60 tableaux de bord pour la gestion des compétences - Maroc

60 tableaux de bord pour la gestion des compétences - Maroc
01_1res.fm Page II Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
01_1res.fm Page I Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
60
tableaux de bord
pour la gestion des compétences
01_1res.fm Page II Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
01_1res.fm Page III Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
60
tableaux de bord
pour la gestion des compétences
Alain Labruffe
01_1ρεσ.φμ Παγε Ις Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 11:45 11
IV
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Du même auteur
Audit de l’entreprise communicante, Socrate, 1991
La communication positive, PUB, 1997
Cinq thèses de communication sociale, PUB, 1998
Les méninges du management – GRH et communication interne, Chiron, 2001
Prévenir et combattre le stress, Chiron, 2002
Réussir les entretiens de sélection, Chiron, 2003
Management des compétences, AFNOR Éditions, 2003 et 2005
Mesure des compétences, AFNOR Éditions, 2003
Communication et qualité, le maillon fort, AFNOR Éditions, 2003
Les Compétences, collection 100 Questions pour comprendre et agir, AFNOR Éditions, 2003
Le Management, collection 100 Questions pour comprendre et agir, AFNOR Éditions, 2004 et 2006
La Formation des adultes, collection 100 Questions pour comprendre et agir, AFNOR Éditions, 2005
Compétences relationnelles, du savoir être au savoir agir, AFNOR Éditions, 2005
Pour en finir avec le stress, une méditation occidentale, Chiron, 2004
Pour en finir avec les problèmes de communication, en famille et au travail, Chiron, 2004
L’entretien professionnel, mise en œuvre de la nouvelle loi sur la formation, AFNOR Éditions, 2005
Manager, le kit-minute, AFNOR Éditions, 2006
Le Guide du nouveau formateur, AFNOR Éditions, 2006
La Communication positive, objectif santé, LEH Éditions, 2006
© AFNOR, 2007
ISBN : 978-2-12-475541-7
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des
pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation de l’éditeur est illicite et constitue
une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage
privé du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont
incorporées (Loi du 1er juillet 1992 – art. L 122-4 et L 122-5, et Code pénal art. 425).
AFNOR – 11, rue Francis de Pressensé, 93571 La Plaine Saint-Denis Cedex
Tél. : +33 (0)1 41 62 80 00 – www.afnor.org
01_1res.fm Page V Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
Sommaire
Remerciements .......................................................................................................
Introduction
Tableaux de bord et compétences.............................................................................
1
2
3
1
3
Tableaux de compétences pour le management...............................................
15
1.1
Des tableaux de bord utiles au management… .......................................................
15
1.2
Pour cerner l’évolution des entreprises .....................................................................
21
1.3
…Et stimuler les besoins fondamentaux des salariés................................................
28
Méthodologie : compétences et tableaux de bord ............................................
35
2.1
Plan d’action de la méthodologie .............................................................................
35
2.2
Les versions d’un référentiel de compétence .............................................................
39
Choix et utilisation des référentiels de compétences.........................................
51
3.1
Construction du référentiel.......................................................................................
51
3.2
État des lieux ..........................................................................................................
52
3.3
Choisir une version du référentiel.............................................................................
55
01_1ρεσ.φμ Παγε ςΙ Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 11:38 11
VI
4
5
6
7
8
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
3.4
Version normale ......................................................................................................
62
3.5
Utilisation du référentiel ..........................................................................................
65
3.6
Les cartes de compétences, atout maître des managers .............................................
70
Compétences requises par une fonction...........................................................
73
4.1
La description de fonction ........................................................................................
74
4.2
L’infogramme..........................................................................................................
76
4.3
La carte des compétences d’une fonction ..................................................................
79
4.4
Réalisation d’un bilan de compétences......................................................................
86
Tableaux de compétences pour choisir le personnel .........................................
91
5.1
Le choix des compétences ........................................................................................
91
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement...............................
107
6.1
Utiliser un guide d’entretien.....................................................................................
108
6.2
Utiliser les moyens de l’évaluation ...........................................................................
113
6.3
Le guide d’entretien ................................................................................................
113
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue.......................................
139
7.1
L’entretien professionnel comme modèle d’évaluation...............................................
139
7.2
La procédure de l’entretien professionnel .................................................................
141
7.3
La constitution du dossier.........................................................................................
152
7.4
Exemple de dossier d’appréciation ...........................................................................
154
7.5
Savez-vous répondre aux questions concernant le DIF ?............................................
165
7.6
L’actualisation de la carte des compétences...............................................................
167
7.7
La constitution de la carte des compétences du service ..............................................
169
7.8
Le passeport formation ............................................................................................
171
7.9
Le guide d’entretien ................................................................................................
173
Tableaux de compétences pour mieux communiquer .......................................
175
8.1
Un nouvel éclairage du couple information-communication .......................................
175
8.2
Communiquer : une rupture conceptuelle et pratique ................................................
178
8.3
La prise de parole....................................................................................................
180
8.4
Un dialogue constructif ............................................................................................
182
8.5
L’attitude communicante ..........................................................................................
185
01_1res.fm Page VII Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
Sommaire
VII
8.6
L’origine des problèmes de communication ...............................................................
188
8.7
Une compétence pour mieux communiquer ..............................................................
191
Tableaux de compétences pour motiver...........................................................
195
9.1
L’ingénierie des ressources humaines........................................................................
195
9.2
Au cœur du système motivationnel...........................................................................
197
9.3
Stimuler les besoins fondamentaux ..........................................................................
201
9.4
Évaluer la satisfaction ..............................................................................................
207
9.5
Actions du management pour motiver ......................................................................
209
Tableaux de compétences et IRH pour le management ....................................
211
10.1
Identifier les pratiques d’IRH....................................................................................
211
10.2
Définir les pratiques essentielles d’IRH .....................................................................
214
10.3
Exigences normatives et IRH ....................................................................................
221
Conclusion ..............................................................................................................
Bibliographie ..........................................................................................................
225
229
9
10
01_1res.fm Page VIII Vendredi, 12. janvier 2007 12:52 12
02_ιντρο.φμ Παγε 1 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Remerciements
Les auteurs AFNOR commencent à former une grande famille dont les lectures,
les échanges épistolaires, les discussions et la collaboration maintenant habituelle
facilitent grandement la rédaction d’un ouvrage qui sort enrichi par des idées, des
conseils, des confrontations de pratiques et de réflexion.
De ce fait, cet opus doit beaucoup à l’expérience et aux talents conjugués
d’Emmanuel Carré, Benjamin Chaminade, Sylvie Desqué, Gérard Landy,
Stéphane Mathieu et Armand Mennechet.
Au fil des pages, Laurence Béarnais, Yolaine Maudet, Denisa Pascu, Isabel
Rodriguès et Émilie Roy retrouveront aussi leur contribution, tandis que Abder
Amsidder, Vincent Beurrier, Pierre Cavoli, Hélène et Sébastien Clément,
Mathieu Cuchet, Jean-Baptiste Delorge, Alain et Christophe Deluc, Frédéric
Despujols, Thierry Giffard, Laurence Harribey, Jean-Claude Papi, Alain Vignau –
parmi bien d’autres utilisateurs – retrouveront des outils conçus à leur intention.
Rendons également grâce à nos éditrices Dominique Cohen et Catherine Dô-Duc
pour la créativité et le soin qui ont conduit à la présentation finale que le lecteur
appréciera certainement.
02_ιντρο.φμ Παγε 2 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
02_ιντρο.φμ Παγε 3 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Introduction
Tableaux de bord
et compétences
Recourir aux méthodes rationnelles pour décider (…),
c’est chercher à préciser tout ce qui peut être mesurable ou évalué (…)
stimuler l’imagination et mieux peser les risques (…)
Rien ne remplacera l’intuition, le jugement, le courage.
Denys Brunel, La théorie des jeux et les tests statistiques
Des tableaux de bord
pour piloter les compétences
Un tableau de bord a pour fonction de donner une information pertinente, rapide
et synthétique sur un fonctionnement, un état, un objectif, une performance.
C’est donc, pour AFNOR, « un outil de pilotage et d’aide à la décision regroupant
une sélection d’indicateurs »1. Dans le domaine de l’IRH (ingénierie des
1.
Norme FDX50-171, in Mise en œuvre des ISO 9000, AFNOR, 2002, p. 219.
02_ιντρο.φμ Παγε 4 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
4
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
ressources humaines), concernant en particulier la gestion des compétences par le
management, les tableaux de bord sont conçus pour analyser et évaluer qualitativement leur objet : la performance d’une personne ou d’une équipe, affectée à une
fonction ou un projet précisément défini. Dans ce cas, les indicateurs (définis par
des critères et des paramètres) sont généralement traduits en termes de propositions
discursives (et non de ratios ou de chiffres), car ils ont pour objectif d’évaluer et
d’agir sur des comportements individuels en fournissant des modes d’emploi
propices à l’amélioration nécessaire.
Des indicateurs statistiques, habituels pour dénombrer des populations, n’ont
donc aucun sens pour analyser, réfléchir et prendre des décisions adaptées au
perfectionnement des compétences d’une personne. Chaque collaborateur est
unique par définition, fait « de chair et de sang » selon l’expression de Jean-Paul
Sartre. Il exerce des compétences dont la réalisation est affectée – et parfois
transcendée – par des idées, des ressentis et des attentes particulières. Ceux-ci se
trouvent en interaction avec le réseau relationnel dans lequel chacun évolue, ainsi
qu’avec la situation et le contexte qui influencent la performance individuelle.
Cette évaluation s’effectue donc, le plus souvent, de façon descriptive à partir de
propositions relatives à des unités de compétences (ou items), à l’aide d’une
hiérarchisation croissante ou décroissante qui, dans certains cas, peut être traduite
dans des chiffres. Ces chiffres doivent être alors considérés comme de simples
repères pour faciliter l’observation et déterminer une réflexion plus approfondie,
proprement qualitative. La compréhension de ces repères chiffrés doit être passée
au crible d’une analyse plus fine qui débouche sur des protocoles ou des plans
d’action décrivant des améliorations auxquelles parvenir.
Par exemple, et selon une expérience prouvée par des faits observables, et validée
par mon entourage, mon niveau 4 en anglais se traduit dans l’unité de compétence
suivante : « pratique courante (de cette langue) dans toutes les situations quotidiennes et professionnelles, aussi bien au plan écrit que parlé ». Cette cote définit
une unité de compétence (ou item), laquelle indique aussi un objectif de
progression par rapport au niveau supérieur impliqué par l’évolution prévisible de
ma fonction (tournée de conférences en Europe, conduite de projet avec une
équipe pluriculturelle ou coaching d’un enseignant-chercheur indien).
Cette progression est précisée de façon discursive par une ou plusieurs propositions
relatées dans le niveau 5 du référentiel « domaine de compétence anglais ». Le
plan d’action qui en découle s’effectue en fonction du niveau de difficulté estimé
02_ιντρο.φμ Παγε 5 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Introduction
5
(seul ou en concertation avec un spécialiste) et du planning de travail à réaliser par
ailleurs. Ce plan débouche sur un programme de séquences quotidiennes
d’apprentissage, jusqu’à ce que l’objectif visé soit atteint dans un délai défini. Ce
sont autant de conditions sur lesquelles je m’engage et que je contrôle sur un
tableau de bord spécialement conçu à cet effet.
L’essentiel de l’évaluation a donc pour objectif d’élaborer des plans d’action qui
correspondent à des procédures relatives à un ou plusieurs domaines de compétences. Les compétences peuvent être elles-mêmes décrites et hiérarchisées dans
des tableaux, lesquels renvoient à des manuels compilant les procédures correspondant à chacune des propositions établies dans un référentiel de compétences.
Dans tous les cas, référentiels, indicateurs de performances et tableaux de bord
doivent être conçus, construits et – surtout – validés en concertation avec les
personnels concernés. Ceux-ci, étant partie prenante dans cette élaboration, sont
alors en mesure de comprendre l’utilité de ces instruments d’évaluation et acceptent
d’autant mieux de s’engager à atteindre les objectifs de progression qui en découlent.
Un tableau de bord performant
En ce qui concerne l’évaluation et la comparaison des compétences, les tableaux
de bord que nous proposons sont essentiellement d’ordre qualitatif. Ce n’est que
de façon imagée que l’on peut parler de « mesure » dans ce domaine de gestion des
ressources humaines dévolu au management. En effet, ces tableaux de bord ont
pour mission de :
– analyser des performances humaines en termes de procédures ;
– apprécier des niveaux de compétences et des degrés de difficulté ;
– analyser des réalisations plus ou moins complètes ;
– établir des comparaisons concernant la réalisation de protocoles, le respect de
modes d’emploi et l’atteinte d’objectifs ;
– décider d’objectifs de progression précisément définis ;
– favoriser l’engagement dans des plans d’action établis en concertation à partir
de procédures, de protocoles, de modes d’emploi référencés par des unités de
compétences clairement décrites et pouvant faire l’objet d’un apprentissage
structuré en paliers hiérarchisés.
02_ιντρο.φμ Παγε 6 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
6
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Quand peut-on dire qu’une négociation est réussie alors qu’elle aboutit à des
compromis ? Quand est-on compétent dans un domaine, si ce n’est de façon
relative à une exigence qui, elle-même, dépend des circonstances d’exécution, du
contexte organisationnel, et de multiples autres facteurs ? Toute mesure introduit
un biais dans le phénomène qu’elle prétend apprécier. En matière humaine,
domaine privilégié de l’action du management : celle-ci meurt avec sa mesure…
Objectif d’un tableau de bord
Selon AFNOR2 : « le but d’un tableau de bord est de mettre en évidence les
actions qui s’imposent pour atteindre les objectifs et améliorer les processus (ici :
la gestion des compétences par le management). C’est auprès de la personne à qui
s’adresse le tableau de bord qu’il convient donc de s’enquérir des indicateurs
qu’elle souhaite voir apparaître dans un tableau de bord en fonction des
objectifs. » Courbes, schémas, graphiques, sociogrammes, symboles et jeu de
couleurs peuvent aussi être utilisés pour mettre en évidence des changements
d’état, des tendances, des positions et des actions par rapport à un seuil ou à un
degré de réalisation, concernant une proposition indicative d’un état, d’un
comportement ou d’un objectif. Le tableau de bord peut reprendre directement
des indicateurs bruts ou combiner plusieurs indicateurs pour présenter l’information selon la nécessité ou le besoin du management afin de prendre les décisions
qui s’imposent après réflexion et concertation.
Des informations
accessibles d’un coup d’œil
Un tableau de bord est composé d’indicateurs révélant des informations caractéristiques favorisant une prise de décision fiable et des choix réfléchis. Il doit souscrire à un certain nombre de caractéristiques dont la première est de répondre à un
réel besoin des managers qui en sont les principaux usagers dans leur mission de
management relationnel.
2.
Norme FDX 50-171, in Mise en œuvre des ISO 9000, AFNOR, p. 225.
02_ιντρο.φμ Παγε 7 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Introduction
7
Les managers doivent pouvoir facilement analyser le tableau de bord grâce à sa
précision et à sa validité dans toutes les situations d’utilisation. Le tableau de bord
doit aussi pouvoir être construit facilement pour devenir rapidement consultable,
adaptable et modulable en fonction des évolutions constatées. Sa construction et
son utilisation doivent aussi être rapides, économiques et chacun doit pouvoir en
contrôler l’efficacité et la validité.
Un tableau de bord peut également regrouper un ensemble d’indicateurs facilitant
le contrôle et la régulation d’une situation particulière de travail ou de relation,
évaluer l’évolution d’une procédure ou révéler un incident critique. Après mûre
réflexion et concertation, l’objectif est de prendre une décision basée sur l’analyse
des indicateurs qualitatifs ou chiffrés du tableau de bord, puis de mettre en œuvre
un plan d’action élaboré à partir de critères objectifs. En outre, un tableau de bord
est toujours attaché à un objectif de résultat, lui-même associé à un plan d’action
visant un perfectionnement, une progression, une amélioration.
TABLEAU
DE BORD
OBJECTIF
DE
RESULTAT
PLAN
D ’ACTION
Figure 0.1
Un tableau de bord utile…
Un tableau de bord est utile pour le management s’il permet d’évaluer à intervalles
réguliers la situation, la performance, les actions, les résultats d’une personne ou
d’un service, d’établir des comparaisons, d’analyser une procédure, de faciliter la
prise de décision et d’élaborer des plans d’action avec les personnes concernées
pour conduire à l’amélioration de la performance évaluée à l’aide du tableau de
bord et des indicateurs qui le composent3.
3.
Pour la construction de tableaux de bord statistiques, financiers, commerciaux et de production, voir
l’ouvrage de Patrick Jaulent et Marie-Agnès Quarès, Pilotez vos performances, collection « Indicateurs et
tableaux de bord », AFNOR, 2006.
02_ιντρο.φμ Παγε 8 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
8
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Précis…
Un tableau de bord est suffisamment précis quand il permet d’identifier des situations, ou des procédures sans risque d’erreur ou de quiproquo. Cette précision est
détaillée par des items (ou propositions) qui en rendent compte, puis se trouve
éventuellement traduite en un chiffre établissant une hiérarchie en niveaux ou
degrés pour mesurer des différences ou des écarts.
Valide…
Un tableau de bord s’avère valide lorsque plusieurs évaluateurs s’accordent sur
l’appréciation de leur objet de mesure et quand un même évaluateur prononce le
même avis à des époques différentes sur un objet identique.
Compréhensible par tous…
Un tableau de bord est destiné au pilotage de l’activité et à l’évaluation de tous les
acteurs de l’organisme. À ce titre, il doit être aisément lisible et compréhensible
par chaque intéressé moyennant une légende claire et précise et un mode d’emploi
facile à suivre. Par ailleurs, il doit pouvoir faire l’objet d’une interprétation
univoque afin de faciliter des analyses qui, elles-mêmes, débouchent sur des
décisions acceptées, parce que concertées, puis sur des plans d’action précis,
consignés par écrit, dans lesquels des partenaires s’engagent résolument.
Facile à construire…
La construction doit répondre à deux questions essentielles : « quelle information
dois-je obtenir ? » et « quel changement dois-je favoriser ? ». Le tableau de bord,
construit à partir de ces interrogations, peut l’être aussi sur les modèles que nous
proposons tout au long de cet ouvrage. Il s’agira alors d’adapter chacun d’eux à la
mouvance et à la subtilité toujours renouvelées requises par les actions d’ingénierie
des ressources humaines qu’ils se proposent d’initier, d’éclairer, d’analyser, d’évaluer
et de conforter dans une dynamique visant à la progression des performances de tous.
02_ιντρο.φμ Παγε 9 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Introduction
9
Chaque manager doit donc pouvoir profiter des tableaux de bord proposés pour
les adapter à sa situation particulière. Tout tableau de bord est une approximation
par rapport à la réalité qu’il est censé révéler et, à ce titre, il doit pouvoir être la base
d’une analyse plus approfondie et non pas être le carcan étouffant cette réalité.
Économique…
Contrairement à des tableaux de bord statistiques de production, financiers ou
commerciaux, les tableaux de bord relatifs aux compétences sont instantanément
réalisables à partir des rencontres habituelles que le manager effectue avec ses collaborateurs, ou exceptionnelles (lors des entretiens annuels notamment). Tous les
autres moments de rencontre de travail peuvent aussi y concourir, en particulier les
entretiens qui parsèment la carrière d’un collaborateur : embauche, accueil, envoi
et retour de formation, délégation, contrôle et régulation de l’activité, réunions,
promotion, reconversion, reclassement, préparation à la retraite.
Dans ces situations, les données sont immédiatement disponibles et l’ensemble des
exemples proposés dans cet ouvrage constitue un référentiel de tableaux de bord
précieux à la fois pour les utiliser directement, les développer ou en créer de nouveaux.
Réfléchi…
La construction et l’utilisation de chaque tableau de bord doivent être précédées
des questions suivantes. Le tableau de bord :
a) A-t-il un lien direct avec l’objectif poursuivi ?
b) Est-il utile à la prise de décision ?
c) Est-il facilement interprétable et précis ?
d) Est-il fiable, c’est-à-dire dépourvu de biais ou avec des biais connus à portée
limitée ?
e) Est-il valide, mesure-t-il effectivement ce qu’il est censé mesurer ?
f) Est-il disponible à intervalles réguliers ?
g) Se prête-t-il à des comparaisons dans le temps, dans l’espace et entre acteurs ?
h) Est-il solide, c’est-à-dire indépendant des changements d’organisation ?
02_ιντρο.φμ Παγε 10 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
10
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
i) Est-il disponible à un coût raisonnable par rapport à l’utilité des informations
qui s’en dégagent ?
j) Est-il utilisable et compréhensible par tous les acteurs ?
k) Est-il contrôlable par un tiers ?
l) Permet-il d’élaborer un plan d’action en concertation ?
È En résumé
Un tableau de bord dédié aux compétences se sert d’une mesure chiffrée comme point de
repère pour élaborer une réflexion conduisant à saisir l’essentiel d’un phénomène
comportemental. Celui-ci pourra alors être décrit en termes dynamiques de procédures ou
de modes d’emploi, afin d’en tirer les bases d’un plan d’action pour soi, ou établi en
concertation avec et pour autrui.
Index des tableaux de bord présentés dans cet ouvrage
Le lecteur trouvera ci-dessous un récapitulatif de l’ensemble des tableaux proposés dans cet ouvrage dans
leur ordre d’apparition :
– la première colonne indique l’ordre d’apparition dans le présent ouvrage ;
– la seconde note la référence (chapitre et numérotation, par exemple : 3.2 indique que le tableau se
trouve au chapitre 3, tableau 2) ;
– la troisième nomme l’intitulé de chaque tableau ;
– la quatrième précise à quel utilisateur il est principalement destiné : D = Direction ; P = personnels,
M = management ; RH = direction des ressources humaines ; E = Tous ; T = Titulaire de la fonction ;
S = Secrétaire ;
– la dernière indique la page où se trouve le tableau.
02_ιντρο.φμ Παγε 11 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
11
Introduction
Tableau 0.1 Index des tableaux de bord
N°
RÉF
1
1.2
2
INTITULÉ
USAGERS
PAGE
Management des compétences
M RH D
33
2.1
Niveaux d’un domaine de compétence
M.RH.P
41
3
2.2
Version complète : exemple PAO
M.T.RH
43
4
2.3
Matrice d’un domaine de compétence
E
47
5
3.1
Élaboration d’un référentiel de compétence
E
53
6
3.2
Version abrégée : l’exemple du tutorat
E
56
7
3.3
Hiérarchie d’un domaine relationnel
E
57
8
3.4
Évaluation de l’intelligence affective
M
60
9
3.5
Version normale : l’exemple de l’expression orale
E
63
10
3.6
Utilisations du référentiel
E
69
11
3.7
Utilisation des cartes de compétences
M.RH
71
12
4.1
Rubriques d’une description de fonction
M.T.RH
75
13 Figure 4.1 Infogramme
M.T
77
14
4.2
Carte des compétences : l’exemple de la fonction Chef de garage
M.T
80
15
4.3
Carte de compétences comparative fonction/titulaire
M.T
81
16
4.4
et 4.5
M.T.RH
83-85
17
4.6
Bilan individuel des compétences professionnelles
M.T
89
18
5.1
Carte comparative fonction/candidats
M.RH
93
19
5.2
Procédure de recrutement
M.RH
96
20
5.3
Tri des dossiers de candidatures
S
99
21
5.4
Cotation des dossiers de candidature
S
101
5.5
Fiche de candidature
M.S
104
22
6.1
Guide d’entretien de recrutement
M
113
23
6.2
Apprécier la coopération d’un candidat
M.RH
115
24
6.3
Repérer les gestes intempestifs
M
117
25
6.4
Analyse globale du comportement
E
120
26
6.5
Procédure collégiale de recrutement
M.RH.D
123
27
6.6
Évaluer le comportement d’ensemble d’un candidat
M.RH
125
28
6.7
Carte des compétences d’un candidat
M.RH
128
Carte prévisionnelle fonction/titulaire –
Mesure prévisionnelle des écarts
02_ιντρο.φμ Παγε 12 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
12
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 0.1 Index des tableaux de bord (suite)
N°
RÉF
INTITULÉ
USAGERS
PAGE
29
6.8
Carte de synthèse fonction/candidats
RH
129
30
6.9
Règles de réception d’un candidat
M
132
31
6.10
Enregistrement des informations lors de l’entretien
M.RH
135
32
6.11
Matrice de l’avis de synthèse
M.RH
138
33
7.1
Préparation de l’entretien professionnel (EP)
M
143
34
7.2
Implication des personnels
D.RH
145
35
7.3
Évaluez votre niveau de préparation mentale
M
147
36
7.4
Les points clés du dossier
M
148
31
7.5
Argumentaire de l’EP
M.RH.D
149
38
7.6
La maîtrise affective lors de l’entretien
M.RH
151
39
7.7
Structure du dossier
M.RH
152
40
7.8
Exemple pratique de dossier EP
E
154
41
7.9
Testez vos connaissances du DIF
M
165
42
7.10
Carte individuelle : cadre infirmier
M.P.RH
168
43
7.11
Cartes individuelles : Financial Manager
M.P.RH
169
44
7.12
Carte de compétences d’un service
E
170
45
7.13
Maquette du passeport formation
M.RH
172
7.14
Guide d’entretien d’évaluation
46
8.1
Hiérarchie des niveaux d’information
E
177
47
8.2
Hiérarchie des niveaux des processus de communication
E
179
48
8.3
Votre style de communication orale
E
180
49
8.4
Évaluation personnelle du comportement dialogique
M
183
50
8.5
Évaluation du comportement dialogique d’une équipe
M.P
185
51
8.6
Votre attitude vis-à-vis d’autrui
M
186
52
8.7
Compréhension des attitudes
M
187
53
8.8
Provoquez-vous les problèmes de communication ?
E
189
54
8.9
La communication positive comme méthode
M.D
192
55
9.1
Diagnostic du système motivationnel
M
199
56
9.2
Suivi des quatre besoins fondamentaux
M
205
174
02_ιντρο.φμ Παγε 13 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
Introduction
13
Tableau 0.1 Index des tableaux de bord (suite)
N°
RÉF
INTITULÉ
USAGERS
PAGE
57
9.3
Baromètre de satisfaction
M.D.RH
208
58
9.4
Actions principales pour motiver
M.D
210
59
10.1
Diagnostic des pratiques d’IRH
M.D.RH
212
60
10.2
Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH
M.D.RH
214
02_ιντρο.φμ Παγε 14 Λυνδι, 15. ϕανϖιερ 2007 10:46 10
03_ch1.fm Page 15 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
1
Tableaux de compétences
pour le management
Qui se connaît, connaît aussi les autres.
Montaigne, Essais
1.1
Des tableaux de bord
utiles au management…
Depuis Blake et Mouton, le management est conçu en deux dimensions1 dans
lesquelles s’exercent ses compétences : les compétences techniques d’une part, les
compétences relationnelles d’autre part. Dès le milieu du XXe siècle, Edward
W. Deming2 avait insisté sur le fait que l’obtention de la qualité d’un produit ou
1.
Blake Robert et Mouton Jane, Les deux dimensions du management, Éditions d’Organisation.
2.
Deming Edward, Hors de la crise, Economica.
03_ch1.fm Page 16 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
16
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
d’un service dépendait d’une compétence majeure qu’il dénommait
« management relationnel ». Pour sa part, Douglas Mac Gregor avait mis en
évidence la prééminence de la théorie Y, faisant la part belle à la relation conviviale
d’un chef sur la théorie X, marquée par la réprimande, la sanction et des ordres qui
ne se discutent pas. Dans son ouvrage Le Management, Voyage au centre des
organisations, Henry Mintzberg concluait que les managers de haut vol passaient
80 % de leur temps à discuter des dossiers qu’ils traitaient avec leurs divers collaborateurs. L’exercice de ces compétences interpersonnelles, faites de flexibilité
constante et d’adaptation aux subtiles évolutions du vivant, tranche avec l’organisation bureaucratique et avec la conception autocratique de l’époque précédente.
Cette pratique souscrit-elle pour autant aux deux objectifs fondamentaux d’une
organisation moderne : son efficacité économique d’une part, et la satisfaction de
l’ensemble de ses acteurs internes et externes d’autre part ?
Pour répondre par l’affirmative à cette question vitale, les comportements doivent
changer. Pour parvenir à ce résultat, il devient impératif de mettre en œuvre une
pédagogie des compétences qui sont à l’origine de ce nouveau savoir-être. Dès
lors, il convient de mettre à disposition du management une méthodologie spécifique et des outils constitués de grilles d’analyse, de référentiels, de tableaux de
bord et d’indicateurs qui lui permettront de réussir ce perfectionnement continu.
Ces instruments de mesure, de contrôle et de régulation de l’activité humaine le
conduiront à développer les compétences de ses collaborateurs par la négociation,
la concertation permanente et le tutorat (pédagogie individuelle ou d’équipe).
Le manager devient alors un pédagogue, une source de connaissance et un modèle
de comportement. Ce sont autant de caractéristiques à l’origine de la crédibilité
du management, selon une enquête récente d’Hervé Sérieyx3. Dès lors que
l’accent est mis sur l’amélioration du comportement – via la détection et l’apprentissage de ces compétences personnelles, interpersonnelles et relationnelles – et
que leur perfectionnement est orchestré au plus haut niveau et décliné à tous les
échelons du management, le comportement de tous devient le moteur central de
la performance du système organisationnel4.
Ces théories et ces pratiques correspondent à une conception humaniste de
l’homme au travail coïncidant avec l’évolution des mœurs des sociétés occidentales.
3.
Sérieyx Hervé, Boussoles pour temps de brume, Village mondial, 2002.
4.
Ghoshal Sumantra et Bartlett Christopher, L’entreprise individualisée. Une nouvelle logique de management,
éditions Maxima, 1999.
03_ch1.fm Page 17 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
17
Il y a fort à parier que cette conception va se répandre peu à peu dans les pays à faible
coût de main-d’œuvre, Chine et Inde en particulier. Elle correspond dès maintenant
avec les attentes des millions de salariés pour lesquels le travail n’est plus ni la référence ultime, ni le fatal tripalium originel, mais plutôt une parenthèse insipide dans
une vie de loisirs, un moyen d’obtenir en dehors de lui – mais grâce à lui – des satisfactions hédonistes, une reconnaissance sociale par les signes extérieurs qu’il permet
d’acheter (maison, voiture, études des enfants, plaisirs, loisirs et vacances).
La mise en œuvre pratique d’une telle conception montre ses résultats, avérés par
des enquêtes récentes. Par exemple, un indice de capital humain (ICH) a été établi
entre les performances boursières et les pratiques de ressources humaines. Cet
indice montre que, pour l’actionnaire, la rentabilité des entreprises ayant
encouragé les compétences relationnelles du management (comme celles de
l’ensemble des salariés) s’établit à 64 %, contre 21 % pour des entreprises qui n’en
font que peu de cas5.
Il convient donc de considérer que la performance d’un organisme – comme celle
de chacun de ses acteurs – dépend étroitement de l’excellence des compétences
techniques mises en œuvre dans leur association avec l’exercice des compétences
relationnelles. Les premières concernent un savoir-faire technique constitué par
un ensemble de procédures parfaitement repérables et décrites généralement dans
des manuels d’assurance qualité. Les secondes mettent en jeu un savoir-être, un
comportement dont la description est moins aisée ; elles sont généralement
étiquetées de façon binaire et parfaitement arbitraire en termes de caractéristiques
de personnalité plus ou moins intangibles.
Lors des entretiens de recrutement ou d’appréciation annuelle, ces critères de
personnalité font souvent l’objet, de la part des managers, d’un jugement moralisateur, définitif et mortifère : « vous manquez d’autonomie, d’initiative ou de
charisme » ; ou bien : « vous êtes individualiste, grognon ou maladroit ». Dans
tous les cas, ce sont autant d’anathèmes auto-validants jetés à la tête de collaborateurs qui sont condamnés à justifier les reproches qui leur sont faits. Nous avons
engagé leur identification dans un ouvrage précédent et esquissé leur transformation en compétences objectivement repérables et passibles d’un apprentissage6.
À l’aide de ces référentiels, toute manifestation d’une compétence – et des divers
5.
Le Boulaire Marine, Entreprise et personnel, décembre 2002.
6.
Compétences relationnelles, AFNOR, 2005.
03_ch1.fm Page 18 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
18
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
niveaux qui la composent – doit pouvoir être décrite dans autant de procédures dont
la pratique conduit au changement voulu en termes d’objectifs précisément définis.
Analysons un cas simple pour servir d’illustration à cette assertion. Au cours d’un
repas, Paul sert à boire à Jacques, un de ses invités. Il renverse quelques gouttes sur
la table, voire sur la chemise de son convive. Il sera aussitôt taxé de maladresse avec
plus ou moins de virulence par celui-ci, et même par les autres observateurs de
cette scène. Très vite le ton monte entre les acteurs de cet incident. Dès lors,
Jacques se voit affublé d’un ensemble d’étiquettes : il est irascible, intolérant,
collet monté et « il manque vraiment d’humour », tandis que Paul est maladroit,
incompétent, irresponsable et « il n’en fait jamais d’autres ! ». D’autres qualificatifs beaucoup moins amènes – parfois aussi des invectives ou des insultes – ainsi
que des intonations massacrantes et des œillades assassines peuvent pimenter
l’échange. La relation de ces deux protagonistes est dès lors vouée au conflit
permanent qui ressurgira comme une fatalité à la moindre occasion. Le lecteur
traduira lui-même cette situation typique dans toutes celles qu’il a été amené à
connaître et dont l’origine est généralement remarquable par son insignifiance
objective comme par son retentissement affectif disproportionné.
Or, dans cette situation comme dans toutes les situations analogues, deux questions
pragmatiques doivent être posées :
– Quelle est la procédure que Paul aurait dû respecter pour servir Jacques ?
– Quel est le processus d’apprentissage hiérarchisé pour apprendre cette procédure
et perfectionner la dextérité et le savoir-faire de Paul ?
À l’analyse de cet exemple, il s’avère en effet que ce sont un ou plusieurs des
éléments de la procédure du service qui ont été défaillants, soit parce que Paul ne
les connaissait pas, soit parce que son entraînement était insuffisant. En aucun cas
il ne s’agit d’apprécier en termes de maladresse ou de responsabilité. Ces qualificatifs constituent des jugements moraux et non des savoir-faire relatifs à une
procédure en relation avec une compétence.
Une fois apprise et perfectionnée, cette procédure, ou plutôt ce protocole7, la scène
princeps relatée ci-dessus se joue de la façon suivante, décrite dans le tableau 1.1.
7.
Un protocole est constitué par une séquence de gestes simples enchaînés dont l’arrêt provoque l’échec (exemple :
une piqûre, une sauce mayonnaise) ; une procédure atteint un degré de complexité plus élevé et peut être arrêtée
puis reprise à tout moment sans dommage (exécuter un créneau, remplir une déclaration d’impôt) ; un processus
est constitué d’un enchaînement continu de procédures (un processus de fabrication ou de distillation).
03_ch1.fm Page 19 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
19
Tableau 1.1 Exemple d’une procédure simple
1. Paul prévoit, grâce à la visualisation8, la séquence du service,
2. il prend la bouteille de la main droite (ou gauche selon son habitude) en effectuant une rotation du poignet
d’un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre.
3. Il approche le goulot à 3 cm au-dessus du verre de Jacques.
4. Il penche, au signal de Jacques (svp, œillade, acquiescement de la tête ou tout autre signe d’assentiment)
le goulot au-dessus du verre.
5. Lorsque le verre est rempli à moitié (norme habituelle pour un vin de qualité), il relève la bouteille avec
un mouvement de rotation du poignet d’un quart de tour, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre,
pour éviter l’égouttage9 ;
6. il effectue lentement un mouvement de retrait pour remettre la bouteille en position verticale.
7. Il sourit en attendant le remerciement de Jacques ;
8. il continue le service avec la même procédure vis-à-vis des autres convives.
L’ambiance est alors à la convivialité pour déguster le nectar (beaujolais, vin de
paille ou Saint-Émilion : au choix du lecteur). Grâce à la connaissance et au respect
de cette procédure, les relations sont préservées, la communication s’instaure entre
les convives et peut ensuite se développer de façon harmonieuse. Ensuite, des
sujets plus ardus pourront être traités avec la même rigueur procédurale.8 9
Bien sûr, lors d’une réunion de travail, la bouteille de Paul sera pleine d’eau
minérale. Il est en effet établi que la désinhibition provoquée par l’alcool provoque
des débats passionnés et une chute de la concentration, car le cerveau est envahi
par la dopamine10.
En résumé, l’expérience démontre que la connaissance et la pratique de protocoles
et procédures techniques sont à l’origine de la performance des savoir-être11.
Chaque défaillance de ce dernier doit pouvoir être diagnostiquée en fonction d’un
étalon de mesure qui en rend compte. Parfois, ces compétences personnelles ou relationnelles sont susceptibles d’être traduites dans des comportements directement
8.
C’est une condition essentielle de toute préparation comme nous l’avons expliqué dans de nombreux
ouvrages précédents et notamment dans Pour en finir avec le stress, Chiron, 2004. Voir aussi plus loin le
9.
Puysais Jacques (Savour Club), Vins et vignobles de France, le sommelier et le service du vin, Larousse, 1987, p. 428.
tableau « Évaluez votre niveau d’anticipation mentale ».
10. Science et vie de juillet 2006.
11. Ce qui rejoint l’un des 14 principes de Deming déclarant que les défaillances sont dues dans 94 % des cas
aux procédures.
03_ch1.fm Page 20 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
20
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
repérables, lesquels peuvent alors être l’objet d’apprentissage et de perfectionnement. Mon manque d’assurance lors d’un exposé ou d’une réunion pourra être
transformé par une meilleure connaissance des techniques d’expression orale favorisant la maîtrise des exposés. En outre, l’apprentissage de la conduite de réunion
facilitera une meilleure participation et plus d’affirmation dans les réunions
auxquelles je suis convié. Des exercices de relaxation et d’anticipation mentale
renforceront encore mon assurance12.
Dans la majorité des cas, les comportements adaptés aux situations relationnelles
et professionnelles ont leur source dans la maîtrise des compétences techniques et
le respect de protocoles ou de procédures, comme l’exemple de Paul le démontre.
Dans tous les cas, une lacune dans le suivi d’un protocole entraîne la défaillance
des comportements personnels et relationnels qui lui succèdent. L’observation
conduit alors à confondre un effet et sa cause : le comportement est accusé et non
l’erreur de procédure. Or s’il est extrêmement difficile de changer un comportement, il est parfaitement possible d’apprendre une procédure, laquelle retentira
alors sur le comportement observé faisant l’objet d’un jugement souvent définitif.
L’objectif de cet ouvrage est donc de fournir à chaque acteur de l’organisation – au
management en particulier – des tableaux de bord et des indicateurs dynamiques
qui facilitent le diagnostic et la mesure d’un domaine de compétence afin de
mettre en œuvre les apprentissages et perfectionnements nécessaires pour son
amélioration et l’évolution du comportement en situation professionnelle.
À travers ce qui précède, le lecteur aura pu approcher ce que recouvre le terme de
compétence13 : il désigne généralement – dans un domaine particulier et pour une
situation singulière – la connaissance d’un savoir et la pratique opératoire d’un
ensemble de procédures et de modes d’emploi précis. Chaque procédure est
organisée dans un ordre croissant de difficulté au sein d’un même domaine de
compétence et chaque procédure est décrite par une proposition qui l’identifie.
12. Toutes ces techniques se retrouvent dans Compétences relationnelles, AFNOR, 2005.
13. Selon la norme FDX 50-183, c’est la capacité à mettre en œuvre des connaissances, savoir-faire et comportements
en situation d’exécution, in Mise en œuvre des ISO 9000, AFNOR, 2002, p. 51.
03_ch1.fm Page 21 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
1.2
21
Pour cerner l’évolution des entreprises
Antienne récurrente ou serpent de mer à l’égal du monstre du Loch Ness, la
gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) semble renaître de
ses cendres comme un nouveau phénix. Avec le référentiel des compétences et
l’incitation législative de la dernière loi sur la formation tout au long de la vie, la
GPEC possède désormais les outils et les pratiques de son ambition ainsi que
l’aiguillon nécessaire pour le mettre en œuvre (d’autant que le gouvernement s’est
engagé à appliquer les dispositions de la nouvelle loi dans la fonction publique
avant fin 200614).
Dans ce contexte, les tableaux de bord doivent donc constituer un appoint de
poids pour le service RH comme pour chacun des acteurs de l’organisation afin
d’élaborer une pratique utile au quotidien, comme dans la perspective d’une
maîtrise stratégique des compétences utiles à l’organisation en termes d’épanouissement personnel. La clarté projetée par chaque tableau de bord, en termes de
diagnostic et de prévision stratégique, doit favoriser la lucidité de chaque acteur
sur son action ainsi que le dialogue entre l’ensemble des acteurs. De même, l’utilisation des tableaux de bord, centrés sur le capital des compétences de l’organisation, doit engendrer une réflexion plus clairvoyante des décideurs concernant
les moyens et la stratégie à mettre en place pour que l’organisme soit toujours en
phase avec les perfectionnements requis par l’évolution des techniques, des
emplois et des compétences nécessités par les exigences du marché.
L’analyse de l’évolution des entreprises du CAC 40 lors de la décennie écoulée15
montre l’apparition de nouvelles caractéristiques qui impactent les compétences
de chaque acteur. Nous en avons retenu les principales qui doivent inciter les
managers à faire évoluer leur conception et leur pratique de la mission relationnelle qu’ils exercent, dont les approximations constituent la principale cause
actuelle de la démotivation des salariés16.
14. Christian Jacob, ministre de la Fonction publique, a en effet envoyé en juin 2006 une note d’information
à tous les fonctionnaires indiquant : « Le Parlement examinera le projet de loi de modernisation de la
fonction publique. Il permettra aux fonctionnaires de bénéficier du droit individuel à la formation, de la
reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle et du développement de la validation des acquis de
l’expérience (VAE). »
15. Bournois Franck et alii, RH, Les meilleures pratiques des entreprises du CAC 40, Éditions d’Organisation, 2003.
16. Sondage CSA d’avril 2006.
03_ch1.fm Page 22 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
22
1.2.1
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Diminution de la taille des entreprises
Ce phénomène induit un renforcement des relations entre les acteurs et un affinement des compétences relationnelles. En effet, les échanges devenant plus
intenses et plus fréquents, chacun doit être à même d’exercer une plus grande
maîtrise de soi (nous pourrions parler d’intelligence affective, compétence
relationnelle majeure qui se perfectionne par des exercices appropriés de
brainpiercing 17) pour éviter frottements et conflits, tout en manifestant plus de
rigueur et de précision dans le travail d’équipe et la circulation de l’information.
Ainsi, dans nombre d’organismes, usines ou lycées, il s’avère plus efficace de gérer
des entités de moins de deux mille personnes. Renault a par ailleurs décentralisé
les centres de décision au niveau des unités régionales au détriment du centre de
Guyancourt. La réactivité de chaque entité s’en trouve grandement améliorée.
La décentralisation qui se fait jour dans les grands groupes conduit à plus d’autonomie au sein des entités éloignées du siège. De ces vastes entreprises-continents
émergent des entreprises-archipels avec comme conséquence le renforcement de la
concurrence entre chacune des unités de production et de service, comme c’est le
cas pour les sociétés du groupe Bouygues (BTP) depuis longtemps. Il en découle
une plus grande autonomie du management qui doit montrer des compétences
plus étendues dans de nombreux domaines, notamment dans tout ce qui ressort de
l’ingénierie des ressources humaines dont il dispose. Il doit posséder une batterie
plus large et pertinente de tableaux de bord pour gérer l’ensemble des informations
qui vont lui permettre de prendre les décisions adéquates en toute responsabilité.
1.2.2
Mixité des rôles
En particulier, le producteur d’un produit ou d’un service est aussi le consommateur dudit produit ou service. Le salarié est aussi le client de l’entreprise dans
laquelle il travaille, l’actionnaire est aussi salarié, les acteurs de l’entreprise se
retrouvent acteurs de la Cité, dans des rôles souvent inversés voire antagonistes.
Ainsi, par exemple, le préposé des Postes est le premier à se plaindre que le courrier
envoyé à sa fille éloignée n’est pas parvenu à destination.
Il en découle un certain flou dans les rôles, responsabilités et compétences de
chacun. Cette tendance nécessite que, au sein de l’organisme, ces rôles soient
17. Cf. l’ouvrage paru chez Chiron Pour en finir avec le stress, 2004.
03_ch1.fm Page 23 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
23
clairement identifiés et définis à la fois par des descriptions de fonctions circonstanciées et par des cartes de compétences. Les unes et les autres deviennent alors
des outils majeurs de diagnostic et de progression par l’intermédiaire des tableaux
de bord qu’ils déterminent.
Si, dans l’espace, se manifeste cette mixité des rôles, elle se déclare aussi dans le
temps. Les divers projets qui se succèdent appellent, de la part de tous les participants, des compétences diversifiées de haut niveau qui doivent être clairement
définies. Or, les exigences évoluent en fonction de la difficulté, mais aussi en
fonction de la diversité des projets dans lesquels chacun est impliqué, soit en tant
que spécialiste d’un domaine ou d’un ensemble de domaines de compétences, soit
en tant que chef de projet. Dans ce dernier cas, le flou est souvent de mise (nous
ne pouvons parler de rigueur) car cette responsabilité de direction, d’encadrement
ou de management – selon les sensibilités de chacun – requiert des compétences
relationnelles spécifiques du même niveau d’excellence que les compétences techniques requises de la part des spécialistes qui y participent. Les auteurs ayant
travaillé cette question de la conduite de projet sont unanimes à déclarer que la
réussite du projet dépend de ces compétences relationnelles. Ces auteurs sont tout
aussi unanimes pour éviter d’aborder le sujet et de donner un mode d’emploi pour
exercer ces compétences relationnelles afin de diriger le groupe et de motiver
chacun de ses participants par exemple18.
Or, cette fonction d’encadrement doit faire l’objet de tableaux de bord spécifiques
qui déterminent précisément les niveaux requis par une telle mission, ainsi que les
niveaux acquis par les chefs de projet pressentis et désignés. Les écarts généralement constatés doivent inciter les organismes à mettre en place des plans de
formation adaptés pour réduire ces écarts. Il en va de la performance d’une équipe
et les résultats d’un projet sourdent à la fois des compétences techniques réunies
et des compétences relationnelles exercées à leur meilleur niveau non seulement
par les chefs de projet mais aussi par l’ensemble des participants. Ce diagnostic
passe là encore par des tableaux de bord qui facilitent le diagnostic et le perfectionnement de chacune des compétences exigées au sein du groupe de travail.
18. Miñana Marcel, Conduite de projet, 2 vol., AFNOR, 2002.
03_ch1.fm Page 24 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
24
1.2.3
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Invasion des nouvelles technologies
de l’information (NTIC)
Cet envahissement des NTIC génère, dans toutes les activités, de nouvelles
compétences dont les acteurs de l’organisation doivent s’approprier les subtilités.
Or, la magie technicienne dénoncée en son temps par Jacques Ellul19, doit être
dépassée pour que ces techniques, loin d’être exclues, soient au contraire associées
au travail courant, aux échanges traditionnels, aux rencontres de face à face
(entretiens et réunions). Il faut se rappeler à cet égard deux théorèmes qui fondent
l’efficacité pragmatique de la communication.
Le premier théorème (C = 1/T), indique que l’efficacité de la communication est
inversement proportionnelle aux moyens techniques mis en œuvre pour parvenir à
ce but. Référons-nous à la pandémie de PowerPoint, systématiquement utilisé dans
les conférences comme dans nombre de formations ou de cours magistraux et
même dans des soutenances de thèses. Son utilisation abusive et invasive transforme
ces prestations en un insipide karaoké au cours duquel l’orateur ânonne un texte qui
défile sous les yeux des participants pour bien leur confirmer qu’ils savent lire.
Umberto Eco déclarait que la mémorisation d’un livre se faisait en le feuilletant
alors que la lecture d’une photocopie était totalement dénuée de ce pouvoir20. De
même, le défilement des slides de PowerPoint est fort éloigné de la mémorisation
du texte et de la réflexion suscitée par l’interaction produite entre un intervenant
et son auditoire. L’échange engendre l’intérêt de l’auditoire et relance son
attention. L’utilisation abusive et parfois exclusive de PowerPoint anéantit la vigilance, détruit l’attention et entraîne le désintérêt de l’auditoire, voire des activités
sans rapport avec le sujet traité, comme nous avons pu le constater à diverses
occasions lors de formations ou de conférences. Ainsi avons-nous pu observer,
lorsque PowerPoint (côté enseignant) est associé – lors d’un cours magistral auprès
d’étudiants du supérieur – à l’utilisation d’ordinateurs portables, la généralisation
de comportements sans rapport avec le suivi de l’enseignement : recherche sur
internet, échange de mails, griffonnages, lecture de la presse, pensées divagantes,
prise de notes absente ou sélective par une majorité d’apprenants qui se repose sur
un fort en thème se dévouant pour transférer ensuite ses notes à l’ensemble du
groupe ! Dans les réunions, d’après une enquête récente réalisée en Grande19. Ellul Jacques, Le Bluff technologique, Hachette, 1988.
20. Eco Umberto, La Production des signes, LGF, 1992.
03_ch1.fm Page 25 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
25
Bretagne, les participants seraient principalement occupés par des rêveries à
connotations sexuelles, des plans de vacances et des menus gastronomiques21…
Le second théorème (C = 3 x 2) s’énonce ainsi. Pour qu’une information soit
captée, comprise et crue, il faut qu’elle se développe dans un processus de communication dans lequel l’information est annoncée, détaillée et résumée selon au
moins deux modalités : écrite et orale, moyen technique et échange, mail et
téléphone, consignes verbales et document écrit.
L’application pratique de ces théorèmes dans les situations quotidiennes, vécues
dans un organisme, exige la mise en œuvre de compétences spécifiques qui
supposent un apprentissage et un perfectionnement continu tant les chaussetrappes sont importantes dans la circulation de l’information et l’efficacité de la
communication. Celle-ci se décline en autant de domaines à élaborer et consigner
au sein d’un référentiel plus global concernant le management relationnel :
expression orale, communication interpersonnelle, anticipation mentale.
La formation, comme le e-tutorat ou la délégation, constituent des exemples
démonstratifs pour la mise en pratique de ces théorèmes. En effet, l’efficacité d’un
apprentissage dépend autant, voire plus, de la relation engagée avec le tuteur que
de la structure et du contenu formel du programme. L’intérêt porté à l’acquisition
d’une connaissance dépend davantage de la qualité de la relation instaurée avec le
formateur que du contenu. En généralisant, le message est d’autant mieux
compris, accepté et retenu que la relation interpersonnelle qui le véhicule est affectivement attractive. Cela suppose en particulier que les quatre besoins fondamentaux soient activés par la relation qui autorise et stimule l’expression, le savoir,
la reconnaissance et la progression de l’apprenant.
1.2.4
Internationalisation des équipes
La globalisation toujours vivante, malgré l’annonce prématurée de John Saul22,
entraîne la quatrième caractéristique majeure liée à l’évolution des entreprises : un
foisonnement de nationalités doit se conjuguer pour coopérer au sein d’un organisme. Outre la nécessité de partager un même langage, d’établir des normes et
procédures communes et d’apprendre à communiquer ensemble alors que cette
pratique est déjà extrêmement difficile au sein d’un groupe de base (la famille, un
21. Hebdomadaire Marianne n°484 du 29 juillet 2006, p. 11.
22. Saul John, La Mort de la globalisation, Seuil, 2006.
03_ch1.fm Page 26 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
26
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
clan), il s’agit de savoir évaluer les domaines de compétences ainsi que les niveaux
acquis par chacun des acteurs d’un organisme de la façon la plus objective
possible. Le référentiel de compétences, et les tableaux de bord qui en découlent,
deviennent alors les outils privilégiés de comparaison et de progression de chaque
acteur. En effet, pour prendre un cas que nous avons eu à connaître, les différents
diplômes d’infirmier – attribués dans les divers pays de l’Union européenne –
recouvrent des réalités de connaissances très variables d’un pays à l’autre.
Il est même possible d’affirmer, suite à notre expérience d’enseignant dans plusieurs
universités et grandes écoles que (ceci est valable pour tous les diplômes), entre un
candidat reçu avec tout juste la moyenne23, et tel autre reçu avec une mention très
bien, il existe un gouffre. Il se traduit dans des écarts de compétences qu’il s’agit de
mesurer afin de propulser ces dernières au niveau requis par la fonction.
En outre, des diplômes portant le même intitulé, recouvrent des programmes
d’apprentissage bien différents et débouchent sur des connaissances, des pratiques
et des procédures très hétérogènes. Enfin, les différences concernant les critères
d’évaluation sont telles que – autre exemple remarquable que nous connaissons
bien – un étudiant étranger très content d’avoir obtenu son diplôme d’école de
commerce avec une mention « assez bien » dans telle institution de son pays,
aurait à peine obtenu un 7/20 – bien loin de l’obtention du diplôme décerné en
France – dans une école de commerce équivalente. Nous pourrions multiplier les
exemples avec des variations qui vont aussi dans l’autre sens, comme – par
exemple – pour ces diplômés en informatique roumains, largement au-dessus du
niveau atteint par des diplômés français.
Tous ces décalages démontrent l’obligation, pour le service RH comme pour les
managers amenés à encadrer des collaborateurs de nationalités diversifiées, de
posséder des outils fiables, objectifs et discriminants permettant de comparer les
candidats un jour de recrutement d’une part, puis de les faire progresser grâce à
l’élaboration de programmes d’apprentissage adaptés d’autre part. La comparaison de populations différentes s’impose quand il s’agit de les intégrer à un
groupe pluriethnique, ou composé de plusieurs nationalités.
23. La moyenne ! Objectif aussi désuet que dérisoire affiché par nombre d’étudiants qui ne se rendent pas
compte que cette moyenne est fort éloignée du niveau requis au plan professionnel : c’est l’excellence qui
distingue un projet et non la moyenne qu’il aurait par rapport à des projets concurrents !
03_ch1.fm Page 27 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
27
S’il est extrêmement difficile, voire impossible de comparer la teneur des
diplômes, il est parfaitement possible de comparer, grâce à des référentiels de
compétences qui servent d’étalon de mesure, et à des cartes de compétences qui en
facilitent le diagnostic, les réels niveaux de compétences dans les multiples
domaines, utiles à l’organisme, possédés par ses acteurs et futurs acteurs.
1.2.5
Adhésion aux valeurs
Ce sera la cinquième caractéristique majeure que nous retiendrons. Beaucoup de
travaux ont été réalisés sur le sentiment d’appartenance à l’entreprise et la mode
des projets d’entreprise a été lancée pour fédérer les énergies autour d’un projet
commun. Les majors nippones avaient fait figure de pionnières quand elles attachaient tant d’importance à une charte des valeurs, comme notre expérience nous
l’a montré dès 1985 lorsque nous étions chargé du recrutement et de la formation
d’une unité de production franco-japonaise implantée en France. Les majors
américaines, comme Ford, leur avaient emboîté le pas. Nous avions pu remarquer,
avec un certain étonnement teinté d’amusement, que dans ces deux sociétés où
nous intervenions simultanément, les formulations de chacun des principes de
cette charte des valeurs étaient fort voisines.
En réalité, les valeurs de l’entreprise n’ont d’intérêt que si – véritablement – elles
sont partagées et reconnues par tous ses acteurs. Pour parvenir à ce résultat, il faut
qu’elles soient facilement identifiables et aisément mémorisables. Ainsi, leur recensement dans une charte des valeurs peut-il constituer un tableau de bord auquel
chacun aura la possibilité de se référer afin d’établir une mesure de la cohérence
entre les valeurs identifiées et voulues par l’entreprise et les valeurs réellement
perçues, acceptées et reconnues par chaque acteur interne et externe de l’organisme.
Or, la connaissance des valeurs de l’organisme fait partie d’un niveau de compétence
dans un domaine spécifique et essentiel, que nous dénommons « connaissance de
l’organisme ». La connaissance des valeurs représente une des étapes initiales de cette
compétence et constitue une condition majeure de l’intégration du salarié. La
répétition de ces valeurs en toute occasion, sous différentes modalités, entraîne, à
plus ou moins long terme et plus ou moins profondément, le partage de ces valeurs
par la communauté des personnels qui composent l’entité organisationnelle.
03_ch1.fm Page 28 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
28
1.3
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
…Et stimuler les besoins
fondamentaux des salariés
Les nouvelles attentes vis-à-vis du travail, qui apparaissent sous diverses formes,
sont toutes liées à la prise en compte des quatre besoins psychologiques fondamentaux que nous avons mis en valeur au cours de nos recherches et de notre
pratique ainsi qu’ils apparaissent dans les travaux menés par de nombreux chercheurs et praticiens en France (Hervé Sérieyx et Claude Lévy-Leboyer) et à
l’étranger (de Charles Levinson ou Abraham Maslow à Henry Mintzberg en
passant par Edward Deming et Masaaki Imai).
1.3.1
Être reconnu comme une personne unique
Il apparaît ainsi clairement que chaque acteur de l’organisme a besoin d’être
reconnu à toute occasion de son activité à la fois par ses collègues et par sa
hiérarchie. Si des signes peuvent être facilement prodigués et acceptés, des
encouragements – exprimés par une discussion mettant en valeur l’intérêt porté à
la performance – constitueront une authentique démonstration de cette
reconnaissance tant attendue de la part du management.
Regarder autrui quand il s’active, le nommer quand on le hèle, énoncer une
remarque valorisante à propos d’une tâche, récompenser par un bravo à l’occasion
d’un effort, faire le point au fur et à mesure d’un dossier ou d’un projet, prendre le
temps de discuter pour approfondir une demande et répondre à des questions,
analyser ensemble un problème, tutorer un collaborateur lors de son apprentissage,
transmettre son savoir à l’occasion d’une délégation, pratiquer la politique de la
porte ouverte, consacrer le temps nécessaire à la préparation et à la réalisation de
l’entretien professionnel… constituent autant de moyens de reconnaissance qui
servent d’énergie motrice à un collaborateur. Ce sont aussi des actions qui peuvent
servir de trame à un tableau de bord utile au manager pour piloter son action.
1.3.2
Écoute et expression
Écouter correspond à une seconde attente primordiale. L’écoute permet de
comprendre la pensée d’autrui sans contredire ni contester la validité de son point
de vue par de massacrants : « je ne vous autorise pas à dire… », ou « vous ne
pouvez pas dire que… ». La parole se libère dans tous les lieux habituels où elle
03_ch1.fm Page 29 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
29
avait été jusqu’alors réprimée : la famille, l’école, la caserne et, bien entendu,
l’entreprise. Dans celle-ci, la parole est d’autant plus bienvenue que la résolution
des problèmes ardus auxquels elle est chaque jour confrontée exige de plus en plus
de discussion et de créativité. La parole ainsi libérée implique une expression
totale pour récolter une pépite d’innovation ou un angle prometteur au problème
auquel un groupe de travail s’attelle.
Pour écouter et accepter la parole d’autrui, il faut bien comprendre l’effet cathartique que cette expression libère. Chaque parole exprime en effet un message
explicite mais aussi une forte dose d’affectivité, voire une émotion dévastatrice.
L’expression correspond donc essentiellement à la libération de cette charge
affective dont l’inhibition provoque des tensions et se trouve à l’origine de conflits
ultérieurs. Permettre à quelqu’un de dire ce qu’il lui passe par la tête, et l’accepter
comme tel, est donc la meilleure façon – en évitant de répliquer pour clouer le bec
d’autrui évidemment – de prévenir, voire de liquider un conflit. L’esprit du
contestataire se trouve alors déchargé d’un poids et il peut ensuite raisonnablement poursuivre une conversation normale pour favoriser une expression plus
convenable à la convergence des points de vue et propice à un plan d’action.
1.3.3
Savoir et information
Accéder à un savoir ou à une information constitue le troisième besoin fondamental. Or, cette information attendue est souvent retardée, parcellaire, voire
partiale. Elle fait souvent l’objet de stratégies de rétention ou de secret fort
dommageables pour la motivation des salariés qui sont privés d’une source de
connaissance utile à la réalisation d’un travail de qualité. Ainsi en 2004, pour ce
qui concerne ce besoin de savoir, 83 % des salariés français n’ont pas bénéficié de
leur droit à la formation.
Dans beaucoup d’entreprises, les salariés ne savent pas quel sera leur avenir ni les
perspectives de leur entreprise. Un exemple remarquable et récent : à EADS, le
grand patron de l’époque (jusqu’en juin 2006), M. Noël Forgeard, affirmait ne
pas connaître les difficultés de son entreprise, révélées moins de trois mois après
une providentielle liquidation de ses stocks options, de concert avec les cadres de
haut niveau…24.
24. En tout, ce sont plus de 540000 titres qui ont été vendus en mars 2006.
03_ch1.fm Page 30 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
30
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Chez Ford, lorsque les salariés furent conviés à conduire un véhicule équipé de la
boîte de vitesses qu’ils contribuaient à fabriquer, la qualité du produit fit un bond
extraordinaire. L’absence d’information peut être encore plus dommageable que
dans ce dernier exemple qui coûtait cependant un million d’euros par jour à
l’unité de production concernée, avant la mesure d’information qui fut donnée
sous la forme indiquée ci-dessus.
Autre situation dommageable : dans le cas où l’information concernant l’éventualité de la fermeture d’une entité n’est pas divulguée de façon élaborée et
circonstanciée, les rumeurs qui en découlent peuvent être désastreuses. Ainsi, dans
ce grand groupe pétrochimique implanté dans le sud-ouest de la France, les dirigeants avaient prévu dix ans à l’avance la fermeture d’un site. Ils avaient voulu
garder l’information secrète. Les salariés la connurent très tôt et, inquiets de cet
avenir, manifestèrent leur mécontentement, qu’ils exprimèrent par le saccage
réitéré d’un centre-ville et des trains arrêtés. Au fil du temps, ils s’aigrirent et, en
l’absence de toute formation pour leur donner de nouvelles compétences, ils
devinrent inemployables.
Dans ce cas comme dans bien d’autres, l’élaboration de cartes de compétences
aurait pu permettre de diagnostiquer les besoins de compétences à développer
pour préparer le personnel à occuper de futurs emplois et attirer ainsi des
repreneurs ou d’autres industriels vers une main-d’œuvre maintenue qualifiée et
motivée.
Or, l’information doit être distillée de façon stratégique. Par conséquent, avant de
faire circuler une information, il convient d’analyser son niveau de confidentialité
ainsi que les implications qu’elle peut avoir sur ceux à qui elle est destinée. Là
encore, l’élaboration d’un tableau de bord s’impose pour détecter, à travers
différents critères qui, quand et comment informer.
1.3.4
Progression et amélioration continue
Le quatrième besoin fondamental, qui doit être pris en compte par le management au cours de son action continue d’encadrement, concerne le besoin de
progression inextinguible, vissé au cœur de chacun de nous, ou plutôt inscrit dans
nos cartes mentales comme une nécessité absolue faisant partie de l’évolution de
notre humanité. Nous voulons mieux faire aujourd’hui qu’hier, et beaucoup
mieux encore demain qu’aujourd’hui. Ce besoin s’exprime dans toutes les sphères
03_ch1.fm Page 31 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Tableaux de compétences pour le management
31
de l’activité humaine car il s’agit d’une véritable norme intérieure intégrée par
chacun quand il exécute quelque action que ce soit. Or, ce besoin est souvent
dénaturé par un entourage malveillant ou peu encourageant – qui doute, nie ou
dévalorise une prestation approximative, sans donner ni les moyens ni les modes
d’emploi appropriés pour souscrire à la progression rêvée.
C’est pour cette raison que les managers doivent comprendre qu’ils ont pour
mission d’encourager des prestations qui, même si elles ne sont ni exceptionnelles ni
simplement au niveau requis, doivent être prises en compte dans ce que nous
appelons une « pédagogie de l’échec ». Cette pédagogie est susceptible de transformer une tentative en une réussite, en s’inspirant du propos d’Alain qui déclarait :
« L’échec est à mi-chemin de la réussite25 ». Philosophe et pédagogue, il ajoutait le
mode d’emploi suivant sous forme d’un conseil éminemment stimulant pour
souscrire à cette nécessaire progression : « Continue ce que tu fais, mais mieux » !
Ce besoin de progression a bien été détecté par la Commission européenne en
2002 quand elle proposa que chaque Européen bénéficiât d’une formation tout
au long de sa vie. La récente loi sur la formation reprend cet objectif en octroyant
à chaque salarié un droit individuel de formation qui autorise chacun, grâce à une
dotation de vingt heures par an, à perfectionner les compétences correspondant
aux objectifs de son projet professionnel.
En résumé, pour faire face à l’ensemble des mutations26 qui attendent le monde
du travail, un constat d’importance apparaît : dans leur philosophie, et surtout
dans leurs pratiques, la fonction personnel comme le management doivent
évoluer. Ces deux fonctions sont en effet confrontées à des secousses sociales de
plus en plus aiguës qui manifestent la puissance de revendications non satisfaites,
malgré tous les discours incantatoires sur « l’entreprise du troisième type, à
l’écoute, participative, du troisième millénaire »…
Ces aspirations fondamentales demandent à s’exprimer sans jamais être véritablement prises en compte par tous ceux qui prétendent s’occuper de la gestion des
ressources humaines, et par ceux qui doivent prendre en charge au quotidien les
collaborateurs qui leur sont confiés. Cette prise en charge se complique encore
quand l’entreprise est confrontée à la tourmente de la compétition mondialisée,
25. Alain, Propos sur l’éducation, PUF, 2005.
26. Pour le détail de ces mutations et s’imprégner de l’esprit scientifique qui doit y présider, lire Charpak
Georges et Omnès Roland, Soyez savants, devenez prophètes, éditions Odile Jacob, 2005.
03_ch1.fm Page 32 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
32
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
car les objectifs à atteindre sont encore plus difficiles et nécessitent une performance plus fine de tous les acteurs. Malgré sa mort annoncée, la globalisation est
encore bien vivante et excite bien davantage les craintes des salariés français.
Leur motivation exige alors de recourir à des méthodes de gestion et de management édifiées en une véritable ingénierie des ressources humaines. Ces deux
fonctions disposent désormais, avec les recherches et les expérimentations
grandeur nature menées depuis un demi-siècle, suite à l’échec du taylorisme pour
motiver le personnel, d’un ensemble de pistes de réflexion, de théories et de
pratiques qui peuvent constituer une méthodologie spécifique destinée à agir
efficacement pour prendre en compte les attentes fondamentales du personnel27.
Le présent ouvrage propose donc, à partir de cette ingénierie des ressources
humaines, un ensemble de tableaux de bord destinés à éclairer la route des responsables dans leur action quotidienne pour viser l’excellence et la qualité attendues
par tous les acteurs de l’organisation. Le tableau 1.2 permettra au lecteur de faire
le point sur ses acquis en la matière et sur son désir d’y voir plus clair.
27. Voir l’ouvrage collectif paru chez Vuibert : Encyclopédie des ressources humaines, 2006.
03_ch1.fm Page 33 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
33
Tableaux de compétences pour le management
Pour chacune des propositions du tableau 1.2 ci-dessous, concernant 20 domaines de compétences,
cochez la case qui vous concerne :
A : J’en ai entendu parler = 1 point
B : Je connais = 2 points
C : J’utilise parfois = 3 points
D : J’ai besoin de me perfectionner = 5 points
Tableau 1.2 Autodiagnostic des compétences du management
Connaissances et compétences
1
Référentiel de compétences
2
Mesure des compétences
3
Carte des compétences d’une fonction
4
Carte des compétences individuelle
5
Carte comparative fonction/personne(s)
6
Carte des compétences d’un groupe ou d’un service
7
Description détaillée de fonction
8
Infogramme
9
Pratiques d’IRH (ingénierie des ressources humaines)
10
Procédure de recrutement
11
Conduite d’un entretien
12
Guide d’entretien
13
Procédure de recrutement
14
Méthode de communication
15
Dossier entretien d’évaluation
16
Management relationnel
17
Motiver une équipe
18
Entretien professionnel
19
DIF et loi sur la formation du 4 mai 2004
20
Passeport formation
SCORE sur
100
A
1
B
2
C
3
D
5
03_ch1.fm Page 34 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
04_ch2.fm Page 35 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
2
Méthodologie : compétences
et tableaux de bord
Si tu veux des résultats durant une année, sème des grains.
Si tu veux des résultats durant 10 ans, plante des arbres.
Si tu veux des résultats durant la vie, développe les hommes.
Kuan Chung Tzu (VIIe siècle avant J.-C)
2.1
Plan d’action de la méthodologie
La méthodologie des tableaux de bord concernant les compétences, et le plan
d’action qui en découle, sont fondés sur l’élaboration et l’existence d’un référentiel
de compétences. Celui-ci prend la forme d’un document qui regroupe l’ensemble
des compétences utiles à un organisme, à la fois au plan technique et au plan relationnel. Il va servir de référence à tous les tableaux de bord utiles à chaque
occasion de la mission du management, de l’entrée du salarié dans l’organisme
jusqu’à sa sortie. Ces tableaux de bord doivent être considérés comme autant
04_ch2.fm Page 36 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
36
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
d’instruments de mesure, de diagnostic et de pronostic des compétences mises en
œuvre à un moment donné, dans une situation particulière, vis-à-vis de collaborateurs ou de l’ensemble des collaborateurs d’un service. Ils doivent conduire à des
plans d’action, à des résolutions de problèmes liés à la gestion des compétences, à
des décisions concertées et à des stratégies ayant un impact déterminant sur l’efficacité de l’organisme, la satisfaction du client final et l’épanouissement de chaque
acteur du système organisationnel.
2.1.1
Référentiel de compétences
Un référentiel de compétences consigne l’ensemble des domaines de connaissances, de savoir-faire et de savoir faire faire, utiles à la marche d’un service dans
une version expérimentale, et à la totalité de l’organisme dans une version globale.
Nous pouvons aussi distinguer dans chaque domaine de compétences des savoirs
théoriques et des pratiques procédurales.
Un référentiel consiste à définir les domaines de compétences techniques et relationnelles ainsi que, pour chaque domaine, les niveaux de compétences utiles à
chaque fonction. Grâce à la hiérarchisation des niveaux établis dans chaque
domaine, à l’aide de propositions définissant le savoir et/ou la procédure
concernée par une pratique, il donne la mesure des niveaux de compétence et la
maîtrise atteinte par une personne dans chaque domaine mis en œuvre dans une
activité. Cette élaboration doit s’effectuer en concertation avec les personnels
concernés car leur implication, issue de leur expérience, rend incontestables les
rédactions et définitions obtenues.
2.1.2
Compétence, domaine et unité de compétence
Ce terme de compétence est un fourre-tout, un « mot poubelle » dirait Hervé
Sérieyx1. Il doit donc être replacé dans le cadre normatif FDX 50-183 qu’AFNOR
lui consacre. Dans cette définition, la compétence mérite un éclaircissement, et le
lecteur doit faire la distinction avec les termes voisins d’aptitude et de capacité.
La compétence correspond à l’actualisation effective d’un potentiel, d’une aptitude
ou d’une capacité. Ces deux dernières notions définissent des virtualités possibles
et théoriques : mon automobile est capable d’atteindre 220 km /h. La compétence
1.
Sérieyx Hervé, Boussoles pour temps de brume, Village mondial, 2002.
04_ch2.fm Page 37 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
37
décrit et mesure en termes de savoir-faire, de savoir faire faire et de savoir-être le
niveau opérationnel réellement atteint et dépend de nombreuses conditions. Ainsi
ma compétence à conduire résulte de l’intégration de multiples paramètres qui
modulent l’aptitude théorique en fonction des limitations du Code de la route,
s’adapte aux conditions de circulation et de météo, souscrit aux injonctions de ma
femme (la célèbre Mme Columbo !) qui a peur en voiture ou du constructeur en
période de rodage, pour effectivement atteindre 80 km/h sur une départementale.
Dès lors, l’aptitude estime un idéal, alors que la compétence mesure et décrit une
réalisation effective dans un domaine particulier, en tenant compte des différents
critères du contexte déterminant l’actualisation effective du savoir.
Le principe méthodologique majeur, présidant à l’élaboration d’un domaine de
compétence, réside dans le fait que l’évaluation est conçue en fonction de
l’apprentissage nécessaire pour passer de l’ignorance – dans un domaine de
compétence – à un palier supérieur de connaissance. Ainsi, de proche en proche,
en apprenant les unités de compétence essentielles qui composent un niveau de
compétence, il est possible – en progressant de paliers en paliers – d’atteindre un
niveau suprême (le niveau 7 identifié dans le tableau 2.1) appelé expertise2.
Cette mesure s’effectue par l’intermédiaire de propositions qui désignent l’actualisation de la compétence par l’énonciation de faits, d’actions ou de procédures :
« rédige un compte rendu », « stérilise les instruments de chirurgie », « planifie
l’emploi du temps », « programme les paramètres du robot soudeur ». La compétence
est elle-même définie par un ensemble de propositions constituant des unités
théoriques et pratiques concrètement mises en œuvre et faisant l’objet d’une
description ou d’une manifestation en termes de savoirs et de savoir-faire, c’est-à-dire
en termes de connaissances ou de techniques. Ainsi, chaque proposition – ou item –
décrivant une unité de compétence a trait à un niveau précisément repéré dans le
tableau hiérarchisé présenté ci-dessous. Ce tableau 2.1 constitue la trame d’élaboration et de mesure de tout domaine de compétence, technique ou relationnel.
En outre, chaque unité de compétence indique un acquis théorique et /ou
pratique qui implique que l’intéressé évalué sait et/ou sait faire l’énoncé de la
proposition concernée. L’un et l’autre sont identifiés par un verbe d’action correspondant au niveau de savoir : rédiger, lire, conduire, préparer, organiser, animer,
souder, composer…
2.
Cf. maquette des niveaux Tableau 2.1.
04_ch2.fm Page 38 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
38
2.1.3
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Les degrés de maîtrise d’un niveau de compétence
Pour affiner l’évaluation, il convient de préciser si ce savoir et ce savoir-faire sont
possédés et démontrés de façon plus ou moins aisée. Cette analyse conditionne un
affinement en quatre niveaux distincts qui traduisent à la fois un degré de maîtrise
du savoir ou du savoir-faire, ainsi que des paliers de progression. Ces paliers
conduisent à un apprentissage, un perfectionnement ou un entraînement spécifique pour atteindre le palier supérieur (niveau ou degré). Les degrés de maîtrise
de chaque unité de compétence sont au nombre de quatre :
– au degré 1, le savoir ou savoir-faire évalué est faiblement maîtrisé ; il se traduit
par des hésitations, des erreurs, une approximation ou une maladresse
d’énonciation pour le savoir, ou de réalisation pour le savoir-faire ;
– au degré 2, le savoir est encore hésitant, et le savoir-faire se traduit par une
exécution malhabile ou peu agile ;
– au degré 3, le savoir et le savoir-faire sont acquis et démontrés avec aisance,
fluidité et agilité ;
– au degré 4, savoir et savoir-faire sont parfaitement maîtrisés, automatisés, et le
savoir-faire est mis en œuvre les yeux fermés ; les savoir-faire sont précédés par
une visualisation précise de la procédure à exécuter découlant de la mise en
œuvre de schémas mentaux parfaitement opérationnels.
Un domaine de compétence concerne une entité complète de connaissances théoriques et de pratiques concrètes associées. Chaque domaine est hiérarchisé en sept
niveaux (dans la version complète) qui représentent autant de paliers d’apprentissage. Chaque niveau comporte des unités de compétences relatives à un savoir
et à un savoir-faire. Chaque unité peut être repérée de façon distincte, ou par une
même formulation représentée par un verbe actif : « rédige », « lit », « anime »,
« soude » (et non pas « sait rédiger », « sait lire », « sait animer » ou « sait souder »).
Le verbe d’action fait référence à une situation déjà éprouvée et maîtrisée, alors
que ce même verbe précédé de « savoir » fait référence à une situation – connue
certes – mais pas forcément rencontrée et expérimentée concrètement. Il en est
ainsi, par exemple, de l’item « connaît les soins palliatifs », qui indique une
connaissance théorique, alors que l’item « exerce les soins palliatifs auprès de
cancéreux », fait référence à une pratique et à un mode opératoire réellement déjà
vécus et à une situation expérimentée et (plus ou moins) maîtrisée. De même
« connaît la DAO » évoque un savoir théorique, alors que « pratique Autocad »
04_ch2.fm Page 39 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
39
installe l’énonciation dans une expérience concrète. Dernier exemple : l’item « sait
accueillir des clients difficiles » est plus théorique que la formulation « accueille
des clients difficiles » qui indique une pratique toujours d’actualité.
Il y a donc loin du savoir, la « recette de la mayonnaise » – proche de l’aptitude –
à la réalisation de cette même mayonnaise. Sa réussite révèle une compétence
manifestée par la consistance et le goût de cette sauce, dans laquelle l’exercice de la
pratique se mêle au talent personnel issu de la répétition, et d’une part – non mesurable – dévolue à l’âme de son réalisateur. Cet ensemble dépasse la compétence
pour faire la place au talent. Un cran plus loin intervient le génie dont Einstein
disait qu’il comportait 95 % de sueur. Cet ouvrage se contentera d’explorer la part
de sueur constituée par les compétences pour lesquelles, selon un autre Albert –
Grüss celui-là, et directeur du cirque du même nom – « le travail efface le travail »
afin de transcender chaque exercice d’une compétence en un art à part entière.
2.2
Les versions d’un référentiel de compétence
L’expérience de ces douze dernières années, assortie de l’implantation de référentiels de compétences dans de multiples secteurs d’activité, ainsi que les exigences
des divers établissements (moyens alloués, temps consacré, budget, organisation
du projet) conduit à proposer plusieurs versions méthodologiques. Les référentiels
peuvent être conçus pour un domaine de compétence considéré en fonction d’une
complexité plus ou moins importante souhaitée par l’institution. En fait, la
tendance est à la simplification du référentiel, notamment en ce qui concerne le
nombre de niveaux, généralement réduits à 5 dans la pratique (du niveau 1 :
notions de base, au niveau 5 : situations difficiles). Dès lors les domaines de
compétence peuvent être élaborés selon quatre versions principales :
• Une version complète en sept niveaux qui constitue l’aboutissement ultime
de la méthodologie en présentant un inventaire détaillé des savoirs et savoirfaire composant chaque niveau de compétence concerné ;
• une version normale en sept niveaux (et au moins quatre propositions par
niveau) qui représente une utilisation courante de la mesure des compétences
pour une fonction ou une personne ;
• une version réduite en cinq niveaux (et quatre propositions par niveaux) qui
correspond davantage au besoin quotidien d’un service ou d’un établissement ;
04_ch2.fm Page 40 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
40
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
• une version abrégée en cinq ou sept niveaux (comportant une seule proposition
synthétique par niveau) qui constitue le premier stade d’élaboration et de
rédaction d’un référentiel. Cette version possède l’avantage considérable de
constituer une initiation à la méthodologie. Elle peut être rédigée par n’importe
quel manager en un temps extrêmement court pour identifier les domaines de
compétences utiles à son service. Dans ce dernier cas, la rédaction de chaque
domaine peut être effectuée en moins d’une demi-heure et une dizaine de
domaines vitaux pour l’efficacité d’un service peuvent alors être rédigés et
consignés dans un document de référence en une demi-journée de travail.
Ensuite, au fil du temps et lors des entretiens professionnels en particulier, cette
version pourra être améliorée et enrichie pour constituer un référentiel utile au
service en comportant l’ensemble des domaines exigés par les diverses fonctions du
service. Ainsi si chaque manager se met en devoir d’élaborer le référentiel propre à
son service, et moyennant une homogénéisation finale entre les services, un référentiel complet des compétences d’un organisme peut être établi en un temps record.
Ainsi, la formation à cette version abrégée peut être rapidement effectuée. Elle peut
être étendue à l’ensemble de l’encadrement d’un établissement : managers, chefs de
service et dirigeants, aux fins de généralisation à moindre coût de temps et de moyens.
2.2.1
La version complète
Pour comprendre sa construction, nous avons choisi de présenter une maquette
qui peut servir de modèle à l’élaboration de cette version ainsi qu’un exemple de
domaine technique, issu d’une précédente mise en place du référentiel au sein
d’un service d’imprimerie d’un organisme d’enseignement supérieur.
• Maquette de la version complète
Dans toutes les versions proposées, la hiérarchisation des niveaux est effectuée de
façon croissante ou décroissante. Chaque niveau est numéroté de 1 à 7 (selon des
paliers hiérarchisés de façon croissante) ou de 7 à 1 (paliers décroissants).
Dans la version complète, chaque niveau est constitué par quatre propositions
(voire davantage si nécessaire) dont chacune identifie le savoir, le savoir-faire
requis par une fonction ou présenté par le titulaire, et le savoir faire faire.
Pour l’évaluation personnelle, trois colonnes sont définies pour indiquer ce qui est
su, ce qui est utilisé en pratique et ce qui est affiné, perfectionné.
04_ch2.fm Page 41 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
41
Pour chaque colonne, un degré de maîtrise peut être précisé de 1 (faible) à 4 (parfait).
Tableau 2.1 Identification des niveaux d’un domaine de compétence
Niveau
Intitulé
Définition de la proposition
IGNORANT
Aucune connaissance n’est requise.
Aucune connaissance n’est acquise.
1
CONNAISSEUR
La compétence pratique n’est pas nécessaire et le savoir requis nécessite
seulement de :
– connaître son existence à travers un vocabulaire de base, à définir
dans chaque domaine ;
– maîtriser une seule unité ;
– reconnaître les éléments matériels du domaine.
2
UTILISATEUR
La compétence nécessite, outre le vocabulaire de base, de connaître un
vocabulaire élargi et des définitions, de réaliser des gestes ou actions
simples à partir de protocoles écrits par ailleurs.
GÉNÉRALISTE
La compétence nécessite la connaissance opérationnelle de plusieurs
unités de connaissances (modules, protocoles et modes d’emploi décrits
par ailleurs), l’accomplissement d’opérations enchaînées, la réalisation
d’exercices simples, la maîtrise de situations simples regroupant
plusieurs unités, la réaction adaptée à une situation en référence à
l’expérience et à des situations analogues.
PROFESSIONNEL
La compétence permet de maîtriser des situations courantes faisant appel
à un ensemble d’unités et de modules élaborés, de s’adapter à des situations nouvelles grâce à des normes et à des procédures connues et
précisément référencées dans un manuel.
5
TECHNICIEN
La compétence permet d’affronter et de maîtriser des situations
complexes, difficiles voire conflictuelles, en utilisant un ensemble
de techniques, de démarches ou de méthodes spécifiques.
6
SPÉCIALISTE
La compétence permet de modéliser, affronter et maîtriser parfaitement
toutes les situations et de les enseigner pour en améliorer l’efficacité.
EXPERT
C’est l’excellence qui permet, au-delà de la parfaite maîtrise du niveau
précédent, de rechercher, d’innover, de proposer une normalisation et
l’établissement de procédures de référence et d’être reconnu à
l’extérieur, au plan national et international.
0
3
4
7
© Méthodologie soutenue par la Commission européenne, dans un projet Leonardo da Vinci, initiée et développée par A. Labruffe
04_ch2.fm Page 42 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
42
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
• Élaboration de la version complète
Pour réaliser cette version qui vise l’exhaustivité, il convient de constituer, sur la base
du volontariat et d’une formation méthodologique initiale, un ou plusieurs groupes
de travail, au sein de l’entreprise, représentatifs du ou des secteurs choisis pour
élaborer un référentiel des compétences. Cette composition peut être décidée et
réalisée à l’issue du référentiel abrégé conçu par le management, ou directement
mise en œuvre à l’initiative de la direction, via la direction des ressources humaines.
Ces groupes sont constitués par des agents volontaires, motivés et représentant
différentes fonctions. Ils doivent être animés par un chef de projet désigné par
l’établissement. Leurs travaux sont centralisés et harmonisés au fur et à mesure de
leur avancement pour parvenir à :
– un recensement de l’ensemble des domaines de compétences nécessaires au
service ou au secteur référencé ;
– une hiérarchisation de chaque domaine en niveaux repérés par des critères objectifs
et unanimement identifiés en termes de savoirs, savoir-faire et savoir faire faire ;
– une rédaction synthétique de chacun de ces critères sous forme d’une proposition commençant par un verbe actif à la troisième personne du singulier,
renvoyant à un protocole précisant les modalités d’application ;
– une rédaction homogène de chaque domaine par recours à un expert du domaine
concerné et par un garant de la méthodologie. Ce document constitue au fur et à
mesure du travail des groupes, le thésaurus du référentiel. Les domaines élaborés
doivent être tenus à disposition de tous et enrichis au fil du temps grâce à leur
utilisation conjointe, lors des entretiens annuels d’appréciation notamment ;
– une formalisation adaptée aux buts de l’appréciation selon les divers modèles
présentés tout au long du présent ouvrage en fonction des objectifs à atteindre
et des situations à prendre en compte.
À l’issue de ce travail, l’homogénéité est réputée atteinte quand :
– chaque niveau est identifié par un minimum de quatre ou cinq items ;
– chaque item commence par un verbe actif (éviter « est capable de », « s’occupe
de », « assure », « travaille », « sait ») conjugué à la 3e personne du singulier :
« rédige » (indiquant la connaissance détenue par le tenant de la fonction) ou
éventuellement par le substantif présent : « rédaction de » ;
– il y a continuité de l’apprentissage en passant d’un niveau à un niveau
immédiatement supérieur ;
04_ch2.fm Page 43 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
43
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
– chaque item identifie à la fois une connaissance théorique, un savoir-faire
pratique, une transmission de savoir ou de savoir-faire codifiée dans l’une des
trois colonnes dans lesquelles chacune de ces déclinaisons est opérée.
Cette phase de travail doit se conclure chaque année par une restitution à
l’ensemble des personnels de l’organisme afin d’entraîner l’adhésion de nouveaux
services tandis que le référentiel est mis à disposition de l’ensemble du
management qui peut l’utiliser à toute occasion de la gestion des compétences.
• Version complète d’un domaine de compétence :
l’exemple de la PAO
La publication assistée par ordinateur (PAO) regroupe l’ensemble des connaissances
et des pratiques qui permettent la création et la mise en page de documents
d’information sur divers supports (papiers, Web,…), répondant à un projet éditorial.
Dans cette version, l’évaluation consiste à noter de 1 (faible), 2 (hésitant), 3 (aisé)
à 4 (fort) le degré atteint pour chaque item en termes de savoir, savoir-faire et
savoir faire faire.
Prérequis
Maîtrise l’orthographe et la syntaxe.
Connaît de façon approfondie le vocabulaire.
Connaît le vocabulaire de base lié à la réalisation de documents informatiques : PAO,
prépresse, mise en page.
1
Identifie et signale à un tiers le matériel utilisé pour réaliser un document : ordinateur,
scanner, imprimante, lecteur ZIP…
Connaît l’existence des logiciels de PAO et leur rôle : Xpress ou InDesign (mise en page),
Illustrator (dessin vectoriel), Photoshop (traitement de la photo et de l’image) et celle
des logiciels de bureautique : Word (traitement de texte), Excel (tableur).
Allume un ordinateur en appuyant sur un bouton.
Savoir faire faire
Savoir-faire
Items ou Unités de compétence
PAO
Savoir
Niveau
Tableau 2.2 Domaine PAO en version complète
04_ch2.fm Page 44 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
44
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Connaît les bases de la typographie : nom de certaines polices (Times, Helvetica…),
ponctuation, espacement, italique, gras…
Connaît et définit l’environnement de base : le bureau et les différentes icônes (corbeille,
disque dur, fichier, dossier, imprimante, logiciel, menu…) et peut le signaler à un tiers.
2
Détermine les différentes fonctions des touches du clavier.
Connaît Acrobat Reader.
Insère une disquette, un CD ou un ZIP dans l’ordinateur.
Déchiffre une partie du bon de commande : quantité, délai, format, nature du travail,
identité du client…
Retranscrit les informations déchiffrées sur la chemise de travail.
Connaît les bases de couleurs : quadri, Pantone®.
Ouvre :
– un document à partir d’une disquette, d’un CD ou d’un ZIP,
– un nouveau document avec les logiciels de PAO,
– un fichier natif (Xpress, Photoshop ou Illustrator).
3
Saisit un texte suivant les règles de typographie : respect des espaces, de la ponctuation…
Effectue une mise en page simple (justification, sous-titre, paragraphes, alinéas…) en
noir et blanc.
Utilise la correction orthographique et connaît quelques signes de base de correction :
(espacement plus important), (diminuer l’espace)…
Enregistre un document sur le disque dur et le place à l’endroit adéquat (fichier/dossier).
Envoie (via le mail), ouvre tout type de fichier et l’imprime.
Savoir faire faire
Savoir-faire
Items ou Unités de compétence
PAO
Savoir
Niveau
Tableau 2.2 Domaine PAO en version complète (suite)
04_ch2.fm Page 45 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
45
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
Utilise tous les logiciels de PAO et s’adapte aux situations nouvelles ou difficiles avec
l’aide d’un manuel ou des conseils d’un technicien.
Règle les paramètres d’impression (sélection d’imprimante) et paramètre l’imprimante
(format, type de papier, installation…).
Utilise les raccourcis clavier (Pomme ou Ctrl S, V, P, C…)
Connaît les différents formats d’enregistrement (.doc, .rtf, .psd, .eps, .pdf…) et
détermine quand les utiliser.
4
Conseille l’usager afin d’obtenir un document utilisable (bon format d’enregistrement,
bon mode couleur, bonne police, bonne taille de l’image…).
Utilise toutes les règles typographiques.
Numérise les données à la bonne taille : bonne résolution, à l’aide d’un scanner.
Connaît tous les signes de correction.
Procède à tout type de mise en page : intégration de photo, couleur, intégration de logo.
Réalise l’impression sur recommandation de l’imprimeur.
Réalise un film et paramètre la flasheuse, la taille, la résolution, l’orientation…
Connaît les règles de l’impression offset (procédé d’impression, couleur, réserve, défonce…).
Utilise les logiciels bureautiques courants : Word, Excel.
Utilise les logiciels de reconnaissance de caractères.
Transforme un fichier natif en pdf.
Savoir faire faire
Savoir-faire
Items ou Unités de compétence
PAO
Savoir
Niveau
Tableau 2.2 Domaine PAO en version complète (suite)
04_ch2.fm Page 46 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
46
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Maîtrise les logiciels de PAO dans toutes les situations imprévues, urgentes et/ou complexes.
Analyse tous fichiers et résout les erreurs : mode couleurs, résolution, taille de l’image,
police…
Forme un agent de niveau connaisseur ou débutant aux techniques de PAO.
5
Utilise tous les raccourcis clavier quel que soit le logiciel.
Réalise l’imposition à son initiative : mode cahier, amalgame…
Gère toutes les situations liées à la flasheuse et à l’envoi par réseau à l’atelier
reprographie (valeurs, recto verso, grammage, format, couleur…).
Crée un fichier pdf.
Connaît et détecte les pannes de premier niveau.
Met en ligne un fichier pdf.
Connaît et définit la chaîne graphique et toutes les règles de typographie.
6
Forme et encadre un groupe aux techniques de la PAO.
Suit et contribue à l’évolution des techniques de PAO.
Décide des choix du matériel et évalue les coûts.
7
Dirige des recherches visant à l’amélioration et à l’optimisation des techniques et
procédés de PAO.
Maîtrise l’informatique et le système réseau.
Maîtrise les techniques des arts graphiques (nombre d’or, perspective, création de police…).
Met au point, rédige et publie des manuels de référence à usage interne ou externe.
Savoir faire faire
Savoir-faire
Items ou Unités de compétence
PAO
Savoir
Niveau
Tableau 2.2 Domaine PAO en version complète (suite)
04_ch2.fm Page 47 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
47
• Grille d’analyse d’un domaine de compétence
Elle est présentée ci-dessous pour rédiger chaque domaine de compétence en tenant
compte de la hiérarchisation – du plus facile au plus complexe – d’une part, et de la
distinction en termes de savoir, savoir-faire et savoir faire faire d’autre part. En
l’absence de matériel bureautique, un format A3 (double page) est conseillé ainsi
que l’emploi d’un crayon et d’une gomme dans le temps de la rédaction en groupe.
Ensuite la rédaction sur ordinateur facilitera l’apport de toutes les précisions utiles,
la transformation ou l’amélioration des formulations puis les validations nécessaires.
Savoir
faire faire
Savoir-faire
Savoir
Items ou Unités de compétence
Niveaux 1 à 7
Prérequis
Domaines
Niveau
Tableau 2.3 Matrice d’un domaine de compétence
Cette matrice d’élaboration d’un domaine de compétence prévoit les domaines
associés à la compétence décrite ainsi que les prérequis indispensables à l’apprentissage du domaine considéré. En pratique, en effet, un domaine de compétence
n’est guère utilisable seul, de la même façon qu’il n’est pas possible de saisir un
crayon avec un seul doigt : c’est plus facile avec deux, tandis qu’un objet plus lourd
ou plus complexe sera mieux appréhendé avec plusieurs doigts, voire avec les deux
mains comme dans le cas de la préhension d’une masse. Par ailleurs, pour frapper
avec une masse il faut aussi savoir faire des avant-trous avec une barre à mine, tirer
04_ch2.fm Page 48 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
48
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
un cordeau pour aligner les trous et tendre le grillage de clôture. Ce type d’activité
implique aussi bien d’autres compétences : relaxation pour mesurer et dispenser
son effort, anticipation mentale pour prévoir le plan d’action, créativité pour
résoudre les problèmes impromptus rencontrés, leadership pour obtenir de l’aide
et intelligence affective pour ne pas lâcher prise à la moindre difficulté ou coup de
masse malencontreux…
• La performance résulte de plusieurs compétences
Le lecteur trouvera les exemples adéquats à son usage et retrouvera au fil de cet ouvrage
d’autres cas typiques. Pour situer le propos en reprenant un exemple précédent, faire
une conférence en anglais implique un niveau suffisant d’affirmation de soi, le
contrôle de ses émotions et de son affectivité (intelligence affective), la maîtrise du
stress, un niveau satisfaisant d’expression orale ainsi qu’un niveau d’anglais courant.
En ce qui concerne les pré-requis pour réussir cette prestation, préparation et entraînement sont normalement à l’ordre du jour ainsi que la connaissance du contenu de
la conférence. On voit comment un tableau de bord peut être constitué pour identifier, dans chaque situation, les pré-requis, les domaines associés et le niveau du
domaine de compétence principal requis pour atteindre le résultat escompté.
Cette matrice peut être ensuite utilisée comme un tableau de bord pour repérer et
évaluer les savoirs, savoir-faire et savoir faire faire acquis par une personne afin
d’identifier et de mesurer les écarts existant en plus, ce qui correspond à des
ressources disponibles. Les écarts peuvent aussi constater des déficits, ce qui
correspond à des objectifs de progression à atteindre moyennant une action
d’apprentissage. Les ressources disponibles pourront alors être utilisées :
– par la personne pour évoluer ;
– par l’organisme pour former d’autres personnes.
Les objectifs de progression identifiés par des propositions qualifiées dans le référentiel en termes de verbes actifs serviront à déterminer les programmes de
formation utiles pour la personne concernée. Ces propositions constitueront
autant d’intitulés de formation et de procédures à maîtriser lors de l’apprentissage.
La matrice peut aussi être transformée, comme nous le proposons dans le chapitre
du référentiel des compétences du savoir-être, en grille d’auto-évaluation indiquant le savoir acquis, la pratique correspondante et le degré de maîtrise possédé.
04_ch2.fm Page 49 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Méthodologie : compétences et tableaux de bord
49
Ce degré de maîtrise affine l’évaluation en indiquant quatre paliers d’acquisition :
de 1 (hésitant), à 4 (parfaitement automatisé).
En conclusion, dans toute activité, la performance attendue réclame en réalité la
mise en œuvre d’un ensemble de compétences qui se pratiquent de façon
conjointe en associant savoirs, savoir-faire et parfois savoir faire faire. En outre, ces
compétences conjuguent des compétences techniques, personnelles et relationnelles dont les tableaux de bord doivent pouvoir rendre compte pour analyser,
évaluer et améliorer la performance.
04_ch2.fm Page 50 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
05_ch3.fm Page 51 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
3
Choix et utilisation
des référentiels
de compétences
Une compétence se construit en mettant en œuvre un processus itératif dans lequel l’échange entre pairs
est capital ainsi que les allers-retours entre pratiques et réflexions-analyses-théorisation de ces pratiques.
AFNOR, Mise en œuvre des ISO 9000, p. 54.
3.1
Construction du référentiel
Une fois la méthodologie connue, puis la décision prise en haut lieu de l’implantation
du référentiel de compétences, la condition essentielle de son développement
réside bien sûr dans la volonté des dirigeants concernés. Il exige leur engagement
indéfectible dans une action qui nécessite un investissement en temps et en
moyens humains.
05_ch3.fm Page 52 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
52
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
La procédure est consignée dans le tableau 3.1 qui permet de connaître la
progression en douze étapes du référentiel ainsi que les modalités pratiques de
conception réalisables par le manager seul ou par un groupe de travail.
3.2
État des lieux
Il s’agit de réaliser une analyse de la situation existante et de reformuler les
objectifs de départ afin de :
a) procéder à l’état des lieux : audit du service ou de l’établissement concerné en
termes de fonctions, de structure et d’organisation ;
b) recensement des besoins des secteurs concernés en termes de compétences ;
c) prévision des évolutions technologiques et de leur impact sur les fonctions et
les compétences requises.
3.2.1
Constitution d’un groupe de projet
Il s’agit de constituer un ou plusieurs groupes de travail de personnes volontaires,
dans des services représentatifs des secteurs choisis, pour les former à la méthodologie du référentiel. Ces groupes sont animés par un chef de projet qui met en
œuvre une méthodologie adaptée aux objectifs et aux délais. Il peut être aidé par
des responsables qui constituent alors un groupe de pilotage qui va superviser,
aider et valider l’avancement des groupes de travail, puis essaimer la méthodologie
au sein de l’organisme.
3.2.2
Appropriation de la méthodologie
Les travaux de ces groupes sont régulièrement harmonisés par l’expert méthodologique pour parvenir à :
– un recensement de l’ensemble des domaines de compétences du secteur étudié ;
– le choix d’une version simplifiée pour établir la hiérarchie du référentiel ;
– une hiérarchisation de chaque domaine en niveaux ;
– la rédaction de propositions énonçant des caractéristiques objectives et
factuelles, identifiées en termes de savoirs, savoir-faire et savoir faire faire (sur
le modèle de la grille d’élaboration, dans un format A3).
05_ch3.fm Page 53 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
53
Choix et utilisation des référentiels de compétences
Étapes de la procédure
Seul
En groupe
Tableau 3.1 Procédure d’élaboration d’un référentiel de compétences
1
Identifier et lister l’ensemble des domaines d’un secteur (santé ou informatique)
ou d’une structure (service, atelier).
X
X
2
Définir et délimiter chacun des domaines.
X
X
Analyser chaque domaine en sept niveaux, puis repérer des unités simples de
compétences distinguant des savoirs, savoir-faire et savoir faire faire, donnant lieu à :
X
– une formule abrégée ;
X
3
X
– une formule complète.
X
4
Rédiger chaque unité de compétence en termes objectifs et contrôlables de savoirs,
savoir-faire et savoir faire faire.
X
5
Faire valider la rédaction par les spécialistes ou experts des domaines concernés,
puis classer dans un document centralisateur, le référentiel de compétences.
X
6
Analyser et repérer tous les domaines de compétence utiles à une fonction ainsi
que chaque niveau requis par une fonction.
X
7
Anticiper l’évolution des niveaux requis dans chaque fonction et secteur (à 3 ou
5 ans).
X
Rédiger, à partir des items faisant l’objet d’écarts entre niveaux requis et niveaux
pratiqués, des programmes de formation pour :
X
8
– combler les écarts,
X
– faire rédiger les protocoles correspondants,
X
– perfectionner les compétences de chacun.
X
9
Diffuser aux autres services, partenaires sociaux et formateurs les référentiels
réalisés.
X
10
Utiliser le référentiel à toute occasion d’appréciation (recrutement, évaluation,
reclassement, promotion) et de formation.
X
11
Utiliser le référentiel pour l’IRH du service et tout au long de la carrière des
personnels.
X
12
Faire évoluer et mettre à jour le référentiel chaque année à l’occasion
des entretiens annuels d’appréciation.
X
05_ch3.fm Page 54 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
54
3.2.3
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Expérimentation opérationnelle
Il importe d’engager une expérimentation opérationnelle dans les services ou
établissements volontaires pour :
a) expérimenter la faisabilité du référentiel ;
b) affiner le référentiel et les niveaux ;
c) évaluer les personnels concernés ;
d) mesurer des écarts entre les compétences requises par une fonction à un moment
donné et les compétences effectivement mises en jeu par le titulaire de la fonction ;
e) transformer ces mesures en programmes de formation adaptés à combler ces
écarts ;
f) repérer et utiliser des personnes ressources (seniors en particulier) pour réaliser
leur transfert de compétences par compagnonnage, parrainage, e-tutorat,
coaching ou formation ;
g) former des évaluateurs internes à l’établissement ;
h) faire l’inventaire de l’ensemble des compétences disponibles dans un établissement ou dans un secteur d’activité.
3.2.4
Consolidation du référentiel
Une fois le référentiel rédigé, il s’agit d’engager une action – réalisée en concertation dans le ou les services volontaires – pour développer la construction du
référentiel et consolider les propositions qui le composent.
Par la suite, en fonction du temps disponible ainsi qu’à l’occasion des entretiens
professionnels, l’homogénéisation du nombre de niveaux peut être améliorée. En
outre, la rédaction peut être précisée avec des chiffres, des quantités, des adjectifs.
L’entretien annuel devient alors un moment privilégié pour cette actualisation et
préciser ce qui est attendu en termes de compétences, de protocoles pour
progresser dans la tenue d’une fonction déterminée.
05_ch3.fm Page 55 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
3.3
55
Choisir une version du référentiel
Si la version complète du référentiel de compétences représente l’objectif idéal de
sa réalisation, d’autres versions (dites abrégée, réduite, normale) peuvent être des
étapes intermédiaires qui permettent d’amorcer le processus de sa constitution.
Leur élaboration peut donner lieu à la construction des tableaux de bord que nous
proposons dans la suite de cet ouvrage afin de faciliter la tâche du management.
Insistons d’ailleurs sur l’importance de cette mission (Y, humaine, relationnelle
selon la dénomination des auteurs cités dans l’introduction, Douglas Mc Gregor
et Edward Deming) du management qui lui permet de s’approprier et de
développer sa compétence primordiale. Le management relationnel est constitué
par un ensemble de compétences nécessaires pour encadrer des équipes et motiver
chacun des collaborateurs dont le manager a la charge.
3.3.1
Version abrégée
Pour le manager, la version abrégée représente une aide précieuse pour évaluer ses
collaborateurs, lesquels peuvent d’ailleurs élaborer pour eux-mêmes les domaines
de compétences dans lesquels ils excellent. Il leur suffit de rédiger sous forme d’une
proposition unique, pour chaque niveau, quel est l’élément essentiel de la connaissance qu’il faut développer en se servant des modèles proposés dans cet ouvrage. Il
est aussi possible de se limiter – pour chaque niveau – à l’énoncé de quatre items
laconiques mais essentiels pour définir le savoir ou savoir-faire de référence.
La version abrégée est ainsi constituée par un tableau qui servira d’évaluation
concertée lors d’une rencontre avec un collaborateur pour mesurer des écarts entre
le niveau requis par une fonction et celui présenté par une personne. Par la suite,
en fonction du temps, cette version abrégée pourra être transformée en version
complète grâce à un travail de groupe plus conséquent.
3.3.2
Version réduite
Nous présentons comme modèle une compétence relationnelle1 qui identifie un
savoir-être. Comme pour les compétences techniques, formelles ou professionnelles, chaque niveau est défini par quatre à six propositions (ou items) commençant
1.
Nous en avons identifié une trentaine dans Compétences relationnelles, du savoir-être au savoir-agir, AFNOR, 2005.
05_ch3.fm Page 56 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
56
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
par un verbe actif. Chaque item permet d’identifier l’exigence requise ou l’objectif
opérationnel à atteindre en termes de savoir, de savoir-faire et de savoir faire-faire.
Niveau de
compétence
Tableau 3.2 Version abrégée du tutorat
Type de tutorat
Caractéristiques majeures
du tutorat
7
Supervision
Conçoit des thèmes innovants, anime des groupes expérimentaux à forte
charge émotionnelle (groupes thérapeutiques par exemple) et supervise
des animateurs chevronnés.
6
Régulation
Conçoit et anime de nouveaux programmes sur tous types de groupes.
Anime des groupes visant à des changements d’opinions et de comportements.
Tutorat ardu
Prend en charge et anime des groupes inconnus avec des programmes
expérimentés.
Maîtrise la dynamique d’un groupe difficile, voire conflictuel.
Improvise la conduite d’un groupe sur des thèmes à fort contenu affectif
émanant spontanément des participants.
4
Tutorat en solo
Anime des groupes sur des programmes précédemment réalisés en coanimation sur des groupes connus et des thèmes cognitifs avec des
supports formalisés.
3
Anime des séquences pédagogiques : discussion sur un thème, exercice
Co-animation encadrée
formel, supervision de travaux en petits groupes, apport interactif d’un
par un tuteur principal
module d’information d’une demi-heure.
2
Co-animation
ponctuelle
Prépare de courts modules d’apport d’information ou de régulation :
lancement d’un thème, présentation d’un tableau, graphique ou schéma,
module d’évaluation continue.
Observation
d’un tuteur
Observe et analyse par écrit le déroulement d’une réunion ou d’un stage
de formation, effectue prise de notes, compte rendu et évalue en concertation avec l’animateur responsable la dynamique du groupe et les choix
pédagogiques.
5
1
Chaque domaine est établi de façon croissante (ou décroissante pour la présentation d’un domaine, mais il est plus facile de construire en partant des bases
nécessaires qu’en retranchant des couches de savoir du niveau d’expertise), en
gardant à l’esprit la hiérarchie de l’apprentissage nécessaire pour passer de la
05_ch3.fm Page 57 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
57
connaissance approximative et aléatoire du domaine à une connaissance de plus en
plus approfondie, en fonction des nécessités psychopédagogiques de l’acquisition.
Chaque item renvoie à des protocoles précisés dans des manuels établis par ailleurs
(procédures, modes d’emploi, exercices) et pouvant faire l’objet d’un entraînement lors de sessions de formation ou d’exercices d’apprentissage effectués en
autoformation.
Pour faciliter la compréhension et correspondre à cette version dite réduite, la
maquette du tableau 6.11 exclut du champ de l’analyse et de l’apprentissage les
niveaux acquis par des professionnels spécialistes et experts des compétences
comportementales, personnelles et relationnelles, qui interviennent en tant que
formateurs par exemple (en groupe ou en tutorat).
Les compétences relationnelles ont généralement deux caractéristiques remarquables. Elles se traduisent dans un comportement qui a tendance à être évalué de
façon binaire. En second lieu, elles sont presque toujours évaluées en termes de
manque et de reproche : « vous avez ou pas de l’initiative, vous êtes ou non créatif,
vous maîtrisez mal vos émotions ».
Niveau
Tableau 3.3 Hiérarchisation d’un domaine de compétence relationnelle
Connaissance
Proposition générique
Intuitive
Les savoirs et savoir-faire sont intuitifs et empiriques, souvent insuffisants pour faire
face aux situations élémentaires impliquant le savoir-être ou la caractéristique de
personnalité adaptée. Ce manque est reconnu par l’intéressé et/ou son entourage.
2
Théorique
La mise en œuvre du savoir-être est assise sur des connaissances théoriques ou des
analyses préalables qui permettent d’aborder des situations simples, limitées dans
le temps. Elle est partielle et discontinue.
3
Opératoire
Le savoir-être comporte la connaissance opérationnelle de plusieurs unités de compétences qui permettent d’affronter une palette de situations et d’y faire face de façon
satisfaisante, mais la résistance à l’émotion, à la pression de temps et d’enjeu est limitée.
4
Pratique
La compétence permet de maîtriser des situations diversifiées faisant appel à un ensemble
d’unités, de s’adapter à des situations nouvelles grâce à des normes et à des procédures
connues, puis de recourir à des spécialistes quand la difficulté et la complexité s’accroissent.
Complexe
La compétence permet d’affronter et de maîtriser des situations à forte charge émotionnelle, complexes, difficiles voire conflictuelles, en utilisant un ensemble de techniques,
de démarches ou de méthodes spécifiques faisant l’objet d’un entraînement constant.
1
5
05_ch3.fm Page 58 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
58
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Dénaturées en caractéristiques de personnalité immuables, les compétences relationnelles font donc l’objet d’un étiquetage quasi définitif concernant la personne
plus dévaluée qu’évaluée. Ainsi chacun de nous se voit nié dans son existence
même et réprimé dans l’essence de ses besoins fondamentaux (expression, information, reconnaissance, progression). Le jugement à l’emporte-pièce de ces caractéristiques relationnelles est issu d’une psychologie balbutiante et réifiante qui n’a
guère évolué depuis l’origine, au tout début du siècle dernier. Ce jugement servait
alors à étiqueter une fois pour toutes et à confiner chacun dans les cases construites
par le taylorisme flamboyant comme des caissons étanches, avec pour mission de
conserver chacun dans le strict rôle social et industriel qui lui était dévolu. Depuis
lors, cette « psychologie de souillarde », comme la nommait le professeur Jean
Château2, est colportée à l’envi par les medias avides de sensationnalisme dans des
recueils et magazines qui envahissent les halls de gare et par les gourous qui
hantent les plateaux de télévision. Selon elle, les caractéristiques de personnalité
appartiennent au domaine de l’être, un en-soi mythique, acquis une fois pour
toutes. Les inventaires de personnalité, ainsi que les profils qui en découlent, sont
tout à fait propices à entretenir cette catégorisation binaire : je suis ou ne suis pas :
ouvert, dynamique, ambitieux, autonome, dévoué, scrupuleux, rigoureux, sociable,
assuré, susceptible… en compagnie d’un zeste de raton laveur.
Il appartient donc aux référentiels de compétences relationnelles, lors de leur
élaboration et de leur utilisation, d’identifier des comportements passibles
d’apprentissage et de perfectionnement. Cette tâche implique de hiérarchiser
chaque domaine de ces compétences en niveaux croissants, comme pour la
construction des référentiels de compétences techniques.
Il s’agit aussi de trouver, en amont de certaines caractéristiques de personnalité,
réfractaires en première analyse à cette identification objective en termes de faits, une
compétence dont l’apprentissage retentit sur la caractéristique de comportement qu’il
s’agit de faire évoluer. Ainsi, par exemple, l’autonomie comme l’adaptation résultent
de l’apprentissage préalable de compétences techniques proprement professionnelles
liées à un métier. Elles découlent aussi, pour une large part, des explications et de
l’aide prodiguée par le management dans le cadre d’une description de fonction. Un
2.
Jean Château a créé l’Institut de psychologie à la Faculté des lettres de Bordeaux, et a publié de nombreux
ouvrages auxquels nous avons participé, notamment La culture générale, chez Vrin et L’intelligence ou les
intelligences ? aux éditions Mardaga. Cette faculté a été un haut lieu des sciences sociales depuis Émile
Durkheim, Jean Stoetzel (fondateur de l’IFOP), Jean Bourricaud, Roger Daval, jusqu’à Raymond Boudon.
05_ch3.fm Page 59 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
59
manuel d’assurance qualité peut aussi participer à cette clarification en précisant ce
qui est attendu, lors de chaque procédure, par le tenant du poste.
D’autres caractéristiques de personnalité attendues d’un salarié peuvent aussi
avoir des correspondances en termes de compétences relationnelles identifiables et
passibles d’un apprentissage. Ainsi le charisme, attendu d’un chef, d’un formateur
ou d’un élu, résulte de l’apprentissage des différentes techniques, procédures et
pratiques identifiées dans la compétence dénommée « leadership » associée à
l’exercice d’autres compétences apprises et perfectionnées à de multiples
occasions : expression orale, affirmation de soi, management relationnel, communication interpersonnelle, intelligence affective… La créativité espérée d’un collaborateur est décuplée par l’apprentissage des différentes méthodes (combinatoires, associatives, analogiques, oniriques)3 qui favorisent son éclosion assise sur
l’excellence de ses compétences proprement techniques.
Nous pouvons donc affirmer que si les compétences techniques sont facilement
repérables, puis identifiées de façon hiérarchisée dans un référentiel, les compétences relationnelles doivent faire l’objet des soins les plus attentifs de la part des
managers. Leur négation ou leur négligence est la source de tous les dysfonctionnements des organismes. Elles constituent alors une véritable psychopathologie,
mise en lumière depuis longtemps, qui se traduit en conflits, absentéisme,
turnover, sabotage, démotivation et non-qualité4.
3.3.3
L’exemple de l’intelligence affective
À titre exemplaire, voici comment l’émotivité et la maîtrise émotionnelle se
traduisent en une compétence identifiable et passible d’apprentissage que nous
dénommons intelligence affective. Suite aux travaux d’Antonio Damasio5 et JeanDidier Vincent6, il faut insister sur le fait que l’émotion constitue une irruption
dévastatrice dans le champ de la conscience et détruit ou inhibe la meilleure des
intelligences. En 2006, lors de la finale de la Coupe du monde de football contre
l’Italie, sous le coup de l’émotion, Zidane, sans réfléchir aux implications de son
geste, assène un coup de tête à l’auteur de l’insulte. Poussé par la colère résultant
3.
Bouillerce Brigitte et Carré Emmanuel, Savoir développer sa créativité, Retz, 2000.
4.
5.
Amiel Roger, Sivadon Paul, Psychopathologie du travail, ESF, 1969.
Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes, Odile Jacob, 2000.
6.
Vincent Jean-Didier, Le Cœur des autres, Plon, 2004.
05_ch3.fm Page 60 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
60
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
d’une provocation, un Premier Ministre perd son contrôle et déclenche un
incident avec le Premier secrétaire du parti socialiste en l’accusant de lâcheté.
L’affectivité, quant à elle, se situe dans une zone de contrôle conscient qui enrichit
l’intelligence en favorisant l’analyse de chaque situation et de leurs implications.
Cependant, au-delà d’un certain seuil et en l’absence d’apprentissage et de préparation,
cette frontière est vite franchie, dévastée par un mot qui, en fait, n’a aucune réalité :
puis-je vraiment croire que ma mère ou ma sœur sont des prostituées sur la seule affirmation d’un provocateur ? Puis-je encore me considérer, comme le souligne Georges
Charpak7 prix Nobel de physique, à l’époque néolithique, le jouet de mes passions, la
victime impuissante – mais consentante et même contente – de mes émotions ?
L’intelligence affective est donc une compétence relationnelle qui vise à canaliser
l’émotion pour la mettre au service de la raison dans toutes les situations où l’autre
essaie de nous faire sortir de nos gonds pour échapper à ses responsabilités, fuir le
dialogue, ou avoir une bonne raison pour ne pas réaliser la tâche qui lui était
assignée. Elle se mesure à l’aide d’un indicateur résultant du tableau suivant : le
quotient d’intelligence affective (QIA).
Insistons enfin sur le fait que chaque compétence relationnelle peut être mesurée
par un niveau (de 1 à 7) et un degré de maîtrise (de 1 à 4). Moyennant un entraînement spécifique concernant chacune des propositions estimées déficientes, il est
possible de s’entraîner afin de parvenir à un degré de maîtrise plus élevé, puis de
parvenir au niveau croissant suivant.
Il devient donc capital de posséder des tableaux de bord pour mesurer le niveau
atteint dans chacune de ces compétences relationnelles afin d’inciter autrui – ou
de s’engager soi-même – à progresser par l’assignation d’objectifs clairement
décrits par les propositions identifiées à chaque niveau.
Niveau
Tableau 3.4 Évaluation de l’intelligence affective
Unités de compétence
Intelligence affective
Sait Utilise Affine
1234 1 2 3 1234
Connaît les situations qui contrarient l’affectivité.
1
Connaît les émotions de base et les situations qui y président.
Pratique la respiration abdominale.
Anticipe les situations critiques par la visualisation.
7.
Charpak Georges, Omnès Roland, Soyez savants, devenez prophètes, Odile Jacob, 2005.
05_ch3.fm Page 61 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
61
Niveau
Tableau 3.4 Évaluation de l’intelligence affective (suite)
Unités de compétence
Intelligence affective
Maîtrise son affectivité dans les situations les plus courantes : stress léger,
contrariété, douleur légère…
2
Continue une conversation qui lui déplaît pour parvenir à maintenir une
relation satisfaisante.
Analyse un problème malgré des questions imprévues ou des contestations.
Reste empathique quand il écoute l’expression d’idées opposées à la sienne.
Continue un exposé, une réflexion ou une argumentation quand il est
personnellement mis en cause.
Pratique des exercices de relaxation en toute occasion anxiogène.
3
Reste empathique quand il est l’objet de compliments ou de reproches ou
d’objections dures.
Structure ses interventions grâce à des synthèses utiles à la poursuite du
dialogue.
Suit un protocole préétabli dans tous les entretiens formalisés (recrutement,
accueil, appréciation).
Conduit un entretien avec détermination sans sympathie ni antipathie.
4
Prévient un conflit en recadrant la relation sur un contenu objectif : des faits,
des preuves ; des dates, des lieux, des chiffres.
Anime les réunions courantes à la satisfaction explicite des participants
conformément à l’ordre du jour et à la préparation.
Traite un conflit émergeant en entretien ou réunion sans s’impliquer
personnellement.
Maîtrise ses émotions pour les expurger à des moments opportuns grâce
à des techniques spécifiques de relaxation et de purge noire.
5
Reste impassible, coopératif et énergique face à des agressions et garde un
ton mesuré face à de violentes contradictions.
Continue à gérer un travail de groupe, quelles que soient les oppositions, grâce
à sa maîtrise du dialogue et de la dynamique de groupe en atteignant l’objectif
dans les délais fixés, à la satisfaction des participants.
Sait Utilise Affine
1234 1 2 3 1234
05_ch3.fm Page 62 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
62
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Légende
Chaque proposition prend en compte deux critères principaux : le niveau atteint, croissant de 1 à 5 et, pour chaque type de
connaissance (savoir, utilisation, affinement), le degré de maîtrise atteint de 1 (faible) à 4 (fort).
L’indicateur global QIA comptabilise le niveau le plus élevé atteint, défini par une proposition et le degré de maîtrise associé,
ce qui s’énonce, par exemple : QIA = 4.3.
L’analyse peut être affinée en détectant, pour chaque proposition, des objectifs de progression qui le méritent, en la reformulant en termes de plan d’action comme, par exemple pour le niveau 4 : « prépare et suit un protocole pour chaque
entretien », ou encore : « élimine préjugés, antipathie ou sympathie pour les prochaines rencontres. »
3.4
Version normale
La version normale d’un référentiel comporte sept niveaux croissants et quatre
propositions par niveau. C’est un stade d’élaboration qui enrichit la version réduite
et qui permettra, par la suite, grâce à des compléments réalisés au fil des entretiens
annuels ou de la complexification des fonctions de l’organisme, de passer à une
version dite complète. En tout état de cause, le document global, qui regroupe
l’ensemble des domaines de compétences, peut faire coexister les différentes versions
du référentiel. Nous avons choisi de présenter un domaine utile au quotidien par
tous les acteurs d’une organisation : « la prise de parole en public », ou « expression
orale ». Elle est d’autant plus utile à évaluer et importante à perfectionner que les relations antérieures à l’école, en famille comme au travail ont concouru à la réprimer,
alors que les relations professionnelles actuelles exigent son exercice pertinent et délié
à toute occasion de prise de parole en public par tous les acteurs de l’organisme.
3.4.1
Domaine « expression orale » en version normale
L’expression orale représente un domaine de compétence dont l’apprentissage est
à la source de multiples autres compétences d’ordre technique ou relationnel.
Ainsi, l’expression orale permet de fortifier l’affirmation de soi aux niveaux
basiques, tout en conduisant celui qui la possède à un niveau 4 (consistant à savoir
présenter des exposés), à un niveau 5 pour savoir garder son calme dans des
réunions houleuses ou des rencontres de face à face difficiles.
L’expression orale comporte l’ensemble des connaissances, des pratiques et des
techniques utiles et nécessaires pour prendre et maîtriser la parole, se faire
comprendre et convaincre ses interlocuteurs en toute occasion de la vie
professionnelle : entretiens, réunions, exposés, passation de consignes, explications,
05_ch3.fm Page 63 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
63
téléphone, comptes rendus oraux, annonces par haut-parleur, prise de parole lors
d’une assemblée, visite guidée, démonstrations, compliments, allocutions, oraisons.
Le tableau ci-dessous est organisé de façon à utiliser la hiérarchisation du domaine en
version normale afin de fournir soit une auto-évaluation de l’utilisateur, soit
l’évaluation d’un collaborateur du management. C’est typiquement un tableau utilisable lors des différentes situations d’appréciation un jour de recrutement, d’accueil
dans une fonction, d’analyse des besoins de formation, d’entretien annuel, ou de
promotion. Il peut servir aussi dans les autres circonstances de transfert de
connaissances : évaluation des plus de cinquante ans, départs à la retraite, reconversion.
Niveau
Tableau 3.5 Domaine expression orale en version normale
Unités de compétence
Expression orale
S’exprime avec un vocabulaire simple, limité (500 mots), usuel, utile
dans les situations de la vie quotidienne.
1
Relate un fait simple, transmet des consignes.
Comprend un ordre simple et le verbalise pour l’exécuter.
Connaît, comprend et utilise correctement un vocabulaire de base
(500 mots) et des formulations syntaxiques courantes.
Exprime et comprend un vocabulaire spécialisé, technique par exemple.
Effectue un compte rendu oral précis décrivant une tâche particulière.
2
Utilise des phrases simples, structurées et concises pour transmettre des
informations et expliquer des modes opératoires simples (faire une
piqûre, une sauce, mettre en marche une machine…).
Repère ses points faibles et agit pour les améliorer.
Explique à un ou plusieurs interlocuteurs le déroulement d’une
procédure, les principales étapes d’un procédé, les phases d’un
processus, les points clés d’une démarche.
3
Expose avec un vocabulaire varié devant un auditoire ou en réunion
un sujet préparé.
S’exprime à partir d’un plan de façon fluide, claire et précise en
s’adaptant aux réactions de son auditoire et en apportant des précisions
et clarifications répondant aux demandes de ses interlocuteurs.
Utilise une grille d’analyse pour évaluer son expression et le déroulement
d’une situation de communication.
Je sais J’utilise J’affine
1234 1234 1234
05_ch3.fm Page 64 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
64
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Niveau
Tableau 3.5 Domaine expression orale en version normale (suite)
Unités de compétence
Expression orale
Improvise un exposé de 10 à 15 minutes sur un sujet connu et préparé,
et réalise un exposé préparé de 30 minutes.
S’exprime en toute occasion (discussion, intervention en réunion) avec
une voix respirée, articulée, modulée, au débit régulier, tonique.
4
Utilise les silences pour rythmer son expression, retenir l’attention et
faire réfléchir ses interlocuteurs.
Intervient dans toutes situations orales (entretien, exposé, réunion,
négociation) avec aisance, chaleur et conviction en ayant préparé le
contenu de son expression.
Maîtrise son expression en utilisant un vocabulaire nuancé dans les
situations difficiles et conflictuelles : opposition, négociation, débat
contradictoire, provocations, conflit.
5
Répond aux objections avec calme et pondération, en structurant son
intervention et valorisant son interlocuteur.
Adapte ses interventions en fonction de l’auditoire, notamment dans
le cas de la présentation d’un projet ou d’une idée complexe.
Évalue toutes ses prestations orales grâce à une grille d’analyse.
Improvise dans les situations exceptionnelles et devant des auditoires
hostiles : réunions, conférences, interviews radio-télé-presse, plateau
de télévision.
6
Prépare minutieusement toutes ses interventions orales selon une
démarche méthodique afin de leur donner une apparence de
réflexion improvisée.
S’entraîne régulièrement aux bases de l’expression : articulation,
respiration, rythme, débit, intonation, modulation.
Élabore des plans de formation adaptés à ses collaborateurs
Je sais J’utilise J’affine
1234 1234 1234
05_ch3.fm Page 65 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
65
Niveau
Tableau 3.5 Domaine expression orale en version normale (suite)
Unités de compétence
Expression orale
Je sais J’utilise J’affine
1234 1234 1234
Intervient dans les conférences de presse et auprès des médias en captant
l’attention et en faisant passer son message de façon convaincante.
7
Capte et mobilise l’attention de vastes auditoires et maîtrise les
mouvements de foule.
Se perfectionne en vue d’affronter et maîtriser les situations les plus
difficiles et notamment les mouvements sociaux ou populaires.
Publie des ouvrages de référence.
Légende
L’indicateur de compétence expression orale met en évidence le niveau atteint de 1 à 7 ainsi que le degré de maîtrise de
1 (faible) à 4 (fort). Il peut être précisé de façon qualitative en repérant, parmi les propositions, celles qui méritent d’être
reformulées en objectifs de progression en raison du degré de maîtrise atteint, estimé provisoirement insuffisant.
Par exemple, pour le niveau 4 : « s’exerce à des silences plus fréquents au cours des dialogues » ; ou encore, dans la
perspective d’une situation exceptionnelle (plateau de télévision, allocution lors d’un événement extraordinaire) qui mérite
de progresser vers un niveau supérieur, comme l’indique un des items du niveau 6 : « s’entraîne à l’improvisation : exposés
et réponses à des questions inattendues. »
3.5
Utilisation du référentiel
Une fois le référentiel élaboré, il devient la source privilégiée des tableaux de bord
servant à l’évaluation et au perfectionnement des compétences dans une double
perspective. D’abord, il s’agit de jeter les bases d’une gestion prévisionnelle des
compétences des personnels, peu ou mal pratiquée par les deux tiers des entreprises,
selon une enquête récente d’Alain Meignant8. Selon cette enquête, trois lacunes
ont été mises en évidence au sein de la majorité des organismes :
a) les compétences nécessaires pour mettre en œuvre et maintenir le système de
management de la qualité ne sont pas identifiées ;
b) les compétences existantes ne sont pas recensées ;
c) il n’existe pas de méthode pour évaluer les compétences du personnel.
8.
Meignant Alain, « Compétences, management et nouvelles missions d’encadrement », in Cahiers thématiques
journée du 15 novembre 2002 du MEDEF.
05_ch3.fm Page 66 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
66
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
En outre, il s’agit de prendre en compte la prise en charge effective des besoins
fondamentaux des salariés pour les satisfaire et les conduire à épanouir leurs
talents. Dès lors, et vis-à-vis de ces deux objectifs, le référentiel des compétences
devient le support principal de l’évaluation de tous les acteurs d’un organisme,
aussi utile et indispensable pour les managers que pour l’ensemble des salariés. En
effet, comme chaque proposition qui le compose sert d’intitulé à un objectif de
formation, il permet de mesurer précisément son degré de finalisation tout au
long du processus d’évaluation de la formation entreprise. Le référentiel, au-delà
de cet objectif principal, souscrit à de multiples autres objectifs dont la liste cidessous peut être complétée en fonction des situations vécues au sein d’un
organisme et des besoins de la direction.
3.5.1
Évaluer les personnels concernés
Le référentiel devient un étalon de mesure pour graduer le niveau et le degré de
maîtrise d’un ou de plusieurs domaines mis en œuvre lors de la réalisation d’une
tâche. Cet étalon de mesure conduit à évaluer les compétences de chaque salarié
à tous les moments de l’exercice de sa fonction et à décider, à partir des écarts
constatés, des objectifs de perfectionnement à engager.
3.5.2
Mesurer les écarts
Ces écarts, issus de l’évaluation entre des niveaux à atteindre et des niveaux effectivement réalisés, mis en évidence de façon objective par la formulation des
propositions identifiant chaque niveau d’un domaine de compétence, doivent
être transformés en programmes de formation adaptés pour les combler, en
fonction d’objectifs précisément identifiés. Ces programmes doivent aider à
constituer des groupes de niveaux, adopter un rythme pédagogique « calé » sur les
connaissances effectives évaluées au fur et à mesure des nouvelles acquisitions.
3.5.3
Déterminer des besoins
et des objectifs de formation
Ils découlent de la détermination des écarts mis en évidence par les cartes de
compétences personnelles établies lors des entretiens d’évaluation effectués à
l’occasion des différentes situations où celui-ci s’avère utile : embauche, accueil,
entretien professionnel, mutation, promotion, reconversion…
05_ch3.fm Page 67 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
Choix et utilisation des référentiels de compétences
3.5.4
67
Apprécier l’état et la valeur
des ressources humaines disponibles
Cette appréciation dans un établissement, dans un secteur d’activité ou dans un
service conduit à constituer un inventaire des compétences disponibles. Il sert
dans différentes situations : pourvoir des postes, animer des formations, désigner
des chefs de projets qualifiés, promouvoir des personnes, prévoir des promotions,
transférer des compétences.
3.5.5
Former des évaluateurs internes à l’organisme
Ces évaluateurs pourront piloter et généraliser la rédaction des divers domaines de
compétences utiles à l’organisme. Ils veilleront aussi à enrichir le référentiel
général consignant l’ensemble des domaines de compétences dans un référentiel
affiné comportant l’ensemble des versions complètes des divers domaines de
compétences, tant au plan technique qu’au plan relationnel.
3.5.6
Développer les apports du référentiel
La méthodologie peut être appliquée à tous les domaines de la gestion des
ressources humaines et du management qui peuvent en tirer des enseignements
pratiques pour motiver, faire évoluer les fonctions, recruter et former toutes les
catégories de personnel. L’élaboration et l’utilisation des tableaux de bord qui en
découlent constituent un apport notable de ce développement.
3.5.7
Améliorer l’organisation et l’efficacité des services
Cette amélioration est fonction de l’adéquation hommes/fonctions. Cette
adéquation, et surtout les écarts constatés, peuvent être mis en évidence par des
tableaux de bord que nous avons choisi de développer dans cet ouvrage. Ces
tableaux peuvent servir de base de travail pour les adaptations que les services des
ressources humaines et le management pourraient juger utiles de réaliser afin
d’optimiser la gestion des compétences comme la motivation des salariés.
05_ch3.fm Page 68 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
68
3.5.8
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Détecter et améliorer la qualité des procédures
Dans la perspective d’une démarche de qualité totale, le référentiel de compétences conduit à passer au crible l’ensemble des procédures utiles à l’efficacité de
l’organisation. Or, l’identification et la formalisation de chacune de ces procédures débouchent sur l’établissement d’un manuel qualité à l’intérieur duquel
doivent se retrouver toutes les procédures techniques et relationnelles visant à
l’obtention de la qualité. Celle-ci se traduit à la fois dans :
– le produit et/ou le service répondant à des normes et procédures ;
– la souscription de ce produit/et ou service aux attentes et besoins du client final ;
– l’obtention de la satisfaction de chacun des acteurs du réseau clients-fournisseurs
internes et externes de l’organisme.
3.5.9
Redéployer le management relationnel
L’atteinte de cet objectif implique de prendre en compte les éléments comportementaux requis par une véritable démarche qualité visant à l’obtention ou à la
conservation de la certification ISO 9001. La métaphore indique aussi que, à partir
du corpus technique qui fait sa force, le management doit déployer les ailes
relationnelles qui font sa subtilité. Ces éléments comportementaux peuvent être
traduits en autant de compétences relationnelles passibles d’une description hiérarchisée et d’un apprentissage basé sur des exercices et des entraînements spécifiques.
Rappelons les ingrédients actualisés du management relationnel requis
aujourd’hui par ceux à qui il est destiné :
• une prise en charge de chacun des collaborateurs dans son identité particulière ;
• une stimulation des quatre besoins fondamentaux qui demandent leur dû dans
chaque situation : expression, information, reconnaissance et progression ;
• une organisation et une planification de l’activité de chacun comme d’un
service tout entier ;
• la démonstration d’un modèle de comportement axé sur le dialogue, la
concertation, l’encouragement et le transfert de connaissances (tutorat) ;
• l’évaluation des compétences et l’incitation à leur perfectionnement.
05_ch3.fm Page 69 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
69
Choix et utilisation des référentiels de compétences
1
Élaborer des tableaux de bord de compétences.
2
Mettre en chantier la GPEC.
3
Évaluer les personnels à toutes les étapes de la carrière.
4
Mesurer des écarts de compétences.
5
Évaluer les ressources disponibles.
6
Former des évaluateurs internes.
7
Déterminer les besoins de formation et évolutions de compétences.
8
Développer les apports du référentiel.
9
Améliorer l’organisation des services.
Personnels
Management
DRH
Utilisations majeures du référentiel
Direction
Tableau 3.6 Utilisation du référentiel
10 Détecter les procédures à améliorer.
11 Redéfinir le rôle du management et développer ses compétences relationnelles.
12 Développer le référentiel (compétences techniques et relationnelles, versions complètes).
Évaluation de l’avancée du référentiel
Légende
Ce tableau doit mettre en évidence, pour chaque catégorie du personnel concerné, où en est l’utilisation du référentiel de
compétences en indiquant de 1 (inusité) à 4 (avancé) le degré d’utilisation.
Un code couleurs peut aussi permettre de visualiser les actions les plus en avance (vert) et celles qui sont en retard (rouge).
L’utilisation de ce tableau débouche donc sur des plans d’action prioritaires.
05_ch3.fm Page 70 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
70
3.6
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Les cartes de compétences,
atout maître des managers
Le management, pour devenir relationnel, doit posséder des outils qui lui
permettent la réalisation aisée de cette mission qui se conduit quotidiennement
avec une équipe et chacune des personnes qui la composent. C’est l’objectif des
tableaux de bord présentés dans les chapitres suivants de faciliter cette nouvelle
mission du management, aussi délicate que subtile, axée sur l’évaluation des
compétences, la mise en œuvre de procédures relationnelles et le perfectionnement
de chacun pour affiner l’adaptation de chaque domaine de compétence au niveau
requis par la situation.
Parmi ces tableaux de bord, les cartes de compétences constituent donc un repère
capital à chaque occasion d’une décision importante dans la vie d’un salarié. Elles
servent alors à infléchir l’action du management dans le sens qui convient à la
stimulation des besoins fondamentaux de ses collaborateurs. Ces cartes doivent
être conçues et pratiquées comme un atout essentiel, d’autant qu’elles sont établies
en concertation avec chaque intéressé.
Pour chacune des propositions du tableau suivant, qui identifient les objectifs de
l’utilisation des cartes de compétences, cochez la case correspondant à votre
niveau effectif de pratique pour chacune des cartes de compétences.
À l’issue de cette évaluation, vous pourrez estimer où vous en êtes sur l’itinéraire
qui conduit à manager efficacement les compétences de vos collaborateurs et
mettre en chantier le plan d’action qui vous fera progresser sur cette voie.
Pour chaque item, cotez ainsi votre pratique :
A – inconnu
0 point
B – rare
1 point
C – fréquent
D – courant
3 points
5 points
05_ch3.fm Page 71 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
71
Choix et utilisation des référentiels de compétences
Tableau 3.7 Objectifs des cartes de compétences
Objectifs des cartes
de compétences
1
Évaluer et cartographier les compétences requises par une fonction.
2
Mesurer en concertation les compétences acquises par une personne
(embauche, accueil, évaluation annuelle, promotion, reconversion).
3
Comparer seul – ou en concertation – les compétences acquises
par une fonction à celles acquises par une personne.
4
Comparer et prévoir les compétences d’un service (déficits et
personnes ressources).
5
Comparer des candidats lors d’une embauche ou d’une promotion.
6
Établir – en concertation – le bilan de compétences des seniors
de votre service et les ressources transférables.
7
Évaluer et déterminer – en concertation – vos besoins de
formation.
8
Mesurer – seul ou en concertation – les acquis d’une formation.
9
Établir un autodiagnostic personnel de vos compétences.
10
Établir le passeport formation de chacun de vos collaborateurs.
Score
sur
100
A
0
B
1
C
3
D
5
05_ch3.fm Page 72 Vendredi, 12. janvier 2007 12:53 12
06_ch4.fm Page 73 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
4
Compétences requises
par une fonction
Quand un homme a du talent,
il lui reste à prouver qu’il sait s’en servir.
Jules Renard, Journal
Après l’élaboration du référentiel et des tableaux de compétences qui le composent
et déterminent les divers domaines de compétences utiles à l’organisme, vient le
moment d’établir des cartes de compétences. Elles ont pour but de définir clairement et objectivement, aussi bien pour le management que pour les salariés
concernés, les domaines et les niveaux requis par chaque fonction de l’organisme.
L’élaboration de cartes de compétences permet donc de connaître précisément
l’éventail des compétences requises par une fonction, soit lors de la création du
poste, soit à l’occasion des évolutions actuelles ou prévisionnelles de la fonction,
soit encore lors du choix qui préside à l’entrée en fonction d’un collaborateur.
06_ch4.fm Page 74 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
74
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
La panoplie des cartes de compétences peut être déployée et aménagée pour :
– établir des comparaisons entre des candidats – ou des salariés – pour une même
fonction ;
– prévoir des évolutions de compétences dans un service ou une fonction ;
– faire le point des ressources disponibles et des déficits à combler au sein d’un
service ;
– évaluer des besoins et déterminer des objectifs de formation ;
– mesurer les résultats d’une formation et les progrès de chaque acteur de
l’organisme par rapport à l’éventail de ses compétences ;
– incrémenter le portefeuille formation de chaque personne.
Les cartes de compétences peuvent aussi servir de juges de paix à chaque occasion
de mise au point ou de conflit pour évaluer des écarts de compétences à la source
potentielle des défaillances constatées.
4.1
La description de fonction
Rappelons que toute fonction doit faire l’objet d’une description détaillée. Cette
description s’élabore en concertation entre un manager et le titulaire de la fonction
et s’actualise chaque année lors de l’entretien d’évaluation. Cette description suit le
canevas en treize rubriques proposé au tableau 4.1 et reprend la technique de
l’entretien que nous détaillons dans le chapitre consacré au recrutement.
La carte des compétences établie dans ce document de référence permet d’objectiver précisément ce qui est requis par la fonction et exigé du titulaire. Nous en
présentons plusieurs exemples. L’infogramme traduit la réalité du réseau de
relations du titulaire avec les différents acteurs avec lesquels il est en contact.
Notons que la description de fonction souscrit à des règles de rédaction précises.
Chaque rubrique définit des activités à l’aide de verbes actifs (rédiger, lire, tourner,
décider, vérifier, etc.) à la 3e personne du singulier se rapportant au titulaire de la
fonction.
La description est transcrite sur un document après un travail d’élaboration et une validation conjointe entre le titulaire et son supérieur hiérarchique direct. Il est actualisé
chaque année lors de l’entretien annuel en fonction des évolutions prévisibles.
06_ch4.fm Page 75 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
75
Tableau 4.1 Les rubriques d’une description de fonction
Intitulé
des rubriques
Objectifs et contenu des rubriques
1
Identification
Référencer les caractéristiques signalétiques de la fonction et des rédacteurs,
dater la mise à jour.
2
Résumé
Définir de façon synthétique (3 à 5 lignes) la mission globale par les flux principaux d’information qu’elle reçoit, traite et diffuse, avec des verbes actifs à
la 3e personne du singulier.
3
Position structurelle
Visualiser la position hiérarchique par des encadrés situant le titulaire, ses
collègues, ses N +1 et N – 1.
4
Infogramme
Visualiser par un graphe le réseau des relations interpersonnelles du titulaire
– situé au centre du réseau – dont les cercles indiquent la proximité, et les
flèches les moyens de communication utilisés.
5
Attributions
Préciser la dizaine de missions, responsabilités, attributions essentielles de la
fonction par des verbes actifs.
6
Informations
Cinq types d’informations de la fonction doivent être identifiés : disponibles,
reçues, recherchées, traitées, diffusées.
7
Finalités
Lister l’action et ses conséquences directes sur le résultat attendu, le comment et
le pourquoi de chaque attribution afin de préciser les résultats permanents, génériques et intrinsèques à la fonction et de servir à la fixation d’objectifs détaillés,
spécifiques à la fois à la fonction et au tenant du poste pour une durée déterminée.
8
Carte
des compétences
Cartographier l’ensemble des domaines et des niveaux requis par la fonction
au plan technique comme au plan relationnel.
9
Préparation
du plan de travail
Identifier pour chaque attribution les procédures nécessaires à leur
préparation.
10
Réalisation
du plan de travail
Prévoir la réalisation des étapes du plan prévu en intégrant la correction et
l’adaptation des multiples dysfonctionnements ainsi que le contrôle et la
régulation de l’activité engagée.
11
Moyens disponibles
Lister les moyens mis à disposition aux plans humain, matériel et financier.
12
Éléments quantitatifs
Choisir les dimensions les plus remarquables de la fonction par une liste ou un
graphique.
13
Difficultés majeures
Identifier les difficultés résiduelles et intrinsèques à la fonction qui dépendent
des contraintes de la fonction et non des compétences.
Ce tableau sert aussi de guide d’entretien lors de la description ou de sa mise à jour.
06_ch4.fm Page 76 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
76
4.2
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
L’infogramme
La position dans la structure est visualisée par l’organigramme et la réalité du
réseau de relations peut être traduite par un infogramme, graphique comportant
des ellipses concentriques qui s’étalent autour du centre figurant la position du
titulaire. Ce graphique a pour objectif de visualiser plusieurs caractéristiques du
tissu des communications interpersonnelles dans lequel évolue le titulaire. Inspiré
des travaux de Mary L. Northway qui avait mis en évidence par ce type de graphe
les affinités et les répulsions des membres d’un groupe sous le terme de sociogramme, l’infogramme se contente de mettre en évidence le type de communication engagé par le titulaire de la fonction avec les membres du réseau clientsfournisseurs dans lequel il évolue et dont il a besoin pour mener à bien ses différentes activités. Il prend donc en compte aussi bien des personnes internes à
l’organisme que des clients, fournisseurs et interlocuteurs externes avec qui il est
en relation.
L’exemple ci-dessous montre, à travers les différentes ellipses, l’éloignement
croissant de chacun des interlocuteurs à partir du centre qui représente le titulaire
de la fonction. Les flèches traduisent à la fois la fréquence et le type de relation
entretenue avec chaque acteur du réseau.
06_ch4.fm Page 77 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
Figure 4.1 Infogramme ou réseau de relations du titulaire
Collègues autres services
P-DG de la société
Collègues services connexes
Collègues service Production
@
Collègues
bureau étude
MARTIN
?
☎
@
@
Administration,
secrétariats
LUCIE
JÉROMINE
☎
?
WILFRIED
☎
Directeur du site
@
SOLÈNE
BRICE
CAMILLE
☎
ALEX
VALÉRIE
Sécrétariat général
☎
☎
Ingénieurs commerciaux
@
☎
Interlocuteurs externes
Type de relations :
Relations amicales
Relations conviviales
Relations formelles liées au lieu
Connaissances de vue
☎
77
06_ch4.fm Page 78 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
78
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Fréquences des rencontres :
Rencontres très fréquentes
Rencontres fréquentes, au moins une fois par semaine
Rencontres ponctuelles
Rencontres rares
Moyens de communication
Oraux
Face à face
☎
Alexia
Téléphone
Messages vocaux
Écrits
@
e-mail
SMS, courrier
L’utilisation de couleurs ou de trames, de flèches en pointillés ou en gras, simples
ou doubles, voire de symboles concernant les moyens utilisés (téléphone, fax,
mail, entretien, réunion, note, courrier, vidéoconférence, déplacement) permet
d’affiner les informations apportées par l’infogramme. Même le graphisme et la
taille des noms peuvent indiquer le type et l’intensité des relations.
Ainsi, dans beaucoup de situations, il est possible de se rendre compte que le
Directeur est situé sur l’ellipse la plus excentrée : aucune flèche ne le relie au titulaire. Ce constat manifeste le peu de cas que ce haut responsable fait de chacun des
salariés qu’il a sous ses ordres. La motivation du personnel peut alors être réactivée
par un plan d’action qui permettra de combler cette lacune.
L’infogramme peut donc mettre en évidence des dysfonctionnements relationnels
ou des hiatus dans les communications interpersonnelles, des courts-circuits
hiérarchiques ou des proximités de travail étonnantes résultant d’initiatives
personnelles, des nécessités du travail comme des affinités électives1. Il appartient
alors au manager de mettre en place les plans d’action pour harmoniser le réseau
de relation. Ce tableau peut notamment être utilisé en cas de dysfonctionnements
1.
Pour en savoir davantage sur la construction et l’utilisation d’un infogramme, voir Northway Mary L.
Initiation à la sociométrie, Dunod, 1963.
06_ch4.fm Page 79 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
79
constatés au sein d’un service en repérant leurs sources. Il peut aussi être un
instrument de travail profitable lors de l’accueil d’un nouvel embauché pour lui
permettre de visualiser l’ensemble de ses interlocuteurs et lors de l’entretien
annuel, au même titre que la carte des compétences.
4.3
La carte des compétences d’une fonction
La carte des compétences est l’outil de base pour évaluer les compétences. Dans le
cas de la description de fonction, la carte de compétences identifie et liste les
compétences essentielles requises par une fonction. Nous en montrons un
exemple dans le tableau 4.2.
La version comparative, exposée au tableau 4.3, adjoint les niveaux acquis par le
titulaire afin d’établir une comparaison mettant en évidence les déficits d’une part et
les ressources d’autre part. Les déficits ainsi mis en œuvre lors de la rédaction de la
description de fonction – comme aux divers moments d’évaluation – feront l’objet
d’actions de mise à niveau, comme c’est notamment le cas lors de l’entretien
d’accueil, l’entretien annuel ou professionnel ou encore lors de l’évaluation pour
établir un bilan de compétences, favoriser une promotion ou déterminer un plan
d’action lors d’une reconversion. Quand l’évaluation met en lumière des ressources,
le management peut décider d’utiliser cette compétence au profit de son service, soit
à l’occasion d’un projet, soit à l’occasion d’un tutorat vis-à-vis des personnels
embauchés en contrat de professionnalisation ou de jeunes embauchés, voire de
stagiaires. De même, toute compétence exercée au niveau requis et parfaitement
maîtrisée, peut être transférée à un tiers lors d’une action de formation ou de tutorat.
La carte des compétences de la fonction désigne les niveaux requis par la fonction.
Pour affiner l’analyse, la carte relative aux compétences du titulaire – ou de tout
candidat à la fonction – doit comporter un affinement, comme indiqué au
chapitre de la méthodologie. Ainsi, les niveaux possédés par une personne doivent
être identifiés par deux chiffres :
– le premier indique le niveau atteint (de 1 : bases, à 7 = expertise) ;
– le second note le degré de maîtrise acquis dans le niveau (de 1 : bas, à 4 : élevé).
Dans l’exemple ci-dessous présentant les domaines requis dans l’ordre alphabétique, nous avons choisi la carte des compétences de la fonction de chef d’atelier
de garage d’une concession d’un constructeur automobile.
06_ch4.fm Page 80 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
80
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 4.2 Carte des compétences de la fonction
Chef d’atelier de garage
Domaines de compétence
Niveau requis
par la fonction
1
Accueil
5
2
Anglais
2
3
Automobile (secteur)
5
4
Bureautique
3
5
Connaissance de la marque
5
6
Communication interpersonnelle
5
7
Client (réception)
5
8
Expression écrite
4
9
Expression orale
5
10
Électricité auto
3
11
Gestion stocks
5
12
Gestion personnel
4
13
Gestion du temps
4
14
Leadership
5
15
Management
5
16
Mécanique auto
4
17
Négociation
4
18
Organisation équipe
5
19
Recrutement
3
20
Qualité
4
Légende
Trois colonnes mettent en évidence les indicateurs de ce tableau :
1 – numérote de 1 à 20 chacun des domaines ;
2 – présente chaque domaine essentiel à la fonction par ordre alphabétique ;
3 – indique le niveau requis pour chaque domaine (de 1 à 7).
Une présentation différente pourrait permettre de distinguer deux groupes de compétences : techniques et relationnelles.
De même la carte pourrait être affinée en identifiant par une proposition l’intitulé du niveau requis. Par exemple pour
bureautique, niveau requis 3 : « utilisation courante de Word et Excel », ou pour management, niveau requis 5 : « a dirigé
une équipe de 20 personnes ».
06_ch4.fm Page 81 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
81
Tableau 4.3 Carte des compétences comparative fonction/titulaire
Domaines de compétence
Niveau requis Niveaux et degrés Écarts déficit 6
par la fonction acquis par le titulaire Ressource +
1
Accueil
5
5.3
Ok
2
Anglais
2
2.1
Ok
3
Automobile (secteur)
5
5.4
Ok
4
Bureautique
3
3.3
Ok
5
Connaissance de la marque
5
5.4
Ok
6
Communication Interpersonnelle
5
4.3
-1
7
Client (réception)
5
4.1
-1
8
Expression écrite
4
3.2
-1
9
Expression orale
5
4.3
-1
10
Électricité auto
3
2.1
-1
11
Gestion stocks
5
4.4
-1
12
Gestion personnel
4
2.2
-2
13
Gestion du temps
4
3.1
-1
14
Leadership
5
3.2
-2
15
Management
5
3.2
-2
16
Mécanique auto
4
4.2
Ok
17
Négociation
4
4.3
Ok
18
Organisation équipe
5
5.2
Ok
19
Recrutement
3
3.2
Ok
20
Qualité
4
4.2
Ok
TOTAUX
85
72
-13
Légende
La colonne n° 1 numérote les domaines de compétences listés par lettre alphabétique. Ils peuvent aussi être scindés en
deux : les domaines purement techniques et les domaines relationnels.
La colonne n° 2 identifie les divers domaines de compétences essentiels à la fonction (ici : une vingtaine).
La colonne n° 3 détermine le niveau requis par la fonction dans chaque domaine de compétence.
La colonne n° 4 identifie, en accord avec le titulaire, les niveaux et degrés acquis dans chaque domaine.
La colonne n° 5 indique l’écart entre les niveaux requis et les niveaux acquis (sans tenir compte du degré précédemment
déterminé).
06_ch4.fm Page 82 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
82
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Dans le cas de l’établissement de cette carte, lors d’un entretien d’évaluation
annuel par exemple, ou pour un entretien d’intégration dans la fonction, il
conviendra de rajouter une sixième colonne pour indiquer le plan d’action, puis
une septième pour fixer le délai de réalisation de l’acquisition concernée par le
perfectionnement décidé.
L’analyse de ce tableau comparatif, entre les niveaux requis et les niveaux acquis,
constitue l’intérêt majeur d’une carte de compétence comparative. Dans cet
exemple, le total des écarts entre ce qui est exigé par la fonction et ce qui est
possédé par le titulaire s’élève à un déficit de 13 points. Dans le cas de la comparaison fonction/titulaire, il s’agit de convenir d’un plan d’action qui conduit le
titulaire à combler les écarts les plus critiques, ceux situés à – 2 en particulier.
Quand cette carte des compétences est utilisée, pour un recrutement notamment,
elle permet de comparer plusieurs candidats entre eux et de mettre en évidence des
éléments quantitatifs de comparaison. Ces éléments facilitent une réflexion
approfondie sur le profil de compétences présenté par chaque candidat d’une part,
et l’examen de ses motivations réelles d’autre part.
Remarquons qu’il est certainement plus facile et plus rapide de combler un écart de
– 2 en électricité auto, ou en gestion du temps, qu’en management. Il est aussi plus
facile de combler un écart en début d’apprentissage d’un domaine de compétence
que d’atteindre le niveau nécessaire pour résoudre des problèmes difficiles, ou
parvenir à un niveau de spécialiste. Ainsi une infirmière en cardiologie, dont la
compétence dans ce domaine est mesurée au niveau 5 après une pratique de plusieurs
années dans un tel service, devra entreprendre de longues études afin d’obtenir une
reconnaissance de spécialiste en cardiologie (doctorat en médecine et spécialité).
Ainsi, plus le perfectionnement progresse dans un domaine de compétence, plus
l’effort exigé devient intense et prolongé pour atteindre la maîtrise du niveau suivant.
Dans tous les cas, la décision du plan d’action de progression, dans un domaine de
compétence, découle d’une concertation entre le manager et son collaborateur
pour décider ce qu’il convient de perfectionner en priorité. Il leur appartiendra
ensuite d’examiner, en fonction de la disponibilité de la personne concernée et de
son niveau culturel de base, quel effort elle est prête à consacrer, dans quel
domaine et dans quel délai pour parvenir à se mettre au niveau requis par la
fonction, le projet personnel ou la mission professionnelle.
Nous reverrons l’utilisation de la carte des compétences, à de multiples reprises,
comme l’instrument privilégié de l’évaluation des personnes et de la mesure des
06_ch4.fm Page 83 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
83
compétences tout au long de la carrière d’une personne au sein d’un organisme en
nous efforçant de prendre des cas différents pour illustrer ces tableaux de bord.
Ainsi, l’exemple suivant dans un autre secteur d’activité, la santé, est établi à partir
de 30 compétences jugées importantes pour la fonction d’assistant communication
d’un grand hôpital psychiatrique.
Tableau 4.4 Modèle de carte comparative fonction/titulaire
Assistant communication interne (hôpital)
Établissement :
Date :
Titulaire
N +1 =
Domaines de compétence
Fonction A
Titulaire B
Écarts B – A
1
Accueil
6
6.2
Ok
2
Anglais
4
4.1
Ok
3
Asepsie
2
2.2
Ok
4
Aide (relation)
3
4.3
+1
5
Bureautique
4
3.2
-1
6
Communication interpersonnelle
5
5.3
Ok
7
Comptabilité
2
2.3
Ok
8
Documentation
4
5.2
+1
9
Dossier de soins
2
3.2
+1
10
Expression écrite
5
5.3
Ok
11
Expression orale
5
5.1
Ok
12
Électricité
2
2.2
Ok
13
Gestion matériel
2
1.2
-1
14
Gestion personnel
3
3.2
Ok
15
Gestion financière
4
2.3
-2
16
Gériatrie
2
3.3
+1
17
Hygiène des locaux
4
2.2
-2
18
Information (techniques)
6
6.2
Ok
19
Informatique
2
2.3
Ok
20
Législation
4
3.3
-1
21
Organisme (connaissance)
6
4.2
-2
06_ch4.fm Page 84 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
84
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 4.4 Modèle de carte comparative fonction/titulaire (suite)
Domaines de compétence
Fonction A
Titulaire B
Écarts B – A
22
Pédagogie
4
4.3
Ok
23
Psychiatrie
2
3.2
+1
24
Qualité (démarche)
4
3.1
-1
25
Recrutement
3
4.1
+1
26
Sécurité
5
3.1
-2
27
Soins infirmiers
2
2.1
Ok
28
Temps (gestion)
4
3.1
-1
29
Techniques et moyens de communication
6
5.3
-1
30
Veille sanitaire
5
4.1
-1
SCORE TOTAL
113
103
Légende
Les domaines de compétences sont listés dans l’ordre alphabétique.
Chacun d’eux est coté pour indiquer le niveau requis et le total donne un score de référence requis (ici 113) et permet une
comparaison avec le score obtenu par le titulaire (ici : 103).
Reste à évaluer, en concertation avec le titulaire, chacun de ses acquis par une cotation tenant compte du niveau atteint
(de 1 : bases à 7 : expertise) et du degré de maîtrise possédé (de 1 : faible, à 4 : parfait).
Les écarts doivent ensuite être indiqués dans la colonne B-A afin de déterminer des objectifs de progression grâce à un plan
d’action déterminé en concertation à l’aide de critères de priorité.
Dans le cas présenté dans le tableau ci-dessus, le déficit de 10 points est produit
par des domaines annexes à la fonction, alors que les domaines essentiels correspondent tout à fait aux exigences de la fonction. On notera aussi des ressources
disponibles et transférables (domaines OK et +1). Certains domaines peuvent être
rapidement acquis (connaissance de l’organisme, sécurité, démarche qualité).
L’ensemble du profil est donc très voisin de celui qui est requis moyennant une
formation rapide des domaines déficitaires. Le pronostic d’évolution s’avère donc
très favorable pour ce titulaire. S’il s’agissait d’un candidat, l’adéquation avec la
fonction serait même assez exceptionnelle.
À partir de ces deux tableaux (4.3 et 4.4), le lecteur est à même de comprendre plus
concrètement la méthodologie d’identification des compétences en distinguant cellesci des protocoles. Par la suite, il pourra construire une carte de compétences comparative, soit pour lui-même, soit pour chacun de ses collaborateurs à l’occasion de la
préparation du prochain entretien annuel, ou d’une future embauche, par exemple.
06_ch4.fm Page 85 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
85
Compétences requises par une fonction
La carte suivante propose une analyse prévisionnelle entre une fonction et le titulaire
en tenant compte des évolutions prévisibles de la fonction. Les écarts qui en
découlent nécessitent donc un plan d’action de perfectionnement en estimant les
temps de mise à niveau pour chaque domaine de compétence impacté par l’évolution
prévue. Nous avons choisi l’exemple d’un commercial dans le secteur automobile.
Tableau 4.5 Mesure prévisionnelle des écarts entre une personne et la fonction occupée
Commercial (concession automobile)
Société :
Date :
Titulaire
N +1 =
Domaines
de compétence
Requis
Acquis
Écart
par la
par le
B–A
Fonction A titulaire B
1
Accueil
5
2
Anglais
2
3
Automobile
5
4
Crédit auto
4
5
Bureautique
3
6
Communication
5
7
Comptabilité
2
8
Concession
5
9
Doc. Auto
5
10
Expression écrite
4
11
Expression orale
5
14
Gestion parc VO
15
Gestion financière
3
25
Recrutement
3
28
Temps (gestion)
4
SCORE TOTAL
Évolution
fonction
à 3 ans
Objectifs de
progression
du titulaire
R
06_ch4.fm Page 86 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
86
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Légende
Le tableau 4.5 indique le profil des compétences établi lors de l’entretien annuel d’appréciation, de recrutement ou d’accueil
afin de mettre en évidence :
a) les écarts entre les niveaux requis par la fonction et ceux du candidat ou titulaire ;
b) les évolutions prévisibles de la fonction et l’évolution des compétences exigées du titulaire.
Ce tableau est élaboré en concertation, puis réactualisé chaque année à partir de la liste des différents domaines de
compétences utiles à l’organisation sous forme d’un tableau comportant cinq colonnes.
La première colonne présente la liste alphabétique des domaines de compétences faisant l’objet ou non d’un référentiel ;
La deuxième colonne (A) indique pour chaque domaine le niveau requis par la fonction (entre 0 et 7) ;
La troisième colonne (B) mesure par deux chiffres le niveau de compétence (1er chiffre de 0 à 7) et le degré de maîtrise
(2e chiffre de 1 à 4), atteint par le titulaire du poste pour chaque domaine de compétence indispensable au poste, et tel que
le profil en a été décidé dans la description de fonction. Cette mesure s’écrit ainsi : négociation : 5.3.
La quatrième colonne (B - A) comptabilise les écarts enregistrés par le titulaire pour chaque domaine de compétence entre
les niveaux requis et acquis (sans tenir compte du degré de maîtrise). Pour des écarts négatifs, c’est-à-dire des déficits, des
actions doivent être engagées selon des priorités dégagées par l’analyse, notamment en termes de formation ou d’autres
actions déterminées dans la colonne « objectifs de progression ».
La cinquième pointe le niveau requis pour chaque domaine de compétence pour la fonction envisagée dans son évolution à
1, 3 ou 5 ans selon la rapidité d’obsolescence prévisible liée à la technique, à l’organisation, ou au marché.
La sixième colonne indique le niveau et le degré de maîtrise améliorés après une action de perfectionnement engagée.
La dernière colonne R est consacrée à des remarques et commentaires.
Les écarts constatés constituent la première mesure du processus de formation engagé, et les écarts de moins deux niveaux
(- 2) seront des objectifs de progression prioritaires pour l’année suivante, traités en termes de formation. La seconde
mesure pourra être opérée au retour de la formation ainsi que 3 à 6 mois après, cette dernière étant parfaitement
révélatrice du perfectionnement réel pour le collaborateur, et du retour sur investissement existant pour l’organisme.
4.4
Réalisation d’un bilan de compétences
Le lecteur, après s’être imprégné de la méthodologie proposée, peut établir son
propre bilan de compétences en moins d’une heure de réflexion, à condition de
suivre le canevas ci-dessous. Il pourra l’utiliser à toute occasion propice,
notamment pour postuler à une fonction, préparer l’entretien annuel d’appréciation avec son chef, ou décider du choix d’une formation nécessitée par la mise
en évidence d’une lacune de taille. Le lecteur peut se laisser guider par le mode
d’emploi proposé ci-dessous, en s’aidant d’un bloc-notes et d’un crayon, afin de
réfléchir de façon armée, sur ce qu’il connaît, ce qu’il sait faire et ce qu’il sait faire
faire dans quelque domaine que ce soit.
06_ch4.fm Page 87 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
4.4.1
87
Notez tout
Il convient de rédiger la liste, telle qu’elle vous vient à l’esprit, de tous les domaines
de compétences en recensant, par ordre alphabétique, tous les domaines
commençant par A puis B, C, et ainsi de suite jusqu’à Z.
È À noter
Vous pouvez commencer indifféremment par vos activités professionnelles ou personnelles.
Si vous établissez deux tableaux distincts, vous pouvez facilement les différencier.
4.4.2
Évaluez votre niveau
Ayez recours à la hiérarchie du référentiel établie en 7 niveaux selon les exemples
fournis par la matrice du tableau 2.3 puis dans les tableaux 3.1, 3.3 et 3.5.
Pour chaque domaine de compétence, appréciez à quel niveau le plus élevé vous vous
situez. Reportez ce niveau dans la colonne appropriée en face du domaine repéré.
Par exemple, pour le domaine de compétence électricité, vous savez changer des
ampoules, c’est un geste simple, correspondant au niveau 2. Ce savoir-faire peut
être associé à des notions théoriques dont vous pouvez énoncer l’essentiel par une
formulation discursive ou mathématique. Par exemple, vous connaissez la formule
U = RI et savez dire à quoi elle correspond ; c’est une formule simple correspondant
à un savoir de niveau 2 : vous l’indiquez dans la case correspondante.
4.4.3
Indiquez l’intitulé
Dans la colonne suivante, et pour chaque niveau supérieur atteint, correspondant
au savoir et/ou au savoir-faire, rédigez l’intitulé, ce qui donnera pour l’exemple
précédent, la formulation : « change une ampoule, U = RI ».
4.4.4
Validez votre appréciation
Si vous connaissez le mode d’emploi pour changer une ampoule électrique et que
vous êtes à même de l’exécuter sans rien omettre, alors votre appréciation du
06_ch4.fm Page 88 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
88
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
niveau est valide. De même, si vous savez expliquer la formule dont vous vous
souvenez, alors vous pouvez la valider.
Lorsque la validation est établie en concertation, l’avis d’autrui (spécialiste ou
manager) justifie cette validation. Ce doit être la règle lors des divers entretiens qui
concourent à ce bilan : accueil, évaluation annuelle, promotion, reconversion,
départ à la retraite.
4.4.5
Précisez votre degré de maîtrise
(de 1 = difficile à 4 = très facile)
Si vous hésitez beaucoup dans le mode d’emploi ou dans l’énoncé théorique, votre
maîtrise se cote 1, si vous savez sans hésiter vous cotez 2, si votre savoir est délié
vous cotez 3, si vous récitez par cœur ou exécutez les yeux fermés votre maîtrise est
parfaite, vous pouvez coter 4.
4.4.6
Complétez et exploitez
votre carte des compétences
Votre carte des compétences doit se compléter au fur et à mesure de l’évolution de
vos savoirs et savoir-faire, en fonction des perfectionnements déterminés par les
lacunes que vous pouvez constater, en fonction des objectifs d’amélioration que
vous vous assignez sur le plan personnel comme sur le plan professionnel.
À l’analyse du tableau obtenu, des révélations peuvent se faire :
– pour acquérir une nouvelle compétence : « tiens, j’aimerais bien apprendre à
jouer du piano » ;
– ou bien, pour perfectionner un domaine déjà connu et exercé : « maintenant
je voudrais maîtriser Excel. »
06_ch4.fm Page 89 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Compétences requises par une fonction
89
Tableau 4.6 Bilan individuel des compétences professionnelles
3 – Objectif
de la fonction
traduit en unité
de compétence
4–
S
5–
SF
6–
ST
7–
OK
8 – Action
d’amélioration
nécessaire
1
2 – Domaine
de compétence
A
Accueil
Client difficile
5. 2
5. 3
5. 2
=
Formation
B
Bureautique
Texte
3. 1
3. 3
3. 1
-
Excel
C
Comptabilité
Lire un bilan
3. 3
3. 2
3. 1
=
D
Dialogue
Négociation
5. 4
5. 3
5. 2
-
Training
E
E-tutorat
Petit groupe
4. 3
4. 3
4. 2
=
Forum
F
Formation
Évaluation
4. 3
4. 2
4. 1
-
Lecture
G
Gestion RH
Référentiels
4. 2
4. 1
4. 1
-
Coaching
Z
Légende des colonnes du tableau ci-dessus :
1 : identification alphabétique du domaine de A à Z
2 : domaine de compétence
3 : intitulé de l’unité dans le domaine de compétence
4 : niveau et degré de maîtrise atteints pour le savoir identifié (S)
5 : idem pour le savoir-faire (mode d’emploi) identifié (SF)
6 : idem pour le savoir faire faire (démonstration ou savoir transmettre (ST)
7 : appréciation de la satisfaction (OK) : satisfaisant : + ; mitigé : = ; insuffisant : 8 : indication de la formation à mettre en œuvre par un niveau ou un intitulé d’item
06_ch4.fm Page 90 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
07_ch5.fm Page 91 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
5
Tableaux de compétences
pour choisir le personnel
Généralement les gens qui savent peu parlent beaucoup,
et les gens qui savent beaucoup parlent peu.
Jean-Jacques Rousseau, Émile
5.1
Le choix des compétences
Premier acte de management dans l’histoire du salarié au sein d’un organisme, et
enjeu considérable pour l’entreprise comme pour la personne choisie, l’embauche
requiert une procédure méticuleuse pour apprécier un candidat et opérer un choix
« scientifique »1 parmi tous les postulants. Il s’agit de découvrir les caractéristiques
1.
Par opposition aux pratiques habituelles scientistes (psychotechnique, graphologie, morphopsychologie,
astrologie) ou magiques (numérologie, chirologie, coup de cœur) détaillées dans Compétences relationnelles,
AFNOR, 2005.
07_ch5.fm Page 92 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
92
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
offertes par une personne, le plus objectivement possible, pour les comparer avec les
exigences du poste. Seules l’identification objective et la mesure des compétences
peuvent garantir la juste appréciation de l’adéquation entre des compétences
requises par la fonction et les compétences acquises par les candidats.
Autant dire que cette procédure et son instrument d’évaluation principal,
l’entretien, parfaitement tactique dans la mesure où il répond à un besoin
immédiat, s’inscrivent dans une perspective globale : la stratégie de gestion des
ressources humaines et de communication sociale de l’organisme. Elle s’éloigne
fort du principe napoléonien qui déclarait cyniquement : « quand j’ai besoin de
quelqu’ un, je n’y regarde pas de si près, je le baiserais au cul » !
Choisir un candidat idéal et se croire candidat idéal sont les deux revers d’une
même pièce de monnaie, dont la cote peut atteindre des sommes astronomiques,
tant les dégâts causés par un recrutement improvisé, approximatif, laissé au flair
ou à la bonne étoile de chacun des acteurs ressemble alors à une pièce de théâtre
qui tourne souvent à la mauvaise farce.
È À noter
Dans cet univers clos, l’entretien de recrutement, où deux personnages sont en quête d’un
contrat pérenne pour l’un, et de compétences idéales pour l’autre, se joue souvent une
mascarade à l’aide de faux-semblants. Ce théâtre d’ombres se révèle plus tard en pleine
lumière comme une foire aux vanités. Trop souvent en effet, le recrutement laisse la porte
ouverte à tous les dangers :
–
d’un côté la complexité du choix est soit niée, soit laissée entre les mains d’apprentis
sorciers qui prétendent utiliser des techniques où la magie et la pseudo-science
règnent comme des divas de pacotille (tests psychotechniques et projectifs, astrologie,
graphologie, morphopsychologie, numérologie,…) ;
–
de l’autre, le candidat perçoit rarement qu’il se trouve en compétition avec de
multiples concurrents, et que cette course nécessite une intense préparation afin
d’obtenir le plus, déterminant, qui fera pencher la balance en sa faveur.
07_ch5.fm Page 93 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
93
Rares d’ailleurs sont les enseignements et les ouvrages qui préparent à cette
rencontre capitale avec le recruteur : l’entretien2. Le manager, qui se voit confier la
mission de recruter un collaborateur, est tout aussi désemparé par la difficulté de
la tâche, accrue encore par son absence de formation pratique pour la mener à
bien. Ce chapitre et le suivant ont donc pour objectif de donner à toute personne
chargée d’un recrutement, les clés essentielles du coffre-fort qu’elle doit ouvrir.
5.1.1
Établir une carte des compétences comparative
L’élaboration de cette carte des compétences souscrit à un impératif : celui de
pouvoir comparer les candidats entre eux, à partir des principales compétences
définies comme étant requises par la fonction et celles présentées par chacun des
candidats. Dans l’exemple du responsable commercial, pris comme modèle tout
au long de ces lignes, une vingtaine de domaines ont été choisis, associés à des
niveaux d’exigences.
Tableau 5.1 Carte des compétences comparative fonction/candidats
Exemple : Chef de ventes concession automobile
Domaines
de compétence
2.
Niveaux requis
par la fonction
1
Accueil
5
2
Anglais
3
3
Automobile (secteur)
5
4
Bureautique
3
5
Crédit
5
6
Communication
5
7
Comptabilité
3
8
Concurrence
5
9
Conduite automobile
5
10
Expression écrite
4
11
Expression orale
5
12
Électricité auto
2
13
Gestion stocks
3
Candidat
A
Candidat
B
Candidat
C
Candidat
N
Carré Emmanuel, L’entretien individuel aux concours des écoles de commerce, Ellipses, Paris, 2001, 128 p.
07_ch5.fm Page 94 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
94
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 5.1 Carte des compétences comparative fonction/candidats
Exemple : Chef de ventes concession automobile (suite)
Domaines
de compétence
Niveaux requis
par la fonction
14
Gestion personnel
3
15
Gestion du temps
4
16
Législation auto
4
17
Marketing
4
18
Mécanique
4
19
Négociation
6
20
Techniques de vente
6
Totaux
68
Candidat
A
Candidat
B
Candidat
C
Candidat
N
Légende
La construction de cette carte de compétences reprend les principes de la carte précédente 4.9 : numérotation, liste alphabétique des domaines de compétences, niveaux requis par la fonction et un total pour l’ensemble des domaines requis qui
servira de référence pour chaque candidat.
La colonne affectée à chaque candidat est constituée de trois informations :
–
le niveau acquis,
–
le degré de maîtrise,
–
l’écart constaté par rapport au niveau requis qui se traduit par moins 1, 2, ou 3 (ce déficit est éliminatoire pour des domaines
essentiels de compétences requis par la fonction car généralement impossible à rattraper lors de l’intégration du candidat).
Le lecteur doit se souvenir des pré-requis présidant à l’élaboration de la carte des
compétences : l’établissement d’un référentiel de compétences permet de réaliser
l’inventaire des domaines utiles à un service ou à un organisme (chapitre 1), ainsi
que le profil des compétences requis par chacune des fonctions dudit service.
Chaque description de fonction présente un tableau hiérarchisé des compétences
requises précisant, pour chaque domaine exigé par la fonction, le niveau requis
selon la hiérarchie proposée en sept niveaux au second chapitre de cet ouvrage.
Résumons l’essentiel : le plus élémentaire est le niveau 1 et le plus élevé (7) est
celui de l’expert, le niveau 2 requiert des gestes simples, le 3 des procédures, le 4
permet d’affronter les situations courantes, le 5 des situations complexes et
difficiles, le 6 est celui du spécialiste, le 7 celui de l’expert (chapitre 2).
07_ch5.fm Page 95 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
95
Le tableau 5.1 ci-dessus, présenté à titre d’exemple, permet donc de comparer
plusieurs candidats à un même poste, d’identifier les niveaux acquis par un
candidat lors de l’entretien de recrutement. L’examen de cette carte des compétences
fait apparaître clairement les écarts par rapport à la fonction (cotée ici avec un
total de 68 pour vingt domaines retenus), ainsi que le candidat qui possède le
profil le plus adapté, et dont les écarts peuvent être le plus facilement comblés par
une action de formation. L’addition des écarts donne en outre une indication
chiffrée permettant de compléter la comparaison.
Cet examen met en évidence un candidat surdimensionné par rapport au poste,
c’est-à-dire – dans cet exemple – ayant une cote supérieure à 68 et qui créera
autant – sinon davantage – de problèmes qu’un candidat sous-dimensionné (dont
le score est inférieur à 68). Un autre élément de l’analyse consiste aussi à détecter
les écarts égaux et surtout supérieurs à -2 qui seront difficiles à combler lors de la
période d’intégration allouée au candidat retenu. En outre, les domaines de
compétences essentiels à la fonction, et considérés comme tels par le commanditaire ou le chef de service (cinq ou six généralement), devront être parfaitement
acquis par le candidat retenu.
5.1.2
Planifier la procédure
La décision de recrutement s’inscrit dans le temps : une embauche doit être
prévue longtemps à l’avance, de trois mois pour un poste courant (secrétaire,
opérateur), à près d’un an pour un poste de direction. Beaucoup d’erreurs de
recrutement proviennent de la précipitation dans laquelle cette opération a été
réalisée. Quand l’urgence commande, les échecs sont certains. Le domaine de
compétence « gestion du temps » doit donc être maîtrisé par le commanditaire de
ce type d’opération pour que le résultat soit satisfaisant et réponde à l’optimisation de l’ensemble des paramètres « coût/délai /moyen/candidat retenu ». Dans
la précipitation, le candidat est choisi par dépit ou par défaut, faute de mieux, en
espérant un possible miracle. Autant confier ses dents à un gynécologue parce que
le rendez-vous est plus rapide !
Dans un organisme de quelque importance, la décision d’embauche intervient à
l’instant T et marque le début de la procédure. Dans le meilleur des cas, il faut
compter une trentaine de semaines à partir de ce moment pour envisager d’intégrer
le nouvel embauché. Dans quelques cas, ce délai peut être réduit (notamment pour
des non-cadres), mais dans bien d’autres cas (cadres et compétences rares), il est
07_ch5.fm Page 96 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
96
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
notablement rallongé suite au refus du candidat retenu par exemple (ou pire, suite
à une succession de mauvais choix, ce délai peut être porté à deux ou trois ans !).
La procédure revient alors à l’étape 5.
Tableau 5.2 La procédure de recrutement
Étape Semaine
Action engagée
Qui le fait ? Êtes-vous OK ?
1
1
Décision de recruter
2
2
Diffusion interne de l’avis de poste à pourvoir
(APAP)
3
4
4
6
Examen des candidats internes
DRH
5
10
Lancement de la recherche externe par
annonce et recours aux organismes : ANPE,
APEC, Bureau des écoles.
6
12
Réception des dossiers
DRH
7
14
Convocation des candidats, organisation de leur
réception par un collège de recrutement.
DRH
8
15/16
9
17
10
18
Avis au candidat retenu en premier.
11
30
Embauche après exécution du préavis de 3 mois
DRH
(pour un cadre).
Chef de service
12
19 ou 31
5.1.3
Réception des candidatures internes
Direction
DRH
DRH et chef
de service
Collège
Réception et examen des candidats.
Collège
Réunion de synthèse pour choix du candidat
Collège
et détermination d’un trio possible.
Retour à l’étape 5 si refus du candidat retenu ou
avis au 2° candidat retenu.
DRH
DRH
Déroulement de la procédure
Récapitulons les principales étapes de la procédure. Le tableau ci-dessus permet de
vous situer dans le temps et de vous inscrire dans la planification proposée. Celleci représente une donnée moyenne qui peut dériver si vous n’y prenez garde. Il
convient donc de mobiliser tous les acteurs impliqués par le recrutement, et
notamment les recruteurs occasionnels appelés à se prononcer et réunis sous le
07_ch5.fm Page 97 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
97
terme de « collège de sélection », pour situer les enjeux et obtenir de chaque
intervenant qu’il fasse l’effort nécessaire pour respecter le planning prévu.
Cette mobilisation passe par une formation préalable à l’entretien de recrutement
tel que nous le présentons dans le chapitre suivant, ainsi qu’à l’élaboration et à
l’analyse des cartes de compétences nécessaires. La procédure de recrutement
devient alors un projet qui, comme tout projet, mérite la nomination d’un chef de
projet pour coordonner l’opération, réunir les membres du collège, leur donner
une feuille de route. Il s’agira de les réunir finalement pour donner leur avis lors
d’une synthèse en utilisant les outils que nous proposons : guide d’entretien, grille
de compte rendu, fiche de candidature.
Il convient d’abord de diffuser une annonce interne informant le personnel de
l’ouverture de ce poste afin que les salariés intéressés puissent y postuler. Les
candidats ayant appris à élaborer leur carte de compétences peuvent d’emblée
évaluer s’ils correspondent à la fonction proposée. Le service de GRH, disposant
des remontées de l’appréciation annuelle, est lui aussi en mesure de détecter des
candidats internes potentiellement intéressants.
Le délai d’un mois est allongé d’une quinzaine de jours pour analyser les candidatures
internes et recevoir les salariés.
Si aucune candidature interne ne satisfait au poste, il s’agit alors de rédiger une
annonce externe et de la diffuser sur les réseaux spécialisés, presse et agence pour
l’emploi, association d’anciens élèves, réseau de relations, etc.
Le délai de passage se rallonge encore d’une quinzaine de jours et d’une autre
quinzaine pour recevoir les dossiers. Nous en sommes à 10 semaines.
Le temps de trier les dossiers reçus et de convoquer les candidats en fonction des
disponibilités des membres du collège qui composent le comité de sélection, un
mois s’écoule encore.
La synthèse et la décision de choix prennent encore – si tout va bien – deux ou
trois semaines : nous sommes alors au terme du quatrième mois.
En comptant trois mois de préavis pour un candidat cadre, puis un mois de
réflexion de celui-ci pour avertir sa famille et peser sa décision, nous atteignons le
terme du neuvième mois pour ce type d’embauche.
Si, entre-temps, le meilleur candidat a trouvé preneur ailleurs, le délai s’étire
encore de deux bons mois. L’année est quasiment écoulée.
07_ch5.fm Page 98 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
98
5.1.4
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Concevoir l’annonce
La conception attractive de l’annonce de presse est d’une extrême importance,
surtout si le budget alloué est faible. Les statistiques montrent en effet que le
nombre de candidatures reçues est proportionnel, quel que soit le support de presse,
à la taille de l’annonce. Il faut donc rédiger une annonce séductrice pour attirer l’œil
des candidats et augmenter le taux de réponses. Ainsi une annonce d’ingénieur
pouvant rapporter 200 à 250 réponses, ce chiffre peut être doublé en fonction de la
qualité attractive de l’annonce, mais seulement une dizaine de dossiers de candidatures correspond à ce qui est recherché. Pour des postes moins alléchants, (offre
proposée par une PME, poste de mécanicien…), ou dont le format de l’annonce est
réduit, la rentabilité d’une annonce peut être multipliée par 5 ou 7 à budget égal.
Il existe des normes d’efficacité à respecter auxquelles un spécialiste pourra donc
souscrire avec succès dans des créneaux d’emploi peu prisés par des candidats.
5.1.5
Trier les dossiers de candidature
Il s’agit d’opérer un tri sélectif concernant les dossiers provenant de multiples
sources, dont l’annonce, les candidatures spontanées et les autres canaux afin
d’éviter de crouler sous des centaines de candidats à convoquer. Ce tri doit être
sélectif et analytique. Sélectif pour repérer d’un coup d’œil, à partir de critères précis,
les dossiers souscrivant aux impératifs de la fonction ; analytique pour pouvoir
préparer la réception des candidats de façon précise, structurée et rigoureuse.
Il est donc utile d’élaborer des critères de sélection des candidatures, regroupés dans
un tableau d’analyse des dossiers permettant d’en effectuer le tri. Ce tableau peut
être utilisé par une secrétaire formée à cet effet, et par les recruteurs (chefs de service)
qui doivent recevoir les candidats. Dans le cas où l’annonce a attiré de nombreux
candidats, ceux-ci sont loin d’être toujours en rapport avec les caractéristiques du
poste. Il faut donc disposer de cet outil important (tableau 5.2) pour faciliter cette
tâche, voire la déléguer à une tierce personne (secrétaire, stagiaire, adjoint).
Pour devenir opérationnel, ce tableau doit être précédé par l’élaboration d’une carte
des compétences liées à la fonction ainsi que des éléments et niveaux (diplômes par
exemple) qui déterminent l’ensemble des critères pris en compte. Dans la pratique,
un tri effectué en double aveugle (sans tenir compte du nom) doit permettre aux
membres du collège de recrutement de se mettre d’accord sur cette opération de tri
07_ch5.fm Page 99 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
99
afin de ne conserver finalement que des candidats qui correspondent aux cinq
critères essentiels qui représentent en quelque sorte le cœur de la fonction.
Tableau 5.3 Tri des dossiers de candidature
Nom du candidat
Âge
Situation de famille
Fonction
Trié par
Date
Service
Validé par
Date
Critères de sélection
Adapté 5
Médian 1
Inadapté 0
Intitulé de la fonction indiqué
Précisément
Vaguement
Inexistant
2
Fonction précédente
Dans le poste
Proche
Sans rapport
3
Études et formation
Préparatoires
Proches
Sans rapport
4
Disponibilité
Immédiate
Indiquée
Non précisée
5
Âge
Compatible
Trop jeune
Trop vieux
6
Domicile
Proche
Éloigné
Très éloigné
7
Application écriture
Oui
Médiocre
Non
8
Précision
Oui
Médiocre
Non
9
Présentation du dossier
Soignée
Bâclée
Sale
10
Structuration
Rigoureuse
Approximative
Désordonnée
11
Information
Complète
Manques
Incohérente
12
Date de candidature
Très récente
Un mois
+ d’un mois
13
Détail des motivations
Personnalisée
Imprécise
Banale
14
Expérience professionnelle
Compatible
Indéterminée
Inexistante
07_ch5.fm Page 100 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
100
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 5.3 Tri des dossiers de candidature (suite)
Critères de sélection
Adapté 5
Médian 1
Inadapté 0
15
Stages antérieurs
Préparatoires
Diversifiés
Inexistants
16
Style de l’expression
Clair, précis
Vague, ampoulé
Confus
17
Écriture
Harmonieuse
Hachée, raturée
Illisible
18
Pression écriture
Ferme
Relâchée
Filandreuse
19
Projet professionnel
Précis
Vague
Inexistant
20
Impression générale
Favorable
Réservée
Négative
SCORE TOTAL sur 100
Observations
Décision de convocation
… Immédiate
… À revoir
… Négative
Légende
Vingt critères de tri ont été retenus et consignés dans la première colonne.
Les adjectifs qualifient chaque critère.
L’adaptation est cotée 5 quand elle est parfaite, 3 quand elle est approximative, 0 quand elle est inexistante.
Le total obtenu est coté sur 100 et permet de comparer les dossiers entre eux à l’aide d’un tableau complémentaire à double
entrée reprenant les 20 critères en ligne et les candidats en colonne, selon le modèle du tableau 5.4.
07_ch5.fm Page 101 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
101
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
Tableau 5.4 Cotation des dossiers de candidature
Dossier des candidats
Critères de sélection
A
B
C
D
1
Intitulé de la fonction indiqué
5
0
5
5
2
Fonction précédente
3
0
5
3
3
Études et formation
3
3
5
5
4
Disponibilité
3
5
3
5
5
Âge
5
5
3
5
6
Domicile
0
5
3
5
7
Application écriture
3
5
3
0
8
Précision
3
5
5
3
9
Présentation du dossier
3
5
3
3
10
Structuration
3
5
3
3
11
Information
3
5
5
3
12
Date de candidature
5
5
3
5
13
Détail des motivations
3
5
3
3
14
Expérience professionnelle
3
0
5
5
15
Stages antérieurs
3
0
0
5
16
Style de l’expression
5
5
3
3
17
Harmonie de l’écriture
3
5
3
0
18
Pression écriture
3
5
3
3
19
Projet professionnel
3
5
3
3
20
Impression générale
3
5
5
3
SCORE TOTAL sur 100
65
78
66
70
AVIS FINAL
OK3
NON
OK1
OK2
N
Légende
L’avis final indique quatre possibilités :
•
Non : le candidat ne remplit pas les conditions de base pour la fonction.
•
OK3 : le candidat remplit les conditions de base sauf pour un critère essentiel qui peut être changé (éloignement ou
formation courte, par exemple).
•
OK2 : le candidat remplit les conditions mais le dossier est bâclé.
•
OK1 : le candidat remplit les conditions essentielles de la fonction.
07_ch5.fm Page 102 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
102
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Les candidats OK1 seront convoqués en priorité puis, si aucun d’eux ne
correspond, il sera fait appel au groupe des OK2 et, en cas d’issue négative, le
groupe des OK3 sera réexaminé. La probabilité de faire affaire avec un des candidats
de ce groupe est statistiquement très faible et mieux vaudra recommencer une
publication d’annonce pour éviter de perdre du temps.
Il est évident qu’il s’agit de convoquer le moins de candidats possible car, au coût élevé
de l’organisation de cette opération, se rajoutent pour certaines entreprises soucieuses
de leur image, le remboursement les frais de déplacement et parfois aussi une
indemnité compensant le manque à gagner pour la journée consacrée à cet examen.
Certains critères de ce tableau 5.4 doivent être considérés comme rédhibitoires
quand ils ne peuvent être ni changés ni perfectionnés rapidement. C’est généralement le cas de la formation et des diplômes nécessaires, ainsi que de l’expérience
professionnelle. Le candidat B, dans l’exemple du tableau 5.4, sera éliminé, malgré
son score total élevé, au profit du candidat A dont l’éloignement ne peut être jugé
comme un handicap déterminant à partir du moment où il postule et explique les
raisons de son désir de se rapprocher du lieu de la fonction à laquelle il postule.
L’éloignement géographique est très souvent un obstacle mais n’est pas un critère
éliminatoire (candidat A) si les conditions essentielles d’expérience et de
formation sont remplies. Les autres critères doivent être considérés comme des
signes d’alerte pour fouiller l’entretien si la décision de convocation est prise en
fonction d’un score élevé par ailleurs.
Certains critères indiquent – en partie – la motivation du candidat, en particulier
la précision des informations données, ainsi que la plus ou moins grande précision
de l’intitulé de la fonction postulée. Le recruteur peut s’interroger en effet sur un
candidat qui ne précise pas l’intitulé de la fonction à laquelle il prétend. Il en est
de même pour le projet professionnel, souvent absent des dossiers de candidature.
Ces deux tableaux ont été expérimentés et validés à partir de milliers de dossiers reçus
et analysés. Leur construction repose sur un postulat : plus l’information donnée est
précise et actuelle, plus la motivation de l’intéressé et la probabilité de l’adéquation
entre le candidat et la fonction sont élevées. Les procédures classiques de test et
retest3, effectuées pour la validation, montrent qu’un candidat convoqué malgré un
score faible obtenu lors de ce tri confirme le pronostic initial, sauf exception.
3.
Le test vérifie que tous les candidats convoqués sont intéressants pour la fonction, le retest vérifie que les
candidats écartés sont effectivement incompatibles avec la fonction.
07_ch5.fm Page 103 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
103
D’autres mentions peuvent être indiquées sur cette fiche en fonction du circuit
prévu pour la procédure de recrutement : les personnes qui ont participé au tri, le
visa du chef de service, la suite donnée au dossier…
L’utilisation de ce tableau constitue donc un très net gain de temps pour trier le flot
de candidatures qui succède au passage d’une annonce dans les supports traditionnels. Il nous a permis de comprendre que, généralement, moins de 10 % des
candidats qui répondent à une offre d’emploi possèdent les compétences requises
pour la fonction. L’entretien conduira à un chiffre bien inférieur tandis que l’analyse
des motivations réelles qui en découle limite encore le choix possible. Signalons enfin
que ce tableau peut aussi aider le tri quand les candidatures sont peu nombreuses et
permet de choisir et de convoquer rapidement les meilleures candidatures.
5.1.6
Faire renseigner une fiche de candidature
Lors de la réception de chaque candidat, la fiche de candidature présentée au
tableau 5.5 permettra d’enregistrer les renseignements spontanés et de les
comparer à ceux qui ont été consignés dans le dossier de candidature.
L’évaluation proposée au tableau précédent s’applique aussi pour les renseignements
transcrits par le candidat dans cette fiche et confirmera ou invalidera la cotation
effectuée à partir du dossier de candidature.
Notons que cette fiche peut aussi être remplie avant la rencontre avec le candidat,
suite à l’envoi de son dossier.
07_ch5.fm Page 104 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
104
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 5.5 Fiche de candidature
Toute fausse déclaration pourra entraîner des sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement immédiat sans
indemnités et, le cas échéant, des poursuites judiciaires. Vous vous engagez à signaler sans délai toute modification survenue quant aux renseignements fournis.
1 – État civil
Nom en capitales :...........................................................................
......................................................................................................
Nom de jeune fille : ........................................................................
......................................................................................................
Photo d’identité
conseillée
Prénoms : ......................................................................................
......................................................................................................
Né(e) le : .......................................................................................
à ...................................................................................................
Nationalité : ....................................................................................
......................................................................................................
Préciser si double nationalité
Adresse : ........................................................................................
......................................................................................................
Code Postal : ..................................................................................
Ville : .............................................................................................
......................................................................................................
Téléphone
Domicile : ....................................... Bureau : .................................
......................................................
2 – Situation de famille
Célibataire … Marié(e) … Autre préciser …
Enfants né(s) le
Situation
(scolaire, professionnelle)
Conjoint(e) : Nationalité : .............................................................
Préciser si double nationalité
Profession : ...........................................................................................................
Cette profession est-elle actuellement exercée ? oui … non …
Cadre réservé
au service recrutement
07_ch5.fm Page 105 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour choisir le personnel
105
3 – Situation militaire
Réformé … Exempté …
Service national effectué du ..................................................au.....................................................................
4 – Parcours de formation
Formation
Établissement
Années
Entrée Sortie
Diplômes
obtenus
Année
d’obtention
Primaire
Apprentissage
Secondaire
Technique
Supérieure
Continue
Permis de conduire (indiquer les catégories) .........................................................................................
Nombre de points :.........................................................................................................................................
5 – Expérience professionnelle
Dates
entrée
départ
Nom et activité
de l’employeur
Fonctions
occupées
Motif
de départ
Décrivez ci-dessous vos deux derniers emplois (responsabilité, problèmes traités).
Avant-dernier emploi :....................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Dernier emploi : Statut : .................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
07_ch5.fm Page 106 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
106
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Références : Indiquer le nom de vos précédents employeurs qui peuvent se porter garants de vous.
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
6 – Renseignements complémentaires
Nature de la candidature
Emploi demandé : ..........................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Indiquer ce qui explique votre candidature :....................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Quels sports pratiquez-vous ?..........................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Quels autres centres d’intérêts avez-vous ?......................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Conditions de l’engagement
Rémunération annuelle brute
actuelle : ................................................................. souhaitée : ....................................................................
Date de disponibilité ................................................ dont préavis de disponibilité :.........................................
Indiquer ici tous renseignements utiles à l’examen de votre candidature : ........................................................
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Loi du 6 janvier 1978 Informatique et Libertés. Un défaut de réponse à une question vous ferait perdre les droits qui y sont attachés.
Ces informations ne sont transmises qu’aux services expressément habilités à les connaître pour les besoins de
notre gestion.
La loi vous ouvre un droit d’accès et de rectification pour les informations nominatives vous concernant.
Je soussigné(e) certifie que les renseignements ci-dessus sont exacts et m’engage à fournir, sur simple demande,
toutes pièces justificatives.
Fait à : ............................................................................... le : ....................................................................
Signature :
08_ch6.fm Page 107 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
6
Tableaux de compétences
pour l’entretien
de recrutement
Il est à ce que je vois et ce que j’imagine : aimant, bon,
courageux, discret, empressé, fidèle, généreux, habile, illustre,
jeune, loyal, modeste, noble, honnête, prudent, qualifié, riche,…
Michel de Cervantès Don Quichotte, chapitre XXXIV
Se fier aux apparences et imaginer le profil du candidat en l’affublant d’une litanie
de qualificatifs sont les écueils les plus courants lors d’un entretien de recrutement. Pour éviter ce travers qui réjouissait tant Camille lorsqu’elle écoutait sa
servante dresser le portrait de son chevalier à la triste figure, il est nécessaire que le
management procède avec plus de rigueur et de méthode en utilisant les outils à
sa disposition, proposés dans ce chapitre et le précédent.
08_ch6.fm Page 108 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
108
6.1
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Utiliser un guide d’entretien
L’entretien de recrutement s’inscrit dans la procédure de sélection des candidats et
concerne les différents membres du collège constitué pour recevoir, examiner et
choisir parmi les candidats le futur titulaire du poste. Dans nombre de cas, les recruteurs occasionnels ne sont pas formés à cet effet. Nous avons voulu leur simplifier la
tâche à l’aide des tableaux de bord qui structurent le présent chapitre. L’essentiel,
pour utiliser convenablement ces outils, réside dans la préparation personnelle. En
outre, il ne s’agit nullement de poser des questions mais de susciter l’expression du
candidat à partir de thèmes (proposés par le recruteur) développés grâce à l’encouragement de son expression amplifiée par l’apparente naïveté de celui qui conduit
l’entretien. Celui-ci garde cependant en tête la série d’interrogations qui doit lui
permettre de comprendre chaque sujet abordé puis développé par le candidat : de
quoi s’agit-il ? De qui est-il question ? Quand l’action a-t-elle lieu ? Comment se
passe-t-elle ? Pourquoi ? Quels en sont les éléments quantitatifs ? En quels lieux ? Ce
questionnement doit être systématisé pour tous les thèmes abordés et pour tous les
candidats afin d’obtenir des informations fiables et des comparaisons valides entre
candidats sur tous les sujets du guide d’entretien.
De la part du recruteur comme de la part du candidat, il est nécessaire de préparer
un guide d’entretien et de l’utiliser selon les consignes opératoires suivantes.
D’autres documents compléteront la panoplie du recruteur :
– grille d’enregistrement des informations obtenues lors de l’entretien ;
– carte des compétences comparative des candidats entre eux par rapport à la
fonction ;
– grille d’analyse des caractéristiques du comportement manifeste ;
– compte rendu de synthèse permettant de prononcer un avis étayé sur des faits
et des critères objectifs.
6.1.1
Conduire l’entretien
L’entretien de recrutement se conduit comme tout autre entretien qui vise à faire
le point avec quelqu’un, pas toujours ni forcément disposé à s’exprimer clairement
et précisément devant un étranger, ni préparé à cette situation. La technique
s’inspire de la méthodologie générale de la communication positive1, de ses outils
1.
Labruffe Alain, Pour en finir avec les problèmes de communication, la communication positive, Chiron, Paris, 2004.
08_ch6.fm Page 109 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
109
d’écoute active (les principes actifs), des formulations d’amortissement de la
relation et de grilles d’analyse de comportement2. Cet entretien doit suivre un
canevas rigoureux permettant de comparer les candidats entre eux. Ce guide doit
servir à passer au crible une vingtaine de thèmes pour lesquels il est important
d’obtenir des réponses précises et circonstanciées. Elles vont permettre,
moyennant réflexion, de dresser le profil du candidat et d’apprécier son
adéquation avec les caractéristiques requises pour la fonction.
6.1.2
Établir la confiance
Rédigée au préalable, l’introduction est formulée de façon à peser chaque mot pour
que la relation s’engage sur une base de coopération et de confiance. Par rapport à
un candidat sur la réserve et anxieux de son sort, le responsable du recrutement doit
assurer un accueil chaleureux pour aider son interlocuteur à se détendre puis à se
sentir en confiance, gage de la sincérité des informations exprimées.
Il convient alors de présenter la fonction jusqu’à épuisement des questions éventuelles
du candidat. Il s’agit de distiller cette information de façon interactive pour que le
candidat comprenne bien quels sont les tâches demandées et les niveaux de compétence requis. Cette information donnée, qui s’intègre dans la présentation de la
situation, il convient de lancer l’entretien dans sa seconde phase. Il s’agit de faire parler
le candidat : pour atteindre ce but, l’écouter attentivement est le meilleur moyen,
assorti d’un intérêt manifeste et constant procuré par les principes actifs de l’écoute3.
È À titre d’exemple
Nous proposons la formulation suivante pour relancer l’entretien après la présentation
de la fonction :
« J’aurais souhaité, Monsieur Duroy, maintenant que vous connaissez le poste que nous
devons pourvoir, que nous fassions le point sur votre candidature… Pour cela, je vous
propose que vous me racontiez trois choses :… premièrement, ce que vous avez fait dans
la vie jusqu’à présent…, deuxièmement, ce qui vous amène ici…, et troisièmement,
comment voyez-vous la suite… ? »
2.
La méthodologie de l’entretien de recrutement est détaillée dans le chapitre 7 des Méninges du management,
3.
Acquiescer, regarder, interroger, faire silence, utiliser l’effet miroir et des synthèses en sont les actions essentielles.
ainsi que dans Réussir les entretiens de sélection, édités par Chiron.
08_ch6.fm Page 110 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
110
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Il convient de noter que chaque série de points de suspension (…) correspond à
deux ou trois secondes de silence qui permettent au recruteur de constater l’effet
produit. Pour le candidat, ce temps lui permet d’enregistrer ce qui est dit (voire de
prendre des notes) et de manifester sa compréhension par un acquiescement.
L’entretien doit être conçu comme une situation d’interaction et non comme un
double monologue pendant lequel un discours est débité par l’un puis l’autre des
protagonistes. Il entre donc dans le cadre plus général d’une compétence fondamentale du management : la communication interpersonnelle, dont nous avons
déjà décliné les multiples composantes4. Elle s’articule autour d’une méthode érigée
en compétence particulière présentée au chapitre 8 : la communication positive.
6.1.3
Faciliter l’expression du candidat
Cet objectif constitue la seconde phase de l’entretien. Chaque candidat doit
raconter son « histoire », depuis le début et dans sa chronologie, ses points forts et
ses atouts, ses projets et ses intérêts. Le manager doit être à l’affût de tous les
éléments objectifs qui vont lui permettre de réfléchir sur la pertinence de la candidature, eu égard à la fonction à pourvoir, ainsi que sur tous les hiatus qui méritent
une élucidation afin de comprendre la profonde cohérence de l’histoire ainsi
reconstituée lors de l’entretien. Cette histoire passée du candidat est le garant de son
avenir, car ce passé a déposé les germes de ce que la personne est capable de faire.
La relation de son expérience passée s’exprime en termes de compétences objectives déjà mises en œuvre et éprouvées dans des situations passées5. Elles sont donc
reproductibles dans de futures situations. L’enregistrement de ces compétences et
du niveau atteint dans une carte de compétences pourra alors être aisément réalisé
et validé à l’issue de l’entretien.
La narration de ces expériences et situations constitue la trame thématique de
l’entretien. Elle sert aussi à cerner le personnage, la précision et la structuration de
la pensée, l’idéation et le dynamisme intellectuel, la pertinence du raisonnement
(les caractéristiques principales de l’Adulte présenté au tableau 6.4 de ce chapitre),
le rythme, la qualité de l’expression orale. En outre, la pertinence des propos et
l’énergie qui les anime sont tout autant révélatrices du personnage, autant
4.
5.
Labruffe Alain, Les compétences relationnelles, AFNOR, 2005.
Ce qui correspond à la définition d’une compétence par AFNOR dans Mise en œuvre des ISO 9000, page 51
et à la préconisation du management des compétences défini page 56.
08_ch6.fm Page 111 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
111
d’éléments qui pourront être transcrits en termes de compétences relationnelles
démontrées lors de l’entretien : affirmation de soi, créativité, communication
interpersonnelle, intelligence affective.
Ces caractéristiques font l’objet d’un repérage à l’aide d’un canevas préalable et
permettent de comparer les candidats entre eux à partir de critères précisément
repérés et cotés, par comparaison avec les niveaux établis dans le référentiel de
compétences propre à l’organisme.
La technicité de l’entretien et le savoir-faire du management doivent aider à bien
comprendre le fonctionnement et l’itinéraire psycho-professionnel du candidat,
analyser ses capacités d’adaptation et comparer ses compétences repérées dans les
faits avec les exigences du poste, mettre en lumière ses lacunes et ses ressources.
Toutes ces caractéristiques vont servir à dégager les formations indispensables qui
conduiront le candidat retenu, à terme, à pourvoir efficacement le poste.
Manager les compétences dès l’embauche, c’est prévoir un programme d’insertion
pour le candidat choisi. Notre expérience de rencontre avec près de 20000 candidats
nous conforte dans l’idée qu’il n’existe pas de candidat idéal : vouloir à tout prix
chercher la perle rare est utopique. Il faut choisir et mettre en œuvre un
programme d’accueil, d’intégration et de formation, conçu pour le candidat
possédant les niveaux de compétences les plus proches, les motivations et les
caractéristiques de personnalité lui permettant de s’adapter au mieux. Le plan
d’action d’insertion prioritaire consiste alors à réduire les écarts de compétences,
apprendre à connaître l’organisme et ses rouages, ses objectifs, son contexte, son
système normatif de production de biens et de services ainsi que le réseau clients
fournisseurs internes et externes dans lequel il est appelé à évoluer.
À l’inverse, il est des paris à ne pas engager et des risques à éviter. En aucun cas, il
ne doit y avoir de décision figée à la fin d’un entretien. Il faut réfléchir à ce qui a
été dit, comparer son point de vue avec celui des collègues et des experts, puis
comparer les candidats entre eux et, enfin et surtout, envisager les moyens réellement offerts par l’organisme pour contribuer à l’adaptation des candidats avant
de choisir l’élu.
08_ch6.fm Page 112 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
112
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
6.1.4
Conclure la rencontre
Cette conclusion constitue le troisième volet de l’entretien, une fois que tous les
thèmes auront été abordés et que la décision finale ne fait plus aucun doute dans
la tête des protagonistes.
L’ensemble de ces trois points, formalisé dans un guide d’entretien écrit, puis
mémorisé par l’interviewer, favorise la maîtrise de l’entretien dans la perspective
d’un authentique dialogue fait d’écoute active et de respect d’autrui.
Il paraît important de souligner que la trame historique est fondamentale à
explorer dans ce type d’entretien. Elle constitue le réservoir de tout ce que le
candidat a fait, et contient en germes ce qu’il est capable de faire. Sachant que
chaque histoire personnelle se répète à partir des cycles qui ont programmé des
comportements et des savoir-faire, il convient de retrouver quelques éléments
cycliques pour estimer au plus près comment autrui peut réagir et s’adapter dans
telle ou telle situation.
Que penser d’un candidat qui, affirmant son goût pour les voyages et se disant
prêt à l’expatriation, n’a – en fait – jamais circulé au-delà des frontières de son
département, et déclare en outre souffrir de la séparation d’avec ses parents ?
Le dernier point important à signaler dans ce type d’entretien concerne les conditions
de la coopération entre un manager – malhabile ou peu formé aux entretiens – et un
candidat tendu eu égard à l’enjeu. Cette situation est extrêmement pénible pour les
deux parties, car il faut cependant arriver à un minimum de coopération pour faire
s’exprimer le candidat. Ensuite, il s’agit d’encourager autrui pour progresser au-delà
de ses mots afin de repérer ses motifs argumentaires, accéder à ses mobiles, puis
toucher ses motivations dominantes et enfin cibler son Moi6. Il faut déployer des
trésors de patience et de décontraction : les « principes actifs » du dialogue trouvent
pleinement, tout au long de cette progression, leur vocation et leur utilité.
6.
Les motifs argumentaires sont – généralement – les premiers mots prononcés par un candidat, les mobiles
sont les raisons superficielles avancées pour expliquer un fait, les motivations résultent de l’analyse faite par
le recruteur et sont des raisons sous-jacentes aux mobiles et le Moi est résumé par les attentes, les besoins et
les contraintes indiquées par le candidat pour ses actions et ses choix.
08_ch6.fm Page 113 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
6.2
113
Utiliser les moyens de l’évaluation
Ces moyens sont constitués par un certain nombre d’outils. En premier lieu, le
guide d’entretien est composé par des thèmes proposés lors de l’entretien et qui
sont consignés dans le tableau suivant 6.1. En second lieu, les grilles de coopération et d’analyse de la gestuelle servent à obtenir des informations intéressantes
qui permettront d’être plus attentif à certains signes corporels et aux attitudes lors
de la conduite de l’entretien (tableaux 6.3 et 6.5). L’examen du tableau 6.4,
permet d’appréhender de façon globale les différentes manifestations du comportement d’autrui. Enfin l’entretien doit se solder par un compte rendu dont nous
présentons la trame dans le tableau 6.8.
6.3
Le guide d’entretien
Selon l’étendue de la formation des membres du collège de recrutement, le temps
consacré et leur intérêt, chacun pourra choisir dans le tableau 6.1 les thèmes qui
l’intéressent plus particulièrement.
Il faut rappeler qu’un entretien, pour apporter des éléments raisonnables et valides
de choix, dure au moins une heure pour des candidats courants et peut aller
jusqu’à quatre heures pour des candidats de direction. Il faut bien garder à l’esprit,
qu’en raison de l’enjeu pour l’organisme et pour le candidat, il est de la plus
extrême importance d’envisager tous les aspects qui vont éclairer le candidat.
Tableau 6.1 Guide d’entretien de recrutement
1. Thème général introductif, lancé par le recruteur
« J’aurais souhaité, Monsieur Duroy, que nous fassions le point sur votre candidature… Pour cela, je vous
propose que vous me racontiez trois choses :… premièrement, ce que vous avez fait dans la vie jusqu’à
présent…, deuxièmement, ce qui vous amène ici…, et troisièmement, comment voyez-vous la suite… »
2. Historique vital et chronologique du candidat
3. Acquis professionnel : jobs, stages et carrière
4. Expertise technique et compétences prouvées
5. Service militaire et conception de l’armée
6. Raisons des choix du cursus scolaire et professionnel
7. Intérêts et passions
08_ch6.fm Page 114 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
114
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 6.1 Guide d’entretien de recrutement (suite)
8. Activités personnelles
9. Vision du monde et actualité socio-économique
10. Culture générale et diversification des intérêts
11. Conception de l’équipe et/ou du management
12. Projet à court, moyen et long termes
13. Attentes concernant la fonction postulée et l’entreprise
14. L’attitude de l’entourage par rapport au choix
15. Éléments de personnalité et de comportement
16. Réflexion sur l’orientation professionnelle
17. Souhaits vis-à-vis de l’entreprise et de la hiérarchie
18. Mises en situation analogiques à la fonction
19. Rémunération souhaitée
20. Réflexion finale conjointe sur l’entretien et la procédure
Il convient donc d’approfondir tous les thèmes du guide d’entretien, afin
d’obtenir un jugement circonstancié sur le candidat et d’apprécier le risque
potentiel qu’il représente, quelles que soient sa valeur et l’adéquation entre les
compétences requises par la fonction et celles qu’il présente.
È A noter
Ces thèmes d’entretien sont déterminés par la psycho-logique de chaque candidat.
Certains d’entre eux pourront être abordés spontanément par un candidat à partir du
lancement opéré par le recruteur. Il faut présenter chaque thème à l’aide d’une intervention de synthèse. Celle-ci récapitule l’essentiel de ce qui a été dit par le candidat en lui
proposant tout à la fois une valorisation de ce qu’il vient de dire, puis le thème suivant intéressant le recruteur : « Vous venez de me parler de vos études… Pourrions-nous maintenant aborder les stages que vous avez effectués… ». Pour permettre la comparaison des
candidats entre eux, tous les thèmes prévus doivent être abordés et approfondis.
Le recruteur s’efforcera d’éviter de transformer les thèmes en questions abruptes et,
de toute façon, il éliminera toutes les questions alternatives ainsi que les questions
08_ch6.fm Page 115 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
115
fermées.7 « Vous préférez un travail autonome ou une activité sans responsabilité ? »,
ou bien : « Êtes-vous motivé ? ». À ces deux types de questions, les réponses
attendues sont évidentes et n’apportent guère d’information. Il vaudra mieux
demander « Comment vous représentez-vous le travail qui vous attend ? » pour
obtenir une information plus authentique et circonstanciée, à condition d’utiliser
les autres principes actifs de l’écoute active qui parsèment tout dialogue : silence,
valorisation, interrogation, synthèse, effet miroir, transformation des réticences en
formulations positives, autant de règles développées au chapitre 8.
6.3.1
Analyser la coopération du candidat
Le candidat parle et le recruteur se demande toujours ce qu’il doit croire. Souvent,
à l’inverse, le recruteur pose une question à laquelle le candidat se demande ce qu’il
doit répondre. Or, l’analyse du comportement non verbal – la gestuelle –, associée
à celle du contenu de l’expression, doit alerter le recruteur sur un point capital : celui
de la coopération réelle du candidat. Celle-ci doit conduire à démasquer des
comportements peu propices à l’élucidation de l’énigme représentée par le candidat.
Tableau 6.2 Apprécier la coopération d’un candidat
Lors de l’entretien de recrutement, le candidat manifeste une attitude de coopération par :
a) la préparation manifeste de son dossier ;
b) l’explication circonstanciée de ses actions ;
c) l’analyse détaillée des faits ;
d) la détermination de son engagement à expliquer son parcours ;
e) la précision des raisons de ses choix ;
f) la clarté son projet professionnel ;
g) l’aisance relationnelle avec laquelle il répond aux questions et objections.
Pour accéder à l’expression évidente de ce haut degré de coopération, des paliers croissants peuvent être
présentés par les manifestations ci-après.
Degré 1 *
Comportement global de fermeture et de blocage, expression laconique, réticente, agressive ou en opposition.
Absence manifeste de préparation. Balbutiements et silences prolongés.
7.
Une question alternative comporte dans sa formulation un choix inductif : « Vous préférez un poste sédentaire
ou itinérant ? » et la question fermée est encore plus inductive avec une réponse offrant un choix restreint
« oui-non » qui n’apporte pas d’information : « Êtes-vous motivé ? » Une question ne donne que l’information
qu’elle contient et la réponse, quand elle est prévisible, n’est pas une information pertinente.
08_ch6.fm Page 116 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
116
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 6.2 Apprécier la coopération d’un candidat (suite)
Degré 2 *
Manque évident de coopération et de préparation : se dit d’accord du bout des lèvres mais prêt à faire ce qu’il veut.
Refuse d’expliquer et d’analyser les faits et de s’engager dans des objectifs de progression déclarés comme inutiles.
Degré 3 *
Passif et laconique : apparemment peu concerné par l’entretien.
Se déclare très investi ailleurs (activités extra-professionnelles).
Degré 4 *
Bloqué sur toute réflexion.
Apparemment peu déterminé vers des objectifs professionnels.
N’a pas ou peu réfléchi sur son projet à long terme.
Seulement motivé par des récompenses matérielles, des avantages sociaux et/ou la sécurité du poste.
Degré 5 *
Plutôt défensif dans une expression aisée.
Ne progresse qu’avec réticence et de nombreuses objections.
Précise difficilement les faits.
S’auto-justifie en permanence.
Rejette les responsabilités de ses échecs sur autrui.
A préparé l’entretien et parvient à s’engager dans un plan d’action.
Attend des preuves tangibles de soutien. Peu précis dans ses projets.
Degré 6 *
Bonne coopération d’ensemble, sauf sur certains points de détail ou sur un des aspects de relations ou
de compétences.
Explique ses projets.
S’engage facilement verbalement, plus réticent vis-à-vis d’objectifs écrits, mais a tendance à éluder les modalités
pratiques du plan d’action.
Degré 7 *
Coopération évidente, active et efficace en prenant des notes.
Réaliste sur ses performances et compétences, prêt à se remettre en cause.
Propose lui-même des actions concrètes, des objectifs auxquels il a réfléchi et pour lesquels il manifeste sa
détermination avec des points de contrôle et des moyens réalistes.
Présente aussi des propositions et des objectifs inattendus, pertinents et utiles.
Expose clairement et avec détermination ses projets ainsi que les moyens de les atteindre.
08_ch6.fm Page 117 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
117
Ce tableau peut être utilisé comme un moyen de repérer à quel niveau de coopération se situe le candidat. Ensuite le niveau de coopération repéré sert à amener
le candidat (grâce à une attitude encourageante et à des interventions valorisantes
reprécisant l’objectif de l’entretien et l’intérêt qui lui est porté) à un niveau supérieur
de coopération. La réticence constatée peut être due au trac et à la pression de
l’entretien. Si le candidat persiste dans l’un des cinq premiers niveaux, le pronostic
d’insertion harmonieuse dans une équipe de travail ainsi que l’authenticité des
informations recueillies peuvent être sérieusement mis en doute.
6.3.2
Savoir lire les gestes d’autrui
La coopération du candidat passe aussi par l’expression non verbale qu’il distille.
L’analyse qui découle du tableau ci-dessous sera précieuse, soit pour revenir sur une
question qui a entraîné une réaction inattendue, soit pour conforter le jugement
qu’il est possible de tirer des propos d’autrui. Chacun de ces gestes doit être
considéré comme un signe d’alerte pour fouiller les questions concomitantes, ou
pour demander à l’interlocuteur de préciser le sens de ses réponses. Dans certains
cas, il pourra être judicieux de demander à quoi il pense (par exemple quand il
regarde sa montre). Une analyse plus détaillée est présentée par Desmond Morris8.
Tableau 6.3 Gestes intempestifs lors d’un entretien
Votre interlocuteur
Fréquence
Vous pouvez traduire
Est très immobile sur son siège.
Indifférence
Penche son buste vers l’arrière > 15°.
Relâchement
ennui
Se tient avec le buste très droit.
Rigidité
hermétisme
Se ronge les ongles ou les peaux.
Angoisse
pathologique
5
Se gratte le nez.
Impolitesse
6
Tapote avec les doigts.
Énervement
7
A les mains tournées contre moi en avant.
Réticence
8
A des gestes de repli ou de négation.
Refus d’écouter ou désaccord
1
2
3
4
8.
Oui
Morris Desmond, Le Langage des gestes, Marabout, 2003.
08_ch6.fm Page 118 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
118
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 6.3 Gestes intempestifs lors d’un entretien (suite)
Votre interlocuteur
Oui
Fréquence
Vous pouvez traduire
Allonge ses jambes l’une contre l’autre.
Fatigue
ennui
10
Allonge et écarte les jambes.
Désintérêt
11
Enroule ses jambes autour des pieds de son siège.
Tension
12
Maintient ses jambes toujours immobiles.
Indifférence rigidité
13
Balance ses jambes ou ses pieds très souvent.
Agacement, ennui ou tension
14
Fait vibrer une jambe, un bras, un pied.
Forte tension
15
Change souvent la position de ses jambes.
Impatience
16
Ne regarde pas son interlocuteur, mais un point
fixe.
Timidité
A les bras croisés la plupart du temps.
Fermeture
protection
18
Regarde sa montre.
Impatience
19
Regarde partout ailleurs qu’en face.
Non-écoute absolue
Désintérêt agressivité
20
A des gestes brusques, de très légers sursauts,
des hauts-le-corps, des mouvements d’arrière
en avant.
21
A un mouvement du buste vers l’arrière.
Désapprobation
22
Fait des bruits divers avec sa bouche.
Incongruité
23
Fait craquer ses articulations.
Pathologique
24
A un simple mouvement de rétractation de la
main, du bras, du buste, de la tête ou une
mimique inquiète.
Désaccord inquiétude,
gêne
25
A un visage très mobile (mimiques répétées) ou
agité par des tics
Pathologique
9
17
Légende
Lors de l’entretien, notez – dans la colonne oui – au fur et à mesure de leur apparition, les gestes référencés dans le tableau
et cochez de même leur fréquence dans la colonne suivante correspondante (rythme).
À l’issue de l’entretien, vous pourrez réfléchir sur les signes majeurs et les rapporter aux propos tenus.
Avec l’expérience qui découle d’une telle pratique, cette confrontation deviendra instantanée et vous pourrez faire part de
votre réflexion et de vos doutes sur les propos tenus en opposition avec les signes gestuels observés.
Tenez compte, par exemple, de signes de dénégation avec la tête ou les mains alors que la bouche dit oui (ou l’inverse).
08_ch6.fm Page 119 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
6.3.3
119
Comprendre le comportement d’ensemble
Le tableau suivant (6.4) a été conçu à l’usage de ceux qui connaissent l’analyse
transactionnelle9. Il peut servir d’initiation pour les autres en les incitant à en savoir
davantage. Rappelons pour le lecteur intéressé que cette théorie propose une vision du
comportement à partir de trois États du Moi qui structurent notre comportement :
– le Parent est composé de l’ensemble des influences subies par toutes les
personnes ayant exercé une autorité ou un effet sur nous ;
– l’Adulte correspond à notre compétence intellectuelle ;
– l’Enfant est constitué par la résurgence de tous les comportements spontanés ou
réactionnels, inscrits dans l’enfance, et que nous réactualisons tout au long de la vie.
L’idée centrale de l’analyse transactionnelle est de pouvoir adapter notre comportement en intégrant ces différentes structures lors d’une situation relationnelle,
grâce au contrôle permanent de l’Adulte. Cette structure de contrôle fédère et lisse
ces comportements, bruts de fonderie, en mettant en œuvre sa rigueur d’analyse
dans un creuset qui constitue la richesse adaptative de notre personnalité, en
relation avec autrui ou face à une situation de travail.
Dans la réalité d’un entretien, plusieurs États du Moi sont associés dans le même
instant du dialogue. En effet, le comportement forme un tout et intègre plusieurs
facettes en réaction à la stimulation fournie par autrui et par la situation à un
instant donné.
Dans l’entretien comme dans toute relation avec chacun de ses collaborateurs, le
manager s’efforcera de laisser son Adulte au contrôle, tout en faisant s’exprimer
son interlocuteur. Ainsi il pourra canaliser les excès, provenant de son Enfant ou
de son Parent, afin de mieux stimuler l’Adulte d’autrui tout en tenant compte des
plaintes de l’Enfant et des propositions du Parent critique.
Les signes révélés par autrui lui permettront de savoir si la coopération est en
bonne voie quand le comportement, le vocabulaire et l’expression seront majoritairement sous le contrôle de l’Adulte. Ils apparaissent alors de façon congruente.
À l’inverse, les disparités constatées entre le vocabulaire et la gestuelle montreront
des incohérences qu’il s’agira d’approfondir par un questionnement approprié. Il
conviendra de savoir s’il s’agit d’impréparation ou de mensonge.
9.
Le lecteur pourra se référer à l’ouvrage de Vincent Lenhardt, promoteur en France de cette pratique qui fut
notre maître en la matière dès 1973 : L’Analyse transactionnelle, Éditions d’Organisation, 2003.
Critique, dur, méprisant,
moralisateur, sentencieux,
dévalorisant.
Comportement
Enfant
créateur
Enfant
naturel
Adulte
Curieux, intéressé par tout,
Regard brillant, œil vif, agité,
absorbé dans ses pensées,
bruyant, démonte pour
navigue au radar, m’as-tu-vu, comprendre.
imprévisible, original, bizarre.
Charmeuse,
Inattendu, expressions argotiques ou inusitées : « Et si ? Pourquoi ?
primesautière modulée, Je suppose, j’ai une idée ah oui, je vois, voyons comment – ou si mal articulée,
çà marche ».
manipulatrice, bruyante.
Exprime ses sensations et ses besoins : « J’ai faim, je t’aime, pipi. »
Haute, aiguë, énergique, Jeux de mots, exclamations, onomatopées interjections : « Je veux,
fluctuante, rapide,
je ne veux pas, j’ai envie, j’aime - j’aime pas, plaisir, désir, bof,
excitée.
splash… »
Corps mobile, gestes vifs,
jambes écartées, s’étire,
baille, renifle, crachote,
se gratte, regard direct.
Phrases claires, précises, structurées et concises, vocabulaire
factuel : faits, chiffres, dates preuves, « je comprends, voici,
analyse, hypothèses, en résumé, voyons ensemble la situation,
exact-faux, de deux choses l’une. »
« Je vais vous aider, ne vous en faites pas, voici comment faire,
attention, prudence, vous pouvez compter sur moi, ensemble, très
bien, bravo. »
« Je ne veux pas le savoir, j’exige, du calme, vous devez, il faut,
débrouillez-vous, normal, morale, bon-mauvais, responsable,
discipline, sanction ».
Vocabulaire
Enfantin, spontané,
impudique.
Apaisante, grave,
modulée, douce,
confidente.
Autoritaire,
forte tranchante,
intimidante, cassante.
Voix
Égale, neutre, claire,
sonore.
Enveloppant, bras ouverts,
souriant.
Bras croisés, sourcils froncés,
tête appuyée sur la main,
doigt accusateur, bouche
pincée ou fermée.
Gestuelle
Tableau 6.4 Repérage du comportement
Ouverture d’ensemble, regard Posture droite et détendue,
direct, acuité, structure
écoute active, fréquents
et rigueur de l’analyse.
contacts oculaires.
Chaleureux, doucereux,
Parent
réconfortant, encourageant,
nourricier
positif, optimiste.
Parent
critique
État
08_ch6.fm Page 120 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
120
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Regard baissé ou fuyant,
intimidé, gêné, tête basse.
Agité, brusque.
Provocateur, agressif
Gestuelle
Guindé, passif
Comportement
Convenable, à l’écoute,
studieux.
Demande la parole,
tête inclinée.
Affectée, lente, posée,
compassée.
Souvent séducteur et conventionnel : « S’il vous plaît, je peux le faire,
j’ai fait, je ferai de mon mieux, pouvez-vous me dire, essayer, oser ».
Insultes, injures : « Je vais vous tuer » (et ses variantes).
Vociférations, menaces, phrases hachées : « Non, je ne le ferai pas, je suis
contre, pas question, va te faire voir (dans la version rarement polie) ».
Expression laconique, phrases anonymes, (on, il) : « Vous n’avez
pas le droit, ce n’est pas ma faute, oui…mais, c’est la faute à, je ne
suis pas coupable ».
Vocabulaire
Faites de même pour chacun de vos collaborateurs afin de pouvoir les aider à modifier leur attitude dans le sens qui convient à une meilleure coopération.
Surlignez en rouge les comportements qui vous pénalisent et en vert ceux qui favorisent votre relation à autrui.
Légende
Enfant
adapté
Hurle.
Cassante, criarde,
emportée.
Marmonnante,
dans le masque,
plaintive.
Voix
Tableau 6.4 Repérage du comportement (suite)
Enfant Violent, prêt à frapper, casser, Hyperactif, détruit pour faire
terroriste destructeur, jusqu’au-boutiste. mal et tuer.
Enfant
rebelle
Enfant
soumis
État
08_ch6.fm Page 121 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
121
08_ch6.fm Page 122 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
122
6.3.4
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Instaurer une procédure collégiale méthodique
L’expérience montre que des choix avisés sont obtenus quand le candidat est
rencontré par plusieurs managers et responsables formés à cet effet. Ils pratiquent
alors une même méthode (incluant le guide d’entretien et les autres outils
proposés dans ce chapitre), pour conduire les entretiens.
La maîtrise de l’entretien de recrutement détermine un modèle général de tous les
autres entretiens que doit conduire un manager aux divers moments de rencontre
avec ses collaborateurs, voire avec ses collègues ou avec sa hiérarchie. Cette méthodologie constitue un savoir-faire particulier du management relationnel, lequel est
constitué par un ensemble de domaines de compétences10. La conduite d’un
entretien nécessite la pratique d’un protocole spécifique. Le niveau de compétences requis sera différent pour les situations courantes et dans les situations difficiles de conflit ou de négociation (pour lesquelles l’application des principes et
outils de la communication positive se révèle souvent indispensable).
Chaque entretien de recrutement représente une rencontre exceptionnelle dont la
réussite est conditionnée par le respect des étapes suivantes pour chacun des
membres du collège sollicité par cette opération :
10. Labruffe Alain, Management des compétences, AFNOR, 2005 et Compétences relationnelles, AFNOR, 2005.
Comparer
Présélectionner
Convoquer
– CV
– Lettre
– Carte comparative fonction/
candidats
j) Organisation des conditions matérielles et temporelles favorables.
k) Argumentaire et probables objections.
l) Points clés à aborder, à faire comprendre, à défendre.
Expression d’autrui afin de repérer puis d’approfondir la compréhension de son Tableau des thèmes 6.1
point de vue et – surtout – de recueillir toutes les informations qui, au fur et à
mesure de l’écoute prodiguée et grâce à des synthèses régulières, conduiront à
jeter les bases d’un accord.
Plan d’action construit à partir de la synthèse des éléments d’information Tableau d’enregistrement 6.10
recueillis : il doit satisfaire les deux protagonistes et se traduire par un engagement validé en commun par un document ou une formulation explicite.
Conclusion constituée par un rapide résumé des propos, une validation de la Dossier complet
décision ou de l’engagement déterminé et une valorisation du travail accompli au
cours de l’échange.
2
3
4
5
Tout noter à la fin
Réfléchir
Analyser
Comparer
Écouter et noter
Accueillir et présenter
Analyser
– Guide entretien
m) Anticipation des scénarii en découlant.
Rassembler
– Fiche candidature
Objectifs
i) Réflexion sur la stratégie à mettre en œuvre pour aborder autrui.
Documents
h) Préparation minutieuse du dossier.
Actions
Tableau 6.5 Procédure collégiale de recrutement
Entrée en relation, moment clé pour capter l’état d’esprit d’autrui et situer la Règles réception 6.9
relation dans la tonalité affective et intellectuelle qui convient, mobiliser l’écoute Tableau d‘enregistrement 6.10
réciproque en se mettant d’accord sur un objectif facilitant la suite de l’entretien
et un ordre du jour précis.
1
Étape
08_ch6.fm Page 123 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
123
Documents
Réunion de synthèse : confrontation des avis et décision finale.
Tableau 5.1
Carte comparative fonction/candidat
Rédaction d’un document de synthèse adressé à autrui qui scelle définitivement Avis de synthèse 6.11
l’engagement opéré ; rappelle les détails de l’accord, la suite à donner ainsi que Tableau récapitulatif 6.5
le prochain point de rencontre.
Actions
Tableau 6.5 Procédure collégiale de recrutement (suite)
Colorer en orange ce qui est en cours, en vert ce qui est réalisé et en rouge ce qui est en retard sensible.
Légende
7
6
Étape
08_ch6.fm Page 124 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Choisir
Clarifier et comparer
Objectifs
124
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
08_ch6.fm Page 125 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
6.3.5
125
Définir les critères d’analyse d’un candidat
Le choix des candidats est souvent improvisé, ou confié à des méthodes invalides
mais qui ont un franc succès auprès des managers puisque plus de 90 % des entreprises utilisent la graphologie et un pourcentage croissant l’astrologie, la
morphopsychologie ou la numérologie quand ce n’est pas un pendule ou d’autres
moyens plus abscons11. Restent les tests psychotechniques et projectifs qui
insultent l’intelligence des candidats pendant de longues heures.
Chaque manager, formé à l’écoute active, doit disposer d’un guide d’entretien
construit à partir de la thématique qui l’intéresse, en rapport avec la description de
fonction, et d’une grille de repérage de différentes caractéristiques évidentes
recensées dans le tableau 6.6. Au cours d’un entretien d’une heure, il pourra
aisément repérer si les critères ci-dessous sont en accord avec ce qui est attendu
d’un candidat pour une fonction donnée.
La comparaison, faite par les personnes appelées à rencontrer les candidats,
conduira à un choix justifié par les différents scores et les remarques notées pour
chaque critère. Enfin, pour choisir le meilleur candidat parmi ceux entre lesquels
la décision balance, il est possible de demander l’avis d’un expert, c’est-à-dire de
quelqu’un dûment diplômé12, à l’expérience éprouvée et ayant passé du temps à
décrire la fonction et à connaître l’organisme.
Nous présentons ci-dessous un tableau mis au point à l’usage des managers d’un
grand groupe industriel, concernant – à titre d’exemple – des candidats à un poste
d’attaché commercial pour une concession automobile. Cette grille comporte
cinq rubriques : les quatre premières sont applicables à tous les candidats, tandis
que la rubrique des « compétences » est spécifique à la fonction prise comme
exemple démonstratif.
11. Voir les critiques faites par le prix Nobel de physique Georges Charpak dans Devenez sorciers, devenez
savants, Odile Jacob, Paris, 2002, Albert Jacquard La Science expliquée aux non scientifiques, Calmann-Lévy,
Paris, 2001 et par Maurice de Montmollin, Les Psychopitres, PUF, 1972.
12. Une loi de décembre 1992 oblige les recruteurs professionnels à posséder un diplôme de psychologie du
travail, de niveau bac+5, et personne ne devrait pouvoir pratiquer la psychotechnique sans ce passeport.
08_ch6.fm Page 126 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
126
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 6.6 Évaluation du comportement d’ensemble d’un candidat
A
Comportement manifeste
1
Présentation
2
Aisance relationnelle
3
Coopération
4
Écoute
5
Ouverture
6
Anxiété
7
Émotivité
8
Dynamisme
9
Détermination
10
Enthousiasme
Écart
+=-
Remarques
Écart
+=-
Remarques
Score
B
Éléments de personnalité
1
Confiance en soi
2
Goût des responsabilités
3
Leadership
4
Intelligence sociale
5
Goût de l’effort
6
Travail en équipe
7
Valeurs morales
8
Ténacité
9
Autonomie
10
Adaptabilité
Score
08_ch6.fm Page 127 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
Tableau 6.6 Évaluation du comportement d’ensemble d’un candidat (suite)
B
Motivations
1
Argent
2
Pouvoir
3
Sécurité
4
Équilibre personnel/professionnel
5
Esprit de revanche
6
Compétition
7
Avantages matériels, sociaux
8
Oblativité (don de soi)
9
Formation
10
Estime de soi
Écart
+=-
Remarques
Écart
+=-
Remarques
Score
C
Facteurs intellectuels
1
Analyse
2
Idéation
3
Acuité
4
Synthèse
5
Précision de la pensée
6
Plasticité
7
Bon sens, pragmatisme
8
Intérêts culturels
9
Structuration
10
Ampleur de la réflexion
Score
127
08_ch6.fm Page 128 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
128
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Pour faciliter la compréhension du lecteur et mettre en évidence l’importance de
la carte des compétences, nous avons distingué cette dernière de l’ensemble des
autres caractéristiques. Dans la pratique l’ensemble du tableau peut être utilisé en
regroupant les cinq parties qui le composent ou en dissociant chacune d’entre elles
pour une plus grande clarté d’analyse.
Tableau 6.7 Carte des compétences d’un candidat
Exemple : Vendeur automobile
A
Carte des
compétences
Requis
1
Accueil
5
2
Automobile
5
3
Crédit
5
4
Communication
5
5
Conduite automobile
5
6
Expression écrite/orale
4
7
Législation auto
5
8
Management
4
9
Négociation
6
10
Vente (techniques de)
6
Acquis
par le candidat
Écart
+=-
Remarques
Score
Total
La construction de cette carte de compétences reprend les principes de la carte
précédente : numérotation, liste alphabétique des domaines de compétences,
niveaux requis par la fonction, finalisée par un total pour l’ensemble des domaines
requis qui servira de référence pour chaque candidat.
La colonne affectée à chaque candidat est constituée de trois informations :
– le niveau acquis ;
– le degré de maîtrise ;
– l’écart constaté par rapport au niveau requis qui se traduit par moins 1, 2, ou 3 (ce
déficit est éliminatoire pour des domaines essentiels de compétences requis par la
fonction) car généralement impossible à rattraper lors de l’intégration du candidat.
08_ch6.fm Page 129 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
129
Cotation des tableaux 6.6 et 6.7 :
Pour chaque critère,
notez + si le critère est en accord avec ce qui est requis dans la fonction, – s’il est inadapté, = si vous ne savez pas répondre
spontanément.
Cumulez chaque partie pour avoir un score différencié pour A, B, C, D, E et le score total donne un score par candidat.
Certains critères absents, ou une compétence insuffisante, peuvent pénaliser complètement la candidature.
6.3.6
Comparer les candidats
Il est possible d’utiliser ces deux tableaux (6.6 et 6.7) pour chaque candidat puis
de composer une grille synthétique permettant de comparer les différents
candidats rencontrés selon la carte des compétences comparative présentée au
tableau 5.1 du chapitre précédent. Voici le tableau 6.8 obtenu pour souscrire à cet
objectif de vision synthétique et comparative. Les principes de cotation précédents pour les éléments comportementaux comme pour la carte de compétences
sont repris intégralement afin d’établir les éléments d’analyse.
Tableau 6.8 Carte de synthèse comparative fonction/candidats
Candidats
Critères d’évaluation
A
Comportement manifeste
1
Présentation
2
Aisance relationnelle
3
Coopération
4
Écoute
5
Ouverture
6
Anxiété
7
Émotivité
8
Dynamisme
9
Détermination
10
Enthousiasme
Score
A
B
C
D
08_ch6.fm Page 130 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
130
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 6.8 Carte de synthèse comparative fonction/candidats (suite)
B
Éléments de personnalité
1
Confiance en soi
2
Goût des responsabilités
3
Leadership
4
Intelligence sociale
5
Goût de l’effort
6
Travail en équipe
7
Valeurs morales
8
Ténacité
9
Autonomie
10
Adaptabilité
Score
C
Motivations
1
Argent
2
Pouvoir
3
Sécurité
4
Équilibre personnel/professionnel
5
Esprit de revanche
6
Compétition
7
Avantages matériels, sociaux
8
Oblativité (don de soi)
9
Formation
10
Estime de soi
Score
08_ch6.fm Page 131 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
Tableau 6.8 Carte de synthèse comparative fonction/candidats (suite)
D
Facteurs intellectuels
1
Analyse
2
Idéation
3
Acuité
4
Synthèse
5
Précision de la pensée
6
Plasticité
7
Bon sens, pragmatisme
8
Intérêts culturels
9
Structuration
10
Ampleur de la réflexion
Score
E
Carte des compétences
Exemple : vendeur auto
Requis
1
Accueil
5
2
Automobile
5
3
Crédit
5
4
Communication
5
5
Conduite automobile
5
6
Expression écrite/orale
7
Législation auto
5
8
Management
4
9
Négociation
5
10
Vente (techniques de)
5
Score
Total
131
08_ch6.fm Page 132 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
132
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Sur le modèle des cotations précédentes des tableaux équivalents, un score peut
être établi pour chaque caractéristique majeure A, B, C, D, E ainsi qu’un score
global pour chaque candidat. Les candidats peuvent donc être comparés entre eux
et le choix se fait non seulement en fonction du score global, des scores particuliers, mais aussi en fonction de critères « stop ». Par exemple, pour un vendeur
automobile, l’exemple choisi ici, une présentation approximative est rédhibitoire
ainsi qu’un déficit de – 2 en technique de vente.
6.3.7
Suivre quelques conseils pratiques
La conduite d’un entretien nécessite – dans son déroulement chronologique en
accord avec le guide des tableaux 6.1 à 6.7, outre une formation spécifique sur les
règles d’écoute active et la méthodologie générale de l’entretien – de suivre un
certain nombre de règles pratiques comme le propose le tableau suivant.
Tableau 6.9 Règles de réception d’un candidat
Conseils à suivre lors du déroulement de l’entretien
1 – Au début : situez le cadre général par une phrase de présentation.
2 – Restez naïf si vous voulez savoir et surtout comprendre, ne vous contentez pas de
généralités et demandez des précisions en suivant la trame d’interrogation : QQQOPCC.
3 – Mettez votre candidat en confiance : expliquez-lui les grandes lignes de la fonction
et ce que vous attendez (fiche descriptive du poste).
4 – Faites préciser chaque fait (dates, noms, lieux) QQQOPCC.
5 – Analysez et notez la compétence pédagogique liée aux explications fournies.
6 – Valorisez votre demande en expliquant l’intérêt et l’enjeu en relation avec la fonction. :
« C’est important que nous fassions le point sur cette question. »
7 – Exigez des preuves de ce qui est dit : attestations, mémoires, documents, cv,
références, permis de conduire…
8 – Valorisez les propos du candidat (c’est intéressant) et acquiescez en reprenant le
mot clé de chaque intervention du candidat.
9 – Conduisez le candidat dans la chronologie détaillée de son parcours scolaire et
professionnel.
10 – Efforcez-vous de comprendre le candidat dans son histoire chronologique depuis le
début jusqu’à ce jour.
Vérifiez
et cochez
08_ch6.fm Page 133 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
133
Tableau 6.9 Règles de réception d’un candidat (suite)
Conseils à suivre lors du déroulement de l’entretien
11 – Interrogez le candidat sur les activités extérieures : passion, intérêts, ainsi que
sur le secteur choisi.
12 – Cherchez à connaître les raisons des choix (études, emplois, décisions, loisirs).
13 – Reprenez les autres éléments du CV pour les faire détailler et mieux comprendre
le candidat.
14 – Prévoyez un test oral de vente (durée = trente secondes !) : « Vendez-moi cet objet :
stylo, cendrier, trombone, etc. »
15 – Vous pouvez éliminer les camelots et retenir ceux qui s’intéressent à vous d’abord, à
ce que vous faites et à vos besoins.
16 – Utilisez une grille d’enregistrement d’entretien (tableau 6.10) prévoyant les types
de réponse.
17 – Prenez des notes avec bloc et stylo en vous aidant d’une grille d’enregistrement.
18 – Dans tous les cas difficiles (objections, questions, refus)… observez la réponse
et le comportement (voix, gestes) : « Mais si : mais non », silence embarrassé, non-préparation,
rougeur, bégaiement.
19 – Prévoyez des mises en situations analogiques aux tâches de la fonction
Exemple : une lettre dictée pour une secrétaire, la description d’une procédure pour un
technicien, l’analyse d’un document comptable, etc.
20 – Utilisez la carte des compétences et des connaissances
21 – Pour la question « argent » « Combien voulez-vous gagner ? », privilégiez la forme
de la réponse par rapport au contenu.
22 – Faites dresser un portrait prouvé et original : qualités et défauts.
23 – Cherchez à identifier le projet immédiat et à plus long terme personnel et professionnel,
ainsi que les autres pistes de recherche d’emploi.
24 – À la fin : remerciez et faites analyser l’entretien par le candidat.
25 – Après : faites rédiger un compte rendu de l’entretien – ou de la procédure –
immédiatement, ou à envoyer dans les 48 heures, et faites vous confirmer la candidature. Ce
document représente la vraie lettre de motivation du candidat.
Score total sur 100 :
Vérifiez
et cochez
08_ch6.fm Page 134 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
134
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Légende
Vérifiez que vous suivez ces règles en notant chacune d’elles de 1 (pas du tout) à 4 (totalement).
Vous pouvez aussi surligner en rouge celles que vous omettez, en vert celles que vous réussissez et en orange celles qui
vous demandent un certain effort.
À l’issue de chaque entretien mené, enregistrez vos progrès grâce à cette double indication (score et couleurs) et
programmez-vous pour faire un effort sur les règles qui vous ont précédemment échappé.
6.3.8
Noter et comparer les déclarations du candidat
Pour enrichir la trame du guide 6.1, le recruteur, surtout s’il débute dans cette
mission, pourra se servir de la grille d’enregistrement présentée dans le tableau
suivant 6.10, dans lequel il pourra noter les diverses informations recueillies en
explorant la succession des thèmes du guide d’entretien.
Ce document permet de confronter les informations recueillies dans le dossier de
candidature et dans la fiche de candidature effectivement rédigée par le candidat lors
de sa réception. Cette confrontation permet d’éliminer les tricheurs qui trafiquent
leur curriculum vitae ou font rédiger leur lettre par un tiers, ainsi que ceux qui sont
incapables de se souvenir de leur histoire quand ils remplissent la fiche de candidature.
Tout hiatus pourra être facilement repéré et exploré lors de l’entretien de recrutement, même mené par un néophyte. Il suffira au recruteur d’enregistrer les
déclarations du candidat, suite aux différents thèmes qui lui sont proposés. Le
candidat sera alors incité avec candeur et détermination à justifier sa candidature
par rapport à la fonction proposée, d’en expliquer – en les détaillant – les raisons
ainsi que les éléments concrets de son projet professionnel, ses caractéristiques
personnelles et ses compétences prouvées par l’expérience antérieure.
08_ch6.fm Page 135 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
135
Tableau 6.10 Enregistrement de l’entretien
Fonction : .............................. Date : ............................... Lieu : ............................. Vu par : ...........................
1 - ÉTAT-CIVIL
Nom en capitales :................................................. Prénom (s) :.....................................................................
Né(e) le : ..................................... à ................................ Âge : .....................................................................
Situation de famille : .....................................Situation conjoint : .....................................................................
Enfants : .......................................................................................................................................................
Adresse : .......................................................................................................................................................
E-mail : .........................................................................................................................................................
Code postal : ................................................................... Ville :.....................................................................
Téléphone domicile : ....................................................Bureau :.....................................................................
Portable :.......................................................................................................................................................
2 - FORMATION INITIALE
Niveau
Diplômes
Lieux
Dates
3 - PERFECTIONNEMENT
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
4 - PERMIS DE CONDUIRE
Date d’obtention du permis de conduire ? .......................................................................................................
Nombre de points à ce jour : .................................................................................................................../ 12
5 - SERVICE NATIONAL
.....................................................................................................................................................................
6 - STAGES PRATIQUES
Où
Quoi
Lieu
Durée
08_ch6.fm Page 136 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
136
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
7 - EMPLOIS
Où
Quoi
Lieu
Durée
8 - Carte des CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES
Domaine
Intitulé du niveau
Domaine
Intitulé du niveau
9 - INTÉRÊTS ET LOISIRS
Bricolage
Informatique
Sports
Association
Voyages
Culture
Autres
10 - FAMILLE
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
11 - PORTRAIT
12 - RAISONS CANDIDATURE ET ATTENTES
.....................................................................................................................................................................
13 - PROJET PROFESSIONNEL ET ÉVOLUTION
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Si OUI, réserve
SINON, point stop :
08_ch6.fm Page 137 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
Tableaux de compétences pour l’entretien de recrutement
137
14 - PRONOSTIC ET MOYENS D’INTÉGRATION
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
15 - RÉFÉRENCES
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
16 - JUSTIFICATIFS
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Permis de conduire
Casier judiciaire
Bulletins de salaire
Diplômes
17 - ÉLÉMENTS RÉDHIBITOIRES
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
18 - IMPRESSION
.....................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................
Très favorable † Favorable † Très favorable †
Réservé † Fortes réserves † Veto †
19 - AVIS DE SYNTHÈSE
.....................................................................................................................................................................
Diagnostic :
.....................................................................................................................................................................
Pronostic d’évolution : ....................................................................................................................................
Moyens d’intégration :....................................................................................................................................
VISA du recruteur
Fonction
Date
08_ch6.fm Page 138 Vendredi, 12. janvier 2007 12:54 12
138
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
6.3.9
Rédiger le compte rendu de synthèse
Ce compte rendu reprend, avec un style lapidaire, à travers les rubriques retenues
dans le tableau 6.9, les caractéristiques marquantes analysées et dignes d’intérêt
lors de l’entretien et consignées à l’occasion des tableaux précédents.
Tableau 6.11 Avis de synthèse
Nom : ................................................................... Prénom (s) : ....................................................................
Date du RDV : ........................................................................... ....................................................................
Date et lieu de naissance : ......................................................... ....................................................................
Fonction : ................................................................................. ....................................................................
I. Antécédents
Professionnels
Formation
Perfectionnement
II. Fonctionnement intellectuel
III. Carte des compétences
IV. Éléments de personnalité
V. Motivations
VI. Remarques
VII. Avis de synthèse
Diagnostic
Pronostic et moyens d’intégration
Nom du rédacteur
09_ch7.fm Page 139 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
7
Tableaux de compétences
pour l’évaluation continue
On ne devrait rien dire parce que tout blesse.
Jules Renard, Journal
7.1
L’entretien professionnel
comme modèle d’évaluation
Les compétences sont comme des plantes fragiles : elles doivent être cultivées et
soignées au quotidien pour croître. Certaines ont suffisamment de vitalité pour
survivre, mais toutes ont besoin d’un véritable jardinier attentif et compétent
pour leur prodiguer des soins constants qui les conduiront à l’excellence. C’est le
rôle du management de veiller à la croissance des compétences qui lui sont
confiées et de déterminer en permanence leur adéquation avec les missions et
09_ch7.fm Page 140 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
140
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
fonctions toujours renouvelées qui constituent désormais le champ d’action des
organismes.
Les compétences de chaque collaborateur doivent donc être prises en compte,
après leur première évaluation (modélisée dans les deux chapitres précédents) lors
de la procédure capitale du recrutement. Le choix de la plante qui résistera au
contexte organisationnel est effectivement essentiel : toutes ne sont pas compatibles. Ensuite, dès son entrée dans l’organisme, chaque personne doit être
accueillie pour faire le point exhaustif sur ses compétences techniques et relationnelles, de façon plus affinée et conviviale que dans la séquence précédente
d’évaluation. En outre, cet accueil doit favoriser l’échange et la compréhension des
informations dont le nouvel embauché a besoin pour exercer sa fonction, qui doit
lui être expliquée en détail à partir d’un document de description qui lui est remis.
Le manager entame ainsi son rôle de jardinier des compétences par le fameux
nemawashi 1 nippon. Cette méthode consiste à couper les radicelles inutiles
(répondre aux questions et aux inquiétudes du nouveau) d’une plante et l’installer
confortablement dans son nouveau terrain pour en faciliter l’intégration2. Ensuite,
l’entretien annuel, de progrès et maintenant appelé par la nouvelle loi sur la
formation continue tout au long de la vie « professionnel », qui devient le moment
privilégié de cette évaluation formelle. Pour mener à bien cette évaluation, il faut
bien comprendre deux caractéristiques essentielles de son intérêt et de son efficacité :
– elle concourt à encourager autrui, récompense suprême obtenue dans une
relation de travail qui demande un effort ; or, cet encouragement peut se
prodiguer au quotidien par un mot ainsi que lors de la progression de chaque
activité par un point rapide qui suscite la stimulation les quatre besoins fondamentaux, dont le lecteur se souvient qu’ils doivent être alimentés de façon
continue par le management ;
– elle sert à mesurer les écarts de compétences afin d’assigner des objectifs de perfectionnement nécessités par les diverses évolutions techniques, d’organisation, de
relation, de normalisation et de concurrence impliquée par la mondialisation.
La relation est le terreau de l’évaluation et cette relation est encore magnifiée par
le dialogue : même les plantes sont sensibles aux paroles qui leur sont adressées !
1.
Nous en avons expliqué le détail de fonctionnement dans Communication et qualité, AFNOR, 2003.
2.
Cette procédure est précisée dans la carte n°15 de l’ouvrage publié en collaboration avec Sylvie Desqué,
Manager, le kit-minute, AFNOR, 2006.
09_ch7.fm Page 141 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
141
Dans ce contexte, l’entretien professionnel devient un modèle d’évaluation des
compétences dont les composantes en termes de méthode, de procédure, de dossier
structuré, de cartes de compétences et de dialogue peuvent constituer des exemples
pour d’autres situations d’évaluation : accueil, promotion, reconversion, départ à la
retraite. Nous avons précédemment défini (au chapitre 4, concernant l’entretien de
recrutement) un certain nombre d’ingrédients aussi utiles à la conduite de
l’entretien professionnel, notamment : la description des fonctions, les cartes de
compétences comparatives fonction/titulaire, le tableau de coopération.
Pour chaque responsable, l’entretien professionnel peut donc être conçu comme un
modèle d’évaluation et comme un levier extraordinairement puissant d’introduction
du dialogue au sein des équipes. En effet, en exerçant ses compétences relationnelles,
puis en les manifestant lors de cet entretien, cette procédure permet au management
d’être un modèle de comportement attendu par ses collaborateurs. Il sera d’autant
plus facile d’obtenir l’atteinte des objectifs conclus à l’issue de cette rencontre.
7.2
La procédure de l’entretien professionnel
7.2.1
Présentation
L’entretien professionnel peut être un formidable catalyseur pour développer la
gestion des ressources humaines et générer le dialogue social en particulier. Cette
mission qui nécessite le savoir-faire particulier à l’ingénierie des ressources
humaines, doit devenir la mission du management au quotidien dans tout ce qui
touche aux aspects relationnels (évaluation, encouragement, motivation) alors
que le versant administratif est laissé à la responsabilité du service ad hoc
concernant la gestion du contrat de travail.
Cependant, une question demeure : les dirigeants consentiront-ils à cette formation
indispensable, source d’une remise en question fondamentale de leur stratégie de
communication interpersonnelle et de leur mission de management ? Les chiffres
relatifs aux actions de formation pour l’année 20043 apportent un début de réponse.
Un peu plus d’un million de salariés sur 28 millions sont partis en formation et, dans
ce contingent, seuls 7 % ont participé à des formations non techniques dans
lesquelles la communication interpersonnelle et le management relationnel
3.
Source : centre Inffo.
09_ch7.fm Page 142 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
142
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
représentent une faible part. Pourquoi une telle réticence à ce type de formation ?
Sans doute parce que le fondement de la nouvelle loi sur la formation tout au long de
la vie n’est pas passé dans les mœurs. En outre, beaucoup de salariés croient, comme
la femme du docteur Barrenos4, que les diplômes servent à ne plus apprendre.
De façon beaucoup plus profonde, si la remise en cause des connaissances acquises
et des savoirs scolaires n’est pas encore tout à fait d’actualité, celle du perfectionnement comportemental, voire de sa modification, est loin d’être acceptée par les
managers qui refusent généralement de voir leur autorité écornée. Changer de
comportement est souvent perçu comme une menace et contient les germes du
renoncement de l’influence exercée sur autrui. Il faut donc que la formation de
l’encadrement démontre l’inverse et qu’elle suscite des normes, des règles et des
modèles qui vont à leur tour servir de références comportementales à leurs
collaborateurs, comme l’indique Xavier Séron5. L’explosion du coaching dans les
entreprises permet d’envisager une possible évolution des comportements
managériaux : il est en effet plus facile de voir son comportement disséqué et
remis en cause en face à face que dans un groupe de formation.
Dans cette relation privilégiée, si nombre de dirigeants piquent parfois des colères
mémorables quand le reflet qui leur est renvoyé par le miroir n’est pas aussi gentil
que celui de Blanche Neige, cette relation de tutorat débouche le plus souvent sur
des mea culpa touchants et des plans d’action qui peuvent être immédiatement
décidés et appliqués sans donner l’impression d’un reniement. C’est certainement
une des voies prometteuses pour que les dirigeants acquièrent cette dimension
relationnelle de management requise par la nécessité de démontrer à leur
entourage cette nouvelle compétence lors de l’entretien professionnel.
7.2.2
Les préalables à l’évaluation
L’entretien doit être précédé d’une préparation des documents favorisant l’appréciation de la part du collaborateur et de son manager, et prévoir une durée de 3 ou
4 heures pour instaurer un véritable dialogue. Le document d’appréciation
constitue un excellent canevas d’entretien quand il est étayé par la description de
fonction et le référentiel de compétences. La réalisation des 18 étapes de cette
préparation se contrôle à partir du tableau suivant.
4.
Héros d’un roman de Miguel Angel Asturias, prix Nobel de littérature, Monsieur le Président, Albin Michel.
5.
Seron Xavier, La modification du comportement, Desart et Mardaga, 1995.
09_ch7.fm Page 143 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
143
Tableau 7.1 Plan d’action préalable à l’entretien professionnel
Étape
Action
Salarié
Manager
N +1
Remarques
1
Lectures et recherche
d’information sur la loi
et son actualité
dans la branche.
2
Formation au dialogue
et à la communication
interpersonnelle
3
Formation à la méthode
de l’entretien
professionnel.
4
Constitution d’un savoir
formalisé sur la loi, le CIF,
le DIF, la VAE, le CET,
l’accord de branche,
le contrat et la période
de professionnalisation,
le financement, le tutorat.
Utile
Impératif
5
Construction et rédaction
adaptée d’un dossier
entretien.
Rempli
au préalable
Élaboré
à l’avance
6
Élaboration
du projet professionnel.
Sujet
primordial
Écoute
et aide
7
Rédaction de la description
de fonction.
Actualisée
Envisage les
Disponible au préalable
en concertation évolutions à terme ou mis en chantier après.
Préparation des cartes
des compétences.
Les synthétise Outil d’analyse et de gestion
Mesure les
en une carte des carrières qui doit remonter
écarts passibles
des compétences au DRH.
de formation
du service
8
9
10
Utiles
Utile
Utile
À développer
Devrait être un préalable
pour tous.
La formation pour les salariés
Impératif,
facilite ensuite la tenue
prévue par la loi
des entretiens.
Thèmes de la formation de base.
Constitution et formalisation Doit être enrichi
du Passeport formation.
à cette occasion
Détermination
d’objectifs.
Impératif
Internet, accords de branche
et syndicats sont à la source
de cette information.
Doivent
être compris
Contribue
à l’élaborer
Doivent
être expliqués
Source internet :
« entretien professionnel »,
« accord de branche »,
« centre inffo ».
Supports papier et informatique
adaptés, homogénéisés
puis centralisés.
Doit pouvoir coïncider
avec le projet d’entreprise.
Certains accords prévoient de
proposer un modèle aux salariés.
Font partie de l’information
à comparer avec le projet
professionnel.
09_ch7.fm Page 144 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
144
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.1 Plan d’action préalable à l’entretien professionnel (suite)
Étape
11
12
13
14
Action
Historique
de l’année écoulée.
Prévision des évolutions
de fonction, activité,
entreprise.
Manager
N +1
À préparer
À préparer
Fonction
et compétence
Réponse en termes
d’information
et de plan
de formation
Remarques
Point essentiel du dossier.
Doit faire l’objet d’une réflexion
stratégique au plus haut niveau
déclinée en information
lors de l’entretien.
Message entreprise.
Décliné
et modulé
À préparer dans une stratégie
d’ensemble.
Projet service
Élabore
et expliqué
À préparer sur la base
de la carte des compétences.
15
Remontée des informations
connues lors de l’entretien.
16
Préparation
du guide entretien.
17
Planning et moyens
de suivi du plan d’action.
18
Salarié
Rédaction
d’un aide-mémoire
Doit être supportée par un logiciel
spécifique pour que la DRH
en dispose et les redistribue.
Accord
Accord
Devrait être
rodé lors de la
formation
Indispensable
à préparer
et adapter
Établis
en concertation
À appliquer
avec rigueur
Garantit le succès et la pérennité
de l’entretien outre la motivation
du salarié.
À élaborer
Recense le résumé
des informations et l’ensemble
de la procédure, doit être
distribué avant l’entretien.
Peut servir de modèle
à tous les autres entretiens.
Légende
Surligner en orange ce qui est en cours, en rouge ce qui est en retard ou non réalisé et en vert ce qui est achevé.
7.2.3
L’implication des acteurs de l’organisme
La participation active de tous les personnels est capitale pour l’efficacité de
l’évaluation, notamment pour la réussite de la mise en place de l’entretien professionnel. Elle doit servir de déclencheur au perfectionnement de la communication
interne par l’apprentissage d’une méthode de dialogue généralisé, mise en œuvre dans
09_ch7.fm Page 145 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
145
son action quotidienne par le management. À cet égard, tout entretien d’évaluation
doit servir de levier à cette introduction, et chaque manager doit devenir un exemple
démonstratif de cette compétence de communication interpersonnelle, pilier du
management relationnel. L’évaluation peut ainsi devenir l’occasion de développer un
nouveau modèle de comportement au sein des organismes, dont la direction
s’empare de la loi avec détermination pour en faire le moteur de leur gestion des
ressources humaines. Le tableau suivant permet de vérifier l’existence et l’impact de
chaque action engagée sur chacune des catégories de personnels concernées.
Tableau 7.2 Implication des personnels dans la procédure
Ordre
1
Actions et supports
Information sur la loi
Memento
Management
Conception, organisation
et transmission
Salariés
Nécessaire à comprendre
lors de l’EP
Formation à l’entretien Approfondie sur la loi
professionnel (EP)
et la conduite de l’entretien
Utile pour rassurer
et informer
Description de fonctions
Préalable à rédiger
selon une méthode
Connue et actualisée
lors des EP
Carte des compétences
Méthodologie et modèle préparés
et proposés lors de l’EP
Établie en concertation
lors de l’EP
5
Dossier EP
Conçu et pré-rempli
Connu à l’avance et pré-rempli
6
Passeport formation
Conçu et proposé lors de l’EP
Rempli, conservé et amendé
7
Guide d’entretien
Conçu et préparé
Préparation de questions
8
Préparation mentale
Garantit la sérénité
Idem
Projet professionnel
Apporte son aide à la formalisation Préalable à l’EP
et à la mise en œuvre des moyens
2
3
4
9
10
Remontée aux responsables Inscription dans un logiciel
DRH Formation, et N +2
spécifique
Validation et accord
11
Suivi du plan d’action
Planifié en concertation
Idem
Réalisé en concertation
Idem
Actualisation des supports
Carte des compétences
12
Description des fonctions
Référentiel des compétences
Passeport formation
09_ch7.fm Page 146 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
146
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.2 Implication des personnels dans la procédure (suite)
Ordre
Actions et supports
Management
Salariés
Conséquences de l’EP :
20 ans d’expérience ou après
40 ans, 1 an d’ancienneté
Bilan de compétences
VAE
13
DIF
Pour 3 nouveaux
après 3 ans,
CET
Exerce le tutorat
20 heures/an
Tutorat
Initie le dialogue
crédit cumulable
Contrat et période
de professionnalisation
Participation effective
au management des compétences
Peuvent s’exprimer
Communication interne
GRH
Management relationnel
Réunion avec N +1 et N +2
14
Remontée et analyse
Informés du plan
des informations, synthèse du plan de formation
d’action et de formation
Légende
Surligner en orange ce qui est en cours, en rouge ce qui est en retard ou non réalisé et en vert ce qui est achevé.
7.2.4
La préparation du manager
Elle découle d’un certain nombre de règles impératives pour s’inviter à la rencontre
dans les meilleures conditions matérielles, intellectuelles et affectives. Il s’agit de
mettre en place une procédure de préparation puisant dans une série de techniques
mentales précises6 (visualisation, incrustations mentales, relaxation, analyse des
scenarii et de la stratégie d’entrée en relation). Ces techniques favorisent l’abord de
l’entretien dans des conditions de sérénité propices à un dialogue constructif dont
tous les aspects auront été envisagés et mûris au préalable avec méthode7, pour être
conjugués dans une démarche alliant rigueur et subtilité : l’anticipation mentale.
Bâti sur le modèle d’une version normale du référentiel proposé au chapitre 2, ce
domaine de compétence est constitué par l’ensemble des connaissances, des
techniques et des pratiques qui permettent de prévenir, de réduire et d’éliminer
6.
Labruffe Alain, Pour en finir avec le stress, Chiron, 2004.
7.
Targer Christian, Manuel de préparation mentale, Chiron, 2003.
09_ch7.fm Page 147 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
147
tout ressenti négatif lié au stress, à des situations difficiles ou anxiogènes, en
opérant des « incrustations mentales » positives.
Tableau 7.3 Évaluez votre niveau d’anticipation mentale
Niveau Items de connaissance du domaine « anticipation mentale » Je sais
Vocabulaire de base : carte mentale, stress, parasites, tics,
souffrance, incrustation, visualisation, scénario.
1
Domaines d’application principaux : relation, stress, angoisse,
échec, désespoir.
Expression, catharsis, purge noire.
Autostimulation positive (maxime, haïku, représentation d’une
situation plaisante, détente, récompense…).
Respiration abdominale.
2
Pensée et formulation positives.
Évocation d’images mentales positives.
Incrustation de mots, caresse verbale à autrui.
Relaxation corporelle, palming, vibration manuelle.
3
Visualisation de scènes simples à venir.
Transformation des pensées négatives en positif.
Incrustation d’impératifs simples : fais, sois, aie…
Rêve éveillé dirigé autonome.
4
Visualisation du passé (nouvelle scène).
Incrustation de pensées positives.
Élaboration du plan de journée à partir de priorités.
Représentation des éléments scénariques passés.
5
Visualisation active de scénarii futurs.
Incrustation d’objectifs vitaux.
Plans d’action et objectifs à long terme.
Réduction de souffrances psychiques.
6
Maîtrise scénarique de situations futures.
Programmation positive sur la journée et plus.
Maîtrise de situations improvisées.
Je fais J’affine
09_ch7.fm Page 148 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
148
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.3 Évaluez votre niveau d’anticipation mentale (suite)
Niveau Items de connaissance du domaine « anticipation mentale » Je sais
Je fais J’affine
Réduction de douleurs corporelles.
7
Visualisation à long terme des scenarii vitaux.
Élimination des manifestations de stress.
Confiance totale en soi et en autrui dans toute situation.
7.2.5
La préparation du dossier
Le manager doit prévoir et faire préparer par chacun de ses collaborateurs une
douzaine de points clés recensés dans le tableau suivant.
Tableau 7.4 Les points clés du dossier
Éléments constitutifs du dossier
pour l’entretien professionnel
1
Dossiers et informations utiles, se rapportant aux thèmes de
l’entretien annuel : dossiers et projets en cours.
2
Planning de l’année écoulée.
3
Liste des réalisations marquantes, recherches, études, formations
et projets réalisés.
4
Difficultés rencontrées.
5
Réussites obtenues.
6
Rappel des incidents de parcours.
7
Brouillon de rédaction coïncidant avec les rubriques du dossier.
8
Statistiques, tableaux et graphiques mettant en évidence l’activité
de l’organisme, du service, de la fonction de l’intéressé.
9
Aides et soutiens sollicités, obtenus et refusés.
10
Canevas de synthèse sous forme d’un memento rappelant les
points essentiels à traiter, le protocole et le guide de l’entretien, les
informations essentielles concernant la loi.
11
Carte des compétences du service et de chaque collaborateur, la
maquette du passeport formation.
12
Aide-mémoire de la loi rappelant les dispositions du DIF.
Score
Votre degré de préparation
(de 1 = faible à 4 = fort)
09_ch7.fm Page 149 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
149
Légende
Moins de 12 : vous allez au-devant de graves difficultés pendant et après l’entretien.
Entre 13 et 24 : vous devez encore faire mieux.
Entre 25 et 36 : l’essentiel est fait, vous aurez quelques hésitations.
Plus de 37 : c’est sûr, vous visez l’excellence et devenez un modèle !
7.2.6
Les informations et arguments
Il s’agit de réfléchir sur les différents aspects de l’entretien professionnel, définis cidessus, afin de comprendre tous les éléments de ce support et ses implications.
Ceci, particulièrement vrai pour ce qui concerne les thèmes problématiques qui
doivent être nécessairement abordés et approfondis, conduit à préparer les
éléments du tableau ci-dessous.
Tableau 7.5 L’argumentaire de l’entretien professionnel
Informations à rechercher et à formaliser
lors de la préparation de l’entretien professionnel
1
Informations utiles issues de la loi concernant l’exercice du DIF, le
CIF, la VAE, l’entretien professionnel, le contrat et la période de professionnalisation, le bilan de compétences, l’accord de branche dont dépend
l’organisme, la ventilation du financement.
2
Axes et objectifs du plan de formation de l’organisme ainsi que le
budget alloué à la formation.
3
Historique de la situation du salarié : formation, carrière, etc.
4
Arguments favorables (pour un effort demandé, un objectif…).
5
Objections probables et leurs réponses argumentées.
6
Faits notables, quantifiés, prouvés, etc.
7
Informations stratégiques concernant le service, l’entreprise…
8
Éléments d’encouragement personnalisés et justifiés.
9
Éléments de synthèse possible.
10
Pistes de solutions envisageables en fonction des problèmes
soulevés : objectifs, moyens, actions.
11
Éléments conduisant à aider la construction du projet professionnel du collaborateur.
Vous êtes fin prêt
(de 1 = pas du tout
à 4 = totalement)
09_ch7.fm Page 150 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
150
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.5 L’argumentaire de l’entretien professionnel (suite)
Informations à rechercher et à formaliser
lors de la préparation de l’entretien professionnel
12
Ébauche de conclusion permettant de clore l’entretien.
13
Révision des principaux « amortisseurs de la relation » afin de
favoriser l’expression des réponses.
14
Révision de l’ensemble de la démarche « communication positive »8
pour garder un état d’esprit encourageant.
15
Message et valeurs de l’organisme.
16
Réflexion stratégique concernant l’obtention d’accords délicats, la
transmission d’informations sensibles, la détermination d’objectifs de
progression difficiles, des décisions prises en haut lieu, etc.
Vous êtes fin prêt
(de 1 = pas du tout
à 4 = totalement)
Score
/64
Légende8
Moins de 16 : vous allez au-devant de graves difficultés pendant et après l’entretien.
Entre 17 et 32 : vous devez encore faire mieux.
Entre 33 et 48 : l’essentiel est fait, vous aurez quelques moments de flottement.
Plus de 49 : c’est sûr, vous visez l’excellence et devenez un modèle !
Ce tableau recense des pistes de réflexion préalable qui constituent autant d’éléments
qui serviront à rédiger l’introduction pour lancer l’entretien professionnel. Par la
suite, il amènera le manager à savoir improviser une adaptation personnalisée en
fonction des circonstances (notamment l’état de réceptivité et de coopération du
collaborateur) afin de le conduire efficacement à la satisfaction des deux acteurs.
7.2.7
La maîtrise affective
Il faut bien comprendre que cette rencontre peut être lourde de conséquences. Il
convient donc de tout faire pour préserver la relation pour, au-delà de l’entretien
professionnel, continuer à coopérer ensemble au quotidien sans résidus négatifs
d’ordre affectif, ferments de toutes les vendettas ultérieures. Le leadership du
manager et sa reconnaissance par le collaborateur en dépendent.
8.
Labruffe Alain, La Communication positive, objectif santé, LEH, 2006.
09_ch7.fm Page 151 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
151
L’apprentissage et l’entraînement de la respiration abdominale ou, mieux, de la
relaxation par tous moyens appropriés (arts martiaux ou yoga) s’imposent, de telle
sorte que l’attitude zen soit le meilleur des supports à l’exercice de l’intelligence
affective9. Il s’agira aussi de se vider l’esprit juste avant la rencontre et de se programmer
pour maîtriser l’affectivité en appliquant les principes du tableau 7.6. La mesure de
l’intelligence affective présentée au chapitre 3 (tableau 3.4), à partir des différents
indicateurs fournis, permettra aussi de s’entraîner sur les points qui le méritent.
Pour chaque principe, notez votre degré de maîtrise : 1 = faible ; 2 = hésitant ;
3 = satisfaisant ; 4 = parfait. Exercez-vous à perfectionner les items qui le méritent.
Tableau 7.6 La maîtrise affective lors d’un entretien
Principes de l’auto-contrôle affectif
1
Adopter une attitude optimiste et maintenir un comportement positif.
2
Éliminer les préjugés (suppositions, jugements et interprétations) et les
a priori sur l’autre.
3
Conserver la maîtrise de soi, quoi qu’il arrive.
4
Positiver avec ténacité les faits et les paroles.
5
Éviter toute parole (reproche, ironie) et comportement négatifs
(bras croisés, regard fuyant).
6
Choisir un vocabulaire et des synthèses positives axées sur le futur, et
non sur le passé souvent vécu comme un blâme.
7
Être et rester aussi détendu que pour une rencontre amicale.
8
Parier sur le désir de progression d’autrui et ses besoins fondamentaux que vous allez vous efforcer de solliciter
9
Être prêt à saisir ce moment privilégié pour construire une relation de
coopération durable.
10
Engager un dialogue constructif et durable.
11
Valoriser chaque propos qui peut l’être, approuver toute expression
et la considérer comme bienvenue.
12
Purger, si nécessaire, les résidus affectifs négatifs après l’entretien.
Score
9.
Labruffe Alain, Pour en finir avec le stress, Chiron, 2004.
Votre degré de
maîtrise de 1 – à 4 +
09_ch7.fm Page 152 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
152
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Légende
Moins de 12 : vous allez au-devant de graves difficultés pendant et après l’entretien
Entre 13 et 24 : vous devez encore faire mieux
Entre 25 et 36 : l’essentiel est fait, vous aurez quelques hésitations
Plus de 37 : c’est sûr vous visez l’excellence et devenez un modèle !
L’ensemble de ces savoir-faire constitue une véritable compétence que nous
pouvons développer et perfectionner par un apprentissage approprié. Elle
constitue l’intelligence affective que nous avons identifiée et mesurée à l’aide du
quotient d’intelligence affective (QIA)10 (tableau 7.6).
7.3
La constitution du dossier
Voici les diverses rubriques qui structurent le dossier de l’entretien professionnel. Ce
support peut aussi servir pour l’entretien d’évaluation dans les organismes qui l’appliquent. Sa rédaction finale, conjointement réalisée entre le manager et chacun de ses
collaborateurs, constituera le compte rendu individuel qui sera conservé par le
manager et son collaborateur, puis transmis en tout ou partie à la direction des
ressources humaines.
Pour chaque item du tableau ci-dessous, indiquez l’exhaustivité de l’information
de 1 faible à 4 totale.
Tableau 7.7 Structure du dossier de l’entretien professionnel
Item
Principales rubriques du dossier
Vérifiez
que chaque rubrique
est renseignée
de 1 (-) à 4 (+)
Deux rubriques composent la première page du dossier.
1
La première concerne les renseignements classiques et généraux propres
à tout dossier de renseignements signalétiques.
2
La seconde est consacrée à l’historique professionnel depuis l’origine de
l’insertion dans le monde professionnel.
10. Labruffe Alain, Compétences relationnelles, AFNOR, 2005, pour l’identification et La Pratique de l’entretien
professionnel, AFNOR, 2005, pour la mesure.
09_ch7.fm Page 153 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
153
Tableau 7.7 Structure du dossier de l’entretien professionnel (suite)
Item
Principales rubriques du dossier
La deuxième page schématise la description de fonction à partir de sept
points essentiels indiquant :
a) intitulé et résumé synthétique de la fonction ;
b) place dans l’organigramme ;
3
c) responsabilités principales ;
d) finalités majeures ;
e) difficultés principales ;
f) dimensions ou éléments quantitatifs ;
g) réseau relationnel dans lequel évolue le titulaire, indiquant sa place
et ses relations au sein du réseau clients – fournisseurs.
4
La troisième page est dédiée au profil des compétences, à partir de la
liste des différents domaines de compétences utiles à l’organisation sous
forme d’un tableau comportant cinq colonnes.
5
La quatrième page propose de comparer, à l’aide d’un tableau, les
objectifs définis lors de la précédente rencontre d’appréciation avec ceux
qui ont été effectivement atteints, au cours et à la fin de l’année écoulée.
6
La cinquième page comporte un tableau conçu sur le modèle du
précédent et concerne le plan d’action de l’année à venir.
7
La sixième page concerne la formation, action prioritaire dans le plan
d’action qui se dégage de l’entretien d’appréciation.
8
L’évolution professionnelle à moyen terme du titulaire.
9
Des souhaits de mobilité professionnelle peuvent utilement compléter
cette page.
10
La dernière page est dédiée aux conclusions et engagements déterminés
sous forme d’un plan d’action, où des espaces distincts seront réservés
au titulaire et au supérieur hiérarchique.
Score
Légende
Le score résulte du renseignement des rubriques (dont 7 pour l’item 3).
Moins de 16 : vous allez au-devant de graves difficultés pendant et après l’entretien.
Vérifiez
que chaque rubrique
est renseignée
de 1 (-) à 4 (+)
09_ch7.fm Page 154 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
154
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Entre 17 et 32 : vous devez encore faire mieux.
Entre 33 et 48 : l’essentiel est fait, vous aurez quelques hésitations.
Plus de 49 : c’est sûr, vous visez l’excellence et devenez un modèle !
7.4
Exemple de dossier d’appréciation
Pour ceux qui souhaitent disposer d’un dossier clés en mains, nous devons à notre
collaboration avec Sylvie Desqué11 et Benjamin Chaminade12 le modèle ci-dessous
qui associe à ce document – directement utilisable – les définitions nécessaires pour
comprendre les différents termes utilisés.
Tableau 7.8 Un dossier exemplaire
SOCIÉTÉ
Service
Date
Entretien mené par
Fonction
1 – IDENTIFICATION et HISTORIQUE PROFESSIONNEL
1 – RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
IDENTITÉ du TITULAIRE
Adresse :
Nom :
Prénom :
Date de naissance :
e-mail :
téléphone :
FONCTION Intitulé :
Date d’entrée dans l’entreprise :
Niveau de fonction :
Ancienneté dans l’entreprise :
Catégorie :
Ancienneté dans le service :
Échelon/Indice :
Ancienneté dans la fonction :
Pour une fonction de management
Nom du N +2 : Visa date
Nombre de collaborateurs :
Nom du N +1 : Visa date
Ancienneté en encadrement de personnes :
DRH Visa date
Description de fonction disponible
Oui Non
Date de mise à jour de la description de fonction :
11. Desqué Sylvie et Labruffe Alain, Manager, le kit-minute, AFNOR, 2006.
12. Chaminade Benjamin, Attirer et fidéliser les bonnes compétences, AFNOR, 2006.
09_ch7.fm Page 155 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
155
2 – HISTORIQUE PROFESSIONNEL depuis l’origine de l’insertion professionnelle par ordre chronologique
Dates
Sociétés
Fonctions
13 14
15
16 17
13. Définition du terme « compétence » § 2.1.2.
14. Cf. Explication Carte des Compétences chapitre 3.
Compétences13
principales
Niveau
atteint14
09_ch7.fm Page 156 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
156
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
2 - DESCRIPTION DE FONCTION ABRÉGÉE15
INTITULÉ DE LA FONCTION
Missions principales
-
Service ou famille
professionnelle
Description synthétique des activités
-
Situation dans l’organigramme16
Environnement relationnel
Interne
– Direction générale
– D.R.H.
– Chef de service
– Collaborateurs
–
–
–
Externe
– Organismes
– Administrations
– Élus
–
–
–
–
Environnement physique
Siège social
Agence Saint-Paul
Terrain Est/Nord/Ouest/Sud
Autres
Autres connaissances
Domaines principaux
de compétences17 techniques
-
-
-
-
15. Remplissez en fonction de votre vision de la fonction que vous occupez. Le dialogue avec votre responsable
complètera cette description.
16. Dessinez votre position dans l’organigramme.
17. Cf. chapitre 2
09_ch7.fm Page 157 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
-
-
Niveau de formation et/ou expérience exigés
-
Passerelles de fonction possibles
Verticale/organigramme
157
Horizontale dans même service
Transversale changement de
service
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1
Ex
1
– Gestion conflit/clients
– Mise à jour à faire
– Tuteur collaborateurs
-1
=
+1
4
5
5
5
5
4
– Argumentaire connu
– Communication
– Finance (gestion)
– Budget opération
– Droit de l’urbanisme – Code xxxx
– Tableau
-1
3
4
– Saisie texte basique
– Bureautique
8
Objectif de progression
et plan d’action
7
Écart
6
Niveau atteint
4
Niveau
pour fonction
3 - CARTE DES COMPÉTENCES
3
Unité principale
de compétence
2
Domaine
de compétence
09_ch7.fm Page 158 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
158
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
2
Domaine
de compétence
3
Unité principale
de compétence
4
Niveau
pour fonction
6
Niveau atteint
7
Écart
8
Objectif de progression
et plan d’action
18
Niveau 7 : expertise de la compétence, recherche, innovation, normalisation, reconnaissance au plan national et international.
Niveau 6 : maîtrise de toutes les situations, modélisation et enseignement ou tutorat.
Niveau 5 : maîtrise des situations complexes, stressantes, conflictuelles en utilisant des méthodes spécifiques ou démarches connues.
Niveau 4 : maîtrise de situations courantes et diversifiées faisant appel à un ensemble d’unités expérimentées au quotidien.
Niveau 3 : connaissance opérationnelle de plusieurs unités, accomplissement d’opérations enchaînées, maîtrise de situations simples.
Niveau 2 : connaissance théorique prouvée, réalisation de gestes et actions simples à partir de protocoles ou notices techniques.
Niveau 1 : connaissance du vocabulaire de base, reconnaissance des éléments matériels du domaine.
Exemple : Compétence "Expression écrite" – Unités "Lettres usuelles, Comptes rendus, Prise de notes, Communications écrites courantes" pour un Niveau 3 ; Unités "Lettres commerciales, Rapports
professionnels, Procès-verbaux de réunion, Notes de services" Niveau 4 ; Unités "Lettres et écrits à caractère officiel, Textes techniques" Niveau 5.
Chaque domaine regroupe un ensemble d’unités de compétences (ou items) exigées et effectuées concrètement, objectivement dans la réalisation professionnelle et pour un même niveau.
Domaine de compétence : Ensemble des connaissances, des pratiques, des techniques et des procédures permettant d’appréhender, de comprendre et de progresser dans le domaine concerné,
puis de le transmettre en tout ou partie. In Alain Labruffe, La mesure des compétences, AFNOR 2003.
Légende
14
13
12
11
1
09_ch7.fm Page 159 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
159
09_ch7.fm Page 160 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
160
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
4 - BILAN DE L’ANNÉE ÉCOULÉE
Rappel des objectifs à atteindre déterminés l’année précédente/Fonction
Actions
prioritaires
prévues
Plan d’action prévu
en terme d’actions, de données
temporelles, organisationnelles,
de formations,etc.
Niveau
et résultats
à atteindre
Actions menées
Niveau atteint
Analyse des Actions menées, des Résultats et des Écarts en termes de difficultés,
de réussites, d’évènements remarquables et significatifs.
Écart
Date de l’action
Rappel des objectifs à atteindre déterminés l’année précédente/Projet professionnel personnel18
Actions prévues
Plan d’action prévu
Niveau à atteindre
Niveau atteint
Actions menées, des Résultats et des Écarts en termes de difficultés, de réussites,
d’événements remarquables et significatifs.
Écart
Date de l’action
Ressources disponibles
19
18. Rubrique qui permet de faire le point des actions réalisées du projet professionnel personnel prévu l’année
précédente. Sera mis à jour à partir de 2007.
09_ch7.fm Page 161 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
161
5 - PROJET PROFESSIONNEL19
Projet professionnel/Fonction
Année
probable
Conditions – Avis du manager
et validation
Actions à mener dans le cadre de l’emploi
Changement
de responsabilité
Projet Professionnel Personnel
Actions complémentaires
possibles/service
Nouvelles compétences
à acquérir
Année
probable
Actions de formation envisagées/décidées
Actions de formation
possibles
Nouvelles compétences souhaitées
Action en terme de Formation conforme Loi
20
19. Faire le point, déterminer ses besoins de formation, définir les conditions d’envoi en formation conformément
à son Droit à la formation (cf. Loi sur la formation professionnelle tout au long de la vie de mai 2004). Il est
envisagé et construit par l’intéressé en précisant les actions, missions, responsabilités, développement des
compétences et actions de formation souhaités qui, d’une part sont en rapport avec la fonction actuelle ; et
d’autre part sont en rapport avec un métier, une fonction, ou un poste convoités en interne ou en externe.
Exemple : reprendre des études pour valider ses expériences sous forme d’un diplôme reconnu de niveau supérieur et obtenir une fonction de statut supérieur dans un délai d’un an après l’obtention du diplôme, ou pour
obtenir de nouvelles compétences et changer plus tard de service ou de société.
09_ch7.fm Page 162 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
162
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
6 - PLAN D’ACTION20 et FORMATION à mener cette année
Objectifs à atteindre et formation en rapport avec l’emploi
Au plan prioritaire du fonctionnement dans l’emploi
Actions à mener
Plan d’action prévu
Moyens à mettre en place
Niveau
actuel
Niveau
visé
Résultat tangible
attendu
Disposition en terme de Formation
Au plan du développement
Moyens à mettre en place
Disposition en terme de formation
20. Les objectifs professionnels et actions de formation en rapport avec l’emploi ou la fonction sont à décider
en accord avec le responsable.
Les objectifs professionnels personnels sont en rapport avec le projet professionnel et peuvent être formulés selon
les axes de la Loi dans la limite de l’acceptable pour les dirigeants de la société dans laquelle le salarié travaille.
Toute formation sans aucun rapport avec la fonction ou les métiers de l’entreprise est à transposer dans un
Passeport Formation (cf. loi) et peut être demandée auprès des organismes paritaires OPCA et FONGECIF.
09_ch7.fm Page 163 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
Objectifs professionnels personnels de formation
Actions
Plan d’action
Moyens à mettre en place
Niveau Objectif
actuel
visé
Résultat tangible
attendu
Disposition en terme de Formation
163
09_ch7.fm Page 164 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
164
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
CONCLUSIONS
Collaborateur
Responsable
Commentaires sur l’entretien
Commentaires sur l’entretien
Faits importants à mentionner
Faits importants à mentionner
Signature
Signature
N +2 :
Commentaires
DRH
Commentaires
Date
Signature
09_ch7.fm Page 165 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
7.5
165
Savez-vous répondre
aux questions concernant le DIF ?
Lors de l’entretien professionnel, la loi dispose que les salariés doivent obtenir des
informations concernant leur droit individuel à la formation. Le tableau 7.9
présente les questions principales auxquelles le manager doit pouvoir répondre.
L’essentiel de ces réponses se trouve dans cet ouvrage et notamment dans le
premier et le présent chapitre21. Cotez chacune des réponses de 1 (ignorant) à 4
(savoir détaillé) en fonction du degré de vos connaissances.
Tableau 7.9 La loi du 4 mai 2004
Item
Questions relatives à la loi
1
Quels sont les changements par rapport à la loi de 1971 ?
2
Qu’est-ce que le CET ?
3
Qu’apporte le contrat de professionnalisation ?
4
Quel est le montant légal du budget formation (en pourcentage de la masse
salariale) ?
Votre réponse
de 1 (–) à 4 (+)
Dans votre organisme ?
5
Quelles sont les modalités d’accès à la VAE ?
6
Combien coûte une VAE ?
7
Combien dure l’obtention d’une VAE ?
8
Quels sont les syndicats qui ont signé l’accord de branche ?
9
Comment élaborer un projet professionnel ?
10
Qui peut être tuteur ?
11
Combien de personnes peuvent être prises en charge par un tuteur ?
12
Quelle est la différence entre CIF et DIF ?
13
Qu’est-ce que l’ANI ?
14
Quelle a été son inspiration ?
15
Quelles sont les dispositions relatives au DIF ?
21. Les réponses à ce quiz peuvent également être recherchées dans Labruffe Alain, L’Entretien professionnel,
AFNOR 2005 et les sites internet .centre.inffo.fr et legifrance.fr
09_ch7.fm Page 166 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
166
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.9 La loi du 4 mai 2004 (suite)
Item
Questions relatives à la loi
16
Qui a droit au tutorat ?
17
Quelle est la durée de la période de professionnalisation ?
18
Comment est ventilé le financement de la formation ?
19
En quoi consiste un bilan de compétences ?
20
Qui a droit à un bilan de compétences ?
21
Combien coûte et qui paie le bilan de compétences ?
22
Quel est le temps de congé accordé par l’entreprise pour réaliser un bilan de
compétences ?
23
Quelle doit être la formation du personnel d’encadrement ?
24
Quelles sont les dispositions particulières pour les plus de cinquante ans et les
préretraités ?
25
Dans quels cas l’employeur peut-il refuser l’exercice du DIF ?
26
Quelles nouvelles populations sont concernées par la loi ?
27
En quoi consiste le passeport formation ?
28
Comment construire le passeport formation ?
29
Quels sont les sites consultables sur internet ?
30
Quels sont les plus de l’accord dans votre branche (/loi) ?
Votre réponse
de 1 (–) à 4 (+)
Score
Légende :
Moins de 30 : vous allez au-devant de graves difficultés pendant et après l’entretien.
Entre 31 et 60 : vous devez encore faire mieux.
Entre 61 et 90 : l’essentiel est fait, vous aurez quelques hésitations.
Plus de 91 : c’est sûr, vous visez l’excellence et devenez un modèle !
En ce qui concerne la gestation de la loi, qui remplace la première loi du 17 juillet
1971, rappelons qu’elle trouve son origine dans la volonté de la Commission
européenne manifestée en 2002. Elle fut suivie par une déclaration du chef de
l’État français, puis par une concertation des partenaires sociaux tout au long de
l’année 2003 qui a donné lieu aux accords de l’ANI (accord national interprofessionnel). Les accords de branche ont ensuite été conclus depuis le 4 mai 2004.
09_ch7.fm Page 167 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
167
Enfin le ministre de la Fonction publique Christian Jacob a promis que ses ressortissants pourraient en bénéficier avant la fin 2006 grâce aux décrets d’application
idoines. « Le parlement examinera le projet de loi de modernisation de la fonction
publique. Il permettra aux fonctionnaires de bénéficier du droit individuel à la
formation, de la reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle et du
développement de la validation des acquis de l’expérience (VAE). »22
L’augmentation du budget formation qui passe de 1,5 à 1,6 %, l’entretien professionnel axé sur le projet professionnel du salarié et l’information concernant son
droit individuel de formation (DIF), la nouvelle mission de tutorat du personnel
d’encadrement, le compte d’épargne temps (CET) de 20 heures, la possibilité
d’un bilan de compétences (assorti d’une journée payée par l’employeur) après
vingt années d’expérience professionnelle du salarié, une validation des acquis de
l’expérience (VAE) plus facile et rapide d’accès et le passeport formation à
l’initiative du salarié constituent les dispositions phares de la loi du 4 mai 2004.
7.6
L’actualisation de la carte des compétences
L’entretien professionnel représente le moment privilégié pour actualiser la carte
de compétences en concertation entre le manager et chacun de ses collaborateurs.
Deux nouvelles colonnes apparaissent alors :
– la troisième colonne pour donner un intitulé au niveau requis par chaque
domaine de compétence ;
– la huitième pour indiquer l’intitulé du plan d’action qui sera détaillé dans la
rubrique correspondante du dossier.
22. Lettre circulaire de juin 2006 signée Christian Jacob.
09_ch7.fm Page 168 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
168
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.10 Carte individuelle des compétences
Exemple : cadre infirmier
Carte des compétences individuelles de Sébastien Pavard
Fonction : Cadre infirmier Hôpital Local de C – Date entretien :
N +1 : Jean Voisin Visa N +2 :
1
2
Domaine
de compétence
3
Unité
de compétence
4
S
5
SF
6
7
8
Poste Écart Plan d’Action
A
Accueil
Patient difficile
5.2
5.3
5
=
Formation
B
Bureautique
Texte
3.1
3.3
3
-
Excel
Communication
Entretiens & réunions
difficiles
5.3
5.1
5
=
Développement
personnel
D
Droit hospitalier
Entrée patients
2.3
2.3
2
=
E
e-tutorat
Petit groupe
4.3
4.3
3.
+1
Forum
F
Formation
Animation
5.3
5.3
4.
+1
Formation
formateurs
C
…
…………………
M
Management
Équipe
4.2
4.2
4
=
Motivation
Q
Qualité
Normes
2.1
2.1
4
-2
Iso 9001
S
Soins infirmiers
Formation
6.4
6.3
5
+1
Conférences
T.
Gestion du temps
Plannings
3.3
3.4
3
=
…
…………………
Z
…………………
Légende : Signification des colonnes pour les tableaux 7.10 et 7.11 :
1
classe les domaines de compétence par ordre alphabétique ;
2
identifie le domaine de compétence ;
3
identifie le niveau acquis par le titulaire en indiquant l’unité principale de compétence connue ;
4
identifie le savoir en fonction du niveau (premier chiffre) et en fonction du degré de maîtrise exercé ;
5
identifie le savoir-faire de façon identique que précédemment ;
6
identifie le niveau de compétence requis par le poste ou la fonction ;
7
indique les écarts entre le niveau du titulaire et le niveau requis par le poste ;
8
indique l’objectif de progression qui doit être inclus dans le projet professionnel et le plan d’action établi en
concertation à l’issue de l’entretien professionnel.
09_ch7.fm Page 169 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
169
Tableau 7.11 Carte individuelle des compétences
Exemple : Financial manager
Carte des compétences individuelles de Robert Watson
Fonction : Financial manager
Société : Copperfield
Date entretien :
N +1 : Jean Voigt Visa N +2 :
1
7.7
2
Domaine
3
Item
4
S
5
SF
6
7
Poste Écart
8
Plan d’action
A
Accueil
Client difficile
5.2
5.3
5.2
=
Formation
B
Bureautique
Texte
3.1
3.3
3.1
-
Excel
C
Comptabilité
Analyse bilan
4.4
4.2
4.1
=
Tutorat
D
Droit fiscal
Société
5.3
5.2
4.4
+1
E
e-tutorat
Petit groupe
4.3
4.3
4.2
=
Forum
F
Financement
Crédit auto
4.3
4.3
4.3
-1
Nouvelles formules
M
Management
Équipe
4.2
4.2
4.1
-1
Motivation
Q
Qualité
Normes
2.1
2.1
2.1
-2
ISO 9001
V
Vente
Produit
2.1
2.1
2.1
-2
Connaissance
…
………………
La constitution de la carte
des compétences du service
Elle découle de l’établissement des cartes individuelles de compétences de chacun
des membres du service, rédigées à l’occasion des diverses rencontres qui
permettent d’en faire état : recrutement, accueil, évaluation, promotion, reconversion, préparation à la retraite, entretien professionnel ou d’évaluation annuelle.
L’établissement de cette carte des compétences est capitale pour gérer de façon
prévisionnelle les compétences disponibles dans un service et procéder aux affectations nécessaires lors de la constitution d’un groupe de projet, pour déléguer une
tâche ou utiliser les compétences d’un collaborateur pour former ou tutorer
d’autres salariés. C’est une véritable boussole qui doit s’actualiser en permanence
pour optimiser l’efficacité d’un service.
09_ch7.fm Page 170 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
170
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.12 Carte de compétences d’un service
Exemple d’un établissement psychiatrique
Carte des compétences d’un SERVICE Hôpital Régional de M…
Service médecine C
Date évaluation : 15/06/05
Chef de service Martin Pavie
Transmis DRH le : 1/07/05
1
2
Domaines
Meilleur
de compétence niveau atteint
utiles au service dans le service
3
Ressources
et déficits
1
Accueil
6
Nathalie
2
Anglais
5
Lisa
3
Asepsie
6
Julien
4
Aide (relation)
6
Marie
5
Bureautique
4
-1
6
Communication
6
Nestor
7
Comptabilité
5
Georgette
8
Documentation
4
9
Dossier de soins
10
4
Temps de mise
à niveau
5
Agent à former
en priorité
1 an
Claire
-1
3 ans
Julien
5
-1
1 an
Tous
Expression écrite
3
-2
11
Expression orale
5
Alex
12
Électricité
3
Julien
13
Gestion matériel
4
Sandra
14
Gestion personnel
5
Carole
15
Gestion financière
4
Peter
16
Gériatrie
3
-3
2 ans
Nestor
17
Hygiène
des locaux
4
-2
1 an
Tous
18
Information
6
Carole
19
Informatique
3
Julien
20
Législation
4
Alex
21
Organisation
6
-2
1 an
Tous
22
Pédagogie
4
-1
2 ans
Victor
Julien
09_ch7.fm Page 171 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
171
Tableau 7.12 Carte de compétences d’un service (suite)
Exemple d’un établissement psychiatrique
Carte des compétences d’un SERVICE Hôpital Régional de M…
Service médecine C
Date évaluation : 15/06/05
Chef de service Martin Pavie
Transmis DRH le : 1/07/05
1
2
Domaines
Meilleur
de compétence niveau atteint
utiles au service dans le service
3
Ressources
et déficits
4
Temps de mise
à niveau
5
Agent à former
en priorité
23
Psychiatrie
6
Steven
24
Qualité
(démarche)
4
-2
3 ans
Tous
25
Recrutement
3
-1
2 ans
Marc
26
Sécurité
5
-2
1 an
Tous
27
Soins infirmiers
6
Béatrice
28
Temps (Gestion)
3
-2
2 ans
Tous
Légende
Les diverses compétences utiles au service sont listées dans l’ordre alphabétique dans la deuxième colonne et numérotées
dans la première.
La colonne 2 indique les niveaux atteints pour chaque domaine par un membre du service.
La colonne 3 indique soit les personnes ressources qui peuvent mettre leur compétence au service de leurs collègues (identifiées
par leur prénom, elles pourraient l’être aussi par leur fonction), soit le déficit le plus criant qui sera associé dans la colonne 6
avec le nom de l’agent à former en priorité dans ce domaine.
La colonne 4 indique le temps estimé pour mettre tout le monde au niveau requis par sa fonction.
La dernière colonne indique la personne à mettre à niveau en priorité pour le domaine considéré.
7.8
Le passeport formation
Il fait partie de la mesure d’accompagnement principale pour donner tout son sens
à la loi sur la formation tout au long de la vie. Il est conçu pour enregistrer toutes
les connaissances et les pratiques acquises par chaque personne au cours de la
totalité de son itinéraire vital incluant la formation initiale, les perfectionnements
ultérieurs entrepris ainsi que toutes les connaissances acquises dans les multiples
activités professionnelles et personnelles (famille, loisir, association, sport, etc).
09_ch7.fm Page 172 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
172
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.13 Maquette du passeport formation
Exemple : Ingénieur mécanicien
Nom Duvert
Prénom Alexandre
Date de naissance 10/12/71
Âge 35 ans
Fonction actuelle : Ingénieur d’études
Diplômes et VAE (cf. page annexe)
Entreprise actuelle : EADS
I
II
III
IV
V
VI
Domaines
de
compétence
Niveau
acquis
Degré
maîtrisé
Source
du savoir
Date
début
Caissier
VII
VIII
Objectif et Moyen
Formation
D =Décidé
E =Entrepris
Date
Progrès
réalisé
Niveau
atteint
Été 04
4
1
Accueil
5.1
2
Allemand
3.1
Terminale
90
E/Carel Royan
3
Anglais
3.2
Id + travail
04
D/tel
05
4
Automatismes
4.3
Ecole ingénieur
95
5
Bricolage
3.4
Maison
personnelle
02
6
Bureautique
3.2
Personnel
99
E/Autocad
05
5
10
Expression
écrite
5.2
Rédaction
rapports, CR
réunions
90
11
Expression
orale
5.3
Exposés, projets,
assemblées
90
25
Hygiène
des locaux
3.3
Ménage
courant chez soi
80
35
Qualité
3.3
Ecole ingénieur
95
E/IMSQ Bordeaux
alternance
05/
06
5
Supermarché
91
09_ch7.fm Page 173 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
173
Tableaux de compétences pour l’évaluation continue
I
II
III
IV
V
VI
Domaines
de
compétence
Niveau
acquis
Degré
maîtrisé
Source
du savoir
Date
début
Objectif et Moyen
Formation
D =Décidé
E =Entrepris
42
Préparation
mentale
5.2
Yoga
97
47
Tennis
4.4
Loisirs
04
48
Traitement
surfaces
4.4
Fonction
04
49
Ufologie
4.3
Lectures
93
50
Zinguerie
2.3
Stage école
92
VII
VIII
Date
Progrès
réalisé
Niveau
atteint
15j.
05
5
Training quotidien
E/APAVE
Collection
Il appartient au salarié de l’établir lui-même à partir de la maquette présentée dans
le tableau 7.13, mais certains organismes ont décidé de l’offrir à leurs employés,
c’est le cas de France Télécom23. Il est défini, à l’égal du carnet de santé, comme
un document qui suit chaque personne et sur lequel, au fil du temps, elle note ce
qu’elle a appris, dans quel lieu, à quel moment, quels sont les objectifs de
progression qu’elle se définit et dans quel délai. Ce sont autant d’indications que
le modèle du tableau 7.14 ci-dessous reprend à titre exemplaire.
7.9
Le guide d’entretien
Une fois l’ensemble de cette préparation réalisée avec soin et rigueur, les tableaux
de bord constitués et adaptés, il convient d’élaborer un guide d’entretien qui
servira de canevas à la rencontre d’évaluation entre le manager et chacun de ses
collaborateurs. Un entretien d’évaluation est une rencontre exceptionnelle qui
nécessite une demi-journée, car il s’agit d’une véritable réunion de travail dont les
différents documents doivent être renseignés et affinés en concertation, puis
actualisés au fil des ans.
23. Le lecteur trouvera sur internet un modèle de passeport formation (www.boutique.afnor.org ou www.socratemanagement.fr).
09_ch7.fm Page 174 Vendredi, 12. janvier 2007 1:04 13
174
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 7.14 Guide d’entretien d’évaluation
I – Lancement
« Pour faire le point de cette année de travail, j’aimerais que nous abordions…
•
les activités de l’année,
•
puis nous en analyserons les résultats,
•
en fonction de nos points de vue, nous construirons le plan d’action pour l’année prochaine.
Nous pouvons commencer par la chronologie… Auparavant, je suis prêt à répondre à vos questions concernant
le DIF et à écouter votre projet personnel… »
I – Réponses aux questions concernant le DIF
II – Exposé par le salarié de son projet professionnel
III – Suivi des rubriques du document d’évaluation
IV – Mise en évidence des points forts
V – Analyse des processus de défaillance
VI – Détermination des objectifs de progression intégrant les nécessités de la fonction et le projet personnel
VII – Élaboration du plan d’action et des modalités de suivi
VIII – Finalisation et remise du document final
Notons que la loi donne huit jours de délai de réflexion au salarié pour signer – ou
non – le document final dans lequel ont été consignés les différents éléments
constitutifs de l’entretien professionnel.
10_ch8.fm Page 175 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
8
Tableaux de compétences
pour mieux communiquer
La communication, c’est comme le chinois : cela s’apprend !
Annick Oger-Stefanink
8.1
Un nouvel éclairage du couple
information-communication
La conception de la communication et l’utilisation de ce terme depuis plus d’un demisiècle font l’objet de nombreux contresens (le gouvernement, votre banque ou la
centrale nucléaire du Blayais « communiquent ») et de dérives sémantiques (publicité,
propagande, publigande1). Il est donc grand temps de la « penser autrement »2 et –
1.
Labruffe Alain, La publigande in Cinq thèses de communication sociale, PUB, 1998.
2.
Galinon-Mélénec Béatrice, Penser autrement la communication, L’Harmattan, 2007.
10_ch8.fm Page 176 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
176
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
surtout – de l’exercer avec méthode. Dans le domaine interpersonnel, sa pratique
approximative, partielle ou partiale entraîne de nombreux quiproquos. Dans le
champ d’organismes totalitaires, elle est uniquement envisagée comme une pratique
manipulatoire pour faire faire à autrui ce qu’il n’a nullement envie d’exécuter.
Tout d’abord, il convient de distinguer clairement l’information de la communication. En première approximation, pour résumer et aller à l’essentiel, l’information
est le contenu du message tandis que la communication est le processus qui le
véhicule dans le contexte interpersonnel qui est celui des organismes au sein desquels
le management se pose la question centrale du « comment faire ? ». Or l’information,
pour être reçue, puis comprise, et enfin acceptée, doit correspondre à un certain
nombre de conditions dont le processus de communication est le garant. L’information seule n’existe pas et souscrit au fameux principe d’Heisenberg que nous pourrions détourner ainsi : « pour qu’une information soit captée, il faut qu’il y ait
quelqu’un pour diriger le processus »3. Un communicant s’impose pour informer.
Tel est donc l’objectif assigné aux deux tableaux suivants, qui hiérarchisent des degrés
d’intensité et de complexité dans les différents niveaux de l’information comme dans
ceux de la communication : clarifier ce principe et indiquer le mode d’emploi pour
que l’information souscrive à sa mission d’influence. Ainsi, la communication doit
faire réfléchir les protagonistes et les faire s’engager dans un plan d’action décidé en
commun. Informer pour influencer et communiquer pour agir, sont donc les
objectifs prioritaires respectifs de l’information et de la communication.
La hiérarchisation mise au jour dans les deux tableaux suivants permet de
constater que, à un certain niveau de complexité, l’information accède au stade de
la communication, tandis que la communication interpersonnelle ne se réalise
effectivement que lorsqu’un contenu informationnel suffisamment ciblé et
complexe s’allie à une relation, elle-même enrichie par une affectivité suffisamment forte, positive ou négative, pour supporter la relation. Cette conception
de la communication et sa pratique dans les relations interpersonnelles renouvellent et dépassent l’antique schéma émetteur-récepteur, voué au culte des
machines qui « communiquent » de façon binaire entre elles, et sur un mode
exclusivement logique et rationnel, sans état d’âme ni ressenti, avec célérité et
efficacité mais sans valeurs ni talent4.
3.
Le principe originel d’Heisenberg voulait que « pour qu’un arbre qui tombe dans la forêt fasse du bruit, il
faut qu’il y ait quelqu’un pour l’entendre. »
4.
Pierce John R., An Introduction to Information Theory – Signals, Symbols and Noise, Dover publications, 1980.
10_ch8.fm Page 177 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
177
Tableau 8.1 La hiérarchie des niveaux d’information
Niveau
Situations
Exemple de système
1
Une source envoie un signal à un destinataire (machine). Phare, signe, code, morse, télégraphe.
2
Un émetteur envoie un message à un récepteur pour Mécanique, électronique
obtenir une réponse définie à l’avance.
3
Émetteur et récepteur s’accordent pour interagir (rétroaction) Robotique, Informatique
et créer une séquence programmée d’interaction.
4
L’émetteur conçoit son message pour influencer le Réclame, slogans
destinataire (opinion).
5
L’ émetteur adapte son message au destinataire
Pédagogie classique
pour qu’il soit capté et compris et vérifie l’impact.
6
L’émetteur conçoit son message pour émouvoir le Publicité
destinataire.
Publigande5
7
L’émetteur conçoit son message pour entraîner une action Publicité
prédéterminée du récepteur.
Propagande
8
L’émetteur conçoit son message pour entraîner un Apprentissage
changement de comportement du récepteur.
behavioriste
9
L’émetteur utilise le mensonge et la menace pour obtenir Manipulation
une action définie du récepteur.
Intimidation
10
Une démonstration accompagne l’information pour obtenir Réunion type TupperwareTM 6
des changements durables de comportement des acteurs.
11
Émetteur et récepteur se fondent dans un rôle d’acteurs Dialogue
jouant une même partition, en miroir, faisant intervenir
et mélangeant partage de données et d’affects.
12
La logique formelle cède la place à la logique floue et Intimité
l’information disparaît au profit de l’émotion.
Légende5 6
Le tableau ci-dessus présente la hiérarchie des systèmes d’information en fonction de leur complexité, leur degré d’interaction jusqu’à l’introduction de l’émotion dans le système qui opère une rupture radicale entre le monde mécanique,
électrique ou informatique pour accéder à une dimension proprement humaine.
5.
6.
La Publigande est constituée par l’ensemble des moyens utilisés par les medias pour exciter l’attention et
stimuler l’intérêt du récepteur : transformation de l’information, mise en scène, étirement ou rétraction du
sujet, angle de prise de vue ou du discours, excitation des émotions.
Ce type de réunion est dû à Lewin qui l’a inauguré pour que les Américains acceptent de manger tout dans
le bœuf lors de l’entrée en guerre des USA en 1942.
10_ch8.fm Page 178 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
178
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Avec la régulation de cette émotion et le contrôle de la réception puis de la compréhension du message, s’effectue alors le
passage de l’information à la communication tandis que la distinction d’émetteur-récepteur disparaît au profit de celle d’acteurs.
8.2
Communiquer :
une rupture conceptuelle et pratique
La communication sociale transcende cet échange mécanique, électrique ou
informatique pour faire émerger le sens d’une relation qui fait « vibrer » les
personnes entre elles. Cette vibration est déclenchée par l’émotion canalisée en
affectivité qui anime, de façon unique et originale, le processus de la communication interpersonnelle. L’interaction continue ainsi créée entre des paroles et des
affects porteurs d’un sens singulier, donne toute sa dimension au « fait de se parler7 »
entre les protagonistes de ce qui doit devenir, avec une pratique méthodique, un
véritable dialogue.
Il découle de cette conception deux questions primordiales pour tout acteur du
réseau relationnel d’un organisme :
« Où en suis-je de ma relation avec l’autre ? »,
et :
« Comment puis-je faire pour améliorer la relation qui me lie à tous les autres membres
du réseau clients-fournisseurs internes et externes dans lequel j’évolue ? »
Cette relation conditionne à la fois l’efficacité du système tout entier et la qualité de
la relation avec chacun des acteurs dudit système au plan interne comme externe.
Ces deux questions ouvrent une fenêtre sur un champ que nous nous proposons
d’explorer, de défricher et d’enrichir par quelques repères en termes de compétences
relationnelles. Ces compétences regroupent tous les domaines qui nécessitent un
apprentissage facilitant la maîtrise de la relation interpersonnelle et du comportement personnel en s’y perfectionnant : intelligence affective, communication,
expression, leadership sont parmi les domaines de compétences les plus urgents à
référencer afin de parvenir à ce double objectif d’élucidation et d’amélioration.
7.
Selon la définition de Robert Escarpit Théorie générale de l’information et de la communication, Hachette, 1986.
10_ch8.fm Page 179 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
179
Tableau 8.2 La hiérarchie des niveaux du processus de communication
Types
de relation
Situations
Retentissement
émotionnel
1. Autisme
Rupture totale avec autrui et impossibilité d’exprimer et de De nul à paroxystique.
communiquer, manifestée dans des maladies comme la
dépression, la schizophrénie.
2. Retrait
extrême
Situations extrêmes que l’on affronte pour se défier et défier Paroxystique pour soi.
autrui.
Inexistant avec autrui.
3. Repli
passager
Situations dans lesquelles on se retranche pour éviter la relation Moyen pour soi.
avec autrui : lecture du journal, jeu vidéo, sport à la télé…
Inexistant avec autrui.
4. Rituel
personnel
Séquence individuelle réglée comme un protocole immuable : Fort pour soi.
toilette, rasage, maquillage, petit déjeuner isolé…
Nul avec autrui.
5. Rituel
social
Protocole immuable échangé avec un tiers :
« Bonjour – ça va – merci – et toi ».
6. Passetemps
Discussion de café du commerce où chacun régurgite les Faible.
nouvelles du jour dans un échange prévisible.
Minimal.
7. Jeu
Échange théâtral entre deux ou plusieurs personnes, qui Programmé pour équiprocure une forte intensité émotionnelle. Les joueurs sont tour librer les ressentis
à tour persécuteur, victime et sauveteur, aussi bien dans la vie négatifs et positifs.
courante, familiale ou professionnelle.
8. Débat
En vigueur dans les salons, les cafés philo et les plateaux télévisés, De moyen à vif selon les
dans toutes les discussions structurées en « pour ou contre ».
sujets.
Les arguments échangés sont réfutés avec vigueur et chacun
campe sur ses positions en s’efforçant de recueillir le plus de
sympathisants tout en démolissant la thèse adverse.
9. Conflit
Situation relationnelle exacerbée dans laquelle un acteur Intense à paroxystique.
s’engage par la provocation ou l’agression.
10. Activité
Travail en équipe dans lequel la communication s’organise pour Fort.
mener à bien un projet commun.
11. Dialogue
Méthode qui permet de parvenir, à partir d’une opposition, à Fort.
un objectif commun et à un plan d’action.
12. Intimité
Relation exceptionnelle vécue essentiellement dans la sphère Enveloppant à
amoureuse, voire familiale, où est admis tout de l’autre et où paroxystique.
tout peut s’exprimer en pleine confiance.
10_ch8.fm Page 180 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
180
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Légende
Le tableau ci-dessus met en évidence le fait que la communication inclut dans ses niveaux les plus bas un comportement de noncommunication absolue. Cette hiérarchisation permet donc de dépasser le clivage habituel en montrant que la communication
n’est pas binaire et que sa conception inclut son contraire comme des modalités possibles de sa pratique.
Évidemment, les niveaux les plus élevés de la pratique communicationnelle visant l’harmonie et la convergence nécessitent
la possession et l’exercice d’une méthode de dialogue pour les atteindre. L’intimité est au-delà de la méthode pour atteindre
un état qui se définit par l’harmonie et la fusion de ceux qui la vivent.
8.3
La prise de parole
Une des conditions de la communication réside dans la maîtrise d’une compétence primordiale : la prise de parole en public, qu’elle soit duelle ou plurielle. Le
tableau suivant doit permettre au manager d’évaluer sa compétence ainsi que celle
de ses collaborateurs dans ce domaine, afin de transformer les points qui le
méritent en objectifs de progression nécessaires à l’amélioration.
Quel est votre avis sur les propositions suivantes indiquées dans le tableau 8.3 ?
A) tout à fait d’accord ;
B) plutôt d’accord ;
C) plutôt pas d’accord ;
D) en parfait désaccord.
Tableau 8.3 Votre style de communication orale
Propositions
1 * Pour vous, le fonds d’un discours prime la forme.
2 * Ce qui se conçoit bien s’exprime clairement.
3 * Avoir le dernier mot n’est pas nécessaire pour avoir raison.
4 * Un bon orateur est souvent silencieux.
5 * Le silence est un moyen fondamental d’expression.
A
2
B
1
C
0
D
0
10_ch8.fm Page 181 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
181
Tableau 8.3 Votre style de communication orale (suite)
Propositions
6 * Votre débit moyen de parole se situe aux alentours de 100 mots/minute (soit
dix lignes en une minute).
7 * L’humour est un bon moyen de dérider un auditoire.
8 * Dans une assemblée, il est nécessaire de projeter sa voix 2 mètres au-delà
du dernier rang (ou participant).
9 * Un discours bien préparé doit être résumé au plan.
10 * Le principe de l’expression est ternaire et bi-modal :
– ternaire = annoncer ce que l’on va dire, le dire, répéter ce qui a été dit ;
– bi-modal = deux moyens, oral et écrit, téléphone et mail, oral et schémas.
11 * L’impression donnée par un orateur se fait en 2/10° de seconde (initialement).
12 * Les gestes et l’intonation sont souvent plus importants que la parole.
13 * Un exemple concret, un schéma, une image, un graphique valent mieux
qu’un long discours.
14 * Un auditoire ne retient que 10 % de ce qui est dit.
15 * L’expression orale doit être doublée et confortée par un autre support
(écrit, vidéo, film, transparent).
16 * L’improvisation est toujours plus percutante qu’un texte lu, ânonné ou récité.
17 * Quand deux questions sont posées à un auditoire, seule la seconde fait
l’objet d’une réponse.
A
2
B
1
C
0
D
0
10_ch8.fm Page 182 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
182
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 8.3 Votre style de communication orale (suite)
Propositions
A
2
B
1
C
0
D
0
18* Les capacités d’attention d’un auditoire sont limitées à 20 minutes.
19* Vous utilisez l’un de ces trois moyens de préparation pour réussir une intervention orale : notes ou documents écrits, enregistrement au magnétophone ou
magnétoscope, séquence de visualisation.
20 * Toute intervention orale (en tant que participant à une réunion ou intervenant dans une assemblée) doit être préparée et formulée par écrit.
Cotation :
2 points pour tout à fait OK et 1 pour OK, 0 point pour les autres réponses.
Évaluation de votre score :
Au-delà de 35 points, ce chapitre ne vous concerne pas : vous êtes un chef communicant et un modèle de comportement.
Bravo !
Entre 25 et 35, vous devez faire attention à ce chapitre, certains tableaux peuvent vous aider dans les situations où votre
affectivité est contrariée.
Entre 15 et 24, vous devez vous entraîner : il en va de la motivation de vos collaborateurs.
En deçà de 14, essayez de dialoguer. Une pratique intensive s’impose en termes de communication positive. Respirez quand
vous êtes contrarié et cherchez à en savoir plus avant de juger, réprimander ou rejeter votre interlocuteur.
8.4
Un dialogue constructif
Le dialogue en tant que méthode constitue le cœur de la communication interpersonnelle en tant que pratique. Dialoguer, dit le dictionnaire Larousse, c’est
« rechercher la vérité en commun avec autrui ». Le dialogue, c’est aussi une véritable compétence basée sur une méthode, et un certain nombre de caractéristiques
de comportements que le tableau 8.4 permet d’évaluer aussi bien pour un
manager que pour chacun de ses collaborateurs.
10_ch8.fm Page 183 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
183
Tableau 8.4 Évaluation personnelle du comportement dialogique
Cotation
-10
Signes
1.
Accueil d’autrui
2.
Attitude
3.
Comportement
Agressif, rejetant
ou négatif.
-5
Froid et distant.
6.
Détachement
7.
Préjugés
8.
Affectivité
Un effort
de bienvenue.
+ 10
Ouvert, chaleureux,
voire emphatique.
Opposé à autrui par Autrui est une
Plutôt conciliant.
définition.
menace dont il faut
se méfier.
Disponible, prêt à
dialoguer et à tout
entendre.
Cassant, brusque,
pressé, emporté.
Patient, détaille
ses réponses
et ses questions.
Ne répond pas
aux questions.
Peu à l’aise avec
Respecte les
autrui, gauche,
conventions,
emprunté, hésitant. répond aux
questions.
Inutile.
Difficile à acquérir
et à pratiquer.
Essaie d’être
Applique avec
méthodique
subtilité et
et prépare un plan. se perfectionne
à toute occasion
en préparant
minutieusement
ses rencontres
avec autrui.
Contre
systématiquement
les avis et opinions
d’autrui.
Encaisse d’un air
pincé la
contradiction.
Aimerait
que les gens soient
différents
Sourit en
acquiesçant
Manifeste à tout
moment
Se renferme
sans rien dire.
S’efforce d’écouter
tout et tous.
Étant au service
d’autrui, s’efface
si nécessaire.
4.
Méthode
5.
Différences
+5
« Moi je ».
Provoque autrui.
Ignore ses préjugés Connaît ses
et évite de heurter préjugés et repère
ceux des autres
ceux d’autrui
L’affectivité à fleur Résiste mal
de peau le fait
à la frustration
réagir en
permanence par un
jugement
Garde son sangfroid la plupart
du temps
Tient compte
des préjugés
d’autrui
Manifeste
de l’empathie
en gardant toujours
le contrôle.
10_ch8.fm Page 184 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
184
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 8.4 Évaluation personnelle du comportement dialogique (suite)
Cotation
Signes
-10
-5
+5
+ 10
9.
Influence
Refuse de changer Écoute poliment
d’avis et d’admettre mais garde opinion
des raisonnements et comportement.
contraires aux siens.
Acquiesce en faisant Influençable et prêt
semblant d’adhérer, à changer si
bien décidé à ne rien convaincu.
changer.
10.
Compréhension
Pointe tout de suite S’arrête sur la faille
la faille dans un
ou un détail en
raisonnement
négligeant le fond.
et critique avec
délectation.
S’arrête
à des détails sans
prendre en compte
toute la pensée
d’autrui.
11.
Écoute
12.
Expression
Ne retient que
l’apparence,
la forme, les tics,
les redites et zappe
le contenu.
Centré sur
Écoute de façon
l’apparence,
sélective et
a une écoute hyper- itérative.
affective et
évaluatrice.
Relâchée comme
au plan physique.
Aucun effort pour
articuler, être clair
ou aimable.
Fait d’abord un
effort pour tenir
compte des
arguments
d’autrui.
Prolonge son écoute
par un silence pour
analyser ce qui est
dit et choisir une
réponse en miroir.
Effort sensible pour Diction claire et
être clair et
vivante alliée à un
regarder autrui.
effort constant pour
être empathique.
Votre score :
Cumulez les points obtenus pour obtenir un total allant de – 120 à + 120 =
Soit __________/120
Cotation :
De – 60 à – 120 : « C’est pas gagné » : certains peuvent vous trouver massacrant.
De – 60 à 0 : la route sera longue, vous êtes encore beaucoup trop négatif.
De 0 à + 60 : vous faites un effort pour être ouvert et indulgent.
Au-delà de + 60 : vous pouvez servir de modèle et les gens viennent facilement vers vous.
À l’aide du tableau de synthèse suivant, chaque responsable d’équipe peut évaluer
son comportement dialogique et analyser celui de chacun de ses collaborateurs, lors
d‘un entretien d’évaluation par exemple ou même en réunion de travail ou de
discussion. Il pourra ainsi déterminer des objectifs de progression qui auront été
mûris par une observation transcrite dans une appréciation chiffrée et argumentée.
10_ch8.fm Page 185 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
185
Lors des réunions de service ou de projet, ce tableau peut être tenu à tour de rôle
par chacun des participants pour parvenir à une amélioration sensible de la
communication de l’équipe.
Tableau 8.5 Synthèse d’équipe
Personnes
Signes
Score A
Score B
Score C
Score D
Score N
1. Accueil
2. Attitude
3. Comportement
4. Méthode
5. Différences
6. Détachement
7. Préjugés
8. Affectivité
9. Influence
10. Compréhension
11. Écoute
12. Expression
Score final
8.5
L’attitude communicante
Après la distinction opérée entre l’information et la communication, la clarification concernant l’expression orale et le dialogue, il convient de mieux appréhender l’attitude fondamentale qui anime un manager dans sa relation avec autrui.
Pour atteindre cet objectif, nous avons construit le tableau suivant à partir d’une
situation vécue que chacun pourra reconnaître aisément. Elle concerne la brutale
irruption d’un collaborateur dans le bureau d’un responsable, lequel a toutes les
(mal)chances de voir son affectivité contrariée. Est-ce votre cas, ami lecteur ?
Imaginons donc une situation classique dans laquelle autrui vous dit :
« Je suis désolé, j’ai dû m’absenter sans prévenir à cause d’un enfant malade
et je ne sais comment rattraper mon retard ».
10_ch8.fm Page 186 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
186
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Quelle est votre réponse spontanée ? Quelle est la réponse qui traduit votre écoute
positive, celle qui permet à votre interlocuteur d’avancer dans sa réflexion et de
résoudre par lui-même le problème qu’il évoque ? Choisissez dans le tableau suivant
la réponse positive, c’est-à-dire la mieux à même de faire avancer le dialogue.
Tableau 8.6 Votre attitude vis-à-vis d’autrui
Réponse n° 1
Vous me dites que vous êtes désolé de votre absence à cause de votre enfant malade et que vous ne savez
comment faire pour rattraper votre retard ?
Réponse n° 2
Il n’y a pas de quoi vous en faire !
Réponse n° 3
À votre place je m’y mettrais sans tarder.
Réponse n° 4
Que comptez-vous faire ?
Réponse n° 5
Voyons ensemble comment faire pour rattraper ce retard.
Réponse n° 6
C’est parce que vous êtes mal organisée que vous accumulez les erreurs.
Réponse n° 7
Pourquoi ne savez-vous pas éviter ces situations qui gênent tout le monde ?
Réponse n° 8
Vous êtes vraiment insupportable, on dirait que vous le faites exprès !
Réponse n° 9
Ce n’est tout de même pas ma faute : je vous ai déjà prévenue que je ne suis pas responsable de votre pagaille !
Réponse N° 10
Débrouillez-vous toute seule, ce n’est pas mon problème.
Réponse n° 11 :
Je crois qu’il ne faut pas vous en faire, c’est la fatalité. Faites au mieux ce que vous pouvez…
Réponse n° 12
Je ne supporte pas un tel comportement de votre part. J’en ai assez ! Arrêtez de vous plaindre sans arrêt, et
remettez-vous au travail : c’est un ordre !
10_ch8.fm Page 187 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
187
Le tableau 8.7 présente la douzaine d’attitudes couramment déployées dans nos
relations. Nous attirons l’attention sur les attitudes de rejet d’autrui qui
manifestent les origines autocratiques du comportement managérial, bien loin de
souscrire à la stimulation des quatre besoins fondamentaux.
Tableau 8.7 Compréhension des attitudes
Si vous avez choisi les réponses 4 ou 5, bravo, vous avez compris l’essence de la communication
positive, propice à motiver autrui et à faire avancer le dialogue.
La réponse n° 1 est une simple reformulation qui ne fait pas avancer la situation, car elle n’apporte aucun
élément de réflexion supplémentaire.
La réponse n° 2 est un conseil inutile qui a toutes les chances d’amplifier le ressenti négatif. Elle entraîne
autrui dans un jeu transactionnel classique « non, je ne peux pas »
La réponse n° 3 est une prise de décision à la place d’autrui. Elle le conduit au jeu précédent ou, s’il applique
la décision, autrui aura toutes les raisons de reprocher qu’elle ne marche pas puisque ce n’est pas lui qui a décidé.
La réponse n° 6 est une interprétation contre-productive qui ne fait pas avancer la réflexion. La situation
est expliquée en fonction d’un a priori théorique : les psys sont très forts à ce jeu ! Elle passe à côté de
l’explication réelle que peut fournir chacun.
La réponse n° 7 est une interrogation qui porte sur une situation exprimée en négatif et va donc amplifier
le problème. Elle va enfermer l’autre dans toute une série d’impossibilités exprimées et actualisées, rendant
la situation encore plus difficile.
La réponse n° 8 est un jugement moralisateur teinté de reproche qui a toutes les chances d’entraîner la
culpabilité et le repli de votre interlocuteur qui ne supporte pas ce sentiment d’avoir mal fait.
La réponse n° 9 est typique de l’autojustification : « ce n’est pas ma faute ». Or, c’est tout le contraire :
la responsabilité d’un chef évanescent qui laisse faire et contrôle peu – ou pas – le travail de ses collaborateurs.
Il entraîne par contrecoup la démission d’autrui et les dérives qui l’accompagnent : non-qualité, absentéisme,
démotivation.
10_ch8.fm Page 188 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
188
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 8.7 Compréhension des attitudes (suite)
La réponse n° 10 est loin de ce qu’un collaborateur peut attendre d’un manager : la négation pure et simple
du problème. C’est une attitude complètement démotivante par le sentiment d’abandon qu’elle provoque.
La réponse n° 11 manifeste votre soutien, mais elle ne fait pas davantage progresser la réflexion de votre
interlocuteur car cette position n’est pas assortie d’un plan d’action. C’est l’attitude du parent nourricier qui
réconforte certes, mais laisse l’enfant dépendant et sans solution. Elle est parfois utile pour remonter le moral
défaillant dans les cas limites.
La réponse n° 12 est typique de la domination du chef autocrate et accusateur réclamant, avec plus ou
moins d’agressivité, l’obéissance aveugle et la soumission de ses subordonnés : c’est la réponse d’un gamin
colérique qui exerce son pouvoir mais ne manage pas, ni ne ménage ses troupes. Les collaborateurs réagissent
a minima par la passivité quand ils ne préfèrent pas les deux autres réactions typiques : fuite ou démission.
8.6
L’origine des problèmes
de communication
L’autre est toujours le grand fautif quand nous avons un problème avec lui. C’est
tellement plus facile. En réalité, si une situation conflictuelle est analysée selon les
procédures qualité traditionnelles (FMEA, AMDEC, par exemple8), il apparaît
que – dans la majorité des cas – notre comportement (un mot, un geste, une intonation) a été à l’origine du problème de communication constaté. Nous l’avons
fomenté plus ou moins sciemment, comme à plaisir, ce qui dénote la profonde
perversité des relations que nous engageons généralement avec autrui.
Pourquoi ? Tout simplement parce que l’autre représente une menace tellement
forte pour l’intégrité de notre moi et notre confort psychologique que nous
n’avons qu’une envie : qu’il disparaisse instantanément de notre vue. Pour ce faire,
nous inventons mille stratagèmes pour nous en débarrasser en toute hâte :
froideur, mot blessant, regard de côté, interrogation un peu trop tonique et toutes
ces remarques déplacées, évaluatives, agressives, déstabilisantes ou massacrantes
dont nous sommes prodigues.
8.
Landy Gérard, AMDEC, AFNOR, 2003.
10_ch8.fm Page 189 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
189
Vis-à-vis des propositions du tableau 8.8 concernant des situations de votre vie
professionnelle, quelle est votre réaction dominante : A, B, C ou D ? (une seule
réponse par question). 9
Tableau 8.8 Provoquez-vous les problèmes de communication ?
N°
Questions
Votre
réponse
Votre voisin de bureau parle toujours haut et fort, en réaction :
a) vous frappez violemment contre le mur mitoyen ;
1
b) vous apportez une radio dont vous montez le volume sonore ;
c) vous décidez d’aller faire un tour (collègues, atelier, service) ;
d) vous allez discuter gentiment pour lui demander ce qui se passe9.
Une automobile inconnue est garée sur votre place de parking :
a) vous appelez la fourrière ;
2
b) vous attendez le conducteur pour lui dire vertement son fait ;
c) vous glissez un mot courtois sur son pare-brise ;
d) vous l’attendez pour lui demander de céder le passage.
Quand vous avez un problème avec un autre service :
a) vous écrivez un mail bien senti au chef de service ;
3
b) vous téléphonez pour vous plaindre ;
c) vous téléphonez pour exposer votre cas ;
d) vous vous déplacez pour rencontrer le responsable et régler le litige en dialoguant.
Un de vos collaborateurs a omis de faire une opération demandée :
a) vous lui dites son fait sans ménagement ;
4
b) vous ne dites rien en jurant de le laisser mariner dans son coin ;
c) vous constatez sans rien dire ;
d) vous patientez pour obtenir le résultat attendu en donnant des précisions sur les
conditions de réalisation et les objectifs.
9.
Cette formulation est un objectif d’adhésion, d’ouverture du dialogue qui conduira à prendre la décision
qui convient à tous deux. Si vous demandez à votre interlocuteur de baisser le son, vous formulez un objectif
de résultat qui a toutes les chances de le braquer, et vous obtiendrez le résultat contraire. C’est un point
capital à comprendre pour exercer la démarche de communication positive.
10_ch8.fm Page 190 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
190
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 8.8 Provoquez-vous les problèmes de communication ? (suite)
N°
Questions
Quand vous êtes immobilisé dans une file d’attente à la cafétéria :
a) vous râlez auprès des autres ;
5
b) vous hurlez en demandant à voir un responsable ;
c) vous attendez patiemment votre tour ;
d) vous cherchez à vous renseigner poliment.
Quand vous êtes bloqué par un problème avec un de vos collègues :
a) vous piquez une colère ;
6
b) vous accusez l’autre d’être responsable ;
c) vous faites autre chose sans insister ;
d) vous en discutez pour analyser les causes du problème.
Quand vous êtes souffrant :
a) vous pestez contre le sort et arrêtez tout ;
7
b) vous vous plaignez à tout le monde en demandant mille choses ;
c) vous prenez votre mal en patience en silence ;
d) vous avertissez votre entourage que c’est un jour « sans ».
Un de vos fournisseurs vous livre hors délai, avec un manquant
ou une erreur quelconque :
8
a) vous pestez en refusant la livraison ;
b) vous râlez en lui disant qu’il exagère ;
c) vous acceptez sans rien dire ;
d) vous lui réexpliquez votre commande calmement.
Un stagiaire vous remet un mauvais dossier :
a) vous le punissez en lui faisant faire une tache ingrate ou inutile ;
9
b) vous téléphonez à son responsable pédagogique pour lui demander des comptes ;
c) vous parlez d’autre chose ;
d) vous cherchez à comprendre et lui montrez le mode d’emploi.
Un de vos collègues vous rend un objet en mauvais état :
a) vous lui dites son fait ;
10
b) vous lui empruntez à votre tour un objet pour lui rendre dans le même état ;
c) vous vous promettez de ne plus rien lui prêter ;
d) vous le lui rendez en souriant en lui demandant de le remettre en état.
Total sur 50
Votre
réponse
10_ch8.fm Page 191 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
191
Légende
Cotation : A et B = 0 ; C = 1 ; D = 5
Au-delà de 45 : vous êtes vraiment un excellent communicant ;
Entre 44 et 35 ; vous faites un effort pour éviter les problèmes ;
Entre 34 et 25 : vous devez progresser vers l’excellence ;
Moins de 24 : vous cherchez avec délectation les problèmes de communication.
8.7
Une compétence
pour mieux communiquer
Nous proposons une méthode pour améliorer cette compétence primordiale pour
le management comme pour l’ensemble des acteurs d’un organisme : la communication positive10. Nous l’avons implantée et développée dans de multiples
secteurs d’activité et notre modestie nous empêche de témoigner de son efficacité
auprès des milliers de salariés de tous niveaux à qui elle a été enseignée.
La communication positive est constituée par l’ensemble des connaissances et des
pratiques qui permettent de s’exprimer de façon affirmative dans toute situation
relationnelle et de mener à bien, pour les deux parties concernées, la relation interpersonnelle qui s’est engagée pour atteindre un objectif de convergence puis un
plan d’action dans lequel les protagonistes s’engagent.
Le tableau suivant permet d’évaluer votre niveau de compétence ainsi que celui de
votre entourage dans ce domaine. La détection des items à améliorer doit
conduire à mettre en place un programme de perfectionnement quotidien, item
après item, jusqu’à obtenir le réflexe de réflexion nécessaire à s’adapter en toutes
circonstances, surtout quand l’affectivité, principal ressort de la non-communication
et du conflit, est puissamment contrariée. En effet, c’est par l’entraînement
quotidien sur un point particulier que chaque item de ce domaine de compétence
peut s’améliorer et augmenter, avec l’exercice continu, le niveau global de votre
excellence communicationnelle.
11
10. Labruffe Alain, La Communication positive, objectif santé, LEH Éditions, 2006.
10_ch8.fm Page 192 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
192
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 8.9 La communication positive comme méthode
Version réduite du domaine de compétence
Niveau
Unités de compétence
Communication positive
Sait Utilise Affine
1234 1234 1234
Adopte un état d’esprit positif et optimiste, par autosuggestion si
nécessaire.
1
Choisit un vocabulaire affirmatif pour s’exprimer à l’oral comme à
l’écrit.
Garde le silence deux ou trois secondes avant de répondre à une
question.
Acquiesce à tout propos d’autrui.
Connaît les principes de l’écoute active.
Pratique l’empathie.
2
Valorise son interlocuteur surtout suite à une question difficile ou un
propos agressif.
S’efforce d’adopter une attitude bienveillante tout le long du
dialogue.
Transforme les propos négatifs d’autrui en formulations positives.
3
Repère les mots-clés dans les propos d’autrui et les réutilise dans ses
interventions en réponse.
Respire amplement quand son affectivité est contrariée.
Exprime une idée à la fois dans une phrase courte : sujet, verbe,
complément, silence, attente de réaction.
Garde la maîtrise de soi dans les situations courantes et pendant tout
le temps d’une relation (entretien, réunion)11.
4
Encourage autrui à s’exprimer totalement par l’attitude bienveillante, le silence, des formules incitatives (interrogation, effet
miroir, valorisation).
Pratique la synthèse tous les trois ou quatre échanges (résumé,
valorisation, approfondissement du sujet ou nouveau thème).
Garde le cap de l’objectif de convergence lors de toute relation à
l’aide de recentrages et de synthèses structurées.
11. Ce comportement renvoie à la compétence « intelligence affective » détaillée au chapitre 2.
10_ch8.fm Page 193 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour mieux communiquer
193
Tableau 8.9 La communication positive comme méthode (suite)
Version réduite du domaine de compétence
Unités de compétence
Communication positive
Niveau
Sait Utilise Affine
1234 1234 1234
Anticipe mentalement les relations difficiles d’entretien, de réunion
ou de négociation12.
Prévient tout conflit par une attitude, des gestes et des mots de
conciliation.
5
Évacue la tension et les émotions négatives dans les situations difficiles grâce – notamment – à la maîtrise de la respiration.
S’exprime avec calme et réflexion dans les situations tendues ou
conflictuelles en structurant ses propos avec des phrases courtes et
relationnelles : « Nous », « Je…vous » « Vous…me »
Légende12
Surlignez chaque proposition de ce tableau :
en vert ce que vous pratiquez ;
en rouge ce que vous négligez ;
en orange ce que vous essayez ;
en jaune votre plan d’action pour la prochaine semaine.
Cette même cotation vous permet aussi de repérer chez vos collaborateurs ce qui méritera d’être examiné et perfectionné à
l’issue d’un entretien d’appréciation.
12. Cette préparation renvoie à la compétence « anticipation mentale « vue au chapitre sur l’entretien.
10_ch8.fm Page 194 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
11_ch9.fm Page 195 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
9
Tableaux de compétences
pour motiver
Les manières d’agir, de penser et de sentir exercent leur contrainte
parce qu’elles se présentent à nous sous la forme de règles, de normes, de modèle.
Xavier Seron, La modification du comportement social
9.1
L’ingénierie des ressources humaines
Comme le souhaitait Hervé Sérieyx lors d’une conférence de l’AFCI1 à Paris en
mai 2004, il est nécessaire de donner un contenu renouvelé et une autre définition au
sigle maintenant bien connu de tous : GRH. En effet cette fonction de « gestion des
1.
L’AFCI est l’Association française de communication interne chargée de promouvoir la GRH et la communication interne. Elle organise chaque année un concours auprès des étudiants de second et troisième cycles
des grandes écoles pour récompenser les travaux les plus originaux et les mieux à même de promouvoir cet
objectif sur le terrain des organismes. Nos étudiants de maîtrise et DESS de communication sociale à
Bordeaux 3 ont été récompensés en 2003 et 2004.
11_ch9.fm Page 196 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
196
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
ressources humaines » est essentiellement mise en œuvre pour se mettre en conformité
avec les dispositions légales du Code du travail, gérer le contrat de travail et répondre
à une question lancinante : comment établir ledit contrat pour protéger l’employeur
des frasques du collaborateur qu’il choisit ? Nous avons donné un début de réponse en
termes de compétences dans les chapitres 3 et 4. Au fil du temps et des lois sociales de
ces 40 dernières années, c’est-à-dire quand la gestion du personnel a été passagèrement
occultée par le mouvement des relations humaines, ce phénix a pu renaître des cendres
chaudes des contestations de 1968 et des Trente glorieuses, qui ont signé l’essor industriel de la France, sous l’appellation de « Gestion des Ressources Humaines » ou GRH.
Depuis lors, marquée par l’anathème de « l’exploitation », cher aux tenants de
Karl Marx et par la langue de bois d’un certain patronat qui se gargarisait de ce
sigle « ressources humaines » pour mieux en trahir l’application au service des
hommes et femmes qui travaillaient sous ses ordres, cette gorgone s’est vidée de
son sang comme de son sens pour devenir une chose inerte, un « machin » comme
disait de Gaulle à propos de l’ONU.
Tour à tour réfutée par ceux qui croyaient en l’avènement de l’entreprise du troisième type2, asphyxiée par l’enflure du Code du travail et mise en doute par les
hommes auxquels elle devait apporter épanouissement et joie de travailler après
enrichissement du travail, amélioration des conditions de travail, cogestion, rémunération au mérite, expression, participation, trente-cinq heures et plus
récemment « droit à la formation tout au long de la vie », la GRH se meurt. Un
exemple ? Selon la revue Personnel, qui a enquêté auprès de ses adhérents de
l’ANDCP (Association nationale des dirigeants et chefs de personnel), 84 % se
disent intéressés par la gestion des compétences des plus de 50 ans, mais une
quinzaine seulement d’entreprises ont engagé des actions parcellaires pour ce faire3.
L’ambition de ce chapitre est donc de lui redonner un souffle de vie en changeant de
sigle d’une part (ce qui correspond au vœu dont Hervé Sérieyx faisait part lors de
son exposé à l’AFCI cité plus haut), et en la changeant d’affectation d’autre part.
L’ingénierie des ressources humaines, ou IRH, devient donc désormais LA compétence managériale par excellence. Mais avant d’atteindre cette excellence, encore
faut-il lui donner un contenu précis, composé de procédures faciles à appliquer et à
évaluer par chaque responsable, utilisables par tous les managers au quotidien.
2.
Hervé Sérieyx a publié tour à tour au cours de la décennie 1980 : Les pilotes du troisième type puis L’entreprise
du troisième type au Seuil.
3.
Personnel, Cahier Gestion des âges, mai 2006, n° 69.
11_ch9.fm Page 197 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
197
C’est ce que nous avons voulu montrer, puis réaliser, au fil des chapitres et des
tableaux de bord qui balisent cet ouvrage : la gestion des compétences devient alors
l’affaire de tous, DRH et management réunis par la pratique d’une même ingénierie
basée sur des tableaux de bord, vigiles de leur action. Les managers doivent y trouver
des instruments d’observation, d’analyse et de perfectionnement de leur comportement managérial, utiles aussi à l’évaluation et à la progression de leurs collaborateurs à tout moment de leur carrière4. L’IRH doit aussi constituer le second volet
de la fonction personnel, à côté du traitement légal du contrat de travail et de
l’administration du personnel basée sur l’application du Code du travail.
Chaque manager pourra alors mettre en œuvre les actions nécessaires impératives
pour conduire le changement demandé par tous les salariés : la prise en compte de
leurs besoins fondamentaux. À cette condition, l’IRH pourra effectivement
devenir plus qu’un sigle, en prenant en compte l’extraordinaire trésor de compétences possédé par chaque acteur de l’organisation, pour devenir une compétence
unique dédiée à l’Ingénierie de la Richesse Humaine.
9.2
Au cœur du système motivationnel
Pour comprendre les impératifs actuels de l’IRH et la compétence majeure qu’elle
représente pour le management, il est nécessaire de faire le point des connaissances
actuelles concernant la motivation au travail, objectif majeur de l’IRH. Celle-ci
fait depuis longtemps l’objet d’une interrogation lancinante de la part des
responsables de tous les organismes :
« Comment faire pour motiver le personnel ? »
9.2.1
Tous motivés !
Nos propres recherches sur le terrain, enrichies par celles de nombreux auteurs qui ont
essayé d’apporter des réponses théoriques ou expérimentales, nous conduisent à
admettre que l’homme et la femme en situation industrieuse sont naturellement
motivés. En outre, comme le signale Claude Lévy-Leboyer5, si la fameuse pyramide
4.
Ces tableaux de bord seront utilement complétés par les autres procédures de l’IRH détaillées par Sylvie
5.
Claude Lévy-Leboyer, La motivation dans l’entreprise, Éditions d’Organisation, 1998.
Desqué et Alain Labruffe dans Manager, le Kit Minute, AFNOR, 2006.
11_ch9.fm Page 198 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
198
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
d’Abraham Maslow a connu une grande faveur d’estime auprès des managers, elle ne
correspond malheureusement pas à une quelconque réalité, dans la mesure où sa vertu
opérationnelle reste à démontrer par des études scientifiques sur le terrain des organismes. Même son promoteur américain en a convenu dans ses travaux ultérieurs6.
Point n’est donc besoin d’entreprendre une vaine quête du Graal pour « motiver »
le personnel puisqu’il existe une répartition des motivations en six couples de
moteurs et de freins sur lesquels il est possible d’agir par l’intermédiaire de la
stimulation des quatre besoins fondamentaux. Cette organisation bipolaire
(activation/inhibition) régit toute activité humaine de la même façon qu’il existe
une dizaine de structures cérébrales pour rendre compte de notre affectivité et de
nos émotions fondamentales, comme l’a montré Jean-Didier Vincent7.
Il suffit donc de déclencher ce système motivationnel, en activant les moteurs et
en abaissant les freins qui l’inhibent, quand une déficience de « motivation » est
constatée : passivité, agressivité, fuite (absentéisme, maladie, conflit, sabotage,
turnover). Cet impératif est d’autant plus catégorique à appliquer au moment où
un récent sondage révèle qu’un quart des salariés français déclare avoir « très
envie » d’aller travailler chaque matin, contrairement aux 60 % qui avouent s’y
rendre sans grand enthousiasme8. Or, ces derniers déclarent que ce sont les
relations au management qui sont la source de cette insatisfaction.
Le tableau 9.1 présenté ci-dessous doit donc servir de guide pour observer l’activation
de ces six motivations au cours de la fonction exercée par chaque collaborateur. De
façon pragmatique, la question devient alors la suivante :
« Quelles actions doivent être proposées par le management pour que ces motivations
puissent trouver à s’exercer, soit directement soit par une de leurs manifestations ? »
Pour donner une piste de réponse en ce qui concerne la puissante motivation
dénommée « pouvoir », elle peut être activée en attribuant des responsabilités à
tout collaborateur. Il est cependant nécessaire de garder à l’esprit que ces responsabilités doivent se situer dans une fourchette compatible avec ce qu’attend le
titulaire d’une fonction : trop – ou trop peu – de responsabilités freine ou anéantit
l’autonomie et l’initiative. Cette remarque suffit à répondre à la question :
« Pourquoi Untel manque-t-il d’initiative (ou d’autonomie) ? »
6.
Maslow Abraham H., The Farther Reaches of Human Nature, Penguin Books, 1978.
7.
Vincent Jean-Didier, Le Cœur des autres, Plon, 2004.
8.
Sondage CSA, ANACR, La Tribune, France Info réalisé en avril 2006.
11_ch9.fm Page 199 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
199
Il convient donc d’évaluer les responsabilités supportées par le titulaire d’une
fonction. Il est impératif d’utiliser le tableau de bord suivant (9.1) comme un guide
permettant de stimuler, par des actions appropriées, les différentes motivations en
jeu. Il faudra alors choisir des actions « motrices » adaptées, tout en désactivant les
freins qui découlent de l’analyse de la situation proposée. Le manager gardera à
l’esprit que les entretiens d’évaluation présentés au chapitre 7 de cet ouvrage sont des
moments exceptionnellement fructueux pour déterminer cette économie des
motivations avec chacun des collaborateurs, comme le présente le tableau suivant.
Tableau 9.1 Diagnostic du système motivationnel et des actions d’IRH
Motivation
Moteur
Frein
Exemples
Impact de 1 (nul)
de stimuli positifs
à 4 (fort)
1 Pouvoir
Responsabilités
Prestige
Notoriété
Possession
Soumission
Absence de décision
Non-participation
Projet innovant
Titre
et avantages associés
Trop/pas assez
2 Intérêt
Argent
Gains
Avantages
Prime
Augmentation
de salaire
Relations sexy
Charme
Isolement
Dévalorisation
Autocritique
Accueil du public
Mixité des équipes
3 Séduction
4 Compétition
Objectifs
Anomie
Évaluation
Rivalité
Manque d’affirmation Défi
Dépassement de soi
Mode d’emploi
Planning
5 Oblativité
Aide
Don de soi
Repli
Égocentrisme
Formation
Tutorat
Création
Énergie
Routine
Dépression
Activité réduite
Voyage
Diversité
des engagements
Nouveauté
6 Vitalité
Légende
Cotation
Le tableau 9.1 peut s’appliquer à un collaborateur comme à l’ensemble d’un service et s’actualiser au fil du temps en
fonction des évaluations et des rééquilibrages effectués. Pour chaque paramètre, chaque collaborateur sera désigné par ses
initiales, affectées d’un chiffre de 1 à 4 pour noter le degré d’efficacité obtenu.
11_ch9.fm Page 200 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
200
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Un tableau personnalisé peut aussi être réalisé en notant l’action appliquée pour chaque paramètre. Noter l’évolution de son
efficacité au fil du temps ainsi que les réajustements opérés.
Au fil de ces rencontres, et grâce à l’analyse instantanée qui en découle, chaque
ingrédient devra être choisi en réponse aux attentes de l’intéressé, puis soigneusement dosé. Ce dosage est particulièrement sensible pour l’attribution de responsabilités, et il conviendra d’en mesurer l’impact au fil du temps pour éventuellement rééquilibrer le dosage à la prochaine occasion. Ceux qui entretiennent leur
piscine eux-mêmes comprendront la délicatesse de la manœuvre et les chimistes
comme les cuisiniers avertis saisiront l’analogie.
9.2.2
L’économie des motivations
Dans ce tableau 9.1 se révèle une véritable économie des motivations qui mérite
une élucidation.
– Le pouvoir peut aussi être satisfait par le prestige dévolu à quelqu’un ou par
d’autres attributs comme l’information exclusive détenue, la décision, la
direction d’une équipe ou d’un projet, l’organisation d’une activité.
– L’intérêt pris dans un travail est majoritairement attisé par l’argent qui le
rémunère, ou par la variété du contenu, ou bien l’espoir de gains indirects ou
à plus long terme.
– La séduction est satisfaite par un réseau relationnel agréable et la possibilité de
travailler avec des personnes auxquelles la personne s’efforce de plaire par
l’apparence, les idées ou le leadership ; à l’inverse, l’appartenance d’un jeune à
un groupe de vieux barbons inhibe cette motivation.
– La compétition s’exerce dans un groupe qui a des objectifs bien définis, des
défis à relever ou des rivalités exacerbées, tandis que le système se grippe quand
celles-ci dépassent le seuil de la coopération. La solitude et le manque
d’affirmation désactivent cette motivation.
– L’oblativité trouve à se déployer dans toutes les activités qui exigent un certain
don de soi : soins, enseignement, recherche ou créativité. Ce sont autant d’activités où l’individualisme se manifeste aussi de façon concomitante car il s’agit
d’être en tête, le meilleur. Cependant, son envers est plus souvent présent dans
des fonctions qui exacerbent l’égoïsme, l’égocentrisme et l’individualisme.
11_ch9.fm Page 201 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
201
– La vitalité est source de dynamisme quand l’activité permet une régénération
continue, une remise en cause permanente ou un dépassement de soi. Elle
trouve aussi à s’exercer dans toutes les occasions où nous croyons préférable de
détruire l’autre ou d’anéantir un concurrent, réactivant ainsi les comportements traditionnellement lovés au cœur de notre système limbique, survivance du temps où nous étions des animaux sauvages luttant pour notre survie.
Ce dernier exemple montre qu’à travers la dualité de chaque motivation, celle-ci
comporte, au plan comportemental comme au plan biologique, une face positive et
un côté diabolique, comme l’a bien montré Jean-Didier Vincent9. Ces deux aspects
concourent néanmoins à des résultats et à des performances acceptables, voire exigés
par un organisme, même s’ils sont en marge de l’éthique et de la morale.
Le tableau 9.1 ci-dessus s’applique au fonctionnement d’une équipe comme à la
performance d’un collaborateur. Le système fonctionne d’autant mieux que
l’ensemble des ingrédients qui le composent sont à leur optimum : des moteurs
activés d’une part et des freins desserrés d’autre part. Le blocage de l’action voulue,
ou de la réalisation de l’objectif assigné, découle de l’insuffisance de l’excitation de
l’un des moteurs, ou bien de la trop grande pression exercée par un frein. L’analyse
de ce système motivationnel, en concertation avec l’intéressé et en référence à ce
tableau, conduit à mieux jauger la pertinence des éléments du système et leur
dosage afin d’affiner les mesures correctives. Cette analyse peut se faire lors
d’entretiens de régulation ou à l’occasion de l’entretien professionnel.
9.3
Stimuler les besoins fondamentaux
Nous venons de constater que la motivation est régie par un système bipolaire.
Elle peut être définie comme l’énergie motrice à la source de toutes nos actions. La
motivation est par ailleurs largement indicible, dans la mesure où peu de
personnes admettent réaliser une action pour exercer un pouvoir sur autrui ou par
appât du gain, encore moins dans l’espoir d’avoir des rapports sexuels avec un
partenaire appartenant à leur groupe de travail10 ou même encore pour détruire
un concurrent ou un collègue.
9.
Vincent Jean-Didier, La Chair et le diable, Odile Jacob, 2000.
10. C’est pourtant l’un des principaux endroits où les couples se forment de façon légale ou informelle.
11_ch9.fm Page 202 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
202
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Or, les exemples abondent où il est possible d’entrevoir la réalité de ces motivations
à l’œuvre. Ainsi, l’affaire Clearstream a pu révéler des comportements dans lesquels
l’argent et la haine apparaissent au grand jour. Il est possible d’imaginer que l’appât
du gain a constitué une motivation puissante pour Noël Forgeard, débarqué de la
direction d’EADS après avoir tissé le tapis dans lequel il s’est pris les pieds.
Loïc Le Floch-Prigent, PDG de Elf, avait connu la même avanie quelques années
auparavant. Dans la sphère politique, chacun pourra exercer ses talents d’observateur
avec la Commedia dell’arte de la prochaine course à la présidentielle (2007) et des
suivantes. Si la motivation reste le plus souvent cachée et indicible, le besoin (psychologique) peut alors être défini comme une manifestation tangible du système motivationnel, admis socialement, et déterminant de façon plus explicite nos actions.
Nous avons vu dans le premier chapitre de cet ouvrage que quatre besoins fondamentaux demandent à être stimulés pour libérer l’énergie positive des motivations :
progression, information, reconnaissance et expression. Retenons, à l’usage des
managers qui s’intéressent à développer la richesse humaine qui les entoure, un
aphorisme facile à retenir et aisé à appliquer dans chaque situation relationnelle :
« Stimulez le pire11 pour avoir le meilleur des hommes
et femmes qui travaillent avec vous. »
L’excitation de ces besoins déclenche la motivation12. En conséquence, toute
action manageriale utilisant une procédure d’IRH se décline ainsi :
a) Faites exprimer chacun des membres d’une équipe de travail (individuellement
de préférence) pour donner ses idées ou son avis sur un problème ou un projet. De
même que tout mouvement consomme de l’énergie, vous récolterez probablement des contestations, des objections, voire des idées apparemment farfelues.
Or, si vous arrivez à réprimer la réplique cinglante qui sort d’habitude de vos lèvres
(« Ah ! C’est amusant ça comme idée ! Ça ne m’étonne pas de vous Duval, mais je vous
croyais plus intelligent ! »), et si – en outre – vous réussissez à encourager, à la place
de la réprobation qui vous vient à l’esprit (« Mais où va-t-on comme ça ? ») ce flot,
en acceptant des idées qui ne vous plaisent guère, alors vous parviendrez à stimuler
puissamment le système motivationnel dans son intégralité.
11. P.I.R.E. : acronyme pour progression, information, reconnaissance et expression.
12. Pour plus de détails, voir Labruffe Alain, Management des compétences, AFNOR, 2005 et socratemanagement.fr
11_ch9.fm Page 203 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
203
Ceci compris et réalisé, vous constaterez des résultats surprenants en termes d’implication, de performances, de résultats et de satisfaction. Inutile de taper sur l’épaule
de vos collaborateurs : ils peuvent être contents sans cette preuve de gratitude !
b) Informez vos subordonnés en évacuant cette tendance à retenir les données que
vous détenez comme si elles constituaient l’unique preuve de votre pouvoir. Sortez
de cette stratégie rétive du secret pour donner l’information dont chacun de vos
collaborateurs a besoin.
Vous pouvez aussi les réunir pour obtenir leur avis puis leur assentiment et
préciser des points utiles. Doublez cette information par des documents et
répétez-la à l’occasion d’entretiens ou de réunions auxquels vous participez ou que
vous animez.
Ainsi aurez-vous appliqué avec rigueur le théorème de base de l’information :
I = 2 x 3. L’information, pour être captée, comprise et retenue durablement, doit
être diffusée de façon ternaire et bimodale. L’information, pour être perçue et
acceptée, doit s’appuyer sur un processus de communication interpersonnelle
facilitant la redondance. Elle doit aussi être doublée par plusieurs modes de
transmission (écrit, oral, poste, internet).
c) Reconnaissez l’unicité de chacun par un mot d’encouragement à chaque
occasion de rencontre, de remise d’un dossier ou d’un travail. Nommez chaque
collaborateur par son nom et ne vous permettez pas de le tutoyer s’il ne peut en
faire autant à votre égard. Valorisez chaque action qui le mérite et traitez vos collaborateurs en ayant fait un effort préalable pour connaître leurs ABC à l’instant T
(attentes psychologiques, besoins particuliers, contraintes spécifiques, c’est-à-dire
leur dictionnaire personnel qui s’égrène de A à Z, comme zeste de fantaisie).
Vous devez aussi être à l’affût des gestes intempestifs (vus dans le chapitre précédent,
notamment), des signes particuliers qui manifestent leur identité et leur existence.
Ils constituent autant de caractéristiques qui leur permettent de s’identifier comme
des êtres uniques. Vous économiserez ainsi, au moment de fêter leurs vingt ans de
maison, un stylo ou un briquet en or, et vous éviterez le coût d’un pot lors de leur
anniversaire ou de leur départ à la retraite. Quoique… Ces manifestations peuvent
constituer des signes de reconnaissance supplémentaires aux marques quotidiennes
(un bravo emphatique, un merci empathique, un sourire sympathique) que vous
distillerez avec autant de prodigalité que de subtilité.
11_ch9.fm Page 204 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
204
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
d) Favorisez la progression de chacun de vos collaborateurs. La nouvelle loi sur la
formation tout au long de la vie13 vous y incite d’ailleurs puissamment. L’entretien
professionnel est désormais rendu obligatoire dans le cadre de nombreux accords
de branche pour aider le développement personnel de chaque salarié grâce à un
projet dont le manager devient le grand ordonnateur, via un plan d’action élaboré
en concertation au cours de l’entretien professionnel. Or ce besoin de progression
a besoin d’être constamment encouragé. Dès lors, il devient un puissant ressort de
la motivation. Chacun tient à faire mieux aujourd’hui qu’hier, et demain encore
mieux qu’aujourd’hui.
Ces quatre besoins fondamentaux – au plan psychologique – justifient pour
chacun de nous notre existence en tant qu’être social, appartenant à une communauté et dont la stimulation se fait par le truchement de la communication établie
entre les personnes d’une même communauté de travail. Ces besoins doivent être
stimulés au quotidien par ceux qui sont en charge d’obtenir des performances et
des résultats de la part d’une équipe de travail.
La stimulation de ces besoins fondamentaux répond à une procédure dont
l’évaluation peut être opérée à l’aide d’un tableau de bord spécifique. Il peut donc
être constitué à cet effet en se demandant : dans telle situation, comment ai-je
simultanément stimulé les quatre besoins fondamentaux de chacun de mes
collaborateurs ? De même, l’organisme doit s’interroger pour savoir, au cours
d’une période – ou dans une situation donnée –, comment chaque salarié a pu
s’exprimer, a été informé, a été reconnu et encouragé, et quelles opportunités lui
ont été fournies de progresser. Toute action à destination d’un collaborateur peut
être consignée en vérifiant que chaque besoin a bien été stimulé. Elle s’impose
dans le cas où le système motivationnel paraît bloqué : absentéisme, conflit,
passivité, retards, négligence, nonchalance, fatigabilité.
Dans le tableau 9.2 ci-dessous, nous avons pris comme exemple, parmi les autres
situations au cours desquelles un manager se retrouve en face à face avec un de ses
collaborateurs, le cas de l’entretien professionnel. À supposer que les initiales YL
correspondent aux prénom et nom de la secrétaire, le signe + dans la case correspondante indiquera quel type de stimulation lui a été accordé ou, à l’inverse, un YL
– indiquera un oubli lors de la rencontre ainsi évaluée. En fonction des situations
13. Loi du 4 mai 2004, voir les détails de la loi et de la procédure d’entretien dans Labruffe Alain, L’entretien
professionnel, AFNOR, 2005 et les accords de branche dans www.droitdelaformation.com
11_ch9.fm Page 205 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
205
de travail, chaque collaborateur pourra faire l’objet d’une analyse a posteriori de la
relation engagée afin de rectifier le tir lors de la prochaine séquence relationnelle.
Utopie, penseront certains ? Voyons donc comment peut être conçu un tableau
d’indicateurs plus global pour rendre compte de l’ingénierie des ressources
humaines mises en œuvre par le management.
Le tableau 9.2 prend en compte l’ensemble des situations de rencontre, entretiens
et réunions, avec un collaborateur, de son entrée en fonction (entretien d’accueil)
à son départ à la retraite. Il peut faire partie du dossier personnel que le manager
constitue pour mieux prendre en charge chacun de ses collaborateurs et servir de
référence à la question mille fois posée : « L’ai-je bien motivé ? »
Une vingtaine de situations sont ainsi recensées et certains managers pourront
rajouter bien d’autres situations en fonction de la réalité du terrain. Ils seront tout
particulièrement attentifs aux fameux entretiens de dialogue difficile, au cours
duquel il s’agit d’analyser une défaillance et de mettre en œuvre un plan d’action
et un engagement du collaborateur, afin que la défaillance ne se reproduise pas.
Notons que, moyennant adaptation, le tableau 9.2 peut aussi servir de tableau de
bord synthétique pour analyser l’état de la stimulation des besoins fondamentaux
pour l’ensemble d’une équipe. Il suffit d’indiquer dans chaque situation recensée
les initiales de chaque collaborateur affecté du signe + ou –.
Tableau 9.2 Suivi hebdomadaire individuel des quatre besoins fondamentaux
Besoins fondamentaux
Situations propices
à la stimulation des besoins
Expression
Information Reconnaissance Progression
1. Entretien de recrutement
2. Entretien d’accueil
3. Entretien professionnel
4. Entretien de régulation
5. Entretien de retour
de formation
6. Réunion de management
7. Entretien de coaching
8. Réunion de projet
YL +
YL –
YL –
YL –
11_ch9.fm Page 206 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
206
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 9.2 Suivi hebdomadaire individuel des quatre besoins fondamentaux (suite)
Besoins fondamentaux
Situations propices
à la stimulation des besoins
Expression
Information Reconnaissance Progression
9. Entretien de promotion
10. Réunion de travail
11. Entretien de délégation
12. Entretien d’évaluation
des compétences
13. Entretien de description
de fonction
14. Entretien de négociation
15. Réunion de négociation
16. Rencontres impromptues
17. Réunion de formation
18. Entretien préparatoire
au départ à la retraite
19. Entretien d’analyse
de défaillance
20. Entretien de départ
21. Autres occasions
Légende
Une vingtaine de situations sont listées. À l’occasion de la rencontre avec un de vos collaborateurs qui s’inscrit dans cette
liste, vous pouvez, lors de la préparation de la rencontre, noter (x) le ou les besoins que vous devez stimuler et, après la
rencontre, vérifier et noter (xx) que vous avez bien agi ainsi.
Vous pouvez aussi tester votre action après un entretien difficile pour repérer le besoin insuffisamment sollicité. Dans tous
les cas, et vis-à-vis des collaborateurs en difficulté ou lors des entretiens difficiles, passez en revue chacun de ces quatre
besoins pour vérifier leur stimulation adéquate. Faire parler, donner de l’information, encourager et construire un objectif
de progrès constituent l’armature de ces besoins pour le déroulement harmonieux et efficace de chaque rencontre.
11_ch9.fm Page 207 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
9.4
207
Évaluer la satisfaction
Cette évaluation conduit à vérifier à quel niveau les besoins fondamentaux sont
stimulés. Elle constitue un indicateur essentiel portant à la fois sur le moral d’une
équipe et sur l’activation des motivations qui déterminent la performance globale,
via les performances individuelles. La satisfaction peut être évaluée à partir de
deux séries d’indicateurs, individuels et sociaux. Nous présentons un tableau
mixte présentant des indicateurs directement observables.
Dans le cadre de l’évaluation continue opérée par le management, l’évaluation des
compétences constitue le volet objectif de l’adaptation à une fonction et de
l’atteinte des objectifs assignés. Or, l’évaluation comporte un autre volet qui
répond à la question souvent posée :
« Comment faire pour évaluer le moral d’une équipe ? »
La réponse à cette question pourrait se révéler évanescente si elle n’était soustendue par des critères objectifs repérables. Nous avons donc conçu, pour
parvenir à ce résultat, une grille d’analyse dans laquelle les critères pris en compte
sont hiérarchisés de façon croissante et cotés de 0 à 5 en fonction du risque d’insatisfaction ou de désadaptation qu’ils recèlent. C’est le résultat pratique d’une
étude préalable sur un ensemble de dossiers de différents personnels.
Nous en présentons, dans le tableau 9.3 ci-dessous, une version opérationnelle
pour la plupart des fonctions, sachant que d’autres critères peuvent être rajoutés
pour des fonctions postées en 3x8, comme c’est le cas dans les industries à feu
continu ou dans le secteur hospitalier. Des critères spécifiques peuvent compléter
la liste, notamment l’âge, la profession du conjoint, la formation de base, l’expérience préalable en travail posté, le type d’habitat, les enfants à charge et leur âge,
le sommeil et l’endormissement, l’appétit.
Dans tous les cas, cette grille doit être adaptée à son objet et validée par l’expérience. Elle doit être tenue comme un tableau de bord du management dont les
informations doivent rester ultra-confidentielles.
11_ch9.fm Page 208 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
208
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 9.3 Indicateurs directs de satisfaction
Service
Date
Chef de service
Critère
0
1
3
5
Reçue depuis
1 an
Reçue 2 ans
auparavant
Vieille de 3 ans Rien depuis
+ 3 ans
Intérêt
au poste
Élevée
Moyenne
Faible
Nulle
3
Entente
équipe
Forte
Satisfaisant
Médiocre
Incidents
répétés
4
Formation
En cours
Rien depuis
1 an
Rien depuis
3 ans
Rien depuis
l’école
5
Candidature Exclue
à autre poste
Non actuelle
Envisagée
Demandée
6
Retards
Néant
1
Rares
Répétés
7
Absences
Néant
1
2 à 5/an
+5/an
8
Accidents
trajets
Néant
Évités
1
Plusieurs
9
Accidents
travail
Néant
Évités
1
Répétés
10
Discipline de Stricte
vie au travail
Accrocs
Irrégulière
Anomique
Satisfait
Ça va
Pas faciles
Impossible
Totale
Bonne
Moyenne
Médiocre
12
36
60
1
Promotion
2
11 Loisirs
12
Satisfaction
globale
Score global 0
Score effectif
Légende
Les colonnes ABC… N, identifient chacun des collaborateurs du service considéré.
Le score global permet des comparaisons et son évolution indique des actions à entreprendre.
A B C N
11_ch9.fm Page 209 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences pour motiver
209
Les informations sont obtenues soit à partir de l’entretien annuel d’appréciation, soit à partir des informations récoltées au
cours des rencontres quotidiennes. Dans ce cas, l’émergence d’un incident critique, se traduisant par une note à 5 pour un
critère, doit inciter le management à avoir un « entretien de régulation » pour faire le point et aider le collaborateur à
élaborer un plan d’action correcteur.
Régulièrement tenu à jour par le manager, ce tableau constitue un véritable baromètre du climat social de l’équipe et de
l’équilibre psychologique de chacun des collaborateurs. Il constitue un des indicateurs objectifs d’un domaine de compétence
que nous avons dénommé « relation de soutien ».
9.5
Actions du management pour motiver
Comme nous l’avons indiqué, chacun est normalement motivé, mais cette motivation ne se déclenche que si le management utilise la bonne clé. Celle-ci est
actionnée quand il fait exprimer, quand il informe suffisamment, quand il
reconnaît et valorise, quand il permet la progression de chaque collaborateur.
Cette clé doit être actionnée de façon permanente pour être efficace : les besoins
psychologiques, comme les besoins naturels (faim, soif, sommeil, etc.), sont des
constantes vitales dont les composantes se renouvellent de façon cyclique.
Concrètement, chaque jour, le manager peut accorder un encouragement à
chacun de ses collaborateurs pour une activité en cours, le solliciter pour obtenir
son avis, s‘informer de l’avancement de sa mission, l’écouter pour pouvoir donner
des conseils utiles. Il peut aussi laisser sa porte ouverte pour que chacun puisse
venir s’entretenir avec lui. Il doit aussi s’efforcer d’appliquer une règle impérative
de communication interpersonnelle en ménageant deux temps distincts dans
toute rencontre : une première phase d’écoute sollicitant et encourageant
l’expression d’autrui. Ensuite, après s’être efforcé de comprendre et de valider ce
qui a été dit, il doit poursuivre par une phase d’analyse et de construction d’un
plan d’action qui aide autrui à progresser dans son activité.
11_ch9.fm Page 210 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
210
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 9.4 Actions principales du management pour motiver
Direction
Responsables de service
1
Fixer des objectifs en concertation.
Idem avec leurs collaborateurs.
2
Réunir les chefs de service mensuellement.
Réunir l’équipe une fois par semaine.
3
Rencontre chaque chef de service hebdoma- Faire des points rapides d’activité chaque matin.
dairement.
4
Visiter les services régulièrement.
5
Transmettre les informations stratégiques aux Organiser des réunions spécifiques pour les
chefs de service.
informations stratégiques.
6
Superviser la circulation de l’information.
7
Organiser une réunion d’information annuelle Rencontrer chacun au fur et à mesure de
avec tous les salariés.
l’avancement de son activité.
8
Favoriser la formation et le faire savoir en Idem plus plan d’action (DIF).
appliquant la loi du 4 mai 2004.
9
Favoriser l’amélioration des conditions de travail. Veiller à l’amélioration des conditions de travail et
mettre au point des indicateurs.
10 Montrer l’exemple du dialogue à toute occasion.
Rendre visite à chaque membre de l’équipe chaque
semaine.
Faire le point par entretien avec chacun
mensuellement.
Idem lors des entretiens et réunions ainsi qu’à
l’occasion des rencontres quotidiennes.
11 Réaliser les entretiens professionnels et s’y Idem avec une attention particulière aux plus de
perfectionner.
50 ans
12 Engager des actions de développement personnel Idem avec une priorité pour les seniors
et de coaching.
Légende
Colorer en rouge ce que vous ne faites pas, en vert ce qui est réalisé, en orange ce qui est en cours et en jaune ce que
vous comptez débuter.
12_ch10.fm Page 211 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
10
Tableaux de compétences
et IRH pour le management
Bien des arguments et des faits montrent l’actualité des pratiques tayloriennes ou autoritaires, et seules
d’amples transformations politiques ou sociales sont susceptibles de les faire régresser.
Bernard Gazier, Les stratégies des ressources humaines
10.1
Identifier les pratiques d’IRH
La compétence du management résulte de ses connaissances et de ses pratiques
concernant la mise en œuvre de l’ingénierie des ressources humaines (IRH) alors
que la gestion des ressources humaines (GRH) est dévolue au service spécialisé et
concerne les pratiques liées au Code du travail s’appliquant au personnel. Les
chapitres précédents ont proposé l’élucidation des principales procédures d’IRH
axée sur la gestion des compétences : méthodologie des compétences, recrutement, entretien professionnel, communication et motivation, à travers un
12_ch10.fm Page 212 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
212
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
certain nombre de tableaux de bord visant l’excellence du management relationnel. Dans ce chapitre, nous proposons une vue d’ensemble de l’IRH utilisant
les tableaux de bord des compétences managériales. Elles doivent constituer la
base d’un renouvellement des pratiques habituelles de management grâce à
l’arrivée des jeunes cadres qui sont appelés à remplacer le tiers des managers qui va
partir à la retraite dans les cinq prochaines années1.
Nous avons choisi, en relation avec les compétences précédemment exposées, une
vingtaine d’attributions principales de l’IRH qui traduisent une conception
élaborée (cotée de A à D sur une échelle croissante en 4 degrés qui sert d’étalon
dans toutes les évaluations des tableaux de bord présentés dans cet ouvrage),
associée à une pratique réfléchie, pérenne et relationnelle de la fonction.
Repérez, pour chacun de ces indicateurs en fonction des actions principales qui la
caractérisent au degré optimal D, quel est le degré d’excellence de votre pratique
manageriale (M) ou celle de votre organisme (O) :
A : identifie de belles paroles mais une réalisation inexistante ;
B : identifie une réalisation partielle ou ponctuelle ;
C : identifie une réalisation qui mériterait d’être précisée ;
D : identifie une réalisation optimale (que vous pratiquez déjà ou que vous
souhaitez pratiquer).
Tableau 10.1 Diagnostic des pratiques d’IRH
Réalisation des actions d’IRH
Par le management (M)
Par l’organisme (O)
Degré
pratiqué
A B C D
1*
Méthode de communication interpersonnelle
2*
Description des fonctions
3*
Évaluation des compétences
4*
Recrutement et choix des collaborateurs
5**
Accueil des nouveaux y compris intérimaires, stagiaires
6*
Tutorat et formation initiale des nouveaux collaborateurs
1.
Selon l’INSEE, le renouvellement porte sur plus de 600000 salariés par an.
12_ch10.fm Page 213 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
213
Tableau 10.1 Diagnostic des pratiques d’IRH (suite)
Réalisation des actions d’IRH
Par le management (M)
Par l’organisme (O)
Degré
pratiqué
A B C D
7*
Formation continue et information sur le DIF
8*
Stimulation du P.I.R.E.
9**
Organisation et conduite de réunions
10**
Procédure de délégation et de contrôle
11*
Motivation et implication des collaborateurs
12*
Encouragement et évaluation de la satisfaction
13**
Organisation et planification du temps de travail
14**
Réflexion stratégique du management
15*
Perfectionnement personnel du management
16**
Évaluation de la satisfaction et traitement de l’insatisfaction
17*
Concertation et définition des objectifs
18*
Gestion prévisionnelle des compétences
19**
Prise en compte des plus de 50 ans
20**
Démarche de qualité globale et Agenda 21
INDICE TOTAL D’IRH sur 100 =
Moyenne N/20 sur 5 =
Légende
* indique une action traitée dans cet ouvrage.
** indique une action abordée ici et détaillée dans d’autres ouvrages de l’auteur.
Cotation : A = 0 ; B = 1 ; C = 3 ; D = 5
Au-delà de 70 : vous êtes vraiment un excellent manager ;
Entre 50 et 70 ; vous faites un effort pour gérer les compétences ;
Entre 30 et 50 : vous avez encore du chemin pour progresser vers l’excellence ;
Moins de 30 : une formation à la gestion des compétences s’impose.
Pour progresser, surlignez chaque proposition de ce tableau :
•
en vert ce que vous pratiquez ;
•
en rouge ce que vous négligez ;
•
en orange ce que vous essayez ;
•
en jaune votre plan d’action pour la prochaine semaine.
12_ch10.fm Page 214 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
214
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Chacun de ces indicateurs se traduit par un ensemble d’actions élaborées dont
certaines sont l’apanage quasi exclusif de la fonction personnel (rémunération, partenariat social, par exemple : nous les avons exclues du tableau ci-dessus), alors que la
plupart des indicateurs de ce tableau sont du ressort conjoint du management et de
la fonction RH. Certaines actions d’IRH sont dévolues au seul management (tutorat,
participation aux décisions, information, appréciation ou réunions, en particulier).
Encadrement technique et management relationnel de la richesse humaine doivent
être conçus et mis en œuvre de façon complémentaire et indissociable : l’atteinte des
objectifs et les performances de l’organisme dépendent de cette pratique quotidienne
mise en œuvre par le management et de l’aiguillon produit par la fonction personnel.
10.2
Définir les pratiques essentielles d’IRH
Ces définitions reprennent et précisent les procédures essentielles qui composent les
pratiques indiquées dans le tableau 10.1. Chaque proposition se réfère au manager qui
peut indiquer son degré de pratique de A (faible) à D (élaborée) dans le tableau 10.2.
Repérez pour chacun de ces indicateurs, en fonction des actions principales qui les
caractérisent au degré optimal D, quelle est votre pratique manageriale :
A : identifie de belles paroles mais une réalisation inexistante ;
B : identifie une réalisation partielle ou ponctuelle ;
C : identifie une réalisation qui mériterait d’être précisée ;
D : identifie une réalisation optimale (que vous pratiquez déjà ou que vous
souhaitez pratiquer).
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH
Actions d’IRH du management
1 – Communication interpersonnelle (5 items) :
11 – Possède et diffuse une méthode de dialogue qu’il démontre dans son action quotidienne.
12 – Perfectionne régulièrement sa communication et son comportement.
13 – Organise et anime une réunion de mise au point matinale ainsi qu’une réunion
hebdomadaire de management avec son équipe.
14 – Pratique des entretiens réguliers avec tous ses collaborateurs.
15 – Pratique la politique de la porte ouverte.
A B C D
12_ch10.fm Page 215 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
215
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
2 – Évaluation des compétences :
21 – Utilise un référentiel de compétences et le met à jour grâce à des groupes de travail et/
ou lors des entretiens annuels.
22 – Établit une carte de compétences pour chacun de ses collaborateurs.
23 – Établit une carte de compétences pour son service.
24 – Évalue et consigne les écarts de compétences entre les requis pour une fonction et les
acquis pour le titulaire.
25 – Aide ses collaborateurs à construire leur passeport formation.
3 – Description de fonctions :
31 – Utilise une méthode de description et un référentiel de compétences actualisé grâce à des
groupes de travail et/ou aux entretiens annuels, en tenant compte des évolutions.
32 – Évalue les évolutions prévisibles à 3 ou 5 ans
33 – Met à jour la description à l’occasion des entretiens professionnels.
34 – Utilise l’infogramme pour analyser et traiter les problèmes de communication du service.
35 – Recourt à la description à toute occasion de gestion du personnel : embauche, accueil, promotion.
4 – Recrutement et choix du personnel (3 items) :
41 – Élabore une procédure pour tous les salariés avec entretiens, guide, compte rendu et
spécialiste interne ou externe en appui, et consacre une à deux heures d’entretien par candidat.
42 – Un collège est constitué pour recevoir chaque candidat et comparer les candidats entre
eux à partir de supports partagés.
43 – Chaque fonction à pourvoir fait l’objet d’une prévision et d’un planning de recrutement
allant de 4 à 12 mois selon les fonctions.
5 – Accueil des personnels dont intérimaires et stagiaires :
51 – Est établie une procédure élaborée pour tous : badge, fournitures personnelles, livret, pot
de bienvenue, entretien approfondi, séminaire, parrainage, visite des locaux, remise d’une
documentation spécifique et de la description de fonction.
52 – Détermine un plan de formation lors de l’entretien d’accueil.
2
A B C D
12_ch10.fm Page 216 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
216
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
A B C D
6 – Tutorat et formation initiale des nouveaux salariés :
– Un plan d’insertion est associé à des actions de formation, en fonction des écarts constatés et
des demandes formulées par le nouvel embauché lors de l’entretien d’accueil.
7 – Formation continue des collaborateurs et information sur le DIF2 :
71 – Elle est déterminée chaque année par un entretien annuel approfondi qui, en fonction des
nouvelles compétences requises ou des écarts constatés, permet de décider en commun un plan
annuel de formation.
72 – Chaque retour de formation fait l’objet d’un bilan et d’un plan d’application concret dont
la progression est régulièrement évaluée à l’aide du référentiel de compétences.
73 – Un memento du DIF a été réalisé et remis à chaque collaborateur lors de l’entretien
annuel.
8 – Stimulation du P.I.R.E. (besoins fondamentaux) :
81 – Toutes les situations (cf. tableau 9.2, chapitre 9) sont propices pour faire s’exprimer
chacun et l’écouter afin de tirer le meilleur profit de cette expression qui apporte des éléments
constructifs sur l’amélioration du travail de chacun et du service.
82 – Les situations de réunions et d’entretiens, voire les rencontres impromptues, permettent
d’exercer les compétences d’écoute active favorisant l’expression.
83 – Des séances de brainstorming sont organisées en guise d’étude préalable à un nouveau
problème, au lancement d’un projet, ou pour recueillir des avis sur une question nouvelle ou
difficile.
84 – Des tableaux de bord concernant la stimulation des besoins et les motivations des salariés
sont utilisés (tableaux 9.1 et 9.2 du chapitre 9).
2.
La nouvelle loi sur la formation de mai 2004 insiste sur la mission d’information sur le Droit individuel de
formation (DIF) que le personnel d’encadrement doit dédier à chacun de ses collaborateurs.
12_ch10.fm Page 217 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
217
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
9 – Appréciation des collaborateurs :
91 – Chacun a été formé à la procédure formalisée d’évaluation et prépare le dossier de
l’entretien professionnel pour le rendre fructueux, même si plusieurs heures doivent y être
consacrées.
92 – Le plan d’action utile à l’organisme, ainsi que le projet personnel, sont décidés en
concertation entre le management et chacun des collaborateurs.
93 – Chaque rencontre est aussi une occasion de faire un point complet et de réfléchir avec un
collaborateur sur son activité.
94 – Un suivi est planifié pour faire régulièrement le point de la réalisation des objectifs.
95 – Les retours de formation sont aussi l’occasion d’évaluer les acquis et d’identifier des
indicateurs de progression et de transfert des connaissances au cours du travail quotidien.
10 – Organisation et conduite des réunions :
10.1 – Chacun ayant été formé, chacun a la charge tournante de l’animation et de la
préparation comme du secrétariat, le cadre formel est parfaitement respecté et les résultats
s’avèrent satisfaisants pour tous.
10.2 – Des documents de préparation sont envoyés à l’avance, et le compte rendu à l’issue de
chaque réunion.
10.3 – Les réunions imprévues sont exceptionnelles.
11 – Procédure de délégation et contrôle (3 items) :
Elle est précédée par :
– une information adaptée, voire une formation qui prend du temps ;
– une anticipation et une estimation du temps de réalisation des tâches à déléguer,
Elle est suivie par un contrôle pédagogique régulier et devient alors un moyen de progression
et de faire prendre des responsabilités.
12 – Motivation et implication des collaborateurs :
12.1 – La connaissance de chacun, associée à la prise en compte des quatre besoins
fondamentaux manifestée par des entretiens réguliers et des encouragements réguliers,
permet de maintenir la motivation.
12.2 – Anniversaires et fêtes, outre les pauses café, maintiennent la convivialité.
A B C D
12_ch10.fm Page 218 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
218
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
13 – Réflexion stratégique de l’encadrement (7 items) :
13.1 – Un séminaire résidentiel annuel est organisé entre tous les cadres et la direction pour :
– réfléchir sur la situation ;
– homogénéiser le discours ;
– bénéficier d’une formation particulière ;
– déterminer des axes stratégiques pour l’année à venir.
13.2 – La réflexion se poursuit par :
– les réunions hebdomadaires, les discussions avec le personnel ;
– des lectures professionnelles ;
– un coach quelques heures par an pour aider à fortifier l’analyse stratégique et la visée
anticipatrice.
14 – Organisation et planification du temps de travail :
14.1 – L’organisation du travail de chacun a été mise à plat, par petites équipes, et a conduit
à répartir le travail en fonction des impératifs du service et des souhaits des personnels.
14.2 – Les présences et absences de chaque équipier sont affichées dans chaque bureau et
atelier à la vue de tous afin de trouver facilement l’interlocuteur recherché et faciliter les circuits
d’information et l’efficacité du réseau relationnel.
15 – Perfectionnement personnel du management :
15.1 – Fait l’objet d’une nécessité absolue de progression et de mise à jour permanente.
15.2 – Elle implique une planification, décidée lors de l’entretien professionnel avec la direction, un
fort investissement personnel à la fois sur le plan technique et sur le plan relationnel.
16 – Évaluation de la satisfaction et traitement de l’insatisfaction :
16.1 – Toutes les relations formelles et informelles sont des occasions de connaître l’état de
chacun et de renforcer le moral.
16.2 – Les insatisfactions détectées à ces occasions peuvent faire l’objet d’entretiens où l’appui
et l’écoute active sont de précieuses compétences du management relationnel.
16.3 – Un tableau de bord spécifique peut être élaboré et tenu régulièrement à jour.
A B C D
12_ch10.fm Page 219 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
219
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
17 – Concertation et définition des objectifs :
17.1 – Les objectifs définis en commun permettent d’harmoniser le planning de chacun au sein
du service, centralisé par un bureau des méthodes.
17.2 – Chacun affiche son planning dans son bureau, en évidence, pour que tout le monde
sache qui fait quoi, et où il en est de ses objectifs à tout moment.
17.3 – Des points réguliers permettent d’ajuster les objectifs et de répartir du personnel en
fonction des besoins.
18 – Gestion prévisionnelle des compétences et promotion des personnels :
18.1 – Elle s’établit chaque année en concertation, en fonction des résultats de l’année écoulée
et du plan d’action déterminé par l’entretien annuel d’appréciation.
18.2 – Le manager doit défendre ceux qui souhaitent évoluer auprès de la direction.
18.3 – La formation permanente permet de diversifier les compétences nécessaires dans le
cadre d’une démarche qualité, tout en atteignant – dans chacun de ces domaines de
compétences – un niveau de spécialisation qui permet plus de souplesse dans la composition
des équipes, et plus de satisfaction du personnel appelé à diversifier ses tâches.
18.4 – Nombre de compétences peuvent être transmises en interne grâce à un recensement
des ressources de compétences et une formation de formateurs.
18.5 – L’entretien professionnel est conçu comme un moyen d’actualiser les cartes de
compétences (personne : service) et de centraliser les données au service GRH
19 – Prise en compte des plus de 50 ans (7 items) :
19.1 – Capitale pour la survie de nombre d’organismes, cette prise en compte comporte :
– un audit des compétences dès le cap des 50 ans,
– l’élaboration d’un plan d’action pour le transfert de leurs compétences,
– l’utilisation des compétences qui peuvent être mises au service de la collectivité, ou mises
à profit dans les projets auxquels ils peuvent participer, afin de stimuler leur motivation et
de transmettre aux nouveaux leur expérience et leur savoir-faire.
19.2 – Les seniors peuvent utilement servir leur organisme dans des missions de :
– tuteurs auprès des nouveaux, notamment les contrats de professionnalisation et
formateurs pour transférer les compétences qu’ils ont éprouvées au fil du temps ;
– conduire des projets qui demandent de l’entregent et une bonne connaissance de
l’organisme.
3
A B C D
12_ch10.fm Page 220 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
220
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Tableau 10.2 Diagnostic détaillé des pratiques managériales d’IRH (suite)
Actions d’IRH du management
A B C D
19 – Prise en compte des plus de 50 ans (7 items) :
19.3 – Les cartes de compétences constituent des tableaux de bord pouvant être utilisés pour
l’affectation des seniors et préretraités dans ces missions particulières.
19.4 – Un plan de recrutement des plus de cinquante ans est mis en place pour suppléer des
départs à la retraite.
20 – Démarche globale qualité de 5° génération3 (5 items) :
20.1 – Une démarche globale a été entreprise dont il faut savoir qu’elle met cinq ans à s’implanter.
20.2 – Ensuite, il faut la volonté constante et l’implication de chaque manager pour porter ses
fruits, en manifestant sa volonté de formaliser des procédures par une concertation constante.
20.3 – À l’issue de cette revue des actions d’IRH, le lecteur est en mesure d’évaluer son niveau de
compétence en management relationnel dont l’ensemble, intégré dans une pratique globale,
constitue le TQM (Total Quality Management ou Management global de la qualité).
20.4 – Le TQC (totale qualité et communication) de 5° génération permet d’envisager les
répercussions de la réalisation du produit ou du service dans le temps et dans l’espace.
20.5 – Il applique dans l’action quotidienne les préconisations de l’Agenda 21.
Votre score d’IRH sur 300 =
Légende
Rappel de la cotation : A vaut 1 point, B = 2, C = 3 ; D = 4
Ce tableau comporte 75 items et la cotation s’établit sur un total possible de 300 points.
Si vous comptez plus de 250 points, l’excellence de votre management doit être reconnue par tous vos collaborateurs ;
Entre 200 et 249 points, vous êtes sur la pente ascendante à l’assaut de l’excellence ;
Entre 151 et 199 points, la pente est encore rude ;
En dessous de 150 points, vos collaborateurs attendent encore beaucoup de vous !
Pour progresser, surlignez chaque proposition de ce tableau :
•
en vert ce que vous pratiquez ;
•
en rouge ce que vous négligez ;
•
en orange ce que vous essayez ;
•
en jaune votre plan d’action pour la prochaine semaine.
3.
Nous avons détaillé dans Communication et qualité (AFNOR, 2003) cette cinquième étape de l’histoire de
la qualité : la première est axée sur le contrôle final, la deuxième sur l’auto-contrôle, la troisième sur les
cercles de qualité, la quatrième sur le TQC (contrôle total de la qualité) la cinquième prend en compte les
répercussions dans le temps et dans l’espace.
12_ch10.fm Page 221 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
10.3
221
Exigences normatives et IRH
La mise en pratique de l’ingénierie des ressources humaines est l’affaire de tous les
responsables, en concertation avec le service dédié à la fonction RH, comme
l’indique Jean-Marie de Peretti dans un de ses ouvrages célèbres4 Tous DRH ! La
GRH n’est pas l’apanage exclusif de ce service, car le management a la mission
principale et quotidienne d’épanouir la richesse humaine dont il dispose, et
auprès de laquelle il est en permanence en contact.
Le sempiternel « Comment ça va ? », rituel insignifiant de chaque début de journée,
doit apporter de l’information au management qui – dès cet instant – manifeste son
écoute. Que se disent un manager et chacun de ses collaborateurs, après s’être dit
bonjour, est une question déjà posée par Eric Berne5. La réponse (le regard, l’intonation, le visage) doit constituer le « la » du musicien qui indique la tonalité de la
personne et met en évidence l’état du tableau de bord du système motivationnel
sous-jacent. Ce doit être le premier baromètre de son action de prise en charge de
chacun de ses collaborateurs. Au moindre symptôme inaccoutumé, le manager sera
bien inspiré de s’enquérir de l’état véritable dans lequel se trouve son interlocuteur.
Cette « machine affective », grippée ou dopée aux hormones6, est en effet affectée par
le moindre phénomène qui retentit instantanément sur la motivation et l’activité du
jour. Le dialogue qui s’instaure alors est certainement le meilleur des indicateurs de
l’état du système organisationnel et de chacune des personnes qui le composent.
À titre d’illustration de ce conseil, rappelons une anecdote de Marshall Mc Luhan qui
fait se rencontrer deux personnages dans Message is Massage 7. Le premier demande à
l’autre : « Comment ça va ? ». Le second, perplexe, répond en se grattant la tête : « Eh
bien, vois-tu, depuis ce matin six heures, heure à laquelle je me suis levé, il s’est passé
tellement de choses en moi… que… je ne sais plus très bien… dans quel état je suis » !
Cette gestion manageriale de la richesse humaine « au plus près » commence bien avant
l’entrée d’un collaborateur dans l’organisme. Elle s’effectue en coordination avec le
service central RH : la décision d’embaucher un nouveau collaborateur est déterminée
par le manager qui en a besoin. Il justifie cette décision parce qu’il aura préalablement
décrit la fonction qu’il souhaite voir occuper et établi la carte des compétences afférentes.
4.
Peretti (de) Jean-Marie, Tous DRH !, Vigot, 2002.
5.
6.
Berne Eric, Que dites-vous après avoir dit bonjour ? Tchou, 1982.
Vincent Jean-Didier, Le Cœur des autres, Plon, 2005.
7.
Marshall Mc Luhan est l’inventeur du concept de « village mondial de l’information » et du terme « mass media ».
12_ch10.fm Page 222 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
222
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Il s’agit donc d’un travail de terrain qui se poursuit avec la procédure de choix des
nouveaux, même si celle-ci est organisée par le service RH. Ensuite, il appartient
toujours au manager d’accueillir le nouveau, de le tutorer8, de favoriser son intégration, de stimuler ses besoins fondamentaux, d’analyser comment ses motivations sont excitées afin de favoriser sa progression. C’est encore le manager qui
informe, délègue, conduit les entretiens annuels9, définit des objectifs de
progression, encourage, détermine des responsabilités, évalue des compétences et
des besoins de formation, réunit et s’entretient avec ses collaborateurs. Il se
montre, en tout, un modèle de comportement que chacun s’efforce d‘endosser.
Pour toutes ces actions typiques de gestion des compétences, référencées au
tableau 10.1 de ce chapitre et dont le mode d’emploi est détaillé dans le
tableau 10.2, c’est le manager qui opère en première ligne. Le service RH impulse
parfois, encadre le plus souvent, mais n’intervient que de loin en loin sur le terrain.
Un salarié peut passer des années (voire toute une carrière) sans rencontrer son
DRH, si celui-ci ne prend aucune initiative en ce sens. Il appartient donc au management de mettre en œuvre ces actions d’ingénierie des ressources humaines qui
sont à la base de la performance des salariés et des résultats obtenus par l’organisme.
Or, les personnels d’encadrement sont souvent mal préparés à cette mission de
management relationnel. Rares sont les grandes écoles qui associent à leur
programme technique un enseignement actif, suffisant et pratique concernant les
modalités et les actions liées à la responsabilité humaine du management. En
outre, le taylorisme flamboyant, fondé sur la répression des quatre besoins fondamentaux, impulsée par un encadrement traditionnellement autocrate et plus
soucieux de rentabilité économique et de productivité que d’épanouissement du
personnel, a encore appauvri les compétences humaines du management. Par
ailleurs, la formation continue, dans ce domaine du management, a reçu moins de
7 % des formés en 200510, ce qui paraît peu propice à combler ce handicap initial.
8.
9.
Mission voulue par la nouvelle loi sur la formation pour chaque manager auprès de trois nouveaux collaborateurs.
La nouvelle loi sur la formation tout au long de la vie du 4 mai 2004 les qualifie désormais « entretien
professionnel » : ils sont détaillés dans notre ouvrage L’Entretien professionnel, AFNOR, 2004.
10. Un peu plus d’un million de salariés sont partis en formation en 2005. Sur ce chiffre, 70000 d’entre eux
sont allés dans des formations non techniques : management, langues, bureautique. Les chiffres fournis par
l’INSEE ne sont pas plus précis et l’on peut estimer à seulement 30000 personnes les salariés qui ont
bénéficié d’une formation manageriale.
12_ch10.fm Page 223 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
Tableaux de compétences et IRH pour le management
223
Les tableaux de bord présentés dans cet ouvrage devraient aider chaque manager
dans cette tâche de prise en charge et de développement des compétences des
collaborateurs de l’entité qu’il dirige. Cette nouvelle pratique devrait éviter que les
dirigeants se lamentent, déplorant que leur personnel ne soit pas motivé. Ils se
résoudront peut-être alors à abandonner de gentils soldats sous-payés à l’autre
bout de la planète pour faire confiance à des hommes et des femmes dont la
richesse aura su être décelée, prise en charge, mise en valeur et bonifiée de façon
conjointe par le service RH et par chaque responsable d’une équipe, d’un service,
d’un établissement de production, de service, d’éducation ou de santé.
Il convient donc de fixer des exigences normatives et de mettre en œuvre les
procédures d’IRH qu’Edward W. Deming11 appelait de ses vœux quand il plaçait,
en premier principe de l’obtention de la qualité, l’homme au centre du système de
production et de service.
11. Deming Edward W., Hors de la crise, Economica, 1988.
12_ch10.fm Page 224 Vendredi, 12. janvier 2007 12:55 12
13_conclusion.fm Page 225 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
Conclusion
La mesure de tous les savoirs
Les managers d’aujourd’hui sont rarement satisfaits d’eux-mêmes.
Tom Peters, La Passion de l’excellence
Basés sur le référentiel de compétences qui représente un étalon de mesure des
savoirs, savoir-faire, savoir faire faire et savoir-être disponibles pour tous les
acteurs de l’entreprise comme pour ceux requis par l’organisme, les écarts qui en
découlent doivent pouvoir être appréciés et comblés à l’aide des tableaux de bord
dont nous avons commencé la construction dans cet ouvrage. Ces instruments de
gestion des compétences doivent être facilement utilisables par le management
pour servir de guide et d’éclairage à tous les moments de la carrière des collaborateurs et dans toutes les situations où l’analyse et le perfectionnement des
compétences de tous les acteurs d’une équipe s’imposent.
Nous avons accordé une importance capitale aux savoirs et savoir-faire les plus
difficiles à prendre en compte, car telle est notre expertise quotidienne depuis
plusieurs décennies, comme en témoignent les milliers de candidats – rencontrés
lors de l’embauche, de reclassements ou de formation – que nous avons pu passer
13_conclusion.fm Page 226 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
226
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
à l’aune de nos méthodes d’évaluation. Nous sommes aussi convaincu que ces
compétences relationnelles sont à la source de l’efficacité des compétences techniques car elles potentialisent celles-ci dans le savoir-être qui accompagne toute
pratique professionnelle.
Or, autant la mesure des compétences techniques, strictement professionnelles,
peut se réaliser assez facilement et parfois instantanément, autant les caractéristiques de savoir-être perçues lors d’un entretien de recrutement ou dans une
situation d’interaction entre personnes est plus sujette à caution, labile et frappée
au sceau d’un jugement spontané sans nuance, comme en témoignent les
recherches à ce sujet. Il nous faut 180/1000° de seconde pour juger quelqu’un dans
un lapidaire : « j’aime, j’aime pas » !1. Cette perception naïve est fortement dépendante de la somme des préjugés des acteurs en présence. Elle dépend en outre de
facteurs de personnalité dont le frottement détermine à la fois la richesse des relations, mais aussi toutes les tensions qui altèrent la performance d’une activité, le
résultat d’une négociation, la bonne fin d’une production ou d’un service.
Néanmoins, de plus en plus d’organismes souhaitent fonder leur politique de
gestion des ressources humaines sur des critères de savoir-être, comme le souligne
Armand Mennechet2 : respect d’autrui, sens du client interne et externe, intégrité
morale, adaptabilité, sens du résultat durable et de l’efficacité, proactivité,
initiative, disponibilité, … Philip Morris France recherche dans le comportement
de ses commerciaux huit critères structurants : intégrité professionnelle, travail
d’équipe et coopération, exigence de résultats, créativité, compréhension interpersonnelle, pensée analytique, orientation client et capacité d’influence. À cette liste
digne de la servante de Camille, la fiancée mythique de Don Quichotte, ne
manque qu’un raton laveur.
En clair, quelle est l’utilité de ces caractéristiques évanescentes, brandies comme les
pales d’un moulin à vent, si elles ne sont pas précisément définies et accompagnées
par une grille d’analyse, tableau de bord ou référentiel de compétences, qui facilite
leur mise en évidence par des comportements observables et mesurables ? Ces
caractéristiques doivent être transformées en autant de savoirs et savoir-faire
rigoureusement repérés et détaillés afin que chacun puisse les évaluer de façon
tangible et factuelle, mesurer des écarts par rapport à ce qui est requis à l’aide de
1.
Pradier Jean-Marie, Le Téléspectateur face à la publicité, Nathan, 2003.
2.
Mennechet Armand, Le Capital compétences, AFNOR, 2006 p. 103.
13_conclusion.fm Page 227 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
Conclusion
227
propositions objectives et de procédures circonstanciées qui en garantissent la
fiabilité. L’objectif d’une telle évaluation est de mettre en œuvre des apprentissages
capables de faire progresser les savoir-agir qui le nécessitent. Seule cette double
traduction (du savoir-être au savoir-faire, puis du savoir-faire au savoir-agir) est
susceptible de transformer des critères subjectifs en réelles compétences
mesurables et perfectibles3.
Aux tableaux de bord que nous proposons pour évaluer les divers comportements
utiles à l’entreprise, il faut éviter d’ajouter des indicateurs quantitatifs qui anéantissent la relation et la mesurent dans un chiffre qui fleure mal la note scolaire,
comme l’a constaté Armand Mennechet4 dans le cas des entretiens d’évaluation.
L’utilisation de chaque tableau de bord doit être l’occasion de fonder et de renforcer
une véritable rencontre entre un manager à l’écoute et chacun de ses équipiers.
Ce nouveau manager, avide d’excellence, cherche à comprendre par le dialogue
tandis que sa compétence communicationnelle incite chacun de ses collaborateurs
à s’engager dans un plan d’action, défini en commun, pour progresser sur les
échelles de compétences, à l’assaut d’un perfectionnement et de la qualité
nécessités par l’atteinte des résultats assignés à une mission.
L’utilisation des tableaux de bord des compétences constitue donc un levier pour
inverser le sens du constat réalisé par l’AFAQ lors des premiers audits de la norme
ISO 9001 version 2000, relatif au paragraphe 6-2 de la gestion des compétences.
Cette enquête5 révélait en effet trois actions majeures devant faire l’objet d’une
amélioration urgente :
1. l’identification des compétences, utiles à l’organisme, pour mettre en œuvre et
maintenir le système de management de la qualité ;
2. le recensement exhaustif des compétences du personnel ;
3. l’adoption et l’utilisation d’une méthodologie pour évaluer les compétences
du personnel.
À l’assaut de ce pic d’excellence, seul le dialogue conduira les organismes à
approcher le sommet et à se comporter ainsi en véritables entreprises citoyennes.
3.
C’est le travail que nous avons entrepris pour une trentaine de ces caractéristiques dans Compétences
relationnelles, AFNOR, 2005.
4.
5.
Mennechet Armand, op.cit., p 85-86.
Compétences, management et nouvelles missions de l’encadrement, sous la direction d’Alain Meignant, Cahiers
thématiques du MEDEF, 15 novembre 2002.
13_conclusion.fm Page 228 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
228
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Le dialogue doit être conçu comme une compétence majeure que les directions
comme le management doivent perfectionner. Or, un tiers des cadres6 déclarent
ne pas adhérer aux orientations stratégiques de leur entreprise et 54 % des salariés7
se sentent peu liés à celle-ci. Pour renverser ces tendances, seule la pratique quotidienne de la communication interpersonnelle érigée en méthode, démontrée par
le top management, apprise par l’encadrement, développée par tous les acteurs du
réseau clients-fournisseurs de l’organisme, constitue la clé déterminant la réussite
de cet assaut pour entraîner la majorité du personnel vers des pics d’excellence.
Sur cette route pentue, les tableaux de bord, élaborés pour la gestion des compétences, et leurs clignotants, sont les principaux repères méthodologiques pour
permettre au management de s’adapter et de progresser, par la concertation, afin
de promouvoir un engagement résolu de tous les acteurs impliqués.
6.
Sondage Cégos/Liaisons sociales, octobre 2004.
7.
Baromètre Manpower/CSA de 2004.
13_conclusion.fm Page 229 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
Bibliographie
AFNOR, Mise en œuvre des ISO 9000, 2002.
Amiel Roger, Entreprise et santé, Maloine, 1998.
Azzopardi Gilles, Guide du recrutement, Marabout, 2001.
Bellaïche Michel, Les Exigences de management de l’ISO 9001, AFNOR, 2001.
Berne Eric, Que dites-vous après avoir dit bonjour ?, Tchou, 1972.
Blake Robert S., Mouton Jane S., Les Deux dimensions du management, Éditions
d’Organisation, 1970.
Buckingham Marcus et Coffman Curt, Manager contre vents et marées, Village
mondial, 2001.
Beauvois Jean-Léon, Joule Robert-Vincent, Petit traité de manipulation à l’usage
des honnêtes gens, PUG, 2005.
Cerkevic Chantal, Les Référentiels d’excellence, puissants outils d’auto-évaluation,
AFNOR, 2002.
Chaminade Benjamin, RH et compétences dans une démarche qualité, AFNOR, 2005.
Chaminade Benjamin, Identifiez vos salariés de talent, AFNOR, 2005.
Chaminade Benjamin, Attirer et fidéliser les bonnes compétences, AFNOR, 2006.
Cicotti Serge, 150 petites expériences de psychologie, Dunod, 2005.
Coué Émile, Œuvres complètes, Astra, 1999.
13_conclusion.fm Page 230 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
230
60 tableaux de bord pour la gestion des compétences
Damasio Antonio, L’Erreur de Descartes, la raison des émotions, Odile Jacob, 2006.
Deming William Edwards, Hors de la crise, Economica, 2002.
Escarpit Robert, Théorie générale de l’information et de la communication,
Hachette, 1976.
Fermez-Welch Suzanne, Management de nouveaux projets, AFNOR, 2001.
Galinon-Mélénec Béatrice, Penser autrement la communication, L’Harmattan, 2007.
Gazier Bernard, Les Stratégies des ressources humaines, La Découverte, 1993.
Guittet André, L’Entretien, Armand Colin, 1995.
Jaulent Patrick, Quarès Marie-Agnès, Pilotez vos performances, collection
« Indicateurs et tableaux de bord » AFNOR, 2006.
Landy Gérard, AMDEC, Guide pratique, AFNOR, 2003.
Lévy-Leboyer Claude, L’Évaluation du personnel, Éditions d’Organisation, Paris, 2005.
Marc Edmond, Picard Dominique, L’Interaction sociale, PUF, « Le psychologue »,
Paris, 1989.
Martin Jean-Claude, Guide de la communication, Marabout, 2000.
McGregor Douglas, La Profession de manager, Gauthier Villars, 1969.
Martory Bernard, Gestion des ressources humaines, Dunod, 2002.
Mathieu Stéphane, Comprendre les normes ISO, version 2000, AFNOR, 2002.
Miñana Marcel, Conduite de projet, 2 vol., AFNOR, 2002.
Mintzberg Henry, Le Management, voyage au centre des organisations, Éditions
d’Organisation, 2000.
Morris Desmond, La Clé des gestes, Marabout, 2000.
Northway Mary L., Initiation à la sociométrie, Dunod, 1963.
Oger-Stefanink Annick, La Communication, c’est comme le chinois, cela s’apprend,
Payot, 2006.
Peretti Jean-Marie, Gestion des ressources humaines, Vuibert, 2002.
Peters Tom, Austin Nancy, La Passion de l’excellence, InterÉditions, 1985.
Petitdemange Claude, Conduire un projet avec le management de la valeur,
collection « À savoir », AFNOR, 2001.
Sérieyx Hervé, Boussoles pour temps de brume, Village mondial, 2003.
13_conclusion.fm Page 231 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
Bibliographie
231
Seron Xavier et alii, La Modification du comportement, Desart et Mardaga, 1995.
Target Christian, Manuel de préparation mentale, Chiron, 2004.
Thévenet Maurice, Le Plaisir de travailler : favoriser l’implication des personnes,
Éditions d’Organisation, 2000.
Turgeon Bernard, La Pratique du management, McGraw-Hill, 1985.
Vincent Jean-Didier, Le Cœur des autres, Plon, 2004.
13_conclusion.fm Page 232 Vendredi, 12. janvier 2007 12:56 12
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising