Annexes 1 - Bibliothèque Centrale Université de Ouargla

Annexes 1 - Bibliothèque Centrale Université de Ouargla
UNIVERSITE KASDI MERBAH – OUARGLA FACULTE DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET SCIENCES DE LA
TERRE ET DE L’UNIVERS
Département des Sciences de la Nature et de la Vie
UNIVERSITE KASDI
MERBAHMERBAH-OUARGLA
MEMOIRE DE FIN D’ETUDES
En Vue De L’obtention du diplôme d’ingénieur d’Etat en Agronomie
Spécialité : agronomie saharienne
Option : Mise en valeur des sols sahariens
THEME
Dynamique de l’eau d’irrigation dans le périmètre agricole
De SEBSEB : région GHARDAIA
Soutenu publiquement par :
Mr : BOUAMER Yassine
Le…./06/2012
Devant le jury
Président
SAKER M.L
M.C. (A)
U.K.M. Ouargla
Encadreur
KAHLSEN C.
M.A. (A)
U.K.M. Ouargla
Examinateur
BOUAMAR B.
M.A. (A)
U.K.M. Ouargla
Examinateur
LADJICI A.
M.A. (A)
U.K.M. Ouargla
Examinateur
BERKAL S.
M.A. (A)
U.K.M. Ouargla
Année Universitaire : 2011/2012
Remerciements
Je tiens à remercier vivement tous ceux
qui m’ont apporté un soutien pour
l’élaboration de ce
Mémoire de fin d’étude,
particulièrement :
A mon promoteur Mer : KAHELSEN
Cherif qui ’a bien voulu m’encadrer
durant ce mémoire de fin d’études, et
qui a assuré la direction et l’orientation
scientifique de ce travail. Je lui exprime
mes vifs remerciements et ma sincère
gratitude
Aux membres du jury qui auront à
juger et à apprécier ce travail.
A tout le corps enseignant,
l’administration et le personnel de
L’ITAS, à tous ceux qui ont contribué
de prés ou de Loin à ma formation.
Dédicaces
Dédicaces
Je rends un grand hommage à travers ce modeste
travail, en signe de respect et de reconnaissance en vers :
D’abord à mon père,
père pour ces conseils, son soutien matériel et
moral et pour tout ses efforts qui m’ont donné la volonté de
réaliser et de finir ce travail
A ma mère pour son soutient immense, ainsi que les
conseils qu'elle me prodigue. J'avoue que sans elle, je ne
serai pas ce que je suis aujourd'hui.
Une spéciale dédicace pour :
A mes sœurs : Nou
Nour el Hoda, Amal
A mes frères : Mbarek, Chouaib, Younes, Ismail, Faicel
A mon neveu et mes nièces : Mohamed, Laila, Ibtissam
A mes amis : Hamza, Hachem, Ismail, Rachid, Abd Raouf,
Moustapha, Hmaida, sancho,A
sancho,Abd Malek, Youcef, Slimane,
Yassin, Brahim, Omar, Mohamed, Abd Allah
A mes copines d’étude : Soumaia, Majda, Nassira,
Wiame,…….
A mes amis d’étude :B
Brabim, Ossama, Abd Aah, Taher, Badr ,
Massoud,Ossama,
assoud,Ossama, Badr,Allah
Badr,Allah……
Allah……
En un mot, à toute ma famille, mes amis de l’ITAS et tous ceux
qui ont contribué de prés ou de loin à ma formation.
YASSINE
Abréviations
Abréviations
Ha
hectare
Km
kilomètre
S.A.U
Surface Agricole Utile
S.A.T
Surface Agricole Totale
A.P.F.A
Accession à la Propriété Financière Agricole.
G.C.A
Concession Générale Agricole.
C.D.R.A.S
Centre de Développement des Régions Agricoles Sahariennes
E.A.I
Entreprise Agricole Individuelle
Qx
quintaux
A.N.R.H
Agence Nationale des Ressources Hydrauliques
O.N.M
Office National de Météorologie
Cv
Cheval Vapeur
D.P.A.T
Direction de Planification et d’Aménagement du Territoire.
U
Unité.
P
production.
Liste des figures
Figures
Titres
Pages
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
localisation géografique de la région de GHARDAIA
limites administratives de la région de GHARDAIA
peuplement de wilaya par commune
superficie de wilaya par commune
limites administratives de SEBSEB
vue générale de SEBSEB
vue générale de SEBSEB
carte de l’oasis de SEBSEB
image satellitaire de Oued SEBSEB
Température Max et Min de la région.
pluviométrie en mm de la région.
évaporation en mm de la région
intensité des vents de la région
Milieu physique de région d’étude
schéma de l’exploitation de « BEN SAHA Atala »
schéma de l’exploitation de « OULED EL HADAR Ahmed »
schéma de l’exploitation de « DJKAOUA Le Faleh »
schéma de l’exploitation de« BOUAMER Brahim »
schéma de l’exploitation de « BOUAMER Abd Rahmane »
schéma de l’exploitation de « BOUAMER Belkacem »
schéma de l’exploitation de « LAOUAR Ahmed »
schéma de l’exploitation de « DJKAOUA Fodil »
schéma de l’exploitation de « Ben SANIA Mbarek »
schéma de l’exploitation de « TOILBE Chikhe »
modalisation de la dynamique de l’eau par l’approche expérimentale
dans les unités de production de la zone de SEBSEB
Organigramme des différentes phases de la mise au point du modèle sur
le terrain
13
14
15
15
22
22
22
23
24
26
27
28
28
31
66
67
69
71
72
74
75
77
78
79
90
25
26
97
Liste des Tableaux
Tableau
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
Titres
Densité de peuplement de la wilaya par commune
2
superficie en km de la wilaya par commune.
les répartitions par rubrique les situations agraires de la Wilaya de
GHARDAIA.
typologie des exploitations agricoles dans la Wilaya de GHARDAIA
nombre de périmètres de la concession générale agricole de la wilaya
de GHARDAIA
Recensement de la situation des périmètres (GGA +CDARS) de la
wilaya
les différents programmes en période 2010.
Pages
Annexe 1
Annexe 1
16
18
18
18
19
La typologie des différentes unités de production phoenicicole
19
production de palmier dattier
20
production des cultures sous/jacentes.
20
potentialités hydriques de la wilaya.
21
la température max et min de la région d’étude.
Annexe 1
pluviométrie en mm de la région d’étude.
Annexe 1
l’évaporation en mm de la région d’étude
Annexe 1
l’intensité de vents de la région d’étude
Annexe 1
la production de palmier dattier de SEBSEB
33
les productions arboricoles
34
production des cultures maraichères de SEBSEB.
35
production des cultures fourragères.
35
production d’arachide.
36
Répartitions des exploitations agricoles de SEBSEB.
55
La repartions des terres dans le périmètre de ZEHIRAT.
55
La repartions des terres dans le périmètre de EL FERD.
58
La repartions des terres dans le périmètre de CHAAB ARKOUB.
59
La repartions des terres dans le périmètre de ET DJEDID.
61
La repartions des terres dans le périmètre de EL HARITTE.
62
Table de matière
REMERCIMENT
DEDICACE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES FIGURES
LISTE DES TABLEAUX
INTRODUCTION GENERALE
Méthodologie de travail
Partie 1 : la représentativité des différentes paramètres décrivant les espaces agricoles et
1
2
la problématique
Introduction
Chapitre I : les différents concepts d’étude
I.1.Les différents concepts appropries à la gérance de l’eau dans les agro/systèmes
I.1.1.les caractéristiques internes des unités de production du point de vue
agro/système, gérance et appropriation de l’eau
I. 1.2.les caractéristiques liées au contexte de la prise de décision des exploitants
agricoles vis-à-vis de l’adoption d’un tel ou tel système d’irrigation
I.1.3.les problèmes méthodologiques rencontrés par les agriculteurs du point de
vue mise au point d’un tel ou tel système d’irrigation, et ce au niveau de leur unité de
production.
Chapitre II : Monographie des différentes unités agricole
II.1.La wilaya de GHARDAIA
II.1.1. Densité et peuplement
II.1.2. Les rythmes de la croissance agricole des terres
II.1.3. structures agricoles de la wilaya
II.1.4.Les données agricoles à différentes échelles des espaces occupés par des
unités de production phoenicicole
II.1.5. La mise en valeur et la typologie des exploitations agricoles.
II.1.6. La représentativité de la typologie des unités de production phoenicicole
II.1.7. La typologie de tout l’ensemble de la wilaya des différentes unités de
production phoenicicole
II.1.8.Production végétale
II.1.9.Hydraulique
II.2.La commune de SEBSEB
II.2.1. Situation géographique
II.2.2. Origine du nom
II.2.3.répartition des terres –occupation des sols – mise en valeur
II.2.4. la sémiotique de la région d’étude
II.2.5.La systémique générale dans le contexte : climat, sol, eau, plante
II.2.5.1. Le bioclimatique et les facteurs dépendants
II.2.5.2.Les représentativités de la systémique géomorphologique
II.2.5.2.1. « plaine »
II.2.5.2.2. LA CHEBKA
II.2.5.2.3. Hamada
II.2.5.3.Systémique géologique
II.2.5.4.Systémique pédologique
II.2.5.5.Systémique hydrique
II.2.6.La systémique des productions agricoles
II.2.6.1. « phoeniciculture »
II.2.6.2. Arboriculture
II.2.6.3. Les cultures maraichères
II.2.6.4. Les cultures fourragères
7
9
9
10
10
13
15
15
16
16
17
18
19
20
21
22
22
22
25
25
26
26
29
29
30
30
32
32
33
33
33
34
35
35
II.2.6.5. L’arachide
II.2.7.la production animale
Chapitre III : les différent options de la mise en œuvre de la problématique
III.1. Approches méthodologiques
III.2. Le Choix de la région, des périmètres, et des U.P
III.3.méthode systémique/globaliste des unités de production
III.4.la caractérisation des systèmes écologiques
III.5. Nomenclature des scenarios
III.6.La problématique et l’intitulé du thème
Conclusion
Partie 2 : matériel et méthode
Introduction
Chapitre IV : typologie des périmètres
IV.1.La Typologie des périmètres
IV.1.1.les différents périmètres : les différentes représentativités
IV.1.1.1.Périmètre ZEHIRAT
IV.1.1.2.Le périmètre EL FERD
IV.1.1.3.Périmètre CHAAB ARKOUB
IV.1.1.4.Périmètre ET DJEDID
IV.1.1.5.Périmètre de EL HARITTE
IV.1.2.Conclusion sur les différents périmètres
Chapitre V : Typologie des exploitations
V.1.Les exploitations agricoles
V.1.1. Exploitation N°01 : « BEN SAHA Atala » « Périmètre de LAHRITE »
V.1.2. Exploitation N°02 : « OULED EL HADAR Ahmed » « Périmètre de LAHRITE »
V.1.3.Exploitation N°3 : « DJKAOUA Le Faleh » « périmètre de ZEHIRAT»
V.1.4.Exploitation N°4 : « BOUAMER Brahim » « périmètre de ZEHIRAT »
V.1.5.Exploitation N°5 : « BOUAMER Abd Rahmane » « périmètre EL FERD »
V.1.6.Exploitation N°6 « BOUAMER Belkacem » « périmètre EL FERD »
V.1.7.Exploitation N°7 : « LAOUAR Ahmed » « Périmètre de CHAAB LARKOUB »
V.1.8.Exploitation N°8 : « DJKAOUA Fodil » « Périmètre de CHAAB LARKOUB »
V.1.9.Exploitation N°9 : « Ben SANIA Mbarek » « périmètre ELDJDID »
V.1.10.Exploitation N°10 « TOILBE Chikhe » « périmètre ELDJDID »
V.2.La Parcelle comme unité décisionnelle
V.3.La mise au point du fonctionnement d’une parcelle
Chapitre VI : la description des types
VI.1.la description des types
Conclusion
Partie 3 : modélisation
Introduction
Chapitre VII : l’ossature du modèle
VII.1.l’ossature du modèle
VII.2.Explication du modèle
Chapitre VIII : Application du modèle
VIII.1.Les méthodes pour la mise au point du modèle de la dynamique de l’eau sur le terrain
VIII.2.La méthode du diagnostic et de la recherche/action
VIII.3.L’échelle de valeurs du modèle
VIII.4.Organigramme des différentes phases de la mise au point du modèle sur le terrain
Conclusion
Conclusion générale
36
36
38
40
41
42
44
50
51
53
55
55
55
57
59
60
61
63
65
65
67
68
70
70
73
73
76
76
76
80
81
83
86
88
90
92
95
96
96
97
99
101
INTRODUCTION
GÉNÉRALE
Introduction générale
Introduction générale
Notre travail de recherche présenté dans ce document est destiné à mieux comprendre
et à mieux cerner la dynamique de l’eau dans les unités de production phoenicicole de la
région de SEBSEB.
Le décrit de ce travail est organisé suivant deux étapes à savoir :
1) La représentativité des unités de production par le biais de la monographie.
2) Mesures des stations sous l’appellation « agro systèmes » où par lesquelles nous
obtenons certaines données et analyses afin d’aboutir à « la typologie » principale
tâche de notre étude.
La caractérisation des différents agro systèmes n’est autre que la description
quantitative et qualitative des unités de production composant l’agriculture de la région de
SEBSEB. Les outils avec lesquels nous avons mené notre étude se limite à la prise en
considération de nombreux relevés à savoir : plan de cultures, hydrologie, sol, irrigation,
caractéristiques physico/chimiques du sol.
L’approche par laquelle nous avons élaboré notre tâche est celle de la « systémique »
de la zone de SEBSEB.
Ce type d’approche à l’avantage de mieux comprendre les relations entre structures et
structures et surtout pour en avoir une synthèse typologique fonctionnant sous différents
types.
Les types en question sont liés à différents paramètre dont les plus importants sont
d’ordre climatique, l’évolution dans le temps et dans l’espace de différentes spéculations des
ressources en eau dans le sol.
Dans un premier temps, ces différents paramètres ont été recensés par le biais de la
monographie des différents sites.
Finalement cette approche qui va de la grande onde ou du grand espace qui est
« SEBSEB » vers l’unité de production, nous permettra de nous intéresser, à différents degrés
à l’ensemble des unités de production qui n’a autre objectif que :
•
•
De dévoiler la problématique
De finaliser en dernière étape la modélisation
Le modèle est dont notre intention de la généraliser à court et à long terme par l’outil
« recherche/action ».
1
Méthodologie de travail
Structuration de la méthodologie de travail
Feed/back
« méthode déductive »
Axe 1 : problématique primaire
Axe 2 : problématique finale « méthode inductive »
Le choix de la zone
Le choix de la commune
Le choix du périmètre
Le choix de la parcelle
Elaboration des questionnaires
Echantiuonnage
Méthode statistique 1/10 de l’effectif
Délimitation des scenarios
Délimitation de la première forme de la
problématique générale de travail
Climat
Sol
Eau
Plante
Corps d’hypothèses
Les objectifs de la résolution de la problématique de travail (calage du modèle
assimilation- ressemblance)
Modélisation : généralisation
Les 3 axes
- Echantionnage
- Questionnaires
Pour chaque point du modèle
Généralisation
2
Méthodologie de travail
Méthodologie de travail
1- Les différents segments :
L’étude de recherche sur notre étude « la dynamique de l’eau » se voit cerner par trois
segments définissant les parties :
1er partie : La première partie introduit:
« La représentativité des différentes paramètres décrivant les espaces agricole et la
problématique engendrée»
Le Périmètre ou l’exploitation Agricole sont des niveaux privilégiés pour identifier et
interpréter la rationalité de l’utilisation de l’eau d’irrigation dans les Agro/Systèmes.
Un système d’irrigation s’intercale entre celui de la parcelle, ou s’élabore la
production végétale et le périmètre qui constitue en quelque sorte son environnement.
Le suivi sur le terrain de l’utilisation de l’eau d’irrigation pose un ensemble complexe
de questions, pour répondre à ces dernières, il faut un organigramme organisé par le biais des
structures et des méthodes de travail.
2eme partie : La seconde partie présente des éléments les plus
organigramme : « Matériel et méthode »
essentiels de cet
De ce, il y a insertion des dimensions spatiales et temporelles à travers lesquelles
s’organise le suivi sur le terrain défini par les travaux entrepris à travers les différents
systèmes d’irrigation.
3eme partie : « modalisation »
Cette partie, développe les notions spécifiques permettant d’analyser la dynamique
de l’eau en terme de fonctionnement de l’exploitation agricole, dans ses extensions et ses
impacts sur le périmètre, ou la zone à mettre en valeur. Ainsi dans cette partie, il y a lieu de
procéder à l’analyse des attitudes de l’exploitant, et de ses méthodes de gérance de l’eau au
niveau de la mise au point de ses plans de cultures : diagnostic, analyse des systèmes
d’irrigation mis en place, simulation, expérimentation, enquête.
En conclusion, notre recherche sur la conduite des systèmes d’irrigation basée sur le
fonctionnement de la gérance de l’eau, nous permettra de mettre en œuvre une démarche qui
s’établira au niveau de la représentativité des Agro/Systèmes.
Dans ces conditions, il nous parait utile de montrer une spécificité de la gérance de
l’eau en présentant des études de cas par des exemples établis sur des unités de production
Phoenicicole « TYPE » et ce dans la région d’étude SEBSEB Wilaya de GHARDAIA.
3
Méthodologie de travail
2- Les hypothèses :
Nous avons limite notre travail à trois hypothèses qui ont pour but de vérifier notre
problématique.
Hyp 1- la dynamique de l’eau est-elle finalement liée à la gérance et au
développement durable des écosystèmes ?
Hyp 2- la dynamique de l’eau a-t-elle un impact durable sur la mise au point des
cultures ?
Hyp 3- la dynamique de l’eau par son étude est-t-elle une fonction de conception
importante pour la mise en place des aménagements hydro/agricole ?
3- Les objectifs :
Nous savons qu’un objectif à la même définition qu’une problématique. L’objectif sert à
résoudre la problématique cernée par les différents scenarios, que l’on a dévoilée par les
questionnaires et les diagnostics.
Nous avons limité nos objectifs à :
*- Gérer convenablement la dynamique de l’eau par une organisation rationnelle des
différents paramètres de l’irrigation, à savoir : doses, fréquences des irrigations.
*- Opter pour des systèmes d’irrigation convenablement en affinité avec : le climat, sol et
végétation.
*- Travailler l’esprit psychologique des exploitants par le choix judicieux d’un système
d’irrigation par rapport à un autre.
*- Vulgariser dans le temps et dans l’espace le ou les systèmes d’irrigation aptes à tel sol
ou à un tel peuplement végétal.
4- les outils d’investigation :
Les outils essentiellement importants à utiliser sont d’ordre : bibliographique- socialexpérimentation- modèle à calage.
-
Bibliographie récente.
Questionnaires à style direct et indirect à questions ouvertes ou fermées.
Personnes expérimentées dans la dynamique de l’eau.
Thèses- articles- site internet- sur le sujet de la dynamique de l’eau.
4
Méthodologie de travail
5- L’approche de travail de notre recherche :
Notre approche à laquelle nous avons lié notre problématique de recherche est celle de la
« systémique ».
Ca systémique nous permettra d’étudier et d’analyser structure par structure les différentes
ossatures de notre thème de recherche à savoir : climat, sol, eau, plante, périmètre,
exploitation, parcelle.
5
PARTIE 1
« La représentativité des différentes
paramètres décrivant les espaces agricoles et
la problématique engendrée »
- Introduction
- Chapitre I
« Les différents concepts d’étude »
- Chapitre II
« Monographie des différentes unités agricoles»
- Chapitre III
« Les différentes options de la mise en œuvre de la
problématique »
- Conclusion
Introduction
Introduction
La région de SEBSEB est sujette actuellement à des effets néfastes au sein des unités
de production phoenicicole. Parmi les problèmes qui régissent ces dernières, nous avons pu
déceler le plus soucieux et le plus à prendre en considération est celui de la dynamique de
l’eau d’irrigation à l’intérieur des exploitations agricoles.
Jusqu'à ce jour, les acteurs politico/économiques ont mis l’accent sur le
développement de la systémique des systèmes d’irrigation intégrés dans l’ensemble des plans
de cultures, basés essentiellement sur la phoeniciculture et les cultures vivrières.
Les composantes, d’une façon générale au sein de la dynamique de l’eau est soulignée
par l’étude de l’organisation des potentialités en eau à savoir : la structure des forages en
nombre peu important organisés par les débits variant entre 30 et 60 l/s, irrigant des
superficies de fourchettes comprises entre 30 ha et 180 ha.
De ces données, toute analyse sur l’affinité de ces débits en relation avec les
différentes superficies nous permet de dire que finalement, il y a insuffisance remarquable
d’eau dans la dynamique de l’agriculture de SEBSEB.
De ce, notre première partie sera fonction de l’organisation et du fonctionnement des
agro/systèmes qui sont analyses et appuyés par les point suivants :
La monographie décrite par les éléments physique, agronomiques, hydriques et surtout
par le social qui englobe les agriculteurs, résultante principale de la dynamique agro/hydrique.
Chacune de ces structures se fera voir dans la dichotomie : qualitative et quantitative
que nous allons considérer à travers les évolutions des différentes spéculations agricoles,
finalisant ainsi, l’obtention en degré plus ou moins des rendements.
Dans toute réponse à notre sujet d’étude l’approche monographico/hydrique est la
seule qui puisse nous amener à juger de la dynamique de l’eau dans l’ensemble géographique
de SEBSEB, ce que nous allons traiter dans ce qui suit.
7
CHAPITRE I
« Les différents concepts d’étude »
Chapitre I
Les différents concepts d’étude
I.1.Les différents concepts appropries à la gérance de l’eau
dans les agro/systèmes.
Pour juger des qualités de la gérance de l’eau, il nous a paru très utile de transiter par
un certain nombre de concepts nécessaires. Ces derniers nous permettent de passer d’un
ensemble de questions concrètes, à une ou plusieurs notions abstraites utiles, pour la
compréhension de la gérance de l’eau.et ce au niveau des différents systèmes d’irrigation
employés dans les Agro/Systèmes de la région d’étude.
Dans ce chapitre, nous présentons trois groupes de concepts permettant d’analyser les
faits techniques de la gérance de l’eau dans les Agro/Systèmes liés à l’activité agricole.
I.1.1 - les caractéristiques internes des unités de production du point de vue
agro/système, gérance et appropriation de l’eau.
Concept 1 : dichotomie plante/milieu technique.
La conception agricole de la gérance de l’eau (liée aux caractéristiques internes des
U.P. L’Agronome HENIN (1968) a souligné dans plusieurs documents le caractère de
l’agronomie qui se développe par l’apparition, et la mise en œuvre massive du couple
HYDRO/AGRICOLE. Cette dichotomie propose une construction systémique fondée
sur des structures d’ensemble : plante- milieu technique. Elle dégage un point de vue
spécifique sur le fonctionnement d’un Agro/Système.
Elle est fondée sur les sciences agronomiques à l’exemple de la pédologie – la
physiologie végétale la bioclimatologie et l’eau. HENIN, définit l’irrigation et tout son
ensemble comme une « écologie appliquée » à l’agriculture et à l’aménagement des
unités de production agricole.
Concept 2 : peuplement et l’environnement.
D’une manière générale la gérance de l’eau d’irrigation est liée au peuplement
végétal, et à l’environnement. Si l’on se réfère à la définition de SEBILIOTE qui vise à
établir des schémas synthétiques permettant de comprendre comment s’établit le
rendement d’une culture, on comprend que la gérance de l’eau est essentiellement liée au
peuplement végétal, le climat et le sol soumis à l’action de l’agriculteur en vue d’une
production.
Concept 3: la gérance de l’eau et ses fonctions.
La gérance de l’irrigation par l’eau est fonction de deux types de tâches :
- Celle, d’utiliser une théorie Agro/Hydraulique, et celle d’agir au niveau de la
production agricole par des pratiques sur le terrain.
L’efficience de la gérance de l’eau par les différentes méthodes de calculs des
rendements, précisent la notion de l’emploi de tel ou tel système d’irrigation, comme
finalité d’analyse des Agro/Systèmes OASIENS. GRAS et AL (1971) soulèvent déjà le
9
Chapitre I
Les différents concepts d’étude
rôle des différents paramètres socio/économiques essentiels à la mise en lumière d’une
ligne de conduite de la gérance des Agro/Systèmes décrits. Et Suivant les lignes
directrices pour mener à bien la gérance de l’eau par le biais des différents systèmes
d’irrigation.
I. 1.2 - les caractéristiques liées au contexte de la prise de décision des exploitants
agricoles vis-à-vis de l’adoption d’un tel ou tel système d’irrigation.
Concept 4: pilotage des systèmes d’irrigation.
La question qui se pose au niveau de la gérance de l’eau est comment
l’acteur/agricole pilote ses systèmes d’irrigation ? Cette question traduit un
élargissement de la solution à la problématique, soulignée dans notre thème d’étude.
L’optique de notre thème de recherche vise à prendre la diversité des rendements et
des techniques dans le territoire de SEBSEB Wilaya de GHARDAIA. Nous projetons
par l’application des méthodes d’enquête, le rôle joué par les facteurs du milieu
naturel, en relation avec les écarts de rendements observés à travers les différents
systèmes d’irrigation.
I.1.3 - les problèmes méthodologiques rencontrés par les agriculteurs du point
de vue mise au point d’un tel ou tel système d’irrigation, et ce au niveau de leur unité de
production.
Concept 5: les pilotages des systèmes d’irrigation par les différentes techniques.
L’acteur/agriculteur en tant que responsable du pilotage des systèmes
d’irrigation, à l’intérieur de son unité de production est appelé à examiner la mise en
œuvre des techniques concernant eau/système d’irrigation, et rendre en transparence
ses choix sur la mise au point de tel ou tel système d’irrigation. Il ne s’agit pas
seulement de prendre en considération l’emploi de tel ou tel système d’irrigation, par
un choix judicieux mais le plus important est de mesurer la dynamique de l’eau
surtout, en ce qui concerne la mise en valeur, et ce par le biais des interventions tant
physique qu’économique.
Concept 6: les relations entre le milieu social et le milieu écologique.
Les techniques mises au point à la fois dans les relations avec le social irrigant,
et le milieu écologique ne relèvent pas du simple processus Hydro/Agricole, mais
essentiellement des pratiques, et des interactions entre les différentes structures, du
mode d’emploi, et du suivi de l’eau par les outils de pilotage à l’intérieur des parcelles à
l’exemple :
-
Du calcul du bilan hydrique à la parcelle avec tous les paramètres utiles
pour le fonctionnement de tel ou tel système d’irrigation.
Des différentes réserves en eau : RFU – RU
Des caractéristiques physico/chimiques du sol.
De l’évapotranspiration.
De la contribution de la nappe.
10
Chapitre I
Les différents concepts d’étude
-
Des pertes par drainage.
Des outils pris en compte pour la conduite de l’irrigation à l’exemple des
tensiomètres, de la sonde à neutrons.
De la localisation des sites dans les systèmes d’irrigation dans les
parcelles irriguées suivant le mode d’irrigation.
Quand et comment irriguer.
Les conseils à prendre en considération pour l’estimation des
investissements à l’entreprise de tel ou tel système d’irrigation.
Concept 7 : l’alimentation en eau des plans de culture.
L’inquiétude chez la plupart des exploitants, est celle qui prend souci sur les
insuffisances en eau d’irrigation durant les périodes de pointe. Ce qui a finalisé le
fonctionnement des U.P par un déficit pécuniaire dont les exploitants demeurent à être
subventionnés par l’état, et ce au niveau de l’achat de tel ou tel système d’irrigation,
d’option à « économie positive et durable de l’exploitation ».
Concept 8 : les nappes et les productions agricoles.
Les puits d’une utilisation continuelle, se trouvent dans une situation, où la
nappe phréatique en des périodes de pointe est en basse profondeur. Où les débits à
véhiculer sont difficiles à extraire, et à faire transiter dans les parcelles.
Concept 9: les rendements et l’utilisation rationnelle de l’eau.
Dans la pratique, et d’une façon générale, la courbe de l’évolution des
rendements n’est pas en relation avec les quantités d’eau attribuées à chaque cycle
végétatif de la plante. Ce qui a donné une désorganisation à l’intérieur des unités de
production.
Concept 10: la mise en valeur et la dynamique de l’eau.
La dynamique de l’eau, n’a pas été à tout moment un facteur prépondérant
pour le bon fonctionnement, et la mise en œuvre de la mise en valeur. Des freins
existent à l’intérieur et l’extérieur des unités de production par des agents, dont le rôle
est l’application des décrets de mise en place de la mise en valeur. Ce qui a donné un
effet de rétrogradation du développement durable des écosystèmes.
11
CHAPITRE II
« Monographie des différentes unités agricoles»
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Les différents espaces d’étude
Dans toute recherche à tendance agricole, la meilleure façon de faire est de procéder à
l’étude « par onde » ou espace dans un ordre décroissant. La méthode est dite en « tronc de
cône » où la structuration de l’espace se fait suivant les échelles suivantes :
II.1.La wilaya de GHARDAIA :
La wilaya de GHARDAIA est située au centre de la partie Nord du Sahara. Elle est
issue du découpage administratif du territoire national de 1984.
Elle est limitée :
- Au Nord par la wilaya de Laghouat ;
- Au Nord Est par la wilaya de Djelfa ;
- A l’Est par la wilaya de Ouargla ;
- Au sud par la wilaya de Tamanrasset ;
- Au Sud-Ouest par la wilaya d’Adrar ;
- A l’Ouest par la wilaya d’El Bayadh ;
Elle compte 13 communes réparties sur 3 daïras et couvre une superficie de 86560 km2.
Source (INC)
Fig n°1 : localisation géografique de la région de GHARDAIA
13
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Source (I.N.C)
Fig n°2 : limites administratives de la région de GHARDAIA
14
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.1.1. Densité et peuplement :
La wilaya en question est composée en priorité par une densité en population de 4.78
ha/km . Avec une population de 404015 habitants.
2
Hassi-El-Gara
5%
Hassi-El--F’hel
1%
Bounoura
9%
Sebseb
Ghardaia
28%
1%
Zelfana
3%
El-Atteuf
4%
Mansoura
1%
Population
Guerrara
16
16%
Metlili
11%
Berriane
8%
El-Ménéa
10%
Daya
3%
Source : D.P.A.T
Fig n°3 : peuplement de la wilaya par commune
II.1.2. Les rythmes de la croissance agricole des terres :
La Wilaya de GHARDAIA est dotée de 8.466.012 hectares,
hectares, et se répartit sur
deux types de structures :
- Surface agricole totale : 1.370.911 ha
- Terres improductives non affectées à l’agriculture est de 7.095.101 ha
Superficie par commune
Mansoura Ghardaia
0,36%
5,68%
Ménéa
El-Ménéa
28
28,25%
Hassi-El-Gara
32,72%
Daya
2,64%
Hassi-El-F’hel
8,12%
Bounoura
0,92%
Sebseb
5,16%
Zelfana
2,30%
Metlili
5,92%
Guerrara
El-Atteuf 4,00%
0,85%
Berriane
3,08%
Source : D.P.A.T
Fig n°4 : superficie de la wilaya par commune
15
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.1.3. structures agricoles de la wilaya :
La superficie agricole totale couvre un espace de 1.370.911 hectares avec une surface
agricole utile (S.A.U) de 30.200 ha.
Parallèlement, on rencontre les pacages et parcours d’une superficie égale à
1.330.539 ha, et jointe à celle-ci une superficie de 172 ha considérés comme des terres
improductives, organisées à l’intérieur des exploitations agricoles à l’exemple des bâtiments,
des chemins, et de pistes.
Dans tout l’espace de la wilaya, on recense une superficie de 7.285.089 ha de terres
improductives non affectées à l’agriculture ; s’expliquant par les couvertures des
agglomérations en bâtiments, voies de communications, et les terres non susceptibles d’être
cultivées ou transformées en parcours.
Tableau n° 03 : les répartitions par rubrique les situations agraires de la Wilaya de
GHARDAIA.
Désignation
Terres
utilisées par
L’agriculture
Superficie agricole utile
( S.A.U )
Pacages et parcours
Terres improductives des
exploitations agricoles
S/total terres utilisées par l’agriculture
(S.A.T)
Autres terres Terrains improductifs non
affectés à l’agriculture
Superficie totale de la Wilaya
Superficies (ha)
30.200
1.330.539
172
1.370.911
7.095.101
8.466.012
Source : D.S.A
II.1.4.Les données agricoles à différentes échelles des espaces occupés par
des unités de production phoenicicole.
La wilaya de GHARDAIA, occupe une superficie agricole utile de 30.200 ha. Comme
tous les secteurs OASIENS du Sahara septentrional, on rencontre deux types de systèmes : Le
système traditionnel, caractérisé par une agriculture ancienne dont les plantations sont en
forte densité , mal structurées, et d’un morcellement assez caractérisé, par des unités de
production agricole comprise entre 0,5 ha (forme de jardin) à 2 ha (contribution à la mise en
valeur). La forme de l’agriculture pratique est « l’agriculture dite en Etages » qu’on
rencontre de part et d’autre du transect NORD/SUD.
° Dans un premier site, le palmier dattier avec l’arboriculture implantés dans les
sites à altitude plus au moins haute.
16
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
° Dans un deuxième site, viennent les cultures fourragères, céréalière avec les
légumes exploitées en intercalaire et particulièrement à des niveaux de faibles
d’altitudes.
Les deux systèmes de la mise en valeur : Au contrainte des caractéristiques, définissant
l’ancien système dit « traditionnel », le système dit « nouveau » ou de « mise en valeur » est
défini par l’extension des
anciennes palmeraies et sous une forme améliorée avec une
densité assez régulière. On adopte pour cette forme d’agraire le terme exploitation agricole
bien structurée, avec une taille en superficie allant de 2 à 10 ha. Aussi dans un contexte plus
juridique à la mise en valeur on adopte l’intitulé « mise en valeur peri-oasienne » vu dans un
autre contexte d’appellation « mise en valeur d’entreprise ». Dans cette rubrique de mise en
valeur, il y a une forme de mobilisation en investissement, car elle est basée sur les structures
foncières importantes et d’une dimension, faisant acte de propriété allant jusqu'à 500 ha. Les
cultures pratiquées se décrivent avec une forte proposition en palmier dattier, associé à des
cultures en plein champ avec un système arboricole assez appréciable.
II.1.5. La mise en valeur et la typologie des exploitations agricoles.
La S.A.U. exploitée par l’agriculture à l’intérieur de la Wilaya est d’une valeur de
1.340.539 hectares, y compris les pacages, parcours et les terres improductives recensées à
172 ha.
Réellement, la S.A.U. exploitée ne représente que 0.31 % de la superficie totale de
la wilaya. Le ratio habitant par rapport à la S.A.U est égal à 0.08 avec prise en considération
d’un potentiel de 396.452 habitants.
L’accession à la propriété financière agricole, les assises juridiques ont été
promulguées par la loi n° 83-18 du 13 juillet 1983. Que l’on puisse dire que cette action
juridique agricole a eu une double fonction dans un premier temps, elle a fait évoluer la
surface agricole (S.A.U) et dans un deuxième temps le social ouvrier agricole à subi des
changements locaux professionnels importants. Comme toute action juridique, le premier pas
de la mise en œuvre de cette action, a été biaisé par le manque de technicité chez les ouvriers
exploitants agricoles, et aussi par le manque de l’utilisation d’un matériel agricole adéquat
aux zones sahariennes. Les études de la mise en place des aménagements hydro/agricole n’ont
pas fait l’objet d’études sérieuses, et ce concernant l’utilisation de l’eau en l’adéquation avec
les systèmes d’irrigation adaptables aux conditions climatiques du milieu. Les attributions des
fourchettes ont été définies sur deux faces. Pour l’une, la représentation de 14 % des terres en
superficie de 3560 ha ont fait l’objet de la distribution endogène aux différents périmètres, par
contre pour l’autre face la distribution de 86 % du restant des terres ont fait l’objet de
l’exogène aux périmètres.
17
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.1.6. La représentativité de la typologie des unités de production
phoenicicole :
La typologie des exploitations agricoles dans la Wilaya de GHARDAIA est décrite
dans le tableau ci-dessous :
Tableau n°4 : typologie des exploitations agricoles dans la Wilaya de GHARDAIA
REGION
GHARDAIA
01à02 ha
6285
74%
03à05ha
1321
15.6%
06à10ha
384
04%
11à20ha
213
1.5%
+20ha
413
4.9%
Source : (D.S.A)
On remarque que les deux premiers rangs du tableau décrivent un fort pourcentage du
nombre d’exploitations, et au niveau du système traditionnel. Au contraire du nouveau
système qui occupe de faibles proportions, cela s’explique par le faible nombre de personnes
demandant à s’introduire dans la mise en valeur. Le recensement de l’attribution des terres au
niveau de la concession agricole est décrit dans le tableau ci-dessous :
Tableau n°5 : nombre de périmètres de la concession générale agricole de la wilaya de
GHARDAIA
attribuée
Nombre de
bénéficiaires
installés
Superficie
réellement
mise en valeur
(ha)
5926
1096
4318
Superficie en ha
Désignation
Nombre de
périmètres
totale
Wilaya
48
7152
Source : (D.S.A)
Nous remarquons qu’il y a une dynamique positive, et ce à travers la superficie attribuée
de valeur 5.925 ha et la superficie réellement mise en valeur de potentiel de 4.318 ha. Presque
les deux chiffres se rejoignent entre la superficie attribuée et la superficie réellement mise en
valeur.
Tableau n°6 : Recensement de la situation des périmètres (GGA +CDARS) de la wilaya
Superficie (ha)
nombre de
périmètres
Totale
Attribuée
Nombre de
bénéficiaires
63
8204
6843
1348
Superficie
réellement mise en
valeur
5235
Source : (D.S.A)
Nous remarquons qu’il y a une dynamique positive par l’apport des superficies
attribuées et celles réellement mise en valeur. Les données sont presque les mêmes ou il y a
6843 ha d’attribuer et 5235 ha réellement de réaliser.
18
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
La situation de ces 63 périmètres a fait l’objet d’un certain nombre de programmes, et
ce à l’échelle des 13 Communes généralisant la Wilaya de GHARDAIA.
Tableau n°7 : les différents programmes en période 2010.
Prog APFA
Ha
21173
Prog concession
CDARS
(ha)
GCA (ha)
945
4936
Anc palmeraies (ha)
Totale wilaya
(ha)
3146
30200
Source : (D.S.A)
Le tableau indique bien que l’attribution des terres du point de vue mise en valeur se
trouve au plus de 50 % des terres occupées par le système « ancienne palmeraie ». La mise en
valeur progresse d’une façon remarquable par rapport au régime « ancienne palmeraie ».
II.1.7. La typologie de tout l’ensemble de la wilaya des différentes unités de
production phoenicicole.
Tableau n°8: La typologie des différentes unités de production phoenicicole
Ancienne palmeraie
APFA
Type
concession
d’exploitation 0.5à1 EAI EAI2 0à02ha 3à5ha 6à10ha 11à20ha +20ha
0.5à1 0.5à2
Total
4328
1070
4
4893
862
133
427
400
13635
Source :( D.S.A)
19
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.1.8.Production végétale :
Avec tout espace confondu la production végétale occupe une superficie de 9559 ha.
Dans ces espaces agraires les différentes cultures sont dessinées dans le tableau suivant :
Tableau n°9: production de palmier dattier du wilaya.
Total wilaya
Nombre total de
palmiers
Nombre de palmiers en rapport
Production Qx
1191110
913100
390000
Atlas 2009
Tableau n°10 : production des cultures sous/jacentes du wilaya.
Cultures
Céréales
Cultures
industrielles
Fourrages
Maraîchage
Pomme de terre
Arboriculture
Superficies
réalisées
en ( ha )
1150
Superficies
récoltées
en ( ha )
1150
476
Quantités récoltées
en ( Qx )
Rendements moyens
en (Qx/Ha )
47384
41.20
476
9520
20
1900
2666
130
1900
2666
130
366700
400000
26800
193
150
206.15
3237
3237
117600
36.33
Atlas 2009
Du point de vie analyse, la production agricole est orientée vers le palmier dattier,
principale spéculation dans le cadre du fonctionnement des agro/systèmes pour les cultures
sous/jacentes. La priorité est donnée aux cultures maraichères de superficie exploitée égale à
2666 ha, finalisant un rendement de 150 Qx/ha. Ces spéculations sont d’une importance
capitale pour l’obtention d’un gain lucratif de la part du bilan pécunier annuel, et ce pour
redevance en partie des échanges.
Pour les autres cultures, on dégage un faible intéressement de la part de la population
agricole, car leur optique en partie n’est pas d’introduire un cheptel d’animaux surtout en ce
qui concerne le gros bétail.
20
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.1.9.Hydraulique :
Les potentialités hydriques dans la wilaya ont évolué d’une façon lente. On enregistre
comme volumes et suivant l’ordre des nappes.
Tableau n°11: potentialités hydriques de la wilaya.
Souterraine
Superficielle
Volume (m3)
747700
671575
Source :(A.R.N.H)
Les répartitions d’eau sont ordonnées par un pourcentage de 54% occupés par
l’irrigation.
21
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.La commune de SEBSEB :
II.2.1. Situation géographique :
SEBSEB est située dans la wilaya de GHARDAIA à 60 km du chef lieu. Elle est
limitée au Nord par la commune de METLILI CHAANBA, au Sud par la commune de AIN
BEIDA relevant de la wilaya de OUARGLA, à l’Ouest par la commune de BRIZINA relevant
de la wilaya d’EL BAYADH et enfin à l’Est par la commune de MANSORAH.
Source (I.N.C)
fig n°5
n° : limites administratives de SEBSEB
II.2.2. Origine du nom :
L’origine du nom de SEBSEB tient au fait qu’elle se situe dans une région saharienne
désertique où poussent des arbustes de manière clairsemée, ceci d’une part et d’autre part, à
cause des sources d’eaux naturelles qu’elle renferme jusqu’à
jusqu’à présent. Ces sources coulent de
façon continue à l’image de : la source de Koufafa, Tlilat et de Beni Nakhil. Avant de prendre
ce nom, SEBSEB était anciennement appelée Oued Mesk, en rapport avec l’Oued qui la
traverse. Il s’agit d’un grand cours d’eau entouré d’arbres et de broussailles typiquement
sahariens où vivait grande variété de gazelles et d’où était le produit notoirement connu
appelé Tib El Misk.
fig n°6 : vue générale de SEBSEB
fig n°7 : vue générale de SEBSEB
22
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Vers Blkhanfous
(mise en valeur en cours)
N
1 km
GARA DE
BELFESSIAN
1
32
QUARTIER
ELBASBASSA
2
Vers
Brezina
4
Vers
Metlili
QUARTIER
CHAABES
EL ARGOUBE
GARA DE
SEBSEB
QUARTIER
ADMINISTRATIF
5
APC DE
SEBSEB
Quartier
ELBORDJ
6
Les périmètres
Agricoles :
7 LAHRITE
6 ELBORDJ
Quartier
CHAABES
ELNACER
Quartier
LAHRITE
7
Quartier
ELHADDAR
Limites de l’oasis
5 SLAMA
Cours d’Oued SEBSEB
4 CHAABES
EL ARGOUBE
Routes
3 ELFERD
Agglomérations
2 ZHIRATE
Vers la RN
n°01
Périmètres agricole
Fig n°8 : carte de l’oasis de SEBSEB
23
1 ELDJEDID
Chapitre II
Fig n°9 : image satellitaire de Oued SEBSEB
Monographie des différentes unités agricoles
24
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.3.répartition des terres –occupation des sols – mise en valeur :
La région de SEBSEB fait partie de la grande Oasis du GHARDAIA qui regroupe 13
autres Oasis. Aussi par son climat, elle fait partie du Sahara septentrional caractérisé par une
aridité, et une chaleur excessive surtout durant la période estivale. Autant dire que le déficit
en eau sujet à ce climat a des répercussions trop importantes sur la mise en cultures des
écosystèmes, caractérisés par l’établissement des écoumènes. De cette sècheresse importante,
les exploitants agricoles se sont mis à pied d’œuvre vers la recherche des points d’eau, situés
au niveau des eaux souterraines. Généralement, au vu de l’exploitation des différentes nappes,
la région de SEBSEB s’est organisée sur un emplacement riche en eau, ou il y a naissance
d’une nappe peu profonde provenant des lits d’oued. SEBSEB du point de vue situation
géographique est une zone en forme de langue, c’est à dire décrite entre la rive gauche et la
rive droite formant la vallée de SEBSEB (voire la Fig n°9). Du point de vue géomorphologie
son sol est d’une structure rocheuse fondé sur des escarpements.
Dans notre domaine de recherche, sur les 13 Communes décrivant la Wilaya de
GHARDAIA, la région de SEBSEB est celle prise en considération pour conceptionner le
modèle projeté en fin de notre document. La systémique de notre thème d’étude organisée sur
la région de SEBSEB est définie par les structures hydro/agricoles. L’analyse des
caractéristiques de la commune de SEBSEB est réalisée à partir des différents facteurs qui
interviennent dans la manifestation de la mise en valeur.
II.2.4. la sémiotique de la région d’étude :
L’image de SEBSEB est une Oasis saharienne dont les caractéristiques du couvert
végétal sont décrites par une occupation de sol importante du point de vue phoeniciculture,
et une faiblesse plus ou moins grande en ce qui concerne les cultures légumières,
fourragères et céréalières. Ces différentes cultures du coté potentialité ont véritablement
augmenté, et ce depuis la loi et l’application de la mise en valeur.
Dans un contexte plus général, les données concernant la Wilaya de GHARDAIA, la
Daïra de METLILI et la région de SEBSEB sont d’une manière plus au moins faibles. Car les
données ont été obtenues par des sondages non conformes aux règles statistiques. Les
questionnaires utilisés n’ont pas été façonnés sur les styles de formes directe ou indirecte, ou
l’on peut juger la dynamique des unités de productions phoenicicole.
25
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.5.La systémique générale dans le contexte : climat, sol, eau, plante
II.2.5.1. Le bioclimatique et les facteurs dépendants :
Le bioclimat de SEBSEB et de type saharien dont la sécheresse et la chaleur sont les
premiers phénomènes à prendre en considération dans les études de fonctionnement des
écosystèmes.
Les données informatives qui conditionnent le climat sont enregistrées durant la
période allant de l’année 1998 à 2010. La région est fonctionnelle par l’existence d’une seule
station météorologique qui est celle « de Noumérat » Qui se trouve située à 30 kms vers le
Nord de SEBSEB. La région de SEBSEB est sujette à deux saisons avec tout au moins les
périodes éphémères transitoires La période où les températures se trouvent basses « période
hivernale et s’étalant sur un tempestif de trois mois – Décembre – janvier – février - secondé
par une température minimale de 0°c avec un seuil ne dépassant pas 4°c.
Le cycle bioclimatique de la région enregistre une moyenne en température de 11.91°C.
•
LA TEMPERATURE « d’échelle haute » ou de période chaude dite de longue
échéance d’une durée s’étalant du mois de Mai à Septembre.
La moyenne enregistrée en cette période est d’un potentiel de 41,07°C ,cette
température fluctue d’une année à une autre. Les amplitudes de température entre le jour et la
nuit sont caractérisées par des écarts plus au moins grands. (Tab n°12)
45
40
température en °c
35
30
25
20
Température en °C Moy. Max.
15
Température en °C Moy. Min.
10
5
0
Source : O.N.M (2010).
Fig n°10: Température Max et Min de la région.
26
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
•
LES PRECIPITATIONS
L’analyse de la nature du climat est réalisée à travers l’étude du régime annuel et
mensuel des précipitations. Les formes pluviales sont des pluies se présentant sous des pluies
rares et irrégulières dont la valeur moyenne est située à 41,8mm en 2010 (Tab n°13). A
travers cette donnée existent des variations interannuelles à l’exemple des données 2004 ou
l’on a enregistré une intensité de 170 mm au contraire de l’année 2001 ou l’intensité a été
d’un faible potentiel égal à 49 mm.
Dans la région de SEBSEB, il est à remarquer qu’il n’existe véritablement pas de
pluies saisonnières. Car les pluies interviennent à n’importe quel moment et surtout sous
forme d’orage, ou bien sous forme de crachin d’une durée de un à deux jours.
Pluviométrie en mm
12
9,8
10
8
8,9
7,5
7,3
6
4,6
4
2
2,2
1,4
0,1
0
0
Pluviométrie en mm
0
0
0
Source : O.N.M (2010).
Fig n° 11: pluviométrie en mm de la région.
•
L’EVAPORATION
Ce potentiel est inversement proportionnel au gradient de l’humidité relative.
La plus haute valeur dans la région est enregistrée au mois de juillet avec une moyenne
mensuelle de 221,58 mm, tandis que la plus faible valeur est légitimée à la période hivernale
d’une valeur 116 mm entre l’intervalle compris entre décembre et janvier.
Le total annuel moyen est situé à 2658.96 mm (Tab n° 14), ce qui est énorme. Ce qui
conforme une nette tendance à l’aridité. La quantité ainsi inscrite peut atteindre 3 mètres, ce
qui indique que cette valeur est non en affinité avec les intensités de pluie qui deviennent
négligeables. Finalement, c’est un climat désertique, car les résultats donnés par l’évaporation
l’emportent sur les précipitations.
27
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Évaporation (en mm)
400
350
300
250
200
150
100
50
0
374
346 350
263
185
116
218
213
191
147
126 130
Évaporation (en mm)
Source : O.N.M (2010).
Fig n°12 : évaporation en mm de la région
•
LES VENTS
Les vents dominants ont une direction Nord-Ouest. Dans la région les vents
sont d’une vitesse très importante, avec une intensité maximale pouvant atteindre les 36 m/S
(source O.N.M). La période printanière est la plus perturbée. (Tab n° 15)
intensité des Vents ( M/S )
4,5
4
3,5
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
4,1
3,5
3
2,9
3,7
3,1
2,9
2,3
3
3,2
2,8
2,4
Vents forts ( M/S )
Source : O.N.M (2010).
Fig n°13 : intensité des vents de la région
•
L’INSOLATION :
La durée d’insolation dans la zone est de 07 heures par jour, durant toutes les
saisons. Par contre la durée d’éclairement solaire est plus importante au niveau de la période
estivale qui est égale à 12 heures d’ensoleillement par jour.
28
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
•
CONCLUSION SUR LA NOTION CLIMATIQUE DE LA REGION.
Dans l’étude climatique de la région les sous paramètres qui nous ont intéressés sont la
température-les précipitations et l’évaporation. Ce sont les paramètres essentiels auxquels la
mise en valeur des terres est liée, et ce dans le but d’éviter la désertification. Entre autre, la
faiblesse des précipitations de cette zone saharienne, indique que finalement les doses
d’irrigation sont importantes durant les grandes chaleurs. Où il y a une très forte évaporation
et de grands écarts de température. Plusieurs études agronomiques suggèrent que la zone
d’étude est dotée d’un climat hyper aride et présente une sémiotique xérique. En plus, il y a
une continuité pluviale thermique. Ce qui attrait à une accentuation de l’aridité, et à une
évaporation des doses de pluie tombées très courtes. L’hiver avec une fraicheur plus au moins
grande, indique qu’il s’agit d’un climat saharien à hiver tempéré.
Dans notre étude de recherche, sur la zone de SEBSEB, les données climatiques restent
insuffisantes, et ce en ce qui concerne la mise en valeur à l’exemple de système d’irrigation,
de drainage et de la mise en place des cultures à l’intérieur des unités de production
phoenicicole.
Finalement, le climat géré par les unités de production phoenicicole, présente des
conditions particulières dans le fonctionnement des écosystèmes oasiens. Toutes les
composantes de la mise en valeur en sont intimement liées afin de donner un sens systémique
agraire des écosystèmes décrivant la zone d’étude SEBSEB.
II.2.5.2.Les représentativités de la systémique géomorphologique
La géomorphologique de la région est structurée en trois parties différentes. La
figuration géomorphologique est décrit d’un facies composé et disposé en bonnes adjacents
de direction Ouest/Est. Le plus à remarquer réside dans les différentes parties composants la
zone d’étude, où l’on peut les résumer à travers les espaces occupés par la sebkha occupant la
partie centrale du territoire. Parallèlement dans la partie Est, on y rencontre une hamada tandis
qu’à l’Ouest une haute plaine est a son issu. (anonyme 1960).
II.2.5.2.1. « plaine »
La géomorphologie de la zone de SEBSEB dite « zone de Sahara septentrionale » est
décrite par un ensemble de dayas formant une zone steppique où le climat se trouve cerné
entre celui du Sahara et celui du versant méridional de l’atlas. La superficie qui couvre cette
partie appelée encore « LA PLAINE DE L’OUEST » est de 2400 km2. Elle est parcourue par
des vallées composant les oueds Zergoune et Mehaiguen. Certains géomorphologues, la
décrivent comme une cuvette du fait que les eaux des monts Ksours du djebel Amour sont
récupérées par leur rencontre (Bebatia,1962).
29
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.5.2.2 LA CHEBKA
La zone en question couvre environ 1440 km2 représentant le ¼ de la superficie
communale « la falaise du plateau d’Oum el Hassiane » constitue sa unité en se terminant par
la route nationale n° 01 à l’Est suivant le Méridien qui la matérialise.La Chebka présente un
relief très modelé par des ramifications abruptes façonnées par des oueds (Brulé 2004).Le
nom de « GAADA » est donnée au plateau rocheux qui surplombe les vallées joint à celui-ci
d’autres formes morphologiques décrivant les différents massifs à l’exemple :
*-LA GARA est décrite comme un monacale peu élevé dont son sommet est d’une
forme plate et de peu de dimension. La GARA, son sommet est d’une structure composée de
roches et d’argile (marnes)
*-LE DJEBEL, d’une morphologie différente est constitué de roches de dimensions
en hauteur et en volume très importants.
Le groupement d’un ensemble de djebels forme ce qu’on appelle « le
MAHSSAR ».
II.2.5.2.3 Hamada :
Pour en terminer avec le contexte géomorphologique, la Hamada est une autre
structure composant la zone de SEBSEB, couvrant la partie « Est » du territoire. Sa
description est fonctionnelle par un vaste terrain en formes d’ondulation, d’un caractère doux
« et ample », avec une légère pente formée à l’Est de la zone d’étude, et ou se caractérisent
toutes les vallées rassemblées dans la dite SEBKHA et sans ramifications. La HAMADA se
trouve composée d’une superficie de 1800 km2 soit environ 32 % de l’espace géographique
de SEBSEB.
30
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Source : Atlas 2004.
Fig n°14 : Milieu physique de la région d’étude
31
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.5.3.Systémique géologique
Dans le cadre géologique, la zone de SEBSEB est située du point de vue formation
au quaternaire continental. Les lits d’oueds avec les dépressions et les dunes constituent sa
description.
La plus ancienne formation géologique, et celle du plateau constitué de roches
appartenant au secondaire. Dont sa représentation est le crétacé moyen ou bien « le
TURONIEN ». Cette dernière forme géologique est le crétacé supérieur ou dit marin le
SENONIEN (Brulé 2004).
A l’Est et à l’Ouest de la Hamada on rencontre les poudingues de constituant
calcaires lacustres situés dans l’être du pliogène continental (Brulé 2004).
II.2.5.4.Systémique pédologique
Dans la zone de SEBSEB, le cadre pédologique est formé de rochers calcaires ou de
formes dolomitiques, et dont le sous sol est en quantité très riches en formation de marne.
Les Hamadas de nature constituées de pierres forment de vastes étendues. Les bas fonds sont
formés de Daya et de lits d’oueds d’une dimension assez large.
Les horizons rencontrés sont décrits sous trois types :
- Au niveau de l’oued et dans son axe, le sol est constitué de sable grossier et dont
les éléments fins sont lessivés par le ruissellement des crues
- Au niveau du « coté Sud » le sol est couvet de sable fin sous forme de nappe
massée par l’érosion éolienne. L’arène variant entre 10 cm à 1 m. Le sable se trouve dans un
état vif dont la mesure où le sol est diminué d’humidité. Et d’un autre caractère, le sol par sa
couleur jaunâtre indique qu’il ya présence de gypse.
- Dans la rive Nord, le sol se trouve dans un mélange compact de terre fine et de
cailloux et c’est ce qu’on appelle REG.
En général, le sol présente une surface plane, sauf les zones de ruissellement, et
auprès de certains obstacles favorisant l’accumulation de sable à l’exemple des clôtures - les
touffes de végétation spontanée, les pistes et les constructions. Le profil pédologique présente
à son horizon inférieur une texture fine dite « TKOURI » avec un mélange de sable et
d’éléments fins. Parallèlement le profil est constitué de minces couches angilo-limoneuses.
L’argile se trouve en grande quantité dans les dépressions et les sites d’épandages de crue et
d’une épaisseur variant entre 30 cm et 1 m avec une couche très dure. Sur l’axe de la vallée,
l’épaisseur de l’horizon est d’environ 7 m où il y a apparition de la roche mère peu altérée à sa
surface.
32
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.5.5.Systémique hydrique
La gérance de l’eau avec le quantificatif en volume m3 sont résumés par les débits
compris entre 30 l/s et 60 l/s, et un surfaçage en superficie s’échelonnant sur des fourchettes
comprises entre 30 et 180 ha. L’origine des sources est faite sur l’image des puits traditionnels
que les exploitants utilisent durant tous les cycles végétatifs des cultures. Le problème est
soulevé par les exploitants, et ce essentiellement dans l’organisation des irrigations liée au
fonctionnement des puits, qui se fait difficilement, ce qui attrait à l’obtention des faibles
rendements.
II.2.6.La systémique des productions agricoles
Dans l’étude des espaces implantés par les différentes spéculations agricoles, nous
remarquons qu’il y a plusieurs systèmes de production. La production agricole est sujette à
deux facettes. L’une où une partie est destinée à l’autoconsommation pour les habitants, et
l’autre partie à une finalité de vente dans les centres commerciaux urbains. Les systèmes de
production sont différents d’un périmètre à un autre, et d’une unité de production
phocnicicole à une autre.
De façon à avoir une idée sur le fonctionnement des écosystèmes présents dans la
région, nous avons cerné notre recherche par l’approche systémique où nous avons pris
comme démarche fonctionnelle la monographie par iconique descriptive. Pour ainsi, les
principales productions rencontrées sont présentées par des tableaux décrits ci-dessous.
Les données qu’on a pu récolter par le biais des services agricoles de l’unité
administrative agricole de SEBSEB sont les suivantes ce pour l’année (2010-2011)
II.2.6.1. « phoeniciculture »
Dans nos enquêtes au niveau de la D.S.A et des sub/structures à cette dernière, nous
avons dans un premier lieu pris en considération la spéculation figurée par :
*- la phoeniciculture :
Tableau n° 16 : la production de palmier dattier de SEBSEB
Type de palmier
Nouvelles plantations
Nombre total
Nombre productif
Daglet noor
El gars
Azarza
Tfzuin
Adala
Timjohrt
Total
2000
1050
150
40
70
100
3410
29000
11100
29150
1540
570
2100
73460
22000
8200
27000
1300
500
1200
60200
Source : daïra de metlili
33
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
Le potentiel en pieds de palmier dattier recensé en la période s’étalant de 2010 à 2011
est de 73460 pieds. Dans la région nous pouvons suggérer que les systèmes de production
sont dans la déterminante ligne de conduite appelée « système de production en intensif ».
Cette intensification s’explique par le fait que les agriculteurs composant les unités de
production phoenicicole appliquent une forme géométrique entre palmiers d’intervalle de 10
m. Ce qui a donné par calcul un nombre de égal a 100 palmiers /ha. A lors que dans
l’ensemble de la région du point de vue nombre, nous pouvons supposer qu’il y a une
prédominance de certaines cultures « appelles cultures sous-jacentes ».
II.2.6.2. Arboriculture :
L’arboriculture secteur de second ordre par rapport à la phoeniciculture est d’une
structure composée de deux formes. La première en potentiel d’un nombre de 51000 Arbres
« dits arbres en phase de production ». Et la deuxième forme « dits arbres en
renouvellement » dont le nombre d’arbres est actuellement inconnu, par faute de visite de
responsables au niveau des vergers.
L’interaction phoeniciculture/arboriculture est régie par la dominance « deglet nour »
et certaines variétés arboricoles où l’on trouve principalement les agrumes composés de
pommier et de la vigne avec un effectif réduit en poirier, grenadier et olivier.
Dans le système traditionnel dominé par l’irrigation par submersion les espaces entre
palmiers sont plantés en figuier, arboricoles.
La production annuelle en nombre de quintaux est évaluée à 3397000 Qx.
Tableau n° 17: les productions arboricoles (année 2010/2011).
Type
Orange
Mandarine
Citrons
Raisin
Pomme
Abricot
Grenade
Figue
poire
Pêche
Nèfle
Total
Nombre
d’arbres
10000
5000
6000
3000
10000
6000
4000
1700
1000
300
4000
51000
Production (kg)
Rendement (kg)
700000
400000
480000
90000
600000
360000
320000
119000
70000
18000
240000
3397000
70
80
80
30
60
60
80
70
60
60
60
/
Source : Daïra de metlili
34
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.6.3. Les cultures maraichères :
Les cultures maraichères pratiquées dans la région sont d’une grande importance dans
l’optique des agriculteurs. D’une façon générale, ces cultures pratiquées en plein champ ou en
systèmes sous-serres ont un double objectif. Le premier est d’occuper une main d’œuvre
importante par le grand nombre de travaux effectués durant les cycles végétatifs des plantes.
Par contre, le deuxième est d’ordre lucratif à finalité d’obtention d’une plus value importante,
et de souci principal vis à vis de l’exploitant agricole.
Les superficies occupées par ces cultures sont de 164 hectares. La production annuelle
en quintaux est de 31150 Qx en légumes. Essentiellement composes, en cucurbitacées et en
solanacées, et autres (le potiron- le melon- la courge- la carotte, l’oignon etc.….).
Actuellement la pomme de terre est introduite sur des petites superficies de fourchette
comprise entre 0,7 ha et 1 ha avec comme système d’irrigation « le pivot ». Le rendement
moyen est de 250 Qx/ha. Ce qui est logique en comparaison avec les normes théoriques, et
qui sont de 250 Qx/ha.
Tableau n° 18 : production des cultures maraichères de SEBSEB.
Type
Carotte
Navet
Oignon
Ail
Fève
Petit pois
Epinard
Total
Superficie (ha)
70
15
35
05
25
04
02
164
Production (Qx)
14000
3000
7000
250
5000
800
300
31150
Rendement (Qx/ha)
200
200
200
50
200
200
150
Source : Daïra de metlili
II.2.6.4. Les cultures fourragères :
Malgré que cette culture est primordiale dans la systémique des exploitations
agricoles, surtout dans le sens où elle est utilisée pour l’alimentation des animaux (chèvres,
moutons, chameaux etc….). Elle est faiblement représentée. Les principales cultures végétées
sont l’orge, la luzerne.
Tableau n° 19 : production des cultures fourragères.
Cultures
L’orge verte
Luzerne
Totale
Superficie (ha)
350
03
353
35
Production (Qx)
175000
1500
176500
Source : Daïra de metlili
Chapitre II
Monographie des différentes unités agricoles
II.2.6.5. L’arachide :
Cette spéculation fait partie de la culture ancienne de la population de SEBSEB. La
population agricole dans sa presque totalité pratique cette culture, et se trouve au déliant des
autres gammes de cultures.
Les superficies exploitées par les arachides s’avèrent de plus en plus en progression. A
titre d’exemple pour l’année 2010 à 2011 les valeurs sont 350 ha. La production moyenne en
quintaux est de 7000qx, avec une qualité du produit très appréciée par le public.
L’arachide doit être prise en considération dans les différents plans de culture des
exploitations agricoles. L’alimentation des superficies vis-à-vis de cette spéculation a pour
raison d’être, dont la mesure où il y a deux facies qui doivent préoccuper les exploitants à
savoir :
La mise à penser urgente de l’arachide à tendance industrielle où l’on finalise le produit
pour l’obtention de l’huile. Ce qui demande la création d’usine avec bien la création d’emploi.
Parallèlement à cette arachide d’huilerie, il faut mener de pair celle de l’arachide de
bouche qui occupe un faible pourcentage en superficie. Cela s’explique par la catégorie
d’arachide à faible teneur en huile. Elle est actuellement utilisée pour les confiseries.
Tableau n° 20 : production d’arachide.
Arachide
Superficie (ha)
350
Production (Qx)
7000
Source : Daïra de metlili
II.2.7.la production animale :
La production animale n’est pas pratiquée d’une façon intense. Les principaux élevages
sont : l’élevage caprin et ovin.
Ce cheptel est très bion adapté dans l’environnement de SEBSEB, et se trouve décrit par
un nombre avec toute espèce confondue de 368865 tètes.
L’élevage occupant la troisième place est celui de poulet de chair avec un potentiel en
unités égal à 3000 unités. Ce qui nous laisse dire que les exploitants s’intéressent de peu à
cette spéculation exigeante en orientation riche en calories et d’un entretien permanent vis-àvis des bandes organisant les poulets à l’intérieur des bâtiments.
36
CHAPITRE III
« Les différentes options de la mise en œuvre
de la problématique »
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
III.1. Approches méthodologiques
- échantillonnage des unités de production phoenicicole
- la méthode de la collecte des données
La recherche auprès des acteurs politico/économiques et responsables des unités de
production phoénicicole implique une gamme de choix méthodologique.
*- Les modalités de notre recherche :
Procédure de la mise en œuvre des échantillonnages, la méthode de mise en relief
des données et protocole expérimental sont présentés, et expliqués à travers la région de
SEBSEB prise à part entière dans la wilaya de GHARDAIA.
*- Les différents points d’étude de la mise en relief de la problématique et les
différentes approches :
*- Les approches métrologiques et les communications avec les différents responsables
agricoles.
Dans notre étude de recherche nous avons procédé dans un premier temps, à mettre en
évidence les principaux scénarios que soulèvent les unités de production phoénicicole, et les
difficultés d’adaptation économique auxquelles sont soumises ces dernières.
Trois problèmes importants sont à résoudre :
•
•
•
La procédure de la collecte des données la mieux adaptée au thème de
recherche et à la population agricole étudiée.
Les degrés de mesure qu’il convient de sélectionner pour restituer au mieux les
attitudes et intentions des agriculteurs.
Les acteurs économiques, et les exploitants qui paraissent les plus qualifiés pour
fournir l’information requise pour la validation des hypothèses de recherche, et
auprès desquelles il faudra les solliciter.
*- Les scenarios déterminants la problématique lies aux attitudes de la population
étudiée
La problématique que l’on a engagée dans notre thème de recherche, et dont il s’agit
de la dynamique de l’eau, a pour finalité de suggérer sa mise en forme par des hypothèses
servant à la faire vérifier. Ce qui a donne, à notre recherche un plan qui résume tous les
problèmes sous un seul tenant, et ce par un ensemble de scenarios, qui se font par la
structuration d’un nombre important de points et qui sont :
38
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Lors d’un inventaire des problèmes définis à travers les scénarios par les discours entre
les agriculteurs gérant les unités de production agricole, nous avons considéré notre travail
sur le terrain sous deux aspects de compréhension et de l’expression par :
•
•
La capacité des agriculteurs à assimiler, ce qui est leur dit d’une part.
L’aptitude des agriculteurs à restituer l’information, qu’ils souhaitent nous
transmettre d’autre part.
Les agriculteurs sont orientés vers les questions relatives à l’utilisation, et à la gestion
de ses ressources et de l’espace (auricoste1985).
Chercher à connaitre les façons dont les décisions sont prises, les questions entre
contraintes différentes, et leurs répercussions agronomiques, suppose un bon contact avec les
agriculteurs.
*- Le choix des personnes incluses dans l’étude
Le souci de recueillir les informations les plus fiables possibles, conduit à s’interroger
sur l’identité des responsables agricoles dans notre échantillon. Les exploitants peuvent être
soumis à des questionnaires, où l’on peut mesurer leur influence directe sur tel ou tel système
d’irrigation, et en conclure quel est l’impact de la dynamique de l’eau sur le système de
production agricole. Mais l’exploitant se trouve dans une situation marginale, il nous a paru
intéressant d’interroger directement les acteurs politico/économiques.
Cependant, il nous parait plus opportun d’interroger directement les hauts responsables
agraires. D’une part, ces derniers connaissent toutes les opinions et attitudes, voire de tous les
exploitants. D’autre part, pour notre étude de recherche, les données recueillies sont à priori
disparates. L’idéal nous semble en particulier de réaliser une étude qui lie les acteurs
politico/économique et les différents exploitants agricoles.
Les déclarations des exploitants, quant à leur réponse peuvent être en partie au
moins, vérifiées par les hauts responsables agraires. Les hypothèses émises dans ce travail
nécessitent une mesure des écarts entre les divergences des déclarations des exploitants et
celles des hauts responsables agraires.
Nous avons noté que les divergences des réponses à nos questions données par les
différents responsables de la mise en valeur étaient trop nombreuses, et parallèlement celles
données par l’ensemble des exploitants étaient d’une façon générale convergente.
Entre exploitants, le paramètre qui est toujours mis en exergue, est celui de la
demande excessive des subventions budgétaires de la part de l’état qui s’expliquent par la
cherté des produits agricoles, et le matériel dont ils n’arrivent pas à provenir à son achat
(l’exemple de la moto pompe).
39
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
III.2. Le Choix de la région, des périmètres, et des U.P
L’objectif essentiel de notre travail expose, les résultats d’une enquête menée en
période 2011/2012, et dont la finalité était de décrire les systèmes de production pratiqués,
maintenant que l’irrigation est organisée par différents systèmes
Les régions organisant la wilaya de GHARDAIA sont au nombre de 13. Notre zone test
est celle de SEBSEB d’une superficie de 115.083 ha. Et, est située à 40 km au Nord Ouest de
GHARDAIA .
D’une part, le choix de cette région a été beaucoup plus axé sur les disponibilités en
ressources : hydrique-sol-agriculture. Que les pouvoirs étatiques se mêlent en convoitise pour
une meilleure mise en valeur, dont le but est essentiellement pour la mise en place des
aménagements à tendance durable.
Et d’autre part, au centre de la région des basses plaines jalonnent l’oued. La région est
soumise à une moyenne pression humaine (10 habitants/km2 environ), Irrégulièrement
repartie. Les plus importants secteurs d’occupation se trouvent à proximité du lit d’oued
où il a possibilité de creuser des puits et des forages d’eau. L’eau est emmagasinée dans la
nappe phréatique et au niveau de la nappe miopliocène, où les aménagements de petite
hydraulique agricole sont possibles.
Entre autre, dans cette région, et dans l’état actuel des connaissances agronomiques,
et en présence des nappes précitées ci-haut permettant l’irrigation, et l’utilisation à outrance
de la biodiversité végétale (culture maraichère, culture céréalière, culture fourragère) et dont
la culture principale est le palmier dattier, resteront encore longtemps les principales
activités agricoles.
Finalement, cette zone de grande superficie est destinée à mieux permettre de
localiser les productions, à en fixer les proportions de surface, et les niveaux d’intensité
d’exploitation. Ce choix pris en considération, est souligné par la facilité de :
- Déterminer les ressources du milieu dans leur état actuel, compte tenu de la variabilité du
sol, de l’eau et des cultures.
- D’étudier les possibilités d’extension à partir de cet état.
- D’élaborer un modèle généralisable dans l’espace, en fonction des scenarios d’utilisation de
l’espace agricole.
-De localiser sur des cartes les aménagements correspondants.
40
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Cette zone permet de procéder à l’équilibre des autres zones du point de vue
économie. Celles-ci, basées sur la complémentarité entre les différentes exploitations du point
de vue rente rapportée par la culture du dattier, et les cultures sous jacentes. Le lucratif
rapporté par ces dernières est aujourd’hui remis en cause, au niveau des autres zones, et ce en
raison d’un manque d’organisation entre les différentes stratégies des exploitants. Sans
oublier, qu’actuellement notre zone test, est capable de rationaliser les solutions entre
stratégie et stratégie par le fait, que tous les moyens technico /économiques existent.
C’est à partir de cette zone considérée comme la plus représentative, en raison de son
milieu physique varié, de ses potentialités biotique et abiotique, des bouleversements
survenus depuis 20 ans dans l’utilisation de l’espace hydro agricole par les différents
exploitants, et de sa grande sensibilité aux phénomènes de dégradation et de désertisation, que
nous nous proposons d’illustrer la méthode diagnostic/ écologique aboutissant à la
concrétisation de la typologie des exploitations. Et finalement de ce, proposer une esquisse de
modélisation en dernière partie de notre étude de recherche.
III.3.méthode systémique/globaliste des unités de production
Les recherches concernant le fonctionnement des périmètres et les unités de
production phoenicicole de la région de SEBSEB à différents niveaux nous incitent, à utiliser
un diagnostic et des enquêtes.
Le travail a été réalisé en collaboration avec les responsables administratifs tels que ceux
travaillant à la D.S.A, avec les responsables des périmètres, et les exploitants agricoles de la
région de SEBSEB en question. Il est comparé avec les différents écosystèmes rencontrés par
le biais de nos enquêtes. Les comparaisons portent sur un certain nombre de structures:
-
Structure dimension agraire : superficie
Structure sociale : exploitant-ouvriers agricole.
Structure production agricole : cultures, surfaçage.
Structure hydrodynamique : débit, perméabilité, dose.
Structure relief : topographie.
Structure sol : pédologie, géologie.
Structure sociale : âge-profession-origine
Il présente les résultats de l’enquête effectuée depuis novembre 2011 à mai 2012 dont
l’objectif est de décrire les systèmes de production agricole dans la zone test.
La méthode employée est celle décrite par CAPILLON et MANICHON utilisant une
approche globaliste au niveau de l’exploitation intégrée dans l’écosystème oasien.
41
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
L’agriculture de cette région a subi depuis 20 ans les transformations importantes :
- Les reformes foncières, dotées par l’APFA de la mise en valeur, ont organisé le
partage des grands domaines fonciers et installés une agriculture de rente et familiale.
-La surface moyenne des lots d’attribution a été de quelques hectares (2 ha en
moyenne, fourchette attribuée par les acteurs politico/économiques dans le cadre de l’APFA).
-La surface agricole occupée par le palmier-dattier, et les cultures maraichères ont
progressé, mais timidement. Dans la période 2008 à 2011 le système de production dominant,
associait le palmier dattier, l’arboriculture en moyenne quantité, et surtout les cultures
maraichères destinées à l’autoconsommation et mêlées à la vente au marché.
Ces dernières années proclamant la fin de la mise en valeur, plusieurs types de
systèmes d’irrigation ont été mis en place. Il en a résulté un accroissement important des
surfaces en cultures maraichères en irrigué. Auparavant les cultures étaient irriguées par le
système par planche ou seguia. Les produits agricoles, que se soit dattiers ou maraichers, sont
vendus sur le marché local à prix moyennement élevé et irrégulier et ayant tendance à
décroitre avec la saturation progressive du marché.
En affinité avec les prévisions, l’irrigation est utilisée sur le palmier dattier et les
cultures sous serres, avec tout au moins un faible pourcentage en plein champ. Il est à
remarquer que les rendements des cultures n’ont pas progressé, et demeurent de plus en plus
constants.
L’objectif essentiel de notre travail expose les résultats d’une enquête menée en
période 2011/2012 et dont la finalité était de décrire les systèmes de production pratiqués
maintenant que l’irrigation est organisée par différents systèmes.
III.4.la caractérisation des systèmes écologiques
La région de SEBSEB est composée de 15 périmètres. Le nombre de périmètres pris
en considération pour notre étude est égal à 5. Et de superficies comprises entre 185 ha et 571
ha. Ce nombre a été déterminé par la norme statistique égale à 1/10. La randomisation est de
notre première pratique. Effectivement, le nombre de périmètre égal à 15 dont leur situation
se trouve non loin du centre de la zone test, et par rapport aux périmètres restants se situant à
longue distance dont nous n’avons pas pu les visiter par manque de moyens, dans ces
conditions nous avons pris initiative d’augmenter le potentiel de périmètre égal à 5.
42
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Les cinq différents périmètres :
1/Périmètre ZEHIRAT : Le périmètre en question occupe une superficie de231ha. Il
est situé au nord/ouest de la région de SEBSEB.
2/ périmètre EL FERD : Le périmètre de FERD est situé à 05 km au sud ouest de la
zone de SEBSEB. Ce périmètre couvre une superficie de 250.50 ha.
3/Périmètre CHAAB ARKOUB : Le périmètre se situe au centre de la zone de
SEBSEB, avec une superficie égal à 571.70 ha
4/Périmètre ET DJEDID: La situation du périmètre se trouve à 08 Km par rapport à
la zone de SEBSEB, et d’une superficie de 549 ha.
5/Périmètre de ELHARITTE: Le périmètre de ELHARITTE est situé au nord
West de SEBSEB, avec une superficie égal à 185 ha.
Les dix exploitations : les caractéristiques de fonctionnement
1. Exploitation N°01 : « BEN SAHA Atala » « Périmètre de LAHRITE »
2. Exploitation N°02 : « OULED EL HADAR Ahmed » « Périmètre de LAHRITE »
3.Exploitation N°3 : « DJKAOUA Le Faleh » « périmètre de ZEHIRAT»
4.Exploitation N°4 : « BOUAMER Brahim » « périmètre de ZEHIRAT »
5.Exploitation N°5 : « BOUAMER Abd Rahmane » « périmètre EL FERD »
6.Exploitation N°6 « BOUAMER Belkacem » « périmètre EL FERD »
7.Exploitation N°7 : « LAOUAR Ahmed » « Périmètre de CHAAB LARKOUB »
8.Exploitation N°8 : « DJKAOUA Fodil » « Périmètre de CHAAB LARKOUB »
9.Exploitation N°9 : « Ben SANIA Mbarek » « périmètre ELDJDID »
10.Exploitation N°10 « TOILBE Chikhe » « périmètre ELDJDID »
43
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
III.5. Nomenclature des scenarios
La dynamique de l’eau dans la région de SEBSEB, a des retombées certaines, et
particulièrement dans les écosystèmes de la mise en valeur.
Scenario n° 1: les plans de culture et l’alimentation en eau.
Les unités de productions phoénicicole sont d’autant plus touchées par l’alimentation
en eau des plans de cultures, qui prend une allure inquiétante. Aussi, depuis la création de la
mise en valeur dont les zones de la région d’étude, la production agro/pheonicicole a pris de
plus en plus de l’importance.
Scenario n° 2: la mise en valeur et les produits agricoles.
Depuis 1980, date de la première application de la mise en valeur, un certain nombre
d’efforts sont consentis pour y remédier à la rareté de certains produits agricoles. L’eau étant
un facteur limitant, vis-à-vis des unités de production agricole de la région, qui sont très
sensibles aux conditions climatiques. La résorption du déficit en produis agricoles surtout
destinés à l’autoconsommation, est partie intégrante de l’utilisation rationnelle des
disponibilités en eau acquises par les différentes nappes.
Scenario n° 3: le forage des puits, et les systèmes d’irrigation.
Les forages des puits permettent l’utilisation de l’eau, qui s’étend sur des périodes
assez longues, et demandent d’énormes capitaux, ne permettant pas d’aboutir à une solution
dans l’immédiat. La seule solution en vue est l’utilisation, et la mise en œuvre des systèmes
d’irrigation adéquats à une bonne économie d’eau.
Scenario n° 4 : les objectifs des plans de cultures et l’irrigation.
Les objectifs tracés au niveau des différents plans de la mise en valeur, un grand
nombre de points est consacré à l’irrigation, et ce au niveau de l’alimentation en eau de la
culture du palmier dattier, et des cultures sous/jacentes.
Scenario n° 5: le blocage de la dynamique par l’apport financier.
Paradoxalement, le rendement de cet ensemble de cultures, ne suit pas du tout le
volume financier consacré aux programmes d’utilisation de l’eau, dont le prix du mètre cube
d’eau par hectare est quasiment élevé. De ce, nous sommes dans l’obligation, de nous poser
un certains nombre de questions pour arriver à comprendre, ne serait ce que dans un cadre
minimum où se situe ce blocage. Il nous semble que les causes de ces insuffisances sont
multiples, et notre optique serait de tenter d’apporter des réponses à celles-ci.
44
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Scenario n° 6: l’échec de la mise en valeur.
Dans le cas, où il ya échec de la mise en valeur, cela peut être expliqué par la
mauvaise application de ses décrets de la part des acteurs politico/économiques, et agraires ou
simplement par l’irrationalité des relations entre les différentes structures mettant en exergue
la dynamique de l’eau. Dans la région de SEBSEB, les structures de la dynamique des
différentes unités de production, n’ont pas permis d’atteindre les différents objectifs fixés par
les axes de développement en matière de développement agricole durable.
Scenario n° 7: les systèmes d’irrigation et les unités de production agricole.
La conception des systèmes d’irrigation (est une opération qui consiste à étudier touts
les unités de production agricole dans toutes ses grandes structures) devant avoir pour
première idée, une augmentation des rendements pour un prix de revient du mètre cube d’eau
par hectare très faible. Par conséquent, dans les unités de production agricole situées dans la
région d’étude, la conception et la mise en place des différents systèmes d’irrigation ont
provoqué des effets pervers, en favorisant un gaspillage d’eau du fait de l’inadaptabilité du
matériel d’alimentation en eau des cultures
Scenario n° 8: les questions pour une bonne rationalisation de la dynamique de l’eau.
Pour l’étude sur la dynamique de l’eau, on se pose les questions suivantes : la culture
du palmier dattier et des cultures sous/jacentes, telles qu’elles sont instituées, permettent-elles
un élargissement des structures du point de vue rationalisation des systèmes d’irrigation?
Autrement dit, le prix du mètre cube d’eau a production permet-il de subvenir au prix de
revient de la mise en place d’une culture ? Ne serait ce que dans des conditions moyennes
d’emploi et d’utilisation des différents systèmes d’irrigation.
En effet, le taux élevé de l’emploi du système traditionnel « dit par submersion », un
système qui date depuis plusieurs décennies, n’est pas à l’heure actuelle l’image des réalités
agricoles des écosystèmes oasiens. Ce système existe en grande partie dans la plupart des
unités de production. C’est qu’il ne s’améliore pas du point de vue structure. A l’exemple des
paramètres dimensionnels : Longueur, section des seguias qui sont dépendants du module
d’eau à faire véhiculer, qui est lui-même fonction de la superficie à irriguer. Ce qui se passe
réellement chez les agriculteurs, c’est sans doute la méfiance vis-à-vis d’un processus
technique, qu’ils ignorent (à l’exemple du système goutte à goutte et du système pivot).
45
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Scenario n° 9: les progrès de l’utilisation des systèmes d’irrigation.
La mauvaise diffusion des progrès techniques sur la mise en œuvre de ces deux
systèmes permet d’expliquer qu’il y a échec dans le sens de l’économie d’eau. L’eau
d’irrigation est trop gaspillée, les doses d’eau sont trop estimées.
Comme, on le sait la phoeniciculture comme les cultures sous jacentes (cultures
fourragères, céréalières, maraichères) dites cultures vivrières et de rente sont considérées
comme exemple de premier appoint d’étude. Ces cultures vivrières peuvent procurer un
revenu monétaire aux agricultures plus ou moins appréciable.
En effet, c’est le cas qui est recensé actuellement dans les unités de production sujettes à
la mise en valeur, pour encourager l’augmentation de la production agricole. Les acteurs
politico/agraires ont procédé à la subvention des systèmes goutte à goutte et aspersion. Cela
amène les agriculteurs à s’y donner d’avantage pour maximiser leurs revenus à partir des
débits économiques, dont ils disposent au niveau des sources d’eau liées aux différentes
nappes.
Toute la politique agricole de la mise en valeur, s’inscrit dans ce cadre. Cependant, la
production agricole oasienne n’est possible que dans certaines conditions techniques
d’irrigation. Et, c’est là où interviennent les facteurs « conception, rationalisation et mise en
œuvre des systèmes d’irrigation » étudiés à travers l’analyse des solutions déterminant les
problèmes hydro agricoles. En effet, l’hydro agricole est d’autant plus important, qu’il s’avère
être la condition de réussite de la mise en valeur. Les systèmes d’irrigation fondés sur les
conditions hydro agricoles a cependant des limites. Autrement dit, on peut mettre en valeur,
tous les systèmes d’irrigation possibles, mais tant que certaines conditions ne sont pas
rendues, la mise en valeur ne débouchera sur rien de consistant.
Scenario n° 10: le choix des systèmes d’irrigation.
L’un des éléments constituant une unité à l’hydro agricole, se trouve être le besoin
propre exprimé par les agriculteurs phoenicicoles. Où leur vœu est d’adopter tel ou tel
système d’irrigation, en dehors de toute contrainte extérieure. Il faudrait que l’agriculteur
phoeniciculteur trouve son compte dans les spéculations, dans lesquelles se fait tel ou tel
système d’irrigation, tenant compte de l’hydro/agricole. Un autre regard est constitué par la
rentabilité du système d’irrigation, à utiliser et à faire lier aux coûts des facteurs de
production.
Dans ces conditions, le phoeniciculteur doit disposer d’un matériel d’irrigation à moindre
coût, afin de couvrir ses charges d’exploitation globalement, et pour que l’hydro agricole,
puisse trouver un écho favorable. Il doit être accompagné de mesures d’incitation vis-à-vis
des systèmes d’irrigation à mettre en place.
46
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Scenario n° 11: la dynamique de l’eau à travers l’hydro/agricole.
Les conséquences de l’échec de certains écosystèmes oasiens, ont été les problèmes
hydro agricoles qu’ont connu, depuis quelques années les unités de production phoenicicole.
Aussi, ces dernières ont-elles entrepris des actions d’envergure favorable, en ce qui concerne
la mise en place des systèmes d’irrigation, et cela ayant recours aux technologies de pointe ?
Paradoxalement, la rentabilité des cultures n’a pu être analysée jusqu'à ce jour. Car le
volume de la production agricole ne suit pas du tout le volume en eau utilisé, et ce par le biais
des systèmes d’irrigation. Ce qui a donné, par conséquent des utilisations de plus en plus
importantes en dose d’eau. Et donc une gérance des systèmes d’irrigation de plus en plus
aiguë au niveau des écosystèmes dits oasiens. Et pourtant, depuis la mise sur rail des instances
de la mise en valeur, tous les axes de développement insistent sur la priorité des priorités que
constitue l’hydro agricole, et ce en ce qui concerne le développement des systèmes
d’irrigation malgré les énormes investissements réalisés. Il semble bien aujourd’hui, que la
situation des unités de production agricole se trouve dans un effet pervers. Si nous nous
référons aux résultats obtenus, et ce au niveau des rendements des cultures, plusieurs
hypothèses ont été émises pour expliquer cet état de fait. Notons aussi, que les problèmes
engendrés dans les systèmes oasiens de la part de l’hydro agricole, les plus grandes difficultés
émanent des conditions climatiques, qui s’avèrent très difficiles surtout durant la période
estivale.
Scenario n° 12: la mise en valeur et les dynamiques de l’eau.
La démarche que nous allons entreprendre va consister à déplacer la mise en valeur
dans le contexte de la systémique des périmètres agricoles. Afin de mieux saisir pourquoi
cette nouvelle politique de la mise en valeur définie à travers les aménagements
hydro/agricoles est à l’état du traditionnel ? Cela s’explique par le fait que le système
traditionnel n’a pas connu de son jour. A l’exemple de l’irrigation par submersion qui
demeure de première priorité chez les exploitants. C'est-à-dire que c’est un système stagnant.
On pourra constater aujourd’hui, que d’autres types d’aménagements hydro/agricoles à
l’exemple de l’irrigation où les systèmes prennent de l’ampleur avec le « goutte à goutte et le
système pivot » sont entrain de ravir la première place, et ce au niveau du développement de
la dynamique de l’eau. Nous mettons l’accent sur l’importance de la dynamique de l’eau dans
les systèmes oasiens, qu’elle soulève par rapport aux conditions hydro/agricoles.
Scenario n° 13: analyse diachronique
Durant l’année 2011/2012, nous avons essayé de nous intéresser au fonctionnement
des unités de productions phoénicicole dans la région de SEBSEB.
Les unités que nous avons brossées sont à caractère agricole et commercial. et que
nous avons considérées comme « entreprise ». Leurs objectifs sont gérés par les assises des
décrets de la mise en valeur, et sont à la fois agricole (production des légumes et des dattes) et
sociaux (bien être des exploitants). A travers les actions menées par les exploitants agricoles
de la région d’étude, nous avons tenté de repérer un certain nombre de problèmes qui
expliquent en sorte plus ou moins l’échec ou l’abandon de la mise en valeur tout en nous
appuyant sur l’hydro/agricole.
47
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
Scenario n° 14: les aménagements hydro/agricoles et les mise en valeur.
Le premier élément est constitué par les nouveaux aménagements mis en place à
l’intérieur des unités de production agricole avec tout le niveau technique qui requièrent pour
la production phoénicicole. La mise en valeur est un phénomène nouveau pour l’agriculteur
phoéniciculteur, qui est plus habitué avec des méthodes traditionnelles.
Le second élément, c’est que la modernisation de l’agriculture saharienne instaurée à
l’intérieur des unités de production est gérée par des agriculteurs non vulgarisés dans le
domaine de l’agronomie saharienne. Cet élément, qui peut être considéré comme une
conséquence de l’instabilité des écosystèmes, du point de vue dynamique, nous permet de
penser que le choix d’un aménagement agricole par rapport à un autre, ne s’est pas ancré sur
la base d’une systémique où toutes les structures sont liées en formant une pluridisciplinarité
des différentes disciplines agricoles.
Sur le plan de l’hydro agricole, ce qu’il y a le plus à remarquer, c’est l’absence totale
de la vulgarisation, surtout en ce qui concerne les aménagements à l’exemple des systèmes
d’irrigation s’articulant autour des trois points :
-
Les cultures irriguées
-
Les aménagements des irrigations
-
Le développement des écosystèmes oasiens
Le problème, dont souffre l’agriculteur, c’est qu’il manque de qualification pour gérer
son exploitation, et ce dans le domaine de l’hydro/agricole. Le résultat est constaté au niveau
de la maitrise de l’eau, attrayant à une dynamique agricole négative.
Scenario n° 15: les méthodes d’irrigation et leur utilisation.
En effet, les méthodes d’irrigation, les méthodes de bien suivre le palmier dattier et les
cultures sous/jacentes ne répondent pas seulement, et très souvent aux prédispositions du
point de vue savoir et savoir/faire de l’agriculteur. Mais d’une mauvaise coordination, entre
les différentes actions à faire mener à l’intérieur des unités de production. Un certain nombre
de facteurs concoure, à cet état de fait, dont par exemple le niveau de subvention de l’état visà-vis de tel ou tel aménagement, le mode de comportement de l’agriculteur et ses différentes
motivations.
Au niveau de la fourniture du matériel pour assurer les différents aménagements, la
plupart des agriculteurs se plaignent de la qualité du produit, compromettant leurs objectifs
assignés durant toute la campagne agricole. C’est le plus souvent, l’histoire des moto/pompes
qui tombent la plupart du temps en panne, et la facture de l’électricité qui se trouve avec une
charge insupportable. Sur le plan de la production et de la commercialisation proprement dit
du palmier dattier, et des cultures sous jacentes, la pénibilité des travaux surtout dans les
dunes de sable où les brises vents ne tiennent pas toute l’année. L’agriculteur demeure de plus
en plus sujet, à une dynamique rétrogradée compromettant son unité de production. En effet,
il a été prouvé que 4 exploitations agricoles par périmètre, se trouvent abandonnées dans les
48
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
15 périmètres de la région de SEBSEB. Autrement dit, les agriculteurs ont versé beaucoup
d’argent, pour honorer leurs charges qu’ils ont investies, dans leurs différents aménagements,
mais les résultats demeurent sans écho, quant à l’obtention d’une plus value.
A notre avis, ce caractère a été un élément objectif du découragement pour les
agriculteurs. Les difficultés que nous avons rencontrées ont surtout été d’ordre de
déplacement et de moyen en matériel. Nous étions obligés de rester au niveau de la
documentation incomplète, qui nous a été délivrée par certains responsables de
l’Administration agricole, située dans la région de SEBSEB où nous avons procédé à une
fouille des archives mise à notre disposition.
Scenario n° 16: la dynamique de l’eau jugée par nos sorties sur le terrain
Nous avons effectué plusieurs sorties sur le terrain, où nous avons jugé que c’était
suffisant. Dans un premier temps, nous avons procédé à vue à une enquête sur les méthodes
entreprises du point de vue mise en œuvre des différents aménagements hydro/agricole, et le
comportement des agriculteurs et un certains nombre d’autres facteurs. Ce premier travail
caractérise en premier lieu une « prospection sur le terrain ». Nous avons procédé aussi à
des contacts avec la Direction des Services Agricoles. Nous nous sommes entretenus avec les
différents chefs de périmètres afin de pouvoir disposer de renseignements précis. Où dans un
deuxième temps, nous avons entamé nos diagnostics et nos enquêtes, et ce ou niveau des
périmètres et des exploitations. .
Lors de nos sorties sur le terrain, les contacts avec les agriculteurs ont été plus ou
moins difficiles, car la plupart du temps, ils ne se trouvaient pas dans leur exploitation. Aussi
dans la mesure où un sentiment de méfiance se dégageait.
49
Chapitre III
Les différents scenarios de la mise en œuvre de la problématique
III.6.La problématique et l’intitulé du thème
D’après ce qui a été décrit au paravent, et qui retrace les principaux problèmes dont
l’utilité a pour profit la mise en lumière du titre de notre thème d’étude. Qui est ni plus ni
moins, notre problématique définie par l’explication et la mise en exergue des différents
scenarios et aussi par l’outil recherche/action.
Finalement l’intitulé de notre titre de recherche :
Dynamique de l’eau d’irrigation dans le périmètre
agricole de SEBSEB : région GHARDAIA
50
Conclusion
Conclusion
De puis la création de la mise en valeur dans la région de SEBSEB, l’environnement
social n’a pas encore connu comme les décrets l’indiquent, l’application de la politique
nationale d’ajustements entre les différentes structures de l’économie et entre autre la
libération des prix.
La sensibilité de l’économie est remarquée à travers l’augmentation des couts des
semences et des engrais minéraux.
Le changement économique attribué à la mise en valeur avait des effets sur la
dynamique de l’eau d’irrigation, et sans doute sur la vie quotidienne des exploitants à travers
les prix des intrants qui se forment d’une façon très exorbitante.
La dynamique de l’eau n’a pas connu des effets positifs sur les différents rendements des
cultures par le fait, que ces derniers n’ont pas progressé dans le temps, et même dans l’espace,
où le paysan à travers nos enquêtes n’est pas sorti de son pessimisme.
La dynamique de l’eau, dans son essor est entrain de se développer par l’utilisation de
méthodes archaïques, et ce au niveau de choix des systèmes d’irrigation, et du matériel s’y
adaptant.
Certes, les nouveaux programmes de la mise en valeur décrits et soulignes surtout au
niveau de la réhabilitation des exploitations par la création de forages, de puits avec mise en
force des nouveaux systèmes d’irrigation (pivot, goutte à goutte), joints à ces projets la
construction de bassins de réserve d’eau, la dynamique de l’eau est restée stagnante. Par le fait
du fort prix des intrants secondés par la facture de prix d’énergie électrique et du mètre cube
d’eau dont les exploitants n’ont pas pu supporter. Ce qui a eu pour conséquence pour certains
exploitants l’abondant pure et simple de leur terre attribuée par la mis en valeur.
Afin de comprendre au mieux le développement de la dynamique de l’eau nous avons
utilise comme outil les questionnaires, que nous avons développés à travers nos enquêtes, et
dont les résultats se recensent dans ce qui suit dans la deuxième partie dite expérimentale, les
différent points de nos résultats se résument à :
123-
La Méthode
Les Résultats
L’Analyse
51
PARTIE 2
Matériel et méthode
- Introduction
- Chapitre VI
« Typologie des périmètres »
- Chapitre V
« Typologie des exploitations »
- Chapitre IV
« Descriptions des types »
- Conclusion
Introduction
Introduction
L’étude de notre thème, suggérée par la dynamique de l’eau à l’intérieur
des unités de production agricole, et organisant l’espace de SEBSEB, est un
impératif à ce qu’il doit être structuré par un ensemble de segments, ou dans le
premier on a procédé à la découverte de la problématique, avec sa vérification
conditionnée par des hypothèses et des objectifs pour sa résolution, dans le
temps et dans l’espace.
Par contre dans le travail qui suit, et qui traite le deuxième segment, c’est
en partie l’expérimentation qui se voit dérouler sur un certain nombre
d’exploitations, dont on a essayé de mettre au point certains types favorables, à
une mise au point de notre modèle, dont on essaye de le schématiser en
troisième segment.
Ce travail faisant charnière, entre le premier segment et le troisième
segment est d’autant plus orienté vers l’analyse de fonctionnement des unités de
production, que vers la mise au point de la dynamique de l’eau qui se fait
quotidiennement, hebdomadairement mensuellement et annuellement.
Ce travail se caractérise par la mise au point des différents types de
production agricole, qui nous permettent de nous rendre compte du comment se
fait l’évolution des périmètres et les exploitations agricoles, par un rapport entre
les stratégies et les objectifs des exploitants qui demeurent en propositions
permanentes. Et ce, en ce qui a été confirmé par nos diagnostics et nos enquêtes.
L’essentiel, c’est que la mise en forme des résultats traités dans cette
partie, nous font faciliter la concertation entre les différents acteurs responsables
du fonctionnement du modèle et dont l’intention est de le faire généraliser à
court et à long terme par l’outil « la recherche/action ».
53
CHAPITRE IV
« typologie des périmètres »
Chapitre IV
Typologie des périmètres
IV.1.La Typologie des périmètres
La région de SEBSEB est composée de 15 périmètres. La typologie des systèmes de
production est composée d’un nombre de périmètres égal à 5 pris au hasard et dont les
superficies varient entre 01ha et 02 ha.
Tableau n°21 : Répartitions des exploitations agricoles de SEBSEB.
Type
d'exploitation
Ancienne palmerai
Communes
EAC de
Privée de EAI
0,5 à 1 0,5 à 1 0,5 à 2
SEBSEB
113
11
0
APFA (Accession à la propriété foncière
agricoles)
de 11
de 01 à de 03 à de 06 à
Plus de
à 20
02 Ha
05 Ha
10 Ha
20 Ha
Ha
859
73
8
13
11
Concession
de 01 à 02
Ha
41
Total
1129
Source : (D.S.A)
IV.1.1.les différents périmètres : les différentes représentativités
IV.1.1.1.Périmètre ZEHIRAT
Le périmètre en question occupe une superficie de 231 ha. Il est situé au Nord/Ouest
de la région de SEBSEB. Les sols sur lesquels se trouve le périmètre est de nature calcareuse
dont le sous sol est riche en argile. Les cultures pratiquées dans l’ensemble du périmètre sont
la culture du palmier associé à l’arboriculture fruitière tels que le pommier, la vigne mais d’un
faible pourcentage, et les cultures maraichères.
L’irrigation est en grande partie assurée en fort pourcentage par la submersion en
plein champ et le goutte à goutte dans les serres et l’expansion du système « pivot » qui se
fait de plus en plus grande sur les espaces emblavés en céréale. Les points d’eau tels que les
forages et les puits sont gérés par des chef irrigants qui assurent la distribution en eau pour
chaque exploitation. Les débits de fonctionnement sont compris entre 20 l/s et 30 l/s. Dans
l’ensemble du périmètre, les unités de production ont été à l’ origine mises en place dans le
cadre de la mise en valeur. Les fourchettes agraires de distribution sont généralement
comprises entre 2 ha et 5 ha. Le social des exploitants est de nature hétérogène, on rencontre
des ouvriers originaires de tous les coins du pays.
Les responsables des différentes unités de production sont des retraités, des
enseignants et des commerçants. Le nombre total des exploitants dans le périmètre est
variable d’une exploitation à une autre. Il est d’environ de 13% par rapport au total des
exploitants exerçant dans l’onde de SEBSEB.
Tableau n° 22 : La repartions des terres dans le périmètre de ZEHIRAT.
Les périmètres
ZHIRATE
Superficie totale
(ha)
231
Nombre
d’exploitants
69
Superficie
exploitée (ha)
220
Superficie
cultivée (ha)
193
Source : daïra de Metlili
55
Chapitre IV
Typologie des périmètres
On remarque que la répartition des exploitations se trouve en plus grand nombre dans
la rubrique de l’APFA exploitations et dont les superficies varient entre 01 et 20h hectares.
Les autres fourchettes d’attribution dans les autres structures telles que les EAI et les
EAC le nombre d’exploitations se trouve en petit nombre avec des superficies comprises entre
1 ha et 2 ha. Les superficies décrites dans concession sont de surfaces comprises entre 1 à 2
ha.
Noun remarquons que l'attribution des terres est quasiment ordonnée à la mise en
valeur gérée par le cadre de l’APFA.
En ce qui concerne l’hydro agricole, le nombre de forages destinés à l’irrigation est au
nombre de 02 Forages. La profondeur moyenne de ces forages est de 420 m. le
fonctionnement de la distribution de l’eau à la tète des exploitations, se fait généralement par
les moto/pompes, dont la puissance se trouve égale à 60 Cv, avec un rendement égal à 0.9.
L’alimentation du système moto/pompe est assurée, par un contacteur disjoncteur
fonctionnant sous une tension de 320 v.
D’une façon générale, les organisations des irrigations sont de plus en plus complexes.
Les fréquences et les tours d’eau des irrigations se font d’une manière anarchique, surtout
dans les périodes de grandes chaleurs, où la demande en eau est importante. On assiste dans la
plupart des exploitations, à la vente des tours d’eau qui se pratique souvent entre un
exploitant et un autre.
Les manutentions à l’intérieur des unités de production, et ce au niveau des parcelles
sont de plus en plus difficiles, par le fait que les paramètres dimensionnels des différentes
structures, des différents systèmes d’irrigation sont trop restreintes et ne permettent pas une
rationalisation du travail. Les circuits adaptés à l’intérieur des unités de production, et à
l’extérieur du périmètre ne sont pas en adéquation. Surtout ceux, concernant les récoltes des
cultures, en affinité avec l’axe de la mise en vente, qui se fait par les gros engins mobiles et
dont l’organisation ne se fait que de peu actuellement.
•
La dynamique de l’eau à l’intérieur du périmètre
La mise en valeur des terres dans le périmètre de ZEHIRAT a permis d’augmenter
considérablement les quantités d’eau pour l’irrigation des terres. Les progrès techniques
employés, par l’emploi des nouveaux systèmes d’irrigation, se sont accompagnés de
changements radicaux au niveau de la gestion de l’eau. Les forages d’eau assez profonds ont
été exploités collectivement par les différents exploitants, et dont la gérance en fréquences et
tour d’eau sont assurés par l’ensemble des exploitants.
56
Chapitre IV
Typologie des périmètres
Malgré que les modalités théoriques de distribution, de ces dernières sont peu respectées,
le fonctionnement et le dynamisme à l’intérieur des différentes exploitations demeurent
positifs. Les impayés, en ce qui concerne la facture de l’électricité sont de première
contestation de la part des agriculteurs.
Ces derniers se plaignent des normes d’ouverture et de fermeture des forages d’eau
imposées par les services hydrauliques, car ils n’arrivent pas à suivre convenablement
l’organisation des irrigations, surtout du point de vue « tour d’eau » qui dans la plupart des
cas se pratique dans la période nocturne.
Les agriculteurs soulèvent le problème des pannes de forage, et de dysfonctionnement
fréquents au niveau des différents réseaux d’irrigation. Les canalisations souterraines à même
le sol, sont sujettes à des fuites d’eau, dont les agriculteurs n’arrivent pas à subvenir à leur
entretien. Ce n’est que depuis l’introduction de la mise en valeur, accompagnée de forages de
puits, que les quantités d’eau disponibles au niveau de chaque écosystème permettent de
couvrir les besoins des cultures mises en place.
Il est à noter que certaines unités de production ont traversé une période de pénurie d’eau,
qui a profondément abimé leur système de production agricole, et ont été sujettes à l’abandon
des terres de leur écosystème.
D’une façon générale, la question hydrique reste la principale préoccupation des
agriculteurs, et la source de pas mal de problèmes induits dans les écosystèmes du périmètre.
IV.1.1.2.Le périmètre EL FERD :
Le périmètre d’EL FERD est situé à 05 km au Sud Ouest de la zone de SEBSEB. Ce
périmètre couvre une superficie de 250.50 ha. Il occupe la partie centrale de la vallée de
l’oued SEBSEB, dont le sol est composé de sable grossier provenant de la nappe éolienne
formée de dunes, et située à proximité de la périphérie du périmètre en question. La terre
arable est d’une profondeur variant entre 10 cm à 1 m.
Dans l’ensemble le périmètre présente une surface globalement plane, sauf en sa
périphérie où il y a accumulation de sable à l’intérieur et à l’extérieur des exploitations. Cette
accumulation de sable s’explique par la présence de touffes de végétations spontanées
végétées à l’extérieur et à proximité de la périphérie des différents types d’exploitation. Ce
qui a donné un style d’obstacle ne permettant pas un dégagement facile de l’accumulation de
sable se mesurant en grande quantité.
En général d’autres contraintes, notamment l’érosion éolienne et l’appauvrissement
des sols limitent l’accroissement de la production composée en partie par le palmier dattier,
les cultures maraichères, céréalières, fourragères et arboricoles. Cette production est destinée
à l’autoconsommation, et en partie à la vente qui se pratique dans les centres commerciaux de
SEBSEB.
57
Chapitre IV
Typologie des périmètres
Du point « de vue irrigation » bien que la répartition de l’eau soit basée sur un principe de
proportionnalité entre les débits et les superficies, il y a en réalité une cause importante de
différenciation économique. Les débits et les superficies ne sont pas en affinité. Certaines
exploitations sont situées sur des sols à tendance sableuse à forte infiltration, et d’autres sont
favorisées par la présence d’une nappe phréatique à faible profondeur.
Le rapprochement de la nappe phréatique à même sol, permet à certains exploitants de
procéder à la mise en place d’un puits privatif de manière à survenir au déficit en eau des
cultures et à augmenter leur superficie en terre.
Dans le périmètre « EL FRED », la population agricole cherche, à s’aligner sur une
ligne plus dynamique en tentant de mécaniser certains travaux, tout en essayant de se
spécialiser dans les cultures de rente à l’exemple de la culture des arachides destinées à la
fabrication des huiles.
Dans certaines exploitations, les exploitants s’intéressent à l’élevage du camelin avec
un faible taux d’aviculture. Cette dernière est secondée par l’installation de quelques étables à
destination bovine. Les cultures sous serres se pratiquent d’une façon appréciable. Les
grandes cultures tels que le blé, les cultures fourragères sont aussi en progression.
Dans l’ensemble des périmètres le problème se pose au niveau du gaspillage d’eau où,
la plupart des canalisations sont à l’état défectueux. Les exploitants se trouvent toujours face à
la recherche d’une solution, leur permettant de bien rationnaliser les débits d’eau provenant
des forages.
L’Etat pratique le retour aux exploitations acquisent dans les premiers temps de la
promulgation de la mise en valeur, où elles étaient abandonnées par certains agriculteurs, qui
n’arrivaient pas à joindre les deux bouts décrits par l’introduction de nouvelles cultures telles
que l’arachide, l’arboriculture fruitière et surtout l’oliveraie avec les différents aménagements
hydro/agricoles qui revenaient très chers à leur installation.
La répartition des exploitations agricoles est remarquable au niveau du secteur de la
mise en valeur dont les données sont enregistrées dans le tableau ci-dessous
Tableau n° 23 : La repartions des terres dans le périmètre de EL FERD.
Les périmètres
EL FERD
Superficie totale
(ha)
250.50
Nombre
d’exploitant
130
Superficie
exploité (ha)
244
Superficie
cultivé (ha)
200
Source : daïra de Metlili
La faible proportion en superficie est située dans les trois secteurs : prive, EAI, EAC. Dont
les valeurs sont comprises entre 0.5 à 1 ha.
58
Chapitre IV
Typologie des périmètres
IV.1.1.3.Périmètre CHAAB ARKOUB :
Le périmètre se situe au centre de la zone de SEBSEB. Les sols de ce périmètre, sont à
tendance sablo/argileuse et en son centre, et limoneux sableuse en sa périphérie. Les systèmes
d’irrigation sont axés sur la submersion, avec des seguias à ciel ouvert véhiculant de forts
débits. Le système goutte à goutte est utilisé par l’ensemble des exploitants, qui ont
finalement compris après vulgarisation de plusieurs années, que c’est le système qui peut
s’adapter dans l’environnement oasien, avec une économie d’eau très appréciable.
L’organisation des irrigations est liée aux doses d’eau, à la fréquence et au tour d’eau.
Les doses d’eau sont fluctuantes d’une période de l’année à une autre. A l’exemple de la
période estivale où la demande en eau est très importante, et par conséquent les fréquences et
les tours d’eau se trouvent surestimés.
A présent les agriculteurs utilisent l’eau provenant de la nappe du mio/pliocène avec
quelque que fois la strate du sénonien. L’eau est pompée par un groupe de moto/pompe,
fonctionnant par l’énergie électrique, et à partir d’un contacteur disjoncteur de tension 320v.
Dans le périmètre, les exploitants ont des attitudes de réagissement différentes. Et ce en
fonction des conditions financières dont ils disposent. Les stratégies émises par la plupart des
exploitants, sont soulignées par les différentes activités agricoles. Leur procurant une plus
value importante, avec une programmation des investissements qu’ils projettent d’entamer
dans tel ou tel aménagement. Surtout en ce qui concerne l’irrigation, et ce par l’introduction
des nouveaux systèmes, tels que le goutte à goutte ou l’aspersion assurée par le système
« pivot ».
Les exploitations créées, à l’intérieur de ce périmètre sont de divers types. A l’exemple
des écosystèmes de petites superficies de fourchette comprise entre 0.5 ha et 1 ha, et qu’on
appelle « jardin ». Généralement pour ce type, les conditions de sol et d’irrigation ne sont pas
d’un fort investissement, ce qui attrait à un faible revenu dégagé par les systèmes de cultures,
établis au niveau de chaque campagne agricole. D’autres types d’écosystèmes, sont recensés
dans le périmètre en question. C’est ce que nous allons décrire en conclusion, sur l’ensemble
des périmètres de la zone de SEBSEB.
Tableau n° 24 : La repartions des terres dans le périmètre de CHAAB ARKOUB.
Les périmètres
CHAAB
ARKOUB
Superficie
totale (ha)
571.70
Nombre
d’exploitant
224
Superficie
exploitée (ha)
567
Superficie
cultivée (ha)
370
Source : daïra de Metlili
Le nombre d’exploitations en grand nombre, est enregistré dans le domaine de mise en
valeur et dont la fourchette d’attribution est comprise entre 1 et 20 ha.
59
Chapitre IV
Typologie des périmètres
Parallèlement, le nombre d’exploitations présentes dans le domaine de la concession
est faible. Dans la région de SEBSEB, les terres attribuées dans le cadre de la concession sont
différentes du point de vue superficie, et se trouvent comprises entre une fourchette de 1 à 2
ha. Il est à remarquer, que le nombre d’exploitations inscrit dans la concession dans cette
région est fluctuant d’une région à une autre.
IV.1.1.4.Périmètre ET DJEDID
La situation du périmètre se trouve à 08 Km par rapport à la zone de SEBSEB, et d’une
superficie de 549 ha. Le sol sur lequel est implanté le périmètre est de nature sablo/limoneuse
et argilo/limoneuse au même titre que les autres périmètres de la région de SEBSEB.
Les forages de puits en nombre suffisant ont permis d’augmenter les quantités d’eau, et
par conséquent ont fait doubler en quelques années les superficies en palmier dattier, et en
cultures maraichères. De même l’évolution appréciable des forages, et des puits a donné un
nouveau visage à la gestion de l’eau par des méthodes rationnelles à l’intérieur des unités de
production, et ce en ce qui concerne les fréquences et les tours d’eau. La mobilisation de l’eau
a donné tout au moins une certaine assurance chez les exploitants, par le fait que ces derniers
ont suivi un rythme convenable, que se soit du côte étatique comme celui du côte responsable
des forages d’eau.
Dans la plupart des cas, les exploitants cherchent à mécaniser certains travaux. Certains
se spécialisent dans les cultures industrielles telles que les arachides à destination fabrication
d’huile, d’autres développent l’élevage de tout genre. Les cultures maraichères d’une façon
générale sont exploitées par l’ensemble des périmètres. Dans ce périmètre, l’agriculture
s’adapte aux conditions du milieu, mais d’une façon ralentie. Le problème réside au niveau
des coûts des facteurs de production qui deviennent de plus en plus exhorbitants.
Les systèmes de production agricole sont de plusieurs formes. On rencontre ceux dits
en situation perverse, où les exploitants ne sont pas arrivés à avoir une dynamique positive
dotée d’un solde économique positif. Pour raison c’est que les superficies exploitées sont de
petite dimension agraire.
A côté de cette forme décrite, existent d’autres types où les systèmes sont « dits de
rénovation ». Les sols sont généralement quasiment très en mauvais état. Ce qui laisse à
prévoir beaucoup d’investissements et de travail. A côté de ces deux types, le plus à faire
valoir dans le fonctionnement de ce périmètre est celui « de création nouvelle ».
L’exploitant après avoir mis ses terres en mise en valeur, se trouve en attente dans une
phase morte ou de sacrifice. En attendant sur un nombre d’années supérieur a cinq, l’entrée en
production de sa production dattière et arboricole.
60
Chapitre IV
Typologie des périmètres
Tableau n° 25 : La repartions des terres dans le périmètre de ET DJEDID.
Les périmètres
ET DJEDID
Superficie totale
(ha)
549.80
Nombre
d’exploitants
319
Superficie
exploitée (ha)
335
Superficie
cultivée (ha)
400
Source : daïra de Metlili
Le chiffre attribué dans le cadre de la typologie des exploitations est celui de la mise
en valeur. Les superficies varient entre 1 à 20 ha.
IV.1.1.5.Périmètre de EL HARITTE
Le périmètre de EL HARITTE est situé au Nord West de SEBSEB. La nature du sol de
ce périmètre est de même nature, que celle composant les autres périmètres à savoir :
limoneuse-sableuse- argileuse. Les surfaces occupées par les cultures sont à tendance dattiére,
arboricole fruitière et maraichère. Plus de 80% des exploitants vendent et auto consomment
une partie de la production dattiére et des cultures maraichères. Le reste des exploitants se
donnent à la vente des arachides et des fruits récoltés au niveau de l’oliveraie, du grenadier et
du citronnier de faible production. Pratiquement on rencontre, les deux systèmes à savoir
« intensif et extensif » et d’une manière déséquilibrée 30% en intensif et 70%en extensif.
La plus grande partie des exploitants exploite une superficie d’environ 1 à 2 ha « de
type jardin » dont la principale spéculation cultivée est la luzerne avec en petite quantité les
cultures maraichères. Dans les exploitations de ce périmètre, les exploitants pratiquent les
cultures de faible rente à savoir : l’oignon- la tomate- les pastèques- les piments- la citrouilledont une partie est destinée à l’autoconsommation et une partie à la vente.
Les arbres fruitiers rencontrés dans « cet espace périmétral » sont des arbres de début
de verger c'est-à-dire à un stade non encore productif. Les espèces recensées sont le
citronnier, le figuier, le grenadier dont l’implantation des pieds, se trouve entre les rangées de
palmier avec une densité de 80 arbres par hectare.
L’irrigation est assurée par une trilogie de systèmes telle que: la submersion occupant
la plus grande surface avec une distribution de l’eau, qui se fait par canaux, séguias et planche
à fort débit.
Le goutte à goutte est utilisé dans les serres avec une structure décrite par des canalisations
principales, secondaires et tertiaires et sur lesquelles sont montés les goutteurs à faible débit
de 0.3 à 0.5 l/s. Du point de vue superficie, l’occupation spatiale se fait de plus en plus
grande. Finalement les exploitants sont fortement sensibilisés pour ce système, car ils
suggèrent qu’il est plus économique, et que les manutentions appliquées sur ce système sont
faciles, et ne demandent pas beaucoup d’effort de travail, surtout du point de vue déplacement
du matériel. Comparaison faite avec le système aspersion dont le fonctionnement se trouve
activé et accentué par plusieurs tâches à l’exemple de l’ouverture et de la fermeture des
vannes avec débranchements des canalisations secondaires qui se font pratiquement toutes les
3 à 6 heures en moyenne par jour.
61
Chapitre IV
Typologie des périmètres
Les sources d’eau se font par l’utilisation des nappes d’ordre phréatique ou moi/pliocène.
Les débits des puits varient entre 10 à 15 l/s avec des profondeurs variant entre 15 à 20 m, ce
qui s’explique par la position de la nappe dite phréatique qui se trouve non loin du sol.
Ces puits sont creusés par les exploitants et spécifique à chaque exploitant et
demeurent une propriété quasiment totale à la leur. La distribution de l’eau se fait suivant les
conditions naturelles du terrain. Par pompage dans le cas ou la pente est ascendante et dans le
cas contraire par écoulement « dit libre » où la pente du terrain est descendante.
Généralement, le temps de fonctionnement de ces puits est en moyenne 2 à 4 h par
jour, durant les périodes automnale et printanière, et de 10 à 14 h durant la période estivale.
Ces puits sont utilisés pour les irrigations de complément par rapport au forage de
puits alimentés par la nappe du mio/pliocène dont les débits, les fréquences et les tours d’eau
se font par partage équitable, entre les différents exploitants, et suivant la règle de la
proportionnalité des surfaces. Et dont le débit fictif critique de pointe est le même c'est-à-dire
standard d’une unité de production à une autre.
Les temps de fonctionnement de ces forages sont variables, et déterminés par le
système des paliers. Dans le premier palier, c’est l’espace où les irrigations se font peu c'est-àdire, entre 5h et 10h de la matinée. Pour le deuxième palier, c’est la fourchette de temps où les
irrigations se font à partir de 17h de l’après midi jusqu'à 4h du matin, c’est la période où les
irrigations se font à outrance pour la simple raison, c’est que le prix de l’énergie électrique
est de faible coût.
Tableau n° 26 : La repartions des terres dans le périmètre de EL HARITTE.
Les périmètres
EL HARITTE
Superficie totale
(ha)
185
Nombre
d’exploitant
83
Superficie
exploité (ha)
180
Superficie
cultivé (ha)
105
Source : daïra de Metlili
On remarque que le plus grand nombre d’exploitations est attribué à la mise en valeur.
62
Chapitre IV
Typologie des périmètres
IV.1.2.Conclusion sur les différents périmètres
Les différents périmètres qu’on a recensés, sont composés de plusieurs formes de
systèmes de production. En fonction de nos enquêtes auprès de l’ensemble des exploitants
composants les différentes unités de production et des critères de différenciation, nous étions
tout au moins en mesure à définir certains types de systèmes de production, et ce d’une façon
générale.
Les périmètres au nombre de 5 ont pris part sur la base de la norme statistique égale
au 1/10 du nombre total des sujets. Les différents périmètres sont de ligne de conduite et
d’organisation différentes. Effectivement on rencontre des périmètres :
1/ *- à dominance phoenicicole occupant une superficie égale au moins à 70% de
l’espace agricole de tout le périmètre, avec un système d’irrigation dominant la submersion.
2/*- à plusieurs diversités de cultures dont la plus dominante est le palmier dattier. Et
vient en seconde place l’arboriculture avec les cultures sous jacentes, les maraichers et surtout
la culture industrielle l’arachide.
Les cultures maraichères exploitées sont la tomate, l’oignon, la citrouille, le piment, la
carotte. La vente de ces cultures se fait sur champs et d’une pratique ancestrale adoptée par les
grands commerçants légumiers à l’intérieur des périmètres.
Dans la plupart des exploitations les systèmes d’irrigation, sont la submersion et le
goutte à goutte dont les proportions d’utilisation sont variables d’un périmètre à un autre, avec
tout au moins en grande partie la submersion (40% d’occupation). Le système goutte à goutte
est utilisé au niveau des serres, et pour une certaine période de l’année (octobre à mars). Pour
raison le fort degré de température estimé durant la période estivale, et dont les causes portent
sur les canalisations fabriquées en PVC ne peuvant pas s’adapter et devenant cassants. Ce qui
attrait à des pertes énormes d’eau.
63
CHAPITRE V
« typologie des exploitations »
Chapitre V
Typologie des exploitations
II.1.Les exploitations agricoles
Dans nos enquêtes, nous avons procède à un nombre d’exploitations égal 10. Ce
dernier a été pris en compte par la norme statistique, qui stipule qu’il faut prendre le 1/10 de
tout échantillon caractérisant des phénomènes d’étude.
II.1.1.Exploitation N°01 : « BEN SAHA Atala »-« Périmètre de LAHRITE »
La première exploitation est gérée par espace agraire de superficie 2 ha acquis dans le
cadre de la mise en valeur. Elle est située dans le périmètre LAHRITE, et en sa périphérie
loin du centre de SEBSEB à une distance plus ou moins égale à 7 km.
La personne responsable est de Nom BES SAHA ATALLAH, âgée de 69 ans et
originaire de METLILI. Pour sa situation sociale, il se trouve retraité, et sa première
profession est commerçant propriétaire d’une quincaillerie.
L’exploitation est dotée de la spéculation traditionnelle « le palmier dattier » en grande
proportion « DEGLET NOUR » et le reste en variété locale « GHARS ». La densité par
hectare de pieds de palmier dattier est de 120 unités. L’arboriculture introduite est de nature :
orange, abricot, citron et grenadier se trouve en intercalaire pour certaines lignes et en
quinconce pour d’autres. L’image donne une vue de biodiversité agraire rationnelle du point
de vue occupation du sol caractérisant bel et bien le système intensif.
L’exploitant pratique l’intensif dans le but de chercher une biodiversité adéquate de
cultures et d’avoir une plus value positive déterminant une dynamique de l’eau d’irrigation
très appréciable. Cette exploitation pratique l’élevage ovin d’un nombre égal à 8 et conduit en
système de clôture. Les circuits sont limités par une porte menant à l’extérieur. La
surveillance est assurée par un ouvrier, dont la mesure où l’espace occupé par le cheptel est
placé à proximité de son logement.
Les sources d’eau exploitées proviennent de la nappe sénonienne se trouvant à une
profondeur de 25 mètres. Le nombre de puits exploité est de 2, fonctionnant par un
système/pompe d’une puissance égale à 2 CV.
Un bassin de compensation d’équilibre de débit est construit juste à proximité de la
périphérie de l’exploitation, dont le but est de rationnaliser les circuits d’appropriation de
l’irrigation, qui se font par un système électrique commandé par un contacteur disjoncteur
placé juste en aval de l’exploitation.
Les systèmes d’irrigation se trouvent actuellement dans l’appropriation de l’aspersion
« pivot » occupant une superficie de 0.8 ha, jumèle avec le système par aspersion rotatif
irrigant 0.3 ha. L’occupation de l’espace de ce type de matériel est de 60%. Le reste de
l’espace agraire est occupé par le goutte à goutte dont l’occupation est d’environ 30%. Dans
une partie de l’exploitation de petite superficie l’agriculture se donne à un mariage entre le
système par submersion et le système goutte à goutte.
65
Chapitre V
Typologie des exploitations
Les fréquences d’irrigation sont limitées à une fois par semaine durant la période
hivernale contrairement en période estivale qui sont estimées à 2 à 3 fois par semaine.
Fig n°15 : schéma de l’exploitation de « BEN SAHA Atala »
66
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.1.2.Exploitation N°02 : « OULED EL HADAR Ahmed »-« Périmètre de LAHRITE »
Pour avoir des données sur le fonctionnement du périmètre, nous avons jugé utile de
procéder à une exploitation témoin. Le type auquel nous avons appliqué notre analyse est du
genre « abandon ». Pour cause, l’exploitant se trouve dans l’impossibilité de subvenir aux
charges fixes et variables dégagées dans son unit é de production agraire. Dans le travail qui
suit, et dans l’optique de mettre en place notre modèle, il est impératif à ce que l’on tienne
compte de cet espace dit « abandonné ».les caractéristiques de description de cet écosystème
oasien se trouve dans la même sémiotique.
Fig n°16 : schéma de l’exploitation de « OULED EL HADAR Ahmed »
67
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.1.3.Exploitation N°3 : « DJKAOUA Le Faleh »-« périmètre de ZEHIRAT»
L’entretien effectué dans cette exploitation s’est fait avec les responsables vivants en
ménage. Les grands travaux sont assurés par la femme à savoir : opération labour, entretien du
sol et de la végétation en place. Pour le mari ses actions se trouvent attribuées dans les
relations extérieures au périmètre à l’exemple des opérations d’achat de matériel.
La surface occupée par cette exploitation est d’environ 4 ha, sa situation est de
direction Est/West par rapport au Nord. Les circuits internes et externes sont facilités par la
route départementale située à gauche de l’exploitation et une piste située à sa périphérie, qui
est utilisée aussi par les exploitants dans les périodes de grands travaux, ou il s’agit de
décanter l’espace et avoir une bonne manutention.
L’ossature de l’exploitation est contournée par deux parties exploitées, l’une par trois
pivots placés sous une forme géométrique triangulaire, et la deuxième partie se trouve irriguée
en aspersion d’écartement 6*6 m. Ce système par aspersion est composé par une canalisation
principale et une secondaire portant les asperseurs de débit 1.5 l/s et à couverture totale.
Le point d’alimentation de ces deux systèmes est un forage de débit 30 l/s et
fonctionnant en permanence. Mais à défaut dans certaines zones placées juste à coté, se
trouvent dans le dilemme de fonctionnement en intermittence. Car ce sol est argileux et la
difficulté réside dans la faible perméabilité du sol qui ne laisse pas beaucoup transiter l’eau
d’une couche à une autre.
Il est à soulever que malgré qu’il dispose d’un matériel adéquat destiné à l’irrigation
les gammes de cultures sont d’un degré d’intensification très faible. Pour d’amples
renseignements ou rencontre comme cultures oignon, carotte, et une faible superficie
exploitée en cultures condimentaires.
68
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°17 : schéma de l’exploitation de « DJKAOUA Le Faleh »
69
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.1.4.Exploitation N°4 : « BOUAMER Brahim » « périmètre de ZEHIRAT »
A titre d’exploitation en rubrique « témoin », nous avons considéré son espace formé
par une presque totalité des espèces végétales adaptables dans les systèmes oasiens.
Les cultures exploitées se trouvent organisées pêle-mêle à l’intérieur de l’exploitation.
La formule adaptée par l’exploitant est le solde positif qu’il est sensé de tirer de son
exploitation et d’une manière positive.
Dans le temps et dans l’espace la difficulté résidera sans doute au moment où les
rotations des cultures doivent se faire rationnellement. L’exploitant n’a aucune idée de la
rotation des cultures, par preuve qu’il ne respecte par la division de son territoire organisant la
série des cultures annuellement à mettre en place. L’organisation des irrigations dans ce dit
territoire ne présente aucune affinité avec les cultures où les fréquences et les tours d’eau sont
énormément à prendre en considération. Ces dernières se font deux fois par semaine. En plus,
cet écosystème présente une forme trop complexe du cote de la gamme des cultures. Les
systèmes d’irrigation utilisés sont le goutte à goutte occupant la totalité de l’espace avec en
supplément la submersion et le système pivot. Pour l’élevage, les seuls types sont l’aviculture
et l’aquaculture qui se fait d’une façon dite en aisance.
V.1.5.Exploitation N°5 : « BOUAMER Abd Rahmane » « périmètre EL FERD »
Lors de notre visite sur l’exploitation recouvrant 8 ha, nous avons recensé 150
palmiers avec l’arboriculture travaillée en intercalaire. L’ensemble de cette gamme de
cultures est irrigué par trois pivots irrigant chacun 1 ha. Les sources d’eau sont alimentées par
la nappe de sénonien avec comme nombre de puits égal à 4 de profondeur 22 mètres.
L’équilibre de débit entre les puits et les parcelles se fait par l’intermédiaire de 4 bassins d’un
volume de 100 m3 chacun. L’aspiration et le refoulement de l’eau vers les parcelles se fait par
l’outil moto/pompe de puissance 2 CV. Les types de système d’irrigation employé sont le
goutte à goutte avec l’aspersion qui se fait par le pivot et quelques asperseurs. L’élevage
assuré par l’exploitant est à stabulation libre est de type caprin et ovin. Entre autre,
l’exploitant pratique l’apiculture composée de 13 ruches. Celles-ci placées à proximité de
l’arboriculture et du palmier dattier, de manière à ce que les abeilles bitument non loin de
l’exploitation, et permettent d’assurer un contrôle efficace de la productivité du miel.
70
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°18 : schéma de l’exploitation de« BOUAMER Brahim »
71
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°19 : schéma de l’exploitation de « BOUAMER Abd Rahmane »
72
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.1.6.Exploitation N°6 : « BOUAMER Belkacem »-« périmètre EL FERD »
Cette exploitation est considérée comme témoin, car elle est décrite par plusieurs
systèmes agricoles à savoir du point de vue :
•
•
•
Végétale : palmier/dattier, les arbres fruitiers.
L’eau : pour l’irrigation il y a 2 puits creusés à l’intérieur de l’exploitation et
fonctionnant par l’intermédiaire de 2 moto/pompes de puissances égale à 2 CV. Les
systèmes d’irrigation sont la submersion et le goutte à goutte. Le fonctionnement de
la méthode d’irrigation est à la sémiotique du couple confondu submersion/goutte à
goutte.
L’élevage : la considération pour l’exploitant est donnée à l’aviculture fonctionnant
sous deux bâtiments dont les superficies varient entre 8 à 12 m2.
V.1.7.Exploitation N°7 : « LAOUAR Ahmed »-« Périmètre de CHAAB LARKOUB »
Cette exploitation est de type polyculture définie par un nombre important de cultures
qui se résument au palmier dattier d’un nombre de 200 pieds et les arbres fruitiers au même
nombre auxquels il y a un rajout de l’exploitation des cultures maraichères, qui se font à petite
dimension et se plaçant en adjacement.
Pour l’irrigation les systèmes organisés à l’intérieur de son exploitation sont pour le
fonctionnement en sous pression : le goutte à goutte et l’aspersion secondés par le système
séguia se pratiquant à ciel ouvert.
Les sources d’eau employées sont un puits débitant 15 l/s et fonctionnant de pair avec
l’installation d’un bassin de volume égal à 100 m3. Les heures d’irrigation sont d’un tempestif
de 3h/jour et ce pour une superficie de 0.5 ha.
Ce qu’il y a soulèvé c’est que l’exploitant ne pratique aucun élevage. Ce qui a donné à
l’exploitation le titre d’un écosystème dit manquant.
73
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°20 : schéma de l’exploitation de « BOUAMER Belkacem »
74
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°21 : schéma de l’exploitation de « LAOUAR Ahmed »
75
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.1.8.Exploitation N°8 : « DJKAOUA Fodil »-« Périmètre de CHAAB LARKOUB »
Pour compléter notre étude sur l’exploitation précitée, nous avons considérée celle-ci
comme « double » et à l’état « témoin ».
Les paramètres de complément sont dans une première grande partie l’arboriculture
d’un potentiel égal à 1000 arbre et de double espèce « l’oranger » et « le citronnier ». Tandis
que le palmier dattier se trouve à une proportion presque de moitié et d’un potentiel égal à
450 palmiers.
Comparaison faite avec l’exploitation N°7, généralement on rencontre les mêmes
systèmes organisés par la submersion et le goutte à goutte avec comme point d’alimentation
en eau un puits et un bassin d’eau. Ce dernier faisant équilibre de débit entre les différentes
structures de l’exploitation.
V.1.9.Exploitation N°9 : « Ben SANIA Mbarek » « périmètre ELDJDID »
L’écosystème visité est de petite envergure du point de vue potentialité en végétal qui
se décrit par un nombre de palmiers égal à 100 pieds et du même nombre en ce qui concerne
l’arboriculture fruitière. La superficie de 2 ha et est attribuée dans le cadre de la mise en
valeur. Le végétal du sous adjacent est la culture maraichère exploitée sur une superficie de 1
ha.
L’irrigation se fait sous la forme mono système et de type « seguia ».
L’ensemble du végétal est irrigué à partir d’un puits de profondeur égal à 23m, et d’un
bassin placé en amont.
V.1.10.Exploitation N°10 : « TOILBE Chikhe » « périmètre ELDJDID »
Cette exploitation que nous avons considérée comme témoin se trouve dans une même
monolithique que l’exploitation précitée. C’est à dire décrite par les mêmes types de cultures à
savoir palmier dattier au nombre de 100 et 50 pour les arbres fruitiers.
Les systèmes d’irrigation et leur annexe sont de la même description que l’exploitation
décrite.
76
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°22 : schéma de l’exploitation de « DJKAOUA Fodil »
77
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°23 : schéma de l’exploitation de « Ben SANIA Mbarek »
78
Chapitre V
Typologie des exploitations
Fig n°24 : schéma de l’exploitation de « TOILBE Chikhe »
79
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.2.La Parcelle comme unité décisionnelle
Au niveau de la dynamique de l’eau, la parcelle représente l’unité essentielle pour
l’irrigant et surtout pour le développement de l’écosystème.
Les besoins en eau des cultures d’irrigation n’ont pas fait jour jusqu'à présent. Car les
représentants de la mise en œuvre des différents systèmes d’irrigation n’ont pas rationnalisé
leurs savoirs et savoirs faire sur la maitrise des doses, des fréquences et des tours d’eau. Les
besoins d’eau sont différents d’une parcelle à une autre, d’un quartier à un autre et d’un
périmètre à un autre.
La maitrise de l’irrigation dite de complément qui se trouve incluse de juin à octobre
n’est pas encore prise à étude de fond chez les irrigants. Les volumes d’eau à faire attribuer
aux plantes (palmier dattier et cultures sous-jacentes) se trouvent non au point chez les cadres
techniques et les exploitants. Les soldes d’eau entre les disponibilités et les besoins sont de
loin analyser et entrepris à chaque campagne agricole. La répartition de l’eau suivant les
différents cycles végétatifs des plantes se fait dans l’anarchie et dans un désordre dont les
résultats sont la désorganisation à l’intérieur de l’écosystème finalisée par économie plongée
dans une régression pécuniaire.
Les responsables des écosystèmes du point de vue durabilité de leurs aménagements
n’ont pas compris que l’irrigation est un investissement lourd et incertain auquel il faut se
donner une garantie par une dynamique évolutive dans le temps et dans l’espace.
L’organisation des irrigations qui se pratique actuellement au niveau de la parcelle
n’est pas du tout conforme aux conditions imposées par le climat et les paramètres
hydrodynamiques du sol.
Les rôles que exploitants optent dans leurs travaux quotidiens sont d’une part non
gérés par des conceptions formant le couple « théorie/pratique ». Et d’autre part les formes
pratiques dont les exploitants font part dans leurs taches quotidiennes ne se trouvent enserrées
dans un ordre où la dynamique est la centrale de leur économie d’eau subsistante au niveau de
la parcelle de l’exploitation.
Les approches déterminées par les exploitants au cours des cycles végétatifs des
plantes et par lesquelles la dynamique de l’eau est basée est de loin de se faire par l’étude de
bilan hydrique journalier, hebdomadier et mensuel.
Effectivement, l’approche par le bilan hydrique au niveau de la dynamique de l’eau
fait progresser dans le cycle annuel agricole la rentabilité des cultures favorisant une plus
value importante.
80
Chapitre V
Typologie des exploitations
V.3.La mise au point du fonctionnement d’une parcelle
La parcelle est un système, décrite par un certain nombre de structures fonctionnelles
sous l’égide des entrées et des sorties. Ces entrées et sortes se trouvent sous contrôle d’un
certain nombre d’appareils destinés à la mesure de l’eau à l’exemple du bilan en eau organisé
suivant les gains (pluie, RFU, RU,Ge) et des pertes tels que l’ETP et le drainage.
Chaque paramètre est occupé par des outils à partir desquels l’irrigant se trouve en
possession de données.
Pour ce faire, les acteurs irrigants sont dans l’optique obligatoire de manipuler :
•
•
L’abri anglais décrit par les thermomètres les baromètres, le piche etc.
Au sol, il y a implantation des tensiomètres pour le contrôle de l’eau de
manière a avoir une idée sur la capacité au champ, le point de flétrissement.
Les piézomètres pour le contrôle de la contribution en eau de la nappe aux différents
moments de l’année. L’obtention de ces différentes données associées au matériel approprié à
chaque paramètre nous font donner une représentativité du fonctionnement de la parcelle
considérée comme système. L’entrée en tète de la parcelle sera occupée en permanence par le
matériel décrit ci-dessus et qui est destiné à la mesure de la dose, et ce pour calculer la
fréquence et le tour avec le module débité par la source d’eau et la vanne.
La sortie est organisée sous le même matériel que pour l’entrée. Pour essentiel entre
l’entrée de la parcelle et sa sortie sera défini le fonctionnement de l’unité décisionnelle « la
parcelle » du point du vue dynamique de l’eau. La parcelle considérée comme système, sera
traduite dans le temps et dans l’espace par un modèle avec toutes ses dimensions basées sur
des expérimentations scientifiques.
Là où les différences entre les données obtenues au niveau de l’entrée et la sortie de la
parcelle avec tout système d’irrigation confondu, sont des solutions pour mettre sur rail la
modélisation d’une parcelle implantée en palmier dattier et cultures sous/jacentes. Et d’une
manière générale la mise en lumière de la dynamique de l’eau dont l’écosystème est
intimement liée.
81
CHAPITRE VI
« La description des types »
Chapitre VI
La description des types
La description des types
Type I :
Cultures : culture maraichère- arboriculture- palmier dattier.
Système d’irrigation: goutte à goutte- aspersion- pivot- submersion.
Ce type est décrit par des agriculteurs, dont l’âge varie entre 40 et 65 ans avec une
famille à sa charge. Son objectif est d’avoir un revenu maximum en exploitant plusieurs
cultures en système intensif. Ses stratégies, c’est de maintenir un système palmier dattier, plus
cultures maraichères, lui procurant un bénéfice important. Tout en limitant les charges, et en
faisant augmenter les investissements par la recherche d’un autre emploi temporaire, pour
avoir une somme d’argent en plus, lui permettant de mettre au point ses différents
aménagements. La production totale agricole se divise en deux tranches, une partie de sa
production agricole est destinée à l’autoconsommation et l’autre à la vente.
Pour les moyens de production, l’agriculteur se trouve en possession d’une superficie
comprise entre un a deux hectares de palmier dattier, le reste en cultures maraichères. La main
d’œuvre est généralement composée par les membres de sa famille (fils, cousins). Les cultures
maraichères, sont destinées une parie à la vente, et l’autre à l’autoconsommation.
Le type en question, est régi par des faibles rendements en palmier dattier, et par des
rendements acceptables, en ce qui concerne les cultures maraichères d’une façon générale.
L’exploitant est démuni d’un matériel agricole important à l’exemple d’un tracteur, de deux
ou trois pivots pour pouvoir irriguer toutes ses parcelles. Dans la période sèche, il y a
problème de rationalisation entre les fréquences et les tours d’eau.
Les systèmes d’irrigation sont employés dans leur totalité. Mais l’inconvénient, l’agriculteur
n’arrive pas à faire tourner tous ses systèmes. La plupart du temps, l’agriculteur ne se trouve
pas sensibilisé dans les grands systèmes à l’exemple du pivot.
Type II :
Cultures : palmier dattier- culture maraichère- arboriculture et culture fourragère.
Système d’irrigation: pivot- aspersion- goutte à goutte et submersion.
Les exploitants responsables sont d’un âge variant entre 35 à 60 ans, avec une famille
à charge. Son objectif est de rechercher des spéculations maraichères remportant une marge
bénéficiaire importante. Du même point de vue, que celles du type I, mais sur une plus grande
superficie. Pour les moyens de production, il cherche à pratiquer l’extension de ses terres, en
demandant aux autorités locales une autre acquisition de superficie, plus ou moins égale à sa
première attribution (2 à 3 ha). Pour la culture de palmier dattier, il procède à son extension
par d’autres variétés. Il opte pour agrandir son écosystème, à introduire un cheptel de type
bovin, ovin ou caprin. Mais son problème, réside dans l’alimentation du bétail par le manque
d’affouragement.
Il emploie tous les systèmes d’irrigation, avec une panoplie se résumant à la
submersion- le goutte à goutte, l’aspersion et le pivot. De ces différents systèmes il cherche à
investir dans le système « pivot ».
83
Chapitre VI
La description des types
Type III :
Cultures : culture maraichère- culture fourragère- élevage.
Système d’irrigation: pivot- aspersion.
Agriculteur dont l’âge varie entre 30 à 50 ans avec une famille à charge. Il cherche
comme pour les types I et II un revenu assez important, et d’une sécurité pour son
écosystème. Il procède à l’introduction des cultures maraichères en irrigué supérieures a un
hectare. Maintien du troupeau, et du palmier dattier par souci de sécurité. Il fractionne ses
cultures maraichères en procédant à l’autoconsommation d’une valeur égale au 1/3 de toute sa
consommation agricole.
Pour les moyens de production, il projette de procéder à l’achat du matériel en
aspersion tel que le système par « pivot ». Le troupeau animale est plus important que le type
I et II. En tout cas, il cherche à progresser dans l’extension de ses superficies, et de ses
cultures en introduisant, une main d’œuvre importante. Pour l’élevage caprin et ovin, il
projette de faire fonctionner son exploitation en augmentant son cheptel de 20 à 30 tètes.
Durant la campagne agricole, il lui arrive qu’il ne peut pas subvenir à ses travaux
agricoles, surtout durant les périodes de pointe. Par son faible équipement en matériel, il fait
recours à d’autres gains lucratifs. Le problème important, c’est l’alimentation de son cheptel
en fourrage, dont il ne peut avoir des quantités importantes. Pour raison, il se donne à l’achat
dont le prix du quintal est surestimé.
Pour le matériel d’irrigation, il se limité à l’aspersion, dont le pivot est le moyen le
plus sûr pour lui faire valoir son économie d’une façon plus positive. Il projette d’équiper son
exploitation, par l’achat en grand nombre de matériel aratoire. Il dynamise beaucoup plus
l’exploitation des ses cultures maraichères par l’introduction de nouvelles variétés, avec
l’achat d’un motoculteur. Pour la main d’œuvre, il emploie une main d’œuvre temporaire.
Type IV :
Cultures : palmier dattier- arbre fruitier.
Système d’irrigation: submersion- goutte à goutte.
Agriculteur âgé de 35 à 50 ans, il est muni d’une optique dynamisée pour conserver un
capital, par un petit revenu, en limitant les charges en travail.
Maintien du système palmier dattier avec en intercalaire l’arboriculture. Augmenter
les superficies en arboriculture fruitière, et en introduisant beaucoup plus l’arachide,
spéculation du troisième ordre avec aussi en projection la culture de l’oliveraie. Il fait recours
à la double activité. Sa stratégie est d’introduire par petite quantité en tètes l’élevage
d’espèces ovine et caprine. Avec emploi des salariés permanents. Une partie de sa production
en cultures maraichères est destinée à l’autoconsommation. Problèmes techniques pour la
conduite du maraichage.
84
Chapitre VI
La description des types
Type V :
Cultures : palmier dattier- arboriculture.
Système d’irrigation: la submersion.
Agriculteur âgé de 30 à 65 ans, avec une famille à charge. Son objectif est d’avoir, un
revenu suffisant malgré que son exploitation est décrite, par un système de cultures de faibles
spéculations. Son objectif est d’introduire des cultures maraichères en grande superficie de
façon à dynamiser son économie, avec un gain plus lucratif malgré une faible superficie.
L’exploitant se trouve avec un surfaçage faible en arboriculture. Il projette d’introduire
le goutte à goutte avec la mise en place des serres, et le pivot pour l’irrigation des grandes
surfaces emblavées en céréales. Manque de main d’œuvre. Il se base sur l’introduction de
l’arachide destinée à la fabrication de l’huile.
85
Conclusion
Conclusion
L’étude de recherche, que nous avons progressée dans le temps et dans
l’espace, nous a fait renseigner sur un certain nombre de points, traitant le
fonctionnement des unités de production phoenicicole dans les périmètres de
SEBSEB.
Compte tenu des différentes ressources hydro agricoles qui permettent de
créer la mise en place des aménagements des râbles possibles, des possibilités
d’améliorer la phoeniciculture et aussi les cultures intermédiaires telle que
l’arboriculture et le maraicher qui lui est adjacent.
L’étude traitée dans cette deuxième partie et traitant les types de système
d’exploitation est essentielle quant au modèle que nous allons proposer en patrie en
sus.
L’approche méthodologique que nous venons de mettre en exergue pour la
mise a point de « 5types » est destinée a permettre de localiser au mieux les
productions agricoles dans les espaces ou nous sommes appelés a étudier les
différents aménagements possibles créant une dynamique positive dans les
différentes unités de production. Et d’en fixer les proportions en surface et les
niveaux d’intensité d’exploitation.
Le problème est de tirer le maximum possible des ressources naturelles de la
zone de SEBSEB en liaison avec « le capital sol et végétation » et sans accélérer les
phénomènes de désertisation.
L’essentiel, c’est grâce au diagnostic écologique par nos différentes enquêtes
que les données étant acquises et que sur ces bases. Il est facile de construire un
nouveau modèle correspondant plus exactement aux options détenues pour sa
dynamique dans le temps et dans l’espace.
86
PARTIE 3
Modélisation
- Introduction
- Chapitre VII
« L’ossature du modèle »
- Chapitre VIII
« Application du modèle »
- Conclusion
Introduction
Introduction
Dans le but de mieux étudier les réactions des écosystèmes oasiens en place
aux divers problèmes de la dynamique en eau, et les endossements auxquels ils
peuvent être sujets, selon les divers scenarios de la mise en valeur, et ce concernant
la mise en place des aménagements hydrauliques, un modèle a été suggéré et va
être mis en œuvre dans la zone test de SEBSEB.
Tout au cours de la simulation, il sera possible de suivre les tendances
évolutives de « la dynamique de l’eau » ou de l’amélioration de la région considérée
par l’outil « recherche/action », et cela en fonction de chaque scenario
d’aménagement hydro/agricole proposé.
L’identification et l’étude de la typologie « définie par les types » tels que
nous les avons définis ci-dessus, correspondent à la mise en œuvre d’une approche
systémique qui domine les unités représentatives de la plupart des ressources
naturelles de l’espace, de la région d’étude à savoir : (végétation, sol, eau,
productions, population humaine), ainsi que leurs possibilités d’évolution. Cette
dernière est fondée sur les représentatives de la généralisation du modèle, que nous
allons essayer de le dynamiser à court et à long terme, et ce par le biais des unités de
production agricole.
88
CHAPITRE VII
« L’ossature du modèle »
Chapitre VII
L’ossature du modèle
Le modèle projeté dans le tempe et dans l’espace pour le fonctionnement des U.P
Choix de la zone représentative parmi les 13 communes
Choix du périmètre
Choix de l’exploitation
Choix de la parcelle
Typologie : pour chaque type faire l’étude l’analyse
suivant les trois phases
Analyse de la cohérence
des actions sectorielles
en rapport avec les
ressources en eau
Mise au point des
compétences techniques
par l’expérimentation
Phase 1
Phase 2
Lecture des paramètres généraux :
• Le repérage : causes des faibles
rendements : palmier dattier /cultures
sous jacentes
• Analyse : enquête sur l’exploitation et sur
les systèmes de production
• Interprétation : les techniques d’irrigation,
représentativité géographique sur les
relations entre pratique des irrigations et
la dynamique de l’eau dans les
fonctionnements des exploitations
agricoles
• Classification des données à partir des
activités de l’irrigation qui permettent le
choix d’un système et sa structuration du
point de vue condition physique et
chimique du sol. (pente, structure,
texture, salinité)
• Réflexion et autoévaluation portant sur
les systèmes en place
Phase 3
Production
expérimentale
- structuration des
données
hydrauliques/agricoles
dans les activités des
exploitants par :
• L’organisation des
structures : sol, eau
plante, climat
• Evaluation des moyens
en ressources eau-solvégétal
• Repérage et analyse
des erreurs de la phase
1 par rapport à la phase
2
2
1
90
Analyse psychologique
des différents acteurs
Analyse sur le plan
hydro/agricole et
surtout
psychologique du
côté
fonctionnement et
acceptation par les
différents
exploitants
Maitrise plus
transfert dans
d’autres domaines :
Calage et
généralisation
3
Chapitre VII
L’ossature du modèle
1
Construction d’un corpus
fonctionnant sur l’existant et les
besoins en système d’irrigation des
systèmes futurs à mettre en place
2
3
Donnée des résultats sur
chaque système pour la
généralisation du modèle
Généralisation du
modèle
La dynamique sociale des acteurs : politico/économique, agraires et exploitations pour
l’appropriation d’un système d’irrigation a l’intérieur d’un périmètre, d’une exploitation, d’une
parcelle
Fig n° 25:: modalisation de la dynamique de l’eau par l’approche expérimentale dans les unités de
production de la zone de SEBSEB
91
Chapitre VII
L’ossature du modèle
VII.2.Explication du modèle
La dynamique de l’eau dans la région de SEBSEB est dotée d’une mise en forme qui
ne se trouve pas en affinité avec une organisation rationnelle à l’intérieur des unités de
production phoenicicole.
Dans cette optique de rationalisation de l’eau, nous avons essayé de formuler un
modèle dont nous avons l’intention de le faire généraliser dans le temps et dans l’espace par
l’outil « la recherche/action ».
Notre approche intitulée sous la rubrique « systémique » c'est-à-dire structurée par
différents domaines à savoir :
Pédologique (sol), agricole (plan de cultures régi par différentes spéculations de caractères
autoconsommation et lucratif), hydraulique (soumissionnée par les disponibilités en eau des
forages, par les besoins des cultures durant tout le cycle annuel), est d’autant prise en
considération surtout dans le domaine de la définition de la problématique vérifiée par des
hypothèses et solutionnée par les objectifs.
La problématique en question a été fonction des quatre espaces à savoir :
- le choix de la zone la plus représentative parmi les 13 communes décrivant la
commune de SEBSEB.
- Le choix du périmètre et de l’exploitation dont on a fait le choix par la méthode
randomisante.
- le choix de la parcelle dont toutes les ressemblances sont dans un état de l’identique
par rapport aux autres parcelles. Donc la parcelle se fait par rapport à l’environnement de
l’exploitation sans pour autant faire de complication du point de vue choix. Toutes les
parcelles sont identiques. Car elles sont cultivées en général par les mêmes cultures et se
trouvent dans la même forme du parcellaire.
La liaison que nous avons pli dégager entre les périmètres et les unités de production
est la typologie formulée à travers 5 types.
De ce, notre point de départ, pour mettre en relief le modèle en question, est formulé
par trois phases dont chacune d’elles regroupe un certain nombre de points et dans l’espace
par « la recherche/action ».
Pour en prendre résumé de ce modèle nous avons décrit ces trois phases tout en
prenant comme précaution qu’il doit y avoir une pluridisciplinarité entre touts les acteurs et
surtout une interaction entre les différentes échelles décrivant ce type de modèle en question.
La typologie que l’on a mie au point va nous permettre de résumer les trois phases que
nous avons pris en considération en tête de notre modèle.
92
Chapitre VII
L’ossature du modèle
*- phase 1 : la phase est vue sous l’angle d’analyse de la cohérence des actions
sectorielles en rapport avec les ressources en eau.
La structure de cette phase en question regroupe les paramètres généraux de lecture à
savoir :
Le repérage de la cause de la faiblesse des rendements des cultures tels que le
palmier/dattier et les cultures sous jacentes.
De ce point pris comme essentiel pour le modèle seront organisées les enquêtes sur
l’exploitation fonction des systèmes de production.
La résultante entre le repérage et le mode d’analyse des enquêtes est la fonction
interprétative des résultats que nous essayerons d’interpréter par les techniques d’irrigation, la
représentativité des relations entre la pratique des irrigations et la dynamique de l’eau dans le
fonctionnement des exploitations agricoles. Ce qui nous permettra de procéder à la
classification des données à partir des activités des systèmes d’irrigation introduites dans les
unités de production phoenicicole.
*- la phase 2 : Importante du côte des activités de l’exploitant dans la mesure où elle
concerne la mise au point des compétences techniques que l’on définit par l’expérimentation.
Dans cette dernière, on procède à la restructuration des données hydro/agricoles, par
l’apport des activités des exploitants. Ces activités sont : l’organisation des structures du point
de vue sol-eau-plante-climat, et celles-ci évaluées par le biais des moyens en ressources
hydrique et végétale.
Le plus important est de dominer la phase 1 et 2 par l’analyse des écarts qui
conditionnent bel et bien notre problématique. Les écarte sont les erreurs de fonctionnement
des unités de production.
*- la phase 3 : cette phase fait figurer essentiellement la côte psychologique sur le
quel s’appuie les acteurs technico/économiques de façon à rendre acceptable les projets
d’aménagement par les différents exploitants agricoles.
De ce, la finalité du projet en sera déduite par la maitrise de la dynamique de l’eau, et
de procéder à son transfert. C’est-à-dire à la généralisation du modèle fonctionnel de cette
dynamique de l’eau à l’intérieur des unités de production phoenicicole.
En résumé le modèle en question ne sera mis sur ses assises, que dans la mesure, où il
y aura intervention des différents acteurs sous forme d’équipes pluridisciplinaires. Et où il y
aura aussi concertations au fur et à mesure que les actions se déterminent, et se fassent dans
un climat de compétence. Et de façon à rendre positive la dynamique de l’eau à l’intérieur
des périmètres et des unités de production phoenicicole de la région de SEBSEB.
93
CHAPITRE VIII
« Application du modèle »
Chapitre VIII
Application du modèle
VIII.1.Les méthodes pour la mise au point du modèle de la dynamique de
l’eau sur le terrain
L’ensemble des procèdes par lesquels nous sommes appelés à mettre sur terrain notre
modèle sont nombreux, ce qui justifie la prise en considération de l’outil « recherche/action ».
La méthode que nous avons définie dans les chapitres précédents, a été fondée par
l’approche systémique, dont les structures de fonctionnement ont été celles de la zone, la
commune, le périmètre, l’exploitation et la parcelle.
Cette structuration a été l’organe principal de l’étude de la dynamique de l’eau
déterminée par les paramètres : climat- sol- eau- plante. L’expérimentation a été basée sur les
enquêtes et les diagnostics par lesquels, nous avons pris connaissance des insuffisances de nos
informations sur les unités de production phoenicicole, et auxquelles nous avons établi une
typologie organisée suivant les différents types.
L’approche systémique à laquelle nous étions en mesure de dévoiler la problématique
est une aide puissante, surtout qu’elle est basée sur l’approche « déductive ». Pour notre
thème d’étude, nous avons présenté les caractéristiques utiles pour notre propos, et ce à part
entière pour la mise en lumière de notre modèle en adéquation avec les paramètres du terrain.
Quelques paramètres de la mise en place du modèle sont connus, à l’exemple des
variables qualitatives et des variables quantitatives. Il nous a paru intéressant pour la
projection de notre thème de prendre en considération deux types de variables que nous avons
l’intention de suivre sur le terrain. Les variables décrivant le milieu à un instant « t » à
l’exemple de la capacité de rétention de sol, de la R.F.U et du point de flétrissement.
Parallèlement à ces variables, et pour mettre en définitif le modèle, il est d’intérêt de procéder
à la prise en considération des variables d’action à l’exemple de l’étude des flux d’eau qui se
détermine par les entrées et les sorties de l’agro/système.
L’échelle des valeurs de la réalisation du modèle sur le terrain se trouve, à l’inverse
des échelles prises en considération dans la détermination de la problématique, et ce en vue de
son l’insertion.
Notre méthode sur la mise au point de notre modèle sur le terrain, est celle dite
« méthode par induction » qui se fait a l’inverse, « de la méthode déductive » avec laquelle
noue avons défini notre problématique.
Pour la mise en emplacement de notre modèle sur le terrain, nous avons pris en
considération « la parcelle » qui est l’unité décisionnelle de l’écosystème et que nous l’avons
considérée comme système.
95
Chapitre VIII
Application du modèle
Généralement, la mise au point du modèle par l’outil recherche/action est d’une façon
adepte des indicateurs qui jouent un rôle particulier dans l’ossature de la structuration du
modèle. Ces indicateurs lors de la mise au point d’une structuration du modèle par rapport à
une autre structuration servent aussi de repères pour prendre une décision, définir une attitude,
porter un jugement sur le résultat d’une action entreprise sur le déroulement technique du
modèle, et ce à l’intérieur de la zone la plus représentative de toute la zone d’étude.
VIII.2.La méthode du diagnostic et de la recherche/action
Dans le domaine le l’agro/système, et ce au niveau de la dynamique de l’eau le
diagnostic des actions entreprises au fur et à mesure de l’avancement du modèle sur le terrain
est compliquée. Par le fait d’obtenir rapidement les analyses ou les mesures complémentaires
justifiant la généralisation du modèle.
VIII.3.L’échelle de valeurs du modèle
Le diagnostic est une fonction directe de la recherche/action. Ce couple est souligné
par un examen rigoureux au fur et à mesure de la mise route de l’action l’une par rapport à
l’autre. A l’exemple de la dose attribuée au sol tout en tenant compte de tous les paramètres
hydrodynamiques du sol en faisant appel aux connaissances disponibles du point de vue
théorie et pratique. Le champ d’hypothèses est d’autant important, qu’il faut a chaque fois en
faire illusion de manière à fructifier le modèle par la recherche/action.
La dynamique de l’eau est caractérisée par une série de mesures, et ce concernant
surtout le climat- sol en liaison avec les systèmes d’irrigation.
A chaque mise au point d’une action, nous serons appelés à formuler des hypothèses
que nous vérifierons dans le temps et dans l’espace par différents outils.
Dans certains cas de l’étude de la mise en place du modèle, plusieurs actions peuvent
avoir les mêmes points en commun. Dans ce cas on fait appel au diagnostic différentiel nous
permettant de procéder à la séparation d’une action par rapport à une autre.
La dynamique de l’eau est trop complexe dans son sens. Ce qui nous pousse pour
progresser dans l’installation du modèle à prendre en considération d’autres informations en
passant à des techniques d’investigation plus poussées.
L’approche par le diagnostic est composée par l’enrichissement de l’expérimentation
au sens de l’observation, de l’adaptation de tel ou tel système d’irrigation, de déduire et
d’induire, savoir pondérer d’une action par rapport à une autre de manière à en avoir plus
d’éléments favorables, pour la mise en place du modèle sur le terrain, et au niveau de l’étude
d’une action à insérer sur le terrain, et appartenant au modèle, dans la mesure où l’objectif est
connu de l’étude et par l’outil recherche/action.
96
Chapitre VIII
Application du modèle
A chaque fois il est de prime à :
-
Identifier, classer et dénombrer les éléments importants de l’action.
Déterminer les liaisons intégrant tout l’ensemble de l’action.
Progresser pour la mise en place du modèle en identifiant les intrants et les extrants
décrits dans les chapitres précédents.
VIII.4.Organigramme des différentes phases de la mise au point du
modèle sur le terrain
Parcelle : induction du problème
Surface du sol
Infiltration d’eau
Evaporation
Ruissellement en surface
Réservoir sol : réserve en eau
Plan de cultures
Définir les espèces
Consommation en eau
Bilan hydrique
Débit fictif critique de pointe
Dynamique de l’eau
Choix des systèmes
d’irrigation
Fig n° 26: Organigramme des différentes phases de la mise au point du modèle sur le terrain
97
Chapitre VIII
Application du modèle
L’étude de la modélisation de l’eau dans la région de SEBSEB a été fonction de
plusieurs paramètres d’étude, à savoir : sol- eau- plante.
La méthode de recherche a été celle de la méthode dite déductive à laquelle nous
avons essayé de découvrir la problématique.
Cette dernière est considérée comme à laquelle nous devons arriver à déterminer
l’objectif de l’action appartenant au modèle à insérer sur le terrain.
Le modèle demande une unité décisionnelle au niveau chaque action, de manière à
progresser dans le temps et dans l’espace d’une façon logique et ponctuelle avec des moyens
appropriés à la dynamique de l’eau.
La problématique et la mise sur pied du modèle sur le terrain sont dans un rapport
inverse mais dans un même outil de recherche « la recherche/action ».
98
Conclusion
Conclusion
L’optique du travail décrit dans cette partie est l’aboutissement à un modèle sur la
dynamique de l’eau dans les unités de production phoenicicole. Ce modèle formulé à partir
des données obtenues par diagnostic et enquêtes, et dont nous l’avons organisé par une
typologie d’une série de 5 types, sera dans notre intention a le faire généraliser à court et à
long terme à travers les différentes ondes, à savoir grande, moyenne et microscopique
espace.
Ce modèle se trouvant dans l’ossature de la mise en valeur, aura une importance
capitale, quant à la mesure de la dynamique de l’eau, dont les différents exploitants sont
dans la difficulté d’organiser leur écosystème, par la mise en place d’un ou de plusieurs
systèmes appropriés aux conditions pédologiques, géologiques et hydrauliques de l’espace,
ainsi concerné par l’irrigation.
Pour sa généralisation, le modèle sera obligatoirement sujet à une équipe
pluridisciplinaire, qui étudiera de prés et de loin ses impacts sur les espaces terriens et la
panoplie des cultures.
L’outil principal de sa mise en place est la « recherche/action ».
99
CONCLUSION
GÉNÉRALE
Conclusion générale
Conclusion générale
La dynamique de l’eau organisée sous un aspect anarchique n’a pas été de fruit
sur l’ensemble des unités de production agricole dans la zone de SEBSEB. La
représentativité de l’étude, et son extension possible sur l’eau, a été dans une première
partie axée sur la caractérisation des systèmes écologiques, que l’on a dénombrés par
l’outil « typologie » et qui sont au nombre de 5.
Cette évaluation, a permis la caractérisation des systèmes écologiques de la
région de SEBSEB au moyen de nombreuses questions ou figurent l’intensification
des cultures, et les caractéristiques physiques et hydriques du sol. Nous avons pu
comprendre les relations entre les différentes structures des diverses exploitation.
Les types par lesquels, nous sommes arrivés à mettre en exergue le plan de la
représentativité de la dynamique de l’eau, dont les principaux paramètres ont été
fonction de l’intitulé de la problématique, définie à priori par un ensemble de
scenarios, seront suivis périodiquement lors de la mise en place de notre modèle.
Par l’approche systémique, et la mise en œuvre de la typologie, nous avons
essayé de mettre en esquisse une modélisation de la dynamique de l’eau. Les assises
de ce modèle, que l’on projette de le généraliser à court et à long terme, est composé
de trois phases. Où chacune d’elles est composée de différents points détaillants les
structures et les sous/structures permettant une rationalisation du fonctionnement des
unités de production.
Notre approche en question qui transite du général au particulier, et qui
permettra de nous intéresser à différents degrés de fonctionnement du périmètre,
jusqu'à la parcelle va nous permettre de mettre au point notre modèle. Et qui se
généralisera à court et à long terme par la recherche/action.
Dans la deuxième partie dite expérimentale est d’une manière générale très
importante quant à la définition de l’ossature du modèle. Pour renforcer ce dernier,
nous avons pensé à faire inculquer une autre approche classique, qui est celle du
calage du modèle où dans une même région ou une autre figurent des données qui
nous permettent de faire généraliser le modèle.
L’inconvénient, de notre modèle traitant la dynamique de l’eau est que toutes
les mesures des paramètres sont fondées sur des situations, où les acteurs
politico/agraires et les exploitants ne se trouvent particulièrement pas sur un travail où
les stratégies et les objectifs se concentrent pour l’optique d’une bonne rationalisation
de l’économie d’eau, aboutissant à une dynamique positive de l’eau.
101
RÉFÉRENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
Références bibliographiques
Références bibliographiques
Anonyme (1996). « Dictionnaire technique multilingue des irrigations et drainage », ICID-CIID,
New-Delhi.
Arrouays D, Chossat JC et Houdusse M (1995). « Dynamique de dessèchement des eaux
d’irrigation et rendement du mais grain (Zea Mays) sur des sols du Tursan », Sc. du Sol, 31 (3) :109124.
Auriscote , a propos de quelques observation sur 8 éleveurs ovins laitiers. Paris. 55p.
Ballif J-L (1998). « Dynamique de l’eau et irrigation en champagne », éditions Johanet, Paris.
Bassez J et Dubalen J (1987). « Matériel et installations d’irrigation par aspersion ». IGER-BCMER,
tome 1, Cemagref, Montpellier.
Bebatia, F., L’appropriation de l’espace à Alger depuis 1962, Alger, Ed. Sned, 1978.
Bendjelid, A. ; Brule, J. –C. et Fontaine, J., Aménageurs et aménagés en Algérie, Paris,
L’Harmattan, 2004, 419p.
Bendjelid, A., L’organisation urbaine des Bassins intérieurs oranais, Thèse Paris 1, Paris, 1990, 416
p.
Bendjelid, A., Planification et organisation de l’espace en Algérie, Alger, O.P.U., 1986,135p.
Bergsrud F (1979). ¨ Selectig a pivot¨. Expension Folder 444, Agr. Extension service, Univ. of
Minnessota.
Bielman B (1999). « Maitriser l’irrigation ». IPS, Les Aides pédagogiques, Jean Massonnaud, paris.
Bisson, J., Le Sahara entre exploration et indépendances Université de Tours, URBAMA (URA 365),
les Cahiers d’Urbama, n°12 et Université de Franche-Comté, Les Cahiers de l’Université ouverte,
n°7, 1999, pp. 45-62.
Bisson, J., Les nomades des départements Sahariens en 1959, Travaux de l’Institut de recherches
sahariennes, Alger, T. XXI, 1962,pp. 199-206, carte hors texte.
Bisson, J., Le Sahara : mythes et réalités d’un désert convoité, Paris, L’Harmattan, 2003, 479p.
Bouthier A et Monnefoy M (1993). « Céréales, une pratique à adapter selon les sols et les espèces »,
Gérer l’irrigation en grande culture, Optim’eau, 6-10, ITCF.
Broumer C, Prins K, Kay M et Heibloem M (1990). « Gestion des eaux en irrigation, Manuel de
formation n°5, Méthodes d’irrigation », FAO, Rome.
Brouwer C, Goffeau A et Heibloem M (1987). « Gestion des eaux en irrigation Manuel de formation
n° 1, Introduction à l’irrigation », FAO, Rome.
Brulé, J.-C., Une carte des espaces vécus : vers une cartographie des espaces de référence identitaire,
Aménageurs et aménagés en Algérie, L’Harmattan, 2004.
Références bibliographiques
Cote. M., « Une ville remplit sa vallée : Ghardaïa », in Revue Méditerranée, tome 99, 2002, pp. 107110.
Dersigny Ch (1997). « Pour une agriculture performante et respectueuse de l’environnement,
irrigation », Plaquette 6 p., CG de l’Oise, CG de l’Oise.
Doorenbos J et Kassam AH (1987). « Réponse des rendements à l’eau », bull, FAO d’irrigation et de
drainage, 33, FAO, Rome.
Ducrocq M (1987). « Les bases de l’irrigation », Coll, Techniques agricoles méditerranéennes, Tex
&Doc Lavoisier, Paris et ESU, Beyrouth.
Durand JH (1958). « Les sols irrigables, étude pédologique », dir. de l’Hydraulique et de
l’Equipement rural et dir. de l’Agriculture, Alger.
Fontaine, J., « Infrastructures et oasis-relais migratoires au Sahara algérien », Annales de Géographie,
n°644, 2005, pp. 437- 448.
Fontaine, J., Les population sahariennes. Université de Tours URBAMA (URA 365), Les Cahiers
d’Urbama n°12 et Université de Franhe-Comté Les Cahiers de Université ouverte n°7, 1996, pp. 3334.
Ghomari, A., Dynamique urbaines dans les grandes villes : le cas d’Oran. Magister, urba., univ. de
technologie Oran, 1998.
Gras et Al., fonctionnement de l’exploitation agricole. I.N.R.A. 49p. Paris.
Guillard E (1995). « Mieux gérer les problèmes d’hétérogénéité d’aspersion en conditions ventées »,
Mém. f. ét. ESAP. Toulouse.
Henin, S., (1968). Evaluation de la stabilité de la structure du sol. Paris, 514P.
Hilled D (1974). « L’eau et le sol, principes et processus physiques », Vander Ed.. Louvain.
Kouzmine, Y., « Les villes sahariennes algérienne et le développement urbain durable, ville réelle,
ville normative », bulletin de la société neuchâteloise de géographie, 2006, pp. 85-103.
Kouzmine, Y., L’espace saharien algérien : dynamiques démographiques et migratoires, maitrise,
Géographie, Université de Franche-comté, 2003, 243p.
Mathieu C (1982). ¨problèmes agro-pédologiques posés par la mise en valeur hydro-agricole des sols
des zones méditerranéennes semi-arides, exemple de la Basse-Moulouya au Maroc oriental »,
l’Agronomie Tropicale, IRAT, I : 30-50, Paris.
Mathieu C (1987). « Influence du travail du sol sur la structure et les rendements en condition
d’irrigation au Maroc oriental », pédologie, XXXVII (I) :21-41, Gand.
Mathieu C et Ruellan A (1987). « L’évolution morphologique des sols irrigués en région
méditerranéenne semi-aride : l’exemple de la Basse-Moulouya (Maroc) », Cah. ORSTOM, sér.
Pédologie, XXIII (I) : 3-25, Paris.
Merlin, P., Géographie de l’aménagement, Paris, PUF, 1988, 334p.
Monnier G et Stengel P (1982). « La composition granulométrique des sols, un moyen de prévoir
leur fertilité physique », BTI, 370/372, 503-512.
Références bibliographiques
Mouaziz, N., Législation foncière et réalités : le cas de l’agglomération d’Oran, Magister, urba., univ.
de technologie, Oran, 1998.
Msilta, L., Enjeux fonciers dans une commune de la périphérie Ouest d’Alger : Draria », Magister,
sociologie (en langue arabe), Université d’Alger, 2003.
Mutin, G., Aménagement et développement d’Alger. Bull. soc. Lang. Géographie, 2-3, Montpellier,
1986.
Perarnaud V et Rayand N (1991). « Agrométéorologie », Cours et Manuels n° 4, Ecole nationale de
la météorologie, Météo France, Direction de la Météorologie Nationale, paris.
Peyremorte P (1983). « Des tensiomètres pour améliorer la conduite des arrosages », perspectives
agricoles, 67 : 42-53.
Rebour H et Deloye M (1971). « Irrigation, les réseaux d’irrigation, théorie, technique et économie
des arrosages », Eyrolles Ed. Parise.
RNED-HA (1990). « Irrigation, guide pratique », Cemagref, Antony.
Rolland L (1980). « La mécanisation de l’irrigation par aspersion », Bull. n° 35, Irrigation, FAO,
Rome.
Safar-Zitoun, M., Dynamiques sociales et rigidités institutionnelles ou la ville confisquée par l’Etat,
Cahier/Discussion paper, 4-94, Villes et Développement, Montréal, 1994.
Safar-Zitoun, M., Stratégie sociales et patrimonialisation : Alger 1962-1992, Paris, Ed. L’Harmattan,
1997.
Sanchez K (1997). «Qualité de la répartition de l’irrigation en conditions ventées », Mém.f. ét., ESAP,
Toulouse.
Sebliotte M., (1974). Agronomie et agriculture, essai d’analyse des taches de l’agronomie. Paris. 25P.
Thony J-L (1993). « Note aux utilisateurs des infiltromètres TRIMS (conductivimètre hydraulique à
disques) », LTHE Grenoble.
ANNEXE 1
Annexes 1
Tableau n°1 :Densité de peuplement de la wilaya par commune
Au 31/12/2010
Commune
2
Population
Superficie (Km )
114003
Ghardaia
El-Ménéa
41413
Daya
12940
Berriane
32683
Metlili
44931
Guerrara
64799
El-Atteuf
16759
Zelfana
10584
Sebseb
3184
Bounoura
37561
Hassi-El-F’hel
4198
Hassi-El-Gara
18819
Mansoura
3141
306,47
23.920,68
2.234,94
2.609,80
5.010,12
3.382,27
717,01
1.946,23
4.366,82
778,92
6.875,39
27.698,92
4.812,55
Total
405015
84.660,12
Densité
(Habitants/km2)
371,47
1,73
5,78
12,52
8,97
19,16
23,37
5,44
0,73
48,22
0,61
0,68
0,65
4,78
Source : D.P.A.T
tableau n°2 : superficie en km2 de la wilaya par commune.
Communes
Ghardaïa
El-Ménéa
Daya
Berriane
Metlili
Guerrara
El-Atteuf
Superficies (Km²)
Communes
Superficies (Km²)
306,47
23.920,68
2.234,94
2.609,80
5.010,12
3.382,27
717,01
Zelfana
Sebseb
Bounoura
Hassi-El-F’hel
Hassi-El-Gara
Mansoura
1.946,23
4.366,82
778,92
6.875,39
27.698,92
4.812,55
Total
84.660,12
Source : D.P.A.T
Tableau n°12 : la température max et min.(2010)
Mois
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Température en °C
Moy. Max.
19
22,1
25
28,7
30,5
38,2
41,7
41
Moy. Min.
8,2
10,8
12
16,3
18,1
24,5
28,4
28,3
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Total annuel
34,6
28,2
22,5
19,6
351,1
22,9
16,6
11,5
8,6
206,2
Moy. mensuelle
29,26
17,18
Source : (I.N.C)
Tableau n°13 : pluviométrie en mm de la région.
Mois
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Total annuel
Pluviométrie 2010
Pluviométrie en mm
7,3
0,1
1,4
Traces
4,6
7,5
9,8
Traces
2,2
8,9
Néant
Néant
41,8
Jours de Pluie
7-8-18-28
4-13-15
9
17
22-28
14-26
14-19-25-29
10-11
1-2-7-24
6-8-10-11-19-22
/
/
29
Moy. mensuelle
3,48
2,42
Source : (I.N.C)
Tableau n° 14: l’évaporation de la région d’étude
Mois
Évaporation
(en mm)
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Moy. mensuelle
116
147
185
213
263
374
346
350
218
191
126
130
221,58
Source : (I.N.C)
Tab n° 15: l’intensité de vents de la région
Mois
Vents forts ( M/S )
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Moy. mensuelle
3
2,9
3,1
3,5
3,7
4,1
2,3
2,4
2,9
3
3,2
2,8
3
Source : (I.N.C)
ANNEXE 2
Annexes 2
les Icones structurées dans les différents unités de production
ANNEXE 3
Annexe 3 « Guide d’enquête »
EXPLOITATION DE MR____________________________
PERIMETRE :____________________________
Date des entretiens : _____________________________________________________
Age de la personne interrogée :_________________________________
Autres personnes présentes lors de l’entretien :
Voisins : __________________________________________________
Amis :___________________________________________________
Catégorie de la personne interrogée :______________________________
Sexe : ____________________________________________________
Exploitation : IN , cole
Lieu d’habita : exploitation :____ village :____ ville :____
Bibliographie de l’exploitant interrogée
Scolaire : Type d’études :_________________________________
Diplomes :______________________________________________
Professionnelle:
Quelle profession :______________________________________________
Diplôme et expérience professionnelle :_____________________________
Histoire des professions exercées :_________________________________
Type d’activité :________________________________________________
Socio/économique : salaire :_____________________________________
Exploitation agricole/habitat
Description de l’exploitation :
Superficie totale de l’exploitation :____________________________
Cultivé :_____________ non cultivé :_________________________
Nombre de : palmiers_________ arbres fruitiers_______________
Espace réservé au : culture C M __________autres _____________
Espace réservé au pivot ______nbre________ autres____________
élevage : nbre________ ovin _______ bovin______ caprin_____
aviculture_____ apiculture :___________nbre________________
Ressources en eau
Forage public _______puits _________ nbre ________prof_______
Bassins d’eau : nombre : ______capacité :____________________
Qualité de l’eau : bonne ____ assez bonne ____ médiocre______
Système de pompage : _________________________________
Système d’irrigation :
Mode d’irrigation :______________________________________
Submersion ___________ ____________ espace________ _____
Gouttes à gouttes ____________ espace________________
Aspersion : pivot ________________ autres________________
Trajectoire résidentielle
o D’où vient la personne ?________________________________________
o Autres Wilaya :______________________________________________
o Autre Daira :_________________________________________________
o A toujours habite à Seb-Seb :____________________________________
o Histoire de l’accès à la mise en valeur : ____________________________
•
•
•
Choix
o Rapprochement familial :_______________________________________
o Pourquoi ce périmètre :________________________________________
o Qui en a décidé ? _____________________________________________
o Date du commencement d’aménagement :_______________________
Caractéristique de l’exploitation
o Taille de l’exploitation :_______________________________________
o Nombre de personnes qui y travaillent :__________________________
La citoyenneté
o L’exploitant appartient-il à une association politique, amicale, de quel type, à quel
poste ?
CARTE DES RESSOURCES
Dans le périmètre quels sont les lieux considérés comme essentiels la mise
en valeur du point de vue aménagement ?_______________________________
lieux positifs devront etre améliorés, protégés par les aménagements
de la mise en valeur :
quelles sont les qualifications ?________________________
quels sont les repérages ? ___________________________
sont elles compensées ? _____________________________
quelles sont les contributions des services publics et
municipaux ?______________________________________
PROBLEMES LIES AUX DIFFERENTS AMENAGEMENTS.
Au cours de la mise en valeur pour l’exploitant, les acteurs
politico/agraires et sa famille
- Vulnérabilité
- Ressources liées à la personnes
- Handicap
- age
ACCESSIBILITE
Structures de la mise en valeur du point de vue aménagement
- Quels types d’aménagement ?_____________________
- Y a-t-il absence de recours :______________________
SOUTIEN SOCIAL
- Qui peut l’aider ?________________________________________
- Venir en visite pour le domaine de la vulgarisation :_____________
- Quelles sont les personnes les plus proches ?_____________________
- Quel est l’état du voisinage et ce que l’on peut en attendre ?_________
- Quelles sont les personnes ressources sur lesquelles on peut compter
En cas de problèmes ? ________________________________________
ECOLOGIE
- Y a-t-il équilibre, déséquilibre dans les différents types
D’aménagement ?_______________________________________
- Quels sont les matériels utilisés ?___________________________
- quels sont les différents agencements entre eau – sol et la plante
Et en ce qui concerne les aménagements Hydro/Agricole ?
______________________________________________________
- quelle est la production des plantes et des animaux
-
_______________________________________________________
- quel est le système de régulation ?_________________________
- lieu à aménager ;_______________________________________
- environnement de compensation interne à l’exploitation ______
CONDITION DE L’EXPLOITATION
Description : ____________________________________________
Matériel :_____________________________________________
Observation sur les différents travaux :______________________
Transition entre l’espace de l’exploitation et l’extérieur :__________
ZONE DU PERIMETRE.
- Etat central :__________________________________
Etat périphérique :_____________________________
Dégradé ?_______________________
Rénové ?________________________
Comment l’exploitation va définir son minimum d’aménagement
Et ce en ce concerne son espace de mise en valeur.
L’EXPLOITATION
Salubrité de son exploitation
- Orientation____________________________________
- Vent_________________________________________
- Confort : l’eau__________________________________
- quels sont les éléments d’impact sur l’état du périmètre
Et de l’exploitation :_____________________________
- Appréciation sur son exploitation :_________________
Etre dans son périmètre et son exploitation :
Quel est le vécu dans son exploitation :__________
Satisfaction :________________________________
Insatisfaction :______________________________
- Quels sont les raisons :_____________________________
- Quel est le régime de fermeture et d’ouverture de l’exploitation
Avec les acteurs Politico/Agraire :__________________________
- L’exploitation est elle un espace rassurant pour une bonne
Rentabilité des cultures :_________________________________
- La dynamique de la mise en valeur est elle rassurant, angoissante
Auquelle on travaille avec plaisir ou déplaisir :_______________
Le travail dans l’exploitation
Appréciation de la mise en valeur du point de vue :
- Irrigation :________________________
- drainage :________________________
- Culture :__________________________
- projet hydro/agricole :_____________
- appréciation de l’environnement autour du lieu
L’exploitation : agréable , désagréable :
Condition de l’exploitation
- Proximité / éloignement du lieu d’habitation, de ville ou du lieux
- Potentiels en cas de recherche d’achat de matériel, de semences :
______________________________________________________
- Risques et /dangerosité particulière liés aux différents aménagements
________________________________________________________
- Tension/ satisfaction à l’égard de la mise en place des aménagements
Et de la mise en valeur :_____________________________________
- Comment se font les manutention à l’intérieur du :
- Périmetre :__________________________________
- L’exploitation :______________________________
- Quels sont le moyens :_________________________
Espace de l’exploitation
Problèmes
- Atouts sur le périmétre, la Daira et la Wilaya :_______________
- Quels sont les atouts, ressources, qualification du périmètre, de
Exploitation de la Daira et de la Ville :_____________________
- Le périmètre et l’exploitation par rapport a ce qu’ils rapportent
- Choix des moments de la mise en place des aménagements :
_____________________________________________________
- Emploi du temps et utilisation de l’espace destiné a la mise
En valeur :____________________________________________
Sensations liées aux capacités d’utilisation de l’espace terrien
Destiné à la mise en valeur
Vous sentez vous très mal a l’aise lors de l’entretien :
- Mal
- Bien
- très bien
- ne sais pas -
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising