Automne 2007 - Chambres d`Agriculture de Bretagne

Automne 2007 - Chambres d`Agriculture de Bretagne
Automne 2007
Octobre 2007
synagri.com
Des références fiables
Cap AGRO Automne 2007 présente tout ce qu’il est important de
connaître pour maîtriser la
conduite des cultures d’automne
en Bretagne. Nos préconisations
sont basées sur nos dernières références connues et confirmées par des essais en stations expérimentales et en réseaux et par les références bretonnes de nos partenaires.
La campagne passée 2006/2007 nous interpelle à
deux niveaux : les conditions météorologiques
exceptionnelles et le nouveau contexte de hausse
des prix des céréales.
Les conditions météorologiques exceptionnelles de
l’été 2007 doivent nous inciter à la prudence.
N’oublions pas que les cultures d’automne sont
des cultures à cycle long : de 9 à 11 mois . Sur cette
durée, le risque d’une déviation climatique est réel
pour l’une ou l’autre période. 2007 très pluvieux,
2003 très sec… , sachons prendre le recul suffisant
dans nos choix.
Par ailleurs, depuis plus d’une décennie, nous
avons connu des cours de céréales bas. Nous
avons appris à maîtriser les charges pour viser les
meilleures marges dans l’optique de conforter nos
revenus tout en agissant favorablement pour l’environnement. Gardons l’acquis de cette vision
dans le nouveau contexte de hausse des prix des
céréales.
De ce fait, s’appuyer sur des références fiables
pour prendre les bonnes décisions à chaque étape
de l’itinéraire technique de la culture devient
incontournable. Cette brochure a l’ambition de
vous les fournir.
Par ailleurs l’implication d’ARVALIS Institut du
Végétal dans nos publications se confirme par l’écriture de certains articles et la co-rédaction pour d’autres. Cette collaboration contribue aussi à la fiabilité
des références publiées dans cette brochure.
Bonne lecture.
Pierre DANIEL
Président du pôle régional Agronomie Productions Végétales
des Chambres d’agriculture de Bretagne.
Vie du pôle
Kerguéhennec (56) : Transfert de l’isoproturon . . . . . . . . . . . . . . . . .6/7
Station des Cormiers (35) : Economiser la consommation du fuel des
tracteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8/9
Actualités
La hausse du prix des céréales : une nouvelle donne à intégrer . .10/11
Conduite des céréales : Garder le cap de l’itinéraire raisonné ! . .12/13
Diagnostic et gestion des bords de champs . . . . . . . . . . . . . . . . . .14/15
Agronomie
"Champs et phytos" : Bilan d’étape d’une opération pleine d’idées .16
Nouvelles Grilles azote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
Impact des techniques culturales sur l’érosion . . . . . . . . . . . . . . .18/19
Énergie
Agri Energie : un diagnostic - conseil personnalisé . . . . . . . . . . . . . . .20
Cultures Energétiques : Le point sur les perspectives . . . . . . . . . . . . .21
Céréales
Un désherbage ciblé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
Conduite du blé d'hiver :Bilan de trois années d'essai . . . . . . .24/25/26
Groupe cultures GEDA à Chateaugiron (35) : Une expérience sur la
conduite des céréales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27
Céréales : grille de calcul de la dose d'azote prévisionnelle . . . . .28/29
Céréales d'hiver : Maîtriser la qualité sanitaire . . . . . . . . . . . . . . .30/31
Mélanges céréaliers : Un réseau de 12 parcelles . . . . . . . . . . . . . .32/33
Colza
Conduite du colza . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34/35
Colza : grille de calcul de la dose d'azote prévisionnelle . . . . . . .36/37
Herbe
Fertilisation azotée des prairies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38/39
Rumex, pissenlits, renoncules quelles solutions ? . . . . . . . . . . . . . . . .40
Agrobio
Variétés de céréales bio :
Résultats des essais conduits en 2006-2007 . . . . . . . . . . . . . . . . .41/42
Colza bio: Quelques règles de décision pour une bonne implantation 43/44
Cultures Nouvelles
Lin d’hiver : Les enseignements de 2007 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45/46
Responsable de la publication : Louis Jestin
Conception : Louis Le Roux
Rédacteurs : Pôle Agro PV : Marie Madeleine Cabaret , Patrice Cotinet, Jean De Rouvre, René Diverrès, Michel Falchier, Jean Luc Giteau, Jean
Grall, Annie Guillermou, Pierre Havard , Djilali Heddadj, Louis Jestin ; CA 22 : Olivier Manceau, CA 29 : Jean Yves Carré ; CA 35 : Stéphanie
Montagne, Lionel Quéré ; Arvalis Institut du Végétal : Sabine Battegay, Alain Morel, Joël Thierry ; Stagiaire : Samuel Hurault
Photo : Chambres d’agriculture de Bretagne,
Mise en page : TerrA ; Impression : Imaye Graphique - Laval.
Prix : gratuit pour les agriculteurs bretons
Contact : Stéphanie vétal Tel 02 98 52 49 11, [email protected]
Participation financière de : Chambres d’Agriculture de Bretagne,
Conseil Régional de Bretagne, Etat, Europe
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
3
Vie du pôle
■ Le comité professionnel
LES
LES PUBLICATIONS
PUBLICATIONS 2007
2007
DU
DU PÔLE
PÔLE AGRONOMIE
AGRONOMIE
PRODUCTIONS
PRODUCTIONS VÉGÉTALES
VÉGÉTALES
Accessible sur SYNAGRI. Com rubrique publications agro
Cap agro Printemps 2007
L’édition "Printemps 2007" de Cap Agro est parue en
février 2007 et a été diffusée auprès de 30 000 agriculteurs bretons par deux canaux, en supplément de
TERRA dans trois départements (22,35,56) et aux
adhérents des comités de développement dans le
Finistère. La revue présente les références recouvrent tous les postes clés de la conduite des cultures
au printemps, mais aussi des domaines nouveaux
comme le changement climatique et la biodiversité : des sujets qu’il devient nécessaire d’intégrer
pour bien réussir ses cultures.
Le 4 pages "variétés céréales"
Le "4 pages variétés céréales" a été diffusé auprès de
tous les agriculteurs bretons par le TERRA paru le 7 septembre 2007. Il a été encarté en pages centrales de
TERRA à l’intérieur d’un dossier consacré à l’intérêt des
essais variétés. Ce "4 pages" présente les préconisations de variétés de céréales adaptées à la Bretagne
pour la campagne 2007/2008. Elles sont basées sur les
références acquises dans la région par notre réseau
en collaboration étroite avec ARVALIS Institut du
Végétal.
Le 4 pages "Mécanisation culture"
Ce 4 pages , publié une première fois en novembre
2006 et diffusé pour les Portes Ouvertes "charges de
structure, charges de mécanisation" de fin 2006 a été
retiré en août 2007 pour le SAFIR. Il synthétise les messages essentiels du forum "Charges de mécanisation
et temps de travail" du 12 janvier 2006 à Pontivy.
Les guides pratiques "les bonnes pratiques
d’épandage du lisier", "les bonnes pratiques d’épandage du fumier"
Ces guides pratiques présentent le mode d’emploi de
l’épandage du lisier et du fumier en rassemblant dans
deux documents accessibles aux agriculteurs tous les éléments à prendre en compte pour réussir l’épandage des
déjections animales. Ils ont été réalisés en collaboration
avec le Cemagref et le SNCVA (Syndicat National des
Constructeurs de Véhicules Agricoles). Les préconisations sont basées sur les références acquises principalement à la station expérimentale des Cormiers (35) . Cette station
créée en 2001 a été la 1ère station expérimentale française équipée
de banc d’essais pour les épandeurs de lisier et de fumier. Six ans
après sa création nous sommes en mesure de diffuser les résultats
de nos essais.
Pour se procurer ces documents, s'adresser
à votre antenne locale Chambre d'agriculture.
4
du pôle agro PV renouvelé
Suite aux dernière élections Chambre
d’Agriculture de janvier 2007, le comité professionnel du pôle agro a été renouvelé. Il est
composé de 9 agriculteurs, membres élus des
chambres d’Agriculture de Bretagne : deux
désignés par chaque chambre départementale
et le président désigné par la Chambre
Régionale d’Agriculture. Les membres du nouveau comité qui s’est mis en place en avril
2007 sont : Pierre Daniel (56) , président, Jean
Claude Chasseboeuf (22), Jean Luc Dupas
(22), Jean Paul Kerrien (29), Jean Michel Le
Breton (29), Jean Baptiste Mainsard (35),
Bernard Gautier (35), Serge Le Bartz (56),
Annie Guillemot (56). Un agriculteur représentant ARVALIS , (non désigné à cette date) siègera au comité professionnel du pôle pour
garantir le partenariat signé entre ARVALIS
Institut du Végétal et le pôle Agro PV des
Chambres d’Agriculture de Bretagne
Contact :
Louis Jestin, chef de pôle 02 98 52 49 11
■ Présentation des nouvelles
grilles azote
Les références agronomiques utilisées pour les
plans de fumure ont été ré-examinées dans un
travail collaboratif entre le pôle agro, l’INRA et
ARVALIS Institut du Végétal. Ce travail a
consisté à passer en revue tous les facteurs à
prendre en compte pour le calcul de la dose
d’azote. Cette analyse a débouché sur des
modifications de références, permettant même
de simplifier pour certains facteurs. Les nouvelles grilles azote ont été présentées aux
organismes réalisant des plans de fumure le 8
juin 2007. Pratiquement tous les prescripteurs
de plan de fumure de Bretagne ont participé à
cette réunion
Contacts : Jean Grall 02 23 48 27 14,
Marie Madeleine Cabaret 02 96 79 21 78
■ Le tracteur de Kerguéhennec
équipé pour l’agriculture
de précision
La station de Kerguéhennec vient d’acquérir
un tracteur équipé pour l’agriculture de précision. L’objectif est de tester ces équipements
sur la station expérimentale de manière à être
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Vie du pôle
Le PARCELLES
MEMO
en mesure de communiquer sur leur intérêt
pour les exploitations agricoles bretonnes.
■ Une nouvelle formule pour
récolter les essais sur
Kerguéhennec
La station de Kerguéhennec compte une cinquantaine d’ha de culture en essais . Pour la
récolte, la station doit faire face aux contraintes habituelles de récolte à savoir moissonner
au stade optimal de la culture dans les meilleures conditions climatiques possibles, mais
aussi à un travail supplémentaire consistant à
peser les parcelles d’essai : plus de 200 sur la
station. En remplaçant le recours à l’ETA par le
fait de disposer d’une moissonneuse batteuse
(en location), la récolte des essais 2007 a
beaucoup gagné en efficacité et en fiabilité.
Ce carnet de poche permet d’enregistrer en
temps réel, sur le terrain, les pratiques agronomiques. Le parcelles mémo permet de
répondre à l’obligation d’enregistrement des
pratiques phytosanitaires, l’une des règles
de la conditionnalité
des aides PAC. Pour se
faire, les pages consacrées à l’enregistrement phytosanitaire
ont été particulièrement soignées. Par
ailleurs, il contient des
références techniques
sur la fertilisation et
les phytosanitaires.
qualité d’eau (cf. les articles sur les bassins versants en contentieux), il nous est apparu indispensable de créer des outils de
communication sur ce sujet. Sous le titre "dans les champs, les
agriculteurs changent leurs pratiques", trois maquettes montrent les changements sur la fertilisation , la protection des cultures et l’implantation de nouvelles cultures comme les couverts
végétaux et les bandes enherbées. Elles seront basées à Kerlavic,
centre de communication "agriculture/société". Elles pourront
être déplacées sur toute la Bretagne, sur simple demande.
Contact : Aurélie Rio 02 98 94 50 59
■ Un diagnostic pour mesurer l’impact des
mesures décidées pour les bassins versants
en contentieux
Contact : Alain Cottais 02 97 60 44 16
■ Des maquettes
pour illustrer les modifications
de pratiques agronomiques
Le pôle agro s’est associé avec la ferme de
Kerlavic pour réaliser des maquettes montrant
les changements de pratiques agronomiques.
Ces maquettes ont été montrées pour la première fois dans le pôle "eau" du SAFIR. Dans
le contexte actuel de déferlement médiatique
laissant entendre que les agriculteurs n’ont
pas fait suffisamment d’effort en matière de
Le pôle agro a réalisé un diagnostic permettant de mesurer pour
une exploitation donnée l’impact des mesures décidées pour les
bassins versants en contentieux. Les mesures consistent dans le
respect d’un plafond de fertilisation azotée revu à la baisse . Le
seuil actuel de 210 kg d’azote total (organique + minéral) est
rabaissé à 140 kg d’azote pour les élevages hors sol, à 160 kg
d’azote pour les élevages bovins et à 170 kg d’azote pour les
exploitations légumières. Le diagnostic réalisé suit la démarche
suivante :
1 : connaître le seuil actuel de l’exploitation
2 : analyser le schéma qui permettra à l’exploitation de respecter le nouveau seuil ;
3 : mesurer l’impact économique du changement proposé.
Ce diagnostic sera réalisé dans les 2 000 exploitations bretonnes situées dans les 9 bassins versants en contentieux.
Contact : Daniel Hanocq 02 98 96 37 22
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
5
Vie du pôle
Kerguéhennec (56)
Transfert de l’isoproturon
Désherbant le plus utilisé pour les céréales, l’isoproturon fait partie des molécules les
plus détectées dans les eaux de rivières.
D
epuis sa découverte en
1970, l’isoproturon devient
la référence des herbicides
appliqués sur les céréales (seul ou
associé). Son usage généralisé en
période hivernale contribue à la
contamination de la ressource en eau
par les pesticides. En effet, cette substance est visée par le plan interministériel de réduction des risques liés aux
pesticides qui a pour objectif de
réduire de 50 % les ventes globales
des substances les plus dangereuses.
C’est dans ce contexte de reconquête
de la qualité de l’eau que la station
expérimentale de Kerguéhennec
mène ses études.
L’essai étudié, en rotation maïs-blé,
est en place depuis 1999 et a pour
objet d’évaluer l’effet de la substitution de l’isoproturon (IPU) sur l’environnement. Au cours de 5 campagnes
de céréales, nous avons comparé 2
molécules à l’IPU, soit un total de 25
évènements ruisselants analysés. Le
dispositif expérimental, comprend 4
parcelles équipées d’un système de
récupération des eaux de ruissellement ainsi que d’un réseau de drainage indépendant relié à des débimètres à enregistrement automatique. Le
site présente la particularité d’être
composé d’une zone saine et d’une
zone hydromorphe soumise à l’influence de la nappe souterraine, ce
qui nous permet d’évaluer l’impact de
l’hydromorphie sur les transferts
d’herbicides.
L’hydromorphie ,
facteur aggravant
Le ruissellement sur céréales, essentiellement limité à la période sortie
hiver, coïncide avec les principales
6
Dispositif d’analyse des fuites phytosanitaires à la station de Kerguéhennec (56)
interventions de désherbages. Ces
ruissellements hivernaux correspondent de manière quasi systématique
aux cumuls journaliers de pluie supérieurs à 10 mm. Les volumes de ruissellement par campagne sont généralement inférieurs à 10 mm sauf sur le
blé en 2001 où ils atteignent 35 à
56 mm, du fait de la pluviométrie
importante. Les coefficients maximum
de ruissellement varient de 1 à 13 %
pour la parcelle saine et de 1,5 à
25 % pour la zone hydromorphe.
Le dispositif en place permet de suivre
en continu le débit des drains (quantités d’eau drainées et pics de crue). Les
hauteurs de lames drainées varient
entre 100 et 500 mm,, l’année 2006
avec un hiver particulièrement sec fait
figure d’exception avec un cumul de
4,4 mm pour la zone saine et de
23 mm pour la zone hydromorphe. Les
exportations d’eau par drainage sont
donc très importantes comparativement au ruissellement. La parcelle
saine présente toujours les volumes
drainés les plus faibles.
Caractéristiques
et comportements
différents
des molécules
Les molécules testées présentent des
caractéristiques
différenciées
(Cf. :Tableau) L’IPU appliqué à
500 g/ha présente un KOC assez faible (120 l/kg) et une solubilité
moyenne (70 mg/l). Le KOC est un des
facteurs qui détermine la mobilité des
matières actives dans le sol. Plus le
Caractéristiques des matières actives comparées
Koc L/Kg
1/2 vie
Solubilité dans l'eau mg/L
Nom commercial
Dose
produit commercial
d'application matière active
Dose homologuée
de matières actives (blé)
Formulation
Isoproturon
120
13 jours
70
Calipuron
1L/ha
500 g/ha
Pendiméthaline
15 744
>5 jours
0,33
Prowl 400
2,5 L/ha
1 000 g/ha
Iodosulfuron
152
12-32 jours
25 000
Archipel
250 g/ha
7,5 g/ha
1 200 g/ha
000 g/ha
g/ha
KOC est 1faible
moins la 7,5
molécule
est
SC
SC
WG
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Vie du pôle
retenue par le sol. La pendiméthaline
appliquée en pré-levée à 1 000 g/ha
est caractérisée par un KOC très élevé
(15 744 l/kg) et une solubilité très faible (0,33 mg/l) à l’opposé du iodosulfuron appliqué à 7,5 g/ha qui affiche
un Koc assez faible (152 l/kg) et une
solubilité particulièrement élevée
(25 000 mg/l).
Les molécules ont fait l’objet d’un
suivi à la fois sur les eaux de drainage
et de ruissellement. Tous ces herbicides ont pu être détectés dans les eaux
de drainage, mais leurs concentrations
décroissent rapidement. La concentration maximale (Cmax) correspond
généralement au premier pic de drainage situé après le traitement. Pour
l’isoproturon, une Cmax de 4µg/l a
été observée et il est détecté systématiquement après son application. La
détection de l’iodosulfuron (iodo) est
très fugace (Cmax 0,27 µg/l) et passe
rapidement en dessous du seuil de
détection. La pendiméthaline (pendi)
malgré son KOC très fort est régulièrement retrouvée (Cmax 0,62 µg/L). Le
comportement des parcelles saines et
hydromorphes semble très proche au
regard des concentrations.
Les pertes cumulées par drainage sont
plus élevées pour l’IPU (112 mg/ha)
contre respectivement 26 et 5 mg/ha
pour la pendiméthaline et l’iodosulfu-
Collecte des eaux de ruissellement, une
cuve par parcelle élémentaire
Fuites de molécules phytosanitaires (Kerguéhennec 2007)
Molécules testées : Isoproturon (IPU), DFF (Diflufénicanil),
Iodo (iodosulfuron), pendi (pendiméthaline)
ron. Exprimé en pourcentage de la
dose apportées, les flux dans les
drains atteignent 0,022 % pour l’isoproturon tandis qu’ils sont inférieurs à
0,01 % pour les deux autres molécules.
Fuites : surtout par
ruissellement
Les concentrations en herbicides dans
les eaux de ruissellements sont beaucoup plus élevées que dans les eaux
de drainage. Les Cmax sont détectées
majoritairement lors du 1er ruissellement après l’application, puis les
concentrations décroissent très rapidement. En dépit de sa dose d’application élevée la pendiméthaline à une
Cmax inférieure à celle de l’IPU (200
contre 390 µg/l), sa très forte affinité
pour le sol limitant l’effet dose d’apport. L’iodosulfuron appliqué en très
faible quantité a une Cmax de
3,6 µg/l. En terme de flux cumulé, les
molécules les plus transférées sont
celles présentant les plus fortes doses
d’application. Néanmoins la pendiméthaline appliquée à une dose double
de celle de l’IPU génère un flux plus
faible
(760
mg/ha
contre
2084 mg/ha). Exprimé en pourcentage de la dose apportée, les flux relatifs nous montrent que les caractéristiques des molécules (affinité pour le
sol et solubilité dans l’eau) jouent un
rôle non négligable dans les trans-
ferts, même si ceux-ci sont fortement
impactés par la dose d’application.
En période hivernale, les flux d’herbicides sont essentiellement induit par
le ruissellement, y compris en situation drainée. L’hydromorphie en augmentant les volumes d’eau mis en jeu,
favorise les flux notamment des molécules très solubles (sulfonylurées).
Entre 2000 et 2007, l’utilisation de
l’isoproturon a été divisée par 2 et
cette tendance devrait se poursuivre
afin d’arriver à l’objectif fixé par la
Directive Cadre Eau, c’est à dire une
pureté des eaux vis à vis de l’isoproturon à l’horizon 2015.
Notre étude montre que la substitution de l’isoproturon par d’autres
molécules permet une diminution des
risques de transferts vers le cours
d’eau. Néanmoins en situation d’infestation par le pâturin, cette substitution s’accompagne d’un surcoût.
Egalement, afin d’éviter d’avoir
recours à la seule famille chimique
des sulfonylurées la stratégie de prélevée est envisageable. Ces mesures de
substitution de molécules chimiques
peuvent être complétées par des solutions mécaniques ainsi que par les
mesures préventives (rotations, aménagements …).
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Patrice COTINET
Djilali HEDDADJ
Pôle Agro PV
7
Vie du pôle
Station des Cormiers (35) :
Economiser la consommation
du fuel des tracteurs
Le fuel du tracteur représente une part très importante de la consommation d’énergie par l’agriculture, tant au niveau national, qu’au niveau Bretagne (33 % de l’énergie consommée par l’agriculture bretonne). Dans le contexte actuel de hausse des prix du pétrole, il devient impératif
d’économiser sur ce poste. Depuis 2006, la station des Cormiers s’est lancée dans ce chantier
avec des partenaires : le CEMAGREF, le CIRAD, la FNCUMA et le BCMA.
D
és 2006, la première étape
a consisté à équiper le tracteur de la station de
moyens de mesure de la consommation de fuel, de la puissance réellement utilisée et ainsi que d’autres
paramètres. Ceci a permis de mettre
au point un prototype, une sorte
de “boîte noire” adaptée aux tracteurs.
14 boîtes noires en
Bretagne en fin 2007
L’étape suivante est d’équiper 14 tracteurs d'exploitations, de CUMA, d'ETA
et de stations expérimentales de ces
boîtes noires afin de centraliser des
références sur la consommation de
carburant et la puissance des tracteurs bretons pour tous les travaux
d’un année. Pour mettre au point ce
dispositif, la station a réalisé des tests
préalables sur la traction, le transport
et la puissance à la prise de force, à
partir de son propre tracteur. Ces
essais en station ont été complétés
par des enquêtes et des synthèses
bibliographiques.
La puissance réelle
mesurée à la prise
de force
La puissance des tracteurs à la prise
de force est mesurée au banc d’essai.
Le banc d’essai de l’association AILE
permet de mesurer la puissance
8
Essai de traction aux cormiers avec tracteur frein
OCDE. Celle-ci est toujours plus faible
que la puissance mentionnée sur les
publicités (normes DIN, SAE, ECE
R24…). Par exemple le tracteur de la
station des Cormiers acheté pour 89
ch (ECE R 24) a été mesuré au banc
d’essai à 82 ch (OCDE), soit 62 KW.
En traction les pertes
de puissance peuvent
être importantes
En traction, pour tout type de véhicule
à roues, il y a deux types de perte de
puissance : les pertes par glissement
(le patinage) et les pertes par roule-
ment (exemple l’écart entre un vélo
sur sol dur et sur du sable). Le tracteur
obtient sa puissance de traction maximum entre 5 km/h et 7 km/h. Les facteurs qui influencent cette puissance
de traction sont le poids adhérant, le
type et le gonflage des pneumatiques
ainsi que l’état du sol. En dessous de
ces bornes (5 à 7 km/h), le patinage
est prépondérant. Il se met à patiner
par manque de poids. Au delà de ces
bornes (5 à 7 km/h), les pertes par
roulement augmentent plus vite que
la vitesse d'avancement.
Les essais de traction réalisés avec le
tracteur de la station des Cormiers
sont présentés dans le schéma page
9. Dans cet essai, la puissance de trac-
Petit rappel de physique :
La puissance de traction est régie par la formule suivante :
Puissance = Force x Vitesse
La puissance (P) s’exprime en watt en unité internationale,
1 kwatt = 1,36 ch,
La force (F) s’exprime en Newton en unité internationale,
1 Kilogramme force = 9,81 Newton,
La vitesse (V) s’exprime en mètres/seconde,
1 mètre/ seconde = 3,6 km/heure
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Vie du pôle
Puissance de traction utilisable en fonction
de la vitesse d’avancement
tion maximale a été obtenue à la
vitesse 5,5 km/heure, Elle est de
52 kw. Le rendement mécanique est
de 83 %, c’est à dire le rapport de la
puissance maximale valorisée en traction (52 kw), divisée par la puissance
maximale obtenue au banc d'essai
(62 kw) .
Les essais ont été conduits jusqu'à
16 km/h. Les “boîtes noires”de tracteurs permettront d'obtenir des références fiables jusqu’à 40 km/h. Ces
références intégreront le temps de travail et les distances réellement parcourues.
L’utilisation
du tracteur mesurée
par le taux de charge
1)
Le taux de charge Bcma est un indi-
cateur simple de l'emploi réel du tracteur. Il est calculé en divisant la
consommation annuelle du tracteur
par ce qu'il aurait dû consommer s'il
avait toujours été utilisé à pleine
charge. Cette consommation à pleine
charge est égale au produit de la puissance maxi du tracteur et de sa
consommation spécifique à pleine
charge (en moyenne 245 g/kwh ).
Prenons l'exemple d' un tracteur de
73,5 kw (100 ch) faisant 1 000 heures par an et consommant 5 000 litres
sur cette période. A pleine charge, sur
1 000 heures, il aurait consommé
1 000 heures x 245g x 73,5 kw =
18 000 kilos, soit 21 425 litres de
fuel. Son taux de charge est de (5 000
litres / 21 425 litres ) x 100 = 23.3 %.
Cela représente une sous-utilisation
importante du tracteur. Il est probable
que ce niveau de taux de charge se
retrouve dans de nombreuses exploi-
tations bretonnes.
Exemple : Les taux de charges des
matériels d'une Cuma d'Ille et Vilaine.
Cet indicateur "taux de charge" a été
calculé en relation avec la Fdcuma 35,
pour différents engins motorisés de la
Cuma de Maure de Bretagne. Les
automoteurs de récolte ont le taux de
charge le plus fort, compris entre 64 à
71 % pour les moissonneuses et 83 à
94 % pour les ensileuses.
Les tracteurs ont un taux de charge
plus faible. Il est compris entre 35 et
64 %. D'où viennent ces différences ?
De l'emploi des tracteurs (genre de
matériel attelé : outils de travail du
sol, outils de fenaison ou de transport), et de l'adéquation de l'outil au
tracteur utilisé. Si le tracteur est surpuissant par rapport à l'outil, le taux
de charge est plus faible.
Le chargeur automoteur a un taux de
charge de 35 %. La part de déplacements dans l'activité des matériels
influe également sur le taux de charge.
Chacun peut facilement calculer les taux
de charge de ses matériels s'il connaît
sa consommation annuelle de fuel.
Des écarts
de consommation
de 25 % entre
les tracteurs neufs
Des test réalisés en Allemagne suivant
un programme d'essais identiques,
représentatifs de l'utilisation réelle, et
alternant des simulations de travaux
lourds et légers, des simulations d'utilisation en traction, à la prise de force et
en mixage des deux, ont montré des
écarts de consommation importants , de
l’ordre de 25 %. Economiser c'est aussi
choisir un tracteur à faible consommation au moment de l’achat. A ce jour,
peu de tracteurs ont encore été testés
suivant ce programme d'essai.
Pierre HAVARD
Station des Cormiers
Pôle Agro PV
Tracteur au banc d’essai AILE
1) BCMA : Bureau Commun du
Machinisme Agricole
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
9
Actualités
La hausse du prix des céréales :
Le blé a franchi la barre des 200 euros la tonne. Par rapport à l’an dernier, la hausse des
prix se poursuit. Pour savoir si ce phénomène s’inscrit dans la durée ou est plus lié à des
événements conjoncturels comme les conditions climatiques du printemps/été 2007, il
apparaît nécessaire de passer en revue les différents niveaux de marché : mondial, européen, français et breton
L
a hausse du prix des céréales
s’inscrit dans le phénomène
plus large d’augmentation du
prix des matières premières qui trouve
son origine d’abord au niveau mondial.
Le marché mondial
orienté à la hausse
Le schéma ci-contre donne les évolutions des facteurs qui impactent le
marché mondial du blé.
La consommation (courbe verte)
est en augmentation permanente : de
580 millions de tonnes en 1996 à pratiquement 620 millions de tonnes en
2007. Cette tendance de fond est
d’abord étroitement liée à l’augmentation de la population mondiale: plus
de 6 milliards d’humains sur terre
avec une évolution prévisible de +
1% par an. De plus la progression de
consommation est nettement plus
forte depuis le début des années
2000. Ce phénomène s’explique
avant tout par le développement de
certains pays émergents très peuplés :
Chine, Inde …. dont le niveau de vie
s’élève, grâce à une forte croissance
(taux de croissance à deux chiffres).
La production (bâtonnet orange) a
connu des variations importantes sur
la même période. Deux années de
production importante : 1997 et
2004, dépassant largement le niveau
de la consommation. Deux années de
production basse : 2002 et 2003
(sécheresse dans pratiquement tous
les pays producteurs). Malgré tout, le
principal constat est que depuis 2000,
la production se situe régulièrement
en dessous de la consommation (à
l’exception de 2004). C’est ce déca10
Au niveau mondial tous les facteurs sont réunis pour une augmentation du prix des céréales
lage qui a amené une réduction des
stocks mondiaux et une augmentation des prix sur le marché mondial.
Les stocks mondiaux (schéma de
droite) évoluent à la baisse, surtout
depuis 2000 : de 200 millions de tonnes à 116 millions de tonnes (avant la
récolte 2007). Ils devraient tomber, en
2007/2008, à 111 millions tonnes,
soit le niveau le plus bas observé
depuis 28 ans, dont seulement 31 millions de tonnes détenues dans les cinq
plus grands pays exportateurs (USA,
Canada, Australie, Union Européenne,
Australie).
Le prix mondial 2007/2008 devrait
donc se maintenir à un niveau exceptionnellement élevé. L’analyse du marché mondial en est la première explication. D’autres facteurs y contribuent. La mauvaise récolte 2007 dans
les grands pays producteurs de céréales impactera en négatif le niveau de
production de 2007 (non connu
actuellement). La demande pour la
production de bioéthanol augmente
de manière importante surtout aux
Etats Unis. Ce pays qui est le premier
pays exportateur de blé a mis en place
une politique de développement de
l'industrie du bioéthanol dont on
commence à mesurer les effets : de 34
millions de tonnes de maïs destiné au
bioéthanol sur la campagne
2004/2005, on va passer à 86 millions de tonnes sur la campagne
2007/2008. La progression des surfaces en maïs est importante aux Etats
Unis (voir carte). Elles vont passer de
34 millions d’ha en 2004 à 37,5 millions en 2007 . On assiste à des transferts importants de surface de blé vers
le maïs. Ce phénomène contribue à
La politique favorisant le bioéthanol aux USA a une incidence forte sur le marché des céréales
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Actualités
une nouvelle donne à intégrer
réduire l’offre de produits alimentaires
Le marché européen
marqué par des
stocks très bas
Au niveau européen, les évolutions les
plus importantes sont les suivantes.
Dans les vingt-sept États membres, la
récolte 2006 a été moins importante
que prévue, elle s’est située au final à
265,5 millions de tonnes. Ceci a
entraîné des tensions dans l'approvisionnement vers la fin de la campagne de commercialisation 2006/2007
et les prix historiquement élevés que
nous connaissons actuellement. Les
stocks d’intervention ont fondu, passant de 14 millions de tonnes au
début de la campagne 2006/2007 à
2,5 millions de tonnes aujourd'hui,
principalement composées de maïs
détenu en Hongrie. Les récoltes d’orge
et de blé 2007 sont moyennes, sauf
en Espagne. Il y a de forte probabilité
que le scénario de 2006 , à savoir
récolte médiocre induisant une réduction des stocks se reproduise en
2007. C’est cette analyse qui amène
la proposition de 0% le taux de
jachère obligatoire pour la prochaine
campagne. (voir encadré)
La récolte française
2007 de céréales en
deçà des espérances
Les conséquences
pour les agriculteurs
bretons
La grande majorité des agriculteurs
bretons producteurs de céréales sont
aussi des éleveurs qui utilisent directement ou indirectement cette production pour l’alimentation de leurs élevages : porcs, volailles, bovins. A l’échelle
de la Bretagne, les chiffres clés sont les
suivants : la production de matières
premières végétales se situe autour de
4,2 millions de tonnes dont la majeure
partie vient des céréales , autour de 3,5
millions de tonnes. L’utilisation des
matières premières végétales se situe
autour de 11,2 millions de tonnes,
dont la majeure partie correspond à
l’alimentation animale pour 8,9 millions de tonnes. Le déficit de la
Bretagne en matières premières végétales est de 7 millions de tonnes qui
sont importées. Pour 2007 on peut prévoir trois conséquences négatives : une
baisse de la production bretonne liée
aux conditions météorologiques du
printemps/été 2007 ( baisse des rendements de 25 à 30 %), une augmentation des importations en Bretagne et
une augmentation du prix des céréales
importées. Au final un coût économique important.
Taux de jachère obligatoire fixé
à 0 % pour la campagne
2007/2008
La Commission chargée de l’agriculture et du développement
rural, propose de fixer à 0 % le
taux de mise en jachère obligatoire pour les semis de l’automne
2007 et du printemps 2008, en
réaction à la situation de plus en
plus tendue sur le marché des
céréales.
Selon les estimations de la
Commission, un taux de mise en
jachère obligatoire de 0 % pourrait inciter les agriculteurs de
l'Union européenne à produire
une quantité supplémentaire de
l'ordre de 10 à 17 millions de tonnes en 2008, ce qui permettrait
de faire baisser la tension
régnant sur le marché
La proposition ne concerne que
les semis de l'automne 2007 et
du printemps 2008. Une modification permanente ne pourrait
intervenir que dans le cadre d’un
réexamen global de la politique
céréalière et après une analyse
sur la manière de préserver les
retombées positives de la mise en
jachère sur l’environnement,
tous deux prévus à l'occasion du
«bilan de santé de la PAC».
La décision définitive sera prise
lors du conseil des ministres de
fin septembre.
Louis JESTIN - Pôle Agro PV
La récolte 2007 a été décevante. Elle
est estimée à 34 millions de tonnes au
plus. Elle se situe globalement au
niveau de 2006 qui n’était pas une
bonne année. Les quantités moissonnées sont sans rapport avec les espérances du printemps. En plus les blés
récoltés sont de qualité médiocre , avec
un poids spécifique et un taux protéique plus bas qu’en année normale.
La hausse du prix des céréales aura une incidence négative sur l'élevage breton
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
11
Actualités
Conduite des céréales
Garder le cap de l’itinéraire
raisonné !
Dans le contexte actuel de hausse du prix des céréales, il apparaît nécessaire de réaffirmer le choix de l’itinéraire raisonné pour la conduite des céréales, et non pas celui
de “l’intensif”. Cet article présente les arguments qui justifient ce point de vue.
une dose d’azote supérieure à la grille
des bilans (X+30 unités) fractionné en
trois passages, un désherbage, un
régulateur de croissance et trois fongicides.
L’itinéraire raisonné vise un rendement accessible 3 années sur 5 en utilisant les principaux outils d’aide à la
décision vis à vis du fractionnement
de la fertilisation et de la protection
des cultures. Semé à la dose de 250
grains par m2, il reçoit une dose
d’azote égale à la grille des bilans (X
unités) en trois apports, un désherbage, un régulateur de croissance et
deux ou trois fongicides à doses
modulées.
L’itinéraire à bas niveau d’intrants est basé sur l’utilisation de
variétés tolérantes à la verse et aux
maladies. Le rendement visé est inférieur de 10 quintaux au potentiel de la
parcelle. Semé à faible densité, 150
grains par m2, il reçoit une dose
d’azote inférieure à la grille des bilans
(X – 30 unités) en deux apport, un
désherbage et un seul fongicide au
stade gonflement.
L'itinéraire réduit se traduit par un
nombre d’interventions phytosanitai-
D
epuis plus d’une décennie,
nous avons connu un
contexte de cours bas pour
les céréales. Pour y remédier, deux pistes ont été mises en œuvre : d’une
part, l’octroi des primes PAC qui avait
pour objectif de compenser la baisse
des prix et d’autre part, le travail de
recherche explorant la voie de la maîtrise des coûts de production, de
manière à viser la meilleure marge
possible pour l’agriculteur.
4 itinéraires
techniques étudiés
Pour les céréales , depuis 1999, les
Chambres d’Agriculture se sont fortement engagées dans un programme
de recherche en collaboration avec
l’INRA et ARVALIS, visant à comparer
quatre itinéraires techniques pour la
culture du blé. Le tableau 1 présente
les caractéristiques techniques des 4
itinéraires étudiés :
L’itinéraire intensif vise le maximum de rendement de la parcelle et
cherche à minimiser tous les facteurs
limitants. Utilisant les variétés les plus
productives du moment et semé à la
dose de 250 grains par m2, il reçoit
L'itinéraire raisonné reste toujours de mise
dans le nouveau contexte de hausse des prix
res limité au seul désherbage. Semé à
la dose de 150 grains par m2, il reçoit,
une dose d’azote inférieure à la grille
des bilans (X – 60 unités) en un ou
deux apport et un désherbage
La synthèse des résultats d’essais de
la période 1999/2004 est présentée
dans le tableau 2.
De ces résultats d’essai, il ressort que
dans un contexte de prix bas, le classement des itinéraires au niveau
marge brute est en moyenne le sui-
Tableau 1 : BLÉ D’HIVER : 4 ITINÉRAIRES TECHNIQUES ÉTUDIÉS
Semences
Engrais N
Désherbage
Régulateur
Fongicides
Passages d’engrais
Passages de pulvérisateur
12
Itinéraire intensif
250 grains/m2
Dose (X + 30)
oui
3
3
5
Itinéraire raisonné
Itinéraire à bas intrants
250 grains/m2
150 grains/m2
Dose X
Dose (X – 30)
Adapté à la flore de la parcelle
oui
aucun
2
1
3
2
4
2
Itinéraire "réduit"
150 grains/m2
Dose (X – 60)
0
2
1
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Actualités
vant : 1 l’itinéraire “à bas
intrants” (532 euros/ha), 2 l’itinéraire
réduit (519 euros/ha), 3 le “raisonné”
( 481 euros/ha), 4 “l’intensif” (424
euros/ha). Une analyse plus fine selon
les secteurs pédo climatiques montre
que même en secteur plus arrosé, à
pression maladies plus forte, les résultats sont quasi identiques entre
le “raisonné” et “le bas intrants”,
résultats
bien
supérieurs
à “l’intensif” et à “l’itinéraire réduit”.
Un rapprochement avec les pratiques
réelles des agriculteurs peut être
effectué au travers du tableau 3 qui
présente les résultats 2006 de deux
études de groupe, l’une provenant de
la moyenne des résultats comptables
du bureau d'études CA-CER Finistère
et l’autre des résultats de groupes cultures de l’Ille et Vilaine.
De ces données , il apparaît que le
rendement réel obtenu (autour de
68 q) est en deçà des résultats d’essai, avec un écart important de plus
de 10 quintaux. Le niveau des charges
de l’étude de groupe CA-CER
Finistère (311 euros/ha) se situe au
niveau de l’itinéraire intensif, tandis
que celui des groupes cultures Ille et
Vilaine se rapproche de l’itinéraire raisonné (autour de 250 euros/ha). Autre
Tableau 3 : MARGES SUR APPROS DU BLÉ (données 2006)
Semences
Engrais
Traitements
Total charges appro
Rendements (q/ha)
Prix (€/q)
Marge/ha
sur appros hors prime
Bureau d'études
CA-CER Finistère
59 €
101 €
151 €
311 €
68,4 q
10,2 €
Groupes cultures Ille et Vilaine
48 €
103 €
101 €
252 €
68 q
10,2 €
387 €
constat : le niveau des marges brutes
réelles (390 euros à 440 euros/ha) est
très nettement en deçà de celui des
résultats d’essai (530 euros à
420 euros/ha).
Confirmation de
l’itinéraire raisonné
dans le contexte
de hausse des prix
Le tableau 4 ci-après présente une
simulation des marges brutes pour le
nouveau contexte de hausse des prix
des céréales.
De cette simulation, il ressort que l’itinéraire raisonné peut être préconisé
dans le nouveau contexte de hausse
des prix des céréales , et ceci pour plusieurs raisons. Il permet de garantir la
441 €
meilleure marge (au dessus de
16 euros, il arrive en tête). Il limite les
risques , car on obtient le même niveau
de rendement qu’avec l’intensif. La
consommation d’intrants est raisonnée
à l’optimum, ce qui contribue à la préservation de l’environnement qui reste
une priorité dans notre région. Même
avec des prix élevés, l’itinéraire intensif
ne dépasse jamais le "raisonné".
L’itinéraire "réduit" n’est pas préconisé
non plus, car le niveau de risque est
trop élevé, en particulier par rapport
aux aléas climatiques. L’itinéraire "à
bas intrants" est intéressant jusqu’à
17 euros, sous réserve d’être très performant dans le suivi de l’itinéraire
technique.(voir résultats 2007 en pages
24, 25 et 26).
Michel FALCHIER, Louis JESTIN
Pôle Agro PV
Tableau 2 : ITINÉRAIRES TECHNIQUES BLÉ : RÉSULTATS D'ÉSSAIS 1999-2004
Semence
Engrais (Azote)
Désherbage
Fongicide
Régulateur
Total charges appro
Passages engrais
Passages pulvé
Total charges + passages
Rendements
Marge brute à 10 €/q
Itinéraire intensif
58 €
101 €
37 €
92 €
17 €
305 €
21 €
50 €
376 €
80 qx
424 €
Itinéraire raisonné
58 €
82 €
37 €
64 €
17 €
258 €
21 €
40 €
319 €
80 qx
481 €
Itinéraire "bas intrants"
36 €
63 €
37 €
28 €
0
164 €
14 €
20 €
198 €
73 qx
532 €
Itinéraire "réduit"
36 €
44 €
37 €
0
0
117 €
14 €
10 €
141 €
66 qx
519 €
Tableau 4 : MARGES SUR APPROS EN FONCTION DU PRIX DU BLÉ
Prix du blé
10 €
12 €
14 €
16 €
18 €
20 €
Itinéraire intensif
424 €
584 €
744 €
904 €
1064 €
1224 €
Itinéraire raisonné
481 €
641 €
801 €
961 €
1121 €
1281 €
Itinéraire "bas intrants"
532 €
678 €
824 €
970 €
1116 €
1262 €
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Itinéraire "réduit"
519 €
651 €
783 €
915 €
1047 €
1179 €
13
Actualités
Diagnostic et gestion des bords
Le bord de champs est la zone qui sépare l’espace cultivé de la limite de la parcelle, cette
zone parfois délaissée est gérée de façon différente d’une exploitation à l’autre.
Plusieurs enjeux peuvent être pris en compte selon leur composition : Nous relatons ici
une expérience menée à la Fontaine du Theil dans un enjeu, prépondérant en Bretagne,
la qualité de l’eau.
L
es bords de champs ont plusieurs fonctions selon leur
composition : un enjeu économique et social : tourisme,
chasse et pêche, production de bois,
clôture, un enjeu biologique : paysage, biodiversité, abri pour la faune
et la flore, un enjeu climatique :
brise-vent, ombrage, limitation de
l’évapotranspiration et un enjeu
relatif à l’eau : rétention et dégradation des éléments polluants, protection des dérives de pulvérisation,
régulation hydrique, lutte contre l’érosion. Tous ces enjeux sont importants
et pris en compte de façon inégale.
Ces dernières années l’enjeu de la
qualité de l’eau, prépondérant en
Bretagne, a suscité de nombreux travaux de recherche et de nombreuses
expériences ont été menées dans ce
domaine.
Nous relatons ici l’une de ces expériences.
Diagnostic et gestion
des bords de champs :
l’expérience de la
Fontaine du Theil
Le suivi de la qualité de l’eau réalisé
sur la période 1998-2006 par ARVALIS-Institut du végétal en collaboration avec de nombreux partenaires (1)
sur le bassin versant de la Fontaine du
Theil, en Ille et Vilaine, a mis en évidence la nécessité de s’intéresser aux
bords de champs et à leur gestion
pour améliorer significativement la
qualité de l’eau.
L’étape de diagnostic est indispensable pour identifier les situations à risques et faire des propositions d’entretien des bords de champs. Un diagnostic des bords de champs a été réalisé en 2005 notamment en vue de
caractériser les risques de transfert
(figure 1) et d’érosion. Une fois identifiées les différentes contraintes et
possibilités, il est retenu selon les
situations, les modes d’entretien les
plus appropriés sur les bords de
champs. L’entretien chimique des
bords de champs en zones sensibles
peut entraîner une pollution de la
qualité de l’eau. Plusieurs facteurs
influencent le transfert des produits
phytosanitaires vers l’eau. La pente, le
positionnement du bord de champ par
rapport à la pente et à la couverture
du sol sont des facteurs qui jouent sur
les transferts mais l’expérimentation
menée sur le bassin versant de la
Fontaine du Theil nous a permis de
montrer que la distance au cours
d’eau et la connexion au réseau hydrique sont prépondérants.
Une évolution
significative
des pratiques
Les bords de champs représentent sur
le territoire du bassin versant environ
8 ha, soit près de 14 km de linéaire.
Les exploitations du bassin versant
avaient recours en 1998 majoritairement à l’entretien chimique des bords
de champs (Graphique 1, page 15). La
plupart des exploitants entretenaient
tous leurs bords de champs de la
même manière que ce soit près du
ruisseau ou dans des zones moins
sensibles. Or, l’entretien chimique non
sélectif fait disparaître les couverts
végétaux des bords de champs, avec
des incidences visibles sur l’érosion. Il
n’est pas rare d’observer des talus
érodés qui s’effondrent. En 2005, des
14
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Actualités
de champs
relevés de flore sur des bords de
champs représentatifs ont été réalisés
sur le bassin versant en utilisant l’indicateur de flore mis au point par
l’équipe INRA-SAD Paysage de RENNES (Le Cœur 1996). Ils ont révélé
que la flore des bords de champs
était liée à leur mode d’entretien : chimique ou mécanique.
Dans le contexte de région bocagère
d’élevage, la clôture avec fils de fer
barbelés occupe historiquement une
place importante pour les parcelles
en prairies. Dans ces situations, il est
difficile d’entretenir mécaniquement
les bords de champs car les manœuvres sont compliquées et pénibles. Le
remplacement de ce type de clôture
fixe par des clôtures mobiles, la mise
en place de clôture à déport latéral
permettent de rendre moins pénible
l’entretien mécanique. Depuis 2005,
on constate une diminution de l’entretien chimique au profit de l’entretien mécanique et de l’entretien mixte
(chimique localisé et fauchage des
graminées).
Ces premières évolutions montent
qu’avec des actions individuelles et
collectives bien ciblées grâce à un
diagnostic préalable des bords de
Graphique 1 : Nature de l’entretien des bords de champs
à la Fontaine du Theil 1998-2006
champs, il est possible d’améliorer les
pratiques. Les agriculteurs ont été fortement sensibilisés afin de respecter
l’évolution de la réglementation suite
aux arrêtés préfectoraux de 2006
interdisant le traitement chimique à
moins d’un mètre des cours d’eau,
fossés et points d’eau. Ils se sont soit
équipés en matériels d’entretien
mécanique soit restés en position
d’attente pour affiner leur choix sur
un matériel précis et ne font alors pas
d’entretien.
Les actions conduites sur le bassin versant de la Fontaine du Theil montrent
bien que l’entretien des bords de
champs fait partie intégrante de l’activité agricole. Souvent perçues comme
une contrainte pour les agriculteurs, les
pratiques d’entretien peuvent se révéler être des leviers importants dans la
gestion des paysages et constituer de
véritables atouts permettant de concilier la production agricole, les paysages
et la biodiversité.
Joël THIERRY ARVALIS
Institut du végétal
Annie GUILLERMOU
Pôle Agro PV
(1) Ce projet pluriannuel a pu être
mené à son terme grâce aux agriculteurs, aux Maires et Elus des
communes de Saint Léger des Prés,
Marcilllé-Raoul,
Noyal
sous
Bazouges, aux concours financiers
de l’Agence de l’Eau LoireBretagne, du Conseil Général d’Ille
et Vilaine, du Conseil Régional de
Bretagne, de l’Europe, de l’Union
des Industries de la Protection des
Plantes, de la Direction Régionale
de l’Environnement de Bretagne et
de l’Association de Coordination
Technique Agricole et en collaboration avec de nombreux partenaires
techniques et scientifiques.
Progression de l’entretien mécanique sur les bords de champ
et en conséquence diminution des applications chimiques.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
15
Agronomie
“Champs et phytos” :
Bilan d’étape d’une
opération pleine d’idées…
En 2007, les Chambres d’agriculture de Bretagne ont choisi de mettre en place avec leurs partenaires une grande opération de sensibilisation, d’information et de communication autour
de la thématique des phytosanitaires. L’opération Champs et Phytos aura rassemblé un grand
nombre d’agriculteurs : 2 000 personnes lors des 50 demi journées d’actualités phyto en hiver
et 2 000 personnes lors des 28 Portes Ouvertes régionales de juin.
L
es actions menées se sont
organisées autour d’un fil
conducteur de 5 objectifs qui
ont rassemblé les Chambres d’agriculture et leurs partenaires et se sont
déclinés au travers d’opérations de
communication, d’articles, de fiches
pratiques et par la réalisation d’un
espace Phyto sur Synagri.
5 objectifs
1) Informer sur les évolutions
réglementaires. Entre conditionnalité PAC, arrêté national utilisation,
ZNT, AMM, local phyto et autres MAE,
les 50 réunions d’information, les
fiches techniques et le 4 pages d’infos
réglementaires ont permis d’assurer
plus de lisibilité sur les exploitations.
2) Fournir des outils pratiques.
Avec des fiches techniques, un outil
d’enregistrement des pratiques
(Mémo Parcelles) et un espace phyto
sur Synagri l’objectif est que chaque
agriculteur breton ait accès gratuitement à toutes les informations techniques et autres outils permettant une
mise en œuvre concrète et simple de
la réglementation sur son exploitation
mais aussi concernant les évolutions
de ses pratiques et le volet santé.
3) Inviter à utiliser moins de phytos aujourd’hui et demain. Plus de
95 % des agriculteurs enquêtés lors
de portes ouvertes estiment que les
phytosanitaires sont un enjeu prioritaire et 90 % d’entre eux pensent
pouvoir réduire l’utilisation des produits phytos (50 % de façon impor16
tante ou très importante).
4) Mieux gérer les phytos en dehors
des parcelles. Avec plus de 50 % des
visiteurs aux portes ouvertes qui venaient
notamment pour le local phytosanitaire,
l’opération champs et phytos devait présenter des solutions pratiques, simples et
peu coûteuses ; ce qui a été fait dans
chacune des portes ouvertes. Le volet
protection, présenté en partenariat avec
les MSA, a souligné la préoccupation
croissante des agriculteurs pour la prise
en compte de leur santé.
5) Mieux connaître les produits et
mieux les appliquer. 4 portes ouvertes (dont une au SAFIR) ont été organisées en partenariat entre les CUMA et
les Chambres afin de présenter les nouveautés autour du pulvérisateur.
Un Espace Phyto
sur Synagri.com
Le monde des phytosanitaires est complexe et évolue très rapidement.
L’Espace phyto de Synagri (rubrique ser-
vices interactifs) est accessible gratuitement et répondra à vos questions sur
un grand nombre d’aspects:
Réglementation (conditionnalité, local
phyto, mélanges…), Phytos en dehors
des parcelles (bords de champs, bandes
enherbées…), Protection des cultures,
Phytos et santé (toxicité, protection…),
Impact sur l’environnement, Outils pratiques (guides techniques, sites Web
utiles…).
Cependant, même si le contexte économique change, les phytosanitaires restent une préoccupation majeure du
grand public mais également des agriculteurs ; champs et phytos doit donc se
poursuivre pour vous proposer des
solutions pratiques et adaptées à ce
nouveau contexte.
Trouvez les réponses à vos questions
sur l’espace phyto de Synagri.com
Olivier MANCEAU
CA 22
Page d'accueil espace phyto
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Agronomie
Nouvelles Grilles azote
Les grilles actuelles datent de 1997. Des travaux de recherche ont été conduits depuis
cette date conjointement par l’INRA, ARVALIS Institut du Végétal , le CETIOM et le pôle
Agronomie Productions Végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne. Les nouvelles propositions de grilles azote pour les grandes cultures et les prairies résultent des
conclusions de l’ensemble des travaux.
P
our le calcul du besoin
d’azote, plusieurs termes du
bilan ont été modifiés.
N non valorisable :
30 u quelle que soit
la profondeur
L’estimation de l’azote restant dans le
sol après la récolte (azote non valorisable) a été modifiée. Dans les grilles
de 97, sa valeur était de 10 unités par
tranche de 30 cm de profondeur de
l’enracinement. Cette répartition n’est
pas validée par les mesures, qui montrent que l’azote minéral est majoritairement localisé dans l’horizon de
surface, suite à la minéralisation qui
intervient après la fin de l’absorption
par la culture (azote post absorption).
On peut donc considérer que les
quantités de N minéral post absorption sont indépendantes de la profondeur du sol. La valeur considérée dans
les grilles de 2007 est donc fixée à 30
unités pour toutes les cultures quelle
que soit la profondeur du sol.
Fournitures d’azote
du sol : trois postes
importants ont été
modifiés :
- L’azote libéré après destruction
d’une prairie : plus élevée l’année
qui suit le retournement, moins
importante les années suivantes.
L’expérimentation a été menée de
1996 à 2002 dans les stations expérimentales de Kerlavic et de la Jaillère
et parallèlement dans un réseau de
plus de 80 parcelles sur l’ensemble de
la Bretagne. Ces travaux ont montré
que les flux de minéralisation sont
élevés l’année qui suit le retournement et diminuent rapidement
ensuite. Au-delà de 2 ans, il n’est pas
mesuré d’effet direct dû à la prairie
retournée.
L’autre élément mis en évidence est la
variabilité de l’azote libéré du fait du
type d’exploitation de la prairie. Les
flux de minéralisation les plus élevés
sont mesurés avec un pâturage intégral et sont fortement diminués lorsque la prairie est fauchée.
- La minéralisation des apports
organiques antérieurs : une plus
grande diversité de situations.
Deux modifications ont été apportées
au tableau de calcul de ce terme :
■ la fréquence d’apport "deux années
sur trois" a été introduite, pour mieux
prendre en compte les pratiques
■ des produits ont été ajoutés, tels
que les composts de lisier de porc, de
fumier bovin, de fumier de volailles et
le compost mûr de déchets verts.
- La minéralisation de l’humus
basal du sol : indépendante du
taux de matière organique.
Ce terme correspond à la minéralisation dite "basale" de la matière organique du sol, qui dépend à la fois de
sa qualité intrinséque (humus), et du
passé cultural ancien. Les travaux
récents tendent à montrer que seule
une fraction de la matière organique
est active, mais aucune détermination
ne permet de prédire la taille de cette
Les modifications des grilles azote concernent les grandes
cultures (céréales, maïs et colza) et aussi les prairies.
partie de manière satisfaisante. Les
références disponibles actuellement
tendent à montrer que la minéralisation basale est sensiblement la même
dans les sols riches en matières organiques ou peu riches. Le flux annuel
moyen est estimé à 100 kg N/ha dans
des systèmes de culture sans apports
organiques et où les restitutions de
résidus sont faibles (maïs ensilage,
pailles des céréales exportées).
Il appartient donc de prendre en
compte l’effet "système" dans l’estimation de ce flux, notamment par :
- l’effet des CIPAN, dont une fraction
importante (plus de 70 %) de l’azote
absorbé reste stockée dans le sol à la
fin de l’année suivant la destruction
du couvert,
- l’effet des résidus de récolte, dans le
cas de l’enfouissement des résidus
végétaux des cultures légumières, des
tiges et feuilles de maïs (récolte en
grains), des résidus de colza, ou des
pailles des céréales,
- l’effet à long terme des prairies.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Jean GRALL
Pôle Agro PV
17
Agronomie
Impact des techniques
culturales sur l’érosion
L’érosion est un problème préoccupant qui affecte les ressources en sol et en eau. Pour
lutter contre ce phénomène il faut mettre en oeuvre des actions à l’échelle de la parcelle
mais aussi à l’échelle du bassin versant.
D
epuis quelques décennies,
les dégâts liés à l’augmentation du ruissellement et à
l’érosion des sols cultivés se sont
accrus de manière générale, y compris
en milieu tempéré, comme c’est le cas
en Bretagne. Cela se traduit par des
dégâts aux terres agricoles mais aussi
des conséquences au delà du sol luimême.
Ces particules de terre visibles sous
forme de dépôts en bas de parcelle,
sont elles-mêmes vecteurs de polluants spécifiques tels que les produits phytosanitaires, le phosphore et
les matières en suspension.
1.5 tonnes de terre
déplacée par ha/an
Des mesures effectuées par l'INRA à
l’échelle de la parcelle agricole dans le
bassin de Rennes montrent que les
quantités de terre déplacées sont, à
l’échelle de l’année, de l’ordre de une
tonne et demie par hectare. Ces
déplacements, à l’intérieur de la parcelle, interviennent pour la plupart sur
la période estivale. Néanmoins, les
sorties de terre hors des parcelles se
font majoritairement en automnehiver, à cause de quantités d’eau ruisselée beaucoup plus importantes en
cette période.
Durant cette période, la perméabilité
du sol diminue fortement à cause
d’une prise en masse sur la couche
travaillée, du tassement induit par les
passages de machines et d’une humidité du sol souvent proche de la saturation. Cette situation est aggravée
lorsqu’ aucun travail du sol n’a été
réalisé et qu’aucun couvert végétal
18
n’a été implanté. La lutte contre l’érosion doit être perçue à 2 échelles : la
parcelle agricole et le bassin versant.
Agir à l’échelle
de la parcelle :
Les solutions devront viser la réduction de l’émission du ruissellement
générateur d’érosion. La lutte contre
l’érosion repose sur les principes de
base suivants :
- Briser l’énergie des gouttes de pluie
pour empêcher la désagrégation du
sol et la production de terre fine aisément transportable,
- augmenter la perméabilité et la
rugosité du sol pour favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol,
- améliorer la résistance du sol vis-àvis de l’impact de la pluie.
Différentes solutions culturales répondent à ces principes et peuvent donc
contribuer à limiter l’érosion :
■ La mise en place de couverts
végétaux. Les risques de ruissellement sont très élevés pendant tout
l’hiver entre deux cultures, si le sol
reste nu. La couverture du sol constitue une solution importante qui, outre
son intérêt de piégeage des nitrates
permet également de limiter l’érosion.
En interceptant la pluie et en réduisant l’énergie des gouttes de pluie, la
couverture végétale limite la désagrégation du sol en surface et favorise
grâce au système racinaire l’infiltration de l’eau ainsi que la structuration
du sol. Par ailleurs, elle constitue un
obstacle à l’écoulement de l’eau ruisselante qui, à son contact, perd de la
vitesse et diminue sa capacité d’arra-
L’érosion, un problème dont il faut se
préoccuper pour conserver son capital sol.
chement et de transport de terre.
Des travaux menés à Kerguéhennec
en 2002, comparant un sol nu et un
sol couvert de RGI ont montré que sur
un cumul de 90 mm de pluie, la quantité d’eau ruisselée était de 47 mm et
la quantité de terre érodée de
193 kg/ha pour le sol nu alors que le
couvert de RGI n’a pas ruisselé.
La maîtrise du tassement : Le
tassement du sol par les engins agricoles est un facteur défavorable en ce
sens qu’il va constituer un obstacle à
l’infiltration de l’eau et favoriser un
excès d’eau en surface qui a tendance
à s’écouler sous l’effet de la gravité
dans les traces de roues et provoquer
des incisions de type ravines. Dans des
situations observées à Kerguéhennec,
des passages de roue ont fait chuter
la perméabilité de 90 %. Il est possible de diminuer les surfaces tassées
en évitant d’effectuer des passages en
conditions humides et en choisissant
des équipements adaptés (pneus
■
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Agronomie
basse pression, roues jumelées,…).
■ Le travail du sol adapté : Les
différentes façons culturales vont
conditionner deux paramètres importants que sont la rugosité du sol en
surface et la perméabilité du sol sur sa
profondeur.
La préparation du lit de semences. Il
est important de conserver un maximum de rugosité à la surface du sol
pour pouvoir retarder l’apparition du
ruissellement. L’affinement du sol doit
être suffisant pour assurer une bonne
levée, mais un affinement excessif
accélère la désagrégation et la formation d’une croûte de battance en surface. Des expérimentations menées
par l’INRA sur les sols limoneux du
Pays de Caux montrent les risques liés
à l’affinement excessif du lit de
semences.
Le sens du travail du sol. Un travail en
travers de la pente, en augmentant la
rugosité dans le sens de l’écoulement
de l’eau peut diminuer le ruissellement sur des pentes modérées entre 3
et 5 %.
Le désherbage mécanique. Toute
action de travail du sol, susceptible de
créer de la porosité peut contribuer à
limiter les risques de ruissellement et
d’érosion. Si pour le maïs, les expérimentations ont montré l’intérêt du
binage, sur céréales les références ne
sont pas nombreuses. Toutefois, une
première expérimentation a été
menée à Kerguéhennec pour tester
deux techniques de désherbage
mécanique (herse étrille et houe rota-
tive) comparées à un témoin. Les
résultats (graphique ci-dessous) ont
montré que la houe rotative a permis
de diviser la quantité érodée par 7, et
que la herse étrille malgré son impact
limité sur la porosité du sol a quand
même réduit de 50 % l’érosion.
L’apport d’ amendements. Les
techniques culturales qui peuvent
améliorer la stabilité structurale du sol
sont susceptibles de limiter leur sensibilité à l’érosion. Les amendements
calcaires et humifères peuvent améliorer la résistance des sols, lorsque
leurs teneurs en matière organique et
en calcium sont faibles.
Les apports de substances organiques
jouent un rôle capital pour maintenir
et renforcer la stabilité structurale du
sol. De constants apports d’amendements organiques (fumier, paille, résidus de récolte, engrais verts...) jouent
donc un rôle prépondérant dans la
lutte anti-érosive. Différentes recherches ont montré que l’augmentation
de la teneur du sol en matière organique s’accompagne d’une amélioration
de la stabilité structurale du sol grâce
à son rôle de liant entre les particules
de sol.
■
Une acidification des sols, exerce un
effet néfaste sur la stabilité structurale
en raison de la dispersion des particules fines du sol. Le chaulage entraîne
donc une stabilité structurale avantageuse et fortifie de ce fait la résistance
du sol aux chocs des pluies.
Impact de différentes techniques de désherbage mécanique
sur l’érosion
(cumul de pluie : 50mm) Kerguéhennec (56)
Agir l’échelle
du bassin versant
Hors des parcelles agricoles, le principe de la lutte anti-érosive est de
limiter au maximum les arrivées de
charges solides dans les cours d’eau.
Cela implique la préservation ou la
reconstitution d’éléments du paysage
nécessaire au bon fonctionnement
hydrologique des bassins versants.
Les talus : Leur rôle anti-érosif a été
mis en évidence par des travaux de
recherche sur le rôle du bocage. Une
approche qualitative a mis en évidence des différences notables
d’épaisseur de sol entre l’amont et
l’aval du talus, montrant ainsi le rôle
de barrage à l’érosion joué par le
talus.
Les bandes enherbées : La présence de bandes enherbées dans les
versants permet grâce à sa perméabilité et sa rugosité de provoquer une
réinfiltration de l’eau de ruissellement
et l’herbe permet de filtrer l’eau en
piégeant les sédiments. Les travaux de
recherche menées à Kerguéhennec
montrent qu’une bande enherbée de
12 mètres de large réduit les quantités exportées de plus de 90 %.
Le problème de l’érosion en Bretagne
revêt un caractère particulier, en ce
sens, que d’une part elle affecte le
patrimoine sol, ressource naturelle
non renouvelable à l’échelle de temps
historique, et d’autre part, elle contribue par le transport de polluants à la
dégradation de la qualité de l’eau.
La prise en compte de l’érosion dans
la gestion de l’espace constitue un
objectif majeur pour une politique
environnementale durable. Il convient
de rappeler qu’une directive-cadre
européenne sur la protection des sols
est en cours d’élaboration.
Djilali HEDDADJ
Pôle Agro PV
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
19
Énergie
Agri Energie :
un diagnostic - conseil personnalisé
Les Chambres d’Agriculture de Bretagne ont élaboré un diagnostic - conseil de l’énergie
consommée dans les exploitations (électricité, fioul, gaz). Ce diagnostic est réalisé par
atelier (lait, cultures, porcs, aviculture). Les consommations des ateliers sont analysées
par rapport à des références issues de la recherche appliquée. S’il y a un écart à corriger,
le conseiller dispose de fiches conseils lui permettant de préconiser les changements
pour réaliser des économies.
L
’élaboration de cet outil provient de plusieurs constats. En
2006, une étude réalisée par
AILE et les Chambres d’Agriculture de
Bretagne montrait que la consommation d’énergie en agriculture se répartissait en 3 tiers : les serres, le carburant des tracteurs et la dernière partie
regroupait l’électricité et le gaz des élevages bovins, porcins et avicoles. Ce
rapport indiquait aussi qu’une réduction de 10 % de consommation de
fioul des tracteurs bretons représentait
une économie de 18,9 millions de
litres, soit une économie de près de 10
millions d’euros pour la Bretagne.
D’autres bilans montrent que les
consommations de fioul, d’électricité et
de gaz représentent près de 40 % des
entrées énergétiques en exploitation.
Enfin, les élus des Chambres d’agriculture souhaitaient disposer d’un outil
qui analyse chaque atelier de l’exploitation (bovins, hors sol, cultures) en
lien avec leur productivité.
Une méthodologie
rigoureuse
L’utilisation d’Agri Energie nécessite
d’avoir son grand livre de comptabilité, ainsi que ses factures d’électricité.
Il faut d’abord relever les consommations de fioul, d’électricité et de gaz de
l’exploitation. Puis, après avoir saisi les
données technico-économiques des
ateliers, le tableur propose une répartition des énergies par atelier, en ayant
au préalable, isolé la consommation
de la maison de l’agriculteur, souvent
reliée au même compteur. Il reste à
valider ou à corriger cette affectation,
après échange avec l’agriculteur.
20
Le logiciel calcule les écarts de
consommation par atelier par rapport
aux références, évalue le gain d’énergie (kWh, litres de fioul…) possible et
le quantifie en euros. De plus, ce travail
est aussi fait sur les cultures. Il est possible de saisir toutes les interventions
faites par culture (préparation de sol,
semis, apport de déjections ou d’engrais, récolte…) pour calculer le fioul
nécessaire de l’implantation à la
récolte. Ce bilan est rapproché des itinéraires économes développés par les
conseillers en agronomie de la recherche appliquée pour évaluer les écarts
de fioul consommé.
En annexe, il est prévu de faire le point
sur les quantités d’engrais et d’aliments achetés (bovins) sous l’angle
"énergie" pour détecter les marges de
progrès techniques et financières.
Des solutions
concrètes proposées
Après ce diagnostic et selon les problèmes rencontrés, un ensemble de fiches
conseils permet de donner des pistes de
solutions. Ainsi, sur le fioul, il sera
conseillé de passer les tracteurs au
"banc tracteur" pour vérifier leur rapport "consommation / puissance", il
sera possible de revoir les pratiques culturales (que puis je faire en moins sans
pénaliser mes rendements ?).
Analyser les consommations d’énergie dans tous les
secteurs de production et proposer des solutions
concrètes, tels sont les objectifs du diagnostic Agriénergie proposé par les Chambres d’agriculture.
Au niveau électricité : l’isolation des laiteries, la vérification des chauffages et
des ventilateurs (porc) seront à affiner.
En gaz (aviculture), il s’agira de revoir
l’isolation des bâtiments, le type et le
réglage du matériel de chauffage. Dans
certains cas, il sera nécessaire de faire
appel à un technicien plus spécialisé
pour faire un véritable bilan thermique
(hors sol).
Avant de se lancer dans la production
d’énergie renouvelable, cet outil permet
de cerner les gains possibles en fioul,
électricité et gaz réalisables sans pénaliser les performances technico-économiques des exploitations. Cet outil sera
utilisé, uniquement, par les Chambres
d’agriculture de Bretagne sous forme
de formations ou en prestations individuelles.
Jean Yves CARRÉ CA 29
Contact agri énergie :
Côtes d’Armor : Sylvain le Floc’h - Lannion 02 96 46 62 60
Finistère : Jean Yves Carré - Quimper - 02 98 52 49 61
Ille et Vilaine : Françoise Roger - Rennes 02 23 48 26 80
Morbihan : Jean Luc Audfray - Vannes 02 97 46 22 50
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Énergie
Cultures Energétiques
Le point sur les perspectives
Après deux années de recherche et développement des cultures à des fins énergétiques
où en est-on en Bretagne ?
L
es cultures à des fins énergétiques peuvent se classer en
deux groupes, les cultures
annuelles tel le colza diester et les cultures pérennes implantées pour plusieurs années.
Progression du colza
en 2007
En Bretagne l’année 2007 a été marquée par une augmentation des surfaces de colza à des fins énergétiques
(diester). Les premières estimations de
l’année portent sur 27 000 ha (sur un
total de 49 000 ha) dédiés à l’énergie.
Pour mémoire en 2004 les surfaces de
colza, toutes destinations confondues,
étaient d’environ 24 000 ha. Les mauvais rendements 2007 vont peut être
entraîner une chute des surfaces pour
la nouvelle campagne.
L’utilisation des pailles ou des grains de
céréales à des fins énergétiques reste
marginal dans notre région du fait de la
forte demande en élevage.
En Bretagne, à notre connaissance, il
n’y a pas d’autres cultures annuelles
cultivées sur des surfaces significatives
Les saules représentent chacun
une centaine d’hectares en Bretagne.
à des fins énergétiques. Des essais sont
par contre réalisés par ARVALIS Institut
du végétal dans le Sud-Ouest sur le sorgho, le maïs, mais aussi sur des cultures
comme le triticale, pour une valorisation par méthanisation ou les futurs
carburants de deuxième génération.
Développement
du bois plaquette
et du miscanthus
Une centaine d’ha de taillis à très
courte rotation de saule (TTCR) a été
plantée en Bretagne ces dernières
années, principalement par des collectivités territoriales. Le potentiel de ces
taillis est d’environ 7 tonnes de
MS/ha/an. On espère pouvoir le porter
à 10 tonnes. Plus généralement la
demande de bois plaquette est en plein
développement du fait de l’accroissement du parc de chaudières principalement collectives (piscines) mais aussi
familiales. L’offre vient du déchiquetage
de certains bois industriels (palette)
mais aussi de l’entretien des haies. Des
choix stratégiques (broyage en vert,
broyage en sec...) sont encore à affiner
pour optimiser la récolte des TTCR.
Un marché de granulés de bois (bouchon) est lui aussi en développement. Il
est principalement alimenté par des
déchets venant des scieries et peut être
demain du miscanthus.
Le Miscanthus a été implanté, cette
année, sur environ 100 ha, principalement en Ille-et-Vilaine et un peu dans
les Côtes d’Armor. (environ 150 ha au
total en Bretagne). Ces plantations ont
été réalisées essentiellement par des
agriculteurs en lien avec des groupements (COOPEDOM, Le Gouessant,
Glon…) qui avaient des projets de
diversification de leur filière de bou-
Le colza s’est fortement développé en 2007 mais
une incertitude demeure pour 2008 en raison des
résultats médiocres de la campagne passée.
chonnage d’aliment, ou d’utilisation
pour leur propre besoin en énergie.
La station de Kerguéhennec mène des
expérimentations sur le TTCR et le miscanthus mais aussi sur d’autres cultures
pérennes (Phalaris et Panicum)
La production escomptable du miscanthus est de 15 à 18 t de MS/ha/an de
moyenne sur les 15 à 20 années de vie
de la culture (à confirmer). Un certain
engouement est perceptible pour le
miscanthus. Le désherbage de première
année et la qualité des fumées issues
de sa combustion sont encore des
points à travailler
Du fait d’un prix de rachat du KW/h
plus faible en France qu’en Allemagne,
la valorisation par méthanisation
de cultures dédiées restera chez nous
probablement marginale. Mais l’avenir
de ces cultures énergétiques va essentiellement se jouer entre le prix du baril
de pétrole et celui des céréales. Un prix
du pétrole qui monte favorisera le développement de ces cultures uniquement
si le prix des céréales ne s’envole pas lui
aussi, car dans ce cas les emblavements
céréaliers prendront le pas sur les cultures énergétiques.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Bertrand DECOOPMAN
Pôle Agro PV
21
Le 4 pages "variétés céréales"
Le "4 pages variétés céréales" a été diffusé auprès de tous les agriculteurs bretons par
le TERRA paru le 7 septembre 2007. Il a été encarté en pages centrales de TERRA à
l’intérieur d’un dossier consacré à l’intérêt des essais variétés. Ce "4 pages" présente
les préconisations de variétés de céréales adaptées à la Bretagne pour la campagne
2007/2008. Elles sont basées sur les références acquises dans la région par notre
réseau en collaboration étroite avec ARVALIS Institut du Végétal.
22
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
Un désherbage ciblé
Il est de plus en plus difficile de nettoyer complètement les parcelles de céréales. La stratégie de désherbage va consister à intervenir sur les plantes les plus gênantes ainsi que
sur les plus faciles à détruire.
L
es plus nocives dans les
céréales sont soit des plantes
annuelles comme les graminées : folle avoine, pâturin annuel ou
comme les dicotylédones : véroniques,
mouron, pensées, fumeterre… soit
des vivaces : rumex, liserons, chardons, avoine à chapelets…
Sur graminées :
les sulfonylurées
remplacent
l’isoproturon
Les folles avoines ne sont pas présentes partout. Il faut donc bien repérer
les parcelles infestées. Souvent le traitement contre le pâturin pourra avoir
une efficacité selon son positionnement. L’isoproturon (IPU) en post
levée a une efficacité sur les folles
avoines juste levées. Il empêche la
levée pendant 1 mois si on applique la
dose homologuée (1 200 g/ha soit
2.4 l/ha pour la plupart des produits).
Attention toutefois au classement de
la parcelle. L’isoproturon n’est pas
possible sur les parcelles à risque fort
et moyen, car il vient de passer en
groupe 3. Rappelons qu’il n’est pas
autorisé sur triticale. Dans ces situations il nous reste les sulfonylurées :
A R C H I P E L = A L O E S, AT L A N T I S =
ABSOLU, HUSSAR OF. Ces produits
sont applicables pour le blé et le
triticale.
Ce groupe de produits est actif sur la
plupart des graminées mais n’a pas
de rémanence, donc il faut que les
pâturins, folles avoines… soient
levés. Les modulations de dose selon
les graminées à détruire sont possibles. Exemple sur pâturin annuel, 50 g
d’ARCHIPEL/ha suffisent mais il faut
monter à 100 g pour avoir les folles
avoines.
Attention ces produits ne peuvent pas
être employés sur orge : Le DEFI sera
alors utilisé sur les parcelles à risque
fort et moyen. Il peut être appliqué de
la pré levée (3 l/ha) à la post levée
(2 l/ha) car il agit à la fois par pénétration racinaire et foliaire comme
l’isoproturon.. Son prix est néanmoins
plus élevé.
Sur dicotylédones :
les molécules
classiques
Les antigraminées que nous avons cités
plus haut n’ont qu’une petite activité
sur dicotylédones et doivent donc être
complétés par des antidicotylédones
adaptés à la flore que l’on veut détruire
(voir tableau). L’observation de la flore
de mauvaises herbes déterminera le
choix le ou les produits à associer.
EFFICACITÉ DES PRINCIPAUX PRODUITS
DE DÉSHERBAGE DES CÉRÉALES
Isoproturon
QUARTZ GT
ARCHIPEL …
FOXPRO D+…
ALLIE
ALLIE EXPRESS
FIRST…
STARANE 200
Pâturin
+++
+++
+++
-----------
+++ très bonne efficacité
Mouron
++++
+++
-+++
+++
++
++
Véroniques
--+-+++
--++
+
---
pensées
++
++
+
++
+
+
+
--
fumeterre
+
++
-----
Sur blé et triticale les produits
de substitution de l’isoproturon apporte
une bonne efficacité sur folle avoine.
Un premier choix se fait entre les véroniques (notamment la véronique à
feuilles de lierre) et le mouron des
oiseaux. En effet les produits bien actifs
sur la véronique à feuilles de lierre sont
à base de bifénox (FOXPRO D+, CHARADE, EXEL D+ … Ils ne touchent pratiquement pas le mouron, et sont pour
la plupart des "groupe 2".
Inversement, les meilleurs produits anti
mouron comme les sulfonylurées
(ARCHIPEL, ATLANTIS, ALLIE …),
le DFF (QUARTZ GT …) n’ont pas d’action sur les véroniques.
Il faut donc s’assurer de la cible que
l’on veut toucher et choisir le ou les
produits permettant de les détruire et
ne pas oublier le classement parcellaire.
Il faudra aussi vérifier que les mélanges
techniquement intéressants soient possibles légalement. Pour cela rendezvous sur le site d’ARVALIS : arvalisinstitutduvegetal.fr/mélanges.asp
Il faudra aussi veiller que les stades
d’intervention et d’efficacité soient
compatibles. Il faudra éviter les associations de produits type ARCHIPEL,
ATLANTIS avec des produits type FOXPRO D+ . En effet l’ajout d’huile augmente considérablement le risque de
brûlure des mauvaises herbes, mais
aussi de la plante cultivée.
--- absence d'efficacité
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
René DIVÉRRES
Pôle Agro PV
23
Céréales
Conduite du blé d'hiver
Bilan de trois années d'essai
Optimiser les charges opérationnelles du blé, mais aussi les charges de structure, le
temps de travail et la consommation d’énergie, voilà le défi que se sont lancées les essais
itinéraires techniques. L'article présente le bilan de trois années d'essai menés sur les
deux itinéraires les intéressants : le raisonné et le "bas niveau d'intrants"
T
outes les techniques d’une
conduite de blé sont liées
entre elles : choix variétal,
densité de semis, régulation, protection fongicide, fertilisation azotée.
C’est en réfléchissant sur ces interactions que les conduites de céréales à
bas niveaux d’intrants ont été mises
au point. La base est le choix d’une
variété rustique, tolérante aux maladies, supportant une carence azotée
précoce et à bonne teneur en protéines. La dose de semis est réduite de
40 % par rapport à une densité classique et l’apport d’azote au tallage du
blé est supprimé (voir tableau 1). Ceci
conduit à un peuplement moins
dense, avec moins de concurrence
entre les tiges donc un risque de verse
moindre qui justifie l’absence de régulateur. La végétation moins luxuriante
diminue aussi le risque maladies, permettant l’emploi d’un fongicide unique à dernière feuille du blé si l’année
climatique le permet. Malgré une dose
d’azote réduite, le rendement est préservé grâce à un nombre de grains par
épi et un poids de mille grains plus
élevés qui compensent un nombre
d’épis plus faible.
Tableau 1 : CARACTÉRISTIQUES DES CONDUITES ÉTUDIÉES
CONDUITE
ITK 3
À BAS NIVEAU D'INTRANTS
Densité de semis Visant 220 à 250pieds levés
Azote
Grille des bilans
Apport fractionné
en trois passages
Désherbage
Adapté à la flore présente
Fongicide
2 passages
Régulateur
Cycocel Cl
Depuis 2003, les Chambres d’agriculture, l’INRA et ARVALIS-Institut du
végétal comparent cette conduite à
bas intrants avec une conduite classique (densité normale, 1 régulateur, 2
fongicides, 3 apports d’azote) dans
des conditions de sol et de climat
variées (Bretagne, Normandie, Ille de
France, Centre etc.).
Les premiers résultats montraient que
l’itinéraire économe en intrants est
performant économiquement (graphique 1). Sur les 26 essais suivis en
2006 par exemple, l’itinéraire économe permet de dégager en moyenne
56 euros/ha de marge de plus que la
conduite classique, plus consomma-
Graphique 1 : Réseau ITK Bretagne
Moyenne des marges 2004 à 2006
24
ITK 2
RAISONNÉE
-40 %
Grille des bilans
moins 30 unités
(suppression de l'apport tallage)
1 passage
aucun
trice d’intrants, pour un prix payé au
producteur de 100 euros/t. La réduction des charges compense donc largement la perte de rendement constatée sur l’itinéraire économe (5 q/ha en
moyenne de moins en 2006 que sur
l’itinéraire classique). Il faudrait un
prix du blé de 200 euros/t pour que les
marges des deux conduites soient
identiques.
Le résultat de 2007, dans un contexte
climatique très arrosé pendant l’hiver
puis la phase de remplissage du grain
et un contexte de prix à la hausse est
bien moins favorable que les résultats
des années antérieures. Les rendements sont inférieurs de 10 à 20 quintaux par rapport aux années antérieures, mais avec un prix du blé de 16
euros/quintal (prix à la récolte), les
marges sont deux fois plus élevées
que les années passées(graphique 2 et
graphique 3).
L’essai de Saint Brice en Coglès (Illeet-Vilaine) montre une différence de
rendement de l’ordre de 5 quintaux :
l’itinéraire bas niveau d’intrants reste
donc intéressant tant que le prix du
blé ne dépasse pas 200 euros /tonne.
Par contre sur les quatre autres essais
(Saint Ségal, Plouigneau, Quintenic et
Crécom) les différences de rendement
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
Graphique 2 : Réseau ITK Bretagne
Moyenne des rendements 2007
Graphique 3 : Réseau ITK Bretagne
Moyenne des marges brutes 2007
dépassent souvent les 10 quintaux et
mettent à mal les conduites à bas
niveau d‘intrants. On peut imaginer
que le programme à un seul fongicide
était un peu juste dans le contexte de
pression maladies élevée et surtout
très long après l’épiaison (épiaison
précoce et récolte très tardive).
Des adaptations
régionales
inévitables
cide doit être raisonné. Enfin, l’évolution des cours du blé actuellement
constatée est un élément de poids qui
fera pencher l’équilibre entre conduite
économe et conduite raisonnée classique plutôt d’un côté ou de l’autre.
Evaluation
vis à vis de l’emploi
des pesticides
L’indicateur utilisé est l’Indice de
Fréquence de Traitement (IFT). L’IFT
est calculé sur l’ensemble des essais
et tous produits phytosanitaires
confondus (fongicide, insecticide, herbicide et régulateur de croissance) :
IFT = Somme (doses appliquées par
ha / doses homologuées par ha)
L’IFT moyen de l’ITK2 s’élève à 3.54
(graphique 4). Cette valeur est assez
comparable à celles des pratiques culturales des agriculteurs qui atteignent
en moyenne 3.26 en 1994 et 4.3 en
2001 selon les calculs de Champeaux
en 2006.
La valeur moyenne de l’IFT sur l’ensemble des essais est supérieure de
35% pour l’ITK2 à celle de l’itinéraire
technique plus économe en intrants
(ITK3), avec un écart-type de l’IFT
pour l’ITK3 un peu plus faible (0.86).
Hors herbicides, la valeur de l’IFT
passe de 2.13 à 0.9 soit une baisse de
58 % et si on s’intéresse à l’IFT relatif
à l’emploi des fongicides (IFTf), il
passe de 1.11 pour l’ITK2 à 0.51 pour
l’ITK3.
Évaluation vis à -vis
de l’impact de la
fertilisation azotée
La Quantité d’Azote de l’engrais azoté
non utilisée par la culture est supérieure pour la conduite la plus utilisa-
Graphique 4 : Réseau ITK National
Comparaison des indices de fréquence de traitement
Ces résultats nous rappellent bien que
la conduite du blé doit être adaptée à
l’année et à la région, et non devenir
des recettes toutes faites. Dans certains milieux, l’impasse d’azote au tallage ne doit pas être systématique ;
de même, en régions très arrosées et
en année favorable aux maladies
comme en 2007, le programme fongi-
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
25
Céréales
trice d’azote. Elle s’élève à 62 kg/ha
en ITK2 et à 49 kg/ha en ITK3. Les risques de pertes azotées vers l’environnement de l’ITK2 sont ainsi potentiellement plus importantes que celles de
l’ITK3. Cette tendance se retrouve sur
la plupart des essais. Plus la valeur
QNEnU est faible, plus la situation est
réputée favorable du point de vue de
l’environnement.
L’analyse établie à partir de l’indicateur Bilan Entrée Sortie (dose d’azote
apportée – Nabs) confirme cette tendance favorable à l’ITK3, observée sur
24 essais sur un total de 31 (résultats
à paraître, non présentés ici). Les
valeurs sont en moyenne plus faibles
de 16 kg/ha pour l’ITK3 par rapport à
l’ITK2.
Le gain environnemental modeste sur
le bilan azoté est certainement à mettre à l’actif de la grille des bilans. En
effet la conduite raisonnée (ITK2) est
pilotée par la grille des bilans qui, si
elle est bien utilisée, ne génère que de
faibles pertes.
Évaluation
énergétique
La consommation d’énergie, à même
modalités de désherbage et pour des
parcs matériels et des itinéraires d’implantation standards, atteint en
moyenne 11 621 MJ/ha en ITK2 et
diminue de 18 % entre l’ITK2 et l’ITK3
(graphe 5). La répartition des consommations d’énergie entre les postes
machinisme, azote et pesticides révèle
la part dominante due aux engrais azotés (qui représente 67 % des consom-
Les itinéraires à bas niveaux d’intrants sont globalement performants au niveau économique.
L’élément déterminant reste le choix d’une variété tolérante aux maladies. Une adaptation du programme de protection contre les maladies de l’ITK 3 reste souhaitable en secteur à forte pression
mations en ITK2).
La conduite à bas niveau d’intrants
(ITK3) réduit le ratio énergétique (énergie consommée/quintal) de 11 % par
rapport à une conduite de référence
(ITK2), ce qui dénote une meilleure efficience énergétique de l’ITK3. On
retrouve la même hiérarchie entre
conduites pour le bilan (énergie produite
–
énergie
totale
consommée)/énergie totale consommée qui s’établit à 9,3 pour l’ITK2 et
10,6 pour l’ITK3.
En conclusion
Les printemps secs des quatre premières campagnes d’étude, ayant été peu
favorables au développement des
maladies, ont conduit à des teneurs en
protéines élevées. De ce fait, la "rusticité" des variétés vis-à-vis de la tolérance aux maladies et du maintien d’un
bon niveau de protéines en condition
Graphique 5 : Réseau ITK National
Consommation d'énergie calculée
d’azote limitant n’a pu s’exprimer pleinement. Il en résulte des effets des performances des itinéraires techniques
peu différents d’une variété à l’autre sur
la marge ou les risques de pertes azotées dans l’environnement, contrairement à ce qui avait observé sur le
réseau expérimental antérieur (Rolland
et al. 2003), qui couvrait une période
(2000-2002) où les maladies et la verse
étaient beaucoup plus présentes.
L’élargissement du réseau en 20062007 à plus de 70 lieux et son extension au Midi toulousain, à la Picardie,
au Nord-Pas de Calais et à la
Champagne devraient nous fournir des
éléments pour envisager des nouveaux
contextes de production. L’ITK3 présente un "profil" environnemental plus
favorable que l’ITK2. Toutefois, les indicateurs retenus quantifient le plus souvent l’emploi des intrants et non leur
impact effectif sur l’environnement. Le
comportement des molécules dans
l’environnement et leur écotoxicité ne
sont pas considérés. L’IFT est
aujourd’hui utilisé dans le cadre de
Mesures
Agri-Environnementales
(MAE) et l’évaluation de l’ITK3 sur ce
critère indique qu’il peut permettre aux
agriculteurs d’accéder à ce type de
mesure.
Michel FALCHIER Pôle Agro PV
Christian BOUCHARD INRA
Thiverval Grignon
Bernard ROLLAND INRA Le Rheu
26
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
Groupe cultures GEDA à Chateaugiron (35)
Une expérience
sur la conduite des céréales
Au-delà de la vie de groupe et des échanges techniques entre eux, les agriculteurs
recherchent une optimisation de leur marge cultures et une autonomie dans les prises de
décisions. Dans un contexte où le prix de vente des céréales atteint des records cette
année, se pencher de plus près sur les charges opérationnelles des cultures conserve toujours un intérêt.
L
es Chambres d’agriculture des
quatre départements bretons
proposent des réunions de
groupe techniques "bout de champ"
dans l’objectif d’améliorer les marges et
de s’adapter au contexte actuel.
Les "agro-cultures" sont des
réunions "bouts de champs" - lieu
d’échanges techniques et sujets d’actualité. Ce sont en fait six rendez-vous
d’une demi-journée qui sont planifiés
selon le calendrier cultural, dans les
parcelles des participants. Le groupe
GEDA de Chateaugiron, constitué
d’une quinzaine d’agriculteurs, existe
depuis 2002. On compte aujourd’hui
huit groupes sur tout le département,
animés par les conseillers en agronomie
de chaque secteur.
Du partage
d’expérience et
d’échanges techniques :
plusieurs constats
En prenant l’exemple des céréales, on
constate depuis 2002 une diminution
globale de 10 à 18 % des charges opérationnelles selon les années. Le poste
le plus important dans la balance, ce
sont les fongicides, avec une baisse de
30 % en moyenne sur les 5 dernières
années. Cela s’explique sans doute par
un nombre accru d’observations en cultures (rendez-vous fixés en groupe à
des dates-clés) et par des réductions de
doses des produits choisis par l’agriculteur. La stratégie fongicide est en effet
liée au choix variétal (tolérance aux
maladies) puis adaptée annuellement
aux conditions de l ‘année, (climat, densité de levée , apports azotés). L’apport
PK sur blé est réduit à zéro dans la
majorité des cas du fait des apports
organiques dans la rotation. La prise en
compte des grilles "bilan N", complétées par des reliquats azotés et/ou des
tests Jubil N en cours de culture, permet
également de s’adapter au contexte climatique annuel et au cycle du blé pour
le fractionnement des apports.
Le poste désherbage n’a pour ainsi dire
pas évolué en moyenne, bien que les
observations en groupe permettent de
bien cibler le choix du produit et les
doses en fonction des stades de mauvaises herbes. Concernant les semences, la plupart des agriculteurs conserve
de la semence fermière issue de semences de sélection l’année précédente, ce
qui explique la baisse moyenne du
poste semence jusqu’en 2006. Cette
année-là, des attaques de pucerons à
l’automne transmettant la JNO ont fait
revoir les traitements de semences en
2007.
L’analyse économique
à la récolte.
Les récoltes grains fluctuent d’une
année sur l’autre, avec en 2007 une
année précoce en maturité, mais particulièrement humide, retardant ainsi les
moissons. La baisse moyenne des rendements est estimée à 15 % en Ille et
Vilaine. Par contre les prix annoncés à la
récolte ont augmenté d’environ 60 % si
l’on compare la moyenne 2002-2006
(9.43 euros/q) à 2007 (16 euros/q). De
quoi avoir quelques perspectives de travail pour la prochaine campagne et
échanger en groupe des stratégies
d’exploitation prenant compte de ces
évolutions de marché.
Stéphanie MONTAGNE
CA 35
Evolution des charges opérationnelles de 2002 à 2007
résultats du groupe GEDA de Chateaugiron
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
27
Céréales
Céréales : grille de calcul
1) : minéralisation après prairie
Une céréale venant après un
retournement est implantée à
l’automne et de ce fait le retournement de prairie aura lieu à
l’automne également. La
céréale ne bénéficiera pas de la
totalité de l’azote libéré par ce
retournement ; une partie de
l’azote minéralisé sera perdu
par lessivage. La mesure du
reliquat Sortie Hiver sera
important à réaliser dans cette
situation, d’autant plus que l’hiver aura été peu pluvieux. La
deuxième année, les céréales
ne recevront aucun apport
d’azote direct du fait du retournement .
2) : Arrières effets des apports
organiques
Les modifications apportées
concernent les nouveaux produits référencés et la fréquence
d’apport. Il s’agit de prendre en
compte les apports moyens
réalisés sur la parcelle les
années antérieures. Pour prendre les références d’une case
du tableau, il faut s’assurer que
les apports antérieurs sont stabilisés depuis 20 ans.
3) : Minéralisation de l’humus
basal du sol
Les modifications importantes
de ce poste sont l’absence de
relation avec le taux de matière
organique du sol et la prise en
compte de l’effet système.
Lorsqu’il y a des cannes de
maïs ou des CIPAN dans la
rotation, la fourniture d’azote
sera majorée de 10 ou 15 unités. De même, la présence
d’une prairie dans les 10 dernières années, augmentera les
fournitures d’azote du fait de
l’arrière effet occasionné par la
pâture.
28
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
de la dose d'azote prévisionnelle
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
29
Céréales
Céréales d'hiver
Maîtriser la qualité sanitaire
Les deux dernières années nous avaient fait oublier les risques de développement de la
fusariose et des mycotoxines du champ associées. L’année 2007, où les fusarioses ont
occasionné des dégâts importants (parfois plus de 10 q/ha) est là pour nous rappeler que
les risques de développement des mycotoxines existent bien en Bretagne et qu’il faut
s’en préoccuper dès l’automne.
C
oncernant les céréales à
paille, la mycotoxine concernée est essentiellement le
DON (déoxynivalénol) produit par les
fusarium. Des limites maximales sont
définies sur toute la chaîne alimentaire : du grain brut au produit de
consommation.
de céréales à paille ; 900 ppb pour
l’aliment porc ; 2000 ppb pour les aliments veaux, agneaux et chevreaux et
5000 ppb pour les autres aliments.
L’espèce porcine étant la plus sensible
aux mycotoxines (DON en particulier),
les fabricants d’aliment du bétail et
les éleveurs de porcs sont très vigilants sur la qualité sanitaire des
céréales collectées.
Une réglementation
en place depuis 2006 Une contamination
Ainsi le grain mis sur le marché en vue
d’une première transformation et à multifactorielle
destination de l’alimentation humaine
ne doit pas dépasser 1250 µ/kg (ou
ppb) de DON pour l’ensemble des
céréales à paille, à l’exception du blé
dur et des avoines, pour lesquels le
seuil est de 1750 ppb.
Concernant l’alimentation animale,
des recommandations ont été
publiées par l’Union Européenne (le
17/08/2006) teneur maximale en
DON : 8000 ppb pour les grains bruts
Les facteurs influant sur le risque
fusariose des épis et la contamination
en DON ont été largement étudiés ces
dernières années et sont de mieux en
mieux connus.
La contamination en DON est plurifactorielle et les principaux facteurs identifiés sont par ordre d’importance : le
climat à la floraison, les résidus de
culture (en étroite liaison avec le
potentiel infectieux), la sensibilité
variétale et la protection fongicide
contre la fusariose.
Le climat a un rôle primordial vis-à-vis
des risques de contamination. Il joue
un rôle déterminant dans la maturation de l’inoculum (pluies et températures supérieures à 10 °C) et dans les
conditions d’infection (pluies et vent)
par les ascospores à la floraison du
blé. Ainsi les conditions humides de
juin 2007 ont permis un développement important des fusarium d’où des
teneurs parfois assez élevées dans
certaines parcelles à risques.
Les résidus de cultures constituent la
principale source de contamination.
Les précédents maïs qui hébergent les
mêmes types de fusarium que les
céréales à paille augmentent le potentiel infectieux.
Le choix et le positionnement des fongicides ont aussi leur importance dans
la maîtrise de la qualité sanitaire.
Seules certaines matières actives sont
efficaces sur les Fusarium du groupe
roseum. Elles doivent être appliquées
en début floraison.
Choisir des variétés
peu sensibles
Le choix d’une variété peu sensible à
la fusariose constitue le deuxième facteur important à considérer avant le
semis même s’il n’existe pas de résistance totale à la fusariose. Des différences existent vis-à-vis de la résistance à la fusariose et l’accumulation
en mycotoxines. Pour ce choix, des
informations actualisées sont proposées par Arvalis et les Chambres
d'Agriculture. Cependant il faut signaler aussi qu’on peut observer de la
fusariose et avoir du DON sur les
variétés les plus résistantes en situations très contaminées comme cela a
été le cas en 2007.
L’évaluation du risque agronomique
d’accumulation du DON dans le grain
à la récolte est possible à l’aide de la
grille proposée par Arvalis (tableau
page 31) où l’on voit que les blés derrière maïs et en non travail du sol
constituent des situations plus à ris-
Fusariose sur épi
30
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
que que les blés implantés derrière
colza et sur labour. Cette évaluation
du risque doit se faire avant le semis
de façon à pouvoir modifier certains
facteurs agronomiques, notamment le
travail du sol et le choix variétal.
La note attribuée par le GEVES au
moment de l’inscription des variétés
est complétée par l’ensemble des
observations faites par ARVALIS.
Pour les nouveautés (variétés en italique), seul le comportement visuel au
champ est pris en compte. Ces résultats seront complétés cet automne
par les analyses de DON.
Pour les plus anciennes, le classement
prend également en compte la production de DON.
Evaluer le risque
sanitaire à la parcelle
et agir avant le semis
Le risque climatique est par définition
non maîtrisable et difficilement prévisible, contrairement aux autres risques
liés à l’agronomie. L’évaluation agronomique du risque est donc importante (utiliser la grille du tableau) et il
faut s’en préoccuper bien avant le
semis de manière à pouvoir éventuellement rectifier par des changements
de pratiques (rotation, techniques de
travail du sol, choix variétal…).
Etre prêt
à intervenir
à l’approche
de la floraison
fongicide a aussi son importance.
Seuls les triazoles anti fusarium doivent être utilisées et il ne faudra descendre la dose à moins de trois quart
de la dose homologuée dans la
mesure où même ces produits n’ont
qu’une efficacité limitée sur les fusarioses (les meilleures protections fongicides ne dépassent pas 50% d’efficacité).
Donc il est illusoire de prétendre rectifier une situation à risque en s’appuyant uniquement sur la protection
sanitaire quand la culture est en
place.
Alain MOREL
ARVALIS - Institut du Végétal
Quelques jours après l’épiaison, il
conviendra d’être vigilant sur l’évolution des conditions climatiques et de
se tenir prêt à intervenir dés le début
floraison (sortie des premières étamines), notamment sur les parcelles à
risque : note de 4 à 6 dans la grille
d’évaluation.
Comme le positionnement, le choix du
Tableau :
GRILLE D’ÉVALUATION DU RISQUE D’ACCUMULATION DU DÉSOXYNIVALÉNOL (DON) DANS LE
GRAIN LIÉ À LA FUSARIOSE SUR ÉPI (Fusarium graminearum et F.culmorum)
SYSTÈMES DE CULTURES
SENSIBILITÉ VARIÉTALE
Labour
Céréales à paille, colza, lin, pois, féverole, tournesol
Non labour
Labour
Betteraves, pomme de terre, soja, autres
Non labour
Labour
Maïs, sorgho
Non labour
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
Peu sensibles
Moyennement sensibles
Sensibles
RECOMMANDATIONS
1
2
3
2
3
4
5
6
Recommandation 1 : pas de traitement spécifique anti-fusarium.
Recommandation 2 : pas de traitement spécifique anti-fusarium a priori.
Recommandation 3 : le risque peut-être minimisé avec une variété moins sensible. Pas de traitement anti-fusarium, sauf climat humide
autour de la floraison.
Recommandation 4 : réaliser de préférence un labour à défaut broyer finement les résidus et assurer une bonne incorporation après
récolte. Traitement anti-fusarium à envisager.
Recommandation 5 et 6 : modifier le système de culture. Labourer si possible. A défaut, broyage fin des résidus.Variétés moins sensibles.
Traiter systématiquement avec triazole anti-fusarium efficace.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
31
Céréales
Mélanges céréaliers
Un réseau de 12 parcelles
Suite à l’enquête réalisée en 2006 chez 40 agriculteurs mettant en place des mélanges
céréaliers, des questions restaient en suspens. Pour y répondre, un réseau sur la région
Bretagne est mis en place en 2007, en collaboration avec les conseillers agronomiecultures des quatre départements. Quels en sont les principaux enseignements ?
L
e réseau a 4 objectifs : une
estimation du potentiel réel
et de la valeur alimentaire du
mélange, une analyse du comportement du mélange par rapport à la
verse notamment, une mesure de l’intérêt d’un apport d’azote et une évaluation de la prévision de la date de
récolte.
Le dispositif comprend douze parcelles réparties sur toute la Bretagne
dont six parcelles en zone sèche, trois
parcelles en zone intermédiaire et
trois parcelles en zone humide.
Un mélange témoin, identique pour
toutes les situations, est proposé. Le
tableau ci-dessous indique sa composition.
Ce mélange est comparé au maïs
d’une parcelle proche, au mélange
mis en place par l’agriculteur et au
même mélange fertilisé avec 50 unités d’azote.
L’année 2007 est favorable au développement des cultures en début de
cycle. Les semis se déroulent en bonnes conditions et l’hiver est doux, ce
qui favorise la croissance des protéagineux qui ont 4 feuilles d’avance en
sortie hiver.
Certaines parcelles de l’est de la
région souffrent cependant d’un excès
d’eau.
Mais c’est surtout en fin de cycle que
les parcelles ont souffert. Des pluies,
parfois violentes, ont entraîné des ver-
Graphique 1 : Rendements des mélanges témoins et agri
Réseau méteil 2007 Chambres d'agriculture
CRE (Crecom 22), ERC ga (Ercé 35), ERC hg (Ercé 35), KER (Kerel 56), LANG (Languidic 56), PEA
(Peaule 56), TRE (Trefendel 35), HB (Haut blavet 22), LANN (Lannion 22), MIL (Milizac 29), NIV
(Nivillac 56), PLO (Plomodiern 29)
ses précoces, une pression maladie
importante et des difficultés de
récolte dans l’ouest.
Un rendement
de 9.4 t/ha de MS
Dans ce contexte, le potentiel, comme
pour les autres cultures d’hiver est faible cette année (graphique 1). La
moyenne est de 9,4 t de MS/ha en
non versé. Lorsque la parcelle est versée précocement, vers la mi-mai, on
perd environ 2 tonnes de MS.
Le triticale contribue majoritairement
à ce rendement (44 %), viennent
ensuite la vesce (25 %) puis le pois
(15 %). L’avoine est peu présente
Composition du "mélange témoin"
ESPÈCE
Triticale
Avoine d'hiver
Pois d'hiver
Vesce
32
VARIÉTÉ
BELLAC, CARNAC OU ROTEGO
FRINGANTE
ASSAS
CORAIL
Kg/ha
100
25
30
10
dans le résultat final cette année. Les
protéagineux représentent 30 % de la
MS récoltée dans les parcelles non
versées.
Un mélange
avec une MAT
de 11 % en moyenne
La MAT (matière azotée totale) du
mélange est calculée en fonction de la
proportion et de la valeur de chaque
espèces. Celle des protéagineux, poisvesce est proche de 18 %. Les céréales, triticale et avoine, sont autour de
7 % de MAT. Ainsi la MAT du mélange
dépend de l'importance des protéagineux. Au final elle varie entre 10 et
12 %. Pour rappel, le maïs est à 7 %,
l’herbe à 13 % de MAT.
La tenue à la verse
du mélange dépend
du triticale
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Céréales
Pour analyser le comportement du
mélange par rapport à la verse, il faut
distinguer entre une verse précoce
(avant le 15 mai) et une verse juste
avant la récolte, moins pénalisante.
Les cinq parcelles versées précocement ont subit un orage violent, ou un
manque d’azote, ou contiennent un
triticale trop sensible à la verse ou un
pois fourrager très précoce. Dans une
parcelle seulement, l’apport d’azote a
favorisé une verse plus précoce.
On observe que seul le triticale contribue à tenir le mélange debout, d’où
l’importance de prendre en compte sa
sensibilité à la verse. L’avoine ne participera pas à l’amélioration de la
tenue à la verse. Elle disparait même
dans le mélange versé précocement.
Sans fongicides, toutes les variétés
d’avoine versent (observations essais
variétés). La féverole mise en place
dans un mélange n’a pas amélioré la
tenue à la verse d’une parcelle subissant un orage. Lorsque la verse est
précoce, le développement des protéagineux est favorisé. Ils occupent
65 % du rendement final au lieu de
30 %, avec une MAT supérieure en
conséquence.
Graphique 2 : Effet de l'azote sur le rendement et la MAT
réseau méteil BZH 2007 Chambres d'Agriculture
Attention
à la rouille
Par rapport aux maladies, les espèces
se comportent de manière différente.
La vesce apparaît comme l’espèce la
plus saine cette année. L’avoine peut
être très sensible à la rouille. A l’ensilage elle peut être totalement grillée
par la maladie ; c’est le cas de plus
d’une parcelle de test sur deux.
Contre cette maladie, une intervention peut être nécessaire certaines
années, même dans un mélange. Sur
triticale, malgré une présence forte de
la septoriose cette année, l’attaque
est restée plus modérée dans le
mélange. Aucune parcelle du réseau
n’a reçu de fongicide mais deux parcelles ont été désherbées à la levée.
Dans les autres parcelles, le taux de
recouvrement en mars de 75 % et
plus, a permis de bien maîtriser les
adventices qui en mai occupent moins
de 10 % de la surface.
Intérêt de l’azote
non systématique
Dans les parcelles en test, un apport
de 50 unités d’azote est réalisé en
mars. L’effet sur la végétation est marqué jusqu’en mai, les reliquats dans
les parcelles sont faibles. Cependant,
l’analyse du rendement et de la valeur
azotée nuance ces observations en
végétation, (graphique 2). Si l’effet sur
le rendement va jusqu’à 3 tonnes MS
dans trois parcelles dont deux mélanges binaires, il est insignifiant dans
trois autres parcelles.
En terme de valeur azotée, la teneur
du mélange baisse de 0.7 point en
moyenne, d’autant plus que le rendement augmente. En effet c’est surtout
le triticale qui bénéficie de l’azote
apporté. Au final, sa proportion est
plus importante aux dépens des protéagineux.
L’apport d’azote a peu modifié le comportement du mélange en terme de
maladies, sinon une légère augmentation de la hauteur de 10 cm environ.
Jean DE ROUVRE
Pôle Agro PV
Samuel HURAULT
Stagiaire
Un triticale résistant à la verse constitue la base du mélange.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
33
Colza
Conduite du colza
Même si l’implantation est une phase cruciale pour la réussite du colza, fertilisation et
protection contre ravageurs et maladies doivent également être bien raisonnés. Zoom
sur les principaux éléments de la conduite.
L
’état objectif du colza à l’entrée de l’hiver va guider les
interventions à l’implantation.
Le pivot doit atteindre 15 cm à l’entrée
de l’hiver. Toute zone compactée dans
les 15 premiers centimètres du sol doit
donc être évitée. Le labour permet
d’ameublir le sol sur une profondeur
suffisante. En non labour, un sol riche
en argiles et matière organique peut
naturellement être bien structuré et ne
pas nécessiter de travail profond, mais
dans la majorité des cas un travail avec
un outil à dents sur 15-20 cm est
conseillé. En terme de croissance, on
vise entrée hiver un colza à 8 feuilles
avec un diamètre au collet de 8 mm,
sans élongation. La combinaison de la
date de semis, de la densité, de la
variété et de la fertilisation d’automne
doit permettre d’atteindre cet état
objectif.
Bonne valorisation
de l’azote
à l’automne
Le colza est capable d’absorber une
grande quantité d’azote à l’automne,
ce qui est un de ses atouts majeurs
pour les exploitations bretonnes cherchant à réduire leurs stocks d’effluents
d’élevage avant l’hiver. On veillera tout
de même à limiter la quantité apportée
avant semis à 80 unités disponibles,
pour limiter le risque d’élongation de la
tige dès l’automne qui expose ensuite
le colza au gel (- 4 à - 5°C).
Le complément de fertilisation azotée
sera ensuite apporté au printemps à la
reprise de végétation, en fonction de la
quantité que le colza aura absorbée à
l’automne. Il n’est pas rare de voir des
absorptions de 150-200 unités d’azote
dans des parcelles avec effluents d’élevage. Plus le colza aura absorbé
d’azote, plus la fertilisation minérale de
printemps pourra être réduite, ce qui
présente un avantage à la fois économique et environnemental. En général,
le solde d’azote à apporter n’excède
pas 100 unités et peut donc être
apporté en une seule fois.
Semis fin août
début septembre
La période conseillée de semis va du
25 août dans l’Est de la Bretagne,
jusqu’au 15 septembre à l’Ouest. En
cas d’apport important de matière
organique, il est préférable de retarder
le semis sur septembre pour éviter une
croissance exubérante et un risque
d’élongation. La graine doit être positionnée à 2 cm, jusqu’à 4 cm, pas
davantage, et même dans un sol sec.
Une faible pluie de 5 mm est alors suffisante pour faire lever le colza.
La densité doit être raisonnée dans
l’objectif
d’éviter
l’élongation.
L’optimum est de 30-40 pieds/m2 pour
les variétés lignées et 20-30 pieds/m2
pour les hybrides et associations variétales qui ramifient plus. Selon la densité visée et le PMG, la quantité à
semer va de 1,4 à 2,5 kg/ha. Une telle
quantité n’est pas facile à semer avec
un semoir à céréales. Des astuces existent pour contourner cette difficulté.
Mélanger à la semence de la semoule
de riz, ou de la semence de colza préalablement stérilisée par un passage à la
chaleur (au four), ou encore de l’antilimace, mélangé à la semence de colza.
Une attention particulière doit être portée tout au long du cycle cultural du colza
34
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Colza
Variétés :
tolérance au phoma
et faible sensibilité
à l’élongation
recherchées
Les critères de choix variétal sont bien
propres au contexte de production breton, à savoir des parcelles avec apport
d’azote organique au semis et un climat océanique donc une croissance
continue sans arrêt végétatif très marqué. Dans ces conditions le risque de
croissance excessive et d’élongation
sont importants, avec pour conséquence une sensibilisation au gel et au
phoma. Le phoma pénètre en effet
dans la plante par les feuilles puis progresse vers la tige et nécrose le collet.
Une plante allongée présente une zone
de bas de tige plus sensible au blessures mécaniques et climatiques qui
devient alors une porte d’entrée à ce
champignon. Deux critères sont donc
essentiels : la tolérance au phoma et la
faible sensibilité à l’élongation. Choisir
des variétés classées TPS au phoma
(Très Peu Sensibles) et peu sensibles à
l’élongation. Outre ces critères, d’autres éléments peuvent intervenir dans
le choix d’une variété : préférer des
variétés à faible gabarit pour faciliter
les interventions phytosanitaires en floraison ainsi que la récolte, adapter la
précocité au type de sol en évitant
notamment les variétés tardives en sols
séchants.
La pré-levée
incontournable
Le désherbage comprend en général
un traitement de prélevée, précédé si
besoin d’un pré-semis en cas de parcelle sale. Les possibilités de rattrapage en post-levée sont rares, essentiellement basées sur des anti-graminées foliaires et quelques racinaires
(KERB FLO, RAPSOL WG, LEGURAME
PM). Les anti-dicotylédones sont peu
nombreux et onéreux.
Les méligèthes occasionnent des dégâts au stade "boutons floraux"
De plus en plus
de ravageurs
Dès le semis et les premiers stades,
limaces, tenthrèdes et altises peuvent
être présents. Il faut être particulièrement vigilant face aux limaces. En
situations à risque (présence de résidus
de culture en surface, sols motteux,
argileux) et si le sol est humide en surface, les limaces risquent d’entrer en
activité et quelques limaces au m2 peuvent créer de gros dégâts. Un intervention en surface au semis est alors
conseillée. Arrivent ensuite les charançons du bourgeon terminal et les pucerons. Les larves des premiers endommagent la future tige principale du
colza et donnent à la plante un port
buissonnant au printemps. Une intervention est conseillée 8-10 jours après
les premières captures. La surveillance
pucerons doit être maintenue durant
les six premières semaines du cycle. Le
printemps amène aussi avec lui son
cortège de ravageurs. Les charançons
de la tige piquent la tige de colza en
cours d’élongation pour y déposer des
œufs, entraînant une réaction de
défense de la plante, la déformation
voire la casse de la tige. La nuisibilité
peut être très forte. Là encore le piégeage en cuvette jaune est un élément
de raisonnement indispensable pour
lutter efficacement contre ce ravageur.
Au stade boutons floraux, les méligèthes viennent perforer les boutons
pour manger le pollen puis pondre.
Une forte pression peut créer de gros
dégâts, mais parallèlement une plante
de colza vigoureuse, bien alimentée et
bien enracinée peut aussi compenser
des pertes de boutons sur la hampe
principale par une meilleure floraison
sur les hampes secondaires. Le traitement est donc aussi à raisonner selon
l’état de vigueur du colza. Enfin le charançon des siliques et les cécidomyies,
ainsi que les pucerons sont les derniers
ravageurs à surveiller pendant la formation des siliques et le remplissage.
Maladies :
une protection
à la floraison
Côté maladies, phoma et sclérotinia
sont les principaux ennemis. Le phoma
doit être géré par le choix variétal,
aucun traitement fongicide n’étant
réellement efficace. Le sclérotinia a
démontré sa nuisibilité dans plusieurs
parcelles en 2007, ainsi que les maladies de fin de cycle (alternatia, pseudocercosporella). Une intervention fongicide à la floraison (chute des premiers
pétales), bien que contraignante en
terme de facilité de passage dans une
végétation importante, peut être rentabilisée. La climatologie et les avertissements agricoles durant cette phase du
cycle doivent guider les interventions.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Lionel QUERE
CA 35
Michel FALCHIER
Pôle Agro PV
35
Colza
Colza : grille de calcul de
1) Azote déjà absorbé
Une clarification a été apportée
dans ce poste. Dans l’Ouest,
beaucoup de colza reçoivent un
apport organique avant le
semis. Pour permettre de prendre en compte cet apport, l’estimation de l’azote absorbé est
exprimée en fonction du niveau
de l’apport avant semis. Dans
ce cas aussi, une estimation par
pesée de la biomasse produite
est fortement conseillée.
2) Reliquat sortie hiver (RSH)
Si le colza a absorbé une quantité d’azote conséquente, le
reliquat sortie hiver sera faible.
Par contre, si un apport a été
réalisé et que le niveau d’azote
absorbé est faible, une mesure
du reliquat sera fortement
conseillée, une partie de l’apport pouvant être encore présent dans le sol en sortie d’hiver.
3) Minéralisation après prairie
Un colza venant après un
retournement est implantée en
fin d’été et de ce fait le retournement de prairie aura lieu
août. Le colza ne bénéficiera de
la totalité de l’azote libéré par
ce
retournement
et
la
deuxième année, quelle que
soit la culture implantée, la
prairie ne fournira pas d’azote.
Une mesure du reliquat sortie
hiver dans cette situation permettra de quantifier la part
d’azote issue de la prairie
encore présent dans le sol.
4) Arrières effets des apports
organiques
Les modifications apportées
concernent les nouveaux produits référencés et la fréquence
d’apport.
36
5) Minéralisation de l’humus basal du sol
Les modifications importantes de ce poste sont l’absence de relation avec le taux
de matière organique du sol et la prise en compte de l’effet "système".
L’effet "système" est constitué par la rotation des cultures et les résidus enfouis.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Colza
la dose d'azote prévisionnelle
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
37
Herbe
Fertilisation azotée
des prairies
Les outils d’aide au raisonnement de la fertilisation azotée des prairies ont fait l’objet,
d’une actualisation en juin 2007. Les modifications ne portent pas sur le mode de calcul
de la dose mais sur la méthode d’estimation des rendements d’herbe qui, associés aux
rendements du maïs, doivent être le plus cohérents possible avec les besoins du troupeau
bovin. Un tableur Excel est à disposition des réalisateurs de plans de fumure pour les
aider à mieux gérer cet aspect.
Il existe actuellement trois documents
de référence pour le calcul des doses
d’apport pour les prairies : la "grille
complète" (2000) revue et présentée
au COREN en juin 2007, la "grille simplifiée" (prévision de la dose d’azote février 2002) issue de la précédente et
présentée dans cet article et le référentiel de la charte des prescripteurs
(2004).
La majorité des plans de fumure sont
réalisés sur la base de la grille simplifiée qui comprend :
• un tableau associant une dose
annuelle/ha à chaque niveau de rende-
ment (de 5 à 10 t MS/ha et + ).
• une méthode de répartition de cette
dose annuelle entre les différents types
de parcelles d’herbe de l’exploitation.
• un tableau permettant l’estimation
du rendement moyen des hectares
d’herbe.
Les doses d’apport en fonction du
rendement sont conservées : Elles
correspondent à une herbe normalement fertilisée. La production d’herbe a
pour objectif d’offrir aux bovins une alimentation équilibrée, donc sans excès
d’azote (PDIN) dans la ration, ce qui
exclut a priori l’herbe surfertilisée.
Bien estimer
le rendement
de l’herbe est une
étape indispensable
Pour le faire, nous proposons de partir
des besoins réels du troupeau. Le
tableau proposé en 2002 pour la "grille
simplifiée" ne donne pas toujours satisfaction parce qu’il est construit sur la
base d’une production/VL et d’une
quantité de concentrés moyenne, or les
stratégies sont assez diversifiées dans
les élevages. Il est donc plus judicieux
L’apport de lisier au moyen d’un enfouisseur permet d’éviter le salissement de l’herbe.
38
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Herbe
de l’estimer en fonction de la situation
réelle de chaque élevage. Les raisons qui
ont guidé ce choix s’appuient sur deux
considérations :
Les rendements retenus pour le calcul du Plan Prévisionnel de Fumure
(maïs, herbe) ne sont pas connus
directement et doivent donc être
cohérents avec les besoins du troupeau
bovin. Le rendement moyen de l’herbe
étant calculé par différence entre ces
besoins et la production des autres fourrages stockés, il est nécessaire de vérifier
cette cohérence avant de le déterminer.
Les besoins en azote par unité de
rendement et les surfaces des cultures ne sont pas les mêmes au
sein de l’exploitation. Par conséquent, en terme de fertilisation azotée,
une différence d’ 1 t MS/ha en herbe
pèse près de 5 fois plus que la même
différence d’ 1 t MS/ha en maïs (30 N
contre 13 N/ha et un nombre d’ha plus
important) et 2 fois plus qu’une différence de 10 q/ha en blé. C’est donc bien
sur le rendement que l’attention sera
focalisée pour établir le plan de fumure.
Pour faciliter ce travail d’ajustement, un
tableur EXCEL d’utilisation simple et
rapide est disponible.
La démarche utilisée permet de calculer
un rendement/ha produit au champ de
maïs ensilage et d’herbe en passant par
les besoins du troupeau comme l’illustre
l’exemple suivant (encadré) :
Exemple d’estimation des rendements fourragers
pour le plan prévisionnel de fumure 2007-08
Besoins du troupeau :
50 VL (7 700 kg lait et 1 tonne de concentrés/VL) x 5.6 tonnes MS = 280 tonnes
+ 14 génisses élevées par an et vêlant à 30 mois x 5.2 tonnes MS = 73 tonnes
total besoins du troupeau 280+73 = 353 tonnes MS
Ces besoins seront couverts par :
- le maïs ensilage : 13 t/ha rendu "silo" et 19 ha consommés durant la campagne
(16 ha semés en 2007 + 3 ha restant en stock en sept. 2007), soit 247 tonnes desquelles on déduit 8 % de pertes.
On obtient le tonnage valorisé en maïs soit 227 tonnes.
- les autres fourrages stockés pendant la campagne précédente ou achetés :
3 ha d’herbe ensilés x 4 t/ha – 10% pertes = 11 tonnes valorisées.
- la différence sera couverte par de l’herbe valorisée pendant la campagne étudiée, soit 353 t – 227 t – 11 t = 115 tonnes valorisées. A ce tonnage, il faut rajouter
les pertes entre le champ et l’animal de 20% en moyenne pour l’herbe.
On obtient un tonnage produit nécessaire de 143 tonnes.
Pour 19 ha d’herbe, on a donc un rendement moyen de 7.6 t/ha d’herbe produite
au champ. Ce rendement est ensuite réparti entre les différents groupes de parcelles selon leurs potentialités et leur usage.
- le rendement moyen du maïs retenu pour la campagne étudiée sera établi à
partir du rendement "silo" habituel (exclure les années exceptionnelles). S’il est
de 13 t/ha, le rendement au champ sera de 14.4 t/ha en moyenne.(+ 10 %) Si on
prévoyait de semer davantage de surface en 2008 (reconstitution des stocks),
20.45 ha par exemple, on établira une répartition entre les surfaces de façon à ce
que le tonnage produit soit proche de 295 tonnes (20.45 ha x 14.4 t/ha).
Surfaces et rendements retenus pour le plan de fumure prévisionnel 2007-08
Herbe : 1 ha à 5t/ha + 4ha à 6t/ha + 7h ha à 7 t/ha + 7 ha à 9t/ha = 141 tonnes
Maïs : 5.45 ha à 13 t/ha + 15 ha à 15 t/ha = 296 tonnes.
LA FERTILISATION AZOTÉE DES PRAIRIES GRILLE SIMPLIFIÉE
Le référentiel reste inchangé : à un rendement ou à un type de prairies est associée une dose annuelle d’azote à répartir
selon les conditions entre fin janvier et début juillet dernier délai (au-delà de cette date, les apports ne sont plus justifiés).
dose totale annuelle (unités N/ha)
tonnes de MS produites/ha
5t
6t
7t
8t
9t
10 t
>10 t
Graminées pures
70
105
135
170
205
235
250
195
210
Associations graminées-légumineuses 1ère année
aucun apport
Associations graminées-légumineuses années 2 et + (1)
0 à 50
(avec au moins 35 % trèfle en été ou 20 % au printemps)
Associations graminées-légumineuses années 2 et + (2)
30
(avec peu de trèfle : moins de 30% en été ou 10% au printemps)
à 50
65
95
130
165
(1) : si la proportion visuelle de trèfle est suffisante, la prairie peut être conduite sans azote mais un apport de 30 à 50 kg d’azote/ha maximum peut aussi être réalisé, notamment en cas de besoins herbagers précoces
(2) : pour les associations avec peu de trèfle, la dose d’apport correspond à celle des graminées pures moins 40 unités/ha.
Marie Madeleine CABARET
Pôle Agro PV
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
39
Herbe
Rumex, pissenlits, renoncules
quelles solutions ?
Lorsque la prairie est installée, les mauvaises herbes peuvent parfois l’envahir, ce qui
pose problème en terme de pérennité. Leur présence reflète généralement des problèmes agronomiques ou des erreurs de conduite parfois liées à des conditions climatiques
difficiles (excès d’eau ou sécheresse). Parmi ces plantes indésirables, les plus fréquentes
sont souvent les rumex (rumex à feuilles obtuses, rumex crépu, grande oseille ou petite
oseille), les renoncules, ou les pissenlits…
U
ne seule plante de rumex
peut produire chaque année
jusqu’à 50 000 graines, et
chacune de ces graines peut conserver
sa faculté germinative plusieurs dizaines d’années…
Rumex : éviter la
production de graines
La mesure la plus efficace contre la
reproduction du rumex par les graines
consiste à éliminer assez tôt les hampes florales, avant floraison. Mais les
tiges ne doivent être ni abandonnées
à proximité de la prairie, ni déposées
sur un tas de fumier. Une bonne
exploitation de la prairie permet de
limiter le développement de l’infestation. Cela passe notamment par une
exploitation optimisée, évitant les
périodes de sous pâturage et de sur
pâturage. L’idéal est de réaliser un
pâturage pour lequel la hauteur de
sortie des animaux à l’herbomètre ne
dépasse pas les 5 centimètres.
Il existe par ailleurs différentes solutions chimiques. Pour bien choisir un
herbicide contre le rumex, il faut vérifier que celui-ci est autorisé sur la
prairie, ainsi que bien sûr son niveau
d’efficacité.
à des sols compactés, comme c’est
souvent le cas des plantes en "rosettes". Le pissenlit se développe ainsi
plus particulièrement sur des prairies
beaucoup pâturées.
Principaux produits : ARIANE, BOFIX,
BOSTON, LONPAR...
En cas d’infestation sur des prairies
comportant des espèces pour lesquelles il n’existe pas d’homologation, un
désherbage localisé plant par plant
peut être une solution. L’allié est dans
ce cas dilué à 1g dans 10 litres d’eau.
Attention, le produit s’hydrolysant très
vite, il faut l’utiliser dans les 6 heures.
Lutte
contre les renoncules
Lutte
contre le pissenlit
Le pissenlit appartient à la famille des
composées. C’est une plante pluriannuelle, très envahissante sur nos prairies. Sa présence est souvent associée
Il existe de nombreuses espèces de
renoncules qui font toutes partie de la
famille des Renonculacées. La plupart
d’entre elles contiennent une substance
toxique (la protoanémonine) qui ne
provoque des troubles digestifs que si
elle est consommée en vert. Mais les
renoncules sont peu broutées par les
herbivores et il n’y a pas d’intoxication
grave. Les deux espèces de renoncules
les plus couramment présentes dans
nos prairies sont la renoncule âcre (le
bouton d’or) et la renoncule rampante
(piécot, pied court). Ces deux espèces
ont une prédilection pour les prairies
fraîches, ou humides, étant vivaces elles
peuvent donc devenir très abondantes
dans les prairies. Il est donc important
de maîtriser leur prolifération éventuelle. Une fauche régulière peut y participer. Les années sèches, qui leur sont
défavorables, peuvent également limiter leur pression à condition d’avoir un
pâturage suffisamment intensif. Il existe
par ailleurs plusieurs solutions chimiques.
Principaux produits : HARMONY ou
BOFIX, BOSTON...
Sabine BATTEGAY
ARVALIS - Institut du Végétal
40
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Agrobio
Variétés de céréales bio
Résultats des essais conduits
en 2006-2007
Sur la campagne 2006-2007, trois essais ont été menés par les Chambres d’agriculture
de Bretagne en vue de tester le comportement variétal de différents blés tendres (à
Plouzévédé, au Nord-Est du Finistère), triticales (à Ploubalay, au Nord-Est des Côtes
d’Armor) et orges d’hiver (à Daoulas, au nord-ouest du Finistère), sur différents critères
comme la productivité (grain, paille), la résistance aux maladies, la couverture du sol…
L
’hiver 2006-2007 a été particulièrement doux et humide,
hormis le mois d’avril. Les
températures de fin de cycle étaient
froides et bien en-dessous des moyennes saisonnières. Ces conditions ont
provoqué une pression importante des
maladies, tant au niveau du feuillage
(septoriose, rouille) que des épis (fusariose).
Les céréales présentaient en juin une
avance de stade importante.
Néanmoins, la pluviométrie a ralenti
les travaux de récolte, empêchant l’humidité du grain de décroître (sur l’ensemble de la région, rares étaient les
zones avec deux jours consécutifs sans
pluie entre mi-juin et mi-juillet). Ces
conditions ont provoqué une chute
des PS (poids spécifique), en particulier pour les variétés les plus précoces
pour lesquelles le remplissage du
grain était terminé.
Blé tendre :
de faibles rendements
10 variétés de blé ont été comparées
cette année. Le rendement moyen est
faible. Il s’explique par un faible PS,
mais également par des épis courts,
avec seulement 28 grains en
moyenne. Ce résultat est
certainement la conséquence de
températures froides au moment de
la méiose.
ARISTOS, avec 40 q/ha, se détache
positivement des autres variétés et
confirme les résultats des années passées. CADENZA est au contraire la
moins productive des variétés testées
mais aussi assez sensible aux maladies
(septoriose et fusariose). Des variétés
comme EPOS, CAPO ou encore LUKAS
présentent des teneurs en protéines
élevées.
EPOS et CAPO sont des variétés hautes en paille (> 90 cm), qui possèdent
une bonne capacité de tallage
(2 épis/pied contre 1,7 en moyenne
pour les autres variétés) permettant
une bonne couverture du sol.
Triticale :
bons résultats
Les rendements obtenus en triticale
sont assez satisfaisants, compte-tenu
des conditions météorologiques
observées au moment de la récolte.
Variété la plus précoce, BIENVENU
sort en tête de l’essai avec un rendement de 75 q/ha. TRISKELL, également
seconde l’année passée, confirme son
potentiel.
TRIGNAC et surtout TREMPLIN étaient
versées à plus de 50 % dans l’essai.
RÉSULTATS DE L’ESSAI BLÉ TENDRE CONDUIT À PLOUZÉVÉDÉ (29)
RENDEMENT
(q/ha)
ARISTOS
GRISBY
ATTLASS
CAPO
SANKARA
LUKAS
LUDWIG
EPOS
RENAN
CADENZA
Moyenne essai
40.65
36.19
35.96
31.72
31.70
30.72
30.00
28.24
27.73
17.41
31.03
TEST NK
a
ab
ab
ab
ab
ab
ab
b
b
c
PS
PROTÉINES
HAUTEUR
PAILLE (cm)
65.4
65.2
67.7
74.4
64.1
66.8
64.6
64.0
65.4
62.0
11.9
13.1
11.4
14.4
12.8
14.1
14.0
15.0
13.6
14.0
75.0
63.3
75.0
96.7
63.3
80.0
90.0
91.7
68.3
80.0
66.0
13.4
78.3
COUVERTURE
DU SOL
++
+
++
++
++
++
+
+++
+
+++
Couverture du sol : +++ : forte ; ++ : moyenne ; + : faible - CV (analyse de variance) : 12,8%
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
41
Agrobio
Leur récolte est intervenue à une
humidité voisine de 16-17 %. Un
début de germination sur pied a également pu être observé sur les variétés
JOYCEe et BIENVENU.
Globalement moins touchées que le
blé par les maladies, certaines variétés
comme TRINIDAD ou GRANDVAL
montrent une certaine sensibilité à la
septoriose. On peut également mentionner la présence de quelques taches
de rouille sans différenciation entre
variétés et de fusariose sur épis essentiellement pour les variétés versées.
Semences de ferme
Des tests de germination ont été réalisés sur différents lots de triticale
récoltés en 2007, correspondant à des semences triées (récoltées sèches et
indemnes de maladies), à des grains cassés, fusariés, de faible PS... Les
résultats présentés dans le graphique suivant montrent que le taux de
germination est en moyenne de 52 % seulement pour les semences non
fusariées ayant un PS compris entre 54 et 62. Dans le cas de grains fusariés, il est très inférieur (28 %), avec un développement de champignons
en phase d’imbibition de la graine laissant pressentir une faible viabilité
des germes contaminés.
Tests de germination réalisés sur différents échantillons
de triticale (récolte 2007)
Orge d’hiver :
pas de différences
significatives
Cet essai a été mis en place sur une
parcelle de profondeur moyenne,
après un maïs et une prairie. Pourtant,
le reliquat sortie hiver était très faible
(16 unités d’azote minéral/ha).
Les rendements obtenus sur l’essai
sont en moyenne de 20 q/ha. Aucune
variété n’est statistiquement différente des autres.
Jean-Luc GITEAU
Pôle Agro PV
* Faculté germinative minimale des semences certifiées :
85 % pour les autres céréales à paille
En situation normale, pour une récolte sèche (< 15 % d’humidité), il est
conseillé de renouveler ses semences une année sur deux ou une année
sur trois, pour conserver viabilité, qualité et rendement, surtout en l’absence de tri, pour éviter de salir l’ensemble de son parcellaire. Or, cette
année, compte-tenu de l’importance de la fusariose et des mauvaises
conditions de récolte (humidité), la vigilance pour les re semis doit être
renforcée. L’achat de semences certifiées est plus que recommandé.
RÉSULTATS DE L’ESSAI TRITICALE CONDUIT À PLOUBALAY (22)
RENDEMENT
TEST NK
PS
PROTÉINES
HAUTEUR
PAILLE (cm)
BIENVENU
TRISKELL
JOYCE
TRIGNAC
TRINIDAD
GRANDVAL
TREMPLIN
ARC EN CIEL
74.72
72.19
69.16
67.41
63.03
61.50
59.50
57.90
a
ab
abc
abc
abc
bc
bc
c
58.3
60.4
59.2
62.2
58.6
56.8
56.9
53.8
10.3
9.8
11.1
11.3
10.5
11.5
10.4
13.9
100
105
120
120
115
120
110
95
Moy. essai
65.68
58.3
11.1
111
COUVERTURE (q/ha)
DU SOL
+++
++
++
++
+
++
++
+
Couverture du sol : +++ : forte ; ++ : moyenne ; + : faible - CV (analyse de variance) : 7,5%
RÉSULTATS DE L’ESSAI ORGE CONDUIT À DAOULAS (29)
ALINGHI
PELICAN
SEDUCTION
VANESSA
CAMPANILE
Moy. essai
RENDEMENT
(q/ha)
PS
PROTÉINES
HAUTEUR
PAILLE (cm)
21.96
19.90
19.28
18.34
18.21
42.7
31.4
37.8
36.1
35.9
8.4
8.2
7.5
7.9
8.0
75.0
81.7
62.7
74.3
70.0
19.54
36.8
8.0
72.7
COUVERTURE
DU SOL
++
++
+++
+
++
Couverture du sol : +++ : forte ; ++ : moyenne ; + : faible - CV (analyse de variance) : 11,7%
42
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Agrobio
Colza bio
Quelques règles de décision
pour une bonne implantation
Avant l’implantation du colza, différentes questions peuvent se poser parmi lesquelles
l’intérêt ou non du faux-semis, la stratégie concernant la fertilisation à l’implantation
et/ou au printemps, le choix de la densité de semis, … et pourquoi pas celui de l’écartement ? Pour aborder ces différents aspects, deux critères sont fondamentaux, la rotation
et la pression adventices.
A
ssurer au colza une bonne
alimentation en minéraux
doit être le premier objectif.
La rotation
conditionne
la fumure
avec prairie :
Dans le cas d’un précédent ou antéprécédent prairie, la fertilisation organique du colza n’est pas nécessaire
pour la culture, les éléments minéraux
étant généralement en quantité suffisante pour satisfaire ses besoins.
Néanmoins, elle permet d’entretenir le
réservoir "sol", pour qu’il conserve à
moyen terme son potentiel et de se
prémunir d’éventuels accidents climatiques (année sèche, pluvieuse…).
Dans ce cas, un apport à l’aide d’un
produit à minéralisation lente type
fumier ou compost est parfaitement
adapté.
tera ou non vers un apport supplémentaire, qui se traduit généralement
par une augmentation du nombre de
ramifications. Néanmoins, des essais
conduits par les Chambres d’agriculture de Bretagne en 2006 ont montré
qu’un apport réalisé au printemps
n’était pas systématiquement valorisé, en particulier dans les situations
à faibles densités.
■
sans prairie :
En l’absence de prairie et/ou de légumineuse dans la rotation, un apport
organique est indispensable pour le
sol mais aussi et surtout pour satisfaire les besoins du colza, une culture
gourmande en azote. Dans ce cas, il
est préférable de choisir des produits
qui libèrent rapidement les éléments
dans le sol comme c’est le cas pour les
fientes de volaille.
Par ailleurs, l’observation de l’état de
la végétation en sortie d’hiver orien-
La pression
adventice réduite
par les faux semis
Dans le cas d’une parcelle fortement infestée, mieux vaut ne pas
négliger l’implantation du colza. Sitôt
la récolte du précédent (ex : céréales),
procéder à un ou deux faux-semis
pour altérer le stock semencier en surface. Néanmoins, le semis doit intervenir suffisamment tôt (fin août/début
septembre) pour que le colza ait le
temps nécessaire pour se développer
■
■
Colza semé au semoir monograine
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
43
Agrobio
et couvrir le sol avant l’hiver. Il est préférable de s’orienter vers un semis à
pleine dose (3 kg/ha, selon le PGM),
en écartement simple.
Quand le semis ne peut intervenir à
cette période (cause : météo, précédent…), il est possible de s’orienter
vers un écartement double (35 cm) à
l’aide du même semoir, ou plus large
(50 cm) avec un semoir monograine
équipé de disques spéciaux, l’intérêt
étant de pouvoir biner. La station
expérimentale de Kerguéhennec a
testé en 2006 un semis à l’aide d’un
semoir monograine. Les premiers
résultats sont encourageants : pertes
moins importantes et levées plus régulières sur le rang. Toutefois, en écartement simple ou large, la date de semis
ne devra pas excéder le 15 septembre,
sous peine de pertes de pieds élevées
durant l’hiver, le colza n’ayant pas
atteint un développement suffisant.
Lorsque la parcelle est peu infestée et que le semis intervient assez tôt
(conditions favorables réunies), il est
■
alors possible de moduler les doses de
semis (2 kg/ha, selon le PMG).
A la recherche
de nouvelles variétés
Les teneurs en huile, en protéines…
sont des caractéristiques variétales plutôt que culturales. Or, à l’heure actuelle,
une seule variété de colza oléagineux
est disponible en agrobiologie, la variété
KALIF
(cf.
www.semencesbiologiques.org). Les semenciers sont
réticents pour se lancer dans la multiplication d’une gamme de produits "bio".
Ainsi l’offre est très inférieure à la
demande des producteurs, pour cette
espèce en particulier.
Pour orienter les choix variétaux aux
systèmes de culture agrobiologiques et
pour ajuster progressivement l’offre à la
demande, il nous semble utile et important de fournir des éléments de
réflexion aux semenciers afin qu’ils
puissent reconsidérer les besoins. Pour
répondre au premier objectif, un essai
Caractéristiques des variétés de colza d’hiver étudiées
en 2006/2007 par la CRA des Pays de la Loire
VARIÉTÉ
Beluga
Canti CS
Standing
Kalif
Pollen
Mendel
Grizzly
TYPE
lignée
lignée
composite hybride lignée
lignée
lignée
hybride restauré
lignée
PRÉCOCITÉ À MATURITÉ
mi-précoce
tardive
mi-tardive
mi-tardive
mi-tardive
mi-tardive
tardive
Rendements normalisés et teneurs en huile
de 7 variétés de colza (CRA Pays de la Loire, 2007)
variétés a été conduit par la Chambre
Régionale d’agriculture des Pays de la
Loire sur la campagne 2006/2007
(tableau et graphique). Les premiers
résultats figurent dans le graphique suivant. L’essai sera reconduit en
2007/2008 par les Chambres d’agriculture des Pays de la Loire et de Bretagne
pour vérifier la hiérarchie entre les variétés dans un autre contexte pédoclimatique (année 2007 exceptionnellement
humide).
La précocité est une caractéristique
variétale importante qui conditionne la
vitesse de développement d’une plante.
Son choix est fonction de la zone pédoclimatique et de la date de semis.
Contrairement aux idées préconçues : "hybrides plus rustiques et plus
productifs", les résultats de cet essai
révèlent que les hybrides et les CHL, tels
que MENDEL et STANDING, ne sont pas
obligatoirement ceux qui décrochent le
meilleur rendement. Une comparaison
réalisée entre un hybride et une lignée,
à différentes densités de semis sur une
parcelle du Finistère, n’a d’ailleurs pas
montré de différence significative en
terme de rendement, ni de ramification.
Toutefois, des notations réalisées midécembre mettent en évidence un développement et donc une couverture du
sol plus importante pour les variétés
MENDEL (hybride) et STANDING (CHL).
Le fait d’obtenir un bon développement
végétatif du colza avant l’hiver ne
garantit en rien le rendement, des accidents pouvant générer des dégâts avant
la récolte (maladies, insectes, égrenage…) par contre, il permet de lutter
efficacement contre le développement
des adventices. En revanche, lorsque le
développement végétatif est faible, il est
certain que le potentiel de la parcelle ne
pourra être pleinement atteint. Ainsi,
pour un colza dont la biomasse est inférieure à 1 kg/m2 en sortie d’hiver, les
chances d’obtenir un rendement supérieur à 20 q/ha sont minces.
Jean-luc GITEAU
Pôle Agro PV
Test de Newman et Keuls (groupes homogènes de rendement) : (a), (b) et (c)
44
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Cultures nouvelles
Lin d’hiver
Les enseignements de 2007
Année difficile en lin graine, comme dans toutes les cultures. Les essais 2007 mettent en
évidence l’importance du choix variétal, ensuite seulement la maîtrise de l’azote, le régulateur et la protection fongicide. Par ailleurs les travaux se poursuivent pour la recherche
de nouveaux débouchés.
A
près plusieurs années autour
de 25-30 q/ha, la campagne
lin graine 2007 est décevante. Une partie de ce résultat est
subie et liée aux aléas climatiques.
Selon les années des variations de 15
à 30 q /ha sont observées en fonction,
notamment, du climat pendant le
début de croissance (besoin de stress)
et autour de la floraison (température
douce). Dans les conditions de cette
année, le potentiel proche de 1820 q/ha n’a pas été atteint cette
année en raison principalement de la
mauvaise tenue à la verse.
8-10 quintaux
de perte entre
les variétés versées
et non versées.
Certes la verse est favorisée par les
Graphique 1 : Lin : notation de verse au 13 mai
Chambres d'Agriculture : Kerguéhennec 2007
conditions climatiques : l’absence
d’arrêt de croissance pendant l’hiver a
limité l’endurcissement des plantes et
les températures douces augmentent
la minéralisation de l’azote du sol.
Cependant dans l’essai variétés
conduit à Kerguéhennec, toutes les
variétés ne sont pas à terre (voir graphique1). Une perte de 8-10 q est
mesurée entre les variétés non ver-
Le lin a beaucoup versé en 2007, certaines variétés ont mieux résisté
sées, EVEREST, OLEANE et les variétés
versées. Cette perte n’intègre pas le
temps de récolte supplémentaire et le
coût du REGLONE.
Variétés :
privilégier la teneur
en oméga 3 et la
tolérance à la verse
Cette année remet en avant le choix
variétal qui a pu être occulté par des
années favorables. Ce choix doit, à
notre avis, prendre en compte dans
notre région deux critères : la qualité
avec une teneur en oméga 3 élevée et
une bonne tolérance à la verse. Par
rapport à ces deux critères EVEREST
est la variété la mieux placée, OLEANE
intéressante pour son comportement
vis-à-vis de la verse décroche par rapport aux oméga 3, (graphique 2). Une
communication sur ces deux critères
variétaux est faite dès juin vers les
organismes stockeurs. Quant au
potentiel de rendement, les variétés
actuelles sont proches entre elles,
lorsqu’elles ne versent pas.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
45
Cultures nouvelles
Azote, régulateur
et fongicides
contribuent à
l’amélioration de
la tenue à la verse
Sans compenser une faiblesse variétale il est possible d’améliorer la
tenue à la verse par une conduite
appropriée comme l’a montré l’essai
de Kerguéhennec.
Conduite avec 40 u d’azote au lieu de
80 u, la variété EVEREST n’a pas versé
même en l’absence de régulateur. OLIVER et ALASKA n’ont pas réagit de la
même façon car trop sensible à la
verse.
L’emploi d’un régulateur de type PARLAY C est utile. Il a permis de gagner
4 q/ha et d’améliorer la tenue à la
verse d’EVEREST. Lorsque la variété
est trop sensible à la verse, le régulateur ne suffit pas, à moins de réduire
fortement la dose d’azote.
Les fongicides contribuent également
à contrôler la verse. Elle est deux fois
moins importante entre EVEREST sans
ou avec fongicides. CARAMBA et
HORIZON sont d’ailleurs des produits
avec une homologation "limitateur de
croissance". Dans notre essai nous le
vérifions même si la hauteur de la
plante est proche entre traitée et non
traitée fongicide.
Le choix variétal est et restera primordial. Une conduite adaptée au
contexte en limitant l’azote et en
contrôlant la pression des maladies
sécurisera l’obtention d’une récolte de
qualité.
Jean DE ROUVRE
Pôle Agro PV
46
Graphique 2 : Lin graine : rendement et teneur en oméga 3
Chambres d'Agriculture: Kerguéhennec 2007
L’apport d’azote fait diminuer la teneur en oméga 3.
Graphique 3 : Effet sur le rendement et les oméga 3
Fertilisation azotée du lin graine :
Chambres d'Agriculture : Parigné 2007
40 unités d’azote par ha, c’est 7 points de mieux en oméga 3 que 120 u
et 2.5 points de mieux que 80 u. Un excès d’azote peut donc entraîner
des teneurs insuffisantes par rapport à la teneur souhaitée par la filière
qui est de 54 à 58 %.
En ce qui concerne la teneur en matière grasse, au-delà de 40 u d’azote
elle passe de 38 à 32 – 34 % . La filière demande au moins 38 %.
Par rapport au rendement 40 unités suffisent cette année dans cet essai.
Au-delà la verse entraîne des chutes de rendement, jusqu’à 8 q/ha. Enfin
on observe que le fractionnement précoce joue peu sur la qualité mais à
un effet sur la verse de la parcelle qui à dose égale est plus affectée avec
un apport en février.
A Kerguéhennec la teneur en oméga 3 est améliorée de 1.5 point avec
EVEREST conduit avec 40 unités d’azote par apport à 80 u d’azote. Par
rapport au potentiel de l’année les 40 u supplémentaires sont en trop, en
qualité et en rendement.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2007
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement