No 06 Partenariat Ecole-Famille

No 06 Partenariat Ecole-Famille
Partenariat Ecole-Famille
No 6 - Mars 2008
Travail d’équipe
A l’école, les élèves apprennent à travailler ensemble.
L’esprit d’équipe est de plus en plus vu comme une
compétence transversale importante à développer,
utile à l’école et aussi pour plus tard. Les entreprises
recherchent des jeunes qui savent lire, écrire et
compter mais qui soient également autonomes,
coopératifs… Bref, les attentes des uns et des autres
peuvent être, sur ces points, convergentes.
L’Ecole est amenée à développer des partenariats
avec le monde de l’entreprise. Il est vrai que c’est
encore trop souvent la méconnaissance réciproque
qui prédomine, alors que le dialogue constructif est
essentiel pour une transition harmonieuse.
Doucement, il est à noter que chacun comprend son
besoin de l’autre pour réussir sa mission. C’est
ensemble qu’il faut travailler pour permettre à
l’élève-étudiant-apprenti de s’épanouir ensuite
professionnellement. Des passerelles école-entreprise
se mettent en place. Idem pour le partenariat entre
l’institution scolaire et la famille.
Chaque enseignant a aussi, au niveau de sa classe,
affaire à divers partenaires, dont en premier lieu
les parents. Une relation pas toujours facile,
qui est néanmoins primordiale, en premier
lieu pour lutter efficacement
contre l’échec scolaire.
A l’échelle de l’élève,
de l’institution scolaire
ou de l’enseignant, les
règles et stratégies du
partenariat sont en
fait assez similaires. Et
ce que l’enseignant
utilise pour outiller les
élèves afin qu’ils
puissent travailler en
équipe, il peut s’en
inspirer pour sa
relation avec la
famille. Reste que les
parents, tout comme
d’autres partenaires
externes à l’enceinte
scolaire, peuvent avoir
tendance à s’immiscer
et à dicter leurs visions
à l’école, d’où parfois
cette réaction – somme
( Résonances - Mars 2008
Nadia Revaz
toute naturelle – de mise à distance, par peur. Et à
l’inverse, il y a ces parents qui ne semblent pas vouloir
collaborer, se mettant eux-mêmes à distance, par
insécurité.
C’est lorsque les parents sont – ou sont perçus, ce qui
revient presque au même – comme des «envahisseurs»
ou des «démissionnaires» que les choses se
compliquent. Et c’est bien sûr dans ces cas que le
partenariat est encore plus nécessaire. Définir les
règles du jeu est alors indispensable. Etre au clair sur
les rôles de chacun est primordial et permet de ne pas
empiéter sur le territoire de l’autre. Il faut également
une écoute attentive, une confiance réciproque ainsi
qu’une explicitation des objectifs attendus par l’école.
Facile à dire, d’autant plus que dans certaines
situations s’ajoute une difficulté supplémentaire: une
totale inégalité dans le dialogue. Lorsque les parents
ne parlent pas ou mal la langue du lieu, lorsqu’ils
n’ont que peu fréquenté l’école, on voit bien que les
solutions doivent être différenciées
pour que le partenariat, essentiel à la
réussite de tous les élèves, puisse se
construire progressivement.
Si aucune recette n’existe dans cette
co-construction d’un partenariat durable
Ecole-Famille et Enseignant-Parents, il semble
une évidence que l’information et la
communication soient des pistes à
privilégier. Cependant, il faut
encore varier les formes
pour que le message
atteigne sa cible,
d’autant plus que
celle-ci est multiple…
L’idéal serait que
l’Ecole propose, en
plus des traductions de
documents écrits, par
exemple des supports
audiovisuels pour
présenter ses objectifs,
ses attentes…, de
façon à faciliter la
tâche de l’enseignant.
D’autres pistes seraient
à explorer, via l’équipe
enseignante ou
l’entraide entre
parents.
1
S ommaire
N. Revaz
1
Travail d’équipe
4-13
Sciences-Environnement
Education musicale
ICT
Mémento
ICT
CRPE
14
16
18
19
20
22
«Toile de vie»: la biodiversité au musée et à l’école - A. Bardou
Starmania au CO - C.-E. Clavien
Publier ses fichiers PowerPoint - P. Favre
A vos agendas - Résonances
tsrdécouverte.ch: un guide pour la société des savoirs - M.-T. Rey
En zone de turbulences - P. Vernier
Allemand
Ecole et musée
Education physique
Histoire
BEL
Chiffre du mois
Anglais
Livres
Revue de presse
Autour de la lecture
Carte blanche
34
36
38
40
42
24
27
28
30
32
33
L’enseignement de l’allemand entre émotion et immersion - D. Delay
Musée d’histoire-Musée d’archéologie: transition… - E. Berthod
Musculation chez soi - L’équipe d’animation
Histoire du Valais: une séquence sur les femmes au 19e siècle - N. Revaz
Les offres de ch Echange de jeunes - ch Echange de jeunes
Pyramide des âges du personnel enseignant - SFT
Evaluation de l’introduction de l’anglais au CO - T. Stupf
La sélection du mois - Résonances
D’un numéro à l’autre - Résonances
Pratiques déclarées et performances des élèves - N. Revaz
On passe à la télé!!! - Emilie, Yoan, Loïs et Nathan
Semaine de la langue française et de la francophonie - CIIP/NR
Les dossiers de Résonances
2
43
44
Résonances - Mars 2008
)
Partenariat
Ecole-Famille
La relation entre les enseignants et les
parents, et plus largement entre l’Ecole
et la Famille, est parfois complexe.
4
Représentations des
enseignants lors
d’entretiens difficiles
10
Quelques
pistes pratiques
en vrac
6
Refonder l’alliance entre
les familles populaires
et l’école
13
La bibliographie
de la Documentation
pédagogique
8
Regard de
Claude Barras-Paris,
présidente de la FRAPEV
Avec l’évolution actuelle de la société,
le partenariat est à renforcer, avec une
grande clarté sur les rôles de chacun,
les parents ne devant être ni trop
intrusifs, ni trop distants. Ce dossier
apporte quelques éclairages pour un
partenariat renouvelé.
R eprésentations des enseignants
M. Allenchach
lors d’entretiens difficiles
Tant dans ma pratique de psychologue scolaire que de
formateur d’adulte, j’ai eu l’occasion d’admirer certains
changements de perspectives chez des enseignants pris
dans des situations de collaboration difficiles. Ces modifications de leurs représentations leur ont permis d’envisager les entretiens avec un sens renouvelé, et de pouvoir
s’y préparer avec davantage d’énergie et de sérénité.
L’identification d’objectifs sur
lesquels les enseignants ont prise les
aide à préciser leurs limites.
Un sentiment d’enfermement dans un «cercle vicieux»
débouche parfois sur la prise de conscience d’une boucle de rétroaction à laquelle chacun participe involontairement. Ce schéma relationnel peut prendre diverses formes, dont voici trois exemples:
Le combat
Le parent, se sentant attaqué, réagit sous un mode défensif, qui est ressenti comme une attaque par l’enseignant. Ce dernier, pour se défendre, contre-attaque, et
ainsi de suite. Le parent protège son enfant, sa famille
ou son rôle parental. L’enseignant protège sa classe, son
élève, son école ou son rôle professionnel. Les amorces
de ce jeu relationnel sont multiples et généralement involontaires. Pour un parent, entendre une difficulté
concernant son propre enfant n’est jamais facile. Quant
à l’enseignant, il doit improviser quotidiennement, seul
adulte dans la classe, pour faire face aux multiples défis
de l’enseignement. Chacun fait de son mieux, reçoit peu
de reconnaissance, se culpabilise vite, ou se défend
contre cette culpabilité. Dans ce contexte, une phrase
comme «l’année passée, pourtant, tout allait bien» est
ressentie par beaucoup d’enseignants comme une attaque personnelle.
tend avant tout son approbation. Par la suite cependant, il ne parvient pas à mettre en œuvre les pistes
convenues, ou n’y voit pas de sens. L’enseignant ressent
cela comme un manque de loyauté de la part du parent.
Il se sent partagé entre un sentiment d’impuissance et
l’envie de le contraindre à «tenir ses engagements».
Lors de l’entretien suivant, le parent réagit au ressentiment perçu chez l’enseignant en redoublant d’efforts
pour faire profil bas. A nouveau, il approuve les points
de vue et les propositions de l’enseignant, sans pouvoir
y adhérer, ni tenir ses engagements…
Le piège de la «collaboration»
Parfois l’enseignant ouvre une large porte à la collaboration, sollicitant le parent pour le choix et la mise en
œuvre de pistes concernant l’école. Il arrive que le parent comprenne alors le message suivant: «L’enseignant
ne sait plus comment réagir et me demande de l’aide.»
Il ressent une grande inquiétude pour son enfant et
une perte de confiance dans l’institution scolaire, tout
en se sentant démuni par rapport aux demandes de
l’école, car il ne peut pas intervenir durant les heures
scolaires, et n’a pas les compétences d’un professionnel de la pédagogie. Il peut réagir en donnant des
conseils aux enseignants sur ce qui devrait être fait en
classe, ou en mettant en doute leurs compétences, ce
La soumission
Durant l’entretien, le parent se soumet aux définitions
de l’enseignant concernant le problème, ses causes et
ses remèdes. Celles-ci sont incompatibles avec ses représentations, ses valeurs, ou les contraintes auxquelles il
se trouve confronté, mais il pense que l’enseignant at-
4
Résonances - Mars 2008
)
(
qui représente deux formes d’ingérence, à moins qu’il
reste en retrait, ne s’engageant pas dans une recherche
de solutions. Dans les trois cas, les enseignants se sentiront encore plus démunis devant une si «mauvaise collaboration» de la part des parents.
Ces trois schémas relationnels posent la question des
territoires respectifs: «Où s’arrête le terrain de l’enseignant? où commence celui de la famille? quelles paroles, quelles interventions sont légitimes?»
Des enseignants présentent parfois comme but d’un
entretien: «Convaincre les parents de consulter le psychologue scolaire pour leur enfant, leur faire accepter
un passage en enseignement spécialisé, faire en sorte
qu’ils contrôlent systématiquement les devoirs, ou au
contraire qu’ils ne s’en occupent plus, leur faire prendre conscience de la gravité de la situation, etc.»
Ces objectifs sont piégeants car ils ne dépendent pas,
fondamentalement, des enseignants. Les limites des
compétences réciproques deviennent floues, risquant
d’entraîner une lutte de pouvoir. Car, en voulant
convaincre, on empiète sur le territoire de l’autre, le
poussant à se défendre.
D’autre part, ces buts focalisent l’entretien sur des arguments et contre-arguments, ce qui laisse peu de
place à l’écoute réciproque, la progression de la compréhension de la situation, et la recherche de pistes
qui prennent sens pour les divers acteurs.
Enfin, l’enseignant ressent un sentiment d’échec si le parent n’a pas adhéré à son point de vue. Il se dévalorise
injustement («Je n’ai pas réussi à le convaincre») reporte
son agressivité sur le parent («Il ne veut pas le bien de
son enfant»), ou se décourage («On ne peut rien faire»).
Les objectifs identifiés par les enseignants comme dépendant directement d’eux-mêmes sont par exemple:
«Informer…, exprimer…, faire part de…, donner au parent l’occasion de s’exprimer sur…, manifester son intérêt pour…, écouter, vérifier ce que l’on a compris, etc.».
L’identification de ces objectifs aide les enseignants à
préciser leur rôle, leurs responsabilités et leurs limites.
Ils prennent conscience des éléments sur lesquels ils
n’ont pas prise, entraînant certains deuils. Mais ils
peuvent ainsi recentrer leur énergie sur les éléments
qui dépendent d’eux: s’affirmer avec davantage de
confiance à l’intérieur de leur champ de compétence,
et porter leur attention sur l’écoute, la communication et la conduite de l’entretien.
( Résonances - Mars 2008
Ces objectifs, légitimes, gagnent à être exprimés aux
parents, permettant une clarification des intentions
de l’enseignant, une négociation d’objectifs communs
et une proposition de déroulement de la discussion.
Enfin, tout ce travail réflexif met souvent en évidence
des informations pertinentes qui manquent à l’enseignant: «quels sont les souhaits et les projets des parents
pour leur enfant? quelles sont leurs attentes vis-à-vis de
moi? comment interprètent-ils les messages reçus de
l’école? comment l’enfant ressent-il la situation?» Ces
questions enrichissent le sens de l’entretien: l’écoute et
la reformulation ne sont pas pratiquées comme des
techniques de manipulation, mais sont mues par un désir authentique de mieux comprendre la façon dont la
famille vit sa relation à l’école.
Elles montrent aussi que, dans toute situation de communication, les maladresses et les malentendus sont
inévitables. Un thème aussi sensible que les difficultés
scolaires d’un enfant provoquera naturellement des
blessures et des tensions. Développer sa propre capacité à écouter sans se soumettre et à s’exprimer sans
agresser peut aider à les vivre tout en continuant à
donner du sens à son travail.
Ainsi l’entretien n’apparaît plus comme un combat à
gagner, ni le conflit comme un échec; ce sont des occasions de continuer à apprendre ensemble.
Références
Pat Patfoort. Se défendre sans attaquer. La puissance de la
non-violence. Backens Book, 2004.
Patricia Mc Culloch, Chiara Curonici et Francesca Joliat. Des
difficultés scolaires aux ressources de l’école: un modèle de
consultation systémique pour psychologues et enseignants.
Bruxelles: de boeck, 2006.
(
l’ a ut eu r
Il n’y a pas de réponse définitive à ces questions, mais
j’invite les enseignants à distinguer les problèmes
qu’ils rencontrent directement et les soucis qu’ils ressentent pour autrui.
Marco Allenchach, psychologue FSP de
formation, est professeur-formateur à la Haute
Ecole pédagogique de Lausanne.
5
R efonder l’alliance entre les
familles populaires et l’école
Longtemps, les familles sont restées en dehors de
l’école et cette distance ne faisait pas problème. Elle représentait même un moyen pour l’institution scolaire
de façonner un modèle d’enfant soustrait à l’influence
de ses parents et de son milieu. L’hétérogénéité des publics consécutive à la massification scolaire et l’enjeu de
la réussite pour tous ont conduit à un nouveau type de
relations avec les parents selon un double objectif au
moins: les mobiliser face à la poursuite d’études et s’appuyer sur leur participation en cas de difficulté d’apprentissage ou de comportement. Cependant, le partenariat entre l’école et les familles apparaît dans bien
des cas plus lacunaire là où les scolarités des élèves empruntent des chemins chaotiques et, inversement, plus
intégré dans les pratiques ordinaires des parents dont
les enfants négocient avec succès, du moins sans accroc
majeur, leur parcours scolaire. Ce constat paradoxal
nourrit les préjugés des enseignants vis-à-vis de parents
jugés défaillants ou «démissionnaires», des parents visà-vis d’enseignants auprès desquels ils se sentent culturellement dominés et peu considérés. Le rapport d’interdépendance qui lie les familles et l’école nécessite
l’implication des parents au risque que leur absence
soit interprétée comme la cause des problèmes ou de
l’échec scolaire de l’enfant.
Les logiques de la distance
Ce mécanisme est l’effet pervers d’une norme de relation qui valorise la participation mais sans poser la question des conditions nécessaires pour y satisfaire. Les parents sont-ils tous à égalité pour se comporter comme
les partenaires que l’institution attend? De plus, l’absence stigmatise, donne lieu à un malentendu ou se fige
dans un différend: les règles de l’échange ne sont pas
partagées, les rôles ne sont pas précisément définis, les
Eviter les impasses d'une confrontation inégale.
6
Prochain dossier:
Créativité, logique, complémentarité
créativité/logique.
références éducatives et culturelles divergent. Or, loin
de se désintéresser de l’enjeu scolaire dont elles ont
compris qu’il serait le «salut» pour leurs enfants, les familles populaires manquent avant tout de ressources efficaces et leurs modalités d’investissement ne sont pas
nécessairement reconnues à et par l’école.
Plus précisément, trois logiques sont au principe de la
distance, désormais constituée en problème, entre
l’école et les familles. L‘une repose sur une attitude de
confiance initiale qui parfois confine à la délégation
éducative accordée à des enseignants que les parents
jugent plus compétents qu’eux-mêmes. Ils attendent
alors d’être informés par l’école et la norme consiste à
ne pas intervenir. Dès lors qu’ils sont prévenus parfois
tardivement et sur le mode de la convocation d’un
problème concernant leur enfant, ils peuvent avoir le
sentiment d’une confiance trahie et celle-ci vire alors
en une forme de défiance face à une institution qui ne
leur laisse guère d’alternative voire les méprise. La seconde logique consiste en un ensemble de critiques à
l’égard de l’école et des enseignants en particulier.
L’élitisme scolaire, le manque d’autorité, la discrimination sociale ou ethnique sont parmi les griefs les plus
fréquents, de sorte que les parents campent dans une
position en retrait et doutent des bénéfices qu’ils peuvent attendre d’une plus grande coopération. Enfin,
une troisième logique met l’accent sur les tactiques
défensives que les parents mettent en œuvre pour se
protéger, eux et leurs enfants.
Les familles tentent de se soustraire au jugement de l’école
qui, indirectement, les culpabilise et les humilie parfois. Ce
que les enseignants disent des
élèves, de leurs performances
ou de leur comportement, atteint souterrainement l’identité
des personnes et les qualités
éducatives des parents. Pris dans
ce processus, ils se préoccupent
(
P. Périer
Résonances - Mars 2008
)
Expliciter, diversifier, anticiper
Si le principe d’un partenariat avec les familles n’est
pas en cause, les errements et impasses dans les relations avec les familles populaires suggèrent d’en repenser les modalités afin d’en améliorer les effets auprès des élèves qui, précisément, en auraient le plus
besoin. Il faut se garder cependant de chercher les
«bonnes pratiques» car ce serait négliger les effets de
contexte et la sociologie de publics de plus en plus différenciés selon les écoles, et qui appellent des dispositifs localement adaptés. On peut donc dresser non un
programme d’action mais quelques balises sous forme
de principes, pour guider la réflexion.
Un premier principe vise l’explicitation dans un système de relation opaque dont le décryptage nécessite des compétences inégalement distribuées entre
les familles. Ce faisant, il favorise la connivence culturelle entre les acteurs de l’école et les parents les
plus informés et les plus stratèges. Or, comme l’écrivent les auteurs des Héritiers dans la conclusion de
leur célèbre ouvrage: «Chaque progrès dans le sens
de la rationalité réelle […] serait un progrès dans le
sens de l’équité.» (Bourdieu, Passeron, 1975, p. 114).
Dit autrement, l’explicitation est une condition de la
démocratisation et rendre le partenariat accessible
et intelligible au plus grand nombre impliquerait
d’en clarifier le «mode d’emploi», les règles, les rôles
et responsabilités attendus des uns et des autres.
Un second principe s’intéresse à diversifier les modalités du partenariat, c’est-à-dire à varier les dispositifs et modalités de la rencontre. Le modèle de relations dominant dans l’institution des rapports entre les familles et l’école (documents d’information,
réunions, rencontres inter-individuelles sur rendezvous, représentants élus…) s’adresse en réalité à un
type de parents. Or, il importe d’intéresser le plus
grand nombre ce qui implique de moduler les formes et les supports de la relation afin d’ouvrir l’accès, pratique et symbolique, de l’école aux familles
qui en sont les plus éloignées.
Un troisième principe consiste en une anticipation
de la rencontre à l’initiative de l’école et non des familles. Un premier contact en début d’année, surtout dans les quartiers défavorisés où l’échange
avec les parents est plus aléatoire, serait de nature à
installer précocement, et de façon préventive, une
relation de confiance plus difficile à établir lorsque
tombent les sanctions et autres convocations.
Enfin, un dernier principe consiste à encourager les
médiations et intermédiations afin notamment d’évi-
( Résonances - Mars 2008
ter les impasses d’une confrontation inégale entre
enseignants et parents et de permettre qu’un tiers
intercède et favorise la résolution des conflits. Il
s’agit aussi d’aider les familles à construire et à agir
collectivement face à l’école, en s’appuyant sur les
ressources locales. Inscrire les parents dans un réseau
où l’on fait «avec elles» doit éviter un double écueil:
celui de la substitution, lorsque les familles perdent
ou jamais n’acquièrent leur autonomie face à l’école
(faire «à leur place»), celui d’une aide qui, avec les
meilleures intentions, les stigmatise («agir sur elles»),
les familles immigrées notamment.
Si le renforcement du lien entre l’école et les familles
peut préventivement éviter la mésentente et favoriser
un investissement scolaire des élèves, celui-ci n’a pour
autant aucun caractère d’évidence. Car l’école exige
sans le dire un travail d’acculturation et de mise en
conformité des parents inégalement dotés et disposés
pour s’inscrire dans le modèle du dialogue, de la participation et de la complémentarité de rôles valorisé par
les enseignants. Ainsi, ouvrir l’école aux parents, et
avec les meilleures intentions, ne suffit pas pour que
tous viennent et peut avoir précisément pour effet de
faciliter la participation et parfois l’intrusion des parents les plus proches de l’institution. En ce sens, l’analyse nous invite à refonder le modèle du partenariat et
à inventer des formes du lien plus proches des intérêts
des familles qui actuellement en bénéficient le moins.
Références
Beaud S., Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière, Paris
Fayard, 1999 (en particulier: deuxième partie).
Bourdieu P., Passeron J.-C., Les héritiers, Paris, Editions de minuit, 1975.
Bouveau P., Cousin O., Favre J., L’école face aux parents, Paris,
ESF, 1999.
Dubet F. (sd), Ecole, famille. Le malentendu, Paris, Textuel, 1997.
Durning P., Education familiale. Acteurs processus, enjeux,
Paris, PUF, 1995.
Meirieu P. (sd), L’école et les parents, Paris, Plon, 2000.
Montandon C., Perrenoud P., Entre parents et enseignants:
un dialogue impossible?, Berne, Peter Lang, 1987.
Périer P., Ecole et familles populaires. Sociologie d’un différend, Rennes, PUR, 2005.
Terrail J.-P. (sd), La scolarisation de la France, Paris, La dispute,
1997.
Thin D., Quartiers populaires: l’école et le quartier, Lyon, PUL,
1998.
(
l’ a ut eu r
de défendre leurs prérogatives en matière d’éducation
et, au-delà, de préserver une dignité mise à mal. Alors
que l’institution scolaire cherche des alliés ou des recours, les parents disqualifiés peuvent, au contraire,
«faire bloc» défensivement avec leur enfant.
Pierre Périer, sociologue, maître de conférences
au Département des Sciences de l’éducation de
l’Université Rennes 2 - pierre.perier@uhb.fr
7
R egard de Claude Barras-Paris,
de la FRAPEV
«Pour l’intégration des parents
étrangers, il y a des synergies à
développer.»
Claude Barras-Paris, comment se déroule la relation entre Ecole et Parents?
Il y a plusieurs niveaux dans cette relation.
En tant que présidente de la FRAPEV, je me sens reconnue. Pour exemple, dans la commission pour le nouveau
cycle d’orientation, la voix des parents me semble perçue comme importante. En Valais, le dialogue est bon,
que ce soit avec le DECS, la SPVal ou l’AVECO. Avec la
SPVal, nous avons tout particulièrement collaboré dans
le cadre de la réalisation de la brochure intitulée La relation Famille - Ecole. J’apprécie également que l’Association soit chaque année invitée à se présenter aux futurs
enseignants, au terme de leur formation à la HEP-Vs.
8
(
Claude Barras-Paris est présidente de la
Fédération Romande des Associations
de Parents d’Elèves du Valais (FRAPEV).
Elle est globalement satisfaite de la
prise en compte de la parole des parents dans tout ce qui concerne l’école
valaisanne et romande, tout en étant
consciente de la difficulté, voire de l’impossibilité, à représenter tous les parents. Pour elle, il est important que la
FRAPEV s’implique dans toutes les occasions de partenariat qui lui sont offertes
et regrette par exemple de n’avoir pas
réussi à mobiliser davantage de parents
lors de la conférence de Christian Poslaniec, organisée dans le cadre de la Semaine romande de
la lecture. Par rapport à des pays comme le Danemark,
Claude Barras-Paris constate que la place des parents
dans l’école est ici moins développée, parce que les enseignants sont encore parfois un peu crispés dans cette
relation avec la famille. Elle pense qu’il est essentiel de
communiquer et que chacun se sente dans une relation
de confiance pour oser parler librement de ses peurs et
de ses difficultés. La présidente de la FRAPEV considère
que les attentes envers l’école sont souvent trop exigeantes: à son avis, l’école doit d’abord éveiller la curiosité d’apprendre, ce qui est déjà beaucoup.
J’ai ce même sentiment d’écoute réciproque au niveau romand ou suisse, via
la Fédération des Associations de Parents
d’Elèves de la Suisse romande et du
Tessin (FAPERT), présidée par Anne Seydoux. La FAPERT est intégrée dans certaines commissions de la CIIP, de la CDIP ou
du SER et nous sommes régulièrement
consultés. Dans mon activité, j’envoie de
nombreux mails à toutes les associations
de parents d’élèves (APE) du Valais romand, pour essayer d’obtenir un travail
de réflexion en poupées russes.
Sur le plan plus personnel, j’ai par
contre vécu des situations un peu plus
compliquées avec un ou deux enseignants. La discussion est naturellement plus tendue lorsqu’il s’agit de
parler de son enfant. Dans cette relation plus personnelle entre le parent et l’enseignant, il y a des efforts à
faire de part et d’autre pour construire ensemble. Il
faut apprendre à se dégager de l’émotionnel pour dialoguer, ce qui n’est pas forcément évident.
Certains parents investissent trop l’école tandis
que d’autres ne s’y impliquent pas du tout: comment trouver la bonne distance justement?
C’est vrai que certains parents dysfonctionnent, mais
c’est précisément notre rôle en tant que Fédération
d’avoir cette bonne distance avec l’Ecole. Certains parents critiquent les enseignants, ne sont pas conscients
de la pénibilité de leur métier, estiment qu’ils ont surtout beaucoup de vacances, tandis que, de l’autre côté,
des enseignants sont méfiants à l’égard des parents, se
croyant agressés à chaque remarque. Il y a des clichés à
briser et un savoir-dire à travailler. Dans les APE, pour
prendre la distance nécessaire au partenariat élargi, il
s’agit de se positionner en tant que parent d’élève et
non en tant que parent d’enfant et de ne pas mêler ses
propres souvenirs scolaires, car l’école a évolué.
Partant du constat qu’il n’y a pas une seule catégorie de parents, que pourraient faire les associations de parents pour améliorer leur efficacité?
Au niveau des APE, qui fonctionnent entièrement sur le
principe du bénévolat, je sens bien qu’il y a généralement volonté de collaborer pour, dans certaines tâches
bien précises, seconder les enseignants. Cela se fait du
reste dans certaines communes qui ont par exemple mis
Résonances - Mars 2008
)
en place des aides aux devoirs, qui organisent des activités de lecture avec des retraités après l’école, etc. A
l’école enfantine, les parents ont plus d’occasions de se
côtoyer entre eux, ce qui permet aux APE de mieux intégrer les familles étrangères dans le fonctionnement de
l’école en Valais. Il faudrait créer davantage d’échanges
entre les parents pour créer le lien autour de l’école.
Cette implication est plus difficile pour les parents étrangers…
C’est vrai qu’il y a du chemin à faire au niveau de l’intégration des parents étrangers. Dans les grandes
communes où une personne est chargée de l’intégration, la communication avec l’école est facilitée. A
mon sens, il y a des synergies à développer. Les APE
dans leur globalité devraient se sentir plus soutenues
pour pouvoir mieux jouer ce rôle d’intermédiaire.
Depuis peu, on s’achemine vers des lignes
d’écoute téléphonique pour les parents qui ont
des difficultés avec leur enfant, en contexte scolaire ou non. Qu’en pensez-vous?
Je trouve que de telles actions ont vraiment leur place
dans notre société. Le problème, c’est toujours de
faire suffisamment de publicité pour toucher les parents les plus en difficulté.
A ce propos, y a-t-il des suites prévues au dépliant sur la relation Ecole-Famille pour atteindre toutes les familles?
Le document a déjà été traduit dans plusieurs langues,
et il est prévu que ce soit ajouté sur le site de la FRAPEV, de façon à en faciliter l’accès. La démarche est intéressante puisque des parents ne faisant pas partie
des associations de parents m’ont contactée à propos
de cette brochure qui a permis de communiquer sur
les droits et devoirs de chacun.
Quelles sont selon vous les pistes à privilégier pour
un meilleur partenariat avec l’Ecole valaisanne?
Il me semblerait essentiel de mieux faire percevoir que
l’Ecole est un lieu obligatoire entre la maison et la société, régi par des règles propres. En tant que parents, il
s’agit d’accepter ce fonctionnement et de rencontrer
l’enseignant, avec la volonté de travailler ensemble
pour le bien de l’enfant-élève. La principale piste pour
un tel partenariat, c’est, de mon point de vue, la communication.
Les rôles de chacun (école / famille) sont-ils suffisamment clairs?
En Valais, du côté du Département de l’éducation, le
message est clair, mais il peut arriver que des enseignants ne précisent pas les choses suffisamment lors de
la première réunion de parents se déroulant à l’automne. Les règles de la maison Ecole sont définies par les
enseignants, mais il faut que celles-ci soient expliquées
aux parents, pour éviter les malentendus. Pour faciliter
la collaboration, il faut aussi qu’ils donnent des indications sur les programmes, sur les méthodes. Certains jeunes enseignants, même s’ils ont appris au cours de leur
formation les stratégies pour mettre en place un partenariat avec les parents, ont tendance à vouloir se protéger beaucoup des parents, car, au début, ils ont peur de
ces réunions. Je trouve terrible de savoir que nous sommes quelquefois perçus comme source d’angoisse. A la
différence d’autres professions, l’enseignant est encore
trop souvent isolé dans son travail, ce qui renforce cette
méfiance. Le dialogue s’instaure quelquefois seulement
quand le problème est devenu grave et c’est pour cela
que je trouverais important que les enseignants puissent
dire leurs difficultés, comme cela se fait notamment
dans les métiers de la santé.
Propos recueillis par Nadia Revaz
FRAPEV et FAPERT
les elle soutient la déclaration de la
Constituée le 13 juin 1977, la FRAPEV
Conférence Intercantonale de l’Instruc(Fédération Romande des Associations
tion Publique de la Suisse romande et
de Parents d’Elèves du Valais) est une
du Tessin (CIIP) du 30 janvier 2003 sur
association sans but lucratif, neutre sur
les finalités et les objectifs de l’Ecole
les plans politique et confessionnel.
publique. Elle promeut une coordinaElle fédère des Associations de Parents
tion et une harmonisation de l’école
d’Elèves (APE) qui favorisent le parteromande, un partenariat de qualité
nariat entre les parents d’élèves, les enavec la CIIP et le Syndicat des Enseiseignant-e-s et les autorités scolaires,
gnants Romands (SER). Elle collabore
dans l’intérêt des élèves de l’école obliwww.frapev.ch
avec le Département de l’Education de
gatoire.
la Culture et des Sports du canton du Valais, le DECS.
Membre de la FAPERT (Fédération des Associations de PaSur le site de la FRAPEV, on trouve un schéma très clair
rents d’Elèves de la Romandie et du Tessin) depuis 1978, la
des activités au niveau de la commune (APE), du canton
FRAPEV collabore et partage ses expériences avec les fédé(FRAPEV) et intercantonal (FAPERT).
rations de la Berne francophone, de Fribourg, de Genève,
www.frapev.ch, www.fapert.ch
du Jura, de Neuchâtel, du Tessin et de Vaud, avec lesquel-
( Résonances - Mars 2008
9
Q uelques pistes pratiques
en vrac
La modélisation des partenariats possibles
Le modèle théorique des relations parents-école-communauté élaboré par Joyce L. Epstein sert de référence à bon nombre de travaux actuels. Il définit six
types de collaborations ou investissements possibles à
partir desquels il est possible de développer des programmes de collaboration. Chaque modèle comprend
des pratiques différentes, suppose des objectifs différents et entraîne des résultats différents. Pour J.L.
Epstein, il s’agit d’une sorte de guide à partir duquel
chaque école peut choisir son mode de collaboration:
le mode «parenting» pour aider les familles dans
leur rôle de soutien et les écoles dans leur compréhension des familles;
le mode «communicating» pour informer les familles sur les progrès de l’élève et les programmes;
le mode «volunteering» pour impliquer les familles
et organiser le soutien aux élèves;
le mode «learning at home» pour aider les familles
à s’impliquer dans les apprentissages à la maison;
le mode «decision making» pour inclure les familles
dans les prises de décision, à l’école, dans l’administration et dans toute structure associative;
le mode «collaborating with community» pour coordonner les ressources et les services aux élèves, aux
familles et à l’école, avec les entreprises, services,
groupes, et pour simplifier tout élément de la communauté.
www.inrp.fr/vst/LettreVST/novembre2006.htm#partie2
Les conditions d’un partenariat durable
Travailler à un développement durable, œuvrer
pour les parents, voire les enseignants suivants, ne
pas espérer que le partenariat se construira assez
vite pour régler les problèmes urgents.
Mettre en place un dispositif partiellement indépendant des personnes qui l’habitent, créer des instances de pilotage co-gérées et les confier à des
personnes censées être avant tout garantes de la
continuité du partenariat.
Travailler à une solidarité entre parents, notamment sur les finalités de l’école, la sélection, le statut de l’enfance, la discipline. C’est l’affaire des associations.
Travailler à une solidarité entre enseignants, notamment sur l’évaluation, les devoirs, la discipline,
10
mais aussi sur le degré d’ouverture aux parents.
C’est l’affaire des associations professionnelles,
mais aussi du projet d’établissement.
Se fixer un programme de travail annuel limité à
quelques objets raisonnables, puis tout faire pour
s’y tenir, tout en laissant de la place pour d’autres
débats d’actualité.
Prévoir des médiations en cas de conflit ou de blocage du partenariat, en faisant au besoin appel à
des intervenants extérieurs, plutôt que de laisser le
dialogue se déliter ou virer à l’affrontement.
Ne pas rendre un collectif responsable de chacun de
ses membres, ne pas imputer à une catégorie ce qui
relève de l’autonomie de l’un de ses représentants.
Accepter une dose normale de couacs et d’incidents
de frontières, faire crédit, ne déterrer la hache de
guerre qu’en cas d’échec de toute médiation.
Partir de ce qui existe, le renforcer, l’étendre, utiliser les énergies et les expériences favorables plutôt
que de construire à côté.
Ne pas oublier qu’une partie du partenariat se joue
d’abord à l’échelle de chaque classe, entre les parents des élèves de cette classe et le ou les enseignants qui y interviennent.
Philippe Perrenoud. Quelques conditions d’un partenariat durable entre les parents et les enseignants.
http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/ph
p_main/php_2002/2002_04.html
Appel à collaboration pour les prochains
dossiers
Dans les dossiers des numéros d’avril et de mai, il sera
question de créativité et de logique, de manière séparée et en complémentarité, et l’édition de juin fera la
part belle à l’éducation au développement durable.
Vous menez un projet en lien avec ces thématiques,
vous avez des infos intéressantes à partager… alors
adressez-vous à la rédaction: nadia.revaz@admin.vs.ch
(079 429 07 01).
Prenez contact également si vous avez envie d’écrire
sur tout sujet en lien avec l’éducation ou si vous voulez
lancer le défi à vos élèves (cf. p. 42 de ce numéro).
Merci par avance pour votre précieuse collaboration.
La rédaction
Résonances - Mars 2008
)
Pistes d’organisation de soirées
Chaque titulaire de classe devrait rencontrer les parents en début d’année pour tenir une soirée d’information aux parents.
Cette rencontre ne doit pas se vivre dans le stress,
dans une compression d’horaire. Il faut que chaque
équipe-niveau d’enseignants ait le temps nécessaire
pour vivre pleinement cette rencontre (deux heures
au moins).
Cette rencontre ne doit pas avoir lieu dès les premiers jours de septembre. Il faut laisser le temps à
l’enseignant et aux élèves de démarrer ensemble leur
année scolaire et d’articuler leur fonctionnement.
Il est important que la lettre d’invitation provienne
de l’enseignant plutôt que de la direction de l’école.
Si on le désire, on pourrait amener les élèves à s’engager dans le déroulement de cette soirée. Dans ce
cas-là, on est assuré d’une présence maximale des
parents. Il faudra prévoir alors un rôle précis pour
chaque élève de la classe.
Une carte d’invitation ou une carte de rappel à
cette soirée peut être envoyée aux parents par chacune ou chacun des élèves.
Prévoir des façons différentes d’animer la soirée: accueil, exposés théoriques, échanges, travail d’équipe,
utilisation du visuel (vidéo, diaporama, gravures,
photographies), visite de la classe, pause-café, etc.
Permettre aux parents d’évaluer la soirée d’information aux parents: remettre à cette intention un
formulaire d’évaluation pouvant être retourné à
l’école dans les jours qui suivent.
Etre sensible au climat de la soirée d’information
aux parents: faire décoder les états d’âme.
Demander aux parents de verbaliser leurs attentes
envers l’école et envers l’enseignant.
Tout renseignement sur les objectifs peut être remis
par écrit aux parents.
( Résonances - Mars 2008
Consacrer du temps pour expliquer concrètement le
fonctionnement de la vie de la classe. C’est le désir
des parents.
Remettre par écrit aux parents une banque de suggestions de pistes de collaboration possibles entre
la famille et l’école.
Outiller les parents dans l’accompagnement pédagogique de leur enfant à la maison: Démarche de
lecture, stratégies de lecture, stratégies pour mémoriser des mots d’orthographe, démarche de résolution de problèmes, etc.
Sensibiliser les parents à des concepts nouveaux, tels
l’esprit des programmes, le développement d’habiletés, les styles d’apprentissage, etc. Les parents ne
sont pas illettrés et ils sont capables de comprendre.
Définir avec les parents les formes de collaboration
possibles avec l’école et les déposer par la suite par
écrit.
Elaborer une banque de ressources de l’école. Tous
les parents ne peuvent pas collaborer de la même
Une exposition sur la famille
L’exposition Familles, visible jusqu’en septembre 2008
au Musée national suisse à Zurich, est consacrée principalement à l’évolution sociale, historique et culturelle
de la famille en Suisse, de 1750 à nos jours. Le prologue offre un aperçu de la période précédant 1750. Des
familles existant ou ayant existé réellement se trouvent au centre d’un parcours chronologique; elles sont
accompagnées par d’autres familles provenant de régions, couches et milieux différents. L’exposition
s’achève en présentant l’époque actuelle. Elle a pour
but de montrer différents aspects illustrant à la fois le
changement et la continuité de modèles et de styles
de vie familiaux. www.landesmuseen.ch
11
façon et il faut exploiter cette richesse offerte par
la diversité: fabrication de jeux éducatifs, prêt de
matériel (photographies, diapositives, peintures),
prêt de collections, mini-conférences sur des sujets
précis, animation d’ateliers en classe, accompagnement lors de sorties éducatives, participation à des
activités de financement, présentation de vidéosvoyages en regard de la région, de la province, du
pays ou du monde, préparation de mets pour une
fête ou une dégustation, etc.
Trouver des solutions de rechange pour les parents
qui ne peuvent être présents à une rencontre: téléphone-discussion, bilan écrit, prêt d’une vidéo, rencontre avec rendez-vous, visite dans la famille, etc.
Offrir un scénario de rencontres d’information sur
le vécu et le fonctionnement de l’école échelonnées
sur une année scolaire. Le nombre de rencontres
peut varier selon l’intérêt des parents et la disponibilité des locaux.
Permettre aux parents d’évaluer au moins deux fois
par année les services que l’école offre aux parents
et aux élèves: récréations, bibliothèque, enseignement, garderie, cafétéria, suppléance.
Jacqueline Caron, 1994, Quand revient septembre…,
Les éditions de la Chenelière.
Liens école – famille (DECS)
www.vs.ch/enseignement > Scolarité obligatoire >
Promotion de la santé
Relations école-parents. Articles pour approfondir la
réflexion
http://p.birbandt.free.fr/RESSOURCESDIVERSES/Relations%20ecole-familles/Relatpararticles/Relatparentsarticles-droite.htm
Mieux vivre ensemble à l’école (chapitre sur les relations école-famille, avec des outils pratiques)
www.mieuxvivre.espacedoc.net
Textes sur les relations entre les familles et l’école - Extrait thématique des publications de Philippe Perrenoud
www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php_mai
n/familles.html
Brochure d’information «La relation Famille-Ecole»,
collaboration entre le DECS, la FRAPEV et la SPVal disponible sur le site du Service de l’enseignement
www.vs.ch/Press/DS_13/CLAS-2002-10-22-2261/fr/Brochure-Relation-Famille-Ecole.pdf
Le dossier en citations
La lettre d’information n° 22 - novembre 2006 - Les parents et l’école
www.inrp.fr/vst/LettreVST/novembre2006.htm
Avec ou sans partenariat
Ressources Ecole-famille-société
www.unige.ch/fapse/SSE/teaching/eat1/resuf4.html
Le partenariat interactif:
Renforce l’action éducative des parents
Renforce l’action pédagogique des enseignants
Nourrit le rôle de chacun de connaissances nouvelles
Est un antidote à la démission des parents et au
consumérisme scolaire
Permet une régulation des pratiques
Permet une résolution des problèmes
Légitime les pratiques des uns et des autres.
Au contraire, une absence de partenariat:
Laisse les parents dans un rôle passif, suscite la
démission
Aura tendance à susciter des attitudes où l’on se
renvoie la responsabilité des problèmes
Programme des conflits entre parents et
enseignants: sans possibilité d’interagir
positivement avec l’enseignant, le parent, frustré,
aura tendance à entrer dans le champ de
compétence de l’enseignant et à lui dicter des
changements de pratiques
Parvient difficilement à résoudre durablement les
problèmes.
APE Vaud. Réflexion sur le partenariat école-parents.
www.ape-vaud.ch/article.php3?id_article=44
12
Quelques documents utiles
CD Chers parents
Ce support informatisé
se compose de 17 documents destinés à faciliter la communication
entre l’école et les familles migrantes.
Certains documents sont
modulaires: l’enseignant
peut ainsi sélectionner les items dont il a besoin pour
rédiger sa lettre de rentrée, un message de bienvenue
ou encore la liste du matériel à acquérir pour la classe
ou à emporter lors d’un camp. Tous peuvent être rédigés en français, en allemand ou en italien puis, sur un
simple clic, être traduits et imprimés dans une langue
de migration.
Rédigés par une équipe d’enseignants de différents niveaux d’enseignement (primaire, cycle d’orientation
et école professionnelle), ces supports ont été mis largement en consultation pour garantir une adéquation
optimale aux besoins du terrain, dans les trois parties
linguistiques de Suisse et au Luxembourg.
Sous la direction de Claire Steinmann et Mary-Claude
Wenker. Chers Parents, CD. Lausanne: éditions LEP,
2005.
Résonances - Mars 2008
)
L a bibliographie de la
Documentation pédagogique
Le secteur Documentation
pédagogique de la
Médiathèque Valais - SaintMaurice livre quelques
suggestions de
lecture pour
aller au-delà de
ce dossier sur le
partenariat
Ecole-Famille.
Tous les
documents
proposés sont
bien sûr disponibles à la
Médiathèque Valais - SaintMaurice (cf. cotes indiquées)
et pour certains à Sion
également.
Centre pour la recherche et
l’innovation dans
l’enseignement, Les parents
partenaires de l’école, Paris,
Organisation de coopération
et de développement
économiques, 1997.
Cote: 37.06 PARE
CHARLERY LABOUCHE A. et BERTELOOT D. (dir.), Communiquer
avec les parents, «Questions d’école 4», Paris, Hatier, 1997.
Cote: 37.06(44) CHAR
CUSIN C. et GROSSENBACHER
S. (collab.), Au cœur de
redéfinitions: interface
école/famille en Suisse,
«Rapport de tendance /
CSRE no 4», Aarau, Centre
suisse de coordination pour
la recherche en éducation,
2000. Cote: 37.06 CUSI
DURNING P., POURTOIS J.-P. (eds.), Education et famille,
«Pédagogies en développement. Série 2, Recueils», Bruxelles,
De Boeck Université, 1994. Cote: 37.018 DURN
GAYET D., CLANET C. ...[et al.], L’école contre les parents,
«Enseignants et chercheurs», Paris, Institut national de
recherche pédagogique, 1999. Cote: 37.06(44) MASC
GUICHARD D., Le psychologue scolaire et la famille, Paris, Retz,
2006. Cote: 37.015.3 GUIC
MEIRIEU P. et HAMELINE D. (collab.), L’école et les parents: la
grande explication, Paris, Plon, 2000. Cote: 37.06 MEIR
MIGEOT-ALVARADO J., La relation école-familles: «Peut mieux
faire», «Collection Pratiques et enjeux pédagogiques 32», Issyles-Moulineaux, ESF éd., 2000. Cote: 37.06 MIGE
MONTANDON C. et
PERRENOUD P., Entre
parents et enseignants: un
dialogue impossible?: vers
l’analyse sociologique des
interactions entre la famille
et l’école, «Exploration.
Cours et contributions pour
les sciences de l’éducation»,
Bern, Peter Lang, 1994.
Cote: 37.06 MONT
OTT L. (éducateur),
Travailler avec les familles:
parents - professionnels: un
nouveau partage de la
relation éducative,
«L’éducation spécialisée au
quotidien», Ramonville
Saint-Agne, éd. Erès, 2004.
Cote: 37.06 OTT
THEYTAZ P., Réussir à
l’école: parents, élèves,
enseignants... ensemble,
«L’aire de famille»,
Saint-Maurice,
Ed. Saint-Augustin, 2005.
Cote: 37.015.3 THEY
Le dossier en citations
Le partenariat, levier contre l’échec
scolaire
«Le rapport aux familles n’est finalement pas très
différent du rapport aux élèves. Là aussi, une
“pédagogie“ peut se mettre en place qui soit à la fois
active, coopérative et différenciée. Impliquer les parents
dans des activités et des débats significatifs, stimuler les
échanges entre l’école et les familles et entre les familles
elles-mêmes, avoir les mêmes ambitions pour toutes,
mais diversifier les moyens d’action: le partenariat est
peut-être une idée à la mode, mais il peut aussi devenir
un levier important de lutte contre l’échec scolaire.»
Olivier Maulini. La place des parents dans l’école:
consommateurs ou partenaires?
www.unige.ch/fapse/SSE/groups/life/chantiers/
life_chantier_47.html
( Résonances - Mars 2008
La faute aux parents
«“C’est la faute aux parents.“ Il ne serait pas difficile
de détailler les pièces du procès instruit contre les
parents des classes populaires, dont les “déficiences“
ou les “incapacités“ suffiraient à expliquer les
échecs de leurs enfants. Ils ne croient pas à l’école
et s’en désintéressent; d’ailleurs, on ne les voit jamais
dans l’école ou le collège… Ils sont incapables de
maintenir la moindre des disciplines de vie nécessaire
à la vie scolaire. Les enfants sont livrés à eux-mêmes
ou vautrés devant la télévision… Parfois, les parents
se montrent battus d’avance et découragent leurs
enfants, répétant que les diplômes ne servent à
rien…»
Sous la direction de François Dubet. Ecole, familles: le
malentendu. Textuel, 2001.
13
S c i en c e s
(
T
Environnement
« oile de vie»: la biodiversité
au musée et à l’école
Adeline Bardou
Que font ces grains de maïs, ces coquillages et ces grains de sable à
l’Ancien Pénitencier de Sion?... Ils
symbolisent la biodiversité qui nous
entoure sur la planète et vous accueillent à l’entrée de l’exposition
«Toile de vie» du Musée d’histoire
naturelle de Sion, du 28 février 2008
au 11 janvier 2009 (cf. Résonances,
février 2008, p. 17 pour la présentation générale).
Profitant de cette opportunité, l’animation en sciences (enfantine, primaire, CO) vous propose de consacrer un peu de temps à ce thème en
vous offrant une série d’activités
réalisables en classe. En écho à la visite de l’expo, elles permettent de la
préparer ou de la prolonger.
Vous avez dit «biodiversité»? qu’estce que c’est? pourquoi en parle-ton? à quoi ça sert? que peut-on
faire? où peut-on la voir? … le sujet
est vaste… Quatre axes de travail
ont été définis. A vous de les utiliser
à votre guise (cf. illustration).
Interpeller
Loin des «cabinets de curiosité» de
la Renaissance, les musées actuels
Visite guidée «Toile de vie»
Durée:
Prix:
Lieu:
Accès:
1 h 30
gratuit
Ancien Pénitencier de Valère, rue des Châteaux 24, Sion
de la gare de Sion, compter 20 minutes de marche
Inscription: Liliane F. Roh, Service de médiation culturelle, 027 606 46 80,
liiroh@admin.vs.ch
Dates:
Horaires:
28.2.2008 au 11.1.2009
ma-di, 13 h-17 h (01.10-31.05)
ma-di, 13 h-18 h (01.06-30.09)
Des visites en matinée sont aussi éventuellement envisageables, sur arrangement.
cherchent à donner au visiteur un
espace pour s’interroger, se laisser
interpeller ou s’émerveiller durant
un peu de temps volé. Les expos
sont devenues nettement plus sobres et attractives. C’est dans ce
sens qu’a été conçue l’exposition
de l’Ancien Pénitencier à Sion. Sur
3 niveaux sont présentées différentes facettes de la biodiversité; chaque niveau se visite de façon particulière avec une classe:
une partie interactive permet de
découvrir les généralités; les élèves visitent cette partie librement
Activité de classe «Biodiversité»
Des activités sont déclinées pour les classes Enfantine, Primaire et CO:
à télécharger sur http://environnement.ecolevs.ch/index.htm
à demander aux animateurs.
A vous de choisir le temps à y consacrer et les parties qui intéressent la classe
(interpeller, constater, comprendre, œuvrer).
Information et renseignement:
Adeline Bardou pour le CO (adeline.bardou@hepvs.ch).
Samuel Fierz pour les enfantines et primaires (samuel.fierz@hepvs.ch).
14
mais avec leur enseignant, avec
un dossier exploitable en classe
(~40 min).
un étage présente des exemples
valaisans ainsi que les mesures
de protection mises en œuvre
chez nous; une médiatrice prend
en charge une moitié de la classe
pour guider la visite de cette
partie (~40 min).
un étage offre une vision plus en
détail de la biodiversité au travers des écosystèmes, avec des
exemples valaisans, ainsi qu’un
espace dédié aux plus jeunes;
cette partie peut être visitée librement si le temps à disposition
le permet ou la visite peut en
être facilement assumée par l’enseignant.
Ces visites ont spécialement été
conçues par le service de médiation
culturelle, en collaboration avec les
animateurs pédagogiques de sciences. Afin d’interpeller au mieux les
élèves, elles ont été adaptées au
niveau primaire ou CO. Consultez
l’encadré pour les informations pratiques.
Résonances - Mars 2008
)
Constater
Un ouvrage pesant pas moins
de trois kilos est nécessaire
afin de pouvoir identifier toutes les plantes de notre pays…1
Pour découvrir la biodiversité, quelques activités vont être proposées.
Elles pourront être réalisées à l’école
avant ou après la visite au musée.
Certaines de ces activités pourront
être conçues sous forme de sorties
autour de l’école, pour voir que la
biodiversité est à nos portes. D’autres seront à faire en classe, pour
prendre conscience de la biodiversité soit génétique, soit biologique,
soit écosystémique.
deuxième série d’activités abordera
aussi le problème de la diminution
de biodiversité et de ses causes.
par rapport à un des problèmes actuels de notre environnement… Il
n’y a pas de petits gestes quand on
est 60 millions à les faire2.
Oeuvrer
Comprendre
Information – Documentation
Les espèces animales et végétales vivant aujourd’hui ne représentent que deux à quatre
pour cent des espèces apparues sur la terre à un moment
ou l’autre de son histoire...1
Aujourd’hui, 10’000 à 25’000
espèces disparaissent chaque
année, soit une à trois espèces
par heure. Le rythme de ces
disparitions est mille fois plus
rapide qu’il ne l’a jamais été
par le passé...1
Après la première découverte, l’enseignant pourra amener à ses élèves des compléments d’information
pour mieux prendre conscience de
ce qu’est la biodiversité à l’échelle
locale ou internationale. Cette
Comme point final à tout ce que les
élèves auront découvert, des gestes
simples pour sauvegarder la biodiversité seront proposés. Ils permettront d’impliquer la responsabilité
de chacun dans sa vie quotidienne
Pour tous les enseignants primaires
et du CO qui sont intéressés à sensibiliser leurs élèves, les médiatrices
vous attendent au musée et les activités seront disponibles dans le courant du mois de mars (voir encadrés).
Notes
Diversité des gènes
Chaque individu se distingue de ses congénères par de
petites différences dans son matériel génétique. Les individus d’une même espèce vivant dans une même région
forment une population. Si l’environnement évolue, par
exemple en cas de réchauffement climatique, la diversité
génétique est le meilleur garant du maintien d’une population2.
Diversité des espèces
La biodiversité se reconnaît surtout au nombre d’espèces.
On remarquera au premier coup d’œil qu’un pré richement fleuri héberge bien plus d’espèces animales et vé-
( Résonances - Mars 2008
1
www.biodiversite.ch.
2
Ministère français de l’écologie et du
développement durable.
3
Brochure de l’exposition «Toile de vie»,
www.biodiversite.ch.
gétales qu’un champ de trèfle. La diversité des espèces
recensées à l’échelle planétaire est énorme! Environ
1’600’000 espèces différentes ont été décrites jusqu’à
présent. Chaque année, quelque 15’000 espèces s’y ajoutent, soit 40 par jour. Le nombre total des espèces se situe
sans doute entre 12 et 30 millions3.
Diversité des écosystèmes
Les paysages uniformes présentent le même type d’habitat sur de grandes distances. En revanche, les paysages variés, comme les vallées alpines par exemple, regorgent
d’écosystèmes très variés. Chaque écosystème se caractérise par des interactions écologiques entre les espèces, et
des interactions entre les espèces et leur environnement2.
15
Le Blues du businessman, Les Uns
contre les autres, Le monde est
stone ou encore SOS d’un terrien en
détresse sont quelques-uns des titres phare de l’opéra rock Starmania. Créée en 1978, cette comédie
musicale a été composée par Michel
Berger et écrite par Luc Plamondon:
les thèmes de préoccupations de
leurs deux auteurs sont toujours
d’actualité: spectres du terrorisme
et du totalitarisme, pouvoir des
images et monde de la télévision...
Les interprètes originaux se nommaient France Gall, Daniel Balavoine, Diane Dufresne ou encore
Fabienne Thibeault; ce spectacle
tourne toujours dans le monde entier, et en ce qui nous concerne actuellement, tout près de chez nous,
à Martigny.
Le projet
En effet, le Chœur des CO de Martigny nous propose ce spectacle avec:
un chœur de 100 chanteurs
un orchestre d’élèves et de professeurs
des solistes
des danseuses.
L’originalité de ce
projet est que certains centres scolaires de notre canton
ont choisi ce spectacle
comme activité culturelle pour leurs élèves.
Pas moins de 9 représentations scolaires se feront ainsi
du lundi 10 au vendredi 14
mars 2008. Ainsi, environ 2500 élèves des CO de Martigny, Sion (StGuérin), Grône, Monthey et Ayent
ainsi que des écoles primaires de
Martigny, Martigny-Combe, Fully
et Trient auront la chance d’apprécier le travail et le talent de leurs
camarades. Pour les centres encore
intéressés, prière de vous renseigner sur les éventuelles disponibilités à l’adresse fabiennerom@hot-
(
S tarmania au CO
Education
musicale
Claude-Eric Clavien
mail.com ou au 079 295 16 65. Il
vous est également possible d’assister aux séances publiques du dimanche 16 mars (18 h) et du lundi
17 mars (20 h), à la salle de spectacle du CO Ste-Marie à Martigny.
Pour des renseignements supplémentaires, rendez-vous
sur le site du Chœur du
CO de Martigny http://
web.mac.com/jeanmichelchappot ou sur
le site de l’animation
musicale (http://musique.ecolevs.ch).
Plein succès aux responsables de ce projet, nos collègues Fabienne Romailler, JeanMichel Chappot et Raphaël Mailler,
professeurs de musique au CO de
Ste-Marie et de Ste-Jeanne-Antide.
Prolongements
Tous les enseignants-e-s qui désirent du matériel didactique concernant cette comédie musicale peuvent en faire la demande auprès
des animateurs musique à la HEP.
En effet, des prolongements à cette
comédie musicale à développer en
classe sont nombreux, en voici quelques exemples:
exploitation des chants
découverte du style comédie musicale et de l’histoire de Starmania
discussion sur les thèmes de Starmania (violence, pouvoir des images et du monde des médias...)
bilan du spectacle....
Chœur du CO de Monthey
Starmania, par les élèves des CO de Martigny, avril 2007.
16
Dirigé par notre collègue Bernard
Métrailler, le Chœur du CO de Monthey fête son dixième CD avec le
BBR (Big Band Reposieux). L’opportunité de choisir et reprendre 12
Résonances - Mars 2008
)
musiciens. Pour toutes informations supplémentaires: www.comonthey.ch.
Concours d’histoire
Sur le thème des
frontières
Autres projets
Voici ci-dessous le programme
des divers concerts et spectacles mis sur pied cette année
dans quelques CO et proposés
par nos collègues.
Les autres CO organisent également des concerts et animations musicales avec leur
chœur, groupe instrumental,
tout au long de l’année scolaire (concerts de Noël, de
clôture, de remise de diplôme, de fin d’année...).
chansons interprétées et enregistrées depuis 1999 et d’inviter d’anciens solistes. Pour cette occasion
une chanson intitulée «On ose rêver» a été composée par une ancienne élève, Onésia Rithner. Ce
double CD sortira le 15 mai 2008:
les concerts auront lieu au théâtre
du Crochetan à Monthey, mercredi
18 juin 2008 à 20 h 30 et jeudi 19
juin 2008 à 18 h 30. Plein succès à
notre collègue, ses choristes et ses
En raccourci
Je profite de l’occasion pour encourager tous les collègues qui mettent
leur disponibilité, leurs compétences et leur enthousiasme au service
de leurs élèves: qu’ils en soient vivement remerciés.
Merci d’envoyer vos projets de concerts et spectacles aux animateurs:
nous pourrons les intégrer au site
de l’animation musicale.
Historia lance un concours
permettant aux jeunes de
s’interroger sur la notion de
frontières. Par frontières, il faut
bien sûr entendre celles qui sont
géographiques et politiques, mais
aussi celles qui sont sociales ou
culturelles, entre des langues, des
cultures, des religions, des
groupes de jeunes ou des
quartiers, entres les genres, les
générations, etc.
Les élèves entre 14 et 17 ans
sont invités à concourir dans la
catégorie I et les étudiants de
18 à 21 ans, qui ne sont pas
encore inscrits dans une haute
école au moment de concourir,
dans la catégorie II. Le délai pour
la remise des travaux est fixé au
1er février 2009. Les lauréats
participeront au concours national
suisse «La Science appelle les
Jeunes».
http://f.ch-historia.ch
CO
CONCERT-SPECTACLE
ACTEURS
DATES
LIEU
CO Ste-Jeanne
CO Ste-Marie
Comédie musicale
«Starmania»
Chœur, solistes, orchestre,
danse
Lundi 10 mars au
vendredi 14 mars: scolaires.
Dimanche 16 mars 2008, 18 h
et lundi 17 mars 2008, 20 h.
Salle du Collège Ste-Marie,
Martigny
CO Goubing
Spectacle «Une
journée à l’école»
Chœur, solistes, orchestre,
acteurs, danse
Jeudi 19 juin 2008
Les Halles, Sierre
CO St-Maurice
Opéra «Carmen»
Chœur
Lundi 21 janvier au
dimanche 27 janvier 2008
Salle Martolet, St-Maurice
CO Derborence
Comédie musicale
«Derborence»
Chœur, orchestre rock, acteurs,
danse
Mercredi 18 juin 2008
Salle polyvalente, Conthey
CO Monthey
Spectacle
Chœur, Big Band Reposieux,
danse
Mercredi 18 juin 2008, 20 h 30
et jeudi 19 juin 2008, 18 h 30
Théâtre du Crochetan,
Monthey
CO Collines
Spectacle en faveur
des «Restos du cœur»
Chœur du CO, option théâtre,
danse
Lundi 21 avril 2008, 20 h
Théâtre de Valère, Sion
CO Grône
Spectacle «Les
santons de Provence»
Chœur, ensemble instrumental,
acteurs
Jeudi 20 décembre 2007 et
vendredi 21 décembre 2007
Cabaret «L’Edelweiss»,
Chalais
Concert de clôture
Chœur, ensemble instrumental
Mardi 20 mai 2008 et
mercredi 21 mai 2008
CO de Grône
Concert de Noël
Chœur, solistes
Jeudi 20 décembre 2007
Concert de clôture
Chœur, solistes, danse
Vendredi 20 juin 2008
Foyer «Les Dents-du-Midi»,
Collombey
Salle de gym «Les Perraires»,
CO Collombey
Concert
Chœur, solistes, danse
Samedi 17 mai 2008, 20 h
CO Collombey
CO Savièse
( Résonances - Mars 2008
Théâtre Le Baladin, Savièse
17
ICT
(
Publier ses fichiers PowerPoint
Le présent article est un peu technique, mais répond à une demande
fréquente chez les enseignants:
«Comment faire pour publier sur le
site de mon école un fichier Powerpoint?»
La solution la plus
simple consiste à
mettre tout simplement le fichier
Powerpoint en
téléchargement,
mais le gros inconvénient soulevé généralement par les maître-sse-s des petits
degrés, est que le son, par exemple
les paroles d’élèves enregistrées en mp3, ne sont pas
intégrées au fichier Powerpoint. Par conséquent, le fichier téléchargé demeure
tristement muet.
On pourrait alors placer tous
les sons qui accompagnent la
présentation dans un dossier
compressé (.zip) que l’on publie. Cependant, la plupart
des parents téléchargent le
dossier, et lancent le fichier
Powerpoint qui s’offre à
leurs yeux, mais sans extraire
(dézipper) les fichiers compressés. Les sons, bien que
présents, ne seront pas joués.
Zut derechef.
zaine en retenant les critères suivants:
prise en charge du son
prise en charge des animations
qualité du rendu
simplicité d’installation et d’utilisation
prix.
Nous avons retenu PPT2Flash Standard. Ce convertisseur peut s’utiliser gratuitement. Dans ce cas, l’inscription «Evaluation copy» figure
au fond de la fenêtre. Une licence
coûte 59.95$. Le logiciel est téléchargeable à l’adresse: www.sameshow.com/download/ppt2flashdownload.html.
Choix de la couleur de fond du site.
18
Après avoir téléchargé et installé
ppt2flashStd_trial.exe, votre application Powerpoint, comportera un
menu supplémentaire «PPT2Flash».
Quelques réglages:
Cliquez sur «Publish Settings»
Dans l’onglet «Output»,
mettez la couleur du fond
à «blanc» si le fond de page de votre site est blanc
(par défaut, PP2Flash est
en gris).
Si vous désirez une plus
grande fluidité dans les
animations, vous pouvez
également augmenter le
nombre d’images par seconde (FPS). En revanche,
le fichier sera plus lourd.
La conversion en Flash
Enfin, la conversion en Flash
constitue une bonne alternative, car le visiteur d’un site
d’école verra, et entendra,
directement la présentation
qui se déroule automatiquement à l’écran.
Reste à trouver le convertisseur de fichier Powerpoint
en fichier Flash. Nous en
avons testé une demi-dou-
Installation
Conversion au format .swf.
Cliquer sur le menu «Publish»
pour convertir votre PPT en
Flash.
Ici, encore un choix vous est
donné:
Tout d’abord, l’emplacement du fichier converti:
indiquez dans quel répertoire de votre disque dur
vous désirez qu’il soit créé.
Par défaut, il s’agit de Mes
documents\Wondershare
PPT2Flash Standard.
Par défaut, une barre de
Résonances - Mars 2008
)
Il ne reste plus qu’à placer le fichier
Flash sur votre site et le diaporama
se déroulera, avec le son, directement dans le navigateur.
Quelques essais de conversion sont
visibles sur www.zwookedu.ch.
Philippe Favre
Powerpoint est un outil de présentation qui rend, depuis une
dizaine d’années, les réunions de
parents aussi épatantes que les
assemblées d’actionnaires. Cela
dit, sa simplicité d’utilisation et
ses possibilités d’intégration de
films, sons et animations ont eu
pour effet que nombre d’enseignants ont détourné ce logiciel
de son usage courant pour s’en
servir à des fins pédagogiques.
Contes imaginés, illustrés, et
racontés par les enfants
Simulations de phénomènes
(géographie, sciences)
Résumés animés et synthèses
de cours
Présentation d’activités: étude
de milieu, thème d’histoire
Aides pour des exercices en ligne
etc.
Sans grande complication. PPT2Flash permet de publier ces documents multimédia sur un site
de classe afin d’en faire profiter
les parents ainsi que les autres
écoles.
( Résonances - Mars 2008
A vos agendas
Je 6 mars 2008
De Bouche à Oreilles
Marguerite BurnatProvins, Le livre pour
toi. Lectrice: Olivia
Seigne. Lieu:
Médiathèque Valais Sion, à la rue Pratifori.
Horaire: 20 h 15.
www.mediatheque.ch
Je 13 mars
Jeudi des Musées
Pascal Ruedin,
conservateur du Musée
d’art et directeur de
la publication.
Présentation du
nouveau catalogue des
collections du Musée
d’art: Autoportrait du
Musée à 60 ans et en
70 œuvres. Lieu: salle
de conférences de la
Grange-à-l’Evêque, rue
des Châteaux 12, Sion.
Horaire: 20 h 15.
www.mediatheque.ch
Ma 1er avril
Journées sur les
jeunes en difficulté
Une journée de
réflexion est organisée
par la Fondation
Constellation Active
Performance et
l’Institut international
des Droits de l’enfant
sur le thème
«Réponses nouvelles
pour jeunes en
difficulté: se
confronter à soimême.» Entrée libre,
inscription obligatoire.
Mémento
(
contrôle (Control bar) sera placée en-dessous de votre présentation. Elle permettra aux visiteurs de mettre sur pause, ou de
revenir en arrière dans votre
présentation. Conservez donc le
paramètre tel quel.
Il suffit de cliquer sur «Convert»
pour obtenir un fichier au format .swf que vous pourrez mettre en ligne. Par défaut le fichier
mesure 720 par 540 pixels. (A noter que PPT2Flash crée en annexe
d’autres fichiers, dont vous n’aurez pas besoin).
quable dessinateur. Un
dossier de présentation
de l’exposition est à la
disposition des
enseignants, pour
préparer une visite
didactique de
l’exposition (disponible
sur place à l’accueil ou
téléchargeable sur
www.fondationhermitage.ch > onglet
écoles).
Au fil des mois
POUR RAPPEL
Renseignement:
Institut international
des droits de l’enfants,
027 205 73 03,
www.childsrights.org.
Jusqu’au 18 mai
Expo de dessins de
Victor Hugo
La Fondation de
l’Hermitage à Lausanne
présente jusqu’au 18
mai 2008 l’étonnante
modernité de l’œuvre
graphique de Victor
Hugo (1802-1885),
génie romantique qui,
au-delà de ses talents
de poète et d’écrivain,
s’avère être un remar-
Du 10 au 14 mars.
Semaine des médias
(cf. p. 21).
www.e-media.ch
Du 10 au 20 mars.
Semaine de la francophonie (cf. p. 43).
www.ciip.ch/slff
Mars-avril: Emissions
pour le prix TSR ados
sur TSR2 (cf. p. 42).
www.liredelire.ch www.e-media.ch
Jusqu’au 11 janvier
2009. Exposition
Toile de vie (cf. p. 14).
www.mediatheque.ch
Jusqu’au 4 janvier 2009
Expo De la cuisine à l’usine
L’Alimentarium à Vevey présente une exposition
sur les débuts de l’industrie alimentaire en Suisse.
Un dossier pédagogique sera disponible pour les
enseignants, à partir d’avril 2008.
www.alimentarium.ch
19
(
t srdécouverte.ch: un guide
ICT
pour la société des savoirs
A fin 2000, les émissions
Magellan disparaissaient
de la TSR. Ces émissions
étaient appréciées des enseignants mais ils étaient
trop peu nombreux à les
utiliser dans leur pratique
pédagogique courante.
national de la Croix-Rouge;
ces dossiers se rapportent
au développement durable et à l’histoire des chercheurs. Des dossiers concernent les pays où le CICR
est présent. Un autre lien
invite l’internaute à tout
connaître sur Sonar Impulse (l’avion solaire de
Jacques Picard).
Après des années de collaboration, la TSR et les milieux de l’instruction publique renonçaient donc
à produire ensemble des
émissions de télévision
éducatives.
Un manque se fit sentir; la
TSR et la RSR signèrent un
nouvel accord de collaboration avec la Conférence intercantonale de l’instruction publique de
la Suisse romande et du Tessin (CIIP).
La concrétisation de cet accord a
conduit à la création de tsrdécouverte.ch en septembre 2006. Ce nouveau portail Internet doit donner
l’envie d’apprendre. Il se veut un
«guide des savoirs» riche et ludique.
Les domaines de l’éducation, des loisirs et de la culture sont touchés.
Destiné avant tout aux jeunes, ce
site interactif propose de nombreuses informations à coloration éducative.
www.tsrdecouverte.ch.
Les jeunes internautes peuvent consulter des émissions éducatives de la
TSR, des dossiers complets sur un
thème, des conseils pratiques ou
encore des jeux et des adresses internet.
Une visite sur le site s’impose: www.
tsrdecouverte.ch.
Sur la première page, l’internaute
peut découvrir des dossiers réalisés
en partenariat avec l’Université de
Genève, France 5, le Comité inter-
20
En suivant le lien www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=750200&dossier=cern, l’internaute peut découvrir le CERN, le plus grand laboratoire de recherche fondamentale
au monde. Ce nouveau portail présente une aventure scientifique et
humaine passionnante.
De nombreux projets sont à l’étude
pour le développement de cette
plateforme. Les enseignants sont
invités à participer activement à la
construction de ces nouvelles rubriques.
Des rubriques pour tous
Afin de proposer des contenus adaptés à chaque âge de la vie, tsrdécouverte.ch se décline en trois rubriques:
pour les quatre à douze ans, les
treize à seize, ainsi que les dix-sept
ans et plus. Une quatrième section,
favorisant l’éducation aux et par les
médias, est destinée aux enseignants.
Sortir.ch est un agenda
culturel présentant tous
les spectacles en ligne. Il
est réalisé en collaboration
avec le journal Le Temps. Il
permettra à terme de réserver ses places de spectacles en ligne. Les domaines représentés sont le cinéma, la
musique, les spectacles, les expositions. Les enfants ne sont pas
oubliés – les manifestations leur
étant destinées sont présentées.
www.sortir.ch
www.sortir.ch
Pour faire part de vos idées aux
personnes en charge de tsrdécouverte.ch, envoyez un message via
CONTACT. N’hésitez pas, vos idées
seront étudiées!
Résonances - Mars 2008
)
Enseignants à l’école
des médias
La section Enseignants est entièrement conçue et actualisée par la
CIIP. Elle est avant tout un outil pédagogique pour les enseignants.
Elle met en évidence des films, des
articles, des dossiers et des productions web. Des fiches permettent
d’exploiter en classe une section
d’émissions à voir en ligne.
La semaine des médias
Depuis quelques années se déroule
au printemps la semaine des médias.
La 5e semaine des médias à l’école
en Suisse romande a lieu du 10 au
14 mars 2008.
A pproche de l’Eucharistie
Samedi 8 mars 2008, 9 h-16 h
Objectifs:
Le Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise
catholique parlent de l’Eucharistie comme «source et sommet de la vie ecclésiale».
Cette journée d’approfondissement se propose de
visiter les fondements bibliques de l’Eucharistie:
La Cène (Lc 22)
Le lavement des pieds (Jn 13)
La multiplication des pains et le discours sur le Pain de Vie (Jn 6)
A la lumière de la Parole de Dieu, nous relirons nos manières de vivre l’Eucharistie, de quoi nourrir le goût d’une conformité existentielle au Christ et d’une
profonde communion ecclésiale.
Animation
Lieu
Prix
Inscription
Abbé Jean-René Fracheboud
Foyer Dents-du-Midi, Bex
Fr. 10.- (+ repas)
Centre de catéchèse, ch. de la Sitterie 2
1950 Sion – tél. 027 327 44 02
En raccourci
Curiosphere.tv
Nouveau site de France 5 éducation
Destinée à inciter les enseignants à
consacrer davantage de temps à la
sensibilisation des élèves à la communication et à la démarche critique, cette semaine permettra aux
élèves et étudiants de tous les niveaux de rencontrer des professionnels et de mener des activités
spécialement calibrées pour chaque niveau (par exemple: décoder
les médias, rencontrer des professionnels, visiter des rédactions ou
des studios, produire des textes,
des sons ou des images et même
des podcasts).
Pour tous renseignements: www.emedia.ch.
Pour le GT ICTS2-Valais:
Marie-Thérèse Rey
( Résonances - Mars 2008
Le site France 5 éducation a cédé la place, le 12 février, au nouveau site,
Curiosphere.tv, restructuré autour de plus de 600 vidéos. Toutes les vidéos
sont classées par catégorie: pédagogie, vie scolaire, moi, prof, éducation aux
médias, art & culture, culture scientifique, histoire/géo & civilisations,
citoyenneté, économie-géopolitique et orientation.
www.curiosphere.tv
Revue Pick up
Numéro sur le
développement durable
Pêcher des biscuits-poissons, voyager à
travers la planète et réfléchir à la façon
dont on fait les courses, c’est ce que propose
aux adolescents le tout nouveau numéro de
Pick up. Le magazine traite le thème du
«Développement durable» comme Valeurs
d’avenir, Prise de conscience, Préservation des
équilibres. Toutes notions plus faciles à comprendre lorsqu’elles passent par
le jeu, le plaisir, l’observation et la déduction… comme le propose le
magazine. Reste aux enseignants le défi de transmettre les messages avec de
l’action en classe et sur le terrain… comme le suggère le Pick up enseignant.
Tous les numéros imprimés du magazine Pick up peuvent être commandés
gratuitement sur www.agirinfo.com.
21
Les marchés mondiaux des actions
font actuellement l’objet d’une véritable liquidation depuis la fin de
l’année passée. Ce qui a d’abord
semblé un problème limité au marché immobilier américain a pris
la forme d’une crise de confiance. Les banques centrales
ont été contraintes de mettre
massivement de l’argent à disposition afin de garantir le fonctionnement des marchés. Le goût
du risque de nombreux investisseurs a fortement diminué et est
tombé dans l’intervalle à des niveaux de 2003. Qu’est-ce que cela
signifie pour la CRPE? Comment
faut-il se positionner pour surmonter ces périodes de crise en minimisant les pertes?
Une bonne diversification
La diversification ne doit pas englober seulement des actions et des
obligations mais également des investissements alternatifs, comme
par exemple des matières premières ou des biens immobiliers. Ces
catégories d’investissement ont
l’avantage d’être en partie peu corrélées aux classes d’actifs tradition-
22
nelles. Le renforcement d’un portefeuille avec les placements en question permet souvent d’obtenir un
meilleur rendement pour un risque
moindre.
(
E n zone de turbulences
CRPE
Patrice Vernier
internet www.crpe.ch, permet de
bien se rendre compte de l’importance accordée à la diversification
par les organes dirigeants.
Investir de manière
défensive
La Caisse avait investi depuis quelques années déjà environ 10% de
son portefeuille dans ces classes
d’actifs en portant un soin particulier au choix des produits retenus. Ces décisions se sont révélées
payantes puisque les placements
alternatifs ont rapporté un peu
plus de 6% en 2007, les matières
premières 23% et les placements
dans des fonds liés aux infrastructures 6% sur base annuelle. La répartition globale des placements
de la Caisse, décrite dans son site
En période de crise, il est conseillé
et judicieux de composer le portefeuille de manière défensive. Il
s’agit en règle générale de réduire
la proportion d’actions pour privilégier des investissements à taux
fixe ou à courtes échéances. Dans
l’environnement actuel, les placements en liquidités, certes peu
rémunérateurs, constituent la variante la plus attrayante. C’est également la raison pour laquelle la
Caisse a terminé l’année passée
avec plus de 15% de ses avoirs investis à courte échéance. Cette décision lui a permis d’éviter de subir de
plus grosses pertes sur les marchés
depuis le début de l’année.
Investir de manière
échelonnée
Les fluctuations imprévisibles des
marchés font de l’investissement
dans des actions une entreprise risquée. Rares sont les investisseurs
qui gardent leur calme lorsqu’ils
perdent une partie de leurs économies. A fortiori pour ceux qui gèrent l’argent de leurs assurés… Le
placement financier échelonné offre une possibilité de réduire le risque. Cela consiste à ne pas investir
tout le montant d’un coup mais en
le répartissant sur une période plus
longue. Un tel processus est spécialement adapté pour les gérants de
caisses de pensions qui ont un horizon-temps plus long. C’est justement ce scénario que la Caisse a
choisi d’appliquer suite à l’importante recapitalisation intervenue
l’année dernière à pareille époque.
Résonances - Mars 2008
)
Si les investissements avaient été
entièrement réalisés dès réception
de l’argent, les résultats 2007 auraient été divisés par deux et le
manque à gagner de la Caisse de
l’ordre de CHF 24 millions environ. Il
s’agit certes d’une constatation basée sur du court terme, néanmoins
si l’on peut éviter ce genre de scénario, c’est toujours bon à prendre…
Maintenir un objectif
d’investissement à long
terme
Cet objectif est primordial pour un
investisseur institutionnel comme la
CRPE. En poursuivant pareil objectif,
il devient plus probable d’atteindre
des objectifs fixés sur la base d’une
stratégie long terme judicieusement
choisie. Des situations momentanées de crise comme celles que nous
avons vécues en 1987, 1990, 1993,
2001 et que nous sommes en train
de vivre aujourd’hui deviennent
marginales dans les résultats des
Caisses de pensions. Il suffit pour
s’en rendre compte de consulter le
graphique (p. 22) révélant l’évolution d’une caisse avec 25% d’actions
depuis 1985 à nos jours. Le court
terme, alimenté par les médias et les
prévisions bancaires, n’apporte par
conséquent qu’hésitations, doutes,
risque de panique et finalement erreurs dans la gestion des capitaux
pour une Institution. Il faut savoir
s’en détacher et maintenir l’objectif
d’investissement à long terme. «Le
travail d’une année ne porte aucun
intérêt à mes yeux tout comme de
s’épancher sur cette crise que je réduis à un léger soubresaut dans l’infinité du temps.»
La CRPE n’est pas un
spéculateur, mais un
investisseur.
Aussi, dans les conditions actuelles
de marché, demander que le degré
de couverture de notre Caisse atteigne 80% à fin 2009 (Situation en
début 2007: 72,3%) relève de l’im-
possibilité. Exiger que ce taux soit
atteint dans 15 ans est déjà beaucoup plus réaliste et pertinent. La
CRPE procédera cette année à une
expertise technique qui, compte
tenu de diverses hypothèses fournies, lui permettra de davantage se
rendre compte de l’évolution probable de son équilibre financier.
Conclusion
Il n’existe malheureusement pas de
recette miracle pour l’investissement en temps de crise. Cependant,
si nous suivons quelques règles fondamentales de prudence et de gestion à long terme, il sera possible
d’éviter les écueils les plus importants. En outre, des marchés agités
offrent souvent des opportunités:
c’est lorsque tout le monde est nerveux et que personne ne veut investir que se présentent souvent les
meilleures possibilités de hausse. Et
puis finalement, la Caisse n’est pas
un spéculateur, mais bien un investisseur qui privilégie une progression lente mais solide du capital.
En raccourci
Journée nationale des filles
Une participation réussie de l’Etat
du Valais
L’Etat du Valais a fait les choses en grand pour la
journée des filles. Avec succès puisque 80 participantes
de 5e, 6e primaire et de première année du Cycle
d’orientation étaient au rendez-vous. D’abord reçues par
le conseiller d’Etat Jean-René Fournier, elles ont ensuite
pu suivre un-e de leurs proches durant toute la journée au
sein de l’administration cantonale. Organisée dans toute
la Suisse, cette action vise à élargir l’horizon
professionnel des jeunes filles en les encourageant à
découvrir de nouveaux métiers.
www.journee-des-filles.ch - www.vs.ch/egalite
Gymnasium Helveticum
Matu et uni
La maturité gymnasiale ouvre-t-elle toutes les portes des
universités? Telle est la question à laquelle se propose de
répondre Gymnasium Helveticum dans sa dernière édition.
Le dossier comprend la version écrite de la présentation
que le professeur Rolf Dubs a faite à l’occasion de
( Résonances - Mars 2008
l’Assemblée des délégués à Zofingue le 16 novembre 2007
sur les standards et la formation générale. Hans-Jörg
Ruppen, directeur du Cours de mathématiques spéciales à
l’EPFL à Lausanne, présente deux mesures prises par son
institution afin d’agir sur les problèmes liés au passage du
gymnase à l’école polytechnique (http://polymaths.epfl.ch).
www.vgs-sspes.ch
Lexilogos
Le dictionnaire des dictionnaires
Lexilogos, c’est
un outil qui
devient vite
indispensable,
car il propose
des liens vers
de multiples
dictionnaires en
ligne. On choisit
une langue et hop on peut accéder à l’étymologie d’un
mot, à ses synonymes… en un seul clic. Lexilogos, c’est
aussi une médiathèque virtuelle.
www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm
23
Allemand
(
L ’enseignement de l’allemand
D. Delay
entre émotion et immersion
Au visiteur occasionnel1, la classe
d’allemand offre un spectacle contrasté: comme les épis d’un champ
de blé, les dos des élèves tantôt
sont courbés sous l’ennui, tantôt se
redressent, mus par une soudaine
motivation.
C’est ce que j’ai pu observer pendant 25 ans lors de visites de classes
en tant que formatrice d’enseignants. Et pour le dire brièvement,
deux critères essentiels avaient été
respectés lorsque les élèves se montraient réellement partie prenante
dans le cours: il leur était proposé
de faire quelque chose dans la langue et l’activité proposée les engageait sur le plan émotionnel.
Cet article propose une réflexion
sur quelques-unes des conditions
nécessaires pour susciter chez les
élèves un tel mode d’adhésion participative.
Les outils développés depuis les années quatre-vingt par les didacticiens de l’allemand langue étrangère offrent aux enseignants une
vaste panoplie d’activités répondant aux deux critères formulés cidessus2.
pour chacune des activités qu’il
projette des objectifs d’apprentissage bien définis.
Un enseignement de type communicatif laisse ouvert un choix de démarches beaucoup plus large que
ne le propose l’enseignement traditionnel.
Il est par ailleurs essentiel qu’il ait
conscience de la distinction importante entre apprentissage et acquisition: le manque de succès de l’enseignement communicatif tient en
grande partie, me semble-t-il, à la
méconnaissance ou à la non-prise
en compte de cette distinction.
Le français doit être
rapidement banni des
leçons d’allemand.
Cette richesse permet l’expression
du génie pédagogique individuel,
garant d’un enseignement original, varié et motivant.
Mais cette richesse a aussi un prix:
pouvoir quitter le déroulement répétitif du manuel utilisé en classe –
tout en le gardant comme fil conducteur pour l’acquisition du vocabulaire et de la grammaire prévus
par le programme officiel –, implique que l’enseignant ait en tête
Didactique de l’allemand
Cet ouvrage expose un choix de ces outils innovateurs et méthodes forgées par les nombreux
spécialistes de la didactique de l’allemand
d’une manière claire, efficiente et stimulante.
Pour accompagner les enseignants en formation et ceux qui désirent renouveler leur enseignement dans la mise en place de démarches
privilégiant le développement de compétences
opérationnnelles. Les démarches et activités décrites dans l’ouvrage s’appliquent pour la plupart, par simple transposition des contenus, à tout niveau d’enseignement.
Denise Delay. Didactique de l’allemand. Créativité et motivation. Damit wir
endlich aufhören, Segelboote zu rudern. Lausanne: éditions LEP, 2007.
24
La majorité des activités proposées
en classe ont pour effet l’appropriation de connaissances linguistiques. Pour que l’apprenant puisse
communiquer dans la langue-cible,
ces connaissances doivent se muer
en acquisitions, c’est-à-dire s’automatiser.
L’enseignement de l’allemand (comme de toute autre langue étrangère) dans le cadre institutionnel
est un savant dosage du temps
consacré à l’exercice de la langue
d’une part, à la communication
dans cette langue d’autre part. Or
il est absolument nécessaire, pour
que les élèves puissent s’approprier
l’allemand, d’inverser le temps consacré traditionnellement aux deux
champs d’activités. Faire un nombre incalculable d’exercices lacunaires atteint principalement un
objectif: celui de réussir les exercices lacunaires proposés par le prochain test.
Un enseignement de type communicatif combinant exercices et communication revient à privilégier
une forme d’enseignement intégré: une activité cadre inclut l’exercice d’un nouveau vocabulaire,
d’une structure grammaticale nouvelle (ou à renforcer).
Résonances - Mars 2008
)
C’est le cas, par exemple, lorsqu’une
lecture entraîne la création d’un associogramme permettant d’introduire des mots nouveaux concernant un des thèmes abordés par le
texte, ou que ce même texte permet
de lancer des exercices en situation3.
Il est important que ce type d’activité se fasse sur un ton naturel, en
évitant le ton scolaire qui accompagne souvent les phases d’exercice:
l’activité vient ainsi naturellement
s’intégrer dans le cadre communicatif, le complète, l’enrichit.
Du rapport entre
volume du bagage lexical et
communication
Le vocabulaire est un des problèmes posés par l’enseignement de
l’allemand dans le cadre institutionnel: la place qui lui est accordée est insuffisante.
Tout voyageur maîtrisant parfaitement l’édifice grammatical d’une
langue étrangère connaît la frustration liée au manque de connaissances lexicales: la communication
est déficiente.
S’en tenir à l’acquisition du bagage
lexical prôné par le programme et
( Résonances - Mars 2008
le manuel utilisé en classe met à
mal une réelle compétence de communication.
Il est par conséquent important de
proposer des activités qui, sans surcharger le pensum des élèves, favorisent l’apprentissage involontaire du
vocabulaire (c’est-à-dire l’apprentissage non conscient).
Dans ce domaine aussi, toute une
série d’activités4 permettent d’atteindre cet objectif, par exemple la
présentation bilingue de chansons
appréciées des élèves5, mémorisées
progressivement en classe, chantées fréquemment (et/ou travaillées
également aux leçons de musique),
éventuellement mises en scène, sous
une forme parlée ou chantée.
L’immersion en classe de langue est
la condition absolue d’une possible
acquisition de la langue par les élèves. Il est indispensable d’une part
que le français soit le plus rapidement possible banni des leçons d’allemand et d’autre part que le mode
de présentation et de déroulement
des activités proposées soit de type
immersif, c’est-à-dire permette de
faire entendre de manière récurrente les mêmes mots, les mêmes séquences de textes aux élèves sous des
formes variées, naturelles, propres à
éviter tout sentiment de lassitude.
L’exercice de lecture fluide en est
un exemple parmi beaucoup d’autres: chaque élève s’exerce à lire le
texte avec une prononciation correcte, en mettant le sens en évidence par l’intonation, le rythme,
les pauses, les respirations placées
aux bons endroits.
Cette activité se révèle très stimulante, les élèves prenant plaisir à entendre le texte de mieux en mieux
mis en valeur.
La mémorisation de textes
dans le processus
d’acquisition de la langue
La mémorisation de textes (théâtre,
chansons, etc.) est un facteur d’apprentissage d’une langue étrangère
aux effets puissants, encore sous-estimés par l’enseignement officiel,
et, jusqu’ici, par la recherche.
L’expérience m’a montré que les
classes de la voie secondaire de baccalauréat ayant pratiqué des activités théâtrales intenses parviennent
à un excellent niveau d’acquisition
de l’allemand à la fin de la scolarité
obligatoire.
25
Dans les voies secondaire générale
et secondaire à options, les expériences que je connais sont trop peu
nombreuses pour en évaluer l’incidence sur l’apprentissage, mais l’impact sur la motivation est certain.
Ces activités peuvent aller de la mémorisation et mise en scène d’une
série de dialogues à des activités
plus importantes6.
Dans tous les cas, le texte est travaillé au moyen d’activités immersives avec l’ensemble de la classe (fluidité de la lecture, correction phonétique, intonation).
Une partie de la mémorisation se
fait en classe, les élèves ayant eu par
ailleurs l’occasion d’acquérir des
stratégies de mémorisation.
Ce type d’activité permet à chacun
d’apporter ses compétences à la
réalisation du spectacle (décors, costumes, illustration sonore, idées de
mise en scène), ce qui contribue en
plus à développer une attitude positive face à la branche.
Mis en situation de devenir producteurs, de s’engager en tant que personne unique, originale, et créative,
les élèves sont prêts à se lancer à la
découverte des territoires de la langue à conquérir, même lorsque leur
aspect peut par moments paraître
aride.
l ’ au t e u r e
26
Tout sur le sucre
Notes
1
Pour faciliter la lecture, nous utiliserons la forme masculine pour désigner les deux sexes.
2
Le lecteur en trouvera un grand choix
et une présentation détaillée dans
l’ouvrage: Didactique de l’allemand,
créativité et motivation. DELAY, Denise. LEP. Lausanne 2007.
3
Exemples in: DELAY, Denise. Op. cit. P.
172-200. Un exercice en situation est
une activité communicative orale, improvisée par l’enseignant et telle que
les élèves, tout en exerçant sans s’en
rendre compte une structure grammaticale précise, soient axés sur le
contenu de l’échange verbal. Son objectif: automatiser une structure grammaticale tout en faisant l’oreille des
élèves.
Signalons enfin la démarche Lernen
durch Lehren7 qui combine parfaitement communication et émotion.
(
Infos agricoles
Puisse cet article contribuer à ouvrir
quelques pistes menant à un enseignement et à un apprentissage de
l’allemand sources de plaisir et d’efficacité.
Un outil pédagogique
particulièrement efficient
Très motivante pour les élèves, elle
les invite à prendre ponctuellement
le rôle de l’enseignant, leur offre
ainsi un temps de parole étendu,
laisse une très large place à leur
créativité et a l’immense mérite de
les axer sur d’authentiques tâches
communicatives, dont la réussite a
une incidence vraie sur la réalité.
En raccourci
4
Voir en particulier in: DELAY, Denise.
Op. cit les parties Vocabulaire et Trois
domaines d’expression privilégiée.
5
Suggestions in: DELAY, Denise. Op.
cit. P. 302-308, et p.423.
6
Exemples in: DELAY, Denise. Op. cit.
P. 237- 252.
7
Présentation in: DELAY, Denise. Op.
cit. P. 366-399.
Denise Delay a été pendant 40 ans enseignante d’allemand au
secondaire I et pendant 25 ans formatrice d’enseignants (didactique de
l’allemand langue seconde) au Séminaire pédagogique de l’enseignement
secondaire puis à la Haute Ecole pédagogique de Lausanne.
Elle est l’auteure du Livre du Maître accompagnant la méthode Vorwärts,
et vient de publier un livre de didactique de l’allemand (Didactique de
l’allemand, Créativité et motivation. Damit wir endlich aufhören,
Segelboote zu rudern. LEP 2007. Le Mont-sur-Lausanne).
L’Agence d’information romande
(AGIR) propose deux nouvelles
brochures, l’une sur l’itinéraire
du sucre et l’autre sur la cuisine
au four des paysannes suisses
avec deux recettes valaisannes
(flon de Savièse aux pruneaux,
pain de seigle valaisan).
Les brochures peuvent être
commandées, avec contribution
aux frais pour colis seulement,
ou téléchargées.
www.agirinfo.com.
Agriculture à l’école
Brin de campagne
en classe
En provenance directe du monde
rural, de jeunes paysans suisses
apportent un brin de campagne
aux élèves des degrés
secondaires… Ces cours – axés
sur les aspects pratiques de leur
métier –, s’articulent en
collaboration avec les enseignants
et selon leurs besoins. Quelque
6000 adolescents de douze
cantons – dont Fribourg et Vaud
pour la Suisse romande – ont
bénéficié en 2007 de ce contact
privilégié avec des producteurs de
denrées alimentaires. Cette année,
plus d’une centaine de classes
suisses allemandes et
fribourgeoises ont déjà fait part
de leur intérêt.
www.agro-image.ch
Résonances - Mars 2008
)
Eric Berthod
(
M usée d’histoire-Musée
Ecole
et musée
d’archéologie: transition…
L’écriture, invention géniale s’il en
est, code magique qui ouvre les
portes à un monde insoupçonné,
mais qui érige aussi des barrières
infranchissables: sur un versant le
barbare, sur l’autre le monde civilisé. Cette invention
crée la césure entre
deux temps, dont le
premier, obscure et immense période d’inconsciente gestation,
n’est qualifié qu’en regard du second, pour
devenir mollement préhistoire!
la fin du XXe siècle, dans le futur
musée d’histoire à Valère. L’accrochage est en cours, l’ouverture est
arrêtée à septembre de cette année. On s’en réjouit vraiment!
Espace pour les classes
Une attention particulière est réservée aux classes: une grande salle
présente en permanence, à
l’attention exclusive des enseignants et de leurs élèves,
toutes les illustrations de
l’exposition «Des Alpes au
Léman, Images de la Préhistoire» ainsi qu’une sélection d’objets en relation
avec les différents thèmes
des moyens officiels. Ainsi
la visite du musée d’archéologie reste toujours
d’actualité pour les collègues des classes de 4P
qui abordent ces notions
dans le programme d’environnement.
Fracture symbolique certes, mais inaliénable, éternellement tracée entre
deux périodes, l’avant,
l’après... Les musées s’en
voyage
pas partie du
es ne feront
èl
st
gie.
sont inspirés pour partas
lo
le
éo
t,
en
Le caisson
musée d’arch
Pour le mom
r place» au
eu
«l
ger en deux «lots» les rià
t
on
et rester
de fouilles
chesses du patrimoine ancestral, réservant aux loinLe caisson destiné aux applications
tains et muets précurseurs les
Rappelons pour l’anecdote qu’à sa
concrètes de recherches archéolomusées d’archéologie et confinant
création en 1883 on avait déjà regiques «à la manière des profesgroupé l’ensemble des trésors du
sionnels» du terrain reste lui aussi
les héritiers de l’alphabet dans les
passé – alors certes fort modestes!
toujours en place et opérationnel.
musées d’histoire. Ainsi en était-il
– dans ce même endroit, mais sous
Louise Liboutet, archéologue proaussi dans les institutions cantonales
l’appellation de «Musée archéolofessionnelle, demeure à la disposivalaisannes: les premiers occupaient
gique».
tion des classes pour effectuer cette
les locaux de la rue des Châteaux
activité formatrice et vivement apdepuis 1976 tandis que les suivants
préciée des élèves.
triomphaient sur la colline de VaLes stèles du Petit-Chasseur
lère, dans les séculaires demeures
groupées autour de la Basilique.
Les remarquables stèles de l’époque
Pour rappel, toutes les manifestanéolithique mises à jour sur le site
tions ou animations proposées par
sédunois ne feront pas partie du
Ecole et Musée, ainsi que les enAujourd’hui la tendance s’inverse,
voyage et resteront pour un certain
trées pour les classes et les enseiles collections se regroupent! Le
temps, et en fonction d’une politignants sont gratuites! Pour bénéfipatrimoine préhistorique jusqu’ici
que encore à définir, à «leur place»
cier de la présence de la médiatrice
présenté séparément rejoint les téau musée d’archéologie. De même,
culturelle, prière de s’annoncer au
moins de l’histoire. Le déroulement
la majorité des objets appartenant
musée: 027 606 46 80.
chronologique sera donc dorénaaux dolmens de cette époque et dévant entièrement présenté dans un
couverts sur ce site compléteront la
ensemble se déployant à partir des
Ouverture du mardi au dimanche,
présentation des sculptures anthrovestiges les plus anciens, datés
les après-midi, horaires variables
pomorphes, comme par le passé.
d’environ 30’000 ans avant J.-C., à
selon la saison et l’institution.
( Résonances - Mars 2008
27
Au mois de novembre 2007, un cours de formation continue des enseignants a été donné par Sébastien Buchard.
Ce maître d’éducation physique, physiothérapeute à mitemps, a remis sur la table la nécessité pour nous tous, enseignants, d’entretenir notre condition physique. En effet,
notre métier n’est pas dépourvu de stress ou d’habitudes
physiques qui peuvent conditionner foncièrement notre
squelette, notre système musculaire, nos tendons, notre
système nerveux…
Lors de ce cours, une définition du système musculaire
[structures, type de muscles, fibres lentes et fibres rapides,
systèmes associés (cardio-vasculaire et nerveux)] a été rappelée. Les différents types de force ont été revisités [La
force endurance, la force maximale ou force puissance, la
force vitesse, les capacités complémentaires (capacités
physiques et capacités de coordination)]. Différents types
de travaux ont été présentés (isométrique, excentrique,
concentrique, pliométrique, après pré-fatigue).
Le premier chapitre traite de la définition du système musculaire.
Structure
Ensemble de fibres qui peuvent
travailler dans 2 sens directionnels.
Le changement de longueur de ces
fibres va entraîner un mouvement.
But: statique (fixer à l’aide des
os) mobilité (bouger activement le
corps) protection (des organes).
(
M usculation chez soi
Education
physique
En deuxième partie, des exercices pratiques ont été présentés concernant les principaux muscles: biceps/triceps,
pectoraux, abdominaux, dorsaux, quadriceps, ischio-jambiers, triceps suraux. Différents types d’entraînement ont
aussi été abordés: gym, theraband, ballon, poulie tout
comme les principes et les objectifs du stretching. Enfin
des précisions ont été apportées sur l’électrostimulation
ou les situations pathologiques.
A la fin du cours, un document a été remis aux participants. En voici quelques extraits. Pour tous ceux qui désirent des renseignements complémentaires, vous pouvez
consulter le dossier complet sur le site de l’animation en
éducation physique.
Bonne lecture et surtout … n’oubliez pas l’adage: «un esprit sain dans un corps sain».
Les muscles lisses (non striés)
composent les parois des organes
creux ou des viscères (tube digestif, vaisseaux, vessie, utérus…). Par
exemple, les muscles lisses qui tapissent les parois des vaisseaux les
rendent toniques et aident le sang
L’équipe d’animation
à circuler régulièrement et rapidement dans notre corps.
Les muscles n’ont pas tous la même
forme: ceux des bras et des jambes
sont allongés, ceux du dos sont plats
et en éventail et ceux du contour des
yeux ou des lèvres sont en anneau…
Type de muscles
Les muscles striés squelettiques
sont responsables de nos mouvements volontaires et interviennent
dans la position du corps (posture).
Ils se contractent lorsque nous le
décidons: ce sont des muscles dits
«volontaires». Leur capacité à se
contracter et leur élasticité leur
permettent d’effectuer tous les
mouvements habituels: se tenir debout ou assis, courir, rire, écrire,
respirer... Les muscles participent
au maintien et au mouvement des
articulations.
28
Résonances - Mars 2008
)
Différents types de travaux peuvent être utilisés:
Schéma des capacités complémentaires
Isométrique
Le muscle travaille contre une résistance fixe, les leviers et donc les insertions musculaires ne se déplacent pas.
Excentrique
Le muscle travaille en s’allongeant,
les insertions s’éloignent. Il s’agit
souvent de freiner une charge.
Concentrique
Le muscle se contracte et se raccourcit. Les insertions se rapprochent.
Pliométrique
Le muscle est d’abord soumis à un
allongement puis se raccourcit immédiatement.
Après pré-fatigue
Le muscle est d’abord fatigué en isométrique puis utilisé en dynamique.
Mais attention, tout programme
d’amélioration de la force musculaire doit reposer sur une évaluation précise:
Quels muscles ou groupes musculaires doivent être sollicités?
Quels sont les besoins fonctionnels de la personne?
Quel(s) type(s) de force faut-il privilégier (endurance, puissance, vitesse)?
Quels modes de contractions fautil utiliser (isométrique, concentrique, excentrique, pliométrique)?
Quelles sont les contre-indications, limites et précautions au
renforcement?
Souvent, nous effectuons du stretching, même avec les enfants lors
du cours d’éducation physique. Définition et quelques remarques:
Le stretching est un allongement progressif d’un muscle ou
d’un groupe musculaire en vue
Sitographie
de le préparer à un effort ou en
vue de la renormaliser après une
activité importante.
Il existe à l’heure actuelle beaucoup de théories contradictoires
concernant le stretching.
Voilà ce que l’on peut plus ou moins
affirmer aujourd’hui:
le stretching vise à redonner
la longueur musculaire initiale
après un effort
il peut augmenter l’amplitude
d’un mouvement s’il est réalisé
avant l’effort
il est psychologiquement important
il ne prévient pas les blessures
il ne diminue pas les courbatures
il n’augmente pas la performance
physique.
Règles essentielles:
ne jamais faire de mouvement
de ressort après un effort
l’étirement est une tension ressentie sur le muscle. Ce n’est pas
une douleur?!!!
avec les enfants, il est préférable
de réaliser des étirements globaux et non analytiques.
www.antiraser.ch/top10/kraftkoordination.asp
www.bodyplanet.com/theraband/modeemploi.htm
www.zwookedu.ch/edphys
( Résonances - Mars 2008
En raccourci
Cahiers pédagogiques
Enseigner la géographie
aujourd’hui
Pourquoi faudrait-il enseigner la
géographie aujourd’hui? Quel
regard spécifique peut-elle
apporter? Quelle géographie
enseigner? Comment aborder
l’Europe et la mondialisation?
Telles sont quelques-unes des
grandes questions abordées dans
le dossier de février des Cahiers
pédagogiques. Il est aussi
question de l’éducation au
développement durable, de la
construction de l’espace
géographique, des formations et
politiques éducatives pour
enseigner la géographie.
www.cahiers-pedagagogiques.com
29
H istoire
(
H istoire du Valais: une séquence
Nadia Revaz
sur les femmes au 19e siècle
Les cycles d’orientaPourquoi
tion valaisans dispocette thématique?
sent d’une 5e séquence pour se plonger
Christine Mossessian a
dans l’histoire suisse
fait partie du comité réet/ou valaisanne avec
dacteur de la refonte du
leurs élèves, dans une
programme d’histoire
perspective compléavant de se lancer dans
mentaire à celle du mal’aventure «séquennuel des éditions Belin
cée». Son choix de traiet de l’Histoire du Valais
ter des femmes au 19e
en 4 volumes, publiée
siècle a d’abord été lié
par la Société d’histoire
à un intérêt thématidu Valais romand. Cette
que personnel, mais
olet.
Rogéré Pign
ce
ri
at
elle avait aussi suivi
nouvelle séquence, proBé
et
ossessian
Christine M
plusieurs cours à l’univerduite par le DECS et prosité, en lien avec la situation des
posée par Christine Mosfemmes au Moyen-Age et durant la
sessian, enseignante au CO de Vounal est le fruit d’un long travail.
Première Guerre mondiale. Si elle a
vry, aborde la thématique des femUne fois les phases de recherche
retenu le 19e siècle, c’est parce qu’à
mes valaisannes au 19e siècle.
et de rédaction terminées et certains questionnements testés aucette époque la situation était très
près d’élèves, la version a été soidifférente et qu’ensuite les condiDans le cas de ce module, l’opégneusement relue par des spéciations de vie en Valais sont rapideration de sélection a été minime.
listes avant d’être mise en page
ment devenues similaires à celles de
«Je voulais retenir uniquement des
par Dominique Studer. A la découla Suisse en général.
sources écrites par des femmes valaisannes, ce qui m’a permis de
verte du document, la première
constater qu’il n’y avait guère de
réaction des élèves de l’enseignanteQuand utiliser
traces féminines au 19e siècle», souauteure a concerné le graphisme:
cette séquence en classe?
«C’est beau», se sont-ils spontanéligne Christine Mossessian. Cherment exclamés. Une fois entrés
cher la documentation pour traiter
Cette séquence sur les femmes en
son sujet a été pour elle un vrai
dans le contenu, ils l’ont jugé «inValais au 19e siècle peut être traibonheur. Comme pour les autres
téressant». Des remarques très entée dès la 2e de CO jusqu’à certaines
séquences du classeur d’Histoire
courageantes tant au niveau de la
sections du secondaire II. Sa particusuisse et valaisanne, le résultat fiforme que du fond.
larité réside dans le fait qu’elle n’est
pas directement rattachée à un
ou des chapitres du manuel Belin,
même si des liens sont possibles avec
Séquences parues (auteurs)
la révolution industrielle en Europe,
thème étudié en 2e année de CO.
Le Valais et la Pax Romana (Béatrice Rogéré Pignolet, CO Martigny)
Du Département du Simplon à 1848 (Fabio Di
Béatrice Rogéré Pignolet, enseignanGiacomo, HEP)
te au cycle d’orientation de Ste-MaLe Valais et l’émigration (Eric Maye, CO Conthey)
rie à Martigny et animatrice pour
La Suisse et la Seconde Guerre mondiale (Yves
l’histoire et la géographie au CO,
Fournier, collège de St-Maurice)
ayant repris le flambeau des séquenLes femmes en Valais au 19e siècle (Christine
ces modulaires d’histoire suisse et
valaisanne (suite au départ de JeanMossessian, CO Vouvry)
Philippe Lonfat, qui travaille désor-
30
Résonances - Mars 2008
)
mais à l’école de commerce de Martigny), déplore le manque de temps
des enseignants du cycle d’orientation pour travailler avec ce matériel.
Elle constate que nombre de collègues utilisent ces séquences seulement si cela correspond à leurs thèmes de prédilection, car elles sont
trop souvent perçues comme un supplément au programme alors qu’elles en font partie. Trop peu d’enseignants, peut-être aussi en partie en
raison du manque de «publicité»
pour ces séquences, les utilisent,
alors qu’elles apportent un autre
éclairage généralement apprécié des
élèves pour qui l’Histoire devient un
tout petit peu moins lointaine. Béatrice Rogéré Pignolet explique partir
de certaines des Séquences d’histoire
suisse et valaisanne pour dans un
deuxième temps donner le contexte
général avec le manuel d’histoire,
alors qu’avant elle faisait l’inverse, ce
qui était plus difficile à gérer.
d’aborder de manière très complète la thématique de la séquence.
Reste que dans ces conditions, sans
l’évaluation finale, il faudrait prévoir au minimum trois périodes, ce
qui peut s’avérer vite complexe
avec une seule heure par semaine.
Dans sa classe, Christine Mossessian
a trouvé que les images amenaient
à une intéressante discussion sur
l’évolution de la condition de la
femme en Valais, en particulier
pour les élèves étrangers qui peuvent faire des parallèles avec leur
pays. L’approche peut de plus être
raccourcie, pour se concentrer sur
la partie iconographique, de façon
à juste donner un éclairage sur
cette partie de l’histoire. Dans certains établissements, où la collaboration entre enseignants des diverses branches et niveaux est très efficace, il peut aussi être envisageable
de lire les textes en cours de français pour focaliser l’attention des
élèves sur le questionnement pendant le cours d’histoire.
D’autres séquences prévues?
De nouvelles séquences devraient
venir compléter la collection, déjà riche de cinq titres. Les enseignants
ayant étudié l’histoire à l’université
peuvent s’associer à ce projet. Comme le souligne Béatrice Rogéré Pignolet, «ce travail pourrait aussi se
faire en collaboration avec des étudiants terminant leur mémoire d’histoire, manière de valoriser les travaux d’histoire en lien avec le Valais
et pour leur offrir la possibilité de
mettre un pied dans l’enseignement
avant d’y entrer véritablement.»
Alors si ce type de travail de recherche et de rédaction vous intéresse,
n’hésitez pas à entrer en contact
avec l’animatrice pour l’histoire et la
géographie au CO (beatrice.rogere@
mycable.ch).
Comment utiliser
la séquence en classe?
Avec son riche document pour l’enseignant, il est vraiment possible
Contenus de la séquence sur
les femmes en Valais
Le classeur contient trente séquences pour les
élèves et le matériel pour l’enseignant (idem
pour toutes les séquences).
La séquence est articulée autour de l’univers
de la femme (travail, famille), de sa vie extérieure (son pouvoir, son instruction et les
changements apportés par l’industrialisation)
et comprend un dossier avec divers éclairages.
Le dossier pour le maître contient l’explication du projet didactique, des informations
complémentaires, des indications pour l’analyse des documents du dossier ainsi que le matériel pour l’évaluation et la correction de
l’évaluation.
Prix: à consulter sur le catalogue des ouvrages
scolaires www.vs.ch/sft > Les domaines du SFT
> Ouvrages scolaires.
Renseignements et commandes: SFT-livres@
admin.vs.ch.
( Résonances - Mars 2008
Cette séquence fournit une riche iconographie permettant une
exploitation appréciée des élèves.
31
BEL
(
L es offres de
ch Echange de jeunes
Bonus d’échange
Pro Patria – Ne ratez
pas le délai
d’inscription!
Pour les échanges se déroulant entre le début de l’année et la fin de l’année scolaire, le délai d’inscription est
le 31 mars 2008. Le formulaire d’inscription peut être
rempli et téléchargé sur le
site www. echanges.ch, sous les rubriques Elèves et classes / Pro Patria.
Cette année aussi, Pro Patria apporte son soutien à l’organisation
de projets d’échanges à l’intérieur
de la Suisse. Un échange de classes
en Suisse offre en effet la possibilité de briser les préjugés, de surmonter les frontières et les barrières linguistiques, de se sensibiliser à
l’art, la culture et l’environnement
de l’autre région linguistique et de
se faire de nouveaux amis.
Seules des écoles suisses des niveaux
primaire et secondaire I ont droit à
ce soutien. La préférence est accordée aux établissements qui s’engagent dans le réseau de collecte bénévole de Pro Patria et à ceux qui
sont prêts à participer à l’avenir à
des collectes de Pro Patria.
Et pour plus d’infos sur les
échanges linguistiques
Bureau des Echanges
Linguistiques (BEL)
Planta 1
1951 Sion
Tél. 027 606 41 30
Fax: 027 606 41 34
Email: bel-bsa@admin.vs.ch.
32
d’inspiration à d’autres enseignants organisant un échange scolaire?
www.echanges.ch
L’appréciation et la sélection des
projets soutenus reviennent à un
jury institué par Pro Patria. Ce dernier se détermine aussi sur le montant des contributions: 2000 francs
au maximum sont accordés par projet. C’est Echange de Jeunes qui accompagne le projet et s’occupe du
versement de l’aide financière.
Pour toute question complémentaire, veuillez vous adresser à: austausch@echanges.ch.
EchangePLUS: aide
financière pour travaux de
préparation et d’évaluation
Pendant l’année scolaire 2007/08 la
Fondation Oertli soutiendra à nouveau les travaux de préparation et
d’évaluation des établissements
scolaires organisant des projets
d’échange avec les autres régions
de la Suisse. Depuis le lancement
du projet «EchangePLUS» en 2004,
une centaine de classes ont déjà
obtenu une aide financière.
Prévoyez-vous des activités de
préparation et d’évaluation particulièrement intenses et onéreuses?
Disposez-vous d’un dossier illustrant ces activités qui pourrait
servir d’exemple ou de source
Grâce à EchangePLUS, vous
pouvez obtenir une aide financière de CHF 1600.- au
maximum. Le programme
s’adresse aux écoles suisses
de tous les niveaux scolaires
organisant un échange avec
un établissement partenaire
d’une autre région en Suisse. L’inscription est possible à tout moment.
Vous trouverez des compléments
d’information ainsi que les documents d’inscription en cliquant sur
www.echanges.ch/fr/schueler_klassen/echangeplus.php.
Programme d’échanges de
professeurs
Avez-vous envie...
d’en savoir plus sur le travail effectué dans une autre école?
de réfléchir à votre propre travail d’enseignant-e?
d’améliorer vos connaissances en
langues étrangères?
Des enseignants primaires et secondaires peuvent participer à des
programmes d’échanges de postes.
Le délai pour les échanges de professeurs avec l’Australie échoit le
1er avril. Et il est encore possible de
s’annoncer pour des échanges avec
des enseignants québecois (maître
primaire et un professeur de musique) jusqu’à la mi-mars.
Pour des informations sur les demandes d’échange:
www.echanges.ch/fr/lehrpersonen/
aktuelle_austauschangebote.php.
Résonances - Mars 2008
)
SFT
(
P yramide des âges
Le chiffre
du mois
du personnel enseignant
La connaissance de la structure démographique du corps enseignant
fait partie des outils utiles au pilotage du système de formation. Elle
permet d’anticiper les besoins futurs
d’enseignants (classes d’âge les plus
élevées) et montre aussi la dynamique de renouvellement des enseignants (classes d’âge les moins élevées).
La répartition par classes d’âge des
enseignants du Valais romand en
2007/08 révèle une distribution globalement plus équilibrée des 810
enseignants du secondaire I que
celle des 1780 enseignants des écoles enfantines et primaires. Dans ces
ordres d’enseignement, les 46-50
ans dominent légèrement (19.3%),
tandis qu’au secondaire I, les 51-55
ans sont pratiquement aussi nombreux que les 31-35 ans, classe d’âge
la plus importante. Même si l’âge
moyen des enseignants de la scolarité obligatoire s’établit à 43 ans,
soit un an de plus que pour l’année
scolaire 2006/071, ce seront 28.7%
des enseignants des écoles enfantines et primaires et 29.4% des enseignants du secondaire I du Valais romand âgés de 51 ans et plus qui auront dû être remplacés dans un
horizon d’une dizaine d’années.
Pyramide des
âges du personnel
enseignant des
écoles enfantines
et primaires
(1780 enseignants2)
et du secondaire I
(810 enseignants)
du Valais romand,
2007/08
Source: SFT/URD.
Notes
1
Voir Résonances n° 7, avril 2007.
2
301 maîtresses enfantines/1420 enseignants primaires/59 enseignants spécialisés.
En raccourci
Projets de recherche
Difficultés en lecture
Banque de données CSRE
Dossier d’actualité en ligne
La banque de données, contenant plus de 1800 projets de
recherche en éducation, représente l’une des prestations du
Centre suisse de coordination pour la recherche en éducation (CSRE) à Aarau. Vous accédez facilement à cette banque
de données online, libre d’accès. Un résumé décrit chaque
projet, démontrant les buts, les méthodes utilisées et présentant quelques résultats. www.skbf-csre.ch/86.0.html?L=1
Le Service de veille technologique de l’Institut national de
recherche pédagogique (INRP) propose un riche dossier qui
dresse un panorama des recherches et débats récents sur
l’apprentissage de la lecture et ses difficultés. Le choix a été
de cibler les travaux, textes et prescriptions qui concernent
les enfants de 5 à 8 ans, soit le cycle II de l’école élémentaire, dans le système éducatif français. www.inrp.fr/vst
( Résonances - Mars 2008
33
(
E valuation de l’introduction
A nglais
de l’anglais au CO
L’introduction de l’enseignement
de l’anglais a été réalisée à partir de
l’année scolaire 2003/2004 dès la
première année du cycle d’orientation dans l’ensemble du canton du
Valais. Trois ans plus tard, le moment était venu d’établir un premier bilan. Le Service de l’enseignement a demandé la réalisation
d’une évaluation. Son objectif était,
d’une part, de recenser les opinions
des personnes concernées (directions d’école, enseignants d’anglais
et élèves de la neuvième année scolaire) à l’aide d’un questionnaire et,
d’autre part, d’évaluer les compétences des élèves par le biais d’un
test correspondant au niveau A2 du
Cadre européen commun de référence (CECR), qui en comporte 6:
A1, A2 (=Key English Test / KET), B1,
B2 (= niveau maturité gymnasiale /
First Certificate in English), C1 et C2.
L’unité de recherche et de développement du système de formation
(URD) du Service de la formation
tertiaire a mis au point et assuré la
validité de trois questionnaires. Le
test de compétences a été élaboré
par les animateurs pédagogiques
d’anglais, en coopération avec deux
enseignantes d’anglais du cycle
d’orientation. Les questionnaires,
ainsi que le test de compétences
dans les domaines «Listening» (comprendre), «Speaking» (parler), «Reading» (lire) et «Writing» (écrire) ont
été validés à l’aide d’un test préalable par l’URD. Un échantillon représentatif d’environ 300 élèves a ensuite été examiné au mois de mai
2007 sous la conduite d’inspecteurs
du Service de l’Enseignement. En ce
qui concerne les épreuves orales, elles ont été administrées par des expertes extérieures, anglophones,
formées par Cambridge et aptes à
mesurer avec précision les niveaux
du CECR.
Après trois ans, la
grande majorité des
élèves ont un niveau A2.
L’analyse du test de compétences a
montré que l’introduction de cette
discipline au cycle d’orientation a
été couronnée de succès et que la
grande majorité des élèves ont pu,
après trois ans de cours, atteindre
le niveau A2. Ainsi, les élèves terminent l’école obligatoire avec de
bonnes connaissances d’anglais. Les
résultats des questionnaires sont
Rendement moyen de l’échantillon Listening (écouter)
34
également positifs, puisque les personnes concernées sont très satisfaites de l’introduction et de la mise
en œuvre de l’enseignement de
cette langue.
Les objectifs du plan d’études officiel sont considérés comme atteints.
La moyenne générale du test global
atteint un rendement de 68% (68%
des réponses sont correctes). Ce
pourcentage est très réjouissant! Le
rendement dans les domaines «Listening» et «Speaking», qui comptent parmi les priorités du plan
d’études, s’élèvent à respectivement
74.15% et 74.86%. Le rendement
dans le domaine du «Reading» est
également très satisfaisant et se situe à 69.76%. Seul le domaine du
«Writing», avec un rendement de
48.76%, n’atteint pas le seuil suffisant. Toutefois, étant donné que les
trois autres domaines ont la priorité
dans le plan d’études, ce résultat est
relativement adéquat et acceptable.
L’analyse du questionnaire a montré
qu’autant les directions d’école que
les enseignants d’anglais et les élèves
se sont montrés très satisfaits de l’introduction et de la mise en œuvre de
l’enseignement de l’anglais au cycle
d’orientation. Le taux de satisfaction
Rendement moyen de l’échantillon Speaking (parler)
Résonances - Mars 2008
)
Rendement moyen de l’échantillon Test global
atteint ici est de 90%. Par ailleurs, les
personnes concernées souhaitent
que l’anglais au cycle d’orientation
soit maintenu tel qu’actuellement.
La formation continue des enseignants était d’un niveau élevé et
s’est déroulée sans difficulté. Près de
80% des maîtres ont un niveau C1,
voire plus en anglais.
Les résultats du sondage et du test
de compétences confortent les responsables dans leur approche concernant l’introduction de l’anglais
au cycle d’orientation. Cet état des
lieux constitue désormais le point
de départ pour une réflexion approfondie et pour des projets futurs similaires. Quelques adaptations et/
ou modifications mineures de l’enseignement de l’anglais pourront
cependant encore résulter de la réflexion évoquée.
Au terme de cette évaluation générale de l’anglais au cycle d’orientation, le Service de l’enseignement
tient à relever l’extraordinaire effort
de formation personnel, tant sur les
plans langagier que méthodologi-
que et didactique, des enseignants
d’anglais. Les résultats prouvent cet
engagement et les évaluatrices externes engagées pour les épreuves
orales relèvent les excellents résultats obtenus dans le canton.
Il exprime également sa reconnaissance aux enseignants qui ont bien
voulu mettre leur classe à disposition pour la réalisation des pré-tests,
ainsi que des épreuves elles-mêmes.
Cette évaluation n’aurait pas été
possible sans le concours des directions des écoles concernées, et bien
sûr, sans la bonne volonté des quelque 400 élèves (tests et pré-tests)
qui se sont présentés à ces épreuves.
Cette étude est basée sur les informations fournies par les acteurs de
l’école eux-mêmes: les élèves, les enseignant-e-s d’anglais, les directions
des cycles d’orientation, les animateurs de la discipline, les collaborateurs du SE et du SFT. Qu’ils en soient
remerciés.
Tous les résultats de l’évaluation
[synthèse, rapport, annexes (résultats détaillés)] sont disponibles:
Rendement moyen de l’échantillon Reading (lire)
( Résonances - Mars 2008
Taux de satisfaction des directions, enseignants
d’anglais et élèves par rapport à l’introduction de
l’anglais et sa mise en œuvre (collaboration Ecole-DECS,
formation des enseignants) au CO
sur le site du Service de la formation tertiaire: www.vs.ch/sft > les
domaines du SFT > recherche sur
le système de formation > évaluation de l’enseignement de
l’anglais
sur le site du Service de l'enseignement: www.vs.ch/enseignement > scolarité obligatoire >
langues > évaluation de l'enseignement de l'anglais.
Pour le groupe du pilotage:
Tanja Stupf (URD du SFT)
Réalisation de cette
évaluation
Pilotage du projet: SE – URD du
SFT – Animation pédagogique
(HEP-Vs). Réalisation des questionnaires, analyse des résultats
et rédaction des rapports: URD
du SFT. Réalisation du test: Animation pédagogique, avec l’aide
de Frances Burkhalter et Simona
Minetti. Passation de la partie
«oral»: Sally Mayor. Administration des tests: Inspection scolaire.
Rendement moyen de l’échantillon Writing (écrire)
35
Berlin
connaître, à s’autoévaluer, à rechercher des solutions pour
progresser et atteindre ses objectifs de réussite. Il l’aide aussi à
adopter des techniques et stratégies pour réaliser plus aisément
son travail, à utiliser ses capacités et sa créativité pour inventer
de nouvelles procédures et, au final, personnaliser et construire
sa propre méthode de travail. Méthodo propose des tests, des
activités, des conseils pratiques, des informations claires sur les
méthodes de travail parmi lesquels l’élève peut puiser.
Yvette Warnier. Méthodo, le coach des élèves.
Bruxelles: de boeck, 2007.
Les éditions La Joie de lire ont
lancé une collection originale,
intitulée de Ville en Ville. Dans
Berlin, les enfants peuvent
découvrir, à travers le
quotidien d’un jeune berlinois
qui mange bio mais qui aime
aussi les mets traditionnels
allemands, cette capitale
européenne ouverte à tous les
possibles. Un livre sur Tel-Aviv
a aussi été publié.
Francesca Bazzurro, Orith
Kolodny. Berlin. Genève: La
joie de lire, 2007 (à partir de 6
ans).
que Danièle Périsset Bagnoud,
professeur à la HEP-Vs, a
collaboré à cet ouvrage avec
un article sur les missions et
activités de l’école primaire,
de la fonction au discours.
Michèle Bolsterli, Olivier
Maulini (sous la direction de).
L’entrée dans l’école. Rapport
au savoir et premiers
apprentissages. Bruxelles: de
boeck, 2007.
L’entrée dans l’école
Cet ouvrage s’intéresse aux
premières années de la
scolarité (préscolaire, école
enfantine, école élémentaire,
école maternelle; en Belgique,
en France et en Suisse). Il
problématise l’entrée dans
l’école en étudiant tour à tour
les représentations des acteurs,
les pratiques pédagogiques, les
apprentissages des élèves, les
rapports entre recherche et travail de terrain. Aux enseignants,
formateurs, chercheurs en éducation, il propose des outils pour
mieux comprendre comment les enfants et leurs familles
rencontrent le savoir et la culture scolaires, comment évolue
et/ou peut évoluer la première étape de la scolarisation. A noter
Méthodo
Comment bien exercer son
métier d’élève? Dans un esprit
voisin de coach collège
(www.coachcollege.fr),
Méthodo accompagne le
jeune dès 12 ans sur le chemin
scolaire, il est son coach pour
apprendre à mieux se
(
La sélection du mois
Livres
Qui a volé la marionnette?
Léna, une jeune ado bien râleuse, se
retrouve, contre son gré, forcée de
passer ses vacances en Suisse allemande. Son policier de père travaille
à Berne pour quelque temps et il n’a
pas très envie d’avoir sa fille dans ses
pattes. Pourtant, au fil d’une enquête qui s’impose à eux, ils vont retrouver leur complicité. L’auteure
mêle habilement les péripéties familiales à l’intrigue policière. Au Centre Paul Klee, une marionnette de grande valeur a disparu. Léna se prend de passion
pour cette affaire. Va-t-elle la résoudre sans se laisser piéger
par un voleur sournois? Deux doigts de culture, deux doigts
de tension font de ce roman un polar captivant.
Relations
Maître-Elève
Les relations du maître et de
l’élève se déploient dans un
réseau de stratégies. L’auteur
s’est efforcé de considérer la
relation pédagogique dans
toute son ampleur, de la
maternelle à l’université, en
montrant comment, au-delà
de la nécessaire maîtrise des
techniques d’enseignement,
celle-ci pèse de façon décisive
sur le destin scolaire de
l’enfant et de l’adolescent.
S’agit-il d’une histoire d’amour
ou d’une histoire de raison?
Un ouvrage miroir pour
chaque éducateur. Ce texte est
la seconde édition revue et
augmentée d’un ouvrage paru
en 1995, chez Armand Colin.
Daniel Gayet. Les Relations
Maître-Elève. Paris: Ed.
Economica, 2007.
Marie-Christophe Rata-Arn. Qui a volé la marionnette? Genève: éd. La Joie de lire, 2007 (à partir de 9 ans).
Daphnée Constantin Raposo
36
Résonances - Mars 2008
)
Tisser des liens
pour apprendre
Comment améliorer le partenariat école/familles? Quelles sont les
différentes modalités de la collaboration maîtres de classe/maîtres
spécialisés? Le but étant de définir des cadres d’intervention
appropriés permettant aux élèves, aux familles et aux enseignants
de nouer un dialogue constructif. L’ouvrage présente des
éclairages multiples inspirés des sciences de l’éducation, de la
philosophie, de la psychologie et de la psychanalyse.
Gérard Toupiol et al. Tisser des liens pour apprendre.
Paris: Retz, 2007.
Motiver
pour apprendre
Tisser des liens pour apprendre
est au cœur du métier
d’enseignant. C’est aussi l’une
des fonctions essentielles des
maîtres spécialisés, chargés de
résoudre les difficultés
d’apprentissage des élèves à la
maternelle comme à l’école
élémentaire, et d’amener ces
derniers à se réinsérer dans
l’espace traditionnel de la
classe. Si leur rôle de
médiateur est déterminant, les
liens à tisser entre les
différents acteurs de l’école
renvoient à des questions
fondamentales ici abordées
de front: comment instaurer
un rapport de confiance avec
les élèves en difficulté?
Comment motiver les enfants
pour qu’ils apprennent? Vaste
question, à laquelle Philippe
Theytaz, docteur ès sciences de
l’éducation, qui a été tour à tour
enseignant, responsable d’enseignement spécialisé, directeur
d’école et qui est aujourd’hui
consultant en ressources
humaines à Sierre, dans un centre
privé de compétences humaines
en éducation (http://perso.netplus.ch.ch/sensortir) apporte, avec
l’aide de deux personnages fictifs, Prof et Mélissa, des réponses
claires et pratiques. Un petit guide à mettre à la portée de tous.
l’éducation, propose une
analyse argumentée sur un
certain nombre
d’affirmations, dont une
bonne partie relève du sens
commun plus que du bon
sens. Cet ouvrage, très
agréable à lire et rédigé pour
un lectorat grand public,
permet de faire ainsi le tour
de nombreuses
problématiques de l’école.
Alors, le niveau baisse…
vraiment? Faut-il exterminer
les pédagogues? Lire, écrire et
compter… seulement?
Gérard De Vecchi. Ecole:
sens commun ou bon sens?
Manipulations, réalité et
avenir. Paris: Delagrave
Edition, 2007.
Philippe Theytaz. Motiver pour apprendre. Guide pour parents,
enseignants et élèves. Saint-Maurice: éd. Saint-Augustin, 2007.
Ecole: sens commun ou bon sens?
Et si on arrêtait d’affirmer n’importe quoi sur l’école. Gérard
De Vecchi, avec ses multiples casquettes dans le monde de
En raccourci
Extrémisme de droite
Publications
Le Service de lutte contre le racisme publie deux brochures
issues de travaux de recherches effectués dans le cadre du
PNR 40+ «Extrémisme de droite - causes et contre-mesures».
Ces publications permettent de faire connaître les
résultats de ces recherches à un large public. Elles peuvent
être commandées gratuitement ou téléchargées en format
PDF sous www.edi.admin.ch/frb/index.html?lang=fr.
Effectifs scolaires
Baisse jusqu’au secondaire I
Le recul, depuis quelques années, des effectifs du degré
primaire se traduit à présent par une diminution au degré
secondaire I. Le nombre des élèves a également baissé au
degré préscolaire. Les générations nombreuses ont pour
( Résonances - Mars 2008
la plupart terminé leur scolarité obligatoire et fait place à
des cohortes moins nombreuses. Le nombre d’élèves s’est
de nouveau accru dans les autres degrés scolaires. Tels
sont dans les grandes lignes les nouveaux résultats
publiés par l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur
l’année scolaire 2006/2007. www.statistique.admin.ch
Site sur les facteurs humains dans l’enseignement
Nouvelle adresse
Le site Les facteurs humains dans l’enseignement et la
formation d’adultes a pour nouvelle adresse:
www.PedagoPsy.eu. Qu’apporte Edgar Morin aux
enseignants? Voici un des ajouts de février 2008. A lire
aussi un dossier sur la systémique et l’enseignement…
Outre la riche documentation thématique, le site propose
des résumés de livres pour inciter à de nouvelles lectures,
avec ce mois un choix parmi les ouvrages d’Edgar Morin.
37
Qualité du français
dans les écoles
Formons mieux les
profs
Le français boite dans les
écoles du Québec?
«Commençons par durcir la
formation des futurs
professeurs et exigeons
davantage des élèves assis
dans les classes», recommande
le comité sur la qualité du
français mandaté par la
ministre de l’Education
québécoise.
Les examens de français et
les cours que doivent subir les
étudiants en enseignement
sont loin d’être suffisants
pour combler les lacunes,
selon les experts.
L’amélioration du français
des enseignants passe par la
revalorisation de la
profession.
Le Soleil du Québec (8.01)
Organisation scolaire
vaudoise
La Sarraz montre
la voie
L’établissement scolaire La
Sarraz-Eclépens a procédé à
l’installation de son conseil
d’établissement.
Composés à parts égales de
représentants des parents,
des autorités, des écoles et
de la société civile, ces
conseils sont une interface
entre les sphères scolaire et
privée. Ils reprennent les
deux dernières prérogatives
qui restaient aux
commissions scolaires:
fixer les deux demi-journées
de congé supplémentaire
que les coutumes locales
rendent nécessaires et
donner leur avis sur la
répartition des heures
d’enseignement dans la
journée de l’écolier.
24 Heures (9.01)
38
Unis suisses
Assistants «exploités»
Les universités suisses peinent à intégrer leurs profs étrangers.
Encore tabou, le sujet commence à agiter les esprits.
Notamment à l’EPFL et à l’Université de Genève, deux
institutions connues pour attirer de nombreux chercheurs
étrangers. Le faible niveau des salaires des jeunes chercheurs
dans les universités suisses attise les tensions. Autre phénomène
courant: quand un professeur étranger est engagé, la plupart
du temps, il vient avec son équipe, ce qui pousse souvent les
assistants en place à partir. Les sommités mondiales, qui
papillonnent d’une uni à l’autre en faisant grimper les
enchères, n’ont pas toujours bonne presse dans les institutions.
24 Heures (10.01)
Horaire continu
La mère de toutes les batailles
La Suisse a du retard en matière de prise en charge
extrascolaire. Plusieurs projets cherchent à corriger cet
archaïsme. Mais le fédéralisme menace de tout faire capoter.
Les radicaux genevois, associés au journal gratuit GHI, ont
déposé une initiative munie de 12’500 signatures qui garantit
«à tous les enfants en âge de scolarité obligatoire un accueil de
7 h à 18 h cinq jours sur sept».
Ailleurs en Suisse romande, plusieurs communes ont déjà fait
œuvre de pionnières. Outre-Sarine, la prise en charge des
écoliers est déjà plus entrée dans les mœurs. Un avis de droit
commandé par la CSEC (Commission de la science, de
l’éducation et de la culture du Conseil national) a d’ailleurs
conclu qu’une obligation fédérale de se plier à l’horaire continu
contredirait la souveraineté des cantons en matière
d’éducation.
L’Hebdo (10.01)
L’école ailleurs
Leçon de paix interethnique en Afrique
A Nairobi, l’université Kenyatta, première université publique à rouvrir depuis le déclenchement de la crise postélectorale, a pris un ensemble de mesures minutieuses
pour garantir la continuité des cours, malgré la poursuite
des violences et des tensions dans certaines régions du
pays.
Concernant le contenu des cours tels que ceux de science
politique, l’Université a demandé aux professeurs de faire
preuve de «pertinence et de modération dans leurs enseignements». En outre, l’Université a «suspendu» les organisations d’étudiants et de personnel constituées sur des
bases ethniques ou régionales.
All Africa.com (9.02)
(
D ’un numéro à l’autre
Revue
de presse
Horaires scolaires
L’école doit changer
de siècle
Deux semaines de vacances.
Puis cinq semaines de cours.
Et une semaine de relâches. Et
deux nouvelles semaines de
vacances. Et ensuite…
quatorze semaines
d’enseignement avec, pour
certains, des examens en bout
de course, avant la pause
estivale. Tel est le calendrier
scolaire du premier semestre
2008 pour les élèves vaudois
et, avec eux, nombre d’autres
enfants romands. Vous avez
dit aberrant? Des premiers
pas ont été accomplis, sous la
bannière d’HarmoS, mais il y a
loin, très loin, de la coupe aux
lèvres. On continue trop
souvent de servir aux élèves et
aux parents une soupe
indigeste d’horaires dissociés.
Dans un monde plus
compétitif, le souci du rythme
de l’enfant devrait pourtant
primer.
24 Heures (12-13.01)
Cycle de transition
Les professeurs
spécialistes inquiets
La future harmonisation
scolaire prévoit d’intégrer le
cycle de transition dans le
degré primaire. Les
enseignants spécialistes
craignent d’être remplacés
par les généralistes. Une
situation qui pousserait, entre
autres, le canton de Vaud à
considérer le cycle de
transition (5e et 6e) comme
partie intégrante du degré
primaire. Même si
l’alignement sur le reste de la
Suisse paraît couler de source,
les applications de ce terme
barbare de «primarisation du
cycle de transition» pourrait
avoir des effets importants sur
l’enseignement en 5e et 6e
Résonances - Mars 2008
)
année. Une solution, partagée
par les différentes
associations, passerait par une
plus longue formation des
enseignants du primaire. Mais
aussi par la possibilité de
laisser des professeurs
spécialistes donner des cours
en 5e et 6e et d’apporter leur
appui aux généralistes.
24 Heures (16.01)
Altermondialisme en
France
Regards sur les
manuels d’histoire
D’ores et déjà engagé dans un
audit des manuels
d’économie, le ministère de
l’Education nationale serat-il un jour contraint de
se pencher sur les livres
d’histoire et de
géographie afin de
vérifier qu’ils offrent
un traitement équilibré
de la période
contemporaine? Certains
enseignants, franchement
troublés par la tonalité
antilibérale et antiaméricaine
de certains chapitres, ne sont
plus loin de le penser. Au
ministère de l’Education
nationale, on considère
toutefois que «les manuels
sont désormais conformes aux
exigences du programme et
qu’ils ne prêtent donc pas le
flanc à la polémique».
Le Figaro (17.01)
parents – du moins jusqu’à l’arrivée du bulletin trimestriel dans
les boîtes aux lettres – ou «bidouiller» leur copie en imitant leur
signature. Grâce aux nouvelles technologies, de plus en plus de
collèges et de lycées offrent désormais la possibilité aux familles
de consulter, quasiment en direct, les résultats scolaires de leurs
enfants sur Internet. Plusieurs sociétés occupent ce créneau en
plein essor. En plus des notes, y sont consignés les absences,
l’emploi du temps des élèves par classe, l’agenda de
l’établissement, les retards et sanctions, voire la saisie des vœux
d’orientation des parents…
Le Monde (18.01)
Vaud: écoles privées
Manque de places
Complet! La majorité des écoles privées du canton de Vaud
n’ont plus de places libres. En cause, l’implantation récente
d’entreprises internationales et l’arrivée de nombreux expatriés.
Si on ne trouve pas vite une solution, les sociétés qui souhaitent,
à l’avenir, s’établir dans le canton
pourraient tout aussi bien aller voir
ailleurs. Reste qu’il va bien falloir trouver
des solutions. Et vite.
24 Heures (28.01)
Ecole secondaire
Elèves privés d’options
Dans le canton de Neuchâtel, après le
rabotage des camps de ski, c’est aux
ACO de passer à la trappe. Toutes les
«Activités complémentaires à option»
seront supprimées de la grille horaire des
écoles secondaires du canton dès la rentrée
2009. Une décision du Conseil d’Etat que déplorent de
nombreux animateurs et enseignants. Le Département cantonal
de l’éducation, s’il veut respecter le programme d’harmonisation
scolaire en Suisse, est contraint de modifier la grille horaire de
secondaire inférieur pour y introduire «notamment des cours
d’anglais en section préprofessionnelle».
L’Express – L’Impartial (29.01)
Education
Nicotine
Professeurs fumeurs
Dans le canton du Jura les
députés francophones ont
reçu un vibrant appel des
profs romands. Ces derniers
souhaitent en effet pouvoir
conserver des fumoirs à
l’école pour leur usage
personnel. «Pas de notre
ressort», ont lâchement jugé
les interpellés.
Journal du Jura (17.01)
France
L’école rend-elle intelligent?
Les «imbéciles» d’un côté, les «brillants» de l’autre: temple de
la connaissance, l’école est sans doute le premier lieu de la
stigmatisation des «crétins». Mais pour quels effets sur les
élèves? Selon Philippe Meirieu, professeur en Sciences de
l’éducation à l’université Lumière-Lyon-II, «il faut d’abord
préciser que l’objectif de l’école n’est pas de distinguer les
intelligents des gens bêtes. Son but est de distinguer ce qui est
intelligent de ce qui est bête, ce qui n’est pas du tout la même
chose. Le principe de l’école républicaine française, c’est qu’il ne
faut jamais croire personne sur parole, mais toujours examiner
ce qu’il avance à la lumière de sa propre raison».
Psychologie Magazine (février 08)
Le livre vert
Les notes en ligne
Le métier d’enseignant
Il sera bientôt révolu le temps
où les élèves pouvaient cacher
leurs mauvaises notes à leurs
En France, une première mouture du rapport de la «Commission
pour l’évolution du métier d’enseignant» expose les
changements possibles qui portent surtout sur l’enseignement
( Résonances - Mars 2008
secondaire. Etablissements
plus autonomes, rôle accru
des chefs d’établissement,
évaluation des établissements,
clarifier les missions, temps de
travail annualisé, nouveaux
modes de recrutement, gérer
autrement les carrières, en
sont les points principaux.
Pour les jeunes enseignants, la
Commission ne dit pas
comment éviter qu’ils soient
nommés dans les zones les
plus difficiles.
Le Monde (1.02)
Ecoles jurassiennes
Ordinateur portable
Heureux élèves jurassiens, qui
bientôt pianoteront sur des
ordinateurs portables dernier
cri munis de programmes
affûtés spécialement pour
eux. Il ne manque plus,
quasiment, que le feu vert du
Parlement jurassien, qui doit
se prononcer sur un crédit de
1,15 million de francs destiné
à l’achat de près de mille
portables.
Quotidien Jurassien (1.02)
Belgique
Misère scolaire
Entre les profs qui dressent
l’amer constat du «c’est la
société qui nous lobotomise
nos jeunes!» et les idéalistes
qui clament que «c’est par
l’école que l’on peut
transformer la société!», qui a
raison? Sans doute les deux.
Mais un fait est indéniable:
notre école souffre! Elèves,
professeurs, parents, tous sont
touchés par les multiples
maux qui rongent cette
institution fondamentale de
notre «vivre ensemble». Il
suffit de constater la
fréquence avec laquelle en
parlent nos médias chéris:
enquête PISA, délinquance
juvénile, sous-financement,
incompétence ministérielle,
coût du redoublement,
reconduction des inégalités
sociales... Oh oui, il y a à dire!
Mais combien de paroles
pertinentes dans cette
cacophonie?
La Libre Belgique (6.02)
39
Nadia Revaz
(
Pratiques déclarées et
Autour
de l a lect ure
performances des élèves
Compte tenu des résultats assez
moyens de la Suisse, et du canton de Genève en particulier,
observés lors de l’enquête PISA
2000 en littératie (ou compréhension de l’écrit au sens large1),
le canton du bout du lac a mis en
place un plan lecture pour développer ou renforcer les compétences des élèves en la matière.
C’est dans ce contexte qu’une enquête sur les pratiques déclarées
d’enseignement de la lecture et les
performances des élèves, à l’école
obligatoire et dans les dispositifs
d’insertion scolaire et professionnelle, a été décidée.
Tous les enseignants se sentant concernés par la problématique de l’enseignement/apprentissage de la lecture trouveront un intérêt à lire tout
ou partie des résultats du rapport
publié par le Service de la recherche
en éducation (SRED). D’abord par la
richesse des informations récoltées
et ensuite par la lisibilité du docu-
ment, permettant plusieurs niveaux
de lecture, en fonction des interrogations de départ.
Quelques hypothèses
initiales confirmées
Impossible de présenter en quelques mots les nombreux constats
issus de cette recherche, qui ne seraient du reste pas forcément les
mêmes si une telle recherche était
menée en Valais (à noter que Genève avait obtenu de nettement
moins bons résultats en littératie
dans le cadre de l’enquête PISA
2000). Il est toutefois particulièrement intéressant de voir que la recherche a permis de confirmer un
certain nombre d’hypothèses, dont
l’influence de la formation initiale
et continue sur les pratiques d’enseignement ou l’évolution de ces
pratiques au cours de la scolarité.
Les résultats livrent aussi quelques
surprises, par exemple l’importance de la lecture à haute voix effectuée par les enseignants ou par
les élèves tout au long de la scolarité, même si celle-ci diminue quelque peu au fil des degrés. Par
contre, les liens entre les pratiques
des enseignants et les résultats des
élèves n’ont pas pu être mis en évidence, notamment en raison de
l’effet-maître. Autre constat, les
Divers instruments d’analyse
Le rapport s’articule en trois parties. La première, intitulée
Attentes institutionnelles et formation des enseignants,
examine plans d’études, moyens d’enseignement et formation initiale et continue des enseignants. Dans la
deuxième partie, composée de trois chapitres, les auteurs
proposent une analyse descriptive des pratiques d’enseignement de la lecture. Une enquête exploratoire a été
menée auprès d’enseignants du primaire et d’enseignants
de français au CO ainsi que dans les programmes d’insertion scolaire et professionnelle de l’enseignement postobligatoire. Vingt-deux enseignants ont été interrogés sur
les supports utilisés, sur les activités spécifiques, sur le développement de stratégies, sur la lecture à voix haute, sur
les activités en cas de difficultés, sur l’évaluation de la lecture, etc. Cette étude exploratoire a été complétée par un
questionnaire portant sur les pratiques d’enseignement de
40
la lecture (activités pratiquées, manière d’introduire les activités, bibliothèque et centre de documentation, utilisation de l’ordinateur en lien avec la lecture, pratique de lecture des enseignants pour ne citer que quelques-unes des
thématiques abordées) auquel 522 enseignants ont répondu. Ce chapitre permet entre autres de découvrir les livres les plus fréquemment cités par les enseignants des divers cycles (élémentaire, moyen, CO et CF). Un troisième
chapitre présente une synthèse des réponses par degré sur
la base de profils d’enseignants. La troisième partie du
rapport est dévolue aux compétences des élèves en français et en lecture, avec une présentation des résultats des
élèves aux épreuves cantonales. Entre la deuxième et la
troisième partie, il aurait été intéressant d’établir des liens,
ce qui n’a pas été possible, en raison de l’anonymat requis
pour la passation des questionnaires.
Résonances - Mars 2008
)
enseignants – surtout dans les petits degrés –, n’utilisent pas forcément les moyens d’enseignement
proposés par les autorités scolaires
et déplorent le manque de choix
(la situation genevoise est sur ce
point différente des autres cantons
romands). Il semble aussi qu’il y ait
un relatif paradoxe, puisque les
élèves genevois réussissent bien les
épreuves cantonales, mais arrivent
en queue de peloton romand dans
les études internationales comme
PISA, ce qui peut probablement
s’expliquer en partie du fait de la
différence des objectifs de ces deux
types d’évaluations.
R encontre Economie familiale
Pour en savoir plus au sujet de l’enseignement de la lecture, il serait
intéressant de pouvoir comparer
les déclarations des enseignants à
des observations de classe. Les auteurs du rapport signalent que des
projets de recherche vont dans ce
sens, à la Faculté des sciences de
l’éducation de l’Université de Genève et dans les hautes écoles pédagogiques (HEP). A suivre...
En raccourci
Note
1
Dans PISA, la littératie est définie
comme la capacité à comprendre et
utiliser des textes écrits au sens large
mais aussi réfléchir à leur propos.
Référence
Anne Soussi, Franck Petrucci,
François Ducrey, Christian Nidegger (avec la collaboration d’Eliane Ferrez et de Fanny Schwarz).
Pratiques déclarées d’enseignement de la lecture et performances des élèves dans le canton de
Genève. Etude réalisée à l’école
obligatoire et dans les dispositifs
d’insertion scolaire et professionnelle. Genève: SRED, 2008.
www.geneve.ch/sred/publications/docsred/2008/PratiqLecture.pdf
( Résonances - Mars 2008
Pour rappel (cf. article de Résonances, numéro de février 2008), une rencontre
Economie familiale est prévue le mardi 11 mars dès 19 h.
A ce propos ou pour des questions, des remarques, des suggestions en lien
avec l’économie familiale…, vous pouvez joindre Rachel Bircher May, animatrice HEP, à l’adresse suivante:
Rachel Bircher May - Animatrice EF
Ch. Des Ousses 22 - 1934 Le Châble
tél.: 027 776 17 82 - adresse e-mail: rachel.birchermay@hepvs.ch
Remarque: elle reçoit plus volontiers les appels téléphoniques le mercredi.
Conférences de chef-fe-s de service CIIP
Réorganisation
L’Accord HarmoS et la Convention scolaire romande auront des incidences
notoires sur le domaine de la scolarité obligatoire. Dans celui du secondaire
2, le développement de dossiers relatifs aux diplômes (cf. maturités
gymnasiale, professionnelle, spécialisée) nécessiteront une collaboration
accrue des chefs de service concernés. Dans ces conditions, la CIIP a décidé
de remanier les actuelles conférences de chefs de service de l’enseignement
(CSE) et de la formation professionnelle (CRFP) en les remplaçant par deux
nouveaux organes:
la conférence latine de l’enseignement obligatoire (CLEO), traitant des
questions relevant de l’ensemble de la scolarité obligatoire;
la conférence latine de l’enseignement post-obligatoire (CLPO), traitant
des questions relevant de l’ensemble de l’enseignement post-obligatoire
secondaire II (formation générale et professionnelle), ainsi que du
tertiaire non HES et non universitaire.
Ces deux conférences sont entrées en fonction dans leur nouvelle composition
début 2008. www.ciip.ch
Concours littéraire
Prix Interrégional
Jeunes Auteurs
Le Prix Interrégional Jeunes Auteurs (PIJA), qui
s’adresse aux jeunes de 15 à 20 ans, a pour
vocation d’encourager la création littéraire.
Cette année, les candidats se confronteront au
conte, à la nouvelle, mais avec une grande
liberté dans le choix et la forme de leur texte.
Ce concours souhaite être un lieu d’échange. Il
permet une première confrontation avec le
public puisque les textes retenus sont publiés aux Editions de l’Hèbe. Il offre
en outre aux lauréats l’occasion d’une vraie rencontre en les invitant à
partager leurs expériences lors de la remise des prix. Ainsi, il espère offrir à
ceux que la plume démange un prétexte pour passer à l’acte et aux pages
noircies en secret l’occasion de sortir du tiroir. www.lhebe.ch
41
Une classe du cycle
d’orientation de Martigny participe à «Lire
délire».
Lire-délire
Le principe est simple,
deux classes du CO venant du même canton;
un orateur élu dans chaque classe, deux minutes
de discours et un jury.
Chaque classe reçoit un livre différent, qu’elle a lu
mais qu’elle n’a pas choisi. L’orateur
de chaque classe doit convaincre le
jury que son livre est le meilleur.
Un site internet sera ouvert
dès le début de l’émission,
sur lequel on pourra voir des
travaux fournis par la classe
(quelques photos, une petite
séquence de vidéo et un enregistrement audio).
Après une courte minute de présentation argumentée, que nous espérons convaincante, une vidéo de 45
secondes, avec des passages du livre
que nous avons choisis, s’affichera
et donnera une preuve supplémentaire au jury qu’il doit choisir ce livre-là. Après la vidéo, des questions
seront posées aux élèves des classes
pour clarifier certains éléments de
l’intrigue. Enfin, le jury tranchera et
désignera le meilleur. A la fin de
toutes les émissions, la classe dont le
livre aura été primé aura la chance
d’être invitée au Salon du livre.
L’émission sera diffusée dès le
13 mars sur TSR2.
Votez pour nous dès cette date
sur: www.liredelire.ch.
42
La classe
Nous sommes en troisième année au
cycle de Ste-Marie à Martigny, une
classe drôle, naturellement forte en
français et surtout, très bavarde.
Voici une photo de nous en train de
travailler.
Du livre à l’émission
Comment avez-vous réagi à l’annonce de votre participation à
l’émission?
On a tous été très surpris, certains
ont eu peur mais maintenant on
est tous motivés à faire le maximum et on trouve ça cool.
Quelle a été votre démarche
jusqu’à présent?
Après avoir lu le livre, nous avons
chacun travaillé sur une critique positive du livre pour ensuite la présenter devant la classe. Ce travail a
eu pour but de sélectionner un orateur pour représenter la classe lors
de l’émission. Puis on s’est réparti les
tâches pour le site internet, certains
ont pris des photos, d’autres ont
filmé des vidéos et enfin certains
ont enregistré des passages audio.
Une fois cela terminé, nous avons
tourné une vidéo pendant une journée entière… Pour une vidéo de 1
minute!
(
O n passe à la télé!!!
télé!!
Carte
bla nc he
Comment préparez-vous
la suite et quelles sont
vos impressions?
Notre chemin jusqu’à maintenant a été assez sympa,
une journée prise sur l’école pour filmer la vidéo, des
discussions et des cours
parfois «amusants». Mais
aussi des moments plutôt pénibles, par exemple
lorsqu’on a dû relire pour
la deuxième fois le livre
pour en savoir plus ou
d’autres devoirs «fatigants». Bref,
on attend d’un côté avec impatience de nous rendre à Genève et
d’un autre «on a la boule au ventre». Il nous reste encore à choisir
l’orateur, l’élève qui parlera, en gros
plan, devant la caméra. Heureusement que quelques élèves de la
classe sont motivés pour ce rôle, car
la plupart sont «plutôt timides».
Emilie, Yoan, Loïs et Nathan
(classe de Sylvie Rossoz)
La mémoire trouée
La mémoire trouée est le premier
roman d’Elisabeth Combres paru
aux éditions Gallimard Jeunesse
en 2007. L’histoire est fondée sur
un fait tristement célèbre: le
massacre des Tutsis en 1994. Nous
suivons Emma, jeune rescapée de
12 ans qui a assisté à l’assassinat
de sa mère, dans la reconstruction de sa vie qui pourrait prendre un nouveau tournant…
Résonances - Mars 2008
)
S emaine de la langue française
et de la francophonie
Chaque année, la Semaine de la
langue française et de la francophonie (SLFF) se déroule autour
du 20 mars, Journée Internationale de la Francophonie, et s’emploie à valoriser et à développer
les richesses du français. L’édition
2008 de la Semaine de la langue
française et de la francophonie
aura lieu en Suisse du 10 au 20
mars. Le parrain de cette édition
est le chanteur et compositeur fribourgeois bilingue Gustav.
Participation valaisanne
L’année 2008 fêtera les quatre
cents ans de la fondation de la
ville de Québec. C’est l’occasion
pour toute la francophonie de porter son regard vers le Nouveau
Monde. Le thème choisi, «D’un
monde à l’Autre», est une manière
de s’inscrire dans cette célébration.
Pour l’occasion, Auguste Viatte
s’est imposé comme figure littéraire suisse, en raison de ses liens
avec le thème de cette année.
Grand intellectuel cosmopolite, entre Suisse, France et Canada, il a célébré la langue française et œuvré,
à travers elle, à la rencontre entre
les cultures.
l’acadien, le chiac, le français de
Louisiane, ainsi que le français des
Antilles, et celui qui a servi de base
au créole. Tous les francophones
du monde sont susceptibles de
trouver leur place dans ce riche panorama. Car cette ouverture au
monde est l’occasion de rappeler
que l’espace francophone transcende les limites nord-sud: il unit
les locuteurs francophones autour
d’une langue originale que chaque
culture s’est appropriée, a enrichi,
a mis en musique ou en poèmes.
Ce thème ne se veut pas restrictif.
Il est avant tout une invitation à
découvrir l’immense variété des
français parlés en Amérique: le
québécois, certes, mais également
La Semaine de la langue française
et de la francophonie 2008 est une
invitation à découvrir le français de
l’Autre, le français sous toutes ses
formes.
Valise pédagogique
A noter que les valises pédagogiques des deux éditions précédentes (Les mots voyageurs et Blaise
Cendrars – Autour de la francophonie du Sud) sont accessibles
en ligne sur www.ciip.ch/slff.
( Résonances - Mars 2008
www.ciip.ch/slff
Comme chaque année, dix mots
ont été retenus, qui animeront la
Semaine de la langue française et
de la francophonie. Pour fêter le
Québec et le français d’outre-mer,
ils ont tous été choisis comme manières d’exprimer la rencontre: apprivoiser, boussole, jubilatoire, palabre, passerelle, rhizome, s’attabler, tact, toi, visage.
La Semaine de la langue française
et de la francophonie en Suisse,
outre les manifestations organisées
en divers lieux, c’est aussi les ateliers de la Caravane des dix mots
avec des animateurs professionnels, un jeu-concours auquel peuvent participer les classes et une
Valise pédagogique. Une classe de
1re année du collège de St-Maurice
a collaboré, un peu avant le lancement officiel de la Semaine de la
francophonie, à la caravane des dix
mots, avec un atelier de slam autour du mot «boussole», car chaque atelier est responsable d’un des
dix termes. Pour Pierre-François Mettan, professeur au collège de SaintMaurice, l’expérience était intéressante pour les étudiants. Avec Jonathan Dumani, ils ont travaillé sur les
sons le matin et se sont essayés à une
production de slam l’après-midi. Un
film de 26 minutes (entre documentaire et reportage) constituera la
trace en image de l’action menée à
travers les ateliers de la Caravane
des dix mots. Ce film, réalisé par
Anne-Sylvie Henchoz, sera présenté
lors du 2e Forum international des
Caravanes francophones.
Chaque classe peut, à sa manière,
aller à la rencontre des dix mots de
la francophonie… Alors, si cela vous
tente… www.ciip.ch/slff.
Renseignements et contact
Matteo Capponi, Délégation à la
langue française (DLF/CIIP), Fbg
de l’Hôpital 43, CP 556, 2002
Neuchâtel, tél. 032 889 89 58.
matteo.capponi@ne.ch
43
2003/2004
Le rapport au savoir
Le niveau baisse: mythe ou réalité?
Les tendances pédagogiques
Le climat de l’école
Les frontières de l’école
La coopération
Le secondaire II
Revues en revue
Enseignement du français
La récré en action
2004/2005
N° 1 septembre
N° 2 octobre
N° 3 novembre
N° 4 décembre
N° 5 février
N° 6 mars
N° 7 avril
N° 8 mai
N° 9 juin
L’organisation de la classe
60 ans d’orientation
Le vocabulaire
Enseignant-e secondaire
ICT: vers l’intégration
Les coordinations
Dialogue chercheurs-enseignants
Sciences par l’expérience
L’égalité des chances
2005/2006
N° 1 septembre
N° 2 octobre
N° 3 novembre
N° 4 déc.-janvier
N° 5 février
N° 6 mars
N° 7 avril
N° 8 mai
N° 9 juin
Piloter, motiver
Argumenter
Les enjeux de l’évaluation
Transition école-apprentissage
Effort/plaisir d’apprendre
L’ennui à l’école
D’une transition à l’autre
Le mouvement à l’école
L’économie à l’école
N° 1 septembre
N° 2 octobre
N° 3 novembre
N° 4 déc.-janvier
N° 5 février
N° 6 mars
N° 7 avril
N° 8 mai
N° 9 juin
Infos 2006-2007
Promouvoir la lecture
Maturités et passerelles
Génération zapping
Les langues étrangères
Enseignants technophobes/philes
Projets pédagogiques 1/2
Projets pédagogiques 2/2
Harmonisations: état des lieux
2007/2008
N° 1 septembre
N° 2 octobre
N° 3 novembre
N° 4 décembre
N° 5 janvier
N° 6 février
N° 7 mars
N° 8 avril
N° 9 mai
N° 10 juin
2006/2007
44
N° 1 septembre
N° 2 octobre
N° 3 novembre
N° 4 décembre
N° 5 février
Infos 2007-2008
Ecole-Culture
Regards croisés sur la différenciation
Raisonner les peurs
Les dessous des grilles horaires
La citation
du mois
L es dossiers
«
Les professeurs sont irremplaçables:
ils vous apprennent à apprendre.
Julien Green
En raccourci
Formation continue
Vers plus d’égalité
Une nouvelle loi fédérale devrait offrir de meilleures
conditions générales et les mêmes chances pour tous
en matière de formation continue. Lors de sa séance
du 30 janvier 2008, le Conseil fédéral a en effet
chargé le Département fédéral de l’économie de
procéder, en collaboration avec le Département
fédéral de l’intérieur, à une analyse de la situation et
à l’élaboration éventuelle d’une loi cadre sur la
formation continue. Cette loi tiendra compte des
nouvelles dispositions constitutionnelles du 21 mai
2006 sur la formation et promouvra la formation tout
au long de la vie.
L’expérience de l’art
Riche documentation en ligne
L’expérience de
l’art est un
espace de
découverte des
arts plastiques
et visuels autour
de projets
développés au
sein d’écoles
maternelles et élémentaires de la Ville de Mulhouse
et du Bassin Potassique. En cliquant sur les éléments
de la mosaïque interactive colorée, il est possible
d’accéder à une riche documentation.
www.crdp-strasbourg.fr/cddp68/experience/index.htm
L’IUKB recentre ses activités
Droits de l’enfant/médiation et
tourisme
L’Institut universitaire Kurt Bösch (IUKB) a décidé de
recentrer ses activités sur deux domaines: le droit de
l’enfant ainsi que la médiation liée à la famille et à
l’enfant d’une part; le tourisme d’autre part. L’Institut
a pris cette décision après analyse des réflexions
conduites par plusieurs groupes de travail. Les
universités romandes appuient ce processus. Deux
jurys ont proposé la nomination des professeurs, qui
assureront la réalisation des masters selon le système
universitaire de Bologne. ww.iukb.ch
Résonances - Mars 2008
)
Impressum
Résonances
Données techniques
La revue Résonances, qui fait suite à L’Ecole valaisanne
parue de 1956 à 1988 et à L’Ecole primaire publiée
de 1881 à 1956, est éditée par le Département de
l’éducation, de la culture et du sport (DECS).
Surface de composition: 170 x 245 mm
Format de la revue: 210 x 280 mm
Impression en offset en noir et une teinte vive, photolithos
fournies ou frais de reproduction facturés séparément
pour les documents fournis prêts à la reproduction.
Edition, administration, rédaction
DECS/SFT - Résonances
Rue de Conthey 19 - Case postale 478 - 1951 Sion
Tél. 027 606 41 59 - www.vs.ch/sft > Les domaines du SFT
> Publications pédagogiques
Rédaction
Parution
Le 1er de chaque mois, sauf janvier, juillet et août.
Délai de remise des textes et des annonces
Délai pour les textes: 5 du mois précédant la parution.
Délai pour les annonces: 15 du mois précédant la parution.
Nadia Revaz - nadia.revaz@admin.vs.ch
Abonnements
Conseil de rédaction
Claude Barras-Paris, Ass. parents
Fabio Di Giacomo, HEP-Vs
Marina Barada Veuthey, AVPES
Daphnée Constantin Raposo, SPVal
Jean-François Dorsaz, CDTEA
David Moret, AVEP
Béatrice Rogéré Pignolet, AVECO
Tarif annuel: Fr. 40.– / Prix au numéro: Fr. 6.–
Tarif contractuel: Fr. 30.–
Tél. 027 606 41 59 - resonances@admin.vs.ch
Régie des annonces
Schoechli impression & communication SA - Technopôle
3960 Sierre - Tél. 027 452 25 25 - info@schoechli.com
Impression, expédition
Photographe
Jacques Dussez
Schoechli impression & communication SA - Technopôle
3960 Sierre - Tél. 027 452 25 25 - info@schoechli.com
S ’abonner
Les abonnements (pour les
tarifs, cf. impressum) peuvent se faire:
par courriel:
resonances@admin.vs.ch
par courrier:
DECS-SFT, Résonances
rue de Conthey 19, cp 478,1951 Sion
Pour des raisons administratives (centralisation des fichiers), il est impératif
que tous les abonnements et les changements d’adresse se fassent par courriel ou par courrier et non par téléphone, avec indication du degré d’enseignement (enfantin, primaire, CO,
secondaire II). Merci à toutes et à tous
pour votre compréhension.
Pour consulter les archives de
Résonances
www.vs.ch/sft > Les domaines du SFT >
Les publications pédagogiques > Résonances > Numéros archivés.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising