Guide de la culture fruitière 2014-2015

Guide de la culture fruitière 2014-2015
GUIDE DE LA
CULTURE FRUITIÈRE
2014–2015
Publication 360F
Jeter les éditions périmées de la présente publication.
Chaque année, le sous-comité concerné du Comité ontarien de la
recherche et des services en matière de lutte contre les ennemis
des cultures revoit les pesticides énumérés dans cette publication.
À la connaissance du Comité, au moment de l’impression, tous
ces pesticides avaient été :
• homologués par le gouvernement fédéral;
• classés par le ministère de l’Environnement de l’Ontario (MEO).
L’information fournie dans cette publication est d’ordre
général seulement. En publiant ces recommandations, le
ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le ministère
des Affaires rurales (MAAO et MAR) n’offrent aucune garantie
et n’assument aucune responsabilité en cas de pertes de
produits végétaux ou animaux, d’inconvénients pour la santé, de
préjudices causés au milieu naturel ou aux personnes par suite
de l’utilisation d’un pesticide mentionné dans cette publication.
Un certain nombre de marques sont mentionnées dans la
publication pour en faciliter la consultation; cela ne veut pas dire
que les ministères cautionnent ces produits ni que des produits
similaires vendus sous d’autres marques sont inefficaces.
Étiquette du pesticide
Se référer aux renseignements figurant sur l’étiquette
d’un produit avant de l’utiliser. Il faut se référer à l’étiquette
du produit pour savoir comment l’utiliser en toute sécurité, et
connaître notamment les dangers qu’il comporte, les restrictions
d’utilisation, sa compatibilité avec d’autres substances et ses
effets selon les conditions du milieu.
Le mode d’emploi indiqué sur l’emballage a force
de loi. Utiliser un produit de toute autre façon
constitue un délit.
Étiquette supplémentaire
Chaque utilisateur DOIT obtenir une étiquette supplémentaire et
suivre toutes les indications qui s’y trouvent si l’ARLA autorise de
nouvelles utilisations d’un pesticide homologué qui ne figurent
pas sur l’étiquette initiale. Une étiquette supplémentaire est
nécessaire, par exemple, dans chacun des cas suivants :
• homologation conditionnelle pour une intervention
d’urgence,
• homologation du produit pour un nouvel usage limité.
On peut obtenir un exemplaire de l’étiquette supplémentaire
auprès du fabricant ou du fournisseur, du regroupement de
producteurs qui a parrainé l’homologation d’urgence ou l’usage
restreint, du MAAO et du MAR ou du Service de renseignements
de l’ARLA.
Pour plus d’information sur la situation d’un pesticide à l’égard
de son homologation, consulter le site Web de l’ARLA à
www.santecanada.gc.ca/arla ou composer le 1 800 267-6315.
Réglementation des pesticides en Ontario
C’est le MEO qui est chargé de réglementer la vente des
pesticides, leur utilisation, leur transport, leur entreposage et leur
élimination en Ontario. La province réglemente les pesticides
en donnant l’éducation appropriée, et en fixant les exigences
concernant la délivrance des licences et permis, conformément à
la Loi sur les pesticides et au Règlement 63/09.
De plus, il faut utiliser tous les produits pesticides
conformément à la Loi sur les pesticides et au Règlement 63/09.
Les textes de la loi et de son règlement d’application sont affichés
sur le site Web www.ontario.ca/lois-en-ligne; on peut aussi en
faire la demande auprès de ServiceOntario, Publications, au
numéro sans frais 1 800 668-9938, ou au 416 326-5300.
Homologation fédérale des pesticides
Classification des pesticides
L’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA)
de Santé Canada homologue les pesticides à la suite d’une
évaluation des données scientifiques visant à vérifier la valeur
et le bien-fondé de chaque produit; elle veille aussi à ce que
les risques pour la santé humaine et le milieu liés à l’utilisation
projetée du produit soient acceptables.
Le Comité consultatif sur les pesticides de l’Ontario (OPAC) est
chargé de revoir les pesticides et de faire ses recommandations
au MEO à l’égard de la classification de chaque produit avant
qu’il puisse être vendu ou utilisé en Ontario. Après l’approbation
par le MEO, les produits sont affichés sur le site Web du MEO à
l’adresse www.ontario.ca/meo.
1. Homologation complète
L’homologation est généralement accordée pour
une période de cinq ans, renouvelable par la suite.
Permis et accréditation
2. Homologation conditionnelle
L’homologation conditionnelle est accordée pour une
période limitée et stipulée, sous réserve que le requérant
accepte de fournir des données techniques ou scientifiques
durant cette période, ou que le pesticide soit utilisé pour une
intervention d’urgence en cas d’infestation ou d’infection
majeure.
Limites maximales de résidus
L’ARLA a fixé des limites maximales de résidus (LMR) de
pesticides. Comme les transformateurs et les détaillants fixent
parfois des normes plus sévères, les producteurs doivent se
renseigner auprès de leurs clients sur les restrictions ou limitations
qu’ils appliquent. On leur conseille de tenir un registre à jour et
précis sur l’usage des pesticides dans chacune de leurs cultures.
Exigences visant les producteurs et leurs aides
Pour des détails sur la certification des producteurs et la formation
de leurs aides, consulter le site Web du Programme ontarien de
formation en matière de pesticides à www.opep.ca ou composer
le 1 800 652-8573.
Exigences visant les exploitants d’entreprises de destruction
de parasites (exterminateurs) et leurs techniciens
Pour connaître les exigences en matière d’accréditation des
destructeurs de parasites et de formation des techniciens,
consulter :
• le site sur la formation et l’accréditation de destructeur de
parasites à www.ontariopesticide.com/index.cfm/franc3a7ais/
ou faire le 1 888 620-9999 ou 519 674-1575;
• le site du programme de formation des techniciens en
pesticides (Pesticide Technician Program) du Pesticide
Industry Council à www.hort-trades.com ou faire le
1 800 265-5656 ou encore écrire à pic@hort-trades.com;
• le Pesticide Industry Regulatory Council (PIRC) à www.oipma.ca.
This publication is also available in English.
GUIDE DE LA
CULTURE FRUITIÈRE
2014–2015
Publication 360F
Si vous avez besoin d’information technique ou commerciale,
veuillez communiquer avec le Centre d’information agricole :
1 877 424-1300
ag.info.omaf@ontario.ca
Si vous cherchez de l’information concernant la fruiticulture sur Internet,
rendez-vous sur le site du MAAO :
www.ontario.ca/cultures
La présente publication mentionne des produits pesticides qui, au 31 décembre 2013, étaient homologués pour
utilisation sur des cultures fruitières. Tout supplément à cette publication sera affiché sur le site Web du MAAO à
www.ontario.ca/cultures.
Remerciements
L’information contenue dans la présente publication est le fruit d’une collaboration avec :
• le Comité ontarien des services en matière de lutte contre les ennemis des cultures,
• le Programme ontarien de formation sur les pesticides,
• le Comité ontarien des services en matière de gestion des sols;
et le personnel:
• de la Direction du développement de l’agriculture, MAAO et MAR,
• de CropLife Canada,
• de l’Université de Guelph,
• de l’Institut d’œnologie et de viticulture en climat froid de l’Université Brock,
• du ministère de l’Environnement de l’Ontario,
• d’Agriculture et Agroalimentaire Canada,
• de plusieurs firmes de consultants.
Table des matières
1. Utilisation des pesticides en Ontario
Homologation fédérale des pesticides............................................................. 1
Réglementation des pesticides en Ontario..................................................... 1
Classement des pesticides.............................................................................. 1
Accréditation et délivrance des licences.......................................................... 2
Exigences visant les producteurs et
leurs aides.......................................................................................................... 2
Exigences visant les exploitants d’entreprise de destruction
de parasites (exterminateurs) et leurs techniciens............................ 2
Exemption pour les spécialistes en entretien d’arbres........................ 2
Renseignements sur l’application des pesticides......................................... 2
Délais de sécurité après traitement ............................................................ 3
Délais d’attente avant récolte/cueillette, avant pâturage ou
avant affouragement..................................................................................... 3
Bandes tampons................................................................................................. 3
Protection de l’environnement............................................................................ 4
Protection des sources d’eau......................................................................... 4
Empoisonnement des abeilles...................................................................... 4
Dérive du brouillard de pulvérisation........................................................ 5
Élimination des pesticides ..................................................................................... 7
Contenants de pesticides vides (d’au plus 23 L)..................................... 7
Contenants de pesticides vides (de plus de 23 L).................................. 7
Restes de bouillie................................................................................................ 7
Élimination des restes de pesticides........................................................... 7
Entreposage des pesticides................................................................................... 8
Déversements de pesticides................................................................................. 8
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et
cultures de couverture
Évaluation des besoins en éléments nutritifs............................................... 11
Analyse du sol.................................................................................................... 11
Analyse des tissus végétaux......................................................................... 13
Observation des symptômes de carence................................................ 15
Teneur du sol en matière organique ............................................................... 15
Acidité du sol et chaulage.................................................................................... 15
Élévation du pH................................................................................................. 15
Diminution du pH du sol............................................................................... 17
Azote............................................................................................................................. 18
Observation des symptômes de carence en azote............................. 18
Azote et environnement............................................................................... 18
Sources d’azote................................................................................................. 18
Phosphore.................................................................................................................. 21
Observation des symptômes de carence en phosphore.................. 21
Phosphore et environnement.....................................................................22
Sources de phosphore....................................................................................22
Méthodes d’application du phosphore...................................................22
Besoins en phosphore....................................................................................22
Potassium....................................................................................................................23
Observation des symptômes de carence
en potassium..................................................................................................23
Sources de potassium.....................................................................................23
Méthodes d’application du potassium....................................................23
Besoins en potassium.....................................................................................23
Calcium........................................................................................................................24
Magnésium................................................................................................................26
Oligo-éléments.........................................................................................................26
Fertiliser le sol ou les feuilles?......................................................................26
Bore........................................................................................................................27
Cuivre....................................................................................................................27
Fer...........................................................................................................................27
Manganèse..........................................................................................................27
Zinc.........................................................................................................................28
Cultures de couverture..........................................................................................28
Graminées...........................................................................................................28
Légumineuses....................................................................................................29
Espèces dicotylédones non légumineuses............................................29
Mélanges de cultures de couverture........................................................29
Cultures de couverture nouvelles et émergentes...............................29
3. Fruits tendres
Nutrition des fruits tendres..................................................................................33
Le fumier dans les vergers....................................................................................33
Exigences quant au pH..........................................................................................33
Analyse foliaire.........................................................................................................33
Engrais pour arbres à fruits tendres.................................................................34
Engrais pour arbres à fruits tendres non fructifères...........................34
Engrais pour arbres à fruits tendres fructifères....................................34
Oligo-éléments pour les arbres à fruits tendres..........................................37
Calendrier — Abricots ..........................................................................................39
Notes sur les abricots.............................................................................................43
Calendrier — Cerises acides................................................................................46
Notes sur les cerises acides.................................................................................. 51
Régulateurs de croissance — Cerisiers à fruits acides...............................53
Éthéphon (Ethrel).............................................................................................53
Acide gibbérellique (ProGibb 40 SB et Falgro)......................................53
Prohexadione de calcium (Apogee) .........................................................53
Calendrier — Cerises douces..............................................................................55
Notes sur les cerises douces................................................................................59
Régulateurs de croissance — Cerisiers à fruits doux.................................60
Acide gibbérellique (ProGibb 40 SB et Falgro)......................................60
Prohexadione de calcium (Apogee) .........................................................60
Calendrier — Pêches..............................................................................................63
Notes sur les pêches...............................................................................................71
Éclaircissage des pêches.......................................................................................73
Facteurs à prendre en considération lors de l’éclaircissage
des pêches.......................................................................................................73
Calendrier — Poires................................................................................................ 76
Notes sur les poires.................................................................................................84
Éclaircissage des poires ........................................................................................86
Calendrier — Prunes..............................................................................................89
Notes sur les pruniers.............................................................................................93
Notes sur les fongicides, insecticides et acaricides pour
les arbres à fruits tendres..............................................................................96
4. Noix de verger
Calendrier — Noyer..............................................................................................101
Calendrier — Pacaniers et châtaigniers........................................................106
Calendrier — Avelinier, coudrier et noisetier............................................. 110
5. Petits fruits
Nutrition des petits fruits................................................................................... 115
Bleuets en corymbe.............................................................................................. 115
Exigences quant au pH................................................................................. 115
Engrais pour les bleuets............................................................................... 115
Analyse foliaire................................................................................................ 116
i
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Cassis et groseilles à grappe et à maquereau............................................. 117
Exigences quant au pH................................................................................. 117
Fertilisation préalable à la plantation..................................................... 117
Fertilisation des plantations établies...................................................... 118
Fraises ........................................................................................................................ 118
Exigences quant au pH ................................................................................ 118
Apport d’engrais dans les jeunes fraiseraies
(plantations de l’année)............................................................................ 118
Engrais pour les fraiseraies établies........................................................ 119
Analyse foliaire................................................................................................ 119
Framboises...............................................................................................................120
Exigences quant au pH ................................................................................120
Engrais pour les framboisiers.....................................................................120
Analyse foliaire................................................................................................121
Oligo-éléments pour les petits fruits.............................................................121
Calendrier — Amélanches.................................................................................122
Notes sur les amélanches...................................................................................126
Baies d’argousier....................................................................................................127
Baies de sureau.......................................................................................................131
Calendrier — Bleuets...........................................................................................136
Notes sur les bleuets.............................................................................................144
Remarques sur les ennemis (maladies et insectes)
des bleuetiers...................................................................................................146
Calendrier — Cassis et groseilles.....................................................................148
Notes sur les cassis et groseilles.......................................................................150
Calendrier — Fraisiers non fructifères (année de plantation)..............152
Calendrier — Fraisiers fructifiant en juin (années de production).....155
Calendrier — Fraisiers insensibles à la photopériode.............................161
Notes sur les fraisiers............................................................................................166
Notes sur les organismes pathogènes et insectes
nuisibles aux fraisiers....................................................................................168
Calendrier — Framboisiers fructifiant l’été..................................................173
Calendrier — Framboisiers fructifiant l’automne
(sur les tiges de l’année)...............................................................................178
Notes sur les framboisiers..................................................................................181
Notes sur les ennemis des framboisiers........................................................183
6. Pommes
Nutrition des pommiers......................................................................................185
Le fumier dans les vergers..................................................................................185
Exigences quant au pH........................................................................................185
Analyse foliaire.......................................................................................................185
Engrais pour pommiers.......................................................................................186
Engrais pour pommiers non fructifères.................................................186
Engrais pour pommiers fructifères..........................................................187
Oligo-éléments pour les pommiers...............................................................191
Calendrier — Pommes.........................................................................................193
Guide de protection des jeunes pommiers non fructifères..................210
Notes sur les pommes..........................................................................................212
Notes sur les insectes nuisibles aux pommiers..........................................215
Notes sur les maladies des pommiers...........................................................221
Tavelure du pommier....................................................................................221
Lutte contre la tavelure à l’aide de fongicides....................................224
Agents d’éclaircissage et régulateurs de croissance............................... 226
Éclaircissage chimique des pommes..................................................... 226
Répartition des fruits de différents calibres dans la couronne.....227
Étapes de l’éclaircissage chimique......................................................... 228
Agents d’éclaircissage................................................................................. 230
Facteurs influant sur l’action de l’agent d’éclaircissage................. 233
Notes sur les cultivars.................................................................................. 235
Doses suggérées des agents d’éclaircissage de pommiers.......... 236
Conditions particulières...............................................................................237
Principes et avantages de l’éclaircissage manuel ............................ 238
ii
Régulateurs de croissance................................................................................. 238
Utilisation de Promalin ou de Perlan pour améliorer la
forme de la Delicious................................................................................ 238
Utilisation d’Ethrel (éthéphon) pour améliorer la floraison
des pommiers non fructifères............................................................... 239
Ethrel (éthéphon) : un agent de coloration......................................... 239
Lutte chimique contre la chute prématurée des pommes........... 239
Produits destinés à limiter la chute prématurée des fruits........... 240
Maîtrise de la croissance végétative des pommiers.........................242
7. Raisin
Nutrition de la vigne.............................................................................................245
Le fumier dans les vignobles.............................................................................245
Exigences relatives au pH...................................................................................245
Analyse des pétioles.............................................................................................245
Engrais pour les vignobles................................................................................ 246
Oligo-éléments...................................................................................................... 248
Calendrier — Raisin............................................................................................. 250
Notes sur le raisin...................................................................................................261
Notes sur les ennemis de la vigne.................................................................. 264
8. Autres ennemis et désordres
Nématodes...............................................................................................................269
Seuils...................................................................................................................269
Lutte contre les nématodes........................................................................270
Lutte contre les cervidés.....................................................................................273
Programme de permis d’élimination des cerfs...................................273
Lutte contre les mulots et les campagnols..................................................274
Appâts à mulots et campagnols...............................................................274
Lutte contre les léporidés...................................................................................275
Enveloppement des jeunes arbres..........................................................275
Répulsifs.............................................................................................................275
Réparation des dommages causés par
les petits rongeurs et léporidés.............................................................275
Lutte contre les oiseaux......................................................................................276
Gestion des dégâts causés par les oiseaux...........................................276
Lutte contre la gelure du sud-ouest chez les arbres fruitiers...............277
Stress dû à la chaleur et brûlures de soleil chez
les pommiers et poiriers..............................................................................278
9. Produits biologiques et biopesticides
Produits biologiques et biopesticides...........................................................279
Lutte contre les ennemis des cultures en agriculture biologique......279
Lutte culturale ................................................................................................279
Lutte mécanique............................................................................................ 280
Lutte biologique............................................................................................ 280
Produits biologiques en agriculture traditionnelle................................. 280
Utilisation des produits biologiques et biopesticides............................281
Produits biologiques et biopesticides destinés à la lutte contre
les insectes....................................................................................................... 288
Bacillus thuringiensis var. kurstaki (Bioprotec CAF,
Dipel 2X DF, Foray 48BA)......................................................................... 288
Granulovirus Cydia pomonella
(CYD-X, Virosoft CP4)................................................................................ 288
Phosphate de fer (Sluggo Professional)................................................ 288
Kaolin (Surround WP)................................................................................... 288
Huile minérale (Purespray Green Huile de pulvérisation 13E,
Huile 70 Supérieure)................................................................................. 289
Sels de potassium d’acides gras ou
savons insecticides (Opal)...................................................................... 289
Pyréthrines (Pyganic EC 1.4 II) .................................................................. 289
Spinosad (Entrust 80 W, Entrust SC)....................................................... 290
Spinosad + appât (GF-120, Appât pour mouches à fruits)............. 290
Technique de la confusion des mâles dans les cultures fruitières..... 290
Technique de la confusion des mâles de la tordeuse
orientale du pêcher (Isomate-M Rosso, Isomate-M 100).............291
Table des matières
Technique de la confusion des mâles du carpocapse
de la pomme et de la tordeuse orientale du pêcher
(Isomate-CM/OFM TT)...............................................................................291
Technique de la confusion des mâles de la tordeuse de la
vigne (Isomate-GBM Plus).......................................................................292
Technique de la confusion des mâles de la sésie du
cornouiller (Isomate-DWB) et du perceur du pêcher
(Isomate-PTB Dual).....................................................................................293
Produits biologiques et biopesticides destinés à la lutte contre
les maladies......................................................................................................293
Aureobasidium pullulans (Blossom Protect)..........................................293
Bacillus subtilis (Serenade MAX)............................................................... 294
Acide citrique + acide lactique (Tivano)............................................... 294
Cuivre (Cuivre 53W, Guardsman oxychlorure de cuivre 50,
Fongicide cuivre en vaporisateur, Kocide 2000)............................ 294
Poudre d’ail (Buran).......................................................................................297
Huile minérale (Purespray Green Huile de pulvérisation 13E)......297
Tourteau de graines de moutarde chinoise (MustGrow)................297
Pantoea agglomerans (Bloomtime Biological FD)..............................297
Bicarbonate de potassium (MilStop, Sirocco)......................................297
Pseudomonas syringae (Bio-Save 10 LP).................................................297
Reynoutria sachalinensis (extrait) (Regalia Maxx)...............................297
Streptomyces lydicus (Actinovate SP)...................................................... 298
Soufre (Kumulus DF, Microscopic Sulphur, Microscopic
Wettable Sulphur, Microthiol Disperss, Chaux/
bouillie soufrée) ......................................................................................... 298
10. Gestion de la résistance des ravageurs
Résistance des ravageurs aux fongicides, aux insecticides et
aux acaricides.................................................................................................. 299
Évaluation des risques de résistance .................................................... 299
Stratégies de gestion des résistances........................................................... 300
Stratégies générales de gestion des résistances............................... 300
Gestion des résistances aux fongicides................................................ 300
Stratégies pour contrer la résistance aux insecticides et
aux acaricides.............................................................................................. 305
11. Information sur les pesticides
Degrés d’efficacité des pesticides................................................................... 311
Toxicité aiguë relative des pesticides.............................................................312
Empoisonnement des abeilles.........................................................................313
Manipulation et mélange des pesticides.....................................................316
Préparations.....................................................................................................316
Emballages hydrosolubles..........................................................................316
Dissolution des sachets dans la cuve......................................................316
Compatibilité des formulations à pulvériser.......................................316
Conduite d’un essai de floculation pour évaluer la
compatibilité de mélanges de pesticides.........................................317
Eau du réservoir..............................................................................................318
Agitation............................................................................................................318
Remplissage de la cuve................................................................................319
Pesticides utilisés sur les cultures fruitières en Ontario..........................320
Classement des pesticides en Ontario..........................................................331
Fabricants et distributeurs de pesticides.....................................................332
12. Annexes
ANNEXE A : Ressources supplémentaires pour
les fruiticulteurs de l’Ontario.....................................................................335
ANNEXE B : Modèles de degrés-jours............................................................336
ANNEXE C : Groupes de cultures aux fins de l’homologation
des pesticides au Canada............................................................................339
ANNEXE D : Fournisseurs de matériel de surveillance et
d’agents de lutte biologique.....................................................................342
ANNEXE E : Fournisseurs d’équipement de protection......................... 343
ANNEXE F : Laboratoires de l’Ontario accrédités pour les
analyses de sol en Ontario......................................................................... 344
ANNEXE G : Services de diagnostic ............................................................... 345
ANNEXE H : Personnel de consultation du ministère de
l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario....................................347
ANNEXE I : Coordonnées des bureaux régionaux du ministère
de l’Environnement de l’Ontario ............................................................ 348
ANNEXE J : Autres ressources.......................................................................... 349
ANNEXE K : Assurance-production.................................................................350
ANNEXE L : Système international d’unités (SI)..........................................352
ANNEXE M : Registre des pulvérisations.......................................................355
Liste des tableaux
1. Utilisation des pesticides en Ontario
Tableau 1–1. Exigences visant les installations d’entreposage
de pesticides........................................................................................................ 8
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et
cultures de couverture
Tableau 2–1. Analyses de sol reconnues par le MAAO.............................. 11
Tableau 2–2. Échantillonnage pour l’analyse des tissus des
cultures fruitières.............................................................................................. 13
Tableau 2–3. Fourchettes acceptables de concentrations
d’éléments nutritifs pour les cultures fruitières.................................... 14
Tableau 2–4. Concentrations optimales de matière organique
dans le sol selon le type de sol ................................................................... 15
Tableau 2–5. Valeurs de pH et recommandations relatives au
chaulage des cultures fruitières.................................................................. 16
Tableau 2–6. Quantité de chaux nécessaire pour corriger
l’acidité du sol.................................................................................................... 16
Tableau 2–7. Équations de calcul des besoins en chaux .......................... 17
Tableau 2–8. Quantité de soufre nécessaire à l’acidification du sol..... 18
Tableau 2–9. Engrais – Éléments nutritifs primaires................................... 19
Tableau 2–10. Valeurs de remplacement moyennes en
fertilisants des fumiers...................................................................................20
Tableau 2–11. Apport azoté des légumineuses enfouies
comme engrais vert.........................................................................................20
Tableau 2–12. Besoins en phosphore des cultures fruitières..................23
Tableau 2–13. Besoins en potassium des cultures fruitières...................24
Tableau 2–14. Taux d’application du magnésium, du calcium et
des oligo-éléments..........................................................................................25
Tableau 2–15. Cotes d’efficacité du magnésium dans les
cultures fruitières en fonction des résultats des analyses de sol...25
Tableau 2–16. Choix d’une culture de couverture.......................................30
Tableau 2–17. Caractéristiques des cultures de couverture....................30
3. Fruits tendres
Tableau 3–1. Fourchettes de concentrations convenables
d’éléments nutritifs pour les arbres à fruits tendres...........................34
Tableau 3–2. Besoins du sol en phosphore et en potassium
avant la plantation des cerisiers, pêchers, poiriers et pruniers......34
iii
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–3. Taux d’azote élémentaire par arbre dans les
vergers engazonnés........................................................................................35
Tableau 3–4. Pulvérisations foliaires de magnésium.................................36
Tableau 3–5. Produits utilisés sur les abricotiers.........................................43
Tableau 3–6. Produits utilisés sur les cerisiers à fruits acides................. 51
Tableau 3–7. Produits utilisés sur les cerisiers à fruits doux ....................59
Tableau 3–8. Produits utilisés sur les pêchers..............................................70
Tableau 3–9. Produits utilisés sur les poiriers...............................................84
Tableau 3–10. Produits utilisés sur les pruniers ...........................................93
Tableau 3–11. Efficacité des fongicides contre les maladies des
arbres à fruits tendres.....................................................................................96
Tableau 3–12. Cotes d’efficacité des insecticides et des
acaricides contre les ennemis des arbres à fruits tendres................98
4. Noix de verger
Tableau 4–1. Produits utilisés sur les noix de verger................................ 113
5. Petits fruits
Tableau 5–1. Quantité de soufre requise pour abaisser
le pH du sol ...................................................................................................... 115
Tableau 5–2. Quantité d’azote nécessaire par arbuste de
bleuets en corymbe...................................................................................... 115
Tableau 5–3. Besoins en phosphore et en potassium des
bleuets en corymbe, des fraises, des framboises, des cassis
et des groseilles à grappe et à maquereau........................................... 116
Tableau 5–4. Concentrations optimales des éléments nutritifs
dans les feuilles de bleuetiers en corymbe.......................................... 117
Tableau 5–5. Apports d’azote (N) dans les fraiseraies.............................. 119
Tableau 5–6. Concentrations optimales d’éléments nutritifs
dans les feuilles de fraisiers........................................................................120
Tableau 5–7. Apports d’azote (N) dans les framboiseraies.....................120
Tableau 5–8. Concentrations optimales d’éléments nutritifs
dans les feuilles de framboisiers...............................................................121
Tableau 5–9. Produits utilisés sur les amélanchiers..................................126
Tableau 5–10. Produits utilisés sur les argousiers......................................128
Tableau 5–11. Produits utilisés sur les sureaux...........................................131
Tableau 5–12. Produits utilisés sur les bleuetiers......................................144
Tableau 5–13. Efficacité des fongicides contre les maladies
des bleuetiers ..................................................................................................146
Tableau 5–14. Efficacité des insecticides contre les ravageurs
des bleuetiers et leur toxicité pour les abeilles..................................147
Tableau 5–15. Produits utilisés sur les cassissiers et groseilliers..........150
Tableau 5–16. Évaluation de certains cultivars de cassissiers
et de groseilliers quant à leur résistance au blanc
et à la rouille.....................................................................................................151
Tableau 5–17. Produits utilisés sur les fraisiers............................................166
Tableau 5­–18. Efficacité des fongicides contre les maladies
des fraisiers.......................................................................................................168
Tableau 5–19. Acaricides homologués pour protéger les fraisiers.....170
Tableau 5–20. Efficacité des insecticides contre les ravageurs
des fraisiers et leur toxicité pour les abeilles.......................................171
Tableau 5–21. Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur
résistance aux maladies...............................................................................172
Tableau 5–22. Produits utilisés sur les framboisiers.................................181
Tableau 5–23. Efficacité des fongicides contre les maladies
des framboisiers..............................................................................................183
Tableau 5–24. Efficacité des insecticides contre les ravageurs
des framboisiers et leur toxicité pour les abeilles..............................184
iv
6. Pommes
Tableau 6–1. Concentrations convenables d’éléments nutritifs
dans les feuilles de pommiers...................................................................186
Tableau 6–2. Besoins du sol en phosphore et en potassium
avant la plantation de pommiers.............................................................186
Tableau 6–3. Besoins en azote élémentaire selon la densité de
peuplement et l’âge des arbres................................................................187
Tableau 6–4. Besoins en chlorure de potassium selon la
densité de peuplement et l’âge des arbres..........................................188
Tableau 6–5. Pulvérisations foliaires de calcium.......................................189
Tableau 6–6. Pulvérisations foliaires de magnésium...............................191
Tableau 6–7. Produits utilisés sur les pommes...........................................212
Tableau 6–8. Efficacité des insecticides appliqués à la chute
des pétales........................................................................................................215
Tableau 6–9. Activité des acaricides homologués pour une
utilisation sur les pommes et/ou les poires en Ontario...................216
Tableau 6–10. Efficacité des insecticides et des acaricides
contre les ennemis du pommier...............................................................217
Tableau 6–11. Toxicité des pesticides pour les prédateurs
d’acariens et de pucerons...........................................................................219
Tableau 6–12. Relation entre la température, la période de
mouillage et l’infection par la tavelure du pommier....................... 223
Tableau 6–13. Caractéristiques des fongicides contre la tavelure..... 225
Tableau 6–14. Efficacité des fongicides contre les maladies
des pommiers................................................................................................. 226
Tableau 6–15. Effet du calibre des pommes sur les dimensions
des plateaux et le nombre de pommes par caisse............................227
Tableau 6–16. Corrélation entre le calibre des fruits et la
charge fruitière............................................................................................... 228
Tableau 6–17. Doses suggérées des agents d’éclaircissage de
pommiers à maturité................................................................................... 229
Tableau 6–18. Diamètre optimal des fruits pour l’éclaircissage
chimique........................................................................................................... 230
Tableau 6–19. Doses suggérées de MaxCel ou de Cilis Plus
pour emploi avec ou sans Sevin...............................................................231
Tableau 6–20. Concentration de MaxCel ou de Cilis Plus dans
le réservoir.........................................................................................................231
Tableau 6–21–A. Moments des traitements suggérés avec
Apogee ............................................................................................................ 244
Tableau 6–21–B. Doses suggérées d’Apogee (en g/ha)......................... 244
Tableau 6–21–C. Facteurs liés au verger et à l’environnement
justifiant une modification des doses et du nombre de
pulvérisations.................................................................................................. 244
7. Raisin
Tableau 7–1. Concentrations convenables d’éléments nutritifs
dans les pétioles de feuilles de vigne.................................................... 246
Tableau 7–2. Besoins du sol en phosphore et en potassium
dans les nouveaux vignobles ....................................................................247
Tableau 7–3. Pulvérisations foliaires de magnésium.............................. 248
Tableau 7–4. Produits utilisés sur le raisin....................................................261
Tableau 7–5. Sensibilité relative des cépages aux maladies................ 264
Tableau 7–6. Efficacité des fongicides contre les maladies
de la vigne........................................................................................................ 266
Tableau 7–7. Efficacité des insecticides contre les ennemis
de la vigne........................................................................................................ 268
8. Autres ennemis et désordres
Tableau 8–1. Seuils de nuisibilité des nématodes dans les
cultures fruitières............................................................................................270
Tableau 8–2. Produits utilisés pour lutter contre les nématodes
et autres ravageurs terricoles....................................................................272
Tableau 8–3. Appâts à mulots et campagnols............................................275
Table des matières
9. Produits biologiques et biopesticides
Tableau 10–1. Facteurs favorisant le développement de
la résistance..................................................................................................... 299
Tableau 10–2. Groupes de fongicides et de bactéricides...................... 303
Tableau 10–3. Groupes d’insecticides et d’acaricides............................ 308
Tableau 11–3. Ordre d’ajout des produits dans la cuve pour
en vérifier la compatibilité (dans 500 mL d’eau).................................318
Tableau 11–4. Pesticides utilisés sur les cultures fruitières
en Ontario, par matière active...................................................................320
Tableau 11–5. Pesticides utilisés sur les cultures fruitières
en Ontario..........................................................................................................322
Tableau 11–6. Agents d’éclaircissage et régulateurs de
croissance utilisés sur les cultures fruitières en Ontario..................330
Tableau 11–7. Classement des pesticides en Ontario :
catégories 2, 3 et 4.........................................................................................331
Tableau 11–8. Fabricants et distributeurs de pesticides.........................332
11. Information sur les pesticides
12. Annexes
Tableau 11–1. Degrés d’efficacité des pesticides....................................... 311
Tableau 11–2. Toxicité relative des pesticides pour les abeilles...........314
Tableau 12–1. Exemples de modèles de degrés-jours utilisés
pour les cultures fruitières..........................................................................338
Tableau 9–1. Produits biologiques et biopesticides utilisés sur
les cultures fruitières.....................................................................................281
Tableau 9–2. Formulations à base de cuivre utilisées sur les
cultures fruitières........................................................................................... 295
10. Gestion de la résistance des ravageurs
Liste des figures
3. Fruits tendres
6. Pommes
Figure 3–1. Stades repères de l’abricotier.......................................................38
Figure 3–5. Stades repères du prunier.............................................................88
Figure 6–1. Stades repères du pommier ......................................................192
Figure 6–2. Pourcentage cumulatif d’ascospores à maturité
en fonction des degrés-jours accumulés............................................. 222
Figure 6–3. Effets de l’éclaircissage sur la répartition des fruits
de différents calibres.....................................................................................227
Figure 6–4. Anatomie d’une fleur de pommier..........................................237
Figure 6–5. Croissance des bourses................................................................242
5. Petits fruits
7. Raisin
Figure 5–1. Stades repères du bleuetier........................................................135
Figure 7–1. Stades repères de la vigne...........................................................249
Figure 3–2. Stades repères du cerisier à fruits acides et du
cerisier à fruits doux........................................................................................45
Figure 3–3. Stades repères du pêcher.............................................................62
Figure 3–4. Stades repères du poirier..............................................................75
v
Guide de la culture fruitière 2014-2015
vi
1. Utilisation des pesticides en Ontario
L’information contenue dans ce chapitre est mise
à jour périodiquement. Pour l’information la plus
à jour, veuillez consulter le site www.ontario.ca/
utilisationdespesticides. Les renseignements figurant dans le
présent chapitre sont de nature générale et ne s’appliquent
donc pas nécessairement à toutes les cultures.
Avant d’utiliser un pesticide, lisez
le mode d’emploi sur l’étiquette!
Assurez-vous que l’étiquette
n’est pas périmée.
Consultez également le manuel du
Cours sur l’utilisation sécuritaire
des pesticides par l’agriculteur.
Notez par écrit tous les détails
sur vos pulvérisations.
Homologation fédérale des pesticides
Avant qu’un pesticide puisse être vendu ou utilisé en
Ontario, il doit avoir été homologué en vertu de
la Loi sur les produits antiparasitaires (Canada) et classé
en vertu de la Loi sur les pesticides (Ontario). L’Agence
de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA)
de Santé Canada homologue chaque pesticide qu’un
fabricant souhaite mettre sur le marché canadien après
en avoir évalué le dossier scientifique et vérifié l’intérêt
et la valeur; elle s’assure aussi que tous les risques pour
la santé humaine et l’environnement liés aux utilisations
projetées du produit restent dans les limites acceptables.
L’ARLA soumet les pesticides déjà homologués à
des réévaluations pour déterminer s’ils continuent
de respecter les normes actuelles visant la protection
de la santé humaine et de l’environnement lorsqu’ils
sont employés conformément à l’étiquette. Ce genre
de réévaluation aboutit à plusieurs résultats possibles :
•le maintien de l’homologation telle quelle;
•la modification des renseignements sur l’étiquette
(p. ex., nouvelles exigences en matière d’équipement
de protection individuelle, de délai de sécurité après
traitement et de bandes tampons);
•la modification des limites maximales des résidus
(LMR) établies;
•l’élimination pure et simple ou graduelle de certains
usages ou de certaines formulations;
•le retrait de l’homologation.
L’étiquette d’un pesticide est un document qui a
valeur de loi. Elle édicte en effet les conditions dans
lesquelles le produit peut être utilisé en toute légalité.
Toute utilisation non prévue sur l’étiquette est interdite.
Il est illégal d’utiliser le pesticide selon des méthodes
et sur des cultures et organismes nuisibles non spécifiés
sur l’étiquette. Les étiquettes de tous les produits
homologués se trouvent sur le site Web de l’ARLA, sous
Recherche d’étiquettes de pesticides, à www.santecanada.
gc.ca/arla. L’utilisateur doit s’assurer que l’étiquette
qu’il consulte est à jour et être au courant des décisions
qui auraient été prises concernant le pesticide après
une réévaluation.
Réglementation des
pesticides en Ontario
En Ontario, c’est le ministère de l’Environnement
(MEO) qui est chargé de réglementer la vente, l’emploi,
le transport, l’entreposage et l’élimination des pesticides.
La province réglemente les pesticides en vertu de
la Loi sur les pesticides et du Règlement 63/09 en exigeant
des utilisateurs qu’ils suivent une formation et qu’ils
obtiennent des licences et des permis. Tous les pesticides
doivent être utilisés conformément à la Loi sur
les pesticides et au Règlement 63/09. La Loi et son
règlement sont affichés sur le site Lois-en-ligne de
la province de l’Ontario à www.ontario.ca/lois-en-ligne;
on peut aussi se les procurer en appelant ServiceOntario
au 1 800 668-9938 ou au 416 326-5300.
Classement des pesticides
Avant qu’un pesticide homologué par le gouvernement
fédéral puisse être vendu ou utilisé en Ontario, il
doit avoir été classé en vertu de la Loi sur les pesticides
(Ontario). Le système de classement des pesticides
de l’Ontario comporte onze catégories de pesticides.
Le Comité consultatif sur les pesticides de l’Ontario
(CCPO) a la responsabilité d’examiner les nouveaux
produits antiparasitaires et de recommander au MEO
la catégorie dans laquelle ces produits devraient être
classés. Le CCPO classe chaque pesticide en fonction
de sa toxicité, des dangers qu’il peut poser à la santé ou
à l’environnement, de la persistance de sa matière active
ou de ses métabolites, de sa concentration, de l’emploi
auquel il est destiné, de sa catégorie dans la législation
fédérale (p. ex., usage domestique, commercial, restreint)
et de son statut à l’égard de l’homologation. Ce système
1
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Guide de la culture fruitière 2014-2015
de classement provincial est à la base des règles établies
par l’Ontario en matière de distribution, de disponibilité
et d’utilisation des pesticides sur son territoire. Une fois
qu’il a approuvé le classement d’un pesticide, le MEO
l’affiche sur son site Web à www.ontario.ca/pesticides.
Accréditation et délivrance
des licences
Exigences visant les producteurs et
leurs aides
Les producteurs doivent obtenir le certificat décerné au
terme du Cours sur l’utilisation sécuritaire des pesticides
avant d’acheter et d’utiliser sur leur ferme tout pesticide
des catégories 2 et 3. Ce certificat n’est pas exigé pour
utiliser des pesticides des catégories 4, 5, 6 ou 7. Pour
s’informer sur l’accréditation des producteurs agricoles
et sur la formation des aides agricoles, consulter le site
du Programme ontarien de formation en matière de
pesticides à www.opep.ca ou appeler le 1 800 652-8573.
Exigences visant les exploitants
d’entreprise de destruction de parasites
(exterminateurs) et leurs techniciens
Pour connaître les exigences en matière d’accréditation
des destructeurs de parasites et de formation
des techniciens, consulter :
•la page Web Formation et accréditation
des destructeurs de parasites de l’Ontario à
www.ontariopesticide.com/index.cfm/home-page; une
demande de renseignements peut aussi être faite par
téléphone au 1 888 620-9999 ou au 519 674-1575;
•la page Web du Pesticide Industry Council à
www.horttrades.com/pesticide-technician; une demande
de renseignements peut également être faite par
téléphone au 1 800 265-5656 ou par courriel à
pic@hort-trades.com;
•la page Web du Pesticide Industry Regulatory
Council (PIRC) à www.oipma.ca.
Exemption pour les spécialistes en
entretien d’arbres
Pour en savoir plus au sujet de l’exemption prévue à la
Loi sur les pesticides et au Règlement 63/09 en ce qui a
trait à l’utilisation de pesticides pour assurer le maintien
de la santé des arbres, voir le site du ministère de
l’Environnement (www.ontario.ca/interdictiondespesticides).
Pour consulter la fiche de renseignements, dans la boîte
Recherche, taper « Spécialiste en entretien d’arbres ».
2
Pour en savoir plus sur la réglementation
des pesticides et sur l’accréditation et
la délivrance des licences, consulter :
• la deuxième page de couverture de la présente
publication;
• le site de l’Agence de réglementation de la lutte
antiparasitaire (ARLA) à www.santecanada.gc.ca/arla;
• le Service d’information sur la lutte antiparasitaire de
l’ARLA : 1 800 267-6315 (du Canada) ou 1 613 736-3799
(de l’étranger);
• le site du ministère de l’Environnement de l’Ontario
(MEO) à www.ontario.ca/pesticides;
• le spécialiste des pesticides du MEO de chaque région
(voir l’annexe I, Coordonnées des ressources régionales
du ministère de l’Environnement de l’Ontario, p. 348.)
• le site du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
de l’Ontario (MAAO) à www.ontario.ca/maao;
• le site du Programme ontarien de formation en
matière de pesticides (Université de Guelph, campus
de Ridgetown) à www.opep.ca;
• la page Web Formation et accréditation
des destructeurs de parasites de l’Ontario :
www.ontariopesticide.com/index.cfm/home-page;
• la page Web du Pesticide Industry Council à
www.horttrades.com/pesticide-technician;
• la page Web du Pesticide Industry Regulatory Council
(PIRC) : www.oipma.ca.
Renseignements sur
l’application des pesticides
L’utilisateur d’un pesticide doit choisir la formulation
et la méthode d’application les plus indiquées pour
la situation. Utiliser uniquement du matériel de
pulvérisation correctement réglé. Autant que possible,
choisir la formulation la moins toxique et la moins
volatile. Prendre toutes les précautions possibles pour
empêcher que le pesticide n’atteigne des personnes
et des organismes non visés. Avant d’entreprendre
le traitement, lire intégralement et attentivement
l’étiquette à jour du pesticide. Sur l’étiquette se trouvent
des renseignements importants, notamment :
•le mode d’emploi (p. ex., doses et taux d’application,
cultures/sites pouvant être traités, organismes visés,
restrictions relatives aux cultures suivantes, nombre
maximal de pulvérisations, taille des gouttelettes et
type de buses, matériel de pulvérisation, moment des
traitements, conditions atmosphériques appropriées);
•l’équipement de protection individuelle à porter;
•les avertissements et symboles de danger;
•les délais de sécurité après traitement;
•les bandes tampons;
•les mises en garde particulières;
•les mesures à prendre en cas d’accident;
•les méthodes d’élimination.
1. Utilisation des pesticides en Ontario
Pour plus d’information sur l’application
des pesticides, voir :
• la fiche technique du MAAO, Calibrer un pulvérisateur
à jet porté;
• la fiche technique du MAAO, Réglage, entretien et
nettoyage des pulvérisateurs à jet porté;
• la fiche technique du MAAO, Effets des conditions
météorologiques sur les pulvérisations (site Web
seulement);
• la fiche technique du MAAO, Dérive des pesticides
pulvérisés au sol;
• les vidéos produites dans le cadre du Programme
ontarien de formation en matière de pesticides
(Université de Guelph, campus de Ridgetown) à
www.opep.ca/index.cfm/learning-resources/videos/.
• le fascicule no BMP13F de la série Les pratiques
de gestion optimales, « Entreposage, manipulation
et application de pesticides », publié par le MAAO
et AAC;
• la fiche technique du MAAO, Contamination des
sources d’approvisionnement en eau par les pesticides
dans les exploitations agricoles – Recommandations sur
la prévention, le nettoyage et les responsabilités.
Délais de sécurité après traitement
Le délai de sécurité après traitement ou délai de
non-retour dans les zones traitées est la période durant
laquelle il est interdit aux travailleurs de retourner dans
un lieu qui vient d’être traité. Ce délai permet aux
émanations et aux résidus du pesticide épandu dans
le lieu traité (p. ex., un champ) de se dissiper et donc
d’éviter que les travailleurs n’y soient exposés
par inadvertance.
L’ARLA examine chaque pesticide pour déterminer s’il
est nécessaire que l’étiquette précise un délai de sécurité.
Si l’étiquette n’indique aucun délai de sécurité, on peut
présumer, dans le cas d’une culture agricole, que ce
délai est de 12 heures. Après l’application de pesticides
sur des terrains de golf et des pelouses résidentielles, il
faut attendre que les surfaces traitées soient de nouveau
sèches avant de retourner dans les zones traitées.
L’étiquette de certains pesticides met en garde contre
les risques que l’on court en travaillant dans des zones
récemment traitées et précise l’équipement de protection
individuelle à porter; suivre les recommandations
présentées sur l’étiquette.
Délais d’attente avant récolte/cueillette,
avant pâturage ou avant affouragement
Ce sont les périodes minimales qui doivent séparer le
dernier traitement appliqué à une culture et la récolte
de celle-ci, ou sa mise en pâturage et son fauchage pour
l’alimentation des animaux. Une culture récoltée avant
la fin du délai d’attente avant récolte (DAAR) risque
d’avoir un taux de résidus de pesticide qui dépasse la
limite maximale des résidus (LMR) fixée par l’ARLA.
« Jusqu’au jour de la récolte » correspond à un DAAR
de 0 jour. Le délai de sécurité après traitement peut
être plus restrictif (p. ex., il peut être de 12 heures) et
doit être observé lors des récoltes qui se font le jour
de l’application de pesticides.
Pour éviter de dépasser la limite maximale
des résidus (LMR), toujours respecter le mode
d’emploi qui figure sur l’étiquette.
Bandes tampons
Les bandes tampons sont les zones que la pulvérisation
ne doit pas atteindre lorsqu’on veut protéger une
zone adjacente qui est fragile, par exemple, un habitat
aquatique ou terrestre. En règle générale, la bande
tampon correspond à la distance située sous le vent par
rapport au pulvérisateur, qui sépare celui-ci de la limite
la plus proche d’un habitat sensible.
Laisser une bande suffisamment large entre la zone
traitée et les zones voisines à protéger. Cette bande
est plus ou moins large selon la technique employée
(c.-à-d., pulvérisation par voie aérienne, par pulvérisateur
à rampe ou par pulvérisateur à jet porté). Vérifier sur
l’étiquette du produit utilisé si le respect d’une bande
tampon est exigé.
Les habitats terrestres vulnérables comprennent
haies, pâturages, rideaux d’arbres, plantations brise-vent,
forêts et aires boisées.
Les habitats aquatiques vulnérables comprennent
lacs, rivières, ruisseaux, criques, réservoirs, marais,
marécages et étangs.
L’ARLA de Santé Canada a mis en ligne un outil de
calcul de la dérive de pulvérisation qui permet aux
préposés à l’application de modifier la taille d’une
bande tampon précisée sur l’étiquette d’un pesticide en
fonction des conditions météorologiques, de la catégorie
de l’équipement de pulvérisation et de la taille des
gouttelettes. Pour plus d’information sur le Calculateur
de zone tampon, aller à www.hc-sc.gc.ca/cps-spc/pest/
agri-commerce/drift-derive/calculator-calculatrice-fra.php.
3
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Pour des renseignements complets sur les dangers d’un
pesticide, consulter la fiche signalétique (fiche technique
santé-sécurité) du produit ou appeler le fabricant.
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Distances de retrait par rapport aux plans d’eau
Quiconque introduit dans l’eau des matières pouvant
nuire aux poissons ou à leur habitat commet une
infraction à la Loi sur les pêches (Canada). Pour protéger
l’eau, la personne qui se prépare à appliquer un
pesticide doit déterminer la largeur de la zone sans
traitement qu’il faut laisser entre le plan d’eau à
protéger et la zone à traiter (si aucune distance
de retrait n’est indiquée sur l’étiquette du pesticide).
La zone à protéger comprend le plan d’eau ou le cours
d’eau, ainsi que ses rives ou berges (zones riveraines),
car elles jouent un rôle important dans l’alimentation
et l’habitat du poisson.
Protection de l’environnement
Protection des sources d’eau
Selon le British Crop Protection Council (BCPC), le
conseil de défense des cultures de la Grande-Bretagne,
de 40 à 70 % de la contamination des eaux de surface
par les pesticides provient des lieux où les utilisateurs
préparent les bouillies et remplissent le matériel
de pulvérisation.
Dans la mesure du possible, procéder aux mélanges
ou au remplissage du pulvérisateur sur une surface
imperméable qui est située aussi loin que possible des
cours d’eau ou autres écosystèmes vulnérables. Si une
quantité de pesticide ou de bouillie s’écoule sur le sol,
la recueillir et l’éliminer en toute sécurité (Your Guide
to Using Pesticides, BCPC 2007 [traduction libre]).
Pour nettoyer le matériel de pulvérisation, on doit
s’installer loin des puits, des étangs, des cours d’eau et
des fossés. Pulvériser l’eau de rinçage diluée (en général,
selon un rapport de 10:1) sur la zone traitée (culture),
mais en veillant à ne pas dépasser la dose maximale
recommandée sur l’étiquette.
Ne pas faire un branchement direct entre la source
d’approvisionnement en eau (p. ex., le réseau public,
le puits, le cours d’eau ou l’étang) et le réservoir
du pulvérisateur. Utiliser un clapet anti-retour ou
un système intercalaire pour empêcher le contenu
du réservoir de refluer vers la source d’eau et de
la contaminer.
Endiguer et ramasser immédiatement toute quantité
de produit déversée pour éviter de contaminer les
sources d’eau.
Consulter l’étiquette pour voir si elle contient des
directives concernant la protection des sources d’eau.
4
Pour plus d’information sur la protection
des sources d’eau, voir :
• la fiche technique du MAAO, Contamination des
sources d’approvisionnement en eau par les pesticides
dans les exploitations agricoles – Recommandations sur
la prévention, le nettoyage et les responsabilités;
• la fiche technique du MAAO, Les eaux souterraines –
Une ressource rurale importante : Protéger la qualité
des réserves d’eau souterraine;
• le fascicule no BMP13F de la série Les pratiques
de gestion optimales, « Entreposage, manipulation
et application de pesticides », publié par le MAAO
et AAC.
Empoisonnement des abeilles
Les abeilles domestiques, les espèces d’abeilles indigènes
et autres insectes utiles sont des pollinisateurs
importants pour bon nombre de cultures pratiquées
en Ontario. Les insecticides, et parfois même ceux qui
empoisonnent les abeilles, peuvent contrer les insectes
nuisibles tout en étant compatibles avec la pollinisation
pour peu que l’on prenne les précautions qui s’imposent.
Voici des suggestions grâce auxquelles les producteurs et
les entrepreneurs détenteurs d’une licence de destructeur
de parasites peuvent protéger les abeilles.
•Choisir le moment des traitements insecticides de
manière à éviter autant que possible l’exposition
des abeilles (p. ex., application d’insecticides après
la floraison). Les traitements effectués de jour, alors
que les abeilles butinent, sont les plus dangereux.
On court toujours moins de risques en faisant les
traitements en soirée, sauf en la présence de signes
d’une forte inversion de température. Dans des
circonstances normales, les traitements effectués après
20 h ont le temps de sécher avant le retour des abeilles
le lendemain matin. À défaut de pouvoir traiter en
début de soirée, un traitement effectué très tôt le
matin peut constituer une solution de compromis,
à condition que la pulvérisation soit terminée bien
avant 7 h. Même si les abeilles domestiques comme la
plupart des autres insectes pollinisateurs s’abstiennent
généralement de butiner à des températures sous
les 13 ˚C, ce n’est pas le cas des bourdons. Avant
d’effectuer une pulvérisation le matin, communiquer
avec les apiculteurs qui ont des ruches dans un rayon
de 5 km de la culture et du lieu de pulvérisation,
afin qu’ils aient la possibilité de prendre toutes les
précautions possibles.
•Ne faire aucune pulvérisation insecticide pendant la
floraison des arbres fruitiers. Il s’agit d’un délit en
vertu de la Loi sur les abeilles (Ontario). Ne jamais
pulvériser un produit sur une culture en fleurs que
les abeilles butinent.
1. Utilisation des pesticides en Ontario
•Les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs peuvent
s’empoisonner en butinant des mauvaises herbes,
des arbres ou des cultures couvre-sol en fleurs qui sont
entrés en contact avec un insecticide en raison de la
dérive du brouillard de pulvérisation ou de particules
de poussières contaminées durant l’ensemencement.
Éviter que le brouillard de pulvérisation n’atteigne
des mauvaises herbes en fleurs poussant à proximité
ou à l’intérieur même du champ traité. Dans la
mesure du possible, tondre ces espèces de mauvaises
herbes ou de cultures couvre-sol en fleurs avant les
pulvérisations afin de contribuer à protéger les abeilles.
Maîtriser les pissenlits et d’autres mauvaises herbes
en fleurs qui poussent dans les champs avant même
d’y pulvériser des pesticides ou d’y mettre en terre
des semences traitées avec un insecticide. Prendre
les mesures nécessaires pour réduire le déplacement
de particules de poussières produites par la mise en
terre de semences traitées avec un insecticide vers
des arbres ou mauvaises herbes en fleurs et des sources
d’eau se trouvant à proximité ou à l’intérieur même
du champ traité. Consulter le blogue « Field Crop
News » à fieldcropnews.com pour obtenir de l’information
à jour sur les manières de réduire le déplacement
de particules de poussières.
•Les apiculteurs devraient retirer leurs colonies
d’abeilles dès que la pollinisation est terminée et avant
le début des traitements insecticides de postfloraison.
Si les colonies ne peuvent être retirées à temps,
les apiculteurs peuvent, en mettant en place une toile
de jute ou un tissu mouillé à l’entrée des ruches,
perturber le vol des abeilles pendant une période
allant jusqu’à 12 heures et laisser ainsi plus de temps
aux insecticides de sécher après les traitements. Pour
prévenir une surchauffe de la ruche pendant cette
période, ils doivent par contre ménager une ouverture
de 2,5 cm de part et d’autre de l’entrée de la ruche.
De cette manière, les abeilles pourront quand même
sortir et la ruche sera ventilée. La toile de jute ou le
tissu mouillé contribuera également à garder la colonie
au frais.
•S’il y a le moindre risque d’empoisonnement d’abeilles
domestiques, choisir un produit qui n’est pas
hautement toxique pour celles-ci. Lorsque vous avez
le choix entre différents produits, choisir celui dont
la formulation est la moins nocive pour les abeilles.
•Toujours consulter l’étiquette la plus à jour pour
connaître le mode d’emploi.
•Avant d’appliquer un pesticide ou de mettre en terre
des semences insecticides, en informer les apiculteurs
locaux afin qu’ils puissent mettre leurs colonies
hors de danger, si cela est possible. Pour obtenir les
coordonnées de votre association locale d’apiculteurs,
consulter le site www.ontariobee.com/community/
local-beekeepers-associations. Voici d’autres façons de
trouver les apiculteurs de votre région : communiquer
avec l’apiculteur provincial à 1 888 466-2372, poste
63595, ou consulter le site www.omafra.gov.on.ca/french/
crops/index.html et cliquer sur « Apiculture » et puis
sur «Inspection des abeilles » pour une liste des
inspecteurs apicoles provinciaux qui connaissent les
apiculteurs locaux.
Dérive du brouillard de pulvérisation
La dérive du brouillard s’entend du déplacement
aérien et du dépôt non intentionnel des gouttelettes
de pesticides hors de la zone ciblée par le traitement.
La dérive entraîne un gaspillage du produit et réduit
l’efficacité du traitement, sans compter qu’elle peut être
préjudiciable aux cultures, à la faune et aux écosystèmes
sensibles à proximité. Voici des stratégies qui
contribuent à réduire les risques de dérive du brouillard
de pulvérisation :
•Ne pas faire de pulvérisations quand les vents sont
forts ou soufflent en rafales, car les risques de dérive de
particules ou de vapeurs de pulvérisation augmentent
dans de telles conditions. Consulter l’étiquette du
pesticide pour savoir dans quelles conditions de vent il
est possible de pulvériser le produit. Cette information
ne figure pas toujours sur l’étiquette.
•Surveiller les conditions de vent tout au long de
la pulvérisation en utilisant un anémomètre de
bonne qualité. Noter par écrit la vitesse du vent
et sa direction. Si les conditions de vent changent,
on devra probablement faire des ajustements pour
réduire encore plus le risque de dérive : par exemple,
augmenter le volume d’eau, réduire le plus possible
la distance entre la buse et la cible, changer de type
de buses, changer de champ à cause des influences
environnantes ou cesser la pulvérisation jusqu’à ce que
les conditions s’améliorent.
•Ne pas faire de pulvérisations quand l’air est
totalement immobile. Ces périodes de calme plat
se produisent habituellement tôt le matin ou tard
le soir, moments de la journée où, généralement,
la température est plus fraîche et l’humidité relative
plus élevée. Quand ces facteurs sont réunis, de fines
gouttelettes de bouillie peuvent rester en suspension
dans le champ. Lorsque l’air s’agitera de nouveau,
ces gouttelettes seront emportées et pourront causer
des effets préjudiciables dans les zones adjacentes non
5
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
•Pour éviter que le brouillard de pulvérisation ne
dérive vers des ruches avoisinantes, ne pas appliquer
d’insecticides par temps venteux ou en la présence
de signes d’une forte inversion de température.
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Guide de la culture fruitière 2014-2015
visées. Par temps calme, une dérive du brouillard
de pulvérisation hors de sa cible peut se produire
des heures après la pulvérisation.
Une inversion de température peut créer des problèmes
aux préposés à l’application. En effet, dans de telles
conditions, le brouillard de pulvérisation peut :
•demeurer concentré pendant de longues périodes
au-dessus de la cible;
•être emporté avec l’air frais sur des distances
considérables lorsqu’une brise se soulève;
•descendre le long des pentes et se concentrer dans
les régions de faible dénivellation;
•se disperser de manière imprévisible lorsque
l’inversion se dissipe durant la matinée.
Les températures de l’air mesurées au champ sont
souvent très différentes de celles annoncées dans les
prévisions locales ou régionales. La façon la plus fiable
de détecter les inversions de température est donc
de mesurer les températures au sol et à plusieurs mètres
au-dessus du sol. Les préposés à l’application peuvent
reconnaître une inversion de température à ceci :
•on remarque une grande différence entre les
températures nocturnes et diurnes;
•la vitesse du vent mesurée en début de soirée et durant
la nuit est beaucoup moins grande que celle mesurée
durant le jour;
•les sons sont transportés plus loin;
•les odeurs sont plus intenses;
•les cumulus présents durant le jour se brisent lorsque
le soir tombe;
•la couverture nocturne de nuages est de 25 % ou moins;
•il y a présence de brume, de brouillard, de rosée ou de
gel;
•la fumée ou la poussière demeure dans l’air ou glisse
latéralement comme une feuille.
Les inversions de température commencent à se former
trois heures avant le coucher du soleil, mais elles
s’intensifient lorsque le soleil se couche et se poursuivent
jusqu’au lever du soleil lorsque la surface se réchauffe et
que l’air commence à se mélanger. Si l‘on soupçonne
la présence d’une inversion de température, ne pas
pulvériser. L’étiquette du produit comporte souvent
un avertissement concernant les risques d’inversion
de température.
•Régler le pulvérisateur pour qu’il débite la bouillie
selon le taux indiqué sur l’étiquette.
6
•Utiliser les buses capables de produire les gouttelettes
de la taille exigée sur l’étiquette ou de la taille requise
pour le travail à effectuer. Les buses qui produisent
de fines gouttelettes sont rarement, voire jamais,
nécessaires.
•Dans la mesure du possible, utiliser des buses à
injection d’air ou buses venturi, qui préviennent la
dérive beaucoup mieux que les buses classiques.
•Vérifier la hauteur de la rampe par rapport à la cible,
ou la distance entre la rampe et la cible; réduire
cette distance le plus possible tout en maintenant
l’uniformité des jets.
•Établir des bandes tampons de sorte que les zones
vulnérables adjacentes soient protégées; certaines
étiquettes spécifient des distances de retrait; respecter
ces distances à la lettre.
•Équiper le pulvérisateur de dispositifs qui aident à
rabattre ou à maintenir le brouillard sur la culture
ciblée, dans la mesure où ceux-ci sont disponibles et
où leur mise en œuvre est possible (écrans, caches,
jupes de protection, souffleries à rideau d’air).
•Ajouter des adjuvants antidérive à la bouillie dans
la cuve en respectant le mode d’emploi. Il a été
établi que les dispositifs d’agitation mécaniques ou
hydrauliques réduisent l’efficacité de certains adjuvants
antidérive. Ne pas oublier qu’il a été démontré que
certaines combinaisons d’adjuvants antidérive et buses
à injection d’air ou buses venturi peuvent augmenter
l’incidence de fines gouttelettes dans le brouillard
de pulvérisation.
•Dans la mesure du possible, utiliser des formulations
ou des spécialités pesticides non volatiles.
Pour plus d’information sur la dérive de
brouillard, voir :
• la fiche technique du MAAO, Dérive des pesticides
pulvérisés au sol;
• le fascicule no BMP13F de la série Les pratiques de
gestion optimales, « Entreposage, manipulation
et application de pesticides », publié par le MAAO
et AAC;
• les vidéos produites dans le cadre du Programme
ontarien de formation en matière de pesticides
(Université de Guelph, campus de Ridgetown),
intitulées How to Manage Spray Drift et Spray Drift
Reduction Through Air Induction, disponibles à
www.opep.ca/index.cfm/learning-resources/videos/
chapter-19-drift-of-pesticides/.
1. Utilisation des pesticides en Ontario
Contenants de pesticides vides (d’au plus 23 L)
Ne jamais réutiliser les contenants de pesticides vides.
Le Programme (ontarien) de recyclage des contenants
de pesticides, un programme dirigé par l’industrie, offre
gratuitement aux producteurs et aux entrepreneurs en
traitements phytosanitaires la possibilité de rapporter
dans des dépôts situés un peu partout dans la province
les contenants de pesticides en plastique (contenance
maximale de 23 L) une fois qu’ils ont été rincés trois fois
ou à l’eau sous pression. Avant de les rapporter, il leur faut
enlever le couvercle et décoller le petit livret de papier.
Pour trouver l’adresse du dépôt le plus proche, consulter
le site www.agrirecup.ca/, appeler le vendeur local ou,
encore, communiquer avec AgriRÉCUP au 416 622-4460
(sans frais au 877 622-4460) ou à info@cleanfarms.ca.
Il convient de noter qu’à partir de 2013 ce programme
inclut les contenants de fertilisants liquides d’une
contenance maximale de 23 L.
Contenants de pesticides vides (de plus
de 23 L)
Les producteurs et les entrepreneurs en traitements
phytosanitaires peuvent retourner les contenants de
pesticides périmés d’une contenance supérieure à 23 L.
Il leur suffit de communiquer avec le vendeur local ou
avec AgriRÉCUP au 416 622-4460 (sans frais au
877 622-4460) ou à info@cleanfarms.ca.
Restes de bouillie
Le meilleur conseil à donner en ce qui a trait aux restes
de bouillie est de tout faire pour les éviter en calculant
avec précision le volume à pulvériser.
Pour les cas où l’on se retrouve quand même avec
des restes de bouillie, la façon de les éliminer est de
pulvériser le fond de cuve sur une autre culture qui
a besoin du même traitement. Mais, avant, il faut
s’assurer, en consultant l’étiquette, que le pesticide est
homologué pour emploi sur cette autre culture.
S’il n’y a pas d’autre champ à pulvériser disponible,
diluer le reste de bouillie à raison de 10 parties d’eau
pour une partie de bouillie. On peut alors l’appliquer
sans risque sur le champ qui vient d’être traité
à condition de ne pas dépasser la dose maximale
recommandée sur l’étiquette. Vérifier sur l’étiquette
les éventuelles restrictions quant au choix des cultures
suivantes, le délai d’attente avant récolte ou les méthodes
d’élimination des restes de bouillie.
Ne jamais pulvériser sur le champ déjà traité un
reste de bouillie non diluée. La partie du champ dans
laquelle serait faite la seconde pulvérisation avec le reste
de bouillie non diluée recevrait le double de la dose
indiquée sur l’étiquette. On risquerait de récolter un
produit contenant un taux illégal de résidus; on
risquerait aussi de laisser dans le sol suffisamment
de résidus pour endommager la culture suivante.
Élimination des restes de pesticides
Éliminer de façon sécuritaire les pesticides qui ne sont
plus utiles. Voici différentes façons de procéder :
•Communiquer avec le fournisseur. Il est possible qu’il
accepte de reprendre un pesticide inutilisé qui est
encore dans son contenant d’origine non ouvert.
•Faire appel à une entreprise de transport autorisée
à transporter des déchets dangereux en vertu de la
partie V de la Loi sur la protection de l’environnement.
Consulter les pages jaunes de l’annuaire téléphonique
sous la rubrique Déchets liquides — Enlèvement.
•AgriRÉCUP met en œuvre un programme de collecte
de pesticides périmés dans toute la province tous
les trois ans. Pour connaître les points de collecte
les plus près et les dates de collecte, consulter le site
www.agrirecup.ca/, communiquer avec AgriRÉCUP au
416 622-4460 (sans frais au 877 622-4460) ou à
info@cleanfarms.ca ou, encore, avec le vendeur local.
•Communiquer avec la municipalité pour savoir si
elle organise des journées de collecte de déchets
et si elle accepte les pesticides à usage agricole et en
quelles quantités.
En cas d’empoisonnement ou de lésions attribuables à des pesticides, appelez :
le Centre Anti-Poison de l’Ontario :
1 800 268-9017
(ATS) 1 877 750-2233
Pour plus d’information, référez-vous à la troisième page de couverture (à la fin de la présente publication) sous
Mesures d’urgence et premiers soins en cas d’empoisonnement par les pesticides.
7
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Élimination des pesticides
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Entreposage des pesticides
Déversements de pesticides
La Loi sur les pesticides de l’Ontario et le Règlement 63/09
énoncent les exigences auxquelles doivent répondre les
installations d’entreposage de pesticides. Comme il est
indiqué au tableau 1–1, les exigences varient suivant la
catégorie à laquelle appartiennent les pesticides.
Si un déversement de pesticide cause ou risque de causer
un effet préjudiciable plus grave que celui qui pourrait
résulter de l’emploi légal de ce pesticide, il faut
obligatoirement informer le Centre d’intervention
en cas de déversement du ministère de l’Environnement
en appelant au 1 800 268-6060 (numéro en service
jour et nuit et tous les jours de la semaine), ainsi que
la municipalité.
Tableau 1–1. Exigences visant les installations
d’entreposage de pesticides
Exigences visant
les installations
d’entreposage
Catégories de pesticides
Cat. 2
Cat. 3
Cat. 4,
5 et 7
Éloignées des aliments et
des boissons
✓
✓
✓
✓
Sans danger pour la santé
ou la sécurité
✓
✓
✓
—
Propres et ordonnées
✓
✓
✓
—
Présence de l’écriteau « G »*
✓
✓
✓
—
Numéros de téléphone
d’urgence bien en vue**
✓
✓
✓
—
Ventilation débouchant sur
l’extérieur
✓
✓
—
—
Accès restreint (sous clé)
✓
✓
—
—
Absence d’avaloir de sol
✓
✓
—
—
Protection respiratoire et
vêtements de protection
accessibles
✓
✓
—
—
Utilisées principalement
pour les pesticides
✓
—
—
—
Cat. 6
Nota : Prendre toutes les précautions nécessaires dans l’aire d’entreposage
pour empêcher les pesticides de contaminer le milieu naturel. Veiller à ce
qu’aucun avaloir de sol n’évacue les eaux usées vers le milieu naturel.
* Pour connaître les exigences relatives à l’écriteau « G », ouvrir la page
www.ontario.ca/pesticides . On peut se procurer l’écriteau auprès d’un
fournisseur de produits phytosanitaires.
** Les numéros de téléphone d’urgence doivent inclure les numéros de
téléphone du service d’incendie, de l’hôpital, du Centre Anti-Poison ainsi
que du Centre d’intervention en cas de déversement du ministère de
l’Environnement de l’Ontario (le 1 800 268-6060).
— non requis.
Pour plus d’information sur l’entreposage des
pesticides, voir :
• la fiche technique du MAAO, Installation d’entreposage
de pesticides à la ferme;
• le fascicule no BMP13F de la série Les pratiques de
gestion optimales, « Entreposage, manipulation et
application de pesticides », publié par le MAAO et AAC;
• le manuel du Cours sur l’utilisation sécuritaire des
pesticides par l’agriculteur, publié dans le cadre du
Programme ontarien de formation sur les pesticides
par l’Université de Guelph (campus de Ridgetown),
disponible à www.opep.ca. Cliquer sur Apprendre.
8
Le terme « déversement » désigne un incident au
cours duquel un polluant s’échappe d’un ouvrage, d’un
véhicule ou d’un contenant quelconque et se répand
dans l’environnement naturel en quantité et en
concentration anormales. Un incident comme le
renversement d’un pulvérisateur qui répand son contenu
sur le sol est un exemple de déversement. Un contenant
de pesticide qui se rompt et laisse écouler son contenu
est un autre exemple. Le fait de laisser le brouillard
de pulvérisation se répandre ou atteindre un lieu
où l’emploi du produit n’est pas approuvé est également
considéré comme un déversement.
Avant de commencer à nettoyer un déversement de
quelque nature que ce soit, ne pas oublier de se protéger
pour éviter d’être exposé au pesticide. Revêtir la tenue
et l’équipement de protection exigés par la situation.
Si le déversement s’est produit dans un lieu clos (par
exemple dans la remise à pesticides ou dans un véhicule
pendant un transport), commencer par l’aérer. Après
avoir revêtu une tenue de protection et/ou vous être
éloigné du lieu du déversement et, s’il y a lieu, avoir
éloigné les autres personnes ou les animaux, faire le
nécessaire pour stopper le déversement à la source et
empêcher le produit de se répandre et/ou de contaminer
des cours d’eau. L’étiquette de certains produits spécifie
les précautions particulières à prendre en cas de
déversement, les numéros des organismes d’intervention
d’urgence et les premiers soins à administrer.
Si la quantité déversée est peu importante, on peut
corriger la situation comme suit :
•Pesticide sous forme liquide — Recouvrir le
produit d’une épaisse couche d’un matériau absorbant
comme de la litière pour chat, de la vermiculite ou de
la terre sèche. Ramasser le matériau au balai ou à la
pelle et le placer dans un fût à déchets qu’on éliminera
avec les mêmes précautions que les déchets dangereux.
•Pesticide en poudre ou en granulés — Ramasser
le produit au balai ou à la pelle et le placer dans
un fût à déchets qu’on éliminera avec les mêmes
précautions que les déchets dangereux.
1. Utilisation des pesticides en Ontario
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Si une grande quantité de produit s’est déversée, il faut
absolument l’endiguer pour empêcher le produit de
se répandre.
La méthode de ramassage indiquée ci-dessus n’est pas
applicable à tous les cas de déversement. Une fois le
déversement endigué, suivre les consignes du fabricant
et des organismes compétents pour remettre en état
le lieu contaminé.
Pour en savoir plus sur la prévention des
déversements, voir :
• la fiche technique du MAAO, Comment éviter
les déversements accidentels de pesticides;
• le fascicule no BMP13F de la série Les pratiques
de gestion optimales, « Entreposage, manipulation
et application de pesticides », publié par le MAAO
et AAC;
• le manuel du Cours sur l’utilisation sécuritaire des
pesticides par l’agriculteur, publié dans le cadre du
Programme ontarien de formation sur les pesticides
par l’Université de Guelph (campus de Ridgetown),
disponible à www.opep.ca. Cliquer sur Apprendre.
9
UTILISATION DES PESTICIDES EN ONTARIO
Guide de la culture fruitière 2014-2015
10
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des
cultures et cultures de couverture
Pour un guide complet sur la fertilité du sol, consulter
la publication 611F du MAAO, Manuel sur la fertilité
du sol.
La nutrition des cultures joue pour beaucoup dans
l’obtention de bons rendements et la production de
fruits de la plus haute qualité qui soit. Pour que les
éléments nutritifs puissent être assimilés par les racines,
ils doivent d’abord se dissoudre dans l’eau du sol. Pour
assurer l’utilisation efficiente des engrais organiques et
inorganiques par les cultures, il importe d’avoir recours
à de bonnes pratiques de gestion du sol et de l’eau.
L’élaboration d’un bon programme de fertilité du
sol commence par une évaluation des besoins en
éléments nutritifs.
MAAO pour le dosage du bore, du cuivre, du fer ni
du molybdène. Une analyse des tissus végétaux donne
en général une meilleure idée des besoins en ces oligoéléments. Pour d’autres services d’analyse, communiquer
avec les laboratoires inscrits sur la liste de l’annexe F,
Laboratoires accrédités pour les analyses de sol en Ontario,
p. 344.
Tableau 2–1. Analyses de sol reconnues par le MAAO
Élément nutritif analysé
Test
phosphore
extraction au bicarbonate de
sodium
potassium et
magnésium
extraction à l’acétate d’ammonium
manganèse
indice de pH du sol et manganèse
extractible à l’acide phosphorique
Évaluation des besoins en
éléments nutritifs
zinc
indice de pH du sol et zinc
extractible au DTPA
pH
méthode des extraits boueux
Il y a trois façons interdépendantes d’évaluer la fertilité
du sol et les besoins des cultures en éléments nutritifs :
besoins en chaux
pH tampon dans une solution
tampon Shoemaker-McLean-Pratt
nitrate du sol
extraction au chlorure de
potassium
•Analyse du sol
•Analyse des tissus végétaux
•Observation des symptômes de carence
Dans le cas des cultures vivaces, il est indispensable de
recourir à chacune d’elles pour évaluer et surveiller les
besoins en éléments nutritifs d’une culture.
Analyse du sol
Une analyse de sol réalisée à l’aide de la méthode prévue
pour le type de sol auquel on a affaire est le meilleur
moyen de doser les éléments nutritifs biodisponibles.
Le MAAO reconnaît certaines méthodes d’analyse de
laboratoire adaptées aux conditions de sol de l’Ontario
(voir le tableau 2–1, Analyses de sol reconnues par le
MAAO, ci-dessous). Les laboratoires accrédités par le
MAAO participent au North American Proficiency
Testing Program et doivent démontrer la précision de
leurs analyses.
Il arrive que des laboratoires d’analyse de sol offrent
d’effectuer des analyses de sol qui ne figurent pas dans
le tableau 2–1 ainsi que d’analyser des substrats destinés
à la culture en serre, des solutions fertilisantes et l’eau.
L’analyse de la teneur du sol en matière organique peut
être utile, mais il ne s’agit pas d’une analyse reconnue.
Il n’y a pas non plus d’analyses de sol reconnues par le
Moment de l’échantillonnage
Toujours prélever les échantillons de sol avant la mise
en place des cultures fruitières. S’il faut corriger le pH,
échantillonner le sol deux ans avant la mise en place de
la culture. Après l’établissement, échantillonner chaque
champ une fois tous les deux ou trois ans. Dans les sols
sableux, prévoir de vérifier plus souvent les teneurs du
sol en potassium.
L’échantillonnage de sol peut se faire durant l’été ou à
l’automne. Faire l’échantillonnage à la même époque
chaque année de manière à obtenir des résultats plus
cohérents. Dans les champs destinés à être plantés au
printemps, l’idéal est de faire l’échantillonnage à la
fin de l’été ou à l’automne. Indépendamment du
moment de l’échantillonnage, prévoir le délai de
poste des échantillons et de réception du rapport ainsi
que le temps nécessaire pour déterminer les besoins
en fertilisation.
Prélèvement d’un échantillon de sol
L’exactitude des rapports d’analyse de sol et la pertinence
des recommandations qui en résultent reposent sur
les méthodes de prélèvement, de préparation et de
11
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
présentation de l’échantillon. Voici le matériel nécessaire
à l’échantillonnage du sol :
zones, s’assurer de prélever, aux fins de comparaison,
un échantillon d’une zone asymptomatique adjacente.
•une tarière ou une pelle;
•un seau de plastique propre (ne pas utiliser des seaux
de métal galvanisé, qui contamineront l’échantillon
et fausseront le dosage des oligo-éléments, surtout
du zinc);
•des sacs et des boîtes, habituellement obtenus du
laboratoire d’analyse de sol;
•un stylo ou un marqueur.
Pour le dosage de l’azote, on suit la même méthode
d’échantillonnage, sauf qu’on prélève des carottes de
30 cm et qu’on doit garder les échantillons au frais ou
même les congeler jusqu’au moment de leur analyse.
Échantillonner séparément chaque champ ou chaque
unité faisant l’objet d’une gestion distincte. Subdiviser
les champs qui sont vastes ou ceux qui présentent
des variations marquées en sections plus petites.
Échantillonner ces zones séparément même si leur
superficie est trop petite pour qu’on puisse les traiter
à part. Chaque échantillon doit représenter un champ
ou une section de champ uniforme sur les plans de
la texture du sol, de la topographie, de la teneur en
matière organique et des antécédents de cultures. Éviter
de prélever des échantillons dans les bandes récemment
fertilisées, les dérayures ou refentes, les abords de
chemins en gravier et les endroits où l’on a entassé du
fumier, du compost, de la chaux ou des résidus
de culture.
Prélever les échantillons à l’aide d’un tube de
prélèvement ou d’une pelle. Pour obtenir une répartition
uniforme des points de prélèvement, parcourir la zone
échantillonnée en suivant un tracé en zigzag. Prélever
au moins 20 carottes de sol de 15 cm de profondeur par
champ ou par superficie échantillonnée allant jusqu’à
5 ha. Pour les superficies supérieures à 5 ha, augmenter
proportionnellement le nombre de carottes. Plus on
prélève de carottes, plus les probabilités sont grandes
que l’analyse fournisse une mesure fiable de la fertilité
du champ. Aucun échantillon ne devrait représenter
plus de 10 ha.
Recueillir le sol dans un seau en plastique propre.
Briser les mottes et bien mélanger le sol étant donné
que seulement 2 mL de sol environ serviront à chaque
dosage. Recueillir le sol dans un seau en plastique
propre, briser les mottes et bien mélanger le sol étant
donné que seulement 2 mL de sol environ serviront
à chaque dosage. Remplir un sac de plastique propre
d’environ 500 g de terre, déposer le sac dans la boîte et
l’expédier au laboratoire. Prendre soin de bien indiquer
sur l’échantillon toute l’information nécessaire (numéro
d’échantillon, nom de la ferme, date, etc.).
Les carences en oligo-éléments se rencontrent le plus
souvent par petites plaques dans les champs; les
zones à problème devraient donc être échantillonnées
séparément. Au moment d’échantillonner de telles
12
Interprétation des résultats d’analyse de sol
Le programme d’analyses de sol reconnues par le MAAO
fournit des recommandations visant les apports d’azote,
de phosphate, de potasse, de magnésium, de zinc et de
manganèse. Au besoin, le programme fournit également
des recommandations quant à la quantité et au type
de chaux qui doit être appliqué. Ces recommandations
sont fonction de la culture qui est prévue et qui aura été
indiquée sur le formulaire de demande d’analyse. Voici
les pages où trouver des recommandations visant les
cultures suivantes :
Fruits tendres.................................................. p. 33
Petits fruits....................................................p. 115
Pomme..........................................................p. 185
Raisin............................................................p. 245
Ces recommandations peuvent produire des rendements
économiques optimaux lorsqu’elles s’assortissent d’une
gestion des cultures allant de bonne à supérieure à la
moyenne.
Dans un rapport d’analyse de sol, le laboratoire donne à
chaque élément analysé une valeur exprimée en parties
par million (ppm) ou en milligrammes par litre de sol
(mg/L) ou représentée par une cote. Le laboratoire y
formule également des recommandations quant aux
apports d’engrais, qui sont normalement indiquées en
kilogrammes par hectare (kg/ha) ou en livres par acre
(lb/ac). La cote (c.-à-d. efficacité élevée, moyenne, faible,
très faible, nulle ou négative) renseigne sur la probabilité
d’une réaction favorable de la culture à la fertilisation.
Les recommandations quant aux apports d’engrais
tiennent compte du type de culture. Les doses d’azote,
de phosphore et de potassium doivent être rajustées s’il y
a épandage de fumier ou enfouissement d’une culture
de légumineuses comme engrais vert. Il est impossible
de faire une utilisation optimale des engrais sans
cette information.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Les analyses de sol reconnues par le MAAO débouchent
sur des recommandations justes quant aux apports
d’engrais. S’assurer de faire affaire avec un laboratoire
accrédité. Pour obtenir l’accréditation, chaque laboratoire
doit utiliser des méthodes d’analyse reconnues par
le MAAO, faire la preuve que ses analyses sont d’une
précision et d’une justesse acceptables et formuler
ses recommandations quant aux apports d’engrais
conformément aux normes fixées par le MAAO. S’assurer
de demander des recommandations qui sont conformes
aux normes du MAAO. Les analyses de sol exigées par
les plans de gestion des éléments nutritifs doivent être
confiées à des laboratoires accrédités par le MAAO.
Un certain nombre de laboratoires offrent des analyses
de sol qui mesurent aussi la capacité d’échange
cationique et les teneurs en aluminium et en cuivre.
Le MAAO ne reconnaît pas la validité de ces analyses,
parce que rien n’indique qu’elles contribuent à
l’amélioration des recommandations quant aux
apports d’engrais.
Analyse des tissus végétaux
Les analyses de tissus végétaux déterminent les
concentrations d’éléments nutritifs dans les tissus des
plantes. Elles sont très utiles lorsque combinées à des
observations recueillies sur le terrain et aux données sur
les conditions du sol, aux données sur les antécédents
culturaux et à une analyse de sol récente révélant
les concentrations d’éléments nutritifs dans le sol et
le pH du sol.
Dans le cas des cultures vivaces, ces analyses sont
un complément important aux analyses de sol. Elles
permettent d’établir des comparaisons avec les normes
établies pour les cultures et de déterminer si les plantes
bénéficient des éléments nutritifs nécessaires à leur
croissance optimale. Si les concentrations d’éléments
nutritifs du sol sont suffisantes, le fait que des tissus
analysés affichent de faibles concentrations d’éléments
nutritifs peut pointer vers d’autres causes possibles de
la carence. Les analyses de tissus sont particulièrement
utiles pour le dosage du phosphore, du potassium, du
magnésium et du manganèse. Elles sont le principal
moyen d’évaluer les concentrations de bore, de cuivre,
de fer et de molybdène, aucune analyse de sol ne
permettant de déterminer avec précision la teneur
du sol en ces oligo-éléments.
Échantillonnage
La date d’échantillonnage et le stade de croissance
au moment où l’on effectue le prélèvement peuvent
avoir une grande incidence sur les résultats d’analyse
des tissus. Les concentrations de certains éléments
nutritifs dans les tissus végétaux peuvent en effet varier
considérablement selon l’âge de la plante et la date
d’échantillonnage. Les résultats seront difficiles à
interpréter si les échantillons sont prélevés en dehors
des moments considérés comme étant optimaux pour
la culture. Voir le tableau 2–2, Échantillonnage pour
l’analyse des tissus des cultures fruitières, ci-dessous.
Tableau 2–2. Échantillonnage pour l’analyse des tissus des cultures fruitières
Culture
Stade de croissance/moment
Organe échantillonné
Quantité approximative à
prélever
Bleuet en corymbe
Fin juillet début août
Feuilles développées prises dans la partie
moyenne de pousses de l’année
Cent feuilles provenant de toute
la zone d’échantillonnage
Cerise Montmorency
Deux dernières semaines
de juillet
Feuilles développées prises à hauteur d’épaule
dans la partie moyenne de rameaux de l’année
Dix feuilles par arbre sur dix arbres
représentatifs du verger
Fraise
Fructifère – juin
Non fructifère – début août
Feuilles entièrement déployées depuis peu; les
détacher immédiatement du pétiole
Cinquante feuilles provenant
de toute la zone d’échantillonnage
Framboise
Fin juillet
Feuilles entièrement déployées de tiges
fructifères
Cent feuilles provenant de toute
la zone d’échantillonnage
Pêche
Deux dernières semaines
de juillet
Feuilles développées prises à hauteur d’épaule
dans la partie moyenne de rameaux de l’année
Dix feuilles par arbre sur dix arbres
représentatifs du verger
Poire
Deux dernières semaines
de juillet
Feuilles développées prises à hauteur d’épaule
dans la partie moyenne de rameaux de l’année
Dix feuilles par arbre sur dix arbres
représentatifs du verger
Pomme
Deux dernières semaines
de juillet
Feuilles développées prises à hauteur d’épaule
dans la partie moyenne de rameaux de l’année
Dix feuilles par arbre sur dix arbres
représentatifs du verger
Raisin
Début septembre
Pétioles de feuilles développées de sarments
fructifères — les détacher immédiatement des
feuilles
Selon la taille inhérente au cultivar,
de 75 à 200 pétioles
13
GESTION DU SOL
Analyses de sol effectuées par
d’autres laboratoires
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
•Placer les échantillons de tissus dans des sacs de papier
étiquetés. Les tissus pourrissent s’ils sont entreposés
dans des sacs de plastique.
•Éviter de prélever des feuilles endommagées ou
provenant de plants qui semblent anormaux.
•Prélever les tissus de végétaux séparément s’ils
proviennent de zones d’aspect différent suffisamment
grandes pour que le sol puisse être traité et
échantillonné séparément.
•Éviter de contaminer l’échantillon avec de la terre.
Même une infime quantité de terre invaliderait
les résultats, surtout dans le cas du dosage des
oligo-éléments.
•Échantillonner les plants le plus tôt possible suivant
l’apparition d’un symptôme de carence nutritive.
Prélever des échantillons de tissus d’une zone à
problème et les soumettre accompagné d’un échantillon
distinct prélevé d’une partie saine du champ adjacente à
cette zone. De plus, pour faciliter le diagnostic, prélever
et soumettre un échantillon de sol provenant à la fois
de la zone touchée et d’une zone saine.
Préparation de l’échantillon
Expédier sans tarder au laboratoire les échantillons
de tissus fraîchement cueillis. S’il n’est pas possible de
le faire immédiatement, faire sécher les tissus végétaux
afin d’en empêcher la détérioration. Le séchage peut se
faire au soleil ou dans un four réglé à 65 °C ou moins.
Prendre garde de ne pas contaminer les échantillons avec
des particules de poussière ou de sol. Éviter tout contact
des tissus avec des métaux galvanisés (plaqués de zinc)
ou avec du cuivre ou du laiton.
En Ontario, plusieurs laboratoires font des analyses
de tissus végétaux; voir l’annexe F, Laboratoires accrédités
pour les analyses de sol en Ontario, p. 344. L’analyse
des tissus n’entre pas dans le programme d’accréditation
du MAAO. Il reste que les laboratoires accrédités par
le MAAO disposent des compétences et du matériel
nécessaires pour effectuer ces analyses avec précision.
Tableau 2–3. Fourchettes acceptables de concentrations d’éléments nutritifs pour les cultures fruitières
Azote
Phosphore
Culture
Potassium
Calcium
Magnésium
Fer
Bore
%
Zn
Manganèse
15-100
20-200
ppm
Fruits tendres
Cerise
Montmorency
2,2-3,0
0,15-0,40
1,3-2,5
1,0-2,5
0,35-0,65
25-200
20-60
Pêche
3,4-4,1
0,15-0,40
2,3-3,5
1,0-2,5
0,35-0,60
25-200
20-60
15-100
20-200
Poire
2,0-2,6
0,15-0,40
1,2-2,0
1,0-2,0
0,25-0,50
25-200
20-60
15-100
20-200
Prune
2,4-3,2
0,15-0,40
1,5-3,0
1,0-2,5
0,35-0,65
25-200
20-60
15-100
20-200
1,7-2,3
0,15-0,40
0,36-0,7
0,3-0,8
0,12-0,30
30-100
15-50
10-100
150-500
Petits fruits
Bleuet en
corymbe
Fraise
2,0-3,0
0,20-0,50
1,5-2,5
0,5-1,5
0,25-0,50
25-200
20-60
15-100
20-200
Framboise
2,0-3,5
0,20-0,50
1,0-2,0
0,8-2,5
0,25-0,50
25-200
20-60
15-100
20-200
2,2-2,7
0,15-0,40
1,4-2,2
0,8-1,5
0,25-0,40
25-200
20-60
15-100
20-200
Pomme1
Delicious, Crispin
Empire, Spy
2,1-2,6
0,15-0,40
1,3-2,1
0,7-1,5
0,25-0,40
25-200
20-60
15-100
20-200
McIntosh, autres
2,0-2,5
0,15-0,40
1,2-2,0
0,8-1,5
0,25-0,40
25-200
20-60
15-100
20-200
0,8-1,4
0,15-0,40
1,2-2,3
1,0-3,0
0,6-1,50
15-100
20-60
15-100
20-200
Raisin (pétioles)
Vinifera
Fredonia
0,6-1,2
0,15-0,40
0,8-1,8
1,0-3,0
0,6-1,50
15-100
20-60
15-100
20-200
Autres
0,7-1,3
0,15-0,40
1,0-2,0
1,0-3,0
0,6-1,50
15-100
20-60
15-100
20-200
Dans le cas des arbres non fructifères et des pommiers sur porte-greffes M.9 ou M.26, la teneur en azote des feuilles devrait être de 0,2 % plus élevée.
1
14
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
L’analyse des tissus comporte ses limites, de sorte
que l’aide d’un expert est parfois nécessaire pour en
interpréter les résultats. Ce type d’analyse ne révèle pas
l’apport d’engrais nécessaire pour corriger une carence
ni si une carence est liée à un problème de fertilité du
sol. Si les résultats d’une analyse de tissus se situent
dans une fourchette apparentée à une carence, il se
peut que cette situation soit attribuable à des facteurs
comme le climat, la pression exercée par les ravageurs
ou les maladies et nécessite l’utilisation conjointe d’un
programme d’analyse de sol. Le tableau 2–3, Fourchettes
acceptables de concentrations d’éléments nutritifs pour les
cultures fruitières, p. 14, indique les fourchettes de
concentrations d’éléments nutritifs dans les tissus
qui correspondent à une productivité optimale des
cultures fruitières.
Observation des symptômes de carence
Les symptômes foliaires sont utiles à la détection de
certaines carences. Malheureusement, au moment où
les symptômes sont observables, les rendements peuvent
être déjà compromis. Sans compter que les symptômes
de carence sont faciles à confondre avec d’autres
problèmes occasionnés par des pesticides, des maladies
foliaires ou racinaires, des nématodes, des insectes,
la compaction du sol ou la pollution de l’air. Toujours
faire confirmer par une analyse de tissus si une carence
est effectivement présente. Voir les descriptions des
symptômes de carence précis aux pages suivantes :
Nutrition des fruits tendres, p. 33; Nutrition des petits fruits,
p. 115; Nutrition des pommiers, p. 185; Nutrition de la
vigne, p. 245.
Teneur du sol en matière organique
La matière organique contenue dans le sol aide à garder
la structure de sol, améliore la capacité de rétention
d’eau du sol, aide le sol à retenir les éléments nutritifs
et améliore le drainage. Une concentration suffisante de
matière organique dans le sol préserve les rendements
des cultures, la santé des végétaux à long terme, surtout
pendant les périodes où les conditions météorologiques
sont inclémentes. Bien des sols destinés à l’horticulture
ont une texture légère et font l’objet d’un travail
fréquent. Bien que difficile, le maintien de la teneur de
ces sols en matière organique n’en est pas moins essentiel
à la productivité des cultures.
MAAO, Manuel sur la fertilité du sol, et le tableau 2–4,
Concentrations optimales de matière organique dans le sol selon
le type de sol, ci-dessous.
Tableau 2–4. Concentrations optimales de matière
organique dans le sol selon le type de sol
Type de sol
Concentration optimale (%)
Sols sableux
2-4 et plus
Loams sableux
3-4 et plus
Sols loameux
4-5 et plus
Loams argileux
4-5 et plus
Sols argileux
4-6 et plus
Source : Traduction libre d’un tableau tiré de The Canada-Ontario
Environmental Farm Plan Program workbook, 3e édition, 2004.
Acidité du sol et chaulage
Le pH, qui est une mesure de la concentration d’ions
hydrogène, se situe entre 0 et 14. Un pH de 7,0 indique
un sol neutre, un pH inférieur à 7,0 indique un sol
acide, alors qu’un pH supérieur à 7,0 signifie que le sol
est alcalin (on dit aussi basique). Dans les sols minéraux,
la plupart des cultures fruitières poussent bien lorsque le
pH du sol se situe entre 6,0 et 7,5. La culture du bleuet
réclame une fourchette de pH allant de 4,2 à 5,0. Il
est important de maintenir le sol à la fourchette de pH
appropriée. Bien des éléments nutritifs, surtout les oligoéléments, sont moins facilement assimilables à des pH
qui se situent en dehors de la fourchette idéale. Lorsque
le pH du sol est inférieur à 5,0, les concentrations
d’aluminium et de manganèse peuvent se révéler
toxiques pour des cultures sensibles.
Élévation du pH
L’augmentation du pH d’un sol se fait par un épandage
de pleine surface et par l’incorporation au sol de
pierre à chaux broyée. La quantité de chaux nécessaire
est déterminée par les résultats d’analyse de sol. Le
tableau 2–5, Valeurs de pH et recommandations relatives
au chaulage des cultures fruitières, ci-dessous, indique les
valeurs de pH au-dessous desquelles le chaulage est
requis et le pH optimal qu’il faut chercher à atteindre
par le chaulage (le pH cible). En Ontario, la plupart
des cultures poussent assez bien dans les sols dont le pH
est plus élevé que le pH cible recommandé.
Pour garantir la productivité à long terme des
cultures fruitières, évaluer la qualité du sol de chaque
champ avant la mise en place de la culture et faire le
nécessaire pour maintenir cette qualité ou l’améliorer.
Pour plus d’information, voir la publication 611F du
15
GESTION DU SOL
Interprétation
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 2–5. Valeurs de pH et recommandations
relatives au chaulage des cultures fruitières
Cultures fruitières
pH au-dessous
duquel le
chaulage est
suggéré
Quantité (t/ha) de chaux moulue nécessaire*
pH cible du
sol
Sols minéraux à texture grossière et moyenne (sables, loams
sableux, loams et loams limoneux)
Toutes les cultures fruitières
autres que celles qui sont
mentionnées ci-dessous
6,1
Arbres fruitiers établis, vigne
5,6
Bleuet, canneberge,
Tableau 2–6. Quantité de chaux nécessaire
pour corriger l’acidité du sol
pH
tampon
pH cible
du sol
= 7,01
pH cible
du sol
= 6,52
pH cible
du sol
= 6,03
pH cible
du sol
= 5,54
7,0
2
2
1
1
6,9
3
2
1
1
6,5
6,8
3
2
1
1
6,7
4
2
2
1
6,0
6,6
5
3
2
1
6,5
6
3
2
1
6,4
7
4
3
2
6,3
8
5
3
2
10
6
4
2
Aucun apport de chaux n’est
requis
Sols minéraux à texture fine (argiles et loams argileux)
Toutes les cultures fruitières
autres que celles qui sont
mentionnées ci-dessous
5,6
6,0
6,2
6,1
11
7
5
2
Arbres fruitiers établis, vigne
5,1
5,5
6,0
13
9
6
3
5,9
14
10
7
4
5,8
16
12
8
4
Bleuet, canneberge
Aucun apport de chaux n’est
requis
Sols organiques (tourbes, terres noires)
Toutes les cultures fruitières
autres que celles qui sont
mentionnées ci-dessous
Bleuet, canneberge
5.1
5,5
Aucun apport de chaux n’est
requis
pH tampon
Le pH du sol indique le degré d’acidité d’une solution
de sol et, du coup, si un apport de chaux sera nécessaire
aux cultures. Il ne renseigne pas sur les acides en
réserve qui se trouvent fixés sur les particules d’argile
et de matière organique dans le sol, qui, eux, indiquent
la quantité de chaux à appliquer. Différents niveaux
d’acidité en réserve signifient que deux sols différents
ayant la même valeur de pH auront besoin de quantités
de chaux différentes pour relever le pH au niveau voulu.
Les acides en réserve sont mesurés par un test distinct
qui mesure le pH tampon. Si le sol renferme une forte
réserve d’acides, il affichera un pH tampon faible et il
faudra des apports massifs de chaux pour en relever
le pH.
Pour calculer la quantité de chaux qui sera nécessaire à
l’atteinte du pH cible, utiliser le tableau 2–6, Quantité de
chaux nécessaire pour corriger l’acidité du sol, ci-contre.
16
5,7
18
13
9
5
5,6
20
15
11
6
5,5
20
17
12
8
5,4
20
19
14
9
5,3
20
20
15
10
5,2
20
20
17
11
5,1
20
20
19
13
5,0
20
20
20
15
4,9
20
20
20
16
4,8
20
20
20
18
4,7
20
20
20
20
4,6
20
20
20
20
* Chaux d’indice agricole 75.
1
Un chaulage visant un pH de 7,0 n’est recommandé que pour la
prévention de la hernie du chou.
2
Chauler si le pH est inférieur à 6,1.
3
Chauler si le pH est inférieur à 5,6.
4
Chauler si le pH est inférieur à 5,1.
Les besoins en chaux indiqués dans le tableau 2–6 se
fondent sur les équations du tableau 2–7, Équations de
calcul des besoins en chaux, ci-dessous, les valeurs étant
arrondies à la tonne/ha la plus proche. À partir des
équations du tableau 2–7, on peut faire un calcul plus
précis des quantités de chaux nécessaires pour ramener
le pH du sol à 7,0.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
pH cible
du sol
Équation*
7,0
Chaux (t/ha) = 334,5 – 90,79 pHT ** + 6,19 pHT2
6,5
Chaux (t/ha) = 291,6 – 80,99 pHT + 5,64 pHT2
6,0
Chaux (t/ha) = 255,4 – 73,15 pHT + 5,26 pHT2
5,5
Chaux (t/ha) = 37,7 – 5,75 pHT
* Calculs effectués pour une chaux ayant un indice agricole de 75.
** pHT : pH tampon.
Élévation du pH du sol avec de la chaux
On peut relever le pH du sol en épandant de la chaux
calcique ou de la chaux dolomitique. La chaux calcique
est surtout constituée de carbonate de calcium, tandis
que la chaux dolomitique est un mélange de carbonate
de calcium et de carbonate de magnésium. Ce sont
les carbonates contenus dans la chaux qui neutralisent
l’acidité du sol.
Sur les sols dont la teneur en magnésium est de
100 ppm ou moins, épandre de la chaux dolomitique.
Il est particulièrement important d’utiliser de la chaux
dolomitique lorsque les concentrations de potassium
dans le sol sont élevées, car les cultures peuvent
alors être plus susceptibles de souffrir de carences en
magnésium. Les deux types de chaux peuvent être
utilisés sur les sols dont la teneur en magnésium est
supérieure à 100 ppm et dont la teneur en potassium
est inférieure à 250 ppm.
L’efficacité de la chaux dans la correction du pH du
sol dépend de sa valeur neutralisante et de son indice
granulométrique.
La valeur neutralisante de la chaux correspond à
la quantité d’acide qu’une quantité donnée de chaux
parvient à neutraliser lorsqu’elle est complètement
dissoute; on l’exprime en pourcentage de la valeur
neutralisante du carbonate de calcium pur. Ainsi, de
la chaux ayant une valeur neutralisante de 90 peut
neutraliser 90 % de la quantité d’acide neutralisée par le
carbonate de calcium pur. En général, plus la teneur en
calcium et magnésium de la chaux en question est haute,
plus sa valeur neutralisante est élevée.
L’indice granulométrique influe lui aussi sur la valeur
neutralisante de la chaux. Plus les particules de chaux
sont fines, plus l’élévation du pH sera rapide.
Indice agricole de la chaux
L’indice agricole combine la valeur neutralisante et
l’indice granulométrique de la chaux. Il permet de
comparer différentes sources de chaux. Si on utilise
de la chaux à fort indice agricole, on en utilise une
moins grande quantité que si l’on utilise une chaux à
faible indice agricole. Voici la formule qui permet de
déterminer l’indice agricole de la chaux :
Les recommandations établies à partir des analyses de sol
reconnues par le MAAO sont exprimées en fonction d’une
chaux d’indice agricole de 75. Si l’on achète de la chaux
dont l’indice agricole n’est pas de 75, on peut calculer la
quantité à épandre à l’aide de l’équation suivante :
Par exemple, si l’analyse du sol indique qu’il faut
apporter 9 tonnes de chaux/ha et que la source de chaux
a un indice agricole de 90, il faut épandre 7,5 tonnes de
cette chaux/ha (9 × 75/90 = 7,5 tonnes/ha).
L’indice agricole ne renseigne pas sur la teneur en
magnésium.
Effet de la profondeur de travail du sol
Les quantités de chaux présentées dans le tableau 2–6,
Quantité de chaux nécessaire pour corriger l’acidité du sol,
p. 16, devraient permettre d’élever le pH dans les
15 premiers cm de sol au pH voulu. Selon que le sol est
labouré à une profondeur supérieure ou inférieure à
15 cm, il faut proportionnellement plus ou moins de
chaux pour atteindre le même pH cible. Lorsque le
travail du sol est superficiel, il est suggéré d’épandre de
la chaux plus souvent, mais moins à la fois.
Diminution du pH du sol
Lorsque le pH du sol est inférieur à 6,5, il est possible
d’abaisser le pH (de rendre le sol plus acide) en faisant
des apports de soufre ou de sulfate d’ammonium. Cette
intervention peut être souhaitable pour certaines cultures
(p. ex., bleuet), mais n’est habituellement pas indiquée
pour les cultures soumises à des rotations. On ne peut en
effet corriger le pH du sol à la hausse ou à la baisse d’une
année à l’autre. Ne pas appliquer le sulfate d’ammonium
à des doses d’azote supérieures à celles qui sont
recommandées pour la culture en cours. Le tableau 2–8,
Quantité de soufre nécessaire à l’acidification du sol, ci-dessous,
indique la quantité de soufre élémentaire nécessaire pour
abaisser le pH de différents sols.
Si le pH du sol est supérieur à 6,5, il est déconseillé
et habituellement assez difficile d’abaisser le pH en
raison des grandes quantités de soufre ou de sulfate
17
GESTION DU SOL
Tableau 2–7. Équations de calcul des besoins en chaux
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
d’ammonium nécessaires. Pour plus d’information, voir
la publication 611F du MAAO, Manuel sur la fertilité
du sol (Acidification du sol, p. 112).
Tableau 2–8. Quantité de soufre
nécessaire à l’acidification du sol
Besoins en soufre en kg/ha
Pour chaque
1,0 unité de pH
Pour chaque
0,1 unité de pH
Sable
350
35
Loam
sableux
750
75
Loam
1100
110
Type de sol
Azote
L’azote est un élément important pour la croissance
et le développement de toutes les plantes, et il est
naturellement présent dans tous les sols. En s’alimentant
de résidus de culture et de matière organique, les
microorganismes terricoles libèrent de l’azote dans le sol.
Ainsi, plus le sol est riche en matière organique, plus
les concentrations d’azote naturellement biodisponibles
augmentent. Les pratiques de gestion qui visent à
maintenir et à accroître les teneurs en matière organique
du sol contribuent également à accroître la fertilité du
sol et la productivité des cultures. Des légumineuses,
comme la luzerne et le trèfle rouge, peuvent accroître
les concentrations d’azote dans le sol en prélevant l’azote
dans l’atmosphère et en le libérant lentement dans le sol.
Observation des symptômes de carence
en azote
Habituellement, les premiers signes de carence en
azote se manifestent sur les vieilles feuilles. Celles-ci
pâlissent puis jaunissent au fur et à mesure que l’azote
est relocalisé des vieilles feuilles moins productives vers
les nouvelles pousses. Le temps froid de début de saison
provoque souvent des carences en azote temporaires.
Ces carences sont alors davantage attribuables aux
mauvaises conditions de croissance qu’à un manque
d’azote dans le sol.
Azote et environnement
La teneur du sol en azote change constamment. Des
procédés comme le lessivage et la dénitrification
appauvrissent le sol en azote. La dénitrification survient
quand le sol est gorgé d’eau. Les microorganismes
anaérobies convertissent les nitrates et l’ammoniac en
oxyde de diazote. Ce gaz peut engendrer la pollution
de l’air; il est environ 300 fois plus dangereux que
le dioxyde de carbone comme gaz à effet de serre.
18
L’azote des nitrates, bien qu’il soit facilement assimilable
par les végétaux, est facilement emporté par l’eau du sol.
Par conséquent, il risque de polluer les eaux souterraines
et les eaux de surface.
Appliquer juste ce qu’il faut d’azote pour répondre aux
besoins des cultures permet de réduire considérablement
les risques de contamination de l’environnement.
C’est à la fin de l’automne et au début du printemps
que les risques de pertes d’azote sont les plus grands.
Calculer les apports d’azote en fonction des besoins des
cultures laisse moins d’azote résiduel dans le sol à la
fin de la saison de croissance et réduit les pertes dans
l’environnement.
Il est important de tenir compte des apports d’engrais,
de fumier et d’autres sources d’azote quand on évalue
les besoins d’une culture en fertilisants. Voici d’autres
pratiques de gestion qui réduisent les risques de pertes
des nitrates :
•utiliser des plantes couvre-sol;
•faire les épandages d’azote au moment le plus
rapproché de celui où les cultures prélèveront cet
azote;
•réduire la quantité totale d’azote épandu.
Sources d’azote
Engrais synthétiques
Les sources les plus courantes d’engrais azoté sont
décrites dans le tableau 2–9, Engrais – Éléments nutritifs
primaires, plus bas. En général, toutes les sources d’azote
se valent. Ce sont davantage les coûts, la conduite des
cultures et la facilité d’application qui font porter le
choix sur une source plutôt qu’une autre.
S’il faut épandre de l’azote au printemps quand la
température du sol est encore inférieure à 10 °C,
l’utilisation d’urée peut contribuer à prévenir les pertes
par lessivage. Dans de telles conditions, l’urée met de
trois à six semaines environ pour se convertir en azote
assimilable par les végétaux, soit en azote ammoniacal
et en azote des nitrates. Étant donné que seul l’azote
des nitrates est sujet au lessivage, les pluies du début du
printemps ne provoqueront pas de lessivage de l’azote
lorsqu’on utilise de l’urée comme source d’azote. Au
moment où se produit la conversion de l’azote, la culture
amorce une phase de croissance rapide qui réduit au
minimum la percolation de l’eau dans le sol et par le fait
même les risques de lessivage.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Forme
Azote (% de N)
Nitrate d’ammonium
Engrais azotés
sèche
34
Sulfate d’ammonium
sèche
20
Nitrate d’ammonium et de
calcium
sèche
27
Nitrate de calcium
sèche
15,5
Urée
sèche
46
Ammoniac anhydre
liquide1
82
Nitrate d’ammonium et urée
liquide
28–32
Forme
Phosphate
(% de P2O5)
Phosphate diammonique
(18-46-0)
sèche
46
Phosphate monoammonique
(11-52-0)
sèche
50–52
Superphosphate simple
sèche
20
Superphosphate triple
sèche
46
Polyphosphate d’ammonium
(10-34-0)
liquide
34
Engrais phosphatés
Au cours de la première saison de croissance suivant
l’épandage, de 50 à 60 % de l’azote assimilable contenu
dans le fumier est assimilable. L’azote organique restant
devient assimilable en petites quantités qui diminuent
graduellement au cours des années subséquentes. Jusqu’à
10 % de l’azote total contenu dans le fumier peut être
assimilable par la culture l’année suivante. Lorsque
du fumier est appliqué régulièrement sur un champ,
la concentration d’azote résiduel assimilable par une
culture peut être appréciable.
Les quantités d’éléments nutritifs contenus dans le
fumier peuvent varier considérablement. Le type
d’élevage, la ration, la litière, les liquides ajoutés et
le système de stockage sont autant de facteurs qui
influencent la composition du fumier. Le tableau 2–10,
Valeurs de remplacement moyennes en fertilisants des fumiers,
ci-dessous, montre la teneur approximative des fumiers
en azote assimilable. Une analyse du fumier, offerte par
plusieurs laboratoires en Ontario, donne un portrait plus
précis de la composition d’un fumier en particulier. Voir
l’annexe F, Laboratoires accrédités pour les analyses de sol en
Ontario, p. 344, pour une liste de laboratoires offrant
ce service.
Forme
Potasse (% de K2O)
Chlorure de potassium
sèche
60–62
Nitrate de potassium (13-0-44)
sèche
44
Utiliser le fumier de manière responsable
Sulfate de potassium
sèche
50
•Éviter d’épandre du fumier sur un sol gelé ou enneigé.
Sulfate de potasse et de
magnésie (11 % de Mg)
sèche
22
Engrais potassiques
Liquide sous pression.
1
Produits modifiant la libération d’azote
Les engrais à libération lente sont faits de granulés qui
ont été enduits de soufre ou d’un polymère qui assure
une libération graduelle de l’azote. Des inhibiteurs de
la nitrification sont ajoutés à ces engrais azotés pour
retarder la conversion chimique de l’urée en des formes
biodisponibles. Selon les conditions météorologiques,
il peut arriver que le moment de la libération de l’azote
ne coïncide pas avec la période où les végétaux en ont
le plus besoin.
Azote contenu dans le fumier
En plus de constituer une source d’éléments nutritifs
et d’oligo-éléments, le fumier est aussi une source
appréciable de matière organique qui contribue à bâtir
et à maintenir la structure du sol. Ajuster les doses
d’engrais en fonction des éléments nutritifs contenus
dans le fumier.
•Éviter d’épandre du fumier quand le risque
de ruissellement est élevé (sol détrempé, pluie
imminente, etc.)
•Travailler le sol avant d’épandre du fumier liquide
de manière à briser les fissures du sol et macropores
et à empêcher le fumier d’être emporté vers les
drains souterrains et les nappes d’eaux souterraines
peu profondes.
•Injecter le fumier dans le sol ou l’incorporer au sol de
manière à réduire au minimum les pertes d’ammoniac
dans l’atmosphère.
•Pour le stockage du fumier, respecter les
recommandations qui sont faites dans la fiche
technique du MAAO, Entreposage temporaire au champ
de fumiers solides ou d’autres matières de source agricole.
19
GESTION DU SOL
Tableau 2–9. Engrais – Éléments nutritifs primaires
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Fumier et salubrité des aliments
Les fruits peuvent devenir contaminés au champ s’ils entrent en contact avec des agents pathogènes responsables de maladies
chez l’être humain. Ces agents pathogènes peuvent provenir du fumier et des composts à base de fumier. Après l’épandage de
fumier frais dans un champ, les agents pathogènes présents dans ce fumier peuvent survivre sur une période allant d’une journée
à plus de 300 jours selon les conditions auxquelles ils sont soumis. Pour réduire le nombre de ces agents pathogènes à des niveaux
acceptables, il suffit de bien conduire le compostage du fumier (c’est-à-dire en maintenant toutes les parties du tas de fumier à une
température de 55 °C pendant trois jours. Éviter d’épandre du fumier frais ou non composté sur cultures de légumes ou de fruits
dans les 120 jours qui précèdent la récolte.
Tableau 2–10. Valeurs de remplacement moyennes en fertilisants des fumiers
Données fondées sur une moyenne des résultats d’analyse de plus de 3 000 échantillons1. Les données varient considérablement d’un fumier à l’autre,
si bien que l’analyse du fumier reste la meilleure indication des éléments nutritifs assimilables.
Type de fumier
Moyenne de
matière sèche (%)
Azote assimilable2
au printemps (N)
Fumier liquide
Liquide — bovins laitiers
Liquide — porcs
Phosphate
assimilable3 *(P2O5)
Potassium assimilable4
(K2O)
kg/1000 L (lb/1000 gal)
8,4
1,8
(18)
0,77
(7,7)
2,6(26)
3,7
2,7
(27)
1,2 (12,0)
1,9(19)
10,5
5,8
(58)
2,8 (28,0)
3,2(32)
Solide — volaille
55,3
10,5
(21,0)
11,0
(22,0)
13,4(26,8)
Solide — bovins laitiers
25,0
1,8
(3,6)
1,5
(3,0)
5,2(10,5)
Composté — bovins laitiers
38,3
2,9
(5,8)
2,6
(5,2)
11,8(23,8)
Solide — bovins de boucherie
28,4
1,9
(3,8)
2,1
(4,3)
6,1(12,2)
Moutons
33,8
2,9
(5,9)
2,6
(5,2)
8,3(16,7)
Chevaux
37,4
1,3
(2,6)
1,4
(2,8)
4,6(9,3)
Liquide — volaille
Fumier sec
kg/tonne (lb/t)
Données tirées des analyses de fumier fournies par les laboratoires de l’Ontario entre 1992 et 2007.
2
En supposant un épandage au printemps avec enfouissement dans les 24 heures qui suivent. Le fumier non incorporé au sol apporte moins de N en raison des pertes
d’ammoniac.
3
On estime que, l’année de l’application, la biodisponibilité du phosphate provenant du fumier ou de biosolides est égale à environ 40 % de celle du phosphate contenu
dans les engrais commerciaux (une autre tranche de 40 % du phosphore sera biodisponible l’année suivante).
4
On estime que, l’année de l’application, la biodisponibilité du potassium provenant du fumier est égale à environ 90 % de celle du potassium contenu dans les engrais
commerciaux.
1
Légumineuses
La bactérie Rhizobium infecte les racines des
légumineuses. Elle convertit l’azote atmosphérique
en azote inorganique. Lors de la décomposition des
résidus d’une culture de légumineuses, l’azote devient
assimilable par les cultures subséquentes. Quand une
culture fruitière suit une culture de luzerne fourragère
ou une culture de couverture de légumineuses comme
le trèfle rouge, il faut réduire la dose d’engrais azoté tel
qu’il est indiqué dans le tableau 2–11, Apport azoté des
légumineuses enfouies comme engrais vert, ci-contre.
Tableau 2–11. Apport azoté des légumineuses
enfouies comme engrais vert
Composition de l’engrais vert
Pour toutes les cultures,
réduction du besoin en azote
(kg de N/ha)
Moins du ¹⁄₃ en légumineuses
0
De ¹⁄₃ à ½ en légumineuses
55
½ ou plus en légumineuses
100
Légumineuses vivaces semées et
enfouies la même année
451
Résidus de soya et de haricots de
grande culture
0
En supposant une forte densité du peuplement et une hauteur des plants
de légumineuses supérieure à 40 cm.
1
20
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Certains producteurs épandent des matières sèches
biologiques (biosolides) provenant de fibres à papier
dans leurs vergers et leurs vignobles pour maintenir
les concentrations de matière organique dans le
sol. Au préalable, il leur faut absolument obtenir
une approbation environnementale du ministère de
l’Environnement de l’Ontario (MEO) relativement au
site. Les doses, qui dépendent de la teneur du produit
en azote, peuvent osciller entre 25 et 30 tonnes sèches/
ha. C’est le MEO qui décide en dernière analyse si la
matière peut être épandue et à quel taux. Toutes les
restrictions touchant cette opération sont stipulées sur
l’approbation environnementale.
Les biosolides produits par les usines d’épuration
des eaux ou obtenus à partir de résidus de papetières
peuvent être une source importante d’éléments nutritifs
et de matière organique. L’utilisation de ces biosolides
est régie par des lignes directrices dont on peut obtenir
copie en s’adressant au MAAO ou au MEO. Le
producteur qui veut épandre ces biosolides sur ses terres
agricoles doit obtenir au préalable une approbation
environnementale du MEO. L’entreprise d’épandage
doit normalement fournir aux propriétaires des terres un
rapport d’analyse des éléments nutritifs présents dans
les biosolides épandus. Avant l’épandage de biosolides
provenant de systèmes d’épuration municipaux sur une
terre où la rotation culturale inclut des légumes, un
producteur de légumes doit toujours consulter l’usine
de transformation, la conserverie ou l’entreprise de
courtage à laquelle il vend ses produits.
Dans les trois mois qui précèdent la cueillette ou les
vendanges, il est interdit d’épandre des biosolides
d’épuration municipaux dans les vergers et les vignobles.
Dans les plantations de petits fruits (fraises, framboises et
bleuets), ce délai est de quinze mois.
Évitez de brûler les cultures!
Les engrais minéraux, y compris l’azote et la potasse, sont
tous des sels. Un éventuel contact entre les plantules
en germination ou les jeunes plants et une bande de
fertilisant concentré risque d’endommager gravement
les racines fragiles. Il est donc important, à chaque
application, de veiller à choisir le bon fertilisant et à
utiliser la bonne dose.
L’urée est une source d’azote efficace et économique
pour les épandages de pleine surface, mais sa teneur en
sels est relativement élevée. L’urée ne convient donc pas
aux engrais de démarrage ni aux applications en bandes
latérales. Si le sol est sec au moment des plantations,
l’urée risque de provoquer des brûlures dans les loams
sableux à texture grossière, ce qui devrait inciter les
producteurs à opter pour une autre source d’azote.
L’ammoniac anhydre renferme aussi passablement de
sels. C’est une bonne source d’azote pour les épandages
en bandes latérales, pourvu que le produit soit injecté
dans le sol.
Veiller à ce que les engrais utilisés au départ d’une
culture ou au moment de sa mise en place renferment
tout juste la quantité d’azote nécessaire pour assurer le
démarrage de la culture. Les engrais qui ont une teneur
en azote correspondant à plus de la moitié de leur teneur
en phosphate renferment souvent de l’urée et risquent
d’endommager la culture.
Phosphore
Comme l’azote, le phosphore joue un rôle majeur dans
la photosynthèse et le développement des enzymes et
des protéines. Il intervient aussi de façon importante
dans la division cellulaire de même que dans la synthèse
et le transport des glucides et des amidons.
Les concentrations de phosphore dans le sol sont assez
variables d’un point à un autre de l’Ontario. Comme
le phosphore, sous forme orthophosphate, a tendance
à se lier aux particules de sol, il est peu emporté par
lessivage. Bien des loams sableux grossiers renferment
souvent de grandes quantités de phosphore. Étant donné
que les terres qui ont déjà reçu de nombreux épandages
de fumier renferment des concentrations élevées de
phosphore, les cultures fruitières réagissent rarement
à des apports de phosphore. Des teneurs excessives en
phosphore peuvent induire des carences en zinc et en fer.
Observation des symptômes de carence
en phosphore
Les symptômes de carence en phosphore apparaissent
habituellement en premier sur les vieilles feuilles.
Les feuilles prennent une teinte rouge pourpre. Cette
coloration peut être plus visible sur le revers des
feuilles. Des carences graves peuvent aussi causer le
21
GESTION DU SOL
Autres sources organiques d’éléments nutritifs
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
dépérissement de la pointe des feuilles. Les sols frais et
détrempés induisent souvent des carences en phosphore.
Pendant l’établissement des cultures fruitières mises en
place tôt au printemps, utiliser un engrais de démarrage
qui fournit la dose requise de phosphore directement
dans la zone racinaire.
Phosphore et environnement
Les eaux de ruissellement sont les principales
responsables de la contamination de l’environnement par
le phosphore épandu sur les champs. Celles-ci emportent
en effet le phosphore qui est en solution dans l’eau ou
qui se trouve lié aux particules de sol détachées par
l’érosion. La pollution des cours d’eau est à craindre
quand les eaux de ruissellement ainsi contaminées
atteignent une eau de surface.
Sources de phosphore
Engrais minéraux
Les sources les plus courantes d’engrais phosphaté sont
décrites dans le tableau 2-9, Engrais – Éléments nutritifs
primaires, p. 19.
Fumier
Si l’épandage est bien fait, le fumier constitue une
source de phosphore qui est à la fois excellente et
économique. Il enrichit en même temps le sol de matière
organique et d’oligo-éléments. Le tableau 2–10, Valeurs
de remplacement moyennes en fertilisants des fumiers,
p. 20, montre la teneur approximative des fumiers en
phosphore assimilable par les végétaux.
Éviter de faire des apports de phosphore sur des sols
dans lesquels la cote d’efficacité du phosphore est
très faible (ETF) ou nulle (EN). S’il faut apporter du
phosphore pour soutenir la croissance en début de
saison, on peut l’épandre à faible dose, en bandes à
proximité des racines ou le mélanger à la solution
fertilisante de démarrage.
Contrairement à l’azote, le phosphore contenu dans
le fumier devient assimilable par les cultures sur une
très longue période. Des épandages périodiques
de fumier peuvent faire grimper les concentrations
de phosphore dans le sol. La meilleure façon d’évaluer
les répercussions à long terme des épandages de fumier
est de faire analyser le sol.
Avant tout épandage d’éléments nutritifs, les producteurs
qui sont tenus de se doter d’un plan de gestion des
éléments nutritifs doivent obligatoirement aménager une
bande tampon de végétation permanente d’une largeur
d’au moins 3 m aux abords de toute eau de surface. Il
est fortement recommandé d’aménager une telle bande
tampon même dans les cas où la loi n’en fait pas une
obligation. L’herbe contribue à réduire l’érosion et filtre
de façon naturelle les eaux de ruissellement qui gagnent
le cours d’eau.
Dans le cas de nombreuses cultures fruitières, les
épandages de fumier peuvent constituer un risque pour
la salubrité des aliments. Après un épandage de fumier,
veiller à respecter un délai d’attente avant récolte d’au
moins 120 jours.
Quand l’analyse de sol révèle une teneur en phosphore
supérieure à 30 ppm, utiliser l’indice-phosphore pour
déterminer les distances de retrait à respecter par
rapport aux eaux de surface. L’indice-phosphore utilise
des facteurs, qui comprennent la pente du champ,
la longueur de la pente, la classe de drainage du sol
et la texture du sol, pour déterminer une dose
approximative et des distances de retrait à respecter
par rapport aux eaux de surface lors des épandages
de phosphore.
Pour des détails, voir la fiche technique du MAAO,
Détermination de l’indice-phosphore dans un champ.
22
Méthodes d’application du phosphore
Comme le phosphore est relativement immobile dans
le sol, il est primordial de l’épandre en pleine surface et
de l’incorporer au sol avant la plantation des cultures
fruitières vivaces. Une partie du phosphore est souvent
appliquée en bandes ou dans la solution d’engrais de
démarrage au moment des plantations afin d’assurer
une croissance vigoureuse des nouvelles plantations.
Dans les cultures fruitières vivaces établies, le phosphore
peut être épandu en pleine surface ou en bandes près
des racines. Ne pas compter sur la fertirrigation pour
enrichir le sol de phosphore.
Besoins en phosphore
Se fier aux résultats d’une analyse de sol effectuée par un
laboratoire accrédité par le MAAO, ainsi qu’aux données
du tableau 2–12, Besoins en phosphore des cultures fruitières,
ci-dessous. Pour plus de précisions sur les différentes
cultures, voir Nutrition des fruits tendres, p. 33, Nutrition
des petits fruits, p. 115, Nutrition des pommiers, p. 185, et
Nutrition de la vigne, p. 245
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Nouvelles plantations1 de
cerisiers, pêchers, poiriers,
pommiers, pruniers et vignes
Plantations établies de
bleuets, cassis, fraises,
framboises, groseilles à
grappe et à maquereau,
matériel de pépinière
Nouvelles plantations de
bleuets, cassis, fraises,
framboises, groseilles à
grappe et à maquereau,
matériel de pépinière
Phosphore du
sol (ppm)*
Engrais minéraux
Besoins en phosphate
(P205) en kg/ha [cotes d’efficacité]
0-3
140 [EÉ]
100 [EÉ]
80 [EÉ]
4-5
130 [EÉ]
90 [EÉ]
60 [EÉ]
6-7
120 [EÉ]
80 [EÉ]
50 [EÉ]
8-9
110 [EÉ]
70 [EÉ]
40 [EM]
10-12
100 [EÉ]
70 [EÉ]
20 [EM]
13-15
90 [EÉ]
60 [EÉ]
0 [EF]
16-20
70 [EM]
50 [EM]
0 [EF]
21-25
60 [EM]
40 [EM]
0 [ETF]
26-30
50 [EM]
30 [EM]
0 [ETF]
31-40
40 [EM]
20 [EM]
0 [ETF]
41-50
0 [EF]
0 [ETF]
0 [ETF]
51-60
0 [ETF]
0 [ETF]
0 [ETF]
61-80
0 [EN]
0 [EN]
0 [EN]
0 [EN]
0 [EN]
0 [EN]
plus de 80
Les cotes d’efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne),
EF (efficacité faible), ETF (efficacité très faible) et EN (efficacité nulle)
indiquent la probabilité que l’apport de l’élément nutritif ait un avantage
économique.
* Mesuré par la méthode au bicarbonate de soude 0,5 M.
¹ Dans le cas des vergers et vignobles établis, les besoins sont évalués par
l’analyse des tissus végétaux.
Potassium
Le potassium est un élément important des cellules
végétales. Il influence aussi l’assimilation de l’eau par
les racines en plus de jouer un rôle dans la respiration et
la photosynthèse. Les teneurs en glucides et en amidon
de cultures comme la pomme de terre et la tomate
peuvent être influencées par les concentrations de
potassium. La plupart des cultures ont besoin de parts
égales de potassium et d’azote.
Observation des symptômes de carence
en potassium
Habituellement, les carences en potassium se
manifestent d’abord sur les vieilles feuilles. Elles
peuvent provoquer le jaunissement ou le brunissement
des pourtours des feuilles.
Les sources les plus courantes de potassium sont décrites
dans le tableau 2–9, Engrais – Éléments nutritifs primaires,
p. 19.
Fumier
Le fumier est une source de potassium excellente et peu
coûteuse. Il enrichit en même temps le sol de matière
organique et d’oligo-éléments. Le tableau 2–10, Valeurs
de remplacement moyennes en fertilisants des fumiers, p. 20,
montre la teneur approximative des fumiers en
potasse assimilable.
Contrairement à l’azote, le potassium contenu dans le
fumier a une très longue rémanence dans le sol. Les
épandages périodiques de fumier peuvent avec
le temps amener des accumulations de potassium dans
le sol qu’on doit surveiller en faisant analyser le sol.
Dans le cas de nombreuses cultures fruitières, les
épandages de fumier peuvent constituer un risque pour
la salubrité des aliments. Après un épandage de fumier,
veiller à respecter un délai d’attente avant récolte d’au
moins 120 jours.
Méthodes d’application du potassium
La mobilité des engrais potassiques est limitée, se situant
entre celles de l’azote et du phosphore. Le potassium n’est
pas sujet aux pertes par lessivage, sauf peut-être dans les
sols très sableux pauvres en matière organique. Il faut
épandre la potasse en pleine surface et l’incorporer au sol
avant les plantations. Si l’on utilise un système d’irrigation
au goutte-à-goutte, jusqu’à la moitié des besoins en
potassium peuvent être comblés par fertirrigation une fois
la culture établie. Au moins la moitié du potassium doit
être appliqué au printemps en pleine surface ou en bandes
à l’aplomb du pourtour du feuillage ou dans la bande
d’herbicide. Le potassium et l’azote peuvent être mélangés
et appliqués en un seul passage.
Des applications foliaires sont possibles dans les
vignobles; elles sont recommandées les années de
sécheresse lorsque les pieds de vigne parviennent mal
à prélever les nutriments dans le sol. Les applications
foliaires effectuées à la véraison peuvent améliorer
le rendement en raisin.
Besoins en potassium
Se fier aux résultats d’une analyse de sol effectuée par un
laboratoire accrédité par le MAAO, ainsi qu’aux données
du tableau 2–13, Besoins en potassium des cultures fruitières,
plus bas. Pour plus de précisions sur les différentes
23
GESTION DU SOL
Sources de potassium
Tableau 2–12. Besoins en phosphore
des cultures fruitières
cultures, voir Nutrition des fruits tendres, p. 33, Nutrition des
petits fruits, p. 115, Nutrition des pommiers, p. 185,
et Nutrition de la vigne, p. 245.
Des apports excessifs de potassium risquent de nuire
à la capacité de la culture d’extraire le magnésium du
sol. Là où les concentrations de potassium sont fortes,
il y a lieu de craindre les carences en magnésium si les
concentrations de cet élément sont déjà faibles.
Le potassium est important pour la coloration des fruits,
la rusticité hivernale, la croissance des plants et la résistance
aux maladies des arbres fruitiers. Chez le pommier et les
arbres à fruits tendres, ne pas dépasser 3 kg de potasse par
arbre, même dans les cas de carence grave.
Sur les plants de bleuets, les cassissiers et les groseilliers
à grappe et à maquereau, ne pas utiliser de chlorure
de potassium (0-0-60) en raison de leur sensibilité
au chlorure.
Potassium du sol
(ppm)*
0-15
Nouveaux vignobles1,2
Nouvelles plantations de
cerisiers, pêchers, poiriers,
pommiers et pruniers1
Tableau 2–13. Besoins en potassium
des cultures fruitières
Plantations nouvelles
ou établies de bleuets,
cassis, fraises, framboises,
groseilles à grappe et à
maquereau, matériel de
pépinière
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Besoins en potasse
(K20) en kg/ha [cotes d’efficacité]
130 [EÉ]
180 [EÉ]
270 [EÉ]
16-30
120 [EÉ]
170 [EÉ]
270 [EÉ]
31-45
110 [EÉ]
160 [EÉ]
270 [EÉ]
46-60
100 [EÉ]
140 [EÉ]
270 [EÉ]
61-80
90 [EÉ]
110 [EÉ]
270 [EÉ]
81-100
80 [EÉ]
70 [EM]
270 [EÉ]
101-120
70 [EM]
40 [EM]
270 [EÉ]
121-150
60 [EM]
20 [EM]
270 [EM]
151-180
40 [EM]
0 [EF]
270 [EM]
181-210
0 [EF]
0 [EF]
270 [EM]
211-250
0 [ETF]
0 [ETF]
270 [EF]
0 [EN]
0 [EN]
270 [EF]
250+
Les cotes d’efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne),
EF (efficacité faible), ETF (efficacité très faible) et EN (efficacité nulle)
indiquent la probabilité que l’apport de l’élément nutritif ait un avantage
économique.
* Mesuré à l’aide d’un extrait d’acétate d’ammonium 1 M.
¹ Dans le cas des vergers et vignobles établis, les besoins sont évalués par
l’analyse des tissus végétaux.
² N’appliquer qu’une fois tous les deux ans.
24
Calcium
Le calcium est un élément indispensable des parois
cellulaires. Il intervient dans le métabolisme et la
formation du noyau cellulaire. Le pectinate de calcium
dans les parois cellulaires fait obstacle à l’envahissement
des cellules par les agents pathogènes. Le calcium est
peu mobile à l’intérieur de la plante.
Des carences en calcium peuvent faire mourir les points
végétatifs. Elles peuvent aussi provoquer la chute
prématurée des fleurs et des bourgeons. Cependant, les
carences en calcium sont rares dans les cultures fruitières
pratiquées dans des sols au pH entre 6,0 et 7,5. Dans
les loams sableux à texture grossière ayant un pH acide
ou faible, des applications au sol ou foliaires de calcium
peuvent être nécessaires. Voir le tableau 2–14, Taux
d’application du magnésium, du calcium et des oligo-éléments,
ci-dessous.
Certaines cultures peuvent souffrir de désordres liés au
calcium, par exemple, la brûlure de la pointe chez le
fraisier, la gommose chez le prunier et les taches amères
chez certains cultivars de pommier. Plusieurs pratiques
de gestion réduisent l’incidence des désordres liés au
calcium. En évitant tout apport excessif d’azote, on
contribue à prévenir une croissance végétative excessive
et à éviter ainsi une dilution du calcium dans le végétal.
De bonnes pratiques de gestion du sol garantissent une
bonne croissance racinaire qui, à son tour, favorise une
bonne assimilation de l’eau et des éléments nutritifs.
Des arrosages effectués au bon moment favorisent la
circulation du calcium dans les plants.
Des applications foliaires de calcium peuvent permettre
de réduire l’incidence des taches amères chez les
pommiers, de la gommose chez les pruniers européens,
de la pourriture de la tige et de la rafle chez certains
cépages et de divers problèmes chez les poiriers.
N’appliquer qu’en cas de problèmes appréhendés
pour éviter les risques de brûlure des feuilles et de
mûrissement prématuré associés aux applications
foliaires de calcium. Pour plus de précisions sur les
différentes cultures, voir Nutrition des fruits tendres,
p. 33, Nutrition des pommiers, p. 185, et Nutrition
de la vigne, p. 245. Ne pas utiliser de bouillie concentrée
pour les pulvérisations, sous peine de causer la brûlure
du feuillage. Pour éviter de nuire à la qualité et à
l’aptitude au stockage des fruits, s’abstenir d’appliquer
des préparations renfermant de l’azote au delà de la fin
juillet, à moins qu’il ne faille corriger une carence en
azote. Consulter la fiche technique du MAAO, La lutte
contre la tache amère des pommes.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Un certain nombre d’oligo-éléments sont offerts sous forme chélatée, sous différentes formulations et avec différentes teneurs en éléments nutritifs.
Voir sur l’étiquette du produit les recommandations relatives à des cultures en particulier. La dose efficace est la même pour les produits chélatés que
pour les autres formulations.
Élément
Calcium (Ca)
Source
chaux calcique
Bore (B)
Fer (Fe)
Manganèse (Mn)
au sol
foliaire
22–40
—
✓
—
36
64 % de chlorure
✓
✓
nitrate de calcium
19
15,5 % d’azote
✓
✓
23
19 % de soufre
✓
—
chaux dolomitique
16–22
6–13 % de magnésium
✓
—
chaux granulaire
16–40
0–13 % de magnésium
✓
—
16–22 % de calcium
✓
—
chaux dolomitique
6–13
sels d’Epsom
9
13 % de soufre
✓
✓
sulfate de potasse et de magnésie
11
22 % de potasse (K₂O)
20 % de soufre
✓
—
borate de sodium
12–21
—
✓
✓
20
—
—
✓
divers matériaux granulaires
12–15
—
✓
—
cuivre chélaté
5–13
—
—
✓
sulfate de cuivre
13–25
Solubor
Cuivre (Cu)
Teneur en l’élément
chlorure de calcium
sulfate de calcium (gypse)
Magnésium (Mg)
Traitement
Teneur en d’autres
éléments nutritifs
sulfate de fer
20
6,5–12,5 % de soufre
✓
—
11 % de soufre
—
✓
chélates de fer
3–13
—
—
✓
manganèse chélaté
5–12
—
—
✓
sulfate de manganèse
28–32
—
✓
Molybdène (Mo)
molybdate de sodium
39
—
—
✓
Zinc (Zn)
zinc chélaté
9–14
—
—
✓
oxysulfate de zinc
8–36
—
✓
—
17 % de soufre
✓
✓
sulfate de zinc
36
16–18 % de soufre
Tableau 2–15. Cotes d’efficacité du magnésium dans les cultures fruitières en fonction des résultats des analyses de sol
Teneur du sol en
magnésium*
(ppm de Mg)
Cote d’efficacité
Recommandation
Inférieure à 20
EÉ
Un apport de magnésium (Mg) est nécessaire pour toutes les cultures. Si le pH est inférieur à 6,5,
épandre de la chaux dolomitique. Si le pH est plus élevé, appliquer 30 kg de Mg soluble/ha. Des
applications de potasse en excédent des doses recommandées sur le rapport d’analyse de sol
augmentent les risques de carences en magnésium.
De 20 à 39
EM
Aucun apport de magnésium n’est nécessaire, à moins que l’analyse de sol ne révèle une teneur en
potassium (K) supérieure à 250 ppm. Si le dosage du K est supérieur à 250 ppm et que le pH est inférieur
à 6,5, appliquer de la chaux dolomitique. Si le pH est plus élevé et que la teneur en K est supérieure à
250 ppm, appliquer 30 kg de Mg soluble/ha.
De 40 à 100
EF
S’il faut chauler, utiliser de la chaux dolomitique.
De plus de 100
EN
S’il faut chauler, utiliser indifféremment de la chaux dolomitique ou de la chaux calcique.
EÉ = efficacité élevée; EM = efficacité moyenne; EF = efficacité faible; et EN = efficacité nulle.
* Titré à l’acétate d’ammonium 1 M.
25
GESTION DU SOL
Tableau 2–14. Taux d’application du magnésium, du calcium et des oligo-éléments
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Magnésium
Le magnésium est une composante indispensable
de la chlorophylle. Il aide à la formation des glucides,
des huiles et des gras.
Comme le magnésium est mobile à l’intérieur des
végétaux et se diffuse vers les tissus en croissance, les
carences en magnésium se manifestent habituellement
d’abord sur les feuilles les plus vieilles, puis par
translocation sur les plus jeunes feuilles. Les tissus des
feuilles entre les nervures jaunissent, tandis que les
nervures restent vertes. Les carences graves provoquent
l’enroulement du pourtour des feuilles. Chez les
pommiers, une carence en magnésium peut causer
une chute prématurée des fruits, surtout s’il s’agit de
McIntosh. Une application foliaire permet de corriger
une carence en magnésium dans l’année de l’application
seulement, ce qui oblige à la doubler d’une application
au sol pour corriger le problème à plus long terme.
Se fier au dosage du magnésium dans le sol effectué
par un laboratoire accrédité par le MAAO ainsi qu’aux
données du tableau 2–15, Cotes d’efficacité du magnésium
dans les cultures fruitières en fonction des résultats des analyses
de sol, ci-dessus.
Comme des épandages excessifs de potassium peuvent
entraîner une carence en magnésium, éviter les fortes
doses de potasse dans les sols qui sont pauvres en
magnésium.
Oligo-éléments
Les oligo-éléments comprennent le bore, le cuivre, le
fer, le manganèse, le molybdène et le zinc. Les végétaux
utilisent ces éléments en beaucoup plus petites quantités
que les macro-éléments (azote, phosphore, potassium,
calcium et magnésium). Les quantités nécessaires étant
tellement petites, il est en général inutile de faire des
apports systématiques d’oligo-éléments. Il reste que
les carences doivent absolument être corrigées, car
les oligo-éléments sont indispensables à la croissance
des végétaux.
Les concentrations d’oligo-éléments dans le sol sont
habituellement beaucoup plus faibles que celles des
macro-éléments. Le pH du sol ainsi que ses teneurs en
matière organique, en argile et en minéraux peuvent
influencer considérablement la biodisponibilité des
oligo-éléments. En conséquence, l’analyse de sol donne
une idée moins précise de la biodisponibilité des
oligo-éléments que de celle des macro-éléments.
26
Fertiliser le sol ou les feuilles?
Les deux types de fertilisation jouent un rôle dans la
culture des fruits. Les cultures ont besoin pour leur
croissance de quantités passablement importantes de
macro-éléments. La fertilisation du sol est par conséquent
le moyen le plus efficace et le plus économique de fournir
ces éléments aux végétaux. L’absorption foliaire des
éléments nutritifs se fait par les cuticules et les stomates.
La quantité d’éléments nutritifs assimilables par ces voies
est par contre assez limitée. De forts taux d’application
risquent d’endommager les cultures.
Comme les besoins en oligo-éléments sont beaucoup
plus faibles, ils sont souvent comblés par des applications
foliaires, surtout quand les conditions de sol limitent
la biodisponibilité des oligo-éléments. Les applications
foliaires sont le moyen le plus rapide de corriger
une éventuelle carence en un oligo-élément. Selon
l’oligo-élément en cause et le pH du sol, l’application
foliaire peut être suivie d’une application au sol dans le
but d’éviter que la carence ne se manifeste à nouveau.
Ne pas appliquer d’oligo-éléments sur des cultures
fruitières à moins qu’une carence ne soit observée.
N’apporter que la quantité de l’oligo-élément nécessaire
pour corriger la carence. L’écart est parfois mince entre
la concentration qui provoque une carence et celle qui
provoque la phytotoxicité.
Au moment d’appliquer des mélanges de plusieurs
oligo-éléments, faire preuve de prudence pour éviter
d’endommager les cultures. Toujours se conformer au
mode d’emploi prévu sur l’étiquette du produit. Ne pas
combiner d’oligo-éléments avec des insecticides, des
fongicides ou des herbicides, à moins que des données
publiées par les fabricants ne précisent que les produits
sont compatibles. Bien des oligo-éléments chélatés
épaississent s’ils sont mélangés avec des pesticides.
Se montrer vigilant lorsque des oligo-éléments sont
appliqués au moyen d’un réseau de fertirrigation.
Certains mélanges d’oligo-éléments peuvent obstruer
les goutteurs.
L’absorption foliaire des éléments nutritifs peut
être améliorée par le choix du bon moment de la
fertilisation et par l’utilisation de surfactants. Les
cuticules des feuilles tendres sont habituellement
moins épaisses, ce qui facilite l’absorption des éléments
nutritifs. L’absorption foliaire est aussi facilitée par
les pulvérisations faites tôt le matin. L’épaississement
de la cuticule causé par un stress hydrique peut nuire
à l’absorption. Éviter d’effectuer des pulvérisations
foliaires pendant le gros du soleil au moment où les
feuilles s’assèchent rapidement. Veiller à ce que le
produit recouvre bien tout le feuillage, surtout le revers
des feuilles.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Bore
Le bore joue un rôle important dans la structure
des parois cellulaires, la nouaison et la formation des
graines ainsi que dans le métabolisme des protéines et
des glucides.
Les carences en bore s’observent surtout dans les sols
alcalins ou sur les collines sablonneuses. Les symptômes
de carence en bore varient énormément d’une culture à
l’autre. Chez le pommier, les symptômes se manifestent
par la pourriture interne et la chute prématurée de fruits
très colorés. Le bore peut être toxique pour certaines
cultures qui y sont sensibles si celles-ci sont mises en
place dans un sol qui a été enrichi de bore ou qui a fait
l’objet d’une application excessive de bore.
Il n’existe pas d’analyse reconnue par le MAAO pour
le dosage du bore dans le sol. Certains rapports d’analyse
de sol indiqueront toutefois une valeur pour le bore
présent dans le sol. Comme les teneurs dans le sol sont
souvent inférieures à 1 ppm, il est très difficile d’obtenir
une mesure précise. S’il s’agit de corriger une carence,
les fabricants de fertilisants peuvent mélanger des
sources de bore avec les engrais à appliquer. Pour des
résultats plus rapides, les apports de bore peuvent aussi
se faire par application foliaire.
Certaines cultures sont très sensibles aux carences en
bore, même lorsque celles-ci sont légères. Un pH du
sol qui se situe entre 5,0 et 7,0 offre les conditions
optimales pour l’assimilation du bore. Les carences en
bore risquent davantage de se manifester dans des sols
pauvres en matière organique et dans des zones où
le sous-sol est exposé ou érodé. La disponibilité du bore
décroît en périodes de sécheresse.
Cuivre
Le cuivre joue un rôle dans la production de
chlorophylle. Il peut aussi intervenir dans la maîtrise
partielle de certaines maladies.
Les carences en cuivre sont rares en sols minéraux, sauf
peut-être dans les sols très sableux.
Il n’existe pas d’analyse reconnue par le MAAO pour
le dosage du cuivre dans le sol, car les teneurs en cuivre
fournies par les analyses de sol sont peu fiables. Les
analyses des tissus végétaux se révèlent plus utiles.
Le sulfate de cuivre peut endommager les feuilles.
Fer
Le fer est nécessaire à la formation de chlorophylle,
à la respiration végétale et à la formation de
certaines protéines.
Bien qu’elle soit rarement observée en Ontario, la
carence en fer, aussi appelée chlorose ferrique induite
par la chaux, se manifeste d’abord sur les nouvelles
feuilles. Celles-ci jaunissent entre les nervures, qui, elles,
restent vertes sauf dans les cas extrêmes. Souvent, les
symptômes ne sont observables que dans une partie du
plant. Les facteurs liés aux carences en fer comprennent
de fortes concentrations de chaux (et par conséquent des
pH élevés) et des déséquilibres extrêmes avec d’autres
oligo-éléments comme le molybdène, le cuivre ou
le manganèse.
En Ontario, il est difficile d’établir un lien entre
le dosage du fer révélé par une analyse de sol et
l’absorption du fer par les plantes ou la réaction à la
fertilisation, ce qui explique qu’il n’y ait pas d’analyse
reconnue par le MAAO pour le dosage du fer dans
le sol. L’analyse des tissus végétaux est une mesure
beaucoup plus fiable de la disponibilité du fer. Les
carences en fer sont faciles à corriger par des applications
foliaires de chélates de fer, tandis que les applications au
sol de fer ne sont généralement pas efficaces.
Manganèse
Le manganèse intervient dans la photosynthèse et la
production de chlorophylle. Il contribue à activer les
enzymes participant à la distribution des régulateurs de
croissance dans le végétal.
Les carences en manganèse provoquent le jaunissement
des tissus entre les nervures des nouvelles feuilles.
Le vert des feuilles pâlit graduellement, sauf près
des nervures où il reste foncé. Des cas de toxicité
du manganèse peuvent se manifester dans les sols
ayant un pH faible. Des taches brunes ou des zones
marbrées de jaune apparaissent alors près de la pointe
et sur le pourtour des feuilles, les plus vieilles étant
habituellement les plus atteintes. Des taches brunes
peuvent aussi apparaître sur les nervures, les pétioles
et les tiges.
L’analyse de sol reconnue par le MAAO pour le
dosage du manganèse s’utilise avec un indice de la
biodisponibilité du manganèse. Cet indice révèle
la biodisponibilité du manganèse en fonction de la
concentration de manganèse dans le sol et du pH du sol.
27
GESTION DU SOL
S’il faut appliquer un oligo-élément, se reporter au
tableau 2–14, Taux d’application du magnésium, du calcium
et des oligo-éléments, p. 25, et consulter l’étiquette du
produit pour de l’information sur les doses, le moment
des applications et les recommandations à suivre pour
limiter les dommages.
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Les applications au sol de manganèse peuvent être
utiles dans les sols acides et sableux. Dans les sols
affichant un pH supérieur à 6,5, le manganèse appliqué
au sol ne sera pas biodisponible. Dans les sols alcalins,
les applications en bandes latérales sont souvent plus
efficaces que les applications en pleine surface. Une
application foliaire de manganèse est généralement plus
efficace si une carence est confirmée. Si une carence est
confirmée, faire les pulvérisations foliaires quand les
plants ont atteint environ le tiers de leur taille ou avant.
Deux pulvérisations ou plus peuvent être nécessaires à
intervalles de 10 jours.
La biodisponibilité du manganèse est optimale lorsque
le pH du sol se situe entre 5,0 et 6,5. Il est important
de ne pas ajouter plus de chaux qu’il n’en faut pour
corriger l’acidité du sol. Des teneurs élevées en matière
organique réduisent la biodisponibilité du manganèse.
Des applications foliaires peuvent être nécessaires aux
cultures produites sur des terres noires.
Zinc
Le zinc est important dans les premiers stades de
croissance et dans la formation des graines. Il joue
aussi un rôle dans la production de la chlorophylle et
des glucides.
Le zinc est relativement immobile à l’intérieur du plant.
Les symptômes de carence apparaissent d’abord sur
les nouvelles feuilles et prennent la forme de marbrures,
d’une chlorose internervaire, de rayures ou de bandes
de couleur différente. Aux stades de croissance avancés
des arbres fruitiers, les petites feuilles étroites des pousses
terminales sont disposées en rosettes. Ces dernières sont
caractéristiques des carences en zinc. Les analyses des
feuilles et du sol permettent de déceler les carences en zinc.
L’analyse de sol reconnue par le MAAO pour le dosage
du zinc exprime les résultats au moyen d’un indice
de zinc, lequel évalue la biodisponibilité du zinc en
fonction de la concentration de zinc dans le sol et du pH
du sol. Il est possible de prévenir une carence en zinc
par l’application d’un engrais renfermant du zinc selon
une dose de 4 kg de zinc/ha. Une application en pleine
surface allant jusqu’à 14 kg de zinc/ha corrigera une
carence pendant trois ans. Ne pas épandre en bandes
latérales plus de 4 kg de zinc/ha. Au début de la saison
de croissance, les pulvérisations foliaires peuvent servir
à corriger une carence une fois les symptômes apparus.
Les carences en zinc sont surtout observées dans les sols
sableux aux pH élevés. Les monticules fortement érodés
peuvent présenter des problèmes de carence. Des apports
importants de phosphore peuvent aggraver les carences
en zinc. Le fumier d’élevage est souvent une excellente
source de zinc.
28
Cultures de couverture
Les cultures de couverture jouent un rôle clé dans la
gestion du sol en offrant une couverture végétale qui
réduit l’emprise de l’érosion et en enrichissant le sol de
matière organique, ce qui contribue à maintenir ou à
améliorer la structure du sol. On s’intéresse de plus en
plus aux plantes couvre-sol utilisées en remplacement ou
en complément de produits chimiques pour assurer la
maîtrise partielle de maladies et d’ennemis des cultures.
On peut les semer à des dates très variées. Cependant,
pour que l’investissement dans une culture de
couverture soit le plus profitable possible sur le plan de
l’amélioration du sol, la semer sitôt la culture récoltée.
Même si les semis à la volée des cultures de couverture
suivis d’une incorporation au sol permettent à ces
cultures de bien s’établir, la méthode du semis direct
ou l’utilisation d’un semoir à grains donne des résultats
plus rapides et un peuplement plus uniforme.
Le choix de la culture de couverture doit reposer sur
les objectifs poursuivis. Voir le tableau 2–16, Choix
d’une culture de couverture, p. 30, et le tableau 2–17,
Caractéristiques des cultures de couverture, p. 30. Les
cultures de couverture entrent dans trois grandes
catégories selon le type de végétaux : les graminées,
les légumineuses et les espèces dicotylédones
non légumineuses.
Graminées
Les graminées ont des systèmes racinaires fins et
fasciculés qui en font des plantes bien adaptées pour
fixer le sol et en améliorer la structure. Les espèces de
graminées à privilégier comme cultures de couverture
sont celles qui poussent rapidement et qui sont
relativement faciles à détruire (soit chimiquement, soit
mécaniquement ou par le froid hivernal). Les graminées
ne fixent pas l’azote de l’atmosphère, mais elles peuvent
absorber en grandes quantités l’azote résiduel (qui reste
dans le sol après une culture). Les bandes de graminées
brise-vent sont habituellement créées à partir des
cultures de couverture ayant résisté à l’hiver.
Céréales de printemps
Les céréales de printemps conviennent bien aux semis
de fin d’été et de début d’automne. Sous de bonnes
conditions de culture, les céréales de printemps, dont
l’avoine et l’orge, sont les cultures qui produisent la
biomasse la plus importante en plus de bien couvrir le
sol. Une fois bien établies, les céréales de printemps sont
relativement tolérantes au gel. Toutefois, ne pas chercher
à établir des céréales de printemps plus tard qu’à la
mi-septembre, car leur croissance sera limitée.
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Espèces dicotylédones non légumineuses
Les céréales d’automne sont des cultures très
polyvalentes. Semées durant l’été, elles produiront des
talles et deviendront fournies, car elles ont besoin de
froid pour amorcer leur floraison. On peut également
semer des céréales, comme le blé d’automne et le seigle,
à l’automne comme cultures de couverture. En général,
les céréales d’automne résistent bien à l’hiver tout en
procurant une protection contre l’érosion tout au long
de l’hiver et du printemps. On peut utiliser ces
graminées pour créer des barrières brise-vent ou pour
les résidus de chaume qu’elles laissent. On peut aussi les
détruire tôt par un traitement herbicide afin qu’il reste
le moins de résidus possible au moment des semis.
Ces espèces n’ont pas la faculté de fixer l’azote de l’air,
mais elles peuvent en absorber de grandes quantités
qu’elles puisent dans le sol. La croissance sera faible
si le sol est pauvre en azote ou s’il est très compacté.
La plupart de ces espèces ne résistent pas à l’hiver, aussi
n’est-il pas nécessaire, normalement, de les détruire,
mais il ne faut pas les laisser monter à graines, si l’on
veut éviter un problème de repousses spontanées dans
la plantation fruitière.
Graminées de saison chaude
Les graminées de saison chaude, comme le sorgho et
le millet, se prêtent surtout aux semis effectués à la
fin de juin, en juillet et au début d’août. Elles sont très
sensibles au gel. Elles produisent des racines étendues
et des parties aériennes luxuriantes. Ces graminées
ont besoin d’être tondues fréquemment si l’on veut
maintenir leurs tiges souples et éviter l’épiaison. Ne
pas les faucher à moins de 15 cm de hauteur pour
leur assurer une bonne repousse. Pour une croissance
optimale, un apport d’azote peut être nécessaire.
Légumineuses
Les cultures de couverture de légumineuses peuvent
fixer l’azote de l’atmosphère et le rendre biodisponible
aux cultures qui les suivent. Elles protègent aussi le sol
contre l’érosion et l’enrichissent de matière organique.
La quantité d’azote fixée par ces cultures varie selon
l’espèce, la densité du peuplement et la durée de la
croissance. En général, plus les parties aériennes sont
développées, plus les plants fixent l’azote. Des recherches
menées en Ontario suggèrent que les légumineuses
utilisées comme cultures de couverture, notamment le
trèfle rouge, sont aussi utiles pour le piégeage de l’azote
du sol.
Mélanges de cultures de couverture
Il existe un intérêt grandissant à l’égard des mélanges
de cultures de couverture. On trouve des mélanges
simples de deux espèces, comme l’avoine et le radis,
et des mélanges plus complexes. Les mélanges
accroissent la diversité, et leur synergie semble favoriser
la croissance des plantes.
Cultures de couverture nouvelles et
émergentes
Chaque année, de nouvelles cultures sont évaluées
comme cultures de couverture. Souvent, ces espèces
viennent d’ailleurs dans le monde et ne sont pas très
bien adaptées aux conditions de croissance de l’Ontario.
Pour plus d’information sur les nouvelles espèces
de plantes couvre-sol et celles qui sont bien connues,
consulter la page Web du MAAO consacrée à la
gestion des sols, à www.ontario.ca/cultures, ou consulter
les pages régionales et l’outil de sélection des cultures
de couverture (Cover Crop Decision Tool) du Midwest
Cover Crop Council, à www.mccc.msu.edu (cliquer d’abord
sur Cover crops selector).
La libération d’azote par les légumineuses n’est pas
uniforme. Il faut en tenir compte dans la détermination
des apports de fertilisant nécessaires. Trop d’azote libéré
tard dans la saison peut mener à un excès de croissance
végétative dans les cultures fruitières.
Certaines espèces de légumineuses, comme la luzerne
ou le trèfle rouge, ont une racine pivotante très puissante
capable de s’enfoncer jusque dans le sous-sol compacté,
mais il faut pour cela que la plante reste en place
pendant plus d’un an.
29
GESTION DU SOL
Céréales d’automne
Tableau 2–16. Choix d’une culture de couverture
Fonction de la culture de couverture
Culture la plus indiquée
Production d’azote
• Trèfle rouge ou vesce
Piégeage de l’azote
• Assimilation à l’automne : radis oléagineux et autres brassicacées (crucifères), avoine
• Assimilation durant l’hiver ou le printemps : blé d’automne, seigle
Maîtrise partielle des mauvaises herbes
• Radis oléagineux et autres brassicacées (crucifères)
• Seigle d’automne, hybrides de sorgho et d’herbes du Soudan
• Sarrasin
Maîtrise partielle des nématodes1
•
•
•
•
•
Amélioration de la structure du sol
• Avoine, seigle d’automne après un hiver
• Mélange de cultures de couverture diverses
Ameublissement d’un sol compacté
• Luzerne, mélilot
Retour au sol de biomasse
• Automne : avoine, radis oléagineux, mélange de cultures de couverture diverses
Été : millets, hybrides de sorgho et d’herbes du Soudan
Protection contre les érosions (éolienne ou hydrique)
• Seigle d’automne, blé d’automne
• Toute culture de couverture bien établie (p. ex., ray-grass)
Moutarde – Caliente, Cutlass, Forge
Hybrides de sorgho et d’herbe du Soudan – Sordan 79, Trudan 8
Millet perlé – CFPM 101
Tagète – Crackerjack, Creole
Radis oléagineux – Adagio, Colonel
La maîtrise partielle des nématodes dépend spécifiquement de la culture de couverture employée, de l’espèce de nématode à combattre et de la gestion de la culture
de couverture.
1
Hospitalité3 à l’égard
des nématodes
des racines ou
cédidogènes
Maîtrise partielle
des mauvaises
herbes
Amélioration de la
structure du sol
mi-aoûtsept.
9 (48)
P
détruit par une
forte gelée
bonne
bonne
+/–
très rapide
fibreuse
blé d’automne
100–130
sept.-oct.
3 (38)
P
résiste très bien
à l’hiver
bonne
bonne
+/nh
rapide
fibreuse
seigle d’automne
100–125
sept.-oct.
1 (34)
P
résiste très bien
à l’hiver
très bonne
très bonne
+4/nh
très rapide
fibreuse
hybrides de
sorgho et d’herbe
du Soudan
30–50
juin-août
18 (65)
P
ne résiste pas
au gel
bonne
bonne ou
passable
nh/–
très rapide
fibreuse
grossière
millet perlé
4–9
juin-août
18 (65)
P
ne résiste pas
au gel
bonne
bonne ou
passable
nh/nh
rapide
fibreuse
grossière
ray-grass
12–18
avr.-mai ou
août-début
sept.
4,5 (40)
P
ray-grass
annuel et d’Italie : survivent
souvent; vivaces
résistent
très bonne
passable
ou
médiocre
–/–
établissement
lent
dense
fibreuse
Type de racine
50–125
Croissance /
établissement
Azote fixé (F) ou
piégé (P)2
céréales de
printemps
Espèce
Rusticité
Temp. de
germination
min. en ˚C (˚F)
Moment du semis
Tableau 2–17. Caractéristiques des cultures de couverture
Taux de semis
(kg/ha)1
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Graminées
Hospitalité à l’égard des nématodes :
– = peu hospitalière; + = hospitalière; nh = non hospitalière.
La densité de semis peut varier énormément selon le but de la culture de couverture, le type de sol et le besoin en résidus de cultures ou la tolérance envers ceux-ci.
1
100 kg/ha = 90 lb/ac.
2
Le radis oléagineux, le sarrasin et les graminées ne fixent pas l’azote atmosphérique, mais piègent l’azote contenu dans le sol et les fumiers.
3
Des différences variétales au sein des espèces peuvent modifier la réaction des nématodes. Il importe de choisir la variété appropriée pour s’assurer que la culture
de couverture n’est pas une culture hospitalière.
4
Le classement du seigle de pleine saison à l’égard des nématodes serait plus élevé.
5
Certaines maladies causées par Pythium et Phytophthora peuvent être plus graves après une culture de couverture de légumineuses.
6
Les radis oléagineux et les autres brassicacées peuvent être utilisés en tant que biofumigants s’ils sont gérés d’une manière appropriée. Leurs résidus peuvent être
toxiques ou allélopathiques pour la culture suivante si celle-ci suit de trop près la date d’enfouissement de l’engrais vert. Laisser la chance aux résidus de la culture
de couverture de se décomposer ou de s’assécher avant la mise en place de la culture suivante.
30
2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture
Hospitalité3 à l’égard
des nématodes
des racines ou
cédidogènes
Maîtrise partielle
des mauvaises
herbes
Amélioration de la
structure du sol
F ou P
survit à l’hiver
bonne
passable
ou
médiocre
++/+
établissement
lent
pivotante
avec
racines
secondaires
fibreuses
trèfle rouge
8–10
mars-avril
5 (41)
F ou P
survit à l’hiver
bonne
passable
++/+++
établissement
lent
pivotante
faible ou
fibreuse
mélilot
8–10
mars-avril
5,5 (42)
F ou P
survit à l’hiver
bonne
passable
–/–
établissement
lent
pivotante
forte
pois de grande
culture
40–100
juil.-début
sept.
5 (41)
F ou P
détruit par une
forte gelée
médiocre
bonne ou
passable
–/–
rapide
pivotante
faible ou
fibreuse
Type de racine
15,6 (60)
Croissance /
établissement
Azote fixé (F) ou
piégé (P)2
août
Rusticité
Temp. de
germination
min. en ˚C (˚F)
Moment du semis
20–30
Taux de semis
(kg/ha)1
vesce velue
Espèce
Dicotylédones — Légumineuses5
Dicotylédones — Non-légumineuses
sarrasin
50–60
juin-août
10 (50)
S
détruit par la
première gelée
médiocre
très bonne
+++/nh
rapide
pivotante
faible ou
fibreuse
radis oléagineux6
6–14
mi-aoûtdébut sept.
7 (45)
S
détruit par une
forte gelée
passable
très bonne
–/–
rapide
pivotante
moyenne
autres brassicacées6 c.-à-d.,
moutarde, radis
fourrager
varie
selon
l’espèce
mi-aoûtdébut sept.
5-7
(41-45)
S
selon l’espèce;
bon nombre
détruites par
une forte gelée
passable
très bonne
–/–
rapide
pivotante
moyenne
Hospitalité à l’égard des nématodes : – = peu hospitalière; + = hospitalière; nh = non hospitalière.
La densité de semis peut varier énormément selon le but de la culture de couverture, le type de sol et le besoin en résidus de cultures ou la tolérance envers ceux-ci.
1
100 kg/ha = 90 lb/ac.
2
Le radis oléagineux, le sarrasin et les graminées ne fixent pas l’azote atmosphérique, mais piègent l’azote contenu dans le sol et les fumiers.
3
Des différences variétales au sein des espèces peuvent modifier la réaction des nématodes. Il importe de choisir la variété appropriée pour s’assurer que la culture
de couverture n’est pas une culture hospitalière.
4
Le classement du seigle de pleine saison à l’égard des nématodes serait plus élevé.
5
Certaines maladies causées par Pythium et Phytophthora peuvent être plus graves après une culture de couverture de légumineuses.
6
Les radis oléagineux et les autres brassicacées peuvent être utilisés en tant que biofumigants s’ils sont gérés d’une manière appropriée. Leurs résidus peuvent être
toxiques ou allélopathiques pour la culture suivante si celle-ci suit de trop près la date d’enfouissement de l’engrais vert. Laisser la chance aux résidus de la culture
de couverture de se décomposer ou de s’assécher avant la mise en place de la culture suivante.
31
GESTION DU SOL
Tableau 2–17. Caractéristiques des cultures de couverture (suite)
GESTION DU SOL
Guide de la culture fruitière 2014-2015
32
3. Fruits tendres
Nutrition des fruits tendres
Faire analyser le sol une année avant la plantation
d’­arbres fruitiers, ou deux ans avant si l’on pense devoir
corriger le pH. La période qui précède les plantations
est la seule occasion de bien incorporer au sol certaines
matières, telles que matière organique, phosphore,
potassium et chaux destinée à modifier le pH, qui
ne se déplacent pas rapidement dans le sol, mais qui
sont nécessaires si l’on veut optimiser la productivité
du verger.
Le fumier dans les vergers
Dans bien des cultures fruitières, les épandages de
fumier peuvent engendrer des problèmes de salubrité
des aliments. S’assurer qu’au moins 120 jours s’écoulent
entre l’épandage et la cueillette.
Le fumier renferme de la matière organique utile et
bien des macro-éléments et des oligo-éléments. L’azote
organique contenu dans le fumier se minéralise avec le
temps, ce qui donne lieu à une libération graduelle de
l’azote en quantités décroissantes pendant des années
suivant l’épandage. Si du fumier a été épandu, corriger
les apports d’azote organique et inorganique de manière
à éviter une surfertilisation azotée. Un apport excessif
d’azote, surtout dans la seconde moitié de la saison de
croissance, peut entraîner des défauts de coloration des
fruits, une réduction de la durée de conservation en
entrepôt, une croissance terminale excessive et un retard
dans l’aoûtement des tissus ligneux, ce qui peut rendre
les arbres plus vulnérables à l’hiver. Voici des consignes
à respecter pour tirer parti du fumier tout en réduisant
au minimum les problèmes qui peuvent y être associés :
•Épandre au plus, à l’hectare, 7 tonnes de fumier
de volaille (20 m3 de fumier liquide) ou 40 tonnes de
fumier de bovins (100 m3 de fumier liquide) ou encore
35 tonnes de fumier de porc (65 m3 de fumier liquide).
Comme la teneur en éléments nutritifs du fumier varie
considérablement, le faire analyser avant l’épandage.
Voir Azote contenu dans le fumier, p. 19.
•Épandre le fumier en pleine surface et l’incorporer au
sol à la fin de l’automne ou au début du printemps
avant la plantation. Pour éviter les blessures causées
par l’hiver, s’abstenir, à la fin de l’été, d’épandre du
fumier autour d’arbres nouvellement plantés.
•Sur les terres qui ont reçu du fumier, corriger les doses
d’azote, de phosphore et de potassium en fonction
des concentrations de ces éléments dans le fumier. Voir
le tableau 2–10, Valeurs de remplacement moyennes en
fertilisants des fumiers, p. 20.
•Pour plus d’information sur les répercussions que
peuvent avoir les épandages de fumier sur la salubrité
des aliments et l’environnement, voir Azote contenu dans
le fumier, Utiliser le fumier de manière responsable, p. 19, et
Fumier et salubrité des aliments, p. 20.
Exigences quant au pH
Le pH d’un sol est la mesure de son acidité. Il influence
l’absorption des éléments nutritifs et le rendement des
cultures. Si le rapport d’analyse de sol recommande un
apport de chaux dans le but d’élever le pH du sol, faire
cet apport avant les plantations. Pour des précisions sur
les doses et les types de chaux à utiliser, voir Acidité du
sol et chaulage, p. 15.
Pour ce qui concerne les vergers déjà établis, demander
tous les trois ans une analyse du sol sur un échantillon
prélevé dans un rang, pour s’assurer que le pH est à un
niveau satisfaisant. Si le pH tombe en deçà de 5,1 dans
un loam argileux ou en deçà de 5,6 dans un sol sableux,
épandre de la chaux sur la surface enherbée du verger à
l’automne ou avant de travailler le sol au printemps.
Les résultats ne seront pas immédiats parce que la chaux
migre et réagit lentement dans le sol.
Analyse foliaire
Pour ce qui concerne les plantations établies, l’analyse
foliaire est le meilleur moyen de déterminer les besoins
des arbres en éléments nutritifs. Utilisée conjointement
avec une analyse de sol, l’analyse foliaire donne une bonne
idée des besoins en fertilisants. Pour plus d’information
sur ces analyses, voir Analyse des tissus végétaux, p.13.
De nombreuses conditions du verger influent sur le prélèvement des éléments nutritifs, lequel varie légèrement
chaque année selon la saison de croissance. Pour que la
croissance et la qualité du fruit soient optimales, des
concentrations convenables de tous les éléments nutritifs
sont indispensables. Voir le tableau 3–1, Fourchettes de
concentrations convenables d’éléments nutritifs pour les arbres
à fruits tendres, ci-dessous.
33
NUTRITION DES FRUITS TENDRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–1. Fourchettes de concentrations convenables d’éléments nutritifs pour les arbres à fruits tendres
Azote
(N)*
Phosphore
(P)
Potassium
(K)
Culture
Calcium
(Ca)
Magnésium
(Mg)
Fer
(Fe)
Bore
(B)
Zinc
(Zn)
%
Manganèse
(Mn)
ppm
Pêcher
3,4-4,1
0,15-0,4
2,3-3,5
1-2,5
0,35-0,6
25-200
20-60
15-100
20-200
Poirier
2-2,6
0,15-0,4
1,2-2
1-2
0,25-0,5
25-200
20-60
15-100
20-200
Prunier
2,4-3,2
0,15-0,4
1,5-3
1-2,5
0,35-0,65
25-200
20-60
15-100
20-200
2,2-3
0,15-0,4
1,3-2,5
1-2,5
0,35-0,65
25-200
20-60
15-100
20-200
Cerisier Montmorency
* Dans le cas des arbres non fructifères, la teneur des feuilles en azote devrait être de 0,2 % plus élevée.
Pour tirer le meilleur parti possible de l’analyse
foliaire, prélever les échantillons sur les mêmes
arbres tous les ans. Utiliser les résultats de l’analyse
foliaire et ceux de l’analyse de sol pour apporter des
corrections au programme de fertilisation. Les besoins
en fertilisants sont fonction des méthodes culturales,
de l’âge de l’arbre, du porte-greffe, du type de sol et
des fertilisations précédentes. Il faut aussi tenir compte
de la croissance de l’arbre, du calibre des fruits, de leur
couleur et de leur aptitude à la conservation. Voir le
document du MAAO, Les analyses foliaires pour les cultures
fruitières, sur le site www.ontario.ca/cultures
Engrais pour arbres à fruits tendres
Engrais pour arbres à fruits tendres
non fructifères
La période qui précède la plantation est le meilleur
moment pour incorporer efficacement au sol des
éléments nutritifs comme le phosphore, le potassium,
le bore et la chaux. Les concentrations optimales
d’éléments nutritifs dans la couche arable sont de
12-20 ppm pour le phosphore, de 120-150 ppm pour le
potassium, de 100-250 ppm pour le magnésium et de
1000-5000 ppm pour le calcium. Voir le tableau 3–2,
Besoins du sol en phosphore et en potassium avant la plantation des cerisiers, pêchers, poiriers et pruniers, à droite, pour
connaître les doses d’engrais à employer avant la plantation. Si l’on incorpore au sol de la matière organique,
ces taux devraient permettre de subvenir aux besoins
des arbres durant leurs premières années. Sur des sols
peu fertiles à texture grossière, utiliser une solution de
démarrage de 10-52-10 ou de 20-20-20 au moment de la
mise en culture. Des concentrations trop élevées d’azote
peuvent causer une croissance excessive et un aoûtement
incomplet. Semer des plantes couvre-sol pour réduire les
concentrations d’azote en fin de saison dans les vergers
sarclés, en particulier s’ils sont jeunes. Les plantes
couvre-sol, telles que le ray-grass d’Italie, qui sont
semées vers le 1er juillet prélèvent une bonne part de
l’azote biodisponible dans le sol et freinent la croissance
des arbres. Dans le cas des jeunes arbres, épandre le
fertilisant sous la couronne des arbres, mais pas à moins
de 15 cm du tronc, sous peine d’endommager l’arbre.
34
Tableau 3–2. Besoins du sol en phosphore
et en potassium avant la plantation des
cerisiers, pêchers, poiriers et pruniers
Phosphore du sol
Analyse
de sol
(ppm de P)
Besoins en
phosphate
(P2O5) (kg/ha)
[réaction]
Potassium du sol
Analyse
de sol
(ppm de K)
Besoins en
potasse
(K2O) (kg/ha)
[réaction]
0-3
80 [EÉ]
0-15
180 [EÉ]
4-5
60 [EÉ]
16-30
170 [EÉ]
6-7
50 [EÉ]
31-45
160 [EÉ]
8-9
40 [EM]
46-60
140 [EÉ]
10-12
20 [EM]
61-80
110 [EÉ]
13-15
0 [EF]
81-100
70 [EM]
16-20
0 [EF]
101-120
40 [EM]
21-25
0 [ETF]
121-150
20 [EM]
26-30
0 [ETF]
151-180
0 [EF]
31-40
0 [ETF]
181-210
0 [EF]
41-50
0 [ETF]
211-250
0 [ETF]
51-60
0 [ETF]
Plus de 250
0 [EN]
61-80
0 [EN]
Plus de 80
0 [EN]
Les cotes d’efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne), EF
(efficacité faible), ETF (efficacité très faible) et EN (efficacité nulle) indiquent
la probabilité que l’apport de l’élément nutritif ait un avantage économique.
Pour les plantations établies d’arbres fruitiers, recourir à l’analyse des tissus
végétaux pour estimer les besoins en azote, en phosphore et en potassium.
Engrais pour arbres à fruits tendres
fructifères
La plupart des vergers en production ont besoin d’un
apport annuel d’azote et de potassium. Ces deux
éléments ont un effet très marqué sur la croissance et
la productivité.
Azote (N)
L’azote est indispensable pour nombre de fonctions
vitales de l’arbre, y compris la croissance, la formation
des boutons, la nouaison et le grossissement des fruits.
Les cultivars n’ont pas tous les mêmes besoins en azote.
3. Fruits tendres
Dans le cas des poiriers, pêchers, pruniers et cerisiers,
à défaut d’une analyse foliaire, on peut se guider sur les
doses suivantes, qui sont considérées comme normales.
Pour chaque arbre et chaque année (âge) de l’arbre,
utiliser 30-40 g d’azote. Par exemple, un arbre de
cinq ans établi dans un verger engazonné requiert
150-200 g d’azote. Voir le tableau 3–3, Taux d’azote
élémentaire par arbre dans les vergers engazonnés,
à droite. La dose à employer dans les vergers
sarclés à sol nu peut être réduite de moitié puisque
la concurrence pour les éléments nutritifs est alors
grandement réduite. En général, les arbres élevés sur
un porte-greffe nanifiant nécessitent plus d’azote par
hectare (et non par arbre) que ceux qui sont élevés sur
un porte-greffe plus vigoureux. Dès que les couronnes
des arbres occupent tout l’espace disponible, les besoins
en fertilisants azotés atteignent un palier et n’augmentent
plus avec l’âge de l’arbre. Encore une fois, les analyses
foliaires sont le meilleur indicateur des besoins. Choisir
la formulation d’azote qui convient le mieux. Ne pas
épandre d’urée (46-0-0) sur le sol dans les vergers dont
les entre-rangs sont engazonnés parce que, faute de
pouvoir l’incorporer au sol, on perdra une partie de
l’azote par volatilisation. Pour tous les arbres fruitiers,
ne pas excéder 200 kg d’azote élémentaire par hectare et
par année, même en cas de carence grave. Un apport
excessif ou tardif d’azote provoque des défauts de
coloration du fruit et une diminution de qualité. De
plus, l’azote biodisponible en fin de saison favorise la
croissance de l’arbre au détriment de son aoûtement, ce
qui expose l’arbre à des dommages causés par l’hiver.
Le fait de semer en été des plantes couvre-sol dans un
verger sarclé contribue à abaisser la teneur en azote en
fin de saison. Les plantes c­ ouvre-sol telles que le
ray-grass d’Italie, semées vers le 1er juillet, prélèvent
une bonne part de l’azote biodisponible dans le sol et
ralentissent ainsi la croissance des arbres. Les mauvaises
herbes qu’on laisse croître en fin de saison dans les
bandes traitées à l’herbicide sous les arbres absorbent
aussi le surplus d’azote; cela favorise l’aoûtement des
arbres et une plus grande qualité des fruits. Réduire
l’apport d’azote ou même le supprimer carrément une
année si l’on prévoit de faire une taille sévère des arbres.
Pendant les printemps secs, irriguer pour faire descendre
l’engrais au niveau des racines, juste avant le début de
la floraison ou immédiatement après la chute des pétales.
Les doses maximales d’azote doivent être réduites pour
les cultivars de poiriers sensibles au feu bactérien.
Localisation de l’azote et moment de l’épandage
Les engrais azotés doivent être épandus tôt en avril.
Dans les vergers sarclés à sol nu, l’azote est épandu à
la volée, sous la couronne des arbres. Dans les vergers
engazonnés, l’azote est épandu en bandes à l’aplomb
des branches les plus longues ou dans la bande traitée avec des herbicides. Si les boutons floraux ont été
endommagés par les grands froids, il peut être nécessaire
de fractionner les épandages d’azote. Faire le premier
épandage vers la mi-avril et le deuxième, si nécessaire,
après la floraison vers la fin de mai.
Pulvérisation foliaire d’azote
Quand, à un moment critique, les conditions météorologiques ou culturales rendent un apport d’azote nécessaire, les applications foliaires d’urée (46-0-0) donnent
de bons résultats dans les vergers. Les pulvérisations
tardives nuisent à la qualité des fruits et compromettent
la survie hivernale des arbres.
Si de l’azote est nécessaire, ne pas compter sur les pulvérisations foliaires pour remplacer tous les apports d’azote
au sol. Faire les apports en fonction de la performance
des arbres et des résultats de l’analyse des tissus foliaires.
Tableau 3–3. Taux d’azote élémentaire par
arbre dans les vergers engazonnés
Nombre d’arbres/ha (arbres/ac)
Âge des
arbres
400 (160)
500 (200)
600 (240)
Azote élémentaire/arbre (g)
1
40
40
40
2
80
80
80
3
120
120
120
4
160
160
160
5
200
200
180
6
240
240
240
7
280
280
260
8
320
320
280
9
360
360
300
10
400
400
320
11
440
400
320
12
480
400
320
35
NUTRITION DES FRUITS TENDRES
Par ailleurs, les cultivars destinés à la transformation
peuvent recevoir plus d’azote que ceux qui sont destinés
au marché frais. Dans certains cas, il faut augmenter
l’apport d’azote lorsque les fruits ont tendance à rester
trop petits. Le type de porte-greffe, l’espacement des
arbres et les opérations de taille ont aussi une influence
sur les besoins en azote. Il faut aussi tenir compte
de la croissance des arbres ainsi que de la couleur et
de l’aptitude à la conservation des fruits. En raison de
la complexité des interactions entre l’azote, la qualité
et la production, l’analyse foliaire est le meilleur guide
pour décider des doses d’azote.
NUTRITION DES FRUITS TENDRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Phosphore (P)
Localisation du potassium et moment de l’épandage
Les arbres fruitiers ne requièrent pas de grandes quantités de phosphore. À quelques exceptions près, les sols
de l’Ontario sont suffisamment riches en phosphore. Des
apports de phosphore peuvent toutefois être nécessaires
pour l’entretien du gazon ou des plantes couvre-sol.
L’analyse du sol est la meilleure façon de déceler si le
gazon en a besoin.
Au début du printemps, le potassium peut être
épandu seul ou en même temps que l’azote. Certains
arboriculteurs fruitiers fertilisent à l’automne à cause
des contraintes de temps au printemps. Cependant, une
quantité de potassium peut se perdre par lessivage au
cours de l’hiver. C’est pourquoi on recommande de faire
si possible l’apport au printemps. Dans les vergers dont
les entre-rangs sont engazonnés, appliquer le potassium
en couronne (sur une bande circulaire à l’aplomb des
branches les plus longues) ou dans la bande traitée avec
des herbicides.
Si l’analyse révèle un manque de phosphore, en ajouter
au sol avant l’installation du verger, seul moment où il
est possible de l’incorporer soigneusement. Des teneurs
en phosphore du sol de 12-20 ppm sont considérées
comme suffisantes pour assurer la reprise des jeunes
arbres, puis la production des fruits.
Potassium (K)
Le potassium joue un rôle important dans la coloration
des fruits, la rusticité hivernale, la croissance des arbres
ainsi que la résistance aux maladies, comme le feu
bactérien chez les poiriers. Il faut évaluer correctement
l’apport en potassium nécessaire car, en excès, le potassium peut entraîner une carence en magnésium (Mg).
Toute teneur en potassium qui se situe entre 120 et
150 ppm est considérée comme suffisante au moment
de la plantation des arbres fruitiers. Le chlorure
de potassium (0-0-60) est la source la plus courante
de potassium. En l’absence d’analyse foliaire, on peut se
guider sur les indications suivantes :
Dans le cas des arbres de 1 à 6 ans, indépendamment
de la densité de peuplement, utiliser 50 g de K2O
(80 g de chlorure de potassium) par 2,5 cm de diamètre
(coupe transversale) du tronc;
Dans le cas des arbres de 7 ans et plus, épandre au plus
3 kg de K2O (5 kg de chlorure de potassium) par arbre
de haute tige adulte et par année, quelle que soit la
gravité de la carence. Dès que les couronnes des arbres
occupent tout l’espace disponible, les besoins en fertilisants potassiques atteignent un palier et n’augmentent
plus avec l’âge des arbres. Les analyses foliaires sont
le meilleur indicateur des besoins.
Pulvérisation foliaire de potassium
Durant les années sèches, le potassium n’est pas facilement assimilable par les plantes. Lorsqu’une carence
en potassium est confirmée par une analyse des tissus
foliaires, des pulvérisations foliaires peuvent être faites.
Magnésium (Mg)
On observe de plus en plus de carences en magnésium
dans les vergers, particulièrement ceux qui ont reçu
beaucoup de potassium. Une carence en magnésium
peut provoquer la chute prématurée des fruits.
Les vieilles feuilles des arbres carencés sont pâles,
puisque le magnésium fait partie intégrante de la structure moléculaire de la chlorophylle. L’analyse foliaire est
le meilleur moyen de révéler les besoins en magnésium.
Les pulvérisations foliaires de magnésium se révèlent
efficaces pour corriger une carence en magnésium,
mais seulement pour la durée de l’année même. Pour
une correction à plus long terme, il faut épandre le
magnésium au sol. Au moment de la plantation des
arbres fruitiers, on considère qu’une teneur du sol en
magnésium de 100-250 ppm est tout à fait convenable.
Voir le tableau 3–4, Pulvérisations foliaires de magnésium,
ci-dessous.
Tableau 3–4. Pulvérisations foliaires de magnésium
Moment
Trois pulvérisations à intervalles de
2 semaines en commençant vers la
chute des pétales ou la nouaison,
ou à l’éclatement des collerettes
Produit
Dose
Sulfate de magnésium
(sels d’Epsom)
20 kg/1000 L d’eau
Pulvériser sur l’arbre jusqu’à ce que la solution
ruisselle. Ne pas dépasser la concentration de
40 kg/1000 L d’eau.
Formulations liquides, y
compris les chélates*
Consulter l’étiquette
Peut être compatible avec certains pesticides.
Consulter l’étiquette.
* Utiliser uniquement des chélates recommandés pour les pulvérisations foliaires.
36
Remarques
3. Fruits tendres
Calcium (Ca)
faut souvent épandre par hectare jusqu’à 12 kg de calcium élémentaire fractionnés en quatre pulvérisations
ou plus. Les pulvérisations foliaires de calcium risquent
de brûler le feuillage et les fruits si elles sont faites par
temps froid et humide, des conditions qui ralentissent
le séchage de la bouillie. Des dommages sont aussi à
craindre quand le calcium est pulvérisé par temps très
chaud (plus de 25 °C) ou humide. Ne pas pulvériser de
formulations de calcium contenant de l’azote après la fin
juillet, sous peine de diminuer la qualité des fruits et
leur aptitude à la conservation. Quelle que soit la formulation, consulter l’étiquette pour connaître les doses et
la compatibilité avec les pesticides.
Oligo-éléments pour les
arbres à fruits tendres
Les carences en oligo-éléments (éléments indispensables
en quantités infimes) ne sont pas très fréquentes dans les
plantations fruitières de l’Ontario. La variation acceptable des concentrations d’oligo-éléments n’est pas très
grande. Les excès d’oligo-éléments sont plus dommageables que les carences. L’analyse foliaire est plus révélatrice que l’analyse du sol des besoins en oligo-éléments
des arbres. Pour plus d’information, voir Oligo-éléments,
p. 26.
•Ne pas donner d’oligo-éléments aux cultures fruitières
tant que la carence n’a pas été confirmée par une
analyse foliaire.
•Se borner à corriger la carence confirmée en apportant
tout juste la dose nécessaire.
Appliquer les éléments nutritifs selon les doses
recommandées sur les étiquettes. Ne pas faire de
pulvérisations lorsque la température dépasse 25 ºC.
On associe à un manque de calcium la gommose des
prunes et des pruneaux européens ainsi que certains
problèmes touchant la qualité des fruits chez la poire.
Le calcium pulvérisé doit entrer en contact avec les
fruits pour être absorbé par ceux-ci; il faut donc utiliser
de grandes quantités d’eau de manière à mouiller à fond
toutes les parties de l’arbre. Certaines formulations de
chlorure de calcium (CaCl2) nuisent au fini des fruits
lorsqu’on les applique trop près du moment de la
cueillette. Les apports excessifs de calcium peuvent
causer la brûlure du feuillage. Ce n’est pas tant le produit
utilisé qui importe que la quantité totale du calcium
élémentaire effectivement épandue.
Pulvériser le CaCl2 (77 % de paillettes) à raison de
4 kg/1000 L d’eau, depuis le début juillet jusqu’à la
mi-août. Effectuer trois pulvérisations à 10-12 jours
d’intervalles. Pour obtenir des résultats acceptables, il
37
NUTRITION DES FRUITS TENDRES
Ne pas mélanger de pesticides avec du sulfate de
magnésium (sels d’Epsom), sous peine d’endommager le
feuillage. Vérifier l’étiquette du produit pour connaître
la compatibilité des chélates de magnésium et des
pesticides. Utiliser uniquement des chélates recommandés pour les pulvérisations foliaires. Pour les corrections
à long terme, faire des épandages de magnésium au sol.
Il faut savoir que la réaction n’est pas immédiate. De
plus, on a constaté qu’un épandage au sol de magnésium, effectué une seule fois au printemps, n’est pas
suffisant sur certains types de sol. Le printemps suivant,
un deuxième traitement et parfois un troisième peuvent
être nécessaires avant que les teneurs en magnésium de
l’arbre se r­ établissent. Durant ce temps, pour éviter un
problème de chute des fruits, faire des pulvérisations
foliaires au cours des deux premières années en plus
des épandages au sol. Pour corriger la concentration du
magnésium dans le sol, épandre du sulfate de potasse et
de magnésie à raison de 5-7 kg par arbre de haute tige
adulte, et de 3-4 kg par arbre nain adulte. Le sulfate de
potasse et de magnésie est un fertilisant granulé qui se
vend sous plusieurs marques de commerce. Il contient
environ 21 % de potasse et 11 % de magnésium. On
l’épand au début du printemps en couronne (sur une
bande circulaire à l’aplomb des branches les plus longues). Comme il contient du potassium (K), la dose à
utiliser dépend des besoins en potasse. Aucune autre
formulation de potasse n’est en principe requise, mais il
faut épandre l’azote aux doses recommandées. D’autres
sources de magnésium donnent aussi de bons résultats
sous forme d’épandages au sol. Si l’on épand un engrais
additionné de magnésium, il faut s’assurer que celui-ci
apportera au moins 80 kg de magnésium biodisponible
par ­hectare. Dans les sols acides, la chaux dolomitique
peut servir à hausser le pH du sol et à fournir
du ­magnésium.
Guide de la culture fruitière 2014-2015
CALENDRIER — ABRICOTS
Figure 3–1. Stades repères de l’abricotier
Dormance
Floraison
Nouaison
38
Chute des pétales
Éclatement des collerettes
3. Fruits tendres
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement complet. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L et que le volume d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette,
utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal d’applications, voir le tableau 3–5, Produits utilisés sur les abricotiers, p. 43.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Topas, Indar, Jade, Mission, Fontelis, Cantus, Pristine, Rovral ni Vangard en présence de lésions sporulantes de
la pourriture brune.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (tordeuse orientale du pêcher, charançon de
la prune et tordeuse à bandes obliques), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y
avoir plus d’un traitement, utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est
contre-indiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des abricotiers en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe) Dose
Remarques
Dormance (à la fin mars ou début avril avant le gonflement des bourgeons)
Tétranyque rouge du
pommier
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13 E (NC)
20 L/1000 L d’eau
20 L/1000 L d’eau
Faire une pulvérisation à volume élevé pour assurer un bon
recouvrement. Ne pas utiliser Supra Captan ni Maestro dans les
14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement à l’huile.
39
CALENDRIER — ABRICOTS
Calendrier — Abricots
CALENDRIER — ABRICOTS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT LA FLORAISON DES ABRICOTIERS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,5 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
370 g/ha
Les abricots sont extrêmement sensibles à la pourriture brune.
Traiter à l’ouverture des premiers boutons. Si le temps est
pluvieux, répéter le traitement à la mi-floraison et à la
pleine floraison.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis,
Pristine, Vangard : Ces produits sont localement systémiques.
Consulter l’étiquette pour des données sur le temps de séchage
avant une pluie.
Chute des pétales
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Floraison.
Tavelure
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
Les fongicides appliqués pour combattre la pourriture brune
peuvent avoir une certaine efficacité contre la tavelure. Voir le
tableau 3–11, Efficacité des fongicides contre les maladies des arbres
à fruits tendres, p. 96.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Isomate-M Rosso • Isomate-M 100
500 diffuseurs/ha
250 diffuseurs/ha
Réduit l’accouplement de la TOP. Installer les diffuseurs avant les
premiers vols des TOP. Voir Technique de la confusion des mâles
dans les cultures fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Son activité perturbatrice dure jusqu’à
90 jours. Au besoin, remplacer les diffuseurs 75-80 jours après
leur installation initiale.
Isomate-M Rosso : Son activité perturbatrice dure jusqu’à
120 jours.
Il est possible de recourir à la fois à un insecticide et à la
technique de la confusion des mâles pour combattre la
1re génération de TOP (voir sous Éclatement des collerettes).
Éclatement des collerettes (lorsqu’environ 50 % des collerettes sont fendues)
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Floraison. Les abricotiers sont extrêmement sensibles
à la pourriture brune, de la floraison jusqu’au durcissement du noyau.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
1,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
Tavelure
40
Aucun pesticide n’est généralement nécessaire à ce stade dans
les vergers où l’on pratique la technique de la confusion des
mâles de la TOP.
Pour un maximum de résultats, appliquer quand les
degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C) après
des captures soutenues d’adultes de la première génération se
situent à l’intérieur des fourchettes suivantes :
Assail, Intrepid : 100-140 DJC.
Rimon : 111-139 DJC
Delegate, Altacor, Exirel : 194-208 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336. Répéter le
traitement 10-14 jours plus tard si les captures se poursuivent.
Assail: Pour une efficacité optimale, utiliser la dose de
240 g/ha dans au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus
d’une fois tous les 12 jours.
Intrepid : Utiliser contre la première génération seulement.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas
les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour
les abeilles.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Chute des pétales.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Les abricots sont très sensibles aux attaques du charançon de la
prune. Au printemps, inspecter le pourtour du verger près des
boisés et des hôtes sauvages. Voir si les petits fruits présentent
de fines cicatrices en forme de croissant laissées par l’activité
de ponte. Souvent, les dommages surviennent uniquement
sur le pourtour du verger. Vérifier les fruits en croissance
7-10 jours après la pulvérisation de l’insecticide pour voir s’ils
sont endommagés.
Assail : Si la pression exercée par le ravageur est forte, il se
peut que ce produit ne procure qu’une maîtrise partielle.
Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Clutch : Une application à la dose de 420 g/ha procure une
maîtrise partielle de la tordeuse orientale du pêcher.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Chute des collerettes (10-12 jours après le dernier traitement)
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Floraison. Les abricotiers sont extrêmement sensibles
à la pourriture brune, de la floraison jusqu’au durcissement du noyau.
Charançon de la
prune
Utiliser un des insecticides indiqués contre le charançon de la prune sous Éclatement des collerettes. Surveiller les
dommages causés par le charançon de la prune et intervenir si l’on découvre des traces fraîches de leur présence.
Tavelure
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Chute des pétales.
Première pulvérisation en couverture (10–12 jours après la chute des collerettes)
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Floraison. Les abricotiers sont extrêmement sensibles
à la pourriture brune, de la floraison jusqu’au durcissement du noyau.
Tavelure
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Chute des pétales.
Charançon de la
prune
Utiliser un des insecticides indiqués contre le charançon de la prune sous Éclatement des collerettes.
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Pucerons
Clover : Utiliser la dose supérieure pour une rémanence
plus longue.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Closer SC (4)
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
120-160 g/ha
• Exirel (28)
0,75-1,5 L/ha
Tétranyque rouge
du pommier
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
Le tétranyque rouge du pommier est un ravageur sporadique
dans les vergers d’abricotiers. Pulvériser quand on trouve
10 tétranyques au stade actif par feuille si les acariens prédateurs
utiles sont absents du verger.
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Appliquer avant un gonflement des populations
de tétranyques.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
Vérifier les dates de cueillette des cultivars hâtifs et ne faire
aucune pulvérisation à l’intérieur du délai d’attente avant
cueillette.
Pour un maximum de résultats, appliquer quand les
degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C) après
des captures soutenues d’adultes de la première génération se
situent à l’intérieur des fourchettes suivantes :
Assail : 583-611 DJC, puis 750-778 DJC.
Delegate, Altacor, Exirel : 639-667 DJC, puis 805-833 DJC.
Rimon : 555-583 DJC, puis 722-750 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Assail: Pour une efficacité optimale, employer 240 g/ha dans
au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus d’une fois tous les
12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
41
CALENDRIER — ABRICOTS
Maladie ou insecte
Charançon de
la prune
CALENDRIER — ABRICOTS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse à bandes
obliques
Enrouleuses et
tordeuses
• Delegate WG (5)
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
420 g/ha
182 mL/ha
364 mL/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,125 kg/ha
4 L/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Appliquer les insecticides dirigés contre la génération estivale
de la tordeuse à bandes obliques à 240-280 DJC (temp. de base
de 6,1 °C) après le repère biologique (première capture soutenue
d’adultes).
Dipel, Bioprotec : Faire 2 applications à intervalles de
5-7 jours si les larves sont très actives. Ces traitements donnent
de meilleurs résultats s’ils sont faits en soirée ou sous un ciel
couvert. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Isomate-PTB Dual
350 diffuseurs/ha
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
• Thionex 50 WSP (2)
1,5 kg/1000 L d’eau
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
• Malathion 85E (1)
1,22 L/ha
• Clutch 50 WDG (4)
210-420 g/ha
Petit perceur du
pêcher
Perceur du pêcher
Punaise marbrée
Les perceurs du pêcher sont des ennemis sporadiques de
l’abricotier.
Isomate-PTB Dual : Réduit l’accouplement du perceur du
pêcher et du petit perceur du pêcher. Installer les diffuseurs
avant que les adultes commencent à apparaître (généralement
au plus tard à l’éclatement des collerettes). Les diffuseurs sont
conçus pour durer toute une saison de croissance. Dans les zones
fortement infestées, des insecticides peuvent être nécessaires,
mais il ne faut pas dépasser la dose indiquée sur l’étiquette. Voir
Technique de la confusion des mâles dans les cultures fruitières,
p. 290.
Utiliser des pièges à phéromones pour surveiller l’activité des
adultes et commencer les pulvérisations une semaine après les
premiers vols. Diriger le jet avec une lance à main de manière à
mouiller complètement le tronc et les branches maîtresses; ne
pas pulvériser sur les fruits.
Sevin : Contre le petit perceur du pêcher seulement.
Sevin, Thionex : Max. de 3 applications/saison de croissance à
intervalles de 5-10 jours.
Rimon : Appliquer à intervalles de 3 semaines.
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
De la précueillette à la cueillette
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter des cultivars hâtifs. Voir le tableau 3–5, Produits utilisés sur les abricotiers, p. 43.
Pourriture brune
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
740 g/ha
Les abricotiers sont extrêmement sensibles à la pourriture brune
juste avant la cueillette.
Topas, Jade, Mission : Max. de 2 applications dans
les 3 semaines avant la cueillette.
Traitement des fruits après la cueillette
Moisissure bleue
Pourriture grise
Pourriture brune
Moisissure chevelue
42
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
Ce traitement peut s’imposer quand le temps est pluvieux
pendant la saison de la cueillette. Il prolongera la durée
d’entreposage tout en maîtrisant les maladies qui se manifestent
après la cueillette. Voir sur l’étiquette, les directives de trempage
ou d’arrosage abondant des fruits.
3. Fruits tendres
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./an
(sur l’étiquette)
3 (max. 645 g/ha)
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12 heures1/6 jours2
heures1/48
heures2
4
Beleaf 50 SG
29796
flonicamide
9C
14 jours
12
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
3
—
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Delegate WG
28778
spinétorame
5
14 jours
12 heures
3
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust SC
30382
spinosad
5
14 jours
une fois sec
3
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
7 jours
12 heures
13
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
7 jours
12 heures
2
Purespray
Green Huile de
pulvérisation 13E
27666
huile minérale
NC
—
12 heures
—
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
5 jours
12 heures
—
Success
26835
spinosad
5
14 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
14981
huile minérale
NC
préfloraison
seulement
12 heures
—
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
18 jours
7 jours1/20 jours2
3
— = Information non fournie sur l’étiquette. M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
43
NOTES — ABRICOTS
Tableau 3–5. Produits utilisés sur les abricotiers
NOTES — ABRICOTS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–5. Produits utilisés sur les abricotiers (suite)
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./an
(sur l’étiquette)
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
max. 4,5 L/ha
Indar
27294
fenbuconazole
3
1 jour
12 heures
7
Jade
24030
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
48 heures
—
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
sec1/
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
1 jour
une fois
24 heures5/10 jours2
5
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
—
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Supra Captan 80
WDG
24613
captane
M
2 jours
48 heures
—
Topas
30163
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Vangard 75 WG
25509
cyprodinile
9
2 jours
72 heures
4
— = Information non fournie sur l’étiquette. M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
44
3. Fruits tendres
Dormance
Fin de dormance
Bouton blanc
Chute des pétales
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Figure 3–2. Stades repères du cerisier à fruits acides et du cerisier à fruits doux
Préfloraison
Floraison
Nouaison
Éclatement des collerettes
45
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Cerises acides
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L et que le volume d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette,
utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal d’applications,
voir le tableau 3–6, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits acides, p. 51.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Nova, Topas, Indar, Jade, Funginex, Mission, Fontelis, Cantus, Pristine, Rovral, Elevate, Senator, Quintec, Cabrio,
Equal ni Flint en présence de lésions sporulantes de la maladie combattue.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (charançon de la prune, tordeuse à bandes
obliques), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement,
utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens, trypète des cerises), ne pas utiliser de produits
ayant des composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur les cerisiers à fruits acides en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Dormance (avant le débourrement)
Chancre bactérien
Nodule noir
46
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
Appliquer au début du printemps avant le débourrement.
Les applications faites plus tard risqueraient d’endommager
la culture. Utiliser la dose inférieure sur les petits arbres et la dose
supérieure sur les arbres de grande taille.
Supprimer et brûler tous les nodules noirs dans les vergers commerciaux pendant la période de dormance, avant le
débourrement. Supprimer tous les cerisiers sauvages infectés qui se trouvent dans les environs.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
Nécessaire seulement dans les vergers de cerisiers à fruits acides
ayant déjà connu de fortes infestations. Traiter au moment où les
bourgeons éclatent. Pour un recouvrement complet, les arbres à
maturité nécessitent des volumes d’eau d’environ 3000 L/ha.
Préfloraison
Tétranyque rouge du
pommier
20 L/1000 L d’eau
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT LA FLORAISON DES CERISIERS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Kumulus DF (M)
ou Microthiol Disperss (M)
7 L/ha
3,5-6,3 L/ha
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
22,5 kg/ha
22,5 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,75 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
• Funginex DC (3)
• Nova 40 W (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
2,5 L/ha
340 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF(M)
• Ferbam 76 WDG (M)
7 L/ha
3,5-6,3 L/ha
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
1,75-2 kg /1000 L d’eau
• Nova 40 W (3)
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
340 g/ha
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
1,5 L/ha
750 g/ha
• Flint (11)
210 g/ha
• Equal 65 WP (U12)
2,25 kg/ha
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
7 L/ha
4,2-6,3 L/ha
• Indar (3)
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
140 g/ha
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
Traiter à l’ouverture des premières fleurs si l’on s’attend à du
temps doux (plus de 16 °C) et pluvieux durant la floraison. Les
cerises acides sont moins sensibles à la pourriture brune que les
cerises douces. Un traitement durant la floraison devrait suffire, à
moins de pluies fréquentes et d’une forte pression exercée par la
pourriture brune.
Bravo, Echo : Faire 1-3 traitements entre le stade du bouton
blanc et l’éclatement des collerettes. Augmenter la dose sur les
arbres qui ont plus de 6 m de hauteur ou s’il fait chaud (au-dessus
de 16 °C) et qu’il pleut pendant la floraison.
Captan, Maestro, Bravo, Echo : Ne pas utiliser dans les
14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement à l’huile.
Senator, Rovral, Topas, Jade, Mission, Funginex, Nova,
Indar, Cantus, Fontelis, Pristine, Elevate : Ces produits sont
localement systémiques. Consulter l’étiquette pour des données
sur le temps de séchage avant une pluie.
Topas, Jade, Mission : Procurent aussi une maîtrise partielle
du nodule noir. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311.
Chute des pétales
Taches foliaires
Nodule noir
Pulvériser uniquement si de la pluie est prévue entre la floraison
et l’éclatement des collerettes.
Bravo, Echo : Faire un traitement contre les taches foliaires en
début de saison.
Nova, Topas, Jade, Mission, Pristine, Flint, Fontelis, Equal :
Ces produits sont localement systémiques. Consulter l’étiquette
pour des données sur le temps de séchage avant une pluie.
Fontelis : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Flint : Ne pas traiter les zones où le brouillard de pulvérisation
risquerait de dériver vers du raisin Concord, car celui-ci pourrait
en souffrir.
Traiter uniquement les vergers de cerisiers à fruits acides qui ont
déjà été atteints de cette maladie.
Topas, Jade, Mission, Indar : Ces produits sont localement
systémiques. Consulter l’étiquette pour des données sur le temps
de séchage avant une pluie.
Topas, Jade, Mission : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
47
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Silencer 120 EC (3)
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Traiter lorsque la plupart des collerettes sont tombées et que
l’activité du charançon est évidente.
Silencer : Appliquer quand les fruits sont de la taille d’un pois,
puis 10-12 jours plus tard si l’on décèle des cicatrices laissées par
la ponte.
Silencer, Assail : Si la pression exercée par l’infestation est
forte, la maîtrise risque d’être partielle. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
7 L/ha
3,5-6,3 L/ha
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
Éclatement des collerettes
Charançon de
la prune
Pourriture brune
Bravo, Echo : Pour éviter d’endommager les fruits, ne pas
appliquer après l’éclatement des collerettes. Faire
1-3 applications entre le stade du bouton blanc et l’éclatement
des collerettes. Augmenter la dose sur les arbres qui ont plus de
6 m de hauteur ou s’il fait chaud (au-dessus de 16 °C) et qu’il
pleut pendant la floraison.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis,
Pristine, Elevate : Ces produits sont localement systémiques.
Consulter l’étiquette pour des données sur le temps de séchage
avant une pluie.
Taches foliaires
Utiliser un des fongicides indiqués contre les taches foliaires sous Chute des pétales, sauf Ferbam. N’utiliser ni Bravo ni
Echo après l’éclatement des collerettes.
Tétranyque rouge du
pommier
• Nexter (21)
Nodule noir
Utiliser un des fongicides indiqués contre le nodule noir sous Chute des pétales. Traiter uniquement les vergers de
cerisiers à fruits acides qui ont déjà été atteints de cette maladie. Un printemps sec peut retarder la libération des spores.
Le cas échéant, prolonger la protection offerte par le fongicide jusqu’à la première pulvérisation en couverture.
N’utiliser ni Bravo ni Echo après l’éclatement des collerettes.
300 g/ha
Un bon recouvrement est nécessaire pour une lutte efficace
contre les tétranyques. Traitement requis uniquement dans le cas
de lourdes infestations des vergers de cerisiers à fruits acides.
Première pulvérisation en couverture (12 jours après l’éclatement des collerettes)
Charançon de la
prune
Utiliser un des insecticides indiqués contre le charançon de la prune sous Éclatement des collerettes. Faire le dépistage
des nouveaux dommages par le charançon de la prune 7 jours après la pulvérisation faite à l’éclatement des collerettes.
Appliquer un insecticide si l’on découvre des coupures en forme de croissant sur les fruits.
Oïdium (blanc)
• Kumulus DF (M)
ou Microthiol Disperss (M)
12 kg/ha
12 kg/ha
• Nova 40 W (3)
340 g/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,75 L/ha
• Flint (11)
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
210 g/ha
670 g/ha
750 g/ha
• Quintec (13)
500 mL/ha
48
Les pulvérisations en couverture faites après l’éclatement des
collerettes sont cruciales dans la lutte contre le blanc.
Flint : Ne pas traiter les zones où le brouillard de pulvérisation
risquerait de dériver vers du raisin Concord.
Pristine : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,125 kg/ha
4 L/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Un dépistage systématique est nécessaire pour déterminer si
les tordeuses à bandes obliques causent des dommages dans
les vergers de cerisiers à fruits acides. Traiter à 170-280 degrésjours Celsius (DJC, temp. de base de 6,1°C) après des captures
soutenues d’adultes. Répéter le traitement 10 jours plus tard si
l’émergence des adultes se poursuit.
Delegate, Rimon, Intrepid, Altacor : Appliquer à
240-280 DJC.
Dipel, Bioprotec : Donnent de meilleurs résultats s’ils sont
appliqués en soirée ou sous un couvert nuageux. Voir Utilisation
de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Exirel : Traiter à l’éclosion des premiers œufs, à 170-240 DJC.
Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce
produit et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou
de captane.
Taches foliaires
Utiliser un des fongicides indiqués contre les taches foliaires sous Chute des pétales, sauf Ferbam, Bravo et Echo.
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Tétranyque rouge du
pommier
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Appliquer avant un gonflement des populations
de tétranyques.
Deuxième pulvérisation en couverture (12 jours après la première pulvérisation en couverture)
Trypète des cerises
• Imidan 70-WP Instapak (1)
• Diazinon 50 WSP (1)
2,68 kg/ha
1 kg/1000 L d’eau
• Silencer 120 EC (3)
104 mL/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
230 mL/ha
233 mL/ha
240 g/ha
• GF-120, Appât pour
mouches à fruits (5)
1,5 L/ha
• Entrust SC (5)
364 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,75-1,5 L/ha
Diazinon, Imidan, Silencer, Exirel : Sur les cultivars hâtifs,
vérifier le délai d’attente avant cueillette. Traiter les cultivars
hâtifs lorsqu’ils commencent à se colorer. Un deuxième
traitement peut être nécessaire 10 jours plus tard.
GF-120 : Faire la pulvérisation dès que les pièges révèlent
la présence de trypètes adultes ou 2-3 semaines avant le
mûrissement. Perd de son efficacité s’il est exposé à la pluie ou à
l’eau d’un système d’irrigation par aspersion sur frondaison. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Utiliser au besoin contre
la tordeuse à bandes obliques.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Charançon de la
prune
Utiliser un des insecticides indiqués contre le charançon de la prune sous Éclatement des collerettes.
Tordeuse à bandes
obliques
Un dépistage systématique est nécessaire pour déterminer si les tordeuses à bandes obliques causent des dommages
dans les vergers de cerisiers à fruits acides. Utiliser un des insecticides indiqués contre la tordeuse à bandes obliques sous
Première pulvérisation en couverture.
Taches foliaires
Utiliser un des fongicides indiqués contre les taches foliaires sous Chute des pétales, sauf Ferbam, Bravo et Echo.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des fongicides indiqués contre le blanc sous Première pulvérisation en couverture.
Troisième pulvérisation en couverture
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter les cerisiers à maturité précoce. Voir le tableau 3–6, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits
acides, p. 51.
Trypète des cerises
Utiliser un des insecticides indiqués contre la trypète des cerises sous Deuxième pulvérisation en couverture.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Éclatement des collerettes.
Taches foliaires
Utiliser un des fongicides indiqués contre les taches foliaires sous Chute des pétales, sauf Ferbam, Bravo et Echo.
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Tétranyque rouge du
pommier
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Appliquer avant un gonflement des populations
de tétranyques.
Précueillette
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter les cerisiers à maturité précoce. Voir le tableau 3–6, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits
acides, p. 51.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Éclatement des collerettes.
49
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — CERISES ACIDES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
7 L/ha
3,5-6,3 L/ha
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
• Nova 40 W (3)
340 g/ha
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
210 g/ha
750 g/ha
Nécessaire lorsque les taches foliaires posent problème.
Bravo, Echo : Appliquer une seule fois sur le feuillage, 1-7 jours
après la cueillette. Dans les vergers où l’incidence des taches
foliaires est élevée, répéter le traitement 10-14 jours plus tard.
Flint : Ne pas traiter les zones où le brouillard de pulvérisation
risquerait de dériver vers du raisin Concord.
• Equal 65 WP (U12)
2,25 kg/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
670 g/ha
750 g/ha
• Quintec (13)
500 mL/ha
Postcueillette
Taches foliaires
Oïdium (blanc)
Pristine : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Pucerons
• Diazinon 50 WSP (1)
1 kg/1000 L d’eau
• Thionex 50 WSP (2)
3,25 kg/ha
Ces produits peuvent être ajoutés à un fongicide compatible
pulvérisé après la floraison. Pour combattre efficacement les
pucerons, il faut que le recouvrement soit complet et que la
pulvérisation se fasse une journée douce et calme.
Diazinon, Closer : Homologués uniquement pour la lutte
contre le puceron noir du cerisier.
Beleaf : Utiliser la dose supérieure lorsque le feuillage est
dense et/ou que la pression est forte.
Movento : Surtout efficace contre les premiers stades des
pucerons. Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir des
résultats. Si la pression est forte, il peut être nécessaire de faire
un second traitement 2 semaines plus tard. Doit être mélangé en
cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés d’étalement
et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir
l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve avec
du soufre.
• Clutch 50 WDG (4)
• Admire 240 F (4)
• Closer SC (4)
210 g/ha
230 mL/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
120-160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
Perceur du pêcher
Petit perceur du
pêcher
• Isomate-PTB Dual
• Sevin XLR (1)
• Thionex 50 WSP (2)
• Rimon 10 EC (15) 350 diffuseurs/ha
6,25 L/ha
1,5 kg/1000 L d’eau
1,4 L/1000 L d’eau
Isomate-PTB Dual : Réduit l’accouplement du perceur du
pêcher et du petit perceur du pêcher. Installer les diffuseurs
avant que les adultes commencent à apparaître (généralement
au plus tard à l’éclatement des collerettes). Des insecticides
peuvent être nécessaires, mais il ne faut pas dépasser la dose
maximale indiquée sur l’étiquette. Voir Technique de la confusion
des mâles dans les cultures fruitières, p. 290.
À défaut de recourir à cette technique, faire la première
pulvérisation 7 jours après le début des captures d’adultes dans
les pièges à phéromones. Diriger le jet avec une lance à main
de manière à mouiller complètement le tronc et les branches
maîtresses. Vérifier le délai d’attente avant cueillette, en
particulier pour ce qui concerne les deuxième et
troisième pulvérisations.
Sevin : Contre le petit perceur du pêcher seulement.
Sevin, Thionex: Appliquer à intervalles de 5-10 jours.
Rimon : Appliquer à intervalles de 3 semaines.
Punaise marbrée
• Malathion 85E (1)
880 mL/ha
• Clutch 50 WDG (4)
210-420 g/ha
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pulvérisations d’automne
Chancre bactérien
50
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
Appliquer quand les feuilles sont aux trois quarts tombées.
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
3. Fruits tendres
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
5
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4A
10 jours
24 heures
5
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12 heures1/6 jours2
4
Beleaf 50 SG
29796
flonicamide
9C
14 jours
12 heures1/48 heures2
3
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Delegate WG
28778
spinétorame
5
7 jours
12 heures
3
Diazinon 50 WSP
29976
diazinon
1B
10 jours
4 jours
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust SC
30382
spinosad
5
7 jours
une fois sec
4
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
28336
spinosad
5
0 jour
une fois sec
10
Imidan 70-WP
Instapak
29064
phosmet
1B
7 jours
3 jours1*/30 jours2
4
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
7 jours
12 heures
2
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
2
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,12 L/ha
Nexter
25135
pyridabène
21
7 jours
24 heures
1
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E
27666
huile minérale
NC
préfloraison
12 heures
—
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
2 jours
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Success
26835
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
huile minérale
NC
préfloraison
12 heures
—
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
18 jours
7
jours1/20
jours2
1/34
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant l’élagage.
4 Nombre maximal d’applications/an : 1 pour les traitements avec un pulvérisateur à jet porté ciblant les pucerons; 3 pour les traitements à l’aide d’un pulvérisateur
manuel ciblant les perceurs.
5 Avant la chute des collerettes.
6 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
7 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
8 Délai d’attente avant cueillette : 0 jour pour la récolte mécanisée; 1 jour pour la cueillette manuelle.
9 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
51
NOTES — CERISES ACIDES
Tableau 3–6. Produits utilisés sur les cerisiers à fruits acides
NOTES — CERISES ACIDES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–6. Produits utilisés sur les cerisiers à fruits acides
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
40 jours
48 heures
35
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
heures1/9
Cabrio EG
27323
pyraclostrobine
11
10 jours
12
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Fongicide cuivre en
vaporisateur
19146
oxychlorure de cuivre
M
1 jour
48 heures
2
Echo 720
29355
chlorothalonil
M
40 jours
48 heures
35
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Equal 65 WP
15608
dodine
U12
7 jours
48 heures
26
Ferbam 76 WDG
20136
ferbame
M
4 jours
12 heures
heures1/4
jours2,3
5
—
jours2
Flint
30619
trifloxystrobine
11
1 jour
12
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
5
max. 4,5 L/ha
Funginex DC
27686
triforine
3
préfloraison
48 heures
3
Guardsman
oxychlorure de cuivre
50
13245
oxychlorure de cuivre
M
1 jour
48 heures
2
Indar
27294
fenbuconazole
3
1 jour
12 heures
7
Jade
24030
propiconazole
3
3 jours
72 heures
57
Kumulus DF
18836
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Maestro 80 DF
26408
captane
M
5 jours
48 heures
—
Microthiol Disperss
29487
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
3 jours
72 heures
57
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
1 jour
une fois sec
6
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
0 jour/1 jour8
une fois sec1/
24 heures9/10 jours2
5
Quintec
29755
quinoxyfène
13
7 jours
12 heures
5
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
—
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyl
1
1 jour
12 heures
—
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
5 jours
48 heures
—
Topas
30163
propiconazole
3
3 jours
72 heures
57
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant l’élagage.
4 Nombre maximal d’applications/an : 1 pour les traitements avec un pulvérisateur à jet porté ciblant les pucerons; 3 pour les traitements à l’aide d’un pulvérisateur
manuel ciblant les perceurs.
5 Avant la chute des collerettes.
6 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
7 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
8 Délai d’attente avant cueillette : 0 jour pour la récolte mécanisée; 1 jour pour la cueillette manuelle.
9 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
52
3. Fruits tendres
Éthéphon (Ethrel)
On peut pulvériser de l’éthéphon (Ethrel) sur les cerisiers
à fruits acides pour affaiblir le point d’attache du fruit,
favoriser l’uniformité de mûrissement et faciliter la
récolte mécanisée.
L’efficacité d’Ethrel dépend de plusieurs facteurs, dont :
•Température : La réaction de l’arbre à une application
d’Ethrel est plus rapide s’il fait plus chaud. Pour cette
raison, on effectue le traitement uniquement lorsque
la température se situe dans la fourchette de 18-30 °C.
•Vigueur de l’arbre : L’efficacité d’Ethrel est
également influencée par la vigueur de l’arbre.
S’abstenir de pulvériser Ethrel sur des arbres peu
vigoureux ou sur des arbres qui ont souffert de la
sécheresse, de la maladie ou du gel, comme l’indique
la gommose sur le tronc et les charpentières. Ne
traiter que les arbres qui sont vigoureux et sains.
•Dose : Pulvériser Ethrel à raison de 2,75 L/­ha
(employer approximativement 2400 L d’eau/ha).
Attendre que les fruits grossissent rapidement et que
leur teinte vert gazon commence à passer au jaune
ou à être légèrement teintée de rouge, ce qui survient
habituellement 7-14 jours avant le jour prévu pour la
cueillette. Cette dose accélère le processus d’abscision
(elle affaiblit le point d’attache du fruit), ce qui facilite
la récolte mécanisée. Consulter le fabricant pour plus
d’information.
•Pulvérisation concentrée : L’application d’Ethrel
au moyen de pulvérisateurs de produits concentrés
(c.‑à-d., qui pulvérisent 1000 L d’eau/ha ou moins)
donne le même résultat en termes d’affaiblissement
du point d’attache que les applications diluées. Il est
important que le recouvrement soit uniforme.
•Mélange en cuve : Les données disponibles sur
le mélange en cuve d’Ethrel sont rares, sinon
inexistantes. Ne pas mélanger ce produit dans la cuve
du pulvérisateur avec des fertilisants foliaires ou des
composés tels qu’inhibiteurs de fendillement et autres.
Bien qu’aucun rapport de la part de producteurs ne
fasse pour le moment état de problèmes découlant du
mélange en cuve d’Ethrel avec des fongicides et des
insecticides d’emploi courant, il est possible que ces
produits agissent comme solution tampon pour Ethrel
et en réduisent l’efficacité.
Acide gibbérellique (ProGibb 40 SB
et Falgro)
Pour modérer l’abondance de la première fructification,
traiter les cerisiers de quatre ans à l’acide gibbérellique
(AG). Ce traitement assurera une floraison raisonnable la
cinquième année en évitant une floraison et une mise à
fruit abondantes qui pourraient avoir pour conséquence
de ralentir considérablement la croissance de l’arbre au
cours des années suivantes.
Sur des cerisiers à fruits acides Montmorency à maturité
qui sont infectés par le virus de la jaunisse du cerisier,
des traitements annuels à l’AG peuvent contribuer à
maintenir et à prolonger la capacité de l’arbre à fructifier
abondamment. Ils réduisent aussi l’incidence des bourgeons stériles, en stimulant la pousse des rameaux et
des lambourdes.
Traiter environ 3 semaines après la pleine floraison, à
partir de la chute des collerettes jusqu’à 2 semaines
après la chute, à la concentration de 10-20 ppm d’AG
(la concentration de 15 ppm est la plus employée).
Diminuer les doses sur des arbres plus vigoureux. Ne
pas appliquer d’acide gibbérellique sur des arbres
soumis à un stress. Appliquer sous forme de bruine
fine. Maintenir le pH neutre et inférieur à 8. Traiter à
un moment où l’assèchement est lent. Les doses varient
selon l’âge et la vigueur de l’arbre. Pour des directives
précises sur le traitement, notamment sur la dose et
l’emploi d’agents d’étalement, voir l’étiquette du
produit. Respecter un délai d’attente de 28 jours avant
la cueillette.
Prohexadione de calcium (Apogee)
Apogee peut être utilisé pour réduire la croissance
des pousses terminales des cerisiers à fruits acides. La
réduction de la croissance des pousses terminales devrait
contribuer à réduire le temps nécessaire à l’élagage des
cerisiers en dormance, en plus d’ouvrir la frondaison
pour un meilleur recouvrement lors des pulvérisations
et une réduction de la pression exercée par les maladies. Peu de données sont disponibles sur la réaction à
Apogee des cerisiers à fruits acides Montmorency.
•Moment : En Ontario, la croissance des pousses
terminales est habituellement rapide au cours des
6 premières semaines de la saison de croissance.
Comme il faut 2 semaines à Apogee pour ralentir
vraiment la croissance, il est indispensable de faire
la première application au moment où les pousses
ne font pas plus de 2,5-5 cm. Ce moment coïncide
habituellement avec la fin de la floraison, un moment
où les surfaces foliaires ont pris suffisamment
d’expansion pour permettre la diffusion d’Apogee dans
les feuilles. Ce produit n’aurait pas d’effet préjudiciable
53
NOTES — CERISES ACIDES
Régulateurs de croissance —
Cerisiers à fruits acides
NOTES — CERISES ACIDES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
sur les abeilles, de sorte que la première application
peut se faire avant que les abeilles soient retirées
du verger.
•Dose : Appliquer Apogee à la dose de 1350 g/ha
lorsque les nouvelles pousses terminales font 5-20 cm.
Si nécessaire, faire une deuxième application
14-21 jours plus tard (un maximum de
2 applications/saison de croissance est autorisé).
•Mélange en cuve : Ne pas ajouter de calcium aux
mélanges en cuve renfermant Apogee.
•Mises en garde : Un adjuvant (Agral 90, LI-700)
devrait être ajouté à Apogee pour en améliorer
l’absorption par les tissus végétaux . De plus, si
l’eau qui sert aux pulvérisations affiche une forte
teneur en calcium ou en magnésium (eau dure), il est
important d’ajouter à Apogee une quantité égale,
en poids, de sulfate d’ammonium de qualité agricole.
Les effets qu’Apogee peut avoir sur la nouaison, le
calibre des fruits et le rendement seraient variables,
selon les résultats des études publiées. Plusieurs
études signalent, dans certains cas, une reprise de
la croissance en fin de saison lorsqu’un ralentissement
marqué de la croissance a été obtenu en début de
saison. Des études rapportent aussi une certaine
reprise de la croissance l’année suivant l’application.
Il y a donc probablement lieu de tenir compte
du moment du traitement dans le choix
des concentrations.
54
3. Fruits tendres
Lire l’étiquette du produit et prendre toutes les précautions nécessaires.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser
suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage pratiquement jusqu’au point de ruissellement.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 3–7, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits doux, p. 59.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Nova, Topas, Indar, Jade, Funginex, Mission, Fontelis, Cantus, Pristine, Rovral ni Elevate en présence de lésions
sporulantes de la pourriture brune.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (charançon de la prune, tordeuse à bandes
obliques), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement,
utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens, trypète des cerises), ne pas utiliser de produits
ayant des composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur les cerisiers à fruits doux en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Dormance (avant le débourrement)
Chancre bactérien
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
Appliquer au début du printemps avant le débourrement. Des
applications tardives au printemps risqueraient d’endommager
la culture. Utiliser la dose inférieure sur les petits arbres et la dose
supérieure sur les arbres de grande taille.
55
CALENDRIER — CERISES DOUCES
Calendrier — Cerises douces
CALENDRIER — CERISES DOUCES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Rovral WDG (2)
1,75 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Nova 40 W (3)
• Indar (3)
• Funginex DC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
340 g/ha
140 g/ha
2,5 L/ha
Ces produits sont localement systémiques; ils pénètrent dans les
pétales et protègent ainsi les fruits des infections au début de la
floraison. Consulter l’étiquette pour des données sur le temps de
séchage avant une pluie.
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
Bouton blanc
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT LA FLORAISON DES CERISIERS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
• Bravo 500 (M)
7 L/ha
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,5 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,75 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,75 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Nova 40 W (3)
• Indar (3)
• Funginex DC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
340 g/ha
140 g/ha
2,5 L/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Diazinon 50 WSP (1)
1 kg/1000 L d’eau
• Thionex 50 WSP (2)
4,5 kg/ha
• Clutch 50 WDG (4)
• Actara 25 WG (4)
210 g/ha
160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Silencer 120 EC (3)
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Les fleurs risquent davantage d’être infectées par la pourriture
brune si le temps est pluvieux et doux (plus de 16 °C),
particulièrement quand les arbres comptent un grand nombre
de fruits momifiés. Faire des pulvérisations durant la floraison si
le temps continue d’être propice à la pourriture ou si la floraison
se prolonge.
Bravo : Ne pas appliquer après le stade de l’éclatement des
collerettes, sous peine de nuire aux fruits.
Captan, Maestro, Bravo : Ne pas utiliser dans les 14 jours qui
précèdent ou qui suivent un traitement à l’huile.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Nova, Indar, Funginex,
Cantus, Fontelis, Pristine, Elevate : Ces produits sont
localement systémiques; ils pénètrent dans les pétales et
protègent ainsi les fruits des infections au début de la floraison.
Consulter l’étiquette pour des données sur le temps de séchage
avant une pluie.
Chute des pétales
Puceron noir du
cerisier
Diazinon, Thionex : Pour une lutte efficace contre le puceron,
il faut une température d’au moins 21 °C, un jour calme et un
recouvrement complet. Habituellement, 1-2 pulvérisations
sont nécessaires.
Clutch : Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Movento : Surtout efficace contre les premiers stades des
pucerons. Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression exercée par les pucerons est forte, il
peut être nécessaire de faire un second traitement 2 semaines
plus tard. Doit être mélangé en cuve avec un adjuvant/additif
ayant des propriétés d’étalement et de pénétration à une dose
suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne
pas mélanger en cuve avec du soufre.
Chute des collerettes
Charançon de la
prune
56
Traiter lorsque la plupart des collerettes sont tombées et que
l’activité du charançon est manifeste, soit habituellement lorsque
la température est supérieure à 16 °C.
Silencer : Appliquer quand les fruits sont de la taille d’un pois,
puis 10-12 jours plus tard si l’on décèle des cicatrices laissées
par la ponte. Efficace uniquement si la pression exercée par les
charançons est faible.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Pourriture brune
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,5 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
Dose
• Rovral WDG (2)
1,75 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
Remarques
Captan, Maestro : Peuvent endommager le feuillage des
cultivars Schmidt et Emperor Francis si la pulvérisation se fait
après la floraison.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis,
Pristine, Elevate : Ces produits sont localement systémiques.
Consulter l’étiquette pour des données sur le temps de séchage
avant une pluie.
Première pulvérisation en couverture (12 jours après la chute des collerettes)
Charançon de la
prune
Utiliser un des insecticides indiqués sous Chute des collerettes. Sept jours après la pulvérisation faite au moment de
la chute des collerettes, vérifier si le charançon de la prune a causé de nouveaux dégâts. Faire un traitement s’il y a de
nouvelles coupures en forme de croissant sur les fruits.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes.
Deuxième pulvérisation en couverture (12 jours après la première pulvérisation en couverture)
Trypète des cerises
Charançon de la
prune
Pourriture brune
• Sevin XLR (1)
• Diazinon 50 WSP (1)
6,25 L/ha
1 kg/1000 L d’eau
• Silencer 120 EC (3)
104 mL/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
230 mL/ha
233 mL/ha
• GF-120, Appât pour
mouches à fruits (5)
• Entrust SC (5)
1,5 L/ha
364 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,75-1,5 L/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Sevin : Rémanence de 5-7 jours.
Diazinon : Sur les cultivars hâtifs, vérifier le délai d’attente
avant cueillette. Traiter les cultivars hâtifs lorsqu’ils commencent
à se colorer. Rémanence de 10 jours.
Admire : Appliquer en pulvérisation foliaire dans les 6 jours qui
suivent les premiers vols observés. Respecter un intervalle d’au
moins 10 jours entre les traitements.
GF-120 : Faire la pulvérisation dès que les pièges révèlent
la présence de trypètes adultes ou 2-3 semaines avant le
mûrissement. Perd de son efficacité s’il est exposé à la pluie ou à
l’eau d’un système d’irrigation par aspersion sur frondaison. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Sept jours après le traitement insecticide précédent, vérifier si
le charançon de la prune a causé de nouveaux dégâts. Faire un
traitement s’il y a de nouvelles coupures en forme de croissant
sur les fruits.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes.
Troisième pulvérisation en couverture
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter les cerisiers à maturité précoce. Voir le tableau 3–7, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits
doux, p. 59.
Trypète des cerises
Utiliser un des insecticides indiqués contre la trypète des cerises sous Deuxième pulvérisation en couverture.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes.
Précueillette
Avant toute pulvérisation, vérifier le délai d’attente avant cueillette. Voir le tableau 3–7, Produits utilisés sur les cerisiers à fruits doux, p. 59.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes.
Topas, Jade, Mission : Max. de 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
Postcueillette et traitement du verger
Taches foliaires
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,5 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
210 g/ha
750 g/ha
• Equal 65 WP (U12)
2,25 kg/ha
Nécessaire seulement là où les taches foliaires sévissent ou
lorsque les cerisiers à fruits doux sont cultivés à proximité de
cerisiers à fruits acides.
Captan, Maestro : Peuvent endommager le feuillage des
cultivars Schmidt et Emperor Francis si la pulvérisation se fait
après la floraison.
Flint : Ne pas traiter les zones où le brouillard de pulvérisation
risquerait de dériver vers du raisin Concord.
57
CALENDRIER — CERISES DOUCES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — CERISES DOUCES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Scarabée japonais
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
1,0-1,5 L/ha
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer dès les premiers signes
de l’alimentation des scarabées et répéter le traitement
10-14 jours plus tard, si nécessaire.
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,125 kg/ha
4 L/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
285 g/ha
Un dépistage systématique est nécessaire pour déterminer si
les tordeuses à bandes obliques causent des dommages dans
les vergers de cerisiers à fruits doux.
Dipel, Bioprotec : Voir Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Delegate, Rimon, Altacor : Contre la génération estivale de
cette tordeuse, traiter à 240-280 DJC (temp. de base de
6,1 °C) après le repère biologique (premières captures soutenues
d’adultes).
Altacor : Procure une maîtrise partielle de la trypète des
cerises.
• Isomate-PTB Dual
350 diffuseurs/ha
Perceur du pêcher
Petit perceur du
pêcher
Punaise marbrée
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
• Thionex 50 WSP (2)
1,5 kg/1000 L d’eau
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
• Malathion 85 E (1)
880 mL/ha
• Clutch 50 WDG (4)
210-420 g/ha
Isomate-PTB Dual : Réduit l’accouplement du perceur du
pêcher et du petit perceur du pêcher. Installer les diffuseurs
avant que les adultes commencent à apparaître (généralement
au plus tard à l’éclatement des collerettes). Des insecticides
peuvent être nécessaires, mais il ne faut pas dépasser la dose
maximale indiquée sur l’étiquette. Voir Technique de la confusion
des mâles dans les cultures fruitières, p. 290.
Faire le premier traitement 7 jours après la capture du premier
adulte dans les pièges à phéromones. Diriger le jet avec une
lance à main de manière à mouiller complètement le tronc et les
branches maîtresses. Vérifier le délai d’attente avant cueillette,
en particulier pour ce qui concerne les deuxième et troisième
pulvérisations.
Sevin : Contre le petit perceur du pêcher seulement.
Sevin, Thionex: Appliquer à intervalles de 5-10 jours.
Rimon : Appliquer à intervalles de 3 semaines.
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Traitement des fruits après la cueillette
Moisissure bleue
Pourriture grise
Pourriture brune
Moisissure chevelue
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
• Bio-Save 10 LP (NC)
50 g/100 L d’eau
Ce traitement peut être nécessaire quand le temps est pluvieux
pendant la saison de la cueillette. Il prolongera la durée
d’entreposage tout en maîtrisant les maladies qui se manifestent
après la cueillette. Voir sur l’étiquette, les directives de trempage
ou d’arrosage abondant des fruits.
Bio-Save : Procure une maîtrise partielle de la moisissure bleue
et de la pourriture grise. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Pulvérisations d’automne
Chancre bactérien
58
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
Appliquer quand les feuilles sont aux trois quarts tombées.
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
6-9 kg /1000 L d’eau
3. Fruits tendres
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4A
14 jours
12 heures
2
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
5
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4A
10 jours
24 heures
5
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12 heures1/6 jours2
4
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Delegate WG
28778
spinétorame
5
7 jours
12 heures
3
Diazinon 50 WSP
29976
diazinon
1B
10 jours
4 jours
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust SC
30382
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
28336
spinosad
5
0 jour
une fois sec
10
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
2
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,12 L/ha
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
2 jours
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Success
26835
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
18 jours
7 jours1/20 jours2
1/33
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bio-Save 10 LP
29673
Pseudomonas syringae
NC
postcueillette
—
—
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
40 jours
48 heures
34
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Fongicide cuivre en
vaporisateur
19146
oxychlorure de cuivre
M
1 jour
48 heures
2
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Equal 65 WP
15608
dodine
U12
7 jours
48 heures
25
Flint
30619
trifloxystrobine
11
1 jour
12 heures1/7 jours2
5
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
max. 4,5 L/ha
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Nombre maximal d’applications/an : 1 pour les traitements avec un pulvérisateur à jet porté ciblant les pucerons; 3 pour les traitements à l’aide d’un pulvérisateur
manuel ciblant les perceurs.
4 Avant la chute des collerettes.
5 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
6 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
7 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
59
NOTES — CERISES DOUCES
Tableau 3–7. Produits utilisés sur les cerisiers à fruits doux
NOTES — CERISES DOUCES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
triforine
3
préfloraison
48 heures
3
ocychlorure de cuivre
M
1 jour
48 heures
2
27294
fenbuconazole
3
1 jour
12 heures
7
24030
propiconazole
3
3 jours
72 heures
56
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
48 heures
—
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
3 jours
72 heures
56
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
1 jour
une fois sec
6
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Funginex DC
27686
Guardsman
oxychlorure de
cuivre 50
13245
Indar
Jade
sec1/
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
1 jour
une fois
24 heures7/
10 jours2
5
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
—
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyl
1
1 jour
12 heures
—
Supra Captan 80
WDG
24613
captane
M
2 jours
48 heures
—
Topas
30163
propiconazole
3
3 jours
72 heures
56
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Nombre maximal d’applications/an : 1 pour les traitements avec un pulvérisateur à jet porté ciblant les pucerons; 3 pour les traitements à l’aide d’un pulvérisateur
manuel ciblant les perceurs.
4 Avant la chute des collerettes.
5 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
6 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
7 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
Régulateurs de croissance
— Cerisiers à fruits doux
Acide gibbérellique (ProGibb 40 SB et
Falgro)
L’acide gibbérellique (AG) retarde de 4-5 jours le mûrissement des fruits, ce qui prolonge la période de cueillette et peut retarder la vulnérabilité au fissurage causé
par la pluie. Le traitement augmente aussi le calibre
des fruits, leur fermeté et leur résistance aux désordres
postcueillette.
•Dissoudre 20 comprimés de Falgro® dans 1000 L
d’eau (20 ppm) et faire une pulvérisation foliaire
jusqu’au point de ruissellement.
•Appliquer 21 jours avant la date normale de cueillette,
lorsque les fruits sont au stade de la couleur de
la paille.
•Cueillir les fruits une fois qu’ils ont la teinte de
rouge souhaitée, mais pas dans les 21 jours qui suivent
la pulvérisation.
60
Prohexadione de calcium (Apogee)
Apogee peut être utilisé pour réduire la croissance des
pousses terminales des cerisiers à fruits doux. La réduction de la croissance des pousses terminales devrait
contribuer à réduire le temps nécessaire à l’élagage des
cerisiers en dormance, en plus d’ouvrir la frondaison
pour un meilleur recouvrement lors des pulvérisations
et une réduction de la pression exercée par les maladies.
Dans le cas des cerisiers à fruits doux, les producteurs
peuvent s’attendre à une réduction importante de la
croissance des pousses terminales, de l’ordre de 20 à
50 % au cours d’une saison de croissance s’ils utilisent
Apogee au bon moment et à la bonne concentration.
•Moment : En Ontario, la croissance des pousses
terminales est habituellement rapide au cours des
6 premières semaines de la saison de croissance.
Comme il faut 2 semaines à Apogee pour ralentir
vraiment la croissance, il est indispensable de faire
la première application au moment où les pousses
ne font pas plus de 2,5-5 cm. Ce moment coïncide
habituellement avec la fin de la floraison, un moment
où les surfaces foliaires ont pris suffisamment
d’expansion pour permettre la diffusion d’Apogee dans
3. Fruits tendres
NOTES — CERISES DOUCES
les feuilles. Apogee n’aurait pas d’effet préjudiciable
sur les abeilles, de sorte que la première application
peut se faire avant que les abeilles soient retirées
du verger.
•Doses : Employer 45 g/100 L de bouillie diulée
(ce qui équivaut à 125 ppm ou 125 mg de matière
active/L) et pulvériser en dilué (jusqu’à 3000 L de
solution diluée/ha). Il est important de répéter le
traitement 14-21 jours plus tard. Ne pas dépasser
2 applications/saison de croissance et ne pas pulvériser
au total plus de 2,7 kg de produit formulé/ha/saison
de croissance. En fonction d’une concentration de
125 ppm et d’un taux de dilution de 2000 L/ha
pour le volume de frondaison par rang, il faudra
1,8 kg de produit/ha (728 g/acre).
•Mélange en cuve : Ne pas ajouter de calcium aux
mélanges en cuve renfermant Apogee.
•Mises en garde : Un adjuvant (Agral 90, LI-700)
devrait être ajouté à Apogee pour en améliorer
l’absorption par les tissus végétaux. De plus, si l’eau
qui sert aux pulvérisations affiche une forte teneur
en calcium ou en magnésium (eau dure), il est
important d’ajouter à Apogee, en poids, une quantité
égale de sulfate d’ammonium de qualité agricole.
Les effets qu’Apogee peut avoir sur la nouaison, le
calibre des fruits et le rendement seraient variables,
selon les résultats des études publiées. Plusieurs
études signalent, dans certains cas, une reprise de la
croissance en fin de saison lorsqu’un ralentissement
marqué de la croissance a été obtenu en début de
saison. Des études rapportent aussi une certaine
reprise de la croissance l’année suivant l’application.
Il y a donc probablement lieu de tenir compte du
moment du traitement dans le choix
des concentrations.
61
Guide de la culture fruitière 2014-2015
CALENDRIER — PÊCHES
Figure 3–3. Stades repères du pêcher
Débourrement — 6 mm
(1/4 po) de bouton vert
Dormance
62
Bouton rose avancé
Floraison
Chute des pétales
Nouaison
Éclatement des collerettes
3. Fruits tendres
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité. Quand une étiquette indique que le produit
peut être utilisé sur les pêchers, il peut aussi l’être sur les nectariniers.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette,
utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement, le nombre maximal d’applications et le groupe chimique du produit, voir le tableau 3–8, Produits utilisés sur les pêchers, p. 70.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Nova, Topas, Indar, Jade, Funginex, Mission, Fontelis, Cantus, Vangard, Elevate, Flint ni Pristine en présence de
lésions sporulantes de la maladie combattue.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (tordeuse orientale du pêcher, charançon
de la prune), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement,
utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des pêchers en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison, comme des
abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides
atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire
aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Dormance (en mars ou au début avril avant le gonflement des bourgeons)
Cloque des feuilles
• Ferbam 76 WDG (M)
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
• Cuivre 53W (M)
3,5 kg/1000 L d’eau
7 L/ha
3,5-4,9 L/ha
2 kg/1000 L d’eau
2 kg/1000 L d’eau
1,9 kg/1000 L
Le traitement risque d’être peu efficace s’il est fait en retard.
Ferbam : S’il est mélangé à l’huile, observer scrupuleusement
les directives indiquées sur l’étiquette de l’huile, sous peine de ne
pas combattre efficacement la cloque des feuilles.
Bravo, Echo : Ne pas appliquer dans les 10 jours qui précèdent
ou qui suivent un traitement à l’huile, sous peine de causer des
brûlures aux tissus floraux et foliaires.
63
CALENDRIER — PÊCHES
Calendrier — Pêches
CALENDRIER — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Cochenille de San
José
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
Utiliser systématiquement tous les 3 ans. Si la cochenille pose un
problème sérieux ou constant, traiter pendant au moins 2 années
consécutives. Ne pas appliquer dans les 10 jours qui précèdent
ou qui suivent un traitement avec les fongicides Bravo ou Echo.
20 L/1000 L d’eau
Préfloraison (débourrement avancé à prébouton rose)
Tétranyque rouge du
pommier
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
• Isomate-M Rosso • Isomate-M 100
500 diffuseurs/ha
250 diffuseurs/ha
Réduit l’accouplement de la TOP. Installer les diffuseurs avant
les premiers vols des TOP. Voir Technique de la confusion des mâles
dans les cultures fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Son activité perturbatrice dure jusqu’à
90 jours. Répéter le traitement 75-80 jours plus tard, au besoin.
Isomate-M Rosso : Son activité perturbatrice dure jusqu’à
120 jours.
Il est possible de recourir à la fois à un insecticide et à
la technique de la confusion des mâles pour combattre la
1re génération de TOP (voir sous Éclatement des collerettes).
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Senator 70 WP (1)
1,75 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Nova 40 W (3)
• Indar (3)
• Funginex DC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
340 g/ha
140 g/ha
2,5 L/ha
Granuflo T : Contre la pourriture brune sur inflorescences,
appliquer à intervalles de 3-4 jours pendant la floraison.
Senator, Rovral, Topas, Jade, Mission, Nova, Indar,
Funginex, Cantus, Fontelis, Pristine, Vangard, Elevate : Ces
produits sont localement systémiques; ils pénètrent dans les
pétales et protègent ainsi les fruits des infections quand les fleurs
commencent à ouvrir. Consulter l’étiquette pour des données sur
le temps de séchage avant une pluie.
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
370 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
20 L/1000 L d’eau
Cette période est la plus propice à la lutte contre le tétranyque
rouge du pommier si les populations hivernantes sont
considérables. Une telle situation se produit habituellement
après qu’on a pulvérisé des pyréthrinoïdes pour combattre
la tordeuse orientale du pêcher et les punaises ternes
l’année précédente.
Bouton rose avancé
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT LA FLORAISON DES PÊCHERS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Bouton rose avancé. Traiter à l’ouverture des premières
fleurs. Répéter aux 4-5 jours si le temps est pluvieux.
De la chute des pétales à la nouaison
Pourriture brune
64
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Bouton rose avancé. Répéter aux 4-5 jours si le temps
est pluvieux.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pucerons
• Clutch 50 WDG (4)
• Alias 240 SC (4)
140-210 g/ha
233 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
120-160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
10 L/1000 L d’eau
Clutch : Utiliser la dose supérieure et observer l’intervalle le plus
court si la pression exercée par les pucerons est forte. Répéter le
traitement 10-14 jours plus tard, au besoin.
Beleaf : Utiliser la dose supérieure lorsque le feuillage est
dense et/ou que la pression est forte.
Movento : Surtout efficace contre les premiers stades des
pucerons. Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression exercée par les pucerons est forte, il
peut être nécessaire de faire un second traitement 2 semaines
plus tard. Doit être mélangé en cuve avec un adjuvant/additif
ayant des propriétés d’étalement et de pénétration à une dose
suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne
pas mélanger en cuve avec du soufre.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311. Ne pas appliquer dans moins de 1000 L d’eau/
ha (solution titrant 1 %). Comme tous les cultivars n’ont pas été
testés quant à leur tolérance, faire l’essai du produit sur une
petite superficie de chaque cultivar avant de traiter tout un bloc
de verger. Ne pas traiter dans les 14 jours qui précèdent ou qui
suivent un traitement avec Supra Captan, Maestro, Bravo, Echo,
Pounce, Perm-Up ni des produits renfermant du soufre. Ne pas
appliquer : dans les 48 heures qui précèdent ou qui suivent une
gelée; quand les températures sont très chaudes (plus de
25 °C); si les cultures sont soumises à un stress hydrique; ni juste
avant une pluie. Bien lire les mises en garde sur l’étiquette. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
233 mL/ha
140-210 g/ha
100-200 mL/ha
• Exirel (28)
0,75-1,5 L/ha
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
10 L/1000 L d’eau
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
Puceron vert du
pêcher
Thrips des petits
fruits
(maîtrise partielle)
Les seuils d’intervention correspondent à 30 % des pousses
terminales infestées ou à 20 colonies/arbre dans le cas des
pêchers, et à 10 % des pousses terminales infestées ou à
5-10 colonies/arbre dans le cas des nectariniers.
Clutch : Utiliser la dose supérieure et observer l’intervalle
le plus court si la pression exercée par les pucerons est forte.
Répéter le traitement 10-14 jours plus tard, au besoin.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311. Ne pas appliquer dans moins de 1000 L
d’eau/ha (solution titrant 1 %). Comme tous les cultivars n’ont
pas été testés quant à leur tolérance, faire l’essai du produit sur
une petite superficie de chaque cultivar avant de traiter tout un
bloc de verger. Ne pas appliquer : dans les 14 jours qui précèdent
ou qui suivent un traitement avec Supra Captan, Maestro, Bravo,
Echo, Pounce, Perm-Up ou des produits renfermant du soufre;
dans les 48 heures qui précèdent ou qui suivent une gelée;
quand les températures sont très chaudes (plus de 25 °C); si les
cultures sont soumises à un stress hydrique; ni immédiatement
avant une pluie. Bien lire les mises en garde sur l’étiquette. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Le thrips des petits fruits est surtout préoccupant pour
les nectarines.
Utiliser un volume d’eau suffisant pour que la bouillie pénètre
dans la collerette, là où les thrips se cachent.
65
CALENDRIER — PÊCHES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
De l’éclatement des collerettes à la chute des collerettes
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
(1re génération)
Oïdium (blanc)
Charançon de la
prune
Perceur du pêcher
Petit perceur du
pêcher
66
• Lorsban 50 W (1)
3,5 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
1,5 L/ha
• Exirel (28)
500-750 mL/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,75 L/ha
• Flint (11)
140-280 g/ha
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
520 mL/ha
520 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
• Isomate-PTB Dual
375-675 diffuseurs/ha
Aucun pesticide n’est généralement nécessaire à ce stade dans
les vergers où l’on pratique la technique de la confusion des
mâles de la TOP.
Appliquer quand les degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de
base de 7,2 °C) après des captures soutenues d’adultes dans les
pièges à phéromones se situent à l’intérieur de la fourchette
prévue. Répéter le traitement 10-14 jours plus tard si les captures
se poursuivent.
Lorsban : Appliquer à 200 DJC.
Assail, Intrepid : Appliquer à 100-140 DJC.
Rimon : Appliquer à 111-139 DJC
Exirel : Appliquer à 194-208 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Assail : Pour une efficacité optimale, utiliser 240 g/ha dans
au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus d’une fois tous
les 12 jours.
Lorsban, Intrepid : Utiliser uniquement pour lutter contre les
individus de la 1re génération.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Ne pas utiliser de pyréthrinoïdes contre la 1re génération de
la TOP.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Le charançon de la prune est un ravageur sporadique des
pêchers et des nectariniers. Au printemps, inspecter le pourtour
du verger près des boisés et des hôtes sauvages. Voir si les
petits fruits présentent de fines cicatrices en forme de croissant
laissées par l’activité de ponte. Une pulvérisation périmétrique
sur 4-6 rangs peut suffire à maîtriser l’infestation. Vérifier les
fruits en croissance 7-10 jours plus tard pour voir si de nouveaux
dommages sont apparus.
Pounce, Perm-Up, Assail : La maîtrise peut n’être que partielle
si l’infestation est forte. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Réduit l’accouplement du perceur du pêcher et du petit
perceur du pêcher. Installer les diffuseurs avant les premiers
vols des perceurs au printemps, c.-à-d., normalement, au plus
tard à l’éclatement des collerettes. Les diffuseurs sont conçus
pour durer toute une saison de croissance. Répartir au moins
375 diffuseurs/ha si l’infestation est légère, et jusqu’à 675 si
l’infestation est forte.
Un traitement insecticide dirigé contre le perceur du pêcher
peut également être nécessaire. On fait en général une seule
application par saison de croissance, mais il est possible d’en faire
plus, pourvu que, sur l’ensemble de la saison de croissance, la
dose maximale indiquée sur l’étiquette ne soit pas dépassée.
Le recours à la technique de la confusion des mâles pendant
plusieurs saisons de croissance a généralement pour effet
de faire baisser les populations. Pour plus d’information, voir
Technique de la confusion des mâles dans les cultures fruitières,
p. 290.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pourriture brune
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Microscopic Sulphur (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
6,5 kg/1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
740 g/ha
Cette période est critique pour les infections, car le champignon
peut se propager des collerettes sénescentes jusqu’aux
fruits sensibles. Il en résulte des infections latentes qui ne se
manifestent qu’une fois que le fruit entame sa maturation. Faire
une autre pulvérisation 7 jours plus tard si le temps pluvieux
persiste.
Soufre : Risque de faire gonfler les populations d’acariens.
Granuflo : Contre la pourriture des fruits, appliquer à la chute
des pétales et 2 semaines plus tard.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis,
Pristine, Vangard, Elevate : Ces produits sont localement
systémiques. Consulter l’étiquette pour des données sur le temps
de séchage avant une pluie.
Pristine : Ne pas traiter les zones où le brouillard de
pulvérisation risquerait de dériver vers du raisin Concord, car
celui-ci pourrait en souffrir.
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Kumulus DF (M)
ou Microthiol Disperss (M)
ou Microscopic Sulphur (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
22,5 kg/ha
22,5 kg/ha
6,5 kg/1000 L d’eau
3,75-4,5 kg/ha
3,75-4,5 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Fontelis (7)
1,5 L/ha
Tétranyque rouge
du pommier
• Apollo SC (10)
300 mL/ha
Si de l’huile a été appliquée au printemps, un acaricide n’est
probablement pas nécessaire à ce stade.
Apollo : Surtout efficace contre les œufs et les nymphes de
tétranyques fraîchement écloses. Faire le traitement lorsque les
feuilles sont apparues et avant qu’il y ait 3 tétranyques actifs par
feuille. Utiliser un volume d’eau suffisant pour obtenir un bon
recouvrement et jamais moins de 475 L/ha. Faire le traitement au
plus tard 14 jours après la chute des pétales.
Petit perceur
du pêcher
Perceur du pêcher
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
• Thionex 50 WSP (2)
1,5 kg/1000 L d’eau
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
Ces perceurs sont des ennemis sporadiques. Pulvériser les zones
fortement infestées. Utiliser des pièges à phéromones pour
surveiller l’activité des adultes et commencer les pulvérisations
1 semaine après les premiers vols. Faire 3 traitements à
intervalles de 5-10 jours. Diriger le jet avec une lance à main
de manière à mouiller complètement le tronc et les branches
maîtresses.
Sevin, Thionex : Max. de 3 applications/saison de croissance à
intervalles de 5-10 jours.
Sevin SLR : Contre le petit perceur du pêcher seulement.
Thionex : Ne pas faire un second traitement avec Thionex sur
les cultivars qui viennent à maturité en même temps que les
Harrow Diamond et Garnet Beauty; sur ces cultivars, utiliser
Sevin XLR. Ne pas faire un troisième traitement avec Thionex sur
les cultivars qui viennent à maturité en même temps que
les Sunhaven, Redhaven, Veecling et Vivid.
Rimon : Appliquer à intervalles de 3 semaines.
Thrips des petits
fruits
(maîtrise partielle)
Utiliser un des insecticides indiqués contre le thrips des petits fruits sous Chute des pétales.
Tavelure
Les pêches sont sensibles à la tavelure à partir de la chute des
collerettes jusqu’à environ 4-6 semaines avant la cueillette.
Dans le cas des nectarines, la période de sensibilité des fruits
commence plus tôt (à l’éclatement des collerettes), du fait de
l’absence chez les nectarines de la peau duveteuse qui protège
les pêches. La présence d’un grand nombre de spores et la
sensibilité accrue des fruits font de cette période celle où les
risques d’infection par la tavelure sont les plus grands. Des
traitements rapprochés avec des fongicides efficaces sont
recommandés, surtout au moment de la chute des collerettes et
pendant les périodes de pluie. Voir le tableau 3–11, Efficacité des
fongicides contre les maladies des arbres à fruits tendres, p. 96, pour
une liste de produits utilisés contre la tavelure.
67
CALENDRIER — PÊCHES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisations spéciales (du début du stade du jeune fruit à durcissement du noyau, quand le dépistage en indique le besoin)
Punaise terne
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
• Ambush 500 EC (3)
ou Pounce 384 EC (3) 175 mL/ha
280 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
400 mL/ha
520 mL/ha
En général, le moment propice se situe à la mi-juin si des
dommages sont observés sur 2 % des fruits ou plus. Si les
populations de punaises sont considérables, les pulvérisations
devront être répétées 5-7 jours plus tard.
La pression exercée par les punaises ternes est plus faible
dans les vergers engazonnés entretenus. D’autres techniques
culturales peuvent réduire les dommages causés par cet ennemi.
Ripcord : Maîtrise également la punaise du chêne.
Up-Cyde : Utiliser dans 550 L d’eau/ha.
Pulvérisation dirigée contre la deuxième génération de la tordeuse orientale du pêcher
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
(2e génération)
Pourriture brune
(cultivars hâtifs
seulement; du
Harrow Diamond au
Sunhaven)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
• Ambush 500 EC (3)
ou Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
• Decis 5 EC (3)
175 mL/ha
280 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
200-400 mL/ha
275 mL/ha
275 mL/ha
200 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Microscopic Sulphur (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
6,5 kg/1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
740 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
Aucun pesticide n’est généralement nécessaire contre
la 2e génération de TOP dans les vergers où l’on pratique la
technique de la confusion des mâles de la TOP.
Pulvériser l’insecticide sur tous les cultivars. Cette génération
peut nécessiter 2 pulvérisations d’insecticide. Appliquer quand
les degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C)
après des captures soutenues d’individus de la 1re génération se
situent à l’intérieur de la fourchette prévue. Vérifier les dates de
cueillette des cultivars hâtifs et ne faire aucune pulvérisation à
l’intérieur du délai d’attente avant cueillette.
Ripcord, Up-Cyde, Matador, Silencer, Ambush, Pounce,
Perm-Up, Decis, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à
639-667 DJC, puis à 805-833 DJC.
Assail : Appliquer à 583–611 DJC, puis à 750–778 DJC.
Rimon : Appliquer à 555-583 DJC, puis à 722-750 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Up-Cyde : Utiliser dans 550 L d’eau/ha.
Assail : Pour une efficacité optimale, utiliser 240 g/ha dans au
moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus d’une fois tous les
12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Soufre : Risque de faire gonfler les populations d’acariens.
Rovral, Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis,
Pristine, Vangard, Elevate : Ces produits sont localement
systémiques. Consulter l’étiquette pour des données sur le temps
de séchage avant une pluie.
Topas, Jade, Mission : Max. de 2 applications de l’un ou l’autre
produit dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des fongicides indiqués contre le blanc sous De l’éclatement à la chute des collerettes.
Tavelure
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous De l’éclatement à la chute des collerettes.
68
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Tétranyque rouge
du pommier
Tétranyque à deux
points
• Nexter (21)
300 g/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
Scarabée japonais
• Imidan 70-WP Instapak (1) 2,68 kg/ha
Punaise marbrée
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
1,0-1,5 L/ha
• Malathion 85 E (1)
855 mL/ha
• Clutch 50 WDG (4)
210-420 g/ha
Vérifier les délais d’attente avant cueillette sur l’étiquette des
produits et dans le tableau 3–8, Produits utilisés sur les pêchers,
p. 70. Faire cette pulvérisation à peu près au même moment
que la 2e pulvérisation contre la TOP (début juillet), si nécessaire.
Sur les cultivars qui viennent à maturité en même temps que
le Harbrite ou plus tard, faire à nouveau le dépistage des
tétranyques 3 semaines avant la cueillette. Intervenir si le seuil
de 5-10 tétranyques actifs/feuille est atteint en juillet et que
les populations d’acariens utiles sont faibles. Faire preuve de
vigilance, car les populations peuvent gonfler rapidement.
Les acaricides donnent de meilleurs résultats lorsqu’ils sont
employés seuls. Utiliser un volume d’eau minimal de 1000 L/ha
pour un traitement efficace.
Nexter : Donne un maximum de résultats lorsqu’il est appliqué
sur les nymphes des tétranyques. Utiliser 600 g/ha contre
les tétranyques à deux points.
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir des
résultats. Appliquer avant que les tétranyques pullulent.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pulvérisation dirigée contre la troisième génération de la tordeuse orientale du pêcher (TOP) (cultivars tardifs)
Vérifier le délai d’attente avant de traiter les pêchers à maturité précoce. Voir le tableau 3–8, Produits utilisés sur les pêchers, p. 70.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
Pourriture brune
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Silencer 120 EC (3)
175 mL/ha
280 mL/ha
275 mL/ha
275 mL/ha
200-400 mL/ha
200 mL/ha
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
Aucun pesticide n’est généralement nécessaire contre
la 3e génération dans les vergers où l’on pratique la technique de
la confusion des mâles de la TOP.
Traitement habituellement nécessaire pour tous les cultivars
venant à maturité en même temps que le Vivid et plus tard.
Appliquer quand les degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de
base de 7,2 °C) après des captures soutenues d’adultes dans les
pièges à phéromones se situent à l’intérieur de la fourchette
prévue. Vérifier les délais d’attente avant cueillette.
Ripcord, Up-Cyde, Pounce, Perm-Up, Ambush, Decis,
Silencer, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à 1167-1222 DJC,
puis à 1361-1389 DJC.
Assail : Appliquer à 1111-1167 DJC, puis à 1305-1389 DJC.
Rimon : Appliquer à 1083-1139 DJC, puis à 1277-1305 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Up-Cyde : Utiliser dans 550 L d’eau/ha.
Assail : Pour une efficacité optimale, utiliser 240 g/ha dans
au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus d’une fois tous
les 12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Pulvérisation dirigée contre la deuxième génération
de la tordeuse orientale du pêcher.
Topas, Jade, Mission : Max. de 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
69
CALENDRIER — PÊCHES
Maladie ou insecte
NOTES — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisation précueillette
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter les pêchers à maturité précoce. Voir le tableau 3–8, Produits utilisés sur les pêchers, ci-dessous.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
Pourriture brune
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Silencer 120 EC (3)
200 mL/ha
175 mL/ha
280 mL/ha
275 mL/ha
275 mL/ha
200-400 mL/ha
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
Pulvériser sur chaque cultivar 7-14 jours avant la première
cueillette, dès le début de la coloration du fruit.
Aucune pulvérisation précueillette n’est nécessaire dans les
vergers où l’on pratique la technique de la confusion des mâles
de la TOP, à moins que cet insecte ne pullule bon an mal an ou
qu’il ne reste plus que les pêches tardives dans les vergers de
la région.
Up-Cyde : Utiliser dans 550 L d’eau/ha.
Assail : Pour une efficacité optimale, utiliser la dose de 240 g/ha.
Appliquer dans au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus
d’une fois tous les 12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Pulvérisation dirigée contre la deuxième génération
de la tordeuse orientale du pêcher. Traiter avec les pulvérisations contre la TOP 7-10 jours avant la cueillette.
Topas, Jade, Mission : Max. de 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
Traitement des fruits après la cueillette
Moisissure bleue
Pourriture grise
Pourriture brune
Moisissure chevelue
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
Ce traitement peut être nécessaire quand le temps est pluvieux
pendant la saison de la cueillette. Il prolongera la durée
d’entreposage tout en maîtrisant les maladies qui se manifestent
après la cueillette. Voir sur l’étiquette, les directives de trempage
ou d’arrosage abondant des fruits.
7 L/ha
3,5-4,9 L/ha
Appliquer à n’importe quel moment après la chute des feuilles
à l’automne ou en hiver quand la température à l’ombre est
au-dessus du point de congélation et que les conditions
atmosphériques se prêtent à un assèchement rapide.
Pulvérisations d’automne
Cloque des feuilles
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
2 kg/1000 L d’eau
2 kg/1000 L d’eau
Tableau 3–8. Produits utilisés sur les pêchers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Ambush 500 EC
14882
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Apollo SC
21035
clofentézine
10
21 jours
12 heures
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12
heures1/6
1
jours2
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
70
4
3. Fruits tendres
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
9C
14 jours
12 heures1/48 heures2
3
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
22478
deltaméthrine
3
1 jour
12 heures
1
28778
spinétorame
5
14 jours
12 heures
3
Entrust SC
30382
spinosad
5
14 jours
une fois sec
3
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
Imidan 70-WP Instapak
29064
phosmet
1B
14 jours
7 jours1*/14 jours3/
30 jours2
4
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
14 jours
12 heures
1
Lorsban 50 W
20944
chlorpyrifos
1B
21 jours
4 jours
2
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
7 jours
12 heures
2
Matador 120 EC
24984
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,12 L/ha
Nexter
25135
pyridabène
21
14 jours
24 heures
1
Perm-Up
28877
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Pounce 384 EC
16688
perméthrine
3
7 jours
une fois sec
—
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E
27666
huile minérale
NC
—
12 heures
—
Ripcord
30316
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
2
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
1 jour
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Success
26835
spinosad
5
14 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
14981
huile minérale
NC
préfloraison
12 heures
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
18 jours
7 jours1/20 jours2
3
Up-Cyde 2.5 EC
28795
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
2
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Beleaf 50 SG
29796
flonicamide
Closer SC
30826
Clutch 50 WDG
29382
Decis 5 EC
Delegate WG
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
60 jours
48 heures
3
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Cuivre 53 W
9934
sulfate de cuivre
basique
M
avant gonflement
des bourgeons ou
après chute des
feuilles
48 heures
2
Fongicide cuivre en
vaporisateur
19146
oxychlorure de cuivre
M
avant gonflement
des bourgeons ou
après chute des
feuilles
48 heures
2
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
71
NOTES — PÊCHES
Tableau 3–8. Produits utilisés sur les pêchers (suite)
NOTES — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–8. Produits utilisés sur les pêchers (suite)
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
chlorothalonil
M
40 jours
48 heures
—
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
20136
ferbame
M
21 jours
12 heures
—
30619
trifloxystrobine
11
1 jour
12 heures1/7 jours2
4
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
max. 4,5 L/ha
Funginex DC
27686
triforine
3
préfloraison
48 heures
3
Granuflo T
30548
thirame
M
7 jours
24 heures
7
Guardsman oxychlorure
de cuivre 50
13245
oxychlorure de cuivre
M
avant gonflement
des bourgeons ou
après chute des
feuilles
48 heures
2
Indar
27294
fenbuconazole
3
1 jour
12 heures
7
Jade
24030
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Kumulus DF
18836
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
48 heures
—
Microscopic Sulphur
14653
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Microthiol Disperss
29487
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
1 jour
une fois sec
6
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
1 jour
une fois sec1/
24 heures5/10 jours2
5
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
—
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyl
1
1 jour
12 heures
—
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
2 jours
48 heures
—
Thiram 75 WP
27556
thirame
M
7 jours
12 heures
7
Topas
30163
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Vangard 75 WG
25509
cyprodinile
9
2 jours
72 heures
4
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Echo 720
29355
Elevate 50 WDG
25900
Ferbam 76 WDG
Flint
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
72
3. Fruits tendres
L’éclaircissage des pêches est indispensable à la conduite
du verger si l’on veut :
•obtenir des fruits de bon calibre;
•améliorer la qualité et la coloration des fruits;
•réduire les bris de branches;
•gérer la vigueur des arbres;
•éviter un raccourcissement de la durée de vie utile
du verger.
Lors de l’éclaircissage, tenir compte de la charge fruitière autant que de l’espacement des fruits. La charge
fruitière optimale dépend du cultivar, de la vigueur de
l’arbre, de l’âge et de la santé de l’arbre, de la conduite
du verger (espacement des arbres, irrigation, taille). Les
producteurs de pêches ont tendance à espacer les fruits
de 15-20 cm les uns des autres. Toutefois, la distance
entre les fruits importe moins, pour peu que les bouquets soient éclaircis et que les fruits ne se touchent pas.
Par contre, la charge fruitière (kg/arbre ou nombre de
fruits/arbre) revêt davantage d’importance. Par exemple,
une récolte de 18-27 tonnes/ha (8-12 tonnes imp./acre)
dans un verger d’une densité de 490 arbres/­ha
(200 arbres/acre) équivaut à environ 200-300 fruits par
arbre, ce qui, pour des fruits de calibre moyen, représente 4-7 fruits/kg (2-3 fruits/lb). Avec l’importance
actuelle accordée à l’augmentation du calibre du fruit
pour une meilleure mise en marché et les tendances
vers une plus grande densité de peuplement, une charge
fruitière de 175-200 pêches par arbre semble idéale, au
moins pour les cultivars à gros fruits.
Facteurs à prendre en considération lors de
l’éclaircissage des pêches
Choix du moment
Commencer l’éclaircissage manuel vers la fin de la chute
de juin (vers la mi-juin) lorsqu’il est possible de dire
quels fruits avorteront naturellement. Un éclaircissage
au début de la nouaison ou même à la floraison est plus
avantageux qu’un éclaircissage tardif. Cependant, il
comporte davantage de risques, car il est difficile de faire
une évaluation exacte de la charge fruitière avant que la
chute de juin ait eu lieu. Toujours éclaircir les cultivars
hâtifs, afin d’obtenir des fruits de bon calibre. Certaines
années, un éclaircissage manuel peut être nécessaire par
la suite.
Taille
La taille permet de pratiquer une élimination sélective
d’une surface fructifère considérable, faisant disparaître
du coup l’excédent de fruits. L’éclaircissage des pêchers
se fait généralement durant la floraison. Il doit être suivi
d’un éclaircissage manuel des fruits pour éviter toute
surproduction. La taille estivale peut servir à ouvrir
la frondaison, ce qui améliorera la qualité des fruits et
le bourgeonnement les années suivantes.
Cultivars
Au fil des ans, la sélection des cultivars a eu tendance à
viser la production de fruits de plus gros calibre. Les
cultivars hâtifs portent souvent un pourcentage assez
élevé de fruits dont le noyau est fendu. Pour cette raison,
certains producteurs font un premier éclaircissage léger
pour réduire quelque peu la charge fruitière et font plus
tard un éclaircissage sélectif pour enlever les fruits à
noyau fendu. Le cultivar Harrow Diamond est le cultivar
commercial qui mûrit le plus hâtivement parmi
les cultivars qui, sous des conditions normales, sont
peu sensibles au noyau fendu. Pour donner des fruits
de grosseur acceptable, ce cultivar a besoin d’un bon
éclaircissage.
Lorsque la mise à fruit est abondante, les risques de
suréclaircissage des cultivars hâtifs sont faibles. Les
cultivars dont le calibre des fruits a tendance à être plus
petit, comme le Redhaven, ont besoin d’un éclaircissage
plus sévère que les types qui ont tendance à donner
des fruits plus gros, comme le Vivid et le Loring. La
règle d’or pour obtenir des fruits de bon calibre dans
le cas des cultivars tardifs offrant une bonne mise à
fruit uniforme, est d’éclaircir en espaçant les fruits de
10-13 cm les uns des autres. Éclaircir chaque cultivar en
fonction de ses besoins propres.
Irrigation
L’irrigation est recommandée pour donner des fruits
plus gros, surtout durant les longues périodes de
sécheresse. Il y a deux périodes où il est crucial d’irriguer : durant la division cellulaire (de la floraison
jusqu’à 30 jours après la floraison) et durant l’expansion
des cellules (environ 2-4 semaines avant la cueillette).
L’irrigation doit commencer au début de la saison et
se poursuivre de façon régulière selon l’importance
des précipitations, la vitesse d’évapotranspiration et
la capacité de rétention d’eau du sol.
Étant donné qu’une couverture herbacée permanente
livre une rude concurrence aux arbres pour l’eau, rajuster
le calendrier d’irrigation en tenant compte de facteurs
tels que la charge fruitière, les dommages causés par
l’hiver, la pression exercée par les ennemis de la culture
ou autres facteurs de stress. On trouve maintenant sur
le marché des sondes fournissant des mesures de la
teneur en eau du sol.
73
NOTES — PÊCHES
Éclaircissage des pêches
NOTES — PÊCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Sans irrigation, les producteurs peuvent, certaines
années, s’attendre à devoir effectuer un second éclaircissage en juillet s’ils veulent que les fruits atteignent une
grosseur qui permette leur mise en marché.
Méthodes d’éclaircissage
Le plus souvent, l’éclaircissage se fait à la main. Il est
possible de faire tomber rapidement de grandes quantités de fruits en s’aidant d’un bâton de baseball en
plastique pour enfant, d’un tuyau d’arrosage enfilé sur
une tige de bambou ou sur un manche à balai, ou d’un
râteau en plastique à cet effet.
Faire suivre l’éclaircissage initial d’un éclaircissage
« de retouche » quelques jours plus tard pour s’assurer
que le nombre de fruits par arbre est compatible avec
des fruits de bon calibre compte tenu du cultivar et des
conditions du verger. Il est important de veiller à ce que
les bouquets de fruits soient défaits et les fruits séparés.
Si la mise à fruit est inégale sur l’arbre, on peut laisser
plus de fruits sur les branches ­chargées.
Voici d’autres méthodes d’éclaircissage qui font l’objet
d’essais :
•Éclaircissage mécanique des fleurs — L’outil
d’éclaircissage mécanique Darwin, qui est prometteur
pour l’éclaircissage des fleurs, est un appareil
relativement nouveau qui utilise des fouets de nylon
fixés à un arbre rotatif, lui-même monté sur une
chargeuse frontale. L’éclaircissage obtenu varie selon
la vitesse d’avancement du tracteur, le nombre de
tours-minute effectués par les fouets, le nombre
de fouets utilisés, la forme de l’arbre et le moment
où s’effectue l’opération durant la floraison. Un
éclaircissage manuel est nécessaire pour garantir
l’obtention de fruits du bon calibre. L’éclaircissage
mécanique des fleurs contribue à réduire les coûts de
main-d’œuvre et à donner des fruits dont le calibre
moyen par arbre est plus gros et qui mûrissent plus
rapidement. Cette nouvelle technologie donne de
meilleurs résultats dans des vergers à haute densité où
les arbres en fuseau sont conduits en axe vertical.
•Éclaircissage chimique — Aucun produit chimique
n’est homologué pour l’éclaircissage des pêches en
Ontario.
74
3. Fruits tendres
CALENDRIER — POIRES
Figure 3–4. Stades repères du poirier
Dormance
Pointe verte
Apparition des boutons floraux
Bouton blanc
Floraison
Chute des pétales/Calice
75
CALENDRIER — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Poires
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L et que le volume d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette,
utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal d’applications, voir le tableau 3–9, Produits utilisés sur les poiriers, p. 84.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Nova, Inspire Super, Scala, Equal, Syllit, Cantus, Flint, Sovran, Pristine ni Fontelis en présence de lésions
sporulantes de la tavelure.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (psylle du poirier, tordeuse orientale du
pêcher, carpocapse de la pomme et tordeuse à bandes obliques), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus
d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement, utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre
la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (acariens), ne pas utiliser de produits ayant des composantes d’un
même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des poiriers en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison, comme des
abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides
atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire
aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
Utiliser 2000-3000 L d’eau/ha. Un bon recouvrement est
indispensable.
Ne pas utiliser la pleine dose d’huile plus d’une fois par saison
de croissance.
Dormance
Cochenilles
Psylle du poirier
76
20 L/1000 L d’eau
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
• Inspire Super (3 + 9)
• Scala SC (9)
560-836 mL/ha
1 L/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Flint (11)
• Sovran (11)
1,0-1,2 kg/ha
140 g/ha
240 g/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
• Buran (U)
18 L/ha
• Equal 65 WP (U12)
ou Syllit 400 FL (U12) plus Supra Captan 80 WDG
ou Maestro 80 DF
3,25 kg/ha
5,28 L/ha
2,8 kg/ha
2,8 kg/ha
Commencer tôt les traitements contre la tavelure et répéter les
pulvérisations si le temps reste pluvieux.
Captan, Maestro : Ne pas utiliser sur les poires D’Anjou. Ne pas
utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement
à l’huile.
Inspire Super : Inefficace contre la tavelure sur le fruit. Utiliser ce
produit uniquement durant la période d’infection primaire par
la tavelure.
Scala : Ne pas appliquer en postfloraison.
Inspire Super, Scala, Fontelis, Pristine, Flint, Sovran, Equal,
Syllit : Ces produits sont localement systémiques. Consulter
l’étiquette pour des données sur le temps de séchage avant
une pluie.
Fontelis : Commencer les applications à la pointe verte et les
poursuivre, au besoin, à intervalles de 7-10 jours. Utiliser la dose
supérieure et l’intervalle le plus court si la pression exercée par la
maladie est forte. Max. de 2 applications/saison de croissance.
Sovran, Flint, Pristine : Ne pas appliquer ces produits à ce stade
en raison des risques de résistance et des restrictions mentionnées
sur les étiquettes quant au nombre maximal de pulvérisations
autorisées. Pour une efficacité optimale, attendre le stade allant du
bouton blanc à la floraison ou même plus tard, avant d’utiliser
ces produits.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Buran : Appliquer à intervalles de 7-14 jours quand les conditions
sont propices à l’éclosion de la maladie. Ce produit étant nouveau
en Ontario, peu de données en confirment l’efficacité.
Tétranyque rouge du
pommier
Psylle du poirier
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
20 L/1000 L d’eau
Psylle du poirier
• Ambush 500 EC (3)
400 mL/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
• Isomate-M Rosso
• Isomate-M 100
500 diffuseurs/ha
250 diffuseurs/ha
Pointe verte
Tavelure
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
Ce produit combat le mieux les tétranyques à l’époque de la pointe
verte. Utiliser 2000-3000 L d’eau/ha. Un bon recouvrement est
indispensable. L’huile est inefficace contre l’ériophyide du poirier.
Ne pas utiliser la pleine dose d’huile plus d’une fois par saison
de croissance.
Surround : Commencer les pulvérisations avant que les adultes
ayant hiverné entrent en activité. Faire 2 applications, à 7 jours
d’intervalle, à raison de 50 kg/ha, pour obtenir une couche de base.
Poursuivre les applications à intervalles de 7-14 jours. Surround peut
compromettre l’activité optimale des abeilles. Ne pas appliquer
Surround entre les stades prébouton rose et chute des pétales. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Réduit l’accouplement de la TOP. Installer les diffuseurs avant les
premiers vols des TOP adultes. Voir Technique de la confusion des
mâles dans les cultures fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Son activité perturbatrice dure jusqu’à 90 jours.
Faire un deuxième traitement 75-80 jours plus tard.
Isomate-M Rosso : Son activité perturbatrice dure jusqu’à
120 jours.
Il est possible de recourir à la fois à un insecticide et à la technique
de la confusion des mâles pour combattre la 1re génération de TOP
(voir sous Chute des pétales).
Bouton blanc (les sépales laissent voir les pétales)
Tavelure
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Pointe verte. Commencer tôt les traitements contre la tavelure et
répéter les pulvérisations à intervalles de 7-10 jours si le temps reste pluvieux.
Psylle du poirier
• Ambush 500 EC (3)
400 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
120 g/ha
290-440 mL/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
Afin d’éviter le développement de souches résistantes, ne pas
utiliser les pyréthrinoïdes à ce stade. Voir les remarques sous
Première pulvérisation en couverture.
Calypso : Utiliser la dose supérieure quand l’infestation est forte.
Pulvériser lorsque les seuils de nuisibilité économique sont atteints
et que le gros de la population se trouve aux premiers stades
larvaires. Au besoin, répéter le traitement à intervalles de 7-10 jours.
Nexter : Il existe peu de données sur l’utilisation de ce produit
contre le psylle dans les vergers commerciaux.
77
CALENDRIER — POIRES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Carpocapse de la
pomme
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Isomate-CM/OFM TT
200-500 diffuseurs/ha
Nuit à l’accouplement des carpocapses de la pomme et des
tordeuses orientales du pêcher. Installer les diffuseurs au plus tard
à la chute des pétales, soit avant les premiers vols de carpocapses.
Dans la plupart des vergers, pour éviter que les fruits ne soient
endommagés, il faudra des traitements insecticides dirigés contre
1 ou 2 générations de carpocapses de la pomme. Le produit reste
efficace pendant des périodes allant jusqu’à 150 jours contre le
carpocapse de la pomme et 90 jours contre la tordeuse orientale
du pêcher. Voir Technique de la confusion des mâles dans les cultures
fruitières, p. 290.
Floraison
Les poiriers ont des exigences de pollinisation particulières. Consulter la page Besoins des cultures fruitières en matière de pollinisation à partir du
site www.ontario.ca/cultures.
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES QUAND LES POIRIERS SONT EN FLEURS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Feu bactérien
78
• Cuivre 53 W (M)
1 kg/ha + 6 kg de
chaux/1000 L d’eau
• Kasumin 2L (24)
5 L/ha
• Streptomycin 17 (25)
600 g/1000 L
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
• Bloomtime Biological
FD (NC)
• Blossom Protect (NC)
375-500 g/ha
Voir remarques.
Faire la pulvérisation en dilué (avec de grands volumes d’eau) et
avant une période de mouillage. La méthode d’application une
rangée sur deux ne convient pas. Utiliser le produit seul pour de
meilleurs résultats. Pour plus d’information, voir www.ontario.ca/
LIcultures.
Kasumin : Appliquer à 20-30 % de la floraison ou quand les
conditions sont propices à l’éclosion de la maladie. Ne pas faire
plus de 2 applications consécutives. Ne pas utiliser après la chute
des pétales.
Streptomycine : À cause de sa sensibilité aux rayons UV, ce
produit n’est efficace que durant 2-3 jours. Si le temps est chaud (audessus de 20 °C) et pluvieux, 2-3 traitements pendant la floraison
peuvent être nécessaires. Ne pas utiliser ce produit après une
application de Cuivre 53 W.
Serenade MAX, Bloomtime : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Bloomtime : Appliquer dans au moins 1000-2000 L d’eau/ha.
Effectuer un premier traitement lorsque de 15 à 20 % des boutons
sont en fleurs, suivi d’un deuxième traitement entre la pleine
floraison et la chute des pétales. Ce produit s’assortit d’exigences
de manutention particulières. Voir l’étiquette pour connaître
les consignes relatives à l’entreposage.
Blossom Protect : Pour chaque mètre de hauteur des arbres,
diluer 5,25 kg du composant A dans 500 L d’eau/ha et ajouter la
dilution à 0,75 kg du composant B. Si un modèle de prévision du
feu bactérien est offert (p. ex., MaryBlyt ou Cougarblight), faire la
pulvérisation 1-2 jours avant la date d’un risque d’infection. Répéter
après 2 jours et jusqu’à 5 fois si l’infection perdure. En l’absence d’un
modèle de prévision, traiter lorsque les fleurs sont à 10, 40, 70 et
90 % ouvertes.
Cuivre : Dans un seau, mélanger au préalable de l’hydroxyde de
calcium avec suffisamment d’eau pour obtenir une pâte. Une fois la
cuve partiellement remplie d’eau et l’agitateur en marche, verser la
pâte dans la cuve à travers un tamis à mailles de 0,3 mm. Poursuivre
l’agitation pendant 15 minutes avant de procéder à la pulvérisation.
Laisser l’agitateur fonctionner pendant l’application. Produit
incompatible avec tous les insecticides et fongicides.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tavelure
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
• Nova 40 W (3)
• Inspire Super (3 + 9)
340 g/ha
560-836 mL/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Flint (11)
• Sovran (11)
1,0-1,2 kg/ha
140 g/ha
240 g/ha
• Scala SC (9)
1 L/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
• Buran (U)
18 L/ha
• Equal 65 WP (U12)
ou Syllit 400 FL (U12)
plus Supra Captan 80 WDG
ou Maestro 80 DF
3,25 kg/ha
5,28 kg/ha
2,8 kg/ha
2,8 kg/ha
Supra Captan, Maestro : Ne pas utiliser sur les poires D’Anjou.
Nova, Inspire Super, Fontelis, Pristine, Flint, Sovran, Scala,
Equal, Syllit : Ces produits sont localement systémiques. Consulter
l’étiquette pour des données sur le temps de séchage avant
une pluie.
Nova : Appliquer dans 500-1000 L d’eau/ha.
Nova, Inspire, Super : Pour une efficacité renforcée contre
la tavelure, combiner à un fongicide à action préventive.
Sovran : Là où la pression exercée par la maladie est forte, utiliser
jusqu’à 360 g/ha.
Scala : Ne pas appliquer en postfloraison.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Buran : Des applications subséquentes peuvent être faites à
intervalles de 7-14 jours quand les conditions sont propices à
l’éclosion de la maladie. Ce produit étant nouveau en Ontario, peu
de données en confirment l’efficacité.
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
385 g/ha
440 mL/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
• Ambush 500 EC (3)
400 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Calypso 480 SC (4)
120 g/ha
385 g/ha
280-420 g/ha
290-440 mL/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
Chute des pétales
Charançon de la
prune
Psylle du poirier
Actara : Ne pas l’appliquer pendant que des abeilles sont dans
le verger.
Calypso : Le moment optimal des traitements se situe 3 jours
après la chute des pétales. Toutefois, l’intervention doit se faire dès
la chute des pétales si la présence du charançon dans le verger est
déjà confirmée par les opérations de dépistage.
Clutch : Faire le premier traitement avant que les populations
atteignent les seuils de nuisibilité. Si l’infestation reste forte, répéter
le traitement 10-14 jours plus tard. Si le traitement est fait au bon
moment et à la dose supérieure, Clutch peut procurer une maîtrise
partielle du carpocapse de la pomme et de la tordeuse orientale du
pêcher. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Actara : Ne pas l’appliquer pendant que des abeilles sont dans
le verger.
Calypso : Utiliser la dose supérieure quand l’infestation est forte.
Pulvériser lorsque les seuils de nuisibilité économique sont atteints
et que le gros de la population se trouve aux premiers stades
larvaires. Au besoin, répéter le traitement à intervalles de 7-10 jours.
Clutch : Faire le premier traitement avant que les populations
atteignent les seuils de nuisibilité. Si l’infestation reste forte, répéter
le traitement 10-14 jours plus tard. Si le traitement est fait au bon
moment et à la dose supérieure, Clutch peut procurer une maîtrise
partielle du carpocapse de la pomme et de la tordeuse orientale du
pêcher. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Agri-Mek : Ne pas utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou
qui suivent un traitement avec Supra Captan ou Maestro. Pour un
maximum de résultats, appliquer au plus tard 21 jours après la chute
des pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au moins 1000 L d’eau/
ha, quand les acariens sont pour la plupart au stade nymphal. Ce
traitement peut causer de la roussissure chez la poire D’Anjou et
d’autres cultivars sensibles. Maximum de 1 application/saison de
croissance. Alterner chaque année avec d’autres insecticides. AgriMek est inefficace contre le charançon de la prune.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir des
résultats. Doit être mélangé en cuve avec un adjuvant/additif ayant
des propriétés d’étalement et de pénétration à une dose suggérée
de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger
en cuve avec du soufre. Ne pas appliquer ce produit si des fruits
sont présents, car ils risqueraient d’être endommagés. Si la pression
exercée par les psylles est forte, utiliser la dose supérieure indiquée
sur l’étiquette, soit 435 mL/ha.
79
CALENDRIER — POIRES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Tordeuse à bandes
obliques
Noctuelle des fruits
verts
• Imidan 70-WP Instapak (1) 2,68 kg/ha
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Foray 48BA (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,125 kg/ha
2,8 L/ha
4 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Ériophyide du poirier • Agri-Mek 1,9% EC (6)
Tétranyque rouge
du pommier
Tavelure
80
Dose
0,75-1,5 L/ha
• Nexter (21)
300 g/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Agri-Mek 1,9% WC (6)
0,75-1,5 L/ha
• Apollo SC (10)
300 mL/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,1 L/ha
• Nexter (21)
300 g/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
Remarques
Contre les tordeuses à bandes obliques hivernantes, appliquer à
la chute des pétales. Traiter les vergers où cette tordeuse a déjà
sévi ou exerce une forte pression (1-2 % des pousses terminales ou
des boutons comportent des larves ou des dommages). À la chute
des pétales, installer les pièges à phéromones dans le verger pour
faire le dépistage des tordeuses à bandes obliques des générations
estivales.
Dans la plupart des vergers commerciaux, les populations
de tordeuses à bandes obliques sont devenues résistantes aux
organophosphorés. Une résistance croisée entre les pyréthrinoïdes
Confirm et Intrepid est possible. Voir Stratégies pour contrer la
résistance aux insecticides et aux acaricides, p. 305.
Success, Entrust, Delegate, Foray, Intrepid, Exirel : Non
homologués pour la lutte contre la noctuelle des fruits verts.
Dipel, Foray, Bioprotec : Faire 2 applications à intervalles de
5-7 jours si les larves sont très actives. Pour un maximum de
résultats avec ces produits, acidifier la bouillie en abaissant son
pH sous les 7,0 et faire le traitement à la brunante ou sous un ciel
couvert. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Altacor : Utiliser 215 g/ha pour combattre la noctuelle des fruits
verts.
Exirel : Appliquer à l’éclosion des premiers œufs (170-240 DJC)
après la première capture soutenue d’adultes dans les pièges.
Répéter le traitement 10 jours plus tard si l’émergence des larves
se poursuit. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Pour maîtriser l’ériophyide du poirier et empêcher la roussissure
du fruit, appliquer un acaricide au stade préfloraison ou chute
des pétales.
Agri-Mek : Ne pas utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou
qui suivent un traitement avec Supra Captan ou Maestro. Pour un
maximum de résultats, appliquer au plus tard 21 jours après la chute
des pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au moins 1000 L d’eau/
ha, quand les acariens sont pour la plupart au stade nymphal. Ce
traitement peut causer de la roussissure chez la poire D’Anjou et
d’autres cultivars sensibles.
Nexter : Efficace sur tous les stades mobiles, mais non sur
les œufs.
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Appliquer avant que les ériophyides pullulent.
Agri-Mek : Ne pas utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou qui
suivent un traitement avec Supra Captan ou Maestro. Pour un
maximum de résultats, appliquer au plus tard 21 jours après la chute
des pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au moins 1000 L d’eau/
ha, quand les tétranyques sont pour la plupart au stade nymphal.
Ce traitement peut causer de la roussissure chez la poire D’Anjou et
d’autres cultivars sensibles.
Nexter : Efficace sur tous les stades mobiles, mais non sur
les œufs.
Envidor : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Appliquer avant que les tétranyques pullulent.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Pointe verte. Si le temps pluvieux persiste, faire des traitements
supplémentaires pour éliminer la tavelure avant la première pulvérisation en couverture. Au besoin, faire un traitement à la
chute des pétales et à la première pulvérisation en couverture.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisation spéciale (à la chute des pétales lorsque le dépistage en indique le besoin)
Carpocapse de
la pomme
(1re génération)
• Imidan 70-WP Instapak (1) 2,68 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
170 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Il est très important de faire le traitement au moment opportun.
Se fier aux captures dans les pièges à phéromones pour déterminer
le moment des pulvérisations. Faire les traitements insecticides
à 83-138 DJC (temp. de base 10 °C) après les premières captures
soutenues de carpocapses. Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours,
p. 336.
Imidan : Appliquer à 138 DJC.
Assail, Calypso : Appliquer à 111-138 DJC, soit 1-2 jours plus
tôt qu’Imidan. Les résidus subsistent pendant 10-14 jours. Ne pas
appliquer comme pulvérisation périmétrique.
Altacor, Delegate : Appliquer à 138 DJC. Les résidus subsistent
pendant 10-14 jours. Ne pas appliquer comme pulvérisation
périmétrique.
Exirel : Surveiller les populations et traiter à nouveau 10-14 jours
plus tard, au besoin. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines, de
cuivre ou de captane.
Première pulvérisation en couverture
Psylle du poirier
Tavelure
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
• Ambush 500 EC (3)
ou Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
350 mL/ha
175 mL/ha
280 mL/ha
83 mL/ha
83 mL/ha
400 mL/ha
520 mL/ha
520 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Calypso 480 SC (4)
120 g/ha
385 g/ha
280-420 g/ha
290-440 mL/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Pulvériser lorsque le gros de la population se trouve aux premiers
stades larvaires. En cas de ravages causés plus tard dans la saison
par le charançon de la prune, utiliser un des produits indiqués sous
Chute des pétales.
Decis, Ripcord, Up-Cyde, Matador, Silencer, Ambush,
Pounce, Perm-Up : Une résistance à ces insecticides à base de
pyréthrinoïdes était généralisée dans le passé et risque encore
d’être présente.
Calypso : Utiliser la dose supérieure quand l’infestation est forte.
Appliquer quand les seuils de nuisibilité économique sont atteints.
Au besoin, répéter le traitement à intervalles de 7-10 jours.
Clutch : Faire le premier traitement avant que les populations
atteignent les seuils de nuisibilité. Si l’infestation reste forte, répéter
le traitement 10-14 jours plus tard. Si le traitement est fait au bon
moment et à la dose supérieure, Clutch peut procurer une maîtrise
partielle du carpocapse de la pomme et de la tordeuse orientale du
pêcher. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Agri-Mek : Appliquer au plus tard 21 jours après la chute des
pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au moins 1000 L d’eau/ha,
Ce traitement peut causer de la roussissure chez la poire D’Anjou et
d’autres cultivars sensibles. Ne pas appliquer d’huile dans les
14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement avec Supra
Captan ou Maestro.
Nexter : Il existe peu de données sur l’utilisation de ce produit
contre le psylle dans les vergers commerciaux.
Surround : Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Utiliser un des fongicides indiqués sous Pointe verte. Pour les pulvérisations en couverture, réduire la dose d’Equal à
2,25 kg/ha et celle de Syllit à 3,65 L/ha. Pour une protection supplémentaire des fruits, mélanger Nova ou Inspire Super en
cuve avec la pleine dose d’un fongicide à action préventive.
81
CALENDRIER — POIRES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisation spéciale (à la première pulvérisation en couverture, lorsque le dépistage en indique le besoin)
Phytopte du poirier
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
Pulvérisations d’été
Psylle du poirier
Utiliser un des insecticides indiqués contre le psylle du poirier sous Première pulvérisation en couverture. Pulvériser
lorsque le gros de la population se trouve aux premiers stades larvaires. Ne pas dépasser le nombre maximal d’applications
prévu pour chaque produit. Voir le tableau 3–9, Produits utilisés sur les poiriers, p. 84.
Tordeuse à bandes
obliques
Utiliser un des insecticides indiqués contre la tordeuse à bandes obliques sous Chute des pétales.
Placer des pièges à phéromones dans les vergers avant juin afin de surveiller les populations d’adultes. Appliquer les
insecticides dirigés contre les larves de la génération estivale à 240-280 DJC (temp. de base de 6,1 °C) après la première
capture soutenue d’adultes. Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336. Quand on les utilise contre la tordeuse, ces
produits agissent aussi contre d’autres chenilles défoliatrices.
Dans la plupart des vergers de pommiers commerciaux, les populations de tordeuses à bandes obliques sont devenues
résistantes aux organophosphorés. Une résistance croisée entre les pyréthrinoïdes Confirm et Intrepid est possible. Voir
Stratégies pour contrer la résistance aux insecticides et aux acaricides, p. 305.
Acariens
Utiliser un des acaricides indiqués contre l’ériophyide du poirier et/ou le tétranyque rouge du pommier sous Chute des
pétales, à l’exception d’Agri-Mek.
Faire le dépistage des acariens dans le verger vers les 15-20 juillet, soit 10-15 jours suivant l’utilisation de pyréthrinoïdes.
Kanemite : Inefficace contre l’ériophyide du poirier.
Deuxième pulvérisation en couverture
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
Tavelure
• Decis 5 EC (3)
250 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
240 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Pour un maximum de résultats, appliquer quand les degrés-jours
(DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C) après des captures
soutenues d’adultes de la première génération se situent à
l’intérieur de la fourchette prévue. Surveiller les populations et
traiter à nouveau 10-14 jours plus tard, au besoin. Voir l’annexe B,
Modèles de degrés-jours, p. 336.
Decis, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer au moment où les
œufs commencent à éclore, soit à 778-833 DJC.
Assail, Calypso : Appliquer avant que les œufs commencent à
éclore, soit à 750-778 DJC.
Assail : Appliquer dans au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter
plus d’une fois tous les 12 jours. Maîtrise aussi le charançon de la
prune.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines, de
cuivre ou de captane.
Utiliser un des fongicides indiqués contre la tavelure sous Pointe verte. Pour les pulvérisations en couverture, réduire la
dose d’Equal à 2,25 kg/ha et celle de Syllit à 3,65 L/ha. Vérifier les délais d’attente avant cueillette indiqués au tableau 3–9,
Produits utilisés sur les poiriers, p. 84.
Pulvérisations spéciales (vers la mi-août et le début septembre, quand le dépistage en indique le besoin)
Vérifier le délai d’attente avant cueillette avant de traiter les poiriers à maturité précoce. Voir le tableau 3–9, Produits utilisés sur les poiriers, p. 84.
Carpocapse de
la pomme
(2e génération)
82
• Imidan 70-WP Instapak (1) 2,68 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
170 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Ne pas appliquer comme pulvérisation périmétrique. Le carpocapse
de la pomme peut infester les poires dès le début de la maturation
et du mûrissement. Étant sujette à de fortes infestations, la poire
Bosc peut nécessiter 2 pulvérisations en précueillette à environ
2 semaines d’intervalle.
Il est très important de faire le traitement au moment opportun.
Se fier aux captures dans les pièges à phéromones pour déterminer
le moment des pulvérisations. Contre la 2e génération de
carpocapses, intervenir à 611- 694 DJC (temp. de base de 10 °C)
après des captures soutenues de carpocapses de 1re génération.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Imidan, Delegate et Altacor : Appliquer à 667-694 DJC.
Assail : Appliquer à 639-667 DJC, soit 1-2 jours plus tôt qu’IMIDAN.
Les résidus d’Assail subsistent pendant 10-14 jours.
Exirel : Faire la première pulvérisation en fonction de l’éclosion
des premiers œufs après le nouveau repère biologique établi.
Surveiller les populations et répéter le traitement 10-14 jours plus
tard, au besoin. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines, de
cuivre ou de captane.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Decis 5 EC (3)
250 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Pour un maximum de résultats, appliquer quand les degrés-jours
(DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C) après des captures
soutenues d’adultes de la première génération se situent à
l’intérieur de la fourchette prévue. Surveiller les populations et
répéter le traitement 10-14 jours plus tard, au besoin. Voir
l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Il est recommandé de faire un traitement 7-10 jours avant
la cueillette si le verger a déjà été infesté de TOP ou si un verger
de pêchers le borde ou se trouve à proximité.
Decis, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer au moment où les
œufs commencent à éclore, soit à 1361-1389 DJC.
Assail : Appliquer avant que les œufs commencent à éclore, soit à
1305-1333 DJC.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Malathion 85 E (1)
1,22 L/ha
• Clutch 50 WDG (4)
• Actara 25 WG (4)
210-420 g/ha
385 g/ha
Punaise marbrée
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le site du
MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur l’évolution de
l’insecte, les produits homologués et les stratégies d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Actara, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Traitement des fruits après la cueillette
Moisissure bleue
• Mertect SC (1)
500 mL/500 L d’eau
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
• Bio-Save 10 LP (NC)
50 g/300 L d’eau
Ce traitement peut être nécessaire quand le temps est pluvieux
pendant la saison de la cueillette. Il prolongera la durée
d’entreposage tout en maîtrisant les maladies qui se manifestent
après la cueillette.
Mertect : On peut utiliser ce produit pour le trempage ou
l’arrosage abondant des fruits. La bouillie doit être continuellement
remuée. Suivre les directives du fabricant. Mertect est inefficace
contre les souches de moisissure bleue (Penicillium) ou de pourriture
grise (Botrytis), désormais résistantes aux fongicides à base de
benzimidazole (p. ex., Benlate).
Scholar : Maîtrise également la pourriture grise. Voir sur
l’étiquette, les directives de trempage ou d’arrosage abondant
des fruits.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
83
CALENDRIER — POIRES
Maladie ou insecte
NOTES — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–9. Produits utilisés sur les poiriers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4A
60 jours
12 heures
2
Agri-Mek 1,9% EC
24551
abamectine
6
28 jours
12 heures
max. 1,5 L/ha
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
5 jours
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Ambush 500 EC
14882
perméthrine
3
7 jours
une fois sec
—
Apollo SC
21035
clofentézine
10
21 jours
12 heures
1
heures1/
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12
48 heures2/6 jours3
4
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Calypso 480 SC
28429
thiaclopride
4A
30 jours
12 heures
3 (max. 875 mL/ha)
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Decis 5 EC
22478
deltaméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Delegate WG
28778
spinétorame
5
7 jours
12 heures
3
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust SC
30382
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
Foray 48BA
24978
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
jours1*/
Imidan 70-WP
Instapak
29064
phosmet
1B
14 jours
7
14 jours4/30 jours3
5
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
14 jours
12 heures
2
Kanemite 15 SC
28641
acéquinocyl
20B
14 jours
12 heures
2
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
2
Matador 120 EC
24984
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
1
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,83 L/ha
Nexter
25135
pyridabène
21
25 jours
24 heures
2
Perm-Up
28877
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Pounce 384 EC
16688
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E
27666
huile minérale
NC
—
12 heures
—
Ripcord
30316
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
2
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
11 jours
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
1
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant d’y effectuer du travail manuel ou d’y mener des opérations de dépistage.
3 Délai de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
4 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
5 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
7 Auparavant, groupe 18.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
84
3. Fruits tendres
NOTES — POIRES
Tableau 3–9. Produits utilisés sur les poiriers (suite)
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
cueillette
Success
26835
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
14981
huile minérale
NC
préfloraison
12 heures
—
Surround WP
27469
kaolin
NC
0 jour
12 heures
—
Up-Cyde 2.5 EC
28795
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Délai de sécurité
après traitement
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bio-Save 10 LP
29673
Pseudomonas syringae
NC
postcueillette
—
—
Bloomtime Biological
DF
28436
Pantoea agglomerans
NC
0 jour
4 heures
2
Blossom Protect
30552
Aureobasidium pullulans
NC
—
une fois sec
5
Buran
30601
poudre d’ail
U
0 jour
une fois sec
—
Cuivre 53 W
9934
sulfate de cuivre basique
M
1 jour
48 heures
2
Equal 65 WP
15608
dodine
U12
7 jours
48 heures
25
Flint
30619
trifloxystrobine
11
14 jours
12 heures1/4 jours3
4
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
28 jours
12 heures
max. 4,5 L/ha
Inspire Super
30827
difénoconazole +
cyprodinile
3+9
14 jours
12 heures
4
Kasumin 2L
20591
kasugamycine
24
90 jours
12 heures
4
Maestro 80 DF
26408
captane
M
7 jours
48 heures
—
Mertect SC
13975
thiabendazole
1
postcueillette
—
—
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
14 jours
une fois sec
6
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
5 jours
une fois sec1/
5 jours6/12 jours3
4
Scala SC
28011
pyriméthanil
9
72 jours
12 heures1/24 heures3
4
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Sovran
26257
krésoxim-méthyle
11
30 jours
48 heures
30 jours
24
14 jours3
heures1/7
4
jours2/
Streptomycin 17
10305
streptomycine
257
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
7 jours
48 heures
—
Syllit 400 FL
28351
dodine
U12
7 jours
48 heures
25
3
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant d’y effectuer du travail manuel ou d’y mener des opérations de dépistage.
3 Délai de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
4 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
5 Varie selon la dose; voir l’étiquette.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
7 Auparavant, groupe 18.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
85
NOTES — POIRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Éclaircissage des poires
Méthodes d’éclaircissage dans les vergers
de poiriers
Comme pour les pommes, l’éclaircissage des poires :
Éclaircissage chimique
•améliore le calibre moyen et le fini des fruits;
•donne une récolte plus uniforme;
•assure le retour de la floraison et une bonne
production d’une année à l’autre;
•réduit le bris de branches (sur les porte-greffes
nanifiants).
La réaction des poires aux agents d’éclaircissage, compte
tenu des conditions de culture trouvées en Ontario, varie
d’une année à l’autre. Pour cette raison, il est encore
très fréquent de recourir uniquement à l’éclaircissage
manuel. Toutefois, les coûts de main-d’œuvre accrus
et la demande pour des fruits de gros calibre militent
de plus en plus en faveur de l’éclaircissage chimique.
L’objectif de l’éclaircissage est de réduire le nombre de
fruits par lambourde et d’espacer convenablement les
fruits. L’éclaircissage présente aussi l’avantage de réduire
la probabilité de dommages causés par les ennemis du
poirier, certains s’attaquant en effet davantage aux fruits
serrés les uns contre les autres. L’éclaircissage des fruits
est particulièrement bénéfique au cours des saisons de
mise à fruit abondante ou d’humidité insuffisante. Il est
important de ne pas tarder à faire l’éclaircissage si l’on
veut obtenir un pourcentage élevé de fruits commercialisables et maximiser le retour de la floraison
l’année suivante.
Détermination de l’ampleur de l’éclaircissage
requis
L’ampleur de l’éclaircissage dépend de l’âge de l’arbre,
du cultivar et de la charge fruitière. La méthode traditionnelle veut qu’on débarrasse les arbres de leurs fruits
pendant les quatre premières années d’établissement,
afin de s’assurer de poiriers sains et vigoureux. Dans
les vergers à haute densité, on enlève tous les fruits
la première année, puis on laisse environ 3-4 fruits par
arbre la deuxième année. Au fur et à mesure que les
fruits mûrissent, on laisse un nombre accru de fruits
sur l’arbre.
Sur des arbres à maturité, des cultivars comme Bartlett
et Bosc fructifient par bouquets de 3-5 fruits par
lambourde. Si, dans l’ensemble, la charge fruitière est
excessive, réduire les bouquets à 1 ou 2 fruits chacun.
Dans certains vergers, la mise à fruit a tendance à
être faible une année sur deux. Dans ces vergers, les
lambourdes peuvent porter davantage de fruits quand
certaines d’entre elles sont débarrassées de leurs fruits.
Si la mise à fruit n’est pas excessive, 2-3 fruits par
bouquet atteindront un calibre satisfaisant sans qu’on
doive faire l’éclaircissage des fruits.
86
Dans les vergers de poiriers, faire l’essai d’agents
d’éclaircissage à petite échelle, jusqu’à ce que l’effet
en fonction de la vigueur des arbres, du cultivar et du
calibre de fruit puisse être évalué. Certaines parcelles
de poiriers offrent difficilement une mise à fruit suffisante. Il vaut mieux évaluer la mise à fruit avant
d’appliquer des agents d’éclaircissage, surtout si la floraison a été marquée par du temps frais et/ou pluvieux.
L’efficacité des agents d’éclaircissage est étroitement liée
aux conditions météorologiques. Parmi les conditions
qui se prêtent le plus à l’emploi de régulateurs de croissance, mentionnons :
•un temps frais et pluvieux et une faible luminosité
avant ou après l’application;
•une période prolongée de forte humidité sans pluie,
soit avant soit après l’application;
•de grandes chaleurs après des périodes de temps frais;
•des températures frôlant ou atteignant le point de
congélation avant ou peu après l’application;
•une période prolongée de temps sec avant ou après
l’application;
•des conditions excessivement douces après la nouaison.
Une diminution de la réaction aux agents d’éclaircissage
peut être causée par du temps doux et ensoleillé durant
le jour, accompagné de nuits relativement fraîches avant
et après le traitement d’éclaircissage, ce qui entraîne
une forte accumulation nette de réserves glucidiques
dans l’arbre.
Comme avec tous les régulateurs de croissance des
plantes, un recouvrement complet est indispensable pour
de bons résultats. Les agents d’éclaircissage n’agissent
que là où ils se déposent. On considère les cultivars
Sundown, Bartlett et Bosc comme étant de moyennement à carrément difficiles à éclaircir, tandis que le
cultivar D’Anjou est beaucoup plus facile à éclaircir.
3. Fruits tendres
NOTES — POIRES
Pour l’éclaircissage chimique, utiliser soit Fruitone-N,
de l’ANA (acide 1-naphtalène acétique), ou Cilis-Plus, du
6-BA (6-benzylaminopurine). Les doses suggérées sont
les suivantes : employer Fruitone-N à la concentration de
15-20 ppm environ 3-6 jours après la chute des pétales,
ou Cilis Plus à une concentration de 100-150 ppm
quand les jeunes fruits font 5-10 mm de diamètre. Pour
des directives précises sur les applications, consulter
l’étiquette du produit. Voir les notes sur l’ANA, p. 232
et 240. Ne jamais utiliser Sevin XLR (carbaryl), sur
des poires, sous peine de provoquer la déformation des
fruits. Là où il le faut, compléter l’éclaircissage chimique
par un éclaircissage manuel.
Éclaircissage manuel
Commencer l’éclaircissage vers la fin de la chute de juin
(mi-juin) lorsqu’il est possible de dire quels fruits avorteront et tomberont d’eux-mêmes. Un éclaircissage au
début de la nouaison est plus avantageux qu’un éclaircissage tardif. Les années normales, limiter la densité des
fruits à 1 fruit par lambourde selon un espacement de
12-15 cm entre chaque fruit. Au moment de l’éclaircissage, il est préférable d’éliminer de manière sélective les
jeunes fruits les plus petits.
Autres conseils sur l’amélioration de la santé
des arbres et du calibre des fruits
Envisager de supprimer les lambourdes sur les arbres
plus vieux, particulièrement s’il s’agit de cultivars sur
porte-greffes nanifiants. Ces poiriers peuvent donner
des avortons si on les laisse porter une trop lourde charge
fruitière au cours des années 3-6. Un éclaircissage des
fruits bien fait conjugué à une irrigation au moment
opportun donne normalement des poires de bon calibre.
Pour obtenir des fruits de gros calibre, irriguer après
la nouaison, pendant les périodes prolongées de temps
sec de la mi-été de même que quelques semaines avant
la cueillette.
87
Guide de la culture fruitière 2014-2015
CALENDRIER — PRUNES
Figure 3–5. Stades repères du prunier
88
Dormance
Pointe verte
Bouton blanc
Floraison
Chute des pétales
Chute des collerettes
3. Fruits tendres
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser
suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 3–10, Produits utilisés sur les pruniers, p. 93.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser Topas, Indar, Jade, Funginex, Mission, Fontelis, Cantus, Pristine, Rovral ni Senator en présence de lésions
sporulantes des maladies combattues.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (tordeuse orientale du pêcher, perceurs et
tordeuse à bandes obliques), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus
d’un traitement, utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des pruniers en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison, comme des
abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides
atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire
aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Dormance (avant le débourrement)
Nodule noir
Supprimer tous les nodules noirs dans les vergers commerciaux pendant la période de dormance, avant le débourrement.
Faire l’entaille à 15 cm en dessous de l’enflure. Ramasser et brûler tous les résidus de taille contaminés par le nodule noir.
Les nodules laissés sur le sol sont une source de spores susceptible d’entraîner de nouvelles infections. Détruire les pruniers
sauvages et les pruniers négligés à proximité du verger s’ils sont atteints.
Pointe verte (les boutons verts éclatent)
Tétranyque rouge du
pommier
Cochenilles
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
20 L/1000 L d’eau
Pour améliorer le recouvrement, pulvériser au cours d’une
journée sans vent.
20 L/1000 L d’eau
89
CALENDRIER — PRUNES
Calendrier — Prunes
CALENDRIER — PRUNES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Préfloraison (la pointe blanche de la corolle est visible)
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Nodule noir
• Senator 70WP (1)
1,75 kg/ha
• Rovral WDG (2)
1,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
• Funginex DC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
2,5 L/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
370 g/ha
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
• Indar (3)
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
140 g/ha
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
Enlever tous les fruits momifiés au moment de l’élagage. Sarcler
tout le verger avant la floraison. Effectuer 2-3 traitements
fongicides du début à la fin de la floraison.
Ces produits sont localement systémiques; ils pénètrent dans
les pétales et protègent ainsi les fruits des infections quand
les fleurs commencent à ouvrir. Consulter l’étiquette pour des
données sur le temps de séchage avant une pluie.
Les fongicides ne procureront pas une maîtrise suffisante du
nodule noir sans un bon assainissement du verger (élagage,
enlèvement et brûlage des nodules). Au début de l’été, inspecter
tous les pruniers. Enlever et brûler les nouveaux nodules et
les nodules oubliés. Les cultivars européens à prunes et à
pruneaux ainsi que le prunier de Damas (mirabellier) sont les
plus sensibles. Pour protéger les nouvelles pousses, faire les
traitements fongicides entre le bouton blanc (préfloraison) et la
première pulvérisation en couverture tous les 3-5 jours par temps
pluvieux. Un printemps sec peut retarder la libération des spores,
ce qui oblige à prolonger la protection offerte par le fongicide
jusqu’à la deuxième pulvérisation en couverture.
Topas, Jade, Mission : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Considérer à la fois les pruniers européens et les pruniers japonais comme étant autostériles. Des plantations mixtes
et des insectes pollinisateurs sont indispensables. Les abeilles butinent volontiers les fleurs des pruniers.
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT LA FLORAISON DES PRUNIERS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Bouton blanc.
Chute des collerettes (la plupart des collerettes sont tombées)
Pourriture brune
Nodule noir
90
• Microscopic Sulphur (M)
ou Microthiol Disperss (M)
ou Kumulus DF (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
19,5 kg/ha
22,5 kg/ha
22,5 kg/ha
4,5 kg/ha
4,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Indar (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
140 g/ha
• Cantus WDG (7)
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
370 g/ha
1,0-1,75 L/ha
750 g/ha
• Vangard 75 WG (9)
740 g/ha
Supra Captan, Maestro : Dans des conditions d’assèchement
lent, ces produits peuvent provoquer des blessures aux feuilles
et des taches sur les fruits du prunier Stanley et des cultivars de
pruniers japonais.
Topas, Jade, Mission, Indar, Cantus, Fontelis, Pristine,
Vangard : Ces produits sont localement systémiques. Consulter
l’étiquette pour des données sur le temps de séchage avant
une pluie.
Utiliser un des fongicides indiqués contre le nodule noir sous Bouton blanc.
Supra Captan, Maestro : Dans des conditions d’assèchement lent, ces produits peuvent provoquer des blessures
aux feuilles et des taches sur les fruits du prunier Stanley et des cultivars de pruniers japonais.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
1,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
500-750 mL/ha
Aucun pesticide n’est généralement nécessaire à ce stade dans
les vergers où l’on pratique la technique de la confusion des
mâles de la tordeuse.
Appliquer quand les degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de
base de 7,2 °C) après des captures soutenues d’adultes dans les
pièges à phéromones se situent à l’intérieur de la fourchette
prévue. Répéter le traitement 10-14 jours plus tard si les captures
restent nombreuses.
Assail, Intrepid : Appliquer à 100-140 DJC.
Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à 194-208 DJC.
Rimon : Appliquer à 111-139 DJC
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Assail : Pour une efficacité optimale, utiliser 240 g/ha dans au
moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter plus d’une fois tous les
12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Silencer 120 EC (3)
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
• Up-Cyde 2,5 EC (3)
104 mL/ha
520 mL/ha
520 mL/ha
400 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Clutch 50 WDG (4)
240 g/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
• Isomate-PTB Dual
375-675 diffuseurs/ha
Charançon de
la prune
Perceur du pêcher
Petit perceur du
pêcher
Silencer, Pounce, Up-Cyde, Perm-Up, Assail : La maîtrise peut
n’être que partielle si l’infestation est forte. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Clutch : Si le traitement est fait au bon moment, et à la dose
de 420 g/ha, Clutch peut procurer une maîtrise partielle de la
tordeuse orientale du pêcher.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Réduit l’accouplement des perceurs du pêcher. Installer les
diffuseurs avant les premiers vols des perceurs au printemps,
c.-à-d., normalement, au plus tard à l’éclatement des collerettes.
Répartir au moins 375 diffuseurs/ha si l’infestation est légère, et
jusqu’à 675 si l’infestation est forte.
On peut employer des insecticides contre le perceur du pêcher,
pourvu que, sur l’ensemble de la saison de croissance, on ne
dépasse pas la dose maximale indiquée sur l’étiquette.
Le recours à la technique de la confusion des mâles pendant
plusieurs saisons de croissance a généralement pour effet
de faire baisser les populations. Pour plus d’information, voir
Technique de la confusion des mâles dans les cultures fruitières,
p. 290.
Première pulvérisation en couverture (12 jours après la chute des collerettes)
Pourriture brune
Nodule noir
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune et le nodule noir sous Chute des collerettes. Un printemps
sec peut retarder la libération des spores du nodule noir, ce qui oblige à prolonger la protection offerte par le fongicide
destiné à combattre cette maladie jusqu’à la deuxième pulvérisation en couverture.
Captan, Maestro : Peuvent provoquer des blessures aux feuilles et des taches sur les fruits du prunier Stanley et des
cultivars de pruniers japonais.
Charançon de
la prune
Utiliser un des insecticides indiqués contre le charançon de la prune sous Chute des collerettes.
Deuxième pulvérisation en couverture
Vérifier le délai d’attente avant de traiter les pruniers à maturité précoce. Voir le tableau 3–10, Produits utilisés sur les pruniers, p. 93.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes. Pendant les périodes de pluie,
répéter les applications entre les cueillettes. Vérifier les délais d’attente avant cueillette indiqués au tableau 3–10, Produits
utilisés sur les pruniers, p. 93.
Topas, Jade, Mission : Ne pas faire plus de 2 applications au cours des 3 semaines qui précèdent la cueillette.
91
CALENDRIER — PRUNES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — PRUNES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Assail 70 WP (4)
120-240 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215-285 g/ha
500-750 mL/ha
Aucun pesticide n’est nécessaire contre la 2e génération dans les
vergers où l’on pratique la technique de la confusion des mâles
de la TOP.
Pulvériser l’insecticide sur tous les cultivars. Cette génération
peut nécessiter 2 pulvérisations d’insecticide. Appliquer quand
les degrés-jours (DJC) accumulés (temp. de base de 7,2 °C) après
des captures soutenues d’individus de la 1re génération dans
les pièges à phéromones se situent à l’intérieur de la fourchette
prévue. Vérifier les dates de cueillette des cultivars hâtifs et ne
faire aucune pulvérisation à l’intérieur du délai d’attente avant
cueillette.
Contre les TOP de la 2e génération, traiter :
Assail : à 583-611 DJC, puis à 750-778 DJC;
Delegate, Altacor, Exirel : à 639-667 DJC, puis à 805-833 DJC;
Rimon : à 555-583 DJC, puis à 722-750 DJC.
Contre les TOP de la 3e génération, traiter :
Assail : à 1111-1167 DJC, puis à 1305-1389 DJC;
Delegate, Altacor, Exirel : à 1167-1222 DJC, puis à
1361-1389 DJC;
Rimon : à 1083-1139 DJC, puis à 1277-1305 DJC.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Assail : Pour une efficacité optimale, employer 240 g/ha
dans au moins 1000 L d’eau/ha. Ne pas traiter à une fréquence
supérieure à une fois tous les 12 jours.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Précueillette
Avant toute pulvérisation, vérifier le délai d’attente avant cueillette. Voir le tableau 3–10, Produits utilisés sur les pruniers, p. 93.
Pourriture brune
Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture brune sous Chute des collerettes.
Tordeuse orientale
du pêcher
Utiliser un des insecticides indiqués contre la tordeuse orientale du pêcher sous Deuxième pulvérisation en couverture.
Pulvérisations spéciales (quand le dépistage en indique le besoin)
Pucerons
92
• Clutch 50 WDG (4)
• Admire 240 F (4)
• Closer SC (4)
140-210 g/ha
230 mL/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
120-160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Exirel (28)
0,75-1,0 L/ha
• Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E (NC)
10 L/1000 L d’eau
Ne traiter que si les pucerons pullulent. Pour être efficace, le
recouvrement doit être complet et la pulvérisation doit se faire
par une journée douce et calme.
Assail : Appliquer dans au moins 500 L d’eau/ha.
Closer : Homologué pour combattre le puceron vert
du pêcher.
Movento : Surtout efficace contre les premiers stades des
pucerons. Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir des
résultats. Si la pression est forte, il peut être nécessaire de faire
un second traitement 2 semaines plus tard. Doit être mélangé en
cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés d’étalement
et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir
l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve avec
du soufre.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311. Comme tous les cultivars n’ont pas été testés
quant à leur tolérance, faire l’essai d’un produit sur une petite
superficie de chaque cultivar, afin d’en confirmer la tolérance
avant de traiter tout le verger. Ne pas traiter dans les 14 jours
qui précèdent ou qui suivent un traitement avec Supra Captan,
Maestro ou des produits renfermant du soufre. Ne pas appliquer :
dans les 48 heures qui précèdent ou qui suivent une gelée;
quand les températures sont très chaudes (plus de 25 °C); si les
cultures sont soumises à un stress hydrique; ni juste avant une
pluie. Bien lire les mises en garde sur l’étiquette. Voir Utilisation
de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
3. Fruits tendres
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Perceur du pêcher
Petit perceur du
pêcher
• Sevin XLR (1)
6,25 L/ha
• Thionex 50 WSP (2)
1,5 kg/1000 L d’eau
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
Diriger le jet avec une lance à main de manière à mouiller
complètement le tronc et les branches maîtresses. Vérifier
le délai d’attente avant cueillette et ne pas traiter si les fruits
doivent être cueillis dans un délai plus court.
Sevin : Contre le petit perceur du pêcher seulement.
Sevin, Thionex : Faire 3 pulvérisations à intervalles de
3 semaines en commençant le 10e jour suivant les premières
captures dans les pièges.
Rimon : Appliquer à intervalles de 3 semaines en commençant
7-10 jours après les premières captures dans les pièges.
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,35-3,35 L/ha
• Altacor (28)
285 g/ha
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
1,0-1,5 L/ha
• Malathion 85 E (1)
880 mL/ha
• Clutch 50 WDG (4)
210-420 g/ha
Scarabée japonais
Punaise marbrée
Contre les générations estivales de cette tordeuse, traiter à
240-280 DJC (temp. de base de 6,1 °C) après le repère biologique
(premières captures soutenues d’adultes).
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter, sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter avant que les seuils de nuisibilité soient atteints.
Malathion, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Traitement des fruits après la cueillette
Moisissure bleue
Pourriture grise
Pourriture brune
Moisissure chevelue
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
Ce traitement peut être nécessaire quand le temps est pluvieux
pendant la saison de la cueillette. Il prolongera la durée
d’entreposage tout en maîtrisant les maladies qui se manifestent
après la cueillette. Voir sur l’étiquette, les directives de trempage
ou d’arrosage abondant des fruits.
Scholar : Ne pas utiliser sur des prunes destinées à la
transformation en pruneaux.
Tableau 3–10. Produits utilisés sur les pruniers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12 heures1/6 jours2
4
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. — = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
93
NOTES — PRUNES
Maladie ou insecte
NOTES — PRUNES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 3–10. Produits utilisés sur les pruniers (suite)
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
Beleaf 50 SG
29796
flonicamide
9C
14 jours
12 heures1/48 heures2
3
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Delegate WG
28778
spinétorame
5
7 jours
12 heures
3
Entrust SC
30382
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
jours1*/14
4
jours3/
Imidan 70-WP
Instapak
29064
phosmet
1B
14 jours
7
30 jours2
3
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
14 jours
12 heures
1
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
2
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,12 L/ha
Perm-Up
28877
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Pounce 384 EC
16688
perméthrine
3
7 jours
une fois sec
—
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13E
27666
huile minérale
NC
—
12 heures
—
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
2 jours
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Success
26835
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542, 14981
huile minérale
NC
préfloraison
12 heures
—
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
18 jours
7 jours1/20 jours2
3
Up-Cyde 2.5 EC
28795
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
max. 4,5 L/ha
Funginex DC
27686
triforine
3
préfloraison
48 heures
3
Indar
27294
fenbuconazole
3
1 jour
12 heures
7
Jade
24030
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
48 heures
—
Microscopic Sulphur
14653
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Microthiol Disperss
29487
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
sec1/
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
1 jour
une fois
24 heures5/10 jours2
5
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
—
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyl
1
1 jour
12 heures
—
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
2 jours
48 heures
—
Topas
30163
propiconazole
3
3 jours
72 heures
54
Vangard 75 WG
25509
cyprodinile
9
2 jours
72 heures
4
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. — = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
3 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
4 Ne pas dépasser 2 applications dans les 3 semaines qui précèdent la cueillette.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Délai
94
3. Fruits tendres
Tache de chaleur
Des températures élevées peuvent provoquer l’apparition de
taches violacées sur les prunes et pruneaux, desquelles
coule une gomme transparente. Les taches apparaissent
dans les 5-8 jours qui suivent une période de chaleur.
Pour réduire l’incidence de cet état physiologique, on
peut se servir de cultures de couverture et de paillis
durant l’été.
Pour atténuer ce problème sur les pruneaux, pulvériser
du chlorure de calcium, à raison de 4 kg dans 1000 L
d’eau, du début juillet à la mi-août. Effectuer 3 pulvérisations à 10-12 jours d­ ’intervalles. Voir les notes sous
Calcium (Ca), p. 37.
Éclaircissage des prunes
Depuis quelques années, la demande pour des fruits
plus gros force les producteurs à accorder davantage
d’importance à l’éclaircissage, à la taille et à l’irrigation.
Les prunes japonaises ont besoin d’un éclaircissage systématique, sans quoi le calibre du fruit sera petit et le
On préfère l’éclaircissage axé sur le calibre des fruits à
celui, traditionnel, qui repose sur l’espace laissé entre
eux. L’éclaircissage axé sur le calibre consiste à repérer,
puis à enlever les fruits qui sont petits, faibles, abîmés
ou atteints de maladies, indifféremment de l’espacement
entre ceux qui demeurent sur la branche. En principe,
l’opération fait en sorte que les fruits qui restent dans
l’arbre atteignent un calibre satisfaisant.
95
NOTES — PRUNES
Notes sur les pruniers
cycle de production sera porté à l’alternance. Les prunes
européennes cultivées pour le marché frais ont aussi
besoin d’un éclaircissage au cours des années de fructification abondante. Les pruniers non éclaircis ou mal
éclaircis produiront des fruits petits qui, dans certains
cas, prendront beaucoup de temps à mûrir. L’irrigation
est importante pour obtenir des fruits de bon calibre.
Voir les notes sur l’irrigation sous Éclaircissage des pêches,
p. 73. Commencer l’éclaircissage vers la fin de la chute
de juin (du début au milieu de juin) lorsqu’il est possible
de dire quels fruits avorteront et tomberont naturellement. Un éclaircissage au début de la nouaison est plus
avantageux qu’un éclaircissage tardif. Comme l’éclaircissage chimique ne fonctionne pas avec les prunes, il est
nécessaire de faire l’éclaircissage à la main.
Notes sur les fongicides, insecticides et acaricides pour les arbres à fruits tendres
Pour de l’information l’efficacité des fongicides contre les maladies des arbres à fruits tendres, voir le tableau 3–11,
Efficacité des fongicides contre les maladies des arbres à fruits tendres, ci-dessous.
Pour de l’information l’efficacité des insecticides contre les ravageurs des arbres à fruits tendres, voir le tableau 3–12,
Efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis des arbres à fruits tendres, p. 98.
Tableau 3–11. Efficacité des fongicides contre les maladies des arbres à fruits tendres
Utiliser les fongicides uniquement pour combattre les maladies indiquées sur l’étiquette du produit et uniquement dans les cultures pour lesquelles ils
sont homologués. L’information fournie dans ce tableau repose sur des données recueillies dans d’autres régions. Elle est destinée à aider le producteur
à choisir, parmi les fongicides homologués contre la maladie à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et
en évitant des pulvérisations inutiles. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Pourriture brune
(sur fruits)
Tavelure noire
Cloque des feuilles
du pêcher
Chancre bactérien/
Tache bactérienne
Oïdium
(blanc)
Moisissure chevelue
Taches foliaires
du cerisier
Nodule noir
Tavelure de la poire
Abricotier
Cerisier
Pêcher
Prunier
Poirier
Usages homologués :
M
Fongicide cuivre
en vaporisateur
1*
1*
0
2*
2*
0
0
1*
0
1
NH
✓
✓
NH
NH
M
Guardsman
oxychlorure de
cuivre 50
0
0
0
2*
2*
0
0
1*
0
1
NH
✓
✓
NH
NH
M
Kumulus DF
2*
1*
3*
0
—
2*
0
1
1
1*
NH
✓
✓
✓
✓
M
Microscopic
Sulphur
2*
1*
3*
0
0
2*
0
1
1*
1*
NH
✓
✓
✓
✓
M
Microthiol
Disperss
2*
1*
3*
0
0
2*
0
1
1
1*
NH
✓
✓
✓
✓
M
Ferbam 76 WDG
0*
0*
—
4*
0
0
NU
2*
0
1*
✓
✓
✓
✓
✓
M
Granuflo-T
3*
3*
3*
3
0
0
0
—
—
—
NH
NH
✓
✓
NH
M
Thiram 75 WP
3*
3*
3*
3
0
0
0
—
—
—
NH
NH
✓
✓
NH
M
Supra Captan 80
WDG
3*
3*
4*
2
0
0
1
3*
2*
3*
✓
✓
✓
✓
✓
M
Maestro 80 DF
3*
3*
4*
2
0
0
1
3*
2*
3*
✓
✓
✓
✓
✓
M
Bravo 500
3*
NU
4
4*
0
0
0
4*
4*
—
NH
✓
✓
NH
NH
M
Echo 720
3*
NU
4
4*
0
0
0
4*
4*
—
NH
✓
✓
NH
NH
NC
Purespray
Green Huile de
pulvérisation 13E
0
0
0
0
0
3*
0
0
0
0
✓
✓
✓
✓
✓
1
Senator 70 WP
3*
3*
—
2
0
3
—
3
—
2
NH
✓
✓
✓
✓
2
Rovral WDG
4*
4*
0
0
0
0
2
2
0
—
✓
✓
✓
✓
NH
3
Funginex DC
3*
NU
0
0
0
3
—
3
0
—
NH
✓
✓
✓
NH
3
Indar
4*
4*
3
0
0
3
0
3
2*
—
✓
✓
✓
✓
NH
3
Jade
4*
4*
3
0
0
3
4
3*
1*
—
✓
✓
✓
✓
✓
3
Nova 40 W
3*
NU
—
0
0
4*
0
3*
0
3
NH
✓
✓
NH
✓
Groupe
NOTES — FRUITS TENDRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Nom du produit
0 = Inefficace. 1 = Légèrement efficace/maîtrise partielle. 2 = Efficacité passable. 3 = Bonne efficacité. 4 = Très bonne efficacité. NU = Non utilisé contre cette maladie au
stade indiqué. — = Information non disponible.
✓ Homologué sur la culture, mais pas nécessairement contre toutes les maladies. NH = Non homologué sur cette culture.
* (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
Sources : Diverses publications de services de vulgarisation américains, des articles de revues scientifiques, les Canadian Pest Management Research Reports et les Plant
Disease Management Reports (APS).
96
3. Fruits tendres
Pourriture brune
(sur fruits)
Tavelure noire
Cloque des feuilles
du pêcher
Chancre bactérien/
Tache bactérienne
Oïdium
(blanc)
Moisissure chevelue
Taches foliaires
du cerisier
Nodule noir
Tavelure de la poire
Abricotier
Cerisier
Pêcher
Prunier
Poirier
3
Topas
4*
4*
3
0
0
3
4
3*
1*
—
✓
✓
✓
✓
NH
3
Mission 418 EC
4*
4*
3
0
0
3
4
3*
1*
—
✓
✓
✓
✓
NH
3+
9
Inspire Super
—
—
—
—
—
—
—
—
—
3*
NH
NH
NH
NH
✓
7
Cantus WDG
4*
4*
—
0
NU
2
0
—
—
NU
✓
✓
✓
✓
NH
Groupe
Pourriture brune
(sur inflorescences)
Usages homologués :
Nom du produit
7
Fontelis
4*
4*
4*
0
0
2*
0
1*
—
3*
✓
✓
✓
✓
✓
7+
11
Pristine WG
4*
4*
4
0
NU
2*
4*
4*
—
3*
✓
✓
✓
✓
✓
9
Vangard 75 WG
4*
4*
—
0
0
0
3
0
0
NU
✓
NH
✓
✓
NH
NH
NH
NH
✓
✓
✓
9
Scala SC
4*
4*
0
0
0
0
0
0
0
2
11
Flint
0
0
0
0
0
1*
0
4*
0
3*
✓
✓
✓
✓
11
Sovran
—
—
—
—
—
—
—
—
—
3*
NH
NH
NH
NH
✓
11
Cabrio EG
1*
1
1
0
0
4*
4
4
—
—
✓
✓
✓
✓
NH
12
Scholar 230 SC
NU
4*
NU
NU
NU
NU
4*
NU
NU
NU
✓
✓
✓
✓
✓
13
Quintec
0
0
0
0
0
4*
0
0
0
0
✓
✓
✓
✓
NH
17
Elevate 50 WDG
4*
4*
0
0
0
0
0
0
0
—
NH
✓
✓
NH
NH
U
Buran
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—*
NH
NH
NH
NH
✓
U12
Equal 65 WP
—
—
—
NU
—
—
—
3*
—
3*
NH
✓
NH
NH
✓
U12
Syllit 400 FL
—
—
—
NU
—
—
—
3
—
3*
NH
NH
NH
NH
✓
0 = Inefficace. 1 = Légèrement efficace/maîtrise partielle. 2 = Efficacité passable. 3 = Bonne efficacité. 4 = Très bonne efficacité. NU = Non utilisé contre cette maladie au
stade indiqué. — = Information non disponible.
✓ Homologué sur la culture, mais pas nécessairement contre toutes les maladies. NH = Non homologué sur cette culture.
* (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
Sources : Diverses publications de services de vulgarisation américains, des articles de revues scientifiques, les Canadian Pest Management Research Reports et les Plant
Disease Management Reports (APS).
97
NOTES — FRUITS TENDRES
Tableau 3–11. Efficacité des fongicides contre les maladies des arbres à fruits tendres (suite)
Tableau 3–12. Cotes d’efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis des arbres à fruits tendres
Utiliser les produits uniquement contre les ennemis et dans les cultures indiqués sur l’étiquette. L’information fournie dans ce tableau repose sur des
données recueillies dans d’autres régions. Elle est destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre,
celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés.
L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
Charançon de la
prune
Punaise terne
Tordeuse à
bandes obliques
Scarabée
japonais
Pucerons
Trypète des
cerises
Acariens
Psylle du poirier
Carpocapse de la
pomme
Abricotier
Cerisier
Pêcher
Prunier
Poirier
Usages homologués :
Tordeuse
orientale du
pêcher
NOTES — FRUITS TENDRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Actara 25 WG
0
3*
3
0
1
3*
0
0
4*
0
NH
✓
NH
NH
✓
Admire 240 F
0
0
1
0
1
3*
3*
0
0
—
✓
✓
✓
✓
✓
Agri-Mek 1,9% EC
0
0
0
0
0
0
—
4*
4*
0
NH
NH
NH
NH
✓
Altacor
4*
1
1
4*
1*
0
0*
0
0
4*
✓
✓
✓
✓
✓
Ambush 500 EC
4*
2*
3*
4
3
0
2
0
3*
2*
NH
NH
✓
✓
✓
Apollo SC
0
0
0
0
0
0
0
3*
ds
0
0
NH
NH
✓
NH
✓
Assail 70 WP
4*
1 à 2 *
2
1
2
4
1*
0
3*
3*
✓
✓
✓
✓
✓
Beleaf 50 SG
0
0
2
0
0
3*
0
0
0
0
✓
✓
✓
✓
✓
Bioprotec CAF
1
0
0
3*
0
0
0
0
0
1
✓
✓
✓
✓
✓
Calypso 480 SC
3*
3*
3
—
—
—
—
0
3*
3*
NH
NH
NH
NH
✓
✓
✓
✓
✓
✓
Nom du produit
Closer SC
0
0
0
0
0
3*
0
0
0
0
Clutch 50 WDG
3*
3*
—
—
2
4*
—
0
3*
1*
✓
✓
✓
✓
✓
Decis 5 EC
3*
1
3
3
0
1
—
0
4*
3
NH
NH
✓
NH
✓
Delegate WG
4*
2*
0
4*
0
0
0
0
3
3*
✓
✓
✓
✓
✓
Diazinon 50 WSP
4
2
2
2
2
2*
2*
2*
2
2
NH
✓
NH
NH
✓
Dipel 2X DF
1
0
0
3*
0
0
0
0
0
1
✓
✓
NH
✓
✓
Entrust SC
1
0
0
3*
0
0
3*
0
0
1
✓
✓
✓
✓
✓
Envidor 240 SC
0
0
0
0
0
0
0
4*
0
0
✓
✓
✓
✓
✓
Exirel
4*
4*
3
4*
3*
3*
3*
0
—
3*
✓
✓
✓
✓
✓
Foray 48 BA
0
0
0
3*
ds
0
0
0
0
0
0
NH
NH
NH
NH
✓
GF-120, Appât
pour mouches à
fruits
—
0
0
0
0
0
3*
0
—
—
NH
✓
NH
NH
NH
Imidan 70-WP
Instapak
2*
4*
2*
2*
3*
1
2*
1*
1
3*
R
NH
✓a ✓
✓
✓
Intrepid 240 F
3*
1re
0
0
3*
0
0
0
0
0
1
✓
✓
✓
✓
✓
Kanemite 15 SC
0
0
0
0
0
0
0
4*
0
0
NH
NH
NH
NH
✓
Lorsban 50 W
2
1re
—
4
—
—
—
—
0
—
—
NH
NH
✓
NH
NH
0 = Inefficace. 1 = Légèrement efficace/maîtrise partielle. 2 = Efficacité passable. 3 = Bonne efficacité. 4 = Très bonne efficacité. NU = Non utilisé contre cet ennemi au stade
indiqué. — = Information non disponible. R = résistance décelée en Ontario. cfd = Cerisier à fruits doux seulement. ds = Application en début de saison. gh = Génération
hivernante. pp = Phytopte du poirier. 1re = Première génération seulement. pnc = Puceron noir du cerisier. pvp = Puceron vert du pêcher. tdp = Tétranyque à deux points;
trp = Tétranyque rouge du pommier.
✓ Homologué sur la culture, mais pas nécessairement contre toutes les maladies. NH = Non homologué pour une utilisation sur cette culture. a = Cerisier à fruit acide
seulement.
* (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
Sources : Diverses publications de services de vulgarisation américains, des articles de revues scientifiques, les Canadian Pest Management Research Reports et les
Arthropod Management Reports (ESA).
98
3. Fruits tendres
Tordeuse à
bandes obliques
Scarabée
japonais
Pucerons
Trypète des
cerises
Acariens
Psylle du poirier
Carpocapse de la
pomme
Abricotier
Cerisier
2*
3*
3
3
3*
2*
0
2*
3*
NH
✓
0
0
0
0
0
4*
0
0
4*
0
✓
✓
Nexter
0
0
0
0
0
0
0
3 à 4 *
2*
0
NH
Perm-Up
4*
2*
2*
4
3
2
—
0
3*
3*
NH
Pounce 384 EC
4*
2*
2*
4
3
2
—
0
3*
3*
NH
NH
Purespray
Green Huile de
pulvérisation 13E
0
0
0
0
0
2*
0
4*
0
0
✓
Rimon 10 EC
4*
0
4
4*
0
0
0
0
—
—
Ripcord
3*
3*
3*
—
—
2
2
0
3*
2*
0
Poirier
Punaise terne
3*
Movento 240 SC
Prunier
Charançon de la
prune
Matador 120 EC
Pêcher
Nom du produit
Tordeuse
orientale du
pêcher
Usages homologués :
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
NH
✓
NH
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
✓
NH
2*
NH
NH
✓
NH
✓
2*
2*
✓
✓
✓
✓
✓
Sevin XLR
3*
2*
2
1
4
2*
pnc
Silencer 120 EC
3*
3*
3*
4
3
2*
pvp
2*
0
3*
3*
NH
✓
✓
✓
✓
Success
1
0
0
3*
0
0
3
0
0
1
✓
✓
✓
✓
✓
Huile 70
Supérieure
0
0
0
0
0
0
0
4*
2*
0
✓ ✓a ✓
✓
✓
Surround WP
1*
2*
2*
2*
gh
1
0
—
0
2*
1*
1re
NH
NH
NH
NH
✓
Thionex 50 WSP
—
—
2*
—
—
2*
pnc
—
—
3
2
✓
✓
✓
✓
NH
Up-Cyde 2.5 EC
3*
3*
3*
4
3
—
2
—
3
3
NH
NH
✓
✓
✓
0 = Inefficace. 1 = Légèrement efficace/maîtrise partielle. 2 = Efficacité passable. 3 = Bonne efficacité. 4 = Très bonne efficacité. NU = Non utilisé contre cet ennemi au stade
indiqué. — = Information non disponible. R = résistance décelée en Ontario. cfd = Cerisier à fruits doux seulement. ds = Application en début de saison. gh = Génération
hivernante. pp = Phytopte du poirier. 1re = Première génération seulement. pnc = Puceron noir du cerisier. pvp = Puceron vert du pêcher. tdp = Tétranyque à deux points;
trp = Tétranyque rouge du pommier.
✓ Homologué sur la culture, mais pas nécessairement contre toutes les maladies. NH = Non homologué pour une utilisation sur cette culture. a = Cerisier à fruit acide
seulement.
* (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
Sources : Diverses publications de services de vulgarisation américains, des articles de revues scientifiques, les Canadian Pest Management Research Reports et les
Arthropod Management Reports (ESA).
99
NOTES — FRUITS TENDRES
Tableau 3–12. Cotes d’efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis des arbres à fruits tendres
NOTES — FRUITS TENDRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
100
4. Noix de verger
Calendrier — Noyer
Lire l’étiquette et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Pour connaître le délai d’attente avant récolte, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 4–1, Produits utilisés sur les noix de verger, p. 113.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (enrouleuses et tordeuses, carpocapse de
la pomme), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement,
utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Volumes de bouillie
Pour un maximum d’efficacité, bien des produits utilisés sur les arbres à noix exigent un bon recouvrement de toutes les surfaces
atteintes. Des volumes d’eau suffisants sont nécessaires pour assurer un recouvrement complet par les bouillies insecticides,
acaricides et fongicides. Consulter l’étiquette du produit pour connaître les volumes d’eau suggérés. Autrement, utiliser
suffisamment d’eau pour assurer un bon recouvrement. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L ou que le volume
d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution
dégoutte.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est
contre-indiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des arbres à noix en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
101
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Delegate WG (5)
• Entrust 80 W (5)
210-420 g/ha
109 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
1,12 kg/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Appliquer une fois les larves apparues, avant qu’elles s’enroulent
dans les feuilles. Répéter le traitement 1-2 semaines plus tard,
au besoin.
Dipel : Utiliser 1,6 kg/ha pour des arbres de grande taille ou à
maturité. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et des produits à base de cuivre.
Surround : Réduction des dégâts seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Répéter le
traitement 10 jours plus tard. Répéter le traitement à intervalles
de 7-14 jours au fur et à mesure que les générations apparaissent.
Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
• Delegate WG (5)
• Entrust 80 W (5)
420 g/ha
109 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-215 g/ha
500-750 mL/ha
• Isomate-CM/OFM TT
750 diffuseurs/ha
• Closer SC (4)
100-200 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
• Closer SC (4)
200-400 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
• Isomate DWB
250-375 diffuseurs/ha
Préfloraison
Enrouleuses et
tordeuses
Carpocapse de
la pomme
Pucerons
Cochenilles
Acariens
Sésie du cornouiller
102
Le carpocapse de la pomme est un problème sporadique dans
les vergers commerciaux de noyers. Les interventions ne sont
pas toujours nécessaires. Pour décider du moment où les faire,
les modèles de degrés-jours applicables aux pommiers peuvent
être utiles.
Delegate, Entrust : Entrust procure une maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311. Traiter à l’éclosion des premiers œufs, avant que les larves
pénètrent dans les noix. Répéter le traitement après 14 jours
(Delegate) ou 7-10 jours (Entrust), au besoin.
Altacor, Exirel : Traiter avant que les œufs commencent à
éclore. Répéter le traitement 10-14 jours plus tard, au besoin.
Utiliser la dose supérieure et une pression de pulvérisation
élevée. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et des produits à base de cuivre.
Isomate-CM/OFM TT : Réduit l’accouplement des carpocapses
de la pomme. Appliquer avant leur apparition au printemps. Voir
Technique de la confusion des mâles dans les cultures fruitières,
p. 290.
Pour un maximum de résultats, appliquer dans les premiers
stades des infestations par les pucerons.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Faire le dépistage dans les branches charpentières et traiter
quand les larves mobiles sont actives.
Closer : Maîtrise la cochenille de San Jose.
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter
le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Appliquer quand les acariens sont actifs sur le feuillage. Un bon
recouvrement est indispensable à l’efficacité du traitement.
Kanemite : Max. : 1 application/saison de croissance.
Acramite : Cette dose maîtrise le tétranyque à deux points.
Si le tétranyque rouge est présent, appliquer 851 g/ha.
Max. : 1 application/saison de croissance.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
La sésie du cornouiller n’est pas un ravageur courant des arbres
à noix. Appliquer le traitement là où la sésie a déjà sévi, afin
de nuire à l’accouplement. Appliquer avant l’apparition des
sésies du cornouiller adultes (fin mai). Utiliser la dose supérieure
dans les zones fortement infestées ou la première année du
traitement. Voir Technique de la confusion des mâles dans les
cultures fruitières, p. 290.
4. Noix de verger
Produit (Groupe)
Dose
Brûlure du noyer
• Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
4 kg/1000 L d’eau
• Kasumin 2L (24)
5 L/ha
Remarques
Cuivre : Traiter au stade de la première fleur pistillée ou fin mai
et répéter chaque mois, au besoin.
Kasumin : Appliquer quand les conditions sont propices à
l’éclosion de la maladie.
Première fleur pistillée
LES INSECTICIDES PEUVENT ÊTRE TOXIQUES POUR LES ABEILLES. NE FAIRE AUCUNE PULVÉRISATION QUAND DES
ABEILLES BUTINENT. FAIRE LES PULVÉRISATIONS LE SOIR. Voir EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Pucerons
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Répéter toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. : 3 applications/
saison de croissance. Éviter d’appliquer en plein soleil.
Cochenilles
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Maîtrise la cochenille des Hespérides. Appliquer quand les
larves mobiles sont actives. Répéter le traitement toutes les
1-3 semaines, au besoin. Max. : 3 applications/saison de
croissance. Éviter d’appliquer en plein soleil.
Charançon du noyer
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Traiter quand on peut observer des signes de l’alimentation des
adultes et des cicatrices laissées par la ponte des œufs sur les
jeunes pousses florifères. Voir Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Brûlure du noyer
Utiliser un des produits énumérés en regard de Brûlure du noyer sous Préfloraison.
Pulvérisations d’été
Enrouleuses et
tordeuses
Carpocapse de
la pomme
• Delegate WG (5)
• Entrust 80 W (5)
210-420 g/ha
109 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
1,12 kg/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
• Delegate WG (5)
• Entrust 80 W (5)
420 g/ha
109 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
1,0 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-215 g/ha
500-750 mL/ha
Pour décider du moment des traitements, les modèles de
degrés-jours applicables aux pommiers peuvent être utiles.
Delegate, Entrust : Appliquer dès que les œufs commencent
à éclore.
Dipel : Traiter quand de petites larves sont présentes. Utiliser
1,6 kg/ha pour des arbres de grande taille ou à maturité. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Intrepid : Appliquer à l’éclosion des premiers œufs. Répéter le
traitement 10-14 jours plus tard, au besoin.
Altacor, Exirel : Traiter avant que les œufs commencent à
éclore. Répéter le traitement 10 jours plus tard, au besoin. Ne pas
mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive Exirel et des
produits à base de cuivre.
Surround : Réduction des dégâts seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer à
l’éclosion des premiers œufs. Faire un deuxième traitement
10 jours plus tard. Répéter le traitement à intervalles de 7-14 jours
au fur et à mesure que d’autres générations apparaissent. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Pour décider du moment des traitements, les modèles de
degrés-jours applicables aux pommiers peuvent être utiles.
Delegate, Entrust : Entrust procure une maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311. Appliquer à l’éclosion des premiers œufs, avant que les
larves pénètrent dans les noix. Répéter le traitement après
14 jours (Delegate) ou 7-10 jours (Entrust), selon la pression
exercée par les ravageurs.
Intrepid : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Traiter à l’éclosion des
premiers œufs et répéter le traitement 10-14 jours plus tard,
au besoin.
Altacor, Exirel : Traiter à l’éclosion des premiers œufs. Utiliser
la dose supérieure si la pression exercée par l’insecte est forte.
Répéter le traitement 10-14 jours plus tard, au besoin. Ne
pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive Exirel et
des produits à base de cuivre.
103
NOIX DE VERGER
Maladie ou insecte
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pucerons
• Admire 240 F (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
100-200 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Pour un maximum de résultats, appliquer dans les premiers
stades des infestations par les pucerons.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas appliquer quand des abeilles sont actives sur des mauvaises
herbes ou des cultures en fleurs dans la zone traitée. Voir sur
l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Admire, Movento : Utiliser en postfloraison uniquement.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, il peut être nécessaire de
répéter le traitement 2 semaines plus tard. Doit être mélangé en
cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés d’étalement
et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir
l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve avec
du soufre.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
• Closer SC (4)
200-400 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
585 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Cicadelles
• Admire 240 F (4)
200 mL/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Utiliser en postfloraison
uniquement.
Charançon du noyer
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Delegate : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer au premier
signe de dommages causés par l’alimentation des insectes après
la floraison. Répéter le traitement 14 jours plus tard selon la
pression exercée par le ravageur.
Surround : Traiter quand on peut observer des signes de
l’alimentation des adultes et des cicatrices laissées par la ponte
des œufs sur les nouvelles pousses florifères. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Cochenilles
Acariens
104
Faire le dépistage dans les branches charpentières et traiter
quand les larves mobiles sont actives.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas appliquer quand des abeilles sont actives sur des mauvaises
herbes ou des cultures en fleurs dans la zone traitée. Voir sur
l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Closer : Maîtrise la cochenille de San Jose.
Movento : Utiliser en postfloraison uniquement. Maîtrise la
cochenille de San Jose et maîtrise partiellement la lécanie. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Il faut parfois
attendre 2-3 semaines avant de voir des résultats. Si la pression
est forte, répéter le traitement 2 semaines plus tard. Doit être
mélangé en cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés
d’étalement et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v.
Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve
avec du soufre.
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter
le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Appliquer quand les acariens sont actifs sur le feuillage.
Kanemite : Max. : 1 application/saison de croissance.
Envidor : Utiliser en postfloraison uniquement.
Acramite : Cette dose maîtrise le tétranyque à deux points.
Si le tétranyque rouge est présent, appliquer 851 g/ha. Max. :
1 application/saison de croissance.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
4. Noix de verger
Produit (Groupe)
Dose
Mouche des brous
du noyer
• GF-120, Appât pour
mouches à fruits (5)
• Delegate WG (5)
1,5 L/6 L d’eau
420 g/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Remarques
GF-120 : Si la pression exercée par le ravageur est forte, il se peut
que ce produit ne procure qu’une maîtrise partielle. Appliquer
dès les premières captures des mouches sur les pièges encollés.
Répéter les applications toutes les semaines tant qu’il y a des
mouches. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Delegate : Appliquer 7-10 jours après la capture d’une
première mouche sur les pièges encollés. Répéter le traitement
14 jours plus tard selon la pression exercée par le ravageur.
Surround : Traiter quand les pièges encollés témoignent de
l’activité des adultes, ce qui survient normalement d’août à la
mi-septembre. Voir Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Brûlure du noyer
Utiliser un des produits indiqués contre la brûlure du noyer sous Préfloraison. Voir le tableau 4–1, Produits utilisés sur les
noix de verger, p. 113, pour connaître les délais d’attente avant récolte. La dernière pulvérisation de cuivre doit se faire au
plus tard à l’éclatement des brous.
Pourriture grise
causée par Botrytis
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
La pourriture grise n’est pas un problème fréquent chez les
arbres à noix. Traiter uniquement les vergers où la maladie a
déjà sévi. Faire le traitement avant l’apparition de la maladie et
le répéter après 7-14 jours, au besoin. Procure également une
maîtrise de la pourriture brune (Monilinia spp.) et une maîtrise
partielle des taches foliaires causées par Alternaria.
105
NOIX DE VERGER
Maladie ou insecte
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Pacaniers et châtaigniers
Lire l’étiquette et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Pour connaître le délai d’attente avant récolte, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 4–1, Produits utilisés sur les noix de verger, p. 113.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (enrouleuses et tordeuses), ne pas utiliser
d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement, utiliser des produits du
même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Volumes de bouillie
Pour un maximum d’efficacité, bien des produits utilisés sur les arbres à noix exigent un bon recouvrement de toutes les surfaces
atteintes. Des volumes d’eau suffisants sont nécessaires pour assurer un recouvrement complet par les bouillies insecticides,
acaricides et fongicides. Consulter l’étiquette du produit pour connaître les volumes d’eau suggérés. Autrement, utiliser
suffisamment d’eau pour assurer un bon recouvrement. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L ou que le volume
d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution
dégoutte.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est
contre-indiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des arbres à noix en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
106
4. Noix de verger
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Delegate WG (5)
210-420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
1,12 kg/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha0,5-1,0 L/ha
Appliquer une fois les larves apparues, avant qu’elles s’enroulent
dans les feuilles. Répéter le traitement 1-2 semaines plus tard,
au besoin.
Dipel : Utiliser 1,6 kg/ha pour des arbres de grande taille ou à
maturité. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et des produits à base de cuivre.
• Closer SC (4)
100-200 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Cicadelles
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Les cicadelles sont surtout problématiques dans les jeunes
vergers établis depuis peu.
Surround : Réduction des dégâts seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Utiliser
uniquement sur les châtaigniers. Commencer les applications
au début de l’infestation, selon les indications fournies par
le dépistage. Au besoin, répéter le traitement à intervalles de
7-14 jours. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Cochenilles
• Closer SC (4)
200-400 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Les cochenilles sont rarement un problème pour les châtaigniers
et pacaniers. Faire le dépistage dans les branches charpentières
et traiter quand les larves mobiles sont actives.
Closer : Maîtrise la cochenille de San Jose.
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter le
traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
• Isomate DWB
250-375 diffuseurs/ha
Préfloraison
Enrouleuses et
tordeuses
Pucerons
Acariens
Sésie du cornouiller
Commencer le dépistage des jeunes nymphes à la mi-printemps.
Sur les châtaigniers et pacaniers, les pucerons sont généralement
maîtrisés par la prédation naturelle. Pour un maximum de
résultats, traiter dans les premiers stades des infestations par les
pucerons.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Appliquer quand des acariens sont actifs sur le feuillage.
Kanemite : Max. : 1 application/saison de croissance.
Acramite : Cette dose maîtrise le tétranyque à deux points.
Si le tétranyque rouge est présent, appliquer 851 g/ha. Max. :
1 application/saison de croissance.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
La sésie du cornouiller n’est pas un ravageur courant des arbres
à noix. Appliquer le traitement là où la sésie a déjà sévi, afin
de nuire à l’accouplement. Appliquer avant l’apparition des
sésies du cornouiller adultes (fin mai). Utiliser la dose supérieure
dans les zones fortement infestées ou la première année du
traitement. Voir Technique de la confusion des mâles dans
les cultures fruitières, p. 290.
107
NOIX DE VERGER
Maladie ou insecte
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Première fleur pistillée
LES INSECTICIDES PEUVENT ÊTRE TRÈS TOXIQUES POUR LES ABEILLES. NE FAIRE AUCUNE PULVÉRISATION QUAND
DES ABEILLES BUTINENT. FAIRE LES PULVÉRISATIONS LE SOIR. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Charançon du noyer
Delegate : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer au premier
signe de dommages causés par l’alimentation après la floraison.
Répéter le traitement 14 jours plus tard selon la pression exercée
par le ravageur. Toxique pour les abeilles. Ne pas appliquer
quand des abeilles sont actives sur des mauvaises herbes ou
des cultures en fleurs dans la zone traitée.
Surround : Utiliser sur les pacaniers seulement. Traiter quand
on peut observer des signes de l’alimentation des adultes et des
cicatrices laissées par la ponte des œufs sur les jeunes pousses
florifères. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Pucerons
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Cicadelles
Utiliser un des produits indiqués contre les cicadelles sous Préfloraison.
Cochenilles
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter le
traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
• Delegate WG (5)
210-420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
1,12 kg/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Pour décider du moment des traitements, les modèles de
degrés-jours applicables aux pommiers peuvent être utiles.
Delegate : Appliquer à l’éclosion des premiers œufs.
Dipel : Traiter quand de petites larves sont présentes. Utiliser
1,6 kg/ha pour des arbres de grande taille ou à maturité. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Intrepid : Appliquer à l’éclosion des premiers œufs. Répéter
le traitement 10-14 jours plus tard, au besoin.
Altacor, Exirel : Traiter à l’éclosion des premiers œufs. Répéter
le traitement 10 jours plus tard, au besoin. Ne pas mélanger en
cuve ni utiliser de manière consécutive Exirel et des produits à
base de cuivre.
• Admire 240 F (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
100-200 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Pulvérisations d’été
Enrouleuses et
tordeuses
Pucerons
108
Pour un maximum de résultats, appliquer dans les premiers
stades des infestations par les pucerons.
Admire, Movento : Utiliser en postfloraison uniquement.
Admire, Closer : Max. : 2 applications/saison de croissance.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, répéter le traitement
2 semaines plus tard. Doit être mélangé en cuve avec un
adjuvant/additif ayant des propriétés d’étalement et de
pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette
pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve avec du soufre.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
4. Noix de verger
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Cochenilles
• Closer SC (4)
200-400 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
585 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Faire le dépistage dans les branches charpentières et traiter
quand les larves mobiles sont actives.
Closer : Maîtrise la cochenille de San Jose.
Movento : Utiliser en postfloraison uniquement. Maîtrise la
cochenille de San Jose et maîtrise partiellement la lécanie. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Il faut parfois
attendre 2-3 semaines avant de voir des résultats. Si la pression
est forte, répéter le traitement 2 semaines plus tard. Doit être
mélangé en cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés
d’étalement et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v.
Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve
avec du soufre.
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter le
traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
• Admire 240 F (4)
200 mL/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
Acariens
Cicadelles
Charançon du noyer
Pourriture grise
causée par Botrytis
Appliquer quand des acariens sont actifs sur le feuillage.
Kanemite : Max. : 1 application/saison de croissance.
Envidor : Utiliser en postfloraison uniquement.
Acramite : Cette dose maîtrise le tétranyque à deux points.
Si le tétranyque rouge est présent, appliquer 851 g/ha.
Max. : 1 application/saison de croissance.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Les cicadelles sont surtout problématiques dans les jeunes
vergers établis depuis peu.
Admire : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Surround : Réduction des dégâts seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Utiliser
uniquement sur les châtaigniers. Commencer les applications
au début de l’infestation, selon les indications fournies par le
dépistage. Au besoin, répéter le traitement à intervalles de
7-14 jours. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Delegate : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer au premier
signe de dommages causés par l’alimentation des insectes après
la floraison. Répéter le traitement 14 jours plus tard selon la
pression exercée par le ravageur.
Surround : Utiliser sur les pacaniers seulement. Traiter quand
on peut observer des signes de l’alimentation des adultes et des
cicatrices laissées par la ponte des œufs sur les jeunes pousses
florifères. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
La pourriture grise n’est pas un problème fréquent chez les
arbres à noix. Traiter uniquement les vergers où la maladie a
déjà sévi. Faire le traitement avant l’apparition de la maladie et
le répéter après 7-14 jours, au besoin. Procure également une
maîtrise de la pourriture brune (Monilinia spp.) et une maîtrise
partielle des taches foliaires causées par Alternaria.
109
NOIX DE VERGER
Maladie ou insecte
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Avelinier, coudrier et noisetier
Lire l’étiquette et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Pour connaître le délai d’attente avant récolte, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 4–1, Produits utilisés sur les noix de verger, p. 113.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux insecticides, aux acaricides et aux fongicides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (enrouleuses et tordeuses), ne pas utiliser
d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement, utiliser des produits du
même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les générations se chevauchent (pucerons, acariens), ne pas utiliser de produits ayant des
composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Volumes de bouillie
Pour un maximum d’efficacité, bien des produits utilisés sur les arbres à noix exigent un bon recouvrement de toutes les surfaces
atteintes. Des volumes d’eau suffisants sont nécessaires pour assurer un recouvrement complet par les bouillies insecticides,
acaricides et fongicides. Consulter l’étiquette du produit pour connaître les volumes d’eau suggérés. Autrement, utiliser
suffisamment d’eau pour assurer un bon recouvrement. Lorsque la dose est exprimée en fonction de 1000 L ou que le volume
d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la
solution dégoutte.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est
contre-indiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des arbres à noix en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
110
4. Noix de verger
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Débourrement (jusqu’à ¼ po de croissance végétative)
Brûlure orientale
du noisetier
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
ou Fongicide cuivre en
vaporisateur (M)
• Bravo 500 (M)
• Flint (11)
3-9 kg/ha
3-9 kg/ha
6,72 L/ha
140-280 g/ha
Appliquer tous les produits par mesure de prévention.
Cuivre : Appliquer entre le gonflement des bourgeons et le
débourrement, alors que les tissus sont sensibles aux infections.
Utiliser 3 kg/ha sur les jeunes arbres et jusqu’à 9 kg/ha sur les
arbres de grande taille.
Bravo : Appliquer entre le débourrement et l’élongation des
pousses. Ne pas mélanger en cuve ni appliquer dans la semaine
qui précède ou qui suit une application d’huile.
Flint : Appliquer au débourrement et poursuivre, au besoin, à
intervalles de 14 jours. Utiliser 140 g/ha sur les petits arbres ou
jusqu’à 280 g/ha sur les arbres de grande taille. Éviter la dérive du
brouillard, particulièrement sur le raisin Concord.
Début du printemps (> ¼ pouce de croissance végétative)
LES INSECTICIDES PEUVENT ÊTRE TRÈS TOXIQUES POUR LES ABEILLES. NE FAIRE AUCUNE PULVÉRISATION QUAND
DES ABEILLES BUTINENT. FAIRE LES PULVÉRISATIONS LE SOIR. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Brûlure orientale
du noisetier
Utiliser un des produits indiqués contre la brûlure orientale du noisetier sous Débourrement. Il existe pour certains
produits un nombre maximal d’applications par année à ne pas dépasser. Voir le tableau 4–1, Produits utilisés sur les noix
de verger, p. 113.
Enrouleuses et
tordeuses
• Delegate WG (5)
210-420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
1,12 kg/ha
• Intrepid 240 F (18)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
• Lagon 480 E (1)
• Cygon 480-AG (1)
• Warhawk 480 EC (1)
5 L/ha
5 L/ha
4,2-4,8 L/ha
• Admire 240 F (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
100-200 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1 900 L d’eau
Pucerons
Appliquer une fois les larves apparues, avant qu’elles s’enroulent
dans les feuilles. Répéter le traitement 1-2 semaines plus tard,
au besoin.
Dipel : Utiliser 1,6 kg/ha pour des arbres de grande taille ou à
maturité. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et des fongicides à base de strobilurine ou
de cuivre.
Surround : Réduction des dégâts seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Faire un
deuxième traitement 10 jours plus tard. Répéter le traitement
à intervalles de 7-14 jours au fur et à mesure que d’autres
générations apparaissent. Voir Utilisation de produits biologiques
et biopesticides, p. 281.
Pour un maximum de résultats, appliquer dans les premiers
stades des infestations par les pucerons.
Lagon, Cygon : Traiter essentiellement les jeunes arbres
lorsque les pucerons apparaissent.
Warhawk : Contre le puceron du noisetier seulement. Utiliser
dans 100 L d’eau/ha. Ce produits est hautement toxique pour
les insectes utiles et peut provoquer des infestations d’acariens.
Max. : 1 application/saison de croissance.
Admire, Movento : Utiliser en postfloraison uniquement.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, répéter le traitement
2 semaines plus tard. Doit être mélangé en cuve avec un
adjuvant/additif ayant des propriétés d’étalement et de
pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette
pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve avec du soufre.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
111
NOIX DE VERGER
Maladie ou insecte
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Acariens
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Sur les noisetiers, les acariens sont habituellement maîtrisés par
leurs prédateurs naturels. Faire un traitement fin printemps ou
début été si les acariens pullulent et que les feuilles commencent
à bronzer.
Kanemite : Max. : 1 application/saison de croissance.
Envidor : Utiliser en postfloraison uniquement.
Acramite : Cette dose maîtrise le tétranyque à deux points.
Si le tétranyque rouge est présent, appliquer 851 g/ha. Max. :
1 application/saison de croissance.
Opal : Répéter le traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin.
Max. : 3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
• Closer SC (4)
200-400 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
585 mL/ha
• Opal (NC)
14 L/700 L d’eau38 L/1900 L d’eau
Cicadelles
• Admire 240 F (4)
200 mL/ha
Procure une maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Toxique pour les abeilles.
Appliquer uniquement après la floraison et s’abstenir de toute
pulvérisation quand des abeilles sont actives sur des mauvaises
herbes ou des cultures de couverture en fleurs dans la zone
traitée.
Sésie du cornouiller
• Isomate DWB
250-375 diffuseurs/ha
La sésie du cornouiller n’est pas un ravageur courant des arbres
à noix. Appliquer le traitement là où la sésie a déjà sévi, afin
de nuire à l’accouplement. Appliquer avant l’apparition des
sésies du cornouiller adultes (fin mai). Utiliser la dose supérieure
dans les zones fortement infestées ou la première année du
traitement. Voir Technique de la confusion des mâles dans
les cultures fruitières, p. 290.
Cochenilles
Faire le dépistage des cochenilles adultes dans les branches
charpentières. Pulvériser quand les larves mobiles sont actives.
Closer : Maîtrise la cochenille de San Jose.
Movento : Utiliser en postfloraison uniquement. Maîtrise la
cochenille de San Jose et maîtrise partiellement la lécanie. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Il faut parfois
attendre 2-3 semaines avant de voir des résultats. Si la pression
est forte, répéter le traitement 2 semaines plus tard. Doit être
mélangé en cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés
d’étalement et de pénétration à une dose suggérée de 0,2 % v/v.
Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger en cuve
avec du soufre.
Opal : Maîtrise la cochenille des Hespérides. Répéter le
traitement toutes les 1-3 semaines, au besoin. Max. :
3 applications/saison de croissance. Éviter d’appliquer en
plein soleil.
Été
Pucerons
Utiliser un des produits indiqués contre les pucerons sous Début du printemps (> ¼ pouce de croissance végétative).
Cicadelles
Utiliser un des produits indiqués contre les cicadelles sous Début du printemps (> ¼ pouce de croissance végétative).
Acariens
Utiliser un des produits indiqués contre les acariens sous Début du printemps (> ¼ pouce de croissance végétative).
Pourriture grise
causée par Botrytis
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
La pourriture grise n’est pas un problème fréquent chez les
arbres à noix. Traiter uniquement les vergers où la maladie a
déjà sévi. Faire le traitement avant l’apparition de la maladie et
le répéter après 7-14 jours, au besoin. Procure également une
maîtrise de la pourriture brune (Monilinia spp.) et une maîtrise
partielle des taches foliaires causées par Alternaria.
Après la récolte
Bactériose du
noisetier
112
• Guardsman oxychlorure
de cuivre 50 (M)
ou Fongicide cuivre en
vaporisateur (M) 3-9 kg/ha
3-9 kg/ha
Faire la première pulvérisation fin août-début septembre, avant
le début des pluies d’automne et la chute des noix. Répéter le
traitement après la récolte, à la chute des feuilles, au début du
printemps, juste avant le débourrement. Utiliser 3 kg/ha sur
les jeunes arbres et jusqu’à 9 kg/ha sur les arbres à maturité en
augmentant le volume d’eau proportionnellement.
4. Noix de verger
Utiliser ce tableau comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant récolte correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la récolte.
Le délai de sécurité après traitement correspond au nombre minimal de jours qui doivent s’être écoulés après un traitement phytosanitaire avant
que les travailleurs puissent aller travailler dans la zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité n’est prévu sur l’étiquette,
présumer que celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
récolte
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applications/
saison de
croissance (sur
l’étiquette)
Cultures
visées par
l’homologation1
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes
Acramite 50 WS
27925
bifénazate
UN
14 jours
12 heures
1
1, 2, 3, 4
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
1, 2, 3, 4
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
10 jours
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
1, 2, 3, 4
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
1, 2, 3, 4
Cygon 480-AG
25651
diméthoate
1B
45 jours
12 heures
1
4
Delegate WG
28778
spinétorame
5
14 jours
12 heures
3
1, 2, 3, 4
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
1, 2, 3, 4
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
14 jours
une fois sec
3
1
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
1, 2, 3, 4
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
5 jours
12 heures
4
1, 2, 3, 4
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
28336
appât de spinosad
5
0 jour
une fois sec
10
1
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
14 jours
12 heures
max. 2 L/ha
1, 2, 3, 4
Kanemite 15 SC
28641
acéquinocyl
20B
14 jours
12 heures
2
1, 2, 3, 4
Lagon 480 E
9382
diméthoate
1B
45 jours
12 heures
1
4
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max 1,58 L/ha
1, 2, 3, 4
1, 2, 3, 4
Opal
28146
sels de potassium
d’acides gras
NC
0 jour
12 heures
32
Surround WP
27469
kaolin
NC
1 jour
12 heures
—
1, 2, 3, 4
Warhawk 480 EC
29984
chlorpyrifos
1B
14 jours
48 heures3/
4 jours4
3
4
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non précisée sur l’étiquette.
1
2
3
4
5
6
7
8
Indique la culture pour laquelle le produit est homologué : 1 = noyer; 2 = pacanier; 3 = châtaignier; 4 = noisetier.
Max. : 3 applications consécutives d’Opal afin d’éviter d’endommager la culture. Des applications supplémentaires sont possibles si une expérience préalable avec
des applications répétées du produit dans les mêmes conditions n’a pas causé de dommages à la culture.
Délai de sécurité après traitement général.
Activités de dépistage.
Entretien du verger.
Transplantation.
Le délai d’attente avant récolte est de 1 jour dans les noisetiers ou de 40 jours dans les noyers.
Maximum de 3 applications/an dans les noisetiers ou de 4 applications/an dans les noyers.
113
NOIX DE VERGER
Tableau 4–1. Produits utilisés sur les noix de verger
NOIX DE VERGER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 4–1. Produits utilisés sur les noix de verger (suite)
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai
d’attente
avant
récolte
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applications/
saison de
croissance (sur
l’étiquette)
Cultures
visées par
l’homologation1
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
120 jours
48 heures3/
72 heures5/
11 jours6/
20 jours4
3
4
Fongicide cuivre
en vaporisateur
19146
oxychlorure
de cuivre
M
1 jour/
40 jours7
48 heures
3/48
1, 4
Flint
30619
trifloxystrobine
11
60 jours
12 heures
4
4
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
14 jours
12 heures
max. 4,5 L/ha
1, 2, 3, 4
Guardsman
oxychlorure de
cuivre 50
13245
oxychlorure
de cuivre
M
1 jour
48 heures
3
4
Kasumin 2L
30591
kasugamycine
24
100 jours
12 heures
4
1
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non précisée sur l’étiquette.
1 Indique
la culture pour laquelle le produit est homologué : 1 = noyer; 2 = pacanier; 3 = châtaignier; 4 = noisetier.
3 applications consécutives d’Opal afin d’éviter d’endommager la culture. Des applications supplémentaires sont possibles si une expérience préalable avec
des applications répétées du produit dans les mêmes conditions n’a pas causé de dommages à la culture.
3 Délai de sécurité après traitement général.
4 Activités de dépistage.
5 Entretien du verger.
6 Transplantation.
7 Le délai d’attente avant récolte est de 1 jour dans les noisetiers ou de 40 jours dans les noyers.
8 Maximum de 3 applications/an dans les noisetiers ou de 4 applications/an dans les noyers.
2 Max. :
114
5. Petits fruits
Nutrition des petits fruits
Bleuets en corymbe
Les plants de bleuet prospèrent sur un sol acide bien
drainé et bien pourvu en matière organique.
•Avant la mise en culture des bleuets, analyser le sol
pour en déterminer le pH et les besoins en fertilisants.
•Incorporer de la mousse de tourbe acide au sol dans
les trous de plantation pour faciliter de beaucoup la
reprise et le développement des plants. S’assurer de
bien mouiller la mousse de tourbe avant de la mettre
en terre, sans quoi elle pourrait accaparer l’eau du sol
et en priver les racines.
la plantation. Faire l’amendement d’azote juste avant la
sortie des boutons, au stade chute des corolles et dans
les premiers jours de juillet. Épandre l’azote au sol sur
une bande circulaire dont le diamètre intérieur est à
30 cm du plant et le diamètre extérieur à l’extrémité
des rameaux. Augmenter la dose d’azote chaque année
jusqu’à ce qu’un total de 36-48 g par arbuste soit
atteint. Pour les plants âgés, épandre la majeure partie
du fertilisant à l’aplomb des rameaux les plus longs. Voir
le tableau 5–2, Quantité d’azote nécessaire par arbuste de
bleuets en corymbe. Éviter d’employer des engrais qui ont
comme support de la chaux, sous peine d’élever le pH
du sol.
Tableau 5–1. Quantité de soufre requise
pour abaisser le pH du sol
Quantité de soufre requise
pour abaisser le pH du sol
Exigences quant au pH
La croissance et la production optimale des bleuets
exigent un sol dont le pH est situé entre 4,2 et 5,0. Il est
peu rentable d’acidifier un sol dont le pH est supérieur à
6,5 par incorporation de soufre ou de mousse de tourbe.
Il vaut donc mieux choisir dès le départ un terrain qui
se prête à la culture des bleuets.
•Si le pH du sol est trop élevé, mais quand même
inférieur à 6,5, acidifier le sol en y incorporant du
soufre élémentaire et/ou de la mousse de tourbe acide
avant la mise en culture. Voir le tableau 5–1, Quantité
de soufre requise pour abaisser le pH du sol, ci-contre.
•Enfouir le soufre au moins un an avant la mise en
culture pour lui laisser amplement de temps d’acidifier
le sol.
•Vérifier le pH du sol dans le rang tous les ans et
ajouter du soufre au besoin.
Engrais pour les bleuets
Type de sol
Par unité (1,0)
de pH
Par dixième
d’unité (0,1) de pH
350
35
sable
loam sableux
loam
750
75
1100
110
Exemple : Le pH initial d’un loam sableux est de 6,2; le pH recherché pour les
bleuets est de 4,8. On doit abaisser le pH de 1,4 unité, soit 6,2 – 4,8. En conséquence, 1050 kg de soufre (soit 1,4 × 750 kg/ha) seront requis à l’hectare.
Tableau 5–2. Quantité d’azote nécessaire
par arbuste de bleuets en corymbe
Âge de la
plantation
Dose d’azote (g/plant)
1er-15 avril
15 mai
6
1er juillet
Nouvelle
plantation
0
6
1 an
3
6
6
2 ans
6
6-12
6-12
3 ans
9
6-12
6-12
4 ans
12
12-18
6-12
5 ans
15
12-18
6-12
6 ans ou plus
18
12-18
6-12
Azote (N)
Les plants de bleuet en corymbe assimilent le mieux
les formes ammoniacales d’azote. Épandre du sulfate
d’ammonium (21 % de N) si le pH du sol est supérieur
à 5,0 et de l’urée (46 % de N) si le pH est inférieur
à 5,0. Éviter d’utiliser de l’engrais à base d’azote des
nitrates. Épandre au total 12 g d’azote élémentaire par
arbuste en application fractionnée au printemps après
Phosphore (P) et potassium (K)
Épandre les doses de phosphore et de potassium
recommandées en fonction de l’analyse de sol. Pour
l’interprétation des analyses de sol, consulter le
tableau 5–3, Besoins en phosphore et en potassium des
bleuets en corymbe, des fraises, des framboises, des cassis et
des groseilles à grappe et à maquereau, p. 116. Un seul
115
NUTRITION DES PETITS FRUITS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
épandage de phosphore au moment de la préparation
du sol est habituellement suffisant. Il est primordial de
corriger les carences en phosphore avant la plantation.
de la potasse, la dose à apporter est fonction des besoins
des bleuets en potasse. En pulvérisations foliaires, une
dose de 1,9 kg de Mg/1000 litres d’eau (20 kg de sulfate
de magnésium, sels d’Epsom), à raison de 2000 litres de
bouillie à l’hectare, permet normalement de corriger la
carence. Des pulvérisations foliaires peuvent se révéler
nécessaires tous les ans.
Tout le potassium nécessaire doit être épandu tôt
le printemps à l’aplomb des ramifications les plus
longues de l’arbuste tel qu’il est prescrit pour l’azote.
Le potassium peut être mélangé à l’azote et épandu
en même temps, au printemps. Utiliser le sulfate de
potasse et de magnésie (0-0-22, 11 % de magnésium)
ou le sulfate de potassium (0-0-50, 17 % de S). Éviter
le chlorure de potassium (0-0-60) à cause du chlorure
auquel les bleuets sont sensibles.
Analyse foliaire
L’analyse foliaire sert à déterminer la teneur en éléments
nutritifs des tissus végétaux et à mieux évaluer les
besoins de fertilisation. Prélever les échantillons foliaires
à la fin de juillet, en choisissant des feuilles insérées sur
la portion centrale des rameaux de l’année. Recueillir
au moins 100 feuilles choisies un peu partout dans la
surface étudiée pour que l’échantillon soit représentatif.
Échantillonner séparément les endroits où le type de
sol, l’âge des plants et le programme de fertilisation
actuel sont différents. Voir le tableau 5–4, Concentrations
optimales des éléments nutritifs dans les feuilles de bleuetiers en
corymbe, ci-dessous.
Autres besoins en éléments nutritifs
Une carence en magnésium (Mg) se manifeste
parfois chez les bleuets. Un épandage au sol ou une
pulvérisation foliaire de magnésium permet de la
corriger. Lorsque la carence est confirmée, il faut
épandre au sol 80 kg de Mg/ha. Utiliser le sulfate de
magnésium (sels d’Epsom, 9,5 % de Mg) ou le sulfate
de potasse et de magnésie (0-0-22, 11 % de Mg). Étant
donné que le sulfate de potasse et de magnésie contient
Tableau 5–3. Besoins en phosphore et en potassium des bleuets en corymbe, des
fraises, des framboises, des cassis et des groseilles à grappe et à maquereau
Phosphore
Potassium
Besoins en phosphate
(kg de P2O5/ha)
Besoins en
potasse
(kg de K2O/ha)
Nouvelles
plantations
Plantations
établies
Analyse de sol
(ppm de K)**
0-3
140
100
0-15
130
4-5
130
90
16-30
120
6-7
120
80
31-45
Analyse de sol
(ppm de P)*
8-9
Cote
EÉ
Cote
EÉ
110
110
70
46-60
10-12
100
70
61-80
90
13-15
90
60
81-100
80
16-20
70
50
101-120
70
60
40
121-150
50
30
40
20
0
0
21-25
26-30
EM
31-40
Plus de 40
EF
EM
151-180
Plus de 180
100
60
40
EF
0
Les cotes d’efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne) et EF (efficacité faible) indiquent la probabilité que l’apport de l’élément nutritif ait un avantage
économique.
* Mesuré par la méthode au bicarbonate de soude 0,5 M.
** Mesuré par la méthode de l’acétate d’ammonium 1,0 N.
116
5. Petits fruits
Élément
Fourchette acceptable
Azote (N)
1,7-2,3 %
Phosphore (P)
0,15-0,4 %
Potassium (K)
0,36-0,7 %
Calcium (Ca)
0,3-0,8 %
Magnésium (Mg)
0,12-0,3 %
Manganèse (Mn)
150-500 ppm
Fer (Fe)
30-100 ppm
Zinc (Zn)
10-100 ppm
Bore (B)
15-50 ppm
Voir à l’annexe F, Laboratoires accrédités pour les analyses de sol en Ontario,
p. 344, la liste des laboratoires à même d’effectuer des analyses foliaires.
Cassis et groseilles à grappe
et à maquereau
Avant la mise en culture des groseilliers et des
cassissiers, il est indispensable d’apporter et d’incorporer
au sol la matière organique, le phosphore, le potassium,
la chaux et autres matières nécessaires, car celles-ci ne se
déplacent pas facilement dans le sol.
Faire analyser le sol au moins un an avant les
plantations. Préparer le sol et en corriger au besoin le
pH selon les recommandations consécutives à l’analyse
de sol. Cette façon de procéder permet aux plants de
prospérer et de maintenir leur productivité au même
endroit pendant de nombreuses années.
Les cassissiers et les groseilliers se développent le mieux
dans les sols loameux profonds, bien drainés et frais.
La teneur du sol en matière organique doit être d’au
moins 2-3 % pour améliorer le drainage, l’aération et
la rétention de l’eau.
Épandre du fumier bien composté à raison de 45 t/ha ou
de 4,5 kg/m2, à la fin de l’été ou l’automne précédant
la plantation. On peut utiliser d’autres matières
organiques telles que de la paille exempte de mauvaises
herbes, mais il faut que la décomposition de ces matières
soit bien avancée quand les plants sont mis en place.
Pour plus d’information sur la matière organique, voir
la page Gestion des sols du site www.ontario.ca/cultures.
Exigences quant au pH
Pour la culture des cassissiers et des groseilliers, un
pH situé entre 5,5 et 7,0 est acceptable. Mais un sol
légèrement acide (pH de 6,1-6,6) est préférable. Il peut
être nécessaire de chauler le sol pour en élever le pH à 6,1.
S’il faut chauler, épandre la chaux au moins 6-12 mois
avant la plantation. Pour plus d’information sur
le chaulage, voir Acidité du sol et chaulage, p. 15.
L’assimilabilité des oligo-éléments peut devenir un
facteur limitant quand le pH du sol se situe hors de
la fourchette recommandée.
Fertilisation préalable à la plantation
Incorporer au sol les engrais contenant du phosphore
et du potassium au début du printemps, quelques
jours avant la plantation. Incorporer l’azote avant la
plantation ou l’épandre en bandes latérales autour des
pieds des arbustes plusieurs semaines après la plantation.
L’engrais doit être déposé à une distance d’au moins
30 cm du pied des arbustes pour éviter que l’azote ne
brûle les racines. Incorporer au sol la quantité requise
de phosphore avant la plantation, quand celle-ci a lieu
à l’automne, mais différer alors l’épandage d’azote et de
potassium jusqu’au printemps suivant.
Azote (N)
Incorporer au sol ou épandre en bandes latérales 5 g
d’azote élémentaire par arbuste, au cours de l’année
de plantation.
Phosphore (P)
Faire une analyse de sol avant la plantation et incorporer
la quantité de phosphore qui est requise en fonction des
résultats. Pour plus d’information, voir le tableau 5–3,
Besoins en phosphore et en potassium des bleuets en corymbe,
des fraises, des framboises, des cassis et des groseilles à grappe et
à maquereau, p. 116. Il faut incorporer dans le sol avant
la plantation les doses de phosphore recommandées pour
corriger les carences en phosphore. Le phosphore ne
migrant pas facilement dans le sol jusqu’aux racines,
il est difficile de corriger un problème une fois que
la culture est en place. Des teneurs excessives en
phosphore peuvent induire chez les plantes des carences
en oligo-éléments indispensables tels que le zinc.
Potassium (K)
Faire une analyse de sol avant la plantation et incorporer
la quantité de potassium qui est requise en fonction des
résultats. Pour plus d’information, voir le tableau 5–3,
Besoins en phosphore et en potassium des bleuets en corymbe,
des fraises, des framboises, des cassis et des groseilles à grappe
et à maquereau, p. 116. Les groseilliers et les cassissiers
sont sensibles au chlore contenu dans le chlorure
de potassium (0-0-60). Choisir plutôt le sulfate de
potassium (0-0-50) ou le sulfate de potasse et de
magnésie (0-0-22).
117
NUTRITION DES PETITS FRUITS
Tableau 5–4. Concentrations optimales des éléments
nutritifs dans les feuilles de bleuetiers en corymbe
NUTRITION DES PETITS FRUITS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Fertilisation des plantations établies
Appliquer chaque année au début du printemps les
quantités d’engrais déterminées en fonction des résultats
d’analyse du sol. Si l’on n’épand pas le phosphore et
le potassium à la volée sur toute la surface, on doit
réduire les doses en proportion de la surface recevant
effectivement l’engrais. Si l’engrais est épandu en
bandes, on ne doit pas l’appliquer à moins de 30 cm du
pied des plants.
Azote (N)
L’année de la plantation, apporter 10 g d’azote par
arbuste. Les années suivantes, apporter 20 g par arbuste.
Potassium (K)
Appliquer la quantité de potassium déterminée en
fonction de l’analyse de sol. S’il n’y a pas eu d’analyse,
supposer que le sol est moyennement pourvu en
potassium et apporter la quantité correspondante
indiquée au tableau 5–3, Besoins en phosphore et en
potassium des bleuets en corymbe, des fraises, des framboises,
des cassis et des groseilles à grappe et à maquereau, p. 116.
Fraises
Les fraisiers sont des plantes vivaces à système racinaire
superficiel. Ce dernier doit pouvoir répondre aux besoins
élevés des plants de fraisiers surtout pendant la courte
période où les fruits se développent. Les fraisiers exigent
des sols bien drainés, très fertiles, contenant au moins
2 % de matière organique. Une précaution importante
pour obtenir une plantation vivace et rentable consiste
à fournir des conditions de milieu optimales à la
croissance du système racinaire des plants.
Un an avant la mise en place des fraisiers, corriger le
pH et la teneur en matière organique du sol. Semer une
culture de couverture qui étouffera les mauvaises herbes
et qu’on labourera ensuite pour enrichir le sol de matière
organique. Épandre et enfouir dans le sol du fumier bien
composté (45 tonnes de fumier de bovins par hectare)
l’année précédant la plantation. Faire une analyse de sol
pour en mesurer le pH et les teneurs en phosphore, en
potassium et en magnésium.
Exigences quant au pH
Le pH optimal du sol pour la culture des fraises est
de 6,0 à 6,5. Bien qu’une fourchette de pH plus large
soit possible pour cette culture, certains oligo-éléments
deviennent moins facilement assimilables en dehors de
cette fourchette, particulièrement quand le pH du sol
est supérieur à 7,0. Si le pH est inférieur à 5,6 dans un
loam argileux ou inférieur à 6,1 dans un loam sableux,
118
il faudra le hausser par un chaulage l’année précédant
la plantation. Pour plus d’information sur le pH, voir
Acidité du sol et chaulage, p. 15.
Apport d’engrais dans les jeunes fraiseraies
(plantations de l’année)
Azote (N)
On peut appliquer l’azote avec le phosphore et le
potassium, ou encore l’appliquer en bandes deux ou
trois semaines après les plantations. Épandre 50 kg de
N/ha. Voir le tableau 2–9, Engrais — Éléments nutritifs
primaires, p. 19, pour connaître la teneur en azote des
fertilisants. Effectuer un amendement supplémentaire de
25-35 kg de N/ha à la mi-août pour revigorer les plants
puisque c’est à ce moment que débute le développement
des boutons qui donneront des fraises l’année suivante.
On peut utiliser n’importe quelle formulation
économique d’azote. Si l’on épand des formulations
granulées, tel le nitrate d’ammonium, débarrasser les
feuilles des granulés pour éviter qu’elles ne brûlent. Ne
pas épandre d’azote quand les feuilles sont mouillées.
Lorsque l’épandage se fait à la surface du sol sans
incorporation, l’azote contenu dans l’urée (46-0-0)
risque de se volatiliser sous forme de gaz ammoniac.
L’ammoniac volatilisé peut provoquer le noircissement
des feuilles de fraisiers. On évite ce problème en
incorporant l’urée au sol.
Les fraiseraies ont besoin d’un apport d’azote chaque
année. Le moment choisi pour les amendements est aussi
important que la dose. Un épandage d’azote au mauvais
moment ou en excès peut diminuer la résistance des
plants aux rigueurs de l’hiver et aux maladies et
entraîner la formation de fruits manquant de fermeté.
Si le sol a reçu préalablement du fumier, corriger les
doses d’azote en conséquence. Voir le tableau 2–10,
Valeurs de remplacement moyennes en fertilisants des
fumiers, p. 20. Pour plus d’information sur les effets
des épandages de fumier sur la salubrité des aliments
et l’environnement, voir Utiliser le fumier de manière
responsable, p. 19, et Fumier et salubrité des aliments, p. 20.
Phosphore (P)
Se fonder sur les résultats d’analyse de sol pour
déterminer la meilleure dose de phosphore à apporter.
Le tableau 5–3, Besoins en phosphore et en potassium
des bleuets en corymbe, des fraises, des framboises, des
cassis et des groseilles à grappe et à maquereau, p. 116,
indique les besoins en engrais des jeunes fraiseraies
selon les différentes valeurs tirées de l’analyse de sol.
Incorporer le phosphore au sol avant la plantation. Les
sols ne renferment pas tous la même concentration
5. Petits fruits
Solution de démarrage
Pour stimuler la reprise des plants de fraisiers, surtout
si le sol est froid, utiliser une solution d’engrais de
démarrage. Il arrive en effet que les végétaux prélèvent
moins de phosphore du sol quand celui-ci est froid.
Utiliser une solution de démarrage à haute teneur en
phosphore, comme le 10-52-10, le 6-24-6 ou le 10-24-0.
Respecter les doses suggérées par le fabricant.
incorporation, l’azote contenu dans l’urée (46-0-0)
risque de se volatiliser sous forme de gaz ammoniac.
L’ammoniac volatilisé peut provoquer le noircissement
des feuilles de fraisiers. On évite ce problème en
incorporant l’urée au sol. Effectuer un amendement
supplémentaire de 25-35 kg de N/ha à la mi-août pour
revigorer les plants puisque c’est à ce moment que
débute le développement des bourgeons qui donneront
lieu à une récolte l’année suivante.
Bien arroser le sol après le rajeunissement de la
fraiseraie, durant tout l’été et en début d’automne,
car l’assimilation de l’azote est optimale lorsque
l’humidité du sol est suffisante.
Potassium (K)
Utiliser les résultats d’analyse de sol pour déterminer
la dose optimale de potassium nécessaire. Incorporer
le potassium dans le sol avant la plantation. On
déconseille généralement d’appliquer le potassium en
bandes latérales.
Phosphore (P)
Engrais pour les fraiseraies établies
Si l’analyse de sol révèle une carence en phosphore,
corriger la carence au moment du rajeunissement de
la fraiseraie, en même temps que les apports d’azote
et de potassium. Des doses excessives de phosphore
risquent de causer une carence en zinc, surtout dans
les sols sableux.
Azote (N)
Potassium (K)
Ne pas appliquer d’azote au printemps, particulièrement
sur les cultivars vigoureux. De tels amendements
peuvent stimuler à l’excès les plants qui, par la suite,
produiront des fruits mous et un feuillage trop
abondant. Un excès d’azote augmentera aussi les risques
de pourriture du fruit due à Botrytis. Mais si l’apport
d’azote au printemps améliore parfois la grosseur du
fruit, il en retarde aussi la maturité d’une journée
ou deux.
Appliquer le potassium selon les besoins révélés par
l’analyse de sol, au moment du rajeunissement de la
fraiseraie, en même temps que l’azote et le phosphore.
Un tel amendement à ce moment se prête bien à
l’incorporation au sol. Évaluer la dose nécessaire au
moyen d’une analyse de sol et recourir à une analyse
des tissus végétaux pour corriger les doses. Un excès de
potassium peut entraîner une carence en magnésium,
surtout dans les sols sableux.
Certains producteurs constatent que les plants de
fraisiers qui poussent dans des sols à texture grossière
répondent bien à de faibles apports d’azote (10-20 kg
de N/ha) au printemps, après l’enlèvement du paillis.
Les fraiseraies établies sur un sol sableux ou celles
qui semblent avoir souffert de l’hiver peuvent profiter
d’un léger amendement d’azote au printemps. On
recommande aux producteurs d’épandre de l’azote sur
un secteur de leur fraiseraie au printemps à titre d’essai
avant d’en faire une pratique générale.
Dans les fraiseraies établies, le moment le plus propice
à l’épandage de l’azote est celui du rajeunissement de
la fraiseraie. Après avoir fauché le feuillage, on épand
50 kg de N/ha en utilisant la forme d’azote la plus
économique. Voir le tableau 5–5, Apports d’azote (N) dans
les fraiseraies, ci-contre. Si l’on épand des formulations
granulées, tel le nitrate d’ammonium, débarrasser les
feuilles des granulés pour éviter qu’elles ne brûlent. Ne
pas épandre d’azote quand les feuilles sont mouillées.
Lorsque l’épandage se fait à la surface du sol sans
Tableau 5–5. Apports d’azote (N) dans les fraiseraies
Azote (kg/ha)
Avant la mise
en place ou
2-3 semaines
après
Rajeunissement
de la fraiseraie
(après la cueillette)
Mi-août
Plants de
l’année
50
s.o.
25-30
Plants
établis
s.o.
50
25-30
Âge des
plants
Analyse foliaire
L’analyse des feuilles peut être utile pour faire le bilan
des éléments nutritifs dont la plante dispose et établir
avec plus de précision ses besoins en fertilisants. Prélever
des échantillons de feuilles avant le 1er juillet ou le
20 août, selon qu’il s’agit de plantations fructifères et
non fructifères respectivement. Prélever au moins
50 feuilles entièrement déployées, parvenues à maturité
119
NUTRITION DES PETITS FRUITS
de phosphore biodisponible. En général, les champs
cultivés depuis un bon moment ont besoin de moins de
phosphore que les champs mis en culture depuis peu.
NUTRITION DES PETITS FRUITS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
depuis peu, et enlever les pétioles. Ne pas mélanger
les échantillons provenant de cultivars et de types
de sols différents ainsi que de fraiseraies différentes.
Voir le tableau 5–6, Concentrations optimales d’éléments
nutritifs dans les feuilles de fraisiers, ci-dessous, pour
l’interprétation des résultats d’analyse foliaire.
Tableau 5–6. Concentrations optimales
d’éléments nutritifs dans les feuilles de fraisiers1
Élément
Azote (N)
Fourchette optimale
2-3 %
Phosphore (P)
0,2-0,5 %
Potassium (K)
1,5-2,5 %
Calcium (Ca)
0,5-1,5 %
Magnésium (Mg)
0,25-0,5 %
Manganèse (Mn)
20-200 ppm
Fer (Fe)
25-200 ppm
Zinc (Zn)
15-100 ppm
Bore (B)
20-60 ppm
* Feuilles de fraisiers entièrement déployées, parvenues à maturité depuis
peu, débarrassées de leur pétiole et prélevées avant le 1er juillet dans
les fraiseraies en production ou avant le 20 août dans les fraiseraies non
encore en production.
1 Voir
à l’annexe F, Laboratoires accrédités pour les analyses de sol en Ontario,
p. 344, la liste des laboratoires à même d’effectuer des analyses foliaires.
plantation. Pour plus d’information sur le chaulage, voir
Acidité du sol et chaulage, p. 15. L’assimilabilité des oligoéléments peut devenir un facteur limitant quand le pH
du sol se situe hors de la fourchette appropriée.
Engrais pour les framboisiers
Azote (N)
Les doses d’azote suggérées se trouvent dans le
tableau 5–7, Apports d’azote (N) dans les framboiseraies,
ci-dessous. Éviter la surfertilisation azotée (N); elle peut
avoir pour effet de réduire la quantité de fruits par tige
et de provoquer une croissance végétative excessive. Pour
connaître les sources d’azote et les équivalences en azote,
consulter le tableau 2–9, Engrais – Éléments nutritifs
primaires, p. 19.
Pour les variétés fructifiant l’été et les variétés fructifiant
l’automne, épandre l’azote au début du printemps (de
la fin mars au début avril). Passé ce stade, l’azote risque
de rendre les framboisiers moins résistants aux rigueurs
de l’hiver. Pour ce qui est des variétés fructifiant
l’automne, les dégâts dus à l’hiver ne sont pas un
problème, puisque les cannes sont fauchées tous les ans
au printemps. Toutefois, les fruits risquent de mûrir
en retard là où l’apport d’azote est excessif.
Tableau 5–7. Apports d’azote (N)
dans les framboiseraies
Framboises
Les framboisiers ont de fines racines fasciculées. Ils
poussent mieux dans un sol profond et bien drainé. Le
sol devrait avoir une bonne capacité de rétention d’eau
et une teneur en matière organique élevée, soit d’environ
3 %. Pour plus d’information sur la matière organique,
voir la page Gestion des sols du site www.ontario.ca/
cultures.
Un an avant la plantation des framboisiers, faire une
analyse de sol pour en mesurer le pH et ses teneurs en
phosphore, en potassium et en magnésium. Corriger au
besoin le pH du sol et sa teneur en matière organique.
Semer une culture de couverture qui étouffera les
mauvaises herbes et qu’on labourera ensuite pour
enrichir le sol de matière organique. Épandre et
enfouir dans le sol du fumier bien composté (45 tonnes
de fumier de bovins par hectare) l’année précédant
la plantation.
Exigences quant au pH
Les framboisiers se développent le mieux dans un sol
dont le pH se situe entre 5,5 et 6,5, bien qu’ils tolèrent
également des pH plus élevés. Il peut être nécessaire
de chauler le sol pour en élever le pH à 6,1. S’il faut
chauler, épandre la chaux au moins 12 mois avant la
120
Année
Azote (kg/ha/saison
de croissance)
Année de plantation
30-40
2e année
40-60
3e année et années suivantes
45-75
Opter pour la dose inférieure sur les cultures non irriguées et dans les sols
plus lourds.
Appliquer la dose supérieure sur les cultures irriguées et les sols sableux.
Phosphore (P) et potassium (K)
Avant la mise en culture, faire une analyse de sol pour
déterminer les besoins en phosphore et en potassium.
Appliquer les quantités de phosphore et de potassium
déterminées en fonction des résultats de l’analyse de sol.
Incorporer le phosphore dans le sol avant la plantation
pour corriger les carences en phosphore, car celui-ci ne
migre pas facilement dans le sol. Ne pas épandre plus
de phosphore qu’il n’en faut; des teneurs excessives en
phosphore peuvent induire chez les plantes des carences
en oligo-éléments indispensables tels que le zinc.
5. Petits fruits
Une fois que la reprise des plants est assurée, prélever
des échantillons de sol dans la zone explorée par les
racines, et non dans les entre-rangs. Échantillonner le sol
tous les deux ou trois ans.
Oligo-éléments pour les petits fruits
Les carences en oligo-éléments ne sont pas très
fréquentes dans les plantations fruitières de l’Ontario.
La variation acceptable des concentrations en oligoéléments n’est pas très grande. Les excès sont plus
dommageables que les carences. C’est pourquoi il ne
faut pas donner d’oligo-éléments aux cultures fruitières
tant que la carence n’a pas été confirmée par une analyse
foliaire ou que les symptômes ne sont pas flagrants.
Autrement dit, il faut se borner à corriger uniquement
la carence confirmée en apportant la dose recommandée.
L’analyse foliaire est plus révélatrice que l’analyse de sol
des besoins en oligo-éléments. Pour plus d’information,
voir Oligo-éléments, p. 26.
Analyse foliaire
Fin juillet, prélever des feuilles entièrement déployées
sur des tiges fructifères de framboisiers à maturité. Voir
le tableau 5–8, Concentrations optimales d’éléments nutritifs
dans les feuilles de framboisiers, ci-dessous. Ces fourchettes
constituent un guide pour l’interprétation des résultats.
Elles peuvent varier selon les cultivars, les types de sol et
les pratiques culturales.
Tableau 5–8. Concentrations optimales d’éléments
nutritifs dans les feuilles de framboisiers
Élément
Azote (N)
Fourchette optimale
2-3,5 %
Phosphore (P)
0,2-0,5 %
Potassium (K)
1-2 %
Calcium (Ca)
0,8-2,5 %
Magnésium (Mg)
0,25-0,5 %
Manganèse (Mn)
20-200 ppm
Fer (Fe)
25-200 ppm
Zinc (Zn)
15-100 ppm
Cuivre (Cu)
Bore (B)
5-20 ppm
20-60 ppm
Voir à l’annexe F, Laboratoires accrédités pour les analyses de sol en Ontario,
p. 344, la liste des laboratoires à même d’effectuer des analyses foliaires.
121
NUTRITION DES PETITS FRUITS
Si l’analyse de sol recommande des apports élevés de
potasse, utiliser du sulfate de potassium (0-0-50) ou
du sulfate de potasse et de magnésie (0-0-22). Les
framboisiers sont sensibles aux concentrations de
chlorures. On a signalé des lésions sur les racines de
framboisiers cultivés dans des sols sableux qui avaient
reçu de grandes quantités de chlorure de potassium
(0-0-60). Pour connaître les sources de phosphore et de
potasse, consulter le tableau 2–9, Engrais — Éléments
nutritifs primaires, p. 19.
CALENDRIER — AMÉLANCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Amélanches
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Toujours voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un
recouvrement complet.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 5–9, Produits utilisés sur les amélanchiers, p. 126.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des framboisiers en fleurs, mais sous réserve
d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles
peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre
des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux
abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
20 L/1000 L d’eau
S’assurer d’un recouvrement complet. S’abstenir de traiter si la
température est sous le point de congélation ou si un épisode
de gel est prévu.
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
525-1125 g/ha
1,4-2,8 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Les ennemis combattus varient selon le produit. Choisir le
produit selon le type prédominant de chenille défoliatrice
du printemps.
Success, Entrust, Intrepid : Contre la tordeuse à bandes
obliques et l’arpenteuse.
Dipel, Bioprotec : Contre la plupart des enrouleuses et
tordeuses. Appliquer quand les larves sont encore toutes petites
et répéter le traitement à intervalles de 3-7 jours. Acidifier la
bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et faire le traitement à
la brunante ou sous un ciel couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Altacor, Exirel : Utiliser contre les enrouleuses et tordeuses.
Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive
Exirel et Pristine.
• Funginex DC (3)
3 L/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
Début du débourrement
Pique-bouton de
l’amélanchier à feuille
d’aulne
Tordeuse du pommier
• Huile 70 Supérieure (NC)
Débourrement des boutons à fleurs
Tordeuse à
bandes obliques
Arpenteuse tardive
Tordeuse du pommier
Arpenteuse
Rouille grillagée
du pommier
122
Cette maladie se manifeste par l’apparition de taches jaunes
et de boursouflures sur les feuilles et les fruits. Des genévriers
infectés peuvent propager la maladie à des amélanchiers dans
un rayon allant jusqu’à 2 km. Pour réduire la pression exercée
par la maladie, élaguer les galles de rouille sur les genévriers
ou éliminer carrément ces arbustes. Appliquer avant que
les symptômes apparaissent.
Funginex : Appliquer une seule fois, entre le débourrement
des boutons à fleurs et la pointe blanche.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Entomosporiose des
feuilles et des baies de
l’amélanchier
• Kumulus DF (M)
7,5 kg/ha
ou Microthiol Disperss (M) 7,5 kg/ha
Dose
• Funginex DC (3)
3 L/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
Remarques
Les symptômes sont l’apparition de taches brunes anguleuses
d’abord sur les feuilles inférieures, puis le jaunissement des
feuilles, la défoliation et la fissuration des baies. Appliquer avant
que les symptômes apparaissent. Appliquer au débourrement
des boutons à fleurs et répéter le traitement à intervalles de
10-14 jours si les risques de maladie persistent.
Kumulus, Microthiol Disperss : Ne pas traiter si
les températures dépassent 27 °C, sous peine d’endommager
le feuillage.
Funginex : Appliquer une seule fois, entre le débourrement
des boutons à fleurs et la pointe blanche.
Switch : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pointe blanche
Rouille grillagée du
pommier
Entomosporiose des
feuilles et des baies de
l’amélanchier
• Kumulus DF (M)
7,5 kg/ha
ou Microthiol Disperss (M) 7,5 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3) 500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
Oïdium (blanc)
• Nova 40 W (3)
113 g/1000 L d’eau ou
340 g/ha
Feu bactérien
• Bloomtime Biological
FD (NC)
375-500 g/ha
Cette maladie se manifeste par l’apparition de taches jaunes
et de boursouflures sur les feuilles et les fruits. Des genévriers
infectés peuvent propager la maladie à des amélanchiers dans
un rayon allant jusqu’à 2 km. Pour réduire la pression exercée
par la maladie, élaguer les galles de rouille sur les genévriers
ou éliminer carrément ces arbustes. Appliquer avant que
les symptômes apparaissent.
Répéter le traitement à intervalles de 10-14 jours si les risques
de maladie persistent.
Kumulus, Microthiol Disperss : Ne pas traiter si les
températures dépassent 27 °C, sous peine d’endommager
le feuillage.
Switch : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Floraison
Traiter avant que les symptômes se manifestent. Répéter le
traitement 10 jours plus tard, au besoin. Ce produit fait partie
du même groupe de fongicides que Topas, Jade, Mission et
Funginex et doit être utilisé en alternance avec des produits
d’autres groupes utilisés contre l’entomosporiose des feuilles et
des baies.
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Employer dans au moins
1000–2000 L d’eau/ha. Effectuer un premier traitement lorsque
de 15 à 20 % des boutons sont en fleurs, puis un deuxième entre
la pleine floraison et la chute des pétales. Voir sur l’étiquette les
exigences de manutention et d’entreposage particulières. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Chute des pétales
Rouille grillagée du
pommier
Utiliser un des produits indiqués contre la rouille grillagée du pommier sous Pointe blanche.
Entomosporiose
des feuilles et des
baies de l’amélanchier
Utiliser un des produits indiqués contre l’entomosporiose des feuilles et des baies de l’amélanchier sous Pointe blanche.
Fruits verts
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous Floraison.
Rouille grillagée du
pommier
Utiliser un des produits indiqués contre la rouille grillagée du pommier sous Pointe blanche.
Entomosporiose
des feuilles et des
baies de l’amélanchier
Utiliser un des produits indiqués contre l’entomosporiose des feuilles et des baies de l’amélanchier sous Pointe blanche.
Tordeuse à bandes
obliques
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Appliquer lorsque les œufs éclosent ou que de jeunes larves
sont présentes. Utiliser des pièges à phéromones et traiter
au pic de captures dans les pièges.
123
CALENDRIER — AMÉLANCHES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — AMÉLANCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Scarabée japonais
• Admire 240 F (4)
350 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215-285 g/ha
1,5 L/ha
Admire : Ne pas faire d’application foliaire à la suite d’une
application au sol d’un insecticide du groupe 4. Ne pas
appliquer du stade du bouton à la floraison ni quand les abeilles
butinent activement.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et Pristine.
Puceron lanigère
de l’orme
Puceron lanigère
du pommier
• Orthene 75 % SP (1)
Pour chaque plant : 1,7 g
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
Pour chaque plant :
0,125 mL
Vers blancs
• Admire 240 (4)
1,2 L/ha
Postcueillette
Ces pucerons se nourrissent des racines des végétaux et
en compromettent ce faisant la vigueur. Après la cueillette,
déterrer les plants soupçonnés d’être infestés et en examiner
le système racinaire à la recherche de colonies de pucerons
blancs d’aspect cireux. Les jeunes plantations sont
particulièrement sensibles.
Faire une application entre la mi-juillet et la mi-août, une fois
la cueillette terminée.
Orthene : Faire l’application par injection dans le sol.
Mélanger 0,85 g d’Orthene dans 1 L d’eau et appliquer 2 L de
cette solution par plant. Injecter à environ 30 cm (12 po) de
profondeur dans le sol à partir de 3 à 5 points d’injection. Voir
sur l’étiquette les directives d’application particulières.
Admire, Alias : Appliquer au sol, à la base de chaque plant,
en employant 200 L d’eau/ha, puis arroser suffisamment pour
faire pénétrer le produit dans la zone racinaire. Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Pour une réduction de nombre de larves du hanneton européen
et du scarabée japonais. Appliquer au sol dans un volume d’eau
suffisant pour faire pénétrer le produit dans la zone racinaire.
Appliquer avant l’éclosion des œufs (peu après l’entrée en
activité des adultes) afin de maîtriser les jeunes larves.
Pulvérisations spéciales (Les ennemis qui suivent ne sont pas fréquents sur les amélanchiers.
Des pulvérisations sont nécessaires uniquement quand le dépistage en indique le besoin.)
Drosophile à ailes
tachetées
• Exirel (28)
1-1,5 L/ha
Même si Exirel est le premier produit pleinement homologué
contre cet ennemi, d’autres produits seront homologués
sous peu. Voir www.ontario.ca/ailestachetees pour connaître
les nouveaux produits homologués et ceux qui le sont pour
des situations d’urgence. Utiliser en alternance des produits
appartenant à des groupes différents.
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui insère
ses œufs dans les amélanches au stade du mûrissement. Les
larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes à
la cueillette, provoquant ainsi une détérioration prématurée
des fruits. Voir à www.ontario.ca/ailestachetees les mises à jour
sur l’évolution de l’insecte, les produits homologués et
les stratégies d’intervention.
Pucerons
• Assail 70 WP (4)
• Admire 240 F (4)
56-86 g/ha
175 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
220-365 mL/ha
• Admire 240 F (4)
175 mL/ha
Les pucerons ne nuisent normalement pas aux amélanches.
Traiter quand les pucerons pullulent, mais s’abstenir de le faire
durant la floraison, car ce produit est toxique pour les abeilles.
Le traitement est inefficace contre les pucerons lanigères de
l’orme et du pommier.
Admire : Ne pas faire d’application foliaire à la suite
d’une application au sol d’un insecticide du groupe 4. Ne pas
appliquer du stade du bouton à la floraison ni quand les abeilles
butinent activement.
Movento : Appliquer après la floraison uniquement.
Cicadelles
124
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Punaise marbrée
• Actara 25 WG (4)
280 g/ha
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les cultures de petits fruits, mais
des populations reproductrices sont présentes en Ontario.
Consulter sur le site du MAAO à www.ontario.ca/punaise,
les mises à jour sur l’évolution de l’insecte, les produits
homologués et les stratégies d’intervention.
Actara : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Traitement hautement
toxique pour les abeilles qui y sont directement exposées
ou qui sont exposées aux résidus laissés sur des cultures et
mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations
relatives à la toxicité pour les abeilles.
125
CALENDRIER — AMÉLANCHES
Maladie ou insecte
NOTES — AMÉLANCHES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 5–9. Produits utilisés sur les amélanchiers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du
produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
12 heures
2
24 heures
12/21
24 heures
1
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4
3 jours
jours1/14
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4
3
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4
14 jours
jours2
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4
7 jours
12 heures3/
48 heures4
4
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
4 heures
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
7 jours
12 heures
4 (max. 2 L/ha)
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,83 L/ha
Orthene 75% SP
14225
acéphate
1B
11 mois
72 heures
1
Success
26835
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Huile 70
Supérieure
9542
huile minérale
NC
Ne pas utiliser passé
le stade 6 mm (¼
po) de vert
12 heures
1
0 jour
4 heures
2
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Bloomtime
Biological FD
28436
Pantoea agglomerans
NC
Funginex DC
27686
triforine
3
60 jours
48 heures
1
Jade
24030
propiconazole
3
38 jours
12 heures
3
Kumulus DF
18836
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Microthiol
Disperss
29487
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
38 jours
12 heures
3
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
14 jours
une fois sec
3
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
0 jour
une fois sec3/
29 jours4
4
Switch 62.5 WG
28189
cyprodinile et
fludioxonil
9 + 12
1 jour
12 heures3/
10 jours4,5
3
Topas
30163
propiconazole
3
38 jours
12 heures
3
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. — = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
3 Délai de sécurité après traitement général.
4 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
5 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Application
126
5. Petits fruits
Peu d’organismes et d’insectes nuisibles s’attaquent aux argousiers. Comme les argousiers font partie du groupe des
cultures de petits fruits, on peut utiliser sur leurs baies les produits homologués pour utilisation sur les petits fruits (voir
le tableau 5–10, Produits utilisés sur les argousiers, ci-dessous).
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des cultures de petits fruits en fleurs, mais
sous réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des
abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides
atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire
aux abeilles. Pour plus d’information, voir : Empoisonnement des abeilles, p. 313.
127
BAIES D’ARGOUSIER
Baies d’argousier
Surveiller les ennemis de l’argousier, notamment les pucerons, cicadelles et acariens, de même que les ennemis énumérés ci-dessous.
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Enrouleuses,
tordeuses et
arpenteuses
Pucerons
Nom commun
Produit (Groupe)
Dose
spinosad
Success (5)
145-182 mL/ha
ou Entrust 80 W (5) 80-109 g/ha
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Ennemi
combattu
Délai de
sécurité après
traitement
Tableau 5–10. Produits utilisés sur les argousiers
Délai d’attente
avant cueillette
BAIES D’ARGOUSIER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
3 jours
une fois
sec
3
Remarques
Faire la surveillance à l’aide de
pièges à phéromones. Faire la
pulvérisation au pic de captures
ou en présence de très petites
larves.
Les ennemis combattus varient
selon le produit.
Success, Entrust : Contre
la tordeuse à bandes obliques,
l’arpenteuse et l’arpenteuse
tardive.
Dipel : Contre les enrouleuses
et tordeuses.
Intrepid : Contre la tordeuse à
bandes obliques et l’arpenteuse.
Altacor : Contre la tordeuse à
bandes obliques et l’arpenteuse.
Exirel : Contre les enrouleuses
et tordeuses.
Bacillus thuringiensis Dipel 2X DF (11)
var. kurstaki
525-1125 g/ha
1 jour
4 heures
—
méthoxyfénozide
Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
7 jours
12 heures
4 (max.
2 L/ha)
chlorantraniliprole
Altacor (28)
285 g/ha
1 jour
12 heures
3 (max.
6,45 g/ha)
cyantraniliprole
Exirel (28)
0,5-1,0 L/ha
3 jours
12 heures
3
acétamipride
Assail 70 WP (4)
56-86 g/ha
7 jours
12 heures1/
48 heures2
4
—
spirotétramate
Movento
240 SC (23)
220-365 mL/ha
7 jours
12 heures
max.
1,83 L/ha
Utiliser en postfloraison
uniquement.
Spongieuse
Bacillus thuringiensis Bioprotec CAF (11)
var. kurstaki
2,4-4 L/ha
0 jour
12 heures
—
Appliquer quand les larves sont
jeunes, avant que les dommages
soient manifestes, et lorsque les
larves se nourrissent activement
des surfaces traitées. Répéter
le traitement, au besoin, à
intervalles de 7-10 jours. Voir
Utilisation de produits biologiques
et biopesticides, p. 281.
Scarabée
japonais
chlorantraniliprole
Altacor (28)
285 g/ha
1 jour
12 heures
3 (max.
6,45 g/ha)
cyantraniliprole
Exirel (28)
1,5 L/ha
3 jours
12 heures
4
Quand le dépistage en indique
le besoin.
Altacor : Maîtrise partielle
seulement; voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
thiaméthoxame
Actara 25 WG (4)
210-280 g/ha
3 jours
12 heures
2
Charançons
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
2 Délai
128
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
Appliquer sur le feuillage afin
de maîtriser les charançons
adultes. Ne pas appliquer durant
la floraison ni quand les abeilles
sont actives.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité après
traitement
Punaise
marbrée
thiaméthoxame
Actara 25 WG (4)
280 g/ha
3 jours
12 heures
2
Maîtrise partielle seulement.
Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Au moment de l’impression de
cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les
cultures, mais des populations
reproductrices sont présentes en
Ontario. Consulter sur le site du
MAAO à www.ontario.ca/punaise
les mises à jour sur l’évolution de
l’insecte. Ne pas appliquer durant
la floraison ni quand les abeilles
sont actives.
Drosophile
à ailes
tachetées
cyantraniliprole
Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
3 jours
12 heures
4
Même si Exirel est le premier
produit pleinement homologué
contre cet ennemi, d’autres
produits seront homologués
sous peu. Voir www.ontario.ca/
ailestachetees pour connaître les
nouveaux produits homologués
et ceux qui le sont pour des
situations d’urgence. Utiliser
en alternance des produits
appartenant à des groupes
chimiques différents.
Cette drosophile est un nouvel
ennemi envahissant qui insère
ses œufs dans les fruits au stade
du mûrissement. Les larves
se développent dans le fruit
et peuvent être présentes à la
cueillette, provoquant ainsi une
détérioration prématurée des
fruits. Voir à www.ontario.ca/
ailestachetees les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte,
les produits homologués et
les stratégies d’intervention.
Pourriture
brune
soufre
Microscopic
Sulphur (M)
6,5 kg/1000 L
d’eau/ha
7 jours
24 heures
8
Dans les plantations où la
pourriture brune a déjà sévi,
appliquer à l’apparition des
premières fleurs si les conditions
météorologiques sont propices
à l’éclosion de la maladie
(p. ex. temps doux et pluvieux).
Au besoin, répéter le traitement à
intervalles de 7-10 jours.
Pourriture
grise
Bacillus subtilis
Serenade MAX
(44)
3-6 kg/ha
0 jour
12 heures
—
1-3 kg/ha
0 jour
12 heures
—
Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
Feu
bactérien
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Nom commun
Ennemi
combattu
Remarques
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
2 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
129
BAIES D’ARGOUSIER
Tableau 5–10. Produits utilisés sur les argousiers (suite)
Taches
foliaires
(Septoria sp.)
Nom commun
Produit (Groupe)
Dose
prothioconazole
Proline 480 SC (3)
315 mL/ha
7 jours
24 heures
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
2 Délai
130
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Ennemi
combattu
Délai de
sécurité après
traitement
Tableau 5–10. Produits utilisés sur les argousiers (suite)
Délai d’attente
avant cueillette
BAIES D’ARGOUSIER
Guide de la culture fruitière 2014-2015
2
Remarques
Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
5. Petits fruits
Peu d’organismes et d’insectes nuisibles s’attaquent aux sureaux. Toutefois, comme les sureaux font partie du groupe
des cultures de petits fruits, on peut utiliser sur leurs baies les produits homologués pour utilisation sur les petits fruits
(tableau 5–11, Produits utilisés sur les sureaux, ci-dessous). Faire le dépistage des insectes et des maladies. Intervenir,
au besoin.
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des sureaux en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles peuvent
butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre des
végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux abeilles.
Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Tableau 5–11. Produits utilisés sur les sureaux
Pucerons
Nom commun
Produit
(Groupe)
Dose
Délai de
sécurité
après
traitement
heures1/
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Ennemi
combattu
Délai d’attente
avant
cueillette
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Remarques
acétamipride
Assail
70 WP (4)
56-86 g/ha
7 jours
12
48 heures2
4
imidaclopride
Admire
240 SC (4)
175 mL/ha
3 jours3
14 jours4
24 heures
23/14
Ne pas appliquer du stade du
bouton à la floraison ni quand
les abeilles butinent activement.
Admire : Également homologué
pour les applications au sol contre
les vers blancs. Se reporter à
l’étiquette au sujet de cet autre
usage.
spirotétramate
Movento
240 SC (23)
220-365 mL/ha
7 jours
12 heures
max.
1,8 L/ha
Utiliser en postfloraison
uniquement.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
3 Application foliaire.
4 Application au sol.
5 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
131
BAIES DE SUREAU
Baies de sureau
Tableau 5–11. Produits utilisés sur les sureaux (suite)
Enrouleuses,
tordeuses et
arpenteuses
Délai de
sécurité
après
traitement
spinosad
Success (5)
ou Entrust
80 W (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
3 jours
une fois sec
3
Bacillus
thuringiensis
Dipel 2X DF
(11)
525-1125 g/ha
0 jour
4 heures
—
Bioprotec
Bioprotec CAF
(11)
1,4-2,8 L/ha
0 jour
12 heures
—
Intrepid
240 F (18)
0,5 L/ha
7 jours
12 heures
4
Nom commun
méthoxyfénozide
Produit
(Groupe)
Dose
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Ennemi
combattu
Délai d’attente
avant
cueillette
BAIES DE SUREAU
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Remarques
Utiliser des pièges à phéromones
et faire la pulvérisation le plus tôt
possible après le pic de captures ou
en présence de très petites larves.
Dipel, Bioprotec : Acidifier
la bouillie en abaissant son pH
sous les 7,0 et faire le traitement
à la brunante ou sous un ciel
couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve
ni utiliser de manière consécutive
Exirel et Pristine.
chlorantraniliprole
Altacor (28)
285 g/ha
1 jour
12 heures
3
cyantraniliprole
Exirel (28)
0,5-1,0 L/ha
3 jours
12 heures
4
Charançons
thiaméthoxame
Actara
25 WG (4)
210-280 g/ha
3 jours
12 heures
2
Ne pas appliquer durant la floraison
ni quand les abeilles sont actives.
Appliquer sur le feuillage afin de
maîtriser les charançons adultes.
Punaise
marbrée
thiaméthoxame
Actara
25 WG (4)
280 g/ha
3 jours
12 heures
2
Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311. Au moment de
l’impression de cette publication,
cet ennemi n’avait pas été décelé
dans les cultures fruitières, mais des
populations reproductrices sont
présentes en Ontario. Consulter le
site du MAAO à www.ontario.ca/
punaise pour de l’information. Ne
pas appliquer durant la floraison ni
quand des abeilles sont actives.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
3 Application foliaire.
4 Application au sol.
5 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
132
5. Petits fruits
Produit
(Groupe)
Dose
Délai d’attente
avant
cueillette
Drosophile à
ailes tachetées
cyantraniliprole
Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
3 jours
12 heures
4
Même si Exirel est le premier
produit pleinement homologué
contre cet ennemi, d’autres
produits seront homologués
sous peu. Voir www.ontario.ca/
ailestachetees pour connaître les
nouveaux produits homologués et
ceux qui le sont pour des situations
d’urgence. Utiliser en alternance
des produits appartenant à des
groupes chimiques différents.
Cette drosophile est un nouvel
ennemi envahissant qui insère
ses œufs dans les fruits au stade
du mûrissement. Les baies de
sureau sont très sensibles aux
attaques de cette drosophile. Les
larves se développent dans le
fruit et peuvent être présentes à
la cueillette, provoquant ainsi une
détérioration prématurée des fruits.
Voir à www.ontario.ca/
ailestachetees les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits
homologués et les stratégies
d’intervention.
Scarabée
japonais
chlorantraniliprole
Altacor (28)
285 g/ha
1 jour
12 heures
3 (max.
645 g/ha)
cyantraniliprole
Exirel (28)
1,5 L/ha
3 jours
12 heures
4
Altacor : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
metconazole
Quash (3)
180 g/ha
7 jours
12 heures1/
72 heures5
3
boscalide +
pyraclostrobine
Pristine
WG (7 + 11)
1,3-1,6 kg/ha
0 jour
une fois sec1/
24 heures6
4
fluaziname
Allegro 500
F (29)
2,24 L/ha
30 jours
24 heures
4
Bacillus subtilis
Serenade
MAX (44)
1-3 kg/ha
0 jour
12 heures
—
Ennemi
combattu
Anthracnose
Feu bactérien
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Nom commun
Délai de
sécurité
après
traitement
Remarques
Appliquer quand les conditions
sont propices à l’éclosion de la
maladie, avant une infection.
Allegro : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311, et la rubrique
Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
3 Application foliaire.
4 Application au sol.
5 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
133
BAIES DE SUREAU
Tableau 5–11. Produits utilisés sur les sureaux (suite)
Tableau 5–11. Produits utilisés sur les sureaux (suite)
Délai de
sécurité
après
traitement
Elevate 50
WDG (17)
1,7 kg/ha
1 jour
4 heures
4
boscalide
Cantus
WDG (7)
560 g/ha
0 jour
12 heures
4
boscalide +
pyraclostrobine
Pristine
WG (7 + 11)
1,3-1,6 kg/ha
0 jour
une fois sec1/
24 heures6
4
Bacillus subtilis
Serenade
MAX (44)
3-6 kg/ha
0 jour
12 heures
—
metconazole
Quash (3)
180 g/ha
7 jours
12 heures1/
72 heures5
3
boscalide +
pyraclostrobine
Pristine
WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
0 jour
une fois sec1/
24 heures6
4
prothioconazole
Proline
480 SC (3)
315 mL/ha
7 jours
3 jours
2
Ennemi
combattu
Nom commun
Pourriture grise
fenhexamide
Brûlure
phomopsienne
Taches foliaires
Produit
(Groupe)
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Délai
de sécurité après traitement général.
de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
3 Application foliaire.
4 Application au sol.
5 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
2 Délai
134
Nombre max.
d’applic./sais.
de croiss.
Dose
Délai d’attente
avant
cueillette
BAIES DE SUREAU
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Remarques
Commencer les traitements quand
10 % de la culture est en fleurs.
Serenade MAX : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311, et la rubrique Utilisation
de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Appliquer quand les conditions
sont propices à l’éclosion de la
maladie, avant une infection.
Quash : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
5. Petits fruits
CALENDRIER — BLEUETS
Figure 5–1. Stades repères du bleuetier
135
CALENDRIER — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Bleuets
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette les volumes d’eau suggérés. Dans les plantations de bleuets en corymbe à maturité, pulvériser
le pesticide à raison de 700–1000 L d’eau/ha, à moins d’indications différentes sur l’étiquette.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 5–12, Produits utilisés sur les bleuetiers, p. 144.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des bleuetiers en fleurs, mais sous réserve
d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles
peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre
des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux
abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Dormance (fin de l’hiver)
Cochenilles
Lécanie
• Chaux/Bouillie soufrée (M) 36,7 L de Chaux/
plus huile de dormance
Bouillie soufrée +
12,5 L d’huile/1000 L
d’eau
• Purespray Green Huile de
pulvérisation 13E (NC)
• Huile 70 Supérieure (NC)
20 L/1000 L d’eau
20 L/1000 L d’eau
Appliquer quand les plants sont en dormance. Pulvériser
jusqu’au point de ruissellement. S’assurer d’un recouvrement
complet. Employer dans 1000-1500 L d’eau/ha. Ne pas utiliser
dans les 10 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement avec
Bravo, Echo, Supran Captan ou Maestro, ni dans les 48 heures qui
précèdent ou qui suivent une gelée.
Purespray Green Huile de pulvérisation, Huile 70 Supérieure :
Utilisation prévue sur l’étiquette contre la lécanie seulement.
Début du printemps, avant le débourrement
Pourriture
phytophthoréenne
des racines
• Ridomil Gold 480 SL (4)
En bandes :
37 mL/100 m de rang
Appliquer à la surface du sol sur une bande d’une largeur de 1 m
centrée sur le rang. Employer dans au moins 2000 L d’eau/ha. Ce
traitement peut être remplacé par une application d’Aliette entre
les stades gonflement et boutons dégagés.
Améliorer le drainage du sol et modifier les calendriers
d’irrigation de manière à réduire l’incidence de cette maladie.
150 mL/ha
Les dommages causés par ce ravageur occasionnel se font très
tôt dans la saison de croissance. Dans les cultures où les chenilles
tisseuses ont déjà sévi, faire la pulvérisation au stade boutons
serrés, au moment où les boutons floraux commencent à gonfler
et où les tissus roses se montrent à peine.
Du gonflement à la pointe verte
Chenilles tisseuses
136
• Decis 5 EC (3)
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse à bandes
obliques
• Delegate WG (5)
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
200 g/ha
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Là où cette tordeuse a déjà sévi, faire une pulvérisation si
l’on trouve facilement des larves de tordeuses à bandes
obliques ayant résisté à l’hiver. Autrement, utiliser des pièges à
phéromones pour capturer les adultes et faire une pulvérisation
contre la génération estivale au stade des fruits verts.
L’étiquette de bon nombre de ces produits indique que
ceux-ci peuvent aussi servir à combattre les chenilles, dont
les arpenteuses. Voir l’étiquette des produits pour une liste
complète des usages homologués.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et Cabrio, Flint, Pristine, Maestro ou
Supra Captan.
• Funginex DC (3)
• Topas (3) ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
• Quash (3)
• Proline 480 SC (3)
1,7-3 L/ha
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
180 g/ha
315-420 mL/ha
• Allegro 500 F (29)
2,24 L/ha
• Serenade MAX (44)
3,5-6,0 kg/ha
• Aliette (33)
5,6 kg/ha
Appliquer au printemps quand les nouvelles pousses atteignent
7 cm et répéter le traitement 14-21 jours plus tard. Améliorer le
drainage du sol et modifier les calendriers d’irrigation de manière
à réduire l’incidence de cette maladie.
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
7,2 L/ha
5 L/ha
• Quash (3)
180 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Cabrio EG (11)
1,3-1,6 kg/ha
1 kg/ha
• Allegro 500 F (29)
2,24 L/ha
• Aliette (33)
ou Confine Extra (33)
5,6 kg/ha
4-5 L/ha
Appliquer des fongicides pour prévenir la brûlure phomopsienne
et réduire l’inoculum qui résiste à l’hiver.
Bravo, Echo : Maîtrisent aussi l’alternariose du fruit.
Quash: Maîtrise de l’anthracnose et maîtrise partielle de
la brûlure phomopsienne. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
Pristine : Contre le chancre de la tige dû à Phomopsis, utiliser
1,6 kg/ha.
Allegro : Maîtrise partielle seulement.
Aliette : Maîtrise de l’anthracnose et maîtrise partielle de la
brûlure phomopsienne. Appliquer à intervalles de 14-21 jours.
Confine Extra : Maîtrise partielle de l’anthracnose. Non
homologué contre la brûlure phomopsienne. Appliquer à
intervalles de 14-21 jours.
Pourriture sclérotique
(Monilinia)
Pourridié
phytophthoréen
Sarcler avant le débourrement pour enfouir l’inoculum ayant
résisté à l’hiver. Surveiller les structures en forme de trompette
qui émergent des fruits momifiés tombés au sol. Faire la
pulvérisation pour prévenir l’infection initiale des nouvelles
pousses de bleuets. Faire le premier traitement au gonflement
des boutons floraux et répéter le traitement pour assurer une
protection jusqu’à la première floraison.
Funginex : Ne pas appliquer passé le stade bouton rose.
Allegro, Serenade MAX. Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Serenade MAX : Voir Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281. Pour de meilleurs résultats, faire de multiples
applications ou utiliser le produit en alternance avec d’autres.
Pointe verte
Anthracnose du fruit
Brûlure
phomopsienne
Boutons dégagés
Anthracnose du fruit
Brûlure
phomopsienne
Utiliser un des produits indiqués contre l’anthracnose du fruit et la brûlure phomopsienne sous Pointe verte.
NE PAS APPLIQUER D’INSECTICIDES QUAND LES BLEUETIERS SONT EN
FLEURS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, p. 313.
137
CALENDRIER — BLEUETS
Maladie ou insecte
CALENDRIER — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Quash (3)
180 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Cabrio EG (11)
1,3-1,6 kg/ha
1 kg/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
• Allegro 500 F (29)
2,24 L/ha
• Aliette (33)
ou Confine Extra (33)
5,6 kg/ha
4-5 L/ha
Quash: Maîtrise de l’anthracnose et maîtrise partielle de
la brûlure phomopsienne. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
Pristine : Contre le chancre de la tige dû à Phomopsis, utiliser
1,6 kg/ha.
Switch: Utiliser pour combattre l’anthracnose du fruit;
la brûlure phomopsienne ne figure pas sur l’étiquette comme
étant une maladie contre laquelle le produit est efficace.
Allegro : Maîtrise partielle seulement.
Aliette : Maîtrise de l’anthracnose et maîtrise partielle de la
brûlure phomopsienne. Appliquer à intervalles de 14-21 jours.
Confine Extra : Maîtrise partielle de l’anthracnose. Non
homologué contre la brûlure phomopsienne. Appliquer à
intervalles de 14-21 jours.
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Ferbam 76 WDG (M)
2,25 kg/ha
2,25 kg/ha
3,75 kg/1000 L d’eau
• Cantus WDG (7)
• Pristine WG (7 + 11)
560 g/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Scala SC (9)
2 L/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
Début de la floraison
Anthracnose du fruit
Brûlure
phomopsienne
Brûlure des rameaux
et des inflorescences
due à Botrytis
Pourriture des
fruits due à Botrytis
(pourriture grise)
138
Faire les traitements fongicides destinés à contrer les brûlures
dues à Botrytis si le temps est pluvieux. Répéter les traitements
à intervalles de 7-10 jours pendant toute la floraison si le temps
pluvieux persiste.
Ferbam : Ne pas employer plus tard qu’à la mi-floraison.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour de
meilleurs résultats, faire de multiples applications ou utiliser le
produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Sevin XLR (1)
• Malathion 85 E (1)
4 L/ha
1 L/ha
• Assail 70 WP (4)
160 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,68 kg/ha
1,4-2,8 L/ha
• Rimon 10 EC (15) 1,35-2,0 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Les papillons pondent leurs œufs sur les fruits en train de se
former, dans lesquels les larves creusent par la suite des tunnels.
Utiliser des pièges à phéromones pour surveiller l’activité des
adultes et choisir le moment opportun pour faire la pulvérisation.
En l’absence de pièges à phéromones, traiter à la chute des
corolles et à nouveau 7-14 jours plus tard. Utiliser suffisamment
d’eau pour assurer un bon recouvrement.
Pour la pulvérisation à la chute des corolles, si des fleurs ou des
ruches sont encore présentes, choisir un produit, comme Dipel,
Bioprotect, Altacor ou Intrepid, qui est peu toxique pour les
abeilles. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité
pour les abeilles.
Sevin : Appliquer au pic de captures dans les pièges. Répéter
le traitement 7 jours plus tard si les captures continuent d’être
nombreuses. S’utilise contre la pyrale des atocas seulement.
Malathion : Appliquer au pic de captures dans les pièges.
Répéter le traitement deux fois à intervalles de 4-5 jours. Une
quatrième pulvérisation est nécessaire si les captures continuent
d’être nombreuses. Si la pyrale des atocas ne pose pas problème,
utiliser 550 mL/ha contre la noctuelle des cerises.
Assail : Agit à la fois sur les œufs et les larves. Appliquer lors
d’une recrudescence ou au pic de captures dans les pièges.
Répéter le traitement 10-14 jours plus tard si les captures sont à
nouveau à la hausse.
Dipel, Bioprotec : Agissent contre les jeunes larves quand
elles émergent des œufs et se nourrissent des tissus traités.
Faire le traitement à la première augmentation des captures
dans les pièges et le répéter à 3-7 jours d’intervalles. Acidifier
la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et faire le traitement
à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Rimon : Agit à la fois sur les œufs et les jeunes larves. Faire
le traitement à la première augmentation des captures dans
les pièges et le répéter 10-14 jours plus tard. Rimon peut être
toxique pour les colonies d’abeilles exposées directement au
traitement, à la dérive, ou aux résidus sur les cultures ou
les mauvaises herbes en fleurs. Éviter toute pulvérisation si
les abeilles butinent la zone à traiter.
Intrepid : Agit à la fois sur les œufs et les jeunes larves. Faire
le traitement à la première augmentation des captures dans les
pièges et le répéter 10-14 jours plus tard. S’utilise contre la pyrale
des atocas seulement.
Altacor, Exirel : Appliquer l’insecticide à la première
augmentation soutenue de captures dans les pièges. Répéter
le traitement 7-10 jours plus tard. Ne pas mélanger en cuve
ni utiliser de manière consécutive ce produit et Cabrio, Flint,
Pristine, Maestro ou Supra Captan.
• Bioprotec CAF (11)
• Foray 48BA (11)
4 L/ha
4 L/ha
Chute des corolles
Noctuelle des cerises
Pyrale des atocas
Chenille à houppes
blanches
La chenille à houppes blanches est un ennemi sporadique.
Ses larves dévorent le feuillage. Faire 2 applications à 2-5 jours
d’intervalle, quand les larves sont très petites, habituellement
peu après la floraison. Un traitement de fin d’été peut être
nécessaire pour combattre la deuxième génération.
139
CALENDRIER — BLEUETS
Maladie ou insecte
CALENDRIER — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Larve du hanneton
européen
Larve du scarabée
japonais
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
1,2 L/ha
1,2 L/ha
Admire, Alias : Traitements toxiques pour les abeilles qui y
sont directement exposées ou qui sont exposées aux résidus
laissés sur des cultures et mauvaises herbes en fleurs. Consulter
l’étiquette pour les déclarations de toxicité. Ne pas appliquer
durant la floraison ni quand des ruches sont présentes.
Faire le traitement juste avant l’éclosion des œufs (peu après
l’entrée en activité des adultes) en mouillant bien le sol autour
des pieds et dans les zones enherbées sur le périmètre du
champ de bleuets. Employer dans 200 L d’eau/ha. Faire pénétrer
le produit dans la zone racinaire en apportant 5-10 mm d’eau
d’arrosage dans les 24 heures qui suivent le traitement, mais
éviter de trop arroser. Max. 1 application/saison de croissance au
stade de la chute des corolles, au stade des fruits verts ou après
la cueillette.
Ces produits réduiront le nombre de larves de vers blancs sans
toutefois les maîtriser. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311.
Anthracnose du fruit
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
7,2 L/ha
5 L/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
1,0 kg/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
• Allegro 500 F (29)
2,24 L/ha
• Aliette (33)
ou Confine Extra (33)
5,6 kg/ha
4-5 L/ha
La plupart des infections des fruits surviennent entre les stades
de la floraison et des fruits verts. Les fruits infectés ramollissent
près du moment de la cueillette et se couvrent de masses de
spores orangées.
Bravo, Echo : Maîtrisent aussi l’alternariose du fruit. Peuvent
endommager les fruits s’ils sont appliqués au stade des fruits
verts.
Allegro, Confine Extra. Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Confine Extra, Aliette : Appliquer à intervalles de 14-21 jours.
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
7,2 L/ha
5 L/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
1 kg/ha
1,6 kg/ha
• Allegro 500 F (29)
2,24 L/ha
• Aliette (33)
5,6 kg/ha
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
• Concept (3 + 4)
• Assail 70 WP (4)
• Admire 240 F (4)
560 mL/ha
56-86 g/ha
175 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
220-365 mL/ha
• Exirel (28)
0,75-1,5 L/ha
Brûlure
phomopsienne
Bravo, Echo : Maîtrisent aussi l’alternariose du fruit. Peuvent
endommager les fruits s’ils sont appliqués au stade des fruits
verts.
Allegro, Aliette : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Aliette : Appliquer à intervalles de 14-21 jours.
Fruits verts
Puceron du bleuet
140
Les pucerons sont rarement problématiques dans les bleuetières
à cette époque. Surveiller les drageons et nouvelles pousses.
Appliquer quand les populations commencent à gonfler, mais
avant l’apparition des pucerons ailés.
Pyganic : Toxique pour les abeilles. Éviter d’employer ce
produit quand les abeilles butinent activement. Pour de
meilleurs résultats, utiliser la dose supérieure, corriger le pH de
la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout de suite après avoir préparé
le mélange. Si possible, appliquer tôt le matin ou en soirée.
Concept, Assail, Admire, Movento : Traitements hautement
toxiques pour les abeilles qui y sont directement exposées ou qui
sont exposées aux résidus laissés sur des cultures et mauvaises
herbes en fleurs. Appliquer après la floraison, une fois les abeilles
retirées du verger. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à
la toxicité pour les abeilles.
Ne pas appliquer Concept, Admire ni Assail à la suite d’une
application au sol d’Admire ou Alias contre les vers blancs.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et Cabrio, Flint, Pristine, Maestro ou
Supra Captan.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
• Delegate WG (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
100-200 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
525-1125 g/ha
1,4-2,8 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Placer des pièges à phéromones dans les bleuetières, avant
juin. Appliquer des insecticides dirigés contre les larves de
la génération estivale à 240-280 DJC après la première capture
soutenue d’adultes (temp. de base de 6,1 °C). Voir l’annexe B,
Modèles de degrés-jours, p. 336.
Success, Entrust, Delegate : Répéter le traitement, au besoin,
à intervalles de 7-10 jours. Traitements toxiques pour les abeilles
qui y sont directement exposées ou qui sont exposées au
brouillard de pulvérisation ou aux résidus laissés sur
des végétaux en fleurs.
Dipel, Bioprotec : Ont leur pleine efficacité contre les petites
larves. Faire au moins 2 applications à 5-7 jours d’intervalle si
les larves sont très actives. Pour un maximum de résultats avec
ces produits, acidifier la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0
et faire le traitement à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Intrepid : Agit à la fois sur les œufs et les jeunes larves.
Altacor, Exirel : Appliquer lorsque les œufs éclosent et que de
jeunes larves sont présentes. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser
de manière consécutive Exirel et Cabrio, Flint, Pristine, Maestro
ou Supra Captan.
L’étiquette de bon nombre de ces produits indique que
ceux-ci peuvent aussi servir à combattre les chenilles, dont
les arpenteuses. Voir l’étiquette des produits pour une liste
complète des usages homologués.
Charançon de
la prune
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Inspecter le pourtour du verger à la recherche de fines cicatrices
en forme de croissant sur les bleuets encore verts. Appliquer dès
les premiers signes de dommages. Ne pas mélanger en cuve ni
utiliser de manière consécutive Exirel et Cabrio, Flint, Pristine,
Maestro ou Supra Captan.
Scarabée japonais
adulte
• Imidan 70-WP Instapak (1)
1,6 kg/ha
• Admire 240 F (4)
350 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
1,5 L/ha
Appliquer dès les premiers signes de l’activité des adultes.
Vérifier le délai d’attente avant cueillette.
Admire : Appliquer après la floraison, une fois les abeilles
retirées du verger. Ne pas faire d’application foliaire à la suite
d’une application au sol d’un insecticide du groupe 4.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et Cabrio, Flint, Pristine, Maestro ou
Supra Captan.
Larve du hanneton
européen
Larve du scarabée
japonais
À l’aide d’un appareil à débit élevé, faire une seule pulvérisation en dirigeant la bouillie vers le sol à la chute des corolles,
au stade fruits verts ou après la cueillette, en utilisant un des produits indiqués contre les larves du hanneton européen et
celles du scarabée japonais sous Chute des corolles.
Véraison
Drosophile à ailes
tachetées
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Même si Exirel est le premier produit pleinement homologué
contre cet ennemi, d’autres produits seront homologués
sous peu. Voir www.ontario.ca/ailestachetees pour connaître
les nouveaux produits homologués et ceux qui le sont pour
des situations d’urgence. Utiliser en alternance des produits
appartenant à des groupes chimiques différents.
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui
insère ses œufs dans les bleuets au stade de la véraison. Les
larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes
à la cueillette, provoquant ainsi une détérioration prématurée
des fruits. Des traitements insecticides hebdomadaires sont
recommandés quand les fruits sont en train de mûrir ou sont
mûrs et que des drosophiles sont présentes. Pour s’éviter les
problèmes causés par cette drosophile, il est très important
de faire des cueillettes fréquentes, d’enfouir les fruits gâtés et
de mettre en place des mesures d’assainissement générales.
Voir à www.ontario.ca/ailestachetees les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
141
CALENDRIER — BLEUETS
Maladie ou insecte
CALENDRIER — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Chenille à houppes
blanches
• Bioprotec CAF (11)
ou Foray 48BA (11)
4 L/ha
4 L/ha
La chenille à houppes blanches est un ennemi sporadique.
Ses larves dévorent le feuillage. Faire 2 applications à 2-5 jours
d’intervalle, quand les larves sont très petites, habituellement
peu après la floraison. Un traitement de fin d’été peut être
nécessaire pour combattre la deuxième génération.
Pourriture des
fruits due à Botrytis
(pourriture grise)
• Supra Captan 80 WDG (M) ou Maestro 80 DF (M)
2,25 kg/ha
2,25 kg/ha
• Cantus WDG (7)
560 g/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
775-975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
Faire des traitements à intervalles de 7-10 jours si la pourriture
grise n’a pas été bien maîtrisée durant la floraison.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour de
meilleurs résultats, faire de multiples applications ou utiliser
le produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Anthracnose du fruit
Mouche de l’airelle
142
• Serenade MAX (44) 3-6 kg/ha
• Quash (3)
180 g/ha
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
775-975 g/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
1 kg/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Sevin XLR (1) • Imidan 70-WP Instapak (1)
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
• Malathion 85 E (1)
4 L/ha
1,6 kg/ha
830 mL/ha
825 mL/ha
550 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Admire 240 F (4)
136-160 g/ha
230-350 mL/ha
• GF-120, Appât pour
mouches à fruits (5)
1,5 L/ha
• Movento 240 SC (23)
365-435 mL/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
La plupart des infections des fruits surviennent durant la
floraison. Les traitements fongicides ne sont pas nécessaires à ce
stade si les traitements antérieurs ont donné de bons résultats.
Faire le dépistage des adultes de la mouche de l’airelle à l’aide de
bandelettes jaunes encollées.
La mouche de l’airelle n’est pas très répandue en Ontario, mais
il s’agit d’un organisme réglementé par l’Agence canadienne
d’inspection des aliments dans plusieurs régions (les cantons
de Charlotteville et de Wainfleet) et sur plusieurs fermes
productrices de bleuets. Dans les secteurs où l’organisme est
réglementé, les producteurs devraient faire des pulvérisations
dirigées contre cet insecte. Hors des régions réglementées, les
producteurs devraient songer à traiter les pourtours des champs
et à mettre en place des pratiques de gestion optimales pour
prévenir les infestations. Pour plus d’information, voir Mouche de
l’airelle à www.ontario.ca/cultures.
Appliquer dès la capture des premières mouches ou lorsque les
bleuets commencent à bleuir, vers les 5-15 juillet, selon la région
et la saison de croissance. Faire une deuxième pulvérisation
5-12 jours plus tard, selon le produit. Une protection est
nécessaire tant que des adultes sont actifs. La rémanence est
de 10-12 jours pour Imidan et Cygon, et de 5-7 jours pour Sevin
et Malathion.
Cygon, Lagon : Ne pas utiliser sur les cultures destinées à
l’exportation vers les É.-U.
Admire, Assail, Movento : Traitements hautement toxiques
pour les abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont
exposées aux résidus laissés sur des cultures et mauvaises herbes
en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité
pour les abeilles.
Ne pas faire d’application foliaire à la suite d’une application au
sol d’Admire ou d’Assail.
GF-120, Appât pour mouches à fruits : Commencer les
applications dès la capture des premières mouches ou
2-3 semaines avant le début du mûrissement des fruits. Répéter
l’application au moins tous les 7 jours. GF-120 sera moins efficace
s’il est exposé à la pluie ou à l’irrigation sur frondaison. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Exirel : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Ne pas mélanger en cuve
ni utiliser de manière consécutive ce produit et Cabrio, Flint,
Pristine, Maestro ou Supra Captan.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
• Admire 240 F (4)
175 mL/ha
Les cicadelles appartenant à l’espèce Scaphytopius magdalensis
(en anglais, sharp-nosed leafhopper ou, littéralement, cicadelle
« à rostre pointu ») sont les vecteurs du phytoplasme (agent
pathogène semblable à un virus) du rabougrissement du
bleuetier. Il est important de combattre les cicadelles après la
cueillette si le rabougrissement du bleuetier sévit.
Pyganic : Pour de meilleurs résultats, utiliser la dose
supérieure, corriger le pH de la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout
de suite après avoir préparé le mélange. Si possible, appliquer tôt
le matin ou en soirée. Traiter dès l’apparition des ravageurs; ne
pas attendre que les plants soient fortement infestés. Répéter le
traitement s’il le faut.
Admire : Ne pas faire d’application foliaire à la suite d’une
application au sol d’un insecticide du groupe 4. Traitement
hautement toxique pour les abeilles qui y sont directement
exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés sur les cultures
et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations
relatives à la toxicité pour les abeilles.
Après la cueillette
Cicadelles
Larve du hanneton
européen
Larve du scarabée
japonais
À l’aide d’un appareil à débit élevé, faire une seule pulvérisation en dirigeant la bouillie vers le sol à la chute des corolles,
au stade fruits verts ou après la cueillette, en utilisant un des produits indiqués contre les larves du hanneton européen et
celles du scarabée japonais sous Chute des corolles.
Pulvérisations spéciales (Les ennemis qui suivent ne sont pas fréquents en Ontario. Les pulvérisations sont nécessaires uniquement
quand le dépistage en indique le besoin.)
Lécanie
• Movento 240 SC (23)
365-585 mL/ha
Cécidomyie des
atocas et cécidomyie
du bleuet
• Movento 240 SC (23)
365-435 mL/ha
Cécidomyies
• Movento 240 SC (23)
365-435 mL/ha
• Exirel (28)
750 mL-1 L/ha
• Malathion 85 E (1)
1 L/ha
• Actara 25 WG (4)
280 g/ha
Phytopte de l’airelle
• Envidr 240 SC (23)
1,3 L/ha
Non encore vu en Ontario, cet ennemi est néanmoins présent
au Michigan.
Taches septoriennes
• Proline 480 SC (3)
315 mL/ha
Procure une maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Rouille des feuilles
Tache valdensinéenne
• Proline 480 SC (3)
400 mL/ha
Procure une maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Punaise marbrée
Si les lécanies posent problème, faire la pulvérisation en
présence de larves mobiles, selon les indications sur les rubans
noirs encollés.
Movento : Appliquer après la floraison uniquement.
La cécidomyie du bleuet adulte (un moucheron) se nourrit dans
les bourgeons, ce qui provoque la déformation, l’assèchement et
le noircissement des nouvelles feuilles à l’extrémité des pousses.
Movento : Appliquer après la floraison uniquement.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et Cabrio, Flint, Pristine, Maestro ou
Supra Captan.
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les bleuetières, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter sur le
site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Malathion, Actara : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Ne pas
appliquer durant la floraison ni quand les abeilles sont actives.
143
CALENDRIER — BLEUETS
Maladie ou insecte
NOTES — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Comme la mouche de l’airelle fait partie des parasites réglementés, il est obligatoire d’en déclarer les nouvelles infestations à
l’Agence canadienne d’inspection des aliments.
La mouche de l’airelle peut se propager à de nouvelles régions par du sol et des contenants de cueillette qui parviennent à
la ferme ou par un simple fruit infesté acheté dans une autre région qui aurait été jeté sur les terres.
Mettre en place des pratiques de gestion optimales pour éviter la propagation de la mouche de l’airelle à de nouvelles régions.
Voir www.ontario.ca/cultures.
Tableau 5–12. Produits utilisés sur les bleuetiers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
3 jours
12 heures
2
24 heures
12/21
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4
jours1/14
jours2
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4
3
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4
14 jours
24 heures
1
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4
7 jours
12 heures3/
48 heures4
4
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
4
Concept
29611
imidaclopride +
deltaméthrine
3+4
14 jours
12 heures
3
Cygon 480-AG
25651
diméthoate
1B
15 jours
12 heures
2
Decis 5 EC
22478
deltaméthrine
3
14 jours
12 heures
—
Delegate WG
28778
spinétorame
5
3 jours
12 heures
3
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
4
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4 (max. 4,5 L/ha)
Foray 48BA
24978
Bacillus thuringiensis
11
—
12 heures
—
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
28336
spinosad
5
—
12 heures
5
Imidan 70-WP Instapak
29064
phosmet
1B
15 jours
3 jours3*/
15 jours5
2
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
7 jours
12 heures
4 (max. 2 L/ha)
Lagon 480 E
9382
diméthoate
1B
15 jours
12 heures
2
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
1 jour
12 heures
3/46
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,8 L/ha
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. — = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
Application au sol.
3 Délai de sécurité après traitement général.
4 Délai de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
5 Délai de sécurité à observer avant l’autocueillette.
6 Maximum de 3 applications contre la punaise marbrée ou de 4 applications contre la pyrale des atocas.
7 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2
144
5. Petits fruits
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Purespray Green
Huile de pulvérisation 13 E
27666
huile minérale
NC
traitement de
dormance
12 heures
1
Pyganic EC 1.4 II
30164
pyréthrines
3
—
12 heures
8
Rimon 10 EC
28881
novaluron
15
8 jours
12 heures
3
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
2 jours
12 heures
—
Success
26835
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
14981
huile minérale
NC
traitement de
dormance
12 heures
1
Nom du produit
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité après
traitement
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Aliette
27688
fosétyl-al
33
1 jour
24 heures
4
Allegro 500 F
27517
fluaziname
29
30 jours
24 heures
4
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
54 jours
48 heures
3
heures3/
Cabrio EG
27323
pyraclostrobine
11
1 jour
12
24 heures7
4
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
4
Confine Extra
30648
sels monopotassiques et
dipotassiques de l’acide
phosphoreux
33
1 jour
12 heures
5
Echo 720
29355
chlorothalonil
M
54 jours
48 heures
3
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Ferbam 76 WDG
20136
ferbame
M
40 jours
12 heures
—
Funginex DC
27686
triforine
3
60 jours
48 heures
3
heures3/
Jade
24030
propiconazole
3
60 jours
12
5 jours4
2
Chaux soufrée
16465
polysulfure de calcium
M
traitement de
dormance
48 heures
1
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
72 heures
—
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
60 jours
12 heures3/
5 jours4
2
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
0 jour
une fois sec3/
24 heures7
4
Proline 480 SC
28359
prothioconazole
3
7 jours
24 heures
2
heures3/
Quash
30402
metconazole
3
7 jours
12
72 heures4
3
Ridomil Gold 480 SL
28474
métalaxyl-M et S
4
80 jours
12 heures
1
Scala SC
28011
pyriméthanil
9
0 jour
12 heures
2
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
2 jours
72 heures
—
Switch 62.5 WG
28189
cyprodinile + fludioxonil
9 + 12
1 jour
12 heures
3
Topas
30163
propiconazole
3
60 jours
12 heures3/
5 jours4
2
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. — = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
Application au sol.
3 Délai de sécurité après traitement général.
4 Délai de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
5 Délai de sécurité à observer avant l’autocueillette.
6 Maximum de 3 applications contre la punaise marbrée ou de 4 applications contre la pyrale des atocas.
7 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2
145
NOTES — BLEUETS
Tableau 5–12. Produits utilisés sur les bleuetiers (suite)
NOTES — BLEUETS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Remarques sur les ennemis (maladies et insectes) des bleuetiers
Pour de l’information sur l’efficacité des fongicides contre les maladies des bleuetiers, voir le tableau 5–13, Efficacité
des fongicides contre les maladies des bleuetiers, ci-dessous. Pour de l’information sur l’efficacité des insecticides contre
les ravageurs des bleuetiers, voir le tableau 5–14, Efficacité des insecticides contre les ravageurs des bleuetiers et leur toxicité
pour les abeilles, p. 147.
Tableau 5–13. Efficacité des fongicides contre les maladies des bleuetiers
Utiliser les fongicides uniquement contre les maladies et dans les cultures indiquées sur l’étiquette. L’information fournie dans ce tableau est
destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant
l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du
produit.
Brûlure
phomopsienne
(chancre de
la tige)
Anthracnose
du fruit
Pourriture
grise (des
fruits)
Alternariose
du fruit
1
2*
2*
1
1*
0
Echo 720
1
2*
2*
1
1*
0
Ferbam 76 WDG
1
—
—
1*
1
0
Chaux/Bouillie soufrée
—
1
1
—
—
—
Maestro 80 DF
1*
1
2
1 à 2 *
1
0
M
Supra Captan 80 WDG
1*
1
2
1 à 2 *
1
0
3
Funginex DC
3*
2
0
0
0
0
3
Jade
3*
1
2
0
0
0
3
Mission 418 EC
3*
1
2
0
0
0
3
Proline 480 SC
3*
2
2
—
—
—
3
Quash
3*
2*
2*
0
0
0
3
Topas
3*
1
2
0
0
0
4
Ridomil Gold 480 SL
0
0
0
0
0
3*
Groupe
de
fongicide
Produit
M
Bravo 500
M
M
M
M
Pourriture
sclérotique
(brûlure des
pousses)
Pourridié
phytophthoréen
7
Cantus WDG
0
—
—
3*
2
0
7 + 11
Pristine WG
1à2
3*
3*
3*
2
0
9
Scala SC
—
—
1
3*
—
0
9 + 12
Switch 62.5 WG
1
1
3*
3*
3
0
11
Cabrio EG
1
3*
3*
1
1
0
17
Elevate 50 WDG
0
0
0
3*
0
0
29
Allegro 500 F
1*
1*
1*
—
1
0
33
Aliette
0
2*
2*
—
2
2*
33
Confine Extra
0
2
1*
—
2
2
44
Serenade MAX
2*
1
0
1*
—
0
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
* (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Information non disponible.
Adaptation de données tirées de plusieurs sources, notamment du Michigan State Fruit Management Guide 2011.
146
5. Petits fruits
Mouche de
l’airelle
Pyrale des atocas
Noctuelle
des cerises
Scarabée
japonais adulte
Enrouleuses
et tordeuses
Charançon
de la prune
Cochenilles
Drosophile à ailes
tachetées adulte
Vers blancs
Toxicité pour
les abeilles
1A
Sevin XLR
—
2*
2*
3
1*
1
1*
1
0
HT
1B
Cygon 480-AG
2
3*
3
—
—
1
—
3
0
HT
1B
Lagon 480 E
2
3*
3
—
—
1
—
3
0
HT
Groupe
Insecticide
Pucerons
Utiliser les produits uniquement contre les ennemis et dans les cultures indiqués sur l’étiquette. L’information fournie dans ce tableau repose sur
des données recueillies dans d’autres régions. Elle est destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à
combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis
non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
1B
Imidan 70 WP
—
3*
3
2
3
3
—
3
0
HT
1B
Malathion 85 E
1*
2*
2*
1
1*
2
—
3
0
HT
3
Decis 5 EC
—
3
—
—
2
1
—
3
0
HT
3
Pyganic EC 1.4 II
1*
0
—
—
—
—
0
1
0
HT
4
Actara 25 WG
3
2
—
2
—
3
—
0
2
HT
4
Admire 240 F
3*
2*
0
2*
—
—
—
0
2*
HT
4
Alias 240 SC
3*
2*
0
1*
—
—
—
0
2*
HT
4
Assail 70 WP
3*
3*
2*
2
—
1
—
1
0
MT
3+
4
Concept
3*
2
2
—
—
—
—
2
0
HT
5
Delegate WG
—
—
3
0
3*
1
0
3
0
HT
5
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
0
2*
0
0
0
0
0
—
0
HT
5
Entrust 80 W
—
3
3
0
3*
0
0
3
0
HT
5
Success
—
3
3
0
3*
0
0
3
0
HT
11
Dipel 2X DF
0
0
1
0
2*
0
0
0
0
S
11
Bioprotec CAF
0
0
1
0
2*
0
0
0
0
S
11
Foray 48BA
0
0
1
0
2*
0
0
0
0
S
15
Rimon 10 EC
—
—
3*
0
3
0
—
—
0
MT1
18
Intrepid 240 F
—
—
3*
—
3*
—
—
—
—
S
23
Movento 240 SC
3*
3*
—
—
—
—
3*
0
0
HT
28
Altacor
0
—
3*
1
3*
0
0
0
0
S
28
Exirel
3*
1*
3*
2*
3*
3*
—
2*
0
HT
NC
Purespray Green
Huile de
pulvérisation 13E
2
0
0
0
0
0
3*
0
0
—
Huile 70 Supérieure
2
0
0
0
0
0
3*
0
0
—
NC
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité. 3 = Excellente efficacité.
* (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Information non disponible.
Toxicité pour les abeilles : HT = Hautement toxique. MT = Modérément toxique. S = Relativement sûr ou non toxique.
1
Rimon peut être toxique pour les colonies d’abeilles exposées directement au traitement, à la dérive, ou aux résidus sur les cultures ou les mauvaises herbes en
fleurs. Éviter toute pulvérisation si les abeilles butinent la zone à traiter.
Adaptation de données tirées de plusieurs sources, notamment du Michigan State Fruit Management Guide 2011.
147
NOTES — BLEUETS
Tableau 5–14. Efficacité des insecticides contre les ravageurs des bleuetiers et leur toxicité pour les abeilles
CALENDRIER — CASSIS ET GROSEILLES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Cassis et groseilles
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
À moins qu’un volume d’eau ne soit précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser
suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage pratiquement jusqu’au point de ruissellement.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 5–15, Produits utilisés sur les cassissiers et groseilliers, p. 150.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu
de les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action,
d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des cassissiers et groseilliers en fleurs, mais
sous réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des
abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides
atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire
aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Juste avant la floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDE PENDANT LA FLORAISON DES CASSISSIERS ET DES GROSEILLIERS.
VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Tenthrède du
groseillier
(pyrale du groseillier)
• Diazinon 50 WSP (1)
ou Diazinon 500 E (1)
1 kg/1000 L d’eau
1 L/1000 L d’eau
Les larves vertes dévorent rapidement le feuillage au stade des
fruits verts. Les groseilliers à maquereau sont les hôtes préférés;
les cassissiers ne sont pas attaqués. Ce n’est pas le meilleur
moment pour combattre les tenthrèdes, mais Diazinon n’est pas
homologué pour les traitements faits après l’épanouissement
des premières fleurs.
Pucerons
• Malathion 25 W (1)
2,0-2,5 kg /1000 L d’eau
• Assail 70 WP (4)
56-86 g/ha
En s’alimentant des nouvelles feuilles, le puceron jaune du
groseillier provoque l’enroulement des feuilles et l’apparition de
galles rouges sur celles-ci. Traiter si les pucerons sont abondants.
Veiller à ce que la bouillie recouvre bien le dessous des feuilles
enroulées.
Ne pas appliquer quand des cultures ou des mauvaises herbes
sont en fleurs dans la zone de traitement.
• Ferbam 76 WDG (M)
• Cuivre 53 W (4)
plus hydroxyde de calcium
6,75 kg/ha
5 kg/1000 L
plus 4 kg d’hydroxyde
calcium/1000 L
• Proline 480 SC (3)
315 mL/ha
Taches foliaires
148
Taches qui apparaissent sur les feuilles des cultivars sensibles
et qui compromettent les rendements et la vigueur. Avant le
débourrement, ratisser le sol ou sarcler pour enfouir les vieilles
feuilles infectées. Faire des pulvérisations à intervalles d’une
semaine si le temps est pluvieux.
Ferbam : Sur les cassissiers et groseilliers à grappe seulement;
ne pas utiliser sur les groseilliers à maquereau.
Proline : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Oïdium (blanc)
• Microscopic Sulphur (M)
5 kg/ha
• Mettle 125 ME (3)
• Nova 40 W (3)
219-365 mL/ha
340 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
Il existe des cultivars résistants. Voir le tableau 5–16, Évaluation
de certains cultivars de cassissiers et de groseilliers quant à leur
résistance au blanc et à la rouille, p. 151. À l’automne, élaguer
les bouts des rameaux infectés et éviter les apports d’azote
excessifs. Si des conditions douces et humides persistent,
répéter le traitement chaque semaine jusqu’à ce que les fruits
commencent à se colorer. Traiter avant que les symptômes
se manifestent.
Mettle : Sur les groseilliers à maquereau seulement. Ne
pulvériser ni sur les cassissiers ni sur les groseilliers à grappe.
Pristine : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
• Pristine WG (7 + 11)
• Cantus WDG (7)
1,3-1,6 kg/ha
560 g/ha
• Scala SC (9)
2 L/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
Pourriture grise
(Botrytis)
Les infections à Botrytis durant la floraison provoquent la chute
prématurée des fruits. Faire des traitements fongicides à
7–10 jours d’intervalles durant la floraison.
Scala : Sur les groseilliers à maquereau seulement; n’utiliser ni
sur les cassissiers ni sur les groseilliers à grappe.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pleine floraison
Pourriture grise
(Botrytis)
Utiliser un des fongicides indiqués sous Juste avant la floraison.
Fruits verts
Mouche du groseillier
• Malathion 25 W (1)
2,0-2,5 kg /1000 L d’eau
Maîtrise les mouches adultes, qui pondent leurs œufs sur les
fruits verts. Les larves infestent les fruits et provoquent leur
mûrissement prématuré. Après la floraison, traiter les zones où
des infestations ont déjà été observées ou utiliser des pièges
jaunes encollés pour déterminer quand les adultes sont actifs.
Faire 2 applications, à 10 jours d’intervalle. Malathion a sa pleine
efficacité quand la température est supérieure à 20 °C.
Taches foliaires
• Cuivre 53 W (M)
plus hydroxyde de calcium
5 kg/1000 L
plus 4 kg d’hydroxyde
calcium/1000 L
Traiter chaque semaine au printemps si le temps est pluvieux,
tout en respectant un délai d’attente avant cueillette de 14 jours.
Proline : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Oïdium (blanc)
Pucerons
• Proline 480 SC (3)
315 mL/ha
• Microscopic Sulphur (M)
5 kg/ha
• Mettle 125ME (3)
• Nova 40 W (3)
219-365 mL/ha
340 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,6 kg/ha
• Malathion 25 W (1)
2,5 kg/1000 L d’eau
• Assail 70 WP (4)
• Admire 240 F (4)
56-86 g/ha
175 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
220-365 mL/ha
Il existe des cultivars résistants. Voir le tableau 5–16, Évaluation
de certains cultivars de cassissiers et de groseilliers quant à leur
résistance au blanc et à la rouille, p. 151. À l’automne, élaguer
les bouts des rameaux infectés et éviter les apports d’azote
excessifs. Si des conditions douces et humides persistent,
répéter le traitement chaque semaine jusqu’à ce que les fruits
commencent à se colorer. Appliquer avant que les symptômes
apparaissent.
Mettle : Sur les groseilliers à maquereau seulement; n’utiliser ni
sur les cassissiers ni sur les groseilliers à grappe.
Pristine : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Surveiller les feuilles qui s’enroulent sur les nouvelles pousses.
Traiter les groseilliers à grappe (à fruits rouges ou blancs)
immédiatement après la cueillette.
Admire : Également homologué pour les applications au sol
contre les vers blancs. Se reporter à l’étiquette au sujet de cet
autre usage. Au cours d’une même année, ne pas faire à la fois
une application au sol et une application foliaire. Traitement
hautement toxique pour les abeilles qui y sont directement
exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés sur les cultures
et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations
relatives à la toxicité pour les abeilles.
Movento: Après la floraison seulement.
149
CALENDRIER — CASSIS ET GROSEILLES
Maladie ou insecte
NOTES — CASSIS ET GROSEILLES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Cicadelles
• Malathion 25 W (1)
2,5 kg/1000 L d’eau
• Admire 240 F (4)
175 mL/ha
Surveiller les feuilles qui s’enroulent sur les nouvelles pousses.
Traiter les groseilliers à grappe (à fruits rouges ou blancs)
immédiatement après la cueillette.
Actara : Traitement hautement toxique pour les abeilles qui
y sont directement exposées ou qui sont exposées aux résidus
laissés sur les cultures et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur
l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour les abeilles.
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
525-1125 g/ha
1,4-2,8 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
0,5 L/ha
• Exirel (28)
0,5-1,0 L/ha
Tordeuse à bandes
obliques
Cet ennemi pose rarement problème dans les cassissiers et
les groseilliers.
Success, Entrust, Intrepid, Exirel : Maîtrisent également les
arpenteuses, enrouleuses et tordeuses. Voir l’étiquette pour une
liste complète des ennemis combattus.
Dipel, Bioprotec : Surtout efficace contre les très petites
larves. Acidifier la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et
faire le traitement à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et Pristine ou des produits à base de cuivre.
Après la cueillette
Pucerons
Utiliser un des produits indiqués contre les pucerons sous Fruits verts.
Cicadelles
Utiliser un des produits indiqués contre les cicadelles sous Fruits verts.
Scarabée japonais
• Altacor (28)
• Exirel (28)
Taches foliaires
Oïdium (blanc)
Si les taches foliaires ou le blanc persistent, pulvériser après la cueillette un des produits indiqués contre ces maladies sous
Fruits verts, afin d’éviter une chute prématurée des feuilles.
285 g/ha
1,0-1,5 L/ha
Habituellement, le scarabée japonais n’infeste pas les cassissiers
et groseilliers à grappe. Appliquer, au besoin, avant ou après
la cueillette.
Altacor : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive Exirel et Pristine ou des produits à base de cuivre.
Tableau 5–15. Produits utilisés sur les cassissiers et groseilliers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss. (sur
l’étiquette)
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4
3 jours
24 heures
21
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
heures2/
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4
7 jours
12
48 heures3
4
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
4 heures
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Diazinon 500 E
11889
diazinon
1A
préfloraison
6 jours
—
— = Information non fournie sur l’étiquette. M = Fongicides multi-sites.
1 Application
foliaire.
de sécurité après traitement général.
3 Délai de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
4 Homologué pour utilisation sur les cassissiers et groseilliers à grappe seulement, et non sur les groseilliers à maquereau.
5 Homologué pour utilisation sur les groseilliers à maquereau seulement et non sur les cassissiers et groseilliers à grappe.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
7 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
2 Délai
150
5. Petits fruits
NOTES — CASSIS ET GROSEILLES
Tableau 5–15. Produits utilisés sur les cassissiers et groseilliers (suite)
Diazinon 50 WSP
29976
diazinon
1A
préfloraison
6 jours
—
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
7 jours
12 heures
4
Malathion 25 W
14656
malathion
1B
3 jours
12 heures
—
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max 1,8 L/ha
Success
26835
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
4
Cuivre 53 W
9934
sulfate de cuivre
basique
M
1 jour
48 heures
4
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Ferbam 75
20136
ferbame
M
14 jours
12 heures
—
Mettle 125ME5
30673
tétraconazole
3
14 jours
12 heures
2
Microscopic Sulphur
14653
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
6 jours
12 heures1/
6 jours6,7
3
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
0 jour
une fois sec1/
29 jours6
4
Proline 480 SC
28359
prothioconazole
3
7 jours
24 heures
2
SC5
28011
pyriméthanil
9
7 jours
12 heures
3
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Scala
WDG4
— = Information non fournie sur l’étiquette. M = Fongicides multi-sites.
1 Application
foliaire.
de sécurité après traitement général.
3 Délai de sécurité à observer avant l’élagage manuel.
4 Homologué pour utilisation sur les cassissiers et groseilliers à grappe seulement, et non sur les groseilliers à maquereau.
5 Homologué pour utilisation sur les groseilliers à maquereau seulement et non sur les cassissiers et groseilliers à grappe.
6 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
7 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage et d’attachage.
2 Délai
Tableau 5–16. Évaluation de certains cultivars de cassissiers
et de groseilliers quant à leur résistance au blanc et à la rouille
Type
Cassissier
Groseillier à grappe à fruits rouges
Groseillier à maquereau
Cultivar
Résistance au blanc
Résistance à la rouille
Ben Alder
résistant
très sensible
Ben Connan
résistant
moyennement résistant
Ben Sarek
résistant
moyennement résistant
Titania
immun
immun
Red Lake
sensible
sensible
Rovada
résistant
moyennement résistant
Jonkheer van Tets
moyennement résistant
résistant
Captivator
moyennement résistant
—
Invicta
moyennement résistant
moyennement résistant
Hinnonmaki Red
résistant
moyennement résistant
Résistant = Ne manifeste pas de symptômes de la rouille (seul Titania possède une résistance génétique).
Moyennement résistant = Manifeste des symptômes de faible fréquence, sans baisse de rendement.
Sensible = Niveaux observables d’infection par la rouille, sans baisse de rendement. Très sensible = Infection grave, avec baisse de rendement.
— = Information non disponible.
Sources :
Adam Dale, HortTechnology 10(3) 2000, p. 553.
Hummer and Barney, HortTechnology 12(3) 2002, p. 382-383; ou, Currants, Gooseberries, Jostaberries, Guide for Growers. Food Products Press, 2005.
Dick McGinnis, McGinnis Berry Crops, C.-B., communication personnelle.
151
CALENDRIER — FRAISIERS NON FRUCTIFÈRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Fraisiers non fructifères
(année de plantation)
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet.
Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du produit. Certains produits sont dits non classés
(NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown). Utiliser des produits
appartenant à différents groupes chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Pour en savoir plus sur la gestion
des résistances, voir Stratégies de gestion des résistances, p. 300.
Pour connaître le délai de sécurité après traitement, le nombre maximal d’applications à ne pas dépasser et le groupe
chimique du produit, voir le tableau 5–17, Produits utilisés sur les fraisiers, p. 166.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• MustGrow (NC)
980-2240 kg/ha
MustGrow est une préparation de tourteau de graines de
moutarde chinoise sous forme de pastilles. Appliquer à l’aide
d’un épandeur bien calibré, au début du printemps quand la
température du sol est supérieure à 10 °C, mais au moins
2 semaines avant les plantations. Incorporer dans les 10-15 cm
de la couche supérieure de sol, puis arroser pour faire pénétrer
l’eau dans le sol jusqu’à la même profondeur. Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Avant les plantations
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
Nématode des racines
Au moment des plantations ou jusqu’à 8 jours après
Pourriture noire
des racines
• Quadris (11)
1,1 L/ha
ou 6 mL/100 m de rang
• Scholar 230 SC (12)
1,2 L/ha
ou 6,5 mL/100 m de rang
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Appliquer dans la raie de
plantation ou diriger vers le feuillage une pulvérisation à haut
volume. Employer dans 1000-1500 L d’eau/ha. Installer les buses
de pulvérisation de manière à diriger la bouillie au-dessus des
plants sur une bande large de 15-20 cm. Pour les applications par
bassinage, utiliser 10 L d’eau/100 m et arroser après le traitement
pour que le produit atteigne bien la zone racinaire.
Scholar : Également homologué pour les applications à l’aide
de systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte. Voir l’étiquette.
Mai ou début juin (quand la croissance commence après le repiquage)
Pucerons
152
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
2,25 L/ha
1 L/ha
• Admire 240 F (4)
• Assail 70 WP (4)
0,85-1,3 L/ha
56-86 g/ha
Faire le traitement quand la croissance commence après
le repiquage. Vu la toxicité pour les abeilles, ne pas appliquer si
la culture ou des mauvaises herbes sont en fleurs. Faire
la pulvérisation avant l’ouverture des boutons ou après
la défloraison.
Cygon, Lagon : Appliquer en pulvérisation foliaire.
Admire (application au sol) : Appliquer à raison de
7,5-12 mL/100 m de rang en une bande centrée sur le rang
en employant 2000 L d’eau/ha. La dose est d’environ
850 mL-1,3 L/ha, mais elle dépend de l’écartement des rangs.
Voir les conversions sur l’étiquette. Au cours d’une même année,
ne pas faire à la fois une application au sol et une application
foliaire d’un insecticide du groupe 4.
Assail (application foliaire) : Respecter un intervalle de
7 jours entre les pulvérisations. Utiliser la dose supérieure en cas
de forte infestation.
Admire, Assail : Traitements hautement toxiques pour les
abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont exposées
aux résidus laissés sur les cultures et mauvaises herbes en fleurs.
Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour
les abeilles.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Enrouleuses
et tordeuses
• Malathion 85 E (1)
975 mL/ha
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Bioprotec CAF (11)
525-1125 g/ha
1,4-2,8 L/ha
• Altacor (28)
215-285 g/ha
Appliquer seulement si les enrouleuses et tordeuses sont faciles
à trouver.
Dipel, Bioprotec : Appliquer quand les larves sont encore
petites et répéter le traitement à intervalles de 3-7 jours. Acidifier
la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et faire le traitement
à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
• Warhawk 480 EC (1)
ou Pyrinex 480 EC (1)
1,2 L/ha
1,2 L/ha
• Altacor (28)
215-285 g/ha
Noctuelle du fraisier
Appliquer si l’activité des noctuelles est manifeste,
habituellement entre le 1er et le 15 juin. Employer dans
2000 L d’eau/ha. Ne pas confondre les dommages causés par
les noctuelles et ceux que causent les cervidés.
Un mois après la plantation, puis une ou deux autres fois à intervalles de 2 semaines
Taches communes
Pucerons
• Cuivre 53 W (M)
3,8 kg/ha
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,25 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,25 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,3-1,6 kg/ha
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
2,25 L/ha
1 L/ha
• Admire 240 F (4)
• Assail 70 WP (4)
175 mL/ha
56-86 g/ha
• Malathion 85 E (1)
975 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Admire 240 F (4)
56-86 g/ha
175 mL/ha
• Surround WP (NC)
25 kg/ha
Protéger les nouvelles feuilles au moment où elles
s’épanouissent. Pulvériser sur les cultivars sensibles tels que
Jewel, Mira, Kent, Veestar et MicMac.
Cuivre : Employer seul. Pour des directives sur la préparation
des mélanges à base de cuivre, voir le tableau 9–2, Formulations à
base de cuivre utilisées sur les cultures fruitières, p. 295.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Poursuivre le dépistage des pucerons et, s’ils sont présents,
protéger les jeunes plants. Retirer toutes les fleurs et bouquets
de fleurs avant l’application, puis faire une application foliaire. Ne
pas appliquer quand les abeilles butinent activement. Au cours
d’une même année, ne pas faire à la fois une application au sol et
une application foliaire d’un insecticide du groupe 4.
De juillet à la mi-août
Cicadelle de la
pomme de terre
Pucerons
Les cicadelles de la pomme de terre migrent sur de longues
distances et peuvent être particulièrement problématiques
une fois que les prairies de fauche à proximité ont été fauchées.
Examiner le revers des feuilles et pulvériser lorsque des nymphes
sont présentes. Il est parfois nécessaire de répéter le traitement.
Admire, Assail : Traitements hautement toxiques pour les
abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont exposées
aux résidus laissés sur des cultures et mauvaises herbes en fleurs.
Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour
les abeilles. Retirer toutes les fleurs et bouquets de fleurs avant
l’application, puis faire une application foliaire. Au cours d’une
même année, ne pas faire à la fois une application au sol et une
application foliaire d’un insecticide du groupe 4.
Surround : Appliquer à intervalles de 7-14 jours quand les
opérations de dépistage signalent l’apparition des cicadelles.
Pour les traitements hâtifs, employer 25 kg/500 L d’eau. Une fois
cette première couche de protection en place, réduire les doses
ultérieures à 12,5 kg/500 L d’eau/ha. Ne pas appliquer ce produit
durant la floraison ni si des fruits sont présents. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Utiliser un des produits indiqués contre les pucerons sous Un mois après la plantation.
153
CALENDRIER — FRAISIERS NON FRUCTIFÈRES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAISIERS NON FRUCTIFÈRES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Oïdium (blanc)
• Mettle 125 ME (3)
• Nova 40 W (3)
219-365 mL/ha
340 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Flint (11)
1,6 kg/ha
140 g/ha
• Quintec (13)
300-440 mL/ha
• Actinovate SP (NC)
• Tivano (NC)
425 g/ha
16-24 L/ha
• Regalia Maxx (P5)
0,125-0,25 % v/v dans
500-1000 L d’eau/ha
Appliquer quand les conditions sont propices à la maladie ou
aux tout premiers signes de blanc sur le feuillage. Répéter les
applications, au besoin, aux 7-14 jours. Utiliser l’intervalle le plus
court quand la pression exercée par la maladie est forte.
Actinovate, Tivano, Regalia Maxx : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Tivano: Employer dans 200 L d’eau/ha pour obtenir une
solution tirant 8-12 %. De multiples applications à 7-10 jours
d’intervalles sont nécessaires pour maîtriser la maladie.
Regalia Maxx : Utiliser une solution à 0,125 % (1,25 L dans
1000 L d’eau) dans un mélange en cuve avec d’autres fongicides
contre le blanc ou une solution à 0,25 % (2,5 L dans 1000 L d’eau)
en alternance avec d’autres fongicides contre le blanc.
Vers blancs
• Admire 240 F (4)
1,2 L/ha
Réduction du nombre de larves du hanneton européen et du
scarabée japonais. Appliquer juste avant l’éclosion des œufs
(peu après l’entrée en activité des adultes) afin de maîtriser les
jeunes larves. Appliquer au sol, avant le paillage. Au cours d’une
même année, ne pas faire à la fois une application au sol et une
application foliaire d’un insecticide du groupe 4. Traitement
hautement toxique pour les abeilles qui y sont directement
exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés sur les cultures
et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations
relatives à la toxicité pour les abeilles.
Pourriture noire des
racines
• Scholar 230 SC (12)
1,2 L/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Diriger sur le feuillage une
pulvérisation à haut volume faite dans suffisamment d’eau pour
assurer un recouvrement uniforme (1000-1500 L/ha). Installer les
buses de pulvérisation de manière à diriger la bouillie au-dessus
des plants sur une bande large de 15-20 cm. Pour les traitements
par bassinage, utiliser 10 L d’eau/100 m et arroser après le
traitement pour que le produit atteigne bien la zone racinaire.
Taches communes
En présence des taches communes, poursuivre les traitements fongicides à intervalles réguliers, avant les périodes de
pluie. Utiliser un des produits indiqués contre les taches communes sous Un mois après la plantation.
À la mi-août, puis une ou deux autres fois à intervalles de 2 semaines
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De juillet à la mi-août.
Taches communes
Cette période est cruciale dans la lutte contre le blanc. En présence des taches communes, ou sur les cultivars sensibles,
poursuivre les traitements fongicides à intervalles réguliers, avant les périodes de pluie. Utiliser un des produits indiqués
contre les taches communes sous Un mois après la plantation.
Automne
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
154
• Ridomil Gold 480 SL (4)
1 L/ha
• Aliette (33)
5,6 kg/ha
Cette maladie sporadique frappe surtout les cultivars sensibles
et les fraisiers établis dans des sols mouillés ou compactés
(tableau 5–21, Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur
résistance aux maladies, p. 172). Pour atténuer les risques
d’apparition d’une résistance, faire ce traitement uniquement
là où la stèle rouge a été observée ou si les risques d’infection
sont élevés.
Ridomil Gold : Faire un traitement au début de septembre
et un deuxième à la fin d’octobre, mais pas plus tard que le
31 octobre. Employer suffisamment d’eau (2500 L/ha) pour
assurer la pénétration du produit dans la zone racinaire.
Aliette : Faire jusqu’à quatre applications par saison de
croissance, à raison de deux au printemps et de deux à
l’automne. Faire un traitement foliaire au printemps lorsque
les plants commencent leur croissance active. Appliquer à
intervalles de 30-60 jours. Faire le traitement automnal lorsque
les conditions favorisent la propagation de la maladie (sol très
humide et températures fraîches).
5. Petits fruits
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet.
Pour connaître le délai de sécurité après traitement, le nombre maximal d’applications à ne pas dépasser et le groupe
chimique du produit, voir le tableau 5–17, Produits utilisés sur les fraisiers, p. 166.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des fraisiers en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles peuvent
butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre des
végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux abeilles.
Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
2,25 L/ha
1 L/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
850 mL–1,3 L/ha
850 mL–1,3 L/ha
56-86 g/ha
Appliquer quand la croissance reprend au printemps. Vu la
toxicité pour les abeilles, ne pas appliquer si la culture ou des
mauvaises herbes sont en fleurs.
Cygon, Lagon : Appliquer en pulvérisation foliaire.
Admire, Alias : Faire une application au sol, par bassinage,
en employant suffisamment d’eau pour assurer l’incorporation
jusqu’à la zone des racines.
Admire : Appliquer à raison de 7,5-12 mL/100 m de rang en une
bande centrée sur le rang en employant 2000 L d’eau/ha. La dose
est d’environ 850 mL-1,3 L/ha, mais elle dépend de l’écartement
des rangs. Voir les conversions sur l’étiquette.
Assail : Appliquer en pulvérisation foliaire. Respecter un
intervalle de 7 jours entre les pulvérisations. Utiliser la dose
supérieure en cas de forte infestation.
Admire, Alias, Assail : Traitements hautement toxiques
pour les abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont
exposées aux résidus laissés sur les cultures et mauvaises herbes
en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité
pour les abeilles. Au cours d’une même année, ne pas faire à
la fois une application au sol et une application foliaire d’un
insecticide du groupe 4.
Apparition des nouvelles pousses
Puceron du fraisier
155
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Calendrier — Fraisiers fructifiant en juin
(années de production)
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
• Aliette (33)
5,6 kg/ha
Cette maladie sporadique frappe surtout les cultivars sensibles
et les fraisiers établis dans des sols mouillés ou compactés
(tableau 5–21, Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur
résistance aux maladies, p. 172). Faire ce traitement uniquement là
où la stèle rouge a été observée ou si les risques d’infection sont
élevés.
Aliette : Max. de 4 applications/saison de croissance : 2 au
printemps et 2 à l’automne. Appliquer au printemps lorsque les
plants commencent leur croissance active. Appliquer à intervalles
de 30-60 jours. Ne pas traiter à moins de 30 jours de la cueillette
ni passé la première floraison.
Pourriture grise
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
3,5 L/ha
2,4 L/ha
Bravo, Echo : Réduisent la quantité d’inoculum et empêchent
l’infection des feuilles sénescentes. Refaire le traitement 10 jours
plus tard.
Pourriture noire des
racines
• Scholar 230 SC (12)
1,2 L/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Diriger sur le feuillage une
pulvérisation à haut volume faite dans suffisamment d’eau pour
assurer un recouvrement uniforme (1000-1500 L/ha). Installer les
buses de pulvérisation de manière à diriger la bouillie au-dessus
des plants sur une bande large de 15-20 cm. Pour les traitements
par bassinage, utiliser 10 L d’eau/100 m et arroser après le
traitement pour que le produit atteigne bien la zone racinaire.
• Thionex 50 WSP (2)
4,0 kg/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
Traiter les zones où des infestations par le tarsonème ont déjà été
observées. Ces minuscules acariens se nourrissent des feuilles en
croissance, provoquant leur distorsion et le rabougrissement
des plants.
Thionex : Appliquer l’un de ces produits dans 4000–8000 L
d’eau/ha par arrosage du pied sur le rang.
Agri-Mek : Utiliser suffisamment d’eau pour assurer un
recouvrement complet du feuillage.
Sortie des boutons floraux
Tarsonème du fraisier
Taches communes
Taches anguleuses
• Cuivre 53 W (M) 3,8 kg/ha
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,25 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,25 kg/ha
Protéger les nouvelles feuilles au moment où elles
s’épanouissent. Pulvériser sur les cultivars sensibles tels que
Jewel, Mira, Kent, Veestar et MicMac.
Cuivre : Appliquer dans 1000 L d’eau/ha. Voir le tableau 9–2,
Formulations à base de cuivre utilisées sur les cultures fruitières,
p. 295.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,3-1,6 kg/ha
• Tivano (NC)
16-24 L/ha
Tivano : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Employer dans 200 L d’eau/ha
pour obtenir une solution tirant 8-12 %. De multiples applications
à 7-10 jours d’intervalles sont nécessaires pour maîtriser la
maladie. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Allongement des bourgeons floraux
Anthonome de la
fleur du fraisier
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
175 mL/ha
280 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
Examiner les fraisiers en bordure du champ pour voir si des
bourgeons ont été sectionnés. Faire une pulvérisation dès
l’apparition des premiers dégâts ou attendre que le seuil
d’intervention soit atteint (environ 13 bourgeons sectionnés/m
de rang). Répéter le traitement 7 jours plus tard si de nouveaux
dommages sont constatés.
Punaise terne
(adultes)
• Cygon 480-AG (1)
2,75 L/ha
• Clutch 50 WDG (4)
448 g/ha
Ces produits sont très toxiques pour les abeilles. Ne pas les
appliquer durant la floraison ni quand les abeilles sont actives.
156
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Début de la floraison
LES INSECTICIDES PEUVENT ÊTRE TRÈS TOXIQUES POUR LES ABEILLES. NE FAIRE AUCUNE
PULVÉRISATION QUAND DES ABEILLES BUTINENT. FAIRE LES PULVÉRISATIONS LE SOIR.
VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Punaise terne
Pourriture grise
Anthracnose du fruit
Pourriture cuir
• Thionex 50 WSP (2)
2,0 kg/ha
• Ripcord (3) ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Decis 5 EC (3) • Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
250 mL/ha
400 mL/ha
200 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
• Rimon 10 EC (15)
835 mL/ha
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo-T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
4,25 kg/ha
4,25 kg/ha
2,5 kg/ha
2,25-2,5 kg /1000 L d’eau
2,25-2,5 kg /1000 L d’eau
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Rovral WDG (2)
2 kg/ha
• Fontelis (7)
• Cantus WDG (7)
• Pristine WG (7 + 11)
1,0-1,75 L/ha
560 g/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
• Actinovate SP (NC)
425 g/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
1 kg/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Actinovate SP (NC)
425 g/ha
• Phostrol (33)
• Confine Extra (33)
4,1 L/ha
4-5 L/ha
Ne pas pulvériser ce produit quand les abeilles sont actives.
Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour les
abeilles.
Durant la floraison et au stade des fruits verts, secouer les
bouquets floraux et les grappes de fruits au-dessus d’une
assiette. Rechercher des insectes verts à corps mou qui se
meuvent rapidement pour s’échapper. Pour des précisions sur
le dépistage et les seuils d’intervention, voir www.ontario.ca/
LIcultures.
Ripcord, Up-Cyde, Decis, Matador, Silencer : Ces produits
maîtrisent aussi les cercopes et, à l’exception de Decis,
l’anthonome de la fleur du fraisier. Ils peuvent cependant
provoquer l’explosion des populations d’acariens.
Rimon : Traiter quand les nymphes sont encore dans les
premiers stades nymphaux. Répéter le traitement 10-14 jours
plus tard.
Veiller à un recouvrement complet afin que toutes les parties des
fleurs soient bien protégées par le fongicide durant la floraison.
Habituellement, 2-3 pulvérisations à 7-10 jours d’intervalles
pendant la floraison suffisent. Réduire l’intervalle entre les
traitements à 5-7 jours si le temps est pluvieux.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Granuflo-T, Thiram : Utiliser jusqu’à 2000 L d’eau/ha.
Serenade MAX, Actinovate : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour un
maximum de résultats, faire de multiples applications ou utiliser
le produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
La floraison est le meilleur moment pour combattre cette
maladie. Le temps doux et pluvieux durant la floraison favorise
la propagation de l’anthracnose du fruit.
Actinovate : Peut réduire les symptômes, mais ne procure
pas de maîtrise ni de maîtrise partielle de l’anthracnose. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Commencer les applications quand 10 % de la culture est en
fleurs et les poursuivre à 7 jours d’intervalles si les conditions
favorisent la maladie (fortes pluies, eau stagnante, particules
de sol projetées par des éclaboussures d’eau et antécédents de
pourriture cuir).
Confine Extra : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
De 7 à 10 jours après le début de la floraison
Pourriture grise
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture grise sous Début de la floraison.
Anthracnose du fruit
Utiliser un des produits indiqués contre l’anthracnose sous Floraison.
Punaise terne
Cette période est cruciale pour la maîtrise de la punaise terne. Poursuivre les opérations de dépistage. Si les seuils
d’intervention sont atteints, utiliser un des produits indiqués contre la punaise terne sous Début de la floraison.
157
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Thrips
• Delegate WG (5)
280 g/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Inspecter les fleurs et le dessous du calice à la recherche de
petits thrips jaunes semblables à des filaments. S’attendre à des
infestations plus graves là où aucun insecticide n’a été appliqué
contre la punaise terne. En présence de populations élevées,
traiter à nouveau 3-4 jours plus tard. Traitement toxique pour les
abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont exposées
au brouillard de pulvérisation ou aux résidus laissés sur des
végétaux en fleurs. Ne pas appliquer durant la floraison ni quand
les abeilles sont actives.
Fruits verts
Pourriture cuir
(maîtrise partielle)
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture cuir sous Début de la floraison si les conditions sont favorables aux
infections.
Punaise terne
• Thionex 50 WSP (2)
2,0 kg/ha
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
250 mL/ha
400 mL/ha
200 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
84-210 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
835 mL/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Apollo SC (10)
500 mL/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Oberon (23)
880 mL/ha
Tétranyque à deux
points
Ce moment est le plus indiqué pour les traitements avec Rimon
et Assail. Ne pas pulvériser ce produit quand les abeilles sont
actives.
Durant la floraison et au stade des fruits verts, secouer les
bouquets floraux et les grappes de fruits au-dessus d’une
assiette. Rechercher des insectes verts à corps mou qui se
meuvent rapidement pour s’échapper. Pour des précisions sur
le dépistage et les seuils d’intervention, voir www.ontario.ca/
LIcultures.
Ripcord, Up-Cyde, Decis, Matador, Silencer : Ces produits
maîtrisent aussi les cercopes et, à l’exception de Decis,
l’anthonome de la fleur du fraisier. Ils peuvent cependant
provoquer l’explosion des populations d’acariens.
Assail : Respecter un intervalle de 7 jours entre les
pulvérisations. Utiliser la dose supérieure si la pression exercée
par la maladie est forte.
Rimon : Traiter quand les nymphes sont encore dans les
premiers stades nymphaux. Répéter le traitement 10-14 jours
plus tard.
Utiliser de grands volumes d’eau pour assurer un bon
recouvrement du revers des feuilles. Voir le tableau 5–19,
Acaricides homologués pour protéger les fraisiers, p. 170, pour des
détails sur le moment des traitements.
Agri-Mek, Nexter : Ne pas pulvériser ces produits quand les
abeilles sont actives.
Précueillette
Pourriture grise
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture grise sous Début de la floraison. Si l’on a recours à un système
d’arrosage par aspersion, arroser tôt dans la journée pour permettre aux plantes de sécher avant la nuit.
Anthracnose du fruit
Le temps doux et pluvieux favorise la propagation de l’anthracnose. En présence de telles conditions, utiliser un des
produits indiqués contre l’anthracnose sous Début de la floraison.
Drosophile à ailes
tachetées
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui insère ses œufs dans les fraises au moment de leur maturation. Les
larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes à la cueillette, provoquant ainsi une détérioration prématurée
des fruits. Pour s’éviter les problèmes causés par cette drosophile, il est très important de faire des cueillettes fréquentes,
d’enfouir les fruits gâtés et de mettre en place des mesures d’assainissement générales. Voir à www.ontario.ca/ailestachetees
les mises à jour sur l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies d’intervention.
Limaces
• Sluggo Professional (NC)
25 kg/ha
Appliquer 50 kg/ha si l’infestation est très forte. Faire le
traitement quand les limaces apparaissent. Répéter le traitement
quand les appâts ont disparu ou au moins toutes les 2 semaines
si les limaces et les escargots continuent d’être problématiques.
Rajeunissement de la fraiseraie (après la tonte, jusqu’en juillet)
Tarsonème du fraisier
158
• Thionex 50 WSP (2)
4 kg/ha
Ces minuscules acariens se nourrissent des feuilles en croissance,
provoquant leur distorsion et le rabougrissement des plants. De
grands volumes d’eau sont nécessaires pour assurer un contact
avec les nouvelles pousses.
Thionex : Appliquer dans 4000 L d’eau/ha par arrosage du pied
sur le rang.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Charançon noir de la
vigne adulte
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
104 mL/ha
104 mL/ha
• Actara 25 WG (4)
210-280 g/ha
Actara : Appliquer sur le feuillage quand des adultes sont
présents, habituellement durant et après la cueillette. Ne pas
appliquer à la suite de l’application au sol d’un insecticide du
groupe 4. Maîtrise aussi l’anthonome de l’atoca. Traitement
hautement toxique pour les abeilles qui y sont directement
exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés sur les cultures
et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations
relatives à la toxicité pour les abeilles.
Matador, Silencer : Maîtrise partielle seulement. Appliquer
quand des adultes commencent à apparaître, mais après la
cueillette. Parfois moins efficaces par grandes chaleurs (plus de
27 °C).
• Scholar 230 SC (12)
1,2 L/ha
Pourriture noire des
racines
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Diriger sur le feuillage une
pulvérisation à haut volume faite dans suffisamment d’eau pour
assurer un recouvrement uniforme (1000-1500 L/ha). Installer les
buses de pulvérisation de manière à diriger la bouillie au-dessus
des plants sur une bande large de 15-20 cm. Pour les traitements
par bassinage, utiliser 10 L d’eau/100 m et arroser après le
traitement pour que le produit atteigne bien la zone racinaire.
Repousse après le rajeunissement (de la fin juillet au début août)
Pucerons
Tétranyque à deux
points
Oïdium (blanc)
Vers blancs
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
2,25 L/ha
1 L/ha
• Admire 240 F (4)
• Assail 70 WP (4)
175 mL/ha
56-86 g/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Oberon (23)
880 mL/ha
• Mettle 125 ME (3)
• Nova 40 W (3)
219-365 mL/ha
340 g/ha
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
140 g/ha
1,6 kg/ha
• Quintec (13)
300-440 mL/ha
• Actinovate SP (NC)
• Tivano (NC)
425 g/ha
16-24 L/ha
• Regalia Maxx (PS)
0,125-0,25 % v/v dans
500-1000 L d’eau/ha
• Admire 240 F (4)
1,2 L/ha
Appliquer sur le feuillage.
Admire, Assail : Maîtrisent aussi les cicadelles. Ne pas faire
d’application foliaire à la suite d’une application au sol d’un
insecticide du groupe 4. Traitements hautement toxiques
pour les abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont
exposées aux résidus laissés sur les cultures et mauvaises herbes
en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité
pour les abeilles.
Voir le tableau 5–19, Acaricides homologués pour protéger les
fraisiers, p. 170, pour des détails sur le moment des traitements.
Utiliser de grands volumes d’eau pour assurer un bon
recouvrement du revers des feuilles.
Appliquer quand les conditions sont propices à la maladie ou aux
premiers signes de blanc sur le feuillage. Répéter les applications,
au besoin, aux 7-14 jours. Utiliser l’intervalle le plus court quand
la pression exercée par la maladie est forte.
Actinovate, Tivano, Regalia Maxx : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Tivano : Employer dans 200 L d’eau/ha pour obtenir une
solution tirant 8-12 %. De multiples applications à 7-10 jours
d’intervalles sont nécessaires pour maîtriser la maladie.
Regalia Maxx : Utiliser une solution à 0,125 % (1,25 L dans
1000 L d’eau) dans un mélange en cuve avec d’autres fongicides
contre le blanc ou une solution à 0,25 % (2,5 L dans 1000 L d’eau)
en alternance avec d’autres fongicides contre le blanc.
Pour une réduction de nombre de larves du hanneton européen
et du scarabée japonais. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311. Appliquer au sol, avant le paillage. Appliquer
juste avant l’éclosion des œufs (peu après l’entrée en activité
des adultes) afin de maîtriser les jeunes larves. Au cours d’une
même année, ne pas faire à la fois une application au sol et une
application foliaire d’un insecticide du groupe 4. Traitement
hautement toxique pour les abeilles qui y sont directement
exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés sur des
cultures et mauvaises herbes en fleurs. Voir sur l’étiquette les
déclarations relatives à la toxicité pour les abeilles.
159
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAISIERS FRUCTIFIANT EN JUIN
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
À la mi-août, puis une ou deux autres fois à intervalles de 2 semaines
Oïdium (blanc)
Utiliser un des fongicides contre le blanc indiqués sous Repousse après le rajeunissement.
Taches anguleuses
• Tivano (NC)
16-24 L/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Employer dans 200 L d’eau/ha
pour obtenir une solution tirant 8-12 %. De multiples applications
à 7-10 jours d’intervalles sont nécessaires pour maîtriser la
maladie. Voir Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Taches communes
• Cuivre 53 W (M)
3,8 kg/ha
• Supra Captan 80 WDG (M) 4,25 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
4,25 kg/ha
S’assurer d’un recouvrement complet du revers des feuilles.
Pulvériser sur les cultivars sensibles tels que Jewel, Mira, Kent,
Veestar et MicMac.
Cuivre : Plus efficace si employé seul. Voir le tableau 9­–2,
Formulations à base de cuivre utilisées sur les cultures fruitières,
p. 295.
Senator : Les résistances se développent rapidement. Mélanger
en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Topas (3)
ou Jade (3)
ou Mission 418 EC (3)
500 mL/ha
500 mL/ha
300 mL/ha
• Pristine WG (7 + 11)
1,3-1,6 kg/ha
Pourriture grise
• Bravo 500 (M)
ou Echo 720 (M)
3,5 L/ha
2,4 L/ha
Bravo, Echo : Combattre cette maladie en réduisant l’inoculum.
Traiter à la fin d’octobre.
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
• Ridomil Gold 480 SL (4)
1 L/ha
• Aliette (33)
5,6 kg/ha
Cette maladie sporadique frappe surtout les cultivars sensibles
et les fraisiers établis dans des sols mouillés ou compactés
(tableau 5–21, Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur
résistance aux maladies, p. 172). Faire ce traitement uniquement
là où la stèle rouge a été observée ou si les risques d’infection
sont élevés.
Ridomil : Ne pas utiliser plus tard que le 31 octobre, Employer
suffisamment d’eau (2500 L/ha) pour assurer la pénétration du
produit dans la zone racinaire.
Aliette : Faire jusqu’à quatre applications par saison de
croissance, à raison de deux au printemps et de deux à l’automne.
Appliquer au printemps lorsque les plants commencent leur
croissance active. Appliquer à intervalles de 30-60 jours. Faire
le traitement de postcueillette lorsque les conditions du sol
favorisent la propagation de la maladie (p. ex., quand le sol est
très humide et que les températures du sol sont fraîches).
Automne
160
5. Petits fruits
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
Voir sur l’étiquette si des volumes d’eau sont suggérés. Sinon, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 5–17, Produits utilisés sur les fraisiers, p. 166.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des fraisiers en fleurs, mais sous réserve d’une
prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles peuvent
butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre des
végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux abeilles.
Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Cygon 480-AG (1)
ou Lagon 480 E (1)
2,25 L/ha
1 L/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
850 mL–1,3 L/ha
850 mL–1,3 L/ha
56-86 g/ha
Appliquer quand la croissance reprend au printemps. Vu la
toxicité pour les abeilles, ne pas appliquer si la culture ou
des mauvaises herbes sont en fleurs. Voir sur l’étiquette les
déclarations relatives à la toxicité pour les abeilles.
Cygon, Lagon : Appliquer en pulvérisation foliaire.
Admire, Alias : Faire une application au sol, par bassinage,
en employant suffisamment d’eau pour assurer l’incorporation
jusqu’à la zone des racines.
Admire : Appliquer à raison de 7,5-12 mL/100 m de rang en
une bande centrée sur le rang en employant 2000 L d’eau/ha.
La dose est d’environ 850 mL-1,3 L/ha, mais elle dépend
de l’écartement des rangs. Voir les conversions sur l’étiquette.
Assail : Appliquer en pulvérisation foliaire. Respecter un
intervalle de 7 jours entre les pulvérisations. Utiliser la dose
supérieure si la pression exercée par la maladie est forte.
Au cours d’une même année, ne pas faire à la fois une
application au sol et une application foliaire d’un insecticide du
groupe 4.
Admire, Alias, Assail : Traitements hautement toxiques
pour les abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont
exposées aux résidus laissés sur les cultures et mauvaises herbes
en fleurs. Voir sur l’étiquette les déclarations particulières
relatives à la toxicité pour les abeilles.
Repousse au début du printemps
Pucerons
161
CALENDRIER — FRAISIERS INSENSIBLES À LA PHOTOPÉRIODE
Calendrier — Fraisiers insensibles à la photopériode
CALENDRIER — FRAISIERS INSENSIBLES À LA PHOTOPÉRIODE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pourriture noire
des racines
• Scholar 230 SC (12)
1,2 L/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Dans les systèmes de
plasticulture, appliquer à l’aide du système d’irrigation goutteà-goutte. Voir les précisions et les doses sur l’étiquette. Dans les
plantations où se pratique la technique du rang natté, diriger
sur le feuillage une pulvérisation à haut volume faite dans
suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement uniforme
(1000-1500 L/ha). Installer les buses de pulvérisation de manière
à diriger la bouillie au-dessus des plants sur une bande large
de 15-20 cm. Pour les applications par bassinage, utiliser 10 L
d’eau/100 m et arroser après le traitement pour que le produit
atteigne bien la zone racinaire.
Sortie des boutons floraux — de la fin avril au début mai (plantations établies mises en terre l’année précédente)
Anthonome de la fleur
du fraisier
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
175 mL/ha
280 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
La présence de l’anthonome de la fleur du fraisier pose
rarement problème la première année de la plantation. Dans les
plantations qui ont hiverné, rechercher des boutons sectionnés,
particulièrement près des boisés, des buissons ou des bâches
flottantes. Appliquer un insecticide quand le seuil d’intervention
est atteint. Pour des précisions sur le dépistage et les seuils
d’intervention, voir www.ontario.ca/LIcultures.
Tétranyque à deux
points
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Apollo SC (10)
500 mL/ha
• Oberon (23)
880 mL/ha
Il arrive que le tétranyque à deux points soit problématique en
début de saison, surtout là où l’on utilise des bâches flottantes.
Les tétranyques qui hivernent sont d’un orangé vif. S’abstenir de
toute pulvérisation à ce stade. Attendre que cette génération ait
pondu des œufs. Un recouvrement complet du dessous et du
dessus des feuilles est indispensable à l’efficacité du traitement.
Utiliser un volume d’eau suffisant pour assurer un recouvrement
complet. Voir le tableau 5–19, Acaricides homologués pour
protéger les fraisiers, p. 170, pour des détails sur le moment des
traitements.
• Cygon 480-AG (1)
2,75 L/ha
• Clutch 50 WDG (4)
448 g/ha
Punaise terne
(adultes)
162
Ces produits sont très toxiques pour les abeilles. Ne pas
appliquer durant la floraison ni quand les abeilles sont actives.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Floraison
LES INSECTICIDES PEUVENT ÊTRE TRÈS TOXIQUES POUR LES ABEILLES. NE FAIRE AUCUNE
PULVÉRISATION QUAND DES ABEILLES BUTINENT. FAIRE LES PULVÉRISATIONS LE SOIR.
VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 313.
Punaise terne
Pourriture grise
Anthracnose du fruit
• Thionex 50 WSP (2)
2,0 kg/ha
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
250 mL/ha
400 mL/ha
200 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
84-210 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
835 mL/ha
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
4,25 kg/ha
4,25 kg/ha
2,5 kg/ha
2,25-2,5 kg /1000 L d’eau
2,25-2,5 kg /1000 L d’eau
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Rovral WDG (2)
2 kg/ha
• Fontelis (7)
• Pristine WG (7 + 11)
• Cantus WDG (11)
1,0-1,75 L/ha
1,3-1,6 kg/ha
560 g/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3,0-6,0 kg/ha
• Actinovate SP (NC)
425 g/ha
• Cabrio EG (11)
• Pristine WG (7 + 11)
1 kg/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Actinovate SP (NC)
425 g/ha
Ne pas pulvériser ce produit quand les abeilles sont actives. Voir
sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité pour
les abeilles.
Secouer les bouquets floraux et les grappes de fruits au-dessus
d’une assiette. Rechercher des insectes verts à corps mou qui se
meuvent rapidement pour s’échapper. Pour des précisions sur
le dépistage et les seuils d’intervention, voir www.ontario.ca/
LIcultures.
Dans les plantations établies qui ont hiverné, dès l’enlèvement
des bâches (début mai), mener chaque semaine des opérations
de dépistage tant que des fleurs et des fruits verts sont présents.
Dans les nouvelles plantations, enlever les bouquets floraux
jusqu’à ce que les plants soient bien établis (6-8 nouvelles
feuilles). La floraison suivante dans les nouvelles plantations
coïncide généralement avec la deuxième génération de
punaises ternes (début juillet). Comme les punaises ternes
exercent alors une forte pression, des dommages peuvent
survenir rapidement.
Rimon, Assail : Afin de respecter les restrictions quant
au nombre d’applications à ne pas dépasser, la plupart des
producteurs attendent d’être près du moment de la cueillette
pour utiliser Rimon et Assail.
Ripcord, Up-Cyde, Decis, Matador, Silencer : À l’exception
de Decis, ces produits maîtrisent également l’anthonome de la
fleur du fraisier. Les produits de ce groupe peuvent provoquer
l’explosion des populations d’acariens ou de thrips.
Assail : Respecter un intervalle de 7 jours entre les
pulvérisations. A sa pleine efficacité contre les petites nymphes
des premiers stades nymphaux. Utiliser la dose supérieure
quand l’infestation est forte et en présence de nymphes plus
développées (du 3e au 5e stade nymphal).
Rimon : Traiter quand les nymphes sont encore dans les
premiers stades nymphaux. Répéter le traitement 10-14 jours
plus tard. Peut être toxique pour les colonies d’abeilles exposées
directement au traitement, à la dérive, ou aux résidus sur les
cultures ou les mauvaises herbes en fleurs. Éviter d’appliquer ce
produit sur les cultures ou les mauvaises herbes en fleurs si les
abeilles butinent dans la zone de traitement.
Veiller à un recouvrement complet afin que toutes les parties des
fleurs soient bien protégées par le fongicide durant la floraison.
Habituellement, des pulvérisations à 7-10 jours d’intervalle
pendant la floraison procurent une bonne maîtrise. Réduire
l’intervalle entre les traitements à 5-7 jours si le temps est
pluvieux.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Granuflo-T, Thiram : Utiliser jusqu’à 2000 L d’eau/ha.
Serenade MAX : Pour un maximum de résultats, faire de
multiples applications ou utiliser le produit en alternance avec
d’autres.
Serenade MAX, Actinovate : Maîtrise partielle seulement.
Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et
la rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Du temps chaud et pluvieux durant la floraison favorise
l’éclosion de cette maladie.
Actinovate : Peut réduire les symptômes, mais ne procure pas
de maîtrise ni de maîtrise partielle de l’anthracnose.
163
CALENDRIER — FRAISIERS INSENSIBLES À LA PHOTOPÉRIODE
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAISIERS INSENSIBLES À LA PHOTOPÉRIODE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Taches anguleuses
• Tivano (NC)
16-24 L/ha
Tivano : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Employer dans 200 L
d’eau/ha pour obtenir une solution tirant 8-12 %. De multiples
applications à 7-10 jours d’intervalles sont nécessaires pour
maîtriser la maladie. Voir Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Oïdium (blanc)
• Mettle 125 ME (3)
• Nova 40 W (3)
219-365 mL/ha
340 g/ha
• Pristine WG (7 + 11)
• Flint (11)
1,6 kg/ha
140 g/ha
• Quintec (13)
300-440 mL/ha
• Actinovate SP (NC)
• Tivano (NC)
425 g/ha
16-24 L/ha
• Regalia Maxx (P5)
0,125-0,25 % v/v dans
500-1000 L d’eau
Appliquer quand les conditions sont propices à la maladie
ou aux premiers signes de blanc sur le feuillage. Répéter les
applications, au besoin, aux 7-14 jours. Utiliser l’intervalle le plus
court quand la pression exercée par la maladie est forte.
Actinovate, Tivano, Regalia Maxx : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
Tivano: Employer dans 200 L d’eau/ha pour obtenir une
solution tirant 8-12 %. De multiples applications à 7-10 jours
d’intervalles sont nécessaires pour maîtriser la maladie.
Regalia Maxx : Utiliser une solution à 0,125 % (1,25 L dans
1000 L d’eau) dans un mélange en cuve avec d’autres fongicides
contre le blanc ou une solution à 0,25 % (2,5 L dans 1000 L d’eau)
en alternance avec d’autres fongicides contre le blanc.
Floraison et fruits verts
Tétranyque à deux
points
Punaise terne
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Apollo SC (10)
500 mL/ha
• Nexter (21)
600 mL/ha
• Oberon (23)
880 g/ha
Utiliser de grands volumes d’eau pour assurer un bon
recouvrement du revers des feuilles. Voir le tableau 5–19,
Acaricides homologués pour protéger les fraisiers, p. 170, pour des
détails sur le moment des traitements.
Agri-Mek, Nexter : Traitements toxiques pour les abeilles qui
y sont directement exposées ou qui sont exposées au brouillard
de pulvérisation ou aux résidus laissés sur des végétaux en fleurs.
Poursuivre les opérations de dépistage. Si les seuils d’intervention sont atteints, appliquer l’un des produits indiqués
pour la lutte contre cet ennemi sous Floraison, en prenant soin de vérifier le délai d’attente avant cueillette. La fin mai
et le début juin correspondent au pic d’activité de la punaise terne, mais l’importance des populations varie en fonction
des critères suivants : l’utilisation ou la non-utilisation de bâches, les pratiques culturales, les espèces de mauvaises
herbes présentes dans le champ, la proximité de champs de luzerne et de trèfle et, enfin, les insecticides employés pour
combattre d’autres espèces nuisibles. Un dépistage hebdomadaire est important.
Floraison, fruits verts et cueillette (juin, juillet, août)
Drosophile à ailes
tachetées
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui insère ses œufs dans les fraises au moment de leur maturation.
Les larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes à la cueillette, provoquant ainsi une détérioration
prématurée des fruits. Les populations gonflent à la fin de l’été, ce qui met à rude épreuve les fraisiers insensibles à
la photopériode. Pour s’éviter les problèmes causés par cette drosophile, il est très important de faire des cueillettes
fréquentes, d’enfouir les fruits gâtés et de mettre en place des mesures d’assainissement générales. Voir à www.ontario.ca/
ailestachetees les mises à jour sur l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies d’intervention.
Punaise terne
• Assail 70 WP (4)
84-210 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
835 mL/ha
164
Ces produits s’assortissent de courts délais d’attente avant
cueillette, si bien qu’ils peuvent être utilisés durant la cueillette.
Ne pas appliquer durant la floraison ni quand les abeilles sont
actives. Voir sur l’étiquette les déclarations relatives à la toxicité
pour les abeilles.
Secouer les bouquets floraux et les grappes de fruits au-dessus
d’une assiette. Rechercher des insectes verts à corps mou qui se
meuvent rapidement pour s’échapper. Pour des précisions sur
le dépistage et les seuils d’intervention, voir www.ontario.ca/
LIcultures.
Assail : A sa pleine efficacité contre les petites nymphes
des premiers stades nymphaux. Utiliser la dose supérieure
quand l’infestation est forte et en présence de nymphes plus
développées (du 3e au 5e stade nymphal).
Rimon : Traiter quand les nymphes sont encore dans les
premiers stades nymphaux. Répéter le traitement 10-14 jours
plus tard. Peut être toxique pour les colonies d’abeilles exposées
directement au traitement, à la dérive, ou aux résidus sur les
cultures ou les mauvaises herbes en fleurs.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Thrips
• Delegate WG (5)
280 g/ha
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311. Inspecter les fleurs et le dessous
du calice à la recherche de petits thrips jaunes semblables à
des filaments. Traitement toxique pour les abeilles qui y sont
directement exposées ou qui sont exposées au brouillard de
pulvérisation ou aux résidus laissés sur des végétaux en fleurs.
Tétranyque à deux
points
• Oberon (23)
880 mL/ha
Utiliser de grands volumes d’eau pour assurer un bon
recouvrement du revers des feuilles. Voir le tableau 5–19,
Acaricides homologués pour protéger les fraisiers, p. 170, pour
des détails sur le moment des traitements.
Cicadelle de la
pomme de terre
• Malathion 85 E (1)
975 mL/ha
Vérifier si le pourtour des feuilles jaunit et s’il y a sur le revers
des feuilles des petites nymphes vert clair qui se meuvent
rapidement. Les cicadelles de la pomme de terre ont de
nombreux hôtes et peuvent pulluler dans les champs de fraisiers
après les premières coupes de foin à proximité. Le cultivar Albion
est particulièrement sensible aux cicadelles.
Toxique pour les abeilles. Ne pas appliquer ce produit sur
des cultures ou des mauvaises herbes en fleurs si les abeilles
butinent dans la zone de traitement.
Taches anguleuses
(maîtrise partielle)
Utiliser un des produits indiqués contre les taches anguleuses sous Floraison.
Pourriture grise
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture grise sous Floraison.
Anthracnose du fruit
Utiliser un des produits indiqués contre l’anthracnose sous Floraison.
Oïdium (blanc)
Cette période est cruciale dans la lutte contre le blanc. Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous Floraison.
Floraison, fruits verts et cueillette (septembre)
Limaces
• Sluggo Professional (NC)
25 kg/ha
Appliquer 50 kg/ha si l’infestation est très forte. Faire le
traitement quand les limaces apparaissent. Répéter le traitement
quand les appâts ont disparu ou au moins toutes les 2 semaines
si les limaces et les escargots continuent d’être problématiques.
Punaise terne
Poursuivre les opérations de dépistage. Si les seuils d’intervention sont atteints au début de septembre, utiliser un
des produits indiqués contre la punaise terne sous Floraison, fruits verts et cueillette (juin, juillet, août).
Oïdium (blanc)
Cette période est cruciale dans la lutte contre le blanc. Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous Floraison.
Pourriture grise
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture grise sous Floraison.
Taches anguleuses
Utiliser un des produits indiqués contre les taches anguleuses sous Floraison.
165
CALENDRIER — FRAISIERS INSENSIBLES À LA PHOTOPÉRIODE
Maladie ou insecte
NOTES — FRAISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 5–17. Produits utilisés sur les fraisiers
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss.
3 jours
12 heures
2
24 heures
21/12
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4
jours1/30
jours2
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4
7
Agri-Mek 1,9% EC
24551
abamectine
6
3 jours
12 heures
2
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4
30 jours
24 heures
12
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
1 jour
12 heures
3
Apollo SC
21035
clofentézine
10
15 jours
12 heures
1
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4
1 jour
12 heures
2
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
4 heures
—
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
1 jour
12 heures
1
Cygon 480-AG
25651
diméthoate
1B
7 jours
12 heures
2
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Decis 5 EC
22478
deltaméthrine
3
14 jours
12 heures
2
Delegate WG
28778
spinétorame
5
1 jour
12 heures
3
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Lagon 480 E
9382
diméthoate
1B
7 jours
12 heures
2/33
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
—
Matador 120 EC
24984
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Nexter
25135
pyridabène
21
10 jours
24 heures
2
Oberon
28905
spiromésifène
23
3 jours
12 heures
3
Pyrinex 480 EC
23705
chlorpyrifos
1B
20 jours
24 heures
1
Rimon 10 EC
28881
novaluron
15
1 jour
12 heures
3
Ripcord
30316
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Sluggo Professional
30025
phosphate ferrique
NC
—
12 heures
—
Success
26835
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Surround WP
27469
kaolin
NC
1 jour
12 heures
—
Thionex 50 WSP
29990
endosulfan
2A
12 jours
7 jours4/
12 jours5
2
Up-Cyde 2.5 EC
28795
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Warhawk 480 EC
29984
chlorpyrifos
1B
20 jours
24 heures
1
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. P = Extrait de plante.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
de 2 applications contre la punaise terne ou de 3 applications contre les pucerons.
4 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y mener des activités de dépistage, de désherbage, d’irrigation et de paillage.
5 Délai de sécurité après traitement général.
6 Après activation avec de l’eau dans le sol.
7 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y effectuer du travail manuel, p. ex., tuteurage, pincement, élagage, cueillette.
8 Maximum de 2 applications par année pendant 2 ans.
2 Application
3 Maximum
166
5. Petits fruits
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss.
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Actinovate SP
28672
Streptomyces lydicus
NC
—
1 heure
—
Aliette
27688
fosétyl-al
33
30 jours
12 heures
4
Bravo 500
15723
chlorothalonil
M
30 jours
48 heures
3
Cabrio EG
27323
pyraclostrobine
11
1 jour
12 heures
5
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
5
Cuivre 53 W
9934
sulfate de cuivre basique
M
1 jour
48 heures
5
Confine Extra
30648
sels monopotassiques et
dipotassiques de l’acide
phosphoreux
33
1 jour
12 heures
5
Echo 720
29355
chlorothalonil
M
30 jours
48 heures
3
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Flint
30619
trifloxystrobine
11
0 jour
12 heures
3
Folpan 80 WDG
27733
folpet
M
1 jour
24 heures
6
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
0 jour
12 heures
3 (max. 5,25 L/ha)
Granuflo-T
30548
thirame
M
3 jours
24 heures
5
Jade
24030
propiconazole
3
1 jour
12 heures
4
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
48 heures
—
Mettle 125 ME
30673
tétraconazole
3
0 jour
12 heures
4
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
1 jour
12 heures
4
MustGrow
30263
tourteau de graines de
moutarde chinoise
—
Nova 40 W
22399
myclobutanil
Phostrol
30449
phosphates
monobasiques et
dibasiques de sodium,
de potassium et
d’ammonium
Pristine WG
27985
Quadris
Quintec
heures6
—
24
1
3
3 jours
une fois sec
6
33
3 jours
12 heures
4
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
1 jour
7 jours5/
12 jours7
5
26153
azoxystrobine
11
365 jours
une fois sec
1
29755
quinoxyfène
13
1 jour
12 heures
4
Regalia Maxx
30199
extrait de Reynoutria
sachalinensis
P5
0 jour
une fois sec
—
Ridomil Gold 480 SL
28474
métalaxyl-M et S
4
postcueillette
—
2
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
Scala SC
28011
pyriméthanil
9
1 jour
12 heures
3
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
1 jour
12 heures
48
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyle
1
1 jour
12 heures
—
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. P = Extrait de plante.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
3 Maximum de 2 applications contre la punaise terne ou de 3 applications contre les pucerons.
4 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y mener des activités de dépistage, de désherbage, d’irrigation et de paillage.
5 Délai de sécurité après traitement général.
6 Après activation avec de l’eau dans le sol.
7 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y effectuer du travail manuel, p. ex., tuteurage, pincement, élagage, cueillette.
8 Maximum de 2 applications par année pendant 2 ans.
2 Application
167
NOTES — FRAISIERS
Tableau 5–17. Produits utilisés sur les fraisiers (suite)
Tableau 5–17. Produits utilisés sur les fraisiers (suite)
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Supra Captan 80
WDG
24613
captane
M
2 jours
48 heures
—
Switch 62.5 WG
28189
cyprodinile + fludioxonil
9 + 12
1 jour
12 heures
3
Thiram 75 WP
27556
thirame
M
3 jours
24 heures
5
Tivano
30468
acide citrique + acide
lactique
NC
—
une fois sec
—
Topas
30163
propiconazole
3
1 jour
12 heures
4
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. P = Extrait de plante.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
3 Maximum de 2 applications contre la punaise terne ou de 3 applications contre les pucerons.
4 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y mener des activités de dépistage, de désherbage, d’irrigation et de paillage.
5 Délai de sécurité après traitement général.
6 Après activation avec de l’eau dans le sol.
7 Délais de sécurité à observer avant de retourner dans les zones traitées pour y effectuer du travail manuel, p. ex., tuteurage, pincement, élagage, cueillette.
8 Maximum de 2 applications par année pendant 2 ans.
2 Application
Notes sur les organismes pathogènes et insectes nuisibles aux fraisiers
Pour de l’information l’efficacité des fongicides contre les maladies des fraisiers, voir le tableau 5–18, Efficacité des fongicides
contre les maladies des fraisiers, ci-dessous. Pour de l’information sur les acaricides homologués pour protéger les fraisiers,
voir le tableau 5–19, Acaricides homologués pour protéger les fraisiers, p. 170.
Pour de l’information sur l’efficacité des insecticides contre les ennemis du fraisier, voir le tableau 5–20, Efficacité des
insecticides contre les ravageurs des fraisiers et leur toxicité pour les abeilles, p. 171. Pour de l’information sur la sensibilité des
cultivars de fraisiers aux maladies, voir le tableau 5–21, Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur résistance aux maladies,
p. 172.
Tableau 5­–18. Efficacité des fongicides contre les maladies des fraisiers
Pourriture grise
Pourriture noire
des racines
Taches communes
Pourriture cuir
Taches pourpres
Brûlure des feuilles et
pourriture des fruits
dues à Phomopsis
Pourriture du collet
due à Phytophthora
1
P
1
P
1
P
—
1*
P
1
P
1
P
1
P
0
1
P
0
Supra Captan
80 WDG
0
2
2
2*
—
3*
1
1
1à2
0
0
0
M
Folpan 80 WDG
0
2
2
2*
—
3*
1
—
1à2
0
0
0
M
Maestro 80 DF
0
2
2
2*
—
3*
1
—
1à2
0
0
0
Produit
M
Cuivre 53 W
M
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
Anthracnose
(C. gloeosporioides)
2
P
Groupe
de
fongicide
Oïdium (blanc)
Anthracnose
(C. acutatum)
Voir l’étiquette du produit ou le calendrier de pulvérisation pour connaître les usages homologués. Utiliser les fongicides uniquement contre
les maladies et dans les cultures indiquées sur l’étiquette. L’information fournie dans ce tableau est destinée à aider le producteur à choisir, parmi
les produits homologués contre l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant
des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
Taches anguleuses
NOTES — FRAISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
P = Peut être phytotoxique. R = Une résistance du pathogène au fongicide a été observée par endroits.
* (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Information non disponible.
168
5. Petits fruits
Groupe
de
fongicide
Produit
Taches anguleuses
Anthracnose
(C. acutatum)
Anthracnose
(C. gloeosporioides)
Pourriture grise
Pourriture noire
des racines
Taches communes
Pourriture cuir
Taches pourpres
Brûlure des feuilles et
pourriture des fruits
dues à Phomopsis
Pourriture du collet
due à Phytophthora
Oïdium (blanc)
Maladie des racines
rouges (stèle rouge)
M
Bravo 500
0
1
—
2*
—
1
—
1
1
0
—
0
M
Echo 720
0
1
—
2*
—
1
—
1
1
0
—
0
M
Granuflo T
0
—
—
2*
—
—
—
—
—
—
—
—
M
Thiram 75 WP
0
—
—
2*
—
—
—
—
—
—
—
—
1
Senator 70 WP
0
—
—
0 à 1 *
R
—
2*
—
—
—
—
2
—
2
Rovral WDG
0
0
0
3*
R
—
2
0
—
0
0
0
0
3
Jade
0
0
0
0
—
3*
0
—
3
0
3
0
3
Nova 40 W
0
0
0
0
—
3
0
—
3
0
3*
0
3
Mettle 125 ME
0
0
0
0
—
3
0
—
3
0
3*
0
3
Mission 418 EC
0
0
0
0
—
3*
0
—
3
0
3
0
0
0
0
0
—
3*
0
—
3
0
3
0
0
2à
3*
2
0
3
Topas
4
Ridomil Gold SL
7
Cantus WDG
0
0
0
0
—
0
2
0
0
2à
3
0
—
—
3*
—
3
0
3
0
0
7
Fontelis
0
—
—
3*
—
—
0
—
—
0
—
0
7 + 11
Pristine WG
0
3*
3
3*
—
3*
0
3
3
0
3*
0
9
Scala SC
0
1
—
3*
—
—
0
—
—
0
—
0
9 + 12
Switch 62.5 WG
0
2
—
3*
—
—
0
2
2
0
1
—
11
Cabrio EG
0
3*
3
1à2
—
1
0
2
3
0
3
0
11
Flint
0
—
—
—
1
—
0
—
—
0
3*
0
11
Quadris
0
—
—
—
2*
—
0
—
—
0
—
0
12
Scholar 230 SC
0
—
—
—
2*
—
0
—
—
0
—
0
13
Quintec
0
0
0
0
—
0
0
0
0
0
3*
0
17
Elevate 50 WDG
0
0
0
3*
—
—
0
0
0
0
0
0
33
Aliette
0
—
—
0
—
0
2*
0
0
2
0
2*
33
Confine Extra
0
1
—
0
—
0
2*
0
0
2
0
2
33
Phostrol
0
—
—
0
—
0
2*
0
0
2
0
2
44
Serenade MAX
—
—
—
1*
—
—
—
—
—
—
—
—
NC
Actinovate
—
1*
1
1*
—
—
—
—
—
—
1*
—
NC
Tivano
1*
—
—
—
—
—
—
—
—
—
1*
—
P5
Regalia Maxx
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
1*
—
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
P = Peut être phytotoxique. R = Une résistance du pathogène au fongicide a été observée par endroits.
* (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Information non disponible.
169
NOTES — FRAISIERS
Tableau 5­–18. Efficacité des fongicides contre les maladies des fraisiers (suite)
NOTES — FRAISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 5–19. Acaricides homologués pour protéger les fraisiers
Acaricide
Espèces d’acariens
maîtrisés
Stades où les
acariens sont
maîtrisés
Choix du moment et remarques
Délai
d’attente
avant
cueillette
Apollo SC
tétranyque à deux points
œufs, très
jeunes
nymphes
Appliquer quand la plupart des tétranyques sont au stade de
l’œuf. Cet acaricide est d’autant plus efficace qu’il est appliqué tôt
dans la saison de croissance, quand les générations ont tendance
à être davantage synchrones.
15 jours
Agri-Mek
1,9% EC
tétranyque à deux points,
tarsonème du fraisier
adultes,
nymphes
Appliquer sur les acariens actifs (adultes ou nymphes). Agri-Mek
est un produit translaminaire (localement systémique). Il est
mieux absorbé par les nouvelles feuilles en train de se déployer
et est moins efficace vers la fin de la saison quand le feuillage est
endurci. Il est homologué pour combattre à la fois le tarsonème
du fraisier et le tétranyque à deux points. Ne pas l’utiliser avec des
surfactants ni avec de l’huile.
3 jours
Nexter
tétranyque à deux points
adultes,
nymphes
Acaricide de contact produisant rapidement un effet de choc sur
les adultes et les nymphes.
10 jours
Oberon
tétranyque à deux points
œufs, adultes,
nymphes
Acaricide à action lente qui empêche les œufs d’éclore et les
nymphes de muer. D’autant plus efficace que les tétranyques
sont jeunes.
3 jours
170
5. Petits fruits
Cercope
Drosophile à
ailes tachetées
Abeille domestique
NU
Tarsonème
du fraisier
—
Tétranyque à
deux points
2
Cicadelle de la
pomme de terre
Thrips des fleurs
3*
Enrouleuses et
tordeuses
Adultes du
charançon de la
racine du fraisier
1
Larves du
charançon de la
racine du fraisier
3*
Punaise terne
Cygon 480-AG
Anthonome de la
fleur du fraisier
1B
Insecticide/
acaricide
Pucerons
Groupe
Utiliser les insecticides uniquement pour combattre les ravageurs indiqués sur l’étiquette du produit et uniquement dans les cultures pour lesquelles
ils sont homologués. L’information fournie dans ce tableau repose sur des données recueillies dans d’autres régions. Elle est destinée à aider le
producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition
d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
3
2
0*
0
2
NU
HT
1B
Lagon 480 E
3*
1
3*
2
—
NU
3
2
0*
0
2
NU
HT
1B
Malathion 85 E
1*
1
2
2
0
—
2*
2*
0
0
2
2
HT
1B
Pyrinex 480 EC
1
1
1
3*
0
—
2
2
0
0
2
NU
HT
1B
Warhawk 480 EC
1
1
1
3*
0
—
2
2
0
0
2
NU
HT
2A
Thionex 50 WSP
3*
1
3*
2
1
1
2
1
0
3*
2*
—
MT
3
Decis 5 EC
0
0
3*
—
0
2
3
2
0
0
2
3
HT
3
Ripcord
0
3*
3*
—
2
2
3
2
0
0
2*
3
HT
3
Matador 120 EC
0
3*
3*
—
2*
2
3
2
0
0
2*
3
HT
3
Silencer 120 EC
0
3*
3*
—
2*
2
3
2
0
0
2*
3
HT
3
Up-Cyde 2.5 EC
0
3*
3*
—
2
2
3
2
0
0
2*
3
HT
4
Actara 25 WG
2
2
1
—
2*
—
—
1
0
0
—
—
HT
4
Admire 240 F
3*
2
—
—
1
—
—
3*
0
0
—
—
HT
4
Alias 240 SC
3*
2
4
Assail 70 WP
3*
—
—
1
—
—
3
0
0
—
—
HT
2*
—
—
—
—
3*
0
0
2
1
MT
4
Clutch 50 WDG
—
3
2*
—
2
—
—
—
—
—
—
—
HT
5
Delegate WG
—
—
—
2
—
2*
2
—
0
0
—
3
HT
5
Entrust 80 W
0
—
—
2
—
2
3*
—
0
0
—
3
HT
5
Success
0
—
—
2
—
2
3*
—
0
0
—
3
HT
6
Agri-Mek 1,9% EC
0
0
0
0
0
1
0
1
3*
2*
0
HT
10
Apollo SC
0
0
0
0
0
0
0
0
3*
0
0
S
0
11
Bioprotec CAF
0
0
0
—
0
0
2*
0
0
0
0
0
S
11
Dipel 2X DF
0
0
0
—
0
0
2*
0
0
0
0
0
S
15
Rimon 10 EC
—
—
3*
—
—
—
3
—
0
0
—
0
MT1
21
Nexter
0
0
0
0
0
0
0
0
3*
2
0
0
HT
23
Oberon
0
0
0
0
0
0
0
0
3*
0
0
S
28
Altacor
0
—
0
—
—
—
3*
0
0
0
0
0
S
NC
Surround WP
—
—
—
—
—
NU
—
2*
2
—
—
—
I
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
NU = Non utilisé à cette période.
* (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Information non disponible.
Toxicité pour les abeilles : HT = Hautement toxique. MT = Modérément toxique. S = Relativement sûr ou non toxique. I = Irritant.
1 Rimon peut être toxique pour les colonies d’abeilles exposées directement au traitement, à la dérive, ou aux résidus sur les cultures ou les mauvaises herbes en fleurs.
Éviter toute pulvérisation si les abeilles butinent la zone à traiter.
171
NOTES — FRAISIERS
Tableau 5–20. Efficacité des insecticides contre les ravageurs des fraisiers et leur toxicité pour les abeilles
Oïdium (blanc)
Verticilliose
Maladie de
racines rouges
(stèle rouge)2 *
Taches
anguleuses
bactériennes3
Pourriture
noire des
racines
Anthracnose
du fruit
Albion
MR
—
MR
S
R
—
—
—
MR
Allstar
MR
I
MR
MR
MR
S
HS
S
—
Cultivar
Pourriture
grise
Taches
pourpres1
Tableau 5–21. Évaluation des cultivars de fraisier quant à leur résistance aux maladies
Taches
communes*
NOTES — FRAISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Annapolis
MR
MR
S
S
MR
R
HS
—
S
Brunswick
MR
MR
MR
MR
—
R
—
MR
—
Cabot
MR
MR
R
S
S
R
—
MR
—
Cavendish
MR
R
S
MR
MR
R
HS
MR
S
Evangeline
MR
R
MR
MR
S
S
—
S
—
Glooscap
MR
MR
MR
S
S
S
S
—
—
Gov. Simcoe
MR
MR
HS
S
MR
S
S
—
S
Honeoye
MR
MR
MR
MR
HS
S
HS
S
—
Jewel
MR
MR
S
MR
S
S
HS
HS
—
Kent
HS
HS
MR
S
S
S
HS
HS
S
L’Amour
—
—
S
MR
—
MR
S
MR
—
Micmac
S
HS
MR
S
MR
S
S
—
—
Mira
HS
R
R
MR
S
R
S
S
—
Mohawk
MR
MR
MR
MR
MR
MR
—
—
—
Sable
R
R
S
S
—
R
HS
—
—
St- Pierre
MR
S
MR
R
—
S
—
—
S
Sapphire
—
MR
MR
—
—
—
—
—
—
Seascape
S
—
HS
—
—
—
—
—
—
Serenity
—
MR
MR
—
—
—
—
—
S
Sparkle
S
MR
MR
MR
S
HR
S
—
—
Summer Dawn
S
S
—
—
—
—
—
—
HS
Summer Rose
—
—
—
—
—
—
—
—
S
Summer Ruby
—
—
—
—
—
—
—
—
S
Summer Evening
—
—
—
—
—
—
—
—
S
Tribute
MR
MR
S
MR
R
MR
—
—
—
Tristar
MR
MR
S
MR
R
MR
MR
—
—
Valley Sunset
—
—
—
S
—
—
S
—
—
Veestar
S
MR
S
MR
MR
HS
S
—
—
Wendy
S
MR
MR
MR
S
MR
HS
S
—
HR = Hautement résistant. R = Résistant. MR = Moyennement résistant. S = Sensible. HS = Hautement sensible.
— = Information non disponible.
* Varie selon la race.
1 Le classement de certains cultivars à l’égard de la maladie de la tache pourpre a été établi par Xue, Sutton, Dale et Sullivan, en 1996.
2 Le classement à l’égard de la stèle rouge a été établi par MM. N. Nickerson, Ph.D., et E. Jamieson, Ph.D., Agriculture et Agroalimentaire Canada, Kentville (NouvelleÉcosse).
3 P.D. Hildebrand, P.G. Braun et al., Can.J.Plant.Pathol. 27:16–24 (2005), et observations sur le terrain.
172
5. Petits fruits
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
À moins qu’un volume d’eau ne soit précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser
suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage pratiquement jusqu’au point de ruissellement.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal d’applications,
voir le tableau 5–22, Produits utilisés sur les framboisiers, p. 181.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des framboisiers en fleurs, mais sous réserve
d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles
peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre
des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux
abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• MustGrow (NC)
980-2240 kg/ha
MustGrow est une préparation de tourteau de graines de
moutarde chinoise sous forme de pastilles. Appliquer à l’aide
d’un épandeur bien calibré, au début du printemps quand
la température du sol est supérieure à 10 °C, mais au moins
2 semaines avant les plantations. Incorporer dans les 10-15 cm de
la couche supérieure de sol, puis arroser pour faire pénétrer l’eau
dans le sol jusqu’à la même profondeur.
Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
26 L/1000 L d’eau
Cette pulvérisation réduit l’inoculum ayant résisté à l’hiver
et constitue la première étape d’un bon programme de lutte
contre les maladies. Utiliser suffisamment d’eau pour mouiller le
feuillage pratiquement jusqu’au point de ruissellement. Ne pas
employer passé le stade de 6 mm (1/4 po) de vert.
Protéger les nouvelles pousses. Traiter quand les nouvelles tiges
atteignent 25-30 cm de longueur et avant l’ouverture
des premières fleurs.
Avant les plantations
Nématode des racines
Pourridié
phytophthoréen
De la fin de la dormance à la pointe verte
Brûlure des dards
Brûlure de la tige
• Chaux/Bouillie soufrée (M)
Préfloraison (jusqu’à l’éclosion des fleurs)
Anthracnose
Brûlure des dards
• Ferbam 76 WDG (M)
2,5 kg/1000 L d’eau
• Tanos 50 DF (11 + 27)
840 g/ha
Oïdium (blanc)
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Nova 40 W (3)
340 g/ha
• Diazinon 50 WSP (1)
1 kg/1000 L d’eau
Tenthrède du
framboisier
Dans les carrés atteints, pulvériser dès les premiers signes
du blanc. Répéter 7-10 jours plus tard.
Ces larves vertes aux poils raides se nourrissent des tissus
internervaires de nouvelles feuilles les laissant trouées
et déchiquetées.
Appliquer quand les dommages apparaissent, mais avant
le début de la floraison. Diazinon maîtrise aussi les pucerons et
la byture des framboises.
173
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’ÉTÉ
Calendrier — Framboisiers fructifiant l’été
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’ÉTÉ
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Byture des framboises
• Malathion 25 W (1)
• Diazinon 50 WSP (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
1 kg/1000 L d’eau
Ces petits coléoptères bruns se nourrissent des nouvelles feuilles
et des bouquets floraux. Les larves infestent le réceptacle à
l’intérieur des fruits. Faire une pulvérisation pour maîtriser les
adultes quand les dommages apparaissent, mais avant
la première floraison. Répéter 7-10 jours plus tard, si le champ a
déjà été infesté.
Tordeuse à bandes
obliques
• Delegate WG (5)
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
200 g/ha
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Foray 48BA (11)
ou Bioprotec CAF (11) ou Dipel 2X DF (11)
1,4-2,8 L/ha
1,4-2,8 L/ha
525-1125 g/ha
Les enrouleuses et tordeuses sont rarement problématiques
en Ontario.
Delegate, Success, Entrust: Appliquer sur les œufs et les
petites larves.
Dipel, Foray, Bioprotec : Surtout efficace contre les petites
larves. Répéter le traitement à intervalles de 3-7 jours. Acidifier
la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et faire le traitement
à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Anthonome de la fleur
du fraisier
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
Secouer les inflorescences au-dessus d’un plateau ou d’une
assiette. Traiter si l’on voit facilement de petits anthonomes et
des boutons sectionnés. Les infestations de ce ravageur sont plus
fréquentes à proximité de fraiseraies.
Pucerons, cicadelles
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
Pour de meilleurs résultats, utiliser la dose supérieure, corriger
le pH de la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout de suite après avoir
préparé le mélange. Si possible, appliquer tôt le matin ou en
soirée. Traiter dès l’apparition des ravageurs; ne pas attendre que
les plants soient fortement infestés. Répéter le traitement, au
besoin. Toxique pour les abeilles. Éviter d’employer ce produit
quand les abeilles butinent activement.
Tétranyque à deux
points
• Apollo SC (10)
500 mL/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
Introduire des acariens utiles afin d’empêcher une explosion
des populations de tétranyques. S’assurer d’un recouvrement
complet du revers des feuilles.
Apollo : Tue les œufs et jeunes nymphes de tétranyques.
Appliquer quand les tétranyques sont pour la plupart au stade
de l’œuf.
Acramite, Kanemite : Agit rapidement au contact des
tétranyques.
Floraison
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT QUE LES FRAMBOISIERS ET LES MÛRIERS SONT EN FLEURS.
VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, p. 313.
Pourriture grise
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
2,5 kg/ha
2,5 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Rovral WDG (2)
2 kg/ha
• Cantus WDG (7)
• Pristine WG (7 + 11)
560 g/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
775-975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
La floraison est le meilleur moment pour lutter contre la
pourriture grise. Commencer les traitements quand 5-10 %
des fleurs sont ouvertes et si le temps est pluvieux. Répéter le
traitement tous les 7 jours.
Supra Captan, Maestro : La dose sur les mûriers est de
2,25 kg/ha. Ces produits maîtrisent aussi la brûlure des dards.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour de
meilleurs résultats, faire de multiples applications ou utiliser le
produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Bloomtime : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Employer dans au moins 1000–2000 L d’eau/ha. Effectuer un
premier traitement lorsque de 15 à 20 % des bourgeons sont en
fleurs, suivi d’un deuxième traitement entre la pleine floraison
et la chute des pétales. Voir sur l’étiquette les exigences de
manutention et d’entreposage particulières. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Feu bactérien
• Bloomtime Biological FD (NC) 375-500 g/ha
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous Préfloraison (jusqu’à l’éclosion des fleurs).
174
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Anthracnose
Brûlure des dards
Flétrissure des tiges
(Botrytis)
• Tanos 50 DF (11 + 27)
840 g/ha
Veiller à ce que la bouillie recouvre bien les tiges de l’année à
l’intérieur du rang. Garder les rangs étroits en taillant les tiges de
l’année qui dépassent dans l’entre-rang. Utilisés à ce stade, Supra
Captan et Maestro maîtrisent également la brûlure des dards.
Tordeuse à bandes
obliques
Utiliser un des produits indiqués contre la tordeuse à bandes obliques sous Préfloraison (jusqu’à l’éclosion des fleurs).
Scarabée japonais
• Sevin XLR (1)
5,25 L/ha
Appliquer à l’apparition des adultes et répéter le traitement au
besoin à intervalles de 7-10 jours.
Scarabée du rosier
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
Pulvériser quand des adultes sont actifs.
Cicadelles
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
175 mL/ha
175 mL/ha
La cicadelle de la pomme de terre peut être particulièrement
problématique une fois que les prairies de fauche à proximité
ont été fauchées. Les jeunes plantations sont particulièrement
sensibles. Surveiller la présence de petites nymphes vertes sur le
revers des feuilles. Les cicadelles se nourrissent des feuilles des
tiges de l’année, ce qui amène le jaunissement et l’enroulement
vers le bas des nouvelles feuilles. Faire une pulvérisation quand
les nymphes sont présentes et que les symptômes sont évidents.
Pyganic : Pour un maximum de résultats, utiliser la dose
supérieure, corriger le pH de la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout
de suite après avoir préparé le mélange. Si possible, appliquer tôt
le matin ou en soirée. Répéter le traitement, au besoin. Combat
également les pucerons.
Admire, Alias : Traitements hautement toxiques pour les
abeilles qui y sont directement exposées ou qui sont exposées
aux résidus laissés sur des cultures et mauvaises herbes en fleurs.
Ne pas appliquer ce produit avant oui durant la floraison, ni
quand les abeilles butinent activement. Voir sur l’étiquette les
déclarations relatives à la toxicité pour les abeilles. Appliquer
dans 300 L d’eau comme pulvérisation foliaire. Si la pression
exercée par les cicadelles est forte, la maîtrise risque d’être
partielle. Combat également les pucerons.
Anneleur du
framboisier
Agrile du framboisier
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
467 mL/ha
467 mL/ha
L’anneleur du framboisier découpe deux anneaux dans le
haut des tiges de l’année du framboisier, ce qui en provoque
le flétrissement. Pulvériser pour maîtriser ces coléoptères dès
l’apparition des dommages.
L’agrile du framboisier s’attaque plutôt à la partie basse des
tiges de l’année, ce qui occasionne le bris des tiges à 0,5-1 m du
sol plus tard dans la saison de croissance. Si cet insecte a déjà
sévi, pulvériser quand on le voit en activité.
Admire, Alias : Ne pas appliquer avant ou durant la floraison,
ni quand les abeilles butinent activement. Appliquer dans
300 L d’eau/ha comme pulvérisation foliaire. Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Vers blancs (larves du
hanneton européen)
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
1,2 L/ha
1,2 L/ha
Ne procure qu’une réduction des populations de larves. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Intervenir
dans les jeunes plantations fortement infestées. Faire le
traitement juste avant l’éclosion des œufs (peu après l’entrée en
activité des adultes) en mouillant bien le sol sur le rang et dans
les allées. Utiliser dans 200 L d’eau/ha. Dans les 24 heures suivant
le traitement, faire pénétrer le produit dans la zone racinaire à
l’aide de 5-10 mm d’eau d’irrigation. Ne pas appliquer ce produit
avant ou durant la floraison, ni quand les abeilles butinent
activement.
Tétranyque à
deux points
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
Ces produits agissent rapidement au contact des tétranyques.
Pour un traitement efficace, bien recouvrir les deux faces
des feuilles.
Fruits verts
175
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’ÉTÉ
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’ÉTÉ
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Avant et pendant la cueillette
Drosophile à ailes
tachetées
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui insère ses œufs dans les framboises au moment de leur
maturation. Les larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes à la cueillette, provoquant ainsi une
détérioration prématurée des fruits. Pour s’éviter les problèmes causés par cette drosophile, il est très important de faire
des cueillettes fréquentes, d’enfouir les fruits gâtés et de mettre en place des mesures d’assainissement générales. Voir
à www.ontario.ca/ailestachetees les mises à jour sur l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Arpenteuses
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
Les arpenteuses apparaissent sur les framboises, juste avant
la cueillette.
Pourriture grise
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
2,5 kg/ha
2,5 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Rovral WDG (2)
2 kg/ha
• Cantus WDG (7)
• Pristine WG (7 + 11)
560 g/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
775-975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
Même si la floraison est le moment le plus crucial dans la lutte
contre la pourriture grise, des pulvérisations en précueillette sont
nécessaires si le temps est pluvieux.
Supra Captan, Maestro : Maîtrisent aussi la brûlure des dards.
La dose sur les mûriers est de 2,25 kg/ha.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour un
maximum de résultats, faire de multiples applications ou utiliser
le produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Anthracnose
Brûlure des dards
Flétrissure des tiges
(Botrytis)
• Tanos 50 DF (11 + 27)
840 g/ha
Appliquer une fois ou deux après la cueillette, afin de protéger
les tiges de l’année. Veiller à ce que la bouillie recouvre bien
les tiges de l’année à l’intérieur du rang. Des rangs étroits et
une bonne maîtrise des mauvaises herbes réduiront la pression
exercée par les maladies à l’intérieur du rang en favorisant
la circulation d’air et un séchage rapide.
Cicadelles
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
175 mL/ha
175 mL/ha
• Surround WP (NC)
25 kg/ha
Admire, Alias : Ne pas appliquer quand les abeilles butinent
activement. Appliquer dans 300 L d’eau comme pulvérisation
foliaire. Si la pression exercée par les cicadelles est forte, la
maîtrise risque d’être partielle. Combat également les pucerons.
Surround : Appliquer à intervalles de 7-14 jours quand les
opérations de dépistage signalent l’apparition des cicadelles.
Pour les traitements hâtifs, utiliser 25 kg/500 L d’eau. Une fois
cette première couche de protection en place, il est possible
de réduire les doses ultérieures à 12,5 kg/500 L d’eau. Surround
est déconseillé en présence de fruits ou durant la floraison. Voir
Utilisation de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
1 L/ha
• Kanemite (20)
2,07 L/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
1,2 L/ha
1,2 L/ha
Après la cueillette
Tétranyque à deux
points
Vers blancs (larves du
hanneton européen)
176
Surveiller la présence de tétranyques et de toiles sur le revers
des feuilles. S’assurer d’un recouvrement complet du revers
des feuilles. Introduire des acariens utiles afin d’empêcher une
explosion des populations de tétranyques. Varier l’acaricide
employé d’une année à l’autre.
Ne procure qu’une réduction des populations de larves.
Intervenir dans les jeunes plantations fortement infestées.
Traitement hautement toxique pour les abeilles qui y sont
directement exposées ou qui sont exposées aux résidus laissés
sur les cultures et mauvaises herbes en fleurs. Ne pas appliquer
quand les abeilles butinent activement. Voir sur l’étiquette les
déclarations particulières relatives à la toxicité pour les abeilles.
Appliquer en mouillant bien le sol sur le rang et dans les
allées. Utiliser dans 200 L d’eau/ha. Dans les 24 heures suivant le
traitement, faire pénétrer le produit dans la zone racinaire à l’aide
de 5-10 mm d’eau d’irrigation.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Pulvérisations spéciales : Début printemps et/ou automne
Rhizophage du
framboisier
Pourridié
phytophthoréen
• Diazinon 500 E (1)
ou Diazinon 50 WSP (1)
1 L/1000 L d’eau
1 kg/1000 L d’eau
• Altacor (28)
215-285 g/ha
• Ridomil Gold 480 SL (4)
37 mL/100 m de
rang
• Aliette (33)
ou Phostrol (33)
5,50 kg/ha
5,2 L/ha
Si plus de 5 % des collets sont infestés, pulvériser sur la partie
inférieure des tiges et la région du collet. Traiter les plantations
infestées au moins deux années de suite.
Diazinon : Employer dans 4000-5000 L d’eau/ha pour
l’arrosage du pied et de la région du collet. Faire le traitement
au printemps afin de détruire les jeunes larves avant qu’elles
creusent des tunnels dans le collet et lorsque les nouvelles
pousses ont environ 10 cm au-dessus du niveau du sol. Ne pas
utiliser après l’ouverture des premières fleurs.
Altacor : Appliquer sur le feuillage quand les adultes
sont actifs, habituellement de juillet à septembre. Faire une
pulvérisation à l’éclosion des œufs, pour maîtriser les jeunes
larves avant qu’elles pénètrent dans les racines, le collet ou les
cannes. Répéter le traitement, au besoin, à intervalles de 14 jours.
Ridomil : Dans les nouvelles plantations non fructifères, après
la plantation, faire un traitement par bassinage appliqué à la
surface du sol sur une bande de 1 m centrée sur le rang. Répéter
le traitement entre le milieu et la fin octobre (avant que le sol
soit gelé).
Dans les plantations établies, appliquer seulement en automne.
Employer dans au moins 2500 L d’eau/ha.
Aliette, Phostrol : Utiliser comme traitement préventif. Ne
pas mélanger en cuve avec du cuivre, des engrais foliaires ni des
surfactants. Max. de 4 applications par saison de croissance :
2 au printemps et 2 à l’automne.
Traitement printanier : Appliquer après le débourrement
quand les nouvelles pousses atteignent 7 cm et à nouveau
3-4 semaines plus tard, au besoin. Ne pas faire ce traitement dans
les 60 jours qui précèdent la cueillette.
Traitement automnal : Appliquer quand les conditions
favorisent l’éclosion de la maladie (sol très humide et
températures fraîches) et à nouveau 3-4 semaines plus tard, au
besoin. Faire le dernier traitement d’automne au moins 30 jours
avant la chute des feuilles.
Phostrol : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
177
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’ÉTÉ
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’AUTOMNE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Calendrier — Framboisiers fructifiant l’automne
(sur les tiges de l’année)
Le présent calendrier vise les variétés de framboisiers qui fructifient à l’extrémité des tiges de l’année et qu’on rabat
annuellement.
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
À moins qu’un volume d’eau ne soit précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement
complet. Si la dose est exprimée par 1000 L et que le volume d’eau à employer n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser
suffisamment d’eau pour mouiller le feuillage pratiquement jusqu’au point de ruissellement.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications, voir le tableau 5–22, Produits utilisés sur les framboisiers, p. 181.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion
des résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Utiliser des produits appartenant à différents groupes
chimiques afin de prévenir l’apparition de résistances. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après le nom du
produit. Les fongicides multi-sites (M) n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de
les utiliser en alternance avec d’autres produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres
ont un mode d’action inconnu (U ou UN pour unknown).
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures en
fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est contreindiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des framboisiers en fleurs, mais sous réserve
d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives. Avant et après la floraison, comme des abeilles
peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards d’insecticides atteindre
des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin d’éviter de nuire aux
abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
980-2240 kg/ha
MustGrow est une préparation de tourteau de graines de
moutarde chinoise sous forme de pastilles. Appliquer à l’aide
d’un épandeur bien calibré, au début du printemps quand la
température du sol est supérieure à 10 °C, mais au moins
2 semaines avant les plantations. Incorporer dans les 10-15 cm
de la couche supérieure de sol, puis arroser pour faire pénétrer
l’eau dans le sol jusqu’à la même profondeur. Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Les maladies des tiges sont rarement problématiques chez les
variétés de framboisiers qui fructifient sur les tiges de l’année, car
les vieilles tiges sont rabattues au printemps, ce qui élimine le
gros de l’inoculum.
Si ces maladies sont récurrentes, appliquer quand les nouvelles
tiges font 25-30 cm de haut et à nouveau 10 jours plus tard, puis
à intervalles de 10-14 jours en interrompant les traitements juste
avant l’apparition des premières fleurs.
Avant les plantations
Nématode des
racines
Pourridié
phytophthoréen
• MustGrow (NC)
Apparition des tiges de l’année
Anthracnose
Brûlure des dards
• Ferbam 76 WDG (M)
2,5 kg/1000 L d’eau
• Tanos 50 DF (11 + 27)
840 g/ha
Tenthrède du
framboisier
• Diazinon 50 WSP (1)
1 kg/1000 L d’eau
178
Ces larves vertes aux poils raides se nourrissent des tissus
internervaires des nouvelles feuilles les laissant trouées et
déchiquetées. Appliquer quand les dommages apparaissent,
mais avant la première floraison. Maîtrise aussi les pucerons et
la byture des framboises.
5. Petits fruits
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse à bandes
obliques
• Delegate WG (5)
• Success (5)
ou Entrust 80 W (5)
200 g/ha
145-182 mL/ha
80-109 g/ha
• Foray 48BA (11)
ou Bioprotec CAF (11)
ou Dipel 2X DF (11)
1,4-2,8 L/ha
1,4-2,8 L/ha
525-1125 g/ha
Les enrouleuses et tordeuses sont rarement problématiques en
Ontario. Elles causent parfois des dommages considérables sans
qu’il y ait pertes de rendement.
Delegate, Success, Entrust: Appliquer sur les œufs et les
petites larves.
Dipel, Foray, Bioprotec : Surtout efficace contre les petites
larves. Répéter le traitement à intervalles de 3-7 jours. Acidifier
la bouillie en abaissant son pH sous les 7,0 et faire le traitement
à la brunante ou sous un ciel couvert. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
• Apollo SC (10)
500 mL/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
Scarabée japonais
• Sevin XLR (1)
5,25 L/ha
Appliquer quand des adultes sont actifs. Au besoin, répéter
le traitement à intervalles de 7-10 jours. Ne pas appliquer durant
la floraison.
Scarabée du rosier
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
Appliquer quand des adultes sont actifs. Ne pas appliquer durant
la floraison.
Cicadelles
• Malathion 25 W (1)
4-5 kg /1000 L d’eau
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
La cicadelle de la pomme de terre peut être particulièrement
problématique une fois que les prairies de fauche à proximité
ont été fauchées. Les jeunes plantations sont particulièrement
sensibles. Surveiller la présence de petites nymphes vertes sur le
revers des feuilles. Les cicadelles se nourrissent des feuilles des
tiges de l’année, ce qui amène le jaunissement et l’enroulement
vers le bas des nouvelles feuilles. Faire une pulvérisation quand
les nymphes sont présentes et que les symptômes sont évidents.
Ne pas appliquer durant la floraison.
Pyganic : Pour un maximum de résultats, utiliser la dose
supérieure, corriger le pH de la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout
de suite après avoir préparé le mélange. Si possible, appliquer
tôt le matin ou en soirée. Répéter le traitement, au besoin.
Combat également les pucerons. Toxique pour les abeilles. Éviter
d’employer ce produit quand les abeilles butinent activement.
Tétranyque à
deux points
Introduire des acariens utiles afin d’empêcher une explosion
des populations de tétranyques. S’assurer d’un recouvrement
complet du revers des feuilles.
Apollo : Tue les œufs et jeunes nymphes de tétranyques.
Appliquer en début de saison.
Acramite, Kanemite : Ces produits agissent rapidement au
contact des tétranyques. Appliquer lorsque le dépistage indique
la prolifération des tétranyques, surtout au stade de nymphe.
Préfloraison
Floraison (de la mi-juillet au mois d’août)
NE PAS PULVÉRISER D’INSECTICIDES PENDANT QUE LES FRAMBOISIERS ET LES MÛRIERS SONT EN FLEURS.
VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, p. 313.
Pourriture grise
Feu bactérien
• Supra Captan 80 WDG (M) 2,5 kg/ha
ou Maestro 80 DF (M)
2,5 kg/ha
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Rovral WDG (2)
2 kg/ha
• Cantus WDG (7)
• Pristine WG (7 + 11)
560 g/ha
1,3-1,6 kg/ha
• Scala SC (9)
• Switch 62,5 WG (9 + 12)
2 L/ha
775-975 g/ha
• Elevate 50 WDG (17)
1,7 kg/ha
• Serenade MAX (44)
3-6 kg/ha
• Bloomtime Biological
FD (NC)
375-500 g/ha
La floraison est le meilleur moment pour lutter contre la
pourriture grise. Commencer les traitements quand 5-10 %
des fleurs sont ouvertes et si le temps est pluvieux. Répéter le
traitement à intervalles de 7-10 jours.
Supra Captan, Maestro : Maîtrisent aussi la brûlure des dards.
Senator : Les résistances se développent rapidement.
Mélanger en cuve avec un fongicide compatible du groupe M.
Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311. Pour un
maximum de résultats, faire de multiples applications ou utiliser
le produit en alternance avec d’autres. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Bloomtime : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Employer dans au moins 1000–2000 L d’eau/ha. Effectuer un
premier traitement lorsque de 15 à 20 % des bourgeons sont
en fleurs, puis un deuxième entre la pleine floraison et la chute
des pétales. Voir sur l’étiquette les exigences de manutention
et d’entreposage particulières. Voir Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
179
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’AUTOMNE
Maladie ou insecte
CALENDRIER — FRAMBOISIERS FRUCTIFIANT L’AUTOMNE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
De la floraison aux fruits verts
Anneleur du
framboisier
Agrile du
framboisier
Les produits homologués contre ces insectes ne peuvent être utilisés durant la floraison. En conséquence, ils ne conviennent
pas aux framboisiers qui fructifient sur les tiges de l’année, du fait de la floraison prolongée de ces derniers.
En période de dormance, rabattre les vieilles tiges et les éliminer, éliminer, afin de réduire les populations de larves
dissimulées dans les tiges. Détruire tous les plants sauvages de framboisiers qui se trouvent à proximité, car ils sont des
hôtes de choix pour ces insectes.
Pucerons, cicadelles
• Pyganic EC 1.4 II (3)
2,32-4,65 L/ha
Toxique pour les abeilles. Éviter d’employer ce produit quand les
abeilles butinent activement.
Pour de meilleurs résultats, utiliser la dose supérieure, corriger
le pH de la bouillie à 5,5-7,0 et appliquer tout de suite après
avoir préparé le mélange. Si possible, appliquer tôt le matin ou
en soirée. Traiter dès l’apparition des ravageurs et répéter le
traitement, au besoin.
Tétranyque à deux
points
• Kanemite 15 SC (20)
2,07 L/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
Introduire des acariens utiles afin d’empêcher une explosion
des populations de tétranyques. S’assurer d’un recouvrement
complet du revers des feuilles.
Appliquer quand les tétranyques sont pour la plupart au stade
nymphal. Ne pas pulvériser ce produit quand les abeilles
sont actives.
Avant et pendant la cueillette
Drosophile à ailes
tachetées
Cette drosophile est un nouvel ennemi envahissant qui insère ses œufs dans les framboises au moment de leur maturation.
Les larves se développent dans le fruit et peuvent être présentes à la cueillette, provoquant ainsi une détérioration
prématurée des fruits. Les framboisiers qui fructifient à l’automne sont particulièrement sensibles à ce ravageur. Pour s’éviter
les problèmes causés par cette drosophile, il est très important de faire des cueillettes fréquentes, d’enfouir les fruits gâtés
et de mettre en place des mesures d’assainissement générales. Voir à www.ontario.ca/ailestachetees les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies d’intervention.
Pourriture grise
Même si la floraison est le moment le plus crucial dans la lutte contre la pourriture grise, des pulvérisations en précueillette
sont nécessaires si le temps est pluvieux. Utiliser un des fongicides indiqués contre la pourriture grise sous Floraison (de
la mi-juillet au mois d’août).
Oïdium (blanc)
• Senator 70 WP (1)
1,1 kg/ha
• Nova 40 W (3)
340 g/ha
Dans les carrés atteints, pulvériser dès les premiers signes du
blanc. Répéter 7-10 jours plus tard.
Pulvérisations spéciales : Début printemps et/ou automne
Rhizophage du
framboisier
En période de dormance, rabattre les vieilles tiges au sol. Si le rhizophage du framboisier pose problème, utiliser un
des produits indiqués contre le rhizophage du framboisier sous Framboises fructifiant l’été, Pulvérisations spéciales,
p. 177.
Rouille du
framboisier
• Mission 418 EC (3)
ou Jade (3)
ou Topas (3)
300 mL/ha
500 mL/ha
500 mL/ha
Appliquer aux premiers signes de la maladie et à nouveau
14 jours plus tard.
Punaise marbrée
• Malathion 85 E (1)
1,3 L/ha
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les framboiseraies, mais des
populations reproductrices sont présentes en Ontario. Consulter
sur le site du MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur
l’évolution de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Malathion : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pourridié
phytophthoréen
Si le pourridié phytophthoréen pose problème, utiliser un des produits indiqués contre le pourridié phytophthoréen sous
Framboises fructifiant l’été, Pulvérisations spéciales, p. 177.
180
5. Petits fruits
Utiliser le tableau qui suit comme guide. Se reporter à l’étiquette du produit pour plus d’information.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection. Si aucun délai de sécurité après traitement n’est indiqué sur l’étiquette, présumer que
celui-ci est de 12 heures.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss (sur
l’étiquette)
1 jour
12 heures
1
24 heures
31/12
12 heures
2
24 heures
31/12
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Acramite 50 WS
27925
bifénazate
UN
jours1/14
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4
4
Agri-Mek 1,9% EC
24551
abamectine
6
utiliser ap. la cueillette
jours1/14
jours2
jours2
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4
4
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
3 jours
12 heures
2/33 (max. 645 g/ha)
Apollo SC
21035
clofentézine
10
15 jours
12 heures
1
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Delegate WG
28778
spinétorame
5
1 jour
12 heures
3
Diazinon 500 E
11889
diazinon
1B
préfloraison
6 jours
—
Diazinon 50 WSP
29976
diazinon
1B
préfloraison
6 jours
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust 80 W
27825
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Foray 48BA
24978
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Kanemite 15 SC
28641
acéquinocyl
20B
1 jour
12 heures
—
Malathion 25 W
14656
malathion
1B
1 jour
12 heures
—
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
1 jour
12 heures
2 (contre punaise
marbrée)
Nexter
25135
pyridabène
21
utiliser ap. la cueillette
24 heures
2
Pyganic EC 1.4 II
30164
pyréthrines
3
—
12 heures
8
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
11 jours
12 heures
—
Success
26835
spinosad
5
3 jours
une fois sec
3
Surround WP
27469
kaolin
NC
1 jour
12 heures
—
Vydate L
17995
oxamyl
1A
utiliser ap. la cueillette
72 heures
1
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle de maladies
Aliette
27668
fosétyl-al
33
60 jours
une fois sec
4
Bloomtime Biological
FD
28436
Pantoea agglomerans
NC
0 jour
4 heures
2
Cantus WDG
30141
boscalide
7
0 jour
12 heures
4
Elevate 50 WDG
25900
fenhexamide
17
1 jour
4 heures
4
Ferbam 76 WDG
20136
ferbame
M
préfloraison
Jade
24030
propiconazole
3
30 jours
4 heures*/
72 heures4
2
3
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
max. d’applications/an : 2 à la dose supérieure ou 3 à la dose inférieure.
4 Délai de sécurité après traitement général.
5 Après activation avec de l’eau dans le sol.
6 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage, d’attachage et de cueillette.
7 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Application
3 Nombre
181
NOTES — FRAMBOISIERS
Tableau 5–22. Produits utilisés sur les framboisiers
NOTES — FRAMBOISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 5–22. Produits utilisés sur les framboisiers (suite)
Nom du produit
No
d’homologation
Chaux/Bouillie soufrée
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de
sécurité
après
traitement
Nombre maximal
d’applic./sais.
de croiss (sur
l’étiquette)
—
Nom commun
Groupe
16465
polysulfure de
calcium
M
stade 6 mm (1/4 po)
de vert
48 heures
Maestro 80 DF
26408
captane
M
2 jours
72 heures
—
Mission 418 EC
28016
propiconazole
3
30 jours
4 heures*/
72 heures4
2
MustGrow
30263
tourteau de graines
de moutarde
chinoise
NC
—
24 heures5
1
Nova 40 W
22399
myclobutanil
3
6 jours
12 heures4/
6 jours6
3
Phostrol
30449
phosphates
monobasiques
et dibasiques
de sodium, de
potassium et
d’ammonium
33
1 jour
12 heures
4
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
0 jour
une fois sec4/
24 heures6,7
4
Ridomil Gold 480 SL
28474
métalaxyl-M et S
4
utiliser ap. la cueillette
12 heures
1
Rovral WDG
24709
iprodione
2
1 jour
12 heures
8
Scala SC
28011
pyriméthanil
9
0 jour
12 heures
2
Senator 70 WP
25343
thiophanate-méthyle
1
1 jour
12 heures
—
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
2 jours
72 heures
—
Switch 62.5 WG
28189
cyprodinile +
fludioxonil
9 + 12
1 jour
12 heures
3
Tanos 50 DF
27435
cymoxanil +
famoxadone
11 + 27
9 jours
9 jours
3
Topas
30163
propiconazole
3
30 jours
12 heures
2
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
1 Application
foliaire.
au sol.
3 Nombre max. d’applications/an : 2 à la dose supérieure ou 3 à la dose inférieure.
4 Délai de sécurité après traitement général.
5 Après activation avec de l’eau dans le sol.
6 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles de palissage, d’attachage et de cueillette.
7 Délai de sécurité à observer avant des opérations manuelles d’élagage et d’éclaircissage.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
2 Application
182
5. Petits fruits
Pour de l’information sur l’efficacité des fongicides contre les maladies des framboisiers, voir le tableau 5–23, Efficacité des
fongicides contre les maladies des framboisiers, ci-dessous.
Pour de l’information sur l’efficacité des insecticides contre les ennemis des framboisiers, voir le tableau 5–24, Efficacité
des insecticides contre les ravageurs des framboisiers et leur toxicité pour les abeilles, p. 184.
Tableau 5–23. Efficacité des fongicides contre les maladies des framboisiers
Groupe de
fongicide
Produit
Anthracnose
(Elsinoe)
Brûlure des dards
Flétrissure des
tiges (Botrytis)
Pourriture des
fruits (Botrytis )
Taches
foliaires
Rouille jaune tardive
Rouille du framboisier
Oïdium
(blanc)
Pourridié
phytophthoréen
Tumeur du collet
Feu bactérien
Utiliser les fongicides uniquement pour combattre les maladies indiquées sur l’étiquette du produit et uniquement dans les cultures pour lesquelles
ils sont homologués. L’information fournie dans ce tableau est destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre
l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des
ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
M
Ferbam 76 WDG
1*
1*
1
NU
—
11
1*
—
0
0
0
M
Chaux/Bouillie soufrée
1
1*
1
0
1
11 *
1*
—
0
0
0
M
Maestro 80 DF
2
2*
1
2*
1à2
0
—
—
0
0
0
M
Supra Captan 80 WDG
2
2*
1
2*
1à2
0
—
—
0
0
0
1
Senator 70 WP
2
2
1
0 à 1 R *
2
0
—
2*
0
0
0
2
Rovral WDG
—
—
1
2*
0
0
—
—
0
0
0
3
Jade
—
—
—
—
—
3
3*
3
—
—
—
3
Mission 418 EC
—
—
—
—
—
3
3*
3
—
—
—
3
Nova 40 W
—
—
—
—
—
3
3
3*
—
—
—
3
Topas
—
—
—
—
—
3
3*
3
—
—
—
0
3*
0
0
0
0
0
4
Ridomil Gold 480 SL
0
0
0
0
0
0
—
7
Cantus WDG
—
0
—
3*
—
0
—
7 + 11
Pristine WG
3
3
3
3*
3
3
—
3
0
0
0
9
Scala SC
—
—
—
3*
—
—
—
—
0
0
0
9 + 12
Switch 62.5 WG
—
—
3
3*
—
—
—
1
0
0
0
11 + 27
Tanos 50 DF
2*
2*
1*
1*
—
—
—
—
—
—
0
17
Elevate 50 WDG
—
1
3
3*
0
0
—
—
0
0
0
33
Aliette
0
0
0
0
0
0
—
0
2*
0
—
33
Phostrol
0
0
0
0
0
0
—
0
2*
0
—
44
Serenade MAX
—
—
—
1*
—
—
—
2
—
—
0
NC
Bloomtime Biological FD
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1*
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
— = Information non disponible. * (zone ombrée) = La maladie figure sur l’étiquette du produit comme étant une maladie que le produit maîtrise ou maîtrise
partiellement. NU = Non utilisé à cette période.
R = Une résistance du pathogène est apparue dans certaines régions.
1 En
fin de dormance.
183
NOTES — FRAMBOISIERS
Notes sur les ennemis des framboisiers
Tableau 5–24. Efficacité des insecticides contre les ravageurs des framboisiers et leur toxicité pour les abeilles
Anneleur du framboisier
2*
—
2*
0
2
2
1
0
3*
1
HT
2
1
1*
0
NU
NU
2
3*
NU
NU
HT
Toxicité pour les abeilles
Scarabée du rosier
1
3*
Drosophile à ailes
tachetées adulte
Tétranyques
—
3*
Scarabée japonais adulte
Cicadelles
2*
2*
Rhizophage du
framboisier (larves)
Anthonome de la
fleur du fraisier
Sevin XLR
Diazinon 50 WSP1
Arpenteuses
Enrouleuses et tordeuses
1A
1B
Insecticide
Pucerons
Byture des framboises
(coléoptère)
Tenthrède du framboisier
Utiliser les produits uniquement contre les ennemis et dans les cultures indiqués sur l’étiquette.
L’information fournie dans ce tableau repose sur des données recueillies dans d’autres régions. Elle est destinée à aider le producteur à choisir,
parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant
des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
Groupe
NOTES — FRAMBOISIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
1B
Malathion 25 W
1
3
3*
2
2*
2*
0
2
2*
2
NU
2
2
HT
1B
Malathion 85 E
1
3
3
2
2*
2*
0
2
2
2
NU
2
2
HT
3
Pyganic 1.4 EC II
1*
—
—
—
—
1*
0
—
—
—
—
—
1
HT
4
Admire 240 F
3*
—
2
—
2
2*
0
—
2
2*
—
2
—
HT
4
Alias 240 SC
3*
—
2
—
2
2*
0
—
2
2*
—
2
—
HT
5
Delegate WG
—
—
—
3*
—
—
0
2
—
—
NU
—
3
HT
5
Entrust 80 W
—
—
—
3*
—
—
0
2*
—
—
NU
—
3
HT
5
Success
—
—
—
3*
—
—
0
2*
—
—
NU
—
3
HT
6
Agri-Mek 1,9% EC2
0
0
0
0
0
—
3*
0
0
0
0
0
0
HT
10
Apollo SC
0
0
0
0
0
0
2*
0
0
0
0
0
0
S
11
Bioprotec CAF
0
0
0
2*
0
0
0
1
0
0
0
0
0
S
11
Dipel 2X DF
0
0
0
2*
0
0
0
1
0
0
0
0
0
S
11
Foray 48BA
0
0
0
2*
0
0
0
1
0
0
0
0
0
S
20B
Kanemite 15 SC
0
0
0
0
0
0
3*
0
0
0
0
0
0
S
21
Nexter2
0
0
0
0
0
0
3*
0
0
0
0
0
0
HT
28
Altacor
0
—
—
3
—
—
0
3
—
—
2*
1
—
S
NC
Surround WP
1
—
—
—
—
2*
1
—
—
—
0
—
—
I
UN
Acramite 50 WS
0
0
0
0
0
0
3*
0
0
0
0
0
0
MT
0 = Inefficace. 1 = Efficacité de médiocre à passable. 2 = Bonne efficacité; quelques limitations. 3 = Excellente efficacité; limitations peu nombreuses si existantes.
Toxicité pour les abeilles : HT = Hautement toxique. MT = Modérément toxique. S = Relativement sûr ou non toxique. I = Irritant.
NU = Non utilisé à cette période. — = Information non disponible. * (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le
produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
1 Utiliser
2 Utiliser
184
avant la floraison seulement.
après la cueillette seulement.
6. Pommes
Nutrition des pommiers
Faire analyser le sol une année avant la plantation des
pommiers, ou deux ans avant si l’on pense devoir corriger
le pH. La période qui précède les plantations est le meilleur
moment pour bien incorporer au sol matière organique,
phosphore, potassium et chaux, des matières qui ne
se déplacent pas rapidement dans le sol, mais qui sont
nécessaires si l’on veut optimiser la productivité du verger.
Le fumier dans les vergers
Dans bien des cultures fruitières, le fumier constitue un
risque sur le plan de la salubrité des aliments. Laisser
s’écouler au moins 120 jours entre un épandage de
fumier et la cueillette.
Le fumier renferme de la matière organique utile et de
nombreux macro-éléments et oligo-éléments. Il enrichit
le sol d’azote pendant plusieurs années, quoique dans
une mesure qui diminue progressivement, puisque
l’azote organique qu’il contient se minéralise avec
le temps. Il faut donc équilibrer en conséquence les
apports supplémentaires d’azote organique et d’azote
inorganique. Un apport excessif d’azote, surtout dans la
seconde moitié de la saison de croissance, peut provoquer
des défauts de coloration du fruit, des problèmes de
conservation en entrepôt, une croissance excessive et un
retard dans l’aoûtement des tissus ligneux, ce qui rend
les arbres plus vulnérables à l’hiver.
Épandre au plus, à l’hectare, 7 tonnes de fumier de
volaille (20 m3 de fumier liquide), 40 tonnes de
fumier de bovins (100 m3 de fumier liquide) ou
35 tonnes de fumier de porc (65 m3 de fumier liquide).
Comme la teneur en éléments nutritifs du fumier varie
considérablement, le faire analyser avant l’épandage.
Épandre le fumier en pleine surface à des doses
modérées et l’incorporer au sol à la fin de l’automne
ou au début du printemps avant la plantation. Pour
éviter les blessures causées par l’hiver, ne pas épandre
de fumier autour d’arbres nouvellement plantés.
Réduire les doses d’azote, de phosphore et de potassium
provenant d’engrais commerciaux et visant à compléter
les apports d’éléments nutritifs fournis par le fumier.
Le tableau 2–10, Valeurs de remplacement moyennes en
fertilisants des fumiers, p. 20, montre la composition
moyenne de certains fumiers et les réductions
des apports d’engrais suggérées après un épandage
de fumier.
Pour plus d’information sur les répercussions que
peuvent avoir les épandages de fumier sur la salubrité
des aliments et l’environnement, voir Azote contenu dans
le fumier et Utiliser le fumier de manière responsable, p. 19.
Exigences quant au pH
Le pH d’un sol est la mesure de son acidité. Il peut
influencer l’absorption des éléments nutritifs et le
rendement des cultures. Si le rapport d’analyse de sol
recommande un apport de chaux dans le but d’élever le
pH du sol, faire cet apport, à la dose suggérée, avant les
plantations. Pour des précisions sur les doses et les types de
chaux à utiliser, voir Acidité du sol et chaulage, p. 15.
En ce qui concerne les vergers déjà établis, demander
tous les trois ans une analyse du sol sur un échantillon
prélevé dans les rangs, pour s’assurer que le pH est
à un niveau satisfaisant. Si le pH est inférieur à 5,1
dans un loam argileux ou à 5,6 dans un sol sableux,
épandre de la chaux sur la surface enherbée du verger à
l’automne ou avant de travailler le sol au printemps. Le
changement de pH ne sera pas immédiat parce que
la chaux migre et réagit lentement dans le sol.
Analyse foliaire
Pour ce qui concerne les plantations établies, l’analyse
foliaire est le meilleur moyen de déterminer les besoins
en éléments nutritifs. Ce sont les concentrations
d’éléments nutritifs dans les feuilles qui traduisent le
plus exactement l’absorption de ceux-ci par la culture.
Les résultats des analyses du sol sont utilisés avec les
résultats des analyses foliaires pour déterminer les
concentrations d’éléments nutritifs dans le sol. L’examen
simultané de ces résultats procure l’évaluation la
meilleure des besoins en fertilisants et en chaux. Pour
plus d’information sur ces analyses, voir Analyse des tissus
végétaux, p. 13.
De nombreuses conditions influent sur l’absorption des
éléments nutritifs dans les vergers. C’est pourquoi les
concentrations d’éléments nutritifs varient légèrement
chaque année selon la saison de croissance. Pour que
la croissance et la qualité du fruit soient optimales, les
feuilles doivent renfermer des concentrations suffisantes
de tous les éléments nutritifs; celles-ci sont indiquées dans
le tableau 6–1, Concentrations convenables d’éléments nutritifs
dans les feuilles de pommiers, p. 186
185
NUTRITION DES POMMIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–1. Concentrations convenables d’éléments nutritifs dans les feuilles de pommiers*
Azote1
Phosphore
Cultivar
Potassium
Calcium
Magnésium
Fer
Bore
%
Zinc
Manganèse
ppm
Delicious,
Mutsu/Crispin
2,2-2,7
0,15-0,4
1,4-2,2
0,8-1,5
0,25-0,4
25-200
20-60
15-100
20-200
Empire, Spy
2,1-2,6
0,15-0,4
1,3-2,1
0,7-1,5
0,25-0,4
25-200
20-60
15-100
20-200
2-2,5
0,15-0,4
1,2-2
0,8-1,5
0,25-0,4
25-200
20-60
15-100
20-200
McIntosh, autres
* Dans les feuilles prélevées pendant les deux dernières semaines de juillet de la partie centrale des rameaux de pommiers à maturité,
1 Chez les arbres non fructifères de même que chez les arbres élevés sur porte-greffes M.9 ou M.26, la teneur en azote foliaire devrait être de 0,2 % plus élevée.
Pour tirer le meilleur parti possible de l’analyse foliaire,
prélever les échantillons sur les mêmes arbres tous
les ans et corriger le programme de fertilisation en
conséquence. Les recommandations de fertilisation
tiennent compte des pratiques de gestion du sol, de
l’âge de l’arbre, du porte-greffe, du type de sol et des
fertilisations précédentes. Elles doivent aussi tenir
compte de la croissance des arbres ainsi que du calibre
des fruits, de leur couleur et de leur aptitude à
la conservation.
Engrais pour pommiers
Engrais pour pommiers non fructifères
La période qui précède la plantation est le meilleur
moment pour incorporer efficacement au sol des
éléments nutritifs comme le potassium, le phosphore,
le bore et la chaux. Les concentrations optimales
d’éléments nutritifs dans le sol sont de 12-20 ppm pour
le phosphore, de 120-150 ppm pour le potassium, de
100-250 ppm pour le magnésium et de 1000-5000
ppm pour le calcium. Le tableau 6–2, Besoins du sol en
phosphore et en potassium avant la plantation de pommiers, à
droite, renseigne sur les doses d’engrais à utiliser avant
la plantation.
Un apport annuel d’azote et de potasse, au début du
printemps, est habituellement nécessaire pendant les
premières années de croissance où les arbres ne sont pas
encore en production. Pour les doses suggérées, voir le
tableau 6–3, Besoins en azote élémentaire selon la densité de
peuplement et l’âge des arbres, p. 187, et le tableau 6–4,
Besoins en chlorure de potassium selon la densité de peuplement
et l’âge des arbres, p. 188.
Dans le cas des jeunes arbres, épandre le fertilisant à
la volée sous la couronne des arbres, mais pas à moins
de 15 cm du tronc, sous peine d’endommager l’arbre.
Dans la mesure où le sol a été bien préparé, notamment
par un travail en profondeur et un apport de matière
organique, comme du fumier, les autres éléments
nutritifs devraient s’y trouver en quantités suffisantes
pour subvenir aux besoins des jeunes arbres durant leurs
premières années.
186
Sur des sols peu fertiles à texture grossière, l’utilisation
d’une solution de démarrage (p. ex., 10-52-10 ou 20-20-20) au moment de la mise en culture peut
être bénéfique.
De fortes doses d’azote et des concentrations élevées
d’azote ans le sol peuvent causer une croissance excessive
et retarder la dormance. On recommande fortement
de semer des plantes couvre-sol entre les arbres pour
ralentir la croissance en fin de saison dans les vergers
sarclés, en particulier s’ils sont jeunes. Les plantes
couvre-sol comme le ray-grass d’Italie, semées vers le
1er juillet, puisent dans le sol une bonne partie de l’azote
assimilable et, de ce fait, présentent l’avantage de freiner
la croissance des arbres.
Tableau 6–2. Besoins du sol en phosphore et en
potassium avant la plantation de pommiers*
Phosphore
Potassium
Analyse
du sol
(ppm
(de K)
Besoins en potasse
(K2O) (kg/ha)
[cote d’efficacité]
80 [EÉ]
0-15
180 [EÉ]
60 [EÉ]
16-30
170 [EÉ]
6-7
50 [EÉ]
31-45
160 [EÉ]
Analyse
du sol
(ppm
de P)
Besoins en
phosphate
(P2O5) (kg/ha)
[cote d’efficacité]
0-3
4-5
8-9
40 [EM]
46-60
140 [EÉ]
10-12
20 [EM]
61-80
110 [EÉ]
13-15
0 [EF]
81-100
70 [EM]
16-20
0 [EF]
101-120
40 [EM]
21-25
0 [ETF]
121-150
20 [EM]
26-30
0 [ETF]
151-180
0 [EF]
31-40
0 [ETF]
181-210
0 [EF]
41-50
0 [ETF]
211-250
0 [ETF]
51-60
0 [ETF]
0 [EN]
61-80
0 [EN]
plus de
250
plus de
80
0 [EN]
* Pour les plantations établies de pommiers, se fier à l’analyse foliaire pour
estimer les besoins en azote, en phosphore et en potassium.
Les cotes d’efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne), EF
(efficacité faible), ETF (efficacité très faible) et EN (efficacité nulle) indiquent
la probabilité que l’apport de l’élément nutritif ait un avantage économique.
6. Pommes
La plupart des vergers en production ont besoin d’un
apport annuel d’azote. Recourir à une analyse de sol
pour déterminer leurs besoins en potassium. Ces deux
éléments ont un effet très marqué sur la croissance et
la productivité.
Afin de préciser les doses d’azote, il faut aussi tenir
compte des facteurs suivants : la croissance des
arbres; la couleur du feuillage; la qualité des fruits,
notamment leur couleur et leur qualité et l’aptitude à la
conservation; et l’équilibre des éléments nutritifs dans le
sol et dans les feuilles. L’azote se présente sous plusieurs
formes, mais le nitrate d’ammonium (34-0-0) et le
nitrate d’ammonium et de calcium (27-0-0) sont
les formes d’azote les plus économiques. Si l’on opte pour
un engrais composé, il faut veiller à ce que l’élément
azoté du mélange soit le nitrate d’ammonium. Ne pas
épandre d’urée (46-0-0) dans les vergers dont les entrerangs sont gazonnés, car si l’urée n’est pas incorporée
au sol, l’azote ammoniacal qu’elle contient se perd par
volatilisation dans l’atmosphère.
Azote (N)
L’azote est indispensable pour nombre de fonctions
vitales de l’arbre, y compris la croissance, la formation
des boutons, la nouaison et le grossissement des fruits.
En raison de la complexité des interactions entre l’azote,
la qualité et la production, l’analyse foliaire est le
meilleur guide pour les taux d’azote à épandre.
Les besoins en azote diffèrent d’un cultivar à l’autre.
Par ailleurs, les cultivars destinés à la transformation
peuvent recevoir plus d’azote que ceux qui sont destinés
au marché frais. Dans certains cas, il faudra augmenter
Tableau 6–3. Besoins en azote élémentaire selon la densité de peuplement et l’âge des arbres1
Réduire la quantité d’azote de moitié si les entre-rangs ne sont pas gazonnés. Ne pas dépasser 200 kg d’azote élémentaire/ha/saison de croissance,
quel que soit le nombre de pommiers/ha.
Les quantités indiquées sont approximatives. La quantité exacte d’azote à épandre varie en fonction de la teneur du sol en azote, du cultivar,
du porte-greffe, de l’humidité du sol, etc. Le meilleur moyen de déterminer les besoins en azote consiste à demander périodiquement
une analyse foliaire.
Nombre d’arbres par ha (par acre)
Âge des
arbres (en
années)
600
(240)
1000
(400)
1200
(480)
1400
(560)
1600
(640)
1800
(720)
2000
(800)
2200
(880)
2400
(960)
2600
(1040)
Grammes d’azote élémentaire par arbre
30
1
800
(320)
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
2
60
60
60
60
60
60
60
60
60
60
60
3
90
90
90
*
*
*
*
*
*
*
*
4
120
120
120
*
*
*
*
*
*
*
*
5
150
150
150
*
*
*
*
*
*
*
*
6
180
170
168
*
*
*
*
*
*
*
*
7
206
190
186
*
*
*
*
*
*
*
*
8
232
210
204
*
*
*
*
*
*
*
*
9
258
230
*
*
*
*
*
*
*
*
*
10
284
250
*
*
*
*
*
*
*
*
*
11
310
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
12
336
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
13 ou plus
* Dans les zones ombrées, déterminer les besoins en azote à partir des résultats d’une analyse foliaire.
1 Lorsque
les entre-rangs sont gazonnés.
187
NUTRITION DES POMMIERS
l’apport d’azote lorsque les fruits ont tendance à rester
trop petits. Le type de porte-greffe, l’espacement des
arbres et les opérations de taille ont aussi une influence
sur les besoins en azote.
Engrais pour pommiers fructifères
NUTRITION DES POMMIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
une bonne part de l’azote biodisponible dans le sol et
ralentissent la croissance des arbres.
Doses d’azote
Il est difficile de déterminer la quantité exacte d’azote
à apporter dans les vergers de pommiers, parce que
la dose varie selon les systèmes de conduite du verger,
les porte-greffes, les cultivars et les types de sols. Pour
une plantation donnée, se fonder sur les résultats de
l’analyse foliaire pour évaluer les besoins en azote. Le
tableau 6–3, Besoins en azote élémentaire selon la densité
de peuplement et l’âge des arbres, ci-dessus, donne une
estimation des besoins possibles en azote. Une fois
que les ramures des arbres couvrent tout l’espace
disponible, les besoins en engrais azotés tendent à
plafonner et n’augmentent plus indéfiniment avec l’âge
des pommiers. Les vergers dont on sarcle intégralement
le sol n’ont besoin que de la moitié environ de l’azote
nécessaire aux vergers gazonnés.
•Dans les vergers où une bande est traitée avec un
herbicide sous les arbres, laisser un peu pousser les
mauvaises herbes vers la fin de la saison, afin qu’elles
assimilent les surplus d’azote, ce qui contribue à
l’endurcissement des arbres et à l’amélioration de
la qualité des fruits.
•Quel que soit le cultivar de pommier, ne pas dépasser
la dose maximale de 200 kg d’azote élémentaire/ha/an,
même dans le cas d’une carence prononcée.
Localisation de l’azote et moment de l’épandage
Épandre les engrais azotés tôt en avril. Dans les vergers
sarclés à sol nu, épandre l’azote à la volée sous la
couronne des arbres. Dans les vergers dont les entrerangs sont gazonnés, épandre l’azote en couronne à
l’aplomb des branches les plus longues ou dans la bande
traitée avec des herbicides.
•Réduire l’apport d’azote ou même le supprimer au
cours des années où l’on prévoit de faire une taille
sévère des arbres à la fin de l’hiver ou au début
du printemps.
•Proscrire tout apport d’azote excessif ou tardif, sous
peine de nuire à la coloration et à la qualité des fruits.
L’azote biodisponible en fin de saison risque de nuire à
l’endurcissement des arbres et d’accroître le risque de
dommages causés par l’hiver.
Pulvérisation foliaire d’azote
Il est bon de pulvériser de l’urée (46 % d’azote) sur les
feuilles des pommiers lorsque ceux-ci ont un besoin
accru d’azote, à un moment critique, à cause des
conditions météorologiques ou culturales.
•Dans un verger sarclé, semer des plantes couvre-sol
pour contribuer à abaisser la teneur du sol en azote
en fin de saison. Les plantes couvre-sol, telles que le
ray-grass d’Italie, semées vers le 1er juillet, absorbent
Tableau 6–4. Besoins en chlorure de potassium selon la densité de peuplement et l’âge des arbres1
Ne pas dépasser 800 kg de 0-0-60/ha/saison de croissance, quel que soit le nombre de pommiers/ha. Ces quantités sont approximatives. La quantité
exacte de chlorure de potassium à épandre varie en fonction de la teneur du sol en potassium, du cultivar, du porte-greffe, de l’humidité du sol, etc.
Le meilleur moyen de déterminer les besoins en chlorure de potassium consiste à demander une analyse foliaire.
Nombre d’arbres par ha (par acre)
Âge des
arbres (en
années)
<500
(<200)
600
(240)
800
(320)
1000
(400)
1200
(480)
1400
(560)
1800
(720)
2000
(800)
2200
(880)
2400
(960)
2600
(1040)
Quantité de chlorure de potassium (en grammes) à fournir par 2,5 cm de diamètre de tronc
1
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
2
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
80
3
80
80
80
80
*
*
*
*
*
*
*
*
4
80
80
80
80
*
*
*
*
*
*
*
*
5
80
80
80
80
*
*
*
*
*
*
*
*
6
80
80
80
80
*
*
*
*
*
*
*
*
7
80
70
63
52
*
*
*
*
*
*
*
*
8
80
70
63
52
*
*
*
*
*
*
*
*
9
80
70
63
52
*
*
*
*
*
*
*
*
10
80
70
63
52
*
*
*
*
*
*
*
*
* Dans les zones ombrées, déterminer les besoins à partir des résultats d’une analyse foliaire.
1 Lorsque
188
1600
(640)
les entre-rangs sont gazonnés.
6. Pommes
Phosphore (P)
Les pommiers ne requièrent pas de grandes quantités
de phosphore. À quelques exceptions près, les sols de
l’Ontario sont suffisamment riches en phosphore. Le
phosphore joue toutefois un rôle pour ce qui est de
l’entretien du gazon ou des plantes couvre-sol. L’analyse
du sol est la meilleure façon de déceler si ces plantes
en ont besoin. Si un apport de phosphore est indiqué,
le faire avant l’installation du verger, seul moment
où il est possible de l’incorporer soigneusement. Des
concentrations de phosphore dans le sol entre 12 et
20 ppm sont considérées comme suffisantes pour assurer
l’établissement des arbres, puis la production des fruits.
Potassium (K)
Le potassium joue un rôle important dans la coloration
du fruit, la rusticité hivernale, la croissance de l’arbre
ainsi que la résistance aux maladies. Il faut évaluer
correctement l’apport en potassium nécessaire, car,
en excès, le potassium peut entraîner une carence en
magnésium (Mg). Toute teneur du sol en potassium qui
se situe entre 120 et 150 ppm est considérée comme
suffisante au moment de la plantation d’arbres fruitiers.
Le chlorure de potassium (0-0-60) est la source la plus
courante de potassium. En l’absence d’analyse foliaire,
on peut se guider sur les indications données dans le
tableau 6–4, Besoins en chlorure de potassium selon la densité
de peuplement et l’âge des arbres, ci-dessus.
Ne jamais épandre plus de 3 kg de K2O (5 kg de
chlorure de potassium) par pommier de haute tige
adulte et par année, quelle que soit la gravité de
la carence. En ce qui concerne les arbres élevés sur
un porte-greffe nanifiant, voir le tableau 6–4, Besoins
en chlorure de potassium selon la densité de peuplement et
l’âge des arbres, ci-dessus, afin de connaître les quantités
approximatives de chlorure de potassium à utiliser.
Dès que la couronne des arbres occupe tout l’espace
disponible, les besoins en fertilisants potassiques
plafonnent et n’augmentent plus avec l’âge du verger.
Encore une fois, les analyses foliaires sont le meilleur
indicateur des besoins.
Localisation de l’engrais et moment de l’épandage
Le printemps est le meilleur moment pour épandre du
potassium, soit seul, soit combiné à de l’azote. Même si
certains producteurs préfèrent l’épandre en automne, car
ils ont alors plus de temps, il faut savoir qu’une partie
du potassium peut se perdre par lessivage au cours de
l’hiver. C’est la raison pour laquelle on recommande
habituellement l’apport au printemps.
Dans les vergers dont les entre-rangs sont gazonnés,
épandre la potasse en couronne (sur une bande circulaire
à l’aplomb des branches les plus longues) ou dans la
bande traitée avec les herbicides.
Calcium (Ca)
On associe à un manque de calcium certaines affections
du fruit comme la tache amère de la pomme.
Les pulvérisations foliaires de calcium sur les pommiers
réduisent l’incidence de la tache amère et de la tache
liégeuse. Dans les vergers où ces affections se sont
déjà produites, faire une série de quatre pulvérisations
foliaires à deux semaines d’intervalle à partir de la
mi-juillet. Voir le tableau 6–5, Pulvérisations foliaires
de calcium, ci-dessous. Dans les cas où une plus
grande quantité de calcium est nécessaire, faire des
pulvérisations supplémentaires en commençant plus
tôt (mi-juin) ou en les poursuivant plus tard jusqu’à
la cueillette.
Tableau 6–5. Pulvérisations foliaires de calcium
Moment
Quatre pulvérisations à intervalles
de 2 semaines à compter de la
mi-juillet. Pulvérisations
supplémentaires possibles jusqu’à
la cueillette.
Produit
Dose
Remarques
Chlorure de calcium*
(paillettes à 77 %)
5 kg/1000 L d’eau
Non recommandé sur les McIntosh et Idared.
Pulvériser sur l’arbre jusqu’au point de ruissellement.
Pour connaître la compatibilité avec les pesticides,
consulter l’étiquette.
Nitrate de calcium
9 kg/1000 L d’eau
N’utiliser que si le taux d’azote foliaire est faible. Ne
pas appliquer après la fin de juillet.
Pour connaître la compatibilité avec les pesticides,
consulter l’étiquette.
Autres formulations, y
compris les chélates
—
Consulter l’étiquette.
* Pour préparer une solution de chlorure de calcium, mélanger d’abord la quantité de calcium nécessaire dans un seau d’eau et s’assurer que tout le produit est dissous
avant de verser la solution dans la cuve du pulvérisateur.
189
NUTRITION DES POMMIERS
Sur les pommiers, utiliser au plus 2,7 kg de N/1000 L
d’eau (6 kg d’urée) et pulvériser au moins 2000 L/ha
en commençant 7-10 jours après la chute des pétales.
Espacer les traitements d’environ 10 jours et ne pas faire
plus de trois traitements. Ne pas faire de traitement
après la fin de juillet, car la qualité des fruits et la survie
hivernale pourraient en souffrir.
NUTRITION DES POMMIERS
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Comme le calcium accélère la maturation des fruits, se
tenir prêt à modifier la date de cueillette prévue s’il y a
eu des pulvérisations foliaires de calcium.
Le calcium pulvérisé doit entrer en contact avec les
fruits pour être absorbé par ceux-ci. Il faut donc utiliser
de grandes quantités d’eau de manière à mouiller à fond
toutes les parties de l’arbre. De fortes concentrations
de calcium peuvent causer la brûlure du feuillage.
Certaines formulations de chlorure de calcium (CaCl2)
nuisent à la qualité des fruits lorsqu’on les applique trop
près de la cueillette.
Ne pas dépasser 5 kg de CaCl2 (paillettes à 77 %)/
1000 L d’eau à la mi-juillet ni 7 kg/1000 L d’eau à la
mi-août ou plus tard. Les pulvérisations de formulations
de Ca contenant de l’azote après la fin de juillet risquent
de diminuer la qualité des fruits et leur aptitude à la
conservation. Quelle que soit la formulation, toujours
consulter le mode d’emploi afin d’en connaître la dose à
employer et la compatibilité avec les pesticides. Ce n’est
pas tant le produit utilisé qui compte que la quantité
totale du calcium élémentaire effectivement appliquée.
Par exemple, le chlorure de calcium (paillettes à 77 %)
contient 28 % de calcium élémentaire. Pour obtenir des
résultats acceptables, il faut souvent appliquer jusqu’à
12 kg de Ca élémentaire/ha fractionnés en quatre
pulvérisations ou plus.
Les pulvérisations de calcium risquent de brûler le
feuillage et/ou les fruits quand du temps froid et
humide ralentit le ressuyage. Des dommages sont aussi
à craindre quand le calcium est pulvérisé par temps très
chaud (plus de 25 °C) ou humide.
Des études récentes portant sur les pulvérisations de
calcium sur les McIntosh n’ont pas permis de montrer
une amélioration de la fermeté des pommes ni de
leur aptitude à la conservation quand elles restaient
entreposées dans des chambres à atmosphère contrôlée
ordinaires pendant cinq mois et demi. Il convient de
limiter les pulvérisations de calcium aux fruits dont on
sait qu’ils souffrent d’une carence et/ou qu’ils sont sujets
à la tache amère et à la tache liégeuse. Pour en savoir
plus sur les troubles physiologiques liés au calcium,
consulter la fiche technique du MAAO, La lutte contre
la tache amère des pommes.
Magnésium (Mg)
Au moment de la plantation d’arbres fruitiers, on
considère qu’une teneur du sol en magnésium entre
100 et 250 ppm est tout à fait suffisante. On observe de
plus en plus de carences en magnésium dans les vergers,
particulièrement dans ceux qui ont reçu beaucoup de
potasse. Une carence en magnésium peut provoquer
la chute prématurée des fruits à la cueillette, surtout
190
pour la McIntosh. Les feuilles les plus vieilles des arbres
carencés sont pâles, puisque le magnésium fait partie
intégrante de la molécule de chlorophylle. L’analyse
foliaire est le meilleur moyen de révéler les besoins
en magnésium.
Les pulvérisations foliaires de magnésium se sont
révélées efficaces pour corriger une carence, mais
seulement pour la durée de l’année même. Voir le
tableau 6–6, Pulvérisations foliaires de magnésium, p. 191.
La pulvérisation d’une bouillie de pesticides additionnée
de sulfate de magnésium peut endommager les
fruits ou le feuillage; il faut donc appliquer le sulfate
de magnésium séparément. Vérifier l’étiquette du
produit pour connaître la compatibilité des chélates
de magnésium et des pesticides. Utiliser des chélates
recommandés pour les pulvérisations foliaires.
Pour les corrections à long terme, on doit faire des
épandages de Mg au sol, mais la réaction est rarement
immédiate. Sur certains types de sol, un seul épandage
au sol de Mg réalisé tôt au printemps ne donne aucun
résultat. Le printemps suivant, un deuxième épandage
et parfois un troisième sont parfois nécessaires avant que
les teneurs en Mg de l’arbre se rétablissent. Durant ce
temps, pour éviter le chute prématurée des fruits, faire
des pulvérisations foliaires au cours des deux premières
années en plus des épandages au sol.
Dans les sols acides, utiliser la chaux dolomitique pour
élever le pH du sol et fournir du Mg.
Dans les endroits qui ne requièrent pas de chaux,
épandre du sulfate de potasse et de magnésie (0-0-22,
11 % de Mg, 22 % de S) à raison de 5-7 kg par arbre de
haute tige adulte ou de 3-4 kg par arbre nain adulte. Il
s’agit d’un fertilisant granulé qui contient environ 22 %
de potasse et 11 % de magnésium. L’épandre au début
du printemps en couronne sur une bande à l’aplomb
des branches les plus longues. Comme il contient du
potassium (K), la dose à utiliser dépend des besoins en
potasse. D’autres sources de Mg donnent aussi de bons
résultats sous forme d’épandages au sol. Si l’on épand un
engrais additionné de Mg, il faut s’assurer que celui-ci
apportera au moins 80 kg de Mg biodisponible/ha.
6. Pommes
Moment
Trois pulvérisations à intervalles de
2 semaines à partir de la chute des
pétales (calice)
Produit
Dose
Remarques
Sulfate de magnésium
(sels d’Epsom)
20 kg/1000 L d’eau
Pulvériser sur l’arbre jusqu’au point de ruissellement. Ne
pas dépasser la concentration de 40 kg/1000 L d’eau.
Formulations liquides, y
compris les chélates*
Consulter l’étiquette
du produit.
Peut être compatible avec certains pesticides. Consulter
l’étiquette du produit.
* Utiliser des chélates recommandés pour les pulvérisations foliaires.
Attention : Lors des pulvérisations de matières
fertilisantes, respecter les doses recommandées sur les
étiquettes des produits. Ne faire aucune pulvérisation
lorsque la température dépasse 25 °C.
Oligo-éléments pour les pommiers
Les carences en oligo-éléments (éléments indispensables
en quantités infimes) ne sont pas très fréquentes dans
les vergers de pommiers de l’Ontario. La carence la
plus commune est sans doute celle du bore, bien que
certaines carences en zinc, en manganèse et en fer
puissent aussi se manifester à l’occasion, surtout dans
les sols alcalins (sols à pH élevé).
La variation acceptable des concentrations en oligoéléments n’est pas très grande. Les excès sont plus
dommageables que les carences. C’est pourquoi il ne
faut pas donner d’oligo-éléments aux pommiers tant que
la carence n’a pas été confirmée par une analyse foliaire
ou que les symptômes ne sont pas flagrants. En d’autres
mots, il faut se borner à corriger la carence confirmée
en apportant tout juste la dose nécessaire. Pour plus
d’information sur les oligo-éléments pour les pommiers,
voir Oligo-éléments, p. 26.
191
NUTRITION DES POMMIERS
Tableau 6–6. Pulvérisations foliaires de magnésium
Guide de la culture fruitière 2014-2015
CALENDRIER — POMMES
Figure 6–1. Stades repères du pommier
192
Dormance
Pointe argent
Pointe verte
Débourrement avancé
Prébouton rose
Bouton rose
Bouton rose avancé
Pleine floraison
Chute des pétales
Nouaison
Bourgeon terminal
Recroissance
6. Pommes
Lire l’étiquette du produit et respecter toutes les mises en garde de sécurité.
À moins d’indications sur l’étiquette, utiliser suffisamment d’eau pour garantir un recouvrement uniforme. Lorsque
la dose est exprimée en fonction de 1000 L ou que le volume d’eau n’est pas précisé sur l’étiquette, utiliser suffisamment
d’eau pour mouiller le feuillage presque jusqu’au point où la solution dégoutte.
Pour connaître le délai d’attente avant cueillette, le délai de sécurité après traitement et le nombre maximal
d’applications à ne pas dépasser, voir le tableau 6–7, Produits utilisés sur les pommes, p. 212.
Gestion des résistances
Pour retarder l’apparition de résistances aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, observer les consignes de gestion des
résistances données sous Stratégies de gestion des résistances, p. 300. Le groupe chimique est indiqué entre parenthèses après
le nom du produit. Ce calendrier présente les produits en les regroupant par groupes chimiques. Les fongicides multi-sites (M)
n’ont pas tendance à occasionner l’apparition de résistances, de sorte qu’il n’y a pas lieu de les utiliser en alternance avec d’autres
produits. Certains produits sont dits non classés (NC) quant à leur mode d’action, d’autres ont un mode d’action inconnu (U ou UN
pour unknown).
Gestion des résistances aux fongicides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition rapide de résistances aux fongicides :
• Ne pas utiliser moins que la dose indiquée sur l’étiquette.
• Ne pas utiliser de produits ayant des composantes appartenant au même groupe pour effectuer deux applications
consécutives.
• Ne pas utiliser les produits dont les composantes appartiennent à un seul groupe chimique plus de deux fois par saison de
croissance.
• Utiliser suffisamment d’eau pour assurer un recouvrement complet.
Gestion des résistances aux insecticides
Voici des mesures à prendre pour éviter l’apparition de résistances aux insecticides :
• Contre les ravageurs dont les générations apparaissent à des moments différents (carpocapse de la pomme, tordeuse orientale
du pêcher), ne pas utiliser d’insecticides d’un même groupe contre plus d’une génération. S’il doit y avoir plus d’un traitement,
utiliser des produits du même groupe tant que la lutte est dirigée contre la même génération.
• Contre les ravageurs dont les populations gonflent rapidement et dont les générations se chevauchent (acariens, pucerons),
ne pas utiliser de produits ayant des composantes d’un même groupe pour effectuer deux applications consécutives.
Toxicité pour les abeilles
Certains insecticides sont toxiques pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs. L’utilisation d’insecticides sur des cultures
en fleurs exige une gestion attentive si l’on veut éviter de nuire aux pollinisateurs. L’application de certains insecticides est
contre-indiquée avant ou durant la floraison. D’autres produits peuvent être appliqués sur des pommiers en fleurs, mais sous
réserve d’une prudence extrême et en dehors des heures où des abeilles sont actives dans le verger. Avant et après la floraison,
comme des abeilles peuvent butiner des mauvaises herbes et cultures de couverture en fleurs, ne jamais laisser les brouillards
d’insecticides atteindre des végétaux en fleurs. Toujours respecter les mises en garde figurant sur l’étiquette des produits afin
d’éviter de nuire aux abeilles. Pour plus d’information, voir Empoisonnement des abeilles, p. 313.
193
CALENDRIER — POMMES
Calendrier — Pommes
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile de
pulvérisation 13 E (NC)
20 L/1000 L d’eau
L’huile peut blesser l’écorce des cultivars Red Delicious, Empire
et Mutsu/Crispin. Appliquer la pleine dose d’huile dans 20003000 L d’eau/ha. Utiliser 90 L d’huile dans 4500 L d’eau/ha sur
les gros pommiers de haute tige. Ne pas appliquer d’huile dans
les 48 heures qui précèdent ou qui suivent une gelée, ni dans les
14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement avec Supra
Captan, Maestro, Folpan ou tout autre produit renfermant du
soufre.
Dormance
Cochenille
de San José
Cochenille
ostréiforme
Lécanie
20 L/1000 L d’eau
De la pointe verte au débourrement avancé
Tavelure
Oïdium (blanc)
194
• Manzate Pro-stick (M) ou Dithane DG (M) ou Penncozeb 75 Raincoat (M)
• Polyram DF (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
6 kg/ha
6 kg/ha
2 kg/1000 L d’eau
6 kg/ha
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
3,0-3,75 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Fontelis (7)
• Luna Tranquility (7 + 9)
plus Dithane DG
1,0-1,5 L/ha
800 mL/ha
3 kg/ha
• Vangard 75 WG (9)
• Scala SC (9)
370 g/ha
1 L/ha
• Allegro 500 F (29)
0,75-1,0 L/ha
• Syllit 400 FL (U12)
plus Supra Captan 80 WDG
ou Maestro 80 DF
• Syllit 400 FL (U12)
plus Manzate Pro-stick
ou Dithane DG ou Penncozeb 75 Raincoat
1,75 L/ha
2,8 kg/ha
2,8 kg/ha
1,75 L/ha
3,36 kg/ha
3,36 kg/ha
3,36 kg/ha
• Microscopic Sulphur (M)
ou Kumulus DF (M)
ou Microthiol Disperss (M)
6,5 kg/1000 L d’eau
22,5 kg/ha
22,5 kg/ha
• Nova 40 W (3)
340 g/ha
• Fontelis (7)
• Luna Tranquility (7 + 9)
1,0-1,5 L/ha
600 mL/ha
• Sovran (11)
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
240 g/ha
140-210 g/ha
1,0-1,2 kg/ha
Pulvériser les fongicides avant la libération des spores et
garder les feuilles bien enduites pendant leur croissance. Voir
l’information sur les périodes d’infection sous Tavelure, p. 221.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure chez la
pomme Delicious et d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est
fait du bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des
pétales. Ne pas utiliser à moins de 14 jours d’une application
d’huile.
Fontelis, Luna Tranquility : Dans des conditions de
croissance rapide ou de forte pression exercée par la maladie,
utiliser la dose supérieure, raccourcir les intervalles entre les
traitements et ajouter un phytoprotecteur dans la cuve du
pulvérisateur. Max. : 2 applications/saison de croissance.
Vangard, Scala : Ces produits n’agissent pas contre d’autres
maladies. Max. : 2 applications/saison de croissance et en
préfloraison uniquement.
Syllit : Une résistance est apparue dans certains vergers de
l’Ontario. Avant d’employer ce produit, vérifier si une résistance
aux fongicides du groupe U12 est apparue dans le verger. Ne
pas utiliser passé le stade prébouton rose.
Serenade MAX, Buran : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la
rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Commencer les traitements fongicides à la pointe verte et
les répéter jusqu’à la première pulvérisation d’été. Des
pulvérisations supplémentaires sont parfois nécessaires au
delà de la première pulvérisation d’été s’il s’agit de cultivars
sensibles ou si la pression exercée par la maladie est forte.
Microscopic Sulphur, Kumulus, Microthiol Disperss :
Peuvent amener une augmentation des populations de
tétranyques rouges et de cochenilles.
Nova, Luna Tranquility : Ces produits étant peu efficaces
contre la tavelure, les mélanger en cuve avec un fongicide à
action préventive. Voir les possibilités de traitements contre la
tavelure sous Du débourrement avancé au prébouton rose.
Fontelis, Pristine : Dans des conditions de croissance rapide
et de forte pression exercée par la maladie, utiliser la dose
supérieure, raccourcir les intervalles entre les traitements et
ajouter un phytoprotecteur dans la cuve du pulvérisateur. Max. :
2 applications/saison de croissance.
Flint : Utiliser la dose supérieure du bouton rose avancé à la
pleine floraison.
Inspire Super, Purespray Green Huile de pulvérisation
13E, Serenade Max : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la
rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Huile 70 Supérieure (NC)
• Purespray Green Huile de
pulvérisation 13 E (NC)
20 L/1000 L d’eau
L’huile peut blesser l’écorce des cultivars Red Delicious, Empire
et Mutsu/Crispin. Appliquer avant l’éclosion des œufs d’hiver.
Appliquer la pleine dose d’huile dans 2000-3000 L d’eau/ha.
Utiliser 90 L d’huile dans 4500 L d’eau/ha sur les gros pommiers
de haute tige. Ne pas utiliser d’huile dans les 48 heures qui
précèdent ou qui suivent une gelée, ni dans les 14 jours qui
précèdent ou qui suivent un traitement avec Supra Captan,
Maestro, Folpan ou tout autre produit renfermant du soufre. Ne
pas appliquer sur des arbres soumis à un stress thermique.
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Closer SC (4)
120 g/ha
160 g/ha
145-290 mL/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
160 g/ha
• Exirel (28)
1,5 L/ha
• Manzate Pro-stick (M)
ou Dithane DG (M)
ou Penncozeb 75 Raincoat (M)
• Polyram DF (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
6 kg/ha
6 kg/ha
2 kg/1000 L d’eau
6 kg/ha
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
3-3,75 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Nova 40 W (3)
plus 1/2 dose du groupe M
• Inspire Super (3 + 9)
340 g/ha
Voir groupe M ci-dessus
560-836 mL/ha
• Fontelis (7)
• Luna Tranquility (7 + 9)
plus Dithane DG
1,0-1,5 L/ha
800 mL/ha
3 kg/ha
• Vangard 75 WG (9)
• Scala SC (9)
370 g/ha
1 L/ha
• Sovran (11)
plus 1/2 dose du groupe M
• Flint (11)
plus 1/2 dose du groupe M
• Pristine WG (7 + 11)
plus 1/2 dose du groupe M
240 g/ha
voir groupe M ci-dessus
140 g/ha
voir groupe M ci-dessus
1,0-1,2 kg/ha
voir groupe M ci-dessus
• Allegro 500 F (29)
0,75-1,0 L/ha
• Syllit 400 FL (U12)
plus Supra Captan 80 WDG
ou Maestro 80 DF
• Syllit 400 FL (U12)
plus Manzate Pro-stick
ou Dithane 75 DG
ou Penncozeb 75 Raincoat
1,75 L/ha
2,8 kg/ha
2,8 kg/ha
1,75 L/ha
3,36 kg/ha
3,36 kg/ha
3,36 kg/ha
Du débourrement avancé au prébouton rose
Tétranyque rouge
du pommier
Puceron rose du
pommier
Tavelure
20 L/1000 L d’eau
Traiter dès qu’au moins 20 bouquets sur un échantillon de
100 sont infestés.
Assail, Actara, Calypso, Closer : Max. : 2 applications de
produits de ce groupe/saison de croissance. Leur emploi répété
peut déclencher une explosion des populations d’acariens.
Actara : Max. : 1 application en préfloraison.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Des cas de résistance aux fongicides des groupes 3, 11 et U12
ont été confirmés en Ontario. Vérifier si des cas de résistance ont
été signalés dans la région avant de les utiliser. Voir Gestion des
résistances aux fongicides, p. 300.
Ne pas appliquer d’huile dans les 14 jours qui précèdent
ou qui suivent un traitement avec Supra Captan, Maestro
ou Folpan.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure sur la
Delicious et d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est fait du
bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des pétales.
Nova, Inspire Super, Sovran, Flint, Pristine : Ne pas utiliser
ces produits avant le prébouton rose. Les résidus de ces
produits subsistent pendant 5-8 jours. En cas de croissance
rapide des arbres, traiter à intervalles plus courts. Ne pas utiliser
ces produits si la tavelure est présente.
Inspire Super : Peut assurer une maîtrise partielle du blanc si
la dose supérieure est utilisée.
Fontelis, Luna Tranquility, Pristine : Dans des conditions de
croissance rapide ou de forte pression exercée par la maladie,
utiliser la dose supérieure, raccourcir les intervalles entre les
traitements et ajouter un phytoprotecteur dans la cuve du
pulvérisateur. Max. : 2 applications/saison de croissance.
Vangard, Scala : Ces produits n’agissent pas contre d’autres
maladies. Max. : 2 applications/saison de croissance, en
préfloraison uniquement. Ne pas utiliser ces produits si la
tavelure est présente.
Syllit : Ne pas utiliser passé le stade prébouton rose.
Serenade MAX, Buran : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la
rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De la pointe verte au débourrement avancé.
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Isomate-M 100
• Isomate-M Rosso
250 diffuseurs/ha
500 diffuseurs/ha
Placer les diffuseurs dans les vergers à la fin avril avant les
premiers vols de TOP. Des infestations d’autres insectes
nuisibles sont à craindre si aucun insecticide n’a été appliqué
contre la TOP. Voir Technique de la confusion des mâles dans les
cultures fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Est efficace jusqu’à 90 jours. Sur des cultivars
de fin de saison, répéter le traitement de 75 à 80 jours après la
première application.
Isomate-M Rosso : Est efficace jusqu’à 120 jours.
195
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
520 mL/ha
520 mL/ha
400 mL/ha
250 mL/ha
250 mL/ha
400 mL/ha
83 mL/ha
83 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
80 g/ha
315 g/ha
145 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
• Confirm 240 F (18)
500 mL/ha
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Traiter s’il y a au moins 3 œufs par lambourde ou au moins
une larve se nourrissant de sève par feuille.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Pounce, Ambush, Perm-Up, Ripcord, Up-Cyde, Decis,
Matador, Silencer : Appliquer à l’éclosion des premiers œufs.
Ces produits appartiennent à un groupe hautement toxique
pour les insectes utiles et peuvent provoquer des infestations
d’acariens. Max. : 1 application/saison de croissance.
Assail, Actara, Calypso : Appliquer lorsque les populations
sont surtout composées d’individus se nourrissant de sève. Ne
pas dépasser deux applications d’insecticides de ce groupe par
saison de croissance. Leur emploi répété peut déclencher une
explosion des populations d’acariens.
Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer lorsque les populations
sont surtout composées d’individus se nourrissant de sève.
Intrepid, Confirm : Appliquer à l’éclosion des premiers
œufs. Confirm procure une maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Du prébouton rose au bouton rose avancé
Mineuse
marbrée
Tavelure
Utiliser un des produits indiqués contre la tavelure sous Du débourrement avancé au prébouton rose.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De la pointe verte au débourrement avancé.
Rouille
• Ferbam 76 WDG (M)
• Polyram DF (M)
• Manzate Pro-stick (M)
ou Dithane DG (M)
ou Penncozeb 75 Raincoat (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
1,25-2,0 kg /1000 L d’eau
6 kg/ha
6 kg/ha
6 kg/ha
2 kg/1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Nova 40 W (3)
• Inspire Super (3 + 9)
340 g/ha
836 mL/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
Si le genévrier de Virginie, l’hôte intermédiaire, est présent
à proximité, inclure ces traitements dans les pulvérisations
jusqu’à la première pulvérisation d’été, inclusivement.
Ferbam : Peut causer de la roussissure sur certains cultivars
sensibles, comme le Golden Delicious.
Nova, Inspire Super : Ces produits étant peu efficaces contre
la tavelure, les mélanger en cuve avec un fongicide à action
préventive. Voir les possibilités de traitements contre la tavelure
sous Du débourrement avancé au prébouton rose.
Fontelis : Utiliser la dose supérieure et l’intervalle le plus
court lorsque la pression exercée par la maladie est forte.
Max. : 2 applications/saison de croissance.
• Flint (11)
140 g/ha
Punaises
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
• Ambush 500 EC (3)
250 mL/ha
400 mL/ha
104 mL/ha
104 mL/ha
400 mL/ha
Ces produits sont hautement toxiques pour les insectes utiles
et peuvent provoquer des infestations d’acariens. Ne pas les
appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Max. : 1 application/saison de croissance.
Carpocapse de la
pomme
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Isomate-CM/OFM TT
500 diffuseurs/ha
Nuit à l’accouplement des carpocapses de la pomme et des
TOP. Avant la floraison, installer dans le verger les pièges à
phéromones destinés à la surveillance des vols de carpocapses
de la pomme. Installer les diffuseurs au plus tard à la chute
des pétales, soit avant les premiers vols de carpocapses.
Les diffuseurs restent efficaces jusqu’à 150 jours contre le
carpocapse et jusqu’à 90 jours contre la TOP. Voir Technique de la
confusion des mâles dans les cultures fruitières, p. 290.
Dans la plupart des vergers, il faudra des traitements
insecticides dirigés contre une ou les deux générations de
carpocapses de la pomme. Des insecticides dirigés contre la
TOP sont parfois nécessaires si le cultivar est tardif et que les
populations de TOP sont fortes.
Chenilles
défoliatrices
du printemps
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
145-285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Appliquer s’il y a entre 12 et 15 larves sur 100 pousses
terminales.
Altacor, Exirel : Répéter le traitement, au besoin,
10-14 jours plus tard. Utiliser la dose supérieure dans les zones
fortement infestées. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de
manière consécutive ce produit et des fongicides à base de
strobilurines, de cuivre ou de captane.
196
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Bouton rose avancé
Tavelure
Utiliser un des produits indiqués contre la tavelure sous Du débourrement avancé au prébouton rose.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De la pointe verte au débourrement avancé.
Pourriture noire
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
3,0-3,75 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
Faire des traitements fongicides préventifs si le cultivar est
sensible et que le verger a des antécédents d’infections par la
pourriture noire. Ne pas appliquer d’huile dans les 14 jours qui
précèdent ou qui suivent un traitement avec Supra Captan,
Maestro ou Folpan.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure sur la
Delicious et d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est fait du
bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des pétales.
Puceron rose du
pommier
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Closer SC (4)
120 g/ha
145-290 mL/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
160 g/ha
• Exirel (28)
1,5 L/ha
Traiter dès qu’au moins 20 bouquets sur un échantillon de
100 sont infestés.
Certains produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas
les appliquer pendant la floraison ni quand des abeilles sont
actives dans le verger. Voir sur l’étiquette les déclarations de
toxicité pour les abeilles.
Assail, Calypso, Closer : Max. : 2 applications de produits de
ce groupe par saison de croissance. Leur emploi répété peut
déclencher une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
240 g/ha
290 mL/ha
• Exirel (28)
1 L/ha
Hoplocampe limace
Traiter les vergers où l’hoplocampe limace a déjà sévi. Utiliser
des pièges blancs encollés 3-D pour faire le dépistage des
adultes. Répéter le traitement à la chute des pétales si le
dépistage révèle que les populations ont atteint des seuils de
nuisibilité économique.
Certains produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas
les appliquer pendant la floraison ni quand des abeilles sont
actives dans le verger. Voir sur l’étiquette les déclarations de
toxicité pour les abeilles.
Assail, Calypso : Max. : 2 applications de produits de ce
groupe par saison de croissance. Leur emploi répété peut
déclencher une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Pleine floraison
NE PAS APPLIQUER D’INSECTICIDES QUAND LES POMMIERS SONT EN FLEURS. VOIR EMPOISONNEMENT DES ABEILLES, P. 311.
Tavelure
• Manzate Pro-stick (M)
ou Dithane DG (M)
ou Penncozeb 75 Raincoat
• Polyram DF (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
6 kg/ha
6 kg/ha
2 kg/1000 L d’eau
6 kg/ha
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
3,0-3,75 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Nova 40 W (3)
plus 1/2 dose du groupe M
• Inspire Super (3 + 9)
340 g/ha
voir groupe M ci-dessus
560-836 mL/ha
• Fontelis (7)
1,0-1,5 L/ha
• Sovran (11)
plus 1/2 dose du groupe M
• Flint (11)
plus 1/2 dose du groupe M
• Pristine WG (7 + 11)
plus 1/2 dose du groupe M
240 g/ha
voir groupe M ci-dessus
140 g/ha
voir groupe M ci-dessus
1,0-1,2 kg/ha
voir groupe M ci-dessus
• Allegro 500 F (29)
0,75-1,0 L/ha
Des cas de résistance aux fongicides des groupes 3 et 11 ont
été confirmés en Ontario. Vérifier si des cas de résistance ont
été signalés dans la région avant de les utiliser. Voir Gestion des
résistances aux fongicides, p. 300.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure sur la
Delicious et d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est fait du
bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des pétales.
Nova, Inspire Super, Sovran, Flint, Pristine : Les résidus de
ces produits subsistent pendant 5-8 jours. En cas de croissance
rapide des arbres, traiter à intervalles plus courts. Ne pas utiliser
ces produits si la tavelure est présente.
Nova, Inspire Super : Ces produits étant peu efficaces contre
la tavelure sur les fruits, il est déconseillé de les utiliser contre
la tavelure après la floraison.
Fontelis, Pristine : Dans des conditions de croissance rapide
ou de forte pression exercée par la maladie, utiliser la dose
supérieure, raccourcir les intervalles entre les traitements et
ajouter un phytoprotecteur dans la cuve du pulvérisateur. Max. :
2 applications/saison de croissance.
Serenade MAX, Buran : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la
rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281.
197
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Feu bactérien
• Kasumin 2L (24)
5,0 L/ha
• Streptomycin 17 (25)
600 g/1000 L d’eau
• Blossom Protect (NC)
Voir remarques
Il existe des modèles de prévision du feu bactérien (p. ex.,
Maryblyt, Cougar Blight) qui sont utiles pour déterminer le
moment des pulvérisations. Voir www.ontario.ca/LIcultures.
Autrement, faire les pulvérisations quand les températures
dépassent 18 °C, que l’humidité est forte (plus de 69 %) et en
présence de pluie ou de rosée abondante. Traiter les cultivars
sensibles dès l’apparition des premières fleurs jusqu’à la chute
des pétales.
Ces produits ont leur pleine efficacité lorsqu’ils sont appliqués
avant une période d’infection. Les utiliser seuls pour de
meilleurs résultats.
Kasumin : Appliquer à 20-30 % de la floraison, lorsque les
conditions sont propices à l’éclosion de la maladie.
Streptomycin : Produit sensible aux rayons UV. Nécessite un
second traitement après 2-3 jours si l’on prévoit du temps doux
(› 18 °C) et pluvieux.
Blossom Protect : Pour chaque mètre de hauteur, diluer
5,25 kg du composant A dans 500 L d’eau/ha et ajouter la
dilution à 0,75 kg du composant B. Si un modèle de prévision
est offert, faire la pulvérisation 1-2 jours avant la date d’un
risque d’infection. Répéter après 2 jours et jusqu’à 5 fois si
l’infection perdure. En l’absence d’un modèle de prévision,
traiter lorsque les fleurs sont à 10, 40, 70 et 90 % ouvertes. Ce
produit est sensible aux fongicides et peut voir son efficacité
réduite s’il est mélangé en cuve avec des fongicides. Une
roussissure peut apparaître sur les cultivars sensibles.
Serenade MAX, Bloomtime Biological FD : Maîtrise partielle
seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques et
biopesticides, p. 281.
De la fin de la floraison à la chute des premiers pétales
Feu bactérien
(maîtrise partielle
du stade affectant
les pousses)
• Apogee
1,35 kg/ha
Freine la croissance végétative, ce qui rend les pousses moins
sensibles aux infections par le feu bactérien. Apogee n’a aucun
effet sur le feu bactérien affectant les fleurs ni sur la bactérie
responsable du feu bactérien. L’appliquer vers la fin de la
floraison ou à la chute des premiers pétales quand les pousses
ont 2,5-5,5 cm de long. Le choix du moment est primordial.
Apogee procure dès lors une maîtrise partielle du feu bactérien.
Refaire le traitement 14-21 jours plus tard.
Dans les vergers peu vigoureux, la réduction de la croissance
des pousses provoquée par une forte dose d’Apogee destinée à
une maîtrise partielle du feu bactérien n’est pas nécessairement
souhaitable.
Pour plus d’information sur l’utilisation d’Apogee, voir Maîtrise
de la croissance végétative des pommiers, p. 242.
Chute des pétales (quand la plupart des pétales sont tombés)
Certains produits agissent contre plus d’un ennemi. Voir le tableau 6–8, Efficacité des insecticides appliqués à la chute des pétales, p. 215.
Tavelure
Utiliser un des produits indiqués contre la tavelure sous Pleine floraison.
Pourriture amère
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
Faire des traitements fongicides préventifs si le cultivar est
sensible et que le verger a des antécédents d’infections par la
pourriture amère.
Pourriture noire
Utiliser un des produits indiqués contre la pourriture noire sous Bouton rose avancé.
Sésie du cornouiller
• Isomate DWB
198
250-375 diffuseurs/ha
Appliquer avant l’apparition des sésies du cornouiller adultes
(fin mai). Utiliser la dose supérieure dans les zones fortement
infestées ou la première année du traitement. Voir Technique de
la confusion des mâles dans les cultures fruitières, p. 290.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Mineuse marbrée
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
520 mL/ha
520 mL/ha
400 mL/ha
250 mL/ha
250 mL/ha
400 mL/ha
83 mL/ha
83 mL/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
380 mL/ha
380 mL/ha
80 g/ha
315 g/ha
145 mL/ha
140-210 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
750 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas
les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger. Voir
sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Pounce, Ambush, Perm-Up, Ripcord, Up-Cyde, Decis,
Matador, Silencer : Si l’éclosion est retardée, pulvériser à la
chute des pétales dès qu’on aperçoit des galeries creusées
par les mineuses se nourrissant de sève. Ces produits sont
hautement toxiques pour les insectes utiles et peuvent
provoquer des infestations d’acariens. Max. : 1 application
d’insecticides de ce groupe/saison de croissance.
Admire, Alias, Assail, Actara, Calypso, Clutch : Appliquer
lorsque les populations sont surtout composées d’individus se
nourrissant de sève. Max. : 2 applications d’insecticides de ce
groupe/saison de croissance. Un emploi répété peut déclencher
une explosion des populations d’acariens.
Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer lorsque les populations
sont surtout composées d’individus se nourrissant de sève.
Agri-Mek : Ne pas appliquer passé 21 jours après la chute des
pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au moins 1000 L d’eau/
ha. Le mélange Agri-Mek et huile peut causer de la roussissure
sur les Golden Delicious et autres pommes à peau claire. Ne pas
utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou qui suivent
un traitement avec les fongicides Supra Captan, Maestro
ou Folpan.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
230 mL/ha
120 g/ha
160 g/ha
145-290 mL/ha
140-210 g/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Exirel (28)
1,5 L/ha
Punaise de la
molène
• Diazinon 50 WSP (1)
3,25 kg/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
380 mL/ha
380 mL/ha
80-160 g/ha
315 g/ha
290 mL/ha
Cochenille de San
José
Cochenille virgule
• Closer SC (4)
400 mL/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
Puceron rose du
pommier
Traiter dès qu’au moins 20 bouquets sur un échantillon de 100
sont infestés.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Voir sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Admire, Alias, Assail, Actara, Calypso, Clutch, Closer :
Max. : 2 applications de produits de ce groupe/saison de
croissance. Un emploi répété peut déclencher une explosion
des populations d’acariens.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, faire un second traitement
2 semaines plus tard. Mélanger en cuve avec un adjuvant/
additif ayant des propriétés d’étalement et de pénétration à une
dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails.
Ne pas mélanger en cuve avec du soufre.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Intervenir dès la capture de 7-9 nymphes dans 25 pièges.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Voir sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Admire, Alias, Assail, Actara, Calypso : Max. : 2 applications
d’insecticides de ce groupe/saison de croissance. Un emploi
répété peut déclencher une explosion des populations
d’acariens.
Traiter quand les larves mobiles des cochenilles sont actives
dans les vergers où les cochenilles ont déjà sévi. Ces produits
sont toxiques pour les abeilles. Ne pas les appliquer quand des
abeilles sont actives dans le verger.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, faire un second traitement
2 semaines plus tard. Mélanger en cuve avec un adjuvant/
additif ayant des propriétés d’étalement et de pénétration à une
dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails.
Ne pas mélanger en cuve avec du soufre.
199
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Charançon de la
prune
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
120-240 g/ha
385 g/ha
440 mL/ha
210 g/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas
les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger. Voir
sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Imidan : Appliquer dès la chute des pétales ou quand
le dépistage révèle la présence du charançon de la prune dans
le verger.
Assail, Actara, Calypso, Clutch : Appliquer 3 jours après la
chute des pétales, ou avant si le dépistage révèle la présence du
charançon de la prune dans le verger. Ne pas appliquer comme
pulvérisation périmétrique. Max. : 2 applications d’insecticides
de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété peut
déclencher une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Appliquer au premier signe de dommages causés
par l’alimentation des insectes après la floraison. Répéter
le traitement 10-14 jours plus tard si le dépistage en indique
le besoin. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Surround : Doit être appliqué avant que le charançon de la
prune soit présent. Faire au départ deux applications, à 7 jours
d’intervalle, à raison de 50 kg/ha, pour obtenir une couche
de base. Répéter le traitement à 7-14 jours d’intervalles en
réduisant la dose à 25 kg/ha, afin de maintenir un recouvrement
uniforme des fruits en train de se développer. Ne pas utiliser
Surround pour les pulvérisations périmétriques. Voir Utilisation
de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
240 g/ha
290 mL/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
1 L/ha
Hoplocampe limace
200
Traiter les vergers où l’hoplocampe limace a déjà sévi. Utiliser
des pièges blancs encollés 3-D pour faire le dépistage des
adultes. Si un insecticide a été appliqué avant la floraison, faire
une pulvérisation après la floraison quand on dénombre
6 adultes/piège. S’il n’y a pas eu de traitement insecticide avant
la floraison, la pulvérisation de postfloraison doit se faire dès
que l’on dénombre 3 captures/piège.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Voir sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Assail, Calypso : Max. : 2 applications de produits de
ce groupe par saison de croissance. L’emploi répété peut
déclencher une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tétranyque rouge
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
750 mL/ha
• Apollo SC (10)
300 mL/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,1 L/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha
ou 3,75 sachets/ha
Un bon recouvrement est indispensable à l’efficacité du
traitement. Il est recommandé de pulvériser les acaricides à
part. Voir le tableau 6–9, Activité des acaricides homologués pour
une utilisation sur les pommes et/ou les poires en Ontario, p. 216.
Agri-Mek : Traiter quand il y a 5-7 tétranyques actifs/feuille,
au moment où 50 % des œufs ont éclos et au plus tard 21 jours
après la chute des pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au
minimum 1000 L d’eau/ha, Peut causer de la roussissure sur les
Golden Delicious et autres pommes à peau claire. Ne pas utiliser
dans les 14 jours qui précèdent ou qui suivent
un traitement avec les fongicides Supra Captan, Maestro
ou Folpan.
Agri-Mek, Envidor : Maîtrisent également l’ériophyide
du pommier.
Appolo : Appliquer quand ce ravageur est surtout au stade de
l’œuf et avant qu’il y ait plus de 3 tétranyques actifs/feuille.
Kanemite, Envidor, Acramite : Appliquer dès que l’on
compte 5-7 tétranyques actifs/feuille.
Envidor : Il faut parfois attendre une semaine avant de voir
des résultats.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques
et biopesticides, p. 281. Ne pas utiliser dans
les 14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement avec
les fongicides Supra Captan, Maestro ou Folpan.
Tache vésiculeuse
• Aliette (33)
2 kg/ha
Faire des traitements préventifs sur les cultivars sensibles
comme Mutsu/Crispin, Jonagold et Golden Delicious.
Commencer les traitements à la chute des pétales et les répéter
1-2 fois à intervalles de 7 jours. Ne pas mélanger avec des
composés cupriques.
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 mL/ha
420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Foray 48BA (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,12 kg/ha
2,8 L/ha
4 L/ha
• Intrepid 240 F (18)
• Confirm 240 F (18)
750 mL/ha
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
Contre les tordeuses à bandes obliques hivernantes, traiter
les vergers où cette tordeuse a déjà sévi ou exerce une forte
pression (1-2 % des pousses terminales ou des boutons
comportent des larves ou des dommages). À la chute des
pétales, installer les pièges à phéromones dans le verger pour
surveiller l’apparition des tordeuses à bandes obliques de
la génération estivale.
Dipel, Foray, Bioprotec : Si les larves sont très actives,
répéter le traitement 5-7 jours plus tard. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Intrepid, Confirm : Une résistance croisée à ce groupe et aux
pyréthrinoïdes est possible chez les populations de tordeuses
à bandes obliques résistantes aux organophosphorés.
Exirel : Si les larves sont très actives, répéter le traitement
10 jours plus tard. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de
manière consécutive ce produit et des fongicides à base
de strobilurines, de cuivre ou de captane.
201
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
• Decis 5 EC (3)
250 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
240 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
• Intrepid 240 F (18)
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Pulvérisation spéciale à faire dans les vergers où cette tordeuse
a déjà sévi. Décider du moment en fonction du dépistage.
Faire les pulvérisations 6-10 jours après une recrudescence des
captures dans les pièges, ce qui coïncide souvent avec la chute
des pétales.
On peut aussi comptabiliser les degrés-jours (temp. de base
de 7,2 °C) à partir de la première capture substantielle de TOP
(repère biologique) et diriger les traitements insecticides contre
les larves de 1re génération :
Decis : Appliquer à 194-208 DJC ou plus tôt. Ce produit est
hautement toxique pour les insectes utiles et peut provoquer
des infestations d’acariens. Max. : 1 application/saison de
croissance. Appliquer dans 3000 L d’eau.
Assail, Calypso : Appliquer à 139-153 DJC contre les œufs ou
les larves. Max. : 2 application de produits de ce groupe/saison
de croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion
des populations d’acariens.
Rimon : Appliquer à 111-139 DJC contre la 1re génération
seulement. Voir, ci-dessous, les remarques sur le carpocapse de
la pomme.
Intrepid : Appliquer à 139-153 DJC contre les œufs ou
les larves.
Altacor, Exirel, Delegate : Appliquer à 194-208 DJC ou plus
tôt si le traitement est dirigé contre les œufs ou les larves. Ne
pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive Exirel
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou
de captane.
Voir l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Si l’on emploie un insecticide à cette période de l’année pour
lutter contre la TOP, on peut repousser à la mi-juin la mise en
œuvre de la technique de la confusion des mâles.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne
pas les appliquer quand des abeilles sont actives dans le verger.
Voir sur l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Carpocapse de la
pomme
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
Appliquer à la chute des pétales et répéter le traitement
10-14 jours plus tard. Utiliser contre la 1re génération seulement.
Voir l’étiquette pour plus d’information sur les doses et les
volumes de bouillie. Ne pas laisser le brouillard de Rimon
dériver vers des vignes, dont les feuilles risqueraient de rester
tachées. L’application à ce stade permet de maîtriser par la
suite la tordeuse à bandes obliques et la tordeuse orientale
du pêcher. Ce produit est toxique pour les abeilles et colonies
d’abeilles. Ne pas l’appliquer quand des abeilles sont actives
dans le verger.
Cécidomyie du
pommier
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
250 mL/ha
400 mL/ha
Pulvérisation spéciale à faire dans les vergers où cet insecte a
déjà sévi.
Ripcord, Up-Cyde : Max. : 1 application de produits de ce
groupe/saison de croissance. Ces produits sont hautement
toxiques pour les insectes utiles et peuvent provoquer des
infestations d’acariens. Ne pas les appliquer quand des abeilles
sont actives dans le verger.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De la pointe verte au débourrement avancé.
202
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Première pulvérisation d’été (7-14 jours après la chute des pétales)
Tavelure
Utiliser un des produits indiqués contre la tavelure sous Pleine floraison. Un traitement anti-tavelure supplémentaire est
parfois nécessaire entre la chute des pétales (calice) et la première pulvérisation d’été. Voir Lutte contre la tavelure du
pommier sous de mauvaises conditions atmosphériques, p. 224.
Charançon de
la prune
Utiliser un des produits indiqués contre le charançon sous Chute des pétales (calice).
Feu bactérien
• Streptomycin 17 (25)
600 g/1000 L d’eau
Traiter pour éliminer la brûlure des rameaux, particulièrement
lorsqu’il y a eu brûlure des fleurs.
Tétranyque rouge
Tétranyque à
deux points
• Agri-Mek 1,9% EC (6)
750 mL/ha
• Apollo SC (10)
300 mL/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,1 L/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 ou 851 g/ha (2,5 ou
3,75 sachets/ha)
Un bon recouvrement est indispensable à l’efficacité du
traitement. Il vaut mieux pulvériser les acaricides à part. Voir
le tableau 6–9, Activité des acaricides homologués pour une
utilisation sur les pommes et/ou les poires en Ontario, p. 216.
Agri-Mek : Traiter quand il y a 5-7 tétranyques actifs/feuille,
au moment où 50 % des œufs ont éclos et au plus tard 21 jours
après la chute des pétales. Appliquer avec 10 L d’huile et au
minimum 1000 L d’eau/ha. Peut causer de la roussissure sur
les Golden Delicious et autres cultivars à peau claire. Ne pas
appliquer dans les 14 jours qui précèdent ou qui suivent un
traitement avec les fongicides Supra Captan, Maestro
ou Folpan.
Agri-Mek, Envidor : Maîtrisent également l’ériophyide
du pommier.
Apollo : Appliquer quand ce ravageur est surtout au stade de
l’œuf et avant qu’il y ait plus de 3 tétranyques actifs/feuille.
Kanemite, Envidor, Acramite : Appliquer dès que l’on
compte 5-7 tétranyques actifs/feuille.
Envidor : Il faut parfois attendre une semaine avant de voir
des résultats.
Acramite : Utiliser la dose inférieure contre le tétranyque à
deux points et la dose supérieure contre le tétranyque rouge.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques
et biopesticides, p. 281. Ne pas utiliser dans les
14 jours qui précèdent ou qui suivent un traitement avec
les fongicides Supra Captan, Maestro ou Folpan.
Puceron rose du
pommier
Utiliser un des produits indiqués contre le puceron rose du pommier sous Chute des pétales. À cette période, une
application de Clutch 50 WDG à la dose de 210-420 g/ha procure une maîtrise partielle de la tordeuse orientale du pêcher et
du carpocapse de la pomme. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Oïdium (blanc)
Utiliser un des produits indiqués contre le blanc sous De la pointe verte au débourrement avancé.
Taches vésiculaires
• Cuivre 53 W(4)
3 kg/ha
• Aliette (33)
2 kg/ha
• Isomate-M 100
• Isomate-M Rosso
250 diffuseurs/ha
500 diffuseurs/ha
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
Faire des traitements préventifs sur les cultivars sensibles, dont
Mutsu/Crispin et Golden Delicious.
Cuivre : Pulvériser ce produit jusqu’à trois fois à partir du
dixième jour qui suit la chute des pétales. Pour réduire le risque
de phytotoxicité, ajouter de l’hydroxyde de calcium à raison de
6 kg par kilo de Cuivre 53 W et par 1000 L d’eau. Appliquer dans
3000 L d’eau/ha.
Aliette : Commencer les traitements à la chute des pétales
et pulvériser à intervalles de 7 jours. Ne pas mélanger avec
du cuivre.
Voir Technique de la confusion des mâles dans les cultures
fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Est efficace jusqu’à 75-80 jours.
Isomate-M Rosso : Est efficace jusqu’à 120 jours.
203
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Carpocapse de
la pomme
(1re génération)
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
170 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
• Confirm 240 F (18)
1 L/ha
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Faire une pulvérisation de couverture procurant un
recouvrement complet. Se fier aux captures dans les pièges à
phéromones pour déterminer le moment des pulvérisations.
Faire les traitements insecticides à 83-138 DJC (temp. de base 10
°C) après les premières captures soutenues de carpocapses. Voir
l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
Imidan, Delegate, Altacor : Appliquer à 138 DJC. Les résidus
de Delegate et d’Altacor subsistent pendant 10-14 jours.
Assail, Calypso : Appliquer à 111-138 DJC. Les résidus de ces
produits subsistent pendant 10-14 jours. Max. : 2 applications
de produits de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété
peut déclencher une explosion des populations d’acariens.
Intrepid, Confirm : Appliquer à 83-111 DJC. Les résidus
d’Intrepid subsistent pendant 14 jours et plus.
Exirel : Appliquer à 83-111 DJC. Les résidus de ces produits
subsistent pendant 10-14 jours. Ne pas mélanger en cuve ni
utiliser de manière consécutive ce produit et des fongicides à
base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
Granulovirus (Virosoft CP4, CYD-X) : Peut procurer une
maîtrise du carpocapse de la pomme lorsqu’il est utilisé en
combinaison avec d’autres matières actives. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Pulvérisations d’été suivantes
Tavelure
Jusqu’à la fin de la période des infections primaires, utiliser un des produits indiqués contre la tavelure sous Pleine floraison.
Contre les infections estivales (secondaires) par la tavelure, utiliser un des produits suivants :
• Manzate Pro-stick (M)
6 kg/ha (5)
ou Dithane DG (M)
6 kg/ha (5)
ou Penncozeb 75 Raincoat (M) 2 kg/1000 L d’eau/ha (1,5)
• Polyram DF (M)
6 kg/ha (4,5)
• Supra Captan 80 WDG (M)
3,75 kg/ha (1,9)
ou Maestro 80 DF (M)
3,75 kg/ha (1,9)
• Folpan 80 WDG (M)
3,0-3,75 kg/ha
• Granuflo T (M)
1,5-2,25 kg/1000 L d’eau
(1,0-1,5)
ou Thiram 75 WP (M)
1,5-2,25 kg/1000 L d’eau
(1,0-1,5)
Tache de suie
Mouchetures
204
• Allegro 500 F (29)
0,75-1,0 L/ha
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
3,75 kg/ha
3,75 kg/ha
3,0-3,75 kg/ha
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
1,5-2,25 kg /1000 L d’eau
• Inspire Super (3 + 9)
836 mL/ha
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
140 g/ha
600-800 g/ha
• Allegro 500 F (29)
0,75-1,0 L/ha
Si la tavelure est maîtrisée dans le verger, utiliser la dose
inférieure donnée entre parenthèses.
Polyram, Manzate, Dithane, Penncozeb : Ne pas pulvériser
ces produits dans les 45 jours qui précèdent la cueillette.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure sur
la Delicious ou d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est fait du
bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des pétales.
Allegro : Peut procurer une maîtrise partielle du tétranyque
rouge, du tétranyque à deux points et de l’ériophyide
du pommier.
Si la moucheture et la tache de suie ont déjà posé problème,
maintenir une protection fongicide contre ces maladies dès
la chute des pétales.
Captan, Maestro : Répéter le traitement 2 semaines plus tard.
Une pleine dose de ces produits offre une protection contre la
pourriture des fruits.
Folpan : Ce traitement peut causer de la roussissure sur
la Delicious ou d’autres cultivars sensibles lorsqu’il est fait du
bouton rose avancé jusqu’à 30 jours après la chute des pétales.
Inspire Super : Ce produit étant peu efficace contre la
tavelure, on doit le mélanger en cuve avec un fongicide à action
préventive. Voir les possibilités de traitements contre la tavelure
sous Du débourrement avancé au prébouton rose.
Pristine : Dans des conditions de croissance rapide ou de
forte pression exercée par la maladie, utiliser la dose supérieure
et raccourcir les intervalles entre les traitements.
Allegro : Peut procurer une maîtrise partielle du tétranyque
rouge, du tétranyque à deux points et de l’ériophyide
du pommier.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Carpocapse de
la pomme
(2e génération)
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
170 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
• Confirm 240 F (18)
1 L/ha
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Se fier aux captures dans les pièges à phéromones pour
déterminer le moment des pulvérisations. Contre les
carpocapses de la pomme de 2e génération, faire la
pulvérisation à 611-694 DJC (temp. de base de 10 °C) après des
captures soutenues de carpocapses de 1re génération. Voir
l’annexe B, Modèles de degrés-jours, p. 336.
À cette période, Imidan peut être efficace comme
pulvérisation périmétrique s’il n’y a pas de population
résidente dans le verger. Pour tous les autres produits, faire
une pulvérisation de couverture procurant un recouvrement
complet.
Imidan, Altacor, Exirel, Delegate : Appliquer à 667-694 DJC.
Assail, Calypso : Appliquer à 639-667 DJC. Les résidus de ces
produits subsistent pendant 10-14 jours. Ne pas dépasser deux
applications de produits de ce groupe/saison de croissance.
L’emploi répété peut déclencher une explosion des populations
d’acariens.
Intrepid, Confirm : Appliquer à 611-639 DJC. Les résidus
d’Intrepid subsistent pendant 14 jours et plus.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Granulovirus (Virosoft CP4, CYD-X) : Peut procurer une
maîtrise du carpocapse de la pomme lorsqu’il est utilisé en
combinaison avec d’autres matières actives. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Tordeuse orientale
du pêcher
• Isomate-M 100
• Isomate-M Rosso
250 diffuseurs/ha
500 diffuseurs/ha
Voir Technique de la confusion des mâles dans les cultures
fruitières, p. 290.
Isomate-M 100 : Est efficace jusqu’à 75-80 jours.
Isomate-M Rosso : Est efficace jusqu’à 120 jours.
Mouche de
la pomme
• Imidan 70-WP Instapak (1)
• Diazinon 50 WSP (1)
2,68 kg/ha
1 kg/1000 L d’eau
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
120-240 g/ha
440 mL/ha
• Exirel (28)
1,5 L/ha
• Surround WP (NC)
50 kg/ha
Appliquer 7 jours après la première capture d’un adulte de
la mouche de la pomme sur une plaquette encollée. Répéter
le traitement à intervalles de 14-21 jours ou, au besoin, selon
les résultats du dépistage.
Imidan, Diazinon : Les résidus subsistent pendant
18-21 jours.
Assail, Calypso : Les résidus subsistent pendant 14 jours.
Max. : 2 applications de produits de ce groupe/saison de
croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion des
populations d’acariens. Ne pas appliquer comme pulvérisation
périmétrique.
Exirel : Les résidus subsistent pendant 10-14 jours. Ne pas
mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de
captane.
Surround : Dans les vergers commerciaux, commencer les
traitements bien avant les premières captures de mouches de la
pomme. Utiliser 50 kg/ha pour les deux premières applications
et répéter les traitements à 7-14 jours d’intervalles à raison de
25 kg/ha pour maintenir un recouvrement uniforme des fruits
tant que les captures se poursuivent. Ne pas appliquer comme
pulvérisation périmétrique. Voir Utilisation
de produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Altacor, Appât pour mouches à fruits GF-120 : Maîtrise
partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des
pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits biologiques
et biopesticides, p. 281. Appliquer Altacor à raison
de 285 g/ha.
205
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
• Malathion 85 E (1)
• Lannate Toss-N-Go (1)
1,22 L/ha
2,1 kg/ha
• Actara 25 WG (4)
• Clutch 50 WDG (4)
385 g/ha
210-420 g/ha
Au moment de l’impression de cette publication, cet ennemi
n’avait pas été décelé dans les vergers, mais des populations
reproductrices sont présentes en Ontario. Vérifier sur le site du
MAAO à www.ontario.ca/punaise, les mises à jour sur l’évolution
de l’insecte, les produits homologués et les stratégies
d’intervention.
Traiter quand les premières punaises apparaissent.
Malathion, Actara, Clutch : Maîtrise partielle seulement. Voir
le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pulvérisations d’été spéciales
Punaise marbrée
Taches vésiculaires
Utiliser un des produits indiqués contre les taches vésiculaires sous Première pulvérisation d’été.
Puceron vert du
pommier
Puceron rose du
pommier
• Diazinon 50 WSP (1)
0,5-1,0 kg /1000 L d’eau
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Closer SC (4)
230 mL/ha
230 mL/ha
120 g/ha
145-290 mL/ha
140-210 g/ha
100-200 mL/ha
• Beleaf 50 SG (9)
160 g/ha
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
• Exirel (28)
1,5 L/ha
• Diazinon 500 E (1)
• Malathion 25 W (1)
ou Malathion 85 E (1)
0,5-1,0 L/1000 L d’eau
2 L /1000 L d’eau
610 mL/1000 L d’eau
• Movento 240 SC (23)
365 mL/ha
Puceron lanigère
du pommier
206
Traiter contre le puceron vert du pommier si 10 % des pousses
terminales en sont infestées. Les pulvérisations peuvent être
retardées ou évitées si des prédateurs sont présents sur plus de
20 % des pousses terminales infestées.
Traiter contre le puceron rose du pommier en présence de
20 bouquets infestés ou plus sur 100 bouquets examinés.
Admire, Alias, Assail, Calypso, Clutch, Closer :
Max. : 2 applications de produits de ce groupe/saison de
croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion
des populations d’acariens.
Clutch : Une application à la dose de 210-420 g/ha procure
une maîtrise partielle de la tordeuse orientale du pêcher et du
carpocapse de la pomme. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Si la pression est forte, il peut être nécessaire
de faire un second traitement 2 semaines plus tard. Doit être
mélangé en cuve avec un adjuvant/additif ayant des propriétés
d’étalement et de pénétration à une dose suggérée de
0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails. Ne pas mélanger
en cuve avec du soufre.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Traiter si des colonies de pucerons se trouvent à proximité des
bouquets ou si de jeunes pommiers et du matériel de pépinière
en sont infestés. Utiliser de grands volumes d’eau pour s’assurer
que la bouillie entre en contact avec le tronc et les branches
charpentières. Répéter le traitement 14 jours plus tard si le
puceron lanigère est toujours présent.
Malathion 85 E : Risque d’endommager les cultivars McIntosh
et Cortland si le traitement survient moins de
4 semaines avant la cueillette.
Movento : Il faut parfois attendre 2-3 semaines avant de voir
des résultats. Doit être mélangé en cuve avec un adjuvant/
additif ayant des propriétés d’étalement et de pénétration à une
dose suggérée de 0,2 % v/v. Voir l’étiquette pour plus de détails.
Ne pas mélanger en cuve avec du soufre.
Closer : La dose de 200 mL/ha ne procure qu’une maîtrise
partielle. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Cicadelle blanche
du pommier
• Sevin XLR (1)
3,1 L/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
200 mL/ha
200 mL/ha
145 mL/ha
140-210 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
1 L/ha
Traiter à partir de 2-5 nymphes/feuille. Les nymphes sont actives
à la mi-juin et au début d’août. La lutte contre les adultes est
très difficile. L’idéal est d’attendre après la chute des pétales
pour intervenir, si le seuil est atteint.
Admire, Alias, Assail, Calypso, Clutch : Max. : 2 applications
de produits de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété
peut déclencher une explosion des populations d’acariens.
Clutch : Une application à la dose de 210-420 g/ha procure
une maîtrise partielle de la tordeuse orientale du pêcher et du
carpocapse de la pomme. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité
des pesticides, p. 311.
Assail : Une dose de 120 g/ha dirigée contre les pucerons
maîtrise aussi les cicadelles.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Altacor : La dose de 285 g/ha ne procure qu’une maîtrise
partielle. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Cicadelle de la
pomme de terre
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
145 mL/ha
140-210 g/ha
Traiter si le dépistage annonce un éventuel problème.
Calypso, Clutch : Max. : 2 applications de produits de ce
groupe/saison de croissance. L’emploi répété peut déclencher
une explosion des populations d’acariens.
Clutch : La dose de 210-420 g/ha procure une maîtrise
partielle de la tordeuse orientale du pêcher et du carpocapse de
la pomme. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Assail : Une dose de 120 g/ha dirigée contre les pucerons
maîtrise aussi les cicadelles.
Mineuse marbrée
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
520 mL/ha
520 mL/ha
400 mL/ha
250 mL/ha
250 mL/ha
400 mL/ha
83 mL/ha
83 mL/ha
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
380 mL/ha
380 mL/ha
80 g/ha
290 mL/ha
140-210 g/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
De la chute des pétales à la fin juin, traiter s’il y a au moins une
galerie laissée par les larves se nourrissant de sève par feuille.
De la mi-juin ou de la fin juin à la fin juillet, traiter s’il y a
2 galeries par feuille (arbres soumis à un stress) ou 4 galeries par
feuille (arbres sains).
Pounce, Ambush, Perm-Up, Ripcord, Up-Cyde, Decis,
Matador, Silencer : Il est déconseillé d’employer ces produits
contre les générations estivales de la mineuse marbrée. Ces
produits sont hautement toxiques pour les insectes utiles et
peuvent provoquer des infestations d’acariens.
Admire, Alias, Assail, Calypso, Clutch : Max. : 2 applications
de produits de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété
peut déclencher une explosion des populations d’acariens.
Calypso : Attention au changement de dose selon que le
traitement est dirigé contre la 1re ou la 2e génération.
Clutch : La dose de 210-420 g/ha procure une maîtrise
partielle de la tordeuse orientale du pêcher et du carpocapse de
la pomme. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
• Pounce 384 EC (3)
plus huile
ou Perm-Up (3)
plus huile
22 mL/100 L d’eau
avec 2 L d’huile
22 mL/100 L d’eau
avec 2 L d’huile
• Delegate (5)
420 g/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
• Altacor (28)
285 g/ha
Sésie du cornouiller
Sésie du pommier
Dans les vergers où les sésies ont déjà causé des dommages,
traiter le tronc des arbres 7 jours après le pic d’intensité
des vols d’adultes. Faire les applications à intervalles de
2 semaines. Diriger la bouillie vers la partie inférieure du
tronc, particulièrement vers le point de greffe et les coupures
d’émondage.
Delegate, Rimon, Altacor : Contre la sésie du cornouiller
seulement.
Rimon : Ne pas dépasser 2000 L d’eau/ha.
207
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Synathedon
myopaeformis
• Entrust SC (5)
250 L/ha
• Rimon 10 EC (15)
1,4 L/1000 L d’eau
Ce ravageur n’est pas fréquent en Ontario,
Appliquer des insecticides sur les troncs dans les 10 jours
suivant l’apparition des premiers adultes et répéter le
traitement à intervalles de 7-14 jours pendant toute la période
d’activité des adultes.
Rimon : Ne pas dépasser 2000 L d’eau/ha.
Tordeuse à bandes
obliques
• Success (5)
ou Entrust SC (5)
• Delegate WG (5)
182 mL/ha
364 L/ha
420 g/ha
• Dipel 2X DF (11)
ou Foray 48BA (11)
ou Bioprotec CAF (11)
1,12 kg/ha
2,8 L/ha
4 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
285 g/ha
0,5-1,0 L/ha
• Decis 5 EC (3)
250 mL/ha
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
240 g/ha
440 mL/ha
• Delegate WG (5)
420 g/ha
• Intrepid 240 F (18)
1 L/ha
• Altacor (28)
• Exirel (28)
215 g/ha
500-750 mL/ha
Tordeuse orientale
du pêcher (TOP)
208
Placer des pièges à phéromones dans les vergers avant juin
afin de surveiller les populations d’adultes. Appliquer des
insecticides dirigés contre les larves de la génération estivale
à 240-280 DJC après la première capture soutenue d’adultes
(temp. de base de 6,1 °C). Voir l’annexe B, Modèles de degrésjours, p. 336.
Success, Entrust : Répéter le traitement, au besoin, à
intervalles de 7-10 jours.
Dipel, Foray, Bioprotec : Si les larves sont très actives,
répéter le traitement 5-7 jours plus tard. Voir Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281.
Exirel : Si les larves sont très actives, répéter le traitement 10
jours plus tard. Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Intrepid, Confirm : À cette période, ces produits ne
procurent qu’une maîtrise partielle. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Pulvérisation spéciale à faire dans les vergers où cette tordeuse
a déjà sévi. Décider du moment en fonction du dépistage. Faire
les pulvérisations 3-6 jours après une augmentation des vols de
tordeuses.
On peut aussi comptabiliser les degrés-jours (temp. de base
de 7,2 °C) à partir de la première capture substantielle de TOP
(repère biologique) de 1re génération. Voir l’annexe B, Modèles
de degrés-jours, p. 336.
Appliquer des insecticides ciblant la 2e génération :
Assail, Calypso, Intrepid : Appliquer à 750-778 DJC.
Imidan, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à 805-833 DJC.
Appliquer des insecticides ciblant la 3e génération
(1re pulvérisation) :
Assail, Calypso, Intrepid : Appliquer à 1305-1333 DJC.
Decis, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à 1361-1389 DJC.
Appliquer des insecticides ciblant la 3e génération
(2e pulvérisation) :
Assail, Calypso, Intrepid : Appliquer à 1556-1611 DJC.
Decis, Delegate, Altacor, Exirel : Appliquer à 1611-1667 DJC.
Decis : Ce produit est hautement toxique pour les insectes
utiles et peut provoquer des infestations d’acariens. Ne l’utiliser
qu’en dernier recours. Appliquer dans 3000 L d’eau.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Dose
Remarques
Tétranyque rouge
• Kanemite 15 SC (20)
2,1 L/ha
• Nexter (21)
300 g/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
851 g/ha ou
3,75 sachets/ha
• Kanemite 15 SC (20)
2,1 L/ha
• Nexter (21)
600 g/ha
• Envidor 240 SC (23)
750 mL/ha
• Acramite 50 WS (UN)
568 g/ha ou
2,5 sachets/ha
Utiliser un volume d’eau minimal de 1000 L/ha lors des
pulvérisations d’acaricides durant l’été. Voir le tableau 6–9,
Activité des acaricides homologués pour une utilisation sur les
pommes et/ou les poires en Ontario, p. 216.
Kanemite, Envidor, Acramite : Traiter à partir de
5 tétranyques actifs/feuille.
Nexter : Maîtrise à la fois les nymphes et les adultes
du tétranyque rouge, mais uniquement les nymphes
du tétranyque à deux points. Traiter si l’on compte
7-10 tétranyques actifs/feuille entre juin et la mi-juillet ou
10-15 tétranyques actifs/feuille en juillet et en août.
Nexter, Envidor : Maîtrisent également l’ériophyide
du pommier.
Envidor : Il faut parfois attendre une semaine avant de voir
des résultats.
Purespray Green Huile de pulvérisation 13E : Ne procure
qu’une maîtrise partielle du tétranyque rouge. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et
la rubrique Utilisation de produits biologiques et biopesticides,
p. 281. Ne pas utiliser dans les 14 jours qui précèdent ou qui
suivent un traitement avec les fongicides Captan, Maestro
ou Folpan.
• Imidan 70-WP Instapak (1)
2,68 kg/ha
• Calypso 480 SC (4)
145-290 mL/ha
• Exirel (28)
1,0-1,5 L/ha
Tétranyque
à deux points
Scarabée japonais
Tavelure
mouchetée et
anthracnose
d’entrepôt
Le scarabée japonais est un ennemi sporadique en Ontario dont
les dommages peuvent avoir des conséquences économiques,
surtout dans les jeunes vergers de pommiers Honeycrisp.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière
consécutive ce produit et des fongicides à base de strobilurines,
de cuivre ou de captane.
Altacor : La dose de 285 g/ha ne procure qu’une maîtrise
partielle. Voir le tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides,
p. 311.
Utiliser un des produits indiqués contre la tavelure secondaire sous Pulvérisations d’été suivantes. Ne pas utiliser de
fongicides pendant le délai d’attente avant cueillette indiqué. Voir le tableau 6–7, Produits utilisés sur les pommes, p. 212.
Pulvérisation avant la cueillette
Maladies se
déclarant en
entrepôt —
pourriture grise
causée par Botrytis
et moisissure causée par Penicillium
(maîtrise partielle)
2 L/ha
Scala : Pulvériser 2 semaines avant la cueillette.
Captan, Maestro : Des traitements estivaux procurent une
certaine protection contre les pourritures d’entreposage.
• Mertect SC (1)
500 mL/500 L d’eau
• Scholar 230 SC (12)
496 mL/378 L d’eau
Mertect : Agiter le mélange continuellement. Est sans effet
contre les moisissures bleues et les pourritures grises résistantes
aux fongicides du groupe des benzimidazoles.
Scholar : Utiliser le produit en solution de trempage ou
de bassinage. Traite jusqu’à 90 000 kg de fruits. Pour les
traitements par trempage, laisser tremper les fruits pendant une
trentaine de secondes puis laisser les fruits s’égoutter.
Bio-save 10 LP : Ne procure qu’une maîtrise partielle
des pourritures d’entreposage. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Pseudomonas
syringae (Bio-Save 10 LP), p. 297.
• Scala SC (9)
Traitement postcueillette
Moisissure bleue
Pourriture grise
209
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
CALENDRIER — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Guide de protection des jeunes pommiers non fructifères
Le programme suivant est conçu pour une protection limitée, au besoin, des pommiers nouvellement plantés. Il ne
vise pas la protection des vergers en production. Pour réduire la pression exercée par les organismes nuisibles, éliminer
les arbres fruitiers négligés aux abords du verger et maîtriser les mauvaises herbes. D’autres produits sont énumérés au
calendrier des arbres fruitiers en production.
Maladie ou insecte
Produit (Groupe)
Remarques
• Ridomil Gold 480 SL (4)
Ne pas appliquer si Ridomil a été appliqué l’automne précédent.
• Manzate Pro-stick (M)
ou Dithane DG (M)
ou Penncozeb 75 Raincoat (M)
• Polyram DF (M)
• Supra Captan 80 WDG (M)
ou Maestro 80 DF (M)
• Folpan 80 WDG (M)
• Granuflo T (M)
ou Thiram 75 WP (M)
Pulvériser les fongicides avant la libération des spores et garder les feuilles bien
enduites pendant leur croissance. Voir l’information sur les périodes d’infection
sous Tavelure, p. 221.
Fontelis, Luna Tranquility : Dans des conditions de croissance rapide ou de
forte pression exercée par la maladie, utiliser la dose supérieure, raccourcir les
intervalles entre les traitements et ajouter un phytoprotecteur dans la cuve du
pulvérisateur. Max. : 2 applications/saison de croissance.
Serenade MAX, Buran : Maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1,
Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de produits
biologiques et biopesticides, p. 281.
Tôt le printemps
Pourriture du collet
(Phytophthora)
Première pulvérisation
Tavelure
• Fontelis (7)
• Luna Tranquility (7 + 9)
plus Dithane
Oïdium (blanc)
• Microthiol Disperss (M)
• Nova 40 W (3)
• Fontelis (7)
• Luna Tranquility (7 + 11)
• Sovran (11)
• Flint (11)
• Pristine WG (7 + 11)
Commencer les traitements entre la pointe verte et le débourrement avancé
et les poursuivre jusqu’à la première pulvérisation d’été. Des pulvérisations
supplémentaires sont parfois nécessaires au delà de la première pulvérisation
d’été s’il s’agit de cultivars sensibles ou si la pression exercée par la maladie
est forte.
Inspire Super, Serenade MAX : Maîtrise partielle seulement. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311, et la rubrique Utilisation de
produits biologiques et biopesticides, p. 281. Appliquer Inspire Super à la dose de
836 mL/ha.
Préfloraison
Mineuse marbrée
• Pounce 384 EC (3)
ou Perm-Up (3)
ou Ambush 500 EC (3)
• Decis 5 EC (3)
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
• Matador 120 EC (3)
ou Silencer 120 EC (3)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Delegate WG (5)
• Confirm 240 F (18)
• Intrepid 240 F (18)
Surveiller les populations de mineuse marbrée et traiter quand les seuils sont
atteints. Voir les remarques sur les seuils d’intervention sous Du prébouton
rose au bouton rose avancé, p. 196.
Certains de ces produits sont toxiques pour les abeilles. Ne pas les appliquer
pendant la floraison ni quand des abeilles sont actives dans le verger. Voir sur
l’étiquette les déclarations de toxicité pour les abeilles.
Pounce, Ambush, Perm-Up, Ripcord, Up-Cyde, Decis, Matador, Silencer :
Ces produits sont hautement toxiques pour les insectes utiles et peuvent
provoquer des infestations d’acariens. Max. : 1 application de produits de ce
groupe/saison de croissance.
Assail, Actara, Calypso : Max. : 2 applications de produits de ce groupe/
saison de croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion des
populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
• Altacor (28)
• Exirel (28)
Chenilles défoliatrices du
printemps
• Imidan 70-WP Instapak (1)
• Altacor (28)
• Exirel (28)
Traiter quand les chenilles sont petites. Traitement inutile si des pyréthrinoïdes
ont été utilisés contre la mineuse marbrée.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
Pleine floraison
Feu bactérien
• Kasumin 2L (24)
• Streptomycin 17 (25)
• Blossom Protect (NC)
210
Éviter de surstimuler la croissance. Voir les remarques en regard de Feu bactérien
sous Pleine floraison, p. 198.
6. Pommes
Produit (Groupe)
Remarques
• Ripcord (3)
ou Up-Cyde 2.5 EC (3)
Ces produits sont hautement toxiques pour les insectes utiles et peuvent
provoquer des infestations d’acariens. Max. : 1 application d’un produit de ce
groupe/saison de croissance.
Insectes défoliateurs
• Imidan 70-WP Instapak (1)
Maîtrise également la cicadelle de la pomme de terre.
Pucerons
• Diazinon 50 WSP (1)
Traiter dès que les pucerons pullulent.
Admire, Alias, Assail, Actara, Clutch, Closer : Max. : 2 applications de
produits de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété peut déclencher
une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
Postfloraison
Cécidomyie du pommier
Pulvérisations d’été
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Closer SC (4)
• Movento 240 SC (23)
• Exirel (28)
Cicadelle blanche du
pommier
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 SC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Exirel (28)
Admire, Alias, Assail, Calypso, Clutch : Max. : 2 applications de produits de ce
groupe/saison de croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion des
populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
Altacor : Procure une maîtrise partielle seulement. Voir le tableau 11–1, Degrés
d’efficacité des pesticides, p. 311.
Cicadelle de la pomme de
terre
• Assail 70 WP (4)
• Calypso 480 EC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
Assail, Calypso, Clutch : Max. : 2 applications de produits de ce groupe/saison
de croissance. L’emploi répété peut déclencher une explosion des populations
d’acariens.
Mineuse marbrée
• Vydate L (1)
Surveiller les populations de mineuse marbrée et traiter quand les seuils sont
atteints. Voir les remarques sur les seuils d’intervention sous Pulvérisations
d’été spéciales.
Vydate : Très toxique pour l’humain.
Admire, Alias, Actara, Assail, Calypso, Clutch : Max. : 2 applications de
produits de ce groupe/saison de croissance. L’emploi répété peut déclencher
une explosion des populations d’acariens.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
• Admire 240 F (4)
ou Alias 240 SC (4)
• Assail 70 WP (4)
• Actara 25 WG (4)
• Calypso 480 EC (4)
• Clutch 50 WDG (4)
• Delegate WG (5)
• Altacor (28)
• Exirel (28)
Acariens
• Kanemite 15 SC (20)
• Nexter (21)
Faire le dépistage des acariens. Traiter si plus de 10 acariens/feuille sont observés
ou au premier signe du bronzage des feuilles.
• Envidor 240 SC (23)
• Acramite 50 WS (UN)
Scarabée japonais
• Imidan 70-WP Instapak (1)
• Calypso 480 SC (4)
• Exirel (28)
Le scarabée japonais est un ennemi sporadique en Ontario dont les dommages
peuvent avoir des conséquences économiques, surtout dans les jeunes vergers
de pommiers Honeycrisp.
Exirel : Ne pas mélanger en cuve ni utiliser de manière consécutive ce produit
et des fongicides à base de strobilurines, de cuivre ou de captane.
Altacor : La dose de 285 g/ha ne procure qu’une maîtrise partielle. Voir le
tableau 11–1, Degrés d’efficacité des pesticides, p. 311.
Cérèse buffle
Faire la culture sur un sol dénudé ou supprimer les légumineuses des plantes couvre-sol.
Pourriture du collet
(Phytophthora)
• Ridomil Gold 480 SL (4)
Nématode des racines
Voir Nématodes, p. 231.
211
CALENDRIER — POMMES
Maladie ou insecte
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–7. Produits utilisés sur les pommes
Se servir de ce tableau comme guide seulement; se reporter à l’étiquette du produit pour de l’information précise.
Le délai d’attente avant cueillette correspond au nombre de jours entre la dernière pulvérisation et le début de la cueillette.
Le délai de sécurité après traitement correspond à l’intervalle minimal à respecter entre un traitement et le moment où l’on peut retourner
travailler dans une zone traitée sans équipement de protection.
Le nombre maximal d’applications correspond à celui qui est indiqué sur l’étiquette pour la saison de croissance; il peut être plus élevé que celui
qui est recommandé pour prévenir l’apparition d’une résistance ou protéger les insectes utiles.
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre maximal
d’applic./saison
de croissance
(sur l’étiquette)
Produits destinés à la maîtrise ou à la maîtrise partielle d’insectes et d’acariens
Acramite 50 WS
27925
bifénazate
UN
7 jours
12 heures
1
Actara 25 WG
28408
thiaméthoxame
4A
60 jours
12 heures
2
Admire 240 F
24094
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
Agri-Mek 1,9% EC
24551
abamectine
6
28 jours
12 heures
1
Alias 240 SC
28475
imidaclopride
4A
7 jours
24 heures
2
Altacor
28981
chlorantraniliprole
28
5 jours
12 heures
3 (max. 645 g/ha)
Ambush 500 EC
14882
perméthrine
3
7 jours
une fois sec
—
Apollo SC
21035
clofentézine
10
chute des pétales1
12 heures
1
Assail 70 WP
27128
acétamipride
4A
7 jours
12 heures2/48 heures3/
6 jours4
4
Beleaf 50 SG
29796
flonicamide
9C
21 jours
12 heures2/48 heures4
3 (max. 480 g/ha)
Bioprotec CAF
26854
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Calypso 480 SC
28429
thiaclopride
4A
30 jours
12 heures
3 (max. 875 mL/ha)
Closer SC
30826
sulfoxaflor
4C
7 jours
12 heures
2
Clutch 50 WDG
29382
clothianidine
4A
7 jours
12 heures
2 (max. 420 g/ha)
Confirm 240 F
24503
tébufénozide
18
14 jours
12 heures
4
Cyd-X
30120
granulovirus Cydia
pomonella
NC
0 jour
12 heures
—
Decis 5 EC
22478
deltaméthrine
3
1 jour
12 heures
3
Delegate WG
28778
spinétorame
5
7 jours
12 heures
3
Diazinon 50 WSP
29976
diazinon
1B
14 jours
4 jours
—
Diazinon 500 E
11889
diazinon
1B
14 jours
4 jours
—
Dipel 2X DF
26508
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
Entrust SC
30382
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3/75
Envidor 240 SC
28051
spirodiclofène
23
7 jours
12 heures
1
Exirel
30895
cyantraniliprole
28
3 jours
12 heures
4 (max. 4,5 L/ha)
Foray 48BA
24978
Bacillus thuringiensis
11
0 jour
12 heures
—
GF-120, Appât pour
mouches à fruits
28336
appât de spinosad
5
—
une fois sec
10
Imidan 70-WP Instapak
29064
phosmet
1B
14 jours
7 jours2*/14 jours6/
30 jours4
5
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U/UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
1 Faire le traitement au plus tard 14 jours après la chute des pétales.
2 Délai de sécurité après traitement général.
3 Délai de sécurité à observer avant d’entrer en contact avec la culture ou d’y mener des opérations de dépistage.
4 Délai de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
5 Maximum de 3 applications foliaires/an contre la tordeuse à bandes obliques ou de 7 applications sur le tronc/an contre l’adulte de l’espèce Synathedon myopaeformis.
6 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
7 Le délai d’attente avant cueillette est de 7 jours si le traitement vise à combattre des ravageurs et de 75 jours s’il sert à l’éclaircissage.
8 Maximum de 2 applications par génération de carpocapse.
9 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
10 Auparavant, groupe 18.
212
6. Pommes
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Nombre maximal
d’applic./saison
de croissance
(sur l’étiquette)
2 (max. 2 L/ha)
Intrepid 240 F
27786
méthoxyfénozide
18
14 jours
12 heures
Kanemite 15 SC
28641
acéquinocyl
20B
14 jours
12 heures2/5 jours4
heures2/5
jours4
2 (max. 4,1 L/ha)
Lannate Toss-N-Go
10868
méthomyle
1A
8 jours
12
Malathion 25 W
14656
malathion
1B
3 jours
12 heures
1
—
Malathion 85 E
8372
malathion
1B
3 jours
12 heures
2
Matador 120 EC
24984
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Movento 240 SC
28953
spirotétramate
23
7 jours
12 heures
max. 1,83 L/ha
Nexter
25135
pyridabène
21
25 jours
24 heures
2
Perm-Up
28877
perméthrine
3
7 jours
12 heures
—
Pounce 384 EC
16688
perméthrine
3
7 jours
une fois sec
—
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13 E
27666
huile minérale
NC
—
12 heures
—
Rimon 10 EC
28881
28515
novaluron
15
14 jours
12 heures
2
Ripcord
30316
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
2
Sevin XLR
27876
carbaryl
1A
11 jours/75 jours7
12 heures
—
Silencer 120 EC
29052
lambda-cyhalothrine
3
7 jours
24 heures
3
Success
26835
spinosad
5
7 jours
une fois sec
3
Huile 70 Supérieure
9542
14981
huile minérale
NC
—
12 heures
1 (pleine dose)
Surround WP
27469
kaolin
NC
0 jour
12 heures
—
Up-Cyde 2.5 EC
28795
cyperméthrine
3
7 jours
12 heures
3
Virosoft CP4
26533
granulovirus Cydia
pomonella
NC
—
12 heures
48
Vydate L
17995
oxamyl
1A
pommiers
non fructifères
seulement
24 heures
3
Produits destinés à la maîtrise ou à la partielle de maladies
Aliette
27688
fosétyl-al
33
30 jours
une fois sec
3
Allegro 500 F
27517
fluaziname
29
28 jours
24 heures2/3 jours4
9
Apogee
28042
prohexadione-calcium
NC
45 jours
12 heures
4 (max. 5,4 kg/ha)
Bio-Save 10 LP
29673
Pseudomonas syringae
NC
postcueillette
—
1
Bloomtime Biological FD
28436
Pantoea agglomerans
NC
0 jour
4 heures
2
Blossom Protect
30552
Aureobasidium pullulans
NC
0 jour
une fois sec
5
Buran
30601
poudre d’ail
U
0 jour
une fois sec
—
Cuivre 53 W
9934
sulfate de cuivre basique
M
30 jours
48 heures
3
Dithane DG
29221
mancozèbe
M
45 jours
12 heures
—
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U/UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
1 Faire le traitement au plus tard 14 jours après la chute des pétales.
2 Délai de sécurité après traitement général.
3 Délai de sécurité à observer avant d’entrer en contact avec la culture ou d’y mener des opérations de dépistage.
4 Délai de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
5 Maximum de 3 applications foliaires/an contre la tordeuse à bandes obliques ou de 7 applications sur le tronc/an contre l’adulte de l’espèce Synathedon myopaeformis.
6 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
7 Le délai d’attente avant cueillette est de 7 jours si le traitement vise à combattre des ravageurs et de 75 jours s’il sert à l’éclaircissage.
8 Maximum de 2 applications par génération de carpocapse.
9 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
10 Auparavant, groupe 18.
213
NOTES — POMMES
Tableau 6–7. Produits utilisés sur les pommes (suite)
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–7. Produits utilisés sur les pommes (suite)
Nombre maximal
d’applic./saison
de croissance
(sur l’étiquette)
Nom du produit
No
d’homologation
Nom commun
Groupe
Délai d’attente
avant cueillette
Délai de sécurité
après traitement
Ferbam 76 WDG
20136
ferbame
M
7 jours
12 heures
—
Flint
30619
trifloxystrobine
11
14 jours
12 heures2/4 jours4
4 (max. 840 g/ha)
Folpan 80 WDG
27733
folpet
M
—
24 heures
6
Fontelis
30331
penthiopyrade
7
28 jours
12 heures
4 (max. 4,5 L/ha)
Granuflo T
30548
thirame
M
1 jour
24 heures
—
Inspire Super
30827
difénoconazole +
cyprodinile
3+9
14 jours
12 heures
4
Kasumin 2L
30591
kasugamycine
24
90 jours
12 heures
4
Kumulus DF
18836
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Luna Tranquility
30510
fluopyram + pyriméthanil
7+9
14 jours
12 heures
4 (max. 3,2 L/ha)
Maestro 80 DF
26408
captane
M
7 jours
48 heures
—
Manzate Pro-stick
28217
mancozèbe
M
45 jours
24 heures
—
Mertect SC
13975
thiabendazole
1
postcueillette
—
—
Microscropic Sulphur
14653
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Microthiol Disperss
29487
soufre
M
1 jour
24 heures
8
Nova 40 W
22399
mycobutanil
3
14 jours
une fois sec
6
Penncozeb 75 DF
Raincoat
30241
mancozèbe
M
45 jours
24 heures
—
Polyram DF
20087
métirame
M
45 jours
12 heures
—
Pristine WG
27985
boscalide +
pyraclostrobine
7 + 11
5 jours
une fois sec2/
5 jours9/12 jours4
4
Ridomil Gold 480 SL
28474
métalaxyl-M et S
4
pommiers
non fructifères
seulement
12 heures
2
Scala SC
28011
pyriméthanil
9
14 jours
12 heures2/24 heures4
4
Scholar 230 SC
29528
fludioxonil
12
postcueillette
—
1
Serenade MAX
28549
Bacillus subtilis
44
0 jour
12 heures
—
Sovran
26257
krésoxim-méthyle
11
30 jours
48 heures
50 jours
24
14 jours4
heures2/7
4
Streptomycin 17
10305
sulfate de streptomycine
2510
jours3/
3
Supra Captan 80 WDG
24613
captane
M
7 jours
48 heures
—
Syllit 400 FL
28351
dodine
U12
7 jours
48 heures
2
Thiram 75 WP
27556
thirame
M
1 jour
24 heures
—
Vangard 75 WG
25509
cyprodinile
9
0 jour
12 heures
2
M = Fongicides multi-sites. NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette. U/UN = Mode d’action non déterminé.
— = Information non fournie sur l’étiquette.
* Équipement de protection individuelle requis pour certaines activités; voir l’étiquette.
1 Faire le traitement au plus tard 14 jours après la chute des pétales.
2 Délai de sécurité après traitement général.
3 Délai de sécurité à observer avant d’entrer en contact avec la culture ou d’y mener des opérations de dépistage.
4 Délai de sécurité à observer avant de procéder à l’éclaircissage manuel.
5 Maximum de 3 applications foliaires/an contre la tordeuse à bandes obliques ou de 7 applications sur le tronc/an contre l’adulte de l’espèce Synathedon myopaeformis.
6 Délai de sécurité à observer avant d’autoriser l’autocueillette.
7 Le délai d’attente avant cueillette est de 7 jours si le traitement vise à combattre des ravageurs et de 75 jours s’il sert à l’éclaircissage.
8 Maximum de 2 applications par génération de carpocapse.
9 Délai de sécurité à observer avant la cueillette manuelle.
10 Auparavant, groupe 18.
214
6. Pommes
Se servir de l’information fournie ci-dessous pour s’aider dans le choix du produit le plus indiqué contre les ennemis
en présence. Tenir compte du stade de croissance de l’ennemi et des stratégies de gestion des résistances ainsi que de
l’incidence de chaque produit à la fois sur les insectes nuisibles et sur les insectes utiles. Voir les tableaux 6–8, Efficacité
des insecticides appliqués à la chute des pétales, ci-dessous, 6–9, Activité des acaricides homologués pour une utilisation sur les pommes
et/ou les poires en Ontario, p. 216, 6–10, Efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis du pommier, p. 217,
et 6–11, Toxicité des pesticides pour les prédateurs d’acariens et de pucerons, p. 219.
Tableau 6–8. Efficacité des insecticides appliqués à la chute des pétales
Groupe
Tordeuse
orientale
du pêcher
Carpocapse
de la pomme
(oeufs)
Charançon
de la prune
Punaise de
la molène
Mineuse
marbrée
Scarabée
japonais
Hoplocampe
limace
Insecticide
Actara 25 WG
Tordeuse
à bandes
obliques
Utiliser les insecticides uniquement contre les insectes et dans les cultures indiqués sur l’étiquette. Voir l’étiquette du produit pour plus d’information.
L’information fournie dans ce tableau est destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre,
celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés.
L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
4A
—
—
—
✓ *
✓ *
✓ *
—
—
Admire 240 F
4A
—
—
—
—
✓ *
✓ *
—
—
Alias 240 SC
4A
—
—
—
—
✓ *
✓ *
—
—
Assail 70 WP
4A
—
✓ *
—
✓ *
✓ *
✓ *
✓
✓ *
Calypso 240 SC
4A
—
✓ *
—
✓ *
✓ *
✓ *
✓ *
✓ *
Clutch 50 WDG
4A
—
✓p*
—
✓ *
—
✓ *
—
—
Delegate WG
5
✓ *
✓ *
—
✓p*
—
✓ *
—
—
—
—
Entrust SC
5
✓ *
—
—
—
—
✓
Success
5
✓ *
—
—
—
—
✓
Bioprotec CAF
11
✓ *
—
—
—
—
—
—
—
Dipel 2X DF
11
✓ *
—
—
—
—
—
—
—
Foray 48BA
11
✓ *
—
—
—
—
—
—
—
Rimon 10 EC
15
✓
✓ *
✓ *
—
—
—
—
—
Intrepid 240 F
18
✓ *
✓ *
—
—
—
✓ *
—
—
Altacor
28
✓ *
✓ *
—
—
—
✓ *
✓p*
✓ *
Exirel
28
✓ *
✓ *
—
✓ *
—
✓ *
✓ *
✓ *
✓ = Agit contre l’ennemi. p = Procure une maîtrise partielle. * (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un
ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
— = Le produit n’est pas homologué contre cet ennemi ou il n’est pas efficace à ce stade.
215
NOTES — POMMES
Notes sur les insectes nuisibles aux pommiers
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–9. Activité des acaricides homologués pour une utilisation sur les pommes et/ou les poires en Ontario*
Produit
Espèces visées
Stade(s) touché(s)
Moment à privilégier
Commentaires sur
l’effet de choc
Acramite 50 WS
Tétranyque rouge (pommier)
Tétranyque à deux points
(pommier)
Nymphes, adultes
Postfloraison
Rapide
Agri-Mek 1,9% EC
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Ériophyide du poirier (poirier)
Nymphes
En deçà de 21 jours de la
chute des pétales
Rapide
Apollo SC
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Œufs surtout, nymphes
nouvellement écloses
Stade de l’œuf, avant qu’il
y ait plus de 3 tétranyques
actifs/feuille, au plus tard
14 jours après la chute des
pétales
Réaction lente
Envidor 240 SC
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Ériophyide du pommier (pommier)
Ériophyide du poirier (poirier)
Œufs, nymphes, femelles
adultes
Après la floraison seulement
Réaction lente
Kanemite 15 SC
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Tous les stades
Postfloraison
Rapide
Nexter
Tétranyque rouge
Ériophyide du pommier
Tétranyque à deux points
Ériophyide du poirier (poirier)
Nymphes et adultes du
tétranyque rouge et des
ériophyides du pommier
et du poirier, nymphes du
tétranyque à deux points,
sans effet sur les œufs
Été
Rapide
Purespray
Green Huile de
pulvérisation 13 E
Tétranyque rouge
Œufs d’hiver, certaines
nymphes
Du débourrement avancé
au prébouton rose, avant
l’éclosion des œufs
Étouffe les œufs
Huile 70
Supérieure
Tétranyque rouge
Œufs d’hiver, certaines
nymphes
Du débourrement avancé
au prébouton rose, avant
l’éclosion des œufs
Étouffe les œufs
* Homologués pour une utilisation sur les pommes ou les poires, à moins d’indication contraire. Décider du moment des traitements en fonction des seuils
d’intervention établis. Les acaricides sont pleinement efficaces lorsqu’ils sont employés seuls, à la dose et dans les volumes d’eau recommandés. Pour retarder
l’apparition de résistances, pulvériser chacun des acaricides de la liste seulement une fois par saison de croissance.
216
6. Pommes
Charançon de la prune
Hoplocampe limace
Tordeuse orientale du pêcher
Chenilles défoliatrices du printemps
Tordeuse à bandes obliques
Mineuse marbrée
Cochenille de San José
Carpocapse de la pomme
Punaise de la molène
Punaise terne
Cicadelle blanche du pommier
Cicadelle de la pomme de terre
Puceron rose du pommier
Puceron vert du pommier
Puceron lanigère du pommier
Mouche de la pomme
Cécidomyie du pommier
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Ériophyide du pommier
Sésie du cornouiller
Synathedon myopaeformis
Scarabée japonais
Punaise marbrée
Utiliser les produits uniquement contre les ennemis et dans les cultures indiqués sur l’étiquette. L’information fournie dans ce tableau est destinée à
aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition
d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit.
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3*
4*
0
0
0
0
0
WG1
3*
2
1
—
0
3*
0
1
3*
3
4
4
4*
4
—
2
—
0
0
0
—
—
1
3*
Admire 240 F1
—
—
—
—
—
4*
2
—
3*
1
4*
4*
4*
4*
2
2
—
0
0
0
—
—
1
2
—
—
—
—
—
4*
2
—
3*
1
4*
4*
4*
4*
2
2
—
0
0
0
—
—
1
2
Agri-Mek 1,9 EC
—
—
—
—
—
4*
DS
—
—
—
—
3
3
—
—
—
—
—
3*
DS
3*
DS
3
DS
—
—
—
1
Altacor
1
4*
4*
4*
4*
4*
1
4*
—
1
2*
—
1
1
—
2*
—
0
0
0
3*
—
2*
1
2*
3
4
3*
1*
R
3*
1
2*
2*
3*
3*
3
2
2
1
3*
—
0
0
0
3*
—
3
2
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3*
DS
2*
DS
1
DS
0
0
0
0
Assail 70 WP1
3*
3*
4*
3*
1
4*
3
3*
3*
2
4*
4*
4*
4*
2
4*
2
0
0
0
—
—
4
3
Beleaf 50 SG
—
—
—
—
—
—
—
—
—
3
—
—
3*
3*
2*
—
—
0
0
0
—
—
—
1
Bioprotec CAF
0
—
1
3
3*
0
—
1
—
0
0
0
0
0
—
0
—
0
0
0
—
—
—
—
Calypso 480 SC1
4*
4*
4*
—
1
4*
2
3*
3*
3
4*
4*
4*
4*
2
3*
—
0
0
0
—
—
4*
2
Closer SC1
—
—
—
—
—
—
3*
—
—
—
—
—
3*
3*
2*
—
3
—
—
—
—
—
—
—
Clutch 50 WDG1
4*
—
3*
1
1
4*
—
2*
—
—
4*
4*
4*
4*
—
—
—
0
0
0
—
—
2
3*
Confirm 240 F
0
—
3
DS
3
3*
R
3*
0
3*
—
0
0
0
0
0
—
0
—
0
0
0
—
—
—
1
Decis 5 EC1
1
3
3*
3*
2*
R
3*
1
3*
1*
3
4*
4
3*
1*
1
3
2*
0
0
0
—
—
—
—
Delegate WG
2*
—
4*
4*
4*
4*
—
4*
—
—
—
—
0
0
—
2*
3
0
0
0
3*
1*
—
1
Diazinon 50 WSP
2
—
3
2*
2
1*
3*
2*
4*
3
1
1
4*
3*
4*
2*
3*
2*
2*
2*
—
—
2
1
Dipel 2X DF
0
—
1
3
3*
0
—
1
—
0
0
0
0
0
—
0
—
0
0
0
—
—
—
—
Insecticide
Acramite 50 WS
Actara 25
Alias 240
SC1
Ambush 500 EC1
Apollo SC
0 = Inefficace. 1 = Réduction des dégâts. 2 = Maîtrise partielle. 3 = Bonne maîtrise, sous réserve de quelques limitations. 4 = Maîtrise excellente.
DS = Applications en début de saison seulement. R = Résistant. — = Information non disponible. * (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme
étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
1 Provoque
parfois une explosion des populations d’acariens.
Les cotes d’efficacité sont fonction d’infestations modérées. En cas de fortes infestations, il faut parfois augmenter la dose, raccourcir les intervalles entre les
traitements ou les deux. L’efficacité du traitement peut être influencée par le taux d’application, le degré de recouvrement de la culture, le moment du traitement
et la rémanence du produit. Dans certains vergers, l’apparition d’une résistance peut expliquer l’échec du traitement. Voir Résistance des ravageurs aux insecticides,
fongicides et acaricides, p. 299. Respecter le moment du traitement et la dose prévus selon l’ennemi visé; on trouvera cette information sur l’étiquette du produit ou
dans le Calendrier — Pommes.
D’après : Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
217
NOTES — POMMES
Tableau 6–10. Efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis du pommier
Insecticide
Hoplocampe limace
Tordeuse orientale du pêcher
Chenilles défoliatrices du printemps
Tordeuse à bandes obliques
Mineuse marbrée
Cochenille de San José
Carpocapse de la pomme
Punaise de la molène
Punaise terne
Cicadelle blanche du pommier
Cicadelle de la pomme de terre
Puceron rose du pommier
Puceron vert du pommier
Puceron lanigère du pommier
Mouche de la pomme
Cécidomyie du pommier
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Ériophyide du pommier
Sésie du cornouiller
Synathedon myopaeformis
Scarabée japonais
Punaise marbrée
Tableau 6–10. Efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis du pommier (suite)
Charançon de la prune
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Entrust SC
1
—
1
4*
4*
3
—
2*
—
0
0
0
0
0
—
2
—
0
0
0
—
4*
—
—
Envidor 240 SC
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
4*
4*
4*
0
0
0
0
Exirel
4*
4*
4*
4*
4*
4*
—
4*
—
3
3*
—
3*
3*
—
3*
—
0
0
0
—
—
3*
—
Foray 48 BA
0
—
1
3
3*
0
—
1
—
0
0
0
0
0
—
0
—
0
0
0
—
—
—
—
Imidan 70-WP
Instapak
4*
3
3
R
3*
2*
R
1*
1*
3*
R
—
2*
1
1
2*
2*
1
3*
1
—* —* —
—
—
3*
1
Intrepid 240 F
0
—
3*
DS
3
3*
R
3*
0
3*
—
0
0
0
0
0
—
0
—
0
0
0
—
—
—
1
Kanemite 15 SC
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
4*
4*
—
0
0
0
0
Lannate
Toss-N-Go
2
2
3
3
3*
3*
2
3* —*
4
3*
3
2*
2*
1
2
—
0
0
0
—
—
—
3*
Malathion 85 E
3*
3
3
2
1
1
—*
3*
—
1
1
1
2*
3*
3*
2
— —* —* —
—
—
—
2*
Matador 120 EC1
2*
3
3
3*
2*
R
3*
1
3*
—
3*
4*
4
3*
2*
1*
3
2*
0
0
0
—
—
3
2
Movento 240 SC
—
—
—
—
—
—
4*
—
—
—
—
—
4*
4*
4*
—
3
0
0
0
—
—
—
—
Nexter
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
3
3
0
0
0
0
0
3*
2*
3*
0
0
0
0
Perm-Up1
2*
3
4
3*
1*
R
3*
1
2*
2*
3*
3*
3
2
2
1
3*
—
0
0
0
3*
—
3
2
Pounce 384 EC1
2*
3
4
3*
1*
R
3*
1
2*
1*
3*
3*
3
2
2
1
3*
—
0
0
0
3*
—
3
2
Purespray
Green Huile de
pulvérisation 13 E
—
—
1
—
—
1
4*
1
—
—
—
—
2
2
1
—
—
4*
2
3
—
—
—
—
Rimon 10 EC
—
—
4*
4
4
4
—
4*
—
3
2
2
—
—
—
—
—
0
0
0
3*
3*
—
1
Ripcord1
3*
3
3
3*
1
R
3*
1
2*
1*
3*
1*
—
2
2
—
2*
2*
0
0
0
—
—
3
—
Sevin XLR
2*
2
3
R
2*
1
2*
1*
2*
—
2*
4*
4
1
1
1*
2*
—
0
0
1*
—
—
4
2
Silencer 120 EC1
2*
3
3
3*
2*
R
3*
1
3*
—
3*
4*
4
3*
2*
1*
3
2*
0
0
0
—
—
3
2
0 = Inefficace. 1 = Réduction des dégâts. 2 = Maîtrise partielle. 3 = Bonne maîtrise, sous réserve de quelques limitations. 4 = Maîtrise excellente.
DS = Applications en début de saison seulement. R = Résistant. — = Information non disponible. * (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme
étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
1 Provoque
parfois une explosion des populations d’acariens.
Les cotes d’efficacité sont fonction d’infestations modérées. En cas de fortes infestations, il faut parfois augmenter la dose, raccourcir les intervalles entre les
traitements ou les deux. L’efficacité du traitement peut être influencée par le taux d’application, le degré de recouvrement de la culture, le moment du traitement
et la rémanence du produit. Dans certains vergers, l’apparition d’une résistance peut expliquer l’échec du traitement. Voir Résistance des ravageurs aux insecticides,
fongicides et acaricides, p. 299. Respecter le moment du traitement et la dose prévus selon l’ennemi visé; on trouvera cette information sur l’étiquette du produit ou
dans le Calendrier — Pommes.
D’après : Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
218
6. Pommes
Insecticide
Charançon de la prune
Hoplocampe limace
Tordeuse orientale du pêcher
Chenilles défoliatrices du printemps
Tordeuse à bandes obliques
Mineuse marbrée
Cochenille de San José
Carpocapse de la pomme
Punaise de la molène
Punaise terne
Cicadelle blanche du pommier
Cicadelle de la pomme de terre
Puceron rose du pommier
Puceron vert du pommier
Puceron lanigère du pommier
Mouche de la pomme
Cécidomyie du pommier
Tétranyque rouge
Tétranyque à deux points
Ériophyide du pommier
Sésie du cornouiller
Synathedon myopaeformis
Scarabée japonais
Punaise marbrée
Success
1
—
1
4*
4*
3
—
2
—
0
0
0
0
0
—
2
—
0
0
0
—
4*
—
—
Huile 70
Supérieure
—
—
—
—
—
—
4*
—
—
—
—
—
2
2
—
—
—
4*
—
—
—
—
—
—
Surround WP
2*
2*
1*
1
1*
1
2
1*
DS
—
1*
1*
2*
1
1
—
2*
—
2
0
0
—
—
1
2
Up-Cyde 2.5 EC1
3*
3
3
3*
1*
R
3*
1
2*
1
3*
1*
—
2
2
—
2*
2*
0
0
0
—
—
3
—
0
—
0
—
1*
3*
1
0
—
2*
3*
3*
3*
2*
1*
0
—
2*
3*
3*
—
—
—
3
Vydate L
0 = Inefficace. 1 = Réduction des dégâts. 2 = Maîtrise partielle. 3 = Bonne maîtrise, sous réserve de quelques limitations. 4 = Maîtrise excellente.
DS = Applications en début de saison seulement. R = Résistant. — = Information non disponible. * (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme
étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
1 Provoque
parfois une explosion des populations d’acariens.
Les cotes d’efficacité sont fonction d’infestations modérées. En cas de fortes infestations, il faut parfois augmenter la dose, raccourcir les intervalles entre les
traitements ou les deux. L’efficacité du traitement peut être influencée par le taux d’application, le degré de recouvrement de la culture, le moment du traitement
et la rémanence du produit. Dans certains vergers, l’apparition d’une résistance peut expliquer l’échec du traitement. Voir Résistance des ravageurs aux insecticides,
fongicides et acaricides, p. 299. Respecter le moment du traitement et la dose prévus selon l’ennemi visé; on trouvera cette information sur l’étiquette du produit ou
dans le Calendrier — Pommes.
D’après : Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
Amblyseius
fallacis
Zetzelia mali
Aphidoletes
Coccinelles
Punaises
anthocorides
Chrysopes
TT
TT
LT
LT
NT
MT
MT
MT
MT
TT
Admire 240 F
MT
MT
LT
LT
NT
LT
MT
MT
MT
MT
Alias 240 SC
MT
MT
LT
LT
NT
LT
MT
MT
MT
MT
Altacor
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
Mouches
et guêpes
parasitoïdes
Typhlodromus
pyri
Actara 25 WG
Produit
Stethorus
(adultes)
Stethorus
(larves)
Tableau 6–11. Toxicité des pesticides pour les prédateurs d’acariens et de pucerons
Insecticides
Ambush 500 EC
TT
TT
TT
TT
MT
LT
MT
MT
MT
TT
Assail 70 WP
MT
MT
LT
MT
NT
MT
MT
MT
MT
TT
Beleaf 50 SG
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
Bioprotec CAF
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
Calypso 480 SC
MT
MT
NT
NT
NT
LT
MT
MT
MT
TT
Clutch 50 WDG
TT
TT
LT
LT
NT
MT
MT
MT
MT
TT
Confirm 240 F
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT = Non toxique. LT = Légèrement toxique. MT = Modérément toxique. TT = Très toxique. — = Information non disponible.
Seuls les produits pour lesquels nous disposons de données toxicologiques sont présentés dans ce tableau. Pour plus d’information, consulter l’étiquette ou
le fabricant.
D’après Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
219
NOTES — POMMES
Tableau 6–10. Efficacité des insecticides et des acaricides contre les ennemis du pommier (suite)
Amblyseius
fallacis
Zetzelia mali
Aphidoletes
Coccinelles
Punaises
anthocorides
Chrysopes
Mouches
et guêpes
parasitoïdes
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
TT
TT
MT
MT
TT
MT
TT
TT
MT
MT
LT
LT
LT
LT
LT
MT
LT
TT
MT
LT
MT
TT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
LT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
MT
MT
TT
Stethorus
(larves)
Typhlodromus
pyri
Tableau 6–11. Toxicité des pesticides pour les prédateurs d’acariens et de pucerons (suite)
Stethorus
(adultes)
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
CYD-X
NT
NT
Decis 5 EC
TT
TT
Delegate WG
LT
LT
Diazinon 50 WSP
MT
MT
MT
MT
Dipel 2X DF
NT
NT
NT
NT
Entrust SC
NT
NT
LT
LT
Exirel
NT
NT
NT
NT
Foray 48BA
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
Imidan 70-WP Instapak
LT
LT
NT
NT
NT
MT
MT
Produit
Intrepid 240 F
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
Lannate Toss-N-Go
MT
MT
TT
TT
MT
TT
TT
MT
TT
TT
Malathion 25 W/85 E
LT
LT
NT
NT
NT
LT
MT
LT
LT
MT
Matador 120 EC
TT
TT
TT
TT
MT
TT
TT
TT
TT
TT
Movento 240 SC
LT
LT
NT
NT
NT
LT
LT
LT
LT
—
Perm-Up
TT
TT
TT
TT
MT
LT
MT
MT
MT
TT
Pounce 384 EC
TT
TT
TT
TT
MT
LT
MT
MT
MT
TT
Rimon 10 EC
MT
TT
NT
NT
NT
—
TT
MT
TT
TT
Sevin XLR
TT
TT
MT
MT
MT
TT
MT
MT
MT
TT
Silencer 120 EC
TT
TT
TT
TT
MT
TT
TT
TT
TT
TT
Success
NT
NT
LT
LT
NT
NT
NT
NT
NT
LT
Surround WP
MT
MT
MT
MT
MT
MT
MT
—
LT
MT
Virosoft CP4
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
NT
Acaricides
Acramite 50 WS
NT
NT
MT
MT
MT
LT
NT
NT
NT
—
Agri-Mek 1,9% EC
MT
MT
MT
MT
LT
LT
LT
LT
LT
—
Apollo SC
NT
NT
LT
LT
LT
NT
NT
NT
NT
—
Envidor SC
MT
MT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Kanemite 15 SC
LT
LT
LT
LT
LT
—
—
—
—
—
Nexter
MT
MT
TT
TT
MT
MT
MT
MT
MT
—
Purespray Green Huile
de pulvérisation 13 E
LT
LT
MT
MT
LT
LT
LT
LT
LT
—
Huile 70 Supérieure
LT
LT
MT
MT
LT
LT
LT
LT
LT
—
Vydate L
MT
MT
TT
TT
TT
MT
MT
TT
TT
TT
Dithane DG
LT
LT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Flint
LT
LT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Granuflo T
LT
LT
LT
LT
—
—
—
—
—
—
Fongicides
Inspire Super
LT
LT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Kumulus DF
MT
MT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Maestro 80 DF
LT
LT
LT
LT
LT
LT
—
—
—
—
NT = Non toxique. LT = Légèrement toxique. MT = Modérément toxique. TT = Très toxique. — = Information non disponible.
Seuls les produits pour lesquels nous disposons de données toxicologiques sont présentés dans ce tableau. Pour plus d’information, consulter l’étiquette ou
le fabricant.
D’après Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
220
6. Pommes
Stethorus
(adultes)
Stethorus
(larves)
Typhlodromus
pyri
Amblyseius
fallacis
Zetzelia mali
Aphidoletes
Coccinelles
Punaises
anthocorides
Chrysopes
Mouches
et guêpes
parasitoïdes
Manzate Pro-Stick
LT
LT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Microscopic Sulphur
MT
MT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Microthiol Disperss
MT
MT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Nova 40 W
LT
LT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Penncozeb 75 DF
Raincoat
LT
LT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Polyram DF
LT
LT
MT
MT
LT
—
—
—
—
—
Produit
Pristine WG
LT
LT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Sovran
NT
NT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
Supra Captan 80 WDG
LT
LT
LT
LT
LT
LT
—
—
—
—
Syllit 400 FL
—
—
LT
LT
—
LT
—
—
—
—
Thiram 75 WP
LT
LT
LT
LT
—
—
—
—
—
—
Vangard 75 WG
NT
NT
NT
NT
NT
—
—
—
—
—
NT = Non toxique. LT = Légèrement toxique. MT = Modérément toxique. TT = Très toxique. — = Information non disponible.
Seuls les produits pour lesquels nous disposons de données toxicologiques sont présentés dans ce tableau. Pour plus d’information, consulter l’étiquette ou
le fabricant.
D’après Cornell Pest Management Guidelines for Tree Fruit et Pennsylvania Tree Fruit Production Guide.
Notes sur les maladies des pommiers
Tavelure du pommier
Périodes d’infections primaires
À partir du moment où la dormance est levée chez
les pommiers et que des tissus verts sont présents, il
y a risque d’infection primaire quand les conditions
suivantes se trouvent réunies :
1. présence d’ascospores matures dans les feuilles qui
jonchent le sol;
feuilles de l’année précédente est surtout fonction de la
température.
Des chercheurs de l’Université Cornell ont mis au point
un modèle qui établit un lien entre la température
et la maturation des ascospores. Ce modèle, exprimé
en degrés-jours Celsius (DJC), permet de prévoir le
pourcentage d’ascospores parvenues à maturité durant
la saison. Pour plus d’information, voir la figure 6–2,
Pourcentage cumulatif d’ascospores à maturité en fonction des
degrés-jours accumulés, ci-dessous, et l’annexe B, Modèle
de degrés-jours, p. 336. Les degrés-jours accumulés au
quotidien sont calculés comme suit :
2. conditions météorologiques qui favorisent la
libération des ascospores et le déclenchement
d’infections;
3. protection offerte par les fongicides insuffisante pour
prévenir les infections.
Au moment du débourrement, des ascospores matures
sont toujours présentes dans les feuilles infectées ayant
passé l’hiver dans le verger. Le nombre d’ascospores
présentes dépend de la quantité d’inoculum qui se
trouve sur les feuilles de l’année précédente. Le rythme
auquel les ascospores parviennent à maturité sur les
La température de base minimale pour la prolifération
de la tavelure est de 0 °C.
Par exemple, pour une journée où le maximum est de
10 °C et le minimum de 2 °C, le nombre de degrésjours sera de 6 DJC. Si le maximum ou le minimum
quotidien est inférieur à 0 °C, on substitue à cette valeur
négative la valeur de zéro. On commence à additionner
les degrés-jours à partir du débourrement, c.-à-d., à
partir du jour où, chez les pommiers McIntosh, 50 %
221
NOTES — POMMES
Tableau 6–11. Toxicité des pesticides pour les prédateurs d’acariens et de pucerons (suite)
des boutons sont entre le stade de la pointe argent et
celui de la pointe verte.
On se sert de la somme des degrés-jours pour obtenir
une estimation du pourcentage des ascospores
parvenues à maturité à partir de la courbe centrale
du graphique de la figure 6–2, Pourcentage cumulatif
d’ascospores à maturité en fonction des degrés-jours accumulés,
ci-dessous. Les courbes qui encadrent la courbe
centrale représentent les limites inférieure et supérieure
de l’intervalle de confiance de 90 % se rapportant aux
estimations portées sur le graphique. Cela veut dire
que dans 90 % des cas, l’estimation doit être contenue
dans cet intervalle.
Figure 6–2. Pourcentage cumulatif d’ascospores à
maturité en fonction des degrés-jours accumulés
Dans les vergers à faible réserve d’inoculum, les
ascospores ne sont pas libérées en quantité appréciable
durant la nuit. Dans un verger où l’inoculum est élevé,
même si le pourcentage des ascospores libérées durant la
nuit est faible, le nombre total d’ascospores libérées sera
élevé et pourra causer d’importants foyers d’infections
primaires par la tavelure. Si la tavelure a sévi dans le
verger la saison de croissance précédente, considérer que
la réserve d’inoculum dans le verger est élevée.
Dans un verger à faible réserve d’inoculum, calculer la
durée de la période de mouillage en utilisant la méthode
suivante :
•Quand la pluie commence pendant la journée, entre
8 h et 19 h (HAE), compter le nombre d’heures
s’écoulant à partir du début de la pluie jusqu’au
moment où les feuilles sont de nouveau sèches.
100
Ascospores mûres cumulatives (%)
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
•Quand la pluie commence pendant la nuit, entre
19 h et 8 h (HAE), compter le nombre d’heures
pendant lesquelles les feuilles restent mouillées à
partir de 8 h le matin.
Ascospores mûres
cumulatives
90
80
Limites de l’intervalle
de confiance de 90 %
70
60
50
40
30
20
10
0
20
60
80
120
180
250
320
380
410
440
480
Degrés-jours, cumulés à partir du stade pointe verte (Base = 0 °C)
Sur ce graphique, deux points présentent un intérêt
particulier :
•À 125 DJC, il y a une maturation rapide des
ascospores, ce qui révèle un risque plus élevé
d’infections.
•À 418 DJC, plus de 95 % de la réserve d’ascospores
devrait être épuisée s’il s’est produit suffisamment
d’épisodes pluvieux. Ce point marque la fin de la
saison des infections primaires. Grâce à ce modèle, le
producteur peut obtenir une prévision de la maturité
des ascospores et de leur libération qui est spécifique à
son ou ses vergers).
Les ascospores sont libérées quand de la pluie humidifie
les pseudothèces qui se trouvent sur les feuilles mortes.
La majorité des spores à maturité disponibles sont
libérées dans les deux heures qui suivent le début
d’un épisode de pluie. La libération des ascospores
est fortement conditionnée par la lumière, de sorte
que seulement un petit pourcentage des ascospores
disponibles sont libérées pendant la nuit, entre 19 h et
8 h, heure avancée de l’Est (HAE).
222
Dans un verger où l’inoculum est élevé, calculer la
longueur de la période de mouillage, à partir du début
de la pluie jusqu’à ce que les feuilles soient sèches, quel
que soit le moment de la journée. Dans un verger où
l’inoculum est élevé, si la pluie commence pendant
la journée, continuer de compter les heures pendant
lesquelles les feuilles restent mouillées même après
la tombée du jour.
La libération des ascospores n’est possible que s’il
pleut, et les feuilles et les fruits doivent rester mouillés
pendant un certain temps pour être atteints par
l’infection. La longueur de la période de mouillage
requise pour que l’infection se déclare varie avec la
température. Le rapport entre la durée du mouillage
et la température est indiqué au tableau 6–12, Relation
entre la température, la période de mouillage et l’infection par
la tavelure du pommier, p. 223.
Une fois qu’on a déterminé la longueur de la période de
mouillage, on calcule la température moyenne durant
cette période et on consulte le tableau 6–12, Relation
entre la température, la période de mouillage et l’infection
par la tavelure du pommier, p. 223, pour vérifier si les
feuilles sont restées mouillées assez longtemps pour que
l’infection se déclare.
L’infection secondaire se produit quand des lésions
primaires sont présentes à la suite d’infections primaires.
Au départ, les lésions sont très difficiles à voir, d’où
l’importance du dépistage et de la prévention à l’aide
de fongicides.
6. Pommes
Nombre d’heures minimal
où le feuillage doit être mouillé
Temp. moy.
(°C)
Infection primaire
(infection par
ascospores)
Infection secondaire
(infection par
conidies)
1
40
37
2
34
33
4
27
26
5
21
23
6
18
20
7
15
17
8
13
15
9
12
13
10
11
12
11
9
10
12
8
9
Effet de la pluie intermittente et de la rosée sur
les périodes d’infection
Les périodes de rosée ou de forte humidité (plus de
90 %) contribuent aussi à la période effective de
mouillage, mais elles ne jouent un rôle important que
si elles ont été précédées de pluies. Il faut cumuler
le nombre d’heures de mouillage durant des pluies
intermittentes pour déterminer la durée d’une période
d’infection, à moins que ces dernières ne soient
interrompues par 10 heures ou plus de temps sec
et ensoleillé.
Infection des fruits
Plus les fruits mûrissent, plus les périodes de mouillage
doivent se prolonger pour que l’infection par la tavelure
soit possible. Voir le site www.ontario.ca/LIcultures ou
la publication 310F du MAAO, Lutte intégrée contre les
ennemis du pommier.
13
8
9
Réduction de l’inoculum de la tavelure
14
7
9
15
7
9
16
6
9
Même si les producteurs ont peu d’emprise sur les
conditions météorologiques, ils peuvent réduire
l’inoculum et s’assurer d’une protection fongicide
convenable. Les méthodes que voici permettent de
réduire l’inoculum dans les vergers.
17
6
8
18
6
8
19
6
8
20
6
7
21
6
7
22
6
7
23
6
8
24
6
9
25
8
11
26
11
14
D’après Stensvand, Gadoury, Amundsen, Semb et Seem, 1997,
Phytopathology 87 : 1046-1053.
Périodes d’infection secondaire
L’infection secondaire par la tavelure se produit lorsque
des conidies qui proviennent de lésions primaires sur
les feuilles sont propagées par les éclaboussures de
pluie. Comme les infections primaires, les infections
secondaires ne se produisent que si l’humidité apportée
par la pluie est présente suffisamment longtemps, à une
température donnée. Les infections secondaires peuvent
se produire aussi bien le jour que la nuit, de sorte qu’on
calcule leur durée depuis le début de la période de
mouillage, quel que soit le moment de la journée.
L’épandage d’urée (45 kg d’urée agricole/1000 L d’eau/
ha) sur le sol du verger une fois qu’environ 95 %
des feuilles sont tombées (novembre) ou au printemps
(avril) avant le débourrement réduit le nombre
d’ascospores. L’urée agit en inhibant directement
le développement des ascospores et en stimulant la
croissance des organismes naturellement présents qui
sont des antagonistes du champignon responsable de
la tavelure. La plupart des années, le traitement est plus
efficace s’il est effectué au printemps; il réduit le nombre
d’infections des feuilles et des fruits. Toutefois, quand
la neige subsiste jusqu’au débourrement, l’urée a peu
de temps pour agir, de sorte que le traitement est alors
moins efficace.
On peut aussi déchiqueter les vieilles feuilles tombées
l’automne précédent, afin de réduire les niveaux
d’inoculum. Râteler ou souffler les feuilles sous les
arbres et les déchiqueter à l’aide d’une débroussailleuse.
Des feuilles déchiquetées se décomposent plus
rapidement.
223
NOTES — POMMES
Tableau 6–12. Relation entre la température, la période
de mouillage et l’infection par la tavelure du pommier
NOTES — POMMES
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Lutte contre la tavelure à l’aide de
fongicides
Lutte en début de saison
Les programmes de lutte contre la tavelure primaire
reposent principalement sur le choix du moment propice
au traitement et du type de fongicide utilisé. Il y a
deux approches générales : programme de traitements
fongicides préventifs avant que l’infection se déclare ou
programme de traitements fongicides une fois l’infection
déclarée, mais avant l’apparition des symptômes.
Les fongicides sont appliqués sur le feuillage en
croissance avant que l’infection se déclare. Appliquer les
fongicides quand les conditions propices aux infections
sont imminentes. Commencer les programmes de
traitements fongicides entre le stade de la pointe argent
et celui de la pointe verte. De la première pulvérisation
en couverture jusqu’au début août, pulvériser les
fongicides à intervalles de 10-14 jours, selon la fréquence
des averses. Il faut protéger les nouvelles pousses et les
fruits en croissance et remplacer les résidus emportés
par la pluie. Les fongicides du groupe des inhibiteurs
de la déméthylation (DMI) (Nova, Nustar, Inspire)
font exception à cette règle). Dans leur cas, on effectue
les pulvérisations à intervalles de 5-7 jours, quelle que
soit la pluviosité. Les DMI étant peu efficaces contre
les tavelures, on ne commence pas à les employer après
la floraison. La pluie n’emporte pas facilement certains
fongicides, et les résidus sont alors redistribués. Voir
le tableau 6–13, Caractéristiques des fongicides contre la
tavelure, p. 225.
Les pomiculteurs peuvent compter sur plusieurs groupes
de fongicides. Voir le tableau 10–2, Groupes de fongicides
et de bactéricides, p. 303. Pour plus d’information sur
ces fongicides, voir la publication 310F du MAAO,
Lutte intégrée contre les ennemis du pommier. Pour de
l’information sur les stratégies de gestion des résistances
qui doivent accompagner l’utilisation de ces produits,
voir Gestion des résistances aux fongicides, p. 300.
Lutte contre la tavelure du pommier sous de
mauvaises conditions atmosphériques
Il arrive souvent que plusieurs jours de temps doux
et pluvieux se suivent au printemps. Ces conditions
atmosphériques favorisent l’apparition d’infections par
la tavelure du pommier. Il est alors souvent difficile de
garder une quantité suffisante de fongicide sur les arbres
fruitiers pour assurer la protection du feuillage et des
fruits en plein développement.
224
En cas de doute quant à la protection offerte, il est
préférable de pulvériser un fongicide préventif entre
deux averses que de ne faire aucun traitement. Dans
un tel cas, il faut se servir d’un fongicide affichant une
bonne persistance, par exemple, des produits à base
de mancozèbe comme Dithane, Manzate et Penncozeb.
Un traitement post-infection peut s’imposer si le
fongicide à action protectrice est trop dilué pour
empêcher le champignon de la tavelure de s’attaquer au
feuillage ou aux fruits.
S’il y a infection, les taches de la tavelure deviendront
visibles sur le feuillage et sur les fruits environ
9 jours plus tard à 20 °C, ou 14-21 jours plus tard si
la température moyenne est de 12 °C ou moins. Une
fois les taches apparues, il faut éviter d’employer des
fongicides auxquels les pommiers risquent fort de
devenir résistants (DMI, strobilurines) et s’employer
à prévenir la propagation des infections aux tissus
encore sains.
Des vents forts peuvent nuire à la pulvérisation en
faisant dériver les pesticides loin de la cible visée. Les
pulvérisations faites le soir ou en matinée peuvent
réduire les risques de dérive. Abaisser la trajectoire du
jet pulvérisé dans le vent peut faciliter l’application du
fongicide, mais il faut s’assurer que la cime des arbres est
bien couverte de fongicide.
Lutte contre la tavelure secondaire
En utilisant le modèle fondé sur la somme des degrésjours, on est en mesure de déterminer la fin de la
saison des infections primaires. Quand 418 DJC se
sont accumulés, plus de 95 % des ascospores sont à
maturité et après une pluie d’une certaine abondance,
toutes les ascospores de la saison de croissance sont
libérées. Passé ce stade, attendre deux semaines avant
d’examiner les arbres pour vérifier si la tavelure est
encore présente. En effet, les lésions peuvent mettre
14 jours à apparaître après une période d’infection
par le champignon de la tavelure. S’assurer de vérifier
de près dans la partie supérieure des arbres de haute
tige et en tout autre endroit qui n’aurait pas été
suffisamment bien couvert par la bouillie fongicide,
notamment dans les ramures denses.
Dans un verger où les infections primaires ont été
maîtrisées, on peut réduire les doses de fongicides et
allonger l’intervalle entre les pulvérisations pendant
le reste de la saison de croissance. Par contre, si l’on
constate des lésions de tavelure, on doit maintenir le
programme de pulvérisations fongicides jusqu’à la fin de
la saison de croissance.
6. Pommes
S’aider de l’information fournie dans les tableaux
suivants pour choisir le produit le plus indiqué contre la
plupart des maladies qui risquent de sévir. Tenir compte
des antécédents de maladies, des stratégies de gestion
des résistances, du mode d’action de chaque produit et
des conditions météorologiques. Voir le tableau 6–13,
Caractéristiques des fongicides contre la tavelure, ci-dessous,
le tableau 6–14, Efficacité des fongicides contre les maladies
des pommiers, p. 226, et la rubrique Résistance des ravageurs
aux fongicides, aux insecticides et aux acaricides, p. 299.
Tableau 6–13. Caractéristiques des fongicides contre la tavelure
Produit
Dithane DG
Action protectrice
(avant l’infection)
Durée (en heures)
de l’action postinfection1
Action postsymptômes
Persistance
(50 mm de pluie)
Redistribution
(12 mm de pluie)
TB
18-24
A
E
TB
Ferbam WDG
B
15-20
A
B
B
Flint
TB
48-722
B
E
B
Granuflo T
P-B
15-20
A
P-B
P
Inspire Super
TB
482
TB
TB
B
Kumulus DF
P
A
A
P-B
P-B
Maestro 80 DF
TB
18-24
A
TB
B
Manzate Pro-Stick
TB
18-24
A
E*
TB
Microscopic Sulphur
P
A
A
P-B
P-B
Microthiol Disperss
P
A
A
P-B
P-B
Nova 40 W
P
72-962
B-TB
P*
P*
Penncozeb 75 DF Raincoat
TB
18-24
A
E
TB
Polyram DF
TB
18-24
A
E*
B
Scala SC
B
48-72
A
B
—
Sovran
TB
48-722
B
E
P*
Supra Captan 80 WDG
TB
18-24
A
TB
B
Syllit 400 FL
TB
18-24
TB
TB
B
Thiram 75 WP
P-B
15-20
A
P-B
P
B
48-72
A
B
—
Vangard 75 WG
E = Excellente. TB = Très bonne. B = Bonne. P = Passable. A = Aucune. Les cotes suivies d’un astérisque (*) ont été attribuées sur la foi d’observations sur le
terrain. — = Information non disponible.
1
La durée maximale de l’action post-infection est calculée à partir du moment où l’infection se déclare.
post-infection des fongicides des groupes des inhibiteurs de la biosynthèse des stérols (Nova et Inspire Super) et des strobilurines (Flint et Sovran) peut être
moindre dans les vergers où une résistance aux produits de ces groupes est apparue chez l’organisme responsable de la tavelure.
2 L’action
D’après les données publiées dans Cornell Pest Management Recommendations for Commercial Tree Fruit Production et les données provenant d’essais réalisés en serre
sur la Golden Delicious dans le cadre d’une étude menée dans l’État de New York (à Geneva) par Szkolnik et collaborateurs, à l’aide de conidies. L’efficacité de ces
fongicides une fois les infections déclarées n’est peut-être pas suffisante pour la maîtrise de la tavelure exigée dans les vergers commerciaux. La maîtrise de la
tavelure ne saurait reposer uniquement sur l’action en post-infection des fongicides.
Il n’y a pas eu d’évaluation des nouvelles formulations de certains produits ou des produits récents (p. ex., Allegro 500 F, Fontelis, Luna Tranquility et Pristine WG).
Communiquer avec le fabricant pour plus d’information.
225
NOTES — POMMES
Choix d’un fongicide
AGENTS D’ÉCLAIRCISSAGE ET RÉGULATEURS DE CROISSANCE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–14. Efficacité des fongicides contre les maladies des pommiers
Utiliser les fongicides uniquement pour combattre les maladies indiquées sur l’étiquette du produit et uniquement dans les cultures pour lesquelles
ils sont homologués. L’information fournie dans ce tableau est destinée à aider le producteur à choisir, parmi les produits homologués contre
l’ennemi à combattre, celui qui est le plus efficace, tout en prévenant l’apparition d’une résistance et en évitant des pulvérisations inutiles contre des
ennemis non ciblés. L’efficacité peut être influencée par la dose du produit ou par la présence de populations résistantes. Voir Stratégies de gestion des
résistances en fonction des groupes de fongicides et des maladies des cultures fruitières en Ontario, p. 301.
Groupe
Fongicide
Tavelure du
pommier
Oïdium
(blanc)
Rouille
Pourriture
noire
Pourriture
amère
Tache de
suie
Mouchetures
M
Cuivre 53 W
1
1
1
1
1
1P
1P
M
Kumulus DF
1*
2*
1
1
2
1
1
M
Microscopic Sulphur
1*
2*
1
1
2
1
1
M
Microthiol Disperss
1*
2*
1
1
2
1
1
M
Dithane DG
3*
0
3*
3
3
3
3
M
Manzate Pro-Stick
3*
0
3*
3
3
3
3
M
Penncozeb 75 DF Raincoat
3*
0
3*
3
3
3
3
M
Polyram DF
3*
0
4*
3
4
4
4
M
Supra Captan 80 WDG
3*
0
0
3*
2*
2*
2*
M
Maestro 80 DF
3*
0
0
1*
2*
3*
3*
M
Ferbam 76 WDG
1*
0
2P*
2*
1*
2*
2*
M
Folpan 80 WDG
2*
—
—
2*
—
2*
2*
M
Granuflo T
2*
0
3*
2*
1*
2*
2*
M
Thiram 75 WP
2*
0
3*
2*
1*
2*
2*
3+9
3
7
Inspire Super
4*
2*
4*
0
0
3*
3*
Nova 40 W
3*
4*
4*
0
0
0
0
Fontelis
4*
3*
2*
—
—
—
—
7+9
Luna Tranquility
3*
3*
—
—
—
—
—
7 + 11
Pristine WG
4*
3*
2
3
3
3*
3*
Vangard 75 WG
2*
1*
—
0
0
0
0
9
9
Scala SC
2*
—
0
0
0
0
0
11
Sovran
4*
4*
2
2
2
4
3
11
Flint
4*
4*
2*
3
2
4*
3*
29
Allegro 500 F
2*
0
0
0
0
3*
3*
U12
Syllit 400 FL
3*
1
2
1
0
1
1
NC
Purespray Green Huile de
pulvérisation 13E
0
1*
0
0
0
0
0
0 = Aucune efficacité. 1 = Efficacité médiocre. 2 = Efficacité passable. 3 = Bonne efficacité; quelques limitations.
4 = Efficacité excellente; limitations peu nombreuses si existantes.
— = Non homologué pour la lutte contre cette maladie ou information non disponible.
* (zone ombrée) = Le ravageur figure sur l’étiquette du produit comme étant un ravageur que le produit maîtrise ou maîtrise partiellement.
NC = Non classé par le FRAC/IRAC, ou groupe non indiqué sur l’étiquette.
U = Mode d’action non déterminé.
P = Phytotoxique; cause de la roussissure.
Source : Diverses publications de vulgarisation, des articles de revues scientifiques et les Plant Disease Management Reports (APS).
Agents d’éclaircissage et
régulateurs de croissance
Éclaircissage chimique des pommes
L’éclaircissage des pommiers est une étape clé pour
que les pommiers donnent année après année des
fruits de bon calibre. Dans les jeunes vergers à haute
densité, il est de plus en plus important de veiller à la
226
rentabilité de l’investissement. Dans tous les vergers, un
éclaircissage bien fait :
• améliore le calibre et le fini des fruits;
• donne des fruits de calibre plus uniforme;
• assure le retour de la floraison et une bonne
production d’une année à l’autre.
L’objectif de l’éclaircissage est de réduire les bouquets
floraux à une seule fleur, idéalement la fleur centrale
du bouquet, chez la plupart des cultivars et d’espacer
6. Pommes
Il est important de ne pas tarder à faire l’éclaircissage,
car s’il se fait autour de la floraison ou peu après, on
obtiendra une augmentation du calibre moyen des
fruits et on maximisera la floraison l’année suivante.
L’éclaircissage fait vers la fin de l’été peut apporter une
amélioration du calibre et de la couleur des fruits et
prévenir le bris des grosses branches, mais il n’assurera
pas le retour de la floraison.
et le nombre de pommes par caisse, ci-dessous, pour une
comparaison du nombre de fruits de différents calibres
nécessaires pour remplir une caisse de pommes
standard. Voir le tableau 6–16, Corrélation entre le
calibre des fruits et la charge fruitière, p. 228, pour
déterminer l’ampleur de l’éclaircissage nécessaire.
Figure 6–3. Effets de l’éclaircissage sur la répartition
des fruits de différents calibres
Rien ne vaut l’expérience du producteur dans les
décisions touchant l’éclaircissage, d’où l’importance
de pouvoir compter sur les registres des éclaircissages
antérieurs, indiquant les doses, les conditions
météorologiques au moment de l’application et les
résultats obtenus. Les autres facteurs à considérer sont :
•les cultivars utilisés;
•la grosseur de fruit souhaitée;
•le nombre de fleurs;
•l’activité des abeilles;
•les conditions atmosphériques durant la pollinisation
et après la nouaison.
On voit sur la figure ci-dessus que la répartition des
catégories de calibre est la même chez les pommiers
Empire qu’il y ait éclaircissage ou non. Noter que
l’éclaircissage pousse la répartition des calibres vers les
catégories de calibre supérieures. L’écart de rendement
total entre les deux traitements était inférieur à 10 %.
Répartition des fruits de différents calibres
dans la couronne
Si l’on compare deux pommiers de quelque cultivar
que ce soit, l’un ayant fait l’objet d’un bon éclaircissage,
l’autre, d’un éclaircissage insuffisant, plusieurs facteurs
sont mis en évidence.
Tableau 6–15. Effet du calibre des pommes
sur les dimensions des plateaux et le
nombre de pommes par caisse
Calibre minimal
poids
(g)1
po
mm
Grosseur Nombre de pommes
de plateau
par caisse2
•La répartition des pommes de calibres différents dans
chacun des deux pommiers correspond à un schème
de répartition normal. Voir la figure 6–3, Effets de
l’éclaircissage sur la répartition des fruits de différents
calibres, ci-dessous.
102
2¼
57
196
3920
114
2 3⁄8
60
175
3500
123
2½
64
163
3260
133
2 5⁄8
67
150
3000
145
2¾
70
138
2760
•Les autres facteurs étant égaux par ailleurs, le calibre
moyen des fruits provenant de l’arbre éclairci est supérieur
à celui des fruits provenant de l’arbre non éclairci.
160
2 7⁄8
73
125
2500
•Même si un éclaircissage adéquat a normalement pour
effet de réduire les rendements, l’accroissement de la
valeur de la récolte qu’il procure compense largement
d’éventuelles pertes de rendement, pourvu que
l’éclaircissage ne soit pas excessif. En d’autres mots, à
volume de fruits égal pour chacun des arbres, les fruits
de l’arbre éclairci seront moins nombreux, mais plus
gros et de plus grande valeur. Voir le tableau 6–15,
Effet du calibre des pommes sur les dimensions des plateaux
177
3
76
113
2260
200
3 1⁄8
79
100
2000
227
3¼
83
88
1760
250
3 3⁄8
85
80
1600
278
3½
89
72
1440
313
3 5⁄8
92
64
1280
357
3¾
95
56
1120
417
3 7⁄8
98
48
960
1 Ces
valeurs sont approximatives du fait que des fruits de même diamètre
peuvent être de poids différents.
2 La capacité d’une caisse est de 18 boisseaux.
227
AGENTS D’ÉCLAIRCISSAGE ET RÉGULATEURS DE CROISSANCE
convenablement les fruits tous les deux dards fructifères.
L’éclaircissage présente aussi l’avantage de rendre
les fruits moins vulnérables aux ravageurs, certains
s’attaquant en effet davantage aux fruits serrés les
uns contre les autres. De plus, comparativement à un
pommier surchargé, un pommier bien éclairci donne des
fruits qui se cueillent plus facilement, ce qui se traduit
par une réduction des coûts de main-d’œuvre par caisse.
AGENTS D’ÉCLAIRCISSAGE ET RÉGULATEURS DE CROISSANCE
Guide de la culture fruitière 2014-2015
Tableau 6–16. Corrélation entre le calibre des fruits et la charge fruitière
Nombre de pommes nécessaires par arbre pour la densité de peuplement donnée,
le rendement et le calibre recherchés
Densité de peuplement (arbres/acre)
272
500
Calibre minimal
po
mm
400
600
500
750
750
1 250
2¼
57
320
480
218
327
163
272
2 3⁄8
60
286
429
194
292
146
243
2½
64
266
400
181
272
136
226
2 5⁄8
67
245
368
167
250
125
208
2¾
70
225
338
153
230
115
192
2 7⁄8
73
204
306
139
208
104
174
3
76
185
277
126
188
94
157
3 1⁄8
79
163
245
111
167
83
139
3¼
83
144
216
98
147
73
122
3 3⁄8
85
131
196
89
133
67
111
3½
89
118
176
80
120
60
100
3 5⁄8
92
105
157
71
107
53
89
3¾
95
92
137
62
93
47
78
3 7⁄8
98
78
118
53
80
40
67
Étapes de l’éclaircissage chimique
1.Un éclaircissage est-il nécessaire? Déterminer
la pertinence de procéder à l’éclaircissage et
l’importance de celui-ci en évaluant la charge de
fruits potentielle. Examiner attentivement les jeunes
fruits en croissance, particulièrement les sépales
(folioles du calice). Les sépales des inflorescences
non pollinisées ont tendance à rester ouverts ou à
s’incurver vers l’arrière, alors qu’elles demeurent
bien soudées ensemble et se referment lorsque les
inflorescences sont pollinisées. Voir Facteurs influant
sur l’action de l’agent d’éclaircissage, p. 233.
2.Quel(s) produit(s) doit-on utiliser? Le choix du
produit dépend du cultivar et du stade de croissance
de la culture. Voir Agents d’éclaircissage, p. 230, et
le tableau 6–17, Doses suggérées des agents d’éclaircissage
de pommiers à maturité, p. 229.
3.Quel volume d’eau faut-il? Des volumes d’eau
de dilution importants sont recommandés pour
les agents d’éclaircissage; il s’agit de mouiller
le feuillage pratiquement jusqu’au point de
ruissellement, car les produits chimiques doivent
entrer en contact avec les jeunes fruits et les feuilles
des lambourdes. L’arbre moyen sur porte-greffe
M.26 (3-3,5 m de hauteur) à raison d’une densité
de 720 arbres/ha peut nécessiter plus de 2 L de
solution à pulvériser si l’on veut bien mouiller le
228
1000
Prévisions de rendement (boisseaux/ac)
feuillage au moment de l’éclaircissage. Au fur et à
mesure que la dimension de l’arbre diminue et que
le nombre d’arbres par hectare augmente, le volume
de frondaison (feuillage) des pommiers à pulvériser
peut diminuer. Régler le débit du pulvérisateur en
faisant un essai sur un petit groupe d’arbres pour
déterminer exactement le volume d’eau nécessaire
pour bien mouiller chaque arbre. Voir la fiche
technique du MAAO, Réglage, entretien et nettoyage
des pulvérisateurs à jet porté.
4. Quand doit-on appliquer les agents
d’éclaircissage? On doit appliquer les agents
d’éclaircissage quand les jeunes fruits atteignent
le calibre optimal pour l’éclaircissage et quand les
conditions météorologiques sont propices à une
efficacité optimale (l’idéal étant de compter sur des
températures douces et des vents calmes). Mesurer
le calibre de 50-60 jeunes fruits de chaque cultivar.
Choisir les deux plus gros fruits en croissance
(fruit central du bouquet et son voisin) de chacun
de 25-30 bouquets choisis au hasard. Mesurer
le plus gros diamètre de chacun à l’aide d’un
compas Vernier ou num