ressources en eau communes à la
région.
Sur la base de plusieurs missions et
ateliers, un plan d’action dénommé
“Middle East Water Data Bank
Implementation Plan” a été développé,
en concertation avec les parties concernées, par les Etats-Unis,l’Union
Européenne, la France et le Canada.
La recommandation n° 1 de ce plan
(approuvé au cours de la réunion
d’Athènes - 7/9 novembre 1994) portait sur la mise en place d’un comité de
pilotage.
Les termes de références de ce comité
dénommé “EXACT” (EXecutive
ACtion Team) ont été définis au cours
d’une réunion qui s’est tenue en
Jordanie du 22 au 24 janvier 1995 et à
laquelle ont participé les représentants :
- des trois parties impliquées : Israël,
Territoires Occupés ou Autonomes,
Jordanie,
- des bailleurs de fonds principaux :
Etats-Unis, Union Européenne,
France, Canada.
Le Ministère français des Affaires
Etrangères était représenté par
M. OSPITAL, expert du service culturel de l’Ambassade de France en
Jordanie, et M. HAENER, chef de projet à l’OIEau.
Cette mission a également été mise à
profit par l’OIEau pour commencer à
identifier, à la demande de la DREE
(Direction des Relations Economiques
Extérieures du Ministère français de
l’Economie), les projets qui pourraient
être financés sur protocole dans le
cadre de ce “Middle East Water Data
Bank Implementation Plan”.
Réunion du Groupe
Multilatéral sur les
Ressources en Eau
Ce groupe s’est à nouveau réuni à
Amman du 18 au 22 juin 1995, mais
cette fois-ci en formation conjointe avec
le groupe de travail “Environnement”.
M. LECOMTE de l’OIEau faisait partie
de la délégation française. Les discussions ont porté sur :
● l’amélioration de la disponibilité des
données sur l’eau,
● les pratiques de gestion et de conser-
vation de l’eau,
l’amélioration de la distribution
d’eau,
●
● les concepts de la gestion de l’eau et
de la coopération au niveau régional.
Le volet “Formation”, auquel l’OIEau
a apporté sa contribution, avance normalement.
Le Comité de pilotage EXACT réuni à
l’occasion a pris acte des participations
financières de l’Union Européenne à
une dizaine d’études identifiées lors de
la précédente réunion autorisant une
avance concrète dans la mise en place
des banques de données sur l’eau au
Proche-Orient.
IRAN
Lancement d’un programme de coopération
sur la gestion des ressources en eau
Pour faire suite au séminaire francoiranien d’octobre 1993 et des différentes visites effectuées l’an dernier
par les responsables iraniens et français, deux premiers projets, l’un sur la
maîtrise de l’érosion avec le CIRAD,
l’autre sur l’évaluation des ressources
en eau du manteau neigeux (EDF) sont
en cours d’engagement à l’échelle de
bassins versants expérimentaux.
M. Philippe LE LOURD, en tant que
coordinateur des programmes à
l'OIEau, s’est rendu à Téhéran à l’invitation du Ministère iranien de
l’Energie du 29 Juin au 9 Juillet 1995
pour concrétiser avec l’appui de
l’Ambassade de France, l’engagement
des projets de cette coopération, pros
pecter de nouveaux champs d’action et
préparer la programmation des actions
correspondantes pour 1996. Outre les
contacts avec les chefs de projet iraniens, il a rencontré M. AFSHAR,
Directeur
du
TAMAB
et
M. MANOUTCHERI, Vice Ministre
chargé de l’eau potable et de l’assainissement. Ce dernier a fait état de ses
préoccupations sur la qualité des eaux
et du besoin de renforcer les structures
nationales et la formation des hommes
dans ce secteur.
La télévision iranienne, dans le cadre
de la coopération entre les 2 pays, prépare une émission grand public présentant pour la première fois la gestion de
l’eau en France.
LIBAN
Programme
de formation
La formation s’est révélée comme
l’une des plus importantes priorités
identifiées par l’audit de la Lyonnaise
des Eaux en mars 1994 auprès des
Offices des Eaux libanais.
Dans le but de concevoir et d’arrêter
un programme prioritaire de formation
à court terme pour 1995, et d’examiner
les solutions pour le moyen terme dont
notamment la création d’un centre de
formation aux métiers de l’eau au
Liban, une mission conjointe
Lyonnaise des Eaux (Mlle
VIGIER)/Office International de l’Eau
(M. MANCEL) s’est rendue à
Beyrouth fin janvier 1995 pour contacter le Ministère des Ressources
Hydrauliques et de l’Energie (MRHE),
les Offices des Eaux, l’Ecole
Supérieure d’Ingénieurs de Beyrouth,
l’Ambassade de France en liaison avec
la mission d’assistance technique de la
Lyonnaise des Eaux.
La première phase de ce programme
réalisée à Beyrouth du 25 au 28 avril
1995 sous la forme d’un séminaire de
sensibilisation des Directeurs des
Offices des Eaux avait pour objectif de
présenter l’ensemble des domaines
techniques, administratifs et financiers
nécessaires à la bonne marche d’un
Office. Ce séminaire ouvert par le
Ministre des Ressources Hydrauliques
et de l’Energie et animé conjointement
par la Lyonnaise des Eaux et l’OIEau,
a permis la formulation d’un certain
nombre de recommandations portant à
la fois sur les relations Tutelle-Office
mais également sur la gestion interne
des Offices des Eaux Libanais (ex:
qualité de l’eau, gestion de la clientèle).
Le Centre
d’Information
et de Documentation
du Ministère
de l’Environnement
L’Office International de l’Eau a été
chargé par le Ministère français de
l’Environnement d’apporter son assistance au démarrage du Centre d’Information et de Documentation du
Ministère libanais de l’Environnement.
Cette action s’est traduite par l’acquisition d’ouvrages de langue française sur
le thème de l’eau, la fourniture d’outils
informatiques de gestion du Centre et la
formation des personnels concernés :
documentaliste et ingénieurs du
Ministère.
Une mission complémentaire a été réalisée par Gilles NEVEU et May
ABIRACHED à Beyrouth pour évaluer les axes de développement du
Centre à privilégier dans le contexte
Libanais : public et besoins visés, relations avec les autres Administrations
et les Universités, création de réseaux
nationaux et internationaux d’échanges d’information, ... .
19
L’avez-vous remarqué ?
Et oui, c’est fait, l’Office International de
l’Eau vient de lancer son logo ; après 4 ans
d’existence, il était grand temps !
Qu’est-ce qu’il
représente ?
Certains diront
une plage avec
une petite île,
d’autres
une cascade,
certains y verront un homme
qui s’élance.
O f f i c e
International
de l'Eau
Nous, nous
souhaitons évoquer
“L’HOMME ET L’EAU”,
car notre mission,
en France comme
à l’étranger, est
d’abord d’aider au
développement des
compétences et à la
valorisation des ressources humaines
pour mieux gérer
les ressources en
eau.
Ce logo a été créé par l’Agence
STAND BY ME / THE BRAND COMPANY.
Nous espérons que tous nos partenaires
pourront, grâce à lui, encore mieux
nous reconnaître.
Directeurs de la Publication
J.F. Donzier - G. Neveu - J. Mancel
Publicité - PAO - Maquette
Eau & Développement international - Limoges
Impression
G.D.S. Imprimeurs - Limoges
Office International de l’Eau
International Office for Water
Oficina Internacional del Agua
Internationales Wasseramt
Direction Générale
21, rue de Madrid - 75008 PARIS
Tél : 33 / (1) 44.90.88.60 - Fax : 33 / (1) 40.08.01.45
E-Mail : oieau-dg@worldnet.net
Formation et Etudes
Documentation et Données
Rue Edouard Chamberland - 87065 LIMOGES CEDEX
Tél : 33 / 55.11.47.70 - Fax : 33 / 55.77.71.15
E-Mail : oieau@world-net.sct.fr
Coopération Internationale
BP 75 - 06902 SOPHIA-ANTIPOLIS
Tél : 33 / 92.94.58.00 - Fax : 33 / 93.65.44.02
E-Mail : oieau-dci@worldnet.net
36 17 EAUDOC (2,23 F/min)
N° ISSN : 0769 - 1995D
20
L’Office International de l’Eau
s’associe à la Fondation Pour la
Nature et l’Homme pour identifier
des sites de visites scolaires
Dans le cadre d'une publication sur les Eaux Continentales destinée
aux jeunes, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme
cherche à recenser les sites visitables en relation avec ce thème (usine
de traitement, bassin de décantation, grand réservoir, barrage, glacier, grottes, canaux, usine d'eau minérale, laboratoire de qualité des
eaux, station thermale, réaménagement de cours d'eau, périmètre de
protection exemplaire, ...). Participez à ce recensement en nous renvoyant le questionnaire ci-dessous dûment rempli pour le 30/11/95.
Nous vous remercions de votre collaboration et ne manquerons pas de
vous tenir au courant des suites données à cette opération.
Titre du site à visiter : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Organisme ou entreprise d'accueil
(nom, adresse, code postal, téléphone, fax) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
...........................................................
Service ou personne à contacter pour la visite
(nom, adresse, code postal, téléphone, fax) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
...........................................................
Mots-clefs (2 à 3 mots représentatifs du site) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
...........................................................
Type de visite : ❒ Scientifique ❒ Technologique ❒ Artisanale
Descriptif de la visite (merci d'écrire le plus lisiblement possible) : . . . .
...........................................................
...........................................................
Que visite-t-on ? (spécificités, curiosités) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
...........................................................
Comment ? (visite extérieure, audiovisuel de présentation, intervenants) :
...........................................................
Durée de la visite : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Intérêt pédagogique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Thème dominant : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Type de message (Technique, Scientifique, Economique, Historique) :
..........................................................
Pour préparer ou approfondir la visite, avez-vous des outils
spécifiques ? ❒ oui
❒ non
Si oui, lesquels et quelles sont les conditions de mise à disposition ?
...........................................................
Conditions de visite : ❒ payante ❒ gratuite ❒ avec rendez-vous
❒ sans rendez-vous ❒ avec rendez-vous pour les groupes
❒ avec guide intervenant ❒ sans guide intervenant
❒ autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tranches d'âges concernées : ❒ 7-11ans ❒ 12-15 ans
❒ à partir de 16 ans
Modalités à respecter : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Taille maximum des groupes : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nombre d'encadrant(s) accompagnant le groupe : . . . . . . . . . . . . . . . .
Envoi d'une liste des visiteurs avant l'arrivée du groupe :
❒ oui ❒ non
Envoi d'une confirmation écrite de demande de visite :
❒ oui ❒ non
Jours préconisés : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jours à éviter ou de fermeture : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tenue vestimentaire spéciale : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Autres (à préciser) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Questionnaire à photocopier et à retourner à :
Fondation Nicolas Hulot
pour la Nature et l’Homme
52, boulevard Malesherbes - 75008 Paris
Tél : 44 90 83 00 - Fax : 44 90 83 19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising